Les actualités Malgaches du Vendredi 12 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara31 partages

Andry Rajoelina : 600 000 dollars pour les Barea

Le président Andry Rajoelina, entouré de Faneva Ima et d’Anicet Abel.

Outre sa présence aux matchs des Barea, le président de la République a tout fait pour motiver les joueurs de l’équipe nationale malgache.

Devant les exploits réalisés par les Barea, le président Andry Rajoelina n’est pas resté de marbre. En effet, le chef de l’Etat a promis aux joueurs de l’équipe nationale malgache 250.000 dollars pour sa qualification aux huitièmes de finale. Etant donné que les Barea ont été qualifiés en quarts de finale, Andry Rajoelina a également promis 350 000 dollars pour cette équipe. En tout, 600.000 dollars, du moins pour l’instant. En effet, cela ne va pas s’arrêter là, car au cas où les Barea iraient en demi-finale, le montant va aussi augmenter, et c’est pareil pour la finale. Décidément, le fondateur du TGV se donne à fond pour motiver les joueurs des Barea.

Exploit. Le parcours de ce qu’on a qualifié de « petit poucet » est exemplaire, dans la mesure où il a fait tomber des équipes de gros calibre, pour ne citer que les Léopards de la République Démocratique du Congo. Notons que depuis les huitièmes de finale, des supporters ont rallié l’Egypte. Ils étaient ainsi 471 à rallier Alexandrie, où le match s’est tenu. Avec l’exploit des Barea qualifiés pour les quarts de finale, le nombre de fans de ces derniers a également augmenté pour atteindre 613 supporters qui n’ont pas hésité à s’envoler pour Le Caire.

Dominique R.

Midi Madagasikara27 partages

Football – CAN 2019 : Les Barea sortent avec les honneurs ! 

Éliminés, les Barea plient sur trois buts tunisiens, ce qui signifie la fin du parcours pour ce groupe d’exception qui n’a nullement démérité en se hissant jusqu’aux quarts de finale, alors que personne ne s’y attendait.

C’est fini pour les braves Barea, battus par plus forts qu’eux. Après avoir tenu tête aux Aigles de Carthage pendant toute une mi-temps, les Malgaches ont fini par plier. Et ce n’était pas la faute à l’excellent gardien Adrien Melvin, auteur de plusieurs arrêts réflexes et qui est parvenu à retarder l’échéance jusqu’à ce tir de Ferjani Sassi, dévié par Thomas Fontaine (52’). Enhardis par ce succès inattendu, les Tunisiens se sont montrés menaçants avec au bout un second but de Youssef Msakni, à l’heure de jeu, après un renvoi au poing de Melvin. Du coup, les Barea sont descendus de leur nuage, que ni la  hargne avec laquelle les coéquipiers de Faneva Ima, ni les deux changements opérés par Nicolas Depuis (66’), ne firent la différence. Car ni Voavy Paulin, qui remplaçait Bolida, ou encore Morel, à la place de Bapasy, ne pouvaient plus faire grand chose face à une équipe qui réalisait son meilleur score de cette CAN 2019.  Et comme le cœur n’y était plus, les Tunisiens ont marqué le coup de grâce sur un but de Naïm Sliti (90’ + 3 minutes de temps additionnel) totalement seul. Njiva a fait son entrée à la place de Marco Ilaimaharitra, mais rien n’y fit. La partie prit fin sur ce score terrible de 3 à 0 sur une contre-attaque, mais cela n’a  pas empêché les supporters malgaches présents au Caire de féliciter les joueurs avec ce fameux « clapping » des Islandais, pour rappeler que les Barea sont aussi des héros.

Ils rentrent à la maison avec cette satisfaction du devoir accompli, avec ce bonus d’un million de dollars offert par la CAF, auquel s’ajoutent les autres primes, dont celle du couple présidentiel, Andry et Mialy Rajoelina, présent dans les tribunes pour montrer qu’il est solidaire avec les Barea et qu’il est fier. La suite s’annonce prometteuse, car après cette belle démonstration, il est certain que le football fera l’objet d’un suivi et de l’aide de l’État. Comme le hasard fait parfois bien les choses, cette élimination va permettre à tout le monde de se concentrer sur les Jeux des Îles de la semaine prochaine. Un autre défi à relever.

Clément RABARY

Midi Madagasikara24 partages

« Café histoire » au Musée de la photo : « Rizière dans la ville, patrimoine et identité d’Antan...

Une photo de Narindra Ramboasalama.

Le Musée de la photographie  poursuit ses actions dans la préservation et la valorisation du patrimoine culturel malgache, en conviant le grand public au rendez-vous mensuel du « Café histoire ». 

Après l’intervention  de l’enseignante Lydie Andriamiseza sur  « La place de la femme dans la tradition malgache », «  Rizière dans la ville, patrimoine et identité d’Antananarivo », par Narindra Ramboasalama, sera au rendez-vous ce samedi 13 juillet 2019 à partir de 10 heures.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles,  elle a eu comme sujet de fin d’études : « Comment vivre dans les rizières » ? Amatrice de photographie, elle a constitué au cours de ses recherches un petit fonds d’images qui exposent la vie dans les rizières d’Antananarivo.

Le travail de Narindra Ramboasalama se porte sur l’analyse urbaine, avec un travail sur la photographie en tant qu’amateur ; pour mettre en valeur les quartiers les moins attendus, qui font partie de notre quotidien, en superposant le chaos et l’ordre. C’est à travers les rizières qu’elle a photographié la ville, une richesse que les Tananariviens ont sous les yeux, dans les « bas-fonds».

Voir les  rizières autrement.  L’homme modifie son milieu physique.  Betsimitatatra,  berceau et œuvre de la monarchie Merina, est un exemple d’une rencontre  entre le milieu naturel, un système de culture, et un aménagement du territoire. Les panoramas des plaines de la capitale malgache portent encore l’attention sur la riziculture. « Le riz et moi sommes un », telle était la phrase du Roi Andrianampoinimerina.  Le riz est non seulement un aliment de base mais aussi un facteur d’unification.  Les rizières font partie intégrante du paysage d’Antananarivo, depuis même leur fondation. Elles sont l’expression d’un savoir-faire hérité des ancêtres, et ne peuvent être séparées de l’histoire de la cité. À l’heure où les grandes mégapoles cherchent à réintégrer la nature et l’agriculture en milieu urbain, Antananarivo tend à faire disparaître la richesse de cet équilibre entre urbanité et rizières déjà présentes depuis sa création, par le phénomène de remblais.  Pourtant, la présence des rizières et d’une agriculture de proximité dans la ville pourrait être un moyen de l’équiper pour une meilleure qualité de vie.  Finalement, la rizière est un décor de la ville de la capitale depuis le XVIIIe siècle jusqu’à présent.

Selon le directeur du musée, Tsiory Randriamanantena, « Ce ‘Café histoire’ est une invitation, à chaque participant, à aller regarder ces rizières en ville, au-delà de ce qu’elle présente comme stigmate de la ville pauvre et insalubre ». Regarder ces quartiers, autrement, derrière l’image qu’ils nous présentent, décaler son regard.

C’est également une invitation aux habitants à s’intéresser à leur ville pour enfin se l’approprier.

Une passionnante séance de partage et de questions clôturera cette intervention de Narindra Ramboasalama.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara9 partages

Rugby – Tana 7s international : Les Spitfires d’Angleterre débarquent en terre malgache

Les Royal Air Force Spitfires ont donné un coup de main aux Makis dames, hier.

Pour la première fois, Madagascar a accueilli les Royal Air Force Spitfires, une grande équipe de l’armée d’Angleterre. Ils sont en terre malgache depuis ce mercredi, à l’occasion du tournoi Tana 7s international de rugby, qui se déroulera ce week-end, au Stade Municipal de Mahamasina. Avant goût, les Spitfires de la RAF ont fait leur premier entraînement, hier, au Stade Maki Andohatapenaka. Ils ont travaillé avec les Makis à 7 féminin, dans le but d’aider nos équipes nationales à trouver une meilleure place à la Coupe d’Afrique. Ils testeront le terrain de Mahamasina aujourd’hui.

Ainsi, huit équipes vont en découdre pour cette première édition du tournoi Tana 7s international, une rencontre sportive entre les rugbymen, initiée par le Malagasy Rugby. Elle se divisera  en deux poules. Les phases éliminatoires commenceront demain, à partir de 10h et les grandes finales auront lieu dimanche au même endroit. Un match choc sera au programme, notamment la rencontre entre les Makis et cette équipe étrangère. Cela cadre la préparation de nos portes fanions pour les Jeux des Iles de l’Océan Indien dans quelques jours, et l’Africa Men’s Sevens Tournament, qui est aussi une qualification aux Jeux Olympiques 2020 de Tokyo, qui se dérouleront en Afrique du Sud les 8 et 9 novembre prochains.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara9 partages

Toamasina : Un ressortissant réclame la restitution de ses enfants

Le divorce à l’origine du problème fut prononcé par ce tribunal.

Se sentant victime d’une injustice due à une décision judiciaire, un ressortissant français résident à Toamasina veut alerter les autorités compétentes sur son cas. Cette décision lui a ôté son autorité parentale envers ses trois enfants, suite à son divorce avec son épouse. De nationalité malgache, cette dernière a demandé à se séparer de lui après 11 ans de mariage. L’histoire remonte au 23 mars 2018, lorsque l’épouse a introduit une demande de divorce auprès du Tribunal de Toamasina, accompagnée d’une convention de garde des enfants, et du partage des biens. Le projet initial étant pour la mère et les enfants de partir au Canada avec une pension fixée en conséquence, si tout s’était déroulé à l’amiable et d’un commun accord comme prévu. Ce qui n’a malheureusement pas été le cas. Le 16 mai 2018, le jugement de divorce fut rendu en donnant la garde exclusive à la mère, et un droit de visite large au père. Le 29 mai 2018, l’épouse a déposé une plainte pour adultère et violence conjugale contre le mari. Des accusations dont ce dernier dénonce le fondement. L’attestation médicale du 15 Février 2018, constatée 5 jours après les soi-disant faits du 10 Février 2018, mentionne une contusion au pouce et douleur aux côtes qui n’ont jamais été prouvées avoir été commises par l’accusé. Aucune enquête policière ou photos n’ont été non plus produites pour prouver cette prétendue violence conjugale. Par contre, le juge s’est appuyé sur ces deux accusations pour lui retirer son droit sur ses enfants. Depuis, il affirme n’avoir plus revu ses enfants depuis le 3 août 2018, et n’avoir plus été capable d’entrer en communication librement avec eux. Le 29 août, il affirme avoir découvert par hasard sur les réseaux sociaux que son fils a été géolocalisé en France dans la région de Guyancourt. Ayant réussi à repérer où se trouvaient ses enfants, c’est à ce moment qu’il affirme avoir été informé qu’il ne disposait plus d’autorité parentale sur ses propres enfants, alors qu’il n’a jamais été notifié ou entendu réellement, comme le stipule le code de procédure civil de l’existence ou instruction de cette ordonnance. Il admet qu’après avoir fait un recours auprès de la justice française, il a réussi à faire venir ses enfants chez lui à Toamasina pour passer simplement des vacances. En effet, il réclame au tribunal malgache de lui remettre ses droits perdus. Pour ce faire, il affirme avoir saisi le CSM, ainsi que le Pôle Anti-Corruption, le Bureau de l’Intégrité, ainsi que les affaires judiciaires, sur ce dossier.

T.M.

Midi Madagasikara5 partages

Nicolas Dupuis : « Il faut continuer à travailler. Seul le travail paie » 

« Je suis très fier de mes joueurs, de ce qu’ils ont fait et réalisé durant toute la compétition. Ils sont devenus très grands. Comme je l’ai souvent dit, notre CAN est déjà réussie, et ce n’est que du bonus. Aujourd’hui, la marche a été trop haute. Il y a de la fatigue chez les deux équipes, et ça se sent un peu plus chez nous. Je n’ai pas un seul regret, on n’a pas eu beaucoup de solutions, on manquait de percussion, on jouait un peu bas. La rigueur tactique de la Tunisie a fait la différence, et surtout l’organisation sur le terrain. La Tunisie est une équipe mondialiste avec un talent collectif exemplaire. On n’était pas habitués à jouer contre l’équipe de l’Afrique du Nord. Ça va être difficile de faire mieux la prochaine fois. Il y a beaucoup de travail à faire, et seul le travail paie si on veut revenir et être meilleurs. Je suis très touché et reconnaissant du soutien de tout le peuple malgache, et surtout celui du président de la République. Les gens sont contents et fiers de nous et c’est trop touchant. Laissez-moi vivre jusqu’au bout et savourer avec l’équipe ce qu’on a fait. Je suis très attaché aux joueurs et au pays. J’aime beaucoup Madagascar et j’aime mes joueurs. » Nicolas Dupuis n’a pas caché sa volonté de rester avec les Barea lors de la conférence de presse d’après match, où l’équipe nationale a reçu les félicitations de tous les journalistes présents.

T. H

Midi Madagasikara4 partages

Haltérophile- Championnats d’Afrique : Les héros sont de retour

5 médailles d’or pour une en argent ! C’est la belle moisson de l’haltérophilie malgache aux championnats d’Afrique de Nairobi durant le week-end. Une issue prévisible, car l’haltérophilie fait partie, comme la pétanque, d’une de nos meilleures armes sur l’arène internationale.

Cette fois encore, les protégés de Jean Alex Harinelina Randriamanarivo ont été exacts au rendez-vous de ce sommet pour la qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo. Et pour peu que le ministère leur ait donné les moyens, notamment la nouvelle salle de musculation offerte par le ministre Tinoka Roberto. Les résultats sont venus se greffer à cette belle initiative avec l’émergence de nouvelles têtes.

Et si on connaît déjà la performance de la petite Rosina, de Vania et d’Eric, tous les trois en or, on a vécu avec un réel plaisir les médailles d’or de Ricardo et de Tojo. Seul Sitraka est rentré hier au pays avec la médaille d’argent au cou.

Et lorsqu’on sait que ces six haltérophiles vont s’envoler pour les Jeux des Îles de Maurice dès mardi, le jour de départ de la délégation, on ne peut que féliciter la Fédération Malgache d’Haltérophilie d’avoir rempli sa mission.

En attendant, voici la performance des Malgaches à Nairobi :

Médaillés d’or :Rosina : 68 kg à l’arraché et 80 kg à l’épaulé-jetéVania : 82 kg à l’arraché et 100 kg à l’épaulé-jetéRicardo : 100 kg à l’arraché et 120kg à l’épaulé-jetéEric : 100 kg à l’arraché et 147 kg à l’épaulé-jetéTojo : 130 kg à l’arraché et 160 kg à l’épaulé-jetéMédaille d’argent :Sitraka : 79 kg à l’arraché et 102 kg à l’épaulé-jeté*

Clément RABARY

Midi Madagasikara2 partages

« Phénomène Barea » : D’importantes décisions en instance

Mission accomplie dans quelques jours pour Jean Max Rakotomamonjy.

La CAN en général, et le succès des Barea en particulier, ont mis en quelque sorte en veilleuse la machine administrative. D’importantes décisions touchant la vie du pays sont mises en attente. Le Conseil des ministres hebdomadaire n’a pas eu lieu avant-hier, car le président de la République et certains membres du gouvernement ont été occupés par les préparatifs du deuxième voyage en Egypte. La promulgation de la nouvelle loi sur le recouvrement des avoirs illicites attend également le retour à la normale de la situation. Par ailleurs, malgré l’impatience constatée du côté de la CENI, le gouvernement n’était pas pressé de se prononcer sur la proposition du calendrier des prochaines communales, soumis par la commission électorale.

Session spéciale. A l’Assemblée nationale, les députés se préparent à une session spéciale qui débutera mardi prochain. Il ne reste donc que quelques jours à Jean Max Rakotomamonjy pour préparer son départ. Après l’expiration du mandat des députés de la précédente législature, l’ancien député d’Andapa a été chargé d’expédier les affaires courantes à Tsimbazaza. Il a été assisté dans cette mission ordinaire par le Questeur I Siteny Randrianasoloniaiko et le Questeur II Adrien Vanovason. « Je suis prêt à faire la passation avec le futur président de l’Assemblée nationale », a déclaré Jean Max Rakotomamonjy, en marge de l’hommage rendu à la dépouille mortelle de l’ancien député Harijaona Randriarimalala à Tsimbazaza. Après l’Egypte, les regards seront donc braqués sur l’Assemblée nationale la semaine prochaine.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Pêche et aquaculture : La valorisation de la recherche halieutique s’impose

Cet atelier national sur la recherche halieutique se poursuit ce jour.

De nombreuses recherches ont été réalisées au niveau du secteur de la pêche et de l’aquaculture. Cela touche entre autres, les filières langouste, crevette et concombre de mer.

D’autres recherches doivent être en même temps développées telle que la recherche sur la filière crabe. Ensuite, une valorisation de cette recherche halieutique s’impose dans le but d’assurer la transparence de la gestion durable de nos ressources marines et aquacoles. Le directeur général de la Pêche et des Ressources Halieutiques, le Dr Bemananjara Etienne, l’a expliqué lors de l’ouverture de l’atelier national relatif à la mise en œuvre de la stratégie nationale de la recherche halieutique qui se tient depuis hier au Motel à Anosy.

Evaluation des stocks. Dans le cadre de cet atelier national qui voit la participation de toutes les parties prenantes telles que les techniciens, les chercheurs et les universitaires, le développement des recherches appliquées à vocation commerciale et industrielle en collaboration avec le secteur privé, sera priorisé. L’amélioration d’un dispositif institutionnel de lancement de la mise en œuvre de la stratégie nationale de la recherche halieutique, n’est pas en reste, afin de mettre en réseau toutes les informations scientifiques indispensables à la prise de décision en matière de gestion des pêches et de développement de l’aquaculture à Madagascar. En outre, toutes les parties prenantes reconnaissent l’importance de la réactualisation de l’évaluation et du suivi des stocks de ressources halieutiques exploitées et exploitables en vue de décider sur l’éventuel aménagement des pêcheries.

Développer le partenarait. Par ailleurs, il faut mettre en place un mécanisme de financement pérenne de la recherche halieutique tout en développant le partenariat avec d’autres entités comme les ONG  œuvrant pour la protection des ressources marines et le secteur privé. L’amélioration du cadre juridique visant à renforcer le contrôle de la pêche et de la surveillance de la zone exclusive économique de Madagascar, est également discutée dans le cadre de cet atelier qui se poursuit ce jour. Mais en revenant sur la valorisation de la recherche halieutique, le directeur général de la Recherche Scientifique, le Pr Maharavo Jean, a soulevé que c’est indispensable pour faire face à l’évolution des éco-systèmes due aux impacts du changement climatique. « Cela se manifeste notamment par la baisse de la productivité de nos ressources halieutiques qui sont destinées en grande partie à l’exportation, et ce, de manière brute », a-t-il martelé.

Exploitées à grande échelle. En revanche, « cette valorisation de la recherche contribue à l’innovation nous permettant d’être compétitif sur le marché international. Prenons le cas des sardines en boîte, entre autres. Dans la foulée, de nombreuses recherches ont été réalisées par des étudiants et chercheurs malgaches. Elles méritent d’être exploitées à grande échelle. On peut citer, par exemple, la transplantation corralienne, la transformation des algues marines en médicaments et le développement de l’aquaculture marine. A part cela, il faut une base de connaissance scientifique pour prendre des décisions politiques », a conclu le Pr Maharavo Jean.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Affaire construction illicite : Le Conseil d’Etat rejete la requête d’un député élu

Le chantier de construction est encore scellé et fermé.

