Les actualités à Madagascar du Mercredi 12 Février 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara30 partages

Escroquerie et usurpation de fonction : Fleury Rakotomalala condamné à cinq ans de prison et 220 million...

Cinq ans d’emprisonnement ferme assorti d’une amende de 1 million d’Ariary et de 220 millions Ariary de dommages-intérêts. C’est la peine que le tribunal de première instance d’Antananarivo a prononcé hier contre Fleury Rakotomalala. L’ancien candidat à la Présidentielle a été jugé par contumace sur l’affaire qui l’opposait à la Société Madagascar Maintenance Pétrolière BTP (MMP BTP). Il a été reconnu coupable pour plusieurs chefs d’inculpations, à savoir, escroquerie, complicité d’escroquerie, usurpation de fonction et faux en écriture de commerce. Par ailleurs, un mandat d’arrêt a été prononcé à l’audience à l’encontre de Fleury Rakotomalala. Son épouse, Rasolomanana Faneva Kezia quant à elle, a également été condamnée à une peine de trois ans de prison avec sursis. Fleury Rakotomalala ne résidant pas à Madagascar, la Justice malgache a entamé une procédure de demande de coopération judiciaire avec la France, son pays d’exil, en vue de réclamer l’exécution de cette décision de Justice.

Figure politique. D’après les explications, l’intéressé pourrait purger sa peine en France dans la mesure où il possède la nationalité française. Ceci dépend toutefois de l’accord que pourrait trouver les deux pays. Pour revenir aux faits : la Société Madagascar Maintenance Pétrolière BTP, une société privée, accuse cette figure politique d’avoir escroqué une somme de 197.050.000 ariary. L’affaire remonte à 2017. Fleury Rakotomalala se serait présenté aux bureaux de ladite Société, en tant que Directeur général de la société JACO, pour louer deux engins de travaux publics en vue de la réalisation, à l’époque, du projet de déroctage et d’évacuation de déblais rocheux au By-Pass, relatif au marché de terrassement du chantier « Gare routière Fisandratana ». MMP BTP est une société spécialisée dans la location de divers engins de travaux publics. Un contrat de location a été établi entre les deux parties le 20 février 2017. Le 3 avril de la même année, un avenant a été établi pour la location de deux autres engins.

Exil en France. Les travaux ayant été réalisés, MMP BTP a communiqué à Fleury Rakotomalala, le 25 septembre 2017, les factures qu’il devait payer. Le décompte final a démontré un solde impayé de 197.050.000 Ariary, assorti de deux traites retournées impayées par la banque. La société JACO de Fleury Rakotomalala n’a donné aucune suite aux nombreuses lettres de relance que MMP BTP a envoyées à l’adresse de son siège sociale. Plus tard, on a constaté que la société JACO avait définitivement fermé ses portes, et que son Directeur général, Fleury Rakotomalala, avait quitté le territoire malgache pour s’exiler en France. En outre, après vérification, on a découvert qu’aucune société dénommée JACO n’a été enregistrée auprès du Registre du commerce et des sociétés d’Antananarivo. L’ex-candidat à la Présidentielle a donc utilisé le nom d’une entreprise fictive pour avoir les engins. MMP BTP a ainsi décidé de saisir la Justice. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara14 partages

Majunga cache un patrimoine méconnu

La maison Eiffel, caché derrière de nouvelles constructions, est un patrimoine culturel et national qui tombe, hélas, en ruine!

Dans la jolie cité des Fleurs, Majunga, les vacances sentent bon le soleil, la mer et les brochettes. Majunga reste l’une des villes les plus prisées des vacanciers. Une période qui, chaque année, fait le grand bonheur des opérateurs touristiques locaux. Paradoxalement, Majunga souffre d’un intérêt plutôt moyen quant aux touristes internationaux, qui se tournent plus souvent vers la région Nord de l’île. Et pourtant, Majunga a bien plus que le soleil et la mer à offrir. Cette ville renferme des lieux historiques, un patrimoine aussi connu que la Dame de Fer à Paris, et jouit d’une cohabitation pacifique entre les peuples de différentes religions. Visite guidée dans cette ville qui cache un véritable patrimoine.

Une bâtisse signée « Eiffel » en pleine ville

Dans la ville de Majunga, non loin du fameux « bord », se cache derrière des maisons modernes, un vrai trésor. Une grande bâtisse laissée en abandon, recouverte de plantes grimpantes qui semblent vouloir la protéger de toute attaque externe, raconte une belle histoire. Cette maison coloniale, aujourd’hui habitée par quelques familles, est fragile. Son architecture rappelle ces constructions coloniales sous les tropiques, où chaque détail est peaufiné. Elle a deux étages, chacun avec une petite véranda, longeant tous les logements. Deux escaliers en métal joliment sculptés mènent vers les étages. Aujourd’hui rosies par la rouille, ces barres de fer semblent fragiles. On n’a presque pas envie de les monter, tant le poids du corps pourrait les faire craquer. A première vue, il ne s’agit pas d’une villa, ni d’un pied à terre d’un quelconque  « Monsieur » anobli fuyant le froid de l’hiver européen. En réalité, il s’agit du foyer des militaires français du temps de la colonisation. Et cette bâtisse a été construite par le bureau d’architecture de Gustave Eiffel, celui-là même qui a construit la Tour Eiffel à Paris.

Malheureusement, cachée derrière des maisons modernes, et totalement laissée à l’abandon, on a du mal à la remarquer. Ce véritable patrimoine qui pourrait faire la fierté de la ville, et même du pays, n’est pas mise en valeur. Pour la trouver, et même connaître son histoire, il faut un guide touristique, et lui demander ce petit tour. Les guides locaux ne sont pas avares de mots, et sont même très affectés par l’état de la bâtisse. Car seuls les locataires actuels s’occupent un peu de la rendre encore habitable, vu que visiblement, ils ne peuvent pas faire plus. Ce genre de patrimoine, ailleurs dans les pays où la culture tient une place importante dans le développement du pays, aurait été réhabilité, tout en respectant tous les matériaux de la maison, et en gardant son architecture d’origine, pour qu’elle puisse demeurer un patrimoine historique.

D’ailleurs, cette bâtisse n’est pas la seule construction faite par les bureaux de Gustave Eiffel à Madagascar. Il y a aussi le pont Kamoro, qui a d’ailleurs été laissé tel quel, afin de ne pas dénaturer ce patrimoine. Il y a aussi le phare de Katsepy ainsi que le Bazar Be. Autant de patrimoines de l’histoire qui pourraient valoriser le tourisme majungais, car trop peu connaissent ces histoires.

Gustave Eiffel a commencé la construction de la Tour Eiffel en janvier 1887. La Dame de Fer, qui compte 18 000 pièces assemblées par 2,5 millions de rivets, a été achevée au bout de 26 mois. Elle trône aujourd’hui à Paris et fait la fierté de toute une Nation. Gustave Eiffel a construit d’autres monuments historiques: en 1882, il conçoit avec son équipe la structure de la statue de la Liberté de New York. ll a également construit le viaduc de Porto, en 1876 au Portugal.

La majestueuse cathédrale qui trône en pleine ville.

Cohabitation religieuse pacifique

Une des singularités de la ville de Majunga est sa multitude de peuples d’origines diverses, mais surtout de diverses religions, qui vivent et cohabitent en toute sérénité. Dans l’ouvrage “Les Comoriens à Majunga. Histoire, migrations, émeutes”, Etudes océan indien, n°38-39, 2007, l’auteur souligne même que « Dans les années soixante, Majunga est, avec 30 000 Comoriens, la première ville comorienne au monde ».  Ce passage de l’histoire explique sans doute l’influence très présente de la culture comorienne dans la ville de Majunga. Non loin de la mairie, dans le quartier de Mahabibo, se dresse la grande mosquée comorienne, longtemps destinée aux ressortissants comoriens, et interdite aux femmes. Aujourd’hui, elle est ouverte à tous les pratiquants musulmans, mais ne comporte toujours pas de salle de prière pour les femmes. Ces dernières, pour leurs prières, peuvent aller à la mosquée du Zoma (ou mosquée du vendredi), qui accueille les hommes et les femmes, mais dans des salles de prière séparées. Une bonne partie de la population majungaise est musulmane, ce qui explique le peu d’endroit où l’on cuisine du porc dans la ville. Mais cela n’empêche pas la cohabitation avec les chrétiens.

La grande cathédrale qui trône en ville, non loin des bureaux de la poste, montre l’engouement et la ferveur du christianisme dans cette ville. La pose de la première pierre de cette cathédrale s’est faite durant la deuxième guerre mondiale. Depuis, elle accueille les pratiquants catholiques, et se démarque par sa messe en français tous les samedis après-midi. Son architecture qui domine la ville reflète également sa richesse, en terme de patrimoine historique. Outre cette grande cathédrale, d’autres églises chrétiennes accueillent les chrétiens dans les divers quartiers de la ville.

Des chrétiens qui sont parfois divisés entre la religion chrétienne et les traditions coutumières, car beaucoup de Malgaches restent des animistes. Il n’est pas rare, à Majunga comme dans d’autres régions de Madagascar, de rencontrer des fervents animistes qui vouent le culte de la nature et des ancêtres. A Majunga, le Fanompoambe est le plus grand rendez-vous des animistes qui pratiquent cette culture et religion coutumière. Il s’agit de la cérémonie du bain des Reliques Royales des Sakalava du Boina, dont celles du roi Andriamisara. Selon ces croyances, les ancêtres, dont le Roi Andriamisara, sont considérés comme les intercesseurs entre Dieu et les hommes, et vénérés comme tels. Durant cette cérémonie, les reliques sont baignées dans le sang de zébus spécialement choisis. Elles ne regagneront leur place qu’après avoir fait sept fois le tour du lieu sacré. Après cette grande cérémonie, et lorsqu’il n’y a aucun incident, les pratiquants peuvent demander et amener leurs offrandes auprès des Doany satellites. Les Doany sont des lieux sacrés, souvent des grands arbres qui peuvent durer des siècles, et se reconnaissent par des toiles en rouge et en blanc qui enlace le tronc de l’arbre. Ces lieux hautement sacrés sont respectés par les populations.

Eric Petitjean, co-gérant de Coco Lodge,  explique le développement d’un tourisme d’affaire à Mahajanga

Un tourisme d’affaires qui se développe

Si le pic d’affluence se fait durant les vacances scolaires, notamment les grandes vacances, les opérateurs touristiques de la ville de Majunga se démènent pour que les touristes se ruent vers eux durant les autres mois de l’année. Ainsi, depuis quelques temps, les opérateurs hôteliers se tournent vers un nouveau business, le tourisme d’affaire. En effet, quoi de plus motivant que de se réunir sous le soleil, ou de manger des fruits de mer frais en pause déjeuner. Aujourd’hui, les opérateurs touristiques ajoutent à leurs cartes cette nouvelle option, qui semble plaire à plus d’un. Eric Petitjean, co-gérant de l’hôtel 3 étoiles Coco Lodge, explique. « Avec nos suites et nos chambres, et surtout grâce à notre Chef qui a créé une carte variée allant du plat malagasy aux spécialités françaises, en passant par la cuisine libanaise, nous avons mis en place une nouvelle offre que nous adressons particulièrement aux entreprises et aux organismes internationaux. Il s’agit d’une organisation de conférences avec des prestations clés en main, où nous proposons des salles équipées avec vidéo-projecteur, internet très haut débit permettant de faire des conf-call internationaux, et des pensions complètes incluant les pauses-café et les pauses-déjeuners. Cette nouvelle activité a le vent en poupe, car nous veillons à ce que les participants ne manquent de rien. Avec la piscine pour la détente et les chambres où internet est accessible à tout moment et partout, nous leur donnant la possibilité de travailler tout en profitant du bleu de la piscine et du soleil. Aujourd’hui, pas mal d’ONGs et d’entreprises réservent nos chambres et nos services pour leurs conférences ». Un moyen donc d’attirer de la clientèle durant les basses saisons où la ville reste calme et silencieuse. « En plus de ces conférences clés en main, nous continuons à proposer des piques-niques et des visites de sites touristiques à nos clients. Avec la mise en place de notre tour opérateur, nous nous faisons un plaisir de faire découvrir les trésors de la région. Et cela, avec nos chauffeurs guides », continue-t-il. Majunga a effectivement beaucoup à offrir, et les opérateurs touristiques doivent sans cesse proposer de nouvelles idées pour attirer les touristes, vacanciers ou missionnaires.

Eric Razafy Maitra, gérant de MalagasyCar, développant l’opportunité offerte par ce tourisme d’affaire en matière de transport.

Le transport s’aligne sur ces impératifs de qualité

Ce tourisme qui se tourne petit à petit, mais à grands pas, vers les organismes et entreprises qui effectuent leurs ateliers et conférences vers Mahajanga, est une opportunité que les opérateurs touristiques ont saisi. Si côté accueil les hôteliers s’adaptent, côté logistique et transport, on s’y met aussi. Riche de ses 18 années d’expérience, Eric Razafy Maitra, gérant de MalagasyCar, y met tous ses efforts pour répondre à une demande en constante augmentation. « Notre vision a été d’offrir des prestations entre le taxi-brousse et les services dans les avions. Et cela semble avoir été adopté par les clients, car ils ont adoré, et nos chiffres ont augmenté au fil des années. Il y a les étrangers, mais aussi, et de plus en plus, des employés de grandes entreprises, d’ONGs et de clients qui ont des activités sur Mahajanga ont fait confiance en nous », explique-t-il. En quelques années, cette clientèle s’est développée, et elle permet à l’entreprise de maintenir ses bénéfices, car désormais, en pleine saison de vacances, où les vacanciers sont les principales cibles de ces entreprises de transport, comme en basse saison, les véhicules sont pleins tous les jours. « La qualité est notre maître-mot. Offrir une prestation de qualité et être ponctuel dans les horaires, c’est très important », dit-il. « A cela s’ajoute la location de voiture, à Tana comme à Mahajanga », ajoute-t-il, une prestation utile sinon essentielle pour ces employés d’entreprises et d’ONGs qui préfèrent la Cité des Fleurs pour tous ces services qu’elle offre.

Dossier réalisé par Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara4 partages

Coronavirus : Menace grave, état d’alerte lancé

Bien qu’il n’y ait pas encore de cas vérifié de coronavirus à Madagascar, on ne peut pas s’empêcher d’éprouver une certaine crainte. On sait que deux personnes hospitalisées au CHU  d’ Anosiala ont éveillé les soupçons des médecins. Le doute a été levé cependant  pour l’une d’entre elles, l’autre continuant d’ être examinée. Aujourd’hui, on ne peut donc être sûr de rien. Le nombre de victimes en Chine dépassant le millier, la déclaration de l’OMS qui qualifie le coronavirus de « grave menace » sonne comme un avertissement. L’état d’alerte est lancé  si on se réfère  aux termes employés, il faut s’attendre au pire.. A Madagascar,  on renforce les mesures de prévention, mais cela ne nous met pas  totalement à l’abri de la contamination de ce virus qui peut se jouer des frontières.

Coronavirus : Menace grave, état d’alerte lancé

Les autorités chinoises ont multiplié les mesures pour empêcher la propagation du coronavirus.  Elles sont drastiques et  la population a suivi les directives sans rechigner. Le chef de l’Etat a montré son implication dans la lutte contre ce fléau, en venant visiter les centres de santé où sont hospitalisées les personnes contaminées. L’attitude est louable, mais elle  s’apparente plutôt à de la communication.  La réalité est en train de s’imposer et les efforts déployés ont peut-être freiné la propagation. Ils ne  l’ont pas stoppée.  Le nombre de personnes contaminées et de victimes augmentent de jour en jour. La contagion n’est pas circonscrite à la Chine. On s’aperçoit que  le virus, malgré toutes les précautions prises, a franchi les frontières chinoises et arrivent dans certains  pays. Les chercheurs des laboratoires du monde entier sont en train de chercher le remède ou le vaccin qui mettra l’homme à l’abri de cette maladie. Pour le moment, cependant, on ne peut que dresser des barrières aux frontières. Madagascar est une île, mais elle ne peut pas s’isoler, et toutes les précautions   prises ne peuvent pas prémunir  les Malgaches de tous les risques de contamination. La menace existe et il faut rester sur ses gardes.

Patrice RABE

Midi Madagasikara3 partages

Affaire « Tandra » : Fins de poursuite pour l’orateur

L’affaire opposant un magistrat et un orateur a beaucoup préoccupé les esprits ces derniers temps. Elle a été sur toutes les lèvres depuis la semaine dernière. Le procès d’hier a connu une affluence inattendue puisque des gens sont venus par curiosité, pour voir les deux parties en conflit. Si la partie civile n’a pas osé pointer le nez, l’orateur quant à lui était présent. Quelques-uns de ses collègues l’ont assisté et aussi les membres de sa famille. Le tribunal correctionnel n’a pas attendu longtemps pour prononcer le verdict. Le tribunal renvoie le prévenu à des fins de poursuite. Autrement dit, l’affaire s’arrête là et le prévenu relaxé. La joie s’est lue sur les visages des amis et proches de José William Raharison. Il peut maintenant dormir sur ses lauriers après ce combat fatiguant d’un mois et demie. C’était le 14 décembre de l’année dernière que l’orateur a été arrêté en pleine cérémonie des fiançailles à Alarobia-Amboniloha. Son allocution qui ne visait personne et prononcée de manière satirique, a gêné une personne parmi l’assistance. « Manatrika eto ny ray aman-dreny tena manja, fa ny tarehiny aza voaravaka tandra », traduit librement par : « Des parents très élégants sont venus assister à cet événement, et même leurs visages sont décorés de grains de beauté », c’était le passage de ses paroles qui fut la genèse du conflit avec un magistrat, parmi les invités. Ce dernier a réquisitionné la police qui était venue sans ménagement pour l’arrêter. Deux jours de garde à vue suivi d’un déferrement au Parquet. Durant ces procédures, la partie civile n’a accepté toutes formes de règlement à l’amiable. Il n’a pas voulu écouter. Durant sa libération provisoire en attendant le jour d’audience, l’orateur n’a pas croisé les bras. Il a brisé son silence pour médiatiser l’affaire. Depuis, le litige a pris un tout autre tournant car il a acquis l’opinion publique. L’abus de pouvoir du magistrat a été fortement dénoncé par le public. D’autres points de vue trouvent par contre qu’il est temps de réviser les formules satiriques qui outrepassent l’art du « kabary » d’antan. Dans les deux cas, beaucoup trouvent une affaire du genre qui n’a pas mérité d’être traînée devant la justice.

