Les actualités Malgaches du Mardi 12 Mars 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara45 partages

« Base Toliara » : Les notables interpellent le ministre des Mines

Les notables et les maires venant de Toliara ont été reçus par le ministre des Mines, Fidiniavo Ravokatra.

Des Notables et des maires résidant dans les cinq communes d’intervention de BASE TOLIARA sont venus dans la Capitale pour exprimer leurs points de vue concernant ce projet d’exploitation d’ilménite.

Parmi lesquels, il y a également des propriétaires des tombeaux se trouvant dans les sites du projet. Ils ont en fait, interpellé le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques, Fidiniavo Ravokatra sur l’importance de ce 3e plus grand projet minier à Madagascar. Celui-ci les a reçus hier dans ses locaux à Ampandrianomby. En fait, « nous avons grandement besoin de ce projet mené par Base Toliara dans notre circonscription, et ce, dans l’intérêt général de la nation et de la région Atsimo Andrefana ainsi que de nos générations futures. En effet, Toliara ne dispose pas d’usine pour recruter nos jeunes sans emploi. Ce projet constitue ainsi une grande opportunité nous permettant de sortir de la pauvreté. Ce qui permettra entre temps de lutter contre les actes de banditisme dans notre région», a témoigné Emile Lezanty, un représentant des Notables venant de Toliara.

Rassurés. En outre, ces notables ont exprimé qu’il y a toujours des échanges à chaque décision prise par la compagnie minière « Base Toliara ». « Au début, il y a eu une incompréhension sur la construction d’une jetée sur la plage d’Andaboy. Maintenant, nous sommes bien rassurés que tous les pêcheurs et les touristes peuvent circuler librement sur cette plage. La jetée servant à acheminer les minerais vers le bâteau de chargement mesure 550m. Et l’entrepôt de ‘Base Toliara’ sera bâti sur une surface de 20m sur 50m. Le bâteau n’effectue le chargement d’ilménite que deux fois par mois. Nous sommes étouffés par la pauvreté. Nous voulons que nos enfants aient un bel avenir. Quant à la question foncière, nous pouvons bien négocier avec ‘Base Toliara’ sur les mesures de compensation », ont-ils évoqué. Lambory Remandra, un enseignant retraité, a également fait savoir, que cette compagnie met en place de nombreux projets sociaux notamment la construction des infrastructures au profit des communautés locales.

Décision. Et ce n’est pas tout ! « Nous contredisons le fait que ‘Base Toliara’ détruit les tombeaux dans ses zones d’intervention. Il y a eu des négociations avec les propriétaires de tombeaux. En effet, on peut bien les transférer dans un autre endroit à condition que l’on respecte bien les us et coutumes locaux. C’est tout à fait faisable dans notre région. Et ce n’est pas une nouveauté. La compagnie a bel et bien respecté tous ces us et coutumes tout en appuyant les familles concernées », a raconté Wilter, président du conseil municipal de la commune de Tsianisiha, qui plus est un notable, et un des propriétaires de tombeaux se trouvant dans le site d’intervention du projet. En outre, le maire de la commune d’Ankilimalinike a soulevé qu’il demande également, au nom de tous ces représentants des communautés locales de rencontrer le Premier ministre et le Président de la République Andry Rajoelina. Pour sa part, le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra a déclaré qu’il est ouvert à la discussion avec toutes les parties prenantes. « Nous allons recueillir tous ces points de vue des notables et des autorités locales. Cette semaine, nous allons effectuer une visite sur terrain pour constater de visu le côté technique du projet et la réalité locale. Nous remettrons ensuite au gouvernement tous les documents recueillis. La décision revient ainsi au Chef de l’Etat », dixit-il. Par ailleurs, celui-ci a reçu hier les jeunes provenant de Toliara qui veulent obtenir un travail au sein de Base Toliara.

Navalona R.

Midi Madagasikara8 partages

Terrains de la CUA : Les inculpés placés sous MD

Toutes les personnes impliquées dans la vente illégale du Jardin d’Antaninarenina et du terrain de l’EPP Analamahitsy sont poursuivis par l’Etat. Dix personnes ont été entendues hier au Parquet à Anosy. Très tard dans la soirée, vers 20h30, le Parquet a décidé de placer sous mandat de dépôt le conservateur des Domaines, qui a traité la mutation des terrains. De même pour l’ancien rapporteur général du Conseil municipal, également mouillé dans cette affaire. Par ailleurs les personnes convoquées, qui ne se sont pas présentées font actuellement l’objet de mandat d’arrêt. Parmi celles-ci figure Lalaina Berthnès, ancien président du Conseil municipal. Même les acheteurs n’ont pas été épargnés. Selon l’avocat en charge du dossier, un mandat d’arrêt a également été émis contre eux, ayant d’ailleurs utilisé de fausses adresses, dans l’acte de vente. D’autres personnes risquent encore de couler. Quelques responsables au sein des Domaines et de la Topographie ont également été convoqués au Parquet. Affaire à suivre…

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Université d’Antananarivo : Pr Mamy Raoul Ravelomanana élu président 2019-2021

Le Pr Mamy Raoul Ravelomanana, nouveau Président de l’Université d’Antananarivo.

Grande victoire du membre fondateur du CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar). Dès son élection, le Pr Mamy Ravelomanana a réaffirmé sa volonté de transformer l’Université d’Antananarivo en une institution d’excellence.

 Les 11 Collèges des enseignants et du Personnel administratif et technique ont exprimé leur choix. Le Pr Mamy Raoul Ravelomanana est élu président de l’Université d’Antananarivo, pour le mandat 2019-2021, avec une moyenne de rang de 1,55.

Parcours. Professeur Titulaire – Agrégé des Universités en Sciences Economiques, il est sortant des Classes Préparatoires aux Grandes Ecoles Mathématiques Supérieures – Mathématiques Spéciales au Lycée Janson de Sailly à Paris. Il est également ingénieur Statisticien Economiste de l’ENSAE-CESD (Ecole Nationale de la Statistique et de l’Administration Economique) à Paris ; et a obtenu le DEA de Mathématiques Appliquées de l’Université de Paris-Dauphine, puis devient Docteur en Sciences Economiques de l’Université de Paris-Nanterre et vice-Lauréat de l’Agrégation de Sciences Economiques du Conseil Africain et Malgache pour l’Enseignement Supérieur (CAMES) en 2005,et avant d’être Membre correspondant de l’Académie MalgachePostes de Responsabilité:Actuellement directeur du Centre d’Etudes Economiques de l’Université d’Antananarivo et ancien Chef du Département Economie, Pr Mamy Ravelomanana est également ancien Président du Conseil d’Administration du CREAM (Centre de Recherche et d’Etudes en Analyse macroéconomique et Modélisation de la vice-Primature chargée de l’Economie et de l’Industrie). Il est  ancien Membre de la Commission de Supervision Bancaire et Financière de la Banque Centrale de Madagascar et ancien membre du Conseil d’Administration de l’IMaTeP. Comme on peut l’imaginer, le nouveau président de l’Université d’Antananarivo a déjà mené plusieurs recherches dans divers domaines à Madagascar, tout comme à l’étranger. Auteur d’ouvrages il a déjà encadré les thèses de personnalités célèbres comme Pr Razafindravonona Jean, ancien Ministre des Finances, du Dr. Freddie Mahazoasy vice-président de l’Assemblée  nationale et ancien ministre du Commerce, du Dr. Randrianarison Jean-Gabriel ancien secrétaire général du Ministère de l’Economie et du Plan et du Dr Rabekoto Arizaka Raoul directeur général de la CNAPS. Certes, il s’agit d’un grand homme.

Programme. Hier, après la proclamation des résultats, Pr Mamy Ravelomanana a encore résumé les nombreux défis qu’il tient à relever, pour améliorer l’enseignement supérieur. Il a cité la bonne gouvernance, la transparence, l’informatisation de la gestion, la décentralisation, ainsi que la transformation des structures et des infrastructures de l’Université.

 Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Enseignement Supérieur : Election à l’université de Toliara

Après un long comptage de voix. Puis un savant calcul de moyennes. La plus basse moyenne revenait à Andriamanantena Razafiharison dit « Dr. Manantena », malgachisant et anthropologue, élu Président de l’Université de Maninday, Toliara. Même si le Pr. Théodore Razakamanana a obtenu le plus de voix, il ne s’agit pas d’une élection au suffrage universel . Un peu comme la dernière élection américaine, tout le monde pensait à Hilary Clinton, c’était Trump qui fut élu.

Selon les collègues qui ont bien voulu répondre, « la démocratie a régné, Manantena a bien remporté les élections », « dans l’intérêt suprême de l’université, tout s’est bien passé », « Razakamanana et Manera n’étaient pas très loin ». En fait, le choix n’était pas si facile. Les 630 votants des neuf écoles et le personnel administratif et financier devaient tenir compte de plusieurs paramètres : ethnies, clans, écoles, comportement en classe, sociabilité et le programme de chacun des quatre candidats. Alors, il fallait plancher… nous sommes bien à l’université, n’est-ce pas ?

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Dépôt de candidature : le compte n’est pas bon

C’était donc 135 dossiers de candidatures qui ont été déposés dans les « OVEC », hier soir. Autant le dire, on n’est pas du tout  dans les normes requises car le nombre devrait être deux ou trois fois plus élevé pour qu’une saine émulation démocratique ait lieu. Même si on assiste à une ruée aujourd’hui, on ne peut pas espérer atteindre un nombre raisonnable de candidats pour les 151 sièges de l’Assemblée nationale.

Dépôt de candidature : le compte n’est pas bon

Cette élection législative du 27 mai est l’occasion d’avoir une Assemblée nationale où le débat démocratique aura lieu. Le régime du président Andry Rajoelina est bien installé, mais pour que le système démocratique joue pleinement son rôle, il a besoin d’institutions fortes. L’Assemblée nationale en est un piler et l’élection des députés doit donc permettre d’achever le processus entamé depuis le début de cette l’année. Mais, on a l’impression d’une véritable crise de vocations et il n’y a pas d’élan pour le métier de députés pour le moment. Les partis politiques n’arrivent pas à recruter et peinent à investir des candidats. Comme nous l’avons annoncé, il y a quelque temps, il faudrait reculer la date du dépôt de dossier. Les règles du jeu sont bien établies : il n’est plus question de briguer un siège pour s’enrichir, en monnayant son vote come par le passé, mais d’examiner tous les projets de loi présentés, de les discuter et de les amender au besoin. Le décompte des candidatures fait hier indique que 36 se présentent sous une étiquette politique et les autres se disent indépendants. A cette allure, on ne devrait pas assister à un véritable débat démocratique. La date butoir fixée par la CENI n’a donc plus sa raison d’être et il faut revoir le calendrier qui a été établi auparavant. Il est peut-être préférable de conscientiser la population et lui montrer le rôle essentiel du parlement dans le contexte actuel.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Développement socio-économique : Un grand rôle à jouer par les femmes

Les femmes affichent leurs implications pour le développement du pays.

Près de 60% de la population malgache sont des femmes. Aucun développement ne peut être soutenu, sans l’implication de cette majorité, qui doit assumer des responsabilités à tous les nouveaux.

