Les actualités Malgaches du Jeudi 12 Octobre 2017

Modifier la date
News Mada3471 partages

Befelatanana : tsy navela haka razana ny havany, niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana

 Niteraka fifanjevoana teny amin’ny hopitaly Befelatanana, omaly ny fandraran’ny mpitsabo mba tsy haka ny fatin’olona olona iray voalaza fa tratran’ny pesta. Nilaza anefa ny fianakaviana fa hoe fahatapahan’ny lalandra ny nahafaty ilay olona. Niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana…

 

Raikitra indray ny gidragidra teny amin’ny hopitaly Befelatanana, omaly. Araka ny fampitam-baovao voaray teny anivon’ny hopitaly, nisy olona maty tao amin’ny hopitaly Befelatanana. Voalaza fa hoe matin’ny pesta ilay olona namoy ny ainy ka nosakanana tsy mahazo mitondra ny razana ny havany. Nilaza kosa anefa ireto havan’ny maty fa fahatapahan’ny lalandra no nitarika ny fahafatesan’ny havan’izy ireo ka tsy nanaiky lembenana izy ireo. Nitarika fifanjevoana izany ka voatery niditra an-tsehatra ny teo anivon’ny mpitandro filaminana niambina ny razana tsy mahazo mivoaka.

Manoloana ny fiparitahan’ny aretina pesta amin’izao fotoana izao, mandray anjara amin’ny fiarovana ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Nambaran’ny lehiben’ny vondron-tobim-paritra Analamanga, ny Kly Ravoavy Zafisambatra raha ilaina ny fampiasan-kery dia tsy maintsy manao izany ny zandarimaria manoloana ireo olona minia tsy miraharaha ny fepetra efa napetraky ny fanjakana. Niditra an-tsehatra nanakana ireo olona tsy mahazo niditra tao amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina tamin’ny lalaon’ny CCCOI ny zandary. Teo koa ny fahatrarana ilay fiara teny amin’ny RN 2 efa nihoatra an’i Carion no naverina satria nahitana trangana aretina pesta tamin’ireo mpandeha.

Niteraka korontana toy izao koa tany Toamasina ny fandrarana ny havan’ireo tratran’ny pesta mba tsy haka ny razana ka voatery niditra an-tsehatra ny mpitandro filaminana

J.C

L'express de Madagascar2704 partages

Mahajanga – Scission entre les étudiants

La situation est loin d’être assainie à l’université de Mahajanga. Après un groupe d’étudiants qui ont réclamé la reprise des cours à l’université de Mahajanga, mardi, et annoncé que les revendications sont satisfaites à 90%, un autre son de cloche se fait entendre.Hier, des centaines d’étudiants ont, de nouveau, manifesté devant l’entrée du campus. Ils ont brûlé des pneus et renforcé le barrage avec des ronces de branches sèches et des pierres. Pourtant, la veille, l’accès était libre pour l’opération de désinfection des salles de cours et des dortoirs, dans le cadre de la prévention de la peste. Un affrontement est à craindre à la suite de la scission entre les étudiants eux-mêmes.Les grévistes ont déroulé une banderole réclamant le départ d’un enseignant-chercheur du GPM, et la présentation d’un document attestant que les étudiants ne seront pas chassés des logements universitaires.  «Nous sommes contre la déclaration de cette minorité qui affirme que nos exigences sont satisfaites. Aucune entente n’a été trouvée. Et nous n’arrêterons pas la grève tant que le calendrier du paiement des bourses n’est pas affiché», prévient leur porte-parole.Ce jour, une assemblée générale de tous les étudiants se tiendra, dès 7 heures, au grand amphi à Ambondrona.

Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara695 partages

Ambohitrarahaba : L’assassinat de Mattis commandité par une servante

Une recherche active est actuellement lancée contre l’employée de maison. Ella a commandité l’acte meurtrier dont la victime est un enfant de 12 ans du nom de Razafindrazaka Hesny Mattis. Qu’est ce qui s’est vraiment passé durant cette journée de mardi ? Trois brigades de la gendarmerie menent une enquête tambour battant sur l’affaire. Une partie du puzzle est déjà reconstituée face à cette détérmination des limiers. Mardi 10 octobre, les parents quittent la maison de bon matin pour rejoindre leur bureau. Les deux enfants, Mattis (garçon de 12 ans) et R.A.J (sa soeur de 6ans), quant à eux, sont restés dans le ménage. Nous savons très bien que toutes les écoles sont fermées face  à la peste. Après le départ des parents, deux adolescents du quartier T. (garçon de 15ans) et K. (fille), des amis de Matis et R.A.J sont venus à la villa pour y passer le temps. Ils se connaissent tous et les deux invités sont d’ailleurs des amis qui y viennent fréquemment. Aucune suspçion de la part de Mattis et sa soeur. Ils ne savaient pas que ces adolescents sont venus, cette-fois-ci, pour jouer mais plutôt pour une mission périlleuse dont l’enjeu est mortel. Vers dix heures du matin, Mattis a été pris à partie par T. qui l’a assené de coups avant de lui ligoter les mains. Une fois neutralisé, le pire s’est produit : il a mis un coup de couteau sur la gorge. Comme le petit bougeait encore, T. et K., comme des adultes crimine

D.R

Ino Vaovao633 partages

BRICKAVILLE : Jilolahy mpanakan-dalana miisa 3 saron’ny zandary

Raha mba nahitana fiatoana kely ity tranga ity tany amin’ny lalam-pirenena fahafito dia ny lalam-pirenena faharoa indray no lasibatra hatreto. Na eo aza anefa ny tetika maloto tsy mety lany ataon’ireo olon-dratsy dia nisy vokany sahady ny fiaraha-miasan’ny zandary ka mpanakan-dalana miisa telo no sarona teo anelanelan’i Brickaville sy Maromaniry.

Teo am-panaovana ny asa ratsiny ireo jiolahy no nampandre haingana ny zandary mpanao fisafoana amin’ny alina ireo mpandeha sady nitsoaka nandositra, nanavotra aina. Fiara mpitatitra iray “Mercedes benz” mpitatitra efa mpivezivezy eo isanandro ity voaroba ity raha ny tatitra avy amin’ny mpitandro filaminana hatrany nalain’ireto mpangalatra avokoa ny fananan’ireo mpandeha ka rehefa vita ny nataony dia vaky nandositra izy rehetra. Soa ihany fa efa naharay antso avy tamin’ireo niharan’ny fanafihana ny zandary avy any Antsapanana sy ny teo amin’ny manodidina ary mailo sy nanao ny asany avy hatrany. Vokatry ny fifanenjehana no nahatrarana ireo jiolahy telo ireo izay samy monina ao Ambodirina.

Ny namany kosa tafatsoaka saingy efa fantatra avokoa ka efa karohana amin’izao fotoana izao. Marihana fa maromaro ireo jiolahy no tafaraka saingy ny telo ihany aloha no tratra. Navelan’ireo jiolahy ireo ny entana rehefa tonga ireo zandary ka nangonina ary naverina tamin’ny tompony. Ireto farany moa izay mbola nokarohana tany anaty ala, nandositra noho ny tahotra ireo jiolahy. Tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy. Efa misy paikady sy tetika fataon’ireo olon-dratsy any amin’iny faritra iny ny mitsikilo ny toerana misy ireo zandary alohan’ny hanaovany ny fandrobana. Mifampiantso izy ireo alohan’ny hanombohana ny fanafihana.

Tsy nahomby anefa izany rehefa ara-potoana ny fampandrenesana ireo zandary amin’ny tranga rehetra ilàna izany, ohatra velona ity niseho tao Brickaville ity.

Tatianà R.

Tia Tanindranaza506 partages

Ady amin’ny pestaNahazo 33,5 miliara ariary i Madagasikara

Nisy ny fivoriana manokana niarahan’ny fitondram-panjakana Malagasy notarihan’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly an-kilany sy ny masoivoho vahiny omban’ireo fikambanna iraisam-pirenena miasa eto Madagasikara an-daniny.

RTT

L'express de Madagascar351 partages

Jeu vidéo – Facebook séduit par le jeu Gazkar

Le jeu de course « made in Madagascar » Gazkar continue de faire parler de lui. Au Kenya, Facebook était séduit par ce projet.

A Madagascar, il n’y a pas uniquement que la peste. De bonnes initiatives existent aussi. Le jeu de course virtuel Gazkar continue encore de faire parler de lui en dehors des frontières. Maintenant, c’est Facebook, le plus grand réseau social qui était séduit par ce jeu vidéo de Lomay. D’après les explications de Matthieu Rabehaja, son équipe a été contactée par une équipe du plus grand réseau social lors de la phase finale du tout premier Startup Battlefield Africa de TechCrunch organisée, hier, à Nairobi Kenya. « Ils étaient impressionnés par le jeu Gazkar. Ils nous ont approchés pour parler d’un projet. Nous allons travailler prochainement ensemble », confie le co-fondateur de Lomay.Facebook était le sponsor de cet événement de TechCrunch qui veut célé­brer les meilleurs innovateurs, décideurs et entre­preneurs tech du continent africain. C’est un parrainage un peu logique, vu l’ambition de la société de Mark Zuckerberg. Le plus grand réseau social continue son engagement en Afrique en soutenant les petites et moyennes entreprises.« Après le pitch, ils étaient ébahis par notre potentiel », continue-t-il d’expliquer.

RedécouverteQuinze startups ont été sélectionnées pour cette phase finale. Elles s’étaient lancées dans une compétition féroce hier pour décrocher le chèque de 25 000 dollars et une participation à San Francisco de l’événement de TechCrunch dénommé Disrupt SF 2018. Ce prix revient à la startup Lori Systems. Cette startup kenyane a construit une plate-forme logistique pour améliorer le transport de marchandises à travers l’Afrique. Plus important encore, Lori Systems peut optimiser l’utilisation des camions afin de ne pas perdre de temps et d’argent. AgroCenta a brillé dans la catégorie bien social. Et SynCommerce remporte le prix dans la catégorie jeux et divertissement.Même si l’équipe de Lomay n’a pas pu aller à San Francisco en trébuchant à cette finale, elle semble être très contente de cette participation avec cette « visibilité » proposée par Facebook. Le jeu Gazkar va continuer encore son aventure sur la scène internationale. Déjà en février, l’équipe de Lomay avait eu l’occasion de rencontrer Xavier Niel, le patron de Free et fondateur de la Station F, la plus grande incubatrice en France.Conçu par des jeunes talentueux malgaches, Gazkar est un jeu de cours en trois dimensions « made in Madagascar ». À travers ce jeu virtuel, son promoteur, la société Lomay veut faire redécouvrir Madagascar et sa beauté. Au volant des Renault 4L et Citroën 2CV qui circulent encore dans la capitale, mais aussi des superbes Ferrari ou Porsche, ainsi que la fameuse voiture malgache Karenjy Mazana II, les joueurs peuvent rouler sur des circuits réalistes dessinés sur les rues d’Anosy à Mahamasina, en passant par Analakely, Ankorondrano ou encore le fameux By-pass.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara209 partages

Rugby – Match amical : Les Tchèques défieront les Makis à Mahamasina

Ces joueurs des Makis devront encore se démarquer pour être dans l’équipe nationale.

Une grande première. Les Makis de Madagascar accueilleront la sélection de la République tchèque au Stade de Mahamasina.

A défaut de disputer des rencontres internationales, les Makis de Madagascar défieront les Tchèques au Stade de Mahamasina du 19 au 25 février 2018. Cette rencontre amicale était à l’initiative de la fédération tchèque de Rugby. Outre les Makis de Madagascar, seront présentes aussi les deux équipes représentantes de la Grande Ile à la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI). Des rencontres entrant dans le cadre de leur préparation pour cette compétition régionale avec une nouvelle formule. Ces trois formations affronteront tour à tour les Tchèques. Sauf changement de programme, les Makis seront opposés à l’équipe championne de Madagascar. Les vice-champions de Madagascar défieront les Tchèques pour leur première rencontre. L’affiche phare de ces rencontres sera sans doute la confrontation entre les Makis et la sélection de la République Tchèque. Il est à signaler que plusieurs joueurs tchèques évoluent dans les championnats anglais et français. Le regroupement de l’équipe nationale en vue de cette rencontre amicale. Selon les techniciens au sein du « Malagasy Rugby », seuls les joueurs qui participent au Championnat organisé par la Commission Technique Fédérale (CTF) pourront intégrer la sélection nationale.

T.H

Midi Madagasikara201 partages

Toamasina : Nifampisitoman’ny Bmh sy ny fianakaviana ilay tovolahy matin’ny pesta

Efa tafiditra ao anatin’ny sain’ny olona maro ny valan’aretina pesta ity ho raharaha politika; ny tsaho amin’ny tsy fisiany fa sinemam-panjakana ampitahorana vahoaka manginy fotsiny. Vokany maro ireo manaraka ity tsaho ity ka lasa loza mitatao amin’ny fifehezana ny pesta izany. “Mila manaraka ny fandaminana ny rehetra isika. Marina fa mafy izany havana tsy tonga am-pasan-drazana izany, nefa ny tombontsoam-pahasalaman’ny daholo be no tokony mibaiko ny rehetra”, hoy ny prefen’i Toamasina Benandrasana Cyrille. Ny talata alina teo tao Tanambao V dia raikitra indray ny sakoroka teo amin’ireo ekipan’ny “BMH” sy ny fianakavian’ity matin’ny pesta ity. Nifampisintonan’ny roa tonta mihintsy ilay faty, nefa be noho vitsy ny “BMH” ka niala maina tsy afaka nisahana ity tovolahy matin’ny pesta. Voatery niditra an-tsehatra ny mpitandro ny filaminana nandamina ny raharaha ka tamin’ny 01ora maraina omaly taorian’ny disadisa dia voatery nampiasa hery ny mpitandro ny filaminana, ka voalevina ara-pahasalamana ihany ilay tovolahy matin’ny pesta tao Tanambao V ity. Raha ny fanazavana dia efa narary tao an-traniny izy saingy tsy nanantona toeram-pitsaboana mihintsy noho ny tahotra, efa nisy fotoana aza nando ra saingy mbola nafenin’ireo havany hatrany dia izao no vokany nefa aretina azo sitranina tsara ny pesta misy. Mbola nitohy omaly maraina teny amin’ny toeram-pandevenan’ny Manangareza ny sakoroka teo amin’ny fianakavian’ilay tovolahy matin’ny pesta sy ny mpitandro ny filaminana, satria nikasa ny hangalatra antsokosoko ny fatin’ny havany izy ireo. Nisy ny fifandresen-dahatra teo amin’ny roa tonta noho maha-heloka be vava ny halatra faty, ka nanaiky ihany ireto fianakaviana ireto. Raha ny angom-baovao ny talata hatrany dia tsy ity tao Tanambao V ity ihany ny olona matin’ny pesta, fa nisy iray hafa ihany koa tany Tanandava Toamasina suburbaine. Tsy nisy ny fianakaviany fa avy hatrany dia nankinina ny faty tamin’ny “BMH” ny fikarakarana sy ny fandevenana azy, saingy nilaza ny mba hanorona ny toerana handevenana azy kosa mba tsy ho “very faty” ilay maty. Marary tokony ho sitrana anefa ity maty tao Tanandava ity, saingy nandritra ny fitsaboana azy dia nitsoaka ny hopitaly ny tenany. Ankehitriny dia ifampitadiavana ilay “Tuc-Tuc” nitondra azy, sy ireo mety ho tafara-dia taminy nandritra ny fitsoahany tao amin’ny toeram-pitsaboana azy io. “Tsy ho resin’ny pesta izany isika”, hoy ny komity eto Toamasina. Efa milaza ny zava-misy ny fahasahian’ny olona manao fitiliana sy manantona toeram-pitsaboana. Ny alatsinainy teo fotsiny dia nahatratra 14 ireo olona mararin’ny tonga nahatsapa-tena mitsabo tena ao amin’ny toeram-pitsaboana manokana; nisy 16 ihany koa sitrana ara-dalana nivoaka ny toeram-pitsaboana…

Malala Didier

Midi Madagasikara157 partages

Peste à Tanà et Toamasina : 250 personnels de santé en renfort

Depuis le 1er août 2017 à hier 11 octobre, la peste a affecté 500 personnes à Madagascar, dont 54 décès, selon le dernier bilan disponible auprès du ministère de la Santé publique. Parmi ces 500 cas, 351 sont des cas de peste pulmonaire, 135, de peste bubonique, 1 cas de peste septicémique et 13 cas suspects. Touchant principalement Antananarivo et Toamasina, l’épidémie a affecté, dans la Capitale, 276 personnes dont une large majorité de cas de peste pulmonaire (223 cas). On déplore, à ce jour, 25 décès. Le personnel de santé sur le terrain est débordé. D’où l’envoi de renfort par le ministère de la Santé. Ainsi, 57 médecins, 147 agents paramédicaux et 46 personnels d’appui viendront renforcer les équipes sanitaires de terrain et le personnel hospitalier chargés de la prise en charge de la peste à Antananarivo et à Toamasina. Ces 250 personnels de santé, réquisitionnés – mais leur engagement s’est plutôt fait sur la base du volontariat, a-t-il été souligné par le ministère de la Santé – rejoindront dès ce jour, leurs postes respectifs pour une période d’au moins un mois. 100 mettront le cap sur Toamasina et 150 resteront dans la Capitale et ses environs.

Hanitra R.

Midi Madagasikara146 partages

Mandrangobato II : Nolazaina fa matin’ny pesta ilay olona efa nandrasam-paty iray andro

Nisahotaka ny mponina tao amin’ny fokontany Madrangobato II, eny  amin’ny faritra Anosibe omaly alina raha nandre fa tsy maintsy halain’ny Emmo-Reg  ny fatin’ity Ramatoa 54 taona izay efa nandrasan’izy ireo nanomboka ny Talata tamin’ny 4 ora maraina tao an-toerana. Nolazaina mantsy  fa matin’ny pesta io olona io. Antony izay nambaran’ireo fokonolona teny an-toerana fa mahagaga ihany satria, teny amin’ny hôpitaly dia voalaza fa tsy nisy resaka pesta izany mihitsy no nahafaty io olona io. Araka ny fanazavana nomen’ny fianakavian’ny maty, niantsena teny Anosibe io Ramatoa io no nitambositra tampoka ary tsy nahatsiaro tena. Nentina avy hatrany teny amin’ny hôpitaly avy eo saingy tsy tana intsony ny ainy. Rehafa nahita izany ireo mpitsabo dia nilaza tamin’ireo mpanaraka ity marary fa « tsy izy intsony io » ka ento mody. Tsy nisy resaka pesta mihitsy tamin’izany ary notsindrian’ity vavolombelona niresaka taminay ity fa tsy nisy akory ahiahy momba ny pesta izany akory na koa hoe filazana fa tsy maintsy hatao fitliana mahakasika izany ilay maty. Omaly anefa, gaga ireo fokonolona sy ny fianakaviana fa tonga teny an-toerana ny Emmo-reg  sy olona milaza fa tompon’andraikitra momba ny ady amin’ity aretin-doza ity fa tsy maintsy haka ny razana. Manoloana izany, nikoropaka ireo fokonolona sy ny fianakavian’ny maty ka nanda izany fanam-pahan-kevitra izany avy hatrany. Ho an’izy ireo, toa mahagaga ihany izany satria mazava ny taratasy namoahana ny razana teny amin’ny hôpitaly fa tsy misy resaka pesta izany tao. Faharoa, raha misy tokoa ilay atao hoe pesta, nahoana no efa nandrasana iray andro mahery vao nolazaina izany zava-doza izany. Dia ahoana izany ireo olona nifanerasera sy nikarakara io razana io nandritra izay ora maro be izay ? Noho ireo fanontanina maro tsy ahitam-baliny avy hatrany ireo, nanapa-kevitra ireo vahoaka eny amin’ity fokontany ity fa handa hatramin’ny farany ny hakana ity razana ity eny an-toerana omaly halina. Porofo indray ity fa mbola misy mandringa hatrany ny fifehezana ity valanaretina ity.

T.M.

Midi Madagasikara135 partages

Musique : Les artistes sont partis en France pour quelques dates

Les rockstars locales, comme Mage4, sont en France pour une tournée.

En attendant que la situation sur l’épidémie de la peste se calme et que les organisateurs de spectacles et les artistes puissent se produire de nouveau, un certain nombre d’artistes malgaches sont partis en France pour une tournée dans plusieurs villes de l’Hexagone.

 

Et puisque pour le moment, pas question d’organiser des concerts et des spectacles, les artistes malgaches préfèrent tourner à l’étranger, histoire de pouvoir continuer à pousser la chansonnette. Ce sont donc les spectateurs de la diaspora malgache dans l’Hexagone qui s’en délectent, car plusieurs grosses pointures de Madagascar sont en France pour quelques dates. Comme la roue doit continuer à tourner, la musique bat son plein, comme c’est le cas pour les plus grandes stars du rock local, qui ont fait carton plein à Antsahamanitra pour le « Tanà in Rock », et qui sont actuellement en train de refaire la même prouesse en France à travers plusieurs villes. Pour ce samedi 14 octobre, quatre des plus grands de la scène locale seront en concert à Marseille : il s’agit de Kiaka, Mage 4, Apost et Green, venus avec leurs musiciens. La soirée débutera à 22h et sera suivie d’une ambiance clubbing animée par DJ Rodman et Rick Rico. Avec plusieurs rendez-vous dans leur agenda, c’est une véritable tournée française que ces rockstars malgaches effectuent actuellement, et cela pour le plus grand bonheur du public.

Wawa. Autre ambiance, autre soirée. Car le groupe Wawa est aussi actuellement en tournée en France. Une première date a fait salle comble à Lyon, puis à Bordeaux le 7 octobre dernier. Celui qui répand ses « 400 volts » partout emmène tout le monde dans une ambiance haut voltage. Ce samedi 14 octobre, il sera à Rennes. Et ce n’est pas fini, car il continue sa tournée dans d’autres villes françaises. A Poitiers le 20 octobre prochain, puis à Toulouse le 21 octobre. Le 28 octobre, il sera à Strasbourg.

D’autres artistes malgaches ont également donné des concerts en France, comme c’est le cas pour l’interprète de « Tanya », car Rak Roots a partagé la scène avec Jess FlaviOne à Marseille le 6 octobre dernier, tandis que les chanteurs tropicaux ont fait danser le public jusqu’au petit matin le 7 octobre dernier avec Arnaah, Eddy Renaud et Jean Marie Rasta.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar134 partages

Révision constitutionnelle – Les avis sur le référendum divergent

Un débat sur la « Révision Constitutionnelle à Mada­gascar » s’est tenu hier à l’hôtel Carlton, organisé conjointement par la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) et le Comité National de l’Observation des Elections (KMF/CNOE). À un peu plus d’un an de l’échéance présidentielle, les avis sur la tenue d’un référendum constitutionnel divergent et suscitent une vraie polémique. La problématique principale du débat tourne autour de l’opportunité ou non de faire un référendum constitutionnel.Selon Pierrot Rajao­narivelo, président du MDM, Mouvement pour la Démocratie à Madagascar, un long processus bien détaillé est à engager avant de réaliser le référendum.« Le vrai problème est de savoir si on aura assez de temps pour  peaufiner tous les petits détails dans l’organisation du référendum », a-t-il soulevé. En fait, pour pouvoir se lancer dans un référendum, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, doit consulter le Sénat et l’Assem­blée nationale. Ces deux chambres doivent ensuite cumuler chacun trois quarts des voix pour permettre la réalisation du référendum. Le président du MDM avance que « le problème à résoudre est un problème de calendrier ». Mais avant toute chose, l’une des conditions à remplir pour se lancer dans cette aventure est l’appréciation du chef de l’État, s’il juge la situation impérieuse ou pas. Selon Pierrot Rajao­narivelo, « seul le président de la République peut apprécier si la situation est impérieuse ou non ».Le débat sur la « Révision Constitutionnelle à Mada­gas­car » a rempli la salle Ravi­nala de l’hôtel Carlton avec plusieurs personnes qui n’ont pas trouvé de place. Cinq panélistes ont animé la séance, notamment, Christine Razanamahasoa, députée et coordinatrice nationale du parti « Miaraka Amin’ny Prezida Andry Rajoelina » (Mapar), Sahondra Rabena­rivo, juriste et membre du Sefafi, Rondro Lucette Razanandrainiarison, ancienne membre de la Cour Électorale Spéciale, Mohamed Rachidy, vice-président du parti Hery « Vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) et Olivier Rakotovazaha, sénateur issu du parti « Mpitolona ho amin’ny Fandrosoan’i Madagasikara » (MFM). Les idées fusent et chacun a sa perception. Sahondra Rabe­narivo avance que le délai de trente jours au moins et soixante au plus avant le premier tour de l’élection est suffisant. « Ce n’est qu’une question de technique. L’avancée technologique actuelle facilite les tâches qui nous attendent », a-t-elle déclaré. Pour les autres panélistes, le problème se situe ailleurs. Quant à Christine Razanamahasoa, elle demande « pourquoi le président de la République se réveille à un peu plus d’un an de la présidentielle ».

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara127 partages

Calendrier scolaire. : « Vacances de peste »

Les élèves ont été renvoyés chez eux pour cause de peste.

Les agents de santé – tout particulièrement communautaire – n’ont pas le droit de prendre des congés. En quelque sorte, ils sont « consignés » à leurs postes pour cause de peste.

En revanche les écoliers, collégiens, lycéens et même les étudiants chôment depuis deux semaines par mesure de prévention. En principe, ils auraient dû reprendre les cours lundi dernier avant d’être de nouveau renvoyés chez eux pour éviter la propagation de l’épidémie. Qui plus est, ils ne pouvaient pas porter des caches-bouche en plein cours où il y a une part d’oral, sauf à tout limiter à l’écrit. Et à interdire les regroupements dans la cour de récréation quoique les élèves soient forcément l’un à côté ou derrière l’autre en classe.

Mode rattrapage. Si tout se passe bien ou plutôt pas trop mal, les cours reprendront lundi prochain. La rentrée aura lieu le 16 octobre après 15 jours de « vacances de peste ». Nuance avec vacance de …poste même s’il y a toujours, enfin presque, des limogeages à chaque conseil des ministres. On se souvient que des titulaires de haut emploi de l’Etat ont été remerciés la veille d’un 25 décembre. Un cadeau pas comme les autres que les concernés ne sont pas près d’oublier. A la différence de certains élèves et étudiants qui risquent de ne pas retenir grand-chose de leurs cours et leçons précédents s’ils ne font pas de révision. De toute façon, ils seront obligatoirement en mode rattrapage après deux semaines de « vacances de peste » qui pourraient supprimer ou du moins raccourcir les prochaines vacances de fin d’année. En tout cas, contrairement au titre du film de Jean-Marie Poiré, le père Noël n’est pas une ordure, même si la maladie et l’épidémie qui s’en suit, sont dues en grande partie aux montagnes de déchets et détritus qui sont à l’origine de ces vacances imprévues dans le calendrier scolaire face à lesquelles la majorité des parents …peste.

O
Madagascar Tribune116 partages

Le HVM esquive et tergiverse

Le débat sur la révision constitutionnelle organisé par la fondation Friedrich Ebert et le KMF/CNOE hier 11 octobre était attendu par plus d’un dans la Capitale. La salle était bondée de monde pour décrire l’engouement que cela a suscité. L’on s’attendait plus ou moins à un débat des plus intéressant entre un régime qui doit défendre un projet de révision constitutionnelle face à la classe politique opposante et à la société civile qui n’a de cesse de dénoncer ledit projet. Pourtant, contre toute attente, l’on a assisté à des échanges plutôt stériles avec des manouvres politiciennes qui caractérisent bien la classe politique malgache. Les participants se sont lancés des piques à tour de rôle, se rejetant la responsabilité d’une Constitution qui n’aurait pas fait l’unanimité ou encore alignant des interprétations de textes aussi différentes les unes des autres. Mais le débat a surtout été marqué par le fait que le représentant du parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) le sénateur Rachid Mohamed a déclaré que le régime ne prévoit encore aucun référendum mais parle uniquement d’imperfection dans la Constitution actuelle. Pourtant, le premier à avoir parlé d’une révision constitutionnelle voulu par le régime était le Premier ministre lui-même. Or durant le débat d’hier, Rachid Mohamed n’a eu de cesse d’esquiver les questions par rapport à l’organisation et à la tenue de cette révision constitutionnelle. Soulignant qu’aucune intention d’opérer une révision constitutionnelle n’a été prononcée par qui que ce soit du camp présidentiel. Un discours politique sans doute pour éviter la polémique et pour ne pas avoir à défendre le projet en question.

Outre cela, la question des fokontany a également été abordée. Selon les participants, le fait de vouloir ériger les fokontany en collectivités territoriales n’est qu’une intention qui en masque une autre, basé sur des calculs politiques déjà bien établis en haut lieu. Une question qui a également été mise dans l’équation pour faire oublier le vrai but de ce projet de révision constitutionnelle dont le but premier était de changer la disposition qui veut que le président en exercice qui se porte candidat démissionne. Olivier Rakotovazaha est même allé jusqu’à dire que jamais dans l’histoire un président entrant n’a fait de passation avec un président du Sénat. Souhaitant peut-être jouer du fait que selon notre constitution, ce dernier doive assurer l’intérim si le président de la République démissionne. Des manœuvres de manipulation de textes et d’opinions qui n’ont pas marché hier. Dans tous les cas, face à cette posture indécise qu’a décidé d’adopter le camp présidentiel, on s’interroge alors sur le déroulement de la prochaine session parlementaire qui débute dans moins d’une semaine. En effet, le projet devrait tout d’abord passer devant le parlement pour être voté. Ceci dans le cas où la Haute Cour Constitutionnelle avalise la notion floue de « nécessité jugée impérieuse », seul motif de révision de la Constitution. L’on suppose bien que les tergiversations et les esquives pratiquées par le sénateur du HVM lors de ce débat ne servaient qu’à éviter un débat de fond devant public.

L'express de Madagascar94 partages

Peine perdue

Ahuri, atterré, abattu. Les mots manquent pour exprimer la sensation éprouvée devant le crime abominable commis par deux gamins de 15 et 13 ans à Ambohitrarahaba avant-hier. Après avoir cambriolé une maison, ils ont tue avec une extrême cruauté et un sang froid inouï un garçon de 12 ans. Les condamnations fusent de partout sur les réseaux sociaux appelant irrémédiablement au rétablissement de la peine de mort abolie depuis 2010. Une exigence de la communauté internationale, au nom de la démocratie et en contre-partie des aides et de la reconnais­sance à une époque où Madagascar était banni de la scène internationale.Aujourd’hui, on constate qu’on ne peut pas appliquer les sacro-saints principes démocratiques dans un pays infesté de barbares. L’épidémie de peste rappelle, d’ailleurs, qu’on est à deux siècles d’une nation moderne, qu’il reste un long chemin à faire, plusieurs étapes à franchir pour mériter le statut d’une République, la qualification d’une démocratie. Les grandes civilisations sont passées par la guillotine, les grandes épidémies, la révolution industrielle avant d’arriver là où ils sont aujourd’hui. Si la peine de mort n’avait pas existé dans ces pays, ils seraient encore habités par des écervelés, des bouchers et des charcutiers qui n’ont aucun respect pour la vie à l’image des pays «producteurs» de terroristes.Cela dit, il ne faut pas non plus perdre de vue que c’est la société elle-même qui fabrique ces petits monstres hideux dont l’audace et la cruauté n’ont d’égale que la naïveté et l’ignorance. Ils ont cru avoir commis le crime parfait en se pavanant avec le portable de leur victime. Autant l’assassinat qu’ils ont perpétré est d’une extrême cruauté, autant l’environnement dans lequel ils vivent, l’univers qui les entoure sont truffés de violence criante. Entre la belle villa de leur proie, les belles voitures qui ornent la cour et le garage et les taudis qui jonchent le quartier populeux d’Ambohitrarahaba, la frustration, le sentiment d’inégalité, la jalousie et l’envie sont des moteurs naturels de ce genre de crime. Plus généralement, l’écart social qui se creuse de jour en jour est le principal coupable de l’insécurité.Parmi cent naissances enregistrées, soixante n’ont pas d’État civil et sont condamnés à errer dans la rue, a fouiller les bacs à ordures ou à louer un kalachnikov avec un peu plus de chance. La peste en éliminera peut-être quelques uns alors que ceux qui n’ont pas de bol tomberont sous les balles des forces de l’ordre. Mais on sait que les exécutions sommaires ou pas ne constituent qu’une solution de façade pour remonter le moral de la population. On a constaté que l’arrestation de bandits ou leur élimination par les armes n’avaient jamais empêché l’espèce de se renouveler identique à elle-même. Plus l’écart social se creuse, plus on s’entoure de criminels sans tête ni cœur, de pilleurs impitoyables qui n’attendent que le jour J pour passer à l’action.Ce crime d’Ambohitrarahaba montre que personne n’est à l’abri d’un mauvais tour. Que la peine de mort risque d’être peine perdue dans une société où l’opulence et le dénuement dorment sous le même drap  et partagent les mêmes puces jusqu’à l’affrontement.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara94 partages

Samoela : Peste ou non, “show must go on!”

Samoela sera bel et bien en cabaret ce vendredi au Piment Café.

Cela fait presque deux semaines que les manifestations culturelles ont été annulées. Le calme qui règne dans les soirées du week-end est pesant et les noctambules ne savent plus quoi faire. Apparemment, cette accalmie n’est pas du goût de tout le monde. Pour ce vendredi 13, et tant pis pour les superstitieux, Samoela brave la nuit et les consignes pour se produire au Piment Café à Behoririka. Un « one man show » qui va débuter à 21h pour tous les amateurs de bonne musique sur des paroles qui ne mâchent pas leurs mots. Et puis, après tout, on parle bien là de Samoela. En cette saison et surtout ces circonstances, ce poète urbain va certainement ressortir ses chansons qui parlent de l’insalubrité dans la ville, avec tout ce que cela a de conséquences. Mais c’est surtout sur des mélodies envoûtantes, des mots qui résonnent dans l’histoire « perso » de chacun, que Samoela va enivrer le public. Avis aux amateurs, avec la raréfaction des soirées du vendredi, les places risquent d’être très vite réservées !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara91 partages

BFV- Société Générale : 23 enquêteurs de la Gendarmerie formés dans le domaine financier

La remise des certificats aux enquêteurs de la Gendarmerie a eu lieu hier au Centre de Formation de la BFV- SG à Analakely.

