Les actualités Malgaches du Mardi 12 Septembre 2017

Modifier la date
News Mada116000 partages

Us et coutumes : disparité de composants – Source d’enrichissement que de difficultés

Désormais le droit à la différence apparait comme une évidence permettant de rendre à tout être respect de sa personne et reconnaissance de son individualité, le monde en général a mis du temps pour s’en convaincre. Malgré l’établissement de cette valeur, certains puissants s’ingénient à s’accorder des faveurs spéciales en raison de qu’ils croient leur étant dû au bénéfice d’une dissemblance, eu égard au niveau de vie, au niveau social…

Egalité un idéal, harmonie sociale un leurre, unité nationale une utopie, réconciliation une escroquerie pour laquelle acteurs politiques se concilient à la fois que se déchirent à vouloir en faire un fond de commerce.

 

L'express de Madagascar763 partages

Épidémie -La peste refait surface

Des suspicions de peste ont été répertoriées à Toamasina, Moramanga et Antananarivo. Cinq décès sont constatés.

Vers 17 heures, hier, la camionnette du Bureau municipal de l’hygiène (BMH) de la commune urbaine d’Antananarivo, quittait la morgue d’un hôpital d’Antananarivo-ville, avec un cercueil en pin sur sa benne. Elle allait en direction de la fosse commune du cimetière d’Anjanahary pour inhumer une femme d’une quarantaine d’années, suspectée d’avoir succombé à la peste pulmonaire, selon une source au sein du (BMH). Elle serait décédée dans le service des maladies respiratoires de cet hôpital après y avoir été admise, dimanche, selon une source concordante.Cette victime aurait attrapé cette maladie en passant des vacances dans l’Est de la Grande île. « Elle séjournait chez des membres de sa famille à Toamasina, quand quatre d’entre eux, dont le mari et la femme, sont morts subitement. On a soupçonné la peste », a rapporté un proche qui a tenu à garder l’anonymat.La partie Est n’est pourtant pas une zone pesteuse. On craindrait le rapport entre ces décès et celui d’une personne qui serait venue de Moramanga et aurait été en voyage à Toamasina. Des sources révèlent que cette dernière aurait rejoint Toamasina en taxi-brousse, en partant de Moramanga, et aurait perdu la vie en chemin, suite à une suspicion de peste pulmonaire. Il aurait donc contaminé un jeune homme assis à côté de lui dans ce moyen de transport en commun. Ce dernier serait également décédé.Interrogé sur ces faits, les responsables du service de la lutte contre la peste au sein du ministère de la Santé publique présents à l’hôpital, ont préféré garder le silence. Il en est de même pour le directeur de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique du ministère. On sait toutefois qu’il est en mission à Toamasina, actuellement.

Cinq décèsUne autre source au sein de ce ministère qui voulait exhorter tout un chacun à prendre des précautions face à ces cas de suspicion de peste, a révélé l’existence de cinq décès suspects et de dix malades, depuis le début de la saison pesteuse. Ils auraient été répertoriés à Toamasina, à Moramanga et à Miari­narivo, excluant celui enregistré à Antananarivo. Elle souligne également, que des membres de la famille de ces personnes décédées à Toamasina seraient déjà rentrés chez eux, à Mahajanga et à Vohémar.Il n’y aurait toutefois pas de risque de transmission de la maladie sur les personnes qui ont été en contact avec la victime. L’équipe du ministère de la Santé publique et celle du BMH ont été dépêchés à l’hôpital pour distribuer des médicaments de prévention de la peste à sa famille et ses proches ainsi qu’au personnel de l’hôpital. Elles ont, par ailleurs, procédé à une opération de désinfection du service où la défunte a été admise ainsi qu’à la morgue. Malgré cela, la consultation d’un médecin est fortement conseillée, en cas de symptôme suspect, à savoir forte fièvre, ganglions douloureux, toux avec crachats sanglants. Les feux de brousse sont à éviter et l’assainissement des quartiers sont indiqués, pour empêcher les de monter rats au village.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara211 partages

Référendum constitutionnel : Alliance objective probable entre Ravalo et Andry

Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ainsi que d’autres candidats qui ont l’intention d’accéder à la magistrature suprême par voie démocratique n’ont pas intérêt à ce que le « Oui » gagne à l’issue de cette consultation populaire directe.

Quand c’est le député Philobert Milavonjy qui parle, c’est le régime en place qui s’exprime. Cet élu d’Ambovombe Androy a revendiqué un remaniement du gouvernement, quelques semaines après, le président de la République y a procédé. Actuellement, Philobert Milavonjy, qui vient de voyager à Londres avec le chef de l’Etat, estime que la révision de la Constitution est nécessaire. Les observateurs politiques avertis s’attendent déjà à un référendum constitutionnel. Pour le moment, la communauté internationale se contente d’observer. D’ailleurs, le régime n’a pas encore dévoilé les tenants et aboutissants de ce projet qui a divisé dès son annonce. On signale également le silence de Marc Ravalomanana et d’Andry Rajoelina, deux adversaires potentiels du futur président candidat, sur cette question. Le week-end dernier, alors qu’il rencontrait les militants de son parti à Tsiroanomandidy, l’ancien président Marc Ravalomanana n’y a pas touché mot. Pour bon nombre d’analystes politiques, le président national du TIM et l’ancien président de la Transition seraient forcés à une alliance objective pour empêcher le HVM de gagner à l’avance l’élection présidentielle de 2018.

Pour le « Non ». A l’issue des référendums qui ont été organisés à Madagascar depuis l’Indépendance, le « Oui » a toujours gagné. Pour ne rappeler que celui de 2010 où les opposants au processus de l’adoption de la Constitution de la Quatrième République n’ont même pas pris la peine de mener campagne pour le « Non ». Cette fois-ci, le contexte est différent. L’objectif avoué du régime HVM est de permettre au président candidat de ne pas démissionner 60 jours avant le scrutin ou de rester à la tête du pays pendant la campagne, certes, mais ce serait également pour ce régime une occasion pour tester la confiance des Malgaches envers le président en exercice. Autrement dit, ce serait un plébiscite pour Hery Rajaonarimampianina. Si le « Oui » gagne, il ne serait plus difficile pour le HVM de faire élire le président candidat en 2018. Les opposants n’auraient pas donc intérêt à boycotter le futur référendum constitutionnel. En tout cas, le projet de révision constitutionnel concocté par le régime HVM est dicté par la crainte des troubles en 2018. Si le président candidat démissionne 60 jours avant le scrutin, alors qu’il y a des troubles avant ou après le 1er tour, Hery Rajaonarimampianina risquerait de ne plus pouvoir reprendre les commandes du pays. La solution la plus sûre est donc de supprimer cette obligation de démission. Le président Hery Rajaonarimampianina a déjà demandé au gouvernement d’étudier cette possibilité.

R. Eugène

News Mada183 partages

Andranomadio : jiolahy roa saron’ny zandary

 Tratran’ny zandary, ny herinandro lasa teo, ireo jiolahy roa tompon’antoka amin’ny fanafihana mitam-piadiana ao Andranomadio Toamasina. Araka ny loharanom-baovao voaray, tratra teo am-pangalarana akoho ny iray amin’ireo jiolahy ireo. Nentin’ny fokonolona teny amin’ny zandary ka nitsoaka avy hatrany izy raha vao nahita ny zandary. Raikitra ny fifanenjehana ka voasambotra fanindroany ireto jiolahy ireto. Fantatra, nandritra ny fanadihadian’ny zandary, fa isan’ireo ekipan’ireo andian-jiolahy mpitam-piadiana ity jiolahy ity. Efa maty voatifitry ny zandary ny namany. Hita tao an-tranony, nandritra ny fisavan’ny zandary, ny basy revolver iray sy basim-borona iray miaraka amin’ny bala enina. Araka ny fanazavan’ny kaomandin’ny kaompanian’ny zandarimariam-pirenena ao Toamasina, ny kaomandà Randriamanantena Léon, tsy ireto ihany ny basy tratra tany amin’ireto jiolahy ireto, saingy mbola eo am-pikarohana izany ny zandary.

Sajo

Midi Madagasikara114 partages

RN2 : Fanakanan-dalana, taxi-brousse efatra voatora-bato

Hatramin’izay dia ny lalam-pirenena fahafito sy fahefatra iny no nalaza tamin’ny fanakanan-dalana. Amin’izao fotoana izao anefa dia tongan’ireo olon-dratsy ihany koa ny lalam-pirenena faharoa iny. Ny alin’ny alahady teo fotsiny ohatra dia fiara taxi-brousse maromaro, handeha hihazo ny renivohitr’i Betsimisaraka sy ireo handeha hiakatra aty an-drenivohitra no lasibatry ny tora-bato. Mini-bus roa ary « sprinter » roa no voa mafy tamin’izany, teo amin’ny tanana antsoina hoe Menagisa. Fiara iray handeha hiakatra aty an-drenivohitra no nampandre ireo namany handeha hihazo ny faritra Atsinanana, ny amin’ny fisiana gony maromaro feno vato, eny am-povoan’arabe. Efa niharan’ny tora-bato tsy an-kijanona ity taxi-brousse handeha hiakatra ity, saingy soa ihany fa afa-niala tamin’ny vela-pandrik’ireo mpitoraka. Teo anatrehan’izany dia niezaka nanao lahara-manjohy ireo fiara hiantsinana. Nony tonga teo amin’ilay toerana dia nibahana teo amin’ny lalana tokoa ireo gony feno vato, araka ny filazan’ireo nanatri-maso. Samy niezaka niala an’io avokoa ny rehetra ary samy afaka soa aman-tsara daholo. Saingy nandritra izany dia nirarakompana ny tora-bato avy anaty akata rehetra any. Soa ihany fa tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy tamin’izany. Tsy nisy ihany koa ny voaroba raha ny vaovao azo, saingy ireo fiara no samy nahitàna fahapotehana avokoa. Efa tsy vitsy tokoa ireo mpindrana an’iny lalana miatsinanana iny no mitaraina ny amin’ny afitsok’ireo mpanakan-dalana sy mpitoraka fiara eo amina tanana kely iray, manakaiky an’i Brickaville io, indrindra fa ireo mpandeha alina. Miantso ireo tompon’andraikitra araka izany mba hijery akaiky ity tranga ity.

m.L

L'express de Madagascar113 partages

Air Madagascar – Les vols vers Maroantsetra suspendus

Maroantsetra risque l’isolement. Air Madagascar vient d’annoncer sur sa page Facebook la suspension de ses vols vers cette destination. Le manque de sécurité dans cet aérodrome en est la cause. « Les dispositifs de sécurité sur la plateforme aéroportuaire de Maroantsetra n’étant pas optimaux, la compagnie est ainsi dans l’obligation de suspendre la desserte de cette destination jusqu’à la mise en place des mesures adéquates pour le retour à un niveau de sécurité acceptable », a indiqué la compagnie nationale aérienne hier.Pour savoir ce qui n’allait pas dans cet aérodrome, les responsables d’Air Madagascar ont été contactés mais sont restés injoignables. Mais d’après une journaliste du groupe de L’Express de Madagascar qui s’est rendue sur place au mois de mai, l’aérodrome de Maroantsetra était déjà impraticable. « L’aérodrome de Maroantsetra n’est plus en mesure de recevoir des avions car les gravillons risquent d’endommager les roues et les moteurs des appareils qui y atterriraient et décolleraient », explique –t- elle dans son reportage. Au vu de cet état, la décision d’Air Madagascar était donc prévisible. La compagnie nationale aérienne ne veut pas prendre le risque pour son ATR 72 qui assure cette desserte.Côté client, c’est la surprise générale. Certains attendaient plus d’explications du côté d’Air Madagascar. « La compagnie va-t-elle nous rembourser pour la réservation déjà effectuée ? », s’interroge l’un de ses clients. C’est une question qui attendait des réponses de la compagnie aérienne.

L.R.

Tia Tanindranaza112 partages

Raharaham-pirenenaVara-datsaka ny fanambaran’ny SECES

Hentitra ny fanambaran’ny SECES (Sendikan’ny Mpampianatra-Mpikaroka sy Mpikaroka-Mpampianatra) Sampana Antananarivo omaly alatsinainy 11 septambra, manoloana ny fikorontanan’ny raharaham-pirenena.

 

 “Voahitsakitsaka ny Lalàmpanorenana, tsy voahaja ny tany tan-dalàna, tsy matoky ny mpitandro ny filaminana intsony ny vahoaka,.... Mihatafiditra any anaty kizon’ny fahantrana ny vahoaka maro an’isa, ka zary lasa ankilabao ny Malagasy mitaha amin’ny vahiny”, hoy ny SECES. Tsy misy ny mangarahara, manjaka tanteraka ny gaboraraka, kanefa minia mikipy sy manao be marenina ny mpitondra manoloana ny fitrandrahana tsy ara-dalàna ireo harem-pirenena, ny fakana an-keriny ny tanin’ireo valalabemandry ataon’ny vahiny. Andraikitry ny mpitondra ny miantoka ny zo fototra ananan’ny tsirairay, toy ny fahalalahana maneho hevitra, ny fiantohana ny fandriampahalemana, ny fampiharana tsy mitanila ny lalàna velona ... Takiana ny fampodiana an-tanindrazana ireo rehetra nandositra ny raharaham-pitsarana sy voarohirohy amina fanodinkodinam-bolam-bahoaka sy nanondrana harem-pirenena tsy ara-dalàna. Mila havaozina sy ampahafantarina ny besinimaro ireo didy aman-dalàna mikasika ny fananan-tany, ny fitrandrahana ireo harena, na ambany izany na ambonin’ny tany mba hisorohana ny fanaovana tantely afa-drakotra ireo harem-pirenena, ny famelana ireo teratany vahiny hanao rapa-dango, ka haka an-keriny ny tany voajary efa an-taonany maro, hitrandraka amin’ny fomba tsy ara-dalàna ireo harena an-tanety sy an-dranomasina, toy ny ao Ambatolampy kaominina Ambinaninony Brickaville, Marolambo, Soamahamanina, Fandriana, Bealanana ... Masimandidy eto amin’ny tanindrazany ny Malagasy, izay tsy azo amidy na sandaina vola amin’ireo vahiny, ka tsy azo ekena ny mety hisiana fifindra-monina faobe ataon’ireo teratany vahiny aty amintsika na avy aiza na avy aiza. Miantso sy manentana hatrany kosa an’ireo mpandraharaha vahiny mba hampiasa ny volany araka ny lalàna velona mba ho fanoitry ny lafiny toekarena. Tsy azo hatao tompon-trano mihono ny vahoaka eny ifotony amin’ny fanitarana na fanamboarana fotodrafitrasa lehibe ary tsy misy asa azo tanterahina raha manohintohina ny tombontsoan’izy ireo, toy ny tetikasa fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina. Tokony hatao ny fikaonandoham-pirenena handinihana ny fanovana ny lalàmpanorenana sy ireo lalàna mifehy ny fifidianana mba hialana amin’ny olana na fikatsoana aorian’ny fifidianana.

Toky R

 

Midi Madagasikara103 partages

Betroka : Voasambotra ny mpanatsy akora simika fanaovana balan’ireo dahalo

Olona miisa 8 no voasambotry ny zandary ao Betroka, ka ny 3 dia dahalo tratra teo am-pikotrehana fanafihana ary ny 5 kosa dia andian’olona mpiray tsikombakomba mamatsy ireo dahalo ireo ny akora simika toy ny « Chlorate de sodium » milanja 210 kg fanamboarana bala ho enti-manafika.

Ny 9 septambra 2017 tamin’ny 3 ora tolak’andro raha nanao fisafoana ny zandary sady nanao fanangonam-baovao dia nisy nandre fa misy dahalo mivorivory manomana fanafihana any amin’ny lalàna mivoaka ny tananan’i Betroka miazo an’Antranovato akaikin’ny seranam-piaramanidina. Namonjy io toerana io avy hatrany izy ireo. Niezaka nadositra avy hatrany anefa ireo jiolahy raha vao nahita ireto zandary. Tratra ihany anefa ny telo lahy fa ny iray tafaporitsaka. Tratra teny amin’izy ireo ny mohara, lambamena fentin’izy ireo manao fanafihana, ny bala ary vovoka simika famahanana ireo vodim-bala efa avy niasa mba ho azo ampiasaina indray, niampy karazam-by sy firaka maro, ary « pile alcaline »  fanao bala (projectile). Teo no ho eo ihany dia nofotorana izy ireo ka nilaza fa avy nividy ireo akora simika ireo tao amin’ny mpivady iray (DA mivady) izay monina ao Betroka tampon-tanàna ihany. Nosamborina avy hatrany izy mivady ireto. Ny 10 septambra 2017 maraina dia nitohy ny fanadihadiana ka trano iray hafa (an’ny miandry tanànan’i FL mivady) izay mifanakaiky amin’i DA mpivady ireo ihany no nosavaina satria re fa efa nisy olona namindra tao amin’io trano io ny kitapo vitsivitsy misy ireo akora simika izay tao amin’ireo mpivady voasambotra voalohany. Tratra tao tokoa ny kitapo miisa 3 izay misy « chlorate de Sodium » 25 kg avy sy mbola tsy vaky, 125 kg izay « en vrac » izay efa vita anaty fonosana madinidinika maromaro. Nosamborina avy hatrany ilay mpiandry tanàna izay nahitana ireo entana ireo. Ireto farany no nanondro vehivavy iray hafa izay vadin’ny mpampiasa azy ihany (vadin’i FL). Ity farany no notondroiny ho niara-namindra maimaika ireo entana ireo tamin’i DA tao amin’izy ireo raha vao nandre izy ireo fa nisy tratra ireo dahalo vao avy nividy akora simika taminy ka  sao dia voasavan’ny zandary ny trano. Nanambara moa io mpiandry tanàna  io fa an’i FL ireo entana ireo. Nosamborina ihany koa io vehivavy vadin’i FL  io. Rehefa nokarohana i FL dia fantatra fa efa niala vao maraina be (tamin’ny 3 ora maraina) ny 10 septambra 2017 teo an-tanàna niaraka tamina olom-boafidy iray any amin’iny faritra iny ihany. I DA sy i FL moa dia mpirahalahy am-panambadiana ary efa nahatratrarana basy tsy ara-dalana volana vitsy lasa izay ka nahazo fahafahana vonjy maika rehefa nentina teny amin’ny Fitsarana.

Raha ny fanampim-baovao azo dia ireo olona ireo no mpamatsy an’ireo akora ireo manerana iny faritra iny ka amidiny 10.000AR ny iray kapoaka kely « Madco » izay mahavita bala basim-borona miisa 70.

T.M.

Midi Madagasikara99 partages

Toamasina : Nijoko ireo mpanendaka teny amoron-dranomasina ny pôlisy

Isan’ny ahazoan’ny polisy eto Toamasina tsiny matetika ny fahamaroan’ireo tovolahy mpanendaka sy mpangarom-paosy mameno ny moron-dranomasina amin’ny fotoana fitsangantsanganan’ny olona. Ho fametrahana ny filaminana amin’ireo misafidy ny moron-dranomasina dia nisy ny fidinana ifotony nataon’ny hery vonjy taitran’ny polisy (FIP) Toamasina ny alahady tolakandro teo. Tsy nanampo na inona na inona ireo zatra ny lalan-dririnina amin’ny harom-paosy sy fanendahana, satria tsy nanao ny fanamiana maha-polisy azy ireto ekipan’ny FIP notarihin’ny komandany Rafaliarivo Jules, fa nanao fanamiana mitovy amin’ny rehetra mpitsangantsangana. Niriariana toy ny mpiala sasatra rehetra izy ireo ka tao anatin’izay no nahazoana ambodiomby ireo mpanendaka sy mpangarom-paosy mampisy ny tsy filaminana eny amoron-dranomasin’i Toamasina. Nisy tamin’izy ireo mbola nahatrarana fehina rongony ihany koa izay sady amidiny amin’ireo mpitady izany no fohan’izy ireo ihany koa amin’ny fotoana ilany izany. “Hataonay matetika ny toy izao hanafaizana ireo andiana tanora mpanao asa ratsy manaratsy endrika ny tanana sy ny moron-dranomasina, izay hifanaovan’ny mpianakavy fotoana hialana voly amin’ny rotorom-piainana…”, hoy ny kaomisera Rafaliarivo Jules. Nohamafisiny ihany koa fa raha ny fitarainana voarain’izy ireo isan-kerinandro mikasika ity fanendahana sy harom-paosy eny amoron-dranomasin’i Toamasina ity dia tena maro be. Isan’ny antony iray maha-betsaka ireo manatona ireo birao na tambajotran-tserasera sy kaomisaria misy isaky ny fiandohan’ny herinandro ny fahaverezan’ireo finday sy karapanondrom-pirenena vokatr’izany. Ankoatra izay dia niisa am-polony ireto andiana tovolahy tratra ambodiomby tamin’ny harom-paosy sy ny fanendahana ary fehina rongony tratra tamin’izao hetsiky ny FIP Toamasina izao. Ny nahagaga anefa omaly alatsinainy ihany dia efa maro ireo fanelanelanana nataon’olona “ambony” tamin’ireto andiana tanora tratra ireto. Ho hita eo indray anefa ny ho tohin’ny hetsika manaraka…

Malala Didier

L'express de Madagascar81 partages

72e Assemblée générale des Nations-Unies – Les Îles Éparses dans l’expectative

Inscrit dans l’ordre du jour de la 72e session de l’assemblée générale des Nations-Unies, les négociations sur les Îles Éparses sont incertaines.

Incertaine. Pour la trente-sixième fois, la résolution 34/91 relative aux questions des Îles malgaches Glorieuses, Juan de Nova, Bassas da India et Europa  figure dans l’ordre du jour provisoire de l’Assemblée générale des Nations-unies. La 72e session de l’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre officiellement ce jour à New York. Les grandes questions économiques, politiques sociales et sécuritaires actuelles y sont inscrites dans l’ordre du jour.En référence à un document partagé par la direction de la communication du ministère des Affaires étrangères intitulée «revitalisation des travaux de l’Assemblée générale» définissant le projet de programme de travail des séances plénières de l’Assemblée à sa soixante-douzième session, la question des Îles éparses est inscrit au 63e point de l’agenda de cette session. Par ailleurs, elle figure dans la « liste préliminaire annotée des questions à inscrire à l’ordre du jour provisoire de la soixante-douzième session ordinaire de l’Assemblée générale », parue dans le site officiel des Nations-unies dans la rubrique « maintien de la paix et de la sécurité internationales ».Dans la liste annotée de l’ordre du jour rappelle l’historique et le contexte de la question à traiter. Elle évoque également des références sur des travaux préliminaires nécessaires au traitement du dossier ainsi que les décisions prises lors de la précédente session. Pour le cas des Îles malgaches, la rubrique relative aux références indique «aucune documentation préliminaire n’est prévue.»

Report systématiqueUn indicateur prévoyant le report de cette question aux prochaines sessions d’autant que la liste annotée évoque le report systématique de la discussion de cette question depuis «(…) sa trente-sixième à sa soixante et onzième session, l’Assemblée générale a chaque fois décidé d’inscrire cette question à l’ordre du jour provisoire de sa session suivante». Ainsi, il est permis de s’interroger si les questions sur les Îles éparses seront discutées lors de cette session.Remise au goût du jour depuis la Transition, la question des Îles Éparses suscite des débats passionnées et constitue un point sensible sur les relations franco-malgaches. Il y a quelques jours, le 5 septembre, Arlette Ramaroson, présidente de l’association Nosy Malagasy (ANM) a envoyé une lettre ouverte au président de la République française réclamant la restitution de ces îles à Madagascar. En plus des débats juridiques et diplomatiques, des manifestations devant l’ambassade de France à Antsaha­vola ont été organisées à plusieurs reprises par des associations nationalistes.À plusieurs reprises, la question des Iles Éparses a été discutée au sommet.Dans une interview lors du séjour du président de la République malgache dans l’Hexagone en juin, il a déclaré que «Madagascar estime que si on se référait aux résolutions des Nations unies, ces Îles appartiennent, à Madagascar». Il en est de même pendant sa rencontre avec François Hollande en septembre 2014.  Il a même été question de mise en place d’une commission mixte sous l’autorité directe des deux chefs d’État. Dans l’attente d’issues aux tractations et aux négociations en haut lieu, les pêcheurs malgaches continuent d’être arrêtés par la marine française aux alentours de Juan de Nova.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara77 partages

Révision de la constitution : Un impératif pour le régime

La décision semble déjà prise. La révision de la Constitution, même si elle n’a pas été annoncée officiellement, est mise en avant par ceux qui soutiennent le régime. Elle relève de la stratégie mise en place pour l’élection de 2018. L’équipe du chef  de l’Etat veut mettre toutes les chances de son côté pour garder ce pouvoir qui lui convient bien.

Révision de la constitution : Un impératif pour le régime

Le départ de la campagne de l’élection présidentielle n’est pas encore donné, mais cela n’empêche pas certains candidats de prendre les devants et d’approcher les électeurs. Dans ce domaine, le chef de l’Etat actuel a une certaine avance. Il multiplie les inaugurations pour montrer ce que son régime a fait. Mais dans le contexte actuel, cela ne suffit pas car sa cote de popularité n’est pas très élevée. Ce constat amène les stratèges qui l’entourent à ne laisser aucune place à l’improvisation. Il ne faut pas qu’il soit à la merci d’un chef d’institution censé le remplacer soixante jours avant l’élection présidentielle. La constitution dit qu’il doit démissionner et laisser la place au président du sénat. Le président de la république actuel ne pourra plus jouir des prérogatives de la puissance publique et il risque de ne pas pouvoir rivaliser avec ses adversaires qui sont redoutables. Les thuriféraires du régime prônent donc cette révision de  la constitution permettant  au président actuel de rester en fonction jusqu’au bout. Ils répètent que cela est nécessaire pour assurer la stabilité politique. La mise en condition de l’opinion a commencé et comme nous l’avions écrit auparavant, cette révision de la constitution se fera par référendum. Pour le moment, cela semble hypothétique car il faut une victoire du « oui ». Jusqu’à présent, les hommes au pouvoir ont toujours gagné leur pari. Il est nécessaire de rappeler que l’adoption de la constitution de la IVème république s’est faite avec un score peu élevé, l’abstention ayant été massive. Néanmoins, elle régit notre système politique actuel. La campagne de communication a commencé et tout donne à penser que les électeurs vont devoir aller aux urnes prochainement.

Patrice RABE

Madagascar Tribune66 partages

Un sondage accablant pour le secteur santé

Les mouvements Liberty 32 ainsi que Wake Up Madagascar ont organisé un sondage dans le cadre de la campagne « Tsaboy ny Gasy », destiné à évaluer l’état du secteur santé à Madagascar et connaitre les perceptions de la population à ce sujet. Les résultats de ce sondage qui ont été dévoilé hier à Faravohitra ne peuvent laisser indifférent et suscitent désormais plus d’inquiétude quant au système de santé et à la politique publique en terme de santé à Madagascar. Dans un échantillon représentatif de quelques 192 individus interrogés dont des simples citoyens, des médecins et des expatriés, 99% d’entre eux ont déclaré que le budget alloué à la santé publique à Madagascar est insuffisant. Un budget qui n’est que de 5,6% du budget de l’Etat comme l’indique la loi de finance 2017, alors que le ministère des finances lui accapare les 41,5% et la Présidence de la République les 13,9%. Outre cela, 65% des personnes interrogés pensent que la santé est désormais et uniquement l’apanage des riches et n’est plus à la portée des pauvres, ni de la classe moyenne, si tant est que celle-ci existe encore. Alors que seulement 8% des sondés pensent le contraire, c’est-à-dire que la santé est toujours accessible à tout un chacun. 22% seulement des 192 interrogés font confiance aux hôpitaux et autres infrastructures de santé publique, alors que 71% d’entre eux préfèrent se tourner vers les établissements privées malgré les coûts plus élevés. Et enfin, 59,9% des participants préfèreraient voir les hôpitaux publics fermés leurs portes que continuer dans leur sens actuel. Nombreux d’entre ceux qui ont participé à ce sondage ont en effet témoigné de l’existence de corruption au sein des établissements hospitaliers publics comme au sein du ministère de la santé publique ou même au sein du comité d’éthique au niveau du ministère selon l’un des médecins participants, des négligences des médecins qui font de faux diagnostics ou des surmédications entrainant d’autres maladies ou conséquences pour les patients, allant jusqu’à la mort, ou encore du corporatisme entre les médecins.

Ce ne sont là que quelques résultats d’un premier sondage effectué mais qui démontrent clairement le piteux état dans lequel se trouve le secteur santé à Madagascar.

Tout à revoir

Selon le plan de développement (PND) du secteur santé à Madagascar établie depuis 2015, il est prévu qu’ « en 2030, l’ensemble de la population est en bonne santé dans un environnement sain, ayant une vie meilleure et productive ». Seulement, pour concrétiser cette vision et si l’on se fie au sondage effectué par Liberty 32 et Wake Up Madagascar, il faudrait donc tout revoir. Un bon nombre de ceux qui ont participé à ce sondage ont par exemple déploré le fait que le ministère de la santé effectue des dizaines de vagues de vaccination par année, sans réellement expliquer pourquoi cette initiative, alors que les vaccins en question causent des effets secondaire et beaucoup de cas de complication ont été répertorié. Selon la présidente de l’association Autisme Madagascar, Mbolatiana Raveloarimisa lors de la remise des résultats du sondage d’hier, alors que l’association plaidait sa cause auprès du ministre de la santé publique actuel, celui-ci avait déclaré vouloir les aider. Après quoi il n’a effectué que trois discours pour déclarer qu’il allait aider l’association, sans faire quoi que ce soit de réellement concret. Un autre témoignage qui en dit long sur le système à Madagascar.

Midi Madagasikara66 partages

« Vava tsy tana » : Djanatt et Moajia en ambassadeurs du « petit peuple »

Djanatt va se faire « ambassadeur du petit peuple » à travers « Vava tsy tana » qui se tiendra au Ravimpotsy Tsiadana ce samedi 16 septembre.

Ce 16 septembre, Djanatt et Moajia investiront la scène du restaurant Ravimpotsy Tsiadana et se faire ambassadeur du petit peuple à travers des morceaux finement choisis parmi tout leur répertoire.

« Vava tsy tana », c’est deux groupes venant de deux horizons musicaux différents qui vont se retrouver sur la même scène pour dépeindre la réalité et le quotidien ou plutôt la misère des Malgaches en chansons. « Le concept est né d’une discussion », relate Damien du groupe Djanatt. Et de continuer : « nous avons fait le même constat : la situation à Madagascar est tellement précaire. Ce qu’endurent les gens dans leur quotidien pour survivre… c’est parfois plus qu’un homme ne peut supporter mais ils n’ont pas le choix, on n’a pas le choix. Cette difficulté, cette galère mais surtout cette persévérance et cette force qui pousse à toujours avancer, c’est ce qu’on veut montrer et crier haut et fort à travers nos prestations ». Le répertoire de chacun des artistes, pour l’occasion, sera composé en grande partie, de ces titres qui s’accordent avec le titre « vava tsy tana ».

D’une histoire à une autre. Directes mais aussi très explicites, quelques unes des compositions de Moajia,  collent parfaitement au thème. « Voatanisa » en est un parfait exemple. « voatanisanisa ô, ôtran’ny baolina ka daka eroa, daka etsy, daka aty,daka ary, nararaotina ery ireo zay kanosanosa. Ny tombony misy ihany fa ny loza miavosa, vahoaka maro an’isa ô, voahambana ny basy eroa, basy etsy.. mihakikina izy ‘lay fa tsy zavarinareo, aleo miasa ihany fa tsy mihanahana fa ny loza mitatao tsy miala am tanàna, lay masoandro mibaliaka itsy avy etsy ambony reo zay afaka dia samia manala ny fony ». Dans un autre genre, un autre rythme, Djanatt, se fait plus complaisant mais les textes sont complétés par l’agressivité dans la manière de jouer et de chanter. A travers un de leurs morceaux, « Fiarenana », Damien et ses compagnons de scène racontent l’histoire d’un homme dont les problèmes le dépassent. « Toa mangidy sady makolo izany fiainako, Mila tsy ho zaka fa mameno ny loha ireo sedram-piainana isanandro, toa manjombona toa tsy mety mamiratra maizina toa manjary manahirana ka voafingana foana aho ». Djanatt donne néanmoins l’espoir et le courage en disant que ce n’est pas la chute qui importe mais la manière dont on se relève. C’est surtout ce message que le groupe, avec Moajia veulent faire passer à tous ceux qui seront parmi eux, au Ravimpotsy Tsiadana ce samedi 16 septembre.Mahetsaka

Madagascar Tribune45 partages

Rajaonarimampianina vs Ravalomanana en silence radio

Alors qu’on avait pris l’habitude d’entendre les discordes de Hery Rajaonarimampianina, actuel Chef de l’Etat et Marc Ravalomanana, ancien président, il semblerait que les deux personnalités se soient accordé une trêve. En effet, depuis l’incident survenu à Antsiranana où le second a été délogé par le premier de son hôtel de résidence, rien ne s’est plus passé dans le feuilleton Rajaonarimampianina-Ravalomanana. A croire qu’ils aient décidé d’un commun accord de s’occuper de leurs affaires respectives, notamment de la précampagne non-officielle entamée par les deux personnalités en vue des élections de 2018. Quoi qu’il en soit, et selon une théorie commune émise par quelques observateurs de la vie politique malgache, le feuilleton Rajaonarimampianina vs Ravalomanana ne serait qu’une stratégie en vue de remporter les élections. Une théorie selon quoi le président de la république actuel ne pourrait pas décrocher les voix de la capitale malgache, comme ce fut d’ailleurs le cas lors des dernières élections. Par contre, il aurait de grande chance de remporter les suffrages dans les autres provinces de la Grande ile. Contrairement à cela, Ravalomanana pourrait avoir ses chances à Antananarivo, un peu moins dans les autres régions. Aussi il serait donc surtout question de barrer le chemin aux autres candidats et donc d’arriver ensemble au second tour. D’où toutes ces péripéties afin de se mettre l’un l’autre au devant de la scène. Bien évidemment, cela ne reste qu’une théorie, qui ne pourra être prouvé qu’après les élections.

Désavoués

Le fait est qu’actuellement, et Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana ont été désavoué par la population malgache en général. D’un côté, le bilan mitigé du régime actuel et cela dans presque tous les secteurs ne joue pas en la faveur du président de la république. Les échecs trop nombreux par rapport aux promesses électorales faites par ce dernier ont altéré son image et celui de son parti en vue des élections. Par ailleurs, le projet de révision de la Constitution pour ne pas obliger le président de la République à démissionner avant les élections a également contribué à son impopularité. Et si un référendum est organisé dans ce sens, Hery Rajaonarimampianina aura tôt fait d’avoir un aperçu de ce qui l’attend pour 2018. Dans le cas où le « NON » perdrait, la pratique démocratique voudrait que celui-ci démissionne sans même attendre le délai de 60 jours qu’il souhaite effacer de la Loi fondamentale. Idem pour Marc Ravalomanana qui de son côté a mis sans dessus dessous la Capitale malgache. En étant le Conseiller spécial de sa femme à la tête de la mairie d’Antananarivo et en la supplantant même à son rôle dans la gestion de la ville.

Midi Madagasikara44 partages

Révision de la Constitution : Vers un retour en arrière

Comme en 2002, la HCC prévoit de se délocaliser en 2018.

Au cas où les dispositions de l’article 46 venaient à être amendées pour un Oui pour un Non, le pays reculerait de trois Républiques. Sans compter les dépenses occasionnées par une consultation populaire directe car le projet doit être soumis obligatoirement à référendum.

