Les actualités Malgaches du Lundi 12 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara1071 partages

Andry Rajoelina : « Le calvaire du peuple prendra fin cette année »

Andry Rajoelina, accueilli par les élus Mapar qui lui sont restés fidèles. (Photo : Kelly R)

Deux semaines après la présentation de l’IEM ou Initiative pour l’Emergence de Madagascar à Paris, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, est plus que jamais déterminé à la concrétiser pour et à Madagascar.

Arrivé à l’aéroport international d’Ivato hier vers midi, Andry Rajoelina, l’ancien numéro Un de la Transition a été accueilli par ses fidèles partenaires et ses collaborateurs, mais surtout, par de nombreux partisans qui attendaient son retour en cette année électorale. Il a d’ailleurs annoncé qu’il va enchaîner les rencontres et les échanges avec la population.

Pauvreté. « Tsy resy akory ny olo-mangina ». Littéralement « celui qui se tait n’est pas vaincu ». C’était la première phrase formulée par Andry Rajoelina à son retour. Malgré les trahisons et retournements de veste au profit des « cravates bleues », le leader de la Révolution Orange ne voit pas pour autant l’avenir en noir. Il se soucie plutôt du sort de la majorité des Malgaches qui vit dans l’extrême pauvreté. « Le calvaire du peuple prendra fin cette année », a-t-il déclaré. Laissant ainsi entendre qu’il s’alignera contre son ancien poulain dans la course à la magistrature suprême prévue vers la fin de cette année.

Solutions. Mais ce n’est pas tout. L’ancien président de la Transition, comme à l’accoutumée, s’adresse directement au « vahoaka » et connaît ce que ce dernier veut entendre. « Il est temps de parler et d’agir », a-t-il affirmé. La  première rencontre d’Andry Rajoelina avec la population aura lieu, a-t-on appris, ce dimanche 17 février. Le lieu sera communiqué ultérieurement. Durant cet échange, il exposera à l’assistance les grandes lignes de son projet et « les solutions » qu’il a préparées « pour amorcer le développement de Madagascar ». D’ailleurs, il a fait savoir que « toutes les conditions sont désormais réunies pour concrétiser l’IEM à Madagascar ».

Partenaires. Dans l’interview exclusive qu’il avait accordée à notre journal le 20 janvier dernier, Andry Rajoelina a confié qu’« humblement, après ces années de travaux de réflexion et d’études approfondies dans plusieurs domaines de développement pour Madagascar, avec des experts nationaux et internationaux, je suis en mesure de vous annoncer que des solutions concrètes et pérennes sont établies. Des projets ont été élaborés minutieusement, afin que notre Grande Ile rattrape enfin son retard ». Hier, il a répété : « Deux choses se sont passées durant mon silence. La première, c’est la précipitation des politiciens avides de pouvoir à obtenir une place. La seconde n’est autre que les recherches de solutions pour Madagascar que moi et mon équipe avons effectuées avec tous les partenaires. Et d’annoncer que des rencontres avec ces derniers auront lieu incessamment.

6 mois.  Même s’il ne s’est pas encore déclaré, tout porte à croire qu’Andry Rajoelina se prépare pour la présidentielle. En témoigne son projet de société qu’il ne pourra mettre en œuvre sans être au pouvoir. Dans cette optique, il entend remplir toutes les conditions d’éligibilité, entre autres, l’obligation de résider sur le territoire national six mois avant le jour de la date limite fixée pour le dépôt des candidatures. En rentrant hier au pays, le TGV ne risque pas d’être en retard. Qui plus est, le pouvoir en place pourrait retailler les lois électorales à la mesure de l’actuel président en titre ou contre ses adversaires. C’est du pareil au même.

Aina Bovel

Midi Madagasikara346 partages

ARMP : « Une erreur due à la non maîtrise du logiciel SIGMP », selon un expert des Finances publiques

On peut bien suivre la traçabilité de tous les documents depuis l’engagement des dépenses effectuées par chaque département jusqu’au paiement au niveau du Trésor public afin de prouver les montants exacts pour chaque marché attribué.

La publication de certains contrats de marchés pour des montants très exorbitants sur le site de l’ARMP (Autorité de Régulation des Marchés Publics) continue à faire des polémiques. Mais un expert des Finances Publiques tient à confirmer que c’est une erreur de saisie commise au niveau de cette entité. « Cette erreur est due à la non-maîtrise du logiciel SIGMP suite aux réformes entamées par l’ARMP. Il s’agit entre autres, de l’application des mercuriales des prix, le règlement des différends et la transparence sur les passations de marchés publics proprement dit », a-t-il expliqué.

Traçabilité. En fait, « on peut bien suivre la traçabilité de tous les documents depuis l’engagement des dépenses effectuées par chaque département jusqu’au paiement au niveau du Trésor public afin de prouver les montants exacts pour chaque marché attribué. L’effort de l’ARMP de publier tous ces marchés est bel et bien louable afin de jouer la transparence. Et il faut l’encourager. En revanche, son erreur étant d’afficher les prévisions de dépenses qui ne pourraient pas être à la fin réalisables compte tenu des besoins urgents ou prioritaires de chaque département ministériel ou institution publique. En effet, il pourrait y avoir des aménagements de dépenses ou des restrictions budgétaires voire même des rejets au niveau du Trésor Public », a-t-il fait savoir.

Délai fixé. Il a rajouté ensuite que ces prévisions de dépenses avec une fourchette maximale pour tous les contrats de marchés publics sont publiées trois fois dans les journaux, à titre d’avis général. « C’est à ce moment-là que le scandale aurait eu lieu si les montants s’élevaient en milliards d’Ariary au lieu d’en millions. Pour éviter ce genre de polémique, l’ARMP devrait également afficher publiquement les réalisations physiques de toutes les dépenses engagées et non pas les prévisions », a enchaîné cet expert en Finances publiques. De son côté, le ministère des Finances et du Budget a ordonné l’ARMP et toutes les Personnes Responsables des Marchés Publics (PRMP) des ministères, Institutions et Etablissements publics à détecter les éventuelles erreurs de saisie dans les données en vue de redresser les données dans le site web de l’ARMP. Ceux-ci ont ainsi dû travailler tout ce week-end, pour ce faire, car le délai fixé par le ministère de tutelle pour rendre les résultats, est le mardi 13 février 2018. Pour le moment, ce site web est suspendu.

Navalona R.

Midi Madagasikara188 partages

Réseaux sociaux : Succès d’un projet d’éducation des jeunes sur Facebook

Rija Tahiana, un confrère, un des fers de lance du projet d’éducation des jeunes par facebook.

Depuis septembre 2017, des artistes et des journalistes malgaches ont lancé un projet d’éducation des jeunes via Facebook. Priorisant l’éducation à la vie et la promotion des compétences des jeunes, le projet a réussi à toucher plus de 200 000 jeunes jusqu’à maintenant.

Le projet cible principalement les jeunes et adolescents de 13 à 25 ans, notamment les jeunes filles qui se familiarisent avec les prémices de la vie à deux ou qui sont en train de devenir actives sexuellement. L’un des points forts du projet réside également dans la collaboration avec des célébrités capables d’influer sur les jeunes, tels que les artistes et les journalistes. Des célébrités à l’instar de Rija Tahiana, journaliste et animateur, qui a rejoint le projet depuis maintenant  cinq mois et a accepté d’ouvrir une page en son nom, consacré au projet. Ce dernier envisage d’ailleurs d’autres collaborations avec d’autres célébrités, comme Gothlieb qui l’a intégré récemment. Effectivement, grâce au brassage culturel et transgénérationnel qu’il permet, Facebook est un réseau social par excellence qui, utilisé à bon escient, peut générer des impacts sociaux hautement positifs.

Publications payantes. Rija Tahiana de rajouter, pour expliciter la portée du projet : « Les jeunes passent beaucoup de temps sur Facebook et ils y trouvent autant de bons contenus que de moins bons. Je crois qu’il faut mettre à profit cette possibilité pour les éduquer. J’apporte ma contribution pour que les jeunes prennent conscience que le succès s’acquiert uniquement par un travail acharné et la persévérance. » Dans cette optique, le projet inclue également des témoignages à des fins de leçon de vie, car oui, on apprend de nos erreurs. Par ailleurs, le projet alloue des ressources financières pour promouvoir des publications payantes, indispensables pour impacter sur le maximum de jeunes, notamment les adolescentes et ceux qui sont vulnérables. A titre d’exemple, une de leurs publications concernant la lutte contre les grossesses précoces a permis d’atteindre plus de 200 000 jeunes. Notons que pour une meilleure compréhension et assimilation, tous les thèmes concernant les jeunes sont abordés de manière répétitive par le projet, pour ne citer que les maladies sexuellement transmissibles, la persévérance dans les études, la diversité culturelle et linguistique, etc. Citons à titre d’illustration, une des campagnes notoires menées par le projet, celle intitulée : « Milofo be vao mahita fahombiazana, tsy misy ankoatra izay. », traduit par «  Réussir demande beaucoup de persévérance, c’est la seule voie. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara130 partages

Antanimora : Vaky ny fonja, nisy voaheloka mandra-pahafaty tafatsoaka

Ny alin’ny asaboty hifoha alahady no nisy voafonja tafavoaka tao Antanimora. Gadra iray sy voafonja vonjimaika teo anivon’ny « secteur A1 » no tafatsoaka. Ireto avy ny anarany, araka ny fanamarinam-baovao natao : Rafalimanana Nirina Dominique, Rakoarisoa Henintsoa Raphalk ary Raharijaona Solofoniaina. Itsy voalohany dia voafonja vonjimaika nanomboka tamin’ny 11 septambra 2012 noho ny fanaovana vola sandoka. Rehefa vita ny fitsarana azy dia voaheloka higadra mandra-pahafaty. Ny faharoa kosa indary dia voaheloka higadra 25 taona an-tranomaizina, taorian’ny nitazonana am-ponja vonjimaika azy nanomboka ny 17 martsa 2009, ary izany dia noho ny famonoana olona. Ny fahatelo farany indray dia vao tamin’ity taona ity no nofonjaina vonjimaika ary mbola tsy voatsara. Ny 5 aprily 2004 izy no nanomboka notazonina tao amin’ny fonjan’Antanimora ; izay hiandrasany ny fotoam-pitsarana azy noho ny raharaha fanolanana. Tamin’ny misasakalin’ny asaboty teo, no nitranga ny fitsoahana. Hatreto, dia ny fianihana ny rindrina avo no nahatafavoahan’ireo gadra ny fonjan’Antanimora.  Heverina ho ny lamba notafiana iny alina iny no natohitohy ka nahafahana nianika ny rindrina. Nefa kosa, sao dia sarimihetsika be loatra izany kisary izany ? Amin’ny toe-javatra toy  izao dia tsy maintsy misy ny fanadihadiana izay sokafana amin’ny mpiandry ny fonja tamin’ny fotoana nisian’ny fitsoahana, ary izany dia mba hanamarinana sao nisy ny firaisana tsikombakomba tamin’ny fahavakisan’ny fonja. Ny any Tsiafahy aza dia nidoboka ao mihitsy ny mpiandry fonja nisahana ny fiambenana azy rehefa tafatsoaka i Arfa Houcine. Efa miparitaka ny « avis de recherche » momba ireo tafatsoaka.

D.R

L'express de Madagascar121 partages

Évasion – Trois prisonniers font le mur à Antanimora

Trois taulards, dont un prévenu se sont fait la belle de la maison centrale d’Antanimora dans la nuit de samedi à hier. Ils demeurent introuvables.

Évasion nocturne. Deux condamnés et un prévenu de la maison centrale d’Antanimora se sont évadés dans la nuit de samedi à hier, précisément entre minuit et 1h du matin. Toutes les unités de la gendarmerie nationale et les forces concernées sont sur leurs traces.Tôt, des agents de renseignement ont pris connaissance des faits et se sont diligentés sur place, malgré quelques heures de retard faute d’alerte qu’auraient dû donner les geôliers. « Nous avons déduit 9 heures de retard. Cela freine le pistage des fuyards », a précisé un gendarme de la brigade de Betongolo, joint par téléphone hier soir.« Il était 11h lorsque l’adjoint-commandant de brigade à proximité a consulté un responsable au sein de l’administration pénitentiaire, lequel a confirmé l’évasion », a signalé une source proche de l’enquête. « Les fugitifs auraient escaladé le mur », a-t-elle ajouté. Le personnel de l’administration a tenu une réunion d’urgence sur cet évènement.À l’issue de cette réunion à huis-clos, les identités du trio ont été immédiatement envoyées à la gendarmerie.ScandaleDes avis de recherche ont été ensuite émis. Des gendarmes ont été mobilisés pour le ratissage et la filature. Les circonstances de cette évasion restent toujours obscures.Des vigiles étaient pourtant présents pendant cet intervalle de temps, d’après les premiers éléments de l’investigation.Après l’affaire Houcine Arfa qui semble tomber dans l’oubli, l’épée de Damoclès est de nouveau tombée sur la tête de l’administration pénitentiaire et du ministère de la Justice. Six cas d’évasion ont été enregistrés en six mois depuis septembre 2017 où onze détenus se sont enfuis de la maison centrale d’Ambatondrazaka. Pour l’heure, aucun complément d’informations précises n’a été encore donné par notre source pénitentiaire.Il a en revanche révélé que ces fugitifs se sont trouvés dans la cellule A1 avec plus de cent cinquante au­tres prisonniers. Toutes les fenêtres ont été bel et bien fermées, mais les trois ont tout de même réussi à en sortir.

Les identités des évadés

Henintsoa Raphalk Rakotoarisoa, âgé de 26 ans, mesuré de 1,47 mètre. Il a une cicatrice dans le cou, dans la poitrine et au bras. Il est condamné à 15 ans de prison ferme pour meurtre et vol.Nirina Jean Dominique Rafalimanana, 29 ans, 1,59 mètre, avec un tatouage sur l’avant-bras droit. Il écope de la prison à vie pour faux-monnayage.Solofoniaina Raharijaona âgé de 20 ans, 1,75 mètre. Cet homme s’est fait tatouer l’avant-bras droit avec un cœur et une écriture « Fidèle » et sur son bras droit disant « Solofo ». Il a été placé sous mandat de dépôt pour vol et agression sexuelle.Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara112 partages

Qui sont nos hommes politiques ? : Randriamampionona Joseph Martin Un ancien chauffeur de taxi devenu ministre

Un exemple type de la mentalité et de la réussite des « zanak’i Betsileo ». C’est ainsi que les observateurs considèrent l’ascension « fulgurante » de Randriamampionona Joseph Martin, plus connu sous le nom de « Dadafara ». Ce candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2013 sait tout faire et a tout fait avant de créer son entreprise de commerce et d’importation de matériels de sonorisation « Discount Store Saturne ». Né le 26 septembre 1964 à Ambohimahasoa, Randriamampionona Joseph Martin va célébrer son 54e printemps cette année. Il a passé son enfance dans la Province de Fianarantsoa et a effectué ses études secondaires au Lycée Raherivelo Ramamonjy, dans la capitale de la Région Haute Matsiatra. Après avoir obtenu son Baccalauréat série D en 1984, il a quitté sa ville natale pour rejoindre Antananarivo. « Dadafara Saturne » a intégré l’Université d’Ankatso où il a suivi trois années d’études en Sciences naturelles. Il a ensuite laissé tomber les études pour enchaîner les petits boulots qui ont généralement été liés au domaine du commerce. Après avoir quitté Ankatso, Randriamampionona Joseph Martin a été professeur de Sciences naturelles au Collège d’Enseignement Général (CEG) d’Ambohimahasoa pendant deux ans (1984 – 1985). Il a ensuite regagné Antananarivo pour gérer une épicerie de marchandises générales du côté d’Ambohimanarina (1987 – 1988).

