Les actualités à Madagascar du Jeudi 12 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara27 partages

Conseil des ministres : Nomination de plusieurs généraux

Au niveau de la Présidence de la République, projet de décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret n°96-426  du 21 juin 1996, complété par le décret n°2018-1465 du 31 octobre 2018, portant création de l’Office des Transmissions Militaires de l’État (OTME).

Il a été décidé au conseil des ministres d’hier, projet de décret abrogeant le décret n°2018-860 du 26 juillet 2018 et portant nomination de Saïd Ahmad Jaffar, Directeur Général de l’Institut National de la Décentralisation et du Développement Local du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Et comme il fallait s’y attendre, le conseil a procédé aussi à diverses nominations. Au titre du ministère de la Défense Projet de décret portant nomination des Généraux de Brigade, des Généraux de Brigade Aérienne et des Contre-Amiraux des Forces Armées aux rangs et appellations de Général de Division, Général de Division Aérienne et Vice-Amiral au titre de l’année 2019, ainsi qu’un projet de décret portant nomination des Colonels, des Capitaines de Vaisseau des Forces Armées aux rangs et appellations de Général de Brigade, Général de Brigade Aérienne et Contre-amiral au titre de l’année 2019.

Commission régionale. D’autres nominations, au titre du ministère de l’Economie et des Finances. Projet de décret portant nomination de M. Manarina Claude Manoela Solomampionona, Chef de Commission Régionale des Marchés Anosy auprès du Ministère de l’Economie et des Finances. Projet de décret portant nomination de M. Ramanandraibe Vincent de Paul, Chef de Commission Régionale des Marchés Amoron’i Mania auprès du Ministère de l’Economie et des Finances. Projet de décret portant nomination de M. Ravanomanana Mandimbison Paul, Chef de Commission Régionale des Marchés Atsimo Andrefana auprès du Ministère de l’Economie et des Finances. Projet de décret portant nomination de M. Randria Herbert Gilles, Chef de Commission Régionale des Marchés Melaky auprès du Ministère de l’Economie et des Finances.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara9 partages

Restitution des Îles Eparses : Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka main dans la main

Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka se positionnent en Chefs de file pour le combat pour la restitution des Îles Eparses.

Le président de la République appelle tous les Malagasy à dépasser le clivage politique, ethnique et religieux, et exhorte le renforcement de l’unité et de la solidarité.

Comme prévue, la cérémonie de clôture de la concertation nationale sur les îles Eparses s’est déroulée hier au Centre de Conférence Internationale d’Ivato. Une occasion de remettre au président Andry Rajoelina la résolution des trois jours de débats au niveau des quatre commissions qui ont discuté des impacts de ces îles sur l’économie, l’environnement et le développement durable, la sécurité, la souveraineté nationale et la géopolitique. L’évènement marquant de la journée d’hier était la présence de l’ancien président Didier Ratsiraka qui a tenu à être présent pour exprimer son soutien au processus. En effet, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka ont décidé d’être main dans la main pour être les Chefs de file pour le combat en vue de la restitution des Îles malagasy de l’Océan Indien. D’ailleurs, les deux hommes étaient assis côte-à-côte durant cet évènement au CCI. Durant la deuxième République, l’Amiral a déjà engagé une démarche auprès du président français de l’époque, François Mitterrand, mais le processus n’a pas abouti. Cette fois-ci, avec un « Zandry Kely » armé d’une détermination infaillible, « Deba » entend apporter ses expériences et son savoir-faire en tant qu’Officier de la Marine et ses 21 ans de pouvoir. D’ailleurs dans son discours, l’actuel homme fort du pays n’a pas manqué de remercier le président Didier Ratsiraka pour les efforts qu’il a fournis en réclamant l’exécution de la résolution n°34/91 des Nations-Unies en date du 12 décembre 1979.

Zone Economique Exclusive. Durant cette cérémonie au CCI Ivato, le président Andry Rajoelina a réitéré que les îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India sont des îles malgaches. « Ces îles appartiennent à Madagascar. D’ailleurs, l’histoire confirme qu’auparavant, elles avaient un nom malgache et s’appelaient Nosy Sambatra, Nosy Kely, Nosy Bedimaky et Nosy Ampela », affirme-t-il. Des noms que les colons français auraient modifiés sous la colonisation. Comme argument, le Chef de l’Etat d’expliquer que « géographiquement, ces îles figurent dans la Zone Economique Exclusive (ZEE) de Madagascar car Juan de Nova se trouve à 150km seulement de Tomboarano, dans la Région Boeny ; Les Glorieuses à 200km du Cap d’Ambre ; Europa à 300km des côtes malagasy et Bassas da India à 380km de Nosy Be. Si l’on se réfère au droit de la mer, une Zone Economique Exclusive est un espace maritime sur lequel, un Etat côtier exerce des droits souverains en matière d’exploration et d’usage des ressources. La ZEE s’étend à partir de la ligne de base de l’Etat jusqu’à 200 milles marins. 200 milles équivalent à 322km.

« Diviser pour régner ». Andry Rajoelina a aussi sollicité le soutien de tout le peuple malagasy. Il a ainsi profité de cet évènement pour lancer un appel à l’unité et à la solidarité. « Nous n’accepterons pas d’être influencés par la politique du diviser pour régner ». Il exhorte tout un chacun à savoir dépasser le clivage politique, ethnique et religieux. « C’est seulement en restant unis que nous atteindrons notre objectif », a-t-il déclaré. Et d’exhorter au passage les citoyens malgaches à se lever pour défendre nos îles. « Désormais, nous allons exiger nos droits sur nos terres ». Il a cependant fait savoir que le processus ne sera pas facile. « Il convient donc de mettre en place un programme et une stratégie efficace, mais il ne faut pas non plus confondre vitesse et précipitation. La démarche se fera pacifiquement. Il est hors de question de se verser dans la violence ». En effet, le Chef de l’Etat exclut toute démarche militaire dont certains concitoyens proposent. « Ce n’est pas sérieux », estime-t-il. Il, c’est Andry Rajoelina qui affirme qu’il ne prendra pas seul les décisions concernant la démarche pour la restitution des Îles Eparses. Il envisage en effet de favoriser le « Teny ierana ». Les membres du gouvernement, les gouverneurs des régions, les représentants des Ampanjaka et les Zana-dRanavalona, les Chefs d’Eglises tel que le Pasteur Mailhol, des historiens, des représentants des Forces armées, des étudiants, ainsi que de nombreuses personnalités politiques, à l’exception des pro-Ravalo et des HVM étaient présents à cette cérémonie de clôture du « Dinika Nosy Malagasy ».

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Nouveau DG de la Jirama : Dr Albert Ravelojaona choisi par le Conseil d’Administration 

Dr Albert Marie Ravelojaona, choisi par le CA de la Jirama pour occuper le poste de DG.

Le Conseil d’Administration de la Jirama a tranché. Dr Albert Marie Ravelojaona reste en tête de liste. Comme nous l’avons indiqué dans notre article publié le 2 décembre dernier, ce candidat sort du lot, dès le début du processus de recrutement. Nommé DG par intérim en août dernier, il s’est démarqué par ses réalisations au sein de la Jirama. Il figure également parmi les concepteurs de l’IEM (Initiative pour l’Emergence de Madagascar), dans le volet Energie… Lundi dernier, le Conseil d’Administration (CA) de la Jirama a confirmé sa position de favori, en le mettant en tête de liste, dans la proposition émise au président de la République et au Conseil des ministres, après une série d’entretiens avec les sept candidats. Comme les réglementations exigent au CA de proposer deux noms pour le poste de DG, le candidat Bruno Rabevahoaka figure également en deuxième liste, dans cette proposition. D’après les indiscrétions, trois noms sont également proposés pour les postes de DGA. Il s’agit de Fanja Rakotomanga, Laurent Eric Andriamahefa et Rivo Radanielina. Bref, pour le CA, le choix est fait. Les nominations du DG est des DGA sont attendues au prochain Conseil des Ministres

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Quatuor Squad : Va pour un second Noël symphonique

Quatuor squad remet le traditionnel Christmas party.

Noël est là, et la musique  dont fait l’objet et le sujet de promotion du moment suit le rythme de la saison.  Comme entrée en la matière avec deux ans de scène, le quatuor Squad  remet une couche pour le bonheur des  mélomanes.  La bande de luthistes fera régaler les passionnés de la capitale le 22 décembre au Skate parc Antanimena. Cette fois encore, le répertoire mettra en exergue les grands classiques du playlist de Noel dans le monde, mais également de nouveaux cover à l’instar de « Memories » de Maroon 5.

D’après Ravo Raboanarison, premier violon de la bande « ce sera surtout un moment de partage car le public sera nos invités d’honneur.  Evidemment il y aura d’autres chanteurs mais nous garderons la surprise pour le jour J. Attendant seulement  une centaine de personnes, nous espérons apporter la joie de Noel à tout un chacun. Plus encore, tout le monde aura sa part de bûche et de bonne humeur»,  relate-t-il.

A titre de rappel, le groupe Quatuor Squad est formé de quatre jeunes gens qui sont passionnés par les cordes. Ayant un faible pour le répertoire baroque et romantique, ces jeunes mettent en avant le maniement de l’instrument à cordes dans tous ses états. Le groupe est composé entre autres, de Ravo Raboanarison  au premier violon, d’Andry Robison  au deuxième violon, de Hervais Rabarison à l’Alto et de Kiady Rakotomalala à la violoncelle. Quatuor Squad est réputé pour ses reprises de tubes cultes malgaches et étrangers. Toujours épaulé par la family squad, le quatuor sera accompagné par Tohy Andrianary à la contre-basse, Anjatiana Andrianoroaviro au clavier, Joro Rakotozafiarison à la guitare, Tsilavina Kaleba  aux percussions et Riri Rabarison au Pad.  Inconditionnels, soyez aux aguets !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara5 partages

Sécurité Alimentaire : La valorisation du cactus mise en avant

Une journée de cueillette de cactus rouge dans l’Androy.

Des années après la campagne d’éradication du cactus « rouge » dans les régions du Sud du pays, l’État, avec ses partenaires techniques et financiers, affirme être convaincu de la place qu’a le cactus dans le processus de développement du pays.

« Madagascar valorise l’utilisation du cactus comme plante miracle pour le développement et la lutte contre la malnutrition ». C’est dans ces termes que s’est tenu l’atelier sur la valorisation du cactus organisé à Antaninarenina hier. Un évènement qui se veut être l’opportunité pour l’Etat, via l’Office Nationale de la Nutrition et les partenaires techniques et financiers comme le PAM et l’UNICEF, de « démontrer les mille et une ressources de la plante appelé « cactus ». Ainsi, cette dernière est « une plante exceptionnellement riche qui pourrait éventuellement devenir une filière porteuse qui va soutenir le développement humain et économique au niveau régional et national » d’après les dires de Lucie Solofonirina, coordonnateur nationale de l’ONN. En effet, connu comme étant riche en fibres, vitamines, minéraux et antioxydant, le cactus détient une place particulière dans les pays comme le Mexique, le Maroc, la Tunisie ou encore l’Éthiopie, le cactus sert plus de « nourriture de survie, de subsistance dans les régions du Sud du pays ». L’idée serait de transformer et de valoriser la plante qui existe en grande quantité et dans la majeure partie des cas à l’état sauvage de manière à obtenir des produits destinés soit à la consommation (l’on a surtout avancé la cause de la lutte contre la malnutrition), soit aux industries (pharmaceutiques et cosmétiques…). Et d’après les explications de Tsimanova Paubert, président de la coopérative Raketamena qui œuvre dans la production de produit dérivée du cactus « rouge » à Ambovombe Androy : « les potentiels existent. Il suffit de savoir les exploiter à bon escient de sorte à préserver l’environnement propre à l’Androy mais également en permettant le développement socio-économique ».

Pionniers. Avec une production de « 300 tonnes de noix de cactus à l’hectare », l’on pourrait facilement se dire que ce n’est pas la matière première qui manque dans le Sud du pays. Conscientes de la situation, des entreprises, des communautés et des coopératives des régions du Sud, se sont lancées depuis des années – bien avant la prise de conscience soudaine de l’État et de ses partenaires – à produire de façon expérimentale, locale et commerciale des confitures, des sirop et des huiles essentiels de Raketa ou cactus. L’exemple de la coopérative Raketamena, œuvrant à Ambovombe Androy en est une parfaite illustration. S’étant spécialisée dans la valorisation du cactus « rouge », ladite coopérative « réunit une centaine d’associations locales » selon Tsimanova Paubert. La structure se serait ainsi positionnée en « pourvoyeur d’emploi » dans une région qui souffre considérablement du chômage. « L’on a pu créer environ dix emplois directs dans notre chaine de production artisanale. Par ailleurs, si l’on prend la production dans son ensemble, c’est-à-dire depuis la cueillette jusqu’au lavage des noix de cactus, l’on peut en compter une centaine », s’est exprimé avec fierté Tsimanova Paubert. Si la volonté de valoriser le cactus est là, l’on se demande comment compte-t-on y parvenir. Car cela impliquerait la mise en place de structures permettant la transformation mais aussi le renforcement des capacités des populations locales de façon à obtenir des produits répondant aux normes internationales. Et Quid des infrastructures routières permettant l’évacuation des produits ? Quid également des débouchées pour les producteurs ?

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Salon des médias : Le point sur 2019 et perspectives pour 2020

Le salon des médias est organisé chaque année à l’Ambassade de Chine à Nanisana. Et même si cette année, un premier salon avait déjà été organisé au mois de mai, un autre s’est tenu hier pour faire le bilan de l’année 2019 et parler des projets pour l’année qui arrive. Différents représentants de la presse ont donc assisté à ce rendez-vous fixé par l’Ambassade de Chine à Madagascar. On  a pu croiser sur place les rédacteurs en chef des presses malgaches, mais également beaucoup de journalistes, ils étaient une trentaine à avoir fait le déplacement pour ce salon des médias.