C’est ce qu’ont affirmé les femmes et jeunes filles de la grande famille du MENETP (Ministère de l’ Education nationale, de l’enseignement technique et professionnel), qui ont célébré hier, la journée mondiale de la Femme. C’était à Ampefiloha, en présence du ministère Volahaingo Marie Thérèse. Un grand carnaval retraçant les valeurs intrinsèques et caractéristiques de chaque région, une chorégraphie, un flash mob ainsi que d’autres animations étaient au programme de l’événement. « Parfois notre culture et le regard de la société en général empêche les femmes de prendre des responsabilités. Depuis trop longtemps, les filles et jeunes ont toujours été  aperçues comme des instruments, elles aident les parents dans les cuisines, elles prennent soin de leurs frères et sœurs. A partir de l’âge de 16 ans, il y a des traditions qui font que la jeune fille doit se marier et elle est contrainte ainsi d’arrêter l’école. Ceci constitue parfois un frein au développement », a indiqué le ministre. Aujourd’hui, le programme Education pour tous ambitionne de scolariser 100% des enfants malgaches.

Pauvreté. Pour l’heure, les statistiques sont alarmantes, mais de nombreux projets sont déjà en cours de mise en œuvre. Le taux net de scolarisation est encore loin de l’objectif du Programme. Parmi les enfants en âge officiel de scolarisation, seulement 72,6% des filles âgées de 6 à 10 ans fréquentent l’école primaire contre 70,5% pour les garçons. Parmi ces jeunes filles, 3,2% âgées de 18 à 25 ans sont inscrites dans des établissements supérieurs. Par ailleurs, 90% des enfants déscolarisés sont tous des jeunes filles. La pauvreté, les us et coutumes, le manque d’infrastructures de proximité sont autant de causes de cette défaillance, qui obligent à vivre dans des conditions de précarité telles que la grossesse précoce ou le mariage précoce, ou bien les deux. Bref, les conditions sont défavorables et contraignantes pour le cursus scolaire, surtout pour les jeunes filles. Pour le MENETP, des efforts ont déjà été menés au niveau de l’Education  nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnel. Plusieurs projets sont en cours de mise en œuvre, si l’on ne cite que le projet « Let Us Learn », en partenariat avec l’Unicef, la Primature, le FID, le MPPSPF et Airtel Madagascar. Un projet qui motive et incite les jeunes filles à poursuivre leurs études du cycle secondaire jusqu’au stade supérieur afin qu’elles puissent réaliser leurs rêves. Avec les grands changements escomptés par tous les acteurs, ce genre de projet se multipliera certainement.

Antsa R.

Madagate1 partages

Andry et Mialy Rajoelina à la Fête nationale mauricienne 2019. Quelques photos

Invités d’Honneur dans le cadre du 51è anniversaire de l’Indépendance (12 mars 1968) et de la 27è célébration du statut de la République de Maurice (12 mars 1992), le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, et son épouse Mialy Razakandisa Rajoelina ont assisté aux festivités qui ont eu lieu sur le Champ de Mars à Port Louis, le 12 mars 2019. Nous vous offrons quelques photos de cette double commémoration, en attendant la vidéo intégrale ainsi que d’autres photos plus inédites les unes que les autres. Vive l’immortel photojournalisme !

 

Jeannot Ramambazafy

Envoyé spécial à l’île Maurice

******************************

Midi Madagasikara1 partages

Lu pour vous : « Madagascar et le christianisme » dirigé par Bruno Hübsch

La famille Huckett avec à sa tête Arthur et sa femme Eliza, des missionnaires de la « London Missionary Society ».

A l’heure où de plus en plus de questions se posent sur les objectifs de la christianisation à Madagascar. A l’heure où la laïcité est revenue sur le premier plan politique. La Grande Île, pays des valeurs morales déjà installées depuis des siècles, voire des millénaires. Par rapport aux ouvrages sur la culture malgache, ses mœurs, ses coutumes, même sa religion traditionnelle, les écrits sur le christianisme à Madagascar ne manquent pas. Tel « Madagascar et le christianisme », aux éditions Ambozontany en 1993, dirigé par Bruno Hübsch.

Vingt-et-un historiens confirmés, malgaches en majorité, appartenant aux diverses Églises chrétiennes, ont participé à la rédaction de cette synthèse qui s’est voulue œcuménique. On comprendra qu’aucun n’est cité ici, faute de pouvoir les mentionner tous. La première partie, « L’héritage des Ancêtres », tente notamment de restituer l’univers mental malgache avant les contacts avec les Européens. On ne sera pas étonné que les  chapitres soulignent la croyance en une divinité suprême unique, au-delà  des cultes et des pratiques d’apparence animiste, croyance qui facilitera le passage au christianisme. La seconde partie, « De la Palestine à l’océan Indien, 30-1800», étudie les premières tentatives de christianisation, œuvre de missionnaires catholiques, mais sans succès durable : au XVIIe siècle par exemple, les lazaristes de Fort-Dauphin sont victimes des avanies du comptoir français. C’est au cours de la première moitié du XIXe siècle (troisième partie, «Accepté…, refusé…, 1818-1861 ») que des missionnaires, des réformés cette fois — ceux de la « London Missionary Society » —, pénètrent dans le royaume merina à l’occasion de la rivalité franco-britannique dans cette partie de l’Océan Indien. Profitant du bon accueil du roi Radama Ier aux propositions anglaises, ils fondent les premières écoles et, bien que ce roi n’autorise pas le baptême de ses sujets, le message chrétien commence à être diffusé à Tananarive. Sous la reine Ranavalona Ire ( 1828-1861), l’autorisation du baptême semble permettre tous les espoirs dans un premier temps. Puis, prenant ombrage de l’influence étrangère, la reine interdit le christianisme en 1835 et des Malgaches convertis subissent le martyre. C’est dans la clandestinité et malgré l’exil des missionnaires que s’effectuent les conversions. A la même époque, des missionnaires catholiques français forment à Sainte-Marie et Nosy-Be des jeunes malgaches destinés à évangéliser leur pays. De 1861 à 1895 (quatrième partie, « Les chrétiens et l’Etat »), l’État merina s’oriente vers la modernité, et une totale liberté est laissée à la prédication et à la pratique de toutes les Églises. La L.M.S. est rejointe par les « quakers », les anglicans, les luthériens norvégiens qui tentent de gagner toute l’île au christianisme. Mais c’est toujours en Imerina que les conversions sont les plus nombreuses, surtout après le baptême en 1869 de la reine Ranavalona II et du Premier ministre Rainilaiarivony. Les missionnaires catholiques (surtout des jésuites français) s’implantent aussi avec succès en Imerina. Preuve de la réussite de cette implantation, pendant les deux guerres franco- malgaches de 1883-1885 et de 1894-1895, en l’absence de missionnaires et de prêtres, des laïcs malgaches s’organisent pour entretenir la foi des fidèles. Preuve aussi de la vitalité du protestantisme autochtone, on assiste à la même période à la formation en Imerina et Betsileo de deux communautés de type éthiopien, sans relations avec les missionnaires étrangers. Sous la colonisation (cinquième partie, 1896-1960), des missionnaires catholiques essaient d’abord d’entraîner les protestants vers la religion « du vainqueur», mais Galliéni met fin à la « guerre des missions ». Et après l’épisode traumatisant du gouvernement général Augagneur (1905-1910), époque de laïcité militante, la paix est rétablie par le décret de 1913 qui étend à Madagascar le principe de la séparation des Églises et de l’État. Désormais le protestantisme, dans la diversité de ses sectes, et le catholicisme ne cessent de se développer et les Églises accompagnent l’évolution des esprits, comme en témoigne en 1953 la déclaration des évêques catholiques qui reconnaissent la légitimité de l’aspiration à l’indépendance. Depuis l’indépendance (sixième partie : « L’Église au sein de la Nation, 1960-1990 »), les Églises jouent un rôle actif dans la vie sociale ; leur influence a été accrue par le regroupement des réformés en 1968 constituant l’Église de Jésus-Christ à Madagascar (F.J.K.M.) et par le concile de Vatican II qui encourageaient notamment  un dialogue entre toutes les Églises De ce dialogue résulte en 1980 par la fondation du Conseil des Églises chrétiennes de Madagascar (F.F.K.M.), très critique à partir de 1982 envers le régime du président Ratsiraka. Bien que les chrétiens ne représentent actuellement qu’un peu moins de la moitié des Malgaches et qu’ils soient surtout nombreux sur les Hautes Terres, le christianisme apparaît définitivement implanté dans l’île.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Hydrocéphalie au CHU JRA : Des malades renvoyés chez eux faute de moyens

Des représentants de l’association Action Human Group en visite au CHU JRA hier.

La vie de nombreux Malgaches atteints d’hydrocéphalie est tributaire de dons en kits de dérivation.

Des patients atteints d’hydrocéphalie sont contraints d’être renvoyés chez eux faute de kits de dérivation. Un fait souvent observé auprès du service de neurochirurgie du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) si l’on se réfère aux dires de la neurochirurgienne, la Dr Ketsia Rakotovao hier. Si l’année dernière, le centre hospitalier aurait observé environ trois pénuries de kits de dérivation, cela ferait une semaine que les kits en question n’y sont plus disponibles. »Une situation qui a contraint les responsables auprès du CHU JRA de renvoyer les malades chez eux en attendant les donations de la part des partenaires » selon les explications du DAT (Directeur des Affaires Techniques) auprès dudit centre hospitalier. Interrogée sur la question, la Dr Ketsia Rakotovao d’expliquer « la prise en charge chirurgicale des patients atteints d’hydrocéphalie n’est pas possible sans les kits de dérivation ». Les conséquences de la pénurie sont considérables si l’on se réfère toujours aux explications de notre interlocutrice. « Outre les gênes occasionnées au niveau des agendas des familles, l’attente des kits de dérivation pourrait gravement impacter sur la santé des patients, surtout des enfants en bas-âge« .

900 Euros. Des explications sur place ont également permis de savoir que les kits de dérivation existent auprès des pharmacies et centres médicaux privés du pays. « Leurs coûts sont hors de portée pour de nombreuses familles malgaches  » a toutefois précisé le DAT du CHU JRA. Avant de noter « les coûts des Kits de dérivation varient en fonction des pays producteurs. Mais en général, il faut au moins débourser 900 euros pour s’en procurer« . Une somme loin du pouvoir d’achat des familles malgaches. Le don de cinquante kits de dérivation émanant de l’association Human Action Group arrive donc à point nommé. « Importés de l’Inde, les dons devraient permettre de supporter les besoins actuels » selon Houssen Ali Anil, président de l’association. Ce dernier d’appuyer que « les kits seront distribués gratuitement aux familles nécessiteuses« . Les statistiques recueillies auprès du CHU JRA démontrent que « cinquante personnes atteintes d’hydrocéphalie viennent s’y soigner chaque année« . « Un chiffre en baisse grâce à l’existence des services neurochirurgicaux auprès des régions » selon la Dr Ketsia Rakotovao. Le chiffre démontre également que la maladie touche un certain nombre de personnes dans le pays malgré les coûts élevés des dispositifs d’hospitalisation. S’en remettre aux dons venant des pays étrangers et effectués par des organismes non gouvernementaux serait la seule et l’unique solution qui s’offre aux nombreuses familles malgaches .

