Les actualités Malgaches du Samedi 13 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar420 partages

Arrestation de Ravalomanana – Une simple question de temps

La notification de sa condamnation à l’ancien Président a été affirmée par la ministre de la Justice. Il semble juste que les autorités attendent le moment opportun pour passer à l’acte.

Quand ? Il semblerait que ce soit la seule question qui reste sans réponse concernant l’intention des autorités de procéder à la notifi­cation de Marc Ravalomanana, ancien président de la République, de sa condamnation dans l’affaire de la tuerie du 7 février 2009.L’annonce de cette intention a été faite par Elise Alexandrine Rasolo, ministre de la Justice, lors d’un point de presse à son bureau à Faravohitra, mardi. Tout en défendant la force exécutoire du verdict contre l’ancien chef d’État, la garde des sceaux a indiqué que la notification de la décision à l’intéressé sera faite incessamment. Seulement, ce membre du gouvernement n’a pas donné plus de précisions, surtout concernant le moment du passage à l’acte.À entendre la ministre Rasolo, le fait que l’ancien exilé d’Afrique du Sud affirme ne pas reconnaître la décision judiciaire à son encontre ne devrait pas arrêter la machine judiciaire. Le jugement de Marc Ravalo­mana a été rendu par contumace, le 28 août 2010. « Je considère, cette décision judiciaire, ayant un caractère politique comme inexistante. (…) le tribunal correctionnel, ayant prononcé la condamnation, à l’époque, n’était pas compétente pour me juger », a-t-il lancé lors d’un petit déjeuner de presse, mardi, à son domicile à Faravohitra.Soutenant qu’il a juste transféré son pouvoir aux militaires pour l’organisation d’une élection et non pas avoir démissionné, l’ancien chef d’État soutient que seule une Haute cour de Justice (HCJ), aurait été habilitée à le juger à l’époque. Les propos de la garde des sceaux ont toutefois été sans ambiguïtés. Et la proximité temporelle de sa déclaration avec celle de son voisin de Faravohitra laisse à penser qu’il aurait pu s’agir de la réponse de la bergère au berger.

ArrestationAffirmant n’avoir aucune information sur le moment de la notification de sa condamnation à l’ancien Président, une source avisée indique néanmoins que « la procédure devrait s’accélérer dès qu’elle aura été faite ». La loi prévoit que la personne concernée peut faire opposition à son jugement par défaut. Le code de procédure pénale parle d’un délai de dix jours pour que l’intéressé fasse cette démarche s’il le souhaite.S’ensuivra un nouveau procès, cette fois-ci contradictoire. Le dossier concernant l’affaire du 7 février 2009 ferait mention du fait que « les avocats de Marc Ravalo­manana ont pris part à toutes les étapes du procès ». Étant une condamnation pénale, par ailleurs, la notification doit être faite à la personne concernée. Ce qui impliquerait, du reste, que « la personne notifiée soit, en principe, arrêtée dans la foulée et emmenée en prison », explique une source judiciaire.Pour dissuader les autorités de son arrestation, Marc Ravalomanana met en avant le risque de soulèvement de ses partisans. La source judiciaire ajoute cependant qu’à l’instar de Pierrot Rajao­narivelo, avant lui, qui à la suite de la notification de sa condamnation n’aurait pas été arrêté, le résident de Faravohitra pourrait également, se voir épargner un passage par la case prison avant qu’il fasse opposition à la décision de la Justice.La notification de la décision du 28 août 2010, par ailleurs, remettrait sérieusement en cause l’éligibilité de Marc Ravalomanana à l’élection présidentielle. Une partie de l’opinion publique s’avance à affirmer que c’est justement la raison pour laquelle le dossier a été sorti des placards en novembre. Une fois de plus, l’ancien chef d’État brandit la menace à la stabilité en cas de remise en cause de sa candidature.Si l’on s’en tient aux affirmations de la ministre Rasolo cependant, le déclenchement de la notification qui pourrait conduire à l’arrestation de l’ancien exilé d’Afrique du Sud, paraît irréversible. Il semblerait qu’il ne s’agisse plus que d’une question de choix de timing. La problématique pourrait toutefois se poser sur la manière de préserver l’ordre public, ainsi que d’assurer la quiétude et l’acceptation par tous du processus électoral.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara320 partages

Palais d’Iavoloha : Les trois Amazones écartées

A l’approche de la Présidentielle, Hery Rajaonarimampianina décide de donner un coup de balai au niveau de son entourage.

La nomination d’un nouveau Directeur du Cabinet civil de la Présidence de la République figure parmi les décisions prises au cours du Conseil des ministres qui s’est tenu jeudi dernier à Iavoloha. Aussi, Randrasana Eric Jean-Joel va-t-il remplacer Herisoa Razafindrakoto à ce poste. Cette dernière aura donc assuré l’intérim de la coordination du Cabinet de la Présidence pendant deux ans et demi. Et ce, même si elle n’a fait l’objet d’aucun décret de nomination officielle. Faut-il rappeler qu’elle a remplacé Henry Rabary-Njaka, limogé au mois de juillet 2015. En quatre années de pouvoir, Hery Rajaonarimampianina a eu trois Directeurs du Cabinet civil et trois Premier ministres. Apparemment, à l’approche de l’élection présidentielle, l’actuel homme fort du pays décide de donner un coup de balai au niveau de son entourage. Jusqu’ici, bon nombre de ses proches collaborateurs et compagnons de la première heure ont déjà été écartés. Pour ne citer que le cas de ses trois « Amazones », en l’occurrence Claudine Razaimamonjy, Nicole Andrianarivoson et Herisoa Razafindrakoto.

« Mpiray petsapetsa ». Fin de règne donc pour ces trois puissantes femmes d’affaires qui ont beaucoup fait parler d’elles au début du premier quinquennat du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Elles sont particulièrement connues comme étant très proches de Voahangy et Hery Rajaonarimampianina. La question est de savoir si le fait d’être limogées et/ou écartées du Club des conseillers du président signifie que le divorce est désormais consommé entre les anciens « Mpiray petsapetsa ». Connue comme étant le bailleur de fond du parti présidentiel, Claudine Razaimamonjy séjourne désormais à la prison de Manjakandriana. Et ce, depuis le 12 juin 2017 où elle a été transférée à Antanimora après avoir passé plus de soixante jours à l’hôpital HJRA. Bon nombre d’observateurs estiment que son arrestation signifie que la femme milliardaire a été lâchée par le couple présidentiel. Même situation, peut-être, pour Nicole Andrianarivoson dont le décret relatif à l’abrogation de sa nomination en tant que Conseillère spéciale auprès de la Présidence de la République, a été pris au mois de novembre 2017. A noter cependant qu’elle a assisté à la cérémonie de vœux qui s’est tenue au Palais d’Iavoloha le 5 janvier dernier. D’ailleurs, elle a eu une longue conversation avec la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina lors de cette occasion.

Lutte d’influence. Le limogeage de Herisoa Razafindrakoto au poste de Dircab de la Présidence fut la grande surprise de cette semaine. Nul n’ignore qu’elle a bénéficié de l’entière confiance du Chef de l’Etat. Faut-il rappeler qu’outre la coordination du Cabinet de la Présidence, elle est aussi Présidente du Conseil d’Administration de la Société du Port à gestion Autonome de Toamasina (SPAT), mais aussi de la Société Fanalamanga. Reste à savoir donc si elle sera aussi remerciée incessamment pour ces deux autres postes. Mises à part ces trois femmes d’affaires, de nombreux autres proches collaborateurs de Hery Rajaonarimampianina ont déjà été limogés ou écartés. Parmi eux figurent entre autres, l’ancien Directeur du Protocole de la Présidence de la République, Liva Harivony Rabarihoela et l’ancien Directeur des Etudes Juridiques auprès de la Présidence, Idealson. Qu’en est-il également de Solofo Rasoarahona, Ambassadeur itinérant de la Présidence et Conseiller spécial de Hery Rajaonarimampianina ? Ayant toujours été présent aux côtés du Chef de l’Etat, le Délégué général pour l’Océan Indien du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) reste très discret depuis quelques temps. En tout cas, à en croire les explications d’une source proche d’Iavoloha, Hery Rajaonarimampianina entend poursuivre l’assainissement au niveau de son entourage pour soigner son image en vue de la Présidentielle. Reste à savoir que ces personnalités ne sont pas en train de payer les frais de la guerre de leadership et la lutte d’influence autour du Chef de l’Etat.

Davis R

Midi Madagasikara276 partages

Marc Tatandraza : Nitsangan-ko velona indray

Ny 25 desambra lasa teo no natao nanakoako eran’ny tambajotra sosialy ny nahafatesan’i Marc Tatandraza, ilay mpitondra fivavahana, izay karohin’ny mpitandro filaminana fatratra noho ireo fandikan-dalana maro nataony tany amin’iny faritra maro teto amin’ny nosy. Omaly anefa, nandefa hafatra tao amin’ity tambajotra sosialy ity indray ilay olona milaza mpitondra teniny, fantatra amin’ny anarana hoe Loholona Rabarisolo fa hoe niverina tety amin’ny tanin’ny velona ity olona arahiny ity. « Fahagagana lehibe, nitsangana amin’ny maty i Marc Tatandraza. Efa tany an-danitra izy fa nampodina indray. Koa amin’izao fotoana izao dia mivezivezy any amin’ny toerana tsy hita maso any i Apostoly Marc Tatandraza », hoy ilay fanambarana. Miaraka amin’ny sary mihitsy izay. Sarin’izy ireo teo am-bodifasana voalaza fa nandevenana an’ilay ranamana io, tany Bekily, ary misy ny lamba namonosana an’i Tatandraza tamin’ny nandevenana azy eo akaikiny. Tena izy sa sarimihetsika araka vinavinan’ny maro. Dia tsy hay aloha fa na ny horontsary nalefan’ity mpitondra teny ity tamin’ny nahafatesany aza dia efa nampiteraka resabe teo anivon’ny tambajotra sosialy.

m.L

Midi Madagasikara192 partages

Pêche et aquaculture : Plus de 517 milliards Ar de recettes d’exportation en 2017

Le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François a été élevé au grade d’Officier de l’Ordre National.

Le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche a contribué à hauteur de 7% du PIB (Produit Intérieur Brut) du pays en 2017.

Le secteur de la pêche et de l’aquaculture est un des secteurs pourvoyeurs de devises. En effet, « plus de 517 milliards d’Ariary de recettes d’exportation de ces produits halieutiques ont été enregistrés en 2017, et ce, grâce aux efforts menés par tout le personnel pour ne citer que le renforcement du contrôle sanitaire des produits destinés à l’export », a annoncé le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François lors de la présentation de vœux de son département hier au CCI Ivato.

Professionnalisé. En outre, « soixante treize licences de pêche industrielle concernant les poissons, le thon et la pêche au chalut de fond ont été délivrées l’an dernier. Et suite aux accords sur la licence de pêche, nous avons obtenu une recette d’une valeur de plus de 8 milliards d’Ariary sans compter les recettes non fiscales portant une valeur de plus de 1 milliard d’Ariary que le ministère a rentrées dans les caisses de l’Etat », a-t-il énuméré. Ce n’est pas tout ! Le ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche a formalisé et professionnalisé des pêcheurs traditionnels. C’est pourquoi, 39 173 cartes de pêcheurs ont été distribués et 28 094 pirogues immatriculées. Et 2 271 autorisations de collecte de produits de pêche ont été octroyées l’an dernier. Parmi lesquels, 770 autorisations de collecte concernent les produits en eau douce.

Remise de médailles. Quant aux perspectives pour cette année, le ministère prévoit entre autres de renforcer la surveillance communautaire de pêche, de développer la crevetticulture et l’algoculture marine, et de réaliser le projet d’élevage de thon jaune, en plus de l’application de l’approche écosystémique pour une gestion durable de la pêche. Par ailleurs, la 22e direction régionale du ministère à Bongolava et huit nouvelles circonscriptions régionales ont été mises en place et équipées. Et à part le renforcement des partenariats avec la FAO, la GIZ et le gouvernement du Maroc, 122 agents du ministère ont bénéficié des formations. Enfin, une remise de médailles à l’endroit des 118 fonctionnaires a eu lieu lors de cette cérémonie de présentation de vœux. Parmi lesquels, le ministre de tutelle, Gilbert François est élevé au grade d’Officier de l’Ordre National tandis que son Secrétaire général Tilahy Désiré a été fait Chevalier de l’Ordre National.

Navalona R.

Midi Madagasikara168 partages

Pont de Vohiposa : Opérationnel au plus tard le 14 janvier

Le pont de Vohiposa, sur la RN7, dans le district d’Ambohimahasoa, devra être à nouveau opérationnel avant la fin de ce week-end.

 

Cette prévision tient compte des travaux de finalisation par les agents des Travaux publics, du pont flottant et ce, après l’interruption de la circulation au niveau de Vohiposa, où le pont Bailey mis en place en septembre 2017 a été emporté par les eaux suite au passage du cyclone AVA. En attendant l’opérationnalisation du pont fluvial à Vohiposa, des mesures d’organisation de la circulation ont été appliquées depuis mercredi 10 janvier 2018. Il s’agit notamment d’opérations de transbordement de voyageurs des taxis-brousse et autres véhicules particuliers. Ce système de transbordement a permis aux milliers de personnes restées bloquées à cet endroit depuis l’interruption de la circulation, de passer. En sept heures, environ 2.100 personnes ont pu être transbordées, soit une moyenne de 300 personnes par heure. Parallèlement, les travaux de finalisation du pont flottant se poursuivent. Ils sont prévus s’achever dimanche. Aux dernières nouvelles, l’opérationnalisation de ce pont dès vendredi soir ou samedi matin est envisageable. Les usagers de la RN7 pourront alors pousser un « ouf » de soulagement après quasiment une semaine de galère. Il en est de même pour les transporteurs qui ont vu leurs charges augmenter considérablement en optant pour le transbordement des voyageurs.

Hanitra R.

News Mada136 partages

Festival arondihy : daholobe à l’horizon

En prélude à la 7e édition du  festival  Arondihy, le comité d’organisation lance ce mois-ci un appel à participation à l’endroit des chorégraphes et des compagnies de danse de tous horizons pour la promotion du 6e art.

«Comme le projet consiste à créer un événement d’envergure nationale consacré à la danse, on réunit des artistes de haut niveau venant de toutes les provinces de Madagascar dans chaque discipline existante, pour la conception de la pièce intitulée Daholobe. Il s’agit d’une pièce chorégraphique d’une durée de 30 à 35 minutes, reflétant cette image multiculturelle grâce à la diversité qu’on retrouve dans chaque mouvement enchaîné,», rapporte un communiqué. Arondihy laisse ainsi  libre cours aux acteurs de la danse à travers la création photographique.

L’initiative va bien au-delà de la production d’évènements culturels. Arondihy souhaite apporter un appui aux créations artistiques malgaches et par la même occasion faire connaître la culture propre à chaque région en matière de danse. Le festival multidisciplinaire sensibilise et éduque au développement social et culturel du pays tout en fédérant les générations confondues autour de l’art.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara135 partages

Amparafaravola : Telo mianaka azon’ny dahalo, maty notapahin-doha

Dahalo rain-dahiny nanafika tokantrano iray  no diso fanantenana tamin’ny  vola tokony ho  azony ka nosamboriny izy telo mianaka ary nentiny niala lavidavitra ny tanàna ary dia notapahany tsirairay ny lohan’izy telomianaka , ny iray aza moa nahitana dian’antsy maromaro ny tendany izay vao tapaka. Raim-pianakaviana manodidina ny 72 taona ary ny  vadiny 50 taona ary ny zanany vavimatoa 30 taona no  niharan’ny fanafihan’ ireto jiolahy ireto , nisy  zanak’izy ireo iray tao an-trano fa saingy nisitrika ity farany ka tsy hitan’ireo jiolahy. Araka ny loharanom-baovao dia nivarotra kisoa ireto fianakaviana ireto ny voalohandohan’ny taona 2018 lasa teo ary dia noheverin’ireo jiolahy mbola nisy volabe tao amin’izy ireo ka izao niharan’ny fanafihana izao kinanjo efa tsy tao intsony ny volabe ka mety ho  antony namonoan’ireto jiolahy ireto azy 3 mianaka . Lehiben’ny fokotany ilay raim-pianakaviana ka mora tamin’ireo jiolahy ny nitady ny trano , izay tao Ambondroala kaominina Sahamamy distrikan’Amparafaravola  no nitrangan’ny famonoana ny alin’ny faha 06 janoary 2017 hifoha ny faha 07 janoary 2018. Mihorohoro araka izany ny vahoaka amin’iny tapany andrefan’Alaotra  iny noho ny fanafihan-jiolahy matetika tato ho ato   satria raha ny  tao  Antefirano Anororo ny faraparan’ny herinandro teo  dia nataon’ireo jiolahy takalonaina indray  ny zaza tao an-trano rehefa tsy nahazo vola izy  ka rehefa nivondrona ny fokonolona rehetra dia tafatsoaka ihany ireo jiolahy ary tafaverina tamin’ny fianakaviany ilay takalonaina .Manao antso amin’ny fanjakana foibe ny vahoaka any amin’iny faritra Ampitandrefana iny fa lasa matahotra nohon’ny fanafihan-jiolahy ary efa  ho olona 4 izay no efa   tapatenda  tany amin’iny faritra iny  nohon’ny asan-jiolahy. Mandray andraikitra ny eny anivon’ny mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao ka hinoana fa hisy ny vokatra azo.

Janus R

Midi Madagasikara103 partages

Jovena : Deux nouvelles centrales thermiques de 76 Mw

Le Président Rajaonarimampianina a inauguré hier les deux nouvelles centrales thermiques à fuel lourd de Jovena

Une diversification des activités réussie pour Jovena. Depuis que l’entreprise est entrée dans le secteur énergétique, les réalisations se sont succédé.

Le réseau interconnecté d’Antananarivo dispose dorénavant d’une puissance supplémentaire de 76 Mw. Jovena, filiale du groupe Axian, vient d’inaugurer ses deux nouvelles centrales dénommées Noor 1 et Noor 2, d’une puissance respective de 48 Mw et de 28 Mw.

Transition énergétique

C’était hier à Ambohimanambola, lors d’une cérémonie qui a vu la présence du Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier devait à l’occasion louer cette initiative de Jovena de participer efficacement à la transition énergétique entreprise actuellement à Madagascar. « Quand on veut, on peut et vous avez démontré là une formidable capacité d’agir pour un projet de développement » a notamment déclaré le Président de la République. En effet, à travers Noor 1 et Noor 2, Jovena a relevé  un véritable défi technologique grâce à son expertise et ses partenaires. L’investissement, la construction, la mise en service et la maintenance de ces nouvelles centrales électrique s’inscrivent dans la volonté du groupe Axian, à travers sa filiale Jovena, de développer et de renforcer les infrastructures de Madagascar ainsi que d’améliorer l’économie de la région en perfectionnant la puissance et la qualité du réseau électrique malgache.

Projet ambitieux

Sur ce point d’ailleurs, Hassanein Hiridjee, CEO du groupe Axian a déclaré hier : « Nous sommes aujourd’hui très fiers de concrétiser de projet ambitieux qui permettra aux Malgaches de bénéficier d’un accès à l’électricité performant. Depuis 150 ans, notre projet est de faire grandir Madagascar, d’améliorer le quotidien des Malgaches, de contribuer à la montée de gamme de nos partenaires, des acteurs gouvernementaux, des industriels de l’île Rouge, en s’associant avec eux à travers des partenariats publics-privés comme celui-ci ». Il s’agit en somme du point de départ de ce que le CEO du groupe Axian appelle, la révolution énergétique. Et la prochaine étape sera la centrale hydroélectrique de Volobe à Tamatave qui fournira une puissance de 110 Mw. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Midi Madagasikara91 partages

Morombe : Vaky ny fefilohan’ Ambahikily, trano 50 isa rava, tanimbary 800 ha dobo-drano

Anisan’ny nitondra takaitra mafy tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo iny, ny tany amin’ny Distrikan’ i Morombe, Faritra Atsimo Andrefana. Vokatry ny fiakaran’ny reniranon’i Mangoky, dia vaky ny fefilohan’ Ambahikily izay namboarina ny taona 2009, ka trano miisa 50 ravan’ny rano tanteraka, raha dobon-drano mandraka ankehitriny ny  tanimbary mirefy 800 ha eo. Manoloana an’izao loza voanjanahary izao, dia manahy mafy ny mponina ao Toliara sy ny manodidina, fa ahiana indray ny mosary amin’ity taona ity, satria ny Kaominina Ambahikily no anisany sompitra mpamantsy vary ny Faritra Atsimo Andrefana. “ Ilainay tantsaha ny rano, nefa maro loatra ny rotsak’orana nentin’ny rivo-doza Ava, ka lasa nanimba zavatra maro ”, hoy ireo mpamboly.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar76 partages

Toamasina – Soutien d’urgence d’Ambatovy à la ville

À la demande des autorités locales, Ambatovy a apporté son appui à la communauté pour parer à l’urgence dans la ville de Toamasina. Dès le samedi 6 janvier, la compagnie a envoyé une équipe de nettoyage, composée d’une tractopelle et de camions-bennes, qui a travaillé pendant une semaine pour participer au dégagement des rues et à l’enlèvement des débris.La 4è Unité de Protection Civile à Toamasina s’est vue octroyer mille litres de carburant dès le samedi 6 janvier pour permettre à ses camions d’entrer en action dès le lendemain du passage du cyclone Ava. Ambatovy a également pris en charge la restauration des militaires affectés à ces travaux à raison de quatre-vingts repas par jour pendant la semaine.Enfin, deux mille cinq cents  litres de carburant supplémentaires ont été remis aux autorités locales, mercredi dernier, pour les travaux relatifs à la Journée nationale de l’assainissement.Ambatovy se réjouit de pouvoir se retrouver avec tous ses employés, sains et saufs, sans exception, et effectue actuellement une évaluation complète des impacts du cyclone sur ses installations, les évaluations préliminaires ayant permis d’identifier des dommages nécessitant des réparations et qui retarderont la reprise de la production jusqu’à la fin du mois de janvier.

Recueillies par Prosper Rako 

Midi Madagasikara72 partages

JIRAMA : 90% des infrastructures à Toamasina détruits par Ava

La Jirama a amélioré sa performance en termes de temps de résolution des coupures d’électricité.

La production d’électricité de la Jirama est en forte croissance depuis la mise en œuvre de son plan de redressement au second semestre de 2017. Aujourd’hui, ce sont les infrastructures sur le réseau de distribution qui posent problème. Etant vieilles de plus de 60 ans, la majorité de ces infrastructures sont fréquemment sources de coupure d’électricité dans différentes régions. A Toamasina, les dégâts laissés par le cyclone Ava ont été dramatiques. D’après la Direction générale de la Jirama, 90% des infrastructures dans cette région ont été détruites par le cyclone. « Des mesures ont été prises et mises en œuvre très rapidement. Aujourd’hui, ces infrastructures sont réhabilitées à 70% et nous comptons porter cet indicateur à 80% d’ici la fin de cette semaine. En outre, nous avons obtenu l’autorisation de la Préfecture pour couper les arbres à risque, qui peuvent tomber sur les fils et les poteaux durant les fortes tempêtes. Cela va désormais limiter les dégâts, en cas de catastrophe naturelle », a affirmé Henry Andriamanana, Directeur général adjoint de la Jirama, lors d’une conférence de presse organisée jeudi dernier.