Une construction illicite a été constatée par la Police de l’Aménagement du Territoire, en avril dernier, sur un terrain ayant appartenu au Ministère des Travaux Publics, situé à Alarobia. Celui-ci a ainsi ordonné l’arrêt des travaux du chantier. L’inexistence de permis de construire  en est la principale raison. Et puisque le propriétaire du chantier, qui est un député élu, n’a pas voulu observer ledit arrêté, le ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics, a procédé à la fermeture et au scellage de ce chantier de construction, en juin dernier. Il a ensuite déposé une requête de sursis à exécution et annulation de cet arrêté ministériel auprès du Conseil d’Etat. Et ce dernier, par son délibéré de l’audience du 10 juillet 2019, a décidé le rejet de la dite requête. Cette décision du Conseil d’Etat est irrevocable et sans recours par rapport à l’arrêté en question, a-t-on appris. Entre temps, un huissier de justice, mandaté par le ministère de tutelle, a constaté le bris de scellé sur les lieux de la construction illicite. Une requête de réserve a déjà été déposée auprès du tribunal compétent. Par ailleurs, la délivrance d’un permis de construire a été refusée au propriétaire du chantier car le terrain n’est pas inscrit en son nom, a-t-on précisé.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Baromètre mondial de la corruption : 83% des citoyens doutent de l’effectivité de la lutte

Les efforts du gouvernement actuel dans la lutte contre la corruption feront l’objet d’autres enquêtes, selon TI-IM. (Photo : TI-IM)

La célébration de la Journée africaine de lutte contre la corruption a été effectuée, hier, au Motel Anosy, à travers la présentation du Baromètre mondial de la corruption (10ème édition), dont les résultats ont été basés sur des enquêtes réalisées par Afrobaromètre sur 47 000 citoyens dans 35 pays. Pour le cas de Madagascar, elles ont été menées entre le 20 janvier et le 3 mars 2018 ; ce qui signifie que les résultats ne concernent point le gouvernement et le régime actuels.

Légère hausse. Les résultats ont été présentés par les équipes de Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM) et Coef Ressources. A l’issue des enquêtes, il a été révélé que par rapport à l’année 2015, il y a eu une légère hausse de la corruption à Madagascar. En effet, si le taux a été estimé à 73% en 2015, en 2019, ce taux est évalué à 76%. Au niveau des institutions en Afrique, la police demeure l’institution la plus pointée du doigt en matière de corruption selon 47% des sondés. Viennent ensuite les fonctionnaires (39%), les parlementaires (36%), les chefs d’entreprises (36%), la Présidence ou le cabinet du Premier ministre (34%). Pour le cas de Madagascar, 44% des interrogés considèrent la police comme étant la plus corrompue, 39% se tournent vers la magistrature, 33% vers la Présidence ou la Primature, 31% vers le Parlement.

59% et 83%. En ce qui concerne la lutte contre la corruption, dans toute l’Afrique, 59% des interrogés pensent que leur gouvernement ne lutte pas efficacement contre la corruption. A Madagascar, 83% l’estiment. A titre d’information, de toute l’Afrique, la République Démocratique du Congo est le pays champion en matière de corruption réelle avec 80%, suivie du Libéria avec 53%, et de la Sierra Leone avec 52%. Les meilleurs élèves, c’est-à-dire les pays où l’on enregistre le moins de corruption, ne sont autres que l’île Maurice avec 5%, le Botswana avec 7%, et le Cap Vert avec 8%.

Crainte des représailles. Pour ce qui est des résultats du 7ème Round de l’Afrobaromètre, 1 200 adultes malgaches, dans le milieu urbain et rural, ont été choisis comme échantillons, avec une marge d’erreur de plus ou moins 3%. Les résultats ne différant pas véritablement des résultats de ceux du Baromètre mondial de la corruption. En effet, 44 % des Malgaches pensent que les policiers et les gendarmes sont les plus englués dans des affaires de corruption. 39% trouvent que les juges et magistrats le sont. 34% pointent du doigt les membres du gouvernement ; 33% pensent au président et aux fonctionnaires de la Présidence ; et 31% aux parlementaires. Quid du Bianco (Bureau Indépendant Anticorruption) ? Coef Ressources avance que « 87% des Malgaches jugent qu’il est ‘quelque peu probable/très probable’ de faire réagir le Bianco s’ils signalent un acte de corruption ». Et dans cette même optique, 70% des interrogés affirment que « les citoyens ordinaires signalant des actes de corruption risquent des représailles ou d’autres conséquences négatives s’ils en parlent ». D’après les informations partagées, le Baromètre mondial de la corruption est l’enquête la plus vaste sur l’opinion que les citoyens ont de la corruption, et sur leurs expériences liées à la pratique des pots-de-vin, mise en œuvre par Transparency International à dix reprises depuis 2003, et dans plus d’une centaine de pays. Il complémente l’Indice de Perception de la Corruption (IPC).

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Jeux des Îles 2019 : Augmentation des indemnités 

Le mouvement de révolte, initié par certains athlètes pour augmenter les indemnités de regroupement, a été étouffé dans l’œuf, car finalement ces derniers ont compris que le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) a fait le maximum.

De mémoire de journaliste sportif en effet, on n’a vu autant de moyens pour une préparation aux Jeux des Îles.

N’empêche, et faisant contre mauvaise fortune bon cœur, le MJS a augmenté les indemnités des athlètes de 3 000 à 5 000 ariary.  Ce qui constitue un bon pactole, auquel va encore s’ajouter l’argent de poche durant les jeux.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Observatoire SAFIDY : 70% des députés élus par moins de 20% des électeurs

Lors des élections législatives du 27 mai dernier, l’observatoire SAFIDY a travaillé avec un dispositif composé de 5 000 observateurs, et un centre d’appel et de saisie engageant une centaine d’opérateurs. Il a constaté des lacunes et des imperfections dans le cadre juridique actuel. Citons entre autres le vide juridique sur les procédures de remboursement de la caution en cas de refus de candidature ; l’absence de dispositions sur la précampagne électorale ; l’absence de plafonnement des dépenses de campagnes ; et le caractère facultatif de l’ouverture d’un compte bancaire pour la traçabilité des dépenses.

Manque de communication. Il a relevé le manque de communication auprès des électeurs sur les changements de la liste électorale, ce qui a contribué à priver les électeurs non informés du droit de voter. Quant à la transparence et la redevabilité de la CENI, SAFIDY demeure préoccupé par le manque de communication – sur les communiqués et décisions, sur le budget, sur la nomination des membres des démembrements. Une aggravation de l’abus de puissance publique a aussi été constatée par l’observatoire : le taux lié à ce phénomène est passé de 13,75% en début de campagne et à 36,36% en fin de campagne.

Perte de confiance. Toutefois, SAFIDY de souligner qu’en général, le scrutin s’est déroulé dans le calme, avec 98 % des bureaux de vote observés sans incidents ni  troubles. Malgré tout, les députés ont été élus avec des taux de participation faibles, susceptibles de remettre en cause leur légitimité, si leur élection est acceptée légalement. Cette faiblesse de la participation reflète la perte de confiance des citoyens envers eux. Ainsi, cet observatoire a noté que si l’on se réfère au taux de participation et au nombre de voix obtenues, 110 des députés (soit 73% d’entre eux, toutes tendances politiques confondues) sont élus avec un taux de participation réel inférieur à 20% ; 20% vont siéger à l’Assemblée nationale grâce à un taux de participation entre 20% et 30%. Il y a seulement 8 députés (soit 5%)  qui sont élus avec un taux de 30% à 40%. Un député a été élu avec un taux de participation réel supérieur à 40% (43,76%). Un seul député a été élu avec un taux de participation supérieur à 50% (55,21% plus exactement).

Recueillis par Dominique R.

Ino Vaovao0 partages

SAKAN-DALAN’NY POLISY : Rongony 16 kg sarona, voasambotra ireo efa-dahy tompon’antoka

Sakan-dalana nataon’ny Polisy avy ao Antsirabe tamina taksiborosy mampitohy an’i Fianarantsoa sy Antananarivo no nahasaronana rongony milanja 9 kilao izay natao tao anaty gony miisa roa miampy    harona iray ny talata 09 jolay lasa teo, tokony ho tamin’ny 04 ora30 maraina tany ho any. 

Tra-tehaka tamin’izany ny lehilahy anankiroa izay  voalaza  fa tompon’entana.  Voaporofo tamin’ny loharanom-baovao hatrany  fa avy ao Ihosy no nangalan’izy roa lahy ilay rongony ary nifindra fiara tao Fianarantsoa izy ireo ka saika hamidy eto an-drenivohitra saingy izao tra-tehaka izao.  Ankoatra izay, ny ampitson’ny alarobia 11 jolay tokony ho tamin’ny 03 ora maraina,  dia  taksiborosy mampitohy an’ Ihosy sy Antananaraivo  indray no nosavain’ny Polisy tao Antsirabe ka nahatrarana rongony milanja 07 kilao. Roa  lahy ihany koa ny tompon’ilay entana ary dia notanana avy hatrany izy ireo. Tamin’ny fanadihadiana no nahalalana fa avy  any Ambovombe indray no nakan’izy ireo ilay rongony. 

Manamarika ny fitobahan’ny zava-mahadomelina eny amin’ny lalam-pirenena fahafito iny ireo tranga miisa roa ireo ka eo anatrehan’izay indrindra dia manamafy ny fanaraha-maso akaiky  ny eo anivon’ny  mpitandro filaminana raha ny tatitra voaray hatrany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

OMBY HALATRA : Saron’ny zandary tao Ambohimanga Rova ilay tambajotra goavana

Araka ny zava-nisy tamin’izay fotoana izay  dia  halatra  omby miisa no  3 niseho tao amin’ny fokontany Ambohidahy, kaominina Ambohimanga Rova, distrikan’Antananarivo Avaradrano. Tokony ho tamin’ ny 08 ora sy sasany alina tany ho any, nisy andian-jiolahy tsy nampiasa basy  mahery vaika,  saingy nitora-bato mba  hoentina hampitahorana ny tompon’omby nandritra ny fanafihana.  Ora  telo taorian’ izay vao naheno ny mpitandro filaminana ka nirotsaka an-tsehatra nanampy ny  fokonolona.

Rehefa nantsoina ny tompon’omby nanara-dia dia tsy nandray telefaonina. Roa andro taorian’ny halatra dia tafaverina ny roa tamin’ ireo omby ireo, izay marihina fa ny tompon’omby ihany no naka ny omby tany amin’ny mpangalatra.  Nandeha ny famotorana lalina  momba ny zava-niseho ary fantatra taty aoriana fa mpinamana  ilay tompon’omby sy ireo mpangalatra. Vokatry ny valifaty noho ny tsy fahavitan’ity tompon’omby ity ny vola vidin’omby novidiny teo aloha tamin’ ireo mpangalatra no nahatonga ny fanafihana. 

Nandritra ny fitohizan’ny fanadihadiana hatrany  koa  no nahitana fa omby tsy mazava avy any amin’ny faritra maro any avaratra any ireo omby namidin’ ny mpanafika tamin’ny tompon’omby ka fantatr’ ity farany tsara izany.  Ilay tompon’omby indray avy eo no voalaza fa  mitady lalam-barotra hivarotana ny hena.  Rehefa lafo ny hena  izay vao aloa ny vidin’omby.  Voaporofo noho izany  fa  efa  tambajotra lehibe ireto farany,  izay misy ny mpandroaka ny omby halatra, ny mpividy, ary ny mpivaro-kena no tratra,  ny tompon’omby  kosa no ivo mampihodina io asa ratsy io. Vokany, voasambotra  ireo olona  miisa dimy miaraka amin’ny  tompon’omby, ny roa hafa kosa mbola karohina fatratra.  Hiakatra  fampanoavana anio zoma 12 jolay 2019 moa ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMETRAHANA FANDRIAMPAHALEMANA MAHARITRA : Nitsidika Faritra maromaro ny Praiminisitra Ntsay Christian

Ny fanohizana ny fametrahana ny fandriampahalemana maharitra no vontoatin’izao dia izao, mba hamerenana indray ny fifampitokisana eo amin’ny vahoaka sy ny fitondram-panjakana. Nambaran’ny Praiminisitra àry fa ny fijerena ifotony an-kalamanjana no ahafahan’ny governemanta manao kisary ny tetikady vaovao hampiasaina hanoherana amin’ny fomba maharitra ny asan-jiolahy, mba tsy hiononana fotsiny amin’ny filatsahana an-kamehana rehefa misy endrika tsy fandriampahalemana miseho. 

Tsapa, hoy ny Praiminisitra  fa na manao ny ainy tsy ho zavatra aza ireo mpitandro filaminana, ao anatin’izany ireo miaramila, zandrary ary polisy, dia efa ela loatra no niaina tao anatin’ny tebiteby, ny ahiahy, ny tsy fahamarinana, ny fijaliana sy ny fahoriana maro samihafa, ary vesarin’ny fahantrana ny vahoaka Malagasy ka toa zary very fanahy mbola velona, ary indrindra, hoy izy, mazava fa tsy ny vahiny no manapotika ny firenena fa ny samy Malagasy ihany, midika izany fa tsy misy ny hambom-po amin’ny fitiavan-tanindrazana.

Nohazavain’ny Praiminisitra fa nanao fianianana velirano tamin’ny vahoaka ny Filohan’ny Repoblika ka ankehitriny dia mitondra vahaolana hamerenana haingana dia haingana ny fandriampahalemana ny fitondram-panjakana, mba hidirantsika amin’ny fanandratana an’i Madagasikara ka ny zava-dehibe voalohany amin’izany dia ny fampanjakana ny fahamarinana, izay tanterahina amin’ny alalan’ny fandraisana andraikitra ho an’ireo mahatsapa ho voafidy sy ireo olom-boatendry. Notsipihiny fa tsy azo ekena intsony ny tsy fahamendrehana nandritra ny taona maro hita teo amin’ireo tompon’andraikitry ny Faritra sy ny lafin-tany satria amin’ny alalan’ireny tompon’andraikitra mipariaka ireny no itarafan’ny vahoaka ny lanjan’ny fanjakana. Noraisiny ho ohatra amin’izany tsy fahamendrehana izany ny fahasahian’ireo tompon’andraikitra sasany mivarotra an-tsokosoko ny tanin’ny Distrika na tanim-panjakana hafa, izay tena manaporofo fa tsy misy ny fiarovana ny tombontsoan’ny fanjakana ary tsy voahaja ny tany tan-dalàna. Nampitandrina ny Praiminisitra fa haniraka mpanao fanadihadiana ka raha toa tsy mandeha amin’ny tokony ho izy ny fitantanana ny fananam-panjakana dia hiditra am-ponja ireo izay nahatonga izany.  Inoako, hoy ny Praiminisitra fa olon-kendry sy manam-panahy ny tompon’andraiki-panjakana rehetra ka manomboka izao dia hampijoro ny tena fahamarinana amin’izay asa rehetra sahanina.

Momba ny resaka fahamarinana ihany dia nanambara ny Praiminisitra fa anisan’ny tsy maha-tomombana ny fifampitokisana ihany koa ny goragora na ny tandrevaka eny anivon’ny Fitsarana  : indraindray, hoy izy dia misy ny tsy manao ny asany araka ny tokony ho izy, ary raha mahatandrina ny asany ireo tompon’andraikitra ambony dia tokony hanara-maso ny fomba fiasan’ireo olona feheziny. Ny Fitsarana, hoy ny Praiminisitra, dia mamoaka didy amin’ny anaran’ny vahoaka Malagasy, ka raha tsy mipetraka ny fandraisana andraikitra amin’ny fahamarinana dia hahazo vahana ireo olon-dratsy,  faty olona, fametavetana vehivavy, fandorana fananan’olona, alahelo no ho  vokatr’izany. Hentitra ny Praiminisitra nilaza fa tsy tokony hisy intsony ny fiarovana olon-dratsy.

Mikasika ny halatr’omby manokana dia nitondra teny fampieritreretana ho an’ny tsirairay ny Praiminisitra raha nilaza fa maro ireo Malagasy mpiray tanindrazana no lasa mahantra na sahirana, noho ny fahaverezan’ny omby ateraky ny asan-dahalo. Nomarihiny fa anjaran’ireo lehiben’ny Distrika sy delegem-panjakana no manara-maso sy manamarina ny taratasin’omby, ary tokony ho sahy hijoro hitoroka an’ireo mpanao asa ratsy ny vahoaka. Nomarihiny ihany koa fa misy tambajotra lehibe lasa milina mampirongatra ny halatr’omby ka tokony hiara-mientana ny tsirairay hanatratra ny olona ao ambadik’izany. Nohanteriny fa ny fahamarinana ihany no lalana mahomby ahafahana manarina ny firenena sy manova ny tantarany.

Nanambara ny Praiminisitra nandritra ny fitsidihana tao Mandritsara fa efa miha-voafehy ny fitrandrahana lavanila saingy mahazo vahana ny halatr’omby. Nomarihiny fa sady avoaka amin’ny atsimo no andrefan’ny Distrika ny omby nangalarina tany an-toerana. Misy borigadin’ny zandarimaria sy vondron’ny mpitandro filaminana anefa, hoy izy, amin’ny Faritra Alaotra Mangoro, saingy tsapa fa misy mpitandro filaminana mitady hanodinkondina ny ombin’ny vahoaka izay efa mijaly  : “tsy azo leferina izany toe-javatra izany”, hoy ihany izy.  

Tao Tsaratanàna kosa dia nilaza ny Praiministra fa efa nahazoana vokany ny ezaka nataon’ireo mpitandro filaminana, ka nihena ny fakana an-keriny, ny famonoan’olona, ny tsy fifampitokisana teo amin’ny vahoaka sy ny mpitandro filaminana, na dia mbola misy tranga vitsivitsy indraindray aza. Tsy maintsy mbola hisy ezaka vaovao hatao, hoy izy, ary hodinihina tsirairay ny toerana hanamafisana ny fiarovana sy ny vokatra mety ho azo amin’ny fepetra raisina amin’izany toerana izany.

Nanolotra fisaorana ho an’ireo mpitandro filaminana izay mandray anjara amin’ny fametrahana ny fandriampahalemana maharitra ny Praiminisitra, nandritra ny fitsidihana rehetra nataony.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TAMBIN-KARAMAN’NY MPAMPIANATRA FRAM : Mandrahona ny tsy hampanao “CEPE” ny ao Amboasary Atsimo

Eo anatrehan’izany indrindra  dia  fantatra tamin’ny angom-baovao  voaray  amin’izao fotoana  fa mandrahona ny tsy hampanao ny fanadinam-panjakana  Cepe ireo mpampianatra Fram  ao anatin’ny Distrikan’ Amboasary  Atsimo, Faritany Toliara. Tsy mbola voaray mandraka androany  ny tambin-karama fito volana, hoy hatrany ny fitarainan’izy ireo, hany ka tsy maintsy maneho ny hatezerana   mba hitadiavan’ny tompon’andraikitra mahefa ny  vahaolana. 

