Les actualités à Madagascar du Mercredi 12 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara298 partages

Affaire 5 G : Telma contre ARTEC devant le Conseil d’Etat ce jour

La décision du Conseil d’Etat est très attendue dans le milieu des Télécommunications

Après la suspension de l’expérimentation de la 5G et la mise sous scellés de ses équipements, Telma a fait un recours en annulation – assorti d’une demande de sursis à exécution – de la décision d’ARTEC qui relève du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique. Ce qui justifie le recours contre l’Etat malagasy. L’affaire est inscrite au rôle d’audience de ce jour du Conseil d’Etat qui ne va peut-être pas, pas encore, se prononcer sur le fond, c’est-à-dire sur le recours en annulation mais statuer tout d’abord sur la demande de suspension de la …suspension.

Tribunal Administratif. En revanche, l’affaire « Pavillons Analakely » et celle concernant la MBS n’ont pas jusqu’ici, fait l’objet de saisine du Conseil d’Etat. S’agissant d’une décision prise par une Collectivité Territoriale Décentralisée, en l’occurrence, la Commune Urbaine d’Antananarivo, c’est le Tribunal Administratif qui est compétent en cas d’éventuel recours. S’ils n’obtiennent pas gain de cause, les requérants pourront saisir le Conseil d’Etat qui statuera alors en cassation.

R.O

Midi Madagasikara46 partages

Aire Protégée Menabe Antimena : 164 ha de forêts et savanes ravagés par les feux

La crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 touche de plein fouet non seulement les secteurs économiques mais aussi le secteur environnemental.

La preuve, l’Alliance Voahary Gasy, la plateforme des organisations de la société civile oeuvrant pour la protection de l’environnement, a révélé les crimes environnementaux. Dans son magazine trimestriel intitulé « Kilaza » No 4, il y a été soulevé, entre autres, que 164 ha de forêts et de savanes ont été ravagés par les feux durant la période de confinement au sein de l’Aire Protégée Menabe Antimena. Parmi lesquels, environ 30 ha de forêts ont été brûlés dans la commune de Tsimafana, à cause des feux de brousse d’origine inconnue en avril dernier. En outre, 54 ha de forêts sont partis en fumée à Lambokely, un village très étendu au cœur de cette Aire Protégée. Ce crime environnemental s’est produit en juin dernier. Et ce n’est pas tout ! A peu près 80 ha de savane ont également été emportés par les feux. Mais d’aucuns reconnaissent que ce défrichement de forêts ne se fait pas à des fins de subsistance pour la population locale mais c’est pratiqué plutôt par des migrants en provenance des régions du Sud de Madagascar en vue d’une culture sur brûlis de maïs et d’arachide.

17 tonnes de maïs saisies. Il a été évoqué que des exploitants tentent également de faire sortir les récoltes des cultures de maïs et d’arachides de l’Aire Protégée de Menabe Antimena, un vaste écosystème unique de forêts sèches situé sur la côte ouest de la Grande île. A titre d’illustration, trois à cinq camions, 15 à 20 charrettes, et un tracteur par jour sont aperçus dans cette zone pour transporter ces récoltes illégales. « Ces exploitants illicites profitent de la situation de crise sanitaire qui prévaut dans le pays pour faire du défrichement et brûler », a dénoncé Ravoson Nalimanitra, la présidente de FIVE Menabe, une coalition des sociétés civiles locales. Face à cet état de fait, des dispositions ont été prises par les autorités compétentes suite aux descentes effectuées dans ces zones touchées par l’incendie. Ainsi, les feux ont déjà été maîtrisés, a-t-on appris. Des exploitants illicites ont été appréhendés. En outre, de janvier à mai 2020, à peu près 17 tonnes de maïs ont été saisis, d’après toujours les informations publiées dans ce magazine « Kilaza ». Rappelons que le ministère en charge de l’Environnement et du Développement Durable a déjà ordonné la fermeture de toutes les Aires Protégées pour éviter la recrudescence des délits et crimes environnementaux. Mais une chose dont on est sûr, on ne peut les endiguer tant que les cerveaux, autrement dit, les preneurs de ces récoltes de maïs et d’arachides, ne sont pas interceptés.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara32 partages

Recettes douanières : 53% des objectifs de l’année 2020 exécutés en fin juillet

Le DG des Douanes, Ernest Lainkana Zafivanona

Il y aura assurément un regain économique, une fois la crise de Covid-19 passée

La crise sanitaire est toujours là avec son lot d’incertitudes quant au moment exact où elle disparaîtra et  ne sera plus qu’un mauvais souvenir. Mais au vu des résultats obtenus ces derniers mois, tout espoir est permis quant à la possibilité d’une relance économique post-Covid-19.

Performance. Les dernières statistiques douanières laissent présager  que l’économie malgache a, d’une certaine manière, résisté à  la crise. En effet, selon les chiffres donnés par le Directeur Général des Douanes Ernest Lainkana Zafivanona, 1289 milliards d’ariary ont été collectés durant les 7 premiers mois de l’année. Et sur les 2421,6 milliards d’ariary inscrits dans la loi de finances rectificative. Autrement dit, 53% des objectifs de  l’année 2020 sont exécutés à fin juillet. Une performance quand même puisque à fin juillet 2019 qui était une période normale, les recettes collectées étaient de 1526,6 milliards d’ariary. Soit, une variation de collecte de seulement -18%. Une variation due notamment à la baisse  de -14% des recettes sur les produits pétroliers qui ont souffert le plus avec la restriction des déplacements terrestres et aériens. Il en est de même pour les recettes sur les produits non pétroliers qui ont baissé de -27%. En tout cas, ces 53% de taux de réalisation confirment la performance de la douane malgache qui, malgré le confinement a continué sur le chemin des réformes  en renforçant notamment ses procédures comme la brigade canine, ou encore l’unité de contrôle à posteriori. « Le contexte actuel nous a permis d’améliorer nos procédures », affirme le DG des douanes.

Stable. En tout cas, même  si l’on a constaté une baisse des recettes d’exportation, la situation n’est pas encore catastrophique puisque  le taux de couverture de la balance commerciale reste encore stable, comparé à celui de l’année dernière. A savoir : 67% au premier semestre de cette année contre 69% pour la même période, l’année dernière. En somme, le taux de change ne va pas trop souffrir de la situation. Par ailleurs, le volume des exportations des produits miniers et des confections s’est effondré. Mais la perspective d’une reprise des exploitations de nickel et de cobalt d’Ambatovy laisse augurer un retour à la normale. En effet, depuis la baisse des cas de coronavirus dans l’Atsinanana, l’on parle actuellement de cette reprise des activités d’Ambatovy qui joue un rôle important en matière d’apports en devises. Bref, la perspective d’une relance post-Covid est bien réelle. D’ailleurs, la loi de finances rectificative anticipe déjà cette relance.

R.Edmond.

Midi Madagasikara21 partages

Marofototra-Maevatanàna : Ny olona maty, ny omby very

Nisehoana fanafihana mitam-piadiana tany amin’ny tanàna antsoina hoe Marofotra, ato anatin’ny kaominina Maevatanàna faharoa, ny Alahdy lasa teo, tokony  ho tamin’ny 12 ora sy sasany alina. Tokantrano iray no lasibatry ny asa ratsy tamin’io fotoana io. Ankoatry omby lasan-dry zalahy, dia voafira famaky teo amin’ny lohany ihany koa ny tompon-trano, ka maty tsy tra-drano. Jiolahy maromaro tsy voafaritra isa tsy nisy nanao saron-tava ary nitondra basim-borona sy zava-maranitra no tonga nanao ny asa ratsy teny amin’ny fokontany Marofotra. Nanao izay fomba nahafahana niditra tao anaty valan’omby sy ny tao an-trano ireo olon-dratsy vantany vao tonga. Tsy nisy nahita ny fidiran’izy ireo, fa niditra an-tsokosoko tao anaty vala sy trano ireo malaso. Taitra ny tompon-trano raha naheno ny fidirana tampoka tao an-trano, ka teo no nahavoafira famaky azy teo amin’ny lohany. Tampoka be tamin’izy ireo ny zava-niseho ka tsy afaka niaro tena ireto farany. Tsy nisy sahy namaly ihany koa, fa natahotra ny ainy ka voafehin’ireo jiolahy tanteraka ny fanafihana. Izao nahafatesana rangahy efa nahazo taona sy nahazon-dry zalahy omby izay mbola tsy voaray eto am-pelatananay moa ny isan’ireo omby very ireo. Efa nampandrenesina kosa ny miaramila mpampandry tany nanao ny fizahana ifoton’ny tany amin’ilay toerana voatafika, ny rahapitson’ny Alatsinainy indray izy ireo vao tonga tany an-toerana. Mitohy hatrany kosa ny fikarohana ireo dahalo hatramin’izao.

Ratantely

Midi Madagasikara17 partages

Commerce de produits alimentaires : Renforcement du contrôle à tous les niveaux

Tous les produits alimentaires qui sont importés ou produits localement mis en vente sur le marché local, feront l’objet de contrôle par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. En effet, ils doivent avoir obtenu préalablement une Autorisation de mise en commercialisation délivrée par ce département ministériel avant leur écoulement sur le marché. Celui-ci a ainsi avisé les importateurs et les industriels locaux ainsi que tous les acteurs opérant dans le circuit de distribution de ces denrées alimentaires notamment les revendeurs comme les grossistes et les grandes surfaces. Une note faisant un rappel de l’interdiction de la vente de ces produits sans autorisation de mise en commercialisation, a été ainsi publiée le 10 août dernier par la direction générale du Commerce. Les produits qui ne sont pas en position réglementaire feront ainsi l’objet de saisie et retrait du marché à tout moment, a-t-on évoqué. Avant tout cela, un Certificat de Consommabilité doit être délivré par le ministère de la Santé afin d’identifier la composition des produits pour la préservation de la santé des consommateurs.  L’objectif de ce contrôle renforcé à tous les niveaux des produits alimentaires commercialisés consiste à protéger la santé des consommateurs. Ceux-ci sont également sollicités à dénoncer en cas d’identification d’infractions via le numéro vert 034 30 812 34, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara7 partages

Air Madagascar : Vol de rapatriement à partir du 15 août

La compagnie aérienne nationale Air Madagascar commence l’opération de rapatriement des ressortissants et résidents malgaches à l’extérieur.  « Faisant suite à la déclaration de la Présidence de la République en date du 09 août 2020 sur la situation des ressortissants et résidents de Madagascar bloqués à l’extérieur du pays depuis le début de la crise sanitaire causée par la Covid-19, des vols pour leur rapatriement seront mis en place durant ce mois d’août. L’exécution opérationnelle de ces vols a été confiée à la compagnie Air Madagascar en étroite collaboration avec le Ministère des Affaires Etrangères de Madagascar », indique un communiqué de la compagnie. Le premier vol de rapatriement au départ de l’extérieur vers Madagascar est programmé comme suit: SAMEDI 15 AOUT 2020: PARIS –MARSEILLE –ANTANANARIVO. Des vols de rapatriement depuis d’autres destinations sont en cours de mise en place et le programme sera communiqué dès cette mise en place finalisée. Les personnes concernées sont invitées à approcher l’ambassade et/ou la représentation diplomatique de Madagascar pour procéder à leur inscription sur la liste de rapatriement. Seules ces entités officielles sont habilitées à recueillir les inscriptions et à établir les listes de rapatriement. Aucune inscription ne pourra ainsi être effectuée ou reçue au niveau des agences Air Madagascar.

La compagnie Air Madagascar contactera ensuite les personnes inscrites sur les listes communiquées par les autorités pour les informations concernant les modalités de leur voyage. S’agissant de vols spéciaux de rapatriement et donc non-commerciaux, des tarifs spécifiques seront établis en fonction des liaisons effectuées sur un même vol de rapatriement, un tarif unique sera appliqué. Les tarifs applicables sont disponibles auprès des ambassades et consulats de Madagascar. L’achat des billets pourra s’effectuer:-soit auprès des agences Air Madagascar «Avenue de l’Indépendance» et «La City»-soit par paiement à distance auprès des numéros d’assistance téléphonique d’Air Madagascar suivants:+261(0)34 49224 00+261 (0)34 49224 01+261 (0)34 49224 02.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara6 partages

Etats-Unis et COVID-19 : 5 millions de dollars pour 323.000 personnes de familles vulnérables

Le gouvernement américain a remis des dons à 323.000 personnes de familles vulnérables dans certaines grandes villes du pays. (Photo fournie)

A  l’instar  des autres gouvernements , celui des États-Unis, par l’intermédiaire de l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), répond à la situation COVID-19 à Madagascar en fournissant 5 millions de dollars pour soutenir les transferts d’argent liquide qui permettront aux familles vulnérables des villes les plus touchées d’avoir suffisamment à manger. Le programme de transferts d’argent liquide fait partie d’une stratégie développée par le gouvernement de Madagascar et gérée par l’Office national pour la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, et soutenue par un groupe de travail de partenaires internationaux.Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) gère et distribue ce programme d’aide américain, qui répondra aux besoins alimentaires et nutritionnels de plus de 323. 000 personnes dans les villes d’Antananarivo, Fianarantsoa, Toamasina, Moramanga, Taolagnaro et Manakara. Chaque famille recevra un transfert mensuel de 100. 000 MGA, pour une période de deux mois. Selon les explications de l’ambassadeur américain Michael P. Pelletier « Nous voulons soutenir la sécurité alimentaire des familles vulnérables dans le besoin, et aussi donner un coup de pouce aux entreprises locales ». Et d’ajouter que « Grâce à ces transferts d’argent, les familles pourront acheter de la nourriture et des biens de première nécessité sur le marché local, soutenant ainsi les entreprises de quartier et l’économie ».Impact socio-économique. Alors que la pandémie COVID-19 évolue, Madagascar a pris les mesures de santé publique nécessaires pour fermer partiellement certaines villes afin de freiner la propagation du virus. L’impact socio-économique du confinement est particulièrement ressenti par les ménages urbains pauvres sans revenus stables. Les restrictions de mouvement affectent leur capacité à travailler et à nourrir leur famille. Le programme de bons d’achat donne la priorité aux personnes travaillant dans le secteur informel et provenant de ménages avec de jeunes enfants ou des membres de la famille âgés ou handicapés. De son côté,  Moumini Ouedraogo, directeur de pays du PAM a fait savoir que « nous donnons la priorité à ces familles car ce sont celles qui ont le plus de mal à accéder à la nourriture en raison des effets socio-économiques de la pandémie ».  En plus de l’annonce d’aujourd’hui, le gouvernement américain a soutenu la réponse du gouvernement de Madagascar à la pandémie COVID-19 en donnant précédemment 2,5 millions de dollars pour soutenir les activités sanitaires d’urgence et en réaffectant 2,2 millions de dollars supplémentaires d’activités prévues dans le cadre des projets sanitaires de l’USAID.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

Rapatriement des Malagasy : Les plus vulnérables sont prioritaires

Les personnes présélectionnées pour faire partie de la première vague de rapatriement sont directement contactées, par l’ambassade à Paris, via mail.

L’Etat va organiser un vol spécial par semaine pour rapatrier les malagasy bloqués à l’extérieur. La première vague quittera l’Europe la semaine prochaine.

Les représentations diplomatiques recevront les signalements des malagasy, mais Antananarivo s’occupera du bouclage de la liste des passagers prioritaires dans les vols spéciaux qui seront organisés par l’Etat pour les rapatrier à partir du 15 août prochain. Les noms seront décidés au niveau du ministère des Affaires étrangères. « L’identité des personnes qui rentreront en premier, sera déterminée par le département central du ministère des Affaires étrangères », a précisé un communiqué du ce ministère, hier. La liste définitive sortira alors du ministère à Anosy sur « la base de ce critère de vulnérabilité », indique-t-on. Concernant par exemple, le cas des malagasy bloqués en France, ils sont des missionnaires, stagiaires, fonctionnaires, personnes en évacuation sanitaire, touristes, étudiants présentant des preuves de vulnérabilité extrême, qui se sont manifestés auprès de l’ambassade à Paris pour souhaiter retourner au pays, lit-on sur leur page facebook.

Mars. Les signalements auprès des ambassades se sont déjà opérés depuis le mois de mars dernier. « J’ai déjà envoyé des mails auprès de l’ambassade de Madagascar à Paris, depuis le mois de juin, pour manifester mon souhait de rentrer au pays », nous a confié une malagasy bloquée dans le sud de la France. Depuis la crise sanitaire qui a provoqué la fermeture des frontières, les représentations diplomatiques du pays, particulièrement celles qui sont en Europe, ont été débordées par les messages de signalements. La situation est telle que l’ambassade à Paris a sorti sur les réseaux sociaux, un avis rappelant les malagasy à « ne pas renvoyer de multiples mails (ni nous téléphoner d’ailleurs) qui ne fera que congestionner davantage les boîtes e-mails et par la même occasion, retarde le traitement des mails ».

Contre-test. Même si la situation de l’épidémie en Europe est déjà stabilisée, les malagasy qui vont rentrer devront toujours se soumettre à des contrôles sanitaires spécifiques. Selon le ministère des Affaires étrangères, les passagers à bord de ces vols spéciaux d’Air Madagascar devront présenter avant leur embarquement, un résultat de test PCR négatif qui est réalisé 72h avant. Une fois à Ivato, ils subiront un contre-test à leur arrivée et seront mis systématiquement en quarantaine « pendant 4 jours au maximum ».

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Madagascar reçoit une aide du Japon

Le Japon montre son soutien pour Madagascar dans cette lutte contre l'épidémie en octroyant une aide financière. Il s'agit d'une somme d'un million deux cent mille dollars, de l'assistance publique au développement du Japon.
Ceci se rajoute à l'aide octroyée par l'association française du développement ( AFD) la semaine dernière, pour la lutte contre le coronavirus également. L'union européenne a aussi fait sa part, avec une somme de 5 millions d'euros, pour la lutte contre l'épidémie mais aussi pour la sécheresse. Cette dernière est spécialement destinée au grand Sud de Madagascar.
Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana ireo mararin’ny Covid 19Tonga ny « concentrateurs d’oxygène » 1095 isa

Tonga omaly teny amin'ny seranam-piaramanidina Ivato ny andiany faharoa amin'ireo « concentrateurs d'oxygène » miisa 1095, tohin'ireo efa tonga tamin'ny 09 Aogositra 2020 lasa teo.

