Les actualités à Madagascar du Lundi 12 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1120 partages

Football – CAN 2019 : Une cinquième victoire de rang pour les Barea

Les Barea viennent de réécrire une nouvelle page de l’histoire du football malgache en allant chercher la victoire chez les Soudanais sur le score éloquent de 3 buts à 1. Une troisième victoire consécutive de l’ère Nicolas Dupuis mais la cinquième pour tout le groupe si on y ajoute les deux autres victoires contre le Malawi dans le cadre des éliminatoires de la CHAN 2018. Du jamais vu !

La belle série se poursuit pour les Barea qui viennent de montrer un tout autre visage en allant battre chez eux et devant le public d’El Obeid, les Soudanais qui ne s’attendaient pas à une telle correction de 1 à 3 face à une équipe de Madagascar jusque là une inconnue.

Schéma plus offensif. Mais alors qu’on se trouvait encore dans la phase d’observation, Faneva Ima bien servi par Zotsara qui a bien tenu son rôle de meneur, parvint à tromper la vigilance du portier adverse (15è).

Ce fut d’ailleurs sur cette avance de un but que les deux équipes rentrèrent aux vestiaires avec une autre option car la rentrée de Njiva à la place de Dada changea la donne avec un schéma plus offensif. Et ce qui devait arriver arriva car les Soudanais commettaient l’irréparable et offrit l’occasion à Carolus de transformer un penalty (62è).

Certes les Soudanais parvenaient à réduire le score sur un but de El Tahir mais ce n’était pas assez pour ébranler le moral des Malgaches gonflés à bloc par un Faneva Ima qui réussit à porter l’estocade à la 83e mn. Un vrai coup de massue pour le public d’El Obeid qui ne s’attendait pas à une telle débâcle et c’est presque sûr qu’il va y avoir des têtes qui tombent dans les mois à venir puisque la compétition ne reprend que l’année prochaine.

Des primes conséquentes. Une année qui commence bien pour les Barea qui auront au menu et toujours dans le cadre des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations, le redoutable Sénégal, le favori logique du lot et qui est aujourd’hui en tête du groupe après sa victoire de 3 buts à 0 de samedi face la Guinée Equatoriale et ce au profit d’un meilleur goal average.

Ce Madagascar- Sénégal serait alors en quelque sorte un match référence pour la suite à donner à ce groupe de Nicolas Dupuis qui aura encore besoin de quelques retouches. C’est d’ailleurs le  cas vendredi quand il a sorti Fontaine pour le faire remplacer, poste par poste, par Mario Bakary.

A noter que cette victoire permet à chacun des joueurs de recevoir un million d’ariary de primes car la FMF avait promis de payer 500.000 ariary par but d’écart. C’est peut-être insuffisant mais cela a marché au grand bonheur du président de la FMF, Doda Andriamiasasoa, dont l’objectif est de se qualifier à la phase finale de la CAN 2019. Un pari qu’il associe avec cette promesse de 10 millions d’ariary de primes pour chaque membre des Barea. Du lourd. Du très lourd…

Clément RABARY

Midi Madagasikara476 partages

Nouveaux cas de kidnapping et d’attaque à main armée : Les Malgaches abandonnés à leur triste sort pa...

Le gouvernement aura-t-il encore des excuses à présenter ce jour devant le Sénat ?

Si les hauts dirigeants du pays, qui sont tous des HVM, sont actuellement préoccupés par la préparation des congrès régionaux de ce parti au pouvoir, les Malgaches continuent de vivre dans une insécurité sans précédente.

C’est presque tous les jours qu’on apprend ces derniers temps des actes d’insécurité dans le pays. Et pas plus tard que samedi dernier à Mandrosoa Ivato, un couple grossiste de nationalité malgache a été victime d’acte de kidnapping. L’homme a pu échapper à ses ravisseurs, contrairement à sa femme qui reste disparue jusqu’à présent. Un des présumés ravisseurs aurait été appréhendé par les forces de l’ordre. Le même jour, une attaque à main armée s’est produite à Sabotsy Namehana. L’attaque a fait un mort et des blessés. Et encore le même jour, un jeune « Karana » a été trouvé mort à Antsakaviro. Visiblement, les Malgaches sont abandonnés à leur triste sort par un Etat dont les dirigeants ne cessent de faire croire aux citoyens qu’ils font tout pour maîtriser la situation. Des réunions se succèdent au niveau des forces de l’ordre, mais rien ne change. Si les familles des personnes kidnappées n’osent plus confier des informations aux forces de l’ordre, c’est parce qu’elles n’ont plus confiance en l’efficacité de celles-ci. Elles préfèrent payer des rançons au lieu de recourir à des autorités qui ne peuvent plus leur apporter de l’assurance quant à leur intervention. La coopération des familles des victimes avec les forces de l’ordre comporte au contraire des risques pour elles.

Que diront-ils encore ? Que diront-ils encore le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier et les ministres en charge du maintien de l’ordre et de la sécurité publique devant les sénateurs ce jour ? Si les sénateurs sont conscients de ce que les Malgaches endurent ces derniers temps, ils doivent arriver à dire aujourd’hui aux membres du gouvernement : « Si vous ne pouvez rien faire face à la recrudescence de l’insécurité tant urbaine que rurale, démissionnez ! » Pour certains observateurs, les dirigeants doivent avouer leur impuissance devant les problèmes auxquels sont quotidiennement confrontés les 22 millions de Malgaches. Si les dirigeants affirment que les moyens ne sont pas suffisants pour lutter contre ce phénomène d’insécurité, leur réelle volonté d’agir devrait être palpable dans la Loi de Finances Rectificative 2017 (LFR) dont l’avant-projet de loi vient d’être validé en Conseil des ministres. La lutte contre l’insécurité fait-elle partie des priorités de l’Etat dans cette loi ? En tout cas, l’Etat n’a plus d’excuse à présenter car après  l’affaire Antsakabary, le ministre de la Sécurité publique Anandra Norbert a été remplacé et que la Gendarmerie a son nouveau secrétaire d’Etat depuis le mini-remaniement. Sans parler du fait que si Mahafaly Solonandrasana Olivier a été reconduit à la Primature et au ministère de l’Intérieur, c’est parce que le président de la République est convaincu de son efficacité. Que font-ils alors ces nouveaux responsables ?

R. Eugène

Midi Madagasikara295 partages

Succès du Salon ITM 2017 : Plus de 10 000 visiteurs enregistrés

Les animations culinaires ont attiré beaucoup de visiteurs nationaux et étrangers durant le salon. (Photo : Yvon Ram)

Les objectifs sont atteints. L’organisation de la 6e édition du salon International Tourism Fair Madagascar qui s’est tenue quatre jours durant au village Voara à Andohatapenaka, a été un grand succès.

Toutes les parties prenantes que ce soit les organisateurs, le ministère du Tourisme, la Chine en tant que pays invité d’honneur, les exposants et les visiteurs, l’ont exprimé. La preuve, « Le nombre des visiteurs de ce salon du tourisme exceptionnel a doublé atteignant plus de 10 000 visiteurs comparé à l’édition précédente, et ce, à quelques heures de la clôture du salon. D’autant plus, le nombre d’exposants a également passé au double avec plus de 200 stands érigés », a annoncé le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka, lors de la clôture de cet événement d’envergure internationale hier.

Démonstrations culinaires. Et il a rajouté que c’est une fierté nationale car on n’a pas besoin de recourir à des sociétés étrangères pour organiser ce salon ITM. « Je remercie l’ONTM, les Offices Régionaux du Tourisme et tous les partenaires qui ont contribué à sa réussite. En outre, j’ai découvert pour la première fois dans ma vie certains produits exposés dans le cadre de ce salon. Il s’agit entre autres, des vitres colorés, des poissons endémiques vivants de la région de Betsiboka ainsi que des démonstrations culinaires concoctées par les Chefs Zo et Lalaina accompagnés des cuisiniers des grands hôtels de la Capitale  », a-t-il avancé. Notons que les animations culinaires suivies de dégustations gratuites ont beaucoup attiré les visiteurs. « Nous avons fait participer le grand public dans le cadre de ces animations tout en partageant nos expériences en la matière. L’art culinaire et la gastronomie malagasy  constituent  un des produits attrayant pour les touristes surtout étrangers d’autant plus nous avons des produits alimentaires cinq étoiles pour ne citer que le chocolat et les fruits de mer de Madagascar », a fait savoir le Chef Lalaina.   

Retombées positives. Parlant des eductours organisés à l’endroit d’une centaine de Tours Opérateurs et agences de voyages accompagnés par des journalistes étrangers issus de différents pays émetteurs, ceux-ci ont témoigné qu’ils ont été rassurés durant leur séjour dans les sites touristiques éparpillés dans les régions de l’île. « Ils étaient également surpris par l’accueil de la population malagasy et la beauté de la destination Madagascar. En fait, nous les avons fait venir à Madagascar afin qu’ils puissent constater de visu la réalité dans le pays. Ils sont très intéressés par nos produits touristiques.  Ces opérateurs émetteurs vont ainsi accentuer la vente de la destination Madagascar sur le marché international. Et dès l’année prochaine, on peut prévoir des retombées économiques positives avec une augmentation  consécutive du nombre de touristes étrangers  venant dans le pays », a assuré Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM (Office National du Tourisme de Madagascar).

Tourisme national. Par ailleurs, tous les exposants ont été satisfaits de l’organisation, de l’accueil et de la sécurité durant le salon. « Ils ont eu l’opportunité de faire connaître leurs offres touristiques aux visiteurs qui ont été venus nombreux. Ceux-ci auront ainsi un large choix sur les destinations de vacances dans les régions. L’objectif de booster le tourisme national lors de cette 6e édition du salon ITM est atteint. Le nombre de vacanciers choisissant des destinations régionales va certainement augmenter dès l’année prochaine », a-t-il confirmé. Mais ce n’est pas tout ! Ce salon a été une occasion pour les opérateurs nationaux travaillant dans le secteur du tourisme et des activités connexes de se rencontrer et de nouer des contacts ou bien de signer des contrats commerciaux.  Le développement des maisons d’hôtes n’est pas en reste. « Nombreux sont également les visiteurs intéressés car c’est maintenant la tendance mondiale. C’est très prisé par les touristes », a conclu Joël Randriamandranto.   

Navalona R.

Midi Madagasikara262 partages

Insécurité : l’appel au secours des citoyens

Pour les citoyens, ce n’est plus une simple plainte. C’est aujourd’hui un véritable appel au secours qu’ils adressent à l’Etat censé les protéger. Aujourd’hui, il n’est presque plus possible de sortir sans risquer de se faire détrousser ou pire d’être poignardé ou blessé par arme à feu. La peur est présente partout et les autorités ne peuvent pas se dégager de leurs responsabilités. Elles doivent agir sous peine de voir croître ces réactions incontrôlées, que l’on appelle vindicte populaire.

Insécurité : l’appel au secours des citoyens

Les autorités au plus haut niveau n’ont pas cessé ces derniers temps d’évoquer la situation dramatique vécue par la population et ont multiplié les réunions pour définir une stratégie de combat contre l’insécurité. Les annonces se sont succédé, mais le calvaire des citoyens n’a pas été amoindri. Bien au contraire, les malfaiteurs se sont enhardis et le nombre d’agressions dans les rues de la Capitale n’a pas diminué. Les actes de banditisme de haut vol comme les kidnappings ont dangereusement augmenté ces derniers temps. Les personnes kidnappées ont été relâchées sans que leurs ravisseurs aient été arrêtés. Ce qui était plutôt embarrassant pour les services de police, un soupçon de versement de rançon étant évoqué. Le rapt récent du propriétaire d’un grand hôtel de la ville qui s’est déroulé au vu et au su de tout le monde ne fait qu’augmenter la défiance des citoyens envers les autorités. Cela peut donner des idées à tous les bandits en quête d’argent facile. L’enlèvement dont a été victime un couple de commerçants fortunés à Ivato a tout de suite été commenté sur les réseaux sociaux. L’affaire a été heureusement résolue, mais un début de psychose s’est installé. Sans parler de cette attaque à main armée qui a eu lieu à Sabotsy Namehana et qui a entraîné mort d’homme.  On pourrait continuer à parler de toutes les autres agressions qui ont eu lieu ce week-end. L’Etat doit réagir et il doit le faire dans l’urgence avant qu’il ne soit trop tard.

Patrice RABE

Midi Madagasikara246 partages

Jaojoby claque la porte

Tout n’a pas été rose lors de la remise de distinctions honorifiques qui s’est tenue vendredi dernier au CCI Ivato. L’attitude très révoltée de Jaojoby a retenu l’attention de tout le monde, et a été largement discuté sur les réseaux sociaux. Une mésentente, un malentendu ou une déception, toujours est-il que le « Roi du Salegy » s’offusque du fait qu’on lui ait fait Chevalier de l’Ordre National alors qu’il s’attendait à une médaille de « Commandeur de l’Ordre National ». L’artiste se sent frustré car il a beaucoup fait pour la culture et a représenté les couleurs de la Grande Île dans le monde depuis ses 47 ans de carrière. D’autres artistes ont émis leur mécontentement, ou déception, quant à l’organisation générale de la cérémonie. En tout cas, en étant sorti de la salle, Jaojoby a clairement montré son mépris quant à cet événement.

Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar216 partages

Talatamaty – Un otage échappe in-extremis à ses ravisseurs

La propriétaire d’un magasin, enlevée à Maibahoaka, a été relâchée après une course-poursuite menée par la gendarmerie.

Ce coup-ci, un couple de grossistes malgache était la cible des kidnappeurs. Leur enlèvement s’est déroulé à Maibahoaka dans la soirée de samedi, après le culte. La femme a été finalement relâchée, tandis que son mari n’a pu être piégé par le commando des quatre ravisseurs armés. La scène s’est produite lorsque les grossistes rentraient chez eux aux alentours de 18h. « Ils étaient à moto. Ils étaient coincés entre les deux voitures de banditsqui les ont ensuite forcés à y monter », a souligné une source sécuritaire locale.Le monsieur a pu saisir la main d’une femme qui était parmi les malfrats et la faire sortir du véhicule, tout en étant sur la route de Talatamaty. « Elle est tombée par terre, tandisque ses complices ont pris la fuite avec l’otage en voiture », a indiqué un témoin oculaire desfaits.La kidnappeuse a failli subir une vindicte populaire. La gendarmerie est arrivée à temps pour maîtriser la situation. La brigade mobile de la circulation a alerté la gendarmerie d’Ambohidra­trimo et mobilisé tous les éléments de celle de Talatamaty pour la traque.Panne d’huileLes bandits ont loué une voiture de marque Mercedes, utilisée comme taxi à l’aéroport d’Ivato. Après une course-poursuite dans la soirée de samedi, le véhicule est tombé en panne à la sortie de la route d’Ambohidratrimo où l’otage a été libéré. « Le carter d’huile a éclaté àcause des chocs tout au long de la route », a rapporté la gendarmerie locale. Les kidnappeurs ont pris le large. Aucun d’entre eux n’atoutefois été pris dans les mailles de filet des forces de l’ordre. Le ratissage pourpister les malfrats se poursuit toujours.

Lire aussi :  Fusillade à Besarety - Deux véhicules des tueurs identifiés

Hajatiana Léonard

Tia Tanindranaza173 partages

Mpamily nahafaty olona 3 teny AlarobiaMisy mikendry hamono ?

Lasa resabe amin’izao fotoana ny momba an’ilay mpamily nahafaty olona 3 teny Alarobia ny takarivan’ny alahady 21 mey teo. Miparitaka any anaty tambajotram-pifandraisana “fesiboky” ny sarin’ilay tovolahy namily ilay fiara marika “mini cooper”, izay voalaza fa mamo kanefa mbola namily, ary izao namono olona izao.

Toky R

 

L'express de Madagascar172 partages

Insécurité – Les bandits narguent les forces de l’ordre

L’insécurité atteint des propensions intolérables. En attendant la réplique de l’État, les malfaiteurs sèment la terreur au nez à la barbe des forces de sécurité.

Défi. Autant en milieu rural qu’urbain, la fréquence et la violence des actes de banditisme sont devenues effrayantes. Simples citoyens et élus n’ont de cesse de faire part de leur détresse à l’endroit des autorités étatiques. Ces derniers, qui, jusqu’ici, semblent impuissants face à la force de frappe des bandits, qui au regard des deniers événements meurtriers, narguent les forces de l’ordre et les autorités.Un braquage à mains armées a fait un mort, dans la soirée de samedi, à Sabotsy Namehana. Un fait qui s’est déroulé tout prêt d’un commissariat de police. Peu avant, une tentative de rapt d’un couple malgache s’est déroulée à Ivato. Dans la matinée du même jour, un jeune homme a été retrouvé mort, à Antsakaviro. Il aurait été détroussé et assassiné par des brigands.À Ambatofinandrahana vendredi, des bandits armés ont attaqué de front un camion de collecteur de riz, pourtant escorté par des policiers armés. En prime, les gangsters ont dépossédé les éléments des forces de l’ordre de leurs armes et munitions. Ce ne sont que des exemples de faits rapportés par la presse, samedi et aujourd’hui. Des bribes de tourmentes que vivent quotidiennement les citoyens et ressortissants étrangers.Sur les réseaux sociaux, les indignations et le ras-le-bol sont affirmés. « L’impuis­sance » apparente des autorités concentre, notamment, les réactions. Vendredi, Christine Razana­mahasoa, députée d’Amba­tofinandrahana a appelé le gouvernement pour qu’il « prenne ses responsabilités afin de mettre fin à l’insécurité qui prévaut actuellement ». Une interpellation déjà faite durant la présentation du rapport du gouvernement à l’Assemblée nationale, fin mai. L’insécurité y a été le sujet récurrent dans les interventions des députés.« Si l’on écoute votre exposé, on constate que le gouvernement travaille. Seulement, nous parlons de gouvernement de combat et les principaux combats qui restent encore à gagner, sont ceux contre la corruption, l’inflation et l’insécurité. Ce sont les sujets qui impactent directement sur le quotidien de la population ». Il s’agit d’une phrase entendue à la Chambre basse.RéponseL’insécurité pourrait également être un thème incontournable durant la séance de questions-réponses entre le Sénat et l’équipe gouvernementale, ce jour à Anosy. Des sénateurs de la province de Fianarantsoa ont déjà annoncé la couleur vendredi, en marge de la journée porte ouverte du Parlement.Dans un souci d’apaisement pour les fêtes, le gouvernement interdit toute manifestation politique. Seulement, ce sont les bandits qui semblent jouer les trouble-fête et ébranlent l’autorité de l’État. Dans le camp de l’Exécutif, l’on reconnaît que l’insécurité est « un problème grave », qui cache les réalisations du pouvoir. La thèse d’une « manœuvre politique » pour démontrer ses limites fait son chemin en haut lieu.Ce que démontrerait le fait que les bandits disposent d’un arsenal neuf et, dans certains cas, d’une puissance de feu supérieure à celle des forces de l’ordre. Certes, seuls les faits sur terrain tendent à amener à croire que les autorités sont dépassées par la situation. Et bien que l’existence de réseaux de malfaiteurs soit dénoncée, les enquêtes n’aboutissent jusqu’ici à rien de concluant. Selon les ministres chargés de la sécurité, la réplique de l’État ne saurait tarder.En référence à ce qui a été indiqué durant le conseil des ministres et du gouvernement de la semaine passée, le contrôleur général de police Mamy Jean-Jacques Andrianisa, ministre de la Sécurité publique soutient: « Nous sommes en train d’éla­borer un plan pour arrêter de manière efficace cet élan d’insécurité. Nous allons y répondre d’une manière générale ». Une mesure qui sera présentée durant les réunions de l’Exécutif cette semaine, affirme le général Girard Randriamahavalisoa, secrétaire d’État chargé de la gendarmerie nationale.Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar144 partages

Air Austral proposera le DG d’Air Madagascar

Dans le cadre de son entrée dans le capital d’Air Madagascar, la proposition de la direction générale de la compagnie malgache revient à Air Austral.

Même si le mariage n’est pas encore scellé entre Air Madagascar et son partenaire stratégique Air Austral, quelques bribes d’informations sont pourtant lâchées par des responsables sur le contour du partenariat entre les deux compagnies. La compagnie Air Austral, par exemple, serait à la commande de la compagnie malgache. La proposition de la direction générale lui revient.« La direction générale sera proposée par Air Austral et la présidence du conseil d’administration sera assurée par Madagascar », a révélé Eric Koller membre du conseil d’administration de la compagnie malgache lors d’une conférence sur transport aérien au salon International Fair of Madagascar (ITM), vendredi.Trois ans de redressementLe fait d’avoir la main sur la direction générale permettrait ainsi à la compagnie réunionnaise de mettre au concret les lignes fixées dans le business plan présenté dans le cadre de ce partenariat. Dans ce sens, le transporteur réunionnais estime que Air Madagascar pourrait renouer avec les bénéfices au bout de trois ans de redressement, et être capable de réaliser un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars, avec un taux de rentabilité de 4.6% dans dix ans. Outre cela, le plan prévoit de développer progressivement la flotte d’Air Madagascar pour atteindre quatorze appareils en activité en 2020 et dix-sept en 2023.Depuis un mois, les deux compagnies font une campagne de sensibilisation, le temps d’éclaircir certaines opinions, sur le contour de ce partenariat. Devant le personnel d’Air Madagascar, les responsables de la compagnie Air Austral ont fait part de leur vision sur le développement des deux compagnies dans le cadre de contrat. C’était aussi le cas, la semaine dernière, des différents acteurs de l’industrie touristique, d’avoir de plus amples informations à ce sujet.La compagnie réunionnaise compte bien sur cette entrée dans le capital d’Air Madagascar pour mieux se positionner sur le marché régional devant l’arrivée des autres compagnies aériennes. Cette vision repose en fait sur le développement conjoint de deux hubs complémentaires, à savoir Antananarivo et La Réunion, avec l’ouverture d’autres destinations comme Düsseldorf, Genève, Bombay, Guangzhou, Paris depuis Antananarivo. À cela s’ajoutent d’autres villes comme Capetown, Johannesburg et Maputo.« Le partenariat sera beaucoup plus axé sur le développement des vols régionaux. C’est sur ces lignes qu’on doit travailler beaucoup plus ensemble et aider à mieux se positionner sur l’axe Antananarivo – Paris, une ligne très importante. On va apporter quelque chose pour Air Madagascar et elle va nous apporter un relais de croissance », a fait savoir Marie Joseph Malé, président directeur général de Air Austral lors d’une rencontre avec la presse, après la signature du protocole d’accord entre les deux compagnies en avril.Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara126 partages

Sabotsy Namehana : Enin-dahy nanafika « grossiste », vehivavy iray maty voatifitra

Nirefotra ny basy, nandriaka ny rà, ny harivarivan’ny sabotsy lasa teo, teny Sabotsy Namehana. Mpamongady amina resaka zava-pisotro iray no lasibatry ny jiolahy, niisa teo amin’ny enin-dahy teo, izay nirongo basy sy zava-maranitra. Lasan’izy ireo tamin’izany ny fitoeram-bola izay nisy vola an-tapitrisany teo ho eo. Tsy vitan’izay anefa fa niantefan’ny balan’ireto tsy valahara ireto ny olona roa, vehivavy tokony ho 30 taona eo ho eo sy rangahy iray. Maty tsy tra-drano ilay renim-pianakaviana, izay voa teo amin’ny lohany, raha mbola manaraka fitsaboana kosa ilay rangahy, izay voan’ny balan’ireo olon-dratsy teo amin’ny tongony. Tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo no niseho ity fanafihana ity. Be olona mifamezivezy amin’izay fotoana izany eny an-toerana kanefa dia tena sahy ireo olon-dratsy. Tsy lavitry ny kaomisarian’Avaradrano ity fivarotana voatafika ity ary tsy vitan’izay, araka ny nambaran’ireo mponina fa tamin’io fotoana io dia nisy pôlisy nandamina ny fifamoivoizana, dimy metatra teo. Raha ny zava-nitranga : efa-dahy no niditra tao amin’ilay mpamongady, nandrahoina ireo tompon-trano hanome ny vola, raha ny namany hafa, nitily ny manodidina. Azon’izy ireo ilay vata fitoeram-bola dia nitsoaka no sady nanapoaka basy. Tamin’io fotoana io, nisy rangahy iray sendra nivoaka tao amin’ny trano nifanila tamin’ity voatafika ity. Noheverin’ireo jiolahy fa hanakantsakana ny fitsoahan’izy ireo ka avy hatrany dia notifiriny. Nahare izany ny renim-pianakaviana iray tao amin’io trano ihany, avy hatrany dia nivoaka namonjy ilay rangahy. Nifanehitra tsara tamin’ireo jiolahy ihany koa anefa ka tsy nisalasala ireto tsy valahara, nanala ny ainy tamin’ny alalan’ny tifitra teo amin’ny lohany. Maty tsy tra-drano ity farany. Raha mbola samy nisoamaritaka tamin’ireo voatifitra ny olona, izy enin-dahy kosa, naka tsy mora, nandeha dia tongotra niditra elakelan-trano, nitondra ilay fitoeram-bola. Minitra vitsivitsy taorian’izay moa vao tonga ny pôlisy saingy efa tsy tazana ireo mpanafika. Efa mandeha amin’izao fotoana izao ny fanadihadiana sy ny savahao hikarohana ireo jiolahy.

m.L

Midi Madagasikara124 partages

Ambaniala Itaosy : Lehiben’ny jiolahy lavon’ny balan’ny pôlisy

Nihena iray indray aloha ireo mpitarika andian-jiolahy eny amin’iny faritra Itaosy sy ny manodidina iny. Ny zoma hifoha sabotsy lasa teo mantsy, dia jiolahy rain-dahiny, fantatra amin’ny anarana hoe Rivo, 35 taona no maty voatifitry ny pôlisy, teny Ambaniala. Tao anatin’ny fisafoana mahazatra fanaony ireo pôlisy avy amin’ny kaomisarian’Itaosy no nifanehitra tampoka tamin’ity olon-dratsy ity niaraka tamin’ny namany iray. Nitsoaka avy hatrany ireto farany, ka raikitra teo ny fanenjehana. Taorian’ny fampitandremana maromaro, dia voatery nitifitra ireto mpitandro filaminana ka lavo tamin’izany i Rivo, tafaporitsaka ilay namany. Mbola hita teny amin’ity voatifitra ity moa ny basy poleta vita gasy iray, izay fentiny manao fanafihana. Raha ny fampitam-baovao, dia isan’ireo olon-dratsy karohina fatratra ao anatin’ilay « bande des 7 » ity olon-dratsy ity. Ireo andian-jiolahy ireto, izay efa tena mpampitondra faisana ireo mponina teny amin’iny faritra Ambaniala, Itaosy sy ny manodidina iny. Fantatra ihany koa fa, efa voarohirohy tamina resaka fanafihana mitam-piadiana i Rivo ary efa nigadra teny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy noho izay resaka izay, kanefa dia izao niverina nanangana ny ekipany izay sy nanohy ny asa ratsiny izao. Mbola mitohy hatrany moa ny fikarohana ireo namany, ary tsy mijanona torak’izany ihany koa ny fisafoana ireo faritra mena, eny amin’iny faritra iny, izay isan’ny tafiditra ao anatin’ilay hetsika « coup de poing », izay tanterahan’ireo polisin’ny kaomisaria Itaosy.

m.L

Tia Tanindranaza79 partages

Marc Ravalomanana“Marefo ny fanjakana”

Ao anatin’ny fiomanana tanteraka amin’ny fifidianana ny antoko TIM. Ny faran’ny herinandro teo dia nanatanteraka fiofanana ho an’ireo mpikambana mpitarika teny anivon’ny distrika eran’i Vakinankaratra izy ireo tao Antsirabe.

 

 Nitarika ny fiofanana ny filoha Marc Ravalomanana notronin’ireo birao politika eo anivon’ny TIM. Nambarany fa anisan’ny nojeren’izy ireo ny paikady hiatrehana ny fifidianana sy ny fanokafana sy fandraisana ireo olona na fikambanana vonona hiaraka amin’ny antoko TIM. Mbola naverin’ny filoha Ravalomanana indray fa misokatra amin’ny rehetra ny antoko Tim ary malalaka ny fifanohanana. Tsy voatery hiditra TIM ny olona vonona hanohana azy. Nambaran’i Marc Ravalomanana fa tsy mipetraka eto Madagasikara amin’izao fotoana ny demokrasia matoa mitranga ny olana maro eto Madagasikara io. Nambarany fa matoa izy mitety faritra dia noho ny tsy fisian’ny demokrasia satria tsy manana onjam-peo mba hifampiresahana amin’ny mpomba azy izy. Fa nitondran’ny filoha Ravalomanana fanamariahana ny fisian’ireo fitokonana etsy sy eroa ka nilazany fa marefo dia marefo ny fitondrana na dia mihevitra ho manana ny maro an’isa aza ny mpitondra ary tsy manana maha mpitondra azy izy ireo. Anisan’ny nampianarin’ny filohan’ny antoko Tim ny tsy hananan’ireo mpitarika tahotra amin’izay atao saingy ao anatin’ny fanarahan-dalàna no hanaovna azy. Nanamafy moa Rtoa Olga Ramalason, senateran’i Madagasikara fa ilain’ny antoko politika ny manofana ireo mpikambana sy ny mpitarika ao aminy mba ho vanona sy ho vonona amin’ny fandraisan’andraikitra eto amin’ny firenena. Nambarany fa amin’ny maha antoko lehibe ny TIM dia ilaina ny fiomanana mialoha ny fifidianana toy ny fanamarinana ny lisi-pifidianana. Nambarany fa niaritra ny mafy ny antoko Tiako I Madagasikara nandritra ireny fanonganam-panjakana ny taona 2009 ireny. Miverina amin’ny heriny ny antoko ankehitriny. Mifoha ny olona noho ny tsy fisian’ny fandriampahalemana sy ny fahasahiranana izan-karazany. Amin’izao fotoana aza dia ny olona mihitsy no mangataka ny hihetsehan’ny antoko noho ny fahatsapan’ny olona ny zava-bitan’ny fitondrana tamin’izany. Nahatonga solontena avokoa ireo disitrika rehetra nanerana an’i Vakinankaratra. 

Caius R

Agence de Presse de l'Ocean Indien77 partages

Un City Guide pour Tana

A l’occasion du salon «Enjoy Madagascar», la société Mad’activité production a lancé son dernier titre «Antananarivo City Guide». Toutes les six semaines paraîtra un numéro de ce guide gratuit qui est distribué dans les chambres des 25 principaux hôtels de la capitale. Annuaires, plan de la ville et renseignements divers ambitionnent de permettre à tous ceux qui transitent par la capitale de profiter au mieux de leur séjour.La particularité de ce guide est d’être accompagné par une application et le «robot» CityGuideMadagascar téléchargeable sur messenger. Même hors connexion Internet il est alors possible de localiser aisément tous les points de contacts avec leurs informations (hôtels, restaurants, commerces, adresses d’affaires…) et de se voir proposer un itinéraire ou des sites à visiter géolocalisés, le tout en trois langues (français, malgache et anglais).Dès sa première parution «Antananarivo City Guide» a su intéresser de très nombreuses entités dont Orange Madagascar qui s’associe afin d’en augmenter sa visibilité et favoriser la diffusion de l’application virtuelle.

Contact : (+261) 32 45 383 32diana.peuteuil@madactivite.mg

Midi Madagasikara77 partages

Lalao Ravalomanana : Cap sur Pretoria pour un Forum sur le développement durable

Lalao Ravalomanana à l’aéroport d’Ivato en direction de Pretoria hier.

Les maires des Capitales africaines se donneront rendez-vous à partir de demain à Pretoria, Afrique du Sud. La maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana en fait partie. Elle a quitté hier la Capitale. Ce rendez-vous sur le sol Sud-africain entre dans le cadre de la tenue du 3e Forum des Capitales africaines sur le développement durable. Ce 3e Forum qui durera trois jours, du 13 au 15 juin, offrira au premier magistrat de la ville d’Antananarivo une occasion pour intervenir sur le leadership politique comme une clé de la promotion des Collectivités Territoriales Décentralisées ou CTD face aux défis du développement durable dans le continent africain.

Autonomie financière. En fait, la présence de la maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana à ce 3e Forum sur le développement durable lui permettrait d’évoquer les réalités que vit la Capitale de Madagascar en matière de la promotion des Collectivités Territoriales Décentralisées. Ces réalités se résument par le fait que le pouvoir central ne veut pas donner son coup de pouce pour le développement d’une mairie dirigée par une personnalité issue d’un parti autre que le sien. Ces réalités ne permettent pas non seulement à la commune urbaine d’Antananarivo, mais aussi aux autres communes de Madagascar, d’avoir une autonomie financière. Or, certaines communes, pour la simple raison qu’elles sont dirigées par des hommes ou des femmes du HVM, bénéficient des subventions spéciales dont les montants s’élèvent à des centaines de millions d’Ariary.

R. Eugène

Tia Tanindranaza70 partages

Raharaha Claudine RazaimamonjyHalalino ny fanadihadiana, hoy ny depioten’Ambositra

Tantara mitohy tsy misy farany hatreto ny raharaha mahasaringotra ny mpandraharaha Claudine Razaimamonjy.

Nangonin-dRamano F.

 

 

Midi Madagasikara70 partages

Qui sont nos hommes politiques ? – James Ratsima : « Mon pays d’abord, les hommes après ! »

Le professeur James Ratsima.

L’on connait quelques-uns de ces qualificatifs préférés, l’on se rappelle également de sa détermination et de son courage quand il s’agit de dénoncer et de réfuter une mauvaise décision qui s’impose à son pays. Lui, c’est James Ratsima et c’est sur lui que cet article va se focaliser.

Patriote. James Ratsima est marié, est le père de deux fils mais aussi le papi de trois petits-enfants. C’est un professeur qui a consacré tout son temps à former et à éduquer ses compatriotes qu’il n’a jamais relégués. Depuis l’âge de 16 ans même en étant absent du territoire malgache, le feu du patriotisme brûlait d’ores et déjà en lui. En étant étudiant en France, lui ainsi que ses confrères et consœurs ont dicté à la France de désinstaller son bateau de guerre parce que Madagascar n’est pas le sien. « Cela nous a valu des arrestations », a-t-il rappelé. Néanmoins, il ne s’est pas découragé étant donné que le patriotisme coule dans ses veines. En effet, James Ratsima est le fils d’un grand frondeur de la colonisation qui a offert son soutien au MDRM (Mouvement National pour la Rénovation de Madagascar) lequel a été mis à mort par le régime colonial de l’époque. « Il n’y a pas que mon père qui a été tué, ses deux frères aussi l’ont été », transmet-il. Ainsi, James Ratsima poursuit sa lutte jusqu’à maintenant et cherche à instaurer la véritable indépendance de Madagascar. En 2001, de retour à Madagascar, il était aux côtés du pasteur Rajakoba  qui se présentait aux présidentielles à travers le parti « Fihavanantsika ». « A cette époque, il voulait que j’établisse – en tant que secrétaire général – le projet de société qu’il allait exécuter », a précisé James Ratsima. Mais après quelques péripéties, ce dernier a décidé de fonder son propre parti dénommé « Front Patriotique Malagasy ». Mais selon lui, cette dénomination a entretenu l’ambigüité chez les concitoyens. Actuellement, James Ratsima s’exprime et s’active à travers le « Hasandratro ny Fireneko ».

Menaces. A Madagascar, il est connu grâce à la revendication des îles éparses. « Je suis parmi les premiers à les revendiquer depuis maintenant 16 ans. Après, plusieurs associations se sont créées et prétendent les réclamer alors que la plupart d’entre elles sont financées par les colons », défend le professeur. Le connaissant, il ne s’arrête pas là : « Les propos de Véronique Vouland, ambassadeur de France à Madagascar, y afférents sont inadmissibles car ils portent atteinte à la souveraineté nationale ». Il  a argué qu’il ne s’arrêtera pas nonobstant les menaces. « J’ai reçu bon nombre de menaces et il fut un temps où ma maison a été attaquée pour diverses raisons. Mais je suis toujours là car on ne peut m’acheter ni avec de l’argent ni avec du « seza ». Personne ne pourrait se permettre de me menacer », prévient-il.

Dire non. Dans cette même optique, James Ratsima ne cesse de dénoncer la mascarade d’indépendance que ne mérite point Madagascar. D’ailleurs, nous le reconnaissons pour cela. « En 1960, les colons nous ont donné un semblant d’indépendance, de drapeau national et d’hymne nationale. Jusqu’à maintenant, ils sont toujours présents à Madagascar et manipulent médiatement les élites qu’ils sélectionnent prudemment. Ils ont détruit notre langue et enseignent qu’il y a 18 tribus à Madagascar mais c’est faux. L’unité nationale des Malgaches a été prouvée scientifiquement », a-t-il soutenu. Pour cela, il tire la sonnette d’alarme. « Osons dire non aux colons et à leurs pratiques ».