 

Antsa R.

 

News Mada58 partages

Elgeco plus : le président n’a pas été notifié

La sanction est tombée sur Elgeco Plus (ndlr, deux ans de suspension) alors que la fédération malgache de football (FMF) a annoncé qu’il ne s’agit pas d’une sanction contre le club mais contre le président Alfred Andriamanampisoa. Cependant, ce dernier a déclaré devant la presse hier à Alarobia qu’il n’a pas encore été notofié de cette décision de la fédération.

 «Je n’ai jamais reçu une quelconque lettre émanant de la FMF à propos de cette décision et les joueurs sont déjà au cœur des préparatifs de la saison 2018 en vue du championnat d’Analamanga. Elgeco Plus est prêt à ravir le titre et l’objectif est de faire un carton plein dans toutes les compétitions», a-t-il souligné.

Alfred Andriamanampisoa a également annoncé qu’un vent de changement souffle actuellement sur Elgeco Plus en vue d’atteindre ses objectifs. Notons le changement au niveau du staff technique pour corriger le tir cette saison en s’appuyant sur le fait que le club n’ait remporté aucun titre en 2017. En ce qui concerne les joueurs, la relève est prête à jouer dans la cour des grands. Par ailleurs, Alfred Andriamanampisoa appelle au calme de la part de tout un chacun pour dénouer cette situation dans un esprit de fair-play.

Rojo N.

Midi Madagasikara56 partages

Belobaka Tsiroanomandidy: Zandary telo voatifitry ny dahalo

Nisy indray ny fifandonana mahery vaika teo amina andian-dahalo am-polony maro sy ny zandarimarim-pirenena, izay tsy mikely soroka manao ny ainy tsy ho zavatra mamita ny adidiny, tany amin’iny faritra Bongolava iny. Vokany, telo tamin’ireo zandary no naratra voatifitry ny dahalo, ka anisan’izany ny lehibe nitarika azy ireo, ny Kômandan’ny borigadin’i Belobaka. Raha ny fampitam-baovao azo dia tsy misy atahorana akory ny ain’ireo mpitandro filaminana ireto ary efa samy nahazo fitsaboana avokoa izy ireo. Fa tetsy andanin’izay kosa dia nisy dahalo iray no lavo sy tsy afa-manohy ny asa ratsiny intsony, iray kosa no naratra saingy nentin’ny namany nitsoaka. Raha ny zava-nitranga dia nisy fanafihan-dahalo tao amin’ny kaomina Belobaka, distrikan’i Tsiroanomandidy ny marainan’ny alakamisy lasa teo. Nandray an-tanana avy hatrany ny raharaha ny zandary tao amin’ny borigadin’ity kaominina ity nandeha nanenjika ireo dahalo. Tsy lasa lavitra ireto farany dia nifanena ary raikitra teo ny fifandonana. Tafatsoaka ireto malaso ireto saingy mbola nanohy ny fanarahan-dia sy ny savahao ireo mpanenjika. Mbola nitohy moa izany hatramin’ny ora nanoratana omaly hariva.

m.L

Midi Madagasikara47 partages

Un peu moins d’une semaine après la sortie du cyclone AVA de la Grande Ile, la population nage en plein ...

Un peu moins d’une semaine après la sortie du cyclone AVA de la Grande Ile, la population nage en plein désarroi. La compassion manifestée par le régime le week-end dernier semble avoir été passagère. Le déplacement fait par le président de la République à Toamasina n’a laissé qu’un souvenir fugace aux habitants de la ville du Grand Port. Depuis, c’est à peine si le bilan du passage d’AVA est évoqué ou plutôt c’est l’occasion de parler de reconstruction d’infrastructures aux normes pour éviter de pareils drames.

Mettre en place un plan de reconstruction sérieux

Les cyclones qui ont frappé la Grande Ile ont toujours provoqué toute une série de destructions. Et les aides apportées par la communauté internationale ont surtout servi à loger des sinistrés dans des camps de fortune et à les nourrir. Il n’y a pas eu de plan de reconstruction bien élaboré pour se prémunir contre les effets de ces météores qui traversent le pays tous les ans. Aujourd’hui, cela est évoqué par le chef de l’Etat dans son rendez-vous périodique avec les internautes. On prend acte donc de cette volonté affirmée de bâtir des infrastructures solides qui permettront de résister aux intempéries. Mais on se rend compte de l’immensité de la tâche à accomplir car les chantiers à mettre en place sont immenses. Didier Ratsiraka avait établi un programme de reconstruction de bâtiments anti cycloniques. Le travail avait été entamé, puis il n’y a pas eu de véritable suivi. Depuis, rien de sérieux n’a été fait. Les ouvrages reconstruits n’ont pas résisté aux assauts des cyclones. Il est donc temps de bâtir des bâtiments, de reconstruire des ponts et des routes pouvant tenir dans les conditions les plus difficiles. Maintenant, on peut se demander quelles sont les ressources qui vont être mobilisées pour concrétiser ces intentions. Pour le moment, il ne s’agit que de déclarations et on peut les mettre sur le compte de la propagande. Mais après tout, qui sait ? Tout le monde applaudira des deux mains si cela se réalise.

Patrice RABE

News Mada41 partages

Délivrance des visas : nouveau scandale

Alors que la polémique autour du permis biométrique reste vivace, une autre  est déjà en train de se créer concernant les visas touristiques.

Un nouveau scandale en perspective. En effet, d’après «La Lettre de l’océan Indien» (LOI), l’Etat a décidé de confier la gestion des visas à une firme française. En fait, depuis le début de l’année, les touristes étrangers envisageant de se rendre dans le pays doivent se procurer un visa électronique (eVisa).

L’information rapportée par LOI fait état de l’existence d’une sous-traitance malgache de ce visa par la société de droit malgache Ametis. «Celle-ci est une filiale de la firme française Surys, anciennement connue sous le nom d’Hologram industries, spécialisée dans la sécurisation et l’identification des documents imprimés et fondée dans les années 1980 par Hugues Souparis», note la LOI. Et de poursuivre que cette initiative a été promue auprès du locataire d’Iavoloha par deux des conseilleurs dont Mbola Rajaonah et Gilbert Dailly. Ce qui suscite davantage des interrogations.

Coût exorbitant

A cela s’ajoute un tarif plus qu’exagéré pour un visa alors que le pays veut attirer le plus de touristes possibles. Selon «La Lettre de l’océan Indien» (LOI) , en effet, un eVisa pour une durée de trente jours coûte 115 000 ariary ou 35 € (contre 80 000 ariary dans le code des impôts).  Pour 31 à 60 jours, il se monte à 135 000 ariary ou 40 (contre 100 000 ariary dans le code des impôts, et pour 61 à 90 jours il s’élève à 175 000 ariary ou 50 (contre 140 000 ariary dans le code des impôts). Comme c’est déjà le cas avec le passeport biométrique.

 En effet depuis janvier dernier, les droits d’acquisition du passeport a connu une

augmentation sans précédente. Désormais, le coût est à

190 000 ariary, donc près de 50 euros, alors qu’auparavant l’acquisition d’un passeport était de 110 000 ariary, donc une hausse du tarif initial de 72%.

En tout cas, à la veille des élections, cette initiative intrigue. Des observateurs se demandent si le régime veut renflouer ses caisses en vue de préparer la campagne électorale à venir. Cela rappelle à bien des égards la situation en République démocratique du Congo où le prix étonnamment élevé du passeport a créé une polémique sans précédent. Et pour cause, le plan gouvernemental de mise en place des passeports biométriques a servi l’intérêt d’un particulier. Ainsi, avec le coût exorbitant de la carte grise, du permis de conduire et du passeport biométrique, beaucoup de points d’interrogation planent sur la véritable intention du régime.

Rakoto

 

News Mada39 partages

Musique : Vahombey et Théo Rakotovao, un duo explosif

Un véritable ovni musical, le duo Vahombey et Théo Rakotovao signe un nouveau clip fraîchement intitulé «Lemuria».

Le texte «Lémuria» a été écrit par Vahombey à l’orée de 1995, mais il n’a sorti le même format audio que l’année 2007 dans l’album «Bezoro». Au terme de 9 mois de gestation, le duo a présenté son nouveau-né.  Le clip, réalisé par « ?! » et réarrangé par les soins de Théo Rakotovao nous emporte dans une splendide épopée musicale qui retrace l’histoire de la Grande île depuis l’époque vazimba.

« De ce qui a été, il y a des millions d’années, préfère-t-on dire Gondwana ? Atlandide ? Ou Lémuria ? Théorie d’écoles, querelle de clocher. Tous les points de vue se valent avec leurs propres parts de mérite. A chacun sa vérité. Quoi qu’il en soit, la dérive des continents avait géologiquement bel et bien existé », analyse l’auteur avant d’enchaîner que «Dans cette partie-ci de la planète, Madagasikara représenterait la seule portion du sol originel à subsister. Elle est là depuis tout ce temps. Une partie est devenue l’Asie. Et l’autre, l’Afrique».

A travers ce morceau, l’artiste a ressenti le besoin de revenir «au point de départ pour achever une histoire commencée à mi-chemin». «Le peuple malgache constitue une mosaïque humaine d’une richesse inestimable soudée par une langue-mère commune, à quelques variantes lexicales près. Comment et pourquoi ? Personne ne le sait… La culture ésotérique malagasy fondée sur le savoir fourni par toutes ces strates de connaissances et de valeurs est désormais prête à contribuer au progrès de l’humanité», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara36 partages

Musique : La nouvelle version de « Lémuria » de Vahombey séduit

« Lémuria », Vahombey l’a composé en 1995, 23 ans plus tard le morceau est remastérisé avec les voix de Christian K, Théo Rakotovao et d’autres grosses pointures. Après un travail de neuf mois, la version officielle sort enfin et fait des heureux. « Je tiens à dire la vérité, pas question de plaisanter, Madagasikara, c’est Lémuria. Lémuria, d’il fut un temps, du temps de nos ancêtres d’antan ». Le premier couplet, tout comme le reste de la chanson résonne sur un air éploré et beau, qui glisse au gré des voix de Théo Rakotovao.

Théorie d’écoles, querelle de clochers, etc. Tous les points de vue se valent avec leurs propres parts de mérite. A chacun, sa vérité. Quoiqu’il en soit, la dérive des continents avait géologiquement bel et bien existé. Le peuple malgache constitue une mosaïque humaine d’une richesse inestimable soudée par une langue-mère commune, à quelques variantes lexicales près. Comment et pourquoi ? Même si personne, exactement, ne le sait », relate l’artiste.

Zo Maharindra

Midi Madagasikara33 partages

Menace de gel des résultats des examens : La ministre Rasoazananera monte au créneau

Les étudiants sont les victimes de cet éventuel gel des résultats.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique a haussé le ton et a rappelé à l’ordre la branche Tananarivienne du SECES.

Face à la déclaration de menace de gel des résultats des examens effectuée par le SECES Antananarivo, la réaction de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique n’a pas tardé. Lors d’une conférence de presse organisée dans son bureau à Tsimbazaza, Monique Rasoazananera a tenu à rappeler que “ toutes les revendications des membres du syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur, branche Antananarivo, ont été satisfaites à l’exception du paiement des indemnités de recherche des chercheurs retraités et qui continuent d’exercer leurs activités “. La ministre d’expliquer “ que le ministère de tutelle avec le ministère des Finances concourent actuellement à trouver les moyens permettant de satisfaire ces revendications ”. Que dans ce sens, “ une rencontre entre les représentants du SECES Antananarivo, du ministère de tutelle ainsi que du ministère des finances et du budget sera prévue mardi 16 janvier prochain pour trouver les modalités permettant de satisfaire les revendications en question “.

75 heures. Profitant de la conférence de presse, Monique Rasoazananera de condamner les déclarations du président du SECES section Antananarivo sur la menace de geler les résultats des examens. “ Les notes vont sortir et j’exhorte tous les responsables auprès de l’université : le président, les directeurs d’établissements, les doyens à prendre leur responsabilité et à agir dans ce sens ”, a-t-elle lancé . Avant de déplorer la revendication consistant à limiter les heures de service à 125 h. Ce qui est “ contradictoire au décret 2005-098 relatif à l’obligation de service“, d’après toujours la ministre. Cette dernière de noter que la cause de ce refus fait référence à une augmentation de 75 heures de ladite obligation de service. Refus qualifié par Monique Rasoazananera comme “ égoïste et irrationnel “ par rapport à “ toutes les revendications satisfaites ainsi que les salaires des enseignants “. Par ailleurs, la ministre a clairement, durant la conférence de presse, fait savoir que “ des mesures vont être prises à l’encontre des enseignants qui ne respectent pas l’obligation de service et de ceux qui persistent à bloquer la sortie des résultats pour l’Université d’Antananarivo”. Affaire à suivre.

José Belalahy

Midi Madagasikara33 partages

Nécrologie : Disparition de deux anciens ministres

24 heures après la disparition de Léon Rajaobelina, un autre ancien ministre s’est éteint. Il s’agit de Razaka Elysée, ministre de l’Energie et des Mines du temps du président Marc Ravalomanana. Razaka Elysée est connu comme technicien de haut niveau. Après la chute du régime de Marc Ravalomanana, l’ancien ministre, qui a été déjà élu député de Madagascar et a aussi occupé le poste de Directeur général de l’OMNIS, a fait sa réapparition cinq ans après, du côté du candidat à la présidentielle Jean Louis Robinson. Il a été porte-parole et directeur de campagne de ce dernier lors de l’élection de 2013. Quant à Léon Rajaobelina, il a été ministre des Finances et du Budget du temps du président Didier Ratsiraka. Hery Rajaonarimampianina a fait appel à cet ancien gouverneur de la Banque centrale pour être son conseiller spécial en matière économique. Léon Rajaobelina a été ensuite nommé PCA d’Air Madagascar. La rédaction de Midi Madagasikara présente ses condoléances aux familles de Léon Rajaobelina et de Elysée Razaka.

Eugène
Midi Madagasikara27 partages

CFM : Inertie et silence

Silence inquiétant des membres du CFM. (Photo d’archives)

L’inertie et le silence du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » (CFM) face aux graves déclarations mutuelles des politiciens, à l’aube des prochaines élections, confirment-ils l’allégation selon laquelle c’est une institution inutile ?

« Quand tout va bien au niveau local, au niveau des « fokontany », des communes, des régions, Madagascar sera en harmonie ». Ces propos ne sont autres que ceux de Rasoamaniry, présidente de la Commission Vérité et Pardon au sein du CFM (Conseil du « Fampihavanana Malagasy ») lors d’une conférence de presse que ladite commission a tenue hier à Ampefiloha. Avec un discours digne d’une grande oratrice, Rasoamaniry a utilisé presque tous les proverbes malgaches qui illustrent et reflètent la sagesse des « Ntaolo Malagasy » quand on se réfère à la valeur malgache qu’est le « fihavanana ». C’était également une occasion pour la commission d’informer les chefs de « fokontany ». «Des descentes au niveau local auront lieu d’ici peu pour rechercher les raisons pour lesquelles le « fihavanana » tend à disparaitre de la société », a-t-elle poursuivi. Effectivement, d’après l’article 33 de la loi n°2016-037 du 15 décembre 2016 relative à la réconciliation nationale, la commission vérité et pardon a pour « mission principale, la recherche de la vérité et l’établissement des responsabilités » ayant trait aux crises politiques et sociales ainsi qu’aux cas de violation des droits humains.

Crises politiques. Comme on soulève la question relative aux crises politiques successives, le CFM a du pain sur la planche. L’article unique de la même loi relative à la réconciliation nationale précise qu’elle (la loi) « a pour objet de restaurer la cohésion nationale par la voie de la réconciliation nationale, de l’amnistie, de la réparation en faveur des victimes des situations conflictuelles majeures ayant laissé des séquelles cruciales sur la cohésion nationale et des victimes des événements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition ainsi que de la refondation de la Nation et de la République, la prévention des crises cycliques et la reconstruction de l’Etat de droit ».

Magistrature suprême. Sur la base de cette disposition légale, et en se référant à la conjoncture politique actuelle, le CFM qui se revendique être soucieux de la réconciliation nationale demeure quasi inerte par rapport aux déclarations caricaturales, aux invectives que se lancent certains politiciens et aussi aux manœuvres dilatoires, aux calculs politiques qui ruinent la stabilité politique et l’harmonie au sein du pays. Nous ne sommes pas sans savoir que le régime en place, même s’il ne l’affirme pas directement, veut évincer deux candidats potentiels de la course à la magistrature suprême. L’un d’entre eux a d’ores et déjà envisagé le scenario d’une nouvelle crise dans le cas où il serait empêché de se porter candidat. Dans cette atmosphère de crise postélectorale probable, quid de la réconciliation nationale ?

Aina Bovel

Midi Madagasikara26 partages

Précautions à prendre en saison cyclonique : Les conseils du capitaine Randrianarisoa

Le capitaine Randrianarisoa de la Caserne des Pompiers Tsaralalàna

Il nous reste encore trois mois avant la fin de la période cyclonique. Selon les prévisions météorologiques, deux à trois cyclones peuvent encore survenir d’ici avril. Nous avons eu l’occasion de rencontrer le capitaine Randrianarisoa, officiant à la Caserne des pompiers de Tsaralalàna. Il a notamment mis l’accent sur des mesures de précaution à adopter en amont et pendant les cyclones.

Renforcer et quitter. Le renforcement des fenêtres, des portes et des toitures figure parmi les premiers gestes basiques de préparation en amont des cyclones, ces parties de l’habitation constituant les premiers protecteurs face aux intempéries. Selon les moyens, nous pouvons opter pour des sacs de sable, ou des pierres, mais rappelons que le meilleur des moyens demeure la réparation et le renforcement par des techniciens. Par ailleurs, le capitaine Randrianarisoa a également souligné que dans le cas où l’habitat est fortement endommagé, la meilleure option est de quitter les lieux pour un endroit plus sûr, car éboulement et érosion ont souvent raison des murs de soutènement vétustes. Le capitaine de rajouter : « Parfois les occupants rechignent à quitter les lieux, ce qui se solde généralement par des conséquences graves, voire la mort. Nous exhortons ainsi ceux qui sont témoins à nous signaler en appelant le numéro 118, pour prendre les mesures nécessaires afin de sauver des vies et limiter les dégâts. Blagueurs s’abstenir !»

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara24 partages

Amboniloha : Mpangalatra saika niharan’ny fitsaram-bahoaka

Teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy ity olon-dratsy, lehilahy izay manodidina ny 40 taona any ho any, no tra-tehaky ny mponina teny amin’iny faritra Alarobia Amboniloha iny. Na dia niezaka ny nandositra aza dia tsy namelan’ireo fokonolona raha tsy tratra. Omaly tolakandro tokony ho tamin’ny roa ora teo no nisehoan’ity tranga ity. Araka ny fanazavàna azo dia nangalatra sakaosy iray, izay fantatra fa nisy vola sy solosaina fenti-tanana ity ranamana ity. Sakaosy izay tao anaty fiara tsy mataho-dalana iray, sendra nandeha mora fa tratra tao anaty fitohanana. Vantany vao azony ilay sakaosy dia nitsoaka ity farany ary avy hatrany dia nomeny ny namany hafa iray, izay efa niandry azy tany anaty fiara fitanteram-bahoaka. Niantso vonjy avy hatrany ity niharam-boina ity ary velona teo ny fifanenjehana. Tsy lasa lavitra dia voasambotra ilay naka an’ilay sakaosy tamin’ny voalohany. Efa niaka-pofona ihany ireo mponina teny an-toerana, tofoka sy leo an’ireto mivelona amin’ny tsy nisasarany ireto, ka nisy avy hatrany ny nidaroka azy. Nalaky nifona moa ity farany. Azo soa aman-tsara ihany ilay sakaosy tany amin’ilay namany nandeha fiara, izay nijanona avy hatrany rehefa nifanenjehan’ny olona. Raha ny fantatra dia efa nihaodihaody matetika teny amin’iny faritra ity lehilahy ity. Tsy mandeha irery izy, hoy ny olona, fa mazana dia miaraka maromaro. Saingy eto dia tsy fantatra intsony izay mety ho namany sy ireo mpiray tsikombakomba aminy. Fa tamin’io fotoana io dia nisy nitarika niala teo amin’ireo fokonolona vonton-katezerana  izy, nilaza fa hitondra azy any amin’ny mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara22 partages

Disparition de Léon Rajaobelina : Les condoléances de Hery Rajaonarimampianina à la famille du défunt

Le Président Hery Rajaonarimampianina a présenté ses condoléances, hier, à la famille de Léon Rajaobelina. Le chef de l’Etat a rappelé le long parcours professionnel du défunt dans les plus hautes fonctions institutionnelles. Il a souligné particulièrement l’enthousiasme avec lequel Léon Rajaobelina avait accepté de diriger l’OCSIF, en considérant cette mission comme son dernier grand challenge professionnel. La Nation perd un grand homme comme il en existe très peu, a indiqué le Président de la République.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara20 partages

Jirama : Des pétroliers réclament l’apurement des arriérés

La Jirama va mieux. La conférence de presse organisée avant-hier par les dirigeants de la compagnie publique d’électricité a fait état d’un bilan plutôt positif (voir notre article d’hier). Mais beaucoup reste encore à faire pour sortir la Jirama de sa situation difficile actuelle. Notamment en ce qui concerne les relations de la compagnie avec ses prestataires. Sur ce point d’ailleurs, le PCA de la Jirama avait annoncé effectivement lors de la conférence de presse qu’il y a des lacunes dans les contrats passés avec les pétroliers. Plus particulièrement sur le différentiel de 1.000 ariary entre le prix à la pompe et le prix du carburant acheté par la Jirama.

L’autre problème se trouve au niveau du paiement des arriérés de la Jirama vis-à-vis des opérateurs pétroliers qui lui fournissent ses carburants et qui sont évalués à 300 milliards d’ariary. D’après justement les opérateurs pétroliers, la Jirama devrait faire preuve d’un peu plus d’efforts pour payer ces arriérés. Une manière pour ces opérateurs pétroliers de dire que le bon déroulement de l’approvisionnement en carburants dans le futur, dépend de l’apurement de ces arriérés. Autrement dit, une interruption de l’approvisionnement en carburants de la Jirama n’est pas à écarter si les arriérés ne sont pas payés convenablement. Bref, la lutte contre le délestage passe aussi par l’apurement des arriérés de la Jirama vis-à-vis des fournisseurs en carburants.

R.Edmond.