« Tout candidat aux fonctions de Président de la République doit être de nationalité malagasy, jouir de ses droits civils et politiques, avoir au moins 35 ans à la date de clôture du dépôt des candidatures, résider sur le territoire de la République de Madagascar depuis au moins 6 mois avant le jour de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures.

Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste 60 jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le Président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président.

Dans le cas où le Président du Sénat lui-même se porte candidat, les fonctions de Chef de l’Etat sont exercées par le Gouvernement, collégialement.

Il est interdit à toute personnalité exerçant un mandat public ou accomplissant des fonctions au sein des Institutions et candidat à l’élection présidentielle, d’user à des fins de propagande électorale, de moyens ou de prérogatives dont elle dispose du fait de ses fonctions. La violation qui en serait constatée par la Haute Cour Constitutionnelle constitue une cause d’invalidation de la candidature ».

L’application de cet article 46 de la Constitution pose problème selon le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur qui s’inscrit visiblement dans la perspective de l’élection présidentielle de 2018. De l’avis de bon nombre d’analystes et membres de la classe politique, les dispositions suivantes n’arrangent pas le pouvoir en place :

Primo, l’âge minimum de 35 ans qui permet à Andry Rajoelina d’être candidat alors que l’objectif inavoué du HVM est de l’écarter de la prochaine course à la magistrature suprême. Comme nous l’avions éventé dans notre article en date du 15 février 2016 : « Révision de la Constitution : Projet de double élimination de Ravalomanana et Rajoelina en 2018 », le pouvoir en place pourrait réviser à la hausse l’âge minimum requis en le portant à 45 ans. Ce qui mettrait sur la touche l’ancien homme fort de la Transition qui aura 44 ans le 30 mai 2018. Rappelons que dans la Constitution de la Première République, l’article 8 dernier alinéa avait disposé que les candidats aux fonctions de Président de la République doivent avoir « 40 ans au moins à la date du scrutin ».

Violation flagrante. L’article 48 alinéa  1er de la Constitution de la Deuxième République de l’abaisser à « 35 ans révolus à la date du scrutin », avant que l’article 46 alinéa 1er de la loi fondamentale de la Troisième République ne le remette à « 40 ans révolus à la date de clôture du dépôt de la candidature ». En somme, l’âge minimum pour être candidat à l’élection présidentielle n’a jamais dépassé 40 ans. Une révision contre ou pour un candidat potentiel serait une violation flagrante de l’article 15 de la loi fondamentale qui dispose que « tout citoyen a le droit de se porter candidat aux élections prévues par la présente Constitution, sous réserve des conditions fixées par la loi ». Et il est de principe que la loi ne peut être prise spécialement contre un citoyen qui jouit de surcroît de ses droits civils et politiques.

Egalité de chances Secundo, l’obligation de démission ne permet pas au président candidat d’user jusqu’au bout des prérogatives de puissance publique. Il n’est pas alors exclu que le régime en place amende ou abroge l’alinéa 2 et le dernier alinéa de l’article 46. Rappelons que pour pallier la carence de la Constitution de 1959 et celle de 1975 et dans un souci d’égalité de chances des candidats, la loi fondamentale de la Troisième République avait stipulé initialement en son article 46 alinéa 2 que « le Président en exercice qui désire se porter candidat doit démissionner la veille de l’ouverture de la campagne électorale ». Des dispositions adoptées lors du référendum constitutionnel du 19 août 1992 que Didier Ratsiraka s’était empressé, après son retour à la barre, de supprimer par voie référendaire également le 8 avril 1998. Et ce, afin de pouvoir user et abuser des moyens de l’Etat jusqu’à l’élection présidentielle de 2001 qui avait provoqué une longue crise politique et contraint l’Amiral à lever l’ancre en catastrophe pour l’exil.

Délocalisation de la HCC. Tertio, dans ce même ordre d’idées, le dernier alinéa de l’article 46 dérange aussi le président candidat. Lequel ne veut pas courir le risque de voir sa candidature invalidée par Ambohidahy qui ne voudrait sans doute pas connaître le syndrome 2002. D’où l’amendement en décembre 2016 du règlement intérieur de la haute juridiction qui « en cas de circonstances exceptionnelles de force majeure dûment constatée par la Haute Cour Constitutionnelle, celle-ci ne pouvant se réunir à Antananarivo, ses audiences peuvent être transférées en toute autre localité du territoire national sur sa décision ». Ce qui n’est sans rappeler la délocalisation de la HCC à Mantasoa en 2002. C’est dire que la prochaine révision de la loi fondamentale dont « les discussions seraient en cours », selon le président à Londres, s’apparente à un retour en arrière par rapport aux annales et à certaines dispositions des trois précédentes Constitutions de la République. Les « mpitondra » qui conduisent actuellement la 4ème, pourraient rétrograder en 3ème ou même en Deuxième voire en 1ère, avant de mettre la marche arrière. Au risque de heurter un poteau faute de (radar) de recul.

R. O

Tia Tanindranaza43 partages

Praiminisitra Mahafaly Olivier“Hamboarina ny RN6 sy RN5a amin’ny 2018”

Hatomboka amin'ny volana janoary ho avy izao ny fanamboarana ny lalam-pirenena faha-6 na RN6 mampitohy an'Ambanja amin'i Diego, ary amin'ny volana martsa 2018 no hanombohana ny fandrakofana ho tara ny lalam-pirenena RN5a mampitohy an'Ambilobe amin'i Vohémar.

 

 Anisan’ny fampanantenana nataon'ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier tamin'ny lanonam-pitokanana ny Biraon'ny CNaPS tany Ambilobe ny herinandro lasa teo ireo. Vao resaka lalana dia tsaroana ny zava-bitan’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana, izay notsatsoina fa ny lalana tsy azo hanina. Raikitra kosa ny fampanantenan’ny fanjakana HVM, izay efa zatra mampanantena sy mampandry adrisa hatrany. Tsy afaka an-tsain’ny maro ilay hoe : telo volana dia mivaha ny delestazy. Ity indray dia ampanantenaina fa hatao ny lalana amin’ny 2018. Nahoana no hiandrasana 2018 vao hatao ? Propagandy no tena tanjona ! Na halefa aza ny asa dia hampifilafilaina na hatao izay hampitarazoka azy. Hanaovana jono amin’ny vahoaka indray hoe : mikatso sy tsy ho vita io raha vao miova ny fanjakana, ka tsy mila mifidy ny HVM. Toa efa toy ny propagandy rahateo no natao tany an-toerana satria minisitra maromaro no niara-nirohotra tany. Miandry indray ny rehetra, raha ho tanteraka ny ronono an-tavy.

Toky R

 

Midi Madagasikara40 partages

Participation politique des syndicats : Vers l’adoption d’une résolution ce jour !

« Talent pour mentir, gestion des affaires étatiques, vision, reconstruction sociale, recherche de postes à hautes responsabilités, nomadisme », et la liste est loin d’être exhaustive. En quelques mots concis, ce sont les principales perceptions des 50 syndicats de la CTM-SSM (Confédération des Travailleurs de Madagascar et Solidarité Syndicale de Madagascar) présents à la première journée (hier) de l’atelier de réflexions à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina quand ils ont été interrogés sur ce qu’est la politique. Loin d’enseigner les grandes théories inaccessibles, l’atelier en question – axé sur la thématique « Syndicats et Politique » – qui sera clôturé cet après-midi a été effectué d’une manière interactive et vise à dégager les zones d’ombres autour de la politique. A l’issue de la première journée, force est de reconnaître que les syndicats sont plus que jamais déterminés à s’impliquer voire de participer adéquatement à la politique.

Plus de politisation. Lalao Rasoamananoro, secrétaire générale du Fisemare a mis les points sur les « i ». Pour elle, les syndicats ne se sont pas abstenus de la politique, ils ont dit stop à leur politisation. « L’histoire a toujours fait en sorte que les syndicats soient utilisés à des fins politiques pour certains partis politiques. Les changements de régime n’ont pas connu de succès sans l’inféodation des syndicalistes mais une fois que les politiciens obtiennent ce qu’ils veulent, nous tombons aux oubliettes », a-t-elle dénoncé. Désormais, la donne va changer et « c’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons répondu positivement à cet atelier », continue-t-elle. Pour elle, il n’y aura plus de politisation des syndicats mais des syndicats qui réaliseront leur politique qu’est de protéger, en premier lieu, les droits des travailleurs. Ses propos ont été relayés par Barson Rakotomanga, secrétaire général de la CTM/SSM. « Quand les syndicats se mobilisent et revendiquent quelque chose, on dit toujours que la politique est derrière cela. Mais en réalité, ce sont des allégations limitées aux seules intimidations. A partir de cet atelier, la vie syndicale fera peau neuve par rapport à la politique », a-t-il soutenu vivement.

Participer aux élections. Hanta Andrianasy, responsable programme au sein de la fondation Friedrich Ebert Stiftung (FES) qui a organisé cet atelier a mis plutôt l’accent sur les syndicats et les élections.    « C’est (les élections) un moyen garanti par la démocratie permettant aux citoyens et aux syndicats de participer à la politique », a-t-elle affirmé. Estimant que les syndicats pourront être des bons acteurs de la vie politique, Hanta Andrianasy de souligner que « ce sont eux qui devraient enseigner les partis politiques pour ce qui est de la politique ». Elle incite, par ailleurs, les premiers à « trouver dès maintenant l’idéologie politique qui correspond à cette politique des syndicats » (Ndlr : la protection des droits des travailleurs). Notons qu’une résolution y afférente sera adoptée ce jour.

Aina Bovel

Midi Madagasikara37 partages

Mahazoarivo : Roalahy nanafika trano fandraisam-bahiny, voasambotry ny pôlisy

Noho ny ezaka manokana nasehoan’ireo pôlisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa, nampian’ireo avy ao amin’ny UIR, dia jiolahy roalahy, avy nanafika trano fandraisam-bahiny teny Mahazoarivo no sarona. Mbola mitohy anefa ny fikarohana ireo namany raha ny angom-baovao azo amin’izao fotoana izao. Raha ny zava-nitranga : trano fandraisam-bahiny iray teny amin’iny faritra Mahazoarivo iny no lasibarty ny fanafihana andian-jiolahy mitam-basy omaly maraina. Tonga naka efitra hatoriana tao amin’ity toerana ity ireto olona ireto. Tamin’io maraina io anefa, dia nivadika ho jiolahy ireto andian’olona ireto, ary nanambana basy ny tompon-trano. Tsy vitan’izay fa mbola nofatoran’izy ireo ny mpiambina. Tapitra nalain’ireto andian-jiolahy ireto avokoa izay entana lafovidy rehetra tao amin’ilay trano fandraisam-bahiny. Tsy naka sarotra nony avy eo ry zalahy fa ny fiara tao amin’ilay toerana ihany no nitondran’izy ireo, ireo entana halatra. Ny ratsy atao anefa loza mihantona ka nony tonga teny Ambanidia dia maty ilay fiara nangalarin’izy ireo. Teo no ho eo ihany dia nafindra tamina taxi iray teny an-toerana ireto entana. Tamin’io fotoana io no tsikaritry ny pôlisy, izay nanao fisafoana teny an-toerana ho nampiahiahy ny fihetsik’ireto olona ireto ka nanatona azy ireo hanao fisavàna. Nitsoaka avy hatrany anefa ireto farany, ary raikitra teo ny fifanjehana nataon’ireo pôlisin’ny boriborintany faharoa. Ny lehiben’ireto farany mihitsy no nirotsaka tamin’ny fanenjehana ireto olon-dratsy ireto, izay nampian’ny pôlisy teo anivon’ny UIR, izay tonga nanatevin-daharaha. Raha ny fantatra dia efa tany amin’ny faritra Ankadimbahoaka tany vao nisy tratra ny roa tamin’ireo olon-dratsy niaraka tamin’ireo entana halatra. Mbola nitohy moa teo ny savahao ny manodidina sy ny fikarohana ireo tafatsoaka hatreto. Ary inoana fa tsy ho ela dia ho hivaly izany.

m.L

Midi Madagasikara33 partages

Reprise de la SUCOMA : Les Chinois vont présenter un rapport d’évaluation

Le DG de la SUCOMA, Wang rencontrant le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Tazafy Armand.

La reprise de la production sucrière de l’usine SIRANALA à Analaiva, à Morondava qui est maintenant gérée par le groupe SUCOMA (Sucrerie Complant Madagascar) fait encore l’objet de négociation entre les dirigeants chinois et l’Etat par le biais du ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé.  « Les négociations entre les deux parties vont bon train. Nous faisons tout pour accélérer le processus. Et un rapport d’évaluation technique de l’état de la sucrerie sera bientôt présenté au ministère de tutelle », a évoqué Wang, le directeur général de la SUCOMA lors d’une réunion de travail avec le nouveau ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Tazafy Armand accompagné par son staff technique hier à Antaninarenina.

Réhabilitation. « Ce sera ainsi à l’issue de ce rapport d’évaluation technique que les deux parties s’engagent à travailler ensemble afin que les activités de la SUCOMA puissent reprendre le plus tôt possible. Nous ne faisons que faciliter tous les processus. La réhabilitation de la sucrerie est également en vue dans le cadre des négociations », a soulevé le ministre de tutelle. Force est de reconnaître que le redémarrage de ce complexe sucrier contribue au développement socio-économique de la région du Menabe, pour ne citer que la reprise du travail des milliers de personnes. A part le développement des activités de l’usine, il y a également le volet agriculture, plus précisément l’exploitation à grande échelle de canne à sucre servant de matière première.

Ruine. Rappelons que ce complexe sucrier a été détruit et fermé depuis décembre 2014 suite à un conflit entre les employés et les dirigeants. Ce qui a provoqué la ruine de l’économie sucrière et la destruction du seul outil industriel de la région, sans oublier la perte des milliers d’emplois. En 2012, cette industrie sucrière a produit quelque 34 000 tonnes de sucre et a occupe près de 3 000 emplois directs, saisonniers et permanents. Tout le monde a ainsi intérêt à ce que les activités de la SUCOMA reprennent. On attend ainsi l’aboutissement des négociations entre les deux parties.

Navalona R.

Midi Madagasikara32 partages

Ambilobe : Olona efatra voatifitry ny mpanafika

Vola mitentina 41,2 tapitrisa ariary no lasan’ireo jiolahy nitam-basy. Nitifitra izy ireo nandritra ny fanafihana ka olona efatra no naratra mafy vokatr’izany. Raha araka ny fanazavana azo dia nanao tifitra variraraka ny tranon’ireo olona norobaina ireo enin-dahy. Basim-borona no nampiasaina ary mbola voaporofo rahateo izany tamin’ny fahitàna ireo taim-bala calibre 12, rehefa nijery ifotony ny mpanao fanadihadiana. Nalefa notsaboina tao amin’ny hopitaly Ambilobe ireo naratra ary notohizana ny fanarahan-dia ireo olon-dratsy nony avy eo. Raha ny fihevitra azy dia efa fantatr’ireo ny fisian’ny vola tao amin’ny tokantrano notafihina, tao amin’ny fokontany Ampitaka. Raha variana amin’ny tsy fandriam-pahalemana eto an-drenivohitra ny olona, satria ireny matetika no tena mivoaka gazety noho izy mora fantatra kokoa ny fisiany, ny any ambanivohitra koa dia tena tsy milamina tanteraka. Isan’andro ny halatra omby izay misy fifampitifirana. Toraka izany ihany koa ny fanafihana ao amin’ny tanan-dehibe, toy ity nitranga tao Ambilobe ity. Hatramin’ny kidnapping aza dia efa tonga any amin’ny tontolo ambanivolo koa ankehitriny. Tsy vitsy ny dahalo no maka takalon’aina rehefa manafika ary matetika dia maka vola amin’ny havan’ny olona nalainy. Any ihany koa dia ady aman’aina ny asan’ny mpitandro ny filaminana. Betsaka tamin’izy ireo no efa namoy aina satria be noho ny vitsy ary kely lavitra noho ny ampiasain’ny dahalo ny fitaovam-piadiana ampiasaina.

D.R

Midi Madagasikara31 partages

Hommage : Il était une fois Rakotoarivony Alphonse Bibison

Rakotoarivony Alphonse Bibison aurait eu 100 ans ce jour.

Il aurait eu exactement 100 ans aujourd’hui, s’il avait encore été de ce monde. Le 12 septembre 1917, Rakotoarivony Alphonse Bibison voyait le jour. Grand Commis de l’Etat, il avait été Secrétaire Général de la commission national malgache pour l’Unesco et chef de service de l’éducation de base dans les années 60. Figurant parmi les pères de l’alphabétisation à Madagascar, il fut également Directeur de l’école Vinet d’Ambohimalaza durant plusieurs décennies. Parmi ses élèves de l’époque figurent d’ailleurs des personnages connus pour ne citer que le Grand Chancelier Ralitera Etienne ou encore le professeur Rabarioelina. Ayant étudié au lycée  Galliéni avant la deuxième Guerre mondiale, Rakotoarivony Alphonse Bibison a eu son bacc en 1939. Il enseignait également dans plusieurs établissements privés dans la Capitale et a collaboré avec le Ministre Laurent Botokeky du temps du Président Philibert Tsiranana et le professeur Rakoto Ratsimamanga.Mahetsaka

Midi Madagasikara28 partages

Association Groupe Moridy : Un projet de reboisement à l’échelle nationale en vue

Un projet de reboisement dans les vingt-deux régions est en cours de profilage actuellement. Une initiative ambitieuse qui veut « redonner à l’île rouge son ancienne verdure » selon Abou Moridy, président d’AG Moridy.  Ce dernier d’expliquer que le projet « n’exclut aucune région ». A cet effet, des campagnes de reboisement vont être lancées dans les régions qui sont en partenariat avec l’association. Par ailleurs, Abou Moridy de souligner que le partenariat se concentre surtout dans la donation de terrain par les responsables des collectivités territoriales décentralisées. Le numéro Un d’AG Moridy d’enchérir que « c’est aux collectivités ou encore aux responsables des services territoriaux déconcentrés de définir que tels ou tels terrains peuvent être utilisés pour les campagnes de reboisement ». La part de l’association quant à elle « consiste à payer, à raison de sept euros par jours, les personnes qui feront les reboisements ».  « Une façon pour l’association d’aider les personnes issues des familles vulnérables à subvenir à leurs besoins le temps d’une campagne mais également de les impliquer dans la préservation de l’environnement », a lancé Abou Moridy. Lui d’ajouter que l’association AG Moridy fera en sorte « d’assurer des salaires décents durant toutes les campagnes de reboisements prévues dans la Grande-Île ».

Nosy Be. La première campagne de reboisement est prévue dans le début du mois de janvier de l’an prochain dans la commune urbaine de Nosy Be. Devant durer dix jours, ladite campagne va permettre de replanter trente milles arbres. « La détermination de la superficie sur laquelle les arbres vont être plantés dépend toutefois du ressort de la commune », a fait savoir Abou Moridy. Toujours dans le cadre du programme de reboisement à l’échelle nationale, « la commune de Morondava sera le prochain dans la liste d’après ses dires ». Entrant dans le cadre des objectifs du développement durable, le programme lancé par l’Association-Groupe Moridy devrait durer cinq ans.

José Belalahy

Tia Tanindranaza27 partages

FandriampahalemanaHanao “miracle”?

Hotontosaina eny amin’ny CCI Ivato anio talata 12 septambra manomboka amin’ny 4 ora tolakandro ny fanolorana drafitra fanatsarana ny tontolon’ny fandriampahalemana PN-RSS (Plan National de la Réforme du Secteur de la Sécurité) eto Madagasikara.

 

Novolavolaina tao anatin’ny telo taona izy io, ary niarahana tamin’ny manampahaizana avy any ivelany toy ny avy amin’ny Vondrona Afrikanina, SADC, PNUD … . Firenena Afrikanina maro no efa mampihatra azy, raha ny fanazavan’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Hatolotra an’ny filoham-pirenena ny antontan-kevitra, ary hanomboka avy hatrany ny fampiharana io PN-RSS io eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara. Vaindohan-draharaha ny fanamafisana ny fandriampahalemana, ary fomba fiasa vaovao, antontan-kevitra vaovao no hampanantenaina. Raha ny fanehoan-kevitry ny praiminisitra moa dia rafitra tsy mifanaraka amin’ny toetr’andro fa efa tamin’ny andron’ny fanjanahantany no misy amin’izao. Tafiditra ao anatin’ny PN-RSS ny fampiharana ny dina, ary tsy tafiditra ao anatin’ny fifaninanana amin’ny fitsarana fa mifameno ireo. Hisy ny lalàna mety hiova fa misy ihany koa ny lalàna hoforonina hifandraika amin’io PN-RSS io, hoy hatrany ny praiminisitra. Raha ny resaka ambony latabatra sy ny fampanantenana momba ny fandriampahalemana aloha, dia efa maro ihany izay ary vao tsy ela akory ny praiminisitra no nilaza fa roa na telo volana dia hisy ny vokatra azo tsapain-tanana. Asa fa tsy kabary lava no andrasana, ka na matihanina tanteraka aza ny drafitra an-taratasy, tsy hisy fandriampahalemana ho vanona, raha tsy afaka ny hisitraka ny haren’ny taniny ny vahoaka isaky ny faritra, fa tompony mangataka atiny. Tsy hisy zava-banona raha mbola manjaka ny kolikoly, toy ny fahitana olon-dratsy efa naiditra am-ponja izao, kanefa andro na volana vitsy dia hita miriaria eny anivon’ny fiarahamonina mamerin-keloka indray fa tsara mpiaro ! Ny fanjakana no ohatra halain-tahaka, ka izy ireo aloha no mila miova sy manaporofo fa tena miova. Anisan’ny mety ho fototry ny asan-jiolahy ny tsy fandraisana ireo nahavita fanompoam-pirenena ho miaramila raikitra, kanefa mahay mikirakira fitaovam-piadiana na koa ny fandroahana mpitandro ny filaminana nandika lalàna, izay tokony hitadiavam-bahaolana hafa. Raha misy ny politika mazava hampanana asa ny tanora, dia hihena ho azy ny tsy fandriampahalemana, saingy mbola ho ela angamba… raha tsy hoe : hanao fahagagana !

Toky R

Tabera Randriamanantsoa, minisitry ny Asam-panjakana teo aloha : “Raha mbola kamboty toy io ny minisiteran’ny Ati-tany, dia nofinofy izany fandriampahalemana eto izany. Raha mbola hisaratsaraka samy hanana ministera tahaka ny misy ankehitriny ny zandary sy polisy dia tsy hanana olona hampiasaina ny Ati-tany, Faritra, Distrika ary tsy hisy fandriampahalemana izany”.

 

 

Tia Tanindranaza26 partages

Lalan’ny FrankofoniaNamono olona indray

Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina teny amin' ny lalam-baovaon’ny Frankofonia na ny "ROCADE" Andohatapenaka, omaly 11 septambra manodidina ny tamin’ny 10 ora alina.

 Fiara 4X4 marika Toyota Prado no tra-doza teny an-toerana ka potika tanteraka. Tsy fantatra mazava izay anton’ny loza. Olona miisa 3 no tao anatiny, ka 1 no namoy ny ainy ary 2 naratra mafy sy miady amin’ny fahafatesana, raha ny vaovao vonjimaika azo. Tsy vao izao no nisehoana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina tamin’iny lalana “Digue” sy ny manodidina iny, fa efa matetika.  Vao ny 24 aogositra teo mantsy no nisehoan’ny loza namoizana ain’olona roa vokatry ny fidonan’ny fiara marika Renault Mégane tamina rindrim-bato. Raha ny tombantombana, dia vokatry ny fandehanana mafy sodokan’ny lalana mahitsy no niteraka ny loza. Anisan’ny olana eny an-toerana ny tsy fahampian’ny takelaby famantarana ny tondro amin’ny fifamoivoizana. Mamitaka ihany koa ny lalana nisehoan’ny loza satria tonga dia mifanapaka mijidina avy hatrany rehefa handray ny “Digue”, ka maro no mety voafitaka, indrindra amin’ny alina. Manampy trotraka ny haizina amin’ny faritra sasany vokatry ny fahaverezan’ireo jiro mandeha amin’ny herin’ny masoandro manazava ny lalana noho ny halatra. Mifangaro eny an-toerana ny tahotra amin’ny mpanao ratsy satria misy amin’ireo fiara no matahotra fanendahana na ho lasibatr’ireo olon-dratsy  raha tojo maizina, ka alaim-panahy handeha mafy. Tsy hay aloha na mety hitombina na finoanoam-poana ny petra-kevitry ny olona sasany, izay milaza fa misy lolo amin’iny toerana iny ka maka olona matetika. Na izany na tsy izany, misy andraikitra be dia be avy amin’ny fanjakana ireny sehon-javatra ireny. Raha tsiahivina, natao petatoko ny namitana ny fotodrafitrasa, izay nanenjehana ny fihaonamben’ny Frankofonia ny volana novambra 2016. Mampametra-panontaniana ihany koa hoe mba nisy ve ny fepetra noraisina taorian’ny loza niseho teo aloha ? Aiza ho aiza ny andraikitry ny mpitandro ny filaminana ? Tsy milamina mantsy iny faritra iny ? Ilaina hatrany ny mitandrina rehefa manjohy iny lalana iny sy ny lalam-pirenena rehetra satria sesilany ny loza tato ho ato. Antony betsaka mitera-doza ihany koa ny fandraisana alikaola eo am-pamiliana, ka ilaina ny mifehy tena mba tsy ho tojo ny patsa iray tsy omby vava.

Toky R

 

Midi Madagasikara26 partages

Vacances Numériques : Grande affluence des jeunes à l’événement

Les technologies numériques intéressent de plus en plus les jeunes malgaches. Malgré les difficultés d’accès aux matériels et équipements numériques, l’événement « Vacances Numériques », organisé par le Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN) en partenariat avec Orange Madagascar et Tech Zara bat son plein. Pour les organisateurs, l’événement s’inscrit dans la démarche du développement du Numérique à Madagascar. Il s’agit d’une opportunité de vulgariser la culture numérique et informatique chez les jeunes à l’ère des avancées technologiques. En effet, l’événement vise, entre autres, à faire découvrir l’utilisation des outils du numérique aux jeunes Malgaches, qui n’ont pas forcément les équipements à la maison ; et d’animer la communauté des jeunes développeurs malgaches.

Défis. Découvertes, animations et divers concours ont été programmés du 17 août au 15 septembre dernier. Du 2 au 15 septembre, des séances d’initiation à la création de Bot Messenger, de formation sur la conception d’un jeu pour mobile, de formation sur le basique de l’informatique,  de mini hackaton, etc. ont également été organisées dans le cadre des Vacances Numériques. La remise des prix pour le mini-hackaton s’est déroulée le samedi dernier à l’Alliance française d’Andavamamba. Tolotra Andriamiharintsoa est le grand gagnant du concours de développement informatique, et a obtenu, entre autres, 6 mois de connexion internet. D’autres lauréats ont également été primés et tous les participants ont reçu un certificat de la part d’Orange Madagascar. Par ailleurs, les Vacances numériques ne prendront fin que le 15 septembre prochain et se déroulent au CEMDLAC Analakely  pendant les jours ouvrés et à l’AFT Andavamba les weekends. Des ordinateurs et tablettes sont à la disposition des visiteurs. Ces derniers peuvent également venir se connecter en wifi sur place avec leur propre équipement, selon les organisateurs. Bref, il reste encore quatre jours de découverte et de gratuité pour les accros aux technologies numériques.

Antsa R.

L'express de Madagascar25 partages

Constitution anti-constitutionnelle

Ce n’est pas trop tôt. Tout le monde avait dénoncé l’adoption de la Constitution dans des conditions déplorables et presque au forceps lors du référendum de décembre 2010. Jamais un scrutin n’avait été aussi mal organisé et controversé. Les dispositions prévues avaient changé au gré de la tournure prise par les péripéties du scrutin. L’heure de fermeture des bureaux de vote avait été repoussée à cause du très faible taux de participation, les électeurs pouvaient voter même sans carte électorale mais en présentant une carte du fokontany.La Constitution a donc été adoptée avec une carte d’une collectivité qu’elle ne reconnaît pas. Eh oui, les fokontany ne figurent pas parmi les collectivités reconnues dans la division administrative. Et dire qu’ils sont chargés de recenser les électeurs et la population en général. C’est l’une des absurdités de cette Constitution taillée a sa mesure par Andry Rajoelina. L’ancien Président de la Transition s’est donné le malin plaisir de changer la devise de la République en y introduisant le mot «Amour». Une originalité qui donne davantage une note de fantaisie à cette Constitution qui a donné du fil à retordre au Président Rajaonarimampianina des son arrivée au pouvoir lors de la nomination du Premier ministre. L’article 54 n’est pas assez clair et prête à confusion.Pour ne pas chambouler les choses, le Président a choisi de faire avec, malgré les discordances criantes et les conseils de ses collaborateurs. Organiser un référendum tout de suite après une élection présidentielle aurait été financièrement difficile alors que l’opinion ne l’aurait pas admis au plan politique. L’erreur est d’avoir vécu avec une loi fondamentale que l’on savait inopérante et incohérente sur plusieurs aspects.Il est presque impossible de gouverner avec une Constitution bancale et conçue par quelqu’un qui s’apprêtait à devenir Chef de l’État. Il lui a fallu jouer le funambule pendant quatre ans pour déjouer les pièges tendus par cette Constitution.  Maintenant le contexte électoral fait qu’il est difficile de parler de réforme constitutionnelle sans être taxé de procéder à un montage politique. Les débats semblent malheureusement réduits à l’article relatif à la démission du Président, 60 jours avant le scrutin. Un détail, par rapport aux autres points qu’il va falloir revoir. Tant qu’à faire, mieux vaut prendre le temps qu’il faut pour ne plus accoucher d’une Constitution inconstitutionnelle, que chaque nouveau Président s’amusera à retoucher.On en est à cette situation pour ne pas avoir retenu la leçon de l’histoire. Albert Zafy avait conçu une Constitution pour son propre empêchement que Ratsiraka s’était empressé de changer sitôt revenu au pouvoir. Ravalomanana, à son tour, a fait adopter une Constitution qui allait écourter son règne que Rajoelina a vite fait de remanier pour permettre à un «adolescent» de se présenter à la présidentielle. Et on n’est pas sorti de l’auberge avec une Constitution pour chaque Président.La révision est d’autant plus incontournable que la Constitution en vigueur n’est pas celle qui avait été soumise au vote. Un crime dont la sanction n’est même pas prévue dans la …Constitution.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara21 partages

Projet PASSAT : Le site de décharge de Tsongobory en cours de transformation

Travaux de réhabilitation en cours à Tsongobory.

Après avoir accumulé 20.000 tonnes de déchets, l’ancien site de décharge de Tsongobory de la ville de Toliara va être  transformé, avec  l’action commune de l’ONG Welthungerhilfe (WHH) et de la Commune Urbaine de Toliara.

Enfin une grande action d’assainissement à Toliara ! Depuis plus de 60 ans, la Commune Urbaine de cette ville a déposé ses déchets au niveau d’un site de décharge sauvage à Tsongobory, à la limite nord de la ville, sur la RN9. Ce site saturé a été délaissé depuis mars 2017 suite à la construction d’un nouveau Centre de Stockage et de Valorisation des Déchets (CSVD) par la WHH. Mais depuis, il reflétait l’extrême pauvreté qui existe dans le sud. En effet, le site de décharge de déchets de Tsongobory, qui se trouve sur une zone basse et inondable est devenu depuis une dizaine d’années un lieu d’habitation malgré le danger pour la santé et l’odeur dégagée par les déchets et les déjections humaines. Plusieurs chiffonniers, dont des enfants, passent leur temps à fouiller dans les poubelles dans l’espoir de trouver des matériaux à trier, en s’exposant eux-mêmes à des dangers pénibles pour leur vie.

Tourisme. Depuis toujours, la décharge de déchets de Tsongobory était mal placée. Située devant la belle plage « La batterie », elle empêchait les touristes de profiter du site. De plus, pour toute la population, Tsongobory est un puits de maladies infectieuses, dont la nappe phréatique et l’air sont pollués, les déchets s’éparpillent partout et les conditions d’hygiène et de santé publique sont véritablement catastrophiques. La réhabilitation du site n’était pas prévue par le projet PASSAT. Mais avec ces enjeux précités, la WHH a décidé, selon ses représentants, de lancer cette action pour offrir une nouvelle vie à Tsongobory. Cette action a été lancée officiellement hier, avec le système HIMO. Selon les initiateurs du projet, environ 200 personnes issues des fokontany de Tsongobory et d’Anketraka vont travailler dans les prochaines semaines pour débarrasser une première partie des déchets, avant de laisser la place aux gros engins qui continueront les travaux. C’est la première fois à Madagascar qu’un ancien site de décharge sera fermé selon les règles environnementales requises, et sera rendu à la population riveraine et la Commune Urbaine.

Antsa R.

L'express de Madagascar17 partages

Mahazoarivo – Ambanidia – Des bandits appréhendés après un braquage

Peur ou impuissance ? Un groupe de’hommes a été obligé d’abandonner le véhicule tout terrain qu’ils avaient utilisé pour attaquer un restaurant à Mahazoarivo, hier, et ce, après un contrôle à Ambanidia. Ils ont pris ensuite la fuite à bord d’un taxi en direction du Fasan’ny Karana. Les forces de l’ordre les ont poursuivis et ont arrêtés deux hommes, tandis que les complices ont réussi à leur échapper. Un fusil de fabrication artisanale ainsi que plusieurs munitions ont été saisis sur eux. Les recherches continuent pour retrouver les fuyards.On ne connaît pas exactement le nombres de ceux qui ont attaqué le restaurant, pas plus que l’argent ni les marchandises dérobées. Des échanges de renseignements entre policiers  sur le véhicule utilisé ont permis cette arrestation à Ambanidia.« Les renseignements ont indiqué que les malfrats avaient utilisé un véhicule volé. Une enquête à ce sujet a alors été ouverte », selon la police.

N.N.

L'express de Madagascar15 partages

Mines – Prophecy Development à Dabolava

Cette compagnie canadienne va exploiter le gisement d’or de Dabolava. Le métal jaune risque de couler à flot dans cette localité.

La mine d’or de Dabolava a attiré la compagnie Prophecy Deve­lopment Corpo­ration. Elle vient de conclure un accord avec une importante société minière de charbon qui a acquis la société Pan African Mining Corpo­ration pour l’exploitation de ce gisement d’or dans le district de Miandrivazo. Il va acquérir ainsi six permis miniers dans cette zone et d’autres actifs qui constituent l’ensemble du projet pour une contrepartie totale d’au moins 5 millions de dollars, selon le communiqué de la société.Pour cette transaction, Prophecy va verser dans la caisse de la société « vendeur » dans un premier temps 1 millions de dollars à la clôture de la transaction, 1 millions de dollars au bout de un an et un autre million de dollars après deux ans de la date de clôture. Et lorsqu’il obtiendra son premier permis d’exploration du projet, la société versera 2 mil­lions de dollars. En plus, la compagnie canadienne s’engage après à débloquer 2 dollars par once d’or découvert, avant extraction, avec un minimum de découverte d’un million d’once d’or dans les sites miniers du projet Dabolava.