“Mbola mamerina  ny antso avo izahay satria mamelom-bady aman-janaka, izay ahiana ara-pahasalamana, ara-tsakafo, ara-pianarana ary ara-pivelomana”, araka ny nambaran’ny solontenan’ireo mpampianatra Fram any an-toerana. Tsara moa ny manamarika fa hotanterahina  ny 27 aogositra 2019 ho avy izao  ny fanadinana Cepe manerana ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara.  Miisa 524 997 ny isan’ny mpiadina hiatrika io fanadinana ara-panjakana voalohany io, ka mpianatra manana fahasembanana ny 82 amin’izy ireo. Arahina akaiky moa hatreto ny tohin’ny raharaha ao Amboasary Atsimo manoloana  izao fitarainana  izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TATITRY NY FIFIDIANANA DEPIOTE : Niaiky ny fahamaroan’ny lesoka ny ivon-toerana Safidy

Hentitra ny teo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana raha nilaza fa izay fiarahamonim-pirenena nandray anjara tamin’ny fanaraha-maso ny zotram-pifidianana dia tsy maintsy manao tatitra. Voakasik’izany avokoa na avy eo an-toerana na ireo avy any ivelany. Somary taraiky anefa ny fanatanterahan’ireo fiarahamonim-pirenena izay tatitra izay. 

Ho an’ny ivon-toerana Safidy manokana dia omaly vao voaatitra teny amin’ny foiben’ny Céni ny tatitry ny fanaraha-maso nataony nandritra ny fifidianana solombavambahoaka farany teo iny. Ity farany izay nanana solontena tamin’ireo birao fandatsaham-bato manerana ny Nosy. Resy lahatra ny ivon-toerana Safidy fa nizotra am-pilaminana tanteraka ny fifidianana manerana ny Nosy ary novatsian’ny vondrona Eoropeanina vola. Ny 98%-n’ireo birao fandatsaham-bato no tsy nahitana korontana tamin’iny andron’ ny latsa-bato iny. Natsikafon’ izy ireo kosa anefa fa mbola marobe ireo lesoka ary mila arenina amin’ny fikarakarana ny fifidianana ho avy. Nambarany fa misy tamin’ireo lesoka efa hita tamin’ny fifidianana teo aloha aza no mbola niverina indray tamin’ ny fifidianana farany teo iny. Anisany notsindriany tamin’ izany, ohatra, ny mahakasika ny lalàna mifehy ny fifidianana izay tsy nampahafantarina ny olom-pirenena tamin’ny antsipiriany. 

“Ny ivon-toerana Safidy dia nahatsapa fa tsy nisy mangarahara ary maimaika sy nisy fanilihana ny fanovana ny lalàna mifandraika amin’ny fifidianana solombavambahoaka indrindra mikasika ny fanovana ny fomba fizaràna toerana, izay tsy nampahafantarina ny besinimaro raha tsy taorian’ny fandaniana azy”, hoy izy ireo tao anatin’ny tatitra. Hentitra izy ireo raha nilaza fa maro amin’ireo andininy ao anatin’ io lalàna noentina nanatanterahana ny fifidianana io mihitsy no misy tsy fahatomombanana.

Ambany ny taha

Nanamafy ny ivon-toerana Safidy fa ambany dia ambany ny taham-pahavitrihan’ny olom-pirenena tamin’ny fifidianana farany teo iny. Midika izany fa maro amin’ny olom-pirenena no tsy manana fahatokisana zato isan-jato eny amin’ny antenimieram-pirenena intsony. Ary taha nahavoafidy ireo solombavambahoaka ihany koa dia ambany. “Ambany ny taham-pandraisana anjara nahavoafidy ireo solombavambahoaka. Izany fandraisana anjara ambany tena izy dia taratry ny tsy fitokisan’ ny olom-pirenena ny Antenimiera”, hoy ilay tatitra.  Ankoatra ireo dia notsipihany ihany koa ny fisian’ny lesoka teo amin’ny lisi-pifidianana izay tsy mety tafaverina mihitsy. 

Tsy ampy, hoy izy ireo, ny fampahafantarana natao tamin’ireo olom-pirenena mpifidy mahakasika ny fiovan’ny lisi-pifidianana. Miompana amin’ireo pitsopitsony isan-karazany, toy ny fitsipika tokony hifehy ireo kandidà mandritra ny fampielezan-kevitra dia nanambara ny ivon-toerana Safidy, fa maro ireo tsy fahatomombanana hita. Manoloana ireo lesoka tamin’ ny fifidianana ireo ity fiarahamonim-pirenena ity dia manolotra soson-kevitra mba hampizotra tsara ny fifidianana amin’ny ho avy. Isan’ izany ny hametrahan’izy ireo fomba fiasa manokana eo amin’ny fanaraha-maso izay hatao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITANTANANA NY KAOMININA : “Tokony hampahafantarina ny vahoaka ny tena asan’ny Ben’ny tanàna”

Manoloana ireo fifidianana roa nifandimby dia nilaza ny hanarina ireo lesoka rehetra ny mpikarakara. Raha ho an’ny fifidianana solombavambahoaka farany teo dia nanaitra ny maro ny tsy fahazotoan’ny olona nandray anjara tamin’ny fifidianana. Heverina ho anisan’ny antony nahatonga izany ny tsy fahalalan’ny olona akory ny asa hosahanin’izany solombavambahoaka izany aorian’ny fahalaniany. Manoloana izany dia nanolotra soso-kevitra ny fiarahamonim-pirenena iray ny amin’ny tokony hampahafantarana amin’ny vahoaka izay tena asa hiandraiketan’izany ben’ny tanàna izany, miaraka amin’ireo mpanolotsainy. 

Rehefa fantatry ny vahoaka izany, hoy ny voalaza dia manapa-kevitra izy amin’izay olona heverina fa mendrika hofidiana.  Raha ny zava-misy anefa hatreto dia mbola tsy misy ireo manazava ka mampahafantatra ny olom-pirenena ny asan’ny ben’ny tanàna sy ny mpanolotsaina. Ankilany, ireo kandidà ihany koa tokony hahafantatra ny asa miandry azy raha toa ka lany fa tsy milatsaka an-jambany fotsiny ihany. Nomarihin’ity fiarahamonim-pirenena ity fa heverina ho famitaham-bahoaka ny tsy fampahafantarana amin’ny vahoaka ny tetik’asa mazavan’ilay kandidà. “Amin’ny fifidianana dia zavatra maro no mila jerena. 

Misy ny fanararaotana ataon’ireo mpanao politika amin’ny vahoaka Malagasy izay tsy maharaka ny vaovao. Amin’ny peta-drindrina, ohatra, dia ny sarin’ilay kandidà fotsiny no mipetraka eo. Inona anefa izay sary  ? Tokony hisy ny fanazavana feno momba azy sy ny fandaharanasany  », hoy ny fanazavana. Mba hanarenana ireo lesoka bevava dia tokony hatao laharam-pahamehana ny fanentanana ireo mpifidy amin’ny fifidianana ho avy.

Avotra Isaorana   

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana maharitra ny harena an-dranomasinaTena ilaina ny voka-pikarohana

Haharitra 2 andro ny famolavolana ny paikady hanangonana ireo voka-pikarohana mahakasika ny harena anaty rano.

 

Nanomboka omaly tetsy amin’ny Hotely Solimotel izany ary nivoitra tao fa tena ilaina ary takiana mihitsy ny voka-pikarohana mahakasika ny seha-pihariana jono sy ny harena anaty rano handraisana fanapahan-kevitra amin’ny fitantanana. Miaraka amin’ireo voka-pikarohana ireo no ahafahana mandrindra amin’ny ankapobeny ny fanapahan-kevitra raisina hanatsarana ny fitantanana maharitra sy ho lovain-jafy izay hita mbola lesoka eto Madagasikara. Hisy ny fametrahana rafitra fitantanana sy ny fijerena ny laharam-pahamehana amin’ireo voka-pikarohana, indrindra ny fitadiavana famatsiam-bola hifehezana ny fitantanana maharitra. Ankoatr’izay dia ilaina ny fiaraha-miasa amin’ireo mpisehatra sy mpiara-miombon’antoka rehetra. Anisan’ny asa fikarohana hita tao, ohatra, ny mahakasika ny fifehezana ny tahirina lalam-pihariana drakaka sy ny orita sy ny maro hafa. Eo ihany koa ny fomba fiainan’izy ireo sy ny teknika fiompiana hanaraka ny toetr’andro. Manankarena i Madagasikara ary midadasika ny ranomasina ka rariny raha jerena akaiky daholo amin’izay ireo harena anaty rano mba tena ho lovain-jafy fa tsy ny vahiny na ireo olom-bitsy hatrany no hahazo tombony.

Tsirinasolo

  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Harena azo amin`ny tsy ara-dalànaMitaky fanaraha-maso maro

Napetraky ny filoham-pirenena tamin’ny didy hitsivolana lah. 2019-015 farany teo ny lalàna mahakasika ny fanenjehana na ny famerenana ny harena sy ny tombontsoa azo avy amin’ny tsy ara-dalàna”, hoy Imbiky Herilaza, mpahay lalàna.

 

Zava-dehibe io lalàna io amin’ny firenena, hoy izy, satria fantatra na dia voaongotra ilay olona nanao ny tsy nety amin’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana, fahazoana amin’ny famotsiam-bola… dia tsy misy ny fahafahana manageja mandritra ny fotoana hanaovana fitsirihana, indrindra mamerina izany eo anivon’ny kitapom-bolam-panjakana ireny vola azo amin’ny fanodinkodinam-bola na kolikoly. Mahakasika ireo fanadihadiana atao amin`ilay olona voalaza fa manao kolikoly dia miankina amin`ny fidiram-bolan’ny olona no hitondrana ny fitsirihana. Ny mpiasam-panjakana mahafantatra ny kara-panjakana sy ireo tambiny. Raha mpandraharaha dia tsy maintsy hisy fanambarana “déclaration de revenus” na koa bilan apetrak’ireo orinasa eny amin’ireo sampandraharaha maro samihafa. Raha tsy mifanaraka amin’ny fiainany ny zavatra hananany na vidiany na koa vola kirakiraina dia heverina fa tsy mazava ny vola miditra, hoy hatrany ity mpanao lalàna ity. Nametraka ho laharam-pahamehana ny ady amin’ny kolikoly ny fitondram-panjakana amin’izao fotoana izao. Tsy ny zava-nitranga teo aloha ihany ny ady amin’ny kolikoly atao fa ny zava-misy ankehitriny. Omaly no nankalazaina ny andro afrikanina momba ny ady amin`ny kolikoly ka nanatanteraka latabatra boribory ireo mpisehatra rehetra tetsy amin`ny minisiteran`ny raharaham-bahiny. Voadinika tamin`izany avokoa ny pitsopitson`ireo lalàna mifandraika amin`ny kolikoly : lalàna lah. 2016-020 momba ny ady amin`ny kolikoly, lah. 2018-043 izay mifehy ny famotsiam-bola sy famatsiana asa fampihorohoroana, lah. 2014-005 izay mahakasika ny ady amin`ny “criminalité transnationale organisée” ary ny lalàna 2017-027 momba ny fifandraisana iraisam-pirenena.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy nitsanga-menatra isika !

Tsy nitsanga-menatra ny ekipam-pirenena Malagasy tao anatin’ny fandraisana anjara voalohany tamin’ny fiadiana izay ho tompondakan’i Afrika eo amin’ny taranja baolina kitra na ny “CAN 2019”.

 

Tsy arakaraka ny fanasokajiana na fanabantibantiana na fanambaniana nahazo antsika tany am-boalohany fa tena vaky vava izao tontolo izao tamin’ny fahaizan’ny Malagasy sy ny fientanam-pon’ny firenena manontolo tamin’iny CAN iny. Niezaka isika, ary nanao izay ho afany ny mpilalao, kanefa tapitra hatreo aloha ny diantsika. Tsy atao mahakivy ireny fa ny fientanam-po sy firaisan-tsaina naterak’iny no zava-dehibe sy mila tohizana fa tsy sanatria ho toy ny afo-mololo, ka hiara-tapitra amin’ny fahataperan’ny diantsika tamin’ny CAN. Mendrika ireo maherifontsika, ary afaka nametraka ny anaran’i Madagasikara ho fanta-daza nanerana ny vazantany efatra. Kihon-dalana tsy eo amin’ny tantaran’ny baolina kitra fa eo amin’ny tantaram-pirenena iray manontolo. Mila tazonina ny fiombonana, izay tokony hitarina amina sehatra maro. Nasehon’ny Malagasy manontolo rahateo fa afaka miray feo sy miray fo ihany isika, na dia nosaratsarahan’ny politika. Na ireo mpanao politika aza anefa, dia nampiombonin’ny Barea, ary tsy nisy angamba na iray monja aza tsy niray feo sy niray fo tamin’ny ekipa Malagasy. Raha tena tia tanindrazana sy madio fo toy ny fanohanana ny Barea ny rehetra, indrindra fa mpanao politika, dia fotoana izao hoenti-mampandefitra ny hambom-po diso toerana hanovana ny tantara hanana hoavy tsara kokoa.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy mpandraharahaNofanina momba ny lalàna mifehy ny karama

Nanatanteraka atrikasa lehibe teny Isoraka omaly ny fivondronan’ireo vehivavy mpandraharaha mpitantana orinasa na ny GFEM tarihin-dRazakaboana Fanja.

 

Nivoitra nandritra ny fanofanana  ny  momba ny tambin-karama farany ambany sy ny fampiharana izany ary ny hetra tokony haloan’ny mpitantana amin’ny fanjakana. Vehivavy mpikambana manodidina ny 25 isa no tonga nanatrika ny fiofanana izay mitantana na mandraharaha amin’ny orinasa maro toy ny mpanao  asa tanana, asa an-dranomasina, trano fandraisam-bahiny sy fisakafoana,  taotrano,  miasa momba ny hazo, ny teknolojia vaovao….  Tanjona tamin’ny fampiofanana ny hametrahana ny vehivavy mpandraharaha hahay hitantana tsara ny tetibolan’ny orinasa tantanany, mba tsy hahafaty antoka ny orinasa kanefa ihany koa tsy hanararaotra ny mpiasa, araka ny fanazavana nentin-dramatoa Mimosa Randrianantenaina, filoha lefitry ny fikambanam-behivavy mpandraharaha eto Analamanga. Omaly hariva moa dia nifarana ity atrikasa ity.

 

Nangonin’i Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena ny talen`ny BiancoSaro-piterahana

Tsy mbola voatendry foana ny tale jeneraly vaovaon`ny Birao mahaleotena miady amin`ny kolikoly (BIANCO). Efa nifarana tamin`ny 21 jona lasa teo ny fe-potoam-piasan`ny tale

jeneralin`ny BIANCO teo aloha, Andriamifidy Jean Louis ary efa herinandro maro izao no nanaterana ny anaran`ireo olona telo hisafidianan`ny Filohan`ny Repoblika. Ny lalàna no milaza fa ny komity misahana ny fahitsiana (CSI) no manao ny pitsopitsony rehetra ary misy solontenam-panjakana mandinika ity rafitra ity ihany koa… Efa vonona ny anarana telo omena ho an’ny filoham-pirenena saingy voatolotra tokoa ve ? Efa vita ny dingana rehetra mantsy. Zava-dehibe ny fametrahana ny talen’ny Bianco satria ain-dehiben’ny firenena ny ady amin’ny kolikoly. Tsy tokony hatao ao anatin’ny fahamaivanana ny fanendrena. Mety ho izay tokoa ve ? Sa inona no tena ao ambadika ? Eo ihany koa ny fanendrena ireo talena orinasam-panjakana toy ny CNaPS. Araka ny loharanom-baovao voaray dia manana lalàna mifehy ireo orinasam-panjakana ka ny didim-panjakana no mamaritra azy. Ny orinasa sasany, ohatra, mametraka fe-potoana telo hatramin’ny enim-bolana no misy tale jeneraly mpisolo toerana ka tsy maintsy kabinetra misahana fanadihadiana (cabinet de consultance) mahaleotena no miandraikitra ny fiantsoana tolo-bidy (appel à candidature) ka izay vao misy ny “appel à manisfestation d’interet”. Ankoatra ireo, maromaro ireo rafi-panjakana ahitana fahabangan-toerana noho ny tsy mbola nisian`ny fanendrena tale jeneraly rehefa nofoanana ny fanendrena teo aloha. Tsy fantatra loatra ny anton’ny fitarazohan`ny fanoloana olona ambony amin`izao fotoana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote tsy miankinaAhoana no hifehezana azy ireo ?

Malalaka ny olona rehetra milatsaka hofidiana ivelan’ny antoko. Araka izany, malalaka ny fomba fiasany eo anivon’ny Antenimieram-pirenena amin’ny maha solombavambahoaka tsy miankina azy. Nisy 30 mahery no nilaza fa hanohana ny fitondrana.

 Tsy ao anatin’ny antoko politika izy ireo ka tsy voafehin’ny and.faha-72 ao anatin’ny lalàmpanorenana fa nanao fanambarana fotsiny amin’ny fanohanana. Sarotra izay amin’ny tsy fifehezana azy izay dia afaka miova indray izy any aoriana fa tsy mety aminy ny fiarahana amin’ny fitondram-panjakana. Isika mila zavatra marin-toerana. Tsy tokony ho amin’ny fahitany azy sy fandanjany azy fa tokony hisy zavatra mipetraka hitondrany an’ilay izy fa tsy arakaraka ny tombontsoa manokana. Anisan’ny tsara dinihina sy ovana ihany ny mahakasika ny tsy miankina. Rehefa tonga ny fotoan’ny asa ao amin’ny antenimieram-pirenena dia tokony hanao fanambarana izy ireo raha miaraka amin’ny mpanohatra na amin’ny fitondrana ka rehefa manao ny safidiny izy dia tokony hametraka taratasy fifanekena kanefa tsy voafehy eo amin’ny lalàna izany fa ny etika politika no mitondra azy ka mila fanatsarana mahakasika izany. Hahavita hanara-maso ny asan`ny mpanatanteraka ve ireo depiote tsy miankina ? Tsy hampifangaro ny fanaovan-dalàna sy ny fanamboaran-dalana ? Antenaina mba tsy ho vitan`ny fananganan-tanana fotsiny rehefa eny Tsimbazaza na koa hiketrika tombontsoa manokan`ny tena sy ny fianakaviana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mitambatra ny lonilonim-pifidiananaHo gidragidra eto raha tsy mitandrina

Efa tany amin’ny fifidianana filoha nampandaniana an-dRajoelina no efa lesoka tsy nifankahitana fa nikipiana. Niroso tamin’ny fifidianana solombavambahoaka ihany isika ka tafita ny leson-dratsy,

 hany ka didim-pitsarana momba ny fifidianana aza toa didy fakan-tahaka na “jurisprudence” an’ny teo aloha. Tsy hivaona amin’izay ny fifidianana ben’ny tanàna, raha izao fandehany izao. Nanomboka tany amin’ny fifidianana Filoha no efa nisy fahatezerana sy alahelo avy amin’ny ampahana Malagasy ary ny mpifidy 2,5 tapitrisa monja amin’ny 10 tapitrisa no nahalany io filoha io. Nitohy tamin’ny fifidianana depiote ny lesoka sy hosoka, ary nilatsaka be ny taham-pandraisana anjara. Misy hatezerana miotrika tamina fifidianana roa nifanesy izany ao fa noleferina. Tamin’ny voalohany, dia mety i Marc Ravalomanana sy ny mpiara-dia aminy ihany no lasibatra, fa taty amin’ny fifidianana solombavambahoaka, dia misy avy amina ankolafin-kery samihafa mihitsy.  Mety mahatoky tena ny mpitondra fanjakana ankehitriny, fa mahomby ny amboletra sy ny don-tandroka, ka milefitra avokoa ireo mahatsiaro ho tratry ny tsy rariny. Mazava fa nahazo lesona sy mahatoky izay fomba fiady izay amin’ny fifidianana ben’ny tanàna, saingy ny an-daniny kosa miha mihombo ny alahelo sy hatezerana. Ahiana hirefotra amin’ny fotoana tsy ampoizina io satria na inona na inona aloha lazaina, dia fahefana tsy tena marin-toerana no eo am-pelatanan’ny mpitondra ankehitriny. Karazan’ny milalao afo ihany, raha mbola minia be di-doha sy mihevi-tena ho mafy. Nisy teto no toa noterena hangina, nandeha tamin’ny ara-dalàna fa tsy nahazo rariny. Maro ny mpitondra nalaza ho mafy teto, saingy nisy fetrany avokoa, ka asa na hahay haka lesona ny fanjakana Rajoelina.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay ChristianTokony hiala aorian’ny fitsanganan’ny birao maharitra

Aorian’ny fitsanganan’ny birao maharitra eny anivon’ny Antenimieram-pirenena dia tokony hametra-pialana ny praiminisitra sy ny mpikambana ao anatin’ny governemanta, raha ny fanazavana nentin’ny mpahay lalàna, Ranesa Fierena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firosoana amin’ny fifidiananaHangotraka ny fifanoherana…

Mandeha sy misoko miadana eny ihany ny politika na somary takotakon’ny « CAN 2019 » aza. Hanatanteraka ny Kongresy nasionaliny eny amin’ny Magro Tanjombato ny Antoko Tiako I Madagasikara na ny TIM manomboka anio sy rahampitso.