Midi Madagasikara20 partages

Journée des Officiers : Des événements à Iavoloha et à Mahazoarivo

La journée des officiers 2018 a été célébrée hier de différentes manières et dans différents endroits. Au Palais d’Etat d’Iavoloha, c’est le président de la République, en tant que chef suprême des Forces Armées, qui a présidé la célébration. La traditionnelle oie lui a été remise par l’officier supérieur adjoint à la Garde présidentielle, le lieutenant-colonel Andriamahefa Olivier. « L’année 2018 est celle d’un travail incessant pour renforcer ce qui a été accompli (…) », a déclaré Hery Rajaonarimampianina.

Grand rassemblement. A Mahazoarivo, c’est le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier qui a dirigé la célébration de la journée des Officiers 2018. Une journée ayant rassemblé tous les officiers de la Primature ainsi que ceux des organismes rattachés. Ces officiers ont commencé tôt dans la matinée par un grand rassemblement, la levée des couleurs, puis la remise des « oies traditionnelles » au PM et aux aînés des officiers. L’événement a été également marqué à Mahazoarivo par des rencontres sportives et le banquet fraternel, dans le but de renforcer la solidarité entre les officiers.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara18 partages

Onitiana Realy : Félicitations à Arisoa Razafitrimo et Mireille Rakotomalala

La ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), Onitiana Realy, a adressé ses félicitations à Arisoa Lala Razafitrimo, nommée Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de Madagascar auprès de l’ONU et à Madame Mireille Rakotomalala, nommée Ambassadeur de la République de Madagascar au Japon. « Etant à la tête du département ministériel en charge de la promotion du genre, je me réjouis de la nomination de ces femmes de valeur et d’exception, à ces postes prestigieux et ô combien stratégiques, de Chefs de mission diplomatique », a indiqué la ministre. Elle a, par ailleurs souhaité pleine réussite à ces deux anciennes ministres, dans leurs nouvelles fonctions.

Recueillis par Dominique R.

News Mada16 partages

Nampiasa «ordre de mission» hosoka… Tratra ilay : «assistant parlementaire» mpanondrana sokatra an-...

 Tra-tehaky ny polisy miasa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, afakomaly, ny mpanolotsaina manokana solombavambahoaka (assistant parlementaire) iray avy any amin’ny faritr’i Toliara, saika hanondrana sokatra an-tsokosoko miisa 126 any Vietnam. 

Fara-faharatsiny, telo no heloka azo hanenjehana ity lehilahy iray, voalaza fa mpanolotsaina manokana solombavambahoaka iray avy any Toliara ity ; Fanamparam-pahefana, hosoka sy fanaovana hosoka, fanondranana an-tsokosoko harem-pirenena. Tra-tehaky ny polisy miasa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ity lehilahy ity, afakomaly, raha nikasa hanondrana an-tsokosoko sokatra miisa 126.

Nambaran’ny polisy fa  nampiasa « Passeport de service » izy io ary mbola nitondra taratasy « ordre de mission » hosoka ihany koa izay misy ny sonian’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena mba ahafahany mivoaka an-kalalahana ny sisintany. Izany hoe nafangaron’ity lehilahy ity ny fahefana ananany sy ny fanaovana hosoka mba hahafahany manondrana an-tsokosoko sokatra. Feno ny fepetra, heloka telo sosona be izao no hanenjehana ity mpanolotsaina solom-bavambahoaka ity.

“Tsikaritry ny Police de l’air et des frontiers (Paf) anefa ny fihetsika hafahafa nataon’ity lehilahy ity ka niroso avy hatrany tamin’ny fisavana azy sy ny entany ireo izahay”, hoy ny fanazavana. Nahatrarana « valizy lehibe roa izay nisy sokatra miisa 126 nofonosana « couches lehibe » tany aminy. “Fiaramanidina Kenia Airways no saika andehanan’ity lehilahy ity, ary saika ho any Vietnam raha ny voarakitra tao anatin’ilay « ordre de mission » hosoka izay nampesainy”, hoy ny polisy. Nilaza izy fa hamonjy fivoriana no andehanany any Vietnam. “Mitohy ny fikarohana ary inoana fa tsy hijanona hatreo ity raharaha ity, efa miroso amin’ny fanadihadiana lalina ny polisin’ny Paf”, raha ny fanamafisana.

Ny herinandro teo tany Morondava

Vao ny herinandro teo nahatrarana sokatra marobe saika hoentina amin’ny sambo tany Morondava. Manodidina ny 200 teo ireo sokatra nafatratra tao anaty gony maromaro. Nisy ny efa maty, ka nivoaka fofona maimbo ka io ny nitarika ny fahatrarana azy. Voalaza fa nafenina ary saika tsy haseho ireto sokatra ireto kanefa rehefa nisisika ny mpanao gazety vao nipoitra izany. Saika hoentina any Mahajanga ireo sokatra ireo, izao tratra izao.

Raha izao toe-javatra izao, ny manam-pahefana eto amintsika ihany no manampatra fahefana ka manao ny fanondranana an-tsokosoko ireo harem-pirenena. Rehefa tsy sokatra, mety ho volamena hatramin’ny andramena. Mazava fa miray petsapetsa amin’ny asa ratsy eto ny mpitondra sy izay manam-pahefana. Tsy mahagaga raha tsy mahatoky azy ireo intsony ny vahoaka, ka tonga hatrany amin’ny fitsaram-bahoaka ny raharaha.

Yves S.

Midi Madagasikara16 partages

Survols des régions sinistrées : Dégâts agricoles importants dans l’Amoron’i Mania et la Haute Mat...

Une évaluation plus précise de l’étendue des dégâts laissés par le cyclone AVA a pu être effectuée après les survols des localités affectées, notamment dans les régions. Ainsi, les districts de Farafangana et de Vohipeno figurent parmi les plus affectés. Selon le bulletin hydrologique transmis par le BNGRC, la marée haute et l’obstruction des embouchures par des bancs de sables empêchent l’eau de se retirer dans cette zone. D’importants dégâts agricoles sont également à déplorer dans l’Amoron’i Mania et le Grand Sud-Est où 80% des rizières ont été inondées. Les dégâts agricoles sont toutefois plus importants dans l’Amoron’i Mania et la Haute Matsiatra que dans le Grand Sud-Est. S’y ajoutent l’isolement de nombreuses communes, entraînant une difficulté d’approvisionnement en PPN et en carburants, à l’origine de la flambée des prix observée dans la plupart des districts survolés.

Un autre survol des zones sinistrées est prévu ce jour pour évaluer, cette fois, les inondations dans la partie Ouest et Grand-Est. Une vue globale des dégâts se précisera certainement après la restitution finale des résultats des opérations de survol lundi prochain, 15 janvier.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara16 partages

Guide du week-end : JangaRatah se dévoile au Glacier

La musique tropicale bat son plein au Glacier Analakely. Ce soir, c’est au tour de JangaRatah de suivre les pas de ses pairs. Metteur d’ambiance sur les pas de Jaojoby, le chanteur a commencé sa carrière il y a deux ans en sortant des titres comme « Tsaravelogno» « Miboaha », « Salegy awey » et « Ampiahakara vintagna ». Ratah Francois de son vrai nom, mélange « salegy » et « vakodrazana ». Avec un look hors pairs qui nous rappelle la tribu sakalava du nord, il n’a rien à envier aux autres chanteurs de « mozika mafana ». A découvrir absolument !

Midi Madagasikara14 partages

Eau vive Athlétisme pour tous : Rendez-vous le 28 janvier

Point de presse hier au siège de la Fédération malgache d’athlétisme concernant la course athlétisme pour tous de ce 28 janvier avec Eau Vive.

« Deux tours du Lac Anosy pour les participants qu’ils soient athlètes, coureurs du dimanche, sportifs des sociétés etc… » a annoncé Norolalao Andriamahazo hier lors de ce point de presse. Deux tours pour le sport, pour la santé. Selon elle, il faut sortir des clichés de l’athlétisme d’Alarobia, le sortir de son nid, l’emmener vers le grand public. Il y aura donc ce 28 janvier des relais inter-établissements pour les écoliers et des courses pour tout le monde. Pour les sociétés et institutions, les trophées sont pour ceux qui ont une forte participation de ses membres. Pour les relais, les trois premiers auront aussi des trophées. Diverses animations égrèneront la journée, y compris le zumba party ! « Une sorte de remise au calme » selon Hubert Rakotombelotsoa  de la FMA. Pour les 2km de relais, chaque établissement peut aligner le nombre d’équipe qu’il veut mais une équipe sera composée de 6 garçons et de 6 filles de 14 à 17 ans à raison de 150m environ par coureur.

Norolalao Andriamahazo a profité de l’occasion pour annoncer les championnats de Madagascar de cross country qui auront lieu à Arivonimamo le 17 février prochain. Selon Mahatana Jean de la Croix, technicien, « c’est une boucle de 2km pour tous. Et la distance est en fonction des catégories d’âge. Nous avons voulu décentraliser les courses hors stade et sur terrain varié afin de favoriser toutes les ligues ». Ainsi la ligue de l’Itasy aura sa primeur en février. Comme bonus, les non licenciés résidant à Itasy peuvent aussi participer à la course. Il se peut, si le financement suit, que des champions soient désignés pour représenter Madagascar au championnat d’Afrique australe de cross country à Maurice le 3 mars prochain. 13 pays africains y seront présents. Mais tout dépend comme d’habitude de financement.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

Football ELGECO Plus : Prêt pour la saison 2018

Joueurs comme dirigeants d’ELGECO Plus étaient présents hier à Alarobia pour montrer la détermination du club à passer une bonne saison.

«Nous sommes tous là, staff comme joueurs et nous sommes prêts pour 2018. Nous allons nous préparer en conséquence car notre objectif est d’être au top », a déclaré le président d’Elgeco Plus Randriamanampisoa Alfred avec les autres dirigeants présents sur place. « En 2017, on n’a pas eu les résultats escomptés mais on se prépare quand même pour les grands rendez-vous internationaux. Le club pense à un recrutement de valeur pour cette année ainsi qu’à un changement de staff technique : nous avons des joueurs dans toutes les catégories d’âge. Ils seront préparés en conséquence. Quant au professionnalisme que nous voulons appliquer, le technicien verra lui-même les compétences recherchées pour obtenir des résultats probants. Il choisira quand il sera validé ».

A la question concernant les bruits de sanction pour le dirigeant du club « nous ne sommes pas encore notifiés officiellement. En attendant la suite, on travaille pour le fair-play. On fait tout pour ». Forts d’une trentaine de joueurs, Elgeco Plus a de quoi faire peur les autres clubs par ses bons joueurs mais aussi par la mise en place d’une hiérarchie étudiée en fonction de leurs objectifs. On en reparlera.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

Njila : Retrouvailles avec le public !

Excellente nouvelle pour les fans de Njila en ces débuts d’année ! Ce 28 janvier, le chanteur va investir le CCesca.

Plus de quarante ans se sont écoulés depuis ses premières compositions et ses premières notes à la guitare. Pourtant, Njila est toujours aussi passionné. Dans les années 80, il apportait un nouveau souffle dans le paysage musical. A l’époque, lui et ses compagnons de scène étaient les seuls à pouvoir remplir des stades. L’épopée « Njila » est pour toute une génération celle d’une époque heureuse et insouciante. Les chansons du groupe sont devenues des classiques que l’on interprète lors des soirées familiales ou dans des réunions entre amis. Le départ de Richard, son leader charismatique, et de certains de ses membres pour la France à la fin des années 90 n’ont pas éteint cet engouement du public. Ce 28 janvier au CCesca, c’est cette même lueur que Njila veut rallumer. Entouré de Ravaka pazzapa qui jouera la voix féminine, il va reprendre tous ses grands succès. Mahery et Lilie qui ont maintes fois partagé la scène avec lui vont également être de ce rendez-vous inédit. Un évènement signé Kalokalo production.Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

Football – Super Coupe : CNaPS Sports défie Fosa Junior à domicile

L’équipe du Fosa Juniors évoluera à domicile.

Le Stade de Mahajanga accueillera la Super Coupe de Madagascar, demain, opposant FC Fosa Juniors de Boeny et CNaPS Sport d’Itasy. Initialement prévue au mois de décembre dernier, cette compétition de fermeture de saison a été ajournée pour ce début d’année. Comme ces deux équipes disputeront les compétitions footballistiques de la CAF, ces rencontres entrent dans l’étape de leur préparation. Evoluant à domicile, l’équipe du Fosa Juniors aborde avec beaucoup de confiance cette joute aller. Il est à signaler que la CNaPS affrontera Kampala City Authority d’Ouganda en tour préliminaire de la Ligue des Champions de la Confédération africaine de football (CAF) et FOSA Juniors se mesurera au FC Léopard du Kenya en Coupe de la CAF. L’équipe vainqueur de la Telma Coupe de Madagascar du Fosa Juniors, alignera ses nouvelles recrues, entre autres Vombola Jeannot, Ando Kely, Angelo et Tenih. De leur côté, les champions de Madagascar de la CNaPS Sports sont prêts à affuter leurs armes, habitués à remporter cette supercoupe. Même avec le départ, de Njiva Rakotomalala pour la Thaïlande, les Caissiers peuvent compter sur l’expérience de Rafotsivolo de la CNaPS Analamanga. La confrontation s’annonce intense au Stade Rabemananjara entre ces deux champions. Les Caissiers abriteront le match retour, le 21 janvier au complexe sportif de Vontovorona.T.H

Midi Madagasikara9 partages

Le Kudéta aux rythmes de Kristel

Du pop, du rock et de l’électro, un beau mélange que Kristel donne à fond. De quoi se défouler pour bien démarrer 2018 avec son premier concert. Christelle Ratri au chant et à la basse, Benkheli à la guitare et Andry Sylvano à la batterie, le trio ramènera la chaleur de la liberté ce soir au Kudéta Anosy. Ceci marquera par ailleurs, le coup d’envoi de sa tournée 2018. Après cette rencontre, le trio compte six dates jusqu’au 16 février.

Maharindra

L'express de Madagascar4 partages

Diplomatie – Henry Rabary-Njaka se félicite

Fin du cauchemar. Les relations de Madagascar avec le monde sont rétablies. C’est par cette phrase que le chef de la diplomatie malgache, Henry Rabary-Njaka a résumé le bilan de l’année 2017, lors de la cérémonie de présentation de vœux du ministère des Affaires étrangères, hier. Lors de son allocution, le patron de la diplomatie a fait un tour d’horizon des activités réalisées par son département. D’une manière générale, il s’agit des visites d’État et la participation de Madagascar aux grands rendez-vous internationaux.Concernant les relations bilatérales, outre le déplacement du président de la République en France à quelques semaines de l’investiture d’Emmanuel Macron, Henry Rabary-Njaka s’est félicité des visites d’État effectués au cours de l’année 2017. « Madagascar a accompli beaucoup de visites d’États que nous qualifions de capitales notamment en Chine, en Italie et au Japon », a-t-il affirmé.Ainsi, outre la signature de plusieurs accords, le périple des autorités malgaches en terre chinoise a permis à Madagascar d’intégrer la « ceinture économique de la route de la soie ». La seconde visite d’État de 2017 a eu lieu en Italie. Avec la tenue de la conférence économique de Rome, des investisseurs italiens se sont intéressés au développement de l’agrobusiness, l’énergie et les nouvelles technologies de l’information et de la communication à Madagascar. Par ailleurs, l’extension du port de Toamasina, à partir de cette année, a été confirmée lors de la visite de la délégation malgache au Japon.En ce qui concerne les grands rendez-vous internationaux, le ministre Henry Rabary-Njaka a rappelé les places particulières occupées par la Grande île. « La Com­mis­sion de l’océan Indien nous donne de la valeur, Madagascar a présidé la Conférence ministérielle de la francophonie(CMF) et les débats généraux de la 72e assemblée générale des Nation unies », s’est-il félicité. Il a par ailleurs cité les résultats de ces participations, entre au­tres la signature d’accords pour la réhabilitation des infrastructures routières à Mada­gascar lors du sommet de l’Union africaine - Union européenne.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar3 partages

Ambohimanambola – Les centrales de Jovena opérationnelles

Les centrales thermiques de Jovena sont fonctionnelles. Elles produiront au total 76 mégawatts d’énergie pour le réseau d’Antananarivo.

Jovena n’est plus une simple société de distribution pétrolière. Elle devient désormais un acteur important du secteur énergie à Madagascar. Ses deux centrales thermiques fonctionnant au fuel lourd viennent d’être inaugurées hier par le Président Hery Rajaonarimampianina. Instal­lée sur le site d’Ambohi­ma­nam­bola, dans la périphérie d’Antananarivo, les deux infrastructures baptisées Noor 1 et Noor 2 produiront au total 76 méga­watts d’énergie au réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). C’est en quelque sorte le plus grand projet de production d’électricité du genre existant au pays.Les travaux du chantier ont pris dix huit mois pour la centrale thermique Noor 2. Les deux turbines à combustion (TAC) sont arrivées à Madagascar en mai 2016 par plusieurs vols d’un Antonov 124-100. Pour mener à bien sa mission, la société s’est appuyée sur des spécialistes, notamment la société Energy Contact,maître d’œuvre du projet, la société française GEMCO pour l’ensemble des contrôles des travaux, ainsi que la société américaine Turbine Technology Services « TTS » pour la partie contrôles commandes. D’autres sociétés malgaches comme OTI, Cimelta et Construct ont aussi apporté leur savoir quant à la mise en place de cette centrale thermique Noor 2.

Accès performant« Nous sommes aujourd’hui très fiers de concrétiser ce projet ambitieux, qui permettra aux Malgaches de bénéficier d’un accès à l’électricité performant. La révolution énergétique de Madagascar ne fait que commencer », a déclaré Hassanein Hiridjee, chief executive officer du groupe Axian. Dans ce sens, le groupe ambitionne d’accompagner le développement du secteur énergie à Mada­gascar en proposant des technologies hybrides pour certaines villes, ou encore la construction d’une centrale hydroélectrique à Volobe, dans la région Atsinanana.Le projet d’Ambohi­manambola fait suite à la volonté du gouvernement d’apporter une solution aux problèmes récurrents du délestage. La convention de partenariat a été scellée, d’après le communiqué du service communication de la Présidence, en octobre 2015. À l’époque, les puissances disponibles n’arrivaient pas à satisfaire les besoins en électricité du RIA. Le groupe Axian, à travers sa filiale Jovena, s’est porté volontaire pour apporter sa pierre à l’édifice dans la résolution de ce problème d’énergie à Madagascar. « Qui pourrait croire qu’un jour, il y aurait de telles infrastructures sur ce site ? Comme Noor veut dire lumière, voici venir le temps de lumière pour Madagascar », a déclaré le chef de l’État durant son discours, tout en appelant les investisseurs à se lancer dans la production d’énergie.Le RIA se dotera ainsi de nouvelles puissances supplémentaires. Théoriquement, le délestage ne serait plus qu’une histoire ancienne. Avec les différentes centrales thermiques installées sur le site d’Ambohimanambola, le réseau de la Jirama dispose d’autant de puissances répondant largement à ses besoins.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar2 partages

Deux mamans pour Radama Ier

Andrianampoinimerina conquiert les villages de l’ouest de la capitale, grâce à l’aide de deux longs pavillons « saina » et d’une idole « sampy » (lire précédente Note). À ce propos, J.-C. Hébert (Revue Omaly sy Anio , N°10, deuxième trimestre 1979) fait remarquer que les « saina » concurrencent sérieusement les « sampy » dans leur efficacité magique. Auparavant, Christian G. Mantaux fait paraitre une étude richement illustrée sur les « Emblèmes malgaches anciens, Sceaux et drapeaux de 1787 à 1897 ») dans le numéro spécial de la Revue de Madagascar sur les dix ans d’indépendance de Madagascar (N°49-50, 1er et 2e trimestres 1970).Concernant Radama Ier, voici ce qu’il écrit : « Déjà tout enfant, son père le faisait accompagner dans ses déplacements par deux étendards, l’un blanc Mahazovola (qui donne l’argent), l’autre rouge Mahazotany (qui donne la terre), le premier arborant la couleur de l’idole Kelimalaza et l’autre, celui de Manjakatsiroa et Fantaka (…) Pendant les premières années de son règne, il réunit les deux couleurs des idoles vénérées de ses ancêtres pour en faire un, les deux couleurs étant disposées en bandes horizontales avec le blanc en partie supérieure et le rouge en inférieure (…) Les peuples de la Côte sont familiarisés depuis longtemps avec ces emblèmes. Et c’est précédé d’un drapeau rouge ou blanc qu’ils viennent en Imerina piller les villages. » Selon J.-C. Hébert, cette dernière assertion est empruntée par Mantaux à J. Carol (« Chez les Hova », 1896).Mais revenons à la conquête des villages à l’ouest d’Antananarivo. Andrianampoi­nimerina peut s’emparer de la partie de Marovatana située à l’ouest d’Ambohidratrimo, grâce à l’idole Manjakatsiroa et à ses deux longs pavillons, de couleurs blanche et rouge.« Tout le Marovatana ouest se soumit bien qu’Ambohidratrimo ne fût pas encore pris »(Tantara ny Andriana eto Madagascar, RP Callet). Mais bientôt, Rabehety (Andriantomponi­merina) est abandonné de tous ses sujets. Avec quelques guerriers, il se réfugie d’abord à Ambohitrimanjaka, sur la rive sud de l’Ikopa, où règne son frère Andrianilana. « Lorsque les Marovatana furent conquis et que Rabehety fut mort, Andrianampoinimerina et Ravaonimerina s’unirent maritalement » (Les Tantara).La version de Lebel est différente. L’évènement se passe à Antsahadinta, « la vallée aux sangsues », vers le mois de juin 1804. Ramaromanompo et son beau-frère Andriantomponimerina, sentant que tout résistance devient inutile, décident de mettre fin  la guerre, tout au moins au siège de la cité en livrant au vainqueur la femme convoitée, Ravaonimerina. Celle-ci sauve ainsi la vie de son mari et de ses proches qui peuvent s’enfuir. Selon les Tantara, Andrianampoinimerinainstalle Ravaonimerina à Antananarivo en vue de pacifier le territoire du Sud. Ce qui montre son emprise morale sur le peuple des Merinatsimo (Fenoarivo) où son mari a régné. Plus tard, le roi prend comme autre épouse Razafimboa, fille de Ravaonimerina d’un autre père.Toujours d’après les Tantara, Ravao­nimerina n’a pas d’enfant d’Andrianampoini­merina, mais elle est considérée comme la mère de Radama, sur les instructions du roi.« Lorsque je ne serai plus ici, dit-il, quand vous aurez à prononcer les discours, dites : Ravao, mère de Lahidama ; dites aussi : Vivent les deux mères. » Les Tantara expliquent : « Rambolamasoandro (femme d’Andrianampoinimerina) donna naissance à Radama et Andrianampoinimerina fit considérer Ravao comme sa mère ; cet ordre fut exécuté après sa mort. Toutes les autres femmes d’Andrianam­poinimerina devinrent femmes par héritage de Radama, après la mort d’Andrianampoinimerina, tandis que Rambolamasoandro et Ravao restèrent ses mères. »Les Tantara ne disent cependant pas que Ravaonimerina a adopté Radama, elle n’est donc pas sa mère adoptive. Mais son rôle prééminent dans la famille royale s’explique par le fait qu’elle est l’héritière du trône d’Imerina. Par son ascendance royale, elle est prédisposée à transmettre le droit régalien.H.-C. Hébert précise que c’est pour cela qu’Andrianampoinimerina conclut avec Andrianamboatsimarofy un accord d’échange contre sa sœur. Son mariage avec Ravao­nimerina aurait permis d’éviter d’entrer en lutte contre son père, car au cours du XVIIIe siècle, les règles de transmission du trône stipulent que l’héritier du trône n’est pas le fils du roi, mais le fils de sa sœur (neveu utérin). Toutefois, parfois le fils du roi est appelé à régner de façon provisoire dans l’attente de la majorité de son neveu ou parce qu’il tente d’entrer en lutte contre lui pour conquérir le pouvoir. « De telles rivalités semblent bien pouvoir vous expliquer de nombreuses guerres intestines en pays merina, jadis. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Madaplus.info0 partages

Coup de théâtre à Madagascar : Tantandraza annonce sa candidature pour 2018

Le feuilleton d’un gourou du non d’apôtre Marc Tantandraza est très suivi à Madagascar voire à l’étranger. Il fait souvent le buzz sur les réseaux sociaux.
Marc Tantandraza affirme qu’il est le messager de Dieu, cet ancien sorcier et Chef de dahalo se serait converti en un homme de Dieu. La fin de l’année 2017, il a annoncé qu’il va mourir pour rejoindre les cieux. Mais il a fait son come-back durant cette semaine. Il se serait ressuscité. Schéma que tout le monde avait déjà prédit. Mais cerise sur le gâteau, le gourou vient d’annoncer hier qu’il sera candidat pour les élections présidentielles à Madagascar de 2018. Il a expliqué sur sa vidéo qu’il est beaucoup demandé sur la sphère politique et qu’on lui demande de prendre des responsabilités pour la nation. Ainsi, suite à une nomination de Dieu, il a décidé de faire part à la course pour la magistrature suprême.
News Mada0 partages

Jovena Ambohimanambola : toby herinaratra termika lehibe indrindra

 Miditra amin’ny famokarana herinaratra koa ny Jovena, mpaninjara solika. Ankoatra ny eny Ambohimanambola, manana tanjaka 76 Mw, hisy toby avy amin’ny tohodrano koa haorina any Ivolobe Toamasina, hanana tanjaka 110 Mw.