Tendances aurifèresLe site de Dabolava est un gisement d’or. Le métal jaune a été extrait dans cette zone depuis 1900 et continue d’être exploité à très faible échelle. La société Pan African Mining avait mené des travaux dans cette zone minière et l’a abandonné en 2008. Les études faites par cette société démontrent les potentiels de ce gisement minier. « Les travaux précédents sur Dabolava avaient montré plus de 10 km de tendances aurifères mises en évidence par des interceptions de forage à l’or de quartz de plus de 100 g / t d’or », a déclaré John Lee, président de Prophecy.Le projet Dabolava couvre une surface totale de 375km² pour ces six permis miniers. Il se compose de plusieurs zones dont les plus importantes sont Dabolava Est, Takadora, la Montagne d’Or et Anjoma. « En plus de Dabolava Est, Takadora, Mountain of Gold et Anjoma, le vaste paquet terrestre contient plusieurs autres zones prospectives avec un vaste travail minier artisanal historique qui justifie l’exploration. Alors que le développement du projet est à un stade précoce, il existe des signes prometteurs que Prophecy entreprend, un projet d’or à l’échelle du district, très unique, qui tire très peu de comparaisons modernes et historiques », continue d’expliquer le patron de la société canadienne.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara15 partages

Jeux des Iles – 2019 : Le concours de la mascotte lancé

Il ne reste plus que 675 jours avant le coup d’envoi des 10es Jeux des Iles de l’Océan Indien (JIOI) à Maurice. Le Comité d’Organisation a lancé le concours pour trouver la mascotte des jeux depuis samedi avec les 14 pictogrammes des disciplines. La date des Jeux n’a pas été changée et se déroulera  du 20 au 28 juillet.  Un concours réservé uniquement aux Mauriciens. « Le lancement de ce concours est effectivement une étape importante dans notre organisation. Nous avons besoin désormais du support visuel pour avancer dans notre organisation et j’espère que les Mauriciens vont se montrer très créatifs », a déclaré Jean-Pierre Sauzier, dans un journal mauricien.Il n’y aura pas de Village des Jeux à Maurice en 2019. À la place, il y aura un pôle d’hébergement à Balaclava et un autre à Flic-en-Flac. Le lieu d’hébergement sera choisi en fonction de la proximité des sites de compétitions.

Recueilli T.H

Midi Madagasikara14 partages

MID : Dons de kits scolaires aux enfants du personnel

Le Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la décentralisation lors de la cérémonie de remise des kits scolaires à Anosy hier.

Les enfants du personnel du ministère de l’intérieur et de la décentralisation ont été gâtés hier. Olivier Rasolonandrasana, ministre de l’Intérieur et non moins Premier ministre a procédé à des dons de kits scolaires aux enfants de tous les niveaux scolaires (du préscolaire à la terminale). Composés de cahiers, de stylos, de gommes et d’autres fournitures, lesdits kits ont été le fruit d’une action de solidarité entre le ministre et les parents d’élèves travaillant au sein du ministère. Interviewé sur les raisons de cette décision, Olivier Rasolonandrasana d’affirmer que « l’initiative avait pour but d’alléger les difficultés des parents (surtout financières) en cette période de rentrée scolaire ». Il convient, par ailleurs, de noter que de telle initiative n’en est pas à son début. D’autres actions de ce genre ont déjà existé par le passé et effectué par les responsables auprès du département ministériel.

José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

Parti Vert : Contre une Constitution taillée sur mesure

Le bureau politique du parti Vert samedi à Itaosy.

Le parti Vert Hasin’i Madagasikara poursuit le renforcement de sa base. Samedi dernier, c’était au tour des communes environnantes d’Itaosy. En marge de la cérémonie d’investiture des nouveaux bureaux, le président national du parti Georget Alexandre a martelé : « Nous sommes contre une Constitution taillée sur mesure. On ne peut pas réviser une Constitution quand on veut.». Par rapport à la prochaine élection présidentielle, Georget Alexandre de réitérer : « Je confirme  que le parti Vert aura son candidat à cette élection. Notre candidat sera l’un des chefs des partis membres de l’ARMADA. »

7 communes et 43 Fokontany. Revenant sur ce qui s’est passé samedi à la Salle d’œuvre de l’église Saint-Michel à Itaosy,  une délégation du bureau politique du parti Vert Hasin’i Madagasikara a installé les nouveaux membres de ses bureaux dans  7 communes environnantes. Ces bureaux sont en même temps en charge de la direction locale du parti dans 43 Fokontany. « Le parti Vert Hasin’i Madagasikara est un parti vivant. Nous participerons à toutes les prochaines élections. Raison pour laquelle il nous faut toujours redynamiser nos structures. », a déclaré Georget Alexandre.  Les nouveaux membres du bureau du parti Vert dans le VIe Arrondissement seront également installés dans les prochains jours.

R. Eugène

L'express de Madagascar10 partages

Santé – « Tsaboy ny gasy » un appel au secours

Nous payons environ 250 000 ari­ary pour les outils orthopédiques. Or la plupart d’entre nous ne peut pas se les offrir car beaucoup sont des familles vulnérables, a affirmé hier, Fela Razafinjato, président du Centre Sembana Mijoro, lors de la présentation des résultats du sondage en ligne effectué par Wake Up Madagascar et Liberty32, au mois de mai, au Centre Arrupe à Faravohitra.Il s’agit d’une enquête qui vise à collecter  les perceptions et les vécus des gens par rapport au système de santé à Madagascar appelé « Tsaboy ny gasy ». Ce n’est qu’une des plaintes des cent quatre-vingt-douze personnes ayant répondu à cette enquête. Bon nombre de personnes racontent également les injustices et les irresponsabilités dans le domaine de la santé à Madagascar. 65 % d’entre eux ont réitéré que le système de santé à Mada­gascar ne profite qu’aux riches.

Budget insuffisant« La santé est inaccessible pour la plupart, la santé c’est pour les riches. Tel est le sentiment exprimé dans plusieurs témoignages issus de ce sondage. Si les patients ne possèdent pas la somme convenue, ils ne peuvent pas se faire soigner et peuvent même mourir. Si les gens arrivent dans des centres de santé ou aux urgences, le personnel de santé ne les prend pas en charge directement même s’ils ont l’argent nécessaire. Il existe également de faux diagnostics et de faux traitements ainsi que le surdosage de médicaments. On ne peut ignorer les différentes formes de corruption auxquelles on peut être confronté dans les hôpitaux. Une multitude de plaintes ont été émises à partir de ce sondage », explique Ketakandriana Rafitoson, membre du mouvement Liberty32.« Le budget alloué à la santé est faible par rapport aux besoins de la population », a souligné  Ketakandriana Rafitoson rapportant le souhait des personnes ayant répondu à ce sondage. En fait, moins de 6 % du budget de l’État est alloué à la santé à Mada­gascar. Ces deux mouvements non partisans ont choisi ce programme, afin d’interpeller l’État. « La loi de finances sera révisée bientôt, c’est la raison pour laquelle nous faisons ce plaidoyer », ajoute-t-elle.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara10 partages

Belo sur Tsiribihina : A travers l’apiculture, le salut des mangroves

Razeny, fier de vendre son miel de mangroves à la foire Reniala du Menabe. Photo WWF.

A travers la mise en place d’un groupement d’apiculteurs, des pêcheurs du Menabe qui exercent également l’activité d’apiculteurs, qui génèrent des revenus importants tout en contribuant à la préservation des mangroves.

Razeny en est la preuve vivante. Ce « mpiandriake » (pêcheur) qui est également le président du groupement « Matavy Entea » (belle vue) des apiculteurs d’Antanandahy, un village au cœur des mangroves du delta de la Tsiribihina, sur la côte ouest de Madagascar, a pu tirer profit de ses activités de production de miel de mangroves, qui impliquent forcément la sauvegarde de celles-ci. En somme, il a su faire d’une pierre deux coups.

Changement climatique. Ce pêcheur qui vivait essentiellement de ses produits halieutiques, s’est rendu compte que le changement climatique a bouleversé son activité principale. « Aujourd’hui, il y a beaucoup plus de vents en mer et moins de poissons », confie-t-il. « Les conditions climatiques ont vraiment changé. Pêcher en haute mer est devenu plus difficile pour les petits pêcheurs comme moi ». La situation l’a amené à s’adapter en produisant du miel de mangroves. D’autres lui ont emboîté le pas. Son groupement compte aujourd’hui 18 membres et bénéficie de formations en apiculture depuis 2012, dispensées par la fédération des paysans de la région Menabe FITAME (Firaisantsoan’ny Tantsaha Menabe) avec l’appui de WWF.

Foire Reniala. Razeny et son groupement ont participé à la troisième édition de la foire        « Reniala Menabe » du 31 août au 2 septembre 2017. Cette foire promeut depuis trois ans l’économie et la culture du Menabe. Razeny et ses collègues ont vendu leur miel de mangroves durant ces trois jours de foire et ont écoulé l’ensemble de leurs produits. Pour Razeny, son activité d’apiculteur  apporte un complément d’argent important car lui permet de payer l’éducation de ses cinq enfants. Pêche en mer le matin, il s’occupe de ses huit ruches l’après-midi. Chacune de ses ruches produit entre 15 et 20 litres de miel, vendus à 10.000 Ar le litre. Un rapide calcul permet de se rendre compte de l’importance et des bénéfices tirés de cette activité.

Surveillance. Razeny est aussi membre du comité de surveillance des mangroves de sa communauté. Son constat est que la conservation et la gestion durable des forêts de mangroves est le cœur de l’économie du miel dans la région Menabe. Un miel qui est parmi les plus appréciés de Madagascar. Selon lui, apiculture et conservation sont liées : « Il est capital de protéger nos forêts car s’il n’y a plus de mangroves, il n’y aura plus de miel et plus d’apiculture. Et surtout, des mangroves en bonne santé donnent du miel de bonne qualité et en abondance ». En deux phrases, tout est dit.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara10 partages

Aléa des Possibles : Une journée solidaire samedi prochain

Des acrobaties et des portées à la portée des petits circassiens.

Le monde du cirque est encore très peu connu et vulgarisé à Madagascar. Et puis, lorsqu’il n’y a même pas de chapiteau ou de salle pour en faire, normal que les artistes de cette discipline ne soient pas aussi connus que les chanteuses tropicales. Mais la scène existe quand même, et avec des projets et des interventions ici et là, quelques petits enfants ont l’occasion d’apprécier le cirque. Pour la compagnie Aléa des Possibles, ce n’est pas une raison de ne pas se produire ou de partager cet art. Des représentations, elle en fait. Et cela depuis des années. Et parfois même pour des raisons caritatives. Ce samedi, Aléa des Possibles organise  une journée solidaire à l’Is’Art Galerie, intitulée « Mandeha ny mandeha », où elle rencontrera le grand public pour quelques animations qui s’y tiendront jusqu’au soir. Cette journée sera un élan du cœur au profit de l’association pour que l’équipe puisse poursuivre ses activités. A 15h, il y aura des spectacles par les enfants du programme Alpha’Art, suivi d’une initiation aux arts du cirque pour les enfants de 6 à 16 ans. Il s’agira notamment d’équilibre sur objets, d’acrobaties et de portées et jonglages. A 20h, place au cabaret cirque avec les artistes de la Compagnie Aléa des Possibles, avant le concert avec Eka Zaho. Et toute la journée, une visite du show room Aléa des Possibles, avec l’exposition de plusieurs accessoires de la compagnie, mais également des portraits par des dessinateurs sur place, ainsi que des petites pâtisseries avec Daisy Cake.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara10 partages

GRC-RRC : Renforcement de capacités pour les acteurs en charge des personnes handicapées

Dans le vif du sujet, les participants travaillent ici sur la matrice de réaction rapide face aux catastrophes.

Plus vulnérables face aux catastrophes naturelles, les personnes en situation de handicap bénéficient d’un meilleur appui en matière de gestion et réduction des risques et des catastrophes, à travers le renforcement des capacités des acteurs en charge des personnes touchées par les catastrophes naturelles.

Une vingtaine de personnes, s’occupant dans leurs domaines respectifs et à divers niveaux,  des personnes en situation de handicap, ont participé, la semaine dernière au Cénacle Antsirabe, à un atelier de renforcement de capacités sur la gestion et la réduction des risques et des catastrophes (GRC-RRC). Tenu autour du thème « Ensemble,  sauvons des vies et préservons la dignité humaine », cet atelier était une occasion pour les participants d’en apprendre davantage sur le cycle de la GRC à Madagascar, le cadre législatif existant en matière de GRC et surtout, l’approche inclusive de la GRC. A travers une approche participative adoptée par les formateurs issus du BNGRC (Bureau National de Gestion des Risques et Catastrophes), cette rencontre comportait, entre autres, une série de présentations, de travaux de groupe et surtout, une mise en situation à travers un exercice de simulation.

Participants. Organisé par CBM (Christoffel Blinden Mission) – une organisation internationale chrétienne de développement œuvrant en faveur des personnes en situation de handicap –  avec le BNGRC, cet atelier visait, par ailleurs, l’intégration de la RRC dans les projets soutenus par CBM à Madagascar. Quant aux participants, ils sont issus de divers projets liés au domaine du handicap et des personnes en situation de handicap (orthopédie pédiatrique, éducation inclusive, formation professionnelles des personnes en situation de handicap, formation en ergothérapie, réadaptation à base communautaire) soutenus par CBM à Antananarivo, Antsirabe et Morondava. S’y ajoutent six personnes appartenant à l’organisation régionale des personnes en situation de handicap (GRAPHAV) du Vakinankaratra.

« RETEX ». Cet atelier de renforcement de capacités était ainsi l’occasion pour les participants de prendre la mesure de l’importance de la gestion et la réduction des risques et des catastrophes dans leurs activités respectives, et de s’approprier de nouvelles connaissances, compétences et informations en la matière. Le troisième jour de l’atelier, consacré au retour d’expérience (RETEX) dans l’enceinte de l’école des malentendants FOFAMA à Antsirabe, a permis à ces participants de partager leurs appréciations personnelles et d’exprimer le degré d’enrichissement du groupe en matière de GRC-RRC.

PND et Cadre d’action de Sendai. La démarche de CBM d’organiser cet atelier s’inscrit dans le cadre du plan pays de cette organisation pour la période 2016-2018, en soutenant le BNRGC dans ses efforts de mise en œuvre du Plan National de Développement (PND) et du cadre international de Sendai face à la récente recrudescence des catastrophes naturelles. Rappelons que ce Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe 2015-2030, adopté lors de la troisième conférence mondiale de l’ONU à Sendai, au Japon, en mars 2015, vise à prévoir, planifier et réduire les risques de catastrophe pour mieux protéger les humains, les collectivités et les pays, ainsi que leurs moyens de subsistance, leur santé et leurs biens et patrimoines, afin d’améliorer leur résilience.

Hanitra R.

News Mada9 partages

Antananarivo : un décès suspect de peste pulmonaire

L’épidémie de peste fait déjà des ravages à peine la saison débutée. Une dizaine de cas positifs ont été notifiés, dont cinq décès depuis le début de ce mois, selon une source auprès du ministère de la Santé. Pas plus tard qu’hier, une suspicion de décès liée à cette épidémie est survenue dans la capitale.

Une patiente, âgée de 47 ans, hospitalisée d’urgence dans la capitale à cause des maladies respiratoires est suspectée d’avoir succombé  des suites d’une peste pulmonaire, hier, selon des sources auprès du ministère de la Santé. Des sources proches de la victime ont informé que la défunte s’est portée mal après avoir passé un séjour à Toamasina, où des décès suspects ont été également enregistrés, dont des membres de la famille de la victime.

En pleine investigation, les responsables auprès du ministère de la Santé évitent de donner de plus amples informations sur ce cas en attendant les résultats des analyses bactériologiques en laboratoire à l’Institut Pasteur de Madagascar. Quoi qu’il en soit, tout un chacun devrait faire preuve de vigilance, en consultant les médecins en cas de symptôme douteux.

Descente à Toamasina

Parallèlement, une équipe de la Direction de la veille sanitaire et de la surveillance épidémiologique (DVSSE) effectue actuellement une mission dans la ville du Grand port en vue de déterminer les origines de l’épidémie de la peste sur place, qui ne figure pas dans la liste des zones pesteuses.

En tout cas, des cas positifs, qui s’accompagnent de décès, ont été également notifiés au début de ce mois dans une zone pesteuse, plus précisément  dans une zone rurale du district de Miarinarivo selon un responsable auprès du ministère de la Santé. Une situation qui est déjà maîtrisée en ce moment. On attend ce jour la déclaration de la fin de l’épidémie sur les lieux.

Fahranarison

 

News Mada8 partages

Fahaiza-miaina japoney : hampidirina eto amintsika ny « Kaizen »

Anisan’ny hita eo anivon’ny sampampianarana ambony toekarena ao amin’ny Oniversiten’i  Barikadimy – Toamasina, ny kolontsaina japoney « Kaizen« . Lazain’ny mpampiofana an’ity raharaha ity fa fomba ahafahana miala amin’ny ratsy ary hidirana amin’ny fahaiza-miaina tsara ny kolontsaina « Kaizen« . Fahaiza-miaina sy mizara ny tsara eo amin’ny fiarahamonina sy entina hampivoarana ny toe-tsaina mankany amin’ny fomba tia karokaroka sy tia olona ary ny fiarahamonina. Tia ny asa aman-draharaha sy mizara ny zava-dehibe mahasoa amin’ny namana, tia mivoatra isan’ andro. Vokany, nisy ny fampiofanana ireo vondrom-pikambanana manao asa tanana sy kolontsaina ao amin’ny sampandraharahan’ny asa tanana sy ny kolontsaina atsinanana notarihin’ny talem-paritra, Rtoa Ralahy Fabienne sy ny filohan’ny Ivotoeran’ny asa tanana, Rtoa Rakotoarivony Hudoline, an’ ireo solontenam-pikambanana miisa 45. Nandritra ny dimy andro, etsy amin’ny Ivotoeran’ ity sehatra iray ity eny Tanambao II, ary nifarana ny zoma 8 septambra teo, ny fiofanana.

Nisahana ny fampiofanana i Zafilaza Chrystophar, masoivohon’ny kolontsaina japoney  » Kaizen » eo anivon’ny oniversiten’ i Barikadimy. Nambarany fa anisan’ny kolontsaina nampivoatra an’i Japana ny « Kaizen« , tafiditra ao anatin’ny « module 5S« . Nandritra ny lanonam-pamaranana ny fampiofanana, nisy ny fizarana mari-pankasitrahana ho an’ ireo nahavita ny fiofanana.

Sajo 

Midi Madagasikara8 partages

24e Africa Oil Week : La recherche d’investisseurs au centre des débats

Les acteurs mondiaux des secteurs du pétrole et du gaz se réuniront à Cape Town, Afrique du Sud, du 23 au 27 octobre prochain. Les grosses pointures en termes d’analyse, d’inspiration et de motivation seront au rendez-vous, selon les organisateurs.

Séminaires scientifiques, tables rondes, débats, panels ministériels, etc. seront au programme de la 24e Africa Oil Week, organisée par ITE Group. Avec le contexte actuel, le contenu de l’édition de cette année a été radicalement révisé, selon les organisateurs, pour répondre aux besoins des participants à la recherche de solutions pour relever de nouveaux défis. « Nous sommes fiers d’être reconnu comme le principal événement pétrolier et gazier mondial axé sur l’Afrique. Pour conserver ce titre, nous avons vraiment dû sortir des sentiers battus pour concevoir un programme qui offre quelque chose au-delà de nos opportunités renommées de réseautage et de négociation – nous voulons donner aux participants l’accès à de nouvelles façons de travailler révolutionnaires, pour qu’ils partent avec les connaissances, les outils et les méthodes qui peuvent les aider à faire face à une industrie en pleine évolution », a déclaré le vice-président Afrique d’ITE, Sonika Greyvenstein.

Echanges. Dans le but de fournir les informations le plus actuel sur la politique africaine et internationale, ITE a renforcé la présence des hauts fonctionnaires des gouvernements. Rick Perry, secrétaire américain à l’énergie, interviendra lors d’une session sur la politique énergétique mondiale, ainsi que lors de la présentation du manuel sur le GNL par son ministère visant à faciliter les projets de GNL dans les pays d’Afrique subsaharienne. En ce qui concerne les ministres africains du pétrole et du gaz, les participants pourront dialoguer directement avec eux sur des questions cruciales pour leurs plans et projets d’investissement lors du Panel Ministériel sur les stratégies gouvernementales africaines pour « Attirer les opérateurs et les investissements ». Les réformes fiscales et les opportunités d’investissement de leurs pays respectifs seront présentées. Par ailleurs, une séance de débat intitulé « L’élimination progressive des énergies fossiles : un argument morale », figure également au programme.

Interactifs. Trois forums d’une demi-journée chacun sont prévus à la 24e Africa Oil Week. Axés sur les solutions énergétiques d’un monde en pleine croissance, ces forums s’inscrivent dans le cadre d’un Séminaire scientifique, qui considère la nouvelle vague d’exploration dirigée par la technologie numérique, qui ouvre à son tour, la voie à de nouvelles carrières. Cet aspect numérique de l’industrie est d’un intérêt particulier pour les étudiants et les diplômés qui participent aux tables rondes des Young Professionals, au cours desquels ils examineront les capacités et les compétences qui assureront leur avenir dans un marché du travail restreint. L’évolution de l’industrie, exigeant que les opérateurs et les parties prenantes soient plus ingénieux et inventifs, Africa Oil Week a fait appel aux grosses pointures en termes d’analyse, d’inspiration et de motivation. Daniel Silke, futuriste sud-africain et principal analyste en économie politique, donnera  le coup d’envoi du troisième jour de la conférence avec un discours sur la résilience de l’Afrique, selon les organisateurs. Ensuite, il y aura Gilan Gork, un mentaliste renommé et un maître d’influence. Celui-ci remettra en question la façon de penser des participants tout en les divertissant et les motivant intelligemment. A noter que des entreprises privées participeront également à l’événement. Chaque session comprendra une séance interactive, au cours de laquelle, les participants peuvent demander des précisions ou éclaircissement. Bref, l’événement sera incontournable, aussi bien pour les pays avancés que pour les autres comme Madagascar, qui a encore de grands retards dans le secteur des ressources minérales.

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – Championnats U18 : ASCUT sur une belle lancée

Les journées se suivent et se ressemblent pour les équipes de l’Association Sportive de la Commune Urbaine de Toamasina (ASCUT) aux Championnats  de Madagascar U18 à Toliara. Les victoires s’enchaînent pour les représentants de la ville du Grand Port en quête de sacre après plusieurs saisons ratées. Les basketteuses d’Atsinanana ont signé leur deuxième victoire face aux filles du Lucadro hier. C’est par 73 à 65 que les Tamataviennes ont battu les joueuses d’Ambohimanarina. Elles ont su garder leur avance acquise au début de la rencontre. Les garçons de l’ASCUT ont emboité le pas aux filles. Ils se sont imposés sur le score de 53 à 50 face au Serasera du Vakinankaratra. Les deux équipes étaient au coude à coude mais les gars de l’Est ont triomphé au finish. L’équipe du Dream Team Sporting Club (DTSC) d’Analamanga poursuit également sa belle lancée à Toliara. Après la victoire dimanche face au Fandrasa par 74 à 38, les protégés de Bayard Razafindralambo ont pris le dessus sur les garçons du SBC par 80 à 48.  Après le revers lors de leur première rencontre, le BCO de Boeny a étrillé Team BB de Betsiboka sur le score fleuve de 90 à 37. Les éliminatoires se poursuivent dans la cité du Soleil.

Programme

Gymnase Tuléar08H00: G: ASE (H/M) contre ACMB (A/nanana).09H45: G: FANDRASA (H/M) contre ASCB (Boeny).11H30: F: AS EMMA (H/M) contre ASCUT (Atsinanana).13H15: F: LUCADRO (Analamanga) contre USJFM (Sud Ouest).15H00: G: DTSC (Analamanga) contre COSPN2 (Atsinanana).16H45: G: BCO (Boeny) contre ASCUT (Atsinanana).18J30: G: SERASERA (Vakina) contre JBC (Sud Ouest).

Préfecture

08H00: F: BCSM (Analamanga) contre COSPN2 (Atsinanana).09H45: F: FANDRASA (H/M) contre MB2ALL (Analamanga).11H30: G: SOLEIL DU SUD (Sud Ouest) contre BCJ (H/M).13H15: G:TAMIFA (A/Mania) contre MB2ALL (A/manga).15H00: G: UBBA (H/M) contre AS ROUX (A/jirofo).

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Ils ont fait le buzz…

Les réfugiés syriens

Tout le monde a son mot à dire

Un article paru dans Midi Madagasikara en date du 5 septembre, titrant RN2 : « Un vaste projet de construction d’un village de réfugiés syriens », a provoqué le tollé général sur les réseaux sociaux, et a même entraîné une « mise au point » sous-forme de communiqué émanant du ministère de la Communication pour répondre, sinon pour apaiser l’opinion publique. Durant toute la semaine, le sujet a fait couler beaucoup d’encre, et du côté des internautes, cela a fait le même effet. Des internautes qui sont contre cet accueil, et d’autres qui argumentent que c’est plutôt une bonne décision. En tout cas, le sujet a soulevé un vrai débat sur les réseaux sociaux.

 

Cyclone Irma

Dégâts importants à St-Martin et St-Barthélémy

C’était une vraie image apocalyptique. Le passage du cyclone Irma en Atlantique a fait des dégâts importants à St-Martin et St-Barthélémy. Miami a plutôt été épargné, mais la population est tout de même restée vigilante. Les images ont fait le tour du monde, et les Malgaches ont eux aussi réagi sur les réseaux sociaux. Bien conscients de la puissance de ce cyclone, difficile de ne pas faire la parallèle entre cette catastrophe naturelle et l’exposition de la Grande Île aux dégâts cycloniques, car la saison va bientôt poindre son nez. En tout cas, avec autant de dégâts matériels, difficile de se relever, malgré les aides. Et avec une situation aussi précaire que celle de Madagascar, comment aurions-nous fait ?

Affaire Hiary Rapanoelina

Libéré vendredi dernier

Libéré… Délivré… C’est certainement le refrain que Hiary Rapanoelina a chanté vendredi dernier alors qu’il est sorti de prison. Une liberté provisoire bien méritée, en tout cas selon l’opinion publique, qui en a fait des commentaires sur les réseaux sociaux. Une décision qui sonne comme une victoire pour beaucoup, surtout que cette affaire a fait couler beaucoup d’encre. Pour le moment, l’intéressé n’a fait aucune déclaration. Mais une chose est sûre, il ne sera plus question de faire des diffamations publiques, que cela serve de leçon !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara7 partages

Tennis – Championnats d’Afrique : Les filles battues par les Tunisiennes

Après la victoire de la veille devant les Kenyanes, les jeunes raquettes malgaches ont été battues par les Tunisiennes pour la deuxième journée des Championnats d’Afrique par équipes U12 au Maroc. C’est par deux victoires à un, que les joueuses malgaches ont perdu cette rencontre. Maholy Razakaniaina a battu Tajina Ranga par deux (6/2 et 6/3). Miotisoa Rasendrasoa ,pour sa part s’est inclinée face à Berriri Chahd par deux sets à zéro, (4-6 et 5-7). Dans le match du double décisif, les filles ont perdu par 6-3 et 6/1. Les filles affronteront ce jour les Béninoises. Du côté des garçons, la bande à Mahefa sera aux prises des Ghanéens ce jour sur les courts de Moudir Tennis Académie de Casablanca. Pour rappel lors du premier match les Malgaches ont battu les Rwandais par trois victoires à zéro. Mahefa s’est offert de Hakizumwami par deux sets à zéro, (6-1 et 6-3). Johnny a pris le dessus sur Emmanuel par 6-1 et 7-5 avant que la paire Anthony et Ugo s’imposent face à Emmanuel-Fabrice 6-0 et 6-2.

T.H

News Mada6 partages

Dago Festival : la semaine s’annonce chargée

Ayant commencé depuis le début du mois de septembre, la première édition de l’évènement Dago Festival bat son plein. Le programme de la semaine, qui se terminera par un grand concours dénommé, Creative business Cup, une grande première à Madagascar, vient d’être dévoilé officiellement.

Des concerts, des rencontres, des expositions… Plusieurs activités seront au programme de la première édition du Dago Festival. Ainsi, pour commencer la semaine, le collectif Dago Team Zara, organisateur du festival, propose

un atelier-rencontre sur le montage d’un projet. Animé par Adrienne Irma Rabemanantsoa, il s’est tenu, hier, à l’Ivon-toeran’ny Kolontsaina Malagasy (IKM) Antsahavola.

Les activités de la semaine

Demain se déroulera une conférence sur la politique culturelle à Madagascar à l’Is’art galerie à Ampasinimalo. Pour les intéressés, elle sera diffusée en direct sur les réseaux sociaux. Le jeudi, le collectif donnera un concert spécial, une activité dénommée «Mizara ifotony», au pénitencier d’Antanimora. S’ensuivra un vendredi joli avec le groupe Petit Percu à l’Is’art galerie. C’est un groupe créé en 2014 par quatre artistes passionnés de la musique traditionnelle. Et, il profite de ce spectacle pour présenter son premier album.

Samedi, place au cirque ! L’association L’aléa des possibles présentera ainsi un évènement baptisé «Mandeha ny mandeha», à l’Is’art galerie. Au fait, ce sera une journée poétique qui va mélanger à la fois le cirque et les autres arts, tels que la musique…

 Selon le communiqué reçu, l’évènement servira de levée de fonds pour financer les diverses activités de l’association. Par ailleurs, le groupe Eka Zaho sera également invité pour animer la scène du site.

Creative Business Cup

La semaine sera clôturée en beauté. La Fondation Harinjaka Ratovozanany organise, pour la première fois à Madagascar, la première édition du concours international baptisé Creative Business Cup. Il s’agit d’une compétition réservée aux entrepreneurs des industries culturelles et créatives, de moins de cinq ans d’existence, ou une start up qui œuvre dans les domaines de la mode, de l’architecture, de la musique, du cinéma, de l’art et artisanat, de la radio, de la gastronomie, des parcs d’attraction… L’objectif est de soutenir ces entreprises qui participent à la création d’emploi et de faciliter leur intégration dans le réseautage mondial.

Le concours se déroulera donc en deux étapes. De présenter son projet devant un jury et de le convaincre en exposant tous les arguments et les potentiels de chaque projet. Le grand gagnant représentera notre pays durant la grande finale du Creative Business Cup qui se déroulera au mois de novembre prochain à Copenhague (Danemark).

Holy Danielle

Midi Madagasikara6 partages

Commerce extérieur : Une agence unique prônée par l’AFD

L’AFD veut que Madagascar mette en place une agence de promotion des exportations.

Une seule agence pour la promotion des exportations de Madagascar. C’est ce qu’a soutenu le directeur de l’Agence Française de Développement (AFD), Jérôme Bertrand-Hardy, lors de sa rencontre avec le ministre du Commerce et de la Consommation, Nourdine Chabani, hier. Cette rencontre vise en effet à faire avancer ce projet au plus vite. D’après les explications du Ministère, l’idée est de créer une association reconnue d’utilité publique qui reprendrait un certain nombre d’activités existantes d’appui dont certains sont déjà financées par l’AFD. Il s’agit de CAP EXPORT, un projet de la CCIFM (Chambre de Commerce et d’Industrie France Madagascar), qui vise à appuyer les PME exportateurs, de ITBM (International Trade Board of Madagascar), centre de ressources pour le commerce international, dont l’objectif était de former les PME pour aller vers les marchés d’exportation, d’animer des groupes d’entreprises spécialisées afin de leur permettre de s’ériger en cluster. Pour mettre en place cette association qui sera sous tutelle du Ministère du Commerce, l’AFD est prête à apporter un financement de 4 millions d’Euros.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Magistrats et greffiers : Assemblée générale simultanée le 22 septembre prochain

D’un commun accord, le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et celui des Greffiers  entendent tenir une Assemblée Générale simultanée le 22 septembre prochain, et ce, pour consulter les membres quant à la suite à donner à leurs revendications. La présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo de rappeler que le délai d’une semaine que ce syndicat a accordé à la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine a expiré. Toujours est-il qu’il n’y avait eu aucune suite favorable à leurs revendications. C’est une des raisons de la tenue de cette Assemblée Générale et qui décidera notamment s’il y aura ou non une grève générale.

Attente. Quant au président du syndicat des greffiers de Madagascar, Nicolas Rabenandrasana, de déplorer que, « jusqu’à preuve du contraire, nous n’avions pas été reçus par la ministre de la Justice». Que ce soit le Syndicat des Magistrats de Madagascar ou le syndicat des greffiers de Madagascar, ils sont dans l’attente d’une réponse de la part de cette dernière. Notons que la rencontre entre la nouvelle Garde des Sceaux et le SMM remonte au 31 août dernier. Soit une douzaine de jours. Toutefois, la ministre de la Justice dipose encore d’une semaine pour donner son avis.

Revendications. Pourtant, lors de leur première rencontre, la ministre de la Justice et le SMM semblent être sur la même longeur d’onde. L’on se demande à quoi est dû ce silence de la ministre ? Y a-t-il pression quelque part ? Faut-il rappeler que la grève générale du SMM, au mois de juillet, a été suivie massivement par ses membres. Les revendications des magistrats portent notamment sur le respect de l’Etat de droit et l’indépendance de la justice. Si l’on ne trouve pas un terrain d’entente entre les deux parties, une grève générale des magistrats et des greffiers va paralyser totalement l’appareil judiciaire.

Dominique R.

Ino Vaovao5 partages

MAHAJANGA : Noapangain’ny patalohany ilay jiolahy namaky tranon’ny Prefet

Tsy manana mpitandro filaminana miambina ny tranony ity olom-panjakana ity fa dia mpiambina tsotra toy ny an’ny rehetra no mba miambina ny tranony. Tsy ela anefa fa ny marainan’io ihany dia efa voasambotra ny lehilahy iray tompon’antoka tamin’ny halatra. Natory ny tompon-trano ka tsy nisy zavatra henony.

Ny maraina nifoha vao nahatsikaritra ny zava-nisy ny tompontrano ary niantso ny mpitandro filaminana. Lasa avokoa ny entana lafo vidy tao amin’ny trano fandraisam-bahiny toy ny fahitalavitra, ny lecteur sy décodeur sy ny maro hafa, ary nisy ihany koa antotan-taratasy vitsivitsy.

Mety nanao pataloha roa angamba ilay jiolahy satria fantatra fa nesoriny ny patalohany iray izay nisy ny karapanondrony. Tombanan’ny mpanao famotorana fa niova lamba izy mba tsy hahafantarana azy, saingy hadinony ilay pataloha avy eo, ka izy niverina naka azy no tratra. Nifanenjehana ka teny amin’ny village touristique vao tratra. Natao avy hatrany ny fikarohana ary mbola tratra tany aminy avokoa ireo entana ary efa tafaverina amin’ny tompony. Nanambara kosa ity jiolahy ity fa misy olona ambony naniraka azy.

Hatramin’ny taonany dia nolazainy fa tsy hainy fa eo amin’ny 25 taona eo ho eo izy, araka ny nambarany. Efa mandeha ny famotorana ka ho hita eo ihany ny marina.

Nangonin’i Vanessa

News Mada5 partages

Changement de constitution : la présidentielle de 2018 compromise

La tenue de l’élection présidentielle de 2018 s’éloigne de plus en plus et apparemment, le référendum constitutionnel se rapproche. L’avis de la Haute cour constitutionnelle (HCC) est attendu.

La tentative du régime de modifier la Constitution à la veille de la fin de son mandat risque de créer des troubles dans la sphère politique. Et pour cause, à cette allure, il est fort probable que la présidentielle ne puisse se tenir en 2018.

Le Premier ministre avait ouvert la boîte de Pandore en notant une probable retouche de l’article 46 de la Constitution. A Londres, le Président de la République a fait savoir que «Le changement de la Constitution ne dépend pas du président de la République uniquement. Je pense que les discussions sur ce sujet sont en cours. Donc, on attendra l’évolution de ces discussions». Donc rien de concret. Par ailleurs, il est fort probable que la Haute cour constitutionnelle  (HCC) soit saisie de cette question dans les jours à venir.