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Kmf/Cnoe : Pour l’amélioration des fichiers électoraux

Où en sommes-nous avec les résultats du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 3) presque une année après son lancement ? Seul l’Instat (Institut National de la Statistique) peut en donner davantage d’explications et d’ailleurs, il est invité à se prononcer sur ce sujet. Dans cette optique d’idée, à côté du recensement de la population, nous avons le recensement des électeurs réalisé par la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante). En effet, ces deux types de recensement ne sont pas similaires, certes, mais à partir du recensement général de la population, nous serons à même, par exemple, de comptabiliser ceux qui viennent d’avoir 18 ans. Un élément clé dans le repérage de ces jeunes citoyens qui doivent participer aux processus électoraux (inscription sur les listes électorales) et qui pourrait, à long terme, permettre d’élaborer des « opérations CIN » ou « actes de naissance » pour ceux et celles qui n’en ont pas.

A bon escient. La semaine dernière, la commission électorale a publié les résultats du recensement provisoire des électeurs avec un faible taux d’inscription de 2,53%, 666.599 additions et 415. 875 retranchements. Pour le Kmf/Cnoe (Comité National d’Observation des Elections), « c’est un taux relativement faible par rapport au nombre de la population, même si des efforts ont été constatés au niveau de la sensibilisation », pour reprendre les termes de son président, Andoniaina Andriamalazaray. Il reste optimiste quant à l’augmentation de ce taux, ultérieurement, mais propose « l’amélioration, l’utilisation et la gestion à bon escient des fichiers électoraux ». En d’autres termes, la suppression définitive de tous les doublons compris dans les listes électorales. « C’est là l’opportunité du système biométrique », poursuit le président du Kmf/Cnoe, et ce, malgré le fait qu’il coûte cher. A suivre.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Tetezan’i Bekiraro : Kitapo nahitàna grenady enina sy bala fito

Miparitaka tanteraka mihitsy ny fitaovam-piadiana amin’izao fotoana izao. Karazana baomba mandatsa-dranomaso miisa enina sy bala hafa karazana miisa fito no tra-tehaky ny pôlisy tao amin’ny kitapo iray nentinn’ny tovolahy teny amin’iny tetezan’i Bekiraro iny omaly. Araka ny fanazavana azo avy tamin’ny pôlisim-pirenena dia tovolahy nampiahiahy no nifanena tamin’ireo pôlisy mpanao fisafoana ao anatin’ilay paikady « polisy hita maso » omaly maraina, tokony ho tamin’ny enina ora tany ho any. Raha vao nahatazana fotsiny ireo andiana mpitandro filaminana ireto ilay tovolahy, izay nibaby kitapo, dia nitsoaka avy hatrany. Mailo tamin’izany fihetsiny izany ireo mpanao fisafoana ka rafitra nanenjika. Tamin’izay no nanarian’ilay tovolahy ilay kitapo nobabeny teny an-dalana. Marihana, araka ny tati-baovao azo, fa tsy tratra ilay tovolahy noho ny fahaizana « lalam-poza » tamin’ireo elakelan-trano nisy teny an-toerana. Niverin-dalana ary naka ilay kitapo ireo mpitandro filaminana. Tamin’ny fisavàna ity farany no nahitàna ireto fitaovam-piadiana isan-karazany ireto. Avy aiza no fiavian’ireo ary saika hatao inona ? Efa mandeha moa ny fanadihadiana amin’izao sy fikarohana ity tovolahy ity. Ireo fitaovam-piadiana kosa dia nalefa eny amin’ny pôlisy siantifika, hitsirihana ny fiavian’ireto fitaovana ireto.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Législatives : Seulement 239 candidatures enregistrées 24 h avant la clôture du dépôt

Le report de la date butoir du dépôt des candidatures à l’élection du 27 mai n’est pas jusqu’ici envisagé.

Il ne reste plus que 24 heures pour ceux ou celles qui veulent briguer des sièges à l’Assemblée nationale pour déposer leurs dossiers de candidature auprès des « OVEC » (Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures). Jusqu’à hier à 19h45mn, au total 239 candidatures ont été enregistrées dans tout Madagascar. Ce chiffre était à 110 hier à 12h30mn dont 36 candidatures déposées par des partis ou groupements politiques contre 74 par des indépendants. Il est passé à 135 cinq heures après, c’est-à-dire à 17h avant d’arriver à 239. Le dépôt des dossiers de candidature se trouve dans sa dernière ligne droite ce jour. « Techniquement, le report de la date butoir du dépôt de candidature n’est pas envisageable. Un éventuel report bouleversera le chronogramme déjà élaboré. En tout cas, il appartient au gouvernement d’apprécier si l’on doit ou non procéder à ce report car une telle décision doit se faire par décret pris en Conseil des Ministres. », explique Thierry Rakotonarivo, vice-président de la CENI.

Zéro candidature dans 6 districts. Jusqu’à hier à 19h45mn, on n’a enregistré aucune candidature dans six districts dont Miarinarivo, Soavinandriana, Nosy-Be, Mitsinjo, Anosibe an’Ala, et Toamasina II. « Si aucune candidature n’est enregistrée au niveau d’un district, il n’y aura pas élection dans cette circonscription. Pourtant, une élection partielle pourra se tenir au plus tard quatre mois après la constatation de la vacance de siège par la HCC. », souligne le vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante. Thierry Rakotonarivo de préciser : « La CENI peut prendre des mesures d’accompagnement pour les districts actuellement touchés par la tempête tropicale IDAI. C’est le cas de Besalampy où deux candidats, dont les dossiers de candidature sont déjà prêts, sont actuellement bloqués à Mahajanga à cause de l’intempérie. » Quoi qu’il en soit, le vice-président de la CENI reste optimiste en affirmant que ce nombre de candidature va doubler ou tripler ce jour. A rappeler que le dépôt de candidature dans le cadre des Législatives du 27 mai sera clôturé ce jour à 17h.

2 053 candidatures en 2013. A l’allure où vont les choses, le record de 2013 ne sera pas battu. Aux Législatives de 2013, on a enregistré au total 2.053 candidatures. Sur ces 2.053 candidatures, le district de Tana II a battu le record avec 38 candidatures, suivi d’Antananarivo Atsimondrano avec 34 candidatures. Cette fois-ci, il appartient à la CENI de publier la liste des candidats autorisés à se présenter à l’élection du 27 mai. En tout cas, la course vers Tsimbazaza reste ouverte. La campagne électorale débutera le 6 mai prochain. 151 députés sont à élire.

R.Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Andry Rajoelina : Signature de protocoles d’accord entre Madagascar et Maurice

Le président Andry Rajoelina et le Premier ministre Pravind Jugnauth main dans la main.

Programme chargé pour le numéro Un malgache à  Maurice qui a été reçu dans la matinée d’hier au Bureau du Premier ministre mauricien à Port Louis avant de visiter dans l’après-midi, l’usine Omnicane à la Baraque, L’Escalier.

Modèle. « Votre présence témoigne de la pérennité de nos relations », a souligné d’emblée le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth. Avant de réitérer ses félicitations au président Andry Rajoelina pour sa « brillante élection » à l’issue de deux tours de scrutin pacifiques qui illustrent, a-t-il souligné, « la maturité politique du peuple malgache ». Il n’a pas manqué non plus de remercier le chef de l’Etat malgache d’avoir accepté d’être l’invité d’honneur à la Fête nationale mauricienne. « Je suis très honoré de votre invitation », a répondu l’intéressé. Avant d’ajouter que « Maurice est un modèle de développement et de stabilité dans l’Océan Indien et en Afrique ».

A bon port. « Nos deux peuples naviguent dans le même bâteau pour arriver à bon port. Le port de la prospérité, du bien-être et de la stabilité », a ajouté le président malgache. Avant d’insister sur la « redynamisation des relations confraternelles entre Maurice et Madagascar ». Il ne croyait pas si bien dire puisque des protocoles d’accord devaient être signés à l’issue de la séance de travail au Receptarium de l’Assemblée nationale entre la délégation malgache conduite par le Président Andry Rajoelina et la partie mauricienne dirigée par le Premier ministre Pravind Jugnauth. 800.000 visiteurs. Les protocoles d’accord en question portent sur l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique ; la normalisation technique et scientifique. Accord bilatéral également en matière de réciprocité de visa de séjour et de travail. Les deux parties ont aussi tenu compte de la recommandation de la Banque mondiale sur la nécessité d’ « un service des douanes moderne et efficace afin de faciliter les échanges commerciaux ». De même, coopération d’entraide judiciaire entre les deux pays et facilitation de la connectivité aérienne avec un vol hebdomadaire supplémentaire d’Air Mauritius sur Tana. « De 300.000 actuellement, Madagascar compte atteindre 800.000 visiteurs par an », a fait savoir le président Andry Rajoelina.

Nouveau tournant. « La commission mixte bilatérale va se tenir dans un proche avenir pour faire avancer les projets », a fait remarquer le Premier ministre Pravind Jugnauth. Avant de faire part d’un don de 100.000 dollars US de Maurice à titre de contribution dans la lutte contre l’épidémie de rougeole à Madagascar. Il a aussi assuré la volonté de Maurice d’accueillir les différentes délégations dont celle de Madagascar aux Jeux des Iles de l’Océan Indien « dans un esprit de fair-play et de camaraderie ». Le président Andry Rajoelina d’annoncer pour sa part, l’implantation d’ « un parc industriel de 600 ha à Moramanga dont 90 ha pour Maurice ». Le Premier ministre Pravind Jugnauth de souligner qu’ « ensemble, Maurice et Madagascar avancent main dans la main, vers un avenir meilleur ». Andry Rajoelina de renchérir que « la coopération entre Madagascar et Maurice vient de prendre un nouveau tournant pour le bien de l’économie des deux pays ». Et ce, à travers cette visite d’Etat forte en symbole comme le « Ravinala » planté hier par le président malgache dans l’enceinte de l’usine Omnicane. « C’est l’arbre du voyageur », a-t-il expliqué. En espérant certainement que les voyageurs mauriciens vers Madagascar mais aussi dans l’autre sens, vont augmenter, pour booster le tourisme et les échanges commerciaux entre les deux pays.

R.O (Maurice)

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Une coopération bilatérale entre l’Etat Malagasy et l’île Maurice.