Notokanana, omaly, ny toby mamokatara herinaratra termika, mandeha amin’ny solika eny Ambohimanambola. Avy amin’ny antso-tolobidy iraisam-pirenena ny nahafahan’ny orinasa Jovena nanangana ity orinasa ity, ao anatin’ny Vondrona Axian avy amin’ny fitaovana mamokatra herinaratra tatsy La Réunion, ny taona 2015.

Mamokatra herinaratra 76 Mw ity toby ahitana fitaovana turbine roa ity, nomen’ny orinasa anarana Noor 1 midika hoe fahazavana (48Mw), sy Noor 2 (28 Mw). Nambaran’ny PDG-n’ny Axian, Hassanein Hiridjee, fa “tanjona ny hananan’ny Malagasy angovo ampy hitondra fampandrosoana ho an’i Madagasikara”.

Hanampy ireo toby hafa mandeha amin’ny fuel, fa tsy gazoala intsony, ity eny Ambohimanambola ity, hanamora ny vidin’ny herinaratra vokarina. Anisan’izany ny an’ny Symbion (amerikanina) eny Mandroseza, manana tanjaka 40 Mw, ny an’ny tiorka Aksaf (66 Mw).

Hamatsy an’i Toamasina ny any Ivolobe

Ankoatra izany, nilaza ny mpitantana ny Axian, fa hanangana toby iray mandeha amin’ny tohodrano any Ivolobe Toamasina, hamokatra herinaratra 110 Mw, hamatsy an’i Toamasina sy ny manodidina, ho vita amin’ny taona 2022. Misy koa ny famokarana herinaratra azo amin’ny herin’ny masoandro, toy ny eto Antananarivo.

Tanteraka izao asa izao, vokatry ny fiaraha-miombon’antoka fanjakana sy ny tsy miankina. Nanamafy ny minisitry ny Rano, ny angovo ary ny vokatra ara-tsolika, Rasoloniaina Lantoniaina, fa misokatra amin’ny mpampiasa vola ny firenena. Nitarika ny fitokanana ny filoha Rajaonarimampianina.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Dr Raveloson Jean-Aimé « Tsy miteraka demokrasia ho azy ny fifidianana »

Aiza ho aiza ny demokrasia eto Madagasikara amin’izao? Nambaran’ny mpandrindra ny tetikasa eo anivon’ny Friedrich Ebert Stiftung (FES), Raveloson Jean-Aimé A. fa tsy miteraka demokrasia ho azy ny fifidianana.

« Fifidianana irery, tsy miteraka fampandrosoana. Ny fifidianana, tsy miteraka demokrasia ho azy amin’izao. Misy fifidianana heverina ho demokratika, nefa tsy demokratika. Tsy demokratika akory ny tany rehetra izay manao fifidianana. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpandrindra ny tetikasa eo anivon’ny Friedrich Ebert Stiftung (FES), Raveloson Jean-Aimé A., momba ny demokrasia sy fiatrehana fifidianana amin’ity taona ity.

« Raha ny fijerin’ny FES azy: eo an-tokonam-baravaran’ny demokrasia isika », hoy izy.

Tokony himasoana ny fanamafisana orina ny rafitra rehetra eto amintsika. Ny rafi-pitondrana izany, ny rafi-piarahamonina, ny rafitra amin’ny orinasa, ny rafitra amin’ny fampianarana… Manao fanavaozana amin’izany aloha; avy eo, hamafisina orina ny rafitra nohavaozina. Na havaozina koa ny politika.

Tsy ovaina isaky ny miova mpitondra ny politika

Tsy hoe vao miova ny mpitondra na ny fitondrana rahampitso, ohatra, hiova koa ny politika voizina ao anatin’ireny sehatra ireny. Amin’izany, tsy ny filohan’ny Repoblika akory aza no miova, fa mety hoe praiminisitra fotsiny no miova, na minisitra, na tale jeneraly. Izay ilay hoe tsy marin-toerana ny rafitra, araka ny fanazavany.

Rehefa marin-toerana ny rafitra, mazava ny andraikitry ny tsirairay avy, mazava ny votoatin-javatra voizina ao anatin’ireny rafitra ireny. Marin-toerana haingana kokoa ny demokrasia eto amintsika amin’izany. Satria mihena ny kolikoly, mihena ny fisian’ny olona tsimatimanota, mihena ny tany tsy tan-dalàna sy ny zavatra rehetra mbola manakana antsika hiarahantsika mizotra mankao amin’ny sahan’ny demokrasia.

R. Nd.

News Mada0 partages

Fitantanana ny CUA : hojerena manokana ny fidiram-bola amin’ny WC sy ny tsena

Lany  teo amin’ny  fivorian’ny filankevitra monisipalin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra  ny tetibola iasana ho an’ny  taona 2018.  Nasiana fanamarihana ka voaresaka fa  mila jerena manokana ny fidiram-bolan’ny  CUA amin’ny toeram-pivoahan’ny daholobe na ny “WC Public” sy ny eny amin’ny tsena. Momba ny tetikasa eo anivon’ny tsipy kanetibe kosa, nahemotra amin’ny fotoana manaraka ny fanapahan-kevitra.  Nekena nandritra ny fivoriana ny hanofan’ny orinasa Satom ny tanin’ny CUA eny Mahavelona  Ankazobe.  Manana velarana 832 m2 izany ka mampiditra vola 1 tapitrisa Ar isam-bolana amin’ny CUA.

Hisahana ny fiarovana ny faritra manodidina, 45 ha, koa io orinasa io.  Manaraka izany, nomen’ny filankevitry  ny Tanànan’Antananarivo alalana ny fanangonan-ketra miditra amin’ny CUA  amin’ny alalan’ny finday na ilay antsoina hoe “Mobile Banking”. Tsy maintsy hajaina kosa anefa ny lalàna momba izany. “Hahazoana tombontsoa ity fomba iray ity satria afaka hialana amin’ny tsy fandriampahalemana sy ny kolikoly”, hoy ireo  mpanolotsaina. Nekena ny hampiasana ny toerana eny  amin’ny fasam-bahiny Anjanahary  ho an’ ireo olona miisa 18 nanao fangatahana ary nahazo baiko ny mpanatanteraka  ny hitakiana ny  vola tokony mbola hiditra teo taloha sy ny vaovao.  Momba ny drafitra fampandrosoana antsipiriany ny tanàna  “Plan d’Urbanisme de Détail”  mahakasika ny tany eny Andraharo, tapaka fa mbola mandalo ao amin’ny kaomisiona manokana izany.

Synèse R.  

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 8 Mada» : famaranana kely ny lalaon’ny sokajy “B”

Hanamarika ity faran’ny herinandro ity ny andro farany amin’ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara “Gold Top 8 Mada”, taranja rugby. Hangotraka ny ao amin’ny vondrona “B” satria mampamangy izay resy.

 Hotanterahina, rahampitso alahady, etsy amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny andro fahatelo sady farany amin’ny fifanintsanana isam-bondrona eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja rugby “Gold Top 8 Mada”. Anisan’ny fihaonana andrasan’ny rehetra ary tena hangotraka ny an’ny vondrona “B”. Hatreto mantsy, tsy mbola misy ekipa tafita amin’ny manasa-dalana izany, fa mbola vao hiady ny tapakila ho amin’izany dingana izany ny rehetra. Izay resy eo mantsy mampamangy avy hatrany.

Hiendrika famaranana kely ny lalao eo amin’ny Savony sy ny an’ny Cosfa (Bebaoty). Manantombo eo amin’ny fandresena aloha ny Savony izay efa naharesy indroa, saingy mitovy ny fandresena azon’ny roa tonta raha resy eo izy. Etsy ankilany, tsy maintsy hiady mafy ihany koa ny JSTA Ambondrona, hanohitra ny UIRC, izay efa tsy manana herijika intsony hanohizana ny dia. Na izany aza, mila mandresy amin’ny elanelan’isa betsaka ny JSTA vao mety ho tafakatra. Raha mahita fahombiazana ry zalahy, manana fandresena roa ihany koa. Tsy maintsy jerena eo ny “bonus offensive” sy ny “bonus defensive “ azon’ny ekipa tsirairay. Isaina ihany koa ny baolina nentin-tanana sy ny “goal average”. Ireo rehetra ireo no hamaritra izay ekipa ho tafita any amin’ny manasa-dalana.

Etsy ankilany, efa samy tafita ny USA Ankadifotsy sy ny FTM Manjakaray, ho an’ny vondrona “A”. Ny roa tonta izay hifanehatra hiady ny lohany, amin’ity andro farany ity. Tsy maintsy hiady mafy mantsy ny andaniny sy ny ankilany, hanao voalohany mba hifandona amin’izay faharoa, ao amin’ny sokajy “B”.

Hanokatra ny fihaonana kosa ny US Ikopa sy ny 3 F5 Amboditsiry. Lalao fiadiana toerana fotsiny sisa ny an’ny roa tonta, satria efa samy mihintsana avokoa.

Tompondaka

News Mada0 partages

Elgeco Plus Football Club : “tsy naharay izany taratasy manasazy izany”, hoy i Alfred

Nambaran’Andriamanampisoa Alfred, filohan’ny klioba Elgeco Plus, tamin’ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety, omaly zoma fa  tsy mbola nahavoaray izany taratasy fanasaziana ny klioba avy any amin’ny federasiona izany izy ireo. Nomarihiny fa efa manomboka ny fanazarantena ireo mpilalao, ho amin’ny fiatrehana ny taom-pilalaovana 2018 sy ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, ankehitriny izy ireo. Vonona hiatrika izany ny Elgeco Plus ary manana tanjona goavana dia ny handrombaka ny fifaninanana rehetra, ka hitondrana avo ny fanevan’ny klioba sy ny an’ny firenena. Tsy maintsy misy ny ezaka goavana hahatrarana izany, ka nisy ny fanovana teo anivon’ny ekipa teknika, izay ezaka manokana nataon’ny klioba, hahazoana fahombiazana. Notsiahiviny fa tsy nisy anaram-boninahitra azon’ny Elgeco Plus, tamin’ny taom-pilalaovana lasa teo, ka izany ny anton’ny fanavaozana.

Nasiam-panamboarana ihany koa ny teo anivon’ny mpilalao ka nakarina hanatevina ireo efa zoky ireo taninketsa eo anivon’ity ekipan’ny Elgeco Plus, ity.

Nanao antso avo, ho an’ny rehetra Andriamanampisoa Alfred mba handravona ny olana ka hampanjaka ny “fair-play” satria fitiavana ny baolina kitra avokoa, ny nahatonga ireny rehetra ireny.

Araka ny vaovao avy amin’ny federasiona (FMF), tsy ny klioba no nahazo sazy fa ny filohan’ity klioba ity.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

AFT, CGM, IFM… : mbola manana ny lanjany ny ivokolo vahiny

Samy efa nampahafantatra ny fandaharam-potoany avy ireo ivokolo na ivontoeran’ny kolontsaina vahiny misy eto an-dRenivohitra. Amin’ny ankapobeny, mbola tena manana ny lanjany eo amin’ny fampivelarana sy fampahafantarana ny kolontsaina malagasy sy ny mpanakanto malagasy izy ireo.

Goavana indrindra amin’ny asan’ireny ivokolo vahiny ireny ny fanandratana ny kolontsaina malagasy avy any ifotony. Hodinihina amin’ny alalan’ny adihevitra hotontosaina etsy amin’ny AFT Andavamamba, ohatra, ny hamadihana ny kolontsain-ndrazana malagasy ho fampidiram-bola ho an’izay manao izany. Tsy natao hanimbana ny maha izy ny kolontsaina malagasy anefa ny fanaovana izany. Fanadihadiana tsy fahita firy kanefa mitondra aina vao ho an’ny kolontsaina malagasy.

Ny CGM Analakely, miezaka ny hampifanatona ireo mpanakanto manana traikefa matanjaka amin’ireo manan-talenta zandry aty aoriana. Iray amin’izany, ohatra, ny fiverenan’ny « Vakojazzana » sy ny « Jazz fusion » miaraka an-dry Solomiral ahitana an’i Hajazz, i Mendrika, i Seta Ramaroson, i Andry Kely, i Rivo Kely, i Fanaiky ary Ny Ony.

Ankoatra ireo rehetra ireo, tsy azo hadinoina ihany koa ny sehatra goavana omen’ireo ivokolo vahiny ireo ny mpanakanto malagasy amin’ny fotoana raikitra. Ohatra, antsa tononkalo fanaon’ny Faribolana Sandratra ao amin’ny CGM, fampirantiana tanterahina etsy amin’ny IFM Analakely, sns.

… Soa fa nisy ny ivokolo na foibe kolontsaina vahiny tahaka ireny ahafahana mampitsimoka sy mampivelatra ary mampiroborobo ny talentan’ny Malagasy ! Rehefa tsy hahavita ihany ny fanjakana, aiza ho aiza ireo mpanam-bola malagasy amin’ny fananganana foibe kolontsaina sy zavakanto ? Sa ve mbola tena sarotra ny « mampitombo vola » amin’ny fikirakirana kolontsaina ?

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Is’Art galerie : haneho ny maha izy azy ny Mem’s Family

 Mem’s Family, tarika iray mbola vaovao amin’ny ankamaroan’ny sofin’ny mpankafy mozika. Raha ny fantatra anefa, efa ela nilomanosana eo amin’ny tontolon’ny mozika ireo mpikambana ary efa namboaka rakikira ny tarika, izay mitondra ny lohateny hoe “Tsy fantany”.

Misalotra ny antsoin’izy ireo hoe “gasy pop world” ny gadona heno amin’ireo hira 11, mandrafitra ity vokatra voalohany ity. Araka izany, mibahan-toerana ny “fusion” fa fifankaroana mozika maromaro, toy ny pop, ny nentin-drazana, toy ny mangaliba. Andrenesana “roots”, “reggae” ary “blues” ihany koa ao anatin’ireo hira. Samy nitondra ny traikefany ny mpikambana tsirairay. Eo amin’ny hafatra fonosin’ny tononkira kosa, tsy miala amin’ny fiainana andavanandro ny ambaran’ny tarika.

Raha fintinina, manan- karena talenta sy aingam-panahy izy dimy mirahalahy. Fotoana hanehoan’izy ireo ny maha izy azy ny tarika Mem’s Family ny amin’ny 19 janoary izao, etsy amin’ny Is’Art galerie. Haharitra ora telo ny seho, hitsakotsakoana tsara ny hakanton’ny mozika hoentin’izy ireo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Mahajanga : dahalo miisa 31 indray maty, basy 18 azon’ny miaramila

 Nanao tatitra manokana momba ny asan-dahalo sy ny vokatra azon’izy ireo nandritra iny taona 2017 iny ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny toby miaramila RM 4 Mahajanga, tamin’ity herinandro ity. Nanamafy ny manamboninahitra eo anivon’ny RM 4 fa nisy ny zava-bitan’izy ireo ka isan’ny nisongadina tamin’izany ny nahasamborana dahalo miisa 50 ka lavon’ny balan’ny miaramila nandritra ny fifandonana ny 31 amin’ireo. Omby miisa 1 607 very ka tafaverina tamin’ny tompony ny 1 122 amin’ireo. Basy miisa 18 kosa no azo teny am-pelatanan’ny dahalo nandritra ny fisavana. Dimy amin’ireo basy vita gasy raha basim-borona sy PA kosa ny ambiny.

Fantatra ihany koa fa isan’ireo faritra mena nahitana asan-dahalo sy halatr’omby matetika nandritra iny taona 2017 iny ny tao Betsiboka sy Melaky. Miraviravy tanana ny mponina any an-toerana manolona izany ka nisy ny fangatahana manokana miaraka hanao Das any amin’ireo kaominina ambanivohitra amin’iny faritra iny. Nilaza kosa anefa ny manamboninahitra tompon’andraikitra iray fa tsy maharaka ny fangatahana ny isan’ny miaramila afaka halefa mamita irany amin’ireny faritra ambanivohitra lavitra ireny.

J.C

News Mada0 partages

Andron’ny manamboninahitra : samy nankalaza izany ny toby rehetra

Isaky ny 12 janoary ny fanamarihana ny andron’ny manambonihaitra eto amintsika, ary samy nankalaza izany ny tobi-miaramila, zandary, ny prezindasa sy ny primatiora. Isan’ny nipoiran’ny fankalazana ny andron’ny manamboninahitra ny sekoly ambonin’ny tafika na ny Akademia miaramila Antsirabe. Tamin’ny taona  1967 ny nanamarihana izany voalohany tany an-toerana. Tamin’ity taona ity nanao diabe, narahina fitafy isam-paritra nataon’ireo mpianatra ho manamboninahitra rehetra ny Acmil. Teo ihany koa ny fampiakarana ny fanevan’ny sekoly ka ny mpianatra zandriny indrindra no nitarika izany ary nitohy tamin’ny fanolorana gisa “oie traditionnelle”, izay isan’ny fomba tranainy fanaon’ny manamboninahitra. Nisy ny fampisehoana hakingana toy ny haiady, fiatrehana ny grevy sy ny ady amin’ny jiolahy nasehon’ny mpianatra. Ny fianakaviamben’ny manamboninahitry ny akademia miaramila sy ny sekolin’ny Ensoa ary ny vondron’ny zandary eto Antsirabe niara-nanantateraka ny hetsika. Natao tao amin’ny Akademia miaramila, notronin’ireo manamboninahitra maro efa misotro ronono.

Yves S.

News Mada0 partages

Antsiranana II : 10 mianaka maty nihinana soka-dranomasina misy poizina

 Olona telo hafa mbola manaraka fitsaboana any amin’ny hopitaly ankoatra ireo olona 10 namoy ny ainy vokatry ny fihinanana soka-dranomasina tao amin’ny fokontany Ambavarano, kaominina ambanivohitr’i Mahavanona, distrikan’Antsiranana II, afakomaly…

 Soka-dranomasina misy poizina ity azon’ny mpanjono tao amin’ny fokontany Ambavarano ity. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, nifampizaran’ireo olona tao an-tanàna ireto hazandranomasina misy poizina ireto. Nandoa sady malemilemy ny fisehoan’ny aretina taorian’ny fihinanan’ireo olona nihinana izany. Nentina namonjy hopitaly avy hatrany ireo marary, saingy tsy avotra intsony kosa ny ain’ireo niharam-boina. Isan’ireo namoy ny ainy ny zazakely vao herintaona monja. Mbola manaraka fitsaboana any amin’ny hopitaly kosa ireo olona telo hafa. Nanamafy anefa ny tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana fa efa nisy ny fampahafantarana tamin’ny alalan’ny peta-drindrina manerana ny faritra Diana

ireo trondro tsy azo hanina. Isan’ireo nahazo fampahafantarana momba ireo hazandranomasina misy poizina ary voarara tsy azo hanina ireo ny tao amin’ny fokontany Ambavarano.

Tsy vao izao no nahitana olona maty nihinana soka-dranomasina toy izao tamin’iny faritra Diana iny, efa nisy olona ampolony mahery koa maty tamin’ny taon-dasa, nihinana soka-dranomasina tao Andovokonko Antsiranana. Nanentana hatrany ny tompon’andraiki-panjakana any an-toerana fa misy fotoana tsy azo hanina mihitsy ireny hazandranomasina ireny satria mihinana lomotra sy ireo zavamaniry misy poizina any anaty ranomasina. Tsy zakan’ny olombelona anefa poizina avy amin’ireny zavamaniry hanin’ny trondro ireny ka mitarika fahafatesana. Aoka ho mailo hatrany.

J.C

 

News Mada0 partages

Tsy manara-dalàna, tsy manaja fifanarahana : tsy aloan’ny Jirama ny trosany amin’ny tsy miankina

Manomboka miarina tokoa ny orinasa Jirama, tato anatin’ny herintaona. Misy odian’ny tompon’andraikitra ao amin’ny fitantanana jeneraly sy ny filankevi-pitantanana (CA) anefa tsy ambara ampahibemaso, tsy misy mangarahara na lazaina fa miara-miasa amin’ny Bianco sy miombon’antoka amin’ny mpamatsy vola toy ny Banky iraisam-pirenena aza. Sa sanatria misy koa ny tsikomba amin’izy ireo. Voakasik’izany ny trosany mitentina 300 miliara Ar tsy naloany amin’ireo orinasa tsy miankina mpamatsy solika azy tany aloha, sy ireo mpamokatra herinaratra taloha sy ankehitriny. Sady tsy nasian’ny mpitantana ny Jirama resaka mazava ny mikasika ireo, nandritra ny famoahany ny zava- bita 2017 sy ny asa 2018, ny alakamisy teo.