 

Hisitraka izao fampitaovana izao avokoa ireo hopitaly lehibe rehetra manerana ny Nosy izay mandray ireo mararin'ny Covid-19. Tanjona voalohany ampiasana ireo fitaovana ireo ny hanafoanana tanteraka ny isan'ireo aina hafoy amin'ny valanaretina "Coronavirus" noho ny tsy fahampian'ny fitaovam-pitsaboana araka ny efa nambaran’ny Filoha, hoy ny Minisitry ny fahasalam-bahoaka Pr Ahmad Ahmad. Ny Minisitry ny fahasalamana sy ny Mpandrindra ankampobeny ny CCO Covid-19 dia ny Jeneraly Elack Olivier Andriankaja moa no nitarika ny delegasionina nitsena ireo fitaovana vao tonga ireo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Covid 19Nanolotra 1,2 tapitrisa dolara ny Japoney

Nanolotra 1,2 tapitrisa dolara ny Governemanta Japoneyhanampiana ny ady atao amin’ny covid-19 eto Madagasikara.

 Hatokana amin’ny fiarovana sy ny fanaraha-maso ny fivoaran’ny valanaretina, fandraisana an-tànana ireo voa, ary hanampiana ireo laboratoara io vola io. Misy ihany koa ny fanampiana ara-pitaovana toy ny fiarovana (EPI) ho an’ireo miantsehatra mivantana, miampy “extracteurs d’oxygène sy « réspirateurs de réanimation » handraisana an-tànana ny marary. Nanomboka ny taona 1992 dia mahatratra 24 tapitrisa dolara eo ny fanampiana nentin’i Japon ho an’ny tontolon’ny fahasalamana teto Madagasikara, araka ny tatitra.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Amoron’i ManiaDistrika 4 nahazo fitaovana hiadiana amin’ny Covid 19

Ireo Ministra mianadahy miahy ny Faritra Amoron i Mania dia ny Mpitahiry ny Tombokasem panjakana,

 

 Johnny Richard Andriamahefarivo, sy ny Ministry ny Tontolo iainana, Baomiavotse Vahinala Raharinirina, no nanatitra nivantana an’ireo entana samihafa hanampiana ny Distrika 4 amin ny ady atao Amin ny covid 19 avy amin ny Filoham pirenena Malagasy sy ny fitondram-panjaka tarihany. Voazara mitovy izany afa- tsy ireo manokana ho an ny Distrika efa misy ny aretina ka velom-bolo ny distrikan’i Fandriana nahazo ny anjarany izay nisy : . « Concentrateurs d'oxygène », CVO, « Pulvérisateurs » sy« Virokil », . Fanafody, arotava, DLM sy savony ary Vola .

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19Olona iray sisa tsaboina ao Fenoarivo atsinanana

Olona iray sisa tsaboina ao amin’ny CHRD Fenoarivo atsinanana, raha ny mikasika ny valanaretina COVID 19 no asian-teny,

 

 hoy ny fampitam-baovao voaray. Efa sitrana ihany koa ireo marary voasoratra ho isan’ireo voatily ao Sainte Marie, Soanierana ivongo ary Vavatenina. Mitohy ny fitiliana amin’ny alalan’ny fakana ra ao Analanjirofo. Amin’ny alalan’ny famatsiam-pitaovana na Kits Gen expert moa no hanatontosana izany, raha ny fampitam-baovao hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsy TsinjoMitohy ny fanisana ireo tokantrano eny Avaradrano

Anisan’ny faritra sahanin’ny Ministeran’ny Fitaterana, ny Fizahantany ary ny Famantarana ny toetr’andro (MTTM), ny kaominina Sabotsy Nahemana, ao anatin’ny distrikan’Avaradrano.

 

Nitohy omaly ny fanisana ireo tokantrano eo anivon’ireo fokotany 17. Amin’ny alalan’ny fizarana ny antotan-taratasy isa-tokatrano no hanatanterahina ny asa. Natao hanatsarana sy hanamorana ny fizarana ny « Vatsy Tsinjo » ho an’ny tokatrano rehetra ity hetsika fanisam-bahoaka izay tanterahin’ireo mpiasan’ny MTTM ity. Ankoatra ny kaominina Sabotsy Namehana izay ahitana mponina maherin’ ny 15 000, dia anjara andraikitry ny MTTM ihany koa ny kaominina Ankadikely Ilafy izay misy fokontany miisa 18 ary mponina maherin’ny 20 000, ary ireo fokontany miisa 5 (Alarobia Amboniloha, Androhibe Agana, Soamandraka, Ivandry, Morarano) ao anatin’ny Boriboritany faha-5 eto andrenivohitra.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ampitatafika50 isam-pokontany no hahazo ny sosialim-bahoaka

Olona 50 isam-pokontany ihany no fantatra fa hahazo ilay fanampiana sosialim-bahoaka mampimenomenona ny maro ho an’ny kaominina Ampitatafika, distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Io no tatitra farany azon’ny delege ao an-toerana raha araka ny fanazavan-dRandrianarivony Jocelyn,

lefitra voalohan’ny Ben’ny tanana ao an-toerana ka miisa 650 isa araka izany ireo hisitraka izany manerana ny Fokontany 13. Ny olana anefa hoy hatrany ity lefitry ny Ben’ny tanana ity dia ny hanazavana izany amin’ny vahoaka, indrindra taorian’ny nandrenesan’ny rehetra ny tenin’ny Filoham-pirenena teny Bemasoandro Itaosy izay nilaza fa hahazo sosialim-bahoaka avokoa ny rehetra, eny fa na dia ireo tsy manana karnem-pokontany aza. Noraisina haingana ny fepetra araka izany ho an’ity kaominina ity mba tsy hisian’ny korontana sy ny fifanomezan-tsiny ka nisy ny fivoriana izay niarahana tamin’ireo sefom-pokontany miisa 13 sy ny delege afak’omaly. Ankoatra izay dia efa nandray fepetra ihany koa ny kaominina fa hiara-kiasa amin’ny mpitandro ny filaminana avy any Fenoarivo mandritra ny fizarana hisorohana ny korontana mety hitranga. Nomarihin’ity lefitry ny Ben’ny tanana ity moa fa ny ministera no tena tompon’antoka amin’ny vatsy Tsinjo sy ny sosialim-bahoaka saingy na izany aza mbola tsy tonga any amin’izy ireo ny fanisana. Ny Association seconde chance sy ny FID kosa no mandray an-tanana ny resaka Tosika Fameno ka olona miisa 3373 hatreto no efa nahazo izany. Tsy misy idiran’ny kaominina sy ny Fokontany araka izany hoy hatrany ity lefitry ny Ben’ny tanana ity ny resaka fanampiana fa ny fandrindrana sy ny fandaminana izany no andraikitr’izy ireo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafodin’ny Coronavirus106 000 000 Ar no natontona tamin’ny CSB II

Nanamafy ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka fa maimaimpoana ny fitsaboana (fizahana sy fanafody) ireo olona ahiahiana na voamarina fa mararin'ny "Covid-19",

 

na eny anivon'ny Tobim-pahasalamana fototra (CSB 2) izany na eny anivon'ny Hopitaly lehibe sy ireo "centre" manokana natsangana handraisana an-tanana ireo olona mararin'ny "Covid-19" manerana an'i Madagasikara. Tsy manao ambanin-javatra ny fahasalamantsika ny fitondram-panjakana sy ny Ministeran'ny fahasalamam-bahoaka, hoy ny fanambarana. Nahatratra 106.000.000 Ariary ny vola natokana momba ny fanafody nandraisana an-tanana ireo olona mararin'ny "Covid 19" tao amin'ny "Pharmacie CHUJRB" fotsiny, ny volana aprily ka hatramin'ny volana jolay lasa teo, hoy ny tatitra. Ireny ve ilay nampidirana ny anarana sy lokon’ny Fikambanana Fitia sa hafa mihitsy? Santionany ihany io noraisina ho ohatra io, fa tsy latsa-danja amin'io ny fandaniana eny anivon'ireo toeram-pitsaboana hafa mandray an-tanana ny "covid-19", raha ny fanazavana haatrany. Resintsika io, izay no tanjona iraisana. Manentana antsika vahoaka hatrany ary hanaraka ireo lamina sy fepetra noraisin'ny Fitondram-panjakana. Arovy ny tenanao ary arovy ihany koa ny hafa. Malagasy mifanohana, mandresy ny "coronavirus", hoy ny fanentanana. Asa na fiarovana sy fanomezana ohatra tsara ireny nataon’ny Filoham-pirenena ireny na ahoana fa ny Minisitera kosa tsy sasatry ny manentana.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AmbohijatovoNozaraina akanjo ireo sahirana ara-pivelomana

Mbola betsaka ireo olona tsy manan-kialofana mipetraka amin’iny faritra Ambonin’Ambohijatovo iny, indrindra hatramin’ny nisian’ny fahamehana ara-pahasalamana.

Maromaro ihany koa mantsy ireo tsy nahavita nandoa hofantrano intsony noho ny fahaverezan’asa…. ka lasa nanorim-ponenana eny rehetra eny. Iaraha-mahalala anefa ny hatsiaka amin’ny alina, ny any amin’ny trano misy rindrina aza mbola mangatsiaka, antony nizaran’ny fikambanana Tanora Actif an’i Madagasikara na TAMA fitafiana ho azy ireo. Ny 10 Aogositra lasa teo no nanatanterahan’ny fikambanana izany ka zaza amam-behivavy am-polony no nahazo tombontsoa. Tanjon’ity fikambanana iray ity moa ny hanampy hatrany ireo sahirana ara-pivelomana mpiray tanindrazana, indrindra ao anatin’izao ady sarotra lalovan’ny firenena izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivoaran’ny coronavirus Mihena ny eto Iarivo, mitombo ny any amin’ny faritra

Olona iray teto amin’ny Faritra Analamanga no maty, ka nampiakatra ny isan’ny lavo hatramin’izay ho 152, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly. 115 kosa ny tranga vaovao,

 ka 73 teto Antananarivo (43 Faritra Analamanga, 01 Miarinarivo Itasy ; 29 Vakinankaratra ka 27 tao Antsirabe, 01 betafo, ary 01 Antanifotsy) ; 15 Toamasina (01 Atsinanana, 14 Ambatondrazaka Faritra Alaotra Mangoro) ; 03 Fianarantsoa tany Ambositra Faritra Amoron'Imania ; 11 Mahajanga (10 Mahajanga Faritra Boeny, 01 Antsohihy Faritra SOFIA) ; 13 Toliara (10 Toliara Faritra Atsimo Andrefana, 03 Faritra Anosy ka ny 02 Tsihombey ary 01 Amboasary Atsimo. Fitiliana 655 no nahazoana ireo tranga 115, izay manome taham-pahavoazana 17,55%. Miisa 13317 ny tranga hatramin’izay hatreto. Tsikaritra ho nihena ny tranga teto Analamanga, ary mitombo kosa ny any amin’ny faritra, raha ny vokatry ny tatitra omaly.

NIAMPY 16 IREO MARARY MAFY

265 ny olona sitrana vaovao omaly, ka 244 teto Antananarivo, 09 Toamasina, 03 Fianarantsoa, 04 Mahajanga, 05 Toliara. 11276 kosa ny hatramin’izay, ka 84,67% ny taham-pahasitranana. Miisa 1889 na ny 14,18% no mbola manaraka fitsaboan. Niampy 16 ireo "forme grave" ka 98 izany amin’izao fotoana izao. Ny 68 eto Analamanga, 08 Vakinankaratra (Antsirabe), 12 Faritra Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 04 Atsimo Andrefana (Toliara), 06 Boeny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

TsenaHaraha-maso akaiky ny kalitaon’ny entana

Ankoatra ny fanaraha-maso ny vidin’entana eny an-tsena sy ny fitsirihana ireo manafina na mikasa hanafina entana dia ho araha-maso ihany koa ny kalitaon’ireo entana amidy rehetra eny an-tsena ao anatin’izao ahamehana ara-pahasalamana izao.

Araka ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny indostria, ny varotra ary ny fampiroboroboana ny indostria na ny MICA dia ho amafisina indrindra io fitsirihana ny lafiny kalitao io. Mila manana ny sertifikam-panjifana avy amin’ity ministera ity ireo mpivarotra, hoy hatrany ny fanamarihana. Fepetra noraisina izy io mba hanampy ny fitandrovana hatrany ny fahasalaman’ireo mpanjifa ao anatin’izao valanaretina mbola miparitaka izao. Eo ihany koa anefa ny fampitomboana ny lanjan’ilay fahazoan-dalana manokana momba ireo entana azo amidy na AMC, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ireo marefoHanolotra 100 000 ariary mandritra ny roa volana ny Amerikanina

Ny governemanta amerikanina, tamin’ny alalan’ny sampandraharaha Amerikana ho amin’ny fampandrosoana iraisam-pirenena (USAID) dia nanolotra vola 5 tapitrisa dolara hanohanana ny “programme de transfert monétaire” na ny fandaharan’asa fandefasana vola,

 ho an’ny olona miisa 323.000 eto amin’ny tananan’ Antananarivo, Fianarantsoa, Toamasina, Moramanga, Taolagnaro, ary Manakara.Ny Fandaharan’asan’ny Firenena Mikambana momba ny Sakafo (PAM) no mitantana sy mizara io fanampiana amerikanina io. Isan’ny paik’ady novolavolain’ny governemanta eto Madagasikara ny “programme de transfert monétaire ” ka hisitraka vola 100 000 ariary mandritra ny roa volana ireo fianakaviana voakasika amin` izany. Ity tetikasa ity dia hanao laharam-pahamehana ireo olona miasa amin’ny sehatra tsy ara-dalàna, izay avy amin’ny fianakaviana ahitana ankizy na beantitra na olona misy fahasembanana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusHitan’ny Rosianina ny vaksiny

Vaovao nanakoako naneran-tany nanomboka omaly ny fanambaran’ny Firenena Rosianina fa nahita vaksiny hahafa-miady amin’ny valanaretina coronavirus. Ity no vakisinin'ny covid-19 nolazaina ampahibemaso voalohany, izay nomena ny anarana "Spoutnik V".

 

Nilaza ny Filoha Vladimir Poutine fa tena mandaitra satria isan'ny nanandramana azy ny zanany vavy. Nambaran’ny minisitry ny fahasalamana fa mamokatra “immunité durable” na fiarovana maharitra ity vaksiny ity, izay 2 taona eo ny faharetany. Firenena 20 no efa nanao famandrihana mialohan’ny fotoana na « pré-commande” ka 1 miliara fatra amin’ny vaksiny novolavolain’izy ireo, hoy i Kirill Dmitriev, Tompon’andraikitra ambony Rosianina. Amin’ny volana septambra no voalaza fa hanombohan’ny famokarana ara-indostrialy. Amin'ny 01 janoary 2021 anefa no vina tena hanombohan’ny fipariahan’ity vakisiny ity.

MIAHIAHY NY OMS

Somary niahiahy noho ny fihazakazahan’ny Rosianina nanambara ny fahombiazan’io vaksiny kosa ny OMS satria ny faran’ny volana jolay teo dia mbola tao anatin’ny “Phase I”. Nilaza kosa I Rosia fa efa nisy fitiliana tamina marary an-jatony, ka tao anatin’ireo zanaky ny Filoha Poutine efa noresahina tetsy ambony. Niantso ny fanarahana ny dingana rehetra kosa ny OMS. Hanomboka anio alarobia ny dingana farany na “Phase III” hanandramana ny “Spoutnik V” hatao amina mpilatsaka an-tsitrapo an’arivony.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Efa tena tsy zaka ny krizyMangataka ny hiasa ireo mpikarakara lanonana

Nivory teny amin’ny Kianjan’ny Kanto Mahamasina ny mpanakanto sy ny mpisehatra rehetra eo amin’ny fikarakarana lanonana omaly 11 aogositra. Namoaka volavolan-kevitra hiraisana handinihana ny olana ateraky ny Fihibohona.Ventin-

kevitra niraisana ny hanokafana ny asa sy fangatahana fanampiana avy amin’ny fanjakana, ary fangatahana fampindramam-bola. Natrehan’ireo solontem-panjakana avy amin’ny Ministeran’ny Kolontsaina ka asa izay ho setriny sy tohiny satria ny Filoham-pirenena ny alahady teo dia naneho fa mbola tsy azo atao ny mamory olona mihoatra, mbola mikatona ny toeram-pilanonana,…. Manantena izahay fa mba hijery hijery akaiky ny fasahiranana mianjady ny tontolon’ny fanaovana sy fikarakarana lanonana ianao Atoa Filoha hajaina, hoy kosa ireo mpanakanto sy mpandraharaha, izay efa 5 volana izay no nizakana ny mafy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

FahasahirananaBetsaka ireo mpanofa trano voaraoka

Tranga maro no iainan’ny vahoaka Malagasy nandritra ity fihibohana nateraky ny fiparitahan’ny COVID 19 teto amintsika ity.

 

Ankoatra ny tsy fihinanan-kanina ara-dalana intsony dia tsy tambo isaina ireo very asa. Tsy lazaina intsony ireo nanadaboka ny fianaran-janany ho amin’ny taona ho avy mihitsy noho ny tsy fananana fahafahana amin’ny fandoavana ny saram-pianarana, indrindra fa ho an’ireo mampiana-janaka amin’ny sekoly tsy miankina. Ireo azo hiafiana ihany fa ny tena loza dia betsaka ihany koa ireo voaraoka tamin’ny tranony noho ny tsy fahafahana nandoa hofan-trano ara-dalana intsony. Raha araka ny resaka nifanaovana tamina tompon-trano iray dia misy amin’ireo mpanofa no tsy nandoa hofan-trano intsony hatramin’ny volana aprily no mankaty. Ho an’ity tompon-trano ity anefa dia ny hofantranony no hividianany sakafo hanina isan’andro hany ka voatery nandroaka izy. Tsy misy intsony ny fampiomanana hoy izy na ny “préavis” satria efa efa-bolana izao ny hofantrano no tsy voaloha izay tsy hantenaina intsony ka aleo hafoy tanteraka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AnalamangaHatramin’ny 8 ora alina no afaka mividy solika

Noferan’ny avy eo anivon’ny sampan-draharaha Malagasy misahana ny famatsiana solika na OMH ho hatramin’ny 8 ora alina ny fahafahana mamatsy solika eny amin’ireo tobin-tsolika eto Analamanga manomboka izao.