Vue sur le socialisme à la chinoise. Dans son allocution, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong a beaucoup parlé de l’efficacité du système de socialisme à la chinoise. Elle a expliqué comment la Chine a réussi à faire face à tous ces problèmes et arriver à sa position actuelle grâce à ce système. « Ce système a permis un progrès économique rapide de la Chine », a-t-elle annoncé, avant d’ajouter qu’il est important de garder en permanence l’esprit de réforme puisqu’il y a toujours quelque chose à améliorer et que la Chine n’est jamais restée immobile et a toujours su s’ouvrir au monde. Un exemple à suivre pour certains pays ?

Mais mis à part ce socialisme, le cas des perturbations actuelles à Hong Kong, la lutte contre le terrorisme à Xinjiang pendant ces dernières années , ainsi que la relation malgacho- chinoise ont également été abordés lors de cette conférence. Et sur ce dernier sujet, quelques journalistes malgaches n’ont pas hésité à poser des questions, qui portaient soit sur la teneur et la validité des accords signés précédemment entre les deux pays, soit sur les projets en cours. Dans les réponses des représentants de la Chine, on a pu entendre que la coopération va encore se renforcer, divers projets sont en cours, d’autres vont arriver, et tout ceci touche tous les domaines : culture, social, économie, sport.

Enfin, le dernier salon des médias de cette année s’est clôturée avec un déjeuner convivial, l’occasion aussi pour les journalistes de se revoir et de discuter tant ils se sont perdus de vue, tous occupés par leur travail.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Football féminin- UFFOI U20 : L’équipe malgache en quête de précieux métal

En outre des Barea U20 à la Cosafa, une autre équipe malgache sera en lice pour le Championnat de l’Océan Indien, notamment le tournoi de l’Union des fédérations de football de l’Océan Indien (UFFOI). Il s’agit de l’équipe féminine de football malgache U20 qui se lance pour l’action. La compétition aura lieu à Maurice du 13 au 22 décembre.

La préparation à ce tournoi s’est étalée en trois jours seulement au centre de formation à Carion. Pourtant, c’est une équipe importante composée de 20 joueuses qui rejoindra l’île Maurice ce jour. La plupart d’entre elles sont des joueuses qui faisaient déjà partie de l’équipe nationale lors des Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports (CJSOI), et ont remporté des médailles d’or en 2016.

«Ce n’est que dimanche matin que nous nous baignons totalement dans la préparation. De ce fait, on n’a pas fait beaucoup de travail. On fait confiance à nos joueuses. Elles sont toutes rusées quand elles sont sur le terrain. Leurs corps sont également musclés, même si elles ont de tailles petites par rapport à leurs adversaires. Nous devrions donc remporter la médaille d’or », a annoncé le coach Haingo Ramiaramanana.

En une seule poule, l’équipe malgache rencontrera en premier la formation Réunionnaise ce samedi. Le deuxième match sera contre les Mauriciennes pour lundi et les Rodriguaises le 18 décembre. Et enfin, les protégées de Haingo joueront leur dernier match contre les Mahoraises le 20 décembre. C’est à travers ces matches que les deux meilleures équipes se qualifieront pour la finale.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Marotsipoy Anjozorobe : Efa olona efatra no maty, mitaky 40 tapitrisa ireo mpaka takalonaina

Miha-mahery vaika. Hatramin’ny omaly hariva, nahazoanay vaovao farany avy any an-toerana dia fantatra fa efa tafakatra efatra ireo olona novonoin’ireo andian-dahalo, raha mbola eny am-pelan-tanan’izy ireo kosa ilay raim-pianakaviana nentin’izy ireo natao takalon’aina. Vola manodidina ny efapolo tapitrisa ariary eo ho eo no takian’ireto olon-dratsy ireto ho tambin’ny famotsoràna azy.

Ambonin’ireo miaramila sy ireo zandary any an-toerana efa manao hazalambo sy fikarohana ity raim-pianakaviana ity dia mbola nisy mpitandro filaminana maromaro nalefa atao fanampin’izy ireo any an-toerana, raha ny hita omaly. Marihana mantsy dia mahatratra am-polony maro ireto andian-dahalo nitondra takalonaina ireto ary mirongo basy avy izy ireo, hoy ny fampitam-baovao. Efa nentina teto omaly fa misy amin’izany fitaovam-piadiana izany no karazan’ireo tena mahery vaika tokoa. Ny alin’ny alatsinainy lasa teo no nitranga ity fakàna takalonaina ity tao amin’ny kaominina Marotsipoy Anjozorobe. Raim-pianakaviana iray, mpamboly sy mpivarotra,  fantatry ny maro any an-toerana amin’ny anarana hoe « Haja » izay monina ao amin’ny fokontany Bemandrona ity lasibatra ity. Nanomboka tamin’io fotoana io, taorian’ny fanafihana, no niezaka nanara-dia ireo fokonolona tany an-toerana. Saingy atody miady amim-bato moa ka nisy tamin’izy ireo no lavo avy hatrany. Nitohy hatramin’ny omaly ny vono moka nataon’ireo olon-dratsy ka io tafakatra efatra io hatreto ny namoy ny ainy, hoy ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary any an-toerana.

Fantatra fa misy ny fifandraisan’ireo olon-dratsy amin’ny fianakavinan’ity lehilahy ity amin’ny alalan’ny finday miafina laharana. Tamin’izany no nitakian’izy ireo ilay vola mitentina 40 tapitrisa ariary ho tambin’ny famotsorana ilay olona eny am-pelan-tanan’izy ireo. Tokony ho omaly hariva, tao amina tanana iray antsoina hoe Anosiboribory, Ambavasambo no voalaza fa toerana hanaovana ny fifanakalozana, saingy hatramin’ny ora nanoratanay dia mbola tsy raikitra izany io. Mbola miandry ny toromarik’ireo mpaka takalonaina, hoy hatrany ny fampitam-baovao azo.  Na izany aza anefa dia efa mipetrapetraka ny paik’adin’ireo mpitandro filaminana any an-toerana manodidina izany faritra izany. Tsiahivina fa tsy mbola fantatra hatreto ny toerana hitobian’ireo olon-dratsy sy hiafenan’izy ireo.Andrasana araka izany ny tohin’ny raharaha.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

E-Show : Le Jazz à la Jax Ravel résonne à l’ambassade des Etats-Unis

Jax Ravel accompagné de sa sœur Vola au Piano et son frère Misa à la guitare Basse.

Jax Ravel a livré un show hier à l’ambassade des Etats-Unis à Andranomena. Plus de 70 personnes sont venus applaudir ce jeune jazzman malgache qui vient de participer à one beat 2019 qui s’est déroulé au  pays de l’Oncle Sam. Cet évènement «  offre la possibilité de se réunir avec des musiciens du monde entier pour collaborer à la création et à la performance de nouvelles musiques, partager et développer des façons d’utiliser la musique pour influencer positivement votre communauté, encourager la compréhension interculturelle et favoriser des méthodes permettant à diverses personnes d’aborder de manière créative et collaborative les problèmes universels. Vous devez avoir entre 19 et 35 ans et être intéressé à développer des moyens d’utiliser la musique comme outil pour l’amélioration de votre communauté à travers la collaboration entre les genres ». Le show a débuté  à 14heures 30.  Habillé en costard, le jeune homme a  commencé à jouer au piano. Un instrument que son père lui avait appris dès son jeune âge. Ensuite le public chavire de  bonheur de le voir gratter à la guitare.  Après toutes ces démonstrations, il a partagé ses expériences acquises lors de ses séjours aux Etats-Unis : le Sound painting. C’est le langage des signes universel multidisciplinaire de composition en direct pour les musiciens, les acteurs, les danseurs et les artistes visuels.  A 15heures 30, il invite sa sœur Vola  et son frère  Misa pour interpréter Lean One Me, un patrimoine musical des américains.

Bercé par le Jazz de Miles Davis, inspiré  par le gospel de Bill Withers, Jax Ravel est un artiste à suivre de près. Valiha, batterie, piano, guitare basse, Jax Ravel est un multi-instrumentaliste. Le jeune homme a toute la jeunesse devant lui pour cultiver son talent.

Iss Heridiny

Madaplus.info0 partages

Madagascar : fin de la concertation nationale sur les îles Éparses

La concertation nationale sur les îles Eparses a pris fin hier 11 Décembre avec cette image émouvante de l’actuel président de la République Malgache Andry Rajoelina et de l’ancien président Didier Ratsiraka qui avait déjà commencé à revendiquer îles durant sa présidence. Cette concertation a commencé le lundi 9 décembre et a duré trois jours au Centre de conférences internationales d’Ivato.
Cette concertation nationale vise à sensibiliser les malgaches sur ses îles leur appartenant et de les mobiliser pour la sauvegarde de la souveraineté nationale. Andry Rajoelina de dire que tous les Malgaches se donneront la main pour revendiquer nos droits pour l’application de la décision des nations-unies en 1979 qui stipule que ces îles appartient à Madagascar.
Madagate0 partages

Shabnam Singh: appointed Conseillère Economique For Republic Of Madagascar for Chambre de Commerce of Nosy Be

The Felicitation Ceremony marks the beginning of a new era to strengthen the socio-economic-cultural relations between the two countries and all the dignitaries raised a toast towards a bright future.

Shabnam Singh, Chairperson of YouWeCan Foundation and Director at Yuvraj Singh Group of Companies has been appointed as the Conseillère Economique for the Republic of Madagascar today, for Chambre de Commerce of Nosy Be. Mother of international cricketing superstar Yuvraj Singh has donned many hats in her life, a life coach, a motivational speaker of exceptional repute, a philanthropist and a humanitarian has been involved in social work since a very young age.Adding another feather to her hat, she accepted the responsibility of Conseillère Economique for the Republic of Madagascar and presented the delegates with a Yuvraj signed YWC Cricket bat and a beautiful handcrafted Charkha, the quintessential symbol of Mahatma Gandhiji who is the beacon of strong Indo-Africa ties.

The Government Delegation of the Republic of Madagascar is invited by Creator's Gurukul, leading Glo-cal co-working space founded by Abhinav Tandon and Md Sirajuddin and promoted by Yuvraj Singh, and Madagascar based Mada Group. Reputed dignitaries from Madagascar including:

Khushwinder Singh, Consulaire Chamber of Commerce and Industry, President Director General Mada Gold; General Richard Ravalomanana, Secretary of the state Government of Madagascar, Minister of Gendarmerie; Andriambelo/Fredy Rajaofera, President Director of MA TV and Newspaper; Raharimanana Andrianandraina/Fidy Olivier, Special Technical Adviser of Ministre of Agriculture, livestock and fisheries; Rakotondrabe/Andriamihanta Harisolofo; Mampihongo Roberto Carlos, Cabinet of President; Rakotondrabe Andriamihanta, Harisolofo (attached to Presidency) were present at the event.

Other social dignitaries, business conglomerates and ace cricketers graced the occasion including Natasha Gambhir; Anchal Raina, COO, 360 Realtors; Deepak Sahni, Co-Founder, Healthians; Keval Garg, Partner, Matchbox 20; Pramod Mahanta, CFO, Payback; Azad Singh Toor, Former Ambassador of India in Madagascar; Ashok Tanwar, Former Member of Parliament, Rajeev Bakshi, Chairman, YouWeNISSAN (YouWe Cars); Aneesh Gautam, VP, YouWeCan Group pf Companies; Sirish P.; Anirudh Lalit, Actor; Vikas Sharma, Guftagu Café; Shashwat Sinha to wish Shabnam Singh on this occasion.

Speaking at the event, Shabnam Singh said : “I am humbled on being chosen for this honour and am thankful to the distinguished guests for their presence today. I would like to take this as an opportunity to contribute something good for my country. I would dedicate my efforts towards strengthening the socio-economic-cultural relations between these two wonderful countries and move forward towards mutual wellbeing”.

India has had maritime links with Madagascar for several centuries. Today both countries successfully enjoy strong diplomatic and trade relations. Madagascar is one of the most incredible, open and accommodating countries in the world, in terms of both government and society. It is a rich and diverse country, with a very unique blend of African and Asian landscapes and cultures. By further strengthening its bond with Madgascar, India can support economic growth by promoting cooperation in a number of priority areas including infrastructure, human resources, agriculture, mining, defence, education, tourism etc.”, she further added.

General Richard Ravalomanana, Secretary of the State Government of Madagascar Minister of Gendarmerie and Ministry of Defence said, “India and Madagascar enjoy cordial bilateral relations. Madagascar has been supportive of India’s demand for Permanent Membership of UNSC and G-4 initiative for Expansion of the UNSC. Madagascar has also supported India’s candidatures in various UN and other international bodies. Together both countries can create new avenues for sustainable development in the continent. We are confident that as Conseillère Economique for the Republic of Madagascar, Shabnam Singh will help us in taking India-Madagascar relations to newer heights.”

The felicitation ceremony marks the beginning of a new era to strengthen the socio-economic-cultural relations between the two countries and all the dignitaries raised a toast towards a bright future.

BW (Business World) Online Bureau

10 Decembrer, 2019

Ino Vaovao0 partages

FITSINJARANA SOLIKA AO ANTALAHA : Hofoanana ary tsy azo ekena ny varo-maizina

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana,  raha misy ny fahatongavan’ny solika eo anivon’ny tobin-tsolika dia ao anatin’ny andro vitsy ihany dia efa tsy ahitana solika. Amin’ny fahamaroan’ireny mpividy solika  amin’ny daba mavo ireny no voalaza fa mahatonga ny tsy fisian’ny solika haingana any an-toerana. Ka lasa ny mpampiasa solika mividy tsikelikely no misedra fahasahiranana. 

Miteraka fiakaran’ny saram-pitaterana araka izany ny tsy fisian’ny solika satria lasa mividy amin’ny varo-maizina ireo mpitatitra, ka voatery mampiakatra ny saran-dalana mba tsy hisian’ny fatiantoka. Araka izany dia tsy nitazam-potsiny ireo tompon’andraiki-panjakana, ny  sampan-draharam-paritra misahana ny solika ao Sava. Fa nanatanteraka fihaonana, izay niarahana tamin’ireo sokajin’olona mpampiasa solika, izay nahitana ny mpitondra fanjakana tao an-toerana, notarihan’ny talem-paritra miahy ny solika. Natao izany mba hamahana ny olana izay miverimberina matetika amin’ny fitsinjarana solika ao Antalaha.  

