Les actualités Malgaches du Vendredi 12 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara31 partages

Nosy be jazz festival : Une programmation internationale très haute en couleur

Un avant-goût du festival avec Monika Njava, Joël Rabesolo et Marvin Burlas

En à peine trois ans, le Nosy Be jazz festival étend ses ailes et prend une autre dimension. Pour égayer ce week-end pascal, l’île aux  parfums  fera office de point de rendez-vous pour les mélomanes, les fines bouches et les fashionistas 

Chaud devant! Le Nosy Be jazz festival  rempile une troisième fois et s’annonce épicé. Pas moins de 35 artistes venus d’ici et d’ailleurs, de la haute gastronomie façon « Hay fy mampihavana » et un podium pour les grands couturiers… de quoi faire languir les festivaliers et les passionnés. Au programme, 26 stands de cuisines traditionnelles et internationales, des concerts gratuits, des cours de salsa cubaine, des ateliers et des dégustations, bref, il y en aura pour tous les goûts.  Cette année, l’on peut compter sur la présence  de Monika Njava accompagnée de la  version malgache de son combo Island jazz. De même, le guitariste Joël Rabesolo et le violoniste Marvin Burlas, Aina Cook Trio, et la formation allemande United Swingtett  seront en tête d’affiche. Entre autres, 3 musiciens brésiliens viendront également de la partie. Plaçant la barre plus haut, les collections de la maison Jaomatana frôlera les podiums érigés pour l’occasion. La fierté malgache  qui a écumé les scènes et les tapis rouges notamment au festival de Canne.

Moteur de développement. D’après Solofo Rafenombolatiana spécialisé dans l’évènement jazz et musique brésilien, « l’idée est parti d’un défi,  face à l’émerveillement pour  le pays du jazz,  de belle cultures toutefois, il y a beaucoup à faire pour le développement du pays et que tout un chacun se doit d’apporter sa contribution. Pour notre part, l’idée est d’allier  deux domaines que l’on maîtrise, à savoir le tourisme et une partie de la culture qu’est la musique » réitère-t-il, tout en continuant qu’ « Il va falloir montrer au monde entier que Madagascar n’est pas juste les plages, les Tsingy l’Isalo. C’est aussi un peuple qui a une belle âme et de la bonne culture. Le but est de mélanger le tout et faire en sorte que cela soit exportable. »   D’où la troisième dimension comme quoi la culture peut être un moteur de développement économique  de s’appuyer sur la culture et exportation. Dans la même foulée, Monika Njava  de rappeler aux autorités  que les artistes représentent les couleurs malgaches dans le monde entier. « Et il est important de souligner qu’on peut développer un pays avec de la musique. Les artistes n’ont pas vraiment leur place, donc être dans le tourisme et culture doit être une évidence  et il en va de même d’inclure les artistes dans les deux entités. »

De la scène à l’assiette. Pour sa sixième édition, le « Hay fy mampihavana » se délocalise exceptionnellement  à Nosy Be pour accompagner les  festivaliers et leur démontrer comment apprécier à sa juste valeur les plats malgaches. » Effectivement, il est important de rappeler à la jeunesse la valeur du patrimoine culinaire malgache. Cela fait partie de la culture et  l’identité. Il faut qu’on y travaille ensemble et améliorer l’accueil dans les villes », souligne le numéro Un de « Women Tourism association for Madagascar ». Et dans ce sens,   réer du travail décent aux jeunes filles et leur enlever un peu de cette faune touristique féminin et essayer de  leur donner du travail décent  dans le domaine de l’art  via le  concours de jeunes cheffes. Sous le soleil des tropiques,  Ce sera un week-end pascal haut en couleur !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara12 partages

Hauts emplois de l’Etat : 5 vraies fausses nominations

En l’espace d’une semaine, l’Exécutif a apporté deux rectifications ou précisions (c’est du pareil au même) sur le rapport du Conseil de gouvernement du mercredi 03 avril 2019 puis sur celui du Conseil des ministres du mercredi 11 avril.

En fait, le communiqué de presse en date du 4 avril publié par le ministère de la Communication était une précision sur la communication verbale relative à la présentation de la lettre de mandat de chaque membre du gouvernement.  Il est précisé que « le mandat se présente sous forme de Contrat-programme dans le cadre de la gestion axée sur les résultats pour la réalisation de la vision de Monsieur Andry Rajoelina, Président de la République de Madagascar. Lui-même a promis au peuple malagasy, un gouvernement qui amène de réels changements, tant en ce qui a trait à ses actions qu’à la manière dont il les accomplira ».

Résultats concrets. C’est une sorte de rappel car « le Président de la République s’attend ainsi à ce que les membres du gouvernement contribuent à la réalisation des promesses dans les secteurs et domaines de leur département ministériel respectif. Cela, dans l’objectif global de réalisation des 12 « Velirano », engagements pris dans le cadre de l’« Initiative pour l’Emergence de Madagascar » qui a servi de base à la Politique Générale de l’Etat et à son Programme de mise en œuvre ». Le communiqué de rappeler que « le Président de la République exige des résultats concrets offerts à tous les concitoyens. Il est donc demandé d’assurer un suivi tous les 30 jours et de communiquer à la fois au Président de la République et au Premier ministre, en ce qui concerne les progrès réalisés couvrant les engagements, d’évaluer l’effectivité et l’efficacité du travail de chaque ministre. Le rapport d’activités sera établi sur une base mensuelle ».

Discordances. Quant au communiqué envoyé hier en début d’après-midi par la Direction de la Communication de la Présidence, il « annule et remplace le compte-rendu du Conseil des ministres du 10 avril 2019 » transmis dans la matinée aux organes de presse. En comparant les deux versions, force est de constater que les discordances portent sur des nominations prises au titre de 3 ministères. Dans le premier compte-rendu, Rafaralahy Edmond et Ramakararo Romaric Jean-Luc étaient nommés respectivement Directeur de la Recherche et du Contrôle Fiscal et Directeur de la Formation Professionnelle au niveau de la Direction Générale des Impôts. Dans le second compte-rendu, ils ne figurent plus parmi les nominations prises au titre du ministère de l’Economie et des Finances. Même topo pour le commissaire divisionnaire de Police Marinjaha Vavintafika qui a été nommé Directeur régional de la Sécurité Publique du Sud-Ouest , avant d’être rayé dans le second compte-rendu qui « annule et remplace » le premier. C’est aussi le cas de Rajaobelina Tsialiva et Rajaonson Hery proposés par le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, parmi les membres du Conseil d’Administration de l’OMNIS, mais qui ne figurent plus dans le second compte-rendu du conseil des ministres.

Acte de gouvernement. On se demande si ces 5 vraies fausses ou fausses vraies nominations (c’est selon) sont dues à un dysfonctionnement ou à  des erreurs matérielles et/ou sur la personne. Il n’est pas non plus exclu que les intéressés aient été écartés ou recalés in extremis par le président de la République qui a le dernier « maux » pour les nominations aux hauts emplois de l’Etat. Ce qui serait alors une sorte de désaveu des 3 ministres qui ont proposé leurs noms. Comme l’a fait remarquer le DG de la Communication dans la précision apportée le 4 avril, « en matière d’acte administratif, c’est celui qui a été pris le dernier qui est applicable ». En tout état de cause, s’agissant dans le cas d’espèce, d’acte de gouvernement, il bénéficie de l’immunité juridictionnelle. Autrement dit, les concernés ne pourront pas les attaquer en justice. On est juste en droit –au propre comme au figuré – de se poser la question de savoir si ces pseudo-nominations avaient fait déjà l’objet de décret.  Si c’est le cas, le parallélisme des formes voudrait qu’il y ait des décrets d’abrogation quoique le mode de gouvernance du pouvoir en place en matière de hauts emplois de l’Etat, soit plutôt d’abroger à tout-va, sans pourvoir sur le champ aux places devenues vacantes. Qui a dit que la nature a horreur du vide ?

R.O
Midi Madagasikara2 partages

Energies durables dans l’espace COI : Les enjeux de l’efficacité énergétique au cœur du 2e forum r...

Les énergies renouvelables au cœur des attentions, ces dernières années.

Après la toute première édition du forum régional des énergies durables à Maurice l’an dernier, et qui a réuni plus de 250 professionnels, entrepreneurs et chercheurs, la suite logique de ce rendez-vous inédit sur la question des énergies durables en Indianocéanie, est le deuxième forum régional qui se tient cette semaine à la Réunion, consacré à la transition énergétique. 

 Le programme ENERGIES de la Commission de l’Océan Indien (COI) organise depuis le 9 avril dernier, en collaboration avec la Région Réunion, le deuxième Forum régional des énergies durables, au MOCA à La Réunion. Cette rencontre dont le thème de cette année est « Efficacité énergétique et enjeux sociétaux de la transition énergétique », est une nouvelle occasion pour les acteurs publics et privés d’échanger sur les dernières avancées en matière d’efficacité énergétique dans le but de poursuivre « le développement de cette filière qui recèle un fort potentiel économique et qui a un rôle central à jouer dans le combat contre le changement climatique ».

Fort de la première expérience et des leçons tirées de la première édition du Forum régional des énergies durables à Maurice l’an dernier, le programme ENERGIES se penche plus particulièrement, lors de cette deuxième édition, sur l’efficacité énergétique.

Problématiques. Le premier jour du Forum, consacré à deux problématiques fondamentales, à savoir la vulnérabilité des Etats insulaires face aux effets du changement climatique, et la lutte contre la précarité énergétique, a permis d’approfondir la connaissance des réalités en matière d’énergies durables et de transition énergétique, dans un contexte régional où chaque pays dispose d’un fort potentiel, tout en observant cependant, une vulnérabilité notamment face au changement climatique. Durant les trois jours de Forum, des thèmes allant du nouveau paradigme énergétique à la maîtrise de la demande énergétique, en passant par les solutions énergétiques innovantes, la formation professionnelle, ou encore les Smart Cities, ont été explorés afin de mieux cerner les enjeux de l’efficacité énergétique dans divers secteurs d’activité. L’objectif de la tenue de ce deuxième Forum régional des énergies durables, a permis de mettre en avant les outils et services à la disposition des petits et grands consommateurs, leur permettant à la fois de réduire leur facture énergétique et leur empreinte carbone.

Rappelons que le programme ENERGIES, financé à hauteur de 15 millions d’euros par l’Union européenne et mis en œuvre par la COI, promeut les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique, et œuvre ainsi en faveur d’une plus grande autonomie énergétique des Etats membres de la COI. Ce programme mis en œuvre sur une période de cinq ans, et qui prendra fin en septembre 2019, a fonctionné depuis 2014 ,« pour la mutualisation des ressources techniques, humaines et financières, dont disposent les Etats membres de la COI de manière à consolider et amplifier la portée de celles-ci dans le domaine des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique ».

Hanitra R.

Midi Madagasikara2 partages

Andry Rajoelina : Le Rova sera fait patrimoine mondial

Le couple Rajoelina va apporter sa contribution à la réhabilitation du Rova.

« La réhabilitation de ce Palais représente le symbole de la souveraineté nationale, de l’unité nationale et du patriotisme ».

C’est ce qu’a déclaré le président Andry Rajoelina hier lors de la cérémonie marquant le lancement officiel de la reprise des travaux de construction du Rova de Manjakamiadana. Deux mois et demi après le culte oecuménique qui s’est tenu au Temple FJKM Anatirova, c’est désormais chose faite. Les travaux vont réellement commencer. Le Rova de Manjakamiadana, réduit en cendre par un incendie criminel le 7 novembre 1995, sera remis à l’état d’ici la célébration du 60è anniversaire de notre indépendance, le 26 juin 2020, à réitéré le président de la République.

Palais. Pour sa part, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo a fait savoir lors d’une interview que « les travaux vont être financés par l’Etat malagasy car ce Palais représente notre souveraineté nationale ». Construit dans les années 1600 par le Roi Andrianjaka, le Rova est composé du Palais Besakana, le Palais Manjakamiadana et d’autres patrimoines qui ont été construits par les Rois et Reines qui se sont succédé à Antananarivo. Le Chef de l’Etat a d’ailleurs annoncé hier que, le Palais Besakana qui a été construit en premier par le Roi Andriamasinavalona, sera réhabilité en premier. Notons que ce Palais sera financé par la famille Rajoelina. Faut-il également rappeler que les lustres de l’hôtel de ville d’Antananarivo ont été offerts par le couple présidentiel.

