Les actualités Malgaches du Lundi 12 Mars 2018

Modifier la date
News Mada3681 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : fanendrikendrehana an-drariny

Alahady tolakandro. Mikatso ny fifamoivoizana amin’ iny arabe eny Imerinafovoany mamonjy an’Ambohibao iny. Mandady manao dian-tsokatra ny fiara mitanjozotra. Poa tahak’izay, iny misy fiara mandingana ny fepetra fandaminana. Misongona ny rehetra ary mirimorimo mangalatra ny anjara làlana atokana ho an’ny fiara mifanena. Fa angaha taitra akory ny anao lahy. Noho ny jiro manjelanjelatra eo amin’ny fitaratra aloha dia mihevitra angamba izy fa tsy maintsy misokatra ho azy eo anoloany ny làlana. Marina ny azy ! Mamonjy sisiny mitampifipify avokoa ireo mifanena aminy. Maro angamba ireo azon’ny fakampanahy te hanompa mihitsy nefa moa alahady ny andro ka manindry tena. Na izany aza, samy manozona an’ilay tsy valahara ? Iza moa ity tsy valahara matin’ny ozona raha nahafaty ny ozona ? Minisitra, hoy izay ametrahana ny fanontaniana. Minisitra tsy fantatra hoe iza marina amin’

ireo mpikambana ao amin’ny governemanta fa tsy misy afa-tsy ny iray amin’ireo hono. Maro loatra izy ireo no tsy mandraharaha izay fiheveran’ny mpiray monina. Tsy ananany tahotra na henatra ny fampisehoana toetra ratsy fanjakazakana. Ny tena mampivonto fo ny olona dia ny fanaovany ny fihetsika toy izao amin’ny andro alahady. Tsy misy hitsara na tena mpivavaka na mpihatsara ivelan-tsihy izy ireny. Nefa kosa raha jerena amin’ny fihetsika toy ireny dia mampieritreritra ihany. Araky ny fanalana tsiny heno mikasika ny fanaparam-pahefana toy ireny dia avoitra ny fahamaizana noho ny fikarakarana sy fanenjehana raharaham-pirenena. Na alahady aza dia misy fampiantsoan’ny lehibeny maika ka mahatonga fanilikilihana ny mpiray monina ? Ho gaga ve raha ankahalaim-bahoaka ?

Ny mponina koa moa etsy andaniny tsy te hanavaka intsony, fa raha vao fiarabe 4X4 tsy ahafantarana izay ao anatiny noho fitaratra maizina dia tonga dia mamalan-kira amin’ny fanendrikendrehana. Misy anefa olona tompona fiara lafovidy toy ireny no manararaotra noho ny fahalalany fa na voarara aza ny fitaratra diso matroka be loatra sarotra ho an’ny mpitandro filaminana no hanakana azy ireny mba hisavana raha tena tompon’andraikitra ambony tokoa no ao anatiny na tsia. Vokatr’izany rehetra izanyanefa dia ny fitondrana tsy an-kanavaka no iangonan’ny rihitra. Raha manakaiky ny fifidianana dia manampy ny lonilony noho ny tsy fahitan’ny mponina vokatra mivaingana ny zava-madinika tsy tsindry.

Léo Raz

Midi Madagasikara864 partages

Fanafahana ireo mpangala-jaza teto Toamasina: “Tsy heloka ny fikasana hangala-jaza…” hoy ny Tonia mpa...

Nanaitra ireo mpahay lalana eto Toamasina, ny fanazavana nomen’ny tonia mpampanoa, mikasika ny fanafahana vonjimaika ireo voarohirohy ho mpangala-jaza, ny talata 6 martsa 2018 teo. “Tsy heloka ny fikasana hangala-jaza izany , satria mbola tsy tontosa ny heloka, hatreto ihany koa teto Toamasina tsy mbola nisy ray aman-dreny nitory sy nitaraina fa very ny zaza”, hoy Rajaonah Thierry Lauret, tonia mpampanoa lalana ny fitsarana ambaratonga voalohany eto Toamasina. Mbola nohamafisiny fa “mbola tsy nisy ny halatra sy varotra natao tamin’ity raharaha ity, ka tsy mitombina ny heverina fa heloka tamin’izao hala-jaza izao. Noterena hanaiky ny heloka tsy nataony izy ireo teny amin’ny polisy raha nanao ny fanadihadiany ny mpitsara manadihady”. Ho an’ireo ray aman-drenin-jaza, ao anatin’ny 3 taona hatramin’ny 16 taona, tafiditra tao anatin’ilay someso nifanaovan’ireto mpangalatra sy mpivaro-jaza nahazo fahafahana vonjimaika ireto ary amidy 3 hatramin’ny 9 tapitrisa ariary, dia nomarihan’izy ireo, fa “miteraka horohoro anay ny zava-misy, saingy izay moa ny fanapahan’ny mpahay lalana malagasy ka afaka hanao inona amin’ireo debaben’ny fitsarana ireo ny vahoaka madinika”. Na izany tsy manaiky milefitra amin’ny ambaran’izy ireo, fa “didin’ny mpahay lalana” izao ireto ray aman-dreny tafaresaka tamin’ny mpanao gazety, ka sahy nilaza mihitsy fa “hisy ny fitsaram-bahoaka, satria tsy hanaiky hanaovana fitadiavam-bola amin’ny zanakay izahay na hidiranay am-ponja aza”. Telo andro taorian’ny famotsoran’ny fitsarana ilay enina mianadahy voarohirohy ho manao tamba-jotra na mpangala-jaza eto Toamasina, dia nisy tranga voalohany niseho tao Andranomadio amin’ny lalam-baovao, ny zoma 9 martsa teo tokony ho tamin’ny 5ora hariva. Zazalahy iray avy nianatra namonjy fodiana no nisy lehilahy roa niantso fa hoe misy zavatra omen’izy ireo azy. Mailo anefa ity zazalahy ity, dia tsy nanatona sy nanohy ny lalany tamin’ny hazakazaka. Hagagana ny an’ny ray aman-dreniny nony tonga tao an-trano izy, ka nanontany azy nefa raha niezaka nanara-dia ireto lehilahy roa ireto izy ireo, dia efa tsy hita ny nisy azy roa lahy. Ny hany tadidin’ilay zazalahy fotsiny, dia mikavin’ila ny iray tamin’izy ireo.  Ankoatra izay, dia nilaza ny talen’ny filaminana anatiny eto Toamasina fa “efa porofo azo itarihana ny fanadihadian’ny fitsarana ny someso voaray ho porofo; koa raha misy ny fangatahana fanampim-panadihadiana, dia anjaran’ny fampanoavana ny manome baiko ny polisy”. Ho an’ Andriamihangy Georges Florence, tonia mpampanoa lalana ambony eto Toamasina kosa, nilaza izy fa tsy mahalala ity raharaha ity , satria tsy nisy tatitra azony na tamin’ny polisy, na tamin’ny mpitsara.

Malala Didier

Midi Madagasikara368 partages

Ambilobe: Le Chef District et le Préfet de Région menacés de limogeage

La panique dans les rangs du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Quelques jours seulement après la démonstration de force d’Andry Rajoelina à Ambilobe, les représailles commencent déjà. De sources concordantes, les autorités locales, en l’occurrence, le Chef District, le Préfet de Région, ainsi que les responsables locaux de la Police nationale et de la Gendarmerie seraient actuellement menacées de limogeage. Ils risquent de perdre leur poste pour avoir accordé une autorisation à la manifestation du MAPAR. Une telle initiative risquerait d’accentuer le taux d’impopularité du parti au pouvoir dans le Nord. Par ailleurs, face à l’annonce d’Andry Rajoelina de prendre en charge les travaux de réhabilitation des routes d’Ambilobe, le pouvoir HVM décide de réagir. Selon nos sources, le régime, par l’intermédiaire du Ministère des Travaux publics prévoirait d’envoyer à Ambilobe dès demain des engins. Comme par hasard, l’ancien président de la Transition a annoncé lors de son meeting que des engins seront à Ambilobe dès mardi prochain, c’est-à-dire demain. Incapable d’imaginer des projets sociaux pour la population, le HVM connu et reconnu comme étant un spécialiste du plagiat, ne fait que copier les projets annoncés par ses adversaires politiques.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara182 partages

Pasteur Mailhol: Candidature officialisée

C’est officiel ! Un autre politicien vient de déclarer sa candidature à la prochaine présidentielle. Il s’agit du pasteur Mailhol, soutenu par son parti : le GFFM ou « Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara ». C’était lors du congrès national du parti, hier, à Ivato que cette nouvelle a été proclamée. Comme les autres, le pasteur Mailhol et son parti se dotent déjà d’une vision qu’il a présentée, hier. Il a affiché sa grande détermination, car comme il l’a annoncé lors de congrès, il est chargé « d’accomplir une mission divine qu’est de sauver Madagascar ». Ce sera effectué alors à travers la prochaine élection. Confiant qu’il sera élu ou placé (c’est selon) à la tête du pays, les débats – pour lui – ne sont plus au niveau du processus électoral, du contentieux électoral, de l’ambiance avant, pendant, ou après les élections, mais plus axés sur le « comment amorcer le développement de Madagascar ? ». Lors d’une interview, le pasteur Mailhol n’a pas cessé de mettre en exergue le patriotisme et la nationalité malgache. C’est le cas, par exemple, des négociations avec les investisseurs et les partenaires techniques et financiers. « Je travaillerai, en priorité avec mes compatriotes Malgaches. Mais s’ils ont des projets à proposer, que ces derniers profitent, au préalable à la population. C’est la condition que je pose », a-t-il souligné. Il promet aussi un déverrouillage des médias publics et beaucoup plus d’indépendance ou de latitude aux médias privés. « Tout le monde peut s’exprimer, manifester et se réunir librement. A cet effet, j’affecterai une place publique. Néanmoins, je ne tolèrerai pas les cas de diffamations publiques, d’affirmations gratuites, de dénigrements, etc. », dixit-il.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara149 partages

Dossier ZES : une énorme explosion sociale à craindre avec les articles 41 et 51 !

Une Zes, une Zes qui fonctionne en bonne et due forme est une condition sine qua non au décollage économique.

La ZES ou Zone Économique Spéciale ? C’est un sujet d’actualité qui divise à Madagascar. Comprenant mal le concept, la plupart des Malgaches affichent une certaine méfiance par rapport au sens, au déroulement et surtout aux conséquences de cette technique indispensable au développement économique de Madagascar. Mais pourquoi ces appréhensions ? C’est tout simplement parce que le concept de ZES, renforcé par la loi n°2017-023 que les dirigeants malgaches actuels veulent asseoir actuellement n’est pas le vrai. Et pire ! Cela risque de déclencher une explosion sociale.

Qu’est-ce qu’une Zes ?

Holijaona Raboana, président de l’Émergence de Madagascar et expert en la matière nous apporte des précisions techniques préalables sur ce qu’est une ZES, comparée à son aîné PIC (Pôle Intégré de Croissance) qui n’a pas abouti. « Sur l’initiative de la Banque Mondiale, dans les années 2000, l’objectif du projet Pic était la réalisation d’une nouvelle ville, d’une zone franche, d’une zone industrielle qui sera présentée sous forme de nouveau pôle industriel », a-t-il rappelé. Alors, pourquoi un échec ? « Parce qu’il n’y avait pas la dimension d’« extraterritorialité », c’est-à-dire une zone franche élargie, non pas uniquement industrielle, mais où tous les aspects de l’économie sont régis par un régime franc : les ports, les banques, même le régime juridique de l’ensemble de la zone est un régime d’exonération », a-t-il souligné. 

Pourquoi cela ne va pas marcher pas à Madagascar ?

Interrogé sur cette question, Holijaona Raboana a souligné que « réaliser des Zes à Madagascar nécessite des conditions préalables, dont la connaissance et la maîtrise de la conjoncture géopolitique et géoéconomique internationale ». Sur le plan international, nous ne sommes pas sans savoir que la Chine, un pays émergent et qui est devenu, depuis quelques années la première puissance économique, a enregistré un décollage économique, vers les années 80, grâce aux Zes. Mais son hégémonie est le résultat, non pas d’un simple déclic, mais d’un long processus et surtout d’importantes réformes axées sur l’ouverture économique. C’est à travers les réformes dénommées « Économie de Marché Communiste » et qui a instauré la culture du « gagnant-gagnant » que la Chine connait et maintient son essor économique. Pour l’Emergence de Madagascar, c’est cet esprit « gagnant-gagnant » qui fait défaut dans l’actuel projet de Zes, d’inspiration franco-civiliste (ZES initiées dans les pays africains francophones), et c’est ce qui va accentuer la pauvreté à Madagascar.

Un régime juridique dangereux et impropice

Dans la loi n°2017-023 qui régit les Zes à Madagascar (ndlr : à noter quelques uns de ses articles ne sont pas encore en vigueur), quelques zones d’ombres planent toujours. C’est  le cas, par exemple, des intérêts dont profitera l’État à l’issue d’un projet Zes réussi. Mais ce n’est pas tout. Outre les réserves et les remarques de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), dans sa décision n°01-HCC/D3 du 17 janvier 2018 sur la loi en question, l’Émergence de Madagascar a soulevé quelques points qui portent gravement atteinte à la souveraineté du pays et qui risquent d’enclencher une énorme explosion sociale.

Article 51 : un risque de vente de la patrie

Cet article 51 dispose que « la mise à  disposition des terrains au développeur se fait par le biais d’une concession foncière d’une durée maximale de 30 ans renouvelable ». Pour l’Émergence de Madagascar, c’est tout simplement le synonyme de « vente de la patrie », pour reprendre ses termes. En effet, Holijaona Raboana s’explique : « Quand les ZES sont en situation d’échec, les terrains reviennent à l’État. Mais quand elles rencontrent le succès, les ZES appartiennent aux étrangers. C’est illogique. D’où notre réticence par rapport à cette approche de location-vente ». Un autre fait qui illustre à quel point les intérêts de l’État et de la population (médiatement) ne figurent que partiellement dans l’esprit de cette loi. De surcroît, cette idée de « location-vente » donne naissance au concept « État étranger dans un État »  qui – qu’on le veuille ou non – ampute une partie de la souveraineté de Madagascar, estime toujours l’Emergence de Madagascar.

Article 41 : esclavage moderne économique

Pour ce qui est de cet article 41, il est prévu que « chaque entreprise Zes est libre de rémunérer ses travailleurs en fonction exclusivement de leurs compétences, de leurs aptitudes et de leurs performances à condition de respecter le salaire minimum des catégories professionnelles fixé par les textes réglementaires en vigueur ». Pour l’Émergence de Madagascar, de cet article résulteront deux conséquences négatives. D’une part, l’employé qui travaillera au sein d’une entreprise Zes sera payé sur la base du SMIG qui, actuellement, est dans les environs de 150 000 Ariary. D’autre part, l’Émergence de Madagascar se pose la question suivante « le régime actuel a-t-il bien compris que les flux financiers dans les Zes sont uniquement en devises ? ». Et une comparaison avec les zones franches pour bien comprendre le problème. « Dans les zones franches, les recettes sont en devises mais elles doivent passer par le MID (Marché Interbancaire de Devises) pour être changées et payer, par la suite, les frais locaux. Dans une Zes, ce n’est pas le même fonctionnement. Tout est en devises y compris les frais locaux. Alors pourquoi ne pas payer les salariés en équivalent de devises ? Encore une fois, c’est illogique. Être payé en équivalent de devises implique de nombreux avantages. Par exemple, s’ils sont payés à 200 Euros, ils sortent de la Zes, effectuent une opération de change et obtiennent 800 000 Ariary ».

Location : du népotisme au rendez-vous !

Depuis la mondialisation du libéralisme économique, on a abandonné l’aspect interventionniste de l’État dans l’économie. Il joue dès lors un rôle d’arbitre. Sur ce point, l’Émergence de Madagascar a son mot à dire. «Les Chinois qui prennent l’initiative d’investir à l’étranger, le font à travers des sociétés d’État, désireuses de s’associer avec celles des pays d’accueil. Or à cause de notre système trop libéral, qui n’accepte plus que l’État s’associe dans le secteur commercial et économique, risque de trouver une alternative douteuse. Les proches du pouvoir et le pouvoir seront tentés d’associer leurs familles dans les opérations de partenariat avec les sociétés d’État chinois », indique Holijaona Raboana. Ce qui fait que, toujours sur la base des explications de ce dernier, « les Chinois sont étiquetés de ‘’colonisateurs’’, d’  ‘’impérialistes’’ alors que, quelque part, c’est nous qui avons mal compris leur méthode, leur approche ».

Légende : Holijaona et Harijaona Raboana, les co-rédacteurs du programme Emergence de Madagascar avec les membres de la Plateforme pour l’Emergence de Madagascar créée en 2013 (FJ/12.03/MIDI/Emergence)

Ce qu’il ne faut pas faire : l’arbitrage de l’État

Dans un contrat d’une grande envergure à l’image de la Zes, les intérêts de l’État doivent être mis en exergue et doivent être clarifiés. Pour l’Émergence de Madagascar, ce qu’il ne faut pas faire, c’est justement l’arbitrage de l’État tel que constaté actuellement. « C’est véritablement le concept de société  d’économie mixte qui est mal compris par les Occidentaux. A titre d’illustration, pour le FMI (Fonds Monétaire International), il est question de privatisation ou de libéralisation intégrale de l’économie, donc l’État ne peut plus participer, ne peut plus avoir des prises de participation dans la production et dans l’économie. Il reste arbitre », réitère le président de l’Émergence de Madagascar.

Ce qu’il faut faire : mettre en place la culture du « gagnant-gagnant »

Pour que les Zes puissent profiter à la population et à l’État, il faut introduire la culture du « gagnant-gagnant » à Madagascar laquelle sera prévue dans toutes les lois qui ont trait aux investissements. Selon l’Émergence de Madagascar, une loi « gagnant-gagnant » instaure un partenariat équitable dans lequel la production et non les bénéfices, est partagée entre les associés. « Cela pourrait, si l’on prend l’exemple d’une exploitation agricole, répondre à la problématique de la filière riz », estime Holijaona Raboana.

Par ailleurs, l’autre impératif pour un pays d’accueil de Zes est l’allègement des procédures et des conditions qui alourdissent les investissements. Un cas qui se produit notamment avec les investisseurs occidentaux qui exigent, au préalable, la sécurité des investissements, le traitement national, l’État de droit, la bonne gouvernance et la liste est loin d’être exhaustive. Or, pour les  investisseurs asiatiques, en particulier les Chinois, il est seulement question pour le pays d’accueil de suivre les normes techniques dans la mise en place des Zes par le biais de l’e-gouvernement. L’e-gouvernement, selon les explications du président de l’Emergence de Madagascar, « est un processus de mode d’organisation de l’administration, de la sécurité, etc. par les NTICs qui permet d’effacer ou d’éradiquer petit à petit ce phénomène d’insécurité, de mauvaise gouvernance et même d’instabilité ».

Dossier réalisé par Aina Bovel

Source : Émergence de Madagascar

Midi Madagasikara132 partages

Muselage de la propagande: « Ampamoaka » et polémique interdits

Lors du débat télévisé organisé la veille du premier tour de la présidentielle en 2013, Roland Ratsiraka avait brandi un dossier contre Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier a été aussi traité au second tour de candidat d’un régime putschiste par Jean-Louis Robinson.

Pareilles pratiques qui étaient de bonne guerre (électorale) à l’époque, seront interdites pour la prochaine course à la magistrature si le projet de loi organique relative au régime général des élections et des référendums venait à être adopté sans amendement par le Parlement et avalisé par la HCC. « Les différents moyens de propagande utilisés par les candidats doivent respecter les limites de la liberté d’expression. A cet effet, il est interdit à tout candidat, liste de candidats ou entité en faveur d’une option de produire et diffuser des documents électoraux injurieux ou diffamatoires ; porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale à un moment tel que ses adversaires n’aient pas la possibilité d’y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ; promouvoir et utiliser une marque ou des produits commerciaux à des fins de propagande électorale ». Telles sont les dispositions de l’article 93 du projet de code électoral qui fera l’objet d’une séance d’imprégnation demain à Tsimbazaza. La séance plénière étant prévue pour le 20 mars.

Questionnements. On est en droit – au propre comme au figuré – de poser un certain nombre de questionnements par rapport à ces dispositions inédites :

Primo, qu’est-ce que le gouvernement qui a élaboré ce projet de loi organique entend ou sous-entend par « documents électoraux injurieux ou diffamatoires » ? D’ailleurs, point n’est besoin de les particulariser dans le cadre de la propagande puisque l’injure et la diffamation sont des délits déjà prévus par le code pénal. Période électorale ou pas.

Secundo, que signifie « un élément nouveau de polémique électorale » ? La propagande étant par nature une période de débats c’est-à-dire de polémique. Et « élément nouveau » par rapport à quoi, à qui et à quand ? En tout cas, cette notion généralement utilisée dans un dossier judiciaire, est vraiment « un élément nouveau » par rapport à tous les précédents codes électoraux.

Tertio, la campagne électorale est l’occasion pour un candidat de prendre de vitesse ses adversaires. Tant pis pour ceux qui « n’ont pas la possibilité d’y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ». La course à Iavoloha n’est du reste pas une course à handicap. Et que veut-on aussi dire par « utilement » ?

Transparence. Les députés vont-ils adopter ces dispositions qui leur seront également applicables lors des prochaines législatives ? Et cette tentative de museler les candidats et leurs partisans durant la campagne électorale sera-t- elle cautionnée par la HCC ? Laquelle a censuré ces derniers temps bon nombre de projets de loi qui comportaient des dispositions contraires à la Constitution. Celle-là même qui consacre « la transparence dans la gestion et la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique, le respect et la protection des libertés et des droits fondamentaux ». En particulier « les libertés d’opinion et d’expression ». La loi fondamentale garantit également à tout individu « le droit à l’information ».

Liberticide.  L’électeur est notamment en droit de connaître les « affaires » de tout prétendant à la présidence de la République. D’où l’aberration de l’article 94 qui stipule que « les moyens de propagande électorale mis en œuvre par les candidats, les listes de candidats ou les options ne doivent pas constituer un moyen de pression sur les électeurs, de nature à altérer leur libre choix ». En effet, la campagne électorale est par définition, l’occasion pour les candidats de convaincre l’électeur, d’influencer son choix. Les velléités de bâillonner les candidats sont renforcées par l’article 95 qui prévoit que « les interdictions et restrictions prévues par la présente loi organique en matière de propagande électorale sont applicables à tout message ayant le caractère de propagande électorale diffusé par tout moyen de communication au public par voie électronique ». C’est dire le caractère liberticide pour ne pas dire scélérat des dispositions de l’article 93 qui sont curieusement reprises textuellement par l’article 116 in fine qui édicte que « il est interdit à tout candidat de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale à un moment tel que ses adversaires n’aient pas la possibilité d’y répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ». Ce « doublon » – volontaire ou pas – est révélateur des velléités du pouvoir en place de contrôler et de museler la campagne électorale. Dans ces conditions, pourquoi ne pas interdire carrément la propagande ?

OPartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara50 partages

Qui sont nos hommes politiques ? Naharimamy Irma Ancienne journaliste, elle a été pourchassée en 2002

La députée de Mahanoro, Naharimamy Irma déteste l’hypocrisie.

Née le 5 septembre 1978 à Fénérive Est, Naharimamy Irma est aujourd’hui âgée de 40 ans. Fille unique de fonctionnaires, elle a beaucoup voyagé durant son enfance. Alors qu’elle n’avait que 9 mois, sa famille a quitté Fénérive Est pour rejoindre Mahanoro, la ville d’origine de son père qui est un enseignant retraité. Son père, philosophe de formation, est un Betsimisaraka originaire à la fois de Mahanoro et de Maroantsetra. Quant à sa mère, elle a été professeure de français, originaire d’Ambohidrapeto, à Antananarivo. Alors que la petite Irma n’avait que 8 ans, la famille a rejoint la Région Atsimo Andrefana, à Toliara où le père devait suivre des formations à l’Ecole nationale supérieure (ENS). C’est dans la Cité du Soleil donc qu’elle a passé toute son enfance. Elle y a fait ses études en primaire et secondaire et a obtenu ses diplômes de CEPE, BAE, Brevet technique ainsi que le Baccalauréat. En 1997, elle est revenue à Toamasina afin de poursuivre ses études de Gestion à l’Université de Barikadimy. Elle a ensuite enchainé avec des études supérieures en Tourisme, Tourisme Management et Anglais à Antananarivo. Etant une fille unique d’une famille de pédagogues, Naharimamy Irma a reçu une éducation très sévère, surtout venant de son père qui, avant de partir à la retraite était Chef CISCO de Mahanoro.

Engagement politique. La politique, Irma a grandi dedans, car son père était membre actif au sein de l’AREMA. Mais son véritable engagement dans la politique a débuté en 2002 lorsqu’elle a travaillé en tant que journaliste chroniqueur politique au sein de la Chaîne CANAL 6 à Toamasina. Elle y a côtoyé d’anciens journalistes de renom tels que les Onitiana Realy, Pamphile Rambelo et Nicolas Rabemananjara, l’actuel PDG de TV Plus. Même si elle n’était pas membre de l’AREMA, Naharimamy Irma a été pourchassée par les troupes de l’ancien président Marc Ravalomanana durant la crise de 2002, tout comme ses autres collègues journalistes d’ailleurs. Obligée de s’enfuir, elle est devenue une femme au foyer et est restée dans la discrétion totale jusqu’en 2007, l’année où Andry Rajoelina a été élu Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Elle a fait le déplacement à Tana avec l’ancien Chef de Région Atsinanana, Alain Mahavimbina pour proposer leur soutien au TGV. D’ailleurs, ils ont obtenu le feu vert du jeune Premier Magistrat de la Ville des Mille pour fonder à Toamasina la branche du TGV qui était encore une association à l’époque.

Passionnée de sport. Naharimamy Irma est connue pour sa sévérité, mais c’est aussi une femme au grand cœur (« Masiaka be ronono »). Elle est directe, franche et déteste l’hypocrisie. Elle est aussi passionnée par le sport. Elle a pratiqué l’Aïkido depuis la classe de sixième. Elle était aussi basketteuse durant sa jeunesse. Actuellement, elle fait du fitness pour entretenir sa forme. Très engagée dans la politique, la députée de Mahanoro n’a plus beaucoup de temps pour cuisiner, contrairement à la période 2002 – 2007 où elle aimait bien cuisiner des menus indiens tels que l’Akni, le Gulab jambu et le Kimo. Un style qu’elle a certainement appris de l’origine de son époux « karana ». Naharimamy Irma est mère de trois fillettes de 15, 13 et 11 ans. Actuellement, elle est Secrétaire national du MAPAR et députée de Madagascar élue à Mahanoro.

Recueillis par Davis R  

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada46 partages

Beauté naturelle de Madagascar : les photos nominées à l’affiche

Les photos de Benoit Feron, Fanoniaina Jakoba Rakotondrainitsimba et Matteo Cerreia Vioglio sont les nominées du concours « La beauté naturelle de Madagascar », organisé conjointement par l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar, l’Usaid Madagascar et le ministère du Tourisme malgache. Etant considéré comme les plus appropriées au message du concours, elles font actuellement l’objet d’une exposition depuis vendredi dernier à la galerie de l’American center Tanjombato.

Benoit Feron a présenté le « Lever du jour » sur les hauts plateaux, Fanoniaina Jakoba Rakotondrainitsimba, « Une richesse infinie », qui évoque  la rentrée d’un troupeau de zébus au coucher du soleil à Morondava, et Matteo Cerreia Vioglio avec, « Nosy Iranja », mettant en exergue deux femmes longeant le rivage au nord-est de l’île de Nosy Be, habillées de paréos traditionnels aux couleurs vives.

Sera R.

 

Midi Madagasikara34 partages

Fusillade à Ankaraobato: Blessé par les balles des pénitentiaires, un évadé de Tsiafahy capturé vif

Un coup de filet fructueux pour l’administration pénitentiaire hier vers midi. Un évadé de la maison de force de Tsiafahy a été cueilli dans la commune d’Ankaraobato, district d’Antananarivo-Atsimondrano. Il s’agit de Toky Fenosetra Safidy Randriamalala dit Safidy. Blessé par balles lors de son arrestation, il est hospitalisé à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Il figurait parmi les cinq prisonniers qui se sont évadés de cet établissement pénitentiaire en octobre 2017. Retraçant la manière par laquelle le fugitif a été appréhendé, Gal Honoré Randriambololomanana, directeur de la Sécurité des établissements pénitentiaires affirme qu’il s’agit du fruit de la collaboration avec des personnes de bonne volonté. Ces dernières ont informé les responsables de la prison de Tsiafahy de l’existence d’un individu suspect rodant dans la commune d’Ankaraobato. Selon les renseignements, le fugitif, dont le comportement a inquiété les habitants, avait repéré dans la localité depuis quelques semaines. Ainsi, Les gardiens de Tsiafahy ont mené leur investigation pour vérifier si l’interessé est vraiment la personne recherchée. L’enquête a alors, confirmé qu’il s’agit de l’un des cinq évadés. Après une filature de près d’une semaine, les gardes pénitentiaires ont fini par localiser leur pigeon dans une maison, hier vers midi. Ainsi, les hommes en treillis ont tout de suite quadrillé le lieu. Sommé de se rendre, Safidy a resisté afin de s’échapper. Pour ce faire, il a essayé de s’en prendre à un agent pénitentiaire pour s’emparer de l’arme de celui-ci. Face à cette réaction, les pénitentiaires ont dû tirer sur le fugitif pour le neutraliser. Le général Honoré Randriambololona a tenu à souligner que ses éléments n’ont pas eu l’intention de le tuer. C’est pourquoi, Safidy a reçu des balles dans les cuisses.