La visite présidentielle à l’île Maurice a fait échos dans plusieurs médias. En effet, Monsieur Andry Rajoelina a été reçu par le Chef du Gouvernement de l’île Maurice. La réunion a commencé par une séance d’échanges entre les deux hommes et a été suivi de la signature des accords de coopération entre les deux pays. Ils sont divisés en deux points bien distincts : l’accord diplomatique et l’accord qui s’appuie sur les échanges scientifiques entre universités et l’économie.
A rappeler que le Président Andry Rajoelina a affirmé que Madagascar sera toujours ouvert aux investisseurs mauriciens, tant que ces derniers participent à l’amélioration du quotidien malagasy. Le chef de l’Etat Malagasy assistera à la commémoration de l’indépendance de l’île Maurice ce jour.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : certains districts n’ont pas de candidat pour les législatives 2019

Aujourd’hui est la date limite du dépôt de candidature pour les élections législatives, hier, 11 Mars 2019, l’Organes Chargé de la vérification et d’Enregistrement des candidatures (OVEC) a publié une liste provisoire des candidats. Suite aux différentes publications et communiqués émanant de diverses organisations, jusqu’à ce jour, on a pu compter jusqu’à 135 candidats.
Parmi les districts ayant le plus de candidats figure le district d’Antananarivo Atsimondrano, comptant 4 candidats. Néanmoins, cette liste pourrait changer, le dépôt de dossier se clôturera aujourd’hui, à 17 heures. Selon encore l’OVEC, des anciens députés lors du mandat Rajaonarimampianina ont également déposé leur ambition de retourner à la chambre basse, de Tsimbazaza. En outre, il y a des districts qui n’ont pas encore eu de candidats.
Madaplus.info0 partages

Mialy Seheno


Madaplus.info0 partages

Sao6Gasy: Réservez vos plats malagasy par le spécialiste de la Gastronomie malagasy


Plats malagasy à la Nuit Blanche cuisinés par Sao6Gasy:
- Henomby ritra
- Saosisy boukané rougail
Accompagnement: Riz, Achard, Sakay
Réservez vos plats dès maintenant.
Contact: 06 35 95 08 17
Madaplus.info0 partages

RTA: Radio Televiziona Malagasy


Madagate0 partages

Andry et Mialy Rajoelina à la Fête nationale mauricienne 2019. La vidéo et quelques photos

Invités d’Honneur dans le cadre du 51è anniversaire de l’Indépendance (12 mars 1968) et de la 27è célébration du statut de la République de Maurice (12 mars 1992), le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, et son épouse Mialy Razakandisa Rajoelina ont assisté aux festivités qui ont eu lieu sur le Champ de Mars à Port Louis, le 12 mars 2019. Nous vous offrons la vidéo intégrale (ICI) et quelques photos de cette double commémoration, en attendant  d’autres photos plus inédites les unes que les autres dans un autre album. Vive l’immortel photojournalisme !

Jeannot Ramambazafy

Envoyé spécial à l’île Maurice

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball : Rose de Lima aux Seychelles !

Une autre aventure aussi passionnante que va vivre Rose de Lima, la volleyeuse de Bi’AS qui a finalement accepté l’offre du club de Pralin aujourd’hui devenu Island Waves.

Un autre défi pour l’internationale malgache dont l’arrivée a remis sur la touche l’une de deux Ethiopiennes que le club avait engagé à la suite du premier refus de Rose de Lima de l’année dernière.

Une des meilleures joueuses malgaches, Rose a offert plusieurs titres de champion de Madagascar à de nombreux clubs dont la Star puis Stef’Auto.

C’est presque une certitude qu’elle fera encore partie de l’équipe nationale qui va participer aux Jeux des Iles aux côtés de l’autre « Seychelloise » en l’occurrence Melissa, la fille de Bao Monique.

A noter que Rose de Lima qui se faisait très discrète sur le montant de son salaire, a signé pour deux années renouvelables. Une chose est certaine, elle va s’y plaire malgré le coût exorbitant de la vie aux Seychelles. Car au bout, elle a gagné au change.

Clément RABARY

La Vérité0 partages

Vente d’enfant - Un garçonnet vendu à 10 millions d’ariary

Incroyable mais vrai, des personnes malintentionnées s’adonnent au commerce d’enfant à Antananarivo. A preuve, ce joli coup réussi par la Gendarmerie de Fiadanana la semaine dernière par l’arrestation d’un couple du côté d’Andohatapenaka. Tout est parti par des rumeurs qui finalement sont devenues des renseignements fiables pour les Forces de l’ordre. Ces dernières ont eu vent d’une vente d’enfant depuis des jours et ont décidé de passer à l’action en élaborant un plan pour piéger les auteurs.  Un des membres de la Gendarmerie s’est passé pour un acheteur.  Rendez-vous est fixé vendredi dernier du côté du stade des Makis à Andohatapenaka. Un couple s’est présenté avec un petit garçon de 4ans et a annoncé le prix de 10 millions d’ariary à « l’acheteur ». Arrêté sur le champ, le couple qui s’est qualifié de simple livreur a ensuite dénoncé les « propriétaires », quatre hommes habitant à Ampasika. Coincés, ils ont été appréhendés le lendemain avec leurs complices. Présentées devant le  Tribunal lundi dernier, cinq personnes trempées dans cette affaire ont été placées en détention préventive à Antanimora. L’enfant, de son côté, a pu retrouver ses parents qui résident à Antetezana Afovoany.La rédaction

La Vérité0 partages

Foyer U de Cachan - Actions des femmes TEM en faveur des universitaires malagasy

Les femmes de l’association « Tous ensemble pour Madagascar » (TEM)  ont offert, en fin de semaine dernière, des lots de produits de première nécessité aux étudiants du Foyer universitaire malagasy (FUM) de Cachan en France, pour les aider symboliquement. La remise de ces dons s’est déroulée en présence de représentants des membres de l’association et ceux des étudiants. Fruit de cotisations des femmes de TEM, ces dons sont composés d’huiles, de riz et de pâtes alimentaires. 80 % des dons ont déjà été distribués. Les 20 % restants ont été confiés aux étudiants responsables, sous la supervision du directeur du foyer, qui se chargeront de les faire parvenir aux absents. Les niveaux d’étude des universitaires hébergés dans ce foyer varient de la première année au doctorat. Le directeur du FUM a souligné l’ambiance studieuse qui prévaut au sein de ce foyer. 90 % des étudiants réussissent aux examens dans les différentes filières. Regroupant des membres de la diaspora, l’association TEM s’investit quant à elle dans les domaines touchant le développement du pays et aide ceux qui les sollicitent dans le secteur socioculturel, économique, etc.

Les membres du bureau de ladite association ont ensuite participé à un débat organisé avec les étudiants du foyer. Plusieurs questions ont été soulevées de part et d’autre, portant sur la TEM, son origine, ses objectifs, son rôle. Des questions relatives au choix des étudiants sur leur devenir, leurs projets après les études, les raisons qui poussent un étudiant à choisir de rester en France plutôt que de rentrer au pays, ont été soulevées. A cette dernière question, plusieurs étudiants ont répondu en premier lieu l’insécurité qui règne à Madagascar, en second lieu la corruption qui ne donne aucune chance aux étudiants - même s’ils sont bardés de diplôme - d’accéder à un emploi quelconque, à défaut d’avoir des connaissances au bras long, bref de bénéficier de privilèges qui ne sont pas donnés au commun des mortels. La rétribution salariale à la hauteur des investissements réalisés par les parents pour les études a également été évoquée. D’autres questions portant sur l’attente des étudiants vis-à-vis de l’Etat et ce qu’ils étaient prêts à faire pour participer au développement du pays ont été soulevées. Les membres du TEM ont également présenté les programmes présidentiels en faveur des jeunes entrepreneurs. Recueillis par L.A.

La Vérité0 partages

Date butoir

 Le dépôt de candidature pour les législatives du 25 mai est clos. La date butoir a été formellement fixée pour le 12 mars. Les Organes de vérification et d’enregistrement des candidats (OVEC), démembrements au niveau des Districts de la CENI), vont convoyer à Alarobia, les dossiers dûment vérifiés, à charge pour la dernière de les transmettre à Ambohidahy après compilations. Ayant le dernier mot, la HCC tranchera. Selon le calendrier affiché, la date de publication des listes définitives de candidats retenus se tiendra le lundi 19 mars 2019. Contre toute attente, les dépôts de candidature auprès des OVEC  s’étaient faits aux compte-gouttes du moins jusqu’à samedi 9 mars. Pour les 150 postes à pourvoir, on n’a enregistré que quelque 76 dossiers, 72 heures avant la date butoir. Et à 24 heures, il n’y a que 239 dossiers reçus.  Apparemment, y aurait-il un désintéressement général de la classe politique ou des citoyens autour de la charge d’un député ? Tout le monde aurait-il boudé Tsimbazaza ? En réalité, négatif ! Loin de là. Certainement le peuple, écœuré et las des comportements éhontés de certains élus de la précédente législature, se méfie et s’apprête à ne plus accorder un quelconque crédit à ce scrutin au cas où le même scénario se produirait. Qu’on ne se trompe point de l’apparence calme des dépôts de candidature !

A l’intérieur, dans les coulisses, c’est le branle-bas total, la surchauffe ! A l’abri des oreilles et des yeux indiscrets, on se bouscule aux premières loges. Des candidats mal famés aux dossiers bidons qui se dissimulent à l’intérieur des associations tentaculaires tentent, par tous les moyens, de séduire ou le pire, faire le forcing auprès des états-majors de la plate-forme politique proches du pouvoir. En effet, l’ARMADA, le groupement politique ayant fait le chemin depuis avec le TGV/MAPAR du leader Orange, enrichi par l’IRD (Isika rehetra any amin’ny distrika miaraka amin-dRajoelina) se donne le temps de scruter sinon trier attentivement les prétendants à Tsimbazaza. Et pour cause, les vacheries et les insanités de certains élus de la précédente mandature restent encore et toujours coincées entre les gorges. Le régime de Rajao, installé en 2014, n’ayant aucun député-élu émargé sous la couleur du HVM, courtisait pour débaucher des élus des autres formations politiques en particulier le MAPAR et le MMM. Par la magie des espèces sonnantes et trébuchantes, les barons aux cravates bleues réussissent à monter une « majorité ». Et à chaque adoption d’un projet de loi dont la portée impacte sur les intérêts supérieurs du régime, les mallettes et les tablettes firent leurs injonctions. La dernière en date qui précipitait, d’ailleurs, la chute de Rajao fut la « saga du Paon d’Or » lors de l’adoption des projets de loi relative aux régimes généraux des élections. L’autre énormité justifiant telles précautions concernait la violation abusive de l’Art. 72 par les barons du HVM en complicité ouverte avec la HCC. En fait, sous le poids de l’argent, le mandat impératif des députés fut littéralement écrasé, et cela, pour échafauder une « majorité » à la solde du régime. On n’est jamais trop prudent ! En dépit de l’approche imminente de la date butoir, l’IRD préférait attendre le dernier moment quitte à se rassurer sur les dossiers présentés Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Gouvernement - Ntsay Christian Deux ministres obligés de démissionner

La réception des dossiers de candidature pour les élections législatives est clôturée. Comme attendu, les candidats se sont bousculés hier aux portillons des Organes de vérification et d’enregistrement des candidatures de la Grande-île. Le voile a été levé sur les candidatures des différentes écuries politiques.  Plus de 500 candidatures auraient été enregistrées hier dans la fin de l’après-midi. Premier constat, comme annoncé depuis quelques jours, la plateforme « Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina » a investi deux ministres dans l’actuel Gouvernement pour être candidats à la députation.  Volahaingo Marie Thérèse, ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle et  Irma Naharimamy Lucien ministre de la Population, de la Promotion de la femme et de la Protection sociale seront en effet en lice à l’occasion du scrutin du 27 mai prochain. Dans l’objectif d’accrocher le maximum de sièges à l’Hémicycle de Tsimbazaza, le giron présidentiel mise sur ces deux valeurs sûres.