Engagé et généraux. James Ratsima est un homme engagé. Pour libérer Madagascar des jougs de la pauvreté et de la misère, il propose plusieurs solutions. « La plupart des politiciens malgaches sont des usurpateurs et des arrivistes. Les vrais sont très minoritaires. Avec mon parti, nous avons établi une charte qui met en relief l’intérêt du peuple malgache et la négation de la colonisation. Pour faire simple, il s’agit d’une révolution totale un peu comme celle du Colonel Ratsimandrava et non d’un simple changement de personnes. Pour ce faire, l’organisation d’un forum national est indispensable », a-t-il informé avant de poursuivre que « Les structures coloniales ne persisteront plus ». Par ailleurs, il vient d’assister récemment à une rencontre en Afrique du Sud avec plusieurs responsables étatiques de différents pays. « Les îles éparses, l’indépendance monétaire et l’intégrité territoriale en Afrique y ont été discutées », enseigne-t-il. A part la politique, James Ratsima gère avec sa femme plusieurs centres pour les handicapés. Il cultive également du riz et des pommes de terre. « Quand c’est la saison des récoltes, je garde les quantités qui me suffisent et je partage le reste aux voisins nécessiteux », a-t-il soutenu humblement. James Ratsima n’a qu’un seul principe de vie : « Mon pays d’abord, les hommes après ».

Aina  Bovel

L'express de Madagascar61 partages

Laza Andrianirina : « Une thérapie salutaire s’impose à la Justice »

L’indépendance de la Justice s’acquiert et s’affirme par des décisions audacieuses et impartiales, soutient Laza Andrianirina, enseignant en droit et membre associé de l’Académie Malgache. Le juriste avance qu’une thérapie salutaire s’impose.

• Les revendications sur l’indépendance de la Justice semblent perpétuelles. N’est-ce pourtant pas ce que devraient garantir les textes en vigueur ?  – Laza Andrianirina. L’indépendance de la Justice est assurée par tout un arsenal de textes à Madagascar, au premier rang duquel figurent la Constitution, le statut de la magistrature, et le Code de déontologie. Mais ces textes ne suffisent point à eux seuls pour la garantir. L’indépendance se vit et se pratique, elle s’acquiert, se conquiert et une fois acquise et conquise, se conserve. Ce besoin d’affranchissement, exprimé par la magistrature malgache, se fait de plus en plus brûlant en ces temps-ci, et trouvera l’opportunité de son éruption après une longue latence.• Certains juristes, dont des magistrats, affirment qu’il faudrait casser avec l’obligation de subordination du parquet vis-vis du ministère, que les personnes comme le Procureur général de la Cour suprême doivent être élues par leurs pairs et non plus désignées par décret. Serait-ce une solution   ? – Aux yeux de certains juristes, la rupture du cordon ombilical avec la chancellerie consacre cette indépendance, mais suffit-elle en fin de compte   Seul un des deux visages de Janus est considéré. Une chose est la volonté réussie de rompre, une autre est l’usage qui en sera fait à l’issue. Si beaucoup désirent ardemment la disjonction, très peu sont prêts à encaisser les multiples incidences. De cesincidences, j’en citerai quel­ques-unes qui me paraissent les plus significatives. Tout d’abord, la substitution de la nomination par l’élection, à laquelle je suis personnellement favorable à condition d’élargir le procédé dans la quête d’une plus grande légitimité démocratique, ne fait pas à elle seule l’indépendance. Le procédé électoral doit être assorti avec les pratiques judiciaires respectueuses des principes de l’État de droit et de la démocratie, et extirpé des tendances corporatistes. Ensuite, l’accès au rang d’un pouvoir exige aussi l’acceptation d’un contre-pouvoir qui revendique plus de transparence et de redevabilité. Est-on disposé à ce genre d’exercice   Puis, se focalisant uniquement sur les effets néfastes des interventions politiques, beaucoup négligent par exemple les fréquentes collusions avec le pouvoir économique au préjudice de certains usagers de la Justice. L’indépen­dance de la Justice est souhaitée, à la seule condition qu’elle permette de parvenir à un service public de qualité dans le secteur. Néanmoins, je reste perplexe vis-à-vis d’un dilemme qui demeure coriace à trancher puisque finalement, il s’agit d’un véritable choix de société.• À défaut de pouvoir rompre ce lien pénalisant et en attendant cette échéance, que faudrait-il faire  ? – La solution, provisoire, à l’indépendance est à rechercher dans le mode opératoire et dans l’optimisation des ressources de la procédure judiciaire. Dans le procès à caractère pénal par exemple, le parquet, dont on sait qu’il ne peut pas toujours échapper à cette tutelle hiérarchique, ne peut pas non plus éternellement et systématiquement procéder au classement sans suite de toutes les affaires sulfureuses dont il est saisi. Partant de là, celles-ci suivent leur cours pour passer successivement au cabinet du juge d’instruction avant d’atterrir dans le bureau du juge et ensuite à l’audience. A-t-on jamais assisté à l’optimisation des ressources de la procédure pour acquérir, conquérir ou conserver l’indépendance judiciaire   Pas vraiment. Peu importe le sens de la politique pénale de la chancellerie, le « vulgum pecus » malgache (le Malgache lambda) éprouvera de la fierté envers sa magistrature qui, par des sentences dissuasives prises au nom de son intime conviction et conformément à la loi, prononcera, outre des peines afflictives coutumières, des peines infamantes à l’occasion de certains procès exemplaires largement relayés par le pouvoir médiatique. Pareil pour les branches de la Justice qui s’occupent des affaires de droit public, leur indépendance s’acquiert et s’affirme dans des décisions audacieuses et impartiales. Autant de conditions pour une Justice crédible et respectée.• Qu’en est-il de l’idée d’ôter le président de la République et le ministre de la Justice de la composition du Conseil supérieur de la magistrature   ? – Ceci est un mélange de genres, qui a toujours été admis par les différents constituants malgaches, et dont il faudrait certainement se départir. Mais là encore, c’est au corps électoral malgache d’en décider le moment venu. Il reste que les véritables préoccupations qui se profilent derrière cette idée sont la mainmise et les interférences récurrentes de la politique sur la magistrature.• Effectivement, cette dernière proposition implique une modification de la Constitution, ce qui n’est pas chose facile. Les magistrats revendiquent pourtant que des mesures urgentes mais à la fois pérennes soient prises. Quel genre de solution pourrait-on avancer dans l’immédiat   ? – Là encore, n’étant pas épuisés, les moyens du bord ne demandent qu’à être mis à profit. Il convient de procéder par étape en ayant l’indépendance comme cible. Il faut d’abord que les prescrits constitutionnels, assis immédiatement rendant accessible cette visée, soient acquittés dans les règles de l’art. Sans gloser sur la nécessité impérative de mettre en place la Haute cour de Justice (HCJ) qui, à la longue, est devenue un serpent de mer, le milieu judiciaire a-t-il suffisamment requis la mise en œuvre des articles 112 et 113 qui parlent de l’Inspection générale de la Justice et du Conseil national de la Justice   Bien qu’il s’agisse là encore d’un fâcheux mélange de genres, sait-on au moins que l’indépendance, pour qu’elle ne soit pas des galimatias, s’arrache par ces petits grignotements salutaires   Puis, un vieil adage dit : « À l’œuvre, on connaît l’artisan ». Le peuple reconnaissant donnera ainsi crédit à sa magistrature qui saura bien faire preuve d’irréprochable intégrité morale et d’incontestable compétence professionnelle.• Certains magistrats reconnaissent, cependant, que les juges malgaches sont parmi les mieux protégés si l’on s’en tient aux textes. D’autres affirment, en revanche, que l’indépendance est d’abord dans la tête. Il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui, la fragilité de la Justice aurait pour cause la corruption, ou serait-ce autre chose comme la formation qui pourrait ne pas préparer psychologiquement les magistrats à résister aux pressions et menaces de tout genre    ? – Il me semble qu’au vu notamment du brouhaha actuel, l’avis de ceux qui disent que les juges malgaches sont les mieux cuirassés n’est pas nécessairement partagé par leurs coreligionnaires. Une chose est au moins sûre, c’est que l’indépendance est aussi un état d’esprit dès lors que les textes autorisent son exercice, bien que celui-ci soit limité en réalité. Cette disposition de l’esprit se situe entre, d’une part, les textes qui dictent le cadre de l’action et d’autre part, les pratiques qui en sont faites. Indiqués sommairement dans le Code de déontologie, les comportements et les attitudes dans l’exercice du métier sont dictés par cette disposition de l’esprit, dont l’acquisition se fait très tôt, c’est-à-dire dès le cycle d’apprentissage et se confirme tout au long de la poursuite de la carrière professionnelle. Vous dites fragilité, pour un pays qui se targue d’État de droit et dont, pourtant, la chaîne judiciaire est inexorablement atteinte au niveau de chacun de ses maillons, une thérapie salutaire s’impose pour mater l’hémorragie. Car la panne judiciaire reflète et en même temps,  génère la dilution de l’État.• Vous semblez bien établir un lien entre l’indépendance judiciaire et l’autorité de l’État. Comment voyez-vous les choses  ? – La Justice est une chaîne qui associe des corps de métier autres que la magistrature, à l’instar des organes de la police judiciaire et de l’administration pénitentiaire. Ces derniers traversent aussi de graves crises en ces temps-ci. Tout ce beau monde, qui représente au premier rang l’autorité de l’État et le pouvoir régalien, va très mal. Et si la thérapie tarde, la maladie sera incurable. Je suis alors de ceux qui pensent que le remède est à scruter dans la mise sous une même égide ministérielle de ces maillons. En dépendront et la garantie d’indépendance tant revendiquée par la chaîne judiciaire et la restauration d’une autorité de l’État vivement désirée par tous.

Propos recueillis par Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara57 partages

TELMA : Des offres destinées aux professionnels du tourisme

L’opérateur en téléphonie mobile et internet Telma est le partenaire No 1 du Tourisme. Raison pour laquelle, il est le partenaire exceptionnel de la 6e édition du salon International Tourism Fair Madagascar qui s’est tenue pendant quatre jours au village Voara à Andohatapenaka. Dans le cadre de cet événement d’envergure internationale, Telma a présenté des offres destinées aux professionnels du tourisme dont entre autres, les hôtels, les restaurants, les maisons d’hôtes, les parcs nationaux, les compagnies aériennes, les Tours opérateurs et les agences de voyage. Ils peuvent acquérir le « pack Opérateurs Touristiques » comprenant la fibre jusqu’à 100 Mo combiné avec le Huawei Y6pro et son forfait de 60 min d’appels, 100 sms et 100 Mo. « Et c’est à seulement 533 000 Ar TTT/mois pour tout abonnement », a expliqué un responsable du groupe Telma.

Abonnement offert. En outre, « 100% des villes touristiques dans tout Madagascar sont aujourd’hui connectées par le biais de la fibre optique du Telma. Soit d’Antananarivo à Tamatave en passant par Diégo et Nosy-Be, et ce, jusqu’à Toliara. Toute souscription à l’offre pendant le salon permet de bénéficier de 1 mois d’abonnement offert », a-t-elle poursuivi. En tant que partenaire N°1 du tourisme, Telma met à la disposition de ce secteur pourvoyeur de devises de Madagascar des infrastructures de qualité afin de contribuer à la promotion de la destination Madagascar. Durant le salon, Telma propose également une démonstration de son nouveau produit le Telma Dream avec son casque de réalité virtuelle.

 3 000 partenaires. Et à part l’accès à l’internet et à toutes ses possibilités dans ces villes touristiques, la connexion 4G, le meilleur du Très haut Débit Mobile, est déjà disponible dans plus de 60 villes éparpillées dans tout Madagascar. Et pour rester en contact avec ses proches, et continuer de communiquer partout dans le pays, plus de 80% du territoire sont couverts par le réseau mobile Telma. Ce n’est pas tout ! Pour rendre plus simple la vie de chacun, MVola, la 1ère solution de paiement par mobile, permet de circuler dans tout Madagascar en toute sécurité grâce à plus de 3000 partenaires MVola dont entre autres, des hôtels, restaurants, compagnies aériennes, parcs nationaux, et boutiques.

Navalona R.

Madagascar Tribune39 partages

« La grève était un mal nécessaire »

Comme promis, les membres du syndicat des magistrats (SMM) reprennent leur travail à partir de ce jour après avoir observé deux « journées d’indignation » selon le thème qu’ils ont donné à cette grève d’avertissement. Quant au syndicat des greffiers, le doute plane encore malgré les assurances du ministère de la Justice qui déclare par le directeur de cabinet du ministre de la Justice qu’une circulaire sera diffusée dans toutes les juridictions rassurant les greffiers dans leurs fonctions légales. Dans son compte-rendu de la rencontre avec le Premier ministre, le porte-parole du syndicat des greffiers n’a pas été clair. De nombreux points de leurs revendications ont été examinés et des accords ont été trouvés sauf au sujet du versement précise-t-il. Ce dernier point doit être l’objet d’une autre rencontre ce lundi 12 juin. Toujours est-il que l’ambiance est au retour au travail car les deux syndicats sont très sensibles à l’intérêt des justiciables et au respect de l’état de droit.

En tout cas, la grève simultanée des deux entités a été perçu par les justiciables comme un symbole fort du vécu de la Justice et de la dégradation de la situation dans le système judiciaire.

La grève était « un mal nécessaire » selon le SMM. Les deux journées ont permis à tous de réfléchir sur la nécessité impérieuse de se pencher sur les fonctions du magistrat et le devoir de non ingérence de l’Exécutif.

« Cela fait 25 ans que les juges du SMM successif, précisément les membres du bureau, réclament l’indépendance de la Justice mais tous font la sourde oreille, autant les dirigeants que les administrés. Il est donc plus que temps que l’on s’y mette », fait comprendre le bureau du SMM. Dès lors, il faut cesser l’instrumentalisation, la pression sous plusieurs formes, l’ingérence, la corruption, et toutes intimidations sur le magistrat qui tendent à prendre la forme d’encouragement à la haine. Un magistrat, haut responsable au sein de l’Ecole nationale de la magistrature (ENMG), pour le compte d’une association apparemment de sages, qui condamne toute ingérence dans la justice, fait remarquer d’ailleurs que du moment que la justice n’a plus cours et part en éclat pour plusieurs raisons, c’est la nation qui se désagrège. Cette association œuvre elle aussi à son niveau pour la revalorisation de la fonction de juge et promeut le savoir-être du magistrat.

Bref, le justiciable lambda attend.

News Mada36 partages

Raveloson Constant : “Tampi-maso ny fanovana lalàmpanorenana…”

 “Mandindona ny 2018 ka mba miteny ny tandapa amin’ny ranomaso teren-tsetroka fa hatao mialoha ny faran’ny taona ny tampi-maso : fanamboarana lalàmpanorenana sady mba miteny fokonolona sy fokontany. Efa-taona maninjitra anefa nanao salobon-komana tao an-dapa tao ka akaiky fifidianana vao mahatsiaro fokontany sy lalàmpanorenana”, hoy ny avy amin’ny MFM, Raveloson Constant, omaly, tamin’ny fanehoan-keviny. Nohitsiny fa

ataon’ny tandapa resabe hanodinana resaka hitodika fotsiny amin’ny fokontany izany. Tampi-maso atao amin’ny vahoaka izany, ka veriverezina amin’ny adin’akoholahy ny adin’ombalahy. “Tsy hokitikitihina ve izany ny amin’ny fanorenam-pitondrana, ny fombam-pitondrana ? Fototry ny areti-mandoza mamono antsika ireo. Havela amin’ny fitondrana amin’ny fombana mpanjaka ihany sa tena hanorina fitondrana amin’ny fomban’ny repoblika isika ?”, hoy ny fanontaniany.

Adihevitra tenierana momba ny lalàmpanorenana

Notsiahiviny fa samy hafa ny tena “fitsaram-bahoaka » ary hafa ny « valifaty tambabe » na « famaizana tambabe » na « herisetra tambabe ». Ataon’ny mpitondra sy ny tandapa safobemantsina ho iray ireo, araka ny nambarany. “Manimba ny aina sy ny fananan’olona izany ka tsy azo ekena. Tsy misy manaiky herisetra na valifaty na famaizana tsy amin’ny lalàna izany, saingy rehefa tsy misy hazon-damosina amin’ny rariny ireo  nomena ny fahefana hanao famaizana araka ny lalàna, matahotra ny vahoaka ary mahazo vahana manararaotra ny mpiteti-dratsy mamelona ady saritaka”, hoy Raveloson Constant.

Manoloana ireo, nambarany fa manao sorona ny fokonolona ireo milaza fa vahaolana amin’ny tany tsy mandry ny fokontany. “Velomy ny adihevitra tenierana momba ny lalampanorenana …”, hoy ihany ity mpikatroka avy amin’ny Mafana ity.

Synèse R.

News Mada35 partages

Drogue et séquestration : 5 Chinois arrêtés

La Brigade criminelle vient de démanteler un réseau de criminels samedi matin à Mahamasina.

La victime, une jeune fille de 20 ans, a été séquestrée dans une résidence privée à Mahamasina depuis vendredi soir après y avoir été entraînée par son meilleure amie, selon ses déclarations. Des Chinois l’ont droguée et des hommes ont abusé d’elle, d’après ses révélations. Elle a pu toutefois appeler sa mère dans un moment de lucidité pour l’informer de la situation, permettant  à son père d’alerter la Brigade criminelle qui était sur les lieux dès 6 heures du matin, le lendemain. L’otage a été libéré, 5 Chinois dont une femme et deux Malgaches ont été arrêtés avec une grosse quantité de drogue dure après perquisition de la résidence de luxe où les malfaiteurs ont occupé 3 appartements.

Il semblerait, selon nos sources, que le Malgache et l’un des Chinois font déjà l’objet de recherche pour des affaires de kidnapping.

Manou

 

Tia Tanindranaza35 partages

Hery RajaonarimampianinaMiaro mafy ny Sinoa tao Soamahamanina

Natokan’ny filoha Hery Rajaonarimampianina hanazavana ny antony hanatsarana ny fifandraisan’i Madagasikara amin’i Chine ny fandaharana Fotoam-bita andiany faha -6 nivoaka ny faran’ny herinandro teo.

45 taona izao no nifandraisan’ny roa tonta, hoy ny filoha ary aoka tsy hohadinontsika fa firenena faharoa manankarena indrindra aorian’i Etazonia i Chine. Fiaraha-miasa tsy misy fanambakana no atao, hoy i Hery Rajaonarimampianina, masi-mandidy isika eto amin’ny tanintsika. Efa nambarako tamin’ny filoha Sinoa Xi Jiping, hoy izy, tamin’izahay nihaona fa ampiharina ny lalàna amin’ireo tsy manaja izany. Nandritra io fandaharana io no nilazan’ny filoham-pirenena ny heviny momba ny raharaha Soamahamanina. Ara-dalàna tsara ny fitrandrahana nokasain’ny Sinoa natao tao Soamahamanina, hoy ny filoham-pirenena ary tena hahita tombontsoa  amin’izany ireo mponina ao an-toerana. Saingy indrisy fa noho ny resaka politika dia nahery vaika ny fanoherana ka tsy raikitra ny fitrandrahana. Lasa natao resa-be ny hoe mivarotra tanindrazana ny mpitondra, kanefa rehefa tena natao ny fanadihadiana ifotony dia tetikasa tahaka ireny Soamahamanina ireny izay goavana tokoa no tena ilain’ny mponina. Efa nitrandraka volamena ny mponina tao an-toerana ary raha tonga ny Sinoa dia tonga hiara-kiasa, izany hoe fanampiana no omena ny mponina mba ho matihanina kokoa. Tsy misy resaka tambiny hafa toy ny hoe fanamboarana ny lalan’ny frankôfônia mihitsy ny fitrandrahana volamena ataon’ny Sinoa fa asa manaraka ny lalàna sy  ny fifanarahana iraisam-pirenena ary mangarahara izany, hoy i Hery Rajaonarimampianina. Nanenjika hatrany ireo mpanao politika moa ny filoham-pirenena raha nilaza fa noho ny fahasahiranana sy fahantrana mianjady amin’ny vahoaka dia misy ny mamendrofendro sy mampirisika ny hambolena korontana, mba hiampangana ny fitondrana hoe : tsy mahavita azy sy tsy mahafehy ny firenena. Mbola hitohy ny fiaraha-miasa amin’ny Sinoa amin’ny resaka fanamboaran-dalana sy fotodrafitrasa, raha araka ny nambarany hatrany. Tsikaritra eto fa tena miaro tanteraka ny Sinoa ny filoham-pirenena Malagasy ary mihevitra angamba fa ny Sinoa no hanatosaka volabe eto. Raha voaara-maso tokoa moa ny ataon’ny Sinoa eto, tsy misy mandà fivoarana saingy maro be ny zavatra tsy mety sy tsy rariny ataon’ny Sinoa raha tsy hilaza afa-tsy ny eto an-drenivohitra fotsiny, ohatra. Mba mahita an’ireny ve ny fitondrana foibe sa tena jamban’ny fampanantenana vola be ka ny mpanao politika foana no omena tsiny sy atao fialana bala amin’ny gaboraraka momba ny fitantanana ny firenena ?

RTT

Midi Madagasikara25 partages

Antsakaviro : Metisy karàna, hita faty voatsatoka antsy

Tovolahy mety ho karàna iray, no hita faty tetsy Ambodiraotra Antsakaviro, ny sabotsy maraina lasa teo. Raha ny fizahan’ireo tompon’andraikitry ny filaminana tonga teny an-toerana dia azo heverina avy hatrany fa vono olona izy ity. Nahitana tsatok’antsy roa mantsy teo amin’ny tratrany sy teo amin’ny lohany. Manodidina ny 30 taona eo ho eo ity lehilahy hita faty ity ; izay tao anaty tevana akaikina fiantsonan’ny taxibe ho an’Ankatso sy Ambohipo iny. Ireo olona mandalo teny an-toerana no nahatsikaritra azy voalohany, toy ireny olona matory ireny. Rehefa nojerena akaiky anefa dia hita fa mihoson-drà tanteraka ilay lehilahy ka nantsoina avy hatrany ireo tompon’andraikitra. Hatairana ny an’ny rehetra rehefa nozahana akaiky, fa efa vatana mangatsiaka sisa ny an’ity lehilahy metisy karàna ity. Fotoana fohy taorian’izay no tonga teny an-toerana avy hatrany ireo polisy siantifika sy ny polisy ireo misahana ny helokabevava. Ny fitiliana izany no nahitana ireo dian-java-maranitra, nandoaka ny tratrany sy ny lohany, izay noheverina fa nahafaty azy. Araka ny fanazavana azo, dia mety ho novonoina tany an-toeran-kafa ity lehilahy ity ary natsipy tao amin’io faritra iny taorian’izay. Ireo mponina eny an-toerana rahateo tsy misy mahafantatra azy, raha ny angom-baovao teny an-toerana. Fantatra efa mandeha avy hatrany ny fanadihadiana mahakasika ity raharahara ity. Tsy nisy taratasy nahafantarana azy ihany koa tany aminy. Efa mandeha moa amin’izao fotoana izao ny fanadihadiana mahakasika ity resaka vono olona ity. Ny hany azo antoka aloha hatreto, raha ny fanazavana azo, dia tsy misy ifandraisany amin’ny resaka fangalàna an-keriny, izay nahalasibatra ireo teratany karàna tato ho ato, ity zava-nitranga ity.

m.L

News Mada24 partages

Amoron’i Onilahy : mise en avant du tourisme communautaire

Le tourisme commanditaire fait aujourd’hui partie des formes de tourisme à fort potentiel dans les meilleurs destinations mondiales. Suivant ce concept, les villageois et riverains des sites touristiques s’engagent dans la promotion de la destination.

La célébration de la Journée mondiale de la biodiversité, le 22 mais dernier, placé sous le thème « La biodiversité et le tourisme durable », fut l’occasion pour WWF Madagascar de présenter le tourisme communautaire promu par les villageois de l’aire protégée Amoron’i Onilahy, dans le paysage Mahafaly, au Sud de Toliara.

Divers produits touristiques

Amoron’i Onilahy est une aire protégée gérée par les communautés locales, qui travaillent pour la valorisation de leurs richesses naturelles à travers l’écotourisme, la promotion de la biodiversité et le contact avec les villageois. Gîte d’étape, centre d’information et bureau d’accueil à Ambohimahavelona, circuits motos et quads le long de la rivière Onilahy, observations de lémuriens et d’oiseaux endémiques, descente de la rivière en pirogues à moteur… Tout a été pensé par les communautés appuyées par WWF.

Elles forment aussi des guides locaux au même titre que les patrouilleurs qui surveillent les forêts, et les légumes produits localement vont servir les tables des touristes dans leur restaurant communautaire ou les campements touristiques de leur aire protégée.

Si ces activités sont encore en démarrage, elles témoignent de la volonté des villageois de chercher des entrées d’argent durables tout en profitant de leurs forêts, et sans forcément les détruire. Un vent d’air frais pour la forêt galerie unique d’Amoron’i Onilahy qui subit la pression du charbon de bois et du bois de chauffe depuis de nombreuses années.

Arh.

 

Midi Madagasikara24 partages

Forêt naturelle d’Ankazomivady-Ambositra : Menacée de destruction face à l’inertie des responsables

Ces dix dernières années, on constate qu’à travers toute l’Ile, nos réserves naturelles font l’objet de convoitise et sont constamment menacées sans que l’Etat ne vienne à bout de ces destructions, au profit d’une minorité.

Certains observateurs d’aller même jusqu’à qualifier ces actes de source de corruption au sein même de l’Etat, de ses démembrements dans les collectivités décentralisées sensées être les premiers concernés et à l’insu des communautés locales villageoises de base qui n’ont plus leur raison d’être en tant que gestionnaire de ces aires protégées. Les lois sont faites pour être appliquées, mais elles ne le sont pas, pour une raison comme par une autre.

Cautionnement. C’est le cas de la forêt primaire d’Ankazomivady dans le district d’Ambositra et de surcroît, l’unique forêt naturelle située sur le bord d’une route nationale, un joyau, en somme. Une forêt naturelle qui, si les destructions persistent, risque d’être anéantie à jamais à brève échéance. Rakotozandrina Joël, maire d’Ambatofitorahana où se situe une partie de cette forêt naturelle d’Ankazomivady, de dénoncer qu’après l’exploitation illicite des arbres de cette forêt pour faire du charbon, des individus venant des localités avoisinantes, investissent continuellement les terres dénudées occupant une superficie de plus de 60 ha pour la plantation de géranium, détruisant les jeunes plants d’arbres et ce, depuis 2015, une présence illicite, sans que les autorités locales ne daignent lever le petit doigt pour mettre fin à ces pratiques dans ces aires protégées, qui perdurent depuis deux ans. Fort de ce cautionnement des autorités, on croit même savoir, que ces exploitants illicites sont même allés jusqu’à construire des hangars sur les lieux et des unités de distillerie. C’est dire qu’ils manifestent d’investir les lieux dans une zone interdite.

Influencer. Pour sa part, le nouveau directeur régional de l’Environnement, des Forêts et de l’Ecologie d’Amoron’i Mania, en marge de la célébration de la journée de l’environnement, Abodou Randrianasolo Paul de déclarer qu’il n’entend pas se laisser influencer et a promis d’aller jusqu’au bout pour instaurer l’Etat de droit dans la préservation de ce patrimoine. Un patrimoine qui, comme l’a expliqué le maire d’Ambatofitorahana, constitue une rentrée de recettes pour la commune par le biais de l’écotourisme avec l’appui des partenaires. Ces derniers qui, vu la situation, se sont rétractés. Un manque à gagner que la commune tient à déplorer à cause de l’inertie de certains résponsables aux comportements irresponsables. Une histoire à suivre…

Anastase

Midi Madagasikara23 partages

Affaire Antsakabary : Mise en veilleuse

Le déroulement de l’enquête ainsi que les décisions prises par la Justice sur le dossier Antsakabary restent encore flous. On a l’impression que cette affaire a été mise en veilleuse. Faut-il rappeler que deux policiers ont péri dans un acte de vindicte populaire à Antsakabary dans le district de Befandriana-Nord, le 18 févier dernier. Par la suite, 487 maisons d’habitation ont été réduites en cendre. Toujours est-il que le procureur de Mandritsara, les prêtres et habitants de ce district accablent les éléments de la police nationale qui seraient responsables de l’incendie de cinq villages dans la commune d’Antsakabary.

Dominique R.

Midi Madagasikara21 partages

Tourisme et Protection sociale : La CNaPS présente à l’ITM

Sa présence lors de la dernière édition de l’ITM (International Tourism fair of Mafagascar) constitue une première pour la CNaPS (Caisse Nationale de Prévoyance Sociale).

Les visiteurs ont en effet pu consulter directement leur compte au stand de la CNaPS durant les 4 jours du salon, en se munissant de leur carte (ou numéro) d’adhérent CNaPS ou leur Carte d’Identité Nationale. En plus, les employeurs pouvaient également y affilier leurs employés qui ne l’étaient pas encore. Ainsi, ont été consultables au stand de la CNaPS, le montant total des versements effectués par l’employeur du détenteur du compte depuis sa déclaration à la CNaPS, jusqu’au dernier versement de son employeur. Il est à préciser que la cotisation de l’employé équivaut à 1% de son salaire déclaré sur la fiche de paie, si celle de l’employeur s’élève à 13 % du salaire de son employé.

Prévoyance. Ainsi pour la CNaPS, la pésence à l’ITM ne fut pas seulement à visée informative, mais carrément pragmatique ; étant donné que les services afférents à la prévoyance sociale y étaient disponibles. Toutefois, les agents de la CNaPS sur place ont informé ceux qui le désiraient sur les divers avantages d’être affiliés à la CNaPS, en termes de protection et de prévoyance sociales, notamment celles relatives à la famille, la santé de la mère et de l’enfant, les accidents dus au travail et la retraite. D’autant plus que la protection et la prévoyance sociale est la responsabilité de tous, des travailleurs comme des employeurs… Et la sécurité matérielle après la vie active se prépare en amont.

 

Luz R.R

Midi Madagasikara21 partages

Ministère de la Culture : Des décorations et des réflexions

Des « médaillés » fiers de leurs distinctions.

500 distinctions honorifiques ont été remises aux artistes et opérateurs culturels par le ministère de la Culture vendredi dernier au CCI Ivato.

Grand jour pour les quelques 500 artistes et opérateurs culturels œuvrant pour la valorisation et la promotion de la culture et de l’art à Madagascar vendredi dernier. Ils ont été décorés par le ministère de la Culture, et le ministre Jean Jacques Rabenirina a même honoré de sa présence cet événement. Un grand honneur car il assiste rarement à des manifestations en faveur de l’art et de la culture. L’événement a aussi vu la présence du président de la République Hery Rajaonarimampianina, c’est dire combien cette reconnaissance est importante. Les artistes et les opérateurs culturels, eux, ont été bien contents de recevoir cette décoration d’honneur. Quoi que… certains d’entre eux n’ont pas apprécié la distinction qu’ils ont reçue, Jaojoby est ainsi sorti de la salle, mécontent de son « Chevalier de l’Ordre National ». Et puis, côté organisation, tout n’a pas été réglé comme une note de musique. Il faut avouer que les artistes et les opérateurs culturels travaillent dur et sans relâche pour que l’art malagasy puisse rayonner dans le monde. Grâce à eux, Madagascar fait parler de lui en bien. Médailles durant les Jeux de la Francophonie, des prix et d’autres distinctions internationales, ce sont toutes les disciplines artistiques qui sont concernées. D’ailleurs, même à Madagascar, les artistes et opérateurs culturels sont des acteurs importants du développement. L’industrie culturelle existe, et cela même s’ils œuvrent seuls, sans moyens mais avec de la volonté, et encore moins les soutiens institutionnels dont ils ont besoin pour en faire un vrai levier de développement.

Abandon. Seuls, c’est le sentiment que les opérateurs culturels et les artistes ressentent souvent lorsqu’il s’agit de soutien de la part du ministère de la Culture. Car si les artistes se débrouillent comme ils peuvent pour exister et faire exister toute cette industrie à fort potentialité, l’on ne sait toujours pas concrètement quelles ont été les aides apportées par l’institution elle-même. Heureusement, de la nécessité naît la créativité. Avancer, toujours aller de l’avant, peu importe les soutiens, les critiques et les encouragements, tel est le leitmotiv des artistes, de toutes ces personnes qui font chaque jour que la culture et l’art malgaches aient une vraie place dans le développement du pays. Des articles dans les journaux, des concerts, des projections de films, des bandes dessinées, des expositions d’art plastique, des albums musicaux, des productions cinématographiques, des livres, des spectacles de danse… autant d’activités qui font tourner la planète culturelle malgache. Avec… ou sans les institutions !

Anjara Rasoanaivo

News Mada20 partages

Badminton : BaoBad se singularise

Début promoteur du tournoi Découverte organisé par l’Escame ! Les grands clubs de la capitale et d’Antsirabe ont répondu à l’appel, tout comme les joueurs notables du badminton lors de la première édition qui s’est tenue le week-end dernier.

Une fois de plus, le lycée St-Michel Itaosy a abrité les finales de la compétition. Mais les badistes d’Itaosy n’ont pas profité de l’avantage du terrain. Au décompte final, le Sporting Itaosy et Saint-Michel Itaosy n’ont récolté qu’un titre chacun dont celui obtenu par Aina en série A de la catégorie féminine aux dépens d’Epiphanie de BaoBad.

Ce dernier a une nouvelle fois démontré son potentiel en glanant la majorité des titres en jeu dans les deux séries A et B. Trois sacres, pour être plus précis, sur les quatre possibles. Dans la série A homme, Haja continue sa mainmise en remportant un nouveau trophée après avoir dominé Tahiry d’ABC Antsirabe en final. L’unique finaliste de la ville d’Eaux lors de ce tournoi.

La finale de la série B de cette catégorie était une affaire entre joueurs de BaoBad. A ce jeu, Alpha a pris le dessus sur Hervé pour s’approprier le titre. Deux apprentis badistes ont eu également leur part du gâteau durant cette joute en gagnant les deux finales  Découverte garçon et fille en l’occurrence Haja (3e année) et Mirana (1ère année).

Naisa

Résultats homme :

Série A :

Champion Haja (BaoBad)

Vice-champion Tahiry (ABC Antsirabe)

Série B :

Champion Alpha (BaoBad)

Vice-champion Hervé (BaoBad)

Découverte Escame :

Champion Haja (3e année)

Résultats Dame :

Série A :

Championne : Aina (Sporting Club Itaosy)

Vice-championne : Epiphanie (BaoBad)

Série B :

Championne Sahondra (BaoBad)

Vice-championne Salohy (Saint-Michel Itaosy)

Découverte Escame :

Championne Mirana (1ère année)

 

Midi Madagasikara19 partages

By-pass : Un motard tué dans un accident

Samedi en début de la soirée, un motard a trouvé la mort dans un accident sur la route d’Ambohimanambola. Roulant à vive allure sur le by-pass, la moto est entrée en collision avec un minibus. Ainsi, le motard, qui était coincé sous le véhicule, a été tué sur le coup. Selon les témoignages des proches qui sont venus récupérer le corps de la victime à l’HJRA, la victime était un mécanicien. Elle était en train de faire un essai de la moto qu’elle venait de réparer quand l’accident s’est produit.

T.M.

Midi Madagasikara18 partages

Athlétisme- Championnats de Madagascar jeunes : Toliara domine les débats

Les championnats de Madagascar d’athlétisme des jeunes ont livré un verdict assez moyen avec au bout aucun record battu. Mais c’était prévisible vu le temps qu’il faisait durant tout le week-end à Alarobia avec un crachin très certainement pas au goût des athlètes des provinces.

Pari tenu pour la Fédération Malgache d’Athlétisme qui a organisé ses championnats pour les moins de 20 ans dans un stade d’Alarobia plein de monde et ce malgré le froid qui sévissait durant tout le week-end.

Toliara vivier de l’athlétisme. Mais qu’on croyait que cela allait handicaper les athlètes des provinces, on assista plutôt au contraire car ce sont les Tuléarois qui sont devant avec 16 médailles d’or contre 19 en argent et 15 en bronze.

Un résultat qui met du baume au cœur et qui prouve que Toliara reste un vivier de l’athlétisme à Madagascar. Enfin presque car les 13 ligues présentes à Alarobia avec la section de Farafangana souffrent d’un manque de moyens manifeste. Quand on voit que seuls 11 des 23 garçons qui ont pris le départ du 1500 m portaient des chaussures dont certaines ne sont même pas les fameuses pointes d’usage, on ne peut que louer le courage et la volonté de ces jeunes.

Une base plus grande. Et si l’engouement était là, les résultats tardaient à suivre. Mais ce n’est pas une mauvaise chose, estime un des vice-présidents de la FMA, l’ancien hurdler Hubert Rakotombelonstoa, car au moins la base est en train de s’agrandir puisqu’ils étaient 528 athlètes à prendre part à ce sommet 2017. Mais en tant qu’ancien champion, il admet qu’un championnat au mois de décembre serait mieux pour tout le monde mais cela reste difficile à réaliser si on tient compte du calendrier scolaire.

Pour revenir au classement des médailles, Analamanga prend logiquement la seconde place avec 14 or, 13 argent et 17 bronze. La troisième place est revenue à Alaotra Mangoro pour ses 11 médailles d’or, 7 d’argent et 11 de bronze.

Clément RABARY

Midi Madagasikara18 partages

Medical International : La célébration du vingtième anniversaire se poursuit !