Les enquêteurs de la Gendarmerie nationale sont maintenant mieux armés pour gérer les infractions financières. Grâce à un partenariat avec la BFV- Société Générale, 23 enquêteurs de la Gendarmerie ont été formés en matière d’infractions financières. Et ce, en collaboration avec le Service des Renseignements financiers (SAMIFIN). La formation qui a eu lieu au Centre de Formation de la BFV- Société Générale à Analakely a permis aux enquêteurs de la Gendarmerie d’échanger et d’améliorer leurs connaissances sur les différentes techniques d’enquête, notamment à travers les thèmes  traités, tels que la culture générale bancaire, la lutte anti-blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, les facettes juridiques du monde bancaire, les lois et réglementation sur les moyens de paiement et la cybercriminalité.

Cette session qui est mise en place par le service de la supervision financière est d’une grande utilité pour le service spécialisé en infractions financières de la Gendarmerie. Le service en question gagnera encore plus, en efficacité dans ses actions de lutte contre la criminalité financière. La remise des certificats aux 23 éléments ayant suivi avec succès, la formation, a eu lieu hier à la BFV- Société Générale Analakely. Depuis 2017, ce sont 80 éléments de la Gendarmerie qui ont pu bénéficier de cette formation. « La BFV- SG est fière du réseau mis en place entre l’administration centrale et la banque pour améliore la coordination. Cette formation concrétise l’engagement et la responsabilité de la BFV- SG dans une optique économique et sécuritaire » a déclaré Bruno Massez, le PDG de la BFV- SG. A noter que la BFV- Société Générale dispose également d’autres formes de partenariats avec des institutions publiques ou privées. Une manière de démontrer sur le terrain son statut de banque engagée pour le développement du pays.

R.Edmond.

Midi Madagasikara86 partages

Manarintsoa Isotry : Mpivaro-kena nanindrona antsy olona

Niafara tamin’ny rà nandriaka sy vono olona ny fifamaliana niseho teo amina mpirevy vitsivitsy teny amin’iny faritra Manarintsoa Isotry iny ny alin’ny alatsinainy lasa teo. Lehilahy iray no maty tsy tra-drano vokatry ny tsindron’antsy nahazo azy. Teo anatrehan’izay kosa dia olona iray, mpivaro-kena, izay voatondro fa isan’ireo nanindrona antsy ity namoy ny ainy ity no nosamborin’ny pôlisy. Raha ny zava-nitranga tamin’io fotoana io : nirevirevy teny an-toerana ny lehilahy iray niaraka tamin’ny rahalahiny. Nisy fifamaliana anefa teo amin’ity olona ity sy ny olona roa hafa, izay niaraka tao amin’io toerana fisotroana zava-pisotro io.  Niha-niakatra ny feo ka tonga hatrany amin’ny fikasihan-tanana mihitsy izany. Nandositra iretsy olona roa nifamaly tamin’ireto mpiray tampo ireto tamin’izany kanefa tsy niandry ela dia niverina indray, niaraka tamin’ny zava-maranitra tamin’io indray mitoraka io. Nitsoaka noho izany ireto mirahalahy, kanjo nianjera ny iray tamin’izy ireo ary tratran’ireo nitondra zava-maranitra. Tsy nisy fisalasalana avy hatrany fa dia tsindron’antsy maromaro no niantefa tamin’ity farany. Nitsoaka ireo nahavanon-doza nony avy nahavita asa ratsiny. Nezahina nentina novonjena tany amin’iny tobim-pahasalamana kosa ilay naratra kanefa tsy nisy azo natao intsony ny aminy. Nampandrenesina avy hatrany ny pôlisy tamin’io fotoana ary nidina teny an-toerana. Tamin’io, raha araka ny fanazavàna nomen’ireo pôlisy dia fantatr’ireo niharam-boina ireto namono ka dia noraisim-potsiny. Saingy ny iray ihany no voasambotra fa ilay namany tafaporitsaka. Mbola mitohy moa hatreto ny fikarohana ity olona iray nitsoaka ity.

m.L

Midi Madagasikara85 partages

Hôtel de Ville : Des opérateurs chinois chez Lalao Ravalomanana

Le Partenariat Public-Privé se développe à la commune urbaine d’Antananarivo. C’est dans ce cadre que d’opérateurs économiques chinois de la Capitale ont été reçus hier à l’Hôtel de Ville d’Analakely par la maire Lalao Ravalomanana. D’après le communiqué de la CUA, les deux parties se sont engagées à poursuivre leur coopération et leur partenariat pour le bien de la ville d’Antananarivo. Les opérateurs chinois ont promis leur contribution au développement de la Capitale et à l’assainissement de la ville dans la lutte contre la propagation de l’épidémie de peste. A noter que les Chinois constituent une force économique incontournable de la Capitale. Le constat est aussi valable au niveau national. La Chine devient un important partenaire de développement pour la Grande Ile, notamment en cette période où les dirigeants HVM ont du mal à satisfaire les conditionnalités des bailleurs de fonds traditionnels.

Eugène
L'express de Madagascar84 partages

Santé – Albert Zafy admis à la polyclinique d’Ilafy

L’ancien chef d’État a été victime d’un malaise, hier matin. Soigné à la  polyclinique d’Ilafy, il devrait être évacué, à Maurice, aujourd’hui.

Mal en point. « Espérons que le pire est passé. Nous prions tous pour qu’il recouvre la santé rapidement », a déclaré d’un ton soulagé Tabera Randria­manantsoa, ancien ministre, et un des proches collaborateurs d’Albert Zafy, ancien Président de la République, lors d’un entretien téléphonique, hier, en fin d’après-midi.L’ancien chef d’État, aurait été victime d’un ma­laise, hier, matin à son domicile, à Ivandry. Conduit « en urgence », au Centre hospitalier universitaire (CHU), Joseph Raseta, Befelatanana, le résident de la villa Elisa­beth, a été, finalement admis à la Polyclinique d’Ilafy. « Les médecins du centre hospitalier public ont décidé qu’il était préférable qu’il soit soigné dans un endroit sécurisé, où l’on ne traite pas les épidémies », a indiqué Serge Zafimahova, politicien et un de ses proches, en milieu d’après-midi.Le CHU de Befelatanana fait en effet partie des centres d’accueil des personnes atteintes de peste. Aux dernières nouvelles, l’ancien Président, serait en soins intensifs, à Ilafy. Si la thèse d’un Accident vasculo-cérébral (AVC) circule depuis  hier matin, les proches d’Albert Zafy, restent, cependant, prudents sur la cause de son malaise.

Evacuation sanitaire« C’est juste un malaise dû à la fatigue et à l’âge. Son état est déjà stable », rassure Serge Zafimahova. Même son de cloche du côté de Tabera Randriamanantsoa. « De ce que j’ai vu, je ne pense pas qu’il s’agisse d’un AVC. Il était en petite forme durant un certain temps mais, a déjà repris des forces. Il a, cependant, fait une rechute. Étant donné son âge avancé, la fatigue n’est jamais bonne », soutient-il.Son parti politique, l’Union nationale pour le dévelop­pement et la démocratie (UNDD), a confirmé son hospi­talisation dans un communiqué de presse, hier, mais reste muet sur la nature du mal qui a causé l’hospitalisation en urgence de l’ancien Président. L’ancien ministre Randriamanantsoa concède, néanmoins, que dans la matinée, Albert Zafy, était « sérieusement mal en point ».Le fait qu’une évacuation sanitaire (EVASAN) de l’ancien chef d’État soit programmée pourrait indiquer qu’il pourrait s’agir d’un diagnostic plus délicat qu’un malaise dû à la fatigue. Sauf changement, le résident de la villa Elisabeth, devrait être évacué, à l’île Maurice, ce matin. La Police de l’air et des frontières (PAF), confirme avoir déjà été notifié de l’EVASAN de l’ancien Président.« L’évacuation aurait dû se faire aujourd’hui. Seulement, le passeport du médecin qui devait l’accompagner n’était pas encore prêt. Aussi, devrait-elle se faire demain matin [ce jour] », explique Tabera Randriamanantsoa. Né à Betsiaka, Ambilobe, le 3 mai 1927, Albert Zafy est chirurgien cardiologue. Ayant le grade de professeur, il fut Président de la République, du 27 mars 1993, jusqu’à son empêchement par l’Assem­blée nationale, validé par la Haute cour constitutionnelle (HCC), le 4 septembre 1996.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada65 partages

Rugby – Lalao fihantsiana : hifampitsapa amin’i Tsekoslovakia ny Makis

 Hampiantrano lalao iraisam-pirenena indray ny baolina lavalava malagasy. Hanafika ny Makis de Madagascar, ry zareo Tsekoslovakia. Fihaonana ara-pirahalahiana, izany lalaon’ny roa tonta, izany.

 Nangataka lalao ara-pirahalahiana, amin’ny Makis de Madagascar, ny federasiona rugby any Tsekoslovakia. Raikitra fa hotanterahina etsy amin’ny kianjaben’ny Mahamasina, ny 19 – 25 febroary 2018, izany lalao fihantsiana izany. Ankoatra izay, handray anjara amin’io fihaonana io koa ireo ekipa roa hisolotena an’i Madagasikara, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCOI). Tafiditra amin’ny fanomanan-tenan’izy ireo, ity fivahinianan’i Tsekoslovakia, eto Madagasikara ity.

Hifandimby hikatroka amin’i Tsekoslovakia izany ireo ekipa telo ireo, raha ny fandaharam-potoana. Raha tsy misy fiovana, hifampitana voalohany, ny Makis sy ny ekipa tompondakan’i Madagasikara (Mada 1) ary i Tsekoslovakia indray hidona amin’ny ekipa tompondaka lefitra (Mada 2). Hifampitana amin’ny Makis indray ny Mada 2, eo amin’ny andro faharoa ary i Tsekoslovakia hikatroka amin’ny Mada 1. Adin’ny samy Malagasy ny lalao eo amin’ny andro fahatelo ary ny Makis hihaona amin’i Tsekoslovakia.

Hanomboka amin’ny volana desambra, ny fampivondronana ireo mpilalao handrafitra ny Makis de Madagascar, hiatrika izay nambaran’ny tomponandraikitra eo anivon’ny Malagasy rugby fa ireo mpilalao mandray anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondaka, karakarain’ny Commission technique fédérale (CTF), ihany no horaisina. Tsiahivina fa na ekipa tsy mbola nandray anjara, tamin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany aza, ry zareo Tseky, dia manana mpilalao manatevina ireo klioba any Frantsa sy Angletera.

Tompondaka

Tia Tanindranaza64 partages

Vono olona teny AmbohitrarahabaAnkizy 15 sy 13 taona no tompon’antoka

Zazavavy vao 15 taona sy zazalahy 13 taona no voasambotra noho ilay raharaha teny Ambohitrarahaba nisian’ny famonoana tovolahikely iray 12 taona tamin’ny fomba feno habibiana ny talata lasa teo satria nofatorana ary notapahina tamin’ny antsy sy famaky ny lohany, ary nesoriny voamasony roa.

Nalaina an-keriny kosa ny zandriny vao 6 taona monja, saingy hita teny Ambohidratrimo rehefa hariva ny andro. Nisy kitapo kely nampitondraina azy, ka rehefa nosavaina dia mbola zava-doza ihany no niseho satria hita tao ny voamason’ilay zokiny. Tsy iza ilay zazavavy vao 15 taona  voasambatra fa ny mpanampy tao an-trano ihany saingy efa noroahiana. Izy no niantefan’ny ahiahy, ary rehefa nandeha tokoa ny fikarohana dia tra-tehaka, ary voamarina fa tsy afa-miala izy. Teo amin’ny faritra tsy lavitra an’Ambohitrarahaba no nahitana ireto olona roa tsy ampy taona nahavanon-doza tsy mampino ireto niaraka tamin’ny ampahany tamin’ireo zavatra nangalarina tao an-trano. Teo imason'ny ray aman-dreniny no nahatrarana azy ireo. Porofo tsy azon’izy ireo nialana ny fahatrarana volabe 12 800 000Ar sy 24 000 Dolara sy finday. Rehefa nanontaniana ny ray aman-drenin’ireo zaza lasibatra dia nanamarina fa ireo vola izay very tao an-trano ireo tratra ireo, ka ny ampahany betsaka tamin’ilay 14 tapitrisa ariary no efa tratra. Ny fomba nahitana azy roa kosa dia tamin’ny alalan’ny fampitam-baovao naparitaka tamin’ny tobim-paritry ny zandarimaria sy ny tompon’andraikitry ny fokontany, ka nahafahana nahita ireo olona ireo sy ny ampahan’ny zavatra very, hoy ny fanazavan’ny kolonely Ravoavy Zafisambatra Lehiben’ny CIRGN Analamanga teny amin’ny Tobin’ny zandarimaria Ankadilalana omaly. Nampiasaina mihitsy ny olona manana ny traikefa avy amin’ny sampana misahana ny heloka bevava sy ny alika mpitsongo dia tamin’ny fikarohana ireo ahiahiana. Kely dia efa nahavanon-doza ireo zaza 15 sy 13 taona ireo, ary mba natahotra ny ho tratra ihany izy ireo fa hoe raha maty ilay zaza dia hitan'ny zandary ao anaty masony ny sarin'izay namono azy, ka dia nesoriny ny mason'ilay zaza novonoiny. Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana amin’ny mety ho mbola fisian’ny olon-kafa naniraka azy ireo.

Toky R

 

Ino Vaovao60 partages

TSY FAHASALAMANA TAMPOKA : Naiditra Hopitaly eny Ilafy ny Profesora Zafy Albert

Araka ny loharanom-baovao voaray dia vokatry ny aretina fahatapahan’ny lalan-dra madinika any amin’ny atidoha na Avc no nahazo azy. Avy hatrany dia nalefa teo anivon’ny sampana fameloman’aina eny amin’ny Hopitaly Polyclinique Ilafy ny tenany. 

Tamin’ny ora nahazoana ny vaovao dia mbola tao anatin’ny tsy fahatsiarovan-tena tanteraka ity Filoham-pirenena teo aloha ity vokatr’izay aretina tampoka nahazo azy izay.Raha tsiahivina fohy dia tamin’ny taona 1927 no teraka tao Ambilobe izy, izany hoe eo amin’ny faha-90 taonany izao iharan’ny tsy fahasalamana tampoka izao. 

Ny taona 1993 ka hatramin’ny taona 1996 no lasa Filohan’ny Repoblika Malagasy ny tenany, izy izay zokiny indrindra ao anatin’ny Filoham-pirenena efa-dahy izay niatrika ny fampihavanam-pirenena. Hatramin’ny omaly nahatongavany teny amin’ny Hopitaly sy nahazoana ny vaovao farany dia mbola tsy nahatsiaro tena ity rain’ny demokrasia ity.

Avotra Isaorana

News Mada59 partages

Slam-Festival International Sapança : Caylah brille à Istanbul

Caylah est actuellement à Istanbul pour représenter notre pays lors de la 17e édition du festival international « Uluslararasi sapanca siir aksamlari : XVIII international sapanca poetry evenings ». Durant cette semaine, des poètes et des écrivains du monde entier sont au rendez-vous dans le dessein de favoriser les échanges et les partages.

A la découverte du slam. Caylah, la plus jeune et la seule slameuse invitée à cet évènement  a mis le cap sur Istanbul, lundi dernier. Et c’est une occasion de véhiculer et de faire connaître davantage cet art. Mardi dernier, elle a donné son premier show.

« En effet, c’est étonnant car les participants sont tous des écrivains ou des poètes, d’un certain âge, la plupart d’entre eux ne connaissent pas le slam. Ainsi, mon objectif est de faire découvrir cet art oratoire et surtout, de représenter la nouvelle génération de poètes », a-t-elle expliqué. Le séjour de la jeune slameuse s’annonce donc exceptionnel. Hier, elle a visité un lycée à Istanbul, se sont ensuivies une conférence débat et une séance de signature du recueil de poésie de la 17e édition du festival. « Ça fait quelque chose d’être reconnue aussi en Turquie et de signer les recueils des élèves de l’université», a-t-elle exprimé.

Du travail et de la personnalité

Nombreux pensent qu’écrire des poèmes est démodé, et pourtant, le slam ou poésie orale urbaine a permis à Caylah de voyager et de vivre de son art. « J’incite surtout les jeunes talents à continuer à écrire même si personne ne nous lit ni nous écoute. Il faut utiliser cette passion pour soi d’abord avant de le faire pour les autres. Et surtout, il faut garder sa personnalité et travailler dur », a-t-elle conseillé aux jeunes passionnés de la poésie.

Après ce festival, Caylah entamera une tournée nationale dans le Sud de la Grande Île, en collaboration avec l’Alliance française. L’année dernière, le projet Dihy a remporté le premier prix du concours de la meilleure création au festival de danse I’Trôtra. C’est ainsi qu’il a bénéficié de cette tournée.  Notons que le projet Dihy est une création artistique qui rallie à la fois la danse et le slam.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar58 partages

Maya Razafindrakoto – «Les jeunes sont le présent de la Nation»

Il ne suffit pas d’avoir une bonne idée. La motivation derrière l’innovation est tout aussi indispensable en matière d’entrepreneuriat, selon Maya Razafindrakoto, fondateur d’Optimus Mada­gascar, une agence événementielle. Ce jeune entrepreneur a tenu ce discours lors du rendez-vous bihebdomadaire organisé par le groupe BiMi Talk au Youth Civic Center Analakely. Un événement organisé par des jeunes pour des jeunes afin de motiver les concernés par rapport à l’esprit et l’attitude que ces derniers doivent adopter dans leur quotidien tant personnel que professionnel et surtout entrepreneurial. Selon l’intervenant, le dicton « les jeunes sont l’avenir de la nation » ne doit pas s’appliquer au contexte malgache. Avec une population jeune à plus de 75%, « les jeunes sont plutôt le présent de la nation », explique-t-il.

ImpactsÀ partir de ce constat, l’intervenant ainsi que l’assistance a pu débattre sur les réels impacts du changement d’attitude des jeunes par rapport au développement du pays. Il en a résulté que le manque de motivation, l’aptitude à tisser les relationnels adéquats ainsi que le sens de la priorité font partie des principaux facteurs qui font que beaucoup de jeunes entrepreneurs malgaches peinent à sortir du lot. « À Mada­gascar, ceux qui réussissent sont toujours pointés du doigt, raison pour laquelle, ces derniers ne sont plus motivés à partager leurs expériences, accessoirement leurs succès avec les jeunes qui débutent en matière entrepreneuriat », lancent les personnes dans l’assistance. Un constat appuyé par le fondateur d’Optimus qui a conclu la séance de partage en expliquant que « Madagascar a cruellement besoin d’images de référence en matière de réussite personnelle et professionnelle ».

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara55 partages

Zafy Albert. : Victime d’un AVC, l’ancien président admis à la Polyclinique d’Ilafy

Une source proche de la famille a laissé entendre l’éventualité d’une évacuation sanitaire à La Réunion ou à l’île Maurice.

Atteint d’un accident vasculaire cérébral, le Professeur Zafy Albert est admis à la Polyclinique d’Ilafy depuis hier matin. A noter que l’ancien président de la République a déjà été malade depuis un long moment. D’après les informations qui ont circulé durant la journée d’hier, son pronostic vital serait engagé et il se trouverait dans un état comateux. Une information démentie par un de ses proches qui a expliqué dans une publication sur les réseaux sociaux que son état de santé commence à se stabiliser. Pourtant, on a appris de source bien informée que le Prof a été admis pendant plusieurs heures dans la salle de réanimation de la Polyclinique d’Ilafy. Une autre source proche de cet établissement a aussi fait savoir qu’avant ce transfert à Ilafy, Zafy Albert a déjà été hospitalisé à l’hôpital Befelatanana. Pour l’heure, aucune information officielle sur le véritable état de santé de l’ancien président n’a été dévoilée. Les responsables de la Polyclinique d’Ilafy que nous avons contacté ont refusé de se prononcer sur le sujet. Même les proches collaborateurs de l’ancien Chef d’Etat que nous avons aperçus à l’extérieur de la polyclinique se sont défendus de révéler des informations.

Evacuation. Joint au téléphone hier soir, un des proches du Professeur Zafy Albert a laissé entendre qu’une évacuation sanitaire à La Réunion ou à l’île Maurice serait envisagée. Ici, le conditionnel est de rigueur car au moment où nous mettons cet article sous presse, il se trouve encore à la Polyclinique d’Ilafy. Cette source a également fait savoir que tous les frais d’hospitalisation du Professeur sont pris en charge par l’Etat malgache de par son statut d’ancien président de la République, même en cas d’une éventuelle évacuation sanitaire à l’étranger. Né le 1er mai 1927 à Ambilobe, l’ex-Chef de l’Etat a désormais 90 ans. Sa dernière intervention médiatique remonte à la fin du mois d’août lorsqu’il a lancé des critiques acerbes contre la nomination des membres du « Conseil du Fampihavanana Malagasy » et contre le processus de réconciliation nationale en cours. Ayant milité depuis 1998 pour une véritable réconciliation nationale, le Professeur Zafy Albert a prévu de publier incessammment un mémorandum sur ledit processus. L’équipe de la rédaction de Midi Madagasikara souhaite un prompt rétablissement à l’ancien président de la République.

Davis R

L'express de Madagascar54 partages

Deux dahalo tués par balle

Huit voleurs de bœufs armés de fusils de chasse sont tombés dans le piège de fokonolona et des gendarmes à Andranomanganana, district de Tsaratanàna, mardi aux environs de 12 ans. Deux d’entre eux ont été tués par balles. Les autres ont vidé les lieux et ont abandonné leur butin. Leurs fusils ont été saisis, lors de l’embuscade.

Midi Madagasikara45 partages

« Miss et Mister Malagasy-Europe 2018 ». : La finale le 18 novembre à Paris

Qui vont s’illustrer à « Miss et Mister Malagasy-Europe », comme ce fut le cas pour Mihanta et Aiaz en 2014.

Ils habitent Montpellier, Bordeaux, Toulouse,  Lyon, Grenoble…, vivent en Allemagne ou en Russie, étudient en Italie… mais ont en commun leur origine malgache. Leur autre point en commun ? Tous sont en course pour le titre de « Miss et Mister Malagasy-Europe ».

Plus que quelques semaines à patienter et finis le stress et l’angoisse pour les 28 jeunes gens sélectionnés pour la grande finale du concours de beauté organisé par Mc Jay Sam et son équipe. Le 18 novembre, les finalistes vont défiler sur le podium de l’un des plus grands et luxueux bateau naviguant sur la Seine, à Paris, pour essayer de convaincre le jury qui, cette année sera composé de plusieurs personnalités connues dans le milieu de la mode, du mannequinat, de la photographie et de la musique. Outre le voyage qui leur sera offert, ceux qui seront couronnés « Miss et Mister Malagasy-Europe 2018 », vont également représenter Madagascar dans l’Hexagone et en Europe et participeront à des œuvres caritatives et des programmes des sensibilisations.Né de l’initiative de Mc Jay Sam, « Miss et Mister Malagasy-Europe » a vu le jour en 2010. Pour trouver la perle rare qui mérite de représenter la Grande Ile à l’international, le jeune homme et son équipe sillonnent toutes les grandes villes. « Tous les jeunes jeunes gens ayant entre 17 et 25 ans peuvent tenter leur chance, à la seule condition qu’ils aient une origine malagasy, même s’ils ne parlent pas la langue. L’un de nos plus grands objectifs est effectivement de donner à ces jeunes l’envie de connaître Madagascar, de découvrir sa culture et bien sûr d’apprendre le malgache », souligne Mc Jay Sam.Mahetsaka

Midi Madagasikara44 partages

Révision de la Constitution. : A la 1re session parlementaire de 2018

Le projet de révision constitutionnelle annoncé par l’Exécutif ne serait pas à l’ordre du jour de la prochaine session parlementaire.

La deuxième session parlementaire de cette année 2017, principalement consacrée à l’adoption de la Loi de Finances 2018, débutera dans cinq jours, plus précisément le mardi 17 octobre. Le rendez-vous s’annonce déjà chargé dans la mesure où environ 14 projets de loi ont déjà atterri à Tsimbazaza et à Anosikely. A ces projets de loi du gouvernement s’ajoutent trois propositions de loi à l’Assemblée nationale. Ces projets de texte dont l’examen va certainement accaparer la plus grande partie du temps des députés et des sénateurs sont prévus être adoptés durant la prochaine session. D’après nos sources, le projet de Loi de Finances initial 2018 ne serait déposé à Tsimbazaza qu’au cours de la deuxième quinzaine du deuxième mois de la session dont la durée ne doit pas dépasser 60 jours selon la Constitution. Et à l’allure où vont les choses, le projet de révision de la Constitution déjà annoncé par l’Exécutif et qui a besoin de l’approbation des ¾ des députés et des sénateurs ne figurerait pas à l’ordre du jour de la session budgétaire de 2017.

Mobilisation. Quoi qu’il en soit, les parlementaires pro-régime s’y préparent déjà. Ils ont déjà reçu les consignes présidentielles de lancer les débats entre eux, de discuter ensemble de la faisabilité de ladite révision. C’est ce qu’on a appris avant-hier à Antanimena lors de la réunion des barons du parti au pouvoir. «On nous a demandé d’en parler entre nous. Par contre, rien ne permet pour le moment d’affirmer que l’examen de cet éventuel projet de révision constitutionnelle sera inclus dans l’ordre du jour de la session qui va incessamment commencer. », a expliqué un sénateur HVM. Et notre interlocuteur de prévenir que ce projet de révision qui toucherait notamment l’article 47 de la Loi fondamentale et qui ferait des « Fokontany » des Collectivités Territoriales Décentralisées comme les communes, les régions et les provinces, ne serait à l’ordre du jour du Parlement qu’à sa première session ordinaire de 2018. Quoi qu’il en soit, les débats sont déjà lancés aussi bien au niveau de la classe politique qu’au sein de la société civile. Les déclarations faites jusqu’ici par le président de la République et les membres du gouvernement ont en général suscité des réactions négatives, notamment sur l’opportunité de la révision.

Eugène
Midi Madagasikara41 partages

L’implication du président dans la lutte contre la peste

Il aura fallu que  la propagation de la peste ait pris une certaine ampleur pour que le chef de l’Etat sorte enfin de ce silence que la majorité des commentateurs qualifiait d’assourdissant. Après une cinquantaine de morts et quelques centaines de cas confirmés, le président de la République se manifeste et prend la tête de la lutte contre la peste. La population qui a attendu longtemps de  sa part un peu d’empathie s’était comme d’habitude résignée à se prendre en charge. Maintenant cette implication, même tardive, de tout l’appareil d’Etat devrait enfin freiner la progression de l’épidémie et éradiquer complètement le fléau.

L’implication du président dans la lutte contre la peste

Le président de la République s’est enfin montré soucieux de la gravité de la situation et a multiplié avant-hier les visites des centres chargés de lutter contre l’épidémie de peste. Son manque de réaction devant  la propagation du fléau avait commencé à être considéré comme de l’indifférence par la population. Les organisations internationales avaient manifesté un attentisme prudent devant ce silence officiel. Après tous ces atermoiements, cette volonté de s’impliquer enfin dans cette lutte permet enfin à nos partenaires étrangers de nous faire parvenir toutes les aides nécessaires. Le premier ministre a convié les membres du  corps diplomatique  au palais de Mahazoarivo pour leur faire part de la situation. Ces derniers se sont déclarés prêts à soutenir les efforts qui vont être engagés dans cette lutte. Le conseil de gouvernement a permis de détailler toutes les mesures qui vont être prises dans ce cadre. On peut enfin dire que l’Etat a pris ses responsabilités et va mettre à contribution tout son appareil. La grande opération d’assainissement  de la ville d’Antananarivo va enfin être entreprise par le ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels et de l’Aménagement du territoire et ce avec tous les moyens  matériels, humains et financiers nécessaires. Il était temps que l’Etat, au plus haut niveau, s’implique dans ce combat qui risque d’être long et fastidieux.

Patrice RABE

Madaplus.info40 partages

Deux auteurs de l’assassinat et du kidnapping d’Ambohitrarahaba Anbodivary sont arrêtés

Ils seraient deux garçons de 15 et de 13 ans. Ces derniers ont pris part à l’assassinat morbide et l’enlèvement d’une jeune fille qui a eu lieu Ambohitrarahaba Ambodivary mardi dernier.
Si on revient au fait, un cambriolage s’est passé dans une villa à Ambohitrarahaba durant lequel, les cambrioleurs ont tué un jeune garçon en le décapitant et ôtant ses yeux. Ils ont dérobé plus de 10 millions d’Ariary, avec des devises plus de 20 000 USD et des bijoux. Ils ont ensuite kidnappé une fille, la sœur du jeune garçon. Tard dans la nuit, la jeune fille a été retrouvée saine et sauve à, Ambohidratrimo Anosiala. Les yeux de son frère ont été trouvés dans un petit sac qu’elle portait. Les enquêtes continuent pour cette affaire. En effet, ces deux garçons de 15 et de 13 ans n’ont pas pu agir seuls dans cette histoire.
Madaplus.info40 partages

Deux auteurs de l’assassinat et du kidnapping d’Ambohitrarahaba Anbodivary arrêtés

Ils seraient deux garçons de 15 et de 13 ans. Ces derniers ont pris part à l’assassinat morbide et l’enlèvement d’une jeune fille qui a eu lieu Ambohitrarahaba Ambodivary mardi dernier.
Si on revient au fait, un cambriolage s’est passé dans une villa à Ambohitrarahaba durant lequel, les cambrioleurs ont tué un jeune garçon en le décapitant et ôtant ses yeux. Ils ont dérobé plus de 10 millions d’Ariary, avec des devises plus de 20 000 USD et des bijoux. Ils ont ensuite kidnappé la petite sœur du jeune garçon. Tard dans la nuit, la petite fille a été retrouvée saine et sauve à, Ambohidratrimo Anosiala. Les yeux de son frère ont été trouvés dans un petit sac qu’elle portait. Les enquêtes continuent pour cette affaire. En effet, selon les enquêteurs ces deux garçons adolescents n’ont pas pu agir seuls dans cette histoire.
Midi Madagasikara38 partages

Anjoma Toamasina : Lasan’ny jiolahy roa nitondra “p.a” ny vola be hividianana entana

Raha nangingina ny fanafihana mitam-pidiana teto Toamasina tato ho ato izay noho ezaka be nataon’ny mpitandro ny filaminana, dia niverina indray izany ny talata 10 oktobra tokony tamin’ny 08ora maraina tao Anjoma, teo akaikin’ity trano fisakafohanana malaza amin’ny lasopy iray eto Toamasina ity. Ny angom-baovao no nahalalana fa fanaon’ity ramatoa mpivarotra avy any Soanierana Ivongo ity isaky tonga eto Toamasina mandeha mividy entana, ny misakafo aloha ao amin’ity trano fisakafohanana malaza amin’ny lasopy ao Anjoma ity. Tsy nisy olana izany hatramin’izay saingy tamin’ny talata teo raha mbola teny ambony posy ity ramatoa ity, dia notafihana jiolahy roa nitondra basy “P.A” sy nanao taingin-droa tamina moto scooter ny tenany, ka lasa tamin’izany ny vola be manodidina ny 05 tapitrisa ariary tao anatin’ny poketrany izay saika hividianana entana hamidiny any Soanierana Ivongo. Vao nahazo ny vola anefa ireto jiolahy roa ireto dia nitsoaka, niezaka ny niantso vonjy ity ramatoa ity fa tsy nisy sahy namonjy azy ny olona noho basy teny an-tanan’ireto jiolahy ireto. Raha nanontaniana mikasika ity raharaha ity ny mpitandro ny filaminana dia nilaza fa tsy nametraka fitoriana teo anivon’izy ireo ity ramatoa avy any Soanierana Ivongo ity; na izany tsy niraviravin-tanana izy ireo fa nanokatra fanadiadiana ka fantatra tamin’izany fa avy any Soanierana Ivongo no niandoha ny raharaha noho ny olana ara-piaraha-monina, saingy teto Toamasina vao notanterahana ny fanafihana mitam-piadiana…

Malala Didier

Ino Vaovao35 partages

AMBILOBE : Mihenjan-droa ny tady eo amin’ny Polisy nasionaly sy Polisy monisipaly

Azo ambara fa mihenjan-droa tanteraka ny tady eo amin’ny roa tonta na dia efa nisy ny fandaminana taloha teo.

Araka ny fampitam-baovao marim-pototra voaray avy any an-toerana dia nidiran’ny Polisy nasionaly miisa efatra izay notarihin’ny kaomisera lefitra ny toby misy ireo Polisy monisipaly ao Ambilobe, ny alahady lasa teo.Araka ny voalaza dia nirongo fitaovam-piadiana ireo Polisy nasionaly ireo tahaka ireny manao fampisehoan-kery ireny. Voalaza ihany fa naka an-keriny ilay tovolahy voatazona tao amin’ny polisy monisipaly ireto farany.Raha tsiahivina dia nisy zazalahy nanimba zavatr’olona tamina trano fandihizana iray tao Ambilobe, ny alin’ny sabotsy teo.

Voatery nitory ny tompon’ilay trano fanaovana alim-pandihizana ity ka nahasamborana ilay tovolahy nahavanon-doza. Mahavantana kokoa ny olona any an-toerana ny mametraka fitoriana amin’ny Polisy monisipaly raha misy trangam-piarahamonina satria dia tsy miandry ela izy ireo mandray andraikitra tahaka ny nahasamboran’izy ireo ireo foroches nanomboka nampahory an’Ambilobe. Araka izany dia voatazona tao amin’ny Polisy monisipaly ilay ranamana nanimba zavatr’olona ity. Sendra mpiandry raharaha no tao amin’ny tobin’ireto farany, ka nanamora ny fidirana an-keriny nataon’ireo polisy nasionaly tamin’izany.

Araka ny fanampim-baovao hatrany fa fianakavian’ny lefitra kaomisera ity tovolahy voatazona ity, ka nisy ihany koa ny fandrahonana tamin’ny basy teo amin’ny fihorifan’ireo mpiandry raharaha.