Misy ny lalàna velona mifehy ny fitsinjarana solika, ka ilaina ny fampiharana izany.  Araka ny fanapahan-kevitra noraisina taorian’ny fihaonana dia hofoanana tanteraka ary tsy azo atao manomboka izao ny fanaovana varo-maizina  solika ao an-tampon-tanànan’ Antalaha. Raha ny mpividy mampiasa daba sy ireo avy any ambanivohitra kosa indray dia voalaza fa tsy maintsy manana fahazoan-dalana manokana raha hividy solika. Antenaina araka izany ny mba hisian’ny fanaraha-maso akaiky amin’ireo voalaza ireo, mba tsy hampanahirana ny mpitatitra mpampiasa solika mba tsy hisian’ny fiakaran’ny saran-dalana izay ho fitsinjovana ny sosialim-bahoaka.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ASA AN-GAZETY : Voatositosika indray ny mpanao gazety teny amin’ny atrikasan’ny OMS

Raha tonga teny an-toerana nanao ny asany ny Mpanao gazety iray ato amin’ny Inona no vaovao  dia natositosika sy noroahana nivoaka tany ivelan’ny trano rehefa nanontaniana ny karatra maha Mpanao gazety, izay karatra nomen’ny Holafitry ny mpanao gazety na OJM ary azo hamarinina tsara any amin’ny fanjakana. Marihina fa io Mpanao gazety io irery no tratran’io fihetsika tao anatin’ ireo namany mpanao gazety maro. Araka ny fomba fitrandrahana vaovao dia nanontany « communiqué de presse » tamin’ny mpikaraka ka nilaza ireo fa tsy misy.

Rehefa izay dia nanatona ity rangaha iray ka nanontany hoe iza ianao ? Namaly moramora amin’ny maha  Mpanao gazety azy ilay nanontaniana, notakiny indray ny karatra maha Mpanao gazety ka naseho azy indray izany. Akory anefa ny hagagana fa tonga dia tositosika no azon’ny Mpanao gazety. Rehefa niezaka nanontaniana ny antony dia nilaza ilay rangahy fa « Mpanao gazety ve hono dia tsy mandray naoty, raha tena Mpanao gazety hono dia tsy tokony hijoro aty aoriana fa any aloha ». 

Fanontaniana ary no apetraka amin’ingahy milaza ho mpikarakara, moa ve tsy azon’ny Mpanao gazety atao ny maka  feo amin’ny  fitaovana fandraisam-peo, sa tsy maintsy atao hitan’ingahy hoe io fa miasa ny Mpanao gazety vao hanaiky fa Mpanao gazety tokoa ilay olona ? Rehefa tsy hanaraka izany fandaminana izany hoy izy dia ndeha mivoaka. Anairana ny sain’ny tompon’andraikitra nikarakara ny atrikasa arahina sakafo momba ny resaka vaksiny sy  fahasalamam-bahoaka sy ny OMS izao fihetsika mamohehatra izao. 

Adidin’ny Mpanao gazety koa anefa ny mikaroka izany vaovao izany ho an’ny olom-pirenena satria zo fototry ny rehetra, raha lazaina fa manakorontana àry ilay Mpanao gazety dia manana zo hamaly ity lahatsoratra ity io rangahy nanositosika sy nandroaka ny Mpanao gazetinay io. Marihina fa tsy misy mahafantatra io rangahy io ireo mpiasa ambony ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana satria saika mifankahalala avokoa ny mpiasa rehetra hatrany amin’ny mpamily sy ny mpamafa trano ka hatramin’ireo tale isan’ambaratongany, mazava izany fa mpiasa ao amin’ny OMS izy. Azo adika ho fanampenam-bava Mpanao gazety izao fihetsika izao ary sakantsakana amin’ny fahalalahan’ny asa fanavaon-gazety. Ny marainan’io anefa dia nolaniana teny amin’ny antenimierampirenena ny lalàna momba ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety kanefa ny harivan’io andro io dia fandroahana sy tsy famelana ny Mpanao gazety hanao ny asany no niseho.

Ny fanoratana  

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA : Asa an-terivozona mandra-pahafaty no sazin’i Tsilavina, ilay nahavanon-doza

Renim-pianakaviana iray antsoina hoe Kalo Henriette izay bevohoka sy zanany lahy kely vao efatra taona no maty nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana. Ny 15 avrily no voasambotra tany ambanivohitr’ Antanambao-Manampotsy ny tovolahy antsoina hoe Nomenjanahary Tsilavina 22 taona izay voalaza fa tompon’antoka. Ity tovolahy ity izay mpiasa tao amin’ilay tokantrano ihany. Ny alarobia 11 desambra teo no niakatra fitsarana ny raharaha. 

Niaiky ny heloka vitany i Tsilavina. Notantarainy tamin’ny antsipiriany teo anolon’ny Fitsarana ny fomba namonoany an’i Kalo Henriette sy ilay zaza efatra taona. Voalazany nandritra izany fa hazo hidin-trano no nampiasainy voalohany nandarohana an’ilay ramatoa. Nampiany fihety, antsy ary sotro vakivaky. Novelesiko tamin’ny hidin-trano ilay ramatoa raha efa iny izy resin-tory ary notsindromiko sotro vakivaky teo amin’ny vavafony avy eo, hoy hatrany ny fitantaran’i Tsilavina teo anoloan’ny fitsarana.

Mbola notohizany hatrany ny fanazavany  : «   taitra ary nitomany ilay zanany dia nolerako sotro vakivaky ny lohany ary notsatohako antsy teo amin’ny masony, mbola nidredrodredro  ilay reniny ka nolerako antsy indray teo amin’ny fony ary niverenako koa ilay zazalahy ka notrobarako antsy ny lohany sy teo amin’ny fony ary ny sofiny, rehefa vita ireo dia nalaiko ny finday roa an’ilay ramatoa sy vola 17.000 Ariary hitako tao antrano  ». Ilay finday izay namidiny 24.000 Ariary. Vola izay nolazainy fa nataony saran-dalana nitsoaka tany ambanivohitra Antanambao-Manampontsy.

Nandritra ny fifandaharana teo anoloan’ny Fitsarana, dia nitondra fanamarihana ny rain’i Tsilavina fa efa avy namono olona tany amin’ny faritra Antanambao-Manampotsy io zanany io ka izao mbola nahavanon-doza izao indray. Vokany, tsy nitsitsy ny teo anivon’ny Fitsarana. Nosokajin’izy ireo ho vonoan’olona efa nomanina sy tamin’ny alalan’ny herisetra sy fampijaliana no nataon’i Tsilavina ka tsy nilasalasa ny teo anivon’ny Fitsarana namoaka didy henjana, voaheloka asa anterivozona mandra-pahafaty.

Raha tsiahivina, dia nisy tovolahy iray antsoina hoe Tanteliniaina Rakotonoely niaraka nosamborina tamin’i Tsilavina. Ilay Tanteliniaina Rakotonoely izay fantatra fa mpifanolobodirin-drina amin’i Kalo Henriette. Nisy fifamaliana teo aminy sy Kalo Henriette ka io Rakotonoely io no nolazain’i Tsilavina tany amin’ny fanadihadiana ho nanome loha azy hamono hahafaty an’i Kalo Henriette mianakavy. Nambaran’i Tsilavina teo anoloan’ny Fitsarana fa niharan’ny fandrahonana nataon’i Tanteliniaina Rakotonoely izy tany amin’ny violon polisy. Araka ny fitantaran’i Tsilavina hatrany, dia nilaza ity Tanteliniaina Rakotonoely ity fa hovonoin’ny fianakaviany izy raha tsy manao fomba rehetra hanadiovana azy amin’io raharaha io sady mbola notambazany fa havotany i Tsilavina raha votsotra eo ny tenany.

Nanaiky nanao sonia taratasy nahafahan’i Tanteliniaina Rakotonoely nadio tamin’izao raharaha izao tokoa i Tsilavina ka nahafahan’ilay namany nahazo fahafahana vonjimaika.

TH

Ino Vaovao0 partages

TOETRANDRO : Ho betsaka ny rotsak’orana amin’ny faritra afovoan-tany manomboka anio

Araka ny  loharanom-baovao  voaray  avy amin’ny  sampana  mpamonjy voina,  omaly dia  nampiomana  ny  rehetra  izy  ireo ho an’ny  mponina  mipetra  afovoan-tany  “ ho mafimafy  ny  rotsak’orana manomboka anio alakamisy 12 desambra. Ahiana  fatratra  araka izany  ny  mety  ho fiakaran’ny  renirano,  fisian’ny  tondra-drano ka  mila mitandrina  avokoa  ny rehetra  mba tsy  ho  tratran’ny  loza. Ireto  faritra  ireto  araka izany  no  fantatra fa  ahitana oram-be dia ny  Distrikan’Antsalova, Maintirano, Morafenobe, Miandrivazo, Morondava , Mahabo ary  hihazo eto  afovoan-tany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DOANY MIARINARIVO : Ny antsasaky ny asa ihany no vita amin’ny valamena

Efa milamina ny fitantanana ny doany Miarinarivo ankehitriny, ka hanohy ny asa fanajariana izy ireo. Ny ampahany amin’ny valamena ihany araka ny nambaran’izy ireo no vita nandritra ny nitondran’ny ampanjaka Jean Noel. Tsy hita ny nalehan’ny vola sy ny fitaovana efa voaangona. Norarana tsy hiakatra teny amin’ny doany ireo sahabe izay ipetrahan’ny trombaben’ny efa-dahy manan-kasina. Nailika mihitsy izy ireo teo aloha ka dia lasa nitazan-davitra fotsiny. 

Rehefa niverina tamin’ny laoniny ny fitantanana satria dia mipetraka ho ampanjakabe Rasamimanana izay efa nafantoka tao Betsioko. Manampy azy amin’ny fitantanana kosa ny ampanjaka Soamody sy ny ampanjaka Guy Herimisy. Tonga nanatona amin’izay ireo saha ary efa misy ny mandray anjara amin’ny fanamboarana, indrindra ireo malala-tanana. Manambara kosa ny fahatelo fa ireo saha maventy ireo no lohadia manao asa mikarakara ny valamena ahafahana mikarakara sy mifampiresaka amin’ireo ampanjaka teo aloha amin’ny tokony hatao amin’ny fanamboarana ny valamena. Mizotra araka ny tokony ho izy amin’izay ny raharaha eny amin’ny Doany Miarinarivo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO OTRIKAFO : Hanao hetsika mangina hitaky ireo Nosy Malagasy

Nifarana iny ilay fakan-kevitra nasionaly nokarakarain’ny fanjakana foibe amin’ny fitakiana an’ireo nosy ireo. Manohy ny hetsika mangina kosa ny olom-pirenena sy ireo mpikambana ao anatin’ny antoko Otrikafo. Anio alakamisy 12 desambra dia misy ny hetsika am-pilaminana hataon’izy ireo etsy amin’ny kianja maitson’Ambohijatovo. Araka ny fanazavana azo dia mifanindry an-dalana amin’ny faha40 taona nanambaran’ny Firenena mikambana ny maha an’i Madagasikara an’ireo Nosy ireo ity hetsika ity. 

Ny 12 desambra 1979 no nivoaka izay fehin-kevitry ny firenena mikambana izay saingy ninian-dry zareo Frantsay tsy narahina mandraka ankehitriny. Hahatsiaro manokana izany ny antoko Otrikafo anio. Velesina ihany koa ny vy dieny mafana satria mbola ao anatin’ny heriny tanteraka ankehitriny ny fitakiana an’ireo Nosy Malagasy ireo. Iantsoan’ny mpikamban’ny antoko ny olom-pirenena tsy ankanavaka ity hetsika ity hamerenana ny tena fiandrianam-pirenena.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ALAIN RAMAROSON : “Tsy tokony hampisalasala ny fitakiana ny Nosy malagasy fa antsika ireo”

Raha tsiahivina tokoa dia andro vitsivitsy talohan’ny nandraisana izany izy no nosamborina sy naiditra am-ponja. Nanambara izy omaly, fa Nosy i Madagasikara ary amin’ny maha Nosy azy izay dia tsy manana sisin-tany fa azy avokoa izay voasoratra anatin’ny ZEE. “Tsy misy na inona na inona hampieritreritra ny firosoana amin’ny fitakiana ny Nosy Malagasy satria antsika ireo ary mendrika averina amintsika. Samy mitsiriritra avokoa isika rehefa makany Dobay nefa izany Dobay izany dia tsy manana afa-tsy torapasika sy gazy. 

Miavaka amin’ny maro isika satria manana harena tsy hita pesipesenina. Misy eto avokoa na solitany na Gazy ary mainka aza manana harena, toy ny volamena isika. Raha te ho tafita isika Malagasy dia mila takiana ireo satria azo atao tsara ny mampivoatra ny toekarena amin’ny alalan’ny fitrandrahana ireo Nosy ireo”, hoy hatrany ny nambarany. Nomarihiny koa fa mahavita tena eo amin’ny lafiny rehetra i Madagasikara ka tsy tokony hangataka lava intsony. Ny fifatohana amin’ny firosoana amin’ny fahaleovan-tena ara-tsakafo sy ara-toekarena no nambarany fa tokony himasoana amin’izao.

“Izahay vonona hitaky ny Nosy malagasy, tsy mataho-bazaha isika ary izaho mino fa ireo vahiny mipetraka eto amintsika ireo aza hanampy antsika satria fantany loatra ny ady atao amin’izao.” Ankoatra ireo dia nambarany fa tokony hohamafisina hatrany ny firaisan-kina manerana an’i Madagasikara. “Tsy maintsy hihemotra i Lafrantsa rehefa fantatr’izao tontolo izao ny tiany hatao amin’ity Madagasikara ity. Ny tena mahafinaritra dia ny Filoham-pirenena mihitsy no nitarika ny Nosy malagasy. Tsy mbola nisy toy izany ka andao hifanome tanana”, hoy hatrany ny nambarany.