  Députés sortantes, elles se présentent respectivement dans les Districts de Bealanana et de Toamasina. Conséquence de ces candidatures, ces ministres candidats seront obligés de démissionner de leur poste  d’ici peu.  Le Président de la République Andry Rajoelina et le  Premier ministre Christian Ntsay seront donc contraints de revoir les contours de leur équipe.  Les postes ministériels vacants pourraient être remis à des intérimaires, soit de nouveaux ministres pourraient être nommés.  Autre fait marquant, certains députés élus sous les couleurs du MAPAR lors de la dernière législative ne sont plus dans la course. A l’instar de l’ex- député de Morondava Mamod Ali Hawel.  L’ancien député d’Antanifotsy Randrianasolo Dera Louis Charles ou encore l’ex-élu dans le premier Arrondissement d’Antananarivo Michèle Ratsivalaka, ne sont pas non plus investis par la coalition présidentielle. Nouvelle tête, le docteur Jocelyn est choisi pour diriger la liste du Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina dans le premier Arrondissement de la Capitale.  La coalition « Isika Rehetra Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » qui opte manifestement pour un renouvellement, a mis de côté des politiciens connus et reconnus. D’après les informations, la plateforme présidentielle a présenté des listes dans les 119 Districts que compte la Grande-île. A Antananarivo II, Lanto Rakotomanga sera en lice pour un nouveau mandat. Tout comme Aina Rafenomanantsoa dans le troisième Arrondissement (voir article par ailleurs). Dans le quatrième Arrondissement, Paul Bert Rahasimanana dit Rossy reste en course lui aussi pour une reconduction à Tsimbazaza. Un temps en sursis, Naivo Raholdina dirigera finalement la liste du camp présidentiel dans le cinquième Arrondissement.  Dans le sixième Arrondissement, Max également une nouvelle tête, a été investi par la coalition présidentielle. L.R.

La Vérité0 partages

Jardin d’Antaninarenina - Vendu à des fantômes !

L’affaire de la vente du jardin d’Antaninarenina retient toujours l’attention des citoyens. La dernière évolution en date est le placement en détention préventive de certains responsables accusés à tort ou à raison d’avoir facilité la vente de ce domaine public et ce malgré l’interdiction de la loi. Le conservateur des Domaines et le rapporteur général du conseil municipal à l’époque de la vente, soit en 1998, croupissent à la maison d’arrêt d’Antanimora depuis lundi. Et ce suite à la décision du Parquet après la saisine du ministère de l’Aménagement et les enquêtes effectuées par la Gendarmerie.  D’autres personnes mouillées dans cette vente illicite ont par contre brillé par leur absence lundi lors du déferrement du dossier au Tribunal d’Anosy. Ces principaux acteurs ne sont autres que le président du conseil municipal d’antan à savoir Lalaina Berthnès, signataire de l’acte de vente et les acheteurs de la parcelle « marché du zoma » où se trouve le jardin d’Antaninarenina et la propriété « Florida », en face du bâtiment technique de TELMA, également à Antaninarenina. Razaiarimanga Marie Meltine, Sophie Marie et Andrianomenjanahary Mahefasoa sont les acquéreurs de ces terrains appartenant à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Mais contrairement à Lalaina Berthnès dont l’excuse à sa non-comparution avant-hier au Parquet découle de son hospitalisation, ces « propriétaires » des terrains sont introuvables. D’après les informations obtenues, ils ne se trouvaient pas ou plus à l’adresse indiquée et enregistrée lors de la vente. Même le conservateur placé en détention préventive n’a jamais eu l’honneur de les rencontrer.  Quoi qu’il en soit, le juge d’instruction aurait donné l’ordre aux Forces de l’ordre d’amener devant lui dans le plus bref délai, toutes les personnes, hospitalisées ou non, pour déterminer leur statut dans cette affaire. Ainsi Meltine, Sophie Marie et Mahefasoa risquent de voir leur photo placarder dans les bureaux administratifs et des commissariats de police pour arrestation.Mais avec ces fausses adresses et une forte suspicion de fausses cartes d’identité utilisées lors de la transaction,  l’existence même de ces personnes soulève des interrogations. Dans ces cas, on peut déduire que le jardin d’Antaninarenina a été vendu à des fantômes ... A charge à leurs avocats, présents lors d’une récente audience les concernant de confirmer le contraire…La rédaction

La Vérité0 partages

Troisième Arrondissement - Anyah brigue un second mandat de député

Le lundi 27 mai, les électeurs seront appelés aux urnes pour élire leurs députés. Elu pour la première fois en 2013 comme députée du troisième Arrondissement de la Capitale, Aina Rafenomanantsoa dit Anyah briguera un second mandat. Hier, sans surprise, la députée sortant a déposé son dossier de candidature à l’Organe de vérification et d’enregistrement des candidatures du troisième Arrondissement à Tsaralalàna. Une confirmation plus qu'autre chose, tant le doute était faible. La question de sa candidature n'avait cessé de lui être posée ces dernières semaines. Jusqu’à hier, la candidate avait entretenu le suspens. « C’est une nouvelle étape », a indiqué la députée hier. A ses côtés, Mamy Rahantason, Marcel Rakotorisoa et Rija Razafimpanja sont de nouveau ses suppléants. La candidate aux élections législatives du 27 mai dans le troisième Arrondissement a été présentée par le Tanora Gasy vonona et portera l’étendard du Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina. Hier au cours d’une interview, la prétendante à sa succession à Tsimbazaza n’a également pas manqué d’émettre ses reconnaissances envers les chefs de partis au sein de la coalition présidentielle, le Secrétaire national du TGV, les électeurs du troisième Arrondissement pour leur soutien indéfectible.

 Premier mandat pour Andry Ratsivahiny Fière de ses réalisations lors de son premier mandat, Anyah souhaite poursuivre son engagement politique. La députée abordera ces enjeux lors de la campagne électorale. La raison pourrait être que tous les candidats ne sont pas encore connus. Cinq listes sont en compétition dans le troisième Arrondissement. Outre le Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina,  le TIM et un candidat indépendant ont également déposé leurs dossiers de candidature.  Un premier mandat de député. C’est ce que vise pour sa part Andry Ratsivahiny. Ancien congressiste de la Transition, il portera en effet l’étendard du Isika rehetra miaraka amin’ny Andry Rajoelina dans le District d’Antananarivo Atsimondrano. Membre de longue date du parti TGV de l’actuel président de la République Andry Rajoelina, Andry Ratsivahiny entend faire passer avant tout l’intérêt de la population avant tout. L’annonce de sa candidature a été officialisée au cours d’une conférence de presse au Trano Bongo à Tanjombato hier dans le début de l’après-midi, en présence notamment du Secrétaire national du TGV, Hery Rasoamaromaka et de plusieurs maires de l’Atsimondrano.Recueillis par L.A.

Ino Vaovao0 partages

MINISITRA TINOKA ROBERTO : “Tsy maintsy vahana tsy misy hatak’andro ny olan’ny FMF”

Vonona hanampy sy hanohana tanteraka ny ekipam-pirenena ny minisitra miaraka amin’ny fitondram-panjakana ankehitriny. Tsy nofinofy tahaka ny nisy hatrizay intsony ny fanohanan’ny fanjakana ny tontolon’ny fanatanjahantena raha ity fihetsik’Andriamatoa minisitra ity no zohiana. Ny minisitra rahateo efa nilaza teo aloha fa hajoro tsy ho ela eto amintsika ny Akademiam-pirenena momba ny fanatanjahantena hanofanana sy hanampiana ny tanora tsy hirona any amin’ny filibana anaty zava-mahadomelina fa mba ho tonga matihanina amin’ny taranja iray izay hanofanana azy na koa ankafiziny.

Isan’ireo vina napetraky ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ihany koa moa ny fanampiana ny tanora mpitia fanatanjahan-tena sy ny fanohanana ny ekipam-pirenena malagasy izay hiatrika ny lalaon’i Afrika na ny Can amin’ity taona 2019 ity. Fantatra ihany koa nandritra ny valandresaka nataon’ny minisitra, omaly, fa nahazo vola mitentina roa hetsy dolara avy amin’ny Kaonfederasionin’ny baolina kitra na ny Caf, tambin’ny fahafahana hiatrika ny Can ny Barean’ i Madagasikara.

Ankoatra izay dia anisany nasian’ny minisitra Tinoka Roberto resaka ihany koa ny mahakasika ny komitin’ ny fampanaraham-penitra izay natsangan’ny Fifa vonjimaika hitantana ny federasionin’ny baolina kitra malagasy. Tsy maintsy vahana tsy misy hatak’andro, hoy ny minisitra ny olana rehetra ao amin’ny federasionina ary tokony hohajaina ny fe-potoana farany nomena ny kaomitin’ny fampanaraham-penitra izay tokony hifarana amin’ny 12 mey 2019 ho avy izao.

Ny Ami

Midi Madagasikara0 partages

Airtel Madagascar : Lancement de l’offre SIM Airtel M’Lay

L’équipe Airtel Madagascar recherche en permanence les moyens de satisfaire les clients

Airtel Madagascar révolutionne les pratiques en matière de solution de communication

Unique en son genre, la nouvelle offre SIM Airtel M’Lay avec 100% de Bonus à la recharge rejoint la gamme des solutions innovantes développées par Airtel Madagascar.

Vulgarisation. Cette offre exclusive entre en jeu dans le cadre du maintien des actions de démocratisation ainsi que la vulgarisation des télécommunications initiée par l’opérateur à Madagascar. En effet, pour pouvoir bénéficier de ces avantages offerts par l’opérateur, il suffit d’acquérir une carte SIM « M’Lay » pour juste 500 ariary. Les détenteurs de cette puce, disponible dans tout Madagascar, pourront automatiquement doubler toutes leurs recharges, profiter d’1 SMS gratuit chaque jour, durant une période de 90 jours soit 2.160 heures de connectivité et d’appel bonifiées à la disposition de tous. Airtel concrétise ainsi sa politique de proximité « Fidèles à notre politique de proximité ainsi qu’à la qualité de nos offres, nous sommes en quête permanente d’innovation et d’optimisation effective dans le développement de nos services. Face à l’avancée fulgurante des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication (NTIC) et l’évolution galopante des besoins en matière de télécommunications nous souhaitons d’autant plus nous positionner comme acteur majeur dans la démocratisation ainsi que la vulgarisation des télécommunications à Madagascar» explique Sylvose Mve Abessolo, Directeur Marketing d’Airtel Madagascar.

Porte-étendard. A noter que « Shyn », le chanteur de « resim-pitia » a été choisi par Airtel Madagascar comme effigie de la marque ainsi que porte-étendard des valeurs de l’opérateur. Sa présence dans la campagne publicitaire dédiée à la nouvelle offre confirme d’ailleurs son statut d’ambassadeur de la marque et exprime une fierté pour l’opérateur d’avoir une grosse pointure du R’n’b malgache dont la notoriété n’est plus à démontrer, et cela, même au-delà des frontières nationales. L’opérationnalité de l’offre SIM Airtel « M’Lay »100% Bonus s’inscrit dans la continuité de la démarche menée par Airtel Madagascar pour satisfaire ses abonnés et leur permettre de vivre une expérience client unique, une initiative qui traduit la contribution proactive de l’opérateur en faveur du secteur des télécommunications.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Agro-industrie : Les femmes entrepreneures s’impliquent davantage

Les femmes entrepreneures se mobilisent avec les partenaires de développement.

