Les actualités à Madagascar du Mercredi 12 Juillet 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara645 partages

Remaniement imminent : Tazafy Armand pressenti PM, sept ministres en mauvaise posture

Mahafaly Olivier a été convoqué à Iavoloha alors qu’il devait assister hier à la célébration de la journée Mondiale de la Population à Morondava.

La composition du gouvernement pourrait être revue du sommet à la …base après le 15 juillet.

Kolo Roger était resté 9 mois à la Primature. Jean Ravelonarivo, 14 mois. Quant à Mahafaly Olivier, son bail au palais de Mahazoarivo serait en passe d’être résilié incessamment, c’est-à-dire 15 mois après sa nomination le 25 avril 2016. Parmi les noms pressentis à sa succession, figure celui de Tazafy Armand qui quitterait alors Ambohidahy où il pourrait être remplacé au poste de ministre du Commerce et de la Consommation par Edgard Razafindravahy qui connaît le domaine, tout particulièrement la filière riz.

Claudine R. En plus de l’actuel chef du gouvernement qui risque de surcroît de céder le portefeuille du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation à un directeur en poste à l’Immeuble Patte d’Eléphant, sept ministres seraient en mauvaise posture. Il s’agit notamment de ceux qui ont pris la défense de Claudine Razaimamonjy ou qui sont réputés proches de cette dernière. En l’occurrence, le ministre de la Justice qui avait qualifié de « détention arbitraire », la garde à vue prolongée de la propriétaire de l’hôtel A C au siège du Bianco à Ambohibao. Vient ensuite le ministre de la Jeunesse et des Sports, Anicet Andriamosarisoa qui est considéré comme un protégé de Claudine R. qui l’entraînera dans sa chute. La ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Monique Rasoazananera est également taxée à tort ou à raison d’être proche de l’illustre détenue de la maison centrale de Manjakandriana. En tout cas, les problèmes récurrents au niveau des universités pour ne citer que le cas de Vontovorona pourraient en plus lui coûter son poste.

Paris. Pour avoir été parmi les premiers à prendre fait et cause pour la patiente de la Chambre 126 à l’HJRA, le ministre des Postes et Télécommunications Neypatraiky Rakotomamonjy n’est pas non plus à l’abri de l’opération « redressement d’image » mise en œuvre par le président de la République. Lequel pourrait également se séparer de son homonyme et non moins camarade de corps des experts-comptables, Gervais Rakotoarimanana. Ce dernier est effectivement fragilisé par la grève du Sempidou et par les autres problèmes internes au ministère des Finances et du Budget où l’ancien Grand Argentier et actuel ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison pourrait opérer un retour en force à Antaninarenina, où il est du reste apprécié par le personnel du ministère.  Sa présence aux côtés du chef de l’Etat lors de la récente rencontre avec le président français Emmanuel Macron était peut-être un indice quant à son « come back » à la tête du MFB. Même indice pour Arisoa Razafitrimo qui était aussi de la partie à Paris où elle fait figure de candidate potentielle au poste d’Ambassadeur de Madagascar en France. Il n’est pas exclu que l’actuelle conseillère diplomatique à Iavoloha reprenne carrément son ancien bureau au ministère des Affaires Etrangères à la place d’Atallah Béatrice qui pourrait pour sa part, revenir à ses premières amours au palais de Justice à Anosy ou pourquoi pas à Faravohitra.

Dominique R.

Midi Madagasikara530 partages

Emission « Tsy mahaleo ny sampona » : La mère du présentateur enlevée hier ?

Barry Benson devient ces derniers jours la vedette d’une émission-parodie « Tsy mahaleo ny sampona ».

Le slameur Barry Benson se trouve dans le collimateur des « bandits » qui ne supportent visiblement pas la liberté d’expression.

L’émission hebdomadaire «  Fotoam-bita » (Le Rendez-vous) produite par la Présidence de la République pour permettre au président Hery Rajaonarimampianina de s’exprimer sur divers sujets d’actualité et diffusée sur Youtube depuis quelques semaines a été parodiée par le slameur Barry Benson. Intitulé « Le Rendez-vous tsy mahaleo ny sampona », l’émission de Barry Benson est également diffusée sur youtube depuis une semaine. Mais, dès la première émission, le samedi 8 juillet dernier, la totalité du nombre des « vues » enregistrées par « Tsy mahaleo ny sampona » a battu le score réalisé par « Fotoam-bita » qui est actuellement à sa 10e édition. Hier, cette histoire d’émission sur youtube a connu une tournure malheureuse. En effet, d’après nos informations qui ont été quand même difficiles à recouper vu la délicatesse de la situation, le slameur Barry Benson aurait échappé à un enlèvement. Cinq individus en tenue civile se seraient rendus à son domicile à Ambodimita, mais les présumés ravisseurs n’y auraient trouvé que sa mère. Nos sources indiquent que les personnes malintentionnées auraient emmenée avec eux cette dernière.

Intimidation. Pour ses proches, ce que la mère de Barry Benson est en train d’endurer actuellement est une forme d’intimidation contre le slameur. Autrement dit, le présentateur de « Tsy mahaleo ny sampona » est averti de ce qui pourrait lui arriver s’il continue. Pour le MLE (Mouvement pour la Liberté d’Expression), la liberté d’expression est de nouveau sérieusement en danger. A noter que l’équipe de la Communication de la Présidence de la République change de stratégie ces derniers temps en adoptant un style basé sur l’utilisation de youtube probablement pour toucher au maximum le public. Force est cependant de reconnaître que la portée de ce nouveau style de communication est très limitée étant donné que la majorité des Malgaches, faute de moyens, n’a pas encore accès à l’internet. En tout cas,  aller jusqu’à l’enlèvement d’une personne pour faire payer le prix d’une liberté d’expression n’est pas manifestement proportionnelle.  Barry Benson n’a insulté personne dans sa parodie. Mérite-t-il cet acte d’intimidation qui déstabilise la vie de sa famille ? Les auteurs de l’enlèvement d’hier ne doivent pas rester impunis.

R. Eugène

Midi Madagasikara436 partages

Milavonjy Philobert : « Marc Ravalomanana veut provoquer un bain de sang »

Le député Milavonjy Philobert affiche son soutien à Hery Rajaonarimampianina.

« Une manœuvre de déstabilisation ». C’est ainsi que le député Milavonjy Philobert considère la « Grande mobilisation » prévue par le « Tiako i Madagasikara » dans le cadre de la célébration de son 15e anniversaire. Selon ses dires, « l’ancien président Marc Ravalomanana souhaite provoquer un nouveau bain de sang pour revenir au pouvoir ». « Dès sa montée au pouvoir en 2002, Ravalo a versé du sang. Même situation en 2009 lorsqu’il a quitté le pouvoir », a rappelé le député d’Ambovombe Androy qui estime que « Ravalo n’a pas changé et ne changera pas ». Milavonjy Philobert n’a également pas manqué de rappeler que « c’est le président Hery Rajaonarimampianina qui lui a permis de rentrer au pays après plusieurs années d’exil. Et ce, malgré l’existence d’une décision de Justice que l’on peut toujours appliquer à son encontre ». A entendre ce parlementaire, « la tolérance du régime actuel ne signifie pas une faiblesse, mais plutôt un respect pour le Fampihavanam-pirenena ». Par rapport à la descente dans la rue des « Zanak’i Dada » qui s’est tenue samedi dernier, ce parlementaire pro-régime pointe du doigt le ministère de l’Intérieur et le ministère de la Justice. Selon ses dires, « Olivier Mahafaly Solonandrasana et Charles Andriamiseza ont failli à leurs missions. Ils sont responsables de la situation de trouble actuelle ». « Le président Hery Rajaonarimampianina devrait limoger ces responsables qui ternissent l’image du régime », soutient Milavonjy Philobert.

Davis R

Midi Madagasikara363 partages

Tanjona Harijaona Devaux : Félicitations du jury pour son DEPA

Tanjona Harijaona Devaux entouré des membres du jury.

« Audit marketing du site web de presse de Midi Madagasikara ». Tel a été le thème du mémoire de Tanjona Harijaona Devaux, journaliste de la rubrique Sport au sein de Midi Madagascar. C’est lors d’une matinée ensoleillée hier, à l’ISCAM, qu’il a soutenu son mémoire devant le président du Jury, Manasse Rasata, son encadreur pédagogique, Sarobidy Tsohara, et son encadreur professionnel, Anny Andrianaivonirina, pour l’obtention de son Diplôme d’Etudes Professionnelles Approfondies, Option Développement Marketing et Communication au sein de l’ISCAM. Après plus d’une demi-heure de présentation, de questions et de réponses, et avec une analyse pertinente du site web de Midi Madagasikara, Tanjona Harijaona Devaux a obtenu la note maximale de 17/20 avec félicitations du Jury. Tanjona Harijaona Devaux a choisi un thème innovant, mais très pertinent, en cette époque où la révolution 2.0 change les habitudes de consommation des générations à venir. Quant à son travail, il pourrait servir de base pour une nouvelle stratégie plus efficace pour le développement du site web de Midi Madagasikara. Félicitations !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara356 partages

Douanes : Plus de 4 kilo d’or saisis à Ivato

Le trafic d’or se multiplie à l’aéroport international d’Ivato.

Les douanes malgaches continuent les coups de filet. Hier, 4,270 kilo d’or ont été saisis à l’aéroport international d’Ivato. C’était au cours du traitement du vol HM 754 à destination d’Abu Dabi, via Mahé (Seychelles). Selon les procédures habituelles, les bagages en soute des passagers passent au scanner et les douaniers procèdent à une interprétation des images. Après une analyse, à deux reprises des images scanner de deux valises suspectes de couleurs bleue et marron, les douaniers ont décidé de les ouvrir pour lever le doute. Une opération qui a donné un bon résultat pour les douanes, puisque les deux valises contenaient 31 lingots d’or sommairement travaillés et non poinçonnés. Le tout, pesant exactement 4,270 kg. Le soupçon de fraudes est d’autant plus justifié dans la mesure où les lingots d’or ont été cachés et attachés sur le rebord des deux valises. Qui plus est, le sieur Kunhum Veettil Abdul Nasik, le propriétaire des deux valises n’était pas en mesure de présenter les papiers justificatifs de l’or qu’il emportait. Pour les douanes, il s’agit d’une infraction mixte de douane et de change. En l’occurrence, une tentative, d’une part et du non-respect des obligations de rapatriement de devises, d’autre part.

R.Edmond

Midi Madagasikara113 partages

Ambohimahasoa : Un réseau mafieux derrière les « dahalo »

L’attaque suivie d’un incendie criminel qui a décimé une famille à Ambalamahasoa, commune rurale de Fiadanana, district d’Ambohimahasoa signifie que le phénomène « dahalo » empire plus dans cette circonscription. Ce fait a prouvé que la population n’est plus en mesure de se défendre. C’est la raison pour laquelle, les « dahalo » ont eu plus de trois heures durant pour investir le village. Le pire est d’entendre dire que dans une telle circonstance, les assaillants enlèvent et violent les filles et cela se fait sous les yeux des parents des victimes. Ce genre d’atrocité devient fréquent dans ce district notamment dans les régions forestières comme Ambalakindresy et Fiadanana. Les forces de l’ordre semblent impuissantes pour réprimer ces actes. « Les gendarmes se trouvent dans cette situation à cause de l’existence d’un réseau tristement structuré derrière ces ‘’dahalo’’ », à entendre le témoignage de François Ramanankoavy, un natif du district d’Ambohimahasoa. Intervenant sur les ondes d’une radio privée de la Capitale, ce journaliste de profession dénonce l’existence de hautes personnalités mouillées dans cette affaire. « C’est pourquoi, les ‘’dahalo’’ arrêtés ne restent longtemps en prison », déplore-t-il. Il dénonce également l’existence d’un officier supérieur retraité originaire de la région se permettant de vendre des munitions aux « dahalo ». Ce serait la raison pour laquelle, des éléments de l’opération Mazava II menée par la Gendarmerie, l’Armée et la Police nationale dans la région Haute Matsiatra à l’heure actuelle sont tombés sur un fusil de marque Kalachnikov et 04 étuis de 7,62 quand ils ont fouillé la maison d’un suspect, lundi matin, dans le « fokontany » d’Ambohidrainony, commune rurale de Fiadanana. Ce journaliste évoque ce fait pour éveiller l’attention des autorités compétentes sur la gravité de la situation dans ce district.

T.M.

Midi Madagasikara98 partages

Festival des Baleines : Une forte participation d’Air Madagascar

Le Festival des Baleines se tient à Sainte-Marie du 9 au 16 juillet 2017.

La troisième édition du Festival des Baleines se tient à Sainte-Marie du 9 au 16 juillet. Pour quelques jours, cette île est la capitale de la baleine et du tourisme national et international.

Un événement très animé comme à l’accoutumée. Le Festival des Baleines allie promotion touristique, développement durable et implication communautaire, avec la protection de ces mammifères et de leurs habitats. C’est d’ailleurs dans cette optique que la compagnie Air Madagascar, a accompagné cet évènement initié par l’association Cetamada, l’Office du Tourisme de Sainte-Marie (OTSM), en partenariat avec le ministère du Tourisme. En effet, la compagnie nationale tient un stand pour les festivités. « En s’associant à l’évènement, la compagnie veut asseoir sa présence sur les scènes locale, régionale et internationale et participer activement à la promotion de la destination Madagascar. Air Madagascar est un levier de développement pour le tourisme » a indiqué Hery Nirina Rakotomalala, Directeur général de la compagnie. Lors de l’ouverture du festival, le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka, s’est exprimé sur l’implication de la compagnie nationale. « Il est important qu’Air Madagascar se fasse une place prépondérante en tant que compagnie aérienne nationale. J’encourage la compagnie malgache et ses employés à poursuivre dans ce sens », a-t-il déclaré.

Education. « Un enfant, une baleine ». C’est le projet parrainé par Air Madagascar, tout comme de nombreuses autres activités qui voient la participation active de la compagnie. Durant toute la durée du Festival, ce projet sera mis à l’honneur. « Son but est de sensibiliser les jeunes à l’environnement, au développement durable dans une perspective de préservation autour d’un thème commun : « La baleine ». Il ambitionne de mettre en place des échanges scolaires permettant à des groupes de jeunes de se rencontrer, de partager leurs cultures, leurs temps de loisirs, confronter leur vision du futur pour pouvoir agir ensemble à la construction de leur avenir », expliquent les promoteurs du projet. Par ailleurs, l’engouement pour le Festival des Baleines est de plus en plus important, d’autant plus que le climat s’avère idéal avec la chaleur qui est au rendez-vous.

Antsa R.

Midi Madagasikara97 partages

Nosy Sainte Marie : Lany ny solika, mahatratra 8.000 ariary ny litatra amin’ireo varo-maizina

Taorian’ny faharatsian’ny andro izay niteraka faharatsian’ny ranomasina ihany koa, dia tsy nisy mpanatitra solika ny toby hany tokana misy ao Sainte-Marie. Vokany, tsy misy solika intsony any an-toerana afa-tsy amin’ireo mpibizina ka tafakatra 8.000 ariary ny litatra nefa mbola tsy maharaka ihany koa izy ireo. Noho izany, dia miakatra ihany koa ny saram-pitaterana any an-toerana, isany fampiasan’ny olona andavanandro mantsy ny Bajaj na Tuc-Tuc, ka tafakatra hatramin’ny 5.000 ariary ny saran-dàlana ho an’ny olona iray izao ao Sainte-Marie. Miala ao Ambodifotatra mihazo an’i La Pointe; izay tena tian’ny mpizahatany aza efa tafakatra 10.000 ariary ny olona iray, nefa amin’ny fotoana ara-dalana dia tsy mihoatra ny 2.000 ariary izany. Hatramin’izao aloha araka ny vaovao voaray avy any an-toerana, dia tsy mbola tonga ny sambo mpamatsy solika ny toby tokana any an-toerana, ka mbola mitohy hatrany ny fahasahiranan’ny mponina. Ankehitriny, dia efa manahy ny ho fatapahan’ny herinaratra noho ity solika ity ny mponina noho ny tsy fisian’ny famatsiana tao ho ao izay, vokatry ny faharatsian’ny andro niteraka ny faharatsian’ny ranomasina…

Malala Didier

Tia Tanindranaza94 partages

Rivo RakotovaoTsy mahalala menatra

Manangam-bovona i Rivo Rakotovao, filohan’ny antoko HVM sy ny ekipany amin’izao fotoana manoloana ny fahazakan’ny antoko Tiako I Madagasikara olona an’aliny ny 8 jolay teo.

 Be fialonana sy manaratsy ny hafa fa miezaka ny manadio tena ho fatra-panara-dalàna manoloana ireny hetsiky ny HVM tany Toliara ireny, ka nilaza fa nahazo alalana sy nanara-dalàna.  Iza no namoaka didim-panjakana tamin’ny volana jona fa tsy azo atao ny mamory vahoaka sy milahatra an-dalambe mandritra ny volana jona ? Dia iza no nandika azy ? Minia jamba sy tsy te hahalala i Rivo Rakotovao sy ny HVM tarihiny ary lany henatra tanteraka. Nambara fa fandikan-dalàna ny an’i Marc Ravalomanana. Mila manaja lalàna rehefa tsy nekena, hoy izy. Rehefa ny HVM manao loham-boto manapa-dalana sy milahatra an-dalambe ve dia mahazo sy ara-dalàna fa rehefa ny TIM dia tondroina ho devoly mikononkonona fanonganam-panjakana ? Hodiana tsy hita sy tsy re ve ny didy navoakan’ny fitsarana misahana ny ady hifanaovana amin’ny fanjakana tamin’ny fanomezana alalana ny TIM ho eny Mahamasina, saingy niainga indray ny tsindry bokotra hafa avy any an-dapa ? Amin-dry Rivo Rakotovao sy ny tariny dia rediredin’adala  ny fanehoan-kevitry ny mpitsara sy ny mpisolovava ny mpahay lalàna fa tsy maharava ny didim-pitsarana ny didim-pitondrana navoakan’ny prefektiora na miisa 140 aza ? Aiza ilay fieboebon’i Rivo Rakotovao nandritra ny fihaonambem-paritry ny HVM tany Toliara ny 16-17 jona fa antoko matanjaka indrindra eto Madagasikara ny antokony ? Aiza ilay fizahozahoana sy fanaovana tsinontsinona ny hafa hoe afaka manao ihany koa raha mahavita, kanefa nivarahontsana, ka nanao izay farahery nanakana ny TIM tsy hanamarika ny faha-15 taona nijoroany ?

Toky R

 

Midi Madagasikara88 partages

Festival Sômarôho : Singuila, Toofan, Serge Beynaud et de grosses pointures de la musique malgache à la ...

Quelques-unes des grosses pointures qui vont participer à la 7e édition du festival Somaroho. (photo : Kelly)

Du 02 au 06 août, le Festival International Somaroho promet une ambiance de folie avec la participation de plusieurs artistes locaux et des invités internationaux.Avancer et porter de plus en plus haut le flambeau malgache ! Telle est la devise de Wawa et de son équipe. Pour la 7e édition du festival Somaroho, le chanteur et ses collaborateurs ont donc décidé de faire venir, non pas un mais plusieurs artistes venus d’ailleurs. Seront parmi les artistes à l’affiche, au Coliseum le 30 juillet et à Nosy-Be du 2 au 7 août : Singuila, l’artiste français qui a signé « C’est trop », ce tube dont l’écho a retenti jusque chez nous, le célèbre groupe togolais Toofan, le Mahorais Bacoili ou encore Serge Beynaud, chanteur, arrangeur et compositeur ivoirien très respecté dans le milieu du coupé-décalé. Plusieurs artistes malgaches venant de divers horizons, mais partageant la même vision que Wawa participeront également aux festivités. Nous retrouverons entres autres Jaojoby, Black Nadia, Lico Kininike et Stéphanie. Shyn, qui participe pour la troisième fois au festival se dit être fier de prendre part à cet évènement. « Je m’associe à cette manifestation parce qu’avec Wawa, nous nous battons pour la même cause et partageons la même vision. Effectivement, j’ambitionne de faire connaître ma musique, la musique malgache sur la scène internationale et donner une autre image de Madagascar ». Pour le groupe Ny Ainga, la participation du groupe est évidente : « Qu’on se produise à Tana ou en brousse, au Nord ou à l’Est, l’ambiance est toujours au rendez-vous. C’est certainement la raison pour laquelle les organisateurs nous ont sollicités. Et ils ne seront pas déçus, le public aussi. Nous donnerons le maximum et le meilleur de nous-mêmes ». Pour avoir un avant-goût du festival qui se tiendra à Nosy-Be du 2 au 7 août, Wawa convie déjà les spectateurs au Coliseum le 30 juillet.Mahetsaka

Tia Tanindranaza71 partages

Mpitarika ny TIMArahi-maso akaiky

Miakatra ny maripana taorian’ny nahitan’ny fanjakana ny tanjaka ara-politika ananan’i Marc Ravalomanana sy ny Antoko Tiako I Madagasikara.

 

 Romotra tanteraka ny mpitondra HVM taorian’ny sabotsy 8 jolay nanamarihana ny faha-15 taonan’ny antoko TIM, izay nanaovana antsojay, saingy tsy nahasakana ny vahoaka haneho ny fitiavany sy fanohanany an’i Marc Ravalomanana. Tsy tapitra eo ny raharaha fa vao mainka miditra amin’ny lalindalina kokoa. Re izao fa kononkononina any anaty lapa any ny fanaovana ramatahora sy ny fisamborana ireo mpitarika ny antoko Tiako i Madagasikara. Raha i Marc Ravalomanana ihany no kendrena hosamborina, dia mitombo ny isa satria niampy 3 indray izao, araka ny loharanom-baovao iray. Miisa 4 amin’izao fotoana ireo lohandohan’ny mpisorona ao amin’ny TIM arahi-maso fatratra, sy mety hosamborina hatao fanadihadiana ka efa eo an-dalam-pitadiavana ny fomba rehetra hanatanterahana izany ny fanjakana dia i Marc Ravalomanana, Olivier Donnat Andriamahefaparany, Guy Rivo Randrianarisoa ary ny Mpisolovava Hanitra Razafimanantsoa. Nialoha ny fanamarihana ny faha-15 taonan’ny TIM ny 8 jona no efa nosavaina sy nanaovana ramatahora i Mamy Mamonjy Raharinavalona, mpikambana eo anivon’ny antoko. Tahaka ny mahazatra ihany ny paikady mety hampiasaina. Ambara fa nanakorontana ny filaminam-bahoaka sy ny fanjakana izy ireo na nanohintohina ny filaminana anatiny. Arahi-maso ireto lehibe mpitarika ny Tiako i Madagasikara ireto mba hikarohana ny mety ho fahadisoana na dia faran’izay kely indrindra aza ataon’izy ireo ka tonga dia ho avy amin’ny angady sy ny harona ny mpisambotra avy eo. Ny fanasoketana sy fanaratsiana moa dia io efa lasa tsianjery any anatin’ireo haino aman-jerin’ny mpitondra fanjakana isan’andro io. Etsy an-kilan’izay anefa dia efa namerimberina i Marc Ravalomanana fa tsy handairan’ny don-tandroka sy fampiorohoroana ara-tsaina amin’ny endriny maro samihafa izy. Koa dia ho hita eo ny ho tohin’ny raharaha.

Toky R

 

L'express de Madagascar67 partages

Entrepreneuriat – Financement par le « crowdfunding »

Levier de développement. Une solution se présente aux promoteurs de projet, malga­che, avec le financement participatif ou « crowdfunding ». Ce concept est une façon pour les entreprises et les particuliers de récolter des fonds pour le lancement ou l’expansion de leurs projets. C’est également un mode de financement permettant de fédérer le plus grand nombre de personnes autour d’un projet à potentiel. « L’idée est encore toute nouvelle à Madagascar dans sa version moderne. Cependant, nous utilisons déjà ce procédé dans notre quotidien. Par exemple avec les cotisations familiales ou les tontines », explique Ny Aina Rakotoarison, business analyste chez « Kapital plus plus » la première plateforme à initier le financement participatif ou sociofinancement dans le pays.  La création d’emplois, via la création d’entreprise, est toujours considérée comme étant un signe de croissance économique pour un pays. C’est, en partie, par ce principe que sera conduit le salon RSE et Dévelop­pement durable qui se tiendra au Carlton Anosy à partir de demain. Grâce à cette recherche du développement durable, bon nombre de Malgaches aspirent à diriger eux-mêmes leurs propres entreprises tout en fournissant des emplois à leurs compatriotes. Peu d’entre eux, pourtant, arrivent à concrétiser leurs projets. Là où la réalisation bloque, se présente toujours le facteur financement.

Tremplin

Dans bon nombre de cas, les promoteurs de projets, jeunes pour la plupart, arrivent à concevoir des projets à forts potentiels qui mériteraient d’être réalisés. Cependant, beaucoup d’entre eux peinent à matérialiser leurs projets par manque de financement ou de capacité à établir un bon business plan. Pour ce faire, certains se tournent vers les emprunts bancaires ou les microfinances. Une option qui requiert des garanties que beaucoup n’ont pas.  Avec le crowdfunding, les jeunes entrepreneurs auront l’opportunité de réaliser leurs projets en partant d’une quête ou d’une levée de fonds. Le financement participatif, qui agit alors comme tremplin pour ces jeunes entrepreneurs peut se définir en trois modèles que sont le « crowdgiving », fonctionnant par un système de don, le « reward crowdfunding » où les investisseurs sont récompensés en échange de leurs participations et enfin le « crowd equity » dans lequel l’investisseur devient actionnaire du projet.

Harilalaina Rakotobe

Tia Tanindranaza49 partages

Fifidianana filoham-pirenenaTsy manaiky tsindry bokotra intsony ny CENI

Nampahatsiahy tamin’ny mpanao gazety tetsy amin’ny biraony etsy Nanisana ny avy eo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana (CENI) omaly fa nampita ny tatitry ny asa

 vitany tany amin’ny praiminisitra ny vaomiera fakan-kevitra sy fandinihana ny fanatsarana ireo didy aman-dalàna mifehy ny fifidianana eto Madagasikara ny 29 jona teo. Io omaly io ihany koa no nampahafantaran’ity vaomiera ity ny tolo-keviny ho any amin’ny fitsarana hahafahana manatontosa ao anatin’ny fangaraharana ny fifidianana ho avy. Anisan’ny notakiana ny fametrahana farany aloha ny mpikambana tsy maharitr’ireo kandidà hanara-maso ny fifidianana,  ny fanomezana fahalalahana sy fahafahana ny CENI hanao ny asany, ny fahaleovantena ara-bola ary ny tsy fiandanian’ny fitondrana amina kandida miampy ny famerana sy fampitoviana ireo vola lanian’ny rehetra amin’ny fampielezankevitra. Nilaza ihany koa ny filohan’ny CENI Hery Rakotoarimanana fa tsy tokony hisy ny fanilikilihana na fanavahana fa avela hirotsaka avokoa ny kandida rehetra. Ao anatin’ny fanajana ny lalàna velona eto amin’ny firenena sy ny lalàna mifehy ny fifidianana izany. Ankoatr’izay dia tsara kokoa raha manana solotena ao amin’ny CENI ny kandida tsirairay avy, raisina ho mpikambana tsy maharitra izy ireo.Mbola bileta tokana moa no hampiasaina amin’ireo fifidianana ho avy ary hamafisina ny fanentanana amin’ny fampiasana azy mba tsy hanahirana ny mpifidy.Takian’ny CENI ihany koa ny hanitarana ny fahefany hatrany amin’ny famoahana ny datim-pifidianana sy ny fiantsoana ny mpifidy.

J. Mirija

L'express de Madagascar49 partages

Anosy – Pour la protection des ressources marines

 

Un festival de la mer se prépare pour la fin de ce mois à Taolagnaro. L’Office régional du tourisme a fait un point de presse à ce propos.

Redresser le tourisme. Tel est l’objectif de l’Office régional du tourisme (ORT) d’Anosy dans son plan de travail annuel. Pour ce faire, de nombreuses activités seront au rendez-vous cette année pour attirer plus de touristes. Outre le passage de Lémur Trophy d’ici quelques mois, un évènement à caractère économique et environnemental est prévu du 28 au 30 juillet.

Sous le nom de « Festival de la mer », il ambitionne de redorer le blason du tourisme dans la région Anosy en général, et dans la cité dauphine en particulier. « Nous visons à mettre en valeur les principales ressources économiques, les richesses culturelles et les potentiels touristiques de la région. Le festival est, en effet, un évènement qui devra permettre de mener une large sensibilisation sur la protection des ressources marines de la région », explique le directeur exécutif de l’ORT d’Anosy. C’était lors d’un point de presse organisé dans les locaux de la région.

Business

L’Anosy regorge de grandes richesses marines comme les langoustes ou les plages, etc. Ce sera également une occasion pour l’ORT de promouvoir la destination car, par coïncidence, le forum national du réseau Mihari (Mitantana harena an-dranomasina avy eny ifotony tambazotra Madagasikara) se tiendra également à Taolagnaro.

« Il y aura des conférences thématiques sur la valorisation des richesses marines avec le réseau Mihari. Nous allons penser ensemble sur la manière de créer plus de valeur ajoutée aux ressources marines, sans détériorer celles-ci », confie-t-il. La projection de films environnementaux ainsi que des carnavals marqueront l’évènement.

Moïse Fanomezantsoa

Tia Tanindranaza42 partages

Fanjakana HVM Mitady hirika hanasoketana an-dRavalomanana

Nampiseho ny hakanosana miaro tahotry ny antokom-panjakana ny sakantsakana samihafa natao tamin’ny fankalazana ny fanokafana ny faha-15 taona niorenan’ny antoko Tiako I Madagasikara ny sabotsy 8 jolay lasa teo,

Ramano F.

 

Midi Madagasikara40 partages

Soanierana Ivongo : Raikitra ny sakoroka noho ny fanoloana Ben’ny tanàna

Raikitra indray ny sakoroka tao amin’ny kaominin’Ambahoabe distrikan’i Soanierana Ivongo, ny alin’ny alatsinainy nifoha ny talata teo, izany dia vokatry ny dia nataon’ny prefen’i Fenoarivo atsinanana sy ity vadintany ary ireo ekipan’ny prefektiora, noho ny baiko azon’ireto farany amin’ny fanoloana ny ben’ny tanana lanim-bahoaka Atoa Mananjara Fidison na “Rasomotra”, izay hasolo an’Atoa Regis kandidà ben’ny tanana tsy miankina, saingy miara-dia amin’ny Hvm izao.

Tora-bato variraraka. Tokony tamin’ny 5ora hariva no tonga tao amin’ny kaominin’Ambahoabe ny prefe sy ny ekipany, nitsena azy teo am-pidirana ny tanàna ny ben’ny tanàna Rasomotra sy ireo mpiara-miasa aminy. Vita izay dia nody izy, nefa raha nahare ny vahoaka fa tonga hanolo ny ben’ny tanana ireto ekipa notarihan’ny prefen’i Fenoarivo atsinanana ireto omaly talata, dia raikitra ny tora-bato variraraka, naratra mafy tamin’izany olona roa niara-dia tamin’ny prefe koa isan’izany ny Me Karabo Albert. Vokatr’izany, dia voatery niala tao amin’ny kaominin’Ambahoabe izy ireo nitondra ireto roa naratra mafy tokony ho tamin’ny 9ora alina nihazo an’i Soanierana Ivongo.

Salan’isa 38,18%. Efa telo taona lasa no nisy ny olana teo amin’ireo kandidà ireto tamin’izay, nandritra ny fifidianana anefa dia nandresy mazava tamin’ny salan’isa 38,18% Atoa Rasomotra, raha tsy nahazo afa-tsy 29,03% i Regis mpifaninana taminy. Taty aoriana anefa, dia nandresy tampoka teny anivon’ny fitsarana amin’ny ady amin’ny fanjakana ny andaniny, izay nahatonga ny ankilany nampiakatra ny raharaha teny anivon’ny filan-kevi-panjakana izay mbola tsy nisy valiny hatramin’izao. Io olana io no nahatonga ny sakoroka, satria niaro ny safidiny ny vahoaka ka manaiky ny hanovana ny ben’ny tanana lanin’izy ireo tamin’ny fifidianana ara-demokratika.

Efa eny amin’ny mpitandro ny filaminana ny raharaha ankehitriny, saingy efa nilaza ireo vahoaka ao amin’ny kaominin’Ambahoabe, fa tsy hanaiky hatramin’ny farany izy ireo na handefasana vondron-tafika amin’ny fanaporetana azy aza amin’ny fiarovany ny safidiny. Ny ben’ny tanana Mananjara Fidison na Rasomotra voafidy tamin’ny  fikambanana MMA ihany ny azy ireo…

Malala Didier

Midi Madagasikara40 partages

Accident collectif à Anjozorobe : Le procès sur la mort des 47 personnes de nouveau renvoyé

Le procès sur l’accident d’un camion qui a tué 47 personnes dans le district d’Anjozorobe est de nouveau renvoyé au 16 août prochain. En effet, le jugement de ce dossier qui devrait avoir lieu le 16 mai, puis le 11 juin a été reporté à trois reprises. Hier, le Tribunal de Première instance d’Antananarivo a pris cette décision suite à la requête de la compagnie d’assurances Mama à qui le propriétaire du véhicule en question est affilié. Selon les explications de l’avocat de l’institution requérante, la compagnie a enclenché cette démarche afin de mieux constituer les nombreux dossiers y afférents.

Rappelons que ce drame se produit quand le poids lourd transportait des familles qui venaient d’assister à des fiançailles dans le village d’Ambongamarina, lieu de résidence de la nouvelle mariée. Représentant les plaignants au Tribunal Anosy hier, le maire d’Ambongamarina n’a pas dissimulé son désespoir en attendant ce report. Il est venu seul à Anosy, car les familles victimes n’ont plus, selon ses dires, les moyens pour financer leur déplacement. Beaucoup d’entre eux suivent encore un traitement médical. Devenus handicapés physiquement à cause de cet accident, d’autres ne peuvent plus travailler et dépendent de la charité de personnes de bonne volonté ou la cotisation faite par le « fokonolona » pour survivre. Le maire a évoqué ces problèmes pour signifier que la tenue de ce procès est fortement attendue par les familles des victimes. Quoi qu’il en soit, il affirme ne pas avoir perdu patience, car le juge a dit clairement qu’il s’agit d’un renvoi ferme.

Le sort du chauffeur qui se trouve actuellement en prison depuis le 1er février, jour de son défèrement au Parquet se décidera au mois d’août.

Midi Madagasikara35 partages

Lutte contre le paludisme pendant la grossesse : Le projet « TIPTOP », une nouvelle approche innovante

Les officiels lors du lancement officiel du projet TIPTOP.