Ino Vaovao0 partages

JOCELYNE MAXIME : “Ezaka lehibe no efa vita, aza avela hiasa irery intsony ny Filoha”

 “40 taona aty aoriana vao tafavory isika Malagasy hitaky ireo Nosy Malagasy ireo. Marobe ny fitondrana nifandimby teto Madagasikara saingy izao fitondrana izao no nahasahy nijoro nitaky izany. Tsy avelantsika hiasa irery ny Filoha Malagasy fa andao isika hiara-hisalahy, hiaraka isika hifampitantana, hifandray tanana hiverenan’ny Nosintsika”, hoy ny nambarany. 

Nisaotra manokana ny Filoha teo aloha, ny Amiraly Didier Ratsiraka koa ny tenany ary nambarany fa  : “efa nanao dingana lehibe rehetra ny Filoha saingy niady irery.” “Hakantsika lesona izany ary hiara-hiasa isika, hifanome tanana ary tena hampandroso sy hitaky am-pahamarinana ny fananantsika bodoin’ny firenen-kafa”, hoy hatrany izy.

Ino Vaovao0 partages

MINISITERA : Manameloka ny fanimbana ny fotodrafitrasa tao Andrainjato Fianarantsoa

Nisy  ny  fanambaràna nalefan’izy  ireo  mahakasika  izany, izay manamafy fa ” fihetsika mamohehitra   no  sady  tsy  mendrika  ny  tontolon’ny  fampianarana ny  fihetsika  nataon’ireo  mpianatra nanimba ireo  fitaovana, niampy  ny  herisetra. Nampahatsiahy  izy  ireo  fa  famolavolana  olom-banona  hoavin’ny  Firenena  ny  Oniversite. Nampahafantatra  ihany  koa  fa   maro  ny  ezaka izay  mbola  hatao hoentina  hanatsarana ny  karazana  fotodrafitrasa isan-karazany eo anivon’ny fampianarana ambony. 

Eo anatrehan’ireo  voalaza ireo dia  nanamafy  izy  ireo  fa manameloka tanteraka ny  mpianatra nikononkonona  tamin’ny  ady  sy  fanimbana ireo  fitaovana. Miantso  fitoniana amin’ireo  mpianatra  nikononkonona fikorontanana ary  koa fampitsaharana  avy  hatrany  ny  disadisa mba  hampiravina  tsy  hampisy  tohiny  ny  ady  nifanolanana intsony  moa ny  tompon’andraikitra eo anivon’ity  Minisitera ity  amin’izao fotoana  izao. Ny  mpitandro filaminana  kosa  manohy   ny  fanadihadiana  momba ity  raharaha ity hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I FIANARANTSOA : Tsy azo ekena ny fanimbana fananam-panjakana

Tsy azo ekena ny fanimbana fananam-panjakana tahaka ireny na inona na inona antony, araka ny fanehoan-kevitra noentin’ny depiote voafidy tao amin’ny faritanin’i Fianarantsoa.

Mavesa-danja ny takaitra navelan’ny mpianatra nanao fihetsiketsehana tao anatin’ny faritry ny Oniversiten’Andrainjato ao Fianarantsoa. Fotodrafitrasa izay iantohan’ny fampandehanana ny fampianarana no potika tanteraka tsy nisy noraisina intsony. Anisan’izany ny efitrano fianarana maro, ny foibem-pametrahana ireo taratasim-panadinana, ny katedralin’ny Oniversite ary ny laboratoara fanaovana fikarohana ho an’ny sampam-pianarana siansa.

Fantatra fa mbola maro ny dingana hatao amin’ny hamerenana an’ireto fotodrafitrasa ireto amin’ny laoniny indray. Nanameloka an’iny fihetsika iny avokoa ny ankamaroan’ny olona, hatramin’ny olom-boafidy ao anatin’ny Faritanin’i Fianarantsoa dia nilaza mazava fa tsy azo ekena ny trangan-javatra tahaka ireny na inona na inona antony. Manana zo ny hanao fitakiana sy fitokonana ny mpianatra saingy tsy tokony hivaona amin’ny fanimbana fananam-panjakana iombonana tahaka ireny. “Manoloana ny fanapotehana ny fotodrafitrasa tao amin’ny Oniversiten’i Fianarantsoa izay voalaza hatramin’izay fa Oniversite fitaratra dia tena malahelo tokoa izahay solombavambahoaka avy any amin’ny faritanin’i Fianarantsoa. Manameloka tanteraka an’izany fanimbana zavatra izany izahay na inona na inona antony satria efa nisy ezaka natao be mihitsy nahatonga ny Oniversiten’i Fianarantsoa ho Oniversite fitaratra kanefa  dia nopotehina sy dorana fotsiny, izay tsy misy vokatra azo avy amin’izay akory”, hoy ny fanambaràna noentin’ny solombavambahoaka voafidy tao anatin’ny Faritanin’i Fianarantsoa izay noentin’ny Depioten’Ambositra, Rasoazananera Marie Monique.

Tsy ho afa-bela ny mpianatra tena nanimba

Raha tsiahivina dia famotehan-javatra tahaka ireny no nasetrin’ny mpianatra ny fanapahan-kevitry ny fanjakana tamin’ny alalan’ilay teny mita laharana faha-116/MESupReS/SG/19 navoakan’ny Minisiteran’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa manafoana ny seho karoka na «  mémoire  » sy «  mini-mémoire  », izay mitarika fanafoanana ny fizaran’asa ihany koa, manomboka izao, fa ny fanadinana farany ihany no hifindrana amin’ny oniversite ho an’ny diplaoma DTS (Diplôme de technicien supérieur) sy ny «  Licence  ». 

Vokatr’io dia nikomy ny mpianatra tao amin’ny sampam-pampianarana Degs. Ireo mpianatra nanaraka ny lalam-piofanana siansa kosa anefa nanohy hatrany ny fianarana ka nahatezitra iretsy voalohany izany, ary nolazaina fa tsy miray hina amin’ny fitakiana. Teo no nahatonga ny fifandonana ka niafara tamin’ny famotehana ny fananam-panjakana tahaka izao. Karohina fatratra amin’izao fotoana izao, ary tsy ho afa-bela ny mpianatra tena tompon’antoka tamin’iny raharaha iny.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Protection sociale des employés - La refonte de la loi en attente de validation

Conflits réglés. Des contenus du nouveau code de prévoyance sociale (CPS), déjà élaboré depuis quelques temps, ont entraîné des mésententes entre le groupement du patronat et celui des travailleurs ainsi que les autorités et les partenaires. Mais ce problème est désormais résolu, à en croire Christian Ntsay, Premier ministre malagasy. « Après la résolution des problèmes, nous allons maintenant avancer et discuter prochainement de la nouvelle loi régissant la protection sociale en Conseil des ministres », avance le chef du Gouvernement.

Il s'agit de la refonte des législations de 1969, lesquelles semblent obsolètes face aux avancées actuelles. « Une fois le nouveau CPS adopté en Conseil des ministres, l'on attend sa validation auprès des parlementaires. Cela devrait se faire en 2020 puisque la session de cette année a déjà pris fin », ajoute Gisèle Ranampy, ministre du Travail, de l'Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales (MTEFPLS). Parmi les changements inclus dans le nouveau CPS figure, notons-le, la révision à la hausse des diverses prestations sociales offertes par la CNaPS (Caisse nationale de prévoyance sociale), à l'exemple de la pension de retraite et des allocations familiales.

Une réforme du mécanisme souhaitée

Une minorité de bénéficiaires. Selon les chiffres émanant du Bureau international du travail (BIT), le taux du travail décent à Madagascar est limité à 6%. Autrement dit, la plupart des travailleurs restent privés de protection sociale. « La CNaPS œuvre dans le cadre de l'économie formelle. Cela pose un problème en termes de perspective et de pertinence… Tant que la majorité de la population travailleuse ne rentre pas dans le système, on ne pourrait pas viabiliser. Il faudrait avoir des systèmes différenciés sur les couvertures sociales, la pension, etc. », lance le Premier ministre malagasy. Il faudrait également adopter une réforme du modèle de protection sociale pour toucher le maximum de population et de salariés, selon ses dires. « L'Afrique devrait sortir du système classique, c'est-à-dire celui de cotisation patronale et des salariés. Il faudrait trouver d'autres mécanismes plus rentables, peut être avec des systèmes semi-contributifs sur le long terme », propose le chef du Gouvernement. C'était lors de la cérémonie de clôture de la 29è session de la Conférence interafricaine de la prévoyance sociale (CIPRES), hier au Carlton Anosy. Faut-il rappeler que diverses activités et sensibilisations ont été menées dans la Grande île pour la promotion de la protection sociale. Les paysans producteurs ou les employés exerçant des professions libérales pourront en bénéficier incessamment, avec le projet d'extension mis en œuvre par la CNaPS…

Patricia Ramavonirina

 

La Vérité0 partages

Université de Fianarantsoa - Reprise de l’enseignement

Retour à la normale. Après  les affrontements entre les étudiants de la faculté de DEGS et   ceux de la faculté des Sciences  mardi dernier à l’université de Fianarantsoa ayant conduit à l’arrêt des cours, la réunion du conseil d’administration  a décidé, suivant l’arrêté n° 213/2019/UF/PR du 12 décembre 2016, la reprise de toutes activités au sein du campus à partir de ce jour.  « Nous avons constaté que la situation s’est calmée  et une stabilité est aperçue qu’il  est  temps de reprendre l’enseignement »,  souligne un communiqué. Le conseil a également fait savoir que l’université d’Andrainjato respecte et préserve  la liberté de chacun. Toutefois, les responsables de cet établissement supérieur public condamnent tout acte démesuré menant  vers la destruction de biens publics.  Il a été précisé dans le présent communiqué que des sanctions vont être infligées à l’endroit des coupables. Quant au ministère de l’Enseignement supérieur et de  la Recherche scientifique (MESUPRES), il est question d’ouvrir une enquête  et d’attendre le rapport du président de l'université et celui du doyen des sciences avant de se prononcer.  « Nous allons nous rendre à Fianarantsoa afin d’exiger que l'année universitaire soit achevée et que la sortie des promotions ait  lieu », avance le numéro du MESUPRES.

Etant donné que l’origine  du mécontentement des étudiants résultent de l’absence d’un encadrement et de soutenance pour leurs mémoires informée par une note circulaire, le Professeur Blanche Nirina Richard a tenu à préciser que ladite note est un acte interne rappelant un arrêté en vigueur depuis 2010 et exhortant son application par les responsables. « Les plaintes des enseignants évoquant le surcharge de travail par manque d'effectif et aux angoisses des étudiants de ne pas obtenir leur diplôme faute de validation de leurs aptitudes et connaissances constituent des raisons valables de la prise de cette décision. Les étudiants, entre autres, perdent leur temps et argent», a-t-elle ajouté.

Rappelons que les étudiants de la faculté de DEGS ont fait une bataille rangée avec leurs homologues de la faculté des Sciences. Les dégâts liés à ces bagarres ont été assez importants. Les universitaires de la branche DEGS ont endommagé les tables dans les salles d’étude, le laboratoire de chimie et détruit les vitres des locaux de la faculté des Sciences. En réaction à cela, leurs homologues de cette filière d’études ont mis à sac la cathédrale DEGS.  L’origine de l’escalade est le mécontentement des étudiants de DEGS qui auraient vu d’un mauvais œil leurs collègues des Sciences poursuivre tranquillement leurs études alors que les premiers n’ont dû que tourner le pouce, faute d’enseignants, le SECES étant en grève.

La Vérité0 partages

Sécurité de la navigation aérienne - Un ciel unique pour l'Afrique en 2020

3 500 000 km2. Telle est la surface de l'espace aérien ou du FIR Antananarivo géré actuellement par la Représentation de l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA) dans le pays. Toutefois, les états membres de l'ASECNA entendent mettre en œuvre un « ciel unique pour l'Afrique » d'ici l'année prochaine, pour améliorer cette sécurisation de la navigation dans la région. « Effectivement, à partir de 2020, nous ferons l'acquisition de l'ADS-B satellite. Cette dernière innovation technologique permettra notamment la couverture totale du FIR Antananarivo, si elle n'était qu'aux environs de 90% au départ.

Cela permettra également une meilleure surveillance de l'intérieur mais aussi de l'extérieur de notre espace aérien, tout en offrant un guidage plus adapté aux avions et limiter ainsi les accidents éventuels » a détaillé Jean William Razafinimaro, représentant de la direction générale de l'ASECNA, hier, à Ivato, en marge de la célébration des 60 années d'existence de l'agence. « Avec sa continuité, cette sécurisation est surtout un moyen de mettre en confiance les compagnies aériennes pour qu'elles desservent sur notre pays », rajoute ce responsable. L'ASECNA a en effet été créée le 12 décembre 1959 par 14 pays de l'Afrique, dont Madagascar. La journée d'hier a donc été dédiée à la commémoration de cette date et à la récompense du personnel de l'ASECNA.

En 60 ans, l'ASECNA s'est donc assurée de la sécurité de la navigation aérienne mais aussi de la météorologie aéronautique. « Nous avons une station à Taolagnaro qui nous permet notamment de faire une veille météorologique. Nous communiquons ensuite toutes les informations recueillies aux entités concernées pour qu'elles puissent prévoir leurs vols. En tout cas, depuis, nous sommes heureux de dire qu'aucun accident grave n'est encore survenu dans notre pays ou notre espace aérien, et que c'est l'ASECNA qui en est la cause », a soutenu le représentant du Dg de l'ASECNA. En tout cas, ce projet de ciel unique se limitera encore entre les pays membres de l'ASECNA notamment Madagascar, la France, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Centrafrique, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Sénégal, le Tchad, le Togo, les Comores mais aussi la Guinée Bissau et la Guinée Equatoriale. Toutefois, une collaboration avec les autres agences de sécurité de la navigation aérienne ne serait pas de refus.