Le GFEM (Groupement des femmes entrepreneures de Madagascar) poursuit sa stratégie de développement et de renforcement des industries gérées par les femmes. Du 11 au 14 mars dernier, un atelier sur le secteur riz et la transformation de fruits a été organisé à La Rotonde Besarety pour renforcer la capacité des membres du GFEM dans la production et la transformation des matières premières produites localement. Selon les organisateurs, cet atelier fait suite à la série de formations techniques dispensées à des femmes entrepreneurs qui s’est tenue en octobre et novembre 2018, dans le cadre du projet « Accompagnement des femmes entrepreneurs du GFEM dans le développement et la mise en œuvre d’une stratégie de croissance de leur entreprise dans l’agro-industrie », soutenue par l’Union européenne et son Programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale (PROCOM). « Le but est de pouvoir maximiser la rentabilité des entreprises. Il faut savoir profiter de la courte période de production de certains fruits saisonniers, caractéristiques d’un terroir, pour pouvoir les transformer », a expliqué Jean Luc Randrianarisoa, formateur en transformation de fruits auprès du GFEM.

Evolution. La formation a également mis l’accent également sur les normes en matière de qualité et d’hygiène. Pour ce spécialiste en industrie agroalimentaire, « les femmes entrepreneures ont la potentialité pour opérer pleinement et efficacement dans le secteur de l’agro-industrie ». En ce qui concerne la filière riz, l’atelier vise à faire adopter ou à renforcer les pratiques culturales inhérentes au riz, base de l’alimentation malgache. « Il s’agit essentiellement d’assurer la qualité et la quantité, de la production à la transformation pour les bénéficiaires de la formation. Dans le cadre du partenariat entre le PROCOM et le GFEM, l’objectif est de produire un riz de luxe avec un taux de brisure ne dépassant pas les 5%. Pour que la production soit rentable et assure un revenu pérenne, le modèle de l’agriculture contractuelle a été privilégié », a indiqué Mina Randrianarisoa, formateur dans la filière riz. Selon les participants, des résultats positifs sont déjà enregistrés depuis la première formation sur la culture du riz, qui s’est tenue en novembre dernier. Pour cette fois, à l’issue de cette formation de quatre jours, les entrepreneurs féminins, dans la filière de transformation de fruits et de production rizicole, auront de nouveaux outils, aussi bien techniques que managériaux, qui faciliteront la promotion de leurs activités. Un coaching en business plan figure parmi le programme de formation ainsi qu’une formation en éducation financière appuyée par la BOA.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Banque : Société générale lance son dispositif de prêt API

La Société Générale Madagascar a lancé l’agence API, vendredi dernier

Société Générale Madagasikara spécialise son dispositif commercial pour

apporter plus d’expertise et de proximité à ses clients. La Société Générale Madagasikara poursuit l’adaptation de ses produits et services en fonction des besoins particuliers de sa clientèle, afin de faire vivre la meilleure expérience bancaire sur tous ses marchés

Agence dédiée. Le dispositif se matérialise par la mise en place de L’Agence Prêts Immobiliers (API) qui fonctionnera comme une agence dédiée aux projets immobiliers : achat, construction, extension, rénovation. Le staff dédié à ces opérations, sera en permanence à l’écoute des clients pour leur permettre d’accéder à plus d’expertise, de conseil personnalisé et de solutions adaptées. Un accompagnement qui débute depuis l’accueil jusqu’à la concrétisation du projet du client. Le lancement de ce nouveau service est marqué par une offre exceptionnelle : un taux de lancement à 10.90% sur toute la gamme de crédits immobiliers SOAHONENANA (Tany, Trano, Travaux) et 3 mois gratuits offerts pour toute souscription du Pack EBENE OR. L’objectif est de rendre plus facile l’accès à l’immobilier à Madagascar. Cette offre est valable jusqu’au 30 avril 2019. Diverses animations seront aussi au programme de l’agence pour 2019 : participation aux salons dédiées à l’immobilier, des journées « immo » » en coordination avec les partenaires dans le domaine.

Partenariat. L’Agence Prêts Immobiliers construits ses offres en partenariat avec des acteurs dans l’immobilier : SEIMAD, MASTER IMMO, IVANA, INECCO, CATENA. Une démarche qui tend à renforcer les liens avec ces derniers qui seront aussi contributeurs dans la concrétisation pas à pas du projet des clients. Pour se rapprocher encore plus de ses clients, ces partenariats seront appelés à évoluer à travers d’autres afin de faire bénéficier aux clients un maximum d’offres et d’expertise dans le domaine de l’immobilier et voir ainsi se réaliser sereinement leur projet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Election : Tahina Andriamanantena vise la présidence

Tahiana veut redorer le blason du volley-ball malgache.

C’est la première personne à déclarer officiellement sa candidature à la tête de la fédération malgache de volley-ball (FMVB).

Il ne reste plus que deux jours pour les potentiels candidats à la présidence de la FMVB. Selon un responsable auprès de la direction du sport fédéral au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports, aucun dossier de candidature n’a été déposé jusqu’à ce jour (ndlr hier en fin d’après-midi). Il a été annoncé comme candidat du consensus et du renouveau, il a finalement accepté de se dévoiler. Il, c’est, Tahiana Andriamanantena, un ancien joueur de volley-ball et dirigeant de club qui vise la présidence de cette discipline où il a beaucoup donné. « Après une déconnection de presque trois ans, j’ai constaté que le volleyball a perdu ses lettres de noblesse et son prestige d’antan. Il n’y a plus de visibilité, les résultats sont décevants. Lors de la Coupe des Clubs champions de la zone 7, même gratuite, cette compétition n’arrive pas à remplir le Palais des Sports de Mahamasina » a-t-il déclaré. Et de continuer « En voyant les joueurs et joueuses, ils sont tous assez âgés et qu’en est-il de la relève ? J’ai constaté que le volley-ball n’attire plus les jeunes et surtout les spectateurs et les sponsors ».

15 ligues. Pour l’élection du 21 février, il place la politique de relève comme prioritaire sans oublier le beach-volley, la promotion du volley-ball auprès des établissements scolaires, des universités, des sociétés et surtout le volley loisir. « Nous allons travailler étroitement avec les ligues régionales à travers l’organisation des formations en coaching et arbitrage et bien d’autres projets » a-t-il souligné. Pour en revenir au parcours du candidat, Tahiana Andriamanantena a commencé à jouer au volley-ball avec l’équipe de l’AS Saint-Michel Amparibe en 1985. Il a intégré la formation de l’AS Voara en 2010 avant de devenir président plus tard. Le volley-ball, il connait bien, car, il a été pendant plusieurs années joueur et est en bonne position pour savoir les maux et les attentes des férus de cette discipline. Il va déposer son dossier de candidature demain. Pour l’assemblée générale élective de la FMVB du 21 février à Toliara, 15 sur les 16 ligues peuvent voter. Quelques ligues n’ont pas encore organisé le renouvellement de leur équipe, où elles seront obligées de les achever avant le 21 février.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Jaona Elite : Candidat indépendant dans l’Atsimondrano

Joana Elite a déposé, hier, à l’OVEC Atsimondrano sa candidature aux élections législatives

Sa côte de popularité est intacte dans la circonscription électorale d’Atsimondrano. Mieux, Randriarimalala Harijaona, alias Jaona Elite est devenu une personnalité incontournable sur l’échiquier politique nationale. Il vient encore de le démontrer hier, lors de son dépôt de candidature auprès de l’Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures (OVEC) d’Atsimondrano, où il a été accompagné par une foule de partisans, prêts à soutenir la liste qu’il dirige pour les prochaines élections législatives. En effet, Jaona Elite vient de se porter candidat pour ces élections qui auront lieu au mois de mai prochain.

Cette fois-ci, Jaona Elite se présente en tant que candidat indépendant. Un statut qui correspond bien à ce politicien doublé d’un opérateur économique qui a toujours œuvré pour les biens de la communauté. Faut-il en effet rappeler que Jaona Elite, a à son actif plusieurs projets de développement socioéconomiques dans de nombreuses communes de l’Atsimondrano. C’est d’ailleurs pour la continuation de ces actions qu’il se porte, une fois de plus candidat. Et cette fois-ci, avec la nouvelle vision de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). En effet, et selon ses déclarations à la presse, hier, une fois élu, Randriarimalala Harijaona, fera partie du groupe de députés qui soutiendra le Président Andry Rajoelina. « Nous avons la même vision du développement que le Président de la République Andry Rajoelina, et c’est normal de le soutenir dans les défis qu’il a lancés pour le développement de Madagascar » selon toujours Jaona Elite, qui a de fortes chances de figurer parmi les favoris de cette course vers l’hémicycle de Tsimbazaza.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

SE BTP : Appui du programme PROCOM à la formation des membres

Lors de la signature de convention entre le Coordonnateur du programme PROCOM et le président du SE BTP. (Photo : Yvon Ram)

40 000 euros. Tel est le financement apporté par l’Union européenne via la mise en œuvre du programme PROCOM destiné à soutenir le secteur privé, en particulier les 69 entreprises membres du Syndicat des Entrepreneurs du Bâtiment et Travaux Publics ( SE BTP).

« L’objectif consiste à renforcer les capacités de ces entrepreneurs. C’est le premier projet que nous avons signé au niveau du secteur du BTP », a expliqué Luis Esteire, le coordonnateur du programme PROCOM, lors de la signature d’une convention avec le président SE BTP hier à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina. Ainsi, 210 cadres et dirigeants seront formés durant quatre mois dans le dessein d’améliorer la qualité de leurs produits et services. « Les modules de formation porteront sur passation des marchés publics étant donné que certains de nos membres méconnaissent les règles régissant ce domaine ainsi que sur la gestion administrative et financière, la gestion des ressources humaines, la qualité, hygiène, sécurité et environnement. Les formations en matière de sûreté et de communication digitale ne sont pas en reste », a exposé le président du SE BTP, Hary Andriantefihasina.

Manque de compétence. En outre, « 60 ouvriers spécialisés seront formés en matière de soudure et de maçonnerie. En effet, un manque de compétence a été observé depuis la crise de 2009. A l’instar des autres entreprises, les entrepreneurs en BTP ont perdu de nombreux ouvriers spécialisés. Nous comptons ainsi renforcer la capacité de nos membres afin d’atteindre notre niveau de compétences d’avant, et ce, grâce à cet appui du programme PROCOM », a-t-il enchaîné. Notons que les membres du SE BTP contribuent à environ 90 % du chiffre d’affaires total des entreprises professionnelles du secteur BTP à Madagascar. « Il y a un potentiel de marché notamment avec les projets d’infrastructures qui seront menés dans les cinq ans à venir. Ce programme de formation s’avère ainsi stratégique car cela va nous permettre de renforcer notre compétitivité. En outre, un atelier sur les moyens de financement des entreprises en BTP sera organisé en collaboration avec tous les établissements financiers pour permettre à nos membres de mieux comprendre tous les mécanismes de financement existants dans le pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Attaque d’un village : trois morts, trois boutiques et 27 zébus dérobés

Si les habitants du district de Betroka vivent relativement dans le calme depuis l’initiative du gouvernement d’installer une « unité spéciale anti-dahalo » (USAD) dans la localité, l’année dernière, ils s’inquiètent actuellement sur le retour des attaques en masse perpétrées des « dahalo » ou bandits de grand chemin. Il est à déplorer que ces prédateurs ne se contentent plus de vol de bovidés. Ils dévalisent des maisons, comme ce qui s’est passé la nuit du vendredi 08 mars dernier. Vers 22 heures 30, près de 60 « dahalo » ont investi un village dans la commune rurale de Kelivao. Pour maîtriser les habitants qui étaient pris au dépourvu, les assaillants ont tiré plusieurs coups de feu. Les uns se sont attaqués au parc à bœufs d’un éleveur de la localité et ont tué le propriétaire et son fils. D’autres ont saccagé des boutiques. Résultats, 27 zébus et trois boutiques ont été dérobés. Alertés presque à temps, des gendarmes du poste avancé et des membres du « fokonolona » de la localité sont tout de suite partis à la poursuite des malfaiteurs. Le matin, un accrochage entre les « dahalo » et les suiveurs s’est produit. La colonnne des poursuivants a réussi à récupérer la totalité des zébus volés et abattu  un « dahalo ». Les malfaiteurs se sont échappés tout en emmenant le cadavre de leur acolyte. Selon les explications du commandant de brigade de la gendarmerie de Betroka, la bande s’est enfuie en direction de la montagne d’Andriry (au sud-Est de Betroka) qui est une véritable forteresse des « dahalo ». Par mesure de sécurité, les poursuivants ont dû rebrousser chemin. Une forteresse car d’après les informations, même les forces de l’ordre n’osent pas jusqu’à présent s’y introduire. D’autant plus que les « dahalo » qui s’y tranchent seraient lourdement armés. La preuve, la bande qui a attaqué à Andranovao s’est servie d’un fusil d’assaut Kalachnikov et d’une vingtaine de fusils de chasse. Compte tenu de cette situation, le temps serait venu pour mener une grande opération afin de nettoyer  cette montagne et ses environs.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Cyclone : Idai à 155km au Nord-Ouest de Maintirano

La localisation du cyclone tropical intense Idai, hier, à 16h.

