Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Vendredi 12 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara44 partages

Football : Talenta School fête son 1er anniversaire

En plus du football, “Talenta School” s’occupe aussi de l’éducation des jeunes sociétaires.

L’école de football « Tanjona lova ezaka ho Tafita » (Talenta) School a célébré sa première année d’existence. Les festivités se sont déroulées le week-end à Ampahimanga à Arivonimamo en présence du directeur régional de la jeunesse et des sports à Itasy, Hanitriniaina Harilala Ratsimbazafy. L’équipe du FFT d’Alarobia de l’ancien international Jimmy Randafison dit Jimmy Koundé a été invitée par l’école pour cette occasion, ce qui a permis aux joueurs de TSA âgés entre 5 et 13 ans de se mesurer à des joueurs de la capitale. Dans les matchs amicaux, les U13 de TSA se sont imposés par 1 but à 0 face aux joueurs d’Alakamisikely. En U15, les gars de TSA ont remporté la victoire contre TOP Sport par 3 buts à 2. Des coupes et des lots ont été offerts par la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports, l’association FSI et CAP Madagascar. Comme il s’agit d’une école de football, le TS Ampahimanga initie les enfants de 6 à 15 ans au ballon rond. En plus du football, “Talenta School” s’occupe aussi de l’éducation des jeunes sociétaires. Nombre d’entre les jeunes de TSA ont pu poursuivre leurs études et sont dotés des fournitures. Ils sont aussi formés sur le civisme, l’écologie et la protection de l’environnement. Ampahimanga est un projet pilote, et son objectif est de dupliquer l’initiative dans les autres communes rurales. Il est à signaler que le projet a été lancé en août 2018 et affecte désormais 97 enfants dont 45 jeunes filles issus des communes environnantes. Plusieurs activités ont été déjà organisées “Talenta School” entre autres une levée de fonds comme « Un ami, un ballon » pour récolter des équipements et matériels sportifs et « Un T-shirt, un cahier » pour les fournitures scolaires des enfants.

T.H

Midi Madagasikara4 partages

Sénat : 187 Conseillers et Attachés parlementaires

Le président du Sénat dispose d’un cabinet fort de 34 membres

À l’issue de son audience privée tenue hier, la HCC a déclaré conforme à la Constitution la copie corrigée du règlement intérieur de la Chambre haute.

De 41 dans l’arrêté du 19 janvier 2021, le nombre des collaborateurs du président du Sénat est ramené à 34. Soit une légère diminution de sept membres par rapport à l’effectif initial avec finalement, un directeur de cabinet ; quatre attachés de cabinet ; cinq conseillers spéciaux permanents ; 12 conseillers techniques permanents ; deux attachés de presse ; un aide de camp ; huit assistants parlementaires, deux jurisconsultes, un secrétaire particulier.

Bureau permanent. Pour sa part, c’est le cas de le dire, un membre du Bureau permanent dispose d’un Cabinet composé de six assistants parlementaires permanents et de trois conseillers techniques permanents. Chaque sénateur dispose également de neuf collaborateurs avec six assistants parlementaires permanents et trois conseillers techniques permanents. Les cinq membres du bureau permanent composé du président, des deux vice-présidents, du rapporteur général et du questeur comptent donc au total 70 collaborateurs. Avec les 13 simples sénateurs qui disposent chacun de 9 « bras droit », le Sénat compte en tout et pour tout, 187 conseillers, assistants parlementaires et autres attachés. Non compris les conseillers techniques bénévoles du président dont le nombre n’est d’ailleurs pas fixé par l’arrêté modifié du 5 février 2021.

Gymnastique budgétaire. Dans sa Décision en date d’hier, la HCC de considérer qu’ « une réduction des effectifs rattachés respectivement au président du Sénat, aux membres du bureau permanent et à chaque sénateur est constatée ; qu’il ressort du texte modifié que cette réduction est le fruit d’une concertation avec le pouvoir exécutif et reflète les limites imposées par le budget de l’Etat ». Ce qui n’empêche pas les sénateurs de fractionner un « seza » de conseiller et/ou d’attaché parlementaire permanent en deux postes non permanents. Pareil gymnastique budgétaire qui n’est pas du tout contraire à l’orthodoxie financière, était de mise sous plusieurs législatures. Si le nouveau Sénat venait à l’appliquer, cela pourrait multiplier par deux, l’effectif de l’entourage des 18 membres de la Chambre haute où la distribution des postes va commencer après le feu vert de la HCC.

R.O

Midi Madagasikara3 partages

Vondrona JTM : Navotsotra tao Toliara ilay mpanorina azy

Tsy niandry ela fa omaly ihany dia efa navotsotra i Herman Rakotomalala, mpanorina ny vondrona « Jeunes Toliara Miray », na JTM. Natao ny fakàna am-bavany azy ary taorian’izay dia afaka nody ny lehilahy. Niravona tanteraka ny raharaha, raha araka ny fanambarany tamin’ireo olona maro izay tonga nitsena azy raha vao navotsotra ny tenany. Raha jerena amin’io teniny io dia naravona tanteraka izany ny fanenjehana ary azo sokajiana ho toy ny « dossier classé » ny raharaha. Raha ny fijerin’ny maro dia nandresy ny mpanara-dia ny vondrona amin’ny tambajotra facebook. Samy naneho ny tsy fankasitrahany avokoa izy ireo raha vao nandre fa nosamborina Herman Rakotomalala ary azo eritreretina fa nisy fiantraikany tamin’ny fanapahan-kevitry ny manam-pahefana tao an-toerana izany, ireo farany izay nihemotra avy hatrany raha vao nahoraka ny raharaha. Hatramin’ny olomboafidy aza dia nivoaka tamin’ny fahanginany ary naneho koa fa tsy rariny ilay fisamborana sy fanokafana fanadihadiana. Rehefa tena nozohina tokoa mantsy dia tsy nisy endrika fanalam-baràka na faniratsiràna na koa fanaparitahana vaovao tsy marim-pototra tao anatin’ny fanehoan-keviny. Nanazava fotsiny ihany izy fa vokatry ny tsy fisokafan’ny stade Maître Kira ao Andaboly dia mikorontana ny fiainan’ny klioba sasany. Izany dia nentiny nanintona ny sain’ny manam-pahefana ao an-toerana mba hijery akaiky ny fanamboarana ny kianja na ny marimarina kokoa mba hanafaingana izany. Noraisina ho toy ny faniratsiràna angamba izany ary dia nampiasaina ny fahefana ny hisambotra sy hanokatra fanadihadiana an’i Herman Rakotomalala. Tonga hatrany Ambavombe izay toerana niasàny mihitsy tamin’ny fisamborana ary notaterina niakatra tao Toliara ny olona voakasika taorian’izay. Ny tranga toy izao dia mbola manamafy hatrany ny tokony hamerenana handinihana ny lalàna momba ny « cybercriminalité ». Ny tsikaritra mantsy dia toa manome vahana ny manam-pahefana mba tsy ho azo tsikeraina ny andininy maro ao. Etsy andaniny, lasa mizàna tsindriana ila ny fomba fampiharana azy satria rehefa ny olo-be no mitory dia faran’izay haingana dia voasambotra ny olona. An-kavitsiana kosa ny fanadihadiana no lasa lavitra raha ny olon-tsotra no voakasika ka mitaraina. Ao anatin’izay rehetra izay dia lasa ny kaonty fako izay tsy misy fangalàna fepetra mihitsy hatreto ny momba azy ireo no manjaka…

D.R

Midi Madagasikara2 partages

IGE : Victime de menaces et de pressions

L’Inspection Générale de l’Etat (IGE) est un organe de contrôle de la gestion des finances publiques rattachée directement à la Présidence de la République.

Celui-ci confie aux inspecteurs et contrôleurs d’Etat des missions permanentes ou occasionnelles selon ses directives. Ces derniers feront ensuite le compte-rendu au Chef de l’Etat en personne, conformément au texte réglementaire régissant le fonctionnement de l’IGE. Force est pourtant de reconnaître que ce sont notamment des anciens hauts employés de l’Etat ou ceux en exercice qui font souvent l’objet d’enquête par cet organe de contrôle. Dans le cadre de la réalisation de ses missions, l’IGE déplore que ses agents qui font des investigations sur le terrain sont, parfois, victimes de menaces et de pressions de la part des enquêtés.

Désinformation. Outre les menaces directes envers les inspecteurs d’Etat, voire envers leurs familles respectives, certains tentent de les décrédibiliser, a-t-on appris de source auprès de cette entité. A titre d’illustration, celle-ci a été tout récemment victime d’une désinformation suite à une mission d’investigation de routine réalisée par une équipe de l’IGE auprès d’une société d’Etat localisée en province. Une fois sur place, des rumeurs ont déjà circulé selon lesquelles, cette équipe n’était constituée que de faux agents n’ayant même pas reçu l’aval de leurs supérieurs hiérarchiques, alors que l’Inspection Générale de l’Etat exerce une mission, rappelons-le, sur ordre du Président de la République en personne.

Convocation. Il a été également évoqué que cette affaire concerne un haut responsable qui n’a pas répondu à sa convocation par l’IGE. Au contraire, cette dernière a fait l’objet de menaces avec des pressions lui demandant d’arrêter immédiatement ses investigations. Quelques jours après, une affaire de détournement de fonds ternissant l’image de l’IGE a été divulguée via un journal local alors qu’il n’y a même pas de responsable de la passation de marché au sein de cette entité, d’après toujours ces responsables. Cet organe de contrôle de la gestion des finances publiques ne fait que formuler ses besoins de fonctionnement tandis que la Présidence se charge de toutes les procédures de passation de marché jusqu’au paiement des prestataires, a-t-on enchaîné.

Défi de l’IGE. En dépit de tout cela, l’Inspection Générale de l’Etat ne ménage pas ses efforts pour améliorer son bon fonctionnement, depuis ces dernières années. A titre d’illustration, un projet de loi régissant son fonctionnement, son organisation et sa mission, a déjà été transmis au niveau des instances compétentes. Le renforcement de l’effectif de cet organe de contrôle ainsi que de ses compétences conformément aux normes internationales, se poursuivra également. Outre la dotation en équipements et matériels roulants à l’entité, la remise en l’état du Fichier Central des Malversations et des Irrégularités (FCMI) constitue une autre priorité de l’IGE. Ce qui permettra de mieux identifier et d’enregistrer tous ceux qui ont commis des infractions financières ou des détournements de deniers publics ainsi que leurs sanctions y afférentes. Le défi de l’IGE est de pouvoir se mettre au même rang que ses homologues francophones pour ne citer que l’Inspection Générale du Sénégal qui a le devoir de diffuser au grand public ses rapports d’activité. A Madagascar, cette entité est encore soumise à une règle de confidentialité.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Risque d’éboulement : Plusieurs quartiers de la haute ville menacés

Des fanions rouges attestant de l’imminence du danger sont placés dans les quartiers à risques sur de la haute ville.

Environ 2000 personnes sont en danger imminent et risquent d’être victimes d’un glissement de terrain. Les conditions météorologiques actuelles seraient le facteur déclencheur d’une catastrophe quasi sûre.