« Pas question de changer… »

En tout cas, la classe politique n’a pas tardé à réagir face à cette question. Le parti «Malagasy Miara-miainga» (MMM) n’est pas favorable à un éventuel changement de Constitution, même partiel.

 «Pas question de changer quoi que ce soit, appliquez l’actuelle Constitution». C’est en ces termes que Laurent Ramaroson, membre du parti MMM, joint au téléphone hier a réagi à propos de l’annonce de cette hypothèse. Pour le MMM, les dirigeants actuels sont les champions du non-respect de l’actuelle Constitution.

Selon notre interlocuteur, les élections de 2013 et le «ni… ni» devaient nous amener à respecter l’ordre constitutionnel, ce qui n’est pas le cas actuellement. «L’actuelle Constitution est loin d’être parfaite, mais nous devons s’y conformer, à commencer par les tenants du pouvoir».

Manœuvre politique

Allant plus loin dans son analyse, l’ancien député a fait savoir que le parti MMM a déjà visualisé cette situation lorsque le HVM a fait des pieds et des mains pour que le professeur Honoré Rakotomanana siège à la présidence du Sénat. «La mission de l’actuel président de la Chambre haute est de changer la Constitution en vue de prolonger le mandat du président de la République et de repousser au maximum la tenue de l’élection présidentielle».

En effet, selon le MMM, Honoré Rakotomanana devrait planifier une stratégie pour que Hery Rajaonarimampianina puisse encore rester au pouvoir. «Ils veulent différer la date de sa démission, 60 jours avant les élections. Pour nous, le changement constitutionnel est une manœuvre politique».

Le MMM, selon Laurent Ramaroson, la situation qui prévaut actuellement au pays comme l’insécurité est une autre manœuvre pour justifier un report des élections. «Les raisons évoquées seraient le manque de financement ou encore l’instabilité», a conclu Laurent Ramaroson.

Nadia

Midi Madagasikara5 partages

Ecole de Développement : Plus de 1 300 étudiants intéressés

L’ESDES attire de nombreux étudiants lors du salon des Etudes Sup’.

La participation de l’ESDES (Ecole de Développement Economique et Social) mise en place par l’ONG ACDM, au plus grand salon après bacc, dit Salon des Etudes Sup’ au palais des Sports à Mahamasina a été un grand succès.

En effet, plus de 1 300 étudiants ont été intéressés par cette école de développement. Sa particularité par rapport aux autres universités privées étant entre autres sa formation orientée vers le développement proprement dit comme son nom l’indique, en aidant les étudiants à créer leurs propres projets de développement. Le nombre de visiteurs a presque doublé, comparé à sa participation à la dernière édition du salon dédié aux étudiants.

Stages pratiques. Parmi ces étudiants intéressés, il y a ceux qui ont été accompagnés par leurs parents. Il y a également des étudiants étrangers dont entre autres des Comoriens et des Africains. « Ils ont été surtout attirés par le fait que nous assurons des stages pratiques tout au long de l’année universitaire, allant de la Première Année jusqu’au cursus final de leurs études, et ce, par le biais de l’ONG ACDM et ses partenaires », a expliqué  Hanitriniaina Eléa Chilo, la présidente de l’ONG ACDM, qui plus est la directrice de l’ES-DES. En outre, « l’ESDES offre un renforcement de capacité managériale et linguistique aux étudiants à raison de cinq heures par semaine, et ce, d’une manière gratuite. L’informatique est aussi une matière obligatoire quelle que soit la filière choisie. En fait, notre objectif consiste à former des étudiants à être opérationnels directement aux termes de leurs études », a-t-elle poursuivi. Ce sont des approches qui différencient cette école spécialisée en développement par rapport aux autres universités privées dans le pays.

Abordables. Par ailleurs, les nouveaux bacheliers ont été intéressés à se renseigner auprès du stand de l’ESDES du fait que les frais d’études sont plus  abordables et compétitifs. En effet, « le coût de la formation est également financé en partie par l’ONG ACDM », a-t-elle enchaîné. Il faut savoir également que les Comoriens sont plus attirés à poursuivre des formations au sein de l’ESDES dans le but de combler le manque de spécialité dans leur pays. L’inscription au sein de cette école est maintenant ouverte, a-t-on conclu.

Navalona R. 

Midi Madagasikara5 partages

Observation spatiale : Un centre de compétence national en vue

Télédétection. Un mot qui est encore loin de « la perception collective » des malgaches. D’autant plus que le terme en lui-même prête à penser à des films de fiction. Grandement utilisée dans les pays développés, la télédétection se définit par « un procédé scientifique qui permet l’acquisition d’information à distance, sans contact direct avec l’objet détecté ». Appliqué dans le domaine environnemental, le principe permet d’avoir des données fiables mais également d’effectuer des suivis et des contrôles des zones protégées. L’atelier sur la mise en place du centre de compétence national sur l’observation spatial tombe à point nommé. Ayant réuni des acteurs publics et privés œuvrant dans le domaine du sauvegarde de l’environnement, l’évènement (de deux jours) est le fruit de l’initiative entre le MESUPRES et l’IRD ou Institut de recherche sur le développement. L’évènement était l’occasion pour les participants de s’atteler des questions stratégiques et techniques relatives à l’observation spatiale à Madagascar. La mise en place du centre de compétence national devrait quant à lui permettre de résoudre les problèmes liés aux manques de synergie dans le système de traitement et de diffusion des données spatiales à Madagascar.

 

José Belalahy

L'express de Madagascar4 partages

Exportation – L’ITBM et le Cap’Export disparaissent

L’AFD (Agence française de développement), en accord avec le ministère du Commerce et de la consommation, supprime l’ITBM (International Trade Board of Madagascar) et le Cap’Export, pour les remplacer par une nouvelle agence de promotion de l’exportation dont le nom n’est pas encore révélé. La déclaration a été faite par Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l’Agence française de développement, hier, à l’issue de sa rencontre avec le ministre Nourdine Chabani.  « Les deux entités seront reprises par cette nouvelle agence afin de consolider leurs actions et afin de mieux appuyer les PME », explique-t-il.  Quatre millions d’euros seront engagés dans la mise en place de cette agence, qui prendra la forme d’une association d’utilité publique, et qui, dans un premier temps appuiera la professionnalisation et l’exportation des produits Bio et huiles essentielles made in Madagascar.

L.R.

News Mada3 partages

Le Louvre : «Inspiration vers l’infini» subjugue

Fidèle à son éclectisme, Le Louvre Antaninarenina accueille une exposition collective de peintures fraîchement intitulée «Inspiration vers l’infini», tout au long de ce mois-ci.

Une palette d’artistes, composée de Jina, Toky, Dina, Dolph et Petit Maître, propose une bonne vingtaine de tableaux pour étancher la soif de l’art.  Ces artistes puisent dans leur imaginaire créatif pour accoucher, à travers une série de toiles, l’homme et la nature dans toute leur splendeur.

«Cette exposition collective est un moyen pour tous de découvrir, d’un point de vue sensible, la nature et la relation qu’elle entretient avec l’homme, par le biais d’installations éphémères», argumente Toky Andriantsilavo.

Sous cette optique, chaque artiste tente à sa manière de définir le sens du thème imposé. «Quand on dit art, on fait souvent allusion à l’inspiration. Deux choses qui vont toujours de pair. Pour ainsi dire que l’inspiration caractérise un artiste d’une personne lambda», analyse-t-il.

Les expositions se suivent, mais ne se ressemblent pas pour ces artistes. Ils organisent régulièrement ce genre de manifestations, non seulement pour témoigner leur solidarité envers leurs pairs, mais aussi pour mieux avancer. «Plus on est nombreux à échanger, plus on voit loin», affirment-ils.

Joachin Michaël

News Mada2 partages

Tennis – Afrique U12 : des résultats en demi-teinte

La campagne africaine va bon train pour les jeunes porte-drapeaux malgaches engagés au championnat d’Afrique par équipe chez les U12, à Casablanca, Maroc. Après avoir battu le Kenya par 3 à 0, Madagascar n’a pas pu récidiver face à la Tunisie qui s’est simposée sur le score de 2 à 1.

Un parcours en dents de scie. Les jeunes filles malgaches n’ont pas eu la chance de rééditer leur exploit de la première journée hier face aux Tunisiennes. Ces dernières ont remporté la bataille sur le score de 2 points à 1 au terme du match de double. En simple, Maholy Razakaniaina s’est imposée en vraie reine du bal devant Tajina Ranga. La raquette malgache a remporté le premier set par 6-2 avant de conclure par 6 jeux à 3 lors du second set.

Quant à Miotisoa Rasendra, elle s’est inclinée devant Berriri Chahd au terme d’un match fou qui s’est soldé sur le score de 4/6 ; 5/7. En double, Madagascar n’a pas fait mieux en concédant une défaite en deux sets (6/3 ; 6/1). «Le score ne reflète pas le niveau de nos joueuses puisque chaque jeu était toujours très serré. 75% étaient arrivés à égalité 40 et c’était toujours au point décisif», a déclaré Ando Rasolomalala, coach de l’équipe nationale U12 filles.

Pour rappel, la sélection féminine malgache a battu d’entrée les Kenyanes sur le score de 3 à 0. Maholy a écarté Cynthia Wangala par 6/2 ; 6/0. Miotisoa a battu sa rivale Nicole Agujana sur le même score. Elle a ensuite remporté le bras de fer en double aux côtés de Randy Rakotoarilala face à Anouk Vandavelde et Cynthia Wangala (6/4 ; 6/1). Au classement général, les garçons malgaches qui étaient au repos hier, sont aux premières loges devant le Maroc, le Ghana et le Rwanda. Chez les filles, Madagascar est en seconde position derrière la Tunisie.

Rojo N.

 

Madaplus.info1 partages

Les nouveaux billets de banque passent mal dans les zones rurales

Les nouveaux billets de banque ont du mal à être utilisés dans certaines régions de Madagascar surtout dans les zones rurales.
Nous sommes à une semaine de la mise à disposition du public de la deuxième vague des nouveaux billets de banque. Or la première vague fait encore l’objet d’une réticence du public rural quant à son utilisation. En effet, certaines zones rurales à Madagascar sont coupées de toutes communications et c’est ce manque d’information qui les pousse à être hésitant Pour y remédier, la banque centrale effectue actuellement un roadshow pour une sensibilisation de la population. Aussi, la banque centrale affirme qu’il est difficile de faire des contrefaçons de ces nouveaux billets.
Madagate1 partages

Justice et Paix. Momba ireo olana ateraky ny tsy fisian’ny fandriampahalemana manerana ny Nosy

FEHIN-KEVITRA TAMIN’NY FIVORIANA TSY ARA-POTOANA NATAON’I JUSTICE ET PAIX

(Ampantsakana. By-Pass. 6-8 Septambra 2017)

Izahay 52 mianadahy pretra sy lahika, solontenan’i Justice et Paix avy amin’ny Diosezy 19, noho ny iraka nampanaovin’ny Filankevitra Maharitry Fivondronamben’ny Eveka eto Madagasikara, dia nanatanteraka fivoriana tsy ara-potoana tao Ampatsakana- By Pass ny 6 ka hatramin’ny 8 septambra 2017 miompana amin’ny olana ateraky ny tsy fisian’ny fandriampahalemana manerana ny Nosy. Tamin’izany no nahafahanay nifampizara vaovao sy namakafaka ny fijaliana zakain’ny malagasy amin’izao fotoana izao manerana ny Nosy. Ka ireto no nisongadina indrindra tamin’ny alàlan’ny tatitr’ireo solontena :

1.Trangan-javatra miseho : halatr’omby, fandratràna sy vonoan’olona, fitsaram-bahoaka, vaky trano, takalon’aina, halatra lakolosy, fanakanan-dàlana amin’ny fitaterana, hala-bokatra, hala-botry, vaky fasana sy halatra taolam-paty, fanolanana isan-karazany, fanondranana olona any ivelany, hala-jaza, fihanaky ny zava-mahadomelina, fanafihana mitam-piadiana, kolikoly avo lenta mihatra aman’aina, fandravana fananana sy fibodoana tanin’olona, sinto-mahery, fandoroana tanàna toy ny tany Antsakabary, fanafihana tranon-drelijiozy narahina habibiana toy ny tany Antsirabe, famonoana pretra sns…

2. Efa tsy hay lazaina intsony ny fiantraikan’ireo toe-javatra ireo eo amin’ny fiainan’ny vahoaka sy ny fiainian’ny tsirairay :

* Eo amin’ny lafiny toe-karena, mihena ny risipon’ny olona hamokatra ary miharatsy ny kalitaon’ny vokatra ;

* Eo amin’ny lafiny politika, tsy matoky ny mpitondra intsony ny vahoaka ;

* Eo amin’ny lafiny ara-piaraha-monina, rava ny fihavanana ;

* Eo amin’ny ara-tsosialy : maro ny sekoly mikatona any ambanivohitra ; ny toeram-pitsaboana (CSB) tsy ahitàna mpitsabo ; tsy ampy sakafo ary maty mosary ny olona ka mora andairan’ny aretina.

* Betsaka ny kamboty tsy fidiny ary mitombo ireo mpitsoa-ponenana.

* Ara-koltoraly, simba ny toe-tsain’ny olona. Very fanahy mbola velona ny vahoaka malagasy ary tsy voatandro intsony ny soatoavina maha malagasy.

3. Misy ny ezaka efa nataon’ny mpitondra toy ny fiaraha-miasan’ny mpitandro filaminana amin’ny fokonolona amin’ny fanarahan-dia ny omby very, ny fiarovana ny ain’ny mpandeha amin’ny lalam-pirenena ary ny fanampiana ireo tra-boina tamin’ny tanàna nodorana.

4. Na eo aza anefa ireo ezaka rehetra ireo dia iaraha-mahita fa miharatsy hatrany ny zava-misy. Mandry andriran’antsy na andro na alina ny vahoaka. Mihanaka ny fitaovam-piadiana mahery vaika avy any ivelany sy eto an-toerana. Mitombo ny fidorohana zava-mahadomelina sy ny filokàna.

5. Tsy voafehin’ny tompon’andraikitra mihitsy ny fiarovana ny aina sy ny fananan’ny olona. Mihamaro ny tambazotra efa matihanina amin’ny fanaovan-dratsy izay fehezin’ny dahalo ambony latabatra sy ny mpanam-bola sasany avy eto an-toerana sy avy any ivelany.

6. Tsy voahaja intsony ny hasin’ny aina fa zary lasa kolontsaina ny fampiasana hery setra. Mamorona lalàna ny vahoaka ka mahazo vahana ny fitsaram-bahoaka sy ny valifaty. Tsy misy intsony ny fifampitokisana. Mifampiahiahy ny mpiara-belona ka samy maka ho azy ny tsirairay.

7. Tapi-dàlan-kaleha toy ny sokina nanani-bato ny vahoaka satria ireo natao hitsikitsika hivavahana no lasa papango mipaoka zanak’akoho.

Noho ireo zava-misy ireo dia manolotra ireto fehinkevitra ireto ny Justice et Paix :

1. Iangaviana amim-panajana ny Fivondronam-ben’ny Eveka (FEM) hifampidinika haingana amin’ireo tompon’andraikitra ambony mba hanaitra azy ireo noho izao loza mihatra mahazo ny firenena izao .

2. Hamafisina ny fandraisan’ andraikitra ny Justice et Paix any amin’ny diosezy amin’ny fanatonana sy fanairana ireo mpitondra sy ireo olomboafidy ary ny vahoaka any amin’ny faritra rehetra any.

3. Aoka ireo manam-pahefana isan’ambaratongany mba handray fepetra hentitra hamerenana ny fitokisan’ny vahoaka amin’ny fampiharana ny lalàna amim-pahamarinana sy ara-drariny : eo anivon’ny fitsarana, amin’ireo sampan-draharaha misahana filaminam-bahoaka, ny fahasalamana, ny fananan-tany, ny harena ankibon’ny tany, ny fanabeazana…sns Marihina fa tsy misy ambonin’ny lalàna na iza na iza.

4. Entanina ny vahoaka amin’ny maha zava-dehibe ny aina sy ho sarotiny amin’ny fiarovana ny rariny, ny marina sy ny hitsiny ary ny firaisankina, nefa kosa hanalavitra ny herisetra sy ny valifaty.

5. Hamporisihina ny vahoaka mba tsy hiraviravy tanana fa ho sahy handray andraikitra anatin’ny firaisan-kina amin’ny sehatra tandrify azy.

6. Takiana amin’ny fanjakana ny fanafoanana ny fanondranana omby ho any ivelany sy ny fanaraha-maso hentitra ny fitrandrahana ny harena ankibon’ny tany sy ny harem-pirenena rehetra ary ny fiakaran’ny vidin’entana ilain’ny mponina andavanandro.

7. Angatahina ny diosezy mba hanangana ny Justice et Paix amin’ny toerana sasany mbola tsy misy azy mba hihaino sy hanangona ny tarainan’ny vahoaka any lavitra any.

8. Amporisihina ny olom-pirenena mba hiezaka hanaraka ny fepetra amam-pitsipika manaja ny soa iombonana sy ny tombon-tsoa ambonin’ny firenena. Entanina koa izy ireo haneho fitiavan-tanindrazana amin’ny sehatr’asa izay ataony.

9. Haely amin’ny fampitam-baovao eto an-toerana ireo fehin-kevitra ireo ary ny Justice et Paix hifandray amin’ny sampana mikarakara ny serasera sy ireo Fikambanana tsy miankina miahy ny zon’olombelona any ivelany.

Natao teto Ampantsakana/ By-Pass (Antananarivo), 8 Septambra 2017.

Hoy ireo solontenan’ny Justice et Paix izay eo ambany fitantanan’i S.E.Monseigneur Roger Victor RAKOTONDRAJAO :

R.P.Jean Germain Rajoelison, Sekretera Jeneraly.

Solontenan’ny Arsidiosezin’ Antananarivo :

1. R.P. Andrien Rolland RAKOTONDRAMANANA, Aumônier JEP Diosezin’Antananarivo.

2. Atoa Honoré RAZAKAMAHAROMANANA, JEP Tsaramasay.

3. Atoa Jean Lucien ANDRIANJATOVOMAHEFA, JEP Antanimena .

4. Atoa Félix RABEMANAMBOLA, JEP Ambohipo.

5. Rtoa Alphonsine RAKOTOMALALA, JEP Imerintsiatosika.

6. Rtoa Lucie Raphaëlle RABARIJAONA, JEP Andraisoro.

7. R.P. Jean Noël SATA, Aumônier JEP Diosezin’Antsirabe.

8. Atoa Jean Léonard RAMILISON, JEP Antsirabe.

9. Atoa Jean Christian RAZAFINIMANANA, JEP Antsirabe.

10. Rtoa Christine RAZAFIMARIA, Mpikambana JEP Maintirano.

11. Rtoa Juliette RAZANAMANDROSO, JEP Maintirano.

12. Rtoa Natacha TSIAFA, JEP Maintirano.

13. R.P. Marcel RAMIARANJATOVO, Aumônier JEP Diosezin’i Miarinarivo.

14. Atoa Justin RAKOTOARIJAONA, JEP Miarinarivo.

15. Atoa Gilbert IMAKA. JEP Miarinarivo.

16. R.P. Samuël RAKOTOVAO, Aumônier JEP Tsiroanomandidy.

17. Rtoa Zafisoa Margueritte RANDRIANA, JEP Tsiroanomandidy.

18. Atoa Louis de Gonzague RAKOTONDRASOA, JEP Tsiroanomandidy.

Solontena avy amin’ny Arsidiosezin’Antsiranana

19. R.P. Omer TSIAZONALY, Aumônier JEP Diosezin’Antsiranana.

20. R.P. Emmanuel RANDRIAMAMONJY, Aumônier JEP Diosezin’i Mahajanga.

21. Atoa Eric Yvon RAKOTOMAHEFA, JEP Amparihigidro Mahajanga.

22. Rtoa Séraphine RASOARINDAZA, JEP Mahajanga be.

23. R.P. Simon ZARALAHY, Aumônier JEP Diosezin’i Port Bergé.

24. R.P. Fidèle RAZAFIMANDIMBY, Aumônier JEP Mandritsara Diosezin’i Port Bergé.

25. Atoa Alexice RAMAHATODY, JEP Diosezin’i Port Bergé.

Solontena avy amin’ny Arsidiosezy Atsimo Andrefana

26. R.P. Jacques ZANATO ZANAKANDRO (Jazz), Aumônier JEP Diosezin’i Toliary.

27. R.P. François d’Assise, Aumônier JEP Diosezin’i Morombe.

28. Atoa Louis Joseph Alfred RANDRIANANDRASANA, JEP Morombe.

29. R.P. Raba Tinorossi RAZAFIMANDIMBY, Aumônier Diosezin’i Morondava.

30. Atoa Alphonse RATOVOSON, JEP Morondava.

Solontena avy amin’ny Arsidiosezy Atsimo Atsinanana

31. R.P. Théophile RAKOTONIRINA, Aumônier JEP Diosezin’i Fianarantsoa.

32. Atoa Paul Roger RANDRIA, JEP Fianarantsoa.

33. Atoa Rémi RATSIMBAZAFY, JEP Antamponjina Fianarantsoa.

34. R.P. Jean Baptiste RAKOTO, Aumônier JEP Diosezin’Ambositra.

35. Atoa Solonirina ANDRIAMIFIDY, JEP Md. Joseph Ambositra.

36. Rtoa Hantamalala RAFANOMEZANTSOA, JEP Ilanitra Ambositra.

37. R.P. Augustin PIERRE, Aumônier JEP Diosezin’i Farafangana.

38. Atoa Clovis RAZAFINDRAMBELO, JEP Mangarivotra Manakara.

39. Atoa Martin RANDRIANANTOANINA, JEP Farafangana.

40. R.P. Eric José ANDRIANANJA, Aumônier JEP Diosezin’Ihosy.

41. Atoa Jean Chrysostome RATOVOARISON, JEP St. Jean Antanimandry Ihosy.

42. R.P. Abdon Dominique RAKOTONANDRASANA, Aumônier JEP Diosezin’i Mananjary.

43. Atoa Georges LEMAINTY, JEP St. Joseph Nosy Varika.

Solontena avy amin’ny Arsidiosezy Atsinanana :

44. Atoa Botou Placide NANDRASANA, Mpikambana JEP Mangarano II Diosezin’I Toamasina.

45. Rtoa Eurydice MANDIMBILAZA, Mpikambana JEP Androranga Toamasina.

46. R.P. Eric RAHARISON, Aumônier JEP Diosezin’Ambatondrazaka.

47. Rtoa Noëline Eulalie RASOANIRINA, JEP Ambatondrazaka.

48. Atoa Jean Christian MANANTSOA, JEP Ampasambazimba Ambatondrazaka.

49. R.P. Eloi Benoît MARSON, Aumônier JEP Diosezin’i Fenoarivo Atsinanana.

50. Rtoa Georgine VOLAFENO, JEP Fenoarivo Atsinanana.

51. Atoa Alexandre LAIGAONA, JEP Soanierana Ivongo.

News Mada1 partages

Huitres : un à deux sacs de 50 kg vendus par jour

Le marché d’huîtres et de moules se porte bien dans la capitale. Du fait de leur valeur nutritive et de leurs bienfaits pour la santé, leur consommation est devenue tendance d’autant que leur prix, situé entre 500 à 700 ariary la douzaine est à la portée de toutes les bourses.

En fait, un vendeur de rue arrive à liquider un à deux sacs d’huîtres de 50 kg au quotidien. Comme un sac contient environ 200 huîtres, la vente génère une recette journalière de 10 000 à 20 000 ariary.

Un produit périssable

D’après le témoignage d’un vendeur, du côté de la petite vitesse, il ne se hasarde jamais à acheter un deuxième sac sans être sûr de le liquider à temps. En effet, une huître défraîchie devient toxique. Elle est facilement reconnaissable par son poids plus léger, c’est-à-dire, ne renfermant plus d’eau. Si elle est déjà ouverte, elle ne se renfermera pas si on la touche et tous les amateurs d’huîtres sont au courant de cette technique avant d’en consommer.

De Toliara ou de Mahajanga

A noter que les vendeurs s’approvisionnent auprès d’un grossiste d’Antohomadinika. Les huîtres, qui proviennent de Mahajanga, s’obtiennent à raison de 6 000 à 7 500 ariary le sac, si les moules, appelées communément «tekateka», sont de Toliara et se vendent à 5 000 ariary le contenu d’un seau de 15 litres. Pour ce vendeur, père de trois enfants, il ne cherche plus d’autre travail depuis qu’il s’est mis à pratiquer cette activité comme métier.

Sera R.

 

News Mada1 partages

Pickpockets : les auteurs de plus en plus jeunes

Au vu des arrestations effectuées ces derniers temps par la police, on a pu remarquer que de plus en plus des jeunes s’adonnent au vol à la tire et à l’esbroufe.

Leur âge varie de 14 à 17 ans. «Ils sont presque issus de familles nécessiteuses. Voler est tout ce qu’ils ont appris dans leur milieu pour survivre», selon un éducateur spécialisé de l’Administration pénitentiaire. Et de poursuivre : «Tout ce qui compte pour eux, c’est de satisfaire les besoins qui les tenaillent, en général, la faim. De ce fait, ils n’ont pas le temps de réfléchir sur les conséquences de leurs actes».

A part cela, le désœuvrement et l’insuffisance d’éducation au niveau de ces jeunes les poussent également à commettre ce délit. Une situation dont profitent certains adultes, plus précisément, les chefs de bande et commanditaires, qui récoltent la grande part du butin.

Modus operandi

Les pickpockets travaillent rarement en solo. Ils vont au moins par groupe de deux. Une stratégie qu’ils utilisent pour faire circuler les objets volés en cas de fouille, le premier qui a commis l’acte se trouve ainsi lavé de tout soupçon. N’empêche que, parfois, les accessoires qu’ils utilisent pour commettre le vol, à l’exemple des lames et des armes blanches, sont saisies  sur eux. Ce qui permet de les arrêter.

Quant aux «patrons», c’est-à-dire les commanditaires, ils préfèrent mener de loin l’opération. De ce fait, leur arrestation est assez difficile. Comme ces derniers ravitaillent en repas les inculpés en cas d’arrestation, tout en proférant des menaces, leurs noms sont rarement divulgués.

Les taxis-be comme cibles

A part les lieux où il y a une forte densité de gens, les taxis-be sont également les endroits de prédilection des pickpockets. D’après le témoignage d’un receveur de bus, ils sont trois à prendre le taxi-be à Anosibe. Ils occupent l’allée des strapontins même si d’autres places sont encore libres. Et c’est au moment où une personne se déplace, pour rejoindre la sortie ou prendre une place libre à l’arrière, qu’elle est délestée de son bien.

Deux des pickpockets se placent en effet le long des strapontins, de chaque coté, pour s’adonner à une fouille minutieuse lors de son passage. Tandis que le troisième se lève et fait obstruction et diversion, pour donner du temps à ses complices de faire leur sale besogne, tout en lançant des propos plus ou moins politiques, afin d’attirer l’attention de tous. Une fois leur méfait accompli, tous les trois descendent à Anosy.

Souvent, par crainte des représailles et pour leur propre sécurité, le receveur et le chauffeur n’osent pas les dénoncer.

Sera R

 

La Vérité1 partages

Atout tourisme Madagascar - Pour former de vrais professionnels

« Atout tourisme Madagascar » fait partie des écoles de formation aux métiers du tourisme et de l’hôtellerie nées dans les années 90, période à laquelle des particuliers ont créé des universités privées afin de remédier au problème de sureffectif d’étudiants bacheliers qui n’ont pas pu intégrer les universités publiques. Cette école supérieure a obtenu son agrément du ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, et l’habilitation de celui de l’Enseignement supérieur.

« Atout tourisme Madagascar » propose une menu comportant différents cursus aux nouveaux bacheliers, ainsi qu’à ceux qui comptent poursuivre leurs études jusqu’au master 1, bac+4, et master 2, bac+5. Pour les bacheliers, une formation de 20 mois dans les filières hôtellerie, restauration-bar, arts culinaires et tourisme leur est proposée, en vue de l’obtention du diplôme de technicien supérieur (Dts). A tout cela s’ajoutent 2 mois de stage en vue d’une application pratique des cours, au sein du restaurant et d’un tour opérateur, propriétés d’Atout tourisme Madagascar même. « Sur les 20 mois de scolarité, les étudiants doivent passer par la phase du troc commun, pendant les cinq premiers mois, afin qu’ils puissent se rendre compte que tous les attributions de ces secteurs sont liées entre elles », a expliqué Alain Rajaonah, fondateur et directeur d’Atout tourisme Madagascar, agrégé en écotourisme. Pour la formation visant la « licence professionnelle », bac+3, pour le module appelé « gestion des activités touristiques durables », la durée des études est de 12 mois, avec 2 mois d’incubation en entreprises et un éductour à l’île Ste-Marie, à l’occasion du festival des baleines. Et pour celle sanctionnée par les diplômes de master 1 et de master 2, avec la même durée que la précédente, les formations portent sur le management des activités touristiques durables et  le management des activités hôtelières durables, comprenant 5 mois d’incubation dans des entreprises. Concernant les sortants d’Atout tourisme Madagascar, Alain Rajaonah a fait savoir que la plus grande partie occupe aujourd’hui des postes de dirigeants au sein de grands établissements d’hôtellerie et de restauration sinon de principaux responsables des aires protégées. Concernant le nombre d’étudiants, il a fait savoir que l’effectif par classe est de 26 au maximum. Un effectif réduit par souci du bon déroulement des cours,  a-t-il expliqué.Rivo S.

L'express de Madagascar1 partages

Révision constitutionnelle – Une concertation nationale réclamée

Les réactions sont mitigées face à l’éventualité d’une révision de la Constitution. Pour ceux qui martèlent cette option depuis plusieurs mois, une concertation nationale est la condition préalable mise en avant.

Ratisser large. L’exis­tence de discussions pour la révision de la Constitution, révélée par Hery Rajaonarimampianina, président de la République, à Londres, n’a pas laissé de marbre l’opinion publique.Les entités qui plaident pour cette option depuis plusieurs mois, notamment, ont accueilli l’information avec circonspection. La revendication d’une concertation nationale préalable à un référendum constitutionnel commence à se faire entendre.Le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CREM), est le premier à avoir décoché, hier. Dans un communiqué de presse, cette entité parmi les plus ferventes revendicatrices de la rétrocession des îles éparses, a indiqué que, dans l’éven­tualité où l’État compte s’engager à retoucher la loi fondamentale, le CREM appelle les décideurs à organiser « dans les plus brefs délais un forum national pour la refondation et la reconstruction de Madagascar ».Multipliant les plaidoyers pour une refondation de la Grande île, le Cercle de réflexion avance, par ailleurs, qu’un référendum constitutionnel sera l’occasion de proposer aux Malgaches de choisir entre rester dans un système d’État unitaire, ou celui de vivre dans un État fédéral. Par le biais d’une déclaration partagée à la presse, hier, également, de la branche d’Antananarivo, du Syndicat des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants (SECES), a aussi, abordé le sujet.Affirmant que la Loi fondamentale est fréquemment foulée au pied, le SECES martèle l’organisation d’une « concertation nationale », concernant la refonte de la Constitution et des lois électorales, « afin d’éviter une crise postélectorale ». Le « Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena » (DFP), une des organisations au sein du mouvement les Forces de changement, réclame, également, une concertation nationale préalable à une retouche de la Constitution.Levée de boucliers« La mise en place d’un débat national pour la refondation menant ainsi, à un changement de la Constitution est la raison d’être du DFP », a déclaré Maharavo Ratoloja­nahary, chef de file de cette entité. L’administrateur civil ajoute cependant, que « ce n’est pas le gouvernement actuel, qui pourra organiser un débat inclusif ». Selon ses dires, la mise en place d’un gouvernement adoubé par tous serait d’abord, nécessaire.Se référant à de précédentes déclarations des responsables étatiques sur le sujet, cette figure de l’opposition soutient qu’« il pourrait s’agir d’une fuite en avant du pouvoir afin de repousser l’échéance électorale et de rallonger son mandat ». Une levée de boucliers d’une partie de la classe politique contre la probabilité que le référendum constitutionnel puisse repousser l’échéance de l’élec­tion présidentielle, prévue en 2018, a été rapporté par quelques presses, hier.L’éventualité que le débat sur la retouche de la Loi fondamentale soit réduite au volet électoral fait, également, face à des hostilités. « Pourquoi limiter les débats. Cette intention signifiera que les discussions seront unilatérales », a soutenu le leader du DFP.L’existence de discussions portant sur la révision de la Constitution, a été révélée par le président Rajaonari­mampianina, lors d’une interview accordée à la presse anglaise, la semaine dernière.Le chef de l’État avait répondu à la question : « Votre Constitution prévoit que vous démissioniez soixante jours avant la date de l’élection présidentielle, êtes-vous enclin à réviser la Constitution ? » Des indiscrétions affirment, toutefois, que l’idée d’une révision de la Constitution trotte dans les têtes des décideurs, depuis plusieurs mois.Les modifications devraient aller au-delà du volet électoral. Il n’est, cependant, pas indiqué jusqu’alors, si l’administration Rajaonarimampianina, ira jusqu’à un changement de la loi fondamentale pour consacrer une cinquième République.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara1 partages

Programme économique : Une mission du FMI dans nos murs

La deuxième Mission d’évaluation par le FMI (Fonds Monétaire International) de la mise en œuvre du Programme économique, appuyée par la FEC (Facilité Elargie de Crédit) a commencé. Une délégation de l’institution de Bretton Woods est dans la Grande-île, depuis la semaine dernière. Selon le FMI, cette évaluation concerne les réalisations durant le premier semestre de cette année. D’après les propos annoncés jusqu’ici, Madagascar est en bonne posture pour la validation de la poursuite du Programme et pour le prochain décaissement dans le cadre de la FEC. Dans tous les cas, les premières impressions de l’équipe de la Mission conduite par Marshall Mills sont attendues le 21 septembre prochain, à la fin des travaux d’évaluation. A noter que le pays a obtenu une note « très satisfaisante », lors de la dernière évaluation. Il devrait en être de même pour cette fois-ci, avec la poursuite de l’exécution du Programme qui, pour l’heure, n’a pas rencontré d’obstacle majeur.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

ESTI : Formation des élites du monde numérique

Lors du séminaire d’intégration de la première promotion de l’ESTI.

Telma partage la même vision de cette école en adhérant pleinement à la formation en alternance par le biais des stages pratiques offerts aux étudiants.

Un séminaire d’intégration de la première promotion de l’ESTI (Ecole Supérieure des Technologies de l’Information) à Madagascar, a été organisé durant trois jours à la Chambre de Commerce et d’Industrie à Antaninarenina, et ce, avec l’appui du TELMA. L’objectif étant d’évaluer le niveau des 49 étudiants de la 1ère Année de licence et du Master I et II, qui ont été admis dans cette école. Répartis en groupe de quatre étudiants, chaque groupe va présenter son projet numérique de la conception jusqu’à sa réalisation. « L’ESTI forme des élites du monde numérique. Et la particularité de cette école, c’est que nous offrons des formations en alternance. Soit une période de 15 jours de théorie et une autre période de 15 jours de pratique dans les grandes sociétés », a expliqué Gil Razafintsalama, le PCA de l’ESTI.