Rova Randria

 

La Vérité0 partages

Violences basées sur le genre - L’avenir des victimes entre les mains des députés

« Aujourd’hui, les députés votent pour ou contre le projet de loi contre les Violences basées sur le genre (VBG) à Madagascar. De leurs choix dépendra l’avenir de milliers de femmes et d’enfants. Chaque voix compte dans notre combat pour un monde plus juste. Aujourd’hui, ils ont le choix entre la liberté, la paix et un avenir meilleur pour les générations futures ou bien l’immobilisme et la terreur qui maintiennent encore trop de familles dans la souffrance. Madagascar vous regarde. Aujourd’hui, nous pouvons écrire une nouvelle page pour nos familles et pour la paix. Non à la violence, oui à la bienveillance ! » Cette publication dans la page Facebook officielle de l’association Fitia, fondée et présidée par la Première Dame Mialy Rajoelina et non moins ambassadeur du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) dans la lutte contre les VBG et le mariage précoce, a encouragé plus d’un. Effectivement, ledit projet de loi est passé devant l’Assemblée nationale, hier matin. Pourtant, les députés ont décidé d’ajourner son adoption, après des discussions « hors sujet » et des craintes que ce projet de loi évoque des sujets sensibles comme l’homosexualité et le mariage pour tous. Au final, son adoption ou non est prévue ce jour, sous la direction de la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa. « Comme son intitulé, ce projet de loi ne parle que de la lutte contre les VBG. L’objectif étant de renforcer les dispositions répressives existantes, tout en introduisant des innovations en matière de prévention et de prise en charge des victimes », rassure Salohy Norotiana Rakotondrajery Randrianarisoa, magistrat et non moins directeur général des affaires judiciaires, des études et des réformes auprès du ministère de la Justice.

Des nouvelles infractions et innovations

Le projet de loi sur la lutte contre les VBG comporte 23 articles subdivisés en 4 titres. Les dispositions générales, dans le titre 1, se portent sur le champ d’application et les définitions. La répression compte 11 articles tandis que 8 articles parlent de la prévention, la protection et la prise en charge. Le dernier titre, avec ses 2 articles, détaille les dispositions finales. L’outrage sexiste, le viol conjugal, la violence économique engendrant la dépendance financière de la femme ou du mari, etc. font partie des nouvelles infractions prises en compte dans le projet de loi. Ce dernier relate également les procédures pénales, dont l’obligation de signalement, la demande d’ordonnance de protection interdit l’auteur de violence de s’approcher de sa victime ou encore l’autorisation de quitter le foyer conjugal pour la victime, homme ou femme. En matière d’innovation, l’article 14 fait part que « l’Etat formule et met en œuvre la politique de lutte contre les VBG. Il mobilise les ressources nécessaires en la matière. Un mécanisme national de lutte contre les VBG assure la coordination, la gestion et le suivi des actions. La mise en œuvre de ce mécanisme est fixée par voie réglementaire ». L’article 15 ajoute que « L’Etat assure la prise en charge sanitaire, psychosociale et l’accompagnement juridico-judiciaire des victimes pour faire valoir leurs droits ». Bref, l’adoption de ce projet de loi renforcera la prévention des violences et la protection des victimes, outre sa contribution pour instaurer une société plus paisible et harmonieuse. La Première Dame a également collaboré avec le ministère de la Justice et d’autres acteurs pour son élaboration. D’ailleurs, il s’agit d’un cadre légal qui facilitera toute intervention dans ce domaine…Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Rapprochement inédit

Des fois, par le hasard de circonstance, le calendrier arrange bien les choses. Les antipodes se rapprochent. Les idées se conjuguent. Bref, les forces s’unissent. Les assises de consultation  nationale relative aux Iles malagasy (Iles Eparses) du lundi 9 et du mardi 10 se sont terminées hier avec la remise en mains propres au Chef de l’Etat Rajoelina des résolutions. Tous les observateurs y compris l’ensemble des participants ont d’un commun accord affirmé que l’objectif mis en avant est atteint. Le Gouvernement a gagné son pari et le Président de la République  a réussi à fédérer les Malagasy, du moins les patriotes, autour d’un sujet très sensible à savoir la défense de la souveraineté nationale. Tout le monde s’accorde à dire que les Iles Malagasy appartiennent aux Malagasy. Elles font partie du territoire sacré légué par nos ancêtres « Tanindrazantsika ». Désormais, Rajoelina Andry ne sera plus seul dans cette bataille qui s’annonce dure, durable et compliquée. Membres du Gouvernement, élus parlementaires, gouverneurs de Région, de hautes personnalités civiles et militaires, des intellectuels, des membres actifs de la Société civile, des mouvements associatifs, de simples citoyens ont tenu à honorer de leur présence au CCI (Ivato) et ce pour exprimer leur engagement et leur volonté de soutenir le Chef de l’Etat à travers la lutte pour la restitution de ces « joyaux » à la République malagasy. C’est une réussite incontestable mise sur le compte et le crédit du régime IEM dirigé par le jeune Président  Rajoelina.L’autre point, et pas des moindres, qui conforte le succès des assises du CCI (Ivato)  qui au-delà des différences de vue sur les affaires nationales, parvenait à accorder les violons quand il s’agit de défendre les intérêts vitaux de la Nation. Le régime dont le Chef a su saisir l’opportunité inespérée de rapprocher hommes et femmes de bonne volonté autour d’une cause commune. En fait, Rajoelina n’a pas laissé passer l’occasion offerte à rallier les idées auparavant contradictoires.Fort d’un esprit de redevabilité et muni de l’esprit du respect des ainés, des valeurs immuables dans le « Fahendren’ny Ntaolo », Rajoelina a profité de l’occasion d’hier pour rendre hommage à l’homme-clé qui fut l’artisan principal de la Résolution 34/91 du 12 décembre des Nations unies donnant gain de cause à Madagasikara sur les Iles Eparses à savoir Ratsiraka Didier Ignace. Il s’agit là d’une subtilité intellectuelle et morale d’un jeune mais bien mature Chef de l’Etat Rajoelina. Ratsiraka, en tant que nationaliste et patriote ne s’était pas fait prier pour venir à Ivato et accepter en toute humilité l’hommage de Zandry kely. Tous deux, ils étaient emballés d’aller ensemble « main dans la main » pour unir les forces, parce qu’il en faut nécessairement, et s’engager dans la bataille.D’autres personnalités, pas forcément pro-régime, ont été vues aussi parmi l’assistance. Entre autres, la juriste internationale et présidente de l’association Ny Nosy Malagasy qui n’a pas voulu rater l’opportunité de manifester pour la souveraineté de Madagasikara sur les Iles malagasy. D’aucuns n’ignorent la position d’Arlette Ramaroson vis-à-vis du régime IEM seulement elle a su dépasser les choses qui fâchent au profit des grands intérêts nationaux. En somme, la lutte pour la restitution des Iles malagasy aboutit au dépassement des clivages politiques et parvient à un rapprochement inédit.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Trésor public malagasy - L’ancien DG emporté par l’affaire Audi A6

Le Conseil des ministres de mercredi a limogé le directeur général du trésor (DGT), Herivelo Andriamanga. Un brusque limogeage qui a surpris plus d’un mais planait dans l’air au lendemain de la sortie sur les réseaux sociaux et reprise par la presse lundi d’une photo gênante pour un haut responsable. C’est celle d’une voiture Audi A6 plaque rouge utilisée comme tête de cortège d’un mariage.

Ce véhicule haut de gamme appartient à la direction générale du trésor. Nommé au mois d’août 2017, Herivelo Andriamanga, quitte ainsi sa fonction à cause d’un écart condamnable de celui à qui il a confié ce véhicule de fonction la semaine dernière. Cette personne qui a fait perdre son poste au DGT avait-elle abusé la confiance de son supérieur ou ce dernier lui avait donné l’autorisation d’utiliser la voiture comme tête de cortège à un mariage ? Des questions qui resteront sans réponse. La seule certitude  c’est que le vent de colère du premier responsable de l’administration en l’occurrence le Premier ministre Ntsay Christian, réputé farouche défenseur de l’utilisation à bon escient des biens publics,  a soufflé fort.

Sans attendre, le Conseil des ministres a nommé le successeur de Herivelo Andriamanga à savoir Ranjalahy Ihajambolatiana, inspecteur du trésor et directeur du cabinet de l’actuel ministre de l’Economie et des Finances avant sa nomination. Il devenu ainsi le 12 e directeur général du trésor depuis l’indépendance de Madagascar. La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Kidnappings des karàna : Jusqu’à 15 ans de travaux forcés et Ar un milliard de dommages-intérêts

Comme nous avons déjà annoncé lundi dernier, le procès des présumés kidnappeurs a lieu devant le PAC durant cette semaine. Quelques noms reconnus comme étant des grands criminels ont été cités dont, ceux qui ont commis des actes horribles ayant terrorisé et souffert la communauté indienne, à savoir : Ra Fy, Bazoly, Lex, Zandry kely, Christophe, et Fanja. En fait, le procès a eu bel et bien lieu, malgré quelques anomalies qui avaient handicapé le bon déroulement de cette audience dont le verdict a été prononcé hier. Parmi ces anomalies qui auraient  empêché  les juges de trancher, était l’absence des quelques prévenus. Tel est le cas d’un certain Rakotomalala Nirina Patrick et Radonarivo Zo Mihanta Tsiry Naholy Iasitiana. N’ayant pas répondu présents à l’audience, ils ont été acquittés au bénéfice. Présents devant la barre, tous les autres prévenus sont déclarés coupables  et ont écopé des peines sévères. Reconnus comme étant les plus impliqués dans leurs chefs d’inculpations, Andriamampionona Onjaniaina, Navalona Arovonimboahangy Raymond dit Lex, et Andrianjatovo Ndranto Michel Eric dit Ra-Fy ,sont condamnés chacun à 15 ans de travaux forcés. Le tribunal a ordonné la confiscation pour l’Etat Malagasy des deux voitures (Hyundai Terracan et Renault Clio) qui sont des biens jugés  acquis illégalement. Nasolomampionona Zoholy Raymondia dit Zoly écope sept ans de travaux forcés. La Justice a également ordonné la confiscation des deux voitures (Nissan Patrol et Hyundai IX35) qui ont été  saisies lors de son arrestation. Sur l’action civile, ils sont condamnés à payer à titre de dommages et intérêts à leurs victimes dont le montant varie de 150 000 000 à 1 000 000 000 d’ariary. Les bénéficiaires sont :  VASRAM (1.000.000.000 Ar), MOULOU Sabir (200.000.000 Ar), SIVJEE Nassir (150.000.000 Ar), Ismaël YANICH (1.000.000.000 Ar). Ce sont tous des opérateurs « karana » qui ont été enlevés durant les années  2018 et 2019. Une période qui a donné une image sombre à l’Etat malgache en matière d’insécurité.

D’après les informations, un autre procès sur des affaires de kidnappings aura lieu vendredi.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Un Béninois gravement blessé !

Après la chute de Faly Randrianasolo à Ambondromamy, on a eu le même incident hier avec un Béninois. Touché à la tête, le jeune homme a été sérieusement blessé, mais heureusement il a pu reprendre ses esprits après les soins d’usage par le médecin du Tour à bord d’une ambulance médicalisée. Prudente, la délégation béninoise le retire du Tour pour le préserver d’une possible rechute.

C.R.

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Les Malgaches sonnent la révolte à Ankazobe

Les coureurs de l’échappée sur le sommet d’Ankazobe.

Non contents d’être battus par les Belges, les coureurs malgaches ont réalisé un sans faute en trustrant les cinq premiers malgaches à l’arrivée à Ankazobe devant une foule immense réunie par la BOA, le sponsor officiel de cet événement.

L’euphorie était au rendez-vous de l’étape reliant Andriba à Ankazobe. Logique car les Malgaches ont dominé de la tête et des épaules cette quatrième étape.. Houlder Mohamed franchissant la ligne d’arrivée en premier avec un temps de 3h 30mn 9 sec les 140km d’un parcours vallonné, donc très difficile. Mais c’était dit que les Malgaches étaient les favoris de ce tracé de montagne. Mais il a fallu faire preuve de courage car les deux Belges, Jari Vestraeten et Van de Meriop Sam, faisaient partie du lot. Il a donc fallu faire preuve d’esprit d’équipe pour battre les Belges.Tour à tour, Mazoni Rakotoarivony, auteur d’une très longue échappée sur plus de 80km, Emile Randrianantenaina puis Houlder

Houlder Mohamed, le vainqueur à Ankazobe, à côté de la grande révélation du Tour au nom évocateur Tsivery Anjara.

Mohamed se sont relayés pour imposer un rythme fou qui a fini par avoir raison de la fougue des Belges. Mais l’exploit du jour porte le nom d’un illustre inconnu Tsivery Anjara qui terminait à la troisième place derrière Mazoni Rakotoarivony. Les deux frères Randrianantenaina, respectivement Nambinina et Emile terminent à la 4e et à la 5e place. Van de Meriop Sam qui reste un des meilleurs coureurs belges, finissait à la 6e place devant son coéquipier Jari Vestraeten qui conserve toutefois le maillot jaune qu’ il a encore toutes les chances de conserver puisque, l’étape du jour reliera Antsampanana à Moramanga, autrement dit un parcours de montagne qu’ il commence à apprécier. Une autre paire de manches pour le camp malgache qui doit encore se serrer les coudes pour espérer gagner l’étape mais pas le Tour car, Vestraeten est pratiquement hors d’atteinte sauf s’il abandonne.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Enfants en situation de handicap : Une salle inclusive pour l’EPP Antsahavory

L’école primaire publique (EPP) Antsahavory vient d’être dotée d’une nouvelle salle inclusive destinée aux enfants en situation de handicap visuel, mais également d’une salle de lecture et d’écriture. Cette grande nouveauté pour une EPP est le fruit de la coopération entre Hampitasoa Handicap Madagascar et la Fondation VISEO qui a financé la réhabilitation de la salle fondée en 1909, et fournit les équipements nécessaires tels une télévision et un ordinateur pour les enfants handicapés, ainsi que des mobiliers.