 

 Hanamafy ny heriny sy mametraka ny paikadiny vaovao hiatrehana ny raharaham-pirenena. Hamondron-kery eny amin’ny Hotely Carlton ary miantso ny olom-pirenena ho avy ireo ao anatin’ny “Hetsiky ny olom-pirenena miady amin’ny hosoka sy ny hala-bato amin’ny fifidianana” ny alatsinainy izao. Etsy an-kilany, dia misoko miadana ihany koa ny fikotrehana ny fifidianana hatao ny 28 oktobra satria afaka herinandro eo no hisokatra ny fandraisana ny antontan-taratasy. Na ny antoko TIM na ny hetsika etsy amin’ny Carlton, dia samy manakiana ny fitsipi-dalao amin’ny resaka fifidianana eto, izay mila hahitsy sy halamina ary hametrahana fitsipi-dalao mazava sy hifanarahana. Efa nilaza ny TIM fa tsy handray anjara amin’ny fifidianana ben’ny tanàna raha tsy diovina ny lisi-pifidianana ary mizaka ny saziny ireo tompon’antoka tamina hosoka samihafa toy ny resaka kara-panondro hatrany amin’ny 1 tapitrisa mitovy laharana. Tsy noraharahiana ny fitoriana miisa 684. Efa tena loza amin’atambo raha ny vaomieram-pirenena nisahana ny fifidianana aza nametraka fitoriana 77 isa, saingy toa tsy nisy resaka. Efa ny mpikarakara izao no niaiky fa nisy ny tsy nety, saingy vitavita ho azy. Andeha ve ny amboletra sa hisy ny finiavana hifampihaino sy hanitsy ny tsy nety ? Hangotraka ny fifanoheran-kevitra raha minia miroso amin’io tsy misy fifampihainoana ny fanjakana sy ny CENI.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizotry ny fifidianana98% tsy nahitana korontana

Nanolotra ny tatitra farany mikasika ny fanaraha-maso ny fifidianana solombavambahoaka 2019, ary ireo tolo-kevitra entina hanatsarana ny fifidianana ho avy sy ho fisorohana ny fomba mamohehatra amin'ny fifidianana ny SAFIDY omaly. Tamin’ny ankapobeny, ny fifidianana dia nizotra tamin’ny filaminana, 98% tsy nahitana korontana.

Tia Tanindranaza0 partages

Mialy Rabemanantsoa« Mitohy ny famitahana ny vahoaka”

« Efa hiaraha-mahalala fa nitondrako ny fampielezan-kevitro dia ny fifantohana tamin'io hoe " tsy miankina " io ny tenako. Fahatokisana no ilain'ny vahoaka ary olona voafidy hitana ny teny nomeny azy ireo”, hoy i hoy Mialy Rabemanantsoa,

 

 mpahay lalàna sady kandidà solombavambahoaka farany teo, raha nanontaniana ny heviny mahakasika ireo depiote vao voafidy tsy miankina manohana sahady ny Fitondrana. Anisan`ireo nijoro ary tsy nitsahatra niteny hoe “matoa ianao tsy miankina dia ho an'ny vahoaka ianao” no mirotsaka fa tsy ho an'ny antoko, ary tombontsoan'ny vahoaka no jerena raha toa ka lany. Kanefa hiaraha mahita hoy izy fa na dia tsy mbola nivoaka aza ny ny voka-pifidianana ofisialy avy ao amin'ny HCC, dia efa nivondrona ireo kandida tsy miankina lohan-daharana, ka dia nanambara fa vonona ny hanohana ny fitondram-panjakana tsy misy fepetra ary hivondrona avokoa amin'ireo kandida IRD. Aiza ho aiza izany ilay tsy miankina kandidan'ny vahoaka ? Nohamafisiny kosa fa tsy manome tsiny ny vahoaka raha toa ka tsy matoky ireo kandida tsy miankina ireo, ka naleon'izy ireo aza mifidy ireo kandidan'antoko. Ny teo aloha ihany no miverina ary mitohy ny famitahana ireo vahoaka, hoy ity mpanao lalàna ity. Hita taratra tamin'ny fifidianana tokoa fa leo ny vahoaka, leo ny politika misy eto, dia aleo nanao "vote sanction" ary ambany dia ambany ireo olona nandeha nandrotsa-bato. Notsipihany kosa fa tsy afaka ny hiteny hoe lesoka tanteraka ny kandida tsy miankina satria misy ny atao hoe " Deux poids, deux mesures ". Misy ireo voafidy, efa mahay ny atao hoe politika maloto ary ireo no mandoto rano. Ary tsapany sy hitany tamin'ireo namana nirotsaka tsy miankina tsy lany avokoa fa ao tokoa ilay finiavana hanampy sy hanova zavatra fa ny mampalahelo dia rehefa izay tafiditra ao amin'ny antenimieram-pirenena no manao ny tsy mety, dia samy hampitoviana daholo ny rehetra ka na misy tsy manan-tsiny aza dia ny tsy miankina no voatonona ho mpamadika ny vahoaka daholo manomboka eo, hoy hatrany ny fanazavana

 

Marigny A.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nanao izay mety ny fitondranaAtaovy mangarahara ny kaonty…

Nanao izay nety ny rehetra, ary nanao ezaka lehibe ny fitondrana Rajoelina na tamin’ny fanomanana na ny fikarakarana fa iny aloha ny vokatra. Isan-karazany, isan-tsokajiny,

niainga tamina olon-tsotra, fianakaviana, fikambanana, orinasa, vondron’orinasa ny fanampiana sy fanohanana ny ekipam-pirenena. Fotoana nisinisy ihany ireo mpitondra fanjakana no tany Egipta niara-dalana tamin’ny Barea. Zava-dehibe sy mendri-piderana ny ezaka fanohanana ny ekipam-pirenena, ary mila tohizana. Na izany aza, dia rariny sy hitsiny kosa angamba raha mba atao mazava ny kaonty. Ny saran-dalan’ny fiaramanidina izao iza avy marina no tonga tany Egipta ? Tamin’ny fomba ahoana marina ? Re ihany mantsy ny fimenomenomana. Nisy vola namenoana ny banga ve tao sa ahoana ? Tahaka ny inona sy manakory marina ny fanampiana ho an’ny mpilalao, ny mpanazatra sy ny mpiara-miasa aminy sy ny fankasitrahana azy ireo tamin’ny ezaka goavana vita ? Inona no tena asan’ny “Comité de normalisation tao anatin’iny CAN 2019 iny ? Naharitra tany Egypta ny minisitry ny fanatanjahantena, inoana fa tsy nandamina ny momba ny Barea satria efa am-pelatanan’ny CAF ny momba izany ho an’ny ekipa tsirairay. Nandrindra ny fahatongavan’ny Malagasy mpanohana ve sa inona marina ? Nanambara sy nilaza matetika ny filoha Rajoelina fa mangarahara ny fitantanana ny firenena sy ny asan’ny fitondram-panjakana, ka andrasana izany ny momba iny CAN nandraisan’ny Barea anjara iny. Mila tohizana kosa ny fientanam-pirenena lehibe naterany.

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Misaotra BAREAMahay ny Malagasy

Matoa tonga tamin’ireny dingana ireny, dia isan’ny mahay indrindra aty Afrika, afaka nandavo ireo firenena sokajiana fa sangany amin’ny baolina kitra. Nampiseho fa tena manana teknisianina sy mpilalao matihanina ny Malagasy.

 Santatra am-bavarano ihany iny, fa ny manetsabe mbola ho avy satria efa tena misoratra eo amin’ny tantara isika, ary isan’ny goavana aty Afrika. Efa afaka misaina sy manomana ny ho avy sahady mba ho lasa lavitra hatrany, toy ny ady hiakarana amin’ny fiadiana ny amboara eran-tany. Miakatra ny hambo-po sy ny finiavana avy aty amin’ireo taninketsa taorian’ireny dingana lehibe ireny. Manomboka miroborobo ny fananganana sekolin’ny baolina kitra. Efa manomboka tsara tohana na lafiny fotodrafitrasa, fitaovana, vola,… tsy mitovy tamin’ny niainan-dry Faneva Ima, Bolida, Carolus… izay tena nisedra sy nandalo fotoan-tsarotra tokoa fahiny. Nanova zavatra maro ny Barea niatrika iny fiadiana iny amboaran’i Afrika. Lasa nampiombona sy nampiray ny Malagasy. Nisy ny olona tsy nifampiteny efa an-taonany maro kanefa lasa nifamela rehefa tafiaraka nijery baolina. Na tsy mitovy firehana politika aza nifanaja sy niara-nifety. Na nisy aza ny fisotrosotroana, tsy nisy niady. Tsy nila fampitandremana be fa dia nahay nilamina sy nifandamina ny olona. Tsy tongatonga ho azy ity hetsika “Alefa Barea” ity fa efa tendrin’Andriamanitra, hoy ny maro. Nialoha izao CAN izao mantsy, navesatra ny rivotra niainana teto Madagasikara : adilahy politika, fakana an-keriny, vono olona, fifanandrinana, fifampiandaniana, fifanenjehana, fifanasoketana, teny mahery tsy voahevitra na an-dalambe io, na any anaty fety na any am-piasana na eny amin’ny tambajotran-tserasera. Ny taona 1991, 2002, 2009 no nisy fifandirana politika ary nivadika ho gidragidra nahafatesana Malagasy efa an’arivony teto. Tsy nety nahavita fampihavanam-pirenena i Madagasikara. Natsangana daholo izao karazana rafitra rehetra izao, ireo Raiamandreny am-panahy aza lasa tsy to teny intsony. Nitombo ny fifanavakavahana, nitombo tahaka izany ny fahantrana satria tsy nisy ny fiaraha-mientana, hany ka nandringa ny asa fampandrosoana. Voaporofo anefa izao, fa azo eritreretina tsara ny hampandroso an’i Madagasikara ao anatin’ny firaisankina sy ny fifandeferana ary mitandro hatrany ny hambom-pom-pirenena. Kihon-dalana ho an’ny tantara izao ka tsy tokony havela handalo fotsiny!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Seho faran’ny herinandro

Na dia ny lalao baolina kitra CAN aza no mafana amin’izao dia tsy adino ihany koa ireo mpiala sasatra sy ireny tia manala azy amin’ny hetsika ara-javakato ireny. Ireto àry misy seho atolotr’ireo mpanakanto antsika.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihana misesisesyTratra teo am-pamakiana trano ilay jiolahy nikoizana

Tratra niaraka tamina jiolahy iray ny entana toy ny volafotsy, vola madinika mitotaly 30.000 Ar latsaka kely avy nangalariny tamina vaky trano niseho teny Ambohimangakely izay notanterahin'ireo jiolahy ny alahady teo.

 

Vokatry ny fiaraha-miasa teo amin’ny zandary eo Alasora sy ny fokonolona Ambohidrazaka dia voasambotra ny jiolahy iray 24 taona monina eny Ambohimanatrika, Tanjombato, Atsimondrano  saika hamaky trano teo an-toerana tamin’ny  alahady teo tokony ho tamin’ny 10ora sy sasany maraina. Tratra niaraka tamin’ny jiolahy ny moto scooter  marika « Yamaha » sy sakaosy nisy « barre à mine », antsibe, poignard, « flèche à bille », fonosana roa  ana basy poleta « calibre 7,65mm ».  Tafatsoaka kosa ny namany iray, afak’omaly no natalotra fitsarana ny raharaha izay nifarimbonan’ny zandary avy ao amin’ny paositra Alasora sy ny Borigadin’Ambohimangakely.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisolokiana vola,merkiora,uraniumTra-tehaka tao Antsirabe ireo jiolahy

Tra-tehaka tany amina lehilahy efatra ny taratasin-tany na “titre foncier” hosoka, vola, merkiora, mena-bato, uranium izay samy sandoka avokoa.

 

 Voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny «commissariat central» Antsirabe ny 2 jolay lasa teo tokony ho tamin’ny 5 ora sy 30mn hariva izy ireo. Teo amin’ny renivohitr’i Vakinankaratra no nahitana azy ireo ka izao voarohirohy amin’ny resaka fisolokiana sy fampiasana taratasy hosoka izao. Araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena, efa misandrahaka amin’ny sehatra maro ny fampiasana hosoka ataon’ireto tovolahy voasambotra ireto. Milaza izy ireo  fa mahita merkiora, uranium ary mena-bato. Nanamafy ihany koa amin’ny olona sendra azy  fa tena misy ireo zavatra voalaza ireo. Tsy misy  avokoa anefa ireo voatanisa  rehetra ireo fa dia fisolokiana  tsotra izao no ao ambadika. Taorian’ny  fitarainan’olona  sy ny angom-baovao voarain’ny polisy miasa ao Antsirabe dia natao ny vela-pandrika sy fanarahan-dia ka izao nahatrarana azy ireo izao.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana miaro vono olonaVoasambotra i Abrahama

Tovolahy iray vao erotrerony 20 taona fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Abrahama no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny CSP4 Isotry teny Anatihazo Isotry ny 8 jolay lasa teo tamin’ny 3 ora tolakandro

 

 

resaka fanendahana miaraka amin’ny fampiasana fitaovam-piadiana. Fantatra fa ity tovolahy voasambotra ity dia efa maro ny fitoriana mahakasika azy ao amin’ny polisin’Isotry sy  Ampefiloha miaraka amin’ny fitarainan’ny olona maro eny anivon’ny  fokontany izay efa misy hatrany amin’ny 73. Tsy vitan’ny manendaka moa ity lehilahy fa sady mamono no mandratra olona rehefa manao ny asa ratsiny. Raha hiverenana ny zava-misy, vehivavy mpianatra iray avy eo amin’ny sekoly Andavamamba  andeha hamonjy cyber tsy lavitra ny toeram-pianarana  no narahana telolahy . Ny 2 lahy  mody  mandeha tsotra miaraka aminy, ny 1 kosa naka avy hatrany ny entana teny an-tanan’ilay vehivavy sady nanambana antsy ka lasa tamin’izany ny finday 1. Niantso ny anadahiny avy hatrany ilay voaendaka mba hanampy azy  ; ity farany indray avy eo no niantso  ny polisin’ny CSP4.   Nitsofoka tany Anatihazo Isotry ilay olon-dratsy ka nifanojo tamin’ireo  mpitandro ny filaminana.  Voasambotra ny iray tamin’izy ireo ary ny antsibe izay nampiasainy dia natsipiny tany anaty rano.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana zava-mahadomelinaRongony 16 kilao tratra tao Antsirabe

Fiara roa nahitana lehilahy roa avy no voazon’ny polisy avy ao amin’ny « Commissariat Central Antsirabe » noho ny fitondrana rongony 16 kg hiakatra hamonjy an’Antananarivo.

Sakan-dalana nataon’ny polisy avy ao Antsirabe tamina taksibrosy mampitohy an’i Fianarantsoa amin’Antananarivo  no nahatrarana rongony milanja 9 kilao ary natao tao anaty gony miisa 2 sy iray harona plastika, ny talata 9 jolay lasa teo tokony ho tamin’ny 4 ora30 maraina. Tra-tehaka tamin’izany ny lehilahy 2 tompon’entana. Avy any Ihosy no nangalana ilay rongony ary nifindra fiara tao Fianarantsoa izy ireo ka saika hamidy eto an-drenivohitra. Ny ampitson’io, ny alarobia 10 jolay tokony ho tamin’ny 3 ora maraina dia taksibrosy mampitohy an’i Ihosy-Antananarivo indray no nosavaina tao Antsirabe ka nahatrarana rongony milanja 7 kilao.  Roalahy ihany koa ny tompon’ilay entana ary dia notanana avy hatrany. Tamin’ny fanadihadiana natao no nahalalana fa avy any Ambovombe indray no nakan’izy ireo ilay rongony.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Koanty fosika amin’ny FacebookKarohina ireo misandoka ny ministeran’ny fiarovam-pirenena

«Fiarovam-pirenena » no facebook marina ho an’ny foloalindahy. Efa eo am-pikarohana izay tompon’ny hosoka na « page fake » ihany koa ny tompon’andraikitra, noho ny vaovao tsy marina mety hanohintohina ny filaminam-bahoaka sy ny fiandrianam-pirenena.

 

 

 

 “Ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena dia efa manao fanadihadiana mikasika ny tompon’andraikitry ny pejy sandoka mitondra ny anaran’ny « Forces Armées Malagasy », hoy ny fampitam-baovao ofisialy. Nanamafy ny loharanom-baovao fa hisorohana ny fampitam-baovao tsy ofisialy sy tsy marina, ampahafantarina ny rehetra fa tsy pejy ofisialy ary tsy ara-dalàna ny pejy mitondra ny anarana « Tafika Malagasy » sy ny fampiasana ny sary famantarana izay tsy nahazoana fahazoan-dalana avy amin’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena sy ny Etamazaoro jeneralin’ny Tafika Malagasy. Arak’izany, ny pejy Facebook ofisialin’ny minisiteran’ny Fiarovam-pirenena dia «Fiarovam Pirenena » ny F sy P dia renin-tsoratra  ary tsy misy tsipi-panohizana. Io no sehatra hifanakalozana vaovao sy hifaneraserana amin’ireo mpanara-baovao amin’ny tambajotram-piarahamonina. Ary izany pejy izany dia miaraka amin’ny sary famantarana misy ny minisitera. Tsy misy pejy hafa ara-dalàna ankoatra an’io pejy io ka entanina ny besinimaro mpanara-baovao mba ho mailo.