Structure d’origine. A entendre les explications du président Andry Rajoelina, le Rova sera remis à son état, à sa forme et à sa structure d’origine. Une touche de modernité sera toutefois apportée. Aussi, une salle de projection de films sera installée au troisième étage pour que les visiteurs puissent connaître davantage l’histoire de la Royauté Merina. Des matériels de technologies modernes et hologramme y seront installés, a laissé entendre le numéro Un d’Iavoloha. L’objectif étant de faire en sorte que le Rova figure parmi les patrimoines culturels mondiaux. D’après la ministre de la Culture, les appels d’offres relatifs aux travaux seront lancés incessamment. Le président Andry Rajoelina était accompagné par son épouse Mialy Rajoelina et ses trois enfants lors de cette cérémonie à Manjakamiadana.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

« Harcèlement sexuel » : Maorisiana iray nisy nitory

Ny iray teratany maorisiana izay tompon’andraikitra amin’ny orinasa lehibe eto an-toerana. Ny faharoa vehivavy malagasy, renim-pianakaviana, izay nanapa-kevitry ny nitory azy. Ny antony dia noho ny fikasàn’itsy voalohany hanao herisetra ara-nofo azy na « harcèlement sexuel ». Mpiasa eo anivon’ny orinasa izay tantanany ary mazava hoazy fa eo ambany fiadidiany ilay ramatoa. Nisy fotoana dia nomeny asa io farany tamin’ny andro atoandro izay tokony hisakafoanana ary voatery nijanona. Kinanjo efa zavatra hafa ny anton’izany dia ny fikasàna hanatontosana firaisana ara-nofo. Nandà izany ilay vehivavy ary nanomboka teo ny olana rehetra no nitranga. Tsy faly noho izany ilay vahiny ka dia tany amin’ny resaka asa indray no nanamparanany izany. Nandritra ny taona iray dia tsy ankijanona ny antsonjay sy ny fampihorohoroana isan-karazany ary izay ny tetika dia hahafahana mandroaka ilay vehivavy. Nisy fiantraikany ara-pahasalamana ny niafarany satria isan’andro dia miferin’aina hatrany isaky ny hiasa. Niakatra fampanoavana ny raharaha ary hotsaraina afaka efatra andro. Maro ny vahiny no mieritreritra fa tsy misy tsy vitan’ny vola eto amin’ny firenena malagasy. Sahin’ireo ny manambany ny mpiasany ary manery hanao firaisana aminy rehefa tambazana tombotsoa kely na vola. Hita matetika eny amin’ny orinasa tsy miankina izany saingy vitsy ihany ny sahy mitondra ny raharaha eny amin’ny mpitandro ny filaminana. Ny tsy fitoriana anefa dia mainka koa manamafy ao an-dohan’ireo vahiny fa tena tsimatinanota izy ireo ary afaka manao izay danin’ny kibony. Amin’ity raharaha ity dia mangataka ny mba hijeren’ny mpitsara akaiky ny dosie ny fianakavian’ilay vehivavy satria ny fiainany arak’asa, ara-tokantrano ary ara-piaraha-monina no indray voakasika.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Rarahara fonjan’i Maroantsetra : Nisy voafonja 04 tamin’ireo 06 nitsoaka ny fonja voasambotra

Taorian’ny raharaha nahatafatsoaka ireo voafonja miisa 06 eo am-piandrasana fitsarana tao amin’ny fonjaben’i Maroantsetra, dia nanao ny vela-pandriny ireo mpitandro filaminana any an-toerana niaraka tamin’ireo mpandraharaha ny fonja. Raha ny vaovao azo dia nisy omaly ny fahatrarana ireo 04 tamin’ireo 06 nitsoaka tany anatin’ny alan’ity distrika ity, eo am-pikarohana ny ambiny roa izay efa fantatra ny misy azy ireo sy nitsoahany ny mpitandro ny filaminana sy ny mpandraharaha ny fonja any an-toerana. Raha hiverenana ny tantara dia nanararaotra ny oram-be nisy tany an-toerana ny talata alina nifoha ny alarobia alina teo ireo voafonja nivoahana ny fonja nihazonana azy ireto, ny fonja ben’i Maroantsetra ihany koa anarany fonjy fonja fa efa tsy mendrika izany intsony ny fotodrafitrasa, indrindra ny fefy miaro ireo voafonja ireo amin’izao fotoana izao. Ankoatra izany raha momba ilay raharaha nahamay ny tranon’ireo polisy farany teo noho ilay resaka faty olona roa, ka ny iray maty tao an-tranomaizin’ny polisy ary ny faharoa maty voatifitra nandritra ny sakoroka, dia efa misy ny fanesorana ireo polisy miasa any an-toerana izao mba tsy hitaran’ny raharaha, ireo mpitsara avy eto Toamasina kosa no hisahana ny fanadiadiana ny raharaha raha ny fanazavana azo.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Opération de pacification : 400 militaires envoyés dans le Sud

Partie prenante dans la concrétisation du « Vina » du Président de la République visant au rétablissement de la sécurité dans tout le territoire national dans le plus bref délai, l’Armée Malagasy a décidé d’envoyer près de 400 militaires dans le Sud de Madagascar. Ces soldats vont former l’unité baptisée « Zone rurale prioritaire de sécurité Delta » (ZRPS Delta). Placée sous le commandement du Général de Brigade Germain Théodore, cette unité se chargera en synergie avec la Police et la Gendarmerie nationales des quatre régions, à savoir : Vakinankaratra, Amoron’i Mania, Haute-Matsiatra, et  Menabe. Ces éléments vont opérer dans les zones réputées rouges en matière de banditisme rural. En effet, ces soldats issus de divers Régiments dont des unités spécialisées de l’Armée Malagasy sont tous disposés à affronter cette mission après avoir reçu des formations y afférentes. Mise à part la lutte contre les dahalo, ces éléments vont soutenir la population dans ces régions à travers des actions de développement. Ils vont intervenir dans la Santé publique, dans la construction des petites infrastructures, dans l’environnement. L’objectifs est de rétablir la confiance de la population en l’Armée d’une part, et en l’Etat d’autre part, a souligné le ministre de la Défense nationale (MDN) Jean Richard Rakotonirina lors de la cérémonie militaire tenue hier, sur la place d’armes de l’Ecole nationale des Sous-Officiers de l’Armée à Antsirabe. Pendant cette cérémonie, le ministre a procédé à la présentation de cette nouvelle unité et à l’installation de son commandant, le Gal Germain Théodore. C’était également l’occasion au ministre de donner ses bénédictions à ses 400 militaires qui ont pris leur départ hier pour rejoindre leurs champs de bataille. Conscient des risques et des dangers que ces contingents devront affronter, le MDN n’a pas oublié de rappeler aux officiers qui vont diriger ces militaires l’adoption d’un état d’esprit offensif et persuasif pour vaincre. D’autant plus que la ZRPS Delta est équipée des matériels nécessaires (gilets pare-balles, vedette rapide, etc…) pour mener à bien ses missions.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Carburant : Une possibilité de baisser les prix d’après la Banque Mondiale

Il faut stopper absolument la flambée des prix des carburants

L’essence sans plomb à  4200 ariary, le gas-oil à 3550 ariary, le pétrole lampant à 2630 ariary.  Pour une population malgache, dont la grande majorité vit encore dans une situation de pauvreté extrême, les prix à la pompe du carburant sont exorbitants.

La Banque Mondiale vient d’ailleurs de confirmer ces prix exorbitants dans sa dernière note de conjoncture économique, publiée hier, et consacrée notamment à la gestion des prix des carburants.  Dans cette note, l’institution financière  parle en effet du « niveau élevé et de l’instabilité des prix des carburants ».

Ecart

Une cherté qui a d’ailleurs amené les gouvernements qui se sont succédé à appliquer une politique de tarification.  Pour limiter l’impact du niveau élevé et de l’instabilité du prix des carburants, les variations du cours du pétrole sur le marché mondial n’ont pas été répercutées sur le consommateur. Le prix du carburant payé par le consommateur à la pompe a été inférieur au montant qu’il aurait dû payer si le prix de référence calculé avait été appliqué. Le prix de référence calculé sert à évaluer le prix de vente final au détail du carburant, de manière à tenir compte des variations des cours mondiaux du pétrole, des taux de change et des autres facteurs de coûts fixes. Lorsqu’il y a un écart entre le prix de référence calculé et le prix de vente au détail à la pompe, cela signifie que les variations du cours mondial du pétrole ne sont pas entièrement répercutées sur le consommateur. Au lieu de cela, soit le gouvernement subventionne le prix, comme cela a été le cas en 2014 et 2015, soit il accumule des passifs envers les sociétés pétrolières, comme cela a été le cas à la fin de l’année 2018 et au début de l’année 2019.

Injustice

Mais le problème qui se pose, c’est que la subvention est une véritable injustice puisqu’elle profite en fait à une minorité de riche. « Toute politique de tarification du carburant qui amène le gouvernement à subventionner le coût du carburant profite aux riches qui sont les plus gros consommateurs de carburant. Une subvention universelle du prix du carburant profite à tous les consommateurs, qu’ils soient riches ou pauvres. Les plus grands bénéficiaires de la subvention universelle du prix sont ceux qui consomment le plus de carburant. Madagascar étant l’un des pays les plus pauvres du monde,  seuls les 20% les plus riches de la population ont le pouvoir d’achat pour consommer du diesel et de l’essence. En revanche, les 60% les plus pauvres de la population consomment beaucoup de pétrole lampant mais pas d’autre carburant, ce qui explique pourquoi le prix du pétrole lampant est le plus bas.  De même, ce sont surtout les plus riches de la société qui consomment des biens et des services utilisant le carburant comme intrant, les 40% les plus pauvres sont, pour la plupart, exclus. Étant donné que le carburant sert d’intrant pour la production de nombreux biens et services, il est important d’étudier l’impact que les variations de prix sont susceptibles d’avoir sur les pauvres. Parce que les populations pauvres consomment peu d’électricité, utilisent peu les transports en commun et

consomment peu de nourriture à des fins autres que la subsistance, elles sont en grande partie à l’abri des variations du prix de ces biens et services ».

Réformes

Bref, la meilleure piste est d’abandonner cette injuste subvention.  Dans sa note de conjoncture, la Banque Mondiale n’exclut pas la possibilité de réduire les prix à la pompe des carburants, moyennant un certain nombre de réformes.  « Les efforts du Gouvernement pour poursuivre la réforme de la tarification du carburant sont louables, le but étant de garantir que le carburant soit abordable et l’approvisionnement fiable, sans que l’État ait à en supporter les coûts, avance Natasha Sharma, Economiste principale et auteur  de cette note de conjoncture. « L’option du mécanisme d’ajustement automatique des prix offrirait la possibilité à l’Etat de ne pas avoir à payer pour subventionner le carburant. Mais cette option devrait être accompagnée de mesures afin d’atténuer les effets des prix élevés et volatiles du carburant sur les pauvres », a-t-elle poursuivi. « D’autres réformes complémentaires pour accompagner l’ajustement automatique des prix devraient consister à réduire les facteurs de coûts fixes de l’importation et de distribution des carburants (tels que les coûts d’approvisionnement du carburant, les frais de stockage et de distribution ainsi que les marges des pétroliers …) et à promouvoir la concurrence des prix dans le secteur pétrolier, appuyée par la présence d’un organisme de réglementation efficace et indépendant, avec l’objectif de réduire le prix final à la pompe. À moyen et long termes, une transition vers les énergies renouvelables pourrait réduire la consommation du carburant ». Bien évidemment, ces réformes qui sont juste, des propositions émanant d’un partenaire technique et financier qu’est la Banque Mondiale, doivent être mises en place par l’exécutif malgache. Et ce, en  collaboration avec les compagnies pétrolières. C’est pour cette raison d’ailleurs que, la Banque Mondiale appelle au renforcement des négociations entre l’Etat et les pétroliers.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Le nouveau directeur technique de l’Autodrome Montmagny est Malgache

Le 8 avril dernier, l’autodrome de Montmagny a annoncé publiquement le nom de son nouveau directeur technique. Mahefa Rabevohitra, originaire de Madagascar, fait la fierté de tous les Malgaches en faisant partie de cette équipe canadienne.
Ayant pour passion la mécanique automobile depuis son adolescence, Mahefa Rabevohitra intègre une école technique où il suit des cours de mécanique en se spécialisant dans le moteur et la transmission manuelle. Le conseiller technique du Club 205 GTI de Madagascar, membre du Run Mada Club et créateur du KIT (Kirakira Iray Taranja) arrive au Canada en 2012 pour suivre des cours de mécanique en Aviron. Il obtient son diplôme en 2014 et devient technicien automobile chez un concessionnaire.
Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA TELO MIANAKA TAO TOAMASINA : Voasambotra tany Antanambao-Manampotsy i Tsilavina

Raha tsiahivina, dia olona telo no namoy ny ainy tamin’izany, dia i Honorette vehivavy 29 taona sy ny zanany lahy antsoina hoe Kenzo 4 taona ary ny zaza mbola tao am-bohoka. Mialohan’ny namoizan’ilay  renim-pianakaviana ny ainy, dia mbola nahavita nitantara ny nanjo azy izy. Fantatra nandritra izany fa ilay tovolahy antsoina hoe Tsilavina 22 taona izay mpiasa «  aide-chauffeur  » tao amin’izy ireo teo aloha ihany no nahavanona ny loza.

Nametraka fitoriana teo anivon’ny zandary misahana ny heloka bevava ny fianakaviana no sady nametraka teny amin’ny polisy misahana ny fikarohana heloka bevava Toamasina. Ny angom-baovao no nahalalana fa efa tafavoaka ivelan’i Toamasina i Tsilavina ary nanohy fitsoahana fa tsy nitolo-batana mihitsy.Avy ao amin’ny Kaominina Niarovana-Caroline distrikan’i Brickaville no tena tanàna fiaviany. Nifanome tanana tamin’ny mpitandro filaminana tamin’ny fikarohana azy ny olona izay mahalala azy.