Recruter 100 nouveaux diplômés. Dans le cadre de ce séminaire d’intégration, ces futurs ingénieurs et techniciens de haut niveau ont commencé à se familiariser avec les valeurs exigées par leurs formations et leurs métiers futurs. « En tant que partenaire numéro Un de l’éducation à Madagascar, Telma s’est naturellement associé à ce projet qui vise son cœur du métier. En fait, l’entreprise veut contribuer à la préparation des compétences malagasy dans ces domaines incontournables des TIC comme la sécurité informatique ou encore le développement d’applications afin de former des ingénieurs qualifiés capables de répondre aux besoins réels du secteur », a évoqué Jean Luc Ramamonjiarisoa, le directeur des Ressources Humaines du Telma lors de la remise de certificat à tous les étudiants participant à ce séminaire d’intégration.  Notons que Telma partage la même vision avec l’ESTI. Il s’agit de donner une égalité de chance à tous les étudiants pour accéder à un enseignement de qualité et à la pointe de la technologie. Cet opérateur en téléphonie mobile adhère également à la formation en alternance en s’engageant à les offrir un cadre nécessaire à l’application de leurs connaissances par le biais des stages. « Nous avons une capacité de recruter 100 nouveaux diplômés dans le domaine de TIC chaque année. Mais nous ne recevons annuellement que 50 demandes. Et la formation en alternance études-pratique constitue encore une contrainte à Madagascar », a-t-il enchaîné.

Demande incessante. En revenant sur le séminaire d’intégration, c’est le projet Secure care qui a obtenu le premier prix.  « Les étudiants issus de la première promotion de l’ESTI ont un bon niveau alors que la majorité d’entre eux n’ont pas encore effectué une programmation », a soulevé Gil Razafintsalama, le PCA de l’Ecole Supérieure des Technologies de l’Information. Cette école ambitionne en fait de proposer aux entreprises des jeunes qualifiés en adéquation avec leurs besoins et leurs exigences. Poursuivre une telle formation dans le domaine du numérique s’avère ainsi intéressante étant donné que la demande de nouveaux diplômés est incessante face à l’évolution perpétuelle des technologies.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Certaines zones rurales n’acceptent pas les nouveaux de banque

Les nouveaux billets de banque ont du mal à être utilisés dans certaines régions de Madagascar surtout dans les zones rurales.
Nous sommes à une semaine de la mise à disposition du public de la deuxième vague des nouveaux billets de banque. Or la première vague fait encore l’objet d’une réticence du public rural quant à son utilisation. En effet, certaines zones rurales à Madagascar sont coupées de toutes communications et c’est ce manque d’information qui les pousse à être hésitant Pour y remédier, la banque centrale effectue actuellement un roadshow pour une sensibilisation de la population. Aussi, la banque centrale affirme qu’il est difficile de faire des contrefaçons de ces nouveaux billets.
Ino Vaovao0 partages

DISTRIKA ANKAZOBE : Tovolahy iray vao 21 taona hita faty, feno ratra ny vatany

Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra mazava ny tena anton’ity fahitana razana ity saingy misy ireo voalaza fa manana disadisa aman’olona ary miafara amin’ny famoizana aina izany. Ny zavatra nitranga tao amin’ny Fokontany Tsimiamboholahy, Kaominina Fihaonana, Distrikan’ Ankazobe izao dia tovolahy 21 taona, antsoina hoe Randriamarozatovo Toavina no tsy hita popoka nanomboka ny faran’ny volana aogositra 2017 lasa teo iny.

Marihina anefa fa ny alakamisy lasa teo ny fianakaviany vao nampandre ny tobim-paritry ny zandary tao an-toerana.

Taorian’izay no natomboka ny fikarohana sy ny fizahana rehetra. Vokany, betsaka ireo mponina mipetraka ao amin’ny fokontanin’Ambohimaso no nilaza fa naheno fofona hafahafa. Nisy zavatra mifono hita tao anaty lobolobo manodidina ny tanàna. Tsy sahy nikitika izany ny fokonolona fa nampandre ny mpitandro filaminana. Ity farany niaraka tamin’ny dokotera avy ao amin’ny CSBII Fihaonana no nidina teny an-toerana ny zava-nisy.

Fantatra àry fa 500m miala ny tanàna no nahitana io razana io, izay fatin’ilay tovolahy very, raha ny fanazavana voaray ihany.

Rehefa natao ny fizahana dia hita fa nisy ratra maromaro teo amin’ny vatany, toy ny teo amin’ny lohany, ny tendany, ny loha-tongony roa ary ny felan-tanany anankiroa ihany koa. Natolotra ny fianakaviany ny vatana mangatsiakany rehefa vita ny fijerena rehetra . Mbola mitohy kosa ny fanadihadiana ny raharaha satria dia mety novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ity tovolahy ity raha ny vinavinan’ny mpiara-monina.

Andrasana araka izany ny fivoaran’ny famotorana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Tsy misy olona maka ilay bajaj giazan’ny Polisy monisipaly

Raha tsiahivina dia ny alatsinainy 14 aogositra lasa teo raha nanao fisavana tao an-tampon-tanànan’i Sambava ny polisy monisipaly avy ao an-toerana dia sendra itony moto kodiarana telo manao asa fitaterana, izay nitondra mpandeha miisa 6 tao anatiny. Avy hatrany dia najanon’izy ireo izany ary nosavaina ny taratasin’ilay bajaj.

Tsy nanana taratasy famantarana an’izay mety ho tompony, hatramin’ny fahazoan-dalana mamily fiara dia tsy nananan’ilay tovolahy nitondra bajaj nanao taxi ity. Avy hatrany dia nasaina nankany amin’ny biraon’ny polisy ity farany nefa nitsoaka raha nilaza handeha toeram-pivoahana. Bajaj mitondra laharana 5537-DF no voatazona ao amin’ny polisy monisipaly Sambava ity nefa hatramin’izao mbola tsy tonga ny tompony naka izany efa ho iray volana izay.

Mandeha araka izany ny feo fa ahiana ho bajaj halatra avy tamin’ny toeran-kafa, izay heverina ho sandoka hatramin’ilay laharany. Manao antso avo araka izany ireo avy amin’ny polisy monisipaly ao Sambava amin’izay mety ho tompon’io bajaj voalaza eo ambony io haka izany fa hatramin’izao anoratana izao dia mbola tsy fantatra ny tompony satria tsy mbola nisy nanantona azy ireo. Raha ny resaka halatra bajaj no asian-teny dia tsy zava-baovao izany ary ny famindrana azy amin’ny toeran-kafa havadika vola no manavanana ireo mpangalatra izany.

Ankoatra izany, araka ny vaovao voaray avy any Sambava dia mahatratra 1020 ny bajaj manao asa fitaterana any an-toerana kanefa 426 amin’ireo ihany no manara-dalana.

Niverina fanindroany any amin’ny fonjan’Antalaha Ilay mpamily nikasi-tanana polisy

Naverina am-ponja fanindroany ao Antalaha ilay mpamily bajaj nifanehatra tamin’ny Polisy monisipaly rehefa nijoro teo anoloan’ny fitsarana ny roa tonta omaly maraina. Taorian’izany dia nilaza ny fitsarana fa amin’ny faha-18 ny volana septambra no mivoaka ny didim-pitsarana ka voatery niverina manohy ny saziny ilay mpamily bajaj. Raha tsiahivina dia tokony ho tamin’ny 7 septambra teo ny fitsarana ity nahavanon-doza ity kinanjo nahemotra omaly ny andro saika hanantotonsana izany.

Raha tsiahivina dia ny talata 22 aogositra teo no nandratra polisy monisipaly iray sy niady totohondry tamin’ny iray hafa ny mpamily bajaj iray miasa ao Sambava. Tsy nanara-dalàna ny tovolahy tamin’izany satria nanao taingim-be tamin’ny bajaj noentiny ka nosakanan’izy roalahy ireto fa tsy nijanona. Nenjehin’ireo polisy monisipaly ireo ity farany ka tratra. Raikitra ny savorovoro tamin’ity tovolahy ity sy ireo mpiasan’ny kaominina mpandrindra ny fifamoivoizana ireo tamin’izany.

Tsy nanaiky ny fikasihan-tanana nihatra tamin’izy reo anefa izy roalahy ka voatery nitory ilay mpamily ary izao niafara amin’ny fanagadrana azy izao. Andrasana ny tohin’ity raharaha ity.

Ny Bajaj no matetika mampitera-doza

Isany fitaovam-pitaterana mampisy ny lozam-pamoivoizana voalohany eto an-tampon-tanànan’i Mahajanga ny Bajaj. Maro ny antony mahatonga izany. Anisan’izany ny hamaroan’izy ireo izay efa mihoatra ny 3 000 isa. Misy tsy mahafantatra sy tsy mahafehy ny lalànan’ny fifamoivoizana ihany koa ireo mpamily azy ireo ka matetika mitera-doza. Misy ihany anefa ny vahaolana manoloana izany. Ny tompon’ny Bajaj no tompon’andraikitra voalohany. Tokony hofantarina tsara ny olona mitondra ity fitaovam-pitaterana ity. Hadihadiana amin’izany ny mombamomba azy.

Fantarina ihany koa ny fahaizany manamory satria ain’olona no entiny ka mila mitandrina tsara.

Manoloana ireo rehetra ireo dia misy ny fepetra noraisin’ny tompon’andraikitry ny fitaterana ao amin’ny kaominina Mahajanga raha toa ka misy ny lozam-pifamoivoizana. Raha sanatria ka mitranga izany ka naharatrana olona dia tsy mahazo miasa ao anatin’ny 15 andro ka hatramin’ny 1 volana ilay mpamily. Fa raha maty ao anatin’ny 24 ora kosa ilay olona dia sintomina amin’ilay mpamily ny taratasy fahazahoan-dalàna mitondra Bajaj.

Tsy ny Bajaj ihany anefa no voakasik’izany fa ireo fitaovam-pitaterana rehetra eto Mahajanga.

Mpanjono sy Pounie ary Patricia (stagiaire)

Ino Vaovao0 partages

RAVALOMANANA MARC : Manohy ny fitetezam-paritra hatrany ny filoha mpanorina ny antoko Tim

Ny hetsika fankalazana ny faha-15 taona no entiny ihaonana amin’ireo mpomba azy any amin’ny faritra izay efa tafiditra sahady amin’ny fanomanana ny fifidianana. Ny faran’ny herinandro lasa teo dia nidina tao an-drenivohitr’i Bongolava ny tenany.

Tamin’ny ankapobeny ankoatra ny lanonana nentina nanamarika izay tsingerin-taona izay dia niompana tamin’ny fiatrehana ny fifidianana ny kabary nataony, toy ny fanentanana ireo mpikatroka Tim any amin’iny faritra iny mba hiara-hamondrona ny hery mba hahafahana miverina eo amin’ny fitondrana indray.

Ankoatra izay nitafa mivantana tamin’ny mponin’i Tsiroanomandidy ihany koa izy niezaka naka ny fon’ireo vahoaka sahady. Tsikaritra fa efa samy mihetsiketsika manao izay hambaboana ny fom-bahoaka ny antoko Tim sy ny Hvm amin’ny alalan’ny fitetezam-paritra izay ivoahan’ny fanakianana maro fa toa manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana sahady izy ireo.

Raha tsiahivina dia vao haingana ihany koa ity filoha teo aloha ity no tany Vakinankaratra ary tahaka izay hatrany no nataony.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

CRAM : Mitaky fifanatonan’ny tompon’andraikitra faran’izay haingana

Anisany nitondra fanazavana mahakasika izany ny fikambanana Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar na ny CRAM. Nisongadina tao anatin’ny fanambarana nataon’izy ireo fa «  ny fanovàna ny rafitra ao anatin’ny lalàm-panorenana vaovao sy ny hevitra rehetra hanatsarana ny fitantanana ny firenena ho an’ny soa iombonan’ny vahoaka Malagasy dia tsy maintsy lanieram-bahoaka  ». 

Tahaka ireo antoko politika sy mpanao politika efa samy nitondra ny heviny dia nandroso soson-kevitra maro ihany koa ny fikambanana CRAM. Ho an’izy ireo dia tokony hisy fiantraikany amin’ny tombontsoa ambonin’ny firenena sy ny vahoaka ao aminy hatrany ny fikitihana an’io lalam-panorenana io. Ankilany manahy amin’ny mety hisian’ireo mpahazo tombontsoa manokana ao ambadik’ity raharaha  ity ihany koa ny CRAM . 

Hatramin’izay mantsy raha nitady ny hanasiam-panovàna ny lalam-panorenana izy ireo dia voasoketa ho mpanakorontana hatrany, araka ny fanazavana voaray. Fantatra fa nanomboka tamin’ny volana febroary 2017 lasa teo ny fikambanana no efa nanao fanambaràna ny amin’ny hanasiam-panovàna ny lalàm-panorenana saingy toa nanao antsoantso tany an’efitra ihany. Teboka telo lehibe no nangatahiny hasiam-panovàna tamin’izany dia ny hanatsaràna ny lalànan’ny fifidianana, ny hanatsarana ny lalàna mifehy ny antoko politika ary ny hanemorana ny datim-pifidianana ho amin’ny taona 2019. 

«  Mitaky fifanatonan’ny tompon’andraikitra faran’izay haingana izany mba hidinika ny fanomanana tsy misy hatak’andro ny loabary an-dasim-pirenena ho fanorenana ifotony sy ny fanarenana an’i Madagasikara  », hoy hatrany ny fikambanana. Amin’ny ankapobeny anefa dia tsy any amin’ireo teboka lehibe voalaza etsy ambony ny mahamaika ny fanjakana fa ny fikitihana ilay andininy faha-46 izay mampitsahatra ny Filoham-pirenena amin’ny asany raha toa ka isan’ireo kandida hilatsaka ho Filoham-pirenena ny tenany. Ankoatra ny fikambanana CRAM dia efa naneho ny heviny ihany koa i Pasitera Mailhol sy ny avy eo anivon’ny antoko Leader Fanilo. Ireto farany izay mitsipaka marindrano io fanovàna ny lalam-panorenana io. Hentitra ny filazàn’izy ireo fa misy tombontsoa manokana kendrena ao ambadik’io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANEHOAN-KEVITRA : “Tsy misy ny fandraisan’andraikitry ny fanjakana amin’ny tsy fandriam-pahalemana”

Saika manasongadina izay firongatry ny asan-jiolahy izay foana ireo gazety mpiseho isan’andro izay mampiharihary fa faritra maro no tena voafehin’ny dahalo tanteraka.“Tsy misy ny fandraisan’andraikitra ataon’ny fanjakana manoloana ny tsy fandriam-pahalemana miseho lany”, hoy ny fanehoan-kevitra noentin’i Guy Maxime Ralaiseheno, mpanao politika. 

Aminy dia mifandraika amin’ny tsy firaharahan’ny mpitondra ny sosialin’ny Malagasy ka mahatonga izao fahantrana lalina izao no tena mampirongatra izay tsy fandriam-pahalemana izay.

 “Ny tena fototra lehibe indrindra mahatonga ny tsy fandriampahalemana dia ny olana ara-tsosialy. Ity farany izay misy fiantraikany betsaka amin’ny fiainam-bahoaka ary anisany tena mampirongatra ny tsy fandriam- pahalemana ao anatin’ny firenena iray”, hoy hatrany ny fanambaràna nataony. 

Ny 98%n’ny Malagasy no miaina ao anaty fahantrana lalina, hoy izy kanefa tsy  mazava ny politikam-pirenena entin’ny fanjakana hanatsarana ny fiainana eny amin’ny tontolo ambanivohitra ary tsy mazava ihany koa ny politika entina miady amin’ny tsy fandriam-pahalemana na dia misy aza ireo fandaharan’asa hoenti-mamongotra izany. Raha fintinina dia tsy afaka handroso mihitsy i Madagasikara raha mbola miaina ao anatin’ny tsy filaminana ny vahoaka. 

Ny filaminana izay hiantoka ny fihariana rehetra ary rehefa misy ny fandriam-pahalemana dia afaka hamokatra araka ny tokony ho izy ny tsirairay. Ilaina araka izany ny fanaovan’ny fitondram-panjakana laharam- pahamehana izay ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana izay sy ny hijerena akaiky ny sosialim-bahoaka.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Distrikan’i Beroroha : ratsy ny lalana, atahorana ny asan-dahalo

I Beroroha, distrika iray any amin’ny faritra Atsimo Andrefana. Azo lazaina fa tsy miaina fahantrana loatra ny mponina ao amin’io tanàna io. Mamokatra karazam-boly maro ny tany ao aminy, ary mbola mamatsy ny manodidina hatrany Toliara, indrindra ny vary sy ny voamaina. Olana iray goavana anefa ny faharatsian-dalana. Fanadihadiana.

Tantara iray manokana, mila fahatanjahan-tsaina ny mankany Beroroha. Raha miainga avy eto an-dRenivohira vao maraina, mihazo ny lalam-pirenena faha-7, maizina ny andro vao tonga any Ranohira. Hialana amin’ny fanafihan-dahalo, tsara raha manohy ny dia indray ny andro manaraka, vao maraina. Mivonona ny mpandeha amin’izay mety ho tranga rehetra eny an-dalana. Roa andro nialoha ny fitokanana ny biraon’ny Tahirimbolam-panjakana tany an-toerana, ny 28 aogositra lasa teo, nisy fiara mpitatitra iray notafihin’ny dahalo, nahitana mpandeha naratra mafy.

Trangan-javatra roa tsy afa-miala ao an-tsaina : faharatsian-dalana sy asan-dahalo. Misy fotoana ny mpitandro filaminana afaka, manaraka ireo fiara mpitatitra, toy izany ny nanotronan’izy ireo ny 4×4 nitondra ireo mpiasan’ny Tahirimbolam-panjakana sasany tsy maintsy namonjy ny fitokanana ny biraon’ny Perception principale, ny 31 aogositra. Miova tanteraka ny tontolo manodidina, lavitry ny rivotra maloto eto an-dRenivohitra, vao miala kelikely an’i Ranohira. 318 km avy eo, tsy vita mora na amin’ny fiara 4×4 aza, mamonjy an’i Beroroha mihazo ireo lalan-tany sy feno vovoka, misy ampahany feno vato sy mbola  mandalo hantsana mampidi-doza. Mangina tanteraka ny eny an-dalana.

Mahavariana ny filentiky ny masoandro

Atahorana fa malaso izay kotaba sendra heno ao anatin’izany fahanginana izany. Ireo malaso ireo mantsy mampiasa kiririoka, manana ny kalo fanaony mihitsy rehefa hanafika. Na eo aza ny havizanan’ny mpandeha sy ny tahotra, manome aina azy ireo ny hakanton’ny zavaboahary manodidina, toy ny any amin’ireny toerana fanaovana sarimihetsika « western » ireny. Ao ireo tendrombohitra manana ny mampiavaka azy noho ireo karazan-javamaniry aminy, ireo hazo baobab manamorona ny lalana. Ary ny tena seho iray manokana, ny filentiky ny masoandro, mahatalanjona ny rehetra. Tranga iray mahavariana ny rehetra sy mampanadino izay tokony hotsaroina.

Tsy maintsy mbola miampita “bac

Maizina tanteraka ny andro, raha niainga tao Ranohira vao maraina. Tsy lavitra loatra intsony ny reniranon’i Mangoky, fiampitana amin’ny « bac » mialoha ny tena hahatongavana any Beroroha. Tsy afaka amin’ny fasika intsony, mampisaraka amin’ny renirano, raha ny 4×4 nitondrana ny mpiasan’ny Tahirimbolam-panjakana. Voatery nandeha an-tongotra moramora namonjy ny « bac » ny mpandeha.  Tonga teo amin’ny “bac” ihany koa anefa ireo fiara ireo rehefa somary maivana. Matanjaka ilay “bac”, mahazaka fiara roa avy hatrany…. Ary tonga soa aman-tsara tao Beroroha ihany ireo mpiasam-panjakana. Mangina tanteraka ny tanàna.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Antanandahy-Tsiribihina : miompy tantely avy amin’ny ala honko ny mpanjono

Fihariana nahazatra ny mponina any Tsiribihina, Menabe, ny jono. Niampy fiompiana  tantely izany ho an’ ireo monina manamorona ala honko, toy ny any Antanandahy any amin’ny faritra telozoron’i Tsiribihina.

Filohan’ny fikambanana Matavy Entea, miompy tantely any Antanandahy,  Razeny. Mpanjono ny asa fivelomany taloha, saingy nambarany fa “lasa be rivotra eny an-dranomasina ankehitriny ka mihena ny isan’ny hazandrano. Tena niova ny toetr’andro, hany ka mampidi-doza ny miandriaka eny afovoan-dranomasina ho an’ny mpanjono madinika toa ahy”. Izany ny nahatonga azy hiova fihariana hiompy tantely, avy amin’ny ala honko.

Mahatratra 10 ny isan’ny mpikambana ao anatin’ny Matavy Entea, nahazo fiofanana nanomboka ny taona 2012 avy amin’ny ONG Saragna, misahana ny fiarovana ara-tsakafo sy ny tontolo iainana any Menabe. Mahazo fiofanana toy izao avokoa ireo federasion’ny fikambanan’ny tantsaha any Menabe, tohanan’ny WWF.

Mahazo 1.200.000 Ar

Nandray anjara tamin’ny foara “Reniala Menabe”, ny 31 aogositra-2 septambra teo ny fikambanana tarihin-dRazeny. Andiany fahatelo ity hetsika ity, entina hampiroboroboana ny toekarena sy ny famokarana any Menabe. Lafo avokoa ny tantely namidin-dRazeny sy ny mpikambana nandritra ireo telo andro ireo. Nambarany fa mameno ny fidiram-bolan’izy ireo ny fiompiana tantely. Ahafahana miantoka ny fanabeazana ny zanany dimy. “Manjono any an-dranomasina aho ny maraina, mikarakara ireo vata tantely miisa valo ny tolakandro”, hoy izy. Manodidina ny 15 hatramin’ny 20 litatra ny tantely azo isaky ny vata, amidy 10.000 Ar ny litatra. Izany hoe, mahazo hatrany amin’ny 1.200.000 Ar  Razeny farafahakeliny amin’ny fiompiana tantely.

Miaro ny ala honko

Mpikambana ao anatin’ny vaomiera manara-maso ny ala honko any Antanandahy koa  Razeny. Aminy, mifandray ny fiompiana tantely sy ny fiarovana ny tontolo iainana. Zava-dehibe sy laharam-pahamehana ny fiarovana ny ala, ankehitriny, satria tsy hisy ny tantely rehefa ringana ny ala, foto-tsakafon’izy ireo. Ary indrindra, manome karazana sy tsirony tena tsara ny tantely mifototra amin’ny ala honko.

Midika ireo fa ivon’ny toekarena ny tantely any Menabe, anisan’ny tena tsara kalitao eto Madagasikara.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Mpahay lalàna, Ranesa Firiana : « Ho an’ny tombontsoan’ny maro anisa ny fanovana lalàna…”

Miteraka resabe tato ho ato ny amin’ny fikasan’ny mpitondra hanova na hanitsy lalàmpanorenana. Nitondra ny heviny momba izany ny mpahay lalàna, Ranesa Firiana.

 

“Anisan’ny antony hanovana na hanitsiana lalàmpanorenana ny hahamora ny fanatanterahana ny fandaharanasa na koa ho amin’ny tombontsoan’ny vahoaka sy ny firenena”, hoy izy, omaly, tamin’ny fanazavany.  Mitondra ho amin’izany ve ny hirosoan’ny fitondrana hanova lalàmpanorenana sa ho an’ny tombontsoany manokana sy hifikirana eo amin’ny seza na kajikajy politika hafa ?

Nohitsiny fa tsy voahajan’ny mpitondra nifanesy teto ny voalazan’ny lalàmpanorenana. Anisan’izany ny tsy nametrahana ireo rafitra voasoratra, toy ny fananganana ny Fitsarana avo (HCJ), natao hitsarana ny mpitondra, araka ny nambarany. “Eo koa ny tsy fipetrahan’ny fitsinjaram-pahefana, toy ny eny anivon’ny faritra sy ny faritany nefa voasoratra avokoa izany… Mandringa hatrany ny fampiharana lalàna eto amintsika”, hoy ihany ity mpahay lalàna ity.

Na izany aza anefa, nanteriny fa tsy voalazan’ny lalàna ny fotoana ahafahan’ny mpitondra manova na manitsy ny lalàmpanorenana. “Miankina amin’ny fandaharanasan’ny fanjakana izany. Antony lehibe sy goavana anefa vao azo kitihina izany”, hoy Ranesa Firiana. Fomba iray ahafahana manova lalàmpanorenana ny fanapahan-kevitra raisin’ny filoha eo anivon’ny filankevitry ny minisitra. Fa eo koa ny eny anivon’ny Antenimiera amin’ny alalan’ny latsa-bato ka ny roa ampahatelon’ny depiote vao afaka mangataka fanitsiana lalàmpanorenana. “Na miainga amin’ny filankevitry ny minisitra na avy amin’ny parlemanta aza anefa, tsy maintsy eken’ny telo ampahefatry ny Antenimiera roa tonta tamin’ny alalan’ny fifidianana izany volavola fanitsiana izany ary haroso amin’ny fitsapa-kevi-bahoaka avy eo”, hoy ity mpahay lalàna ity.

Manoloana ireo rehetra ireo, inona ny tian’ny mpitondra hahatongavana sy hoketrehina amin’izao fanovana tian-katao izao ?

Randria

News Mada0 partages

Ampiofanina resaka politika ny sendikà

 Nanitsy ireo fomba fijery sy ireo diso fiheverana. “Misy rafitra tsy tokony hanao politika kanefa raha ny tokony ho izy, tsy misy olona tsy afaka ny hanao politika izany. Tsy mitombina ny fanenjehana ny sendikà fa hoe manao politika”, hoy ny eo anivon’ny Friedrich Ebert Stiftung (FES), tamin’ny alalan’ny tompon’andraikitry ny fandaharanasa,  Andrianasy Hanta, omaly tetsy Antaninarenina. Miofana mandritry ny roa andro nanomboka, omaly ary hitohy anio, ny eo anivon’ny Randrambaon’ny sendikà CTM-SSM sy ny FES. Hiompanan’ny fifampizarana ny tokony ho fomba fijoron’ny sendikà eo anatrehan’ny toe-draharaha politika misy eto amin’ny firenena. Anton’ny fifampizarana ny fivoizana fa tsy tokony hanao politika ny sendikà. “Manana ny fotokevitra politika mifandraika amin’ny sehatra misy azy ny tsirairay, saingy tokony hifanandrify hatrany amin’ny demokrasia sy ny fitantanana mirindra izany”, hoy ihany ny eo anivon’ny FES.

Mihoatra ny 92% ny tahan’ny fahantrana eto amintsika

Natsidik’izy ireo sahady koa fa tokony hanan-kambara, dieny izao, ny sendikà manana ny politika hampandrosoana ny sosialin’ireo mpiasa. “ Mety efa mihoatra lavitra ilay taham-pahantrana 92% nivoaka ny taona 2013 ny mitranga sy iainana  ankehitriny raha mijery ny toe-draharaham-pirenena, miharatsy hatrany isika”, hoy ihany izy ireo.

Andrasana ny fehinkevitra hivoaka amin’izao fiofanana izao. Mba tsy handalo fotsiny fa hampiharina sy iainana eny anivon’ny tontolon’ny asa sy ny sendikà.

Synèse R.

News Mada0 partages

Cyclisme : mise en jambes avant le trophée des as

Un test grandeur nature. Les coureurs issus de la ligue d’Analamanga affûtent leurs armes en vue du Trophée des as et le grand prix de la fédération prévus se dérouler le mois prochain. En effet, ils ont parcouru les fameux 110 km de l’axe RN1, dimanche dernier. Au final, Jean Freddy Ramanampisoa (Mbike) a devancé Tojonirina Rabemananjara (FCSA) et Jean Marc Rakotonirina (FCSA). Les trois hommes ont respectivement signé un chrono de 3h08’04″10, 3h 08’04″15 et 3h08’04″15.

Au VTT, Fanomezantsoa Ratolojanahary (PA) a bouclé les 80 km en 2h20’35’’. Il a été talonné par Julio Herinandrianina (VCA) et Honoré Rabenjamina (VCA) qui ont respectivement signé un temps de 2h21’15 » et 2h22’10 ». Les coureurs d’Analamanga ont encore l’occasion de faire une mise en jambes le 21 septembre sur l’axe RN4 où les grimpeurs pourront faire leur preuve. «L’objectif est de rafler la mise comme lors du dernier championnat national au mois de juin», a déclaré le président de la Ligue d’Analamanga de cyclisme, Naly Ravelonarivo.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Rugby à 7 – Afrique : la liste des Makis féminins dévoilée

Malagasy rugby a levé le voile sur la liste de la délégation des Makis féminins qui disputeront la Coupe d’Afrique de rugby à 7, les 16 et 17 septembre prochains à Monsatir (Tunisie). Les 12 joueuses retenues dans la sélection finale arrivent à la dernière ligne droite de leur préparation. Elles ont effectivement peaufiné leurs acquis hier au stade des Makis sous le regard critique du coach Marie Eric Randrianarison qui ne veut rien laisser au hasard pour ce plateau continental.

Pour rappel, Madagascar est dans la poule B avec le Kenya, le Zimbabwe et le Sénégal. Madagascar abordera cette échéance sur un air de revanche vu son rang au classement général de la coupe d’Afrique 2016 (ndlr, 7e position devant le Maroc).  Madagascar devra s’attendre à du lourd car il affrontera d’entrée les rugbywomen kenyanes qui sont classées deuxième au classement général 2016. La Grande île défiera ensuite la sélection zimbabwéenne avant de croiser le Sénégal.

Rojo N.

La délégation malgache :

Joueuses : Mbola Raveloarinoro (3FB), Volatiana Rasoanandrasana (FTFA), Laurence Rasoanandrasana (SC Besarety), Patricia Ravololonirina (SC Besarety), Marie Christine Bodonandrianina (FTFA), Claudia Maminiaina Rasoarimalala (FTFA), Sariaka Nomenjanahary (SC Besarety), Ginah Raharimalala (FTM Manjakaray), Delphine Raharimalala (FTM Manjakaray), Andoniaina Rahariravaka (Soavimasoandro), Farasoa Razafimahefa (3FB), Sylvie Ravaoarimanana (FTFA).

Coach : Marie Eric Randrianarison

 

News Mada0 partages

Hiragasy makotrokotroka : hiditra amin’ny manasa-dalana

Hiditra amin’ny dingan’ny manasa-dalana ny fifaninanana hiragasy, izay tafiditra ao anatin’ny hetsika “Hiragasy makotrokotroka”, ny alahady izao sy ny 24 septambra.

Ny alahady aorian’io kosa no hotanterahina ny famaranana,

Mandra-piandry izany, nitohy isaky ny alahady ny fifanintsanana. Namarana izany dingana izany, afakomaly tetsy Ambohijatovo, ny tariky ry Ramiadamahefa, avy any Antaninandro, sy Rasoasimanga B, avy any Ambohimandroso.

Raha ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto Analamanga (Ortana), mpikarakara ny hetsika, mahafa-po ny “Hiragasy makotrokotroka”, izany hoe, tratra ny tanjona. Mihamaro, isan-taona, ireo Malagasy tonga manatrika tsy tapaka ny adin-kiragasy. Ny toerana anatontosana izany, rahateo, mihamanakaiky ny eto afovoan-tanàna.

Etsy ankilany, tsy diso anjara koa ireo mpizahatany vahiny. “Tsy ilay hiragasy (ny hira, ny mozika, ny mpihiragasy) ihany no mahaliana azy ireo fa izay rehetra mitranga sy hita mandritra ny adin-kiragasy. Ao anatin’izany “ambiansa” sy ny horakoraky ny mpijery, ny mpivarotra karazana tsakitsaky samihafa, ny tehaka sy ny fanipazana vola, ny fihetsiketsiky ny mpihiragasy, sns, “ hoy ity tompon’andraikitra ity.

Manoloana izany, mbola vonona sy mavitrika ny amin’ny hanohizana ny “Hiragasy makotrokotroka”, isan-taona, ny mpikarakara.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Nodimandry any La Réunion : hoentina any Paris i Jeanot Rabeson

Halain’ny zanany vavy any La Réunion izy ka hoentina any Paris. Mety ny alakamisy na zoma vao ho tonga any ka tsy mbola fantatra ny fotoana handevenana azy”. Tohin’ny vaovao nampitain’i Gégé Rasamoely, mikasika ny nahalasanan’i Jeanot Rabeson, io. Araka izany, mbola hotaterina manaraka ihany ny tohin’ny fandaharam-potoana.Toy ny vara-datsaka ny nahenoana ny vaovao ho an’ireo akaiky sy nifanerasera tamin’i Jeanot Rabeson. Omaly tontolo, niraradraraka ny fanehoana fiombonan’alahelo sy fiaraha-miory amin’ny fianakaviany. Anisan’ireo akaiky an’i Jeanot Rabeson sy naneho ny alahelony i Désiré Razafindrazaka. “Lasa namonjy ny paradisan’ireo kintan’ny jazz izy. Mitovy laharana amin-dry Oscar Peterson sy Bill Evans mihitsy. Tsy nitsahatra nanome hoan’ny tontolon’ny jazz i Jeanot Rabeson… Vao niara-nitendry izahay, tapa-bolana lasa izay, ka tena tampoka sy maharary ahy ny fahalasanany. Tia nampita, nanome, nananatra ary nizara izy. Anisan’ireo nisongadina tamin’ny Madajazzcar tamin’ny taona lasa koa…”, hoy ny fizarana nataon’i Désiré Razafindrazaka.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Mozika ankehitriny : manabe sady manala voly i Shayron

« Donné donné masikita … ». Ny lehibe, indrindra moa fa ny ankizikely, iza no tsy mahalala io hiran’i Shayron io, hira mahabe resaka, tato ho ato : toa mitady hiteniteny foana. « Hira natao hialana voly sy hifalifaliana fotsiny ihany io,  amin’izao adim-piainana isan’andro vaky izao », hoy ny mpihira azy, nanazava. Raha ny nambarany, tsy hifalifaliana fotsiny ny sanganasany fa mitondra fanabeazana ihany koa.

Tany amin’ny taona 2015 no nidiran-dRajaonarimalala Tsanta Shalom, izay nisafidy ny anarana hoe Shayron teo amin’ny sehatry ny hira. Toy ny ankamaroan’ny tanora ankehitriny, mirona amin’ny gadona mihetsiketsika : kilalaky, « coupé-décalé » afangaro amin’ny RnB, ity mpanakanto ity.

« Omeko lanja sy sehatra kokoa amin’ny famoronana ataoko ny tontolo ambanivohitra, toerana nandaniako ny fahazazako », hoy i Shayron. Efa niaka-tsehatra tamin’ny faritra maromaro teto amin’ny Nosy i Shayron. Anisan’ireny ny tany Ambatondrazaka, Itasy, Bongolava… Ankoatry ny maha mpanakanto azy nandalina ny tontolon’ny sary sy feo ihany koa ity mpanakanto ity.

Landy R.

News Mada0 partages

Tambajotra mpamatsy fitaovam-piadiana : sarona ny vovoka simika 200 kg fanamboaran’ny dahalo bala

 Saron’ny zandary tao Betroka ny tambajotra matanjaka, mpamatsy fitaovam-piadiana ny dahalo. Vovoka simika ”Chlorate de sodium” 200 kg mahery fanamboarana bala sy kojakoja momba izany ireto tratra niaraka tamin’ny olona valo, ka dahalo ny telo ireto.

Tsy araka ny fiheveran’ny maro fa tena olona manam-pahaizana momba ny fanamboarana fitaovam-piadiana mahery vaika ny dahalo any Betroka. Ireo dahalo ihany no manamboatra ny balana calibre 12 entin’izy ireo manao fanafihana. Misy koa anefa ireo tambajotra miray tsikombakomba amin’izy ireo amin’ny alalan’ny famarotana ireo fitaovana toy ny vovoka simika “Chlorate de sodium” fanamboarana izany.