 

Omaly no nanitsiana izay rindran-damina izay, raha ny fampahafantarana avy eo anivon’ity rafitra ity. Voakasik’izay famerana hatramin’ny 8 izay ihany koa ireo vokatra solitany rehetra. Ho an’ireo entana hafa sy tsy misy hifandraisany amin’ny solitany kosa dia hatramin’ny 5 ora hariva no namerana ny fanjifana azy ireny, raha ny toromarika hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra ItasyHametraka paikady iadiana amin` ny halatr’omby

Miverina manjaka ny halatra omby eto Madagasikara ary maro dia maro ny fitarainana momba izany.

 

Manoloana izany dia namory ireo lehiben’ny mpitandro filaminana ao amin’ny faritra Itasy ny governoram-paritra any an-toerana. Nambarany fa vonona hanome tolo-tanana amin'ny fanatanterahana izany ny tenany. Nofaritana niaraka ireo paikady hiatrehana ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana amin'ny ankapobeny ary ny ady amin'ny halatr'omby. Hamafisina, araka izany, ireo hetsika manokana manoloana ny fitombon'ny halatr'omby miseho tany amin' ity faritra tato ho ato. Ankoatra izay dia nampatsiahy ihany koa ny governora ny amin'ny tsy maintsy hanaovana ezaka manokana amin'ny fampiharana ny fepetra hiadiana amin'ny valan'aretina Coronavirus ary ao anatin'ny fanajana ny Zo maha-olona no hanatanterahana izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ambararata SoavinandrianaTelo mianaka novelesin’ny jiolahy tamin’ny kobay

asan-jiolahy tao Ambararata Soavinandriana Itasy ny alin'ny 11 jolay lasa teo.

Zavatra maro loha no lasan’ireo jiolahy tamin’izany toy ny vola mitentina 350.000 Ar, lamba fitafy, akoho amam-borona, finday... Tsy nipetra-potsiny anefa ny tompon-trano nandritra izany fa nanohitra ka olona 3 mianaka no naratra. Raha araka ny fantatra dia novelesin’ireo jiolahy tamin’ny kibay izy ireo. Na izany aza jiolahy roa ihany koa no voa ka ireto farany no nataon’ny mpitandro ny filaminana fanadihadiana nahatrarana ireo namany hafa. Niaiky ny heloka vitany izy ireo ary nanondro ny namany hafa miisa 6 sy mpiray tsikombakomba roa nahavitana izap fanafihana sy fandratrana olona izao. Efa naiditra am-ponja vonjimaika moa izy fololahy ireto raha efa tafaverina soa aman-tsara any amin’ny tompony kosa ireo entana very.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny marefoNataon’ilay Polisy vavy tsy nahahetsika ilay mpanendaka

Ramatoa iray nitondra finday no lasibatry ny mpanendaka tao akaikin'ny Sacré Coeur Beryl Rose Toamasina omaly.

Tsy nampoizin'ilay mpanendaka anefa fa tsikaritry Polisy teo manodidina ny fihetsika sy ny herisetra nataony tamin’ilay ramatoa. Vao niseho izany dia niditra an-tsehatra avy hatrany ny Polisy vavy iray nisambotra sy nifehy an’ilay mpanendaka ka tsy nahafahany nandositra. Rehefa tratra ilay mpanendaka dia nanomboka nitangorona ny olona ary efa saika niharan'ny fitsaram-bahoaka ilay olon-dratsy raha tsy noentin'ilay Polisy haingana tany amin'ny kaomisaria. Polisy avy ao amin'ny BFP (Brigade Féminine de Proximité) ilay vehivavy ary anisany asan'izy ireo ny fiarovana ireo olona marefo toy ny zaza amam-behivavy sy ireo zokiolona.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana sy FanadinanaTsy misy fanazavana, tsy hita ny minisitra…

Sahiran-tsaina amin` ny fandefasana ny zanany any an-tsekoly ny ankamaroan` ny ny ray amn-dreny. Mitaintaina izy ireo mahakasika ny zanany hoe hanao ahoana ny ho fahaizan` ny zanany vokatry ny fampiatoana ny fampianarana matetika.

 

 Etsy ankilany, nivoaka ireny ny tetiandrom-panadinana ara-panjakana ka ny fanadinana CEPE no hisantatra izany amin` ny fiandohan` ny volana septambra. Tsy ahitan-teny mahakasika ny fotoana hiverenan` ny mpianatra an-tsekoly anefa ny eo anivon` ny ministeran` ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianara teknika ary arak-asa (MENETP). Raha ny fantatra dia mbola any Mahajanga ny minisitra mpisolo toerana, Beatrice Assanacou , ary efa ho iray volana maninjitra izay. Marihana fa ny MENETP no misahana ny fanomanana ny fanadianana CEPE sy BEPC. Tsara ihany koa no manamarika fa ireo fanadinam-panjakana BEP sy CAP ihany koa dia eo ambanin` ny fiahian` ity minisitera ity saingy tsy mbola misy datim-panadinana ofisialy. Ny fanadinana bakaloerea kosa dia ny minisiteran` ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiantifika (MESRES) no miandraikitra izany. Miresaka fampianarana hatrany saingy eny amin` ny ankerimanontolo indray, dia fantatra fa ny fidiran` ny mpianatra eny amin` ny oniversite dia amin` ny volana martsa 2021 nefa tsy misy fepetra hafa mifanaraka amin` izany. Etsy andaniny, maro ireo mpianatra tafahitsoka ka tsy tafody any amin` ny ray aman-dreniny. Maro ireo antso nataon` ireo mpianatra amin` ny fizarana fanampiana saingy toa zary lasa vonjy tavanandro fotsiny. Midika izany fa noana sy tezitra ny mpianatra. Tsy fahaizana mitantana ireo minisitera ireo ve no mahatonga izany? Noho izany, ny minisitra Béatrice Assanacou dia mitantana minisitera lehibe sy stratejika kanefa raha izao no mitohy dia ho sarotra ho an` ny mpiara-miasa aminy ny manatona azy noho izy tsy eto an-drenivohitra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

FizahantanyMangataka ny hanokafana ny any Isalo ny mpandraharaha

Toerana manana ny lazany amin’ny fizahantany eto Madagasikara i Isalo, ao amin’ny Kaominina Ranohira, Faritra Ihorombe. Toerana faharoa mahasarika mpizahatany betsaka aorian’i Nosy-Be izy.

 

Voadona mafy tao anatin’izao fahamehana ara-pahasalamana noho ny valanaretina coronavirus izao ny fizahantany ao Isalo. Mahatsiaro tena adino tanteraka ity faritra ity ireo mpisehatra ara-pizahantany ao an-toerana. Tsy mba misitraka fanampiana, tsy misy resaka ny amin’ny hamerenana ny fizahantany ao an-toerana, nefa io no isany iankinan’ny fiveloman’ny mponina ao an-toerana. Mangataka ireo mpandraharaha ao Ranohira Isalo ny amin’ny tokony hanokafana ny fizahantany tahaka ao Nosy-Be, manomboka ny volana oktobra. Manamafy ny fangatahan’ny mpandraharaha ara-pizahantany any Isalo io, ny solombavam-bahoaka voafidy tao Ihosy, Rakotomamonjy Nepatraiky André.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Famaizana miampy fahamaizana

Firifiry moa izany izay ny trano, fonenana, toerana, eny tanàna mihitsy aza no may kila tao anatin’izao fitondrana vao tsy ampy roa taona izao akory? Tsy sanatria fota-mandry

 no tiana hifoha na tantara toa nofy ratsy ihany koa fa ny zava-nisy nolalovana teto amin’ny firenena tao anatin’izay fotoana vitsy izay dia saika nampametra-panontaniana ny maro avokoa. Fa dia nahoana loatra no toa famaizana miampy fahamaizana foana no mitranga? Fanontaniana goavana maha lasa saina izany. Vao voambara teo anivon’ny fitsarana avo momba ny lalampanorenana mihitsy ny fahazoan’izao fitondrana izao alalana hitondra ny tany sy ny fanjakana dia sambany no nanjombona noho izany anton’izany ny lanitr’I Gasikara, hoy ireo mpandinika tamin’ireny fotoana ireny, nahita ilay herika manify nirotsaka teo Ambohidahy. Tao anatin’ny fotoam-pianianana, nirotsaka ny vatobe namoizan’aina olona maro tery Ampahamarinana. Niakatra ny rano tany amin’ireo faritany sasany kanefa tsy rivodoza na tafiotra mahery no nandalo fa ora-nikija naharitra. Enim-bolana teo izay dia saika nahenoana matetika toerana may, araka ilay voalaza teo, teto an-drenivohitra. Ny any amin’ny faritra moa dia mbola ady mafy hatrany ankehitriny ny fananarana ireo olompirenena tsy handoro ala. Tsy nisy fiovana na ny fomba fanao politika na ny tolo-bahaolana sy tekinika enti-manarina ity firenena ity fa dia saika ny eo ihany no miodinkodina ary na ilay fanahiana hampandova dezaka ny taranaka aza toa tsy mbola voasoroka fa vao miha mitady hiitatra vokatr’izao fampandeferana soatoavina anaty fahamehana izao. Tonga indray koa ity ny aretina izay afaka andro vitsy sisa dia feno ny 5 volana tsy nahafehezana azy. Loza miampy loza, famaizana miampy fahamaizana toy izany foana ve izany no mbola hiainana eto mandritry ny 3 taona mahery ho avy, sanatria ny vava? Na ireo tetikasa isan-karazany an’ny fanjakana aza mampametra-panontaniana ny fahafaha-manatontosa azy sy ny soa mety ho rantovin’ny vahoaka aminy ary saika miato atenatenany hatrany hatreto. Sao dia mba mila fandinihan-tena faobe ihany aloha mba hahafahana mifamela sy miara-mikaro-bahaolana?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Basket 3 x 3Foana ny Fiadina ny tompon-dakan'ny Afrika

Noho ny valan’aretina Covid 19 dia nanapa-kevitra ny mpampiantrano sy ny manampahefana ao Ouganda fa hofoanana ny fifaninanana basekety

 

 : “FIBA 3x3 Africa Cup 2020” izay nokasaina hatao ny 19 - 22 Novambra 2020 any Kampala. Marihana fa ny ekipa Malagasy dia efa niomana hatrany amin’ny fandraisana anjara amin’ity Basket 3 x 3 ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaTafapetraka ireo tompon’andraikitra ambony vaovao

Tontosa tamim-pirahalahiana omaly 11 Aogositra 2020 maraina ny fifamindram-pahefana teo amin’ireo tale isan-tsokajiny eo amin’ny Ministeran’ny filaminam-bahoaka izay vao voatendry tamin’ny filankevitry ny Minisitra farany teo. Ny

 

Contrôleur Générale de Police Rajaoanarison Jose Andrianasolo handray ny toerana maha Directeur de l’Inspection Générale de la Police Nationale nisolo ny Contrôleur Générale de Police Randriananjoanimanana Georges Joel, handeha hisotro ronon. Directeur de la Police judiciaire ny Contrôleur Générale de Police Hajanomena Fanja Razatovo nisolo ny Commissaire Divisionnaire de Police Seraly Hercule izay voatendry ho talem-paritry ny filaminam-bahoaka any Menabe; Directeur de l’Ecole Nationale Supérieure de la Police ny Commissaire Divisionnaire de Police Andrianirinarivelo Jean Yves Remis nisolo ny Commissaire Divisionnaire de Police Randriambelo Mandimbin’ny Aina Mbolanoro tale teo aloha izay voatendry ho talen’ny Kabinetran’ny Ministeran’ny Filaminam-bahoaka ; Directeur de Systèmes d’Information et des transmissions ny Commissaire Divisionnaire de Police Randriamampianina Harinaina Samisoa nisolo ny Commissaire Divisionnaire de Police Andriamanantsoa Zakatiana Piere Donatien teo aloha izay voatendry ho talem-paritry ny filaminam-bahoaka Anosy ; Directeur de la Programmation, du Suivi et de l’Evaluation ny Commissaire Principale de Police Vavilaina Clarisse Marie Elisabeth, vaovao handray ny toerany sy ny Commissaire Divisionnaire de Police Ramamonjisoa Mamy Tahina Zo izay voatendry ho any amin’ny toeran-kafa. Naneho izy ireo fa vonona hanohy ny ezaka efa vita ary hampiakatra avo ny voninahitry ny polisim-pirenena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Foloalindahy MalagasyRoa sisa ny “général de corps d’armée” am-perinasa

Tonga nanao veloma ny Jeneraly Rakotonirina Richard, Minisitry ny Fiarovam-pirenana ny Jeneraly Rakotozafy Dominique, Minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha izay handeha hisotro ronono.

 

 Nisaotra sy nankasitraka azy tamin’ny zava-bitany teto anivon’ny Tafika sy ny sehatry ny Fiarovam-pirenena ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena ankehitriny raha nandray azy tao amin’ny toeram-piasany tamin’ny fiandohan’ity herinandro ity. Ankoatra ny naha minisitry ny fiarovam-pirenena azy ny taona 2014-2016 dia efa nisahana andraikitra maro samihafa ity jeneraly ity nivoaka tamin’ny andiany faha-11 ity. Ankehitriny dia ny Jeneraly Rakotonirina Richard no hany « Général de Corps d’Armée » am-perinasa eo anivon’ny Tafika Malagasy. Efa lasa nisotro ronono ny Minisitry ny fiarovana telo aloha mitovy laharam-boninahitra taminy, dia ny Jeneraly Béni Xavier Rasolofonirina, ny Jeneraly Roger Ralala, efa minisitry ny fiarovana ary sekretera jeneraly teo anivon’ny Fiadidian’ny Repoblika. Iray ihany koa ny “Général de corps d’armée » mbola am-perinasa, ho an’ny zandarimariam-pirenena, dia ny jeneraly Richard Ravalomanana, Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria satria efa lasa nisotro ronono ny Jeneraly Didier Paza, Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria teo aloha, ny Jeneraly Herilanto Raveloharison Minisitry ny toekarena teo aloha.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ny Rado RafalimananaHandeha tongotra hiasa ho firaisankina amin’ny Vahoaka

Hiverina hiasa i Ny Rado Rafalimanana iray volana sy herinandro taorian’ny nahazoany fahafahana vonjimaika ka nivoahany ny fonjan’Antanimora nitazomana azy telo volana nanomboka ny 2 aprily 2020.

 

 Hanomboka anio alarobia 12 aogositra io fiverenana miasa io. Nanapa-kevitra ny tenany fa tsy hampiasa fiara fa hanao dia an-tongotra hamonjy ny toeram-piasany any amin’ny 7km. Ho fiaraha-mientana mandritry ity fihibohana ity, sy ho firaisankina amin’ny Malagasy mpiray tanindrazana tsy misitraka fitateram-bahoaka Taxi-Be noho ny tsy fisiany, no antony araka ny filazany. « Raisintsika ho fijery miabo hatrany ny tranga rehetra koa ho lasa fanatanjahantena vita ho azy no sady miaradia amin’ny valalabemandry », hoy ny filohan’ny ONG Ny Fanahy no maha olona.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampodiana ireo Malagasy taraiky any FrantsaNanome sosokevitra ny Masoivoho Malagasy

Nanome sosokevitra ny amin’ny tokony hividianan’ireo Malagasy taraiky any Frantsa maniry hody an-tanindrazana tapakilam-piaramanidina vaovao ny ambasadaoro Malagasy miasa sy monina any an-toerana, Rija Rajhonson. Azo atao, hoy ny fanazavana,

 

 ny mitaky ny famerenana ny vidin’ireo tapakila teo aloha na inona na inona kaompania nanaovana ny famandrihana. Nanamarika anefa ity masoivoho ity fa tsy mahalala ny mombamomba ireo dingana tokony harahana hitakiana izany saingy mampahalala vaovao ihany kosa. Anjaran’ny rehetra no manatona ireo kaompania nanaovany famandrihana tapakila hitakiany izay famerenam-bola izay. Nampahafantatra moa ity masoivohon’i Madagasikara ao Frantsa ity fa efa voarindra araka ny fahatongavany hatramin’ny martsa 2020 ny fisoratan’ireo Malagasy maniry hamonjy izay fodiany izay. Nalefa niandalana niazo an’Antananarivo ireny lisitra ireny mba hahafahan’ny tompon’andraikitra Malagasy manasokajy ihany koa ny toerana tokony hametrahana ireo mpandeha tody eto an-tanindrazana. Amin’ny alalan’ny mailaka no handraisan’ireo mpandeha amin’ny sidina voalohany ny fotoana tokony hiaingany, raha ny fanazavana hatrany.

 

 J. Mirija     

Tia Tanindranaza0 partages

Fampodiana Malagasy any ivelany Hamoaka ny vidin` ny tapakila ny Air Madagascar

Taorian` ny fanambarana nataon` ny filoham-pirenena ny 09 aogositra lasa teo mahakasika ireo teratany Malagasy mihitsoka any ivelany noho ny krizy ara-pahasalamana dia hisy ireo sidina manokana hitatitra azy ireo amin` ity volana aogositra ity.