Natao ny fiambenana tao Niarovana-Caroline saingy tsy nipoitra tamin’ny tany fiaviany mihitsy ilay tovolahy. Araka ny angom-baovao marim-pototra voarainay, dia voasambotra tany ambanivohitra tany amin’ny distrikan’i Antanambao-Manampotsy, ny alahady 7 avrily lasa teo i Tsilavina. Ny loharanom-baovao no nahalalana fa nandefa ekipa nanampy ny polisy tao Vatomandry nanao ny fisamborana ny teo anivon’ny polisy misahana ny heloka bevava taty Toamasina. Efa voatazona ao Toamasina izy amin’izao fotoana izao. Re ihany koa fa mbola misy olona hafa karohina amin’izao raharaha izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA MIAMPY FANOLANANA : Jiolahy miisa 5 voasambotra teny Ankasina

Raha ny tatitra  voaray avy amin’ny mpitandro filaminana, ny  alakamisy faha 28 marsa dia nisy fanafihana mitam-basy miaraka amin’ny antsy lava sy basy teny amin’ny tokantrano iray tetsy Andohatapenaka. Rehefa tonga teny an- toerana ny polisy dia mbola nifatotra teo ambony fandriana ilay renim-pianakaviana sy ilay zanany vavy iray raha toa kosa ka lasan’ireo jiolahy ny zanany vavy miisa roa. 

Tsy lavitra ny tranon’izy ireo kosa no nahitana ireo vehivavy miisa roa noentin’ireo olon-dratsy izay efa niharan’ny fanolanana. Ny sabotsy 6 avrily ihany koa dia vehivavy iray mipetra-drery no lasibatr’ireo jiolahy ka rehefa nalain’izy ireo ny entana dia naolan’izy ireo ity vehivavy mitokan-trano ity. Tsy nipetra-potsiny ny Polisy manoloana ireo fanafihana misesisesy ireo. Nitohy ny famotorana ka ny 7 avrily dia olona miisa efatra no voasambotry ny Polisy miady amin’ny heloka bevava sy ny Polisy avy ao amin’ny boriborintany fahafito teny Ankasina izay fantatra fa isan’ny tompo-marika tamin’ireo fanafihana mitam-piadiana miharo fanolanana ireo. 

Nisy ihany koa olona roa avy  voasambotra ny andron’ io 7 avrily io teny amin’ny 67ha noho izy ireo nividy entana vao avy nangalarin’ireto jiolahy ireto. Mitovy hatrany moa ny fanafihan’izy ireo tokantrano ka ireny fianakaviana tsy misy lehilahy ireny no tena kendren’ireto olon-dratsy ireto. Niaiky ny heloka vitany moa izy  enina mirahalahy ireto ary natolotra ny Fitsarana androany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MPANENDAKA ETO AN-DRENIVOHITRA : Roa lahy sarona teny Analamahitsy

Lehilahy nandeha an-tongotra avy any Ankorondrano nihazo an’i Masay no lasibatry ny asa ratsin’ireto tovolahy ireto. Nitondra finday «  android  » ilay lehilahy no narahan’izy ireo ka avy hatrany dia nosakanan’izy roalahy ary nambanany tamin’ny antsy.  Rehefa azon’izy ireo ilay finday dia nalefany nandeha ilay lehilahy. 

Niantso vonjy tampoka anefa ity farany rehefa nalefan’ireto mpanendaka nandeha ka Polisy nijoro tsy lavitra teo no nantsoin’ny fokonolona nisambotra ireo mpanendaka izay tsy lasa lavitra satria efa vory ihany koa ny fokonolona nanakana azy ireo. Tamin’ny fanadihadiana no nahalalana fa manao andiany izy ireo rehefa manendaka saingy izy roalahy no tra-tehaky ny Polisy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMETRAHANA FILAMINANA MAHARITRA ETO MADAGASIKARA : Tafita amin’ny dingana faharoa i Madagasikara

Ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian no nitarika  ny fivoriana tamin’izany ary natrehin’ny solotena maharitry ny firenena mikambana, miasa sy monina eto Madagasikara, Ramatoa Violette Kakyomya. Ity no fivoriana faha-11 ho fametrahana fitoniana  maharitra eto Madagasikara.

Raha ny fantatra dia mandalo sivana manokana ny fahazoana ity famatsiana avy amin’ny firenena mikambana ity ary efa hatramin’ny taona 2014 no nanomboka ny fandinihana ny momba an’i Madagasikara. Voafidy ny taona 2015 ho isan’ireo firenena afaka misitraka ity i Madagasikara ary niatomboka tamin’ny taona 2016 ny  fanatanterahana ireo tetikasa, izay miasa amina sehatra mahakasika ny paikady, toy ny fanatsarana ny fitantanana, ny fanavaozana ny sehatry ny fandriampahalemana, ary ny fifehezana ny tsy fahatomombanana mikasika ny faritra atsimon’i Madagasikara.

Tafiditra ao anatin’ny vaindohan-draharahan’ny governemanta ankehitriny ny famerenana ny fandriampahalemana sy ny fitoniana, hoy ny Praiminisitra ary nambarany fa  : «  Isika eto Madagasikara dia misitraka ny “fonds des Nations Unies pour la consolidation de la paix” ; natokana hijerena ny ezaka rehetra tokony hatao, indrindra ny amin’ny famerenana ny filaminana sy ny fandriampahalemana any amin’iny Faritra Atsimon’i Madagasikara iny  ».

Isan’ny voaresaka tamin’io fivoriana tamin’ny talata teo io ihany koa ny mahakasika ireo tetikasa rehetra izay natomboka sy ny vokatra azo tamin’izany, ny fanatsarana izay mbola tokony hatao mba hahafahana mampitombina hatrany ny vokatra azo ary ny fandinihana sy famondronana ireo no namaranana ny dingana voalohany amin’ izao famatsiana izao.  Ho an’ny dingana faharoa indray kosa, hoy hatrany ny Praiminisitra, dia mahatsapa ireo mpiara-miombon’antoka fa misy ny ezaka eo amin’ny fanatsarana ny fitantanana ny raharaham-panjakana amin’ny ankapobeny toy ny ady atao amin’ny kolikoly ary indrindra eo amin’ny fametrahana ao anatin’ny fotoana fohy ny mahakasika ny filaminana sy ny fandriampahalemana. Amin’ity faran’ny volana avrily ity moa no hanatanterahana ny atrikasa handinihana ny dingana vaovao hirosoana amin’ny fanatanterahana ny fisitrahana ny famatsiana andiany faharoa.

Notsipihin’ny lehiben’ny governemanta ihany koa fa ireo dia tafiditra ao anatin’ny famatsiam-bola manokana avy amin’ny Firenena Mikambana ary ny sekretera jeneraliny eo anivon’ny Firenena Mikambana manokana mihitsy no nisafidy an’i Madagasikara hanome ny dingana faharoa ka ilaina ny fandaminana haingana izany. 

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FIKAONANDOHA MIKASIKA NY ANGOVO ETO MAHAJANGA : Mitondra vahaolana ny GDPM

Hitady sy hitondra vahaolana amin’ny tsy fahampian’ny angovo sy herinaratra  izy ireo. Efa manana vahaolana ny fanjakana ary efa manana vahaolana ihany koa izy ireo, ka ny andrasana dia ny fanazavana ny vahaolana entin’izy ireo, ahafahan’ny fanjakana mandray fanapahan-kevitra amin’ny fametrahana ny vahaolana.

Ny vina hatreto dia ny  “Hybride Thermique solaire 20megawatts”, izay ho an’i Faritra Boeny sy Diana. Ny 28 sy 29 avrily izao no hatao ny fampirantiana  ataon’ireo mpandraharaha sy mpisehatra amin’ity angovo ity.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FANAPOIZINANA ARA-TSAKAFO TETO MAHAJANGA : Olona 20 naiditra hopitaly

Nisy ny fidinana ifotony nataon’ny avy amin’ny BMH sy ny sampan-draharaham-panjakana misahana ny varotra ary ny fahasalamana, ny talata teo. Nisy ihany koa fidinana nijery ireo mpamongady entana.  Tsy fantatra mazava ny sakafo nanapoizina fa ahiahiana ho paty na menaka fandrahoana. 

Nalefa hotsirihina any Antananarivo izy ireo ka aorian’izay vao tena ho fantatra. Nakatona vonjimaika aloha ireo trano fisakafoanana ireo. Navoaka ihany koa ny taratasy ahafahan’ny BMH mitsirika sy manara-maso ireo mpivarotra hani-masaka rehefa nakana hevitra tamin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana. 

Horaofina ireo sakafo tsy ara-pahasalamana  : ny sakafo masaka tsy misarona ho fiarovana amin’ny loto sy ny vovoka, na amidy amin’ny toerana tsy madio ny manodidina azy. Tranga faharoa amin’ny fanapoizinana ara-tsakafo ity niseho ity, taorian’ireo valo mianaka nihinana atin-trondro espadon.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ASA MENDRIKA HO AN’NY REHETRA : Nomarihina omaly ny faha-100 taonan’...

Nomarihina tetsy amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano, omaly, ny fankalazana ny faha-100 taonan’ity sampan-draharaha ity. Tsy diso anjara tamin’ny fanamarihana izany ny OIT eto Madagasikara satria dia notronin’ny praiminisitra lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian mihitsy ny lanonana. 

Tamin’ny taona 1960 i Madagasikara no niditra tao anatin’ity sampan-draharaha ity raha tsiahivina ary ny taona 1975 no nipetraka voalohany teto Madagasikara ny Biraon’ny sampan-draharaha momba ny asa na  ny BIT. Efa nisy fotoana ihany koa nitantanan’ny Praiminisitra Ntsay Christian ny Bit talohan’ny naha praiminisitra azy.Mbola ambany ny tahan’ny olona manana asa mendrika eto Madagasikara satria dia latsaky ny 6 isan-jato izany, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian. Mbola maro, hoy izy ny fanamby tsy maintsy hotratrarin’ny fitondram-panjakana ka mila mifanome tanana ny rehetra amin’ny fanohanana ny vinan’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina satria ny vina izay napetrany dia vina hampananana asa mendrika ny isam-batan’olona. Nambarany ihany koa fa ny fanovàna an’i Madagasikara dia mifototra amin’ny fananganana fotodrafitrasa maro hampananan’asa ny tanora. Asa izay tsara tsipihina fa hamaly ny filan’ny tanora ankehitriny. 

Ankoatra izay dia hisy ihany koa ny fametrahana ireo toeram-panofanana manara-penitra hoforonina manokana ho an’ny tanora ahafahana mamaly ny filana arakasa eto amin’ny firenena.

Nambaran’ny talen’ny birao iraisam-pirenena momba ny asa eto Madagasikara fa efa betsaka ny  tombotsoa azon’ireo mpiasa maneran-tany tao amin’ny OIT ary tsy diso anjara tamin’izany i Madagasikara. Ho an’i Madagasikara manokana dia nambaran’ny OIT fa antony maromaro no mbola azo heverina ho fototry ny tsy fisitrahana asa mendrika teo aloha ka isan’izany ny fatahorana ho very asa. Nohazavainy fa matahotra ny tsy hahita asa ny mpiasa aty amin’ny tany an-dalam-pandrosoana tahaka an’i Madagasikara ka manaiky fifanarahana arakasa izay tsy mifanaraka amin’ny faripahaizany ny karama raisina.

Eo ihany koa ny fanaovana asa tsy mifanaraka amin’ny lalam-piofanana narahina na  ny fianarana noratovina. Manampy trotraka ireo ihany koa ny mari-karama izay mbola ambany dia ambany eto Madagasikara. Mbola sakana amin’ny fananana asa mendrika ao amin’ny firenena iray ihany koa ny fampanjakana ny mira lenta eo amin’ny sehatr’asa iray raha ny nambaran’ity talen’ny birao iraisam-pirenena momba ny asa eto Madagasikara ity hatrany.

Efa misy ny ezaka ataon’ny fitondram-panjakana amin’ny fanomezana asa mendrika ho an’ny Malagasy, hoy ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta ary heni-kaja, heni-boninahitra tokoa i Madagasikara nandritra ity fankalazana ity satria tsy diso anjara tamin’ireo firenena 24 nampitana mivantana ny zava-misy eo amin’ny fanomezana asa mendrika nataon’ny OIT.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FARITRA MAROMARO ETO ANTANANARIVO : Hovatsiana rano fisotro madio

Isan’ny nivoitra tao anatin’ny filan-kevitry ny Minisitra ihany koa io tamin’ny alarobia lasa teo.

Lavadrano afaka manome rano hatrany amin’ny 100m3 ho an’ireo faritra ireo no hapetraka izay mbola sokajiana ho isan’ny tetikasa vonjy aina ihany amin’ny fampidiran-drano fisotro madio ho an’ny daholobe. Mbola hisy ihany koa mantsy ny tetikasa goavana izay entina hamatsiana rano azy ireo karakarain’ny fitondram-panjakana, hatsangana ao anatin’ny fotoana fohy ary hisy ny fanomezan-dalana manokana ho an’ireo orinasa voakasik’izany amin’ny fanatanterahana ny asa mba hahatomombana izany ao anatin’ny fotoana fohy. 

Ny lalàna mifehy ny tetibola nasiam-panitsiana moa no enti-manatanteraka izany ka vola mitentina hatrany amin’ny dimy arivo tapitrisa ariary no holaniana.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA TALATAMATY : Novatsiana fitaovana tamin’ny antsasa-bidiny ny tantsaha

Ho an’ny omaly dia notolorana fitaovana toy ny milina fanoseham-bary, borety sy ireo fitaovana maro hafa ilaina amin’ny fambolena ireo tantsaha ka mpikambana maherin’ny 150 teo ho eo no indray nisitraka izany. Raha ny nambaran’ny ben’ny tanàna mpitantana ity kaominina ity, Dokotera Rado Razafindratsimba dia tamin’ny antsasa-bidiny avokoa no nanjifan’ireo tantsaha ireto fitaovana ireto.