« Idai », devenu un cyclone tropical intense, commence à s’éloigner des côtes malgaches, au large de la région Melaky, après une petite virée à 100km de Maintirano. A 15h, hier, Idai se trouvait à 155km au Nord-Ouest de cette ville. Accompagné d’un vent moyen de 175km/h et de rafales de vent pouvant atteindre 250km/h, ce cyclone tropical intense emprunte une direction Sud-Ouest, à une vitesse assez lente de 6km/h, si au cours des 12 précédentes heures, il était quasi-stationnaire. On s’attend, à partir d’aujourd’hui, à une évolution rapide de la situation car Idai est prévu se mouvoir un peu plus rapidement pour atteindre les côtes mozambicaines au cours de la semaine. Ainsi, les alertes déjà émises par Météo Madagascar restent maintenues : alerte jaune pour les districts de Besalampy, de Maintirano et d’Antsalova ; alerte verte pour ceux de Belo sur Tsiribihina et de Morondava.

Temps humide. Les pluies abondantes et quelques rafales de vent pouvant atteindre 50 à 60km/h, seront toujours au rendez-vous dans le Melaky et les localités avoisinantes. Le temps sera, en conséquence, dicté par Idai sur la partie Ouest de Madagascar, ce jour : averses orageuses dans les régions Sofia et Boeny, le matin, et temps couvert ainsi que de la pluie sur la partie continentale du Boeny, du Melaky, du Menabe et dans le Bongolava. La matinée sera exempte de précipitations sur le reste de l’île, ce jour. Les prévisions annoncent, toutefois, des averses orageuses dans l’après-midi, hormis dans les régions de Vatovavy-Fitovinany, Atsimo Atsinanana, Anosy et Androy. Autrement dit, les Hautes Terres centrales seront concernées par les averses orageuses de l’après-midi.

Côté températures, les prévisions annoncent une minimale de 15°C localisée à Fianarantsoa pour ce jour, et une température maximale de 35°C à Morondava. Concernant la Capitale en particulier, les températures seront globalement comprises entre 16°C et 27°C.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Foibe Fitsaràna fiarakodia : Nandray ny fitantanana ny Jly Tsirivelo Nicolas

Ny Tale jeneralin’ny Foibe fitsaràna fiarakodia vaovao : ny Jly Tsirivelo Nicolas.

Tontosa omaly antoandro tetsy amin’ny Foiben-toeranan’ny fitsaràna fiarakodia tetsy Alarobia ny famindram-pahefana teo amin’ny Tale jeneraly vaovao hitondra ity sampan-draharaha iray ity, ny Jly Tsirivelo Nicolas, izay vao voatendry tamin’ny alalan’ny filankevitry ny governemanta ny herinandro teo, sy ny mpitantana teo aloha, ny Jly Randrianarimanana Mosesy. Am-pirahalahiana tanteraka ny lanonana. Tonga nanome voninahitra ny lanonana sy nisolo tena ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny mpandrindra jeneraly ireo laharan’asa stratejika, ny Jly Rabehajasoa Andrinarivo, niaraka tamin’ny Kaomandin’ny zandamariam-pirenena, ny Jly Andriajanaka Njatoarisoa, ary ireo tale vitsivitsy nifandimby teo aloha.

Nandritra ny fandraisam-pitenenan’ity farany no nanaovana jery todika ireo asa vita nandritra ny fotoana nitantanany, ary ihany koa nitso-drano ny Tale jeneraly vaovao, hahaleo hahalasana sy hahavita be eo amin’ny adidy miandry azy. Naneho teny fisaorana sady nanome toky kosa ny Jly Tsirivelo fa hanao izay vitany sy hitondra ny fahaiza-manaony, hanome ny tsara kokoa hatrany ho an’ireo mpanjifa, hampandrosoana ity orinasa ity. Nampitandrina sahady ihany koa izy ho an’ireo zatra manao lalan-dririna sy mpihoa-pefy fa tsy handefitra velively. Isan’ny nimasoan’ny teo anivon’ny Foibe fitsaràna fiarakodia tokoa mantsy tato ho ato izay ny ady amin’ny kolikoly, izay isan’ny mahavoantondro molotra ity sampan-draharaha ity. Nambarany ihany koa fa apetraka ny vina arahin’asa (contrat programme) ho an’ireo toerana fitsaràna fiarakodia manerana ny Nosy. Hotohizana ary vao mainka hohamafisina bebe kokoa ny fidinana ifotony ataon’ny eo anivon’ny Foibe, hitsirana tampoka ireo fiara tsy manara-dalàna.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Hôtellerie : Arotel Antsirabe rouvre ses portes

Arotel Antsirabe arbore un nouveau look

La Ville d’Eau retrouve son joyau touristique, le prestigieux Arotel vient de rouvrir ses portes après des travaux de rénovation qui ont duré depuis juin 2016. Un lifting qui a donné à l’établissement un nouveau look, digne d’un grand hôtel international. Côté hébergement, le nouvel Arotel dispose de 45 Chambres dont 4 Suites juniors ; 4 grandes chambres familiales, 20 chambres TWIN standard, 17 chambres Grands lits standard. Pour la restauration, les gourmets retrouveront le restaurant Les Agapes avec ses 100 couverts, le Lounge Bar Agapes de 30 places le Bar-snack-salon de thé « Croc’inn » de 50 places. Ou encore la « Terrasse », une salle banquet de 400 places. L’hôtel dispose, par ailleurs d’un SPA  d’une salle de musculation, d’un Sauna, d’un Hammam, d’une cour de tennis éclairée en soirée et d’une piscine de 18 mètres. A signaler qu’AROTEL fait partie du Groupe ARO qui a financé dans sa totalité les dépenses engagées pour la rénovation. Le Groupe ARO a donc actuellement deux établissements hôteliers, à savoir AROTEL d’Antsirabe et MANDA BEACH de Foulpointe. Un projet de 3è établissement hôtelier dans la ville de Nosy Be – Hell Ville est déjà en gestation. L’inauguration de Arotel nouveau look a eu lieu samedi dernier en présence du Secrétaire Général du Ministère de l’Economie et des Finances Monsieur Raoelijaona Bien Aimé et du Directeur Général du Tourisme, Rakotoniaina Yves ; ainsi que  du Président du Conseil d’Administration de la Compagnie ARO, Andriamanga Herivelo et de son Directeur Général Andriambahiny Patrick

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Plateforme IFI : 22 000 plants boisés samedi dernier

Les membres de la plateforme IFI ont répondu présent à la Journéede reboisement du samedi 9 mars dernier.

Comme convenu, l’association IFI ou « Isika Fikambanana miara-dia amin’i Prezida Andry Rajoelina » a contribué samedi 9 mars dernier à l’initiative de reboisement massif menée par le Président de la République Andry Rajoelina. 22.000 arbres ont été plantés dans le « fokontany » de Tsitakondaza, commune Fihaonana, district d’Ankazobe. Une contribution qui entend renforcer les efforts du locataire d’Iavoloha dans son ambition de redonner sa verdure à Madagascar. Mais également, une volonté de soutenir le Président dans ses projets et programmes de développement pour le pays. « Toutes les associations membres de la plateforme ont pu envoyer des représentants lors de la Journéede reboisement. Une parfaite manifestation de noter soutien inconditionnel au Président » a fait savoir le président de la plateforme Richard Randriamanambintana.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

« Indian Ocean Music Market » : Mami Bastah parmi les 30 artistes participants

Mami Bastah sortira prochainement « Mamahoaka » qui comptera pour son huitième album.

Madagascar sera bien représenté sur les scènes de l’Iomma. Rendez-vous du 3 au 6 juin pour plus de 30 « showcases » et autant d’artistes dont Mami Bastah à l’Ile de la Réunion.

Plus que quelques mois et le marché de la musique de l’Océan Indien se tiendra à l’île de la Réunion. Après le passage très marqué de Kristel, cette année, c’est Mami Bastah qui représentera Madagascar avec son style bien propre à lui. Du 3 au 6 juin, artistes, producteurs, managers, festivaliers donneront vie à la huitième édition à travers des conférences, des rencontres professionnelles et plus de 30 « showcases » à Saint-Pierre.

Pour ce faire, Mami Bastah a revisité son répertoire. Sans changer radicalement sa formule qui gagne, il a donné un second souffle à bon nombre de ses morceaux en versant dans la musique actuelle. De même, il a également sorti quelques nouveaux titres comme « Tsy ekenay » et « Finoana sy fanantenana ». Toujours du « tandonaka » et du folk mais cette fois-ci, comme dorénavant il arrange lui-même ses chansons, l’auteur/compositeur a ajouté une touche plus actuelle en colorant ses titres avec plus de sonorités plus lourdes sans pour autant agresser les oreilles du public lambda. « Mes nouvelles compositions tendent plus vers la musique actuelle, pour répondre à la demande sur le marché, que ce soit dans les festivals internationaux que les grands rendez-vous musicaux  du monde. Je garde toujours le « tandonaka » comme base mais cela ne m’a pas empêché de m’ouvrir encore plus et utilisant des amplificateurs. Pour Iomma, nous seront quatre sur scène, avec le claviériste qui utilisera trois ou quatre synthétiseurs » relate-t-il.

Pour rappel, Iomma est une plateforme musicale de l’Océan Indien. Fort de huit éditions, le but est de favoriser les échanges rencontres et opportunités entre les artistes et professionnels de l’Océan Indien, tout en construisant des passerelles vers les acteurs de l’industrie musicale venant d’Europe, d’Australie, d’Amérique et d’Asie. Plusieurs centaines de professionnels de la musique tous azimuts sont attendus durant le trois jours.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanana : Kandidà ho solombavambahoaka nalain’ny dahalo an-keriny

Satria ve manambola matoa sahy mirotsaka hofidina ? Asa tokoa raha izany no tao an-tsain’ireo dahalo naka an-keriny kandidà iray ho solombavambahoaka, tany amin’iny distrikan’i Tsaratanana iny indray.