Haja Nirina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sampandraharahan’ny FananantanyHampahafantantra ny tanim-panjakana azo amidy

Hanatanteraka varavarana misokatra ny zoma 26 jolay ho avy izao ny sampandraharahan’ny fananantany eto Antananarivo Renivohitra.

 

 Tanim-panjakana tsy azo amidy, tanim-panjakana azo amidy, tanin’olon-tsotra vita titra, tanin’olon-tsotra tsy vita titra ary ny tany manana sata no hanaovana famelabelaran-kevitra. Maro tokoa ireo Malagasy tsy mahalala mahakasika ny lalàna momba ny famarotana tany sy ny manodidina azy. Porofon’izany ireo raharaha faharoa betsaka indrindra eo anivon`ny Fitsarana dia mahakasika ny fananan-tany. Eo ihany koa ireo dôsie maro mahakasika ny fandikan-dalàna amin’ny resaka famarotana tany… Lohahevitra mifanaraka amin’izany indrindra no hovelabelarina dia ny momba ny “Tanim-panjakana azo amidy”. Hotanterahina etsy amin’ny ivontoerana farim-piadidian’ny fananantany Antananarivo Renivohitra izay hanasana ny rehetra. Manan-danja betsaka ho antsika Malagasy tokoa ny tany ary tena ilaina ny fahafantarana mahakasika izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy vita fisaraham-panambadiana nefa misoratra indrayMampigadra 5 volana ka hatramin’ny 5 taona

Mampigadra avy hatrany raha vao fantatra fa manambady ara-dalàna nefa tsy mbola vita fisarahana, dia mbola misoratra any amin’ny kaominina na firaisana hafa.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soahazo Ivahona distrikan’i BetrokaRava ny tanàna noho ny famitahan’ny dahalo ny zandary

Mitaky fanadihadiana tsy mitanila avy amin’ny fanjakana sy ireo fikambanana mpiaro ny zon’olombelona ny fianakavian’ireo maty notifirin’ny zandary tao Soahazo,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sary hosodokoMampahafantatra ny asa tanany etsy Andavamamba Raparivo

Mahatratra 2.400.000 Ar ny lafo indrindra amin’ireo sary hosodoko asa tanan-dRapanarivo haranty sy hamidy etsy amin’ny AFT Andavamamba nanomboka omaly.

1 tapitrisa Ar kosa no mora indrindra izay nomarihiny fa tsy voatery ireo mpanam-bola ihany no afaka manjifa izany. Efa azon’ny isan-tokantrano hatao mantsy, hoy izy  ny mikaomandy sary tsotra amin’ireo karazana sary hosodoko hitany eny an-toerana mba hatao haingon-trano ka 15.000 Ar no manamboatra izany, miaraka amin’ny fametrahana sary tsara tarehy. Tafiditra ao anatin’ilay hetsika fampahafantarana ny asa tanan-dRaparivo manokana izany taorian’ny nahafatesan-drainy tamin’ny 07 novambra  taona 2018. Mampiavaka ny asa tanany  manokana ny fiangaliany ireo fiainana andavanandro ianan’ny isam-baravarana izay havoaka amin’ny alalan’ny kisary raha sary tanàna kosa no tena nahafantarana an-drainy. Ny 27 jolay ho avy izao moa vao hifarana ity varotra fampirantiana sary hosodoko tanterahin-dRaparivo etsy amin’ny AFT Andavamamba ity.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpampianatra FRAM -Amboasary atsimo7 volana tsy nandray karama, mandrahona tsy hampanao CEPE

Mandrahona tsy hampanao ny fanadinam-panjakana CEPE hotanterahina ny 27 aogositra ho avy izao ireo mpampianatra FRAM any amin’ny distrikan’Amboasary Atsimo.

 

 

 Noho ny tsy naharaisin’izy ireo ny tambin-karamany tao anatin’ny fito volana no voalaza fa anton’izany nefa mampiana-janaka sy mamelona ankohonana avokoa ny ankamaroan’izy ireo. Manaitra ny fitondram-panjakana mba hijery akaiky ity tranga iainany ity izy ireo. Tsiahivina fa  miisa 547.997 ireo kilonga madinika hiatrika ny fanadinam-panjakana CEPE manerana ny Nosy amin’ity taona 2019 ity ka ny 82 isa amin’ireo dia manana fahasembanana. Tafiditra ao anatin’izany ireo manana fahasembanana ara-pahitana, ny ara-pihainoana ary ny ara-batana. Enin-taona kosa no  zandriny indrindra amin’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-pianarana 2018-2019Lava loatra, reraka ny mpianatra

Tena misy fiantraikany amin’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra sy ny mpianatra ny halavan’ny taom-pianarana tamin’ity taona 2019 ity.

Mahatratra 11 volana amin’ny 12 volana mantsy izany raha migadona ny faran’ny volana aogositra. Ny 1/3-n’ny mpianatra isan-kilasy sisa vokatr’izany  no tonga mamonjy ny sekoly  raha araka ny fanadihadiana natao tetsy amin’ny lisea La Prime Anosibe. Misy amin’ireo mpianatra no miala avy hatrany ary tsy mipoitra intsony, hoy ny talen’ny sekoly Lanto Solonandriana raha misy ihany koa ireo tsy manana fahafahana ny handoa saram-pianarana intsony ka aleo milentika avy hatrany. Amin’ny ankapobeny anefa dia mbola amin’ny volana aogositra vao manatanteraka ny fanadinana fifindran-kilasy ny sekoly tsy miankina ary mifarana mihitsy io volana io vao miditra amin’ny vakansy lehibe. Nomarihin’ity talen-tsekoly iray ity fa tsy mampaninona ireo ray aman-dreny sasany izany noho ny mbola fisian’ireo sekoly mandray mpianatra vaovao tsy  mila biletà. Ho azy ireo kosa dia tsy azo ekena velively izany entina hanatsarana ny fahaizan’ny mpianatra. Mikasika izay fampianarana izay ihany moa dia misy amin’ireo sekoly tsy miankina no nilaza ny tsy hampianatra anio zoma noho ny fisian’ilay lalao baolina kitra nifanandrinan’ny ekipam-pirenena Barea sy ny Tonizia halina.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifindramonina arak`asaMila vaovao marim-pototra avy amin`ireo mpanao gazety

Manana anjara lehibe ny OIT (Organisme International de Travail) eto Madagasikara amin`ny fampahafantarana ny zava-misy marina manoloana ny fifindramonina arak`asa.

Ny tsy fahalalana ny zava-misy marina no maharisika ireo tanora malagasy miroboka amin`ny asa any ivelany. Olana sedrain`ireo mpiasa an-trano any ivelany hatrizay ny fampijaliana ara-batana sy ara-moraly ataon`ny mpampiasa azy ireo any an-toerana any amin`ireo firenena tatsinanana toa an`i Koweit, Liban… Tsara tokoa, hoy ny OIT ny mampahafantatra ny zava-misy marina ho an`ny tsirairay mba hahafahana mandray fanapahan-kevitra amin`izay tokony horaisina aorian`ny vaovao marim-pototra. Miara-miasa amin`ny mpanao gazety mpanao fanadihadiana maromaro ny OIT mba hahafahana mitrandraka sy manome vaovao azo antoka. Nisy atrikasa niarahan`ny OIT sy ny mpanao gazety nanomboka omaly izay hifarana anio mba hahafahana manatratra ny tanjona. Tsy anjaran`ny OIT no mandrara sy manery ny fanjakana fa mba hanampy fahazaoana ny hevitry ny besinimaro. Entina hanamafisana ny fahaiza-manaon’ny mpanao gazety, indrindra amin`ny fitrandrahana vaovao mahakasika ny fifindramonina arak`asa sy anatin`ny sehatry ny ady atao amin`ny tsy fahamarinana sy amin`ny fanadevozana maoderina. “Pour l`engagement des medias pour le recrutement equitable » no lohahevitry ny atrikasa iarahan`ny OIT sy ny mpanao gazety.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Building Bridges“Tafapetraka ny tetezana”

Heritaona lasa izay, tonga teto Madagasikara ny alahady 01 jolay 2018, ny tanora 10 (eo anelanelan`ny 20-35 taona) avy any Mayotte sy La Réunion miaraka amin`ny olon-dehibe telo mpanara-dia.

Tia Tanindranaza0 partages

Sarin’ny barea, autocollant, “face painting”Nifandrombahana teny Anosy

Nangotraka ny fitsenan’ny Malagasy ny lalao nifanandrinan’ny ekipam-pirenena Barea sy ny

 

 

Tonizia, omaly alina. Saika nifandrombahana avokoa mantsy ireo karazana sary, kapa, kojakoja maro samihafa misy ny sary sy ny anaran’ny Barea omaly tontolo andro teny an-tsena. Ho an’ny teny Anosy manokana dia ny sarin’ny Barea namidy 400 Ar isanisany no tena nifampitadiavana, indrindra fa ho an’ny mpianatra. Toraka izany koa ny sarina sainam-pirenena autocollant fanao amin’ny fiarakodia. Tsy latsa-danja amin’ireo ny face painting  nandokoana tarehy miloko fotsy, mena, maitso  izay nilaharana mihitsy teny Analakely. Nanomboka tamin’ny 2.000 Ar dia efa nahavita izany miankina amin’ny haben’ny sary raha 5.000 Ar kosa no lafo indrindra. Ho an’ny tee-shirt kosa indray dia tsy naharaka ny mpivarotra noho ny fitombon’ny mpividy.

 

Pati

 

La Vérité0 partages

Football - Phénomène Barea - Le “Vina” numéro 13 en marche

« Faire du sport et de la jeunesse une fierté nationale », est l’un des piliers des 13 Velirano de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) de  l’Etat Malagasy. Le phénomène Barea figure déjà comme l’une des premières étapes du Vina numéro 13. Le Gouvernement malagasy par le biais du ministère de la Jeunesse et des Sports dirigé par Tinoka Roberto Raharoarilala n’est pas à écarter dans cette apothéose. Ce dernier a fait pour que les Barea disposent de tous les moyens possibles que ce soit financièrement ou matériellement et ce, depuis les préparations de l’équipe jusqu’à la fin de leur aventure dans la CAN. Grâce au brillant parcours des Barea de Madagascar à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte,  ils seront à jamais inscrits dans les annales du sport malagasy.  D’ailleurs le phénomène marketing du sport a pris son envol dans le pays grâce à leur parcours exceptionnel. De plus, la participation de Madagascar va jusqu’à constituer un évènement national et international qui a changé la vie et la fierté de tout un peuple. Les Barea ont réuni le peuple pour une grande première dans l’histoire du pays.

Suite à cette belle image du football que l’équipe nationale a montrée  à la CAN, tous les Malagasy espèrent que cette première participation de Madagascar n’est que le début d’un renouveau. Effectivement, le ministère projette déjà de renforcer les coopérations et aides aux  centres de formation de football à Madagascar pour assurer la relève. En effet, ces joueurs qui ont brillé à la CAN sont ceux sortants de l’Académie Ny Antsika comme Carolus et Amada et de l’école de football Ajesaia à savoir, Voavy Paulin, Anicet et Bôlida.D’ici une semaine, la Grande île sera représentée par 218 athlètes aux Jeux des Iles de l’Océan Indien à l’Ile Maurice du 18 au 28 juillet prochains. Une immense opportunité aussi pour convaincre le Comité international des Jeux (CIJ) qu’on mérite l’Organisation de la 11ème édition de ces Jeux à travers les performances de ceux-ci. Tout compte fait, l’Etat malagasy à travers l’IEM veut faire de ces Jeux des Iles de 2023 une immense réussite. L’Etat malagasy est prêt à miser 150 millions de dollars dans la construction des nouvelles infrastructures dans tout le pays pour faire de ces Jeux un succès. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Concours du film court « Une minute et huit secondes » - La corruption au niveau des services fonciers ...

Une bonne interpellation et conscientisation. Dans le cadre du concours du film court anti-corruption « Une minute et huit secondes », le contenu de la production d’un jeune membre du Réseau d’Honnêteté et d’Intégrité (RHI), issu de l’Institut supérieur des polytechniciens novateurs de Madagascar (INSPNMAD) à Mahajanga, et mettant en exergue la corruption dans des services fonciers et sanitaires, a été déterminant. En suivant la notation des membres du jury, constituée par des grilles et critères prédéfinis et des votes sur la page Facebook du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), ce scenario a remporté le premier prix du dudit concours. Selon Rakotovoavy Fanantenana, chef de division « éducation et prévention » auprès du BIANCO Antananarivo, le contenu se résume à l’histoire d’une femme étant victime de corruption et qui a perdu la vie « Un individu s’est emparé d’un terrain appartenant à un particulier en recourant à la corruption. Il n’a pas hésité à renvoyer la propriétaire de son propre domaine, tout en sachant les procédures à suivre. Suite à une crise cardiaque, cette dernière a été admise d’urgence à l’hôpital. Pire encore, tout y est question d’argent avec une situation encore plus désespérante. Les personnels médicaux oublient les principes moraux au détriment de l’appât de gains et ne se préoccupent pas des personnes nécessiteuses. Au final, l’indifférence de ces personnes vénales lui a coûté la vie », raconte-t-il.

En outre, le membre du RHI de Mahazegny, Fianarantsoa a décroché la deuxième place et le candidat du Lycée Mixte ZAFY Albert a été classé troisième. Pour cette grande première dans le mouvement RHI, plus de 350 jeunes répartis dans tout  Madagascar ont pu être mobilisés à participer à ce concours. En tout, 57 œuvres issues de plus de 50 personnes membres de cette plateforme d’éducation et d’échange, créée au niveau des établissements scolaires pour inculquer aux jeunes les valeurs morales, ont été reçues.  La cérémonie de remise de lots à ce premier concours de film court, initié par le volet Education-Prévention du BIANCO au profit des jeunes membres du RHI dans toute l’île, s’est tenue hier au siège du BIANCO à Ambohibao.  Dans son discours, Marie Dimond, représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), a souligné les avancées significatives enregistrées à Madagascar, entre autres la mise en place du Pôle anti-corruption d’Antananarivo et bientôt celui de Mahajanga, l’adoption de l’ordonnance présidentielle sur le recouvrement des avoirs et sa validation par la Haute Cour constitutionnelle. Le PNUD réaffirme, de son côté, son engagement envers les entités concernées, notamment le Comité pour la sauvegarde de l’intégrité (CSI), le Pôle anti-corruption (PAC), le Service de renseignement financier (SAMIFIN), le ministère de la Justice et bientôt l’agence de recouvrement des avoirs.K.R.

La Vérité0 partages

La fièvre autour des Barea continue !

Le plus grand événement de la semaine - à part bien sûr le match de ce jeudi où Madagascar faisait face aux Aigles de la Tunisie - reste l’accueil de l’équipe nationale à l’aéroport d’Ivato. Aujourd’hui, des milliers de Malagasy se donneront rendez-vous dans la partie d’Ivato mais également dans toute la ville puisque le cortège qui emmènera l’équipe fera le tour de la Capitale, allant d’Ivato jusqu’à Anosy, en passant par Talatamaty - Ambohibao - Digue Andohatapenaka - 67ha - Andavamamba et Ampefiloha. Malgré le fait que les Barea n’aient pas réussi à tenir tête l’équipe adverse lors du dernier match, les Malagasy n’ont pas perdu espoir et compte remercier l’équipe des Barea comme il se doit. On s’attend effectivement à un grand festival national, malgré que la manifestation se tienne à Antananarivo. Les supporteurs issus des autres Régions ont d’ailleurs déjà partagé leur soutien pour l’équipe, bien que la plupart d’entre eux ne puissent pas accueillir nos héros nationaux. En effet, plusieurs personnes projettent de venir sur les lieux pour l’accueil grandiose des Barea. « Ils le mérite, accueillons nos héros ! Pour nous, ils ont déjà gagné », clament les supporteurs dans les réseaux sociaux. Chose vraie puisqu’aucun pays de l’Afrique n’a, jusqu’à ce jour, réussi à réaliser cet exploit.

Ainsi, dans la Capitale, la chaleur de la CAN se sent encore et les T-shirts conçus pour supporter notre équipe se vendent toujours comme des petits pains. Exactement comme les drapeaux dont les stocks sont épuisés depuis quelques jours. Selon les informations recueillies, plusieurs personnes sont venues acheter leur drapeau aux alentours d’Analakely et Behoririka. Des drapeaux malagasy de toutes tailles qui serviront sûrement à orner le grand carnaval de ce jour. Car effectivement, aujourd’hui, on porte fièrement les couleurs de l’île. Blanc, rouge et vert sont exposés partout, que ce soient sur les voitures, les vêtements, les casquettes et surtout sur les toits de maison. Ceux qui n’ont pas encore acheté de drapeau sont ainsi venus en acheter tandis que d’autres en ont même cousu car les stocks sont déjà épuisés. D’ailleurs, le ministère de la Communication et de la Culture a encouragé de nouveau chaque foyer à hisser de nouveau les drapeaux sur les toits. Ceci sera un geste de respect et de remerciement pour les Barea, mais surtout pour montrer qu’on est une Nation soudée. « Arborons de nouveau nos drapeaux pour rendre hommage à nos héros. Emmenez également d’autres drapeaux pour les accueillir en ville ». Quoi qu’il en soit, on peut dire que l’engouement des gens n’a jamais été si fort qu’aujourd’hui. L’amour de la patrie n’a pas rayonné comme tel dans le cœur de chacun, même pendant la célébration de la Fête nationale.

La Vérité0 partages

Avec tous les honneurs !

L’aventure s’arrête là. Défaits par les Aigles de Carthage (Tunisie) par trois buts à zéro sur le stade international de l’Académie militaire du Caire (Egypte) ce jeudi 11 juillet, les Barea durent s’incliner la tête … haute devant leurs supporters venus nombreux spécialement au Caire les soutenir dont le  Président Rajoelina et son épouse. Dur, tous les Malagasy, les 25 millions d’âmes ont dû avaler la couleuvre de la défaite, boire le calice au goût amer de la déception. Alors que tous les espoirs ont été permis pour aspirer à la victoire et aller en  demi-finales. Mais le sort en décidait autrement. En toute humilité, il fallait admettre que les Aigles furent trop forts pour les Zébus ce soir-là. Et on se plie et on accepte ! Au-delà de la tourmente et des lamentations ou des jérémiades, il faut malgré tout relever la tête et tenter de voir plus loin et plus haut. A juste titre, la question qui se pose sur toutes lèvres se résume en ces termes : « est-ce réellement un échec ? » On s’apprête à répondre à l’unanimité par un : non ! Certes, les Barea n’ont pas gagné le match mais ils n’ont pas perdu la bataille. Au contraire, nos héros de la Nation remportèrent le challenge. Pour une toute première participation à des compétitions internationales de la taille de la CAN et qu’on est parvenu à atteindre les quarts de finale, on ne peut pas ne pas être fiers du parcours réalisé. Quand on a réussi à mettre K.O. par terre de grandes formations telles les Super Eagles ou le Tout Puissant Mazembé, il y a de quoi à se réjouir. Les co-équipiers de Faneva Ima ont littéralement bousculé la hiérarchie. Sans complexes, les poulains de Nicolas Dupuis ébranlèrent l’ « ordre établi » de cette compétition continentale. A un certain moment, les supposés favoris n’ont pas caché leurs appréhensions face à la prouesse  imprévue des Barea qui étaient mêmes sur le point de réaliser le rêve de tout un peuple.