Manoloana izany indrindra, olona miisa valo indray voasambotry ny zandary ao Betroka, ny asabotsy teo. Ny telo dahalo tratra teo am-pikotrehana fanafihana mitam-piadiana raha andian’olona mpiray tsikombakomba mamatsy ireo dahalo ireo ny akora simika fanamboarana bala hoenti-manafika kosa ny dimy hafa. Vovoka simika “Chlorate de sodium” milanja 210 kg no tratra tao an-tranon’izy ireo.

Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary ao Betroka, nahazo loharanom-baovao izy ireo nandritra ny fisafoana sy fanangonam-baovao, ny asabotsy tolakandro teo fa misy dahalo mikononkonona manomana fanafihana any amin’ny lalana mivoaka ny tanànan’i Betroka mihazo an’Antranovato akaikin’ny seranam-piaramanidina. Nidina teny an-toerana avy hatrany ny zandary ka hita teo ireo dahalo ka nandositra avy hatrany ry zalahy, saingy tratran’ny zandary  ny telo lahy raha tafaporitsaka kosa ny iray. Tratra tany amin’izy ireo ny mohara, lambamena fitondran’izy ireo manao fanafihana, bala ary vovoka simika famahanana ireo vodim-bala efa avy niasa mba ho azo ampiasaina indray, niampy karazam-by sy firaka maro ary “pile alkaline” fanao bala. Niroso tamin’ny famotorana ireo dahalo avy hatrany ny zandary ka nilaza izy ireo fa avy nividy ireo akora simika fanamboarana basy ireo tao amin’ny mpivady monina ao Betroka an-tampon-tanàna ihany. Nosamborin’ny zandary taorian’izay ireo mpivady voatonontonon’ireto dahalo ireto.

10 000 Ar ny eran’ny kapoaka kely…

 

Nitohy ny alahady maraina teo ny fanadihadian’ny zandary ka ny trano iray hafa an’ny mpiambina tanàna iray mifanakaiky amin’ny tranon’izy mivady ireto no nosavain’ny zandary. Re fa hoe nisy namindra tao amin’io trano io ny kitapo vitsivitsy misy ireo “Chlorate de sodium” tao amin’ireo mpivady voasambotra voalohany. Tratra tao ireo kitapo miisa telo misy ireo akora simika voalaza ireo, milanja 25 kg isanisany (mitotaly 75 kg) sy 125 kg (efa antsinjarany) vita fonosana kely madinidinika maro.

Voasambotra ilay mpiambina nahatrarana ireto entana ireto. Nanondro ireo olona niray tsikombakomba taminy namindra ny entana tao an-tranony indray izy raha vao nandre izy ireo fa nisy tratra ireo dahalo avy nividy akora simika tao amin’ireo mpivady tompon’entana, ka sao voasavan’ny zandary ny trano.

Nohamafisin’ny zandary tamin’ny alalan’ny fanadihadiana hatrany fa nisy lehilahy iray isan’ireo tompon’antoka miaraka amin’ireo mpivady tratra voalohany amin’ny famarotana ireto vovoka simika ireto, saingy lasa vao maraina niaraka tamin’ny olom-boafidy iray ao Betroka izy, ny alahady maraina teo. Efa nahatrarana basy tsy ara-dalàna tany amin’ity lehilahy ity volana vitsy lasa izay ka nahazoany fahafahana vonjimaika teny amin’ny fitsarana. Raha ny fampitam-baovao voaray, ireto olona ireto no mpamatsy ireo akora simika “Chlorate de sodium” fanamboarana basy amin’iny faritra iny ka amidin’izy ireo 10 000 Ar ny iray kapoaka kely “madco” ka ahavitan’ireo dahalo balana basim-borona miisa 70 izany.

Aiza ny fanjakana manoloana izao tambajotra goavana mahavita fitaovam-piadiana toy izao. Lany andro mievotrevotra etsy sy eroa amin’ny hoe efa mandray ny andraikiny ny fitondram-panjakana manoloana ny tsy fandrimpahalemana. Andraikitra inona izany? Fihetsiketsehana fotsiny no betsaka. Ny mpitandro filaminana anefa tsimponin’ny dahalo tsikelikely hatrany. Tsy hita anefa izay ataon’ny mpitondra fa mifanilika andraikitra. Soa fa ravan’ny zandary ireto tambajotra mpamatsy akora ny dahalo ireto fa raha tsy izany mitombo hatrany ny asan-dahalo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Toamasina : jiolahy valo saron’ny Fip

Nanao bemidina tampoka teny amoron-dranomasina ao Toamasina ny polisin’ny Fip, notarihin’ny kaomisera Rafaliarivo Jules, ny alahady teo, manoloana ny firongatry  ny fanendahana sy ny sinto-mahery ary fifohana rongony. Vokany, jiolahy miisa valo indray saron’ny polisy teo am-panaovana ny asa ratsiny. Araka ny fanazavan’ny polisy, niainga avy amin’ny fitarainan’ireo olona iharan’ny asa ratsin’ireto jiolahy ireto ny nahafahana nanao fisamborana ireto jiolahy ireto. Nanao fanamiana sivily toy ny olon-drehetra ireo polisy nandritra ity hetsika tampoka teny amoron-dranomasina ity. Nalefa eny amin’ny Centrale ao Toamasina ireto olon-dratsy ireto, saingy hatairana ny an’ny olona raha nahita fa efa votsotra, omaly, ihany ry zalahy. Hanao ahoana indray ny tohiny aorian’izao.

Sajo

News Mada0 partages

Menagisa – Brickaville : taksiborosy efatra indray niharan’ny tora-bato variraraka

 Tsy any amin’ny RN 7 mankany atsimo ihany fa mihorohoro amin’ny asan-jiolahy koa ireo mpandeha amin’ny RN 2 mihazo an’i Toamasina. Taksiborosy hiakatra aty Antananarivo sy hidina ho any Toamasina no indray tratran’ny tora-bato sy sakan-dalana teo Menagisa Brickaville, ny alahady alina teo…

 

Taksiborosy efatra no tena voa mafy tamin’ireo tora-bato nataon’ny jiolahy nanao sakan-dalana tao Menagisa Brickaville, tamin’io alahady alina io. Mpandeha roa kosa naratra mafy. Araka ny fanazavan’ny mpamilin’ny taksiborosy iray isan’ireo voatora-bato, taksiborosy mini-bus roa sy Sprinter roa no tratran’ny tora-baton’ireo jiolahy teo amin’ny 1 km mialoha ny hidirana ny tanànan’i Brickaville teo amin’ny toerana atao hoe Menagisa. Fiara Sprinter iray avy any Toamasina hihazo an’Antananarivo no nampandre ireo mpamily taksiborosy hihazo an’i Toamasina fa misy gony maromaro feno vato milahadahatra eo afovoan-dalana eo amin’ny toerana voalaza etsy ambony. Niharan’ny tora-baton’ireo jiolahy ilay taksiborosy Sprinter avy any Toamasina tamin’io fotoana io. Nifampiandry ireo taksiborosy mini-bus telo satria natahotra ny mpamily. Niara-niainga ireo fiara ka indreo nisy gony maromaro tokoa nibahana teo amin’ny arabe teo Menagisa araka ny resaka nampitain’ilay mpamilin’ilay taksiborosy Sprinter hihazo an’i Toamasina. Raikitra ny fifanjevoana satria samy nanao izay ho afany niala ireto sakana ny mpamily ka samy afaka soa aman-tsara ka nampiakatra ny hafainganam-pandeha. Niraradraraka kosa anefa niaraka tamin’izay ny tora-bato izay tsy lavitra ireto sakana. Teo amin’ny fitaratry ny fiara akaikin’ny mpamily no niantefa ireo vatobe. Na teo aza anefa izany, tsy nisy aina nafoy na koa voaroba tamin’ireo mpandeha fa samy afaka ilay sakana daholo ireo taksiborosy na samy voatora-bato aza.

Tokony hojeren’ny tompon’andraikitra akaiky indray iny RN 2 satria mitaintaina hatrany  ny mpandeha.

J.C

News Mada0 partages

Resin-tory : tovolahy iray may tao amin’ilay trano nirehitra

Nitrangana haintrano goavana nandratrana tovolahy iray tao Antanifotsy I Sambava, ny alahady vao maraina teo. Trano fitahirizana entam-barotra ity nirehitra ity. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana, tsy fantatra ny antony nahatonga ny firehetan’ny afo fa ny afo efa nijoalajoala no nahataitra ireo olona teo an-tanàna. Mbola tao anatin’ny torimaso anefa ilay tovolahy mpanampy natory tao amin’ilay trano tamin’io fotoana io. Notselarin’ny afo teo am-patoriana anefa izy ka saika tsy hitany hatramin’ny lalana nivoahany, saingy tafavoaka teo an-trano ihany izy. Tsy nisy tafavoaka ireo entam-barotra notahirizina tao amin’ity trano ity fa lasa lavenona. Nalaky ny fiitaran’ny afo ka nahazo ny trano iray manontolo. Tsy nisy azo natao intsony manoloana ny afo efa nijoalajoala. Ireo fokonolona teo an-tanàna no nifanome tanana tamin’ny famonoana ny afo. Olana rahateo ho an’ny mponina ao Sambava ny tsy fisian’ny fiara mpamonjy voina rehefa misy voina mitranga toy izao. Nalefa haingana eny amin’ny hopitaly kosa ilay tovolahy kilan’ny afo. Tsy mbola fantatra kosa ny tentimbidin’ireo entana lasa lavenona. Tonga teny an-toerana nanao fanadihadiana momba ny antony nahatonga ny loza teny an-toerana ny zandary.

J.C

News Mada0 partages

Fanadihadiana “Tsaboy ny gasy” : tsy matoky ny hopitalim-panjakana ny vahoaka

 Nanao fanadihadiana teny anivon’ny olona 192 monina eto amin’ny faritra Analamanga, any amin’ny faritra maromaro hafa ary ho an’ny Malagasy mipetraka any ivelany ny fikambanana roa, Liberty 32 sy ny Wake up Madagascar momba ny fahasalamana eto Madagasikara, indrindra ny fahitany ny tolotra ara-pahasalamana misy. Nivoitra tao anatin’ny fanontaniana mivantana ny vahoaka fa 71% amin’ny olona nohadihadiana no matoky ny toeram-pitsaboana tsy miankina amin’ny fanjakana, 22% mametraka toky ny tobim-pahasalamana tantanan’ny fanjakana ary ny 7% ambiny manatona ny mpitsabo nentim-pahazarana satria heveriny fa azony antoka any ny fahasitranana rehefa misy tsy fahasalamana. Nambaran’izy ireo koa fa tena tsy zakan’ny marary ny fihetsiky ny mpiasan’ny fahasalamana mandray olona, mikitakita. Faharoa ny kolikoly miseho eny amin’ny tobim-pahasalamana ary fahatelo ny fahadisoan’ny fitsaboana ka miteraka takaitra na fahafatesana mihitsy ho an’ilay marary.

Mahatsapa ny 65% -n’ny nohadihadiana fa ho an’ny olona manam-bola ny fahasalamana eto Madagasikara, araka ny fanazavan’ny tomponandraiktra iray ao amin’ny Liberty 32, Rafitoson Ketakandriana, omaly teny Faravohitra.

Efa niharan’ny tsy firaharahana teny amin’ny toeram-pitsaboana tantanin’ny fanjakana ny 46% amin’ny nanontaniana, ny 95% tamin’ireo tsy nitory. 67 ny tranga azo taorian’ny fanadihadiana ka ny 26 nitarika tamin’ny fahafatesan’ny marary notsaboina. Nifandraika amin’ny fiterahana teny anivon’ny hopitaly ny 11.

Tanjon’ny fikambanana roa ny hanitatra ny fanadihadiana eny ambanivohitra hampisongadina ny olan’ny vahoaka. Vina koa ny hanetsika ny fanjakana hampitombo ny sorabola ho an’ny fahasalamana izay 5,6% amin’ny tetibolam-panjakana taona 2017.

Vonjy A.  

News Mada0 partages

« Vacances Numérique » : nahazo loka ireo nandresy tamin’ny « mini-hackaton »

Mbola anatiny tsara ilay hetsika « Vacances numériques » amin’izao fotoana izao. Araka ny anarany, natao mba hizaran’ny tanora bebe kokoa ireo fitaovana niomerika maoderina ny hetsika, mandritra ity fialan-tsasatra ity.Ankoatra ny fampahafantarana, nisy ny fanentanana sy fifaninanana isan-karazany nokarakaraina, nanomboka ny 17 aogositra teo. Tafiditra anatin’izany ny fifaninanana « mini hackaton », natao tetsy amin’ny AFT Andavamamba. Notolorana loka ireo mendrika tamin’ny asabotsy lasa teo, raha toa ka nahazo “certificat” avy amin’ny Orange Madagascar kosa ireo mpandray anjara isanisany. Nahazo ny loka voalohany tamin’ny fifaninanana i Andriamiharintsoa Tolotra, izay nahazo “connexion internet” maimaimpoana mandritra ny enim-bolana.Marihina fa tsy hifarana raha tsy ny 15 septambra ho avy izao ny hetsika “Vacances numériques”, ao amin’ny Cemdlac Analakely rehefa andavanandro, ary ao amin’ny AFT Andavamamba kosa ny faran’ny herinandro. Efa misy ordinatera sy “tablettes” natao ho an’ireo mpitsidika ao, kanefa afaka mampiasa ny fitaovany manokana ihany koa izy ireo, sy mampiasa ny “wifi” ao an-toerana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Sembana : tokony ho maimaimpoana ny fitaovana

Olona manana fahasembanana avy amin’ny fianakaviana sahirana avokoa ny 95% eto amintsika, hoy ny filohan’ny fikambanam-behivavy manana fahasembanana, Razafinjato Fela, omaly. Ho an’ny olona manana fahasembanana amin’ny vatana, mitentina 250 000 Ar ny fitaovana ahafahana mivezivezy mandeha mivoaka ny trano. Vitsy anefa ny fianakaviana manana ny hoenti-manana hividianana izany. Vokany, mijanona any an-trano ireo olona manana fahasembanana ary lasa vesatry ny fianakaviana satria tsy afa-mianatra sy tsy hahaleo tena ara-bola any aoriana.

Mangataka amin’ny fanjakana ny fikambanana mba hatao maimaimpoana ny fitaovana ahafahan’ny olona manana fahasembanana amin’ny vatana miaina toy ny olon-drehetra. Misy ny toerana manokana manamboatra ny fitaovana toy ny ilain’ny olona manana fahasembanana amin’ny tongotra, miorina eny Anosy, Centre d’appareillage de Madagascar (Cam). Telo volana ny faharetan’ny fanamboarana ny fitaovana ao nefa azo alaina aorian’ny herinandro kosa rehefa manome vola ny mpikarakara ilay olona mila izany.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Météo : hausse des températures

Après un temps frileux, surtout la nuit et la matinée, la Météo annonce une hausse des températures dans toute l’île ces jours-ci. Ce jeudi, les températures maximales seront de 22 à 24°C à Antananarivo, de 27 à 30°C sur la partie est de 28 à 34°C dans la partie nord.

Le beau est de retour, mais timidement. En fait, les températures connaîtront une légère baisse à partir de vendredi, notamment sur la partie sud, à cause du régime de l’alizé. Mais, tout redeviendra à la normale à partir de dimanche.

Le temps sera ainsi un peu plus sec et assez ensoleillé dans la Grande île, sauf sur la partie nord-est où un temps nuageux sera observé vers les après-midi. Toutefois, la prudence est recommandée pour les sorties en mer sur la bande côtière, allant d’Antalaha à Antsiranana. Cela à cause de la présence d’un éventuel vent fort dans ces localités, lequel pourrait provoquer une grande houle en pleine mer.

Le temps qu’il fait à Madagascar est sous le régime d’un alizé modéré à localement faible. Cela se fera sentir surtout dans les régions Analanjirofo et Atsinanana.

Sera R

News Mada0 partages

Betroka : un atelier de fabrication de munitions démantelé

Alors que la situation sécuritaire dans le district de Betroka a été ces derniers temps au centre de la préoccupation de tous, la gendarmerie vient de démanteler un atelier de fabrication de munitions.

Huit personnes arrêtées et 210 kg de chlorate de sodium saisis. C’est le résultat d’une descente de la gendarmerie à Antranovato Betroka, dans l’après-midi du 9 septembre. Un informateur a mis la puce à l’oreille des gendarmes qui effectuaient une patrouille dans les parages. L’indicateur a affirmé que quatre individus fomentaient une razzia. Les pandores ont mis les bouchées doubles pour déjouer la tentative. A la vue des gendarmes, les quatre hommes ont pris la fuite mais à l’issue d’une course-poursuite, trois d’entre eux ont été appréhendés.

La perquisition opérée à leur domicile a permis de découvrir une certaine quantité de poudre chimique destinée à la fabrication de munitions. Les gendarmes ont également mis la main sur des étuis à cartouche, des piles de type AA que les dahalo utilisent aussi comme projectiles, ainsi que des plombs. Lors d’une enquête sommaire, les trois suspects ont avoué que la quantité de poudre a été achetée chez un couple demeurant au chef-lieu de Betroka. Sans attendre, les gendarmes ont procédé à l’arrestation du couple en question.

Le lendemain, les gendarmes ont effectué une autre perquisition chez la maison du voisin du couple, où ont été déplacés des sacs de chlorate de sodium. Une série d’arrestations ont eu lieu et d’après la gendarmerie, certaines des personnes arrêtées seraient des proches d’un parlementaire.

Mparany

 

News Mada0 partages

Gestion participative de l’éducation : la communauté d’Avaradrano s’engage

Après seulement une année de mise en œuvre, soit de juin 2016 à juin 2017, le projet «Tantsoroka ho an’ny fitantanana ny sekoly» (Tafita) ou «Projet d’appui à la gestion participative et décentralisée de l’école», initié par le gouvernement japonais, par le biais de l’Agence de coopération japonaise (Jica),

a porté ses fruits dans la Circonscription scolaire (Cisco) d’Avaradrano. Les résultats y afférents ont été partagés au cours d’un atelier de capitalisation des acquis, qui s’est déroulé la semaine dernière à l’hôtel Astauria à Antanimena.

D’après l’évaluation, «L’impact de ce projet va au-delà de la mise en place du dispositif nécessaire à l’opérationnalisation du nouveau Comité de gestion de l’école «Farimbon’ezaka ho fahombiazan’ny fanabeazana ifotony», en abrégé «Feffi», et le Plan de développement de l’école», a fait valoir le directeur de l’Education fondamentale (Def) au sein du ministère de l’Education nationale (Men),  Irish Parker Ramahazosoa.

A ce propos, toutes les EPP d’Avaradrano disposent chacune d’un Projet d’établissement contractualisé (PEC), qui a été élaboré de manière participative et où 2.316 activités ont été réalisées. Ce n’est pas tout, parmi ces activités, 794 ont été financées grâce au fonds mobilisé par la communauté dont le montant total s’élève à 176.909.834 ariary, soit une moyenne de 1.034.560 ariary par école.

En guise d’exemple, le taux de bonnes réponses en mathématiques est passé de 47% à 71,3% lors du pré-test réalisé en octobre 2016 et le test final en mai 2017. La proportion d’élèves incapables de lire est passés de 25% à 7% et ceux capables de lire aisément une histoire, de 3% à 20% entre cette période de référence.  Notons que, le projet «Tafita», mené sur une période de quatre ans, soit jusqu’en 2020, sera généralisé cette année scolaire dans la région Analamanga et touchera également Amoron’i Mania.

Fahranarison

News Mada0 partages

Menabe : naufrage d’un bac à Tsiribihina

La circulation dans le district de Belo-Sur-Tsiribihina, dans la région Menabe, est paralysée depuis dimanche suite au naufrage d’un des bacs servant à la traversée du fleuve pour atteindre le chef-lieu. Des négligences ajoutées à la vétusté des infrastructures ont été à l’origine du drame.

Les skippers et les responsables de la coordination des navettes destinées à la traversée du fleuve Tsiribihina ont été sommés d’appliquer rigoureusement les règlements régissant le transport fluvial dans l’utilisation des bacs de la coopérative de transport fluvial  «Kofiat» depuis dimanche.

Cette réorganisation résulte du naufrage d’un des huit bacs utilisés à cet effet sur ce site à forte densité de trafic, selon les techniciens locaux.  Un camion chargé de marchandises est, en effet, tombé à l’eau à la sortie sud du bac, dimanche vers 13 heures, entraînant deux véhicules tout-terrain dans sa chute.

Surcharge

La poutre reliant les barges soutenant la plateforme du bac a cédé sous le poids, selon les témoins oculaires, puisque toutes les charges ont pesé sur le fourgon dès que la cabine du véhicule s’est redressée pour remonter sur la terre ferme. Des explications plus techniques ont mentionné la surcharge du camion à l’origine du drame qui n’a fait aucune perte en vie humaine malgré de lourds dégâts matériels. La vétusté de ces bacs, qui ont acquis un certain âge, n’est pas à écarter non plus dans la cause de cet accident spectaculaire ayant mis en jeu des vies humaines, selon les usagers.

Les fokonolona des villages de Tsimafana et Semarie situés à proximité du lieu du drame se sont attelés, depuis dimanche, à tirer les véhicules hors de l’eau. Le renflouage du bac attend l’arrivée de gros engins, d’après les responsables de son armement, la «Kaoperativa fitaterana an-dranomamy eto Tsiribihina» (Kofiat).

Manou

 

News Mada0 partages

Analamanga : le fokontany d’Ankazo en ébullition

La tension monte dans le fokontany d’Ankazo, dans la commune rurale de Mahitsy, suite aux mécontentements des habitants résultant du limogeage inexpliqué de leur chef de fokontany.

Le limogeage du chef de fokontany d’Ankazo, Victor Ratolojanahary,  risque d’envenimer la situation politico-sociale dans la commune de Mahitsy. Le fokonolona ayant exigé des explications sur les motifs de cette décision, qu’il qualifie d’arbitraire, a été laissé en plan par le chef de fokontany entrant et le délégué au maire qui ont boycotté la cérémonie de passation de service ordonnée par la commune, hier. La population se sent outragée par ces agissements et a déclaré son opposition contre cette décision pour exiger le maintien du chef de fokontany, victime de magouilles politiques, selon ses termes.

Les fokontany riverains appuient la population d’Ankazo dans cette démarche actuellement en déclarant que le maire de Mahitsy veut se défaire de ceux qui l’ont aidé, lors des élections, par tous les moyens.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : exhibition des scalps, gage de bonne gouvernance

Ça commence à faire beaucoup pour pouvoir encore prétendre à une pratique du droit concernant la protection de la vie. Nombreux sont tombés et continuent à tomber sur les champs d’horreur sous les balles des vaillants protecteurs de l’ordre. Le pays n’est pas en guerre, du moins l’Etat ne l’a pas déclaré ainsi, et pourtant les agents chargés de maintenir la sécurité, militaires gendarmes et policiers semblent avoir obtenu le « permis de tuer ». De leur côté dahalo, voyous du grand banditisme, et petits délinquants ne jouissent plus que d’une présomption de culpabilité. Certes en cette période de « grande insécurité » que le pouvoir peine à juguler, difficile pour la population terrorisée de verser une larme sur le sort des malfaisants abattus lors d’un flag monté en spectacle. Ces circonstances sont celles qui caractérisent une situation d’exception, décréter cet état constituerait toutefois un aveu d’incompétence, politiquement ça équivaudrait à se tirer une balle dans les pieds. Aussi malgré la gravité de situation, de tous ceux qui se sont succédé au pouvoir aucun n’a osé le courage de prendre cette disposition, afin de sauver le droit en le mettant derrière un bouclier de parenthèses. Cultiver l’hypocrisie de la sorte ne saurait  qu’entretenir un état d’esprit enclin à la pratique d’un système d’autodéfense, déjà qu’apparaissent des symptômes d’une dérive vers l’anarchie.

Ces scalps que l’on accroche de façon spectaculaire aux tableaux de chasse des valeureux combattants ne constituent pas pour autant un gage de réussite pour mettre fin au climat délétère. Le permis de tuer et le nombre de mauvais garçons abattus n’ont de mérite qu’à apaiser la soif de vengeance d’une population dont on ne parvient pas à apaiser pour autant les inquiétudes.

Le public n’est pas tout à fait dupe. Il lui arrive d’applaudir aux annonces rapportant le succès remporté par telle où telle opération mais à l’égal des effets d’annonce les applaudissements ne valent pas suffrages de satisfaction, sachant qu’une fois dissipée la fumée d’un petit succès à grands frais, restent plus nombreux les dossiers de délits et de crimes enterrés avant d’avoir été élucidés. Nous, journalistes, tombons parfois dans le piège de se rendre complices pour applaudir des trains qui arrivent à l’heure, taisant les infos concernant ceux qui rentrent en retard ou qui pire déraillent avant de parvenir au terminus, alors que seuls ces derniers  nécessitent d’en faire des événements.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : joyeusetés coloniales (2)

(Suite et fin.)

Heureusement, la marmite s’enfouit dans la terre et n’éclate pas. Vous croyez peut-être qu’il a tiré sur le jaune ! Pas du tout ! Il ne s’est pas douté que celui-ci trottinait derrière moi. Il est si petit !

Enfin, tombe-t-il de la pluie ! Ma corpulence ne me permet pas de m’aplatir, comme lui, contre la tranchée du côté opposé à celui où l’eau ruisselle. Je suis toujours trempé et lui, il reste sec !

Voyons, ma capitaine, vous ne me direz pas que c’est juste. Alors il faut bien que je rétablisse un peu l’équilibre en lui bourrant les côtes.

— Tu voudrais que les chances s’égalisent entre ton camarade et toi ?

— Oui, ma capitaine.

— Eh bien, il n’y a qu’un moyen : comme il n’est pas possible de l’allonger, on va te raccourcir. Préfères-tu que ce soit par en haut ou par en bas ?

— Quoi, ma capitaine, réplique le Sakalave effaré ?

— On va te couper la tête ou les jambes à ton choix.

L’indigène considère son chef avec ahurissement : le voyant observer un imperturbable sérieux, il croit qu’il ne lui reste plus qu’à choisir entre ces deux terribles alternatives. Alors, pris d’épouvante, il détale à toutes jambes et va se réfugier, tout tremblant, dans le réduit le plus obscur de la tranchée.

Depuis ce moment, l’Annamite est heureux. Jamais plus le Malgache ne s’approche de lui, de crainte sans doute qu’en les voyant l’un près de l’autre, ses idées d’égalité ne reprennent le capitaine.

Chanteclair.

Les os pour l’engrais

L’engrais manque un peu partout, même aux colonies.

À ce sujet, la Revue vétérinaire et agricole de Madagascar conseille à ses lecteurs d’utiliser les nombreux stocks d’os qui restent sans emploi dans les usines frigorifiques et de conserves de viandes. À défaut de les employer à l’état pulvérisé, ce qui évidemment les rend plus assimilables, on peut les employer concassés, notamment pour les cultures arbustives.

À la mémoire

du capitaine Muscatelli

En vue de commémorer le nom du capitaine Muscatelli dont nous avons donné les brillants états de service et la mort glorieuse, la caserne de la garde indigène de Majunga portera désormais le nom du vaillant inspecteur tué à l’ennemi.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tetika fonosin’ny fikasana hanao fanitsiana ny Lalampanorenana

Raha ny filazan’ny Filohampirenena tany Londres no raisina ara-bakiteny dia ny anton’ny fikasana anaovana fanitsiana ao anatin’ny Lalampanorenana dia ny fitandroana ny fahatezan’ny fitantanana amin’ny fanalavitana ny fihozongozonany vokatry ny asa fanozongozonana tsy misy fitsaharana. Inona moa ny lesoka misy tiana harenina. Eo amin’izay no mipetraka ny ady hevitra fa tsy any amin’ny resabe mikasika ny fahafahan’ny fitantanana hanao izay tiany tsy hita ho elingelenina. Mety hisy fahamarinana izany, nefa tsy efa eo ve ny lalàna izay mifehy izany ? Saingy samy mitady hihoa-pefy lalandava izao ka sady tsy misy vidiny no very hasina ny lalàna. Ny lalàna ve no ratsy sa ny olona no efa lany fahendrena tsy azon’ny lalàna ho fehezina intsony ?

Misy ve ao anatin’ny lalàna fototr’andininy mametraka fepetra izay mety ho loharanon’ny fitsingevahevan’ny fitantanana ?  Asa na mety ho fototra fitsingevahevana ny fifehezana ny Filohan’ny Repoblika hametraka fialana avy eo amin’ ny toerana 60 andro mialoha ny fifidianana raha hametraka filatsahana izy. Ny mazava dia izay fepetra izay no tadiavin’ ny ankolafin’ny maroanisa ho foanana. Milaza ankolaka izany fa manana fikasana handimby toerana ny tenany andriamatoa Rajaonarimampianina. Ary na miseho mahatoky tena toy ny inona aza ireo mpanohana azy dia feno ahiahy ihany raha olon-kafa no eo amin’ny fitondrana tampony. Milaza moa ve izany fa ny mpitondra an-tampony dia manana hery ahafahany mametraka aloka amin’ny fifidianana izay mety hampiova ny vokatra tononina. Araky ny lalàna, raha izay no fitrangan’ny toe-draharaha, ny Filohan’ny Antenimieran-doholona no mandray ny andraikitra, lasa Filohan’ny Repoblika mpisolo toerana vonjy maika. Tsy itokisana ve ny Filohan’ny Antenimieran-doholona ankehitriny? Raha toa manasarotra loatra ny fanitsiana ny Lalàmpanorenana tetehina hatao dia efa mandeha any ambadika any ny resaka mikasika ny fanovan’olona miandraikitra ny toerana Filohan’ny Antenimieran-doholona. Iza anefa no azo ametrahana toky 100% amin’izao fotoana izao ? Efa noresahana matetika teto ny vola be manondraka ny tontolon’ny fifaninanana ho filohan’ny Repoblika. Ankehitriny tapitrisa maromaro no hany afaka miteny eo amin’io sehatra io. Aza taitra raha tsy iraimbilanja na ariary ny vola isaina amin’izany, fa dollars na euro. Tsipy keli-na 500.000 dollars dia ampy ampivadik’ondana, ampivadi-dela,

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Sucoma Morondava : la reprise de la production sucrière est en bonne voie

Morondava retrouvera bientôt son unité sucrière Siranala. Les experts chinois et malgache sont en train de finaliser le rapport d’évaluation pour la reprise effective des activités du groupe Sucoma.

Armand Tazafy, ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP), a reçu en audience, hier, à Antaninarenina, Wang, directeur général de la Sucrerie complant Madagascar (Sucoma). Une rencontre qui s’est focalisée sur l’état des lieux concernant la remise en service de l’unité de production sucrière Siranala d’Analaiva Morondava.

Depuis le mois de mai dernier, une équipe d’experts chinois a mené des évaluations techniques sur le site de la Siranala pour la reprise effective des activités. Ces experts chinois travaillent en étroite collaboration avec les techniciens malgaches. «Nous faisons le maximum pour faciliter le travail et puis accélérer la procédure. J’ai une grande confiance, on peut travailler ensemble pour atteindre les résultats le plus vite possible», a déclaré le DG de Sucoma Madagascar.

Rapprochement

Le ministre Armand Tazafy a pour sa part indiqué que cette rencontre renforce le rapprochement entre les deux gouvernements et contribue à la réhabilitation de l’unité sucrière Siranala. En tout cas, les deux parties ont affirmé leur volonté d’aller de l’avant.

«Les gouvernements malgache et chinois travaillent de concert et continuellement. La partie chinoise accélère le travail pour la finalisation du rapport d’évaluation. La partie malgache, facilite les procédures pour faire aboutir ce redémarrage », a-t-il expliqué avant d’ajouter que «La remise en service de cette unité de production devrait garantir en outre le rétablissement des emplois perdus après la fermeture de l’usine».

Fermée depuis 2014 pour, notamment, des conflits d’intérêts entre les administrateurs chinois et les employés, à l’issue desquels des décès et des pillages ont été déplorés, l’usine est restée dans un état de délabrement total. Des tentatives de vol et de pillage ont continué sur le site.

La reprise des activités commencera par la relance de la plantation de cannes à sucre. A noter que la sucrerie reste la propriété de l’Etat, mais reprise en location gérance par la Sucoma.

Arh.

 

News Mada0 partages

«Vacances numériques» les jeunes, initiés à la nouvelle technologie

L’évènement «Vacances numériques» organisé par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique, en partenariat avec Orange Madagascar et Tech Zara, se tient jusqu’au 15 septembre.

Les «Vacances Numériques» entrent dans la démarche du développement du Numérique à Madagascar. Il s’agit d’une opportunité de vulgariser la culture numérique et informatique auprès des jeunes, à l’ère des avancées technologiques. L’évènement permet également aux jeunes de découvrir l’utilisation des outils du numérique étant donné qu’ils n’ont pas forcément les équipements chez eux.

Du 17 août jusqu’au 15 septembre, des découvertes, animations et divers concours sont au programme. Par ailleurs, l’initiation à la création de Bot Messenger, la formation sur la conception d’un jeu pour mobile, la formation sur le basique de l’informatique, mini hackaton, etc… sont programmées depuis le 2 septembre jusqu’au 15 septembre.

La remise des prix pour le mini-hackaton s’est déroulée le 9 septembre à l’Alliance française d’Andavamamba. Les lauréats ont été primés et tous les participants ont reçu un certificat venant d’Orange Madagascar, en présence des représentants du ministère des Postes et des télécommunications. Le grand gagnant du concours de développement informatique est Tolotra Andriamiharintsoa. Il a obtenu, entre autres, une connexion internet de six  mois.

R.R.

 

News Mada0 partages

Exportation : une agence de promotion en vue

 le sujet a été abordé lors d’une rencontre entre l’Agence française pour le développement (AFD) renforce son appui au secteur du commerce à Madagascar. En fait, elle manifeste son appui relatif à la création d’une agence dans le dessein de promouvoir davantage les exportations de Madagascar. A ce sujet, lors d’une rencontre entre le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani et le DG de l’AFD, Jérôme Bertrand-Hardy, hier à Antaninarenina, ce dernier est prêt à financer ce projet à hauteur 4 millions d’euros.

En effet, le projet porte concrètement sur la création d’une association reconnue d’utilité publique qui apporterait son appui aux activités existantes dont certaines sont déjà financées par l’AFD. Il s’agit de Cap Export, un projet de la Chambre de commerce et d’industrie France Madagascar (CCIFM), qui vise à appuyer les PME exportateurs, de l’International Trade Board of Madagascar (ITBM), centre de ressources pour le commerce international.

A vrai dire, cette agence a pour vocation de faciliter les procédures et d’appuyer les Petites et moyennes entreprises (PME) à conquérir le marché extérieur.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana eny AtsimondranoHiaraka handray fepetra ny kaominina rehetra

Miara-mizaka ny olana ateraky ny asa fitateram-bahoaka eto amintsika avokoa amin’izao fotoana ny kaominina rehetra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Hamorona asa sa mpiasa ?