Hany valin-teny avy any amin’ny Jirama, “misy tokoa ny trosan’ny Jirama tsy voaloany any amin’ny orinasa tsy miankina, saingy sarotra ny fifampiraharahana amin’izy ireo. Nambaran’ny filohan’ny filankevi-pitantanana (PCA), Todimanana Hyacinthe, fa misy lesoka ny fifanarahana natao teo aloha, mihoatra 1.000 Ar miohatra tamin’ny vidin-tsolika amidy amin’ny mpaninjara ny vidin’ny an’ny Jirama. Fepetra noraisin’ny mpitantana ity orinasa ity ny nanavao ny fifanarahana tamin’ireo mpamatsy solika. Na izany aza, fifanarahana ny nataony tamin’ny mpandraharaha tsy miankina, ka mila hajainy ary aloany ny trosany.

Hiverina ny delestazy

Milaza fa mametraka ny tsara fitantanana ny tompon’andraikitry ny Jirama. Tsy mahagaga izany satria manara-maso akaiky ny mpamatsy vola, toy ny Banky iraisam-pirenena, manohana ny fanarenana azy ao anatin’ny fandaharanasa Pagose. Tokony ho ao anatin’ny drafi-panarenany ny fandoavany ny trosany, toy ny orinasa ananana vola rehetra.

Raha sanatria tsy misy ny vahaolana matotra, ahina ny hataon’ireo orinasa tsy miankina, tsy hamatsy solika sy herinaratra, ka hiverina ho azy ny delestazy, toy ny fahita hatramin’izay.

Ankoatra izany, tsy nahafa-po ny tsy miankina ao amin’ny sehatry ny indostria rahateo ny fifampiraharahana mikasika ny hanondrotana ny faktiora 8,5% amin’ity taona ity. Amin’izy ireo, tsy azo ekena sy tsy azo leferina mihitsy ny fisondrotan’ny faktioran’ny Jirama satria mampitombo ny masonkareny. Heverin’izy ireo fa potehina ny indostria eto an-toerana hanomezana vahana ny vokatra hafarana avy any ivelany.

Randria

News Mada0 partages

Nodimandry Rajaobelina Léon sy Razaka Elysé

Misaona ny manampahaizana sy  ny  teknisianina. Nodimandry ny alakamisy teo  Rajaobelina Léon, mpanolontsaina manokan’ny filoham-pirenena, sady efa filohan’ny filankevi-pitantanan’ny Air Madagascar, teo aloha. Efa governoran’ny Banky foiben’i Madagasikara (1973-1983), minisitry ny Tetibola (1989-1991), PDG-n’ny Sonapar, mpikambana tao amin’ny filankevi-pitantanan’ny Conservation internationale (1989-1985), nanangana ny Fondation malagasy mikasika ny faritra arovana.

Nodimandry, omaly, koa ny minisitra  teo aloha, Razaka Elysé. Nisahana  ny minisiteran’ny Angovo ny tenany fony fitondrana Ravalomanana. Efa tale  jeneralin’ny Omnis  koa taty aoriana. Manampy ireo ny naha talen’ny fampiezan-kevitry ny Dr Robinson Jean-Louis tamin’ny fifidianana  farany teo. Mpitondra teny koa ny tenany rehefa nisavorovoro ny voka-pifidianana filoham-pirenena ny taona 2013.

Randria

News Mada0 partages

“Loka Be Krismasy”: nandray ny lokany ireo mpampiasa Orange Money

Nahatsikaritra ireo mpampiasa ny tolotra Orange Money, fa nisy hatrany “sms” azon’izy ireo isaky ny avy mandefa na mandray vola. Milaza ny fahafahan’izy ireo mandray anjara amin’ilay lalao “Loka Be Krismasy” izany, nanomboka ny 27 novambra hatramin’ny 24 desambra lasa teo. Nahazo tapakila fandraisana anjara amin’ny fisarihana izay rehetra nandefa na naka vola mihoatra ny 5.000 Ar.Isan-kerinandro ny fisarihana nandritra izany, ka nisy fito nahazo 500.000 Ar avy. Nahatratra 32 ireo tsara vintana nandritra ny lalao, ankoatra ilay nahazo ny loka goavana indrindra. Ramiandrison Sambalahy Etsihandrane, monina any Betania Toliara no nahazo ny fivahiniana any amin’ny Nosy Maorisy, ka iantohana avokoa mandritra ny 4 andro.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Ampefiloha : nanadio ny mpianatry ny INTH

Tsy mbola tara. Nanao hetsika  fanadiovana  ny mpianatra taona fahatelo  ao amin’ny INTH, Ampefiloha.   Anisan’ny nanao izany ireo mandalina ny fianarana fizahantany maharitra, eo  anivon’ny fikambanana, Tanora mpisehatra ho amin’ny fampiroboroboana ny  fizahantany maharitra (JADDM). “  Mandray andraikitra eo amin’ny fanatsarana ny manodidina ny toeram-pianarana amin’ny maha mpianatry ny fizahantany maharitra izahay. Efa misy ny  tetikasa hafa sy vina hatao, toy ny mivarotra ireo toerana hanaovana fizahantany, kendren’ireo tanora amin’ny sehatra rehetra, ivelan’ny fianarana ao amin’ny INTH” , hoy ny mpitarika.  Eo  koa ny fanatsarana  ny manodidina ny toeram-pianarana. Tsy nianatra izy  ireo ny andron’ny alarobia teo  nanaovana ny Androm-pirenena ho an’n y  fanadiovana ka natao, omaly, ny anjaran’izy ireo ho amin’izany hetsika  izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Hihamafy ny fitakina : tsy hamoaka ny valim-panadinana ny Seces

 Mitohy ny fitakiana  ary hihamafy aza. Mahatsiaro tena ho tsy henoin’ny mpitondra ireo mpampinatra mpikaroka ka  nampiaka-peo manoloana  ny tsy fahitan’izy ireo valiny  avy amin’ny minisitera.

 Tsy  hamoaka ny voka-panadinana izahay araka ny  tapaka tamin’ny fivoriana natao. Tohin’ny  fampiatoana ny fampianarana sy ny fikarohana efa natao ny volana desambra  teo izany raha tsy mivaly ny fitakianay”, hoy ny eo anivon’ny Seces Antananarivo, afakomaly, teny Ankatso. Nohitsin’izy ireo fa anisan’ny tsy mbola azo ny tambin’ny fikarohana ho an’ireo mpampianatra mpikaroka mbola manao ny asa fikarohana sy ny tambiny ho an’ny ora fanampiny iasan’izy ireo.

Tratry ny bemarenin’ny fanjakana

Efa nisy ihany ny dinika sy fifampiresahana tamin’ny tompon ‘andraikitry ny minisiteran’ny Fampianarana ambony  saingy tsy nahafa-po  izany. “Tsy nisy valiny azo  tsapain-tanana ka antony nandraisana ny fanapahan-kevitra,  tsy hamoaka ny  valim-panadinana”, hoy  ihany ny filohan’ny Seces sampana Antananarivo, Ravelonirina Sammy Grégoire. Tratry ny bemarenin’ny  fanjakana indray izany ireto mpampianatra mpikaro ireto.

Etsy andaniny, naato koa ireo mpikambana telo eo anivon’ity sendikà ity noho izy ireo tsy  manaraka ny fifampifehezana sy ny fiandaniany amin’ny mpitondra. Niainga  tamin’ny  latsa-bato  natao izany nanilihana azy ireo izany ka  maherin’ny 150 ireo nampiato amin’ireo  mpikambana 170 eo anivon’ny Seces Antananarivo.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Takaitran’i Ava : mamely ao Brickaville ny tefoedra

Noho ny fiakaran’ny rano taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava, nitombo ny isan’ny olona tratran’ny aretina tefoedra ao amin’ny distrikan’i Brickaville. Marary enina no manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly CHRD ao an-toerana amin’izao fotoana izao, araka ny fanazavan’ny mpitsabo mpanara-maso ny fahasalamana ao amin’ny distrikan’i Brickaville, Randriatahina Jean Rosa Liva. Mihanaka ny loto samihafa amin’ny tanàna mitarika ny aretina tefoedra. Olana amin’ny fitsaboana, tsy sitran’ny fanafody tsotsotra toy ny cotrime intsony ny tefoedra fa mila mampiasa fanafody hafa lafo vidy kokoa.

Ankoatra izay, sahirana koa ny mpanentana fahasalamana eny ifotony satria lany ny fitaovana fampiasana amin’ny “Test de diagnostic rapide” (TDR) ho an’ny fitiliana ny aretina tazo. Mila manana traikefa ny mpitsabo mandray ireo marary ahitana fanaviana mamantatra ny voan’ny tazo tokoa na aretina hafa  ilay marary. Efa nandefa commande iray volana mialoha ny fiavian’ny rivodoza Ava ny tomponandraikitra amin’ny TDR saingy mbola tsy tonga hatramin’izao.

 Simba ny ankamaroan’ny CSB ao Toamasina I sy II

Ho an’ny ao Toamasina renivohitra, mamely ny vahoaka taorian’ny fandalovan’ny Ava ny aretina gripa, araka ny nambaran’ny mpiandraikitra fahasalamana eo anivon’ny sampandraharaha fahasalamana, faritra Atsinanana, Jemima Vololoniaina. “Nandritra ny fandalovan’ny rivodoza, rehefa tapaka ny jiro, nalefa tany Fenoarivo Atsinanana ny tahirim-baksiny rehetra ankoatra ny ilaina amin’ny vaksiny mahazatra eny amin’ny CSB”, hoy ny talem-paritry ny fahasalamana ho an’ny faritra Atsinanana, Rakotoarimanana Raymond.

Dimy ny CSB nahitana fahasimbana ho an’i Toamasina II raha enina kosa ho an’i Toamasina I. Ny fanafody kosa, voaaro tamin’ny orana sy ny hamandoana avokoa. “Ampy ny tahirim-panafody iatrehana ny aretina mpiseho matetika aorian’ny fandalovan’ny rivodoza tahaka izao”, hoy ny nambarany.

Vonjy A.

 

News Mada0 partages

Tranga eny amin’ny fiarahamonina : zazavavy enin-taona naolan’ny zazalahy 10 taona

 Nisokatra ny volana septambra 2016 ny centre Vonjy fandraisana ireo ankizy tsy ampy taona niharan’ny herisetra ara-nofo na fanolanana ao amin’ny Hopitalibe   Analankininina,Toamasina. “Niakatra 85 ny ankizy niharan’ny herisetra noraisina sy notsaboina  teo anivon’ny foibe,  ny taon-dasa raha 42 izany ny taona 2016”, hoy  ny mpiandraikitra, Ravelonarivo Nicole, omaly. Mihakely taona ny mpanolana zaza tsy ampy taona. Latsaky ny 18 taona izany. “75%-n’ny mpanolana, ankizy sy zatovo (7-16 taona) avokoa”, hoy izy. Tranga nananosarotra indrindra  ny taona 2017. Ankizivavy 6 taona, naolan’ny zazalahy vao 10 taona monja, mpiara-monina ihany. Lasa malemy tsy afaka nandeha intsony ity ankizivavikely ity ary voan’ny aretina mamany lava noho ny fanolanana. Narary nandritra ny iray volana tany amin’ny faritra nisy azy taorian’ny fanolanana izy vao nentin’ny fianakaviany teny amin’ny centre.

Maharitra ny fitsaboana

 Naharitra roa volana ny fitsaboana azy vao afaka nalefa nody  ilay zazavavy voaolana. Nandalo tamin’ny sampana fandidiana, fitsaboana manokana ny zaza ary teny amin’ny sampana “réeducation fonctionnelle” izy. Rehefa hisokatra indray ny fandidiana ny vehivavy voan’ny aretina mamaly lava ao amin’ny CHU, lohalaharana amin’ny horasina an-tanana izy.

Mahazo vahana koa  ny fanolanana zazavavy ataon’ny lehilahy na zazalahy maromaro mitambatra. Isam-bolana, iray ny tranga mitovy amin’izany ka raisina ao amin’ny hopitaly misy ny centre Vonjy. Efa nofanina sy nentanina avokoa ny sefo fokontany momba ny fisian’ny centre ka nahamaro ny isan’ireo manatona ny foibe tamin’ny taon-dasa.

Vonjy A.

 “Ahitana ny aretina azo avy amin’ny firaisana ara-nofo avokoa ireo zaza niharan’ny fanolanana ”, hoy ny dokotera lehiben’ny sampana vonjiaina ao amin’ny CHU Analakininina, Zafimila Alphonse. Ilaina mandalo amin’ny mpitsabo momba ny aretin-tsaina koa ilay voaolana. Maimaimpoana avokoa ny fandraisana rehetra ao amin’ny foibe noho ny fanohanan’ny Unicef eo amin’ny lafiny vola.

News Mada0 partages

Titre foncier : la dématérialisation lancée

65% des titres fonciers auprès de la Circonscription domaniale (Cirdoma) d’Avaradrano sont actuellement numérisés. Depuis l’année 2014, la circonscription des domaines et de la topographie à Antananarivo Avaradrano procède à la numérisation des titres fonciers et des matrices cadastrales via l’utilisation du logiciel Lisom (Land information system of Madagascar).

«Depuis la mise en œuvre de ce projet pilote, 16.682 titres fonciers sur 25.629, soit 65% des titres fonciers existants ont été enregistré au sein de la Circonscription Domaniale (Cirdoma) Avaradrano. 104.336 parcelles cadastrales sur 1.153 en la matière sont aussi inscrites dans ce logiciel. 40 titres fonciers sont traités par mois», a affirmé un technicien de la circonscription d’Avaradrano.

Ces données ont été acquises pendant la visite effectuée par le ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Ramanantsoa Benjamina, hier à la Cirdoma Avaradrano.

Le ministre a expliqué à cette occasion que «Le Lisom a été développé pour faciliter la gestion et le traitement des archives numériques. A travers cet outil, les procédures d’acquisition des titres fonciers sont accélérées. Les diverses fraudes sont alors éradiquées». Le ministre d’ajouter que, «Le même système va être utilisé au niveau national».

Riana R.

News Mada0 partages

Opérateurs pétroliers : la Jirama doit rapidement éponger ses dettes

La Jirama se fixe l’ambitieux objectif d’atteindre l’équilibre opérationnel en 2020, c’est-à-dire dans deux ans. Le plan de redressement lancé depuis janvier 2017 va dans ce sens et d’après les dirigeants de la société d’Etat, la compagnie est sur la bonne voie. Toutefois, beaucoup reste à faire sur le plan financier, car les arriérés que la Jirama doit à ses  partenaires, sont encore loin d’être réglés.

On parle actuellement que  la Jirama doit encore s’acquitter de 300 milliards d’ariary d’arriérés auprès des opérateurs pétroliers et producteurs d’électricité. Montant que les responsables au sein de la société n’ont ni confirmé, ni infirmé à l’occasion de la présentation du bilan 2017 et des perspectives 2018 de la compagnie, le 11 janvier dernier à son siège à Ambohijatovo. Toutefois, ils ont reconnu que ces arriérés existent. D’après le directeur général de la société, Olivier Jaomiary, «La question est délicate et la Jirama a effectivement des difficultés à négocier avec ses prestataires».

Et, dans la mesure où l’Etat ne semble désormais plus enclin à verser un ariary pour essuyer ces dettes de la société, c’est à celle-ci que revient la tâche de les honorer. Mais il n’en est encore rien…

« Révision des contrats »

En lieu et place, le Président du conseil d’administration (PCA) de la société, Hyacinthe Befeno Todimanana, a fait valoir que «La révision des contrats avec les prestataires est inclus dans le business plan de la société. Car on a pu constater de nombreuses lacunes dans les précédents contrats. Ce qui a entraîné un important gouffre financier pour la compagnie. Comme ce fut le cas durant la Transition où la différence entre le prix à la pompe et le prix du litre du carburant acheté par la Jirama atteignait les 1 000 ariary».

La Jirama entend ainsi revoir les contrats conclus avec les opérateurs pétroliers en jouant la carte du plus gros client du marché pétrolier aval à Madagascar, étant entendu que la société consomme près de 40% des produits pétroliers mis sur le marché.

Qu’à cela ne tienne, la Jirama n’en réchappera pas et doit avant tout tenir compte de ses arriérés auprès des prestataires. A ce propos, le DG de la Jirama d’avancer que «L’amélioration de la capitale et la régularisation des dettes de la société fait partie des perspectives pour l’année 2018». Mais la situation devrait être réglée dans les plus brefs délais, sous peine de voir une fois de plus l’approvisionnement en carburant interrompu, avec tout ce que cela implique en termes de délestage, surtout en cette période cyclonique.

Haja R.

News Mada0 partages

Cross-country : Maurice en ligne de mire

La décentralisation est effective pour la fédération malgache d’athlétisme (FMA) ! En fait, la fédération a décidé d’organiser toutes les compétitions hors-piste en dehors de la capitale.

C’est la raison pour laquelle le championnat de Madagascar de cross-country se tient chaque saison dans les différentes ligues autres qu’Analamanga. Ainsi, après Ihosy, de la ligue d’Ihorombe, ce sera au tour d’Arivonimamo, de la ligue d’Itasy, d’accueillir cette grande première de la saison le 17 février prochain.

Comme à l’accoutumée, cette joute nationale a un double enjeu. Cette année, outre la course au sacre, ces 10 km serviront également de course qualificative  au championnat d’Afrique Australe à Maurice ce 3 mars. Le championnat du monde n’est pas ainsi au programme, contrairement à l’année dernière qui a vu la participation du champion de Madagascar, Fulgence Rakotondrasoa, à la joute mondiale, en compagnie de l’expatriée Eliane Saholinirina.

Et cette dernière ne sera plus de la partie cette année, laissant la voie libre à la future championne de Madagascar. Ce qui n’était pas le cas la saison dernière où Nanie Razafindrafara, titrée chez les femmes, est restée à quai au profit d’Eliane Saholinirina.

Retour à la source

Le choix de la ligue d’Itasy ne s’est pas fait par hasard ! «Pour la première fois, la ligue d’Itasy accueille une compétition d’envergure nationale en athlétisme», a souligné le responsable des courses de demi-fond de la FMA, Mahatana Jean de la Croix.

«Vivier de coureurs de demi-fond dans les années passées, la tenue du championnat national dans cette région ravivera la flamme des férus de la discipline», a-t-il poursuivi. D’autant plus que toutes les catégories d’âge sont concernées, du minime au senior en passant par le cadet et le junior.

Naisa

En guise de mise en jambe après une fête de fin d’année bien remplie, la FMA prépare une course pour tous au lac Anosy le 28 janvier prochain. Comme il est de coutume, l’essentiel est de participer dans une ambiance conviviale où l’athlétisme est mis en avant.

Ce sera une course pour tous les goûts. Les coureurs pourront participer en groupe ou en individuel. Les écoliers auront leur propre course, dénommée relais inter-écoles. Les institutions ou sociétés ayant le plus grand nombre de participants seront également primées.

News Mada0 partages

Beach-volley : l’Open national se précise

Le beach-volley malgache revient de loin ! Après deux saisons en sourdine, la fédération malgache de volley-ball (FMVB) prend le taureau par les cornes en ce début de saison en inaugurant la compétition  à travers l’Open national de beach-volley. Ainsi, après Mahajanga en 2015, ce sera au tour de Toamasina d’accueillir cette joute nationale les 3 et 4 février prochains.

«Cette compétition sera l’occasion pour le staff technique de la fédération malgache de volley-ball de détecter les éléments susceptibles de composer la sélection nationale dans la catégorie senior en vue de la coupe des Nations à l’île Maurice, les 24 et 25 février», a fait savoir le directeur technique national (DTN), Eric Saramba.

Pour autant, rien n’est moins sûr quant à la participation de la Grande île à cette deuxième édition de la coupe des Nations. Pour des raisons d’ordre financier, comme c’est toujours le cas du sport malgache en général à chaque compétition qui se tient à l’étranger, la FMVB ne s’est pas encore prononcée sur ce sujet. Outre les seniors, les jeunes seront de la partie pour la première fois. «Normalement, tant chez les garçons que chez les filles, le tournoi verra la participation des U20, U18 et U16», a poursuivi le DTN.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tennis – Afrique Australe : Miotisoa et Maholy tombent de haut

La quatrième journée du championnat d’Afrique Australe a réservé son lot de surprises pour la délégation malgache dans le tableau doubles garçons et filles. En doubles U14 filles, Miotisoa Rasendra et Maholy Razakaniaina ont pris le dessus sur Claire Machisa (Zimbabwe) et Lyne Greyling (Afrique du Sud) en deux sets (6/3 ; 6/4) et filent ainsi en finale dans cette catégorie. Chez les garçons, Sampras Rakotondrainibe et Angy Rasolomanana ont perdu leur face-à-face contre Connor Van Schalkwyk (Namibie) et Marnus Oosthuizen (Afrique du Sud) sur le score de 4/6 ; 5/7.

En finale U14 filles, Miotisoa et Maholy sont tombées de haut face à la paire sud-africaine Heike Jensen Van Vuuren et Manyube sur le score de 4/6 ; 1/6. Les organisateurs font place actuellement aux rencontres par équipe à partir de ce jour jusqu’au 16 janvier. Notons qu’une seule équipe par catégorie représentera l’Afrique Australe pour les championnats continetaux.

Rojo N.

News Mada0 partages

Pancrace – la Réunion : les Malgaches en lice

La commission malagasy pancrace submission ne traîne pas des pieds pour marquer d’une pierre blanche le début de la saison. En effet, les nouveaux membres de bureau rassemblent leur meute en vue du gala de pancrace qui se tiendra au mois de mars. «Le regroupement national débutera d’ici peu en vue de la rencontre prévue à La Réunion au mois de mars. On lance ainsi un appel à tous les clubs affiliés à la commission ayant en leur sein des combattants licenciés, notamment ceux qui ont pris part au tournoi Mazana 2017 à Antsirabe et aux compétitions organisées pendant la saison 2017-2018», a annoncé le staff technique de la commission nationale de pancrace.

Une réunion y afférente se tiendra le 14 janvier prochain au dojo de Sonrang à Andavamamba. «Ceux qui failliront à ce premier rendez-vous ne seront pas du voyage», ont souligné les techniciens. Il appartient aux responsables de salle et à leurs adeptes respectifs d’envoyer la liste de leurs combattants en classe A dans les catégories des -61 kg, -65 kg, -70 kg, -77 kg, -84 kg, -93 kg et +120 kg. Cependant, seule la commission est habilitée à choisir les membres de la délégation.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Commémoration Inauguration de «Kinjan’i Dox»

Ce 13 janvier, Dox,  de son vrai nom Jean Verdi Salomon Razakandraina a 105 ans. Et sous le haut patronage du ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, ainsi que de la commune urbaine d’Antananarivo, la famille du fameux poète malgache Dox inaugure ce jour un mur de clôture du jardin d’Andohalo, baptisé «Kianjan’i Dox».

«Nous sommes ravis d’inaugurer cette clôture, parce qu’ elle permet non seulement de limiter l’espace, mais aussi d’éviter que n’importe qui ou n’importe quel animal puisse y entrer pour faire ses besoins», a annoncé Elie, le fils de Dox. La cérémonie se déroulera donc à partir de 10 heures au jardin d’Andohalo. Ensuite, une séance de récital de quelques-unes de ses œuvres se tiendra à la Bibliothèque nationale d’Anosy, dans la salle baptisée «Efitrano Dox», dans l’après-midi.