 

Ny kaompania Air Madagascar no hisahana ny fitaterana ary hisy fiaraha-miasa akaiky amin` ny minisiteran`ny raharaham-bahiny. Marihana fa ny sidina voalohany dia amin` ny sabotsy 15 aogositra izao ka hiainga avy any Paris, hihazo ho any i Marseille ary izay vao hizotra ho aty Antananarivo. Efa andalam-pikarakarana sidina manokana hafa avy amina firenen-kafa ireo tomponandraikitra ary mbola hisy ny fampitam-baovao ofisialy mahakasika izany. Ireo olona voakasika amin` izany dia hiangaviana hanantona ireo masoivohon` i Madagasikara any ivelany na koa kaosily hisoratra momba ny fampodiana azy an-tanindrazana. Marihana hatrany fa ireo rafitra voalaza ireo ihany no miantoka ny fisoratana anarana ka tsy voakasika amin` izany ireo ivotoerana Air Madagascar. Ny minisitera irery ihany koa no mananapaka izay mody voalohany. Ho fantatra tsy ho ela eny anivon` ireo rafitra sy sampandraharaha miara miasa amin` ny minisitera ny lisitr` ireo olona hampodiana voalohany. Araka izany, ireo voarakitra ao anatin` izany lisitra izany ihany no antsoin` ny kaompania Air Madagascar mahakasika ny diany. Miankina ny sidina ny saram-pitaterana Raha tsiahivina, dia ny saram-pitaterana dia hiantohan` ireo mpandeha fa ireo fitiliana ara-pahasalamana no hiantohan` ny fanjakana Malagasy. Namafisin` ny kaompania hatrany fa sidina manokana fampodiana an-tanindrazana no ho tanterahina fa tsy ara-barotra. Miankina ny sidina atao, araka izany, ny vidin` ireo tapakila. Ho tokana kosa izany vidiny izany raha sidina mitovy. Efa afaka manantona ireo masoivohon` i Madagasikara sy ireo kaonsily momba ny vidin` ny tapakila ireo izay liana amin` izany ary azo jifaina eny amin` ireo ivotoerana Air Madagascar eny “Avenue de l` indépendance”sy “La City” fa kosa aorian` ny fankatoavin` ny minisitera ny anaran` ny mpandeha hatrany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sainte MarieNaolan’ny Raikeliny in-telo ilay zazavavy

Naiditra am-ponja vonjimaika, ao Sainte Marie, afak’omaly, ny lehilahy iray, 56 taona, nanolana ny zana-badiny izay vao 11 taona monja.

 

Ny sabotsy lasa teo, no naharay fitarainana mikasika ny herisetra ara-nofo mianjady amin’io zaza tsy manan-tsiny io ny polisim-pirenena ka nanokatra fanadihadiana avy hatrany. Fantatra tamin’izany fa tamin’ny Alatsinainy 03 aogositra teo no nanaovan’ilay Rangahy ny asa ratsiny. In-telo naolany ilay zaza rehefa lasa tany an-tsaha nitady sakafo ny Reniny. Notambazany vola avy eo ary norahonany tsy hilaza na amin'iza na amin'iza ny habibiana vitany. Gaga anefa ilay renim-pianakaviana tafaverina avy an-tsaha nahita vola teny an-tanan-janany. Tsy naharitra ity farany fa nanontany ka nitantara ny zava-nitranga ilay zaza rehefa nanontaniana. Nosamborina ilay nahavanon-doza ary natao famotorana ka niaiky ny habibiany sy ny heloka vitany. Afak’omaly ihany dia naiditra am-ponja izy.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anosizato AndrefanaRaikitra ny fanisana ny mponina

Raikitra ny fanisana ny mponina ao anatin’ny kaominina Anosizato Andrefana, distrikan’Antananarivo Atsimondrano.

 

Manohy hatrany ny fanaraha-maso amin’ny fanatanterahana izany no sady nitafa mivantana amin’ny mponina eny ifotony mihitsy Rtoa Rasolofonoroniaina Julia Mickaelle, filohan’ny Force Féminine de l’Aide Mutuelle na ny FFAM izay nisolo tena ny governoran’ny Faritra Analamanga sy ny solombavambahoaka Andry Ratsivahiny. Anisan’ny tena tanjony ny hijery marina ireo marefo tokony hisitraka ny fanampiana manerana ireo Fokontany miisa fito mandrafitra ity kaominina ity. Toraka izany koa ny fampidirana ireo mbola tsy manana karnem-pokontany ho ao anatin’ny lisitra vaovao hahafahana manatanteraka ilay digitalisation n’ny karnem-pokontany rehetra manerana ny Nosy mba tsy hisy ho very anjara intsony ny isan-tokantrano amin’ny fizarana fanampiana amin’ny manaraka. Tsiahivina moa fa voatendry ho mpitarika ny Tanora Gasy Vonona eny amin’iny faritra iny ity Renim-pianakaviana mpanao asa soa ity. Anisan’ny tena nahafantarana azy ny fanohanany hatrany ireo sahirana ara-pivelomana manodidina azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Naina Andriantsitohaina Manomboka mafana ny fitsikerana azy

Manomboka mafana ny tsikera mahazo ny ben’ny tanànan’Antananarivo Atoa Naina Andriantsitohaina.

 

Maro ny adihevitra politika misokatra eo anatrehan’ny fihetsiky ny fiadidian’ny Kaominina ankehitriny, niainga tamin’ny fandravana tsena teo Analakely, izay namoahan’ny ben’ny tanàna teny mafy tamin’ny hoe : « vava samy manana », ary tsy izy no homena lesona. Maneho sy mivoy ny ben’ny tanàna fa manala ny kaominina ao anatin’ny gaboraraka sy ny tsy fanarahan-dalàna, saingy adihevitra ny hoe ao anatin’ny fotoanan’ny krizy tahaka izao ve no handrava sy hanimba fiainan’olona? Niampy ilay taratasy fampiomanana ny haino aman-jery MBS hiala ao anatin’ny 6 volana izay nanaovan’i Marc Ravalomanana valin-kafatra, dia mifoha ny fampahatsiahivana ny fampanantenana nataon’ny ben’ny tanàna tamin’ny fampielezan-kevitra. Isan’ireny ny fanafoanana ny Easy Park, fanavaozana ny tsena ka ambany ambony tsena ary ambany parking, fanaovana tsena goavana eny Anosibe sy Analamahitsy, fanaovana cantine scolaire isaky ny EPP, toeram-pivoahana miisa 250 hotratrarina ao anatin’ny taona voalohany hiasana, fampitomboana ny paompy (borne fontaine) ary atao maimaimpoana, toeram-ponenana na « logement social » 500 hotratrarina ao anatin’ny taona voalohany, fisokafan’ny orinasa fanodinana fako ao anatin’ny 3 taona. Mandeha ny fanakianana fa ny handrava ny nataon’ny teo aloha no toa maha maika.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoHiverina hiasa ny taksibe ?

Mandeha ny siosion-dresaka fa mety hiverina hiasa ny taksibe amin’ny herinandro ambony. Nambaran’ny fitondram-panjakana fa ny fitateram-bahoaka no isan’ny tena nampiparitaka ny valanaretina betsaka coronavirus, izay somary miteraka adihevitra ihany hoe:

 

 io ve no mamindra bebe kokoa sa ny vola kirakiraina ohatra? Rariny raha miverina miasa ao anatin’ny fanajana fepetra ara-pahasalamana ny taksibe satria ny fanjakana rahateo milaza fa efa tao anatin’ny “PIC” isika ny volana jolay, ary ny tranga omaly rahateo dia efa 43 sisa ny olona vaovao voa teto Analamanga. Fanapahan-kevitra mandeha ila sy fampijaliana vahoaka ny filazana fa afaka mirava amin’ny 5ora, fa miantoka fitaterana ny orinasa, raha ny fanamarihana sy ny fitarainana samihafa. Vitsy ny orinasa afaka mitatitra ny mpiasany izany, ary ny famokarana sy fidiram-bola rahateo tena marefo, ary karazana fanilihana ny filazan’ny Minisitry ny asa fa izay tsy misy fiara dia mijanona. Reraka ny olona, torovana, ary vao mainka tsy hahatohitra ny valanaretina, kanefa tsy maintsy mitady sy miasa. Manginy fotsiny ny tsy fandriampahalemana, ka ahiana ihany koa ny aim-bahoaka indrindra fa amin’ny fodiana hariva. Ny sehatry ny fitaterana ihany koa etsy andaniny efa mimenomenona satria sady tsy miasa no tsy misy fanampiana. Maro ny bokan-trosa, kanefa ny mpiasa ihany koa mbola ao anatin’ny sehatra tsy manara-drafitra na “secteur informel” tsy afaka hisitraka akory ny findramam-bola azon’ny mpiasa mpikamban’ny CNaPS hatao araka ny tenin’ny Filoha. Soso-kevitra efa miparitaka any amin’ny tambajotran-tserasera ny tokony hamelana hiasa ny taksibe amin’izay, ka atao olona roa isaky ny “rangé” ihany ary atao 1000 Ar ny sarany. Izao ihany koa no ilàna ny fanampiana na “subvention” avy amin’ny fanjakana, na koa fampidinana ny vidin-tsolika izay ara-drariny raha ny zava-misy maneran-tany.

Toky R

La Vérité0 partages

Covid-19 - Un taux de contamination en baisse

De moins en moins de cas positifs au coronavirus. Le bilan quotidien sur la situation de l’épidémie de coronavirus à Madagascar évolue dans le bon sens. Depuis vendredi dernier, le Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19 Ivato n’a enregistré qu’environ une centaine de cas positifs en 24 heures, contre les centaines de cas confirmés recensés habituellement. En 5 jours, l’on a recensé 707 personnes testées positives. Et au cours de ces dernières 24 heures, il n’y avait plus que 80 nouveaux cas à l’issue des 215 tests PCR et 185 analyses utilisant la technique GèneXpert.

Effectivement, le nombre de nouveaux cas positifs diminue en fonction de nouveaux cas suspects signalés au niveau des autorités sanitaires. Ce qui traduit aussi la réduction des analyses effectuées en laboratoire. Il est à noter que le pic est déjà passé pour la Région d’Analamanga. Malheureusement, quelques Régions craignent encore une abondance de nouvelles contaminations.

Durant l’intervention de la porte-parole du CCO - Covid-19, le Professeur Vololontiana Marie Hanta Danielle hier à la TVM, seuls 27 parmi ces nouveaux cas sont localisés dans la Région d’Analamanga. Celle d’Alaotra-Mangoro a identifié 24 personnes infectées, plus précisément à Ambatondrazaka. La Région de Diana compte également 8 nouvelles contaminations dont 2  individus infectés à Ambanja et 6 autres à Antsiranana. Toujours d’après les statistiques publiées par le CCO, 7 individus ayant contracté le virus ont été découverts dans la Région de Haute-Matsiatra. A cela s’ajoutent 6 cas confirmés à Boeny. Les Régions  d’Androy, Sofia et Sava totalisent respectivement deux cas positifs. Les deux nouveaux cas restants se trouvent à Atsimo-Andrefana et Atsinanana.

En outre, 253 cas de guérison ont été annoncés hier dont 200 patients ayant recouvré la santé pour Analamanga. Les autres patients rétablis ont été soignés dans des établissements sanitaires régionaux. Malheureusement, 4 nouveaux cas de décès ont été signalés, portant un total de 156 individus morts du coronavirus depuis l’arrivée de cette épidémie à Madagascar. Actuellement, il reste 1 712 patients en cours de traitement dont 103 parmi eux développent actuellement des formes symptomatiques graves voire critiques de la maladie.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Subventions remboursables de la CNaPS - Des syndicats de travailleurs pour une facilité de remboursement

D'autres syndicats sortent de leur silence. La Confédération syndicale des travailleurs malagasy (CSTM), le SEKRIMA ainsi que le CTM contestent l'opposition de l'USAM sur le remboursement des subventions venant de la CNaPS, sur proposition du Président de la République. « Les travailleurs ont besoin de ce prêt sans intérêt pour faire face à la crise actuelle, d'autant plus que leur situation risque de perdurer dans les 6 ou 7 prochains mois, le temps d'un redressement. Nous sollicitons toutefois la  facilité de remboursement des subventions, par exemple 5% par mois au lieu de 10% tirés du salaire de l'emprunteur.

Cela engendre l'extension du délai de remboursement », rapporte Jean de Dieu Rakotondrazafy, responsable du CSTM. « Le déblocage devrait se faire dans un plus bref délai pour sauver les travailleurs en détresse. Certains d'entre eux ont été expulsés faute de paiement de loyer. D'autres doivent régler leurs prêts bancaires malgré les impacts de la crise », ajoute Rémi Henri Botodia, secrétaire général du SEKRIMA. Ces syndicats contestent leurs pairs quant à la gratuité des subventions de la Caisse. « Le paiement des pensions de retraite et les allocations prénatales offertes par la CNaPS risque d'être rompu en cas de non remboursement des subventions. Il faut penser au futur et avoir une vision à long terme », s'exprime le responsable du CSTM.

Hausse sollicitée du montant

Outre la facilité de remboursement, les syndicalistes souhaitent la révision à la hausse du montant à emprunter auprès de la CNaPS. « Le Président de la République a annoncé dimanche dernier qu'un employé cotisant peut emprunter un mois de salaire, soit entre 200 000 et 500 000 ariary. Mais avec les multiples soucis engendrés par la crise, les travailleurs ont besoin de plus pour survivre. Nous sollicitons des subventions à partir de 500 000 ariary, à rembourser pendant plus de 12 mois », avance un membre du CTM. Les autres membres de syndicats, présents lors d'une rencontre avec la presse hier à Ampefiloha,  sont aussi d'accord pour cette révision  à la hausse. Ils arguent sur le fait que les employés du secteur privé n'ont bénéficié d'aucun soutien de l'Etat depuis la crise liée à la Covid-19 alors qu'ils en sont aussi victimes.

Par ailleurs, les syndicalistes dénoncent des irrégularités dans le processus mené par l'USAM pour la pétition.

« Cette union des syndicalistes aurait envoyé une feuille blanche auprès des sociétés pour collecter le maximum de signatures. Comme argument, les leaders syndicaux ont promis aux employés de tirer de l'argent à la CNaPS. Depuis, bon nombre de travailleurs nous appellent pour réclamer cet argent », se désole notre source au sein du SEKRIMA. D'un autre côté, ce leader syndical précise que les cotisants dans une association, entité ou institution, n'ont pas le droit de réclamer leurs cotisations, même s'ils font face à des graves problèmes. Notons que la CNaPS n'est pas une entité destinée aux prêts d'argent notamment à ses affiliés. Mais la situation exceptionnelle en cette période a entraîné la prise de cette mesure exceptionnelle afin de venir en aide aux employés.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Emigration clandestine vers La Réunion - Les deux passeurs en prison

Dimanche dernier, les limiers de la Police de l’air et des frontières (PAF) de Nosy Be, ont arrêté un couple. Ce dernier aurait commandité et organisé un voyage clandestin de nationaux vers l’île de La Réunion, la destination finale de ces voyageurs. Initialement, le couple avait déclaré son projet d’effectuer un circuit touristique dans la partie Nord-est du pays. Mais à la fouille du bateau, les éléments de la PAF y ont découvert 14 personnes. Lors de l’enquête, la Police a appris leur projet de regagner en cachette l’île voisine.

 

Déférés au Parquet, mardi dernier, les époux en cause avaient été placés sous mandat de dépôt, en attendant leur prochaine comparution au Tribunal. La Police adresse sa reconnaissance envers les informateurs pour permettre d’étaler au grand jour le funeste projet de ces passeurs.

Ce n’est pas la première fois que cette partie de Madagascar est devenue un lieu d’embarquement à des voyageurs clandestins à destination des îles voisines. Dans un passé récent, des ressortissants malagasy à bord de boutre de fortune ont été appréhendés au large de l’île de Mayotte. Il y a de forte chance que ces voyageurs clandestins ne pourront jamais concrétiser leur rêve d’entrer irrégulièrement sur ces sols français avec la vigilance des autorités locales. C’est ainsi peine et argent perdus pour les prétendants à ces voyages risqués. Heureusement pour eux que la Police malagasy veillait également au grain pour éviter un quelconque drame survenu en mer…

Franck R.

La Vérité0 partages

Plan d'urgence contre le coronavirus - Un financement de 1,5 milliard d'ariary octroyé à la CUA

Antananarivo est actuellement le foyer épidémique du coronavirus. Outre le Gouvernement, la Municipalité joue un rôle primordial dans la protection et l'appui à la population. En mars dernier, confrontée à l'urgence sanitaire et sociale, la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) a développé un plan d'urgence dans le contexte lié à cette pandémie, intégrant des aspects de protection sociale et de communication, en plus des domaines logistiques. D'après la constatation de l'Agence française de développement (AFD),  partenaire de la CUA dans le cadre de ce projet, l'augmentation substantielle des cas positifs depuis la deuxième quinzaine de mai pourrait faire craindre un emballement qui incite à agir au plus vite.

Par conséquent, il est important de l'accompagner dans la mise en œuvre des actions relatives au secteur Eau, Assainissement et Hygiène, incluse dans la composante du plan d'urgence dédiée à la gestion des épidémies, inondations et glissement de terrain.

Dans ce contexte, un financement à hauteur de plus de 1,5 milliard d'ariary est débloqué par l'AFD. Cela s'inscrit dans le cadre du programme intégré d'assainissement de la ville d'Antananarivo dont la finalité est d'améliorer les conditions de santé et de vie des habitants d'Antananarivo. L'agence de mise en œuvre de cette action, Positive Planet International apporte également un appui financier à cette réponse, dans le cadre de son projet « quartiers précaires » pour un montant total de 70 000 euros, tandis que la CUA apporte sa contribution dans le financement des travaux à Haute intensité de main d'œuvre (HIMO), portant sur l'assainissement des quartiers - à hauteur de 10 000 euros.