D.R

Midi Madagasikara3 partages

Epidémie : Qui sont les plus vulnérables face au nouveau coronavirus ? 

Les malades affectés par le nouveau coronavirus sont pris en charge suivant un protocole de protection extrêmement strict pour protéger les soignants et le reste de l’entourage.

Tous égaux face au coronavirus apparu en Chine ? Faux. Le nouveau coronavirus 2019-nCoV ne touche pas tout le monde de la même manière. 

Les plus vulnérables sont les immunodéprimés, autrement dit, dont les organismes présentent un déficit immunitaire. En font partie les personnes souffrant de maladie chronique, de problèmes respiratoires ou cardiovasculaires, de diabète, ou d’autres maladies qui fragilisent le système immunitaire tel le sida ou encore le cancer. Les patients convalescents, ayant subi très récemment certains types de chirurgie, sont également concernés. Les personnes âgées figurent également parmi les personnes plus fragiles face au nouveau coronavirus.

Contamination. Pour être contaminé, selon les explications, il faut un contact étroit avec une personne malade. Les situations à risque sont le fait de vivre au même endroit qu’un malade, discuter avec un porteur du virus à moins d’un mètre, voyager dans un espace peu aéré. La transmission est majoritairement aérienne, par les gouttelettes de salive, lors d’une toux ou d’un éternuement, mais aussi lorsqu’une personne porteuse du virus crache. Vulnérables ou pas, le meilleur comportement à adopter est de se laver les mains aussi régulièrement que possible ; d’éviter de toucher des surfaces contaminées et de se toucher ou se frotter les yeux, le nez ou la bouche. Une transmission fécale serait également possible dans la mesure où des traces de virus ont été retrouvées dans les selles de certains malades traités.

D’après des derniers constats des experts, le nouveau coronavirus à l’origine de l’épidémie actuelle pourrait incuber au-delà des 14 jours estimés au départ, comme pour d’autres types de coronavirus. Les scientifiques tablent sur une possibilité d’incubation pouvant s’étaler jusqu’à plusieurs jours de plus.

Pic atteint ? Pour rappel, l’épidémie du nouveau coronavirus a franchi hier 11 février, la barre des 1000 morts – dont 103 en 24 heures – et des 42.500 personnes contaminées. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le nombre de contaminations enregistrées quotidiennement en Chine continentale commence à se stabiliser, mais toutes les conditions ne sont pas encore réunies pour affirmer que le pic de l’épidémie a été atteint, ou dépassé. Il va encore falloir quelques jours de plus pour pouvoir avancer que la baisse commence à s’amorcer en Chine. En revanche, l’OMS craint une progression accrue de l’épidémie hors de la Chine.

Recueillis par Hanitra R.

Madagate3 partages

Madagascar paiement électronique. Quel est le rôle exact de Hery Rajaonson?

Me suis-je trompé d'époque étant donné que la transparence dans les marchés publics dans l'intérêt du peuple malgache” n'est toujours pas de mise ? A se demander si c'est toujours Hery Rajaonarimampianina qui dirige la Grande île de l'océan Indien, en ce début d'année 2020. Voyez vous-mêmes et que ceux qui se sentent morveux se mouchent vraiment car, en matière de système de paiement électronique au niveau de l'administrations, personne n'a jamais entendu parler d'offre d'appel incontournable en matière de marché public. Mais, encore un fois, me suis-trompé d'époque? Lisez!

La République de Madagascar

(Autorité concédante)

PANGEA-IT Ltd

(TITULAIRE)

CONVENTION de PARTENARIAT POUR LA MISE EN PLACE D'UN SYSTÈME DE PAIEMENT ÉLECTRONIQUE SÉCURISÉ

Entre LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR, représentée par le Ministre en charge de l'Economie et des Finances, (ci-après désignée l'“Autorité Concédante”),

d'une part,

et

PANGEA-IT Ltd, dont le siège social est Israël, 1 Sapir st. Erzliya, représentée par Rafi KAMINER (ci-après désignée le “Titulaire”).

d'autre part.

L'Autorité Concédante et le Titulaire sont individuellement désignés une Partie et Ensemble les Parties.

Chaque terme, précédé d'une majuscule, non défini ci-dessous, aura la signification qui lui est donnée dans l'article 1 (Définitions) du Cahier des Charges.

 

IL A ÉTÉ PRÉALABLEMENT EXPOSÉ CE QUI SUIT :

A. Afin d'améliorer les moyens de paiements et de transferts d'argent, dans l'intérêt du peuple malgache et notamment des couches plus vulnérables de manière générale et des considérations de préservation de sécurité des personnes, biens et paiements en particulier, l'Autorité Concédante souhaite développer un projet d'envergure nationale portant sur la conception, le développement et l'exploitation d'un système de paiement électronique, en ligne avec la Politique Générale de l'Etat et des instructions visionnaires du Président de la République,

B. Dans cette optique, un protocole d'accord dénommé “Memorandum of Understanding” a été conclu le 21 mars 2019 entre l'Autorité Concédante et le Titulaire Développeur en ce qui concerne le Projet.

C. Il est prévu que la Société Titulaire soit responsable du développement et de l'exploitation des systèmes et infrastructures informatiques. L'Autorité Concédante accepte que le NIP cède à la société tous les droits qui lui sont conférés au titre du protocole d'accord et que toutes les obligations du développeur soient également transférées à la Société.

D. L'Autorité Concédante souhaite conclure un partenariat avec le Titulaire afin de réaliser le Projet conformément aux termes et conditions mentionnés dans la présente Convention. Pour ce faire, l'Autorité Concédante accepte que le titulaire crée une ou plusieurs autres sociétés (“La ou les Société”) dont l'objet sera de fournir, ou de se procurer, tous les équipements, matériels et ressources nécessaires à la mise en œuvre du Projet.

E. Afin de promouvoir la mise en oeuvre du projet, et en contrepartie des engagements du Titulaires au titre de la présente Convention, l'Autorité Concédante accepte de soutenir le Projet aux conditions exposées dans la présente Convention.

 

CECI EXPOSÉ , IL A ÉTÉ ARRÊTÉ ET CONVENU CE QUI SUIT :

ARTICLE 1

Dans les conditions définies par la présente Convention, l'Autorité Concédante concède au Titulaire, la conception, le développement et l'exploitation du Système de Paiement à compter de l'entrée en vigueur de la présente Convention (le Projet) et accepte que le Titulaire cède, par la suite, le Projet à la Société.

ARTICLE 2

Les activités Concédées, la durée de cession ainsi que l'ensemble des droits et obligations respectifs des Parties sont définis dans le Cahier des Charges et ses annexes.

ARTICLE 3

Le Titulaire prend acte que le Système de Paiement relatif au Projet constitue pour l'Autorité Concédante une activité de service public d'intérêt national et une condition de son développement économique. Le Titulaire s'obligera à développer, exploiter et maintenir le Projet conformément aux dispositions de la présente Convention.

ARTICLE 4

Le Cahier des Charges et ses Annexes font partie intégrante de la Convention.

ARTICLE 5

La Convention, le Cahier des Charges et ses annexes sont régis et interprétés conformément au droit malgache.

ARTICLE 6

En cas de litige ou différend né de la Convention ou en relation avec celle-ci, notamment quant à sa validité, son interprétation ou son exécution, les Parties s'efforceront de le régler conformément aux stipulations de l'article 30 du Cahier des Charges.

En deux (2) exemplaires originaux.

Fait à Antananarivo (NB: IL N'Y AVAIT AUCUN DATE PRÉCISE SUR LES DEUX DOCUMENTS ORIGINAUX SIGNÉS)

Ont signé :

Pour le Titulaire

PANGEA IT LTD 515886950

Rafi Kaminer, CEO

Pour l'autorité Concédante

Ministre de l'Economie et des Finances

Randriamandrato Richard, ministre

Déjà, concernant d'éventuels litiges ou différends, l'article 30 du Cahier des Charges est très vicieux et il est long comme un jour sans pain, allant de 30 à 30.14 pour mieux noyer le poisson. Néanmoins, des conditions suspensives, à la Charge de l'autorité Concédante, donc du ministre signataire de la convention ci-dessus, sont précises et précisées, en annexe 1 du Cahier des Charges. Parmi ces conditions suspensives : l'avis favorable du Directorat de la Promotion du Partenariat Public-Privé; l'avis favorable, en séance collégiale, de la Commission Nationale des Marchés publics; l'approbation de la Commission Nationale des Marchés publics portant sur l'attribution de la présente Convention.

 

En tout cas, il apparaît, qu'un des conseillers du ministre Richard Randriamandrato, le dénommé Hery Rajaonson, n'a pas attendu la finalisation officielle de ladite Convention pour prendre les devants. En effet, le personnage est le représentant à Madagascar du groupe multinational israëlien PANGEA IT LTD à travers la société NIP Informatique Madagascar SA (succursale locale de la Nikuv International Projects Ltd) dont il est le Directeur général. Entre août et décembre 2019, il a pu dresser quatre factures d'un montant total de 61.236.000 ariary pour faire travailler, en sous-traitance, la société Ibonia d'Iharizaka Rahaingoson, qui est d'un des artisans de la rédaction d'un Cahier des Charges magnifique de 60 pages, sans compter les 50 autres pages vantant les bienfaits du système de paiement électronique selon PANGEA IT LTD...

 

Mais le plus extraordinaire, dans cette affaire qui ne reflète pas du tout la transparence, malgré les efforts du Président de la République -cité en début de la Convention-, est : pourquoi le dénommé Hery Rajaonson a-t-il ouvert un compte en son nom personnel dans une banque à l'île Maurice et non à Madagascar ? Son autre patron, l'Israëlien Rafi Kaminer, est-il au courant ?

Enfin, le ministre de l'Economie et des Finances, récemment reconduit à son poste, est-il consentant dans cette histoire d'Autorité Concédante ou bien a-t-il été le dindon d'une mauvaise farce qui doit cesser ? Quoi qu'il en soit, si Hery Rajaonson peut se permettre de dresser des factures à gros montants, il est on-ne-peut-plus clair qu'il doit avoir reçu des avances sur commission. Cela ne se fait-il pas à travers le monde ?

 

Pour l'heure, aucun contrat réel n'a été signé. A moins que... Mais NIP Informatique Madagascar SA a déjà établi un chronogramme en annexes 3 et 8:

Indicateurs de performance

30.000 détenteurs de cartes au 31 mars 2020

100.000 détenteurs de cartes au 30 juin 2020

150.000 détenteurs de cartes au 31 décembre 2020

240.000 détenteurs de cartes au 30 juin 2021

1 site d'enrôlement déployé à Antananarivo au 4 novembre 2019

2 sites d'enrôlement déployés à Fianarantsoa et Toamasina au 6 janvier 2020

3 sites d'enrôlement déployés à Toliara, Mahajanga et Antsiranana au 2 mars 2020

DATES CLÉS

Date butoir du Bêta-test : lundi 4 novembre 2019

Date butoir d'entrée en vigueur : lundi 6 janvier 2020

Date butoir de disponibilité opérationnelle : lundi 1er juin 2020

Date d'entrée en vigueur : à la date de la signature du contrat non précisée

Par conséquent, tout cela n'est encore qu'au stade du projet. Mais pourquoi n'y-a-t-il eu aucun appel d'offres (AO)? Attendons les explications du ministre Richard Randriamandrato sur le rôle exact de ce Hery Rajaonson, ce dossier n'étant rien d'autres qu'une interpellation, n'est-ce pas?...

Jeannot Ramambazafy - Egalement publié dans "La Gazette de la Grande île" du 12 février 2020

Midi Madagasikara2 partages

Prévision météorologique : Des températures anormalement élevées dans le Sud 

Les parapluies sont ouverts non pas pour se protéger de la pluie mais pour se couvrir des rayons de soleil depuis le début de la semaine.

Ces derniers jours, la chaleur battait son plein à Antananarivo avec une température maximale avoisinant les 30° C depuis lundi. Selon le service de météorologie Madagascar, la première partie de cette semaine sera marquée par des températures anormalement élevées dans la partie Sud du pays, avec une valeur maximale tournant autour de 40° C. 

Aucune pluie n’est prévue avant demain dans la ville d’Antananarivo, mais le soleil sera très présent comme à son habitude depuis le début de la semaine. Dans les régions du Sud, cette situation est plus extrême avec des pics de 40° C pour aujourd’hui. Les conseils des experts au sein du service de météorologie sont d’éviter les expositions directes aux rayonnements solaires et de s’hydrater régulièrement. Et si des signes anormaux se présentent, il ne faut pas hésiter à consulter le plus vite possible un médecin. Même chose pour les tananariviens, il vaudrait mieux se mettre à l’ombre afin d’éviter le coup de soleil. Toutefois, à partir du jeudi 13 février, la chaleur devrait se calmer avec une baisse progressive de la température pour la fin de la semaine. La raison de ceci serait une trace affaiblie du flux de la mousson dans le Nord. Ce flux ne se renforcera qu’à partir de jeudi pour gagner les autres régions. En chiffres, la température en milieu de cette semaine sera située entre 14° C et 27 °C pour la minimale, et entre 27° C et 39° C pour la température maximale.

Un temps estival est prévu revenir jeudi sur l’ensemble du pays. Les orages feront donc leur retour demain sur les hautes terres centrales et le littoral Est. Le cumul de pluies serait d’ailleurs significatif pour la fin de la semaine, toujours selon météo Madagascar. Toutefois, cela ne devrait pas faire l’objet d’une vigilance particulière d’après les experts. Les tananariviens quant à eux, s’attendent déjà à des montées d’eau dans certains quartiers dès qu’on évoque de fortes pluies dans la capitale. Ils se souviennent des troubles engendrées par les dernières pluies abondantes qui ont frappé la ville des Mille au mois de janvier. Enfin, il convient de noter que le temps restera orageux jusqu’à la semaine prochaine.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara2 partages

Basket-ball : Joba en quête de renforts 

Les membres de l’équipe de journalistes basketteuses, lors de la fête organisée par l’association des femmes journalistes.

Quinze femmes constituent à présent l’équipe de journalistes basketteuses (Joba), sous la houlette du coach Njiva Tahiry. Elles étaient toutes présentes lors de la présentation des vœux organisée par l’association des femmes journalistes (AFJ) ce samedi dernier au Carlton. C’était ainsi l’occasion pour les Nathalie, Asombola et ses camarades d’en discuter à propos de leur calendrier tout au long de la saison 2020. « Deux tournois sont déjà en vue pour le premier semestre de cette saison dont l’équipe devrait en participer. Le plus proche sera celui du 8 mars à l’occasion de la journée mondiale de la femme, tandis que le second sera prévu pour la journée internationale de la presse le 3 mai. Entre autres, l’association des femmes journalistes a envisagé d’organiser un match de gala. Effectivement, Joba ne va pas rater une telle occasion », a annoncé la présidente de l’équipe, Mamitiana Andriambololona. Ainsi, faire une sortie dans la ligue Atsinanana pour rencontrer un club Tamatavien est dans le viseur. D’ailleurs, la reprise de l’entraînement de l’équipe commencera à compter de ce week-end selon les explications. En dépit de la journée de ce samedi, l’association des femmes journalistes est prometteuse. Cependant, Joba lance un appel à toutes les membres de cette association de renforcer l’équipe, de défendre l’honneur des femmes journalistes dans tout éventuel match de basket-ball.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Football – Barea : Hery, Hakim et Alexandre en possession de leur passeport

Alexandre Ramalingom renforcera la ligne offensive des Barea.

Et de trois. Officiellement, les trois nouveaux joueurs des Barea sont Malgaches. Le sélectionneur, Nicolas Dupuis a présenté les passeports des trois joueurs hier au Palais des Sports, lors d’une rencontre avec la presse. Il s’agit de Hakim Djamel Abdallah du FC Nantes, de Hery Bastien de Linfield FC en Ecosse et d’Alexandre Ramalingom du Royal Excelsior Virton, en Belgique. C’est le résultat d’un long processus et d’un travail lancé depuis la Coupe d’Afrique des Nations en Egypte par le technicien français. Alexandre Ramalingom, l’attaquant âgé de 26 ans est le dernier arrivé au sein de la troupe. Lui qui a été suivi de loin par Dupuis depuis trois ans. Le technicien français vient de confirmer officiellement l’arrivée des joueurs au sein de la sélection. « J’ai discuté avec le président de la République en Egypte quant au rajeunissement de l’équipe, je me suis occupé du recrutement des joueurs et il a facilité les procédures administratives. Ils ont été appelés au sein de l’équipe, mais, cela ne signifie pas qu’ils seront titulaires. Ils sont comme les autres joueurs et devront montrer qu’ils sont meilleurs que les autres. Avec l’ossature de l’équipe, je suis très confiant pour les prochaines rencontres des Barea », a souligné Nicolas Dupuis. Les trois joueurs pourront déjà faire partie des sélectionnés lors de la   double confrontation entre Madagascar et la Côte d’Ivoire prévue  les 23 et le 31 mars prochains.

T.H

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusSinoa 9 sy Malagasy 8 arahi-maso eny Anosiala

Sinoa 9 sy teratany Malagasy 8 no arahi-maso fatratra eny amin’ny Hopitaly CHU Anosiala Ambohidratrimo amin’izao fotoana izao noho ny fahamailoana sy fisorohana ny mety hidiran’ny Coronavirus eto

Tia Tanindranaza0 partages

Tompondaka…

Rehefa tonga avy any ivelany, dia tokony hitondra voandalana ho an’ny firenena ny filoham-pirenena Malagasy, izay niatrika ny Fivoriana an-tampon’ny Vondrona Afrikanina.