A part cet évènement, aucun autre projet sur la célébration de son 105e anniversaire n’est encore au  programme. «Par contre, un autre membre de la famille qui réside actuellement en France projette d’organiser diverses activités», a-t-il continué. Rappelons que lors de la célébration de son centenaire, un concours littéraire a été organisé au Tahala Rarihasina.

Du journalisme à la littérature

Dox est né le 13 janvier 1913 à Manakavaly et a grandi à Antsirabe. Depuis son enfance, l’art en général l’a passionné, que ce soit la musique, le poème, le dessin ou la peinture.  Poussé par cette passion, il a étudié à l’école des beaux-arts à Antananarivo, puis au collège Paul Minault à Ambohijatovo, qui était aussi un établissement destiné aux élèves artistes. C’était en 1940, à l’âge de 27 ans, qu’il a commencé à écrire son premier recueil de poème intitulé «Ny hirako».

Après la mort de sa femme en 1954, il s’est orienté davantage vers le journalisme qui lui a permis de stimuler sa passion en littérature. Il a commencé petit à petit à publier ses poèmes dans le journal, et c’est ainsi qu’il a commencé à asseoir sa notoriété. En fait, Dox a été l’un des écrivains fondateurs de l’Union des poètes et écrivains malgache (Upem) qui est devenu actuellement Havatsa Upem, et l’association «Tsiry», dont l’objectif est d’aider les jeunes écrivains émergents.

Grâce à son talent inestimable en poésie, plusieurs compositeurs ont suscité sa collaboration, entre autres Naly Rakotofiringa, Ludger Andrianjaka, Wilson Ramaroson, Ossy… En 1975, il entrait à l’Académie malgache. Puis il est décédé en 1978 où il repose actuellement en paix à Anjanapara Antsirabe.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Musique pop : ny Railovy retrouve une seconde jeunesse

Ny Railovy a sorti au mois de décembre 2017 un DVD Live d’une durée de 2 h 20 qui renferme une bonne trentaine de titres, tirés des deux représentations du groupe le 6 mars 2015 au Carlton Anosy et le 8 mars de la même année au CCESCA Antanimena, à l’occasion de la célébration de ses 59 ans de scène.  Le produit a été arrangé par les soins de Nary, un pilier du groupe qui travaille actuellement dans une boîte de production audiovisuelle sous d’autres cieux.

Cette année, l’oiseau rare de la musique malgache continue sur sa lancée et retrouve une seconde jeunesse grâce notamment à la jeune génération qui prend le relais. Dans ce dessein, le groupe mythique de la musique pop malgache organise une formation à l’endroit de ses membres.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Nos Betsimisaraka (2)

(Suite et fin.)

Eh bien ! il est fâcheux de constater que, jusqu’ici, l’Administration a réservé presque toutes ses faveurs à la race houve, qu’elle est pourtant obligée de surveiller sans relâche, à cause de son égoïsme héréditaire, qui accepte toutes nos bontés avec une sorte de rage sourde d’être forcée de tout tenir de nous.

Il est loin de notre pensée de vouloir inaugurer à Madagascar le système de l’antagonisme des races ; mais il est de notre devoir de plaider la cause de populations fidèles, dociles, qui se sont données spontanément à nous ; nous demandons que l’Imerina ne monopolise pas les bienfaits de la civilisation que la France a introduits à Madagascar ; nous en demandons une partie pour nos braves Malgaches de l’Est.

Il serait de simple équité que la grande École Le Myre de Vilers n’instruisît pas que la jeunesse des Hauts Plateaux ; il faut qu’elle reçoive un nombre de jeunes gens des races en rapport avec le chiffre du recensement des tribus. D’ici quelques années, il en résulterait de grands bienfaits pour toute la Colonie. Nous n’insisterons pas, chacun nous comprend.

Il faut aussi que les fonctionnaires européens cessent de se considérer comme en exil hors des hauts plateaux ; qu’ils cessent d’administrer en touristes pressés ; qu’ils se mettent, comme l’ont fait les colons, à pénétrer, à étudier les tribus de cet Est vaste, fertile, tranquille, qui compte le plus grand nombre de colons ; qu’enfin, ils AIMENT véritablement ces bons Noirs bons enfants, qu’ils entreprennent à leur égard une sorte de mission, ni confessionnelle, ni laïque, simplement civique. Et un grand progrès sera accompli.

Jean d’Ivondro.

Le Tamatave

Mort au champ d’honneur

Demet (Gaston), sous-lieutenant au 8e régiment d’infanterie coloniale. – Cité à l’ordre dans les termes suivants : « Le 9 mai, a vaillamment conduit sa section à l’assaut d’une position ennemie fortement organisée sous un barrage violent d’obus, de torpilles, de grenades, de mitrailleuses. Exemple de bravoure et de sang-froid. Mortellement blessé au cours de l’assaut. »

Le sous-lieutenant Demet était le fils de M. l’officier d’administration de 1re classe d’artillerie coloniale Demet, actuellement en service à la direction d’artillerie de Tananarive.

Journal officiel de Madagascar et Dépendances

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : innocentes conjurations

A 12 mois des élections, la conquête du pouvoir suprême focalise tous les efforts des prétendants et de leurs troupes. Des signes indiquent que l’on s’engage dans une sorte de guerre dont l’argent reste certes le nerf, mais ne suffit pas à lui seul à assurer la victoire. Si tous les coups sont permis, encore faut-il se convaincre que l’on les distribue pour la bonne cause, et que la noble fin que l’on sert justifie les sales moyens dont on se sert. Dans cet ordre d’idée, noyer la véritable motivation de chacun, (le pouvoir pour le pouvoir), devient un impératif, aussi chacun et tous se dopent de « bonne mauvaise foi », procédé indispensable pour taire le peu de conscience qui pourrait subsister. Certains s’appuient sur une  formule simpliste aux vapeurs magiques : mettre leur égoïsme au service du bien pour tous.

 Et ça complote par ci, et ça conspire par là… Contre qui ? Contre la loi, contre l’Etat !… Non pour les faire disparaitre, mais pour les asservir et les utiliser en sa seule faveur. Méfiance et interprétation discursive apparaissent comme des guides de lecture indispensables pour déceler ce que cachent les stratégies qui dictent désormais propos et actes. Le cas devient en effet clinique lorsque les acteurs principaux de la vie publique établissent leur plan, tels des conjurés sans en avoir conscience, leur quotidien style Monsieur Jourdain de faire de la prose.

Evasion opportune du mercenaire Houcine Arfa

Qui manipule qui ? La faute originelle revient nécessairement à ceux qui ont engagé cet ex militaire, que l’on peut qualifier de mercenaire tant son embauche, son rôle, s’entourent de discrétion voire de secret, et que s’agissant de question de sécurité publique, d’argent public, l’opacité organisée autour ne peut que nourrir le mythe d’un recours au mercenariat. Que reprochent les employeurs à cet électron libre qui sans doute par gourmandise a tenté de manipuler les manœuvriers du navire ? Du confort douillet des palais, le petit malin s’est trouvé du jour au lendemain sur la paille humide des cachots.

Sa présence en ces lieux devenait-elle embarrassante, le chef d’accusation qui justifiait les poursuites présentait-il les faiblesses d’une affabulation ? Cette situation ne constitue pas une première dans les annales de la Présidence. Des agents secrets ou autres salariés des armes, ayant eu le projet d’attenter à la vie du Chef de l’Etat, la 2ième République en a connus, le schéma qui leur a permis de s’évader du pays ressemble aux circonstances inexplicables de l’évasion de Houcine Arfa, à la différence que celui-ci une fois

« élargi » organise scandale et accuse le pouvoir. Le pays a trouvé chaque fois la chance de se débarrasser des détenus étrangers qui dérangent, pour ne citer que les rocambolesques péripéties du feuilleton Mahmod Taki. Le pays perd la face, mais qui de ça s’en fait encore ? Demain nos hauts dirigeants en se promenant à travers le monde oublieront que derrière leurs pas sur le tapis rouge qu’ils foulent trainent des bruits de casseroles accrochées à leurs guêtres.

Timide journée pour un assainissement grandiose

Difficile d’en apprécier les résultats quand d’un côté les dithyrambes patentés ne tarissent pas d’éloges pour qualifier cette journée ou plutôt les initiateurs de cette opération, et qu’à l’opposé les critiques acharnés ne s’embarrassent pas de mots pour descendre en flammes le spectacle raté de gesticulations de petits bras manœuvrant des moyens lilliputiens pour raser une montagne géante de diverses immondices.

Il ne s’agit pas de nier les initiatives de quelques hauts responsables descendus sur le terrain pour donner le ton, mais qui même ayant retroussé les manches n’ont pu déblayer grand-chose avec de ridicules pelles et balais. Pour positiver il faut reconnaitre que cette journée a permis aux différentes autorités comme à la population d’avoir un aperçu de nos limites et de mesurer l’immensité de la tâche si l’on pose l’hygiène publique parmi les objectifs.

Condamnation des frères ennemis à une entente objective

La machine de disqualification est en marche. A tout seigneur tout honneur. Le pouvoir fait l’honneur à Marc Ravalomanana de le considérer comme le concurrent le plus redoutable, considération qui risque de produire l’effet contraire à ce qui est recherché. Les misères qu’on lui a faites à Toliara n’ont fait qu’apporter de l’eau au moulin de la stratégie de Ravalo à jouer la victime de jaloux puissants rivaux, la menace de son emprisonnement coïncidant dans l’actualité, arrive à point pour muscler son interprétation d’homme politique populaire mal-aimé par le pouvoir. Le pouvoir le pousse dans les bras de Rajoelina, autre candidat classé parmi les plus dangereux challengers. Avant le début du combat ces deux frères ennemis se voient dans un devoir de faire front uni pour éviter de tomber ensemble dans les chausse-trappes que leur réserve l’ennemi commun. Le rêve que berce cet adversaire est de parvenir à disqualifier les deux, seule hypothèse favorable puisque si l’un des deux seul réussit à s’aligner au départ il réunira à lui seul la puissance de feu des deux forces.

Léo Raz

News Mada0 partages

Plaine d’Antananarivo : la menace de danger de crue n’est pas levée

Dans son bulletin d’annonce des crues en date d’hier à 8 heures, l’Autorité pour la protection contre les inondations de la plaine d’Antananarivo (Apipa) a lancé un avis de menace de danger (Alerte jaune) à cause des crues des rivières Ikopa, Sisaony et Mamba. En général, le niveau des rivières a baissé, mais la vigilance est toujours de mise.

A l’échelle d’Antelomita, le niveau de l’Ikopa a monté de 0,9 m en 24 heures et atteint 1,64 m. A l’échelle d’Anosizato, le niveau de l’Ikopa est de 1,70 m. Le niveau a baissé de 0,01 m en 24 heures et continuera à baisser durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger à cette station est de 3,00 m. A l’échelle de Bevomanga, le niveau de l’Ikopa est de 4,50 m. Le niveau a baissé de 0,05  m en 24 heures et continuera à baisser.

A l’échelle d’Ampitatafika, le niveau de la Sisaony est de 1,59 m. Le niveau a baissé de 0,21 m en 24 heures et continuera à descendre durant les prochaines 12 heures. La cote de vigilance de menace de danger à cette station est de 2,50 m.

A l’échelle d’Ambohidroa, le niveau de la Mamba est de 3,55 m, après avoir baissé de 0,12 m en 24 heures.

Sera R

News Mada0 partages

Orange money : «loka be krismasy» fait des heureux

Orange Money a récompensé ses fidèles clients hier, à la tour Orange Ankorondrano. Cela, à travers le jeu «Loka be krismasy» où tous les utilisateurs du service dans tout Madagascar pouvaient y participer. En effet, du 27 novembre jusqu’au 24 décembre dernier, à chaque transaction Orange Money supérieur à

5 000 ariary, le client a eu droit à un ticket de participation au grand tirage au sort. Ce qui a permis à 7 gagnants d’empocher chacun 500 000 ariary chaque semaine.

 En plus des 32 chanceux qui ont été récompensés tout au long du jeu, le gros lot a été remporté par Etsihandrane Sambalahy Ramiandrison, résidant à Betania Toliara. Il bénéficie ainsi d’un voyage pour deux personnes à l’île Maurice, tout frais compris, pour un séjour de 4 jours et 3 nuitées à l’hôtel 4 étoiles «Riu Créole». Est également compris dans ce séjour, une journée d’excursion en catamaran à l’île aux Bénitiers pour admirer les dauphins.

Orange Money est un portefeuille électronique au service de plus d’un million d’abonnés à Madagascar. De plus, un millier d’entreprises utilisent ce service actuellement comme paiement de leurs transactions, où plus d’un millier de distributeurs sont répartis dans toute l’île pour être plus près des clients.

Sera R.

News Mada0 partages

Détournement de mineur en 2017 : 27 cas par mois enregistrés

Durant l’année 2017, 328 cas de détournement de mineur ont été enregistrés par le Service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs (SCPMPM). Soit plus de 27 plaintes reçues mensuellement.

Une dizaine de garçons, contre 165 filles. Les statistiques fournies hier par le SCPMPM parlent d’elles-mêmes. Si l’âge des garçons victimes est à partir de 10 ans, celui des filles est beaucoup plus jeune (5 ans). «Dans la majorité des cas, l’acte sexuel est l’objectif du détournement, perpétué souvent par les proches des victimes», a indiqué un officier du SCPMPM.

Durant 2017, 106 hommes et 41 femmes ont été impliqués, ainsi qu’une soixantaine de mineurs, dont 44 garçons et 16 filles. 76 d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt à Antanimora. Sur les plaintes reçues par le SCPMPM, 200 dossiers ont été traités et 128 sont en instance. A noter que les victimes sont en grande partie en âge de scolarisation.

Il convient de dire qu’un détournement de mineur n’implique pas uniquement un acte sexuel. Ce délit pénal peut être aussi caractérisé par l’enlèvement d’un mineur dans l’intention de soustraire l’enfant à sa famille.

Responsabilité parentale

Les auteurs ne sont pas les seuls à blâmer, car la loi prévoit également que les personnes détenant l’autorité parentale peuvent être tenues responsables des actes de leurs enfants. De ce fait, les parents sont dans l’obligation de veiller et  de surveiller leurs progénitures. Des responsabilités que ces derniers ne peuvent accomplir sans le suivi en permanence des activités de leurs enfants, afin de les soustraire aux différents pièges tendus par les «prédateurs» et leurs complices qui peuvent être également leurs compagnons de jeu ou des camarades de classe. Des implications qui peuvent toutefois être facilitées par une franche communication entre les parents et leurs enfants.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Tsiroanomandidy : un mort dans l’attaque d’un camion

Les bandits ont de nouveau frappé sur la RN 1, à hauteur de Tsiroanomandidy. Cette fois-ci, ils ont pris pour cible un camion de marchandises. Bilan : l’aide-chauffeur a perdu la vie et plusieurs millions d’ariary ont été dérobés.

Maintenant, les bandits de grand chemin s’attaquent aux véhicules de transport de marchandises en adoptant toujours le même mode opératoire. Pour ce camionneur et son assistant, un aller-retour censé être de routine s’est transformé en drame. En fait, jeudi dernier vers 3 heures du matin, une dizaine d’individus munis de fusils de chasse et d’armes blanches ont attendu leur passage pour donner l’assaut.

Les  occupants du camion ont été accueillis par des tirs nourris. Blessé à la poitrine, l’aide-chauffeur est mort sur le coup. Le camion a été immobilisé, ce qui a d’ailleurs facilité l’opération des bandits. D’autant que le conducteur, malgré sa détermination à continuer coûte que coûte sa route, fut obligé de s’arrêter sous la menace  des armes et de leur remettre tout l’argent aux bandits. Plusieurs personnes présentes sur les lieux ont été blessées par des balles perdues.

ATs.

 

News Mada0 partages

Trafic : 126 tortues saisies sur un assistant parlementaire

La tentative de trafic de tortues regagne du terrain. Après une découverte de 282 tortues vivantes et 178 mortes à bord d’un bateau à Morondava récemment, un assistant parlementaire de Toliara a essayé de faire passer ni vu ni connu 126 tortues, bien dissimulées dans ses bagages, avant-hier à  l’aéroport d’Ivato. La Police de l’air et des frontières (Paf) l’a arrêté sur-le-champ.

Muni d’un passeport de service et un ordre de mission signé par le président de l’Assemblée nationale, Jean-Max Rakotomamonjy en personne, cet assistant parlementaire travaillant pour le compte d’un député de Toliara voulait quitter le territoire malgache à bord d’un vol du Kenya Airways.

Mais une fois passé à l’enregistrement, son attitude suspecte a attiré l’attention des agents de contrôle. «Les informations présentées dans l’ordre de mission étaient incomplètes, cela nous a conduit à vérifier ses bagages» a informé le Commissaire divisionnaire de police, Lebiria Rufin Tolojara, Chef du service central de la Paf. A l’issue de la fouille, les éléments de la Paf ont découvert 126 tortues. Chacune d’elles était enveloppée dans du film alimentaire et cachée dans le double fond de deux valises appartenant à l’assistant parlementaire.

Faux papiers

D’après les premiers éléments de l’enquête, l’ordre de mission était un faux. L’individu a allégué qu’il allait assister à une réunion d’affaires au Vietnam alors qu’en vérité, il voulait y exporter illicitement des tortues.

Selon toujours les explications, au moins trois chefs d’accusation pèsent sur l’individu : trafic d’influence, faux et usage de faux, exportation illicite de richesses nationales. La police a ouvert une enquête pour mettre la main sur ses complices et le cerveau du trafic.

Ando Tsiresy.

News Mada0 partages

Routes nationales : la RN2, la RN6, et la RN7 opérationnelles

Après le passage du cyclone Ava sur la Grande île, les routes nationales ont été endommagées. Les techniciens du MTP ne chôment pas afin de rétablir au plus vite la circulation.

«Depuis hier, la circulation a été rétablie sur la RN2, la RN6, la RN7 d’Antananarivo à Fianarantsoa pour tous les véhicules légers ou camions. Les travaux se poursuivent pour réhabiliter des ponts sur la RN44 et la RN34 afin qu’ils puissent être opérationnels rapidement pour les camions. Cependant, les voitures légères peuvent d’ores et déjà y circuler», a déclaré le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby, lors d’un point de presse.

«La circulation entre Fianarantsoa et Tuléar n’est pas encore ouverte pour le moment, mais on est à pied d’œuvre jour et nuit», a annoncé le ministre Eric Razafimandimby.

Nadia

News Mada0 partages

Université de Mahajanga : la tension monte d’un cran

La situation s’aggrave au sein de l’université de Mahajanga suite à l’interpellation de quelques étudiants lors de la manifestation organisée à la sortie de la ville, mardi dernier. La tension monte entre les protagonistes depuis hier.

Renversement de situation dans la capitale de la région Boeny depuis hier. Des étudiants ont saisi la justice pour porter plainte contre l’université suite à la décision de la présidence de cet établissement d’enseignement supérieur de faire passer en conseil de discipline ceux qui ont été arrêtés au cours de la manifestation ayant entravé la circulation sur la RN4, mardi.

Ces étudiants, majoritairement issus du «Bureau des étudiants de l’université de Mahajanga» (BDEUM) ont décidé de boycotter la rentrée universitaire pour revendiquer le limogeage du président de leur université mais aussi pour exiger la répartition des nouveaux logements. Issus d’associations d’étudiants des régions Sofia, Diana et Sava, les membres du BDEUM se disent victimes de discriminations, à l’origine des tensions permanentes au campus d’Ambondrona.

Pour leur part, les enseignants de cette université ont annoncé hier que le calendrier des examens prévus débuter ce lundi ne sera pas modifié. Ils ont expliqué que la procédure de destitution du président de l’université dépend uniquement des enseignants et du personnel administratif et technique de l’université, sans l’intervention des étudiants.

Manou

 

Madagate0 partages

Madagascar. Léon Rajaobelina et Elisé Razaka, anciens ministres décédés l’un après l’autre

LÉON MAXIME RAELISON RAJAOBELINA, l’homme de tous les régimes

Léon Rajaobelina avait une manière de se vêtir très élégante, très british

Léon Rajaobelina,décédé le jeudi 11 janvier 2018 des suites d’une longue maladie, était un économiste diplômé de l’Institut d’études Politiques de Paris. Il a entamé sa longue carrière de grand commis de l’État malgache sous le président Philibert Tsiranana, mais à Washington, en 1966, en tant que haut fonctionnaire au sein du FMI. Puis il fut, tour à tour, premier gouverneur de la Banque centrale de Madagascar durant 10 ans (18073-1983), ministre des Finances et du Budget puis ambassadeur à Washington. Sous le président Marc Ravalomanana, dans le domaine de l’environnement et en tant que Directeur de l’Ong Conservation International (CI) pour l’océan Indien, l’expansion des aires protégées et la détermination des sites méritant cette dénomination, lui furent confiées. Ainsi, il a été le premier Président du Conseil d’Administration de la Fondation pour les Aires Protégées et la Biodiversité de Madagascar (FAPBM).

Léon Rajaobelina et Patrick Amir Imam, représentant du FMI à Madagascar

Sous le président Hery Rajaonarimampianina, il fut conseiller spécial présidentiel avec pour mission de renouer le fil avec le FMI et la Banque Mondiale. Après avoir été nomméPrésident du Conseil d’Administration de la compagnie Air Madagascar, il devint commissairegénéral de l'Organisme de coordination et de suivi des investissements (OSCIF). Cette entité a été mise sur pieds au lendemain de la Conférencedes bailleurs et des investisseurs (CBI) qui s’est tenu à Paris en décembre 2016. «C’est un grand commis de l’État, dévoué aux intérêts de son pays quels que soient les régimes, qui s’en est allé», a déclaré le président Hery Rajaonarimampianina le 12 janvier 2018 à Ankerana, lorsqu’il a présenté ses condoléances à la famille.

*****************

ÉLISÉ RALITERA RAZAKA, l'homme fidèle jusqu'à la fin

Elisé Razaka avait le physique et l'énergie d'un meneur d'hommes

Elisé Razaka s’est éteint sans crier gare lors d’une sieste, le vendredi 12 janvier 2018. Des politiciens malgaches fidèles à un parti comme lui, sont devenus une denrée rare à Madagascar. Ainsi, c’est sous le président Marc Ravalomanana qu’Elisé Razaka a été découvert par le public en devenant ministre de l'Energie et des Mines, bien qu’auparavant il a été, tour à tour, Directeur à la Jirama, Directeur général de l’Omnis et Député de Madagascar. Lors de l’élection présidentielle de 2013, Elisé Razaka a été le directeur de campagne du candidat Jean-Louis Robinson qui est arrivé au second tour face à Hery Rajaonarimampianina.