Les heureux gagnants des tombolas organisées par Medical International

Les célébrations dans le cadre des vingt ans d’existence de la société Medical International continuent pour cette année. En effet, deux sortes de tombola ont été organisées dernièrement. D’un côté, une tombola dédiée spécialement aux professionnels de la médecine tels que les médecins ou les infirmiers (ères). Et de l’autre, celle destinée au grand public. Les lots quant à eux allaient des montres trotteuses (destinées aux professionnels en la matière) aux polos ou encore à des tensiomètres électroniques. Un moyen pour les responsables auprès de Medical International de satisfaire sa clientèle mais également de faire connaître à un plus large public ses services.

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

Secteur aurifère : Un BAM pour formaliser les exploitants à Ambilobe

Lors de l’inauguration du BAM à Ambilobe.

L’objectif est d’assurer la traçabilité du circuit de l’or allant des exploitants en passant par les collecteurs formels tout en évitant les spéculations, et ce, jusqu’à son exportation.

 Après Ilakaka, le district d’Ambilobe dans la région DIANA, dispose maintenant d’un Bureau d’Administration Minière. C’est ainsi la deuxième structure mise en place par le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole cette année dans tout Madagascar. « Il s’agit d’un service de proximité servant à faciliter la formalisation des exploitations minières dans les régions à forte potentialité », a expliqué Zafilahy Ying Vah, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole lors de l’inauguration de ce BAM dernièrement à Ambilobe.

Traçabilité. Notons que la commune rurale de Betsiaka, se trouvant dans ce district, recèle d’une plus grande réserve d’or à Madagascar à l’instar de la commune rurale d’Antanimbary, dans le district de Maevatanàna. Cependant, « l’exploitation aurifère y est encore dominée par l’informel. Aucune statistique exacte n’a été enregistrée concernant la production de l’or et le nombre des exploitants opérant dans ce site. L’Agence Nationale de l’Or ou ANOR a déjà remis à la commune rurale de Betsiaka des cartes d’orpailleurs à distribuer aux exploitants locaux mais ceux-ci affirment qu’ils n’en ont pas obtenu jusqu’à maintenant. Ce qui explique que certaines autorités locales  veulent profiter de la situation informelle afin de racketter ces exploitants aurifères. La mise en place de ce BAM permettra ainsi d’assurer la traçabilité du circuit de l’or allant des exploitants en passant par les collecteurs formels tout en évitant les spéculations, et ce, jusqu’à son exportation », a soulevé le ministre de tutelle.  

Retombées positives. Par ailleurs, il reconnaît qu’il y a encore de la gabegie au sein du secteur de l’or. « Mais la formalisation et la structuration de ce secteur stratégique  nécessitent la contribution de toutes les parties prenantes. L’objectif consiste à promouvoir une exploitation minière durable respectueuse de l’environnement tout en tirant des retombées économiques positives aussi bien pour la population locale, que pour le pays et les exploitants, et ce, dans le cadre d’un partenariat gagnant-gagnant », a enchaîné le ministre Zafilahy Ying Vah. Il faut savoir que des représentants des élus ont soulevé l’organisation d’une table-ronde afin de mieux diagnostiquer et rechercher des solutions sur l’exploitation illicite d’or à Betsiaka.

Navalona R.

Midi Madagasikara16 partages

Antanimora : Lehilahy niboridana, voalaza fa adala nosamborina

Hafahafa ! Lehilahy manodidina ny 40 taona any ho any, no voatery nosamborina teny amin’iny faritra Antanimora iny, ny zoma tolakandro teo. Nasiana rojo vy ny tànany ary natosika ho any amin’ny biraon’ireo mpitandro filaminana izy. Ny mahagaga sy mahazenda an’ireo nanatri-maso teny an-toerana, dia niboridana sa naboridana tanteraka ity lehilahy ity. Tanteraka mihitsy, satria na dia tako-kenatra aza tsy hita teny aminy. Raha ny fanazavana azo, dia toa hoe marary saina izy ireo, ka izay no antony nahatonga azy niboridana toa io. Hatreto anefa dia tsy fantatra mazava hoe inona no antony nisamborana azy. Misy ny hoe nanelingelina ny fifamoivoizana teny an-toerana izy ireo ka tsy maintsy nandraisana fepetra. Loharanom-baovao indray no nilaza fa lehilahy tratra nangalatra ka nosamborin’ny fokonolona ary nentina, teny amin’ny biraon’ny pôlisy. Notazonina any moa ity farany ary efa manao ny fanadihadiana ireo mpitandro  filaminana.

m.L

Midi Madagasikara16 partages

Chronique de Mickey : La bulle qatarie va-t-elle éclater ?

Le petit émirat va-t-il disparaître du piédestal sur lequel il est placé actuellement ? Grisé par les pétrodollars et les revenus du gaz ,peut-être, et avec un revenu par habitant de l’ordre de 100 000 dollars par an et des fonds souverains placés dans les principales places financières de l’ordre de 370 milliards. Doha se permet de se donner une image particulière la démarquant des autres Etats du Golfe en se dotant d’une chaîne de télévision de référence internationale comme l’Al Jazeera , de groupes de communication sans parler des grands clubs de foot-ball « majeur » en Europe en passant par les acquisitions immobilières dans les grandes capitales. En résumé, le Qatar est un petit Etat riche dont le rayonnement peut faire des envieux.

Mais à tort ou à raison, la sphère économique est une chose, celle du religieux comme celle de la politique en sont une autre. On lui reproche de trop se rapprocher de l’Iran, bastion de l’islam chiite, ennemie jurée et des Etats-Unis et de l’Arabie Saoudite, berceau de l’islam sunnite, or les deux branches sont les deux protagonistes de tensions régionales. Puis l’Arabie Saoudite accuse le petit riche émirat d’entretenir des liens avec « des organisations terroristes et des groupes sectaires cherchant à déstabiliser la région, parmi eux les « Frères musulmans, Daech et Al Qaîda ». La crise a éclaté le 05 Juin lorsque l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Bahrein et l’Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha, la capitale Qatarie, suivie par la suite par la Libye, le Yémen, Les Maldives et l’île Maurice. Le président Trump fait générateur de cette crise lors de sa visite à Ryad, a habilement dévié l’enjeu régional vers le terrorisme international et sa déclaration déclinant tout extrémisme religieux vers le terrorisme a impacté sur la décision de Ryad, puisque Doha est accusé de tous les déviations surtout des Frères musulmans de par le monde. Mais cette crise fera vite de se décroître parce que les conséquences de part et d’autres sont imprévisibles, par exemple, les USA peuvent perdre une base militaire stratégique comme celle de Doha et les pays du Golfe ne peuvent pas se permettre de perdre leur unité face à l’adversité commune contre l’Iran. D’ailleurs, certains modérateurs comme Dubaï se sont vite manifestés et les capitales sources de cette crise viennent de préciser qu’elles veulent non pas un changement de régime mais un changement de politique. Tout finira bien par s’arranger. Cependant, dans notre région, on peut comprendre mal, l’impair diplomatique de Maurice qui s’empressée d’annoncer la rupture diplomatique avec le Qatar (démentie ?), alors qu’à priori les enjeux ne sont pas évidents pour l’île et surtout que le département source de l’information est responsable de l’intégration régionale et n’en a pas consulté les îles dites sœurs.

M.Ranarivao

L'express de Madagascar15 partages

Assemblée nationale – Les absents n’ont pas tort

La dernière séance plénière a provoqué des réactions loin d’être positives. Les explications divergent quant aux différentes raisons et conséquences.

Exception. C’est le qualificatif avancé par le vice-président de l’Assemblée nationale, Freddie Mahazoasy vendredi, concernant la séance plénière dégarnie de mercredi dernier. En marge de la journée portes ouvertes du Parlement de Madagascar à la Bibliothèque nationale Ampefiloha, cet élu a apporté des explications sur les raisons du fort taux d’absentéisme à Tsimbazaza. « La séance plénière de mercredi dernier est une exception. Il y a eu un problème de communication entraînant la dispersion des députés », a-t-il soutenu.De son côté, lors de la cérémonie de signature de la collaboration avec la fondation Friedrich-Ebert, jeudi dernier, le président decette institution, Jean Max Rakotomamonjy a donné une autre version. « Certains députés sont en mission dans leur circonscription, d’autres suivent des traitements médicaux ou sont retenus par d’autres obligations ». Toutefois, la situation clairsemée de l’hémicycle est récurrente depuis les premières sessions de 2014. Hormis les grands rendez-vous comme la cérémonie d’ouvertureet de clôture, la rencontre avec le gouvernement, la présence de tous les députés est illusoire.IndignationLe règlement intérieur de cet organe législatif prévoit une retenue sur l’indemnité de fonction. La déchéance est envisageable en cas d’absence prolongée. « La fonction première des députés est de légiférer. Chacun agit selon sa conscience, et je trouve qu’il est indécent de trahir la confiance accordée par les électeurs », souligne Jean Max Rakoto­mamonjy. La réaction des contribuables face à cettesituation est sans équivoque. « Un dixième de l’assemblée pour voter une loi. Faut le faire. Et çà crie à hue et à dia quand il s’agit de privilèges et indemnités !», s’insurge Lalasoa Ramparany, sur la page facebook de l’Express de Mada­gascar. « C’est mieux que rien », ironise Bernard Randria.Concernant les mesures à prendre pour endiguer l’absentéisme fréquent des députés, « nous allons discuter de cette situation au niveau du bureau permanent. Par la suite, des dispositions seront prises au sein de la conférence des présidents », rassure Freddie Mahazoasy. Les années précédentes, il a été question de saisir la Haute cour constitutionnelle pour sanctionner les mandats buissonniers, mais les mesures prises tardent à voir le jour. Les informations émanant des prochaines réu­nions du bureau permanent sont donc très attendues, afin d’éviter d’autres séances plénières boudées.Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara15 partages

Basket-ball NA1 Hommes et Dames : Entrée fracassante pour les Majungais !

La bataille promet de faire rage aux championnats de Madagascar de basket-ball en N1A, notamment, chez les hommes où on s’achemine vers une franche explication entre les Majungais.

Le basket-ball majungais a le vent en poupe. La défaite de SEBAM de samedi par 64 à 80 face au Cosmos Secren de Diégo semble être l’exception qui confirme la règle.

Facile victoire du SBBC. Pour le reste en effet, les Majungais ont carrément survolé les débats à l’image du Soma Beach Basket-ball Club bien pris en main par l’entraîneur national Deda et qui a battu avec une facilité déconcertante 2BC d’Antsirabe sur un score éloquent de 69 à 46. Preuve si besoin est que le SBBC entend désormais rattraper le temps perdu pour se mêler à l’emballage final.

L’autre exploit majungais est l’œuvre de l’ASC Boeny de Nonot Ravonimbola. Elly, Bila, Faralahy et leurs amis ont anéanti l’espoir du COSFA en infligeant d’entrée une sévère correction de 81 à 51. C’est à croire qu’entre les deux formations, il y a bel et bien une classe d’écart tant les Majungais ont dominé la rencontre de samedi.

Un très grand spectacle. Dans cette course aux premières loges car il s’agit de la phase aller de ce sommet national 2017, l’ASCUT a aussi fait forte impression en battant MB2ALL par 83 à 58 montrant par la même occasion qu’il fallait compter sur ces protégés de Mbola Rajaonah.

Chez les dames, les Tamataviennes du CRJS ont pris le dessus devant les Fianaroises de l’ASE. Le score de  66 à 45 a le mérite de prouver que les Tamataviennes ne sont pas venues pour faire de la figuration.

Une remarque également valable pour les Antsirabéennes de la JEA qui ont étouffé d’entrée le TAMIFA Ambositra en lui infligeant une défaite assez sévère de 69 à 53.

Le MB2ALL de la talentueuse Faneva a dû batailler ferme pour venir à bout de son éternel rival en l’occurrence le Fandrefiala. Le score de 51 à 47 augure de chaudes retrouvailles en perspective pour les deux formations d’Analamanga. Comme le championnat ne fait que commencer, on s’attend à voir un très grand spectacle qui se tient à l’ancien gymnase et au nouveau complexe sportif de Mahajanga tout au long de cette semaine. 

Les autres résultats d’hier

Voici les autres résultats des matches disputés hier à Mahajanga :

Dames : TAMIFA bat ASA par 69 à 44

                BC EST bat JS Boeny par 81 à 63

Hommes : ASC Boeny bat Challenger par 83 à 63

                   GNBC bat COSPN par 82 à 72

 

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Cyclisme- Championnat Analamanga : Mazoni et Emile au coude à coude

Le championnat d’Analamanga de cyclisme sur route a offert, hier sur la RN4, un très beau spectacle avec ce mano a mano entre Mazoni Rakotoarivony du VCA et Emile Randrianantenaina du FCSA.

C’est finalement Mazoni qui a eu le dernier mot en bouclant les 140 km en 3h 41 mn 34 sec 3/100 en devançant Emile de 7/100 de seconde.

Voici les résultats

1er) Mazoni Rakotoarivony (VCA)…3.41.34.3

2) Andrianantenaina Emile (FCSA)…3.41.34.7

3) Rakotondrasoa Jean de Dieu (FCSA)…3.44.09.3

4) Rakotonirina Jean Marc (FCSA)…3.47.43.1

5) Randrianarimanana Bruno (FCSA)…3.47.43.20

Cadets- 50 km

1er) Raheriniaina Njakatiana (PA)…1.30.05.10

2) Jocelin Elie (PA)…1.32.10

3) Rakotondrabe Harinaivo (VCA)…1.42.05

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Déclaration de patrimoine : 70% des concernés ont fait leur déclaration

Selon le BIANCO seulement 70% des concernés  ont effectué leur déclaration de patrimoine jusqu’à présent. Rappelons que le Directeur Général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy, a déclaré que son département sanctionnera tous les récalcitrants, à compter du 1er juin 2017. Faut-il rappeler que les personnes assujetties doivent déposer la déclaration auprès du Bianco ou la Haute cour constitutionnelle (HCC) entre janvier et mars ?

Dominique R.

Midi Madagasikara14 partages

Musique : Plein succès pour le jazz@tohatohabato

Le jazz@tohatohabato rencontre un vrai succès.

Le dernier jour du jazz@tohatohabato s’est tenu dans une ambiance très festive hier après-midi, malgré vents et pluies. Le public est venu en masse apprécier le jazz.

Un public plein la rue, et sur tout l’escalier d’Antaninarenina. On aurait dit un concert de rock, c’en était presque. Mais hier, l’heure était au jazz. Cette dernière journée du jazz@ tohatohabato a été un vrai succès et a attiré du monde. En début d’après-midi, alors que la télé payante proposait une finale épique Nadal-Wawrinka à Rolland Garros, et que le soleil se faisait désirer, que le crachin devenait vite de petites gouttes de pluie fine pour finir en début d’averse, et que le froid glacial commençait à tomber, rien, mais vraiment rien n’aurait fait reculer ce public de mélomanes. La programmation avait de quoi les retenir. Un Rakoto Frah Junior digne de son père, qui a fait revivre le folklore du « hira gasy » dans toute sa splendeur, sur les traces de ce légendaire artiste, monument culturel malgache. Puis, les membres du jazz club du CGM sont montés sur scène. A deux, trois, ou quatre, selon la formation, pour interpréter des compositions ou des interprétations. Toutes les stars de ce jazz club ont été là. De même pour l’AF Jazz qui a également fait chavirer le cœur des mélomanes venus les applaudir.

Soutien. Et qui disait donc que la musique malgache tombait de haut ? A en croire les performances des musiciens d’hier, le niveau est déjà très élevé. Le concert des Jazz Kids, tous des enfants, montre aussi que le talent n’attend pas l’âge. Et l’affluence du public d’hier prouve que les Malgaches aiment la vraie bonne musique. Mais aimer, ce n’est pas tout. Encore faut-il agir. Car il ne s’agit pas de congratuler les artistes qui donnent tout, qui investissent beaucoup plus dans la production de leurs albums pour que les choses changent. Il faut agir et soutenir ces artistes à leur juste valeur. Au bout de sept éditions, le jazz@tohatohabato prend ses marques. Et ce n’est pas fini !

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara12 partages

Droit au but : Alerte, le rugby s’enlise

Incroyable mais on se demande pourquoi le rugby à Madagascar est aussi mal géré au point de faire la Une des journaux et que pour peu cette discipline rejoindrait la rubrique Faits divers tant il fait preuve d’amateurisme et agit sans se soucier des lois en vigueur.

Aux dernières nouvelles en effet, Malagasy Rugby qui n’aurait pas dû s’appeler ainsi car ayant les mêmes initiales que son président Marcel Rakotomalala, vient d’être débouté par la Chambre administrative pour avoir voulu sanctionner de trois années de suspension le président de la Ligue d’Analamanga pour avoir protesté contre la tenue des matches pour une levée de fonds au stade Makis. Marcel Rakotomalala et ses hommes accusaient alors de tous les maux l’infortuné Andry Ravelojaona alors que ce dernier était dans son droit pour condamner une usurpation de titre dans la mesure où les organisateurs de ces matches qui empiètent du reste sur le calendrier de la Ligue, avaient mis dans l’en-tête Ligue d’Analamanga sans en avoir demandé l’autorisation.

Si la Chambre administrative a logiquement donné raison à la Ligue d’Analamanga en levant la suspension de son président, Marcel Rakotomalala ne s’est pas arrêté là. En effet, il a mis en place une délégation spéciale ou comme il l’appelle un comité « ad hoc » pour diriger le rugby tananarivien. Ce qui n’était pas dans ses prérogatives  car la mise en place d’une telle entité relève du ministère de tutelle qui a certes protesté mais mollement comme si la Direction du Sport Fédéral avait peur d’appliquer la loi sans doute parce qu’elle sait que le président Marcel Rakotomalala laisse entendre qu’il a ses entrées au palais de Mahazoarivo.

Vrai ou faux, toujours est-il que les décisions de cette fédération, car il s’agit bel et bien d’une fédération malgache comme toutes les autres, laissent souvent perplexe. Car pour revenir à l’incident du Stade Makis, Andry Ravelojaona avait le droit d’être en colère puisque non seulement les matches se disputant entre des équipes d’Analamanga n’ont pas reçu son aval mais son organisation empiète aussi sur le championnat d’Analamanga que Malagasy Rugby venait de remettre en cause en l’obligeant à opter pour une formule de 20 équipes. Une aberration car si cela s’appelle le développement du rugby, ce procédé entraînera l’effet contraire car entre les nouveaux venus et le top 4 habituel, on va assister à de larges scores qui ne profiteraient à personne et qui risquent de doucher les ardeurs de la foule qui fait d’ailleurs la force de cette discipline.

Ce populisme pour lui donner un nom, est mal vu par certains présidents des ligues mais ils n’osent pas protester car à chaque fois et pour se faire entendre, M R (les deux) brandisser la carte de la relégation assortie d’une sanction financière encore plus lourde. La balle est dans le camp du…P.M.

Clément RABARY

L'express de Madagascar10 partages

Le climat provoque des épidémies

Différentes maladies résultent du changement climatique à Madagascar. Le réchauffement de la mer et le tarissement des rivières en sont les causes.

Le changement climatique apporte des effets néfastes à la santé de la population. Le nombre de personnes atteintes d’infection respiratoire, augmente. Le paludisme commence à atteindre la capitale : les moustiques préfèrent la ville. Les foyers de la peste se présentent dans de nouveaux endroits enclavés. Les maladies dues aux insectes se multiplient, affirme Herlyne Ramihantaniarivo, Directeur général de la santé publique. C’était lors de l’atelier sur l’impact du changement climatique sur la santé, initié par le Banque Mondiale au Carlton Anosy, vendredi.La grippe n’est que l’une des maladies qui se répandent rapidement en ce moment. D’après Andrianaly Ramaherito, médecin chef au CSBII à Volosarika Ambanidia, 90% des patients sont atteints de la grippe et la plupart d’entre euxsont des enfants et des personnes vulnérables. « Cette épidémie continue d’affecter bon nombre de personnes, surtout celles dont les anticorps sont fragiles face à l’hiver », poursuit ce médecin.La grippe H1N1 n’est pas encore là. Néanmoins, le pays n’est pas à l’abri de cette maladie.Réchauffement planétaireLe changement climatique est lié au réchauffement de la mer. D’après Christoph Golden, Directeur associé de Planetary Health Alliance Research Scientist, la mer qui entoure Mada­gscar se réchauffe constamment. Les poissons fuient vers le pôle sud. En effet, la température normale de la mer varie de 20 à 26°. Pourtant, actuellement, ce chiffre est largement dépassé. Les humains doivent en supporter les impacts. Il ne s’agit pas de la santé uniquement, l’insécurité alimentaire entre en jeu également.Nat Quansah, un ethnobotaniste travaillant à Madagascar depuis plus de 20 ans, explique quelques changements qui se sont produits récemment. « En effet, dans les régions, la production de goyave sauvage connu sous le nom de « goavy tsinahy » est en avance. Il en existe beaucoup un peu partout dans la Grande Ile depuis le mois de mars. Or, d’après notre étude, ce fruit ne devrait se trouver sur le marché qu’au mois de juin jusqu’en juillet. La plupart des rivières de Madagascar  tarissent », explique-t-il. L’usage du charbon et des gaz d’échappement ne fait qu’empirer les choses. « Face à ce changement climatique, l’État est censé faire quelque chose pour la population surtout dans l’usage du charbon et des gaz d’échappement », affirme le directeur général de la santé.Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara10 partages

Association Angela : Festival d’Andranomena 17e édition

C’est dans une grande ferveur populaire que s’est  déroulée les 3-4-5 juin derniers, la 17e édition des festivités de la Pentecôte organisée par l’Association Angela dans la commune Rurale d’Analavory –Andranomena. A cette occasion, plus de 10 000 repas ont été offerts gratuitement durant ces trois jours pour les enfants. Sans parler de diverses animations (petit train, trampoline, jeux) qui leur ont aussi été offertes. Encore une fois la famille fondatrice Velliama Bergamain, aidée par ses membres et des bénévoles d’ici et de la Réunion ont réussi avec succès à rendre le week-end de la Pentecôte inoubliable pour les enfants, notamment grâce au spectacle du grand chanteur Barinjaka  très apprécié dans la région.

Consultations. Et les enfants ne sont pas les seuls à avoir bénéficié de ces activités. Avec l’étroite  collaboration de l’AMADIA, environ 200 petits garçons ont pu être circoncis, une centaine de consultations médicales, sans parler d’une  centaine d’extractions dentaires pratiquées, tout cela  toujours gratuitement. A la demande de la population locale, le rituel marathon de 16km a été organisé, mais aussi des manifestations sportives telles que le Beach soccer, le football.

Recueillis par Dominique R.

News Mada4 partages

Artisanat : le secteur peine à se lancer

La moitié des acheteurs des produits artisanaux malgache sont des nationaux, dont notamment les exportateurs. Et l’autre moitié est majoritairement composée des touristes. En effet, comme l’explique un artisan commerçant de la capitale, l’une des contraintes pour les acheteurs locaux est la cherté des produits.

Le coût de la création et de la production empêche constamment les créateurs et artisans à revoir à la hausse leur prestation. La rareté des matières premières sur le marché local persiste et commence à devenir un sérieux problème pour les artisans malgaches. Leur prix ne cesse de croître à l’exemple des bois d’œuvre, en particulier pour les sculpteurs. Les artisans en appellent ainsi aux autorités et responsables concernés par la promotion à développer une politique stratégique pour accompagner les artisans.

Malgré tout, les produits malgaches restent très compétitifs et non moins authentiques. Les débouchés restent énormes. En effet, nombre d’exportateurs affirment d’un commun accord que la demande en matière d’artisanat sur le marché international est si énorme que même tous les artisans malgaches rassemblés ne pourront satisfaire la demande. Ils sont convaincus que la qualité des produits artisanat Made in Madagascar peut aussi bien répondre aux exigences des marques de prestige et grandes enseignes internationales.

Arh.

 

L'express de Madagascar4 partages

Le parc de Tsimbazaza n’est pas à vendre

Le Conseil d’administration du parc Botanique et zoologique de Tsimbazaza (PBZT) réfute catégoriquement les accusations relatées dans un quotidien, la semaine dernière, avançant que le parc a été vendu aux Chinois. Un communiqué de droit de réponse envoyé au  journal par le PBZT clarifie en effet qu « il est tout à fait impensable de vendre ce patrimoine. Les dites réhabilitations de la bibliothèque ou de la mise en place d’un terrain de foot et d’un lieu de pratique du basket-ball ne sont pas du tout fondées ».Le directeur général de la Recherche scientifique, auprès du ministère de tutelle, Claudine Ramiarison, renchérit au téléphone hier, que « les informations relatées dans le journal sont tout simplement inconcevables ». Toute convention de partenariat et non pas du tout « de vente ni de contrat commercial » doit être étudiée et validée par le Conseil d’administration du Parc, du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRES) ainsi que du ministère des Finances et du budget.Le PBZT doit en outre évaluer primordialement les éventuels intérêts pour le patrimoine dans toute forme de partenariat privé ou public. « Les informations erronées de ce genre induisent le personnel du PBZT et du public en erreur », rapporte encore le communiqué.Le PBZT est un patri­moine national, un centre de recherche par excellence pour les chercheurs et les étudiants du monde entier. D’ailleurs, les 14, 15 et 16 juin 2017, le PBZT abritera  la grande rencontre des chercheurs issus de tous les centres de recherche, de toutes les  universités malgaches, des Instituts Supérieurs de technologie, publics comme privés,  des institutions partenaires, une activité qui entre dans le cadre du forum de la recherche, cinquième édition.Mirana Ihariliva

Madaplus.info3 partages

Limoges: assassinat d'un français d'origine malgache

Un Français d’origine malgache a été tué d’un coup de couteau, hier dans le quartier des Portes-Ferrées à Limoges (Haute-Vienne) aux petites heures. Arrêtés, deux Malgaches en état d’ébriété ont été jetés en cellule.
Deux Mal­gaches arrêtés pour le meurtre d’un de leurs compatriotes. Sous les vapeurs de l’alcool, deux individus originaires de la Grande Île ont été appréhendés aux abords du lieu du crime aux portes ferrées,
dans les instants qui suivaient le crime. Le service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Limoges est saisi de
l’affaire. Les tests effectués sur les deux Malgaches ont révélé qu’ils présentaient respectivement des taux d’alcoolémie de 3 grammes et 3,5 grammes par litre de sang.
L’homicide a été perpétré dans la nuit de dimanche à lundi, pendant que ce bourg paisible du département de la Haute Vienne, dans le Centre-Ouest de la France, plongeait dans le sommeil.

Vers 2 heures du matin, la découverte du corps ensanglanté d’un homme de trente-trois ans, dans le hall d’un immeuble, a réveillé le voisinage dans l’émoi. Sitôt alertée, la police-secours a envoyé des éléments à la rescousse.
La victime est Français, d’origine malgache. À l’arrivée du secours, il avait déjà succombé à un coup de couteau dans le thorax. Une perte importante de sang lui a été fatale d’après les informations communiquées. La thèse d’un acte criminel a été privilégiée après le constat policier.
Dans les instants qui suivaient le meurtre, les signalements des deux présumés auteurs ont été d’emblée communiqués aux forces de police, permettant ainsi de les coincer dans les environs. Les deux incriminés ont approximativement l’âge du défunt, bien que l’un paraisse un peu plus âgé.
Vu leur état d’ébriété, ils ont été jetés en cellule de dégrisement, pour y passer les 24 heures qui suivaient leur arrestation, mais leur état fortement alcoolisé n’a pas permis de procéder à leur interrogatoire, passé ce délai, à la lumière des informations communiquées. Le prolongement d’un jour de leur mise en garde à vue a été de ce fait annoncé. L’arme du crime demeure, en revanche, introuvable.
Source Le Parisien
Andry Manase
News Mada3 partages

Plateforme du secteur privé : opération d’adduction d’eau potable

La Plateforme humanitaire du secteur privé (PSHP), une association à but non lucratif regroupant des entreprises siégeant ou ayant un représentant à Madagascar, a pris parmi ses initiatives de contribuer à l’atteinte de l’objectif fixé par l’ONU, celui de « Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau » en 2030.

La plateforme met ainsi dans sa perspective des projets d’adduction d’eau potable, notamment dans le Sud de Madagascar. Cela à l’exemple de celle de la Commune rurale d’Andranohinaly, district de Toliary II, région Atsimo Andrefana au bénéfice de ses 2 000 habitants qui doivent s’approvisionner en eau à 13 km de leur village pour un prix de 200 Ariary le bidon de 20 litres. Un projet énorme qui nécessite un financement de plus de 80 millions d’Ariary.

D’autres projets sont aussi en cours d’étude ou en attente de financement pour la PSHP. Entre autres, le cas du fokontany de Sakavilany, commune rurale d’Andranovory dont les habitants doivent soit puiser l’eau à 3 km de leur village ou attendre le ravitaillement en camion citerne privé pour un coût de 300 ariary le bidon de 20 litres, ainsi que celui du Fokontany Andranovory centre, dans le district de Tuléar II, où les habitants s’approvisionnent en eau à 4 km de leur habitation.

Une soirée de levée de fonds a été organisée par la plateforme ce vendredi, à la salle Bougainvillée de l’hôtel Colbert Antaninarenina, dans le cadre de cette opération d’adduction d’eau potable dans le Sud.

Il convient de noter que la PSHP n’a pas d’obédience politique ou syndicale. Elle regroupe actuellement plus d’une quarantaine de membres, entre autres, la Fondation Telma, Ambatovy, Food solutions, BFV, EDM et le groupe Savonnerie tropicale.

Sera R

 

L'express de Madagascar3 partages

Cyclone Enawo – Antalaha et Maroantsetra relèvent la tête

Doucement mais sûrement. Les villes d’Antalaha et Maroantsetra se remettent petit à petit du passage du cyclone Enawo au mois de mars. Olivier Mahafaly Solonandrasana, chef du gouvernement et ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, s’est rendu sur place le samedi 10 juin pour faire un état des lieux. Les objectifs de cette visite sont de suivre l’évolution de la situation actuelle, de faire des échanges avec les autorités, les intervenants sur place et la communauté affectée sur les besoins et les défis à relever, et enfin de donner l’opportunité de mener un échange intersectoriel sur la situation.À Maroantsetra, la délégation a rencontré les autorités locales. Elle a commencé la visite des trois sites d’intervention humanitaire sur place, à savoir l’école primaire publique (EPP) d’Ankikabe, site de « transfert monétaire » des villageois d’Anjanazana. L’EPP d’Anki­kabe a bénéficié d’une réparation des toitures grâce au BNGRC et à l’Unicef. Outre l’appui à l’éducation, l’assainissement des puits faitpartie des réponses du cluster Wash à travers la Croix Rouge Malagasy, MEDIR et l’Unicef. Enfin, la visite du magasin mobile, une initiative du clusterlogistique, et géré par le Programme alimentaire mondial (PAM) a complété la visite à Maroantsetra.Dans l’après midi, la délégation a visité quatre sites à Antalaha. Le premier porte sur la sécurité alimentaire, avec l’appui du PAM/BNGRC et le CARE. Le deuxième site concerne les habitats d’urgence dans le fokontany d’Ambodi­kakazo sur la route de l’aéroport d’Antsirabato, la prise en charge gratuite des sinistrés dans le centre hospitalier d’Antalaha. Le troisième assure le déploiement des kits de santé reproductive, ainsi que des tentes d’hôpitaux pour remplacer temporairement les centres de santé touchés. Enfin, le dernier a rapport au nettoyage de la plage d’Antalaha par des hommes et des femmes volontaires, payés à 10.000 ariary par jour, dont 5.000 ariary payés au jour le jour et le reste à la fin des travaux.Les villes de Maroansetra et Antalaha ont traversé des moments durs durant le passage du cyclone Enawo. Tout particulièrement, les habitants d’Antalaha ont revécu le même cauchemar jour pour jour, treize ans après le passage du cyclone Gafilo.Loïc Raveloson

News Mada2 partages

Thèse d’études : les élèves fraudent aux examens

A l’approche des examens officiels, une étude menée par une jeune capénienne de l’Ecole normale supérieure de l’université de Toliara, Agnès Mamitiana Bevahiny, pour l’obtention de son certificat d’aptitude pédagogique de l’école normale (Capen), a révélé que les élèves fraudent aux examens du BEPC et du Bac sur quatre matières.

«La mathématique est la matière la plus fraudée par les élèves », rapporte Agnès Mamitiana Bevahiny. Viennent ensuite l’histoire et la géographie, la science de la vie et de la terre (SVT) ainsi que la physique chimie. La raison  principale évoquée par les élèves pour se justifier est, d’une part, d’avoir une bonne note, ce qui semble évident, mais aussi une mauvaise compréhension des cours en classe ainsi qu’une mauvaise préparation aux examens. « Il se trouve  que 85,06% des élèves ont avoué avoir fraudé durant les examens officiels, sur les quelque 300 étudiants enquêtés » a-t-elle indiqué.

Les moyens les plus utilisés pour la fraude sont, soit d’apostropher son voisin, soit utiliser des bouts de papier pleins de notes, enfouis quelques part sur soi, ou l’utilisation d’un téléphone portable via internet. «Avec le temps, la fraude  gagne de plus en plus de terrain. Les élèves ont su adapter le progrès de la science et de la technologie de l’informatique à leur avantage dans cette mauvaise pratique», note-t-elle.

Absence de rigueur

Selon le constat de cette jeune capénienne, l’absence de rigueur dans plusieurs domaines est l’une des causes principales  de la fraude. Notamment l’usurpation d’identité, le fait de se faire remplacer par quelqu’un qui est plus capable que soi pour passer les examens. La vérification de l’identité des candidats, accomplie au cours d’une routine, ainsi qu’une fouille non approfondie ne fait qu’amplifier le phénomène.

A cela s’ajoute l’ effectif pléthorique dans une salle d’examen où les candidats s’assoient à trois ou à cinq par table au lieu de deux ou trois au plus sans oublier l’insuffisance des infrastructures comme les salles de classe et les tables-bancs.

Le mode d’évaluation des enseignants, qui se résume tout simplement à une récitation de leur savoir académique, n’est pas aussi à écarter, menant à une mauvaise compréhension des cours de classe. « Une réforme devrait être établie dans le mode d’évaluation et de la surveillance des examens », a fait remarquer Agnès Mamitiana Bevahiny.

Sera R

 

L'express de Madagascar2 partages

Insurrection contre l’extrême pauvreté

Le Père Pedro a signé un livre, «Insurgez-vous». «Contre l’égoïsme, contre l’indifférence, contre l’extrême-pauvreté». Il m’aura fallu attendre 28 ans pour voir de visu le village d’Andralanitra (RN2, PK8). Et pourtant, 500.000 personnes seraient donc sorties de l’extrême-pauvreté (fixée à moins de 2 dollars par jour par la Banque mondiale) depuis 1989 que l’association «Akamasoa» existe. Mon indifférence«Ils m’ont donné la confiance». Mais, pas qu’eux, les pauvres, les démunis, à lui avoir fait confiance. La Principauté de Monaco, par exemple, figure parmi les principaux partenaires du Père Pedro. Un lycée Prince Albert, «Collège sy Lycée Akamasoa, mitolona sy manohitra mafy, ny fahantrana, ny fahakamoana, ary ny rendrarendra ka mampijoro olom-banona» (lutte résolument contre la pauvreté, l’oisiveté et les futilités pour construire l’homme nouveau), existe dans le village d’Andralanitra, jouxtant un vrai terrain de football avec tribune centrale et gradins latéraux pour le public. La bonne gouvernance est finalement presque aussi simple : une démonstration par des actions et des résultats. Quel ministère, quel organisme public, quelle société d’État, depuis ces 28 dernières années, a su mériter cette confiance, des bénéficiaires, des usagers, des partenaires   Et, finalement, de l’opinion publique.Le site «perepedro.com» parle de leurs «réalisations visibles et invisibles». Sans doute, dans quelque documentaire lointain, avais-je pu suivre la première création, celle du village d’Antolojanahary (RN4, PK 60). Pourtant, cette stratégie du «retour à la terre» comporte d’autres villages ruraux, Mahatsara (1993, RN 2, PK12) ou Ambatomitokana (1994, RN3, PK37), et en province : Alakamisy-Ambohimaha, Vangaindrano et Morondava. Mais, le réseau à proximité immédiate de la Capitale demeure la réalisation la plus visible pour une tragédie nationale dramatiquement plus visible, d’année en année.Combien l’État malgache a construit de logements sociaux depuis 1989   Le Fanjakana lui-même le sait-il seulement, à supposer que la question l’intéresse encore. Un «État occupé à voler son peuple», dénonce le Père Pedro. En 2013, Akamasoa revendiquait déjà la création de 2620 logements, tandis que la multiplication des lotissements résidentiels de standing, dans et autour de la Capitale, jure dangereusement avec l’augmentation des sans domicile avec les tunnels d’Ambohidahy ou d’Ambanidia, sinon les bacs à ordures de la CUA, comme seule adresse.«La vérité, la justice, l’amour, n’ont pas de couleur (de peau)» dit Pedro Opeka, qui est arrivé à Madagascar à l’âge de 22 ans. «Je ne souhaitais pas arriver en notable, mais découvrir en tant que jeune homme», continue-t-il. C’était donc le 26 octobre 1970. Et une première affectation dans le Sud-Est de l’île. Mais, c’est à sa convocation à Antananarivo, en 1985, qu’il allait donc découvrir ce phénomène des sans domicile fixe, les quat-mis, énième dommage collatéral des errements économiques de la république socialiste.Le travail des adultes, la formation des jeunes (ateliers de mécanique auto, d’ouvrage métallique et de menuiserie), la scolarisation des enfants (des écoles Akamasoa existent depuis le primaire jusqu’au supérieur), sont au coeur de la démarche de réinsertion. Le recouvrement de leur dignité d’humains passe aussi par l’instauration d’une discipline du vivre ensemble et la création de cimetières qui épargne aux extrêmes-pauvres l’ignominie d’une fosse commune.Tableau résolument idyllique. Avec mon bémol en post-scriptum. Les petites mains qui cassent de la pierre sur les carrières que gère Akamasoa sont en bonne voie d’aplanir notre pays de «douze collines». Mais, quand l’État malgache lui-même semble cultiver une indifférence suprême, entre arasement d’Ambohidava pour remblayer Laniera ou découpe au chalumeau du granite de tant de collines (près de Fiakarana, près d’Ambatomanoina, près d’Ambohijanaka, etc, etc), mon indignation est insignifiante. Il semble que l’ancienne forêt du Vakiniadiana, à l’Est de la Capitale, ait disparu pour permettre de bâtir les anciennes «Trano Kotona» de la période royale. Notre génération réussira sans doute l’exploit douteux de transformer en moëllons, pavés, caillasse, jusqu’au promontoire d’Ambohimanga voire le socle d’Analamanga au pied de Manjakamiadana.

Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar2 partages

Semaine énergie renou­velable

Le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocar­bures organise une semaine des énergies renouvela­bles et de l’élec­tri­fication rurale qui s’ouvrira aujourd’hui. Cette mani­fes­tation constitue une plateforme et un moyen efficace de partage de connaissances et d’infor­mations utiles à la pro­motion des différentes sources d’énergies avec un accent particulier sur les énergies renouvelables. Ce sera l’occasion pour le public de découvrir et d’avoir des informations sur les projets en énergie renouvelable et de l’électri­fication rurale.

Madaplus.info1 partages

Le conducteur de la voiture folle reçoit une peine très clémente

L’affaire de la voiture mini-cooper qui a tué 3 personnes ; dont un enfant, à Alarobia le 21 mai 2017 refait surface.
Après le verdict donné par le tribunal en charge de l’affaire, le chauffard,qui répond au nom de Thierry Rajoelina, écope seulement d'une peine de 3 mois d’emprisonnement avec sursis. Alors qu’il a tué 3 personnes en conduisant dans un état d’ébriété. On se demande alors, pourquoi Hiary Rapanoelina a reçu la peine d’un an d’emprisonnement, sans n’avoir tué personne, ou encore de l’enseignante qui a giflé une étudiante et écope d’une peine de 8 mois d’emprisonnement avec sursis. La justice est-elle en danger à Madagascar? En tout cas, la corruption y est pour quelque chose.
Madaplus.info1 partages

Claudine Razaimamonjy est actuellement à Antanimora

La nouvelle vient de tomber. Claudine Razaimamonjy n’est plus dans la fameuse chambre 126 de l’HJRA. Elle vient d’être transférée à la prison d’Antanimora.
C’est la première fois que Claudine Razaimamonjy va passer la nuit en prison et c’est aujourd’hui. Depuis le verdict du 07 avril 2017 qui l’a mis sous MD, elle a eu un malaise et a été tout de suite envoyée à l’hôpital HJRA pour recevoir un traitement puis a fait l’objet d’une évacuation sanitaire à l’ile Maurice. Le détournement de denier public fait parti des charges qui pèsent contre la milliardaire propriétaire de l’hôtel A Ivato et à la fois conseillère du président Hery Rajaonarimampianina. Cela pourrait être un début pour la restauration de la confiance des Malgaches à la justice.
News Mada1 partages

Salon du tourisme : plein succès pour l’ITM 2017

Rideau sur la 6e édition du Salon international du tourisme de Madagascar (ITM 2017). Les organisateurs et les exposants ont relevé le défi d’en faire une édition exceptionnelle. Le nombre de visiteurs a doublé.

L’ITM 2017 a pris fin hier au «Village Voara» d’ Andohatapenaka sur une note positive. Le défi de vouloir organiser un nouveau concept de l’ITM par rapport aux éditions précédentes s’est concrétisé.

«A quelques heures de la clôture du salon, le nombre de visiteurs a dépassé les 10.000, soit deux fois plus que lors de l’édition de l’année dernière», a déclaré à la presse Joël Randriamandranto, président du Conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM) avant d’ajouter que «Sur ce point je pense que nous pouvons être satisfaits, tout simplement parce que tous les exposants présents à l’ITM étaient complètement satisfaits de l’organisation, de l’accueil, de la sécurité. Ce qui nous présage vraiment un avenir meilleur pour le salon du tourisme». Une nouvelle qu’a confirmé Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme, en déclarant que les objectifs sont atteints. «Ce fût un salon exceptionnel», s’est-il exclamé.

 «Nous pouvons garantir que toute les régions de Madagascar vont voire augmenter le nombre de visiteurs nationaux dès l’année prochaine. Parce que depuis qu’ITM existe, toutes les régions de Madagascar où l’accès par la route est facile ont constaté un accroissement de nombre d’arrivées des nationaux. Cette 6e édition ne va que confirmer, je pense, cette progression dès l’année prochaine », a assuré sur ce point le président de l’ONTM.

Retour très positif

Non des moindres, l’accueil des invités des marchés traditionnels (France, Italie, Espagne…) et surtout des nouveaux marchés à conquérir (Turquie, Chine…) n’a pas été lésé. «Nous avons également eu un retour très positif des tours opérateurs émetteurs. Nous sommes pratiquement sûr que ces pays vont accentuer la vente de la destination Madagascar. Nous pouvons déjà ainsi prévoir une augmentation des nombres d’arrivés de ces pays émetteurs des l’année prochaine», a assuré Joël Ranbdriamandranto. Déjà, la délégation conduite par le vice-ministre de la Chine a profité de ce salon pour visiter la fabuleuse Allées des baobabs.

En tout cas, la réalisation de ce salon avec les animations artistiques et culturelles, les démonstrations d’art culinaire ainsi que les diverses expositions font la fierté de notre pays, comme l’a déclaré le ministre du Tourisme.

Rendez-vous à la 7e édition de l’ITM…

Arh.

 

News Mada1 partages

Tenisy ambony latabatra : hanampy ny seksiona ny kaominina Antananarivo (CUA)

Ho fampiroboroboana ny tenisy ambony latabatra eto Analamanga, fantatra fa nomen’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), ho an’ny seksiona, ny toerana iray ao ambanin’ny “gradin” Mahamasina, hametrahana ilay ivon-toeram-piofanana. Nitondra fisaorana ho an’ny ben’ny Tanàna, noho izany fanampiana izany, ny filohan’ny seksiona,  Rajosoa Charles Edouard (Doudou).

Miara-miasa amin’ny seksiona Antananarivo Renivohitra, koa ny Ping-Pong sans frontière, avy any Frantsa, namatsy fitaovana marobe, ankoatra ireo efa nanampy hatramin’izay avy any ivelany sy ny eto an-toerana. “Politikan’ny seksiona mantsy ny fampitomboana ny isan’ny mpilalao eto an-dRenivohitra ary fampiroboroboana ny taranja any amin’ireo sehatra samihafa. Tarihina izany ireo ankizy hilalao tenisy ambony latabatra aloha avy eo ampidirina tsikelikely ao anatin’ny fifaninanana”, hoy i Doudou.

Na izany aza, mbola mitoetra ho olana ho an’ny seksiona, ny efitrano hanaovana ny fifaninanana.  Tanjon’ny seksiona ny hanatanteraka fifaninanana indray mandeha na indroa isaky ny telo volana. Mandra-piandry izany, manomana ny fiadiana ny ho tompondakan’Antananarivo, ho an’ny isan-tarika sy ny olon-droa, ny seksiona.

Torcelin

 

News Mada1 partages

Nosy Be : 300 habitants, menacés d’expulsion

A Marodoka, un village situé à minutes de Nosy Be Hell-Ville, environ 300 habitants sont menacés d’expulsion à cause d’un litige foncier sans précédent. A l’origine de cette affaire, un opérateur karana compte acquérir l’ensemble du terrain d’une superficie de 4ha. L’acheteur est déterminé à raser les centaines maisons situées sur cette propriété.

«Des doléances ont été déposées auprès de l’autorité locale et à la présidence de la république mais personne ne réagit par rapport à ça», déplorent les habitants. D’après la présidente de l’association villageoise à Nosy Be, la mise en valeur du terrain a eu lieu depuis 1966.

Avec les intimidations proférées par cet opérateur, les victimes risquent à tout moment de se trouver à la rue  avec leurs biens démolis sans ménagement. Pas plus tard qu’au début du mois, il a entamé la démolition d’une construction en présence  d’un huissier et de deux policiers, et ce, en l’absence propriétaires de la maison.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza1 partages

PM Solonandrasana Mahafaly“Hotohizana hatrany ny fiaraha-miasa amin’i Rosia”

Niarahaba ny vahoakan’ny Federasiona Rosiana sy ny filohany Vladimir Poutine, noho ny fanamarihany ny tsingerin-taona niforonany, tamin’ny alalan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina, ny zoma teo teny amin’ny tranon’ny masoivoho Rosiana Ivandry, ny praiminisitra Malagasy Mahafaly Solonandrasana Olivier.

 

L'express de Madagascar1 partages

Run – Fred Andriamaharo stoppe la domination de Jim

La performance du jour a été signée Fred Andriamaharo, à l’occasion de la quatrième manche du championnat de Madagascar de run voitures sur 400 mètres. Le champion 2015 a mis fin à la domination de Jimmy Andrianomena, dans la catégorie des machines équipées de moteurs atmosphériques, hier sur la piste de la Batac Arivonimamo. Les deux coureurs se sont retrouvés à l’affiche d’une finale prévisible à l’avance, entre deux Volkswagen donc, puisque Jim roule sur une Golf III. Ce dernier a pris un meilleur départ, sur la piste B. Pour sa part, Fred a préféré être très prudent, attendant un petit moment avant de s’élancer sur la piste A. Cependant, le pilote de la Gold Cox a rapidement refait son retard avant de franchir en premier la ligne d’arrivée, synonyme de deuxième victoire pour lui cette saison, puisqu’il s’était déjà imposé lors de la première manche du 2 avril.« Je suis venu pour une seule raison. Je voulais prouver qui était vraiment le ‘King of Mada’. Je voulais démontrer à tout le monde qu’il s’agissait bien d’un moteur de Coccinelle et que ce moteur tournait très bien », a lancé Fred après sa victoire. Il a ainsi répondu de la meilleure des manières à ses détracteurs, qui avaient dénoncé sa voiture comme étant un swap (Ndlr : châssis et moteur venant de constructeurs différents).Pour une fois, la catégorie Run a quelque peu éclipsé la catégorie Prorun. D’un côté, parce que le duel entre Fred et Jim était attendu par tout un chacun. Et de l’autre, parce qu’il n’y a pas vraiment eu de suspense en Prorun. Jean de Dieu Rafanomezantsoa alias Vazaha y a fait cavalier seul, avec sa Mitsubishi Lancer Evolution IX. Son rival dans la course au titre, Jaona « Elite » Randriarimalala, n’a pas pris le départ, en raison d’un souci sur sa Smart Dragster. En finale, Vazaha a disposé de Sébastien Payet, le Réunionnais qui était aux commandes de sa Subaru Impreza. Le triple-champion de Madagascar fait ainsi le break dans la bataille pour la couronne nationale. Il en est à trois succès cette année, contre un seul pour Jaona Elite.Il reste encore une cinquième et dernière échéance dans ce championnat de run, avant la période de vacances. Celle-ci est fixée pour le dimanche 2 juillet. Par la suite, les deux derniers rendez-vous de l’exercice sont prévus pour octobre et décembre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Amélioration des contrôles fiscaux

La méthode de l’administration fiscale n’était pas du goût des contribuables. Devant ces faits, la direction générale des impôts (DGI) ne cesse d’améliorer son image et des outils utilisés pour les contrôles fiscaux. A part l’amélioration de la gestion d’accueil dans les centres fiscaux, la DGI recourt aussi à l’utilisation des nouvelles technologies. C’est pourquoi, elle vient de concevoir un nouveau logiciel de suivi qualitatif de contrôle, avec l’intervention du service de recherche, pour que les motifs de redressement fiscal soient bien fondés, d’après la DGI.« Nous savons que la fiscalité malgache adopte un système déclaratif, mais dans le cas où l’opérateur économique ne fait pas de déclaration, le fisc doit procéder à une taxation d’office, après contrôle. C’est pour améliorer ce contrôle que le logiciel a été conçu », a expliqué Iouri Garisse Razafindrakoto, directeur général des impôts jeudi durant un atelier sur le contrôle fiscal à Lazaina.Plus rien n’échappe au fisc, actuellement. L’admi­nistration met un œil dans les activités des entreprises. Elle est souvent pointée du doigt de procéder à des harcèlements fiscaux. Maintenant le redressement fiscal doit disposer d’un motif bien fondé. Et l’utilisation d’un tel outil pourrait améliorer le climat de confiance entre le fisc et les contribuables.Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

La culture sacrifiée

L’inaltérable troupe Jeannette, troupe théâtrale fondée en 1929, s’est produite sur la scène de l’Institut Français de Madagascar, la semaine dernière, dans le cadredu 80e concert de midi du Madagascar Mozarteum. Salle comble, d’un public de tous âges. 88 ans après sa création et dix ans après sa dernière scène, la troupe aujourd’hui incarnée par sa troisièmegénération n’a pas une ride. Où se cachaient tant de talent et de passion   En lisant la brochure de présentation, on comprend. La troupe se produisait traditionnellement au théâtre municipal d’Isotry, mais le délabrement de celui-ci à une certaine époque, ne la rendait pas praticable. Et puis, plus tard, lit-on toujours, l’usage des lieux a tout simplement été mis à disposition d’une autre troupe : évangélique. Ainsi, la culture a été sacrifiée sur l’autel de la religion. Mais quoi de plus normal, puisque les lieux autrefois dédiés aux spectacles et aux loisirs sont aujourd’hui utilisés par diverses congrégations religieuses de tout acabit.La culture aura toujours payé le plus lourd tribut, les décisions insensées prises au fil des années. Aujourd’hui, les métiers de création, de recherche artistique et même les efforts de protection du patrimoine immatériel peinent à se faire reconnaître. Malgré le travail permanent des artistes et des créateurs malgaches, il ne s’est pas trouvé beaucoup qui aient officiellement bénéficié d’un soutien officiel, hormis peut-être quelques gagnants de jeux de variétés qui tiennent plus du divertissement. Preuve en est aujourd’hui de la situation de l’opéra classique, une discipline parmi tant d’autres, qui se retrouve sur la touche parce qu’il n’existe plus de lieux accessibles, et aux moyens à disposition des artistes et à ceux du public, pour valoriser le métier.Mais encore, sous un autre angle : si la liberté de culte est un droit constitutionnel, que l’exercice de ce droit ne se fasse plus au dépend de la culture et de l’art. Quand un monument du patrimoine immatériel malgache tel que la troupe Jeannette se trouve spoliée du théâtre municipal, scène traditionnelle et quasi-mythique de l’opéra malgache, au profit d’une église – et donc d’une minorité dont, les activités n’avaient rien de théâtrales au départ (au départ, parce qu’à la fin…) -, quel avenir pour cette discipline artistique qui pourtant incarne plus de 80 ans de l’histoire culturelle malgache   Et quel futur aussi pour toutes les autres  disciplines (cinéma, dessin, écriture, théâtre, peinture, etc), qui doivent faire des pieds et des mains pour être représentées sur la scène nationale et internationale, sans que jamais ceux qui ont les moyens de les promouvoir ne fassent un geste en la faveur. Non pas que ces artistes ne réussiront pas par leurs propres moyens, bien au contraire sachant le génie artistique malgache, mais qu’ils n’aient pas à se débattre comme des diables pour préserver le patrimoine commun.Cette même semaine, le gouvernement organise une cérémonie de décoration aux artistes et aux professionnels de l’art au CCI Ivato. Un geste fort louable, au regard des efforts que chacun déploie pour défendre son art, mais qui reste une goutte dans l’océan. Une médaille reconnaît l’artiste, mais reconnait-elle pour autant l’art   Surtout que, tout d’un coup, à quelques mois de la fatidique 2018, on a l’air de faire feu de tout bois.Cette même semaine, les associations des professionnels du cinéma et des diverses disciplines artistiques collaboratrices ont lancé le programme de résidence d’écriture cinématographiqueREC 2017. Une résolution salvatrice pour un art qui cherche encore son identité malgache, sans qu’il n’existe pas vraiment de structure officielle qui appuie les travaux de recherches, de perfection­nement et de réalisations. Ce septième art, qui a toutes les chances de devenir la bannière malgache dans le monde et contribuer à assurer autant un rayonnement culturel qu’économique, doit faire des pieds et des mains pour frayer son propre chemin. Dans la même foulée, Gasy Bulles ouvre ses portes aux passionnés de BD et de dessins, révélant toujours, édition après édition, l’extraordinaire talent des dessinateurs malgaches.Ils gagneraient, certes, à être connus mais aussi à être reconnus et soutenus.Mialisoa Randriamampianina

L'express de Madagascar1 partages

Le Fivmpama dans la Sava

Après la création d’une antenne dans la région du Boeny, le groupement du patronat malgache ou FIVMPAMA vient d’instal­ler une autre dans la région de SAVA. C’est la neuvième antenne mise en place par ce groupement. En vue de fédérer les opérateurs malgaches et de décen­traliser toutes ses actions au profit de tous les opérateurs économiques locaux, le FIVMPAMA entend mettre en place des antennes dans toutes les vingt deux régions.

Madaplus.info0 partages

Des Malgaches sont aussi les cibles des kidnappeurs

Après les différents kidnappings des indopakistanais à Madagascar. Des Malgaches dans les familles riches sont aussi les cibles des kidnappeurs.
Sur une publication de Lalatiana Rakotondrazafy, leader du parti Freedom, sur son compte facebook datant de 10 juin dernier, elle a publié qu’un couple malgache a été victime de kidnapping. « Un nouveau cas de kidnapping près de Toyota Sorafils Mahaibahoaka vers 19 h du soir aujourd'hui, mais cette fois-ci, c'est un couple malgache (grossistes) qui est en victime. Ils ont enlevé la femme, tandis que l'homme a pu s'en échapper... Une présumée complice des ravisseurs a été appréhendée par les forces de l'ordre... » Il s’agit d’un couple grossiste à Ivato. Jusqu’à maintenant, la femme reste introuvable
Madaplus.info0 partages

Des Malgaches sont aussi la cible des kidnappeurs

Après les différents kidnappings des indopakistanais à Madagascar. Des Malgaches dans les familles riches sont aussi la cible des kidnappeurs.
Sur une publication de Lalatiana Rakotondrazafy, leader du parti Freedom, sur son compte facebook datant de 10 juin dernier, elle a publié qu’un couple malgache a été victime de kidnapping. « Un nouveau cas de kidnapping près de Toyota Sorafils Mahaibahoaka vers 19 h du soir aujourd'hui, mais cette fois-ci, c'est un couple malgache (grossistes) qui est en victime. Ils ont enlevé la femme, tandis que l'homme a pu s'en échapper... Une présumée complice des ravisseurs a été appréhendée par les forces de l'ordre... » Il s’agit d’un couple grossiste à Ivato. Jusqu’à maintenant, la femme reste introuvable
News Mada0 partages

Présidentielle de 2018 : «Hypothétique !»

Malgré les revendications de certains acteurs politiques et civils, les dates des prochaines élections, notamment celle de la présidentielle restent encore hypothétiques.

Fixer les dates des élections et les intégrer dans ce sens dans la Constitution ont été à maintes reprises réclamés par les acteurs politiques. Et ce, dans le dessein d’éviter que le régime en place use de son pouvoir et de choisir des échéances qu’il lui convienne. D’ailleurs, devant la conjoncture actuelle, plus d’un s’ interroge, pour ne pas dire piaffe d’impatience, à se rendre aux urnes pour la présidentielle.

Mais à l’heure actuelle, personne n’est capable de dire si l’élection présidentielle aurait lieu en 2018 ou non. Car si elle n’est pas mentionnée dans la Constitution, elle n’est pas passée par  le comité consultatif pour les élections. Et cela n’est qu’un faux problème, d’après le vice président de la Commission électorale nationale indépendante, Philibert Andriamanantsoa.

Alors que  «Si on suit la logique des choses, notamment les dispositions de la Constitution, la présidentielle  devrait se tenir entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018», a-t-il précisé, joint au téléphone hier, en se référant à la date de la prise de fonction du chef de l’Etat.

Il n’y a pas le feu au lac !

Malgré tout, se rendre aux urnes en 2018 pour élire le président de la République enthousiasme déjà la population. Mais d’après les informations, apparemment, les régionales et les provinciales qui restent aussi floues, passent avant la présidentielle.

D’après toujours le vice-président de la Ceni, «Le texte final ne sera remis entre les mains du gouvernement que d’ici la semaine prochaine». Ce dernier devra ainsi vérifier le contenu avant de le présenter auprès des deux Chambres

parlementaires. Cela implique, d’ après toujours le vice-président de la Ceni, que le texte risque de pas être examiné au sein des parlementaires lors de cette première session ordinaire.

«Il est possible que les députés et les sénateurs se rendent dans leur circonscription respective à partir de la semaine prochaine pour préparer la fête de l’indépendance», a-t-il expliqué. Philibert Andriamanantsoa a ainsi fait savoir que les nouveaux textes devraient être présentés durant une session spéciale et extraordinaire des parlementaires. Néanmoins, il rassure que la Ceni reste encore dans les temps dans les préparatifs électoraux.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Ambodirotra Antsakaviro : metisy Karana hita faty voatsatoka antsy

 Diana tsatokatsy roa; ny iray teo amin’ny tratrany, ny faharoa teo amin’ny lohany. Izany no nahitana ny fatin’ity tovolahy metisy Karana, nitsirara teo amin’ny tany, tetsy Ambodirotra Antsakaviro, ny marainan’ny asabotsy teo.

 

Gabin, ny anaran’ity metisy Karana manodidina ny 30 taona eo ho eo hita faty teny Antsakaviro ity. Teo amin’ny toerana somary tevana eo ampitan’ny fiantsonan’ny taxi-be ho any Ankatso sy Ambohipo akaikin’ny foibe Fisa no nahitana ny fatiny. «Olona nandalo no nahita azy ka nampilaza taty aminay fa hoe misy olona matory sady maratra be fa izy tsy niteny hoe maty. Olona efa maty anefa no hitanay rehefa nidina nijery azy izahay ka tsikaritra tamin’izany fa olona tsy mbola fahitanay teto amin’ny fokontany izy io», araka ny fanazavan’ny sefom-pokontanin’Antsakaviro, Ravaonomenjanahary Voahirana. Efa nampanantsoin’ilay sefom-pokontany avokoa ireo Karana mitovitovy aminy mipetraka ao amin’ny fokontany ka samy nanamarina fa tsy misy nahafantatra azy. Sambany no nahitana fatin’olona toy izao teo amin’ny fokontany iadidian’ity sefom-pokontany ity, araka ny fanazavany. Nohamafisiny fa milamina ny fandriampahalemana eo anivon’ny fokontany noho ny fisian’ireo vaomieran’ny fandriampahalemana misahana ny fisafoana sy ny fiambenana ny tanàna eo anivon’ny fokontany isaky ny alina.

Fotoana fohy taorian’ny nahitana ny razana, tonga teny Antsakarivo ny polisy siantifika sy ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) nanao fizahana ny razana. Nandritra ny fizahana no nahitana tsatoka antsy indroa teo amin’ny tratrany sy ny lohany. Nahitana diana antsy koa teo amin’ny tendron’orony. Araka ny fanadihadiana savaranonando nataon’ny polisy, novonoin’olona tany an-toeran-kafa ity metisy Karana ity mialoha ny nanipazana azy teo amin’ilay toerana nahitana ny razana. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana rahateo ny polisy ka aorian’izay ny hamantarana ny marina momba ity vonoan’olona ity.

Valifatin’ny samy Karana… ?

Tonga teny Antsakaviro toerana nahitana ny razana, ny solontenan’ny fikambanan’ireo Karana monina eto Madagasikara nijery ity Karana niharam-boina ity. Tsy nisy taratasy nahafantarana azy rahateo tany aminy nandritra ny fizahan’ny polisy tamin’io fotoana io. Mbola hita teny aminy ny fitafiany sy ny vola tany am-paosiny. Naterin’ny BMH eny amin’ny tranom-patin’ny hopitaly HJRA kosa ny fatiny taorian’ny fizahana nataon’ny polisy.

Nilaza kosa ny sakaizan’ity Karana niharam-boina ity teny amin’ny HJRA, fa miasa any Ambilobe izy fa mandalo fotsiny izy no eto an-dRenivohitra. Nitondra ordinatera sy finday izy mialoha izao, saingy tsy hita tany aminy intsony izany tamin’ny fotoana nahitana ny fatiny.

Lasibatry ny fakana an-keriny sy herisetra amin’ny endriny maro samihafa ny teratany Karana tamin’ity taona ity. Mbola ao anatin’ny fanadihadiana lalina sy fiantsoana izay olona mety nahita ny zava-misy marina momba ilay fakana an-keriny teny Behoririka ny herinandro teo ny polisy, izao mipoitra sahady koa ity metisy Karana hita faty ity. An’iza indray ny manaraka ? Ny fanadihadiana ny teo aloha tsy vita, misosoka indray koa ity ny manaraka. Valifatin’ny samy Karana ny ambadiky ny raharaha fakana an-keriny sy ny famonoana Karana toy izao ?

Efa nanao hetsika fanairana ny fanjakana malagasy tamin’ny alalan’ny fanakatonana ny tranombarotra Karana manerana ny Nosy ny fikambanan’ireo Karana monina eto Madagasikara taorian’ilay fakana an-keriny zanaka Karana andeha hianatra teo am-piandrasana fiara teny Andranomena, niampy ilay Karana vavy notifirin’ny jiolahy tao Toamasina. Nanome toky rahateo koa ny Praiminisitra nandritra ny fihaonan’ny governemanta sy ny Depiote teny Tsimbazaza fa hohafainganina ny fanadihadiana momba ny raharaha fakana an-keriny.

Mitaky fandraisana andraikitra goavana sy matotra avy amin’ny fanjakana ny raharaha toy izao fa tsy vitan’ny fampanantenana ambony latabatra fotsiny satria ahina hanome endrika ratsy ho an’i Madagasikara ny toy izao. Manginy fotsiny ny fisiana mpitandro filaminana namoy ny ainy izay mpiambina manokana ny  sasany amin’ireny Karana ireny, toy ilay polisy notifirin’ireo jiolahy naka an-keriny ilay zanaka Karana teny Ilafy, ny volana mey lasa teo. Vitavita ho azy fotsiny indraindray ny raharaha toy izao satria manaiky handoa ny vola tadiavin’ireo olon-dratsy ny fianakavian’ireo nalaina an-keriny dia milamina eo. Izy samy izy ihany ny ambadik’izany matoa ny mpitandro filaminana aza tsy mahalala izay ataon’ny fianakaviana sy ireo jiolahy ? Misy koa ny firaisana tsikombakomba amin’ny mpitandro filaminana satria maty paika miaraka amin’ny basy mahery vaika ireo jiolahy mpanao an-keriny. Raha jiolahy tsotra na vao miana-draharaha tsy hahavita haka an-keriny ireny Karana ireny fa tsy maintsy olona nahavita fiofanana manokana momba ny fisamborana olona ihany.

Jean Claude

Ino Vaovao0 partages

FAMPIASANA « VISA » HOSOKA : Mpianatra teratany vahiny maromaro nigadra ao Marofoto

Araka ny loharanom-baovao dia misy olona mikarakara ny antontan-taratasin’izy ireo satria mila mivezivezy matetika nefa izy ireo mianatra. Tsy fanahy inian’ireto mpianatra vahiny ireto ny nanao taratasy fahazoan-dalana hivezivezy hosoka fa voafitaka izy ireo araka ny nambarany. Tsy ela izay nisy tambajotra mpanao taratasim-panjakana sy fanomezan-dalana tsy ara-dalàna tratra tao an-drenivohitra tao.

Fantatra fa efa an-taonany maro no niasan’izy ireo ary vola amina miliara maro no efa azony.

Amin’ireo sampandraharaham-panjakana ireo anefa dia betsaka ny mpanera. Iniana asarotina rahateo ny fikarakarana manara-dalàna, hany ka mitady lalana ny olona hahafahana manamora izany. Indrindra moa fa mahafantatra ireo mpiasa sy tompon’andraikitra ireo mpanera.

Tsy tena « Visa » anefa no azon’ireto mpianatra ireto fa sandoka ka izao niafara tamin’ny famonjana azy ireo izao. Fantatra fa efa mikarakara azy ireo ny Masoivohon’ny fireneny saingy tokony handamina ny raharaham-panjakany ihany koa ny Malagasy fa tsy ny mpianatra no gadraina nefa ny mpanao ratsy amin’ny fiarahamonina miriaria.Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDILAMENA : Miely ny tsaho fa misy angatra manapaka zazalahy sy mitevika ny zazavavy

Nambaran’ny mpitsabo iray tao Andilamena fa miely ny tsaho eny ambanivohitra mahakasika izany angatra mamora zaza izany ho an’ny zazalahy ary manevika ny sofina kosa ho an’ireo zazavavikely mbola tsy nahavita izany.

Vokany hoy izy dia nirodorodo nanatona mpitsabo avokoa ireo olona avy eny ambanivohitra izay mahafantatra azy nitondra ny zanany hotapahina sy hotevehina. Hatramin’ny zaza telo volana aza, hoy ity dokotera ity, dia hoentin’ny olona ao aminy.« Nanomboka tamin’ny 7 ora hariva aho no niasa ary tsy afaka tao raha tsy efa antoandro be tamin’ny 11 ora ny alarobia hifoha ny alakamisy lasa teo.

Tsy laitra hanazavana hevitra ihany koa ireo olona tonga avy any fa efa donton’ny tahotra », hoy ity mpitsabo ity. Raha ny fantatra dia tsy ny tao Andilamena ihany no tratran’ity tsaho mampihorohoro vahoaka ity fa hatrany Ampitandrefana any dia nahenoana izany avokoa. Hatreto tsy fantatra mazava hoe iza no tena rangory mpanely tsaho fa ny hita aloha dia ny fihazakazaky ny olona mandeha manapa-jaza na dia tsy nivonona ny hanao izany aza.

Mampalahelo ny mahita ireo olona avy any ambanivohitra lavitra any midodododo mitondra ny zanany hatao hasoavana tsy fidiny ary mahavita mamorona ny tsy misy mihitsy, hoy ity dokotera mpitsabo ity, ka tokony handraisana andraikitra sy hosaziana mafy ireo olona izay tratra manely izany.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

MANJAKARAY : Lehilahy manodidina ny 25 taona namoy ny ainy nitontonan’ny kamiao misy « cric »

Araka ny fanazavana voaray tamin’ireo nahita ny zava-nisy dia mpiasa amina garazy lehibe iray ao Manjakaray io lehilahy io ary azo lazaina fa efa tena za-draharaha nefa tsy nampoizin’ireo mpiara-mpiasa aminy mihitsy ny namoizany ny ainy, tampoka.

Fantatra fa nampanamboarina Kamiao ity tovolahy ity tamin’io fotoana io ka noho izany dia tsy maintsy nitsofoka nijery tao ambanin’ilay fiara ny tenany. Tampoka teo dia nilatsaka teo fitaovana fampiaingana ny fiara na « cric », ka nitontona teo aminy ilay fiarabe.

Nikoropaka ireo mpiara-miasa aminy namoaka azy tao. Marihina fa teo amin’ny faritry ny tendany no nitontona mafy ilay fiara ka izany no tsy nahatonga saina azy intsony ary tonga dia nivonto sy mangana be. Teo no ho eo dia niezaka nitondra azy teny amin’ny Hjra ihany ireo mpiara-miasa aminy sy ireo olona nitangorona marobe mba nitsetra azy. Na dia niala nenina aza ireo mpamonjy azy tamin’io andro io dia toa tsy nahitam-bokany izany fa dia tsy nifoha intsony ilay tovolahy ka dia izay nindaosin’ny fahafatesana izay.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAN’NY VAROTRA : Hanampy isa ireo mpandraharaha ao Analanjirofo Rajaonarison Pierre

Vondron’ny mpandrahararaha roa no nanolotra kandidà, dia ny Geptoa (Groupement des Entreprises Promotionnelles de Toamasina) sy ny fikambanana Tsara Vokatra. Voafidy ho filohan’ny Antemieran’ny varotra Analanjirofo hiasa ao anatin’ny efatra taona ny kandidà natolotry ny Geptoa, Rajaonarison Pierre. Voka-pifidianana izay efa ofisialy amin’izao fotoana izao.

Iray amin’ireo tanora zanak’Analanjirofo vato nasondrotry ny tany Rajaonarison Pierre. Ankoatra ny maha mpandraharaha azy dia « consultant » iraisam-pirenena ny tenany ary manam-pahaizana manokana sy mpampiofana momba ny fananganana orinasa eny amin’ny tontolo ambanivohitra. Ampy traikefa.

Hanampy betsaka ireo mpandraharaha ao anatin’ny Faritra Analanjirofo ny filoha vaovao, Rajaonarison Pierre. Ny Antenimeran’ny varotra izay misolovava ireo mpandraharaha ara-toekarena ka manana andraikitra miaro azy ireo. Nandritra ny resadresaka nifanaovana tamin’ny filohan’ny Antenimieran’ny varotra Analanjirofo ity no nilazany fa « vina hoentiny ny hahatonga ny 80% -n’ny mponina ao Analanjirofo ho lasa mpandraharaha avokoa ». Vina izay nambarany fa lavitr’ezaka tokoa saingy atomboka dieny izao satria ny fandraharahana no antoka hampandroso an’i Madagasikara, raha ny nambarany hatrany.

Fanamby apetrany ny hanome fiofanana ireo tantsaha sy ireo mpandraharaha. Eo koa ny fampidirana ireo mpandraharaha mbola tsy ara-dalàna ho ara-dalàna amin’izay. Sady mampidi-bola amin’ny kitapom-bolam-panjakana izany no mahatonga ireo mpandraharaha ho mpikambana feno ao anatin’ny Antenimieran’ny varotra avy hatrany mba ahafahan’ity farany miaro ny tombontsoan’izy ireo. Araka ny fanazavana ihany dia mbola 15 000 ihany ireo mpandraharaha ao Analanjirofo ao anatin’ny sehatra ara-dalàna. Hiakatra io isa io ato ho ato.

Hiady tamberin’andraikitra

Araka ny fanamarihana nomen’ny filohan’ny Antenimieran’ny varotra Analanjirofo, dia anisan’ny antony tsy mamparisika ireo mpandraharaha handoa hetra sy tsy miditra ao anatin’ny sehatra ara-dalàna ny tsy fahitan’izy ireo tamberin’andraikitra mivantana. Noraisiny ohatra ny zava-misy ao amin’ny Kaominina Vohilengo. Mpandraharaha maro no mandoa hetra nefa dia sahirana amin’ny fitaterana entam-barotra noho ny olana amin’ny baka sy ny lalana.

Nilaza hiady tamberin’andraikitra amin’ny Fanjakana Rajaonarison Pierre mba hiverina amin’ny mpandraharaha ny tombontsoann’ny fandoavan-ketra. Nampatsiahy ihany koa ny tenany fa izay fanapahan-kevitra rehetra raisina momba ny mpandraharaha eo anivon’ny Faritra dia tokony hiarahan’ny mpitondra midinika amin’ny Antenimieran’ny varotra avokoa. Amin’izao fotoana izao dia efa misy ny fampafahantarana ny asan’ny Antenimieran’ny varotra ataon’ny filoha vaovao. Misy koa ny fampahafantarana fa afaka mitondra fitarainana eny anivon’ny Antenimierana’ny varotra ireo mpandraharaha.

Ny Antenimieran’ny varotra indray avy eo no mitondra izany fitarainana amin’izay voakasika ary afaka mitory mihitsy raha misy porofo mivaingana. Hoentina mitety ireo Distrika enina mandrafitra ny Faritra Analanjirofo izao fampahafantarana ny andraikitry ny Antemieran’ny varotra izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHADIMY : Hiakatra ny saran-dalana manomboka amin’ity herinandro ity

Raha ny andro voafaritra hatreto dia ny 15 jona ho avy izao no hihatra izany fampiakarana ny saran-dalana izany.