“Amin’ny fotoana toy izao dia ifampitsinjovana amin’ireo tantsaha ny famatsiana fampitaovana azy ireo satria efa manomana ny fotoam-pamokarana vaovao izy ireo ka rariny loatra raha tolorana fitaovana hanalana ny fahasahiranan’izy ireo”, hoy hatrany ity ben’ny tanàna ity.

Ankoatra ny fanolorana fampitaovana moa dia nisy ihany koa ny fanolorana masomboly izay samy nojifain’ireo tantsaha eny an-toerana tamin’ny antsasa-bidiny avokoa. Raha ny fanazavan’ny ben’ny tanàna hatrany dia ny Kaominina Talatamaty no miantoka ny antsasa-bidin’ny fitaovana sy ny masomboly rehetra fa ny an-tsasany ihany sisa no aloan’ny tantsaha.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ORINASA AMBATOVY : Mandray anjara amin’ny fanar...

Mitondra ny anjara birikiny amin’izany avokoa ny rehetra. Nifampitaona tao amin’ny faritra iray anaovana izany fanarenana izany ny mpiasan’Ambatovy ny 7 marsa 2019, mba hamboly zanakazo ala zanatany 2 500 mahery toy ny harongana, ditimena, voamboana, varongy, afotra, vakoka … Efa lasa fomba fanao eo anivon’ny orinasa Ambatovy isan-taona ity fiaraha-mientan’ny mpiasa ity, ka ny asa fikolokoloana sy fanatevenana ny toerana nambolen-kazo tamin’ny taona 2018 no notanterahina tamin’ity taona ity. «  Andao hiaraka hamboly hazo ho an’ny taranaka ho avy  » ny lohahevitra nitondrana ny hetsika. 

Marihina fa efa an-taonany maro izao no nanombohan’ity asa fanarenana ny toeram-pitrandrahana ity ka isan’izany ny famokarana zanakazo, ny andrana natao nanomboka ny taona 2010, ny fanajariana ny tany, ary mitohy isan’andro mandritra ny taona izany amin’ny alalan’ny asa fikojakojana sy fanaraha-maso ny zavamaniry novolena. Dingana iray lehibe no vita tamin’ity taona 2019 ity taorian’ny namindrana tao amin’ny toerana anaovana fanarenana ireo zavamaniry tandindomin-doza, tsy hita raha tsy any an-toerana ary arovan’ireo lalàna iraisam-pirenena hentitra, antsoina hoe  : «  Species Of Concern  » (SOC).

 Manohana ireo tetikasa famoronana asa ho an’ny tanora

 Ankoatra io asa fanarenana io, dia manohy hatrany ny fanohanany ireo tetikasa famoronana asa ho an’ny tanora ao anatin’ny faritra manodidina ny toeram-pitrandrahany ao Moramanga ny orinasa  Ambatovy. Tanora enina tsy an’asa any an-toerana izay mivondrona ao anatin’ny fikambanam-behivavy Mitia no afaka nanangana tetikasa fiompiana akoho manatody lava ary efa mamatsy atody eny amin’ny manodidina ankehitriny, noho ny fanampiana avy amin’Ambatovy. Rehefa avy nandranto fiofanana mikasika ny fiompiana, izay notohanan’Ambatovy, tao amin’ny “Centre de Formation Agricole” (CFA), tao Ambarilava Moramanga izy ireo dia nanangana io fikambanana io ary niroso tamin’ny fitadiavana famatsiam-bola hanombohana ny tetikasa. Nanohy ny fanampiana azy ireo Ambatovy teo amin’ny lafiny teknika fananganana tetikasa sy fikarohana mpamatsy vola. 

Notoloran’ny mpamatsy vola iray akoho manatody lava 42 niaraka tamin’ny sakafony tsirairay avy izy ireo ny volana nôvambra 2018 mba hanombohana ny tetikasa. Ny tranon’akoho kosa dia ireo mpikambana ao amin’ny Mitia no niantoka manontolo ny fananganana azy. “ Nihatsara tokoa ny fari-piainanay satria efa manana fidiram-bola izahay ankehitriny hampiroboroboanay hatrany ny asa fivelomanay“, hoy i Ursule Raharimbolanirintsoa, iray amin’ireo mpikambana monina ao Ampitambe, izay mamokatra atody 40 eo ho eo isan’andro ankehitriny.

Kamy

La Vérité0 partages

Air Madagascar - Un vol Tana-Paris obligé de faire demi-tour

Après environ quatre heures de vol, à l’approche de l’espace aérien du Soudan, le vol MD 50 opéré par un Airbus A340-300 à destination de Paris de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar, a été prié de faire demi-tour, jeudi dernier. Effectivement, suite à la destitution par l’Armée de son Président, Omar al Béchir, l’espace aérien et les frontières terrestres ont été fermés jusqu’à nouvel ordre. Pourtant, pour le vol direct Antananarivo-Paris, l’appareil doit impérativement passer par cette région de l’Afrique.

« Face cette situation, nous avons décidé de faire demi-tour pour la sécurité de nos passagers. En plus, prendre un autre itinéraire n’est pas une option, particulièrement quand on est en plein vol. Cela aurait nécessité une dérogation ou une nouvelle autorisation que nous n’étions pas en mesure d’obtenir dans ces délais », explique Dominique Raharinaivo, responsable de la communication de cette compagnie aérienne, hier, lors d’une conversation téléphonique.

Pas un cas isolé

A noter que ce vol n’est pas le seul à avoir été perturbé. Ce n’est pas un cas isolé. Les vols de Brussels Airlines et de French Bee ont également subi des modifications. Tout comme celui d’Air Madagascar en effet, le vol de Brussels Airlines à destination de Kigali, la Capitale rwandaise, a aussi fait demi-tour. En tout cas, le ciel soudanais est déjà ouvert en début d’après-midi. De ce fait, les passagers ont ainsi été acheminés sur un nouveau départ, hier dans la soirée. Cependant, les commérages ont déjà fusé pour proliférer de fausses raisons pour ce demi-tour de l’avion. Les raisons les plus évoquées sont les problèmes techniques de l’appareil comme quoi : « ce n’est pas la première fois que cela se produit au sein de cette compagnie ». Désormais, les explications sont alors claires pour tous, et ce n’est aucunement la faute d’Air Madagascar.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Kung Fu Wushu-Jackie Chan - Le tournage aura lieu à Morondava et Toamasina

Les émissaires du célèbre acteur Jackie Chan ont effectué une visite de courtoisie au ministre de la Jeunesse et des Sports Tinoka Roberto, hier, pour confirmer leur arrivée. Cette délégation est composée de quatre personnes dont tous des acteurs qui ont joué avec lui et sont à Madagascar pour faire un état de lieu avant l’arrivée de la star qui viendra dans le pays avec 600 personnes pour tourner le film. « Nous sommes ici pour préparer l’arrivée de mon ami Jackie Chan et pour faire un état de lieu, en vue de la réalisation du film.

Lors de notre séjour, nous allons rencontrer les différentes autorités », a déclaré le producteur Xiao Ang, représentant de Jackie Chan.  « Ce dernier était de passage au temple de Shaoline. Mon nom était inscrit sur la pierre érigée devant le temple,  dont tous les noms des présidents d’honneur. Ce qui  l’a intrigué c’est que je suis le seul étranger qui y est inscrit. Et c’était le début de l’idée de venir à Madagascar et de découvrir la personne qui est inscrite sur la pierre », explique Maître José Ramaherison, dit Maître Gao. Ce passage de la superstar du film d’action procurera beaucoup de bien au pays tant sur l’aspect tourisme que sportif. Car Madagascar sera connu dans le monde dit le ministre. Les émissaires seront en tournée à Morondava et Toamasina avant de présenter leur programme qui sera validé par le ministre avant l’arrivée de Jackie Chan.

E.F.

La Vérité0 partages

Violence basée sur le genre et mariage précoce - Mialy Rajoelina, ambassadrice de l'UNFPA dans la lutte

Une nouvelle mission pour la première dame de Madagascar. Le Fonds des Nations unies pour la Population (UNFPA) vient de choisir Mialy Rajoelina comme ambassadrice dans la lutte contre la violence basée sur le genre (VBG) et contre le mariage précoce. « Vous êtes une source d'inspiration, un modèle pour des millions de Malagasy. Votre parcours, votre sens du devoir et du partage ainsi que votre détermination de servir votre prochain est une source de motivation et un leitmotiv d'action pour beaucoup d'entre nous. Votre message, votre cri, votre engagement en faveur de la promotion de la femme et de zéro tolérance pour les violences basées sur genre nous ont conquis et inspirés.

Lutter pour la promotion de la femme et contre la violence faite aux femmes ne saurait être qu'une option. Il s'agit d'une obligation, un devoir, une priorité dans un contexte ou plus de 41 % de femmes sont victimes de violence basée sur le genre », affirme Constant-Serge Bounda, représentant résident de l'UNFPA. « …nous vous demandons très respectueusement de devenir notre championne pour la lutte contre les VBG car l'un de nos trois objectifs transformateurs c'est de bâtir un monde avec zéro violence basées sur le genre, les deux autres objectifs étant zéro décès maternel évitable et zéro besoin non satisfait en planification familiale », poursuit-il.

Cette nomination étant une suite logique de l'engagement de Mialy Rajoelina dans ces domaines. La première dame et non moins présidente fondatrice de l'association Fitia a déjà démontré sa détermination à faire de la lutte contre la VBG parmi ses priorités, lors de la célébration de la Journée internationale de la femme à Mahajanga, le 8 mars dernier. D'ailleurs, son engagement ne se limite pas à ce domaine mais touche toutes les formes de violation des droits fondamentaux, y compris le mariage des enfants. « Je suis prête. Je suis prête à combattre les violences perpétrées envers les femmes (…) Les femmes malagasy demeurent des victimes de violences diverses qu'elles ne méritent absolument pas. (…) Nous avons le devoir de prendre la responsabilité de stopper et bannir toute forme de violence à l'encontre des personnes vulnérables, fragiles, essentiellement les femmes et les enfants », déclare la première dame.

« C'est en prenant la complète mesure de mes paroles que j'accepte devant cette auguste assemblée en ce jour du 12 avril 2019, l'honneur d'être l'ambassadrice de la lutte contre la violence basée sur le genre et contre le mariage forcé précoce des enfants à Madagascar. Je me tiens face à vous aujourd'hui, pour formuler mon engagement solennel, à défendre les femmes et les enfants, leurs droits, leur liberté, leur bonheur », ajoute la nouvelle ambassadrice.

Une mission, des objectifs à atteindre

Presque un tiers des femmes sont victimes d'agressions sexuelles dès l'âge de 13 ans. Plus de la moitié des femmes subissent des violences physiques dès l'âge de 15 ans. De même, plus de la moitié des femmes au-delà de 18 ans sont victimes de violences physiques, sexuelles et émotionnelles. Il s'avère, malheureusement, que la plupart du temps les agresseurs ne sont autres que leurs proches, rapporte Mialy Rajoelina, récipiendaire de la distinction d'honneur et d'excellence décernée par l'UNFPA. Cet organisme onusien célèbre actuellement son cinquantenaire, dont 41 ans d'actions et de programmes à Madagascar.

Pour sa mission, la nouvelle ambassadrice veillera à réunir les efforts nécessaires pour atteindre les objectifs. Rendre effective l'existence de la loi sur la VBG ainsi que de renforcer la culture de zéro tolérance face à cela en font partie. Il en est de même pour le développement des mécanismes de prévention et de prise en charge des cas de VBG.

Mialy Rajoelina projette de collaborer avec la Brigade féminine de proximité policière. Actuellement existante à Antananarivo, la première dame envisage d'étendre la présence et l'action de ladite brigade dans tout Madagascar. « Mon premier projet en tant qu'ambassadrice va s'appuyer sur le renforcement de cette Brigade féminine de proximité que j'aurai le plaisir à vous présenter très prochainement », renchérit l'épouse du Chef de l'Etat. « Je ne perds pas de vue que je devrai pour cela, solliciter et établir des collaborations de toutes parts. J'engagerai toute mon énergie à briser le silence, à briser ces liens qui enchainent à casser cette prison qui isole : la violence. Je donnerai la parole à ceux qui auront le courage de dire un mot, de dénoncer cette réalité et je porterai la parole de ceux qui sont fatigués, qui ne trouvent plus les mots tellement la douleur est tenace », conclut la nouvelle ambassadrice.

P.R.

La Vérité0 partages

Meurtre à Ambohimanga - Le petit ami de la victime à Tsiafahy

Le petit ami et non moins principal suspect du meurtre survenu le mercredi 3 avril de la jeune Nathalie Julia Randrianjanahary, Nathy (21ans) pour les intimes, à Ambohimanga Rova, était déféré au Parquet d'Anosy, hier. A l'issue de son audition vers 18h, le prévenu a rejoint le chemin de la maison de force de Tsiafahy pour une détention provisoire préludant à sa prochaine comparution devant la Justice. Rappelons que la victime était tuée par strangulation avec le collier qu'elle portait le jour de sa mort.

Les gendarmes ont pu remonter la piste du présumé assassin après avoir réquisitionné les derniers numéros d'appel et de messagerie téléphonique  de la victime. C'était de cette façon que les gendarmes ont d'ailleurs relevé un Sms très explicite venant du petit ami de la défunte qui l'invite à une sortie du côté d'Ambohimanga, le 3 avril dernier, jour de la disparition de Nathy.