La Fondation VISEO, composée des sociétés Ocean Trade, Havamad, Continental Auto et Izy Rent, œuvre notamment dans les domaines de l’éducation, la culture et la santé à Madagascar.  Sur ce dernier point, la Fondation financera une plateforme de télémédecine à l’hôpital universitaire Joseph Raseta Befelatanana.  Cette autre collaboration vient d’être scellée fin novembre avec la signature de la convention de partenariat. Initiative inédite à Madagascar, cette plateforme de télémédecine mettra en relation digitale et téléphonique les professionnels de la santé à Madagascar, et contribuera à l’amélioration du système de surveillance des maladies chroniques et les épidémies. Par ailleurs, cette initiative donnera accès à un centre intégré de statistiques et d’archivages des données, proposera des formations, et offrira des opportunités d’échange avec le milieu médical international.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Zara angovo : Une quarantaine d’artistes se partagent l’énergie

Hemerson Andrianetrizafy le fondateur de Vaika.

Deux décennies d’existence se fêtent en grande pompe.  Pour  le Vondrona andrafetana sy ivoizana ny Kolontsain’ny Ampitso (Vaika), ses 20 ans seront célébrés à travers une manifestation artistique et culturelle trans et pluri-disciplinaire. Baptisé Zara angovo, ce partage d’énergie mettront à la une la création et l’innovation. Plus de 40 artistes plasticiens et danseurs se retrouveront au Cgm /Gz du 16 au 19 décembre , afin de promouvoir l’individualité et de valoriser l’être doué de raison et de sensibilité. Parmi eux s’illustrent Hemerson Andrianetrizafy et Randrianjafifaralalao. En parallèle des prestations artistiques se tiendront aussi des conférences-débats qui permettront au plus grand nombre d’apporter leur contribution effective à l’évènement. Selon les organisateurs, « l’objectif est de faire bénéficier le collectif de l’apport de tout un chacun. Que chacun puise chez les autres de manière à ce qu’ils soient complémentaires tout en les enrichissant par la même occasion ».  D’après toujours eux, « cet évènement amènera le public vers la voie de la transcendance. Il permettra également de lire, d’interpréter et d’exprimer autrement les multiples dimensions du vécu et du ressenti ».

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Plage de Libanona : Les natifs de Fort-Dauphin contre l’installation de la fibre optique

Plage de Libanona : Les natifs de Fort-Dauphin contre l’installation de la fibre optique.

Des jeunes cadres natifs de fort-Dauphin sont montés au créneau hier pour dénoncer un projet d’un opérateur téléphonique local consistant à installer une fibre optique sous la plage de Libanona. Regroupés au sein de l’association « Hoavignan’Anosy Miatriky », ces jeunes ont précisé qu’ils ne sont pas contre une quelconque action de développement de leur région, mais ils ont demandé à ce que cette plage considérée comme un patrimoine de la région ne soit pas détruite. Ces natifs de Fort-Dauphin demandent alors à l’Etat d’annuler son contrat avec cet opérateur téléphonique et de déplacer le projet à un autre endroit du chef-lieu de la région d’Anosy. L’association « Hoavignan’Anosy Miatriky » a profité de sa rencontre avec la presse d’hier pour tirer la sonnette d’alarme sur l’insécurité grandissante dans la région d’Anosy.

R. Eugène

FOR12J   842 signes   3 modules

Légende : Des jeunes cadres de Fort-Dauphin devant la presse hier

Midi Madagasikara0 partages

Isoraka : Namoy ny ainy ilay ramatoa mpivarotra voatifitra

Ny talata maraina lasa teo, ny ampitson’ilay fanafihana nahazo azy, no namoy ny ainy ilay ramatoa, mpivarotra tetsy Isoraka. Vokatry ny tifitra nahazo azy teo amin’ny kibony dia tsy avotra intsony ny ainy na dia teo aza ny ezaka nataon’ireo mpitsabo. Tsiahiviana fa mpivarotra enta-madinika ity ramatoa ity, izay manao ny fitadiavam-bolany teo an-tampon’Ambodiafakarana teo. Heverina fa efa voatily efa hatramin’izay izy saingy tamin’io fotoana io no nanatanterahan’ireo jiolahy ny asa ratsiny. Ora-mikija rahateo moa ny teto an-drenivohitra tamin’io alatsinainy hariva io. Sendra niato kely izany orana izany ka niolomay namonjy fodiana avokoa ny olona. Tao anatin’izany somebiseby isan-karazany izany no nirefotra ny basy, niantefa teny amin’ity mpivarotra ity. Roalahy izy ireo, hoy ny fanazavàna azo, ary raha vao nitolefika tao anaty rà mandriaka ilay ramatoa dia nendahin’izy ireo ny poketra teny aminy ary lasa nitsoaka ireto farany. Efa eo am-panaovana fanadihadiana tanteraka mahasika ity tranga ity moa ireo pôlisy misahana ny heloka bevava, izay nandray an-tanana ny raharaha. Ary fantatra fa toa hoe efa nisy ireo olona nohenoina mahakasika izany tranga izany.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Bataille juridique acharnée en vue

Les sénateurs seraient obligés de quitter Anosikely avant la fin de leur mandat de cinq ans.

L’Avis n°04-HCC/AV du 02 février 2019 constitue un blocage juridique à la tenue des Sénatoriales anticipées en 2020.

La deuxième session ordinaire du Parlement en cours sera clôturée demain après-midi au Sénat.  Aujourd’hui, les sénateurs tiennent une séance plénière prévue pour l’adoption du projet de loi de finances initial 2020. Ce projet de loi de finances prévoit un budget de 27 milliards d’ariary pour la tenue de deux élections en 2020, dont les Sénatoriales et un référendum constitutionnel.  Ce sera donc une élection sénatoriale anticipée, étant donné que le mandat des actuels sénateurs ne devrait expirer qu’en février 2021. La question qui se pose est de savoir si le mandat du Sénat peut être abrégé pour permettre la tenue des ces Sénatoriales anticipées.  A Anosikely, les sénateurs HVM remettent sur le tapis l’Avis de la HCC n°04-HCC/AV du 02  février 2019, relatif à une demande d’avis du président du Sénat sur le principe d’irrévocabilité d’une décision de la Haute Cour Constitutionnelle, et sur la portée de ladite décision vis-à-vis des sénateurs nommés. Le Considérant 5 de cet Avis dispose : « Considérant que la durée du mandat des parlementaires est consubstantielle à la notion de représentation ; que, selon l’article 80 de la Constitution, les sénateurs représentent les collectivités territoriales décentralisées et les organisations économiques et sociales, qu’ils soient élus ou nommés ; que la théorie de la représentation impose une limite temporelle au mandat représentatif ; que l’article 80 de la Constitution a fixé le mandat des sénateurs à cinq ans ; qu’à la différence de la législature des députés, le mandat des sénateurs ne peut pas être abrégé par la dissolution. »

Suppression des provinces et constitutionnalisation des gouvernorats. Aucune date n’est jusqu’ici avancée pour la tenue des Sénatoriales anticipées. Ce qui est cependant sûr, c’est qu’elles auront lieu avant le référendum constitutionnel.  Des indiscrétions ont permis de savoir que, ces élections sénatoriales pourraient se tenir en avril et le référendum constitutionnel au mois d’août, mais rien n’est encore officiel. Faire passer les Sénatoriales avant le référendum permettrait à l’Exécutif d’obtenir les voix des  ¾ des sénateurs requises à l’adoption du projet de révision constitutionnelle. Les alinéas 2 et 3 de l’article 162 de la loi fondamentale prévoient que « le projet ou proposition de révision doit être approuvé(e) par les trois-quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat », et que « le projet ou la proposition de révision ainsi approuvé(e) est soumis à référendum ». Avec la configuration actuelle de la Chambre Haute, cette majorité nette ne sera pas acquise.  Des indiscrétions ont également permis d’apprendre que le référendum constitutionnel pourrait aboutir à la suppression des provinces qui n’ont jamais été effectives depuis l’adoption de l’actuelle Constitution. Les gouvernorats seraient par contre constitutionnalisés. En tout cas, rien n’est encore officiel. Tout dépend du président de la République qui aurait intérêt à opter cette fois-ci pour un régime présidentiel fort, s’il veut aller plus vite dans la réalisation de son « Velirano ». En attendant, les sénateurs reçoivent aujourd’hui le ministre de l’Economie et des Finances dans le cadre de l’adoption du projet de loi de finances initial 2020. Un projet de loi qui prévoit pour le Sénat un budget d’un peu moins de 16 milliards d’ariary contre un peu moins de 35 milliards d’ariary prévu par la LFI 2019.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Randrianarivelo Justin Abel : Représentant de l’Assemblée nationale au sein du HCDDED

L’Assemblée nationale a procédé, hier, au vote de son représentant au sein du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie (HCDDED). Randrianarivelo Justin Abel, car il s’agit de lui, est un député élu dans le district d’Antanambao Manampotsy sous les couleurs de l’IRD. Il vient ainsi de rejoindre les membres de cet organe constitutionnel qui a pour mission de veiller au respect effectif des valeurs démocratiques et de l’éthique, à la promotion et à la protection des droits fondamentaux, au respect de l’Etat de droit et de la bonne gouvernance et enfin à formuler toute recommandation utile à toute institution, tout organisme ou toute entité publique ou privée, dans le cadre de ses domaines d’attribution.

Etat de droit. Faut-il rappeler que son magazine n°3 (Demokrasia) le HCDDED a parlé notamment des droits de l’homme et de l’Etat de droit. Concernant le premier point, la mission de cet organe constitutionnel se rapporte essentiellement à la défense de l’Etat de droit. Ainsi, parler du droit à la défense ne peut être qu’un devoir qui constitue une bataille quotidienne auprès des autorités policières et de la gendarmerie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Handball – Championnats de Madagascar : Les favoris exacts au rendez-vous

Le Cosfa 1 a battu le Groupe Siteny sur le score de 38 à 30.

Les éliminatoires du Championnat de Madagascar de handball séniors hommes et dames ont pris fin hier, au Gymnase d’Ankorondrano.

Les grandes équipes ont toutes assuré lors des matchs de poule et retrouvent les demi-finales. Hier, chez les dames, les joueuses du THBC ont bouclé les éliminatoires sur une précieuse victoire devant HBCA par 19 à 16. Les championnes de Madagascar en titre terminent ainsi invaincues et première de l’unique poule chez les dames. L’équipe du HBCI a disposé de la formation de l’ACF sur le score de 29  à 26. Ces matchs éliminatoires ont juste servi pour classer les quatre équipes féminines qui sont toutes qualifiées pour les demi-finales programmées pour demain. Dans les hostilités masculines, la dernière journée d’hier ont permis à l’équipe d’ASS Atsimo-Andrefana de confirmer sa place pour le dernier carré. Les Tuléarois se sont imposés par 32 à 24 face à Saint- Michel Itaosy. L’ASS termine deuxième de la poule A derrière l’Association Sportive Saint-Michel d’Amparibe. Dans la poule B, le match opposant le Groupe Siteny à l’équipe 1 du Cosfa ,n’était qu’une formalité pour départager les deux équipes pour la tête de groupe. Les huit formations qualifiées pour le dernier carré auront tous droit à une pause ce jour avant la reprise des explications demain au Gymnase d’Ankorondrano.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Epargne et crédit : Grande évolution du secteur financier affichée par la BOA Madagascar

Cérémonie d’inauguration du nouveau siège à Andraharo de la BOA Madagascar, assistée par les autorités.

Bien que Madagascar soit à la traine, en matière de bancarisation et d’accès aux services financiers, la BOA Madagascar a affiché des statistiques prometteuses, lors de la cérémonie de célébration de ses 20 ans, organisée dans la soirée de mardi dernier. Une soirée également marquée par l’inauguration de son nouveau siège dans la Zone Galaxy Andraharo, assistée par les autorités, les dirigeants de BOA Group, des actionnaires et administrateurs de la banque, de ses clients et partenaires, ainsi que des représentants de son personnel.  A l’occasion de la cérémonie, Alphonse Ralison, président du Conseil d’Administration de la BOA Madagascar a mis en avant , des indicateurs qui traduisent un essor du secteur financier. « Cette banque opère à Madagascar depuis déjà 33 années. Mais ce n’est que le 18 novembre 1999 qu’elle a pris la dénomination BOA Madagascar remplaçant la BTM (Bankin’ny Tantsaha Mpamokatra). C’est pour cela que nous célébrons aujourd’hui ce 20e anniversaire. Durant ces deux décennies, beaucoup de choses ont évolué, si l’on ne cite que la multiplication par 20 des prêts que la BOA accorde, la multiplication par 12 des dépôts des clients, ou le nombre de comptes enregistrés qui est passé de 75.000 à 800.000, etc. », a-t-il affirmé durant son discours, lors de la cérémonie.

Extension. Certes, les activités de cette banque se développent au fil des années, tout comme le secteur financier dans la Grande-île. D’après le PCA Alphonse Ralison, la BOA Madagascar dispose aujourd’hui de 94 agences et de 142 GAB (Guichets automatiques bancaires) à travers le pays. « Chaque point de vente est capable de traiter l’ensemble des opérations bancaires, et d’offrir toute la gamme de services », ont indiqué les représentants de la banque. En outre cette semaine, elle a inauguré son nouveau siège à Andraharo qui dispose de plus de 4000m2 sur huit étages. D’après les informations, plus de 380 employés travailleront au sein de ce nouveau siège. Par ailleurs, la banque a lancé pour ses 20 ans, une grande campagne de communication, ainsi qu’une offre promotionnelle sur les crédits à destination de la clientèle. D’après ses dirigeants, la BOA compte étendre davantage ses activités à Madagascar. A noter que le Groupe BOA est actuellement implanté dans 18 pays d’Afrique et d’Europe.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana : Mpiasan’ny prezidansa sandoka nosamborin’ny BC

Mahatafiditra olona hiasa eo anivon’ny fanjakana. Izay no nentiny nandainga tetsy sy teroa ary nahazoany vola. Milaza ho mpiasan’ny prezidansa izy mba hahatontosany ny fisolokiany. Nisy olona izay nahazoany hatramin’ny 3,5 tapitrisa ariary. Voasambotra ihany io lehilahy mpisoloky rehefa nisy ny fitoriana izay napetraky olona. Hatreto dia enina no efa nangalany vola nefa tsy tafiditra ho mpiasam-panjakana. « Tamin’ny fotoana nisamborana ilay lehilahy mpisoloky koa dia nisy ny fisavana azy sy ny fiara izay nentiny ka tamin’izany indray no nahitan’ny polisy kitapo 01 sy valopy lehibe maro izay tao anaty fiarany. Atotan-taratasy maro momba ny fitadiavana asa sy kopia kara-panondro ary antotan-taratasy maro hafa no tao anatin’ireo valopy ireo » raha araka ny fanazavan’ny polisy misahana ny heloka bevava. Taorian’izay dia nantsoina ny tompon’ireo CV maro ireo ary ireo farany dia samy nilaza fa nampanantena azy ireo ilay lehilahy fa mahatafiditra ho mpiasam-panjakana ary nentiny nandresy lahatra ny hoe mpiasan’ny fari-piadidiana ny Repoblika ny tenany. Isan’ny tonga nametraka fitoriana koa ny tompon’ny fiara izay nofain’ny mpanao ratsy. Maro izay efa nisoloky amin’io fomba notantaraina teo ambony io. Maro koa anefa no mbola voajonony.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Communales : L’IRK arrive en tête dans plusieurs chefs-lieux de province

A l’instar des précédentes élections, il y a peu d’engouement aux communales.