La morbidité et la mortalité néo-natales dues au paludisme figurent encore parmi les fléaux qui frappent chaque année la Grande Ile.

Madagascar figure parmi les pays modèles en matière de lutte contre le paludisme. En effet, les efforts fournis pour éradiquer cette maladie remontent à plusieurs années. Il est toutefois consternant de voir que malgré les avancées en matière de lutte, beaucoup de régions de la Grande Ile souffrent encore de ce fléau. L’OMS rapporte que 429 000 cas de décès ont été enregistrés en 2015. Une situation préoccupante étant donné que les victimes sont majoritairement des femmes enceintes et des enfants. Le paludisme durant la grossesse peut entraîner de graves conséquences dont le faible poids à la naissance ou encore une grande mortinatalité en plus d’être fatale pour la mère. Le lancement officiel du projet « TIPTOP » ou « Transforming Intermittent Preventive Treatment for Optimal Pregnancy » arrive dans ce cas à point nommé. Sous le leadership du ministère de la Santé publique, ledit projet entend contribuer à réduire la morbidité et la mortalité maternelle et néo-natale dues au paludisme.

Fond. Pour ce faire, TIPTOP se place comme une nouvelle approche par l’amélioration de l’accès au traitement préventif intermittent à la Sulfadoxine Pyriméthamine (TPIg-SP) de la femme enceinte dans les zones endémiques. Le projet ambitionne donc « d’atteindre les populations vivant dans des zones reculées à fort taux de prévalence et de recrudescence de paludisme ». Il convient de rappeler que le traitement préventif intermittent (TPIg) chez la femme enceinte permet de prévenir le paludisme pendant la grossesse. On rencontre toutefois un faible taux de couverture en TPIg. Les dernières statistiques ont démontré que ce taux n’était que de 31% dans 20 pays d’Afrique. L’enquête Malaria Indicator Survey 2016 quant à elle démontre que 17 % des femmes enceintes seulement ont reçu le message concernant le TPI. Le même rapport de faire état que 22% des femmes enceintes ont bénéficié de deux prises de TPI. Le relais communautaire que veut instaurer le projet TIPTOP entend dans ce cas augmenter le taux de couverture en TPI chez la femme enceinte sans pour autant réduire le taux d’utilisation du service CPN ou consultation prénatale.

Zones. Trois districts dans les régions de Vatovavy Fitovinany et d’Atsimo-Andrefana ont été choisis pour l’introduction de l’administration de la sulfadoxine-pyriméthamine. A cet effet, avec ses 1 400 agents communautaires et 103 centres de santé de base, le projet entend atteindre et toucher 100 000 femmes  enceintes dans lesdits districts durant cinq ans. Une ambition que le projet projette d’atteindre avec un volet recherche qui produira des résultats pertinents. Ces derniers devant permettre d’informer la politique en matière de TPIg pendant la grossesse au niveau global et national.

José Belalahy

Midi Madagasikara30 partages

Football – CHAN 2018 : Les Barea fin prêts pour dimanche

Si on a toujours considéré le tournoi de COSAFA comme un galop d’essai en vue des matches africains, alors l’essai est réussi pour les Barea qui reçoivent dimanche leurs dernières victimes en date, en l’occurrence du Mozambique battu sur le score de 4 à 1 en Afrique du Sud.

Le second tour de la CHAN 2018 au Kenya opposera dimanche à Mahamasina les Barea au Mozambique. Un match piège en fait pour les Malgaches qui auront intérêt à ne pas sous-estimer leurs adversaires qu’ils ont battu il y a quelques jours au Cosafa Cup en Afrique du Sud.

Une bête blessée. Il faut en effet se dire une chose qu’une bête blessée reste toujours dangereuse ne serait-ce que par orgueil. Du coup on ne se méfiera jamais assez de ces Mozambicains qui affirmaient d’ailleurs qu’ils ne viendront pas avec la même équipe en Afrique du Sud. Vrai ou faux, on ne pense pas qu’ils vont pouvoir changer du jour au lendemain s’agissant d’une sélection des meilleurs joueurs locaux.

Et vu sous cet angle, les Barea restent les favoris de ce match aller de Mahamasina. Mais attention car le onze malgache sera cette fois privé des services de Rinjala, un des meilleurs joueurs d’Afrique du Sud. Or, on sait pertinemment que l’effectif actuel présente un déficit en attaque, car ni Nonot Vonimbola et encore moins Bela Claudel ne sont au mieux de leur forme.

Victoire impérative. Certes Raux Auguste affirme haut et fort que Dino peut remplacer Rinjala, mais ce n’est pas toujours évident dans la mesure où il s’agit avant toute chose d’un milieu de terrain et qui évolue bien en retrait. Sa puissante frappe fait pourtant de lui un buteur occasionnel comme cela avait été le cas face au Malawi, mais est-ce suffisant pour espérer aller de l’avant ?

C’est toute la question qui concerne le compartiment offensif où le doute persiste contrairement à la défense qui affiche une belle assurance avec la charnière centrale composée de Johnny et Ando et les deux latéraux Toby et Mario sans oublier le portier Leda.

Avec Ando Manoelantsoa en sentinelle et Dax comme meneur, l’équipe a fière allure et doit logiquement gagner cette première manche contre les Mozambicains.

Une victoire impérative en fait, car dans le contexte actuel, un rien et tout peut s’embraser.  Autant tout faire pour que les Barea, les nôtres, gagnent.

Clément RABARY

Midi Madagasikara30 partages

Musique : Florilège d’airs d’opéra avec Lalamozika

Verohanta Lalao Razakarivelo.

L’école de musique Lalamozika organise pour ce samedi 15 juillet à partir de 15h un concert d’opéra, « Florilège d’airs d’opéra », pour revisiter tous les grands moments de ce style.

De toute évidence, l’opéra a le vent en poupe. Dans la cacophonie de la musique d’aujourd’hui, les jeunes s’intéressent davantage au lyrique et à l’opéra. Lalamozika est une école de musique qui se trouve au 4e arrondissement. Les élèves y apprennent à chanter, mais aussi à jouer de divers instruments de musique comme la guitare, le piano… Les enseignants, eux, essaient de leur donner le maximum de bagages musicaux pour que ces jeunes puissent faire leur choix avec des capacités hors du commun. Verohanta Lalao Razakarivelo est une des élèves. Elle a suivi toutes les étapes de formations et a terminé le cycle 2, en 5 ans d’études. Le cycle 3 ne pouvant être fait qu’à l’étranger où il y a un Conservatoire de musique. Pour Verohanta Lalao Razakarivelo, Après ce concert, elle participera à un concours à l’étranger en octobre prochain.

Concert. Lalamozika a donc vu défiler plusieurs élèves. Après l’organisation du festival de chant Choral ANALAMANGA CHORALIA, voici qu’il met en scène le concert d’opéra « Florilège d’airs d’opéra » qui se tiendra à l’IFM le 15juillet prochain à partir de 15h. Pour ce concert, tous les morceaux d’opéra de toutes les époques seront interprétés, des œuvres de Jean Philippe Rameau, Antonio Vivaldi, G.F Haendel, W. A. Mozart, G. Rossini, J.  Offenbach, Charles Gounod, Léonard Bernstein… Verohanta Lalao Razakarivelo chantera durant ce concert, accompagnée par Lala Raherimanantsoa à la direction, Doria Rakotondrazaka au piano, et avec d’autres élèves de l’école Lalamozika, ainsi que des étudiants de l’université d’Antananarivo.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara29 partages

Français de Madagascar : Tour d’horizon avec le Président de Français du Monde Madagascar (FdMM)

Jean-Daniel Chaoui (JDC) est Président de FdMM et Représentant des Français résidant dans la Grande Ile. Il vient de faire deux déplacements en Provinces. Midi Madagascar (MM) l’a rencontré (interview).

MM : Où vous êtes-vous rendu récemment ?

JDC : Je me suis déplacé en mai et juin  à Antsirabe puis à Diégo-Suarez dans le cadre de mon mandat de Conseiller consulaire. Il est important, en tant qu’élu,  d’aller à la rencontre des compatriotes.

MM : Pouvez-vous nous décrire votre programme à Antsirabe ?

JDC : Je me suis entretenu avec le Consul honoraire. Puis j’ai tenu une réunion avec les adhérents et les sympathisants de FdMM dans la ville d’Eaux. Nous avons essentiellement parlé des affaires consulaires et d’éducation, ou encore de retraite, sujets qui intéressent les familles. Ensuite je me suis rendu au Collège Français Jules Verne. J’ai ensuite fait la connaissance de la nouvelle Directrice de l’Alliance Française (AF) ainsi que de la nouvelle Présidente du Comité. L’AF d’Antsirabe s’est profondément transformée avec la construction d’un beau bâtiment à l’architecture moderne. Puis j’ai eu un entretien avec les dirigeants de l’Association locale de solidarité qui œuvre en faveur des Français en difficulté. C’est le parcours habituel des déplacements.

MM : Quels sont les objectifs de ces rencontres ?

JDC : Il est essentiel de connaître ce dont on parle lorsque l’on est dans les réunions consulaires au Consulat général. La seule façon de bien maîtriser la réalité est d’aller « sur le terrain ». C’est ce que je fais.

MM : Parlez-nous de votre déplacement à Diégo-Suarez.

JDC : Je vais dans le grand port du Nord une fois par an. J’ai fait les mêmes visites qu’à Antsirabe. Restant près d’une semaine à Diégo-Suarez, j’ai élargi mes rencontres auprès de deux opérateurs économiques, du médecin référent et d’autres acteurs de la société civile ainsi que le maire de la localité. C’était aussi pour moi l’opportunité de participer à l’inauguration du restaurant scolaire et de l’internat du Collège Français Sadi Carnot, deux remarquables nouvelles réalisations de cet établissement.

MM : Quelles conclusions retirez-vous de ces deux déplacements ?

Le dispositif consulaire français fonctionne bien. Seule l’obligation pour tous de se rendre à Tananarive pour faire un visa (dépôt du dossier et retrait du visa) est une difficulté pour les familles, difficulté qui entraîne des frais importants et beaucoup de fatigue pour les personnes âgées. Il est dommage que le consulat général  ne soit pas à l’écoute de FdMM sur ce point. En ce sui concerne les établissements scolaires français, ils ont été affectés par la crise avec une diminution des effectifs. Il semble que l’on soit arrivé à un seuil et que les effectifs soient aujourd’hui stabilisés. A propos des Alliances Françaises, elles sont le plus souvent le principal vecteur culturel de la ville. Ce sont les trois pieds de la France à Madagascar et dans le Monde.

MM : Comment se porte Français du Monde Madagascar ?

JDC : FdMM se porte bien. Nous avons des bureaux à Ampandrianomby qui sont très fréquentés et du personnel formé et expérimenté pour recevoir le public français et malgache dans les domaines qui nous concernent : nationalité, transcription d’actes, mariage, couverture santé, retraites, imposition, écrivain public et recherche sur internet… Nous avons ouvert, depuis plus d’une année, un service d’aide à la confection de dossier de visas. Beaucoup de visas sont en effet refusés par le fait que les dossiers sont mal préparés.  Six personnes accueillent le public chaque matin de 8h30 à 12h30. Pour l’accès aux bureaux de FdMM, téléphoner au 22 597 96. Rappelons que Français du Monde Madagascar est une association à but non lucratif reconnue d’utilité publique en France.

MM : Avez-vous des projets particuliers d’activités et d’expansion ?

JDC : Question projet, nous développons notre publication « Le Billet des entreprises », le magazine de FdMM. Nous sortons le sixième numéro cette semaine. Je vous offre la primeur de la couverture en photo jointe. Rappelons que « Le Billet des entreprises » est un magazine numérique gratuit. Vous pouvez le recevoir en le demandant à l’adresse suivante : billetdesentreprises.fdmm@gmail.com

MM : Votre commentaire s’agissant de l’élection du nouveau Président de la République française, Emmanuel Macron ?

JDC : E. Macron a saisi avec beaucoup d’intelligence l’opportunité du moment pour finalement l’emporter et devenir le nouveau Président de la République. L’homme m’apparaît brillant, compétent et déterminé. Ses premiers pas sont intéressants. Je serai de ceux qui soutiendront ce qui semblera aller dans le bon sens,  en s’opposant à ce qui m’apparaîtrait néfaste pour les Français.

MM : Un dernier mot.

JDC : Je souhaite que le gouvernement malgache s’attaque avec plus de détermination, d’efficacité et de résultats au phénomène des enlèvements dont sont victimes de nombreux Français d’origine indienne. Les autorités françaises locales et le gouvernement malgache doivent prendre à son juste niveau l’urgence d’une solution pour éradiquer ce phénomène et doivent se donner les moyens pour y parvenir.

Recueillis par P.R.

Midi Madagasikara28 partages

DESTINATION SURPRISE / Région Sud-Ouest : Découvrir Madagascar naturellement !

Les touristes prennent leurs repas en bivouac.

Soyez maître de votre séjour ! Tel est le concept proposé par Booking Voyages en sollicitant les touristes aussi bien nationaux qu’étrangers à découvrir la destination Sud-Ouest de Madagascar.

Cette fois-ci, les visiteurs auront l’opportunité de découvrir d’autres facettes cachées de la destination tout en gérant leurs dépenses consacrées au tourisme. Découvrir Madagascar naturellement est ainsi proposé ! Alors bon séjour !

Vision. Il s’agit notamment d’un voyage inoubliable d’intérêt minéralogique, a-t-on évoqué. Au départ de la Capitale, les touristes prennent la Route Nationale No7 pour arriver à Ambatolampy tout en contemplant les paysages et les petits villages traditionnels de l’ethnie avec des maisons faites en briques rouges.  Une fois sur place, ils visiteront l’atelier de fabrication de casseroles et de marmites en aluminium. Ensuite, ils poursuivent leur voyage vers Antsirabe, dénommée « La ville d’Eaux », qui a un important secteur agricole et industriel. A Miandrivazo, textuellement, « lieu d’attente de l’épouse », étant donné que le Roi Radama I y attendait sa femme qui n’était autre que la fille du Roi des Sakalava, selon l’histoire, on peut traverser la plaine de Menabe ou « Grand Rouge », tout en voyant une vision de l’Ouest sauvage.

Bain Royal. Puis un transfert à l’embarcadère de Masiakampy s’impose. Il y aura ensuite une descente du fleuve de Tsiribihina dans un bivouac pour contempler les roches basaltiques et les oiseaux aquatiques dans le Menabe. Les touristes prennent leur déjeuner à bord. Et arrivé sur le bord du village de Nosy Ampela, ils peuvent prendre leur dîner tout en passant la nuit toujours en bivouac. La descente de la rivière de Tsiribihina se poursuit jusqu’à la cascade et la piscine naturelle où l’on peut s’arrêter pour nager. Ensuite, l’on peut visiter les plantations et les usines de production de tabac au village Sakalava de Begidro. Le Baobab et le pachypodium bicolore constituent principalement la flore de cette région. La forêt est peuplée de plusieurs espèces de lémuriens comme le «prophitecus», le lémur « fulvus rufus », mais aussi de tortues géantes et chauves-souris bleues. Le trajet continue vers Berevo jusqu’à Belo-sur-Tsiribihina, où se produit  tous les cinq ans un des rituels les plus spectaculaires et les plus intéressants de Madagascar. C’est le « Fitampoha » ou le Bain royal.

Patrimoine mondial. Par ailleurs, une excursion d’une journée est prévue pour la visite du Parc National de Bemaraha, un site insolite formé par les sommets de calcaire de plus de 30 mètres, classé par l’UNESCO comme Patrimoine Mondial. On y explore les labyrinthes des Tsingy de Bemahara où l’on pourra marcher vers le point de vue qui se trouve à un sommet de 20-30 mètres et dans de belles grottes. On peut y découvrir treize espèces de lémuriens comme le «Aye Aye» et le «Indri Indri », des mammifères tels que le «Fosa Vontsira», un petit carnivore endémique de la région et le «Grand Pêcheur», un aigle endémique de Madagascar. La vue au sommet des Tsingy est très impressionnante pour ceux qui ne souffrent pas de vertige. Et à Morondava, les touristes auront l’occasion de découvrir les deux Baobabs entrelacés dits « Baobabs amoureux » et la célèbre «allée des baobabs».  Puis ils peuvent se détendre à la magnifique plage de Salary où se trouve la seconde grande barrière de récif corallienne de Madagascar, avant de rejoindre la Capitale. Et la boucle est bouclée !

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara27 partages

JMP : « Respect de la culture et des traditions malgaches »

Onitiana Realy, ministre de la Population de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, lors de la JMP à Morondava.

Cette année, Madagascar a célébré la Journée mondiale de la Population (JMP) à Morondava. Une ville qui n’a pas été choisie au hasard, mais plutôt grâce à son activité agricole intense-notamment dans les domaines de la riziculture et de la pêche- et sa dynamique sociale forte.

« Planification familiale : Moteur de développement de la Nation », tel est le thème international de la JMP 2017. En tenant compte de la spécificité du contexte socioculturel malgache en général et de Morondava en particulier, diverses activités de sensibilisation telles que les débats sur les avantages du planning familial et les inconvénients du mariage précoce ont été organisées. Comme l’a souligné la Ministre Onitiana Realy, dans son allocution : « Les décideurs et les législateurs doivent tenir compte des pratiques familiales et des traditions malgaches, dans tout processus de développement. Les règles ou les principes à édicter doivent impérativement être adaptés à la réalité du terrain et conformes au mode de vie de la population. Il s’agit du seul gage d’une véritable cohésion sociale ». Une cohésion sociale qui implique-comme tant d’autres dimensions du développement- une approche multisectorielle, donc plusieurs partenaires techniques et financiers, à l’image de Constant-Serge Bounda, Représentant permanent du Fonds des Nations unies pour la Population. Les jeunes (80% de la population malgache) représentent la plus grande richesse du capital humain de Madagascar ; c’est donc tout naturellement que le Dr Jean-Anicet Andriamosarisoa, a honoré la JMP de sa présence, en sa qualité de Ministre de la Jeunesse et des Sports.

AGR. Les activités génératrices de revenus sont essentielles pour amorcer un développement socio-économique. Dans cette optique, divers matériels ont été remis à la population locale, en plus de formations destinées à booster leur productivité par le renforcement de leurs capacités. Les formations octroyées par le MPPSPF (Ministère de la Population de la Protection Sociale et de la Protection de la Femme) et ses partenaires ont été notamment axées sur les techniques de gestion simplifiée. Elles ont bénéficié à huit associations de pêcheurs et 20 associations d’agriculteurs et ont été réalisées avec le concours du Ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage (MPAE) et celui des Ressources halieutiques et de la Pêche. En ce qui concerne les matériels dédiés à faciliter le travail et optimiser le rendement, une centaine de bêches et de sarcleuses ont été remis aux agriculteurs. Quatre machines à coudre et quatre marmites ont été remises aux associations de femmes de la région. Les pêcheurs quant à eux ont reçu des filets et des kits de préparation pour la pêche maritime et la pêche continentale.

Luz R.R

Midi Madagasikara27 partages

Grève du SMM : Toutes les audiences renvoyées

Comme prévu, le Syndicat des Magistrats de Madagascar a entamé sa première journée de grève hier. Si au niveau des autres provinces, la grève a été suivie à 100%, la situation était tout autre du côté du tribunal d’Anosy. En effet, quelques magistrats ont travaillé notamment au niveau de la Cour de cassation. D’après les explications de la Vice-présidente du Syndicat des magistrats, Rojovola Bora, des mesures particulières ont été prises pour la première journée de grève pour limiter les désagréments. En effet, des audiences de renvoi et d’un mandat de dépôt expiré ont eu lieu dans deux salles de procès à Anosy. En quelque sorte, les magistrats ont effectué un service minimum. Et ce, contrairement à ce qui a été annoncé la veille par les membres du bureau du SMM. Toutes les audiences sont donc renvoyées. A entendre les explications de la Vice-présidente du SMM, la grève s’intensifiera à partir de ce jour. Faut-il rappeler que cette grève générale des magistrats durera sept jours ? Il convient de noter que malgré la grève, les magistrats se sont quand même rendus dans leur bureau respectif. Quoi qu’il en soit, l’on remarque que les tenants du régime tentent de diviser les magistrats. Reste à savoir s’ils parviendront à leurs fins. Histoire à suivre.

Davis R

L'express de Madagascar26 partages

Médicaments contre  le paludisme

Des médicaments contre le paludisme vont être distribués dans trois districts à savoir Mananjary, Vohipeno et Tuléar II. Ils sont destinés  aux femmes enceintes qui font une consultation auprès des centres  de santé de base.  Cette activité entre dans le cadre du projet Tiptop Madagascar. Dix mille mères en bénéficieront, dans cette première vague. Cent mille mères dans d’autres districts en bénéficieront bientôt.

Midi Madagasikara24 partages

Sambava : Mpianatra nisy naka an-keriny

Miara-misalahy ankehitriny ny Polisy sy Zandary, amin’ny fikarohana an’ilay tovovavy 16 taona antsoina hoe: R.N (Randrianomeniaina Natacha), mpianatry ny sekolim-pinoana tsy miankina iray ao Sambava, nataon’olon-tsy fantatra takalonaina nanjavona nanomboka ny 30 jona lasa teo, ka mbola tsy hita popoka tsy fantatra na maty na velona hatramin’izao. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tànana ny raharaha, dia nandamoka tamin’ny ora farany ny vela-pandrika efa maty paika natao mba hahafantarana ny olona mitazona an-keriny an’ity tovovavy ity; izay tokony hiatrika fanadinana BEPC natao farany teo iny.

Takalonaina. Raha vao tsy nody an-trano i R.N, dia nametraka fitoriana avy hatrany tany amin’ny Polisy ny reniny. Tovolahy iray mpanety volo, monina ao Antanifotsy Sambava, voalaza fa sakaizan’ity tovovavy ity no nahiahiana ho mitazona an-keriny azy. Rehefa nahita ireo mpitandro filaminana nanao be midina hamonjy ny trano fonenany ity tovolahy ity, ny alarobia lasa teo, dia nitsoaka nandositra avy hatrany, ka mbola karohina fatratra hatramin’izao.Ny faramparan’ny herinandro teo, dia niantso tamin’ny finday ny renin’i R.N ireo olona mitazona an-keriny azy. Nifanome fotoana ny roa tonta, indrisy rehefa tonga ny fotoana nifanomezana, nivadika tampoka ireo mpaka an-keriny, ary tsy tratra antso intsony nanomboka teo. Talohan’io, nisy fotoana ireo mpaka an-keriny nilaza fa any Fianarantsoa miaraka amin’ilay tovovavy nataon’izy ireo takalonaina. Mba hamotsorana haingana an-janany, dia vonona hanome ny zavatra rehetra takian’ireo jiolahy mitazona an-keriny an’ i R.N ny ray aman-dreniny, hoy hatrany ny loharanom-baovao.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza22 partages

Antoko MarinaTsaratsara kokoa raha tsy kandida Rajaonarimampianina

Mbola mitana ny soso-keviny hatrany ny antoko Marina, araka ny nambaran’ny mpandrindra nasionaliny Ranaivoson Jean Désiré fa Atoa Hery

Ntsoavina Evariste

Midi Madagasikara20 partages

Marchés publics : Séparation des fonctions de contrôle et de régulation

Le nouveau Code des marchés publics a été présenté hier, aux organisations de la société civile, lors d’un atelier organisé par l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics), au ministère du Plan à Anosy. En effet, ce nouveau Code concerne la loi 2016-055, promulgué le 25 janvier dernier. Lors de cette rencontre, le DG de l’ARMP, Tovoherihavana Philibert a mis en avant la séparation de la fonction de contrôle, désormais assurée par la Commission nationale du marché rattachée au ministère des Finances et du Budget ; et de la fonction de régulation assurée par l’ARMP. Parmi les changements indiqués figure également la mise en exergue de l’éthique. Le nouveau Code prévoit la mise en place d’un Comité d’éthique chargé d’instruire les cas de non-respect de l’éthique des marchés publics disposant d’une structure tripartite et paritaire. En outre, le nouveau texte redéfinit les compétences de l’organe administratif chargé de statuer sur les plaintes. Celui-ci est désormais dénommé, Comité de Règlement de Différends et chargé des recours administratifs liés à l’attribution des marchés et du règlement à l’amiable des litiges. Bref, plusieurs améliorations ont été apportées au niveau du Code des marchés publics. Hier, l’ARMP a précisé que la société civile est maintenant habilitée à saisir cette Autorité de régulation, en cas de constatation d’irrégularité dans la conduite du processus des marchés publics, depuis la planification jusqu’à l’exécution des opérations.

Antsa R.

Midi Madagasikara19 partages

Peinture : Tara Shakti expose au Carrousel à Paris

Tara Shakti.

Elle a rêvé d’une carrière internationale, la voilà qui parcourt le monde à montrer ses œuvres et ses inspirations, tout droit sortis de son monde. Tara Shakti exposera au Carrousel du Louvre à Paris du 20 au 22 octobre. La jeune artiste est parrainée par Vision Madagascar et participera donc à cette 20e édition du Art Shopping. Cette expo met en valeur les dernières œuvres grand format, intitulées La Transmutation. La peintre explore, pour cette fois-ci, le thème de l’alchimie spirituelle, inspirée par ses recherches ésotériques et métaphysiques. Avec plusieurs années de recherches spirituelles auprès des Maîtres, Tara Shakti puise dans cet enseignement pour mieux s’en affranchir et créer un art mystique, spirituel et personnel.

Née dans une famille d’artistes, Tara Shakti a fait ses études d’art à l’Accademia D’Arte Firenze pour apprendre l’ancienne technique des grands maîtres de peintures et de fresques. Elle a déjà exposé dans d’autres grandes villes du monde dont New York Chelsea pour le World Wide Art Show 2017 en juin dernier, mais aussi à Rome pour l’International Art Exhibition. Sans oublier Madagascar où elle a partagé la scène avec le peintre Andry Milay.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara16 partages

Encadrement juridique des élections : La balle est désormais dans le camp de l’Exécutif

« Je vous invite à consulter le site web de la Ceni pour plus d’informations concernant le document relatant les recommandations issues des travaux de la commission consultative ». Ces propos ne sont autres que celles de Hery Rakotomanana, président de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante), hier lors d’un point de presse effectué au ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions (MCRI). En général, ledit point de presse a été, en quelque sorte, restreint dans la mesure où les journalistes présents n’ont pas pu poser toutes les questions que le public mérite de connaître, mais surtout, la plupart du temps, les réponses du président de la Ceni revenaient à la consultation du site de la commission. Pourtant, un peu plus en avant, il a affirmé  être ouvert aux questions et aux remarques positives comme négatives. Quoi qu’il en soit, Hery Rakotomanana a informé que la balle est désormais dans le camp de l’Exécutif, car le document de 58 pages – élaboré par la commission consultative de réflexion et de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache – a été remis en main propre au gouvernement le 29 juin dernier. Par voie de conséquence, « la Ceni est complètement dessaisie par cette transmission », a-t-il informé.

Le point  de presse d’hier a également été l’occasion pour Hery Rakotomanana de décrire quelques-unes des recommandations formulées dans le document stratégique. Il s’agit, entre autres, de « mettre en place le plus tôt possible la formation non permanente constituée par les représentants des candidats pour siéger à la Ceni ; d’élargir les attributions de la Ceni jusqu’à l’établissement du calendrier électoral et même jusqu’à la convocation des électeurs, de lui octroyer une indépendance effective sur le plan financier, de renforcer le principe de la neutralité de l’Administration par voie légale, de réguler le financement des campagnes électorales ». Nonobstant leur qualité, seul le Parlement tranchera. Donc, il faut attendre, en principe, la session d’octobre. Mais à titre de rappel, Thierry Rakotonarivo a avancé, vendredi dernier, l’idée d’organiser une session parlementaire spéciale afin d’examiner ce document. Reste à savoir si le gouvernement s’apprête à convoquer le Parlement pour cela et conformément aux dispositions constitutionnelles.

Aina Bovel

L'express de Madagascar15 partages

Sainte-Marie – Le litre du carburant à 8 000 ariary

Au cours de la semaine écoulée, de grandes averses n’ont cessé de noyer les journées de la partie orientale de Madagascar. La mer étant inaccessible, aucun des bateaux qui approvisionnent en carburant la seule station de Sainte-Marie, n’est encore arrivé à quai.

L’ile se trouvant actuellement à court de carburant, seul le marché noir en livre mais à 8 000 ariary le litre. Résultat, les frais de transport ont quasi augmenté, tels sur les Bajajs ou Tuc-tucs où cela atteint les 5 000 ariary par personne.

De même, pour relier Ambodifotatra à La Pointe, une des destinations préférées des touristes, les transporteurs réclament 10 000 ariary si auparavant cela ne coûtait que 2 000 ariary.

Aux dernières nouvelles, des risques de coupure d’électricité menace aussi Sainte-Marie si un bateau citerne n’arrive pas dans les prochains jours.

Falinah Safidinirina

Midi Madagasikara14 partages

Ecole de Musique de Madagascar : Deux grands rendez-vous pour clore l’année scolaire

Les responsables au sein de l’EGM lors de la présentation du « Festival du Conservatoire ».

Pourquoi changer une formule qui gagne ? Cette année encore, l’équipe de l’EGM (Ecole de Guitare de Madagascar) retrouvera le public pour son traditionnel rendez-vous annuel. Pour cette édition 2017, Aintso Ranaivo et ses collaborateurs ont décidé d’intituler l’évènement « Festival du conservatoire ». Un évènement qui ne s’étalera pas sur une ou deux journées, mais aura lieu en deux dates dans deux endroits différents. Le premier, qui se tiendra les 14 et 15 juillet au Tahala Rarihasina Analakely prendra la forme de portes ouvertes. « Nous avons choisi d’investir cet espace au cœur de la ville pour nous rapprocher des gens.  Notre but est effectivement de faire mieux connaître l’EGM », explique le coach Tsiry. Ce professeur au sein du conservatoire va effectivement tenir un atelier vocal pendant lequel il partagera son savoir-faire. Il initiera tous ceux qui seront là aux techniques de chant moderne. Expositions, animations, conférences et partage d’expériences seront également au menu. « Ceux qui souhaitent en savoir davantage sur les formations que nous dispensons pourront eux aussi avoir les renseignements qu’ils souhaitent. Et s’ils se décident à s’inscrire sur place, ils bénéficieront d’une réduction ». Le « ba-gasy » sera au cœur des évènements du 29 et 30 juillet à l’Institution Sainte Famille Mahamasina. « Nous parlerons du ba-gasy sous toutes les coutures. A quelle époque, dans quelles circonstances est né le ba-gasy, son instrumentalisation, la manière de le chanter… » détaille Olivier Ramorasata, expert en « ba-gasy » et également professeur au sein de l’EGM. Pour clore « Le festival du conservatoire », comme il se doit, il va bien évidemment y avoir un grand concert avec quelques centaines d’étudiants.Mahetsaka

Madagascar Tribune13 partages

Un recul des mouvements sociaux

Une menace diffuse semble peser sur les mouvements sociaux, au nom de la liberté. Les réflexions de l’économiste Hugues Rajaonson qui suggèrent la réduction à 30% de l’effectif des fonctionnaires ont-elles été écoutées quelque part ? Les Douaniers en tout cas ont arrêté leur grève suite à l’obligation de mise en œuvre des « instructions » ministérielles. Les magistrats eux aussi sont maintenant divisés face au mot d’ordre de grève du syndicat SMM ; ce dernier fait valoir la liberté syndicale des magistrats tout en continuant de sensibiliser les juges. Ce que le gouvernement par le ministère de la Communication ne manque pas de saisir et de soutenir, car au tribunal à Anosy, la grève n’a pas été observée entièrement ce 11 juillet 2017. Les greffiers ont effectué leur travail et des services ou bureaux de magistrats sont demeurés ouverts. L’économiste et membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (CREM) Hugues Rajaonson a-t-il fait des émules ou ses affirmations ont-elles menacé les fonctionnaires en grève ? Nul ne le sait.

Un « J’ai l’honneur » bien révolu

Toujours est-il que le « J’ai l’honneur » de l’époque –formule d’introduction d’une demande d’emploi auprès d’un service public (ou privé), est bien révolu aux yeux des anciens. Etre fonctionnaire ou autre agent de l’Etat était une ascension sociale prestigieuse car c’était servir la patrie et l’Etat ; c’était servir le peuple et le protéger en plus de la sécurité de l’emploi et de la retraite. Ce qui ne l’est plus pour beaucoup aux yeux des populations pauvres ou appauvries et aux yeux des « fonctionnaires » eux mêmes. Aussi beaucoup aujourd’hui sont-ils persuadés qu’il faut revenir aux sources, qu’il faut revoir la Constitution voire la structure de gouvernement du pays.

Les uns parlent de « refondation » à tout vent sans vraiment en expliquer le contenu et les composants. Les autres plus méthodiques avancent le « fédéralisme sahaza » sur fond de la communauté de base que sera le « fokonolona ». Ils sont nombreux à rouler pour ce genre de « refondation », entre autres le CRN et l’UNDD mais aussi des analystes politiques tel Faly Ramakavelo.

Manœuvre de déstabilisation ou « avertissement » ?

Malgré les initiatives du régime en place qui appelle à l’apaisement, à la solidarité et au dialogue tout en brandissant des sanctions et répressions/intimidations, rares sont ceux qui croient à leur franchise et réelle volonté politique. Nombreux sont les citoyens et politiciens pour ou contre le régime qui voient dans les mouvements sociaux qui animent l’actualité comme un réel danger politique ou faisant partie d’un processus qui ne cherche qu’à déchoir le régime ou à le pousser vers des élections anticipées. Le Premier ministre est catégorique, ce sont des manœuvres de déstabilisation et il met les activistes en garde tout en rappelant aux ministères et aux fonctionnaires concernés par la sécurité et l’ordre public leurs devoirs et obligations.

Plus tranchant, Faly Ramakavelo estime que les mouvements sociaux de ces derniers temps sont plutôt liés à la lutte à laquelle se livrent les Occidentaux et les Chinois (plus généralement les autres). Ces mouvements sociaux, -revendications, menaces de grève et grève, sont des avertissements au régime Rajaonarimampianina qui se trouve devant un choix entre les partenaires financiers traditionnels et les nouveaux bailleurs qui développent leurs stratégies propres dans le monde, en Afrique et à Madagascar en particulier. Il s’agit des Chinois et des Etats d’Asie-Pacifique. Cet analyste politique explique l’affluence de foule lors des rassemblements organisés par les syndicats ou les formations d’opposition, par le mécontentement de la population devant les difficultés et la cherté de la vie. Il ne croit pas que le but politique de ces mouvements soit le coup d’Etat ou la déchéance du régime. En tout cas, à son avis, l’Etat a intérêt à diversifier ses bailleurs et partenaires. La solution politique qu’il suggère au régime est le changement de constitution. Faly Ramakavelo propose une constitution basée sur le « fokonolona souverain ».