Avec ces précieux renseignements sur le suspect, les gendarmes de la Brigade d'Ambohimanga Rova, ont donc procédé à son arrestation dans son lieu de travail à Ambohidratrimo, mardi dernier. Aussitôt après, il fut auditionné. Parmi l'un de ses arguments pour se défendre de l'accusation à propos de la strangulation de la victime dont on le soupçonne, il a argué s'être allé un peu fort dans son petit jeu, sinon sa plaisanterie en mimant, selon lui,  d'étrangler sa jeune partenaire.

Rappelons que la famille de la jeune fille n'a jamais failli apprendre la terrible nouvelle de son assassinat que sur Facebook. C'était d'ailleurs de cette façon que son père a pu finalement  sortir du silence. Avec les siens, il s'était rendu sur l'endroit de la découverte macabre pour constater de visu et récupérer la dépouille de la malheureuse. C'était le vendredi 5 avril dernier. Depuis, les Forces de l'ordre n'ont pas chômé pour élucider l'affaire.  

Franck Roland

La Vérité0 partages

Contradiction et défis

Confrontée à des contrastes et des enjeux les plus complexes, l'Afrique peine à se relever. Difficile de statuer exactement sur la vraie identité du Continent noir. Les résultats de longues recherches d'éminents historiens et des scientifiques spécialistes de l'archéologie convergent vers la conclusion selon laquelle l'Afrique est le « berceau de l'humanité ». Les découvertes archéologiques confirment que le Continent africain est le « doyen » des continents de la planète. Plus vieux que la vieille Europe, l'Afrique recèle des trésors inestimables sur l'origine de l'humanité.  

Cependant, des faits contrastant à cette « vieillesse » du Continent noir sautent aux yeux. Sur le plan démographique, la population africaine présente un aspect indéniable caractérisant la jeunesse. En effet, plus de la moitié de la population du plus vieux continent de la planète est composée des jeunes de moins de 25 ans. Par rapport au … vrai-faux vieux continent, l'Europe, le Continent africain de par la configuration des tranches d'âge de sa démographie montre une jeunesse indiscutable.

Evidemment, l'explosion démographique de ces dernières décennies explique largement la situation. Pour le cas spécialement de la Grande île, la contradiction entre une démographie galopante par rapport à l'état critique de l'économie nationale se fait sentir à l'œil nu. Madagascar dispose plus de bouches à nourrir que de quoi à avaler ! Ainsi, de cette contradiction globale découle la complexité pour les dirigeants à se débarrasser de ce cercle vicieux. Un combat difficile à affronter d'autant que la plupart des tenants du pouvoir se trouvent malheureusement … à côté de la plaque.

De ces faits incontournables voire incontestables, les défis à relever pour le Continent africain donnent du fil à retordre le cou à tout décideur. On parle souvent que l'Afrique regorge de richesses naturelles. C'est vrai ! Le sous-sol africain est riche en minerais que tous les pays nantis du monde envient. Un autre aspect des contrastes flagrants qui gêne le décollage du Continent. Quand il s'agit du cas de Madagascar, force est d'admettre qu'en dépit de ces nombreux et compliqués défis, nos vaillants nouveaux dirigeants ne baissent jamais les bras ! Ils sont prêts à relever les défis quel qu'en soit le prix. Les grands chantiers démarrent effectivement. Personne même les détracteurs du régime ne peuvent pas nier que Rajoelina Andry Nirina ne néglige point ses engagements envers le peuple. Rare dans un pays comme le nôtre où les dirigeants respectent leurs paroles données. Elles demeurent pour la plupart des cas lettres mortes. Et on ne se soucie guère de faire amende honorable auprès des concitoyens. Au contraire, on se moque d'eux !  

Le Rova de Manjakamiadana renaît de ses cendres. L'incendie criminel de 1995 n'a pas fait de détail. Tout a été détruit ! Grand chantier laissé à l'abandon depuis un quart de siècle, le Rova sera ressuscité de sa … tombe. Aucun des Chefs d'Etat, depuis 1995, n'a pas jugé nécessaire de le restaurer. Zandry Kely, un vrai patriote et jaloux de la souveraineté nationale, relève le défi et ambitionne d'inscrire Manjakamiadana au tableau du Patrimoine mondial. Un rêve qui va se réaliser. Antananarivo ne manquera pas de manifester, en retour, sa reconnaissance en temps voulu. D'ailleurs, le Rova suivra le chemin de l'Hôtel de Ville. A nous d'en juger !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Barea de Madagascar - Quête de 2 milliards Ar pour la CAN

Les dés sont jetés. A l’heure actuelle, l’équipe nationale malagasy connaît ses adversaires aux matches de groupe de la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 disputée en Egypte, à partir du 20 juin prochain. Le tirage au sort pour la répartition des 24 nations participantes a été effectué au Caire, tard dans la nuit hier. Madagascar, rappelons-le, participe pour la première fois de son histoire à ce rendez-vous de la crème du football africain. La joie de cette qualification estompée, le plus dur reste à venir pour les Barea de Madagascar, considérés à raison par les observateurs comme le petit poucet à cette compétition ainsi que la Mauritanie. La première étape à franchir, face aux innombrables problèmes que l’équipe nationale de la Grande île pourrait rencontrer en cours de route, est d’ordre financier.

 D’après les estimations émises en coulisses par les expérimentés en gestion sportive, un budget de 2 milliards d’Ar et quelques poussières de millions s’avère nécessaire pour les Barea à cette campagne africaine. Au programme de la préparation, quatre matchs amicaux internationaux dont deux en France contre le Luxembourg et le Kenya, prévus pour le début du mois de juin ainsi qu’un camp d’entraînement au Maroc où deux rencontres sont prévues.Le séjour marocain, selon les indiscrétions, serait pris en charge par les Marocains et les Malagasy n’auront ainsi qu’à payer les frais de transport aérien pour rejoindre le Maroc. Dans ce domaine,  les billets d’avion incombant à la partie malagasy sont entre autres les vols Paris- Tana et Tana- Le Caire- Tana ou Paris, pour la délégation sportive. En effet, avant de rallier la capitale Egyptienne ou celle du Maroc, un regroupement de 3 ou 4 jours se tiendra à Madagascar. Là où l’équipe nationale recevra la bénédiction de tout un peuple.

A part ces frais de transport aérien, l’achat des équipements sportifs, dignes de ce nom, figure aussi en bonne place sur la rubrique des dépenses. Etant donné qu’il s’agit d’un tournoi international, les échanges de maillot sont un rituel incontournable. A prévoir également, les maillots de réserve à chaque match pour chaque joueur. Ainsi, plusieurs jeux de maillots s’avèrent indispensables. D’autres détails non négligeables complètent la longue liste des dépenses comme les tenues d’apparat, les survêtements, les cache-maillots, les médicaments, les compléments nutritionnels et bien d’autres…

La plus importante à définir concerne les primes des joueurs. Il y a, d’abord, la prime de qualification promise par l’ancienne équipe de la Fédération nationale et que le comité de normalisation n’a pas encore honorée. La prime annoncée à l’époque tourne autour de 10 millions ariary par élément ayant participé à la campagne de qualification. Ensuite, une prime de match doit être fixée durant la phase finale de la CAN et une autre en fonction des étapes franchies.

Voilà le côté cour concernant la formation nationale, le côté jardin a trait aux malagasy restés au pays. Il s’agit de la retransmission en direct de toutes les rencontres des Barea à cette phase finale de la CAN. Un coût qui est loin d’être « bon marché » mais c’est le prix à payer pour une Nation dont la sélection nationale figure parmi les 24 meilleures du Continent.

Jusqu’à maintenant, aucune mobilisation pour remplir la « caisse des Barea » n’a été effectuée, à moins qu’elle se fasse en douce. Evidemment, aucun donateur n’a annoncé le montant qu’il compte verser pour l’équipe nationale malagasy. L’unique personne à avoir déclaré reste pour le moment, le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), Ahmad, qui a promis au ministre des Sports malagasy de débloquer, plus tôt que prévu, le quote-part de participation de Madagascar.

Rata

La Vérité0 partages

Communication médiatisée - Une nouvelle loi en chantier

Un peu moins de trois ans après la promulgation de la loi 2016-029 relative à la communication médiatisée, un nouveau texte est en gestation. Une première rencontre dans ce cadre a eu lieu à Nanisana, hier, entre le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) et les patrons de presse. Pour sa part, le MCC, à travers la direction générale de la Communication, a fait part des sujets sur lesquels il s'est déjà penché et des changements qu'il entend y apporter. Il s'agit, entre autres, du « rééquilibrage » de la composition de l'Autorité nationale de régulation de la communication médiatisée (ANRCM), de la question de la couverture nationale pour les stations audiovisuelles privées, de la revue des amendes sanctionnant les délits de presse, des droits et avantages des journalistes ainsi que du désengagement du ministère de l'Ordre des journalistes de Madagascar (OJM).

Pour leur part, les acteurs du secteur de la communication sont revenus sur les pierres d'achoppement qui ont été à l'origine de la contestation de la loi sur la communication médiatisée en son état actuel. Ils portent en fait sur les changements apportés unilatéralement par le Gouvernement, alors en place, à la mouture finalisée en 2015 sous l'égide du PNUD et issue d'une large consultation sur le plan national. Le ministre de l'époque avait justifié ces modifications - dont celles apportées sur la composition de l'ANRCM et le maintien de l'exclusivité de la couverture nationale au profit des chaînes nationales - par un soi-disant souci de ne pas « basculer d'un monopole public à un monopole privé » (Sic).

Un rétropédalage qui a été fortement décrié tant sur le plan national qu'international et le texte unanimement qualifié de « liberticide » qui en a été issu, en raison de la forte pression du MLE (Mouvement pour la liberté d'expression), n'a pu passer l'écueil de l'Assemblée nationale qu'au forceps. En effet, il a été adopté lors d'une session extraordinaire, spécialement convoquée à cet effet et voté à une heure indue de la nuit, par à peine une quinzaine de députés sur les 153 que comptait la Chambre basse.

Pour en revenir à la réunion d'hier, d'autres sujets, non moins importants, ont été abordés à l'occasion. Signalons, entre autres, celui de la délivrance de la carte de presse et du renouvellement du bureau de l'OJM dont le mandat a déjà expiré, le cas de la presse en ligne  ainsi que le problème de la mise en œuvre par l'autorité judiciaire des dispositions sur les délits de presse. D'autres rencontres ne sont pas à exclure avant la finalisation du texte définitif. Le MCC reste, par ailleurs, ouvert à toutes propositions ou remarques via l'adresse HYPERLINK "mailto:Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. " Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

A noter pour terminer que cette nouvelle loi sur la Communication médiatisée est prévue être soumise à l'Assemblée nationale nouvellement composée, lors de la première session de celle-ci.

Hery Mampionona

Midi Madagasikara0 partages

Diego : Deux bandits arrêtés par la police

Depuis le 21 mars 2019, Louis Ignace Ntsay  a pris en charge le poste de commissaire de police centrale, il a demandé la collaboration de la population dans le but de mettre en place une sécurité profitable à tous et pour l’harmonie de la ville de Diego.

Cette collaboration a commencé à porter ses fruits, le 29 mars 2019, deux bandits réputés dangereux pour des vols et agressions ont été appréhendés par la police, il a été retrouvé avec eux  des armes qu’ils utilisaient pour accomplir  leurs vols; un coupe-coupe, deux  gros couteaux plus un autre couteau avec de très longues lames.  De plus, beaucoup des objets dérobés ont été également découverts avec ces bandits ; des sacs, de nombreuses cartes bancaires étrangères.  Simon Pierre dit Légume âgé de 25 ans, il vient du quartier de Tanambao III, et a été appréhendé dans le quartier Mahavokatra. Puis son copain Ratavao Paul Sylvio dit Faby du quartier de Tanambao III âgé de 22 ans, a été arrêté par la police dans le quartier de l’Octroi.

Ces derniers mois, de nombreuses plaintes ont été déposées auprès du 1re arrondissement de la police judiciaire et du commissariat central contre ces deux voleurs et agresseurs. Pour voler , ces jeunes ne choisissaient ni l’heure ni l’endroit car ils sont partout dans la rue, à l’hôtel de ville, dans les quartiers.  Des endroits qu’ils fréquentent le plus ou dans le quartier de Batilaza, Antratrana et au Tsena. Ils volent et agressent les gens, ils portent toujours des objets tranchants sur eux, que ce soit des couteaux où des coupe-coupe.

Le commissaire et son collègue Mamelona Augustin Maradona s’adressent aux citoyens pour faire un signalement afin de joindre les responsables de la sécurité le plus proche en cas de doutes qui menaceraient la sécurité au niveau des quartiers. Les deux prévenus attendent encore être déferrer dès que l’enquête les concernant sera terminée.

Angeline
Midi Madagasikara0 partages

Approvisionnement en eau dans l’Atsinanana : De l’eau potable pour 18 000 personnes

Avec 18 000 personnes de plus ayant accès à l’eau dans l’Atsinanana, on trinque à l’eau potable !

Trois systèmes d’adduction d’eau gérés de manière communautaire ont été inaugurés cette semaine à Ambila Lemaitso, Ilaka- Est et de Foulpointe. Au compteur, 18 000 personnes de plus auront accès à l’eau potable.