Anton-javatra telo lehibe no mahatonga ny fampiakarana, raha ny fanazavana nentin’ny solontenan’ny mpitatitra iray. Ny voalohany goavana amin’izany dia ny faharatsian’ny lalam-pirenena fahadimy izay mitombo andro aman’alina ny fahasimbana misy ; ny faharoa dia ny fiakaran’ny vidin-tsolika tato ho ato izay ary ny fahatelo dia ny fiakaran’ny vidin’ny kojakoja ilaina amin’ny fiara.

Ny zava-misy anefa, raha kely indrindra dia isam-bolana no tsy maintsy misy fahasimbana ny fiara ka tsy maintsy soloana kojakoja avy hatrany. Fatiantoka, noho izany, no misy amin’ireo mpitatitra ireo. Ny vahaolana hitan’izy ireo dia ny fampiakarana ny saran-dalana. Araka izany hiakatra ho 8 000Ariary ny saran-dalana mankany Fenoarivo Atsinanana raha 6 000Ariary izany teo aloha ary hiakatra 14 000Ariary kosa ny saran-dalana ho any Sonierana Ivongo raha 10 000Ariary izany teo aloha.

Hatreto, ireo toerana ireo no efa nazahoana tatitra ny amin’ny saran-dalana hiakatra fa saingy samy hampiakatra ny azy avokoa na ny ao Vavatenina sy ireo mankany Mananara Avaratra sy ny Maroantsetra.

Ireo rehetra ireo dia avy amin’ny vahoaka no miantefa ny fahasahiranana aterak’izany : andrasana izay fandraisana andraikitra ataon’ny Fitondram-panjakana.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA BEMAITSO : Sakana ho an’ny fampandrosoana ny tsy fandriampahalemana

Isan’ireny ny fanafihan-dahalo sy ny fanafihana tokantranon’olona, izay zary lasa mampiraviravy tanana ny mponina eo amin’ny fanatanterahana ny asa fivelomana andavan’andro.

« Vao tsy ela izay no nisy fanafihana tao amin’ny Fokontany Ambodisakoana, izay nampitondra faisana ny mponina tao amin’io toerana io. Na izany aza efa somary nisy fiovana kely io tsy fandriampahalemana io tato ho ato noho ny fampitomboana isa ny Zandary miasa any an-toerana izay tsy tapaky ny manao fisafoana ny tanàna rehetra amin’izao fotoana izao », hoy ity Ben’ny tanàna ity.

Angatahan’izy ireo ihany koa anefa ny hampitomboana isa ny Miaramila ao amin’ny Holafy faha-316 ao Analangoaika sy ny Polisim-pirenena any Andilamena mba hahafahana mamerina amin’ny laoniny tanteraka ny fandriampahalemana.

Mahakasika ny voka-bary indray kosa dia nambaran’ny Ben’ny tanàna fa zara raha hisy 25 na 20% ny vokatra hiakatra any an-toerana amin’ity taona ity noho ny nafitsoky ny toetr’andro. « Raha tiana, araka izany, ny hahita fampandrosoana haingana dia ny fandriampahalemana no tokony himasoana voalohany ny hametrahana azy », hoy ny Ben’ny tanànan’i Bemaitso Rafidimanantsoa Jules.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Efa vonona ny fotodrafitrasa handrasaina ny lalao « Universiade »

Ao Mahajanga no hanaovana ny lalao nasionaly io.Efa vonona amin’ny fanamboarana ny fotodrafitrasa, handrasaina io lalaon’ny mpianatra eo anivon’ny Anjerimanontolo io, ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny mpitantana ny Oniversite ao Mahajanga.

Raha ny zava-misy eny amin’ny campus Ambondrona dia efa manomboka ny asa fanamboarana ny kianja ny filalaovam-baolina, izay isan’ny tafiditra amin’ity hetsika fifaninanana ara-panatanjahantena, handraisan’ireo Oniversite manerana ny Nosy anjara, ity. Zava-dehibe ity fampihaonana ireo mpianatra eny amin’ny anjerimanontolo ity satria dia misy koa ny fifampizarana traikefa eo amin’ny samy mpianatra amin’ny fianarana atao indrindra ny fiarahana miray hina amin’ny alalan’ny hetsika ara-panatanjahatena ity.

An’arivo ireo mpianatra ho avy handray anjara amin’ity lalao « Universiade » ity. Ezahina ho vita mialoha ny fe-potoana hanaovana ny hetsika ny fanamboarana sy ny fanavaozana ny fotodrafitrasa eny amin’ny campus Ambondrona, hoy ny filohan’ny Oniversite Mahajanga profesora Emmanuel Rakotoarivony. Etsy an-kilany efa manomboka koa ny asa fanamboarana ny lalana miditra eny aminny campus Ambondrona izay fanampanantenan’ny fitondrana ho an’ny mpianatra raha toa ka asa zara fa vita indray ity hanajariana ao Mahajanga ity.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

FARITRA VAKINAKARATRA : Rafitra iray ho fampandrosoana ny Faritra ny GTR/SLC

Nivondrona ao anatin’ny rafitra iray izy ireo mba hahafahana manambatra ny hery ka tafatsangana soa aman-tsara eto anivon’ny Faritra Vakinakaratra ny GTR/SLC (Groupement deTravail Regional /Structure Locale de Concertation) ka ny Lehiben’ny Faritra, ny Jeneraly Rakotonarivo William no filohany.

Ny faran’ny herinandro lasa teo no nivory voalohany ny mpikambana izay nandinihina indrindra mikasika ireo vinan’ny fampandrosoana ka tafiditra tao anatin’izany ny mikasika ny Filankevi-paritra momba ny fampiofanana ny tantsaha sy fampiroboroboana ny eny ambanivotra ary indrindra ny fandrafetana ny sary ho an’ny fanajariana ny tany. Nifampizarana nandritra ity fivoriana voalohany ity ihany koa ny mikasika ny fiaraha-miasan’ny Faritra Vakinakaratra sy ny Faritra Atsinanana. Ankoatra izay dia hohtsaraina sy havoazina ihany koa ny toerana izay handalavon’ny lalam-pirenena faha-7 ka anisan’izany ny fametrahana ny toerana fakana aina (zone de Relax) izay asiana fotodrafitrasa mifanaraka amin’ny filàn’ny mpandeha fiara.

Mikasika izay indrindra dia toerana telo no vinavinaina hametrahana izany toerana fakana aina izany dia Behenjy syAmbatolampy ary manodididna an’Ilempona sy Sambaina. Isaky ny "Air de Relax" dia hisy toerana fakana aina, misy toeram-pivoahana, fivarotana ahafahana manjifa ireo kojakoja madinika ilaina eny an-dalana.Mbola mifandraika amin’izay hatrany ny tetikasa fanatsarana ny lalam-pirenena fahafito iarahana amin’ny « Choisy Mada », ka Kaominina dimy manamorona ny lalam-pirenena fahafito no hametrahana ny « Site Vitrine » miainga any Behenjy, Ambohimandroso,

Antsoatany, Andranomanelatra, Sahanivotry ary Manandona.

Ireo toerana ireo dia asiana sehatra maitso miavaka amin’ny zaridaina izay ahitana rano fisotro madio sy toeram-pidiovana. Noentina nandritra ity fivoriana ity ihany koa ny zava-misy ankehitriny mahakasika ny fanamboaran-dalana mandeha eto Vakinankaratra, raha tsy hilaza afa-tsy ny lalana mampitohy an’Ambano sy Farihimena, izay iarahana amin’ny Tafika (Service Civique).

Tsinjovina manokana ny fihariana fototry ny tantsaha

Notsiahivina nandritra ity fivoriana voalohany ity ihany koa ny fanomanana ny fampandrosoana ny eny Ambanivohitra amin’ny fampidirana ny rano fisotro madio, ny tohana sy tosika amin’ireo lalam-pihariana fototra, toy ny katsaka, soja, ronono ary ny fanamboarana zezika natoraly (compost). Mahakasika ny tontolo iainana dia ao anatin’ny asa miandry ny fametrahana tanin-janakazo iarahana amin’ny ONG Graine de vie ary indrindra ny fampiroboroboana ny famoronana ny orinasa madinika izay hanomezana vahana ireo tanora mpandraharaha (Jeunes entrepreneurs) eto anivon’ny Faritra.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA CARITAS MADAGASIKARA : Zaza 1 200 noforaina maimaim-poana tao Toliara

Ny sabotsy teo dia zaza miisa 427 no vita hasoavana ary notohizana ny alahady teo ihany koa. Ny fanafody ilaina rehetra tamin’izao hetsika fanaovana didim-poitra izao dia niantohan’ny Ben’ny tanàna ary ny Caritas kosa no niantoka ny mpitsabo sy ny fitaovana ary ny fandrindrana ny asa. Natao izao hetsika izao, hoy ireo mpikarakara, mba hanamaivanana ny fahasahiranan’ireo ray aman-dreny, fa indrindra ireo izay lazaina fa dia tsy manana ny hoenti-manana hanatanterahana ity fomba Malagasy ity.

Efa vanim-potoana fanaovana didim-poitra rahateo izao ka izay no voalaza fa tena nanosika azy ireo hanao ny hetsika. Talohan’izao hetsika natao teto Toliara izao dia efa nahavita ny teny amin’ny Kaominina ambanivohitra Miary ny Caritas Madagasikara.

Bems

News Mada0 partages

BNI Madagascar : tolotra ho an’ny tanora hanala Bacc

 Mahita tolotra vaovao indray ny banky BNI Madagascar, « Clash Bacc », ho an’ireo zatovo hanala bacc. Tolotra atao hanampy ireo mpianatra hanala io fanadinana io, dingana iray lehibe eo amin’ny fiainany. Efa nitondra izany traikefa izany ny BNI tamin’ny taon-dasa, ary amin’ity 2017 ity, hanavao izany indray.

Clash Bacc ao anatin’ny Pack Tanora, tolotra ho an’ireo tanora latsaky ny 25 taona, mampianatra azy ireo hahay hitantam-bola manomboka izao eo amin’ny fiainany. Mahazo fihenam-bidy latsaky ny 80 % izany raha oharina amin’ireo tolotra hafa. Araka ny fanadihadiana nataon’ny banky, betsaka ny ilan’ny tanora ho fanomanana ny fanadinana, toy  ny boky, fandehanana any amin’ny cyber, fianarana taranja manokana, saran-dalana, sns.

Afaka miditra amin’ny Mvola ny fanokafana petra-bola Pack Tanora, hahazoana maka vola ankoatra ny ao amin’ny banky amin’ny alalan’ny karatra Valiha. Mampirisika ny tanora koa ny BNI hanokatra petra-bola Epargne Plus, ho tahiry mipetraka hiteraka zana-bola. Amin’ny ankapobeny, fampianarana ny tanora mihary.

Firy isan-jato amin’ny tanora anefa ny afaka manokatra izany petra-bola izany, izay tsy mora ihany koa ny fepetra takin’ny banky ? Eo amin’izay fepetra izay no tokony hamaivanina, matoa vitsy dia vitsy, 4 % monja amin’ny Malagasy ny manana petra-bola amin’ny banky.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Hafatry ny eveka sy ny papa ho an’ny fifandraisana : « Aoka tsy atao ambany maso tsy hita ny fahoriana...

 Nanamarika ny Andro maneran-tany ho an’ny fifandraisana amin’ny mpiara-belona, andiany faha-51 ny eo anivon’ny fiangonana katolika,  omaly. Natao teny amin’ny Ekar Mangasoavina izany ary nampitana ny hafatry ny evekan’i Madagasikara sy ny papa François.

 

Nitondra ny teny fampianarana ny sekretera jeneralin’ny Fivondronamben’ny eveka (Fem), misahana ny fifandraisana amin’ny mpiara-belona, ny mompera Ranivomanalina Marcel. Nitondrany fanazavana ny hafatry ny eveka sy ny avy amin’ny fiketrahana Masina. « Anisan’ny fitaovana nampitan’Andriamanitra ny hafatra, ny takelabato nanoratana ny didy 10 tamin’ny fotoan’androny… Mamela ny olona hanely ny vaovao araka ny tiany ny firoboroboan’ny teknolojia amin’izao fotoana izao… Maneho ny ady sy ny asa fampihorohoroana sy ny tsy fahombiazana ireny vaovao ireny. Eo koa ny vaovao tsy marina, manao ambany maso tsy hita ny fijaliana sy ny fahorian’ny olona », hoy izy. Nitodika bebe kokoa amin’ireo mpikirakira ny fitaovam-pifandraisana samihafa izany hafatra izany. Nambarany fa mety hitarika any amin’ny famonoana ny feon’ny fieritreretana sy ny famoizam-po matetika ny vaovao sasany.

Nohitsiny anefa fa tokony hanana solomaso ijerena ny zava-misy amin’ny alalan’ny Vaovao Mahafaly isika, araka ny hafatry ny papa François ny 24 janoary teo. Amin’ny alalan’ny fikatsahana ny fiadanan’ny olona dieny ny ety an-tany. Hamotehana ny zara vilana amin’ny fisitrahana ny zavaboahary natao anjakan’ny olombelona rehetra fa tsy ho an’ny olom-bitsy, araka ny hafatra hatrany.

Hikatsahana ny marina sy ny fandriampahalemana 

Lohahevitra amin’ity taona ity kosa ny « Aza matahotra fa homba anao aho ». Nosafidina izany hanentanana ireo mpikirakira ny serasera hamelomana fanantenana sy fahatokisana manoloana ny fiarahamonina anjakan’ny fitiavan-tena sy ny fanararaotana samihafa.  Nentanin’ny papa François koa ny mpikirakira vaovao mba hahay hifehy ireny fitaovam-pifandraisana ireny hampitana ny vaovao eo amin’ny fiarahamonina, araka ny fijery kristianina. « Mba hahomby amin’ny ady amin’ny tsy fahamarinana mahazo laka… Hikatsahana mandrakariva ny marina sy ho amin’ny fandriampahalemana », hoy hatrany ny hafatra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Communications sociales : l’Église catholique incite à la paix

L’Eglise catholique a célébré hier une messe à l’Ekar Mangasoavina, à l’occasion de la 51e journée mondiale des communications sociales. L’ esprit de la communication a été véhiculé par le secrétaire général de la Confédération des évêques de Madagascar (Cem), le père Ranivomanalina Marcel. Le message aspire à une communication professionnelle et spirituelle particulièrement en ces temps où la technologie prend de l’ampleur dans le monde.

«Que les messages véhiculés apportent de sérieuses réflexions et non le contraire», a d’ailleurs annoncé le Pape François dans son message. L’Eglise prône ainsi à une communication digne, qu’elle soit au niveau des réseaux sociaux ou encore des différents médias.

L’un des objectifs étant de lutter contre la corruption et de favoriser l’éducation, tant politique que sociale mais également spirituelle. Cela, face à la multiplication des informations et différentes rumeurs incitant aux guerres et violences de tout genre.

T.N

 

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2019» : faharoa ao amin’ny vondrona «A» ny Barea de Madagascar

Dingana goavana ny vitan’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fifanintsanana, hiadian-toerana amin’ny “Can 2019”, hatao any Kameronina. Eo amin’ny laharana faharoa, amin’izao fotoana izao, no misy ny ekipam-pirenena malagasy.

 

Mitana ny toerana faharoa vonjimaika, ao amin’ny vondrona “A”, ny Barea de Madagascar, taorian’ny fandresena 3 no ho 1 azony, nanoloana an’i Soudan, teo amin’ny andro voalohany amin’ny fifanintsanana isam-bondrona hiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika «Can 2019», tanterahina any Kameronina.

Raha tsiahivina, baolina tafiditr’i Faneva Ima, ny anankiroa ary iray kosa ny an’i Carolus, tamin’ny alalan’ny “penalty”.

Fandresena nalainy tany an-tanin’olona, ny zoma lasa teo, izay nahazoan’ny Barea de Madagascar, isa telo. Mitarika eo amin’ny filaharana ny Liona-n’i Téranga avy any Sénégal. Samy manana isa telo avy ny Barea de Madagascar sy ny Liona-n’i Sénégal, saingy manantombo eo amin’ny “goal difference” ry zareo Senegaly.

Ny fandresena 3 no ho 0, azony nanoloana an’i Ginea Ekoatorialy, mantsy no tombony. Hatreto, tsy mbola nidiram-baolina ry zareo, ny Barea kosa efa nahafatesana baolina iray. Amin’ny volana marsa 2018 indray ny andro faharoa, amin’ity fifanintsanana ho an’ny “Can 2019” ity, izay hihaonana amin’i Sénégal. Lalao hotanterahina eto Madagasikara. Mandra-piandry, ny fiatrehana ny fihodinana faharoa, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ny fifaninanan’ireo mpilalao tsy matihanina na ny “Chan” no dingana manaraka ho an’ny Barea de Madagascar. Lalao handraisana an’i Mozambika ny volana jolay ho avy izao. Aorian’izay ny lalaon’ny Cosafa, hatao atsy Afrika Atsimo, ny 24 jona ka hatramin’ny 9 jolay ho avy izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Rugby : nanampy ireo ankizy ny Pachamama

Noho ny maha volan’ny ankizy ny volana jona, tsy nanadino ireo kilonga madinika beazina sy tezaina, amin’ny alalan’ny rugby, ao aminy ny fikambanana Pachamama eny Imamba Soavimasoandro. Araka izany, nisy ny fanomezana vatomamy sy “biscuit” ary ranom-boankazo, miampy akanjo mafana sy bodofotsy, avy amin’ireo mpanohana, ho an’ny ankizy miisa 250 mianadahy. Notanterahina ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny foibe toerany teny Imamba, notarihin’ny filohan’ny Pachamama, Rakotomanga Santoni Ismael. “Tsy nanavaka ny Pachamama miaraka amin’ny klioba RCTS,  izay tsy afa-misaraka fa ireo ankizy rehetra amin’ity faritra ity, na tezaina ato amin’ny fikambanana na tsia, dia notolorana fanomezana avokoa. Notsarovana manokana ihany koa ireo raiamandreny, amin’izao andro ririnina izao”, hoy i Santoni. Marihina fa  efa fanao isan-taona ny hetsika izay efa miditra amin’ny andiany fahadimy. Dingana manaraka ho an’ny Pachamama sy ny RCTS ny fananganana “dispensaire”, hizahana ny toe-pahasalaman’ireo ankizy ary koa fanaraha-maso sy fanampiana ny fianaran’izy ireo, amin’izay taranja hananany fahasahiranana, araka ny teny filamatry ny Pachamama hoe : “Fifanampiana sy fifampitaizana ao anatin’ny toe-tsaina rugby”.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Afrobasket Men U16 : mpilalao 14 hifantenana ny ekipam-pirenena

Namoaka ny anaran’ireo mpilalao “pré-selectionnés”, hakana izay handrafitra ny ekipam-pirenena Malagasy hiatrika ny “Afrobasket Men”, ho an’ny sokajy zandriny U16, ny federasiona. Fihaonana hatao atsy amin’ny Nosy Maorisy ny 13 – 22 jolay ho avy izao. 14 mirahalahy izy ireo, izay notsongaina taorian’ireo fifaninanana isan-karazany.

Saika mpilalao manao “sport étude” any amin’ny ivon-toeram-piofanana any Tsiroanomandidy avokoa ny ankamaroany, toerana anomanan’izy ireo tena. Hiakatra eto Antananarivo ry zalahy ary handray anjara amin’ny fifaninanam-pirenena basikety 3 X 3, hatao eny Ankorondrano, ny 22 – 24 jona ho avy izao.

Araka ny fantatra, 12 ny isan’ny mpilalao hotazonina hiatrika ny “Afrobasket Men U16”. Tsiahivina fa laharana fahefatra  i Madagasikara, nandritra ny “Afrobasket Men” 2013, natao teto Madagasikara, ny taona 2013. I Kim’s sy i Juvence no mpanazatra ny ekipam-pirenena malagasy.

 

Torcelin

(Sary FMBB)

Ireo mpilalao “pré-selectionnés” :

1-Safidy Heritiana – 1,88 m – Poste 4-5 (Cosfa Analamanga)2- Randrianjafinoarivony Nilaina – 1,92 m – Poste 4-5 (Itasy)3- Hassan Nakara Soumah – 1,81 m – Poste 2-3 (Fandrefiala Analamanga)4- Andrilova Klério – 1,78 m – Poste 2-35- Soloanjary Maurice – 1,88 m – Poste 2-3 (ABBA Ambilobe)6- Ramiandra Loïc – 1,91 m – Poste 4-5 (MB2All Analamanga)7- Raheriarison Fanantenana – 1,72 m – Poste 1 (AS St Pierre Alaotra Mangoro)8- Rakotovao Marco – 1,81 m – Poste 1-2 (Ascut Antsinanana)9- Jaoravo Fabrice – 1,75 m – Poste 1-2-3 (ABBA Ambilobe)10- Raharimanantoanina Sitraka – 2,02 m – Poste 4-5 (Dream Team Analamanga)11- Randrianaivo Fanoro – 1,72 m – Poste 1-2 (Dream Team Analamanga)12- Randrianarisoa Fifaliana – 1,86 m – Poste 2-3 (Dream Team Analamanga)13- Rakotonirina Safidiniaina – 1,85 m – Poste 4-5 (Serasera Vakinakaratra)14- Editho (ASCB Mahajanga)

 

News Mada0 partages

Atletisma – «Mada Jeunes 2017» : nanao pao-droa i Nantenaina Frederic

 Mbola noporofoin’ireo atleta ao anaty ekipam-pirenena indray ny maha andrarezina azy ireo, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja atletisma. Anisan’izany, ny zava-bitan’i Nantenaina Frederic, atletan’ny 3FB.

 

Nanamafy ny maha tompondakan’i Madagasikara azy indray Rakotoarinirina Nantenaina Frederic, mpihazakazaka avy amin’ny 3FB Analamanga, nandritra ny fifaninanam-pirenena, ho an’ny taranja fototra atletisma, sokajy zandriny. Fihaonana natao tetsy amin’ny kianjan’Alarobia, izay nifarana, omaly alahady.

Nanao pao-droa mantsy ny tovolahy. Lasany avokoa ny medaly volamena teo amin’ny 200 m sy 100 m, sokajy U20. Mbola noporofoiny indray izany fa andrarezina izy, eo amin’ireo halaviran-dalana ireo ary manamafy ny ho fiatrehany ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, hatao any Alzeria, ny 27 jona – 2 jolay ho avy izao.

Raha hiverenana ny hazakazaka nataony, tontosany tao anatin’ny fe-potoana 10 s 8 ny 100 m, raha 21 s 9 kosa ny 200 m.

“Somary nanahirana ilay toetr’andro mangatsiaka sy be rivotra, ka tsy nahafahana nanatsara ny fe-potoana. Mitovitovy ny haavo teknikan’ny mpifaninana fa tombony ho ahy, ny fahaizako nampiasa ny paikady nomen’ny mpanazatra izay efa natao nandritra ny fanazaran-tena. Dingana manaraka ny fanomanana ny any Alzeria. Mialoha izay nefa mbola hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy rehetra, hatao amin’ny herinandro ho avy io”, hoy i Nantenaina Frederic.

Marihina fa vao miakatra amin’ity sokajy U20 ity, izy tamin’ity taona ity. Tamin’ny taon-dasa, nahazo ny tompondakan’i Madagasikara, teo amin’ny 200 m, ho an’ny U18, izy. Tsy nanao ny halavirana 100 m kosa ny tovolahy tamin’izany.

Ankoatra izay, anisan’ny misongadina ihany koa ireo atleta avy any amin’ny faritra Atsimo Andrefana sy ry zareo avy amin’ny ligin’Atsinanana.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Basikety – Mada N1A : afa-bela tamin’ny Fandrefiala ny MB 2 All

Tsara fanombohana ny MB 2 All Analamanga, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja basikety, sokajy N1 A vehivavy. Fihaonana notanterahina any Mahajanga. Afa-bela ihany mantsy izy ireo, raha nifandona tamin’ny Fandrefiala avy amin’ny ligin’Analamanga ihany. Lavon’izy ireo, tamin’ny isa 51 no ho 47, ity ekipa tompon’ny amboaran’ny filoha, ity.

Tena nanao valinady tokoa ry Murielle sy ry Hoby tamin’ity satria izy ireo hatrany no nitarika ny isa, teo amn’ireo tapa-potoana telo voalohany. 8/5 ; 16/14 ; 18/13. Efa tany amin’ny 10 minitra farany vao nandresy ny Fandrefiala, notarihin-dry Saholy sy Brigitte ary ry Tahiana.

Teo amin’izay sokajy vehivavy izay hatrany, lavon’ny JSB Boeny, tamin’ny isa 76 no ho 62 ny Asa Analamanga. Nahery tao amin’ny taniny, ny JSB tamin’ity. Niondrika teo anatrehan’ny CRJS Atsinanana, tamin’ny isa 66 no ho 45 kosa ny ASE Matsiatra Ambony ary ny JEA Vakinankaratra indray nanilika ny Tamifa Amoron’i Mania, tamin’ny isa 69 no ho 53.

Ho an’ny lehilahy, resin’ny ASCB Boeny, tamin’ny isa 81 no ho 51 ny Cosfa Analamanga. Hitohy anio ny fifanintsanana. Tsiahivina fa manohana ity fifaninanana ity ny Telma.

Torcelin

 (sary tahiry)

 

News Mada0 partages

Athlétisme-Jeunes : Ascut et Atsimo Andrefana récidivent

Les championnats nationaux des jeunes se suivent et se ressemblent ! Depuis deux saisons, la domination du club de l’Ascut (Atsinanana) et la performance de la ligue d’Atsimo andrefana restent intacts.

Après une joute nationale 2016 qui a vu la suprématie de la ligue d’Atsimo andrefana au nombre de médailles obtenues. Au niveau des clubs, la palme revient à Ascut d’Atsinanana qui a raflé le plus grand nombre de médailles.

Celle de 2017 reste dans la même veine, mais des médailles en moins dans leur escarcelle respective. En effet, si l’année dernière, le club du Grand port a glané 27 médailles dont 13 en or, cette fois-ci, il n’a obtenu que 19 et seulement 9 d’entre elles sont plaquées du métal le plus précieux.

Idem au niveau de la ligue où Atsimo andrefana rentrera en numéro un mais des médailles en moins que la saison passée. 19 médailles d’or sur les 55 qu’elle a raflées, cette ligue est loin des 20 sacres et 65 podiums de 2016.

En cause, la dégringolade de son club phare, Aspanato qui après une belle deuxième place de l’an passé, se retrouve à un piètre 8e rang lors de la joute nationale 2017. Heureusement pour Atsimo Andrefana que GST a tenu son rang pour son premier sommet national, en se classant deuxième.

Naisa

Classement par club :

1-Ascut (Atsinanana): 19 médailles (9 ors, 5 argents, 5 bronzes)

2-GST (Atsimo andrefana) : 19 médailles (8 ors, 7 argents, 4 bronzes)

3-3FB (Analamanga) : 8 médailles (5 ors, 2 argents, 1 bronze)

4-3FANS (Analamanga) : (4 ors, 3 argents, 4 bronzes)

5-Taf (Analamanga) : 9 médailles (4 ors, 3 argents, 2 bronzes)

6-HTTA (Diana): 7 médailles (4 ors, 2 argents, 1 bronze)

7-Cosrm 52 (Atsimo andrefana): 4 médailles (4 ors)

8-Aspanato (Atsimo andrefana) : 15 médailles (2 ors, 8 argents, 5 bronzes)

9-As Mandam (Alaotra mangoro): 10 médailles (2 ors, 2 argents, 6 bronzes)

10-Calac (Alalotra mangoro): 8 médailles (2 ors, 2 argents, 4 bronzes)

 

News Mada0 partages

Basket-N1A : ASCB et SBBC donnent le ton

Démarrage en trombe des équipes favorites au championnat de Madagascar N1A de basket-ball. Après deux journées de compétition, ASCB et SBBC de Boeny émergent du lot.

La logique respectée ! Les deux premières journées de la première phase du sommet national qui se tient à Mahajanga, ont permis à quelques formations de confirmer leur bon état de forme. Dans la catégorie masculine, deux équipes de la ligue hôte de la compétition font sensation.

ASCB et SBBC sont au coude à coude dans la course au sacre en réalisant un parcours sans faute avec  deux victoires en autant de rencontres jusqu’ici.

Club détenteur de la coupe du président, l’ASCB continue sur sa lancée en écrasant tout sur son passage. Sa première victime de cette joute nationale s’appelle Cosfa Analamanga. Une bouchée est le tour est joué. Les militaires se sont inclinés lourdement sur le score de 51-81.

Challenger Analamanga pour son entrée en la matière a également subi la foudre de la bande à Livio. Cette dernière l’emporte facilement par 83-63.

Plus laborieux sont les succès obtenus par SBBC, notamment lors de la deuxième journée où la délivrance ne s’est produite qu’à la dernière seconde du match face à un Ascut accrocheur. Bien que dominants pendant la durée de la rencontre, Joma et consorts n’ont pas pu se détacher au score mais ont pu retrouver les ressources à 30 secondes du coup sifflet final pour devancer de quatre points leurs adversaires. Le tableau a affiché 64-60 au final.

Une victoire difficile après une journée inaugurale aisée devant 2BC Vakinankaratra mais rassurant pour SBBC. Pour son entrée en la matière, la GNBC Vakinankaratra a également rassuré en remportant un match piège face à COSPN Analamanga. Idem pour TMBB Analamanga qui a réussi à prendre sa revanche sur MB2All, son tombeur à la coupe du président et avec la manière.

Consolation

Le rêve de rééditer l’exploit de SBBC qui a raflé les deux titres nationaux homme et dame en 2015 est encore loin pour les autres clubs. Comme c’est le cas de MB2All qui se console avec les filles à ce sommet national. En effet, dans la catégorie féminine, MB2All demeure la seule formation invaincue après deux journées de campagne. Que ce soit SBBC ou Fandrefiala, ses deux principaux adversaires, ils ont connu une défaite le week-end dernier et autant de succès.

Naisa

Résultats de la 1ère journée :

Dame :

CRJS Atsinanana-ASE Haute Matsiatra : 66-45

JSB Boeny-Asa Analamanga: 76-62

JEA Vakianankaratra-Tamifa Amoro’i Mania : 69-53

MB2All Analamanga-Fandrefiala Analamanga : 51-47

Homme :

COSPN Analamanga-Challenger Analamanga : 85-58

SBBC Boeny-2BC Vakianankaratra: 69-46

Ascut Atsinanana-MB2All Analamanga: 63-58

Cosmos Diana-Sebam Boeny: 80-64

ASCB Boeny-Cosfa Analamanga: 81-51

Résultats de la 2e journée :

Dame :

Tamifa Amoron’i Mania-Asa Analamanga: 69-44

BC Est Atsimo Andrefana-JSB Boeny: 81-63

MB2All Analamanga-CRJS Atsinanana: 86-42

Fandrefiala Analamanga -SBBC Boeny : 48-44

Homme :

ASCB Boeny-Challenger Analamanga: 83-63

GNBC Vakinankaratra-COSPN Analamanga: 82-72

TMBB Analamanga-MB2All Analamanga: 73-47

Cosfa Analamanga-Cosmos Diana: 69-65

SBBC Boeny-Ascut Atsinanana : 64-60

 

News Mada0 partages

Chronique : vous avez bien cinquante ariary ?

Il est midi trente. Entre deux gargotes où se restaurent les élèves des établissements scolaires voisins, une rigole non couverte. On imagine qu’elle a été conçue pour que s’écoulent les eaux de pluie et les eaux usées que versent les riverains. La rigole n’est pas couverte. L’a-t-elle jamais été ? Un passant distrait par le spectacle de la rue pourrait tomber facilement dans le canal qui longe le trottoir.

Il est midi trente. Ce monsieur bien mis, frisant la cinquantaine, urine dans la rigole. A quelques pas, installés sur le trottoir ou dans les gargotes, les élèves jettent un œil sur le monsieur et détournent très vite le regard : si le spectacle est affligeant, il est surtout habituel et ne mérite pas qu’on s’y attarde. Seul un élève remarque en riant que le malappris a choisi d’uriner précisément sous l’inscription «rarana ny manao maloto eto».

«Savez-vous lire monsieur ?». Tout à son affaire, le quinquagénaire n’entend pas la question ni les phrases suivantes : «Monsieur, vous ne pouvez pas uriner dans la rigole. Vous avez des toilettes publiques à trois cent mètres». Enfin disposé à répondre, il reboutonne nonchalamment son pantalon avant de dire, goguenard : «C’est précisément pour ça que les rigoles ont été conçues. Quant aux toilettes publiques… J’habite loin et je suis pressé, je n’ai pas le temps d’y aller». Montrant du menton les toilettes toutes proches, il ajoute : «En plus, elles sont payantes». Effectivement, les toilettes publiques sont payantes à raison de cinquante ariary le droit d’utiliser un urinoir et cent ariary pour les cabinets où on est autorisé de déféquer. S’il a un besoin urgent, un adulte doit donc oublier toute pudeur et s’adresser au préposé aux toilettes comme s’il était un enfant apprenant la propreté.

C’est humiliant mais cela justifie-t-il qu’on urine dans les rigoles ? La réponse est non.

 Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : mampihorohoro nefa mbola tsy asa-na mpampihorohoro

Mampiavaka ny mpampihorohoro amin’ireo karazana jiolahy samy hafa toy ny dahalo sy tontakely moa dia ny antony anatanterahany ny asa ratsy. Raha mitetika tombontsoa ara-bola sy ara-karena ho azy na ho an’ny mpanakarama azy ny jiolahy ny mpampihorohoro kosa tsy manana tanjona afa-tsy ny fandravana ny lamina misy, amin’ny alalan’ny fanaovana hetraketra mahery setra sady tsy mana-petra no tsy misy fady miteraka tahotra sy tebibety eo amin’ny vahoaka. Manahirana araky ny tazana ny fanoherana an’izany, tsy vitan’ny hoe sahy maty ireo mpampihorohoro ankehitriny fa minia mihintsy manao sorona ny tenany aahfahany manatanteraka an’izay heveriny anjara asany ireo mpampihorohoro.

Ny jiolahy tsy tonga amin’izay finiavana anao sorona ny tenany izay, fa tsapa ihany fa manana fahasahiana hiatrika an-drafahafatesana tonga amin’ilay fitenenana hoe

« izay sahy maty mifono lambamena ». Araky ny fiteny iray any ivelany moa dia ny faahtaorana ny zandary hono fandrosoana ho any amin’ny fahendrena. Tsy vitan’ny hoe lany fahendrena nohon’ny fahasahiny manefa an’izao heloka rehetra izao ny jiolahy eto amin’ny nosy, fa tsy manana fahatahorana an’iza an’iza intsony maty eritreritra sady very fanahy tsy maahlala fady. Aiza ka fiaraben’ny sampana miantoka ny fitandrovana filaminana indray no tafihan’ny jiolahy tsy lavitra akory an’Ambatofinandrahana. Polisy telo mitondra fitaovam-piadiana no tao anatin’ilay kamiao, tsy afa-nanaotra moa nivadika any ankady ilay fiara, mbola tsy tafajanona ilay fiarabe dia norarafan’ilay andian-johilahy tamin’ny tifitra vary raraka ilay mpamily, maty teo noho eo. Tsy asin’ireny jiholahy vidiny ny ain’olombelona, ankoatran’ny mpandeha tapitra aina tamin’ny fivadian’ilay fiara, notifiriny an-kitsirano izao ny vehivavy iray izay tsy nanaraka ny baikony. Raha azo atao hoe mpirahalahy ny miaramila, zandary sy pôlisy dia toy ny hoe “tafika voatafika” ny fitrangan’ity fanafihana an-dalambe ity. Mampihorohoro ny tsy fahafahan’

ny fitondrana anefa ny adidiny izany hoe ny fitandrovana filaminana ary ny fiarovana ny mponina sy ny fananana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le riz

Plus nous allons, plus le riz devient cher ; d’où malaise, et crise économique aiguë.

La cause ? actuellement elle réside toute entière dans la taxation de cette denrée.

Enlevez la taxe, disait hier un négociant en riz,

et vous verrez aussitôt, du Nord, du Sud, surtout des hauts-plateaux, affluer le riz sur le marché de Tamatave, et immédiatement baisser son prix, par le seul jeu de l’offre et la demande. La taxe en effet est un épouvantail qui fait que les producteurs n’envoient leur riz que par petits paquets, dans la crainte qu’une taxe exagérée ne vienne les priver d’un bénéfice légitime, et même pour ce motif, ils hésitent à étendre leur culture. Cette rareté du riz sur notre marché le maintient à un prix exagéré qu’aucune taxe n’arrivera à réduire, il ne se vend pas un kilo de riz sur notre place au prix fixé par les mercuriales. L’administration elle-même est obligée de payer le prix imposé par les négociants.

De sorte qu’aujourd’hui le riz se vend, en gros, au prix minimum de 350 francs la tonne, qui est le prix indiqué pour le détail par la taxe officielle, et au détail au prix de

0 fr. 40 le kilo, et même de 0 fr. 50 cent. Et 0 fr. 60 cent., en plein bazar, par les marchands qui, sous prétexte qu’ils ne possèdent pas de balance, vendent leur riz par capok de 6 à 800 grammes, au prix de 0 fr. 40 cent., ce qui met le prix du riz de seconde qualité aux chiffres indiqué ci-dessus alors qu’officiellement il est taxé à

0 fr. 30 c.