Polyvalent-né. « Dadafara Saturne » s’est également intéressé au secteur du transport en commun. Il était chauffeur de taxi-ville et a aussi travaillé en tant que transporteur national et urbain. Décidément, Randriamampionona Joseph Martin est un polyvalent-né, puisque tous les riverains du centre ville savent qu’il a débuté son business dans le domaine de la restauration. En effet, de 1993 à 2004, il a été le gérant-propriétaire du « Resto-Bar Saturne » à Ambodivona. Commençant à viser plus haut dans ses entreprises, il a décidé de reprendre les études, notamment à l’ISCAM où il obtient en 1998 son Diplôme d’Etudes Supérieures Approfondies en Gestion Management, et a rejoint, en 2002, l’Université de Guangzhou en Chine pour y décrocher son « Certificate of Chinese Language ».

Candidat. Mais « Dadafara » doit surtout sa notoriété à « Discount Store Saturne », connu particulièrement dans la vente de matériels de sonorisation d’occasion de grandes marques à prix abordables et en se lançant dans l’organisation de spectacles et de concerts à travers le pays, en collaborant avec de nombreux artistes de renom. S’intéressant dans le domaine de l’audiovisuel, il a acheté en 2010 les chaînes de radio et télévision TN TV/TN Radio, puis en 2011 la radio « RF One » Fianarantsoa. C’était certainement à cette époque que lui était venue l’envie d’entrer dans la politique. Deux ans plus tard, Randriamampionona Joseph Martin était le candidat de l’association Refondation Totale de Madagascar (RTM) lors de l’élection présidentielle de 2013. Il a incarné l’image du candidat issu du milieu modeste qui n’a pas réussi dans les études, mais qui a brillé dans le business. En obtenant 2,33% des suffrages, il a occupé la  7e place. Les 104 578 voix obtenues lors de ce scrutin ont certainement influencé la décision du président Hery Rajaonarimampianina qui l’a nommé ministre de l’Elevage et de la Protection animale.

Davis R

Midi Madagasikara107 partages

Gare routière Ambodivona : Vente de tickets interdite à partir du 14 février 2018

La gare routière d’Ambodivona va laisser place à des routes.

La gare routière Maki d’Andohatapenaka est censée avoir été opérationnelle depuis le 28 janvier de cette année. On assiste actuellement à des actions de transfert des coopératives.

Le temps presse. Un communiqué conjoint émanant du Ministère des Transports et de la Météorologie et de l’Agence des Transports Terrestres paru en date du samedi 10 février 2018 annonce un imminent transfert de la Gare routière d’Ambodivona à Andohatapenaka. En effet, l’on peut lire dans ledit communiqué que «le processus de transfert de la gare routière d’Ambodivona, des zones régionales partant vers l’Ouest de la RN1 ainsi que la gare routière d’Anosizato-Ouest qui seront transférées à la gare routière Maki Andohatapenaka court  du 9 au 17 février 2018». Le communiqué toujours d’informer que les coopératives ont cinq  jours, soit «du 9 au 13 février, pour aménager leur box dans la gare routière Maki d’Andohatapenaka». Et que «la vente des tickets et les départs seront interdis dans les gares routières habituelles à partir du 14 février». Interviewé sur la question, le DG de l’ATT, Agence des Transports Terrestres de préciser que «le processus de transfert ne pourra pas se faire d’un jour à l’autre». Avant d’ajouter que «le transfert des gares routières a commencé depuis l’inauguration de la gare routière Maki sise à Andohatapenaka».

Désengorgement. Le transfert des coopératives d’Ambodivona à Andohatapenaka devrait permettre de libérer cette partie de la capitale réputée pour les embouteillages et l’insuffisance d’espace. Ce que le DG de l’ATT d’affirmer. «Il n’y a aucune infrastructure prévue pour la mise en place d’une gare routière à Ambodivona. Le transfert des coopératives à Andohatapenaka va permettre un désengorgement des embouteillages» selon toujours les dires du DG de l’ATT. Ce dernier d’enchérir qu’«un projet de construction d’infrastructure routière sur la place occupée par les coopératives est en cours». «Un projet qui entend donner une nouvelle image à la Ville des Mille» d’après notre interlocuteur.

José Belalahy

Ino Vaovao102 partages

RAHARAHAM-PIRENENA : « Tokony hirosoana ny fifanarahana ara-politika »

Raha ho an’ny antoko Tiako i Madagasikara manokana, izay tarihan’ny filohany Ravalomanana Marc dia tokony hirosoana izany fifanarahana ara-politika izany, indrindra fa amin’izao ankatoky ny fanomanana ny fifidianana izao. Araka ny fanazavana nomeny dia fahita sy fanao any amin’ireo firenen-dehibe any ivelany indrindra fa any amin’ireo toerana ahitana disadisa ara-politika toa an’i Madagasikara ny fifanarahana ara-politika.

Nohazavainy fa ity farany no tokony ho ambony noho ny didim-pitsarana ka tsy tokony hatao ambanin-javatra na hamaivanina mihitsy. “Ny fifidianana dia fitondrana ny fandriam-pahalemana ka tokony hisy fifanarahana eo amin’ireo antoko politika. Ary izany fifanarahana politika izany dia ambony noho ny didim-pitsarana, izay no lesona tokony hampahafantarina ireo andaniny na ny ankilany. Izany no nahatonga anay tany Addis Abeba, Pretoria, Maputo ary ny teto Madagasikara nanao sonia ilay tondrozotra. 

Fifanarahana ara-politika daholo ireny”, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny antoko Tiako i Mada- gasikara. Ankoatr’ity antoko ity dia fikambanana maro ihany koa no efa naneho ny heviny ny amin’ny tokony hisian’izay fifanarahana politika izay. Anisan’izany ny faribolana mpandinika ny ho avin’ny Madagasikara na ny Cram, nilaza ihany koa ireo mpikambana fa tokony hirosoana ny fifanatonan’ireo mpanao politika amin’ny alalan’ny fifanarahana hataon’izy ireo.

Izany, hoy izy, ireo no isian’ny antoko hampisy filaminana eto amin’ny tontolon’ny raharaham-pirenena eto Madagasikara. Ankilan’izay anefa ny eo anivon’ny fitondrana dia miziriziry mafy amin’ny filazana fa tsy ilaina ary tsy laharam-pahamehana izany.

Avotra Isaorana

Midi Madagasikara96 partages

Forces Navales : Madagascar à l’exercice Cutlass 2018

La délégation malgache à Victoria.

En y envoyant des éléments des Forces Navales, Madagascar a activement participé à l’exercice CUTLASS 2018 qui a été réalisé à Victoria (Seychelles) du 30 janvier au 7 février 2018. La délégation malgache a été conduite par le chef de l’Etat-Major Général de l’Armée, le Général de Division Lantoharinjaka Razafindrakoto. Le commandant des Forces Navales, le vice-amiral Antoine de Padoue Ranaivoseheno, a fait également partie de la délégation. De plus, deux officiers supérieurs des Forces Navales Malagasy ont fait partie de l’équipe du poste de commandement du centre d’opération maritime (Maritime Operation Center). Le remorqueur Côtier TROZONA avec son équipe de visite, des forces navales Malagasy, était l’unité navigante et opérationnelle.  Deux officiers des Forces Navales étaient désignés avec d’autres de Maurice et de Djibouti pour former l’équipe des relations publiques.

Situation de crise. Un séminaire a été réalisé pour les officiers généraux et durant lequel un exercice sur une situation de crise de niveau stratégique a été conduit. Par contre, les éléments malgaches ont pratiqué avec ceux des autres pays participant des opérations d’interdiction maritime et des évolutions tactiques sous la direction du centre d’opération maritime (MOC). A noter que Cutlass Express, sponsorisé par l’US Africa Command (AFRICACOM) et dirigé par les Forces Navales Américaines est désigné pour évaluer et améliorer les capacités de l’action de l’Etat en Mer et aussi promouvoir la sécurité dans les pays de l’Afrique de l’Est. 17 pays y ont participé.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara94 partages

Manjakandriana : Braquage d’un camion transportant 960 cartons de piles Energy

Le 9 février, sept personnes ont été arrêtées par la Brigade criminelle à Anosy pour avoir dévalisé un camion transportant 960 cartons de piles électriques de marque Energy sur la RN2. L’acte a été commis dans la nuit du 8 au 9 février. Selon les informations, la police a été tenue au courant de ce vol suite à l’alerte lancée par le chauffeur de ce véhicule disant qu’il était attaqué à Manjakandriana.  Les malfaiteurs ont subtilisé son camion avec la marchandise. Le matin du 9 février, le camion a été retrouvé à Ambohimangakely. Pourtant, son chauffeur et sa cargaison ont disparu. Poursuivant la trace des pneus du véhicule, les policiers sont tombés sur un taxi en pleine déchargement des quelques cartons de piles dans un garage isolé dans une forêt à Ambohimangakely. Interpellé par la police, le chauffeur du taxi a dénoncé ses complices. Ainsi, deux camions ont été surpris en train de décharger une quantité importante de cartons de piles à Ankadindramamy. La poursuite de l’enquête a conduit la police au domicile d’un particulier, toujours à Ankadindramamy, où un camion était en train de charger quelques cartons de piles Energy. Continuant la filature, les enquêteurs sont passés à la perquisition d’une maison à Andraisoro où ils ont saisi quelques cartons. Au total, 615 cartons de la marchandise volée ont été récupérés. L’enquête a révélé que le chauffeur du camion volé est lui aussi impliqué dans cette affaire. En effet, le fait qu’il a alerté en premier sur l’existence de cette attaque la nuit-même n’était qu’un alibi pour distraire son patron. Puisqu’ il reste encore plus de 300 cartons à retrouver, la police chargée de l’enquête n’a pas encore bouclé l’enquête.

T.M.

Tia Tanindranaza65 partages

Houcine ArfaNitory manampahefana Malagasy maro

Tsy mipetra-potsiny ilay teratany Frantsay Houcine Arfa, gadra nitsoaka teto Madagasikara manoloana ny raharaha rehetra nahasaringotra azy.

 

Tena mitsimbadika ny tantara satria dia nitory any amin’ny fitsarana Frantsay ny tenany. Tafapetraka any amin’ny “Tribunal de Grande Instance de Paris” ny 7 febroary lasa teo ny fitoriany olona ambony sy manampahefana Malagasy maromaro toa an’i Vonjy Randriamaromanana, Michel Randriamaromanana, Rasolo Elise Alexandrine, Razafimelisoa Odette Balisama, Haingo Ramiandrisoa, Hervé Marius Rabehanitriniony.  Mpisolovava am-polony amin’ny kabinetra “Jureo avocats” no miara-miasa amin’i Houcine Arfa amin’izany. Anisan’ireny ilay mpisolovava Frantsay malaza  Frank Breton. Ho an’ny teto Madagasikara kosa dia tsiahivina fa hahemotra ho amin’ny 9 martsa ny fitsarana azy momba ny raharaha fisandohana andraikitra ho mpanolotsain’ny filoha sy ny fanerana vola hanome vola, ka anton’izany ny tsy fahatomombanan’ny taratasin’ady. Ny olona nohelohina 3 taona an-tranomaizina teto Madagasikara, ary tafatsoaka ny fonja sy tafaporitsaka any ampitan-dranomasina indray ankehitriny no mitory. Nanao ampamoaka goavana ny tenany nony tonga tany Frantsa ny fiandohan’ny taona 2018, ka nilazany fa nandoavany volabe tamin’ny tompon’andraikitra ambony maromaro teto Madagasikara ho sandan’ny fahafahany. Nambarany fa nandray 70 000Euros taminy ny minisitry ny fitsarana Rasolo Elise Alexandrine, 30 000Euros kosa ho an’ny Tonia mpampanoa lalàna Razafimelisoa Odette Balisama. Nisy ny fangataham-piaraha-miasa tamin’ny fitsarana Frantsay amin’ny hanenjehana ara-pitsarana azy any an-toerana satria manana lalàna mandrara ny terataniny halefa hotsaraina na hogadraina any ivelan’ny fireneny ny Frantsay. Tsy nohenoin’ny fanjakana Frantsay aloha ny mpitondra Malagasy matoa tsy voasambotra sy afaka manao izay tiany i Houcine Arfa hatramin’izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza61 partages

Andry RajoelinaHanao fanambarana lehibe

Omaly alahady 11 febroary tamin’ny mitataovovonana no tafaverina indray teto Madagasikara ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Nirina Rajoelina, nitsena azy teny amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena teny Ivato ireo mpikambana Mapar sy mpiara-miasa akaiky aminy notarihan-dry Razanamahasoa Christine, Brunel Razafitsiandraofa ary Pierre Houlder.

 

 Misy ny fotoana nanginana, tonga kosa ny fotoana hitenenana, hoy i Andry Rajoelina tamin’ny tafa fohy nifanaovany tamin’ny mpanao gazety. Raha variana nandrombaka sy nanangona fahefana ny hafa tao anatin’ny efa-taona, dia nikaroka izay hanarenana an’i Madagasikara kosa izahay, hoy izy. Milaza ny hanao fanambarana goavana ho an’ny Malagasy ny alahady 18 febroary izao i Andry Rajoelina, izay nolazainy fa alefa mivantana amin’ny haino aman-jery. Heverin’ireo mpanara-baovao politika fa fotoana hanambarany amin’ny fomba ofisialy ny maha kandida azy amin’ny fifidianana filoham-pirenena io fotoana io raha tsy hoe misy fiovana lehibe tampoka. Efa mazava ny serasera nampiasainy fa fiomanana amin’io fifidianana ho avy io, ny olon’ny Mapar rahateo manomboka efa mifanentana sy mihetsiketsika etsy sy eroa amin’izao fotoana.

RTT

Midi Madagasikara58 partages

RN5 : Mpandeha môtô maty tsy tra-drano

Ny niafaran’ny moto nentiny.

Maty tsy tra-drano ity rangahy nitaingina môtô raha nofaohin’ny fiara nandeha mafy tamin’ny lalam-pirenena faha-05, tsy lavitra ny seranam-piaramanidina. Lozam-pifamoivoizana nitranga ny sabotsy teo tokony ho tamin’ny 05ora hariva, raha avy niantsena ny sakafon’ny fianakaviany tao Ivoloina ny tenany tamin’io. Raha ny fanazavan’ireo olona nanatri-maso ity lozam-pifamoivoizana ity, dia fiarabe iray avy any avaratra nihazo an’i Toamasina reivohitra no nahavanon-doza izao raha nandeha mafy noho ny lalana mahitsy. Betsaka mpampiasa moa ny lalana rehetra ny sabotsy tolakandro noho ireo mpifankatia sy ireo mpinamana ary ireo fianakaviana mamonjy fivoahana kely ny tanana ao Ivoloina, sy ao Vohidrotra, ary ao Ambodiatafana, ka noho izay fahabetsahan’ny olona nampiasa ny lalana izany, nefa tsy nandeha mora ity fiarabe, ka teo ampialana ireo sakana ireo izy no tsy nahatana intsony ny familiana ka ity raim-pianakaviana nandeha môtô ity no nofaohiny izay nipitika 15m mihitsy vao tafajanona ary potika tanteraka ny môtô nentiny nandritra izany. Notanan’ny polisy avy hatrany ilay fiarabe sy ny mpamily azy noho ity lozam-pifamoivoizana niteraka faty olona ity, nefa raha ny vaovao voaray, dia efa misy sahady ny mpanelanelana amin’ity raharaha ity izao, saingy milaza ny tsy hanaiky ho vita mora tamin’ny nahafaty ny havany ny fianakavin’ity raim-pianakaviana maty ity. Tsy sambany anefa izao lozam-pifamoivoizana amin’ny lalam-pirenena faha-05 eo anelanelan’ny tobin-tsolika Jovenna sy Ampilaolava ity, fa saika isaky ny sabotsy na ny alahady dia misy hatrany izany, saingy ao ny mahafaty olona, ao kosa ny miteraka faharatrana sy fahasimban-javatra fotsiny; tahaka ity nitranga ny 17 desambra ny taona lasa izay mpirahalahy no indray maty noho ny fandonan’ny fiara netina  karana nandefa mafy azy ireo; izay niteraka olana teo amin’ny zandary sy ny polisy ny fisahanana ny raharaha.