Tsiahivina fa tsy vao sambany no misy fidirana an-keriny ataon’ny Polisy nasionaly maka izay voatazona ao amin’ny polisy monisipaly ao Ambilobe ity ary efa nisy fandaminana nefa izao niseho indray. Tsy fantatra mazava inona marina ny olana misy amin’ny roa tonta, izay samy mitady hifikitra andraikitra. Iza àry no tokony handefasana fitoriana atain’ireo vahoaka raha misy ilana izany ? Ny ao Ambilobe tsy dia mametraka fitokisana amin’ny Polisy nasionaly loatra, ka mandefa ny fitarainany amin’ny Polisy monisipaly. Henjan-droa ny tady amin’ny roa tonta amin’izao fotoana. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ity raharaha ity ary hotaterina eto amin’ny manaraka.

Mpanjono

Tia Tanindranaza33 partages

Pr Zafy AlbertMarary mafy, hotsaboina any Maorisy

Voatery naiditra hopitaly noho ny aretina nahazo azy nanomboka omaly 11 oktobra ny filoha teo aloha Zafy Albert sady filoham-boninahitry ny antoko UNDD (Union nationale pour la démocratie et le développement).

Toky R

 

Midi Madagasikara33 partages

Epidémie de la peste : Urgence de solidarité et de prise de responsabilités collectives

Face à l’ampleur actuelle de l’épidémie de la peste -jusqu’à 33 cas en un jour (du 9 au 10 octobre) uniquement pour le grand Tanà- le gouvernement et les bailleurs de fonds internationaux sont au coude-à-coude. Toutefois, cette collaboration et cette solidarité devraient également s’étendre au secteur privé et à toute la population en général, pour maîtriser rapidement la situation avant qu’elle n’empire. Autrement dit, si tout le monde prenait objectivement ses responsabilités et cessait de se renvoyer la balle, l’épidémie pourrait être contrôlée et le peuple s’en retrouverait apaisé. Exactement comme on ferait face à l’incendie d’une maison dans une cité : au lieu de perdre du temps à déterminer le coupable, il faut converger tous les efforts vers l’extinction du feu avant qu’il ne colonise toute la ville.

Opérateurs économiques. Questionné sur les impacts économiques de cette période pesteuse, un opérateur économique étranger répondant au nom de A.N exprime son avis  et sa vision : « Pour l’intérêt général et aussi pour la pérennité de nos activités, nous, les opérateurs économiques gagneront à nous donner la main et à apporter notre part de contribution à la riposte contre la peste dès maintenant pour pouvoir la maîtriser, car la saison épidémique ne prendra fin qu’en avril et la saison pluvieuse arrivera bientôt, ce qui favorisera la propagation de la maladie. En effet, il suffit qu’un seul employé d’une entreprise ou d’un ministère ait contracté la maladie, pour que tous ses collaborateurs soient tentés de déserter leur lieu de travail. Ce qui est tout à fait humain et compréhensible. Mais il va sans dire que cela paralyserait l’économie nationale. »

Risque. En effet avec la coïncidence de la période pesteuse et de la saison des pluies la situation risque réellement de s’aggraver. Et le peuple lui, en est conscient, ce qui l’expose souvent à la panique, voire la psychose. Le même opérateur de rajouter : « La peste pulmonaire présente une prévalence élevée dans les grandes agglomérations, notamment à cause des pics de pollution. Idem pour la peste bubonique qui n’est pas à négliger au vu de la reproduction massive des rats et de leurs puces particulièrement résistantes. Voir le secteur public et privé collaborer d’une manière transparente, bien coordonnée et structurée dans la lutte contre la peste, rassurera la population et l’incitera également à prendre ses responsabilités, à savoir l’amélioration de l’hygiène de vie et de la propreté. »

Luz R.R

Midi Madagasikara30 partages

« Startup Week-end » : Une édition Madagascar, la semaine prochaine à Paris

Comme aux précédentes éditions, de nombreux jeunes sont attendus au « Startup week-end Paris, édition Madagascar ».

Le « Startup Week-end Paris édition Madagascar » se tiendra au « SenseSpace » Paris les 20, 21 et 22 octobre prochain, pour révéler les startups malgaches de demain.

 

Pour les participants, le défi consiste à créer une startup axée sur Madagascar en 54 heures. Cette 3e édition du « Startup Week-end Paris édition Madagascar » offrira trois jours d’immersion, d’innovation, de travail d’équipe, d’envie et de passion, durant lesquels des entrepreneurs aux profils divers et variés se rencontreront pour tenter de monter les startups qui feront le paysage entrepreneurial malgache de demain. En effet, pour la troisième année consécutive, l’association « Juniors Pour Madagascar » vise, à travers son événement phare, à mobiliser toutes les compétences en faveur du développement de Madagascar. Les éditions précédentes ont permis de révéler de belles pépites comme Mahazava, avec sa solution anti-délestages, qui finance, distribue et assure le suivi de kits solaires dans tout Madagascar et qui a remporté le prix du public QWANT au concours « Startup of the Year Africa 2017 ».

54h chrono. Pour démarrer ce week-end d’entrepreneuriat, une session de « pitch » d’une minute par porteur de projet est prévue. « Les équipes se constituent ensuite par affinité autour des meilleures idées retenues. Elles ont dès lors le restant du week-end pour développer leur startup aussi bien sur le plan technique que commercial avant de soumettre leur « business model » en six minutes à un jury de professionnels du monde de l’entrepreneuriat qui sélectionnera les trois projets les plus prometteurs. Ceux-ci seront récompensés de prix qui les accompagneront dans le développement de leurs projets », indiquent les organisateursPar ailleurs, pour épauler les équipes dans ce marathon, des coachs apporteront leur expertise en stratégie, marketing, communication ou droit. Selon les organisateurs, ces coachs aideront également les participants à réussir leur pitch, et proposeront des astuces pour convaincre le jury. Pour les gagnants, des rencontres professionnelles, des formations et conseils, ainsi qu’une amélioration de la visibilité seront offerts. « Les lauréats bénéficieront, en sus, d’un package complet pour leur permettre d’avancer dans le lancement de leur aventure entrepreneuriale : un accès direct à l’oral de la sélection pour l’intégration de l’incubateur Bond’innov, l’accès à leur espace de co-working et masterclass, un accompagnement personnalisé d’une valeur de 1.500€ par l’impact investing fund IP et le développement d’une web-app par Wedev Group. D’autres lots pourront également venir s’ajouter à cette liste ». Bref, le défi est une occasion de démarrer des projets, pour les jeunes qui rêvent de devenir les startuppers de demain.

 

Antsa R.

 

Midi Madagasikara30 partages

Ivato : Ankadindravola doté d’un « Tranompokonolona »

Le « Fokontany » d’Ankadindravola sis dans la commune d’Ivato sera doté prochainement d’un « Tranompokonolona ». En effet, le début des travaux a commencé, avant-hier, et ce, placé sous la houlette du maire de ladite commune Penjy Randrianarisoa. Côté technique, ce bâtiment mesure 24m de long et 7m de large et pouvant accueillir jusqu’à 800 personnes. Selon le maire d’Ivato, les travaux seront terminés vers la fin de l’année. Son coût est estimé à 100 millions d’ariary. D’autres travaux seront également réalisés dans la commune d’Ivato, notamment la construction d’une EPP dans le « Fokontany » de Tanambao et qui va comporter six salles de classe. En outre, le début des travaux de la construction du grand marché d’Ivato va commencer d’ici peu. D’ailleurs, c’est une promesse du Premier ministre à la population locale, lors de son récent passage dans cette commune.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara30 partages

Football – Paris FC : Bolida élu joueur du mois

Les bonnes nouvelles se suivent pour l’international malgache, Lalaina Nomenjanahary alias Bolida. L’ancien joueur de l’Ajesaia évoluant actuellement au sein du Paris FC a été élu joueur du mois de septembre par les supporters parisiens Bolida passe sa deuxième saison au Paris FC et apporte sa grande expérience en Ligue 2. Le milieu de terrain malgache qui est revenu au sein de la sélection nationale a été présent à deux reprises dans le « onze type » de la Domino’s Ligue 2 et de France Football. Il a été décisif grâce à sa grande énergie ce mois de septembre, en marquant un sublime but contre Niort et délivré une passe décisive. Après le décompte des voix des supporteurs, Lalaina Nomenjanahary a récolté 51,7 % des suffrages et devance Malik Tchokounté (31,3%) et Dylan Saint-Louis (17,1%).

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara29 partages

MCC-FAO : Rencontre entre Chabani Nourdine et Patrice Talla

Le ministre Chabani Nourdine a reçu Patrice Talla de la FAO, hier.

L’amélioration de la qualité des produits d’exportation figure parmi les priorités du ministère du Commerce et de la Consommation. Le sujet était d’ailleurs au centre de la rencontre qui a eu lieu, hier entre le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine et le représentant résident de la FAO, Patrice Talla. « Madagascar est parmi les pays qui bénéficient de l’appui de la FAO, à travers différents projets » a déclaré le ministre Chabani Nourdine.  Une équipe spéciale est d’ailleurs opérationnelle pour la gestion de ces différents projets.

Par ailleurs, la FAO a financé la mise en place du Comité National du « Codex Alimentarius » dont l’objectif principal est d’assurer la sécurité sanitaire et la qualité des aliments faisant l’objet d’un commerce international à travers l’établissement des normes et des codes sur les aliments pour des groupes vulnérables tels que les nourrissons et les enfants en bas âge. Il vise également à protéger les consommateurs contre les pratiques frauduleuses. En tout cas, le MCC entreprend actuellement différentes actions pour un commerce  responsable et équitable, source d’un développement durable. Et la FAO figure parmi les partenaires pour l’atteinte des objectifs de ce département qui  joue un rôle important dans le développement économique.

R.Edmond.

Orange Madagascar26 partages

1.9 millions de dollars pour un système de coordination de la peste

Palais de Mahazoarivo, le 11 octobre 2017 –  Le Premier Ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a présidé ce jour, une réunion sur l’épidémie de la peste à Madagascar,  en  présence des ministres concernés par le fléau, les Partenaires Techniques et Financiers à Madagascar et les Corps Diplomatiques.

L’objectif de cette réunion se résume aux partages d’informations sur les faits saillants concernant l’épidémie de la peste qui sévit actuellement à Madagascar, sur les actions déjà entreprises par le Gouvernement malagasy ainsi que les besoins à court, à moyen et à long terme.

Le Chef du gouvernement a expliqué qu’une cellule de crise a été mise en place au sein du Ministère de la santé publique. Elle est  composée des ministères concernés et des partenaires dont le système des Nations Unies, l’OMS, L’Unicef, l’USAID … cette cellule est chargée de mettre en place les dispositifs de lutte contre la peste dans les régions, les districts et les quartiers où l’on a identifié des cas de peste ;  et de coordonner les actions nécessaires. Par la suite, il a déclaré que « Madagascar a été touché pour la première fois par la peste pulmonaire urbaine. J’ai pris personnellement l’initiative de  créer une autre cellule de crise stratégique au sein de la primature pour mieux coordonner les actions. Le volet communication étant renforcé pour rassurer nos compatriotes internationaux, où le BNGRC utilise la collecte des données ainsi que les transmissions au niveau national et international ». 

Ainsi, certaines mesures ont été prises à titre provisoire, entre autres  la suspension de tous les regroupements ou manifestations, qu’on juge dangereux dans les endroits où les cas déclarés de peste ; et la fermeture temporaire des écoles dans les endroits où il y a eu un cas de peste.

Pour leur part, les ministres de la Santé Publique, et celui des Affaires Étrangères ont détaillé la situation épidémiologique de la peste depuis son apparition jusqu’au 10 octobre, en parlant de tous les dispositifs mis en place pour faire face à la propagation de l’épidémie, tant au niveau des fokontany et des centres de santé, qu’au niveau des lieux fréquentés comme les aéroports et les gares routières. Le ministre de la Santé a précisé que les stocks de médicaments sont suffisants et disponibles dans toutes les régions de Madagascar.

Lors de cette rencontre, l’OMS a également dressé un rapport sur les actions entreprises et les stratégies utilisées face à cette nouvelle forme d’épidémie, comme le retraçage et l’interruption des chaînes de contaminations ; l’évaluation permanente de l’épidémie ;  la mise en place d’un plan opérationnel de lutte via une approche multisectorielle qui fera intervenir tous les secteurs ; le suivi des contacts sous la supervision des médecins, pour interrompre la peste pulmonaire ; la vulgarisation des tests de diagnostic rapide, en collaboration avec l’Institut Pasteur de Madagascar ; la prise en charge clinique ; le contrôle de l’infection où des centres de triage ont été crées dans certains hôpitaux ; l’organisation d’un plan de distribution rapide des antibiotiques ;  la distribution de matériels médicaux pour la protection du personnel médical ; la distribution de matériels de désinfection et d’autres matériels pour l’élimination des rats ; et la mise à disposition d’ambulances, en collaboration avec l’USAID, pour le transport des malades. La représentante de l’OMS a précisé qu’il n’y a pas de restriction sur les vols et les mouvements commerciaux à Madagascar à l’entrée et à la sortie sous réserve que les contrôles sanitaires de l’OMS soient vraiment appliqués. Ainsi, au nom du coordonnateur résidant du Système des Nations Unies, elle a réassuré leur  soutien à cette lutte  contre l’épidémie et a déclaré qu’ils ont élaboré un plan opérationnel national qui a été validé au niveau des sièges de ces organismes (Unicef, OMS), et en sorte budgétisé comme suit :

Quant aux représentants des Corps Diplomatiques, ils se sont manifestés en partageant unanimement l’idée de compassion et de soutien au peuple Malagasy, en annonçant leur intention de collaboration en matière de lutte, et également, les apports financiers et dons de matériels tels que 1,5 millions de dollars de l’OMS ; 350 000 dollars de la Croix Rouge Internationale ; 500 000 dollars de l’UNICEF ; 1 milliard d’ariary soit 131 000 mille dollars de l’UNFPA ;  des médicaments et des matériels médicaux d’une valeur de 200 000 dollars de la Chine ; 2300 gants et 118 000 masques des États Unis ; ainsi que des services d’expertise par les organismes comme l’USAID, l’UNICEF et le PNUD.

A l’issue de cette réunion, le Premier Ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier a tenu à préciser que « Les corps diplomatiques sont toujours concernés par la lutte contre l’épidémie de la peste à Madagascar, sous les directives du Président de la République Hery Rajaonarimampianina. Le but de la rencontre  d’aujourd’hui étant de sensibiliser les corps diplomatiques  afin que tout le monde soit au même niveau d’information concernant l’ampleur de la maladie, les zones infectées, et les efforts déjà déployés mutuellement par le gouvernement et les partenaires, en déterminant ainsi les objectifs à réaliser dans la lutte. C’est également une occasion pour leur mettre au courant de la situation réelle de l’épidémie de la peste dans notre île face à certaines déformations des renseignements qui leur parviennent. Toutefois, ces partenaires sont disposés à collaborer davantage pour apporter leurs contributions, où tous les acteurs prendront part à la lutte. L’OMS, à tous les niveaux, a décidé de maintenir le grade 2 pour Madagascar. L’on n’est pas encore au grade 3 puisque le grade 3 nécessitera d’autres systèmes d’intervention dans le pays ».

 

La Direction de la Communication

Midi Madagasikara26 partages

Les travailleurs de l’ombre : Justin Ramananoro, le plus grand spécialiste des haies

La rubrique hebdomadaire « Les travailleurs de l’ombre » ouvre aujourd’hui ses pages à l’un des plus grands spécialistes des courses de haies, Justin Ramananoro, plusieurs fois champion de Madagascar mais qui a également formé des champions dans cette spécialité pour ne citer que Rosa Rakotozafy,  l’actuelle directrice du Sport Fédéral.

Un palmarès élogieux ! Un succès sportif sans précédent qui valait aujourd’hui à Justin Ramananoro cette haute distinction de Commandeur de mérite sportif autrement dit le summum dans ce genre de reconnaissance du ministère des Sports qui aurait été mieux si elle est accompagnée par des mesures financières pour aider cet homme qui continue de servir le sport malgré le poids de l’âge.

Car à 68 ans, il continue d’exercer le métier d’entraîneur et dans deux disciplines SVP.

Formation allemande.  Il est encore aujourd’hui l’entraîneur de l’Akon’Ambatomena, le club fianarois qui l’a vu grandir et avec lequel il a débuté au football.

Après la fusion avec l’Akon’ny Soafiregnina, Ramananoro est resté solide au poste d’entraîneur. Logique pour cet homme formé par Peter Schnittger en 1982 avec ce que cela suppose de rigueur allemande, pour ensuite enchaîner par le stage Futuro animé par le technicien français Michel Richard qui revenait plus tard pour diriger un autre stage de Solidarité.

Autant dire une solide base pour Ramananoro qui reste cependant convaincu que sa tâche de thé reste les courses de haies où il a vraiment collectionné les gloires.

Recordman du 400m en 1965 puis en 1966 alors qu’il n’était que cadet, il s’est véritablement révélé sur les haies où son angle d’attaque tout particulière faisait de lui un champion en puissance. « Il ne faut pas seulement courir très vite mais l’approche des haies doit être maîtrisée avec une précision chirurgicale », commente cet homme qui est resté dans son Fianarantsoa natal.

« Je me plais dans cette ville où j’ai toute ma famille, mes amis mais  aussi mes repères en tant que sportif « , commente Ramananoro qui n’a jamais pensé de toute sa vie que l’herbe est plus verte ailleurs.

Une fidélité qui lui fait honneur même en menant une vie assez modeste car il ne roule pas sur l’or. Mais il n’en fait pas grand cas, se contentant de vivre sa vie.

Pour revenir à sa carrière d’athlète,  il a été champion de Madagascar juniors au 400m haies en 1967. La même année, il est allé chercher la médaille de bronze de la spécialité aux championnats d’Afrique au Kenya.

Travailler. Il a amélioré le record de Madagascar du 400 haies en 1968 avant de s’attaquer à d’autres défis à l’âge adulte.

Chez les seniors en effet, Ramananoro a changé de fusil d’épaule en s’ alignant au 100m puis au 110m haies pour devenir presque logiquement champion de Madagascar.

L’après compétition est tout aussi fourni pour lui car il est devenu l’entraîneur du Collège de St- François Xavier à Ambatomena en 1988 où il a pris en main Rosa Rakotozafy en 1992 et inculquer à cette dernière la culture de la gagne.

La suite est venue presque tout seul car Ramananoro est appelé pour encadrer l’équipe nationale d’athlétisme avec un petit crochet à Dakar où il a suivi un stage de niveau 3.

Bref, une carrière bien remplie pour ce grand homme d’un abord facile et qui ne se plaint presque jamais. « Cela ne fait pas partie de ma culture où la devise est de travailler encore plus quelles que soient les circonstances », lâche Ramananoro avec ce sourire qui fait tout son charme.

Clément RABARY

News Mada24 partages

A paraitre : « Takelaka Tsara Soratra », un ouvrage de référence

La première édition du livre « Takelaka Tsara Soratra », qui sera bientôt disponible dans les bacs à Madagascar et aussi sur le site lulu.com, renferme 29 œuvres littéraires malgaches.

L’objectif est de dévoiler les œuvres des écrivains professionnels, de soutenir les jeunes talents émergents et surtout, de promouvoir la lecture. « Nous essayerons d’éditer ce livre, deux fois par an », relate le communiqué. Contenant 150 pages, le livre présentera donc un panel d’artistes exceptionnels, allant  des écrivains, poètes aux photographes, humoristes…

Au mois de février dernier, une équipe spéciale, composée d’écrivains, a lancé un appel à candidatures destiné aux artistes désirant de promouvoir la culture et la langue malgache. 28 artistes malgaches, résidant dans plusieurs pays, ont par la suite été sélectionnés à participer dans cette première édition, entre autres, Johary Ravaloson, Hemerson Andrianetrazafy, Avelo-Nidor, Abel Andriarimalala, Railovy, Nalisoa Ravalitera, Irina Mpisorona, Rijasolo…

Holy Danielle

Des œuvres et des écrivains :

« Fiainana Faharoa » de Rija Al-Jonah , « Zara sira  » de Raharimanana , « Taratasy Ho Anao » de Volatiana Rahaga , “Zanak’iza ? » de  Mialy Ravelomanana, « Ilay Zavatra » de Riambola Mitia, « Singorim-Pitia » de Ny Maoza, « Hasohaso ho an’ilay mpanao tononkira tanora” de Johary Ravaloson, “Aia Ty Ombana » de Soanja Estelle, « Voangory: Loko Sy Fikolosaina !” de Andrianetrazafy Hemerson, “ Tampoka Tsy Maha…” de Hajaina, “ Dongy Be Dongy” de Hanitr’ony, “Nitaraina Foana Ny Taniny…” de Soanina, “ Antsibe Vaky Maso” d’ Antsiva, “ Soa Fa Nisy Ianao” de Toky Ny Aina Joseclaudio, « Mandeha Ho Azy” d’ Avelo-Nidor, “ Hampita Malaky » de Dédé Sorajavona, « Lainga” d’ Abel Andriarimalala, “ Ianao Ve?” de Railovy, “ Tsy Mety Afa-Po” d’Anjarhanitra, “ Fo Tia” de Barry Sirjon, “ Mifankatia Hatrany” de Zara Ainga, “Tokana Ny Fahavalo » de  Toetra Raja, « Mba Fahaleovantena… “ de Hajaina, “ Antsan-Dranomasina” de F-X Mahah, « Manorata foana letsy » de Nalisoa Ravalitera,  « Vinany” de Na Hassi, “ Ivina Faharoa” d’Iriana Mpisorona, “ Malagasy” de Rijasolo, “ Sarizoron’ny Afo Sy Tany” de Sophie Bazin

 

Midi Madagasikara24 partages

Habaka-CIDST : Un espace pour monter des projets

Les porteurs de projets sont sollicités à profiter des services au sein de ce « Coworking space ».

Après le Laboratoire de Fabrication Numérique (FABLAB), ce Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique abrite maintenant le « Coworking space ».

L’ONG Habaka travaille en partenariat avec le Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique (CIDST), pour mettre en place le « Coworking space ». Il s’agit d’un espace de travail collaboratif servant à monter des projets des jeunes dont les projets de création d’entreprise. C’est également le fruit de la collaboration avec la Direction du Fonds pour l’Entrepreneuriat Numérique de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Plateforme de travail. Plus précisément, c’est à la fois un espace de travail partagé et une communauté de travailleurs en freelance et d’entrepreneurs, a-t-on appris. Il offre ainsi une plateforme de travail, d’échange, d’ouverture et de collaboration. Des matériels et des équipements informatiques sont mis à la disposition des membres qui y travaillent, et ce, moyennant des prix modulables selon leurs besoins. On y trouve également un coin de détente pour qu’il y ait plus de convivialité entre eux. Les usagers n’auront plus ainsi à dépenser dans des loyers chers et à investir dans des mobiliers de bureau pour réaliser les prototypes de leurs projets. Cela devrait intéresser notamment ceux qui sont en train de créer leurs entreprises ou qui ont des idées pour créer une entreprise, a-t-on évoqué.

Formations. Par ailleurs, le « Co- », signifie la collectivité où il est question de diversité qui se traduit en intérêts, en savoirs, en connaissances et en expériences. Cette approche répond aux besoins des porteurs d’idées d’entreprises dont notamment les jeunes. Le « Co- » sous-tend aussi une idée de construction. Autrement dit, l’espace se construit avec la participation des « coworkers ». Ainsi, elle est synonyme de plateforme regroupant des acteurs dynamiques appelés à participer aux activités et événements organisés en son sein. Puis, les usagers peuvent profiter des formations et autres événements organisés par le Laboratoire de fabrication numérique (Fablab) abrité également par le CIDST, comme le « Coworking space ».

Navalona R.

Midi Madagasikara24 partages

Bekapila-Maevatanàna : Raim-pianakaviana nokapain’ny dahalo tamin’ny famaky

Dimy lahy nitondra basim-borona roa no nanafika ny raim-pianakaviana iray tao Bekapila, fokontany Maevarano, Kaominina Bemokotrà, disitrikan’i Maevatanàna, ny asabotsy 07 oktobra lasa teo, tokony ho tamin’ny 09 ora alina. Araka ny fanazavana azo avy amin’ny sefom-pokontany Atoa Ramarson, lasan’ireo mpanafika tamin’izany ny omby efatra. Voafira famaky teo amin’ny lohany ilay rangahy, ka naratra. Nalefa tao amin’ny hopitalibe Morafenokely, Maevatanàna, ary nahazo fizahana izy, efa nahazo fitsboana ihany koa, ny Alatsinainy teo. Ny fokonolona moa nanao ny fanarahan-dia, ka tafaverina ny omby roa tany atsimo, Tsaratanàna kely, fa ireo dahalo kosa dia tafaporitsaka niaraka amin’ny omby roa ambiny nangalariny.

Ratantely

News Mada20 partages

Filière litchis : la prochaine campagne accuse un retard

Prévue débuter vers mi-novembre, la prochaine campagne du litchi accusera un léger retard en raison de l’insuffisance de pluie dans la région Atsinanana. Selon les prévisions des opérateurs dans la région, la campagne serait lancée fin novembre.

«Nous effectuons une descente sur terrain avec le Centre technique horticole de Tamatave (CTHT), toutes les deux semaines, pour voir l’évolution des litchis. Et il s’avère que cette saison est similaire à celle de 2011 où l’arrivée de la pluie dans la région a accusé du retard, voilà pourquoi l’ouverture de la campagne n’est prévue que vers la fin du mois de novembre», a fait savoir Ralph Rasolondraibe, directeur du développement régional (DDR) de la région Atsinanana.

Il A aussi précisé qu’ «Il n’y aura aucun impact sur la qualité des fruits. Seulement, le retard de la collecte des litchis pourrait perturber les procédures d’exportation. Car, il est à rappeler que le litchi de Madagascar est surtout consommé en périodes de fêtes en Europe. Il y a donc un timing à respecter».

Un produit phare dans la région Atsinanana

Si la production de litchis au niveau national s’élève à près de 100 000 tonnes chaque année, Madagascar exporte dans les 20 000 tonnes vers les pays étrangers, essentiellement en Europe, dont 15 000 tonnes proviennent de la région Atsinanana et le reste venant d’Analanjirofo et Vatovavy Fitovinany.

Par ailleurs, on recense actuellement 30 exportateurs et 800 collecteurs de letchis à Atsinanana, selon les chiffres de la DDR de cette région. Deux entreprises étrangères sont preneuses des produits. Concernant le prix, ce n’est pas encore fixé en vue de cette nouvelle saison. Le prix du kilo auprès des producteurs se situait entre 1 000 à 1 500 ariary l’an dernier.

Riana R.

L'express de Madagascar17 partages

Rugby – Ligue de Boeny – Formation pour entraîneurs et arbitres niveau 1 

Une équipe technique du World Rugby, constituée de deux formateurs malga­ches, a dirigé un stage pour les arbitres et entraîneurs niveau 1 à Mahajanga.Les cours se sont tenus durant trois jours, les 6, 7 et 8 octobre. Cinq techniciens locaux, des professeurs d’édu­cation physique et sportive ainsi que des arbitres déjà en exercice, ont suivi la formation pour arbitre niveau 1 animée par Laurent Raba­rivelo. Du côté des entraîneurs, huit encadreurs de club de la ligue de Boeny ont assisté aux cours dispensés par Tefiarivony.La ligue de Boeny compte actuellement quatre clubs. Les deux formations ont été supervisées et assistées par le formateur du Rugby Afrique, Joseph Berthin Rafalimanana, alias Zoto.« Un entraîneur niveau 1 devrait être capable de diriger correctement une séance d’entraînement, et un arbitre niveau 1 d’assurer au moins la fonction du juge de touche », a souligné le technicien du Rugby Afrique, Zoto. « Dans l’objectif de vulgariser le rugby, le Rugby Afrique et le Malagasy Rugby projettent désormais de constituer des formateurs dans les autres régions. Mais avant cela, nous devrions d’abord détecter les techniciens potentiels et capables », précise Joseph Berthin Rafalimanana.

S.R.

Tia Tanindranaza15 partages

Jean Nirina – HAFARI Malagasy« Tsy hamaly faty velively aho »

Hiverina amin’ny asa niantsorohany toy ny teo aloha ny fikambanana HAFARI Malagasy. Omaly no nampahafantaran’ny filoha nasionaliny Rafanomezantsoa Jean Nirina tamim-pomba ofisialy izany ka anisan’ny laharam-pahamehana ho azy ireo ny fiarovana ny zon’olombelona.

Notsindriany anefa   fa tsy mihevitra ny hanao valifaty velively ny tenany taorian’ny nivoahany ny fonja fa ny fanasoavana ny vahoaka izao no tena mahamaika. Hampianatra  manokana momba ny zon’ny voafonja izy ireo, hitsinjo ireo zaza amam-behivavy hiharan’ny tsindry hazo lena ao an-tokantrano ihany koa. Hitsinjo ireo  mpanao fanatanjahantena eny ambany tanàna izay tsy manana tany hilalaovana intsony ny ankamaroany ankehitriny. Mampiitatra ny tsy fandriampahalemana miseho eto amintsika mantsy ny tsy fahampian’ny fialamboly eny amin’ireny faritra iva ireny. Mikasika ny aretina pesta manokana moa dia nambarany fa handray ny andraikiny ihany koa izy ireo toy ny fampahafantarana ny aretina amin’ny mpiara-belona, ny fandraisana anjara amin’ny asa fanadiovana ary ny fanatonana dokotera raha vantany vao misy trangan’aretina.

Pati

Madagascar Tribune14 partages

Le fichier électoral soumis à un audit de l’OIF

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) vient de relancer les cadres de concertation en vue de l’amélioration de l’organisation des prochaines élections. Aussi, les partis politiques se sont retrouvés hier 11 octobre dans les locaux de la CENI afin de discuter sur le code de bonne conduite des partis ainsi que de l’audit du fichier électoral. Cette réunion a vu la présence d’une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) conduite par le général Siaka Sangare. Ce dernier a fait un partage d’expérience avec les acteurs présents lors de cette rencontre en ce qui concerne l’importance du fichier électoral. Selon ce dernier « le fichier électoral représente le socle du processus. S’il est contesté, les résultats seront contestés. ». Pour éviter cela, la CENI a donc décidé de soumettre le fichier électoral à un audit de la part de l’OIF. Actuellement, la CENI se penche déjà sur l’audit interne de ce fichier avant qu’il ne soit remis entre les mains de l’OIF. Ces derniers vont alors effectuer un audit qualitatif et quantitatif afin de pouvoir émettre des recommandations après identifications des points positifs et négatifs de celui-ci. Les résultats de cet audit de l’OIF seront présentés ce vendredi devant les parties prenantes à la CENI.

Tia Tanindranaza13 partages

Lehilahy matin’ny pestaNifandroritan’ny “BMH” sy ny fianakaviana

trangana savorovoro tao Tanambao V Toamasina ny talata alina. Antony dia voaporofo fa matin’ny pesta ny lehilahy iray ka nifamalian’ny fianakaviana sy ny BMH ny fikarakarana ny razana.

Voatery nampiasa hery mihitsy ny mpitandro ny filaminana nakana ilay razana vao afaka nandevina azy ho lavitry ny fianakaviany sy ny mpiaraha-monina ny BMH noho izy matin’ny pesta, ka tsy maintsy misy fepetra manokana ny fomba fandevenana azy.

 

Sakoroka hatreny am-pasana

 

 Fantatra araka ny angom-baovao natao fa nisy fotoana narary ity lehilahy ity saingy tsy nanatona toeram-pitsaboana mihitsy, efa nisy aza fotoana nando ra izy io araka ny fanazavan’ny manodidina nefa tsy nentin’ireo fianakaviany namonjy toeram-pitsaboana hatrany ka izao maty ny talata teo izao. Tsy nijanona tamin’ity sakoroka tao Tanambao V ity anefa ny raharaha fa nitohy ny alarobia maraina teny amin’ny toeram-pandevenana Manangareza izay nandevenan’ny BMH azy. Tonga ny fianakaviany haka ny fatin’ny havany. Tonga teny koa ny Emmo-Rég nanakana izany ka mbola raikitra hatrany ny sakoroka. Nihenjana anefa ireto mpitandro ny filaminana fa hampihatra ny lalàna manan-kery raha tsy milefitra amin’ny tsy mety ataony ireto fianakaviana ireto; satria heloka bevava ny fangalarana faty amin’izay mbola loza mitatao ara-pahasalamana amin’ny vahoaka Malagasy ny hitranga. Nanaiky ihany izy ireo ka nilamina ny raharaha ka samy namonjy ny fodiany ny tsirairay. Tsy ity tranga tao Tanambao V ity ihany no matin’ny pesta tany an-tranony ny talata io fa teo koa ny tovolahy iray monina any Antanandava Toamasina Suburbaine. Efa nanaraka fitsaboana ihany izy ity saingy nitsoaka ny hopitaly kosa ka izao maty tsy nahatody fitsaboana natao tamin’ny noho pesta nanjo azy izao, izay tokony haharitra 8 andro sy manao tsindrona 48 isa ihany koa. Eo am-pikarohana ny “Tuc-Tuc” nitondra azy sy izay mety iray Dia taminy ny mpitandro ny filaminana izao mba hanaraka ny fitsaboana sahaza azy izy ireo.

Rakoutou

Midi Madagasikara13 partages

Lutte contre la peste : « Il n’y a pas de psychose », dixit Henri Rabary-Njaka

Vaincre l’épidémie de la peste. C’est l’une des priorités gouvernementales du moment. Cela fait un bon bout de temps que cette épidémie frappe la capitale et ses environs et les récentes statistiques du ministère de la Santé publique laissent croire que la peste est loin d’être maîtrisée. Quoi qu’il en soit, une réunion dirigée par Mahafaly Solonandrasana Olivier, le Premier ministre malgache, avec les membres de la communauté internationale – représentés par les ambassadeurs en fonction – a eu lieu hier. Une réunion qui s’est focalisée sur des échanges essentiels ayant trait à la lutte contre cette maladie. « Les médicaments y afférents sont disponibles mais l’assistance des partenaires reste toujours la bienvenue », a souligné le Premier ministre.