L'action pour une durée de 12 mois cible les 192 « Fokontany » à Antananarivo. L'initiative va  porter sur l'intensification de la sensibilisation de la population tananarivienne aux modes de transmission de la pandémie et aux gestes barrières à adapter afin de limiter la transmission du virus, la dotation des structures en charge de l'assainissement dans les « Fokontany », la réalisation des activités de prophylaxie, la fourniture d'un appui d'urgence à la population affectée par la maladie, ainsi que des équipements de protection individuelle pour tous les acteurs.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Bealanana - Un petit garçon sauvagement assassiné

Mais que se passe-t-il dans le nord-ouest avec tous ces meurtres de petits innocents ? Récemment, l’on signale le meurtre d’un petit garçon de 3 ans à Bealanana. Les faits sont survenus mardi dernier dans le quartier dit des Sihanaka où résidait d’ailleurs la victime. Le malheureux avait été non seulement étranglé, mais on lui trouve aussi plusieurs traces de coups sur le crâne. Son corps avait été retrouvé près d’un canal. Il se trouvait dans une position, on dirait comme recroquevillée sur lui-même dans un endroit isolé du secteur. « La victime avait été étranglée à l’aide d’une ceinture, et le(s) assassin(s) l’ont roué de coups, précisément au niveau du crâne », confie une source locale d’information.

 

Pour le moment, les parents du gosse, tout comme les riverains d’ailleurs, ne comprennent pas ce qui aurait dû se passer pour que le petit ait terminé ainsi sa vie de façon inhumaine. En attendant que les enquêteurs ne s’expriment sur cette affaire, seuls quelques détails ont filtré de celle-ci pour tenter de comprendre ce qui était arrivé. Vers 11h, les riverains ont affirmé avoir pu voir encore l’enfant jouer avec ses camarades de jeu de son quartier. Cependant, quelques heures après, ce fut vraiment le cauchemar lié à la découverte macabre du petit garçon.

Seul le chef Fokontany de Bealanana II a livré ses impressions à propos de ce meurtre qui ne dit pas son nom. Il a affirmé avoir été informé par des gens à propos de la découverte du corps du petit et s’était rendu sur place pour constater de visu les faits.

Pour l’heure, rien ne permet donc d’avancer quoi que ce soit, au point de se demander s’il s’agirait du fait d’un adulte, ou au pire d’enfants. Il se pourrait également que la balle soit dans le camp des petits camarades de jeu du malheureux. Quoi qu’on dise, cela n’est pas sans rappeler aussi le drame similaire survenu il y a plus d’une semaine de cela à Mahajanga avec l’assassinat de la petite Adriana, âgée de 7 ans. A la différence du petit garçon de Bealanana, le meurtrier de la fillette, lui, a été bel et bien identifié. Mais pour le moment, il échappe toujours aux autorités, et aurait réussi à regagner d’autres localités du pays pour s’y cacher. Alors que les Forces de l’ordre semblent éprouver des difficultés à mettre le criminel aux arrêts, l’opinion commence donc à monter au créneau pour dénoncer ce qu’elle estime comme de la lenteur venant de leur part. Affaire à suivre !

F. Roland

La Vérité0 partages

Crédibilité au sein de l'opinion publique - La dégringolade de l'Opposition

La vraie démocratie dans un pays se mesure par la force de l'Opposition. Malheureusement, les opposants actuels sont loin de faire le poids. En effet, les actions de l'Opposition se limitent, pour l'instant, à dénigrer les décisions de l'Etat sans apporter d'autres alternatives ni amener de vrais débats politiques. Lundi dernier, les membres du RMDM (Rodoben'ny mpanohitra ho an'ny Demokrasia eto Madagasikara) ont tenu une assise nationale à Bel'air.  Sans surprise, la réunion a vu la présence de plusieurs politiciens dont l'ancien Président Marc Ravalomanana.

 

Officiellement, la lutte contre la Covid-19 et le redressement socio - économique à Madagascar était à l'ordre du jour au cours de ce rassemblement.  Le premier point qui étonne dans cette histoire : il a fallu attendre plusieurs mois après la propagation de l'épidémie dans le pays pour que les membres de l'Opposition se réveillent et discutent de la lutte contre le coronavirus. Il va sans dire des manœuvres des opposants pour profiter de la crise sanitaire et ce jusqu'à demander la mise en place d'un Gouvernement de salut public en plein combat contre la pandémie.

En quête d'un réel contre - pouvoir

En principe, l'Opposition doit faire figure de contre - pouvoir pour éviter que la majorité au pouvoir ne verse dans une politique portant atteinte aux droits et libertés des citoyens. Il est clair donc que l'Opposition doit surveiller les éventuels excès de zèle des tenants du pouvoir. Par contre, aucune loi écrite ou théorique ne définit que l'Opposition doit, à tout prix, entraver à la politique du régime bien que celle - ci vise l'intérêt général de la population. Cela pourtant semble être l'objectif de l'Opposition en ce moment et ce dans l'unique but de dénigrer le régime et de s'approprier le pouvoir.

Sous d'autres cieux, l'Opposition incarne aussi la possibilité d'une alternance démocratique en participant au pluralisme politique et en ouvrant la voie vers une relève politique. Une alternance politique qui doit s'effectuer dans les règles de l'art c'est-à-dire par le biais des rendez - vous électoraux. Force est pourtant de constater que l'Opposition ne semble pas vouloir attendre les élections en enchaînant les actes de sabotage et déstabilisation sans oublier l'intervention des compte « fake » sur les réseaux sociaux. Jusqu'ici, cette Opposition est encore en quête d'une vraie crédibilité auprès de l'opinion publique.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Commune urbaine d'Antananarivo - Naina Andriantsitohaina fonce sur l'assainissement

Rétablir la dignité de la ville des Mille mise à terre. Telle est la mission que s'est lui-même assigné le maire de la Capitale de Madagascar lors de son accession à la première magistrature de la ville. Naina Andriantsitohaina, puisqu'il s'agit de lui, met en place tous les ingrédients pour atteindre les points illustrés dans son « Veliranon'Iarivo », annoncé durant la campagne électorale.

 

Dès le lendemain de sa prise de fonction, il est entré en action pour redonner les trottoirs aux piétons, les rues aux automobilistes et le marché aux marchands réguliers. Une entreprise d'assainissement qui froisse certains, mais attendue et saluée par les Tananariviens. Cela s'est poursuivi par la démolition des box et des kiosques métalliques, dans certains quartiers du centre-ville, afin de ramener l'ordre dans la première ville du pays. Actuellement, la Mairie a annoncé son intention de démolir les nouveaux pavillons installés sur l'esplanade d'Analakely contesté encore une fois par certains opérateurs.

C'est sous l'actuelle mandature de l'actuel numéro un de la Capitale également que la hausse des frais de fourrière a été prise. Une mesure qui a été prise afin de dissuader certains automobilistes de commettre des infractions. Le maire d'Antananarivo ne s'est pas arrêté en si bon chemin. La CUA a aussi suspendu la délivrance d'autorisation de remblai pour permettre notamment la vérification de celles de remblai et de déblai dans sa circonscription. Une initiative consécutive qui était intervenue à la suite de la montée des eaux dans Tana. Le grand patron de l'Hôtel de Ville d'Analakely a entrepris un assainissement du secteur des transports en commun à Antananarivo. Il a en effet lancé la numérisation des licences des taxis.

Actuellement, l'édile d'Antananarivo s'attaque à l'assainissement du patrimoine de la Commune. La Mairie a ainsi annoncé son intention de reprendre en main sa propriété à d'Anosipatrana occupée actuellement par la station audiovisuelle Malagasy Broadcasting system (voir article par ailleurs). Tout cela pour dire que la remise en ordre de la ville d'Antananarivo, annoncée par Naina Andriantsitohaina durant la propagande, est en marche. Et malgré les réticences et les oppositions, l'homme et son équipe montrent qu'ils sont déterminés à aller de l'avant.

L'équipe dirigeante de la CUA reste toutefois encore attendue sur plusieurs chantiers. A l'approche de la saison des pluies, le staff de la Mairie doit réfléchir à la réhabilitation des routes d'Antananarivo dont nombreuses sont dans un état de délabrement avancé. La gestion des parkings de la Capitale constitue également un point important dans le programme du maire. Quid également des marchands de rue qui ont repris leurs mauvaises habitudes, ces derniers temps, suite au coronavirus.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Récupérer mais non … !

La Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) reprend son droit.  Naina Andriantsitohaina, le nouveau magistrat, dûment élu, de la ville des Mille corrige les dérives du passé. Il redresse les torts infligés par certains élus indélicats aux dépens de sa circonscription et de ses habitants. Il est de son droit le plus absolu de récupérer le patrimoine de la Commune entre les mains des responsables ou des élus sans foi ni loi.

 

Le maire d'Antananarivo Naina Andriantsitohaina, par une lettre signée en date du 30 juillet, résilie le contrat de bail emphytéotique entre Malagasy Broadcasting System (MBS) et la CUA datant du 8 août 2000. La « lettre de préavis» donne six mois à la station de l'ex-Chef de l'Etat pour plier bagage. De source auprès du dossier, la raison initiale qui a poussé la  nouvelle équipe d'Analakely à prendre une telle disposition repose sur l' « usage personnel » d'un domaine appartenant exclusivement à la Commune. C'est ainsi que le premier magistrat de la Capitale n'a fait que … récupérer un bien appartenant à la communauté mais non pas accaparer par force une propriété d'un autre.

En 1975, à peine investi des pleins pouvoirs à l'issue d'un référendum, le jeune capitaine de frégate Didier Ratsiraka nationalisa les banques et entreprises commerciales et industrielles appartenant aux grands capitaux étrangers, dont la France, installés à Madagasikara depuis des décennies. Aucune puissance étrangère à même l'ancienne Mère Patrie n'avait pas pu rien faire autrement que céder et cela pour la simple raison que le jeune Ratsiraka ne faisait que … récupérer les biens appartenant à la Nation. Il ne reste aux puissances « dépossédées » que s'entendre sur les clauses d'indemnisation.  

L'exemple vécu à l'époque de la République Démocratique de Madagasikara (RDM) peut être considéré comme à l'extrême. En effet, des mesures radicales par le régime de la dictature rouge de l'Amiral Ratsiraka ont fait grincer des dents. Mais il y a quand même des similitudes de cas. Le clan Ravalomanana avait pris par ruse ou par force un patrimoine appartenant à la Commune. Profitant de son statut de maire (élu), il fit passer un contrat de bail entre la Commune qu'il dirige et une station de radio et télévision lui appartenant personnellement et ce avec un loyer honteusement dérisoire de l'ordre de 800 Ar par mètre carré. Si ce n'est pas un abus de pouvoir et une tromperie à la manière des colons « vazaha », cela ressemble trop !

Le problème avec l'ancien magnat du lait réside du fait qu'il éprouve un malin plaisir d'usurper les biens d'autrui en particulier ceux de l'Etat. Ravalomanana Marc, du temps où il tenait d'une main de fer les rênes du pouvoir au sommet de l'Etat, a réussi par on ne sait de quelle magie à agrandir son domaine familial jusqu'à « phagocyter » un immeuble public du Contrôle financier. Comme par enchantement le « tranom-panjakana » relevant du ministère des Finances disparaît comme si de rien n'était. Même scénario à Andohatapenaka et Ambatondrazaka  où des terrains fertiles tombèrent sans autre forme de procès entre les mains de l'ex-dictateur.

Evidemment, Ravalomanana Marc fulmine de rage. Il se croit être victime d'une injustice mais il n'a qu'à mordre son petit doigt. Ce n'est qu'un retour de manivelle !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Exploitation d’huiles essentielles - Les producteurs de la Haute Matsiatra en quête d’indépendance

Cette pandémie de coronavirus a démontré la valeur des huiles essentielles dans le quotidien des gens, mais plus particulièrement pour l’économie de Madagascar. Cette filière représente en effet un fort capital économique pour le pays ainsi que pour les zones productrices. La Région Haute Matsiatra en fait partie. Le Géranium et le Ravintsara y croissent très bien. Le principal frein au développement de l’exploitation d’huiles essentielles reste l’inexistence de laboratoire d’analyse. « Les huiles essentielles doivent se soumettre à un certain niveau de qualité.

C’est pourquoi l’analyse de ses propriétés est inévitable. Et comme il n’y a pas de laboratoire dans notre Région, nous sommes obligés de faire analyser nos produits à Analamanga ou dans le Vakinankaratra, générant des dépenses supplémentaires », se sont plaints les producteurs de la Région, lors d’une rencontre avec le ministre de l’Environnement et du Développement durable avec la Plateforme de concertation à la filière (PCAF) huiles essentielles. Face à cette demande, Vahinala Baomiavotse Raharinirina, la ministre, et son équipe les ont rassurés qu’ils vont se pencher sur la question et trouver des solutions à ce problème. L’extension de l’économie verte telle que les huiles essentielles favorisera notamment un développement plus durable associant amélioration des sources de revenus pour les producteurs et conservation des ressources naturelles. En tout cas, le ministère prévoit déjà de donner des terres aux producteurs pour qu’ils puissent mieux les exploiter.

Dans tous les cas, selon le représentant du PCAF huiles essentielles, l’installation d’un laboratoire d’analyse dans la Région permettra d’assurer la qualité de la production. « Les producteurs pourront également être plus indépendants dans la production, dans la vente et même l’exportation de leurs produits finis. Cela améliorera ainsi la balance commerciale de la Région » se réjouit-il.  Toutefois, entre temps, cette communauté n’oublie pas de contribuer à la campagne de reboisement pour reverdir le pays, surtout que les forêts sont ses matières premières de base.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Exportation - Le nickel et le cobalt suspendus, la valeur réduite de moitié

Une chute continue. La valeur de l'exportation est passée de 820 à 426 milliards d'ariary entre le mois de janvier et juin derniers, selon la statistique publiée par la Direction générale de la Douane (DGD). Elle est donc réduite de moitié en espace d'un semestre. Cette diminution est compréhensible vu le ralentissement des activités économiques mondiales. Que ce soit l'offre ou la demande ont connu une baisse à cause des mesures de restriction liées au confinement. Les données fournies par cette institution rattachée au ministère de l'Economie et des Finances sont marquées par l'absence totale des exportations des produits miniers, entre autres le nickel et le cobalt durant ces deux derniers mois.

Il faut dire que l'arrêt des activités de la compagnie minière d'Ambatovy n'est pas sans conséquence puisque celles-ci représentent une source de devises importantes pour l'économie et représentent 30 % de la valeur totale des exportations. Les producteurs ont d'ailleurs diminué au fil des mois la quantité exportée. Cette dernière s'élevait à 4 000 tonnes au mois de janvier et elle se chiffrait à 2 000 tonnes en avril dernier. Les recettes perçues chutent ainsi en ce sens, allant de 248 milliards à 144 milliards d'ariary.

Bien que les chiffres soient négatifs pour les exportations, le volume des importations quant à lui est resté stable pendant les six derniers mois. Leur valeur oscillait entre 900 et 1 000 milliards d'ariary. Notre pays importe en général des matières premières et des biens d'équipement dont le principal partenaire reste la Chine.

Etant donné que notre balance commerciale soit déficitaire et que les activités touristiques sont battues en brèche, on a assisté à une dépréciation de l'ariary. Dorénavant, l'euro s'achète à 4 400 ariary tandis que le dollar vaut actuellement 3 800 ariary.

« Cette situation risque de continuer car le marché des changes dépend du contexte mondial. En tout cas, la meilleure solution est de booster la production locale. On substitue ainsi les produits importés aux produits locaux. On pourrait même augmenter les exportations.  La relance du secteur touristique reste également primordial car elle représente 5 % du produit intérieur brut de notre pays », propose un économiste.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Reprise des activités économiques - Baolai renouvelle ses offres auprès de sa clientèle

Après une période difficile due à la pandémie de Covid-19, les activités économiques et commerciales reprennent progressivement dans le pays. Dans ce contexte, la société Baolai renouvelle ses offres auprès de sa clientèle. « Un nouvel arrivage d'appareils électroménagers et électroniques de premier choix, adapté à tous les goûts et tous types de budget, est disponible au niveau de nos show-rooms. Conjoncture actuelle oblige, tous nos magasins sont ouverts au public, toujours dans le respect des règles d'hygiène sanitaire, comme le port du masque, la distanciation sociale d'au moins un mètre.

Une large gamme de téléviseurs Led et Smart TV entre 19 et 75" est déjà disponible, tous assortis d'une garantie de 1 an. Sans oublier les réfrigérateurs, fours à micro-ondes, Smartphones, synthétiseurs, panneaux solaires mono et polychristallins, subwoofer, tables de mixage, fers à lisser… A la demande générale des clients, notre service de livraison est maintenu. Les divers renseignements sont accessibles sur notre page Facebook « Baolai » (contact 033 37 968 88 en heures de bureau) », explique un responsable.

Les show-rooms de la societé Baolai se trouvent au Bazar Be situé Toamasina, à Analakely et Soarano pour la Capitale. Ce début du mois d'août est une belle occasion pour les amateurs de bons produits pour choisir du matériel de premier choix chez Baolai.

Madagate0 partages

Antananarivo. Tantaran’ny fiangonana ao Ambohipotsy

Vahoaka tsy misy Tantara dia vahoaka tsy misy hoavy. « Les peuples sans Histoire sont des peuples sans avenir », hoy Mgr Jean-Louis Bruguès, mpitantana ny tranom-boky ao Vatican, Roma. Tapaka ny hevitro ary afak’omaly 6 Aogositra fa hamela lahatsoratra ho anareo mpamaky sy ho an’ny firenena iray manontolo aho. Satria ny vahoaka ny maha firenena ny firenena iray. Ary dia niakatra teny Ambohipotsy aho. Na dia nihidy aza ilay fiangonana dia tsy nanakana ahy nikaroka ny momba azy. Maro tokoa ireo nanoratra teo alohako, momba an’Ambohipotsy (tsy azo afangaro amin’i Ambohipo) ary ny ankamaroany dia vahiny hatrany. Tsy dia ilay finoana loatra no ho resahina eto -na dia fa tsy azo adino izay lafiny izay-, fa ny nahatonga ny anaran’ilay toerana sy ny nahatonga ny anarana io fiangonana io. Afa-po tamin’ny fankalazako manokana ny faha-66 taonako aho (6 aogositra 1954-6aogositra 2020). Asa ianareo mpamaky raha ho torak’izany. Ndao ary Tompokolahy sy Tompokovavy fa tsy tantara valamaty akory izy ity.