Malala Didier

Midi Madagasikara52 partages

Football – Ligue des champions d’Afrique : Belle victoire de la CNaPS Sport !

Lalaina (N°7) a donné le tournis aux défenseurs ougandais.

La CNaPS Sport a réalisé un pas important en battant les Ougandais du KCCA, samedi au complexe de Vontovorona, sur le score de 2 buts à 1 dans ce tour préliminaire de la Ligue des champions.

Plus elle est difficile, plus la victoire est belle et la joie immense pour les supporters de la CNaPS qui ont dû attendre le temps additionnel pour voir Francis Rafaralahy marquer de la tête sur une louche de Rija Rasoanaivoson.

L’explosion de joie qui s’ensuivit n’a d’égal que cette farouche volonté des protégés de Arizaka Rabekoto Raoul de réaliser un score qui leur permettait de se déplacer à Kampala avec une certaine sérénité, voire un capital confiance à même d’entretenir l’espoir d’une qualification pour le tour suivant.

Réveil collectif. En effet, avec ce but d’avance, la CNaPS Sport n’aura qu’à gérer ce match retour même en l’absence de Feno, puisque Lanto a montré qu’on peut compter sur lui.

La méfiance est cependant de rigueur car ce KCCA -là a du répondant. La preuve ce but que Nsibambi a marqué (53e) sur un caviar de Kavuma Habib.

Le même Nsibambi a même trouvé la transversale de Ando (38e) montrant ainsi combien ces Ougandais pouvaient être dangereux pour peu qu’ils s’appliquent.

Heureusement pour le camp malgache que les Dieux du stade étaient de son côté et que le réveil presque collectif du groupe dès l’entame de la seconde période a rendu les caissiers plus incisifs et plus appliqués.

Jeu en finesse. Le penalty transformé par Feno (58e) vint couronner ce bel élan de solidarité.

Mieux encore, la rentrée de Lucien Kassimo a permis à Francis Rafaralahy de se libérer d’un marquage à la culotte à tel point qu’on a retrouvé avec bonheur le jeu tout en finesse de ce groupe qui a su rester solidaire. Les passes rapides à ras de terre ont fait du mal à cette défense ougandaise un tantinet lente.

Et quand Toby, Rija, Lalaina, Tojo Kely, Lucien « Foroche », le capitaine Ando et le gardien du même prénom qui s’est montré intraitable dans sa surface, jouent comme ils l’ont fait samedi, alors on se met à rêver pour eux d’une qualification pour les matches de groupe. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.

Clément RABARY

Midi Madagasikara32 partages

Météo : Va pour une semaine pluvieuse

Nous sommes en pleine saison des pluies. Les dernières prévisions météorologiques le confirment. En effet, «les pluies seront au rendez-vous dans plusieurs régions de la Grande Île» selon le bulletin météo. Les explications du service de la météorologie de Madagascar démontrent que «c’est le flux d’Est qui régit la météo actuellement». «Ce qui implique une baisse générale de la pression atmosphérique d’où la présence de pluie dans la majeure partie du Pays» selon toujours les explications. Les pluies apparaîtront donc petit à petit dans l’après-midi et la soirée dans la région de Diana, Analanjirofo, Atsinanana, Sofia, Sava et les Hautes-Terres d’après toujours les prévisions météo.

Grand Sud. Les prévisions météorologiques toujours d’annoncer que la partie sud de la Grande Ile «va recevoir une quantité importante de précipitations». Une nouvelle qui s’annonce bonne pour cette partie de l’île où la pluie est une «ressource rare». Le service de la météo explique le phénomène par la présence d’un « talweg » sur le Grand Sud. Il convient de noter que le « talweg » correspond «à la ligne de basses pressions entre deux zones de hautes pressions».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara30 partages

Malaimbandy : Zaza 14 taona nalain’ny dahalo an-keriny

Tato anatin’ny fotoana vitsivitsy izay, dia nirongatra tanteraka ny fakàna an-keriny ataon’ny dahalo tany amin’iny faritra Malaimbandy iny. Ny faran’ny herinandro lasa teo, ankizy vao 14 taona monja no lasibatr’izay fakàna an-keriny izay. Nisy avy hatrany anefa ny fandraisana  andraikitra nataon’ny zandary ka avotra soa aman-tsara ity zaza ity. Raha ny zava-nitranga, tao amin’ity tananan’i Soatanimbary, ao amin’ny fokontany Ankerika ity,  « dahalo am-polony nitondra basim-borona no tonga vao maraina tao an-toerana naka io zaza io ka  nianatsimo ny diàn’izy ireo avy teo. Niantso haingana ny  zandary ny mponina no sady efa nanara-dia ka nidina avy hatrany nanao ny fanarahan-dia nifanampy tamin’ny mponina sy nanao ny fanakanana ireo jiolahy ireo ny avy ao amin’ny Groupement Menabe sy ireo mpanao “opérations” notarihina manamboninahitra » hoy ny fampitam-baovao avy amin’iny zandary. Haingam-piasa tokoa anefa tamin’ity indray mitoraka ity ireo mpitandro filaminana ka vetivety dia tratra ary voahodidina ireo dahalo mpaka an-keriny ireto. Ka hany herin’izy ireo dia namotsotra an’ilay zaza, ary « tsy nisy fotoana nangatahana vola « rançon » akory izy ireo » hoy ireo zandary. Tafaporitsaka kosa ireo andian-dahalo, saingy mbola « mitohy kosa ny fikarohana ny olon-dratsy ireo izay efa fantatra ny ankamaroany ». Raha ny fanazavana , dia mbola mitohy hatrany ny ezaka amin’ny ady amin’ity asa ratsy izay nahazo vahana tany an-toerana ity ataon’ireo zandary. «Maro ireo efa any am-ponja, toa izany koa ireo efa tsy atahorana hanao ny asa ratsiny intsony, kanefa mbola mikasa hanandrakandrana ny hanohy izany ihany ireo namany sisa mbola misitrika sy efa karohana. Tsy afaka anefa izy ireo noho ny fifampitokisan’ny zandary sy ny mponina ka maharava ny paik’adiny ara-potoana »

m.L

Midi Madagasikara25 partages

Droit des affaires : 70% du secteur privé favorable à l’adhésion à l’OHADA

De gauche à droite : Raphaël Jakoba : Manager Associé du Cabinet MCI ; Ferdinand Aho : – Ancien du Secrétariat de l’OHADA ; Véronique Andriambelo – Directeur Juridique du Cabinet MCI.

Un atelier s’est tenu le jeudi 8 février dernier à la suite de l’étude sur l’opportunité de l’adhésion de Madagascar à l’OHADA menée par le Consortium Ferdinand AHO – Cabinet MCI. L’expert national en charge de l’étude, Raphaël Jakoba, Manager Associé du Cabinet MCI a répondu à nos questions.

Pouvez-vous nous présenter l’OHADA en quelques mots?

L’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA) est une organisation régionale créée par le Traité relatif à l’Harmonisation du Droit des Affaires en Afrique signé le 17 octobre 1993 à Port-Louis (Maurice) et révisé le 17 octobre 2008 au Québec. Cette organisation régionale a pour mission de garantir la sécurité juridique et judiciaire dans l’environnement des affaires en y instaurant des règles harmonisées, simples, modernes et adaptées, en favorisant une justice indépendante et fiable tout en encourageant le recours à l’arbitrage pour le règlement des différends. Toutefois, bien que la mission de l’OHADA soit juridique, sa finalité est économique en ce qu’elle constitue un moyen de promouvoir un droit des affaires attractif pour les investisseurs en général et d’attirer les Investissements Directs Etrangers (IDE) en particulier.

La question de l’adhésion de Madagascar à l’OHADA n’est pas nouvelle. Pourquoi  elle  sur le devant de la scène aujourd’hui ?

En effet, la question n’est pas nouvelle. Elle a été posée régulièrement depuis la création de l’OHADA : en 1993 lors du premier séminaire de sensibilisation à l’OHADA, en 1999 avec les multiples emprunts au droit OHADA lors des réformes législatives opérées à Madagascar. Elle a de nouveau surgi en 2016 à l’occasion du programme Facilité Elargie de Crédit (FEC) dans le cadre des relations entre Madagascar et le FMI, notamment une déclaration d’intention de Madagascar d’adhérer à l’OHADA. Le sujet a été repris dans le cadre du dialogue public-privé, où le Président de la République Hery Rajaonarimampianina a annoncé qu’une étude devrait être conduite pour savoir si des besoins et des attentes existent.

Comment l’OHADA est-elle perçue à Madagascar?

Afin de déterminer la perception de l’OHADA à Madagascar, l’équipe d’experts a réalisé un audit auprès de cinq villes de la Grande Ile (Antananarivo, Antsirabe, Majunga, Diégo et Tamatave). Si les années 90 étaient marquées par une opposition à toute adhésion à l’OHADA de la part de la majorité des principaux acteurs malgaches concernés, aujourd’hui ce consensus qui prévalait contre l’OHADA a cessé. D’une manière générale, nous avons actuellement deux positions qui s’opposent : le secteur privé, avec le GEM en tête a manifesté de l’intérêt pour une éventuelle adhésion et les partenaires techniques et financiers qui sont favorables à l’adhésion, et les magistrats et l’appareil judiciaire, plus souverainistes, qui font encore montre d’une réelle résistance. Pour le secteur privé, 70% sont majoritairement favorables à l’adhésion estimant que cela permettrait une attractivité accrue de Madagascar auprès des investisseurs étrangers et nationaux. Par contre, les juges constituent à 81% les principaux opposants à l’adhésion.

Qu’est-ce que l’adhésion à l’OHADA pourrait apporter à Madagascar ?

Le droit OHADA offre une garantie de sécurité aux investisseurs par sa transparence et sa prévisibilité. En outre, le droit OHADA présente une plus grande stabilité. En effet, étant soumis à une procédure décisionnelle régionale, le droit OHADA ne peut pas être modifié au gré des circonstances nationales telles que les caprices d’un gouvernement ou d’un parlement, de l’instabilité politique ou à des pressions extérieures. Une adhésion de Madagascar à l’OHADA présenterait également des avantages non négligeables pour l’appareil judiciaire malgache à savoir une sécurité judiciaire accrue en raison de la transparence dans le traitement des litiges et en raison du contrôle exercé par une juridiction supranationale, la CCJA, sur les pourvois en cassation. Enfin, les retombées économiques d’une adhésion constituent un avantage intéressant. D’après le rapport « Doing Business », l’OHADA a contribué à l’amélioration du climat des affaires. Par ailleurs, les Etats membres de l’OHADA figurent parmi les pays ayant enregistré une forte progression dans le classement 2016. Enfin, selon les chiffres de la Banque Africaine de Développement, la République Démocratique du Congo se classe au premier rang des économies ayant le PIB le plus élevé en Afrique subsaharienne.

Enfin, faut-il souligner qu’à l’objection exprimée quant à l’opportunité d’adhérer à l’OHADA alors que les relations commerciales et économiques entre Madagascar et les Etats membres de l’OHADA sont minimes, il faut répondre clairement que l’adoption de l’OHADA est un signal fort et un gage de sécurité pour les investisseurs nationaux et internationaux. Pour les partenaires traditionnels comme la Banque Mondiale et le FMI, rejoindre l’OHADA est un profilage juridique et économique.

Plus particulièrement, quel est le changement qu’une adhésion à l’OHADA apportera au climat des investissements à Madagascar ?

Le climat délétère des affaires  ne permet pas l’épanouissement du secteur privé et constitue un obstacle majeur à l’arrivée d’investisseurs dans la Grande Ile. En assurant des règles de jeu claires, stables, prévisibles et accessibles à tous et en mettant en place une Cour supranationale, l’OHADA apporte des garanties essentielles que tout investisseur ou opérateur économique attend. Quoi qu’il en soit, il va de soi que la simple adhésion à l’OHADA ne peut pas suffire, à elle seule, à parfaire le climat des affaires attractif. D’autres éléments entrent en jeu, à savoir la stabilité politique, l’Etat de droit, la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et la mise en place d’infrastructures.

Le droit malgache se rapproche-t-il ou est-il éloigné du droit OHADA ?

Le droit malgache des affaires s’est pour beaucoup inspiré du droit OHADA. C’est le cas de notre droit commercial général, du droit des sûretés, des procédures collectives d’apurement du passif et du droit des sociétés. Cela dit le législateur malgache n’a pas hésité à adapter ce droit OHADA aux spécificités malgaches, c’est ce qui explique par exemple l’inclusion de dispositions relatives au contrat de « fehivava ». Dans certains cas, on observe un décalage par rapport au droit des affaires malgache, soit que le droit OHADA a pris une longueur d’avance (droit des transports de marchandises par route), soit qu’il présente une longueur de retard (arbitrage, comptabilité…).  D’où le débat, pourquoi adhérer alors que notre droit des affaires n’est pas si éloigné ou s’en est inspiré ?

Quelles sont vos recommandations concernant l’opportunité de l’adhésion de Madagascar à l’OHADA ?

Entre l’adhésion et la non-adhésion, nous avons opté pour le moment pour une ligne médiane car notre analyse a montré qu’il y a deux camps qui ont à peu près le même poids, le secteur privé et le secteur public, notamment l’appareil judiciaire. Par ailleurs, manifestement, notre étude a montré la méconnaissance de l’OHADA par les acteurs de la vie nationale. La position hostile adoptée en majorité par le secteur public s’explique sans doute par l’absence d’appropriation et de l’Institution OHADA et des mécanismes. A la lumière de ces faits, nous recommandons une meilleure préparation des différentes forces vives de la Nation, notamment la mise en place d’une Commission nationale d’évaluation de l’OHADA, une campagne de sensibilisation et d’information sur l’OHADA et que dès lors l’adhésion ou la non-adhésion se fera en toute connaissance de cause et non dans la précipitation.

Propos recueillis par R.Edmond

L'express de Madagascar22 partages

Mobile money – Orange se lance dans le micro crédit

Cette année, le projet micro crédit d’Orange sera opérationnel. Le service a connu un franc succès en Afrique et au Moyen Orient.