Recommandations. La réunion d’hier a également été l’occasion pour le ministre des Affaires étrangères (MAE), Henri Rabary-Njaka de rappeler à la communauté internationale qu’un suivi des recommandations et des mesures prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation de cette épidémie s’effectue actuellement. Par ailleurs, et ce dans le cadre de l’accueil du forum de la diaspora malgache, le MAE rassure que des contrôles aux frontières sont observés, selon toujours les explications reçues. Aussi le ministre Henri Rabary-Njaka a-t-il indiqué que les informations relatives à la peste sont tout à fait « transparentes », pour reprendre ses termes. « Il n’y a aucune raison de ne pas les publier », a-t-il avancé. Et pourtant, force est de rappeler que quelques informations y afférentes ont été mises à la connaissance du public grâce et à travers les enquêtes et les reportages de la presse nonobstant le fait que le ministre Henri Rabary-Njaka ait affirmé qu’« il n’y a pas de psychose ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Processus électoral. : Code de bonne conduite des partis politiques

Les élections de 2018 vont-elles drainer autant de monde ?

Les échéances électorales de 2018 focalisent l’attention de bon nombre d’observateurs, ces derniers temps.

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a donné le coup d’envoi pour la reprise des cadres de concertation avec les partis politiques. La réunion s’est tenue dans les locaux de la CENI à Alarobia en présence d’une délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Pour cette rentrée, dans le souci de la poursuite des travaux pour l’amélioration du processus électoral, la CENI a focalisé la réunion sur l’audit du fichier électoral et le code de bonne conduite des partis politiques.

Séance de partage. Au cours de la concertation, la délégation de l’OIF, composée de quatre experts de hauts niveaux, dirigée par Général Siaka Sangare a tenu une séance de partage et d’échange concernant l’audit du fichier électoral. Les exposés qu’ils ont faits ont été focalisés sur leurs expériences vécues dans plusieurs pays et dans l’espace francophone afin d’éclairer notamment les partis politiques malgaches sur l’importance du fichier électoral. Les experts de mentionner que cet audit a pour objectif principal de renforcer la confiance de tous les acteurs, surtout les acteurs politiques, et également de tous les électeurs. « Le fichier électoral représente le socle du processus. S’il est contesté, les résultats seront récusés», a souligné le Général Siaka Sangare.

Audit interne. Notons que la CENI se penche actuellement sur l’audit interne du fichier électoral avant que celui-ci soit remis entre les mains de ces experts. La fiabilité de la liste électorale malgache sera évaluée à partir de cet audit international. Les experts vont ainsi procéder à un audit quantitatif et qualitatif du fichier électoral afin d’identifier les points positifs et négatifs et au besoin d’émettre des recommandations d’amélioration.

Dans la même foulée, dans la poursuite des travaux sur l’atelier de réflexion et de travail sur le code de bonne conduite des partis politiques qui a été entrepris au mois d’octobre de l’année dernière, l’OIF a tenu à faire un point sur les acquis et les recommandations avancées lors des deux séances du 13 et 14 octobre 2016.

Recommandations. Ce cadre de concertation a permis cependant de poursuivre la mise en œuvre des recommandations du précédent atelier. « Il est assez important que les partis politiques puissent se soumettre à un code de bonne conduite afin d’organiser les prochaines échéances électorales dans un climat apaisé », poursuit le Général Siaka Sangare. Par ailleurs, il a été annoncé lors de cette séance de partage qu’une séance de cadre de concertation commune sera organisée avec toutes les entités y compris les membres de la Communauté internationale le vendredi 13 octobre prochain à 15 heures pour la présentation du rapport relatif aux résultats de l’audit externe précité.

Recueillis par Dominique R.

News Mada8 partages

Fahaiza-mitantana : tsy mahita anilihana andraikitra momba ny pesta ny mpitondra

Tsy mahita anilihana andraikitra toy ny mahazatra azy ny mpitondra, hany ka mifanenjika an-toerana sisa? Mitondra faisana ny vahoaka amin’izao fihanaky ny valanaretina pesta izao: matimaty foana, mangarohoro sy mitebiteby; eny, na eo aza ny kazarana fanafody  fampitoniana toy ny kabary, fampitandremana…

Iza no tena tomponandraikitra? Tsy lavina, vokatry ny loto ny aretina: manana adidy amin’ny fanadiovana ny isam-batan’olona, isan-tokantrano… Na izany aza, tsy afa-bela amin’izao ny tomponandraikitra isan-tsehatra sy isan’ambaratonga ary ny fanjakana foibe na toy inona filaza sy fanamarinan-tena na fanilihana andraikitra.

Natao hitsinjo mialoha izay mety hitranga hatrany ny hoe mitondra, na inona na inona izany. Efa mpiseho isan-taona fa tsy fongana tanteraka ny pesta, nefa tsy mampiraika. Mbola tsy manohintohina ny toerana sy ny tombontsoa manokana? Nisy ny vahiny maty tsy azo nafenina sy manala baraka, vao nikoropaka.

 

Tsy afa-manoatra ny vahoaka

Iza no tompanandraikitra amin’ny fivangongoan’ny fako tsy voaroaka ara-potoana, ohatra? Asaina manadio tanàna ny olona ifotony, nefa tsy raofina araka ny tokony ho izy ny fako. Ekena koa, manana andraikitra amin’ny tsy fielezan’izany ny vahoaka, fa tsy azy intsony ny mandraoka izany any amin’ny tobim-pako

Iza koa no tomponandraikitra amin’ny fandraisana an-tanana ny marary, indrindra ny tsy ielezan’ny aretina? Misy izay tandrify ny vahoaka: ny fanatonana tobim-pahasalamana, tsy fifampikasohana amin’ny marary… Tompon’antoka voalohany ny mpitondra. Tena  voafehy ve ny valanaretina amin’izao?

Mitombo hatrany ny marary sy maty

Tsy mitsaha-mitombo ny marary, na hoe mihena aza ny isan’ny maty. Mitombo ny sekoly voatery akatona. Iza no anilihana andraikitra? Mbola mahavita ny mpitondra matoa tsy misy mametra-pialana amin’izao, na eo aza ny fisavoritahana: fampitoniana ny vahoaka, na hita izao aza fa tsy voafehy ny aretina; ifanilihana ny fanadiovana tanàna…

Tsy mahita anilihana andraikitra amin’izany ny mpitondra, na minia manao bemarenina… Tsy vitavita ho azy toy ny tondra-drano, haintany, « Raharaha Soamahamanina« … Rahoviana vao hanaovana fanambarana fa latsaka an-katerena ny firenena? Mila atao raharaham-pirenena maika amin’izay ny ady amin’ny pesta, rehefa tsy hita izay anilihana ny tsy fahombiazana.

R. Nd.

Midi Madagasikara8 partages

Oxow : Blues, rock et jazz au « Fara West »

De belles retrouvailles qui s’annoncent, autant pour les gars d’Oxow que pour les mélomanes ! Ce samedi, Andry Ramamonjisoa, plus connu dans le milieu du rock sera sous les feux des projecteurs avec ses amis et complices de longue date, le temps d’une soirée au « Fara West » Faravohitra. Oxow ? Un nom qui n’est pas du tout familier, voire inconnu pour certains. Les amateurs de bonne musique trépignent par contre d’impatience de les revoir sur scène. Groupe de rock ? Formation de blues ou de jazz ? Oxow n’est ni l’un, ni l’autre. Il est tout cela à la fois et ce soir, il va mettre le feu au « Fara West » Faravohitra. Très éclectique,  son répertoire fait voyager le mélomane dans l’univers du jazz, le plonge dans le monde du blues et lui dévoile même le côté romantique du rock. Oxow, c’est ce groupe qui surprend  chaque fois son public car pour ses membres, ces moments sont également précieux. Chacun étant pris dans son/ses groupes respectifs, l’occasion de jouer ensemble ne leur est donnée que très rarement.Dans cette formation, on retrouve effectivement des musiciens aguerris, des noms et des figures connues dans le milieu musical, issus de divers horizons mais qui arrivent parfaitement à s’entendre. Nous retrouvons notamment Eric Rakotoary à la basse, Nali Rabarisoa à la batterie, Titi Razakamiadana au saxophone et Andry Ramamonjisoa à la guitare. Souvent au second plan, occupé à faire d’un tel un grand artiste, ce dernier, le temps d’une soirée avec ses amis de toujours sera sous les feux des projecteurs et se dévoilera sous un autre angle. Les retrouvailles de Oxow, c’est ce samedi au « Fara West ».Mahetsaka

Midi Madagasikara8 partages

Passoba-évaluation : Evaluation concluante presque en fin de parcours

Les rapports des activités sont positifs à environ six mois de la fin du programme Passoba-Education.

Avancées positives. C’est l’expression qui résume la situation actuelle du Programme Passoba-éducation (Programme d’Appui Aux Services Sociaux de Base-Education). Du moins ce qui a été relaté lors de la 8e réunion du comité de pilotage dudit programme hier à Morondava. En effet, selon les dires du DGEFA (Directeur Général de l’Education Fondamentale et de l’Alphabétisation) auprès du ministère de l’Education nationale, Todisoa Andriamampandry « les réalisations sont plus que concluantes.” Ce responsable auprès du MEN (Ministère de l’Education nationale) d’ajouter que « la mise en œuvre du Passoba-Education a été bénéfique pour l’éducation dans le Pays et entre dans le cadre de l’amélioration de la qualité de celle-ci ». Ont donc été effectués jusqu’ici « la réalisation des guides pour les directeurs des établissements scolaires, la réalisation des manuels scolaires, le renforcement des capacités des enseignants malgaches et la réhabilitation/construction d’infrastructures à l’instar du nouveau bureau de la direction régionale de l’Education nationale DREN Menabe ». Par ailleurs, il convient que lesdites réalisations ont été effectuées dans les neuf régions d’intervention du programme Passoba-Education.

Les « à faire ». D’autres activités aussi importantes que celles déjà réalisées dans le cadre du programme Passoba-Education attendent néanmoins d’être achevées. Entre autres, « la formation des directeurs des établissements aux guides (prévue pour les mois d’octobre et novembre); le suivi post formation et évaluation des formations MALE (octobre et novembre aussi) et la réactualisation du cahier des activités des enseignants ». Font également partie de la liste « des compléments de formation des enseignants de l’INFP (Institut National de Formation Pédagogique) de Boeny et Sava, l’appui à la pérennisation du cadre de formation des encadreurs pédagogiques de proximité (au mois d’octobre) et enfin l’appui à l’amélioration des compétences des élèves ». Censé prendre fin le 28 février prochain, PASSOBA-Education a eu des effets positifs sur les actions entreprises dans l’amélioration de la qualité du système éducatif malgache si bien que des idées sur son rallongement sont évoquées durant la 8e réunion du comité de pilotage.

José Belalahy

News Mada7 partages

Noho ny pesta … : maty antoka ireo nikarakara fampisehoana

Nangina ny tanànan’Antananarivo sy ny manodidina, nanomboka ny fiandohan’ity volana oktobra ity. Foana avokoa ireo fampisehoana, anaty efitrano sy ankalamanjana, tetsy sy teroa.

Niteraka fatiantoka goavana ho an’ireo mpikarakara ireny hetsika ireny, izay efa nahazoana daty sy nanaovana dokam-barotra, izany.

Anisan’ireo nanamafy izany i Dadafara, mpiara-miasa akaiky amin’ireo tarika mpanao hiragasy, ary nikarakara adin-kiragasy tokony ho natao tetsy amin’ny kianjan’ny kanto, etsy Mahamasina ny 8 oktobra teo. “Volabe no efa lany tamin’ny dokam-barotra, satria raha ny afisy fotsiny ohatra no resahina, 2.000 Ar ny iray amin’ireny kanefa anjatony ny natao sy efa naparitaka”, hoy izy.

Etsy ankilan’izay, nitaraina koa ireo tropy tokony hiaka-tsehatra, satria efa nanaiky ny fifanarahana izy ireo ka tsy nihevitra ny handeha ho any an-kafa intsony. Marihina fa fotoana mbola mahabetsaka ny hiragasy, any amin’ny famadihana any ambanivohitra any, izao.

Manoloana ity olana ateraky ny fihanaky ny pesta ity, nanambara i Dadafara fa tokony ho nandray fepetra mialoha ny fanjakana. Izany hoe, efa fantatra ny fotoana itrangan’ity aretina ity, isan-taona ka tsara kokoa raha noraràna, volana maromaro mialoha, ny fanatontosana famoriam-bahoaka mandritra io fotoana io. “Tokony mifampitsinjo”, hoy izy.

Ankoatra izay, tsy tokony ho vonjy tavanandro ny fanadiovana sy ny famongorana ny aretina fa mandavantaona mihitsy, araka ny hevitr’ity mpikarakara fampisehoana ity hatrany.

Landy R.

 

Orange Madagascar7 partages

Manuel pratique de contrôle de légalité des actes des CTD

Atelier pour l'officialisation du "Manuel pratique de contrôle de légalité des actes des Collectivités Territoriales Décentralisées à l'usage des Représentants de l'Etat" : pour faire des localités la source d'un véritable processus de développement

Carlton, jeudi 12 Octobre 2017

Le « Manuel pratique de contrôle de légalité des actes des Collectivités Territoriales Décentralisées à l’usage des Représentants de l'Etat » a été officialisé à travers un atelier qui s’est tenu ce 12 octobre, en présence du Président de la République. L’élaboration et l’officialisation dudit Manuel s’inscrit dans le cadre du Programme de Réformes pour l'Efficacité de l'Administration. Il est issu de l'initiative du Ministère de l'intérieur et de la décentralisation avec le soutien de l'Union Européenne à travers le projet "Ny Fankajana ho An'ny Daholobe" (NFD), et dont l’ambassadeur était également présent.

Le concept de la décentralisation, socle du développement social et économique, a été mis en exergue par le Chef de l’Etat lors de l’atelier. Il a notamment déclaré qu’il est logique que les collectivités territoriales décentralisées bénéficient d'un appui à la hauteur de leur mission et de leurs attentes en matière de bonne gouvernance et de développement local. Il a fait valoir que « la réalisation de ce manuel pratique est l'aboutissement des efforts du Gouvernement dans ce sens, et constitue, d'une part un outil de travail apportant des précisions nécessaires sur le contrôle des actes des CTD ; et, d'autre part un encadrement visant la bonne gouvernance et la transparence dans la gestion des affaires locales. » Les manuels de procédures seront institutionnalisés, normalisés et seront uniques, pour tous les représentants de l'Etat au niveau national.

Le Président a appelé à une collaboration étroite de tous les responsables afin de relever les défis pour faire de la gouvernance locale la source d'un réel processus de développement. Il a également précisé que le contrôle de légalité doit permettre aux collectivités territoriales décentralisées de développer lesinitiatives locales, et de pouvoir atteindre l'autonomie administrative et financière. Il a souligné que le manuel n'est pas un outil destiné à sanctionner, mais pour catalyser une véritable dynamique de développement et de bonnes pratiques administratives.

Le Chef de l'Etat a souligné l’importance de l’éthique et de la déontologie, ainsi que de la bonne conduite devant régir les actions, et mises en pratique par les administrateurs civils auxquels ce manuel est notamment destiné. « Il est question de redevabilité, de comportement, de respect des usagers, de diligence, du secret professionnel, de loyauté à l'autorité constituée, et de l'obéissance hiérarchique », at-il conclu.

L'express de Madagascar6 partages

Agriculture – Le renouvellement du calendrier agricole selon la saison

80% des Malgaches sont des paysans. La préoccupation de cette grande majorité de populations est nécessaire pour développer le pays d’où l’instauration du projet MIARY organisé par l’AVSF ou Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière. « Les informations autour de l’irrigation de l’eau, de la température, du climat, des pluies et de la production seront privilégiées. Nous renforcerons les capacités de lecture des paysans face à ces données météorologiques », explique Niry Freddy Randriarimanga, Directeur Régional de l’eau Analamanga.Les paysans ciblés viennent de la région Anala­manga et d’Itasy pour commencer. Des ateliers se feront et les paysans sauront enfin quelle culture agricole est adaptée pour telle saison. Pour améliorer les résultats agricoles, ils bénéficieront d’une formation de nouvelles techniques dont ils en seront privilégiés.

CollaborationIl s’agit aussi de renouveler leur programme inscrit dans le « diarim-pambolena ». « La direction Régionale de l’eau ou DRE s’occupera des préventions sur les inondations en incitant les paysans à enlever les mauvaises plantes qui empêchent l’irrigation de l’eau paysanne », énonce Hajaniriana Serge Andria­mieri­nera, Directeur Régional de l’Eau Itasy. « La situation d’aujourd’hui est inquiétante, la pluie se fait rare ou n’est pas présente du tout, les cyclones sont de plus en plus forts. Tout cela est dû aux changements climatiques et il estprimordial de les faire connaître à la population mais surtout aux paysans », rajoute Falitiana Ramiandrasoa, Directeur Régional des transports et de la mété­orologie.Une prise de décision a été alors évoquée. Par laquelle, des conventions de collaboration ont été signées avant-hier à Nanisana: d’une part entre la direction Régionale de l’Eau de l’Itasy et la direction Régionale du transport et de la météo Analamanga, de l’autre, entre la direction Régionale de l’Eau d’Anala­manga et la direction Régionale du transport et de la météo Analamanga. Les signataires unifieront leurs compétences selon leur domaine afin d’aider les paysans.

Domoina Randrianarivo

Madaplus.info3 partages

L’ancien president Malgache Zafy Albert hospitalisé

Hier matin, Zafy Albert a été admis à l’hôpital de Befelatanana avant d’être transféré à la salle de réanimation de la polyclinique d’Ilafy. Il serait victime d’un accident vasculaire cérébral.
L’ancien président a été inconscient hier, il était dans un état comateux selon les médecins. Le professeur Zafy Albert célèbre pour ses opérations cardiaques avant de devenir président a actuellement 90 ans. Les dernières informations qui circulent sur les médias sociaux affirment qu’il ferait l’objet d’une EVASAN ou évacuation sanitaire aujourd’hui pour l’ile Maurice. On souhaite un prompt rétablissement pour l’ancien Président Zafy Albert.
News Mada3 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : samy mitsoaka nefa samy mandoza

Nandavaka dia nahavita làlana ambanin’ny tany ny gadralava dimy lahy izay nitsoaka avy ao amin’ny fonjan’i Tsiafahy. Marary izay taorian’ny fitiliana natao azy dia fantatra fa voan’ny aretina pesta no vetivety eo  koa dia tafaporitsaka tsy hitan’ny mpitsabo fa lasa nandositra tsy fantatra any ivelan’ny toeram-pitsaboana. Tsy indray mandeha na indroa fa efa maromaro izay ny fisehoan’ny zava-doza toy izany. Mazava hoazy fa loza mitatao eto amin’ny fiaraha-monina ireo gadra nandositra avy amin’ilay fonja fandefasana ireo olon-dratsy voalaza ho mahery setra sy mampiahiahy noho ny ratsy nataony. Tsy noho ny asa ratsy vitany kosa fa mamoafady mety hitera-doza koa anefa ireo mararin’ny pesta nitsoaka. Fantatra fa ny fikasokasohany amin’ny olon-kafa dia mamindra ilay aretina miotrika ao aminy, aretina izay miampitapita hatrany ka manampy trotraka ny fielezany.

Tsy maivana noho izany koa ny loza naterak’ireo tompom-pahefana izay na tsy niepoka nidify aza nefa nitsoaka adidy lany andro tamin’ny fifanilihana andraikitra mikasika ny adidy tsy noefaina ara-penitra. Very fotoana nefa hazakazaka ny fomba enti-miady ahafahana mifehy haingana ity aretina izay maniditsidina ny fifindrany ity.

Tsy tena mitovy amin’ilay pesta iray miverimberina isan-taona izay ahilika any amin’ny loto sy fako ny anton’ny fitrangany sy ny fieliny fa ny fofon’aina no làlan’ny fifindran’izy ity. Ary raha sanatria maty ny marary dia miotrika ao anatin’ny razany ilay aretina. Izany no tsy ahafahana mandevina azy any anaty fasan-drazana izay mbola ho sokafana rehefa misy fahoriana any aoriana. Eo koa dia mbola karazana adivarotra mihitsy sanatria no mitranga, indrindra ny handresena lahatra ireo fianakaviana mana-manjo ny amin’ny tokony handevenana ny fatin’ilay olona voan’ny pesta amin’

ny fasana an’irotra mba tsy azo ho fongarina. Tamin’izany koa aza anefa mbola nisy ihany ny “fitsoahan’ny razana” efa nalevina. Tsy fahagagana akory ka hoe nandositra tamin’izao ilay faty, fa ny havany tsy nahafoy azy ho toy ny olona very faty no naka azy an-tsokosoko. Mbola loza hafa koa izay. Mazava ho azy fa maizina ho an’ny maro ny tena marina mikasika an’ity aretina ity. Tsy afaka melohina noho izany anefa ny minisiteran’ny Fahasalamana raha nandefa fampilazana amin’ny alalan’ny SMS mikasika izay fepetra tokony ho raisina raha mitranga ny fisehon’ilay aretina. Tsara koa angamba raha nohazavazavainy toy izany ny fepetra entin’ny tsirairay hiarovan-tena.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Tsy mamela mahazo ny pesta : maty an-dalana i Be Justin 34 taona

Saika raikitra indray ny sakoroka teo amin’ny fianakavian’ i Be Justin, 34 taona, maty tampoka teny an-dalana ny marain’ny talata teo. Nihevitra ny hitondra azy tany amin’ny hopitaly ny fianakaviana raha vao nihetsika aretina ity tovolahy ity.

Niverin-dalana anefa ny fianakaviana nitondra marary ary niantso dokotera mba hanaovana ny fanadihadiana. Tonga tao amin’ny tokotany ny mpitsabo avy amin’ny BMH sy avy amin’ny sampana PPH Hopitalibe Toamasna izay misahana ny areti-mifidra nanao ny fitiliana.

Tamin’ny 6 ora sy 45 minitra, niverina tany amin’ny tokatrano misy ny razana ny

tompon’andraikitry ny BMH ary nitondra ny valin’ny fitiliana ka « positif » ny vokatra nentin’izy ireo. Voaporofo araka izany fa pestan’ny havokavoka no nahafaty ity

tovolahy ity. Nilaza ny avy amin’ny BMH fa hitondra ny razana izy ireo ary hanao famendrana fanafody ny tokantrano rehetra mifanila amin’ny misy ny razana sy ireo hanome fanafody ireo  fianakaviana nifampikasokasoka tamin’ny razana.

Nanaovan’ny Emmo/Reg be fiavy

Tsy nanaiky ny hitondran’ny BMH ny razana sy handevenana azy ny fianakaviana. « Tsy maintsy miandry ny fatin’ny havanay izahay, tsy pesta izany ny nahafaty ny havanay fa efa aretina mpahazo azy« , hoy ny fianakaviana.

Nihemotra ny mpiasan’ny kaominina na dia efa nahazo baiko aza fa tokony hanatanteraka ny fandevenana. Manoloana ny firongatry ny aretina pesta efa tsy voafehy ity, tsy nanaiky ny mbola hiandrasana faty eny anivon’ny fiarahamonina intsony ny prefektioran’ i Toamasina ka nanome baiko ny Emmo/Reg mba hanampy ny BMH hanatanterahana ny fandevenana haingana mba tsy hiparitahan’ny aretina amin’ny hafa intsony.

Tsy nisy indafo sy fifampiresahana intsony fa tamin’ny 1 ora maraina, tonga mafana ny

mpitandro ny filamianana sy ny BMH nibata sy nanao izay fomba itondrana. ny razana. Voalevina ao amin’ny fasana kaominaly Manangareza ihany ilay razana avy hatrany.

Nihevitra hitondra ny razana handositra any amin’ny fokontany Morafeno, kaominina ambanivohitr’ i Maromitety, distrikan’ i Vavatenina, faritra Analanjirofo, ireo fianakaviana.

Sajo

News Mada1 partages

Ho fisorohana ny fihanaky ny pesta : ametrahana sakana ny lalam-pirenena

 Tafakatra ho 25 ny isan’ny olona matin’ny pesta eto Antananarivo sy ny manodidina hatramin’ny omaly, araka ny antontanisa navoakan’ny minisiteran’ny Fahasalamana tamin’ny tranonkala, omaly.

Niampy efatra ny isan’ny namoy ny ainy raha 37 ny tranga vaovao voatily. 26 tamin’ireo tranga vaovao ny pesta miseho amin’ny havokavoka avokoa.

Ho fiarovana ny fiparitahan’ny pesta, manomboka mipetraka ny sakana ara-pahasalamana atao eny amin’ny lalam-pirenena iarahan’ny mpitandro filaminana sy ny mpiasanny fahasalamana. Efa misy izany ny lalam-pirenena faha- 44 mampitohy ny renivohitra amin’ny distrikan’Ambatondrazaka sy Toamasina ihany koa. Natao eo Vodiala ny sakana hitiliana ny olona miditra sy mivoaka ny distrika. Omena fitsaboana avy hatrany ireo fantatra fa mampiahiahy ny fahasalamany. Nanampy tosika amin’ny vola ny kaoperativa miasa amin’io lalam-pirenena io, hoy ny lehiben’ny distrikan’Ambatondrazaka. Nametrahana sakana tahaka izay koa eo amin’ny kaominina Camp Robin, distrikan’Ambohimahasoa (RN 7). Voalaza fa efatra ny mararin’ny pesta ka tsaboina ao amin’ny hopitalin’Ambohimahasoa amin’izao fotoanan izao. Nasiana fanafody koa ny toerana niavian’ny marary toy ny any Isaka.

Nanambara ny minisiteran’ny Fanabeazana fa nitarina ny isan’ny Cisco sy ny Zap nampiato ny fampianarana amin’ity herinandro ity noho ny fisehoana tranga nampiahiahy. Anisany ny Cisco Antsirabe I ahitana ny Zap Antsirabe Ampovoany, Antsenakely Andraikiba, Mahazoarivo Avarabohitra…

 

Mpiasan’ny fahasalamana 250 hanampy tosika ny ekipa

 Misy fepetra vaovao noraisina teo anivon’ny minisiteran’ny Fahasalamana hanamafisana ny ady amin’ny pesta. Misy mpiasan’ny fahasalamana hiasa an-tsitrapo ho any Toamasina hanampy ny mpiasa efa any an-toerana. 250 no namaly ny antson’ny minisitera ka hitsinjara eto Antananarivo sy any Toamasina izy ireo. 147 ny paramédicaux, 57 ireo mpitsabo ary 46 ny mpiasa mpanampy. 100 ny alefa any Toamasina ary ny 150 ambiny hiasa eto Antananarivo.

Hidina any Toamasina koa ny minisitra rahampitso hanome fitaovana sy hampahery ny mpiasan’ny fahasalamana any. Hidina any Toamasina anio ireo mpiasan’ny fahasalamana hanampy ny ekipa ireo. Haharitra iray volana ny asany mandra-pahatony ny valanaretina, araka ny fanazavana azo. Voalaza koa fa tsy misy afaka mandeha ivelan’ny toeram-piasany mamita iraka na mangataka andro tsy iasana ny mpiasan’ny fahasalamana fa manampy tosika ny ekipa rehetra miasa.

Vonjy

News Mada1 partages

Manampy hatrany ireo tratran’ny “maladie de Noma” ny Star

Anisan’ireo firenena iasan’ny fikambanana “Les enfants du Noma” eto Madagasikara. Raha tsiahivina, fikambanana mandray an-tanana ny fitsaboana ireo zaza tratran’ny “maladie du Noma”, izay aretina manova endrika ny zaza teraka tsy ampy volana na ireo zaza tsy ampy sakafo izany. Mitarika ny fahafatesan’ny zaza ity aretina ity ankoatra ny fitondrana takaitra, ka nahatonga ny fikambanana handray an-tanana azy.Niasa nanomboka ny volana avrily lasa teo ny fikambanana, ka tany Vatomandry no nanombohan’izy ireo ny fitsaboana sy fandidiana natao tamin’ireo zaza tratran’ny aretina sy ireo manana fahasamponana amin’ny tava ka mila fandidiana. Efa nanohana io tetikasa voalohany io ny Star, ary mbola hanohy izany amin’ny andiany faharoa, izay tontosaina any Antsirabe hatramin’ny 18 oktobra izao. Horaisin’ny orinasa an-tanana ny lany rehetra amin’ny fitsaboana sy ny fandidiana ary ny fandraisana ireo mpitsabo avy amin’ny “Les enfants du Noma”. Nandritra ny andro voalohany ny 9 oktobra lasa teo, nahatatra 120 ny zaza nozahana ka ny 60 amin’ireo no hodidiana. Ny roa amin’izay kosa no tena fantatra fa voan’ny “maladie du Noma”.

Zo ny Aina

News Mada1 partages

Deux deces suspects de peste à Befelatanana : bras de fer entre les médecins et les familles des victimes

L’épidémie de peste crée un autre problème de société, notamment en cas de décès. Ne supportant pas l’idée de laisser l’inhumation de l’un des leurs entre les mains du personnel de santé et de ne pas pouvoir l’enterrer dans le caveau familial, les familles des victimes se rebellent, comme ce fut le cas hier à Befelatanana ou encore à Toamasina dernièrement. Le bilan fait actuellement (ndlr, hier) de 500 cas et 54 décès en deux mois et demi, dont 267 cas et 25 mortalités à Antananarivo et ses périphéries.

Incidents à Befelatanana. Les membres de famille de deux défunts suspects de peste ont fait un scandale au Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB), hier soir, après le refus des responsables de cet établissement de leur donner la permission d’être en contact aux dépouilles mortelles.

«Ils sont convaincus que leurs proches, issus d’Anosizato et d’Ambohimiadana Andramasina, admis à cet établissement hospitalier respectivement pour cause de maladie cardiovasculaire et de paludisme, ne sont pas morts de peste. Alors que ces derniers ont été testés positifs à l’issue du Test de diagnostic rapide (TDR)»,  a fait savoir le directeur du CHU-JRB, le Pr. Mamy Randria.

Les agents du Bureau municipal d’hygiène (BMH) qui sont venus sur les lieux pour récupérer ces corps sans vie, ont dû attendre pendant plus de deux heures sur les lieux, le temps que les deux parties trouvent un terrain d’entente. Mais cela n’aurait jamais eu lieu sans l’intervention des éléments du commissariat de Mahamasina. Dépêchés sur les lieux pour arranger la situation.

«Après quelques heures d’explication et de négociation, les médecins n’ont pas réussi à se faire entendre raison,

face à une foule en furie qui voulait à tout prix embarquer avec eux les dépouilles de leurs proches», a fait remarquer un élément des forces de l’ordre.

Il a indiqué que «Les forces de l’ordre sont toujours prêtes à intervenir en cas d’irrespect des consignes de sécurité pour limiter une éventuelle propagation de l’épidémie de peste».

Exhumation impossible…

Le ministère de la Santé, via le directeur de la Promotion de la santé (DPS), le Dr. Manitra Harivony, recommande à tout un chacun qu’afin de mieux gérer la propagation de l’épidémie, il faut respecter les consignes en vigueur, notamment concernant l’enterrement des malades décédés.

«Certes, il est difficile pour les Malgaches d’admettre que l’un des leurs ne peut pas être enterrer dans le tombeau familial en cas de décès, mais on est obligé de passer par cette alternative pour préserver la santé d’autrui. La bactérie de peste peut survivre pendant 50 ans, même enterrée, c’est pour cette raison que les dépouilles mortelles non traitées ne doivent jamais être exhumées. Même celles qui ont bénéficié d’un traitement spécifique après injection de formol selon les normes et de HTH, ne peuvent être déterrées qu’après sept ans», a-t-il indiqué. D’ailleurs, il y a des normes à suivre sur les fosses d’enterrement, qui doivent avoir une profondeur de plus de 2,50 m, avec un soubassement cimenté pour préserver l’environnement.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Chronique : toute ressemblance avec des personnages réels…

J’écrivais lundi que «dans la mesure de [mes] possibilités et des moyens en [ma] possession», j’allais me replonger dans une fable de La Fontaine. J’ai donc relu «Les animaux malades de la peste» qui commence par ces vers : «Un mal qui répand la terreur, Mal que le ciel en sa fureur, Inventa pour punir les crimes de la terre, La Peste (puisqu’il faut l’appeler par son nom) Capable d’enrichir en un jour l’Achéron, Faisait aux animaux la guerre».

Le roi convoque sa cour et, en utilisant quelques artifices de langage, demande qu’un bouc émissaire se désigne pour, peut-être, arrêter le «courroux céleste». Le lion connaît son rôle et sa fonction. Il se lance dans un mea culpa pour montrer l’exemple : il a mangé des moutons qui ne lui avaient fait «nulle offense», et parfois même des bergers. Les courtisans, parmi lesquels des prédateurs comme le Tigre, l’Ours, le Renard et le Loup, connaissent aussi leur rôle. Ils savent qu’on n’accuse pas impunément le plus grand parmi les grands mais ne sont pas plus disposés à dénoncer leurs fautes : «Tous les gens querelleurs, jusqu’aux simples mâtins, Au dire de chacun, étaient de petits saints». Seul un courtisan de bas étage, peu au fait des usages de cour, croit bien faire en avouant une «peccadille» qui fait de lui le condamné idéal. Ce petit courtisan est au-dessus du vulgaire, ce n’est pas un mouton. Mais ce n’est pas un prédateur chevronné non plus. Le bouc émissaire bienvenu est l’Ane, «ce pelé, ce galeux», faible, déplacé et incongru parmi les puissants.

L’honneur du Lion est sauf, il ne pouvait en être autrement. Les courtisans ont sauvé leur peau jusqu’au prochain conseil du roi. Quant à la Peste, ma foi… Le roi avait bien précisé qu’un sacrifice était nécessaire mais peut-être pas suffisant.

Toute ressemblance avec des personnages réels n’est ni fortuite ni involontaire. Sauf, peut-être, pour Yersinia Pestis.

Kemba Ranavela

 

News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1899) : Cordon sanitaire

Conformément aux instructions de M. le Gouverneur Général et sur avis de la Commission d’hygiène, le cordon sanitaire sera, à partir du samedi 11 février, reporté aux limites suivantes :

Au Sud la limite reste à Ivondro, suit la rive droite du bras du fleuve sur lequel se trouvent les propriétés Chantepie, Bucquet, Clarenbach jusqu’à la propriété Dupuy appelée Androhovola.

À l’Ouest et à partir de cette propriété, la limite suivra la crête des montagnes jusqu’à Soanierana et Vohitrambato, se dirigera de ce dernier village sur Mahanoro en deçà de l’Ivoloina pour s’infléchir ensuite vers l’Ouest du côté de la propriété l’Avenir.