Un prévenu. Parlant du statut de Safidy, le directeur de la Sécurité des établissements pénitentiaires affirme que ce prisonnier est un prévenu, c’est-à-dire qu’il n’est pas encore condamné. « Malgré tout, il s’agit d’un criminel comme les quatre autres fugitifs qui sont encore en cavale. De ce fait, nous devons continuer notre recherche pour les captures ». D’après lui, l’arrestation de Safidy devra fournir des renseignements pour cueillir ses amis. Accompagnant le prisonnier blessé à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona, hier, il a profité de l’occasion pour lancer un appel à tous les citoyens à bien vouloir collaborer avec les forces de l’ordre afin de traquer tous les évadés encore en cavale jusqu’ici.  

T.M.

Midi Madagasikara31 partages

Albain Rabemananjara: « Le silence est complice et l’inaction complaisante »

L’actuel président du CDE.

C’est à l’issue d’un conclave à Sahamadio Ilafy le 15 septembre 2000 que le Club Développement et Ethique avait vu le jour. Le CDE avait ensuite adopté en mars 2001 sa vision du devenir de Madagascar et de la société malgache. Après Serge Zafimahova, l’actuel président du CDE est Albain Rabemananjara. Interview.

 

Midi : Pouvez-vous dresser le bilan des 18 ans d’existence du CDE ?

Albain Rabemananjara : « Ces 18 ans ont été marqués par une soixantaine de conférences-débats de Vendredis du CDE sur différents thèmes touchant l’économie, la politique, l’éducation, le droit, etc. ; une vingtaine de documents d’analyse stratégique ; des propositions de projets de lois sur les partis politiques, les élections… Des travaux et des projets de textes sur la réconciliation nationale en appui, plus particulièrement, au professeur Albert Zafy ».

Midi : Et le Manifeste du CDE ?

A.L. : « Dans le Manifeste en trois langues (malgache, français et anglais) du CDE, on peut lire que la mise en place de Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) se fera à trois niveaux : Région « Faritra », Commune « Firaisana » et communauté de base « Fokontany ». On favorisera à l’intérieur de chaque région la coopération inter-Firaisana. Les CTD seront dirigées à chaque niveau par des élus. Le département ‘‘fivondronana’’ actuellement district, regroupant un certain nombre de Firaisana, sera  uniquement une circonscription administrative. Pour le CDE, la réconciliation nationale et la refondation de la République et de la Nation doivent être portées par les Raiamandreny du FFKM autour des principes du 4F: Fiaiken-keloka ‘‘confession’’, Fibebahana ‘‘repentance’’, Fahamarinana ‘‘vérité’’ et Fihavanana ‘‘réconciliation’’. Le CFM de Maka Alphonse qui est un organe politisé, est inapte et non crédible à diriger la réconciliation nationale. Ce qui a marqué la personnalité du président Albert Zafy est sa grande humilité. C’est pour cela que le CDE dénonce aussi « les tentatives malsaines de récupération du CRN de Tabera ».

Midi : Quel était le rôle du CDE dans la sortie de crise 2009 ?

A.L : « Durant la crise 2009 / 2013, le CDE a été très actif dans la médiation de sortie de crise politique. A la suite de la médiation du FFKM, la société civile a pris le relais pour trouver une issue à la crise. A l’ambassade du Sénégal en avril 2009 en coopération avec des Représentants des Nations et de l’Union Africaine, le CDE a été parmi les 4 Médiateurs de la société civile. C’est au cours de cette réunion dirigée par la société civile malgache, avec les 4 Mouvances politiques, que l’architecture des Accords de Maputo a été trouvée. Après différentes péripéties et des blocages dans l’application des accords signés, la société civile a repris son bâton de pèlerin de médiation à travers la Coordination Nationale des Organisations de la Société Civile (CNOSC) en août 2010. Une fois de plus, le CDE a joué un rôle important dans l’orientation et les travaux menés par la CNOSC pour trouver une solution. Pour moi, le fokonolona doit avoir un rôle prépondérant, en matière de sécurité, de développement local, d’initiative locale, d’impôt local, de gestion de ristournes, … à travers les fokontany ». C’est ainsi que le CDE a soutenu, « nitan-tsoroka », la mise en place du Dina dans le Bongolava. L’amendement sur la Loi sur le Dina a été initié par le Député du Bongolava, un membre du Bureau national du CDE ».

Midi : D’après vous, quels sont les maux du pays ? 

A.L. : « A la base des maux de Madagascar, on trouve toujours les mêmes éléments, à savoir, mauvaise gouvernance politique et économique, kleptomanie des dirigeants, absence d’Etat de droit, inexistence de législation appropriée et de système judiciaire indépendant, des droits de propriété approximatifs, une corruption généralisée, un pillage organisé des ressources du pays, une incapacité des gouvernants à envisager le devenir de la Nation autrement que sous l’angle des intérêts particuliers. Ce qui n’est pas au demeurant étonnant puisqu’il s’agit toujours des mêmes dirigeants et de la même classe politique depuis des décennies. L’éthique est à la racine de la bonne gouvernance politique et économique. La bonne gouvernance est la condition du développement. Le CDE tacle les Partenaires Techniques et Financiers quand ils parlent que l’objectif est « la lutte contre la pauvreté » considérée réductrice, « c’est comme si une équipe de football monte sur le terrain en se disant que l’on va tout faire pour encaisser le minimum de buts ». Pour le CDE, l’objectif est de soutenir le développement de Madagascar en maîtrisant prioritairement la transformation des ressources naturelles renouvelables et non renouvelables. Il faut arrêter cet esprit de mendicité. Madagascar a certes besoins d’IDE et de PTF, mais avant tout, les Malgaches doivent compter sur leur savoir-faire, leurs propres forces et soutenir les investisseurs directs nationaux pour transformer le potentiel économique du pays en réalité».

 

Midi : Et le MDE, c’est quoi ?

A.L. : « Il y a un temps pour écouter, un temps pour interpeller et un  temps pour agir. Au cours de son assemblée générale du 23 février 2018, le CDE a mis en place une plateforme, comprenant aujourd’hui des chefs d’entreprise, des organisations de la société civile et des citoyens, intitulée Madagascar Développement et Ethique (MDE). Dans le Manifeste du CDE publié en 2001, on peut déjà lire « le silence est complice et l’inaction complaisante ». Sous la houlette du président provisoire du MDE, Serge Zafimahova, qui a été désigné lors de l’AGE du CDE, le MDE prépare une Assemblée Générale les 6 et 7 avril 2018 pour enrichir son Manifeste et établir un plan d’action à l’aune des réflexions et des réalités de terrain vécues à ce jour. Pour diffuser ses idées, le MDE lancera prochainement un site internet proactif pour faciliter les échanges et diffuser ses points de vue. La direction provisoire du MDE est déjà à pied d’œuvre ».

 

Propos recueillis par R. O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara28 partages

Ambohimalaza: Ankizilahy nihazakazaka maraina, maty voahitsaky ny fiara

Nandriaka indray ny rà, tamin’iny làlam-pirenena faharoa iny, ny sabotsy maraina lasa teo. Ankizilahy kely vao 14 taona monja no nindaosin’ny fahafatesana rehefa voahitsaky ny fiara teny an-dalana, tao amin’ny fokontany Andranosoa, ao amin’ny kaominina Ambohimalaza Miray. Araka ny tatitry ny zandary tonga taty aminay, dia teo am-panaovana fanatanjahan-tena vao maraina ity ankizy ity, no nofaohin’ny fiara iray avy any Toamasina, hitodi-doha aty Andrenivohitra. Tsy vitan’ny hoe voafaoka sy voadona anefa, fa mbola voahitsaka ihany koa. Maty tsy tra-drano araka izany ilay ankizy. Raha ny fanazavana azo hatrany, dia nitsoaka nandositra nony avy teo ilay fiara, fa tsy mba nijanona akory. Tokony ho tamin’ny efatra ora maraina tany ho any no nisehoan’ny loza. Efa ho adiny iray taty aoriana anefa vao nisy nampandre ireo zandary teny an-toerana ary nandefa haingana ireo mpanao fisafoana hijery akaiky ny zava-nisy teny amin’ny toerana voalaza, hanao ny fitsirihana sy ny famotorana. Nony tonga teny moa ireo zandary, dia efa ilay vatana mangatsiakan’ity ankizy ity sisa no teo. Raha ny fanadihadiana nataon’izy ireo tamin’ireo nanatri-maso, dia  re fa « camion semi-remorque » no nahavanona ny loza ka rehefa naely tamin’ny toby manodidina rehetra ny vaovao, dia samy nanao ny fikarohana io fiara io izy ireo, saingy tsy mbola hita aloha izy io hatreto ».

m.L

Midi Madagasikara27 partages

Sakaraha: Atterrissage forcé d’un avion privé

Samedi 10 mars, le pire a été évité de justesse. Un petit avion de type 206 immatriculé 5R-MD a échappé au crash alors qu’il a eu un problème technique en plein vol dans le district de Sakaraha. Ayant constaté la faille, le pilote de l’appareil qui avait cinq personnes à bord a decidé de procéder à un atterrissage forcé dans le fokontany d’Ankilitelo, commune rurale de Mahaboboka. Puisque la manœuvre a réussi, les passagers sont sortis indemnes. Alertés, des gendarmes sont descendus sur les lieux pour constater le fait et assurer la garde de l’appareil en attendant l’arrivée de l’équipe de l’Aviation civile de Madagascar. Un hélicoptère a été dépêché dans la localité pour récupérer les passagers.

T.M.

Midi Madagasikara26 partages

Partenariat: La BNI Madagascar réhabilite l’EPP Amboditsiry

L’EPP Amboditsiry fait peau neuve grâce à la BNI Madagascar.

Unis par une convention de partenariat signée depuis 2017, BNI Madagascar et le ministère de l’Éducation Nationale (MEN) travaille main dans la main pour offrir à la jeunesse malgache un environnement éducatif épanouissant. 

Les élèves de l’Ecole Primaire Publique d’Amboditsiry travaillent dorénavant dans un environnement plus sain et agréable. Ladite EPP vient en effet d’être réhabilitée grâce à un partenariat entre la BNI Madagascar et le ministère de l’Education Nationale.

55e anniversaire. L’inauguration de l’établissement rénové a eu lieu le 6 mars dernier et la célébration du 55e anniversaire de l’EPP Amboditsiry   ont coïncidé. Ce projet entre dans le cadre de la convention de partenariat entre les deux entités et dont l’objectif est de travailler main dans la main pour offrir à la jeunesse malgache un environnement éducatif épanouissant. Une occasion, en tout cas, par   leur détermination,  à dynamiser cette collaboration qui est loin de se limiter à un simple coup de pouce en faveur de la bancarisation des fonctionnaires de l’éducation nationale. Anatole Ralison, directeur de Cabinet au ministère de l’Éducation Nationale et  Alexandre Mey, directeur Général de BNI Madagascar  ont inauguré officiellement ces infrastructures entièrement rénovées qui reflètent l’excellence, une des valeurs communes des deux parties. 

Acteur engagé.  Première Banque « Malagasy », BNI Madagascar réaffirme, à travers ce geste,  son statut d’acteur engagé et responsable du développement de la nation.  Cette précieuse contribution met en exergue l’importance accordée par BNI Madagascar au secteur de l’éducation dans le cadre de son modèle de développement inclusif. «Consciente que l’éducation est le plus bel héritage qu’on va léguer à la jeune génération, BNI Madagascar veut, par le biais de ce lifting de l’EPP d’Amboditsiry,  améliorer de manière significative les conditions de travail des enseignants et du personnel », a déclaré le D.G de la BNI Madagascar, Alexandre Mey.  Le représentant du MEN a pour sa part indiqué que « les bâtiments rénovés auront, à coup sûr, un impact positif sur la performance des 655 élèves».

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara22 partages

Eglise catholique: Ferveur autour de la prochaine béatification de Lucien Botovasoa

Le 15 mars 2018, Lucien Botovasoa sera béatifié. Le week-end dernier, l’église catholique a présenté à l’EKAR François d’assise Andravoahangy, ce martyr laïc malgache dont la vie chrétienne exemplaire est présentée comme un exemple à suivre et une source d’inspiration.

 

Lucien Botovasoa, instituteur, a été assassiné par décapitation à Vohipeno, en 1947, au cœur des événements d’insurrection. Reconnu martyr par le Saint-Siège, le décret reconnaissant des miracles attribués à son intercession, a ouvert la voie à sa béatification. Né en 1908 et baptisé en 1922, Botovasoa est issu de l’une des toutes premières familles chrétiennes malgaches. Elève brillant, il est envoyé se former chez les jésuites de Fianarantsoa et devient instituteur paroissial en 1928. Deux ans plus tard, en 1930, il épouse à 22 ans, Suzanne Soazana qui a tout juste 16 ans. Le couple aura huit enfants. Pédagogue remarquable, sportif et musicien, il est également un modèle de vie chrétienne. Après avoir découvert un manuel de vie franciscaine pour les laïcs, il fonde la première communauté de tertiaires franciscains malgaches. Cette fraternité a changé son existence. Sa vie est désormais faite de pauvreté et de piété. Il jeûne deux fois par semaine, le mercredi et le vendredi, se lève pour prier toutes les nuits à minuit et se rend à l’église dès 4h du matin pour prier jusqu’à l’heure de la messe matinale. Considéré comme traaître « pour avoir fraternisé avec les prêtres », il refuse, par ailleurs, de devenir secrétaire du MDRM. 

Quelques mois avant son décès, il prédit sa mort à son entourage et prépare celui-ci à rester dans la foi. Le 16 mars 1947, le roi  Tsimihono, qui règne sur le village où vit Lucien Botovasoa, décide sa mise à mort. Même au courant de ce qui devait arriver, il refuse de s’enfuir. Il mourra décapité le 17 mars et son corps, jeté dans la rivière Matitanana n’a jamais été retrouvé. Luvien Botovasoa est le deuxième laïc malgache béatifié, après Victoire Rasoamanarivo, béatifiée en avril 1989.

Hanitra R.

Midi Madagasikara22 partages

Météo: Beau temps jusqu’à demain

Dumazile est maintenant une histoire ancienne. Le danger est définitivement éloigné pour Madagascar, mais le système reste néanmoins actif dans le bassin de l’Océan Indien, et ne s’est pas encore complètement dissous . Pour la Grande  Ile, les fortes pluies ayant accompagné l’ex-Dumazile se sont maintenant estompées pour laisser la place à un beau temps . C’est du moins ce qui est attendu pour les deux ou trois prochains jours, sur quasiment l’ensemble du territoire. Ainsi, on aura droit, au moins jusqu’à demain, à une petite pause concernant les rues inondées et autres désagréments causés par les pluies abondantes observées ces dernières semaines. On pourra également s’attendre à une persistance de la chaleur ambiante et des températures assez élevées. Pour la capitale, en particulier, la température a oscillé entre 18°C et 27°C, hier. Ce jour, on prévoit des températures maximales et minimales, respectivement de 17°C et de 25°C à Antananarivo ; de 24°C à 33°C à Toliara, à Morondava et à Maevatanàna ; et 23°C à 32°C à Mahajanga.

Quant aux perturbations cycloniques, la trêve ne durera, peut-être pas longtemps après l’ex-Dumazile pour la zone Océan Indien. D’après les prévisions météorologiques, une autre perturbation cyclonique pourrait déjà se former cette semaine dans la zone. En ce qui concerne  la Grande  Ile, le risque d’activité cyclonique redeviendra modéré dès mercredi prochain, 14 mars.

Hanitra R.

Midi Madagasikara21 partages

JMF à Ambositra: 300 femmes dépistées des cancers gynécologiques

L’affluence était à son comble à Antamponivinany. (Photo Anastase).

Au cours de la célébration de la journée mondiale du droit de la femme, près de 300 femmes d’Ambositra et des communes environnantes ont été dépistées gratuitement du cancer des seins et du col de l’utérus avec l’appui de la fondation Akbaraly venue généreusement pour la circonstance le 5 mars dernier au CSB « amis des jeunes » à Volafotsy Ambositra. Par la suite, le 6 mars,  ces associations de femmes à travers une opération vide-grenier ont pu collecter de nombreux dons et les offrir aux associations caritatives locales gérées par des missionnaires et des particuliers. Des activités qui comme l’a souligné, la présidente de la fédération des associations des femmes du 8 Mars d’Ambositra, sont l’œuvre de ces femmes qui souvent agissent discrètement. Des activités qui rentrent également dans le cadre de la promotion sociale, devait ajouter Josoa Rahasiarivelo Achille Huberte, directrice régionale de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme d’Amoron’i Mania. A noter que cette manifestation a débuté le 3 mars par des cultes religieux, suivis de l’assainissement de la place d’Antamponivinany, la plantation des fleurs et différentes activités de loisirs. Plus de 50 associations féminines ont pris part au grand carnaval du 8 Mars. La célébration prendra fin, ce jour, dans la commune rurale de Tsarasaotra, par une vente-exposition. 

Cohésion féminine. Il faut reconnaître que le volet social figure parmi les actions phares  de la célébration du 8 Mars. Une manifestation qui a permis aux associations des femmes de démontrer leur cohésion et leur solidarité dans le développement local. Une cohésion féminine qui s’achemine vers l’émancipation de la femme aussi bien au foyer    qu’au sein de la société, pour ne parler que ces descendantes d’Eve largement représentées dans les différentes branches d’activités du secteur privé et public, dans le domaine de l’exécutif, en milieu urbain et rural.

Anastase

Midi Madagasikara19 partages

Mort pour la foi ou pour la patrie ?

Lucien Botovasoa deviendra, à partir de la semaine prochaine, le deuxième bienheureux laïc malgache, après Victoire Rasoamanarivo, béatifiée en 1989. Le 15 mars 2018, il sera béatifié, 71 ans après sa mort en 1947. L’événement n’a pas manqué de mobiliser l’ensemble de l’église catholique à Madagascar. En témoigne l’assistance venue en masse à la présentation, samedi dernier, de cet instituteur formé chez les jésuites à Fianarantsoa, mort décapité « en haine de la foi ». Cette séance de présentation est le prélude d’un événement qui s’annonce riche en émotions, tellement la vie et les circonstances de la mort de Lucien Botovasoa, ont suscité une vive émotion chez les fidèles catholiques.

Mort pour la foi ou pour la patrie ?

« Mon Dieu, pardonne à mes frères… Que mon sang répandu à terre soit pour le salut de ma patrie ». Ces dernières paroles de Lucien Botovasoa, répétées avant que ne surviennent les plusieurs coups de hache – dont le premier fut raté ! – qui lui ôteront la vie, ont suscité des questions chez des fidèles sur la nature à attribuer à la mort de Lucien Botovasoa. A-t-il été assassiné pour sa foi ou alors est-il mort pour la patrie ? Le père François Noiret, vice-postulateur de la cause de la béatification de Botovasoa, a apporté lors de cette séance de présentation, quelques éléments de réponse dont l’essentiel a mis en avant l’exemplarité de la vie chrétienne de Lucien Botovasoa, mis à mort pour avoir gardé sa foi. Refusant d’occuper la fonction de secrétaire du MDRM, il refuse de cautionner des actes qu’il qualifie de contraires à sa foi chrétienne, notamment le meurtre. Considéré comme  « trop chrétien », connu pour son impartialité, il gênait bien des personnes. Il le paiera de sa vie. Ainsi, cet homme qui s’offrit  à mourir à la place des siens pour les épargner, est mort à seulement 39 ans. Si aujourd’hui, sa vie est donnée en exemple aux jeunes, combien d’entre ceux-ci pourront suivre cet exemple qui va jusqu’à sacrifier sa propre vie ? Dans la cour de l’EKAR François d’Assise Andravoahangy où s’est tenue la cérémonie de présentation de Lucien Botovasoa, samedi dernier, il a été entendu dans un groupe de jeunes, discutant de la question : « Des gens qui décident de nos jours de mourir pour quelque cause que ce soit, pas sûr qu’il y en aura des masses… ».

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Spesialista: Djaig tire sa révérence à 46 ans !

Tovoherizo Michael Eric a rejoint les étoiles. Il s’est éteint hier matin, à l’âge de 46 ans.

On ne le verra plus danser ! Victime d’une chute qui a causé une hémorragie cérébrale, Tovoherizo Michael Eric a rejoint les étoiles. Il s’est éteint hier matin, à l’âge de 46 ans.

Une star ? Il ne l’a jamais été. Djaig, Tovoherizo Michael Eric de son vrai nom, a toujours été un « inconnu célèbre » qui n’aimait pas se mettre en avant. Discret, mais talentueux, ce membre du groupe Spesialista a marqué ceux qui l’ont connu et croisé son chemin par sa simplicité et son aisance à communiquer avec les autres. « Il ne se vantait pas de ses réalisations. Il se démarquait cependant de nous tous, spécialement par son talent de chanteur. Il était très sociable et surtout très bavard. Je me souviendrai toujours de lui en pensant à nos tournées à l’extérieur, il avait toujours des choses à raconter. Impossible de l’arrêter ! On dormait rarement avant le petit matin ». Oui, Djaig, a toujours vécu sa vie comme l’indiquait ce proverbe persan : « De manière à ce qu’à sa naissance, tous se réjouissent et lui pleure et au moment de sa mort, lui se réjouit, mais les autres pleurent ». Auteur, compositeur, percussionniste, mais également un excellent danseur, ce membre fondateur du groupe Spesialista aura laissé derrière lui une veuve et cinq orphelins. Ceux qui aimeraient apporter leur soutien à sa famille et participer aux veillées mortuaires peuvent se rendre à son domicile, à Madera Namontana. La levée du corps aura lieu le 14 mars. Un office religieux y sera donné avant la mise en terre, à Anjomakely Andohaony Bongatsara. Midi Madagasikara présente ses condoléances à sa famille.

Mahetsaka

Midi Madagasikara14 partages

Commerce : 78 nouveaux diplômés de l’INCC sur le marché de l’emploi

Le ministre du Commerce et de la Consommation Chabani Nourdine a présidé la cérémonie de sortie de promotion de l’INCC.

L’INCC est un institut national de formation spécialisé dans le commerce international et les sortants sont immédiatement opérationnels.

L’Institut National du Commerce et de la Concurrence (INCC) vient de sortir 78 diplômés. Le premier groupe composé de 18 étudiants ont suivi  un cycle long de 10 mois dans le domaine du commerce et de la concurrence aussi bien local qu’international.

Formation professionnalisante. Ces étudiants sont immédiatement opérationnels, puisqu’ils ont suivi une formation professionnalisante. Le cycle long dure 10 mois, c’est un cursus initial spécialisé. Il permet d’approfondir des connaissances sur les enjeux nationaux et internationaux du commerce mondialisé ainsi que de maîtriser les rouages des opérations commerciales. Les étudiants  du cycle long suivent des cours en salle concernant 33 matières obligatoires, des conférences thématiques, et effectuent des stages durant leur scolarité. À la fin du cycle, chaque apprenant  aura acquis des connaissances à travers des séries de cours théoriques pendant sept  mois,  il aura suivi un stage pratique de trois  mois, et rédigé  un mémoire de fin d’études. La formation est sanctionnée par un Diplôme Supérieur Professionnel Spécialisé. Le deuxième groupe est constitué  par des  étudiants de la 8e et   9e promotion du cycle court et qui ont suivi une formation de  trois mois. Le cycle court permet aux apprenants titulaires d’un baccalauréat de maîtriser le système commercial national et international. Après leur formation les sortants du cycle court sont directement opérationnels dans leur domaine d’activité : l’exportation. Ils peuvent également occuper le poste de responsable commercial. De nombreuses promotions du cycle court sont déjà sorties, y compris en provinces.

Promotion des exportations. Le ministre du Commerce et de la Consommation, Chabani Nourdine a tenu à faire le déplacement lors de la cérémonie de sortie de ces nouvelles promotions de l’INCC qui s’est déroulé à son siège aux 67 ha. Une occasion pour le ministre du Commerce de rappeler que la promotion des exportations figure parmi les priorités de son département. « Il faut profiter des marchés régionaux comme le COMESA et la SADC pour exporter davantage » a-t-il déclaré. Chabani Nourdine a également fait état de sa disposition à appuyer les sortants de l’INCC dans  leur démarche pour la recherche d’emplois. Il a par ailleurs insisté sur  l’importance de la création de leur propre entreprise par ces étudiants de l’INCC.  « La création d’entreprises est aussi un moyen de parvenir à l’augmentation du volume des exportations » a-t-il dit. Rasoavelon Victorine, la directrice de l’INCC n’a pas oublié de demander au ministère d’appuyer ces étudiants.

R.Edmond.

News Mada13 partages

Misaona ny zavakanto : nodimandry i Djaig (Spesialista)

Misaona indray ny tontolon’ny zavakanto malagasy. Nodimandry, omaly maraina tokony ho tamin’ny enina ora, teo amin’ny faha-46 taony, i Tovoherizo Michaël Eric na i Djaig, amin’ny maha mpanakanto azy, izay mpikambana tao amin’ny tarika Spesialista.

Nanambara ity vaovao mampalahelo ity, ao amin’ny pejy « facebook », i Billy Raharisoa, iray amin’ireo mpikambana sisa tavela. Raha ny fanazavana azo, tampoka ihany ny nahafatesany, satria fianjerana tamina tohatra no nitarika ny fahatapahan’ny lalandrà na AVC, izay tsy nahatafafoha azy intsony.

Andrasana eny amin’ny trano fonenany, eny Namontana akaikin’ny CSB II, ny nofomangatsiakan’i Djaig. Ny alarobia 14 marsa izao kosa no hanatontosana ny fandevenana azy, eny amin’ny fasan-drazany, eny Anjomakely Bongatsara.

Anisan’ireo mpikambana nanorina ny tarika Spesialista i Djaig. Mpanakanto feno, manan-talenta izy. Anisan’ireo mpamoron-kira ao anatin’ny tarika izy. Eo koa ny fahaizany mively « percussion » na amponga. Ankoatra ireo, mpandihy sady nahay nandihy mihitsy i Djaig, manampy izany ny fanampiany ireo namany teo amin’ny feo.

Izahay eto amin’ny gazety Taratra dia mirary fiononana ho an’ny fianakaviany sy ireo mpikambana rehetra ao amin’ny tarika Spesialista.

Landy R.

Midi Madagasikara13 partages

Mada VTT: Ils reboisent aussi

En pleine randonnée, ils ont choisi d’en faire aussi une journée de reboisement. Ainsi Mada VTT a été du côté d’Ambohidrabiby avec 15 vététistes dont une jeune fille et un adolescent pour participer au reboisement de plusieurs plants de mûriers ou « voaroy ». Selon Nicolas Mac, le choix du site et du « voaroy » a été dicte par la présence d’une association de paysans producteurs de « lamba landy » dans le fokontany de Fonohasina et le projet a été initié par Mamy Ranavoson, membre du club.

 

Anny Andrianaivonirina

 

Midi Madagasikara10 partages

Moramanga: Zaza roa no naiditra hopitaly, nianjeran’ny trano

Tapaka ny taolan-dranjony, naratra mafy ny iray vokatry ny fianjeran’ny trano iray tao amin’ny fokontany Antanamandroso andrefana,ny 9 martsa 2018. Efa ela no nampilaza ny tompon’andraikitry ny mponina manodidina, nandritra ny fandalovan’ny andro ratsy nifanesy, saingy tsy mbola nisy ny fanapahan-kevitra ; etsy ankilany tsy monina eto an-toerana ny tompon’ny trano. Trano vita tamin’ny rotso-peta efa an-taonany maro no anaty tanàna no itoerany.Raha ny nambaran’ireo olona mpahay tantara, dia anisan’ny trano ela indrindra teto Moramanga ity trano ity. Nisy olona nipetraka tao anatin’ity trano ity ary potika tao avokoa ny entana rehetra. Zaza sendra nijanona nanamboatra ny fiara keliny nolalaoviny no izao niharan-doza izao. Ny mponina manodidina no nandray fepetra ny nandrodana tanteraka ny ambiny izay mbola nijoro teo. Miantso ireo tompon’andraikitra eto an-toerana hijery akaiky ireo trano na fotodrafitrasa efa miha simba ka mety hahitan-doza ny mponina.

Cathy

News Mada9 partages

Energie renouvelable : le potentiel de l’énergie solaire discuté à New Dehli

Coup d’envoi pour le Sommet de l’Alliance solaire internationale (AIS). Le premier Sommet a débuté hier dans la capitale indienne, New Dehli. L’enjeu est majeur pour les PMA comme Madagascar.

L’AIS a pour objectif de réduire la fracture concernant les besoins et les potentiels en énergie tout en répondant aux menaces liées au changement climatique, par le développement des énergies solaires. Initiative portée par l’Inde, l’Alliance solaire internationale vise à réduire le coût du solaire et développer de nouveaux marchés pour les membres, en créant des opportunités supplémentaires de projets et d’application pour les entreprises du secteur. Lancée en 2015 en marge de la Cop21, l’initiative a donné lieu à un traité qu’ ont, à ce jour, ratifié 30 pays  sur les 121 concernés. C’est-à-dire, les pays situés entre les deux tropiques dont le potentiel en énergie solaire est important, mais souvent l’insuffisance de moyens ne permet pas de l’exploiter.