Les systèmes d’eau ont été réalisés dans le cadre d’un projet dénommé Rano Wash, financé par l’Agence des Etats-Unis pour le Développement international et dont l’exécution est assuré par CARE International en partenariat avec Catholic Relief Services (CRS), WaterAid, BushProof et Sandandrano de 2017 à 2022. Notons en revanche que pour la région Atsinanana, le Catholic Relief Services(CRS) assure la mise en œuvre, appuyé par l’Organe de Développement du Diocèse de Toamasina (ODDIT). Sur le terrain, Rano Wash mobilise des bénévoles et leaders communautaires aux fins de mobilisation communautaire et de changement de comportement : arrêt de la défécation à l’air libre, utilisation de l’eau potable pour une meilleure hygiène de vie, des latrines, un lavage régulier des mains, hygiène menstruelle des filles et des femmes. Le projet veille ainsi à ce que les communautés aient accès à des infrastructures de qualité et fonctionnelles, telles que les latrines. Intéressant, la collaboration avec des tailleurs locaux a permis de confectionner des serviettes hygiéniques réutilisables pour le confort et l’hygiène des femmes et filles durant leurs menstruations.

Partenariat public-privé. Au niveau de l’opérationnalisation, Rano Wash a mis à l’honneur, le partenariat public-privé et adopté le « Build- Invest- Operate » ou Construire- Investir- Opérer. Les communautés locales sont toutefois fortement impliquées, surtout en ce qui concerne la redevabilité. LOVA VELU, Sandandrano et AπR, sont les trois entreprises ayant construit ces systèmes d’approvisionnement en eau. Elles ont injecté 140 millions MGA d’investissement (entre 15% et 20% du coût de la construction). Les institutions municipales et le ministère de tutelle ont aussi participé en signant des contrats désignant ces entreprises comme gestionnaires de ces systèmes pour une durée de 15 à 20 ans. Il s’agit au final d’un partenariat gagnant- gagnant, car les entreprises ont un retour sur investissement, les communautés locales voient leur hygiène et leur qualité de vie s’améliorer grâce à l’accès à l’eau potable. Ils ont en plus le choix, un branchement d’eau personnel à domicile ou un partage à coût réduit d’un branchement avec leurs voisins. D’ailleurs une étude de marché de Rano Wash a permis de savoir que 78% des gens se sont déclarés prêts à débourser de l’argent contre de l’eau potable à long terme.

Technologie à coût réduit. En collaboration avec l’Université de Villanova, un système de télésurveillance a été installé pour une meilleure gestion de l’eau au niveau local. Les niveaux d’eau dans les réservoirs de stockage sont surveillés en permanence. Les donnés sont ensuite transmises aux intervenants pertinents par voie électronique et/ou téléphonique. Un prototype vient d’être construit à Foulpointe, dont le système d’eau ouvert sera opérationnel à partir de cette semaine. L’Université de Villanova et le CRS présenteront les résultats de cette innovation technologique à la conférence sur les Technologies de l’Information et de la Communication pour le Développement (ICT4D) cette année en Ouganda.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Grève du SECES : Ouverture de pourparlers, selon le Premier ministre

En marge de la célébration du 100e anniversaire de l’Organisation du Travail, le Premier ministre Ntsay Christian a parlé de deux sujets brûlants actuels. Il s’agit de la grève du Syndicat des Enseignants chercheurs et chercheurs enseignants de l’Enseignement Supérieur section Antananarivo (SECES) et des mouvements populaires à Maroantsetra. Les membres du SECES enclenchent la vitesse supérieure paralysant ainsi Ankatso. Face à cette situation qui ne joue guère en faveur des étudiants, le Premier ministre a annoncé que des pourparlers sont menés entre le SECES et le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. D’après le Premier ministre, il faudrait trouver les solutions idoines. Il a toutefois souligné qu’il y ait des revendications que l’on pourrait solutionner à court terme, d’autres méritent cependant réflexion.

Evasion. Le cas de Maroantsetra a été également abordé par le Premier  ministre qu’il faut rappeler que suite au décès d’un lycéen qui pendant sa garde à vue  au commissariat de ladite localité, aurait été victime de la violence policière. Conduit à l’hôpital, il n’a pas survécu. Des échauffourées ont notamment éclaté. Et ce n’est pas tout, car la ville a connu d’autres évènements, en l’occurrence l’évasion de six prisonniers de la prison de Maroantsetra. Sur ce point d’ailleurs, le Premier ministre a promis que des enquêtes seront menées. Toujours est-il que l’un d’entre eux a été arrêté par le fokonolona. Avec comme résultat, il a été lynché à mort (lire article par ailleurs).

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

REC/Music-hall : « Maka fototra », retour aux sources

« Maka fototra » ou retour aux sources est un projet initié par Ray Event Creators et Music-hall Madagascar, permettant aux artistes de la jeune génération de puiser auprès des artistes de la musique traditionnelle pour créer une musique créative avec une belle identité malgache.

« C’est parti d’un constat. Mamina est un artiste qui a grandi à Tanà, d’un père originaire du Sud et d’une mère originaire de Nosy Komba. Sa musique, c’est entre une touche de guitare du Sud avec une rythmique salegy, sur une guitare open réglée sur du bà-gasy. Une véritable fusion, qui nécessite un retour aux sources pour puiser l’inspiration auprès de ceux qui font de la vraie musique traditionnelle » explique Mampiray Solofoniaina de Ray Event Creators, initiateur de ce projet, aux côtés de Music-hall Madagascar. Le projet est ambitieux et suit un sens logique dans le processus de création. Une rencontre entre cette jeune génération de la musique à Madagascar avec des musiciens qui, non seulement se spécialisent dans la musique traditionnelle, mais qui sont surtout les « gardiens de la culture musicale » dans leurs régions respectives. Pour cette première édition, place au Grand Sud, avec trois incontournables du Sud: Teta, Jean Piso et Dedaky, qui vont partager avec Mamina et Teddy Prézeau. « Compte tenu du budget assez serré, il sera surtout question d’échanges. Pour les créations musicales communes, l’enregistrement et les images, ce sera pour plus tard », ajoute Mampiray.

RN7 Tour

Associé avec Music-hall Madagascar, ce projet jouit d’une certaine visibilité médiatique. Podcasts, articles, vidéos… permettront au grand public de suivre le projet. « C’est une grande opportunité pour nous, car nous sommes complémentaires, afin d’atteindre notre objectif, celui de permettre à cette jeune génération d’artistes de trouver leurs places » expliquent les organisateurs. Plusieurs dates sont donc au programme pour cette première édition: 20 avril au Kudeta avec Mamina et Rapo Atlas pour le lancement officiel, 24 avril à la Villa O’Phare à Fianarantsoa avec Mamina et Teddy Prézeau. 27 avril au Pata Pata Bar à Mangily avec Mamina et Teddy Prézeau, puis le 30 avril au Famous Center, le 3 mai à La Palette à Antsirabe et le 4 mai au Bar’Haingo, toujours avec ces deux artistes. Le concept est alléchant, et prévoit déjà une tournée par mois. Prochaine destination dans le Nord, avec peut-être d’autres artistes de REC. Qui sait?!

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Maurice : Six travailleurs malgaches portés disparus

51 malgaches travaillant pour Firemount Textiles Ltd ont été rapatriés à Madagascar, vendredi 5 avril, suite à une grève pour réclamer de meilleures conditions d’emploi. Ces travailleurs étrangers avaient entamé deux jours de grève pour dénoncer des réductions sur leurs salaires, les mauvaises conditions d’hébergement et des problèmes sanitaires liés à la nourriture. Après deux jours de négociation, un accord a été trouvé entre les deux parties. Les ouvriers malgaches reprendront le travail, en attendant d’autres discussions pour améliorer leurs conditions. Ceux qui ont souhaité rentrer chez eux , ont été rapatriés aux frais de la compagnie.

Au moment de partir, deux travailleurs malgaches ont été portés manquants, avait indiqué le directeur des Ressources humaines de la compagnie textile. La compagnie est toujours sans nouvelle d’eux.

Et la liste se rallonge à l’usine Firemount Textiles Ltd, à Pointe aux Sables. Pas plus tard que mercredi dernier, quatre autres travailleurs malgaches sont portés manquants. Il s’agit d’Albert Velontsara Rakoto (25 ans), Tojomaminirina Christin Herman Bestin (27ans) , Rakatomanantsoa Harena, (26 ans) et Adriamanantena Nirina Bernard (30 ans). Rappelons que, tous, Ils sont sains d’esprit. Une déposition a été faite au poste de police de Pointe aux Sables pour signaler leur disparition.  Une enquête a été ouverte par la police de la localité et ils sont activement recherchés.

Midi Madagasikara0 partages

Les chiffres de la semaine

122.880. Il s’agit du nombre de cas de rougeole enregistrés à Madagascar depuis le début de l’épidémie. Du 3 septembre 2018 au 3 avril 2019, le ministère de la Santé publique indique un nombre de 640 décès notifiés dans les formations sanitaires , et 593 décès communautaires, dont 191 liés à la rougeole et 402 non qualifiés par les agents communautaires. Un peu de la moitié des cas notifiés ces quatre dernières semaines, soit 47%, l’ont été dans treize districts de neuf régions. L’épidémie de rougeole fait, depuis janvier 2019 l’objet d’une riposte vaccinale dont la troisième phase couvrant 67 districts, vient de s’achever le 5 avril dernier. En outre, la supervision des activités de prise en charge des cas de rougeole se poursuit, ainsi que les investigations des décès.

16 millions. Tel est le nombre de Malgaches qui bénéficieront des retombées du programme ACCESS (Accesible Continuumof Careand Essential Services Sustained). Il s’agit d’un programme de santé financé par l’Agence des Etats-Unis pour le développement international ou USAID, à hauteur de 90 millions de dollars, faisant de ce programme le plus important projet sanitaire bilatéral jamais financé par les Etats-Unis à Madagascar. ACCESS vise à l’amélioration des services de santé offerts à la population malgache à travers l’amélioration des infrastructures de santé, le renforcement des capacités  du système de santé malgache et la promotion des comportements sains au sein des communautés.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Education environnementale : Madagascar accueille la 14ème rencontre régionale du GLOBE

AFRICA : Une partie de la délégation africaine du GLOBE Africa invitée par Madagascar.

L’acronyme GLOBE désigne ici le programme « Global Learning and Observations to Benefit the Environment ». Il s’agit d’un projet international, avec des ramifications régionales. Madagascar accueille depuis le 10 avril jusqu’à ce jour la XIVe rencontre régionale africaine du GLOBE.

Une rencontre d’envergure internationale qui vise à donner une visibilité aux efforts et challenges régionaux en matière d’éducation environnementale et ce dès le plus jeune âge. L’intérêt de l’éducation environnementale réside par ailleurs dans le fait qu’elle permette de réveiller précocement les consciences sur l’importance de la prise de responsabilité et/ou d’engagement pour les causes liées à la compréhension, la protection et à la valorisation de l’environnement. Pour information, le programme GLOBE est, selon un responsable joint au téléphone : « Un programme international éducatif et scientifique basé sur l’observation scientifique des éléments principaux de la terre; à savoir l’atmosphère et le climat, l’eau, le sol, la couverture végétale et les animaux. Ce programme aide les élèves à explorer et à comprendre leur environnement local, régional, et mondial à travers la recherche scientifique. » L’objectif à long terme est d’aider les étudiants à gérer les ressources naturelles et de réduire in fine la pression anthropique sur ces ressources vitales. 23 coordonnateurs nationaux, 1 directeur GLOBE de la région Afrique, 1 directeur GLOBE international et 1 Alumni du GLOBE ainsi que 8 autres invités Malgaches participent à l’atelier. Nous reparlerons des acquis de cette rencontre qui se termine ce jour.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Ankasina : Tra-tehaka ireo andian-jiolahy mpanafika sy mpanolana

Tsy vitan’ny fanafihana tokantrano intsony no ataon’ireo andian-jiolahy ireto, eny amin’iny faritra Ankasina iny, fa tapitra aolan’izy ireo avokoa izay vehivavy sendra azy ao anatin’izany fanafihana izany. Fantatra fa tato anatin’ny andro vitsivitsy izay dia efa vehivavy maromaro ihany no lasibatr’izy ireo.

Ny faran’ny volana martsa teo dia tokantrano iray teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny no lasibatry ny fanafihan’ny andian-jiolahy mirongo zava-maranitra. Tonga faran’izay haingana teny an-toerana ireo pôlisy saingy efa renim-pianakaviana iray miaraka amin’ny zanany vavy iray no mifatotra eo am-pandriana. Tsy vitan’izay anefa fa nisy roavavy tamin’ny zanak’ity ramatoa ity ihany koa nentin’izy ireo nitsoaka. Tsy lavitra ny tranon’izy ireo anefa no nahitàna azy mirahavavy, efa voaolana. Herinandro taty aoriana, tokantrano hafa, izay nisy vehivavy nipetra-drery ihany koa no lasibatra. Rehefa voaroba ny entany dia nampiharan’izy ireo ny filan-dratsiny ihany koa ilay vehivavy. Nandray an-tanana avy hatrany ity trangam-panafihana miharo fanolanana mifanesisesy ity ireo mpitandro filaminana. Andro vitsy taorian’izay fotsiny, ny faran’ny herinandro teo, dia nisy olona efatra voasambotra teny Ankasina, izay fantatra fa isan’ireo tompo-marika tamin’izany fanafihana izany. Nisy olona roa ihany koa nosamborina teny 67ha noho izy ireo nividy ny entana avy nangalarin’ireo jiolahy mpanolana. Fantatra tamin’ny famotorana natao azy ireo fa ireo tokantrano misy fianakaviana tsy misy lehilahy na vehivavy mipetra-drery no tena kendren’izy ireo ahafahan’izy ireo maka ny entana sy mampihatra ny filan-dratsin’izy ireo. Samy niaiky ny heloka vitany moa izy enin-dahy ireto. Nadoboka am-ponja avy hatrany rehefa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

ASIEF, le grand rendez-vous à Antsiranana en octobre

La pratique sportive des fonctionnaires est l’objectif de l’Association sportive Interministérielle pour l’Entretien des Fonctionnaires (ASIEF) dirigée par Jean Aimé Botosera dit John Love. L’équipe dirigeante de l’ASIEF veut continuer sur sa lancée en instaurant la transparence.