Au Nord la limite sera la rive gauche de l’Ivoloina de façon à englober dans son enceinte Vohidotra, le Jardin d’essais et la propriété l’Avenir.

Aucune personne ni aucune marchandise ne pourront franchir le nouveau cordon pour sortir de Tamatave.

Les contraventions seront poursuivies conformément aux dispositions de la loi du 3 mars 1822 et du décret du 31 mars 1897.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Supplément commercial (Tamatave et Côte Est)

Mercredi 8 février 1899.

L’épidémies’achève

Le dernier cas de peste a été constaté le 3 février et la guérison du dernier cas remonte au 13 du même mois.

Du 31 janvier à ce jour, des indemnités, partie en à compte, et partie en totalité, représentant une somme de 5 730 francs ont été payées à 75 personnes nécessiteuses, pour la plupart, propriétaires d’immeubles contaminés et détruits.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Supplément commercial (Tamatave et Côte Est)

Mercredi 1er mars 1899.

Situation sanitaire de Tamatave (1)

Depuis quelques jours, quatre décès attribués à la peste bubonique ont été constatés dans la population de Tamatave.

Voici exactement la situation des décès survenus à la suite de cette maladie depuis le 24 juillet, jour de l’apparition du 1er cas, à ce jour :

24 juillet. – La Victoire Paul, âgé de 5 ans, né à Maurice.

6 septembre. – Lalanne Eliska, âgée de 37 ans, née à Maurice.

11 septembre. – Charles François, 11 ans, né à La Réunion.

12 septembre. – Marie-Louise Sade.

Depuis le 12 septembre, aucun cas.

(À suivre.)

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Supplément commercial (Tamatave et Côte Est)

Mercredi 20 septembre 1899.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Infractions financières : 23 gendarmes formés

23 enquêteurs de la Gendarmerie nationale ont suivi une formation spécialisée, dans le domaine financier, pour un renforcement de capacités en matière d’infractions financières. Il s’agit d’une collaboration entre le Service de renseignements financiers (Samifin) et la BFV SG. C’est la troisième session de formation dispensée par la BFV SG aux éléments de la Gendarmerie. La remise des certificats s’est déroulée hier, au bureau de la BFV à Analakely.

Depuis le début de l’année, 120 à 140 déclarations d’opérations suspectes ont été reçues par le Samifin. «La lutte contre les infractions financières nécessite la prise de responsabilité de toutes les parties prenantes. La formation de gendarmes à travers cette forme de partenariat public privé permet de renforcer la traçabilité des infractions», a souligné le DG du Samifin, Lamina Boto Tsara Dia.

Ainsi, les enquêteurs ont pu améliorer leurs connaissances sur les différentes techniques de procédures, notamment les thèmes traités tels que la culture générale bancaire, la lutte anti-blanchiment et le financement du terrorisme, les facettes juridiques du monde bancaire, les lois et règlementations sur les moyens de paiement, la cybercriminalité…

Riana R.

Tia Tanindranaza1 partages

Diso vanim-potoana !

Io indray ianao Rabekonetaka ilay tsy mahay mifidy ny vanim-potoana hitenenana sy tsy misaina akory izay zavatra resahina an !

Aiza ve ka ao anatin’izao fotoan-tsarotra izao ianao sy ny ekipanao no mirehareha fa Rafôrsa ihany no hatolotrareo amin’ny 2018 fa iny ihany no mahavita azy. Mbola sahinareo ihany ny mirehareha fa mahavita azy ianareo, kanefa dia nabaribarinao tsy mahay manavaka vanim-potoana io akory fa tena fatritra ianareo satria ny olona maro efa mitsoaka noho ny tahotra ny hatelin-drapesta, kanefa ny anareo mbola zavatra hafa, dia ny hibodo an-drafahefana ihany. Dia mbola miseho hatrany ilay adin’ny kanosa amin’ny hikakana ny adversera matanjaka. Handeha indray ny fitsarana petatoko hamotehana iny olona iny sy ny mitovitovy aminy. Ny tsara aminao angamba Rabekonetaka mba mitsapa hery kely aloha hoe hatraiza ny donanao sy ny tanjakao fa ianao ity mantsy raha ny fahalalako anao dia ilay olona nasondro-potsiny tahaka ny kilaoty tapaka lasitika hatramin’izay ! Tsy adala r’ise izahay miteny hoe tsapao aloha ny herinareo a !

Marco

Tia Tanindranaza1 partages

Pr Zafy AlbertMarary mafy, hotsaboina any Maorisy

Voatery naiditra hopitaly noho ny aretina nahazo azy nanomboka omaly 11 oktobra ny filoha teo aloha Zafy Albert sady filoham-boninahitry ny antoko UNDD (Union nationale pour la démocratie et le développement).

Toky R

 

La Vérité1 partages

Meurtre à Ambohitrarahaba - La domestique et trois complices arrêtés

Plusieurs heures après l’horrible assassinat d’Hesny Mattis Razafindrazaka, ce garçon de 12 ans mardi matin à Ambohitrarahaba, la présumée initiatrice, une domestique encore mineure, a été appréhendée hier. Trois de ses complices ont subi également le même sort et sont en garde à vue, avec la domestique, depuis hier à la Gendarmerie d’Ankadikely Ilafy. Les recherches effectuées par les limiers de la Gendarmerie s’avèrent ainsi fructueuses. Avec les adolescents, 15 ans et 13 ans,  qui ont avoué avoir commis le crime, 6 personnes trempées dans cette affaire, qui a provoqué l’émoi de la population capitale, sont coincées. Aucune information ne précise l’existence d’autres complices qui sont encore en cavale et recherchés.

La gendarmerie n’a pas caché que l’affaire est délicate dans la mesure où ce sont tous des mineurs qui y sont impliqués. « Même les termes juridiques employés dans la poursuite ne sont pas identiques avec ceux utilisés devant des criminels adultes. Dans les cas des deux jeunes arrêtés pour l’assassinat à Ambohitrarahaba, le délit est qualifié d’adolescents en conflit avec la loi ! », a ajouté notre interlocuteur.Néanmoins, le dossier serait  déjà à l’étude et que la gendarmerie est sur le point de consulter  la Justice malagasy sur la manière à mener la saisine sur cette affaire. Face à l’audace de ces adolescents, les observateurs s’interrogent sur certains points. Sur les réseaux sociaux, de nombreux bloggeurs de la capitale mais aussi du pays entier, ne cessent d’apporter leur soutien moral et témoigner leur sympathie aux parents du disparu afin, au moins, d’alléger leur douleur. A propos, le petit Hesny devra être inhumé au caveau familial d’Anosivola à Anjozorobe ce jour.  Avant cela, un culte est prévu à l’église Fjkm Antoby Fitahiana Anjozorobe. Franck Roland

La Vérité1 partages

Gisement d’or - L’importance de la déclaration des activités

C’est la première fois dans l’histoire que Madagascar a exporté deux tonnes d’or depuis 1960. Ce chiffre est établi grâce aux déclarations faites. Sur l’année 2016, 86 kilos de ce métal précieux ont été exportés légalement, selon le ministre chargé de l’Energie et des Mines. Un nombre déjà élevé par rapport aux autres années. En effet, 50 kilos ont été enregistrés en 2008 et 28 kilos en 1995. Cette année est donc celle qui représente le taux d’exportation le plus élevé pour l’île Rouge. L’amélioration est atteinte grâce à l’existence de l’Agence nationale d’or (Anor). Jusqu’ici, il n’y a que les orpailleurs moyens qui déclarent la quantité d’or qu’ils ont pu extraire.  

« Depuis l’indépendance, cette année, on a obtenu pour la première fois les premières tonnes d’or déclarés. Madagascar renferme beaucoup d’or. Contrairement à d’autres pays, on n’a pas besoin de géologue ou d’ingénieur des mines pour pouvoir identifier un potentiel gisement, car de simples citoyens peuvent en trouver. Nous sommes riches en ce métal précieux. Beaucoup d’or sortent de Madagascar, mais il y a très peu de déclarations et cela nuit à la recette de l’Etat », déclare le ministre des Mines. En effet, puisque les déclarations sont peu nombreuses, peu d’argent rentre dans la caisse de l’Etat. Et puisque les sites de gisement d’or sont peu déclarés, l’Etat ne peut faire aucun suivi. C’est seulement maintenant que les orpailleurs commencent à prendre l’habitude de faire une déclaration. La quantité d’or exportée a un impact positif sur les caisses de l’Etat. En effet, 6 milliards d’ariary ont été récoltés grâce à ces exportations déclarées. Ce qu’il y a de plus positif, c’est que les Régions et les Communes bénéficiant de ces gisements profitent aussi de leur situation. Propos recueillis par Andrea Razafi.

La Vérité1 partages

Lutte contre la peste - La Première Dame s'approprie les dons onusiens

Restée pendant un long moment dans sa tour d'Ivoire (au pays ou à l'étranger), la Première Dame Voahangy Rajaonarimampianina a enfin daigné faire parler d'elle à travers des dons remis par son équipe. Un geste sur fond de maladresse qui n'a fait qu'attiser davantage les critiques à l'endroit de la « First Lady » malgache.

En cette période de forte propagation de l'épidémie de peste, l'épouse de Hery Rajaonarimampianina a attendu que le nombre de morts dépassent la cinquantaine pour se manifester. Comme à son habitude, elle n'a pas voulu s'engager directement. Ce fut donc à travers une « équipe » que la Première Dame a octroyé hier des dons au profit du Centre hospitalier anti - pesteux d'Ambohimiandra (Chapa) ainsi que l'Hôpital de Befelatanana qui accueillent les malades de la peste.Mais au lieu de faire bonne figure auprès de l'opinion publique, après cette remise de dons, la Première Dame et son équipe se sont, une fois de plus, enfoncées dans une erreur monumentale. En effet, en observant attentivement les photos publiées sur les réseaux sociaux, l'on ne pouvait faire l'impasse sur les logos des Nations Unies affichés sur les récipients qui contenaient certains des produits de soins et médicaments offerts par la « Fisrt Lady » malgache. Solution trop facileD'après le communiqué diffusé par l'équipe de communication de la Première Dame, les dons visaient à renforcer la prise en charge des malades de la peste ainsi qu'à équiper les médecins. Les dons étaient notamment composés de 2 500 flacons de Streptomycine, 2 500 boîtes de Waterinjection, 38 boîtes de 100 seringues 5cc,10 boîtes de 100 Doxycicline, 200 boîtes de 100 Cotrimoxazole, 100 boites de 100 Paracetamol, 40 kg de bidon d'hypochlorite, 50 000 pièces de Gants en latex, 2 000 pièces de masque Ffp2, 500 pièces de Gentamicine, entre autres.Des dons dont la plupart, pour ne pas dire la totalité, viennent des partenaires internationaux dont les Nations Unies que la Première Dame s'est donc appropriée et que son équipe n'a pas oublié de remercier. Une solution trop facile qui remet sérieusement en doute la sincérité de son geste.Force est d'ailleurs de se demander si une telle initiative vient effectivement de la conjointe du chef de l'Etat, ou était juste une opération de communication destinée à faire taire les critiques à son encontre. En effet, depuis l'accession de son mari à la Présidence du pays, la Première Dame n'a pas vraiment brillé par ses rôles de mère de la Nation malgache. Au contraire, la patronne d'Iavoloha s'est souvent effacée de la scène sociale releguant souvent le « sale boulot » à sa fameuse équipe. Des mauvaises langues ont même laissé entendre que la Première Dame, qui aurait déjà quitté la Grande île depuis plusieurs jours, serait déjà en train de préparer ses valises en vue de rejoindre son président de mari pour un imminent déplacement à Rome, en Italie. Là - bas où un cadre moins hostile et surtout loin de la peste les attend !Sandra R.

 

La Vérité1 partages

Conseiller du Président de la République - Un parc automobile luxueux et coûteux

Adepte du bling bling ? Ce proche de Rajaonarimampianina ne compte pas quand il s’agit de se faire plaisir. C’est le moins que l’on puisse écrire. Dans ses garages se croisent certaines des voitures les plus luxueuses et plus coûteuses du monde. 

Belle demeure, vêtements et montres de luxe… Ce proche du Président de la République, dont on taira le nom, aime les jolies choses et ne s’en cache pas. Mais ce que cet opérateur apprécie visiblement par-dessus tout, ce sont les belles voitures. Son parc automobile ferait en effet pâlir d’envie n’importe quel amateur de voitures.  Sur les réseaux sociaux,  les photos de certains des véhicules de cet opérateur économique de premier rang ont été divulguées et font actuellement parler. Des voitures, il en a donc plusieurs. En revanche, ce qui est frappant c’est qu’elles sont toutes plus chères les unes que les autres. L’homme a visiblement une certaine préférence pour les grosses cylindrées, les 4x4 et les Sport utility vehicle ou Suv pour les connaisseurs. Toyota, Volkswagen, Mercedes de luxe ainsi que ceux de dernier cri de la marque Range Rover, se retrouvent ainsi dans le garage de cet opérateur.  

 

Le plus puissant 4x4 au monde dans son garage Son impressionnante 

collection inclut même  de superbes pièces telles qu’une Mercedes Classe G préparée par Brabus.  Tout simplement considéré comme le 4x4 le plus puissant au monde par la presse spécialisée dans le monde, la version de base de ce véhicule est évaluée à plus de 142 000 euros soit près de 500 millions d’ariary soit 2,5 milliards de Fmg. Manifestement, le luxe est un concept important pour ce personnage. Il n’aime pas conduire la voiture de monsieur tout le monde…   Cet amour éperdu pour les véhicules luxueux hors de prix est considéré par certains comme un péché mignon. Pour d’autres en revanche cela s’apparente à une folie des grandeurs.  En tout cas, avoir autant de choix, c’est le privilège de ceux qui comptent leur fortune en milliards d’ariary et qui « roulent sur l’or ».  Ce proche de Rajaonarimampianina dispose d’une fortune non négligeable. Et cela se ressentirait  dans son impressionnante collection de voitures  parmi les plus chères du moment.  D’où cette fortune vient-elle ? Comment ce personnage devenu un proche parmi les proches du couple présidentiel a pu se forger une telle richesse alors qu’il n’y a même pas quatre ans de cela, celui-ci n’était qu’un simple opérateur économique.   Des rumeurs insistantes circulent sur la façon dont il a amassé cette somme. La question est : reçoit-il le soutien du gouvernement ? Son enrichissement rapide fait peser certains doutes. Un coup d’œil du Bureau indépendant anti-corruption et du Service de renseignement financiers s’imposerait pour beaucoup d’observateurs.   Reste à savoir si ces véhicules sont tous à son nom ou s’ils se les font  prêter par un concessionnaire de la place et dans lequel ce proche du Président est un actionnaire… Il faut reconnaître que  sa fortune a en tout cas fini de mettre cet opérateur économique à la tête de l’une des plus enviables collections de voitures qui soient.

 A.R.

L'express de Madagascar1 partages

Une épidémie de grippe à Antananarivo.

Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a déclaré une épidémie de grippe, hier. 80 à 90 % des malades qui font des consultations pour soupçon de peste, seraient atteints de la grippe. Le syndrome de grippe rendrait difficile le diagnostic de la peste, selon certains médecins.

L'express de Madagascar1 partages

Des volontaires pour la lutte contre la peste. 

Deux cent cinquante volontaires malgaches vont appuyer la lutte contre la peste à Madagascar. Il s’agit d’une cinquantaine de médecins, de cent quarante paramédicaux et d’une quarantaine de personnel d’appui. Une centaine d’entre eux sera envoyée à Toamasina, pour appuyer les équipes sur place. L’autre centaine restera à Antananarivo. Ils ont été présentés au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, hier.

Madaplus.info0 partages

Deux auteurs de l’assassinat et du kidnapping d’Ambohitrarahaba Ambodivary arrêtés

Ils seraient deux garçons de 15 et de 13 ans. Ces derniers ont pris part à l’assassinat morbide et l’enlèvement d’une jeune fille qui a eu lieu Ambohitrarahaba Ambodivary mardi dernier.
Si on revient au fait, un cambriolage s’est passé dans une villa à Ambohitrarahaba durant lequel, les cambrioleurs ont tué un jeune garçon en le décapitant et ôtant ses yeux. Ils ont dérobé plus de 10 millions d’Ariary, avec des devises plus de 20 000 USD et des bijoux. Ils ont ensuite kidnappé la petite sœur du jeune garçon. Tard dans la nuit, la petite fille a été retrouvée saine et sauve à, Ambohidratrimo Anosiala. Les yeux de son frère ont été trouvés dans un petit sac qu’elle portait. Les enquêtes continuent pour cette affaire. En effet, selon les enquêteurs ces deux garçons adolescents n’ont pas pu agir seuls dans cette histoire.
Ino Vaovao0 partages

FAMONOANA ZAZA TETSY AMBOHITRARAHABA : Zaza tsy ampy taona roa no saron’ny zandary

Nandritra ny fanadihadiana natao an’i Hiancy no nahafantarana fa i Kezia sy Tine no nanao ny fanafihana sady naka an-keriny azy. Taorian’izany dia nandray fepetra avy hatrany ny mpitandro filaminana tamin’ny fanaparitaham-baovao teny amin’ny Fokontany sy ny manodidina rehetra. 

Fotoana vitsy taty aoriana dia nisy niantso ny zandary teny Anosiala, nilaza fa mahita azy dahy ireo. Vao naharay izany izy ireo dia  nandrasana teny amin’ny lalana fodian’ireto zaza tsy ampy taona nahavanon-doza mahatsiravina ireto. Noraisim-potsiny i Kezia sy Tine ary mbola tra-tehaka teny amin’izy dahy ny vola mitentina 14 tapitrisa Ariary izay nanjavona tao amin’ilay trano notafihany. 

“Intelo nifindra taksibe izahay hamonjy ilay mpanampy satria Anosiala no ipetrahan’io naniraka io. Najanonay teo i Hiancy fa ny vola nentinay avokoa fa ny mason’i Hensie no navelanay tao anaty harona. Tsy hitanay intsony io tompon’antoka io ka voatery nody izahay. Niverenanay nojerena i Hiancy, kinanjo efa tsy hita teo”, hoy i Kezia sy Tine nandritra ny famotorana natao azy ireo.  Voalaza fa 15 taona sy 13 taona ireo nahavanon-doza. 

Mbola eo am-panaovana famotorana lalina azy mianadahy ireo ny mpitandro filaminana. Nanamafy izy mianadahy ireo nandritra ny famotorana fa ilay mpanampy no naniraka azy hanao ny famonoana. Mbola eo am-pikarohana ity tovovavy ity ankehitriny ny mpitandro filaminana.  Voalaza ihany koa fa ankizy mpilalao miaraka izy efatra ireo ary mifanakaiky ny trano misy azy ireo. Fantatra ihany koa fa nisy fifamaliana tamin’ilay mpanampy sy ny ray aman-drenin’ireo zaza niharam-boina ka tsy maintsy noroahina ary eo am-pitadiavana ny solony ity fianakaviana ity ankehitriny. Vola vidina fiara namidy io nanirahan’ny mpanampy ireo zaza hanao fihetsika mamoafady toy izao.

Raha tsiahivina dia nisy namono tao amin’ny tranon-dray aman-dreniny ny zazalahy kely iray vao 12 taona monja ny talata teo. Ny ra mandriaka no hitan’ilay reniny vao niditra ny trano tamin’izany. Tapaka tanteraka ary nipotsika niala ny masony roa nanaovan’ireo nahavanon-doza ity farany. Mbola tazana tao an-toerana ihany koa ny antsy namonoan’izy ireo an’io zazalahy kely io. Tsy nisy tao ireo ray aman-dreniny ka izy dahy irery ihany no tao an-trano tamin’io fotoana nitrangan’ny loza io. Noentin’ireo ankizy roa tsy ampy taona an-keriny ilay vavy vao 6 taona rehefa azon’izy mianadahy nahavanon-doza ny vola sy ny firavaka volamena tao amin’io tokantrano io. Miandry ny fampiakarana ny raharaha amin’ny Fitsarana ankehitriny ary ho hita eto ihany ny tohiny. 

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

SAZY FANAMELOHANA HO FATY : Tsy vitsy ireo Malagasy mbola mankasitraka izany

Anisany antony mahatonga izany ny fanajana ny zon’olombelona izay hindraindraina tokoa amin’izao vanim-potoana izao.

Madagasikara ihany koa dia anisan’ireo efa manana lalàna manafoana izany fanamelohana ho faty izany ho an’ny fitsarana eto an-toerana, dia ny lalàna 2014 – 035 tamin’ny 09 Janoary 2015 izany. Fa efa nisy ihany koa ny fankatoavana ny fifanekena iraisam-pirenena mikasika izany izay nataon’i Madagasikara, ny desambra 2016. Ankehitriny anefa, indrindra tao anatin’ny herintaona teo eo dia hita fa tena mbola mahazo vahana ny sazy fanamelohana ho faty eto Madagasikara.

Miseho sesilany izany amin’ny alalan’ireo endrika fitsaram-bahoaka isan-karazany misy, na eto an-drenivohitra na any amin’ny faritra. Izany no niseho dia vokatry ny tsy fipetrahan’ny fifampitokisana intsony, indrindra eo amin’ireo rafitra mpanasazy, araka ny fanadihadiana.

Mifandraika amin’izay indrindra dia ny 10 Oktobra lasa teo no nankalazaina ny andro iraisam-pirenena hiadiana amin’ny sazy fanamelohana ho faty.

Nankalaza izany ihany koa i Madagasikara ka nisy ny atrikasa izay notanterahana, entina hikaroham-bahaolana mikasika izany tranga izany.

Anisany nandray anjara tamin’izany ireo fiarahamonim-pirenena avy eto an-toerana, niaraka tamin’ireo mpiara-miombon’antoka samihafa. Fotoana indrindra io nijerena ny fomba hampiharana ireo lalàna efa neken’i Madagasikara ary handresen-dahatra ireo vahoaka eny ifotony.

Heverina araka izany fa hametraka paikady fanentanana ny vahoaka rehetra ireo fiarahamonim-pirenena mba hanafoanana tanteraka ity sazy fanamelohana ho faty ity. Ny herisetra no miteraka herisetra

Mbola misy ireo Malagasy sasantsasany no mihevitra fa vahaolana tena mahomby ny fitsaram-bahoaka, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitra tao amin’ny atrikasa. Etsy ankilany dia misy ihany koa ireo faritra sasany izay mbola mandala ny fanesorana ny aina amin’ny alalan’ireo dina isan-karazany hifanarahana any an-toerana.

Ankoatra ireo dia mbola misy ihany koa ireo tompon’andraikitry ny filaminana sasany rehefa manao ny asany dia tonga hatramin’ny famonoana, izay voalaza fa mba ho fitandroana ny filaminana. Ny tena tsara ho fantatra anefa dia ny herisetra ihany no miteraka herisetra. Izay fomba fanao izay no lasa mitohy sy mahazo laka, hany ka lasa sarotra ny hamehezana ny resaka fanamelohana ho faty. Notsindriana nandritra ny fanazavana fa ny aina no zo lehibe indrindra amin’ny zo rehetra.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

VONONA TANTERAKA NY VONDRONA MAPAR : « Tsy matahotra fifidianana izahay »

Nanamafy hatrany ireo olom-boafidy tao anatin’ity vondrona mpanao politika ity fa tsy eken’izy ireo hatramin’ny farany izay mety ho endrika fanodinkodinana ataon’ny fitondram-panjakana, ka tsy hahatanteraka ny fifidianana izay hotanterahina amin’ny taona 2018. Ny vondrona Mapar izay mitsipaka marin-drano ihany koa ny fikasan’ny mpitondra hanova sy hikitika ny lalàmpanorenana. 

Hentitra ny Solombavambahoaka Mapar raha nilaza fa «  fa raha mbola mikiribiby hanova an’io lalàmpanorenana io ny fitondram- panjakana dia handresy eto Madagasikara amin’izay ny hatao hoe ‘tsia’  ». Tokana ny fomba fijery raha ho an’ity vondrona mpanao politika ity dia efa tsy misy ianteheran’ny vahoaka intsony izao fitondrana mijoro ankehitriny izao. Nambaran’ny Solombavam- bahoaka Mapar hatrany fa tsy manana finiavana intsony ny hijery izay tena maharary ny vahoala ny fitondram-panjakana ankehitriny ary tsy mijery intsony ihany koa ny sosialim-bahoaka izay mipaka eny anivon’ny Fokontany. 

Iaraha-mahalala fa anisany nandray anjara feno tamin’ny ady atao amin’ny pesta ireo Solombavambahoaka avy amin’ny Mapar. Fokontany maro tao anatina boriborintany samihafa teto an-drenivohitra no nisitraka izany.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO POLITIKA R.M.T.F : “Ny fialan-dRajaonarimampianina no vahaolana ho an’ny firenena”

Hita taratra ankehitriny fa mihamaloka hatrany ny raharaham-pirenena. Ny fahantram-bahoaka efa lalina mbola ampian’ny valanaretina pesta indray, etsy andaniny ny  fitokonana etsy sy eroa toy ny fitakiana ataon’ny SMM sy Mpiraki-draharaha. 

Isan’izany koa ny fidangan’ny vidim-piainana sy ny tsy fandriam-pahalemana amoizan’aina mifanesisesy . Porofo mivaingana ireo rehetra ireo fa tsy mahavaha olana sy miraviravy tanana ireo tompon’andraiki-panjakana ambony rehetra. Ny ady ho an’ny tombontsoan’ olom-bitsy hatrany hatreto ny tiana hotohizana, hany ka ny madinika no mibaby ny mafy sy tsy zaka. 

Manoloana izany rehetra izany dia mitaky ny fialàn’ny mpitondra ity antoko politika ity ary  mangataka ny amin’ny tsy firosoana avy hatrany amin’ny fanatanterahana ny fifidianana. Marihina fa toa zary miendrika kajikajy politika ifikirana eo amin’ny Fitondrana  fotsiny sisa ny antony hanaovana izany fifidianana izany. Mahatsiaro resy sy voatampim-bava ny madinika. 

Nohamafisin’ity antoko politika ity fa tsy fanajana ny Demokrasia ny firosoana amin’ny fifidianana raha mitaha amin’ny raharaham-pirenena amin’izao fotoana. Badoina loatra ny vahoaka ary vidiana vola sy tambatambazana amin’ny zavatra tsy maharitra ny saina mandritra ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra. 

Loza mitatao ho an’ny firenena ny pesta raha tsy voafehy sy mitavozavoza hatrany ary mifanilika andraikitra ny Mpitondra. Raha mitohy ny fifanolanana eny amin’ny Fitsarana dia hisy ny korontana. Tsy hiteraka tombontsoa sy fanovàna ho an’ny vahoaka ny fifidianana fa famerenana ihany ny teo aloha. 

Hampanahy ny misaina ny ampitso sy ny ho avin’ny taranaka  raha toa ka mbola mijanona eo amin’ny toerany ireo mpitondra fanjakana ankehitriny, izay tsy misy azo antenaina intsony. Vokatr’izay dia manao antso avo faran’izay maika amin’ireo vahoaka mahatsapa tena fa mijaly izy ireo mba hijoro ho tompon’andraikitra feno amin’ny fanorenana ifotony ny Firenena.

 Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA ASARA-ADRA : Nanome fampitaovana ireo mpitao raharaha ao Betroka

Tsara marihana fa io tetikasa io dia  vatsian’ny vondrona eropeana vola, izay hahafahany manatanteraka ireo hetsika samihafa sy ireo tohana rehetra hatao, indrindra any amin’ny tapany atsimon’ny Nosy. 

Manoloana izany àry dia fitaovana informatika toy ny solosaina, fitaovana fampiasa amin’ny birao hafa no natolotry ny tetikasa Asara – Adra ho an’ireo «  Prestataire de service  » na ireo antsoina hoe mpitao raharaha izay mikirakira sy mandrafitra ny antontan-taratasy rehetra miainga avy amin’ny filan’ireo tantsaha.   Anisany nangatahana tohana manokana tamin’ny tetikasa mihitsy izy ireo mba ho fampiroboroboana ny asa famokarana ataony amin’ny alalan’ny famatsiam-bola, na fitaovana, na fiofanana. 

Izao no natao dia ny hamaliana ny filàn’ny tantsaha any ambanivohitra momba ny antontan-taratasy izay ilaina amin’ny fambolena, sy ihany koa mba hamaliana ireo karazana fangatahana mba ho voavaly izay tiany hatao. Nohamafisina fa mihamatihanina kokoa ny fiasan’ireo mpitao raharaha rehefa mahazo fitaovana araka ny tokony ho izy tahaka izao. 

Ankoatr’izay dia afaka mitahiry ireo toro sy antontan-kevitra ary angon-drakitra ihany koa ireo mpiasa vokatr’izao fampitaovana izao. Nanatrika sy nanome voninahitra ny fanolorana tamin’ny fomba ofisialy ireo lehiben’ny sampan-draharaham-panjakana any an-toerana, notarihan’ny lehiben’ny distrika, ary nahitana ihany koa ny lefitry ny ben’ny tanàna ambonivohitra ao Betroka.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

AMPASINDAVA-TSARATANANA : Tsy monina an-tanàna intsony ny mponina noho ny asan-dahalo

Anisany tena velon-taraina amin’izany ireo mponina ao anatin’ny Kaominina Ampasindava izay mandrafitra ny Distrikan’i Tsaratanàna. Mandry tsy lavo loha ny vahoaka, ireto farany dia efa tsy mandry an-tanàna intsony fa efa mandositra any an-tsaha vokatry ny fampihorohoroana ataon’ireo malaso. Araka ny loharanom-baovao, farafahakeliny in’efatra ao anatin’ny herinandro no misy fanafihan-dahalo mitranga ao anatin’ity tanàna ity. 

“Foana ny tanàna, mitsoa-ponenana ny ankamaroan’ny mponina noho ny asan-dahalo”, hoy ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana. Vao tamin’ny alatsinainy lasa teo no fantatra fa notafihana andian-dahalo am-polony maro ny tanàna izay nahaverezana omby an-jatony. 

Nambaran’ireo mponina fa tsy vitan’ny mandrava fananana fotsiny ihany ireo dahalo fa mahavita mamono amin’ny fomba feno habibiana sy mandoro tanàna ihany koa. Velon-taraina ireo mponina vokatr’izany, izay anaovan’izy ireo antso avo amin’ny fitondrana mahefa mba hijery akaiky satria mihatra aman’aina mihitsy ny asa ratsy ataon’ireo dahalo.

Avotra Isaorana   

Ino Vaovao0 partages

VALANARETINA PESTA : Nampiato ny fampianarana rehetra ny Oniversiten’ i Toamasina

Nanomboka ny 9 oktobra lasa teo izany ary tsy mifarana raha tsy ny zoma 13 oktobra. Mahakasika ny fitakiana nataon’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sampana Seces Toamasina, fantatra araka ny angom-baovao fa efa tonga ao Toamasina ny vola saingy tsy mbola mandeha ny fizaràna azy. 

Mametraka ny ahiahiany noho izany ireo mpampianatra mpikaroka sendra anay.

Kamy

News Mada0 partages

Revision Constitutionnelle : « Une manipulation politique », selon Razanamahasoa

L’éventualité d’une révision de la Constitution a suscité un débat passionnant entre les partisans, les opposants et les juristes hier à Anosy. Christine Razanamahasoa évoque une manipulation politique.

Il a fallu à Olivier Rakotovazaha, partisan du changement de la loi fondamentale, de trouver la parade et esquiver à la manière des boxeurs de haut niveau pour affronter le vice-président national du parti HVM, Rachid Mohammed et Christine Razanamahasoa, députée de Madagascar, lors du débat qui s’est tenu hier au Carlton à Anosy.

Comme il fallait s’y attendre, la députée Christine Razanamahasoa, du parti

« Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina » (Mapar), a fait remarquer qu’il y a un relent de manipulation politique derrière cette initiative, « soit pour détourner l’attention publique sur l’incompétence du pouvoir actuel (…) ou  pour prolonger le mandat présidentiel ». Et  elle de mettre l’accent sur la notion de « nécessité jugée impérieuse » comme le souligne la Constitution.

D’après l’élue d’Ambatofinandrahana en reprenant les arguments des tenants du pouvoir actuellement, il n’y a rien qui justifie la nécessité de changer ou de modifier la Constitution. Alors que selon l’article 161 de la Constitution,  « Aucune révision de la Constitution ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse ».

« C’est dans cette notion de « nécessité jugée impérieuse  » que réside la clé de voûte de la révision de la Constitution (…). Tous les citoyens, élus ou pas, ont des mots à dire là-dessus mais malheureusement, l’appréciation de cette notion appartient uniquement aux juges constitutionnels », a expliqué l’ancienne Garde des Sceaux de la Transition qui, a priori, ne semble pas  avoir confiance en ces derniers.

Réveil

Au niveau des partisans du changement ou de la retouche de la Constitution, en revanche, il s’agit d’une nécessité et plusieurs points ont été soulevés pour bétonner leur argument. C’est le cas de la mutation des « fokontany » en Collectivité territoriale décentralisée (CTD). Sur ce point, l’élue du Mapar de rétorquer : « Pourquoi, après quatre ans d’exercice de pouvoir, le Président de la République se réveille brusquement de sa léthargie pour ériger les fokontany en CTD, où étiez-vous pendant ces quatre années ? Est-ce que ceci nécessite un référendum ? ». Elle estime en effet qu’une simple loi ou un décret pourrait ériger les fokontany en CTD.

L’autre point marquant des arguments évoqués lors du débat d’hier concerne par ailleurs non seulement le budget pour l’organisation d’un référendum mais aussi son opportunité dans le temps. « Soyons clair et honnête, ayons au moins l’honnêteté intellectuelle et politique de reconnaître qu’un référendum avant les élections ne serait jamais une garantie de stabilité politique et n’emmènera pas sûrement l’apaisement », a indiqué Christine Razanamahasoa. D’après elle, « L’opportunité d’une révision constitutionnelle nécessite l’adhésion de toutes les forces vives de la nation afin de parvenir à un consensus qui sera la garantie de la stabilité (…) et il faudrait quand même qu’il y ait des débats au préalable ».

Ces temps-ci, depuis que le Premier ministre a évoqué le sujet en marge d’une inauguration à Ivato, le référendum et la révision de la Constitution sont au centre de discussion politique. La société civile fait partie de ceux qui réclament un débat plus poussé sur ce point.