News Mada13 partages

De Tana à Nosy Be : Somaroho va en mettre plein la vue

Un road-trip en musique, Somaroho fera un petit détour au Coliseum d’Antsonjombe, ce 30 juillet, avant de rallier  Nosy Be  pour le grand festival, à l’affiche du 3 au 6 août.

Composite et cosmopolite, Somaroho est un rendez-vous incontournable dans le paysage des festivals de musique. Chaque année, il réussit le pari de porter haut la richesse et la diversité de la culture malgache, mais également de rassembler les grands noms de la scène internationale, devant des milliers de festivaliers. Sous la férule de Wawa, l’événement poursuit son bonhomme de chemin aussi bien sur la scène nationale que celle des îles sœurs.

Ce 30 juillet, les organisateurs vont proposer une ambiance post-Bac au plus grand amphithéâtre de l’océan Indien avec des grosses pointures comme Wawa, Stéphanie, Serge Beynaud, Singuila, Bacoili et notamment Toofan qui a déjà fait un tabac dans nos murs en 2015.

Telma et Somaroho vont de pair

Comme chaque année, Telma apporte à Somaroho son indéfectible soutien dont l’innovation sera à la hauteur de la notoriété de l’événement, à savoir l’espace VIP pour bénéficier d’un accès WI-FI, la retransmission en direct de tous les spectacles grâce au Backbone national et l’achat de billets via MVola.

Du 2 au 6 août, l’île aux Parfums vibrera ainsi sous le rythme du festival international Somaroho. La participation d’au moins 30 groupes nationaux et étrangers.promet une ambiance de folie. Eclectique et multidisciplinaire, le festival propose également un grand carnaval, des compétitions sportives en tout genre et différents concours.

 «Tout aussi culturel que touristique, le festival Somaroho se veut être un fer de lance pour la promotion de la destination Madagascar à l’occasion de la haute saison touristique. Raison pour laquelle nous avons misé sur des célébrités internationales qui vont à leur tour booster la vente de la destination Madagascar en tant que marque, aux yeux du monde», a souligné Jean-Louis Rajerison, président du comité d’organisation.

Joachin Michaël

Les artistes participants à Nosy Be

 

Mercredi 2 août: – Belalahy

Jeudi 3 août: Toofan, Black Nadia, Shyn, Bram’s, Ny Ainga, DJ Morchidy

Vendredi 4 août: Singuila, Lico Kininike, Big MJ, Arnaah, Lion Hill, Ejema, Marcello, Esperance, Nassabia

Samedi 5 août: Serge Beynaud, Jean Marie Dallas, Bacoili, Sisca, Bodo Larss, La’sainte Mevalaza

Dimanche 6 août: Wawa, Jaojoby

 

 

La Vérité13 partages

Braconnage dans une aire protégée - Un député Hvm pris en flagrant délit

Honteux et aberrant. Le député élu à Ambatondrazaka Josoa Marohajaina Andrianirina alias Maro, un indépendant devenu membre du clan Hvm, se croit être un roi chez lui. Ce membre, entre autres, de la Commission Environnement, Ecologie et Forêts à l’Assemblée nationale était pris en flagrant délit en pleine aire protégée localisée à Andreba Gara (MLA), sur la rive droite du Lac Alaotra, dans la journée du 11 juin dernier. Accompagné de trois autres individus, le parlementaire s’est délibérément livré à une partie de chasse aux oiseaux d’eau sauvages. « Trois d’entre eux portaient chacun sur eux deux fusils de chasse », rapporte un témoin requérant l’anonymat par peur de représailles. Le groupe de chasseurs extraordinaires a déjà abattu onze oiseaux d’eau au moment où des responsables locaux se sont présentés pour les inviter poliment à laisser tranquille la nature déjà fortement menacée en l’état actuel du déclin environnemental chez nous.

En réaction, le parlementaire lui-même a ordonné son vis-à-vis, un employé de l’ONG Durrell Conservation Trust qui s’occupe de l’aire protégée en question, à effacer immédiatement toutes les photos qu’il a pu prendre. Intimidé, le monsieur ne pouvait que s’exécuter et a gardé la bouche cousue. En effet, même l’organisation faitière œuvrant pour la lutte contre les infractions et les crimes environnementaux, l’Alliance Voahary Gasy (AVG), n’est au courant de rien jusqu’ici.Téméraires responsablesLe député Maro s’est défendu en disant qu’il ne connaissait pas le statut d’aire protégée formellement constituée du site qu’il a investi, ce qui n’est pas fondé du tout. Le site naturel est régi par un décret sorti le 28 avril 2015 dont une copie lui a été remise par des responsables locaux. Le secteur fait partie du bassin lacustre d’Alaotra déclaré en 2003 une des zones humides selon la Convention de Ramsar. Il s’agit même de zone humide la plus vaste de toute l’Afrique. C’est donc une aire protégée à part entière.Des indiscrétions ont signalé que le député d’Ambatondrazaka est un habitué de chasses non autorisées. De ce fait, de téméraires responsables locaux qui ne se laissent pas faire facilement ont de temps à autre de vives disputes avec lui sur le terrain. Mais ce qui est vraiment aberrant dans l’agissement du parlementaire c’est qu’il a fait son numéro exactement 10 jours avant la tenue à l’hémicycle de Tsimbazaza d’un séminaire parlementaire sur l’environnement, les changements climatiques et le développement durable dans la journée du 21 juin.ImmunitéDes parlementaires africains francophones ont participé aux débats entièrement assistés par le président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy. De par son comportement, le député membre de la Commission Environnement, Ecologie et Forêts venant d’Antsihanaka s’est donc permis de déshonorer la Chambre basse du Parlement malagasy aux yeux de ses hôtes à cette occasion. En outre, il snobe l’ambition du Plan national de développement 2015-2019 et la Politique nationale de l’environnement pour le développement durable, objet du décret numéro 2015-1308 du 11 décembre 2015.Rappelons que toutes les aires protégées à Madagascar sont placées sous l’autorité de la loi numéro 2015-005 portant Code de gestion des aires protégées. Un projet de décret fixant les modalités et les conditions de ses dispositions révisées est soumis au Conseil du gouvernement du 28 février dernier. Ledit code prévoit de lourdes peines contre les infractions et crimes commis à l’intérieur des aires protégées. Il rend caduque l’immunité dont bénéficient nos parlementaires surtout lorsqu’il s’agit de flagrant délit.Manou Razafy

Midi Madagasikara13 partages

Secteur extractif : Exploitation des enfants dans l’informel

Lors de la rencontre entre le ministre en charge des Mines, Zafilahy Ying Vah et l’experte de l’UNICEF de Genève, Ida Hyllested.

Renforcer la capacité des entreprises extractives dans le domaine des droits de l’Enfant suivant les outils que l’UNICEF a développés récemment. Tel a été l’objet de la rencontre entre le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah et l’experte de l’UNICEF PFP de Genève, Ida Hyllested accompagnée par le Représentant de cette agence des Nations Unies à Madagascar, dernièrement. Les impacts de l’exploitation des enfants dans le secteur extractif  et leurs droits y ont été évoqués. « Cela se fait  notamment dans les carrières et la ruée vers l’or, soit dans le secteur informel alors que c’est interdit par la loi en vigueur. On n’en trouve pas dans la « grande mine » étant donné que les compagnies minières qui s’y mettent seront sanctionnées », a soulevé le ministre de tutelle. « Et de nombreuses étapes seront à franchir afin de réduire l’impact du travail des enfants dans le secteur extractif. En fait, l’objectif étant de faire de ce secteur un levier de développement de la nation et non pas une source à problème » a-t-il poursuivi. Notons que le secteur privé, la société civile et des ministères participeront au salon de la RSE/IDD (Responsabilité Sociétale d’Entreprise/ Initiative pour le Développement Durable) qui se déroulera ce jour au Carlton. Cette experte de l’UNICEF compte y assister tout en précisant que des enfants sont exploités dans d’autres secteurs, à part les mines.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Etablir un vrai dialogue entre les deux parties

Pour le justiciable, ces dix jours de grève décrétés par le syndicat de la magistrature est un nouveau calvaire qui laissera des traces. Il s’agit d’une nouvelle couleuvre à avaler dans le contexte difficile qu’il vit au quotidien. Les magistrats ont tout fait pour respecter les formes en graduant leur action. Après la grève d’avertissement et l’échec du dialogue avec le pouvoir, ils ont décidé de passer à un stade plus important de leur mouvement en paralysant l’appareil judiciaire durant dix jours. Les conséquences sont dramatiques pour tous ceux qui ont affaire à la Justice. Les membres du SMM ont certainement envisagé les retombées de leur action chez les citoyens.

 Etablir un vrai dialogue entre les deux parties

Le syndicat de la magistrature depuis l’élection des membres de son bureau est extrêmement actif et est décidé à redorer le blason de son corps, en faisant le ménage en son sein et en réclamant l’indépendance de la Justice. Il s’appuie sur des revendications qui ont été établies lors des assises de la magistrature. L’Etat avait pris acte de toutes les résolutions qui avaient été établies, mais il n’en a pas tenu compte. Les magistrats ont, à plusieurs reprises, essayé de le mettre devant leurs responsabilités. Le contexte a évolué depuis l’apparition de l’affaire Claudine Razaimamonjy qui souligne parfaitement le dysfonctionnement de la Justice. L’opinion, même s’il n’appuie pas totalement, leur mouvement, manifeste une certaine compréhension vis-à-vis de l’attitude qu’ils ont adoptée. La grève d’avertissement de deux jours observées le mois dernier a été durement ressentie par les justiciables, mais le dialogue établi avec le gouvernement n’a rien donné. La réouverture des tribunaux a eu lieu, mais elle n’a pas mis fin au mouvement qui pouvait reprendre par la suite. Aujourd’hui, on est arrivé à un certain durcissement avec le blocage de l’appareil judiciaire durant dix jours. On connaît la détermination des membres du SMM. Quelle attitude va adopter le pouvoir dans ces circonstances ? Va-t-il essayer de dresser les justiciables contre les magistrats ? La grève ne fait que débuter et le dialogue est nécessaire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara11 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo : Les fidèles de l’événement au rendez-vous !

Admirez le court de tennis à surface rapide de Vontovorona. On se croirait en Europe.

Les Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 s’acheminent vers un autre succès sans précédent. A 45 jours du coup d’envoi du 26 août en effet, les organisateurs sont déjà sur les brèches pour faire face à la ruée des fidèles de l’épreuve.

Des fidèles  sans doute séduits par l’idée d’évoluer sur des sites aux normes internationales allant de la pelouse synthétique du stade de football à la piste en tartan pour l’athlétisme et même la surface rapide des courts de tennis.

Du grand luxe. Un grand luxe rendu possible par l’implication de la CNaPS qui sera à la tête d’un pool de sponsors et qui ne veut surtout pas rater cette grande première avec CRO.

Logiquement, la CNaPS va se mobiliser sur le terrain comme en dehors en alignant deux équipes pour cette édition 2017 dans le dessein de ne pas frustrer ses employés, puisque les règlements n’autorisent pour chaque entité, à moins de faire une double inscription, qu’une seule équipe de football à 7, une seule au volley-ball mixte, au basket-ball et au relais 4 x 100 m en athlétisme.

Par contre, une société a le droit de présenter cinq joueuses et cinq joueurs en tennis, cinq triplettes masculines et cinq doublettes féminines et cinq équipes de belote.

Week-end récréatif. Comme on ne change pas une formule qui gagne, cela explique cet engouement perceptible alors que nous sommes à Jour J-45.

Sur ce chapitre en effet, les fidèles de ce rendez-vous se sont déjà manifestés, car outre la CNaPS, il y aura le North South Connexion, Value Data et Value UT, mais aussi Ambatovy, SICMA, les Assurances Aro, Gasy Plast et le plus fidèle des fidèles comme l’Institut Pasteur.

Une première fournée qui ouvre la voie à un bel optimisme à cette première à Vontovorona qui va également permettre aux enfants d’avoir leurs jeux à eux.

Le site de Vontovorona possède aussi une aire de jeu capable de satisfaire tous les enfants où toute la famille peut se retrouver entre deux matches.

Et ce n’est pas tout, car Vontovorona est également doté d’un grand restaurant servi par des gens du métier. Autant le dire qu’on a là une organisation des plus professionnelles pour passer un véritable week-end récréatif.

Clément RABARY

L'express de Madagascar10 partages

First Global Challenge – Orange soutient la communauté des développeurs

Madagascar sera présente aux Olympiades des robotiques. Six étudiants malgaches âgés entre 16 et 19 ans s’envoleront bientôt pour Washington DC, aux États-Unis, afin de défendre les couleurs malgaches au First Global Challenge, une compétition internationale de robotique. First Global Challenge est un évènement annuel mettant à l’honneur de jeunes talents scientifiques du monde entier, en leur permettant de créer des robots qui apporteront des solutions aux grands défis mondiaux. Et cette année, le thème portera sur l’accès à l’eau potable.

La participation malgache à cette compétition internationale est à marquer d’une pierre blanche. C’est la première fois que le « Team Madagascar » participe à un concours de robotique d’une telle envergure. Cent soixante pays seront présents, du 16 au 18 juillet, dans la capitale américaine. Depuis quelques semaines, ces jeunes prodiges de l’informatique et de la robotique se sont mis en œuvre dans la programmation. Cela se tient sous l’égide de Sahaza Ramarosandy, le boss de Coderbus.

« Ils ont commencé à étudier et à connaître tous les détails de la programmation. En passant, ils ont fini de programmer une voiture intelligente. Le robot est arrivé, le 20 mai, et ils ont étudié tous les détails et ont commencé à déléguer toutes les tâches à accomplir. Pour préparer ce concours, chaque membre de l’équipe a contribué par son talent et ses compétences », explique-t-on sur le site de la Team. Chaque pays reçoit un kit de l’organisateur. À partir de ce kit, l’équipe devra procéder à la conception et à la programmation de la machine, tout en respectant le thème du challenge.

First Global, l’initiateur du projet, veut inspirer de futurs leaders dans le domaine des science, technologie, ingénierie et mathématiques partout dans le monde, en encourageant leur intérêt pour la science et la technologie.

Focus sur les membres de la « team Madagascar »

Avec l’initiative de Coderbus – un projet qui initie les enfants de 7 à 17 ans à la programmation informatique –, c’est sur la base d’un concours passé au mois de janvier que les lauréats ont été sélectionnés pour former la « Team Madagascar ». L’équipe est constituée d’une jeune fille et de cinq garçons. Derrière chacun d’eux, se cache un petit ambitieux qui veut relever le défi de contribuer au développement de la technologie à Madagascar.

– Holitiana Arisoa Rafidison, 18 ans, est étudiante en 2e année de Télécommunication à l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo. La jeune technophile est passionnée de programmation.

-Ny Andrianina Mamy Razafintsialonina, 18 ans, est étudiant en 3e année d’informatique, électronique et télécommunication à l’Espace universitaire régional de l’océan Indien ou Euroi. Ce hardcore gamer – comme il aime à le dire – est passionné d’intelligence artificielle et de cybersécurité.

–Safidinirina Razafiarison,19 ans, ,est étudiant en 2e année de Télécommunication à l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo. Le jeune homme est également passionné d’intelligence artificielle, de sécurité informatique et de » new tech ».

–Tolotra Meddy Raherimandimby, 17 ans, est en Première S au Collège Saint François-Xavier de Fianarantsoa. Il est passionné de Mathématiques, de Physique et d’Informatique. Il fait ses premiers pas en programmation.

–Diamondra Rasoamanana, 18 ans, est en 2e année de Télécommunication à l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo. Il est passionné de technologie, de cybersécurité et surtout d’électronique. Il est membre de la communauté informatique Habaka Machine Learning.

–Mitia Henintsoa Rakotofiringa, 16 ans, en Première S au Lycée Français d’Antananarivo. Il est aussi le benjamin de l’équipe, a déjà participé à une formation de Coding Dojo et il débute dans le monde de la programmation.

Et enfin le mentor de l’équipe : Sahaza Ramarosandy.

Social Club Orange – Le rendez-vous des actus digitales

 Chaque semaine, Orange Madagascar donne rendez-vous aux passionnés des nouvelles technologies, et aussi à ses abonnés sur les dernières actualités digitales. La chaîne Social Club by Orange diffuse des vidéos permettant d’être à l’affût des dernières tendances du web. On peut citer par exemple, « une chasse au placements de produit sur Instagram », « le recap du Gamergy en Espagne », « une carte interactive chez snapchat », « Un chatbot chez Orange », « un clip à 2 milliards de vues sur YouTube », « Super Mario en réalité augmentée » et plus encore.

Abonnez-vous sur Orange Madagascar www.youtube.com/user/OrangeMadagascar.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara9 partages

Omnisports – Interdirections CNaPS : Victoire de la solidarité !

Vue partielle sur les participants aux interdirections de la CNaPS lors du défilé d’ouverture de samedi.

Rideau sur la troisième édition des interdirections de la CNaPS qui a remporté un succès fou. Du coup c’est la grande famille de la CNaPS qui sortira grandie de cette épreuve qui s’est disputée pendant tout le week-end sur le site d’une rare beauté de Vontovorona.

Quand le DG, Arizaka Rabekoto Raoul  se hisse jusqu’aux huitièmes de finale en belote pour se faire éliminer par les vainqueurs de l’épreuve en l’occurrence Aina et Heritiana de la Direction Technique, c’est presque tout un symbole comme quoi et sur ce genre de tournoi, l’essentiel est bien de participer.

La finale qui est une affaire de la Direction Technique a vu la victoire de Aina et Heritiana sur Alain et Tahiana. Ces derniers ont également sorti en huitièmes de finale l’équipe du Dr Samuel Ratovo, le président de la CNaPS Sport Football.

Triplé de la DRP. Mais le grand gagnant de ces interdirections 2017 est la Direction des Relations Publiques qui s’offre un retentissant triplé avec la victoire au football contre la Direction Technique sur un score de 3 tirs au but à 2. Les deux parties se sont séparées sur un score de parité de 1 à 1 à l’issue du temps réglementaire.

La DRP prit ensuite la mesure de la Direction Générale lors de la finale de volley-ball sur le score de 26 à 14 pour ensuite infliger la même correction, mais cette fois aux volleyeurs de la Direction Technique par 25 à 12.

Sélection. En pétanque, la victoire finale est revenue à Lalatiana Rakotomavo, Sylvia Randriamiharisoa et Jusca Ralaijaona en s’imposant devant le bouillant Rica Raherijaona, Chantal Ramahatandrina et Jean Maurice par 13 à 5.

En tennis, Dina Rakotoseheno de la Direction du Système Infirmatique a gagné chez les dames tandis que Tiganah Randriamampianina remporte la victoire finale chez les hommes.

Une chose est certaine, cette sacrée équipe de la CNaPS qui va d’ailleurs présenter deux équipes aux Jeux Corporatifs d’Antananarivo du 26 et 27 août, n’ira pas à Vontovorona pour faire de la figuration. Le président de la Mutuelle, Tex Randriamanantena, est allé jusqu’à dire que ces interdirections serviront de sélection en vue de présenter les équipes de la CNaPS pour ce traditionnel rendez-vous des entreprises.

Clément RABARY

L'express de Madagascar8 partages

Mode – La collection « En mode Raleva » sera présentée à Nosy-be.

Avec du « Lambahoany » comme matière de base, le styliste Raleva propose une gamme de vêtements aux couleurs tropicales. Une vingtaine de ses modèles sera présentée dans la soirée de la Nuit parisienne qui se tiendra le vendredi 14 juillet au Beach bar à Ambatoloaka, Nosy Be. Ainsi, Nosy-be sera la première destination pour accueillir les vingt modèles pour homme et femme qui composent « En mode Raleva ».

Le thème est une incitation à s’habiller selon le style bien particulier de ce créateur de mode. Une petite touche « Glamour » avec un cachet ethnique se reflète sur chacune de ses créations qu’on peut porter au quotidien. Cape, capuchon, « robe-hybride », et des simples blouses assurent un confort et une allure rayonnante pour chaque occasion. Les matières qu’il utilise, en occurrence le « Lambahoany » aux couleurs chaudes s’adaptent aisément au paysage de la Grande Ile. Une occasion pour Raleva d’offrir un défilé haut en couleurs au public de Nosy-be qu’il incite à venir nombreux.

L’avant-première de ses nouvelles collections intitulées « En mode Raleva » a été portée par les femmes journalistes, l’année dernière dans la soirée « Féminin Singulier » au Terrace. Ayant obtenu le prix « Nouveau créateur » lors du festival de la mode « Manja » en 2003, il a créé la première ligne de prêt-à-porter pour une grande marque de tee-shirt à Madagascar.

Sitraka Rakotobe

News Mada3 partages

Diarin’ny Kintana : hotsiahivina ireo hira nokaloin’i Romule

Rabarivola Romule, andrarezin’ny hira malagasy. Iray amin’ireo nandrafitra ny tarika Kintana Telo. Araka ny tafa nifanaovana tamin’i Ndrema (zanak’i Romule tonga eto an-tanindrazana) omaly, hotontosaina ny 10 septambra izao, ao amin’ny CCEsca Antanimena ny seho iray hitsahivana indray ireo hira nokaloin’i Romule ka ny tarika Diarin’ny Kintana no hanatontosa izany. Raha ny fanazavan’i Ndrema hatrany, anisan’ny hiaka-tsehatra amin’izany i Soanaivo, i Frank, i Simon, i Fidy, i Lily, i Nounou. Hihira mandritra ity fampisehoana ity ihany koa i Salomon miaraka amin’i Ndrema sy i Mbola (mpirahalahy samy zanak’i Romule).

« Hanakoako eny an-toerana ireo sanganasan’i Romule toy ny « Ao ihany ve ? », « Fandaharana », « Fahatsiarovana »,  sns, sy ireo hiran’ireo mpamoron-kira hafa nohirain’i dada. Anisan’ireny ny an-dRamaroson Wilson, ny sanganasan’i Rolland Raelison sy Stormy… »,  hoy hatrany i Ndrema. Anisan’ireny ny hira « Tanàna nahabe », « Hamerina ny anaranao », sns.

Raha tsiahivina, ny tarika Kintana Telo no anisan’ireo nivoy sy namelatra ny kalon’ny fahiny sy ny hiran’ny omaly nanomboka tany ho any amin’ny faramparan’ny taona 1979.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada3 partages

“Herinandron’ny ENS” : hanjaka ny kolontsaina anio

 Hitohy amin’ny andron’ny kolontsaina ny fanamarihana ny « Herinandron’ny sekoly ambony, Ecole normale supérieure » (ENS) Ampefiloha, anio tontolo andro. « Hisy kilalao iarahan’ny olo-maro ka sady fialamboly no hifaninanana ihany koa », hoy ny filohan’ny association pédagogique ao aminy, Ratolojanahary Daniel Sylvain. Ny hariva, hampiseho ny talentany amin’ny zavakanto avokoa ny lalam-piofanana 12 misy ao amin’ny ENS. Hofidina mandritra izany, ny tovovavy sy tovolahy mendrika indrindra.

Hivoaka ny ampitso eny Ankatso ny andiany « Filamatra » ho an’ireo nahazo maripahaizana licence, ny andiany « Ilo » ho an’ny masters ary ny « Ampinga » ahitana ny mpianatra farany nahazo ny maripahaizana Capen. Hofaranana amin’ny fiarahana eny Benasandratra ny Herinandro amin’ny fifaninanana ara-panatanjahantena  sy fizarana ny loka ho an’ny hetsika rehetra. 1 500 ny mpianatra rehetra ao amin’ny ENS. 360 ireo azo raisina ho taona voalohany.

Vonjy A.

L'express de Madagascar3 partages

Marchés publics – Plus de facilité de recours

Le nouveau Code des marchés publics, régi par la loi 2016-055 du 25 janvier 2017, donne plus de recours à la société civile en cas de différends.

Les associations et organismes non gouvernementaux travaillant de près avec les communes de base sont également concernés par les nouveautés stipulées dans le Code des marchés publics nouvelle version. La société civile est ainsi habilitée à saisir l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) de toutes les irrégularités qu’elle constate dans la conduite et tout au long du processus de passation des marchés publics. « Le nouveau Code offre beaucoup plus de liberté, à mon avis », souligne Jean Claude Razanamparany de l’ONG Làlana, présent à la présentation des tenants et aboutissants du nouveau Code des marchés publics au Plan Anosy, hier. « L’organe de contrôle permet de protéger et de se protéger en cas de litiges dans l’exécution des travaux ou dans l’octroi des marchés », ajoute-t-il.  Hugo Rakotoson, entrepreneur, a fait remarquer, quant à lui, que la publication des marchés publics sur le site web est une très bonne chose. « Il faut en moyenne acheter huit journaux par jour pour être au courant des marchés disponibles. Ce qui n’est pas toujours très pratique », explique-t-il.

Sanctions

En effet, il est désormais possible de connaître les marchés en cours, les types de marchés disponibles ainsi que l’identité des organismes ou sociétés ayant contracté. « Le site web se veut pratique pour tout citoyen désirant  connaître le secteur des marchés publics », précise Miarana Razaf, directeur de la formation au sein de l’ARMP. Le nouveau Code des  marchés publics comporte quelques modifications et certaines améliorations. La plus importante étant celle de la séparation de la fonction «contrôle» de la fonction «régulation» ainsi qu’à la mise en évidence des particularités respectives des deux fonctions. « L’ARMP coordonne et surveille le système des marchés publics, élabore les règlementations et les standards de service », souligne Philibert Tovo­herihavana, directeur général de l’ARMP. « Elle a des fonctions différentes de l’Organe de contrôle des marchés publics qui est désormais dénommé Comité de règlement de différends (CRD), chargé des recours administratifs liés à l’attribution des marchés et du règlement amiable des litiges », ajoute le directeur. Cette structure administrative est placée sous tutelle technique du ministère en charge des Finances et du budget. Il a été souligné, par ailleurs, que l’ARMP et le CRD n’ont pas le même pouvoir que le Bianco ou la Justice qui ont comme responsabilité de sanctionner en cas de non soumission aux règles.  Le cas de prête-nom dans le cas Claudine Razai­mamonjy dans la soumission aux marchés ou encore le soulèvement des irrégularités dans la passation des marchés dans l’organisation du sommet de la Franco­phonie par Transparency international a été expliqué par le directeur général  de l’ARMP, Philibert Tovoherihavana. Plusieurs textes relatifs à cette nouvelle loi attendent des  décrets d’application.

Mirana Ihariliva

News Mada2 partages

Harena an-kibon’ny tany – Fampiasana ankizy : mijery vahaolana miaraka ny minisitera sy ny Unicef

Ny 10 jolay teo, noraisin’ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny solika, Zafilahy Ying Vah, ny solontenan’ny Unicef avy any Genève, Ida Hyllested, notronin’ireo mpiara-miasa eto an-toerana. Fototry ny lahadinika ny « Fanatsarana ny tontolon’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, miaro ny zon’ny ankizy », araka ny fepetra navoakan’ny Unicef vao haingana.

Mibaribary eto an-toerana ny fahitana ankizy any amin’ireny toerana ireny, nambaran’ny minisitra moa fa mazàna, any amin’ny toerana famakiana vato sy any amin’ireo fitrandrahana tsy ara-dalàna ny ahitana betsaka fampiasana ankizy.

Voarara sy enjehin’ny lalàna eto Madagasikara ny fampiasana ankizy any amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany, indrindra any amin’ireo toerana misy fitrandrahana  vaventy (grande mine). Tsy ny sehatry ny harena ankibon’ny tany irery ihany, raha ny nambaran’ny avy ao amin’ny Unicef, no ahitana io fampiasana ankizy io fa maro. Koa ilaina ny serasera ahafantarana ny olana sy fanolorana vahaolana manoloana ny zava-misy.

Mbola maro ny dingana atao hoentina miady amin’izany, izay tsy anjaran’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany irery ihany. Ao koa ireo sehatra hafa andrasana tokony hitondra ny anjara birikiny. Fanoitra ho an’ny fampandrosoana ny harena an-kibon’ny tany fa tsy sanatria fanararaotana fampiasana ankizy, tsy hanajana ny zony.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Ihosy : taksiborosy voatafika, mpandeha iray maty voatifitra

Nitrangana fanafihana taksiborosy ny mampitohy an’Ihosy sy i Betroka, afakomaly tamin’ny 11 ora antoandro tany amin’ny RN 13. Teo amin’ny 25 km miala an’Ihosy ny nitrangan’ny fanafihana ka fiara iray hamonjy an’i Betroka ity voatafika ity.

Lasibatry ny tifitra variraraka ilay fiara izay mbola teny am-pandehanana. Mpandeha iray maty voatifitra, noho izany. Mbola maro koa ireo naratra. Rotiky ny bala ny fiara, ary tena voa mafy ny teo amin’ny fitaratra anoloana. Voalaza fa tsy nanaraka “caravane” ity fiara ity ka izay no nanafihan’ny dahalo azy.

Tokony ho valo lahy nirongo basy ireo nanafika ireo. Araka ny fanazavana, tapitra voasavan’ireo olon-dratsy avokoa ny mpandeha rehetra nandrobany izay zava-tsarobiby tany amin’izy ireo. Lasa ny vola, ny finday sy izay entana zakan’ireo. Niala moramora toy ny tsy nisy na inona na inona ireo dahalo. Efa lasa elaela ireo vao afaka nampandre ny zandary ny mpandeha. Tonga teny an-toerana ireto farany nanao ny famotorana sy ny fanarahan-dia.

Araka ny fanazavana azo hatrany, misy ny fiara manao “caravane” ary manome toromarika ny zandary miasa amin’ireny lalam-pirenena ireny, saingy maika ny mpamily indraindray ka mandika izany. Tsy mifidy na andro na alina ireo fiara tafihiny ny dahalo amin’iny lalam-pirenena faha-13 iny. “Vokatry ny lalana ratsy, sahirana ny fiara mandeha mafy, mifanelanelana amina kilaometra maro manararaotra izany ireo jiolahy mpanafika. Tokony hiaraka maro ny fiara mampiasa iny lalana iny”, hoy ny fanazavan’ny mpitandro filaminana. Amin’ny lalam-pirenena rehetra, mila fahamalinana ny fandehanan’ny taksiborosy, indrindra fa amin’izao ankatoky ny fialan-tsasatra izao, fotoana mampirongatra ny fanafihana fiara.

Yves S.

News Mada2 partages

Elections : l’indépendance totale de la Ceni préconisée

A près avoir présenté son rapport auprès du gouvernement le 29 juin dernier, la  mission de la Commission consultative de réflexion et de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral et de la révision du texte électoral prend officiellement fin.

Une dizaine de propositions sont inscrites dans le rapport, dont l’indépendance totale de la Commission en charge des élections (Ceni), tant sur le plan financier qu’administratif.

«Il est nécessaire que la Ceni puisse être financièrement autonome», a indiqué son président et non moins président de la commission consultative, Hery Rakotomanana, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Nanisana. Pour l’heure, le budget de la Ceni provient en grande partie de l’Etat.

Compétence

D’autre part, «La Ceni devrait avoir pleine compétence dans ses activités», a-t-il poursuivi en expliquant que les pouvoirs de la Ceni doivent être élargis jusqu’à la détermination des dates des élections. Néanmoins, pour plus de résultats, la Ceni réclame que les membres observateurs représentant les candidats auprès de la Ceni soient identifiés le plus tôt possible. L’objectif de telles propositions étant de mieux comprendre le cadre légal électoral, mais surtout de reconquérir la confiance des citoyens par rapport à l’organisation et au déroulement des élections.

D’autres propositions ont également été avancées dans le rapport, notamment la neutralité de l’Etat, le financement de la campagne électorale, la transparence sur l’utilisation des bulletins uniques et les résultats électoraux dans tous les districts.

Tahina Navalona

 

News Mada2 partages

Jeux de la francophonie : le judo malgache vise haut

La Fédération malgache de judo opte pour la qualité plutôt que de miser sur la quantité dans la sélection des judokas qui iront défendre les couleurs malgaches aux Jeux de la francophonie, du 21  au 30 juillet, à Abidjan, Côte d’Ivoire.

Autorisé à présenter des combattants dans toutes les catégories contrairement aux autres pays participants, le judo malgache voyagera en terre ivoirienne avec des catégories de poids en moins. En effet, d’après la liste officielle des sélectionnés, Madagascar fera monter sur le tatami 11 judokas alors que la compétition comporte 14 catégories de poids.

Moins sûre de réaliser de bonnes performances chez les garçons, la FMJ décide de faire l’impasse chez les -60 kg, -100 kg et +100 kg au profit de quatre autres catégories considérées à fort potentiel dans lesquelles des noms ronflants occupent le poste.  Dans les -66 kg, par exemple, le récent champion du tournoi international de Madagascar (Timad), Herikanto Kevin Royce Andriamanoelina prend place. Royal Rakotoarivony quant à lui sera de nouveau sollicité chez les -73 kg,  après avoir effectué un stage sur la station balnéaire d’Ibiza en Espagne.

Côté dames, la sélection est également composée de têtes connues, des habituées du podium des grandes compétitions nationales. Des valeurs sûres si l’on en croit la démarche initiée par la FMJ de ne prendre que celles qui sont aptes à affronter le haut niveau, à l’image de Mirana Rakotovao (-52 kg) ou encore de Daniella Nomenjanahary (-63 kg).

Continuité

En tout cas, outre leur qualité, les judokas malgaches envoyés aux Jeux de la Francophonie ont de l’expérience malgré leur âge, entre 18-25 ans. «Les 11 judokas sélectionnés ont tous participé au dernier championnat d’Afrique, que ce soit en individuel ou par équipe», selon le secrétaire général  de la FMJ, Bruno Eric Saïd. La preuve que la jeunesse prend le devant de la scène dans cette discipline.

Naisa

Liste des sélectionnés

Garçons :

-66 kg: Herikanto Kevin Royce Andriamanoelina

-73 kg: Royal Rakotoarivony

-81 kg: Sergio Bernardin Karamaly

-90 kg: Andriatsarafara Mahandry Rabenja Randriambelo

Dames :

-48 kg: Diana Kwan Hu

-52 kg: Mirana Rakotovao

-57 kg: Fanjanirina Rabehariniaina

-63 kg: Daniella Nomenjanahary

-70 kg: Hajanirina Zo Andriambololona

-78 kg: Haingoniaina Durianah Ramiandrisoa Ramilavonjy

+78 kg: Aicha Isilo

 

Tia Tanindranaza2 partages

Mamo miantso polisy !