Ny teo aloha efa avotra, moa ny hafa misosoka indray. Izay raha fintinina amin’ny teny fohy ny mahakasika ity trangana fakàna an-keriny manao sesilany any amin’iny faritra Betsiboka iny. Raha avotra soa aman-tsara omaly maraina mantsy ilay ankizivavy kely efa-taona nalain’ireo olon-dratsy tao Ambodimangan’i Betsiboka dia fantatra izao fa lehilahy iray, nisafidy ny hirotsaka ho solombavambahoaka avy amin’ny « vovonana Isika miaraka amin’i Andry Rajoelina » no nalain’ireo olon-dratsy an-keriny, ny harivan’ny alahady lasa teo. Araka ny angom-baovao avy any an-toerana dia teo amin’ny sampanan’i Bekapaika mihazo an’i Tsaratanana no namelezan’ireo dahalo am-polony maro azy. Vao handeha hihazo an’i Tsaratanana mihitsy ny lehilahy tamin’io fotoana io, handrotsaka ny antontan-taratasy filatsahan-kofidina no sendra ireo malaso. Marihana, hoy ny vaovao fa  Talen’ny fari-piadidiam-pampianarana Betsiboka teo aloha ity rangahy ity, ary mahafantatra tsara ny toerana sy azo lazaina fa tompon-tany mihitsy aza. Ary angamba noho izay no tao an-tsainy ka sahy namakivaky faritra mena tsy nisy mpanaraka ny lehilahy. Teny antenantenan-dalana anefa, raha teny ambony môtô niaraka tamin’ny mpamiliny izy no sendra ireo olon-dratsy ary dia lasan’iretsy malaso ambongadiny, niaraka tamin’ireo taratasy filatsahan-kofidina. Raha ny fantatra hatrany dia toa hoe nizotra nihazo an’i Mahajamba iny ireo olon-dratsy, nitondra azy. Efa nampandrenesina mahakasika ity tranga ity moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana tany an-toerana ary efa samy nahetsika avokoa izy ireo hanara-dia sy hikaroka ireo mpaka an-keriny.

m.L/ Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Economie et Finances : Le nouveau DGFAG prend ses fonctions

Conformément à son nouvel organigramme, le ministère de l’Economie et des Finances dispose désormais d’une Direction Générale des Finances et des Affaires Générales (DGFAG), née de la fusion de l’ancienne Direction Générale du Budget (DGB) et de la Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat (DGGFPE).

On rappelle que Randimbiarisoa Oliva Emmanuella a été nommé à ce poste lors du dernier conseil des ministres. Ce denier a pris officiellement fonction, hier au cours de la passation de service entre lui, d’une part et Razanajato Razafinimanana Mialy Lanto et Mora Jackson respectivement ancien DGB et DGFPE par intérim, d’autre part. La DGFAG englobe quatre directions à savoir la Direction du Budget, la Direction de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat, la Direction de la Solde et des Pensions, la Direction du Patrimoine de l’Etat. Le nouveau DGFAG a profité de cette occasion pour faire état de la lourdeur des tâches et des grands défis liés à son poste. Il a prôné la continuité des actions déjà menées, en mettant en avant le premier grand chantier de la DGFAG qui est l’élaboration du projet de Loi de Finances Rectificative 2019.Cette dernière sera cadrée avec la nouvelle Politique Générale de l’Etat (PGE) menant à la concrétisation des conventions du programme Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), et sera soumise au Conseil des Ministres au mois d’avril, avant d’être mise en vigueur par voie d’ordonnance par le Président de la République. La passation de service d’hier a vu la présence du ministre de l’Economie et des Finances Randriamandrato Richard et du Directeur du cabinet par intérim, Tsialiva Rajaobelina.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Mialy Rajoelina : Engagement en faveur des droits de la Femme

Le couple Rajoelina a visité l’usine Omnicane spécialisée dans le bioéthanol.

La Première Dame malagasy était hier l’invitée du « National Women Entrepreneur Council » à Phénix, Maurice. Dans le cadre du 51ème anniversaire de l’Indépendance de Maurice, le NWEC a organisé hier une rencontre à laquelle Mialy Rajoelina était invitée. L’occasion pour la Première Dame de réitérer son engagement en faveur de la défense des droits de la femme et de la revalorisation de sa place au sein de la société et de la famille. Un engagement qui est aussi celui du NWEC et du ministère mauricien chargé de l’égalité des genres, de la protection maternelle et infantile et du bien-être de la famille représenté hier par la Secrétaire permanente Sandia Bahadour. Continuité. L’épouse du ministre malgache des Affaires Etrangères, Claudia Pichler Andriantsitohaina a accompagné Mialy Rajoelina lors de cette rencontre organisée par le NWEC dont le rôle est semblable à celui de l’association Fitia fondée par l’épouse du président Andry Rajoelina depuis la Transition. Devenue Première Dame, ses actions s’inscrivent dans la continuité de ce qu’elle avait entrepris depuis 2010. Bioéthanol. Mialy Rajoelina a ensuite visité la vente-exposition de produits artisanaux réalisés par l’association de femmes mauriciennes puis le centre de formation informatique et de couture qui comprend une salle de doléances pour les femmes victimes d’exploitation. La présidente du PAESFA qu’elle est aussi, a accompagné son président de mari à l’usine Omnicane dont l’une des activités est justement accès sur la production de bioéthanol.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Votsotra omaly ilay ankizivavy lasa an-keriny

Omaly maraina no fantatra fa votsotra teny am-pelatanan’ireo dahalo ilay ankizivavy kely vao efa-taona monja, nalaina an-keriny ny sabotsy faharoa martsa lasa teo. Hatreto dia tsy nisy aloha vaovao azo mahakasika izay fahafahan’ilay ankizy izay. Nisy vola naloa tamin’ireo mpaka an-keriny ve sa noho ny ezak’ireo mpitandro filaminana manokana izay tsy nandry andro tsy nandry alina, nanara-dia sy niezaka nikaroka izay nisy ny fitobian’ireo olon-dratsy? Andrasana araka izany ny fanazavàna avy amin’ireo tompon’andraikitra.

m.L / Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Tana Shooters : Le club vise le titre cette année

Comme chaque année pour marquer le début de la saison, Tana Shooters basket-ball club (TSBBC) effectue une campagne de reboisement. Les membres du club se sont donnés rendez-vous à Mahajijy, Mahitsy sur la RN4. « Nous priorisons l’éducation des jeunes à travers la préservation de l’environnement. Au-delà du sport, il ne faut pas oublier le volet éducatif en inculquant les valeurs citoyennes à nos jeunes » a déclaré Patrick Andriamahenina, dit « Coco », président fondateur du club. 600 jeunes plants d’eucalyptus et d’acacias ont été mis à terre samedi. Profitant de cette occasion, le club a félicité les jeunes joueurs qui ont réussi aux examens officiels en 2018, ce pour les encourager à exceller et à travailler davantage. « Comme on sait, le sport ne fait pas encore vivre à Madagascar, il est primordial que les jeunes joueurs et joueuses investissent à fond dans leurs études ». En quatre ans d’existence, le club a fini de mettre en place toutes les structures notamment les encadrements techniques. « On a actuellement, des coachs complets. Nous allons essayer d’améliorer nos résultats et performances cette année », continue Coco. En 2016 à la création du club, ils étaient 25 garçons et 25 filles, on recense plus de 250 joueurs et joueuses licenciés allant de la catégorie U12 à U18 garçons et filles. En 2020, le club va célébrer ses 5 ans d’existence et pour marquer le coup, plusieurs manifestations seront organisées.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Antsoatany : Mbola misy ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy

Notontosaina ny sabotsy 9 martsa lasa teo ny fankalazana ny andron’ny vehivavy tao amin’ny kaominina ambanivohitra Antsoatany. Mbola nifanotrona tamin’ny fankalazana ny an’ny distrika natao tao Ambohibary no antony nanemorana ny fankalazana. Tsy nampiova zavatra anefa izany fa ny zava-dehibe dia tafita ny hafatra napetraka nandritra ny fankalazana, hoy Ramatoa Nalitiana Ramanantenasoaniaina, ben’ny tanana an’Antsotany. Ho an’ny kaomininana ambanivohitra Antsoatany dia mbola misy  ny herisetra mianjady amin’ny vehivavy sy ny ankizy ka izany no nitondrany hafatra mba hitsaharan’izany herisetra izany sy hanajana ny zon’ny vehivavy. Hetsika maro no nentina nanamarika ny fotoana, niainga tamin’ny diabe nanerana ny tanana izay notarihan-dramatoa ben’ny tanana. Ankoatra izay, nisy ny ady baolina nifanandrinan’ny vehivavy avy amin’ny kaominina Antsoatany sy ny kaomininina Mangarano. Marihina moa fa roa no vehivavy ben’ny tanana eto amin’ny distrikan’Antsirabe II dia ny ao Antsoatany sy Mangarano.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Ligue des champions : Forfait du 3FB Maevatanana !

Après le forfait de Maintirano, la ligue des champions 2019 enregistre son deuxième forfait en l’occurrence celui du 3FB Maevatanana privant ainsi le Fosa Juniors Elite de son premier match prévu se tenir samedi.

La première journée du groupe majungais a été quelque peu perturbée mais cela n’a pas empêché le TAM Port Bergé de passer à la moulinette la JS Antalaha avec cette large victoire de 7 buts à 1.

L’Ajesaia a, pour sa part, raté son entrée en se faisant tenir en échec par le modeste club de la JSMS sur le score de 1 à 1.

Pas un tendre. Un résultat qui va en quelque sorte obliger l’Ajesaia à gagner au moins son match contre TAM Port Bergé qui n’a pas la réputation d’être un tendre à l’image de sa troisième place de son groupe lors de l’édition 2018.

Même Fosa Juniors Elite aura intérêt à se méfier de ces joueurs du Port Bergé qui ne sont pas venus en victime expiatoire.

Et même si la logique est respectée avec la qualification de Fosa et de l’Ajesaia, le TAM Port Bergé sera un prétendant sérieux pour le titre de la Division 2 tant il a toutes les qualités pour tenir tête aux recalés de ce premier tour c’est-à-dire toutes les équipes se classant de la 3ème à la 6ème place du groupe.

En attendant, on savoure l’idée de ce face-à-face entre l’Ajesaia et le TAM Port Bergé qui a l’air d’une belle finale.

De belles bagarres. Pour rester dans ces duels en perspective, on notera le ménage à trois à Ampasambazaha avec la CNaPS, Zanakala et le FC Vakinankaratra.

Si la CNaPS est un peu au-dessus de la mêlée, on ne pense pas que Vakinankaratra va lever les pieds face à Zanakala.

Mais la plus belle bataille aura lieu lors des trois dernières journées à Toamasina puisqu’ils sont quatre clubs à prétendre à la qualification. Outre l’Adema victorieux de ses deux premiers matches, il y a les locaux de Tia Kitra, JET Mada mais aussi Voromaherin’Ambatondrazaka qui ne lâche pas prise.

A Toliara, si la qualification du 3FB est en train de prendre forme, on aura droit à de belles bagarres pour la seconde place qualificative qui se joue entre le FC Ilakaka et le COSFA.

Clément RABARY