«La responsabilité de l’État, dans tous ses démembrements, est engagée face à ce danger imminent d’éboulement. Le risque accuse un taux de survenance d’environ 80 %. Des milliers de personnes sont en danger actuellement». Ce sont là les propos de Paolo Emilio Raholinarivony Solonavalona, directeur des études et de la gestion des risques auprès du Bureau National de Gestion des Risques et des Catastrophes (BNGRC) lors de la mise en place officielle de la «délimitation des zones à risques» où le danger serait «imminent et permanent» dans la haute ville de la capitale malgache hier. Environ «400 ménages y seraient en danger imminent dont 50 situés à Ambatovinaky et à Amparibe, 120 dans le quartier de Tsimialonjafy, 80 à Ambaninampamarinana, 60 à Tsarafaritra Tsimbazaza ainsi que 130 autres situés à Ankadilalana». Soit, près de 2 000 personnes qui risquent d’être victimes d’un «éboulement de gros rochers» pouvant «survenir d’un moment à l’autre». Paolo Emilio Raholinarivony Solonavalona de continuer que «la situation exige une prise de décision urgente de la part de l’État».

Forces. Les explications d’hier ont également permis de savoir que «le déplacement manu militari des habitants des quartiers en question est envisageable». Dans le sens où «le danger serait imminent et que l’État devrait agir afin d’éviter des pertes humaines». Une campagne de communication visant à informer la population de ce qui se trame est actuellement menée. Initiative durant laquelle les habitants des quartiers à risques sont sensibilisés sur l’impératif de quitter les lieux. Dans une prise de parole à la presse locale, le directeur général de la population a d’ailleurs «invité les personnes concernées à penser à se faire héberger par les membres de leurs familles durant cette période de fortes pluies avancées par la direction générale de la météorologie». Le responsable a aussi évoqué les sites d’hébergement sous la tutelle du ministère de la Population tels que celui d’Ambodin’Isotry et d’Anosizato. Le site d’hébergement d’Andranofeno Sud a également été avancé comme alternative d’évacuation par le directeur général de la population. Outre ces pistes de solution, les habitants des quartiers à risques pourraient finir par être déplacés à Tsiroanomandidy. Une option qui s’inscrit dans le cadre du projet de désengorgement de la capitale selon toujours le responsable.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Partenariat : La PAMF et Jiro-Ve s’associent pour l’électrification rurale

Le partenariat a été signé au siège de la PAMF à Antsahavola

Deux compétences respectivement en matière de services financiers de proximité et d’électrification rurale s’unissent en faveur des endroits les plus reculés.

Et la lumière sera. Faciliter l’accès à l’électricité de la population vulnérable située dans des zones enclavées. Tel est l’objectif du partenariat stratégique signé entre l’entreprise Jiro-Ve et la Première Agence de Microfinance (PAMF).

À moindre coût. Grâce à la combinaison de leurs services, les deux parties prenantes vont permettre à la population des ces zones enclavées d’accéder à des solutions d’éclairage à moindre coût. En effet, si PAMF propose à ces populations, des financements par le biais de prêt digital M’Kajy. Jiro-Ve, pour sa part, va leur fournir des solutions adaptées à travers des éclairages solaires à prix très compétitifs. La PAMF assure ainsi le rôle de fournisseur de service financier M-kajy en partenariat avec Orange Money Madagascar. La Jiro-Ve quant à elle, assure le rôle de promoteur de ce service financier auprès de sa clientèle et de ses prospects potentiels pour le financement de l’acquisition et de l’utilisation de ses produits.

Energie solaire. Deux compétences au service de la population rurale, en somme. D’une part Jiro-Ve, une entreprise d’impact créée en 2014 et qui dispose d’une expérience avancée dans l’électrification rurale à Madagascar. En effet, Jiro-Ve a mis en place un réseau de 85 franchisées urbaines et rurales pour fournir quotidiennement de l’énergie solaire, à un coût largement inférieur au prix d’une bougie, à plus de 14.000 familles à très faible revenu. Les frais d’installation et maintenance des panneaux solaires sont gratuits. Un atout majeur en somme pour Jiro-Ve dont les produits sont de meilleures qualités avec une garantie de deux ans, et sans doute le moins cher sur le marché.

Réduire la pauvreté. Institution financière du réseau Aga Khan Agency for Microfinance (AKAM) faisant partie du Groupe Aga Khan Development Networks, la PAMF est implantée à Madagascar depuis 2006 et compte actuellement 14 agences réparties dans les régions Analamanga, Atsinanana, Boeny, Diana, Sofia et Itasy. L’institution propose des services financiers classiques et numériques adaptés aux besoins des ménages et micro-entrepreneurs. Sa mission est de réduire la pauvreté à Madagascar en luttant contre l’exclusion économique et sociale par l’accès à des solutions financières de qualité et adaptées aux réalités du marché malgache. Le prêt digital M’Kajy fait justement de ces services des offres adaptées aux besoins du plus grand nombre.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Toliara :7,92 kg de saphir saisis

Les autorités de l’aéroport de Toliara ont saisi, le 9 février dernier, 7, 92 kg de saphir dont les papiers ne sont pas en règle. Selon les explications des autorités compétentes, des ressortissants étrangers ont voulu transporter par voie aérienne ces pierres précieuses dont la destination finale serait la Thaïlande. Toutefois, les pilotes ont refusé de les transporter. Notons qu’une expertise sera effectuée à Tana pour savoir s’ il s’agit réellement de saphir.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Baisse du prix des « Vary Mora »

La hausse du prix du kilo de riz est un des principaux problèmes rencontrés par la population malgache actuelle. Le riz local ne cesse n’augmenter en prix, un fait qui limite le pouvoir d’achat de plusieurs, pour cette nourriture de base des malgaches.
Le riz importé, encore appelé « Vary Mora » a été la solution offerte par l’Etat pour résoudre ce problème. Les « Vary Mora » étaient vendus à environ 2 000 Ariary le kilo, au tout début, avant de baisser à 1 500 Ariary. A partir de maintenant, ils seront vendu à 1 200 Ariary le kilo, selon la décision prise au dernier conseil de ministre. Les « Vary Mora » seront exclusivement en vente dans les « Tsena Mora », des magasins de vente de produits à bas prix proposé par l’Etat, ouverts les lundis, les jeudis, et les samedis.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Trafic d’or – l’Etat réagi contre la société à Dubaï

Après qu’une société sise à Dubaï s’est déclarée propriétaire des 73,5 kilos d’or, retrouvés à la douane de l’Afrique du Sud, en provenance de Madagascar, l’Etat n’a pas attendu pour réagir. Selon les informations, l’Etat malgache aurait porté plainte contre la société nommée Parpia Gold and Jewel à Dubaï.
La raison de la plainte serait le fait que l’entreprise Parpia Gold and Jewel aurait fait sortir l’or de Madagascar illicitement, selon les rapports du dernier conseil de ministre. Les démarches qui suivent sont actuellement en cours au niveau de la justice Sud-Africaine.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : 11 Février – Commémoration de la mort du Colonel Ratsimandrava Richard

La date du 11 Février fait partie des dates historiques de Madagascar, en commémoration du 11 Février 1975, date ou le Colonel Ratsimandrava Richard, a été assassiné alors qu’il était encore en fonction à la gestion de l’Etat de Malgache.
Ce jeudi 11 Février 2021, 46 ans après sa mort, une cérémonie a été organisée en l’honneur de sa mémoire à Ambohijatovo Avaratra. Une commémoration qui a été assistée par le premier ministre et chef du gouvernement, Ntsay Christian, ainsi que l’armée malgache. Cette cérémonie a été également en l’honneur de tous les membres de la force de l’ordre malgache, décédés en exécutant leur fonction.
Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA NY FIRENENA : “Firenena tsara iaraha-miasa ny Saodianina”, hoy ny COJIM

Araka ny fanambaran’izy ireo, io no vahaolana isan’ny mahomby indrindra hahafahana mampandroso haingana ny firenena. 

Isan’ireo firenena efa lasa lavitra amin’ny fampandrosoana no sady mifamatotra ara-tantara amin’i Madagasikara ity firenena ity, raha ny nambaran’i Branco Nantenaina, filoha nasionalin’ny Cojim. Araka ny fanazavana, efa nanana solon-tena teto ny firenena Saodianina tany aloha saingy noroahin’ny Fitondrana Ravalomanana ka tsy tafaverina intsony. « Aleo hamafisina hatrany ny fiaraha-miasantsika amin’ ny Arabia Saodita. Mifamatotra ara-tantara amintsika ry zareo. Misy faritra maromaro avy amin’ ny foko arabo ny olona eto amintsika. 

Misy ireo avy ao amin’ ny tanànan’ i Maka Arabia Saodita izay foiben’ ny Firenena Saodianina no tonga teto amintsika voalohany”, hoy izy. Isan’ ireo ny foko Anjoaty avy ao Vohemara Diego. Mbola nanamarika ny tantarantsika koa ny fidiran’ ireo tao Bosy Morondava, ka niafara tao amin’ ny Faritra Melaky Maintirano Faritany Mahajanga. 

Tsy variana ny mpitondra

Nilaza koa ity ny avy amin’ity antoko politika ity fa efa nanao dingana amin’ ny fiaraha-miasa amin’ ny Saodianina ny fitondrana Andry Rajoelina. Ny fiaraha-miasa toa izany dia mampiseho fa tsy variana be fahatany araka ny fijerin’ ny mpanohitra azy ny mpitondra fa tena mijery lavitra ny hampandroso an’ i Madagasikara. “Ny famerenana ny fiaraha-miasa amin’ ny Saodianina dia hahazoantsika fandrosoana…Miasa ny Fitondrana ankehitriny ary tsy mitsaha-mikatsaka izay hisian’ny fampandrosoana. 

Manolo-kevitra izahay satria fantatray fa tsy tahaka ny nataon’ny sasany izay nitondra firenena teo nanagadra mpitay tanindrazana sy mpanao politika miisa 1 400 izao Fitondrana izao”, hoy ny voalazan’ny Cojim. Mahatsapa koa ity antoko politika ity fa efa miara-dia tsy manohana ny Filoham-pirenena ny Malagasy amin’izao fotoana. Tsy tokony horebirebena intsony. “Tohizo ny lalana sy ny fanamby, fa ao an-damosinareo ny vahoaka miandrandra ny fahamarinana sy ny fandrosoana izay ataonareo ho lohalaharana”, hoy hatrany i Braco Nantenaina.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE ROSSY : “Aleo hilamina ny tanàna, izahay tsy mila korontana”

“Aleo hilamina ny tanàna, izahay tsy mila korontana intsony fa efa ampy izay”, hoy ity solombavambahoaka ity.

 Efa am-bolana no tsy niasa ny mpiasa noho ny olana nateraky ny Covid-19, hoy izy, sahirana ny firenena raha mbola hotsenaina krizy vaovao noho ny tombontsoan’olon-tokana sy ny fitadiavan-tseza hamenoana paosy. Nanantitra ity Depiote ity fa ny fiandrasana ny fotoam-pifidianana manaraka no vahaolana akaiky indrindra hilaminan’ny Firenena sy hahazoan’ny vahoaka tombontsoa fa tsy ny fanakorontanana velively. Nanteriny koa fa tsy fotoana tokony hampiadiana ny samy Malagasy intsony izao. Efa nilazaon’ny toetr’andro izany fampiadiana ny mpiray tanindrazana izany, raha ny nambarany ary tsy tokony haverina intsony na inona na inona tsy fitovian-kevitra noho ny resaka politika. “Ny olona aza ampiadiana, nareo samy ianareo mifamalia, miadiava fa ny olona aleo samy hiasa, ny mpivarotra aleo hivarotra”, hoy hatrany ny voalaza.