Ny tontolon’ny asa eto amintsika indray no nezahan’ny filoham-pirenena novoizina tamin’ny alalan’ilay fandaharany manokana amin’ny haino aman-jery tamin’ity herinandro ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Analamanga RugbyMafanafana eny amin’ny kianjan’i Malacam

Mafanafana ara-bakiteny ny fanatrehana an’ireo fihaonana rugby fiadiana ny TOP 9 miaraka amin’Analamanga Rugby etsy amin’ny kianjan’i Malacam Antanimena ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Centre Betania AnkasinaNanome tanana ny mpiangaly Jujitsu

Avy amin’ny fandalovana teto Madagasikara ka nanomezany fiofanana an’ireo Malagasy mpiangaly ny taranja Jujitsu dia nahangona vary 8 gony mahery kely avy amin’ny fanentanany an’ireo klioba niara-niasa taminy toy ny Area Ryu,

 

Tia Tanindranaza0 partages

FJKM Ambodihady VaovaoVoatokana ny Lycée Privé Lovanavela

Tontosa tamin’ny alahady 10 septambra teo ny fitokanana ny Lycée Prive FJKM Lovanavela, tsangambaton’ny faha-125 taona niorenan’ny Fjkm Ambodihady Vaovao manana an’i Pastera Raveloson Mamy mivady mitandrina ao aminy.

 

Ny mpitahiry volan ‘ny foibe FJKM Atoa Andrianarivelo René Olivier, nisolotena ny filohan’ny FJKM notronin’ny foibe fitondran-tsekoly FJKM sy ny departemanta samihafa ary ny SPAA 10 notarihin'ny Pasitera Rakotozanany Andrianomena Jules niaraka tamin’ny solontenan'ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena, ny solombavambahoaka avy ao Ambohimanarina sy ny boriborintany faha-VI no nitarika ny fitokanana. Nanotrona ny fotoana kosa ireo kristianina marobe teny an-toerana sy ireo nasaina manokana. Ny sakafo AGAPE naroso taorian'ny fitokanana an’ity tsangambato lehibe ho lovan’ny taranaka ity no niaraha-nihinana tamin’ ireo vahiny nasaina sy mpino kristianina teny an-toerana. Hitohy amin’ny ezaka fanatsarana ny fiangonana ny asa.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana sehatra ny tanoraIreo Tandapa no tena manidy varavarana

Niresaka ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina fa hanome sehatra ny tanora hahafahana mampandroso bebe kokoa ny firenena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AndoharanofotsyMampialavoly ny Kaominina

Miezaka mijery ireo ankizy mahay ao amin’ny faritra iadidiany ny Ben’ny tanànan’ny kaominina Andoharanofotsy amin’izao famaramparanana ny vakansy lehibe izao hahafahan’izy ireo miala voly kely.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

IvatoHanana tsena manara-penitra

Mihazakazaka ny asa fanamboarana fotodrafitrasa eny amin’ny kaominina Ivato, distrika Ambohidratrimo.

 

 Taorian’ny fitokanana ny EPP Ilaivola izay volan’ny kaominina madiodio no nanamboarana ny efitra 7 ka efitrano fianarana ny 6 sy ny CSB II Ambodirano izay nitarina sy nasiana rihana dia nampiana fitsaboana nify, otra, farmasia ankoatra ny fitaovana raitra samihafa toy fandrinan’ny marary sy mpiteraka, izay volan'ny fanjakana ny nenti-nanana azy ary koa ny lalana, ampahany amin’ireo 7km efa vitan’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa sy ny ekipa dia miroso hatrany ny fanamboaran-dalana eny amin’ity kaominina vavahadin’i Madagasikara ity, toy ny amin’ny vakim-paritra K7. Fa ny asa lehibe handeha ato ho ato dia ny fanamboarana ny tsena. Noho ny fahaiza-mitariky ny Ben’ny tanàna sy ny fahaizany mandresy lahatra ireo mpiara-miombon’antoka dia nilaza ampahibemaso ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Mahafaly Solonandrasana Olivier, nandritra ny lanonam-pitokanana zava-bita teny an-toerana, herinandro lasa izay, fa dia hamboarina ny tsenan’Ivato manomboka amin’ny herinandro ho avy io. Tafiditra ho anisan’ny tetikasan’ny filoham-pirenena ny fanatanterahana azy. Hafindra vonjimaika eny akaikin’ny lisea ireo mpivarotra manodidina ny 2.000 isa amin’izao fotoana, mandritra ny asa fanamboarana ary ireo mpivarotra tao ireo ihany no miditra amin’ilay tsena vaovao rehefa vita, araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa hatrany. Nisy omaly ny fidinany tao an-tsena niaraka tamin’ireo teknisianina, nifampiresaka tamin’ireo mpivarotra sy nanoro azy ireo ny amin’izay fanatsarana ny tontolo iainany amin’ny varotra ataony izay.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Andranomanelatra-Antsirabe IITrano 14 tafo noravana, 150 tsy manan-kialofana

Trano niisa 14 tafo indray no voatery noravana tao amin’ny fokontany Anosimboahangy, kaominina Andranomanelatra.

 

 Olona niisa 150 amin’izao fotoana no tsy manan-kialofana vokatr’izany ka ankizy sy vehivavy no maro amin’izy ireo. Nambaran’Atoa Randriamampianina David, filohan’ny fokontany Anosimboahangy misy ity toerana ity fa “tsy afa-nanoatra ireo fokonolona fa dia fampiharana ny didim-pitsarana no natao ka dia navoaka ny entana ary narodana ny tranon’izy ireo”. Nohamafisiny fa tany efa nitoeran’ny ray aman-drenin’izy ireo hatramin’ny 80 taona ity nitoeran’izy ireo ity ary efa voajary sy nomaintisana molaly, izay tokony efa hananan’izy ireo zo tanteraka, saingy noho ny filazana indray fa misy manana taratasy dia tsy afa-nanoatra ny mponina. Manoloana izany moa dia nitondra izay tsirambin’ny tanana ny Ben’ny tanàna, Atoa Rasolofondramaria Andrianarisoa Renaud na Baina, fa manana adidy amin’ny fanampiana ny olona ao aminy ny mpitantana ka ny fiatrehana ny fidiran’ny mpianatra aloha no azon’ny kaominina atao, ka nanolorany “kit scolaire” ho an’ireo ankizy niisa 50 zanak’ireo mponina voakasika. Nampanantena koa ny tenany fa hitondra fanampiana ireo olona ihany koa izy ireo amin’ny fanorenana trano vaovao hafa indray amina toerana izay azo hanaovana izany aoriana ao. Tsy afaka nitondra fanazavana momba ny fanesorana ireo olona teo amin’ny tany nitoerana moa ny Ben’ny tanàna satria didim-pitsarana no nampiharina ka sarotra ho azy ny hanazava izany, na izy aza tsy nisy nampandre tamin’ny fandravana ny tranon’ireo mponina.

Caius R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tao am-piangonanaVola sandoka no nataony rakitra

Teo am-panisana rakitra ny tao amin’ny fiangonana FKJM iray ao Ambatondrazaka ny alahady 10 septambra teo no taitra raha nahita vola sandoka iray alina Ariary vaovao.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antsirabe VoalohanyNizarana fitaovam-pianarana ny zanaky ny mpiasa

Kaominina Antsirabe VoalohanyNizarana fitaovam-pianarana ny zanaky ny mpiasa

 

Nizara fitaovam-pianarana ho an’ny zanaky ny mpiasan’ny kaominina ny Fiadidiana ny tanànan’Antsirabe omaly alatsinainy 11 septambra. “Tanjona ny fanampiana ireo ray aman-dreny mba tsy hitrosa vola any amin’ny Banky amin’izao fidiran’ny mpianatra izao. Raha misy fahatarana mantsy ny fandoavana azy dia olana vaovao amin’ny fianakaviana indray”, hoy ny Ben’ny tanàna Razanakolona Paul. Sambany ho an’ny fiadidiana ny tanànan’Antsirabe ity fizarana fitaovam-pianarana ho an’ny zanaky ny mpiasa tao aminy ity. Mpianatra zanaky ny mpiasa niisa 420 no nizarana fitaovam-pianarana, toy ny kahie niisa 10, niampy fitaovam-panoratana toy ny stylo izay nitentina 9 tapitrisa Ariary. Nambarany koa fa efa eo am-pandinihana ny tentim-bidin’ny saram-pisoratana anaran’ireo mpianatra ny mpitantana amin’izao fotoana ka raha zakan’ny kaominina dia mety hiantohan’ny kaominina ihany koa. Nohamafisiny fa tsy maintsy mahay miara-miasa ny Ben’ny tanàna sy ny mpiasa hitsonjovana ireo sosialin’ny mpiasa toy izao. Tsy nisy fanavahana moa ny fizarana fa nitovy avokoa ny mpiasa rehetra.

Caius R.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàmpanorenana“Antony goavana vao azo kitihina”, hoy Ranesa Firiana

Miteraka resabe ny mety hanovan’ny fanjakana HVM ny lalàmpanorenana.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sendika sy ny politikaTsy mitombina ny fanenjehana

Mifampiofana mandritry ny roa andro, omaly sy anio, etsy amin’ny Le Pavé Antaninarenina mikasika ny tokony ho fomba fijoron’ny sendika eo anatrehan’ny toe-draharaha politika misy eto amin’ny firenena ny avy eo anivon’ny randrambaon’ny sendikà CTM-SSM-FES.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Datim-pifidianana28 novambra 2018 ny fihodinana voalohany

Ho ampahafantarin’ny CENI na Vaomieram-pirenena mahaleotena misahana ny fifidianana ampahibemaso ny rindrambaiko na “logiciel” hikirakirana ny voka-pifidianana.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Soins capillaires et lissage - « Brazilian Secrets Hair » débarque à Madagascar

Dorénavant, le lissage de cheveux ne pose plus aucun problème. Brazilian Secret Hair, qui a récemment débarqué à Madagascar, a mis fin à la préoccupation des femmes et également des hommes qui souhaitent avoir des cheveux lisses, dénués de raideur, et imitant parfaitement le naturel. Et cela d’une manière permanente. Presque toutes  les femmes dignes de ce nom, se soucient de l’apparence de leurs cheveux. Pour se faire plaisir, et surtout lors des  grandes circonstances, elles ne lésinent point sur les moyens quand il s’agit de se faire belle avec une jolie coiffure ondoyante qui fait se retourner, non seulement la gent masculine, mais également les femmes qui les envient.

Des procédés et de produits de lissage, il en existe une multitude dont certains sont bien meilleurs que d’autres, de par leur efficacité et de leur durabilité.  Des produits sont en vente dans la Grande île, mais certains n’arrivent pas à convaincre leurs utilisatrices. Avec l’arrivée à Madagascar du « Brazilian Secret Hair », une nouvelle marque authentique du Brésil, spécialisée dans le lissage brésilien et les soins des cheveux abîmés, les femmes du pays auront trouvé le produit idoine qui répond à leurs attentes. Et comme d’aucuns le savent, le Brésil est leader mondial en matière de soins capillaires.Présent dans plusieurs pays, « Brazilian Secrets Hair » est un produit à 100% made in Brazil. Fabriqué avec des essences rares et naturelles d’Amazonie, il ne contient pas de formol, ni de parabène, ni d’ingrédients génétiquement modifiés. Ainsi, « Brazilian Secrets Hair »  n’a aucun effet nocif sur la santé des professionnels et de leurs clients. Ce produit innovant et breveté, a prouvé son efficacité en rendant les cheveux plus beaux, plus soignés, donc parfaits. Avec l’arrivée à Madagascar de la société Bsh International qui la fabrique, « Brazilian Secrets Hair » renforce sa notoriété. Les intéressés feront de plus amples connaissances avec ce nouveau produit très prisé partout ailleurs au lancement officiel prévu pour ce 29 septembre à l’hôtel Ibis Ankorondrano. Rivo S.  

La Vérité0 partages

Basketball – Coupe des clubs champions - La Coupe d’Afrique comme enjeu

La Fmbb et Telma Madagascar organiseront la Cccoi (Coupe des clubs champions de l’océan Indien) à Antananarivo du 23 septembre au 1er octobre. Cette joute se disputera entre les meilleures équipes hommes et dames  de la zone 7.  Elle servira de qualificative pour la 32e Coupe d’Afrique des clubs champions (Cacc) cette année.  Les deux vainqueurs de chaque catégorie hommes et dames représenteront ainsi la zone 7 pour le sommet continental. « C’est la troisième fois  que Madagascar abrite une telle compétition (Cccoi) avec le soutien de la  Fmbb et la présence de Telma comme sponsor officiel. Celle de cette année ne sera pas des moindres. Telma fera tout son possible pour que l’évènement soit un succès », lance Rova Ranaivoson.

15 équipes ont déjà confirmé leur engagement tandis que la ligue réunionnaise de basketball, un peu déçue de la dernière édition n’a pas donné  de nouvelles. L’île Mayotte sera représentée par quatre clubs. Il s’agit du Basketball club  de M’tsapéré (Bcm) hommes et femmes ; du Tonic club omnisport de Mamoudzou (Tco) et Golden Forces Chiconi Dames. L’île Maurice sera, quant à elle,  représentée par l’équipe masculine de Real basketball club tandis que Les Comores par Usoni Basket (hommes) et Les Seychelles par trois formations dont deux masculines, à savoir Beauvallon Heat de Danz Kely et Ronald, deux stars du basket malagasy et Premium Cobra de Danz Be, un autre expatrié malagasy. Chez les dames, les Seychelles seront représentés par B.Challenge. Pour Madagascar en tant  que pays hôte, la Fmmb alignera trois équipes masculines dont la Gnbc, le Cospn, l’Ascut et trois féminines composée de Fandrefiala, Mb2All et Tafima. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Partout et ailleurs !

Au four et au moulin. Sur les hauts des collines et au bas fond des vallées. Hery Rajaonarimampianina sur tous les fronts ! Olivier Solonandrasana  Mahafaly n’importe où ! Mais qu’est-ce qui fait courir? Le Chef de l’Etat ne rate pas toutes les occasions pour « honorer » de sa présence toutes les cérémonies de culte ou d’inauguration. Des cérémonies auxquelles il peut, normalement, déléguer à ces lieutenants du Gouvernement ou aux autorités compétentes locales.  Comme s’il n’y a pas grand-chose beaucoup plus important et urgent à traiter au Palais. Le Premier ministre lui emboîte le pas. Lui aussi, il ne se prive pas des opportunités pour patronner n’importe quelle cérémonie. En fait, l’idée d’occuper le premier plan à toutes les réunions et manifestations publiques devient, du coup, une obsession de nos dirigeants. A ce rythme, ministres, chefs de Région et autres seraient relégués au second plan, même, à l’arrière-plan, pour ne dire, au bas fond. A Nosy Be, le Chef de l’Etat tenait à être présent à une double cérémonie.

D’une part, le lancement des travaux d’agrandissement de l’aéroport de Fascène sous l’égide de « Ravinala  Airports ».  L’inauguration d’un centre de soins pour victimes de violence, de l’autre. Et les exemples peuvent se multiplier à satiété !   Les gesticulations des deux têtes de l’Exécutif mettent en surface au moins deux problèmes. D’abord, la question touchant le cadre légal de la précampagne. Le vide constaté au code électoral concernant ce sujet porte un préjudice sérieux à tous les candidats au prochain scrutin présidentiel de 2018. En effet, le « gap voulu » favorise le poulain du régime en lui donnant une inestimable longueur d’avance. Le coup d’envoi n’étant pas encore donné, il se trouve qu’il se lance déjà sur piste. Non  seulement, la « compétition » est injuste mais aussi illégitime, sinon, illégale !  Et le silence éloquent de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni) face à l’énormité du pouvoir en place fait râler le… muet. Pourquoi cette instance censée gérer le cadre électoral, de façon indépendante et équitable, à Madagascar ne  réagit-elle pas ? On dirait d’un arbitre privé de son principal outil de travail, le sifflet. L’initiative de moraliser le…jeu lui appartient. Le « directeur » du match laisse jouer. Est-ce le prélude d’un scrutin  truqué dès le départ? L’autre problème qui irrite les esprits, notamment, des contribuables repose sur l’utilisation abusive des ressources et matériels publics durant tous ces déplacements. Les missions interminables des chefs de l’Exécutif suivies d’une forte délégation tant à  l’intérieur qu’à l’extérieur du pays crèvent,  impudiquement et lourdement, la caisse de l’Etat.  Et que dire de la problématique des belles paroles et des vaines promesses semées à tout vent et qui infantilisent, encore plus, la jeune démocratie malagasy ? Cette armada de la tromperie qui finit, à la longue, par avoir le dessus sur un peuple dont la proportion d’illettrés, incapables de faire la  différence ou de discerner entre le grain et l’ivraie, prédomine toujours. Un mode opératoire éhonté et indigne. Evidemment, les barons du régime se défendent de faire une campagne avant l’heure. A entendre  les arguments avancés, c’est le délire d’un aliéné ! Se moquant de tous, Président de la République  et Premier ministre sillonnent partout et ailleurs.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Route Digue - Deux frères périssent dans un accident

Lundi dernier, vers  22 heures 30 minutes, un accident de voiture est  survenu du côté  d’Ambodihady. Ils étaient trois dans le véhicule « V8 »  leur appartenant au moment de l’accident. Ce sont  deux frères accompagnés de leur gardien. Grièvement blessés, ces trois individus âgés respectivement de 42 ans, 38 ans et 33 ans ont été emmenés à  l’hôpital « Manarapenitra » Andohatapenaka et à l’Hjra Ampefiloha. Quelques heures après leur évacuation, les deux frères ont succombé à leurs blessures.

Concernant la troisième personne, les médecins ont confirmé son décès hier après-midi après être admise  au service d’urgence de l’Hjra  Ampefiloha. Et ce en dépit de la tentative pendant  10 heures des médecins à la sauver. Ayant profité certainement de la fluidité de la circulation et de la ligne droite sur cette route de la Francophonie, le conducteur a roulé à une vitesse excessive.  « Le tableau  de bord a encore affiché  140 km à l’heure quelques secondes après le renversement de la voiture »,  affirme un témoin. D’après ses explications, le conducteur n’a pas su maîtriser son allure ratant du coup la sortie menant vers Ivato. La voiture a heurté la  rambarde d’en face avant  de se coucher sur le flanc.  L’avant du véhicule a été complètement détruit. Kanto R.

La Vérité0 partages

Peste à Toamasina - Deux morts, 250 personnes mises en quarantaine

La ville du grand Port en état d’alerte. La peste pulmonaire y fait rage depuis la fin du mois d’août dernier. Mais le nombre de cas a boosté depuis le week-end jusqu’au début de cette semaine, à en croire un médecin traitant travaillant dans la ville de Toamasina. Selon les explications d’un responsable local, la femme décédée récemment dans un hôpital d’Antananarivo aurait propagé la peste lors de son séjour à Toamasina, depuis le 28 août dernier. Depuis, environ 250 personnes en contact avec la défunte, originaire d’Ankazobe, sont mises en quarantaine dans un endroit isolé de l’Hôpitaly Be de Toamasina.

« Deux de mes connaissances ont perdu la vie en quelques jours et 8 autres hospitalisées d’urgence à cause de la peste pulmonaire », témoigne un jeune cadre dans cette localité. « Une étudiante en 3e année a décédé subitement la semaine dernière. Avant le rapatriement du corps à Vohémar, ses amis, collègues et proches ont assisté aux 2 nuits de veillée funèbre au campus universitaire. C’est seulement hier qu’un médecin nous a révélé que la défunte aurait perdu la vie suite à une peste pulmonaire. Du coup, tous ceux qui ont présenté leurs condoléances et présents aux veillées funèbres doivent se présenter à la médecine préventive de l’université dès demain (ndlr ce jour) », nous confie une étudiante de Barikadimy. D’ailleurs, la panique ne cesse de gagner de l’ampleur dans ce campus depuis lundi dernier. Deux foyers pesteux Pour sa part, le directeur régional de la Santé dans la Région Atsinanana, Dr Raymond Rakotoarimanana, a avancé que « les cas suspects de peste pulmonaire sont enregistrés dans 2 quartiers de Toamasina, à savoir Mangarano et Salazamay ». Toutefois, il n’a pas communiqué le nombre de morts et de cas recensés jusqu’à maintenant. Ce silence est aussi partagé par les responsables auprès du ministère de tutelle. Ces derniers se contentent juste d’avancer qu’une investigation est en cours concernant la peste, non seulement à Toamasina mais aussi dans les autres Régions à savoir Alaotra Mangoro, Analamanga et Itasy. « Les agents de santé envoyés dans les zones suspectes maîtrisent la situation, dont les risques de propagation de l’épidémie à Toamasina », a rassuré le directeur régional de la santé de l’Atsinanana.  Hausse vertigineuse  du « Cotrim »Mais cette déclaration des responsables locaux ne soulage guère les habitants, lesquels se sont rués vers les pharmacies et vendeurs de médicaments pour s’acquérir de « Cotrim ». Au lieu de 50 ariary le comprimé donc, ce médicament générique a été vendu jusqu’à 300 ariary depuis hier matin. La prise de 4 comprimés par jour, 2 dans la matinée et 2 dans la soirée, constitue la principale précaution adoptée par les habitants. Ils ont aussi renforcé les activités d’assainissement, dont le débroussaillage et la désinsectisation.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Conseil du fampihavanana malagasy - Suspicions sur l’authenticité de la liste sortie par Iavoloha

Les 33 personnalités membres du Conseil du fampihavanana malagasy (Cfm) prêteront serment ce jour au Palais de Justice d’Anosy en présence du Président Hery Rajaonarimampianina comme nous l’avons annoncé la semaine passée. La tenue de cette cérémonie marquera l’entrée en activité de cette structure dont la véritable mission reste encore floue pour beaucoup. Le processus de sa mise en place a créé tant de réactions. Des prétendants dont la candidature a échoué à l’issue de la sélection ont susurré dans les coulisses que la liste avalisée en Conseil des ministres le  25 août aurait été tripotée. « Quelques-uns des candidats qui, lors du grand oral, étaient incapables de répondre aux questions sont retenus alors que ceux qui ont les qualités qu’il faut sont exclus », a révélé un d’entre eux. Des observateurs abondent aussi dans le même sens. Le doute est légitime tant que le régime est passé pour un champion du cache-cache.

 Allégations Le pasteur Emmanuel Tehindrazanarivelo Djacoba qui a dirigé le Comité de sélection national (Csn), composé de 9 membres, a toutefois nié catégoriquement les allégations. Selon ses précisions, son équipe qui a cessé ses activités le 20 août s’est rendue à Iavoloha dans la soirée du 17 août.  « Ce jour-là, nous avons remis en main propre au Président de la République la liste des 22 sélectionnés exactement à 17 h 10 », nous a-t-il confirmé. « Seuls nous les membres du Cns et la Présidence en connaissons la teneur. Toute information contraire est donc que pure invention », a-t-il insisté. Par la suite, le locataire d’Iavoloha a prié le Csn de lui fournir les dossiers concernant les autres candidats desquels il a choisi ceux qu’il a nommés pour son quota. Ainsi les Charles Rabemananjara, Jean-Jacques Rasolondraibe, Louise-Odette Rahaingosoa, Michel  Botralahy, Roger  Randrianasolo et Landry Olivier Rabe, tous des camps de Didier Ratsiraka et de Marc Ravalomanana, sont devenus des conseillers du fampihavanana malagasy. Ce dernier brigue d’ailleurs le poste du président du Cfm.Mis à l’écart Mais une vérité restera telle jusqu’à nouvel ordre. C’est que le camp du  professeur Albert Zafy demeure l’éternel inventeur de la machine de réconciliation nationale suite aux disputes postélectorales de 2002. Le feu Pr. Pépé Andrianomanana, le politologue André Rasolo et Dr Joseph Randriamiarisoa en sont les concepteurs. « Nous avons débattu de ce sujet pour la première fois ici (ndlr : Motel de Tanà à Anosy) », nous a dit l’ancien ministre de l’Environnement et des Forêts tout récemment.Le cardiologue en personne s’est érigé en dirigeant du Conseil de la réconciliation nationale (Crn), la version francisée du Cfm. Curieusement, son camp est absent dans la structure du Cfm bien qu’un ami de longue date en la personne de Jean-Marcel Miandrisoa soit parmi les 22 sélectionnés. Le politologue et non moins un proche ami du Chef de l’Etat est mis à l’écart à la grande surprise de tous. Peut-être qu’il aura l’occasion de faire des révélations là-dessus un de ces quatre.Espièglerie Selon les dires d’Alphonse Maka, qui aspire à devenir président du Cfm lui aussi, une campagne nationale sera lancée incessamment pour mieux sensibiliser les citoyens sur l’esprit de cette entreprise et les textes s’y rapportant. L’on se demande alors si les conseillers auront aussi leur mot à dire sur l’espièglerie autour du projet constitutionnel qui fait couler beaucoup d’encre actuellement. En effet, les violations répétées de la Constitution  doivent figurer dans les premiers sujets à décortiquer par ces conseillers. Dr Joseph Randriamiarisoa se demande de ce qu’il en sera des valeurs ajoutées du Cfm. « La mise en œuvre de la réconciliation nationale est un besoin impérieux pour notre pays. La Confédération des églises chrétiennes de Madagascar (Ffkm), suivie de la version initiale du Conseil du fampihavanana malagasy (Ffm), y a pris part avec le résultat que l’on sait déjà. Je me demande alors sur ce qu’il pourrait en être de l’efficacité du Cfm par rapport à ses prédécesseurs », s’interroge notre interlocuteur.La rédaction

La Vérité0 partages

Mission présidentielle - Rajaonarimampianina inaugure les biens des privés

Alors que les réalisations de l’Etat tardent encore à se manifester, celle des privés brillent de mille feux. Faute de quoi mettre sous les dents, le Président Hery Rajaonarimampianina court à gauche et à droite pour inaugurer les réalisations du secteur privé.Après la réhabilitation des groupes de Symbion Power à Mandroseza il y a moins d’un mois, le numéro Un de l’Etat malagasy s’est empressé de venir couper le ruban à l’inauguration de la centrale solaire photovoltaïque de l’enseigne Zoom Ankorondrano hier. Réalisée par la société GreenYellow, la centrale a une puissance  de 130Kwc produite par les 450 panneaux. Les travaux relatifs à l’installation de la centrale n’ont duré que trois mois. 

A noter que cette société GreenYellow, dans le même groupe que Zoom Ankorondrano, réalise également la centrale solaire à Ambatolampy, d’une puissance de 20 mw opérationnelle d’ici peu, et aussi celle d’Antsiranana.  GreenYellow a été choisie par la Société malgache de magasins pour la réalisation de ses premiers projets d’efficacité énergétique de grande ampleur. D’après les informations, le site de Zoom bénéficie d’un montage inédit à Madagascar, à savoir un contrat de performance énergétique (Cpe) couplé à la mise en place d’une centrale photovoltaïque en autoconsommation. Selon toujours les explications, le projet développé par GreenYellow optimise les consommations électriques du site tout en lui donnant accès aux meilleures technologies en matière de systèmes actifs (éclairage, production de froid, gestion technique centralisée et production d’énergie photovoltaïque). La consommation du centre commercial sera réduite d’environ un tiers. Ces économies sont assurées dans la durée par GreenYellow grâce à son système Smart Building Monitoring (pilotage à distance et suivi quotidien des consommations). Les observateurs s’interrogent sur l’inertie de l’Etat malagasy à opérer un vaste chantier de ce genre à travers la Grande île. Des infrastructures appartenant à l’Etat malagasy et que le numéro Un malagasy pourrait inaugurer par la suite….  En tout cas, après les infrastructures minimes réalisées par l’Etat telles que des infrastructures d’adduction d’eau potable dans les petites Communes du pays, le locataire d’Iavoloha se tourne donc dorénavant vers les infrastructures du privé. En moins d’un mois, deux biens appartenant au privé ont été inaugurés par le Chef de l’Etat. Il faut dire que l’agenda présidentiel n’est pas très fourni en inauguration d’infrastructures étatiques ces derniers temps. Ces inaugurations de biens privés sont du pain béni pour le Chef de l’Etat à quelques encablures de la présidentielle. Actuellement, le Président Hery Rajaonarimampianina est prêt à sauter sur la moindre occasion pour se faire voir par les électeurs. Pas sûr cependant qu’il en tire un bénéfice électoral…A.R.

L'express de Madagascar0 partages

Betroka – Des fabricants de poudre à canon arrêtés

Joli coup de filet des forces de l’ordre à Betroka. Cinq fournisseurs de produits chimiques utilisés dans la fabrication de munitions ont été arrêtés ce week-end.

Samedi dernier, les forces de l’ordre ne s’attendaient pas à trouver de la poudre de chlorate de sodium servant à la fabricatiob de munitions, envenant arrêter des malfaiteurs. Ces derniers ont été arrêtés un par un, au nombre de cinq,  samedi et dimanche, et accusés de fournir de la poudre chimique dans la région de Betroka. Les gendarmes ont pris sur le fait trois hommes projettant leurs méfaits, sur la route à la sortie de la ville, ce qui a permis de conduire l’enquête sur ces fournisseurs de poudre chimique. D’autres bandits sont encore recherchés sur place.Des renseignements sont parvenus aux forces de l’ordre sur l’existence de cette bande de malfaiteurs préparant une agression à Antranovato Betroka, autour du terrain d’aviation.Sur les trois hommes arrêtés, ont été saisis des amulettes, des linceuls, des munitions, de la poudre ainsi que divers matériels. Ils venaient en fait d’ acheter le chlorate de sodium chez un couple habitant en pleine ville deBetroka, lequel a été arrêté immédiatement.Une perquisition dans une habitation proche de celle du couple a permis de découvrir trois sacs pesant vingt cinq kilos chacun empli de poudre chimique,ainsi que plusieurs emballages contenant jusqu’à cent vingt cinq kilos de chlorate. Le propriétaire de la maison a été arrêté aussi pour interrogatoire.L’enquête s’est poursuivie par l’arrestation de l’épouse du présumé vrai  propriétaire des produits.

Vendus 10 000 ariary« Selon des renseignements complémentaires , le « gobelet » de cette poudre chimique serait vendu 10000 ariary. Cette contenance peut charger jusqu’à 70 fusils de chasse », selon les explications de la gendarmerie nationale.Très tôt le matin, l’homme présumé propriétaire de ces produits a quitté précipitemment la ville en compagnie d’un élu local de la région. Le chlorate de sodium saisi a été mis sous séquestre immédiatement.« Les personnes arrêtées ont déclaré que la poudre chimique servait à recharger des douilles ayant déjà servi » selon les explications de la gendarmerie nationale

Nantenaina Njanahary

L'express de Madagascar0 partages

Marché régional – L’exportation des produits de la mer à saisir

Le secrétaire général du Comesa (Communauté de développement de l’Afrique orientale et australe), Sindiso Ndema Ngwenya, de passage à Madagascar pour assister, ce jour, à la trente-troisième réunion du comité Douane et commerce de ce marché régional à l’hôtel Carlton, n’y est pas allé par quatre chemins. « Madagascar doit saisir les opportunités qui lui sont offertes et dynamiser le secteur de l’exportation. Beaucoup de pays de notre marché sont à la recherche de produits alimentaires tels que les viandes bovine et caprine ainsi que les produits halieutiques », a-t-il lancé à l’issue de sa rencontre avec le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, hier, à Ambohidahy. « La Zambie, entre autres, fait provenir des produits de la mer de la Chine, alors que la Grande île regorge de potentialités dans ce secteur », ajoute-t-il.Sindiso Ndema Ngwenya propose entre autres la dynamisation des produits manufacturés comme la fabrication industrielle de chaussures, qui est en forte demande. L’objectif de la mise en place du Comesa est  de créer une union douanière entre les dix-neuf pays membres comprenant 475 millions d’habitants et a un produit intérieur brut réel total de 677 mil­­liards US $. « Le volume des exportations de Madagascar vers le Comesa se chiffre à 112 mil­lions de dollars, ce qui est faible par rapport aux chiffres des importations qui est 40% plus élevé, 170 millions de dollars », indique Nourdine Chabani. Les différents accords économiques et commerciaux dans lesquels Madagascar est signataire mais n’est pas forcément gagnant, seront sûrement discutés à la rencontre de ce jour.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Rabearivelo en plusieurs langues

Grâce à un projet initié par le Bureau de l’Océan indien de l’agence univer sitaire de la Francophonie, les œuvres de Rabearivelo seront traduites en plusieurs langues. Un projet intérressant

Une ode à l’imaginaire, à l’univers littéraire et à la plume de cet auteur et poète légendaire qu’est Jean-Joseph Rabearivelo. Un travail respectueux de sa mémoire, mais surtout de son amour intarissable pour la langue de Molière, est actuellement en cours, grâce à la Direction Régionale océan Indien de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF). Intitulé « Projet de recherche océan indien-Traducteurs sans frontières », ce travail réunit huit traducteurs malgacho-francophones qui œuvrent ensemble sur les possibilités et enjeux de la traduction littéraire dans un contexte multilingue. Pour ce faire, ils tiennent à démontrer que la langue française contribue à l’enrichissement des langues de l’océan Indien et de l’Afrique, notamment en valorisant la richesse d’autres langues. D’où leur choix de se tourner vers la traduction des œuvres littéraires de ce poète exceptionnel qu’est Jean-Joseph Rabearivelo.Catherine du Toit, professeur à l’université de Stellenboch en Afrique du Sud de confier « Le multilinguisme est un domaine qui se doit d’être discuté, car il gagne en ampleur au sein de nos sociétés respectives. Ainsi, à travers ce travail de traduction que l’on entreprend avec les œuvres de Rabearivelo, on entend promouvoir une cohésion ainsi qu’une compréhension universelle à travers nos langues et nos littératures ».

Projet de longue haleineEn tout, ce collectif de traducteurs sans frontières composé de Malgaches, mais aussi de Sud-Africains et de Mauriciens, traduit dix recueils de poèmes de Jean-Joseph Rabearivelo. Desœuvres que les férus de littérature auront le plaisir de redécouvrir autrement, en zulu, en créole, en anglais, en afrikans et en français, et ce, au moins de juin de l’année prochaine. Lesœuvres intemporelles de cet illustre poète seront alors rééditées dans un livre, accompagnées de notes et de supports explicatifs.Serge Henri Rodin, professeur à l’université d’Antananarivo d’affirmer « Rabearivelo reste un poète et un auteur grandement en avance sur son époque. Son amour pour la langue française, au-delà de celui qu’il portait pour sa langue maternelle nous a beaucoup inspiré. Ce qui nous a aidé à mieux interpréter et à traduire ce langage imagé qui sublime ses œuvres ».Depuis 2010, suite à leur première rencontre à Maputo au Mozambique, puis en 2012 en Afrique du Sud, plusieurs travaux préalables ont été entamés par le collectif pour se mettre d’accord sur chaque traduction. S’apprenant les uns les autres, selon les échanges entrepris, un système s’est instauré, facilitant le travail. « Alimaizim- pito » s’est ainsi vu être traduit en « La nuit septuple » en français rajoutant encore plus de poésie aux œuvres de Jean-Joseph Rabearivelo. C’est donc un projet qui contribuera encore plus à l’épanouissement de l’écriture contemporaine dans la Grande île comme dans le reste de l’océan Indien, que la Direction Régionale Océan Indien de l’AUF a hâte de présenter au public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Nantenaina Rakotobe – « Le niveau monte d’un cran » 

Nantenaina Rakotobe, dit Benaivo, reformera son duo gagnant avec Fitia Randriamifidimanana, à la Vintage Cup. D’après lui, le niveau du tournoi sera plus relevé cette année.