« La Constitution de la IVe République contient assurément bien des imperfections. Pour autant, vouloir la réviser à la hâte avant les élections prévues en 2018

est inopportun », a fait savoir un groupe d’Organisme non-gouvernemental dans un communiqué commun. Selon eux, « Entamer aussi tardivement un processus constitutionnel sur la simple question de la démission du président de la République, candidat à sa propre succession, semble servir le seul intérêt particulier du président actuel et non pas l’intérêt général ».

Rakoto

 

News Mada0 partages

Kitra – «Mondial 2018» : nentin’i Messi any Rosia i Arzantina

Afaka, tao anatin’ny ady sarotra sy ny fitaintainana mafy, ny Arzantin. Misiotsioka izy ireo, ankehitriny, fa tafavoaka ny ala. Tafita hiatrika ny “Mondial 2018”, tanterahina any Rosia, ihany ry zalahy, taorian’ny nandreseny an’i Ekoatera, tamin’ny isa mazava, 3 no ho 1, ny talata lasa teo. Fihaonana,  notanterahina tany Quito, teo amin’ny fifanintsanana, ho an’ny faritr’i Amerika.

Vitan’i Messi ny nanatanteraka ny nofinofin’ireo Arzantin antapitrisany, nanaraka mivantana ny fihaonana, hiatrehana indray ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany. Izy avokoa mantsy no nampiditra ireo baolina telo, nahatafita ny Albiceleste. Efa tao anatin’ny tebiteby anefa satria vao nanomboka 1 mn monja ny fihaonana, efa nahatafiditra baolina ry zareo Ekoaterianina. Nambaran’ilay Anglisy, Gary Lineker, taorian’ity fandresena azon’i Arzantina ity, fa “mbola misy fanantenana, raha mbola misy i Messi”. Nohamafisin’ireo mpanao gazety, nitantara ny lalao fa tsy matsiro ny “Mondial” tsy misy an’i Messi.

Ankoatra izay, manao veloma ny “Mondial 2018” ry zareo Bekintana, izay lavon’ny Trinité et Tobago, tamin’ny isa tery 2 no ho 1. Etsy ankilany, ekipa vaovao amin’ity fiadiana ny ho tompondaka eran-tany ity i Panama, nandavo an’i Costa Rica, tamin’ny io isa io, ihany koa.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Andramena tany Singapour : « Tokony henjehina ireo tompon’andraikitra malagasy », hoy ny AVG

Niakatra tao amin’ny fandaharana « Ambarao », Alliance 92 FM, omaly, ny filohan’ny Alliance voahary gasy (AVG), Razakamanarina Ndranto. Anisan’ny nasiany teny mikasika ny raharaha andramena, indrindra ny tany Singapour, nahatraran’ny fitondrana any an-toerana bolabola 30.000, ny taona 2014 saika haondrana any Hong-Kong. Nohitsiny fa tsy nahafa-po azy iny raharaha iny. Resaka fanafarana andramena ny nanenjehan’ny fitsarana any Singapour ireo meloka tany aminy. Tsy noraisin’izy ireo ny zava- nisy avy aty Madagasikara satria tsy nahavita nanome porofo sy tsy nanenjika ireo tompon’andraikitra sy mpiray tsikombakomba malagasy ny fanjakana malagasy.

Nomarihiny koa fa misy « Raharaha andramena » hafa any ivelany tsy mbola misy tohiny, toy ny tratra tany Zanzibar sy Hong-Kong. Eo koa ny eto an-toerana, zara raha ny 1/3-n’ny asa nampiandraiketin’ny Cites ny fanjakana no vita amin’ny fanisana ny tahiry, ny tsy fanasaziana ny mpanao trafika, sns.

Tsy mahafehy ny toekarena ny ankamaroan’ny fikambanana mpiaro

Maro koa ny lafin-javatra hafa noresahiny, toy ny tsy fisian’ny fotodrafitrasa sy ny paikadim-pampandrosoana any amin’ny ankamaroan’ny faritra arovana. Mpiasam-panjakana voasazy ireo afindra miasa any amin’ireny toerana ireny. Saika tsy mahafehy ny lafiny fampandrosoana ara-toekarena ny ankamaroan’ny fikambanana tsy miankina sy ny ONG, miaro ny tontolo iainana. Tsy mahavita manasongadina ny tena fampandrosoana eny ifotony, mampifandray ny mpandraharaha sy ny vahoaka, sns.

Amin’ny lafiny ankapobeny, tsy voatrandraka araka ny tokony ho izy ny harena voajanahary eto amintsika. Misy tombontsoan’olom-bitsy voakitikitika amin’izany, mahatonga azy ireny manakana tsy hanatanterahana ny tena fitrandrahana araka ny tokony ho izy. « Tsy tokony hatao varo-boba toy izao ny harena an-kibon’ny tany eto amintsika ».

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Alaotra : mety hiditra hanadio ny farihy mihatototra ny Sinoa

Sadaikatra ny mpanapa-kevitra. Maro ny sosokevitra naroson-dry zareo Sinoa raha voaasa nitsidika ny faritanin’i Hanan, any Chine, ny lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro, Ranarisoa Désiré, ny volana jona lasa teo. Nanambara ry zareo Sinoa fa manana fitaovana matanjaka azo handoarana ny fotaka manototra ny farihin’Alaotra io ry zareo. Farihy midadasika 20 000ha, saingy haingana ny fahatotoran’io farihy lehibe maha sompitry ny vary any Antsihanaka io. Taona 1998, mbola nisy roa metatra sy sasany ny halalin’ny rano., Farany izao, araka ny fandrefesana nataon’ny Durrell, iray metatra sisa!

Kaohin’ny riaka ireo tanety manodidina, tsy toko tsy forohana ny habetsahan’ny atsanga mivarina ao amin’ io farihy io isan-taona. Tsy mahatana ny fotaka intsony ny zetra, ary  maty mamela toerana be fompotra na zezika, lasa ifandrombahan’ny tantsaha hoentina mamboly. Mangadihady ny faritra ka vao mainka mivantana any anaty farihy ny hatsanga. Efa manao izay ho afany ny tetikasa BVPI miaraka amin’ny Japoney, saingy goavana ny asa. Mbola fihetsiketsehana fotsiny koa no betsaka mikasika ny fambolen-kazo hatao hiaro ny tanety tsy ho kaohin’ny riaka. Ka tsy aleo tokoa ve hoesorina ny fotaka mandifotra ny farihy ?

Mbola tsy misy hevitra tapaka

Hevitra hafa kosa no aroson’ny talem-paritry ny fambolena sy fiompiana, Razafindraibe Samuel, izay manamarika fa:  “ Hiteraka olana izay fanalana fotaka izay, satria  hatoby  aiza ny fotaka loharana avy ao?”, hoy  izy. “Mety hiavosa ho lasa tendrombohitra maromaro ireo fotaka ireo amin’izay fotoana izay !”, araka ny fanamarihany. “Angatahako hatao tohodrano harafitra sy Andromba hivoahan’ny rano ho any Maningory, hahazoana mahazo ny haavon’ny rano ilaina hahalafatra ny fambolena”, hoy ity injenieran’ny fambolena, talem-paritra ankehitriny ity.

Savaranonando mety ho fifanarahana raikitra ihany natao ity sonia tany Hanan ity. Atsy ho atsy ny tena famaritana raikitra ireo asa ho tanterahana, soniavin’ny governoran’io tanàna io sy ny lehiben’ny faritra. Efa ela ny faniriana hisian’ny tohodrano hahafahana mibaiko ny haavon’ny rano ao Alaotra. Azo hatao tsara ny miady hevitra sy misafidy.

Rarivo

News Mada0 partages

Hevitry ny mpanakanto : « Mila havoaka ny voka-pikarohana », hoy Ratovo

Mpikaroka efa naneho ny voka-pikarohany teo anivona sehatra maro Ratovo na Ratovo Valiha. Tao ny teto an-toerana fa nisy ihany koa ny tany ivelany. Iray amin’ireo mpampianatra sady mpikaroka nahavita ny valiha « chromatique » izy. « Tsy tokony hokobonina ho an’ny tena samy irery ny voka-pikarohana fa mila zaraina raha te hahita fivelarana », hoy izy. « Nahita ny valiha « chromatique » aho, nanoratra boky momba izany ihany koa ary miezaka ny hizara amin’ny mpiara-belona », hoy hatrany Ratovo. Raha ny fanazavany hatrany, anjaran’ny tsirairay raha handray na tsia ireny voka-pikarohana ireny izy ireo. Tsy andraikitry ny mpikaroka intsony ny amin’izay. Fantatra fa efa eo amin’ny dingana faharoa, ankehitriny, ny fanoratan-dRatovo ny boky sy ny « accord » rehetra rehefa mitendry ny valiha « chromatique ». Tahaka izany ihany koa ny fampianarana ito zavamaneno nanaovany fikarohana ito.

Marihina fa « diatonique » ny valiha fitendrin’ny Malagasy hatramin’izay. Izany hoe, zavamaneno tsy ahitana ireo hazo mainty, raha oharina amin’ny piano. Ilay karazan-kira antsoina hoe « kalo » no fanao aminy. Taty aoriana, niampy izany ka efa misy mampiasa ny valiha hanarahana jazz, flamenco, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Kidnapping, vonoan’olona teny Ambohitrarahaba : ankizy mianadahy vao 13 sy 15 taona ireo nahavanon-doza

 Maty novonoina tamin’ny fomba feno habibiana i HesnyMattis, zazalahikely vao 12 taona. Nalana mihitsy mantsy ny voamasony anankiroa. Nalaina an-keriny koa avy eo ny anabavikeliny, Hiancy Natella. Afakomaly alina, nitrangan’ny loza ihany dia voasambotra ireo nahavanon-doza, izay ankizy mianadahy mbola tsy ampy taona (13 sy 15 taona) ihany koa.

Tsy mbola nisy tahaka ity! Ankizilahikely vao 13 taona sy ankizivavy 15 taona no nahavanon-doza namono zazalahy vao 12 taona monja, ary naka an-keriny zazavavy 6 taona, teny Andoavary Ambohitrarahaba, afakomaly. Nalan’ireo mihitsy ny voamason’ilay zaza, ankoatra ny habibiana natao taminy. Tratra afakomaly alina ihany, tokony ho tamin’ny 9 ora teo teny an-tranony, rehefa nandrasan’ny zandary, izy mianadahy  ireo rehefa namonjy fodiana. Teo anatrehan’ny ray aman-dreniny ny nisamborana azy, ary mbola tany amin’izy dahy ny vola 13 tapitrisa Ar sy 24.000 dolara ary ny findain’ilay maty.

Efa hita ihany koa ilay tovovavy kely 6 taona antsoina hoe Hiancy. Hita teny Ambohitsimeloka Anosiala Ambohidratrimo io. Naheno feon-jaza nitomany ny olona manodidina niantso ny filoham-pokontany ary nampandre ny zandary eny Ambohidratrimo. Nahitana kitapo kely nisy voamaso tao anatiny tany aminy. Nilaza ity zazavavikely ity fa ny zanak’i Justine mpiara-milalao aminy no namono ny zokiny sy nitondra azy tany Ambohidratrimo.

Araka ny fanazavan’ny zandary, nampirisika ireo mianadahy ho nahavanon-doza hamono ilay tovolahikely ny mpiasa tao an-trano ary naka ny vola tao an-trano. “Nambaran’izy mianadahy fa ilay mpiasa no nampirisika ny hamono ary nilaza fa alana ny voamason’ilay vonoina fa hitan’ny zandary ao ny sarin’ireo namono. Izay ny antony nanalan’ireo ny voamasony”, hoy ny fitantarana.

Voalaza ihany koa fa izy mianadahy, variana namono; ilay mpiasa, nandeha nitsoaka. Nambaran’izy ireo fa mipetraka any Ambohidratrimo izy io ka naraiany tany ary nentiny nanaraka azy ilay zazavavikely. Tsy hita anefa ilay mpanampy ka navelany teny ilay zaza ary io hitan’ny fokonolona io. Izy dahy, namonjy fodiana ka noraisim-potsiny teo imason’ny ray aman-dreniny. Araka ny fanazavan’ny zandary ihany, karohina ilay mpanampy io amin’izao fotoana izao. Mandeha ny fanadihadiana lalina momba ity raharaha ity, ary mbola tsy fantatra ny fotoana hanolorana izany ny fitsarana.

 

Miteraka resabe

Miteraka resabe eto an-drenivohitra ary nanerana ny tambajotra sosialy ity tranga teny Ambohitrarahaba ity. Toe-javatra tsy fahita firy rahateo, satria ireto nahavanbon-doza, samy  ankizy tsy ampy. Matetika, jiolahy rain-dahiny, efa mpamerin-keloka no mahavita heloka bevava, fakana an-keriny sy vonoan’olona feno habibiana tahaka izao. Eo indrindra no hipetrahan’ny adihevitra ny amin’ny tokony hanamafisana ny fitaizana sy fanabeazana ny ankizy. Manana andraikitra lehibe voalohany, ary tsy afa-miala amin’izany ny ray aman-dreny sy mpanabe. Voakasik’izany koa anefa ny fiarahamonina, eny hatramin’ny fitondram-panjakana mihitsy aza. Iaraha-mahalala ny fitobaky ny teknolojia moderna, finday, ny internet, ny tambajotram-pifandraisana sosialy (facebook)… Tsy voafehy intsony ny fampiasana azy ireny ankehitriny, satria hatramin’ny ankizy madinika, tsy ampy taona aza izao dia efa tsy laitra amin’ny fikirakirana ireny fitaovana ireny. Mila fehezina izany, ary samy tompon’andraikitra avokoa ny rehetra, voalaza etsy ambony. Fanontaniana mipetraka àry izao, inona no sazy hampiharina amin’ireto ankizy tsy ampy taona nahavanon-doza ireto ? Ny fitsarana no tompon’ny teny farany amin’izany.

Yves S.

News Mada0 partages

Manarintsoa Isotry : tratra teo am-pandosirana ilay jiolahy nanindrona antsy olona

 Saron’ny polisy misahana ny heloka bevava sakelika voalohany teny Manarintsoa Isotry, ny alatsinainy teo ny jiolahy iray antsoina hoe Randrianambinina Richard, 32 taona, mpivaro-kena. Voarohirohy ho namono nahafaty olona tamin’ny alalan’ny tsatoka antsy ity jiolahy ity. Araka ny fanazavan’ny polisy, nirevirevy ka nifamaly tamin’ny lehilahy roa teo ivelany ny lehilahy iray antsoina hoe Hery. Naheno izany ny rahalahin’i Hery ka nivoaka ary nanontany ny zava-nitranga kanjo nodarohin’ireo jiolahy izy. Tsy nanaiky lembenana izy ka lasa nandositra ireo jiolahy. Niverina tampoka anefa ry zalahy sady nitondra antsy. Nahita izany i Hery sy ny rahalahiny ka nitsoaka, saingy nenjehin-dry zalahy avy aoriana. Nianjera teny am-pitsoahana i Hery ka notsatohin’ny iray amin’ireo jiolahy nanenjika ny antsy teo amin’ny sorony sy ny lamosiny. Nitsoaka avy eo ireo nanindrona antsy ary maty teny an-dalana i Hery. Niantso polisy ilay rahalahiny taorian’izay. Nanao fanarahan-dia ny polisy ka tratra teny am-pandosirana ilay jiolahy raha tafaporitsaka kosa ny namany iray antsoina hoe Dezy. Niaiky ny heloka vitany ilay jiolahy nandritra ny famotoran’ny polisy.

J.C

News Mada0 partages

Fahavakisana fonja : mpiandry fonja ampolony nohadihadian’ny polisin’ny BC

 Nisy ny baiko midina amin’ny tokony hanaovana fanadihadiana lalina momba ny fandosiran’ireo gadra dimy lahy teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, ny faran’ny herinandro teo. Manoloana izany indrindra, mpiandry miisa 10 mahery no nanaovan’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) Anosy fanadihadiana afakomaly ary mbola nitohy hatramin’ny omaly. Nanamafy ny eo anivon’ny polisy mpanao famotorana fa tsy mbola nisy mpiandry fonja notazonina amin’ity raharaha fitsoahana gadra ity fa fanadihadiana fotsiny no natao azy ireo. Nifantoka tamin’ny hoe ahoana ny nahafahan’ireo gadra nandavaka ny rindrin’ny fonja. Nisy fitaovana tafiditra ve tao anatin’ny fonja?

Hatreto aloha tsy mbola fantatra mazava ny tena marina amin’ity raharaha fitsoahana gadra tao amin’ny fonjaben’i Tsiafahy ity. Nanamafy rahateo ny eo anivon’ny minisiteran’ny Fonja fa tsy maintsy handraisana fepetra hentitra raha toa ka nisy mpiandry fonja niray tsikombakomba tamin’izao raharaha izao. Fantatra fa isan’ireo jiolahy tena raindahiny ireto tafavoaka ny fonja ireto. Mbola mitohy rahateo ny savahao ataon’ny zandary sy ireo hery manokana manampahaizana manokana amin’ny fisamborana gadra. Misy ny fisavana kara-panondro ho an’ireo mpandeha an-tongotra indrindra amin’ny alina. Miriaria any anivon’ny fiarahamonina any araka izany, ry zalahy ireo ka manentana ho an’izay manam-baovao momba ireto jiolahy ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.

J.C

News Mada0 partages

Kaominina Ivato : hatsangana ny Tranompokonolona vaovao

Natao ny talata teo ny ady fototra ny Tranompokonolona vaovao ao amin’ny kaominina Ivato, fokontany Ankadindravola. Mirefy 24m ny halavany ary 7 m ny sakan’ity fotodrafitrasa vaovao ity. Mahazaka olona hatrany amin’ny 800 ny trano rehefa vita.

 “Hotanterahina ao anatin’ny roa volana ny asa ary natao ho an’ny mponina eo an-toerana io trano io”, hoy ny ben’ny Tanàna Randrianarisoa Penjy.

Mitentina 100 tapitrisa Ar ny tetibidin’ny trano raha notombanan’ireo mpandraharaha mpanao taotrano vaventy. Manodidina ny 20 tapitrisa Ar kosa anefa ny hahavitana izany satria raisin’ny kaominina an-tanana amin’ny alalan’ ireo mpanao trano efa mpiara-miasa ny raharaha rehetra.

Nangonina tsikelikely ny fitaovana toy ny biriky sy ny vatokely ary ny kojakoja ilaina amin’ny taotrano. Avy amin’ny hetra aloan’ny vahoaka avokoa no nahafahana nividy izany fitaovana izany ka nahafahana manao ny asa.

Mitohy hatrany ny asa fanasoavana ny vahoaka sy fanatsarana ny tanàna ataon’ny kaominina”, hoy hatrany ny ben’ny Tanàna. Hanomboka tsy ho ela ihany koa ny fananganana ny EPP vaovao ao amin’ny amin’ny fokontany Tanambao izay ahitana efitrano enina.

Miandry ny fanamboarana ny tsena ihany koa ny mponina ao Ivato izay efa fampanantenan’ny praiminisitra ny hanatanterahana izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Les enfants du Noma : en mission à Antsirabe

Après Vatomandry (1er au 14 avril dernier), l’association «Les enfants du Noma» entame cette année sa deuxième mission dans la Grande île, plus précisément du 9 au 18 octobre dans la ville d’Eaux. D’ici mai 2018, six autres missions seront au programme.

Une fois encore, le groupe Star manifeste son soutien financier, comme il a été déjà le cas à Vatomandry. Il prendra en charge le corps médical et les frais médicaux liés aux opérations. Lors de la première journée du 9 octobre, 60 patients ont été opérés dont 2 détectés comme étant la maladie du Noma sur les 120 consultations réalisées depuis.

Bien que méconnue, la maladie du Noma cause la mort de 80.000 à 90.000 enfants chaque année dans le monde, selon les statistiques de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A Madagascar, le Noma mérite d’être pris en compte au même titre que les autres maladies qui touchent les enfants.

Le Groupe Star, en tant qu’entreprise citoyenne, œuvre dans divers axes afin d’améliorer le quotidien de la couche de population malgache la plus défavorisée. Ce soutien à l’association «Les enfants du Noma» s’inscrit dans l’axe santé de ses actions citoyennes.

Arh.

 

News Mada0 partages

Meurtre et rapt à Ambohitrarahaba : deux mineurs de 13 et 15 ans interpellés

L’enquête sur le meurtre d’un garçon de 12 ans à Ambohitrarahaba, suivi de l’enlèvement d’une fillette de 6 ans, se poursuit afin de mettre la lumière sur cette affaire.

L’enquête sur ce double crime avance à pas de géant. Pas plus tard que dans la nuit d’avant-hier, les éléments du Groupement de gendarmerie à Analamanga ont déjà mis la main sur deux présumés auteurs du crime sauvage commis à Ambohitrarahaba mardi dernier. Une grande surprise pour les limiers puisqu’il s’agit de deux mineurs de 13 et 15 ans.

C’est au cours d’une rencontre avec la presse hier, à la caserne d’Ankadilalana, que le colonel Zafisambatra Ravoavy, commandant du Groupement de la gendarmerie Analamanga, a informé les premiers résultats de l’enquête. Grâce à la célérité des interventions dans toute la région Analamanga, les gendarmes, avec l’appui de la Section des recherches criminelles, ont capturé à environ 1 km du lieu du crime les deux mineurs impliqués dans cette folie meurtrière. Ces derniers font actuellement l’objet d’une enquête serrée à la brigade de gendarmerie d’Ankadikely Ilafy. Une partie du butin, à savoir une somme de 12 millions d’ariary, 24.000 dollars et le téléphone du défunt, a été retrouvée sur eux et remise à la famille.

Quid du commanditaire ?

Pour rappel, les deux enfants ont été pris au dépourvu avant-hier pendant l’absence de leurs parents. Les malfaiteurs ont décapité le garçon et enlevé la petite fille de 6 ans.

Cette dernière a été retrouvée saine et sauve avant-hier dans la soirée à Anosiala Ambohidratrimo, puis remise à sa famille. Selon les explications, la fillette était en pleurs en arpentant les rues du fokontany. En l’entendant, des villageois l’ont conduite au domicile du chef du fokontany qui, à son tour, l’a confiée aux gendarmes qui effectuaient une patrouille dans les parages.

«L’enquête poursuit son cours afin de mettre la main sur le cerveau de ce double crime et sur les autres complices des suspects», a conclu le commandant du Groupement de gendarmerie à Analamanga. Il fait appel à la collaboration de la population pour rattraper les coupables.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Analamanga : le Hafari malagasy sur le terrain

La plateforme Hafari malagasy reprend du poil de la bête après l’acquittement de son président national, Jean Nirina Rafanomezantsoa, qui a annoncé le renforcement de ses activités sociales, hier.

Jean Nirina Rafanomezantsoa va reprendre ses activités au sein du Hafari malagasy après ses 12 mois de détention préventive dans les geôles d’Antanimora. Du changement sera imprimé au programme d’activités de la plateforme, a-t-il révélé, en y intégrant davantage des séances de formations sur les droits des personnes détenues, pour améliorer les prestations des associations membres dans la défense des droits de l’homme. Des efforts particuliers seront aussi fournis dans la lutte contre l’insécurité en contribuant à la promotion du sport, le rugby en particulier, pour pallier le manque d’infrastructures dû aux cessions des terrains de sports aux investisseurs.

Le pardon à ceux qui l’ont persécuté  a été annoncé par le président national du Hafari malagasy au cours de l’assemblée générale  d’hier.

Manou

News Mada0 partages

Passoba-Education : le programme à sa dernière ligne droite

Le Programme d’appui aux services sociaux de base-Education (Passoba-Education) entame actuellement sa dernière année. Ayant été prolongé de six mois, il sera clôturé le 30 juin 2018. Après Antsirabe, Morondava a accueilli hier à l’espace Kimony resort la 8e réunion du comité de pilotage.

 Le dernier volet du Passoba-Education s’annonce encore prometteur. Lors de cette session, avant de dresser les nouvelles perspectives, les parties prenantes ont discuté l’état d’avancement de la mise en œuvre du programme, notamment à propos des difficultés rencontrées.

Et c’était également une occasion de présenter les résultats d’analyse de l’enquête sur l’évaluation des acquis des enseignants au niveau des Dren. Et c’était une grande première dans l’histoire de l’éducation nationale. D’ailleurs, les participants ont pu émettre leur avis et échanger leur opinion, relatifs à ces résultats.

Les perspectives

« Dans cette dernière ligne droite, des activités préparatoires sont planifiées via des missions de courte durée », a indiqué le Coordinateur du programme, Christian Plateau.  Il s’agit d’appuyer l’Institut national de formation pédagogique (INFP) pour mieux approprier les tenants et aboutissants du programme, d’améliorer les compétences des élèves dans les langues d’enseignement, en particulier le français…

A noter que Passoba-Education est mis en œuvre au niveau de neuf Directions régionales de l’éducation nationale (Dren) et 18 Circonscriptions scolaires (Cisco).

Sera R

News Mada0 partages

Us coutumes : et les gendarmes dans tout ça ?

Le chauffeur conduisait en état d’ivresse. Son camion s’est couché sur la route : trois morts et plusieurs blessés. De deux choses l’une. Le chauffeur était en état d’ébriété avant de prendre le volant. On peut donc raisonnablement imaginer que les passagers ont constaté que celui qui allait les conduire n’avait pas bu que de l’eau. Mais n’ayant le choix ni du chauffeur ni du véhicule, et ne pouvant pas se permettre d’attendre le prochain ramassage, ils s’en sont remis à la bonne fortune. Ou alors, le chauffeur du camion s’était mis au volant les idées claires et avait choisi une bouteille d’alcool comme compagnon de route. En définitive, de ces deux choses, l’une n’empêche pas l’autre. Et les gendarmes dans tout ça ?

News Mada0 partages

Rakotomanga Eric : « Efa tsy eken’ny olona intsony io fitondrana io »

 Aiza ho aiza ny fifandraisana eo amin’ny vahoaka sy ny mpitondra? Maneho ny fijeriny ny filoha nasionalin’ny AKFM, Rakotomanga Eric: « Manjary mahita lalan-kafa indray hifehezany ny fanjakana ny fitondrana, nefa efa tsy eken’ny olona intsony. » Dinidinika…

 

Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao?  

       

Rakotomanga Eric (-): Efa iarahantsika mahita hoe mihazohazo io… Toa mionona ny vahoaka hoe tsy mahazaka intsony; ny fitondram-panjakana, izay fa efa tsy mahafehy intsony ny fitantanana: manjary mahita lalan-kafa indray hifehezany izany fitondrana izany, nefa efa tsy eken’ny olona intsony… Amin’ny fiatrehana ny fihanaky ny pesta, ohatra: tsy hita izay tena fandraisana andraikitry ny mpitondra fanjakana, fa resaka no betsaka. Tsy mbola voafehy tsinona ny aretina.

Mazava loatra fa iaraha-mahita izao: tena misaraka tanteraka ny tombontsoa heverin’ny mpitondra arovany sy ny tombontsoan’ny vahoaka heveriny hotakina. Na ho ela na ho haingana, tsy maintsy hisy farany ny fipoahan’izany tombontsoa mifanipaka izany na ahoana na ahoana.

Azo lazaina hoe toa mandrimandry manana aretina avokoa ihany isika vahoaka malagasy amin’izao fiainam-pirenena izao. Nefa zava-doza no ambadik’izay…

* Raha ny fijerin’ny mpitondra, mety sy mandeha avokoa izay ataony…

 – Ara-drariny raha miteny izy fa mandeha avokoa ny zava-drehetra amin’ny fijereny ny tombontsoany. Nefa mahita tsara ny vahoaka miaina ny politika ampihariny fa tsy mandeha ny fiainany. Mandeha ny fiainam-pirenena amin’ny filoham-pirenena; amin’ny vahoaka, tsy mandeha ny fiainany andavanandro…

Ahoana moa ny fijery an’izany? Raha ny marina, safoin’ny mpitondra avokoa ny fitakiana ataon’ny olona rehetra: ankapobeny no itondrany azy ka toy ny hoe tena mijery ny fahoriam-bahoaka tokoa izy, nefa tsy tonga amin’izany.

Raha ny tena marina, entiny hanakonana ny zava-tsy vitany nandritra izay fotoana lavabe nitondrany izay ny zava-drehetra ataony isan’andro izao. Na manao ny fomba taloha hoe mitokana zava-bita, izay tsy hita izay tena hoe maha zava-bita azy; na manararaotra ny fivoriana etsy sy eroa mba hisehoana fa tena miasa ny filoham-pirenena; na mamorona lanonana hampisehoana fa miasa izy… Midika izany rehetra izany mitambatra fa fanaovana fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, tsy ara-dalàna.

* Ahoana ny amin’ny fikasana hanitsy ny lalàmpanorenana?

– Nambarany fa ny And. 47 izay milaza ny tokony hanatanterahana telopolo andro farafahakeliny ary enimpolo andro farafahabetsany ny fifidianana alohan’ny fiafaran’ny fe-potoana fiasan’ny filoha am-perinasa.

Raha ny fanazavany, tsy mety avokoa ny fifidianana teo aloha. Satria tsy mbola nampiharina io andinin-dalàna iray io, fa tsy ho tratra io raha tena hampiharina. Ny tena marina, hoe tokony hovaina io andinin-dalàna io. Ny fanontaniana: nahoana no tsy nahita an’izay izy tany am-boalohany? Nefa io lalàmpanorenana io no nahalany azy eo. Ny faneken’ny vahoaka an’io no nandaniana azy eo. Nahoana no tsy hitany tany am-boalohany izay?

Manaraka izany, ndeha hatao hoe vao nandray fitondrana izy ka tsy tsinjony izany: maninona taty aoriandriana kokoa sy efa akaiky fifidianana vao mihazakazaka manao an’izay? Tsy azo hadinoina, lasa lamaody aty Afrika indray izao ny fanovana lalàmpanorenana. Mba hetsehina koa i Madagasikara hieritreritra an’io. Midika izany fa mbola misy tanana avy any ivelany any ambadika any, mandamindamina an’i Afrika iray manontolo. Tokony hahatonga saina antsika Malagasy hoe: inona no ambadik’izany?

* Ary ny amin’ny fampihavanam-pirenena ihazakazahan’ny mpitondra amin’izao?

– Raha tena jerena, mifanindran-dalana amin’ny fivorian’ny fikambanana isam-paritra. Mazava izany fa fametrahana rafitra hampandaniana ny filoha. Mazava fa tsy eken’ny vahoaka malagasy io fampihavanam-pirenena io, fa tsy mifanitsy amin’ny atao hoe fihavanana tadiavin’ny maro anisa. Fihavanana lazaina fa hijerena ny tombontsoan’ireo mpanao politika.

Marihiko ny tenin’ny mpikambana iray amin’ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM), raha vao vita ny fianianana: anisan’ny lohalaharan’ny asan’ny FFM ny fanonerana ho an’ireo niharam-pahavoazana tamin’ny krizy. Resa-bola izany no tena voalohany. Mazava izany: tsy fihavanana fa fitadiavam-bola. Manaraka izany, vao nanomboka fotsiny ny fananganana ny rafitra: misy mitsipaka. Efa tsy matoky rahateo ny vahoaka. Toy ny tsy fahatokisany ny Ceni.

Raha ny marina, tsy resaka politika ny fihavanana sy fampihavanana, fa  kolontsaina malagasy. Noho izany, tsy amin’ny alalan’ny lalàna na politika no hisian’ny fampihavanana eto, fa amin’ny alalan’ny fivoaran’ny fiarahamonina ihany. Noho izany, tokony hiainga any ifotony izy ireo, indrindra ny any amin’ny faritra izay samy manana ny olobeny avy.

* Nilaza ny filoha hoe mahalala ny fahasahiranam-bahoaka?

– Tsy mino aho hoe fantany ny fahasahiranam-bahoaka. Tsy hoe tsy andraisany vaovao akory, fa tsy laharam-pahamehana aminy. Fantany ny hoe tsy fandriampahalemana, miakatra ny vidim-piainana… Fa tsy fantany ny fahoriana iainan’ny vahoaka vokatr’izay. Karazan’ny fandambolamboana sy vahaolana ambony latabatra fotsiny no hitany, fa tsy ny fototry ny olana sy ny fomba hamahana azy.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Tsy te hahalala afa-tsy fifidianana filoham-pirenena ny OIF

Mitovy hevitra avokoa ny sehatra iraisam-pirenena. « Efa voasoritra mazava fa hatao amin’ny taona 2018 ny fifidianana filoham-pirenena sy solombavambahoaka… », hoy ny iraka manokan’ny Frankofonia (OIF), ny Jly Siaka Sangare, omaly teny Alarobia, raha nanontanian’ny mpanao gazety. Tsy misy resaka fanitsiana lalàmpanorenana izany amin’ny taona ho avy io.  Manaraka akaiky ny fikarakarana sy fanomanana ny fifidianana filoham-pirenena sy depiote ny anton-dian’izy ireo eto amintsika. Tafiditra ao anatin’izany ny lisi-pifidianana. “Hampahafantarina ny zoma izao ny vokatry ny fanadihadiana nataonay momba izany”, hoy izy. Nanteriny fa sarotra ny hiantohana fifidianana mangarahara tanteraka hatrany amin’ny 100%. “Na izany aza anefa, ilaina ny lisi-pifidianana madio miainga avy any ifotony », hoy ihany ny vahiny.

Mbola hanao amboletra sy hikiribiby ny fitondrana

Midika izany fa tsy azo ihodivirana ireo fifidianana roa ireo : filoham-pirenena sy solombavambahoaka, amin’ny 2018. Efa samy nanamafy izany avokoa ny avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena. Anisan’izany ny eo anivon’ny Firenena mikambana (ONU), tamin’ny fahatongavan’ny iraka manokana teto,  sy ny Pnud, amin’ny alalan’ny solontenany eto amintsika. Eo koa ireo firenen-dehibe, toy ny Amerikanina sy ny Aléma. Efa nanokana vola hanampiana sy hanohanana antsika amin’izany izy ireo. Eo koa ny fanehoan-kevitry ny mpanao politika eto an-toerana sy ny fiarahamonim-pirenena. Samy mitsipaka marindrano ny hanaovana izany satria tsy mbola fotoany na ekena aza fa misy lesoka io lalàmpanorenana io. Mbola hanao amboletra sy hikiribiby hanitsy lalàmpanorenana sy hampanao fitsapan-kevi-bahoaka ihany izany ny fitondrana ?