 Raha ny re dia toa nahazo fanasana ho any Sina ihany koa izy. Zava-dehibe sy voninahitra ho antsika aloha ny doka azo tany fa tompondaka na “champion” isika amin’ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Tena manana paikady mahomby sy mafonja, hono, ny fitondram-panjakana hiadiana amin’io. Enga anie ka hody ventiny ny rano nantsakaina. Hatreto aloha i Madagasikara, dia mbola ao anatin’ny firenena marefo indrindra amin’ny resaka fanjarian-tsakafo. Betsaka izay resaka ambony latabatra izay, tsy tambo isaina izay fampanatenana natao izay,… Miandry amin’izay ary Ramalagasy amin’ny fanatanterahana. Tena ampy izay ny fampanantenana isaky ny mahazo “micro”. Raha ireny no tanteraka dia azo ambara fa ampy hampiova na amin’ny ampahany ihany aza ny fiainam-bahoaka. Efa tsy vaovao amin’ny rehetra intsony koa ity tsy fitazonana ny teny nomena ity, ka ny hany hahafahana manampina ny vavan’ny mpanakiana, dia ny fanatanterahana ilay velirano. Raha ny fanenjehana sesilany ireo politisianina tsy mitovy hevitra ny fanatanterahana ny velirano, dia ho azo antoka fa izay vao ho tena “champion” ny mpitondra, ka ampirisihina mafy amin’ny famahana olam-bahoaka sy fampandrosoana. Tena mampivarahontsana mantsy ny mandre fa efa misy tafiakatra 1000 na 1100Ar ary ny kapoakam-bary amin’ny faritra sasany. Hatreto dia tena tompondakan’ny fampanantenana, ka ny hirariana dia ho tompondakan’ny asa mivaingana miantraika amin’ny fiainam-bahoaka. Alao hery ary satria mora ny mampanantena, fa sarotra ny manatanteraka e !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanavaozana lisi-pifidiananaZara raha misy 1,5% ny nisoratra anarana

Ny sabotsy 15 febroary izao ny fe-potoana farany fanavaozana isan-taona ny lisi-pifidianana. Hahafahan’ireo feno taona misoratra anarana na mamafa ny anarany ho an’ireo nifindra toerana. 5 andro mialoha ny farany dia zara raha nisy 1,5%

izany hoe 150.000 eo ho eo ny fisoratana anarana. Ny tena famaranana vonjimaika dia ny faha-28 no hosoniavina. Haverina eny anivon’ny fokontany manerana an’i Madagasikara ny 1 martsa ka hahafahana manao fanamarihana ao anatin’ny 20 andro. Hofaranana tanteraka amin’ny 15 mey, ka izay lisitra mifarana eo no ampiasaina amin’ny fifidianana na fitsapan-kevi-bahoaka hatao amin’ity taona ity, raha ny fanazavan’ny filoha lefitry ny CENI Atoa Thierry Rakotonarivo. Tsy atao mahagaga ny endrika fahakivian’ny olom-pirenena amin’ny resa-pifidianana eto Madagasikara. Maro ireo toe-javatra toa niteraka adihevitra, toy ny fahatsapana tsy rariny, tsy fanarahan-dalàna,… saingy vitavita ho azy ireny na mety mahatsapa aza ny ankolafin-kery sasany eto amin’ny firenena fa nanana ny porofo mafonja mitohaka amin’ny tenda. Maro ny fanapahan-kevitra miteraka adihevitra, toy ny fifidianana tsy misy fitairanana sy fitoriana kanefa foanana kanefa misy ireo nanaovana fitoriana maro be ambara fa azo raisina fa tsy mitombina. Teo ihany koa ny fitsimbadihana vokatra, toy ny hoe ny laharana fahatelo no lasa lany. Mila fandinihana lalina ny resa-pifidianana eto Madagasikara.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Bas MangokyHoditr’akondro ho an’ny filoham-pirenena

Averina hatrany, hoy ny antoko politika Natiora, fa tsy mety ho an’ny Malagasy ny rafitra misy eto Madagasikara ary ny mpitondra teto dia tsy nisy nanana finiavana hanova izany fa nanatanteraka baikom-bazaha hatrany.

 

Ny iraisam-pirenena mihitsy no nitondra antsika fa isika tsy manana sy tsy mbola nahazo fahaleovantena. Na ny fomba nanomezana azy io ary zary sangisangy satria rehefa natao sonia ny 14 oktobra 1958 ho marik’izany dia noho ny baikon’ny firenena mikambana. Ankehitriny anefa dia ny 26 jona 1960 no lazaina ho nahazoana izany ary eo foana isika no manao fety. Fanomezana fahaleovantena ny miaramila anefa io. Nodisoina ny tantaran’ny Malagasy, hoy ny filohan’ity antoko ity, Mihari-Ni-Rencho. Nanohy izany avy eo ny mpitondra rehetra ary sarintsariny ny fahaleovantena. Ny fiandrianam-pirenena kosa dia nalaina tamin’ny andron-dRanavalona. Antony hilazako izany fa tsy misy antenaina amin’izao fitondrana izao sy ny talohany rehetra satria samy saribakoly ampiasain’ny iraisam-pirenena. Ny PNUD no misava izay hitantana ity firenena ity. Rariny raha mikorontana ankehitriny ny sosialim-bahoaka satria tsy misy mpitondra mijery. Miseho ny Ambohitrimanjaka dia tsy hanontaniana ny hevitry ny vahoaka. Ataon’ny Malagasy inona moa building nefa tsy tomombana ny ao am-bilaniny sy ny zo fototra tokony ho azy ? Lojika koa io Bas Mangoky io. nisy olom-boafidy nandalo tany dia nitoraka hoditr’akondro ny filoham-pirenena ary nilaza fa ravoravo ireo olona hisitraka ny tetikasa. Niantso anay anefa ny olona tany. Misy toerana atao hoe Bengy any fa tsy nandalovan’izy ireo ary ireo olona ireo, hoy ity mpanao politika ity, dia nilaza fa miandry izay miditra ao amin’ny lefona sy famaky. Ny olona aty amin’ny tanàna feno olona no ravoravo fa tsy ny ao amin’ilay ala, hoy izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Iles Eparses, Rova, Kianja Mahamasina4 volana sisa ananan’ny fanjakana

Mandeha ny ora sy ny fotoana, ary mihazakazaka tahaka izany ny raharaham-pirenena. 4 volana eo sisa dia ho tonga ny fanamarihana ny faha-60 taona nahazoantsika ny fahaleovantena.

 

Maro ny fanamby nambaran’ny fitondram-panjakana ankehitriny fa hotanterahina toy ny fanavaozana ny Rovan’i Manjakamiadana, izay famaranana ny asa sisa no atao, fa ny asa lehibe (gros oeuvres) dia efa vita tany amin’ny 12 taona lasa, ary nikatso noho ny krizy nisy teto amin’ny firenena tamin’ny 2009. Eo amin’ny lafiny diplomasia ihany koa dia nolazaina fa hivoaka mialoha ny 26 jona 2020 ny fehin-kevitra momba ny famerenana ny Nosy Malagasy bodoin’ny Frantsay ka ho hita eo ny vokany. Efa navoakan’ny Firenena Mikambana tany amin’ny taona 1979 ny didy ny maha antsika madiodio ireo Nosy, ka azo hadika ho famadihan-tanindrazana ny mety ho politikan’ny mitifitra lanitra hahavoazana tendrombohitra amin’ny mety ho fanekena fiaraha-mitantana (co-géstion). Andrasana ny vokatra satria tsy nisy tohiny intsony ny dinika teny Andafiavaratra ny 18 novambra 2019, izay nambara fa hotohizana any Frantsa. Andrasana ihany koa ny mety ho fahavitan’ny kianjaben’i Mahamasina na amin’ny ampahany aza hiatrehana ny lanonam-panjakana amin’ny fetim-pirenena. Maro ny fanamby natao, ka andrasana eo ny vokatra. Marina fa te hanao zavatra ny filoha, saingy misy ireo zavatra toa mikatso sy toa lasa afo-mololo ka miredareda am-boalohany. Aiza ny tohin’ilay orinasa famokarana ethanol tany Ambilobe nambara fa hotokanana ny 8 desambra 2019 ? Mby aiza ny tohin’ny fametahana ny “puce” ho an’ny omby izay nipoapoaka ny fanombohana tany Tsiroanomandidy ny volana mey 2019 ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kolonely Faustin AndriambahoakaNamoahan’ny fanjakana IST ihany koa

Namoahan’ny fanjakana didy fandrarana tsy hivoaka ny sisin-tanin’i Madagasikara (IST) ihany koa ny kolonely Faustin Andriambahoaka,

 

filohan’ny filankevitra Monisipaly teo aloha tao anatin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, ary mbola voafidy ho mpikamban’io rafitra io tamin’ny fifidianana monisipaly farany teo. Re fa raha saika handeha ho any ivelany hitsidika ny zanany izy no tsy afa-niala teto. Misy ny resaka tsy ofisialy milaza fa voasaringotra amin’ny raharaha 3 miliara ariary nampidoboka am-ponja vonjimaika ny “Trésorier Municipal” teo aloha teo anivon’ny kaominina ny tenany. Andrasana anefa izay tena marina, fa raha ny mpitam-bolan’ny kaominina Antananarivo, dia mpiasan’ny minisiteran’ny vola sy ny tetibola fa tsy toerana politika. Nialoha ity IST ity, dia efa namoahan’ny fanjakana izany ihany koa ny Tale jeneralin’ny CNaPS teo aloha izay efa lasa filohan’ny Federasionin’ny baolina kitra ankehitriny Atoa Arizaka Rabekoto Raoul, izay efa nampiakatra ny raharaha any amin’ny Filankevi-panjakana noho ny fahatsapana tsindry sy fanararaotana avy amin’ny fanjakana amin’ny fandrarana azy. Mpitsara ambony moa i Arizaka Rabekoto Raoul no lasa Tale jeneranilin’ny CNaPS sy filohan’ny FMF. Efa namoahana IST ihany koa i Ny Rado Rafalimanana izay omaly no nampanantsoin’ny polisim-pirenena. Efa tratran’izay ihany koa i Briand Andrianirina sy Onitiana Realy vadiny, izay minisitra tamin’ny andron’ny HVM. Hentitra ny fanjakana ankehitriny amin’ny fanenjehana ireo mpanao politika mpifanandrina heveriny fa manana dosie maloto, ka misy mihitsy ny any am-ponja tahaka an-dry Mbola Rajaonah. Zava-dehibe ny finiavana hampihatra ny tany tan-dalàna satria tsy misy ambonin’ny lalàna eto. Tena tsy misy ambadika politika ve anefa ? Tena madio mangatsakatsaka ve avokoa ve ny olon’ny fitondrana ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekretera Jeneralin’ny TIMNosoloina an’i Rina i Olga Ramalason

Maro ireo tanora mahay sy mahalala ary vonona hijoro sy hamelomaso hatrany ny Antoko TIM ka nosafidiana i Rina Randriamasinoro

 

ho sekretera jeneraly ary ny depiote Fidèle Razarapiera kosa no hisahana ny serasera. Tsy mora ny adidy sahanin'izy ireo ka mirary soa azy aho hahavita be, hoy ny filoha nasionalin’ny TIM Atoa Marc Ravalomanana. Ho avy kosa ny fifidianana izay ho filoha lefitra isaky ny Faritany ato ho ato. Sady sekretera jeneraly no handrindra ny Rodoben’ny Mpanohitra indray manomboka eto ny loholona Olga Ramalason. Napetraka ho sekretera jeneraly vonjimaika moa izy ny 8 aprily 2019, rehefa nametra-pialana Atoa Olivier Donnat Andriamahefamparany.  Hitondra ainga vao sy hamelo-maso ny Antoko TIM no andraikitra hosahaniko ka voninahitra ho ahy no hanantateraka izany. Tsy ho vitako izaho samirery anefa izany raha tsy misy ny fifanampiana eo amin’ny rehetra, hoy kosa i Rina Randriamasinoro. Midika io fa manova paikady ny TIM amin’ny fiatrehana ny raharaha politika eto. Re fa mbola hisy ny fivoriam-be hataon’ny antoko atsy ho atsy, ka andrasana izay fehin-kevitra sy fanambarana hataon’izy ireo. I Rina Randriamasinoro, izay kandida ben’ny tanàna teto Antananarivo izany izao no laharana faharoa amin’ny fitarihana ny TIM aorian’i Marc Ravalomanana. Napetraka ho sekretera jeneralin’ny kaominina izy nialoha ny naha Kandida ben’ny tanàna azy. Midika ve io fa mety ho izy no kandida filoha hatolotr’ity antoko ity amin’ny 2023 na aorian’izay satria mbola manana ho avy politika lavitra ny tenany raha jerena amin’ny taonany?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fleury RakotomalalaVoaheloka higadra 5 taona

Nivoaka omaly ny didim-pitsarana ka voaheloka higadra 5 taona, sazy mihatra, miampy didy fampisamborana teo ampamoahana ny didy ny mpandraharaha , Fleury Rakotomalala,

 

izay tsara ho marihana fa anisan’ny kandida filoham-pirenena tamin’ny 2013 saingy nahintsan’ny HCC tahaka an’i Lalao Ravalomanana sy Didier Ratsiraka tamin’izany fotoana moa. Nohenjehina noho ny raharaha fisolokiana tamin'ny asa nataony teny amin'ny fiantsonam-piarakodia eny Ambohimanambola tao anatin’ny fitondrana teo aloha ny tenany, raha ny fampitam-baovao. Io orinasa voalaza ho nosolokiany io no nametraka fitoriana. Voaheloka ho nisandoka andraikitra tamin'izany fotoana izany ihany koa izy ary nanao hosoka sy nampiasa hosoka. Ny fitsarana frantsay no andrasana hampihatra ity didy navoakan’ny fitsarana malagasy ity, raha ny fampitam-baovao hatrany. Mbola afaka manohitra, io didy navoaka io i Fleury Rakotomalala sy ny mpisolo vava azy raha ny nambaran’ny mpitsara iray nanontaniana omaly.Izy rahateo, izay voakasiky ny fitoriana dia tsy nanatrika ny raharaham-pitsarana.Mazava tsara ny fiampangana saingy na izany aza dia maro no mihevitra fa mety misy ambadika politika ihany izao raharaha izao satria anisan’ireo olona manohitra mafy izao fitondrana izao amin’ny alalan’ny famoahana vaovao sy tsiambaratelo amin’ny facebook i Fleury Rakotomalala.Ho hita eo ihany ny fivoaran’ny toe-draharaha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Teza« Zava-doza ny fisiana antenimiera tsy mahatapa-kevitra ! »

Iarahantsika miaina ny savorovoro isan-karazany mitranga eto amin’ny firenena ankehitriny, hoy ny filohan’ny antoko politika Teza, Jean Louis Rakotoamboa.

 Ny tena zava-doza anefa dia manana parlemantera amina antenimiera miisa 2 i Madagasikara saingy amin’ny alalan’ny didim-panjakana avoakan’ny filoham-pirenena no itantanana ny vola sy tetibolam-panjakana. Io rafitra io no mahatonga ny Teza midradradradra hatrany satria amin’ilay rafitra dia amin’ny fivoriana ara-potoana faharoan’ireo parlemanta no handaniana ny tetibolam-panjakana. Tsy voafetra ao amin’ny lalàna ny hoe vao manomboka ny fivoriana amin’ny oktobra, novambra, desambra iny dia efa alefa amin’ny fivoriana ilay izy. Lasa fomba fanao, indrindra ankehitriny ny hoe efa hifarana ny fivoriana vao hampandalovina anaty « session parlemantaire » ilay boky be 1000 pejy any ho any. Ahoana no ahafahan’ireo parlemanta hijery izany antsipirihany ao anaty tapa-bolana monja ? Ny governemanta anefa tsy misy lalàna mamehy azy hoe alefa aloha na aoriana na faramparan’ny fivoriana ilay lalàna mikasika ny tetibola. Ohatran’ilay farany teny amin’ny antenimierandoholona iny no mitranga avy eo. Tapitra ny fe-potoana dia tsy lany ilay lalàna fa miantona eo dia ny filoham-pirenena avy eo no mitantana ilay izy arak’izay tiany. Any amin’ny volana mey indray izany io lalàna mifehy ny tetibola io vao hojerena. Tsy mety sy tsy fahaiza-mitantana izany, hoy izy, avelan’ny rafitra manao izay danin’ny kibony mihitsy ny rantsa-mangaika rehetra eto. Praograma tapitapi-maso sisa no ataon’ny fitondrana fa tsy vahaolana maharitra. Ireny izao ny “Puce” dia omby miisa 50 nanaovana propagandy fotsiny no vita. Mahavita tena ara-tsakafo isika kanefa ny Bas Mangoky nomena tantanan’ny arabo. Ilaina ny famatsiana avy any ivelany, hoy hatrany ny Teza, fa ilaina dinihina tsara ihany koa fa tsy atao tandrametaka toy ireny dia avy eo misy fiantraikany amin’ny tompon-tany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’i Tanjombato« Hojerena ny fahafaha-mihary ao an-toerana. »

Mila ampatsiahivina fa faritra itobiana indostria maro i Tanjombato, hoy ny ben’ny tanàna ao an-toerana, Tovo Rakotojohary,

 

 raha nanotrona ny fizarana kojakoja sy filàna amin’ny andavanandro ho an’ireo sahirana teny an-toerana omaly. Antony io nanatanterahan’izy ireo hetsika hitsinjovana ny mpiara-belona fa tsy mijanona hatreo amin’ny fandoavan-ketra fotsiny. Mifanojo rahateo amin’ny ady ho amin’ny tsy fanjarian-tsakafo izay vinan’ny filoham-pirenena ihany koa izany, hoy hatrany izy. Ao anatin’ny fanarenana tanteraka ny firenena isika kanefa ny olona tsy maintsy miaina dia mila hafainganina, noho izany, izay hetsika izay. Mila tonga saina koa ny vahoaka fa tsy natao hipetrapetraham-potsiny io fa mila hanatanterahan’izy ireo ny hetsika tandrify azy eo amin’ny sehatry ny fambolena sy fiompiana. Sio sy Zinga ary Vary moa no nozaraina omaly tamina olona miisa 500 heverina ho tena sahirana ao anatin’ity kaominina ity. Tsy vitan’ny fampihodinana ny raharahan’ny kaominina fotsiny, toy ny fandraofana fako, fanadiovana lalana, fandrindrana fifamoivoizana sy mpivarotra no tena asan’ny kaominina fa mila mamokatra sy mampitombo ny harin-karem-pirenena ihany koa, indrindra, ho an’ny faritra indostrialy toa an’i Tanjombato. Mila mijery ny fahafahan’ilay kaominina mihary na “potentialité” mihitsy ny ben’ny tanàna fa tsy manao sonia mariazy sy taratasy be dia be anaty birao fotsiny, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

LEHILAHY MAMONO TENAAtosiky ny fitiavan-tena, hoy ny mpandinika fiarahamonina

Betsaka ireo lehilahy namono tena tato ho ato. Misy ireo mihinana poizina dia tsy mifoha intsony ….