Du reste la faillite de la taxation a été retentissante en France, et c’est M. Viollette lui-même, ministre du ravitaillement, qui l’a proclamé du haut de la Tribune de la Chambre. Il a suffi de taxer le blé, les pommes de terre et autres produits, pour qu’immédiatement leur production diminue, et amène une crise économique des plus graves, à laquelle le gouvernement est fort en peine de trouver une solution. Dans la crainte de perdre sur son blé, le paysan a préféré laisser ses terres en friche.

L’Anglais, plus avisé, au lieu de taxer les produits nécessaires à l’alimentation, donne des primes à ceux qui produisent le plus et le mieux. – C’est plus pratique. – Donc à bas les taxes !…

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : maquillage cache-misère

Par deux fois dans l’année, pour Noël et pour le 26 juin, le ravalement de façade est de rigueur. Mais un ravalement de façade, ce n’est pas rien. Il faudrait des moyens qu’on n’a pas… A défaut, pour faire belle figure, on procède à un maquillage cache-misère qui ne trompe personne mais ce n’est pas grave, tout le monde joue le jeu, histoire de faire la fête. Par deux fois dans l’année, le maquillage cache-misère accompagne les inévitables bilans dont on se passerait bien. Là aussi, les masses populaires et laborieuses essaient de jouer le jeu mais c’est un peu plus difficile parce que le père Noël ne passe qu’une seule fois dans l’année.

 

News Mada0 partages

Kolontsaina an-tsary

Naneho ny telenta nomen’Andriamanitra azy, tetsy Antsahamanitra, ho an’olon-drehetra ny Tanora Masina Itaosy, omaly.

Nitondra ny « Live clubbing session » tetsy amin’ny Terrace (villa Pradon ) Antanimena i Alain Chatard.

News Mada0 partages

Faha-5 taona niorenana : nitondra aim-panahy vaovao ny Ny Mino

Mandalo eto an-tanindrazana ny tarika Ny Mino avy any Frantsa. Nomarihin’izy ireo tamin’ny fampisehoana an-tsehatra notontosaina omaly, tetsy amin’ny CCEsca Antanimena, ny faha-5 taona niorenan’ny tarika. Hira evanjelika mitondra fampieritreretana, miteraka fandinihana, mampita hafatra, sns, no nalahatr’izy 5 mianadahy niaraka tamin’ny Groupe Laurent Rakotomamonjy. « Nitondra aim-panahy vaovao ho anay ny nanatrehana ity fampisehoana ity », hoy ireo mpijery tonga teny an-toerana.

Nifandraika tanteraka tamin’izany rahateo ny fanentanana nataon-dRandrianarimanana Benja sy Laurent Rakotomamonjy, noelanelanin’i Dadafara tamin’ireo tantara fohy nofantenana tao anatin’ny Soratra Masina. Hain’i Dadafara tsara ny nandravaka azy ireny tamin’ny hatsikana mampieritreritra.

Ny gadon-kira nentin’ny tarika roa tonta ihany koa nifandimbiasan’ny mihetsiketsika sy ny milamina. Nisy ny gadona avy any ivelany fa nomena lanja lehibe ny gadona avy eto an-toerana. Anisan’ireny ny bagasy nandrenesana ny « Ianao ihany », ny mihetsika nandrenesana ny « Modia » izay anisan’ny nohirain’ny tarika Ny Mino niaraka tamin’ny Groupe Laurent Rakotomamonjy. Ny Mino nahitana an’i Benja, Asnah, Lova, Lanto ary Narindra.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Na noelingelenin’ny orana aza… : niaka-danja hatrany ny « Jazz@Tohatohabato »

Anisan’ireo hetsika kolontsaina lehibe fanao isan-taona ny « Jazz@Tohatohabato ».  Manomboka maro ny mankafy azy ity ny Malagasy. Raha nizotra araka ny nandaharana azy ny andiany teo aloha, somary niharan’ny fahasahiranana ny andiany faha-7.

Manan-talenta ny Malagasy ! Tsy azo lavina io, ho an’izay nanatrika tsy tapaka ny « Jazz@Tohatohabato » . Tsikaritra ho miaka-danja hatrany ny tolotra omen’ny mpanakanto sy ny fankafizan’ny mpijery. Ho an’ity andiany faha-7 nifarana omaly ity, niharan’ny fanelingelenan’ny toetrandro ratsy ny fanatanterahana ny fandaharam-potoana sasany. Anisan’ireny ny tsy fisian’ny seho teny amin’ny kianja Rafalimanana Ambodin’Isotry ny 9 jona teo. Mbola noho ny erika izay nivadika ho orana ihany koa no tsy maintsy nampiatoana tao anatin’ny fotoana voafetra ny seho famaranana notontosaina omaly tetsy anoloan’ny tohatohabaton’Antaninarenina. « Hanome tolo-kevitra ao amin’ny komity mpikaraka aho ny amin’ny hijerena ny fotoana hanatanterahana ny hetsika mba tsy ho tojo ny tahaka izao indray amin’ny manaraka », hoy Ranja Rasamoelisoa, anisan’ny angady nananana sy vy nahitana ny « Jazz@Tohatohabato » sady tomponandraikitry ny hetsika kolontsaina eo anivon’ny Cercle Germano-Malagasy.

Tsapa nandritra ity andiany faha-7 ity ihany koa fa manana mpilalao jazz tanora mahay ny Malagasy. Tsikaritra tafiditra tanteraka ao anatin’izy ireo ity karaza-mozika iray ity. Niara-niredona kosa ny rehetra nanatrika ny « Jazz@Tohatohabato » hatramin’izay fa mendri-piderana ny ezaka lehibe ananan’ny mpikarakara !

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Musique : Denise partage le micro avec Jason Derulo

Décidément, Denise (Deenyz), ne finira jamais de nous étonner  et de nous éblouir. Après avoir remporté haut la main le concours de télé-crochet international Island Africa Talent, elle a franchi le star-system en s’intégrant notamment à la grande famille Universal.

Alors que son nouveau clip fraîchement intitulé «Allo fo» venait de faire l’effet d’une bombe sur la toile que la jeune chanteuse annonce déjà une collaboration avec Jason Derulo, le célébrissime  chanteur américain.

Au plus grand bonheur de ses inconditionnels admirateurs, elle l’a annoncé sur sa page facebook cette collaboration d’envergure internationale, grâce à Coke Studio Africa et verra également la participation de Locko, une jeune pousse de la musique Rnb camerounaise et un autre chanteur dénommé Mr Bw. A suivre de près.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Mois de la langue malgache : la célébration dans les règles de l’art

Havatsa-Upem et Tafasiry Kolokanto ont travaillé de concert pour marquer comme il se doit le mois de la langue malgache à l’occasion d’une déclamation de poèmes et une représentation de Bagasy, samedi dernier au Tahala Rarihasina Analakely.

Les écrits restent. Une expression qui trouve toute sa signification dans «Tafasiry an-tononkalon’i Di… sy Dox», une manifestation dédiée aux deux grandes plumes de la littérature malgache qu’est Jean Verdi Salomon Razakandraina et Henri Rahaingoson.

«Di… et Dox ont voué la même passion dévorante pour la poésie même s’ils appartenaient à deux générations différentes. Il faut aussi reconnaître que Di… est celui à qui l’on doit la célébration du mois de la langue malgache. Et aujourd’hui, il n’est que justice de rendre hommage à celui qui fut un véritable monument de la littérature malgache», confie Hajaina Andrianasolo, présidente de l’Havatsa Upem.

Les vers de «Vieilles chansons», «Nankaiza», «Ny tanora ankehitriny» ou encore «Ilay mosoara» ont résonné à l’espace Rarihasina. «Cette activité rentre dans le cadre de la célébration du mois de la langue malgache. C’est à la fois un devoir et un plaisir partagé pour l’union des poètes et des écrivains malgaches et Tafasiry Kolokanto de perpétuer cet événement», a-t-elle conclu.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Habbat Alep : le théâtre des temps modernes à l’IFM

C’est une autre facette du théâtre que l’auteur togolais Gustave Akakpo a proposé au public de l’Institut français de Madagascar samedi dernier à travers sa pièce sobrement intitulé «Habbat Alep».

Mis en scène par Cédric Brossard, avec l’accompagnement musical de Pierre-Jean Rigal, les textes et l’interprétation de Gustave Akakpo,  «Habbat Alep» se définissent à la fois comme une lecture théâtralisée mise en musique et une pièce radiophonique.

Le comédien nous emporte au cœur d’Alep, en Syrie, rencontrer un homme à la quête de son identité où il va rencontrer sa famille, et bien d’autres personnes. «Abou, le père, pour blanchir l’honneur de sa famille décide de marier sa fille à son jeune cousin. La fille, en fait une femme, presque la quarantaine, a encaissé sa vie de jeune femme au service d’un père et d’une mère malades et retroussé ses rêves pour aider sa sœur et son frère cadets à tracer leur vie hors du toit familial», note l’auteur.

«L’avantage d’être un écrivain, c’est qu’au lieu de payer un psychiatre pour une séance, on écrit et on se fait payer après», plaisante-t-il avant d’enchaîner que «Enfant, on fait tous du théâtre, on imite nos parents et nos voisins. C’est plus tard décide de l’apprendre et d’en faire un métier».

Le champ de possible

Outre le rôle principal qu’il doit endosser sur scène, tantôt Gustave joue le rôle d’une tierce personne, tantôt il laisse la place à la bande son arrangée par le soin de Pierre-Jean Rigal.  «Cette pièce que nous avons crée pour une librairie, a été au début destinée à être joué au milieu du rayonnage de la bibliothèque», poursuit le metteur en scène.

Cette pièce se démarque par une bande son peuplée de mélodies et mêlant la bass music issue des premiers Sound System jamaïcains. «Le choix de la musique a été justement de bousculer l’aspect classique du théâtre», conclut-il.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Spectacle : Zarasoa présente « Zik an-dihy »

«Zik an-dihy», c’est à travers ce leitmotiv que Zarasoa, la section de danse du Cercle germano malgache signe deux représentations le 21 juin au Centre culturel américain Tanjombato et le 25 juin au CGM  Analakely.

A chaque édition sa thématique, cela fait depuis sept ans maintenant que Zarasoa s’affirme comme un vivier de talents dans la scène culturelle de la capitale à travers son activité d’éveil culturel et artistique. Et cette année pour terminer en beauté la saison, l’école concocte un spectacle qui sort du lot à travers «Zik an-dihy».

 «Les chorégraphes vont s’en donner à cœur joie de mettre en pratique ce qu’ils ont appris autour d’une bonne dizaine de disciplines, pour ne citer la salsa, la samba, la danse classique, la danse africaine et la danse traditionnelle typiquement malgache. A cela s’ajoute les anciennes chansonnettes et jeux d’enfants comme O Ralila, Isa ny amontana, Don-tany et bien d’autres», a détaillé Saroy Rakotosolofo, directrice artistique de Zarasoa. A travers le chant, la musique et la danse, Zarasoa use également des accessoires pour compléter le décor.

Rassemblant les chorégraphes et danseurs de tous âges,  c’est la jeune pousse qui sera tout particulièrement sous les feux de la rampe le temps de ces spectacles.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Fitakiana sendikaly : hitohy ny hetsiky ny SMM ho an’ny tany tan-dalàna

 Ankoatra ny fisaorana ireo mpitsara sy ny fialan-tsiny ho an’ny rehetra noho ny hetsika fitokonana 48 ora ny herinandro teo, mbola nanamafy ny fitakiany ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM). Nivoitra tamin’ny fanambarana ny asabotsy teo ny hanohizana ny tolona hametrahana ny tany tan-dalàna sy ny famerenana ny hasin’ny fitsarana ary ny fahaleovantenan’izy ireo. Efa narangarangan’ny SMM ny herinandro teo fa miandry ny valin-tenin’ny fitondrana izy ireo, manoloana ireo fitakiana maromaro napetrany. Anisan’izany ny tokony hampiharana ny didim-pitsarana fampidirana am-ponja vonjimaika (MD) an-dRazaimamonjy Claudine. Eo koa ny « Raharaha Andriamandavy Riana »… Nilaza ny hiditra amin’ny fepetra henjakenjana kokoa izy ireo raha manao bemarenina sy miziriziry ny fitondrana. Tsy miala amin’ny lalàna avokoa anefa izany rehetra izany araka ny nambaran’ny filohany, Faniry Ernaivo, ny alakamisy teo tetsy Anosy.

Hatreto, tsy manana vahaolana matotra ny eo anivon’ny fanjakana, raha miainga amin’ny nambaran’ny minisitry ny Fitsarana ny herinandro teo. Karazan’ny mitazam-potsiny sy manatsotra resaka ny minisitry ny Fitsarana, Andriamiseza Charles, teny Andohatapenaka. « Jerena fotsiny aloha ny hetsiky ny mpitsara… Tsy misy izany tsindry ataon’ny minisitera izany. Efa niantso azy ireo hiresaka aho saingy mbola manao ny adidiko aty aho izao aloha, ka tsy mbola fantatra ny fotoana hihaonana », hoy izy.

Tsy nahitam-bokany ny fihaonana teny Mahazoarivo

 Nambarany ho efa milamina ireo raharaha mafampana nitondran’ny SMM fanakianana amin’ny fanohintohinana ny fahaleovantenan’izy ireo. Anisan’izany ny tany Manakara sy Ampanihy.

Tsiahivina fa hiverina hiasa manomboka anio, ireo mpitsara (SMM) raha hiverina hifampidinika amin’ny Praiminisitra Mahafaly S. sy ny minisitry ny Fitsarana, Andriamiseza Charles kosa ny mpirakidraharaha fitsarana. Tsy nahitam-bokany ny fihaonana teny Mahazoarivo teo amin’izy ireo ny zoma teo.

Synèse R. 

 

News Mada0 partages

Na hiasa aza ny mpitsara : mitohy ny grevin’ny mpirakidraharaha

  Mitohy ny fikatsoan’ny raharaham-pitsarana. « Tsy handeha amin’ny laoniny ny fitsarana na efa niverina niasa aza ny mpitsara eo anivon’ny SMM. Tsy maintsy atrehinay mpirakidraharaha fitsarana ary soniavinay avokoa ny raharaha rehetra ao vao ara-dalàna », hoy ny filoham-boninahitry ny mpirakidraharaha fitsarana Rabenandrasana Nicolas, omaly, raha nantsoina an-telefaonina. Nambarany fa tsy nahafa-po azy ireo ny fihaonana tamin’ny Praiminisitra Mahafaly sy ny minisitry ny Fitsarana, Andriamiseza Charles, ny zoma teo. « Mbola hiverina eny indray ny solontenanay anio. Mbola mitohy koa anefa ny fitokonana na eo aza izany satria tsy maintsy hakana ny hevitry ny birao sy ny besinimaro ny valin-teny rehetra avy amin’ny fihaonana fa tsy tapahin’ny filoha na ny solontena samirery izany », hoy ihany izy. Midika izany fa mbola hitohy indray ny fikatsoan’ny raharaham-pitsarana. Tsiahivina fa efa niantso azy ireo hiverina hiasa ny minisitra ny herinandro teo ary nanambara koa fa diso ny vaovao rehetra voarain’ity sendika iray eo anivon’ny fitsarana ity. Tsy nandaitra anefa izany famonoana afo izany ka nihaona ny roa tonta. Tsy mbola nivaha ary izao hitohy anio izao ny fitokonana sy ny fihaonana. Anisan’ny tsy levon’ny vavonin’ireto mpirakidraharaha ireto ny tsy fijerena ny tombontsoan’izy ireo nefa mahazo tombony sy omena fahafaham-po ny solombavambahoaka.

Synèse R.

News Mada0 partages

Voarohirohy ho nanolana tovovavy : sinoa dimy lahy nosamborin’ny polisy

Nosamborin’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) ireo Sinoa dimy lahy voarohirohy ho nanolana tovovavy iray vao 20 taona tao amin’ny hotely lehibe iray eny Mahamasina, ny asabotsy tamin’ny 6 ora maraina. Araka ny fanazavan’ireo olona teo amin’ny manodidina ity trano fandraisam-bahiny ity, naheno feona tovovavy nihiaka sy niantso vonjy avy ao amin’ny efitrano iray tao amin’ity trano fandraisam-bahiny ity ireo olona teny an-toerana ka taitra avy hatrany. Nitangorona vetivety ny olona taorian’izay satria te hahalala ny zava-misy marina ao amin’ity trano fandraisam-bahiny nivoahan’ilay feo niantso vonjy ity.

Nahazo antso momba izany ny  polisin’ny BC ka tonga haingana tao amin’ilay hotely. Tovovavy efa tsy mahatsiaro tena, notsindronina tamin’ny zava-mahadomelina sady ahina ho niharan’ny fanolanana, saingy mbola afaka niantso vonjy no hitan’ny polisy tao amin’ny efitrano fahenina tao amin’ity hotely ity. Tsy fantatra marina ny zava-nitranga tao na efa niharan’ny fanolanana na tsia ilay tovovavy fa izy efa tsy mahatsiaro tena no hitan’ny polisy. Ny valin’ny fanadihadiana no hamantarana ny marina rehetra. Tratra tao ireo Sinoa sy vehivavy iray niaraka taminy tao amin’ilay hotely.

Tonga tao amin’ilay hotely ny rain’ilay tovovavy fotoana fohy taorian’izay. Taitra izy nahita an-janany efa tsy mahatsiaro tena intsony fa malemin’ny zava-mahadomelina. Nilaza izy fa tsy fantany ny fomba nialan-janany tao an-tranony mialoha izao raha tsy izao efa hita aty amin’ny hotely izao. Nentina haingana eny amin’ny hopitaly HJRA ilay tovovavy niharam-boina. Mbola nahitana zava-mahadomelina tao amin’ny efitrano nipetrahan’ity tovovavy ity. Aoka ho mailo hatrany ny ray aman-dreny amin’ny fitaizana ny ankizy mba hisorohana ny trangan-javatra toy izao.

J.C

News Mada0 partages

Mampitandrina ny polisim-pirenena… : mirongatra ny fisolokiana avolenta ataona andian’olona

 Nohamafisin’ny tatitra avy amin’ny polisim-pirenena fa mirongatra indray ny fisolokiana avolenta ataona andian’olona ka tokony hitandrina sy ho mailo hatrany ny rehetra. Tambajotra goavana mihitsy ireo andian’olona mpisoloky ireo…

 

Manaitra ny rehetra ny polisim-pirenena fa mirongatra ny asa fisolokiana. Isan-kerinandro, maharay fitarainana ny polisy ary paikady mitovitovy hatrany no entin’ireo mpisoloky manao ny asa ratsy. Kendren’izy ireo ny olona fantany fa manam-bola. Manatona io olona io izy ary milaza fa mivarotra merkiora na menaka lavanila na vato sarobidy. Toerana ambanivohitra sy saro-dalana no lazainy fa fiaviany. Hisy vazaha handray ny entany nefa tsy mahay teny frantsay izy ireo ka miangavy ilay olona nohatoniny izy mba hiresaka amin’ilay vazaha ka handika teny amin’izy ireo. Raikitra ny firesahana an-telefaonina amin’ilay olona lazain’izy ireo hoe vazaha handray ilay entana. Milaza ilay vazaha fa tsy eto Tanà fa mbola any amin’ny faritra ka hiakatra haingana raha raikitra ny varotra.

Fotaka anaty tavoahangy fa tsy merkiora…

Handefa teknisianina aloha izy hijery sy hanamarina ilay entana ka miankina amin’izay ny hividianany azy na tsia. Afaka fotoana vitsy, misy olona tonga mitonona ho teknisianina nalefan’ilay vazaha mijery sy manao fizahana ny entana. Milaza avy eo ireo teknisianina fa tena izy ilay entana ary amin’ilay kalitao tsara. Miantso ilay vazaha izy ireo avy eo ary milaza fa asaina miandry ilay tompon’entana fa ho avy izy. Milaza ilay tompon’entana fa tsy afaka miandry ilay vazaha fa misy fahoriana any an-tanànany ka tsy maintsy mody mamonjy izany izy. Mody mikoropaka avy eo ilay vazaha fa tena hovidiny ilay entana. Miangavy ilay olona mandika teny izy mba hitazona ilay entana ary hanome ny vola tadiavin’ilay tompon’entana fa homeny ny vola rehefa tonga eto Tanà izy, ka hasiany amboniny ary mbola miampy fanomezana fiara izany. Noho ireto fampanantenana sy ny fahaiza-miresaka nataon’ilay voalaza fa vazaha dia tafaroboka ilay olona ka manome ny vola.

Lasa ilay mpisoloky miaraka amin’ny vola ka sendra nijery ilay tavoahangy misy merkiora ilay olona vao gaga fa fotaka anaty tavoahangy fa tsy merkiora araka ny fifampiresahana izany.

J.C

News Mada0 partages

Zon’olombelona : ankilabao ireo manana fahasembanana

Voararan’ny lalàna ny fanavakavahana ny olona manana fahasembanan’ny vatana sy ny saina. Tsy voaresaka manokana loatra kosa ny fahasembanan’ny retsi-pandrenesana sy ny fahasembanana ara-pahaizana.

Voafaritry ny lalàna tsara ny zo ananan’ny olona manana fahasembanana ary voalazan’ny lalàna ny tokony hananganana filankevi-pirenena sy isam-paritra hiaro ny zon’izy ireo. Voalazan’ny lalàna fa manan-jo hahazo fitsaboana sy fanabeazana ny sembana. Manan-jo hahazo fiofanana sy asa fivelomana. Tsy voaresaka manokana ny mikasika ny fivezivezena ana habakabaka na ny fahafahana mampiasa ny rafi-pitsarana.

Ampirisihina ny ivon-toerana fanabeazana hanao izay fanamboarana ilaina amin’ny fotodrafitrasany mba handraisana ireo mpanjifa manana fahasembanana.  Voalazan’ny lalàna ihany koa fa anjaran’ny fanjakana ny manamora araka izay azo atao ny lalana miditra any amin’ny biraom-panjakana, faritra natokana ho an’ny besinimaro ary ny fitateram-bahoaka mba handraisana ny olona manana fahasembanana.

Tsy mihaino ny fanjakana

Tsy dia nampihatra ireo zo ireo anefa ny manam-pahefana, ary nijanona an-taratasy ihany ilay lalàna mitaky ny fanamorana ny fidiran’ny sembana amin’ny trano iray. Manaporofo izany indrindra ny tsy fisian’ireo tohatra manokana hahafahan’ireo olona manana fahasembanana mivezivezy amin’ny biraom-panjakana sy ny minisitera.

Araka ny fanadihadiana lalina nampanaovin’ny fikambanana tsy miankina iray, samy tsy tafiditra ao anatin’ny rafi-dalàna ankehitriny misahana ny zon’ny olona manana fahasembanana ny lohahevitra fototra toy ny fahafahana miditra amin’ny birao, ny fahavitan-tena, ny fahafahan’ny tsirairay mivezivezy, ny fitovian-jo, ny fahafahana manatona ny rafi-pitsarana, ny fahafahana mandray anjara amin’ny fiainan’ny fiarahamonina sy ny politika ankoatra ny zo manokana tokony ho an’ny vehivavy sy ny ankizy manana fahasembanana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanarenana fotodrafitrasa : tapaka ny lalana RN7, omaly

Ao anatin’ny fanamboarana sy fanatsarana ny lalàm-pirenena fahafito (RN7). Tapaka, omaly, tontolo andro ny fifamoivoizana mampitohy an’Antananarivo sy Toliary. Eo anelanelan’ny PK 363+978, eo Maharovitra miala an’Ambohimahasoa sy Ikelialina, ao amin’ny kaominina Ankafina, Tsarafidy  izany fahatapahana izany. Nanomboka tamin’ny 6 ora maraina ka hatramin’ny 6 ora hariva izany. 6, 5 km eo ho eo izany  nasiam-panamboarana izany, vokatry ny nandalovan’ny rivodoza, ary natao « beton ». Ezahina ny hampaharitra izany hatrany amin’ny 30 taona raha 10 taona izany aloha izao. Miara-manatanteraka ny asa ny eo anivon’ny minisiteran’ny Asa vaventy sy ny eo anivon’ny Vondrona eoropeanina (UE).

Tsiahivina fa efa mandeha rahateo ny asa fanarenana sy fanatsarana ny lalana eo Ambohimahasoa mihazo an’i Fianarantsoa amin’izao fotoana izao.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Toetr’andro : mbola hitohy ny erika sy hatsiaka

Tsy nisy masoandro mihiratra ny teto Antananarivo sy ny manodidina tamin’ny faran’ny herinandro teo. Sady nanerika no namirifiry ny andro. Nanao mafana avokoa ireo mpiangona sy ireo rehetra tsy maintsy nivoaka ny trano.

Raha ny filazan’ny mpamantatra ny toetr’andro, mbola hitohy hatramin’ny fiandohan’ity herinandro ity ny hatsiaka sy ny erika. Anton’ity fivadihan’ny toetr’andro ity ny fitoeran’ny andian-drahona matevina ao amin’ny faritra atsinanan’ny Nosy.

Nisy mihitsy ny filazana loza mitatao miloko mena ho an’ny faritra atsinanana noho ny hamafin’ny rotsak’orana aterak’ilay faritra andro ratsy mitoetra ao atsinanan’ny Nosy.

Mila mivonona amin’ny hatsiaka sy orana hatrany araka izany ny rehetra na ny mpiasa na ny mpianatra izay tsy maintsy mivoaka ny trano.

Tatiana A

News Mada0 partages

CHU Tsaralalana : des familles accompagnatrices se font détrousser

Une fois la nuit tombée, beaucoup  de familles accompagnatrices des patients soignés à l’hôpital des enfants Tsaralalàna dorment le long de la rue, à même le trottoir, en face dudit hôpital. Du coup, elles ne sont pas à l’abri des malfaiteurs.

« Des pickpockets se glissent parmi nous pour dormir en se faisant passer pour des familles accompagnatrices, et profitent ainsi de la situation », a affirmé un père de famille du nom de Rafidy venant d’Andramasina, qui a été sur les lieux depuis deux semaines. Son enfant, étant prématuré, nécessite ainsi un long traitement.

De poursuivre ensuite que « Une fois la nuit tombée, certains d’entre nous, en particulier les nouveaux venus, se font aussi dévaliser sous la menace d’une arme au coin des rues, lorsqu’ils se déplacent pour acheter des médicaments ou chercher de la nourriture ».

Sera R

 

News Mada0 partages

Attaque contre les Karana : le corps d’un métis découvert à Ankorahotra

La série noire se poursuit pour la communauté «Karana» de Madagascar. Après l’enlèvement spectaculaire d’un opérateur économique connu de la capitale, un autre Karana a été retrouvé mort assassiné dans le quartier d’Ambodiroatra-Ankorahotra, samedi matin.

Tué à coups d’objet pointu ou tranchant à la poitrine, à la tête et aux narines, le défunt a été retrouvé sur le bas-côté de la route par un passant matinal qui a alerté les autorités locales immédiatement, selon le chef du fokontany d’Antsakaviro, Voahirana Ravaonomenjanahary. Elle a  affirmé que la victime est inconnue dans le quartier. Les criminels ont pu commettre leur forfait dans un endroit quelconque avant de jeter le corps à cet emplacement, selon les premières constatations des éléments de la Brigade criminelle et les experts de la police diligentés sur les lieux, samedi.

Inquiétude de la communauté Karana

Le mobile du crime reste à élucider puisque la victime, un métis «Karana» n’a été délesté ni de ses effets vestimentaires ni de son argent. Sa veuve a fait remarquer lors de l’identification du corps à la morgue de l’HJRA toutefois que l’ordinateur portable et le téléphone qu’il avait sur lui avant le drame avaient disparu. La femme de la victime a aussi révélé que, résidant à Ambilobe, ils sont de passage dans la capitale actuellement.

Face à la situation qui se dégrade de plus en plus, les membres de la communauté musulmane rejoignent les récentes déclarations du sieur Ho Yhat Omar, soupçonnant des actes terroristes aveugles à leur endroit pour réitérer leur souhait pour des protections plus efficaces.

Manou

 

News Mada0 partages

Météo : une sensation de froid jusqu’à mercredi

D’après la prévision de la météo, le mauvais temps qui sévit actuellement persistera encore jusqu’à ce mercredi, notamment pour la partie Nord-est, l’Est et les hautes terres centrales. Un temps qui sera marqué toute la journée par un ciel chargé avec des pluies intermittentes. Quant à la température maximale, elle sera autour de 15°C. Ce qui causera une forte sensation de froid d’ici trois jours.

En fait, trois régimes de temps s’affrontent pour aboutir à une telle situation suite à la dépression dynamique dans le canal de Mozambique et le vent venant de l’Est qui est actuellement fort, ainsi que l’entrée d’une masse d’air instable et humide dans l’Analanjirofo.

Sera R

News Mada0 partages

Alaotra : développement relatif des communes

Un développement à deux vitesses est remarqué actuellement dans la région Alaotra-Mangoro, particulièrement dans le district d’Ambatondrazaka.

Le chef-lieu de la commune rurale d’Ambohiboromanga, dans le district d’Ambatondrazaka,  a été attaqué récemment  par une bande armée, faisant subir des pertes matérielles et des dégâts humains à la population. Une dizaine d’individus armés de fusils ont régné dans le village d’Ambohiborona où ils ont collecté les recettes de toutes les épiceries existantes en plus des produits de valeurs et objets précieux. Le maire de la localité a été  blessé lors de l’attaque et admis à l’hôpital d’Ambatondrazaka actuellement.  Selon la population, cette attaque est la quatrième de la série depuis quelques semaines. La recrudescence de l’insécurité dans cette nouvelle commune résulte de l’absence de forces de l’ordre sur les lieux.

Pour la commune d’Ambatondrazaka, le problème réside simplement dans l’amélioration de ses infrastructures pour le bien-être de la population. Des panneaux de signalisation sont mis en place sur divers axes routiers de la ville, actuellement, suite à un partenariat avec la société minière d’Ambatovy qui finance l’opération.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

Cyclisme – Analamanga : Mazoni refait surface

Il a toujours signé une victoire d’étape à chaque édition du Tour cycliste international de Madagascar et a déjà endossé le maillot de l’équipe nationale A. Il, c’est Mazoni Rakotoarivony qui a refait parler de lui sur l’axe RN4 lors de la course de 124 km organisée hier par la ligue d’Analamanga. Le fer de lance du club VCA a bouclé le parcours en un temps record de 3h 41’34″03.

L’un des meilleurs grimpeurs malgaches, Emile Andrianantenaina du club FCSA a été sur ses talons et s’adjuge la deuxième place du classement avec un temps de 3h 41’34″10. Son équipier, Jean de Dieu Rakotondrasoa a complété le podium en 3h 44’09″03. Un autre coureur de FCSA a intégré le top 5 en la personne de Jean Marc Rakotonirina qui a fait un temps de 3h 47’43″01.

Rojo N.

Top 5 : 

1-Mazoni Rakotoarivony (VCA) : 3h 41’34″03

2-Emile Andrianantenaina (FCSA) : 3h 41’34″10

3-Jean de Dieu Rakotondrasoa (FCSA) : 3h 44’09″03

4-Jean Marc Rakotoniriana (FCSA) : 3h 47’43″01

5-Bruno Randrianarimanana (MBike) : 3h 47’43″20

 

News Mada0 partages

Rugby : Pachamama au chevet des enfants

Le mois de l’enfance a été célébré en grande pompe samedi dernier au centre Pachamama sis à Imamba Soavimasoandro. Une journée à marquer d’une pierre blanche pour les 250 enfants bénéficiant du projet socio-éducatif de l’association. D’après le président de l’association, Santoni Ismael Rakotomanga, «L’association Pachamama et le club RCTS a tenu à célébrer cette journée avec les autres enfants, membres de l’association ou non, ainsi que les personnes du troisième âge du quartier en cette période hivernale».

L’association a distribué à cette occasion des vêtements chauds, des couvertures. Pachamama et RCTS visent haut et loin dans cette initiative louable. Ils projettent effectivement de mettre en place

un dispensaire, outre le suivi des études des enfants afin qu’ils puissent mieux s’épanouir.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Foot – CAN 2019 : Victoire aisée des Barea face au Soudan

Les Barea de Madagascar ont réalisé une belle opération lors de la première journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations (Can 2019). Faneva Ima et consorts se sont imposés sur le score de 3 buts à 1 au stade El Obeid face au Soudan.

Pris à contre-pied par des Malgaches ayant bien affûté leurs armes, les Soudanais se sont inclinés à domicile vendredi dernier sur le score de 3 buts à 1 lors de la première journée des éliminatoires de la Can 2019. Pour une formation qui n’a jamais participé à la grande messe continentale, Madagascar a vraiment tapé dans l’œil du public et annonce les couleurs. Nicolas Dupuis et Auguste Raux pouvaient compter sur une défense bien solide et des attaquants prêts à prendre le dessus à chaque offensive.

Le capitaine des Barea, Faneva Ima Andriatsima a encore une fois prouvé qu’il reste un leader sur qui on peut compter. L’homme a offert les deux buts à son équipe, notamment à la 15e et à la 83e minute. L’unique but des Soudanais a été signé par El Tahir sur un coup-franc bien exécuté à la 73e minute. Carolus Andriamahitsinoro est également resté fidèle à son poste. L’homme a bien exploité son talent après une superbe action de Njiva Rakotoharimalala à la 60e minute dont le tir touche le poteau. Carolus a été au cœur de l’action et obtient un penalty transformé avec brio à la 61e minute.

Une victoire synonyme de première place pour les Barea de Madagascar en attendant les résultats de la rencontre dur groupe A, soit le choc Sénégal-Guinée Equatoriale. L’autre affiche de la journée a mis aux prises la Lybie et les Seychelles. Les Libyens l’ont emporté sur un score sans appel de 5 buts à 1 au terme d’un match délocalisé au stade Chedly Zouiten de Tunis pour des raisons de sécurité. Les deux rencontres n’étaient qu’un avant-goût des 24 matchs très acharnés dans la course à la qualification pour la Can 2019 au Cameroun.

Rojo N.

 

Tia Tanindranaza0 partages

POLITIKA

Lasa any Pretoria –Afrika atsimo hanatrika ny fihaonana an-tampony afrikanina andiany faha-3 momba ny fampandrosoana maharitra manomboka ny 13 jona ho avy izao ny ben’ny tanànan’Antananarivo renivohitra Lalao Ravalomanana

FIFAMOIVOIZANA

Na dia tsy nisy aza ny namoy ny ainy dia henjana ny lozam-pifamoivoizana nitranga teny akaikin’ny EKAR  Antanimena  omaly vao maraina. Nifandona ny fiara 2, raha araka ny filazan’ireo nahita dia ilay fiara Golf no nandona mafy dia mafy ilay Taxi 4L teo amin’ny varavarana mifanandrify amin’ny mpamily.Olona 1 no fantatra fa naratra; noesorina haingana dia haingana teo amin’ny toerana nitrangan’ny loz amoa avy eo ilay fiara Golf. 

Mifandimby milatsaka ao anaty lavaka be ny fiara sasany izay mandeha amin'ny Rn7, mifanandrify amin'Ambohimandroso. Tsy hita mihitsy ilay lavaka raha tsy efa akaiky kely nefa lehibe ny hangezany. Eo amin'ny 500 metatra aorian'ny tetezana raha miakra Tana no misy izany ary efa niteraka lozam-pifamoivoizana maro.

TOEKARENA

Mafotaka ny delestazy any amin’ny distrikan’i Farafangana. Ora roa isan’andro isam-paritra sisa no mandeha ny jiro raha araka ny vaovao voaray ka mampitaraina fatratra ny mponina. Mihamaty tsikelikely vokatr’izany ireo karazana asa fandraharahana mampiasa herinaratra maro isan-tsokajiny toy ny asa fanaovam-bolo, ny poissonnerie…

Mitaraina mafy noho ny tsy fahafahany mamboly ireo tantsaha mpamokatra ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Fiombonana, distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Tsy ampy rano tanteraka mantsy ity kaominina ity vokatry ny tsy fahampian’ny ranon’orana. Kaominina telo ambiny eny Atsimondrano ihany koa moa no fantatra fa mitondra takaitra vokatr’izany.

Andro eran-tany ho an’ny asa Tanana ny zoma teo ary dia mba isan’ny nanamarika izany koa ry zareo mpisehatra momba izany tetsy amin’ny tsenan’I Pochard etsy Andravoahangy etsy. Tsy lafo izany io asa tanantsika io, hoy ny solontenan’izy ireo, raha oharina amin’ny any an-kafa na dia mampijaly aza ny mitady ireo akora fototra ilaina amin’ny fanatontosana azy.

Eo amin’izay resaka tontolon’ny asa Tanana ao amin’ny tsenan’i Pochard izay hatrany dia nanome toky ireo mpiandraikitra ny toerana fa efa manao izay azon’izy ireo atao izy ireo hiantohana ny fandriampahalemana ao amin’ity tsena ity. Efa misy, raha ny fanazavana, ireo mpijoko tontakely mihaodihaody ao anaty tsena ao ka tsy tokony hisy atahorana. Na izany aza anefa moa dia mbola miandry fanampiana avy amin’ny fanjakana hatrany izy ireo hanamafy kokoa izay fandriampahalemana izay.