Madagascar a affiché son intérêt pour cette initiative, en signant le traité en 2016, c’est-à-dire un an après son lancement. Le projet de loi autorisant la ratification de l’accord-cadre de l’AIS a été adopté en conseil des ministres le 21 février dernier. Une délégation conduite par le ministre de l’Eau, de

l’énergie et des hydrocarbures, Lanto Rasoloelison, est d’ailleurs présente à ce Sommet.

En effet, l’enjeu est de taille pour les Pays les moins avancés (PMA) comme Madagascar. L’Alliance prévoit de déployer plus de 1 000 gigawatts d’énergie solaire et de mobiliser plus de 1 000 milliards de dollars en énergie solaire d’ici 2030, en facilitant et en accélérant le déploiement à grande échelle de l’énergie solaire dans les pays en développement.

 Potentiel sous exploité à Madagascar

Avec ses 2 800 heures d’ensoleillement par an, Madagascar  détient tous les atouts pour la promotion des énergies renouvelables. C’est dans ce sens que l’Etat a adopté la Nouvelle politique de l’énergie (NPE) en 2015. Seulement, les récentes études menées à ce sujet montre  que la mise en œuvre de la NPE n’est pas encore effective, deux ans après son lancement. Car l’installation des centrales thermiques se multiplient ces dernières années. 160MW de centrales thermiques ont été installées dans le pays depuis 2015, avance Ketakandriana Rafitoson  dans l’ouvrage « La lente marche vers la transition énergétique à Madagascar, états des lieux et perspectives », présenté le mois dernier. En outre, l’utilisation des énergies renouvelables à Madagascar ne représente que moins de 1% de la consommation au niveau national.

Riana R.

Midi Madagasikara9 partages

« Quand Kama rencontre Raintsi »… saison 2

Comme dit la formule consacrée quand on veut rééditer un évènement ayant remporté un certain succès (ou pas de succès du tout, mais on veut à tout prix rentrer dans ses frais) : « A la demande générale, nous avons l’honneur et la joie de vous représenter tel ou tel spectacle… ou encore dans la sauce américaine des séries télévisées où on invente ou improvise des scénarios au gré des audimats et l’on s’invente des « seasons » éphémères ou sans fin. « Quand Kama rencontre Raintsi là-bas ou là haut» La chronique de la semaine dernière a suscité des échos qu’il serait dommage de ne pas les suivre dans leur pérégrination dans l’au-delà.

 – Tiens qui voit-on là-bas ? lance Julien le Kama en premier, mais c’est « Lynx » on dirait.

– Où ? tu es sûr qu’il nous a vu répond son compère toujours aussi taquin.

– Sali Lynx !

– Sali ! Répond l’autre avec sa voix sèche et autoritaire. Vous voilà enfin, vous savez qu’il y a du boulot ici. Il n’y a pas de forces répressives ici, mais c’est tout comme. Le Grand mène tout le monde à la baguette et en plus, ici, on n’a pas de prolo à soulever, il faut faire quelque chose je vous dis. C’est trop de communisme, pas d’impérialiste, pas de patron que voulez vous qu’on fasse ?

Là, arrive Maître Vazaha qui intervient en zozotant.

 – A zalaha ! je n’ai plus mes bottines, mes costumes taillés sur mesure, mes chiens et encore moins ma piscine privée .On n’a pas vraiment le même « Bilo » ici.

– Et Koto comment il va ? interrompt Lynx

 – Oh, il va bien, ça va pour lui, comme sur des roulettes, le bougre comme toujours, il tombe toujours sur sa patte, il est maintenant conseiller spécial du président. Il n’est jamais à court d’idées chaudes lui, répond Raintsi, toujours aussi fier d’être dans le secret des Dieux.

 – Et il va changer quelque chose ?

– Tu sais, lui il n’a pas écrit le « J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance de l’octroi… » Comme toujours, quand ça brûle on fait appel à lui, Répond tout le monde.

– Du champagne rosé pour nos retrouvailles ! interpelle Maître Mais en vain, au paradis, il n’y a ni champagne ni TG ni même soif.

 M.Ranarivao

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Rugby en bref: La sélection de la CNAPs connue

Ils jouent au rugby dans la ligue d’Itasy. Ils sont en train de mettre leur sélection en place. Et ce fut chose faite ce week-end lors du match amical contre les Makis des moins de 20 ans.

La sélection de la CNaps

Solomampionona Maminandrasana, Rakotonirina Jean Marc, Randrianjaka Christian, Rakotoarivelo Hasina, Elisé Randriamihanta, Ranaivoson Hajatiana, Rasoanaivo Xavier, Raharisamimanana Tahina, Ramahandry Jean, Randriambololona Ando, Randriamanarivo, Falinantenaina Mbolatiana, Randrianatoandro Angelo, Tongavelonjara Jean de Dieu, Tokifalimanana Jean, Randriamirado Jean Jacques, Ratsimisetra Jean Patrick, Rakotondrasoa, Rijasoa Rakotonavalona Hery, Razafindratsimba Soloniaina, Ramarolahy Sitraka, Rakotondraibe Falisoa, Rasoloarimanana Nomena, Randrianaivoson Tojonirina, Rakotozafy Deraniaina, Rasoloarimanana Finoana, Rafidiarisoa Andoniaina, Randriambololona Hajaniaina, Rabezaniaina Andry, Randriamanantena Tongasoa, Rakotozafy Tojonantenaina, Rakotonarivo, Rakotomanana Jean Michel, Rajaonarivony Jean Pascal, Andriamanantena Sitraka, Razafimahatratra Jeremy, Ramangalahy Tsilavo

FTM Manjakaray

Départ ce jeudi

Des voyages, il y en aura pour les quelques semaines qui vont suivre pour les équipes qui joueront dans le TOP 6 de l’Océan indien. Ainsi le FTM partira ce jeudi à l’assaut des Higlanders Blue de l’île Maurice.

Le programme

25 mars : Cosfa contre Sélection de Mayotte

1avril : FTM contre Etang Salé  / COSFA contre Saint Paul

8 avril : Higlanders Blues Maurice contre FTM

14 avril : COSFA contre  Mayotte

21 avril ; match retour contre ETang sale et Saint-Paul

28 avril : finale et macth de classement

 

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara9 partages

« Amour’rire » au CCesca Goth et Francis créent la surprise !

Francis Turbo était égal à lui-même. (photo : Kelly)

Qui ne tente rien n’a rien ! Pour le remake de « amour’rire », Francis Turbo et Goth ont mis le paquet. Tout comme le premier rendez-vous au Palais des sports en février, les deux humoristes ont misé sur la créativité. Plaisant, comique, mais surtout audacieux, le duo a créé la surprise au CCesca hier. Assisté par son équipe en coulisse, Goth passe d’un personnage à un autre. C’est avec une grande fierté qu’il investit donc la scène dans la peau de l’un de ses idoles disparu récemment : Johnny Hallyday. Il se plaisait à revisiter un titre du chanteur, à sa façon, de manière humoristique bien sûr. Se voulant plus près du public, Francis Turbo, pour sa part, n’a pas hésité à rejoindre les spectateurs en leur faisant participer à son show. Les gars d’Etsetra etsetra ainsi que Barhone étaient de la partie en tant qu’invités

.Mahetsaka

Midi Madagasikara8 partages

Volley-ball: Le GNVB rate sa finale !

La finale de la coupe des clubs champions de la zone 7 a eu lieu samedi aux Seychelles au  Palais des Sports de Roche Caïman aux Seychelles et les Gendarmes de Madagascar n’ont pas pu refaire leur exploit des deux éditions successives.  

« On a toujours mené au score, mais il y a des mais. A chaque service smashé et sauté flottant, ce fut très difficile de les recevoir. La réception a été un vrai problème. Notre passeur a eu du mal à imposer son jeu » déplore le coach Honoré Razafinjatovo. Ainsi, ils se sont inclinés sur le score de 3 sets à 0 (21/25-17/25-23/25) devant l’équipe de Swim Blue. « Nos félicitations à nos adversaires qui méritent leurs victoires », a-t-il continué. Les Seychellois ont été au top avec les services de l’Ivoirien Fourneau et le passeur John ».

Toutefois, les Seychellois n’ont pas fait un doublé, car les dames de Pralin Girls ont été battues par le Quatre Bornes Volley-ball club en 3 sets à 1. Les Mauriciennes reviennent de loin, de 22 ans de cela, après la victoire d’antan de l’Union de Curepipe. Cette victoire est signée par l’équipe de Vanessa Chellumben et autre Valentine Paul et surtout Angélique Ramdoss, la Malagche qui fait la fierté du club. Le Quatre Bornes Volley-ball club est championne de Maurice 2018. Elles ont surmonté leur finale malheureuse du championnat des clubs de la zone 7 lors de la dernière édition !

Tout ce beau monde se donnera rendez-vous à Antananarivo pour la version 2018 du 8 au 13 décembre prochain.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

Trail solidaire: 4 marathons en 4 jours

Il faudra être à Madagascar et dans le Sud pour faire ces 4 marathons en 4 jours. Ultra Mad 2018 propose 168 km avec un dénivelé de 7 350 m du 8 au 15 septembre. Le Sud de Madagascar embarquera ainsi les fous de trailer dans une aventure hors pair. Selon Stéphane Thamin organisateur «C’est une aventure humaine et sportive unique au cœur de territoires inexplorés. Vous y découvrirez un Madagascar authentique et majestueux en traversant les sites majeurs de cette île merveilleuse sous les acclamations des populations locales. Cette aventure à la carte située au cœur de l’Océan indien vous emmènera sur 168 km répartis en 4 étapes, avec la promesse d’une immersion totale dans des paysages à couper le souffle, à la rencontre d’une population chaleureuse et si accueillante ». La préparation ? C’est maintenant, tout comme l’inscription, car ce ne sera pas un jeu d’enfant. Même si le fameux mora-mora « doucement » est de rigueur. En bonus de ce trail, le coureur découvrira des lieux historiques et éblouissants par leur beauté, tels que le pays Zafimaniry, le parc national Andringitra, le pic Boby (2 658 m), la vallée du Tsaranoro et les monts Caméléon et Dondy. Mieux, une participation à ce trail sera une participation solidaire « le trailer bénéficiera de l’appui des associations locales et sa participation permettra la remise de kits scolaires auprès d’associations partenaires ».

 

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Cyclisme: 182 coureurs pour l’ouverture de saison

Après la saison morte, les coureurs cyclistes en voulaient des compétitions. Et ils ont été bien servis ce dimanche pour le tour du Marais Masay. Et ce pour toutes les catégories d’âge. La ligue de Naly Ravelonarivo peut être fière de cette forte participation, car cela augure une saison forte en surprises. La prochaine compétition sera pour le 8 avril prochain.

Les résultats

Vélo pro (piste) 60km

1e JESSURUN Realdo, club Mbike 1h34’23″01

2e Rakotohasimbola Célestin, club VCA 1h34’23″10

3e Ranaivoson Jean Pierre club VCA 1h34’52 »

VTT 40km

1e Rakotondravao Andriamirado, club FCA Avaradrano 1h30’05 »

2e Razafindrakoto Hasinavalona, club Atsimondrano 1h30’05″10

3e Randriamijery Martin, club Atsimondrano 1h30’06 »

Cadet 20km

1e Rakotondrabe Nambinitsoa VCA 30’44 »

2e Andrianaivositraka Thierry UCJT Nanisana 30’44″20

3e Rakotoarison Tsiriniaina , indépendant, 30’45″10

Minime 2km

1e Tolotriniavo

2e Rakotoarison Rivo Frédéric

Vétéran 20km

1e Rakotonaivo Jean Rolland, FCA Avaradrano, 30’44″10

2e Ramarotafika Jean Élodie .ACA 67ha 30’45″00

3e Rahelambo Thierry .ACA 67ha 30’45″18

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Handball: Regroupement jusqu’au 23 mars

CJSOI étant, il fallait reporter les rencontres de la zone VII de l’IHF Trophy en handball. Ainsi, les dates définitives sont du 24 au 28 avril. Les équipes invitées sont la Zambie, le Botswana, Lesotho, Malawi, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zimbabwe, Seychelles et Madagascar. Cela aura lieu à Lusaka en Zambie et concernerala zone VI et la Zone VII. Les jeunes malgaches de moins de 21 ans qui seront en regroupement seront entraînés par Tillo et Blanc

Liste des présélectionnésLebon, Franky Aimé (Gr Siteny Tulear)José, ,Willy, Fidel, Nicolas (ASS Tulear)Selone, Elia (Morondava)Baggio (Zanakala Farafangana)Freddy, Billy, Thierry (Tilty Tamatave)Narindra, Julio (Littoral Tamatave)Kelly (Tsarahofana Tamatave)Eugène, Roukia (Fenerive-est)Bruce, Zayad (Asrb Majunga)Fitahiana, Miangaly, Tahiana (St Michel Itaosy)Judicaël (Hasin’i Toamasina)

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar5 partages

Entrepreneuriat – Incubons lance le concept de concert-débat

Au-delà du divertissement, les nuits d’Incubons étaient, à la base, une idée basée sur l’organisation de soirées acoustiques avec des talents d’univers différents, pour passer une soirée musicale sympathique dans un lieu d’exception qu’est la maison Laborde Andohalo. Les échanges ayant eu ensuite lieu entre les patrons d’entreprises et de startups désireux de promouvoir leurs sociétés en renforçant leurs réseaux. « Autrefois, nous organisions séparément les concerts et les débats. Cependant, la combinaison des deux nous semblait être une évidence de façon à rassembler les deux populations cible. À présent, nous sommes en mesure de mettre en relation des hommes politiques avec des entrepreneurs du secteur privé, jusqu’aux jeunes porteurs de projets qui désirent se lancer dans l’aventure entrepreneuriale. Le renforcement du réseau étant toujours mis en avant », explique Tsiory Raza­fim­pahanana, co-fondateur d’Incubons. Les concert-débats seront organisés sur une fréquence mensuelle et les artistes intervenant assureront en même temps le rôle de modérateur, à l’instar de Dama arborant sa casquette de sociologue pour cette première édition.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar4 partages

Crash à Sakaraha – Une famille française échappe au pire

L’avion d’un chef d’entreprise français s’est abîmé dans la brousse, à 20 kilo­mètres de Sakaraha. Un hélicoptère a été mobilisé pour l’extraction.

Sueur froide pour cinq occupants d’un avion léger. Dans la matinée du samedi, aux alentours de 10h30, un monomoteur a été contraint de faire un atterrissage en catastrophe à Sakaraha, dans la brousse profonde d’Ankilitelo Maha­boboka. Le pilote malgache, ainsi que ses quatre passagers français ont eu plus de peur que de mal. Vers 13heures, après avoir lancé un appel de détresse, ils ont été extraits du lieu du sinistre à bord d’un hélicoptère qui les a emmenés à  Toliara. D’où ils se sont envolés pour Tana à bord d’un autre avion.L’accident aérien a néanmoins  mis à mal leur appareil. De source auprès de la gendarmerie nationale, la partie droite du fuselage est sérieusement endommagée. L’aile ainsi que le plan horizontal sont fracturés. À l’avant, le train d’atterrissage s’est brisé et  l’hélice, courbée.

Manœuvre désespéréeL’avion, qui s’est abîmé, venait de quitter la ville des tropiques et faisait cap sur Tana lorsqu’un problème de moteur est survenu, peu de temps après le décollage.Tentant une manœuvre désespérée lorsque son moteur s’est étouffé en plein vol, le pilote s’est engagé dans un atterrissage d’urgence, après avoir plané jusqu’à un terrain plat perdu, situé à environ 3 kilomètres du village d’Ankilitelo.L’approche finale périlleuse semblait se dérouler sans anicroche jusqu’à ce que l’avion ne touche  le tarmac de fortune à une vitesse effrayante, où des trépidations ont rendu l’atterrissage en catastrophe.Evacuée  dans un sauve-qui-peut, l’épave gisait sur le terrain bosselé. Aucun incendie n’est signalé.L’accident a très vite fait le tour des environs. Sitôt alertée, la brigade territoriale de Sakaraha a dépêché quatre gendarmes sur le lieu du sinistre. La gendarmerie locale est en charge de la surveillance de l’appareil.Des enquêteurs de l’Avia­tion Civile de Madagascar (ACM), sont attendus pour ouvrir une enquête et déterminer la cause de l’accident. Le chef d’entreprise français qui a frôlé le pire allait ren­trer après un séjour dans la Cité du Soleil, en compagnie de son épouse et de ses deux filles lorsque leur vol du retour a viré au cauchemar.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar3 partages

Évènement – Le secteur environnement s’offre un salon

Longtemps délaissé car considéré comme peu productif, le secteur sera, dorénavant, mis en avant.

Peu contributif à la création de richesse, le secteur vert est pourtant un domaine à fort potentiel. C’est à partir de ce constat que le département ministériel en charge de ce secteur (MEEF) a annoncé la prochaine tenue d’un salon exclusivement dédié à la promotion de ce dernier. Selon le directeur de l’intégration de la dimension environnementale du ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, Rivo­malala Rabemananjara,« même associé avec la pêche, l’élevage et l’agriculture, l’environnement ne compte que pour le quart du produit intérieur brut du pays. L’évènement aura pour ambition de rehausser ce chiffre en offrant l’opportunité à toutes les parties prenantes de partager et de communiquer sur les diverses alternatives pour la valorisation et la préservation de l’environnement ». Pour ce faire, le salon se tiendra du 8 au 10 juin prochain au village Voara Andohatapenaka, en continuité avec la journée mondiale de l’environnement qui sera célébré le 5 du même mois. « Presque tous les acteurs du secteur ont d’ores et déjà répondu positivement à la proposition de collaboration en vue de l’organisation de cette première édition de l’évènement », confirme le directeur.« La formule classique du déroulement d’un salon d’envergure sera reprise à l’instar des stands de vente et expositions ainsi que les conférences thématiques suivies de débats et diverses animations », détaillent les responsables de l’agence organisatrice.

BiologiqueAvec plus de vingt mille visiteurs attendus, cette première édition abordera surtout les questions de l’énergie renouvelable, que ce soit du solaire, de l’eau ainsi que toutes les autres ressources naturelles. L’agri­culture biologique sera aussi d’actualité en mettant l’accent sur l’agriculture durable sans utilisation de produits chimiques ni synthétiques. D’un autre côté, l’écotourisme ainsi que la mise en avant des produits recyclés seront aussi traités lors du salon ; du fait que le tourisme vert représente un des maillons forts de Madagascar dans ce domaine et que le concept du recyclage est devenu une seconde nature dans la Grande île. « L’idée est de maintenir l’équilibre écologique devant la croissance de la productivité économique en conciliant mère nature avec le développement pour renforcer la résilience économique du pays », conclut le directeur d’intégration du MEEF.

Harilalaina Rakotobe

 

News Mada2 partages

Ambilobe – Fametrahana ny IEM : nihaino ny olan’ny vahoaka eny ifotony Rajoelina

Nitohy  tamin’ny fihainoana ny olana iainan’ny mponina  ny dian’ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina tany Ambilobe, ny zoma  teo. Nohazavainy tamin’izany koa ny momba ilay vina,  Finiavana ho  fanandratana an’i Madagasikara (IEM). “Sehatra ifanakalozan-kevitra iarahana amin’ireo manampahaizana eto an-toerana sy avy any ivelany izy io. Ahafahantsika manolotra vahaolana koa” , hoy izy teo am-panombohana. Niatrika  izany  ireo  solontena avy amin’ny sehatra sy sokajy rehetra any avaratry ny Nosy, ahitana ireo mpandraharaha, mpianatra, tsy anasa, olobe sy tangalamena. Ireo avy amin’ny finoana samihafa ary ny tanora…

Hotanterahina anatin’ny fotoana fohy

Nambaran’ny mpanorina  ny IEM fa anisan’ny anton-diany  ny hahafantarana  bebe kokoa sy hihaino ny olan’ny vahoaka eny ifotony. “Tsy kabary tahaka  ny  fanaon’ny sasany ny anay  fa  tena fifampikasohana mivantana ary mihaino…”, hoy  ihany izy. Samy nitondra ny hetahetany sy ny olana avokoa ireo nandray fitenenana tamin’izany. Anisan’izany ohatra ny olana eo amin’ny fitrandrahana ny harena an-kibon’ny  tany any an-toerana. ohatra, ny volamena  sy ny safira. Ny momba ny vokatra tsy voahodina miondrana any ivelany. Ny tsy fijeren’ireo Sinoa ny olan’ny mpiasa ao amin’ny Sirama. Ny olan’ny mpianatra eny amin’ny oniversite sy ny  tsy fananana asa. Ny  tsy fandriampahalemana,  ny tsy fahalavorarian’ny hopitaly, ny fananantany…

Namaly izany  ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina. “Mila manorina sy manangana isika. Homena hopitaly ianareo, kianja  ho an’ny  tanora… Azo atao eto izany”,  hoy  izy.  Nohitsiny  fa hatao ao anatin’ny fotoana fohy izany.  Toy ny fanorenana ilay ozinina famokarana angovo “ethanol”.

Hahena antsasany ny vidin-jiro… 

 Notsindriny manokana ny olan’ny herinaratra. “Tsy handroso  isika raha tsy tafapetraka araka ny tokony ho izy izany.  Ataontsika amin’ny vidiny mirary takatry ny rehetra ny herinaratra. Ahena amin’ny antsasany. Tsy  resaka fotsiny ny IEM fa azo tanterahina miaraka amin’ireo mpiara-miasa   rehetra”, hoy Rajoelina.

Ankoatra izany, notsipihiny fa  hofehezintsika ny fitrandrahana  harena an-kibon’ny  tany   ka hahazo tombony ny ambaratonga rehetra. “Anisan’izany ny kaominina,  faritra…  mba ahafahan’izy ireo manorina fotodrafitrasa” , hoy ihany ny mpanorina ny IEM.   Nahafa-po ny rehetra ary nahazoana valiny avokoa ny fihaonana sy ny dinidinika nifanaovana tamin’ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina.  Nifanaiky ny  rehetra fa hajoro ny sehatra  ifanakalozan-kevitra momba  ny IEM ary hivory matetika ireo rehetra ao anatin’izany.

Randria  

L'express de Madagascar2 partages

Vic..TIM

Deux vaches qui meurent de faim dans la ferme de la société Tiko scellée par l’État à Antsirabe. Cela fait monter la moutarde au nez des États-Unis dont l’ambassade « ordonne », de manière diplomatique, le préfet d’Antsirabe à lever le scellé. Ce qui fut fait immédiatement ou presque. Il a donc fallu l’injonction de l’Oncle Sam pour que le préfet et les autorités compren­nent que les vaches n’avaient rien à voir avec le litige qui oppose la société AAA, héritière de Tiko, pour être prises en otages et martyrisées. Des mesures insensées et diaboliques qui ne font que servir la campagne de l’ancien président déchu, candidat annoncé à la présidentielle. Avec la série d’interdiction de ses manifestations « privées » alors que son tombeur peut librement rassembler une foule dans un stade, il se trouve bien à la place qui lui sied à merveille.Comme c’est un as de la communication, il a bien exploité l’histoire des vaches laitières dont on a pu prendre des photos alors que l’enceinte était scellée. On voyait bien une vache morte mais d’autres qui broutaient allègrement l’herbe de la ferme. À croire que celles qui étaient morte ne consommaient que du beurre, du yaourt et du fromage tous les matins et ne supportaient pas d’être soumises à un régime d’ascète. Toujours est-il qu’il a suffi la publication de la photo de la première vic..tim pour soulever un tollé plus que la mort de milliers de personnes par les dahalo, les coupeurs de route, les bandits armés en ville, la peste, l’inondation. On aimerait bien voir les chancelleries sommer l’État à prendre des mesures sérieuses contre l’insécurité et la corruption au lieu de se soucier d’abord du cheptel d’une société privée.C’est d’autant plus désolant qu’il s’agit pour le propriétaire de Tiko, d’un effet boomerang. Tout ce qu’il avait fait de répréhensible quand il était au pouvoir se retourne contre lui aujourd’hui. Des turpitudes comme l’interdiction de meeting politique aux opposants même dans un endroit privé au massacre d’animaux. On a encore en mémoire le sort qu’il avait réservé à un grand projet d’élevage d’autruches à Tsivatranikamo sur la route de Betafo. Une entreprise de 18 millions de dollars s’étalant sur une superficie de 1300 hectares dont il voulait accaparer le terrain coûte que coûte. Le propriétaire a, bien évidemment, perdu la partie, l’un des actionnaires la vie. Et il n’a eu aucune pitié pour les autruches qui n’ont pas survécu sans que les États-Unis trouvent l’affaire scandaleuse.On ne dira pas qu’il s’agit d’un juste retour de manivelle pour Tiko, mais cela montre que la gouvernance reste la même à chaque changement. On incrimine la méthode de celui qui est au pouvoir mais on reprend textuellement ses manières quand on lui succède au trône. S’il revient au pouvoir, il est sûr que tous ceux qui le font souffrir le martyr depuis 2009, vont entendre parler de lui. Et le cycle infernal, l’alternance dans les prisons vont continuer sans que cela apporte une lueur de développement, une once d’espoir.On fait des erreurs à qui mieux mieux pour sombrer logiquement dans des bêtises qui resteront la seule leçon retenue par les futurs faux messies qui s’empareront du pouvoir par défaut, faute de mieux.Il faut en finir avec cette spirale de la vengeance. C’est là mission du comité de réconciliation qui doit d’abord abolir l’impunité à travers la braderie de l’amnistie et faire en sorte que le fihavanana ne soit pas un prétexte pour arrondir les angles et un obstacle pour assainir la pratique politique.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar2 partages

Consommation – L’huile importée douteuse

Les produits de première nécessité provenant des pays asiatiques et arabiques inondent le marché malgache. Or, des pâtes, des boîtes de sardine, de l’huile, du fromage ainsi que d’autres denrées à prix abordable constituent un danger pour les consommateurs sachant que ces derniers ne peuvent pas lire les inscriptions sur les emballages. Un père de famille ayant invité un imam chez lui raconte la découverte inouïe de sa journée. « Je lui ai préparé ma spécialité. Quand j’ai pris la bouteille d’huile cachetée, il m’a demandé si je comprenais ce qui était écrit sur l’étiquette. Il m’explique que la bouteille contient de l’huile recyclée combinée avec un produit cancérigène. Il décrit que cette huile provient d’une huile de friture noircie en grande quantité. Après deux ou trois usages, on y met un comprimé qui nettoie le liquide et le rend très clair », raconte-t-il.Une bouteille d’huile cachetée de soja et de tournesol coûte entre 4 300 et 6 000 ariary contre 4 000 ari­ary pour celle en vrac. Hery Manantsoa Rarojoson, économiste et membre de l’Éco-développement initiative et services Madagascar (Ecodism) met les consommateurs en garde sur l’utilisation des produits importés.

Farah Raharijaona

News Mada1 partages

Vokatry ny tsaho amin’ny halatra taolam-paty… : ilay nanavotra zandary indray no matin’ny fitsaram-b...

 Resaka tsaho sy tsy fifankahazoan-kevitra, niafara tamin’ny famonoana olona… Tompona fiara iray, nanavotra zandary taraiky an-dalana, no maty niharan’ny fitsaram-bahoaka, noho ny tsaho sy resaka tsy nifankahazo.

Efa mahina loatra ny vahoaka… Nisy zandary roa avy nanantanteraka iraka tany amin’ny faritra andrefan’ny kaominina Lopary, ka nisakana fiara izay nandalo. Nanavotra azy ireo ka nanaiky hitondra ireo zandary hiverina hamonjy ny toby any Vangaindrano ny lehilahy iray izay mpamboly sy mpandraharaha, antsoina hoe Fleury. Fiara roa no nifanarakaraka tamin’io izay samy an’i Fleury saingy ny “mecanicien” no mamily ilay faharoa.

“Teny an-dalana anefa, teo akaikin’ny tananan’i Betsiraha, nahita gony iray misy taolam-paty teo amoron-dalana izy ireo ka nijanona. Nanao ny tatitra tamin’ny alalan’ny finday tamin’ny kaomanda Vangaindrano ireo zandary ireo ka araka ny toromarika azony, nampiakarina tao anaty fiara io taolam-paty io ary mijanona manontany ny mponina ao amin’io fokontany voalaza io izy ireo raha toa ka sendra misy vaky fasana ny olona ao”, hoy ny fanazavan’ny zandary.

Nijanona teo amoron-dalana ireo fiara, nampidinina ilay gony misy taolana ary namonjy ny tanàna nanatona ny mponina sy ny raiamandreny ireo zandary roa lahy nanazava ny raharaha araka ny baiko azony. I Fleury sy ilay mpamily kosa samy nijanona tao aantin’ny fiarany avy.

Resaka tsaho

“Vory ny vahoaka, saingy nisy ny ampahany maro no nilaza fa i Fleury no tratran’ny zandary tamin’ny halatra taolam-paty ka avy hatrany dia namoaka azy roa lahy tao anaty fiara mba ho vonoina. Namonjy azy ireo teny ireo zandary sy ireo raiamandrenin’ny tanàna saingy ilay mpamily ihany no sisa tavela teo ka novonjena haingana”, hoy ny fitantarana. Nitsoaka niaraka tamin’ny fiarany i Fleury kanjo efa nisy nanapaka mialoha ilay tetezan-kazo izay eo amin’ny lalana mivoaka ny tanàna ka tratran’izy ireo teo indray izy. Novakin’ireo olona ny fitaratra ary nokapainy tamin’ny antsilava izy io ary naratra mafy. Tafavoaka nandositra ihany anefa ity farany saingy nitsofan’izy ireo antsiva ka voasakan’ireo mponina tany amin’ny vohitra hafa manodidina tany amin’ny 2 km miala avy eo izy ka mbola nitohy ny famonoana azy ka maty izy.