 Nitondra ireo mpanao vakisôva sy fikambanana maromaro avy eny ambany tanàna nanome aina ny fahatsiarovana ny Kolonely Ratsimandrava moa ny Depiote Rossy amin’ny maha mpanakanto azy. Raha ny nambarany, novonoina noho ny fankahalana sy ny fanavakavahana tamin’ny fiaviana ny Kolonely Richard Ratsimandrava. Tsy nankasitrahan’ireo mpanao politika sasantsasany, tsy faly tamin’izany andro izany koa ny rafitra “Fokonolona” izay napetraky ny Kolonely Ratsimandrava. Io rafitra fokonolona io mantsy no rafitra miainga avy eny ifotony napetrak’ity olomangam-pirenena ity handaminana ny firenena sy hitantana ny harem-pirenena ho tombontsoan’ny besinimaro. 

Mbola mitana ny fomban-drazana ny Depiote Rossy raha ny nambarany satria nirona tamin’izany Ratsimandrava izay iray fiaviana taminy. “Tsy menatra mijoro amin’izany izahay satria izay no maha Malagasy ny Malagasy. Ampy izay ny fanaovana lafika ny avy aminay eto amin’ity firenena ity, manana manam-pahaizana izahay satria nianatra. Ampy ny fanambaniana, tsy misy olon-kafa eto fa samy isika rehetra”, hoy ny nambarany.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

PRAIMINISITRA NTSAY CHRISTIAN : “Ny fanajana ny safidin’ny maro an’isa no tena Demokrasia”

Hoy ny Praiminisitra Lehiben’ ny Governemanta nitondra valin-kafatra ho an’ ny mpanohitra, nandritra ny fahatsiarovana ny faha-46 taona nahafatesan’ny Kolonely Richard Ratsimandrava tetsy Ambohijatovy ambony, omaly. 

Nomarihiny fa efa vita izay ny lalao politika tamin’ ny fifidianana.Tsy misy tokony hieritreritra ny hanongam-panjakana izany ka hihevi-tena ho ambonin’ ny lalàna. Ny tokony himasoana, hoy izy, ny fiarovana ny tombontsoa ambonin’ ny Firenena sy ny fikatsahana fampandrosoana ho an’ny vahoaka malagasy. Tsiahivina fa ny 11 febroary 1975 ny Kolonely Ratsimandrava no nisy nitifitra tetsy Ambohijatovo ambony. Tsy mbola fantatra mazava hatramin’izao ireo olon-dratsy, fahavalom-pirenena nitifitra azy tamin’io.

“Andraisana lesona maro eo amin’ny fanehoana ny fahamasinan’ny tanindrazana iraisan’ny Malagasy rehetra ny fahatsiarovana olomanga toy ny Jeneraly Ratsimandrava, noho ny fahasahiany nijoro sy nandray andraikitra tamin’ny maha-Filoha azy, tao anaty fotoan-tsarotra nandalovan’ny firenena, ary dia toy izany koa ireo mpitandro ny filaminana rehetra maty teo am-perinasa”, araka ny lahatenin’ny Praiminisitra.

Fahavalom-pirenena, fahavalom-bahoaka

Tamin’ny ankapobeny, samy niantso ny hisian’ny fitoniana avokoa ny olom-pirenena tonga teny Ambohijatovo Ambony nahatsiaro ity daty manan-tantara tsy hay kosehina eo amin’ny raharaham-pirenena malagasy ity. Nohamafisin’ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny jeneraly Rakotonirina Richard fa hoe : “fahavalom-pirenena, fahavalom-bahoaka izay mbola mikatsaka hanakorontana satria tsy mijery afa-tsy ny tombontsoany manokana”. 

Nanao sorona ny ainy ho an’ny firenana izy ary nitady ny fomba rehetra hisian’ny fampandrosoana eny ifotony. Na fotoana vitsy monja aza mantsy no nitantanany ny Firenena dia hita soritra fa niavaka izy tamin’ny fampiharana ny rafitra “fokonolona” manome vahana ny eny ifotony sy mampangarahara ny fitantanana ny raharaham-panjakana. Ambonin’izay koa ny fametrahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Liberté d’expression - Les ténors de l’Opposition dépassent les bornes

Le droit malagasy protège la possibilité d’exprimer ses « pensées » et ses « opinions ». Cette liberté n’est toutefois pas absolue. Des bornes sont posées en cas d’abus. Des balises que l’Opposition transgresse allègrement ces dernières semaines. A travers l’émission radiophonique « Miara-manonja », ces détracteurs du régime commettent des actes répréhensibles aux yeux de la loi et punissables par la Justice.Les députés Me Hanitra Razafimanantsoa et Fidèle Razarapiera et consorts au sein du Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara se lancent en effet impunément dans des injures, des diffamations, des outrages et des provocations… au mépris des interpellations des autorités compétentes. Des méthodes détestables et indignes d’une Opposition crédible. Les exemples foisonnent. L’Opposition a affirmé, et ce, sans la moindre preuve tangible, que le chef du gouvernement, le Premier ministre, Ntsay Christian, a remis sa démission. Les ténors de l’Opposition ont également remis en cause la dignité nationale et mis en péril la sécurité intérieure du pays lorsqu’ils ont affirmé, encore une fois sans preuves, que le Plan pour l’Emergence de Madagascar aurait été financé par une organisation terroriste mondialement connue. Dans leur émission, ces politiciens ont aussi incité à la guerre civile. Ils ont en effet appelé la population d’une partie de l’île à se retourner contre les dirigeants de la Capitale. Les limites de la liberté d’expression ont encore été franchies lorsqu’un ancien ministre, ayant refusé une convocation des Forces de l’ordre, a appelé les gendarmes à ne plus accepter les ordres du secrétaire d’Etat à la Gendarmerie car celui-ci serait retraité. Ce même ministre est également celui qui a affirmé qu’il n’y a plus de Forces de l’ordre dans le pays. Un discours qui porte clairement atteinte à l’ordre public en plus d’être une incitation à la rébellion militaire, un crime réprimé par les lois en vigueur dans le pays. Les discours incitant à la haine du Gouvernement, également répréhensible, sont aussi quotidiens sur les ondes de la poignée de station de télé et de radio qui diffusent cette émission « Miara-manonja ». Dernièrement, Me Hanitra Razafimanantsoa ne s’est même plus gênée pour comparer les tenants du pouvoir actuel à des animaux. En tout cas, que ces barons de l’Opposition se rappellent une chose : cette liberté d’expression n’est pas sans limites. Des lois sont en place pour sanctionner les abus.Avec ses méthodes et sa prêche de la haine, l’Opposition se décrédibilise encore plus aux yeux de l’opinion et contribue à faire descendre en flèche le peu de popularité de Marc Ravalomanana. Un aura en berne, confirmé par le peu d’engouement pour l’excursion d’Imerinkasinina dernièrement. En dépit d’un fort relais médiatique, l’Opposition est loin d’avoir atteint les chiffres escomptés. La veille du rendez-vous Maître Hanitra Razafimanantsoa avait avancé une marée humaine. Pourtant, le jour-J, quelques milliers d’individus seulement ont répondu présent. On est très loin du miracle révolutionnaire annoncé. Les dernières élections notamment les élections législatives, avec la perte de plusieurs bastions du TIM, et les élections municipales dans la Capitale, au cours desquelles Ny Rina Randriamasinoro a été sèchement battu, avaient déjà annoncé cette impopularité croissante de Marc Ravalomanana. Un déclin déjà visible lorsque les Malagasy ont voté en majorité pour Andry Rajoelina lors de l’élection présidentielle de 2018. Le retour d’exil en catimini de Marc Ravalomanana en 2014 illustrait déjà à l’époque un certain désamour de ses partisans. Ces derniers auraient pu se mobiliser et descendre dans la rue pour exiger la libération de leur champion, placé en résidence surveillée par le régime Rajaonarimampianina, mais cela n’a pas été le cas…La Rédaction

La Vérité0 partages

Filet de sécurité sociale - « Vary et menaka Tsinjo » sur les étals, les « Kaly Tsinjo » ouvrent...

Annoncé par le Président Andry Rajoelina durant les moments forts de la crise sanitaire liée à la Covid-19, le premier « Kaly Tsinjo » a officiellement ouvert ses portes hier, à Ankorondrano Andrefana, dans le 3ème Arrondissement. Il s’agit d’un endroit destiné à la distribution gratuite de repas chauds au profit des plus démunis à la suite de la crise sanitaire. Une soixantaine de « Kaly Tsinjo » sont répartis dans les 6 Arrondissements de la Capitale et vont être ouverts 6 jours sur 7, du lundi au samedi. Leur effectif sera même augmenté à une centaine selon les consignes du Président de la République. Les responsables des Fokontany seront en charge de la distribution de tickets pour permettre aux familles défavorisées de se restaurer auprès de ces « Kaly Tsinjo ». Le Chef de l’Etat a exigé que les bénéficiaires reçoivent de la nourriture propre, savoureuse et variée. Un menu hebdomadaire est fixé pour indiquer les repas servis chaque jour. Ceux qui servent le repas sont tenus de respecter les mesures d’hygiène et sanitaires à savoir le port de gants, de tablier et du masque.« Nous entendons et ressentons vos souffrances à cause de la hausse du coût de la vie,  vous n’êtes pas seuls. Je serai toujours à vos côtés », a déclaré le Président, Andry Rajoelina pour rassurer la population avant d’ajouter que « l’heure est à la solidarité et l’empathie. L’Etat ne cesse de chercher des solutions pour améliorer la condition sociale de la population. »Consignes fermesComme annoncé en Conseil des ministres, les « Vary Tsinjo » vendus à 1200 ariary le kilo (au lieu de 1500 ariary) et l’huile cachetée à 4000 ariary le litre sont désormais disponibles au niveau des « Tsena Mora », dans chaque Fokontany des Arrondissements d’Antananarivo. Le Président a donné le coup d’envoi de la vente de ces produits de première nécessité dans le même Fokontany d’Ankorondrano Andrefana. Pour ce premier jour, le Chef de l’Etat a offert 5 kg de riz à quelques familles.Face à la hausse des prix du riz et des autres produits de consommation quotidienne, le Président de la République a donné des consignes fermes aux différents responsables afin d’organiser un plan qui fait office de filet de sécurité sociale pour l’ensemble de la population. Ainsi, les « Tsena Mora » seront ouverts trois fois par semaine, à savoir tous les lundis, jeudis et samedis. L’homme fort du pays a déploré l’œuvre de certains opérateurs qui profitent de la situation pour augmenter excessivement le prix du riz local. Il a ainsi interpellé le ministre du Commerce et de l’Industrie, Lantosoa Rakotomalala, afin de réunir les acteurs de la filière rizicole et concerter sur la vérité des prix. Le numéro un de l’Exécutif a aussi ordonné un suivi strict du circuit du riz à partir des producteurs jusqu’aux consommateurs. Quant à l’huile, le coût du litre ne devrait dépasser les 5000 ariary selon un calcul de l’Etat alors que le prix dépasse déjà les 5600 ariary en ce moment. Ce premier lancement à Antananarivo n’est qu’un début puisque les mêmes produits seront aussi vendus dans les autres ex – chefs – lieux de province de Madagascar.Rappelons que d’après le compte rendu du Conseil des ministres, mercredi dernier, une réunion avec les opérateurs économiques, les grossistes ainsi que les détaillants a été organisée. Un échange sur la stabilisation des prix sur le marché a été à l’ordre du jour avec une compensation de l’Etat en contrepartie. Par conséquent, une baisse de 10% à 18% des prix des PPN est attendue dans les prochains jours.La Rédaction