 Amin’ny ankapobeny dia fitiavan-tena diso tafahoatra no manosika azy ireny hanaotao foana tahaka izany, hoy i Tatamo Razafindrakoto mpandinika fiarahamonina no sady psikôlôgy. Rehefa maty izy dia mitsahatra tanteraka ny hirifiriny ka izay tavela eo no mizaka ny vokany toy ny vadiny izay voatery mamelona an-janany irery sy miatrika ny fiainana. Tsy mahatanty marary ihany koa ny lehilahy. Porofo mivaingana hita maso nataon’Andriamanitra ny nametrahany ny vehivavy ho loharanon’ny taranaka, miharitra ny hirifiry amin’ny fiterahana fa   raha ny lehilahy  no nampitondraina vohoka sy miteraka dia efa tsy nisy taranaka intsony teto ambonin’ny tany. Raha fehezina, hoy hatrany ity mpandinika fiarahamonina ity dia mahari-pery kokoa ny ankamaroan’ny vehivavy, vonona ny hiaritra ny mafy raha oharina amin’ny lehilahy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

MPISOLOKY MENAKA VANILANaiditra am-ponja vonjimaika izy 4 mianadahy

Miseho amin’ny endrika maro ny fisolokiana ankehitriny. Ankoatra ny resa-bola dia efa tonga any amin’ny menaka ihany koa izany ankehitriny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika4,9 % ny tahan'ny eny amin'ny faritra iva

4,9% ny tahan'ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika any amin'ireo faritra iva manodidina an'Antohomadinika, araka ny fanadihadiana

 

nataon'ny Centre d'Accompagnement Social et d'Appui Nutritionnel (CASAN), eny Antohomadinika 3G Hangar, izay tantanan'ny ONG Action Contre la Faim. Araka izany dia tena ahitana trangana tsifanjariantsakafo tokoa eto amin'ny Faritra Analamanga, raha toa ka ny tapany atsimon'ny Nosy hatrany no matetika voaresaka. Isan'ny antony lehibe mahatonga ny tsifanjariantsakafo eny amin'ny faritra iva ny tsy fahampian'ny fahadiovana, izay mitarika aretim-pivalanana. Eo koa ny tsy fahalavorarian'ny trano honenana, izay miteraka aretin'ny taovam-pisefoana, araka ny fanazavana nomen-dRakotondraina Mialy, tomponandraikitry ny fandaharan'asan'ny CASAN eny Antohomadinika. Antony mampirongatra ny tsifanjariantsakafo ihany koa ny tsy fahampian'ny fikarakarana ny zaza, araka ny filàny amin'ny andavanandro. Zaza latsaky ny 5 taona sy reny bevohoka sy mampinono manodidina ny 120 isam-bolana no raisin'ity CASAN ity an-tanana, miparitaka amin'ny fokontany 15 isa, toa an'Ampefiloha Ambodirano, Anatihazo, Ambodin'Isotry... Tiliana ireo zaza tonga ao, anaovana fanadihadiana ny ray aman-dreniny hahafantarana ny zava-misy ara-tsosialy sy ara-tsaina iainany, toroana hevitra amin'ny fomba fikarakarana sakafo isan-karazany sy miovaova, omena fanampin-tsakafo... Ny 10% amin'ireo zaza raisina an-tanana anefa no miverina indray, aorian'ny fahasitranany. Mbola hitadiavana paikady izany, hoy hatrany Rakotondraina Mialy. Tsara ny mahafantatra fa ny 7 hatramin'ny 14,5% isan-taona ny harin-karena faobe very eto Madagasikara, vokatry ny tsifanjariantsakafo. manodidina ny 3.384 miliara ariary isan-taona izany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra amoron-dalanaMahazo mivarotra indray fa maka sisiny tsara fotsiny

Tsikaritra tato anatin’ny andro vitsy izay fa niha nitombo isa indray ny mpivarotra amoron-dalana teto Antananarivo Renivohitra raha toa ka nisy fotoana efa nadio ny sisin-dalana.

 

 Nahitana io fiverenana io ny enyAnosy,  Anosibe, Analakely, Behoririka. Nisy ny fifampiresahan’ny kaominina sy ireo mpivarotra, hoy Atoa Randrianarisoa Rija talen’ny tsena ka nifanarahana fa hiala anaty arabe fa kosa haka sisiny ireo mpivarotra amoron-dalana mba tsy hanelingelina ny fifamoivoizana. Misy kosa anefa, hoy ny fanazavany ireo toerana tena tsy misy famindram-po fa tsy mintsy miala ny mpivarotra amoron-dalana. Nitaraina moa, araka ny filazany, ireo mpivarotra ka izay no nahatonga ny kaominina tsy tonga dia nanaisotra avy hatrany azy ireo fa nandefitra. Saingy raha ny hita aloha dia mbola miteraka fanelingelenana ho an’ny mpandeha an-tongotra sy ny fifamoivoizana ihany io fandaminana io izay tsy vaovao fa efa nampiharin’ny mpitantana ny kaominina teo aloha ihany koa ary niteraka sahoan-dresaka be aza tamin’ílay fametrahana ny “ligne jaune” teny Analakely. Hita izao omaly teny Analakely, Behoririka sy Anosibe fa tena nihabetsaka indray ireo mpivarotra amoron-dalana. Ny eny Anosy moa dia lasa tsena vaovao hafa mihitsy indray. Nilaza ny lehiben’ny tsena fa hatsangana ato ho ato ny polisin’ny tsena hanara-maso ny tsena, mijery ireo mpivarotra midina anaty arabe sy mandrindra ny fifamoivoizana. Mbola lavitr’ezaka ny fandaminana ny tsena sy ny mpivarotra eto an-drenivohitra.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambato BoenyAtahorana ny tsy fanjarian-tsakafo mahazo ny ankizy

Atahorana ny tsy fanjarian-tsakafo mety hihatra amin’ireo ankizy latsaky ny 5 taona amin’ny distrikan’ Ambatoboeny, taorian’ilay ora-mikija teto amintsika nandritra ny herinandro.

 

 Ankoatra ireo karazan’aretina miparitaka mantsy dia marobe ireo tsy manana fahafahana ny hisakafo ara-dalàna intsony antony nanosika ny minisitry ny mponina Rtoa Naharimamy Lucien Irmah nidina ifotony tany an-toerana nijery ireo traboina. Taorian’ny dinik’asa niarahana tamin’ireo tompon’andraikitra tao  an-toerana nanontany ny olana sedrain’ny isan-tokantrano  dia niroso tamin’ny fanolorana fanampiana ho an’ireo  traboina ny minisitra. Ankizy latsaky ny 5 taona miisa 500 no nomeny koba hahafahana mampitombo ny hery fiarovana. Teo ihany ny koa ny ireo kojakojan-tokantrano toy ny sceau, ny koveta , ny lovia, ny  sotro, ny akanjo, ny sakafo toy ny vary, voamaina, siramamy, menaka, ronono, paty…. Nisy koa ny fanomanana sakafo atoandro ho an’ireo ankizy mihoatra ny 5 taona. Nitohy tamin’ny fijerena ireo fokontany rava trano ny fidinana ifotony. Nahatratra 176 mantsy ny trano rava tany amin’ity distrika iray ity ka olona an-jatony maro no traboina.

 

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trangam-piarahamoninaSaika novonoin’ilay tovolahy ny reniny

Betsaka ireo karazana tranga mampalahelo sady mampatahotra miseho eny anivon’ny fiarahamonina eny.

 

 

 

 Tovolahy iray vao herotrerony indray omaly no nikasa hamono an-dreniny ka  tratran’ny fokonolona tany amin’ny distrikan’Antsohihy. Raha araka ny tomban’ireo nanatri-maso dia mety ho mamon’ny zava-mahadomelina toy ny rongony vao maraina ity tovolahy ity. Tsy fantatra mihitsy mantsy izay antony nanosika azy mafy hanao izany. Tao ihany koa ireo nilaza fa mety ho tezitra mafy izy ka tsy nahatana. Nisy koa anefa ireo nilaza fa manana olana ara-tsaina ity tovolahy ity. Mpivarotra ao amin’ny bazarin-katakata ao Antsohihy moa ilay Ramatoa ka ireo mpivarotra namany no nanavotra ny ainy sy namatotra ilay tovolahy ary nanatitra azy tany amin’ny mpitandro ny filaminana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Jiolahy votsotra teny Itaosy Cité“Aleo handeha ny fanadihadiana”, hoy ny minisitra

Nisy tokoa ny antso vonjy, ary rehefa tonga teo ny mpitandro ny filaminana dia nahare hoe misy olona voatazona sy takalon’aina tao.

 

Samy teo na avy amin’ny polisy na zandary na avy amin’ny miaramila hatramin’ny « Unité Spécialisé » niraisan’ny telo tonta, hoy ny minisitry ny filaminam-bahoaka Contrôleur Général de Police Randrianarison Fanomezantsoa Rodellys. Rehefa natao ny fidirana dia tovovavy iray ihany no hita tao. Eo no mbola azo lazaina.... Nisy “tamin’ireo tovovavy ireo” nilaza hoe nisaoty avy tany ambadiky ny garazy, nisy ny hoe efa taty ivelany,… hoy ny fanazavany.  Mbola mifamahofaho be fa aleo aloha ho any amin’ny tsiambaratelon’ny fanadihadiana, dia hijanona amin’izay aloha isika hahafahanay miroso kokoa amin’ny fitadiavana ny olon-dratsy, hoy ity minisitra ity. Hafahafa sy toa mbola misy zavatra tsy mazava ao anatin’ity raharaha niteraka adihevitra be ity satria ny fanazavan’ny minisitra aza mifanipaka. Tovovavy iray sa maromaro satria amin’ny voalohany izy milaza fa iray, avy eo miteny hoe ireo tovovavy ireo ? Andrasana izay ho vokatry ny fikarohana. Fifanandrifian-javatra ve ny hoe : « shop airtel » hatrany no lasibatra na tany Ambositra na teny Itaosy ? Sao dia misy mpikirakira ara-informatika ao amin’io tambajotra io manome loharanom-baovao ny jiolahy ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaompania Air MadagasikaraMaro ny hetra alaina aminy

Manoloana ny fitarainan’ireo mpanjifa ny zotra ana habakabaka Air Madagascar izay lafo loatra mitaha amin’ireo kaompania hafa dia nanamafy ny filohan’ny filankevi-pitantanana ity kaompania Malagasy ity,

 

Eric Koller, fa mitombina ny fitarainana, indrindra tao aorian’ny fidiran’ny kaompania vaovao Tsara dia. Mila fantatsika anefa, hoy izy, fa ny 46% maherin’ny vidin’ny tapakilana fiaramanidina iray eto amintsika dia resaka hetra. Ny 44% tavela kosa dia karaman’ny mpanamory, ny mpiasa miasa ao toy ny PNC sy PNT ary miaraka amin’izay koa ny solika. Ny 80%-n’ny olona mandeha Toamasina matetika dia noho ny antony asa. Ny mandeha Toliara dia antony fizahantany ny 70% mahery. Ny 80%-n’ny mpandeha Toliara dia amin’ny alalan’ny fiara, hoy hatrany ny fanazavana. Miverina avy any no mety misy mandeha fiaramanidina. Boeing 737-800 izao no avion Airmad mandeha Toliara ary tena lafo ny sarany. Ofana daholo ny fiaramanidintsika isam-bolana ary eo amin’ny 100.000 dolara eo avokoa. Ny Airbus 330 dia eo amin’ny 400.000 dolara eo ny ofany isam-bolana.  Vokatr’izay dia tsy misy olona mihitsy ireo fiaramanidina midina any Toliara, hoy izy. Tsy mahafeno ny 40%-n’ny tokony ho mpandeha akory. Feno izy rehefa fotoam-pialantsasatra saingy fatiantoka kosa rehefa tonga eto Antananarivo. Ohatra iray toy izany koa izao, ho an’ireo mpandeha Sainte Marie. Ny ATR antsika misy toeran’olona 70 isa. 30 na 40 eo no isan’ny olona mandeha any fa rehefa miverina vao feno 70. Ny fiaramanidina anefa, hoy izy, tokony ho feno hatrany satria ny tapakila iray dia vola miditra ho an’ilay sidina. Mbola hojerena ny vahaolana satria ny hetra alaina amin’ny Ravinala airport koa izao dia niakatra be ny an’i Nosy be sy Antananarivo. Efa ho 40 Euro isaky ny tapakila iray no alaina ao anatin’izany, hoy hatrany ity PCA ity.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny fiovaovan’ny toetr’androVoarafitra ny paikady nasionaly eto Madagasikara

Anisan’ny firenena efa nahavita ny drafitrasa momba ny fiatrehana fiovaovan’ny toetr’andro i Madagasikara.

 

Voarafitra ny Paikady nasionaly hiatrehana ny fiovaovan’ny toetr’andro na ny PNA (Plan National d’Adaptation), izay ilain’ireo firenena nanasonia ny drafitra lasitra napetraky ny Firenena Mikambana. Miankina amin’ny fisian’io ny fahamoran’ny fahitana famatsiam-bola hoenti-manatanteraka ny asa nofaritana. Vita soa aman-tsara izany izay niaraha-nisalahy tamin’ny ekipan’ny minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana maharitra sy ny mpiara-miombon’antoka, raha ny fanazavan’ny minisitra Raharinirina Baomiavotsy Vahinala. Mampiantrano ny fihaonan’ireo manampahaizana momba ny fiovaovan’ny toetrandro amin’ny firenena marefo rahateo isika eto Madagasikara ny 10 ka hatramin’ny anio 12 febroary 2020. Tanjona tiako hapetraka haingana amin’ity volana ity ny fametrahana ho maodely eo anatrehan’ireo firenena marefo satria isika no tafiditra ho isan’ny firenena voalohany manana izany PNA izany, hoy ny minisitra. Fankatoavan’ny filankevitry ny minisitra sisa andrasana, dia hirosoana ny fampiharana azy. Havoitra ao ny fampidirana ny fiovaovan’ny toetr’andro ho ao anatin’ny politikam-pitantanana ny firenena, ka ny sehatra fampandrosoana atao na toekarena na sosialy dia tsy maintsy mandray foana an’io. Tsy maintsy mijery ny fomba fanajariana ny tany satria tsy maintsy mieritreritra fomba fiainana vaovao eo anatrehan’ny fiovaovan’ny toetry ny andro. Fampidirana hatrany ny fiovaovan’ny toetr’andro ao anatin’ny politikam-bahoaka na koa ao anatin’ny fiaraha-miasa amin’ny tsy miankina amin’ny fanjakana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Resaka “Tandra” tanaty kabaryAfaka madiodio i José

Nivoaka omaly ny didim-pitsarana mikasika ilay mpitsara nitory an-dRaharison José William, mpikabary mikasika ilay resaka tandra

tamin’ny tarehy nanaovana tononkalo miady rima tao anatina lanonam-panambadiana mpifankatia iray. Afaka madiodio  ity mpikabary avy eo anivon’ny FIMPIMA ity  raha mbola narahina fanazavana kely ny famoahana ny didy. Horakoraka noho ny hafaliana ny an’ireo vahoaka tonga nanatrika ny fotoana izay samy nisaotra an’Andriamanitra no nisaotra ny lehiben’ny fitsarana  ihany koa. Nambaran-dRaholdina Naivo, izay akademisiana sady solombavambahoakan’ny Boriborintany fahadimy fa  efa hita taratra ao anatin’izao fitondrana izao ny fiovan’ny fomba fiasan’ny Fitsarana. Tena efa mitsinjo sy mijery ny vahoaka madinika izy ireo, hoy izy  matoa namoaka vokatra toy izao ka tokony hahatoky ny mpitandro ny filaminana sy ny fitsarana amin’izay ny vahoaka. Nisy moa ny anatra fohy nentiny ho an’ny mpitsara nandritra izany toy ny hoe : rehefa any anaty biraony izy ireny no mpitsara fa rehefa eny ivelany dia mitovy amin’ny rehetra ihany noho izany dia tsy tokony hanao fitsaram-bahoaka anaty mariazy sy hanampatra fahefana tahaka izany.  Raha tsiahivina, teny amin’ny akany iray teny Alarobia Amboniloha no niditra ilay mariazy ny datin’ny 14 desambra lasa teo  Tao anatin’ny lanonana indrindra no nitroatra ilay mpitsara izay nahatsiaro ho voantohintohina ka niantso vadin-tany ary ity farany no nitondra ilay mpikabary nalaina am-bavany tany amin’ny mpitandro ny filaminana avy hatrany sady nidina “violon” nandritra ny 48 ora.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

International Tourism Fair Madagascar 2020Hanamora ny fahatrarana ny tanjona

Hampirisika ny rehetra hisehatra amin’ny fizahantany no antom-pisian’ny hetsika fampirantiana International Tourism Fair Madagascar (ITM).