Tsy tafandositraiIlay mpamily ka efa nodarohin’ireo olona ireo sy nokapainy antsy saingy  tonga haingana teo ireo zandary roa lahy niaraka tamin’ireo raiamandreny maromaro izay niresaka tamin’izy ireo nanakana ny tsy hamonoana azy. Naratra mafy izy io ary nalefa tany amin’ny hopitaly.  Nomena ny fianakaviany ny razan’i Fleury ka nosokafana ny fanadihadiana izay noraisin’ny  zandary ao amin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimaria Atsimo atsinanana.

“Na dia vitsy aza ireo zandary, niezaka ny nanao izay azony natao izy ireo nanavotra ny ain’ireo olona tsy manan-tsiny. Lavo noho ny fahatsorany sy ny fitiavany manampy olona i Fleury. Fisaorana lehibe kosa no atolotra ireo raiamandreny tao an-tanàna nanampy azy ireo tamin’ny fanavotana ain’olona”, hoy ny zandary.

Yves S.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans

Ils sont trop !

Les Boches ? c’est certain, mais on en viendra à bout.

Pour le moment, il s’agit de la pléthore de «brèdes» sur manches qui se cramponnent au frais de l’aire géographique tananarivienne.

Les «Dominions» anglais exigent de leur Métropole l’annexion des colonies boches de leur voisinage ; les Anglais vont avoir ainsi pas mal de morceaux d’Afrique à organiser.

Nous aussi, nous avons de l’Afrique toute neuve à mettre en train. La surabondance d’Administrateurs qui nous congestionne ferait très bien par là-bas, comme un précieux échange de sang, riche. Car, il n’y a pas à le méconnaître, il y a parmi nos «indésirables» Madécasses nombres d’hommes d’expérience coloniale qui seraient de très «désirables» Africains.

Qu’en pense Monsieur… ?

Au fait, à qui faut-il s’adresser ? Merlin s’en va, Schrameck n’est pas parti et Garbit broche sur le tout.

Alors, si nous disions :

— Qu’en pense le Tigre ?

Attention !

Le nouveau mot d’ordre de la presse métropolitaine est : Le péril est sur la mer !

Précisons bien : il n’est pas question de la guerre, de péril militaire puisque, malgré quelques pertes toujours regrettables, le péril, de ce côté, est victorieusement contenu.

Mais les journaux de France comprennent enfin l’importance, l’indispensabilité de la Marine marchande et des Colonies ; ils se sont mis à dénoncer la rude émulation qui s’est emparée des peuples, non seulement entre les neutres, mais entre alliés ; ils disent que la France tombera au plus bas de l’échelle économique si on ne s’occupe des Colonies et si on ne restaure pas les ports maritimes.

En attendant, notre confrère La Tribune apprend qu’on se dispose en France à rappeler tous les grands navires de nos lignes, et qu’il ne nous resterait que le Sidon et le Bagdad pour faire la navette entre Madagascar et Port-Saïd.

C’est grave !

D’autre part, il convient de remarquer l’honorable et incessante activité de nos compatriotes de l’Ouest. Là-bas, on kabare peu, on se réunit souvent et l’on arrête des actes. Certes, nous n’avons pas à jalouser l’Ouest en quoi que ce soit. Mais prenons garde que Majunga ne mange Tamatave ! N’oublions pas la grande loi ethnique en vertu de laquelle les peuples et les villes partent de l’Est et s’épandent et progressent à l’Ouest.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

La Vérité1 partages

Andry Rajoelina contre Hery Rajaonarimampianina - Le « battle » des réalisations à Antananarivo

Le Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, est visiblement en train de mettre les bouchées doubles pour montrer et démontrer qu'il fait des choses grandioses. Les inaugurations de projets structurants risquent d'ailleurs de s'enchaîner jusqu'à la prochaine élection présidentielle censée avoir lieu en fin d'année. Cette semaine, le locataire d'Iavoloha a délaissé ses bureaux pour aller tâter le terrain.

Hery Rajaonarimampianina a ainsi inauguré le service d'urgences pédiatriques du Centre hospitalier universitaire de Befelatanana mardi et le lendemain, il a procédé à l'inauguration des réaménagements et embellissements apportés aux espaces verts des quartiers d'Anosy et de Mahamasina dans le centre ville de la capitale malgache. Hier, le chef de l'Etat est descendu du côté d'Ambohimalaza, sur la route nationale 2, où il a honoré de sa présence  l'inauguration de la station de pesage de camions. Dans la foulée, le numéro Un du pays est allé du côté d'Andohatapenaka pour « constater l'avancement des travaux de construction d'un grand centre de formation de rugby, au site du stade Maki. Comme toutes les infrastructures inaugurées par le chef de l'Etat, celle de ses projets sont largement diffusés de jour comme de nuit sur les chaînes de télévision et de radio nationale ainsi que dans les médias pro-régime. A neuf mois de la fin du quinquennat de Hery Rajaonarimampianina, le bilan en termes de réalisation est et reste toutefois famélique. Sur le plan des infrastructures, en particulier, il n'y a rien à dire. A titre de comparaison, le Président Rajaonarimampianina et son régime sont loin derrière Andry Rajoelina. A Antananarivo en particulier, cette différence est flagrante. Le régime Rajaonarimampianina s'est longuement réjoui de la finition des routes de la Francophonie. Des routes dont certaines ne sont même pas terminées près d'un an et demi après les sommets accueillis à Madagascar en fin 2016. D'ailleurs, elles sont déjà jonchées de trous avant même leur réception. Des informations avancent même que les entreprises chargées de ces routes non finies ne sont pas payées jusqu'ici.  Il y a aussi les gares routières d'Andohatapenaka et d'Ambohimangakely pour remplacer respectivement le Fasan'ny Karana et Ambodivona, mais ces infrastructures sont construites en grande partie grâce au financement de compagnies pétrolières. A l'instar de la bibliothèque d'Antanimbarinandriana qui a également été construite grâce à l'appui de plusieurs partenaires financiers.  Sous le pouvoir de son prédécesseur Andry Rajoelina, président non élu à la tête d'une transition politique et non économique, les réalisations sont marquantes. Pour ne parler que de l'hôtel de Ville, le Stade Maki d'Andohatapenaka, l'Hôpital Manarapenitra d'Andohatapenaka et le Coliseum d'Antsonjombe qui ont vu le jour alors que le pays était privé de financement extérieur contrairement à ce actuellement. En somme, entre les acquis hautement positifs enregistrés du temps où Hery Rajaonarimampianina était ministre des Finances de la Transition et la situation en l'état actuel des choses, il existe un monde.La Rédaction

L'express de Madagascar1 partages

Business – L’agriculture contractuelle lancée

L’agri-business est une opportunité pour les paysans. Les femmes sont encouragées à s’y intégrer.

Agriculture contractuelle. Un terme pas encore très connu à Mada­gascar mais qui est devenu en vogue actuellement. Ce type d’agriculture s’affiche comme une opportunité pour les femmes, d’après le ministère de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE), lors d’une conférence au Palais de Sports Mahamasina, samedi. « On parle d’opportunité dans l’agri-business, quand les femmes peuvent produire des ingrédients dont la population a vraiment besoin. On commence à véhiculer l’agriculture contractuelle que certaines paysannes adoptent déjà. Il ne s’agit plus d’une société qui utilise des personnes sur le terrain mais plutôt d’une coopérative de paysans qui signent un contrat auprès des entreprises. À chaque fois que la coopérative produit des fruits ou des légumes, l’entreprise transformatrice les achète », explique Bebe Razaiari­manana, directeur général de l’administration, de la programmation du budget, auprès du MPAE.Même si le ministère promeut cette agriculture contractuelle, les paysans sont toujours appelés à faire confiance aux entreprises.« L’agriculture contractuelle se développe bien actuellement. Il existe quand même des problèmes dans ce secteur car nous avons constaté que certains paysans abusent de la confiance des entreprises. Les produits sont achetés par des démarcheurs. Dans ce cas, les entreprises peuvent porter plainte car le contrat stipule que seules les entreprises bénéficient des produits des paysans. Actuellement, les entreprises concernées n’ont pas encore porté plainte mais négocient avec les coopératives », ajoute-t-elle.

Appui aux femmesLes projets et programmes jouent un rôle primordial dans les entreprises et chez les paysans. Le ministère appuie les paysans à travers des projets et programmes. Ceux-ci assurent la relation entre les producteurs et les opérateurs sur le marché dans la gestion des besoins. Les initiateurs des projets poussent les coopératives paysannes à adhérer à l’agriculture contractuelle. Il faut souligner que l’État fournit en intrant les paysans. Certains d’entre eux méritent d’être soutenus. « Nous devons identifier leur réel besoin pour que l’octroi aille dans le bon sens. En tout cas, nous essayons d’encadrer les paysans pour qu’ils deviennent indépendants dans leurs activités et qu’ils ne dépendent plus de l’État », précise Bebe Razaiarimanana.Les femmes s’intègrent dans l’agri-business. Trois cent trente-deux opérateurs producteurs dont 30 à 100 % des bénéficiaires dans chaque opérateur producteur, sont des femmes. Vingt-sept associations féminines regroupent trois cent quatre-vingt-onze bénéficiaires femmes et jeunes femmes dans les secteurs suivants : sisal, culture maraîchère, porciculture, fruits, vannerie, aviculture, riz irrigué et haricot. Certaines associations commencent à utiliser les réseaux sociaux pour passer les commandes en semence.

Mamisoa Antonia

 

Madaplus.info0 partages

Henri Rabary-Njaka interpelle Robert Yamate

Le numéro un de la diplomatie malgache Henri Rabary-Njaka a convoqué ce jour Robert Yamate, le représentant de l’oncle SAM à Madagascar suite à la réaction de ce dernier sur l’affaire triple A à Andranomanelatra.
Le ministre des Affaires étrangères a souligné que c’était une discussion entre les deux parties et un rappel sur la souveraineté malgache. En effet, les déclarations de l’Ambassade des États-Unis sur l’affaire triple A sembleraient remettre en cause cette dernière. Pour rappel, la semaine dernière, l’Ambassade des USA à travers une publication sur facebook a affirmé qu'« elle a suivi de près la situation auprès de la Société triple A à Andranomanelatra, et fait appel au Préfet de Vakinankaratra et au Tribunal d’Antsirabe à trouver une solution immédiate pour mettre fin au déni d’accès du bétail à la nourriture et à l’eau, leur causant ainsi une misère et un mal injustifiés. Le bétail n’a aucun rôle à jouer dans le litige de la clôture de triple A. Il est inadmissible que la vie de ces animaux sans défense soit mise en danger pour cela. La perte de ses ressources en produits laitiers et alimentaires dans un endroit où on en a grandement besoin est au-delà de l’entendement. ». Après la discussion, l’Ambassadeur Robert Yamate se serait excusé selon les dires d’Henry Rabary Njaka.
News Mada0 partages

Midangana hatrany : tsy mitsaha-mitombo ny vidin-tsolika

Araka ny efa fantatra, tsy mitsaha-mitombo ny vidin-tsolika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Tafakatra manodidina ny 65 dolara ny vidin’ny iray barila ny faran’ny herinandro teo, raha 57 dolara ny herinandro lasa.

Mahafaly ireo orinasa sy firenena mpamokatra solika sy ireo mpampiasa vola ao amin’ny tsenam-bola iraisam-pirenena (marché boursière) izao vidin-tsolika misondrotra tsikelikely izao. Tsiahivina fa vidina amin’ny sandam-bola dolara ny solika eo amin’ny tsena iraisam-pirenena.

Etsy ankilany anefa, miferon’aina ny firenena tsy mpamokatra toa an’i Madagasikara sy ny mpanjifa ao aminy satria miantraika mivantana any amin’ny fiainana sy ny vidin-javatra ankapobeny. Hita taratra izany eto amintsika, ary efa iaraha-mahita ny halafosan’ny vidin-javatra tsy voafehin’ny fanjakana intsony. Toy ny fahita isam-bolana, tsy maintsy hiakatra indray ny vidin-tsolika amin’ny volana avrily ho avy io eto amintsika.

Njaka A.

News Mada0 partages

Kick-boxing : hifampitady etsy Mahamasina ireo kilasy B sy C

Ho fankalazana ny fahatelo taon’ny klioba Super eagles sy ny fahafolo taon’ny Me Francis, eo amin’ny taranja kick-boxing, hisy fifaninanana “inter-club” karakarain’izy ireo, etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, ny asabotsy 31 marsa, ho avy izao. Hiavaka izy ity, satria omena sehatra manokana ireo mpikatroka ao amin’ny kilasy B sy C. “Matetika mantsy, toa ny kilasy “A” hatrany no tena mahaliana ny olona ary toa zary hadino ireo ao amin’ny kilasy roa voalaza ireo, nefa misy atleta tena mahay miady, ka izay ny antony hanomezana sehatra betsaka azy ireo amin’ity. Na izany aza, hisy ihany ny ady ho an’ny kilasy A”, hoy Rabenandrasana Mickael, tomponandraikitry ny klioba.

Zava-baovao amin’ity fifaninanana ity, koa ny ady eo amin’ireo ankizy, sokajy “minime”. Tsy ilay ady loatra ny tena tanjona fa ny fampisehoana ilay toe-tsaina sy ny fitaizana ao anatin’ny kick-boxing, ary hitarafana ny fahafehezan’ireo kilonga ny teknika nomena azy.

Nasaina handray anjara amin’ity fifaninanana ity avokoa ireo klioba eto Antananarivo, izay eo ambany fiahian’ny ligin’Analamanga. Marihina fa hotolorana amboara sy fankasitrahana avy amin’ny Super eagles ireo ho mpandresy, amin’ity fifaninanana ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Volley-ball – CCCOI Zone 7 : faharoa ny GNVB ary fahefatra ny VBCD

Tsy voatazon’ny GNVB (Zandary) ny anaram-boninahitra teo am-pelatanany, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI), ho an’ny faritra fahafito, taranja volley-ball. 

 Nifarana ny asabotsy lasa teo, tatsy Seychelles, ny andiany faha-24 amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina (CCCOI Zone 7), taranja volley-ball. Laharana faharoa ny ekipan’ny GNVB (Zandary), teo amin’ny sokajy lehilahy, raha fahefatra kosa ny VBCD. Resin’ny Swim blue pals Seychelles, teo amin’ny famaranana ry zalahy. Tsy niady mihitsy ny fihaonana satria niondrika tamin’ny seta 3 no ho 0 ry zalahy.

Nanantombo ry zareo Seiseloà, satria hain’izy ireo tsara ny nanararaotra, tamin’ny filalaovana teo amin’ny kianja mahazatra azy sy manoloana ireo mpankafy azy ireo. 25 no ho 20 ny seta voalohany raha 25 no ho 17 ny faharoa ary 25 no ho 23 ny fahatelo. Nanao izay ho afany ry Manoa sy Saina ary ry Mamizara saingy tsy tafavoaka mihitsy nanoloana ny mpilalaon’ny Swim blue pals. Ny seta fahatelo no tena niady teo amin’ny fihaonana roa tonta.

Nifandimbiasana ny nitarika ny isa teny amin’ny solaitra be. Efa nisy mihitsy ny fotoana tokony hahazoan’ny GNVB izany saingy toa tratry ny fikoropahana sy fahamehana loatra ry zalahy, araka ny tati-baovao. Votsotra teo am-pelatanan’ny zandary izany ny anaram-boninahitra indroa efa azony tamin’ity fifaninanana ity.

Resin’ny Anse Royale Seychelles, tamin’ny seta 3 no ho 0, teo amin’ny fiadian-toerana fahatelo, kosa VBCD, ho an’ny vehivavy. Voahosotra ho tompondaka kosa teo amin’ny andriambavilanitra ny Quatre bornes Maorisy.

Hisolotena ny faritra fahafito, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika izany, ny Swim blue pals Seychelles sy ny Quatre Bornes Maorisy.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Rallye – «Mada 2017» : lasan’ny ekipazy Ndrianja sy Fanja tanteraka ny amboara

 Nisongadina ny ekipazy Asacm, tohanan’ny PMU Madagascar, nisy an’i Ndrianja sy i Fanja, teo amin’ny fifaninanam-pirenena amin’ny “rallye 2017”. Nanao pao-telo izy ireo, tamin’izany.

 Notanterahina ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny Restaurant Les Colonnades  ny fanolorana ny amboara ho an’ireo mpandresy rehetra, tamin’ny taom-pilalaovana 2017, ho an’ny fanamoriana fiarakodia. Anisan’ireo nisongadina tamin’izany lanonana izany ny ekipazy avy amin’ny klioba Asacm, nisy an’i Ndrianja sy i Fanja. Zava-bita telo tsara indrindra, teo amin’ny “rallye” no vitan’izy ireo, nandritra iny fifaninanam-pirenena lasa iny. Tompondaka teo amin’ny filaharana ankapobeny.  Voalohany, ho an’ny sokajy N4 ary lohalaharana teo amin’ny “categorie mixte”. Intelo, nandrombahana ny ho tompondakan’i Madagasikara, izy ireo. Araka izany, lasany tanteraka ny amboara lehibe niadiana tamin’izany.

Niova tanana koa ny tompondaka teo amin’ny slalom M12 satria Raherison Dominique (Domvala) indray no nahazo izany, tamin’iny taom-pilalaovana 2017 iny. Teo amin’ny slalom, nahazo ny anaram-boninahitra voalohany ho azy koa ny FMMSAM, tamin’ny alalan-dRasoamaromaka Faniry, izay nandrombaka ny fandresena teo amin’ny slalom, sokajy “Rookie”.

Ankoatra izay, notolorana mari-pankasitrahana ireo nahavita be, teo amin’ny tontolon’ity fanatanjahantena mekanika ity. Nisy 9 ireo nahazo ny “officier de l’ordre de mérite sportif”, ka anisan’ny nahazo izany ny filohan’ny federasiona am-perinasa, ny tale teknika nasionaly. Teo koa ireo mpitantana klioba, toa an-dRandriamifidimanana Ntsoa (Asa Tana), Rabekoto Jeannot (Asacm), sy ireo mpanamory nanana ny lazany toa an-dRanarivelo Jean Yves (Joda). Nahatratra 27 kosa ireo nomena ny “chevalier de l’ordre de mérite sportif”.  Anisan’ny nahazo izany, i Jean de Dieu (vazaha), tompondaka teo amin’ny Run.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra anaty efitrano – «Shoot it tournament» : hatao amin’ny alarobia ny lalao manasa-dalana

 Hotanterahina etsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina, amin’ny alarobia 14 marsa, ho avy izao ny lalao manasa-dalana amin’ny baolina kitra anaty efitrano, hifanandrinan’ny samy lisea sy ireo sekoly tsy miankina eto an-dRenivohitra “Shoot it tournament”. Fihaonana karakarain’ireo mpianatra, taona faharoa, ao amin’ny Inscae. Tafita hiatrika izany ny St Michel Amparibe hifanandrina amin’ny Lisea Jules Ferry Faravohitra ary hifandona ny Esca Antanimena sy ny Ste Famille Générale Mahamasina. Hiatrika ny famaranana ireo ekipa roa mivoaka ho mpandresy, amin’io dingana io, ny asabotsy 17 marsa ho avy izao. Miahy ity fifaninanana ity  ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Marie Monique.

Sekoly enina, no nandray anjara tamin’ity lalao ity : St Michel Amparibe, Ste Famille Générale sy Ste Famille Technique Mahamasina, Esca Antanimena, Jules Ferry Faravohitra ary ny Lisea Avotra, izay niala an-daharana. Tanjon’ny fifaninanana ny hanomezana sehatra ireo tanora, hamoahany ny talentany sy ny fahaizany baolina kitra. Firaisan-kina sy fialam-boly, hisian’ny fifankatiavana eo amin’ny samy mpianatra.

Torcelin

 

News Mada0 partages

K2HB : mitaky hanemorana ny fifidianana

 Manoloana ny olana sy ny disadisa mahazo ny fanatanjahantena malagasy amin’izao fotoana izao izay mampitotongana ny taranja sasany, indrindra ny baolina kitra, nanatanteraka ny fivoriambeny ny alakamisy lasa teo, ny K2HB (Komity hamerina ny hasin’ny baolina kitra). Notakian’izy ireo, amin’ny tomponandraikitra ara-panjakana sy ireo rafitra federaly rehetra mba ho amin’ny taona 2020, ny hanaovana ny fifidianana rehetra manomboka any amin’ny seksiona sy ny ligy ary ny federasiona. Fanarahana ny “cycle olympique”, iarahan’ny tontolon’ny fanatanjahantena eran-tany, ny anton’izany, raha ny fanambaran’izy ireo. Araka izany, tokony haverina avokoa ireo fifidianana rehetra efa vita, izay natao ankamehana sy tsy manara-dalàna, ary kiantranoantrano ny ankamaroany.

Takian’ny K2HB ihany koa ny hanitsiana ny “décret 2010/01”, izay manome vahana sy miaro ny sezan’ireo mpitantana ny baolina kitra, amin’izao fotoana fa tsy mipetraka amin’ny tombontsoan’ny firenena. Midera ny fanapahan-kevitra noraisin’ny Fifa, nampiato ny fifidianana  izy ireo ary miantso ny daholobe hanohana izany. Mangataka ny rehetra hanatanteraka ny donak’afom-pirenena hanatsarana ny rafitra rehetra mialoha ny fifidianana.

Mangataka ny fandraisana andraikitry ny minisitera sy ny komity olympika malagasy, ka hanome hasina ny fanjakana mijoro. Manentana ny hisian’ny dinika telo tonta : Fanjakana – Federasiona –Fikambanana mijoro sy miady amin’ny fanatsarana ny fanatanjahantena indrindra ny baolina kitra ny K2HB.

Tompondaka

News Mada0 partages

Lalàm-pifidianana : hiady hevitra ireo depiote

Ilaina ny adihevitra fa tsy atao  fahatany na handalo fotsiny izany volavolan-dalàna izany”, hoy  ny  filohan’ny vondrona  parlemantera Tim, Randriamandimbisoa Felix. Etsy andaniny,  nilaza ho tsy manana olana  ny eo anivon’ny Mapar  tamin’ny alalan’ny depiote , Razanamahasoa  Christine.  “Tsy tokony haha  be resaka ny momba izany rehefa tsy mifanohitra amin’ny demokrasia sy ny lalàmpanorenana izany”,  hoy izy. Tsiahivina fa

haharitra 12 andro indray ny fivoriana tsy ara-potoan’ny parlemantera ity. Handinika volavolan-dalàna 12 izy ireo ka anisan’ny goavana amin’izany ny tolo-dalàna fehizoro momba ny fifidianana.  Maromaro ireo andininy miteraka adihevitra. Anisan’izany ny resaka raharaham-pitsarana sy ny hetra, mason-tsivana hahafaha-mirotsaka. Eo koa ilay fandrarana ny kandida tsy miankina fa tsy maintsy atolotry ny antoko. Mety ho fanarian-jo  ny olom-pirenena izany. Araka  izany, ahiana hiteraka korontana eto amin’ny firenena ny tsirambina na fanekena be fahatany, ny voasoratra. Tokony hahay hijery ny lalàna hampilamina fa tsy hampikorontana ny firenena ireo depiote.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Noho ny tsy fanarahan-dalàna, kolikoly… : mikorontana tanteraka ny fitsarana

 Mbola to teny na didy sy azo itokisana ihany ve ny fitsarana malagasy amin’izao? Eo ny fitsaram-bahoaka milaza azy. Efa mba niova ve ny fanadihadin’ny Afrobaromètre sy ny Bianco, ohatra, fa anisan’ny mahabe fitarainana indrindra noho ny kolikoly ny fitsarana ?

 Izay ny fandraisan’ny vahoaka ifotony ny fitsarana. Mahatsara na maharatsy endrika ny fitsarana amin’izao koa ny afitsoky ny mpitondra. Nahoana? Tsy mbola misy valiny na fanapahan-kevitra, ohatra, ny fitakian’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), tamin’ny taon-dasa, ny amin’ny fanajana ny fahaleovantenan’ny fitsarana, ny fanajana ny tany tan-dalàna, ny fampiharana didim-pitsarana…   

Vao mainka miharatsy noho ny eo aloha aza ny toerana sy ny fiheveran’ny maro ny fitsarana amin’izao. Eo, ohatra, ny amin’ireo raharaha tsy mazava na toa vitavita ho azy fa tsy hita izay tohiny sy farany: ny « Raharaha Antsakabary », ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine », ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana »…

Mitohy ny tsy fanarahan-dalàna sy ny kolikoly

Izao faramparany izao, maharikoriko ny amin’ny fisian’ny kolikoly amin’ny fidirana ho mpianatra ho mpitsara sy mpirakidraharaha, ananan’ny Bianco porofo. Hanao ahoana ny hoavin’ny fitsarana amin’izany? Hitady izay hameranana ny kolikoly nomeny izay mpitsara sy mpirakidraharaha mivoaka amin’izany. Mety efa hatramin’izay aza ny kolikoly, fa izao vao miseho masoandro.

Tsabahin’ny mpitondra ambony hatrany fitsarana. Tonga hatramin’ny fandoroana ny antontan-taratasy porofona kolikoly amin’izay fidirana ho mpitrsa sy mpirakidraharaha izay ny sasany.

Mahavery fanahy ny maro amin’ny fitsarana koa ny momba ny « Raharaha Houcine Arfa » hoe nisy andrana fanomezana kolikoly tamin’ny eo anivon’ny fampanoavana, nefa vitavita ho azy: nahoana, ohatra, no tsy notanana avy hatrany sy nenjehina araka ny lalàna?

Mahakely finoana ny vahoaka koa ny momba nanalana ny tonia voalohany mpampanoa eo anivon’ny fitsarana tampony, ifampitaritarihana eny anivon’ny fitsarana. Ny eo anivon’ny fitondram-panjakana izao no misavoritaka sy tratran’ny fahalovana tanteraka. Mbola azo antoka sy itokisana ve? Na mila vahaolana ny raharaha…

Be loatra ny lalàna rehefa tena mpanao kolikoly ny fanjakana, hoy ny ohabolana latinina izay. Eo koa ny hoe: mivoaka na lasa ny marina, rehefa tafiditry ny politika ny fitsarana.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Fifidianana filoham-pirenena : nanamafy ny haha kandidà an’i Mailhol ny GFFM

Nohamafisin’ny kongresy.  Nifarana, omaly teny Ivato ny zaikaben’ny antoko Gideona fandresena ny fahantrana eto Madagasikara  (GFFM). « Nisongadina tamin’ny fehinkevitra ny fanoloranay ny kandidà, ny pasitera Mailhol  Christian Dieudonné  amin’ny fifidianana filoham-pirenena”, hoy  ny filoha nasionalin’ny antoko, Rakotovao Andriamparany. Nentaniny ny mpikambana,   ny mpino eo anivon’ny Apokalipsy  (Fam)  ary ny Komity mpanohana (KMPM)  hiray  feo sy hanohana izany.

Nanaiky izany ny kandidà Mailhol ary nanatsidika  ny ampahan’ny vinany tamin’ny lahateniny. Nofaritany mazava fa hany  mivonona hiady amin’ny fahantrana ny azy ireo raha miainga amin’ny anaran’izany antoko izany. « Tanjona ny handresena ny fahantrana”,  hoy  izy. Tafiditra ao anatin’izany ny fampidinina ny vidim-piainana. Ohatra ny vidin’ny solika  ho 3 000 Ar… Hahena koa ny vidim-bary. Havaozina ny Jirama  ary ovaina ny rafitra nampahantra ny firenena.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Hosodoko : maneho an-tsary ny tantara Razafindralambo Jean-Nirina

 Maro ny Malagasy manan-talenta eo amin’ny tontolon’ny sary. Anisan’izany Razafindralambo Jean-Nirina. Mampiavaka azy ny fahaizany mampahatsiahy sy mitahiry ny tantara ao anatin’ny hosodoko.

 Misokatra ho an’ny rehetra ny toeram-pampirantian’ny Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) etsy Antsahavola, nanomboka ny zoma teo. Mpanakanto iray tsy faheno loatra kanefa manana ny maha izy azy no ampahafantarina mandritra izany. Tsy iza izany fa Razafindralambo Jean-Nirina.

Mametraka ny soniany ny lehilahy eo amin’ny tontolon’ny hosodoko sy ny kanto ankehitriny. Mirona kokoa amin’ny tantara sy ny fiainam-pirenena, amin’ny lafiny rehetra, ny aingam-panahiny. Araka ny nambarany, ny taona 2015, nanatontosa fampirantiana iray izy ka niompana tamin’ny fanatontoloana sy ny politika iraisam-pirenena ny lohahevitr’izany hetsika izany.

Niainga tamin’ity fampirantiana ity ny tsirin-kevitra teo amin-dRazafindralambo Jean-Nirina ny amin’ny hamoahana an-tsary ny tantaran’ity firenena ity. Miankina amin’ny fahalalahana ara-toekarena ny fahalalahana ara-politika. Mifototra amin’io fomba fijery io ny hevitra entin’ny sanganasa tsirairay.

« Liberté et capitalisme » na koa « Fahalalahana sy kapitalisma » no lohahevitr’ity fampirantiana, etsy amin’ny IKM ity, izay marihina fa natao ho an’ny rehetra fa tsy ho an’ireo mpahay toekarena ihany. Eo amin’ny endrika ivelan’ireo sanganasa sy ny fomba fandokoana, nisafidy ny loko manaitra sy mamiratra ny mpanakanto.