La Vérité0 partages

Quid de l’immunité ! (II)

L’occasion nous a été déjà offerte d’évoquer, une fois, ce privilège controversé accordé par la Constitution aux parlementaires à savoir « l’immunité ». Le 19 juin 2019, en lieu et place de cette colonne, en titre de la ligne éditoriale du journal « Quid de l’immunité ! », il était déjà question d’abus de confiance et d’escroquerie perpétrés par une ancienne députée répondant au nom de Nirina Ravelohanitra. Elue au départ sous les couleurs du parti Vert, en 2013, elle rejoignit, comme la plupart des cas à l’époque des faits, le vrai-faux groupe parlementaire HVM. Un acte que la Loi fondamentale rejette mais par la magie du verbe et la manipulation du texte, elle s’en sortait … indemne. Cette élue d’Antsirabe II, profitant de son statut de parlementaire jouissant de l’immunité se livrait à des délits sévèrement punis par la loi. Accusée et sous le coup d’un mandat d’arrêt, Nirina Ravelohanitra fut intouchable, vaqua à ses activités dans les travées de l’Assemblée nationale et circula librement comme si de rien n’était. Les services de la Police n’ont pu faire autrement que regarder cette dame inaccessible, hautement protégée par le régime ou par … l’immunité.En ce jour du 13 février 2021, nous revenons à charge et remettons sur le tapis le débat relatif à cet incongru privilège « l’immunité parlementaire ». En fait, l’Art. 73 de la Constitution de la IVème République stipule dans les alinéas 2 et 3 « Aucun député ne peut, pendant les sessions, être poursuivi ou arrêté en matière criminelle ou correctionnelle qu’avec l’autorisation de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit. Aucun député ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation de bureau permanent, sauf en cas de flagrant délit ». Tout le monde le sait pertinemment qu’on peut manipuler de mille façons l’interprétation du « flagrant délit ».Figures de proue du mouvement de l’Opposition, les élus parlementaires TIM  Me Hanitra Razafimanantsoa et Fidèle Razarapiera se croient tout permis. A travers l’émission radiophonique « Miara-manonja », ils s’arrogent impunément le droit de commettre des actes sinon des crimes de lèse-majesté à l’encontre des hauts dirigeants du régime en place. Sûrs d’être couverts et protégés, impudiquement, par l’implacable « immunité parlementaire », ils se permettent à des actes réprimés par la loi. En effet, Hanitra et Fidèle se lancent dans des provocations sans limites, à des injures crues et osées, à des propos calomnieux, à des affirmations et accusations gratuites, à des outrages au chef d’Institution dont le numéro un du pays en personne et son Premier ministre, etc. Ils ne se gênent point à déballer des informations sans fondement aucun sur la place publique. En fait, la désinformation devient l’arme tranchante entre leurs mains. Et jusqu’à quand sinon jusqu’où ces élus sans scrupules ni éthique iraient-ils avant qu’on les interpelle ? Ils font des ravages sur tout leur passage. Ils n’ont rien à cirer des rappels à l’ordre notamment venant de leur supérieur hiérarchique en l’occurrence le bureau permanent de l’Assemblée nationale.Et à nous de relancer le débat ! « Ne devrait-on pas recadrer le contour et le pourtour du concept d’immunité parlementaire ?  Et cela, au diapason avec la lutte contre l’impunité en couple avec la bataille contre la corruption.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Qualification Afrobasket Men - Sitraka Ramanantoanina, le plus jeune de l’équipe malagasy

Madagascar aura la Tunisie, championne en titre de l’Afrobasket Men dernière édition, pour débuter la première journée de la 3ème fenêtre de qualification à l’édition 2021. Malgré un léger changement au sein de son effectif, le sélectionneur national Tojo Rasamoelina  aura du pain sur la planche pour composter le ticket qualificatif. Au programme de la compétition, Madagascar affrontera l’équipe hôte de cette 3ème phase à 16h locale, le 17 février prochain. Le 20 février, la Grande île trouvera la Centrafrique à 19h et enfin, la RDC pour la journée du 21 février.Le sélectionneur a orienté son choix sur plus d’expatriés hormis Rija Lahotan (Us Aubenas – France) qui était déjà là depuis le début de cette phase qualificative. Il a appelé en renfort le binationaux Kiady Mijoro Razanamahenina (Get Chalon – France) et deux autres malagasy expatriés à savoir, l’ancien joueur de l’ASCUT Lalason Ratsimabazafy qui évolue actuellement au BCM Mayotte, et Sitraka Raharimanantoanina, l’ancien joueur de Dream Team qui évolue actuellement en France avec l’Elan Chalon. Ce dernier est le plus jeune mais aussi le plus grand de cet effectif.Le choix de l’entraîneur est logique car le manque de compétition a beaucoup handicapé ses éléments lors de la deuxième phase au Rwanda. Madagascar a terminé quatrième du classement provisoire alors qu’il suffit de terminer troisième pour gagner le sésame.  Effectivement, les joueurs vendront cher leur peau pour décrocher le rêve d’aller disputer de nouveau un Afrobasket, à part celui qui a été tenu à domicile. Les membres de l’équipe nationale malagasy de basketball a quitté le pays le 11 février, via l’aéroport de Nosy Be, pour rejoindre Monastir, Tunisie.Elias FanomezantsoaListe des Joueurs:1-   Lahontan Rija - 1m72 - Us Aubenas - France2-   Razanamahenina Kiady Mijoro - 1m85- Get Chalon - France3- Randriamampionona Elly - 1m88 - (GNBC)4- Mandimbison Constant Fabrice - 1m95 - (GNBC)5- Botou Vallery Olivier - 1m92 - Ascut6- Ratsimbazafy Lalason Nirina Michel - 1m92 - BCM MAYOTTE7- Ravelomanantsoa John Price Luciano - 1m92 - ASCUT8- Faralahy Monja Romain Mickaolos - 1m96 - SEBAM 9- Rasolomanana Anthony Nelson - 1m97 (SEBAM)10- Mory Francis Ramanampamonjy - 1m95 (GNBC)11- Solondrainy Alpha Jean Arnol - 1m98 (COSPN)12- Raharimanantoanina Sitraka - 2m07 (Elan Chalon - France)

La Vérité0 partages

Produits de première nécessité - La structure des prix fixée par le Gouvernement et le secteur privé

Le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) a convoqué, hier, toutes les parties prenantes dans la commercialisation des produits de première nécessité (PPN) suite au Conseil des ministres. La concertation a duré toute la matinée dans la grande salle du ministère de l’Economie et du Plan, situé à Anosy. Un technicien du MICA a simulé la structure des prix et a préalablement défini dans sa présentation les marges bénéficiaires des opérateurs, notamment les importateurs, les grossistes, les détaillants, les collecteurs et les transporteurs. Le débat a abouti à la fixation des tarifs pour le riz importé, le sucre, l’huile et la farine. L’objectif consiste à faire baisser de 15 à 20 % le prix sur le marché. « Pour le riz importé à 25 % de brisures, le " kapoaka " sera vendu à 500 ariary - soit 1 750 ariary le kilo sur le marché. Quant à l’huile, l’huile de palme en vrac sera proposée à 5 000 ariary le litre. En ce qui concerne le sucre importé, qui est frappé par la hausse du prix sur le marché international, il devrait être vendu à 2 800 ariary le kilo, tandis que le prix du sucre local sera fixé à 2 600 ariary. A noter que la campagne du sucre local est déjà achevée. La prochaine production sera prévue en juin. On essaie donc de stabiliser le prix de ce produit jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, la farine importée sera proposée à 2 400 ariary le kilo, celle produite localement sera vendue à 2 200 ariary », récapitule brièvement Lantosoa Rakotomalala, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat. Le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo a, pour sa part, annoncé la baisse de prix imminente du riz local à cause du lancement de la campagne de riz précoce. Malgré l’initiative du Gouvernement, certains opérateurs sont réticents, notamment les importateurs. Leur bénéfice a nettement diminué et ne couvre pas les charges. « On importe le riz à 70 000 ariary le sac et on le revend à 80 000 ariary. Durant la présentation de la structure des prix, le Gouvernement a fixé la vente auprès des grossistes à 77 500 ariary. Or, cela ne couvre pas toutes nos dépenses. Les charges coûtent entre 6 000 et 7 000 ariary par sac, pour ne citer que le dédouanement et le transport. Il nous faut un allègement ou un soutien de la part de l’Etat pour que ce tarif soit en vigueur », avance Andriamihaja Fanomezantsoa Yves Georges, importateur. D’après les dernières informations reçues, le numéro un du MICA s’est entretenu avec les importateurs suite à cette réunion pour discuter à propos de l’application de cette nouvelle disposition. La Rédaction

La Vérité0 partages

« Mihamy Mada Fashion II » - La scène attribuée aux stylistes et créateurs !

Chose promise, chose due. Encore une fois, le stylisme, le modélisme, la couture ainsi que la mode sont mis en avant. Le Palais national de la culture et des sports, situé à Mahamasina, est actuellement le théâtre de différentes sortes de création. Défi relevé pour le ministère de la Culture. Des défilés de mode réalisés par les participants ont marqué la première journée de la deuxième édition de « Mihamy Mada Fashion ». Des stylistes venant des quatre coins de l’île, notamment des Hautes terres, Sofia, Est, Sud-ouest et d’autres Régions ont présenté leurs créations à travers des modèles uniques, sur-mesure ou prêt-à-porter. Chacun s’est démarqué par leur point d’orgue d’une nouvelle collection qui s’est différenciée à travers les matières premières et la créativité apportée. Entre-temps, les invités présents ont eu droit à des shows case avec Saramba et Rootsikalo. A cela s’ajoute l’expo-vente de robes stylées, de costards et d’accessoires.« De tel événement est dédié pour vous les artistes, pour que vous puissiez trouver des débouchés. Des raisons qui ont poussé le ministère à s’ouvrir aux créateurs et stylistes dans tout Madagascar et surtout à organiser un événement gratuit », a rassuré le numéro 1 du ministère de la Culture et de la Communication. Et de poursuivre que les créations malagasy peuvent désormais rivaliser avec les grandes marques. « Nous avons constaté que nombreux se sont intéressés au stylisme et à la création. Faire ressortir les talents cachés des jeunes demeure ainsi notre objectif. Vous savez que 85 % des participants sont des jeunes artistes qui se sont surpassés dans la mode et qui ont osé dévoiler leurs talents. Je me souviens encore que 9 mois après la première édition, une jeune fille, une collégienne plus précisément, m’a approchée lors d’une mission dans l’Est de Madagascar. Elle m’a avoué que le stylisme représente son rêve depuis l’enfance. Mais à défaut de moyens et en pensant que ce monde appartient aux professionnels, elle n’y a plus donné trop d’importance. Maintenant, je vous annonce qu’elle est présente et expose ses œuvres lors de cet évènement "Mihamy Mada Fashion" », n’a-t-elle pas manqué de partager. Au cours d’une prise de parole, le représentant des participants a souligné leur développement à travers cette organisation culturelle et artistique. « Au cours de deux années successives, nous avons remarqué que le ministère de la Culture a revalorisé les créations. Nous ressentons également l’intérêt que portent les concitoyens à nos diverses productions artistiques à travers leurs achats et commandes », a-t-il souligné. 
Notons que tout en respectant les gestes de barrières sanitaires, des conférences sous le thème « Ny lamaody vita malagasy jifain’ny vita malagasy » sont programmées au cours des deux derniers jours de cet évènement. Sans oublier le « Masterclass » axé ce jour sur la photographie de la mode à Madagascar, le mannequinat professionnel avec Nate Tex, Melky et Princio à l’animation. Mr Sayda, Mage 4 et Nael clôtureront demain cet évènement national et annuel du stylisme et de la création avec leurs chansons mythiques.  K.R.