Tsiahy

Tamin’ny voalohan’ny taona 1835 dia nohenjehin’ny Mpanjakavavy Ranavalona I ireo Malagasy nivadika ho kristianina. Izany dia ny mba hampiatona ny fibahan’ny kolontsaina sy ny politika eoropeana teto amin’ny Nosy. Anisan’izany kristianina izany i Rasalama Rafaravavy izay lasa maritiora malagasy voalohany nolefonina tao Ambohipotsy araka ny voalaza eo ambany. Rehefa niamboho ny Mpanjakavavy Rasoherina dia i Ramoma, zanak’anadahiny ihany, no nandimby azy ara-pomba ofisialy, ny 3 Septambra 1868 teo Andohalo, ka nitondra ny anarana hoe Ranavalona II. Nifanohitra tanteraka tamin’ny fijerin’i Ranavalona I ny mikasika ny finoana nanomboka teo satria tapakevitra ny Mpanjaka vaovao fa hivadika ho kristianina. Namporisihiny ny asa fampielezana ny filazan-tsara nataon’ireo misiona kristianina isan-karazany ary nasainy nodorana daholo ny sampy rehetra nivavahana taloha, toa an-dry Kelimalaza…

Ny nahatonga ny anarana hoe Ambohipotsy

Toerana famonoan’olo-meloka io toerana io tany aloha tany, ary ny fatin’ireny olo-meloka ireny dia tsy mba azon’ny havany nalaina mba halevina fa natao very faty. Koa dia namoro-potsy tao ny taolan’ireny olo-meloka ireny. Izany trangan-javatra mampioro-koditra izany no nahatonga io toerana io hoe Ambohipotsy na vohitry ny taolam-balo fotsin’ny ain’andro.

Ny namonoana an-dRasalama

Tsy olo-meloka ihany no novonoina tao amin’io toerana io fa namonoana olo-marina koa tao aoriana. Ny 14 Aogositra 1837 no nandefonana an-dRasalama, maritiora voalohany, teny Ambohipotsy. Nangataka hivavaka izy nialoha ny nandefonana azy. Io no fivavahana voalohany indrindra navela natao ankarihary ho ren-tany ren-danitra tao Ambohipotsy. Voalaza fa niahotra ny lefon’ireo mpamono ambarapahavitan’ny fivavahana. Izay no mariky ny fandresen’ny Fiangonan’i Jesoa Kristy ny herin’ny maizina. Tsy voasoratra ny fivavahana nataony saingy azo antoka fa izy sy Ilay Lohan’ny Fiangonana no nifampiresaka ka azo antoka ny fitsarana marina satria Izy no tompon’ny teny farany ary manome Satroboninahitra sy Fiainana ho an’izay naharitra hatramin’ny fahafatesana.

Ireo Fiangonana niafina

Rahambo dia naman-dRasalama. Raha nandeha nijery ny namonoana azy izy dia nahita fa tsy araka izany no nahitany an-dRasalama fa toy ny olona handray zava-tsoa ka dia nampaniry azy mafy. Tsaroana etoana fa nanorina fiangonana miafina teo Ambodivato, tao amin’ny tranon-dRamanantsoa izy ireo, dia Rahambo, Rasalama, Rafotsibe Ramanana, Rafarabe, Ramanantsoa izay lasa Mpitandrina voalohany tao Ambohipotsy.

Taona 1840

Nisy niampanga i Rahambo sy Rasalama ho mpivavaka ka nosamborina natao sesitany. Ireo efatra sisa kosa dia nanohy ny fivavahana miafina tany andavabato ka nahazo namana marobe. Naharitra 26 taona ny fanenjehana ny fivavahana Kristiana nandritra ny andro maizina (1835-1861).

29 Aogositra 1862

Niverina ny Révérend Robert Toy (misioneran’ny London Missionary Societyna LMS, nahatonga ny fampiasana ny Solfa amin’ny hiram-piangonana) ary nipetraka tao amin’ny tranon’i Ramena, izay somary atsimo andrefan’Ambohimitsimbina. Ny ilan’ny trano dia natao fiangonana. Io no fiangonana voalohany trano hazo lavalava. Marihina fa ny Révérend Robert Toy no misionera voalohany tao Ambohipotsy.

Fiorenan’ny Fiangonana

 

Ny Trano fiangonana tany (ombelahintany no natao rindrina) dia niorina tamin’ny taona 1863 teo atsimon’Ampasambazaha. Nahalany mpiangona 200, mpandray 48. Rainimanga kosa no Mpitandrina tao.

Ny trano fiangonana zozoro dia ny taona 1864 no nananganana azy. Trano zozoro lavalava, tao atsimo somary andrefana kelin’ilay trano tany, nahalany olona hatramin’ny 900-1000 mahery aza. Naharitra 4 taona no niangonana tamin’io trano zozoro io.

 

Ny Révérend Robert Toy dia nikely aina fatratra nampianatra hevi-teny ny mpianany. Izy no nampianatra voalohany ary fahazavan’ny mpitoriteny teto Madagasikara. Tao amin’ny trano zozoro no nanaovany izany. Olona adalam-boky ny Révérend Toy. Ary ny Soratra Masina no lazainy fa zokin’ny boky vakiany. (Biographie Rév. Toy, pejy faha 7).

Ny tranovato Ambohipotsy dia niorina eo akaikin’ny fitoerana namonoana an-dRasalama. Vita tamin’ny taona 1868. Mazava fa fahatsiarovana an-dRasalama martiora voalohany indrindra teto Madagasikara, izay niaritra ny fanenjehana mafy, sy ny namany koa izay novonoina taorina kely noho ny fitiavany ny Filazantsara. Trano vato vita faharoa taorian’ny Ambatonakanga ny fiangonana ao Ambohipotsy. Ny Architecte nanao ny maritrano dia ny Révérend James Sibree izay tonga teto Antananarivo tamin’ny taona 1863. Andriamatoa William Pool, architecte ihany koa, no niara-niasa taminy.

Ny 17 Novambra 1868 no natao ny fitokanana ny tranovato Ambohipotsy, izay natrehan’ny Mpanjakavavy Ranavalona II sy Praiminisitra Rainilaiarivony vadiny. Fotoana voalohany niarahan’ny Mpanjaka nivavaka ; tamin’ny besinimaro. Ary ny Alahady 29 Febroary 1869, ho mariky ny fanambadian’izy roa, dia nataon’ny pasitora Andriambelo batisa ny Mpanjakavavy Ranavalona II sy ny Praiminisitra Rainilaiarivony, teo Andohalo. Tamin’io andro tsy manam-paharoa io no nodorana daholo ny sampy rehetra nivavahana taloha ka nosoloina ny Baibolin’ny Krisitianina. Lasa fivavahana ara-mpanjakana (« religion d’Etat ») ny finoana protestanta nanomboka teo.

Fehiny

Na dia niainga tamin’ny trano hazo, trano tany, trano zozoro aza ny fiangonana dia tonga tranovato anisan’ny tsara endrika indrindra izy raha miohatra amin’ireo tranovato efatra naorin’ny misionera. Manamarika ity fiangonana ity ny fisian’ireo vakoka mbola voatahiry ao am-piangonana toy ny seza izay nipetrahan’ny mpanjaka taloha. Na dia faritra fanapahan-doha sy famonoana olona aza iny Ambohipotsy sy ny manodidina iny dia lasa toerana malaza eran-tany kosa noho ny rà marina nalatsaka tao dia ny ràn-dRasalama martiora sy ny namany izany.

Nadine Ramaroson

Ny 2 Septambra 2011 dia tao amin’io fiangonana ao Ambohipotsy io no nanaovana veloma farany an’i Nadine Ramaroson, minisitry ny Mponina, mamy hoditra teo amin’ny vahoaka malagasy iray manontolo.

Jeannot Ramambazafy - Lahatsoratra nivoaka ihany koa tao amin'ny "La Gazette de la Grande île" tamin'ny Asabotsy 8 Aogositra 2020

Madagate0 partages

Il était une fois la mort. De quoi ébranler votre existence même…

Avec ce coronavirus qui continue à apporter la mort au sein de l’Humanité à travers la planète Terre, beaucoup de convictions, énormément d’orgueil sont remis en cause. Tous ont peur de mourir. Mais qu’est-ce que la mort, justement ?

Lorsque tout va bien dans le meilleur des mondes, et dans son ensemble, l’être humain, simple enveloppe charnelle mortelle, ne se soucie guère de la mort. Ni même de son prochain, de toute évidence. Fils de médecin, je me suis aussi intéressé à tout ce qui touche notre corps, en lisant des documents et des observations écrites que mon père a laissé. En ce qui concerne la mort, du point de vue biologique d’abord, vous allez avoir la peur de votre… vie.

En ces temps de coronavirus mortel où la vie semble incertaine comme l’avenir immédiat, beaucoup commencent à se poser des questions sur la raison de leur existence et de leur devenir. Mais qu’est-ce que la mort ? Je ne dis pas encore : comment se présente la mort, c’est un autre sujet. Mais, je parle du mécanisme et du processus, dès lors que votre mort est constatée. En partant de la définition que vous pouvez lire sur wikipédia : la mort est « l'état irréversible d'un organisme biologique ayant cessé de vivre. Cet état se caractérise par une rupture définitive dans la cohérence des processus vitaux (nutrition, respiration…)de l'organisme considéré ».

Je parle, ici, de l’être humain. Dans le domaine de la médecine, il existe deux sortes de morts que je vous fais découvrir succinctement ci-après: la mort clinique et la mort cérébrale. Voici les différences. On parle de « mort clinique » lorsque les tests cliniques effectués (et répétés plusieurs fois) pour vérifier la mort d'une personne montrent que, simultanément, le patient n'a plus d'activité musculaire spontanée, n'a plus de réflexe (pas de réaction à la douleur par exemple), et ne respire plus. On parle de « mort cérébrale » quand un malade est en stade de coma (perte de conscience prolongée provoquée par une blessure ou une maladie) dépassé et que son cerveau ne fonctionne plus. Comme c'est le cerveau -le système nerveux- qui contrôle toutes les fonctions vitales, le patient n'est plus capable de respirer tout seul.

A présent, que se passe-t-il, au niveau de votre corps (enveloppe charnelle) lorsque vous êtes déclaré mort cliniquement ? Gardez-votre… sang-froid dans cette explication avec des termes de notre siècle. Au premier top, votre cœur est arrêté, entrainant aussi l’arrêt de votre respiration et celui de la circulation de votre sang. Trente secondes plus tard, votre corps passe en mode « économie d’énergie » car aucun oxygène ne l’alimente plus ; toute communication interneuronale est coupée. L’activité électrique de votre cerveau disparaît et vous perdez conscience. Cependant, dans un ultime sursaut, vos neurones parviennent à sortir de leur état d’inhibition et libèrent tout le reste de leur énergie qui était stockée, d’où un pic d’activité électrique soudain.

Cependant, une demi-heure plus tard, privées d’oxygène, les cellules de l’ensemble de votre corps se décomposent. Elles accumulent du gaz carbonique (CO2) dont l’acidité perce des poches d’enzymes situées dans leur cytoplasme. Une fois libérées, les enzymes digèrent les cellules de l’intérieur (autolyse). En se décomposant, les neurones de votre système nerveux central entraînent des lésions irréparables dans le cerveau. Ces cellules n’existant plus, vos organes vont lâcher un par un, en commençant par le foie, riche en enzymes. Puis ce sera le tour de votre pancréas et de vos reins. Affreux, n’est-ce pas ?

Une heure après votre mort clinique, la température de votre corps commencera à baisser de 1°C par heure en moyenne durant les premières vingt-quatre heures, jusqu’à atteindre la température ambiante. Deux heures plus tard, le calcium, nécessaire à la contraction de vos fibres musculaires, va s’accumuler dans les cellules de vos muscles car il n’est plus évacué. Tous vos muscles vont se raidir : d’abord ceux de la nuque, ensuite ceux des paupières et de la mâchoire, puis cette rigidité s’étendra graduellement, habituellement en douze heures, à l’ensemble de votre organisme.

Douze heures plus tard, le sang descendra dans votre corps par gravité et colorera la peau des parties les plus basses (bleu, pourpre). Il s’agit de la lividité cadavérique. Déshydratée, votre peau se rétractera, donnant l’impression que les ongles poussent encore. Chez l’homme, les spermatozoïdes resteront en vie jusqu’à trente-six heures après la mort. Après ces trente-six heures, les bactéries vivant dans votre corps, et en particulier dans votre intestin, ne seront plus régulées par le système immunitaire. Elles commenceront par attaquer votre système digestif puis rejoindront votre foie, votre rate et votre cœur pour enfin atteindre votre cerveau. Il leur faut environ cinquante-huit heures pour se propager dans tous vos organes. Cela se nomme putréfaction. Horrible ! Ces bactéries vont produire des gaz qui gonfleront votre abdomen, décolleront votre peau et bouffiront (du verbe bouffir et non bouffer) votre visage. Elles donneront également une teinte verte à votre cadavre (corps sans vie) qui perdra sa rigidité et deviendra flasque.

Un mois après une mort clinique, les vers peuvent digérer jusqu’à 60% d’un corps non protégé des mouches dès la première semaine. Atroce ! Le squelette apparaît alors. Dans un cercueil, la décomposition peut prendre une dizaine d’années. Enfin, deux années plus tard après un décès clinique, les os sont réduits en poussière s’ils restent exposés à la surface. Mais ils resteront conservés plusieurs millions d’années s’ils sont enterrés. Vous avez certainement vu ces films de momies qui tombent en poussière lorsque leur sarcophage est ouvert. Non ?

Voilà ce qui nous attend tous, sans exception, que nous soyons riches, pauvres, intelligents, idiots, beaux, laids, hommes, femmes ou quel que soit votre genre. Car même l’homme le plus riche du monde ne peut acheter la mort. Mais comment se présentera-t-elle à vous, un jour ou l’autre ? Parlons d’abord de causes de la mortalité. Je reviendrai sur cette histoire de « présentation de la mort » plus loin. Concernant ce volet « mortalité », faites travailler vos neurones, amis lecteurs humains (cela ne signifie pas que les chats savent lire, mais qui sait ?...), car ce qui suit est très sérieusement profond.

Nous pouvons distinguer trois sortes de mortalité : une mortalité endogène qui correspond à la façon dont s'éteindrait un groupe d'êtres humains soustraits aux aléas de l'existence et livrés aux seules forces biologiques ; une mortalité de « civilisation » due au fait que les conditions ci-dessus ne sont jamais réalisées et que les différentes formes de sociétés ont plus ou moins de moyens de « lutter contre la mort » ; une mortalité accidentelle, au sens large du terme, qui résulte de la rencontre de l'organisme avec un agent délétère imprévu. Trop intellectuel, n’est-ce pas ? Je vais vous rendre la mort plus facile à comprendre, en la classant comme suit :

Mort naturelle. Elle résulte d'un état pathologique ou physiologique -connu ou non-. La mort est naturelle uniquement si la mort violente (violence physique ou intoxication aigüe) peut être écartée.

Mort accidentelle. C’est une mort non naturelle causée par un accident tel qu'un glissement ou une chute ; une collision routière, un crash d’avion ou de train ; un empoisonnement accidentel. Les décès accidentels se distinguent de la mort par des causes naturelles et des homicides et suicides intentionnels.

Mort violente. Elle résulte d'une action violente exercée par un agent extérieur (physique ou toxique, une personne, une machine ou un produit) dans des circonstances pouvant être criminelles, accidentelles ou suicidaires.

Mort subite. Elle existe bel et bien chez l’adulte. Elle est définie comme un décès rapide, en moins d'une heure après les premiers symptômes, sans raison médicale évidente. Le cœur lâche et s’arrête de battre « comme çà », sans raison apparente.

Mort par vieillesse. Il s’agit decette période de la vie pendant laquelle l'homme meurt de sa mort naturelle, s'il ne succombe pas à la maladie ou à toute autre cause. L’homme s’éteint, sans souffrance, comme une bougie dont la mèche est arrivée en fin de course.

Sincèrement, c’est celle que je préfèrerais mais ce n’est pas moi qui choisis, à moins de demeurer cloitrer comme un moine bouddhiste.

Ainsi, personne ne peut choisir sa mort, sauf dans l’exception confirmant toute règle, représentée, ici, par le suicide. Mais, à mon sens, il s’agit d’un acte de lâcheté pour échapper à des responsabilités, pis d’un acte égoïste exécrable. Exemple-type : le père de famille ruiné qui, par pure honte, tue toute sa famille avant de se donner la mort. Il y a aussi le cas des déséquilibrés mentaux qui tirent sur tout ce qui bouge avant de tirer sur lui-même. Quant aux guerres armées (car il y a des guerres de nerfs et des guerres bactériologiques et mêmes virales…), et aux attentats terroristes, c’est tout simplement ce que j’appelle la mort en vrac…

Quelle que soit la nature d’une mort, parmi celles citées ci-dessus, nous croyons tous, sans exception cette fois-ci, à une force, un pouvoir invisible régissant l’univers dont nous ne sommes, humbles mortels, qu’une infime partie. Dans les trois religions principales monothéistes, on l’appelle Elohim pour le Judaïsme ; la Trinité chrétienne -Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit- pour le Christianisme ; Allah pour l’Islam. En ce qui concerne les « libres penseurs », les agnostiques et les athées (croyants sans Dieu), qu’ils ne se leurrent : ils mourront bien comme vous et moi.

Dans ces trois religions, il existe un ange de la mort nommé Azriel dans le Judaïsme ; Ezra dans le Christianisme et Izra dans le Judaïsme. Il est aussi connu sous le nom d’Azraël dans certaines traditions hébraïques, musulmanes et même sikhes. Quoi qu’il en soit, physiquement cet ange de la mort « a quatre faces et quatre mille ailes. Son corps tout entier est couvert de langues et d'yeux, dont le nombre correspond à celui des personnes vivant sur Terre. Il enregistre, sans cesse, dans un grand livre, le nom des hommes à leur naissance et les efface à leur décès, il sera le dernier à mourir » («Encyclopedia of Religion and Ethics Part 3», Kessinger Publishing, 2003). Selon certaines croyances et certaines personnes, Azraël serait également une femme dotée d’une faux de moissonneur, d’où l’autre appellation de la personnification de la mort : la « grande faucheuse ».