Après Mvola, ce sera au tour de Orange Money de se lancer dans le micro crédit. Cette année, l’opérateur projette de faire un pas dans ce tout nouveau service pour «dépanner» les petits couacs quotidiens. L’annonce a été faite par Bruno Mettling, le patron d’Orange en Afrique et Moyen Orient, lors d’une rencontre avec la presse, jeudi. Le responsable a confié que l’équipe locale est en train de ficeler le projet pour que le service soit disponible cette année même.« L’explosion de l’utilisation d’Orange Money ne se dément pas en Afrique et au Moyen Orient.  Le service compte à son actif 30 millions d’utilisateurs. Ce qui traduit le formidable succès du mobile payment en Afrique. Le  patron d’Orange, Stephan Richard, m’a demandé de développer ce nouveau service en Afrique. Il s’agit du micro crédit permettant aux utilisateurs de ce service de contracter un crédit de quelques dizaines d’euros ou quelques euros. Pour Mada­gascar, l’équipe locale, ici, est en train de ficeler le projet et de négocier avec des banques partenaires », a confié Bruno Mettling, président directeur général d’Orange en Afrique et Moyen Orient.PotentialitésLe mobile money ne se limite plus au simple transfert d’argent. De nombreux acteurs sont convaincus que le service regorge de beaucoup de potentialités. En Afrique, il a enregistré un formidable succès. La performance de Madagascar n’est pas moindre. D’après les chiffres publiés par le Fonds monétaire international (FMI), la proportion de la population adulte utilisant le mobile money à Madagascar a été estimée à 17% en 2016. Orange Mada­gascar revendique deux millions d’utilisateurs pour ce service.«Il a connu une grande explosion en Afrique de l’Ouest. Ce qui confirme sa place incroyable dans la vie quotidienne des Africains. Le service est utilisé pour le paiement de la vignette automobile en Guinée. Il est aussi utilisé dans le paiement des bourses ou dans les inscriptions des étudiants, ou encore le paiement de pension de retraite. De nombreux pays l’utilisent afin de limiter la circulation de cash», soutient le haut responsable du groupe Orange.Le micro crédit s’ajoutera ainsi à de nombreuses possibilités offertes par le service mobile money à Madagascar. Outre le simple transfert d’argent, retrait ou dépôt, il est possible de faire un pari sur des courses de chevaux, de payer ses impôts, de régler ses factures. Si, au tout début, le téléphone n’était qu’un moyen de communication, maintenant, il est devenu un portefeuille électronique.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara22 partages

Taxi-be 015 : Fiara telo tsy manaja zotra

Mampiaiky volana ny mpandeha mihitsy, ny afitsok’ireo fiara mpitatitra ao amin’ny Zotra 015 mampitohy an’i Mandroseza sy 67ha iny amin’izao fotoana izao. Ity zotra ity izay ahitana ny kaoperativa Volavita. Toa mba nanara-dalàna sy nanome fahafaham-po ny mpanjfa ihany teo aloha ity kaoperativa, indrindra moa fa izy irery no mba nanao iny lalàna iny . Tsy izany anefa no mitranga ankehitriny, fa betsaka amin’izy ireo no mihodina an-dalàna. Tsy tonga any amin’ny 67ha intsony fa miverina rehefa tonga eo Andavamamba. Amin’izay indray, ny resevera mihitsy no miteny amin’ny fomba feno avona fa tsy mandeha tsy maintsy miala eo Andavamamba ireo mpandeha. Ny sabotsy teo izao dia fiara telo be izao izay mitondra ny laharana 2147 TBD, 2279TBF, ary 2797TBG no hita nanao izany. Mety ho betsaka no nanao izany tamin’io  andro io fa ireo aloha no tena azo porofoina satria vavolombelon’izany ny mpanao gazety. Nampahalahelo mihitsy ireo mpandeha izay niandry ireo fiara ireo teny amin’ny fiantsonana rehetra nolalovany teny ka nikasa ho any amin’ny 67 ha favoatery nandray taxi-be indroa vao tonga tany amin’ny  halehany. Mipetraka ny fanontaniana hoe :  ny kaoperativa Volavita tokoa ve no maniraka ireo mpamily sy ny mpanampy azy ireo hanao izao tsy fanarahan-dalàna izao. Tsy manaja ny bokin’andraikitra nekeny tamin’ny maha fitateram-bahoaka azy ireo fiara ireo. Nahoana no tsy miala ao anatin’io zotra io raha mahita izy ireo fa tsy ahitany tombontsoa ny miasa ao ? Ekena fa matoa mampiasa ny fiarany amin’ny fitaterana ny tompony dia mila tombom-barotra, saingy mba tokony hisy kosa ny fanajana ny mpanjifa. Izay raha amin’ny lalanan’ny varotra dia ny mpanjifa no tokony hohajaina voalohany. Tsy vitan’izay fihodinana an-dalana izay ihany, fa isan’ny mampimenomenona ny rehetra ihany koa ny fijanonan’ireo fiara ao amin’io zotra io aloha loatra amin’ny hariva.

T.M.

Midi Madagasikara21 partages

Spectacles du week-end : Le public au rendez-vous

Mi’Ritsoka et Rossy, les deux gagnants du week-end.

Décidément, ce mois de février est une aubaine pour les festivités. Ce week-end, les  spectacles ont connu une affluence de toute part. Du Palais des Sports au Piment Café, le public a répondu présent

Palais des Sports, CcEsca, Is’art Galerie, Piment Café… En grande envergure ou en petit comité, les communions ont été au summum.  Du côté de Mahamasina, Rossy et Mi’Ritsoka ont  célébré le plus joyeux des anniversaires et en grande pompe s’il vous plaît. Effectivement, 30 ans de scènes et 15 ans d’activité ne sont pas choses à faire passer discrètement. Combinant leurs savoir-faire, Rossy apporte le meilleur de sa musique tandis que Mi’Ritsoka mise toute son expérience dans ce spectacle d’hier.

Dans le Palais des Sports presque rempli, sons et lumières au top, une décoration simpliste, mais classe, Rossy a dévoilé une autre facette de sa personnalité. Point de poussière, point de bagarre, que de la musique, de la bonne qui a fait la notoriété du chanteur durant ces trois décennies. Ouvrant les festivités sur du soft, les « Any Malala », « Mahatsiaro », ou encore les « Toerako nindraminy » et « Na dia lavitra » ont composé la première partie du show. Si les spectateurs se sont montrés timides au début, le défoulement décolle dans la seconde partie. Suite à la partie gâteau d’anniversaire, le show façon « Tapolaka » entraîne une foule en délire dans une ambiance euphorique.

Chansons de charme. Pour leur part, Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina ont fait des heureux chez les gens du troisième âge. Dans un CcEsca quasiment plein, les chansons de charmes ont été chantées en chœur. Le duo se voit entouré de la crème de la musique malgache du moment, dont Datita Rabeson à la Guitare et Nali Rabarison à la batterie.

Vendredi, Buddha El Taga enflamme la scène de l’Is’art Galerie. Avec son rap conscient, il emmène pour la énième fois les adeptes du genre dans ce monde qui a fait ses succès au milieu des années 90.  De l’autre côté de la ville, Samoela à l’affiche au Piment Café reste fidèle à son image. Une fois de plus, monsieur « Bandy akama » a offert une ambiance bonne enfant aux habitués des lieux. Sans faire moins, le chanteur à texte reprend ses tubes tout en donnant une place prépondérante aux inconditionnels à l’interprétation de chaque morceau. Comme toujours, les vannes et les rires faisaient partie du lot.

Zo Toniaina

Tia Tanindranaza18 partages

Manozongozona fitondranaHogejaina ny asa fanaovan-gazety !

Tian’ny mpitondra hofehezina ny asa fanaovan-gazety eto Madagasikara satria tsapany ny tanjany sy ny antom-pisiany, izay hery lehibe faha-4 eto amin’ny firenena. Manohintohina ny fitondrana amin’ny ankapobeny ny fisian’ny orinasan-tserasera tsy dia mitovy firehana aminy eo amin’ny famoaham-baovao, fa tiany hidokadoka sy hanafotsy ny efa mainty avokoa ny rehetra.

  Tsikaritra ho misy hatrany ny fitanilana satria ny hafa fehezina tsy havela hisokatra, ary malalaka kosa ny an’ny olon’ny mpitondra ny fanokafana orinasan-tserasera. Miroborobo tanteraka ka hatramin’ny haino aman-jerim-panjakana aza toa lasa fananan’ny antoko HVM. Tsy mahatafavoka baolina amin’ny fanazavana sy fandresen-dahatra ny vahoaka manoloana ireo ambara fa tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fahombiazan’ny governemanta anefa izy ireo. Toa mamono afo sy miaro fatratra ny fanjakana manoloana ny zavatra tsy mety sy afera maizina vaky bantsilana isan-karazany no anton-draharahara, saingy tsy mahomby satria efa tena be loatra ny zavatra tsy manjary ataon’ity fanjakana ity, ka ny afera hafa tsy miravona ny eo misosoka ihany. Mpanolotsain’ny filoha sy tandapa ny ankamaroan’ny tompon’izy ireny, kanefa tsy tanteraka ny iraka hampanaovina azy fa mba hanamorana ny bizina no tena antom-pijoroany sy hanohanany ny fanjakana. Rehefa tsy tanteraka izay famotsiana ny mainty izay, dia ireo orinasan-tserasera manelingelina sy sahy mamaky bantsilana ny afera maloto sy tsy mety ataon’ny fanjakana no ezahina fehezina. Niandoha tany amin’ny lalàn’ny serasera ny fifanoherana nanomboka ny taona 2016. Io miteraka tsy fitovian-kevitra io indray ny fitsabahan’ny minisitera amin’ny asa voalaza fa tokony ho anjaran’ny Holafitry ny mpanao gazety, dia ny fanomezana karatra maha matihanina. Tsara ny manamarika fa laharana faha-57 amin’ny firenena 180 i Madagasikara eo amin’ny fahalalahan’ny asa fanaovan-gazety tamin’ny taona 2017. Sarotra ny fahazoana loharanom-baovao ofisialy eto Madagasikara, hany ka rehefa vaky bantsilana ny raharaha iray aorian’ny fanadihadiana lalina vao mitady hirika hanenjehana na handisoana ny vaovao avoakan’ny mpanao gazety ny mpitondra fanjakana.

Toky R

 

Midi Madagasikara16 partages

Football – Coupe de la Confédération : Bonne opération pour Fosa Juniors

Le match entre AFC Leopards et Fosa Juniors n’a pas réussi à remplir le stade.

Une entrée réussie pour le Fosa Juniors qui signe un nul élogieux pour son premier match africain. C’était hier devant les Kenyans de l’AFC Leopards.

Rado Andrianinosy (15e) répondait en effet à Yusuf Mainge qui marquait très tôt (3e), beaucoup trop tôt pour saper le moral de la troupe. Mais c’était mal connaître des Fosa décidés à vendre chèrement leur peau et se mettre à imposer son jeu.

Un coup gagnant, car Rado Kely a réussi à tromper la vigilance du portier kenyan. Il récidivait même en marquant à la 32e minute, mais l’arbitre refusa le but pour une position de hors jeu.

Toujours est-il que ce score de parité rend déjà la tâche des Kenyans difficile. Au stade Rabemananjara, en effet, il est certain que les ténors des Fosa Juniors vont ressurgir pour parachever ce bel exploit. Santatra, Dax et même Jean Yves ne vont pas rester les bras croisés pour confirmer ce qui est presque acquis en l’occurrence la qualification au premier tour der cette Coupe de la Confédération africaine.

Rendez-vous est donc pris pour le 21 février à Mahajanga.

Clément RABARY

Midi Madagasikara14 partages

Des dessous de gros sous !

AMETIS, AUGURE, ARMP, Villa Elisabeth… Des affaires – dans les deux sens du terme – qui ne sont pas pour redorer l’image du pouvoir en cette dernière année du mandat présidentiel. Elles pourraient même peser lourd dans la balance des votes au soir du premier ou du second tour (c’est selon) de la prochaine course à la magistrature suprême.

Des dessous de gros sous !

Quoique la décision de la HCC concerne les Zones Economiques Spéciales, elle est applicable sur le fond et les fonds à la société AMETIS qui perçoit les droits de visa aux frontières. Le juge constitutionnel considérant que « les attributions de l’Etat en matière de police administrative et/ou relevant des fonctions régaliennes de l’Etat ne peuvent pas être déléguées ». Force est toutefois de constater que la société privée en question continue de collecter les euros sans qu’ils soient, croit-on savoir, reversés jusqu’à présent au fisc, c’est-à-dire dans les caisses de l’Etat. Du …coût, bon nombre de contribuables se demandent où va l’argent. Même question par rapport aux marchés publics – ils ne le sont que de nom – qui ont fait le buzz sur les réseaux sociaux à cause des sommes faramineuses qui seraient dues à trois zéros de trop. Une explication par trop simpliste sinon aberrante voire infantilisante. A défaut de reconnaître qu’il y a plusieurs autres « Claudine », il aurait été plus plausible de dire que le site de l’ARMP – fermé depuis – a été piraté par des hackers. Ou que le logiciel SIGMP ou Système Intégré pour la Gestion des Marchés Publics n’est pas encore bien maîtrisé. A l’instar de l’Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat qui était de mauvais AUGURE pour de nombreux fonctionnaires qualifiés de fantômes qui couraient le risque de passer effectivement de vie à trépas après la suspension de leurs soldes. Sans qu’on leur ait expliqué à qui et à quoi imputer les erreurs. C’est comme pour la vente de la Villa Elizabeth qui a aussi des dessous de gros sous dont on ne sait pas non plus sur le compte de qui le mettre. Au propre comme au figuré.

R.O

News Mada13 partages

Conjoncture : Andry Rajoelina est de retour

L’ancien homme fort de la Transition, Andry Rajoelina, est arrivé au pays, hier. Il sera à l’écoute des Malgaches.

«Il y a un temps pour parler, et un temps pour se taire». C’est le leitmotiv de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina, depuis quatre ans. Il l’a d’ailleurs réitéré lors de son arrivée à Ivato, hier. L’ancien locataire d’Iavoloha, qui a choisi de prendre du recul et de trouver par la même occasion des solutions aux maux qui minent le pays entend désormais revenir au premier rang sur l’échiquier politique. Une place qu’il a laissé durant quatre longues années mais que d’autres n’ont pas pu saisir. Raison pour laquelle, la cote de popularité du fondateur de la formation «Miaraka amin’i Prézidà Andry Rajoelina» (Mapar) commence à monter en flèche, ces temps-ci.

Lors de son débarquement à l’aéroport d’Ivato, lors d’une courte déclaration à la presse, il a expliqué son choix politique. « Il est vrai que ces quatre dernières années, je me suis abstenu de faire des déclarations politiques. Cela ne signifie nullement une faiblesse (…) », a-t-il d’emblée déclaré, tout en remerciant ses partisans venus l’accueillir pour l’occasion. Et lui d’ajouter que, « Durant ces quatre dernières années, je constate qu’il y a ceux qui se bousculent pour ravir le pouvoir, tandis que  moi, je fais de mon mieux pour apporter des solutions », et lui de poursuivre qu’aujourd’hui, il est temps de prendre les choses en main. Sur ce point, « Cela passe par l’écoute de toute la population malgache », a-t-il indiqué. L’ ancien président de la Transition prévoit d’ailleurs de faire une déclaration publique dimanche prochain.

Redonner espoir et proposer des solutions

Ce retour au premier plan risque en tout cas de donner le tournis au sein du régime actuel qui voit mal l’arrivée au pays de celui qui dispose encore d’une importante force dans le microcosme politique. C’est le cas par exemple de la majorité des élus au sein de Chambre basse qui ont été élus sous l’étiquette du Mapar. Mais certains ont été obligés, parfois sous la contrainte, à adhérer à la formation présidentielle pour survivre. C’est aussi le cas des maires dans plusieurs villes, grandes ou moyennes, comme c’est le cas à Toamasina. Mis en sourdine durant plusieurs années, ces acteurs politiques pourront revenir dans le jeu politique dans les jours à venir et ce, à travers l’Initiative pour l’ Emergence de Madagascar (IEM).

Cette plateforme où des experts issus de divers horizons se côtoient sera, du reste, le fer de lance des projets que l’ancien homme fort du pays entend proposer à ses compatriotes. «Les Malgaches se trouvent actuellement dans le désarroi, et même pour beaucoup dans le désespoir. Nombreux ne croient plus en l’avenir, encore moins à une quelconque amélioration de leurs conditions de vie. Je veux leur redonner espoir, (…)», avait déclaré le fondateur du Mapar, lors de l’officialisation de cette entité à Paris. Il a annoncé qu’, «Il est temps d’ouvrir la porte de l’émergence économique et sociale comme objectif unique pour le bien-être de la population». Et que «l’Objectif, c’est de rattraper le retard de développement de Madagascar ».