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraMpizahatany 378 000 no tonga tamin’ny 2019

Raha ny taona 2008 no tsara indrindra ny tarehimarika tamin’ireo mpizahatany nitsidika an’i Madagasikara,

izay nahatratra 375 000, dia voasongona tamin’ny taona 2019 lasa teo satria efa tafakatra 378 000 araka ny tatitry ny minisitry ny fitaterana, ny fizahantany ary ny famantarana ny toetr’andro, Joel Randriamandranto tetsy Anosy. Maro, hoy izy ny antony nahatongavana tamin’izany ary tsy maintsy tohizana ny ezaka rehetra toy ny ezaka fanohanana tsy tapaka nataon’ny minisitera tamin’ireo mpandraharaha. Izay nanana hetsika rehetra tany amin’ny faritra mantsy, ka mahakasika ny fizahantany, dia nampiana avokoa. Teo ihany koa ny fanohanana ny Ofisy Nasionalin’ny Fizahantany eto Madagasikara izay nanokanana tetibola manokana mihitsy ny amin’ny ezaka fampahafantarana ny firenena Malagasy nataony any ivelany. Nanampy tamin’ny fanatsarana ny tarehimarika ihany koa ny fametrahana ny sehatra fizahantany ho laharam-pahamehana ary natao maro ny tolotra fa tsy najanona fotsiny tamin’ny resaka zava-boahary. Anisan’izany, ohatra, ny nisian’ny hetsika fifaninanana iraisam-pirenena tamin’ny taranja Golf izay haharitra 3 taona eto Madagasikara ka amin’ny taona 2021 vao hifarana. Amin’izao fotoana izao aza dia efa misy sahady mpikarakara fifaninanana amin’io taranja io ihany, mangataka ny hanaovana azy eto amin’ny firenena, hoy ny minisitra. Mbola mainka hanatsara ny sehatra fizahantany ihany koa ny nanamboarana lalana fanaovana randonnée 180Km izay efa eo an-dalam-pamaranana sy ny fitiliana tsena vaovao amin’ny Salon ITM andiany fahasivy hotanterahina ny volana jona ho avy izao. Eo ihany koa ny nanokafana ny kaompaniam-pitaterana ana habakabaka vaovao GS Airlines Tana-Fianarantsoa-Mananjary-Tana izay efa hita sahady ny akony. Hitondra mankany amin’ny fahatokisan’ireo mpandraharaha an’I Madagasikara ireny ary nilaza ny minisitra fa ity taona 2020 ity dia hanombohana ireo fotodrafitrasa maro hanatrarana ny tanjona amin’ny taona 2023.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitarana ny seranan-tsambon’i ToamasinaAmbenana mandrakariva ny Malagasy sao manao kolikoly

Misy hatrany ny atrikasa hiadiana amin’ny kolikoly manoloana ny fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina.

 

Mitohy foana izany ary nisy indray omaly tetsy amin’ny Hotely Solimotel Anosy. Manahy ny hisian’ny kolikoly hatrany ny mpiara-miombon’antoka. Tsiahivina fa mitotaly hatrany amin’ny 639 tapitrisa dolara ny vola atontona amin’ny fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina ka ny 411 tapitrisa dolara dia vola nampindramin’ny Japoney ary haloa ao anatin’ny 40 taona fa ny ambiny kosa dia ny fanjakana no handray an-tanana azy. Goavana hatrany ny asa hatao ary efa niteraka tsenambaro-panjakana marobe izany. Eo indrindra no mipetraka ny fanahiana satria iaraha-mahalala fa ambony hatrany ny tahana kolikoly amin’io sehatra io eto Madagasikara. Izany no nanatanterahan’ny birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (BIANCO) miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka sy ny masoivoho Japoney ho amin’ny fiaraha-miasa iraisam-pirenena (JICA) atrikasa omaly. Tanjona efa napetraka hatramin’izay ary antony hanaovana atrikasa lavareny ny hampihenana ny mety ho fisian’ny kolikoly amin’ny fanatanterahana ny asa fanitarana. Amben-tinteny ny hoe fandraisana andraikitra sy fisorohana sahady ny amin’ny izay trangana kolikoly mety hiseho no tena anton’ny atrikasa. Hapetraka  ny fomba fiasa madio sy mangarahara mandritra izany mba tsy hanodinkodinana indray ny vola na sanatria ho zara fa vita sy petatoko ny asa noho ny fisian’ny kolikoly. Hita ho mailo hatrany ireo mpiara-miombon’antoka, indrindra ny mpamatsy vola ary efa marobe ny atrikasa natao niarahan’izy ireo tamin’ny BIANCO mahakasika ity asa fanitarana ny seranan-tsambo ity. Hambenana mandrakariva ny Malagasy sy tsy hananana fahatokisana ary tsy maintsy hanaovana atrikasa lava izao ve vao hahatsapa tena amin’ity sehatra kolikoly ity ? Misy aza atrikasa efa nandeha ihany no averina sy hamafisina. Izany no mahataraiky lava ny fampandrosoana eto amin’ny firenena ary tokony hahatsapa tena ireo tompon’andraikitra rehetra fa mahamenatra ny zava-misy.

Tsirinasolo

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket-ball GNBC hiatrika ny BALTonga nankahery azy ireo ny FMBB

Tonga nanara-maso ny kotrana sy nankahery ireo mpilalaon'ny GNBC hiatrika ny fifaninanana BAL hanomboka amin'ny tapaky

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby - Mpanazatra “Niveau 3” MalagasyHanao « repêchage » i Dina sy Kofajah ary i Andry

Nambara teto tamin’ny herinandro lasa teo fa tafita tamin’ny “Evaluation” nampanaovin’ireo manampahaizana avy amin’ny World

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao famaranana Rugby à XV MalagasyLasa ny mamba dia misosoka ny voay

Nafana ny lalao famaranana ny fifaninanana rugby Gold Top 20-2019 sady fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara sokajy federaly 1

Tia Tanindranaza0 partages

Raoul Arizaka RabekotoNolavina ny fangatahany, mbola manankery ilay IST

Nolavin’ny filankevi-panjakana omaly talata, ny fangatahan’i Raoul Arizaka Rabekoto ny amin’ny hanafoanana ny tsy fahafahany mivoaka ivelan’i Madagasikara noho ilay IST navoakan’ny fitondrana.

 

 Tsy mbola mahazo mivoaka ny firenena izany hatreto aloha ity filohan’ny Federasiona Malagasin’ny baolina kitra (FMF) ity na dia efa namelabelatra nanoloana ny  fitsarana aza fa maro ny fivoriana sy fihaonana tokony hatrehany any ivelany eo anivon’ny CAF sy ny FIFA. Manankery hatrany aloha izany ny IST mihatra amin’i Raoul Arizaka Rabekoto noho izy mila atao fanadihadiana noho ireo ambara fa famoaham-bola goavana nitranga tao amin’ny CNaPS fony izy tale jeneraly tao. Fantatra mantsy fa misy ny fitsirihana sy fanadihadiana ataon’ny fanjakana Malagasy momba izany na dia tsy mbola nisy aza ny fampahafantarana mazava tsara ny ny zavatra mampiahiahy amin’ity filohan’ny FMF ity. Miandry ny tohin’ny fanadihadiana ny rehetra satria azo sokajiana fa anisan’íreo olona manana ny maha izy azy i Raoul Arizaka Rabekoto, izay ankoatra ny maha filohan’ny FMF sy ny naha tale jeneralin’ny CNaPS azy dia mpitsara sy manampahaizana sady mpampianatra toekarena ihany koa.

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Barea hihaona amin’i Côte d’IvoireHanatevin-daharana i Hakim sy Hery ary Alexandre

Efa namaly ny fiantsoana azy ireo hanatevin-daharana ny Barean’i Madagasikara amin’ny fihaonany amin’ny ekipam-pirenen’i Côte d’Ivoire

 

La Vérité0 partages

Malnutrition en milieu urbain - Une centaine d’enfants par mois sous traitement

Issus des Fokontany vulnérables d’Antananarivo et périphéries. Le centre d’accompagnement social et d’appui nutritionnel (CASAN), implanté à Antohomadinika III G Hangar, accueille des enfants et mères de familles atteints de la malnutrition aigüe modérée. Ces bénéficiaires de prestations gratuites, sur un financement de l’association humanitaire « Action contre la faim » (ACF), jouissent à la fois de traitement médicamenteux, de suppléments nutritionnels, de sensibilisations mais également d’éducation culinaire, etc.

« Outre les mères de famille, 120 enfants âgés de 6 mois à moins de 5 ans par mois bénéficient en moyenne de nos prestations multisectorielles. Le traitement de 3 mois au maximum suit le protocole national de prise en charge imposé par le ministère de la Santé publique. Aussi, l’ACF dispose d’expériences en matière de prise en charge des enfants atteints de la malnutrition », informe Mialy Rakotondraina, Responsable du programme au sein du CASAN d’Antohomadinika. Les employés du centre, dont les assistantes sociales, apportent également leur soutien aux mères sur la manière de s’occuper de leurs enfants. A cela s’ajoutent les diverses sensibilisations thématiques sur l’hygiène, l’art culinaire ou autres.

Des récidivistes…

Environ 10% d’entre les bénéficiaires des prestations offertes par le CASAN d’Antohomadinika font des récidives pour diverses raisons, d’après la responsable. Outre le fait que certains vendent les médicaments et suppléments nutritionnels, d’autres refont le traitement faute de moyens pour se prendre en charge ou encore à cause du problème permanent d’hygiène. « Avec la hausse progressive du nombre des habitants, l’hygiène laisse à désirer dans la plupart des Fokontany vulnérables. Les maladies diarrhéiques et les infections respiratoires sont fréquentes puisque les enfants jouent et défèquent dans le même endroit. Pis, les eaux sales pénètrent dans les maisons à chaque pluie abondante », explique la responsable. « Avec la pauvreté incluant le manque de revenus, bon nombre de ménages vivent au jour le jour. Manger des aliments variés et équilibrés leur est presque impossible, malgré l’éducation culinaire que nous leur dispensons régulièrement », ajoute-t-elle.

Quoi qu’il en soit, les activités et sensibilisations s’enchaînent d’autant plus que des changements de comportements ont pu être constatés ces dernières années. Davantage de parents emmènent leurs enfants se faire dépister pour une prise en charge auprès du centre. Ce n’était pourtant pas le cas en 2015, où ils pensaient que la malnutrition n’étant pas une maladie. Actuellement, ils font du traitement de leurs enfants une priorité.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Marchands ambulants - Retour provisoire dans le centre-ville

Il y a des endroits où les marchands ambulants sont interdits d’accès, mais seule une partie des lieux leur est réservée, a avancé récemment le maire de la Capitale, Naina Andriantsitohaina. Suite à cette déclaration, de nouvelles organisations ont été mises en place depuis le début de cette semaine au niveau du centre-ville. D’ailleurs, la plupart des commerçants se sentent lésés à cause de leur expulsion de l’endroit habituel. D’après Rafidimanana Désiré, responsable au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), ce retour sur les trottoirs est provisoire, plus précisément jusqu’à la construction de nouvelles infrastructures.

« Nous sommes des Malagasy, et on ne peut pas être imperméable à la souffrance des autres », avance-t-il. Les commerçants ambulants peuvent exercer sur les trottoirs à condition qu’ils laissent le champ libre aux piétons et ne gênent pas la circulation. Au moins, ils doivent libérer deux tiers du trottoir et rétrécir leurs étalages. Une décision qui, malgré les critiques des observateurs sournois, a satisfait plus d’un. « Cette décision nous convient. Contrairement aux moments précédents, les agents de police ne ramassent plus ou détruisent nos marchandises. Le moment venu, nous sommes prêts à abandonner les lieux. C’est d’ailleurs le contrat entre les deux parties », avance Haingonirina Georgette, commerçante à Anosy.

Néanmoins, il y a des endroits qui sont absolument interdits aux commerçants ambulants comme le devant du Senat à Anosy et aux alentours du Tribunal. Ceux exerçant à Anosy et Mahamasina seront rassemblés ailleurs dans un autre lieu. Actuellement, la CUA procède au recensement des marchands ambulants afin de trouver une solution durable à leur situation. « On ne pourrait pas trouver une solution si l’on ne dispose pas d’une statistique », ajoute le responsable au sein de la CUA.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Braquage à Toamasina - Un échange de tirs, des victimes et des arrestations

Cinq présumés assaillants capturés vivants, un autre blessé par balle à son pied, même sort pour un civil ! Tel a été le bilan d’un hold-up  qui s’est produit sur l’Avenue longeant le bureau de TELMA à Toamasina, vers midi hier. Cependant, la Police n’a pas précisé la nature, ni la fonction de la cible. Les éléments du commissariat, joints par ceux du commissariat du premier Arrondissement de la ville portuaire de l’Est, sont intervenus assez rapidement sitôt qu’ils ont reçu l’alerte.

 

Lorsque les équipes de la Police sont arrivés, à l’endroit où les braqueurs étaient en train de commettre leur méfait, ces derniers ont immédiatement accueilli les premières par des tirs d’armes à feu.  Rapidement, ce fut l’escalade d’où l’on a assisté à un échange de tirs entre les deux camps. Mais c’était la Police qui a pris le dessus lors de cet affrontement, très violent mais bref, selon une source policière.

Les Forces de sécurité ont alors fini par neutraliser le gang en mettant cinq de ses membres dans les mailles de leur filet. C’était également dans ces circonstances qu’un assaillant a reçu un projectile au niveau de son bras. Mais ce n’est pas tout. Les malfaiteurs auraient tenté de prendre la fuite en réquisitionnant une voiture particulière. Mais comme le conducteur a refusé de les transporter, ils l’ont brutalisé. Actuellement, la victime se trouve encore dans un état critique lié à son agression.

Outre le coup de filet de la Police, son intervention a également permis de récupérer le butin des mains des agresseurs, soit au total la somme de 20 millions d’ariary mais aussi des bijoux volés constitués de collier et de chevalière en or. La poursuite de l’enquête, sur cette affaire, a permis de savoir que l’un des agresseurs supposés est un prisonnier qui venait de purger une peine à la prison d’Ihosy.

Après un semblant de calme, le braquage semble refaire surface à Toamasina. Avant l’épisode mouvementé d’hier, le dernier en date remonte en décembre 2019. A l’époque, deux individus armés ont pris pour cible la cliente d’une banque. Cette attaque sanglante s’est produite en plein jour, exactement comme celle qui s’est passée, hier. Car à peine la victime a quitté la banque, les assaillants sesont rués sur celle-ci.

Franck R.

La Vérité0 partages

« International Tourism Fair Madagascar » - Une 9ème édition sous la célébration des 60 années d...

L’« International Tourism Fair Madagascar » (ITM) revient cette année pour sa 9ème édition, du 18 au 21 juin prochain au Centre de Conférence International (CCI), à Ivato. Cette édition sera ainsi organisée sous la célébration des 60 années d’indépendance de la Nation. Ainsi, un volet sur le tourisme culturel, lié à l’histoire de l’indépendance est actuellement en gestation. « Mais l’ITM conservera toujours sa place de vitrine du tourisme, autant celle de Madagascar mais aussi de celle tout l’océan Indien, à travers la valorisation comme à chaque édition de la richesse ainsi que des attraits touristiques, culturels et environnementaux uniques qui font la réputation de notre Région », a rappelé Boda Narijao, président du Conseil d’administration de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), organisateur de l’événement, hier au ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, à Anosy, en marge de la présentation de l’ITM 2020.

Ainsi, établi sur un site de 30 000 m², le salon se présentera sous huit espaces dont le Village Madagascar, l’Espace des professionnels, le Village Tourisme et Connexe, l’Espace Pays Invité d’honneur, l’Espace Conférence B2B ainsi que l’Allée du tourisme pour tous et le Village Restauration, sans oublier l’Allée des artisans et des artistes.

Nouveaux marchés

« En effet, l’ITM ne se limitera pas seulement à son rôle de vitrine. Elle sera également une plateforme de rencontres entre les tours opérateurs internationaux et les acteurs touristiques de Madagascar, surtout que la Grande île prévoit actuellement d’étendre son marché au-delà de ce que nous avons déjà actuellement. Des efforts de promotion seront ainsi déployés en conséquent. Tout cela afin d’atteindre l’objectif que nous nous sommes fixé de faire venir plus de 500 000 touristes d’ici 2023. Et aujourd’hui, nous sommes déjà sur la bonne voie, compte tenu du beau résultat de l’année dernière avec 378 000 visiteurs, dépassant la référence de l’année 2008 avec 375 000 arrivées », s’est enthousiasmé Joël Randriamandranto, ministre des Transports, du Tourisme et de la Météorologie. En outre, des éductours dédiés à plus d’une centaine d’agences de voyages et de tours opérateurs issus des nouveaux marchés cibles comme l’Inde, l’Afrique de l’Est ou encore de l’Europe de l’Est feront partie des grandes nouveautés de l’ITM 2020.

En tout cas, pour cette édition, l’ONTM s’est posé comme objectif d’augmenter de 20 % les visiteurs, contre les 15 000 de l’année dernière.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Madagascar-Iran - Redynamisation de la coopération économique

La coopération économique entre Madagascar et l’Iran a débuté en 1988. Pourtant, le niveau de cette coopération a baissé après la deuxième République. Le chargé d’affaires de l’Iran à Madagascar, Hassan Alibakshi a ainsi profité de la célébration du 41ème anniversaire de la révolution iranienne, mardi dernier à l’hôtel Carlton, Anosy, pour s’approcher des représentants du Gouvernement, des membres de la société civile et des opérateurs économiques dans le pays. Durant son discours, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Tahiry Miankadaza Ratsimandao, a avancé la redynamisation du partenariat entre les deux pays. « L’Iran et Madagascar ont toujours eu une relation diplomatique.

Il faut dire que cette coopération a besoin d’être redynamisée. Madagascar, dans sa voie de l’émergence, s’ouvre à tous les partenaires ayant les mêmes projets de développement. On peut citer la possibilité de travailler de concert dans de nombreux domaines, pour ne citer que l’éducation et l’agriculture. Et je réitère mon souhait de relancer le partenariat dans le secteur privé en vue de développer les échanges commerciaux et promouvoir les investissements. Tout cela, dans le respect des engagements internationaux »,  déclare le SG du ministère.

Un consul honoraire

Afin de mieux entrer en relation avec l’Iran, un consul honoraire vient d’être désigné à Téhéran. Il a récemment pris ces fonctions afin de promouvoir le partenariat économique entre les deux pays. « Nous avons créé un pont direct reliant Madagascar à l’Iran. Ceci facilitera l’échange entre les deux pays. Sincèrement, cela me fait plaisir d’accompagner la Grande île dans son programme de relance économique. On peut transmettre nos acquis dans les domaines prioritaires, à savoir la mécanisation de l’agriculture, les maisons préfabriquées et surtout dans le domaine de l’énergie. Nous produisons 80 000 mégawatts. Par ailleurs, on se trouve positionne en deuxième producteur mondial de gaz, juste après la Russie. Chaque année, les Iraniens brûlent les gaz excédentaires car on en a trop. On ne sait plus ce qu’il faut en faire. J’espère pouvoir exporter directement ce produit à Madagascar et ce, dans un esprit gagnant-gagnant », avance Hassan Alibakshi, le chargé d’affaires de l’Iran à Madagascar. Pour rappel, les deux pays partagent une même organisation internationale comme l’Organisation Révolutionnaire Anarchiste (ORA).