La CENI a publié hier, les résultats provisoires des élections communales du 27 novembre dernier. Plus précisément dans les six chefs-lieux de province. Au vu des résultats qui ne sont pas du moins officiels, les candidats de l’IRK mènent officieusement. A Mahajanga, le candidat proche du pouvoir a obtenu 66, 45%, le second, un candidat indépendant n’a eu que 20, 65%. A Toliara, le candidat de l’IRK s’est vu crédité de 50, 88% tandis que le candidat indépendant qui se trouve en deuxième position a obtenu 32,14%. Dans le grand port de l’Est (Toamasina), le candidat de l’IRK a été sollicité par 34,80%, il a été suivi par le candidat du MTS avec 32,86%. En revanche, à Antsiranana c’est un candidat indépendant qui est arrivé en tête avec 53,69% ;  quant au second, il a été crédité de 30, 73%. Contrairement aux résultats obtenus dans les autres chefs-lieux de province, dans la capitale les résultats publiés par la CENI n’ont pas été exprimés en pourcentage mais plutôt par des voix obtenues. Soit 6226 voix d’écart entre Naina Andriantsitohaina et Rina Randriamasinoro.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Titouan Renvoize out 

Le tout premier à abandonner, le Français Titouan Renvoize rentre aujourd’hui à Paris. Le champion du monde des courses poursuites et de vitesse est malade, probablement le palu. Il est certes remis sur pied par le médecin mais restant sous perfusion.

C.R

Midi Madagasikara0 partages

Education : Départ de la 19e édition du Rallye Mathématique

Plus de 12 000 élèves ont participé au concours Rallye Mathématique durant les années précédentes, la réception des candidatures pour la 19eédition est désormais ouverte.  (crédit photo : Princy)

« Rallye Mathématique », ce concours tourné vers la connaissance des mathématiques est devenu une activité préscolaire incontournable dans les lycées et collèges de Madagascar. Organisé tous les ans et réunissant des élèves de toutes catégories, l’événement est pour les enfants l’occasion de se connaître et d’évaluer leur niveau de connaissance. Hier, la 19e édition de ce concours phare a été lancée officiellement dans la salle de conférences du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel à Anosy. Pour cette édition, ce seront les élèves des collèges et lycées du système malgache et du système français de neuf régions qui pourront participer ; à savoir Analamanga, Haute-Matsiatra, Atsimo-Andrefana, Diana, Antsinanana, Boeny, Vakinankaratra, Alaotra Mangoro et Taolagnaro. Puis concernant les inscriptions, cela se fera auprès des circonscriptions scolaires depuis hier jusqu’au 1er février 2020.

Déroulement.  Tout d’abord, pour bien répartir les participants selon leur niveau de connaissance, on les subdivisera selon 4 catégories, comme tous les ans d’ailleurs. Ainsi, il y  aura la catégorie A qui compte les élèves de 6ème et 5ème. La catégorie B réunira quant à elle les élèves en classe de 4ème et 3ème. La catégorie C regroupe les enfants en classe de seconde et les premières littéraires. Et enfin, la catégorie D concerne les élèves en classe de 1ère et terminale scientifique. Au sujet des dates des concours, les épreuves éliminatoires se dérouleront au sein de chaque établissement le 12 février 2020. Ensuite s’en suivront les finales régionales le 08 avril 2020 avant la finale nationale qui aura lieu le 13 mai 2020. La remise des lots pour les lauréats se fera le 20 mai 2020.

Enfin, côté comité d’organisation, pas de grand changement en vue puisque le MENETP est assisté par ses partenaires habituels pour la mise en place de ce concours ; le Lycée Français de Tananarive, le groupement des enseignants de mathématiques de Madagascar ainsi que la coopération d’action culturelle de France. En 18 éditions, le Rallye Mathématique a vu la participation de plus de 200 établissements scolaires.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

FIVMPAMA-France : « Une plateforme numérique à mettre en place » selon le Dr Ratsimivony Jean Claude...

Un séminaire dédié à l’interconnexion des antennes du FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) en France, a été organisé dernièrement à Paris, en présence du Dr Ratsimivony Jean Claude, le PDG du groupe JCR.

Il est en même temps le vice-président et le Président en charge des Relations Internationales de ce groupement du patronat malagasy au niveau national.  A cette occasion,  la diplomatie économique, la promotion du « Vita Malagasy » et le protectionnisme intelligent, ont été discutés par les participants. Entre temps, le Président des Relations Internationales du FIVMPAMA a soulevé qu’une plateforme numérique doit être mise en place.

Echanger leurs expériences. « L’objectif consiste à développer l’interconnexion et le réseau d’affaire entre le FIVMPAMA International et le FIVMPAMA national qui est maintenant dirigé par son nouveau président, en l’occurrence de Razafiarison Andrianavalomanana, élu depuis août dernier. Ce qui permettra également de raffermir la volonté des membres des antennes du FIVMPAMA en France, d’agir ensemble pour le développement économique de Madagascar, et ce, par le biais de l’appui au Micros, Petites et Moyennes Entreprises adhérant au groupement au niveau national », a-t-il poursuivi. A part la mise à la disposition d’un outil servant à interconnecter les membres de ce groupement du patronat malagasy au niveau national , et ceux des branches éparpillées dans le monde, les deux parties pourront en même temps échanger leurs expériences.

Belles perspectives. Notons que les membres des antennes du FIVMPAMA en France, qui ne sont autres que la diaspora malagasy résidant dans l’Hexagone, ayant participé à ce séminaire, représentent notamment Paris, Bordeaux, Toulouse, Nantes et Orléans. Dans ce cadre, le Dr Ratsimivony Jean Claude, le Président en charge des Relations Internationales de ce groupement, a réitéré que, le FIVMPAMA International joue unrôle de fer de lance pour l’ouverture à l’extérieur. « De belles perspectives sont ainsi attendues à la suite de ce séminaire. On peut citer entre autres, la mise en œuvre des projets visant à soutenir les PME membres du FIVMPAMA Madagascar à la recherche de débouchés sur le marché international, d’une part,et de l’autre, les membres de la diaspora en France qui intègrent le réseau des branches de ce groupement à l’international, ont manifesté leur enthousiasme d’investir dans le pays en tissant un partenariat gagnant-gagnant avec les PME locales », a-t-il conclu

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Grande Braderie de Madagascar : Plus de 200 participants pour l’édition de Noël

La Grande Braderie de Madagascar est toujours une belle occasion pour faire des achats en famille.

Ce qui fait la différence de la Grande Braderie de Madagascar par rapport aux autres événements, c’est l’obligation pour les participants d’appliquer une remise d’au moins 15% sur tous les produits qui y sont proposés

Les conjonctures sont difficiles mais la Grande Braderie de Madagascar est toujours là. Prête à satisfaire les inconditionnels qui ont toujours fait le déplacement au Palais des Sports pour profiter des avantages de cet événement commercial grand public  qui reste encore et toujours une référence en matière.

Professionnels

Et ils ne seront pas déçus pour l’édition de Noël qui aura lieu au Palais des Sports du 18 au 22 décembre prochain, avec les 200 participants professionnels  qui viendront y proposer des produits de tous les secteurs d’activité. « Comme d’habitude, les participants de  la Grande Braderie de Madagascar sont des professionnels  qui ont fait leur preuve lors des éditions de la Grande Braderie » a expliqué hier Harilala Ramanantsoa, Président de Madavision lors d’une conférence de presse.   Parmi les secteurs d’activité, on peut citer entre autres :  les accessoires pour automobiles,  bijouterie, confiserie, cuisine et gastronomie, énergie solaire, savonnerie, librairie,  plastiques, matériels alimentaires, bâtiments et matériaux de construction, articles de cadeaux, produits d’entretien, produits naturels, coiffure et esthétique, instruments de musique, meubles, télé par satellite, électroménagers, linges de maison, décorations, articles de sports, téléphonies, arts malgaches, chaussures et sacs, produits cosmétiques, articles pour bébés, confections et textiles, produits alimentaires, multimédias et informatiques, habillements et accessoires.

Bradés

Des produits qui serontune fois de plus bradés. En effet, la condition essentielle pour participer à la Grande Braderie de Madagascar reste toujours l’application d’une remise d’au moins 15% sur tous les produits proposés. « C’est ce qui fait la différence de la Grande Braderie de Madagascar par rapport aux autres événements »,  précise Harilala Ramanantsoa. Mieux, certains participants feront plus que les -15% réglementaires. Histoire de liquider  les stocks de  marchandises en cette période de fin d’année. Ce, d’autant plus que le nombre de visiteurs augmentera certainement puisque cette fois-ci , Madavision a décidé de réduire de moitié le prix d’entrée.   En somme, l’événement à ne pas rater  avant les fêtes est sans conteste, la Grande Braderie de Madagascar qui se déroulera au Palais des Sports, du 18 au 22 décembre prochain.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Famoanana mpianaka : Gadra mandram-pahafaty i Nomenjanahary Tsilavina

Isan’ny raharaha vono olona izay niteraka resa-be teto Toamasina ilay famonoana tamin’ny fomba feno habibiana an’ny Rtoa Kalo Honorette izay bevohoka telo volana sy ny zanaky Kenzo Ulrich Jaofera 06 taona tao Analakininina hopitaly be Toamasina.

Olona roa no voaroiroy tamin’izany vono olona izany, dia ingahy Nomenjanahary Tsilavina 22 taona nosamborina tany Manakana Antanambao Manampontsy izay ny nahiditra fonja vonjy maika ny 15 avrily 2019, izay misazy asa an-terivozona mandra-pahafatiny araka ny didin’ny fitsarana ady heloka be vava Toamasina omaly alarobia sy mandoa onitra 50 tapitrisa ariary ; sy ingahy Rakotonoely Tanteliniaina izay nahazo fahafahana fonjy maika talohan’ny fitsarana izay tsy tonga nandritra ny fitsarana ny raharaha ny alarobia teo ary nohafahana’ny fitsarana noho ny fisalasalana tamin’ny fitsarana ny alarobia atoandro teo.

Raha iverenana ny zava-nitranga tamin’ny fitsarana dia tsy nandà ny heloka be vava vitany ingahy Tsilavina nandritra ny fitsarana ny raharaha, saingy ilay vono olona no nekeny sy nataony fa ilay resaka fanapozinana kosa nolaviny hatramin’ny farany. Nohazavainy antsipirihany mihintsy ny fomba namonoany an’ny Rtoa Kalo Honorette izay mbola bevohoka telo volana sy ny zanany Kenzo Ulrich Jaofera 06 taona ny alatsinainy 19 marsa nifoha ny tatala 20 marsa 2019 tamin’ny 01ora marina io. Nolazainy fa nodarohany bara na trano ilay ramatoa aloha dia torana, avy eo notrobary hety sy “forchette” ary antsy amin’izay ny fony sy kibony ary ny lohany. Toraka izany ka ny namonoany ilay zazalahy 06 taona izay mbola nampiasainy ireo fitaovana ireo saingy niampy ny masony ny an’ilay zazalahikely. Mbola nifampiresaka tamin’ny finday niantso vonjy tamin’ny vadiny ilay ramatoa raha niverina ny ainy taorian’ilay toran’ny daroka bara na trano, ary tsy nisalasala nilaza fa ingahy Nomenjanahary Tsilavina no nahavita namono azy tahaka izao.

Raha ny fanazavan’Atoa Jaofera Serengo tompom-bady sy ilay zaza maty mpitory dia tsy nanafatra ny fiverenan’i Tsilavina izy ireo raha voaroaka ka nody tany Antanambao Manampontsy izy raha telo volana niasa tamin’izy ireo. I Tsilavina no nangataka ny hipetraka tao amin’izy ireo indray aloha mandra-pahitany asa hafa indray tamin’ny fiverenany, nefa izao nahavita vono olona telo mianaka feno habibiana izao raha efatr’andro no nahatongavany indray teto Toamasina. Ilay tsy fahazoana saran-dalana hiverenana any Antanambao Manampontsy raha tsy nahita asa avy tamin’ireto fianakaviana ireto indray izany no antony nahatonga azy namono feno habibiana azy telo mianaka ireto izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Concert : La star internationale Black M bientôt à Antananarivo

La star Black M ouvre la saison artistique malgache en 2020.

Le chanteur Black M va passer par Madagascar l’année prochaine, le 12 janvier pour un concert épique. Le lieu choisi sera le Palais des Sports de Mahamasina à 15 h. Même si ce passage à la Grande Île ne figure pas encore dans le calendrier officiel de l’artiste, les organisateurs locaux rassurent. « Dans le calendrier pour sa tournée européenne, sa date à Madagascar n’est pas mentionnée sur son compte officiel. Mais il a déjà sorti une vidéo qui est consultable sur les réseaux sociaux évoquant son passage chez nous », fait savoir Andry Raobelina, Pdg de la société évènementielle Dream’in.