Dia tena miherongerona indray ny fanjakana HVM amin’izao fotoana izao fa hampiharina, hono, ny lalàna manoloana ny zava-niseho tamin’ny 8 jolay nanaovan’ny Antoko Tiako i Madagasikara ny fanamarihana ny faha-15 taonany, saingy nanaovana ankasoparana.

Toky R

 

L'express de Madagascar2 partages

Morondava – L’État conquiert un fief de Mapar

Célébrer la journée mondiale de la population à  Morondava, fief réputé de Mapar. C’est le pari pris par le gouvernement.

Un choix osé. Le gouvernement à travers le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme aurait pu choisir une autre ville pour célébrer la journée mondiale de la population. Il a pourtant retenu Morondava, la capitale du Menabe pour tenir les festivités marquant cette date importante. Un choix politique d’abord, Morondava étant réputé être un fief de Mapar, opposant officieux au pouvoir.  À un an de l’élection présidentielle, le choix est loin d’être fortuit. C’est un clin d’œil et un avant-goût de la campagne électorale. À preuve, la première dame, marraine de cette journée mondiale de la population, a offert quatre zébus alors que la ministre Onitiana Realy a amené tout ce qu’il faut pour les besoins de la cause. Elle a remis à vingt associations d’agriculteurs et à huit associations de pêcheurs des intrants et du matériel comprenant des machines à coudre, des filets et des kits de préparation.  L’objectif est de permettre à ces associations de  développer des activités  géné­ratrices de revenus. Cela cadre bien avec le thème de cette journée mondiale de la population en l’occurrence  « Planification familiale: Autonomisation des populations et développement des nations ».

Ville idéale

À ce propos, Onitiana Realy a souligné « la nécessité pour les décideurs et les législateurs de tenir compte des pratiques familiales et de respecter les cultures et les traditions malgaches dans tout processus de développement ». Dans  cet ordre d’idée, elle ajoute,  « les règles ou les principes à édicter doivent impérativement être adaptés à la réalité du terrain et conformes au mode de vie de la population. C’est le seul gage d’une véritable cohésion sociale ». Outre le côté politique, Morondava est également une ville idéale pour promouvoir la planification familiale. Dans la capitale du Menabe, on se marie très jeune. « La mairie célèbre chaque semaine quatre à cinq mariages de filles de moins de 18 ans », selon une source locale. Le taux de natalité est également élevé. Un « dialogue communautaire sur la responsabilité citoyenne dans la lutte contre le mariage des enfants », figurait ainsi parmi les activités de cette journée. Un éclairage a été apporté par Constant-Serge Bounda, représentant du Fonds des Nations unies pour la population à ce sujet. « La planification familiale ne consiste pas à réduire le nombre d’enfants mais surtout à espacer les naissances des enfants afin que la mère puisse être en bonne santé et qu’elle puisse travailler pour mieux développer son foyer ».

Miangaly Ralitera

Madaplus.info1 partages

La CENI fait appel à un représentant de chaque candidat pour 2018

Le principal souci des candidats pour la course à la magistrature suprême en 2018 se tourne autour du détournement des voix.
Ainsi, pour le respect de la transparence et en vue d’obtenir un résultat de scrutin crédible, le Président de la CENI, Hery Rakotomanana propose que les candidats aient un représentant permanent qui travaillera dans un comité à la CENI. Le 29 juin dernier, la CENI a transmis au premier ministre, un rapport de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral. Un rapport issu des maintes consultations auprès des partis politiques, de la société civile et de toutes entités relatives aux élections. Durant son intervention d’hier, le président de la CENI prône pour une indépendance de la commission dans le cadre légal électoral.
Madaplus.info1 partages

Plusieurs quartiers de la capitale pénalisés par le délestage et la faible tension

Certains quartiers environnants de la Capitale sont concernés par la coupure de courant récurrente, à des heures où les populations recourent à l’usage de l’électricité depuis le weekend dernier.
Même à l’absence de toute coupure de courant, la tension disponible est tellement basse pour alimenter les appareils électroménagers des foyers. Cette faible tension engendre des dégâts considérables, se plaignaient les habitants. La JIRAMA affirme que ces coupures sont causées par des pannes techniques, qui seraient actuellement en train de se réparer. Selon toujours la JIRAMA, certains câbles ont rompu et les agents de la JIRAMA effectuent des descentes sur les quartiers victimes, pour voir de plus près les pannes.
News Mada1 partages

Malaise au sein de la justice : le pouvoir est aux abonnés absents

Comme prévu, les magistrats réunis au sein du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) ont débuté leur grève d’une semaine hier. Le pouvoir fait comme si de rien n’était.

La grève des magistrats, prévue pour une semaine, a bel et bien commencé en dépit des pressions incessantes reçues par les principaux ténors du SMM. Hier, outre l’expédition de quelques dossiers, la majorité des magistrats ont choisi de cesser leurs activités conformément aux décisions prises à l’issue de l’ Assemblée générale du 28 juin dernier. Le pouvoir semble toutefois être aux abonnés absents et fait comme si cette grève n’existe pas. En même temps, les principales lignes de défense des pro-régimes consistent à dénigrer les magistrats comme  faisant de la politique.

Pratique courante

Ces derniers temps en effet, à travers leurs interventions télévisées ou radiophoniques, des proches du régime n’hésitent pas à soutenir que cette grève est une manœuvre visant à déstabiliser le régime. C’est le cas de l’ancienne ministre et élue à Brickaville,  Vaonalaroy Randrianarisoa, lors d’un débat télévisé lundi dernier.

A ce propos, la question a été posée hier à Clément Jaona, vice-président du SMM. Et comme réponse, «Il n’existe jamais d’initiative propre à Madagascar. On taxe toujours toutes les manifestations d’avoir des visées politiques», a-t-il déclaré. Et de préciser que, «Lorsque le régime ne veut ou ne peut pas  donner une suite  favorable aux revendications, il évoque toujours l’idée  d’une manoeuvre politique. C’est une pratique courante à Madagascar. Nous ne revendiquons ni la démission de telle ou telle personnalité ni un démantèlement   d’une quelconque institution».

Statu quo

Les magistrats, depuis le début de cette affaire, mettent effectivement en avant la nécessité de respecter l’Etat de droit, le respect de la déontologie ou encore l’arrêt des ingérences et d’immixtions du pouvoir Exécutif dans les appareils judicaires. Sauf que la situation demeure au même stade qu’au début.

«Malgré les nombreuses interpellations faites par le syndicat, dont celle adressée à Son Excellence Monsieur le Président de la République en date du 2 mai et à son Excellence Monsieur le Premier Ministre en date du 18 mai ainsi que le sit-in réalisé le 3 mai et les divers communiqués du syndicat, aucune mesure concrète n’a été prise pour réprimer lesdites dérives et restaurer l’autorité de la Justice», avait déjà noté le SMM dans un communiqué du 7 juin dernier, lorsque qu‘il a expliqué la motivation de sa première «journée d’indignation».

Un mois après, c’est toujours le statu quo. Le régime a choisi de s’enfermer dans sa tour d’ivoire. Une attitude déplorable pour le SMM. «Jusqu’ ici, il n’y a pas encore eu d’appel au dialogue», a regretté Tiaray Fanahimanana du SMM.

Quoi qu’il en soit, même si le régime a choisi d’ignorer les revendications des magistrats, le bras de fer est désormais suivi de près par les médias internationaux suite notamment aux campagnes d’information accomplies par des responsables au niveau du SMM.

Actuellement, les réalités sur l’affaire Claudine Razaimamonjy, source de cette prise de responsabilité des magistrats, sont d’ailleurs connues de tous. «Nous n’avons pas du tout apprécié le fait que le ministère de la Justice ait intervenu  dans une affaire en cours. Il n’avait pas à jouer le rôle d’avocat de cette dame», a soutenu Rojovola Bora, vice-présidente du SMM, hier au micro de France24.

Rakoto

News Mada1 partages

Marchés publics : réticence de la société civile à dénoncer les irrégularités

Une réticence au niveau de la société civile et des autres acteurs à dénoncer les irrégularités dans les marchés publics est constatée. Alors qu’une nouvelle disposition pour la protection des dénonciateurs, en cas d’irrégularités dans les marchés publics, est apportée dans le nouveau code adopté en janvier dernier.

L’Autorité de régulation des marchés public (ARMP) a réuni trente organisations de société civile, hier, au ministère de l’Economie et du plan pour détailler ce nouveau code et rappeler les attributions de la société civile dans la passation des marchés publics.

 Opérationnelle depuis 2006, l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) n’a reçu jusqu’ici qu’une centaine de plaintes relatives aux irrégularités dans les procédures de passation de marchés publics au niveau national. Pas moins de 20 000 marchés sont pourtant  attribués chaque année dans le pays. Et les irrégularités dans les marchés publics, il y en a. Sauf que beaucoup hésitent à les dénoncer.

«Une grande partie des marchés attribués présentent des irrégularités. Cela  concerne  toutes les étapes de la procédure de passation des marchés. A commencer par l’élaboration du document d’appel à concurrence, du dossier d’appel d’offre, du dossier de candidature, jusqu’à l’attribution des marchés et l’exécution des  travaux», a-t-il précisé.

Avant d’ajouter que «Ceux qui constatent les irrégularités hésitent à déposer une plainte par crainte d’avoir des problèmes ou de ne plus avoir de marchés», a expliqué le coordonnateur  général des activités auprès de l’ARMP, Hajatiana Andorre, hier, au ministère de l’Economie et du plan.

Protection des dénonciateurs

Mais une nouvelle disposition a été apportée dans le nouveau code des marchés publics adopté le 25 janvier dernier. L’article 81 de ce texte apporte une garantie de protection des dénonciateurs, en cas d’irrégularités dans les marchés publics.

«L’ARMP peut détecter les anomalies à travers le  système informatisé de gestion des marchés publics. Nous procédons tout de suite au contrôle a postériori après avoir constaté des irrégularités. Les sociétés civiles, quant à elles, sont sur le terrain et ont la possibilité de suivre et d’observer les passations et l’exécution des marchés publics. Elles peuvent ainsi interpeller les pouvoirs publics en cas d’irrégularités sur le terrain, suivant l’article 92 du nouveau code des marchés publics», a conclu le coordonnateur de l’ARMP.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Attaque sur la route : deux morts et plusieurs blessés à Ihosy

Les coupeurs de route écumant la RN 13 reliant Ihosy à Betroka ont encore fait parler d’eux. Pas plus tard que dans la matinée de lundi, ils ont attaqué un car à Ihosy.

La Route nationale 13 a de nouveau été le théâtre d’un braquage dans la matinée d’avant-hier. Les dahalo ont pris pour cible un car transportant des passagers dont des maquignons qui comptaient se rendre à Betroka. Le dernier bilan a fait état de deux morts.

L’attaque a eu lieu aux environs de 10 h, à une vingtaine de kilomètres d’Ihosy, plus précisément à Masiakampy. Jetant leur dévolu sur l’argent que les revendeurs de bestiaux avaient sur eux, les coupeurs de route ont profité de l’état cahoteux de la route pour sévir. Sans crier gare, ils ont ouvert le feu, tuant ainsi un maquignon sur le coup. Ils ont également agressé les autres passagers avant de les dépouiller. Près de 20 millions d’ariary, des objets de valeur ainsi que des téléphones portables ont été dérobés.

Après le départ des bandits, les blessés ont été transportés d’urgence à l’hôpital d’Ihosy et d’après les dernières nouvelles, l’un d’eux a succombé à ses blessures.

Selon une source sécuritaire, neuf cas de braquage de taxi-brousse se sont produits sur la RN 13 depuis 2016. Avant de dépouiller les passagers, les dahalo éliminent toujours le conducteur et d’après la source, quatre chauffeurs ont perdu la vie de 2016 à ce jour.

Hormis l’état de la route, le non-respect des consignes des forces de l’ordre favorise les attaques des bandits sur cet axe routier. Selon la gendarmerie, certains conducteurs refusent le départ groupé.

Mparany

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ikambanana ny ady amin’ny tsy fisian’ny fandriampahalemana

Mitombo habibiana ny mpanao ratsy. Tsy mitsitsy na misalasala, tsy manana indrafo fa mampiseho fahavonona hamono ny maro amin’izy ireny mba hahafahany manatanteraka ny asa ratsy tetehiny. Toy izay niseho farany teo tamin’

ny nanaperan’ireo jiolahy nanafika tao amin’ny fonenany ny ain’ny Ben’ny tanànan’Ampefy. Rotiky ny bala ny vatany. Tao anatin’ny volana vitsy dia fahatelo amin’izao no nandavon’ny jiolahy ben’ny tanàna. Moa ve noho izany dia azo heverina fa ny sokajin’olona manatanteraka ny andraikitra ben’ny tanàna no ametrahan’ny mpanao ratsy ny safidiny. Angamba lasa aloha loatra ny fieritreretana an’izany. Na jiolamboto na jiolahy tsy mitily afa-tsy ny fananana sy harena azony robaina ary tsy misafidy izay tompony izy ireny amin’izany. Amin’ny ny mahaolombe azy dia manakoako ny fahavoazana mihatra amin’ny ben’ny tanàna. Azo lazaina fa mila ho isan’andro na ao atsimo na ao avaratra na etsy andrefana sy atsinana dia matetika ny fisian’ny fanafihana itrangan-doza. Fa olo-tsotra moa no lavo amin’izany ka tsy mitarika resabe ivelan’ny eo amin’ny vohitra nisehoany. Toy izany koa ny mikasika ny relijiozy sy ny fangalana an-keriny, ao amin’ny katolika andaniny sy eo amin’ny teratany Karana ankilany moa dia tsy ilaozan’izay fitrangan’ny hetraketraka. Fiaraha-monina iray ka ahoana moa no mety ahafahany hiavaka tsy ho voakitikitiky ny ratsy manonja eto amin’ny fonenana iombonana ? Samy mizaka na ny tahotra na izay anjara mety iantefa any amin’ny tena. Sa moa ve misy sokajin’olona mendrika harovana kokoa mihoatra ny maro? Tsy manavaka ny mpanao ratsy fa izay sendra azy dia mety ho hasiany avokoa. Aza taitra anie ireo mpanana fa na any amin’ny faritra ianjadian’ny fahantrana tsy ilaozan’ny fitrangan’ny fanafihana miaro herisetra. Ary misy mihitsy aza tapitr’aina any anatin’ireny làlana kizokizo ireny rehefa sendra ny mpanendaka bibibiby na mamon-drongony…

Tsy samy eto tanàna indray no handeha hiseho hiavakavaka, lasa avahan’ny mpiray monina. Mbola lavitr’ezaka izay vao azo antenaina ny fiverenan’izany fandriampahalemana izany, ka izay misaraka fasika ! Ny firaisan-kina no imasoana mba haredona ny feo maniraka ny fitondrana. Na ampiseho fahaizana amin’ny fanatanterahana ny andraikitra noraisiny, na hanana fanetren-tena amin’ny fibebahana hiaiky fa tsy mahavita azy. Tsy ny mponina kosa no ho sondrian’ny dokadoka ka hanaiky haroso hanao andrimaso tanam-polo ho sorona anoloan’ny fitaovam-piadiana.

Léo Raz

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mpivarotra fiara eny AnalakelyVoasazy avy hatrany izay tratra

Efa nisy 2 herinandro izay no namindrana ireo mpivarotra fiara teny Antanimbarinandriana.

 Omaly talata 11 jolay 2017 dia tonga nitsirika ireo mpivarotra fiara mbola minia tsy manaraka ny fandaminana teny amin’ny faritra Analakely sy ny manodidina ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Raha araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ny « Parking » avy ao amin’ny « Direction des Transports et de la Mobilité Urbaine na ny DTMU » dia tsy natao toerana fivarotana fiara eny Analakely sy ny manodidina fa efa misy ny toerana  voatokana eny Antanimbarinandriana ary efa samy mahafantatra avokoa ny rehetra. Ho an’ireo izay tsy manara-dalàna kosa dia nopetahana « taquet d’arrêt » ary nisy ihany koa ny nampidirina « fourrière ». Raha araka ny antontan’isa azo avy amin’ny polisy monisipaly dia nisy 7  ireo voapetaka « taquet d’arrêt » ary 3 ireo naiditra « fourrière ». Mahatratra 200 ireo mpivarotra fiara eny Antanimbarinandriana ary mbola malalaka ny toerana, hoy hatrany ny tompon’andraikitra. Mbola hitohy amin’ny faritra hafa ny hetsika ary ho hentitra ny tanànan’Antananarivo ho an’ireo tsy manara-dalàna.

Nangonin’i RTT

 

 

Madonline1 partages

Conjoncture politique : Le gouvernement montre ses muscles

Les autorités ont préféré aux négociations le recours à la force.

Diverses manifestations d’exaspération ont été menées au cours des dernières semaines, mettant en branle la confiance des dirigeants du pays. Et les autorités ont choisi de se montrer aptes à faire face à une menace politique.

Lors du dernier Conseil de gouvernement, le Premier ministre, Olivier Mahafaly, avait ainsi «donné des consignes à tous les membres du Gouvernement mais surtout aux trois Départements ministériels en charge de la sécurité sur la prise de mesures strictes contre tout commanditaire et tout acteur d’action de déstabilisation ». Le communiqué du conseil de gouvernement est on ne peut plus clair.

Ces « consignes » donnés par le chef du gouvernement ont coïncidé, en tous cas, à une menace révélée par la presse à l’endroit d’un jeune slameur, animateur d’une nouvelle émission de parodie de l’émission présidentielle « Le rendez-vous », sur YouTube et sur des chaînes de télévision locales. Les « consignes » du Premier ministre coïncident aussi avec des informations concernant une étroite « surveillance » des gestes et actions de l’ancien président Marc Ravalomanana et de ses proches collaborateurs.

Le climat sociopolitique est plutôt délétère. La liberté d’opinion et de réunion semble menacée, en outre. D’où la grogne à différents niveaux. Dans le même temps, divers corps professionnels  ont entamé un mouvement de grève : le syndicat des magistrats exigent plus d’indépendance pour la Justice, tandis que les douaniers dénoncent des promesses non tenues par les autorités.

Mais face aux mouvements de revendication, le gouvernement se veut montrer ferme. La suite des événements semble des plus incertaines. D’autant que Marc Ravalomanana, après une ferme interdiction des autorités, tient toujours à tenir les événements liés au quinzième anniversaire de son parti, le TIM. L’interdiction pour le parti de tenir un rassemblement au stade de Mahamasina, au centre de la capitale, a débouché le 8 juillet à un mouvement de foule sans précédent dans les rues d’Antananarivo. Ce qui a suscité une grande méfiance dans les rangs du gouvernement.

L'express de Madagascar1 partages

Diaspora en France – Une forte mobili­sation à Lille

Le programme des 8, 9 et 10 juillet a été chargé. La grande réunion de la diaspora malgache de France initiée par «Zama», Zanak’i Madagasikara Ampielezana, s’est tenue, cette année, à Lille. Conférences et tables rondes, forum des entrepreneurs et des associations et activités culturelles ont marqué l’atelier de mobilisation. Il avait, notamment, pour objectif de promouvoir et de valoriser les initiatives et les projets de développement pour la Grande île.  « Zama est un lieu d’éclosion, de promotion et de valorisation des initiatives, des projets et des succès des membres de la diaspora ou des citoyens habitants à Madagascar. Il se manifeste par des contributions d’experts ou des rencontres entre individus entrepreneurs, étudiants, salariés, universitaires, animateurs d’associations, humanitaires issus de la diaspora malgache ou simplement attachés affectivement au pays, venus partager leurs initiatives et réfléchir ensemble au meilleur développement du pays et au mieux-être de la diaspora », apprend-on de Rado Andrianarijaona, organisateur. La première cérémonie de remise de prix Zama Awards a également eu lieu lors de cet événement.

M.I.

News Mada0 partages

Trafic illicite : 30 lingots d’or saisis à Ivato

Les agents des douanes ont à nouveau déjoué une énième tentative d’exportation illicite d’or. Trente lingots d’or, pesant en tout 4,270 kg ont été saisis, hier, à l’aéroport d’Ivato.

A peine une semaine après la saisie de près de 4 kilos d’or à l’aéroport d’Ivato, les agents des douanes ont de nouveau intercepté 4,270 kg d’or, hier, lors du traitement du vol HM 754 à destination d’Abu Dabi via Mahe, Seychelles. Trente  lingots d’or sommairement travaillés et non poinçonnés, cachés à l’intérieur de deux valises ont été découverts après interprétation à deux reprises des images scan, effectuée par les agents des douanes chargés du contrôle des bagages en soute par scanner, a rapporté la Direction des douanes.

A la demande des agents des douanes, le présumé contrebandier n’a pu présenter aucun document sur l’emport de ces marchandises. Il y a eu une infraction mixte des douanes et des changes consistant en une tentative d’exportation sans déclaration des marchandises, qualifiée de délit de première classe, et le non respect des obligations de rapatriement de devises.

Recrudescence

Force est de constater que le trafic illicite d’or connaît une importante recrudescence ces derniers mois. Cela en dépit de la libéralisation de la commercialisation de l’or en 2015. Depuis janvier 2017, plus d’une tonne d’or est déclarée à l’exportation, si les exportations aurifères officielles n’ont pas dépassé les 50 kg d’or avant 2014. Toutefois, les  trafics illicites restent un problème irrésolu malgré les opérations d’assainissement menées par les autorités.

Pour rappel, des procédures et des réglementations sont à respecter pour l’exportation de l’or. Ces procédures ont été simplifiées à travers la mise en place d’un guichet unique l’an dernier. Le receveur des douanes à l’aéroport d’Ivato, Haja Rakotoharimalala, est revenu sur ce point le 30 juin dernier en affirmant que «L’opérateur doit détenir quelques dossiers, entre autres le procès verbal de constatation et le procès verbal de conformité. Le produit doit également passer au laboratoire. Et une fois arrivé à l’aéroport d’Ivato, le détenant de l’or doit présenter une facture et d’autres pièces pour garantir la domiciliation des devises».

Riana R.

News Mada0 partages

Fametrahana ben’ny Tanàna – Ambahoabe : nandratra olona roa ny amboletran’ny HVM

Mitohy ny fihoaram-pefy… toy ny efa fanaony. Nanao amboletra nametraka ben’ny Tanàna tany amin’ny kaominina  Ambahoabe, any  Soanierana Ivongo indray, ny eo anivon’ny antoko HVM ny alatsinainy teo. Niteraka fifandonana sy tora-bato, vely kibay narahina horakoraka tsy fanekena anefa izany.

Tsy neken’ny vahoaka ny fanesorana ny olona voafidim-bahoaka. “Aoka izay ny hetraketrakareo HVM.  Leo tanteraka  izahay”, hoy ny hiakan’ny vahoaka. Naharitra ora maromaro  izany hetsika fanoherana nataon’ny fokonolona izany. Naratra mafy

nandritra izany ny olon-tsotra mpanara-dia ny “Prefet” indrindra ilay mpampianatra haiady iray, ny Me Randria Karabo sy i Farlin. Mbola ao amin’ny hopitaly Soanierana Ivongo izy roa lahy manaraka fitsaboana.

Raha tsiahivina ny fizotry ny tranga niseho, nidina tany an-toerana hametraka ben’ny Tanàna, Regis, hisolo ny ben’ny Tanàna voafidim-bahoaka,  Mananjara Fidson na Rasomotra ny delegasiona notarihin’ny prefet-n’ i Fenoarivo Atsinanana, Belahy Théophile, notronin’ny lefitry ny disitrikan’ i Soanierana Ivongo, miaraka amin’ny mpitandro filaminana efatra. Vory lanona tahaka ny fahita any ambanivohitra ny vahoaka  fa handray vahiny manan-kaja.  Nanodina ny resaka ho amin’ny fampahafantarana ilay dinan’ny fandriampahelamana ny “Prefet” teo am-panombohana ary namelabelatra ny anton-diany. Tampoka teo anefa  nivadika ho  fametrahana amin’ny fomba ofisialy an’ilay ambara fa ben’ny Tanàna, Régis izany ka nahatonga ny tsy fahafalian’ny vahoaka ary niteraka ny fifandonana.

Tranga fanintelony indray ity…

 Raha ny voka-pifidianana tany an-toerana anefa, nahazo ny 38%  mahery ny ben’ny Tanàna Rasomotra, avy amin’ny Tim ary efa nahavita ny fianianana teo imason’ny vahoaka. Efa niasa tao anatin’ny herintaona mahery. Maherin’ny 29% mahery kosa ny vato azon’ity olon’ny HVM, natao amboletra napetraka ity.

Ankoatra izany, efa fanintelony ny tranga tahaka izao tany Fenoarivo Atsinanana. Teo ny niseho tany Antanifotsy sy ny tao Ampasimbe, Manatsatrana niteraka faty olona roa ary ity any Ambahoabe ity indray.

Fomba fiasa sy fihetsika tahaka izany no ifampitondrana eto amin’ny firenena. Efa herintaona mahery aty aoriana ny nahalany ny ben’ny Tanàva vao hoesorina amin’ny toerany. Tsy mazava.

Sajo sy Randria

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Miantso ny vahoaka hanohitra ny fitondrana »

Aiza ho aiza ny fifandraisan’ny vahoaka sy ny mpitondra amin’izao toe-draharaham-pirenena izao? Miantso ny vahoaka hanohitra ny Herin’ny fanovana…

« Miantso ny vahoaka malagasy hijoro amin’izay hanohitra izao fitondrana fanjakana mpampahory vahoaka izao. Tsy mety intsony raha eto amin’ny tany lazaina fa mahaleo tena sy demokraty, tsy ekena sy tsy hajaina intsony ny zon’olomnbelona faran’izay kely indrindra. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpitondra tenin’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, omaly, momba ny toe-draharaham-pirenena amin’izao fotoana izao. « Na ny fahafahana maneho hevitra sy mivory aza, efa tsy azo atao. Inona àry izao no azo atao? » hoy izy ny amin’izay tsy fanajana zon’olombelona izay.

Miantso ny vahoaka malagasy sy ny fikambanana rehetra izay milaza fa liam-pivoarana sy mitady fanovana ny Herin’ny fanovana hanohana ny tolon’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM). Solontenan’ny manampahaizana sahy mijoro ny SMM, miady amin’ny jadona, ny tsy rariny, ny kolikoly…

Andao aloha ny rehetra hivondrona, fa tsy hiady izay ho lohany, araka ny fanazavany. Mitady fitoniana ny fitondrana. Nefa ny atao tsy mitarika amin’izany: didy jadona, kolikoly, hala-bola… Hahatongavana amin’ny fitoniana ve izany?

 

Mikatso tanteraka ny fitantanan-draharaham-panjakana

« Mikatso tanteraka ny fitantanan-draharaham-panjakana amin’izao. Tafahoatra loatra ny ataon’ny fitondram-panjakana, tsy mandraharaha intsony izany soatoavina sy soa iombonana izany », hoy ihany izy. Tsy mieritreritra afa-tsy ny tenany ny fitondrana, itazonany ny fahefany amin’ny fomba rehetra na inon-kidona na inon-kihatra.

Tsy mahagaga raha mampiaka-peo ny kristianina toy ny Justice et Paix any Fianarantsoa, ohatra. Tsy mety intsony ny ametrahana samy irery amin’io fitondram-panjakana io ny fitantanana ny raharaham-pirenena, satria tena mikatso tanteraka.

Tsy mahagaga ihany koa ny fanehoan-kevitra etsy sy eroa manohitra ny ataon’ny fitondrana, raha ny nambarany. Tsy maintsy hiafara amin’ny fiaraha-mirohotry ny vahoaka malagasy izao, tsy azo zakaina intsony.

Andrasana ny fifidianana 2018, fa tsy avela io fanjakana io samy irery no hikarakara izany: na  governemanta, na Ceni, na Fitsarana vao momba ny lalàmpanorenana (HCC).

R. Nd.

News Mada0 partages

Basikety – Can U16 lehilahy : mpilalao iray noesorina fa nihoatra taona

Nivoaka ny lisitry ny ekipam-pirenena malagasy, basikety sokajy zandriny U16, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), sokajy lehilahy. Mpilalao iray no voatery najanona satria tsy tao anatin’ny taona notadiavina.

 

Nambara, tamin’ny fomba ofisialy omaly, teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny anaran’ireo mpilalao 12 mirahalahy, hiatrika ny Can 16, taranja basikety, hatao atsy Maorisy, ny 13 – 22 jolay ho avy izao. Nambaran’ny tomponandraikitry ny federasiona tamin’ny mpanao gazety, fa voatery najanona i Hassan Nakara Soumah, noho ny taony efa mihoatra. Ny fitiliana natao ny alakamisy 6 jolay lasa teo, no nahitana izany.

Tsy maintsy nandray fanapahan-kevitra ny federasiona, satria matahotra ny ho “forfait”, raha toa ka misy fitiliana hatao any Maorisy.

Tetsy ankilany, nilaza ny raiamandrenin’i Nakara fa teraka, ny 26 novambra 2001, ny zanany ary voamarina tao anatin’ny bokim-pianakaviana izany. “Efa nisy ny fanadihadiana nataon’ny federasiona, ary ny fampiasana ilay fitaovana fitsirihan-taona, ny nahitana ny tena marina”, hoy ny federasiona.

Na eo aza izany, vonona ireo mpilalao voafantina ary tanjona ny ho tafiditra ao anatin’ireo ekipa efatra voalohany. 12 ireo firenena mifaninana amin’ity : Maorisy, Egypta, tompondaka farany, Alzeria, Angola, Ghana, Madagasikara, Mali, Roandà, Mozambika ary i Tonizia.

Tsiahivina fa fifanintsanana hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany 2018, hatao any Arzantina, ity Can U16, ity.

Torcelin

Lisitry ny delegasiona

Filohan’ny delegasiona : Randriamandimby Harinirina Jimmy

Mpanazatra 1 : Razafindrakoto Maminirina

Mpanazatra 2 : Rasolomalala Matahitra Juvence

Mpitsabo : Randriamihaja Georges Pierre

Mpitsara : Ranaivoson Haja Maminiaina

Mpitarika : Rasoloharinivo Onja

 

Ireo mpilalao 12 : Sitraka (Kapiteny 1) ; M arco (Kapiteny 2) ; Loic ; Edito ; Mitia Fifaliana ; Fanoro Manjaka ; Anjara Ahmed Nasser ; Samuel Fanantenana ; Heritiana Djerald Klerio ; Fabrice Olivier ; Nilaina Harijaona ; Safidy Heritiana

 

News Mada0 partages

Boxe Française Savate : nisy nisompatra ny federasiona

Tsy afaka hiatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, ho an’ny sokajy “junior” sy vehivavy, hatao any Kroasia, manomboka ny alakamisy 13 jolay ho avy izao, ny ekipam-pirenena malagasin’ny boxe française savate. Noho ny an-kasomparana, nataon’ireo mpitantana ny federasiona teo aloha ny anton’izany, araka ny fanazavan’ny filohan’ny federasiona vaovao, Campa Rivo Louis Amedée. “Mivantana any amin’ireo mpitantana teo aloha, ny taratasy fanasana fa tsy aty aminay. Na  tsy azonay mihitsy izany na efa tara vao voaray”, hoy ny filohan’ny federasiona. Na izany aza, efa voalamina izany rehetra izany, ankehitriny ka afaka hanatrika ireo fihaonana hafa mbola miandry, toy ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina sy ny ho tompondakan’i Afrika. Ankoatra izay, nilaza Andrianantenainamanantena Davidson Mickael, tale teknika nasionaly fa hiova ny fomba fifantenana ny mpanazatra ny ekipam-pirenena, ka atao amin’ny alalan’ny fanadinana izany fa tsy fanendrena, toy ny mahazatra ka izay akamakama ihany no lany.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Sekoly ambony mampianatra mozika : manomana ny “Festival du conservatoire” ny EGM

Hatreto, mbola ny EGM no “conservatoire” voalohany sy hany misy eto Madagasikara. Tsy mitsahatra mampahafantatra ny asany ity sekoly ambony mampianatra mozika ity. Ho tohin’ny hetsika efa natao, manomana ny “Festival du conservatoire” ny EGM amin’izao fotoana izao. Ny marina kokoa, efa nanomboka tany Toamasina, nanamarihana ny fetin’ny mozika sy ny fetin’ny Fahaleovantena izany ny 24 jona lasa teo.Fotoan-dehibe manaraka kosa ny etsy amin’ny Tahala Rarihasina, ny zoma 14 sy asabotsy 15 jolay ho avy izao. “Hanatona ireo liana amin’ny mozika kokoa izahay. Hisy fampirantiana sy fanazavana amin’ny ankapobeny ny mikasika ny conservatoire EGM amin’io. Eo koa ny fizarana traikefa sy ny atrikasa mikasika ny feo”, hoy ny coach Tsiry, tompon’andraikitra amin’ny resaka feo ao amin’ny EGM.Hanaraka izany ny “master class” hiompana amin’ny bà gasy, ny 22 jolay, hatao ao amin’ny foiben’ny EGM 67 ha. “Hofakafakaina hatramin’ny tantara, hanandratana ny maha malagasy amin’io. Ahoana ny fomba nanoratana ny ba gasy? Ahoana ny fomba fitendrena sy fihirana azy? Hovalintsika ao avokoa izany”, hoy kosa ny nambaran-dRamorasata Olivier, mpampianatra mpikaroka momba ny mozika, izay sojaben”ny “conservatoire” rahateo.Hamarana ny taom-pianarana toy ny mahazatra isan-taona kosa ny fampisehoana sady fanadinana, izay hataon’ireo mpianatra, ny asabotsy 29 sy alahady 30 jolay ho avy izao, etsy amin’ny Instutition Sainte Famille Mahamasina. “Tsy misy tsy mahay izany fa mahavita daholo izay mivoaka eto amn’ny EGM, ary amin’io ny hanaporofoan’ireo mpianatra izany”, hoy i Niaina, lefitry ny talen’ny EGM. Tena hamarana ny “Festival” kosa ny fampisehoana tendry “violon”, hataon’ireo mpianatra tarihin-dRazanajatovo Lala, mpampianatra mozika, izay efa talen’ny CNEMD teo aloha. Eo hatrany, hitantana sy hiahy ny hetsika rehetra ny filoha mpanorina ny EGM, ny dokotera Aintso Ranaivo.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

“Sômaroho Tour” : seho goavana etsy Antsonjombe ka hatrany Nosy Be

Ho avy ireo mpanakanto vahiny. Tsy ho latsa-danja koa ireo eto an-toerana, samy vahinin’i Wawa amin’ny « Sômaroho Tour” amin’ity taona ity. Mbola any Mayotte ito farany, ao anatin’ny fitetezam-paritra hatrany.« Manonga l’escalier », hoy ilay hiran’i Wawa. Toy izany mihitsy ny « Festival Sômaroho ! » raha hanaovana jery todika ny andiany teo aloha. Raha ny fandaharam-potoana amin’ity taona ity mantsy, mivelatra lavitra kokoa noho ny andiany teo aloha ny andiany fahefatra.Ho avy ireo mpanakanto vahiny nasain’i Wawa. Efa teto ary tsy mahafoy ry Serge Beynaud mpanao ny “coupé decalé”, sy ry Toofan, tompon’ny “gweta”, ary ry Bacoili, avy atsy Mayotte. Hanampy azy ireo koa ry Singuila, izay manaporofo fa iraisam-pirenena ny hetsika. Samy handray anjara amin’ny “Sômaroho Tour”, izay hotontosaina etsy amin’ny Coliséum Antsonjombe izy ireo ny alahady 30 jolay ho avy izao. Hanampy azy ireo i Stéphanie sy i Wawa, mazava loatra.“Fety natao ho an’ny rehetra ny Sômaroho! Hampifaliana ireo zandry sy ireo zanaka reraka avy nanala fanadinana bacc koa io”, hoy ny nambaran-dRajerison Jean Louis, fiohan’ny komity mpikarakara.“Elaela izahay no tsy nihaona tamin’ny mpankafy eto Antananarivo. Nosafidinay manokana io fotoana io, iarahana an-tsehatra amin’ireto mpanakanto ireto sady hitondranay ny zava-baovao ihany koa”, hoy kosa ny fanazavan’i Stéphanie.