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Tratran’ny AVC tampoka… : halefa hotsaboina maika atsy Maorisy ny Pr Zafy

 Tratry ny fahatsetsenan’ny lalandra tampoka  (AVC), omaly, ny filoha teo aloha, Zafy Albert. Nentina avy hatrany tetsy amin’ny hopitaly Befelatanana  ity profesora momba ny fitsaboana ity taorian’izany. Araka ny vaovao farany, tsy maintsy halefa hotsaboina any ivelany ny tenany. 

Tsy azo hihodivirana ny mety handefasana azy hotsaboina any ivelany (Evasan). Tsy mahatsiaro tena ny tenany, hatramin’ny fotoana nanoratana, omaly. Voalaza fa  ao anatin’ilay antsoina hoe : « état comateux avec un Glasgow 9-10« , raha ny fanazavana ara-teknika. Noraisin’ny teny amin’ny hopitaly Befelatanana ny  Pr Zafy, ny antoandro ary nafindra avy hatrany eny amin’ny “Polyclinique Ilafy” ny harivan’iny. “Efa mikarakara ny pasipaoro sy ny taratasin’ny filoha Zafy Albert ny tompon’andraikitra rehetra izao… Tena tampoka be ilay krizy nahazo azy”, hoy ny teny fohy nataon’ny olona akaiky azy, Tabera Randriamanantsoa, omaly. Nambarany fa mbola hihaona amin’ny mpanao gazety izy ireo mialoha ny faran’ny herinandro izao, hilazana ny fivoaran’ny toe-pahasalaman’ity tompon-kevitra amin’ny fampihavanam-pirenena ity.

Nandray ny filoha teo aloha, Ravalomanana

Tsiahivina fa vao tapa-bolana teo ho eo izao, ny nandraisany ny filoha teo aloha, Ravalomanana teny amin’ny trano fonenany, eny Ivandry. Tsy nisy nipika ny dinika saingy, tombanana fa anisan’ny nodinihin’ny roa tonta ny momba ny fampihavanam-pirenena amin’izao fitsanganan’ny CFM izao. Eo koa  ny fikasan’ny mpitondra hanitsy lalàmpanorenana ary koa ny fiainam-pirenena ankapobeny.

Mpanao politika feno sy olom-panjakana

Anisan’ireo mpanao politika zokiny indrindra raha mitaha amin’ny amiraly Ratsiraka sy ry Rakotonirina Manandafy izy. Feno 90 taona katroka ny tenany amin’izao fotoana izao. Mpanao politika sy olom-panjakana feno tanteraka. Teraka ny 1 mey ny taona  1927 tany Ambilobe. Filoham-pirenena teo anelanelan’ny taona 1993 hatramin’ny taona 1996. Nialoha izany, efa minisitry ny Fahasalamana sy ny raharaha sosialy fony fitondran’ny governemantan’ny Jly Ramanantsoa Gabriel, ny taona 1972 hatramin’ny taona 1975. Araka izany, andrasana ny ho fivoaran’ny toe-pahasalaman’ity “Rain’ny demokrasia” ity.

Synèse R.

News Mada0 partages

Andrianoelison José : « Misy kajikajy politika « 

« Kajikajy politika ny fijeriko azy », hoy ny minisitry ny Fiompiana sy ny fambolena teo aloha, tamin’ny Repoblika II, Andrianoelison José na José Kely, momba ny fikasan’ny fitondrana amin’izao fotoana izao hanitsy ny lalàmpanorenana.

Manana safidy ny filoha Rajaonarimampianina, raha tena te hitana ny teny nomeny. Na mandresy lahatra ny mpanao politika rehetra izy hoe: tombontsoantsika rehetra io fikitihana ny lalàmpanorenana io. Amin’izay fotoana izay, angamba, mety hamaly ny mpanao politika sasany hoe tsy matoky ny fitondrana intsony hitantana ny fifidianana manaraka.

Koa raha izay fanitsiana lalàmpanorenana izay no hatao: eny àry fa halavaina ny fe-potoam-piasan’ny filoha, fa tsy izy intsony no mitantana ny fifidianana manaraka eo.

 

Misy ny andininy sasany tsy ampiharina amin’ny lalàmpanorenana

 « Misy koa andininy sasantsasany amin’ny lalàmpanorenana, izay tsy mihatra na tsy azo , fa tsy vitan’ny fanjakana ny mampihatra azy », hoy Andrianoelison José. Raha ny marina amin’izao fidiran’ny mpianatra izao, ohatra: tsy tokony hisy olona mandoa vola na iraimbilanja aza amin’ireny sekoly fanabeazana fototra tantanin’ny fanjakana ireny. Satria izay no voasoratra ao amin’ny lalàmpanorenana. Hokitihina koa izany? Tokony hokitihina satria tsy vitan’ny fanjakana, ary tsy manana vola amin’izany isika izao. Soa ihany, te hampianatra ny zanany ny ray aman-dreny, mandoa vola ihany na sahirana aza.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Sur « Ambarao » : Ndranto Razakamanarina, «Madagascar manque de vision…»

Ndranto Razakamanarina, président de l’ Alliance Voahary Gasy (AVG), a été l’invité de l’ émission hebdomadaire «Ambarao» sur Alliance 92, hier. Une occasion pour ce responsable de la société civile de faire un état des lieux sur la santé environnementale du pays.

Ndranto Razakamanarina dresse un constat selon lequel Madagascar a toujours prôné ses richesses environnementales mais n’a jamais su, surtout après l’ Indépendance, adapter sa politique de développement en valorisant son capital naturel.

«Nous avons toujours séparé la politique environnementale de conservation du développement réel du pays. Il n’y a pas de vision nationale pour le développement et la gestion durable des ressources naturelles. Nous sommes présents partout avec les divers conventions et accords signés mais il faudrait les adapter à une vision de développement durable», a-t-il soulevé avant d’ajouter : «Nous avons aujourd’hui des plans quinquennaux taillés aux besoins de celui qui dirige mais nous ne sommes jamais arrivés à établir un référentiel intersectoriel, multiacteur sur une durée assez longue».

Selon toujours notre interlocuteur, «Madagascar dispose de tout un arsenal de lois et textes relatifs à la protection de l’ environnement mais le manque de visions en amont et la non application de ces textes en aval  font défaut».

Le président de l’AVG a effectivement cité comme exemple l’élaboration du Programme national d’action environnementale au début des années 90. «Nous avons isolé le secteur environnement avec un financement de 400 millions de dollars sur une vingtaine d’années. Nous n’avons pas considéré l’intégration des secteurs de l’agriculture ou de l’élevage… Nous n’avons pas pris les mesures d’accompagnement nécessaire pour que ces secteurs aillent ensemble…», a-t-il expliqué.

Quid des bois de rose ?

En effet, les affaires de trafics de bois précieux continuent d’attirer l’attention des autorités. Au mois de novembre prochain se tiendra une réunion de la Cites pour trancher sur l’embargo des bois précieux à Madagascar.

«Nous encourageons la Cites à poursuivre cet embargo dans la mesure où le pays n’est pas encore parvenu à appliquer les lois et n’a pas vraiment suivi les recommandations de la Cites qui ont été émises en octobre de l’année dernière, comme l‘inventaire des stocks saisis déclarés», a déclaré Ndranto Razakamanarina.

«Nous demandons aussi à ce que les stocks déclarés ou cachés soient tous saisis étant donné les caractères illégaux de leur commercialisation ou encore en vue des élections qui vont se dérouler dans le territoire», a-t-il poursuivi. «Le mieux c’est de ne pas exporter. Nous pourrions à la rigueur utiliser ces stocks pour aider les petits artisans à Madagascar mais avec un suivi strict de la société civile», a-t-il conclu.

Arh.

 

News Mada0 partages

Badminton : la date du sommet national maintenue

Le suspense dure pour les fédérations sportives. Ces dernières attendent impatiemment la levée de l’interdiction de tenir des activités sportives dans tout Madagascar à cause de la peste. Et certaines semblent plus optimistes que d’autres, à l’image de la Fédération malgache de badminton. Si les autres fédérations ont reporté leurs compétitions au mois de décembre, le badminton a maintenu les dates du 2 au 4 novembre pour la tenue du championnat de Madagascar dans la petite salle du palais des Sports de Mahamasina.

Mais, cela sous certaines conditions, notamment la fin de cette restriction émanant du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) et aussi le maintien des vacances de Toussaint pour que les élèves puissent se libérer. Quant au tournoi international de badminton organisé par le club BaoBad, une nouvelle date est attendue après le report dû à cette interdiction initiée par le MJS.

Naisa

 

News Mada0 partages

Bodybuilding : l’Arnold Classic à l’étude

Les défis se suivent mais ne se ressemblent pas pour la commission de bodybuilding au sein de la Fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme. Un tournoi de sélection en vue de l’Arnold Classic est prévu le mois prochain à La Réunion. Culturistes et bodybuilders malgaches sont avertis.

La commission du bodybuilding au sein de la Fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme (FMHMC) ne chôme pas. Après le championnat du monde WBPF, le président de ladite commission, Vernier Georges, prépare actuellement le terrain, en vue d’une participation malgache à l’Arnold Classic. Mais cela passe d’abord par un tournoi de sélection ce mois de novembre à La Réunion.

«Nous avons déjà manifesté notre intérêt pour ce tournoi de sélection à l’endroit des organisateurs. Et on attend leur invitation, faute de quoi, nous ne pourrons pas faire le voyage», a-t-il expliqué.

Il a également profité de l’occasion pour démentir les informations parues dans des quotidiens de la place relatives à la participation de Madagascar au Grand Prix de l’océan Indien qui se déroulera à Maurice les 24 et 25 novembre.

«Etant donné qu’Eric Favre a annulé la compétition pour cette année, les bodybuilders malgaches n’iront pas à Maurice contrairement à ce qui a été dit», a précisé Vernier Georges. Ainsi, de retour en terre malgache, ce 22 octobre, après leur séjour en Mongolie lors du championnat du monde, Bigman et Antoine Cutler vont devoir attendre pour connaître leur prochaine destination.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot : Bôlida sous le feu des projecteurs

Il n’a pas fait que réintégrer l’équipe A des Barea de Madagascar lors du match amical face à l’Ouganda. Il a également été élu meilleur joueur du mois de septembre par les footeux parisiens. Il, c’est Lalaina Nomenjanahary alias Bôlida, qui évolue actuellement en Ligue 2 au sein de Paris FC. Le milieu international malgache a figuré à deux reprises dans le onze type de la Domino’s Ligue 2 et de France Football.

La passe décisive exploitée avec brio et le but marqué contre Niort durant cette période l’ont propulsé vers le top du classement des joueurs les plus suivis dans ce plateau. L’homme a obtenu 51,7 % des votes, devançant ainsi Malik Tchokounté (31,3%) et Dylan Saint-Louis (17,1%). Un tirage au sort a eu lieu à la fin de l’élection et la chance a souri à Christopher Carlier qui a remporté un maillot dédicacé de Lalaina Nomenjanahary.

Rojo N.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’AnosibeNiakatra 150 Ar isan-kilao ny vidim-bary

Velon-taraina amin’ny fiakaran’ny vidim-bary eny amin’ny tsenan’Anosibe avokoa ny ankamaroan’ny mpanjifa amin’izao. Tao anatin’ny tapa-bolana monja mantsy izay dia nahitana fiakarany 150 Ar isan-kilao ny vidim-bary eny amin’ireo mpambongady ka ny vary gasy mena sy ny makalioka no tena voakasika.

Raha ny fanadihadiana natao tamina mpambongady eny Anosibe dia nilaza izy ireo fa hatrany am-potony mihitsy no mampiakatra ny vidim-bary fa tsy miankina amin’izy ireo. Nambarany ihany koa fa miakatra hatrany ny vidim-bary rehefa fotoana tahaka izao satria  any am-panetsana avokoa ny tantsaha mpamokatra ka vitsy ny vokatra miakatra. Mahavariana ihany ny fiakaran’ny vidim-bary eny Anosibe. Tsy nisy intsony rahateo ny mpanara-maso taorian’ny nandalovan’ny Mminisitry ny varotra teny an-toerana. Ho an’ireo tratra nanangom-bary tao amin’ny toeram-pivarotany moa ary mampiakatra ny vidiny tsy miato  dia tsy  nisy ny fanakatonana na ny fepetra noraisina manokana momba azy ireny hany ka mahatsiaro ho mijaly ny madinika.  Tsiahivina fa efa tafakatra 2.040 Ar ny iray kilao amin’ny vary makalioka fotsy amin’izao eny an-tsena, 1940 Ar ny makalioka mavo, 1960 ny vary gasy fotsy, 1860 Ar ny vary gasy mavokely, 1950 ny vary gasy mena, 2000 Ar ny varin’i Manalalondo raha 1820 Ar ny vary tsipala. Ho an’ireo mpivarotra atsinjarany manokana dia efa tafakatra 450 Ar ny iray kapoaka amin’ny vary tsara eny an-tsena raha 380 Ar ny mora indrindra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ethiopian Airlines Nampitombo ny zotra mankaty Madagasikara

Efa hatramin’ny voalohan’ny taona no nanokatra zotram-piaramanidina eto amintsika ny Ethiopian Airlines, izay miainga eto Madagasikara mankany Addis Abeba.

Efa hatramin’ny voalohan’ny taona no nanokatra zotram-piaramanidina eto amintsika ny Ethiopian Airlines,  izay miainga eto Madagasikara mankany Addis Abeba. In-telo isa-kerinandro no nisy io sidina io tany am-boalohany fa nanokatra andro iray fahefatra ahafahana misitraka izany zotra izany ny Ethiopian Airlines. Ho fanamarihana io andro voalohany hisokafan’ny zotra fahefatra ao anatin’ny herinandro io, dia hizara fanomezana ho an’ireo mpandeha mividy ny tapakila ho an’ny sidina amin’ny sabotsy 14 oktobra ho avy izao ny Ethiopian Airlines. Ireo izay tsara vintana dia hahazo “connexion” ao anaty fiaramanidina avy hatrany mandritra ny sidina. Hisy ihany koa ny loka be dia be hozaraina amin’ireo mividy tapakila tsara vintana ka fitaovana ao an-tokantrano maro samihafa toy ny “machine à laver, réfrigérateur, mixeur, climatiseur…” ireo fanomezana ireo.  Azo atao ny miantso avy hatrany ny laharana 02022 307 34 – 034 07 637 92, ahazoana fanampim-panazavana misimisy kokoa sy hamandrihana avy hatrany ny tapakila.  Tsiahivina moa fa firenena maherin’ny 110, manerantany no hiasan’ny Ethiopian Airlines.

Rinahsoa

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra - CAN Total Notazonina ny mpikarakara ny andiany 2019, 2021 ary 2023

Nivory tany Le Caire Ejipta tamin’ny alarobia 11 oktobra 2017 ny vaomiera mpanomana ny CAN TOTAL karakarain’ny CAF

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

RNBHahazo laka etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo

Taorian’ny fiverenan’i Lion Hill sy Chriso avy tany amin’ny Nosy La Réunion dia hampifety ao amin’ny Jao’s Pub Ambohipo izy ireo anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Samy haneho ny talentany ireto mpanakanto mivoy ny gadona Rnb ireto, mandritra io alim-pandihizana io. Hiangalian’i Lion Hill ho an’ireo tonga hanotrona azy ireo kanto indrindra amin’ny hirany izay ahalalan’ny maro azy, toy ny “Ataova tonga agny” sy ny “Zana-jovy” amin’io fotoana. Mpanakanto avy any amin’ny Faritra Atsinanana ny tovolahy ary nanomboka ny taona 2015 teo no tena nampisongadina azy io teo amin’ny sehatry ny mozika. Tsy ho latsa-danja ihany koa ny “Nisy fofony” sy “Reharehako” hiarahana amin’i Chriso. Vao roa taona monja izay no nahitana sy nandrenesana ny tovolahy eny amin’ireny haino aman-jery maro samihafa ireny. Hafana araka izany ny toeram-pilanonana etsy Ambohipo ity amin’io fotoana io.

VAZO AN-GITARA

Hitondra ny talentany etsy amin’ny Piment Café Behoririka i Samoel a

Hampiala voly ireo mpankafy azy etsy amin’ny Piment Café Behoririka i Samoela anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Hitondra ny hira an-gitara amin’ny alalan’ny vazo miteny ity mpanakanto efa fanta-daza amin’ny sehatry ny mozika ity. Amin’io seho takariva miavaka io no handrotsirotsiny ireo mpankafy vazo miteny ho tonga “hanal’azy” miaraka amin’ity mpanakanto tena manana ny lazany manokana ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo rehetra ho tonga ny mpikarakara.

GWETTA Mpanakanto tsara feo indrindra hanafana ny Le Glacier Analakely

Mpanakanto tsara feo indrindra no nitondran’i Jazz Mmc ny seho takariva hotontosainy, etsy amin’ny Le Glacier Analakely anio. Hanolotra ny tsara sy meva ho an’ireo tonga hanotrona azy i Jazz Mmc amin’ity seho takariva izay hanomboka amin’ny 9 ora alina ity. Ny Gwetta sy coupé decalé no hanjaka eny an-toerana mandritra ny alim-pandihizana. Tsy ho latsa-danja ihany koa ireo mpankafy ny hiram-pitiavana satria miangaly izany ny tovolahy. Tsy voafetra ny fotoana amin’io fa mandra-paharainan’ny andro.

CA S’DIT BIEN DIT

Hankalaza ny faha herintaonany ny Vondrona etsy amin’ny Bonara-be chez Sa-yah 67 ha

Mpanakanto maro avy any amin’ny sisin’ny Nosy sy eto afovoantany no hanafana ny fankalazana ny tsingerin-taona ny Vondrona “ça s’dit bien dit” anio, etsy amin’ny toeram-pilanonana Bonara-be chez Sa-yah 67 ha. Hanomboka amin’ny 8 ora alina ny alim-pandihizana karakarain’ity vondrona ity. Hahazo laka ny salegy hiarahana amin’i Ninie Donia mpanjakavavin’ny Salegy, etsy ankilany i La’Sainte hitondra ny Rnb hanomezany fahafaham-po ireo tanora mpankafy izany. Lous’Fah sy ny vazo miteny mivantambantana hampahatsiaro ny “Zah juste zah” izay tena nahitana an’ity mpanakanto voalohany teo amin’ny sehatry ny mozika. Hiaka-tsehatra hitondra ny “Mampijaly jean” izay tsy afaka am-bavan’ny maro ankehitriny koa I Gangstabab. Hanasongadina ny talentany mandritra izany ihany koa i Espérance, Ariane, Ludovic Vanina ary i Joackim Mickael. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io fotoana io ary tsy voafetra ny ora fa mandra-paharainan’ny andro.

VAZO MITENY

Ifanihy hampiala voly ireo mpankafy

Ela tsy tazana. Hitondra hetsika ho an’ireo mpankafy azy etsy amin’ny Amitie Fandian 67ha i Ifanihy anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Seho takariva natokan’ity mpanakanto zokiny ity hitondrana vazo miteny. Fantatry ny mpankafy azy fa sady miangaly izy no mitendry ihany koa. Fantatra tamin’ny tononkira hoe “Le Sabotsy” ny mpanakanto tamin’ny fiandohany ary tena nampalaza azy io tokoa ny famoahany izany. Hanohy ny fanomezany fahafaham-po ireo mpanara-dia azy hatramin’izay ny mpanakanto amin’ity seho takariva hotanterahiny ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy azy hatrany i Ifanihy sy ny mpikarakara.

BA GASY

Hampiara-peo etsy amin’ny Karibotel Twenty Six 26 i Njila sy Lilie ary Mahery

Mpanakanto telo samy mivoy ny gadona milamindamina na ny ba gasy sy vazo an-gitara no handrotsirotsy ireo mpankafy. Anio manomboka amin’ny 9 ora alina ny lanonana hiarahana amin’i Njila, Mahery sy Lilie. Tazana matetika eny amin’ireny seho takariva eto an-drenivohitra izy telo mianadahy efa fanta-daza eo amin’ny sehatry ny mozika ireto tato ho ato. Njila dia manana ny maha izy azy eo amin’ny fitendrena gitara ankoatry ny fahaiza-mihira. Mahery kosa dia matetika ny mampiara-peo amin’ireo mpanakanto maro efa fanta-daza no ahafantarana azy io. Hiaka-tsehatra hiangaly ny hira fampiaraham-peon’izy roa i Mahery sy Lilie amin’io fotoana.

TARIKA DASARA

Hivoaka ny rakikira “Tsisy Clé”Eo am-piketrehana ny rakikira vaovao “ Tsisy Clé” ny gropy Dasara amin’izao. Rakikira fahaefatra io ary ahitana ireo karazana hira maneho, ny tontolon’ny fitiavana sy ny fiainana andavanandron’ny vahoaka Malagasy. “Efa masaka ny nahandro ary nisy ezaka lehibe natao tamin’ity rakikira fahaefatra ity satria dia fanakaikaizana ny fon’ny mpakafy no novokarina ao sy atolotra azy ireo. Hivoaka tsy ho ela io rakikira io”, hoy Dasara, izay mpihira no sady mpamorona sy mpandrindra ny hira ao amin’ny tarika. Hira 15 no hita ao ary hita ao avokoa ny gadona rehetra, toy ny Zouk Love, Salegy, kilalaky, Reggae sy ny Sega. Manana ny talentany eo amin’ny hira sy mozika ny tarika ka hasehony amin’ny variété izany. Nanomboka ny taona 2008 no tafajoro ofisialy ny tarika ary vokatra tsara eo amin’ny kanto no azon’izy ireo tao anatin’izany. Tsy afaka ao am-bavan’ny mpakafy ireo hira rehetra mampalaza azy ireo toy ny “Vola”, “Ny sipa tsy maintsy mi-roule”, “ Angela”, “Fero omby” sy ny maro hafa koa. Nanamafy ny fampanantenana feno ireo mpankafy rehetra ny tarika fa amin’ny taona 2018 io dia seho matihanina maro no hotanterahina ao amin’ny Faritra Alaotra Mangoro. Izay fiavian’ny tarika ary hisy ihany koa ny fitetezam-paritra.

Pounie

Orange Madagascar0 partages

Désinfection et désinsectisation des Taxi-be

Une opération de désinfection et de désinsectisation des véhicules de transport en commun est lancée afin de prévenir la propagation de la peste.

Ce jeudi 12 octobre, ce sont les taxi-be des lignes 154, 159 et 199 qui ont bénéficié de cette opération à Tanjombato.

Au total, 65 taxi-be ont été désinfectés et désinsectisés et l’opération va s’étendre à d’autres lignes de transport en commun.

Faut-il noter que cette opération de désinfection et de désinsectisation des véhicules de transport en commun, à l’initiative de la Commune urbaine d’Antananarivo, vise à atteindre quelque 6 000 taxi-be.

LDV

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Indignation : nouveau kidnapping dans la Capitale Antananarivo

Vendredi 6 octobre 2017, vers 19h un jeune entrepreneur Français d’origine Indienne de 28 ans, Nahid Meralli Ballou, a été kidnappé dans le quartier d’Ivandry (Antananarivo) par des individus qui l’ont ensuite embarqué dans sa propre voiture pour une destination inconnue.

Le phénomène de kidnapping est tristement devenu monnaie courante à Madagascar où les cas se sont succédés ces derniers mois. Le Collectif des Français d’Origine Indienne (CFOIM), a une fois de plus appris avec stupéfaction ce nouveau rapt qui intervient une semaine après celui du jeune Nitin Tanki à Isoraka, qui se trouve toujours aux mains de ses ravisseurs.

Il s’agit d’une funeste première puisque, pour la première fois dans l’histoire de Madagascar, deux otages sont retenus en même temps.L’enquête et les investigations de la police sont ouvertes dans le cadre d’une saisine d’office prévue par la loi malgache  « Nous sommes mobilisés avec les autorités judiciaires, pour parvenir à la libération de Nahid et Nitin » a déclaré le Directeur Exécutif du CFOIM.

« Il faut que cela s’arrête. Nous souhaitons que tous les habitants de Madagascar puissent vivre, travailler et circuler librement en  toute quiétude. Il y va de l’intérêt de chacun mais aussi de l’image de tout le pays » a-t-il rajouté.

L’insécurité chronique et la recrudescence des kidnappings prennent une ampleur alarmante et inquiétante. Tous les secteurs sont affectés, et le climat des affaires s’est considérablement dégradé à cause de cette pression négative.

Le CFOIM se réjouit  de l’implication des forces de l’ordre et de la chaîne judiciaire, et salue une volonté politique de s’organiser pour venir à bout de ce fléau. La famille n’a pas porté plainte à Madagascar mais les autorités compétentes se sont déjà saisies de l’affaire.

Le CFOIM, acteur de la société civile encourage vivement cette franche détermination qui est indispensable pour restaurer un climat de confiance au sein de la population et espérer que, dans un avenir proche, il soit mis fin à ces actes criminels dans notre pays.

L’appel est lancé à tous les partenariats locaux et internationaux, bilatéraux comme multilatéraux pour accompagner au mieux les autorités dans la mise en œuvre d’un dispositif qui saura définitivement mettre fin à ces pratiques criminelles. 

Le CFOIM affirme solennellement sa solidarité et s’associe à la douleur de la famille des victimes en espérant un dénouement rapide et heureux, afin que les victimes puissent être libérées et retrouver rapidement leurs familles respectives.

La Vérité0 partages

Football - Fc - Rabaza Les dirigeants risquent gros

Vainqueur du Cosfa en huitièmes de finale de la Coupe de Madagascar, 1-0, le Fc Rabaza n’est pas pourtant apte à jouer le quart de finale de ce dimanche à Fianarantsoa. Et pour cause, il a été disqualifié par la fédération nationale par le biais d’une de ses commissions saisies par la  réserve émise avant la rencontre des huitièmes de finale par le Cosfa. Après études de cette réclamation, l’association nationale a donné gain de cause au Cosfa et ayant par la suite déclaré le Fc Rabaza, battu sur table. Ce dernier a été accusé par le Cosfa d’avoir inscrit sur la feuille de match et fait jouer des joueurs non qualifiés, faute de mutation. Depuis cette décision, les dirigeants du Fc Rabaza sont maintes fois sortis de leur silence à travers les conférences de presse pour dénoncer ladite décision. Et pire, à leur dernière sortie, les dirigeants du club ont martelé que leurs joueurs fouleront la pelouse du stade d’Ampasambazaha pour disputer le match. Pour eux, cette décision fédérale est ainsi nulle. Une désobéissance qui risque de coûter gros à ces dirigeants qui, à la lumière des explications de la fédération, ne maîtrisent pas les règlements régissant le transfert des joueurs au niveau national qu’international.

D’après les dirigeants du Fc Rabaza, les quatre joueurs incriminés par le Cosfa sont en règle. Deux sont issus de l’Iarivo Fc et ont été enrôlés par le Fc Rabaza à titre de prêt. Malheureusement pour ces dirigeants, cette pratique qui se fait ailleurs, notamment chez les pro, ne se fait pas à Madagascar. Donc le prêt n’est pas synonyme de mutation. Pour les deux autres éléments qui viennent respectivement des Seychelles et de l’île de La Réunion, ils n’ont pas le certificat de transfert international. Une attestation de libération des clubs quittés est en effet insuffisante, il faut ce document de transfert international. D’ailleurs, c’est une obligation de la Fifa que tous les joueurs doivent respecter, qu’ils se prénomment  Messi, Neymar, Jimmy, Karim ou autres. Quand ces éléments du Fc Rabaza étaient partis de Madagascar, la fédération nationale leur avait délivré ce certificat de transfert international. Ainsi, avant de jouer dans une équipe malagasy, ces joueurs devront demander auprès de la fédération seychelloise ainsi que celle de la France ce certificat de transfert international. Il est tout à fait normal  que la fédération a sanctionné le Fc Rabaza. Reste à savoir si les dirigeants de ce club sont depuis conscients de leur non maitrise des lois en vigueur dans le milieu du football et décident de faire machine arrière de leur forcing sans issue de ce dimanche.Rata

La Vérité0 partages

Commune Ivato - « Quand la gestion financière va, tout va !

Commune pilote. Ce statut octroyé par les observateurs à la Commune Ivato fait la fierté des administrés et des administrateurs. Le maire de cette commune  abritant l’aéroport international d’Ivato, des nombreuses sociétés d’envergure ainsi que des camps militaires est le premier à afficher  sans modération cette fierté. D’ailleurs Penjy Andrianarisoa, puisque c’est lui le premier magistrat de la ville, ne le cache pas. Ce journaliste élu à la tête de la mairie en 2015 ne tarit pas d’éloges envers ses collaborateurs  qui font fonctionner avec lui quotidiennement la machine  de la commune.

 « Ici les maîtres mots sont la transparence, l’honnêteté, la rigueur et la bonne gestion des ressources financières de la commune », annonce –t-il d’emblée pour expliquer les origines des différentes réalisations effectuées en deux ans et certainement font pâlir d’envie certaines communes de même catégorie. « Si auparavant,  la recette quotidienne de la mairie n’est en moyenne que de 100.000 Ar, aujourd’hui, on arrive à faire rentrer le quintuple », révèle Penjy Andrianarisoa. Certes, selon ses dires, la fusion en une commune vato aéroport et Ivato Tanana pourrait expliquer cette augmentation de recettes, n’empêche ces communes ont tout de même laissé des arriérés énormes à la nouvelle équipe. « Ce n’est plus le cas maintenant, toutes les dettes sont épongées. Et mieux nous arrivons à honorer à temps les salaires des employés de la commune », ajoute le maire. Un défi réalisé grâce à la rigueur exigée à la mairie où une quittance doit être délivrée à chaque paiement. Avec une caisse bien remplie et une gestion financière saine, les réalisations s’ensuivent. « Les contribuables ne sont plus réticents à accomplir leurs devoirs dans la mesure où ils savent désormais la destination de leur argent. Il en est de même pour les sympathisants et les donateurs qui nous font confiance », déclare Penjy Andrianarisoa avant d’énumérer les réalisations en si peu de temps. Il a cité entre autres la réhabilitation du réseau routier de 10 km, la construction d’une école primaire publique, des centres de santé de base (CsbII), de « tranompokonolona » ainsi que l’embellissement de la commune par l’éclairage et les jardins publics. Des travaux dont la majeure partie sont réalisés par les fonds propres de la commune. Dans un futur proche, avant la fin de l’année, la commune d’Ivato sera dotée d’un nouveau marché, fruit de la collaboration avec l’Etat, explique le Maire. Celui-ci qui, à l’instar des autres maires de certaines communes de Madagascar, fait actuellement face à l’épidémie de peste. Une opération de pulvérisation d’insecticide a été effectuée dans les écoles publiques ainsi qu’au bureau de la commune d’Ivato et dans d’autres endroits. En cette période, il a été décidé également d’effectuer un grand nettoyage du marché et de ses alentours chaque semaine et ils comptent de pérenniser cette pratique.L’équipe dirigeante communale d’Ivato ne dort pas sur ses lauriers et envisage de doter d’ici peu, la localité d’un centre des sapeurs pompiers. « Il ne faut pas décevoir les électeurs qui nous ont mis à notre place, ce qui nous oblige chaque jour de donner notre meilleur », analyse Penjy Andrianarisoa qui à force d’interviewer et de côtoyer  les politiciens ,a fini par découvrir leur principale faiblesse à éviter, la démagogie.R. Michel

La Vérité0 partages

Produits pharmaceutiques - La nécessité d’une meilleure connaissance pour tout préserver

Le secteur pharmaceutique est un secteur délicat à Madagascar. En effet, d’un côté, la plupart de la population malgache ne connait pas vraiment les différents types de médicaments et se contente juste d’acheter ce que le médecin lui prescrit. Dans la majorité des cas, les malades ne sont pas vraiment curieux vis-à-vis de leur maladie mais plus particulièrement vis-à-vis des médicaments qu’ils avalent. Ils ne prennent alors presque jamais le temps de lire attentivement la notice incluse dans le médicament, afin de mieux connaitre tous les éléments contenus dans celui-ci et les effets qu’il pourrait avoir sur l’organisme.

D’un autre côté, au niveau des prix, certains médicaments reviennent chers donc certains ménages ont recours au marché noir étant donné que leur pouvoir d’achat n’arrive pas à bout des prix dans les pharmacies. Pourtant, l’achat d’un médicament au marché noir est un vrai danger pour le malade mais aussi pour le secteur concerné. Car déjà, on ignore la vraie provenance de ces médicaments, ensuite, ces derniers peuvent être périmés mais les vendeurs truquent les dates afin de pouvoir les vendre. Enfin, ces différents commerces nuisent véritablement au secteur formel des produits pharmaceutiques. Vu la situation donc, sensibiliser les consommatteurs sur le secteur pharmaceutique est vraiment nécessaire afin préserver les malades mais également afin de faire prospérer le secteur. Mieux connaitre ses médicaments permet de mieux se soigner. A cet effet, dans le cadre du 27ème congrès de la fédération pharmaceutique de l’océna Indien, un salon dédié à la pharmacie sera organisé par l’Association des pharmaciens de Madagascar au début du mois prochain. Un évènement pour faire connaitre les médicaments aux consommatteurs mais également aux professionnels qui en préscrivent à leurs patients. 

 Propos recueillis par  Rova R. 

La Vérité0 partages

Date mythique

Eliane Bezaza, le Secrétaire National du Parti Social Démocrate (PSD), appelle à l'éveil de la conscience nationale pour un devoir de mémoire. A quelques heures de la date mythique du 14 Octobre, elle invite chacun, en particulier le pouvoir en place, à honorer le souvenir de celui qui a été l'outil pour l'autodétermination du peuple malagasy : Philibert Tsiranana. En effet, 14 Octobre fut la période charnière conduisant le pays vers l'indépendance en 1960.