La Vérité0 partages

Affrontement à Ankatso - Les étudiants en médecine dénoncent une infiltration de gens malveillants

Des jets de pierres contre du gaz lacrymogène. Un affrontement entre les Forces de l’ordre et les étudiants en médecine a eu lieu, hier matin à Ankatso, près du terminus de la ligne 119 jusqu’au campus universitaire. Ces derniers ont attaqué les Forces de l’ordre avec des jets de pierres et des flèches. Par ailleurs, ils ont brûlé des pneus afin de perturber la circulation. En conséquence, au moins 7 bombes lacrymogènes ont été utilisées afin de disperser les manifestants. Ainsi, il a fallu deux heures pour que le calme soit revenu aux alentours de l’université d’Antananarivo. Malgré l’agressivité des étudiants grévistes, aucun blessé n’a été enregistré, et aucune arrestation n’a eu lieu durant l’affrontement.Face à la gravité des faits, l’association des étudiants en médecine a fait une déclaration. Elle a annoncé que des groupes de personnes qui ne sont pas les leurs ont attaqué les Forces de l’ordre. Les étudiants les ont qualifiés de « mercenaires ». « Ce jour (ndlr : hier), nous devons faire un compte-rendu sur l’accord entrepris entre le Gouvernement et les étudiants concernant le paiement des bourses d’études et l’allocation de stage. Mais cela a tourné en vinaigre puisque des groupes de personnes malveillantes ont infiltré la réunion », soutient Hasina Andriamanarivo, président de l’association. Ces mercenaires, qui selon eux, ont profité de la situation des étudiants pour les conduire à une manifestation violente.Ces étudiants de la Faculté de médecine revendiquent donc le paiement de leurs bourses d’étude, leurs indemnités d’équipements pour l’année universitaire 2019-2020 ainsi que l’allocation de stage pour 2018-2019. Ils réclament également soit une réévaluation de leurs droits d’inscription à l’université, soit une hausse de leurs bourses d’études. En rappel, au mois de janvier dernier, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a déjà annoncé que les démarches sont déjà en cours pour répondre aux trois préoccupations des manifestants. Il a même donné un délai de 20 jours pour les bourses d’études et 15 jours pour l’allocation de stage. Quant aux droits d’inscription, la détermination du montant y affèrent ne relève pas de la compétence du ministère de tutelle, mais celle de chaque université qui est financièrement autonome.Anatra R.

Midi Madagasikara0 partages

Polisim-pirenena : Efa vonona tanteraka ny fanadinana handraisana polisy vaovao

Efa mipetrapetraka avokoa ireo fepetra rehetra amin’ny hanatanterahana ny fifaninana handraisana mpianatra vaovao any amin’ireo sekoly fanofanana polisy izay hatao ny sabotsy 27 sy ny alahady 28 febroary 2021 izao. Noho izany dia mampahatsiahy ireo izay nametraka antontan-taratasy handray anjara amin’izany ny avy eo anivon’ny polisim-pirenena. Ho an’ireo mpifaninana ho mpianatra « commissaires » sy « officiers de police » dia any amin’ireo renivohi-paritany teo aloha no hanaovana izany. Ho an’ny mpifaninana ho mpianatra « inspecteurs » sy « agents de police » kosa, isaky ny foibem-paritra ny filaminam-bahoaka no misy ny foibem-panadinana. Mialoha izany anefa dia iangaviana ireo mpiadina  mba hanatona ny sampandraharaha misahana ny fanoratana anarana « Service central du Recrutement » Anosy Antananarivo, na ny Foibem-paritry ny Filaminam-bahoaka « Direction Régionale de la Police Nationale » isam-paritra akaiky azy ny tsirairay avy, manomboka ny sabotsy 13 febroary 2021, mba hijery ny peta-drindrina ahitana ny lisitry ny kandida nahafeno ny fepetra ara-dalàna tamin’ny filatsahana ho mpiadina ka afaka miatrika ny fanadinana. Raha misy fanampim-panazavana tiana ho fantatra dia manatona ny Foibem-paritry ny Filaminam-bahoaka. Ny toerana hanatanterahana ny fanadinana sy ny taratasy fiantsona dia azo anontaniana any amin’ireo Foibem-panadinana hiadinan’ny mpiadina manomboka ny 23 febroary 2021.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Barea : Nicolas Dupuis veut ratisser large !

Ayant fourbi ses armes au Fosa Junior, Veve Ranaivoarison du Five FC semble incontournable pour une place chez les Barea.

Profitant de sa dernière apparition en public, Nicolas Dupuis touche un mot sur la préparation des Barea et de son avenir proche. Il en ressort qu’il va faire appel à quatre ou cinq locaux mais il s’est gardé de dire qu’il va tout de suite en faire son onze de départ.

Nicolas Dupuis tient toujours à Melvin Adrien. Et il l’a encore dit au cours de la conférence de presse avec la direction générale de la CNaPS.

Pas de temps de jeu. « Melvin Adrien reste le numéro Un », a-t-il confié avant d’ajouter que Nina de l’Adema et Mathyas Randriamamy du PSG seront encore dans l’effectif.

Un choix qu’on n’arrive pas à expliquer car Melvin Adrien fait partie de ceux qui n’ont plus un temps de jeu au FC Martigues depuis l’arrivée du portier des Cœlacanthes comoriens, Salim Ben Boina.

Nicolas Dupuis avait pourtant expliqué auparavant qu’il ne pouvait pas compter sur les locaux qui manquaient de compétition.

Maintenant que les choses ont changé et que l’Orange Pro League permet de voir les joueurs en forme du moment comme le gardien de Fosa Juniors, en l’occurrence Fabrice qui est peut-être moins grand que Nina mais qui est doté d’une belle détente verticale et surtout d’un sens du placement et de l’anticipation comme le font les grands gardiens.

Matthyas dans la cour des grands. Parlant des grands gardiens, Matthyas Randriamamy du PSG en a déjà le profil. Logique car il a toujours été dans le groupe des professionnels parisiens du temps de Tuchel et aujourd’hui de Pochettino. Quand on le voit s’entraîner avec Navas sous l’œil du préparateur du gardien, on se dit que le petit a franchi un autre palier.

Quant aux joueurs de champ, Nicolas Dupuis veut faire appel à quelques locaux mais en précisant qu’il s’agit pour lui de trouver des remplaçants au cas où le Covid-19 empêcherait les cadres de venir.

Des roues de secours en somme même si certains joueurs de Pro League mériteraient mieux que les dernières recrues du sélectionneur.

On citera en premier l’intenable Vévé du Five FC, meilleur buteur de ce championnat. La grande satisfaction vient aussi du jeune de 16 ans de l’Ajesaia El Hadari qui a une vista extraordinaire et un sens du but supérieur à la moyenne. Tsito de JET Kintana ou Donga du Fosa et Meulin de Tia Kitra sont des joueurs de qualité.

Le cas Dezy Monstre. Pour citer les révélations, on ne peut pas ignorer la grande classe de Tony, le défenseur central d’Elgeco Plus ou le maître à jouer du Fosa, André.

Bref, il y a de quoi être optimiste.

Mais pour s’en convaincre, Nicolas Dupuis n’a qu’à programmer un match de ses Barea à une équipe entièrement locale. Le public sera alors seul juge pour estimer qui est qui dans toute cette histoire.

On retiendra juste une chose avant le départ du Club M pour les Jeux Africains de Nairobi 1987 quand Dezy Monstre était dans les rangs de la sélection de Tana pour servir de sparring partner au onze malgache. À la fin de la partie sanctionnée par une victoire de Tana et sous la pression du public, l’entraîneur Louis Robson et le staff technique a appelé le joueur devenu plus tard un des meilleurs joueurs du tournoi. Mieux encore, le richissime président du Gor Mahia a tout fait pour avoir Dezy mais la barrière de la langue en a décidé autrement.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Nécessité d’un dialogue entre pouvoir et opposition

Entre opposition et partisans du régime, le dialogue est de plus en plus difficile. On a l’impression que les ponts sont rompus et qu’on se dirige vers un bras de fer dangereux. Les attaques de l’opposition sont de plus en plus précises tandis que le pouvoir se dit sûr de son bon droit et affirme ne craindre aucun projet de déstabilisation. Pour le moment, aucun dialogue n’est possible entre les deux parties.

Nécessité d’un dialogue entre pouvoir et opposition

L’intervention du député Roland Ratsiraka, invité d’une émission spéciale sur la chaine Real TV, fut menée avec un ton particulièrement incisif . Le président du parti MTS, comme à son habitude, n’a pas mâché ses mots. Il s’est exprimé sans retenue, dénonçant les maladresses du régime. C’est en opposant résolu qu’il s’est présenté. Il s’est inquiété de la suite des événements dans le contexte actuel. Le pouvoir, pour le moment, préfère ne pas répliquer et fait montre d’une certaine sérénité. Il sait pouvoir compter sur le savoir-faire et le professionnalisme des forces de sécurité. L’assurance donnée par les différents responsables d’empêcher toute tentative de déstabilisation est un gage donné au pouvoir. Cela ne semble cependant pas mettre un frein aux critiques adressées par les opposants. Leur ton est de plus en plus offensif. La population, quant à elle, reste sur la réserve et écoute avec attention tout ce qui se dit. Le pouvoir essaie de s’attirer les faveurs de l’opinion s’occupant du panier des ménages. La promesse de faire baisser les prix des produits de première nécessité a été faite, mais elle n’est pas encore effective. Cela sera scruté attentivement dans les jours à venir par la population. Mais c’est avec une certaine lucidité que les citoyens soupèsent les arguments des uns et des autres. Le discours véhiculé par les opposants commence à faire son effet. Il est temps pour chaque partie de faire un pas vers l’autre.

 Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

Acte de banditisme : Deux malfaiteurs abattus par les gendarmes

Les gendarmes de la brigade de Tanambe à Amparafaravola ont arrêté deux bandits, la semaine dernière. Les deux individus interpellés sont membres d’un groupe de bandits qui sèment la terreur dans cette localité. Les deux hommes ont été emmenés par les gendarmes vers Morarano pour indiquer le domicile de leurs complices lundi dernier. La même nuit vers 23 heures 30 minutes, à leur arrivée sur le lieu indiqué, les malfaiteurs ont pris la fuite. Les gendarmes ont sommé les fuyards, à haute voix et à maintes reprises, de s’arrêter mais ces derniers ne se sont pas rendus et ont continué leur route. Les limiers étaient donc contraints de faire usage de leurs armes face à l’entêtement des bandits. Deux malfaiteurs ont succombé à l’issue de la fusillade. Selon les informations, particulièrement aguerris, ces bandits n’hésitent pas, dans certains cas, à abattre leurs victimes. Ces malfrats sont domiciliés à Tanambe Atsimondrano, dans le district d’Amparafaravola.

Un autre fait. Une attaque d’une carrière d’or a fait un mort à Ankazomiolona, Miandrivazo. Cette carrière d’or à Ankazomiolona, dans la commune rurale de Dabolava, a été attaquée par des bandits la veille. L’acte de banditisme a été perpétré par sept malfaiteurs armés. Ces derniers étaient munis d’un fusil de chasse et de quelques armes blanches. Durant l’attaque, les malfrats ont fait usage de leurs armes. Un exploitant aurifère a été tué et trois autres grièvement blessés. Trois grammes d’or, quelques ustensiles de cuisine et divers effets vestimentaires ont été dérobés. Les éléments de la garde-Kizo d’Ankiranomena, avec le fokonolona de la localité, se sont rendus sur les lieux pour procéder aux constatations d’usage. Puis, les exploitants blessés ont été évacués d’urgence au CSB II de Dabolava et le corps du défunt remis à sa famille. Les garde-Kizo ont informé par téléphone le commandant de compagnie de Miandrivazo dimanche dernier, vers 16 heures. Une enquête a été ouverte par la gendarmerie. La recherche des renseignements sur les malfaiteurs est en cours. La gendarmerie continue la traque à ce groupe de criminels. Plusieurs localités du pays sont victimes d’actes de banditisme, raison pour laquelle les gendarmes mènent des enquêtes puis procèdent à des arrestations. Ces opérations sont menées dans les villes où sont implantées des circonscriptions de la gendarmerie.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Nouvelles technologies : La gent féminine de plus en plus intéressée par la Science

Les lauréats du concours STEM 2020 durant la remise des certificats à Antaninarenina.

Les femmes se font encore rares dans la science mais des progrès ont été remarqués sur leur intérêt à s’intégrer dans ce domaine. Cet enthousiasme a été remarqué durant le concours organisé par l’Unesco, mettant en avant l’éducation aux STEM.

Des avancées. La parité hommes-femmes dans la science n’est pas encore une réalité, cependant l’engouement de la gent féminine dans ce domaine se fait de plus en plus remarquer. C’est le constat du secrétaire général de la commission nationale (COMNAT) pour l’Unesco, Manda Ravelojaona, à l’occasion de la journée mondiale des femmes et filles des sciences, hier à Antaninarenina. D’après lui, la présence des femmes dans ce secteur est de plus en plus importante car leur pourcentage avoisine actuellement les 39%. De nombreuses femmes commencent également à apporter leur pierre à l’édifice en mathématiques, en physique, en chimie, en biologie, en informatique ou encore dans le domaine astrophysique et spatial. « Nous encourageons les filles à s’intéresser aux Sciences, Technologies, Ingénieries et Mathématiques (STEM). Cette initiative se traduit par la mise en place des clubs STEM dans les lycées au niveau des établissements scolaires publics et privés du pays à Antsinanana, Itasy et Boeny. Les régions bénéficiaires seront encore multipliées », a-t-il souligné

Pour marquer la journée internationale des femmes et des filles scientifiques, un concours de création portant sur le dessin, l’animation et le court métrage a été organisé en amont, c’est-à-dire du 10 décembre 2020 au 15 janvier 2021, sur tout le territoire national. L’objectif étant de susciter l’intérêt de la gent féminine pour le STEM tout en sachant qu’elles sont sous-représentées dans ces quatre disciplines. Ny Aina Ranaivojaona , âgée à peine de 19 ans, est en 4ème année en filière électronique à l’Ecole polytechnique de Vontovorona et a remporté le prix en dessin animé dont le thème portait sur la robotique . Le choix de ce thème est loin d’être fortuit car dès son enfance, elle porte une attention particulière à la science. « Les technologies ne sont pas uniquement réservées aux hommes, il faut casser les stéréotypes classiques. A la fin de mes études, j’envisagerais de travailler dans la médecine électronique et de faire des recherches qui pourraient contribuer au développement de notre pays », a-t-elle indiqué.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Christian Ntsay : « Il faut respecter le choix du peuple »

Christian Ntsay aux côtés des membres de son gouvernement, hier à Ambohijatovo Avaratra.

Le régime veut que l’opposition se fasse mesurer sa force lors d’une élection.

Le Premier ministre veut que l’opposition patiente pour les prochaines échéances électorales si elle veut prendre le pouvoir. Parce que les dés sont déjà jetés et les urnes ont déjà parlé, estime le chef du gouvernement. Il n’est plus temps de fomenter des coups et « il faut respecter le choix du peuple », a-t-il lancé lors du discours à l’occasion de la commémoration de l’assassinat du colonel Richard Ratsimandrava, hier à Ambohijatovo Avaratra. « Le pays a, non seulement, fait le choix démocratique, depuis 2018, mais aussi, choisi la bonne gouvernance et la liberté comme principes », a-t-il martelé.

Pouvoir. L’opposition met la pression sur le régime et fait monter d’un cran la tension politique, et ce depuis qu’elle a organisé le dernier meeting d’Imerinkasinina. Mais le régime ne se laisse pas également faire devant la détermination des partisans de Marc Ravalomanana et de Hery Rajaonarimampianina à faire vaciller le pouvoir. On accuse les opposants d’une velléité manifeste de déstabiliser le régime. Et à plusieurs reprises, depuis janvier, le chef du gouvernement parle de troubles qui sont en train de se tramer et qu’il dénonce avec véhémence.

Mesures. Les forces de l’ordre, quant à elles, sortent également ses griffes et mettent en garde. Hier, en marge de la cérémonie à Ambohijatovo Avaratra, le secrétaire d’Etat en charge de la gendarmerie, Richard Ravalomanana, a promis de prendre « des mesures appropriées contre les fauteurs de troubles ». Et « ceux qui tentent de porter atteinte à l’unité de l’armée » risquent gros, a averti le ministre de la Défense nationale, Richard Rakotonirina. L’armée, d’ailleurs, et dans son histoire, a déjà fait preuve de son « efficacité », a vanté Christian Ntsay. « Grâce aux efforts déployés par les forces de l’ordre, on a pu réduire, depuis 2018, le taux d’insécurité au pays », a souligné le chef du gouvernement.

Cérémonie. Hier a été une occasion pour le gouvernement de célébrer le 46ème anniversaire de l’assassinat du colonel Richard Ratsimandrava. Une cérémonie a eu lieu à Ambohijatovo Avaratra sous l’égide du Premier ministre, Christian Ntsay, avec la présence de certains membres du gouvernement, dont le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, le ministre de la Sécurité publique, Fanomezantsoa Randrianarison. Des parlementaires ont également assisté à ce rendez-vous, dont, entre autres, le vice-président du Sénat, Nicolas Rabemananjara.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Réponse humanitaire dans le sud : 4 milliards d’ariary du gouvernement suisse

L’ambassadeur suisse Chasper Sarott.

Le gouvernement suisse a offert une enveloppe de 4 milliards d’ariary pour appuyer le gouvernement malgache dans le cadre des actions humanitaires menées dans le sud, cette partie de l’île frappée depuis quelques mois par la sécheresse. Cette donation a été officialisée dans le cadre d’une entrevue, hier, entre l’ambassadeur helvète, Chasper Sarott et le ministre des Affaires étrangères, Liva Tehindrazanarivelo. Le gouvernement, avec le Système des Nations Unies et l’équipe Pays Humanitaire, a lancé, le 18 janvier dernier, un appel au don, baptisé « Appel Eclair », afin de faire face à la situation causée par la sécheresse dans le Sud de Madagascar. La moitié de cette enveloppe offerte par la Suisse sera attribuée, selon le ministère des Affaires étrangères, aux programmes gouvernementaux dans les domaines de l’eau et de l’assainissement; et l’autre moitié au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies pour ses activités d’urgence. « On espère, avec notre modeste contribution, pouvoir apporter aussi notre pierre à l’édifice, à faire quelque chose de bien pour le grand Sud de Madagascar», a déclaré l’ambassadeur suisse. Le ministre des Affaires étrangères a, quant à lui, rappelé que « la Suisse a toujours soutenu Madagascar durant les moments difficiles, et que son geste de solidarité est particulièrement apprécié en cette année marquée par le 60e anniversaire de l’établissement des relations bilatérales entre Madagascar et la Suisse ».

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Projet Volobe : CGHV se lance dans les actions RSE

Un engagement volontaire et citoyen. C’est dans cette optique que la société CGHV (Compagnie Générale d’Hydroélectricité de Volobe), chargée de la mise en œuvre du Projet Volobe, a mené les activités de soin gratuit, incluant les consultations et médicaments de première nécessité, la dotation de fournitures de bureau pour la commune rurale d’Ambodilazana et pour le lycée Manara-penitra de la commune rurale de Fanandrana. Rappelons que le projet d’aménagement hydroélectrique de Volobe, en amont, concerne quatre communes rurales du district de Toamasina II dont Fanandrana, Ambodilazana, Satrandroy et Ifito. Malgré leurs potentiels économiques, ces quatre communes rurales restent enclavées et ont des infrastructures de base ne répondant pas aux besoins quotidiens de la population locale comme la route, écoles, centres de santé, eau potable et électricité. « La santé communautaire est encore vulnérable, le taux de scolarisation est encore faible et cette vulnérabilité concerne presque la majorité des populations locales. CGHV confirme son engagement d’être un partenaire pour le développement socio-économique local à travers ses contributions aux différentes actions sociales », ont communiqué les responsables auprès de CGHV.

Très attendu. Outre la dotation de fournitures de bureau pour la commune et le lycée de Fanandrana, la commune d’Ambodilazana en a également bénéficié. Dans cette commune, plus de 500 personnes venant des 11 fonkotany ont été choisies pour cette action sociale « Samy salama tsika jiaby », action sociétale focalisée sur l’amélioration de la santé communautaire. « Avoir un soin gratuit est une aubaine pour nous et permet à la majorité des gens n’ayant pas le moyen de payer les frais médicaux de se faire soigner convenablement. Nous souhaitons la réalisation du projet Volobe II car notre génération en a besoin pour le développement », a affirmé Paul, chef coutumier à Ambodilazana. Pour sa part, Namy Adolphe, maire de la commune d’Ambodilazana a déclaré qu’à travers ses actions, CGHV est considéré comme partenaire et un atout pour sa commune oubliée depuis fort longtemps. « Nous sommes impatients de la concrétisation de ce projet qui va sûrement apporter un changement positif dans notre paysage socio-économique, ne serait-ce que notre possibilité d’avoir accès à l’électricité, la construction de route et de pont pour désenclaver toutes les communes environnantes avec tout son potentiel économique considérable, sans parler de la création d’emploi », a-t-il noté. Bref, les communes aux alentours du projet Volobe espèrent une transformation socio-économique de la région, apportée par la mise en œuvre du projet.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

« Jeu d’échecs pour tous » : Une initiative de l’équipe Lazaret Andasoa

« On n’a jamais que l’âge auquel on a commencé à jouer aux échecs car, après, on cesse de vieillir ».