Quelque part dans les Saintes Ecritures, il est dit « Toute chose concourt pour le bien … ». Une défaite sert toujours à quelque chose ! Les grandes réalisations sinon les réussites remarquables passent souvent par les stades incontournables des échecs. En effet, ce sont des étapes utiles pour former l’homme.Les Barea, car il s’agit précisément d’eux, gagneront en maturité et en expertise dans les arcanes du football  en capitalisant et en positivant leur échec pour améliorer davantage la maîtrise du jeu. De notre côté, nous les supporters, il nous appartient de maintenir sans faille le soutien et les encouragements que nos champions ont droit de notre part. L’élan national de solidarité envers notre équipe nationale ne doit connaître aucun répit. En tout cas, il faut garder intacte cette solidarité nationale car le pays en a vraiment besoin afin de redresser ensemble et vite la Nation. Sauf contretemps, nos héros atterriront à  l’aéroport international d’Ivato ce jour  en milieu de journée. C’est le moment idéal qui s’offre à tous pour manifester notre reconnaissance entière à leur égard. Ils méritent un accueil triomphal voire  solennel digne des champions. Une mobilisation générale s’impose pour les recevoir avec tous les honneurs !

La Vérité0 partages

Ressources halieutiques - Les requins en danger

Presque la moitié des 80 espèces de requins présentes à Madagascar se retrouvent aujourd’hui dans la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Entre la surpêche et la destruction de leur habitat naturel en effet, il ne faut pas s’étonner de la diminution à vue de nez de leur nombre, au cours de ces dernières années. « A cause de la pêche industrielle et la pratique des petits pêcheurs, les requins n’ont pas le temps de se reproduire correctement. En plus, les méthodes rudimentaires utilisées par les petits pêcheurs causent la mort de plus de 210 requins chaque année. Pourtant, ces poissons ont des rôles importants tant sur le plan écologique qu’économique et social. Ils assurent l’équilibre écologique à travers la chaîne alimentaire au niveau de l’écosystème marin, permettent de recycler les nutriments, de réduire les maladies et de réguler les espèces envahissantes »,  précise la directrice du développement durable, œuvrant au sein du ministère de l’Environnement et du Développement durable, hier, au Grand Mellis à Analakely.

 Plan d’action Face à cette menace pesante sur l’espèce, le ministère de l’Environnement et du Développement durable et celui de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, avec l’appui technique mais aussi financier de l’ONG WCS ou la Société pour la conservation de la vie sauvage, ont décidé de mettre en place un plan national d’action de conservation et de gestion durable dédié aux requins et aux raies pour le pays. « Nous sommes partis sur le plan d’action régional de conservation et de gestion durable de l’océan Indien pour élaborer ce plan. Cependant, nous l’avons adapté en fonction de nos besoins et de l’état actuel de nos ressources. En plus, il a aussi fallu prendre en compte que la filière requin nourrit plusieurs familles, contribuant à hauteur de 200 000 à 1 000 000 d’ariary tous les deux mois à chaque petit pêcheur », soutient le directeur de la pêche et de l’aquaculture, au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, lors de la présentation de ce nouveau plan d’action. Dans cette optique, ce plan d’action visera à conserver et gérer durablement les requins. En tout cas, ce plan a déjà été validé par toutes les parties prenantes le mois dernier. Ce plan d’action sera donc promu demain, à l’occasion de la journée de sensibilisation sur les requins, une opportunité pour mettre en lumière leur importance dans notre écosystème. Rova Randria

La Vérité0 partages

Défaite des Barea - Réaction exemplaire des malagasy

Contrairement aux supporters de certains  pays qui ont versé dans la brutalité après la défaite ou la victoire de leur équipe, les Malagasy ont accueilli l’élimination des Barea non seulement en s’abstenant de toute violence mais également, aussi extraordinaire que cela puisse paraître, avec une certaine ferveur. Comme lors des matchs précédents au cours desquels Madagascar a gravi un par un les marches de la qualification, le coup de sifflet final du duel ayant opposé l’équipe nationale malagasy avec celle de la Tunisie a été accueilli par des manifestations de communion dans toute l’île. Entre les concerts de klaxon et de vuvuzela, on pouvait entendre ici et là l’hymne nationale entonné par des groupes de gens réunis en cercle. Des scènes qui auraient pu faire croire que cette foule en liesse fêtait une victoire. Le début de la journée a vu une population, certes abasourdie par une défaite toujours amère, mais les visages affichaient toujours la même fierté des jours précédents. Cette réaction des malagasy contraste violemment avec celle des supporters de certains pays qui, par leur excès, ont terni l’image non seulement de leur équipe mais aussi de leur Nation tout entière.

Une vidéo tournant en boucle sur les réseaux sociaux montre, par exemple, un conseiller au ministère des Sports congolais violemment pris à partie par ses propres compatriotes en colère, suite à l’élimination des Léopards du Congo  par les Barea de Madagascar, dimanche dernier. Des témoignages sur place rapportent qu’à la fin du match, il a été recommandé aux supporters malagasy d’éviter trop d’exubérance devant les Congolais, tant la réaction de dépit de  ces derniers pourrait être imprévisible. Sage conseil lorsque l’on sait ce qui est arrivé à la personnalité étatique congolaise suscitée. Civisme exemplaire Jeudi dernier, des supporters algériens ont créé des incidents un peu partout en France, après la victoire de l’Algérie face à la Côte d’Ivoire en quarts de finale. A Paris, sur l’avenue des Champs-Elysées, des heurts et des pillages ont éclaté et conduit à une quarantaine d’interpellations. A Montpellier, un supporter algérien, roulant à vive allure avec sa voiture, a percuté une famille qui était sur le trottoir. La mère de 42 ans est morte sur le coup, tandis que son bébé de un an est polytraumatisé avec un pronostic vital engagé et sa fille de 17 ans souffre de fractures des membres inférieurs. Bilan de ces excès algériens, 74 interpellations dans toute la France, 20 policiers blessés et des demandes émises par des personnalités politiques françaises visant à interdire aux algériens l’accès sur l’avenue des Champs-Elysées ce dimanche, jour où les Fennecs jouent pour les demi-finales en Egypte.Les supporters malagasy en Egypte, pour leur part, se sont fait distingués -  en bien plutôt qu’en mal  -  lorsqu’ils ont entrepris de nettoyer les gradins où ils étaient installés à chaque fin de match. Un civisme exemplaire qui a été salué à sa juste mesure par ceux qui en ont été témoin. A Madagascar, l’effervescence exceptionnelle qui a suivi l’élimination des Barea n’a provoqué aucun incident notable. Dans tous les cas, aucun acte de violence qui peut être lié à cette défaite de l’équipe nationale n’a été signalé dans toutes les grandes villes du pays.Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Retour au pays des Barea - La population reconnaissante réserve un accueil triomphal

A 14h50. C’est à cette heure ce jour qu’est prévu l’atterrissage de l’avion transportant les nouveaux héros de la Grande île. L’accueil des Barea s’annonce grandiose.  Après l’épopée, le retour triomphal. Les Barea n’ont, certes, pas gagné la Coupe d’Afrique des Nations.  Mais, malgré la défaite aux portes des demi-finales, des centaines de milliers de supporters attendent l’arrivée de l’équipe nationale pour prolonger, quelques heures encore, la joie d’avoir réussi l’impensable. Déjouant tous les pronostics, l’équipe malagasy s’était qualifiée, pour leur toute première participation en quart de finale de la grand-messe du  football africain. Un exploit que la population locale souhaite célébrer à sa juste valeur. Ce seront, en effet, 21 Barea et leur sélectionneur Nicolas qui poseront les pieds sur le sol malagasy de l’aéroport international d’Ivato quelques minutes avant quinze heures. Convoqués par leurs clubs respectifs du PFK Ludogorets Razgrad (Bulgarie) et du Minnesota United FC (Etats-Unis), Abel Anicet Andrianantenaina et Romain Métanire ne seront hélas pas présents durant les réjouissances en l’honneur des Barea. Direction ensuite le Stade de Mahamasina, en passant par Tsarasaotra, Alarobia, Ankorondrano, Antanimena, Analakely et Ambohidahy, pour les Barea, selon les dernières informations communiquées par les autorités. Le trajet d’Ivato au centre-ville ainsi que la rencontre à Mahamasina seront l’occasion pour la population malagasy de remercier son équipe, d’avoir porté aussi haut le drapeau national et d’avoir sur raviver la fierté nationale dans les cœurs malagasy. Pour les joueurs, il s’agira de communier avec leurs fervents supporters.

Une vague blanche, rouge et verte devrait déferler sur les abords des routes traversées par le cortège des Barea. Le stade municipal de Mahamasina risque une fois de plus d’être trop étroit face à l’affluence attendue pour cette rencontre. Pour assurer la sécurité durant les festivités, un dispositif exceptionnel de sécurisation sera sans aucun  doute mis en place par les autorités. Le comité de normalisation pour la Fédération malagasy de football en appelle toutefois à la sagesse des malagasy durant ces célébrations.  Prochaine étape, les nouvelles idoles du pays et leur encadrement seront reçus par le Président Andry Rajoelina, qui a assisté à leurs deux derniers matchs en Egypte, avec sa femme Mialy Rajoelina et sa famille. Les héros des temps modernes devraient être décorés lors d’un banquet offert en leur honneur au palais d’Etat d’Iavoloha. Toutefois, aucune autre précision n’a pour l’heure été communiquée quant à la date de ce banquet. Les nouveaux champions et leurs familles passeront deux jours dans la Capitale, avant de partir, probablement, pour des vacances bien méritées.   Recueillis par  Lalaina A.

Midi Madagasikara0 partages

Tombola : Un billet aller-retour Tana-Egypte pour Haja Raselison

Haja Raselison, le gagnant de la tombola.

Le tirage au sort du jeu de tombola organisé par TCL pour la CAN  s’est déroulé  hier au Work Idea Center, au 2e  étage de l’immeuble Atelemec à Ankorondrano à 10 heures.  Haja Raselison a remporté le premier lot : un billet aller-retour  Antananarivo-Egypte-Antananarivo pour une personne, comprenant visa, hébergement,  pension complète et ticket d’entrée au stade pour assister au match. Sambelaha de Mahajanga  a gagné le  deuxième lot : un téléviseur à écran plat TLC 49’’. Enfin, Yliaz Mounavaraly de Toamasina  remporte le troisième lot, un poste  téléviseur TLC 32’’. Outre  les trois gagnants, à l’occasion de la CAN 2019, Armand Ratsimbazafy, Alain Andriamanasoa, Malaikoamby, Sandrine Andrianjafimiarina, Nirina Rakotondrabe et Faratiana Randrianjafy ont obtenu un sac de sport contenant une gourde et des maillots des Barea.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Tsiliva se présente au Bonara be

Le député Tsiliva va chanter au Bonara Be 67 Ha ce soir, à partir de 20 h. Sans aucun doute, il s’agit d’un concert d’arrosage ou peut être d’un petit au revoir, puisque le chanteur va maintenant occuper un poste moins festif. Quoique lever la main à tout va pourrait constituer une partie de plaisir incommensurable. Sans oublier que lire et analyser les textes législatifs seraient moins laborieux que créer des paroles comme « Jesôsy ve ? oui, oui ». Tsiliva possède tous les atouts intellectuels pour être un porte-parole du peuple. Le point commun, c’est qu’il prendra parfois aussi le micro dans la Chambre basse.

Réapparition de Manaly

Le père de Manala azy mifetyManambady vazaha… va monter sur la scène du Glacier Analakely, aujourd’hui à 20 h. Ces derniers temps, ce chanteur s’est fait discret. Naviguant entre des apparitions soudaines, avec une création évangélique puis un silence total. Cependant, l’artiste restera toujours l’artiste et il est difficile de résister à l’appel de la scène. De l’ambiance, chère à ce chanteur venu de Toliara, sera sûrement aussi au rendez-vous . Malgré ses prouesses de chanteur, il ne faut pas non plus oublier que Manaly est un très bon guitariste. Il est à l’aise dans les différentes versions du tsapiky, comme la mangenake et d’autres encore.

Silo dans son jardin

Silo se retrouvera au Piment Café Behoririka, ce soir à partir de 21 h. Au programme, de la virtuosité et un  feeling un peu du genre, le gourou Aum Shinrikyō avec ses fidèles. Etre vu dans une représentation de Silo, c’est la garantie, d’après certains, d’une étiquette de personne  branchée et  citadine. Même si on ne comprend rien à ses techniques musicales et à ses prouesses, il faut seulement y être. D’ailleurs, l’artiste semble entretenir visuellement cette image de musicien pour une certaine catégorie de public. On ne le verra jamais chanter dans un bal de foire dans la brousse, au risque d’être un incompris ou de crouler sous les jets de tomates.

Luk, Mahery et Rija en ligne

Les trois inamovibles Luk, Mahery et Rija Ramanantoanina seront à l’affiche à l’espace Le Sud Fenoarivo ce jour, à 21 h. Ce lieu, situé en périphérie de la capitale, est un nouveau venu dans le paysage des soirées nocturnes d’Antananarivo. Apparemment, les soirées loin du brouhaha du centre ville commencent à revenir dans les mœurs des noctambules. Au menu, certainement des interprétations des tubes malgaches. Sans oublier des chansons du cru de ces chanteurs. Une soirée pour se retrouver entre quinquas et profiter de la fin de semaine. Avec ce trio, les soirées peuvent s’étirer assez longtemps, cela dépend du public.

Trass Tsiadana retour vers le passé

Ambiance des années 80’ au Trass Tsiadana ce soir, à partir de 20 h, avec des interprètes dénommés Olga et Fidy Dibl. Dans leur répertoire, le public retrouvera du Véronique Sanson, du France Gall, Patrick Bruel, Jean-Jacques Goldman et du Laurent Voulzy. Toute une panoplie d’artistes qui ont bercé la jeunesse des années 80’, à l’époque où la cassette à bande faisait pleinement son entrée dans le paysage musical tananarivien. C’est dans cet écrin de musique que ces deux artistes vont emmener les noctambules pour un retour dans le passé. Il n’y a rien de mal à cela, quand on le fait avec modération.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Environnement bancaire : Société Générale Madagasikara forme une équipe de la Gendarmerie

Le partenariat historique entre la Société Générale Madagasikara et la Gendarmerie nationale se poursuit. Dans le cadre des efforts entrepris pour un accès inclusif aux services bancaires, la banque a partagé ses expériences à des éléments de la Gendarmerie Nationale. Et ce, à travers une formation sur l’environnement bancaire, réalisée lundi dernier au Toby Ratsimandrava. Une formation dont l’objectif est d’initier des éléments de la Gendarmerie Nationale aux pratiques bancaires, aux produits et services ainsi que les lois régissant ce système. Plusieurs thèmes ont été abordés durant la formation de ces 30 gendarmes enquêteurs afin de lutter contre le blanchiment d’argent et la délinquance financière et économique. On peut citer, entre autres, la culture générale bancaire et les règlementations financières.

Ce moment de partage est important. En tant que banquier responsable, la loyauté et l’intégrité des pratiques sont au cœur de la démarche relationnelle de la banque. Œuvrant dans un secteur réglementé, la Société Générale Madagasikara s’engage à collaborer pleinement avec les instances publiques et professionnelles chargées de la supervision ou du contrôle des opérations bancaires sur le territoire.

« Agir en conformité consiste à inscrire les actions dans le respect des dispositions propres aux activités bancaires et financières, qu’elles soient de nature législative ou réglementaire, ou qu’il s’agisse de normes professionnelles, déontologiques ou internes », explique un responsable de la banque. « Le respect de ces principes est un devoir envers nos clients et  nos partenaires, un gage de confiance et de réputation pour notre groupe ». Et c’est justement dans cette démarche qu’a été initié ce programme de formation à des éléments de la Gendarmerie.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Cours des changes :  L’ariary continue de se déprécier 

La politique de grande industrialisation prévue dans le Plan d’Emergence permettra à l’ariary de retrouver sa compétitivité.

La hausse des recettes d’exportation pourrait freiner dans les mois qui viennent la dépréciation de l’ariary.

Le marché interbancaire des devises, affiché hier par la Banque Centrale de Madagascar, confirme la projection de la Loi de finances rectificative 2019 sur une dépréciation continue de l’ariary cette année.

Dépendance. Hier, le dollar était à 3 631 ariary, alors que l’euro affichait une parité de 4 080,12 ariary. Comparée aux cours de changes du début de l’année, où le dollar était à 3 473,16 ariary et l’euro à 3 975,01 ariary, la monnaie nationale a ainsi perdu respectivement 157,84 points par rapport au billet vert, et 105,01 points par rapport à la monnaie européenne. Cette dépréciation relativement importante de l’ariary confirme en tout cas la projection de la Loi de finances rectificative qui, dans son exposé des motifs, fait état d’une dévaluation de 2,3% le long de cette année. Une dépréciation consécutive notamment à la dépendance de l’économie vis-à-vis des aides extérieures, et au creusement persistant de la balance commerciale. En effet, malgré une offre relativement importante provenant des recettes de la filière vanille, la Grande Île continue d’importer beaucoup, notamment du carburant. On assiste également à une hausse importante des biens de consommation qui continue de peser sur cette balance commerciale défavorable pour Madagascar.

Bonne nouvelle. En somme, après un bilan peu reluisant en 2018, l’ariary continue malheureusement son chemin vers la dépréciation. On rappelle qu’en 2018, l’ariary a perdu 300 points par rapport à l’euro et 400 points par rapport au dollar. Confirmant ainsi cette grande compétitivité du billet vert sur le marché international des devises. Mais la bonne nouvelle, c’est que cette dépréciation de l’ariary sera relativement freinée par au moins deux facteurs. Il y a tout d’abord cette accumulation d’importantes réserves de change attendue sur les exportations de vanille et de produits manufacturés, ainsi que les décaissements des aides budgétaires prévus pour l’année 2019. De plus, la Banque centrale de Madagascar (BFM) prévoit de réaliser un effort supplémentaire de +146 millions de DTS à titre de réserves officielles par rapport à 2018, ramenant à 1 272 millions de DTS le cumul des réserves comptabilisées, soit 4 mois d’importations en biens et services. Elle interviendra également sur le marché interbancaire de devises (MID) pour lisser les fluctuations marquées des taux de change, et utilisera de nouveaux outils de politique monétaire en vue de garantir l’efficacité et l’efficience de la politique de change.

Relance. Mais les analystes économiques estiment que le meilleur moyen de renverser la tendance en matière de cours de change, et voir ainsi l’ariary s’apprécier par rapport aux devises de références que sont le dollar et l’euro, est d’améliorer la productivité agricole et industrielle. Et ce, afin de mettre un terme à la dépendance de l’économie sur les importations. « Les importations devraient se concentrer sur les biens d’équipements et non les biens de consommation », affirme un observateur. En tout cas, avec la relance de l’aménagement agricole du Bas Mangoky, par exemple, la productivité agricole est appelée à s’améliorer. Par ailleurs, la politique d’industrialisation agricole prévue dans le Plan d’Emergence de Madagascar constitue une bonne option pour la marche vers la croissance inclusive et durable.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimanga Rova : Fanadiovana omby halatra, olona dimy indray no voasambotra

Mbola misy olona roa hafa karohina, ankoatr’azy dimy lahy ireto.