Izany hoe, mandray ny fomba fanaovana hosodoko, antsoina hoe « fauvisme », izany nalaza tamin’ny fiandohan’ny taonjato faha-20, tany Frantsa, izy. Eo koa ny fanaovana « collage » na fametahana akora hafa eo amin’ny tabilao. Anisan’ny hita, mandritra ity fampirantiana ity, ohatra, ny fametahana gazety, ho fanehoana fa mandray anjara betsaka eo amin’ny fandraiketana an-tsoratra ny tantaram-pirenena ity fitaovana iray ity.

Haharitra hatramin’ny faran’ity volana marsa ity, izao fampirantiana izao. Aorian’izay, hotohizan-dRazafindralambo  Jean-Nirina any Oxford Angletera vinavinan’asany.

Landy R.

News Mada0 partages

Tandindomin-doza : manimba ny tontolo iainana ny fanorenan-trano

Araka ny fanadihadian’ny fikambanana iraisam-pirenena WWF, miala tsikelikely ary tsy misy intsony amin’ny farany ny faritra mando rehefa miitatra ny tanàn-dehibe. Miantraika ratsy any amin’ny renirano, ny lakandrano, ny farihy aty an-tanàn-dehibe ny fanorenan-trano tsy mitsaha-mitombo. Mitahiry ny rano avy amin’ny orana, ilain’ny olombelona sy mamelona ny zavamaniry sy biby ny renirano, ny tanimbary, ny dobo, ny farihy sy ny honahona.

Ankalazaina isan-taona ny 2 febroary ny Andro iraisam-pirenena ho an’ny faritra mando, araka ny fifanarahan’i Ramsar. Voasokajy ao anatin’io fifanarahana iraisam-pirenena io ny faritra mando manana ny lanjany eo amin’ilay firenena iray sy eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. Manohana ny lafiny teknika hanatanterahana azy ny WWF. Miisa 20 amin’izao fotoana izao ny faritra mando voasokajy « toerana Ramsar »* eto Madagasikara.

Maro ny mivelona amin’ny jono

Nankalazaina tany Belo ambonin’i Tsiribihina, faritra Menabe ny Andron’ny faritra mando tamin’ity taona ity. Natao tany amin’ny ala honko Ambondrombe, tafiditra ho faritra mando ao anatin’ny toerana Ramsar , ny volana mey 2017, ny hetsika rehetra, nahavory olona maherin’ny 2.000.

Raha tsy voaaro ity ala honko any Tsiribihina ity, ho ringana ny hazandrano sy ny trondro tsy ho velona intsony. Mamelona olona sy fianakaviana anarivony, indrindra ny mpanjono madinika any an-toerana anefa ny jono sy ny ala honko. Maro ny tsindry mahazo ny ala honko any toy ny fanapahana ny hazo sy ny fanaovana saribao, toy ny any amin’ny faritra hafa ihany koa.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fanilon’i Madagasikara : fambolen-kazo ho an’ny taranaka

Notanterahina teny Ambodivonkely, kaominina Sadabe, ny asabotsy teo ny fambolen-kazon’ny sampana skoty zavavavy katolika , Fanilon’i Madagasikara eto Antananarivo. Niavaka ny fotoana  satria maromaro ny hetsika natao teny an-toerana. Niisa 3.500 ny zanakazo nambolena, nahitana karazan-kazo samihafa, toy ny tsy misy afa-tsy eto Madagasikara, ny fihinam-boa, ny fampihaingoana tanàna, ny hazo salantsalany sy vaventy, sns.

Nanampy azy ireo namboly hazo ny mpianatra eny an-toerana, mba ho ohatra ho an’ny hafa,

sady fampandraisana andraikitra sahady ny ankizy hahatsapa ny lanjan’ny tontolo iainana.

Manapaka hazo iray, mamboly roa

Nandray anjara tamin’ity fotoana ity koa ny tanora efatra mirahavavy avy any Afrika, Chifundo (Malawi), Sheila (Zambia), Aurnela (Burindi), sy Subista avy any Nepal (Azia) mivahiny eto Madagasikara mandritra ny enim-bolana.

Nambaran’i Chifundo avy any Malawi, fa omen’ny fanjakana tany hambolena hazo ho azy ireo ny mponina. Tsy mampiasa saribao intsony koa izy ireo sady voararàn’ny lalàna. Manampy izany, milaza koa ny lalàna any Malawi fa “tsy maintsy mamboly hazo roa farafahakeliny ireo izay manapaka hazo iray”.

Anisan’ny anton-dian’izy efatra mirahavavy koa ny fanentanana ny rahavaviny eto amintsika, mifanaraka amin’ny lohahevitry ny skotisma maneran-tany, “tsy hanambadian’ny ankizivavy sy ny tanora vavy aloha loatra”. Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa YS-Program izany hetsika izany.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

«Jeux corporatifs» : hisy «happy park», ho an’ny ankizy

 Efa vonona tanteraka ireo fotodrafitrasa, handraisana ny andiany voalohany amin’ny “Jeux corporatifs”, karakarain’ny talen’ny kolontsaina sy ny fandrindrana ny fiainam-piaraha-monina, eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Fihaonana hotanterahina ao amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny asabotsy 21 sy ny alahady 22 avrily, ho avy izao. Ankoatra ny fihaonana ara-panatanjahantena, hahazo ny anjarany ihany koa ny fianakaviana, indrindra ireo ankizy satria hisy “happy park”, na toeram-pilalaovana hahitana “balançoire” sy ny “toboggan” sy ny maro hafa ao an-toerana.

Raha tsiahivina kosa ny “jeux corporatifs” dia taranja fito no hifaninanana : ny baolina kitra lalaovina olona fito, ny basikety, ny volley-ball, ny tsipy kanetibe, ny “belote”, ny tenisy ambony latabatra ary ny taranja tenisy. Natokana ho an’ireo mpiasa tsy manana kara-pilalaovana, eo anivon’ny ligy na seksiona na federasiona izany. Mbola mitohy, etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny fisoratana anarana, ho an’ireo izay liana ankoatra ny fizarana ny fanasana ho an’ireo orinasa rehetra.

Tompondaka

News Mada0 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

Tomefy olona hatrany ny « Amour’rire » raha nentina tetsy amin’ny CC Esca, omaly tolakandro. Ny lohahevitra iray ihany fa hafa mihitsy noho ny tamin’ny St Valentin, ny omaly.

 Tontosa omaly, tetsy amin’ny Kianjan’ny kanto etsy Mahamasina, ny adin-kiragasy nifanandrinan-dRapaolison sy Rainitelo. Efa indroa nahemotra ity hetsika ity ary zao vao tanteraka.

Landy R., Tiana R, Fanou.

News Mada0 partages

Ampilaolava Toamasina : teratany sinoa voatifitra nalefa aty Antananarivo

Sinoa iray voatifitra. 12 lahy nirongo basy nanafika azy tamin’izany. Voa mafy izy io, ary voatery nalefa aty an-dRenivohitra hotsaboina.

Mirongatra ny asan-jiolahy any Toamasina. Sinoa iray nisy nanafika tany Ampilaolava Toamasina, ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy teo. Voatifitra io Sinoa io saingy tsy maty fa naratra mafy. Vokatr’izay, voatery nalefa aty an-dRenivohitra izy io, hotsaboina rehefa tsy vitan’ny tany amin’ny hopitaly be intsony.

Voalaza fa 12 lahy nitondra Kalachnikov ireo nanafika mpandraharaha sinoa ireo. Voaroba ny vola sy ny entana hafa tao amin’ireo Sinoa. Ireto farany tsy afa-nikofoka fa izao niharan’ny tifitra izao, ary nisy ity iray voatifitra ity. Efa manao ny fanadihadiana ny mpitandro filaminana any an-toerana.

Mitaraina ny olona fa mirongatra izay tsy izy ny asa ratsy any Toamasina. Teo ny mpangala-jaza, vola sandoka, mpanao fanafihana mitam-piadiana, manginy fotsiny ny

vaky trano sy fanendahana etsy sy eroa. “Izay tratran’ny mpitandro filaminana rahateo mbola votsotra hatrany. Tsy mahagaga raha tsy matoky azy ireo intsony ny olona”, hoy ny fanazavana.

Mitarika amin’ny fitsaram-bahoaka

Matetika ny tsy fahatokisan’ny olona intsony ny mpitandro filaminana sy ny fitsarana.  Mitarika ho amin’ny fitsaram-bahoaka. Tsy mahagaga raha tondro molotra sy tsaho, miafara amin’ny famonoan’olona, tahaka ity niseho tany Lopary Vangaindrano ity (Lahatsoratra etsy ankilany).

Tena isehoana fitsaram-bahoaka ao Toamasina. Rehefa votsotra lava ireo olon-dratsy, ny vahoaka indray no mametraka lalàna. Toy ilay resaka hala-jaza sy varotra zaza, izay nahatezitra ny olona ny namotsoran’ny fitsarana azy ireo. Tantara mitohy…

Sajo sy Yves S.

News Mada0 partages

Ambatovinaky : trano iray narodana fa nahiana hampidi-doza

Trano iray misy rihana teny amin’ny fokontany Ambatovinaky no nianjera ho azy ny tolakandron’ny alarobia 7 marsa teo. Tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina ny andron’ny alakamisy 8 sy 9 marsa, mba handrodana ireo rihana sisa izay mbola nahiana hianjera ka mety hampidi-doza. Narodana tokoa ireo, ary tsy nanakana ny  tompony satria efa hita fa nivava izany, ary mety hirodana tampoka.  Voalaza fa ny fahanteran’ny trano sy ny fifandimbiasan’ny rivotra, ny hafanana ary ny orana no tena anisan’ny antony nampirodana ity trano ity. Tsy nisy ny naratra sy ny aina nafoy tamin’izany fa tafavoaka ara-potoana avokoa ireo tompon-trano nandritra ny fiavian’ny loza.

Maromaro ny trano mila arahi-maso eto an-dRenivohitra. Indrindra ireo miorina amorona hantsana na amin’ny toerana ambony, mba tsy hiverenan’ny loza toy ny teny Ambanin’Ampamarinana. Tsy ny trano ihany no ilana fanaraha-maso fa eo koa ireo vatobe, tany ahina hihotsaka sao ahitan-doza.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Soavimasoandro : natao fitiliana teny Anjanamasina ilay adala nahafaty olona

Nentina natao fitiliana teny Anjanamasinan ilay lehilahy voalaza fa tsy salama saina, nanindrona antsy ilay tovolahy, ary notazomina vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora taorian’ny fanolorana azy ny fampanoavana. “Marihina fa taorian’ny famotorana izay natao tamin’ity lehilahy izay voalaza fa tsy salama saina ity, nentina teny amin’ireo mpitsabo eny Anjanamasina izy ity, mba hanaovana fitiliana ary anamarinana marina fa tsy salama saina tokoa. Hatreto  mbola eo am-piandrasana izay valin’ny fitiliana izay ny mpanao famotorana.”, hoy ny polisy. Tsy azo natao kosa anefa ny nitazona azy mihoatra ny fotoana voafaritry ny lalàna, ka tsy maintsy natolotra ny fampanoavana ity lehilahy ity, ary taorian’izany no nandraisan’ny mpitsara fanapahan-kevitra ny itazomana azy vonjimaika eny amin’ny fonjan’Antanimora.

Raha tsiahivina, ny 8 marsa teo,  tokony ho tamin’ny 4 ora hariva teny Soavimasoandro, nahazo antso ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria Analamahitsy, fa nisy lehilahy iray antsoina hoe Tiavina, 20 taona voatsindrona antsy, ary voalaza fa lehilahy iray tsy salama saina antsoina hoe Mika no nahavita izany.Fantatra fa efa nanaraka fitsaboana teny Anjanamasina ity lehilahy nanindrona antsy ity, tamin’ny taona 2016 ary efa notazomina teny nandritra ny telo volana. Araka ny fantatra, mpinamana telo lahy avy nilalao baolina no nifanena tamin’ity lehilahy ity, tsy fantatra mazava ny zava-niseho, fa nitoraka vato an’ireto telo lahy ity lehilahy voalaza fa tsy salama saina ity, ka nirohatra nanenjika azy izy telo lahy. “Nitsoaka i Mika ary nahita antsy tamina mpivarotra iray tsy lavitra teo, noraisiny avy hatrany izany ary raha nanatona azy ilay tovolahy antsoina hoe Tiavina, dia notsatohiny tamin’ilay antsy, taorian’izany nilefa tany an-tranony i Mika. Ilay tovolahy voatsindrona kosa noentina teny amin’ny toeram-pitsaboana iray teny Akorondrano, saingy efa tsy tana intsony ny ainy », hoy ny polisy.

Tonga teny Soavimasoandro ny polisy avy ao Analamahitsy ka natao izay fomba niarovana ny ain’i Mika satria efa tomefy olona ny manodidina nitaky ny hanaovana fitsaram-bahoaka azy. Nisy fandaminana izay nataon’ny polisin’ny boriborintany fahavalo ka tafavoaka tsy nisy korontana ity lehilahy ity ary nentina avy hatrany teny amin’ny BC Anosy. Miandry ny fitsarana azy ilay lehilahy.

Yves S.

News Mada0 partages

Randriamboavonjy Jean Angelson : “nisedra olana ny Tranom-printy nasionaly”

Tafaverina ny fitokisan’ny mpiara-miombon’antoka amin’ny Tranom-printim-pirenena satria efa voailika ny trosany ary tafapetraka ny vina lavitra ezaka, araky ny paikady fanarenana napetraky ny tale Randriamboavonjy Jean Angelson.  Efa mampiditra tombom-barotra ny tranom-printy raha bokan’ny trosa talohan’ny nahavoatendry ity mpitantana ity,  nanomboka ny volana aogositra 2015. “Naharitra hatramin’ny faran’ny taona ny famolavolana ny drafi-panarenana  vao tafavoaka ny paikady fanarenana. Fanovana ifotony sy fahasahiana nisedra olana maro ny fanarenana, ankoatry ny fahaiza-manao ara-teknika teo amin’ny fitantanana ka nahazoana ny vokatra», hoy ny fanazavan’ny talen’ny Tranom-printim-pirenena. Nambarany fa tsy maintsy narenina hatrany amin’ny fahaizana sy ny fahazaran’ny mpiasa, tsy nifanaraka tamin’ny fitakian’ny fivoaran’ny teknolojia amin’izao fotoana intsony, hoenti-miatrika ny fifaninanana eo amin’ny tsenan’ny asam-pirinty. « Tsy maintsy manova fomba fijery izahay manoloana ny vokatry ny fialana tsikelikely amin’ny fikirakirana taratasy ho soloana « numérique » ka hanakenda ny tranom-pirinty », hoy  izy.

Nametraka drafitra lavitra ezaka amin’ny fitantanana  koa ny  tenany  ka hitazona ny fiarenan’ny orinasa ary naminavina ny hampidirana teknisiana mpikirakira ny haitaha maharaka toetr’andro. Kendreny ihany koa ny hiroso amin’ny tsenan’ny « biométrique », hitsinjovana ny ho avin’ny orinasa,  araka  ny nambarany ihany.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Fanohanana ny fanabeazana : nanampy ny mpianatra Ratsiraka Juliana

 Nahazo tohana avy amin’ny filohan’ny Association-ntsika, Ratsiraka Juliana ireo mpianatra 483 mianandahy avy amin’ ny CEG miisa fito ao Toamasina I.  Nahitana kojakojam-pianarana samihafa tahaka  ny  “dictionnaire Larousse”  izany. Anton’ny hetsika ny fahazoan’ izy ireo naoty ambony indrindra ho an’ny taom-pianarana 2016- 2017 farany teo. Nahatratra 19,50/20 ny salan’ isa ambony indrindra azon’ ny mpianatra ka notolorana izany ireo ankizy telo voalohany isaky ny sekoly avy amin’ny kilasy faha 6,5,4,3. Niainga avy amin’ny tolo-tanana amin’ ireo mpiara miombon’ antoka amin’ ny Association-ntsika  izany.

Mbola  hitohy ny hetsika ka anisan’izany ny fanomanana “cours” maimaim-poana hotanterahin’ny fikambanana  ho tosika hampirisihina ireo hanala fanadinana BEPC.  “Hatao isan-taona ny tahaka izao. Tanjona nyhampiakarana ambony ny lanjan’ ny fahaizan’ ny mpianatra eto Toamasina”, hoy Ratsiraka Juliana.

Synèse  R.

News Mada0 partages

Arahi-maso ihany ilay andian-drahona : hiseho ny volon’andro ririnina eto afovoan-tany

Hiato kely ny orana fa hanjaka ny hatsiaka sy ny rivotra amin’ny fiandohan’ny herinandro. Ny lavadavaka nateraky ny orambe teo aloha rahateo tsy mbola vita ka sahirana ny rehetra, indrindra ny mpampiasa lalana  

Haka volon’andro ririnina ny afovoan-tany iray manontolo mandritra ny roa na telo andro manaraka, hoy ny teknisianina eny Ampandrianomby, omaly. Hidina ny maripana ambony indrindra ho an’ny eto Antananarivo, 25 °C ny ambony indrindra raha 17 ny ambany indrindra. Voakasik’izany avokoa ny afovoan-tany rehetra: Analamanga, Vakinankaratra, Matsiatra Ambony, Amoron’i Mania ary any atsimo atsinanan’ny Nosy. Tsy hisy ny orana na mbola ao anaty fotoam-pahavaratra tanteraka aza fa hifafy ny erika ary hifandimby ny rahona sy ny masoandro. Handrivotra kokoa ny andro ary ho mafy izany amin’ny faritra sasany entin’ny tsioka avy atsimo atsinanana. Hahazo orana kosa ny any Antalaha, sy ny faritra Analanjirofo. Momba ny toetry ny andro anio, hilatsaka ny oram-baratra ny tolakandro any Nosy Be sy Sambirano, Antalaha, Analanjirofo ary  any Atsinanana. Hanerika manify ny ilany atsinanan’Antananarivo. Hifandimby eo ny rahona sy ny masoandro amin’ny faritra hafa.

Momba ilay andian-drahona any amin’ny ranomasina indianina ahina hivadika ho rivodoza, araha-maso ny fivoarany. Mbola lavitra ny toerana misy azy ary tsy misy ny fiforonana rivodoza hatramin’izao.                                                                                                   

Entona mangeja hafanana

Hatramin’ny taona 1950, ny taona 2017 no nafana indrindra vokatry ny maripana vokatry ny  ny entona mangeja hafanana (gaz à effet de serre) misy ifandraisany amin’ny andavanandron’ny olombelona. Raha liana hahazo vaovao mahakasika izany, azo tsidihina ny varavarana misokatra karakarain’ny Meteo Madagasikara. Hanomboka ny 21 hatramin’ny 23 marsa ho avy izao ny hetsika hotanterahina ao amin’ny Parvis, lapan’ny Tanàna Analakely. Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny Andro maneran-tany ho an’ny toetry ny andro izany. Lohahevitra noraisina ny  hoe “Iray maka bahana,  roa fiomanana, telo dia lasa”.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Bezaza Eliana -Antsohihy : notohanana ny marary tao amin’ny hopitaly

Nankalaza ny Andro maneran-tany ho an’ny zon’ny vehivavy tany Antsohihy ny antoko PSD. Nisy ny filaharana nataon’ireo vehivavy 400 niainga avy eny Ambalabe ary nifarana teny amin’ny tranom-pokonolona ao Antsohihy. “Tanjon’ny hetsika ny hanaporofoana fa manana ny fahaiza-manao rehetra ho amin’ny fampandrosoana sy ny toekarena ny vehivavy”, araka ny nambaran’ny sekretera nasionalin’ny antoko, Bezaza Eliana. Nandritry ny fandalovany tany an-toerana, tsy nohadinoiny ny namangy ny andohamandrin’ny ray aman-dreny nipoirany satria raibe sy reniben’ny repoblika. Nametraka voninkazo teny amin’ny toerana isitrihan’izy ireo ny tenany. Nitondra nofon-kena ho mariky ny fihavanana sy tantsoroka ho amin’ireo marary tao amin’ny hopitalin’Antsohihy izy.

Taorian’izay, notokanana ny foiben-toeran’ny PSD Avaratra tao Farafangahely. Ny taona 1969, nokasaina hanaovana kilasimandry zazavavy io toerana io saingy maty niaraka tamin’ny tolona 1972 izany tetikasa izany. 46 taona aty aoriana, nohavaozina izany hitsinjovana ny vahoaka ka azo ampiasaina amin’ny hetsika samihafa na an-kafaliana sy an-karatsiana, araka ny fanazavany ihany. Voizin’izy ireo ny politikan’ny kibo izay teny filamatry ny filoha Tsiranana ka rariny raha hiahy ny sosialy miantefa amin’ny vahoaka. Vonona izy handray andraikitra miantomboka amin’ny kely indrindra na vehivavy aza ny tenany. Manentana ny vehivavy toa azy koa Bezaza Eliane hanomboka eny anivon’ny fokontany, kaominina, distrika, faritra ny fanarenana sy fanampiana ny mpiara-belona aminy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsihombe : 95%-n’ny mponina tsy mampiasa lavapiringa

Tsy manome tosika ara-bola 30 000 Ar isam-bolana ihany ny tetikasa Fiavota fa manome tan-tsoroka isan-karazany koa ahafahan’ireo mpisitraka 57 000 manatsara ny sakafo sy ny fahasalamana. Ao anatin’izany indrindra, manao hetsika maro ahafahana mampiroborobo ireo Fihetsika fototra ho an’ny fahasalaman’ny fianakaviana (FFFF) ny Tahirim-bola ho an’ny fampandrosoana (Fid) sy ny Unicef. Misy ny atrikasa fananganana paikady sy drafitrasa serasera ho an’ny fampandrosoana notanterahina ny herinandro lasa teo, ho an’ireo distrika dimy hiasan’ny tetikasa : Amboasary Atsimo, Ambovombe, Tsihombe, Beloha ary Bekily.

« Miankina amin’ny zava-misy eny ifotony sy ny fandraisana anjaran’ireo mpisehatra rehetra ny fandrafetana ny drafitrasa entina hampiroboroboana ny fiovam-pihetsika mahomby sy azo refesina eo anivon’ny fiarahamonina amin’ity fomba fiasa ity. Izay no antony nanatanterahina izao atrikasa izao», hoy ny tale iraisam-paritry ny Fid Taolagnaro, Rakotoarisoa Rindra.

Dimy amin’ireo fihetsika 17 fototra ho an’ny fahasalaman’ny fianakaviana no voafaritra ho laharam-pahamehana any amin’ireo distrika dimy ireo. Ny fampiasana lavapiringa, ny rano fisotro madio, ny fanasana tanana, ny fandrindrana fiterahana, ary ny fampivoarana ny tontolon’ny ankizy madinika. Tsy mampiasa lavapiringa ny 95,9% amin’ireo mponina anatin’ny distrikan’i Tsihombe. 16% ihany no manasa tanana amin’ireo fotoana tokony hanaovana izany ary 96% no mampiasa rano tsy voadio. « Azo atao tsara ny manova ireo salanisa ireo amin’ny alalan’ireo fihetsika tsotra nefa manan-danja », hoy ny fanazavana. Tetikasan’ny fanjakana malagasy arindran’ny minisiteran’ny Mponina ary tanterahin’ny Fid sy ONN ny Fiavota. Mamatsy vola kosa ny Banky iraisam-pirenena sy ny Unicef.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Solidarité féminine : clubs des mères dans les Fokontany

Des clubs des mères sont érigés dans les 10 fokontany d’intervention dans la capitale du projet « Mendrika » de la Croix-Rouge Malagasy (CRM), où différentes activités sont menées. Entre autres, partage d’expériences entre les membres, campagnes de sensibilisation sur les règles d’hygiène de base et formation professionnelle. L’autonomie financière et les responsabilités en tant que mère de famille sont particulièrement soulignées dans ces activités. « L’objectif est de renforcer la solidarité des femmes afin de leur permettre de s’entraider et de se soutenir dans la vie quotidienne, tant dans leur vie familiale que personnelle », a confié la CRM, à travers un communiqué. Actuellement, 697 femmes et mères de famille bénéficient des ces activités dont 578 d’entre elles suivent une formation professionnelle.

Dans le cadre de ce projet, 2 000 enfants vulnérables des 10 fokontany de son intervention viennent de bénéficier d’appuis financiers et matériels pour leur scolarisation. En effet, l’éducation fait partie des quatre volets principaux du projet, si les trois autres sont la santé communautaire, la prévention de la violence et la relance économique. Sur le plan santé communautaire, plus de 2500 bénéficiaires sont répertoriés dans les activités de sensibilisation et de distribution de Kits « Wash ».

Les fokontany d’intervention de « Mendrika » se trouvent dans le district I de la commune urbaine d’Antananarivo : Antohomadinika Centre, Sud, Faami et III G Hangar, Andohatapenaka I, II, III, Ankasina, Andavamamba Anjezika et Antetezanafovoany I.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Harcèlement sexuel : une forme de violence tolérée

31% des femmes sont victimes de violence, selon le ministère de la Population, et 11% de violence sexuelle d’après l’ONG C for C, dont le harcèlement sexuel, en général une forme de violence tolérée au pays.

Selon Mampionona Ramamonjisoa, responsable du projet « Sahala » de C for C,  en marge d’une campagne de sensibilisation menée ce week-end à ce sujet auprès des universitaires de la capitale, « A Madagascar, le harcèlement sexuel n’est pris en compte que dans les lieux de travail ». Il a poursuivi qu’on ferme les yeux sur les gestes et comportements déplacés de certains « dragueurs », dans les autres endroits comme dans la rue, les transports en commun, bref les différents lieux publics. De plus, les victimes ne se plaignent pas de cette entrave à leur liberté.

« Le pire est que certains hommes considèrent ces gestes comme un comportement normal, auquel les femmes doivent accepter et subir », a souligné Mampionona Ramamonjisoa. Ce qui amène certaines jeunes filles à être angoissées, ne serait-ce que de croiser des garçons.

Masculine positive

C’est ainsi que le projet « Sahala », luttant contre l’impunité des violences commises auprès des femmes, a mené une campagne de conscientisation des hommes sur le harcèlement sexuel à travers son programme « Masculine positive ». Actuellement, ce projet vise cinq universités de la capitale auquel environ 500 étudiants son ciblés. Vendredi, ce fut le tour des étudiants de l’université

« Iestime » à Andravoahangy Ambony.

A noter que le projet « Sahala » touchera bientôt à sa fin, et c’est désormais le réseau « MenEngage Madagascar », littéralement des hommes engagés, qui prendra la relève.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Environnement : 23 millions de dollars de l’Usaid Dans le cadre du projet

« Hay tao » ou savoir-faire, le premier volet du nouveau « Conservation and communities project (CCP) » de l’Usaid, l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert T. Yamate a annoncé l’octroi d’une aide financière d’un montant de 23 millions de dollars pour appuyer les programmes environnementaux dans la Grande île. C’est le premier financement important du gouvernement américain dans le domaine de l’environnement, depuis la suspension des aides depuis 2009.

« Je suis fier d’annoncer que le gouvernement américain vient de faire le plus grand investissement dans le secteur environnement depuis dix ans à Madagascar », a souligné l’ambassadeur.

D’une durée de cinq ans, « Hay tao » mis en œuvre par « Pact », une organisation internationale de développement, sera axé sur le renforcement et l’autonomisation des communautés locales dans la gestion de proximité des ressources naturelles, à l’exemple des récifs et des forêts tropicales, sans oublier le respect des réglementations en vigueur.

Beauté sauvage

Une campagne de lutte contre le trafic d’espèces sauvages, dénommée « Beauté sauvage », a été également lancée. Elle consiste à publier et distribuer des affiches, des dépliants, des cartes postales et des activités dans les écoles, les hôtels, les services des douanes au pays et aux bureaux des communautés locales. Chaque élément de la campagne est ainsi destiné à un public déterminé.

Sera R.

News Mada0 partages

Evade de Tsiafahy : fin de cavale pour Toky Feno Setra

Après cinq mois de cavale, Toky Feno Setra Safidy Randriamalala, l’un des 5 évadés de la Maison de force de Tsiafahy, a été repris hier par les éléments de l’administration pénitentiaire.

Retour à la case départ pour Toky Feno Setra Safidy Randriamalala. Cet évadé de Tsiafahy, âgé de 26 ans, a été rattrapé par les agents pénitentiaires hier matin à Ankaraobato.

D’après l’Inspecteur en chef d’administration pénitentiaire, Honoré Randriambololomanana, Directeur de la sécurité des établissements pénitentiaires (DSEP), Toky Feno Setra s’est terré dans la maison d’un ami. «Ayant remarqué des va-et-vient suspects, notre informateur nous a alertés. Pendant une semaine, nous avons pris en filature le suspect. Ce matin (ndlr : hier), nous avons identifié avec certitude qu’il s’agit bien d’un de nos évadés. Il a fait pousser ses cheveux et sa barbe mais nous l’avons tout de même reconnu», a-t-il expliqué.

Il a aussi précisé que le fugitif a opposé de résistance durant son arrestation, obligeant ainsi les agents à ouvrir le feu. «Il est blessé mais sa vie n’est pas en danger. Sitôt sur pied, il fera l’objet d’une enquête serrée», a ajouté le DSEP.