 

Nahazo boky miisa 192 avy amin’ny Fondation Telma ny KOZAMA etsy Manarintsoa Isotry. Boky manokatra vavahadin-tsaina maro isan-karazany ho an’ireo ankizy ao amin’ny préscolaire  izy ireo niampy boky avy amin’ireo mpanoratra Malagasy.

FANDRIAMPAHALEMANA

Raikitra ny fisavana amin’ny andro alina amin’izao fotoana izao ho an’ny kaominina Ampitatafika Atsimondrano. Ho fiarovana ireo andrin-jiro mandeha amin’ny herinaratra no anton’izany ka ankoatra ny andrimasom-pokonolona sy ny mpitandro ny filaminana izay karamain’ny kaominina dia fantatra fa manatevin-daharana amin’izany ihany koa ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina, manomboka amin’ny 10 ora alina ka hatramin’ny 01 ora maraina.

Velon-taraina ny amin’ny firongatry ny asan-dahalo any amin’ny Faritra Melaky ireo mpandraharaha misehatra amin’ny resaka omby any an-toerana. Dahalo 50 isaky ny andiany mantsy raha kely indrindra no tonga manafika ary ireo raha mahatratra an-jatony izany indraindray. Tsy mahatohitra intsony ireo dahalo any amin’ny Faritra Melaky iny ireo mpitandro ny filaminana noho izany koa hanaovan’ny mponina antso avo amin’ny Fitondram-panjakana.

SOSIALY

Raha iny nihady fototra hanaovana rarivato ny tambohon'ny FJKM Amparibe Famonjena iny  ireo mpiasa ny faran’ny herinandro teo dia nahita fasana efa tranainy feno razana tao ambadiky ny Fiangonana . Tsy mbola fantatra aloha hatreto hoe an’iza io fasana io

Efa manomboka manararaotra ihany koa ireo mpivaro-bary ao Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao. Misy amin’izy ireo mantsy no mampiasa kapoaka sandoka, mba hanakelezana ny fatram-bary anaty kapoaka hamidiny. Efa miparitaka any an-toerana ihany koa ny lafarinina lany daty.

Tafatsangana soa aman-tsara any amin’ny Faritra Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao ny rantsan’ny fikambanana mpiaro ny zon’ny mpanjifa na ny RNDC. Ny mba hahafahana miaro ny zon’ireo mpanjifa any an-toerana no tanjona raha araka ny fanazavan-dRabetsara Lita, filohan’ity fikambanana iray ity. Raha araka ny fanazavany hatrany moa dia ny olana ateraky ny ady tany no tena mampitaraina fatratra ireo mponina any an-toerana amin’izao fotoana izao.

Mitaraina mafy ny amin’ny famonoan’ny arendrina Sinoa ny tsenany sahady ireo mpivarotra arendrina Malagasy amin’izao ankatoky ny fankalazana ny fetim-pirenena 26 Jona izao. Saika voasarik’izy ireny avokoa mantsy ny mpanjifa noho ny bika aman’endriny raha mora ihany koa no hamarotan’ny mpivarotra izany.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Metisy karana maty teny AntsahabeNahitana dian’antsy ny lohany

Lehilahy iray no hita faty teny Antsahabe Antsakaviro ny marainan’ny sabotsy 10 jona teo.

 Mpandalo sendra nantsaka rano no nahita ny razana ka avy hatrany dia nampandre ny sefo fokontany teny an-toerana. Ity farany indray avy eo no nampandre ireo mpitandro ny filaminana. Araka ny fanazavan’ny teo anivon’ny borigady misahana ny ady heloka bevava dia metisy karàna sahabo 40 taona izy io ary tsy nisy taratasy nahafantarana azy teny aminy fa rojo iray teny an-kodiny ihany no nahafahana nanao ny fanadihadiana. Nisy dian’antsy teo amin’ny tratra sy tendron-dohany, araka ny fanazavan’ireo polisy siantifika. Araka ny vinavina dia nisy namono tany amina toeran-kafa izy fa natsipy teo Antsahabe ny razana avy eo. Nitondra finday sy solosaina entin-tanana ary vola izy raha ny fitantaran’ireo akaiky azy saingy tsy hita teny aminy intsony nandritra ny fahitana ny vatana mangatsiakany. Raha ny fanehoan-kevitry ny lefitry ny filoham-pokontany eny an-toerana Randrianoelisaona Tiavintiana koa dia tsy maty teo an-toerana fa tany ivelany. Nilaza kosa ny kaomisera Rabearisoa Alexandre, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny polisim-pirenena manoloana ny fampifandraisan’ny olona azy amin’ny resaka fakana an-keriny. Hatreto aloha dia herisetra sy fanendahana fotsiny ny nahafaty azy fa tsy misy hifandraisany amin’ny resaka fakana an-keriny, hoy izy. Rehefa nozahana teny amin’ny tranompatin’ny CHU-JRA Ampefiloha ny razana dia nohamarinin’ny fofombadin-dRatompokolahy fa i Er Gabin no anarany ary avy any Ambilobe izy no nivahiny teto. Mitohy ny fanadihadiana.

Mirija sy Toky R      

Tia Tanindranaza0 partages

Fatin’olona nisy dia-nifyMihorohoro ny eny Ivato

Lehilahy iray hita faty teny Ivato ny alin’ny zoma ary rehefa nozahana ny razana dia nisy loaka toy ny diam-bangy roa izany teo amin’ny tendany.

  Teo amin’ny manodidina ny nahitana ity razana ity dia nahitana diam-biby hafahafa, ka ambaran’ny olona ho misy izany bibiolona izany eny an-toerana. Raha ny fitantaran’ny mponina dia efa matetika no ahitana toe-javatra hafahafa tahaka izao. Tsy fantatra mazava izay tena zava-misy marina ary mampametra-panontaniana hoe inona no antony hisehoan’ny toe-javatra tahaka izao ? Vao manomboka milentika ny masoandro dia efa matahotra ny ankamaroan’ny vahoaka noho ity toe-javatra hafahafa izay mbola sarotra hazavaina ity. Misy ihany ny resaka avoakan’ny olona fa misy hifandraisany amina toerana malaza sy mpandraharaha fanta-daza ilay resaka biby ity, saingy petra-kevitra ihany ny an’ny rehetra ary tsy misy afaka ny handiso na hanamarina ny zava-misy ny rehetra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy hiatrika CEPE –Anosizato andrefanaNotoloran’ny MAPAR fanomezana

Efa tena mihatra aman’aina mihitsy ny fahorian’ny vahoaka Malagasy ankehitriny, hoy ny antoko MAPAR etsy Anosizato Andrefana.

  Na ny hanina hohanina aza mila tsy ho hita intsony vokatry ny fisondrotan’ny vidim-piainana andro aman’alina nefa tsy hita taratra akory izay fandraisan’andraikitry ny fitondrana, hoy hatrany izy ireo. Ho an’ireo ray aman-dreny manan-janaka hiatrika ny fanadinam-panjakana CEPE dia mbola betsaka amin’izy ireo no tsy nanomana akory, antony nanosika ny antoko MAPAR Anosizato Andrefana hanolotra fanomezana ho an’ireo ankizy 350 mianadahy ao aminy. Ireo tena sahirana ara-pivelomana no nahazo tombontsoa tamin’izany, fitaovana izay nahitana pensily hazo, penina, kahie, trousse…. Nambaran-dRandrianjafy Elidiot, talen’ny EPP Anosizato Andrefana teo aloha fa tsy hijanona hatreo ny hetsika ho azy ireo. Hitohy hatrany izany, indrindra ho fanampiana ireo vahoaka sahirana mba ho fitsinjovana ny mpiray tanindrazana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-20 taonan’ny BaolaiMifanontona amin’ny fetin'ny Asaramanitra

Maro ny fety hankalazaina amin'ity volana jona ity. Ao ny fetin'ny ray sy ny fetim-pirenena. Efa ao anatin’ny volon’andro fety manaraka izay indrindra ny tranombarotra « Baolai », izay mankalaza ny faha roapolo taona nisiany amin'ity 2017 ity.

 « Ho fiarahana mifaly amin' ny daholobe amin'izao fetin'ny Asaramanitra Malagasy izao, dia vao nahatonga entana vaovao lohalaharana amin'ny kalitao izahay, izay hita etsy Soarano sy Analakely ary ao Bazar Be Toamasina toy ny Synthétiseur, Subwoofer, lecteur Divx/dvd ... », hoy ny tompon'andraikitra. Hisy koa ny fihenam-bidy samihafa hatramin'ny desambra 2017 ao amin' izy ireo. Ary ahitana karazana entana azo hatao fanomezana ho an'ny fetin'ny ray rehetra ny alahady 18 jona 2017 ho avy izao toy ny Télé Led misy antoka iray taona ... Ho maro loko tokoa ny fety amin’ity volana ity miaraka amin’ny tranombarotra « Baolai ».

Jean D

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanara-maso ny fandoavan-ketraSandoka izay mitaky vola

Manomboka anio dia hisy ny iraka mpanara-maso ny fandoavan-ketra (Agent de poursuite ; Regisseur Auxilliaire )

 avy amin'ny sampandraharaha misahana ny vola eo anivon'ny kaominina Antananarivo Renivohitra, hidina isan-tokantrano mba hijery ny taratasy fanamarinana (Quittance) nandoavana ny hetran-trano sy hanentana ho an'ireo izay tsy mbola nahaloa izany hetra izany. Ireo iraka ireo ihany koa dia hampafantatra ny hetran-trano 2017. Mitondra taratasy fahazoan-dalana mazava tsara izy  ireo miaraka amin'ny karatra maha tompon’andraikitra avy amin'ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Tsara ny manamarika fa tsy mandray vola izy ireo mandritra ny iraka izay hampanaovina azy fa hanentana fotsiny ihany ho an'ny olona eny anivon'ny Boriborintany, raha ny fanazavana.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina TalatamatyZazalahy kely 100 natao hasoavana maimaimpoana

Handaniana hatrany amin’ny 80.000 Ar ny manao didimpoitra amin’izao eny anivon’ireo dokotera tsy miankina, raha tsy te-hilahatra.

 

 Betsaka anefa  ireo ray aman-dreny no tsy afaka manatanteraka  izany antony nanosika ny kaominina Talatamaty hanampy ireo mponina ao aminy. Taorian’ireo zazalahy kely miisa 150 izay noforana maimaimpoana niaraka tamina fikambanana iray eo anivon’ny primatiora ny 13 mey lasa teo dia zazalahy kely miisa 100 indray no noforan’izy ireo afak’omaly. Ny kaominina avokoa no niantoka ny lany rehetra ary mbola notolorana kilalao sy vatomamy ihany koa ireo zazalahy kely ireo. Tsy hijanona hatreo ny hetsika raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna Rado Razafindratsimba. Hidina hitety fokontany hanatitra fanampiana ho an’ireo zokiolona sy fianakaviana sahirana ara-pivelomana indray mantsy izy ireo ny 22 jona ho avy izao noho ny fahatongavan’ny fetin’ny 26 jona. An-jatony ireo hahazo tombontsoa amin’izany. Tsiahivina fa efa nosokafana tamin’ny alalan’ny fotoam-pivavahana lehibe ny 05 jona lasa teo ho an’ity kaominina ity ny fankalazana ny fetim-pirenena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miverimberina ny tantara

Izay tokoa angaha no maha voasokajy ho tany an-dalam-pandrosoana ny tany an-dalam-pandrosoana.

Mirija    

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana sy ny mpitsaraVao mainka hihenjana ny tady ?

Hiverina handray ny asany ny fitsarana taorian’ny roa andro nanehoan’izy ireo ny tsy fahafaliany manoloana ny fitsabatsabahana ataon’ny manampahefana isan-karazany ny asan’ny fitsarana.

Na naneho aza ny minisitry ny fitsarana fa misokatra amin’ny adihevitra, dia toa tsy te hahalala izany intsony ny SMM, ary nanome tsiny ity minisitra ity mihitsy. Nametraka fepetra miisa 3 mihitsy aza izy ireo, ka ny fahatanterahany no antoky ny hisian’ny fifampiresahana. Voalohany ny fampidirana am-ponja an’i Claudine Razaimamonjy, ny fampihantsoan’ny fitsarana ny loholona Riana Andriamandavy VII, ny fifonana ampahibemaso ataon’ireo loholona sy depiote ary ben’ny tanàna voalaza fa nanitsakitsaka ny hasin’ny fitsarana. Hanaiky mora an’izany ve ny fanjakana HVM, izay manao ronono an-tavy lava amin’ny hoe hampanjakana ny tany tan-dalàna ? Ho vitan’izy ireo ve ny hampiditra am-ponja marina an’I Claudine Razaimamonjy, izay efa nihoatra lavitra ny fe-potoana voafaritry ny lalàna, izay 45 andro ny nitsaboany tena? Raha vonona tamin’izany ny fanjakana HVM, dia efa ela no naiditra am-ponja ity farany, ka sarotra no hino fa hanaiky mora foana an’izany izy ireo. Efa mazava tamin’ireny fanehoan-kevitra isan-karazany nataon’ny fanjakana ireny ny fiarovana ity ramatoa ity, izay mpiray afera amin’ny fanjakana ary mpanolotsain’ny filoha no nahalalan’ny maro azy na dia efa niala bala tamin’izany aza ny filoham-pirenena, izay miezaka mamadi-dresaka tsy te hihevitra ity raharaha ity. Ny resaka mandeha amin’izao aza dia hoe hatao izay hampivalona ny dosie Claudine Razaimamonjy, ka tsy hay na hanaiky lembenana an’izany ny SMM na ahoana. Tsy fantatra mazava ihany koa izay fepetra horaisin’izy ireo raha tsy tanteraka ny fitakiany ny hanatanterahana ny didy famonjana vonjimaika, izay efa hatry ny ela. Vao mainka hidingin-drambo ny HVM ary tsy hanaiky velively ny hanagadrana ity olony ity. Ny SMM rahateo tsy tena mihenjana sy mampihatra ny fahefana ara-dalàna ananany matoa tsy fitan’izy ireo mandrak’ankehitriny ny nampihatra ny didy famonjana vonjimaika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Racing Madagascar”Raikitra ny andiany faharoa

Ho tontosaina ny 11 ka hatramin’ny 16 jolay any Antsiranana ny andiany faharoa amin’ny Racing Madagascar na ny hazakazaka an-tongotra “trail running à Madagascar” izay karakarain’ny Boogie Events, tarihan’i Patrice Raoull, rantsana mikarakara fanatanjahantena ao amin’ny Boogie Pilgrim izay misahana ny raharaha “Tour opérateur” nanditran’ny 30 taona teo Madagasikara.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Mihevotrevotra fotsiny!

Miarahaba ry Jean a! Inona indray izany izao ry Jean no ketrikareo manaraka fa toa tsy misy azo raisina mihitsy anie izay ataoanareo e! Na zavatra kely na lehibe ataoanareo dia vakiana fotsiny araka ny fitenin’ny tanora.

 

Marco

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiandrianam-pirenenaMpanentana 700 mianadahy no hitety trano

Mpilatsaka an-tsitrapo 700 mianadahy mianaka no indray hihetsika mialoha sy mandritra ny fetim-pirenena 26 jona ho avy izao.

 

 Efa nanomboka ny 05 jona lasa teo ireo 500 mianadahy  no nitety ireo tokantrano  eto an-drenivohitra sy ny manodidina mba hanangan-tsaina raha efa misy ihany koa ny any amin’ny faritra. 100 kosa no  hifanotrona amin’ny ORTANA mandritra ny karnavaly izay hotanterahin’ireto farany amin’ity herinandro ity raha handrindra ny fampidirana ny olona mba  hijery matso sy fampisehoana etsy Mahamasina mandritra ny fetin’ny 26 jona kosa ny ambiny.   Tanjon’izy ireo raha araka ny fanazavan-dRamatoa Alijimmy, Ratsirarson, mpandrindra nasionalin’ny mpilatsaka an-tsitrapo eto amintsika mba hampitana  amin’ny tsirairay ny maha zava-dehibe ny fiandrianam-pirenena raha eo ihany koa ny mba hahafahan’ny rehetra manao fety amim-pilaminana. Marihina moa fa mbola hanome rà maimaim-poana ihany  koa ireto mpilatsaka an-tsitrapo ireto ny 16 jona ho avy izao, mandritra ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny fanomezan-dra izay hatao etsy Anosy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote TIM boriborintany faha-6Manampy hatrany ny tanora eny Ambohimanarina

Feno hipoka ny efitrano malalaky ny Boriborintany faha-6 teny Anosisoa Ambohimanarina, ny sabotsy teo, nandray ireo ankizy niisa 200 nanaraka an’ilay « révision CEPE » nokarakarain’ny

Ny alahady 11 jona kosa dia nanolotra « survêtement » hoan’ireo tanora sy ankizy  17x3 mpikambana ao amin’ny Basket Club Ravinala tarihin'ny Coach Riri teny amin’ny kianja basket an’ny Boriborintany faha-6 ity Depiote ity sy mpiara miasa aminy. Ireo  17x3 ambiny sisa kosa dia hahazo ny anjarany tsy ho ela, araka ny fanamarihana azo teny an-toerana.

Ntsoavina Evariste

La Vérité0 partages

Carnaval de Madagascar - Une programmation alléchante pour la 3e édition

« Miarahaba anareo, tratry ny fety a ! »… Ce morceau de Samoela qui tourne maintenant en boucle sur nos petits écrans depuis quelques semaines est la chanson officielle de la 3e édition du festival Carnaval de Madagascar. C’est une autre manière pour les organisateurs de dire que la manifestation s’annonce grandiose cette année.

Effectivement, confirmée hier durant une conférence de presse, la prochaine édition de ce grand événement touristique et culturel investira l’avenue de l’Indépendance, les 16, 17 et 18 juin prochains. Il s’agira d’une nouvelle aventure promettant des innovations.  Cette manifestation est toujours organisée dans le cadre de la promotion du tourisme et de la culture à Madagascar. De ce fait, ce carnaval promet de réunir dans la Capitale la culture des 22 Régions de la Grande Ile, tout cela sous le signe de la découverte, du partage des traditions et cultures, au rythme de musiques, de danses et de spectacles des arts de rue. Comme à l’accoutumée, une grande parade ouvrira en beauté le festival avec la participation des représentants de chaque Région de Madagascar. Il s’agira d’un grand défilé carnavalesque, magnifié par les éléments d’animation qui se composeront de cinq spectacles à thèmes. Ceux-ci mettront en avant la culture et la tradition, la protection de l’environnement et le changement climatique, les métiers du tourisme mais également l’art dans tous ses états. Animée par plus de 1 000 musiciens et danseurs venus des quatre coins de l’île, la grande parade sera honorée de la présence de la troupe Moz’Art Artistic de Maurice qui prendra part à la scène musicale.   

Foire des Régions

Etant donné que faire découvrir la culture mais également les spécialités des terroirs figure parmi les objectifs de ce carnaval, le « Tsenaben’ny faritra » ou foire des régions sera encore une fois mis en place pour mettre à l’honneur chaque District. Il s’agira de mettre en exergue l’artisanat, la gastronomie ou encore les instruments de musique. Une cinquantaine de stands abriteront les participants qui pourront présenter et vendre leurs produits. « Notre objectif est vraiment de faire connaître à tous les malgaches la culture de chaque District de la Grande Ile. C’est aux associations des natifs de chaque Région d’envoyer des représentants qui présenteront fièrement à tous leur culture, leurs coutumes, leurs habillements et coiffures traditionnels, leur musique ou encore leur danse. Et encore, les institutions qui veulent participer à la grande parade culturelle doivent au moinS porter des déguisements », confie Harimisa Razafinavalona de l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana), organisateur de l’événement.  Par ailleurs, festival rime également à musique. Cette fois-ci, la grande innovation a été la mise en place d’un Vip zone qui accueillera sur sa scène des grosses pointures de la musique malgache après chaque journée de carnaval, c’est-à-dire à 18h. Le vendredi 16 juin, il y aura donc un cabaret avec le groupe Samoela à partir de 21h30 et le lendemain avec Jazz Mmc et Lico Kininike. Mais comme d’habitude, d’autres tribunes pour les performances de plusieurs formations seront toujours installées comme la grande scène Baobab devant la Gastro Pizza et Le Glacier qui accueilleront les grands artistes et les talents en herbe, ou encore la scène Ravinala qui recevra les diverses animations des Régions. Mika Davis, Dat Kotry, Farakely, Team Safelika, Tambour Gasy, Kabôsy Spirit feront partie des artistes qui animeront les lieux. La sécurité a été améliorée pour que les Malagasy puissent passer une fête en toute convivialité.

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Lac Anosy - Découverte d’un corps d’une jeune femme défigurée

Les atrocités s’enchaînent et continuent toujours d’endeuiller  la Capitale. Hier matin, une autre horreur a attendu les passants du côté d’Anosy. Le corps sans vie d’une femme complètement dénudée et âgée d’une trentaine d’années,  gisait sur un angle nord du lac déversoir de ce quartier, précisément dans le périmètre des box des coiffeurs de fortune.

A la différence des autres victimes d’agression meurtrière, le cadavre de la concernée ne portait aucune trace apparente de blessures. En revanche,  ses traits ont été défigurés, on dirait qu’on l’eut scalpée, rendant ainsi la victime méconnaissable, une situation qui confirme une agression. Après un constat et les formalités d’usage, les agents du Bmh ont  levé la dépouille de la malheureuse et l’a transportée jusqu’à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Jusqu’au moment où nous écrivons ces lignes, aucune personne se réclamant être proche de la malheureuse n’y était venue pour au moins vérifier.  Cette situation fait qu’aucun renseignement fiable n’a filtré à propos de la victime. L’on ignore ses activités du temps où elle était encore en vie, ou surtout sa situation maritale. « La seule chose que nous avons appris, c’est que la défunte habitait dans le périmètre d’Anosy », apprend-on du côté de la Brigade criminelle Anosy.  Tout un mystère entoure encore donc le décès de cette femme. Même les circonstances exactes de la présence du cadavre à cet endroit-là du lac, échappent à la Police, qui a démarré une enquête sur l’affaire, du moins pour le moment.  « On ignore si elle a été assassinée avant qu’on eut basculé son  corps à cet endroit, ou qu’elle a été exécutée sur place même », continue cette source policière. Preuve de l’opacité de l’affaire, même l’identité de la victime n’a pas été communiquée. « Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas encore reçu une plainte sur cette affaire », renchérit encore la Bc.  Néanmoins, le degré d’insécurité dans la Capitale a atteint une proportion alarmante. A peine l’agression sauvage d’un jeune informaticien la nuit du vendredi à Antsahabe, n’-a-t-elle pas fini d’indigner l’opinion,  voilà qu’elle a été confrontée à l’assassinat de cette inconnue à Anosy.  Toujours hier matin,  un inconnu a succombé quelques heures après son évacuation à l’Hjra et des suites de ses blessures liées à son agression survenue à Soavimasoandro. Dans  ses propos devant la presse hier à Ivato, le Chef de l’Etat a beau responsabiliser la population sur les mesures à prendre pour contrer le banditisme alors que la première responsabilité lui revient. Tous ces crimes se produisant dans la Capitale, qui est censée être la vitrine du pays, d’après les propres déclarations du numéro Un de l’Etat,  prouvent que le régime en place est complètement dépassé par les évènements.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Protection des enfants du Sud - L’Unicef injecte 825 millions d’ariary

Un nouveau programme lancé dans le cadre du mois de l’enfance 2017. Environ 1 500 ménages dans les Communes d’Ambovombe, Tsihombe et Beloha, dans la Région d’Androy, ainsi que dans la Commune d’Amboasary pour la Région d’Anosy, vont bénéficier du « Vatsy fiarovagna jaja ». Cette extension du programme « Vatsin’ankohonana » bénéficie du soutien financier du Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef), à hauteur de 250 000 dollars, soit 825 millions d’ariary.

Ce programme cible les ménages ayant des adolescents de 10 à 18 ans victimes d’exploitation ou encore les mineurs chefs de ménage, les filles-mères ainsi que les enfants non accompagnés. En fait, près d’un enfant sur 4 dans la partie Sud de Madagascar doit travailler pour contribuer au revenu du ménage, selon une enquête menée en 2016 par le secteur « protection de l’enfant ». Le but dudit programme étant de réduire les vulnérabilités socio-économiques des ménages et les risques d’exploitation que ceux-ci font encourir aux enfants. La mise en place d’opportunités de développement pour les enfants victimes ou à risque d’exploitation figure parmi les solutions pour faire face à cette situation. Le programme opte pour les transferts monétaires dans sa mise en œuvre, comme tous les programmes inclus dans les filets sociaux de sécurité du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme.30 000 ariary par ménage par moisChaque ménage bénéficiaire du « Vatsy fiarovagna jaja » va toucher 30 000 ariary par mois et ce pendant 8 mois, de mai en décembre de cette année. Hier, 326 familles de la  Commune d’Ambovombe et 236 familles de la Commune d’Amboasary ayant des adolescents de 10 à 18 ans victimes d’exploitation sexuelle ou économique ou encore ceux répondant aux critères sus-cités ont touché cette somme. « Tout au long de ce mois de juin, consacré à l’enfant, nous insistons sur la nécessité pour tous d’agir pour accompagner, encadrer et éduquer au mieux les jeunes de la génération Odd », déclare le ministre de tutelle, Onitiana Realy. « Il a été maintes fois prouvé dans d’autres pays que les stratégies d’une protection sociale adaptée aux enfants, si elles sont accompagnées par des mesures facilitant l’intégration socio-économique des enfants, permettent de lutter contre la pauvreté chronique, l’exclusion sociale et d’atténuer les chocs externes qui sont susceptibles d’endommager irréversiblement tout au long de leur vie les capacités et la chance des enfants », ajoute Elke Wisch, représentante de l’Unicef dans le pays. Dans tous les cas, les communautés du Sud pourront désormais mettre en place un environnement protecteur pour leurs enfants.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Handicap inadmissible !

La date du 26 juin approche inéluctablement. Date au cours de laquelle les Malagasy, d’ici ou d’ailleurs, célébreront le retour à l’indépendance du pays. Un « retour » dans la mesure où Madagascar, bien avant la date fatidiquement historique du 6 août 1896, jour de l’annexion, jouissait du statut d’un Etat souverain. Les grandes puissances, de l’époque, telles la Grande Bretagne, les Etats-Unis, l’Allemagne le reconnaissaient en tant que Nation dotée de sa souveraineté naturelle, pleine et inaliénable. Le Général de Gaulle l’avait bien spécifié, à Mahamasina, au moment où il fit sa déclaration solennelle allant dans ce sens. Néanmoins, ce retour à un Etat indépendant porte, en lui, des germes de certains handicaps intellectuels ou culturels et physiques. En fait, il boîte, au point de ne pas être libre de ses mouvements.

Ainsi, en dépit de cette déclaration pompeuse et fracassante de Mahamasina, Madagascar « ne peut se tenir debout seul » ni « faire quelques pas » en toute indépendance. Il doit recourir à l’aide d’une « béquille », encore plus, d’un « déambuleur », s’il compte… avancer. Les soixante ans de domination coloniale, sans partage, suffisaient à la France pour imprégner, en profondeur, sa culture, son savoir-être et surtout sa langue. L’ordre de Gallieni consistant à « franciser les Malgaches » avait porté ses fruits. A la sortie de la dépendance politique, en 1960, la Grande île perdit son identité culturelle. Hasard de calendrier ou non, le mois de juin, est consacré « mois de la langue malagasy, la langue maternelle ». Espérons que l’initiative aboutira à une fin escomptée. Apparemment, la marge de manœuvre s’avère étroite. Le vrai problème repose sur un état de fait, honteusement, insolite. Les générations issues des contestations populaires de 72 se trouvent victimes de l’étirement de deux cultures opposées. A mi-chemin entre deux langues, on ne sait pas utiliser celle de Molière et on ne maîtrise pas, non plus, l’usage de celle de Rabearivelo. Au final, nous évoluons dans un cadre culturel bancal et claudiquant. Une situation dramatique pour l’avenir de la Nation !

L’octroi de l’indépendance, en 1960, s’était limité à l’aspect politique, c’est- à-dire la direction des affaires courantes nationales. Quant au plan économique, notamment celui des finances, le « nerf de la guerre », les rênes du pouvoir se voient solidement tenus entre les mains de l’ancienne puissance coloniale. Elle impose son diktat. Rien ne se fait ou ne s’obtient sans l’aval de Paris. Eh oui, c’est dans la Capitale française que tout se décide ou s’octroie. La dernière Conférence des bailleurs, en décembre 2016 à Paris, en témoigna. L’incursion de la Chine ou d’autres dans le système verrouillé pose problème, mais l’avenir nous le dira. Bref, le tissu de l’économie nationale, malade d’infirmité, végète. Enfin, l’indépendance octroyée de 1960 pèche par l’irrespect de l’intégrité territoriale du pays en question. Un manquement que l’Organisation des Nations unies (Onu) condamne fermement. En effet, une partie intégrante du territoire de la Grande île manque à l’appel : les îles Eparses. Un gap ou un handicap majeur que tout citoyen, digne de l’être, du pays ne manquera pas d’exiger réparation. Le problème, c’est que les dirigeants, en place, passent à côté de la plaque ! Comment pourrions-nous nous apprêter à fêter, dans la sérénité, ce retour à l’indépendance nationale dans ce contexte de handicap inadmissible ?  

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Projet Ravinala Airports - Enfin, le lancement des travaux

Deux années après la pose de la première pierre en juillet 2015, le lancement officiel des travaux de construction du nouveau terminal international de l’aéroport d’Ivato a enfin eu lieu. Une cérémonie relative à cela s’est tenue hier à Ivato où une forte délégation des autorités étatiques était présente. « Nous avons comme vision : être l’opérateur aéroportuaire de référence dans l’océan Indien, la culture de la qualité, la sécurité au travail, la gestion de la sécurité aéroportuaire, la protection de l’environnement naturel et social », a assuré le Dg de Ravinala Airports , l’entité qui assurera la gestion de cet aéroport.

Dans le cahier des charges, le délai d’exécution des travaux de construction de ce nouveau terminal est de 3 ans. Les travaux ont été confiés à Cmbi, regroupant Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International, qui sont ainsi les maîtres d’œuvre de ce projet.  « C’est le délai prévisionnel, mais nous allons tâcher de finir les travaux bien avant cela », a confié un responsable de Colas Madagascar. Il est à savoir que les actionnaires de Ravinala Airports sont : Aéroport de Paris Management, Bouygues Bâtiment International, Colas Madagascar et Meridiam Africa, des entreprises représentantes de toutes les compétences nécessaires pour mener à bien ce projet de gestion d’aéroports,  de construction de routes et de bâtiments et gestion financière. 

Un nouveau terminal aux normes internationales

D’après les données techniques sur les travaux à effectuer, ce nouvel aéroport occupera une surface totale de 17 5000m2 dont le nouveau terminal, un bâtiment de 170m de long sur 60m de large, comprenant 3 passerelles d’embarquement et de débarquement articulées. Des dispositifs qui permettront aux passagers d’accéder aux avions ou d’en ressortir sans marcher sur le tarmac. Les autres dispositifs existants y seront : un parking d’une capacité d’accueil de 400 véhicules, un duty free shop, un restaurant, des boutiques de mode, des services de change et de banque, un service de location de voitures, un lounge, des stands des compagnies aériennes, et un service de frêt. Et par dessus tout, une couverture wifi. 

En ce  qui concerne l’actuel terminal international de l’aéroport d’Ivato, il sera réaménagé en terminal national, et fera dans ce sens l’objet de modifications. Les autres travaux seront le renforcement de la piste et du tarmac, la construction d’une nouvelle station d’épuration des eaux, et la remise aux normes des incinérateurs pour le traitement des déchets, ainsi que l’extension du pavillon présidentiel. Pour l’aéroport de Fascène, à Nosy Be, il fera l’objet des mêmes types de travaux que ceux d’Ivato. 

Rivo S. 

La Vérité0 partages

Tentative d’exportation illicite d’or - Un proche du Président protège les trafiquantes

 

Cette fois-ci, il n’y a plus l’ombre d’un doute, un proche du Président fait partie des trafiquants d’or. Après le sénateur Riana Andriamandavy VII et l’autre sénateur Hvm à Ampanihy, un proche de la Présidence qui se croit intouchable fait parler de lui pour ses abus.

N.J.P, un colonel  présenté comme étant un proche d’un conseiller du Président de la République Hery Rajaonarimampianina, serait en effet intervenu pour faire cesser les auditions menées par les douaniers sur deux présumées trafiquantes d’or interpellées. Hier, le Syndicat des employés de la douane (Sempidou) est sorti de ses gonds pour dénoncer ce qu’il considère comme « abus de pouvoir » de la part de ce haut gradé.  Au cours d’une conférence de presse dans la matinée à Ivato, le président du Sempidou Andrianavalona Herizo a fait le récit de cette affaire. Selon lui, le dimanche 4 juin 2017, à 15h, à l’aéroport international d’Ivato, au moment d’embarquer sur le vol KQ 257 à destination de Nairobi, deux femmes transportant 24 bracelets non poinçonnés pesant 1620g ont été interceptées par les agents de la douane.  Ne disposant pas de permis d’exportation, ces deux femmes ont alors dû être emmenées dans les bureaux de la douane pour une enquête approfondie, explique-t-il. Dans les bureaux des douaniers, les deux présumées trafiquantes ont refusé de répondre aux questions posées par les enquêteurs.   Ce serait à ce moment que le colonel en question, connu comme étant un  proche d’un conseiller du Chef de l’Etat, se présentant comme étant le mari d’une des deux femmes interpellées,  aurait fait irruption dans les lieux de l’audition.  

Provocations

Proférant des menaces et manquant de respect aux employés de la douane présents sur les lieux, ce haut gradé aurait ramassé les bijoux saisis avant de prendre la porte accompagné dans sa fuite par les deux femmes interpellées par les douaniers.  « Faites ce que vous voulez faire, je n’ai pas peur de vous », a alors affirmé le colonel, selon les témoignages des douaniers.   Devant les provocations et les agissements du colonel N.J.P., le Sempidou est monté au créneau. Le syndicat des douaniers a pondu hier un communiqué dans lequel il a dénoncé le non- respect de l’Etat de droit à Madagascar et la volonté de certaines personnes détentrices de pouvoir d’instaurer l’anarchie dans le pays. Le syndicat des douaniers a ainsi exigé que les bracelets ainsi que les deux femmes soient remises entre les mains des douaniers pour permettre la poursuite des auditions sur ces deux personnes.   Les douaniers ont également réclamé des  sanctions exemplaires contre le colonel auteur d’abus, et ce, afin d’éviter que l’impunité et les abus de pouvoir ne se reproduisent au niveau des douanes. Le syndicat rappelle par ailleurs que les intimidations, sous quelque forme que ce soit contre des employés de la douane malagasy en plein exercice de leur fonction, ne sont pas acceptables. Le syndicat promet de suivre cette affaire à la loupe. « Nous n’accepterons pas aussi facilement que des collègues à eux soient menacés et brutalisés », indique Andrianavalona Herizo.  Notons pour information que dernièrement, le Sempidou avait suspendu sa grève, suite à une rencontre avec le ministre des Finances et du Budget. Néanmoins, le syndicat a donné jusqu’au 26 juin prochain au ministre de tutelle pour répondre à leurs exigences de changement du mode de calcul de leurs primes et avantages. 

L.A.

 

La Vérité0 partages

Claudine Razaimamonjy - Fin de l’hospitalisation, incarcération à Antanimora

La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre, hier en début de soirée. Claudine Razaimamonjy a finalement quitté la chambre 126, du service neurochirurgie  de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona pour rejoindre la prison d’Antanimora.

Clap de fin pour le feuilleton Razaimamonjy à l’Hjra ! 65 jours exactement que cette conseillère spéciale du Président Hery Rajaonarimampianina a séjourné dans cet hôpital. Dans la soirée d’hier vers 19h30, la milliardaire s’est vu remettre un billet de sortie d’hôpital et a été emmenée pour incarcération à la Maison centrale d’Antanimora. Une source pénitentiaire a confirmé que la conseillère présidentielle est bel et bien détenue à Antanimora. 5 véhicules 4x4 qui ont composé son convoi ont été aperçus à l’extérieur de la prison. Sujette à un mandat de dépôt prononcé par le Parquet de la Chaîne Pénale anti – corruption le 7 avril dernier, la propriétaire d’AC devra y rester en attendant son procès. Son délai d’hospitalisation ayant déjà expiré depuis longtemps, une commission spéciale devait se pencher sur son cas. Rappelons qu’entre – temps, Claudine R. a déjà fait l’objet d’une évacuation sanitaire de deux semaines à l’île Maurice.  

Jointe par téléphone, le directeur d’établissement de l’Hjra Oliva Rakoto a confirmé le transfert de Claudine Razaimamonjy à la prison. Elle a également expliqué que « la commission spéciale a déjà siégé depuis la semaine dernière ». La mise en place de la commission spéciale en question, rappelons – le, était impérative conformément à l’arrêté interministériel n°4673/60 du 10/11/1960 fixant le régime d’hospitalisation des détenus. Ladite commission devait, en principe, être constituée d’un médecin de l’Hjra, du médecin- chef de la division de santé au ministère de la Justice ainsi que de deux chirurgiens. 