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Décentralisation - Nomination de deux nouveaux gouverneurs

Le Conseil des ministres d’hier a pris le décret de nomination de deux nouveaux gouverneurs de régions. Vy Vato Rakotomaditra, ancien membre du Conseil supérieur de la Transition, est ainsi nommé gouverneur de la Région Vakinankaratra tandis que le Général Olivier Razafitsotra, officier supérieur au sein de l’Armée, est nommé gouverneur de la Région Vatovavy-Fitovinany. Ce qui monte le total de Régions ayant des gouverneurs à 13, à l’heure actuelle. Durant la première vague de nominations de gouverneurs au mois de septembre de l’an dernier, 11 personnalités avaient en effet été nommées.

Pour ne citer que les exemples de Rasoamaromaka Herilalaina, nommé gouveneur de la Région Analamanga, Lylison René de Rolland Urbain, nommé gouverneur pour la Région Sofia, Razafindrafito Lova Narivelo, gouverneur de la Région Haute Matsiatra ou encore Tokely Justin, nommé gouverneur de la Région SAVA.

9 Régions restent désormais sans gouverneurs. Il s’agit entre autres des Régions Bongolava, Amoron’i Mania, Ihorombe, Analanjirofo, Atsinananana, Betsiboka, Boeny, Melaky et Diana. Leur nomination ne saurait attendre. Ces gouverneurs veillent, à titre de rappel, au développement harmonieux et équitable de toutes les communes relevant de leur ressort territorial, notamment en priorisant les intérêts intercommunaux, selon le décret relatif aux gouverneurs. La nomination des gouverneurs fait partie des promesses présidentielles. Durant la campagne électorale, Andry Rajoelina s’est engagé à donner la même chance de développement pour toutes les collectivités territoriales décentralisées. Les gouverneurs nouvellement nommés ainsi que ceux qui ont été nommés, il y a quelques mois, ont, en tout cas, jusqu’aux prochaines élections régionales pour montrer de quoi ils sont capables.

Dans un autre registre, le Conseil des ministres d’hier a également pris plusieurs décrets de nomination au titre de quelques ministères. Au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, l’ancien secrétaire exécutif du Bureau national de Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), le Général de Brigade Olivier Andriakaja Elack, grimpe les échelons puisqu’il vient d’être nommé directeur Général de cette entité. Au ministère de l’Economie et des Finances, l’ancienne présidente du Conseil national des marchés, Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, est nommée secrétaire générale du ministère de l’Economie et des Finances. Une pluie de nominations est notée au ministère de l’Aménagement du territoire et des Travaux publics. La secrétaire générale, les directeurs généraux ainsi que la plupart des directeurs ont enfin été nommés. Le ministère de la Santé publique, ainsi que le ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène se dotent également de nouveaux SG.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Député Razafindrazalia - Remise en liberté provisoire mais...

En garde à vue à la section de recherches de Fiadanana ces derniers jours, l’épouse du député démissionnaire d’office, Ludovic Adrien Raveloson dit Leva, Yvonne Razafindrazalia a été déférée hier au Parquet de la Chaîne pénale économique et anti-corruption des 67Ha. Corruption, entrave à l’exécution d’une décision de justice, telles sont entre autres les charges qui pèseraient sur cette dame. Des charges qui pourraient avoir un lien avec le mandat d’arrêt lancé à l’encontre de son mari, lequel a disparu des écrans radars à la suite de sa libération provisoire sujette à discussion, accordée par la Cour d’Appel de Toliara.

 

A la suite de son audition, Yvonne Razafindrazalia a en tout cas bénéficié d’une liberté provisoire, dans l’attente de la reprise de l’affaire. Cette dernière serait en effet suspendue, en attendant l’aval du procureur général près la Cour de Cassation à qui appartiendrait l’initiative de la poursuite dans cette affaire, étant donné le statut de la prévenue, une nouvelle députée.

La tourmente judiciaire du couple Raveloson est en tout cas suivie de près par l’Assemblée nationale. La présidente de la Chambre basse du Parlement, Christine Razanamahasoa a organisé une conférence de presse, hier. Réagissant à l’arrestation et la garde à vue de la nouvelle députée Yvonne Razafindrazalia, la présidente de l’hémicycle de Tsimbazaza explique que la Gendarmerie nationale aurait dû demander l’avis de l’Assemblée nationale, en tant qu’institution, avant de procéder à la garde vue d’un élu.

L’article 73 de la Constitution dans son alinéa 3 dispose que « Aucun député ne peut, hors session, être arrêté qu’avec l’autorisation du Bureau de l’Assemblée, sauf en cas de flagrant délit de poursuites autorisées ou de condamnation définitive ». L’Assemblée nationale se baserait sur l’alinéa 4 du même article qui dispose que « Toute personne justifiant d’un intérêt  peut saisir par écrit le Bureau permanent de l'Assemblée nationale pour mettre en cause un député. Le Bureau doit y apporter une réponse circonstanciée dans un délai de trois mois ».

Un certain nombre de juristes soutiennent cependant que l’infraction a été commise avant la nomination de la nouvelle députée. La levée de l’immunité parlementaire n’est ainsi pas requise. Yvonne Razafindrazalia a, pour rappel, été nommée députée en remplacement de son mari démissionnaire d’office, lundi. Or, logiquement son infraction a été constatée avant cette date, étant donné qu’elle a été placée en garde à vue bien avant l’arrêt de la HCC, soutiennent les observateurs. A ce sujet d’ailleurs, la Cour d’Ambohidahy, dans son arrêt, constatant la démission d’office du député élu à Mahabo Ludovic Adrien Raveloson, avait souligné que « L’inviolabilité ne couvre pas des infractions pénales et n’annule pas des sanctions pénales antérieures à l’élection d’un député ». En tout cas, l’affaire, bien que provisoirement suspendue, devra reprendre tôt ou tard. La nouvelle parlementaire est loin d’être sortie de l’auberge.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Global Sports Week : Marcelia au devant de la scène à Paris

Elle a porté la voix des femmes surtout dans la lutte pour l’égalité femmes/hommes à travers le sport.

La jeune rugbywoman d’Antsepoka, Marcelia, était au grand rendez-vous de la  Global Sports Week qui s’est déroulée du 5 au 7 Février aux Salles du Caroussel du Musée du Louvre de Paris. Elle figure parmi les personnalités significatives et influentes du monde sportif.

50 jeunes acteurs du changement, 1000 leaders internationaux, 50 intervenants et les grands décideurs du sport mondial ont participé à ces trois jours d’échanges intenses dans la capitale française. La Sudiste était aux côtés de Brett Gosper, le directeur général de la World Rugby. La lutte pour l’égalité femmes/hommes à travers le sport a été représentée par l’intervention de Marcelia. Elle a porté la voix de Madagascar, le seul pays africain représenté sur scène avec le Sénégal. Et le documentaire « La jeune fille et le ballon ovale » de Christophe Vindis ne cesse d’émerveiller. Il a été en effet mis à l’honneur au deuxième jour de l’événement dans la catégorie « Women Empowerment, deux histoires de vie », aux côtés de Laurence Fischer, karatékate internationale, trois fois championnes mondiale et Ambassadrice pour le Sport au Ministère de l’Europe et des Affaires Étrangères. Deux femmes, deux parcours distincts mais rassemblées autour d’une unique cause : celle des femmes du monde et du combat qu’il reste à mener pour diminuer les discriminations auxquelles elles font face. Véritables exemples d’engagement et de combativité, ces deux femmes prouvent comment le sport peut transformer et façonner des destinés mais aussi comment il peut être porteur de messages puissants servant à défendre les causes les plus nobles. Si Marcelia a vécu une odyssée sportive digne des plus beaux romans contemporains, cette jeune fille est surtout l’emblème incontestable de la Jeunesse africaine qui doit croire en ses rêves et que vouloir dépasser sa condition pour viser les sommets n’est pas une utopie. Ce n’est en effet pas pour rien si Marcelia a illuminé la Global Sports Week, elle est l’avenir lumineux du sport pour l’égalité et sera sans nul doute une des personnalités qui comptera lors de la Coupe du monde de rugby en France en 2023 et pour les Jeux Olympiques de Paris 2024.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Jiolahy mpanolana rain-dahiny : efa am-polony mahery any ho any no lasibatra

Mitety trano mihitsy ity lehilahy mpanolana ity, miaraka amin’ny sabatra sy fanamiana mpitandro ny filaminana. Ambarany foana  fa miaramila manenjika mpangalatra izy rehefa miditra ny tokantrano iray, izay mitrerona sy mandondona ny tsy maintsy hamohana ny trano,   izay  manodidina eo amin’ny telo ora maraina ka hatramin’ny efatra ora sy sasany maraina eo izy no manao ity fanolanana  ity. Niaina tao anatin’ny tebiteby ireo vehivavy mipetra-drery sy ireo mpianatra mpanofa trano teto amin’ny tananan’Ambatondrazaka tao anatin’ny volana vitsivitsy  izay, satria malaza ho mpanao ody ratsy ity lehilahy ity ka vao mijoro eo am-baravarana dia mihorohoro ny ao an-trano  satria samy efa nataony avokoa na ny mpianatra vavy na ny rafotsibe na ny efa manambady ka anisan’ny nahoraka ilay vehivavy bevohaka 8 volana mahery naolany teo imason’ny vadiny. Fokontany  Antsahatanteraka, Atsimondrova, Antsahalava, Avaradrova no tena lasibatr’ity lehilahy sahabo ho  33 taona izay monina 25 km miala ny tanànan’Ambatondrazaka (Vohidiala)  izy no mipetraka ary  olona izay mpihavy aty amin’ny faritra Alaotra. Nanao ny vela-pandrika sy ny savahao  ny zandary niaraka tamin’ny fiaraha-miasa  tamin’ny fokonolona tamin’ireo fokotany ireo amin’ny fanaovana andrimaso   ka dia sarona ny lehilahy . Nantsoina avokoa ireo vehivavy izay tratry ny herisetra ka tamin’ireo ampolony voaolana dia nisy dimy tamin’izy ireo no nanaiky izany ka ny telo nanamafy fa io tokoa no nanolana ahy, fa ny roa nisalasala noho ny tahotra ka tsy nahajery azy teo am-panaovana ny fanolanana. Natolotra ny fampanoavana ny  10 Feboroary 2020 teo ireto olona ireto raha  roa izy ireo no voasambotra ,ka ny iray lavabe izay tena mpanolana no naiditra am-ponja vonjimaika. Nahoraka teto Ambatondrazaka ny fahatrarana ity lehilahy  ity ka hentitra ny fiambenana azy talohan’ny nidirany tany am-ponja. Midera ny ezaky ny zandary ny fokonolona rehetra, fa afaka indray izany ny tebiteby  fa ny ao amin’ny fonjaben’Ambatondrazaka no tsy fantatra, satria mahoraka fa manao ody ratsy ity lehilahy ity ka hatahorana ao indray no manao ity asa ratsy ity.

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Baolai : La campagne « prix cassé » continue

Une remise jusqu’à 50% chez Baolai.

La campagne « prix cassé » continue chez Baolai, le spécialiste du haut de gamme chinois. Une initiative qui coïncide aussi à la Saint-Valentin. Les amoureux peuvent ainsi se faire des cadeaux à petits  prix puisque pour les TV Smart Changhong par exemple, les remises peuvent aller jusqu’à 50%. Sans oublier bien évidemment les autres produits phares de Baolai comme les Subwoofers et lecteurs DVD  de la marque Jeyoo et So Good, les réfrigérateurs Hisense, les smartphones Hisense’, les synthétiseurs Meike. « Nos produits sont authentiques et garantis, et nous disposons d’un service après-vente fiable »,  précise un responsable de Baolai.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Madagascar en capacité de détecter le 2019-nCoV

Les laboratoires capables de diagnostiquer le nouveau coronavirus par des analyses sur des échantillons sanguins sont très peu nombreux en Afrique.

Madagascar fait partie des rares pays d’Afrique actuellement en capacité de détecter le nouveau coronavirus, responsable de l’épidémie apparue en Chine. Car en Afrique, le nombre de laboratoires disposant des capacités pour tester des échantillons susceptibles de contenir le nouveau coronavirus est très réduit. Si seulement deux laboratoires dans deux pays d’Afrique sont des établissements de référence en la matière, à savoir l’Institut Pasteur de Dakar, au Sénégal, et l’Institut national des maladies transmissibles (NICD), en Afrique du Sud, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) indique que maintenant, quatre autres pays sont également en capacité de détecter le 2019-n-CoV. Madagascar en fait ainsi partie, par le biais de l’Institut Pasteur de Madagascar. Les trois autres pays sont le Ghana, le Sierra Leone et le Nigeria.

L’OMS projette de faire disposer de kits spéciaux à 29 laboratoires de la région africaine, permettant à ces laboratoires de disposer eux aussi, d’une capacité de diagnostic de ce coronavirus.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Soirées : Un long agenda pour la Saint-Valentin

Onja Tinondia va s’aligner pour les soirées spéciales Saint-Valentin de la capitale. (crédits photos : Onja Tinondia Officiel)

La Saint-Valentin tombe un bon jour cette année, un vendredi qui dans la tradition citadine, est le meilleur jour pour festoyer. Cette fois, ce sera en amoureux. 

Cette année, la Saint-Valentin tombe un vendredi, une aubaine pour les organisateurs évènementiels de la capitale. Pas moins de quinze cabarets et concerts se tiendront durant la nuit du 14 février. Il y en a pour tous les goûts et les âges. A commencer par les classiques, le groupe Rebika sera à l’espace Nombantsoa à cette date à partir de 21 h. Tous les ténors actuels de ce groupe seront présents. Les inconditionnels n’ont qu’à bien se tenir. L’autre grand classique est celle où le public retrouvera les supers interprètes et artistes, habitués de ce genre d’occasion, comme Bodo, Mahery, Manoa, Poon, Fara Kely et Rija Ramanantoanina. Cette belle brochette sera sur la scène du Tana Plaza Ampefiloha. La soirée s’intitulera « Feo sy fo », et débutera à 19 h 30. Les duos intenses seront sûrement au menu.

Dans la même veine, le groupe Iraimbilanja animera la nuit au Pk0 Soarano pour leur grand cabaret Saint-Valentin à partir de 21 h. Décidément, les papys du rock ne comptent pas chômer pour cette année. D’ailleurs, 2019 a été assez tonitruante aux chanteurs de « Mosoara », « Tehina », etc… S’agissant toujours de groupe, Hasina sera à l’affiche à l’espace Mon Goûter à Andrefan’Ambohijanahary et lancera les premières chansons à 20 h. Pour les fans de variété acoustique, cette soirée leur est dédiée. Puisque le band signe la soirée sous le sceau de « Saint- Valentin cabaret akostika ». Voilà pour les soirées idéales pour les quadras révolus.

Les grosses pointures seront cependant aussi présentes, Onja Tinondia sera par exemple au Glacier Analakely à 21 h. « Sambatra », ce sera la dénomination de ce rendez-vous. Que des purs moments de bonheur donc. Tence Mena, sera quant à elle au San Marina aux 67 ha à partir de 21 h pour un « Valentine’s day » promettant des étincelles. Il est fort à parier que les décibels et la fièvre vont monter dès les premiers titres. Par ailleurs, Koike, un revenant, Ariane et Rotsy feront du cercle mess Betongolo leur terrain de jeu à 21 h. La belle Inah sera par contre au Trass Tsiadana, un lieu discret et convivial, idéal pour les amoureux. Elle y chantera à partir de 20 h. Sans équivoque, le titre du spectacle sera « Vendredi in love ».

Cette année, le « speed dating » a aussi intégré les mœurs de la Saint-Valentin. Ce type d’évènement se tiendra alors au Louvre 313 à Antaninarenina entre 17 h et 21 h. Le principe du « speed dating » est d’organiser des rencontres entre célibataires, de les faire se parler. L’objectif est que des couples se forment après les discussions. Chaque femme présente doit parler à tous les hommes.

Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

Flux financiers illicites : Favorables aux inégalités, selon les participants à l’AFRODAD 

Les flux financiers illicites ont d’importants impacts négatifs sur le développement des pays riches en ressources naturelles, selon les participants de l’AFRODAD.

Les économies africaines riches en ressources naturelles sont facilement touchées par les inégalités générées par les flux financiers illicites. Il s’agit d’un problème de gouvernance, d’après les propos évoqués lors de l’Indaba Mining Alternative Mining. Lors de la Session sur les ressources extractives, dans le cadre du Forum et réseau africains sur la dette et Développement (AFRODAD), les délégués ont noté que les flux financiers illicites engendrent un drainage des ressources fiscales et une forte dépendance à l’aide extérieure, ce qui perpétue également les dettes et les inégalités. Dans les pays riches en ressources minérales, cette inégalité est favorisée par la mauvaise gouvernance du pétrole, du gaz et  des mines, tout au long des chaînes de valeurs, de l’exploration à la gestion des recettes. « La dépendance excessive aux pays disposant de progrès techniques plus avancés, et l’incapacité d’ajouter de la valeur aux ressources disponibles, limitent les marges de manœuvres politiques pour la diversification de l’économie et le développement durable. Cette situation sape davantage l’équité intergénérationnelle », ont-ils indiqué.

Gouvernance. Plusieurs pays d’Afrique ont déjà procédé à l’exploitation de leurs ressources naturelles, durant des décennies. Mais ces exploitations ne sont qu’une source de pouvoir et de richesses pour les élites dirigeantes et les multinationales qui entreprennent sur le continent. Les contrôles des revenus provenant des ressources minérales indiquent tragiquement, et à plusieurs reprises, que ces ressources ont alimenté les inégalités, les cycles de corruption, les conflits et la pauvreté, empêchant la stimulation de la croissance économique et du développement social. En d’autres termes, ces ressources qui devraient être une bénédiction, sont devenues une malédiction pour les pays qui sont passés par cette évolution. Rangari Rai Chikova, analyste politique présent à l’AFRODAD a souligné que, la lutte contre les Flux financiers illicites est un problème de gouvernance. Il a exhorté les nations africaines à exiger avec fermeté la mise en place et l’opérationnalisation de systèmes qui obligent les entités multinationales de canaliser les fonds par des voies légales. Il a également martelé l’importance de la transparence et de la responsabilisation des acteurs concernés dans la gestion des industries extractives, qui doivent favoriser la croissance économique et le développement du pays concerné.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Single : « Tu m’aimes » entame l’année de J.Love 

Originaire de la RDC, J.love est amoureux de Madagascar

« Ce morceau est spécialement pour la Saint-Valentin », déclare le chanteur.  « Tu m’aimes » vient de sortir cette semaine.Les paroles sont  en malgache. On voit bien que l’artiste a fait des efforts. Si au début, il a été épaulé par le producteur  Davalt pour écrire en malgache, J.Love a écrit lui même les  paroles de « Tu m’aimes ». «  A présent je peux dire que je maîtrise bien la langue malgache », a-t-il déclaré avec fierté.  Dans une  chanson de trois minutes,  l’artiste a utilisé plusieurs façons de parler pratiquées dans les régions  de la Grande île.  L’objectif est pour que tous  les  Malgaches comprennent le message.