Toky Feno Setra Safidy Randriamalala a été placé en détention préventive à Tsiafahy pour association de malfaiteurs et vols avec port d’arme.

En compagnie de quatre autres détenus, il s’est fait la belle dans la nuit du 7 au 8 octobre 2017. Ses quatre complices d’évasion circulent toujours dans la nature.

Mparany

 

News Mada0 partages

Aide aux familles vulnerables : l’appui s’étend sur les volets santé et nutrition

Appuis supplémentaires. Le redressement de la vie socio-économique des familles victimes de la sécheresse dans la partie Sud, plus précisément dans les régions Androy et Anosy, est sur la bonne voie.

L’accompagnement des familles vulnérables dans le Sud du pays, via un transfert monétaire d’une valeur de 30.000 ariary par mois dans le cadre du programme «Fiavota», cofinancé par la Banque mondiale et l’Unicef, se poursuit. Ce programme vise aussi à améliorer la santé et la nutrition de quelque 57.000 ménages bénéficiaires.

En vue de concrétiser cette initiative, le Fonds d’intervention pour le développement (Fid) compte promouvoir avec l’Unicef les Pratiques familiales essentielles (PFE) en adoptant l’approche Communication pour le développement (C4D). Sur ce point, des ateliers sur le développement des stratégies et plans d’action «C4D/PFE» ont été organisés dans les cinq districts de la région Anosy et Androy du 6 au 10 mars dernier

Cinq PFE prioritaires

Cette série de concertations a permis aux participants de ressortir cinq PFE prioritaires, à savoir l’utilisation des latrines, l’accès à l’eau potable, le lavage des mains, le développement de la petite enfance et le planning familial. Les statistiques donnent des bons indicateurs qui justifient le niveau de priorité accordé à ces volets.

95,9% des habitants du district de Tsihombe n’utilisent pas de latrine, 16% seulement pratiquent le lavage des mains en certaines occasions et 96% utilisent l’eau d’origine douteuse. «L’initiative vise à inverser ces tendances grâce à des petites actions faisables. C’est d’ailleurs l’essence même de cette nouvelle approche», a déclaré Rindra Rakotoarisoa.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Projet clic : la Star renouvelle son appui

Le projet Centre de lecture, d’information et de culture (Clic), initié par l’association Trait d’Union, a vu le jour en 2003 et depuis, a permis la mise en place de 25 bibliothèques dans les zones reculées à Madagascar. Depuis 2010, la Star s’est associée au projet afin de permettre aux enfants et aux jeunes d’avoir accès gratuitement à ces bibliothèques.

Cette année encore, elle renouvelle ce partenariat à travers un appui financier de plus de 7.200.000 ariary, qui a été remis officiellement hier au Clic Quart Monde Antohomadinika. Cette somme est destinée à la formation itinérante des animateurs, effectuée au sein des Clic.

Dans son allocution, Anna Rabary, secrétaire générale de la Star a réitéré que, « Pour la Star, une entreprise citoyenne engagée dans l’amélioration du quotidien de la population malgache, il est important de soutenir les actions qui favorisent l’accès à l’éducation et la culture. C’est pourquoi nous soutenons fidèlement le projet depuis plusieurs années ». Ce partenariat avec l’association Trait d’Union est un soutien à la promotion de l’éducation auprès de la population locale.

Depuis 2007, chaque Clic est désormais rattaché à l’Alliance française la plus proche de sa localité permettant la facilitation et le développement des animations. Grâce à la collaboration avec les différents partenaires, près de 200.000 visiteurs par an accèdent à ces lieux de lecture et de culture, principalement les écoliers et les étudiants.

Arh.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Remise des trophées, la Fédération du sport automobile a honoré samedi les vainqueurs des différentes compétitions, durant la saison 2017.

« Amour’rire » au CC Esca, une fois de plus, Francis Turbo et Goth ont frappé fort.

Déplacement à Ambilobe. Retour en force de l’ancien président de la Transition.

 

Photos Tiana R et Fanou

News Mada0 partages

Projets de textes électoraux : risque élevé d’une nouvelle crise

Les trois projets de texte relatifs aux élections passeront en commission plénière dès mardi à l’Assemblée nationale. La vigilance des élus est plus que nécessaire avant de les adopter, sachant qu’en leur état actuel, leurs dispositions exposent le pays à une nouvelle crise politique.

Il y a encore beaucoup à améliorer sur les projets de texte qui sont présentés au Parlement actuellement. Reste à savoir si la majorité des élus habitués à voter des lois à la va-vite pourront cette fois-ci penser au véritable intérêt du pays en insistant sur les lacunes de ces textes. Dans sa dernière missive, l’Observatoire de la vie publique (le Sefafi) a par exemple évoqué l’art de se moquer du monde dans ses projets de texte. Et pour cause, dans le projet de loi relatif au régime général des élections et des référendums, il a été inscrit au titre de «dispositions transitoires et finales» que, «Sur une période de trois ans qui court à compter de la promulgation de la présente loi organique, les dispositions des sections 2 et 3 du chapitre II du titre II ne s’appliquent pas aux élections des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat, ni aux élections territoriales».

 Ces sections concernent paradoxalement le financement et la transparence en matière de comptes de campagne électorale. En d’autres termes, «la seule véritable avancée démocratique que comporte ce projet, et dont tout le monde se félicite, est mise au rancart pour trois ans. Les prochains députés, sénateurs, maires, … n’auront donc pas d’obligation financière, encore moins à tenir de comptes de campagne, ni à respecter les dispositions relatives au financement de leur campagne électorale», selon le Sefafi.

Lacunes

Autres lacunes flagrantes au niveau de ces textes concerne les personnes nommées aux hautes fonctions et hauts emplois civils de l’Etat faite par décret en Conseil des ministres qui sont assujettis à l’obligation de démission s’ils souhaitent se porter candidat aux élections. Aussi bizarre que cela puisse paraitre, les ministres ne figurent pas dans cette liste. C’est dire donc qu’ils pourront, pendant les campagnes, user des moyens et prérogatives publique liés à leurs fonctions à des fins de propagande électorale.

Comme l’a déjà fait savoir la plateforme politique, Armada, le gouvernement sera responsable de la crise post électorale si cette disposition  venait à être votée en son état actuel. Ils ont trompé la communauté internationale sur ces textes car désormais  les ministres peuvent faire de la propagande. Soit dit en passant, il a été remarqué que le temps d’antenne pour les pouvoirs publics est illimité durant la campagne.

Sans oublier aussi que le projet de loi maintient aussi l’obligation de la carte d’électeur pour les citoyens alors que dans le même temps, il reconnaît qu’il est possible de s’en passer. Pourquoi donc s’encombrer de démarches bureaucratiques, fastidieuses et coûteuses, pour obtenir une carte d’électeur qui ne sert à rien ? Les fonds alloués à cette opération pourraient utilement être affectés à des sujets cruciaux comme l’éducation électorale », a indiqué l’Observatoire de la vie publique. Les députés devront en tout cas trouver des moyens de remédier à ces manquements avant l’adoption de ces textes.

Pratique courante

La Constitution exige la présence massive des élus pour leur adoption. En marge de l’ouverture du prolongement de la session extraordinaire des élus de la Chambre basse, le Président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy invite ses collègues à revenir à Tsimbazaza afin d’accomplir convenablement leur mission. Beaucoup d’élus n’étaient d’ailleurs pas au rendez-vous, samedi dernier, lors de l’ouverture officielle de cette session extraordinaire. «La plupart d’entre nous sont retournés dans leur circonscription pour célébrer la journée internationale des droits des femmes», a plaidé le numéro un des députés.

Adeptes de l’absentéisme, les élus n’ont cependant pas le droit de rester en marge du débat sur les projets des textes relatifs aux élections, cette fois-ci. Passé le délai de quinze jours imposé par le Constitution, le Parlement doit en effet adopter ces textes dans les jours à venir. Sur ce point, l’article 89 alinéa 2 de la Loi fondamentale dispose qu’«une loi organique ne peut être adoptée qu’à la majorité absolue des membres composant chaque Assemblée (…)». Il faut donc au moins 76 élus pour adopter les projets de loi organique relatifs aux régimes généraux des élections et des référendum, sur l’élection du président de la République et l’élection des députés.

L’absentéisme des élus est légion depuis belle lurette et ce, même si leur règlement intérieur prévoit des sanctions, telle qu’une retenue sur l’indemnité de fonction ou encore la déchéance en cas d’absence prolongée. Pour autant, du moins depuis le début de la IVe république, aucun élu n’a été sanctionné pour cause d’absentéisme. Au contraire, des élus peuvent avancer des motifs fallacieux comme la non réception de leur ticket de carburant ou autres indemnités. A titre d’illustration, l’année dernière, seuls quinze élus de l’Assemblée nationale ont adopté la loi sur les procédures collectives d’apurement du passif. La fameuse loi relative aux Zones économiques spéciales (ZES), qui continue de faire couler beaucoup d’encre, a été aussi adoptée par seulement une quarantaine d’élus alors que cette loi est censée régir une grande partie de l’avenir de certaines localités du pays.

Rakoto

News Mada0 partages

Pop art : liberté et capitalisme selon Jean-Nirina

Jean-Nirina Razafindralambo livre sa vision de l’histoire de la Grande île avec «Liberté capitalisme». Une exposition de peinture à découvrir à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) Antsahavola tout au long de ce mois.

Cette série de tableaux accrochés sur les murs de l’IKM relate les étapes traversées par le pays depuis son accession à l’indépendance jusqu’à nos jours. «En 2015, j’ai réalisé une exposition sous d’autres cieux, portant sur la globalisation et la politique internationale. C’est de là qu’est venue l’idée d’adopter le même concept à partir de notre histoire», argumente l’artiste peintre avant d’enchaîner que, «Sa thèse principale est que la liberté économique est une condition nécessaire à toute liberté politique, s’adressant à un large public et non aux seuls économistes».

Avec un savant mariage de couleurs, les toiles sont peintes à base de peinture et bombe aérosol sur une planche avec comme support des vieux journaux des années 70, pour mettre en exergue ce rôle de la presse, en tant que témoins de l’histoire. L’artiste peintre puise son inspiration à travers le pop art, tout en se perfectionnant dans le fauvisme, l’expressionnisme et le collage.

La peinture n’a pas encore la place qu’elle mérite ici, selon l’artiste. «Force est de constater qu’à Madagascar, il y à très peu, voire pas du tout, de salle d’exposition et de musée dédiés à l’art. Dans certains pays, on trouve au moins une galerie dans chaque ville», a-t-il déploré.

Après cette installation, Jean-Nirina Razafindralambo projette de tenir une autre exposition à Oxford.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Musique : Spesialista perd l’un des siens

Le monde musical est à nouveau endeuillé avec la disparition du membre fondateur de Spesialista, Michaël Eric Tovoherizo, plus connu sous nom de scène de Djaig.

«Il a été victime d’une chute dans les escaliers de son immeuble à Namontana, hier soir (ndlr : samedi). Il a été évacué à l’hôpital de Befelatanana mais Djaig a rendu l’âme ce matin vers 6 heures (ndlr : dimanche), des suites d’une grave blessure à la tête», a annoncé Billy Raharisoa, un des piliers de la formation Spesialista.

Agé de 46 ans, Djaig a encore célébré sur scène le 8 mars avec ses compagnons de route et voilà qu’il laisse le groupe orphelin de son percussionniste. «Aussi longtemps que je me souvienne, Djaig était un danseur au talent inégalable. Il s’est également fait remarquer au sein du groupe Spesialista par son talent d’auteur, compositeur et musicien», se souvient un membre de la bande.

La veillée funèbre se tient à son domicile à Namontana avant son inhumation à Anjomakely, dans la Commune de Bongatsara, ce mercredi.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Maro look : la photographie dans toute sa splendeur

Le centre culturel Tahala Rarihasina Analakely a accueilli samedi dernier le Salon de la photographie. Une édition sous le signe du succès qui s’est traduit par une série de formations et une exposition  inédite.

Parti de l’initiative de Maro Look d’encourager les amateurs du 8e art et notamment d’accompagner les jeunes photographes dans leur professionnalisme et leur autonomie, le Salon de la photographie a réuni du beau monde à Analakely. «Sur le plan organisationnel, s’imprégner du domaine de  la création d’une entreprise est un premier défi à relever pour l’association» a fait savoir Rojovola Raholiarinjato, membre de Maro Look, une association de jeunes étudiantes en 2e année de l’Inscae.

Une dizaine de stands ont fait étalage des différentes facettes du métier de la photographie. Le temps d’une journée, les professionnels du métier, comme Ako Manantsoa Andrianarivelo et des représentants du Fujifilm, ont partagé leur savoir-faire et discuté sur la technique de prise de vue et la psychologie à adopter avant de prendre un cliché.  Fort du succès de cette  première édition, Maro Look va réitérer l’expérience au mois de juin.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Volley- CCZ7 : la GNVB termine avec les honneurs

L’honneur est sauf pour Madagascar lors du championnat des clubs de la zone 7 Afrique (CCZ7). L’unique podium malgache aux Seychelles a été l’œuvre de la gendarmerie nationale de volley-ball (GNVB) qui termine la compétition à la deuxième place.

La campagne seychelloise se termine sur une bonne note pour la GNVB ! Pour la troisième fois consécutive, les joueurs entraînés par Honoré Razafinjatovo terminent la compétition avec une médaille.

Cette fois-ci, ils ont gagné la médaille d’argent à la suite de leur revers face aux Seychellois de Swim Blue en finale après les deux en or de 2015 à Madagascar et de 2016 à Maurice. Les sextuples champions de Madagascar, au vu de ses performances, s’en sortent plutôt bien que ce soit sur leur sol ou en terre hostile.

Certes, la passe de trois a échoué sur le terrain, mais la GNVB a réussi là ou les autres ont échoué, c’est-à-dire la participation à plusieurs éditions de la CCZ7. En effet, cette équipe de la gendarmerie n’a jamais failli à sa mission de défendre l’honneur de Madagascar. Depuis plusieurs éditions, cette formation était toujours présente que ce soit sur son sol ou ailleurs avec les bons résultats que même les profanes admirent.

Pour autant, la réussite de la GNVB n’est rien sans une bonne gestion de la part des dirigeants conduits par le colonel Heriniaina Rakotomalala. Mais ce n’est pas tout. Tous les soutiens apportés à l’équipe ont profité à la bonne santé du volley de la gendarmerie.

D’ailleurs, le président du club n’a pas manqué de leur glisser des mots de remerciements après la fin de la CCZ7 2018. «Félicitations à la GNVB, vice-championne de la Zone 7, et sincères remerciements à toute la délégation aux Seychelles. Et surtout, toutes nos profondes gratitudes pour nos partenaires, donateurs et sponsors», s’est-il exprimé.

La légende continue

Chez les dames, la performance de Quatre Bornes de Maurice n’est pas passé inaperçue. Non seulement, elle a remporté son premier sacre régional mais elle a également créé la sensation en écartant en demi-finale Anse Royale, la grande favorite à sa propre succession.

Avec ce titre, une autre Malgache ne rentre pas bredouille, en l’occurrence l’inoxydable Angélique Ramdoss. Cette dernière continue sa moisson de trophées dans la discipline.

Naisa

Résultat de la finale homme :

Swim Blue (Seychelles)-GNVB (Madagascar): 3-0 (25/20-25/17-25/23)

 

News Mada0 partages

Hand – ihf trophy : les présélectionnés en regroupement

Les préparatifs vont bon train en vue des éliminatoires de l’IHF Trophy de la Zone 7 Afrique. Depuis le 3 mars jusqu’au 23 mars, les présélectionnés peaufinent leurs armes autant chez les juniors que chez les cadets garçons.

En effet, après le changement de règlement de la compétition opéré par l’instance internationale du handball, le nombre de catégories concernées a augmenté. Outre les juniors qui étaient les seuls sur la liste depuis la création de cette joute, les cadets seront également de la partie.

De ce fait, la programmation a aussi connu une modification. Les garçons et les filles auront chacune leur édition. Cette année, ce sera au tour des garçons de monter sur le terrain de l’IHF Trophy du 26 mars au 4 avril au palais des Sports de Mahamasina.

Dans cette quête d’une qualification pour l’IHF Trophy continental, le staff technique de la Fédération malgache de handball (FMHB) a convoqué les meilleurs handballeurs des clubs existants dans toute l’île.

Chez les cadets, 34 joueurs ont été présélectionnés. La région Atsimo Andrefana compte 5 éléments dans le groupe. Avec 4 joueurs chacune, les régions Boeny et Atsimo Atsinanana suivent de près.

Les deux coachs nommés à la tête de l’équipe nationale, en l’occurrence Tsila et Namasy n’auront que l’embarras du choix.

Chez les juniors, 25 joueurs vont batailler pour les 14 places dans la sélection nationale sous la houlette des deux coachs chevronnés que sont Tillo et Blanc.

Naisa

Liste des présélectionnés

Cadets :Atsimo Andrefana : Idris , Innocent , Ismael, Hardman, ChedriqueBoeny : Lido, Andy, Toussain, Gilbert.Atsimo Atsinanana : Andry, Mike, Konny, Kennedy.Alaotra Mangoro : Fifaliana, Toky, Tsoa.Atsinanana : Rachid, Mahery, Olivier.

Analanjirofo : Andronique, Jefrey, Sampha.Sofia : Juvence, Felicien.Bongolava : Andry, Amstrong, Augustin.Vatovavy Fitovinany : Arthur, GildaIhorombe : Solo, Josepha.Analamanga : Bruno, Dzudhicalel, Rayan

Juniors :Lebon, Franky Aimé (Gr Siteny Tuléar)José, Willy, Fidel, Nicolas (ASS Tuléar)

 

News Mada0 partages

Chronique : on ne badine pas avec la journée des femmes

On ne badine pas avec la journée des femmes. Un amateur de brochettes l’a appris à ses dépens le 7 mars. Il voulait commander pour le lendemain une centaine de brochettes à sa gargotière préférée. Voyons, c’est la journée des femmes, je ne peux pas travailler ce jour-là !

On ne badine pas avec la journée des femmes. Aussi, pour qu’elles puissent profiter de leur journée, on donne également un jour de congé aux hommes et aux enfants.

Une demoiselle, fraîchement arrivée de la campagne, s’est dit que le 8 mars, il lui fallait prendre le train de la modernité en marche. Elle avait oublié que les droits et les jours de congés des gens de maison relèvent d’un calendrier spécifique à chaque maîtresse de maison. Ce 8 mars, la demoiselle aura appris quelque chose : nous sommes toutes des femmes, mais certaines peuvent revendiquer plus de droits que d’autres.

Fils Aîné vous a préparé un petit-déjeuner pantagruélique avec tout ce que vous aimez. Avec la complicité de son papa, votre fille vous a arrangé un joli bouquet de fleurs. Elle l’a déposé sur la table de la salle à manger parce que tout le monde sait dans la maisonnée que vous ne prenez jamais, non jamais, le petit-déjeuner au lit.  A table, votre fille, rêveuse,  a lancé : «Quand je serai grande,  je ferai comme toi maman, je ne travaillerai pas le 8 mars, parce que je suis une femme…». Son frère, qui aime avoir le dernier mot, a rétorqué : «Tu n’es pas encore une femme, je suis un garçon et on ne va pas à l’école aujourd’hui parce qu’on est le 8 mars».  La voix de la raison s’est exprimée, grave et masculine : «Le 8 mars, c’est la journée des femmes, les femmes sont à l’honneur. Tu es une femme formidable, ma chérie». Et vous, devant votre tasse de thé et votre bouquet de roses, vous avez souri quand votre petite famille vous a souhaité : «Joyeuse fête !», comme pour la Saint Valentin, pour la fête des Mères et pour votre anniversaire.

On me souffle que le 8 mars, c’est la journée des droits des femmes. Ah oui ? Ce n’était pas ma fête alors ?

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Bientôt les fêtes ?

Comment expliquer cette effervescence des semaines qui précèdent les jours de fête ? Les ravalements de façade, les symboliques travaux de voirie, les séances de maquillage, plus proches du cache-misère que du relooking extrême, il faut bien le reconnaître, mais les efforts sont là… Noël est passé depuis près de trois mois. Il faut attendre encore quelques mois avant les festivités de la Fête Nationale. Ce n’est pas dans nos habitudes de faire le beau hors période consacrée. Non, décidément, il n’y a aucune explication rationnelle qui tienne la route. En cherchant bien, on trouve. Pourquoi faudrait-il attendre la fin de la saison des pluies et les prochaines fêtes pour se refaire une beauté ? Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis.

 

News Mada0 partages

Rugby – coupe d’Analamanga : TFA et XV Family émergent du lot

La bataille a été rude hier au stade de Malacam à Antanimena pour les demi-finalistes de la Coupe d’Analamanga Top 9, division Elite. La première affiche a opposé TFMA aux XV Family. L’ issue de la rencontre a été plus qu’une surprise pour le public car la bande d’Ankasina n’a pas pu repousser les attaques de XV Family dans les 5 dernières minutes de la partie et concède ainsi une défaite sur le fil sur le score de 22 à 18.

Le plus dur reste à faire pour les XV Family qui devront être sur leurs gardes lors de la finale car ils affronteront les éléments de TFA Anatihazo. Ces derniers ont effectivement pris le dessus sur l’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo, IRC, dans l’autre affiche des demi-finales. Ils se sont imposés sur le score serré de 20 à 16 au terme d’un match fou plein de rebondissements.

Rojo N.

News Mada0 partages

Cyclisme – Analamnaga : 182 coureurs ouvrent le bal

La ligue d’Analamanga de cyclisme ne chôme pas. Les responsables ont rassemblé sa meute hier sur le circuit du Marais Masay à l’occasion de la course d’ouverture de la saison. En tout, on a recensé près de 182 coureurs pour cette épreuve inaugurale. Dans la catégorie vélo pro sur piste, le coureur du club Mbike, Realdo Jessurun s’est placé à la plus haute marche du podium avec un chrono de 1h34’23″01. Il a été talonné par Célestin Rakotohasimbola (VCA) qui a fait un temps de 1h34’23″10 contre 1h34’52 » pour Jean-Pierre Ranaivoson (VCA).

Chez les vététistes, Andriamirado Rakotovao (FCA) s’est adjugé la première place aux dépens des deux coureurs d’Atsimondrano, Hasinavalona et Martin. Ils ont respectivement signé un temps de 1h30’05 », 1h30’05″10 et 1h30’06 ».  Les jeunes passionnés de la discipline étaient également au rendez-vous aussi bien chez les cadets (20 km) que chez les minimes (2 km). Même les vétérans comme Rolland Rakotonaivo, Elodie Ramarotafika ou encore Thierry Rahelambo ont répondu présent à l’appel de la ligue. Le prochain rendez-vous sera fixé le 8 avril sur l’axe RN1.

Rojo N.

 Résultats :

Vélo pro (piste) :

1-Jessurun Realdo : 1h34’23″01

2-Rakotohasimbola Célestin : 1h34’23″10

3-Ranaivoson Jean-Pierre : 1h34’52 »

VTT 40 km :

1-Rakotondravao Andriamirado : 1h30’05 »

2-Razafndrakoto Hasinavalona : 1h30’05″10

3-Randriamijery Martin : 1h30’06 »

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandovana an’i Johnny HallidayHamoaka porofo tsy azo lavina i Laeticia

Hiakatra fitsarana ao Nanterre – Paris ny alakamisy 15 martsa izao ny raharaha fandovana an’i Jhonny halliday, hifanolanan’i Laeticia vadiny sy ireo zanak’i Johnny mianadahy Laura sy David.

 Tsy manaiky ny fanesorana azy ireo tsy  handova na dia 1 euro aza amin’ny harem-be navelan’i Jhonny sy izay mety mbola ho azo amin’ny famarotana ireo rakikirany izy mianadahy ireto. Efa nilaza koa anefa i Laeticia fa manana porofo mazava ary tsy azo lavina fa tompon’ny tenany tsara sy tsy noterena i johnny Halliday raha nanoratra ny didy fizaram-pananany ary misy ny horonam-peo mirakitra ny resaka nifanaovany tamin’ny “notaire” miandraikitra izany. Alefa horenesina mandritra ny fitsarana amin’ny alakamisy izao io horonam-peo io. 

Mahatoky aho fa tena mitady filaminana amin’izay ry zareo Koreana tavaratra, hoy ny filoha Amerikanina Donald Trump tany Pennsylvanie ny sabotsy teo. Efa nanaiky i Korea Avaratra fa tsy hanao andrana amin’ny tifitra balafomanga intsony ary matoky aho fa hitazona ny teny nomeny ry zareo, hoy ingahy Trump. Samy faly amin’ity fihaonana hitranga amin’ny volana mey ity avokoa moa ireo mpitondra ireo firenen-dehibe maneran-tany. Nanakiana izany koa Rtoa Hillary Clinton ka nilaza fa olona tokony hahafantatra tsara ny “dosie Kore Avaratra” no miresaka aminy satria mety misy ihany ny fandrika amin’izao fihaonana ankalazaina be izao. Tsy mahafehy tsara io dosie io izany ny filoha Trump sy ny ekipany raha ny fahitan’i Hillary Clinton azy.

Tombanana fa hahazo ny 70%-n’ny vato manankery amin’ny fifidianana filoham-pirenena hotanterahana ny alahady 18 martsa izao any Rosia i Vladimir Poutine raha ny tsapan-kevitra nataon’ny ivontoerana mpanao fanadihadiana VTSIOM, izany hoe handresy mazava izy. Raha lazaina ho mpanao didy jadona sy manimbazimba ny demokrasia i Poutine any amin-dry zareo tandrefana, dia Rosiana an-tapitrisany kosa no fantatra fa tia azy. Izy no nampiharin-doha an’i Rosia izay efa tena nandohalika sy latsaka an-katerena taorian’ny faharavan’i URSS. Namerina an’i Rosia tamin’ny tanjany na ara-toekarena na ara-tafika na ara-diplaomatika ny filoha Poutine tao anatin’ny 18 taona nitantanany ka izy ihany no atokisanay, hoy ireo mpomba azy. 

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona sy halatra taova etsy sy eroaFanakorontanana saim-bahoaka ?

Nalaza tato ho ato tany amin’iny tapany atsimon’ny nosy iny ny raharaha vono olona miharo halatra taova. Olona 6 no voalaza fa nisy namono tao Toliara ary tsy hita ny masony ny faran’ny herinandro teo.

 

Zaza miisa 3 koa talohan’io no hoe maty voavono ary tsy hita ny ratsan-tanany sasany, ny sasany ny masony ihany koa. Manoloana ny zava-nisy, raikitra ny savorovoro nisamboran’ny Emmoreg olona 65 isa tao Toliara. Hatramin’izao anefa tsy fantatra sy tsy hita mazava ireo razana. Aiza izay mba nangirana tamin’ny fanadihadiana natao ? Maninona no saika faritra mafana hatrany no itrangan’ny savorovoro toy izao rehefa akaiky fifidianana ? Sao lahy ka tetika hambolena korontana ka avy eo mitondra mankany amin’ny fampihemorana fifidianana indray izy ity ? Mahagaga ihany koa fa mifanojo amin’ny fivoriana tsy ara-potoanan’ireo parlemanta izay mandinika ny lalàna mifehy sy ny tontolom-pifidianana amin’ny ankapobeny mihitsy no hitrangan’izao toe-draharaha manakorontana saim-bahoaka izao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

FAMPIELEZAN-KEVITRA

Diso tanteraka ny fitondram-panjakana tsy nametraka ny andinin-dalàna momba ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana ao anatin’ilay volavolan-dalana fehizoro momba ny fifidianana, hoy ny kmf cnoe.

 

 Vao mainka manome vahana ireo mpanao politika hangalatra fiaingana sy hanome toky fitaka ny vahoaka indray ny tsy fametrahana ny lalàna momba ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, hoy ny kmf cnoe. Efa tapitra manao izany avokaoa nefa na ny fitondrana na ireo antoko politika hafa amin’izao satria gaboraraka ny lalàna mifehy ny fampielezan-kevitra

 

AVERENO NY VOLANAY

Nilanja sorabaventy nanoloana ny ivontoeram-pampindramam-bola madinika Tiavo ireo mpikambana izay tsy mbola nahazo ny volany hatramin’izao ao Fianarantsoa. Efa-taona izay no efa nikatona izy io saingy tsy mbola nivoaka ny volan’izy ireo, araka ny fampanantenana natao, raha ny fitarainan’ireo mpikambana. Nisy mihitsy ireo tapaka lalandra vokatry ny tsy fananam-bola intsony. Mangataka ny hamoahana ny volan’izy ireo faran’izay haingana ireo mpikambana.

TSINDRY ATAON’NY IRAISAM-PIRENENA

 

 Atahorana ny mbola hisian’ny tsindry ataon’ny iraisam-pirenena momba ny lalàna mifehy ny fifidianana, hoy ny CT teo aloha Joseph Yoland.  Tamin’ny andron’ny tetezamita, tsy maintsy nampiseho tamin’ny vahiny ny lalàna izay nolaniana tao amin’ireo antenimiera  roa tonta foana izy ireo, hoy ity CT teo aloha ity. Mbola ahiana hitranga izany amin’izao fandaniana ny lalàna mifehy ny fifidianana izao, hoy i Joseph Yoland

ANTOKO MMM

 

Efa manomboka mivadi-dela sahady ireo mpikambana sasany ao amin’ny Malagasy Miara Miainga. Mpisolovava ao amin’ity antoko ity no nilaza fa mety ary tokony holaniana haingana ilay lalàna mifehy ny fifidianana. Tsy misy olana ihany koa ny fanaovana fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana tahaka ny efa ataon’ny fitondrana sy ny mpanao politika sasany amin’izao, hoy ity mpisolovava avy ao amin’ny MMM Ambositra ity.