De lourdes charges

Au cœur ce démêlé politico - judiciaire, il ne faudrait pas perdre de vue les charges qui pèsent contre Claudine Razaimamonjy. Dans le premier dossier transmis au Bianco, la doléance traitée fait état des faits suspectés de corruption et de détournement de deniers publics perpétrés par des responsables auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation concernant l’ octroi de subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 ariary pour l’année 2014 et de 200 000 000 ariary pour l’année 2015 à la Commune rurale d’Ialananindro, District de Fianarantsoa II, Région de Haute Matsiatra. A l’issue des investigations menées par l’ équipe d’Ambohibao, des faits suspectés de favoritisme dans l’attribution de ces marchés publics, de détournement de deniers publics, de recel de détournement de deniers publics, d’abus de fonction et de blanchiment d’argent incriminant 6 personnes, dont Claudine Razaimamonjy ont été révélés au grand jour. A cela s’ajoute un 2nd dossier  transmis à la branche territoriale du Bianco Fianarantsoa, en 2016 concernant  une malversation des subventions exceptionnelles d’un montant de près de 150 000 000 ariary allouées à la Commune rurale de Mahasoabe, Fianarantsoa. 

Après cette incarcération, les attentions sont  de nouveau focalisées sur cette affaire. Bénéficiera – t – elle d’une liberté provisoire  ou d’un traitement de dossier accéléré ? Des informations entendues hier soir ont laissé entendre que la dame serait transférée à la prison de Manjakandriana, pour « des raisons de sécurité ». Affaire à suivre de très près !

Sandra R. 

News Mada0 partages

Rugby – Ady boaty : hifandona ny IRC sy Zef’Be

Tontosa omaly alahady, teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka ilay fifaninanana “Ady boaty” sy “Ady kartie”, taranja rugby, nokarakarain’ny FTM Manjakaray. Lalao manasa-dalana avy hatrany no natao tamin’ity.

Hiatrika ny famaranana, eo amin’ny boaty, ny 3FB sy ny Irc. Tamin’ny moka fohy, 12 no ho 10 nanilihan’ny IRC ny Cosfa (Bebaoty). Na izany aza, sahirana ny ekipan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra vao nahazera an-dry Bebaoty. Niady hatramin’ny farany ny donan’ny roa tonta saingy resy noho ny tsy fitandremana kely foana ny miaramila.

Tetsy ankilany, niondrika teo anatrehan’ny 3FB tamin’ny isa 15 no ho 11 ny Savony. Nanantombo teo amin’ny haben’ny vatana sy ny traikefa ny mpilalaon’ny minisiteran’ny Fahasalamana.

Ho an’ny “Ady kartie” indray, hifanehatra eo amin’ny famaranana ny Tam Anosibe sy ny FTM Manjakaray. Nomontsanin’ny Manjakaray, tamin’ny isa mazava 34 no ho 19 ny XV Family ary tamin’ny isa 21 no ho 15, no nandavoan’ny Tam Anosibe ny TFMA.

Hatao ny alahady 18 jona izao ny famaranana amin’ity “Ady boaty” sy “Ady kartie”, ity.

 Tompondaka

Madagascar Tribune0 partages

Recensement général de la population : Des ménages s’indignent, les agents recenseurs relativisent

Des questions trop personnelles qui relèvent de la vie privée, des questions qui, pour certains, n’ont rien à voir avec le projet, des questions qui affectent tout bonnement la sensibilité. Les questionnaires du projet de recensement général de la population indignent plus d’un. Ils suscitent à la fois de virulents commentaires de la population et de la méfiance auprès de chaque ménage.

« C’est une véritable enquête policière », s’indigne cette mère de famille habitant dans le deuxième arrondissement d’Antananarivo. L’agent recenseur lui aurait posé des questions sur sa profession, sur ses biens personnels (voiture, appareils électroménagers) et surtout sur sa vie matrimoniale. « À quoi bon me demander si mon mari a dormi ici ou non cette nuit  », s’indigne-t-elle, en assurant qu’elle a fini par envoyer balader l’agent recenseur. Mais apparemment, son cas est loin d’être isolé. D’autres ménages issus des quatre coins de Madagascar ont dû passer par là.

Marc, un agent recenseur, nous témoigne que de nombreux enquêteurs ont déjà fait l’objet de reproches, d’injures et de menaces en faisant leur travail. « L’un d’entre nous s’est fait insulter dans le quartier d’Anosibe, à Antananarivo », rapporte-t-il. Par mesure de sécurité, ce jeune enquêteur a préféré laisser les questions qui peuvent fâcher, notamment sur la catégorie réservée aux membres de famille résidents ou non qui amènent souvent les enquêteurs à poser la question sur le cas d’un mari ou d’une femme, ou d’autres membres de la famille qui ont dormi ou non à la maison.

Le coordonnateur national de ce projet de recensement général de la population confirme qu’il y a bien des questions qui peuvent s’avérer trop personnelles, comme le cas des biens possédés par les ménages ou encore la notion de présence des résidents lors du recensement. « Mais ils ne serviront que d’indicateur pour savoir entre autres le niveau de vie des ménages malgaches et la notion de déplacement de la population », explique-t-il.

« Lors de la présentation des résultats de cette enquête, nous ne publierons qu’une synthèse, une information globale, générale. Les données personnelles seront tenues secrètes aussi bien par les agents recenseurs que par ceux qui vont exploiter les données », assure-t-il avant d’ajouter qu’il n’y a pas donc lieu de s’affoler par rapport aux questionnaires.

Malgré tout, le coordonnateur national du projet de recensement de la population reconnaît que certains agents recenseurs ne maîtrisent pas très bien les questionnaires en dépit des formations qu’ils ont reçues pour mener à bien cette enquête. Face à cela, il nous confie que les responsables ne manquent pas de recadrer les agents sur le terrain, en fonction des feedback reçus. Il invite ainsi les ménages à relever les questions qui ont pu les indigner et de les faire parvenir aux responsables.

La date limite de recensement repoussée

La date limite de la fin du recensement général de la population est repoussée au 20 juin prochain. L’enquête menée sur le terrain devait prendre fin dimanche dernier, mais les ménages s’avèrent trop nombreux, plus que le comité d’organisation de ce projet d’envergure nationale ne l’avait imaginé. C’est la raison pour laquelle il y a donc eu cette prolongation de quelques jours pour permettre aux agents recenseurs de mener à bien le projet.

Les premiers résultats de cette enquête devront être connus dans environ trois mois, au mois de septembre. Il s’agira dans un premier temps d’une information globale sur le nombre général de la population, par âge et par sexe. Les résultats détaillés de ce recensement ne devront pourtant pas être connus avant septembre 2019, vu qu’il faudra par la suite exploiter les données collectées lors des descentes des agents recenseurs sur le terrain.

Il s’agit, rappelons-le, du premier grand recensement de la population depuis 25 ans. Le dernier grand comptage de la population de la Grande île remonte en 1993. Le recensement général de la population devrait pourtant se faire tous les dix ans, mais faute de moyens, explique le responsable, il n’a pas pu se faire qu’actuellement.

Madagascar Tribune0 partages

Plus recomposé que nouveau, 8 ministres reconduits

Déception. C’est le mot qui traduit le mieux l’état d’esprit des observateurs politiques, vu les réactions sur les réseaux sociaux après l’annonce de la composition du gouvernement Ntsay.

Un gouvernement dans lequel presque toutes les têtes sont connues et dans lequel le parti Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) a encore pu s’imposer. En effet, si sur le Parvis de l’hôtel de Ville à Analakely, les députés et les manifestants scandaient un « zéro redoublement » des ministres en poste durant le gouvernement Mahafaly, sur les 30 ministres nommés, 8 d’entre eux ont finalement pu ou su être reconduits.

Alors que certains ont tout simplement gardé leur département comme Ralava Beboarimisa, au ministère des transports ou encore Monique Rasoazananera à l’enseignement supérieur et la recherche scientifique, d’autres proches du président Rajaonarimampianina comme Henry Rabary-Njaka ont tout simplement changé de portefeuille.

Du gouvernement Mahafaly, 8 ministres ont donc été reconduits, le ministre de la défense nationale, le Général Beni Xavier Rasolofonirina, le ministre des finances et du budget Andriambololona Vonintsalama, le ministre de l’agriculture Harison Randriarimanana, l’ancien ministre des affaires étrangères qui est devenu ministre des mines et du pétrole Henry Rabary-Njaka, le ministre des transports et de la météorologie Beboarimisa Ralava, le ministre de l’énergie et des hydrocarbures Rasoloelison Lantoniaina, la ministre de l’enseignement supérieur Rasoazananera Marie Monique, et enfin le très contesté ancien ministre de la fonction publique désormais ministre des postes, télécommunications et du développement numérique, Maharante Jean de Dieu.

Partage de sièges

Mis à part ces huit reconduits, le gouvernement Ntsay compte encore 4 autres HVM. À savoir le nouveau ministre de la communication Riana Andriamandavy, sénateur nommé par le président de la République, le ministre de l’éducation nationale Horace Gatien, le ministre des travaux publics et des infrastructures Ulrich Andriantiana, et le nouveau ministre des sports et de la jeunesse Faratiana Tsihoara Eugène. Face à ces 12 sièges du HVM, le Mapar de Andry Rajoelina a pu obtenir 7 sièges. Quelques députés du collectif du changement du Mapar ont ainsi rejoint le nouveau gouvernement : Christine Razanamahasoa à l’aménagement du territoire et des services fonciers, Brunel Razafitsiandraofa au ministère du tourisme, Naharimamy Lucien Irmah au ministère de la population et de la promotion de la femme. Des proches d’Andry Rajoelina sont également présents, dont les Augustin Andriamananoro, Yvette Sylla, Pierre Houlder Ramaholimasy et Tianarivelo Razafimahefa.

Le TIM quant à lui est représenté par Roland Ravatomanga, repositionné au ministère de l’eau, Guy Rivo Randrianarisoa qui rejoint le ministère de l’industrie et du développement du secteur privé, Napetoke Marcel Arsonaivo au ministère de l’économie et enfin Rahantasoa Lydia Aimé en tant que ministre de l’enseignement technique.

Si l’on s’attendait à un gouvernement neutre et neuf, la formation Ntsay aura finalement été un partage de sièges pour satisfaire les acteurs de la crise politique malgache. Peut-on alors en attendre un quelconque changement ?

Général de Corps d’Armée Rasolofonirina Béni Xavier, Ministre de la Défense Nationale Razafimahefa Tianarivelo, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Erick Michel Wouli Soumah Idrissa, Ministre de la Sécurité Publique Napetoke Marcel Arsonaivo, Ministre de l’Economie et du Plan Randriarimanana Harison Edmond, Ministre de l’Agriculture et de l’Elevage Ramaholimasy Holder, Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail, de l’Emploi et des Lois SocialesRasoazananera Marie Monique, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ScientifiqueRahantasoa Lydia Aimée, Ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation ProfessionnelleRazafintsiandraofa Jean Brunelle, Ministre du TourismeRoland Ravatomanga, Ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’HygièneMaharante Jean de Dieu, Ministre des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique Riana Andriamandavy, Ministre de la Communication et des Relations avec les InstitutionsNaharimamy Lucien Irmah, Ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme Faratiana Tsihoara Eugène, Ministre de la Jeunesse et des SportsSylla Yvette, Ministre du Commerce et de la Consommation Harimisa Noro Vololona, Ministre de la Justice, Garde des SceauxAndriambololona Vonintsalama Sehenosoa, Ministre des Finances et du Budget Razanamahasoa Christine, Ministre de l’Aménagement du Territoire et des Services FonciersRabary-Njaka Henry, Ministre des Mines et du Pétrole Andriamananoro Augustin, Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche Randrianarisoa Guy Rivo, Ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Andriantiana Jacques Ulrich, Ministre des Travaux Publics et des Infrastructures Ralava Beboarimisa, Ministre des Transports et de la Météorologie Rasoloelison Lantoniaina, Ministre de l’Energie et des Hydrocarbures Horace Gatien, Ministre de l’Education Nationale Dovo Eloi Alphonse Maxime, Ministre des Affaires Etrangères Johasy Eléonore, Ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine
Madagascar Tribune0 partages

Les députés pour le changement ont fait leur choix

Sur le Parvis de l’hôtel de vile, des dizaines de députés de l’opposition ont indiqué qu’ils ne feront pas partie du gouvernement d’ouverture de Christian Ntsay. Tant mieux pour ceux qui ont rejoint le gouvernement. Beaucoup ont décidé de rester à l’Assemblée nationale, malgré les sollicitations. L’ombre teintée de flou de la nomination du Premier ministre de consensus, évoquée par maître Hanitra Razafimamantsoa du TIM, serait entre autres l’une des raisons qui ont démotivé les parlementaires d’intégrer le gouvernement.

Quatre députés issus du collectif des parlementaires pour le changement ont intégré le gouvernement Christian Ntsay. Ce sont les Mapar Brunel Razafitsiandrofa, Christine Razanamahasoa, Irma Naharimamy et le TIM Guy Rivo Randrianarisoa. "Ceux qui ont accepté de faire partie de ce gouvernement ont notre bénédiction, mais s’ils ne sont du tout convaincus, ils peuvent à tout moment démissionner », a ajouté Hanitra Razafimanantsoa.

Visiblement, le « redoublement zéro » des anciens ministres HVM n’enchante pas les députés pour le changement qui se disent « outrés » par le retour de 8 anciens ministres pro-régime dans le staff de Christian Ntsay. Même Christine Razanamahasoa, nouvellement ministre, reconnaît que cela pose problème. Mais contrairement aux syndicalistes et aux étudiants de l’université d’Antananarivo qui se sont indignés par rapport au retour de Marie Monique Rasoazananiera à la tête du ministère de l’Enseignement supérieur, les députés pour le changement semblent se résigner.

Malgré la mise en place de ce nouveau gouvernement d’ouverture, les parlementaires issus du collectif pour le changement ont annoncé que la manifestation continue et qu’ils ne sont pas encore parvenus à leur objectif final, à savoir le départ de Hery Rajonarimampianina qui semble pourtant être difficile.

Madagascar Tribune0 partages

Les résultats provisoires des législatives publiés le 15 juin

La publication officielle des résultats provisoires des élections législatives du 27 mai dernier aura lieu ce samedi 15 juin au bureau de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à Alarobia. Ainsi, les futurs membres de l’Assemblée nationale seront connus d’ici peu. Il leur reste à attendre la validation de leur élection par la Haute cour constitutionnelle (HCC) qui se prononcera deux semaines après la proclamation des résultats provisoires de la Ceni.

Le traitement des procès-verbaux au niveau de la Ceni est déjà bouclé depuis peu. La publication devra pourtant attendre la présence de certains responsables aussi bien au niveau de l’Exécutif, dont le président de la République et ceux de l’Institution comme la Haute cour constitutionnelle (HCC) qui sont en mission à l’extérieur.

La date du 15 juin sera également synonyme de la fin du dépôt des doléances relatives à la campagne électorale auprès de la HCC ou encore les juridictions compétentes en matière d’infractions pénales. Les plaintes relatives aux résultats des élections, c’est-à-dire, les cas de fraudes électorales constatées le jour du scrutin, ne seront reçues qu’à partir de la présentation des résultats provisoires par la Ceni.

Dans un communiqué, la HCC annonce que « jusqu’à la proclamation des résultats officiels des élections législatives, son président ne reçoit ni candidat, ni mandataire ou émissaire de candidat. Pour toute contestation, ces derniers sont invités à suivre la procédure normale du contentieux électoral, qui a fait l’objet d’une sensibilisation et d’une large diffusion avant le scrutin ».

Madagascar Tribune0 partages

La société civile interpelle Lalatiana Rakotondrazafy

Des organisations de la société civile ont interpellé jeudi la ministre de la Communication et de la Culture à propos de la loi sur l’accès à l’information. Dans une lettre ouverte, elles appellent Lalatiana Rakotondrazafy à faire le nécessaire pour adopter rapidement celle-ci : « De par votre expérience de journaliste et de dirigeante d’un groupe de presse, vous êtes sans nul doute mieux placée que quiconque pour saisir l’importance vitale pour le pays de l’adoption rapide d’une Loi sur l’Accès à l’information devant permettre à tous les citoyens malagasy d’être correctement informés de l’action des pouvoirs publics. »

Les organisations de la société civile, signataires de cette lettre (CCOC, Mouvement ROHY, MSIS TATAO, ONG HITSY, ONG IVORARY, ONG SAHA, ONG TOLOTSOA, TI-MG) rappellent que « Longtemps, la perspective de l’adoption d’une telle loi a été repoussée à cause d’un manque de volonté politique de la part des dirigeants du pays. » Mais cette situation est vouée au changement, du moins c’est ce qu’elles espèrent. « Dès votre nomination à la tête du ministère la Communication et de la Culture, et c’est tout à votre crédit, vous vous êtes publiquement engagée pour l’adoption rapide d’un cadre légal devant permettre l’expression de ce droit à l’information. »

Dans le cadre de la confection de cette loi, le ministère de la Communication a lancé l’année dernière des consultations et prévoyait de déposer le projet de loi ainsi élaboré au cours de la première session parlementaire de l’année 2020 qui se déroule actuellement. Ces organisations de la société civile affirment dans cette lettre avoir pu « consulter et commenter ce texte ».

« Bien qu’il nécessite plusieurs points d’amélioration, le texte qui nous a été partagé est un pas en avant vers l’exercice du droit à l’information dans notre pays. Ces points d’amélioration peuvent être rapidement corrigés afin que le texte qui soit finalement présenté au parlement soit compatible avec votre engagement de doter Madagascar d’un cadre légal solide pour l’exercice par tous les citoyens de leur droit à l’information. »

Ce projet de loi ne serait pas encore déposé au niveau du parlement. Et les organisations de la société civile insistent. « Nous sommes conscients que la situation sanitaire a pu ralentir les consultations nécessaires pour la finalisation du texte. Toutefois, nous ne pouvons pas nous permettre de repousser plus encore l’adoption de ce cadre juridique sur l’accès à l’information, un outil plus important que jamais dans l’époque trouble que nous traversons. Nous vous proposons donc de poursuivre sans attendre les consultations, en utilisant notamment les nouvelles technologies de communication et en respectant strictement les prescriptions sanitaires en vigueur ».

Déterminées, les signataires de cette lettre annoncent ainsi leur disponibilité à appuyer le ministère dans le respect de son engagement « de doter rapidement Madagascar d’un cadre légal permettant aux citoyens malgaches d’exercer leur droit d’accès à l’information. »

Madagascar Tribune0 partages

Grogne des parents par rapport aux dispositions des écoles privées

Des parents d’élèves haussent le ton et multiplient les appels à l’endroit de l’Etat par rapport aux dispositions contraignantes imposées dans certaines écoles privées de la capitale et des périphéries. Depuis quelques semaines, des écoles privées ont pris l’initiative d’envoyer les cours aux élèves des classes intermédiaires. Une disposition qui n’est pas sans contrepartie. En retour, elles exigent aux parents de payer les frais de scolarité depuis le mois d’avril.

Hier, une école privée sise à Talatamaty a réuni les parents d’élèves pour annoncer une retour en classe en présentiel à partir de mardi prochain et exigé le paiement des arriérés de frais de scolarité. Dans d’autres établissements qui ont déjà repris les cours, certains menaceraient de ne pas réinscrire les élèves à la prochaine rentrée au cas où ils ne retournent pas à l’école et ne s’acquittent pas de la totalité des frais de scolarité.

Sur le plan légal, des parents d’élèves s’interrogent sur ces pratiques de certaines écoles privées. L’état d’urgence sanitaire en vigueur dans le pays et les dispositions de sécurité prises par les autorités malgaches indiquent entre autres la fermeture des écoles, dans les classes intermédiaires depuis le début de l’épidémie à Madagascar. Sans que ces mesures ne soient levées, et malgré la propagation de la maladie dans le pays actuellement, avec plus de 1 100 cas confirmés et 10 morts, les écoles privées font également leurs lois et obligent les élèves à se rendre en classe, nonobstant la loi en vigueur dans le pays, s’insurgent des parents d’élèves.

Sur le plan financier, des parents demandent entre autres une alternative, celle de ne payer que la moitié de l’écolage au vu de la cessation des cours depuis la seconde quinzaine du mois de mars et au vu du fait que les cours envoyés par les écoles n’ont pour objectif que de maintenir les élèves en veille. Pour certains parents, l’obligation d’envoyer les élèves en classe pour un soi-disant « regroupement hebdomadaire », parce qu’ils ne vont pas à l’école qu’une fois par semaine, n’est qu’un leurre, « une manœuvre dilatoire pour leur soustraire de l’argent ».

Pour l’instant, ni le gouvernement, ni le ministère de tutelle ne se sont pas encore prononcés sur la date des examens officiels, ni sur le calendrier scolaire qui initialement devrait prendre fin vers la fin du mois de juin. Lors de son passage au niveau du sénat, la ministre de l’Education nationale par intérim a indiqué que la date des examens doit attendre la validation du conseil des ministres.

Ainsi, le président de la République est fortement appelé à se prononcer sur le volet enseignement lors de sa prochaine prise de parole par rapport à la situation sanitaire dans le pays et les mesures qui devront aller avec. Des parents d’élèves espèrent surtout que le chef de l’Etat fasse une déclaration claire et concise sur notamment le calendrier scolaire, sur les examens officiels et les dispositions à prendre pour les écoles privées, à savoir les aides pour les enseignants et la reprise des cours.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Eliminatoires CAN – Madagascar domine le Soudan

Les Barea ont remporté leur premier match de la phase de groupe, en éliminatoires de la CAN 2019, vendredi soir. Ils ont battu les Soudanais chez eux, trois buts à un.

Logique respectée. Entre Madagascar, 97e nation mondiale, et le Soudan, 158e au classement FIFA, il n’y a pas eu photo. La sélection malgache s’est imposée sur le score de trois buts à un, lors du déplacement de vendredi soir, comptant pour la première journée du groupe A, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Elle poursuit sa belle série avec une cinquième victoire en autant de sorties cette année, toutes compétitions confondues.Faneva Ima a ouvert la marque dès le quart d’heure de jeu. Bien lancé en profondeur par Zotsara, le capitaine a fusillé à bout portant le gardien adverse (15è), pour mettre les Barea sur la bonne voie, disposés en 4-2-3-1 (Dabo – Toby, Mamy Gervais, Bapasy, Fontaine – Dada, Dimitry – Carolus, Zotsara, Voavy Paulin – Faneva Ima). Notons donc la titularisation des deux nouveaux venus, Thomas Fontaine en tant que latéral gauche et Dimitry Caloin au milieu.C’est sur ce score que les deux équipes ont rejoint les vestiaires à la mi-temps. En deuxième période, Njiva a remplacé Dada. Immédiate­ment, l’ailier de la CNaPS Sport s’est illustré en attaque, en touchant le poteau d’emblée. Sur cette bonne dynamique, Madagascar a obtenu un penalty dans la foulée, transformé par Carolus, synonyme de but du break (61è).Leader offensifIl a fallu attendre le dernier quart d’heure de jeu, pour voir enfin une véritable réaction des Soudanais. Les locaux ont réduit l’écart à la 76è minute de jeu sur coup franc. Avec un butd’avance seulement, les Barea s’en sont remis à leur leader offensif, Faneva Ima. À la réception d’un centre de Voavy Paulin, l’attaquant du FC Sochaux y est allé de son doublé, quelques instants plus tard (83è), pour assurer définitivement la victoire des siens. « Première étape validée. Il nous reste cinq batailles très difficiles. On attend votre soutien », a-t-il publié sur le réseau social Facebook, au terme de la rencontre.Comme l’espérait le sélectionneur, Nicolas Dupuis, la Grande île a débuté du bon pied avec un premier succès face au Soudan. Il reste encore cinq journées dans ces qualifications pour la CAN. Pour son prochain match, Madagascar accueillera le redoutable Sénégal, au mois de mars 2018.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Jacaranda Golf Club, le petit dernier

Un nouveau club de golf vient de voir le jour. Le Jacaranda golf club a été présenté officiellement, lors d’une soirée jazzy à la Terrasse, Carlton vendredi, en présence des hautes personnalités dont le ministre du Tourisme Rolland Ratsiraka. Le club regroupe une partie de joueuses membres du golf club du Rova Andakana et compte actuellement cinquante-cinq membres, des locales ainsi que des ressortissantes étrangères. Les championnes comme Ony Marchand et Hanitra Ratsimbazafy en font partie. En fait, le club commençait à se former au mois de mars, et a déjà organisé cinq rencontres entre les membres.Une trentaine de membres se retrouvent à chaque rencontre et la prochaine est prévue en septembre. « Notre Association ne se focalise pas vraiment sur la compétition, c’est plutôt le partage de passion, le golf, dans une convivialité. C’est tout simplement le plaisir de jouer », a mentionné une des membres, Ghislaine Rakotoarison Leroy. Le club n’a pas encore mis en place son équipe dirigeante, « nous ne sommes pas pressées de monter le bureau, nous sommes toutes de simples membres. On le ferra ultérieurement car on ne veut pas que le club soit trop formel et trop figé », a-t-elle poursuivi.Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Communication sociale – Les médias comme exemples réels

«Communiquer l’espérance et la fidélité», tel est le thème véhiculé dans la célébration de la 51e journée des communications sociales de l’Église catholique, hier, à l’Ecar Sainte Trinité Manga­soavina Besarety. « Les moyens de communication sont destinés à créer de l’espoir chez les personnes cibles mais ne doivent pas terroriser ni semer la peur, ni inciter les gens à la violence afin de créer la fidélité », rapporte Marie Frédéline Ranaivomananantsoa, coordinateur commission pour les communications sociales, du diocèse d’Antana­narivo. Il s’agit du message du Pape François pour cette journée.Madagascar doit encore faire beaucoup d’efforts en termes de transmission d’espérance. En effet, certains communicateurs, dont les journalistes, exercent leur métier dans l’éthique mais d’autres ne le font pas, d’après ce coordinateur. Cette commission utilise des documents du conseil pontifical pour les communications sociales, comme l’éthique dans le publicité, l’éthique dans les communications sociales, l’éthique dans l’internet, la pornographie et la violence sur les médias afin de former les communicateurs.Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Sabotsy Namehana – Un braquage doublé de meurtre

Un commando de six braqueurs a fait irruption chez un grossiste en boissons dans la ville de Sabotsy Namehana, samedi soir.Le bilan est de un mort et deux blessés graves. Six bandits armés de fusils d’assaut kalachnikov dont le nombre n’a pas été signalé ont attaqué un grossiste. « Ils ont tiré sur une dame qui s’est assise devant le portail. Elle a reçu trois balles en pleine la tête et meurt sur le coup », a souligné une source policière saisie de l’enquête.Deux employés se trouvant à l’intérieur ont été blessés dont l’un par balle aussi dans la cuisse, tandis que l’autre a été lardé au niveau du ventre.Ce dernier a dû être évacué d’urgence à un hôpital dans la capitale.Les clients se sont enfuis dès qu’ils ont aperçu la dame victime se couchant sur le sol, selon les informations reçues.« Personne n’a pensé qu’ils étaient des malfaiteurs. Le caissier a été menacé à mort avec un couteau avant que les deux d’entre eux se sont servi dans la caisse », a expliqué une source policière qui a ouvert l’enquête.Des paquets d’argent encartonnés dont aucun chiffre exact n’a encore été révélé par les victimes ont été volés.La police et la gendarmerie sont intervenues en arrivant à l’heure sur les lieux, mais ont maté le feu de l’action. « Nos éléments ont procédé tout de suite au ratissage et bouclage dans le quartier. Cela n’a pas abouti jusqu’hier midi », a toujours indiqué la source sécuritaire.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Antsakaviro – Un jeune noctambule assassiné

Le corps sans vie d’un jeune noctambule qui n’avait pas donné signe de vie, depuis vendredi soir, a été retrouvé dans le fokontany d’Antsakaviro samedi, aux alentours de 6h 30.

Décou-verte macabre à Antsakaviro, samedi matin vers 6h 30. La disparition inquiétante d’un jeune homme depuis vendredi a été annoncée, le soir du même jour. « Il n’était pas rentré ce soir-là. Nous avons cru qu’il est parti avec ses camarades pour un vendredi joli », a expliqué un proche. Très tôt le samedi matin, le chef de fokontany d’Antsakaviro a reçu l’alerte sur les faits qu’un cadavre vient d’être trouvé dans le quartier. Les habitants se sont déjà massés et ont essayé d’identifier la dépouille. « Nous craignions qu’il serait familier », a souligné une dame témoin oculaire.Le chef du fokontany a prévenu la brigade criminelle après avoir découvert le décès près d’un canal. La police a fait le déplacement sur les lieux de la découverte pour le constat qui a révélé qu’il s’agit d’un jeune homme âgé de 27 ans. « Nous n’avons rien trouvé sur lui. Il aurait été victime de vol avant d’être tué. Sa famille a confirmé qu’il avait un portable et que son portefeuille ne le quitte jamais », a signalé une source sécuritaire.Les meurtriers l’ont lardé de deux coups de couteau, dont l’un en pleine tête et l’autre dans le ventre.AvertissementAlerté également par la police, le bureau municipal d’hygiène (BMH) a dépêché ses agents sur les lieux, pour transférer le corps à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra) à Ampefiloha.Un médecin légiste a révélé lors de l’autopsie qu’il s’agit purement d’un assassinat. « La victime aurait d’abord reçu un coup dans le dos, ensuite tabassé et lardé à mort », a-t-il indiqué.Les enquêteurs tiennent à démentir une rumeur venant de circuler qu’il pourrait s’agir d’un avertissement relatif au rapt dernièrement perpétré à Behoririka, mercredi 7 juin. « Ce cas de meurtre à Antsaka­viro est tout à fait autre chose que le kidnapping de Nishit Chandarana, le propriétaire de l’hôtel Le Grand Mellis à Analakely », a précisé une source au sein de la brigade criminelle.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara0 partages

Mahamasina : Sinoa dimy lahy, voarohirohy ho nanolana tovovavy

Teratany sinoa dimy lahy, izay voarohirohy ho nitondra sy nampihatra filan-dratsy tamina tovovavy malagasy iray no voatery nentin’ny pôlisy nanaovana fanadihadiana, ny sabotsy lasa teo, teny Mahamasina. Antso vonjy sy hiakiaka no nanaitra ireo mponina teny amin’iny faritra Mahamasina iny, tamin’io maraina io, izay tokony ho tamin’ny enina ora tany ho any. Antso vonjina tovovavy, izay niainga tao amina hôtely lehibe iray teny an-toerana. Samy nirohotra nijery sy nitangorona tao amin’ny efitrano niavin’ilay antso vonjy moa ny rehetra nony avy eo. Nahazo antso nahakasika ity tranga ity ihany koa ny pôlisy ka tonga avy hatrany teny an-toerana. Nidirana avy hatrany ilay efitra ka tovovavy iray efa malemilemy sy an-dàlan’ny tsy fahatsiarovan-tena no hita tao. Izay mety ho vokatry ny zava-mahadomelina natsindrona azy, hoy ny fanazavana. Tsy fantatra na inona marina no zava-niseho na inona, fa ny hany nambaran’ireo nanatri-maso dia niaraka tamina lehilahy teratany sinoa vitsivitsy izy no niditra tao amin’ireo tranom-bahiny io. Hatreto araka izany, dia mbola tsy voamarina na efa niharan’ny filan-dratsin’ireto sinoa ireto ity tovovavy ity na tsia. Ny angom-baovao hafa ihany koa no nahafantarana fa mbola nahitàna zava-mahadomelina tao amin’ny efi-trano nisy azy. Nentina novonjena avy hatrany tany amin’ny tobim-pahasalamana moa ity tovovavy ity nony avy eo. Raha nentina nanaovana fanadihadiana kosa ireo teratany sinoa niaraka taminy, niaraka tamina vehivavy iray hafa. Efa betsaka tokoa amin’izao ny tovovavy mora voarebirebin’ny vola sy ny vahiny, ka tokony samy homailo sy hitandrina ny ray aman-dreny. Raha ho an’ity tovovavy ity izao dia tsy fantatry ny rainy akory ny zavatra nataony sy ny fomba nialàny tao an-trano, raha ny angom-baovao azo. Izy efa mivalampatra sy malemilemin’ny zava-mahadomelina, any anaty trano fandraisam-bahiny, miaraka amina lehilahy sinoa maromaro no hitany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Maibahoaka-Ivato : Une femme enlevée sous les yeux de son mari

S’agit-t-il d’un acte de banditisme purement  et simplement ou un réglement de compte ? Samedi, une femme a été enlevée en pleine rue puis retrouvée abandonnée  à Ambatoloana dans le district de Manjakandriana quelques heures plus tard. L’acte a été commis vers 18 heures à Maibahoaka juste près de l’arrêt bus près du siège de la société concessionnaire d’automobiles Toyota Landis. La femme et son mari  étaient  en route pour rejoindre leur domicile après avoir assisté au culte quand quatre individus, qui n’auraient fait qu’attendre le moment opportun pour agir, sont soudainement sortis d’une voiture de marque Mercedes pour intercepter le couple. Aussitôt, ils ont menacé ces derniers avec une arme mais le mari a réagi et a réussi à faire tomber le pistolet de son agresseur. Ahuri par la réaction du père de famille, un des bandits a tabassé la femme. Blessée à la tête, cette dernière a perdu conscience. Ainsi ses agresseurs l’ont embarquée dans leur voiture puis ils sont partis avec en laissant le mari sur les lieux.

Puisque la voiture a pris la route vers l’Est. Une fois alertée, la gendarmerie a enclenché la poursuite tout en informant tous les postes de gendarmerie en cette direction. Quelques heures plus tard, la voiture qui était tombée en panne a été retrouvée abandonnée avec le chauffeur et la femme à Ambatoloana. Ainsi, le chauffeur a été arrêté. Pendant son interrogatoire, le chauffeur a affirmé qu’il ne sait rien de cette affaire. Des individus ont loué sa voiture et il ne serait qu’un otage de ces malfrats.

La question se pose alors sur le mobile de cet enlèvement d’autant plus qu’aucune demande de rançon n’a eu lieu. Selon les informations, le mari est un opérateur économique en tant que grossiste dans la localité.  Jusqu’à hier, aucun suspect n’est arrêté.

Puisqu’on parle de kidnaping, il est à signaler que jusqu’ici, il n’y a aucune nouvelle concernant le propriétaire de l’ôtel Le Grand Mellis qui a été enlevé en plein jour à Behoririka mercredi dernier.

T.M.

L'express de Madagascar0 partages

Des projets de forages dans le Grand Sud

Le Plateforme humanitaire du secteur privé de Madagascar (PSPH) envisage un projet de forage dans le Grand Sud de la Grande île. Les deux mille habitants de la commune rurale d’Andra­no­hinaly, district de Toliara II, bénéficieront d’une adduction d’eau issue d’un forage de soixante mètres de profondeur. Un dîner de levée de fonds a été réalisé le 9 juin à l’Hôtel Colbert dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet. Effecti­vement, le projet en question nécessite un financement de 79 566 264 ariary.Les habitants de cette commune pourront s’approvisionner en eau, au prix de 200 ariary le bidon de 20 litres, rapporte un communiqué. D’autres projets d’adduction d’eau sont déjà en cours d’étude et de financement. C’est le cas du fokontany Sakavilany, dans la commune d’Andranovory, et du fokontany Andranovory centre dans le district de Toliara II. Leurs habitants doivent, soit chercher de l’eau à 3 km du village, soit attendre le ravitaillement en camion privé, à raison de 300 ariary le bidon de 20 litres. Le PSPH s’engage à contribuer à l’adduction d’eau potable et se sent motivé pour l’accomplissement de ces projets.Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

AMBATOFOTSY – Un adjudant écrasé par un poids lourd

Un sous-officier en tenue civile est mort sur le coup, lors d’une sortie de route d’un camion, mercredi matin vers 9h sur la RN7 à Amba­tofotsy. La victime était âgée de 47 ans. Le conducteur du véhicule s’est fait arrêter par la gendarmerie après sa sortie de l’hôpital.Le chauffeur du camion aurait perdu le contrôle et n’a pu freiner tout près du gendarme qui marchait au bord de la route. Le véhicule a basculé, puis s’est renversé dans une rizière. Le conducteur blessé à la tête a été transporté immédiatement vers un hôpital de proximité. Dès sa sortie de l’hôpital, hier, il a été arrêté par la gendarmerie, et placé en garde à vue dans leurs locaux pour enquête. Trois autres personnes à bord du poids lourd, dont l’aide chauffeur et les propriétaires des marchandises s’en sont sortis indemnes. La victime n’était pas en tenue militaire, mais sa carte de gendarme découverte dans sa poche a permis de savoir qu’il appartenait aux forces de l’ordre.« Il est en  ville pour suivre des traitements médicaux et de contrôle sanitaire. Il travailleà la brigade de Belo sur Tsiribihina », a souligné son collègue du poste d’Ambato­fotsy. Le camion est détruit et son enlèvement du lieu de l’accident s’est avéré difficile.Hajatiana Léonard