Rakoto

 

Tia Tanindranaza11 partages

Vaky indray ny AntanimoraHazo sy lamba no nampiasain’ireo gadra

Efa lasa tranga mahazatra eto Madagasikara ve ankehitriny ny fonja vaky ? Vaky indray ny fonjan’Antanimora ny alin’ny sabotsy 10 febroary teo. Telo lahy ny gadra nohazonina tao amin’ny efitrano « A1 » fantatra fa tafatsoaka, dia Rafalimanana Nirina Dominique, voafonja (MD- 11 / 09 / 2012) noho ny resaka fanaovana vola sandoka,

 

 efa notsaraina izy ka gadra mandra-pahafatiny,  Rakotoarisoa Henintsoa Raphalk, voafonja ( MD- 17 /03 / 09 ) noho ny resaka vono olona ka voasazy15 taona an-tranomaizina ary  Raharijaona Solofoniaina, voafonja (MD - 05 / 04 /2017) noho ny raharaha fanolanana fa tsy mbola voatsara izy io. Ny "chef de poste" nanao fisafoana moa no nahita io tranga io, tokony ho tamin'ny 12 ora alina, araka ny fanampim-baovao. Voalaza fa nihanika rindrina izy telo lahy ireo ka afa-nitsoaka teo amin'ny varavarankely. Mihidy tsara ny "chambre" rehetra saingy nampiasa hazo (Planche) sy lamba natambatambatra ry zalahy ka izany no nahafahan’izy ireo nivoaka ny varavarankely sy nihanika ilay rindrim-be ary nidina tsimoramora dia nitsoaka avy eo. Efa mandeha ny fikarohana momba azy ireo ary efa mipetraka eny Antanimora ny "avis de recherche". Manampy ireo efa ho 130 mbola karohana noho ny fonja vaky tany Ambatondrazaka, Ikongo, Tsiafahy indray izany izy telo lahy tafaporitsaka tao Antanimora ireto. Ny eo tsy tratra, ny hafa mitsoaka ihany. Moa ve tena tsy ampy mihitsy ny fanaraha-maso sy ny fiarovana ny fonja rehetra eto Madagasikara sa ny mpiambina fomba no tsy mahavita tsara ny asany, mba tsy hitenenana zavatra hafa. Sa ireo gadra ve no miha marani-tsaina ka mahavita zavatra tsy noeritreretina ? Efa niaraha-nahita tsara izao ny fitsoahana gadra nisesisesy tamina faritra maro dia tsy nohatevenina ihany ve ny fiambenana ny fonja na nohatsaraina ny fomba fiasa ? Asa na fifanandrifian-javatra na ahoana fa ny sabotsy teo koa no nanomboka niparitaka ny vaovao milaza fa nitory ny minisitry ny fitsarana Malagasy sy ny tonia mpampanoa lalàna eto Antananarivo miampy olona vitsivitsy any amin’ny fitsarana Frantsay i Houcine Arfa, ilay gadra tafaporitsaka ny faran’ny taona teo ary mialokaloka any Frantsa ; nafana be koa tamin’iny herinandro lasa iny ny resaka vola amina miliara tsy mazava momba ny tsenam-barotry ny fanjakana taona 2016 amin’ny alalan’ny ARMP,  dia indro avy eo fa vaky tampoka ny sabotsy alina ny fonjan’Antanimora.

Jean D sy RTT

L'express de Madagascar11 partages

Secteur minier – Plus de ristournes aux communes

L’actuel code minier ne clarifie pas substantiellement les ristournes dont devront  bénéficier les collectivités décentralisées. C’est ce qui ressort du discours du ministre Ying Vah Zafilahy, chargé des Mines et du pétrole lors de la présentation de vœux du personnel de ce département, vendredi dernier, au Krypton Ambohimalaza. « Si je prends l’exemple d’Ambatovy, les divers impacts sur les communes où est installée l’usine, ou par où passent les pipelines, ne sont pas les mêmes, alors que le code minier actuel ne le catégorise pas clairement », a-t-il expliqué. « Aussi,  entendons-nous re-catégoriser ces communes touchées de près ou de loin par ces extractions minières en classant incessamment des communes pilotes bénéficiaires, de ristournes issues des exploitations minières », a-t-il ajouté.Le code minier stipule en effet que les redevances minières équivalentes à 2% du chiffre d’affaires pour les sociétés appartenant à l’exploitation du groupe des métaux de base et autres substances métalliques entre autres. 1, 4% de ces redevances deviennent des ristournes pour les collectivités décentralisées, dont 10% du montant des 1,4% rejoignent le Fonds national de péréquation, et 60% pour les communes, 30% pour les régions et 10% pour les provinces. « Les 60% pour les communes ne sont pas assez clarifiés. Quelles communes précisé­ment   L’équipe du ministère est déjà descendue dans les localités pour des enquêtes approfondies pour la faisabilité de ce reclassement des communes  en commençant par celles situées entre Moramanga et Toamasina  qui en seront les pilotes », apprend encore le ministre.DéfisLes communes seront alors re-catégorisées selon les impacts économiques, sociaux ou environnementaux qu’elles subissent.Communes A comme communes d’extraction, B comme transformation et/ou raffinage et de passage des pipelines et C pour les autres indicateurs pour ces communes. « Un Trésor  principal  intercommunal (TPI) sera mis en place et pourra percevoir directement ces ristournes », a fait savoir le ministre. Toujours est-il que cette initiative de valorisation des Collectivités territoriales décentralisées en tant que responsables effectives de la gestion et de la surveillance des activités minières à l’intérieur de leurs circonscriptions respectives ne pourra prendre effet qu’avec la retouche de l’actuel Code datant de 2005.Les autres perspectives annoncées pour développer ce secteur telles l’administration de proximité ou encore l’utilisation de nouvelles technologies telle les satellites de surveillance pour plus de traçabilité, ne pourront se faire sans un nouveau Code minier.« Nous avons pu réaliser la meilleure déclaration en or en inscrivant 2 833 kilos en 2017 si elle n’a jamais dépassé les 50 kilos avant 2014 », s’est félicité Ying Vah Zafilahy.« C’est la meilleure déclaration faite depuis 1940 même », indique un responsable auprès de l’Agence nationale de l’Or  ou ANOR.Mirana Ihariliva

News Mada10 partages

Mozika mafana : manohy ny diany i Wanaah

Taorian’ny fahombiazan’ny seho voalohany, tao amin’ny Jao’s Pub Ampohipo ny, 1 jaonary teo, manohy ny seho an-tsehatra eto an-dRenivohitra i Wanaah. Etsy amin’ny Le Glacier Analakely ny fotoana homeny ny mpankafy, anio alina.

Tsy vitsy ireo resy lahatra tamin’ny hakanton’ny mozika entin’i Wanaah, anisan’ireo mpanakanto tanora vao misondrotra eo amin’ny tontolon’ny mozika mafana. Tsikaritra izany tamin’io « cabaret » voalohany notanterahiny io. Tsy ho ambakan’izany ity hotontosaina anio alina ity, araka ny nampanantenainy.

Araka ny nohamafisin’i Wanaah sy ny mpitantana azy eo amin’ny tontolon’ny mozika, hetsika tafiditra ao anatin’ny fanokafana  ny andiam-pampisehoana, izay  hataon’ny tarika any  amin’ny faritra, amin’ ity taona ity io. « Efa  mipetrapetraka avokoa  ny fandaharam-potoan’ ny tarika », hoy hatrany ny « manager »-n’i Wanaah. Marihina fa mpitendry efa kalaza sy manana ny maha izy azy ny miaraka amin’i Wanaah  amin’izao fotoana.

Mikasika izay indrindra sy manoloana ny resaka miely etsy sy  eroa, nilaza i Wanaah  fa safidin’ireo mpitendry ireo ny miara-miasa aminy fa tsy noterena. Marihina fa hira eo amin’ny 10 eo ho eo no hoentin’ny tarika, anio alina. Hisy ihany  koa ny fihirana sanganasana mpanakanto hafa.

Landy R.

L'express de Madagascar10 partages

Erreur saisissante

L’erreur est inhumaine et inacceptable. C’est la règle d’or de la comptabilité. De surcroît quand il s’agit de comptabilité nationale, de l’argent de l’État. C’est avec une légèreté déconcertante que le directeur général de l’Autorité de régulation des marchés publics a annoncé à la presse que le chiffres publiés sur le site de l’organisme qu’il dirige pour l’exercice 2016 comportait trois zéros de plus. Une explication fallacieuse et irresponsable pour une institution créée en 2006 pour justement juguler les abus dans le gestion de l’argent de l’État, traquer toutes les corruptions dans les marchés publics minés par le copinage, le favoritisme et les surfacturations. Une pratique vieille comme l’indépendance et visiblement indécrottables . À sa création l’ARMP a été confiée à des personnes connues pour leur intégrité et leur moralité. Ce qui n’est plus visiblement le cas. L’ARMP fait partie des organismes clés pour avoir la main mise sur le pouvoir financier.Ainsi, bon an mal an, des abus ont été dénotés dans le rapport de l’ARMP sans que cela indigne l’opinion publique. Il est vrai que cela ne concernait que quelques ministères, contrairement à l’exercice 2016 où presque tous les ministères se font distinguer. Ainsi en 2014, le ministère de la Santé a payé un fournisseur pour 128 millions d’euros soit 410 milliards d’ariary à titre de prestation intellectuelle. Dans les autres exercices, il y eut également des sommes monstrueuses pour le paiement de futilités. De là à évoquer une erreur de trois zéros c’est tout simplement s’accuser de vol permis depuis des années. On ne comprend pas pourquoi un excès de trois zéros devient aujourd’hui une erreur. C’est d’autant plus scandaleux et flagrant que l’erreur alléguée semble ne concerner que les montants exagérés et les marchés fictifs. Quand on voit que le ministère des Finances et du budget a acheté vingt véhicules Mitsubishi Pajero Glx chez Sicam pour 3.491.760.000 ariary, et dix-huit véhicules du même type pour 2.874.096.000 ariary tout est normal. Avec un fournisseur comme Sicam, la surfacturation est impossible, ceci explique cela. Maintenant, s’il y a erreur de trois zéros le montant devient 3.491.760 pour vingt véhicules. Un montant avec lequel on ne peut pas se payer quatre pneus. L’erreur serait donc sélective. En tout cas, il faut un logiciel diablement intelligent pour faire ce tri.Le fait qu’après cette bourde, le site de l’ARMP a été fermé et que le personnel du ministère des Finances et du budget a été prié de se la boucler selon une note de service, prouvant qu’il y a bien eu quelque chose qui ne sera plus jamais révélé au public. Le doute se confirme quant on rapproche la rubrique dépenses de la loi de finances et le montant total des marchés publics 2016 avec presque le même montant.L’ARMP perd ainsi toute sa crédibilité et toute son utilité devenant plus une banale caisse enregistreuse des dépenses de l’État qu’un organe de contrôle et de régulation des marchés publics. Tous les abus sont désormais permis, ni vu ni connu. La lutte contre la corruption devient une chimère alors que les bailleurs de fonds notent des progrès. C’est la preuve flagrante que si l’argent qu’ils ont donné depuis quarante ans avaient été utilisé à bon escient, on n’en serait pas à cette pauvreté chronique. Cet « incident » explique le fait que malgré un revenu de deux dollars par jour, le secteur de l’immobilier, du transport et vente de voitures de luxe n’a jamais été aussi florissant. Tant qu’on continue à acheter des pneus à des prix pharaoniques alors que le pays manque d’écoles, d’hôpitaux, de routes, d’enseignants, de médecins, d’informa­ticiens, d’ingénieurs… on n’avancera pas d’un pouce.De l’erreur, on est passé visiblement à la bêtise, avec cette volonté de tout verrouiller et de refuser toute transparence dans l’utilisation de l’argent de l’État, plutôt des bailleurs de fonds.

Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara6 partages

Chronique de Mickey : Habeas corpus inconnu au bataillon !

« Non, tu ne vas pas quand même me fracasser le crâne avec ce moellon… Non, ne vois-tu pas que je pourrais être ton père… Ne sais-tu pas qu’il ne vous appartient pas, vous les enfants, de juger les parents… N’as-tu rien retenu de ce que l’on t’a appris de la sagesse malgache sur le respect des anciens… Ne sais-tu pas ce qu’on entend par Droit à la vie… « Tu ne tueras point » dans les «Dix commandements» de ton Dieu, tu es censé le connaître non ? Qu’as-tu de plus comparé à un pauvre ignare, toi, l’étudiant supposé être leader du futur du pays.» Le temps est long et  tant de choses peuvent passer dans la tête de ce « vieux voleur de campus ». En une fraction de seconde que d’images ont du défilé devant lui et que des mots de supplications auraient voulu sortir de sa bouche. Cet instant des yeux dans les yeux des deux personnes où la grande aiguille d’une montre n’a pas fait son tour, devait lui paraître une éternité. Quand on sait que le cerveau survit encore quelques minutes après la mort, le malheureux a du entendre à son grand désespoir posthume non pas des cris d’horreur, mais des cris de joie. On sait bien que plus on est nombreux, plus l’intelligence collective diminue, l’instinct grégaire est l’ennemi de la lucidité, mais tout de même venant d’étudiants une telle mise à mort ne peut que révolter. Comment un bachelier même le plus cancre peut ignorer à ce point la valeur de la vie humaine et soit si étranger du droit le plus élémentaire de l’Homme, mais en plus il est en deuxième de droit. « L’interdiction de la torture, des peines inhumaines ou dégradantes et l’interdiction de la détention arbitraire » formant les actes de l’Habeas Corpus ou acte sur les libertés individuelles est normalement enseigné dans les premiers mois des facultés de droit dans la matière IED (Introduction à l’Etude du Droit) ». Et même s’il a raté le cours, que de fois des affichettes, des spots à la radio ou à la télé ont fait état du caractère illégal des vindictes populaires. Mais ces appels, il les a dédaignés. Et dire, qu’il aurait pu devenir magistrat.

Il est sûr que ce vindicte non pas populaire, mais d’élite ne peut que ternir davantage le monde estudiantin, déjà décrié pour sa tendance à manifester pour des dotations sans obligation de résultat. La « franchise universitaire » normalement imaginée pour protéger l’esprit de tolérance au sein des campus couvre en réalité des incivilités et sert de passe droit. Ce qui s’est passé dernièrement au campus de Mahajanga illustre cette dérive quand des étudiants ont été radiés par le conseil de discipline, leurs collègues n’ont trouvé de mieux que de se mutiner avec des armes. La responsabilité peut être collective comprenant les parents, l’école en général, les autorités civiles et religieuses, en tout cas, notre Université, ce temple du savoir, fout le camp.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara5 partages

Football : La FMF a tenu un stage de préparateur physique

Subventions ou non, les hommes de Doda Andriamiasasoa continuent d’avancer dans ce qu’il estime être une des clés du développement du football malgache.

C’était encore le cas samedi au centre technique de Carion lors qu’il présidait une cérémonie de remise de certificat à 25 entraîneurs issus des quatre coins de l’île et qui ont suivi un stage d’une semaine portant sur la préparation physique.

Une formation édifiante, puisque dispensée par l’expert de la FIFA, Michel Ritschard, qui a plus d’une corde à son arc. Ce Canadien possède en effet une riche expérience en matière de coaching et plus particulièrement sur la préparation physique des joueurs.

« C’est notre devoir d’offrir toutes les opportunités à nos techniciens pour qu’ils ne soient pas à la traîne dans le dessein de développer davantage ce secteur précis », confie le président de la FMF, Doda Andriamiasasoa qui n’entend pas baisser les bras.

Ce cours FIFA pour préparateur physique a duré près de 50 heures en traitant essentiellement de l’endurance et de la vitesse, deux facteurs importants dans la vie d’un professionnel.

Clément RABARY

News Mada3 partages

Investissement : un fort intérêt pour l’industrie légère constaté

La création d’entreprises à Madagascar est dominée par les industries légères. Le secteur attire plusieurs investisseurs étrangers.

Un fort intérêt des investisseurs étrangers pour ce secteur est constaté l’an dernier.