Misokatra amin’ny mpanakanto maroToy ny isan-taona, hotontosaina any Nosy Be, ny 2 hatramin’ny 6 jona ho avy izao ny “Festival Sômaroho!”, izay ivon’ny “Sômaroho tour” rahateo. Misongadina tsara ilay fisokafana amin’ny mpanakanto sy ny karazana mozika maroloko, raha ny fandaharam-potoana no jerena. Ankoatra ireo mpanakanto vahiny efa mandray anjara etsy amin’ny Coliseum mantsy, misy ireo tarika vao handray anjara ary tsy ampoizina, toy ny tarika Ny Ainga, Bodo, Ejema, Jaojoby, Shyn, sns. Eo koa ireo efa nandray anajra kanefa handrasan’ny mponin’i Nosy Be hatrany, toa an-dry Big MJ sy Arnaah, Dj Mourchidy, Lico Kininike, sns.“Noho ny fangatahan’ny mponin’i Nosy Be, hanafana ny alim-pandihizana ofisialin’ny Sômaroho amin’ity ry Singuila sy Wawa, ny 2 aogositra”, hoy hatrany ny fanazavana.

Misy zava-baovao hatranyTsy eo amin’ny lafiny ara-javakanto ihany no mivelatra fa hiova endrika ihany koa ny kianjan’Ambodivoanio amin’ity, fa tsy toy ny mahazatra. Hisy mantsy ny toerana manokana, ho an’ny sokajy VIP. Araka ny anarany, namboarina manokana ho an’ireo olo-manan-kaja te hanatrika ny seho am-pilaminana io. Hisy “Wifi” avy amin’ny Telma izay mpanohana hatrany, ao. Anisan’ny zava-baovao koa ny fampitana mivantana, amin’ny alalan’ny “backbone” an’ny Telma. Efa azo jifaina amin’ny alalan’ny M’Vola rahateo ireo tapakila misy amin’io fotoana io.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Sendikàn’ny mpitsara, SMM : « Tsy misy ambadika politika ny fitokonana ataonay »

Nitondra fanazavana. « Tsy misy ifandraisany ary tsy misy ambadika politika ny fitokonana ataonay. Mazava ny fitakiana : Fametrahana ny tany, tan-dalàna sy ny fahaleovantenan’ny fitsarana », hoy ny filoha lefitry ny SMM, Jaona Clément, tetsy Anosy, omaly. Momba ny firosoana amin’ny fitokonana kosa, nambarany fa tsy azo ifanerena izany. Malalaka amin’ny safidiny ireo mpitsara ary tsy misy ny teritery hanao fitokonana na tsia, araka ny fanambarany ihany. Notsiahiviny indray ary noraisiny ho ohatra ao anatin’izany tsy fanajana ny tany an-dalàna izany ny tranga niseho ny faran’ny herinandro teo ka nandavana ny didim-pitsarana, mampiato ny fandraran’ny prefektiora ny hetsiky ny Tim ka tokony hahazoan’ity antoko ity nanao ny fankalazana ny faha-15 taony tetsy Mahamasina.

Na izany aza, nizotra ihany ny raharaham-pitsarana sasany tetsy amin’ny fitsarana Anosy. Nahafeno ny fepetra ahafahana mampandeha ny raharaha izany amin’ny fanatrehan’ny mpampanoa lalàna sy ny mpirakidraharaha ary ny mpitsara ny fitsarana. “Manao ny asany avokoa izahay ato amin’ny mpirakidraharaha amin’ireo antontan-taratasy eo an-tananay. Tsy misy sakana amin’ny fampandehanana ny fitsarana. Misy kosa anefa ny tsy maintsy miandry ny sonian’ny mpitsara”, hoy ny sekretera jeneralin’ny mpirakidrahara, Jaonary Soloniaina.

Nirantiranty ny sorabaventy…

 

Tahaka izany koa ny any Toamasina. Nahitana sorabaventy maneho ny firosoana amin’ny fitokonana ny fitsarana  any an-toerana. Na izany aza, nisy fotoam-pitsarana tao amin’ny fitsarana ambony misahana ny ady heloka bevava tsotra. “Atahorana sao tsy tratra ny

fanenjehana ny antontan-taratasin’ady ka lasa mitarika ny fahataran’ny

fotoana fihazonana ny vofonja ao am-ponja”, hoy ny tompon’andraikitra.

Ho an’ny tao amin’ny fitsarana ambaratona voalohany kosa,  famoahana didy efa voatondro ho navoaka, omaly, no natao fa tsy raharaham-pitsarana.

Fantatra anefa fa hihamafy ny hetsiky ny mpitsara, anio. Mbola miandry ny valin’ny antso sy ny vahaolana avy amin’ny fanjakana koa ny SMM.

Synèse R. sy Sajo

 

News Mada0 partages

Tetsy Analakely : voasazy ireo mbola ninia nivarotra fiara

Efa nisy roa herinandro izay no namindrana ireo mpivarotra fiara teny Antanimbarinandriana. Omaly, tonga nitsirika ireo mpivarotra fiara mbola minia tsy manaraka ny fandaminana teny amin’ny faritra Analakely sy ny manodidina ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Nopetahina « taquet d’arrêt » avokoa araka izany, ireo fiara mbola niniana namidy tetsy Analakely. Tsy manara-dalàna ary miseho ho tsy refesi-mandidy ireo mpivarotra fiara sasany ka nofaizin’ny kaominina tampoka.

Nisy ihany koa ireo fiara nampidirina  “fourrière”. Nanambara ny tompon’andraikitry ny « Parking » avy ao amin’ny « Direction des Transports et de la Mobilité Urbaine na ny DTMU » fa tsy natao toerana fivarotana fiara eny Analakely sy ny manodidina fa efa misy ny toerana  voatokana amin’izany izay eny Antanimbarinandriana ary efa samy mahafantatra izany avokoa ny rehetra.

Raha ny antontan’isa azo avy amin’ny polisy monisipaly, fito ireo fiara voapetaka « taquet d’arrêt » ary 3 ireo naiditra « fourrière ». Manodidina ny 200 kosa ireo mpivarotra fiara eny Antanimbarinandriana ary mbola malalaka ny toerana, raha ny fanazavana hatrany.

Mbola hitohy hatrany amin’ny faritra hafa ny hetsika ary ho hentitra hatrany ny Tanànan’Antananarivo ho an’ireo izay tsy manara-dalàna.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tetikasa Tiptop : homena fanafody miaro amin’ny tazo ny vehivavy bevohoka

Hatomboka any amin’ny distrika telo Mananjary, Vohipeno ary Toliara II ny fanomezana fanafody miaro amin’ny aretina tazomoka sulfadoxine-pyriméthamine, ho an’ny vehivavy mitondra vohoka, tonga misafo eny amin’ny tobim-pahasalamana. Intelo ny fizarana ny fanafody izay atao mielanelana iray volana avy. Fomba iray hampihenana ny taham-pahafatesan’ny reny maty mandritra ny fitondrana vohoka izany, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitra amin’ny tetikasa Tiptop Madagascar, Davy Robson, omaly, teny Soarano.

Hosantarina amin’ny  vehivavy mitondra vohoka 10 000 ny tetikasa Tiptop amin’ireo distrika mbola ambony ny tahan’ny olona voan’ny tazo. Hiitatra amin’ny vehivavy 100 000 amin’ny distrika telo ny asa miaraka amin’ny mpanentana ara-pahasalamana 1 400 eny anivon’ny CSB 103.

Haharitra dimy taona ny tetikasa iarahana amin’ny fikambanana iraisam-pirenena momba ny fahasalamana Jhpiego (sampana iray amin’ny Johns Hopkins) vatsian’ny Unitaid vola. Hanao tahan-tsoroka ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka. Tanjona ny handrisika ny vehivavy hisafo eny amin’ny toeram-pitsaboana satria eny no zaraina ny fanafody miaro amin’ny aretina tazo. Araka ny fanadihadiana taona 2016,  nahatratra 22%-n’ny vehivavy bevohoka no nihinana fanafody indroa miaro amin’ny tazo.

Vonjy

Ino Vaovao0 partages

FITAKIAN’NY SMM : Miandry ny antoka avy amin’ny fanjakana ny eo anivon’ny sendikan’ny mpitsara

Nikatso avokoa ny asam-pitsarana rehetra teny amin’ny Tribonaly manerana ny Nosy ary tsy nisy na dia ny “service minimum” aza.

Haharitra fito andro ny fitokonana hataon’izy ireo ary tsy hitsahatra izany raha tsy mahazo antoka tsara avy amin’ny Fanjakana ireo mpitsara manoloana ny antony lehiben’ny fitokonan’izy ireo, araka ny fanazavana nomen’ny filoha lefitry ny SMM Fanahimana Tiaray.

Raha ny fanazavana nomen’ity farany hatrany dia “hihamafy ny fitokonana sy ny fitakiana hataon’izy ireo raha toa ka minia manao bemarenina ny fitondram-panjakana. Ny andrasan’izy ireo dia fanapahan-kevitra mazava avy amin’ny mpitondra izay mamela ny Fitsarana Malagasy hanao ny asany madiodio ary tsy hisy fitsabatsabahan’iza na iza fa hanao ny asany an-kalalahana tsy misy teritery ireo mpitsara.

Ny 18 jolay ho avy izao no voatondro fa hiatoan’ireo mpitsara amin’ny fitokonana saingy kosa raha tsy misy ny vahaolana maharitra mamaly ny fitakian’izy ireo dia ahiana ho mbola hiitatra indray izany. Fantatra fa efa nisy ny fifampiresahana teo amin’ny SMM sy ny tale jeneralin’ny minisiteran’ny Fitsarana kanefa tsy nahafa-po azy ireo ny fehin-kevitra nivoaka ka nahatonga ny fiverenana tamin’ny fanakatonana ny lapan’ny Fitsarana, nanomboka omaly.

Nanazava ny filoha lefitry ny SMM fa miakatra ao amin’ny birao fiasany ihany ireo mpitsara mandritra ny fitokonana fa tsy misy mandray ny asany kosa. Ankilany nilaza kosa avy eo anivon’ny minisitera tompon’andraikitra fa efa miezaka mitady vahaolana faran’izay haingana izy ireo hoentina hamahana ny fitakian’ireo mpitsara.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SOANIERANA - IVONGO : Nitroatra nanohitra ny amboletran’ny Hvm ny vahoaka

Taorian’ny raharaha tao amin’ny Kaominina Ampasimbe-Manantsatrana, Distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana, volana maromaro lasa izay, ka namoizana ain’olona iray vokatry ny fizirizirin’ny Hvm hametraka ben’ny tanàna Hvm tao an-toerana ka nahatonga fitroaran’ny vahoaka tamin’izany fotoana izany, dia nitroatra nanohitra ny amboletra ataon’ny Hvm indray koa ny vahoaka tao amin’ny Kaominina Ambahoabe Distrikan’i Soanierana-Ivongo.

Ny alatsinainy 10 jolay lasa teo no nisehoan’izany. Tonga tany an-toerana ny Prefen’i Fenoarivo-Atsinanana Belahy Théophile niaraka tamina Polisy roa , Zandary roa sy lefitry ny distrika Soanierana-Ivongo ary i Régis. Ity farany izay kandidà Hvm tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna farany teo.

Nokasaina hofitahiana ny vahoakan’Ambahoabe

Raha ny nambara tamin’ny vahoaka tany an-toerana, dia fampaha- fantarana ilay Dinan’ny fandriampahelamana no anton-dian’ny Prefen’i Fenoarivo-Atsinanana any an-toerana. Fanamboaran-tsaina anefa izany fa ny fametrahana amin’ny fomba ofisialy an’i Régis Hvm ho ben’ny tanàna no tena tanjona. Ity farany izay hasolo an’i Mananjara Fidison fantatry ny maro amin’ny anaram-bositra hoe Rasomotra. 

Rasomotra izay voafidy ho ben’ny tanànan’Ambahoabe tamin’ny anaran’ny fikambanana MMA. Fandresena tamin’ny salan’isa 38,18% raha 29,03% kosa ny an’ny mpifaninana taminy, dia i Régis izay natolotry ny Hvm. Fantatry ny vahoaka mialoha izany tetikadin’ny Prefet izany, ka efa nivonona tamin’ny fanoherana ny vahoaka. Nivonona tamin’ny kibay sy vato ary sora-baventy. Sora-baventy milaza fa tsy eken’izy ireo ny fanesorana an-dRasomotra izay nofidin’izy ireo ary tsy eken’izy ireo velively ny fametrahana an’i Régis ho ben’ny tanàna.

Tamin’ny 5 ora hariva ny andron’io alatsinainy 10 jolay io no nigadona tao Ambahoabe ny prefen’i Fenoarivo-Atsinanana sy ireo delegasionina niaraka taminy. Tonga niarahaba azy ireo teo am-pahatongavana ny ben’ny tanàna voafidim-bahoaka, Rasomotra. Niarahaba ihany izy dia nandeha avy eo. Minitra vitsy taorian’izay, raikitra ny tora-bato sy toraka kitay nataon’ny vahoakan’ Ambahoabe leo ny tsindry hazolena ataon’ny fitondrana Hvm. Vokany, ekipan’i Prefen’i Fenoarivo-Atsinanana roa no naratra mafy, dia Randria Karabo Albert sy Farlin. Ireto farany izay voalaza fa efa nirahin’ny prefet mialoha tany an-toerana. Randria Karabo Albert no tena voa mafy satria ny vaky lohany ka mbola miady amin’ny fahatefasana hatramin’izao, tsaboina ao amin’ny Hopitaly Soanierana-Ivongo.

Tsy tanteraka noho izany ny fikasan’ny Hvm hametraka ny olony ho ben’ny tanànan’Ambahoabe. Manoloana ny fahatezeran’ny vahoaka, dia nihemotra ny prefen’i Fenoarivo-Atsinanana sy ireo mpiara-dia taminy. Naka ireo namany naratra no sisa nataony ary nitondra azy ireo tao amin’ny Hopitaly Ambahoabe. Tamin’ny 9 ora alina (alatsinainy) no niala tao Ambahoabe ireo delegasiona Hvm notarihin’ny Prefet, niverina namonjy fodiana tao Soanierana-Ivongo sy nitondra an’ireo roa lahy naratra mafy tao amin’ny Hopitaly Soanierana-Ivongo. Niala tao Ambahoabe ireo delegasiona vao najanon’ny vahoaka ny tora-bato sy toraka kitay.

Nanandra-tena ho ben’ny tanàna i Régis

Na dia efa niharihary aza ny faharesen’ i Régis izay kandidà  Hvm tamin’ny fifidianana ben’ny tanàna tao Ambahoabe, dia mbola niziriziry hatrany ny Hvm hametraka azy. Nitory ny ben’ny tanàna voafidim-bahoaka teny amin’ny fitsarana misahana amin’ny ady amin’ny fanjakana ny tenany. Mbola tsy nivoaka akory ny didy, dia efa nanandra-tena ho ben’ny tanàna i Régis. Nataony ho birao fiasany ny trano fonenany. Ny ben’ny tanàna Rasomotra kosa etsy ankilany dia nanohy ny asany tao amin’ny biraon’ny Kaominina Ambahoabe. Nitohy isan’andro ny fananganana ady nataony amin’ny ben’ny tanàna Rasomotra izay tena mamim-bahoaka tokoa. Nivoaka ny didy teny amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana, vao mainka nanangam-bovona niady tamin-dRasomotra sy ny ekipany ingahy Régis. Manoloana ny fandresena azon’i Régis teo anivon’ny Fitsarana ady amin’ny fanjakana, dia nampiakatra ny raharaha teny anivon’ny «  Conseil d’Etat  » Rasomotra saingy tsy mbola nivaly izany hatreto. Nihazakazaka amin’ny fametrahana an’i Régis noho izany ny Hvm saingy izao tsy tanteraka izao vokatry ny hatezeram-bahoaka tofoka amin’ny tsy fanajana ny safidiny.

Tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra, dia ataon’ny vahoaka tsara ambina ao amin’ny trano fonenany ao Ambahoabe ny ben’ny tanàna Rasomotra. Nilaza ny tsy hanaiky hatramin’ny farany rahateo izy ireo.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FAHA-15 TAONAN’NY TIM : Hitondra ny raharaha eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny Filoha teo ...

Mafampana ny toe-draharaha politika eto amin’ny Firenena taorian’ireny korontana nisy teto Antananarivo, ny sabotsy lasa teo ireny. Mbola tsy milamina ny raharaha. Taorian’ireny korontana niseho ireny dia nanao valan-dresaka tamin’ny mpanao gazety ny filoha teo aloha Ravalomanana Marc. Nilaza ny tenany fa “tena mamoafady no azo ilazaina ny zavatra nihatra tamin’izy ireo”.

Fitakiana tsotra, hoy izy, no natao kanefa tonga hatramin’ny fanapoahana baomba mandatsa-dranomaso ny hetsika. Nilaza ny tenany fa tsy maintsy hoentiny eo anatrehan’ny sehatra iraisam-pirenena sy ny Sadc ireny zava-niseho ireny mba hampahafantarana azy ireo ny tena zava-nisy marina tamin’iny andron’ny sabotsy 8 jolay lasa teo iny.

Nohamafisiny fa vonona hijoro hatrany izy ireo ary tsy maintsy hamerina hanao fangatahan-dalana hiverina ao Mahamasina indray.

Hanonganam-panjakana

Niteraka resa-be ny zava-niseho ary tamin’ny ankapobeny dia saika nanome tsiny ny Filoha teo aloha Ravalomanana Marc avokoa ny ankamaroan’ireo mpanao politika sy mpandalina politika teto amintsika.

“Filàm-baniny ireny nataon’ny antoko TIM ireny amiko. Raha tena tsingerintaona tokoa ilay natao tokony ho efa vita tao amin’ny hotely Carlton ny fankalazana rehetra ary afaka nanohy ny fety teny amin’ny kianjan’ny Coliseum izy ireo fa naninona no tsy maintsy ho ao Mahamasina” hoy ny fanehoan-kevitra nataon-dRamanandraibe Harifidy, isan’ireo mpandalina politika naneho ny heviny.

Mpanao politika iray kosa dia nanindry mafy fa fanakorontanana fotsiny tsotr’izao ireny niseho tamin’ny sabotsy ireny. “Anisany ambetintenin’ny filoha teo aloha ny hoe, tsy mahandry ny amin’ny 2018 aho. Noho izany dia heverina fa mikonona ny hisian’ny fanonganam-panjakana eto amin’ny firenena ny tenany ary izany no isany nanakanana azy”, hoy ny voalazan’ilay fanehoan-kevitra.

Samy nanindry ny rehetra fa tokony handrasana ny figadonan’ny 2018 izay vao samy mampiseho ny heriny izay mikasa ny hitondra ny Firenena.

Avotra Isaorana

News Mada0 partages

Tennis-Open U18 : Finaritra continue sur deux tableaux

L’Open de tennis U18 qui se déroule actuellement dans la capitale kenyane (Nairobi), sourit aux joueuses malgaches et plus particulièrement à la jeune raquette Finaritra Andriamadison.

En effet, elle est la seule à poursuivre l’aventure dans les deux tableaux, simple et double.

En double, en dominant la paire Meghan Lombart (Nambie) et Maanyah Viswanat (Inde) deux sets à zéro (6-4, 6-3), lors de la 8e de finale, hier, le duo qu’elle forme avec la Zimbabwéenne Vimbai Moyo accède aux quarts de finale de la 2é étape du circuit. Narindra Ranaivo est également qualifiée pour les quarts en compagnie de la Kényane Hoziane Kitambala. D’ailleurs, une alléchante rencontre entre les deux formations pour une place dans le dernier carré sera au rendez-vous ce jour.

A noter que Finaritra Andriamadison a déjà atteint les demies lors de l’étape 1 de cet Open junior, il y a quelques jours de cela. En simple, même topo pour la protégée

du directeur technique national. Lors de la 8e de finale ce jour, elle croisera la raquette avec une adversaire qu’elle a déjà battue en double, à savoir, l’Indienne Maanyah Viswanat.

Naisa

 

News Mada0 partages

Afrobasket-U16 : les garçons rêvent en grand

De nouveau sur le plateau de la joute africaine des U16 garçons, prévue se tenir à Maurice à partir de demain jusqu’au 22 juillet . Lors de l’édition de 2013 à Madagascar, l’équipe nationale a réussi à briguer la 4e place. Et sous cette optique, la fédération affiche son ambition de faire mieux à Maurice. Reste à savoir si les 10 mois de préparation suffisent pour faire une campagne glorieuse. Jamais, une équipe nationale n’a été aussi mieux préparée que celle des garçons de moins de 16 ans, a-t-on annoncé.

Pour autant, sur les 10 équipes en lice, sept se présentent comme des adversaires de taille, vu leur classement africain, à savoir Egypte (championne en titre), Algérie,  Angola, Mali, Rwanda, Mozambique et Tunisie. Seuls Maurice et Ghana se classent derrière la Grande île.

Naisa

La sélection nationale : Sitraka Raharimanantoanina (Capitaine n°1), Marco Rakotovao (Capitaine n°2), Nandrianina Loic Andrianera Ramiandra , Edito Tsarafeno , Ny Aina Mitia Fifaliana, Randrianarisoa Ramiarinjaona , Fanoro Manjaka Randrianaivo , Maurice Solo Anjara Ahmed Nasser, Samuel Fanantenana Raheriarison , Heritina Djerald Klerio  Andrilova , Fabrice Olivier Jaoravo , Ny Fenosoa Nilaina HarijaonaAndrianjafinoarivo, Safidy Heritiana

 

News Mada0 partages

EGM : les élèves au cœur d’un festival

Depuis 12 ans, l’Ecole de guitare de Madagascar (EGM), ne cesse d’améliorer ses activités en faveur de ses élèves. Outre le festival  dédié à la célébration de la fête de la musique et de l’indépendance qui a déjà débuté le 24 juin dernier à Toamasina,  l’école organise aussi plusieurs ateliers comme ce sera le cas les 14 et 15 juillet au Tahala Rarihasina Analakely.

Ouvert à tous, cet atelier animé par Tsiry, un des enseignants de l’école, donnera un aperçu des méthodes d’apprentissage de l’EGM. «Normalement, deux jours ne suffisent pas à coacher les participants, mais nous allons leur proposer le maximum», a-t-il annoncé. Par ailleurs, l’EGM a toujours eu comme objectif de promouvoir les valeurs culturelles malgaches, comme le bà gasy. Sur ce, le 22 juillet, un master class spécial bà gasy se déroulera au siège officiel de l’EGM aux 67 Ha.

Pour terminer en beauté l’année scolaire de l’école, l’EGM propose des concerts qui serviront d’examen aux élèves du centre 67 Ha, Anjanahary et Ambatonakanga. Ils auront lieu les 29 et 30 juillet à l’Institution Sainte famille à Mahamasina. «Nous évaluerons chaque étudiant, dans chaque catégorie, c’est-à-dire le violon, le piano, la guitare, la batterie…», a expliqué Aintso Ranaivo, président fondateur d’EGM. Et enfin, le festival sera clôturé, le 30 juillet, toujours à l’Institution Sainte-Famille à Mahamasina  à travers un concert spécial violon.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Métier d’enseignant : les sortants de l’ENS se sentent lésés

L’insertion professionnelle demeure un problème majeur pour les sortants de l’Ecole normale supérieure (ENS). «Plus de 50% des diplômés, y compris les capéniens, ne sont pas recrutés en tant qu’enseignants fonctionnaires au niveau des Lycées, faute de poste budgétaire. Ceux qui ne sont pas embauchés dans les écoles privées doivent occuper des postes qui ne conviennent pas à leurs études pour ne pas grossir les rangs des chômeurs», a informé le président des étudiants normaliens de Madagascar, Daniel Sylvain Ratolojanahary, hier, à l’occasion de la Semaine de l’ENS à Ampefiloha.

«L’absence d’une politique de recrutement claire, comme c’est le cas pour les autres grandes écoles à l’instar de l’Ecole nationale d’administration de Madagascar (Enam), où les sortants sont tout de suite embauchés par l’Etat une fois leur formation achevée, est à l’origine de cette situation», a-t-il enchaîné.  Par ailleurs, ce sont les enseignants Fram qui sont priorisés pour les postes budgétaires actuels.

«Certes, plus d’un millier de normaliens ont été recrutés lors de la première vague de  recrutement d’enseignants en tant que fonctionnaires, mais le quota n’a cessé de diminuer lors de la seconde et troisième vague. Et ils ne sont plus que 300 pour la quatrième  vague de recrutement», a ajouté notre source.

Notons au passage que les manifestations entrant dans le cadre de la Semaine de l’ENS seront  axées sur le volet culturel durant ce jour. Mis à part les différents jeux de société accessibles au public, les étudiants issus des douze filières mettront en valeur leurs talents à cette occasion. La cérémonie sera suivie par une sortie de promotion des diplômés en Licence, de Masters et la dernière promotion des Capéniens, respectivement baptisés «Filamatra», «Ilo» et «Ampinga», qui se déroulera à Ankatso. Les quelques 1.500 étudiants de l’ENS se retrouveront vendredi autour d’une rencontre sportive à Benasandratra pour clôturer cet événement.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Université d’Antananarivo : d’autres étudiants convoqués à la gendarmerie

L’affaire concernant les troubles perpétrées par des étudiants de l’université d’Antananarivo a pris une autre tournure. Suite à la plainte de l’une des victimes, d’autres étudiants feront l’objet  d’une enquête auprès de la gendarmerie.

L’enquête est en cours. Un étudiant a été convoqué à la gendarmerie vendredi dernier suite à la plainte déposée par le responsable de sécurité de la cité universitaire qui a été victime d’un acte de déstabilisation à son domicile. Il est soupçonné d’avoir caillassé le toit de la demeure du plaignant. Cela a eu des répercussions sur  la santé de son épouse, atteinte d’une maladie cardiaque. De source auprès de la gendarmerie d’Ankadilalana, d’autres étudiants feront également l’objet d’une enquête entrant dans le cadre de cette affaire d’ici quelques jours.

«Cet étudiant soupçonné d’être parmi les auteurs de cet acte n’est autre que celui qui a été convoqué devant le Conseil de discipline (Codis) à l’université d’Antananarivo la semaine dernière», a informé le directeur du Centre régional d’œuvre universitaire de l’université d’Antananarivo (Croua). «Ces étudiants ont supposé que les informations relatives aux identités des auteurs de troubles aux cités universitaires venaient de ce responsable de sécurité, raison pour laquelle ils ont décidé de s’en prendre à lui», a ajouté notre source.

Lettre d’engagement

Une supposition qui a été vite démentie par les étudiants concernés, qui ont souligné ne rien à voir dans cette affaire. Quoi qu’il en soit, l’enquête y afférente suit son cours. Parallèlement, les neuf étudiants sursitaires à l’issue du Codis vont remettre leur lettre d’engagement ce jour auprès de la présidence de l’université d’Antananarivo. Ces derniers devraient s’engager à ne pas enfreindre les consignes de sécurité régissant l’université et les cités universitaires.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Opération “Mazava II” : saisie d’un fusil d’assaut

La lutte contre l’insécurité et la prolifération d’armes à feu dans le district d’Ambohimahasoa, dans le cadre de l’opération «Mazava II», se poursuit. L’intervention des éléments mixtes de l’armée, la gendarmerie, et la police au fokontany d’Ambohidrainony a permis de mettre la main sur un fusil d’assaut Kalachnikov et de quatre étuis 7,62 mm.

Dans la matinée du 10 juillet, les éléments de l’opération ont reçu un renseignement selon lequel un habitant d’Ambohidrainony détenait une arme de guerre chez lui. Après avoir recoupé ces données, ils se sont transportés sur les lieux aux fins de s’assurer de la véracité de l’information, sauf qu’à la vue des membres de l’expédition, le maître de céans a pris la fuite.

Le renseignement s’est avéré fondé car à l’issue d’une perquisition, ils ont découvert le fusil d’assaut et les étuis. Soupçonnés de complicité de détention illégale d’arme, l’épouse et la mère du suspect ont été interpellées.

Mparany

 

News Mada0 partages

Chronique : insignifiante coïncidence de chiffres – signaux pour une lecture divinatoire

Deux écoles s’opposent à vouloir interpréter les chiffres : d’un côté l’approche par des esprits se voulant scientifiques a fait de la loi des séries une théorie, d’un autre la tendance de non moins studieux observateurs qui tentent de percer le secret des chiffres pour y puiser toutes sortes de signification.

La déclinaison de nombres ayant le 2 en dénominateur commun ne semble pas avoir réussi au Sommet des 20 : pour 2 jours la sécurité des 20 grosses légumes a mobilisé 20.000 agents, dont 200 ont été blessés dans les affrontements avec quelques 2.000 manifestants présents dans la ville, ceux-ci n’ayant de dessein que de démontrer la division de la planète en 2 mondes, dénonçant le Club des 20 d’être le fossoyeur des écarts de plus en plus profonds qui séparent privilégiés et  défavorisés.

Les mêmes démarcations divisent aussi ici dans le pays, mais d’autres chiffres attirent pour l’instant l’attention. Le 17ième  jour du 7ième mois de l’an de (dis)grâce 2017, le pays entretenant une population dans un état alarmant de pauvreté se paie le luxe d’émettre de nouveaux billets de banque. Si l’initiative prête à discussion, la nécessité ne se justifiant pas en rapport à d’autres mesures d’urgence, elle s’explique par un méchant penchant à faire du spectacle à  défaut de pouvoir produire des résultats. Difficile de croire que la succession du chiffre 7 dans la date d’émission procède d’une simple coïncidence, encore plus difficile toutefois de vouloir y déceler un clin d’œil complice destiné à celui connu pour avoir entretenu un culte pour le chiffre 7. Ça ne lui a pas réussi, il aurait changé de préférence, le 7 libre les autres s’en seraient emparé pour pratiquer la même dévotion.

Exit le fonctionnement conforme à la constitution, à pile ou face l’alternance. Par une même inclination à croire aux vertus des chiffres, on s’en remet au sort, soit  pour interrompre le mécanisme de la loi des séries et mettre fin au «dégagisme» par vociférations de foules ou par cliquetis d’armes de quarteron de putschistes, soit  subir une énième réédition et prendre la porte de l’exil.

Ce genre d’exercice opportuniste servir plusieurs dieux pour établir son équilibre aboutit à se déstabiliser soi-même. Prêter crédit à tout ce qui se dit, conduit à croire en une chose et en son contraire : ne pas être superstitieux car ça porte malheur.

 Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : joyeusetés coloniales (1)

En matière de joyeux garçons, comme disent les Anglais, il faut reconnaître que la Grande Île n’est pas mal partagée. Si vous en désirez un exemple, je vous présenterai les frères D., excellents charpentiers et buveurs encore plus émérites.

Suivant un dicton bien connu, un bon déménageur doit boire tous les quarts d’heure. J’ignore si lesdits frères D. furent jadis déménageurs, mais ils étaient tout aussi altérés, si ce n’est plus, comme en témoigne cette aventure dont ils furent les héros.

Rudes travailleurs, ne boudant pas à l’ouvrage, ils avaient à eux seuls construit une notable partie de la

ville d’Antsirane, opération d’ailleurs fructueuse qui avait mis beaucoup de foin dans leurs bottes. Aussi avaient-ils le verre facile et tous ceux que le hasard ou la bonne volonté plaçaient sur leur chemin étaient invités à vider une bouteille chez le Chinois voisin.

Certaine fin de mois, ledit Céleste dans l’établissement duquel avaient lieu ces beuveries présenta aux frères D. une… douloureuse, aussi longue que la carte de visite d’un noble mandarin à un fonctionnaire de haut rang.

Nos deux gaillards, qui ignoraient vraisemblablement cet usage chinois, bien qu’il soit quarante fois séculaire, en goûtèrent peu l’honneur et témoignèrent par une énergique mimique leur ferme intention de faire de cette carte de visite l’usage que l’on sait !

— Jamais, dit l’aîné, tout Chinois que tu es, tu ne nous feras croire que nous avons tant bu !

Le céleste bistro eut beau lever les bras au ciel et prendre Bouddha à témoin de sa bonne foi, ses clients s’obstinèrent à en douter, si bien qu’il lui fallut porter ses doléances et… sa note devant le juge de paix à compétence aussi étendue qu’elle !

Cependant le magistrat refusa d’en consacrer judiciairement la sincérité si elle n’était pas étayée des reçus de nos deux braves vide-bouteilles.

— Pourquoi ne les as-tu pas apportés ? demanda-t-il au Chinois.

— C’est qu’ils n’ont pas la légèreté de la plume, Monsieur le Président !

— Enfin, il faut les produire. L’affaire est remise à huitaine pour te permettre de t’exécuter.

(À suivre.)

Chanteclair.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : fait d’hiver

A Antsohihy l’hiver austral sévit avec une clémente douceur, si l’on ne considère que le climat il fait bon y vivre en cette saison, ni le temps de grande sécheresse ni la saison de grosses chaleurs. Toutefois comme ici ou en de nombreuses régions de l’Île on perçoit là-bas les symptômes de l’hiver d’un Etat qui se délabre. Symbole : au sein de la prison d’eux-mêmes des pans entiers de mur s’écroulent. Fait non sans innocence, l’accident a couté la vie à 4 détenus et de graves blessures à plus d’une dizaine, mais sans grande importance : pas de quoi faire un événement, banale péripétie d’une société qui tombe en quenouille.