Il impose plus de rigueur depuis ses premiers morceaux en  malgache. Il a tout un arsenal de mélodies. Son style est la fusion entre la rumba congolaise,  la sonorité malgache et la musique urbaine.   J.love ne se contente pas de faire danser ,  il prêche l’amour.

Cette année, J.Love effectuera des tournées. Il sillonnera la partie orientale de l’île.  En parallèle, il a promis de sortir des morceaux pour ses fans aussi bien au Congo qu’à Madagascar.

J. Love a vu  le jour à Kinshasa. Bercé par la rumba  congolaise , le jeune Junior Loseke de son vrai nom commence à prendre goût de la musique traditionnelle de son pays. En 2006, il quitte sa ville natale et atterrit à Lubumbashi pour approfondir sa connaissance musicale. Six ans après, il débarque à Dar-es-Salam, là où il rencontre le  chanteur Penji Lako, et le défunt Sharo Millionnaire. En 2015, il débarque à Madagascar. Fasciné par la musique malgache, Loseke travaille avec des artistes malgaches comme Tence Mena, Flash B, Black Nadia, et des grands « beatmaker » comme Davalt et « Ratakinga Records ».

Iss Heridiny

 

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana « shop airtel » tetsy Itaosy : Nisy sa tsy nisy ny fakàna takalonaina ?

Mbola manjavozavo tanteraka ny mahakasika ilay  fanafihan-jiolahy mitam-piadiana tetsy Itaosy, nitranga ny alatsinainy teo. Fanontaniana nipetraka eny am-bavan’ny maro mantsy ny hoe nisy tokoa sa tsy nisy ilay fakàna takalonaina nataon’ireo mpanafika ? Ary tamin’ny fomba ahoana no tsy nahafahana nisambotra azy ireo kanefa tafiditra tao ireo mpitandro filaminana ? Araka ny fanazavana nomen’Atoa Minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny Controleur Général de police Randrianarison Fanomezantsoa omaly, raha ny nitafa tamin’ny mpanao gazety, dia « efa eo an-dalam-panaovana fanadihadiana izy ireo ary efa natomboka omaly ihany ny fanaovana « reconstitution » ny zava-nitranga ».

Tafatsoaka. Raha ny zava-nisy, araka ny fanazavany hatrany, dia nahazo antso tokoa ireo mpitandro filaminana tonga teny, fa hoe nisy fanafihana mitam-piadiana nitranga ary nihidy taman-trano tao niaraka tamin’ireo voatafika ireo olon-dratsy. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo sampana manokana miady amin’ny asan-jiolahy mahery vaika, na teo anivon’ny polisy na ny teo anivon’ny  zandary ary tafiditra tao amin’ilay « shop » voatafika. « Nony tonga tao anefa izy ireo, dia tsy nahita afa-tsy vehivavy iray. Voalaza ihany koa, fa efa tafatsoaka ireo niharam-boina hafa ary tafaporitsaka toy izany ihany koa ireo mpanafika ».  Marihana fa tokony ho tamin’ny dimy ora hariva tany ho any no nitranga ity fanafihana teny Itaosy ity ary roa lahy tsy nisaron-tava, niaraka tamin’ny basy poleta sy zava-maranitra no tompon’antoka tamin’ilay fanafihana. Vola mitentina teo amin’ny dimy tapitrisa ariary teo ho eo no lasa tamin’io fanafihana io.

Fepetra manokana. Tato anatin’ny herinandro vitsivitsy tokoa izay, dia saika nirongotra tanteraka ity fanafihana « cash point » ity, raha tsy hiteny fotsiny  afa-tsy ilay teny Ambohidahy Ankadindramamy sy ny teny  Ivandry. Nisy ihany koa ny tany amin’ny faritra Ambositra iny. Araka ny fanazavana azo hatrany, dia hisy ny fepetra manokana horaisin’ny teny anivon’ny polisim-pirenena mahakasika ity tranga. Anisan’izany ny « fisafoana andro aman’alina ataon’ny polisy fa indrindra mety ho tonga hatrany amin’ny fanisana tsirairay ireo « cash point » ». Fa na izany na tsy izany aza anefa, hoy hatrany ity tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny polisim-pirenena ity, dia tokony mba ho mailo lalandava sy handray fepetra mifaraka amin’ny fiarovana azy ireo, ny tompon’andraikitr’ ireny toerana fanakalozana vola amin’ny finday ireny.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Arizaka Raoul Rabekoto : Poursuivi pour 20 milliards Ariary détournés à la CNAPS

Surfacturation, détournement de deniers publics, favoritisme, faux et usage de faux, corruption, enrichissement illicite, abus de fonction et blanchiment. Ce sont entre autres, les chefs d’inculpation qui pèsent contre le président de la Fédération Malagasy de Football, Raoul Arizaka Rabekoto. 

D’après les informations, la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS) a déposé une plainte contre son ancien Directeur général pour des faits de malversations. Les faits auraient été commis durant l’époque où il était à la tête de la CNAPS, c’est-à-dire de 2002 à 2019. Les résultats des audits effectués au sein de la société ont permis de découvrir plusieurs cas de malversation. C’est ce qui aurait incité la CNAPS à déposer une plainte au Bureau Indépendant Anti-corruption et auprès du parquet du Pôle Anti-corruption. Cette plainte a été déposée bien avant l’élection de Raoul Arizaka Rabekoto à la tête de la Fédération Malagasy de Football. L’on peut donc déduire que cette affaire n’a rien à avoir avec son nouveau poste, et encore moins avec la politique. D’autant plus que d’après nos investigations, le nouveau patron de la FMF est poursuivi pour différents dossiers de corruption qui aurait provoqué un préjudice d’environs 20 milliards d’Ariary à la Société CNAPS, mais aussi à l’Etat malagasy. Ces dossiers concerneraient entre autres, la construction de logements sociaux à Morondava, à Sambava, mais aussi d’autres projets.

Mesure préventive. Pour son dossier judiciaire, l’ex-DG de la CNAPS est poursuivi avec d’autres individus dont des entrepreneurs. Il convient de noter aussi que Raoul Arizaka Rabekoto était à la fois Directeur général et Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) de la CNAPS. Force est cependant de constater que pour l’heure, le président de la FMF est au stade de l’inculpation. Il n’a pas encore été condamné. L’on sait aussi que l’IST prise à son encontre n’est qu’une mesure préventive ordonnée par les autorités judiciaires. Une telle mesure est prise pour éviter une soustraction à la Justice dans le cadre d’une enquête judiciaire en cours. Une application à la lettre de l’article 52 de la loi 2016-020 relative à la lutte contre la corruption.

Impunité révolue. Le régime actuel avance à une vitesse grand « V » quant à la lutte contre les détournements et la corruption. « Il n’y aura aucune tolérance », a déclaré le président Andry Rajoelina lors de son discours à la Nation du 31 décembre 2019. L’époque de l’impunité est révolue. Raoul Arizaka Rabekoto risque de ne pas pouvoir faire exception. En tant que citoyen responsable, il doit se soumettre aux procédures légales et répondre de ses actes devant la Justice. Cela constitue d’ailleurs une occasion pour lui de se justifier et de mettre la lumière sur cette affaire. Se cacher derrière la FMF et faire un lobbying auprès de la FIFA ne reflète pas l’image du leader responsable dont il souhaite incarner. La bonne gouvernance et le respect des règles sont des valeurs communes partagées par tous. L’exercice d’un mandat à la tête d’une fédération sportive ne doit pas être utilisé à des fins personnelles pour servir d’immunité ou de privilège visant à se soustraire d’une procédure judiciaire.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Sommet de l’Union Africaine : Le président Andry Rajoelina assiste à l’ouverture

Le président Andry Rajoelina a assisté hier à la cérémonie d’ouverture du 33è Sommet ordinaire des Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union Africaine. La cérémonie d’ouverture s’est déroulée au siège de l’organisation panafricaine à Addis-Abeba. Une cérémonie au cours de laquelle a eu lieu la passation de pouvoir entre l’Égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Sud-Africain Cyril Ramaphosa qui va donc prendre officiellement la présidence tournante de l’Union Africaine pour un mandat d’un an.

« Faire taire les armes en Afrique ». Tel est le thème choisi pour cette année. En effet, l’Afrique entend mettre un terme aux conflits armés qui continuent de fragiliser le Continent, notamment la crise en Libye et le combat contre les groupes terroristes dans la région du Sahel. Les différentes interventions ont été axées sur les questions de la sécurité. Un appel à la solidarité de l’Afrique a été lancé pour faire face aux menaces. Avant la cérémonie d’ouverture du Sommet de l’UA, le président Andry Rajoelina a assisté, aux côtés de ses collègues chefs d’Etats africains, à une réunion à huis clos qui a duré 1h30. Comme à l’accoutumée, la session a été précédée par l’habituelle photo de groupe prise devant l’entrée du Nelson Mandela Plenary Hall.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Telma : Le smartphone Telma Eco+ pour la Saint-Valentin

L’Ego+ de Telma fait le bonheur des usagers.

Telma continue d’offrir les meilleurs produits et services pour satisfaire au maximum les utilisateurs

La Saint-Valentin rime toujours avec cadeaux. Du coup, les opérateurs téléphoniques ne manquent pas de créativité pour permettre aux amoureux de s’offrir des cadeaux inoubliables.

Accessibles

A l’instar de Telma qui lance en ce moment une large gamme de smartphones 4G accessibles à tous les budgets. Telma Ego+ figure parmi les derniers-nés des smartphones Telma. Un modèle qui permet de rester connecté au réseau 4G vraiment  partout à Madagascar  à sa connectivité 4G, sa Wi-Fi et son Hotspot pour partager la connexion. Il s’agit d’un smartphone  d’une manipulation facile grâce à son système Android 9.0, sa mémoire vive de 2Gb ainsi que sa mémoire interne pouvant stocker jusqu’à 16 Gb. Un produit qui permettra à coup sûr aux amoureux de capturer les  moments les plus romantiques grâce à son appareil photo double caméra de 13 Mpx ,et sa caméra frontale avec flash intégré. Son écran HD IPS de 6.1 pouces  permet aussi de  regarder les  vidéos en HD. L’appareil est aussi muni d’un système de protection grâce à son lecteur d’empreinte (Fingerprint), et son système de reconnaissance faciale (Face ID) à seulement  369 000 Ar TTC , son prix est imbattable.

A petit budget

D’autres modèles à petit budget sont également  disponibles  comme l’indique un communiqué de l’opérateur : « Telma vous réserve encore d’autres surprises en Telma Shop pour tous les budgets ! Découvrez par exemple le Best-Seller Telma F1XS 4G à 219 000 Ar seulement au lieu de 269.000 Ar, ou encore le Telma Titan, toujours en 4G à 169 000 Ar seulement. Alliez également la technologie à la simplicité avec le Telma Wi-Kif+ 4G, le premier téléphone intelligent 4G à Madagascar doté du système KaiOS. Pour rappel, grâce au système KaiOS, les utilisateurs peuvent télécharger et rajouter des applications dans leurs mobiles avec touches. Le Telma Wi-Kif+ 4G est seulement à 65 000 Ar TTC au lieu de 79.000 Ar durant la Saint-Valentin. Ce n’est pas tout ! Telma et MVola offre également des chances de gagner divers lots pour les couples sur le digital, dont des smartphones ! Rendez-vous sur leurs pages Facebook Telma Madagascar et MVola by Telma ».  Telma veut ainsi rester le numéro Un de la téléphonie mobile, d’Internet et de mobile banking.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’amour : Njakatiana à l’Asia & Africa Hotel

Une fois de plus, le chanteur de charme est au front.

Pour ceux qui le connaissent, Njakatiana est une bête de scène. Que ce soit dans les grandes aires ou sur des scènes plus restreints, il se donne toujours à fond. Incorrigible romantique et metteur d’ambiance par excellence, il profite de la Saint-Valentin pour offrir une soirée de passion à l’Asia Africa Hotel Ivato. Adoptant la culture de l’excellence, Njakatiana est surtout connu pour ses grosses soirées en grandes pompes et celui-ci ne déroge certainement pas à la règle. Effectivement, ce sera une soirée mémorable. Le tout se jouera avec les meilleurs titres de son répertoire, ceux que les amateurs de musique variété malgache ont toujours sur les lèvres.

Pour voir les choses en grand, le crooner ne lésine pas sur les mots. « Je promets au public qui a tant attendu un méga show.  C’est que ce sera un événement exceptionnel, on s’entourera de  professionnels que ce soit sur le plan technique que du côté de l’organisation. »  Les inconditionnels  auront donc le plaisir de revivre les moments forts de ces années d’or à travers des morceaux slow et plus calmes que d’habitude.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

SG du TIM : Rina Randriamasinoro succède à Olga Ramalason

Le nouveau SG du TIM a été présenté hier à Bel’Air.

Rina Randriamasinoro vient d’être désigné numéro Deux du parti « Tiako I Madagasikara ».

Des changements se poursuivent au sein du TIM après les Communales de novembre 2019. C’est dans ce cadre que Rina Randriamasinoro vient d’être désigné secrétaire général du parti. Il succède ainsi à la sénatrice Olga Ramalason qui a exercé ses fonctions politiques depuis avril 2019. Le bureau politique du TIM dirigé par son président national Marc Ravalomanana a pris cette décision hier à Bel’Air. « Cette désignation est un signe de confiance manifesté par le président Marc Ravalomanana et les membres du bureau politique du parti. », a expliqué Rina Randriamasinoro. Avant de rajouter : « Je serai là pour redynamiser et apporter du nouveau souffle au parti. Je suis prêt à relever ce défi. Mais, je ne pourrai pas agir seul. J’ai besoin de votre collaboration. » Marc Ravalomanana reste cependant président national du TIM. Quant à la sénatrice Olga Ramalason, elle devient secrétaire générale de la plateforme de l’opposition RMDM (Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara). Par ailleurs, le TIM vient d’avoir son nouveau responsable de communication, en la personne du député, non moins journaliste, Fidèle Razara Pierre.

Présidentielles de 2023. Le choix de Rina Randriamasinoro n’a pas été suffisamment expliqué hier au QG du TIM à Bel’Air. On sait tout simplement que Rina Randriamasinoro a défendu les couleurs du TIM aux Municipales de la Capitale et qu’il fait partie de ces jeunes personnalités qui gravitent actuellement autour de Marc Ravalomanana qui semble finalement décidé à préparer la relève au sein de sa formation politique. Pour bon nombre d’observateurs, le choix de Rina Randriamasinoro s’inscrit dans le cadre de la préparation des prochaines échéances électorales dont notamment les présidentielles de 2023. Rina Randriamasinoro serait-il alors le candidat du TIM aux présidentielles de 2023 ? Certains militants du TIM aspirent à des profonds changements au sein du parti suite aux échecs subis ces dernières années. Lors des dernières présidentielles, Marc Ravalomanana a notamment perdu dans les provinces autres qu’Antananarivo. Même réalité aux dernières Législatives et Communales. Des analystes politiques estiment que la réforme ou la restructuration à opérer au sein du TIM devrait tenir compte des échecs électoraux du parti dans les régions côtières. Certains sont allés jusqu’à faire constater que la formation politique de Marc Ravalomanana manque cruellement des personnalités côtières capables de renverser la tendance.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur et recherche scientifique : Les défis d’une réforme attendue depuis des décen...

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique dispose actuellement d’un acquis fragile quant à la paix sociale instaurée par la nouvelle équipe dirigeante. 

L’heure est à l’action. Une phrase qui résume la situation auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. En effet, la paix sociale semble être restaurée suite à la fin des manifestations du SECES, Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur. Un acquis majeur – bien que fragile – pour les parties prenantes compte tenu des conséquences engendrées par les diverses perturbations aussi bien des enseignants que des étudiants. La régulation des divers « dossiers en souffrance » auprès du ministère est la première action que l’équipe actuelle compte entreprendre. Joint au téléphone pour de plus amples informations hier, Elia Béatrice Assoumacou note « il est urgent de régulariser les dossiers relatifs à la titularisation et/ou à la dérogation des enseignants. Ce, en vue du respect de leurs droits mais également pour satisfaire les attentes de chacun ». Outre la « reprise des activités administratives », le ministère entend également entreprendre la mise en œuvre de l’e-gouvernance. « La digitalisation de la gestion des ressources humaines et des ressources financières » en serait les grandes étapes de ce processus si l’on se réfère toujours aux explications de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Suite. L’entretien téléphonique avec Elia Béatrice Assoumacou a également permis de savoir que le ministère dont elle est en charge entend renforcer la digitalisation de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. « Nous avons comme objectifs d’améliorer l’enseignement supérieur et la recherche scientifique. Et l’ouverture au monde via l’accès à toutes les ressources possibles est nécessaire ». La vulgarisation du recours aux technologies d’information et de la télécommunication, via l’accès à internet en serait la manifestation. Par ailleurs, la continuité de l’Etat faisant foi, le ministère en charge de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique entendrait poursuivre la mise en place des universités régionales. L’idée serait  – dans un premier temps – de faire en sorte de doter toutes les régions d’universités répondant aux besoins et normes actuels. Ce qui devrait par la suite amener à divers recrutements d’enseignants et de professeurs. Ce qu’Elia Béatrice Assoumacou a appuyé. « Nous devons envisager de recourir au recrutement d’enseignants à éparpiller dans toutes les régions du pays, surtout dans celles éloignées où l’accès à l’enseignement est difficile », a-t-elle expliqué. Les défis sont de taille pour le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Avec la paix sociale rétablie, la machine devrait être en marche. Touchons du bois – pas forcément de rose – que grèves du SECES et grèves estudiantines il n’y en aura pas.