5 nouvelles disciplines entrent en jeu

Vu l’engouement et la demande des fonctionnaires, cinq nouvelles disciplines feront leur entrée au sein de l’ASIEF cette année.  Il s’agit du VTT, des jeux d’échecs, du Fanorona, du Kabary et de la belote. Cette démocratisation vise la participation de tous les fonctionnaires surtout des amateurs des jeux de sociétés. Le basket-ball, le handball, le volley-ball, le rugby, le football, le karaté, du kickboxing, la savate boxe française, la natation, l’athlétisme, la pétanque, la danse traditionnelle et sportive. Les sports de plage seront exploités dont le beach-soccer, beach-volley et beach-handball. Le mouvement gymnique d’entretien sera en compétition également à Antsiranana.

Missions de l’ASIEF : Sensibilisation de la pratique sportive

L’Association Sportive Interministérielle pour l’Entretien des Fonctionnaires (ASIEF) a été créée afin de favoriser la pratique de l’activité physique et sportive face à la propagation généralisée chez les fonctionnaires et les agents de l’Etat de l’inactivité physique déclarée par l’OMS comme une pandémie mondiale dans la mesure où elle serait « responsable de la mortalité mondiale à hauteur de 6%), du fléau professionnel de « burn-out » littéralement « brûler de l’intérieur, se consumer) qui se caractérise par un état d’épuisement général à la fois psychique, émotionnel et mental dû à un stress important et répété, de la dégradation progressive de la solidarité intra-services et interservices  publics à l’échelon national et à l’échelon régional et local. Une réforme a été entreprise pour le sport d’entretien des fonctionnaires et des agents de l’Etat et de compétition des fonctionnaires et des agents de l’Etat à Madagascar. Le décret 515-2017 a été prise pour régir cette nouvelle structure. Ainsi, l’ASIEF incite tous les fonctionnaires à pratiquer une activité physique non seulement pour les compétitions, mais aussi pour l’entretien du corps. Un club sport et santé sera constitué dans les ministères et institutions. « Nous maintiendrons toujours notre politique d’inciter les fonctionnaires à pratiquer du sport. Les fonctionnaires seront sensibilisés à pratiquer une activité physique et sportive, ce pour l’entretien du corps et surtout de la santé. Les agents de l’Etat sains peuvent produire et travailler plus dans la réalisation des programmes de développement », a souligné le président de l’ASIEF.

FJ/12/04/MISSIONASIEF

Rendez-vous à Antsiranana du 7 au 20 octobre

En 2018 plus de 8000 participants étaient présents à Toamasina, la seconde édition des Championnats de Madagascar des fonctionnaires sportifs de l’ère de l’ASIEF se disputera à Antsiranana. Cette décision a été annoncée officiellement par le président de l’ASIEF, John Love. Le tournoi se déroulera du 7 au 20 octobre dans la capitale de la région DIANA. La préparation de l’équipe organisatrice a déjà commencé à travers l’identification des sites de compétition et d’hébergement.

 

Jean Aimé Botosera, président de l’ASIEF

« Nous attendons beaucoup de l’implication de l’Etat »

Nous prévoyons d’organiser plusieurs évènements cette année. En 2018, malgré  cette courte durée, on a fait en l’espace de huit mois ce que les autres n’ont pas fait en 20 ans. Interview.

MIDI Madagasikara (MIDI) : Vous pouvez nous rappeler du bilan de l’ASIEF pour l’exercice 2018 ?

Jean Aimé Botosera (JAM) : «  En mars 2018, j’ai été élu président de l’ASIEF après un problème de succession au niveau de cet organisme regroupant les fonctionnaires sportifs. Pour remettre les pendules à l’heure, on a essayé d’approcher toutes les parties prenantes. Avec le peu de moyens à notre disposition, on a su organiser avec brio les championnats nationaux à Toamasina avec la présence massive de presque 8000 fonctionnaires sportifs. En décembre, les jeux corporatifs de l’ASIEF ont réuni plus de 30 sociétés et institutions dans la capitale  ».

MIDI : Un des problèmes de ce sport des fonctionnaires est le mercenariat. A Toamasina, plusieurs cas ont été appréhendés, qu’en est-il de la suite ?

JAM : « Un de notre cheval de bataille est l’assainissement à l’encontre des mercenaires à travers la mise en place de la cellule de contrôle et de suivi. Notre objectif est d’offrir une compétition  crédible et transparente aux membres, au public et des partenaires. Les sanctionnés ne pourront plus participer. Et cette année encore, le contrôle sera rude et une sanction sévère attend les ministères et institutions ».

MIDI : Avec toutes ses activités, comment vous allez faire pour les financer ?

JAM : « La pratique du sport d’entretien chez les fonctionnaires est très importante. Elle permet aussi de favoriser la solidarité et la fraternité des fonctionnaires sportifs autour d’une activité sportive. Le ministère de la Jeunesse et des Sports est notre premier partenaire. Auparavant, une subvention de 60.000.000 ariary a été allouée à l’ASIEF et cela a diminué l’année dernière. Avec la vision du président Andry Rajoelina dans son 13e Velirano, améliorer la santé par le sport qui est une fierté nationale. Nous espérons beaucoup l’implication de l’Etat  à travers le MJS ».

Dossier réalisé par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Création de site web : Un obstacle au développement des PME

Il compte actuellement près de 2 millions d’internautes. (Photo d’archives)

Madagascar est bel et bien à l’ère du numérique. La preuve, le nombre des utilisateurs d’internet ne cesse d’augmenter. Il atteint actuellement près de 2 millions d’internautes contre 33 000 abonnés en février 2010.

Par contre, la création d’un site web constitue encore un obstacle au développement des Petites et Moyennes Entreprises (PME) à Madagascar. Raison pour laquelle, les promoteurs du site Lily.mg ont créé un « espace Pro Personnalisé » pour les entreprises. En fait, « c’est un premier site de petites annonces dans la Grande île qui a été créé en juillet 2013. Mais on n’a cessé d’innover en créant une nouvelle version V3 dédiée aux particuliers et notamment aux entreprises qui désirent vendre leurs biens et services. Il s’agit d’un espace Pro Personnalisé qui permettra à ces dernières d’avoir plus de visibilité, de conversion et de notoriété sur la toile à Madagascar », a expliqué Ravo Randrianasolo, le responsable commercial lors d’une conférence de presse hier à Antaninandro.

320 000 membres. Et lui de rajouter que c’est un site web dans un site web. « Les entreprises pourront ainsi avoir un site personnalisé tout en entrant directement en contact avec leurs clients. Elles n’ont plus besoin de créer un nouveau site web et de le gérer au quotidien, ou bien d’acheter un nom de domaine car tout est assuré par Lily.mg. En outre, ces entreprises, quelque soit leur taille, pourront également bénéficier du trafic de notre site qui compte plus de 2 000 visiteurs par jour en ce moment. Et ce n’est pas tout ! Nous animons entre-temps le plus grand groupe Facebook de petites annonces dans le pays avec 320 000 membres. Elles pourront en tirer profit pour vendre leurs biens et services », a-t-il enchaîné. En outre, un autre service dit « lily event » a été créé. « Tous les événements dont entre autres les salons et les foires qui se dérouleront à Madagascar durant toute l’année, y sont présentés. On peut citer entre autres, le salon de la gastronomie et de la cuisine qui se tiendra vers la fin de ce mois-ci », d’après toujours ses explications.

 Produits les plus prisés. Par ailleurs, les promoteurs de Lily.mg ont fait savoir que ce site est accessible, même si l’on ne dispose pas de connexion, et ce, grâce à sa collaboration avec un groupe belge. Et les produits les plus prisés sur ce site de petites annonces sont notamment les automobiles, l’immobilier, les articles de High-Tech et les effets vestimentaires. « Notre principe reste le même, « vous cherchez tout et vous trouverez tout gratuitement sur lily ». En effet, on met en relation les annonceurs et les clients. Et nous comptons développer ces services dans de nombreuses villes éparpillées dans tout Madagascar », a conclu Ravo Randrianasolo.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football- Ligue des champions : Un somptueux JET Mada- Fosa au menu !

La deuxième journée de la Ligue des champions malgache promet d’être très chaude avec ce beau duel en perspective opposant, samedi à Mahamasina, le JET Mada au Fosa Juniors Elite. Un combat de titans déjà décisif pour la suite surtout pour JET Mada qui n’a plus droit à l’erreur après ce nul concédé face à l’Ajesaia à Tsiroanomandidy.

JET Mada se sentira-t-il de taille pour battre Fosa Juniors Elite demain vers 14h30 à Mahamasina ? C’est toute la question que se posent les nombreux férus du ballon rond malgache impatients de voir ce Fosa dont on disait tant de biens et qui va pour la première fois, sortir de sa tanière du stade Alexandre Rabemananjara.

Un Lexa au sommet de son art. Le groupe majungais a-t-il retrouvé une certaine stabilité après l’arrivée de deux cadres du FC Vakinankaratra en l’occurrence le portier Fab et surtout le métronome de l’entrejeu Lexa dont on dit qu’il avait réussi à faire oublier Dax.

Vrai ou faux ? Toujours est-il que Jean Yves ou Dahery sans oublier Besna ont retrouvé le chemin des filets avec les services millimétrés de Lexa.

Le danger est donc réel pour JET Mada qui a maintenant intérêt à retrouver son jeu d’avant quand les deux buteurs des Barea Cosafa, Carlos et Tsito, parvenaient à déjouer tous les pièges dressés par leurs adversaires.

Un combat sous le signe des retrouvailles car les attaquants du JET Mada étaient dans la même équipe nationale malgache en Afrique du Sud que les défenseurs de Fosa notamment Baggio, Lolody et Théodin.

Pas de temps de jeu.  Les armes de JET Mada reposent en attendant sur Dôdy, le meilleur buteur du groupe, mais également du défenseur central, Tsalo, ainsi que le gardien Joma, intraitable devant l’Ajesaia depuis qu’on lui avait dit qu’il y avait une place à prendre chez les Barea car Dabo et encore moins Melvin souffriront de la comparaison avec lui. Reste à espérer que Nicolas Dupuis décidera enfin de voir le potentiel que regorgent les équipes locales surtout que nos expatriés sont loin d’être des foudres de guerre avec un lot composé par des grands noms qui n’ont pas, mais vraiment pas du tout, du temps de jeu dans leurs clubs respectifs.

Pour revenir à la seconde journée de la Ligue des champions, on notera aussi les retrouvailles entre le Zanakala et l’Ajesaia au stade d’Ampasambazaha. Un premier test sérieux en fait pour les Fianarois, auteurs d’une facile victoire devant le FC Ilakaka.

Maillon faible. L’AS Adema n’aura comme seul objectif que celui d’aller battre au stade Maître Kira le 3FB tuléarois. Une mission bien dans les cordes de Jonah et ses amis, mais sait-on jamais car avec l’aide du public et peut-être aussi de l’arbitre, du moins selon la version du club lésé comme cela, avait été le cas au cours de la finale locale face au COSTM, tout peut changer.

La CNaPS Sport après un nul contre l’Adema, aura à cœur de se rappeler à nos bons souvenirs en tentant de prendre les trois points face au FC Ilakaka que tout le monde qualifie comme le maillon faible de ce top 8.

Il faut toutefois se méfier de cette équipe qui a éliminé un certain COSFA lors des matches de poule à Toliara, et qui ne manque pas aussi de moyens avec des patrons sri-lankais. Et jusqu’à preuve du contraire, l’argent fait toujours le bonheur.  Surtout avec des billets verts…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les journalistes équipés par Nino

Nino Design International va équiper les journalistes sportifs qui jouent au football. Le don a été offert hier au siège de cette société devenue le partenaire des sportifs.

Ce fut d’ailleurs avec une joie non feinte que le DG de Nino, Jocelyn Razafimamonjy,  a offert un lot de maillots et de tenues d’arrivée aux journalistes, non sans faire remarquer que cette marque porte chance à tous ceux qui la mettent citant au passage tous les grands clubs notamment la CNaPS Sport, l’AS Adema, Tia Kitra, Stando Disciples, JET Mada et bien d’autres dont l’écrasante majorité des équipes réunionnaises, mais également les différents clubs participant aux Rencontres Nationales Sportives en France.

C’est dire que cette marque est devenue célèbre chez les sportifs et qu’elle fait partie des équipementiers des Barea.

Heureux comme tout, le capitaine de l’équipe de football des journalistes, notre collègue Jacquinot n’a pas manqué de remercier vivement le DG de Nino Design International , et espère que ce partenariat né d’une amitié sincère, va encore se poursuivre durant les années à venir.

Joce comme tout le monde l’appelle, espère de la part des journalistes une franche collaboration pour une meilleure visibilité de la marque. Un partenariat gagnant-gagnant en fait.

Sur ce chapitre, Richard Radimison, un dirigeant de l’USCAF, a aussi offert des faux-bas aux journalistes. Il ne reste donc plus à trouver que les chaussures de sport pour compléter le tout. Avis donc aux futurs mécènes.

 Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Football : Les journalistes équipés par Nino

Nino Design International va équiper les journalistes sportifs qui jouent au football. Le don a été offert hier au siège de cette société devenue le partenaire des sportifs.

Ce fut d’ailleurs avec une joie non feinte que le DG de Nino, Jocelyn Razafimamonjy,  a offert un lot de maillots et de tenues d’arrivée aux journalistes, non sans faire remarquer que cette marque porte chance à tous ceux qui la mettent citant au passage tous les grands clubs notamment la CNaPS Sport, l’AS Adema, Tia Kitra, Stando Disciples, JET Mada et bien d’autres dont l’écrasante majorité des équipes réunionnaises, mais également les différents clubs participant aux Rencontres Nationales Sportives en France.

C’est dire que cette marque est devenue célèbre chez les sportifs et qu’elle fait partie des équipementiers des Barea.

Heureux comme tout, le capitaine de l’équipe de football des journalistes, notre collègue Jacquinot n’a pas manqué de remercier vivement le DG de Nino Design International , et espère que ce partenariat né d’une amitié sincère, va encore se poursuivre durant les années à venir.

Joce comme tout le monde l’appelle, espère de la part des journalistes une franche collaboration pour une meilleure visibilité de la marque. Un partenariat gagnant-gagnant en fait.

Sur ce chapitre, Richard Radimison, un dirigeant de l’USCAF, a aussi offert des faux-bas aux journalistes. Il ne reste donc plus à trouver que les chaussures de sport pour compléter le tout. Avis donc aux futurs mécènes.

 Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Soirée : « Let’s Groove Again » les meilleurs souvenirs des années 80 et 90

L’une des meilleurs interprètes de moment, Nanja, fera vibrer le groove.

Pour les nostalgiques d’une belle époque, Number One Events propose ce soir au Riviera Garden à Ambohidratrimo, une soirée intitulée « Let’s groove again ». Au micro, il y aura Nanja Co, la soirée débutera à partir de 20 h. Au programme, ce sera les tubes des années ’80 et ’90. A l’époque où les night clubs diffusaient encore de ces slows funky sans aucun complexe. A une époque où la vie nocturne avait ce goût de liberté festive et cette insouciance assumée. Les années ’80 et ‘90, c’étaient aussi les courses effrénées de bolides survitaminés autour du lac Anosy. Des soirées mémorables où la musique avait une très grande place. Ce sera cette ambiance, ces images d’une jeunesse oubliée que la soirée « Let’s groove again » va tenter de ranimer. Une soirée qui promet puisque les années ’80 et ‘90 ont aussi été des années très riches en matière de créativité musicale. Nanja, un interprète à ne plus présenter, aura sûrement l’occasion de faire revivre les Boyz 2 Men, les Europe, les Prince et tant d’autres encore. Ce sera donc un voyage musical dans ce lieu qui est aussi réputé auprès des gourmets. En fin de soirée, ce sera au Dj People de prendre le relais. Adepte de la musique des années ’80 et ’90, ce sera l’occasion de retrouver funk, soul, r’n’b, ragga depuis ses platines. Comme pour marquer vraiment l’époque, les organisateurs ont mentionné que le dress code sera en jean. Voilà ce qui résume ces années, une manière de s’habiller, avec les levi’s et les « bottes pistons », sans oublier la mine blasée du jeune homme ravageur. Vingt et trente  ans après, « Let’s groove again ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Prix des carburants : Faire admettre  une réalité incontournable

La baisse des prix des carburants n’est pas si utopique que cela. La banque mondiale vient de le rappeler, mais  cela ne peut se faire qu’avec des réformes bien menées. Pour le moment, l’Etat est paralysé par  des habitudes héritées de plusieurs années de conformismes. Les réformes nécessaires n’ont pas été engagées auparavant et  il est plus que jamais temps de mener une politique raisonnable dans ce domaine. Les mesures ne vont pas être acceptées facilement, mais elles sont nécessaires  et paieront à plus ou moins long terme.

Prix des carburants : Faire admettre  une réalité incontournable

Les mots utilisés par les conférenciers de la banque mondiale sont assez difficiles à  entendre : « la politique de subvention  profite aux riches qui sont les plus gros consommateurs de carburant.  Ce sont 20% de la population qui en profite alors que 60% utilisent du pétrole lampant. ». Les économistes pourront dire que cela tombe sous le sens, mais cela  entraînera beaucoup de mécontentement parmi ceux qui sont qualifiés de privilégiés.  Cette  catégorie de consommateurs fait partie de la classe dirigeante, et la heurter de front peut être contre productif. Pour le moment, l’Etat ne peut pas se résoudre à appliquer une vérité des prix qui pourrait entraîner une révolte de ces « privilégiés ». La banque mondiale préconise cependant la poursuite des négociations  entre le gouvernement et les pétroliers. La marge de manœuvre des deux parties est très étroite car il y a une limite qu’il ne faut pas franchir.  Les observateurs se rendent compte que les négociations sont très difficiles car les deux logiques sont incompatibles. D’un côté, on  ne veut pas de  hausse des prix, de l’autre,  on s’accroche au respect des règles du marché. L’annonce faite par le ministère de l’Energie, de  l’Eau et des Hydrocarbures de prendre une décision unilatérale et donc de rompre les négociations a été considérée comme un coup de bluff. Ce mouvement d’humeur n’a pas  eu de suite car  les bailleurs de fonds l’ont minimisé  On sait que les pourparlers ont repris. Leur issue pour le moment est incertaine. On se demande qui saura faire plier l’autre.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Jovin, guitariste de père en fils

Jovin, guitariste hors pair

Souvent relégué au second plan, Jovin a été pourtant d’une manière ou d’une autre, à l’origine de certains titres, albums et groupes connus. Zoom sur ce guitariste dont le talent n’a d’égal que sa discrétion et sa modestie.

Fils de guitariste, Jovin Mamy s’est tout naturellement pris de passion pour la musique. Il aimait voir son père jouer et s’était donc, lui aussi essayé à ce qui deviendra plus tard, son instrument de prédilection. Il est plutôt doué. Il est même excellent.  A 12 ans, le jeune homme connaît sa première scène. Rien de bien sérieux! Un évènement qui aura pourtant créé un déclic. Cette année là, avec quelques amis, le petit Jovin se trouve à l’affiche du podium, à Antsirabe. « C’était lors de la fête nationale« , se rappelle le musicien, nostalgique. En 1994, Jovin entre dans un milieu plus professionnel. Il ne joue plus seulement sur les « tamboho » avec les copains ou en studio, pour le simple plaisir de jouer. Il fait désormais partie du « Tarika Rémi », ce groupe qui fit son temps dans la Ville d’Eaux. Il multiplie les scènes et les expériences. Malgré son talent, Jovin ressent comme un manque.La  musique, son métier. « Avoir du talent, c’est bien mais ce n’était pas assez« , affirme-t-il. Le guitariste du groupe Rémi intègre alors le Cnem pour approfondir ses connaissances. Après deux ans de formation, il est plus sûr de lui. Et le voilà devenu professeur de musique à l’Alliance française d’Antsirabe. En 2000, il est remarqué par Tselonina. Il collabore avec « Ingahibe » et se produit avec le chanteur. Quatre ans plus tard, son chemin rencontre celui de Rajery. Sous le charme du jeu de guitare de Jovin, Rajery lui propose d’intégrer son équipe. Il enregistre alors « Chauffeur ». Avec cet album, il connaîtra même sa première expérience internationale. Les concerts et spectacles ne se limitaient effectivement pas à la Grande Ile. Il eut également une tournée mondiale qui le mena dans les quatre coins de la planète. Entre-temps et au fil des années, il multiplie également les rencontres et les collaborations. Il enregistra entre autres trois titres sur « Longo », l’album avec lequel Mikea remporte en 2008 le Prix découvertes Rfi. Il fut également déjà membre du groupe Talike Gellé et travaille ainsi avec Mia et Bodo. Au second plan depuis son entrée dans le milieu musical, Jovin commence maintenant à se mettre sous les projecteurs.

Le guitariste entouré de ses frères d’arme en musique

Musicien sollicité. Faire carrière en solo, former son propre groupe… il y a pensé mais pour cela, il fallait les bonnes personnes, celles qui partageraient sa vision, son feeling. A un projet comme celui-ci, Kiady et Nini Kôlibera y aspiraient également depuis longtemps. Quand au fil des rencontres et des discussions, ils découvrent qu’ils partageaient cette même vision, le trio se réunit et tente l’aventure ensemble. « Nous avons découvert que nous avons beaucoup de points en commun: les mêmes attentes, les mêmes galères, le même feeling, la même passion… » Naît alors « Soul’anga », un groupe atypique qui marie tradition et modernité, mettant en avant la soul sur fond de musique traditionnelle. Un savant mélange qui séduirait tout amateur de bonne musique.  Cependant, sans lésiner sur les collaborations, il fait dorénavant partie de plusieurs formations comme Mi’RoArt avec Inah, Lilie et Nirina, ou encore les trios occasionnels avec Nini et Luk dans « Vazo sy rangotra ». Dans tous les cas, Jovin reste un guitariste très sollicité dans le milieu du folksong malgache.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Douze athlètes à La Réunion, deux jeunes à Abidjan

La délégation malgache pour la Réunion avant leur départ à Alarobia.

Trois évènements internationaux seront au programme des athlètes malgaches ce mois d’avril.

La délégation malgache participante au Meeting International de la Réunion s’est envolée, hier après-midi. Une forte délégation composée de 18 personnes dont 13 athlètes et des entraîneurs sous les conduites de Berthin Razafimanantsoa et de Julie Bemananjara, défendront les couleurs malgaches. « A l’invitation de la ligue réunionnaise, la Fédération malgache a organisé un test de sélection. Ce meeting entre dans le cadre de la préparation des Jeux des Iles de l’Océan prévus en juillet à l’Ile Maurice. Après la compétition au Stade de l’Etang Salé ce samedi 13 avril, les athlètes ne seront de retour au pays que le 20 avril. Ils vont participer à un camp d’entraînement », a expliqué la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo. Ces athlètes seront engagés dans les courses de 100 m, 200 m et 400 m, du 800 m. A La Réunion, il y aura un match inter-îles dans l’épreuve de 3000 m où Bienvenue Rakotozafy CAB Bongolava et Mampitroatse du Cospn Boeny seront les représentants de la Grande Ile. Sylvain Benandro et Olga Razanamalala sitôt arrivés au pays, s’envoleront à l’Ile Maurice pour participer au Meeting.

AG élective. La présidente de la Fédération malgache d’athlétisme avec Mahatana Jean de la Croix et deux athlètes à savoir Haingo Brigitte Razanajafy et Koloina Raherinaivo, ont quitté le pays très tôt ce matin pour les Championnats d’Afrique U20. Haingo sera engagée dans la course de 100 m, si Koloina disputera le tour de piste. La présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo va participer à l’assemblée générale élective de la Confédération Africaine d’Athlétisme dans la capitale économique ivoirienne.

T.H

La liste

La Réunion

Dames

Elodie Rambony (CNaPS)

Olga Razanamalala (TAF)

Fanjalina (Cospn)

Dedy Tsaravola (TAF)

Mbolatiana Ramiandrisoa (CNaPS)

Hommes

Fréderic Rakotonirina (3FB)

Lorien Damien Razanadrafomba (Cospn)

Soazara Randrianantenaina (Cosfa)

Prosper Andrianavomalaza (Cosfa)

Sylvain Benandro (Cosfa)

Bienvenue Rakotozafy (CAB Bongolava)

Mampitroatse (Cospn Boeny).

Entraîneurs

Charles Andriamanalinirina

Loïc Dgerginot

Entraîneurs accompagnateurs

Jasmin Rakotonirina

Lorraine Razafimanantsoa

Madagate0 partages

Ambohitrimanjaka, 11.04.2019. L’annexe de l’Alliance française réouverte

 

 

Monsieur Rakotondratsarahoby Elrus Raboara, Maire de la Commune d’Ambohitrimanjaka

Ambohitrimanjaka, jeudi 11 avril 2019. C’est ce jour qu’a eu lieu la cérémonie de réouverture de l’annexe de l’Alliance française.

Ambohitrimanjaka est une commune rurale située dans le district d'Ambohidratrimo, à une douzaine de kilomètres d’Antananarivo

Cet événement a pour objet de confirmer et continuer l’engagement de l’Alliance Française, envers la population malgache pour accomplir les missions telles que :

-La diffusion, l’enseignement de la langue française.

-L’organisation de manifestations culturelles pour la promotion de la culture malgache et francophone.

-Le développement de la lecture publique.

Dans une ambiance conviviale avec leurs chants et danses traditionnels inspirant la nostalgie, le groupe « Raozin’i Gasikara »a animé la cérémonie.

Une série de discours a été entendue, à commencer par celui de Madame Monique Raharinosy, Vice-présidente de Conseil d'Administration de l'Alliance Française d'Antananarivo ou Aft. Son intervention a été suivie de celui de Monsieur Rakotondratsarahoby Elrus Raboara, Maire de la Commune d’Ambohitrimanjaka.

Ils ont tous exprimé leurs joies et engagements pour l'épanouissement de la langue française dans la Commune ainsi que le développement apporté par la langue française pour les jeunes et les habitants de la commune d’Ambohitrimanjaka. Ainsi que l’engagement et la participation de l’Alliance française pour le développement de la Commune d’Ambohitrimanjaka.

Source : Kasaina Fanome Aft – Photos fournies