Tambazotrana mpanodinkodina omby halatra indray no ravan’ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Ambohimanga Rova, ny alin’ny alarobia alina teo. Olona dimy no voasambotra tamin’izany.

Mitohy hatrany hatreto ny ady ataon’ny zandary amin’ity  fanodinkodinana omby halatra ity. Tsy mijanona fotsiny amin’ireo dahalo, mpangalatr’omby mivantana ny fanadihadiana nataon’ireto mpitandro filaminana, fa nitohy hatrany amin’ireo rantsa-mangaika mpanadio sy mpividy halatra. Toy ity nitranga teny Ambohimanga Rova ity. Niainga tamina resaka halatr’omby nitranga tao amin’ny fokontany Ambohidahy, kaominina Ambohimanga Rova ny fanadihadiana rehetra. Omby telo no voalaza teo nalain’ireo mpanafika. Tamin’io fotoana io dia tsy basy akory no nampiasain’ireo dahalo fa torabato tsy an-kijanona nentina nampitahorana ireo tompon’omby. Ora vitsy taorian’io no nahare ny zava-niseho ny tompon’andraikitry ny filaminana ary niezaka niantso ireo tompon’omby izay voalaza ihany koa fa nandeha nanara-dia ny ombin’izy ireo. Nahavariana, fa re taty aoriana, roa andro taorian’ilay tranga raha ny marina, dia hoe azo ny omby roa ary ny tompon’omby ihany no naka an’ilay izy tany amin’ireo mpangalatra. Tranga izay lasa nampiahiahy. Nanohy ny fanadihadiana hatrany anefa ny zandary ka fantatra fa mpinamana ihany ilay tompon’omby very sy ireo mpanafika. « Vokatry ny valifaty noho ny tsy fahavitan’ity tompon’omby ny vola vidin’omby novidiny teo aloha tamin’ireo mpangalatra no nahatonga ny fanafihana » hoy ny fampitam-baovao. Niroso hatrany ny fanadihadiana ka fantatra, fa « omby tsy mazava avy any faritra maro any avaratra any ireo omby namidin’ny mpanafika tamin’ny tompom’omby, izay fantatry ity farany tsara izany ». Io tompon’omby mpividy halatra io indray avy eo no mitady izay fomba rehetra hamarotana ny hena azo avy amin’ireo omby halatra. Ary rehefa lafo vao aloa tanteraka ny vidin’omby tamin’ireo mpangalatra. Rehefa tena nozohina izany dia ilay tompon’omby no ivon’ny mampihodina ity resaka halatr’omby ity tany amin’iny faritra iny. Nosamborina avy hatrany moa ity farany niaraka tamin’ireo mpiray tendro aminy : ireo mpangalatra sy mpandroaka omby, ny mpividy omby halatra ary ny mpivaro-kena. Miisa dimy araka izany no voasambotry ny zandary tao anatin’ity tambazotra ity. Mbola misy olona roa ao anatin’ity tambajotra ity kosa moa karohana fatratra amin’izao. Androany kosa no fantatra atolotra eny anivon’ny Fampanoavana ireto olon-dratsy ireto, raha tsy misy ny fiovana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Kool Raoelison, modeste bassiste aux multiples facettes

Kool Raoelison avec son instrument de prédilection.

Bassiste de son état, Kool Raoelison est un jeune homme bien connu dans le milieu. S’il est surtout présent dans le microcosme du jazz, il travaille avec des artistes de multiples horizons. Portrait.

Basse à la main, toujours derrière ces grands artistes, Kool Raoelison est facile à reconnaître avec son petit air concentré et son unique « lock » pendant sur sa nuque. Koloina Ny Aina Raoelison, Kool Raoelison de son nom de scène, fait partie de la dernière génération de bassistes malgaches prometteurs. Sa passion pour la musique a germé depuis son jeune âge, mais c’est en 2007 qu’il prend les bases en commençant par le piano. Ce versant prend de l’ampleur et il continue en autodidacte. Son amour pour la basse ? Le coup de foudre pour l’instrument l’a frappé en plein cœur en écoutant du Tôty en 2008. « Tout le monde va dire que cela fait un peu cliché de faire partie de ces jeunes gens que Tôty a influencé, mais c’est ce qui a marqué un tournant de ma vie en tout cas. Etant donné que c’est lui qui m’a fait aimer la basse, je ne pourrais ne pas le mentionner. » En 2009, le jeune homme intègre l’illustre jazz club du CGM/GZ.

 

Plusieurs genres. A partir de là, il se retrouve avec les jeunes de son âge pour gravir ensemble les échelons et se retrouver ensuite sur les multiples scènes malgaches. Si le jazz est son genre de prédilection, il vogue aisément entre les « world music » et le gospel. Côté musique, lui de constater qu’« actuellement, bon nombre de musiciens explorent la musique traditionnelle malgache et s’inspirent de la musique du terroir. En même temps, l’on se laisse également tenter par le courant de la mondialisation et la musique malgache s’ouvre de plus en plus, sans pour autant se faire éclipser. Ce point est très important. Je me permets d’emprunter l’adage de l’écrivain Di pour dire que ‘ma musique je la fais souveraine, quant à celles d’autrui, je les maitrise’. D’un autre côté, la culture du matraquage ne cesse d’augmenter et parfois, cela nuit au sens de la vraie musique », relate-t-il.

Kool Raoelison sur la grande scène du Jazz@Tohatohabato.

Riche expérience. Tous ceux qui le connaissent seront certainement d’accord pour dire que Kool porte bien son petit nom, car son air un peu réservé cache un garçon vraiment sympathique et serviable. En dix ans, Kool Raoelison enchaîne des collaborations en accompagnant des artistes comme Edgard Ravahatra, Minah Bolimakoa, Fifih, ou encore Mem’s Family. Entre-temps, sa rencontre avec Marc Demelemester, le guitariste de Johnny Halliday, et non moins leader du groupe Amx, a beaucoup apporté pour le bassiste. « Comme mes autres amis musiciens, j’ai beaucoup appris de Marc Demelemester. Le partage ne se limite pas à la musique. Il nous a également appris ce qu’est la rigueur demandée aux musiciens professionnels au niveau de la discipline, le timing, l’écoute, et au niveau du matériel. ». Outre Tôty et Marc Demelemester, Jaco Pastorius ne le laisse pas non plus indifférent, au même titre que John Patticucci. Kool Raoelison vient de mettre sur pied le trio nommé « Intello », avec Anthonio Andrian et Sandratra Andrian. Mais pour les découvrir, les mélomanes devront prendre leur mal en patience jusqu’à la fin de l’année.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

80 pour cent des eaux destinées à la consommation contiendraient des matières fécales d’après les résultats de l’enquête MICS 2018, ou « Multiple Indicators Cluster Survey ». Menée dans le cadre du programme mondial MICS et appuyée techniquement par l’UNICEF, la Banque  mondiale et l’USAID, l’enquête en question regroupe des données recueillies suite à des études menées auprès d’échantillons éparpillés dans les régions du pays. Pour ce qui est de la qualité de l’eau, les résultats de l’enquête ont également été obtenus auprès d’échantillons d’eau recueillis, auprès de sources différentes. Il conviendrait de noter que la majorité de la population malgache puise l’eau destinée à la consommation, auprès de sources comme les rivières, les fleuves ou encore des eaux stagnantes, comme dans le Sud. Des eaux dont la qualité laisse à désirer par rapport à celle obtenue auprès des points de distribution règlementés.

1 pour cent des enfants de moins de cinq ans souffriraient de  l’obésité, toujours d’après les résultats de l’enquête MICS 2018. Une situation alarmante d’après les explications reçues, lors d’une séance d’information, organisée à Antaninarenina, avant hier. Le nombre total d’enfants concernés par l’obésité ne peut toutefois être connu qu’après la publication du résultat du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH).

40 ans d’existence de la FFKM ou « Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara » seront célébrés le mois d’août prochain. Une célébration qui sera effectuée dans la thématique «  Unité dans l’adversité ». Et pour ce faire, le comité d’organisation a choisi la bonne parole contenue dans 1 Corinthien, chapitre 1, verset 10b qui dit : «  Que vous soyez bien unis dans une même pensée, et dans un même sentiment ». Les festivités, quant à elles, commenceront le 23 octobre de cette année à Antananarivo.

2021 sera l’année où la ville de Fort-Dauphin deviendra la première ville entièrement verte de l’Océan Indien. Il conviendrait de noter que la concrétisation de ce projet de première ville verte reposera sur la mise en œuvre d’un projet de mise en place de plusieurs centrales solaires, éoliennes et hybrides mené par la société Rio Tinto QMM Madagascar. Une reconversion dans les énergies renouvelables qui entend allier responsabilité sociale de l’entreprise (RSE), et réduction des dépenses liées à la production de l’électricité.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Honneur et fierté pour les Barea

La logique a finalement été respectée. Les équipes les plus expérimentées ont réussi à battre celles moins capées qu’elles. Avant-hier, ce fut les Ecureuils du Bénin, hier nos Barea. Ces derniers ont bousculé la  hiérarchie et se sont attirés la sympathie de tous les amoureux du ballon rond. Ils ont fait un parcours remarquable lors de cette CAN 2019. Nos Barea n’ont pas à rougir de cette défaite qui met fin à une épopée qui a apporté au peuple malgache, un sentiment de  fierté et de bien être jamais ressenti auparavant.

Honneur et fierté pour les Barea

Nos Barea  ont rempli leur contrat et ont fait bien plus que ce que tous les amoureux du ballon rond espéraient. Ils ont écrit la plus belle page du football malgache. Cette première participation à la CAN a mis en lumière le talent de nos footballeurs. Elle a permis à nos compatriotes de retrouver le sens du « fihavanana  » et de la cohésion. Cela mérite d’être souligné et répété car ils se sont retrouvés unis  autour d’une équipe. Malgré cette défaite en quart de finale, les Malgaches n’ont  éprouvé aucune amertume. Les cortèges de voitures en ville ont été les mêmes que ceux des tours précédents. L’aventure était belle et  l’exploit a été salué par les commentateurs de télévision. A présent, il faut continuer sur cette lancée et capitaliser cet acquis. La fête était belle et il faut maintenant revenir aux réalités de la vie quotidienne. Les défis qui attendent le pays sont nombreux, mais l’élan apporté par cette belle épopée doit permettre de faire avancer le pays. Les Malgaches vont attendre le retour des Barea au pays et les accueillir comme des héros. Ce seront des moments de liesse comme on n’en aura jamais connu. En attendant, nous pourrons encore suivre les beaux matches de la CAN qui se dérouleront dimanche prochain. Cela se fera sans nous, mais n’ayons aucun regret. Il nous reste des souvenirs inoubliables.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Chanson : « Karan-jegny » de Denise débarque

Denise vient de sortir une nouvelle chanson intitulée « Karan-jegny ». La vidéo a été publiée le 22 juin. Et rebelote, cela sent déjà le tube. Un slow à faire tomber les cœurs de pierre. Décidément, cette artiste possède un talent qui fait d’elle la reine de la musique malgache actuelle. Avec le dépouillement musical, que l’on connaît  comme une marque de fabrique de son mari Shyn, ce titre possède une puissance émotive, allant dans les profondeurs de l’âme. D’autant que la voix sublime de Denise ajoute encore plus d’électricité à ce morceau. Une musique à elle seule. A peine sortie, « Karan-jegny » compte déjà plus de 32 000 vues sur la plateforme Youtube.

Pour le moment, Denise reste assez discrète. Aucun album en vue apparemment, mais des titres qui sortent comme des fulgurances. « Karan-jegny » possède assez d’atouts pour devenir le tube de ce mois de juillet. Côté visuel, la vidéo de la chanson possède ce voile de sensualité qui accompagne souvent les titres de Shyn et Denise comme « Ngôma » et compagnie. Une fois de plus, Denise confirme son statut de star. Et Toamasina rappelle encore qu’elle est la ville qui bouge en matière de RnB et musique urbaine actuellement.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Région NMC : Pour une gestion durable des ressources marines et côtières

Une importante réserve de biodiversité biologique et des écosystèmes riches. Le Nord du Canal de Mozambique (NMC ou Northern Mozambique Channel) est sans conteste l’un des plus importants centres de biodiversité dans le monde. Réunissant la zone marine et côtière entre le Nord de Madagascar et le Mozambique, le Sud de la Tanzanie, une petite partie des Seychelles et l’archipel des Comores, le NMC est une forte réserve de diversité biologique au degré d’endémisme élevé, mais qui est actuellement en déclin. Les pressions sans cesse croissantes exercées par le développement des infrastructures côtières, les industries extractives et la croissance démographique ont menacé la fragilité des écosystèmes et compromis la durabilité des services qu’ils fournissent. S’y ajoute le changement climatique, une sérieuse menace pesant sur cet espace. Outre ses plus de 400 espèces de coraux, le plaçant à la seconde place en biodiversité marine après le Triangle de corail, le NMC représente également une importante zone de reproduction et d’alimentation pour les espèces marines et migratrices phares, notamment le thon. Cette zone « fournit des habitats critiques à de nombreuses espèces et ressources marines, vulnérables à la surexploitation et au changement climatique futur », explique WWF Madagascar. Région importante pour la pêche, les pêches artisanales à petite échelle sont cruciales pour les populations de son littoral car elles représentent une source de revenus, tout en assurant leur sécurité alimentaire. « On pense également que cette région constitue une réserve clé de pétrole et de gaz », informe toujours WWF.

Consultation. Afin d’en préserver les écosystèmes, il urge que le NMC soit au centre d’actions conjointes dans la région. Des actions communes impliquant les gouvernements, les communautés locales, le secteur privé et les organisations de la société civile. Selon WWF Madagascar, quelques acteurs travaillant sur la gestion des ressources marines, notamment le Secrétariat de la Convention de Nairobi, Recherche et développement des océans et des côtes dans l’Océan Indien (CORDIO) à l’Est de l’Afrique, et le WWF (Fonds mondial pour la nature) ont proposé une idée « susceptible de susciter la collaboration des pays et des principaux partenaires impliqués dans l’utilisation des ressources de la région NMC ». C’est ainsi qu’un long processus de consultation a eu lieu de 2013 à 2015 entre les Comores, Madagascar, le Mozambique et la Tanzanie, les cinq pays de la région NMC. Il en est ressorti la décision de mettre en place l’initiative, baptisée « Northern Mozambique Channel initiative » (NMCi). Ce, dans le dessein d’opérationnaliser les trois objectifs majeurs identifiés lors des consultations. Il s’agit, d’une part, de poser les bases d’une gestion intégrée des ressources marines ainsi que la planification spatiale marine ; et d’autre part, de planifier – et adopter- les meilleures pratiques environnementales et sociales dans le secteur du pétrole et du gaz afin de réduire les impacts sur la biodiversité et les services écosystémiques. Et enfin, d’améliorer des modèles et pratiques efficaces pour la gestion des ressources par les communautés locales.

Projet ambitieux. La réunion de plusieurs Etats membres de la Convention de Nairobi, afin de trouver les moyens de soutenir la conservation et la gestion de la région NMC, a permis de prendre des décisions majeures qui ont été prises pour la conservation marine lors de la Conférence des parties à la Convention de Nairobi, par le biais des décisions CP8/6(b) et CP9/7(b) sur l’approche intégrée de la gestion des océans dans le NMC. Un projet ambitieux sur le volet gestion intégrée des ressources marines et côtières de cette zone sera financé par la France, une partie contractante à la Convention de Nairobi. Le Secrétariat de la Convention de Nairobi, CORDIO, WWF, le « Wildlife Conservation Society « (WCS), « Blue Ventures » (BV), la « Fauna and Flora International » (FFI), « The Nature Conservancy » (TNC), et « Conservation International » (CI) vont mettre en œuvre le projet de collaboration. « Les principaux bénéficiaires directs seront les gouvernements et les communautés locales des pays de la région NMC. Les donateurs potentiels se joindront également à l’effort collectif, y compris le Margaret A. Cargill Philanthropies (MACP), l’Agence suédoise de développement international (SIDA) et l’agence norvégienne de coopération au développement (Norad) », a-t-il été appris. Ce projet permettra de mieux gérer de manière plus durable les ressources précieuses fournies par le NMC.

Recueillis par Hanitra R.Source WWF Madagascar.

Midi Madagasikara0 partages

FMF – Election : Hery Rasoamaromaka soutenu par Alfred Andriamanampisoa et  Briand Randrianirina

Lors du dépôt de candidature de Hery Rasoamaromaka, hier, à Isoraka.

Hery Rasoamaromaka, alias Heribe est bel et bien candidat à la course pour être le nouveau locataire de la Maison du football à Isoraka. Un jour avant la date butoir, sa candidature a été déposée, hier, par son coéquipier, le député  Andry Ratsivahiny. Il a expliqué que « Hery Rasoamaromaka veut développer à grande vitesse le football malgache, puisque les Barea ont déjà fait de grands pas. Il va mettre en priorité la participation de Madagascar à la CAN et viser notre  qualification à la Coupe du Monde… ». Il a rempli les conditions de candidature et est parrainé par huit présidents de la ligue, que sont Analamanga, Atsinanana, Menabe,  Analanjirofo, Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovignany, Vakinankaratra, Boeny. En outre, il est soutenu par Alfred Andriamanampisoa et Briand Randrianirina. Ces derniers ont décidé de ne plus être candidats à la tête du football malgache. Par contre, ils sont candidats pour être membres du comité exécutif, pour le bien de football malgache.

Jusqu’à hier, ils étaient quatre candidats au poste de président de la FMF et vingt au comité exécutif, selon les informations obtenues auprès du Comité de normalisation. Rappelons que l’élection aura lieu le samedi 24 août à Toliara.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Jeux des Îles 2023 : Madagascar candidat !

Madagascar va poser sa candidature pour héberger les Jeux des Îles de l’Océan Indien de 2023. La cérémonie se fera officiellement en marge des Jeux des Îles de Maurice, avec l’implication personnelle du Chef de l’Etat, Andry Rajoelina. C’est dire l’intérêt que Madagascar porte pour héberger ce rendez-vous quadriennal de la jeunesse de l’océan Indien.

La visite du président du Conseil International des Jeux (CIJ), Antonio Gopal, en dit d’ailleurs long sur les chances de Madagascar d’accueillir ces jeux. « Madagascar a la facilité d’accueillir les Jeux des Îles de 2023, mais il lui faut faire une petite retouche des infrastructures », confiait-il mardi, en marge de la visite du stade d’Alarobia, du Palais des Sports et du stade de Mahamasina.

Abondant dans ce sens, le ministre Tinoka Roberto est lui aussi très confiant en parlant du projet Tanamasoandro, mais aussi du budget de 150 millions de dollars alloués aux travaux d’infrastructures sportives, et associant le ministère de la Jeunesse et des Sports et le Président de la République, Andry Rajoelina.

Dans l’euphorie de la belle prestation des Barea en Egypte, le sport est devenu une priorité pour tout le monde, et plus particulièrement pour l’Etat qui va désormais s’impliquer non seulement dans la construction de nouvelles infrastructures, mais aussi dans la préparation de la relève.