Une cinquantaine d’investisseurs potentiels sont entrés en contact avec des opérateurs malgaches en 2017. Ces investisseurs viennent essentiellement de l’Asie, notamment de l’Inde, la Chine et le Japon. Mais aussi des pays africains et européens. Par ailleurs, leurs projets sont à différents stades et touchent plusieurs sous-secteurs, entre autres le call center, la Business Process Outsourcing (BPO), le Mobile Virtual Network Operator (MVNO), l’installation des pylônes, le textile, le manufacturing…

15 sociétés agrémentées entreprises franches

De plus, parmi les 15 sociétés qui ont reçu leur agrément en Entreprises franches en 2017, 80% évoluent dans l’industrie légère. «Ces 15 sociétés œuvrent dans la fabrication de mobiliers, de voitures en miniature, dans le call-center et le traitement des données informatiques. Mais une grande partie œuvre dans le secteur du textile et l’habillement», selon les responsables au niveau de l’EDBM à l’occasion d’une présentation de la situation du climat des affaires, à son siège, vendredi dernier. Ces 15 entreprises franches investissent jusqu’à 2,3 millions de dollars à Madagascar.

18 projets en cours

En outre, dix-huit  projets dans le même secteur sont en cours de lancement actuellement. Six d’entre eux sont des réinvestissements de sociétés déjà installées dans le pays.

Pour l’EDBM, les avantages qui attirent les investisseurs dans l’industrie légère à Madagascar portent essentiellement sur le coût de la main-d’œuvre, avec des salaires moyens de 70 dollars par mois, l’accès sans restriction aux différents marchés suite à l’intégration de Madagascar aux zones de libre échange et des accords de partenariat, tels que la Sadc, le Comesa, l’APE ou l’Agoa.

Pour cet organisme en charge de la facilitation et la promotion de l’investissement à Madagascar, une amélioration du climat des affaires est constatée  dans la Grande île, car le pays a gagné 5 places dans le dernier classement du Doing business. Le pays se trouve actuellement au 162e rang sur 190 pays classés.  Toutefois, les opérateurs  présents dans le pays  affichent toujours leur préoccupation relative à l’insécurité des investissements, causée notamment par la recrudescence de la corruption dans  plusieurs domaines et l’instabilité.

Riana R.

Madagate3 partages

Madagascar. Lutte contre la corruption : un grand bluff !

CLIQUEZ ICI POUR UN FICHIER JPG TRÈS GRAND FORMAT

Au cours d’une partie de jeu de cartes ou dans les relations personnelles de tous les jours, plus précisément dans des rapports entre partenaires, dirigeants ou administrés, supérieurs et subalternes, il s’agit d’une «attitude ou action destinée à faire illusion, à tromper sur ses forces, ses possibilités réelles». Pour ce qui nous concerne tous, habitants citoyens de Madagascar, étrangers en résidence ou de passage, cette forme de disposition d’esprit est monnaie courante calculée pour devenir des «espèces sonnantes et trébuchantes». Dans les coulisses du pouvoir comme dans le contexte du monde des  affaires en général et des activités commerciales en particulier (illégales surtout), certains personnages n’hésitent à se  servir de cette ruse pour donner le change et tromper afin d’amener le public ou les partenaires sur son terrain et les soumettre à sa volonté. L’objectif est de faire renoncer l’adversaire ou n’importe quels interlocuteurs en lui faisant croire qu’il est dans une position d’infériorité.

Combien de fois, à propos d’évènements, d’incidents forts préoccupants voire même gênants sur la conduite des  affaires  étatique ou des relations avec les institutions et la masse, les responsables de ce pays se sont servis de la crédulité et de l’ignorance du public pour faire  croire n’importe quoi? L’énorme tromperie sur l’affaire Houcine Arfa, le célèbre évadé de l’un des plus  durs lieux de détention connus a  fait l’objet de toute une série de réactions, de déclarations et d’attitudes très  douteuses. L’énorme pavé que notre confrère Jeannot Ramambazafy avait lancé  samedi  dernier à partir des colonnes de ce journal a fait l’effet d’une bombe dans tous les milieux et surtout au niveau des dirigeants. Les propos de l’évadé considérés au départ comme des «allégations grotesques» par les autorités malgaches, finalement semblent prendre des contours pas très honorables pour ces derniers. Photo d’archives et autres pièces justificatives à l’appui, celui qu’en haut-lieu on avait traité d’usurpateur et qui «a été condamné à trois  reprises, en France, en 2001 pour vol à main armée, coups et blessures et  kidnapping», selon le directeur de la police judiciaire, Alain Andrinanirina, devant la presse, le jeudi 18 janvier 2018,  se rebiffe et réagit par une plainte déposée au Parquet de la Grande Instance de Paris (France), à l’attention du Procureur de la République au regard de «l’extranéité des faits» commis à l’encontre de Monsieur  Houcine Arfa».

Les accusés visés par la procédure sont des personnalités proches du pouvoir et plus précisément occupant des fonctions officielles au sein de la Présidence de Madagascar à savoir: les sieurs Vonjy Randriamaromanana et consorts. Une manière à lui de démentir toutes les allégations considérées comme mensongères dites sur sa personne. Depuis que ce régime crie sur tous les toits une  détermination  affichée de lutter  contre la corruption, voilà que l’évasion rocambolesque de Houcine Arfa du 28 décembre dernier, qui a  fait «les gros titres de la presse», alimente de nouveau les publications des médias. Une  fois de plus les  hauts responsables de  ce pays sont  rattrapés par des faits niés avec  énergie mais qui, en fin de compte, finira par les éclabousser d’une manière scandaleuse. Surtout quand le plaignant ose déclarer par voie de presse: «J'ai été arrêté le 20 juin, et condamné en novembre à trois années de prison. Dès le départ, le dossier était vide. On m'a tout reproché, jusqu'à être l'auteur de kidnapping. Quand ma femme a rencontré le juge d'instruction, celui-ci a reconnu qu'il n'avait rien contre moi, mais s'est dédouané en disant que les instructions venaient de la présidence de la République. Mon avocat, Me Berton, est en possession de l'enregistrement de cette conversation». Avec les rebondissements prévisibles  d’un tel dossier devant des  juges et tous les médias, le régime en place risque de se  trouver au-devant des mauvaises surprises en matière de lutte contre la corruption…

Razafilahy Noël

News Mada2 partages

Secteur minier : un apport de 3000 milliards d’ariary en 2017

Le secteur minier reste un secteur porteur à Madagascar. Celui-ci a apporté jusqu’à 3 000 milliards d’ariary dans les caisses de l’Etat l’année précédente, d’après les propos de Ying Vah Zafilahy, ministre des Mines et du pétrole, à l’occasion de la présentation de vœux du personnel de ce département ministériel, vendredi dernier. D’après ses dires, «Le secteur de l’extraction devrait rapporter un milliard de dollars pour Madagascar vu son fort potentiel dans le pays. Cela ne peut se faire qu’avec une gouvernance du secteur minier».

Le secteur de l’extraction à Madagascar est encore fortement dominé par les petites exploitations, dont la plupart œuvrent dans le formel. L’assainissement et la professionnalisation fait dans le secteur a toutefois apporté plusieurs améliorations. Dans le secteur aurifère, 2 833 kg d’or ont été déclarés en 2017. Il s’agit de la plus grande quantité enregistrée dans le pays depuis le retour de l’indépendance. A titre d’exemple, la quantité d’or déclarée en 2008 n’était que de 50 kg. A ce sujet, le ministre des Mines et du pétrole a avancé que, «Le suivi et le contrôle  du secteur aurifère et des pierres précieuses restent une lourde tâche. Ces derniers sont encore fortement minés par différentes formes de corruption. La collaboration entre plusieurs entités, entre autres le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, mais aussi les forces de l’ordre s’avère indispensable pour assainir ces deux secteurs».

Riana R.

L'express de Madagascar2 partages

Palais d’Iavoloha – Rencontre en haut lieu pour la vanille

La problématique de la filière vanille préoccupe le président Hery Rajaonarimampianina. Une rencontre avec les opérateurs a eu lieu vendredi dernier à Iavoloha.

La rencontre avec les opérateurs dans la filière vanille a été une occasion pour le président de la République, Hery Rajaonarimampianina de sensibiliser ces opérateurs sur l’importance de faire émerger le produit d’exportation phare de la Grandeîle. Une initiative apparemment accueillie par les quelques quarante opérateurs, venus au palais d’Iavo­loha la semaine dernière.Eric Besoa, représentant des opérateurs de vanille a dressé la problématique de la filière qui hypothèque son avenir. Il a entre autres cité la cueillette de la vanille verte, la diminution du taux de vanilline, et l’insécurité qui sévit dans les grandes régions productrices. Des solutions sont alors à trouver en ce début d’année, une des raisons ayant conduit à cette rencontre avec le président de la République. En effet, 1 187 tonnes de vanille seulement ont pu être exportées l’année dernière si près de 2 500 tonnes en 2015, et le taux de vanilline a diminué de 1,8% à 1,2%. «Il faudrait anticiper pour reconquérir notre renommée de premier producteur mondial, d’autant que nous avons déjà perdu la première place pour le girofle », a déclaré le chef de l’État. Il a fait savoir que les problèmes qui minent le secteur doivent être discutés au sein de la Plateforme Nationale de la Vanille. Il a été demandé le strict respect des dates officielles de récolte.CombinerLa qualité de la vanille malgache devrait être améliorée pour plus de valeur ajoutée, et profiter au développement des régions concernées, à celui du pays, et à la situation personnelle des producteurs eux-mêmes.  Le pays fait vivre plus de 100 000 paysans éparpillés dans huit régions.Pour souligner un peu plus l’importance d’une telle rencontre, Hery Rajaonari­mampianina a insisté sur le rôle clé du secteur privé, dans des domaines de l’agriculture et de l’élevage, l’appui au développement et à la croissance, ainsi que la promotion des nouvelles technologies. « C’est à vous, opérateurs économiques, de prendre en main toutes les opportunités d’affaires offertes par le secteur vanille », a-t-il dit. L’importance de combiner les activités des secteurs du tourisme et de la vanille a été soulignée. Le président a annoncé, par ailleurs, le projet d’extension de la cocoteraie de Sambava afin de répondre aux demandes sur les marchés de l’océan Indien. « Pour étayer ses explications, le Président Hery Rajaonari­mampianina a fait référence à la Vision Fisandratana 2030, en insistant sur l’émergence économique et sur la renaissance qui nécessitent des réactions, de nouvelles responsabilités et une nouvelle mentalité », indique le communiqué émanant de la présidence de Madagascar. Des membres du gouvernement à l’instar du ministre de l’Agriculture et de l’élevage, ont assisté à cette réunion pour impliquer un peu plus ce département dans la recherche de solutions face au vieillissement des plants ou encore à l’insuffisance des superficies de culture de cette épice tant convoitée.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar2 partages

Exportation – Un détecteur de polluant pour les produits

Les denrées alimentaires vouées à l’exportation doivent disposer d’un certificat de normalisation.

Normes et exigences internationales. L’Institut Pasteur de Madagascar (IPM)  prévoit de créer un laboratoire de micropolluant en collaboration avec le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage ainsi que la Banque Mondiale. « Il y a un projet avec le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage et la Banque mondiale de créer un laboratoire de micropolluant ,insecticide et pesticide qui seraient destinés à analyser les denrées alimentaires destinées à l’exportation notamment les épices. Quand on envoie ce type d’aliment en Europe, les pays qui importent réclament  ce type de certificat car ils devaient être dans les normes. Avoir un laboratoire qui serait capable de détecter les polluants pour les agriculteurs pour les gens qui exportent ne ferait que du bien au pays », affirme André Spiegel, directeur de l’Institut Pasteur de Madagascar, vendredi lors du lancement de programme de partenariats à Avaradoha.Il poursuit que ce projet nécessite un matériel un peu plus coûteux. « Il y a du matériel qui a un coût important, l’appel d’offre du ministère de l’Agriculture et de l’Élevage devrait être publié dans le mois qui arrive à ma connaissance. Il faut le matériel. On espère le recevoir en fin d’année 2018 si tout se passe bien dans le cadre de l’appel d’offre pour pouvoir être en mesure de réaliser ce type d’analyse ». À part les activités de recherche concernant les maladies transmissibles, ce projet vise à la normalisation des produits voués à l’exportation.Plus de partenairesAfin d’appuyer ce projet et tous les travaux de recherches menés par l’Institut Pasteur, il demande plus de partenaires pour soutenir ses différentes missions.« L’Institut Pasteur n’est pas un institut qui tire des bénéfices. Nous devons toujours passer par le financement. Donc, nous devons demander aux bailleurs de fonds de nous appuyer financièrement. Nous montons des projets de recherches puis nous recherchons le financement des bailleurs de fonds pour réaliser les projets. Mais nous devrions également élargir nos bâtiments d’accueil et de recherches pour que ces bâtiments suivent les normes », explique Voahangy Rasolofo, directeur scientifique au sein de l’IPM. Onze entreprises donateurs ont adhéré dans ce programme.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar2 partages

« Fihaonan’ny fitiavana », un premier rendez-vous réussi

La benjamine du groupe, Ando Ramalanjaona Ralamboson, une soprano de quinze ans, a ravi toute l’assistance durant toutes ses prestations pendant la rencontre de talents intitulée « Fihaonan’ny fitiavana » dont la première du samedi 10 février à l’Hôtel de ville d’Antananarivo, prônait l’amour dans l’ensemble. Très relaxée, l’adolescente a interprété avec brio l’ « Ave Maria» de Giulio Caccini, « Myself I shall adore » de Haendel, « L’hymne à l’amour » d’Edith Piaf. Sa voix émeut l’âme, exprimant un sentiment profond. Elle était en quelque sorte le centre d’intérêt du concert, du fait qu’elle a rejoint, pour la première fois de sa carrière d’artiste, le violoniste Henintsoa Rabarijaona et le contre-ténor Heninkaja Andriamiandra, sur la même scène, des noms que les férus de la musique classique connaissent bien. Les duos qu’elle a effectués avec ce dernier furent tout simplement sensationnels. Ainsi, l’extrait de l’opéra Carmen « Habanera», et « Nosy Tanindrazako » de Naly Rakotofiringa ont été époustouflants.Une autre soprano, Ianne Karisy et le ténor Fitah Rasendrahasina ont aussi, investi la scène pour doubler le bonheur du public, visiblement conquis dès les premières notes. Douze musiciens se sont mis au diapason pour les accompagner tout au long de ce beau voyage musical romantique qui a duré deux bonnes heures. « C’est la première fois que j’assiste à un concert de musique classique. Les chanteurs ont une puissance vocale étonnante. C’est tout à fait un autre registre que celui que j’écoute d’habitude. C’est beau à entendre. C’est apaisant. J’aime », a avoué Kiady, un jeune de dix-neuf ans dans l’assistance.Ricky Ramanan

Madagate2 partages

France. Houcine Arfa a porté plainte contre la ministre malgache de la Justice

LE DOSSIER ICI

 

News Mada1 partages

Volley-CCZ7 : Madagascar sans la Cnaps

L’absence sur le plateau des compétitions nationales et régionales se poursuit pour l’équipe de volley-ball de la Cnaps. Après son forfait lors de la finale du championnat national homme la saison dernière, les vice-champions de Madagascar ratent leur première sortie sur la scène régionale.

Pour la coupe des clubs de la zone 7 (CCZ7) qui aura lieu du 1er au 10 mars aux Seychelles, la Fédération malgache de volley-ball a communiqué la liste des équipes malgaches engagées. Sur les quatre qualifiées, en l’occurrence GNVB et Cnaps chez les hommes ainsi que VBCD et Stef Auto chez les dames, seuls les Caissiers manqueront à l’appel.

Une mauvaise nouvelle pour cette formation galactique après une saison 2017 tonitruante qui l’a propulsée en haut du tableau du volley masculin.

Néanmoins,  force est de constater que le volley malgache n’est jamais aussi mieux représenté que cette saison avec trois formations capables de lutter pour le titre, notamment la GNVB, détentrice de la coupe et grandissime favorite chez les messieurs. Stef Auto, avec un effectif rajeuni, se présente comme un adversaire de taille pour les Seychelloises.