José Belalahy.

Midi Madagasikara0 partages

Valan’aretina « coronavirus » : Niiba avokoa ireo olona telo naraha-maso teto Toamasina

Nampahalala ny momba ireo fepetra noraisin’ny fanjakana amin’ny alàlan’ny minisiteran’ny fahasalamana momba ilay valan’aretina “coronavirus” ny talem-paritra Atsinanan’ny fahasalamana sy ny prefen’i Toamasina. Fihaonana natao tao amin’ny lapan’ny faritra Atsinanana araben’ny fahaleovantena, teo amin’ireo solontenam-panjakana sy ireo vondrona tsy miankina ato anatin’ny prefektioran’i Toamasina ; izay misy ny seranan-tsambo lehibe indrindra eto amintsika. Nampahalala azy ireo tamin’izany koa ny mikasika ny fitrangan’ity valan’aretina “coronavirus” ity, sy ny fomba fisehony amin’ny olona voany. Nandritra izany fihaonana izany koa no nahalalana, fa olona telo no efa naraha-maso teto Toamasina, fa avy nandalo tamin’ireo tany misy ny foiben’ny aretina tany Sina, satria raha ny 01 febroary no nanapaka ny zotra Sina – Madagasikara ny zotram-piaramanidina Malagasy, dia ny 04 febroary vao tonga teo anivon’ny talem-paritra Atsinanana ny fahasalamana ny lisitra momba ireo olona mampanahy tokony ho naraha-maso, ka ny 05 febroary vao natao izany. Niiba avokoa ireo olona telo avy any Sina nanaovana fanaraha-maso teto Toamasina ; izay niarahan’ny mpitsabo tsy miankina sy ny mpitsambom-panjakana. Ny sidina mampitohy ny firenena roa no miato amin’izao, fa ireo sambo mpitatitra entana kosa mbola mitohy hatrany ny fandraisana azy, nefa efa nomena baiko avokoa ireo tompon-tsambo rehetra mandalo eto Madagasikara, fa tsy maintsy manome ny momba ny fahasalaman’ny mpiasan-tsambony rehetra alohan’ny hidirany eto amintsika, indrindra raha avy nandalo tamin’ireo firenena misy ity valan’aretina “coronavirus” ity sy avy any Sina foiben’ny aretina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambovombe Androy : Omby 240 norobain’ny dahalo tao Imanombo

Nitrangana fanafihan-dahalo nahery vaika indray, tany amin’ny Kaominina ambanivohitra Imanombo, Distrikan’ Ambovombe Androy, afak’omaly hariva, tokony ho tamin’ny fito ora, ka omby  240 tamina vala enina tao an-tanànan’ Ikalady no lasan’ny malaso nitam-piadiana. Tsy nionona tamin’ny fandraofana ny omby teo an-tanàna ireo dahalo, fa nitondra zaza iray ho takalonaina. Rehefa nidrikina mafy tsy nety nanaraka an’ireto dahalo atao takalonaina ny ankizy iray hafa, dia notifirin’ireo tsy mataho-tody teo amin’ny lohany, ka namoy ny ainy, hoy ny vaovao voaray. Noho ny tahotra sy horohoro tao anaty haizina, dify lavitra ny tanàna ireo « kotro », vao sahy niantso vonjy tamin’ny Goverinoran’ny Faritra Androy sy tany amin’ny zandary ny mponina. Taorian’ny baiko nomen’ny « Commandant Groupement de la Gendarmerie » Androy, niroso avy hatrany tamin’ny fanarahan-dia ny USAD, izay mpitandro filaminana manokana miady amin’ny dahalo. Tao anaty fanarahan-dia, nifanehitra tao Tevamena ny dahalo sy ny USAD, ny alin’ny alahady teo, ka raikitra ny fifandonana teo amin’ny roa tonta, ary malaso maromaro no naratra voatifitra. Rehefa tsy nahatohitra ny mpitandro filaminana nampian’ny Fokonolona mpanara-dia ireo dahalo, dia nanao tari-dositra nitsoaka, ka nisy tamin’ireo omby noroahin’ny dahalo no latsaka. Ary avotra soa aman-tsara ihany koa ilay zaza nataon’ireo malaso takalonaina. Mba hampanano sarotra ny fanarahan-dia, naparitak’ireo dahalo nozarazarain’izy ireo làlana nentin’ireo malaso nitsoaka ny omby sisa teny am-pelan-tanany niaraka tamin’ireo dahalo naratra voatifitra. Hatramin’ny ora nanoratana ny lahatsoratra, mbola nitohy hatrany ny fanarahan-dia nataon’i USAD sy ny Fokonolona an’ireo mpangalatr’omby.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Salon ITM : La 9e édition aura lieu du 18 au 21 juin 2020

Les parties prenantes à l’organisation du salon ITM.

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et le ministère du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, sont à pied d’œuvre pour la préparation de la 9e édition du salon ITM (International Tourism Fair-Madagascar). 

Cet événement d’envergure internationale aura lieu du 18 au 21 juin 2020 au Centre de Conférence Internationale à Ivato. Plus de 300 stands sont prévus être érigés avec un doublement du nombre d’exposants étrangers en provenance notamment de l’Océan Indien, de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique du Sud. Et près de 18 000 visiteurs seront attendus, soit une hausse de 20% comparé à la dernière édition. « Pour cette 9e édition, l’événement revêt un caractère exceptionnel étant donné que cela coïncide avec la célébration du 60e anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. Un volet sur le tourisme culturel lié à l’histoire de l’Indépendance du pays, sera ainsi en gestation », a expliqué Boda Narijao, le PCA de l’ONTM lors d’une conférence de presse hier à Anosy.

Opportunité aux PME. Et comme à l’accoutumée, le salon ITM servira de plateforme de rencontre entre tous les professionnels nationaux et internationaux du secteur du tourisme, y compris les activités connexes. Des conférences de haut niveau se tiendront également dans le cadre de cet événement pour discuter les différents enjeux du secteur, sans compter l’organisation des réunions B to B entre les opérateurs touristiques pour des partenariats futurs. En outre, « une association de journalistes espagnoles composée d’une quarantaine de membres a décidé d’organiser son Assemblée Générale à Madagascar, et plus particulièrement dans le cadre de ce salon ITM 2020. Ils profiteront cette occasion pour découvrir la destination Madagascar », a-t-il enchaîné.  Notons que l’ensemble du site d’exposition d’une superficie de 30 000m² sera exploité durant cet événement. Tous les acteurs et les différents prestataires liés au développement du secteur du tourisme, y participeront. « On donne également l’opportunité aux PME de présenter leurs offres via l’espace Tourisme pour tous. Dans le Village Madagascar, un regroupement économique des acteurs par région sera effectué pour valoriser la potentialité de chaque région. Et il y aura en même temps un espace dédié au pays invité d’honneur du salon », a expliqué Vola Raveloson, le directeur exécutif de l’ONTM.

Chiffre record. Par ailleurs, le ministre du Tourisme, des Transports et de la Météorologie, Joël Randriamandranto, a déclaré que son département soutient les opérateurs touristiques afin d’atteindre l’objectif de 500 000 touristes d’ici à 2023. Il a d’ailleurs saisi cette occasion pour dresser son bilan en 2019. « Un chiffre record de 378 000 touristes étrangers a été enregistré. Cela a dépassé le meilleur niveau de 2008 avec un nombre de 375 000 touristes internationaux enregistré. Ce qui montre que les Tours Opérateurs émetteurs ont manifesté leur confiance en l’avenir de la destination Madagascar. Cette année, un projet de construction d’une grande infrastructure d’hébergement de luxe sera concrétisé suite à l’organisation de Wave Madagascar. Même les investisseurs étrangers sont confiants du développement du tourisme de Madagascar, un secteur prioritaire pour l’Etat », a conclu le ministre de tutelle.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Poésie et Musique : Ulrick Jacques citera ses proses à Vavatenina    

Ulrick Jacques a aiguisé sa première plume depuis ses 14 ans.

Vendredi 14 février à 20 heures, Pôta, le  chanteur-poète  offrira un spectacle au Coin du Plaisir  à Vavatenina.  Une occasion pour lui de présenter ses poésies  sous forme de chanson.  La littérature Betsimisaraka   fera  l’objet de cet évènement. L’artiste déclamera  des  proses  de l’amour à cette soirée.  La fête de Saint-valentin sera une opportunité  pour Pôta de présenter les 30 poésies d’amour qu’il a écrites durant sa carrière d’écrivain.

Pôta est un poète  qui a tout  à dire au-delà de lui  même. Il ne se résigne pas à soi. C’est bien plutôt pour lui de se débarrasser de  lui-même. Il écrit par amour et pour l’amour. Il respire dans quelque chose plus vaste que lui-même. « Ma vie est la littérature », a-t-il confirmé.  Et il va le prouver lors de cette soirée.

Ces derniers temps, les jeunes s’identifient à la poésie car elle  est le reflet de leur personnalité. La plupart des adolescents écoutent et  lisent les poésies, et écoutent les contes. Bon nombre d’entre eux  se tournent vers la musique ancienne  et les contes  ancestraux  qui les représenteront  le mieux.  Pôta  fait partie de cette  jeunesse qui apprécie la musique ancienne.  «   Les goûts musicaux permettent de ranger les jeunes dans des cases : Il y a ceux qui préfèrent le rock. D’autres, le rap ou même le ragga ou le jazz. Chaque musique a ses codes. Qu’ils soient vestimentaires ou caractères », a-t-il confié.  Les jeunes associent à la musique des notions de détente, d’émotion d’évasion, de plaisir ou même de divertissement. Ou encore de communications, d’identification ou d’indépendance. « L’adolescence est une période où les personnes s’identifient rapidement à des sons ou même à des personnages ».

Poète et artiste compositeur des musiques traditionnelles, membre de Havatsa-Upem depuis quelques années, Ulrick Jacques connu sous le nom de Pôta s’est illustré en sa qualité de passionné de la culture ancestrale malgache. Son charisme l’incite à se servir d’une poésie  purement inspiré de la vie réelle pour transmettre ses messages. Sachant qu’auparavant la tradition betsimisaraka, tout utilisait les sova, les tokatoka  pour émettre des messages, véhiculer des idées et surtout éduquer les enfants et conscientiser les adultes.  Pôta  invite à retourner à la source pour s’abreuver, afin d’étancher la  soif de savoir sur les valeurs authentiques de la culture malgache voire les us-et coutumes. Ainsi, il  a su mélanger les contes ancestraux  et la littérature moderne.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Saint-Valentin : Elsie chante les divas

Elsie reste fidèle à son image.

Tant de fois, Elsie a fait ses preuves et la période de la Saint-Valentin reste un grand moment pour elle et ses inconditionnels.  Cette fois-ci encore, cette grande romantique ne déroge pas à la règle.   Elsie ravira ceux qui aiment la musique afro-américaine et les chansons de Diva sous toutes leurs coutures. Dans la soirée du vendredi, elle emmènera les amoureux dans un voyage musical des plus attrayants, dans les locaux de la Fl House à Ambatobe.  Le répertoire ? Des fins morceaux de Mariah Carey, Whitney Houston, mais aussi des chansons d’amour malgaches qui ne sont pas ternis par le temps. Pour ce faire, elle sera accompagnée de Luck au clavier,  Hent’s à la guitare et Josia à la batterie.

Pour Elsie, cette soirée s’avère être une première pour passer sur la scène de la Fl House qui est en passe de devenir l’antre du jazz et du soul. Sans laisser de côté la gastronomie, un menu de fin gourmet attendra les noctambules. Mettre les petits plats dans les grands, c’est le cas de le dire avec la spécialité de la maison. Du bon gibier, allant du sanglier au canard sauvage en passant par de l’anguille, il y a de quoi s’en lécher les babines.

Outre la soirée en amoureux sous des airs de divas, un dîner aux chandelles ou sous les lumières tamisées des grands lustres, la nuit peut se prolonger dans les chambres d’hôtes « cozy ». Un événement qui fera en sorte de passer un Saint-Valentin inoubliable.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Minervois Sans Frontières : Soutiens annuels pour 27 sites d’intervention  

Un des bénéficiaires de l’association recevant une chaise roulante.

Des vivres pour les familles issus de milieu défavorisé, des kits scolaires pour les enfants et des équipements médicaux pour les centres de santé et les hôpitaux. Comme chaque année, les bénéficiaires dans les 27 sites d’intervention de l’association humanitaire Minervois Sans Frontières viennent de recevoir les donations en appui à ces bénéficiaires, venant de cette association. Celle-ci, basée en France, est présente sur le terrain en début d’année et pendant deux mois, avec l’association jumelle à Madagascar dénommée Madagascar/Minervois, pour remettre et distribuer les aides en faveur des personnes démunies, ainsi qu’aux structures de santé et d’éducation qui s’occupent de personnes vulnérables. Intervenant dans l’humanitaire à Madagascar depuis près de 35 ans, cette association a soutenu jusqu’à l’an dernier 26 sites composés de fokontany, de CSB (centre de santé de base), d’écoles et d’hôpitaux, répartis dans les quatre coins de Madagascar, ainsi que le Foyer de Vie s’occupant de personnes âgées, sis à Antananarivo. Dans tous ces sites d’intervention se trouvent des ménages particulièrement vulnérables durant la période de soudure, des établissements scolaires et des centres de santé ayant grand besoin de soutien. Le 27e  lieu d’intervention de l’association est le dispensaire d’Andravona mis en place par le propriétaire du domaine Mikea Lodge, à Toliara II, dans le Sud-Ouest de Madagascar. Depuis son ouverture, ce centre de santé n’a cessé d’enregistrer un taux de fréquentation constamment croissant, témoignant de la grande utilité de la structure face au besoin des communautés locales en matière de santé.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

IST : Ny Rado Rafalimanana saisit le MAE

Comme il fallait s’y attendre, Ny Rado Rafalimanana s’est présenté hier auprès de la police nationale à Anosy pour une notification administrative de son IST (Interdiction de Sortie du Territoire). « J’ai bel en bien reçu la notification. Rien n’y est précisé. On m’a tout simplement notifié qu’une mesure d’IST a été prise contre moi. », a expliqué le président de l’ONG « Ny fanahy Maha-Olona ». En possession de sa notification, Ny Rado Rafalimanana s’est rendu hier même au ministère des Affaires Étrangères. « J’ai saisi par lettre le ministère des Affaires Étrangères. J’y ai rappelé que je suis ambassadeur du WFDP à Madagascar. A ce titre, je suis titulaire d’un laissez-passer diplomatique. », a-t-il indiqué.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Flash Eco

Un guichet unique pour le tourisme sera mis en place. Une réunion de travail dans ce cadre, s’est tenue cette semaine, avec la participation de l’équipe de l’EDBM (Economic Development Board of Madagascar) conduite par son DG Andry Ravalomanda, des représentants de la Confédération du tourisme de Madagascar (CTM) conduite par son PCA Patrice Raoul avec Christian Aubry, membre fondateur, et Sandra Afick, directeur exécutif de la Confédération. Les discussions entre les deux parties se sont également axées sur le dialogue public privé. A noter que la CTM représente le secteur tourisme au sein du Conseil d’administration de l EDBM.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football Atsinanana : Fortior et Mahanoro en finale !

Vue sur les gradins du nouveau stade de Barikadimy.

Le football tamatavien vivra un moment intense ce dimanche au Stadium de Barikadimy à l’occasion de deux finales dont, celle des inter-sections et celle de la 1ère division locale. Une belle opportunité pour faire le plein de ce beau joyau récemment remis au goût du jour après un nécessaire rappel à l’ordre. Mais c’était reculer pour mieux sauter.

Dimanche en tout cas, le football Atsinanana aura une belle opportunité pour montrer qu’il vit. A preuve, sa ligue est l’une des rares à se vanter d’avoir fait sienne le vrai développement de cette discipline. Le président Herinjatovo Andry Marcel a su mobiliser toute sa troupe à telle point que quatre sections sont concernées par ces deux finales.

Dans la durée. D’abord en inter-sections, on aura droit à une franche explication entre l’Olympique de Mahavelona Foulpointe et le FC Brickaville. Deux contrées qui reviennent ainsi au tout premier plan avec la perspective de pouvoir figurer parmi les heureux bénéficiaires des stades offerts par le président Andry Rajoelina qui pourra ainsi fédérer la population entière autour du football. Une belle approche en fait car s’inscrivant dans la durée. Dans 20 ans, on s’en souviendra encore qu’un tel stade fait partie des réalisations de l’actuel président de la République.

Dans la grande finale, le public tamatavien verra l’AS Fortior, une équipe de légende chère à l’ancien président Didier Ratsiraka où il a joué, devant l’ASCOMI de Mahanoro, également un club cher au même Président de la République qui est né dans la ville d’à côté à Vatomandry.

ASF devant. Dans les deux cas, on aura en face deux équipes venues pour se battre. Si l’ASCOMI a battu l’AS Commissionnaire en demi-finale de dimanche dernier sur le score de 3 à 1, l’AS Fortior a sorti le MMM de Toamasina sur le score éloquent de trois buts à zéro. Un score assez sévère en fait infligé par l’ASF qui a su trouver la bonne formule en mettant en sentinelle, l’ancien latéral droit d’Elgeco Plus, Bosco. Transformé depuis son transfert, Bosco a trouvé une seconde jeunesse avec le Fortior.

Et à y voir de près, ce dernier bénéficiera d’un léger avantage même si Mahanoro a également prévu plusieurs cars pour ses supporters. Une chose est certaine, on aura une très belle finale avec au bout, une équipe capable de défendre honnêtement l’honneur de toute une région.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

IST de Raoul Arizaka Rabekoto : Demande de sursis à exécution rejetée par le conseil d’Etat

L’audience portant sur la demande de sursis à exécution de la mesure d’interdiction de sortie du territoire de Raoul Arizaka Rabekoto s’est tenue, hier à la Chambre du Contentieux de l’excès de pouvoir. En effet, ce dernier a déposé un recours pour excès de pouvoir contre l’Etat malagasy devant le conseil d’Etat. La requête en question a été rejetée par le Conseil d’Etat. Faut-il rappeler qu’avec cette IST, le numéro Un de la Fédération Malgache de Football (FMF) n’a pas pu assister à la réunion de la Confédération africaine de football (Caf) qui s’est tenue tout récemment à Rabat-Maroc.

Recueillis par Dominique R.