On parlait déjà de soutenir activement les écoles de football telles l’Ajesaia pour que la magie continue d’opérer au grand bonheur des férus de football, c’est-à-dire de tous les Malgaches. L’essentiel en fait.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Calendrier scolaire : Les examens du CEPE maintenus

La revue sectorielle de la mise en place du PSE, ou Plan Sectoriel de l’Education, se tient actuellement à Antananarivo. Un évènement de trois jours (11, 12 et 13 juillet) qui entend apporter des améliorations dans le processus PSE.

« Le cadre n’a pas changé. Le premier cycle de l’éducation nationale dure neuf ans. Et on maintient les examens pour l’obtention du Certificat d’Etudes Primaires Elémentaires ». Ce sont là les propos de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel par intérim, Fienena Rejo, et non moins ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, lors du lancement officiel de la revue sectorielle de la mise en œuvre du PSE, hier. Saisissant l’occasion, la ministre Fienena Rejo de noter que « la revue a pour objectif de recueillir les solutions et recommandations de la part des acteurs pour mieux avancer dans le processus qu’est le Plan Sectoriel de l’Education ». Une évaluation qui se fait après deux années de mise en œuvre dudit plan, et qui devrait aboutir par une meilleure appropriation des acteurs du Plan en question. « L’important actuellement consiste à identifier les points positifs et ceux à améliorer. L’idée est également d’arriver à initier des actions et mesures qui n’ont pas été faites dans le cadre de la mise en œuvre du PSE, afin d’atteindre l’objectif de l’amélioration du système éducatif malgache », a rajouté Fienena Rejo. Avant de préciser « l’importance de la continuité et de la cohérence du processus »., l’éducation étant liée de la classe de préscolaire, en passant par les classes intermédiaires jusqu’à l’université.

Catholique. Le lancement officiel de la revue sectorielle de la mise en œuvre du PSE, a également été l’occasion pour Guy Randrianantoanina, DIDEC ou Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique d’Antananarivo, de préciser que « l’enseignement catholique a déjà fait part de ses avis et recommandations, concernant la mise en œuvre du PSE auprès des responsables du ministère de l’Education nationale ». Le DIDEC d’Antananarivo de poursuivre : « L’enseignement catholique attend beaucoup de la revue sectorielle du PSE ». Avant de pointer du doigt le calendrier scolaire actuel. « Le calendrier scolaire appliqué actuellement ne correspond pas aux réalités des parents d’élèves. L’enseignement catholique souhaite ainsi le retour à l’ancien calendrier ». Présent dans le système éducatif malgache et ayant ses mots à dire, l’enseignement catholique se veut d’être ouvert à toutes les parties prenantes pour l’amélioration du système éducatif malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Langue : « English World Festival » pour une grande première

La première édition de « l’English World Festival » se tiendra du 24 au 25 août, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Au programme, un concours de discours, d’orthographe abeille, de talents musicaux et chants et enfin un concours de danse de rue suprême. Selon les organisateurs, « quarante universités, clubs ou écoles participeront ». Dans la liste, on retrouvera l’université d’Antananarivo, le Lycée Moderne Ampefiloha, l’Institut Sainte Famille, le club anglais de la bibliothèque municipale… Du niveau secondaire au niveau universitaire, c’est presque l’ensemble de l’offre pédagogique de la capitale. Cet évènement est organisé par l’association « Unity Madagascar » qui prône que « l’English World Festival », « c’est l’événement qui vous est destiné ! Notre événement unique et original réunira toutes les communautés anglaises de Madagascar, dans un seul objectif : inciter les gens à se mobiliser pour le développement de Madagascar ! ». Comme la langue est le principal vecteur de l’identité et des visions, l’anglais est une langue des affaires. En guise de comparaison, si le marché anglophone pèse 1 milliard  de dollars, le marché francophone ne pèserait que 100 millions de dollars. Il est temps, sans doute, de penser à se décomplexer de cette langue imposée par l’histoire. Il est indéniable, face au contexte international, que l’anglais est une langue d’avenir pour Madagascar.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Compagnie LOVATIANA – « Kilokolo » : La danse contemporaine pour une inclusion des enfants en situatio...

Plusieurs enseignants et enfants ont pu bénéficier de ce projet « Kilokolo ».

La compagnie Lovatiana, qui a initié le projet « Kilokolo », marque la dixième année de cette initiative qui vise à éduquer les enfants en situation de handicap, à travers la danse contemporaine. Le projet célèbre cette année ses 10 ans, à travers un grand spectacle qui se tiendra le 17 juillet prochain.

Initier les enfants en situation de handicap à la danse contemporaine, telle est l’activité principale de « Kilokolo », une plateforme artistique vouée aux enfants et personnes en situation de handicap. L’initiative a pris forme en 2009, par la compagnie de danse Lovatiana, et depuis, ce sont 5 000 enfants qui ont bénéficié du projet, à travers plusieurs localités dans le pays. Car si en 2009, les enfants de la région Analamanga ont pu tirer profit de cette approche peu commune, en 2012, ceux de Vakinankaratra ont eu leur part, puis Boeny en 2013, Itasy en 2016, et Mahambo et Analanjirofo en 2016. Cette même année, la compagnie Lovatiana a dirigé des formations pédagogiques à l’endroit des enseignants des EPP. Ce sont plus de 200 enseignants et éducateurs spécialisés qui en ont bénéficié. C’est donc avec fierté que les initiateurs du projet regardent le fruit de leurs labeurs.

10 ans . Pour sa 10e édition, le « Kilokolo » a été marqué en grande pompe. Le 30 juin dernier, toute l’équipe a été dans la région Itasy, dans les locaux du centre Alabri, à Miarinarivo. Et la célébration continue, car la compagnie Lovatiana prévoit  pour ce mercredi 17 juillet, de 11h à 15h à l’espace Tokotanibe, à Ambohimanga Rova, un  spectacle avec la participation des écoles bénéficiaires. Parmi elles, l’EPP Vakinampasika, Ambohimarina, Ambohitrandriamanjaka, Ankadinandriana, mais aussi les jeunes issus de l’espace Tokotanibe, ceux du  lycée Andriamborona, et les troupes traditionnelles locales. Deux artistes de Nantes donneront également un spectacle de marionnettes. Enfin, plusieurs compagnies de danse seront de la partie, dont la compagnie Lovatiana, Jiny, H, Rary ainsi que le Centre les Orchidées Blanches, l’école Bambi, le Centre Alabri Miarinarivo, et une compagnie de cirque.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Peinture : Deux semaines d’expo-vente à l’AFT

Le peintre Tiana Raparivo a débuté son expo-vente, hier, à l’Alliance Française de Tananarive à Andavamamba. Plus d’une quarantaine de tableaux seront présentés. La plupart de ces toiles illustrent la vie quotidienne à la campagne. Selon le peintre paysagiste, « Le but est de partager l’émotion, et surtout de  faire découvrir la biodiversité de Madagascar ». C’est d’ailleurs un moyen pour permettre aux passionnés du troisième art d’accéder à ses œuvres. L’exposition se terminera le 27 juillet prochain.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Fitsarana ady heloka bevava tsotra Toamasina : Hanomboka ny 15 jolay hatramin’ny 30 aogositra izao ny an...

Tara ny fanombohan’ny fitsarana ady heloka bevava tsotra, na ny « CCO », ho an’ny fitsarana ambony eto Toamasina. Ny antony, raha ny fanazavana azo, dia resaka tetibola amin’ny fanaovana azy noho ny « CCO » fitsarana manokana natokana ho an’ireo ady heloka bevava rehetra misy eo anivon’ny fitsarana ambony Toamasina.

Raha ho an’i Toamasina , dia ny 15 jolay hatramin’ny 30 aogositra izao ny andiany voalohany amin’izany. Efa andiany telo no vita amin’ny vanim-potoana ohatran’izao teo aloha. Saika ireo heloka momba ny heloka bevava rehetra efa vita famotorana no hiakatra fitsarana amin’io andiany voalohany io. Antontan-taratasin’ady  137 no hotsaraina amin’izany hosahanin’ireo mpitsara eo anivon’ny fitsarana ambony. Mbola mitana ny lohalaharana amin’ny heloka bevava amin’izany hatrany ny  vono olona , satria antontan-taratasy 50 eo no hotsaraina mandritra izany « CCO » andiany voalohany izany. Manaraka azy ao ny  fanafihana mitam-piadiana sy halatra narahana herisetra; izay mazana miteraka faharatrana sy famonoana olona ihany koa, ka 40 eo ny antontan-taratasy hotsaraina amin’izany ; manaraka azy ao ny fanolanana zaza latsaky ny 15 taona izay tsy mifidy fa tafiditra ao avokoa na zazalahy io na zazavavy, misy amin’izany ireo zaza 03 taona sy 05 taona ary 07 taona ka miisa 26 eo  ny antontan-taratasin’ady mikasika izany. Manaraka azy rehetra ao ny vono olona niniana natao (assassinat) miisa 07, ny fanapoizinana misa 05, ny fanaovana hosoka sy fampiasana izany miisa 03, ny halatra taolam-paty sy famakiana fasana miisa 05, ary ny fanodinkodinana volam-panjakana sy fisandohana andraikitra miisa 03 izay saika nitranga amin’ireo kaominina ambanivohitra.

Ankoatra izany, dia fantatra ihany koa izao fa hanomboka ny 15 jolay io ihany koa ny fitsarana ady heloka bevava tsotra ho an’ny fitsarana Vatomandry, Ambatondrazaka, Moramanga ary ny ao Maroantsetra. Na efa manana fitsarana aza ny ao Fenerivo atsinanana, dia mbola ny fitsarana ambony eto Toamasina no hisahana ny raharaha, satria saika mbola eo anivon’ny fitsarana Toamasina avokoa ny antontan-taratasin’ady rehetra.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre l’insécurité rurale : Un bataillon opérationnel de la ZRPS Delta à Tsaratanàna

Le Ministre de la défense nationale Richard Rakotonirina et le Premier Ministre Christian Ntsay lors de la descente à Bekapaika.

Poursuivant l’opération pour le rétablissement de la sécurité en milieu rural, le Ministère de la Défense nationale compte mettre en place un bataillon opérationnel avancé (BOA), dans le district de Tsaratanàna, dans la région Boeny. La création de cette unité, qui est un démembrement de la Zone rurale prioritaire de sécurité Delta (ZRPS Delta) pour la mise en œuvre de l’opération de pacification, menée par l’Armée malgache dans les Moyen-Ouest et Ouest de l’île, vise à mieux coordonner les interventions des militaires dans ce district réputé zone rouge, en matière de banditisme rural. Raison pour laquelle, ce BOA est à installer dans la commune rurale de Bekapaika. Le 10 juillet, le Ministre de la Défense nationale, le Général Richard Rakotonirina et le Premier Ministre Christian Ntsay se sont rendus dans la localité, pour suivre les travaux de construction des infrastructures, pour la mise en place de ce bataillon, dont le financement relève entièrement de l’Etat Malgache.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Groupe SAMBESOA : Une association villageoise d’épargne dans le Sud

Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) du fokontany Anjahamahavelo, nommée SAMBESOA.

SAMBESOA est un des dispositifs d’accompagnement du programme Fiavota initié par le ministère de la  Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme afin d’aider la population du  Sud. Pour être plus précis, il s’agit d’une association villageoise d’épargne et de crédit composée d’une vingtaine de personnes et qui a vu le jour le 25 octobre 2018 dans le fokontany d’Anjahamahavelo à Ifotaka.

Les conditions de vie dans le grand sud de Madagascar n’est plus à présenter, une grande partie de cette population survit  avec si peu de moyens, soit 1000 ariary par jour pour certains foyers. Mais lors d’une descente sur terrain le 11 juillet 2019 dans le cadre du programme « Fiavota », on a pu constater que les gens qui y vivent fournissent déjà des efforts pour améliorer leur situation. Dans la commune d’Ifotaka située dans le district d’Amboasary  Sud, nous avons rencontré un groupe de villageois en pleine réunion. L’objet de ce regroupement ? Cotiser pour le compte de l’épargne du village, une organisation totalement indépendante de tout organisme financier. De quoi prouver la volonté de ces personnes à gérer leur vie mais surtout à l’améliorer.

Fonctionnement. Le fonctionnement de cette association d’épargne est très simple. Tout d’abord, les membres sont des gens du village, « tous les membres  ont à peu près  le même état d’esprit, sages et désireux d’avancer dans la vie » nous a expliqué l’agent villageois et secrétaire de SAMBESOA, Odile. Toujours selon cette dernière « c’est toujours compliqué d’intégrer des personnes qui aiment semer la pagaille dans une association où il est question d’argent ». Puis, au sujet de la cotisation, l’association organise une réunion chaque semaine, l’occasion pour tous les membres de verser leur cotisation de 2500 ariary (Omby dimy dans le langage du  Sud). « Parfois, certaines personnes ne parviennent pas à payer les 2500 ariary ; mais ce n’est pas vraiment un souci parce que la somme qu’elle recevra lors du partage des parts à la fin du cycle de 52 semaines sera en fonction de sa cotisation. » a expliqué Olive. Les 22 femmes et 3 hommes membres de l’association peuvent donc à tout moment emprunter dans cette caisse d’épargne villageoise. Et si jamais, il n’y avait pas assez d’argent dans la petite valise, la priorité serait accordée à la personne qui projetterait d’investir dans une activité commerciale. Ou bien, si trancher est vraiment difficile, les demandeurs peuvent se partager l’argent, c’est-à-dire obtenir un prêt équivalant à la moitié de la somme restante dans la caisse dans le cas de deux personnes.

Les avantages d’une telle association. Les personnes membres sont plutôt satisfaites d’après leurs explications : «  J’ai pu lancer mon commerce de bonbons et de biscuits grâce à mon adhésion à cette Association villageoise d’épargne et de crédit (AVEC) » nous a lancé la trésorière de l’association.

L’aide du FID. Il est difficile de croire que ces villageois aient  eux-mêmes l’idée de monter une telle entreprise. En effet, derrière tout ce petit rouage, on peut citer le  Fonds d’Intervention pour le Développement (FID) qui a proposé son aide à ce village d’Ifotaka mais aussi à deux autres sites situés dans le Sud du pays. La formation, l’organisation mais également l’allocation de quelques outils de base viennent donc du FID. Et bien évidemment, comme il s’agit d’un programme d’accompagnement du programme « Fiavota », on peut se douter que le ministère de la  Population, de la  Protection sociale et de la  Protection de la femme, la  Banque mondiale, UNICEF, Organisation Nationale de Nutrition, BNGRC, Programme Alimentaire Mondial sont tous d’importants acteurs dans la mise en place de l’AVEC.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimahitsy : Mpamily taxi-be namoahana « avis de recherche »

Ilay taxi-be nahafaty olona. (sary tahiry)

Raha nihevitra angamba ny tompon’antoka tamin’ny lozam-pifamoivoizana izay nahafaty olona tetsy Ambohimahitsy, fa vitavita hoazy ny raharaha rehefa nitsoaka izy, tsy izany velively no mitranga. Efa tonga soa aman-tsara eny anivon’ny fampanoavana ny raharaha ary misy ny taratasy izay mandidy ny fikarohana sy fisamborana azy avy hatrany raha sendra misy mahita. Fantatra ny laharan’ny fiara sy ny zotra iasany,

amin’ny maha-fiara fitateram-bahoaka azy. Ligne E izay mampitohy an’Ambohimangakely sy Ampasika ilay fiara mitondra ny marika Mercedes Benz, karazany 312 D. Ny zoma 8 jiona lasa teo no nitranga ny lozam-pifamoivoizana tetsy Ambohimahitsy. Tokony ho tamin’ny enina ora hariva no nisy taxi-be iray nandeha mafy ary nifaoka mpandeha scooter. Naratra mafy koa ny mpitaingina io kodiaran-droa io. Tsy nijanona teo ny fahavoazana satria mbola nanitsy tany amin’ny fiara kely iray izay nipetraka teo an-tsisin-dàlana ilay taxi-be. Ramatoa iray sy ny zanany kely no voadona teo ary namoy ny ainy teo am-pitoerana ihany. Nivadika ilay fiara fitaterana, saingy tsy nahasakana ny mpamily azy tsy hitsoaka izany. Izany hoe nitsoaka ny andraikiny rehetra. Nanomboka teo, dia tsy hita izay nanjavonany. Na izany aza anefa tsy sarotra ny namantatra azy, satria tavela teo ny fiara sy ny taratasin’izany. Nahoraka ary nampalahelo ny olona maro iny lozam-pifamoivoizana iny. Indrindra koa raha nahafantatra ny olona, fa fianakaviana malagasy izay monina any ivelany fa mba naka rivotra kely nitsidika ny firenena no niharan-doza, loza izay noho ny hetraketraky ny mpamily taxi-be iray. Ontsa ny olona raha nahita ny vadin’ny maty sy ny zanany lahikely iray, izy roa ireo izay hany sisa velona tao anatin’ilay ankohonana ary nahita maso ny fahafatesan’izy roa voalaza etsy ambony. Andrandrain’ny olona ny hahitana ny tompon’antoka.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Gadra nitsoaka tao Toamasina : Voasambotra tao Analakininina i Raoby Rajaonarison Alphonse

Raoby, gadra nitsoaka ny fonjaben’i Toamasina, ny 27 novambra lasa teo.

Raha ny 27 novambra 2018 no nitsoaka ny fonjaben’i Toamasina i Raoby Rajaonarison Alphonse, raha sendra nentina nizaha fahasalamana teny  amin’ny hopitaly be noho ny aretina nahazo azy, dia omaly alakamisy antoandro no tratra tao amin’ny fokontany Analakininina ny tenany raha 08 volana nisitrika sy nitsoaka ary tsy niala teto Toamasina. Nampisy resabe ny fitsoahan’ity raim-pianakaviana ity satria resaka ady tany sy fangalarana tanin’olona no tena nahafantarana azy, ary izay indrindra no nahavoafonja azy noho ny fisolokiana nataony mandritra izany resaka olana ara-tany izany. Eo ihany koa ny reharehany, fa manana olona ara-pitsarana sy  filaminana ary  ara-panjakana miaro azy. Raha ny fanazavana azo, dia ny 12 novambra didy raikitra teo anivon’ny fitsarana ambony no mamonja azy roa taona am-ponja eto Toamasina. Tsy nisy 15 andro nifonja izy izao nitsoaka izao, raha nahazo fahazoan-dàlana tamin’ny mpitsabo eo anivon’ny fonja manaraka fitsaboana teo anivon’ny hopitaly be. Na nisy mpandraharahan’ ny fonja niambina aza ny tenany nandritra izany, dia tsy nahasakana azy nitsoaka izany noho  ilay fitsoahana efa voaomana. Tsy namaly ny fisamborana ny mpandraharaha ny fonja azy nandritra izany fahatrarana azy izao, ka ireo sampana hery vonjitaitra eo anivon’ny fandraharaha ny fonja ; izay sampana vao napetraka ny fiandohan’ny taona teo no nanao izany fisamborana izany noho izy voafonja efa nahazo sazy tamin’ny fitsarana nitsoaka. Ny fahazoana vaovao tamina mpandraharahan’ ny fonja no nahasamborana azy izao, ary tsy nampoiziny ny fahitana azy nandritra izany. Heloka hafa indray izay tsy misy ifandraisany amin’ny sazy roa taona azony, izay lasa heloka bevava hafa indray izany no manenjika an’i  Alphonse amin’izao fahatrarana azy izao.

Malala Didier