Et nous arrivons à la question cruciale pour chacun de nous, pauvres mortels. Y-t-il une vie après la mort (synonymes : «Après-vie», «Existence post-mortem», «Outre-tombe», «Vie dans l'au-delà», «Vie éternelle»), après que nos corps soient réduits en poussière ? Ici, tout est question de Foi et de Croyance.

Chez les Juifs, on parle de Olma Haba (Monde à venir). Il s’agit de l’une des croyances fondamentales du Judaïsme qui renvoie, pourtant, à deux concepts différents : 1. Le monde des âmes (olam haneshamot), où se trouve l'âme de l'homme, séparée de son corps après la mort, recevant la rétribution pour ses actes dans le monde des vivants ; 2. Ce monde, une fois arrivé dans sa plénitude après la venue du Messie, à la Fin des Jours (du grec eschaton)

Chez les Chrétiens, toute cette croyance à une vie après la mort se situe dans l’Apocalypse de Jean où il est aussi question de « seconde mort » pour les mécréants qui se reconnaîtront... « Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Et Celui qui était assis sur le trône, dit :" Voici que je fais toutes choses nouvelles. " Et il ajouta: " Ecris, car ces paroles sont sûres et véritables. Puis il me dit: " C'est fait ! Je suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai gratuitement de la source de l'eau de la vie. Celui qui vaincra possédera ces choses; je serai son Dieu et il sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part est dans l'étang ardent de feu et de soufre : c'est la seconde mort ». (Apocalypse 21 : 4-8).

Chez les Musulmans, il existe le barzakh, lieu où les âmes (« arwah » en arabe pluriel de « rouh ») seront regroupées. L’âme se détache du corps par l’intermédiaire d'un ange spécial dit ange de la mort. Selon l'Islam, le sommeil est considéré comme une mort. L’âme doit attendre la fin du monde et le jugement dernier. Celui-ci « surviendra alors que la terre sera une autre terre, ainsi que les cieux (Coran 14 : 48), et durera 50 000 ans ».

Pour votre culture personnelle, sachez que Thanatos est la personnification de la mort dans la mythologie grecque. De ce nom est tiré le mot thanatophobie qui est « une anxiété provoquée par l'exposition à un objet ou une situation liés à la mort. Elle se manifeste par des signes cliniques, et elle conduit souvent à un comportement d'évitement. Il s'agit d'une peur irraisonnée de la mort en général, de la mort de ses proches et de sa propre mort ».

En résumé, nous croyons tous, plus ou moins, à une résurrection. Peut-être pas du corps mais de l’esprit si… Mais rien n’y fera. La mort rend forcément toujourstriste, et plus encore lorsqu’il s'agit d'un parent ou d'un proche rongé par une maladie incurable ou parti soudainement comme dans le contexte actuel du coronavirus. Cependant, il faudra bien faire son deuil puisque la vie doit continuer. Or, cela n'est pas si simple en réalité. Cependant, ce n’est plus sur la personne décédée qu’il convient de s’apitoyer mais plutôt sur toutes et tous ceux qu’elle quitte : famille, amis, connaissances… A la question : à quoi sert de vivre, je répondrais illico : la vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie ! Mais qu’en aviez-vous fait ? C’est la question la plus vitale pour la suite quelque part (mais où ?).

Et puis, il faut bien le dire : chacun est à la quête d’un sens à sa vie. Chaque individu veut trouver sa raison d’être. Pour cela, nous vaquons à des horizons divers et diversifié. Certains veulent être tous les grands ou tous les sages qui les ont devancés, sauf eux-mêmes. Que l’on veuille ou non la vie aura toujours un sens. Il n’y a pas de vie neutre. Il n’y a pas de vie vide. Chaque vie a une forme quelconque. Si, par exemple, les uns mangent pour vivre, d’autres vivent pour manger. Une sorte de définition lumineuse des misérables et des nantis.

J’ai feuilleté, il y a quelques années le testament de sœur Emmanuelle (née Madeleine Cinquin), décédée le 19 octobre 2008, à l’âge de 99 ans. Voici ce que j’y ai retenu : « L'Amour est plus fort que la mort... La mort détruit ce qui est matériel, mais ce qui est don et générosité est éternel... ». Il ne peut s’agir que d’un crédo laissant sa part à la liberté de l'Homme, lui laissant le choix de collaborer à l'Amour voulu par Dieu, ou de le refuser même définitivement (synonyme de l'enfer purgatoire). Oui, « les salauds vont en enfer ». Il s’agit aussi du titre du « Best seller » de Frédéric Dard, alias le commissaire San Antonio, adapté à l’écran par Robert Hossein. A Madagascar, les salauds en question fourmillent au sein du monde politique depuis des décennies. Ils se reconnaîtront… Maigre consolation mais consolation tout de même, de savoir qu’ils seront tous rongés par des vers comme vous et moi, un jour ou l’autre.

Enfin, amis mortels, le proverbe ci-après n’est pas dû au hasard. Loin de là : «Si tu veux surmonter de pénibles obstacles, aide-toi, et le ciel t'aidera». (Dictionnaire des proverbes et idiotismes français, 1827). A vous de voir.

Pour clore ce dossier, je vous offre un poème bien malagasy de jadis, qui parle aux vivants, que je traduis ainsi : Ô vivants, rappelez-vous que vos jours passent ; aussi apprenez à vous aimer pour que les regrets ne surviennent pas. Edifiez le Fihavanana qui ne divise pas. Telle est la véritable sagesse, conservez-la dans la droiture.

O RY VELONA O !

O ! Ry velona O tsarovy fa mandalo ny andronao,

Koa mifankatiava ihany sao ho tonga neninao.

Fihavanana no aoka mba hajoro

Ka irina tsy hikoro

Izany no tena fahendrena

Tano mafy tsy hivena

Jeannot Ramambazafy

Dossier également publié dans"La Gazette de la Grande île" du 12.08.2020

Midi Madagasikara0 partages

FJKM : Reprise des cultes cette semaine

(Photo d’archives)

Après l’annonce des nouvelles mesures sanitaires pour Antananarivo par le président de la République dimanche dernier, la FJKM par le biais de son président, le pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa, a elle aussi annoncé la reprise des cultes à partir de cette semaine. Une nouvelle qui semble ravir les protestants de la capitale qui n’ont pu se rendre à l’église durant de nombreuses semaines maintenant. Néanmoins, cette réouverture s’accompagnera de mesures strictes pour éviter la propagation de la Covid-19 dans les temples. Aussi, conformément aux indications du gouvernement, pas plus de 50 fidèles pourront assister à chaque culte car la réunion d’un groupe de plus de 50 personnes reste interdite à Analamanga.

Pour les autres confessions, aucune décision n’a encore été prise jusqu’à l’heure actuelle. Il reste à voir si cette initiative de la FJKM sera suivie ou non par les autres. La réponse devrait être connue dès dimanche. Rappelons que la dernière fois, la FJKM était la première à rouvrir ses portes après un mois de fermeture due à la crise sanitaire et que la FLM l’a suivi dans cette voie. Peut-on s’attendre à ce schéma cette fois-ci ?

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Stade de Betafo : Il reste la clôture extérieure

Les travaux du stade de Betafo avancent à grands pas. La tribune prend forme et apparemment la pelouse synthétique est prête à poser puisque les canaux d’évacuation sont de déjà en place. Il reste donc la clôture extérieure promise par le gouverneur du Vakinankaratra Vy Vato. Des travaux urgents en fait car on ne peut rien faire sans avoir sécurisé le lieu. Une clôture qui ne concerne en fait que les trois quarts de ce terrain. Mais bien avant l’arrivée du rouleau synthétique les avis des férus du sport de Betafo sont partagés. Si les inconditionnels du football se réjouissent de pouvoir l’utiliser à longueur de journée et permettant ainsi aux jeunes pousses de s’entraîner pendant des heures et sur une surface adaptée, d’autres partisans d’autres disciplines évoquent une autre alternative. Ces derniers estiment qu’il faudrait repiquer le fameux gazon anglais d’autant plus que le climat s’y prête. Le gain d’argent servirait ensuite à acheter une couverture synthétique mais destinée principalement pour la piste d’athlétisme et ensuite pour les terrains de volley-ball et de basket. Une option qui donnerait alors l’appellation de stade olympique à ce nouveau complexe qui ferait le bonheur de tout le monde. Mais pour réussir ce nouveau projet, il va falloir être à plusieurs pour aller convaincre le Président Andry Rajoelina. Outre une frange de la population locale, il faut le soutien de la Fédération Malagasy l’Athlétisme, celle du basket-ball mais aussi celle du volley. Comme rien ne coûte d’essayer…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – « Grand Concours pour les Malgaches » : Le duo Mahefa Kely et Rina sacré champion !

Le samedi 8 août, les Malagasy dans l’Hexagone se sont réunis à Neuilly-Sur-Marne pour la compétition dénommée « Grand concours de pétanque boss gasy de toute la France ». Il s’agit d’un concours de doublette et qui était réservé uniquement pour les Malagasy. En effet, Mahefa kely et Rina ont arraché le sacre en s’imposant à Luc et Voady en finale. Ces derniers ont éliminé le duo David Morondava et Rico en demi-finale. Cette première édition a vu la participation de plus de 50 équipes, une grande satisfaction pour l’organisateur. « Je remercie tous les participants et tous ceux qui ont rendu cet évènement possible. Le concours s’est déroulé dans le calme. On a constaté la hausse de niveau technique de chaque équipe. Ainsi, nous sommes très satisfaits, et l’objectif de renforcer l’union des férus de pétanque malagasy en France est atteint », a annoncé Timain Rarivoarivony. Ce n’était pas le premier évènement organisé pour les boulistes, mais c’est juste le thème qui change à chaque fois. Mis à part le concours, c’était aussi une occasion pour les Malagasy résidant en France de se rencontrer de nouveau après une longue période de confinement.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité sanitaire des aliments : Madagascar vers un redressement du système de contrôle

(photo d’archives)

« Prolifération des établissements alimentaires informels ; des denrées alimentaires périmées, endommagées, contaminées et étalées sur les points de vente sans respect des bonnes pratiques d’hygiène et de qualité ; et persistance des toxi-infections alimentaires » ; autant de points qui nécessitent la mise en place d’une stratégie nationale sur la sécurité sanitaire des denrées alimentaires à Madagascar pour les quatre prochaines années.

Dans un communiqué publié sur son site Internet, le ministère de la Santé publique affirme que « la sécurité des denrées alimentaires constitue un des facteurs fondamentaux assurant la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Or la dégradation de la sécurité sanitaire des denrées alimentaires dans le pays entraîne des effets néfastes sur la situation socio-économique de la population et ralentit le développement durable ». C’est donc la raison pour laquelle un nouveau plan stratégique national sur la sécurité sanitaire des denrées alimentaires a été élaboré. Ce plan est axé sur trois axes stratégiques ; à savoir l’amélioration de l’accès de la population à des denrées alimentaires saines, le renforcement du système national de contrôle officiel des denrées alimentaires, ainsi que l’optimisation des interventions multisectorielles en faveur de la promotion de la sécurité sanitaire des aliments.

Hors contrôle. Gagner ce pari semble encore être un travail de longue haleine. En effet, dans le document, le ministère de la Santé évoque l’absence de structures au niveau des collectivités territoriales décentralisées et de services techniques déconcentrées, le manque de ressources face à l’étendue du territoire et à l’augmentation des denrées mises sur le marché, l’insuffisance du nombre de laboratoires et de personnel de laboratoire, mais aussi la faible fréquence de communication en raison du manque de matériels. Des problèmes qui ne datent pas d’hier à Madagascar mais qui n’ont toujours pas été résolus  après plus de cinquante ans d’indépendance. Par ailleurs, les structures de contrôle qualité des produits alimentaires et les Agents de contrôle officiel n’auraient pas aussi la capacité nécessaire à répondre aux besoins de contrôle officiel. Pour englober tout ceci, on peut dire que jusqu’à présent, la sécurité des aliments qui circulent sur le marché est encore hors contrôle. Fort heureusement, ce nouveau plan stratégique pourrait changer la donne durant les quatre prochaines années.

Chacun sa responsabilité. L’Etat, les entreprises, et les organismes alimentaires ont chacun leur rôle dans la sécurisation des denrées alimentaires à Madagascar. « L’Etat contribue à mettre en place un cadre favorable pour améliorer la sécurité sanitaire des aliments destinés à la consommation de la population et les entreprises ou organismes alimentaires sont tenus de garantir la sécurité sanitaire des aliments qu’ils produisent. A cet effet, ces derniers peuvent entreprendre au niveau interne des processus de contrôle qualité », peut-on lire dans le document publié par le ministère de la Santé. Ce qui peut amener à penser que si le pays est toujours à cette phase au jour d’aujourd’hui, c’est que ces rôles n’ont pas été assurés pendant de longues années.

Néanmoins, d’ici 2024, le gouvernement prévoit d’augmenter d’au moins 90% les établissements alimentaires enregistrés respectant les normes d’hygiène et de sécurité sanitaire. Pareille pour le renforcement des lois et textes réglementaires sur l’hygiène et la sécurité sanitaire de l’importation, la production, la transformation et la commercialisation des denrées alimentaires par au moins 90% des établissements alimentaires enregistrés. Et bien évidemment, une application rigoureuse des procédures opérationnelles standards pour la prévention, et la réponse aux toxi-infections alimentaires au niveau des 22 régions est également attendue. Une immatriculation massive des gargotes, restaurants et autres établissements est donc attendue dans un futur proche. Reste à voir si ce plan stratégique sera appliqué fermement et qu’il porte ses fruits pour la sécurité de l’ensemble de la population malgache.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Terrasser l’ennemi

Le Covid-19 n’a pas encore fini de faire parler de lui à Madagascar. Si la barre des 150 décès est désormais dépassée, le taux de guérison, elle, avoisine les 85%, du moins, hier. Les soignants, eux, auront encore à rester sur le front et ne sont pas encore près d’entendre siffler la fin du combat.

Terrasser l’ennemi

Les malades ne se comptent plus maintenant par centaines par jour à Analamanga. L’épicentre de l’épidémie connaît enfin une baisse des nouveaux cas en 24h, lesquels sont passés sous la barre des 50 cas, hier. Le pic est maintenant atteint. On s’attend à une courbe enfin décroissante dans les prochains jours et semaines. Toutefois, les médecins dans les CSB2 comme les autres soignants dans les CTC et les grands hôpitaux, restent toujours aussi mobilisés. Les citoyens, quant à eux, commencent à goûter au petit vent de liberté soufflé par le déconfinement partiel, bien que l’état d’urgence sanitaire demeure encore car prorogé pour la dixième fois. Ainsi, les tananariviens vivent une reprise quasi-générale des activités, notamment dans le secteur informel et les entreprises du secteur privé. Ce, à la force des mollets qui sont fortement sollicités depuis quelques temps en l’absence de transport en commun. Mais ce début de « retour à la normale » n’est pas synonyme de sérénité pour tout le monde. Le coronavirus est toujours là et semble vouloir rester encore quelques temps si on n’anticipe pas dès à présent sa propagation dans les autres régions comme le Boeny ou encore l’Atsimo-Andrefana. Dans la capitale, l’heure est au laisser-aller, et les citoyens ne tiennent beaucoup moins compte de la présence du virus dans leur environnement. On compte désormais sur l’immunité collective.

En dépit d’un léger mieux dans l’Analamanga, nous ne sommes pas tirés d’affaire pour autant. Quelques voyants sont, certes, passés au vert, mais il reste à terrasser l’ennemi. Pour l’heure, celui-ci se montre encore assez coriace. Le répit sera pour plus tard.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo – Heroes Virtual Championship : Nicolas Ragonz termine deuxième en poomsae

Ragonz enchaîne les performances.

Les performances s’enchaînent pour l’international malagasy aux compétitions en ligne.

Les compétitions se suivent et ne se ressemblent pas pour l’international malagasy, Nicolas Randriamiandrisoa. Le combattant malagasy évoluant avec le club Taekwondo Basse Goulaine France, a participé au « Heroes Taekwondo Virtual Championship » organisé en ligne les 8 et 9 août. Le Taekwondoiste malagasy a terminé à la deuxième place en poomsae des plus de 50 ans derrière l’Espagnol, Fernando Bendala et devant le Koweïtien, Balraj Kadyan. Cette compétition initialement prévue se dérouler en Thaïlande a été annulée en raison de la pandémie de Covid-19. Avec cette période de confinement où toutes les compétitions se tiennent en ligne, Nicolas ne rate aucune occasion de participer à des événements d’envergures internationaux. Et les performances s’enchaînent pour l’international malagasy qui se permet de luxe, de terminer deuxième du « Heroes Taekwondo Virtual Championship ». Après avoir lâché le kimono pour quelques, Nicolas alias Ragonz titulaire du grade de 6e dan, a décidé de reprendre la compétition. Un retour gagnant car il a été sacré champion de France en poomsae individuel catégorie masters 2, c’est-à-dire pour les moins de 50 ans cette année. Et sur cette ligne de mire qu’il a aussi participé au Championnat d’Europe de poomsae open en ligne au mois de mai et au 1er « Oceania open online poomsae and para poomsae Championship » au mois de juillet et au 1er « Virtual Range Open Poomsae and para poomsae Championships » où il a terminé à la huitième place. Ragonz a été aussi engagé à la Coupe de l’Ambassadeur de Corée à Madagascar. Et le champion malagasy n’est pas prêt de lâcher prise pour cette saison 2020 très spéciale.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Itasy : Nokapaina famaky ireo tompon-trano

Iray volana katroka taty aoriana no voasambotra avokoa ireo folo lahy, tompon’antoka tamina fanafihana tokantrano iray tao Ambararata, kaominina Amberomanga distrika Soavinandriana Itasy. Tsiahiviana fa vola manodidina ny dimy alina sy telo hetsy ariary no nidarohan’ireto olon-dratsy ireto ny tompon-trano ary tsy vitan’izay fa mbola nokapaina tamin’ny famaky ihany koa.