Elisé Razaka avec deux cadres du parti TIM: Roland Ravatomanga et Me Hanitra Razafimanantsoa

Réputé pour être un pilosophe, il est l’auteur d’un ouvrage sur l’omniscience. Du latin scolastique omniscientia (omnis «tout» et scientia «connaissance») il s’agit de la connaissance, de la science de toutes choses. Ce mot s’emploie surtout en termes de théologie, en parlant de Dieu. Le livre de 180 pages, intitulé «L’Omniscience, la connaissance scientifique ultime», avait été présenté à l’Académie malagasy en novembre 2014. Propos de l’auteur à ce moment: «Certaines personnes sont parvenues à la découverte de la connaissance de la réalité et de la véritable nature des êtres. Jésus-Christ, Bouddha Sakyamuni, et Mahomet en faisaient partie. Mon but est de faire savoir cette connaissance aux communs des mortels, surtout aux Malgaches. Nos cultures ont beaucoup de similitudes avec l’omniscience».

 

Dossier de Jeannot Ramambazafy – 13 janvier 2018

L'express de Madagascar0 partages

Surveillance épidémiologique – Dix neuf laboratoires réhabilités

Problème d’immigration et d’inexistence de frontière. Les pays comme Madagascar sont vulnérables face à l’épidémie.

Même si la peste est passée, cette maladie n’est pas vraiment éradiquée sur le sol malgache. C’est la raison pour laquelle, dix neuf laboratoires,  dont sept spécialisées dans la bactériologie vont être réhabilités dans les centres hospitaliers de référence de district et dans les centres hospitaliers universitaires.Des laboratoires existaient déjà dans ces hôpitaux mais ils manquent de performance et d’équipements. « Le manque de diagnostic et de laboratoire est l’une des failles dans la maîtrise  de l’épidémie de peste pulmonaire, l’année dernière. La mise en place de ces laboratoires, en collaboration avec la fondation Mérieux, se fera dans tout Madagascar. C’est  important car certains sont spécialisés dans la bactériologie et la surveillance épidémiologique », affirme Mamy Lalatiana Andrimanarivo.Il s’agit d’un réseau de laboratoire sentinelle, connecté à un laboratoire central afin de répondre aux besoins de risques épidémiologiques et situé à l’Institut Mérieux à Ankatso qui est sous l’égide du ministère de la Santé publique.

RéhabilitationCette Fondation veut essayer de travailler aux côtés du ministère de la Santé publique, pour réhabiliter les laboratoires provinciaux et ramener un niveau de qualité à la bactériologie. « Il faut avoir une approche sans frontière entre nous pour travailler, au niveau d’un fléau, l’apparition de nouveau pathogène comme la peste. Il est important d’avoir un réseau de  laboratoire « sentinelle » qui permet d’aller plus rapidement et de réagir plus rapidement. Une fois que le pathogène est identifié, il est beaucoup plus facile de réagir du point de vue thérapeutique et du point de vue médical », explique Alain Mérieux, président directeur général de la Fondation Mérieux.Un laboratoire bactériologique favorise également la lutte contre les maladies résistantes aux antibiotiques. « S’il y a des maladies qui ne peuvent être guéries à l’aide des antibiotiques,  nous pouvons chercher des antibiotiques plus forts au moyen de ce laboratoire», note ee professeur Luc Samison. A part les différentes analyses qu’un patient doit faire, les médecins ne risquent plus de se tromper d’antibiotiques.

Formation de techniciens de laboratoire

Les techniciens de laboratoire manquent à Madagascar. « Les techniciens qui sont sortis rejoignent des laboratoires privés car il n’y avait pas de poste budgétaire. Maintenant que ce poste budgétaire est établi, peu d’entre eux ont répondu à l’appel. Le recrutement de laborantins se fait par voie de concours. Actuellement, l’inscription est ouverte pour les techniciens de laboratoire», affirme Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé. La Fondation Mérieux compte démarrer une formation pour les techniciens de laboratoire au mois de Septembre

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Trafic de tortues – Un assistant parlementaire arrêté à Ivato

Un attaché parlementaire d’un député élu à Toliara s’est fait coincer à Ivato. Il a présenté un passeport de service et un ordre de mission. 

Un assistant parlementaire cloué au pilori. Les hommes du service central de la Police de l’Air et de Frontières (PAF) ainsi que les fonctionnaires des douanes ont mis la main sur cent vingt-six tortues radiées, endémiques de Madagascar, lors de l’enregistrement des passagers du vol de la compagnie Kenya Airways, à destination de Nairobi, hier.L’étau se resserre autour d’un assistant parlementaire d’un député élu à Toliara. Identifié comme étant le propriétaire de deux grandes valises à l’intérieur desquelles les reptiles ont été dissimulés, celui-ci a été arrêté et placé en garde-à-vue.Pour dérouter tout contrôle, le présumé contrebandier a utilisé son passeport de service. Il a, de surcroît, présenté un prétendu ordre de mission portant la signature du Président de la chambre basse. Les documents de voyage qu’il a présentés à mis la puce à l’oreille des agents vérificateurs. La PAF indique qu’il s’avère que l’ordre de mission en question serait un faux après vérification.D’après la police, ce présumé trafiquant de tortues se serait enregistré comme étant une importante personnalité. Trahi par des gestes suspects, il s’est attiré la foudre des policiers sur place, qui, après vérification des papiers, ont procédé à une fouille de ses bagages.

Attitudes suspectesLes cent vingt-six tortues ont été découvertes sitôt les valises ouvertes. Enveloppées dans du film en plastique, les reptiles étaient déshydratés lorsque le pot-aux-roses à été découvert.Lors d’une enquête sommaire, l’assistant parlementaire a expliqué qu’il allait s’envoler pour le Vietnam dans le cadre d’une réunion. Mais cette affaire a stoppé net son périple vers l’Asie du Sud-est, où la vente au noir d’animaux de compagnie n’est plus un secret.Le motif de son voyage à l’extérieur a été néanmoins remis en cause lorsque la police a mis en doute l’authenticité de son ordre de mission.Le suspect comptait prendre une connexion à l’aéroport de Nairobi afin de pouvoir poursuivre son itinéraire jusqu’à sa destination finale mais le trafic a été mis à nu avant même qu’il ne quitte le pays. Les interpellations pourraient encore faire tache d’huile, de source policière.Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Entrepreneuriat – Les jeunes et les femmes en première ligne

L’année 2018 promeut le genre. Les jeunes et les femmes à fort potentiel sont appelés à participer au développement économique du pays.

Redynamisa-tion. C’est bien connu, la tendance mondiale se tourne depuis quelque temps vers la promotion du genre. Une priorité à laquelle adhère le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP). Une vision que ce département ministériel a renforcée, hier, lors de la présentation du bilan de ses actions lors du dernier bimestre de l’année dernière. Coïncidant justement avec l’ouverture de la semaine de l’entrepreneuriat à Madaga-scar, en novembre. Le programme de « sensibilisation sur l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes » de l’organisation internationale de la francophonie aura été l’élément déclencheur des initiatives de sensibilisation du ministère dans les régions d’Antananarivo, Toamasina et Vangaindrano.Des projets de promotion du système de coopérative qui ont été effectués afin d’inciter les jeunes et les femmes de ces régions à fort potentiel à avoir la culture de l’entrepreneuriat. « Ce sera un moyen comme un autre de faire participer ces genres sociaux au développement économique du pays à travers la création d’emploi ainsi que la valorisation des produits de qualité de leurs régions respectives », nous a-t-on communiqué.Par ailleurs, dans la même optique, en tant que ministère de tutelle, le MIDSP a aussi réaffirmé son soutien envers  le groupement Entreprendre au féminin de l’océan Indien,  EFOI, à l’occasion de la célébration de la décennie d’existence du groupement. Sans mentionner le travail pour la montée des compétences-clés des jeunes et des femmes afin d’augmenter le capital humain organisé par l’ONG Hay Madagascar par rapport à la découverte des technologies numériques.

ContinuitéD’après la rétrospective des actions du département ministériel pour le dernier bimestre, les projets de promotion du genre resteront d’actualité pour cette année. À l’image des organisations d’évènements allant dans ce sens, comme très prochainement le Global Startup Weekend Women Antananarivo, les 9 et 11 février. La continuité sera donc le crédo du MIDSP en prenant exemple sur la déclaration sur l’autonomisation économique des femmes à l’occasion de la conférence ministérielle de Buenos Aires en décembre.« La collaboration avec le département depuis l’année dernière est appréciable. Pour cette année, d’autres projets de promotion du genre sont en cours d’élaboration. Tout à l’avantage des femmes et jeunes entrepreneurs », s’enthousiasme Carole Rakotondrainibe, entrepreneure, fondatrice de l’ONG Hay et membre organisatrice du prochain Global Startup Women. Si « l’entrepreneuriat est considéré comme un axe prioritaire de développement inclusif et durable qui conduit à la croissance économique, celui-ci commence par le développement de l’esprit entrepreneurial chez les jeunes et les femmes », une affirmation que beaucoup espèrent se concrétiser cette année.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Violence envers les enfants – Une fillette paralysée de viol

Horrible. Une fillette de 6 ans est devenue fistuleuse et a perdu l’usage de ses membres inférieurs, après un viol perpétré par un garçon de 10 ans, au mois d’octobre. Les deux enfants habitent un quartier de la ville de Toamasina. « Le coup a dû être très violent pour arriver à cette situation », explique le Dr Alphonse Zafimila, médecin responsable du centre Vonjy, un lieu de prise en charge des victimes de viol, hier. En trois mois de traitement, la fillette ne peut pas encore marcher. Elle serait opérée ce mois.Les impacts des viols sont tout aussi lourds. À part les impacts psychologiques et physiques, beaucoup d’entre les victimes auraient également contracté une infection sexuellement transmissible (IST) à Toamasina. « Je dirais que 80% des victimes ont attrapé ces infections. Il y a parfois des adultes, des malfaiteurs qui commettent cette agression », renchérit Alphonse Zafimila, qui souligne que les IST sont à surveiller de près dans cette ville portuaire.Mais il n’y a pas que les adultes qui sont auteurs de viol à Toamasina. De plus en plus de jeunes commettraient cet acte. « 75% des auteurs sont des mineurs entre 7 et 16 ans », souligne Nicole Ravelonarivo, travailleur social dans ce centre.

Jeunes auteursParmi les cas rapportés, a été le cas d’une fillette de 3 ans, violée par un garçon de 7 ans, le jour de son anniversaire. Des viols collectifs sur une enfant de 4 ans, ont été en outre commis par des enfants de 6 ans, 7 ans et 8ans. « La négligence dans l’éducation des enfants, les laisser regarder des films pour adultes, mais aussi le fait qu’ils dorment dans la même chambre que leurs parents peuvent les inciter à perpétrer ces actes », explique un psychologue.Le centre Vonjy à Toa­masina est fonctionnel depuis 2016, grâce au plaidoyer de la première Dame, Voahangy Rajaonarimam­pianina. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef) a équipé le centre. Depuis l’ouverture de ce centre, les dénonciations de cas de viol ont connu une hausse à Toamasina. En 2016, quarante-deux victimes ont bénéficié de prise en charge médicale, sociale et juridique, au niveau du centre. En 2017, ils étaient quatre-vingt quatre. Deux centres de prise en charge des victimes de viol devraient être ouverts cette année. L’un à Taola­gnaro et l’autre à Toliara. Toutes les grandes villes devraient disposer de ce centre pour la prise en charge des victimes de cette agression sexuelle.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Morondava – Des bandits braquent un couvent 

Les sœurs de la Congrégation du Sacré-Cœur de Raguse à Namahora nord ont été attaquées, mardi. Trois hommes sont déférés au parquet.

Braquage. Une congrégation catholique italienne implantée à Namahora Nord, dans la commune urbaine de Morondava, région du Menabe, a été la cible des bandits, mardi, vers 16 heures. Les malfaiteurs, dont un ancien jardinier de la communauté, ont poursuivi une sœur économe de l’institut supérieur catholique de Menabe (ISCaMen) jusqu’au couvent. Elle venait de recevoir les frais de scolarité de quelques étudiants avant de rentrer l’après-midi, selon les premiers éléments de l’investigation. « La novice a mis l’argent dans son sac à main. Puis, elle l’a posé sur la table lorsqu’elle est allée se préparer aux vêpres », a raconté une source au sein de l’abbaye.Le maraîcher, viré au mois de juin 2017, s’est caché dans les parages et a donné le signal à ses deux complices pour passer à l’action. Ces derniers se sont faufilés dans la chambre de cette sœur et ont raflé la bourse, ainsi que deux téléphones portables.Les cambrioleurs ont fui avec le butin, mais ne sont certainement pas passés inaperçus aux yeux des sœurs. Ces dernières ont crié « aux voleurs ».

InterventionEn coup de vent, une centaine de voisins est intervenue. Les voleurs se sont embusqués dans un coin un peu plus loin pour couper la poire en deux avant de se séparer. Dénichés en plein partage, l’un d’entre eux a été capturé, tandis que les deux autres ont réussi à s’échapper en abandonnant leur part de gâteau.Certains habitants ont déjà crié haro sur le baudet. Du coup, il fallait immédiatement prévenir le commissaire de la sécurité publique de Morondava pour qu’il fasse diligence sur le terrain. Le captif a reçu un coup de marteau en pleine face, selon le constat des forces de l’ordre. Les frais de scolarité, valant 900 000 ariary, et les portables ont été récupérés et remis à leur propriétaire.Mis en examen pour vol avec effraction, le pillard a pointé ses deux coauteurs, résidant au fokontany de Betsipotika. Ceux-ci se sont fait cueillir à leur domicile, mercredi, et ont été également placés en garde-à-vue. Traduits devant le parquet, hier soir, les trois braqueurs ont été mis à l’ombre jusqu’à ce qu’ils se présentent à la barre du tribunal de première instance de Morondava.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Deux cyclones  risquent de se créer

Le cyclone Ava vient de partir, d’autres cyclones peuvent se former .Deux mauvais temps sont en train de se former actuellement dans l’océan Indien. Le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) communique « une formation d’un système dépressionnaire tropical en cours dans l’océan Indien aux alentours de l’île Diego Garcia. Pour les cinq prochains jours, il n’y a pas de risque que ce système affecte le temps à Madagascar. À longue échéance, il est probable que ce système menacerait à nouveau les côtes Sud-Est de Madagascar vers la fin de la semaine prochaine ».« C’est en cette saison  qu’il y a des probabilités de création de cyclone, c’est la raison pour laquelle le mauvais temps se manifeste continuellement. Après Ava, un autre cyclone s’est déjà formé mais n’a pas d’impact sur notre Ile. Un cyclone est en train de se former dans l’océan Indien mais se trouve encore à plus de 2000 km de Madagascar », explique un responsable auprès du Service des recherches hydrométéorologiques au sein de la direction générale de la météorologie. Il poursuit qu’un autre cyclone se forme également dans le Canal de Mozambique.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Rossy à la conquête du Palais des Sports 

Exceptionnel, voire quasiment historique aussi bien pour l’artiste lui-même que ses inconditionnels. Rossy promet réjouissance pour ses 30 ans de scène.

Un moment de grâce, autrement dit la consécration de trois décennies de musique. C’est ce que cet artiste émérite de la Grande île qu’est Rossy, de son vrai nom Paul Bert Rahasimanana, proposera prochainement au grand public fêtard de la capitale.Rendez-vous est ainsi donné le 11 février au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina à partir de 15h, pour un concert inédit et exclusif de sa part. Célébrant 30 ans de musique, de festivités, de communion musicale, mais par dessus tout 30 ans de liesse populaire aux rythmes de son fameux « Tapôlaka glady ».C’est ce que Rossy et sa troupe présenteront à l’occasion de ce concert qui s’annonce historique. En trois décennies, Rossy a parcouru autant la scène nationale qu’internationale, galvanisant le public avec les mélodies de son accordéon, ce 11 février marque les premiers pas de Rossy au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina, où il se mettra enfin, exclusivement, en scène pour la toute première fois.« C’est un véritable plaisir pour nous, que de pouvoir enfin convier le public et nos fans de toujours à nous rejoindre dans cet antre de la fête de la capitale. Ce concert sera donc un moment unique où l’on chantera à pleins poumons cet amour réciproque que j’ai pour le public» souligne Rossy.

Nostalgique et euphoriqueCeci étant, il connaît parfaitement les lieux, là où il a d’ailleurs déjà animé les mythiques concerts de Jean-Jacques Goldman et de Patrick Bruel lors de leur passage à Madagascar.Chanteur et musicien émérite, excellent aussi bien à la guitare qu’à la flûte, mais surtout à l’accordéon, son instrument fétiche, Rossy s’est toujours proclamé comme le « fouteur d’ambiance » par excellence. Promettant un concert tout à son image, sobrement intitulé « Hafatra», titre de sa mythique ballade romantique, Rossy sera dans ce concert au Palais des Sports et de la Culture, à la fois nostalgique et et euphorique.Le fait est que Rossy n’y ira pas de main morte pour transcender le public à l’occasion. Tenant à marquer d’une pierre blanche cette grande première sur la scène du palais, il s’est ainsi entouré de Mi’Ritsoka Production pour l’organisation de ce concert, qui assurera une sonorisation explosive pour sublimer cette grande fête.En outre, ce sera aussi l’occasion pour toute la scène artistique de témoigner sa solidarité et sa fraternité envers Rossy. Plusieurs artistes, musiciens et chanteurs, tous de proches collaborateurs et amis de longue date de Rossy seront aussi de la partie. De « Ikalasoa» à « Avelao ho avy » en passant par « Mba mihetsiketseha»,« Lehibe ny ankizy», « Aoira», « Iaô! », « Bal kabosy» et « Mbola ho avy », ce sont autant de tubes intemporels qui respirent à plein nez ce folklore de la société malgache .Entre le « vakon-drazana», le « sôva » et le « hira gasy », le tout, sublimé d’une musicalité contemporaine également, Rossy, fidèle à lui-même, enivrera le Palais des Sports et de la Culture Mahamasina.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Supercoupe – Cnaps Sport vs Fosa Juniors, acte I

Le match aller de la Supercoupe de Madagascar se jouera ce dimanche à Mahajanga. Fosa Juniors accueillera la Cnaps Sport Itasy au stade Alexandre Rabemananjara.

Match de préparation grandeur nature. La Cnaps Sport Itasy et Fosa Juniors Boeny retrouvent le terrain à partir de ce weekend, à Mahajanga. Les vainqueurs de la THB Champions League et de la Telma Coupe s’affronteront ce dimanche, au stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga, en match aller de la Supercoupe nationale. Et ce, à un mois de leur entrée en lice en compétitions africaines, respectivement en Ligue des Champions et en Coupe de la CAF.Par la suite, les deux clubs se retrouveront au stade de Vontovorona, une semaine plus tard. « Cette Supercoupe constituera une bonne occasion d’évaluer la forme actuelle des joueurs », confie notamment l’entraîneur de Fosa Juniors, Bob Kootwijk, à ce propos. Comme quoi, ces rencontres s’apparenteront à des matches de préparation, afin que les joueurs puissent retrouver du rythme. « Il faudra cependant faire attention, puisqu’après, les matches les plus importants en Coupe de la CAF nous attendent », ajoute le Néerlandais.

Transfert de NonotTout le monde scrutera de près la feuille de match du côté de Fosa Juniors ce dimanche. Et ce, après la confirmation en milieu de semaine du transfert de Jeannot Vombola alias Nonot, en provenance du Cosfa Analamanga. L’ancien attaquant de la Cnaps Sport pourrait ainsi affronter son ancienne équipe, où il a évolué jusqu’en 2016.La Supercoupe revient cette année, après deux années d’absence. En effet, la Cnaps Sport avait réalisé le doublé championnat-coupe nationaux, en 2015 et en 2016. En 2014, elle avait remporté la dernière édition après avoir disposé d’Elgeco Plus Analamanga. Pour les Caissiers, le match de ce dimanche sera l’occasion de voir les premiers ajustements effectués par le coach Patrick Randriambololona alias Tipeh, après le départ de Njiva Rakotoharimalala, qui constituait jusque-là la meilleure arme offensive. Dans un entretien en début de semaine, il a annoncé « Boura ou Lalaina », pour éventuellement prendre sa place. Réponse ce dimanche.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Fénérive-Est – Trois personnes englouties dans un fleuve

Émoi à Fénérive-Est. Hier, en début de matinée, six occupants d’une pirogue ont été victimes d’un accident fluvial, à environ 200 mètres du pont d’Itendry. Alors que trois rescapés, dont deux hommes et une femme, ont réussi à rejoindre la berge, leurs trois compagnons d’infortune deux femmes et un homme restent introuvables.Cette tragédie est survenue dans le chef lieu de commune, non loin de l’embouchure Razafindrabay, là où le fleuve Itendry se jette dans l’océan Indien, hier, vers 8 heures.«Les victimes sont des pêcheurs et des vendeurs de poissons frais sur la place du marché. Elles allaient rejoindre la ville pour liquider les poissons qu’elles ont remontés lors d’une sortie matinale en mer, lorsque le pire s’estproduit», se désole Eddy Ramananjafy, journaliste de la radio nationale malgache dans le district de Fenerive-Est.L’eau est trouble et les courants violents, au niveau de la jetée, sacrée d’après les natifs du district.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Routes nationales – Reprise timide du trafic

Le pont de Vohiposa sur la RN7 est accessible depuis hier, les milliers de voyageurs  coincés depuis maintenant une semaine peuvent enfin circuler. Le pont provisoire à la sortie d’Ambalavao sur la route de Toliara ne peut encore supporter que les voitures légères. L’infrastructure a également été emportée par les eaux.Le ministère des Travaux publics annonce également le retour du trafic sur la RN6. Sur la RN 44, les piliers du pont d’Amboasary gara ont été engloutis par les eaux rendant la réhabilitation fastidieuse. « Ce pont, devant supporter des charges importantes comme du riz ou du chrome, nécessite l’utilisation d’éléments solides et durables», précise le premier responsable des Travaux publics dans le pays, Eric Razafimandimby. Ce week-end, il ne pourra encore laisser passer que les voitures légères.La RN 34, reliant Antsirabe à Morondava, n’est pas encore tout à fait rétablie, selon les explications. Le sol est indiqué encore trop mou pour supporter la mise en place d’un pont bailey. « La meilleure solution a été de remblayer un conteneur qu’on immerge dans l’eau même pour pouvoir supporter le nouveau pont », apprend le ministre.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Plusieurs quartiers sous les eaux

Les fortes précipitations dans la Cité des Fleurs, depuis mardi, entraînent l’inondation des rues et des bas quartiers. Cette situation se répète tous les ans.

Les différents bas quartiers se trouvent sous les eaux à Mahajanga depuis une semaine. Comme Tsararano ambany et Tsararano anosikely ainsi qu’Ambalavola, Fiofio et Aranta, jusqu’à Ampasika et à Mahajanga be.La zone de convergence intertropicale qui domine la partie Nord de l’île depuis quelques jours a ainsi caractérisé le temps à Mahajanga; de grosses  averses se sont abattues depuis mercredi à ce jour, de jour comme de nuit et sans interruption.Même si le cyclone Ava a disparu depuis dimanche, la région Boeny croule sous de fortes précipitations depuis mardi. Pire encore, mercredi soir jusqu’au matin, la pluie est tombée en trombes.Du coup, les bas quartiers sont sous les eaux jusqu’à la hanche, notamment pour les personnes qui doivent emprunter le pont à Tsararano ambany.« L’eau arrive jusqu’au genou chez nous à la maison et dans la cour. Tous les cahiers sont trempés », ont raconté les élèves d’un lycée public à Mangarivotra.Habitués à cette situation, des habitants de ces quartiers inondés préfèrent rester chez eux.