Naisa

 

News Mada0 partages

Fifaninanana GS2WA : vehivavy manaporofo ny toerany amin’ny fandraharahana

 Natomboka ny faran’ny herinandro teo, 9 hatramin’ny omaly 11 febroary, tao amin’ny American center Tanjombato, ny Global startup weekend women eto Antananarivo, handresen-dahatra ny vehivavy handray anjara amin’ny fifaninanana momba ny fandraharahana.

Tsy voafetra ny niantsoana ireo vehivavy fa ny zava-dehibe ny toeran’izy ireo amin’ny fandraharahana amin’ny endriny vaovao. Mitarika izany fifaninanana izany ny any Paris, miampy ny avy amin’ny tanàn-dehibe 22 hafa maneran-tany, anisan’izany ny eto Antananarivo. Niara-nitarika ny fotoana, teto an-dRenivohitra, Rakotondrainibe Carole, Rabefaritra Karine, Raharimalala Rojo, Ramangason Salohy. Nasaina manokana ny Vondrona Axian.

Tanjona napetraka ny fanamafisana ny toeran’ny vehivavy amin’ny tontolon’ny fandraharahana, porofoin’izy ireo ny fahafahany miasa ho an’ny toekarena hisian’ny fampandrosoana tsy mena-mitaha amin’ny ataon’ny lehilahy. Andrasana amin’ity fifaninanana ity ny fahaizan’izy ireo mamorona tetikasa sy manamafy ny efa natao, na ny fifandraisana amin’ny hafa, eto an-toerana sy any ivelany.

Nomena telo andro izy ireo nandrafetana tetikasa. 70 hatramin’ny 150 voafantina amin’izy ireo avy amin’ny tanàn-dehibe rehetra nandray anjara, hanao fifaninanana famaranana any Paris, ny volana marsa 2018.

Zahana avokoa izany izay tetikasa voaboasan’ny vehivavy avy amin’ireo tanàn-dehibe rehetra nandray anjara.  Io ihany koa ny azo lazaina fa vanim-potoana lehibe maneran-tany ho an’ny vehivavy amin’ny fandraharahana, ho fampandrosoana ny toekarena.

Matanjaka ny GFEM

Eto Madagasikara, tsy zava-baovao ny fisian’ny vehivavy mpandraharaha. Fikambanana 12 avy amin’ny faritany enina, mitambatra ao anatin’ny vondrona iray, Groupement des femmes entrepreneurs de Madagascar (GFEM), najoro ny taona 2016, tarihin-dRazakaboana Fanja. Politika iombonan’izy ireo ny fahaiza-mitantana sy ny mangarahara. Manampy ny mpikambana rehetra, ny vondrona amin’ny tetikasan’ireo mpikambana, mba haharitra. Anisan’ny sehatra tantanan’ireo vehivavy ireo ny amin’ny asa tanana, varotra ny vokatry fambolena, fampitaovana, harena an-kibon’ny tany, fifandraisana.

Tato anatin’ny 10 taona izao, hita ny fivoaran’ireo vehivavy mpandraharaha malagasy ireo, tsy latsa-danja amin’ny hafa any ivelany. Ampy fahaiza-manao amin’ny fitantanana orinasa rehetra, madinika sy lehibe, ny vehivavy malagasy. Manana ny ampy hoenti-manatanteraka izany asa izany rahateo ny eto an-toerana.

Tanjona napetraky ny GFEM ny hampiavaka azy ireo amin’ny sehatra misy azy, mba ho fakan-tahaka ireo vehivavy ireo, ho an’ny namany sy ho an’ny lehilahy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany aty Afrika : vonona hanampy amin’ny fotodrafitrasa ry zareo Anglisy

Fihaonan-dehibe maneran-tany fanao isaky ny volana febroary, ao Afrika Atsimo, momba ny harena ambanin’ny tany (Mining Indaba). Nanamafy ny fahavononany ny fanjakana britanika amin’ny fanohanana ny aty Afrika, anisan’izany i Madagasikara. Ny 9 febroary teo, nisy fiaraha-nidinika notarihin’ny masoivoho britanika ao Afrika Atsimo, Nigel Casey, niresahana tamina solontena afrikanina. Nisy delegasiona malagasy nandray anjara tamin’izany avy ao amin’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany. Nampahafantarana azy ireo ny Africa infrastructure board, fotodrafitrasa hanohanan’ny Britanika ny aty Afrika, ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany.

« Tsy ahitam-bokatra firy ny harena an-kibon’ny tany raha tsy misy fotodrafitrasa matanjaka », hoy ny masoivoho britanika, Nigel Casey. Tsy vitsy ny firenen-kafa, na tsy nambaran’ity ambasadaoro britanika ity aza, ny miditra mifaninana amin’izany aty Afrika. « Koa avy amin’ity Africa infrastructure board ity ny fiaraha-miasa vaovao, ivondronan’ny mpandray anjara britanika maro, fanjakana na orinasa tsy miankina matanjaka, hanampy ny tany afrikanina », hoy ihany i  Nigel Casey. Avy amin’io Africa infrastructure board io izany ny endriky ny tolotra vaovao ho an’ny fiaraha-miasa aty  Afrika sy Madagasikara.

Politika vaovao izao no hoentin’ny fanjakana britanika hamatsiam-bola, amin’ny alalan’ny Africa finance corporation. Nitondra fanazavana momba izany i Oliver Andrews, talen’izany AFC izany. Miainga avy amin’ny lalàna fototra britanika ny fifanarahana rehetra, miaraka amin’ireo mpahay lalàna, toekarena ary teknika.

Novelabelarina tamin’ireo mpivory momba ny fotodrafitrasa mifandraika amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany aty Afrika. Naseho tamin’izany, ohatra, ny avy amin’ny orinasa britanika miasa any Angola. Mifandray amin’izany ny fampandrosoana ny sehatra maro hafa, toy ny lalamby, seranan-tsambo, fambolena, fiarovana ny tontolo iainana. Eto Madagasikara, efa ataon’i Japana izao ny fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina, manampy ny orinasa  Ambatovy.

R.Mathieu

 

News Mada0 partages

Filohan’ny Tetezamita, Rajoelina : « tonga aho hitondra vahaolana ho an’ny vahoaka malagasy… »

Haka bahana amin’izay. Nigadona an-tanindrazana, omaly, ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina. Nanao fanambarana fohy ny tenany teo am-pahatongavana  teny Ivato. “Misy fotoana hanginana ary misy fotoana  hitenenana sy hijoroana ary indrindra  handrosoana vahaolana ho an’ny vahoaka malagasy, hanavotana ny firenena…”, hoy  izy. Notsiahiviny avy eo fa tonga eto ny  tenany rehefa avy nametraka ny dingana tokony hatao sy hitondra vahaolana.  “Tsy hita loatra tamin’ny fanehoan-kevitra tao  anatin’ny efa-taona.  Tsy resy akory ny olo-mangina”, hoy ihany izy. Na izany aza, nomarihiny fa   nanaraka ny fiainam-pirenena ny tenany tao anatin’ny efa-taona. Nisehoana tranga  roa teto amin’ny firenena,  araka ny nambarany. Eo  ireo  mihazakazaka mitady sy handrombaka ny fahefana. “Ny ahy sy ny mpiara-miasa kosa, mihazakazaka amin’ny fitadiavana vahaolana. Feno ny fepetra amin’izao fotoana izao ka hihaino ny vahoaka malagasy ny tenako”, hoy ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina. Natsidiny avy hatrany fa hihaona amin’ny vahoaka malagasy amin’ny alalan’ny  valandresaka ny mpanorina ny Mapar, amin’ny alahady  18 febroary izao.

Hanao fanambarana ho an’ny vahoaka malagasy 

 Tsy mbola naneho ny antsipiriany momba izany ny  tenany. Ny toerana sy ny fotoana ,  tsy mbola fantatra. “Hisy fanambarana  sy resaka hataoko ho an’ny vahoaka malagasy… Aseho mivantana amin’ny fahitalavitra izany. Holazaina amin’ny manaraka eo ihany ny fandaharam-potoana. Fotoan-dehibe ifanomezana amin’ny vahoaka io satria  efa-taona tsy hita sy tsy re ka fotoana izao hitenenana”, hoy izy. Niarahaba sy nirary soa ho an’ny vahoaka malagasy ny  tenany amin’izao taona vaovao izao. “Mino sy manantena aho fa hifarana ao anatin’ny hafaliana sy firavoravoana ity taona ity…”, hoy izy  teo am-pamaranana.

Tsiahivina fa tonga nitsena azy tao amin’ny  efitrano  fandraisana olo-manan-kaja (VIP) ao amin’ny seranan’Ivato ireo depiote Mapar sy solontenan’ny fikambanana samihafa.  Teo koa ireo andiana olona vitsivitsy tety ivelany, naneho  ny hafaliany amin’ny fihaonana sy fahitana indray ny mpanorina ny TGV/Mapar.

Randria   

News Mada0 partages

Fiainana antoko : nihaona amin’ny Tim Avaradrano Ravalomanana

Ankoatra ny fitsidihana tanàna na kaominina efa nahazatra azy, nihaona sy nifampiarahaba amin’ny mpikatrika Tim Avaradrano ny filoha nasionalin’ny Tim, ny faran’ny  herinandro teo.

Ankadikely, Ilafy, Sabotsy Namehana, Avaradrano  sy ny manodidina. Samy tanàna notsidihin’ny mpanorina ny Tim avokoa ny  asabotsy teo. Fihaonana mivantana amin’ny vahoaka ny  nataony, nahafantarana bebe kokoa ny tranga iainan’ny mponina  eny ifotony. “Henoko ny fitarainanareo amin’ny vidim-bary.  Hitondra fanantenana aho  ary hitondra vahaolana. Tsy maintsy handresy isika”, hoy  izy amin’ireo tanàna nolalovany.  Nitohy amin’ny fihaonany amin’ireo mpikambana eo anivon’ny antokony ho an’Avaradrano, tetsy amin’ny Fofikri Ilafy, izany avy eo. Nisy ny lahateny nifandimbiasana sy ny fampitana hafatra. Teo koa ny toromarika ho an’ny mpikambana mialoha izao hiatrehana ny fifidianana  izao.  Manoloana izao antsojay sy enjika  na koa barofo  atao aminy  izao, mazava ny hafatry ny mpanorina ny Tim. “Aza matahotra, minoa fotsiny ihany”, hoy izy.

Hifamotoana ao Paris ny TTMR

Etsy andaniny, hihaona  any Paris Frantsa kosa ny asabotsy 17 febroary izao ny Tia tanindrazana manohana an’i Marc Ravalomanana  (TTMR). Ahitana ireo fikambanana sy vondron’olona any ivelany indray izy io. Tsy manana antoko sady tsy mpikambana  eo anivon’ny antoko Tim. Mitovy amin’ny Komity manohana an’i Marc  Ravalomanana (KMMR) aty an-tanindrazana. Anisan’ny votoatin’ny fihaonana ny hijerena ny fomba ifanohanana sy ifanampiana hiatrehana  ny fifidianaan filoham-pirenena eto amintsika amin’ity taona ity. “Hataontsika ny hampandresena ny filoha Ravalomanana”, hoy  ny fanambarana.

Synèse

News Mada0 partages

Voahosin’ny kamiao… : maty tsy tra-drano ilay zandary misotro ronono

 Nofahoan’ny kamiao iray niromorimo mafy, nentina mpamily efa mamomamy ny môtô nentin’ity zandary misotro ronono iray. Maty tsy tra-drano ity farany noho ny ratra mafy nahazo azy.

Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina namoizana ain’olona tamin’ iny lalam-pirenena fahadimy iny, teo anelanelan’ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy sy fivarotan-tsolika Jovena, ny alin’ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny 8 ora alina.

Raim-pianakaviana iray, fantatra fa zandary efa misotro ronono mitondra moto « cross » ho any Antetezatona Antetezambaro manaraka ny lalam-pirenena fahadimy, no nifanehatra tamina kamiao iray nirimorimo. Tsy nahafehy intsony ny familiana ny mpamily ka nifaoka

ilay raim-pianakaviana nitondra moto.  Mafy ny fifandonana ka maty tsy tra-drano izy io.

Tapatapaka avokoa ny taolany rehetra, tenda, ary niboraka hatramin’ny tsinainy. Potika tsy nisy noraisina ihany koa ny moto izay nipitika tany amin’ny 20 metatra niala ny faritra nahavoadoana azy .

Raha ny loharanom-baovao tany an-toerana, avy nisotrosotro tao Ivoloina ilay mpamily

nialoha ny nitondra fiara nihazo an’ i Toamasina. Efa tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny fanadihadiana ary notanana ilay mpamily.

Itrangana loza matetika

Tsy vao sambany nahafatesana ain’ olona toy izao ny lalam-pirenena fahadimy eo

anelanelan’ny seranam-piaramanidina Ambalamanasy sy fivarotan-tsolika Jovena. Vao tamin’ny 17 desambra 2017 ny  nitrangana lozam-pifamoivoizana nahafatesana ain’ olona teo an-toerana Fifandomana tamina fiara tsy mataho-dalana ana teratany karana sy moto ihany koa.

Efa nisy ihany koa taksiborosy minibus sy moto tamin’izany.

Miverimberina ny loza any an-toerana, noho ny fahateren’ny lalana. Manampy trotraka izany rehetra izany ny fahamamoan’ny mpamily. Amin’ny ankapobeny, ahenoana fofon-toaka hatrany ny mpamily mamoa-doza. Tsy mbola voafehy koa ity tranga iray ity eto amintsika.

Sajo s Yves S.

 

News Mada0 partages

Fanafihana fiara : olona fito voasambotry ny BC2 Anosy

Ny zoma lasa teo, olona fito voasambotry ny polisy misahana ny ady heloka bevava, Anosy sakelika faharoa na BC2 noho ny resaka fanafihana fiara sy fangalarana ny entana tao anatin’ilay fiara voatafika. “Ny alakamisy alina hifoha zoma ary no fantatra fa nisy fiara nitondra pile énergy miisa 960 baoritra mahery. Taorian’ny fikarohana nataon’ny polisy avy ao amin’ny BC Anosy, ny 9 febroary maraina no hita nijanona teny amin’ny faritra Ambohimangakely ilay fiara izay voalaza fa very nandritra ny fanafihana ny alina ary efa tsy nahitana na inona na inona intsony tao anatiny”, hoy ny polisy.

Tsy hita koa ny mpamily ilay fiara. Nitohy hatrany ny fikarohana tamin’ny alalan’ny fanarahana ny diana fiara k,a taxi iray no tra-tehaka teo am-pamatrarana pile energy miisa 16 baoritra tao amina garazy iray tany anaty ala, teny Ambohimangakely. Rehefa natao ny famotorana ny mpamilin’ ilay taxi, io indray avy eo no nanoro ny namany ka kamiao roa no tratra teny Ankadindramamy teo am-panaovana « déchargement » ana pile energy amin’ny baoritra maromaro. Nitohy hatrany ny fikarohana ka tokantrano iray tsy lavitra teo no nosavaina ary nahatrarana kamiao roa hafa izay mbola nanao « chargement » ana pile tamin’ny baoritra maromaro ihany koa. Hatreny Andraisoro mbola nahitana baoritra maromaro koa. 615 baoritra no tratra raha toa ka 960 no very. “Ilay mpamilin’ilay fiara voatafika no mpiray tsikombakomba amin’ireo olon-dratsy, ary izy no mody nilaza sy nampandre fa nisy nanafika tany Manjakandriana”, hoy ny polisy.

Yves S.

News Mada0 partages

Malaimbady : ravan’ny zandary ny fakana an-keriny

Ankizy 14 taona nalain’ny jiolahy an-keriny tany Soatanimbary Atsimo  Malaimbandy, ny zoma lasa teo, tamin’ny 6 ora  maraina. Ravan’ny zandary mpanao “opérations” ora vitsy taorian’ny nitrangan’izany ity fakana an-keriny ity. Avotra ilay zaza ary tsy nisy vola azon’ireo andian-jiolahy.