Quels que soient les avis divergents des historiens autour de l'accession de la Grande île à l'indépendance, la personne de Philibert Tsiranana, Premier Président de la République Malagasy tenait un rôle d'importance nationale.Bien sûr, la démarche bénéficiait d'un contexte international favorable. L'Organisation des Nations Unies (ONU) pesait de tout son poids pour « obliger » les métropoles coloniales à libérer les pays colonisés. En dépit de la contribution, non négligeable, des Malagasy aux côtés des Français durant la Guerre, la France avait eu le toupet de réprimer durement les tentatives des nationalistes pour l'indépendance en mars 1947.La France, parmi les cibles de l'Organisation mondiale, n'avait finalement d'autres choix que d'emboiter le pas des autres. Elle finit par se plier, mais encore, au prix de nébuleux et sanglant subterfuge ! De Gaulle, de retour au pouvoir en mai 1958, obligé et pressé par les évènements d'Algérie, prépara une vague d'indépendance déguisée pour l'Afrique. La cellule « France Afrique » sous la houlette d'un certain Jacques Foccart à l'Elysée montait les stratégies. Une contradiction interne que les historiens ne manquaient pas de soulever chez De Gaulle. Lui qui refusait l'armistice et ne voulait aucune concession à Hitler, par l' « appel du 18 juin » à la Résistance, militait pour une France libre, refusait d'une réelle indépendance aux peuples colonisés.Pour le cas de Madagascar, Paris desserra l'étau et tria au volet, soigneusement, les hommes, parmi les leaders du Parti des déshérités de Madagascar (Padesm), pour leur confier les rênes du pouvoir après son simulacre départ. Par le référendum de 1958, Madagascar avait choisi de rester dans la Communauté française, et ce, malgré que le jeune Pasteur Andriamanjato Richard Mahitsison fit voter non à Antananarivo. Ce fut dans ce cadre de néocolonialisme que De Gaulle acceptait de doter à la Grande île le statut de République. Officiellement déclarée dans la grande salle du Lycée Gallieni le 14 Octobre 1958, Madagascar devient une République. C'est ainsi que naquit « la République Malagasy » dont le premier Président fut Philibert Tsiranana.L'accession de Madagascar en tant que République fut une étape décisive vers le retour à l'indépendance du pays. Ainsi, le fait de passer délibérément sous silence la date du 14 0ctobre relève d'une indifférence très injuste à l'égard du processus irréversible à l'avènement de la souveraineté nationale. C'est, ni plus ni moins, un déni de l'Histoire.Durant toute la durée de la Première République, le régime vouait à la date de 14 Octobre une vénération particulière. Elle recevait l'honneur qu'elle méritait. Seulement Didier Ratsiraka, imbu de son socialisme farouche, snobait la date car, selon lui, elle symbolisait l'emprise coloniale de l'ancienne métropole.Ne serait-ce qu'un geste symbolique, loin d'être une honte, les tenants du régime doivent à cette date mythique du 14 Octobre une mémoire et un respect.Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie de peste – Risque de propagation très élevé, selon l’OMS

Selon l’OMS, l’épidémie de peste, à Madagascar est de « grade 2 ». Bien que l’isolement de la Grande île soit écarté, le risque de propagation nationale est, cependant, « très élevé ».

Carte sur table. Selon l’Organisa­tion mondiale de la Santé, l’épidémie de peste, à Madagascar est de grade 2.  Une classification qui impliquerait un risque de propagation nationale, très élevé. Une information partagée durant la réunion entre le gouvernement, le corps diplomatique et les Partenaires techniques et financiers (PTF), hier, à Mahazoarivo.Le rendez-vous, qui a duré près de deux heures, avait pour objet un partage d’informations entre l’État et les partenaires internationaux sur l’évolution de la maladie et des dispositifs engagés pour la combattre. La franchise et la transparence aurait alors été le mot d’ordre de la rencontre. « Nous sommes totalement transparents en vous donnant toutes les informations. Il n’y a aucune raison de ne pas l’être », aurait déclaré Henri Rabary-Njaka, ministre des Affaires étrangères, selon les échos de la réunion.Ceci étant, Charlotte Ndiaye, représentante de l’OMS, à Madagascar, aurait expliqué à l’assistance que cette instance internationale a classé l’épidémie de grade 2. Ce qui voudrait dire que le risque de propagation de la peste pulmonaire au niveau national est très élevé. Au niveau régional, le risque est modéré et au niveau international, il est faible.

TraçageAux partenaires internationaux de la Grande île, la représentante de l’OMS aurait alors indiqué qu’étant donné le niveau de risque, le règlement sanitaire international, voté et approuvé par tous les pays du monde, impliquerait qu’il n’y a pas de restriction sur les vols et les mouvements commerciaux à Madagascar, à l’entrée et à la sortie. Un feu vert, sous réserve de l’application des contrôles sanitaires de l’OMS.Pour rassurer leurs interlocuteurs, les membres du gouvernement se sont, notamment, évertués à affirmer le respect de ces contrôles sanitaires. Le chef de la diplomatie malgache a même souligné la descente du ministre de la Santé et de celui des Transports, à Ivato, la nuit du 10 octobre, pour vérifier l’application stricte des normes sanitaires qui s’imposent pour lutter contre la propagation internationale de l’épidémie.« Comme l’a dit l’OMS, l’épidémie est de niveau 2. (…) c’est au niveau 3 que l’isolement du pays est le plus à craindre », a déclaré Solonan- drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, à l’issue de la réunion. L’objectif de convaincre les PTF à ne pas couper les ponts avec Mada­gascar, comme l’ont fait les Seychelles. Un cas de peste a, néanmoins, été signalé dans l’archipel, mardi.Un homme de 34 ans aurait contracté la maladie dans la Grande île, qu’il aurait quittée avant que les Seychelles barricadent ses frontières. L’OMS aurait concédé durant la réunion d’hier, qu’il y aurait des difficultés pour maintenir l’épidémie afin qu’elle ne sorte pas. Le niveau de risque ne nécessite, toutefois, pas que Madagascar, soit mis en quarantaine. Le « grade 2 », prescrit par l’OMS pourrait, cependant, être moins rassurant au niveau national.Le risque très élevé, de propagation nationale s’expliquerait par le fait qu’il serait « difficile de retracer et d’interrompre les chaines de contaminations ». Les cas signalés semblent, en effet, se déclencher de manière sporadique, dans une quarantaine de localité. La densité démographique dans certaines zones touchées comme Antana­narivo, ou Toamasina, pourrait être parmi les paramètres confortant ce risque de propagation très élevé de la peste pulmonaire.À cela s’ajoute l’hygiène discutable de certaines catégories de restauration rapide. Il y a aussi, le va-et-vient des personnes confinées dans les transports en commun. Les opérations de désinfection, la suspension des regroupements ou manifestations jugées dangereuses dans les endroits déclarés de peste et l’arrêt temporaire des cours, semblent ne pas suffire. Des événements officiels, les cultes religieux, ou encore, les soirées font toujours le plein. C’est d’autant plus, sans compter sur l’incivisme de la population. Les familles qui cachent les malades, ou les malades qui se cachent.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Epidémie – Un cas de peste importé confirmé aux Seychelles

L’épidémie de peste à Madagascar a été exportée aux Seychelles. Ce pays aurait fermé ses portes aux étrangers en provenance de Madagascar.

Une nouvelle qui risque de compromettre sérieusement le tourisme à Madagascar. La peste pulmonaire a débarqué aux îles Seychelles. Une presse locale, Seychelles News Agency, a mentionné dans son article, hier, que « Le premier cas de peste pulmonaire a été confirmé, mardi, aux Seychelles ». Dans cet article, le ministre de la Santé des Seychelles, Jean-Paul Adam, a souligné que le résultat des tests effectués sur le malade avait été envoyé à l’Institut Pasteur à Paris. Il a confirmé la peste pulmonaire.Ce serait un cas importé de Madagascar. La victime est un homme de 34 ans qui rentrait, vendredi, d’un voyage dans la Grande île, à bord du vol de l’Air Seychelles. Les deux cent cinquante-huit personnes qui sont entrées en contact avec le malade, sont sous surveillance en ce moment. Le malade, sous traitement, commencerait à recouvrer sa santé.C’est le deuxième Seychellois victime de la peste pulmonaire répertorié, depuis l’apparition de cette pandémie sur la Grande île. Le27 septembre, le coach de l’équipe de basketball des Seychelles, ayant participé à la Coupe des clubs cham-pions de l’océan Indien (CCOI) dans la capitale de Madagascar, est décédé dans un grand hôpital de Tanà, suite à une suspicion de peste pulmonaire.

Pas d’hébergementLe gouvernement des Seychelles a pris des mesures strictes, suite à l’apparition de ces cas. « Tous ceux qui arrivent de Madagascar seront mis en isolation pendant six jours », cite ce ministre de la Santé, dans cet article paru vers 12 heures 45 à Madagascar. Plus tard, une consœur aux îles Seychelles, jointe au téléphone, nous a informés que son gouvernement a suspendu momentanément l’hébergement de tout étranger qui arrive de Madagascar. « Sauf les Seychellois peuvent, pour le moment, rentrer sur le territoire », indique-t-elle.À l’aéroport international d’Ivato, la sortie du pays est règlementée. Tous les passagers qui quittent Madagascar sont soumis à un contrôle sanitaire, depuis quelques jours. Ceux qui présentent des signes cliniques, à savoir une forte fièvre, des toux, des crachats striés de sang, seront maintenus à l’aéroport. Malheureusement, cela n’a pas empêché la maladie de faire son embarquement et atterrir sur cet archipel.Jusqu’ici, Air Seychelles est la seule compagnie aérienne à avoir suspendu ses vols vers Madagascar. Le Commissaire divisionnaire Ruffin Lebiria, chef de la Police de l’air et des frontières à Ivato a indiqué, qu’aucune déclaration verbale ni officielle, sur la suspension des autres vols, ne lui a été remise, jusqu’à hier. Les pays voisins pourraient suivre le pas de l’Air Seychelles, au cas où l’épidémie continuerait à se propager. Les dernières statistiques du ministère de la Santé publique font état de cinq cents cas et de cinquante-quatre décès, cumulés du 1er août au 11 octobre. Hier, six décès ont été enregistrés dans tout Madagascar.

Protestation des familles des décédés

Quatre personnes ont perdu la vie, suite à une suspicion de peste pulmonaire, dans la ville d’Antananarivo, hier. Deux d’entre elles ont été hospitalisées à Befelatanana, dans la nuit du mardi au mercredi. Les familles de ces dernières, ont protesté le certificat de constatation de décès des médecins, annonçant la peste pulmonaire. Leurs proches auraient été admis à l’hôpital pour d’autres maladies. Ils ont refusé l’inhumation de leur famille dans une fosse commune. Des éléments des forces de l’ordre ont été aperçus dans l’enceinte de l’hôpital, pour maîtriser la situation.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Crime à Ambohitrarahaba – Deux mineurs auteurs principaux arrêtés

Les auteurs principaux du meurtre doublé d’enlèvement, une fille de 15 ans et un garçon de 12 ans se sont fait cueillir à Ambohitrarahaba, mardi à 21h.

Deux mineurs, une fille de 15 ans et un garçon de 12 ans, auteurs du crime qui s’est produit à Andohavary-Ambohitra­rahaba, mardi ont été arrêtés dans la nuit de mardi. Une femme de ménage âgée de 16 ans, la tête pensante du cambriolage, meurtre et rapt à Anosiala, dans le district d’Ambohi­dratrimo est activement recherchée. Elle a été employée dans la villa où s’est déroulé le drame.Depuis mardi, la gendarmerie nationale (GN) affirme ne pas avoir encore reçu de nouvelle d’elle. Sa photo devrait pourtant être enregistrée dans la mémoire du téléphone de la victime décapitée pris sur ses deux complices. « Elle se prenait en selfie avec nos enfants avant de nous quitter, dimanche », ont souligné les parents des enfants.La ménagère a poussé ses deux mercenaires à arracher les yeux de la victime. Elle pensait que cela rendrait difficile l’autopsie et leur pistage, d’après les explications du même interlocuteur. Un braquage prémédité était à l’origine de cet assassinat. Les locataires de la villa y ont laissé seuls leurs enfants lorsqu’ils sont partis au travail.« Leur fils a été attaché, charcuté et décapité alors qu’il tentait de dissuader les bandits en pleine opération de casse », raconte le commandant Herilalatiana Andria­nari­saona, chef de service de communication et des relations publiques (SCRP) de la GN.Le cerveau de l’affaire a abandonné les assassins et s’est évanoui dans la nature après la décapitation de l’enfant. Les tueurs sont partis ensuite la chercher à Anosiala en amenant avec eux la sœur de la victime et un pactole de douze millions huit cent mille ariary, vingt-quatre mille dollars, un téléphone et des bijoux en or.

AviséL’argent volé a été récupéré et remis à son propriétaire. La fillette enlevée, Hiancy Razafindrazaka, âgée de 5 ans a été abandonnée  à Ambohitsimeloka, dans le fokontany d’Anosiala, district d’Ambohidratrimo où elle a été retrouvée saine et sauve. Elle a raconté à la gendarmerie locale tout ce qu’elle a vécu durant cette scène macabre. « Cela a rendu facile l’identification des assassins à part les prélèvements d’indices et d’empreintes par la section de recherche criminelle, ainsi que le flair du chien pisteur de la brigade cynophile d’Ivato », a précisé le commandant Herilalatiana.Les deux présumés criminels ont été placés en garde-à-vue dans la brigade d’Ankadikely. Le colonel Ravoavy Zafisam­batra, commandant de groupement de la gendarmerie dans la région d’Analamanga a évoqué, hier, dans une conférence de presse à Anka­dilalana que ces mineurs seront renvoyés au parquet dès que l’enquête sera terminée. Des avis de recherche sont en cours de traitement et seront lancés pour capturer la dernière suspecte.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Concours de beauté – « Miss et Mister Malagasy » en Europe

Événement d’envergure nationale ayant une portée internationale, « Miss et Mister Malagasy » se redécouvre sous un nouveau jour en valorisant la beauté malgache en Europe.

Une ode à la grâce et au charme de la gent féminine et masculine de la Grande île. Voilà déjà sept ans que le fameux concours « Miss et Mister Malagasy » émerveille la scène culturelle de la beauté de ses concurrents. Un événement, qui, au, delà de nos frontières, notamment dans l’Hexagone, illustre et représente fièrement la splendeur du pays, et ce, à travers l’image émérite que diffusent ces filles et garçons privilégiés par la nature. Parmi ses plus incontournables porte-étendard, on se rappelle, entre autres, d’Emily Rajaobelina, elle qui fut la toute première Miss Malagasy en 2010, représentant Toamasina.Fort de ce même élan qu’il avait à ses débuts, « Miss et Mister Malagasy » se redécouvre à travers sa nouvelle édition à la fin de cette d’année. Elle s’ouvre plus à la scène européenne et entend fédérer les concurrents de toutes les diasporas malgaches à travers l’Europe. Arpentant ainsi depuis le début de l’année, les routes du vieux continent, le comité d’organisation de ce concours de beauté d’exception a déjà entamé les premiers castings dans plusieurs villes de l’Hexagone notamment, à Montpellier, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Grenoble, Marseille, Nice, Reims, Nimes, Bourges et Strasbourg, mais aussi dans plusieurs pays voisins, en Italie, Allemagne, Suisse et enfin Russie.

« Un joli bouquet »À l’heure actuelle, les présélections sont en cours de la part d’un jury de personnalités malgaches professionnels de la mode, de la musique, du mannequinat et de la photographie. En tout, vingt-huit candidats sortiront du lot pour la grande finale de « Miss et Mister Malagasy », à savoir quinze hommes et treize filles. Les candidats qui sont majoritairement des étudiants, âgés de 17 à 25 ans, ont tous comme point commun des origines malgaches confirmées de leurs parents.Jay Sam, initiateur du concours depuis ses débuts, d’affirmer « Parmi leurs plus grandes difficultés, réside le fait que la majorité ne parle pas du tout la langue malgache. Ainsi, il nous importe le temps de ce concours, de leur inculquer les valeurs culturelles de notre pays, mais surtout de s’imprégner de la poésie de notre langue maternelle à travers des encadrements ».La grande finale de ce fameux concours de beauté se tiendra dans la soirée du 18 novembre dans la ville Lumière, capitale de la France. Pour l’occasion, le drapeau malgache flottera dans toute sa splendeur sur un grand bateau longeant la Seine, où se déroulera la finale face au public. Baptisé « Soirée de la Grande île », la finale de « Miss et Mister Malagasy » sera su-blimée par la prestation de plusieurs artistes nationaux, à savoir des chanteurs, danseurs et autres artistes de mode. Les lauréats représenteront Madagascar pendant un an et gagneront un voyage, dont sans aucun doute un voyage d’initiation, à la découverte de leur pays d’origine.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Championnat de Madagascar – La phase finale reportée

La fédération a décidé de reporter la phase retour des championnats nationaux N1A prévue le 21 octobre. SBBC et Fandrefiala sont leaders à l’issue de la phase aller.

Les férus de la balle orange ont été privés de la phase finale de la coupe des clubs champions de l’océan Indien il y a deux semaines.Depuis des mois, ils ont tant attendu la phase retour et surtout cette finale des championnats nationaux N1A hommes et dames. Et là, les amoureux de cette discipline devront attendre encore car le comité exécutif de la fédération malgache de basketball a décidé de reporter cette phase finale lors de sa réunion du 9 octobre.Un communiqué y afférent a été publié dans le réseau social Facebook stipulant que suite à la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des sports en date du 5 octobre 2017 ayant pour objet l’interdiction générale des activités sportives pour mesures de prévention de la propagation de la peste jusqu’à nouvel ordre, les championnats nationaux N1A, hommes et dames prévus du 21 au 29 octobre à Antananarivo seront reportés à une date ultérieure. À l’issue de la phase aller à la mi-juin à Mahajanga, le Soma Beach Basketball Club de Boeny chez les hommes et Fandrefiala Anala­manga chez les dames ont brillé en remportant la coupe de la ligue de Boeny.Celle-ci a été réservée aux deux meilleures équipes des deux groupes. C’était un tournoi à quatre pour boucler en beauté la première phase des championnats nationaux N1A.En finale des hommes, SBBC s’est imposé à domicile face à l’ASCUT Atsina­nana et le club champion en titre, la Gendarmerie nationale basketball de Vakinan­karatra a, pour sa part, occupé la troisième place après sa victoire en match de classement contre l’Association sportive et culturelle de Boeny (ASCB), détentrice de la coupe du président.

En tête du classementLa finale des dames était une affaire entre formations d’Anala­manga et la victoire est revenue à l’équipe cham­pionne en titre, Fandrefiala face à MB2ALL.La troisième place a été ravie par SBBC qui a écarté en match de classement la JEA Vakinankaratra. À l’issue de la première phase, deux clubs majungais se trouvent en tête du classement des deux groupes chez les hommes. Le SBBC a été classé premier du groupe A et l’ASCB en tête de la poule B. Du côté des dames, deux porte-fanions d’Analamanga, en l’occurrence Fandrefiala dans le groupe A et MB2ALL dans la poule B, occupent la position de leaders.

Critérium national U12 annulé

La fédération malgache de basketball a décidé d’annulé carrément le critérium national destiné aux U12. Cet événement est prévu se tenir du 28 octobre au 5 novembre dans la capitale. La décision a été prise suite à la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des Sports en date du 5 octobre 2017 ayant pour objet l’interdiction générale d’activités sportives pour mesures de prévention de la propagation de la peste jusqu’à nouvel ordre.

Serge Rasanda

 

L'express de Madagascar0 partages

Soulèvement à Itaosy – Trois manifestants devant la barre

Le procès des trois prévenus de tentative de putsch, selon le parquet, se déroulera ce jour dans la salle n°1 du tribunal de première instance d’Anosy. Le trio a été placé en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora, le weekend. Ils étaient neuf au départ, mais les six autres ont été relâchés après leur audition à la gendarmerie d’Itaosy. Les préventions qui pèsent sur eux sont principalement celles d’un soulèvement populaire pouvant finir par un coup d’État, d’après les informations recueillies au sein du parquet.De leur côté, le chef de fokontany et les habitants d’Antanety-Itaosy condamnent la pratique de l’autorité sur le recours aux unités anti-émeute, État -Major Mixte Opérationnel (Emmo/reg), dès qu’une descente dans la rue est constatée. Ces éléments d’intervention ont embarqué les leaders de la mutinerie pour enquête. «Nous avons réclamé tranquillement une résolution du délestage. Des appareils ménagers dans trois maisons différents ont explosé, hier à cause d’une brusque surélévation de courant de la Jirama», a indiqué la présidente de Fokontany.Le procès devait se tenir, hier, mais finalement reporté ce matin pour des raisons d’organisation au sein du tribunal, d’après les explications reçues. «Une troisième insurrection est attendue si le tribunal reconnaît le trio coupable et les reconduit en prison», a évoqué un représentant des villageois, au palais de la justice d’Anosy, hier.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Morondava – Les enseignants manquent de compétences

Une faille est constatée au niveau académique. Les enseignants du primaire doivent être formés pour combler leurs faiblesses professionnelles.

«Les compétences des enseignants des classes  primaires stagnent au niveau primaire alors qu’ils doivent le dépasser jusqu’au niveau collège», affirme Harison Andriarinivo­manana, technicien de la direction générale de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation. C’était hier à Morondava, lors de la 8e réunion d’évaluation et de présentation de la mise en œuvre des actions menées dans le cadre du Programme d’appui aux services sociaux de base (Passoba-Éducation) financé par l’Union Européenne,.Ce programme concerne neuf directions régionales, à savoir la Sava, l’Anosy, l’Analanjirofo, le Vakinan­karatra, le Betsiboka, l’Atsimo-Andrefana, l’Atsi­nanana, le Boeny et le Menabe.La formation des enseignants entre dans ce programme. Un échantillonnage de six cent vingt neuf enseignants des classes primaires de l’année scolaire 2016-2017, a été choisi dans dix-huit circonscriptions scolaires, deux par région concernée, afin de mesurer leurs compétences.

Combler les faiblessesLe ministère de l’Éducation nationale s’est toujours focalisé sur les connaissances pédagogiques, d’où une faille au niveau des connaissances académiques. Car même si les enseignants ont obtenu le diplôme du baccalauréat, ils n’ont pas les compétences requises pour enseigner.« Il faut mesurer les compétences pour pouvoir les former afin de combler leurs faiblesses.  Quand on connaît celles-ci, s’ils ne sont pas compétents dans tel ou tel domaine, on les remercie pour ne pas investir trop de moyens financiers. Certes, il s’agit d’une action ciblée, mais on doit trouver également les problèmes globaux », ajoute-t-il. Ce programme vise enfin à améliorer la qualité de l’enseignement à Madagascar et surtout, à renforcer les capacités des jeunes enseignants et de ceux pris en charge par les parents d’élèves  ou Fram.

Mamisoa Antonia  

L'express de Madagascar0 partages

GNVB – École de volleyball – Une machine à champions

La saison est déjà ouverte même si les inscriptions pour la prochaine année scolaire à l’école de la gendarmerie nationale volleyball ne seront bouclées que fin novembre.L’école, déjà fonctionnelle depuis 2008 et créée officiellement en 2011 donne des cours d’initiation au volleyball à des enfants de 8 à 12 ans. Dix entraîneurs diplômés dirigés par Honoré Razafinjatovo, dit Noré kely, entraîneur niveau 3 et ancien directeur technique national de la fédération, assurent l’encadrement.« Notre objectif est d’initier les enfants au volleyball dès leur plus jeune âge, mais aussi de développer leurs caractéristiques en terme de motricité, coordination et esprit d’équipe » a confié Noré kely. L’école s’entraîne deux fois par semaine, tous les mercredis de 13h30 à 15h00 et les samedis de 9h00 à 10h30.Les licenciés s’entraînent pour leur part tous les jours sauf le week-end, jour de compétition. Les inscriptions pourront se faire durant les heures d’entraînement au Toby Général Philibert Ramarolahy à Ampahibe. Une soixantaine de mem­bres a été recensée lors la précédente saison.« On est toujours en quête de relève … et ceux qui maîtrisent les techniques de base peuvent intégrer le club dans leur catégorie respective » a précisé Noré kely.En plus de l’initiation, l’école organise avant les vacances scolaires des mini-tournois. En six années d’existence, le club a raflé de nom­breux titres, surtout ces trois dernières années, dont les titres de champion d’Ana­lamanga et de Madagascar des U16 garçons en 2015-2016, et celui d’Analamanga pour les filles.La GNVB a aussi cartonné, cette saison 2017, en remportant trois titres sur cinq finales du championnat d’Analamanga, en l’occurrence, ceux des U16 garçons et filles, ainsi que celui des U18 garçons. Le club est aussi vice-cham­pion chez les U14 garçons et filles et vice-champion de Mada­gascar chez les U18 garçons.Leurs seniors hommes ont, quant à eux, raflé six ti­tres nationaux et trois régionaux consécutifs depuis la création du club.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – « Takelaka tsara soratra » expose la richesse des auteurs nationaux

Un recueil d’auteurs inédit se découvre pour le grand plaisir des férus de littérature de tous horizons. Regroupant la créativité et l’imaginaire de plusieurs générations d’auteurs, de poètes et de jeunes romanciers, « Takelaka tsara soratra» est un vibrant hommage à la littérature malgache. S’affirmant comme étant un journal littéraire bi-annuel, il se compose de cent cinquante pages de récits et de vécus de la part d’une belle brochette d’auteurs. En tout, une bonne trentaine d’auteurs sont à découvrir et à redécouvrir dans les pages de « Takelaka tsara soratra ».Mialy Ravelomanana, chef d’édition du journal littéraire d’affirmer « On a pour principal objectif de contribuer à l’émergence de nouveaux talents, de même qu’à l’épanouissement de la scène littéraire nationale. En outre, on invite surtout nos lecteurs à redécouvrir autrement notre langue maternelle par la richesse des mots et des verves de ces auteurs ». De plus,« Takelaka tsara soratra » espère aussi relancer le marché du livre dans la Grande île, qui ces dernières années, souffre de l’émergence des nouvelles technologies.La collection des œuvres d’auteurs qui garnissent cette première édition du journal littéraire compte en tout six fictions, trois histoires vraies, un extrait de pièce théâtrale, un conte, treize poèmes, deux proses et deux photographies. Un nouveau regard sur la littérature malgache, plus contemporaine, mais toujours respectueuse de ses valeurs. C’est ce que « Takelaka tsara soratra » réserve pour ses lecteurs.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Une nouvelle tête au Samva.

Le colonel William Rakotoarivony prend le relais de la gestion de la collecte des ordures dans la ville d’Antananarivo. Cet ancien directeur du transport au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo a été nommé à la tête du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva), au conseil des ministres, hier. Il succède à Jean Baptiste Ratolojanahary, le précédent directeur du Samva.

L'express de Madagascar0 partages

Partenaires exigeants ou interlocuteurs dociles

Entre la fin de l’ancien régime et  l’élaboration d’une nouvelle politique par le gouvernement Ramanantsoa, l’hebdomadaire  catholique Lumière approuve l’explosion nationaliste engendrée par les évènements de mai 1972, écrit Alain Escaro (« La politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa vue par Lumière»). Mais s’il a su critiquer, souvent en nuances, la politique du président Philibert Tsiranana, il semble rester dans l’expectative à l’annonce du  programme du Général et de son ministre des Affaires étrangères, Didier Ratsiraka.L’un des aspects fondamentaux de la politique extérieure du gouvernement Ramanantsoa est la renégociation des accords de coopération entre la France et Madagascar. Elle aboutit aux nouveaux accords de juin 1973. « Dans le climat de nationalisme exacerbé de l’époque, cette question était au cœur des préoccupations non seulement de la classe politique, mais aussi de l’opinion publique », indique Alain Escaro.Ainsi, la remise en question des relations franco-malgaches et des accords de coopération est au centre des préoccupations deLumière  jusqu’à la signature des accords. Au lendemain de la présentation de la nouvelle orientation de la politique extérieure de Madagascar, le journal aborde cette perspective en citant des journaux étrangers. En particulier, le Journal de Genève dont des extraits sont fournis le 17 septembre 1972, par M. Rasolo. Il note, en particulier : … La France…  est sans doute prête à revoir les accords qui la lient à la Grande ile et à en corriger les abus, mais fera tout pour ne pas perdre la place prédominante qu’elle occupe à Madagascar. Elle y tient  autant pour des raisons de prestige que pour des raisons de stratégie.L’auteur cite aussi le général Gabriel Ramanantsoa en revenant sur son discours à Vatomandry et qui, indirectement, répond à la question « quelle attitude avoir vis-à-vis des étrangers ». « Nous devons aimer tous ceux qui nous aiment. Mais nous ne devons pas céder devant les manœuvres des malintentionnés qui ne cherchent qu’à sucer les produits de nos efforts. » Si pour l’industrie, l’aide des étrangers est cependant, nécessaire, « nous n’accepterons pas ces aides si elles gênent notre souveraineté nationale ».M. Rasolo annonce le départ du ministre Albert-Marie Ramaroson  pour Paris (19-21 septembre) pour examiner la question de l’appartenance de Madagascar à la zone Franc, en vue de négociations ultérieures, puis présente les premières prises de contact du nouvel ambassadeur français, M. Delauney avec les anciennes et les nouvelles autorités malgaches. « Lumière craint un instant que la France ne soutienne le PSD dans sa prise de position, lors du référendum du 8 octobre 1972. » Revenant sur la question monétaire il signale que le ministre Ramaroson « a émis le souhait de Madagascar d’entretenir des liens économiques et financiers plus souples avec la France», mais également « au principe de la révision des accords puisque le Premier ministre français Messmer s’y déclarerait favorable ».Après avoir brièvement résumé les propos de l’ambassadeur Delauney qu’il qualifie de « classiques » (non-ingérence dans les affaires intérieures de Madagascar, défense de la Grande ile seulement en cas de demande du gouvernement, possibilité de révision des accords, non opposition à des relations soviéto-malgaches), l’auteur s’interroge sur « les sentiments réels du gouvernement français en l’absence de déclaration officielle ».Il y répond lui-même en utilisant les commentaires de Jean Grandmougin qu’il juge hostiles à la nouvelle politique et qu’il stigmatise, mais aussi ceux du Monde qu’au contraire, il semble apprécier et espère voir prévaloir. « La façon dont le gouvernement  français négociera avec les Malgaches montrera s’il préfère traiter avec des partenaires exigeants, mais sûrs, ou avec des interlocuteurs docilesamis contestables. » Dans le même numéro, Odile Leroux montre l’évolution de la coopération française avec l’Afrique,  « évolution favorable à la fois à son maintien, mais aussi à sa redéfinition. »Concrètement, à propos de cette renégociation, Pierre Gérard doit se borner à rapporter les propos de Didier Ratsiraka sur « les entretiens intéressants » qu’il a eus avec le secrétaire d’État français  à la Coopération, M. Billecocq.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Arnaque au téléphone

La police de la direction de système de l’information technique (DISIT) met en garde contre une escroquerie au téléphone. Le numéro 033 84 744 38 appartient à des escrocs se faisant passer pour des responsables au sein de la société Aquamas. Le filou envoie des messages, prétendant que vous avez gagné une Mercedes Sprinter lors d’un tirage au sort. Une chasse aux pirates est en cours.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq fugitifs introuvables

Les recherches des fugitifs se poursuivent après leur évasion de la maison de force à Tsiafahy, le weekend. Des indices et informations sont toutefois entre les mains de la gendarmerie, mais ils font partie du secret d’enquête. Des agents de renseignement sont déployés un peu partout pour ramener ces criminels dangereux en taule.

L'express de Madagascar0 partages

Une Mazda déroutée

Un chauffeur a dérouté une Mazda Eclips après son dernier voyage sur la route nationale n°2, la semaine dernière. Ce véhicule appartient à la coopérative de transport Kompima, selon une source au sein de la gendarmerie de Brickaville. Pour l’heure, le conducteur reste introuvable.

Madagate0 partages

Eckehart Olszowski, Directeur du Goethe-Zentrum/CGM. Son faire-part de décès

MON HOMMAGE SERA MIS EN LIGNE APRÈS LA PRÉSENTATION DE CONDOLÉANCES A SA FAMILLE DES MEMBRES DU CLUB DES JOURNALISTES DOYENS, CE JEUDI 12 OCTOBRE 2017, AU CGM ANALAKELY - Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

« Miss et Mister Malagasy 2018 ». : La finale le 18 novembre à Paris

Qui vont s’illustrer à « Miss et Mister Malagasy », comme ce fut le cas pour Mihanta et Aiaz en 2014.

Ils habitent Montpellier, Bordeaux, Toulouse,  Lyon, Grenoble…, vivent en Allemagne ou en Russie, étudient en Italie… mais ont en commun leur origine malgache. Leur autre point en commun ? Tous sont en course pour le titre de « Miss et Mister Malagasy ».

Plus que quelques semaines à patienter et finis le stress et l’angoisse pour les 28 jeunes gens sélectionnés pour la grande finale du concours de beauté organisé par Mc Jay Sam et son équipe. Le 18 novembre, les finalistes vont défiler sur le podium de l’un des plus grands et luxueux bateau naviguant sur la Seine, à Paris, pour essayer de convaincre le jury qui, cette année sera composé de plusieurs personnalités connues dans le milieu de la mode, du mannequinat, de la photographie et de la musique. Outre le voyage qui leur sera offert, ceux qui seront couronnés « Miss et Mister Malagasy 2018 », vont également représenter Madagascar dans l’Hexagone et en Europe et participeront à des œuvres caritatives et des programmes des sensibilisations.Né de l’initiative de Mc Jay Sam, « Miss et Mister Malagasy » a vu le jour en 2010. Pour trouver la perle rare qui mérite de représenter la Grande Ile à l’international, le jeune homme et son équipe sillonnent toutes les grandes villes. « Tous les jeunes jeunes gens ayant entre 17 et 25 ans peuvent tenter leur chance, à la seule condition qu’ils aient une origine malagasy, même s’ils ne parlent pas la langue. L’un de nos plus grands objectifs est effectivement de donner à ces jeunes l’envie de connaître Madagascar, de découvrir sa culture et bien sûr d’apprendre le malgache », souligne Mc Jay Sam.Mahetsaka

 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Maharante : Appel à la mobilisation des fonctionnaires

La grande famille du ministère de la Fonction publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois sociales a effectué hier une opération d’assainissement dans l’enceinte dudit ministère aux 67ha. Une occasion pour le ministre Maharante Jean de Dieu de lancer un appel à tous les fonctionnaires à participer activement à la lutte contre la propagation de l’épidémie de peste à Madagascar. Cette participation passe par l’assainissement de l’environnement dans lequel   les agents de l’Etat font quotidiennement leur travail.

Eugène