DétourÀ Mahajanga be, au rond-point devant le bureau de la Circonscription régionale de la Gendarmerie nationale, les eaux ont également submergé la voie publique. Tandis qu’à Ampasika près du rond-point devant la grande surface Score, comme tous les ans, le niveau de l’eau stagnante atteint la hauteur des genoux.Les voitures  légères ainsi que les taxis doivent attendre que les eaux se retirent pour pouvoir passer ou font un détour. Autrement, les véhicules tout-terrain passent facilement un peu partout. Chaque année, c’est la même situation mais aucune solution n’a été trouvée. Et les canalisations sont à revoir.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Marque – Nino Design, équipementier professionnel

À la fin du mois d’octobre, la CNaPS Sport a signé une convention avec Nino Design International. Depuis, les Caissiers sont habillés par un équipementier malgache, qui propose des maillots de match, des chasubles d’entraînement, des tee-shirts ou encore des sacs personnalisés. Et les produits de la marque sont disponibles à la boucle de la CNaPS Sport, à Ampefiloha.On retrouve des ateliers artisanaux de confection un peu partout dans la Capitale. Mais Nino Design International se démarque comme étant le premier équipementier sportif professionnel, capable de rivaliser avec les marques étrangères. D’ailleurs, c’est à l’étranger que l’aventure a été véritablement lancée. « J’ai créé Nino Design International vers la fin de l’année 2015. On a d’abord habillé les équipes lors de la coupe des sélections provinciales en 2016. Mais on a surtout percé à La Réunion, en proposant des maillots d’entraînement pour Sainte-Marie, que les Réunionnais ont beaucoup appréciés. Vinrent ensuite Saint-Paul, Ligne Paradis, Grand Bois et Capricorne. Aujourd’hui, on collabore de très près avec Saint-Pierre, dont les joueurs portent tous des maillots Nino, des seniors jusqu’aux plus jeunes », raconte le fondateur Jocelyn Razafimamonjy. « On voulait d’abord percer à l’étranger, avant de revenir fort à Madagascar », ajoute-t-il.Prochainement, l’équipementier malgache aura une vitrine en Afrique. Et ce, sachant que la CNaPS Sport disputera la Ligue des Champions de la CAF avec ses maillots. « Notre business plan pour 2018 se traduit par une apparition sur la scène africaine. D’un autre côté, Jet Mada sera le prochain club avec lequel nous signerons un accord », poursuit Jocelyn Razafimamonjy, un exemple de success story à la malgache. Sa marque étant la preuve irréfutable qu’avec du sérieux et de l’abnégation, la Grande île est capable de produire de la bonne qualité et àgrande échelle. « Ma mère travaillait dans le domaine de la couture. Pour ma part, je me suis plus penché dans le secteur du design. Au départ, j’ai suivi une formation auprès d’une zone franche à Maurice. Dernièrement, j’ai suivi une formation d’intendant en France, à Sochaux et au Paris FC, afin de mieux comprendre les besoins en équipement des footballeurs. A l’heure actuelle, notre atelier de production à Tsimbazaza compte seize employés, tandis que l’atelier de design et de finition à Ambanidia dispose de six éléments », conclut-il. Des formations dont l’objectif est d’améliorer les produits de sa marque.

H. L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclone – Le bilan s’alourdit

Le bilan du cyclone Ava ne cesse de s’alourdir. L’information reçue hier du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes montre quarante quatre décès, vingt-six portés disparus, cent cinquante neuf mille  sinistrés, cinquante trois mille déplacés, cumulés et dix huit milles déplacés.La région Haute Matsiatra enregistre dix sept morts et les régions  Vatovavy Fitovinany et Analamanga enregistrent environ quarante mille sinistrés actuellement. Le danger est parti mais le nombre de maisons qui risquent de s’écrouler ne cesse de croître. Les rivières baissent lentement au niveau des échelles, l’alerte jaune sur les plaines bordant les rivières de Sisaony, Ikopa et Mamba est maintenue. Il s’agit de Soalandy, Ampanefy Soavina, Anosizato Andrefana, Ampitatafika, Ambavahaditokana, Masin-dray, Ambohimanambola, Alasora, Ankaraobato, Tanjombato, Soavina, Anosizato Andrefana, Bemasoandro, Ankadimanga, Ambohitrimanjaka, Ampangabe, Antananarivo, Iarinarivo. Sabotsy Namehana, Ankadikely Ilafy, Ambohibao Antehiroka, Talatamaty, Iarinarivo.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Trafic de palissandre – Un colonel enquêté dans  son bureau

Un colonel de la gendarmerie nationale a subi un entretien dans son bureau, au camp du général Ratsi­mandrava, à la suite d’un trafic de palissandre, en décembre, dans lequel il est suspecté. Il est le cerveau présumé de l’affaire, selon les explications du chef de commissariat de la sécurité publique de Betafo qui a réalisé ensemble l’enquête avec le chef du service central des affaires criminelles (SCAC) à Anosy.Cet officier supérieur de la gendarmerie a nié le fait, les quatre-vingt rondins de palissandre saisis à bord d’un camion, à Betafo, le 25 décembre 2017, ne lui appartiendraient pas. Pour­tant, il a avoué qu’il connaît bien l’un des trois individus pris avec le poids lourd, déjà derrière les barreaux.Concer­nant le sous-officier subalterne, un gendarme de première classe, secrétaire du colonel, il ne s’est jamais présenté à l’enquête, selon toujours les explications.La police s’est rendue à Miandrivazo pour auditionner un caporal également impliqué dans cette affaire, mais elle a été empêchée faute de feu vert du haut-gradé de l’armée.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Saison 2018 – Elgeco Plus place la barre haute

Elgeco Plus lance le défi. « Nous ferons de notre mieux pour rafler tous les championnats et coupes programmés pour cette saison », a lancé le président du club de football Elgeco Plus, Alfred Randriamanampisoa, lors de l’annonce de la reprise de l’entraînement du club hier au stade d’Alarobia. Le club D1 évoluant depuis 2013 à Analamanga a mis une petite touche de changement au niveau de son staff administratif et technique, et a aussi renforcé son équipe.Le club confiera le côté technique à un nouveau technicien dont le nom sera dévoilé bientôt. À l’issue d’un test de sélection qui s’est tenu à Antsirabe, six nouveaux jeunes joueurs renforceront également le club cette saison. « Après une saison sans succès, nous allons nous donner à 100% pour remporter d’abord le titre de champion d’Analamanga, puis celui national, et ensuite représenter le pays en Afrique », a annoncé le numéro un du club.Elgeco Plus, champion d’Analamanga en titre, est l’un des clubs phares du pays ayant déjà représenté la Grande île  trois fois aux compétitions africaines. Ce club a été éliminé du championnat continental ou de la coupe africaine à trois reprises, en 2016 par Super Sports d’Afrique du sud, écarté par l’URA de l’Ouganda en 2014 et battu par l’United St Michel des Seychelles en 2013.  Concernant la sanction qui tombe pour le président du club, « je ne suis pas encore notifié, donc je la considère comme nulle et non avenue », a réagi Alfred Randria­manampisoa.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

antsiranana – Le Bazary kely nettoyé de fond en comble

Antsiranana n’a pas manqué de marquer  la Journée nationale de l’assainissement. De bon matin, les personnalités politico- administratives, les fonctionnaires des services techniques déconcentrés, les forces de l’ordre, les représentants des ONG, des associations politiques ou  non, se sont donné rendez-vous au  marché du Bazary  kely  pour  le nettoyage de cette place publique.« Si le marché est  propre, c’est au bénéfice de la population locale », a lancé le chef de la région Diana, Eddie Tongazara.Certes, Antsiranana a été épargnée par la peste mais tout le monde a constaté de visu que la gabegie règne au sein de ce plus grand marché de la ville. Depuis l’entrée jusqu’au fond, la propreté des lieux laisse à désirer, tant dans les boucheries et les poissonneries que sur les étals des marchands de légumes et de fruits. Sans parler des pavillons pour les gargotes et les petits restaurants. Et au milieu du marché près des étalages des marchands de poissons a trôné une montagne d’ordures.Déterminées, les personnes présentes se sont réparties en cinq groupes pour nettoyer les cinq  rues qui mènent au marché. En deux tours d’horloge, des tonnes d’ordures ont été enlevées et du coup, les principaux axes vers le Bazary kely ont été nettoyés. Malgré l’indifférence des marchands, l’organisation de la journée a été quand même une réussite pour Antsiranana.« Il faudra prendre des mesures sévères car ce marché est l’un des plus importants pôles économiques de la région, étant fréquenté par tous les marchands venant des districts », a déclaré le préfet d’Antsiranana, Arsène Banoma,  lors de son intervention.Après le Bazary kely, tous les services ont été invités à nettoyer leurs environnements respectifs. En particulier, les membres du personnel de la région Diana ont opté pour l’embellissement de la cité en plantant des arbres sur les deux côtés de la rue à l’entrée de la ville.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Rodrigues – Menace de cyclone

Ce n’est encore qu’une zone perturbée à moins de 900 km au Nord-Est de Rodrigues. Mais il est fort probable qu’elle devienne une tempête tropicale modérée d’ici deux jours.Ce qui fait que lorsqu’elle terminera son processus de cyclogenèse, elle sera à proximité de la Cendrillon des Mascareignes.Si elle est baptisée, cette formation cyclonique s’appellera Berguitta.Les sites tels que Météo France et le Joint Typhoon Warning Centre s’accordent sur la fin de la cyclogenèse d’ici le week-end.«Avec l’amélioration de la convergence de basses couches et la baisse attendue du cisaillement de secteur Est, ce système devrait bénéficier de conditions environnementales de plus en plus favorables à son développement au cours des deux prochains jours», écrit Météo France.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Rectificatif

Selon sa famille, Léon Rajaobelina, commissaire général de l’Organisme de coordination et de suivi des investissements (OSCIF), décédé jeudi, a été soigné à Mada­gascar et non pas à l’étranger. Une délégation conduite par Hery Rajaonari­mampianina, président de la Répu­blique, a présenté ses condoléances à la famille du défunt hier. Comme l’a déclaré le chef de l’État, cet ancien ambas­sadeur de Madagascar aux États-Unis, a été un homme compétent, rigoureux dans son travail et humble dans ses relatons avec autrui.

L'express de Madagascar0 partages

Athlétisme pour tous – Une manière de détecter la relève

Chaque année, la fédération malgache d’athlétisme (FMA) ouvre sa saison par l’évènement « Athlétisme pour tous ». La version 2018 qui aura lieu le dimanche 28 janvier sera la cinquième édition.Au programme, la course relais inter établissements scolaires, lancée depuis l’année dernière. C’est une course pédestre par équipes de douze élèves de 14 à 17 ans, six garçons et six filles. Chaque équipe effectuera deux tours du lac Anosy. En 2017, trois établissements ont été en lice en relais, et six établissements en course individuelle. Le trophée est revenu au Lycée privé de 4FA Alasora en relais par équipes.L’inscription, déjà ouverte au siège de la fédération malgache d’athlétisme à Alarobia ne sera close qu’à une journée avant la course. « Les établissements scolaires sont les berceaux de la discipline» a rappelé la présidente de la fédération Norolalao Andriamahazo. Symbolique, le droit de participation est fixé à 1000 ariary par enfant en course individuelle et 20 000 ariary par école, et aussi 150 000 ariary pour les institutions et sociétés.La course inter entreprises et institutions sera toujours au programme cette année. Une animation zumba clôturera en beauté la matinée, en guise de détente et de retour au calme. « L’objectif de cet évènement est d’inciter les gens à pratiquer l’athlétisme, discipline de base de toutes disciplines sportives, et pourquoi pas intégrer plus tard les clubs » a précisé la présidente de la fédération.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – Les peintres adoptent une stratégie de vente futée

Solidaires et stratégiques. Les artistes peintres déploient tous les moyens nécessaires pour optimiser leur vente. L’endroit de l’exposition est un facteur qui peut favoriser ou non une bonne recette.Aux rythmes des saisons, quelques artistes peintres se regroupent pour occuper un local ou le hall d’un hôtel dans le but de donner une bonne visibilité à leur exposition suivant un thème accrocheur. Ils optent pour le centre ville à raison de la forte affluence des gens qui y circulent. Au Tahala Rarihasina, situé en plein cœur d’Analakely, où l’on ne peut pas rater de vue leur grande banderole mentionnant la tenue de leur exposition et qui cible les étrangers et les Malgaches. Dix peintres accrochent leurs œuvres dans ce vieux bâtiment dédié aux arts, et ce depuis le 26 décembre 2017 jusqu’au 22 janvier 2018 sous le thème « Fang’Art’O » signifiant « mélange » et traduisant à travers les différents styles de peinture qu’on peut y trouver, selon le style des artistes. Du réalisme, de l’abstrait et de l’impersonnalisme se côtoient sous les griffes de Mistery, Naivo Haja, Le Ramah, Jina, R. Dolph, Tofy, Mahenina, Jocelyn, Petit Maître et Dzery.Ils semblent être déçus du résultat selon leur constatation. « Depuis le début de l’exposition, nous n’avons vendu que trois tableaux jusqu’à aujourd’hui. Et le troisième a été réservé verbalement. On ne sait pas si le client va revenir ou pas. C’est un étranger et je pense qu’il va tenir parole. On hésite à demander un acompte parce que dès fois les gens prennent cela pour un manque de confiance. Et comme vous voyez là maintenant, il n’y a pas de visiteurs du tout », a expliqué R. Dolph, un petit peu inquiet.L’hôtel Le Louvre sis à Antaninarenina est un autre endroit stratégique pour les artistes peintres visant plutôt une clientèle étrangère. « Éclats de couleurs » est le thème décrivant les œuvres des cinq peintres qui exposent dans le hall de cet hôtel de haut standing. Stella Andria, Le Ramah, Mistery, Randre’M’Ravaka et Naivo Haja sont les maîtres des œuvres y exposées depuis le 2 jusqu’au 31 janvier.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Un passager se fait dérober 

Hier matin, un passager s’est fait dépouiller de son smartphone, près du chemin de fer à Ankadim­bahoaka. La foule s’est abattue sur les voleurs et a réussi à appréhender l’un d’entre eux. Ce captif a failli subir une vindicte populaire si la police n’est pas immédiatement intervenue pour l’embar­quer. Le butin n’a pas pu être récupéré.

L'express de Madagascar0 partages

Journée des officiers

Une fumée noire et épaisse au portail du camp du général Ratsimandrava a surpris les piétons, hier matin, à Andrefan’ambohi­janahary, alors que c’était la célébration de la journée des officiers, comme chaque année. Une centained’officiers ont couru autour du lac Anosy avant de retourner au camp.

L'express de Madagascar0 partages

Orange récompense ses fidèles clients

Orange Money avait organisé « Loka Be Krismasy» auquel pouvaient participer tous les utilisateurs du service dans tout Madagascar pendant et à l’occasion des fêtes de Noël et du Nouvel An. Lors d’un tirage au sort, un abonné résidant à Toliara a remporté un voyage pour deux personnes à l’île Maurice, tous frais compris. Du 27 novembre au 24 décembre 2017 inclus, pour toute transaction Orange Money supérieure à 5.000 ariary, le client a obtenu un ticket de jeu éligible aux tirages. Sept gagnants ont chacun empoché 500 000 ariary, chaque semaine, et un gagnant a reçu1000 000 d’ariary

L'express de Madagascar0 partages

Andohalo, un come-back sucré amer

Avec Mahamasina, Andohalo pourrait être le lieu le plus emblématique de l’histoire de l’Imerina. Des naissances dont celle de la République de Madagascar, des morts dont celle de la royauté, des réformes, des lois, des engagements, des discussions ont été prononcés sur cette place depuis les années 1600. Des Rois et des Reines y ont été couronnés : Radama 1er  (1787-1810),  la reine Ranavalona Ière (1828-1861), puis Rasoherina (1863-1868), Ranavalona II (1868-1883) et finalement Ranavalona III (1883-1896). C’est à Andohalo que le peuple parlait à leur Mpanjaka et où ces derniers écoutaient le peuple.Au temps de la colonisation et de la Première république, les infrastructures autour d’Andohalo se sont développées petit à petit. Finalement, le quartier d’Andohalo est devenu une zone dite « résidentielle » avec ces belles maisons à l’ancienne. Les bureaux administratifs, les garnisons militaires, les établissements scolaires et puis ses lieux de culte font de ce quartier un lieu à part. Il y a tellement de gens, qui ont de beaux souvenirs de cet endroit. Certains y sont venus avec leurs parents pour voir les Hiragasy. D’autres, lycéens d’antan, y mangeaient à midi, y passaient du temps entre les cours. Et puis, toutes ces familles qui s’y retrouvaient et s’y retrouvent encore avant ou après les messes. Puis, tous ces amoureux, en quête d’un coin paisible, qui s’entrelacent sous les ombres des grands arbres d’Andohalo.Il y a dix ans, Andohalo a eu droit à un premier lifting pour une bouffée d’oxygène après avoir été laissé presque à l’abandon. Durant plus de deux ans, des hommes et des femmes ont travaillé pour redessiner l’Andohalo que nous connaissons actuellement. Avec l’effort incommensurable des « petites mains vertes » de la commune urbaine d’Antananarivo. En ce temps, une centaine d’agents de la direction en charge des espaces verts s’y sont relayés avec peu de moyens. Pourtant, au final, le résultat était fort louable. Mais l’infrastructure n’a pas eu l’élan souhaité, faute de vision claire, d’inventivité, de volonté politique de la commune urbaine.Puis, depuis quelques jours, la belle se refait peau neuve. Le concept est une continuation de ce projet initial. Le terrain de foot et celui de basket sont maintenant couverts de tapis synthétique. Il semble qu’une mise en concession ait été opérée. Au regard de l’enthousiasme des uns et des autres en voyant les premières photos, Andohalo drainera de nouveau du monde.Aussi, tâchons de tirer avantage de cet investissement. Veillons surtout à ce que la sacralité du lieu ne soit pas souillée. Il est un peu triste de voir que les deux lieux symboliques d’une grande partie de l’histoire du pays soient devenus des lieux de sports. Certes, il n’y a rien de mal à de telles reconversions mais un pincement au cœur est inévitable. Il faut aussi s’assurer que les parties qui ne sont pas mises en concession soient très bien gérées pour éviter ce qui se passe avec la place d’Antaninarenina. Les deux parties du jardin qui sont sous la responsabilité du Buffet du Jardin et de l’Ortana sont impeccables. La petite portion dont la gestion revient à la commune urbaine est textuellement un bordel alors que c’est le cœur même de cette place.Bon vent à toutes ces belles initiatives, espérons que les investisseurs se sentent avant tout des patriotes.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Une étape insuf­fisante

La fondation Friedrich-Ebert stiftung (FES), a tenu une séance d’infor­mation sur le déroule­ment des sessions de la 14e promotion du Youth leadership teaching program (YLTP), hier au Centre germano-Malagasy (GGM), Analakely. En marge de l’évènement, Jean Aimé Raveloson, de la FES Madagascar a expliqué que le programme vise à former des jeunes leaders qui impulseront des changements drasti­ques dans le monde social et la pratique politique dans la Grande île. Selon ses explications, les élections seules ne suffisent pas à renforcer et à ancrer la démocratie. Un renforce­ment, un changement, voire une refondation du système seraient aussi nécessaire.

L'express de Madagascar0 partages

Approvisionnement carburant

L’office malgache des hydrocarbures rassure les automobilistes face à une crainte de pénurie de stock de carburants. « Les stocks disponibles sont suffisants», souligne un responsable. L’acheminement de carburants ne connaît plus de difficultés. La plupart des infrastructures continuent à être endommagées par le passage du cyclone Ava, notamment les routes nationales. Les trafics reprennent petit à petit.

L'express de Madagascar0 partages

Cross country – Le championnat national  à Arivonimamo

Première compétition de la fédération. La ville d’Arivonimamo, dans la ligue régionale d’Itasy, abritera pour la première fois le championnat de Madagascar de cross country. « Nous décentralisons tous les ans les courses hors stade, dans le cadre de la promotion de la discipline », explique Jean de la Croix Mahatana, responsable technique de la fédération, sur le choix de la ville d’accueil. Le sommet se tiendra le samedi 17 février.« L’équipe technique a déjà effectué la reconnaissance, et des boucles de 2km et de 4km formeront le parcours », a informé la présidente de la fédération, Norolalao Andriamahazo.Comme d’habitude les participants seront répartis en cinq catégories, à savoir minimes filles : 2km, minimes garçons-cadettes: 4km, cadets-juniors filles: 6km, juniors garçons : 8km, seniors hommes et dames : 10km. « Le championnat est réservé uniquement aux licenciés. Seuls les non-licenciés de la ligue hôte seront autorisés, dans le but de vulgariser la discipline », a précisé Jean de la Croix Mahatana. Vu que la fédération n’a pas reçu cette année d’invitation aux 10km de Mamoudzou Mayotte, « deux champions dont les catégories sont à déterminer plus tard, représenteront le pays au championnat d’Afrique australe de cross country, à Maurice le 3 mars », a souligné la présidente.

S. R.

Midi Madagasikara0 partages

Christine Razanamahasoa : « C’est une juridiction compétente qui a jugé Marc Ravalomanana»

Christine Razanamahasoa a émis son opinion concernant la condamnation de Ravalomanana en 2010. (Photo d’archives)

L’ancienne ministre de Justice de la Transition, Christine Razanamahasoa, s’est exprimée sur une station privée de la Capitale sur le cas de Marc Ravalomanana qui a été condamné le 28 août 2010 par contumace dans le procès des auteurs de la tuerie du 7 février 2009. Concernant la condamnation du fondateur de l’empire Tiko, l’ancienne ministre de la Justice de déclarer que c’est une décision de justice tout en soulignant au passage que c’est une juridiction compétente qui a rendu le verdict. Elle estime que cela rentre dans le cadre de la continuité de l’Etat, étant donné que la justice est une structure. Autrement dit, la justice devrait suivre son cours normal. Faut-il rappeler que c’est du temps où elle a été ministre de la Justice que le verdict a été rendu. Ceci expliquant cela.

HCJ. Toujours est-il que de son côté, Marc Ravalomanana considère ce verdict de 2010 comme caduc. Il pense ainsi que la Cour criminelle ordinaire n’était pas habilitée pour le juger. Il a par ailleurs rappelé qu’il a été Président au moment des faits et que par conséquent son jugement relève de la Haute Cour de justice. En outre, il a tenu à préciser qu’il n’a pas encore été notifié de cette décision de justice le concernant, tout en indiquant que sa condamnation a une connotation politique. Dans tous les cas, Marc Ravalomanana persiste et signe qu’il sera candidat à la prochaine élection présidentielle.

Recueillis par Dominique R.