« Pas d’échec et mat possible avant que le roi soit tombé …La victoire dans une partie d’échecs appartient à celui qui ménage sa monture ». Des devises que les amateurs de jeux d’échecs du quartier Lazaret Andasoa Antsiranana ont inventées pour encourager les jeunes à jouer à ce jeu.

En effet, cela fait déjà quatre ans que ces jeunes se réunissent pour partager leurs expériences dans une maisonnette située au Nord-est de la ville d’Antsiranana. Pour eux, le jeu d’échecs est un outil efficace pour améliorer la compétence. « Le jeu d’échecs a changé le comportement de nombreux d’entre nous », a affirmé Joseph Anjara Christelo, un des membres du club.

Créé vers la fin de l’année 2017, ce petit club à pour objectif de fournir un espace de jeu et d’apprentissage. En outre, il envisage de mettre en œuvre « les échecs pour tous » un programme entrant dans le cadre de la vulgarisation de ce jeu. « C’est pour éviter la délinquance juvénile. Nous avons formé ce cercle pour que les jeunes de notre quartier puissent s’épanouir », a fait savoir Anjara Christelo.

La ville d’Antsiranana regorge d’immenses potentialités. Les jeux d’échecs ne sont pas populaires dans la région même si de grands joueurs de ce cru ont participé à des compétitions. De plus, les compétitions ne sont pas régulières. Ce qui implique l’entrave à la démocratisation de ce jeu. Cependant, depuis un certain temps, il y a un regain d’intérêt au niveau des petites ligues, et des petits tournois sont organisés. Christelo et ses camarades espèrent voir le développement des jeux d’échecs avec la réorganisation des membres de la ligue d’échecs de la ville d’Antsiranana.

Les échecs sont l’un des jeux les plus anciens, les plus intellectuels et les plus culturels qui soient, associant à la fois sport, raisonnement scientifique et aspects artistiques. Ils sont joués dans le monde entier et favorisent l’équité, l’inclusion et le respect mutuel. Ils contribuent pour cela à un climat de tolérance et de compréhension entre les jeunes. Actuellement, le petit club de Lazaret Andasoa est composé de 38 membres, dont huit adolescents et trente adultes.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Deux chansons d’amour les plus internationalisées

Chris Evans (à gauche) et Scarlett Johansson, les deux tourtereaux de « The nanny diaries ».

Se retrouver dans la bande originale d’un film hollywoodien, cela a déjà été fait par un groupe malgache, Tarika, en 2008. Ainsi, les fans de l’actrice Scarlett Johansson l’ont vue évoluer à travers une histoire de la rencontre de deux mondes, celui des riches et des autres dans « The nanny diaries ». Tandis que « Raitra », le tube du groupe Tarika se trouvait aux côtés des « Kadi kadi » d’Ali Farka Touré, « Du jazz dans le ravin » de Serge Gainsbourg » ou encore « Got to give it up » de Marvin Gaye dans le soundtrack. C’est sans doute la chanson d’amour malgache à avoir réussi à aller aussi loin. Dans le domaine de l’amour en chanson, Barijaona, monstre sacré de la musique malgache, a sans doute réussi le plus grand des exploits. Cela grâce à Franck Sinatra, un autre monstre sacré, qui lui a plagié sa chanson « Handeha hilalao ». À la base, ce n’était pas une chanson à l’eau de rose. Résultat : « Something stupid ». Un morceau à la Sinatra qui allait traverser les décennies. Idole du peuple dans les années ’40 et ’60, Barijaona a ensuite porté l’affaire en justice et aurait eu gain de cause. Grâce à ces deux chansons, « Raitra » et « Handeha hilalao », Madagascar a pu faire entendre sa vision de l’amour.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Agro-écologie : Intensification écologique pour une agriculture durable sur les Hautes terres

(photo : Princy)

Cinq organismes comprenant le Laboratoire des radioisotopes de l’Université d’Antananarivo, le Centre national de la recherche appliquée au développement rural, le Fiompiana Fambolena Malagasy Norvezianina, l’Institut de recherche pour le développement, ainsi que le Centre de coopération internationale en recherches agronomiques, ont organisé une journée d’information scientifique sur « l’intensification écologique pour une agriculture durable sur les Hautes terres de Madagascar », hier. L’événement qui s’est tenu au Carlton Anosy avait pour but de faire connaître aux acteurs politiques, bailleurs, et société civile les apports de la recherche scientifique sur les questions de production durable des exploitations agricoles des Hautes terres. C’est ainsi que divers intervenants ont essayé de communiquer les résultats des projets de recherche concernant les voies d’intensification écologique dans les agrosystèmes pluviaux. Le Professeur Pablo Tittonell de l’Université de Groningen (Pays-Bas) a, par exemple, mis en lumière la nécessité d’une intensification écologique pour que l’agriculture puisse s’adapter aux multiples contraintes. Après les diverses explications des experts, les cinq organisations espèrent réussir à éclairer la décision pour soutenir le développement des cultures pluviales et de l’élevage des Hautes terres, basé sur les principes de l’agro-écologie. Ceci serait essentiel pour favoriser la croissance économique, mais aussi pour améliorer la sécurité alimentaire, le bien-être des ménages agricoles, ainsi que la préservation de l’environnement.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi Joli

Ce vendredi, des cabarets sous le signe de l’Amour se tiendront un peu partout à Antananarivo pour le plus grand bonheur de ceux et celles qui ont déjà trouvé les élu(e)s de leurs coeurs.

Guichet fermé pour le cabaret de Samoëla

L’un des chanteurs à texte les plus populaires de Madagascar, Samoëla, se produit ce soir au Food Courts de La City Ivandry lors d’un cabaret. Un événement très attendu par les fans de l’artiste qui, malheureusement, ne pourront pas tous assister à ce fameux concert. En effet, les places ont toutes été vendues en moins d’une semaine. De quoi mesurer la popularité du chanteur.

Soirée avec Njakatiana à l’Espace Dera

Le charismatique Njakatiana sera, lui aussi, de la soirée du vendredi avec un concert à l’Espace Dera Tsiadana. Pour réapprécier les chansons du célèbre chanteur qui va certainement aussi jouer d’un instrument de musique à l’occasion de cette soirée, le rendez-vous est fixé à 21 h.

Le duo Do Rajohnson et Lilie à Ambohimangakely

Figures indissociables des chansons à l’eau de rose, Do Rajohnson et Lilie se produiront ce soir à partir de 19 h à Les Rochers Ambohimangakely. Une programmation spéciale Saint-Valentin.

Angolam-pitia de Fara Kely et Laza à Ambalapaiso

Aux amoureux qui vont se rendre du côté d’Ambalapaiso, le duo Fara Kely et Laza y sont les vedettes d’un cabaret nommé Angolam-pitia, ce soir à partir de 20 h.

Les toiles de Bodo toujours exposés à l’AFT

Sinon, pour ceux qui n’ont pas encore pu visiter l’exposition « Me and Myself, mon autre Moi » de Bodo, l’Alliance Française d’Antananarivo accueille les œuvres de l’artiste jusqu’au 28 février 2021. Notons que la chanteuse retrouvera le micro dès ce samedi au Colisée Ampasanimalo à l’occasion de la Saint-Valentin.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofahavalo : L’exploitation de sable par les Chinois contestée par la population

Mercredi, des habitants de la commune rurale d’Ambatofahavalo se sont réunis au bord de la rivière Sisaony pour contester le projet d’une société Chinois d’exploiter du sable dans cette rivière. Issus du fokontany d’Ankadivoribe-Faravohitra et des deux autres fokontany, ils étaient environ 120 personnes à se rassembler sur les lieux après avoir appris que le maire de cette commune aurait eu l’intention de réunir ses administrés pour convaincre ces derniers d’accepter la réalisation de ce projet de cette société. Ayant été alerté de ces faits, le commandant de brigade de la gendarmerie d’Andoharanofotsy et le chef du poste de la gendarmerie à Ambatofahavalo ainsi qu’une dizaine de gendarmes se sont rendus sur place pour arranger la situation. Pour ce faire, ces deux responsables des forces de l’ordre ont invité le maire à venir sur place. Mais celui-ci n’a pas répondu présent à l’appel en se contentant d’envoyer son adjoint pour le représenter. Les forces de l’ordre ont prié le chef du district d’Antananarivo Atsimondrano de convoquer une réunion d’urgence entre les représentants de la population et les autorités locales ainsi que les responsables de la société chinoise. Cette rencontre a débouché sur la suspension de ce projet d’exploitation. Ainsi, le calme est revenu et les manifestants ont alors été dispersés et aucune bavure ne s’est produite. Quoi qu’il en soit, les habitants d’Ambatofahavalo souhaitent l’arrêt définitif de cette exploitation qui pourrait avoir, selon eux, des conséquences néfastes sur cette rivière.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Jeunes RMDM : Appel au FFKM

Les jeunes du RMDM ont tenu une réunion hier au siège du HVM à Andraharo. Dans leur déclaration, ils ont dénoncé notamment la hausse des prix des PPN, particulièrement celui du riz. Sans parler de la facture de la Jirama et l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain. Toujours dans leur déclaration, ils estiment que l’opposition a le droit de critiquer ce qui ne va pas au pays. Toujours est-il que face à la situation qui prévaut dans la Grande île, les jeunes RMDM vont ainsi jouer le rôle de balise afin qu’il n’y ait pas d’affrontement entre le peuple et les dirigeants. A cet effet, ils lancent un appel à l’endroit du FFKM et des associations cultuelles (Fiangonana zandriny) à assumer leur responsabilité.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Jain, celle qui a mis au monde « Zanaka »

La pochette de l’album Zanaka de chanteuse Jain.

« Zanaka » : un mot malgache qui continue de faire le tour du monde grâce à la chanteuse et beatmaker mondialement connue Jain.

Jeanne Galice, de son vrai nom, a en effet décidé de nommer son premier album sorti en novembre 2015 : Zanaka. Depuis, son enfant musical est devenu un succès planétaire, certifié Disque d’or en février 2016, et nommé aux Victoires de la musique dans la catégorie « Album révélation ». Aujourd’hui encore, des singles tirés de l’album comme Makeba et Come sont toujours diffusés à la radio, à la télévision, dans les jeux vidéo, et dans les spots publicitaires. Mais pourquoi Zanaka ? En effet, la chanteuse a des origines malgaches par son grand-père maternel. C’est donc un clin d’œil aux origines métissées de la mère de Jain.