 

News Mada0 partages

Dans le cosmos

Exposition – «Résistances : Regards» s’installe à l’Outcool Web Bar Ampasamadinika

Fort du succès de sa dernière exposition collective «Dés-Informations», l’Outcool Web Bar à Ampasamadiinika réitère l’expérience, ce samedi, à travers «Résistances : Regards» avec une ambition renouvelée, rassembler sur un même plateau des artistes de différents horizons.

On citera l’éco-designer Carine Ratovonarivo, la jeune graffeuse Clipse Teean, l’artiste plasticien Taka Andrianavalona et notamment la dessinatrice Aina Zo Raberanto qui va dévoiler pour la première fois ses chefs-d’œuvre. Ce sera une exposition rythmée par une narration visuelle à travers quatre regards.

 

News Mada0 partages

Journée mondiale de la population : la promotion des AGR au menu

Mieux vaut apprendre à quelqu’un à pêcher que de lui donner un poisson. Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) a fait sien ce célèbre dicton pour marquer la Journée mondiale de la Population (JMP), célébrée officiellement hier à Morondava.

Une centaine de bèches et de sarcleuses, une cinquantaine de charrues et autant de herses pour les agriculteurs, des machines à coudre pour les associations de femmes ainsi que des filets et des kits de préparation, glacières et autres seaux pour les pêcheurs… ont été distribués à cette occasion.  Quatre zébus, dons de la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina, marraine de la JMP, ont été offerts à la population, au nom du traditionnel «Nofonkena mitam-pihavanana», à l’occasion de cette célébration populaire et festive.

Formation en gestion simplifiée

Comme à l’accoutumée, de telles dotations de matériels, qui ont pour finalité de développer les Activités génératrices de revenu (AGR) dans les quatre coins du pays, s’accompagnent toujours de séances de formation technique et en gestion simplifiée. A ce propos, les membres d’une vingtaine d’associations d’agriculteurs et huit associations de pêcheurs, venus de très loin, ont bénéficié des renforcements de capacités y afférents.  Des agents du ministère auprès de la Présidence chargé de l’agriculture et de l’élevage (MPAE) et du ministère des Ressources halieutiques et de la pêche (MRHP) ont prêté main forte aux techniciens du MPPSPF pour la réalisation de cette mission.

Dans son allocution, la ministre Onitiana Realy a incité les décideurs et les législateurs de tenir compte des pratiques familiales et de respecter les cultures et les traditions malgaches dans tout processus de développement. «Les règles ou les principes à édicter doivent impérativement être adaptés à la réalité du terrain et conformes au mode de vie de la population. C’est le seul gage d’une véritable cohésion sociale, conformément au thème international de la JMP 2017 : Planification familiale: moteur de développement de la nation», a-t-elle souligné.

Recueillis par Fahranarison

 

Ino Vaovao0 partages

ASA FANDEFASAM-BOLA AMIN’NY FINDAY : Voatery miantoka ny volabe lasan’ny jiolahy ireo tompon’ny tsena

Orinasan-tserasera telo lehibe no iarahan’ireo olona mivelona amin’ny fandefasana vola na mivelona amin’ny antso na taxiphone miasa amin’izany dia ny Orange, Telma ary ny Airtel. Tsy ny eto an-drenivohitra irery  anefa no misitraka tombontsoa amin’izany fa  ny any amin’ny Faritra hafa ifandraisana ihany koa. 

Tena mampifandray ny fiaraha-monina tanteraka ny fisiany ary toa tsapa fa tsy afaka amin’ny fikirakirana azy intsony ny Malagasy hatreto.  Saika isaky ny kihon-dalana no ahitana ireny fandefasana vola sy taxi-phone eto an-toerana, ka mibaribary fa isany manampy ny mpiara-belona ny fisiany. Mamorona asa ho an’ireo izay tsy mahita atao ohatra ny fanaovana ny “taxi-phone”. Manamafy ireo olona mivelona amin’izany fa ”mahavita ny sakafon’izy ireo isan’andro ny tombony azo na dia hita ihany aza fa somary kelikely izany”. Ho an’ireo mpanao irony “kioska” fandefasana vola lehibe irony kosa dia nilaza izy ireo fa “ zato isan-jato ny tombony azo amin’ny fifandefasana vola saingy ny atahorana matetika dia ny tsy fandriam-pahalemana ankehitriny  ».

Asa mahavelona

Nandritra ny fakàna ny hevitr’ireo olona mifototra amin’izany asa izany dia betsaka ireo milaza fa afaka ivelomana tsara ny fandefasam- bola ary misy mihitsy ny manizingizina fa “ tsy te-hiova asa intsony fa hijanona amin’izay asa izay hatrany”.  Na ireo mpanjifa koa aza dia manambara fa “manampy betsaka eo amin’ny fiainana ny fandrosoan’ireo fifandraisan-davitra, ka sarotra ho an’ny rehetra ny hiala amin’ny fampiasana azy”. Olona vitsivitsy no mijoro vavolombelona momba izany an-drenivohitra.

Rivo 35 taona, mpanjifa fahana matetika : «  Ho ahy manokana dia sahirana tanteraka aho raha tsy mividy fahana isan’andro satria ny asa aman-draharahako  dia miankina betsaka amin’ny fifampiantsoana amin’ireo mpiara-miasa manerana ny Faritra. Etsy andaniny koa ny fandefasam-bola ho karaman’ireo mpiasa ao amin’ny orinasa sahaniko  ».

Silvia 30 taona, mpivarotra amina kioska lehibe iray eto an-drenivohitra :«  Tena mahavelona anay mianakavy kely hatramin’izao ity asa fandefasana vola ity. Efa ho telo taona mahery izay no nilomanosako tao anatin’izany. Marihiko fa mananotena aho ary efa ho roa taona izay, ka tsy maintsy io no atao anton’asa hamelomana ny zanako telo mianadahy. Azo lazaina ho mandeha tsara aloha hatreto ny asa  eto amin’ny faritr’Ambodivona saingy ny mampanahy hatrany  dia ireo mpanafika sao ho tonga handroba no tena hatahorana  ».

Vony 24 taona, mpivarotra fahana amoron-dalana :

 «  Noho ny fahasarotan’ny fiainana ankehitriny dia aleoko mihinana kely toy izay mandry fotsy. Afaka manamarina ny tenako fa mba mahita sakafo hohanina isan’andro aloha aho na dia kely aza ny tombony raisina amin’ny vidin’ny fahana. Marihina fa vao herintaona monja izay no nivarotako fahana teto Mahavoky Besarety.

Manamora fiainana

Afaka manamarina sy sahy manamafy ireo mponina fa tsy afa-miala amin’ny  fikirakirana azy ankehitriny satria «  manamora fiainana tokoa ny fisiany eto amintsika”. Ireo olona mifanalavitra ohatra dia afaka mifanampy ara-dalàna amin’ny alalan’ny fandefasana vola haingana ary voaray eo no ho eo ihany izany. Sehatra iray ahafahan’ny tsirairay miserasera  ihany koa ny fampiasana ny finday, ka maro ireo olona no mandany vola amin’ny fividianana fahana. Noho ireo asa aman-draharaha ohatra dia tsy maintsy ilaina izany, ka voatery manjifa ireo mila azy maika. Tovovavy iray antsoina hoe Sabrina 23 taona, mpianatra ho mpampivelona dia nanamafy ny tombontsoa azony amin’ny fampiasana ny finday. 

«  Manampy ahy betsaka ny fandefasana vola amin’ny alalan’ny finday satria  vetivety  dia tonga  ara-potoana aty amiko ny vola tokony hilaiko avy any amin’ny ray aman-dreny ary azo antoka koa ny fandefasana azy. Ho an’ny fianarako eto Antananarivo izao dia mila vola matetika aho ka tsy maintsy mandefa vola ireo ray aman-dreny satria lavitra ahy. Amin’ny fifandraisana an-telefaonina indray dia mandany eo amin’ny arivo Ariary isan’andro ny tenako hiantsoana ireo fianakaviako, indrindra fa ny olon-tiako  ». Manoloana ny tsy fandriam-pahalemana

Fantatra àry fa mponina maro eto Antananarivo no miaina amin’ny fandefasam-bola amin’ny finday sy fanaovana “taxi-phone” ity ary samy milaza ny tombontsoa azony amin’ny fampiasany izany. Ny olana atrehin’izy ireo ankehitriny anefa dia ny tsy fandriam-pahalemana. Raha ho an’ny eto an-drenivohitra manokana dia efa maromaro ireo “kioska” voatafika ary misy mihitsy ny namoy ny ainy vokatry ny fitifirana ataon’ireo jiolahy. Toa mandry andriran’antsy ireo mivelona amin’ity asa ity satria na hita aza fa mahavelona fianakaviana maro ny fanaovana azy dia matahotra mafy amin’ny fitrangan’ny fanafihana misesisesy izy ireo. Vao tsy ela akory fa tamin’ny 5 mey lasa teo dia kioska lehibe teny Ankatso no voatafika. Maty voatifitr’ireo olon-dratsy tamin’izany ilay lehilahy tompon’ny tsena nanenjika azy ireo. Vola mitentina roa tapitrisa Ariary no lasa tamin’izany, ka tafatsoaka ireo jiolahy miisa dimy taorian’izay. Ireo trano fandefasam-bola no tena lasibatry ny jiolahy noho ireo mpivarotra fahana eny amoron-dalana. Ny antony dia betsaka ireo mpanafika no mahalala fa an-tapitrisany ny vola mihodina amin’izy ireny. Raha ny filazan’ ireo mpivarotra voaroba  manoloana ny tsy fandriam-pahalemana amin’izao fotoana izao dia tsy maintsy manolo ny vola very izy ireo satria ny volan’olona no tena mifamezivezy ao anatin’izany. Izany hoe miaina ao anatin’ny tebiteby ireo olona manao antom-pivelomana amin’ity asa ity na dia eo aza ny firoborobony ankehitriny.

Fisorohana ny tsy fandriam-pahalemana

Raha ny zava-misy eto an-drenivohitra mahakasika ny fandrobana itony “kioska” itony dia tokony samy ho mailo avokoa ireo mifototra amin’izany. Tsy ho voasakana mihitsy mantsy ireo olona manana saina ratsy. Ireo trano na toerana fandefasam-bola mihitsy no mila hatsaraina sy hamafisina mba hanara-penitra ka tsy ho mora amin’ireo jiolahy ny mandrava izany. Faharoa manaraka izay dia mila hajain’ireo kioska rehetra ny ora tokony hisokafana sy ny firavana mba hisorohana ny fanafihana tampoka. Matetika mantsy dia ireo mpivarotra mirava hariva be no voaroba eto an-drenivohitra. Mba tsy hampiahiahy ireo mpivarotra  ihany koa dia anisany fepetra mahomby ny tsy fametrahana volabe an-tapitrisany ao amin’ny toeram-piasany.

Nangonin’ i Tatiana  

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAKSIBOROSY : Mpandeha iray maty voatifitry ny andian-jiolahy tany Ihosy

Taksiborosy nitondra mpandeha avy tao Ihosy hihazo an’i Betroka no notafihin’ny dahalo enin-dahy nirongo fitaovam-piadiana. Tifitra variraraka no nitsenan’ireo jiolahy ity fiara manao zotra nasionaly ity.

Mpandeha iray teo aloha no voan’ny bala, ka maty tsy tra-drano, ny sasany kosa naratra mafy. Rotiky ny bala tanteraka tsy nisy noraisina koa ilay fiara. Voatery nijanona ihany ilay mpamily farany, ka lasa avokoa ireo entan’ny mpandeha tao anatin’ity taksiborosy ity. Vaky nandositra ireo dahalo rehefa azony ny entana izay lafo vidy tamin’ireo mpandeha.

Noentina namonjy hopitaly tao Ihosy ireo mpandeha maratra mafy ka mbola manaraka fitsaboana izy ireo amin’izao, raha ny loharanom-baovao.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-BASY : Sefo Fokontany vaky loha, lavanila milanja 7kg voaroban’ny jiolahy

Araka ny loharanom-baovao voaray indray dia nisehoana fanafihana mitam-piadiana tao amin’ny tanàna atao hoe Ambodihelana, Kaominina Morafeno Distrikan’i Sambava, afak’omaly alina.

I Jaorisy Beantsiraka Lehiben’ny Fokontany ao an-toerana no voaroba tamin’ izany, ka nandritra ny fifandonana dia vaky ny lohany ary lavanila efa matoy milanja fito kilao no lasan’ny olon-dratsy tamin’izany, izay notombanana ho lafo fito tapitrisa Ariary eo.

Anisan’ny lasan’ireo mpandroba koa ny basy iray kalibra 12 tamin’io andro io. Raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany dia somary mitoka-monina miala 4km ny tanàna no niandrasan’ity rangahy ity ireo lavanila ireo satria mbola tsy notazana. Nanoloana izay dia niezaka nanohitra ireo jiolahy ny tenany saingy tonga dia novelesin’ireto mpangalatra tamin’ny hazobe ny lohany ka naratra mafy.

Tafatsoaka avy hatrany ireo mpanafika taorian’izay, ka ny zanakalahiny vao 13 taona niaraka taminy niandry ireo lavanila ireo no nandeha nampandre ny fokonolona. Io alina io ihany dia niara- nirodorodo ny manodidina nitondra azy tany amin’ny CSBII Morafeno ka mba avotra soa aman-tsara ny ainy. Ireo vatan-dehilahy sasantsasany kosa tamin’io fotoana io dia nandeha nanara-dia ireo mpandroba saingy tsy tratra intsony ireo olon-dratsy. Efa eo am-pelatana’ny Zandary ny fanadihadiana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANOMPOABE : Vita ny alatsinainy teo ny fampitampoana na fampandroana ireo “mitahy”

Tamin’ny alatsinainy io no natao ny fampitapoana na fampandroana ireo “mitahy” na ny moara mitahiry ny sombin-taolan’ireo efa-dahy manan-kasina.

Raha ajoboka anaty rano no fomba fanao any amin’ny Sakalava menabe, dia fampandroana amin’ny karazana fangaro toaka sy tantely ny eto Boeny. Misy fombafomba manokana mihitsy atao amin’izany ary ireo taranaka mpanjaka sy mpiara-miasa aminy ihany no afaka manao izany. Nitarika ny fomba rehetra ny ampanjaka Rasoamody izay nasolo ny ampanjaka Djaofeno Richard. Herinandro mialoha io no efa nisokatra ny doany ka maro ireo mpanompo no manao fanatitra sy manefa adidy. Betsaka koa tonga manatitra ny voady sy manefa vava ary manao fangatahana isan-karazany. Ny alahady alina teo dia nafana ny tsimandrimandry.Ny maraina dia nanomboka ny fombafomba rehetra hanaovana ny fampitampoana, na fampandroana ireo mitahy. Amin’ny maha hetsika ara-kolontsaina lehibe azy dia nanome voninahitra ny fanatontosana ny fomba ireo manampahefana maro eto Mahajanga, notarihin’ny Prefet sy ny Lehiben’ny Faritra. Maro dia maro ireo olona tonga na mpanompo na mpizaha tany, na mponina eto Mahajanga mba te-hahafantatra ny zava-misy ary ireo mpianatra ihany koa.

Maro ny fady tsy maintsy tandremana rehefa mankeny amin’ny doany ka anisan’izany ny tsy fahazoana manao bango tokana. Tsy maintsy manao sikina ihany koa na lehilahy na vehivavy. Hentitra kokoa ny fady rehefa hiditra ao amin’ny valamena, tsy mahazo manao kiraro sy kapa ary ny tongotra havia no miditra voalohany. Tsy mahazo manao kilaoty ihany koa izay rehetra miditra ao amin’io valamena io. Sady fady kisoa no fady akoho ihany koa ny doany.

Hetsika ara-kolontsaina mampidi-bola

Maresaka ny doany, ka ny lalana miditra mankany dia feno tranoheva isan-karazany. Ankoatra ny varotra sakafo sy zava-pisotro isan-karazany dia ahitana vokatra avy any ambanivohitra toy ny siramamy gasy koa ireo trano heva ireo. Tao ihany koa ireo zavatra ilaina amin’ny Fanompoa toy ny lambahoany sy ny maro hafa.

Ankoatra ny maha hetsika ara-kolontsaina azy dia hetsika ara-toe-karena lehibe ihany koa ny Fanompoabe. Mihodina ireo tsena isan-karazany misy eny ary betsaka ireo zavatra aterina eny :omby, volamena, volafotsy, vola, vary…

Nandritra ny folo taona izay dia tsy mitsahatra mivoatra hatrany ny zava-misy eny. Taona vitsivitsy izay no nahitana voalohany ireo jirika na tromban’ny miaramilan’ny mpanjaka, misy milaza koa hoe mpangalatra omby. Tamin’ity taona ity dia misy ny filaharam-behivavy maro miloloha ireo fanatitra. Omby marobe no misy manatitra eny, ary anisan’ny nanaritra teny koa Assanati Famo Gidraka, izay efa fantatry ny maro amin’ireo hetsika ara-tsosialy ataony eto Mahajanga.

Tsiahivina fa any Menabe ny tena taolam-balon’ireo efa-dahy manan-kasina ireo. Taorian’ny nahamay ny doany teto Mahajanga dia nisy ny iraka nandeha tany nangataka sombin-taolana, ka ireo no mitahy ao amin’ny doany Andriamisara efa-dahy ankehitriny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FORCE DE CHANGEMENT : «  Tsy marina ny filazana fa tsy mahazo mitroatra ny vahoaka »

Nitohy tany Amparihingidro ny fihaonan’iireo mpikambana avy any Antananarivo sy eto Mahajanga taorian’ny fivoriana niaraka tamin’ireo ‘Amis de la croix ‘ natrehin’izy ireo teny amin’ny ex-Don Bosco, ny faran’ny herinandro teo.

«  Tsy marina ny filazana fa tsy mahazo mitroatra ny vahoaka, hoy izy, tsy marina ny filazana fa tsy mahazo mitokona ny mpiasa sy ny mpianatra. Manana zo haneho ny alahelony ny vahoaka, ka ny tadiavinay dia ahoana no hatao hitaomana ny vahoaka tsy hanaiky ny zavatra iainany intsony. Mitohy ny tetikady hamongorana ny fitondrana tsy mahomby hoy hatrany izy ary atao ny hetsika tehetra mety hanoherana ny fitondrana  ».

Manentana ireo olona rehetra mahatsapa fa tsy misy raha vanona ankehitriny, hoy ny ao amin’ny «  force de changement  », ary manentana azy ireo hitroatra hanehoany ny zavatra tsy zakany. Miisa 38 ireo mpikambana eto Mahajanga ankehitriny ary miezaka mitaona olona hatrany izy ireo handray andraikitra manoloana ny zava-misy iainana eto amin’ny firenena.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

RANARILALAO VESTALYS OLGA : « Tsy misy idirako velively izany ady tany ao Tanamako »

Niely tao Toamasina ny feo ny andron’ny alatsinainy 10 jolay fa izy no ambadiky ny fanesorana olona manodidina ny 50 tafo ao Tanamakoa 12/14 carreau 6.

« Tsy miady tany ao Tanamakoa izany ny tenako », hoy ny fanazavany. Ny marainan’ny talata 11 jolay lasa teo, dia nisy ny valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety nataony tamin’ny alalan’ny tambajotra sosialy facebook. Nomarihiny fa anisany nahazo anjara tany tao amin’io toerana voalaza io ny tenany fahiny.

Tamin’ny maha mpianatry ny masera azy no nahazoany izany tokotany izany saingy efa ela be no nivarotany azy tamin’olon-kafa antsoina hoe Rasoamampionona Francine. Tsy manana tokotany ao intsony ka miantso ny fampitsarahana ireo resabe tsy marim-pototra araka izany ny tenany, nandritra ny valan-dresaka nataony. Tiako i Toamasina sy ny mponina rehetra ao aminy, ao Toamasina no androm-piainako manontolo ka tsy ny tenako Ranarilalao Vestalys Olga mihitsy no hanao fihetsika manafintohina an’i Toamasina sy hanangan’ady aman’olona, hoy hatrany ny fanazavany.

I Ranarilalao Vestalys Olga izay olona tsongoin’olom-bolo tokoa eo anivon’ny fiarahamonina. Mpampianatra taranja Fizika-Simia efa misotro ronono ny tenany. Mpampianatra tao amin’ny Lisea Jacques Rabemananjara nanomboka ny taona 1968 no sady mpampianatra tamina sekoly tsy miankina maro tao Toamasina sy manerana an’i Madagasikara izy. Olo-manga maro no efa navoakany.

Izy koa no nanorina ny sekoly tsy miankina Tsarahofana izay nanana ny lazany tokoa. Izy koa no namorona ny kilioba A.S.T.T. na Amitiés Sportives Tsarahofana Toamasina ny taona 1987 ary mbola mijoro hatreto. Kilioba izay fantatry ny maro amin’ny tontolon’ny taranja Handball.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

RENIVOHITRY SAMBAVA : Bajaj miisa 50 voalaza fa tsy misy taratasy nogiazan’ny Kaominina

Nitokona teo anoloan’ny Lapan’ny tanàna avokoa izy ireo nitaky ny hanomezan’ny Ben’ny tanàna azy ireo ny taratasy fahazoan-dalana hahafahana manohy ny asa fivelomany. Namaly azy ireo kosa ny Ben’ny tananan’i Sambava fa tsy olana avy aminy no nahatonga amin’izao fifanolanana izao. Tsy maintsy mandray andraikitra izy ireo satria maro ireo tsy manara-dalana. « Mbola dinihina ny fangatahanareo saingy tsy afaka mampanantena amin’ny tsy maintsy mbola hiverenan’ireo bajaj miisa 50 ireo hiasa », hoy i Toto Francois ben’ny tanànan’i Sambava.

Araka ny vaovao marim-pototra dia nirahina nisava taratasin’ny bajaj manao fitaterana ao an-tampon-tanàn’i Sambava ireo polisy monisipaly ao an-toerana. Voalaza fa maro loatra mihoatra ny ara-dalàna izy ireo no manao taksy ao an-toerana ka maro ny fitarainana voaray.

Maro amin’ireo mpamily bajaj ao Sambava no tsy manana taratasy fahazoan-dalana mamily sady tsy manana taratasy ahafahana manao taksy ka voatery nandray izao fepetra izao ireo mpiasan’ny Kaominina any an-toerana. Andrasana ny tohin’ity fifanolanana ity.

Pounie

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

2ème édition du Salon de la RSE

Plusieurs entreprises installées à Madagascar ont intégré la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) dans leur modèle économique. Certaines sont contraintes de prendre en compte ce volet social et environnemental pour assurer leur pérennité, d’autres se sont volontairement engagé dans une démarche citoyenne. Pour partager les bonnes pratiques et rallier le maximum d’entreprises à cette cause citoyenne, le cabinet Ur-CSR Consulting en partenariat avec l’Unicef et la Friedrich Ebert Stiftung, organise du 12 au 13 juillet le Salon de la RSE et des initiatives pour développement durable. « Cette deuxième édition aura pour objectif de capitaliser les acquis de la première édition et d’élaborer un guide sur le suivi et la finalisation des actions RSE. La trentaine d’entreprises participant à cette manifestation échangeront leurs expériences » indique Ulrichia Rabefitiavana, président-fondateur du cabinet Ur-CSR Consulting.

Fondé sur le thème « Croissance inclusive, durable et RSE », le salon sera animé par une dizaine de conférences et d’ateliers.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiofanana manamboninahitra any FrantsaMalagasy 3 no miomana hanainga

Rehefa nahatontosa sy nahomby tamin’ny fifaninanana izay nataon’izy ireo ny volana martsa teo dia miomana amin’ny

 fikarakarana ireo taratasy hahazoana manainga ho any amin’ireo sekoly lehibe frantsay ho an’ireo manamboninahitra amin’izao fotoana ireo Malagasy telolahy tafavoaka tamin’izany. Samy manana ny sekoly handray izy telo mirahalahy. Ny iray horaisin’ny sekoly manokan’ny miaramila ao Coetquidan (ESM), ny iray ao amin’ny sekoly ho an’ny miaramila anatiny (EMIA) izay ao amin’ity toerana voalaza ity ihany koa ary ny fahatelo dia horaisin’ny sekolin’ny Lanvéoc.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Resabe momba ny laza adina BEPCManazava ny minisitra Paul Rabary

Nivoaka tamin’ny fahanginana omaly ny minisitra Paul Rabary manoloana ilay feo mandeha fa mpampianatra ambony latabatra no nanao ny laza adina BEPC, antony tena nahasarotra ireo taranja sasany fa tsy mpampianatra tena mpanome lesona ny ankizy.

 Nambarany fa rehefa mpampianatra dia mitovy avokoa. Ny olana eto amintsika dia efa zatra tandrametaka fa tsy mieritreritra izay tena hahatsara ny sehatry ny fanabeazana intsony, hoy izy. Manana adidy amin’ny fanitsiana izany anefa  izahay minisitera noho ny fihenan’ny fari-pahalalan’ny mpianatra. Tsy ekena intsony ny fizarana fahatany ny diplaoma fa izay tena mahay ihany no tokony ho afaka. Ekena fa latsaky ny 50 % avokoa ny vokatra  nivoaka tamin’ny fanadinana BEPC nanomboka omaly saingy aleo mahita ankizy vitsivitsy afaka  fa tena mahay,  toy izay be tsy handraofana. Nomarihiny manokana moa fa nisy ihany ny zavatra kely niova nandritra iny fanadinana BEPC farany teo iny. Tsy niditra tamin’ny fifanentanana ny laza adina ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny minisitera iadidainy fa ireo teknisiana ihany no nanao azy, fanatsarana izay nambarany fa mankany amin’ny fampiharana ilay drafitra vaovao momba ny fanabeazana, na ny PSE.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

AmpitatafikaAnisan’ireo kaominina 1.000 nahazo ny FDL

Notanterahina nanomboka omaly tetsy Anosy ny fanofanana ireo Ben’ny tanàna sy mpitantam-bola ary ny lehiben’ny distrika ho an’ireo kaominina voafantina nahazo ilay famatsiam-bola “Fond de Développement Local”

 

 na tantsoroka fampandrosoana ifotony avy amin’ny fitondram-panjakana izay 200 tapitrisa ariary isaky ny distrika. Ny hanomezana azy ireny paikady entiny mandrafitra tetikasa hampiasana ny volam-panjakana no tanjona, hoy Radavidson Richard, talen’ny fanamafisana ny fahaiza-manao eo anivon’ny FDL. Ho an’ny kaominina Ampitatafika manokana izay anisan’ny voafantina dia  entiny hanamboarana ny tsena io vola azon’izy ireo io, araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina. Tafiditra ao ny fanaovana angara vaovao, ny fametrahana latabatra vaovao ao amin’ny tsena. Tanjon’ny kaominina ny mampiakatra ny vola azo eo anivon’ny tsena hanjary ho 6 tapitrisa Ar isam-bolana raha 2 tapitrisa Ar teo aloha.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana TandroharenaMila teny sy tany tony isika

Tsy nisy nanaja ny teny nomeny na ny sonia nataony ireo mpitondra nifandimby tao anatin’ny 26 taona nanoratan-dRado ilay tononkalo hoe “Mahagaga”,

 

 hoy ry zareo avy eo anivon’ny fikambanana ara-kolontsaina, Tandroharena, izay hivondronan’ireo mpikaroka momba ny harem-pirenena. Miha lalina ny fahaverezan-kasin’ny teny amin’ny maha lova azy, hoy ny fikambanana, ary antony nanaovanay ny hetsika “Vaky vakoteny” tany Ambohimandroso ny faramparan’ny volana jona teo. Nivoitra tao ny vela-kevitra hoe: “Teny-tany-tony” satria tsy andairan-teny intsony ny fiarahamonintsika ka mahatonga ny nosy tsy ho tony, hoy ny fikambanana. Nilaza i Joel Rafanomezantsoa, filohan’ny fikambanana fa hovelarina manerana ny nosy ny hetsika mba hampitombo lanja izay herin’ny tenintsika izay. Mila tany sy teny tony isika, hoy ny Tandroharena.

 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rakotobe MichelNahazo zafikely faharoa

Nitombo isa indray ny zafikelin-dRakotobe Michel, mpaka sarin’ny gazety Tia Tanindrazana. Rakotobe no hahafantaran’ny maro azy eo amin’ny sehatry ny fanaovan-gazety sy ny fakana sary.

 Tonga teto an-tany ny 7 jolay lasa teo i Kanto Andriantahiana Nathy Carelle,  vavikely, zafikeliny faharoa. Raha araka ny fantatra dia zanaky ny zana-dRakotobe Michel vavitokana i Kanto, efa herintaona sy tapany kosa ny zafikeliny voalohany. Izahay eto amin’ny gazety Tia Tanindrazana dia mirary fahombiazana sy fahasalamana feno ho an’i Kantokely sy Rakotobe Vatosoa Muria reniny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Haingo MpanoratraMarary mafy, mila tolo-tanana maika

Anisan’ny olona fanta-daza teo amin’ny sehatry ny kanto teto amintsika Razafiharijaona Haingo Michel. Sady mpanoratra izy no mpamoron-kira. Mpanakanto malaza maro be toa an-dry Bodo, Tovo J’hay, Bessa sy Lôla…

 no efa nahazo tombontsoa tamin’ny sangan’asany. Ankehitriny, iharan’ny tsy fahasalamana ary mila fanampiana maika ny lehilahy. Aretin’ny aty sy ny havokavoka no mahazo azy, raha araka ny fanazavan’i Hanitra anabaviny. Taorian’ny fetin’ny 26 jona izy no efa naiditra tetsy amin’ny hopitaly Befelatanana hotsaboina ao amin’ny sampandraharahan’ny pnemôlôjia. Efa tena betsaka ireo lanin’ny fianakaviany sy ny vady aman-janany. Efa  in-droa natao “scanner” ny tenany, ary efa in-dimy nanaovana “analyse”  amin’ny sarany 140.000 Ar isaky ny mandeha ihany koa  … Ankoatra izay dia any amin’ny efitrano andoavam-bola no misy an’i Haingo. Manoloana io tranga io dia mangataka fanampiana amin’ireo malala-tanana ny fianakaviany. Amin’ny alalan’ny laharam-pinday 034 20 819 64 no hahafahana mandefa fanampiana na mifandray amin’izy ireo. Marihina moa fa i Haingo no nanoratra ilay boky mitondra ny lohateny hoe : Ilo….

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraMitatao ny sazy iraisam-pirenena

Nilaza ny tompon’andraikitry ny Amnesty International aty Afrika Atsinanana Deprose Muchena,

 fa an-dalam-pahapotehana ny resaka fanajana ny zon’olombelona eto Madagasikara ary tsy misy ny fanajana ny tany tan-dalàna. Nodinihin'ny komity momba ny zon'olombelona eo anivon’ny Firenena Mikambana  nandritra ny fivoriana faha-120 tany Genève nanomboka ny 10-11 jolay ny momba an’i Madagasikara, ka nantsoina tany ny Minisitry ny fitsarana Charles Andriamiseza. Vaindohan’ny resaka ny fanatanterahana ny fifanekena iraisam-pirenena momba ny zo sivily sy politika (PIDCP), izay tsy voahaja eto amintsika. Araka ny tatitra avy amin'ny Amnesty International mikasika an’i Madagasikara tonga tany am-pelatanan'ny Firenena Mikambana, dia mahoraka ny tsy fanatanterahana didim-pitsarana, fanitsakitsahana ny fahalalaham-pitenenana, habibiana tsy roa aman-tany… ka izay no hisian’ny fandinihana manokana. Anisan’ny nanaovana tatitra ihany koa ny raharaha Antsakabary, izay nisian’ny doro trano, izay voalaza fa nataon’ny polisy. Efa nilaza ny hamoaka ny marina momba iny ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra saingy fampanantenana poakaty no betsaka na dia namoizana ain’olona 3 aza ny savorovoro tany an-toerana hatramin’ny nanombohany, ankoatra ny fahamaizan’ny trano miisa 487 be izao. Teo ihany koa ny nanagadrana an’i Clovis Razafimalala, ilay mpiaro ny tontolo iainana, izay tsy nisalasala namoaka ny marina momba ny resaka fanondranana hazo sarobidy. Tsy misy zavatra mandeha amin’ny laoniny intsony eto fa toy ny efa tany miady tantanin’ny mpitondra jadona. Nasian’ny Amnesty International resaka ny tsy fahalalana maneho hevitra sy ny fandrahonana ny mpanao gazety sy ny mpiaro ny zon’olombelona. Andrasana izay hambaran’ny firenena mikambana na hanome fampitandrena na hanome sazy henjana avy hatrany na handray fanapahan-kevitra hafa mihitsy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana sy ny MpitsaraAdy tsy mety vita

Nanomboka omaly ny fitokonana nataon’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM), izay efa manomboka hita fa miteraka fitarazoana eo amin’ny asam-pitsarana manerana an’I Madagasikara.

Nanaraka ny lamina amin’ny hampiatoana ny asany avokoa ny mpitsara tany amin’ny faritra nanerana ny Nosy. Nisy tamin’ireo mpitsara ny nisafidy ny nampahafantatra teny amin’ny fitsarana tamin’ireo manan-draharaha ny fihemoran’ny fitsarana sy ny daty vaovao hanaovana izany ny nanao ny asany ho an’ny teto Antananarivo, raha ny fanazavan’ny Filoha lefitry ny SMM Clément Jaona. Maro tamin’ireo olona nanana raharaha teny amin’ny fitsarana kosa no diso fanantenana noho ny fahalanian’ny fotoana sy ny vola. Tsy mbola nisy ny fanehoan-kavitra sy ny fandraisan’andraikitra avy amin’ny fitondram-panjakana manoloana izao toe-javatra izao. Ny minisitra mpiahy aza moa tsy eto an-toerana fa nampanantsoin’ny Vaomieran’ny zon’olombelona eo anivon’ny Firenena Mikambana noho ireo zavatra tsy mandeha amin’ny laoniny eto amintsika, toy ny tsy fanitsakitsahana sy fanatanterahana didim-pitsarana, tsy fanajana zon’olombelona isan-karazany. Manamafy hatrany ny SMM fa tsy hilefitra raha tsy mahazo antoko mazava amin’ny tsy hisian’ny teritery sy ny fitsabatsabahan’ny fahefana mpanatanteraka amin’ny asan’ny fahefam-pitsarana. Mila ampifanarahana amin’ny lalàna mihitsy izany antoka izany mba hisian’ny fanajana azy tokoa. Tsy mbola nisy hatreto ny valin-teny avy amin’ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra na dia efa nandefasan’ny SMM taratasy aza izy ireo. Fanaovana be marenina tsotr’izao sa mitohy ny fananganana ady amin’ny mpitsara?