Trois fois vainqueurs du Premium Challenge, Nantenaina Rakotobe, alias Benaivo, a également remporté la Vintage Cup l’an passé, sur la terre battue du Country Club d’Ilafy. Il va tenter de décrocher un deuxième sacre de rang, lors de l’édition 2017 du tournoi rétro, les 30 septembre et 1er octobre.Benaivo évoluera une nouvelle fois en compagnie de Fitia Randriamifidi­manana. Les deux avaient survolé la compétition l’année dernière. « Le niveau monte d’un cran cette année. Il y a de nouveaux joueurs plus forts. En double, tout peut arriver avec la configuration particulière de la compétition. Il faut gérer le chrono (Ndlr : deux sets de quinze minutes), mais aussi d’autres circonstances. De ce fait, c’est stressant et éprouvant, vu qu’on joue cinq matches en une journée. On n’est jamais à l’abri d’une surprise », souligne-t-il à propos des péripéties du tournoi.L’Allianz Vintage Cup se diffère aussi du Premium Challenge par sa formule de double mixte. Logiquement, l’entente entre les deux équipiers est primordiale, pour gagner. « Comme je l’ai dit, il peut y avoir des surprises. En double, on peut se retrou­ver face à une équipe avec un joueur très fort. Dans une autre rencontre, cela peut être l’inverse, avec une joueuse au top. L’intensité des matches est un peu différente par rapport au Premium Challenge. Quant à nous, nous essayons toujours de nous encourager, peu importe ce qui se passe sur le court », poursuit Benaivo.Comme cité précédemment, la Vintage Cup se démarque par son caractère rétro. Ainsi donc, les joueurs évoluent tous en blanc, comme dans le temps. Et encore, le Country Club offre un trophée à l’équipe la plus en phase avec cet esprit.

Événement à thème« C’était vraiment une bonne idée de lancer ce tournoi rétro. C’est une première à Madagascar d’avoir un événement à thème et d’avoir des joueurs qui s’imprègnent de ce thème. L’an dernier, c’était super de voir (Frédéric) Burban jouer avec une raquette en bois », évoque-t-il à propos de l’esprit rétro.La formule est appréciée de tous et le nombre d’inscrits ne cesse d’augmenter. Cette année, on devrait atteindre la barre des cinquante équipes engagées. Le Country Club apporte une innovation à cette troisième édition, à voir l’apparition d’un tableau parent-enfant, père-fille ou bien mère-fils donc.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Cent paramédicaux au service de la santé

L’Institut supérieur des infirmiers et  des sages-femmes a sorti sa troisième promotion, dimanche. Les étudiants sont regroupés sous la bannière « Taratra ».

Ténacité, amitié, réussite, amour, responsabilité, aptitude, en un mot Taratra. Un nom  malgache qui pourrait signifier exemple ou modèle. C’est le nom de la troisième promotion de l’Institut supérieur des infirmiers et des sages-femmes (Isisfa) d’Antsiranana. Pour marquer cet évènement majeur, l’établissement a organisé, dimanche, à l’Hôtel de la Poste, une cérémonie qui a rassemblé les nouveaux diplômés, les parents, les enseignants ainsi que des instances dirigeantes locales. Tous ont  été animés d’un sentiment  de satisfaction face à cette nouvelle promotion, composée de cent sept étudiants dont quatre de nationalité comorienne. Ils se répartissent en quarante-sept infirmiers généralistes, quinze techniciens de laboratoire et  quarante-cinq sages-femmes. Leurs études ont duré trois ans.« Nous sentons vibrer en nous un sentiment d’énorme satisfaction, non pour avoir passé avec succès les trois années d’études et de formation, mais devant la fierté de nos parents, proches et enseignants», commente Marie Minouche Gilbert Vololonandrasana, infirmière généraliste,  major de la promotion « Taratra ».Comme à l’accoutumée, une série de discours a précédé la remise des diplômes,  lesquels équivalent à la licence, car l’Isisfa pratique déjà le système LMD. Olivier Razafindranosy, directeur fondateur de cette première école paramédicale agréée par l’État dans la région Diana, a saisi l’occasion pour retracer le chemin suivi par  l’institution depuis sa jeune  existence.

GageureAprès avoir fini ses études dans la capitale, ce fils de la région, malgré le scepticisme des gens, a osé créer une école de formation de paramédicaux dans la région, tout en ouvrant une formation de qualité. Et ce défi a aujourd’hui, porté ses fruits. « Notre objectif n’est pas de faire du business, mais d’aider les jeunes de la région et d’améliorer la santé de la population car il n’y pas de  développement effectif tant que celle-ci ne bénéficie pas de soins efficaces. La formation d’un personnel médical et paramédical est le seul moyen pour l’atteindre », souligne-t-il. D’ores et déjà, il a annoncé la célébration du 5e anniversaire de l’établissement avant  la fin de l’année.Selon les statistiques, en trois promotions, l’Isisfa a formé plus de 300 paramédicaux, bien armés même s’ils sont encore jeunes. Ils ont fait preuve de volonté et de ténacité. Ils sont tous directement opérationnels et prêts à affronter le monde du travail. Er d’ailleurs, 80% d’entre eux ont trouvé du travail et ceux qui ont continué leurs études, s’en sont brillamment sortis lors des  concours nationaux. Beaucoup d’entre eux envisagent aussi de créer leur propre entreprise. À cet effet, le Dr Zanadaoro, doyen de la Faculté de médecine d’Antsiranana et parrain de la promotion Taratra, a mis en exergue l’importance de l’institut qui permet d’offrir un niveau de soins un peu  plus élevé à la population. Tandis que M. Jafimanjo, le directeur de l’administration générale et du territoire de la région Diana, qui a présidé la cérémonie, a insisté sur le fait que les paramédicaux aident beaucoupl’État dans l’exécution de son projet axé sur la réduction du taux de mortalité de la mère et de l’enfant. Il a enfin évoqué le bon comportement que doivent avoir les soignants à l’égard des patients.La fête s’est terminée autour d’un repas convivial.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Kristel Ratri Band présente « TNM »

Une artiste au caractère bien trempé, sublimée par un talent et une musicalité énergique, Christelle Ratri, que l’on écrira désormais Kristel Ratri, est une musicienne d’exception. Son charme n’a d’égal que ce charisme éblouissant dont elle fait continuellement preuve une fois sur scène. Armée de son instrument de prédilection, une guitare basse, Kristel Ratri envoûte et transcende à la fois à travers ses riffs. Depuis presque cinq ans, la jeune femme arpente la scène musicale, en collaborant avec des artistes de renom, tout en affirmant une identité artistique bien à elle. De Mafonja à l’illustre Silo, en passant par Gangstabab, ils sont nombreux à s’être réjouis du talent de cette bassiste d’exception.Comme pour couronner ce parcours déjà bien garni, la jeune femme, à travers son groupe le Kristel Ratri Band, prévoit de sortir prochainement un « Extended play» (EP) sobrementintitulé « TNM ». Un titre énigmatique pour les fans de la jeune femme et dont elle prend soin d’en garder le mystère, au moins jusqu’au 19 septembre, date à laquelle le titre se dévoilera dans son intégralité. Le public qui l’a retrouvée sur la scène de l’Is’Art Galerie à Ampasanimalo, a déjà pu avoir, en live, un avant goût plus qu’électrisant, dans le cadre de la première édition du « Dago Festival ».Jouant sur les registres du pop et du rock avec un zeste d’electro, Kristel Ratri captive par sa voix rauque et dynamique, de même qu’elle séduit et hypnotise par sa présence scénique. Grattant avec fougue sa basse, elle est accompagnée d’Andry Sylvano à la batterie et de Benkheli Ratri à la guitare. Le public affectionne déjà le trio pour ses titres comme « Izy », « Hilalalala », « Pas sentimental » et « Mila mifandray tanana ». Kristel Ratri Band entamera bientôt une tournée à l’île Maurice, le 5 octobre pour le festival « Mauritius Music Expo – Momix » et les 6 et 7 octobre pour le « One Live Musik Festival ». En attendant, elle est à retrouver au Kudeta Urban Club à Anosy, le 16 septembre à 21 heures pour un concert-nocturne.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Karaté – Stage – Randrianaivo célèbre ses quarante-cinq ans de pratique

À 60 ans, Aristide Ran­dria­naivo sensei célèbre ses quarante-cinq ans de pratique de karatedo. Dans le cadre de cette célébration, un stage d’approfondissement baptisé « Gasy Karatedo Academy », réservé spécialement aux gradés, a été organisé ce week-end, par le groupe éducatif Club-Academy au gymnase de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha.Une centaine de pratiquants de cet art japonais ont répondu présent à l’appel des organisateurs. « Le Gasy Karatedo Academy vise plutôt la formation complète d’une personne pour pouvoir affronter, dans les meilleures conditions physiques et mentales, tout adversaire réel ou imaginaire », explique Aristide Randrianaivo sensei, en parlant de la spécificité de son académie.Il a choisi « le karaté autrement » comme slogan, car la GKA pratique surtout des techniques moins travaillées au dojo, en cours classique. Au terme du stage, l’union des ceintures noires de Madagascar lui a remis le grade de 6e dan, à la suite des résultats des travaux de recherche qu’Aristide Ran­drianaivo a effectués durant des années de pratique.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Les bibliothèques rurales bénéfiques

Le niveau des élèves se serait amélioré dans des communes où ont été implantés des centres de lecture, d’information et de culture (CLIC), initiés par l’association Trait d’union France-Madagascar, depuis 2003.« Nous avons pu constater que les taux de réussite aux examens nationaux ont au moins triplé dans nos zones d’intervention, en 5 ans », affirme Hasina Raonison Andrian­jaka, représentant et directeur du Réseau CLIC à Madagascar. C’était à Anosy, hier, lors d’une série de signature de convention de partenariat entre le ministre de l’Éducation Nationale et trois partenaires.Implantées dans la  brousse, ces bibliothèques profitent aux jeunes ruraux. Elles permettent à ces jeunes d’enrichir leurs connaissances. On en compte actuellement, vingt-cinq dans les vingt-deux régions. Huit sont dotées de mini-cybers. L’association s’est engagée à pérenniser et à améliorer ses offres, en connectant progressivement tous les CLIC à Internet, par exemple.Le ministre de l’Édu­cation nationale, Paul Rabary, a signé en tout, trois conventions de partenariat avec les collaborateurs de son département, hier. Entre autres, l’organisation non gouvernementale (ONG) Onja, sise à Mahanoro, repérera les plus brillants parmi les jeunes hors du système scolaire, pour leur donner des formations pertinentes et des possibilités de carrière.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsahanitia – Safari-photo de baleines à Antsahanitia

Une véritable surprise et un beau spectacle pour les passionnés. Les côtes de Mahajanga sont visitées chaque année par des baleines à bosse et des dauphins. C’est dans l’objectif de valoriser leur migration le long des côtes malgaches pendant l’hiver austral, que la coordinatrice de ce projet et le responsable administratif et financier de Cétamada ont effectué une mission de reconnaissance et de rencontres à Mahajanga, au mois d’août. Mahajanga est l’un des sites bénéficiaires du projet, au même titre que l’ile Sainte-Marie, Toliara et Taolagnaro.Cette initiative de Cétamada, financée par l’Union Européenne et la Commission de l’océan Indien, vise à développer des actions en lien avec l’écotourisme baleinier durable et responsable (formation de guides locaux), l’éducation environnementale au niveau des établissements scolaires, le développement communautaire (artisanat, apiculture, agriculture, aquaculture…) et la science participative sur les mammifères marins.La semaine était riche en rencontres avec les acteurs majeurs régionaux et touristiques, ainsi que les principaux intéressés par le projet (opérateurs touristiques, fédérations des guides agréés, fédération des pêcheurs, artisans…). Cette saison, les baleines seront nombreuses à se rendre le long des côtes malgaches et dans l’océan Indien, d’après les scientifiques.Aussi, jusqu’au 31 octobre, un safari-photo de baleines et de dauphins sera organisé à Antsahanitia Resort pour les touristes. Des conférences sur ces mammifères sont aussi programmées  durant le séjour dans l’établissement.

Vero Andrianarisoa 

L'express de Madagascar0 partages

Sécurité – Les réformes sur les rails

Le lancement officiel de la mise en œuvre de la Réforme du secteur sécurité (RSS), se tiendra, ce jour, au Centre de conférence internationale (CCI), à Ivato. Le document officiel y afférent sera remis à Hery Rajao­narimam­pianina, président de la République, à cette occasion.Devant améliorer le système de la sécurité, à Madagascar, peu de détails circulent, pour l’instant, sur ce dont ont accouché concrètement, les travaux du Comité technique d’organisation (CTO), les consultations et les séminaires qu’il a organisés. Ce qui est certain, c’est que tout est à faire en matière de réforme de la sécurité dans la Grande île. Les bribes d’information révèlent que huit entités constituent les piliers de la RSS.La Justice, l’administration du territoire, les services de renseignement, le Parlement et la société civile viennent ainsi, prêter main forte à l’armée, la gendarmerie nationale et la police nationale. Dans une interview diffusée par la radio Antsiva, hier, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a indiqué que la structure des forces de l’ordre devra être réformée. « La structure actuelle, date de l’époque coloniale et est obsolète. Cette réforme fait partie des efforts à faire pour remettre de l’ordre dans le système de la sécurité », a déclaré le chef du gouvernement.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Entretien routier – Des travaux tiptop menés sur la RN 4

Gérer le réseau des routes nationales. C’est le rôle de l’Autorité routière de Madagascar, organisme qui dépend à la fois du ministère des Travaux publics et du Fonds d’entretien routier. C’est pourquoi, depuis la semaine dernière, elle se charge de réparer, voire de réhabiliter la RN 4 au niveau de Mahajanga.Ce sont des travaux de pointe à temps et des réparations de nids de poule, à partir de la plaque 7 à Antanimalandy jusqu’au grand baobab du bord de la mer, en passant par l’avenue du Bazar de Mahabibo. Le chantier est prévu durer trente jours. Hier, les nids de poule devant le jardin Santatra à Mahajanga-be ont  été comblés.À Mahajanga, plusieurs artères et ruelles ainsi que de nombreux kilomètres de chemins nécessitent des travaux d’entretien. Ainsi devant le centre pastoral diocésain à Mangarivotra aucune réparation n’a été réalisée sur cette portion de route très fréquentée depuis une trentaine d’années.De même, à Mahajanga-be devant le bureau technique des Postes et télécommunications, toutes les artères sont dans un état de dégradation très avancée. La saison des pluies approche . Une solution durable serait préférable plutôt que cette action d’entretien provisoire de tape-à-l’œil.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Jeanot Rabeson sera inhumé à Paris

L’illustre pionnier du jazz et mélomane exceptionnel qui aura porté très haut l’étendard de la Grande île sur la scène internationale, Jeanot Rabeson, s’est éteint dans la matinée du 10 septembre, à La Réunion, à l’âge de 81 ans. Depuis, nombreux sont les témoignages à l’égard du talent et de la créativité de ce jazzman émérite à avoir inondé les réseaux sociaux ainsi que tous les médias. Simples fans, férus de jazz ou d’autres genres musicaux, amateurs et professionnels, ils se sont tous fédérés pour commémorer le brio de ce pianiste de génie qu’était Jeanot Rabeson. Il était au pays avant d’être évacué à La Réunion pour son hospitalisation. Aussi, la Grande île, ce pays cher à son cœur, lui aura également fait définitivement ses adieux. La famille a choisi une cérémonie intime pour son inhumation dans l’Hexagone, à Paris. On peut quand même d’ores et déjà espérer un vibrant hommage de la part des artistes nationaux, dans la cadre du festival international Madajazzcar, au mois d’octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Championnats d’Afrique par équipes U12 – Madagascar s’incline devant la Tunisie

Un premier faux pas. Après avoir dominé le Kenya sur 3 victoires à 0 dimanche, la sélection féminine U12 malgache a connu sa première défaite en poule hier sur les courts du Moundir Tennis Club de Casablanca dans le cadre des championnats d’Afrique par équipes des U12. Elle s’est inclinée sur une victoire à deux devant la selection tunisienne.Maholy Razakaniaina a pourtant bien débuté en gagnant le simple numéro 2 contre Rania Tajina en deux sets 6/3 6/2. Miotisoa Rasen­dra est entrée en scène ensuite pour le simple numéro 1. En jouant contre une adversaire qui renvoyait tout en la personne de Berriri Chahd. La malgache a abdiqué en deux manche (4/6, 5/7).« Miotisoa n’a pas su jouer au mieux les points importants.La pression était aussi au rendez-vous même si elle a mené sur 5 jeux à 2 au second set. Elle a même raté de conclure deux balles pour mener 6 jeux à 5. Par la suite, la Tunisienne a gagné le match étant plus regulière », rappelle Ando Rasolo­malala, capitaine de la sélection malgache.Dans le double décisif, Maholy Razakaniaina a joué avec Randy Rakotoarilala contre les Tunisiennes Rania Tajina et Jendoubi Rahma.Résultats, les Malgaches, malgré toute leur hargne a dû céder en deux sets (3/6, 1/6)Aujourd’hui, Miotisoa Rasendra et consorts affrontent le Bénin qui a connu sa seconde défaite sur 0 à 3 hier contre le Maroc après celle enregistrée dimanche devant la Tunisie avec le mêmerésultat.Chez les garçons, Johny Rovanantenaina, Ugo Raza­finjato et Mahefa Anthony Rakotomalala tenteront de chercher une seconde victoire contre le Ghana ce jour après celle enregistrée contre le Rwanda sur 3 à 0 dimanche.

Dina Razafimahatratra (Maroc)

L'express de Madagascar0 partages

Différents Ordres catholiques dans le Sud-Est

Peu après sa fondation, la Congrégation de la Propagande est saisie de Madagascar, à la suite de la narration des jésuites rédigée pour elle, en 1622, et du rapport du collecteur Albergati du Portugal. Ce dernier réclame un évêché pour l’Afrique de l’Est et l’ile Saint-Laurent, nom donné par les Portugais à Madagascar (Lettre d’Emmanuel Pacheco, visiteur des Augustins en 1643, traduite par V. Berlrose-Huyghues et J.-L. Peter S.j.).C’est le jésuite Christophe Borri qui s’attaque à nouveau à la question lorsqu’en 1630, il séjourne à Rome. Là, il publie l’année suivante, sa relation sur la mission de Cochinchine adressée au pape Urbain VIII. Dans sa narration, « il le prie de le laisser, avec l’aide de la Propagande, planter et étendre la foi chrétienne à Madagascar et de là, dans le monde insulaire austral ». « Bien que la découverte de l’ile ait déjà lieu, il reste que cette terre est encore toute neuve quant à la connaissance du Créateur et de la vraie foi, puisqu’aucun missionnaire n’y exerce encore une profonde action. » C’est pourquoi, dit-il, le pape devrait tourner son regard vers les nombreuses âmes qui, « faute de missionnaires, sont en train de sombrer » ; et, particulièrement vers le prince André qui, tel un second Daniel « attend dans la fosse aux lions » le secours du Pape (lire précédente Note).Le père Christophe Borri veut lui-même prendre en main l’entreprise, mais la Mission d’Asie orientale et les difficultés qu’il y rencontre, l’en empêchent. Bientôt, les Carmes déchaux sont désignés pour l’ile lointaine, car un membre portugais de l’Ordre, Pierre de Sainte-Marie y a jadis séjourné en tant que commerçant alors qu’il était encore laïc. Lors d’une conversation, il expose au roi de la région, la religion catholique et sa nécessité pour le salut. « Là-dessus, le roi déclara qu’il voulait avec les siens devenir chrétiens et demanda, en même temps qu’un grand nombre de ses sujets, le baptême.» Christophe promet d’envoyer pour cela des religieux. Mais quand le commerçant revient à Madagascar, le roi est décédé et ses successeurs se battent à mort (1637 à 1640). Il préfère retourner au Mozambique pour éviter d’être sacrifié avec ses compagnons.Il entre ensuite chez les Carmes à Goa, étudie la théologie et se rend, en 1640, à Rome. Sur sa route, les musulmans le font prisonnier et le trainent en Barbarie. C’est par l’intermédiaire dumissionnaire capucin Louis de Licca qu’il peut informer la Propagande au sujet de la nouvelle mission. Entretemps, la  guerre de succession prend fin et le père Pierre de Sainte-Marie attire l’attention de la Propagande sur « la moisson en perspective et sur le grand avantage pour l’Église à envoyer des missionnaires sur la Grande ile ». Il s’offre lui-même pour cette tâche, arguant qu’il connait assez la langue locale et a acquis sur le pays une riche expérience. De surcroit, il a deux cousins qui y débarquent chaque année leurs navires marchands.Emmanuel Pacheco, visiteur et procureur des Indes, appuie cette requête dans son mémoire du 24 mai 1643. Pendant la session de la Propagande du 2 juillet, l’envoi des Carmes dans la Grande ile est décidé. Le général des Carmes annonce que le père Épiphane de Saint Jean-Baptiste est désigné pour la mission. De son côté, Emmanuel Pacheco propose comme préfet sur la côte orientale africaine et spécialement pour l’ile Saint-Laurent, le père Pierre de Nazareth qui sera accompagné de douze compagnons.Au même moment, les Français arrivent à Madagascar et avec eux, des prêtres séculiers sans qu’ils mènent vraiment l’œuvre missionnaire. « On sait que les Chapelains qui vinrent avec les deux bateaux des frères Parmentier n’ont absolument rien entrepris du point de vue missionnaire. » Au sujet de ceux de la flotte de Montmorency, on sait que les locaux assistent « avec beaucoup de dévotion à leur messe en 1620 ». La colonisation française de l’ile Dauphine ou France orientale n’a un succès durable que lorsque le capitaine Rigault fonde en 1642, la Compagnie française des Indes orientales ou Société de l’Orient. Il obtient pour elle de précieux privilèges du cardinal Richelieu. Toutefois, Flacourt lui reproche de ne pas avoir rempli son devoir missionnaire qui devrait faire partie de son entreprise et de n’envoyer aucun prêtre à Madagascar.Un sous-diacre, donné pour la Compagnie comme aumônier des Français en 1643, durant la fondation de Fort-Dauphin sur la côte Sud-Est, réussit à baptiser quelques enfants malgaches. De Bellebarbe, prêtre séculier venu à Fort-Dauphin en 1646, cherche à s’occuper des Malgaches et à les convertir, mais le commandant Pronis, protestant réformé, « mit sur son chemin les plus grands obstacles possibles ». C’est aussi l’époque où les Capucins français envisagent la mission et négocie avec l’autorité romane. Puis la Propagande doit, bon gré mal gré, s’accommoder des Lazaristes fondés par Saint Vincent de Paul.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Concours national – La catégorie « Création » représentée par Hadassa 

« Deux titanes en coton », rien que le titre prouve la profondeur de l’inspiration de son auteur. Sur une mélodie remplie de douceur, Hadassa Lucia Tony Raparason évoque avec une voix touchante, un appel à la prise de conscience de l’Homme, avec un grand H, s’il vous plaît. La chanson parle de tout ce que l’on fait, et incite à oser être ce que l’on est, et aussi de vivre pleinement la vie sans avoir peur de la société.La belle dame frisant la quarantaine sait de quoi elle parle, ou plutôt sur quoi elle chante. Elle a écrit et composé elle-même la chanson qu’elle a présentée pour le concours national de la chanson en français, dans la catégorie « Création », pour la région Analamanga. Et elle a brillé devant les membres du jury, composé de l’artiste Gangsta Baba, du coach vocal Zadou et d’un professeur de français de l’Alliance Française, dans l’après-midi du dimanche 10 septembre, à l’Alliance Française d’Andavamamba. Le style du texte et son contenu, l’arrangement, la voix, la prononciation, l’articulation et la prestation scénique, sont les critères pour départager les cinq candidats qui se sont inscrits dans cette nouvelle catégorie de l’année 2017. Hadassa Lucia Tony Raparason a remporté la victoire. Elle représentera la capitale pour la finale nationale de cette catégorie, le 22 octobre.Les quinze concurrents sélectionnés lors de la demi-finale dans la catégorie interprétation vont encore passer l’épreuve finale d’Antananarivo, le dimanche 17 septembre, au même endroit. Quatre-vingts jeunes de seize à vingt-trois ans ont manifesté leur intérêt pour l’interprétation de chanson en français, et ils ont chanté pour toutes les générations, du Mireille Mathieu, du Tal et bien d’autres encore.Chaque Alliance Française en province a son calendrier respectif pour ce concours. Les finalistes régionaux rejoindront la capitale pour l’ultime finale nationale du 22 octobre. Le lauréat de chaque catégorie gagnera un voyage tous frais payés dans un site touristique de Madagascar, en plus de la promotion que leur offrira l’Alliance Française de Madagascar. Une belle opportunité de se révéler dans toutes les Alliances Françaises de Madagascar par le biais du concours national en français, s’offre donc aux jeunes talents.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Madagascar – Double défaite de Stef’auto

Parcours sans faute. Trois clubs d’Analamanga sont en roue libre chez les dames aux championnats nationaux seniors à Toamasina.L’équipe championne d’Ana­lamanga, VBCD, a remporté deux victoires en autant de matches, en battant par 3 sets à 0, EVBI d’Ihorombe en première journée, et le club champion en titre, Stef auto, par 3 à 2 (21/25, 23/25, 25/19, 25/21, 15/12) après un match dos à dos en deuxième journée. AMVB de Mandroseza a, pour sa part, battu BAVB d’Atsinanana par 3 à 0, puis COSTI de Boeny par 3 à 0.Et le troisième porte-fanion d’Analamanga, BIAS, a, à son tour, écarté Stef’auto par 3 sets à 0 (25/23, 25/16, 25/13) en premier match et a ensuite défait BAVB d’Atsi­nanana, par 3 à 1, en deu­xième journée.Sept équipes en poule unique sont en lice chez les dames et treize autres, réparties en deux groupes, chez les hommes. Ce week-end, le club champion en titre, GNVB d’Analamanga a réalisé un doublé. Ce club, quintuple champion national, a battu la GN1 de Vaki­nan­karatra en première journée et a écrasé en deuxième journée, VIAG d’Atsinanana par 3 sets à 0.Les éliminatoires se poursuivront jusqu’à jeudi et les demi-finales sont programmées pour le lendemain.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Dégradation de la chaussée  à Alarobia

La détérioration de l’état de la chaussée à Alarobia crée un embouteillage monstre sur cette route des hydro­carbures. Les chauffeurs doivent rouler très doucement dans les nids de poule, pour éviter d’endommager leur véhicule. Un responsable de la commune urbaine d’Antananarivo indique que les réfections des routes sont impossibles, à cause du non versement des  subventions de l’État.

L'express de Madagascar0 partages

Des militaires impliqués

Trois hommes ainsi qu’un sergent chef de l’armée impliqués dans une agression qui s’est produite à Itaosy  vendredi soir ont été présentés au parquet, hier. Ils ont bénéficié d’une liberté provisoire.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Des kits scolaires pour  les enfants de la mairie

Motiver les employés municipaux. Après avoir envoyé les enfants du personnel, lauréats auxexamens officiels, en colonie de vacances sur la côte Est, pendant une semaine, les élus de la commune urbaine d’Antsirabe ont décidé d’aider les parents en cette période de rentrée scolaire. Ainsi, pour la première fois, la mairie d’Antsirabe a distribué des kits scolaires, comportant un paquet de cahiers, des stylos et crayons, aux quatre cent vingt enfants du personnel, sans distinction d’âge des jeunes bénéficiaires et sans tenir compte du rang professionnel des parents.« Développer et améliorer la vie du personnel fait partie de notre devoir. C’est pour cela que nous avons décidé de l’appuyer en cette rentrée scolaire qui est toujours difficile pour les parents. C’est aussi une motivation pour leur progéniture à bien travailler », explique Paul Razanakolona, maire de la commune urbaine d’Antsirabe, durant la remise de ces lots, hier.Il a enfin annoncé que son équipe et lui sont en train d’étudier la réalisation d’un apport financier pour alléger les dépenses des parents.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Maisons incendiées

Un enfant de cinq ans,  jouant avec le feu, a provoqué l’incendie de onze toitures de maisons à Fierenana Tsiroanomandidy, avant-hier dans la mi-journée. Le vent a facilité la propagation du feu sur les toits de chaume. On ne déplore aucune victime humaine dans cette tragédie.

L'express de Madagascar0 partages

Remise des prix du mini-hackaton

La remise des prix pour le mini-hackaton organisé dans le cadre des « Vacances numériques » s’est déroulée le samedi 9 septembre dernier à l’Alliance française d’Andavamamba. Les lauréats ont été primés et tous les participants ont reçu un certificat de la part d’Orange Madagascar en présence des représentants du ministère des Postes et des télécommunications. Le  grand gagnant du concours de développement informatique est Tolotra Andriamiharintsoa. Il a obtenu entre autres une connexion internet de six mois. L’évènement Vacances numériques se poursuit encore jusqu’au 15 septembre.

L'express de Madagascar0 partages

Hausse de la température cette semaine

Les températures augmenteront cette semaine, notamment jeudi, selon un communiqué de la direction générale de la Météorologie, hier. Un régime d’alizé faible régit le temps, toute la semaine. Ces températures diminueraient à la fin de la semaine.

L'express de Madagascar0 partages

Visite d’un cadre de l’ICANN

Yaovi Atohoun, stakeholder engagement and Ops manager – Africa auprès de la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (ICANN) se rendra à Madagascar la semaine prochaine. Le lundi 18 septembre, il va rencontrer les registrars, les revendeurs ainsi que les opérateurs économiques du pays. Le lendemain, il fera une présentation de l’ICANN au grand public suivi des rencontres avec les fournisseurs d’accès internet le 20 septembre.

Midi Madagasikara0 partages

Halatra Sprinter : Olona enina no hatolotra ny Fitsarana anio

Araka ny efa notaterina teto amin’ny gazety ny herinandro lasa iny, tena voaporofo ankehitriny fa tena efa jiolahy gaigilahy amin’ny halatra fiara ireo voasambotry ny zandary tamin’ilay Sprinter very teny Ambohidratrimo ka hita tany Ambato-Boeny. Fiara Sprinter iray hafa indray, izay very tamin’ny 18 Jolay lasa teo, no hanolorana azy ireo eo anoloan’ny Fitsarana anio. Olona enina izy ireo no voarohirohy amin’izao raharaha izao ka isan’izany ilay olona nividy ilay fiara tany Mahajanga. Nandritra ny fidinana nataon’ny Zandary avy ao Ambohidratrimo tany Ambato-Boeny raha nanaraka ilay Sprinter very ka hita tany an-toerana  no nahalalan’izy ireo fa misy Sprinter iray hafa mampiahiahy ao Mahajanga. Rehefa naheno izany ny tompon’ity fiara ity, izay mipetraka any Ambatolampy, dia tonga nametraka fitoriana tao amin’ny Zandary tao Ambohidratrimo. Tao aorian’ny fanamarinana natao dia hita fa an’ilay olona tokoa ilay fiara izay mitovy tanteraka amin’ny fomba nangalarana ilay Sprinter  voalohany no nahazoan’ireo jiolahy azy.

Hitsena razana. Ny marainan’ny 18 Jolay dia nisy niantso an-telefaonina ny mpamily ilay fiara. Nilaza ilay niantso fa hanofa ilay fiara mba hitsenana razana eny amin’ny seranam-piaramadina Ivato. Nifanaiky ary ny roa tonta fa eny amin’ny amin’ny mpivarotra voninkazo eny Anosy ny fotoana ny tolokandro. Nony tonga teny ilay fiara dia lehilahy telo avy nividy voninkazo fanao amin’ny maty tokoa no nitsena ilay mpamily.  Roso ary ny dia nankeny amin’ny seranam-piaramanidina. Rehefa nijanona elaela teo amin’ny fiantsonan’ny fiarakodia eny amin’ny seranam-piaramandina dia nilaza tamin’ilay mpamily ireto mpanofa fa mbola ho ela vao ho tonga ny fiaramanidina. Ka mba iandrasana izany dia aleo aloha mandeha mamonjy mpivarotra mba hisotrosotro kely. Taorian’izay, nizotra nankeny amin’ny « Bout de piste » indray ny dia fa hoe mba haka aina kely hono. Teny vao tonga saina ilay mpamily fa hay jiolahy ireto olona entiny. Daroka avy hatrany no nahazo azy. Tsy vitan’izay fa mbola nasiana big-boss sy ranon-tsakay ny masony ary nofatorana. Notsindronina antsy ny feny. Taorian’izay dia naondran’ireo jiolahy tao anaty fiara izy ary nariana teny akaikin’Ambohidratrimo. Olona sendra nandalo no nahita ka namonjy  ity mpamily ity efa reraka noho ny ratra sy ny vono natao azy. Teo vao nampandrenesina ny tompon’ny fiara izay nanatona avy hatrany ny Polisy misahana ny heloka Bevava etsy Anosy. Dia izao niafara tamin’ny nahitan’ny Zandary ny fiara tany Mahajanga izao. Nomarihin’ny Zandary mpanao famontorana fa tsaroan’ilay mpamily tsara fa ireo jiolahy ireo tokoa no nidaroka azy rehefa natoro azy ireto farany nandritra ny nitondrana azy teny amin’ny Fitsarana tamin’ny Zoma. Andrasana noho izany, ny didy havoakan’ny Fitsarana anio. Ireo jiolahy rahateo efa niaiky ny heloka vitany nandritra ny famontorana azy ireo tany amin’ny Zandary.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Andrononobe : Roalahy nirongo basy, nanafika mpivarotra zava-pisotro

Tato ho ato izay dia saika ireo mpivarotra avokoa no lasibatry ny asan-jiolahy. Ny faran’ny herinandro lasa teo, mpivarotra zava-pisotro iray teny amin’iny faritra Andrononobe, kaominina Ankadikely Ilafy iny indray no lasibatry ny jiolahy, izay samy nirongo basy poleta avy. Naratra tamin’izany ny tompon-trano ary vola manodidina ny roa tapitrisa ariary teo ho eo no lasan’ireo tsy valahara ireto. Tsy hariva akory, ary mbola mazava satria dia tamin’ny telo ora folakandro no nanantanterahan’ireto andian-jiolahy ireto ny asa ratsiny, araka ny fanazavana azo avy amin’ny zandary. Tsy dia nisy olona firy teo amin’ity mpivarotra zava-pisotro ity tamin’io fotoana io, ka nanararaotra izy ireo, niditra an-keriny tao amin’ilay fivarotana. Tsy nisy alaharo alaharo fa ny vola avy hatrany no nasesin’izy ireo notakiana tamin’ireo tompon-trano. Niaraka tamin’ny fandrahonana ho faty tamin’ny basy izany. Somary mbola nihenahena tamin’ny fanerena sy ny fandrahonana ilay mpivarotra ka avy hatrany dia nodarohan’ilay olon-dratsy iray tamin’ny vodibasy. Voa teo amin’ny lohany ity farany ary naratra vokatr’izany. Nentin’ny tahotra araka izany ka namoaka ireo vola rehetra tao anaty fitoeram-bola, izay mitotaly any amin’ny roa tapitrisa ariary tany ho any. Tsy vitan’ny vola ihany anefa fa mbola nisy fahana finday izay mitentina eo amin’ny dimy alina ariary eo ihany koa lasan’izy ireo. Sakaosy tao amin’io mpivarotra io ihany no nitondran’ireto jiolahy ireo ny vola sy ny entana azony tao. Nentin’ireto farany ihany koa ny karapanondron’ny mpivarotra hitany tao an-tsena. Mahagaga tokoa fa efa tsy misy tahotra intsony ireo olon-dratsy amin’izao fotoana izao, ary na dia fantatra aza fa somary akaiky mpitandro filaminana iny toerana iny dia mbola sahin’izy ireo ny manatanteraka ny asa ratsiny. Fotoana fohy taorian’ny fanafihana moa no tonga teny an-toerana ny pôlisy sy ny zandary misahana iny faritra iny, nanao savahao ny manodidina. Efa eo am-pikarohana ireto olon-dratsy ireto izy ireo amin’izao fotoana izao.

m.L