Métissage. Mais pour en revenir au parcours de la chanteuse, elle est née le 07 février 1992 à Toulouse. En raison de la carrière de son père, la jeune fille a fait ses écoles un peu partout dans le monde, de Pau à Toulouse, en passant par Dubaï, Congo ou encore Abu-Dhabi. Très jeune, elle a appris les percussions arabes avant de découvrir le beatmaking au Congo-Brazzaville. Ensuite, tout s’enchaîne très vite. La jeune chanteuse se fait repérer par Yodelice grâce à des maquettes qu’elle a publiées sur Myspace. Ce qui l’amènera à rencontrer ce dernier à Paris lorsqu’elle intègre l’école préparatoire en art. Et depuis, la machine est lancée. La jeune fille démontrant un talent fou dans la composition de chansons, dans la programmation, mais aussi dans la création graphique ; son succès semble couler de source. Française sur le papier, mais fruit du métissage de plusieurs cultures, Jain chante essentiellement en anglais sur Zanaka, un peu comme l’un de ses groupes préférés : The Do. Aussi, sa musique n’a-t-elle pas eu de peine à traverser les frontières. Son titre Come a même obtenu un disque d’or en Pologne.

Aujourd’hui, Zanaka a cinq ans et quelques mois. La chanteuse a sorti un second album baptisé Souldier en août 2018. La suite de la carrière de la chanteuse s’annonce encore plus riche que ce qu’elle a déjà accompli jusqu’ici.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Antaninandro sy ny manodidina : Taxibe 47 tratran’ny pôlisy tsy nanara-dalana

Mitohy hatrany ny hetsika ho fisorohana ny lozam-pifamoivoizana sy ny ady amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina Covid-19 ataon’ny eo anivon’ny pôlisim-pirenana. Fitsirihana sy fidinana ifotony izay tanterahan’ireo kaomisarian’ny boriborintany miisa valo eto an-drenivohitra. Ho an’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo monja dia fantatra, araka ny fampitam-baovao azo avy amin’izy ireo fa maromaro ihany ireo fiara, fiara fitateram-bahoaka sy ireo kodiaran-droa no tratran’izy ireo tsy nanara-dalana, ary nomena ny sazy sahaza azy. Nanomboka hatrany Mahazo, nitohy hatrany Behoririka sy ny manodidina, dia voamarika fa fitateram-bahoaka nanodidina ny 47 no voasakana. Voalaza fa misy ireo resevera tsy manao « visiere » akory na zara raha mitondra izany fitaovana izany. Ao ireo tsy manana « gel » sy ny maro samihafa. Ankoatra azy ireo dia nisy tamin’ireo mpandeha ihany koa no zary manao antsirambina ny fiarovana tokony hipetraka tsara eny amin’ny tavany, hany ka tsy maintsy nampidinina ary nampanaovina asa iombonana. Nisy enina izy ireo, raha ny vaovao voaray hatrany.

Raha izay no mikasika ny fisorohana ny fiparitahan’ny valan’aretina, misy amin’ireo fiara mivezivezy eny amin’ny lalana eny ihany koa no tsy tomombana ara-teknika, izay atahorana hampisy lozam-pifamoivoizana. Araka izany, ny jiron’ireny fitaovam-pitanterana mivezivezy amin’ny alina ireny no tena tsirihan’ireo pôlisy ary nomena sazy izay tratra sy nasaina nanamboatra izany zavatra tsy mety, izay mety hitera-doza izany. Teo amin’ny lafiny fiara dia nahatratra teo amin’ny 21 isa teo izy ireo no voasakana. Nisy moa ireo nahavita nanamboatra ny azy teo no ho eo ihany ka nalefa nandeha. Teo amin’ny sehatry ny kodiaran-droa indray dia nahatratra 24 ireo tratra tsy nanara-dalàna tanteraka amin’ny fitondràna azy ireny. Niisa 17, hoy ny pôlisy, ireo tratra tsy nanao aroloha ary fito kosa ireo tsy manana jiro tomombana kanefa mandeha alina. Vao herinandro vitsy lasa izay no nanao ranolava tokoa ny lozam-pifamoivoizana teto an-drenivohitra, indrindra moa fa amin’ny alina. Antony iray, nahatonga ity hetsika ataon’ny pôlisy ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la Covid-19 : De nouvelles stratégies pour affronter la saison d’hiver

Cette coopération s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la Covid-19

Vigilance renforcée. C’est ce que le ministre de la Santé publique, le Pr Hanitrala Jean Louis Rakotovao, souhaite faire comprendre face aux inquiétudes des observateurs concernant une éventuelle apparition d’une souche mutante de la Covid-19 dans le pays. C’est durant la cérémonie de dotation de fournitures médicales et de tests PCR par le gouvernement fédéral d’Allemagne par le biais de la coopération internationale allemande (GIZ) qu’il a tenu à rassurer que le ministère élabore déjà de nouvelles stratégies pour affronter l’hiver. Selon lui, certains virus se développent plus facilement en saison hivernale et c’est le cas pour cette pandémie. Cette stratégie se traduit entre autres par la pré-disposition d’équipements ainsi que la prise en charge rapide des cas qu’ils soient suspects ou confirmés. « Il semble que ce virus est largement plus infectieux et beaucoup plus dangereux que la souche précédente, d’après les analyses qui ont été avancées sur le sujet. Cependant, il n’y a aucune grande différence entre la prise en charge des malades touchés par la souche mutante et la précédente souche. Pour Madagascar, une attention particulière sera portée sur la prise en charge des cas suspects, idem pour les investigations concernant les cas contacts », a-t-il rassuré.

Concernant cette coopération avec GIZ, les dons remis au ministère de la Santé concernent la prise en charge et la prévention de la Covid-19. Il y a entre autres dix concentrateurs d’oxygènes, 50 000 masques FFP2, 2 000 blouses, 1 000 gants et 36 000 tests PCR. Ces équipements seront destinés aux professionnels de santé ainsi qu’aux malades au niveau des centres hospitaliers. Le Pr Hanitrala Jean Louis Rakotovao n’a pas oublié d’encourager le personnel médical dans cette lutte contre cet ennemi invisible.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Ruelle Tsimialonjafy Mahamasina : 17 millions d’ariary pour sa réhabilitation

Réhabilitation de la ruelle à Tsimialonjafy Mahamasina.

La ruelle qui dessert le Fokontany de Tsimialonjafy Mahamasina n’a fait l’objet de la moindre réhabilitation, depuis 20 ans, à tel point qu’elle est devenue presque impraticable. Selon le président du Fokontany, Parany Joel Randrianasolo, bon nombre d’enfants et de personnes âgées ont été victimes d’accidents à cause de l’état lamentable de cette ruelle. Toujours d’après ce chef de Fokontany, une société privée a octroyé 17 millions d’ariary pour sa réhabilitation. Notons que les travaux ont débuté le 10 février dernier et dureront un mois sur une longueur de 150 m. Une initiative qui a été bien accueillie par les habitants de ce quartier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Concours : Margherita Davico participe à The Voice

Margherita Davico, une belle voix dans une belle plastique.(photos : Margherita Davico)

Née à Antananarivo et âgée de 21 ans maintenant, Margherita Davico sera, samedi prochain, dans l’audition à l’aveugle de « The Voice » sur la chaîne TF1. Ce n’est pas sa première participation à un concours de ce genre. On l’avait déjà vue à la télé tananarivienne dans des compétitions de chant organisées par des stations de télévision privée. Margherita réalise enfin son rêve d’enfant, participer à « The Voice », qu’elle regardait alors pour la première fois à la télévision quand elle avait 12 ans. En 2015, elle avait déjà tenté sa chance mais sans succès. Cette fois, avec la maturité sans doute, elle a réussi son coup. La musique semble couler dans ses veines. Elle est la nièce du côté de sa mère de la sulfureuse chanteuse L. Saphira, son morceau « Malahelo » a eu un succès mitigé. Margherita Davico vit à Poitiers en France.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football-D1 Analamanga : Seize clubs en lice

Seize clubs en lice. Le championnat d’Analamanga de football première division, édition 2021, débutera ce week-end. Il n’y aura pas de course de solidarité pour la célébration de l’ouverture de la saison comme chaque année en raison de cette épidémie de Covid-19. Les hostilités seront tout de suite ouvertes avec les huit matchs programmés pour la première journée à Carion. En effet, le nombre des équipes engagées passe à 16 pour cette année. Elles sont issues de la section Tana-ville, Atsimondrano, Ambohidratrimo et Manjakandriana. Ainsi, elles seront départagées en deux poules. Au terme de la phase des éliminatoires qui se déroule jusqu’à fin mars, les quatre meilleures équipes de chaque poule seront qualifiées pour une phase éliminatoire directe, qui débutera par les quarts de finale. Les deux dernières équipes du classement seront condamnées à être reléguées, tandis que les finalistes représenteront la ligue Analamanga au championnat national deuxième division. « En effet, la phase des éliminatoires est considérée comme étant un tournoi inter-sections et s’étalera sur sept journées. On a changé cette formule puisque le calendrier des sections a été chamboulé par la pandémie. Cependant, les huit équipes qui disputeront le vrai championnat Analamanga seront connues à l’issue de cette compétition », a précisé Avotra Razadrindrakoto, secrétaire général de la ligue. Pour rappel, l’Uscafoot et le Five FC étaient les champions lors de la précédente saison, si aucun des clubs n’a été relégué.

Manjato Razafy

Tous les programmes:

Samedi 13/02/21

08:30 : Cospn contre Fc Nhisi

10:30: Mi 20 contre Fc Toulouse

12:30: Asct contre Buffalo Fc

14:30: Cf Tfc contre Ami Fc

Dimanche 14/02/21

08:30: Assm contre Cosfa Espoir

10:30: Cffa contre Disciples Fc

12:30: Ffam contre Kinga Sport

14:30: Net Foot contre Uscaf Pro

Midi Madagasikara0 partages

Soamahamanina : Deux blessés graves dans un accident de moto

Mercredi matin, un motard et un piéton ont été blessés dans un accident survenu sur la RN1, au niveau du fokontany et commune Soamahamanina, dans le district de Miarinarivo (PK 69+300). Une moto routière de marque France Rider roulant normalement en direction de Miarinarivo a fauché un piéton de 68 ans qui marchait sur son côté droit sur la chaussée après avoir esquivé un camion qui l’avait soudainement croisé dans un virage. La violence du choc a blessé le piéton et le motard. Evacués d’urgence au centre de santé de base de la localité, les deux individus ont été transférés au centre hospitalier de référence régionale de Miarinarivo à cause de la gravité de leurs blessures. Ce qui est révoltant dans ce drame est que c’est l’imprudence du conducteur du camion qui a provoqué cet accident.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tombola Materauto : Les gagnants des sites d’achat

Les gagnants de la deuxième vague de la tombola Materauto.

Rideau sur la tombola Materauto. Après le tirage et la distribution des lots au niveau des centres Quick Lane, c’était hier, au tour des sites d’achat. Le tirage pour cette deuxième catégorie a fait sortir trois heureux gagnants. En l’occurrence, l’Association Européenne pour l’Etude et la Conservation des Lémurs (AEECL), un client de l’Atelier Materauto qui a gagné le premier lot, c’est-à-dire une Ford Ecosport. Le deuxième lot, en l’occurrence une télé écran plat est revenue à Andrianiaina Noel, client de Bosch Car Service. Enfin, Andrianoarimanana Lanja, un autre client de Bosch Car Service est rentré avec un Smartphone. On rappelle qu’il suffisait de faire un achat d’une valeur de 120 000 ariary pour jouer à cette tombola. Bosch Car Service est un site d’entretien d’automobiles multimarques avec des services et produits de la marque Premium.

R.Edmond.