Pour ceux ou celles qui ne le connaissent pas, Black M est un rappeur français. Il a fait ses grands débuts avec le groupe Sexion d’Assaut au début des années 2000. Il était alors aux côtés des pointures comme Maitre Gims. Ce dernier est aussi déjà venu à Madagascar en 2014. C’est entre 2014 et 2016 que le chanteur a vraiment montré son potentiel dans le paysage musical français. Puisque durant ce laps de temps, il a réussi à remporter cinq prix, dont le NRJ Music Awards 2014 : Clip de l’année pour Mme « Pavoshko », Prix Talents W9 Kids 2015 : Prix spécial du public 8–14ans, MTV Europe Music Awards 2015 : Meilleur artiste pop français…

Ces deux premiers disques ont raflé des prix, le plus mémorable reste le disque « Eternel insatisfait ». Le produit a été désigné deux fois disque de platine. La consécration précoce pour ce jeune homme originaire du Guinée. Adepte du rap conscient, un rap plus mature et recherché, comme le démontre son dernier titre sorti en novembre « Ainsi valse la vie ». Black M trouvera sûrement des milliers d’adeptes sur le sol malgache.

Selon toujours Andry Raobelina de la société évènementielle Dream’in, « plusieurs autres artistes seront aussi au rendez-vous cette année. En tout, nous prévoyons neuf autres groupes internationaux et il y en aura pour tous les goûts et les âges». Décidemment, 2020 s’ouvre sous les meilleures auspices en matière d’évènement artistique. Sachant que le mois de janvier est assez délicat en termes d’organisation de spectacle.

Cependant, les mœurs changent chez les malgaches. Pour ne citer que Dadju, ayant réussi à remplir le Palais des Sports de Mahamasina malgré les craintes de certains. Surfant sur cette vague, Black M possède tout le potentiel pour remplir ce lieu.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Îles éparses : Madagascar ne vient pas en victime expiatoire

La concertation nationale est terminée. C’est une étape importante dans la résolution du différend  entre la  France et Madagascar à propos des îles éparses qui  a été franchie.  Les participants à cette réunion ont montré qu’il  s’agit d’une cause nationale, et que les Malgaches entendent défendre leur cause jusqu’au bout. C’est un front uni que les Français  vont avoir en face d’eux et qui dispose d’un  dossier solide  pour défendre ses   droits. C’est bien une volonté nationale qui a été exprimée à l’issue de cette concertation et qui a réuni les forces vives de la nation.

Îles éparses : Madagascar ne vient pas en victime expiatoire

Durant ces trois jours au CCI Ivato, les participants venus de  tout le pays se sont retrouvés à l’unisson et  ont  affiché leur détermination de réclamer la restitution des îles éparses . C’est un dossier solide qu’ils ont constitué , étayé  par des arguments difficilement  opposables par la partie adverse. C’est un atout non négligeable que nos représentants  vont  pouvoir exploiter lors du deuxième round de négociations au mois de janvier  à Paris. On sait qu’il existe une divergence d’appréciation , mais c’est le lot de tous ceux qui ont déjà une idée précise de leurs exigences. La partie française ne veut absolument pas  entendre parler d’une restitution pure et simple des îles éparses. Les déclarations du président Emmanuel Macron, même si elles ne le montrent pas expressément, vont dans ce sens. Les Malgaches persistent et signent.  Différents points des résolutions de cette concertation nationale  semblent   acter cet état  de fait  (voir notamment notre article  dans le cahier politique). On va  donc arriver à une étape où  chacun  campera sur ses positions.  La diplomatie va jouer un  rôle essentiel et Madagascar, fort des décisions de l’Assemblée Générale de l’ONU,  va requérir  l’appui des instances internationales. Il  ne s’agira plus  du combat du pot de terre  contre le pot de fer, mais une bataille où Madagascar ne viendra  pas en victime expiatoire.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Ex-Belna – Bilan : 2 morts et 1742 sinistrés

L’image satellite prise hier.

Le cyclone Belna appartient maintenant au passé. Le bilan fait état de 2 morts et de 1742 sinistrés localisés dans trois régions : DIANA qui en compte 220, Boeny avec 1472 sinistrés et Melaky avec 50 sinistrés dont la quasi-totalité à Besalampy.

C’est le district de Soalala qui paie le plus lourd tribut du passage de ce cyclone avec 1300 sinistrés, actuellement accueillis dans cinq sites d’hébergement. Pris en charge par les autorités et structures locales, les sinistrés pansent leurs plaies tant bien que mal, alors que les zones sinistrées sont encore fortement humides en dépit de la réapparition du soleil.

L’ex-Belna a laissé dans ses sillons un amas de nuages encore à l’origine de précipitations dans la moitié sud de Madagascar. De fortes pluies sont encore prévues jusqu’à ce jour dans les régions Menabe, Amoron’i Mania, Hautes Matsiatra, Ihorombe, Vatovavy-Fitovinany et Atsimo-Antsinanana. Les crues soudaines sont notamment les plus à craindre, amenant les autorités à avertir les populations concernées.

Ailleurs, le temps, qui n’a aucun lien avec ce phénomène déjà dissipé, sera dominé par des précipitations notamment dans l’après-midi, si le matin on assistera à une alternance du soleil et des nuages. Ainsi, les averses orageuses, parfois accompagnées de vents plus ou moins violents, sont prévues sur l’ensemble de la Grande île, ce jour.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Résolutions d’Ivato : L’insertion des Îles Eparses dans la Constitution souhaitée

Comme prévu, les résolutions de la concertation d’Ivato sur les Îles Eparses ont été remises hier au président Andry Rajoelina. D’après le Premier ministre Ntsay Christian qui a dirigé cette rencontre pendant trois jours, la concertation s’est déroulée dans le calme et l’objectif de récolter toutes  les propositions des citoyens venant des quatre coins de la Grande île ont été atteintes. C’était également une occasion pour le peuple malgache de faire savoir au monde entier que, la solidarité et l’unité nationale existent au pays. Pendant trois jours, les participants ont débattu sur les questions de l’économie, des avantages que pourraient apporter les Îles Eparses sur l’avenir de la génération future, la sécurité et la souveraineté nationale.

Résolutions. La nécessité de la restitution à Madagascar des Nosy Sambatra, Nosy Kely, Nosy Bedimaky et Nosy Ampela est indiscutable. Aussi, dans la résolution, les participants à cette concertation nationale ont-ils proposé l’insertion dans la carte de Madagascar et dans la Constitution de la République, des Îles Glorieuses, Europa, Juan de Nova et Bassas da India. Ces îles devraient donc être figurées parmi les districts de Madagascar. Il serait aussi question de leur insertion dans les programmes scolaires. Par ailleurs, le lobbying international et l’engagement d’une démarche auprès de la Communauté internationale, des pays amis de la Grande île, des organisations et des institutions internationales sont également souhaités. La concertation d’Ivato propose aussi la mise en place d’un budget spécial pour la sécurisation de nos frontières et pour les équipements des Forces armées. L’on attend désormais la décision du président Andry Rajoelina par rapport à la mise en œuvre de ces résolutions.

Davis R

Madagate0 partages

Christian Ntsay. Ny kabarim-pamaranana ny Dinika Nosy Malagasy

******************************************

DINIKA NOSY MALAGASY

Kabarin'Andriamatoa Christian Ntsay

Praiminisitra, Lehiben'ny Governemanta

CCI Ivato, 11 Desambra 2019

Andriamatoa Filohan’ny Repoblikan’i Madagasikara,

Andriamatoa Filohan’ny Repoblika teo aloha, Amiraly Didier Ratsiraka,

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Tontosa soa aman-tsara ny fikaonandoham-pirenena mikasika ireo nosy malagasy, araka ny toromarika avy aminao Andriamatoa Filoha. Naniry tokoa mantsy ianao Andriamatoa Filoha ny mba hihaino ny feon’ny vahoaka Malagasy tsy vaky volo satria zava-dehibe loatra izay rehetra mahakasika ny fiandrianam-pirenenan’i Madagasikara malalantsika. Dinika nosy malagasy « ampitao ny hevitrao », izay no antso nataontsika tamin’ny vahoaka Malagasy manerana ny nosy, ary maro tokoa ireto mpiray tanindrazana nanohina ny antso. Nizotra am-pilaminana sy am-pirahalahiana ny fifanakalozana rehetra, eny samy manana ny fijeriny ny mpandray anjara, kanefa ny hevitry ny maro mahataka-davitra ary ny zava-dehibe dia ny namelàna ny tsirairay haneho izany an-kahalalahana.

Nohenoina ny hevitry ny rehetra ka naravina ho lasa antontan-kevitra azo trandrahina sy azo ampiharina. Araka ny nambarako tamin’ny lanonam-panokafana dia sambany teo amin’ny tantaram-pirenena no nisy fiantsoana olom-pirenena sy famondronana ny lafin-kery rehetra mba hiara-hidinika ny momba ireo Nosy ireo. Tiako ny mbola manamafy amintsika hatrany fa izao no tanteraka dia noho ny finiavana avy aminao Andriamatoa Filoha, dia ny hampiray ny vahoaka Malagasy manoloana ny fanamby goavana miandry antsika, dia ny famerenena ireo nosy ireo eo ambany fiandrianan’i Madagasikara.

Andriamatoa Filoha,

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Amin’ny ankapobeny dia azo lazaina fa tsapan’ny mpizaika rehetra ny maha-zava-dehibe ny asa natao teto tao anatin’ny fifanajana sy firaisam-po no nanatanterahina ny dinika rehetra ary dia manolotra fisaorana eram-po eran-tsaina an’ireo mpandray anjara rehetra ny tenako tamin’ny fahendrena nasehonareo ka nahatongavana soa aman-tsara amin’izao fotoana famaranana an’izao dinika izao. Ny firenena iray manontolo tokoa, tsy nanavahana na iza na iza no niara-nisalahy sy niara-nientana koa nampiseho teo imason’izao tontolo izao, ny fitiavan-tanindrazana sy ny firaisan-kina ary indrindra ny fahasahiana sy ny fijoroana ho fitakiana ny rariny sy izay heverina fa zony sy anjaran’ny vahoaka Malagasy.

Andriamatoa Filoha,

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Araka ny hita sy tsapa dia nahitam-bokatra nahavelom-bolo ary mahakasika ny sehatra maro ny fifanakalozan-kevitra notanterahina teto nandritra izay telo andro izay. Ampahatsiahivina fa niisa efatra ny atrikasa notanterahina ka niompana indrindra tamin’ny fifandraisan’ireo nosy ireo amin’ireto lohahevitra ireto: ny fiveloman’ny Malagasy, ny taranaka mifandimby, ny fandriampahalemana ary ny fiandrianam-pirenena.

Raha haravona ireo hevi-devibe tamin’ity fihaonana ity dia nivoitra ny fitakiana ny hamerenena ny fiandrianam-pirenena Malagasy amin’ny vondron’ny nosy Sambatra, ny nosy Kely, ny nosy Bedimaky ary ny nosy Ampela. Mahatsapa ihany koa ny rehetra fa izany fitakiana izany dia mila fandraisana andraikitra avy amin’ny Malagasy tsy vaky volo sy isan’ambaratongany. Voalohany amin’izany ny serasera sy ny fanentanana, hampahafantarana bebe kokoa ny mpiray tanindrazana ireo nosy ireo.

Isan’ny soson-kevitra natolotry ny mpizaika ihany koa ny fampidirana ireo nosy ireo ao amin’ny Lalàmpanorenena, ao amin’ny fandaharam-pampianarana, ao amin’ny saritanin’i Madagasikara sy ny fampiasana izany amin’ny filazana ny toetry ny andro.

Eo amin’ny sehatra ara-diplomatika, dia mihevitra ny mpizaika fa tokony ho dinihina sy faritana indray ny fifandraisana sy ny fomba fiaraha-miasa amin’ny firenena hafa sy ny fikambanana iraisam-pirenena sasany ka himasoana ny tombotsoa ambonin’ny tanindrazana, tanin-janaka. Homena laharam-pahamehana araka izany ireo mpiara-miombon’antoka manaja ny fiandrianam-pirenentsika.

Ao amin’ny sehatra diplomatika izay ihany, dia natsidika ny tokony hitondrana izao dinika izao eo anivon’ny sehatra iraisam-pirenena. Manankarena i Madagasikara eo amin’ny tontolo iainana ka mila paikady hitandroana ny zava-boahary amin’ireo nosy ireo, mba hahafahana miantoka ny ho avin’ny taranaka mifandimby. Hohavaozina sy hamafisina amin’ny alalan’ny lalàna mifehy ny fitrandrahana ny harena voajanahary mba ho lovain-jafy. Tokony hanana tahirin-kevitra feno mampahafantatra ireo nosy Malagasy ireo isika, ohatra amin’izany ny fanaovana tombana ara-toekarena mahakasika ireo nosy ireo.

Eo amin’ny lafiny fiandrianam-pirenena kosa dia fanokanana petra-bola hikarakarana ny tany sy ny nosy ary fampitaovana ny tafika, no isan’ny sosokevitra natolotra.

Andriamatoa Filohan’ny Repoblika,

Tompokolahy sy tompokovavy,

Ireo no famintinana tsotsotra, ary amin’ny ankapobeny, ny sokajin-kevitra nivoitra teto amin’izao fihaonana izao, saingy marihina ihany koa fa maro ireo olon-tsotra na fikambanana eto an-toerana na avy any ivelany nandray anjara amin’izao dinika izao, tamin’ny alalan’ny fampitàny ny antontan-kevitra izay nananany tamin’ny kaomity siantifika ary mbola raisina an-tanan-droa izay mbola maniry ny hanao izany.

Eto am-pamaranana dia manolotra ny fankasitrahana sy ny fisaorana amin’ireo mpandray anjara rehetra ny tenako ary mirary antsika Malagasy mpiray tanindrazana rehetra, tarihin’Andriamatoa Filohan’ny Repoblika, mba hikapa hahita ny tonony sy handidy hahita ny vaniny amin’izao ezaka iombonana izao.

Ka izao, dia voninahitra lehibe ho ahy amin’ny anaran’ny mpandray anjara sy ny mpizaika rehetra ny manolotra anao am-panajana, Andriamatoa Filohan’ny Repoblika, ny vokatry ny asa niarahana teto amin’ny fikaonan-doham-pirenena “Dinika Nosy Malagasy : Ampitao ny hevitrao”.

Misaotra tompokolahy, mankasitraka tompokovavy.