MINISITRY NY FITSARANA

 

Ho sahy hisambotra ny minisitry ny fitsarana sy ny tale jeneraliny izay niditra an-keriny tao amin’ny ENMG ary nandoro ny kopian’ny mpanao fifaninanana ve ny Bianco ? Tsy mila fanadihadiana lalina be intsony mantsy satria efa porofo mivaingana ny nataon’ireto manampahefana ireto fa tsy tian’izy ireo handeha ny asan’ny mpanao fanadihadiana. Fanelingelenana ny fanadihadiana sy famotehana ny porofo ara-materialy momba izany. Handrasana ny fahasahian’ny Bianco.

 

THE SPECIALISTS

 

Misaona ny tontolon’ny zava-kanto satria dia nodimandry ny faran’ny herinandro teo i Tovoherizo Michaël Éric fantatra kokoa amin’ny solon’anarana hoe DJAIG, anisan’ny mpikambana ary mpamorona ny tarika The specialists. Fantatra tamin’ny fandihizana ary nisongadina nandritra ny fifaninanana Up the Rap, ary avy eo niditra tamin’ny tontolon’ny hira dia ny fampivadiana ny vakodrazana Malagasy ny Rap.

LALAM-PIFIDIANANA

Raha tsy misy ny fiovana dia ny talata 20 martsa izao no eken’ny eny anivon’ireo parlemanta ilay lalàna vaovao mikasika ny fifidianana. Ny talata 13 sy alarobia 14 martsa moa no hisy fivoriana manokana momba ireo lalàna fehizoro natolotra.

RAHARAHA HOUCINE ARFA

Mandindona ny ho veloma lava ihany koa izany izao ny raharaha Houcine Arfa taorian’ilay filavoan-defon’ireo mpisolovava azy teny Anosy noho ny antony tsy fifanarahana ara-konitra ny herinandro teo. Ny talata izao moa no hiverina indray eny anivon’ny fitsarana ny raharaha saingy na izany aza dia hita ho tsy miha mangirana toy ny teo aloha sahady.

KOLONTSAINA

“Rohizo fitia” no lohatenin’ny antsan-tononkalo ombana tantara fohy iarahana amin-dry zareo mpiangaly zavakanto eo anivon’ny sampana teny sy lahabolana ary riba Malagasy (mpizaika stelarim) etsy amin’ny CMDLAC Analakely ny alarobia 21 martsa izao amin’ny 2 ora sasany. Fitiavana foana ny fiainana fa tsy hoe rehefa fetin’ny mpifankatia ihany ka antony androhizana fitia azy raha ny fanazavana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha hala-jaza tany ToamasinaTsy mitovy hevitra indray ny polisy sy ny fitsarana

“Tsy heloka velively ny fanomanana tsy mbola tontosa amin’ny hala-jaza, tsy misy ray aman-dreny nametraka fitoriana ihany koa tamin’izy ireo na tamin’ny polisy milaza ny fahaverezan-janany,

 

 teto Toamasina ihany koa tsy nahenoana fahaverezana zaza, ary tsy nahitana zaza halatra ihany koa tamin’ireo olona enina voarohirohy ireo”, izay no nambaran’ny tonia mpampanoa lalàna ny fitsarana ambaratonga voalohany Toamasina, Lauret Rajaonah Thierry, raha nanontany azy mikasika ny famotsoran’ny fitsarana ireo olona enina mianadahy ny mpanao gazety.

 

Noterena ?

 

Nandritra io fihaonana tamin’ny tonia mpampanoa lalàna io ihany koa anefa no mbola nohamafisiny fa “tsy niatomboka ny halatra zaza nataon’ireto olona voarohirohy ireto ka tsy misy ny heloka vitan’izy ireo, ny fanadihadian’ny mpitsara nitazona ny antontan-taratasy ihany koa nanamarika fa noteren’ny polisy hanaiky ny heloka tsy nataony izy ireo nandritra ny fakana am-bavany azy ireo”. Ho an’ny talen’ny polisy anefa dia efa ampy ho porofo entina hanitarana ny fanadihadian’ny fitsarana ny porofo tamin’ny sms nomen’ny polisy, izay zon’ireo mpitsara ny manome baiko indray ny polisy manamafy ny fanadihadiany raha tsy ampy ny nalefa teo amin’izy ireo. Ny tonia mpampanoa lalàna ambony Andriamihangy Georges Florence izay lehiben’ny fanenjehana sy ny filaminana ao Toamasina kosa nilaza mazava fa tsy nahalala ny raharaha mihitsy satria tsy nisy ny tatitra azony na tamin’ny polisy izany na tamin’ny mpitsara namany. Efa nisy fifandirana teo amin’ny zandary sy ny fitsarana tao Toamasina tamin’ilay raharaha fitorahana fiara teny Brickaville tamin’ny taon-dasa. Izao indray dia ny polisy sy ny fitsarana no tsy mitovy hevitra amin’ny raharaha hala-jaza ary miverimberina foana ny hoe noterena hanaiky ny heloka tsy nataony ireo olona voarohirohy. Fotoana angamba izao hanokafana fanadihadiana lalina fa misy zavatra tsy milamina ao Toamasina ao.

 

Rakoutou

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranopirintim-pirenena MalagasyVoaarina amin’ny ampahany

Vita amin’ny ampahany betsaka ny fanarenana ny Tranopirintim-pirenena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra iraisam-pirenanaTsy resy lahatra hamatsy vola intsony

Votsotra ny famatsiam-bola maro noho ny afitsok’ity fitondrana ity. Tsy resy lahatra amin’ny fomba fitantanana mihitsy ny sehatra iraisam-pirenena.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandraharaha MalagasyTofoka amin’ny tsy fandraisan’andraikitry ny mpitondra

Leo tanteraka amin’ny tsy fahaiza-manao sy ny tsy fandraisan’andraikitry ny fitondrana ny mpandraharaha. Maro ny efa zavatra nangatahan’izy ireo nandritra ny fotoana lava saingy tahaka ny miteny amin’ny rivotra ihany ary tsy misy valiny mahafa-po.

 

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antanimbary-BetsibokaNamoaka volamena 1600 taonina tamin’ny 2017

Anisan’ny faritra tena manankarena harena ankibon’ny tany ny faritra Betsiboka amin’ny ilany andrefan’ny nosy iny, indrindra fa ny volamena. Eo koa ny vato sarobidy maro samihafa tahaka ny Topaze, Beryllium, Titane, Améthyste ...

 

Kaominina iray fanta-daza amin’izany ny kaominina Antanimbary, nahatratra 1600 taonina ny volamena notrandrahana tany an-toerana tamin’ny taon-dasa, araka ny fitantaran’ny ben’ny tanàna, Atoa Jacques. Nahatratra 700 tapitrisa ariary ny vola azo avy amin’izany, Eo indrindra anefa no somary mampalahelo, hoy ny ben’ny tananàn’Antanimbary satria 100 tapitrisa ariary monja avy amin’io, izany hoe ny 1/7-n’ny vola niditra no azon’ny kaominina manana ilay harem-be. Efa tena nanao ezaka be anefa izahay nampanara-dalàna ny mpitrandraka volamena mba isorohana ny gaboraraka sy hahafantarana ny tena toerana niavian’ny volamena, hoy hatrany ingahy ben’ny tanàna. Maivana loatra  io tamberim-bidy omena ny kaominina nahitana ny volamena io, hoy hatrany ny fanazavana koa hanairany ny tompon’andraiki-panjakana mba hijery ny fomba hanitsiana azy. Tena vola be tokoa ny resaka harena ankibon’ny tany eto Madagasikara, saingy tsy voalamina sy tsy voarindra tsara, hany ka olom-bitsy aloha hatreto no tena mahazo tombony ary tena mangetaheta ambony lakana ireo kaominina misy ny harena fa tsy mahazo tombony ara-drariny mihitsy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

K2HB sy ny rafitra baolina kitra MalagasyMangataka ny hanaovana fifidianana amin’ny 2020

Niteraka olana teo amin’ny baolina kitra ny fifidianana tao anatin’ny 16 taona ary nampiraviravy tanana ny maro izay mpanohana ny klioba, ny mpanazatra sy mpilalao …,

Tia Tanindranaza0 partages

Fileovana rugby 3FAI Ambalavao IsotryHankalaza ny faha-35 taonany

Hankalaza ny faha-35 taona niorenany ny fileovana rugby 3FAI Ambalavao Isotry tantanan-dRtoa Rakotoniriana Raissa ka namory fanindroany an’ireo fileovana nasainy amin’ny lalao rugby enti-manamarika ny tsingerin-taonany ny sabotsy 10 martsa 2018 tetsy Tsaralalàna misy ny foibeny.

Tia Tanindranaza0 partages

Leadership Chrétien de DéveloppementVonona hampita ny traikefa ho fampandrosoana ny firenena

Vonona hampita ny traikefany amin’ny mpiray tanindrazana ny “Leadership Chretien de developpement” ho fampandrosoana ny firenena.

 

Tsy mijanona amin’ny fahaiza-mitarika fotsiny izany, hoy Rajoelison Herilala, filohan’ny fikambanana fa avy hatrany dia mandeha any amin’ny fandraisana andraikitra amin’ny alalan’ny asa mivaingana, arahina teknika maty paika. Ny tsy fananan’ny tompon’andraikitra izany mantsy ho an’ny LCD no anisan’ny nampikorosy fahana ny firenentsika tahaka izao. Nanatanteraka ny fifampiarahabana nahatratra ny taona vaovao 2018 teny amin’ny efitrano fandraisana fivoriana iraisam-pirenena eny Ivato izy ireo omaly, narahina fiaraha-misakafo. Tonga nanotrona azy ireo ny mpikambana LCD maro be  avy any am-pitandranomasina izay saika nahatonga solontena avokoa. Nisy ny fampianarana nomen’izy ireo ny mpikambana eo anivon’ny LCD eto Madagasikara nandritra izany, narahina fifampizarana traikefa. Nanotrona ny lanonana ny antoko mpihira eo anivon’ny LCD eto amintsika.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pastora Dr Rakotonirina David“Tsy afaka miafiafy ny fiangonana manitsy”

Tonga ny fotoana amin`ny fandinihana ny andraikitry ny fiangonana eo amin`ny lafiny filaminana sy fampandrosoana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

08 martsa tany Andina -AmbositraNasongadina tamin’ny alalan’ny fitsaboana nify

Niavaka ny fankalazana ny andro maneran-tany ho an’ny vehivavy tany amin’ny kaominina ambanivohitra Andina, distrikan’Ambositra ny alakamisy lasa teo.

 

 Fitsaboana nify maimaimpoana notanterahina tao amin’ny “Centre de  Santé Communautaire” Ampasina Andina mantsy no nentina nanamarihana izany, niarahana tamin’ireo mpitsabo nify andiany faharoa avy any Alemaina izay marihina fa vehivavy avokoa. Miisa enina izy ireo no nanatanteraka ny asa tamin’izany raha an-jatony  maro kosa ireo vehivavy tonga nanohana ny antso. Raha araka ny fantatra mantsy dia mbola betsaka amin’ireo mponina ao amin’ity kaominina ity no ratsy nify noho ny antony maro samihafa. Narahina fizarana zanaka kafe ho an’ireo vehivavy an’arivony tonga tao amin’ity kaominina ity izany izay marihina fa maimaimpoana avokoa, raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna ny profesora  Rakotozandrindrainy Raphael izay nanomana ny hetsika.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsidihana ny zaridainan’AnosyMety ho olana ny fandoavam-bola

Mbola miandry ilay orinasa tsy miankina hahazo ny tolo-bidy hitantana azy vao hisokatra tanteraka ho azon’ny daholobe hidirana ilay zaridaina vaovao etsy Anosy, raha araka ny loharanom-baovao.

Lolona, renim-pianakaviana niteraka roa : Izaho aloha tena tsy manaitra ahy ny hiala voly eo amoron’ny ranon’Anosy. Mbola tadidiko tsara rahateo fa toerana fanaovan’ny olona maloto izy io teo aloha. Raha hitondra ankizy hitsangatsangana indray tsy aleoko mankany Tsimbazaza mba mahita biby ?

Randria, raim-pianakaviana niteraka telo : Tsy tokony ho ireny amiko no handaniana vola. Raha tena tiana ny hampifaly ny vahoaka dia ny vidim-piainana no tokony hampidinin’ny fitondram-panjakana. Sady ohatra ny fanaovana tsinonintsinona ny kaominina ilay izy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitambaran’ny zanak’AntemoroMitaky ny hanokafana ny seranan-tsambon’i Manakara

Notsofin-drano ny faran’ny herinandro teo ireo mpikambana vaovao eo anivon’ny biraon’ny fitambaran’ny zanak’Antemoro na ny FIANTA, hiasa mandritra ny efa-taona.

 

Tsy ho toy ny mahazatra intsony ny fomba fiasan’ity birao vaovao ity manomboka izao. Raha variana tamin’ny fanatsarana ny lafiny ara-tsosialy hatrany mantsy ireo mpikambana teo anivon’ny biraon’ny FIANTA teo aloha, dia hatsangana eo anivon’ny birao vaovao  mihitsy manomboka izao ny fampandrosoana ny Faritra Vatovavy Fitovinany. Anisan’ny hotakian’ireo birao amin’ny fanjakana amin’izany ny hanokafana indray ny seranan-tsambon’i Manakara raha eo ihany koa ny fanamboarana ny lalamby hahafahan’ny olona sy ny vokatra mifamezivezy. Hitondra ainga vao ho an’ny Faritra Vatovavy Fitovinany ny fahavitan’ireo asa goavana ireo, hoy hatrany Randrianasoavina Christian, satria dia hahafahana mampiroborobo ny toekarena any an-toerana sady hanomezan-tanana ireo mpiray tanindrazana tsy an’asa ihany koa.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miasan’ny CNaPS sy FLMMiditra amin’ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra

Fanoitra iray entina mampandroso sy manodina ny orinasa ny fahaiza-mitarika ka nahatonga ireo mpianatra eo anivon’ny Sekolin’ny Fambolena sy ny Fiompiana(SEFAFI) tany Tombotsoa Antsirabe nangataka fampianarana sy fizarana traikefa avy amin’ny tale jeneralin’ny CNaPS

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Nisotro ny aleoko maty

Miarahaba Jean a ! Tsy efa lasa any ivelany indray ve moa ianao izay e ? Tsy maninona fa hanoratra ihany aho satria fantatro fa tsy maintsy ho tonga any am-poto-tsofinao ny resako ato na ho ela na ho haingana. Milamina tsara ve ny ekipa ao ?

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

DHD MadagasikaraHandrotsaka kandidà ho filoham-pirenena

Ny sabotsy lasa teo, nivoaka tamin`ny fahanginany ny antoko DHD Madagasikara ka nanolotra ny vinany izay mitodika kokoa amin`ny sosialim-bahoaka.

 

Ny antoko moa dia manovo fahalalana sy fahendrena avy amin’ireo olo-malaza eran-tany nitolona sy mbola mitolona ankehitriny. ``Mbola mametra-panontaniana tokoa raha hisy ny fifidianana amin`ity taona ity``, hoy ny filohan`ny antoko Harinaivo Rasamoelina ``satria ao anatin`ny fifanoherana goavana ny firenena ary ny fitondram-panjakana tsy mahafantatra no tokony halehany. Diso lalana ny endriky ny fifaninanana misy eto amin`ny firenena, fifanenjehana sy fifamonoana ara-poto-kevitra no zavatra misy eto``, araka ny fanambarany. Toy izao ny adidy tsy azo ihodivirana miankina amin’ny mpikambana ao amin’ ny antoko DHD Madagasikara: « Manamafy sy mampivelatra ny fahefana sy ny fifampifehezana, manatsara hatrany ny fomba fitantanana demokratika, mampiakatra ambony hatrany ny fahaizana sy ny fahalalana politikan’ireo mpitantana sy ny mpikambana ». Araka izany, nanamafy Atoa Harinaivo Rasamoelina fa `` mbola ho avy ny fotoana hanaovana fanambarana ofisialy ka handrotsaka kandidà ho filoham-pirenena amin`ity taona ity raha mbola misy koa ny fanagejana ataon’ny fitondram-panjakana, na rafi-pahefana, na kilasin’ireo tia tena, mpangoron-karena imperialista, mpanao ampihimamba ny fahefana sy ireo « ultra libéralistes ». Ho an’ny antoko DHD Madagasikara dia sady hery no reharehany ary antoka handraisany adidy ny fananany firaisankina sy fahamarinana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Pastera Mailhol“Mino aho fa tsy maintsy ho lasa filoha”

Mino sy mahatoky Atoa Christian Dieu Donné fantatry ny maro amin’ny anarana hoe : pastera Mailhol fa izy no hitantana ny firenena Malagasy amin’ny taona ho avy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana HVMHahita raharaha amin’ny mpiasam-panjakana

Nanamafy ny fitarainany ho kely karama sy ratsy karakara indrindra eto Madagasikara tamin’ny alalan’ny randrambaon’ny sendikan’ny mpiasa na ny SSM, tetsy Antaninarenina, ireo mpiasam-panjakana ny fiafaran’ny taona 2017.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Claudine RazaimamonjyManana 10 tapitrisa dolara hatontona amin’ny fifidianana …

Tsy manao vazaha mody miady intsony fa efa misy ny lonilony eo amin’ny samy HVM, ary toa nailika sy tsy raharahiana intsony i Claudine Razaimamonjy sy ny ekipany.

Tsara ny mampahatsiahy fa nanohana na arak’olona na ara-bola an-dRajaonarimampianina i Claudine Razaimamonjy tamin’ny 2013. Tany amin’ny faritanin’i Fianarantsoa no nahazoan-dRajaonarimampianina vato be indrindra, ka vao mainka ratsy ho an’ny filoha ny fisarahana aminy, raha tena misy tokoa ny lonilony.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manelingelina RavalomananaMiala any ny tetika maloto hamelezana azy

Mivoaka ny tsiambaratelo ! Loharanom-baovao iray no nahalalana fa kotrehana ny famelezana am-pitaka an’i Marc Ravalomanana amin’ny alalan’ny fanetsehana ny raharaham-pitsarana mikasika ny 07 febroary 2009.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Soupçon de corruption à l’Enmg - Des preuves réduites en cendres !

Coup de théâtre à l’Ecole Nationale de la Magistrature et des Greffes (Enmg). Alors que l’enquête relative aux soupçons de corruption au sein de cet établissement n’est pas encore bouclée par le Bureau indépendant anti – corruption (Bianco), les preuves ont été réduites en cendres. Avant – hier, des sources concordantes ont révélé qu’un éminent responsable du ministère de la Justice, aurait été à la tête d’une délégation qui a fait une descente à l’Enmg sis àTsaralalàna.

Par la suite, un huissier aurait brisé le scellé effectué à la porte de la salle contenant les feuilles de copies qui devaient servir de preuves dans l’enquête. Rappelons que lors d’une déclaration sur cette affaire, le Directeur Général du Bianco, Jean Louis Andriamifidy faisait part de « preuves accablantes » contre les personnes incriminées dans cette affaire.Selon une source à Ambohibao, l’équipe du Bianco n’était au courant de ce bris de scellé, qui constitue une infraction flagrante, qu’hier. Un huissier a donc été envoyé pour constater les faits. On s’interroge également s’il existe une ordonnance qui permet ce genre de procédure. Au cours de notre passage sur les lieux, les copies – ou du moins ce qui en restaient – ont  été déjà complètement calcinées et des restes de fumées s’échappaient encore de la salle en question. Selon l’avis d’un juriste, « ce genre de manœuvre s’apparente à une destruction de preuves alors qu’en principe, un scellé ne peut être brisé qu’au terme d’une enquête ». D’autant plus que le scellé a été réalisé par l’huissier du Bianco, il revient au même huissier de rompre le scellé le moment venu. Ce qui amène à s’interroger davantage sur les dessous de cette manœuvre. Qui veut étouffer l’affaire ?Rappelons que l’affaire a éclaté il y a environ un mois. Des soupçons de corruption dans les épreuves effectuées dans le cadre du concours d’entrée à l’Enmg ont été révélés au grand jour. Saisi de l’affaire, le Bianco n’a pas tardé à démarrer une enquête. Pour sa part, le ministère de la Justice a fini par sortir de son silence le 22 février dernier en annonçant que les épreuves de présélection sont annulées et seront à refaire. Une mesure prise « dans le souci de préserver la fiabilité des résultats du concours et pour éradiquer toute suspicion entourant  son déroulement », selon les explications du ministère. De nouvelles épreuves devront se tenir dans les semaines à venir. Le Directeur Administratif et financier, pointé du doigt dans cette affaire de corruption, a été déjà limogé en conseil des ministres.Alors que la Garde des Sceaux avait plaidé pour une nouvelle confiance de la population envers la justice, ce nouveau scandale n’a fait qu’empirer les choses. D’autant plus que des indiscrétions ont laissé entendre que des progénitures de hauts responsables ont participé à ce concours. Ce qui implique que ces « hauts responsables » ont tout intérêt à ce que les preuves soient détruites. A suivre de très près !Sandra R.

La Vérité0 partages

Affaire Société AAA Andranomanelatra - L'Etat américain conscientise le régime malagasy

La privation de nourriture à des vaches laitières de la société AAA à Andranomanelatra émeut plus d'un. L'interdiction faite par les autorités locales à toute personne d'entrer dans ladite société en constitue la cause principale. Ainsi ceux ayant la responsabilité de nourrir ces vaches ont été interdits d'accès par les forces de l'ordre laissant du coup les vaches laitières à leur propre sort. Les informations obtenues en début de semaine annoncent la mort d'une vache et une autre l'était également depuis peu.

« Le bétail n'a aucun rôle à jouer dans le litige autour de la clôture de AAA. », tient à rappeler l'ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar dans un communiqué diffusé sur réseaux sociaux. Une conscientisation en somme des responsables malagasy qui considèrent ces animaux comme des victimes collatérales de l'affaire entre leur propriétaire et le régime de Rajaonarimampianina. « Il est inadmissible  que la vie de ces animaux sans défense soit mise en danger pour cela », martèle  l'Ambassade des Etats-Unis dans la Grande île. Et pour boucler la boucle de cette conscientisation qui ne dit pas son nom, la missive  spécifie que « la perte de ces ressources en produits laitiers et alimentaires dans un endroit où on a grandement besoin est au-delà de l'entendement ». De cette réaction de l'ambassade des Etats-Unis à Madagascar, l'affaire des « vaches mortes » à la société AAA s'internationalise. Les Américains affirment « avoir suivi de près la situation et demande au préfet du Vakinankaratra et au tribunal local de trouver une solution immédiate pour mettre fin au déni d'accès du bétail à la nourriture et à l'eau ».Les internautes défendant la cause du régime s'interrogent sur les réactions, nationales qu'internationales, sur la situation de ces animaux alors que selon eux, personne ne dit mot sur les bœufs des paysans volés par les dahalo. On se demande si les défendeurs du régime mettent ainsi les responsables étatiques au même rang que les brigands….La rédaction

La Vérité0 partages

Désaccord entre le SECES Tanà et le MESUPRES - Les étudiants pris en otage

Les deux parties, à savoir le Syndicat des enseignants-chercheurs de l’enseignement supérieur (SECES) section Antananarivo et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), maintiennent chacune leur position. Et pourtant, leurs décisions portent atteinte aux étudiants de l’université d’Antananarivo. En effet, les étudiants inscrits dans cet établissement supérieur sont pris en otage.

« Actuellement, le résultat des examens de fin d’année universitaire n’a pas été encore publié, particulièrement pour le département Mathématiques, Informatique et Statistiques appliquées (MISA). Et pourtant, les épreuves se sont terminées le 14 février dernier. Cette situation résulte de la manifestation effectuée par  le SECES section Tana avec le gel des notes. Il nous est impossible de découvrir si l’on est admis à l’étape supérieure ou non », raconte Axel, étudiant en deuxième année au département MISA. D’après ses explications, la semaine dernière, l’administration a déjà sorti le calendrier pour l’inscription de l’année universitaire 2017-2018. Les étudiants actifs ne peuvent pas ainsi passer à l’inscription. En outre, les difficultés rencontrées par les étudiants se résument à l’inquiétude par rapport au résultat académique, les dépenses pour les déplacements incessants et le temps perdu. « Un représentant des étudiants doit régulièrement  vérifier auprès du secrétariat si les responsables ont pensé à proclamer les résultats plus tôt que prévu », poursuit-il. Pour ces étudiants d’Ankatso, les explications qui leur sont communiquées sont assez décevantes. « Il faut attendre que le ministère de tutelle approuve nos requêtes pour que les résultats des examens finaux soient affichés », indique le SECES Tana. Rappelons que le grève du SECES section Tana est toujours maintenu jusqu’à nouvel ordre. L’origine du problème se porte sur le paiement  des indemnités des enseignants-chercheurs retraités et l’obligation de services des enseignants-chercheurs. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Consommation - Réticence des consommateurs face aux produits importés

Après l'épisode des produits laitiers infantiles contaminés à la salmonelle au dernier trimestre de l'année dernière, on parle maintenant de la farine avariée. Un opérateur a en effet tenté de mettre sur le marché plus de 6 tonnes de farine avariée. Heureusement, il a été intercepté bien avant la vente de ces produits auprès des différentes boulangeries de la Capitale.

D'après les autorités, « ces sacs de farine importée sont entrés en toute légalité sur le territoire malagasy par le port de Toamasina, étant donné qu'ils ont reçu un certificat de consommabilité en bonne et due forme. Mais ce sont les conditions de stockage inappropriées ainsi que les mauvaises conditions météorologiques qui ont détérioré les produits ». Face à cela, les consommateurs deviennent de plus en plus méfiants, plus particulièrement vis-à-vis des produits importés. « Aujourd'hui, nous ne sommes plus vraiment sûrs de la qualité des produits que nous retrouvons sur les étalages des épiceries, car ces produits pourraient être avariés ou encore contaminés, et qu'ils ont échappé à la vigilance des autorités », explique Nivonianina Razafindrakoto, une mère de famille. Avec l'augmentation considérable des importateurs de produits alimentaires dans le pays, les consommateurs sont ainsi prudents dans le choix des produits pour éviter toute mauvaise surprise. « Actuellement, je privilégie toujours les produits locaux pour mes enfants, plus particulièrement quand je leur achète des biscuits et des confiseries, parce que j'ai plus confiance en ces produits, contrairement aux aliments importés dont les ingrédients et les modes de conservation sont plus sophistiqués », continue Nivo R. Face à cette situation, des mesures sont alors nécessaires afin de préserver les consommateurs face aux différentes fraudes commerciales en matière de produits alimentaires. « Le ministère de tutelle met en garde les opérateurs abusifs qui auraient les mêmes habitudes, et encouragent les consommateurs à prévenir les autorités en cas de doute sur certains produits », ont affirmé les responsables.Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Affaire Houcine - Les avocats évoquent un vice de procédure

L’ancien formateur franco-algérien Houcine Arfade de la garde présidentielle Hvm, a été jugé en appel à la salle 5 au Tribunal d’Anosy, hier, et ce, après un renvoi de l’affaire en février dernier. Il est incriminé pour kidnapping  et extorsion de fonds, un fait qui remonte en 2016. Mais coup de théâtre ! Les deux avocats du mercenaire en fuite, ont, au dernier moment,  remis leur lettre de déconstitution au juge.

Les conseils de Houcine Arfa ont demandé à ce que des personnes citées dans l’affaire, en l’occurrence un avocat, une députée et un officier des Forces de l’ordre, soient convoquées devant la barre. Une demande maintes fois annoncées mais toujours refusées par le juge. « Afin d’éviter un procès truqué, il faut qu’on régularise le dossier selon la loi en vigueur. Puisque la Cour refuse de citer les co-accusés d’Houcine, nous sommes donc poussés à remettre au juge notre lettre de déconstitution », a fait savoir Me Santanavalona Rajohnarison. Le verdict sur cette affaire ne sera prononcé que dans quelques semaines. Quant à la partie plaignante de l’affaire, cette décision de la défense de l’ex-formateur de la garde prétorienne de la présidence actuelle, ne lui pose aucun problème. « Le dernier mot appartient à la Justice. Nous nous plions à sa décision », a-t-il déclaré. Ce dernier n’a voulu que deux choses : confirmer la peine initiale de 3 ans de réclusion pour Houcine. Même demande de confirmation à la Justice pour les dommages exigés. « En somme, c’est le juge qui a fixé la somme sans pour autant fournir une précision sur le montant final », affirme le plaignant. Franck Roland

La Vérité0 partages

Attention au ressac !

De qui se moque-t-on ? Dans la sulfureuse affaire Houcine Arfa, les titulaires des rênes du pouvoir s'amusaient à coffrer les menus fretins. Pour donner l'impression d'accorder une importance et une suite au traitement de ce délicat, voire, gênant dossier, les hauts dirigeants se livrent à des actes, pour le moins, fallacieux.