Ny alin’ny 11 jolay lasa teo, tokony ho tamin’ny 11 ora alina no nidiran’ireto olon-dratsy ireto ny tokantrano iray tao amin’io toerana voalaza etsy ambony io. Tsy nihanona fotsiny tamin’ny fanafihana ny tranony anefa ny tompon-trano, fa niezaka hatramin’ny farany nanohitra ireto olon-dratsy, saingy tratry ny be noho ny vitsy nony avy eo. Izany fihetsika izany no nampiakatra ny tambavin’ireo jiolahy ka namonoan’izy ireo ireo telo mianaka tao an-trano tamin’ny alalan’ny vely kibay sy kapa famaky. Araka ny fanadihadiana nataon’ireo zandary tany an-toerana, dia vola manodidina ny 350.000 ariary no lasa niaraka tamin’ireo akoho amam-borona, panneau solaire sy izay entana sarobidy tao amin’ity tokantrano ity. Marihana anefa, fa tamin’ny fifanandrinan’ireo olon-dratsy ireto sy ny tompon-trano dia nahavita nandratra ny roa tamin’ireo mpanafika iry voalohany.

Nanomboka teo ny fikarohana ireto olon-dratsy ireto. Raha ny fantatra dia voalohandohan’ny volana teo no nisy ny angom-baovao azon’ny teo anivon’ny zandary misahana ny raharaha. Voasambotra noho izany, araka ny vaovao hatrany ny roa lahy, izay isan’ireo nanafika tamin’io fotoana io ary naratra tao anatin’ilay fifandonana tamin’ny tompon-trano. Voalaza fa niaiky tanteraka ny heloka nataon’izy ireo nandritry ny fakàna am-bavany. Tamin’izany ihany koa no nanondroany ireo namany enin-dahy izay nanafika tamin’io fotoana io ary roa lahy izay samy mponina tao amin’ny kaominina Ankisabe sy Tamponala, niray tsikombakomba tamin’izy ireo tamin’ilay fanafihana. Nojokoina moramora foana izy valo lahy ambiny ireto taorian’izay. Mbola nisy ampahany tamin’ireo entana nangalariny tao amin’ilay tokantrano no hita ary efa naverina tamin’ny tompony. Izy folo lahy voasambotra ireto kosa, taorian’ny famotorana sy fakàna am-bavany dia natolotra ny Fampanoavana ary samy nadoboka am-ponja vonjimaika avokoa miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L

 

Midi Madagasikara0 partages

MPME : Une académie avec des formations en ligne, lancée par l’AUDA-NEPAD

Les MPME peuvent désormais améliorer leurs savoir-faire, en ligne, grâce à l’Académie mise en place par l’Agence de développement de l’Union Africaine.

L’Agence de développement de l’Union Africaine (AUDA-NEPAD) annonce le lancement de l’académie des MPME (micros, petites et moyennes entreprises). La première vague de bénéficiaires provient de 7 pays d’Afrique.

Un webinaire informatif avec des experts, une série de formations virtuelles animées par des formateurs, et du mentorat pour les MPME. Ce sont les trois principaux volets de la plateforme, qui offre également un accès gratuit aux informations sur le marché, à un pool de mentors aux expériences diversifiées et une assistance pour l’accès aux possibilités de financement. Lancée en partenariat avec le groupe Ecobank, la mise en place de cette académie des MPME s’inscrit dans le cadre du programme « 100.000 MPME d’ici 2021 » selon l’Agence de développement. « L’Académie MPME offre un accès facile à une formation pratique et à des ressources sur les possibilités de financement existantes dans divers pays, ainsi que des outils stratégiques pour bâtir une présence en ligne et adapter ses opérations dans le contexte de la pandémie de COVID-19 », a-t-elle communiqué, en ajoutant que les MPME sont invitées à participer aux webinaires d’information et à s’inscrire sur https://msmeacademy.nepad.org afin d’obtenir des conseils sur l’accès au financement et les stratégies de mise en place d’une présence numérique de la part des intervenants.

Sur mesure. L’Académie propose un contenu, de classe internationale panafricaine, spécifique à chaque pays pour assurer le bon équilibre entre les réalités locales (défis et opportunités des MPME) avec une approche panafricaine structurée afin d’assurer la durabilité et l’extensibilité des initiatives. « Dans ce continent où la majorité des pays sont des économies à faibles et moyens revenus, où les jeunes représentent près de 60 % de tous les chômeurs africains, la contribution des MPME et des entreprises informelles à la croissance du PIB et à la création d’emplois est fondamentale. Alors que le continent est confronté aux incertitudes socio-économiques provoquées par l’épidémie de Covid-19, l’Académie des MPME de l’AUDA-NEPAD, qui est mise en place en partenariat avec le Groupe Ecobank, vise à favoriser la résilience et la survie des MPME en ces temps critiques », a déclaré Dr Ibrahim Assane Mayaki, directeur général de l’AUDA-NEPAD.

Expertise. Pour sa part, Ade Ayeyemi, PDG du groupe Ecobank, a noté que l’impact de COVID-19 continue à se faire sentir dans toute l’Afrique, avec de sérieux défis et d’incertitudes pour les MPME. « L’Académie des MPME vient à point nommé pour apporter le niveau de soutien adéquat à ce segment vulnérable et important des entreprises en Afrique. Nous avons mis à profit l’expertise de notre Académie Ecobank, reconnue mondialement, pour développer un contenu spécifique à chaque pays et adapté aux MPME en Afrique et nous encourageons donc les MPME à s’inscrire et à participer aux différents programmes de formation virtuelle disponibles », a-t-il déclaré. Bref, de plus en plus d’acteurs de développement en Afrique misent sur les MPME, pour faire face à la crise actuelle, et amorcer une relance rapide pour l’essor économique des différents pays du continent.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique variété : Hery Lape reprend le micro

Hery Lape compte renouer avec le public

Il y a trois mois, Hery Lape s’est laissé emporter par sa passion pour la musique.

Aujourd’hui, l’auteur-compositeur vient de sortir officiellement ses dernières pontes. Livrés provisoirement à la façon « home made »,  « Vavaka » et « Embona » se parent dorénavant de sa version finale après que le chanteur ait pris le chemin du studio. Une belle variété de bossanova mélangée suavement avec les rythmes typiquement malagasy pour ravir les oreilles les plus fines. Des titres qui  font remonter la nostalgie du pays natal, et une douce prière en ces temps difficiles.  « Quand on se heurte à des moments aussi éprouvants,  l’envie de rentrer et d’être parmi les siens se fait plus forte », raconte-t-il. Avant d’enchaîner que, comme tous les croyants du monde entier, tourner son regard vers le Seigneur est plus que réconfortant.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Hery Lape s’avère être un poids lourd du show business malagasy à Paris. Chanteur à ses heures perdues, il est également un soutien infaillible pour les artistes de passage dans la ville de la mode. S’il y a des années, il a sorti son album « kapa kiranil », il a marqué son retour au bercail avec Manalasala en 2018. Plus tard, profitant du confinement  en France, il est revenu sur sa passion pour la musique. Laissant libre court à sa créativité, il en a sorti deux morceaux à ajouter dans son répertoire. Un bon pas de fait pour Hery Lape, étant donné qu’il a décidé de mettre à jour son projet de revenir sur le devant de la scène, sous sa casquette de chanteur évidemment.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 à Analamanga : Les nouveaux cas en 24h descendent en dessous de la barre des 50

1 décès lié au coronavirus a été signalé, hier, ainsi que 115 nouveaux cas de Covid-19 dont 43 à Analamanga, et 265 guérisons dont 240 à Analamanga.

L’unique décès annoncé hier, est survenu à Analamanga, portant à 152 le nombre de décès dans le pays depuis le début de l’épidémie, soit un taux de mortalité de 1,14%. Quant aux nouveaux cas, ils redescendent pour la première fois en dessous de la barre des 50. En effet, 43 nouveaux cas sur les 115 hier sont localisés à Analamanga, soit moins de la moitié. Le reste est localisé dans d’autres régions, à savoir 29 dans le Vakinankaratra (dont 27 à Antsirabe, 1 à Betafo et 1 à Antanifotsy) ; 1 dans l’Itasy (Miarinarivo) ; 1 dans l’Atsinanana ; 14 dans l’Alaotra Mangoro (tous à Ambatondrazaka) ; 3 dans l’Amoron’i Mania (tous à Ambositra) ; 10 dans le Boeny ; 1 dans la région Sofia (Antsohihy) ; 10 dans l’Atsimo-Andrefana ; 3 dans l’Anosy (dont 2 à Tsihombe et 1 à Amboasary Atsimo).

Ces nouveaux cas ont été identifiés parmi 655 tests (514 tests PCR et 141 tests geneXpert) soit un taux de positivité de 17,55%. Signalons au passage que les cas actifs sont actuellement au nombre de 1.889 tandis que le cumul des cas confirmés à Madagascar depuis le début de l’épidémie est de 13 317.

84,67% de taux de guérison. Les formes graves annoncées hier, sont au nombre de 98, soit 16 de plus que lundi dernier. Analamanga compte 68 formes graves et les 30 autres sont localisées dans 4 autres régions. Pour Analamanga en particulier, les patients présentant une forme grave du Covid-19 sont pris en charge dans divers hôpitaux et centres de traitement du Covid-19 (CTC) : HJRB 32 ; HJRA 17 ;  Anosiala 10 ; hôpital Militaire Soavinandriana 3 ; CTC Mahamasina 3 ; Andohatapenaka 1 ; CTC Ivato 1 ; Fenoarivo 1. Dans les autres régions, les formes graves sont localisées respectivement dans le Vakinankaratra (8) ; Haute Matsiatra 12 ; Atsimo Andrefana (Toliara) 4 ; Boeny 6.

Quant aux guérisons, 265 personnes sont déclarées rétablies, hier, dont la majorité à Analamanga (240). Les guérisons dans les autres régions se répartissent comme suit : Bongolava 4 ;

Atsinanana 1 ; Haute Matsiatra 3 ; Alaotra Mangoro 8 ; Sofia 4 ; Atsimo-Andrefana 5.

A ce jour, 11 276 personnes sont déjà guéries du Covid-19 depuis le début de l’épidémie, soit un taux de guérison de 84,67%. Le total des tests PCR réalisés à ce jour est de 49. 742, et celui des tests geneXpert est de 3798.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Mpivarokena voaambana basy, lasy ny vola iray kitapo

Nitrangana fanafihana indray andro atoandro be nanahary ny tao amin’ny fokontany Analakininina Hopitaly be, izay nitondran’ireo andian-jiolahy ireo mihitsy fitaovam-piadiana mahery vaika nandritra izany. Ny filazan’ny manodidina dia mpamongady omby avy nanangona ny vidin-kena sy vidin’ombiny izay fanaony ihany no voatafika ity; isan-kerinandro no fanaovana azy raha ny fanazavana hatrany. Tokony ho tamin’ny 02ora mahery kely teo no nitrangan’izany, ary tena horonan-tsary mihetsika mihitsy ny zava-nisy hoy ireo nanatri-maso izany fanafihana izany. Efa-dahy izy ireo no nahavanona izao fanafihana izao, hoy i Remi tompom-bola, ka ny roa nitondra moto, fa ny roa hafa kosa efa niandry teo amin’ny toerana nanafihan’izy ireo azy tao Analakininina hopitaly be. Avy hatrany dia voaambana basy PA i Remi satria samy nitondra basy ireto ekipa roa ireto, saingy tsy ny basy no nipoaka fa nisy nidaroka tamin’ny vy ny lohan’ilay tompom-bola ka torana. Teo no nakan’ireto jialahy ny kitapo feno vola sy ilay moto nentiny nanaovan’ireo jiolahy roa tsy nitondra moto taingin-droa. Raha ny fanazavan’ny vadiny, satria mbola maratra tsy mahateny ilay rangahy vadiny, dia vola 15 tapitrisa teo no voaangony tamin’izao vola lasan’ny jiolahy izao. Ho hita eo ny tohiny, fa tsy mbola nametraka fitoriana noho ny ratra nahazo azy ilay rangahy voatafika raha ny fanazavan’ireo mpitandro ny filaminana. Tena ao anatin’ny tsy filaminana tanteraka i Toamasina tato ho ato izay, indrindra hatramin’ny nilazan’ny filoha fa tsy ao anaty fihibohana intsony i Toamasina. Mirongatra ny vaky trano, hala-botry, ny fanendahana, izay ny fokontany 138 eto Toamasina dia misy azy avokoa fa ny habetsany no tsy itoviany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Documentaire : Mada Doc, l’atelier d’aide à la finition

Nombreux sont les cinéastes  qui travaillent sur  des films documentaires destinés aux festivals internationaux. Et toute aide est la bienvenue.  Dans cet emblée, Madadoc  propose une opportunité de suivre un atelier d’aide à la finition. Durant deux mois, les professionnels d’Asa Sary accompagneront les réalisateurs des films présélectionnés. Si l’appel à film est fixé jusqu’au  22 septembre, l’idée est d’améliorer l’œuvre avec l’appui de professionnels pour rencontrer son public à Madagascar et à l’international. Par ailleurs, il est à souligner que   les films déjà diffusés aux RFC ou produits dans le cadre de KinoDOC, peuvent être éligibles si les images et le montage ont été conservés. En effet, dans la Grande île, la plupart des films documentaires  sont diffusés  ou produits dans le cadre des deux seuls festivals de film court panafricain et le Doc OI. Au final, les films présélectionnés seront diffusés à l’Ifm Analakely.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : Equipements remis par Direct Aid

Masques, thermo-flashs, combinaisons et gels désinfectants, ont été remis la semaine dernière par l’ONG Direct Aid au titre de sa contribution à la lutte contre le Covid-19 à Madagascar. Le ministre de la Santé publique, le Pr Ahmad Ahmad, a reçu ces lots de dons remis par le représentant de Direct Aid à Madagascar, Allaoui Benissa lors d’une brève cérémonie qui a eu lieu le vendredi 7 août 2020 au Centre de Commandement Opérationnel (CCO) Covid-19, en présence du coordonnateur général du CCO, le général Olivier Elack Andriankaja. Les 75 000 masques, 30 000 gels désinfectants, 200 thermo-flashs et 2 800 combinaisons remis à cette occasion, seront aussitôt redéployés vers les divers sites où ils seront utilisés par les soignants. Notons que Direct Aid est une organisation non gouvernementale oeuvrant dans l’humanitaire, mais elle mène également des actions de développement socio-économique dans divers pays. Cette organisation est simplantée dans 30 pays africains dont Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Société Aquamas Soalala : Des matériels vendus aux enchères détournés

Se sentant victime d’une injustice, un opérateur économique attend impatiemment la suite de la plainte qu’elle a déposée auprès de la section de recherche de recherche criminelle de la gendarmerie à Mahajanga. Il se plaint de l’existence d’un groupe d’individus dirigé par un ressortissant Karana qui dérobe ses biens déposés sur le site d’une grande entreprise opérant dans la commune de Soalala, dans la région Boeny. Les biens en questions appartenaient à cette entreprise. Cet opérateur les a obtenus dans une vente aux enchères tenue le 12 décembre 2018. Une vente aux enchères qui a été ordonnée par une décision judicaire suite à un problème qui avait opposé la société à ses employés. Cet opérateur qui est également un Karana était parmi  les plus des cent personnes qui ont assisté et ayant bénéficié des marchandises à cette vente. Puisque qu’il a réussi à acquérir le maximum de part, il a décidé de laisser ses gains sur place en attendant le moment opportun pour les récupérer en confiant la garde à un gardien. Etant donné qu’il compte fonder une quelque chose dans la localité. Actuellement, le groupe d’individus susmentionné s’est  introduit sur le site pour s’emparer ses biens. « Ce pillage a commencé depuis le 4 août dernier et cela continue jusqu’à l’heure actuelle », déplore-t-il. Cet opérateur affirme victime d’une injustice en voyant que ces braconniers seraient de connivence avec des autorités de la localité tout en se permettant de le menacer. C’est pourquoi, le plaignant lance un appel aux autorités compétentes à prendre en considération son cas.

T.M.

 

Midi Madagasikara0 partages

Mythe et légendes La Lémurie : une cosmogonie, une utopie

Rattaché à Madagascar, le grand continent de la Lémurie le reliait à L’Australie

Madagascar est une île/continent fascinant à bien des égards et ce, depuis des siècles où les hommes de tous les horizons ont foulé son sol. Le mythe de la Lémurie  a survécu jusqu’à maintenant.

Mythe et idéal civilisationnels, le grand continent de la Lémurie a alimenté une partie de la littérature « créole » de l’Océan Indien, voire plus, depuis la fin du XIXe siècle. Un nom est souvent cité comme être à la source du réveil de cette conscience d’une grande terre d’origine de tout : langue, technologie, connaissance de la mer… Le descendant des colons des Mascareignes, installés depuis le XVIIIe siècle, Jules Hermann.

Sa thèse soutient que la langue « proto–malgache » est la langue mère du monde, surtout celle de la France. Il a d’ailleurs fait des centaines de rapprochements, comme « La Canebière » qui serait en fait tirée de « Lakanabe ïera » ou encore « Sorbonne » qui est simplement « Soraboninahitra ». On se demande quelle mouche a piqué ce descendant de colons, mais il a ainsi inversé le principe du rapport Métropole/Colonie. Si les pensées dominantes stipulaient que les lumières venaient d’Europe, lui disait tout le contraire. Que la Lémurie a rayonné sur la planète, en particulier sur la France.

En fait, la Lémurie est un espace géographique englouti par la mer en s’affaissant, similaire au mythe de l’Atlantide. Partant de preuves archéologiques et philosophiques, les pionniers de cette théorie ont mis en évidence que Madagascar et ses îles  voisines en sont les pics de ce grand continent. Par ailleurs, pour Jules Hermann, cette histoire séculaire voilée d’une sorte d’utopie réalisée et mystique justifie la colonisation de Madagascar par les français.

Ses théories ont été ensuite reprises et réactualisées par bon nombre d’acteurs culturels et chercheurs en tout genre. Le courant New Age a été l’un des plus grands défenseurs du mythe de la Lémurie à l’époque moderne.

Maminirina Rado