Toky R

 

La Vérité0 partages

Football - Qualification CHAN 2018 - Les Barea attendent avec patience le Mozambique

Auteurs d’une victoire (4-1) contre le Mozambique au Cosafa Castle Cup, les hommes de Raux Auguste, sélectionneur de l’équipe nationale malgache, attendent  avec sérénité la confrontation avec les joueurs de ce pays, ce dimanche 16 juillet au stade de Mahamasina. Cette rencontre compte pour le deuxième tour qualificatif du championnat d’Afrique des Nations 2018 au Kenya.  Certes, ce sera la même équipe mais  pas les mêmes joueurs, que les Barea ont laminés au Cosafa, qui  disputeront le match Aller à Madagascar, comme l’entraineur mozambicain, Abel Xavier  l’a déjà souligné en Afrique du Sud.

« Le pays comprend trois équipes nationales différentes, donc ce n’est pas la même équipe qui disputera le CHAN, la CAN et le Cosafa ». Autrement dit, les joueurs que les Barea affronteront ce dimanche seront totalement différents et ce à 100%, de ceux qu’ils ont battus lors de la Cosafa. Mais les Barea restent sereins au vu de ce match. « On ne connait rien de cette équipe mais ce qui est sûr, c’est que le même entraîneur la dirigera durant ce match. Donc, on peut s’attendre à une équipe plus coriace  mais je crois que le style de jeu restera le même que celui au Cosafa. Le match de ce dimanche est la 9ème sortie de l’équipe nationale. On a eu sept victoires et un match nul. Au Cosafa, on n’a encaissé qu’un seul but face aux mozambicains. Pour le moment, cela n’a abouti à rien de concret. Donc, il faut continuer à garder les pieds sur terre malgré tout.  Ce qu’il faut éviter durant ce match c’est d’encaisser des buts et de ne  pas trop manquer des occasions de but, si on veut aller à la phase finale du CHAN », a partagé le coach Raux Auguste, hier au stade de Mahamasina. Un sparring-partner a été entamé hier contre l’AS Adema, (3è au classement du championnat d’Analamanga.  Les Barea se sont imposés 4 à 2. C’est l’attaquant de Cosfa, Nôno qui a ouvert le score pour les Barea à la 15è, sur une passe décisive de Bila.  L’As Adema égalise sur un pénalty transformé par Babou (20è). A la 35è, Bila redonne l’avantage aux nationaux, (2-1) à la pause. Au retour des vestiaires, Dax triple la mise (53è) le score reste bloqué pour l’As Adema tandis Bila marque le quatrième but à la 63è. A l’issue de cette rencontre, Sampy Avril,  le défenseur de Mama FC, quitte le regroupement pour cause de blessure tandis que Damien, le gardien  de Tana Formation et Lanto le défenseur de la CNaPS Itasy rejoignent l’équipe nationale.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Reboisement - 600 000 arbres pour 5 200 hectares

En collaboration avec l’Ong Graine de Vie, les habitants de la Commune  de Braine-l’Alleud (Belgique) souhaitent faire pousser une forêt « brainoise » dans le nord-est de la Grande île. Ils projettent de planter plus 600 000 arbres sur 5 200 hectares dans la Commune d’Ambalasare. Ils ont nommé cette opération : « une forêt comme ma Commune » parce que ladite Commune a une superficie de 5 200 hectares, équivalente à la surface de plantation qu’ils visent. Les plants qu’ils ont choisis pour des plantations à long terme sont l’acajou et le bois de rose.

Et pour une rentabilité économique, ils ont opté pour le cacaoyer, le giroflier, le caféier et encore d’autres « ravintsara » aromatiques. Leur objectif est de redonner à cette partie de Madagascar son aspect boisé d’origine, vu que le paysage a été complétement ravagé par la culture sur brûlis pratiquée par les paysans de la localité. 

Ils ont estimé que le coût de la mise en pépinière ainsi que celui de la plantation après six mois s’élèvent à 0,25 euro pour chaque arbre. Toutes les démarches seront sous le contrôle de l’Ong Graine de Vie. Depuis son lancement il y a 2 ans, les habitants de Braine-l’Alleud ont déjà financé plus de 60 hectares sur les 5 200. Il y a encore du chemin à faire, donc il faut davantage sensibilisera la population, selon l’échevin de l’environnement, Henri Detandt. Dans le cadre de l’extension de ses activités dans la protection de l’environnement, la société Ucb Biopharma a décidé de se joindre au projet. Elle s’est lancée dans un partenariat public-privé avec la Commune. Elle a donc financé le double de la supérficie qu’elle occupe au sein de cette Commune, soit une superficie de 108 hectares. 

Selon Vincent Truyens, membre de l’Ong Graine de Vie, « Le projet «Une forêt comme ma commune » a toute sa raison d’être à Madagascar. Nous avons là l’un des dix poumons verts de la planète qui souffre de l’agriculture sur brûlis, laquelle rend certes les terres fertiles pour les rizières mais seulement pour un an. Il est donc impérieux de replanter des espèces indigènes. » En effet, le reboisement est une activité encouragée dans la Grande île pour lutter contre le réchauffement climatique, mais également pour ramener les faunes d’origine qui font la richesse de Madagascar.

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Journée mondiale de la population - Honneur aux associations paysannes de Morondava

Pour le développement des activités génératrices de revenu (Agr). Les agriculteurs et pêcheurs ainsi que les associations féminines de Morondava ont, eux-aussi, reçu des équipements pour ce faire, provenant du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (Mppspf). Des donations remises en marge de la Journée mondiale de la population (Jmp), célébrée en grande pompe depuis le début de cette semaine dans cette ville de la Menabe.

En tout, les donations se composent d’une centaine de matériels se composant en tout d’une centaine de bêches et sarcleuses, une cinquantaine de charrues ainsi que des herses pour les agriculteurs, des filets et kits de préparation, des glacières et autres pour les pêcheurs ou encore des machines à coudre et marmites pour les associations de femmes. Outre ces équipements, les membres des 20 associations d’agriculteurs et des 8 associations de pêcheurs ont reçu une formation en technique et en gestion simplifiée. Les participants, venus de loin, ont parcouru des kilomètres pour y assister. Le but étant d’améliorer le revenu familial des paysans pour assurer leur autonomie financière, à travers les Agr. Focus sur la planification familialeS’engager dans la planification familiale (Pf), c’est œuvrer pour la santé et les droits des femmes et des couples du monde entier. Ces investissements génèrent en outre des profits, économiques et autres, susceptibles d’amplifier la dynamique de développement. Des raisons pour lesquelles la Jmp de cette année, coïncidant avec la tenue du Sommet « Pf 2020 » à Londres (Royaume-Uni), a été célébrée sous le thème « planification familiale : moteur de développement de la nation ». Selon l’enquête nationale sur le suivi des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd) à Madagascar en 2012-2013, le taux de mortalité maternelle reste à 478 pour 100 000 naissances vivantes et ce depuis 2 décennies. Ces décès maternels auraient pu être évités si toutes ces femmes et ces filles avaient eu accès à la Pf. Aussi, la situation aurait été meilleure si elles avaient eu la liberté d’exercer leur droit d’accès à la Pf volontaire pour l’espacement des naissances. Pour sa part, le ministre Onitiana Realy a déclaré « la nécessité pour les décideurs et législateurs de tenir compte des pratiques familiales et de respecter les cultures et les traditions malagasy dans tout processus de développement. Les règles ou les principes à édicter doivent impérativement être adaptés à la réalité du terrain et conformes au mode de vie de la population. C’est le seul gage d’une véritable cohésion sociale ».Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Nouveaux billets de banque - Le 20 000 ariary au centre des discussions

Les membres du Groupement des jeunes leaders de Madagascar ont émis leurs avis sur le renouvellement des anciens et l’émission de nouveaux billets de banque, surtout celle du billet de 20 000 ariary, au restaurant Le Garage à Antsahavola, hier. Dans ce sens, ils ont énuméré les impacts éventuels de ce nouveau billet de banque sur le quotidien de la population à Madagascar, et plus particulièrement celui des opérateurs économiques. « L’apparition des nouveaux billets de 20 000 ariary entraînera des changements de comportement des opérateurs économiques. Cette grosse coupure engendrera logiquement une hausse de prix de toutes les marchandises sur le marché.

Nous espérons que la raison de l’émission de ce billet de 20 000 ariary ne se limite pas uniquement à la désuétude des anciens billets qui ont cours depuis 14 ans, mais que ceux qui en sont responsables l’ont fait dans l’optique d’un développement économique efficient à Madagascar », a fait savoir Rado Ratovoson, membre du Groupement des jeunes leaders de Madagascar.

Il a par ailleurs renchéri que des doutes planent quant à la durée de la période pendant laquelle les anciens et les nouveaux billets fonctionneront en parallèle. « Il va sans dire que ce sera surtout les couches aisées de la population qui en seront les principaux détenteurs, et qu’il se peut que ces derniers soient tentés de les utiliser dans un système d’économie informel et souterrain, voire criminel, ce qui n’est point souhaitable », a-t-il supposé. La majorité de la dotation monétaire de cette catégorie de gens va être affectée à des transactions douteuses sans que cela ne laisse de traces. Normalement, l’émission de grosses coupures doit entraîner la suppression des billets de valeurs moindres, par exemple ceux de 5 000 ariary, 2 000 ariary ou 1 000 ariary.   

D’une manière plus terre-à-terre, un autre membre de cette entité, Pascal Rasaony, a ajouté que l’émission de ces nouveaux billets devait être davantage accompagnée d’explications, vu  que la plupart des gens ne sont pas des techniciens, et que le taux de ceux qui ne savent ni lire ni écrire est assez élevé. « L’utilisation de ce billet de 20 000 ariary entraînera des préjudices, si les explications y afférentes ne sont pas suffisantes. A travers cette déclaration, nous interpellons les responsables étatiques », a-t-il conclu. 

Rivo S

La Vérité0 partages

Insane récidivisme

Absurde, voire insane. Les maigres indemnités de vacation des correcteurs de copies lors des examens officiels du Brevet d’études du premier cycle (Bepc), au titre de l’année 2016, tardent à être payées. Pour certains centres, le cas par exemple dans la Circonscription de Sambava, il s’agit même de quelques années d’impayées pouvant s’élever jusqu’à 40 millions d’ariary. Et les bêtises se répètent tous les ans. Les responsables trainent les pieds pour s’occuper aux règlements de ces modiques sommes. Ils tentent, notamment ceux au sein du Men, d’avancer des arguments qui ne tiennent pas route pour se dédouaner. On attend, entre autres, de source auprès de ce département, l’adoption de la Loi de finances rectificative (Lfr). Chose qui aurait dû se faire en 2016, s’il le faut, pour être prête en temps voulu, cette année. Et l’erreur se répète ! 

Grotesque ! Quand on jette un minimum de regard sur les gaspillages de la Caisse de l’Etat fomentés par les tenants du régime, on saisit facilement pourquoi ces pauvres petits correcteurs ne soient pas fâchés. Il fallait qu’ils (les correcteurs) se rebiffent pour que les responsables de tous les niveaux daignent bouger le petit doigt. Un comportement totalement inadmissible de la part des dirigeants qui claironnent, sur les toits, qu’ils s’occupaient, à cœur joie, du « sosialim-bahoaka ».

Idiot. Pour cajoler ou amadouer nos insatiables élus au Parlement, le Gouvernement parvient à se « débrouiller » pour débloquer des milliards d’ariary. A chaque début de la Session ordinaire, à Tsimbazaza, la menace d’une motion de censure planait dans les coulisses et fait trembler les f… de l’Exécutif. La folle histoire de la déchéance de 2015 le hante toujours. Une épée de Damoclès que les députés s’amusent à agiter, à tout moment, sur la tête de nos princes.

Inconscients. Lors de la célébration de la Fête nationale autour du 26 juin, nos princes se permettaient à des dépenses faramineuses ou irréfléchies. Feux d’artifice et podiums géants, banquets royaux, etc. Autant de folles et démesurées dépenses que les modestes moyens financiers de l’Etat ne supporteront jamais et crèvent, indûment, la fragile Caisse publique. On peut très bien fêter modestement dans la dignité et dans une solennité avec un moindre coût. Le recours à des mesures d’austérité n’effleure jamais, un seul instant, l’esprit de nos vaillants maîtres de l’Etat, et cela, en dépit de la misère intenable qui étrangle le pays.

Cette absence du sens de la modération couplé avec celui de la priorité dans le style de gouvernance cause de sérieux revers à notre économie mourante qui indispose les gens. L’ennui, c’est que la défaillance soulevée freine le décollage et plombe le pays. Résultat : l’essor du pays n’atteindra nullement la vitesse de croisière. Les mêmes erreurs se reprennent. Pour certains cas, elles s’aggravent et se soldent par des échecs cuisants pour le régime, en particulier, et pour la Nation, en général.

Le refus flagrant des différents responsables, de haut niveau, de se soumettre aux décisions de justice risque à terme de ternir pour toujours l’image du pays. Les Partenaires techniques et financiers (Ptf) ont exprimé, plus d’une fois, leur inquiétude face à l’instauration, à une vitesse vertigineuse, de l’Etat de non-droit. Le récidivisme nous colle à la peau et secrète un climat délétère et insane qui nous étouffe, tous.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Bepc - Taux de réussite en baisse pour Tanà ville

Les résultats de l’examen pour l’obtention du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) sont sortis, hier dans l’après-midi, pour la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo ville. Les chiffres du ministère de  l'Education nationale (Men) affichent une baisse de 4,78% par rapport à 2016 soit 48, 05%. La majorité de ces candidats sont inscrits dans l’option A. L'an dernier, le taux de réussite au Bepc était de 52,83%. Presque toutes les Cisco d’Analamanga ont vu une baisse du taux de  résultats par rapport aux années précédentes. Pour la Cisco d’Ambohidratrimo, le taux affiche 28,73% et 45, 69% pour celle d’Ankazobe. Depuis hier après- midi, les candidats se sont rués vers les tableaux d’affichage, ainsi que la page Facebook du Men. D’autres ont consulté le résultat, en envoyant un sms au 601. Au Lycée Rabearivelo, les émotions étaient au rendez-vous.

Contrairement à l’année dernière, les sujets proposés étaient plus difficiles notamment pour la mathématique qui a fait baisser les notes des candidats. « On sait que, cette année, l’examen a déstabilisé énormément de profs et d’élèves. Cela a même créé beaucoup d’anxiété. Durant la correction, l’on a constaté que plusieurs élèves n’ont pas pu terminer l’épreuve », avance un correcteur. Le constat est partagé par les enseignants. Selon le ministère de tutelle, ces mesures ont été prises pour améliorer la qualité de l’enseignement à Madagascar, et plus précisément les diplômes officiels. Seuls, les bons élèves sont donc qualifiés. En  entendant les propos du ministre, les candidats  à l’examen du Baccalauréat devraient aussi se préparer. Comme au Cepe, les Cisco seront classées selon le taux de réussite au Bepc.

Concernant les vacations,  jury et correcteurs du Bepc devront attendre la sortie de la loi de Finances rectificative pour encaisser leurs indemnités. Selon le ministre, le déblocage nécessite encore un transfert au niveau des  Cisco et Dren. Comme les subventions, les vacations sont aussi classées dépenses non-obligatoires, et donc, elles ne figurent pas parmi les priorités dans le budget de l’Etat.

Anatra R.  

Madagascar Tribune0 partages

Le Sefafi dénonce « une pauvreté énergétique soutenue »

Le taux d’accès à l’électricité à Madagascar est aujourd’hui de 15%. Il était de 11% en 1998, avant la libéralisation du secteur en 1999 portant réforme du secteur électricité dans le pays. La Grande île n’a progressé que de 4 points en 20 ans. Parce que le secteur de l’énergie en général et de l’électricité en particulier est peu analysé, et souffre d’une indifférence collective qui ne s’estompe passagèrement qu’à l’occasion d’un délestage ou de la hausse des prix du carburant.

Les Malgaches figurent parmi les plus grandes victimes de la pauvreté énergétique alors qu’à Maurice et aux Seychelles, le taux d’électrification est quasiment de 100%. La taille du territoire influe certainement sur la vitesse d’électrification d’un pays, mais il existe d’autres paramètres que nous sommes loin de maîtriser. La volonté politique en fait partie.

« L’électricité a toujours été un jouet aux mains des politiques, un outil de propagande dont l’efficacité repose sur le fait qu’il demeure un produit de luxe pour la plupart des Malgaches - si tout le monde y avait accès, il ne serait plus si attrayant », remarque le Sefafi. « On finit même par se demander si les Malgaches ne sont pas volontairement maintenus dans le noir, tout comme ils le sont dans l’ignorance et dans le manque d’instruction, afin de rester malléables et influençables, et pour que puissent se dérouler en toute impunité les magouilles de toute nature ».

Le Sefafi n’a pas manqué de rappeler la promesse présidentielle de « résoudre le problème du délestage en trois mois, alors que les racines dudit problème remontent à des années, voire des décennies de mauvais calculs financiers, de détournements et de négligences au sein de la Jirama. Car le délestage est simple à comprendre : il résulte de la vétusté des installations, du manque de combustibles (faute d’argent ou d’approvisionnement), ou encore du manque d’eau en période d’étiage. Mais il est moins simple à vaincre du jour au lendemain.

Pour sauver la société malgache d’électricité, le Sefafi indique qu’« il faudra d’abord guérir sa dépendance aux hydrocarbures qui lui coûte – ou, plutôt, qui « nous » coûte, étant donné que les subventions sortent de nos poches – des milliards d’ariary par mois. Il faudrait ensuite oser la restructurer en cédant les centres déficitaires au privé afin de pouvoir entretenir les grandes centrales dans les règles de l’art. Le respect des textes sur les ajustements tarifaires s’impose également afin d’éviter les hausses abruptes qui mettent les nerfs des abonnés à vif, ou bien les baisses de tarif qui peuvent sans doute amuser les foules mais ont des impacts nocifs sur la santé financière à long terme de l’entreprise.

Une pauvreté énergétique entretenue
Madagascar Tribune0 partages

Le rapport d’investigation du premier trimestre 2018 du Bianco publié

Le rapport d’investigation du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO) au titre du premier trimestre de cette année 2018 est désormais disponible sur le site internet de cette institution.

Cinquante trois enquêtes ont été ouvertes par le Bianco de janvier 2018 jusqu’à fin Mars 2018. Parmi ces cinquante trois enquêtes, sept concernent des membres du gouvernement en activité durant cette période, plus précisément le Bianco a mené des enquêtes sur des ministres en exercice.

Selon la loi sur la lutte contre la corruption, ces enquêtes sont ouvertes lorsque des personnes sont suspectées ou liées à des actes de corruption. Le plus grand nombre de ces enquêtes ont été ouvertes grâce à des informations recueillies via les réseaux sociaux et les médias, souligne le Directeur général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy. Cela concerne notamment l’ouverture d’enquête sur six ministres. Pour ne citer que le cas d’un ancien ministre de l’aménagement du territoire qui serait impliqué de près dans la vente de la Villa Elisabeth, résidence de l’ancien président Zafy Albert ou encore le cas des copies d’examens brulées à l’école nationale de la magistrature et des greffes (ENMG) après l’annulation des résultats du concours des magistrats.

Aucune garantie de poursuites

Pour l‘heure, on ignore combien d’enquêtes sur ces 53 aboutiront à des poursuites. Le Bianco après leur investigation transmet les dossiers à la Police, ou encore à la gendarmerie. Ces dossiers seront pas la suite instruits par le Pôle Anti-corruption (PAC).

Peu d’affaires de corruption ont abouti jusqu’à maintenant à des sanctions des responsables impliqués dans ces infractions. Seul le cas très médiatisé de Claudine Razaimamonjy a réellement été suivi d’effet. En ce qui concerne le cas d’un ancien ministre des finances, beaucoup pensent que celui-ci ne serait qu’un bouc émissaire étant donné qu’il ne peut avoir été le seul à avoir détourné des fonds publics dans le cas de la rénovation d’un bâtiment public.

Avec la mise en place du nouveau Pôle anti-corruption (PAC), une juridiction spécialisée et chargée de traiter entre autres les dossiers de grande délinquance économique et financière, on s’attend à une amélioration dans la lutte contre la corruption et à en finir avec l’impunité.

Madagascar Tribune0 partages

Le nouveau président sera connu le 9 janvier 2019 au plus tard

Le nom du nouveau président de la République malgache devra être connu le 9 janvier 2019 au plus tard, le jour où les résultats du deuxième tour de la présidentielle devront officiellement être rendus public. Si l’un des éventuels candidats obtient 50% des suffrages exprimés dès le premier tour, la Haute cour constitutionnelle (HCC) pourra présenter le nom du nouveau chef de l’Etat malgache dès le 28 novembre 2018, soit 21 jours après la tenue du scrutin du premier tour.

Le gouvernement malgache a déjà fait savoir que les candidats pourront déposer leur candidature à la HCC du 1er au 21 août. La liste officielle des candidats sera alors connue le 26 août prochain. La campagne électorale du premier tour se déroulera, entre le 8 octobre et le 6 novembre. La campagne électorale du deuxième aura par ailleurs lieu une quinzaine de jours avant la tenue du deuxième tour qui aura lieu le 19 décembre prochain.

Thierry Rakotonarivo, membre de la CENI de préciser qu’à défaut d’une loi régissant la précampagne électorale, il est difficile de se prononcer sur les manifestations politiques organisés par les éventuels candidats actuellement. La loi indique seulement qu’ils ne peuvent pas appeler à voter en leur faveur que durant la campagne électorale indiquée par les textes en vigueur.

Madagascar Tribune0 partages

Le HFI envisage des manifestations contre la tenue des élections

Tous les moyens sont bons pour se faire entendre et le mouvement pour la refondation de Madagascar est prêt à agir afin de rallier à sa cause.

Le HFI ou Hetsiky ny Fanavaozana Ifotony conduit entre autres par l’ancien PDS de la ville d’Antananarivo, Edgard Razafindravahy et Pety Rakotoniaina a déclaré hier qu’ils feraient des pieds et des mains afin que les élections ne se déroulent pas avant la refondation.

Selon ces derniers, cela reviendrait à préparer une autre crise qui ne tarderait pas à exploser et ne représente donc pas la solution pour Madagascar. Pour ce faire, le HFI est actuellement en train de préparer des manifestations dans toutes les villes de la Grande Ile afin de revendiquer cette refondation qui serait incontournable selon eux.

Le mouvement prendra la forme de manifestation de rues pour la vulgarisation de l’idée de refondation prônée par le HFI, afin que la population comprenne l’idée et surtout y adhère.

L’Etat pour sa part est en plein dans les préparatifs électoraux. Il y a deux jours, le vice-président de la Commission Electorale nationale indépendante (CENI) avait déclaré que tous les problèmes sont maintenant réglés, notamment la question financière. Ce mouvement de la HFI semble ainsi être un cri dans le désert, dans le sens où la grande majorité de la population est maintenant résignée à attendre le changement par les élections.

Madagascar Tribune0 partages

Un recul des mouvements sociaux

Une menace diffuse semble peser sur les mouvements sociaux, au nom de la liberté. Les réflexions de l’économiste Hugues Rajaonson qui suggèrent la réduction à 30% de l’effectif des fonctionnaires ont-elles été écoutées quelque part ? Les Douaniers en tout cas ont arrêté leur grève suite à l’obligation de mise en œuvre des « instructions » ministérielles. Les magistrats eux aussi sont maintenant divisés face au mot d’ordre de grève du syndicat SMM ; ce dernier fait valoir la liberté syndicale des magistrats tout en continuant de sensibiliser les juges. Ce que le gouvernement par le ministère de la Communication ne manque pas de saisir et de soutenir, car au tribunal à Anosy, la grève n’a pas été observée entièrement ce 11 juillet 2017. Les greffiers ont effectué leur travail et des services ou bureaux de magistrats sont demeurés ouverts. L’économiste et membre du Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (CREM) Hugues Rajaonson a-t-il fait des émules ou ses affirmations ont-elles menacé les fonctionnaires en grève ? Nul ne le sait.

Un « J’ai l’honneur » bien révolu

Toujours est-il que le « J’ai l’honneur » de l’époque –formule d’introduction d’une demande d’emploi auprès d’un service public (ou privé), est bien révolu aux yeux des anciens. Etre fonctionnaire ou autre agent de l’Etat était une ascension sociale prestigieuse car c’était servir la patrie et l’Etat ; c’était servir le peuple et le protéger en plus de la sécurité de l’emploi et de la retraite. Ce qui ne l’est plus pour beaucoup aux yeux des populations pauvres ou appauvries et aux yeux des « fonctionnaires » eux mêmes. Aussi beaucoup aujourd’hui sont-ils persuadés qu’il faut revenir aux sources, qu’il faut revoir la Constitution voire la structure de gouvernement du pays.

Les uns parlent de « refondation » à tout vent sans vraiment en expliquer le contenu et les composants. Les autres plus méthodiques avancent le « fédéralisme sahaza » sur fond de la communauté de base que sera le « fokonolona ». Ils sont nombreux à rouler pour ce genre de « refondation », entre autres le CRN et l’UNDD mais aussi des analystes politiques tel Faly Ramakavelo.

Manœuvre de déstabilisation ou « avertissement » ?

Malgré les initiatives du régime en place qui appelle à l’apaisement, à la solidarité et au dialogue tout en brandissant des sanctions et répressions/intimidations, rares sont ceux qui croient à leur franchise et réelle volonté politique. Nombreux sont les citoyens et politiciens pour ou contre le régime qui voient dans les mouvements sociaux qui animent l’actualité comme un réel danger politique ou faisant partie d’un processus qui ne cherche qu’à déchoir le régime ou à le pousser vers des élections anticipées. Le Premier ministre est catégorique, ce sont des manœuvres de déstabilisation et il met les activistes en garde tout en rappelant aux ministères et aux fonctionnaires concernés par la sécurité et l’ordre public leurs devoirs et obligations.

Plus tranchant, Faly Ramakavelo estime que les mouvements sociaux de ces derniers temps sont plutôt liés à la lutte à laquelle se livrent les Occidentaux et les Chinois (plus généralement les autres). Ces mouvements sociaux, -revendications, menaces de grève et grève, sont des avertissements au régime Rajaonarimampianina qui se trouve devant un choix entre les partenaires financiers traditionnels et les nouveaux bailleurs qui développent leurs stratégies propres dans le monde, en Afrique et à Madagascar en particulier. Il s’agit des Chinois et des Etats d’Asie-Pacifique. Cet analyste politique explique l’affluence de foule lors des rassemblements organisés par les syndicats ou les formations d’opposition, par le mécontentement de la population devant les difficultés et la cherté de la vie. Il ne croit pas que le but politique de ces mouvements soit le coup d’Etat ou la déchéance du régime. En tout cas, à son avis, l’Etat a intérêt à diversifier ses bailleurs et partenaires. La solution politique qu’il suggère au régime est le changement de constitution. Faly Ramakavelo propose une constitution basée sur le « fokonolona souverain ».

Madagascar Tribune0 partages

Christian Ntsay mise sur la restauration de la paix et de la sécurité

Toujours dans le cadre de la mise en œuvre de la politique générale de l’Etat, le Premier ministre, Chrisitan Ntsay s’est rendu mercredi dans les villes de Tsaratanàna, de Mandritsara, d’Andilamena et de Besalampy. Les visites font suite à la mise en place de la sécurité pérenne, pour la restauration de la confiance entre gouvernants et gouvernés. Le Premier ministre a expliqué que les descentes sur terrain permettront au gouvernement d’expérimenter sur la mise en place de dispositifs de lutte permanente contre l’insécurité afin d’éviter le recours aux opérations de maintien de l’ordre pour chaque cas de banditisme surgissant.

Le chef du gouvernement a reconnu que le peuple a enduré trop d’anxiété, de doute, d’injustice, de souffrances extrêmes s’ajoutant à la pauvreté, et vit actuellement une certaine instabilité. Contrairement aux idées qu’on s’est fait jusqu’ici, la défaite de notre pays n’émane d’aucune influence étrangère, mais de certains citoyens malgaches malintentionnés. « Ce phénomène traduit un manque de patriotisme », a-t-il regretté.

En application des engagements du président de la République envers le peuple, l’Etat mise ainsi sur des solutions pour restaurer à très court terme la sécurité. Ce, afin que la faculté de parvenir à l’émergence de Madagascar soit ouverte. Aussi, faut-il considérer en premier lieu la restauration de la justice sociale, par la responsabilisation de tous les élus ainsi que de tous ceux nommés dans l’Administration, continuait-il.

Une fois de plus, Christian Ntsay a souligné que dorénavant, aucun comportement indigne de la part des responsables territoriaux et de ceux des services déconcentrés ne sera toléré car c’est à travers ces responsables régionaux que le peuple apprécie le régime en place. Il a pris exemple du cas de certains fonctionnaires qui se sont permis de céder illicitement des terrains domaniaux appartenant à des districts, cela prouve que l’intérêt de l’Etat ainsi que l’Etat de droit ne sont pas respectés. Concernant ces affaires, des investigations seront menées, et si éventuellement des infractions sont constatées, les initiateurs de tels actes seront incarcérés.

Le Premier ministre a affirmé que les irrégularités perpétrées par certains agents du ministère de la Justice constituent un des facteurs de blocage de la confiance réciproque. En effet, ajoutait-il, certains n’exercent pas correctement leur fonction comme il se doit, alors les hauts responsables devraient procéder périodiquement au contrôle de la qualité des services rendus par leurs subordonnés. Par ailleurs, le Premier ministre a rappelé que la Justice statue au nom du peuple malgache, aussi une prise de responsabilité dans une optique de justice sociale s’impose-t-elle pour maîtriser les actions des malfaiteurs qui agissent au détriment du peuple, pour ne parler entre autres que des meurtres, des viols, des incendies préméditées, des déceptions. Le Premier ministre a été ferme en annonçant la fin de la plaidoirie pour les malfaiteurs.

Concernant particulièrement le trafic de zébu, le Premier ministre a émis des propos de conscientisation quant au déclin du pouvoir d’achat de certains de nos compatriotes qui est causé par la prépondérance des actes de banditisme. Il a souligné qu’il revient aux chefs de Districts ainsi qu’aux délégués administratifs territoriaux de contrôler et de vérifier l’authenticité des fiches individuelles de bovins, et que tous les citoyens ne devraient pas hésiter à dénoncer les malfaiteurs. Il a également expliqué qu’un gigantesque réseau de malfaiteurs, devenu une machine à trafic de bovins existe dans le domaine, et que la recherche des initiateurs nécessite la participation de tout un chacun. Il a surtout insisté sur le fait que seul le règne de la justice sociale peut aboutir à la refonte du pays et de son histoire.

L'express de Madagascar0 partages

Ankatso – Un étudiant convoqué par la gendarmerie

Après le conseil de discipline, l’affaire concernant les étudiants d’Ankatso n’est pas encore close. La gendarmerie enquête.

L’affaire sur les fauteurs de trouble dans le campus universitaire d’Ankatso n’est pas terminée malgré des sanctions infligées contre eux, après une convocation au conseil de discipline (Codis). L’un d’eux a été convoqué par la gendarmerie d’Ankadilalana, vendredi. D’après le chef de la sécurité au sein de la cité universitaire d’Ankatso, l’objet de la convocation concerne le jet de pierres sur sa maison, la nuit du mercredi, avant le conseil de discipline.  « Le chef de sécurité a déposé une plainte de réserve contre cet étudiant car sa femme est sujette à une maladie cardiaque. Le jet de pierres l’a affectée. Les étudiants pensent également que c’est ce gardien qui a livré leurs photos au responsable de l’université, ce qui a amené à la décision de convocation en conseil de discipline. Alors ils s’en sont pris au gardien de la cité universitaire », explique Samson Willy Andriamiharizafisoa, directeur du centre régional d’œuvre universitaire d’Antananarivo (Croua).  Malgré cette affirmation, ce dernier a mentionné que cette accusation n’a aucun lien avec le conseil de discipline et les sanctions. Les étudiants, par le biais de leur représentant, ont contesté cette accusation en soutenant fort que l’étudiant présumé coupable dans cette histoire, ne fait pas partie de ceux qui ont lancé des pierres.

Poursuite d’enquête

La gendarmerie d’Ankadilalana compte poursuivre cette affaire. Il y aura l’occasion de convoquer tous les amis de cet étudiant acculé, mais à une date précise, car cela reste dans le secret de leur enquête. « Nous étions encore occupés dans les affaires nationales, samedi dernier. Nous comptons continuer notre enquête car nous avons entre nos mains l’accusation », affirme le responsable auprès de la gendarmerie d’Ankadilalana. Aux dernières nouvelles sur le Colonel Ravoavy Zafisambatra, chef de l’Emmo, cette affaire sera transférée à la Brigade de la gendarmerie d’Antanarivo à Betongolo.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Élection – La CENI réclame son indépendance

Malgré son nom, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) dépend entièrement  de l’Exécutif. Elle réclame son autonomie sur le plan décisionnel et financier.

De la latitude. La CENI demande davantage de marge de manœuvre dans l’organisation et la gestion du processus électoral. Cette entité a présenté, hier, devant la presse à Nanisana, le rapport des travaux de la Com­mission consultative de réflexion et de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache.  «Nous attirons l’attention des responsables, sur l’urgence et l’importance de ce processus de révision du cadre légal, pour contribuer à la crédibilisation des élections à venir, gage de la paix et d’un développement durable à Mada­gascar», a soutenu Hery Rakotomanana dans son intervention. Parmi les sept recommandations issues du rapport, la CENI suggère l’indépendance financière effective ainsi que le renforcement de la neutralité de l’administration par voie légale. Dans le rapport, la commission met en exergue l’épar­pillement des textes régissant la détermination du calendrier électoral. Les dates de la tenue des scrutins sont stipulées, en effet, dans la Constitution à titre indicatif.  La commission déplore ainsi l’absence de la «fixation de manière pérenne et définitive, dans un texte de loi, la date de la tenue des élections». Dans le code électoral actuel, si c’est la CENI qui propose la date de la tenue des élections, l’appel aux urnes relève des prérogatives du gouvernement. Ainsi, la commission consultative, composée de représentants de la société civile, des partis politiques et des techniciens de trois ministères, du Bianco, du Comité de la sauvegarde de l’intégrité et le Samifin recommande « l’élargissement des attributions de la CENI, jusqu’à l’établissement du calendrier électoral, et même jusqu’à la convocation des électeurs.»