Deux mois et plus après le scandale d'évasion du franco-algérien Houcine Arfa Yeres, le conseiller spécial, en matière de sécurité, auprès de la présidence, l'affaire connut un nouveau rebondissement. En effet, durant une conférence de presse tenue à Faravohitra le vendredi 2 février 2018, le directeur du Bureau de coordination du contrôle des juridictions et établissements pénitentiaires (BCCJEP), Razafindrakoto Solohery, confirmait les interpellations d'un Juge d'instruction en poste au Tribunal de Première instance d'Anosy, d'un éducateur spécialisé de l'administration pénitentiaire en service au ministère de la Justice et d'un chauffeur de taxi. Selon le directeur du Bccjep, les charges qui pèsent sur eux reposent sur le fait qu'ils auraient facilité le « prison break » du célèbre Houcine Arfa. Et attention, tenez-vous bien, de source concordante, l'ordre de poursuite émanait du tout nouveau Procureur Général près de la Cour d'Appel (PGCA), un certain…Charles Andriamiseza dont le triste palmarès et le sombre parcours n'étonnent personne. Inutile à notre niveau d'entrer dans les détails des arrestations mais le fait est qu'à partir du moment où l'on s'en prenait à des subalternes pour ne pas dire des « sous-fifres », cela dénote une volonté délibérée à mener tout le monde en bateau ou de se moquer des  concitoyens. En tout cas, les barons qui nous gouvernent ont une fâcheuse manie de s'asseoir dessus la tête des gens. Rien qu'à voir ce manège, encore plus, la trame autour de l'élaboration et l'adoption de ce nouveau Code électoral ! Une arrogante conspiration à grande échelle !Houcine Arfa Yeres, une fois atterri en France, citait nommément des membres haut placés de la sphère du pouvoir. Membre du Gouvernement et des proches collaborateurs au sein du Département de la Justice auraient reçu des pots-de-vin et pas n'importe lesquels montants de sa part pour faciliter son « départ ». Seulement, à l'allure où vont les choses, les hautes personnalités directement visées par les dénonciations, gratuites ou pas, de ce nébuleux et dangereux personnage ne se font, jusque-là, aucun souci. La velléité de détourner l'attention du public sur le vrai enjeu de cette affaire se confirme au fil des jours.Cependant, Houcine Arfa ne semble pas « marcher » avec cette manigance. La tentative du régime de camoufler, voire, d'étouffer le dossier ne lui convient pas. Très à l'aise là où il est, il compte enfoncer le clou. Il a déposé une plainte, une autre, contre un très proche du locataire d'Iavoloha. Chez lui, le volcan couve toujours ! Une explosion de dynamite de la puissance méga- tonnes serait à craindre.A l'intérieur, la tension monte. Et comme d'habitude, on cherche des boucs émissaires. Des offrandes à immoler sur l'autel de l'impunité.Ce que nos chers barons font toujours semblant d'oublier, c'est que nous ne sommes plus à l'âge de la pierre ni à l'époque des Vazimba ! Ils pourraient  traiter les pauvres boucs comme ils l'entendraient, selon leurs désirs. Mais, attention au ressac!Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football-Ligue Analamanga - Fosa Jr Tana prend les commandes

Les nouveaux venus lancent un avertissement à leurs adversaires. Après quatre journées de compétition, la différence commence à se faire sentir entre les équipes en compétition au championnat d’Analamanga de football Ligue 1.  Pourtant, il n’y a pas de grand chamboulement en tête. Selon la logique, les deux équipes qui ont le plus investi dans le recrutement des nouveaux joueurs prennent la tête du classement.

Fosa Jr Tana se trouve sur le fauteuil de leader au classement provisoire, à l’issue de la quatrième journée disputée mercredi dernier. Le nouvel arrivant  de la première division ne compte pas faire de la figuration dans le championnat.  Actuellement,  Fosa juniors mène la danse devant l’As Adema avec 10 points sur son compteur et un résultat prometteur de 3 victoires et un match nul sur quatre sorties.  Si les deux équipes sus-citées ont engrangé trois victoires consécutives durant les trois journées, la défaite de l’équipe de l’aéroport (0-1) face à Tana Formation était favorable au Fosa Jr, qui a arraché le nul d’un but partout devant son éternel rival, la CNaPS Sport Analamanga lors de la quatrième journée.  Les caissiers  se trouvent à la cinquième position après avoir enregistré une victoire, une défaite et deux nuls avec 5 points à son compteur. Uscafoot du coach Raniry complète le podium provisoire après deux victoires et deux nuls (8 points). L’équipe de la commune a été tenue en échec par le Mi20, la lanterne rouge (1-1) ce mercredi à Carion.  La finaliste de la Coupe Telma de Madagascar, le Cosfa, se trouve désormais dans la zone de relégation avec Mi20 en se plaçant à la 9ème position après deux défaites et deux nuls à la compétition. Les militaires ont été tenus en échec  (2-2) par leurs frères d’armes, les policiers du CosPN, lors de la quatrième journée, après avoir perdu (2-3), à la troisième journée, contre la même équipe. Elias Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Vangaindrano – Suspecté de trafic d’ossements, un opérateur est lynché

Des individus déchainés se sont abattus sur un opérateur économique et son chauffeur. En réalité, ils n’ont fait qu’aider deux gendarmes ayant fait du stop.

Une foulea commis un double crime à Lompary Farafangana. Vendredi, un opérateur économique a été lynché à mort par une horde d’individus sanguinaires, décidés à tuer pour de simples rumeurs et de supputations. Passé à tabac,le chauffeur du défunt se trouve, pour sa part, dans un état critique.C’est la découverte d’un sac en polyéthylène tissé, plein à craquer d’ossements humains, qui a réveillé la hargne de la foule tueuse. Envoyés en mission  dans la partie Ouest de la commune rurale de Lompary, deux gendarmes de labrigade territoriale de Vangaindrano ont emprunté la camionnette de l’opérateur économique assassiné pour rejoindre le chef lieu de district. Un autre véhicule suivait, conduit par l’employé de l’opérateur.

Pont saboté À mi-chemin, ils se sont arrêtés en voyant un sac d’ossements abandonné dans un coin de la route. Après en avoir informé le commandant de brigade, les deux gendarmes ont reçu l’instruction de l’embarquer et de commencer des recherches.L’affaire a mal tourné lorsque les gendarmes se sont arrêtés  à la hauteur du village de Betsiraha pour recueillir des informations auprès des villageois. Le sac a été descendu pendant que l’opérateur économique et son chauffeur les attendaient.Entretemps, des personnes des environs se sont attroupées autour des véhicules, montrant du doigt l’opérateur économique, qu’elles affirmaient être arrêté pour trafic d’ossements. Désemparé, il a pris la fuite au volant de son véhicule lorsque la foule a commencé à s’en prendre à lui, pour se faire intercepter à l’entrée d’un pont que d’autres villageois ont saboté. Il s’est fait capturer sitôt sorti de sa camionnette pour tenter de continuer sa fuite en courant, et a été tué. Son chauffeur, resté à Betsiraha était, lui aussi, à la merci d’une foule qui l’a battu et attaqué à l’arme blanche. Heureuse­ment pour lui, les deux gendarmes, ainsi que des notables du village l’ont arraché à la mort in extremis en expliquant le malentendu.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Slam – Caylah effectue sa tournée dans l’Hexagone

L’année démarre sur les chapeaux de roues pour la jeune Caylah. Le slam est en marche avec ses déplacements à l’international.

La jeune artiste occupe maintenant le devant des scènes parisiennes avec son franc-parler et ses phrases qui riment. Le samedi 10 mars, au 59 rue de Rivoli à Paris, elle a pu percer les maux pour mieux défendre ses causes, celles des femmes opprimées. Pour Paris, elle sera accompagnée du multi-instrumentiste réunionnais Jovanni, et pour le reste, des musiciens locaux. Son agenda est bien chargé pour cette virée dans l’Hexagone. Caylah sera à Tarbes le 15 mars au Café Solidaire pour « Le melting pot », et le 20 mars à Gonfreville au Local jeune. Elle est invitée par la mairie de Gonfreville, près du Havre, pour une semaine de lutte contre les discriminations, afin d’animer une rencontre avec des jeunes scolaires et une soirée «Slam» tout public. L’objectif consiste à développer les échanges éducatifs artistiques et culturels avec les habitants et avec les différents professionnels de l’agglomération.Chacune de ces occasions s’avère pour la jeune slameuse une opportunité pour faire découvrir, aux yeux de tous, la ferveur de la jeunesse malgache à prendre part à ses responsabilités pour un monde meilleur. « Et en tant que malgache, mon monde commence chez moi à Madagascar et s’étend vers tous les horizons. J’ai pu constater lors de mes déplacements, que les femmes endurent encore différentes situations que l’on a du mal à imaginer. C’est triste de réaliser que ça existe encore de nos jours. Et ça définit l’ampleur du combat qu’on doit mener toutes. Faisant du slam comme seule arme, j’essaie de faire évoluer la situation », a-t-elle expliqué.

À un degré au-dessusAvec Caylah, le slam est une discipline culturelle qui a, mainte fois, dépassé nos frontières tout au long de l’année 2017. La Réunion, La Turquie et la ville de Marseille ont pu entendre ses mots thérapeutiques. « J’ai pu garder un bon souvenir de ma rencontre avec le fils de Bob Marley, Damien Marley, à La Réunion et de mon voyage en Turquie. J’étais fière d’avoir pu représenter mon pays lors d’un événement d’envergure internationale où j’étais la plus jeune, pour faire découvrir ce que c’est le slam malgache. La sortie de mon dernier clip Malaladalaka est parmi ma satisfaction personnelle. J’ai pu relater la situation dans laquelle bon nombre de filles vivent. Parler de la violence conjugale que subissent les femmes semble une évidence pour moi, en tant que citoyenne. C’est une triste réalité que j’aimerais combattre. Et je suis là pour tirer la sonnette d’alarme. Pas seulement pour les femmes malgaches mais pour toutes les femmes du monde, parce que les autres pays aussi sont concernés par ce mal. Je mettrai mon combat à un degré au-dessus par rapport aux années précédentes tant que j’aurai encore toutes les forces pour le faire. Avec les mots, bien sûr », poursuit Caylah avec ferveur.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Projet de conservation – «Hay tao» cible les communautés de base

Les États-Unis renforcent davantage leurs engagements en matière de conservation et de protection des ressources naturelles malgaches. Ils allouent actuellement un gros financement de 23 mil­lions USD à Madagascar par le biais de « Hay tao » ou « Conser­va­tion and Communities Project » (CCP), mis en œuvre par l’Usaid, pour une durée de cinq ans.Il s’agit du plus gros projet soutenu par les Américains depuis la suspension des financements prévus pour le volet environnemental depuis 2009 et il cible notamment les communautés de base. Ces dernières participeront à la gestion des ressources halieutiques et forestières qui les entourent, à l’élaboration du cadre juridique qui régira la protection afin de renforcer la gouvernance locale ainsi que la préservation des biens naturels, au développement des activités génératrices de revenus pour améliorer leurs conditions de vie et veilleront aux créations d’emploi.« Hay tao » consiste en un projet qui consolide la gestion des connaissances et des compétences, l’élaboration d’outil de travail au niveau des communautés locales pour que le développement durable soit palpable après la réalisation des activités préconisées. L’ONG Pact, en partenariat avec World Resources Institute, University of Rhode Island – Coastal Resources Center, se chargera de l’exécution du projet.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Zone 7 – Swim Blue détrône la GNVB 

Les Seychellois de Swim Blue et les Mauriciennes de Quatre Bornes remportent la Coupe de la zone 7 version 2017. Le club champion en titre, la GNVB, perd en finale.

La GNVB tombe de très haut. Le rêve de la Gendar­merie nationale volleyball de remporter pour la troisième fois consécutive la Coupe de la Zone 7 et de la ramener définitivement, est brisé.Les Gendarmes n’ont pas accompli leur mission. En finale de la XXIVe édition de la Coupe des clubs champions de la zone 7, ce samedi, Swim Blue des Seychelles a détrôné la GNVB, équipe double championne de la zone 7, par 3 sets à rien (25/20, 25/17, 25/23).Devant cinq mille spectateurs, tous des Seychellois, au Palais des sports de Mahé, les Gendarmes se sont inclinés sans trop de résistance face au surprenant club hôte, à la toute dernière marche, après une heure et vingt-cinq minutes de rencontre. « On nous a transférés dans un autre hôtel avant la finale… Le déjeuner n’était pas prêt à l’heure et finalement servi dans des barquettes », raconte le coach Honoré Razafinjatovo, déplorant que son équipe reçoive un tel traitement le jour de la finale.« Techniquement, les Seychellois ont été plus forts, l’Ivoirien Fourneau a excellé en service pointu et Johns en passe… Nous avons mené à chaque set, mais avons rencontré des difficultés en réception », reconnait Noré kely.« Les gendarmes n’ont pas eu assez de munitions alors que les deux camps ont aligné des joueurs de même gabarit », indique un des techniciens observateurs de la zone 7. « La GNVB a commis beaucoup trop de fautes et ont perdu pas mal de balles … De leur côté, les Seychellois ont su faire leur rotation », commente le président de la Fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andriamandimbisoa qui a assisté à tous les matches de la phase finale de cette joute régionale.

Exploit mauricienPar ailleurs, vingt-trois ans plus tard, les volleyeuses de Quatre Bornes VBC remportent le titre de l’océan Indien en s’imposant devant le club hôte de Pralin Girls par 3 sets à 1 (25/22, 25/16, 17/25, 27/25). Les Mauricien­nes ont écarté, en demi-finale, l’équipe championne en titre, Anse Royale du pays hôte, qui a été amputée de ces deux pièces maitresses.« Appelées en équipe nationale, les deux joueuses ont refusé en public l’appel de la fédération… Il a été par la suite décidé, lors d’une assemblée générale de la Fédération seychelloise, qu’elles seront suspendues pour une durée de cinq ans », fait savoir le président de la Fédération malgache de volleyball.En match de classement, l’Olympique Montagnes Goyaves de Rodrigues termine troisième chez les hom­mes en battant le Faucon Flacq Camp Ithier de Maurice par 3 sets à 0 (25/12, 25/19, 25/19). Et chez les dames, Anse Royale se contente, cette fois, de compléter le podium en écartant le Volley­ball club Diamant par 3 sets à 0 (25/20, 25/18, 25/18).En trois participations, le club vice-champion de la Grande Ile finit, pour la deuxième fois, au pied du podium. Il a été confirmé lors de cette version 2017 de la CCC zone 7 aux Seychelles, que l’organisation de la XXVe édition sera confiée à Mada­gascar. La date est même déjà fixée, du 8 au 15 décem­bre aux Palais des sports à Mahamasina.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Analamanga – Dream Team et MB2ALL lancés

Après le tour préliminaire de la Coupe du Président, la ligue d’Anala­manga de basketball a entamé ce week-end les cham­pionnats régionaux N1B dames et U20 garçons.Dix matches se sont déroulés sur les terrains annexes de Mahamasina. MB2ALL est en roue libre chez les dames et Dream Team SC chez les garçons.Lors de la première journée, MB2ALL a défait l’ASF par 69 à 60 et hier, il a écarté CBBT par 75 à 58. Ce club a aussi ravi une victoire chez les U20G sur le score de 93 à 56, face au SOE.Parcours sans faute également pour DTSC qui a remporté deux victoires en deux rencontres, samedi, face au CBBT (88-85) et dimanche, contre ABB (84-60).Sept équipes sont en lice chez les U20 garçons et cinq seulement chez les N1B dames. Les éliminatoires s’étaleront jusqu’à mercredi. Après le repos général de ce jeudi, les U20G entreront en lice vendredi, pour les quarts de finale.De ces championnats, sortiront les porte-fanions d’Analamanga aux championnats nationaux de ces catégories, qui se joueront du 19 au 27 mai, à Toamasina.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Trois villageois abattus

Guérilla meurtrière à Ankerana-Nord Tsiroanomandidy. Dans la nuit du samedi à dimanche, trois villageois sont tombés sous les balles d’une quarantaine de dahalo armés de fusils de chasse et deux autres sont blessés. Les assaillants se sont emparés d’une centaine de têtes de bovidé. Une fusillade a éclaté lorsque le fokonolona est tombé nez-à-nez avec les malfaiteurs en engageant une poursuite. Le chef du poste avancé de la gendarmerie et ses hommes sont sur les traces des malfaiteurs, appuyés par un militaire du détachement autonome de sécurité ainsi que des milices de l’autodéfense villageoise.

 

L'express de Madagascar0 partages

Futsal – Shoot It – Saint Michel–Julf et Esca-La Sainte en demi-finales

Initiative des jeunes pour les jeunes. La phase éliminatoire du tournoi de futsal baptisé Shoot It Tournament a eu lieu ce samedi, au gymnase couvert de Mahamasina.Il est organisé par un groupe d’étudiants en deuxième année en administration d’entreprises et finances de l’INSCAE. Six équipes ont participé à cette première édition de tournoi de foot en salle, destiné aux lycées de la capitale.En demi-finales programmées pour le mercredi 14 mars au même gym­nase, Saint Michel affrontera Jules Ferry d’une part, et de l’autre, Esca sera opposée à Sainte Famille (enseignement général). « L’organisation de cet événement sera prise en compte dans notre projet », confie Manantsoa Randriama­nanjara, un membre du groupe d’étudiants organisateurs du tournoi. L’événement est placé sous le patronage de la ministre de l’Enseignement supérieur, Marie Monique Rasoazananera.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Stage - Self défense – Une école multidisciplinaire en gestation

Une cinquantaine de férus de sports de combat ont suivi le stage de self-défense multi­disciplinaire, dirigé par senseï Teliav Geffroy. Il a été cette fois assisté par le Français d’origine martiniquaise, David Guridon, 4e dan en penchât silat.Le stage s’est déroulé, ce week-end, au gymnase de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Teliav Geffroy est titulaire du 5e dan en kyokushin kai, 3e dan en nippon tai do, 2e dan en nihon tai jitsu, 1e dan en nihon jiujitsu. Il pratique aussi le kickboxing et le muay thaï.Différentes disciplines ont été représentées au stage, à savoir le karaté, le kickboxing, le muay thaï, la boxe savate, les deux taekwondo et autres. La formation est organisée en étroite collaboration avec la Fédération malgache de muay thaï, présidée par Haritiana Gervais Rakotoalizao.« C’est le début du rapprochement de la Fédé­ration malgache de muay thaï et de la ligue de la Mayotte », confirme-t-il. Teliav, récemment nommé conseiller technique de la ligue de Mayotte par la Fédération française de boxe thaï, prendra sa fonction à partir du 3 avril. « Ce rapprochement entre les deux instances servira à développer et à promouvoir la discipline dans la région… Nous projetons de monter une école multidisciplinaire », lance-t-il.Ce dernier est venu à Madagascar pour la première fois en 2009, pour lancer une école de karaté à Nosy Be. Puis il a animé tous les ans des stages dans plusieurs régions de la Grande île. Et cette année, il envisage de monter une boite de sécurité privée.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Olombelo Ricky reste fidèle  à lui-même au Skandal Buffet

Une chose est sûre quand on assiste au concert de Olombelo Ricky, on est loin de s’ennuyer et on apprécie le moment présent. Ce fut le cas au Skandal Buffet à Ankorondrano dans la soirée du vendredi 9 mars, l’imposant interprète de « Ikalangita » y a donné un concert en toute convivialité.  Le chanteur et toute son équipe ont joué les fameux titres qui ont forgé leur carrière. « Taratra hazavana », « Izy indrindra », « Mbola zaza », « Amoromparihy », et les autres morceaux bien connus de tous, furent repris en chœur par toute la salle bien remplie pour ce concert, dès que les musiciens et l’artiste entament l’intro sur scène.Rosah joua le chœur et aussi le lead vocal aux côtés de l’artiste sur quelques morceaux. Le public n’a pas vu les quatre heures de spectacle passées qu’il a consommées sans modération avec un buffet scandaleux dans le bon sens du terme.« Kopakopatànana » marqua la fin de la prestation et tout le monde a investi la piste de danse dans l’allégresse, marquant leur reconnaissance à ce grand nom de la musique malgache qui leur a fait passer un pur moment de plaisir.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

 Liberté sur internet

Le monde entier célèbre la journée du 12 mars pour la liberté d’expression sur internet. Ceux qui écrivent sur les sites internet, les blogs, les réseaux sociaux rencontrent parfois des problèmes lorsque le contrôle cybercriminalité s’opère. Aujourd’hui, ils souhaitent qu’il n’y ait aucune cyber-censure et que tout le monde puisse s’exprimer sur le web.

 

L'express de Madagascar0 partages

Les dissensions tribales aiguisées par les évènements

Pris d’une frénésie hystérique, au lendemain des évènements du 29 mars 1947, les colons français soutenus par le Parti des déshérités de Madagascar (Padesm) se montrent très féroces à l’encontre du parti Mouvement démocratique de la rénovation malgache ou MDRM. « Ils le considèrent comme leur adversaire puisque réclamant l’indépendance » (Lucile Rabearimanana, étude sur le journal d’opinion Ny Fandrosoam-baovao, revue Omaly sy Anio, premiers semestres 1979 et 1980). « Ils le condamnent d’autant plus vivement que les propagandistes MDRM, répandus dans tout le pays, se montrent particulièrement actifs et se laissent volontiers entrainer par la violence verbale. »Toutefois, la fureur des colons et des membres du Padesm est surtout dirigée contre les Merina, en général, bien que l’insurrection éclate sur la côte Est. « C’est certainement lors de cette insurrection que les dissensions tribales ont été les plus marquées dans l’histoire coloniale du pays. » Elles existent déjà à l’état latent, dues à des causes diverses telles la domination exercée par la royauté et l’oligarchie merina du XIXe siècle, la situation privilégiée des membres de cette ethnie en tant que fonctionnaires, commerçants…pendant la période coloniale, et surtout la fameuse « politique des races » du colonialisme. Elles sont aiguisées avec la création du Padesm qui « veut s’occuper des côtiers et des côtiers déracinés que sont les Mainty enin-dreny ». L’organe de presse du Padesm, Voromahery, l’explique dans son premier numéro du 6 aout 1946 : «… de ce sentiment très vif de rancœur compréhensible qu’ils éprouvent vis-à-vis de leurs anciens féodaux et oppresseurs, nous arriverons peut-être à faire naitre un amour-propre salutaire. »Le Padesm veut accréditer l’idée que les dirigeants et les membres du MDRM sont tous des Merina. D’où les passions déchainées contre « les Hova, responsables des évènements actuels qui ont la présomptueuse idée de reprendre des mains de la France le gouvernement de notre pays. Leurs ancêtres à qui ils ne peuvent que ressembler, n’avaient su trouver pour les nôtres qu’opposition et servitude ». L’organe de presse du Parti démocratique de Madagascar, porte-parole des hommes d’affaires et des intellectuels merina, prétend se situer au-dessus de ces considérations tribales. Pourtant, vis-à-vis des « peuplades rebelles bezanozano, tanala et antemoro (populations de l’Est) et des Antandroy», il use d’un vocabulaire méprisant. « Et son dédain sans bornes à l’égard des autres Malgaches dénote une mentalité tribaliste indéniable et un complexe de supériorité que les circonstances historiques ne peuvent que condamner.»En tout cas, comme toute la presse tananarivienne, Ny Fandrosoam-baovao s’élève contre ces attaques contre les Merina. Expliquant la situation privilégiée parmi tous les Malgaches, il pense qu’il s’agit « d’une politique consciente et constante de la colonisation française. Et les avantages que leur procure ce rôle, ne peuvent que les amener à défendre le régime colonial ». De même, le journal se fait le défenseur du protestantisme attaqué lui aussi par les colons français et le Padesm. Les milieux protestants malgaches sont, depuis la conquête coloniale, craints par la colonisation. Influencés par les missions anglaises, ils sont soupçonnés d’être opposés aux Français. D’éminents pasteurs d’Antananarivo comme Rabary et Ravelojaona sont inquiétés et même arrêtés en 1915, lors de l’affaire Vy-Vato-Sakelika. « D’ailleurs, il est incontestable que ces milieux jouent un rôle non négligeable quoique non spectaculaire dans le mouvement nationaliste malgache. C’est pour cela que l’anti- protestantisme traditionnel renait dans cette ambiance trouble qui est celle de l’insurrection. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Comité de solidarité malgache

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – « Amou’Rire Deuxième voyage » émerveille

Gothlieb et Francs Turbo, ces deux humoristes de renom en super forme ont assuré avec beaucoup de succès leur prestation hier après-midi au CCESCA à Antanimena. Une nouvelle grande réussite pour ce show proposé par LH Pro de Luc Hervé Andriamihaingo. Cette nouvelle formule inédite « Amour ’Rire Deuxième voyage » a tenu toutes ses promesses. Du début jusqu’à la fin, toutes les catégories d’âge, des enfants aux adultes en passant par les adolescents, ont vécu une superbe ambiance. Un nouveau souffle pour l’humour local se concrétise davantage à travers les grands talents des deux humoristes qui ont brillé de mille feux et conquis l’assistance fortement présente au CCESCA à Antanimena rempli comme un œuf. L’imagination et la créativité des deux humoristes hors pair ont été magnifiques.La maison de production LH Pro a réussi son grand pari. Elle a visé plus haut et loin. L’amour et l’humour ainsi que le rire font bon ménage. Francis Turbo et Gothlieb ont été à la hauteur des attentes du public. La contribution du formidable duo Etsetra Etsetra a aussi apporté un plus dans ce show à la fois mémorable, plaisant et agréable à voir, parfaitement assuré par une dynamique équipe qui a frappé fort hier après-midi, au CCESCA à Antanimena. Les sketches, les blagues, les saynètes, les plaisanteries par le biais de l’éducation sexuelle ont beaucoup plu à l’assistance. Les deux célèbres humoristes en pleine forme et dopés d’efforts supplémentaires ont largement surpassé leur niveau.De chaleureuses retrouvailles ont dominé durant ce show, partagé par Gothlieb et Francis Turbo qui ont conquis le public à travers leurs talents respectifs. À la fin du spectacle, beaucoup de spectateurs se demandent à quand le prochain rendez-vous en compagnie de ces deux artistes bourrés de talent. Cette question ne va pas rester longtemps sans réponse car d’autre rendez-vous seront programmés selon les explications de Luc Hervé Andriamihaingo de LH Pro.

Jean Paul Lucien

L'express de Madagascar0 partages

Un chauffard tue et senfuit

Samedi à l’aube, un adolescent de quatorze ans est mort écrasé par un véhicule sur la RN 2. Le drame est survenu vers 4 heures du matin, à la hauteur d’Ambohimalaza. Le défunt faisait du jogging sur la chaussée lorsque le  chauffard l’a happé, pour ensuite commettre un délit de fuite. Alertée une heure plus tard, la gendarmerie locale a fait le constat. Des informations selon lesquelles une semi-remorque serait à l’origine de cet accident mortel, circulent. Des recherches ont été lancées mais en vain.

 

L'express de Madagascar0 partages

Dépistage de cancer à Ambatoroka

L’unité mobile de dépistage gratuit de cancers gynécologiques et mammaires « Luisa » débarque dans le fokontany d’Ambatoroka, ce matin. Il s’agit d’une voiture Mercèdes équipée d’appareil de mammographie et d’échographie. Environ deux mille femmes seront dépistées gratuitement. La fondation Akbaraly offre une opportunité aux femmes dans le cadre de la journée mondiale des droits des femmes.

 

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret dédié aux femmes – Sity Rakoto, une précision dans la voix

Une fois de plus, Sity Rakoto a conquis le cœur de l’assistance avec sa voix attendrissante, lors de son concert au No Comment Bar à Isoraka, dans la soirée du jeudi 8 mars. Voulant marquer cette journée mondiale de la femme d’une façon artistique, la chanteuse est apparue resplendissante de beauté, et son talent de chanteuse hors pair s’est déployé dès les premières notes. Accompagnée par Sanda à la guitare, Tsanta au clavier, Tahiry à la basse et Bim à la percussion, Sity Rakoto a entamé « Eye Adaba » de Asa comme entrée de scène. S’en suivit un répertoire varié composé de pop, de soul et du jazzy. Besane Mucho de Cesária Évora, et le fameux morceau « Route 66 » et autres, transportèrent l’assistance venue nombreuse dans un univers musical enivrant de bonheur. Le bassiste Arty Andriambelo fut parmi le public et n’a pas résisté à la tentation de rejoindre  le groupe sur scène.« One day, i will fly away » de Randy Crawford fut le morceau choisi par la chanteuse pour être dédié à toutes les femmes. Les messages optimistes que comporte cette chanson ont ravi la gent féminine. « J’adore la précision de sa voix. On sent qu’elle s’amuse dans sa façon de chanter, et en même temps ses musiciens prennent le pied avec elle », a commenté Saholy qui ne perdit pas une miette de tout ce qui se passa sur scène. Le show a duré presque deux heures et demie. « J’éprouve un réel plaisir à jouer dans notre groupe. Il y a une symbiose entre chaque élément. C’est la troisième fois que nous nous produisons ensemble sur scène. Et à chaque fois, il y a quelque chose de formidable qui se crée.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Corps enterré sur la plage

Un acte odieux a éclaté au grand jour à Toamasina. Dans la matinée d’hier aux alentours de 10 heures, le corps inerte d’un enfant de cinq ans a été retrouvé enterré sur la plage, près du port. Le corps n’est pas encore identifié. Les forces de l’ordre ont ouvert une enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Suspicion de cas d’Ambalavelona au CEG d’Ambi­nanindovoka

Une vingtaine d’élèves dont seize filles et quatre garçons ont présenté des crises d’Ambalavelona dans le CEG d’Ambinanindovoka dans le district d’Ambalavao, région Matsiatra Ambony, depuis plus d’un mois. D’après le directeur de cette école, des cas d’Ambalavelona se sont manifestés dans cette école pour la première fois en 2010.