Large consultation

Par ailleurs, les mem­bres de cette commission rapportent, à l’issue de leur travail de onze semaines, la nécessité de discerner l’indépendance structurelle, institutionnelle ou organique de l’indépendance substantielle et matérielle de la CENI. Dans le cas présent, le budget de la CENI est régi par les règlements et les principes du droit budgétaire c’est à dire l’annualité, unité, universalité et la spécialité. Cela signifie que les ressources financières de la CENI dépendent entièrement du pouvoir exécutif.  Dans la présentation du rapport, le Président de cette entité en charge des élections plaide pour que la CENI puisse «avoir une indépendance effective sur le plan financier.» Les fruits du travail de cette commission consultative seront repris par un comité interministériel chargé d’en élaborer un nouveau projet de loi régissant les opérations électorales. Les résultats attendus de cette nouvelle commission consistent à proposer un projet de loi sur l’organisation et la gestion des élections pendant la deuxième session du Parlement. Des questions se posent quant à l’issue de ces recommandations d’autant plus que le gouvernement s’est montré plutôt réfractaire à la proposition de loi émis par le député Djaosera Irenée qui rejoint cet avis du conseil consultatif. «La CENI a utilisé les droits qui lui sont accordés et a procédé à une large consultation pour l’amélioration de l’encadrement juridique des élections. Nous espérons que ce processus traduise effectivement les aspirations des différents acteurs», explique Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI. Quoi qu’il en soit, des élections crédibles sont attendues dans le prochain agenda afin que les crises postélectorales puissent être évitées.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Justice – Une grève démocratique du SMM

Suivie mais non contraignante. Au regard des faits constatés et des informations recueillies, hier, telle semble être le caractère de la grève entamée par le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). Une cessation d’activité des juges qui durera jusqu’au 17 juillet.  « La grève est suivie dans toutes les juridictions de la Grande île », affirme Tiaray Fanahimanana, vice-président du SMM.  Au tribunal de première instance d’Anosy, hier, deux audiences ont, néanmoins, eu lieu, l’un concernant le procès sur l’accident meurtrier, à Anjo­zorobe, il y a quelques mois. Une affaire renvoyée à une date ultérieure. « Il ne s’agissait que d’audiences de renvois qui se sont tenues par respect envers les justiciables », a ajouté le magistrat.  Questionné par les journalistes, Clément Jaona, autre vice-président du SMM, a indiqué que tous les magistrats n’étaient pas « obligés », de suivre le mouvement.  « Chacun a le droit d’avoir son opinion. Nous ne pouvons forcer personne. Nous faisons, néanmoins, une sensibilisation pour convaincre tout le monde », a-t-il ajouté.  Si les informations venant de certaines provinces de Madagascar, indiquent que la grève du SMM est grandement suivie, des magistrats leur auraient indiqué qu’ils ne feraient pas grève. Des hauts gradés siégeant au sein de la Cour suprême, surtout. « Nous allons essayer de les convaincre qu’il s’agit d’une cause commune. Qu’une réelle indépendance de la Justice sera bénéfique pour tout le monde », indique un membre du SMM.  Si, comme annoncé, les magistrats ont commencé leur grève, hier, le SMM déplore le fait qu’en face, l’État reste toujours de marbre face à leurs revendications. Bien qu’Honoré Parfait Razafinjatovo, secrétaire général du ministère de la Justice, ait déclaré, lundi, que le département est ouvert au dialogue, « l’État ne manifeste aucun signe d’ouverture, jusqu’ici », affirme le juge Fanahimanana. Il martèle que le Syndicat  « n’attend de l’État qu’un acte concret démontrant sa volonté de mettre fin à l’instrumentalisation de la Justice ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Afrobasket U16 – Madagascar vise les demi-finales

Les membres de la sélection malgache pour l’Afrobasket U16 garçons ont été présentés, hier à Mahamasina. Le groupe visera, au moins, les demi-finales de la compétition.

Faire mieux qu’en 2013. Tel est le mot d’ordre pour la sélection masculine de basketball, catégorie U16, présentée offi­ciellement hier, au Palais des sports Maha­masina. Celle-ci disputera l’Afrobasket à partir de ce jeudi, sur l’île Maurice, face à l’Égypte, l’Algérie, l’Angola, le Ghana, le Mali, le Rwanda, le Mozambique et la Tunisie.  L’objectif sera donc d’atteindre au moins les demi-finales. « Nous donnerons notre maximum. Nous pensons pouvoir ramener la coupe à la maison », ont même renchéri les joueurs, en parlant d’une même voix.  Le groupe sera dirigé par le coach Maminirina Razafindrakoto alias Kims, épaulé par Juvence Rasolo­malala. Il est composé des arrières Marco Rakotovao, Edito Tsarafeno, Fanoro Randrianaivo, et Fanantenana Raheriarison, Fabrice Jaoravo; des ailiers Fifaliana Randria­narisoa, Maurice Solo et Klerio Jaoravo ; ainsi que des intérieurs Sitraka Raha­rima­nantoanina, Safidy Heritiana, Loïc Ramiandra et Nilaina Andrianjafi­noarivony. « Ces joueurs sont bien disciplinés et de ce fait bien organisés sur le terrain. Et aussi, la taille constitue un autre de leurs principaux points forts », a souligné Kims. Ces jeunes ont préparé cette compétition depuis plusieurs mois, avec plusieurs camps d’entraînements, notamment à Tsiroa­nomandidy dernièrement. Avant la publication de la liste finale des éléments retenus, ils ont passé un test radiologique, recommandé et agréé par la FIBA.

Nike Kyrie Irving 3

Malheureusement, Hassan Soumah a été déclaré inéligible en U16, suite à ce test. « Un très bon joueur, c’est vraiment dommage », a regretté Kims, à ce propos, en pleurs et visiblement très ému au moment d’évoquer le cas du joueur. Afin d’éviter toutes sanctions, Hassan ne fera pas le déplacement, vu que les joueurs passeront immédiatement un test similaire à leur arrivée à Maurice. « On se penchera sur son cas et il devrait avoir notamment sa chance lors de l’Afrobasket U18 de l’année prochaine, que nous pourrions accueillir », a, pour sa part, déclaré Jean Michel Ramaroson, président de la Fédération malgache de basketball, à son sujet. La sélection malgache a reçu le soutien de plusieurs entités, pour cette édition 2017 de l’Afrobasket. Entre autres, les joueurs ont tous reçu des Nike Kyrie Irving 3  de la part de atti.mg. Espérons que chausser les baskets du meneur des Cleveland Cava­liers, champion NBA 2016 et médaillé d’or aux Jeux Olympiques avec les Etats-Unis, les inspirera et leur portera chance.

Boris Diaw en parrain

Un invité de marque honorera l’Afrobasket U16 de sa présence, sur l’île Maurice. Il s’agit de Boris Diaw, qui sera le parrain de la compétition. L’ailier français, champion NBA avec les San Antonio Spurs en 2014 et qui évolue actuellement à l’Utah Jazz, assistera notamment au tirage au sort, ce mercredi.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Festival – « Sômaroho » fédère les sommités de la scène

Festival à la hauteur de la beauté de l’Île aux parfums elle-même, gagnant en ampleur au fil des ans même à l’international « Sômaroho » s’annonce explosive pour une 4e édition.

Vivre la vie en toute liberté, affichant fraternité et fierté à travers notre culture ». C’est à travers ce leitmotiv rassembleur que le festival international qu’est  « Sômaroho », enivre le public depuis trois éditions à succès. Créé à l’initiative du chanteur Wawa, que beaucoup apprécient pour son énergie et son dynamisme légendaire, « Sômaroho » ne cesse de gagner en envergure et d’exalter ses inconditionnels. Si à ses débuts, le festival réjouit le public du Nord, il ne tarde pas à s’élargir et à conquérir les  quatre coins de la Grande île à travers le « Sômaroho Tour » mené par Wawa, ainsi que les artistes de renom qui l’accompagnent.

Arborant fièrement les couleurs vert et jaune à l’image de l’opérateur Telma qui le parraine depuis ses débuts, ce jeune festival  affiche avec fierté, la richesse musicale et culturelle du pays Outre-mer. Fort de ce beau parcours, il rempile ainsi du 3 au 6 août pour une 4e édition qui s’affiche déjà comme étant des plus riches à Nosy Be, lieu de prédilection du festival. « Cette année, plus qu’avant, on a tenu à mettre les bouchées double pour le festival. La scène du festival accueillera, à l’occasion,  plus d’une trentaine de groupes et d’artistes de renom aussi bien nationaux qu’internationaux », affirme Jean Louis Rajerison, président du festival « Sômaroho ».

De la capitale à Nosy Be 

À l’initiative du groupe Wawa, « Somarôho » s’est affirmé, au départ, comme la célébration de l’anniversaire du groupe. Ce dernier qui célèbre son 15e anniversaire cette année, entend marquer d’une pierre blanche, la scène artistique à travers une grande tournée avec comme cerise sur le gâteau la 4e édition de  « Sômaroho » à Nosy Be. Se déroulant actuellement à Ambilobe, le « Sômaroho Tour» donnera ainsi un avant-goût de ce grand rendez-vous dans la capitale au Coliseum Antsonjombe, ce 30 juillet. C’est un concert d’après bacc, d’envergure internationale qui attend les fêtards de la ville des Mille, à l’occasion.

Outre l’incontournable Wawa et Stéphanie qui annoncent un duo inédit après « Tsy voavidim-bola », la scène du Coliseum Antsonjombe accueillera l’Ivoirien Serge Beynaud, le groupe de gwetta togolais Toofan, le Mahorais Bacoilli et le chanteur franco-sénégalais Singuila.  La tournée du festival rejoindra auparavant Sambava les 12 et 13 juillet avant de débarquer dans la capitale. Pour ce qui est de Nosy Be, « Sômaroho » s’accompagne de diverses compétitions fraternelles autour des sports traditionnels, notamment le tournoi de Moraingy auquel s’ajoute un grand tournoi de basket-ball où les cinq plus grands clubs de Madagascar seront en compétition.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Aéroport d’Ivato – Saisie de trente et un lingots d’or

L’administration douanière annonce avoir saisi plus de quatre kilos d’or hier. Au total, 32 kilos d’or ont été interceptés depuis le début de cette année.

L’énième trafic d’or intercepté. La douane annonce avoir déjoué une tentative d’exportation illicite d’or hier à l’aéroport d’Ivato. « Trente et un lingots d’or sommairement travaillés et non poinçonnés pesant en tout 4.2 kilos cachés et attachés dans deux valises ont été saisis sur un passager de la compagnie Air Seychelles », annonce la direction générale des douanes. Le présumé contrebandier allait rejoindre la ville d’Abu Dhabi en transitant par Mahé, Seychelles. Les saisies des métaux jaunes cette année dépasse déjà celles de l’année dernière. Cinq cas de trafics illicites d’or ont été enregistrés depuis le début de l’année. Au total, les contrebandiers ont tenté d’exporter illégalement 32 kilos d’or tandis qu’en 2016, l’administration douanière en a saisi. Le record étant la saisie de  18 kilos d’or massif d’une valeur de 700 000 dollars le 21 janvier.

600 kilos d’or

On attend la suite accordée par les responsables  étatiques à de ces affaires. La seule explication obtenue auprès des responsables parle du transfert de ces métaux jaunes dans le coffre de la Banky foiben’i Madagasikara (BFM). Qu’en est-il de la plainte annoncée par le ministère des Finances et du budget contre un officier supérieur de l’armée lorsque ce dernier s’est emparé de vingt quatre bracelets en or pesant au total mille six cent vingt grammes saisis sur deux passagères en partance de Nairobi le 4 juin ?  Ces cas de trafic ne sont que des gouttes d’eau dans l’océan. Selon un document de l’initiative pour la transparence dans les industries extractives (EITI), « malgré l’interdiction d’exportation de ce métal jaune, les Nations Unies  évaluent  la  valeur des exportations  de  Madagascar à 18 millions  USD en  2012, ce  qui équivaudrait  à 600 kg  d’or  et pourrait représenter plus de 790 millions MGA de redevance ». Mais ce chiffre a été réactualisé plus tard par la conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED)  qui estime  que la valeur des exportations d’or vers le reste du monde est estimée à 75,21 millions de dollars en 2012. Actuellement, l’exportation d’or est autorisée sous conditions. L’opinion publique attend ainsi une ferme  décision de l’administration sur ces cas de trafic illicite.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Christian « Nanou » Andrianiaina – « Gagner la première étape d’abord » 

Pour les Masters de pétan­que de cette année, Mada­gascar comptera sur ses champions du monde, Chris­tian « Nanou » Andrianiaina et Hery Razafi­mahatratra. Ils seront renforcés par deux autres éléments, Luc Rahain­goson et Tojo « Cobra » Rahasintsoa.

Le trio malgache sera composé de Nanou, Cobra et Luc, pour la première étape de ce jeudi, à Romans-Sur-Isère. Une étape qu’ils comptent bien remporter, afin de démarrer de la meilleure des manières cette tournée 2017. « Luc endossera le rôle de tireur. Tandis que Tojo évoluera en tant que milieu. Pour ma part, je serai pointeur. Notre objectif est de gagner à Romans-sur-Isère, afin de bien débuter la tournée et de prendre immédiatement la première place du classement général », lance Nanou, à la veille du début de la compétition.

La Grande île sera particulièrement attendue cette année. Et ce, en raison de son statut de championne du monde en titre, après le sacre à domicile au mois de décembre dernier. « Il ne devrait pas y avoir beaucoup de pression et nous devrons jouer la tête froide », rajoute Nanou, à ce propos.

Le leader de la sélection malgache a également son opinion, concernant ses coéquipiers, notamment les deux nouveaux venus. « L’arrivée de Luc et Cobra devrait rehausser le niveau de l’équipe. Lors de nos précédentes sorties, on avait rencontré quelques soucis au tir. Notre tireur n’avait pas réussi à bien rentrer dans le match et il nous a fallu permuter nos rôles. Aujourd’hui, nous avons deux nouveaux tireurs, qui peuvent pallier ce problème », poursuit Nanou.

La tournée 2017 de ces Masters comptera sept étapes qualificatives. Après le rendez-vous de ce jeudi à Romans-sur-Isère, on aura les échéances à Wissembourg (20 juillet), Clermont-Ferrand (27 juillet), Montluçon (3 août), Tignes (10 août), Castel­sarrasin (24 août) et Rioms (30 août). Le calendrier est très serré et les étapes s’enchaîneront chaque semaine. Il faudra tenir la distance sur un mois et demi.  À terme, les quatre meil­leures équipes s’affronteront lors du Final Four, à Istres le 6 septembre.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Tout pour la planification familiale

« La planification familiale ne consiste pas à réduire le nombre d’enfants mais surtout à espacer les naissances des enfants afin que la mère puisse être en bonne santé et qu’elle puisse travailler pour mieux développer son foyer », affirme Constant-Serge Bounda, représentant du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) lors de la célébration de la journée mondiale de la population, hier, à Morondava. Le thème véhiculé cette année, a mis en valeur les différents points à retenir sur l’importance de l’usage des produits contraceptifs chez les femmes. En effet, environ 33 % des femmes malgaches optent actuellement, pour la planification familiale. La plupart d’entre elles sont contraintes de faire un investissement dans le cadre de l’usage des contraceptifs.

Ce représentant de l’Unfpa apporte sa version. « Il s’agit d’un investissement stratégique, car investir un dollar dans la planification familiale équivaut à en investir dans le secteur socio-économique de base comme l’eau, l’électricité, la santé, et le bien-être… », explique-t-il. Les produits contraceptifs ont été vulgarisés dans le but de réduire le taux de mortalité infantile mais aussi d’éviter la fistule vésico-vaginale chez les adolescents de moins de 18 ans.

M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Anjozorobe – Enième renvoi  du procès

C’est la quatrième fois ! Le procès de l’accident de camion à Anjozorobe est reporté au 8 août, selon la décision du tribunal confirmée hier à Anosy. Cette fois-ci, il s’agit d’un « renvoi ferme », a indiqué le juge. L’autorité locale interpellera la commission des droits de l’homme pour soulever une nouvelle fois le manque de prise en charge des survivants que le gouvernement a promis. Trois individus parmi les blessés sont toujours soumis à un contrôle sanitaire.

« Cette affaire aurait été passée sous silence tant que l’autorité locale ne l’a pas soulevée auprès de la justice », a précisé le maire. Seuls lui et le président du conseil communal ont pu venir dans la capitale pour assister au procès raté d’hier. Les frais de transport pour un aller-retour s’élèvent à soixante-huit mille ariary. « C’est pour cela que nous  n’avons voulu non plus nous préoccuper du procès », a souligné un proche des victimes.   Le propriétaire du camion a été libéré provisoirement, tandis que le chauffeur est détenu à Antanimora. Tous les deux sont impliqués pour homicide involontaire. Le drame du 28 janvier à Anjozorobe a coûté la vie à quarante-sept personnes en faisant vingt-quatre autres blessées.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Jeux d’inspiration » de cinq peintres au Louvre

Quatre-vingt treize tableaux seront exposés jusqu’à la fin du mois de juillet à l’hôtel Le Louvre, à Antaninarenina. Il s’agit du travail de cinq peintres qui ne sont pas à leur premier tableau, et dont les griffes sont bien connues des adeptes de cette discipline. Razafim-belo Naivo Haja, D’Ange Rambelo, Andrian-tsilavo Toky Andriamisaina, Ranaivoari-manana Rodolphe et Andrianaivo Mahenina se sont réunis pour montrer le fruit de leur inspiration, presque un jeu pour ces habitués des chevalets et des pinceaux.  Chacun d’entre eux a son style et ses techniques. Chaque tableau dégage une certaine beauté qui transperce l’âme. Leur objectif est de faire connaître leur art, montrer leur savoir-faire et attirer l’attention du public sur la qualité de leur travail. «Notre plus grand souhait est d’avoir une plateforme permanente pour exposer nos œuvres. Nous avons appris cette discipline presque dans la rue. Alors, je lance un appel aux responsables pour nous consacrer un espace permanent. Que nos activités, qui constituent une fierté de notre culture, soient appréciées par tout le monde», souhaite Andrianaivo Mahenina.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Surveillance du parking de vente de voitures

Le commerce  de voitures d’Analakely étant déplacé à Antanimbarinandriana, il y a deux semaines, quelques vendeurs continuent encore leurs activités à Analakely. De ce fait, la CUA est descendue sur les lieux pour voir la situation de plus près . D’après la direction  des Transports et de la mobilité urbaine (DTMU), Analakely et ses environs ne sont pas des endroits pour la vente de voitures. La Police nationale a mis des taquets d’arrêt et dépose les voitures indélicates à la fourrière. Ainsi, sept voitures sont immobilisées par des taquets et trois autres ont été mises à la fourrière. Deux cents voitures stationnent au parking d’Antanimbarinandriana.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un piéton périt dans un accident

Un piéton a été percuté par une voiture à Ambato­lampikely, commune rurale d’Ambani­tsena, samedi à 18h45. La victime s’est énervée lorsqu’il a été, dans un premier temps touchée par le rétroviseur d’un 4×4, ce qui l’a amenée ensuite à fuir au milieu de la route pour se télescoper avec la Mazda. Conduite à l’hôpital, elle n’a pas survécu.

 

L'express de Madagascar0 partages

Le sage serait  un chinois

Dans la conception mondiale, le sage était un Asiatique, plus précisément un Chinois. Ce sage évite la violence et cherche avant tout la réconciliation, l’esprit, la hauteur. On ne peut dire que cette sagesse multiséculaire s’est perdue. Car on ose croire que la maturité, la clairvoyance de tout un peuple ne pourraient s’éteindre aussi facilement. On ose croire que ce qui n’a pas été ruiné par le temps, par les multiples pressions culturelles, puisse être anéanti par la recherche du profit. Mais, Sohamaha­manina refait surface. Selon quelques coupures dans la presse, les Chinois sont de retour sur le site qui s’anime de plus en plus. Les matériaux d’extraction sont actuel­lement en cours d’entretien. Très sûrement, ce n’est point pour gesticuler.

Retour alors sur un texto d’il y a presque une année « Ny Soamahamanina ». Soamahamanina, une petite commune située dans la Région de l’Itasy. Sa toponymie qui signifie littéralement « le bien désiré » était peut-être une prémonition sur ce que regorgeaient les entrailles de cette terre. Mais, vraisemblablement, le plus précieux des biens qu’elle a, est ses hommes et ses femmes qui sont prêts à se tuer pour leur terre.

Il faut alors se mettre en tête qu’avec l’ambiance  de tension sociale, Soamahamanina pourrait, très malheureusement, être le théâtre de scènes d’horreur si les parties prenantes ne font pas attention. En effet, en une année, les cas de violence, de vindictes populaires, de rapts ont été exponentiels. Faire comme si de rien n’était, passer la chose sous silence et étouffer l’histoire de la population ne ferait que démultiplier les frustrations.

Il y a une année, notre père Pedro fait un buzz grâce à la vidéo de Human avec un message central : « ne vous résignez jamais ». « Mettez-vous debout. Criez toujours, criez. Quelqu’un entendra votre cri. Et si vous ne pouvez pas crier tout seul, cherchez d’autres frères et criez ensemble. » À ce même moment, les courageux de Soamahamanina suivaient le pas et se soulevèrent devant ce qu’ils estiment comme une entrave à leurs droits humains. Hasard ou circonstances convergentes, le père Pédro sort un autre livre qui fait encore de multiples éloges. « Insurgez-vous ! » dit-il. Les éloges envers cette pépite sont nombreux. Espérons que ceux qui sont nommés dedans puissent lire le livre et en tirer sagesse.

Un proverbe chinois dit « Quand on est sûr qu’il y a des tigres sur la montagne, on se garde bien de s’y  rendre ». Quand on sait qu’une bombe sociale se trouve à Soamahamanina, on espère que la communauté chinoise, avec les recommandations éclairées de son ambassade, se gardera de s’y méprendre. Car « Encore vaut-il mieux crier d’abord comme le coq que de ruer comme le  bœuf » in La pensée et sagesse chinoise (1784).

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis-Kenya – Finaritra en quarts  de finale du double

Finaritra Andriamadison a réussi à se qualifier pour les quarts de finale du double, hier, à l’étape 2 du Nairobi Juniors Open U18, au Kenya. Avec sa coéquipière, la Zim­bab­wéenne Vimbai Moyo, elles ont disposé de la Nami­bienne Meghan Lombart et de l’Indienne Maanyah Viswa­nat en deux sets (6/4, 6/3).  Au prochain stade de la compétition, Finaritra retrou­vera sa compatriote Narindra Ranaivo. Cette dernière évolue en compagnie de la Kenya­ne Hoziane Kitambala en tant que têtes de série numéro trois. En simple, Finaritra tentera également de valider son ticket pour les quarts de finale, ce mercredi.  Elle sera opposée à l’In­dienne Vineetha Mummadi, tête de série numéro huit. Elle est l’unique rescapée du camp malgache dans le tableau simple. Lundi, Sampras Rakotondrainibe et Narindra Ranaivo ont chacun été sortis au premier tour, respectivement par le Saoudien Zaid Ahmed (4/6, 3/6) et la Kenyane Sneha Kotechi (1/6, 3/6).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – CHAN – Des arbitres comoriens  à Mahamasina

La première rencontre entre Madagascar et le Mozam­bique, ce dimanche au stade municipal de Mahamasina, à 14h30, sera dirigée par un quatuor comorien. Les arbitres se nomment Ali Mohamed Adelaid, Soulaimane Amal­dine, Mmadi Faissoil et Soulai­mane Ansudane.  Quant au commissaire au match,dénommé Julius Elly Omunyu Mukolwe il vient du Kenya. Pour le match retour, les arbitres seront des Botswanais. Ce double-confrontation entre dans le cadre du deuxiè­me tour, en éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018. Au stade précédent de ces qualifications, les Barea avaient balayé les Malawites.  Le vainqueur entre Madagascar et le Mozam­bique retrouvera, au troisième et dernier tour,l’Angola ou les Seychelles.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Le rôle judiciaire du Fokonolona limité

Depuis longtemps, le Fokonolona joue un rôle  d’institution judiciaire. L’archiviste Razoharinoro-Randriamboavonjy cite quelques exemples d’affaires jugées par cette organisation communautaire.

En 1968,  voici ce que décide le Fokonolona pour que les débiteurs d’un certain Rafaralahy se libèrent de leur dette qui s’élève à  35 piastres. «  La somme  fut payée moitié par Ramahalimby et moitié par Randrianantoandro. » La même année, Rainimasy et Rasoarivony sont en procès pour une somme de 17 piastres.  « Rasoarivony a payé à Rainimasy 7 piastres et un sixième pour respecter la parole qu’elle a donnée. Le paiement s’est fait en présence du Fokonolona ainsi que de Rafaralahi­miaina, Rainitsarabe, Razafimanana, 14 honneurs, Rainizafy, Ralaitsiry, Rafaratsirabo », en tant que témoins. Deux ans plus tard, un différend oppose Ramanantsoa et Raini­patsa. « Le Fokonolona a suggéré aux parties de lui soumettre leur affaire. Ce qui fut fait. Les personnes présentes ont jugé l’affaire… Si l’une des parties conteste le jugement, une amende consistant en une piastre (destinée au souverain), 30 piastres et un bœuf, lui sera infligée. Suivent les noms des témoins (au nombre d’une douzaine). »

En 1871, R. et R. sont en procès. « Le Foko­nolona a admonesté tous les deux. Il fut  entendu que… à l’une des parties qui contestera le  jugement, il sera infligé les amendes suivantes : un bœuf, 3 piastres et une piastre d’argent destinée au seigneur ». La même année, Ra. et Ra. intentent un  procès contre R. pour un bien quelconque.  « Les plaideurs ont reçu nos conseils, puis ont été invités à s’expliquer chacun en présence de son adversaire. Voici notre jugement après audition des plaideurs : Ils ont offert la piastre destinée au roi et reconnu leurs fautes respectives. Nous leur avons déclaré : L’un d’entre vous qui se sera rétracté et aura nié ce qu’il vient de dire ici, sera puni d’une amende qui consistera en une somme de  30 piastres, un bœuf, une piastre d’argent destinée au roi. Celui qui se déliera de son serment renoncera définitivement au bien et les sanctions prévues par les lois de l’État lui seront appliquées. Les déclarations ont été faites sur la foi des témoins »…

En 1878, donc postérieurement à l’organisation de l’armée par Radama Ier, la création des Sakaizambohitra vit certains militaires devenir « borizano » ( civils ou réservistes) et amenuise de plus en plus le rôle du Foko­nolona en tant qu’institution judiciaire. Les « Sakaizambohitra» ne sont toutefois pas des juges, mais « des organes chargés uniquement de déférer au tribunal de Tananarive les prévenus ». Ainsi, ils ne sont pas habilités à organiser une audience car ils sont mis en place pour simplement « entendre» et « voir », ou recevoir les plaintes.

Pourtant, la réforme tend à réduire sensiblement l’autorité du Fokonolona (article 4 des Instructions à l’usage des Sakaizambohitra). En effet,  cet article dispose : « Si les habitants somment quelqu’un à comparaître en justice, faites-le monter, car c’est le Fokonolona qui le demande. » C’est-à-dire passez à la juridiction supérieure, celle d’Antananarivo. Ainsi, le Fokonolona n’est que l’un des deux organes chargés d’instruire le procès d’un accusé. D’où ce que dit l’article 14 du même texte : « Si le seigneur, chef de la circonscription, ou le Fokonolona veut s’arroger le droit d’arranger de force une affaire contre le gré d’une des parties, faites monter cette affaire à Tananarive. »

En fait, l’article veut surtout éviter les abus des seigneurs ou du Fokonolona au cas où ce sont eux les fautifs. C’est peut-être aussi une mise en garde contre la tentation de vouloir trop trancher souverainement en toute chose.  « Mais il arriva que les Sakaizam­bohitra n’étaient pas toujours d’accord avec le Fokonolona. Certains d’entre eux ont même provoqué des désordres au sein de leur circonscription du fait de leur indélicatesse. » Ils s’aliènent la sympathie du Fokonolona car « ils abusèrent souvent de leur autorité ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo :  Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Le Festival du Conservatoire  s’annonce alléchant

Un rendez-vous musical incontournable pendant ces vacances. Le Festival du Conservatoire propose sept concerts dans la capitale et à Antsirabe, du 14 au 30 juillet.

Après la première édition en 2016 où le succès a été au rendez-vous, l’équipe de l’École de guitare et de musique (EGM), est repartie pour de nouvelles aventures musicales et amicales, avec le « Festival du Conservatoire  2017». Le public, toujours aussi nombreux à venir regarder ce festival organisé par l’EGM, premier Conservatoire de Musique Malagasy, peut commencer à savourer ce qui se fait de mieux localement en matière de musique Bà gasy.

L’événement à déjà commencé le 24 juin à l’espace Lambahoany à Toamasina durant la fête de la musique et de l’indépendance. Par la suite, le programme se poursuivra les 14 et 15 juillet au Tahala Rarihasina à Analakely, par un atelier vocal avec le coach Tsiry de l’EGM. L’objectif de ce dernier est développer les capacités vocales de chacun, grâce à la transmission d’une technique de base fondamentale. Il s’agit de mieux connaître sa voix, d’être en confiance afin de travailler souffle, respiration, sensations, rythmes, résonance, détente et énergie.Le 22 juillet à 10 heures, le master class Bà gasy mettra en scène près d’une cinquantaine d’élèves qui se plairont tous à jouer exclusivement du « Bà gasy ».

Le Bà gasy à l’honneur

Et le professeur à l’EGM, Olivier Ramorasata, expert en Bà gasy, de confirmer « Le Bà gasy a toujours été le leitmotiv de notre école, promouvoir une créativité musicale et une musicalité propre à notre identité culturelle ».

Les élèves interprèteront, un par un ou en groupes, de grands standards du « Bà gasy ». L’occasion pour tous les élèves de l’EGM de faire valoir leur talent sur scène, chacun à travers son instrument de prédilection. S’ensuivront le concert de fin d’année qui se tiendra le 29 juillet au Crmm à Antsirabe et un examen-concert à l’institution Sainte Famille à Mahamasina, le samedi 29 et le dimanche 30 juillet, avec la participation des élèves de l’EGM d’Antananarivo. Enfin, le concert de violon qui se déroula à l’institution Sainte Famille Mahamasina le 30 juillet à 15 heures, clôturera en beauté le Festival du Conservatoire 2017.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Une tête de loco­motive en flammes

La tête de locomotive d’un train de Madarail a pris feu hier aux alentours de 17h 30 à Ampasimazava. L’incendie s’est produit au milieu d’un lieu de dépôt de conteneurs près du port de Toamasina. Un court-circuit en serait à l’origine.  L’incendie n’a fait aucune victime.

 

L'express de Madagascar0 partages

 Des entreprises malga­ches au Japon

Trois entreprises malgaches vont participer à la seconde édition de Japan-Africa Business Forum. Sous le thème des opportunités d’investissement en Afrique, ce forum se tiendra à Tokyo les 25 et 26 juillet. L’évènement donnera une grande opportunité aux entreprises africaines de nouer des partenariats avec le Japon et de percer sur le marché japonais. C’est aussi une suite logique de la sixième conférence internationale de Tokyo sur le dévelop­pement en Afrique (TICAD VI) organisée en août au Kenya.

 

L'express de Madagascar0 partages

Un jeune gangster sous les verrous

Le dénommé Bôlô, réputé pour des actes de banditisme aux environs d’Analakely est renvoyé derrière les barreaux, dans la maison centrale d’Antanimora, selon la décision du parquet hier. C’est un récidiviste. Il a été déjà enfermé plusieurs fois au commis­sariat de premier arrondis­sement Analakely pour des larcins et du gangstérisme.

L'express de Madagascar0 partages

Salon sur la respon­sa­bilité sociétale

Jour J. Le salon sur la responsabilité sociétale ouvre ses portes aujourd’hui à l’Hôtel Carlton Anosy. Pour cette deuxième édi­tion, l’évènement rassem­blera les différents acteurs tels la société civile, secteur privé et public, afin de réfléchir collectivement aux différentes manières de contribuer à l’atteinte des objectifs de développe­ment durable que sont éradiquer la pauvreté, développer un plein poten­tiel du capital humain, pro­téger la planète et garan­tir la prospérité pour tous.

L'express de Madagascar0 partages

Tournoi Paparazzi Junior

La terre battue de l’Asut Ankatso accueille ce week-end une compétition dédiée aux jeunes joueurs de tennis des catégories U8 et U10. La compétition portera l’appellation de Tournoi Paparazzi Junior. Il s’agit d’un tournoi par équipe.

L'express de Madagascar0 partages

Zotsara transféré

Zotsara Randriambololona a quitté Virton. Le milieu de terrain des Barea de Madagascar a signé un contrat de deux ans avec Antwerp, lundi matin, avant de participer à son premier entraînement dans l’après-midi. Il évoluera donc prochainement en première division du championnat de Belgique.

Midi Madagasikara0 partages

Taxi-brousse : Nisy mpandeha maty voatifitra indray

Amin’ny andro antoandrobe no nirefotra ny basy. Tifitra variraraka no natao tamin’ny fiara mpitatitra iray; izay hihazo an’i Betroka raha avy eo Ihosy. Vao niala 25 kilaometatra, dia efa ny dahalo mpanakan-dàlana no nitsena ilay fiara. Mpandeha iray no maty tsy tra-drano teo ary ny hafa maromaro kosa mbola miady amin’ny fahafatesana, tsaboina eny amin’ny hopitaly. Ny anton’izany dia mba handrobana ny vola sy ny fananan’ny olona izay nampiasa ilay fiara fitateram-bahoaka. Mampihorohoro fatratra ankehitriny ny fivezivezena eto amin’ny tanindrazana ka mampiasa lalam-pirenena. Voalohany, dia matetika loatra ny lozam-pifamoivoizana ateraky ny taxi-brousse noho ny tsy fahafehezan’ny mpamily sasany ny familiana. Tsy izany ihany anefa, fa mbola mirongatra koa ny fanafihana eny amin’ny lalam-pirenena ary raha jerena amin’ny zava-nitranga, dia tena tsy mitsitsy ireo jiolahy mpanakan-dàlana. Samy nahita faisana avokoa na: ny RN7, ny RN4, ny RN9 ary izao koa izany dia ny RN13. Mitebiteby ny olona, indrindra amin’izao vanim-potoana fialan-tsasatra izao ka mba te hihazo ny faritra hafa. Miezaka ihany ny mpitandro ny filaminana amin’ny fanasiana ny olony ao anatin’ny fiara sasantsasany, arak’izay tratry ny isa. Saingy tsy mahalefy loatra ny dahalo mpanakan-dàlana izany. Eo ihany koa ny fepetra noraisina, dia ny fanaovana « caravane » rehefa mandeha lalam-pirenena. Toy ireny indray koa aza no tena manintona ny jiolahy indraindray satria mety ho maromaro no indray voarobany ao anatin’ny indray mitoraka. Tebiteby isan’andro no iainana, nefa tsy maintsy mivezivezy ny olona noho ny asa fitadiavana. Mila jerena akaiky…

D.R