Araka ny fanazavana, jiolahy ampolony nitondra basim-borona no tonga vao maraina tao an-toerana naka io zaza io. Niantso haingana ny  zandary ny mponina no sady efa nanara-dia ka nidina avy hatrany nanao ny fanarahan-dia nifanampy tamin’ny mponina sy nanao ny fanakanana ireo jiolahy ireo ny avy ao amin’ny Groupement Menabe sy ireo mpanao “opérations”.

“Nahalala ireo jiolahy ireo fa voafehin’ireo zandary ny toe-draharaha ka efa voatery sy voahodidina izy ireo. Nandositra sisa no hany nataony ary navotsony ilay zaza tao Ambalatandroy Malaimbandy  tokony tamin’ny 2 ora tolakandro”, hoy ny zandary . Tsy nisy fotoana nangatahana vola ireo mpaka an-keriny noho ny hafainganan’ny hetsika, satria haingana ihany koa ny fampandrenesan’ny mponina azy. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ny olon-dratsy ireo izay efa fantatra ny ankamaroany.

“Araka ny efa nambara, misy ny ezaka handravana ny fikambanan-jiolahy any Malaimbandy. Mbola mitohy ary hotohizana hatrany io ady amin’io asa ratsy io na efa tsy afa-nanao toy ny fanaony teo aloha intsony aza ireo jiolahy ireo. Maro ireo efa any am-ponja, toa izany koa ireo efa tsy atahorana hanao ny asa ratsiny intsony, kanefa mbola mikasa hanandrakandrana ny hanohy izany ihany ireo namany sisa mbola misitrika sy efa karohana”, hoy ny zandary hatrany.

Yves S.

News Mada0 partages

Fiahiana ny maha olona : mitsidika an’i Madagasikara ny talen’ny OCHA

Mitsidika eto amintsika mandritra ny roa andro (hifarana anio) ny talen’ny biraon’ny Firenena mikambana mandrindra ny asa mifototra amin’ny  maha olona (OCHA), John Ging. Mariky ny fanohanana an ‘i Madagasikara sy ny ezaka ataony rehetra momba ny fiahiana ny maha olona (indrindra tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Enawo sy Ava farany) teo izao fitsidihana izao, hoy ny fanazavana.

Hidinika miaraka amin’ny fitondrana malagasy momba ny fomba fiasa vaovao entin’ny Firenena mikambana ny tenany. Mifameno ny asa fiahiana ny maha olona rehefa misy hamehana sy ny fandaharanasa fampandrosoana maharitra izay tokony hojerena miaraka hatrany.

Hihaona amin’ireo ONG malagasy sy iraisam-pirenna misahana ny fiahiana ny maha olona koa izy. Hatramin’ny taona 2011 no ho mankaty no naha voatendry azy ho tale mpandrindra ny asan’ny OCHA rehetra. Mandamina ny asa eny ifotony, manerana izao tontolo izao, izy rehefa misy ny hamehana andraisan’ny Firenena mikambana anjara.

Vonjy

News Mada0 partages

Gadra mandra-pahafaty ny iray… : gadra telo lahy tafatsoka ny fonjan’Antanimora

 Rafalimanana Nirina Dominique, Rakoarisoa Henintsoa Raphalk ary Raharijaona Solofoniaina. Ireo izy telolahy, gadra tafatsoaka ny fonjan’Antanimora, ny alin’ny asabotsy hifoha omaly alahady. Iry voalohany izay voaheloka higadra mandra-pahafatiny.

 Gadra telo voalaza fa tafatsoaka tao amin’ny fonjan’Antanimora ny asabotsy hifoha alahady teo, tao amin’ny secteur A1. Manodidina ny tamin’ny 12 ora alina ka hatramin’ny 3 ora maraina teo ny nitsoahan’izy telo lahy. Tsy fantatra mazava ny antony nitsoahan’izy ireo. Voalaza fa mety nihanika rindrina izy ireo ary tafatsoaka tamin’ny varavarankely. Efa mandeha ny fikarohana azy telo lahy, efa misy ny fampahafantarana momba azy ireo.

Rafalimanana Nirina Dominique, voafonja (MD- 11 / 09 / 2012) noho ny resaka fanaovana vola sandoka, efa notsaraina ka gadra mandram-pahafatiny. Faharoa, Rakoarisoa Henintsoa Raphalk, voafonja ( MD- 17 /03 / 09 ) noho ny resaka vono olona, ka voasazy15 taona an-tranomaizina. Ary farany, Raharijaona Solofoniaina, voafonja (MD – 05 / 04 /2017) noho ny raharaha fanolanana, fa mbola tsy voatsara izy ity.

Efa am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny mombamomba azy telo lahy. Nilaza ny zandary fa tamin’ny 2 ora tolakandro, ny 11 febroary, naterin’ny iraka avy any amin’ny fonja teny amin’ny zandary ny mombamomba ireo gadra ireo sy ny sarin’ny roa tamin’ireo  telo nandositra, ka efa natao ny fanaparitahana izany tamin’ny toby rehetra mba handefasana zandary hanao ny fikarohana azy ireo. Nisy ihany koa ny famoriana ny mpandraharaha fonja amin’ny fikarohana ireto gadra nitsoaka ireto. Soa ihany fa tsy nisy nanaraka azy ireo ny voafonja sasany, raha tsy izany mety ho raharaha ihany.

Taorian’ny nahatafatsoaka an’i Houcine Arfa, ity indray ny gadra tafatsoaka teto an-dRenivohitra. Heverina fa tsy hisy mihitsy ny gadra mety tafatsoaka ny fonjan’Antanimora,saingy miseho ihany ankehitriny.

Mila jerena haingana

Loza mitatao amin’ny fiaraha-monina raha ny fonjan’Antanimora, na Tsiafahy no vaky na mahatafatsoaka gadra tahaka izao, na sanatria miverimberina. Ilana vahaolana haingana ny  fijerena ireo fonja rehetra eto amintsika. Efa antitra sy tranainy avokoa ny fotodrafitrasa ary iaraha-mahalala fa efa mihoatra amin’ny isa zakany ny voafonja tazonina ao.

Tsy mahagaga raha mitranga ny fikasana hamaky fonja, sns.

Matetika mialoka amin’ny tsy fahampian’ny fitaovana sy ny enti-manana ny fanjakana rehefa misy ny olana. Tsy laharam-pahamehana anefa ohatra ny teti-bola ho an’ny fikarakarana ny fonja, na fanitarana rehefa amin’ny fotoana fandaniana izany. Mbola ezaka ho an’ny fanjakana ny fandaminana ny tontolon’ny fonja sy ny voafonja.

Yves S.

News Mada0 partages

Fikarohana, fiofanana, fahasalamam-bahoaka… : nankasitraka ireo mpiara-miombon’antoka aminy ny IPM

Ny hampivondronana ireo mpiara-miombon’antoka aminy sy ireo izay mbola maniry hirotsaka amin’izany, mba hahafahana manatsara hatrany ny andraitra lehibe sahaniny, toy ny fikarohana, ny fahasalamam-bahoaka sy fiofanana… Ireo no anton’ny fandaharanasam-pampandrosoana vaovao, iarahan’ny Institut pasteur de Madagascar (IPM) amin’ireo mpiara-miombon’antoka aminy. Ny zoma lasa teo no nanaovana ny lanonana mifandraika amin’izany, tetsy amin’ny foiben-toeran’ny IPM, Avaradoha.

Nandritra io fotoana io no nankasitrahan’Atoa  André Spiegel, talen’ny IPM, sy ireo mpiara-miasa aminy ireo orinasa lehibe mpanohana sy mpiara-miombon’antoka. Toy ny Médical international, anisan’ireo mpiara-miombon’antoka voalohany sy mpanohana mafatra-po ny IPM, no sady efa mpiara-miasa amin’ireo hopitalim-panjakana, ny laboratoara isan-karazany. Eo ihany koa ireo orinasa lehibe hafa, toy ny BFV-SG, ny Groupe Sanifer, ny BMOI, TOZZI Green, Total Madagascar, Filatex Projet Publics,  Vitafoam, Socolait, ary ny Fondation BOA.

Ny fifanaraham-piaraha-miasa tamin’ny taona 1960 no mampifamatotra ny Institut Pasteur Paris amin’ny fanjakana malagasy, ka nahatonga ny IPM taty aoriana hatramin’izao. Toeram-pikarohana siantifika, fehezin’ny lalàna malagasy, tsy manao fitadiavam-bola (à but non lucratif) ny IPM. Efa maherin’ny 250 ireo mpianatra mpiofana malagasy, nandalo tao amin’ny IPM, nitondra ny anjara birikiny tamin’ny fampandrosoana sy asam-pikarohana. Misy hatrany koa isan-taona ny fanoloran’ny IPM vatsim-pianarana ho an’ireo mpianatra sy mpanao fikarohana. Mpikambana ao amin’ny tambajotra, Réseau international des instituts pasteur (RIIP), izay misy maneran-tany ny IPM.

M.R.

News Mada0 partages

Prison d’Antanimora : évasion discrète de trois détenus

Trois détenus ont réussi à s’évader discrètement de la maison centrale d’Antanimora avant-hier, aux environs de minuit.

Nouvelle évasion dans la prison de la capitale. Trois détenus, à savoir Nirina Dominique Rafalimanana, condamné à perpétuité depuis 2012 dans une affaire de faux billets, Henintsoa Raphalk Rakotoarisoa, condamné à 15 ans de réclusion depuis 2009 pour vol et meurtre, et Solofoniaina Raharijaona, placé sous mandat de dépôt en mars 2017 pour viol en attente de jugement.

Les circonstances de leur évasion restent floues. L’on sait qu’ils ont utilisé des tissus et des planches pour escalader  les murs de leur cellule pour ensuite passer à travers la fenêtre et s’évader en toute tranquillité. D’après nos sources, les fugitifs ont pu ouvrir les barreaux de la fenêtre. Pourtant, la question qui se pose est de savoir où ces détenus ont-ils pu se procurer ces planches ?

Un comportement étonnant

Interrogés au sujet de cette évasion, les responsables de l’établissement ont déclaré laconiquement qu’ils n’avaient rien à dire à propos de l’affaire en avançant qu’ils étaient en réunion. Un refrain devenu habituel en pareille circonstance, alors que la population a droit à l’information. Tout le monde devrait être alerté à l’instant même des faits, ne serait-ce qu’en vue de parer à toute éventualité.

Les statistiques parlent d’elles-mêmes

C’est la première évasion de l’année, mais l’énième depuis l’année 2017 sans compter les autres cas non signalées. En septembre 2017, onze prisonniers se sont échappés de la maison centrale d’Ambatondrazaka en creusant un trou sous les murs. Des têtes pensantes du kidnapping d’Arnaud et d’Annie, incarcérées dans la prison d’Ambatolampy, se sont évadées une semaine avant leur procès. En octobre, cinq dangereux criminels se sont évadés de Tsiafahy en creusant un tunnel. En fin décembre, il y a eu l’évasion spectaculaire de la maison centrale d’Antanimora du Français Houcine Arfa. Sans oublier de l’émeute provoquant l’évasion d’une centaine de détenus dans la prison d’Ikongo. Tout cela nous amène à affirmer que la sécurité de certains établissements pénitentiaires laisse  à désirer.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana : le mariage précoce, un véritable fléau

66% des femmes sont mariées avant 18 ans dans la région Atsimo Andrefana, et 32,5% d’entre elles ont moins de 15 ans, de source auprès d’un responsable du projet Casimir ou «Continuum amélioré de soins inclusifs en santé maternelle et infantile et de réadaptation». De plus, une grande majorité des femmes enceintes de cette région ont recours à des matrones. Seules 26% font des consultations prénatales avant le 4e mois de leur grossesse, et une femme sur deux accouche au niveau d’un Centre de santé de base (CSB). «Cette situation est liée à l’éloignement des services de santé et au coût des soins. Et le comble, c’est que les agents communautaires demandent de l’argent supplémentaire», a fait savoir notre source.

Casimir est un projet mis en œuvre par «Humanité inclusion (HI)» à Madagascar, anciennement connu sous le nom de «Handicap international». Désormais, l’association vise également les personnes défavorisées. Démarré ce mois de janvier et financé par l’Agence française de développement (AFD) pour une durée de 48 mois, il intervient au niveau d’une soixantaine de fokontany de 12 communes de Toliara I, II et Betioky. L’objectif est d’améliorer les conditions de vie des personnes cibles, notamment dans le domaine de la santé. Plus de 46 000 personnes sont les bénéficiaires directs du projet, dont des handicapés. 19 159 de ces bénéficiaires sont des jeunes âgés de 6 à 19 ans, et 7 859 des enfants de moins de 5 ans.

Sera R.

News Mada0 partages

Valorisation des déchets : vers la concrétisation du projet « Fakotana »

L’ONG «Positive Planet International Océan Indien» et la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ont effectué une sensibilisation sur le projet «Fakotana», ce week-end, auprès des entrepreneurs et des RF2 du VIe arrondissement. Initié par cette organisation, et en collaboration avec la CUA, le projet a pour ambition de valoriser les déchets recyclables de la capitale. Cela par la création de micro-entreprise pour le recyclage au sein des quartiers précaires, ainsi que le renforcement des capacités des RF2 dans la collecte. «Fakotana» est né en partant du contexte que la filière de valorisation des déchets est peu développée et mal organisée dans la capitale. D’autant plus, seuls 37% des 700 tonnes de déchets produits quotidiennement à Antananarivo sont collectés, et d’un côté la décharge d’Andralanitra commence à être saturée.

A la mise en œuvre de «Fakotana», les différents acteurs intervenant dans le projet, ainsi que leurs familles respectives, bénéficieront également d’une assurance santé, en sus de l’amélioration des revenus familiaux.

Financé par l’Agence française de développement (AFD) à hauteur 546 000 euros, soit environ 1,9 milliard d’ariary, le projet vise plus de 4 500 bénéficiaires au niveau des Fokontany cibles, pour une durée de 36 mois.

En tant que ministère de tutelle, le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures est partenaire technique du projet, tandis que la Samva se charge de la collecte des déchets. La CUA quant à elle est le maître de l’ouvrage.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Cybercafes : le prix de la connexion révisé à la hausse

Certains cybercafés de la capitale ont révisé à la hausse leur prix de connexion depuis ce week-end, de l’ordre de 25 à 50%.

Si auparavant, le prix d’une minute de connexion était de 15 à 20 ariary, il coûte actuellement entre 20 et 30 ariary. Le taux d’application de la hausse dépend de la politique du gérant, en fonction des charges fixes. Selon Andry, gérant d’un cybercafé sis à Alakamisy Fenoarivo, «Depuis ce mois de janvier, mon fournisseur d’accès à internet a révisé à la hausse son prix de l’ordre de 20%. Une situation à laquelle s’ajoute la hausse de la facture de la Jirama qui est effective depuis le mois de janvier, sans parler du coût de la vie actuelle. On doit faire avec», a-t-il déclaré.

Une activité rentable

Tenir un cybercafé est une activité rentable, et cet ajustement de prix n’a pas encore de répercussions jusqu’ici. D’après le témoignage de notre interlocuteur, environ une trentaine de cybernautes fréquentent quotidiennement son établissement, voire une cinquantaine le week-end. Cette activité lui fait gagner dans les 60 000 ariary par jour, et aux alentours de 100 000 ariary le week-end. C’est à partir de midi que le taux de fréquentation est le plus élevé. En moyenne, un cybernaute reste connecté entre 20 et 30 mn. La fourchette d’âge des utilisateurs est très large, allant de 16 à 60 ans.

Il convient de noter que la recette des services de microédition, comme la photocopie, la reliure, les faire-parts, les gravures de CD et les téléchargements, sont en sus.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Sofia : bonne gestion du CLD à Analalava

Le district d’Analalava semble décidé à se prendre en charge dans certains domaines pour enclencher son développement. Le Comité de développement local (CLD) vient de faire preuve de ses capacités de gestion dans l’usage du fonds alloué par l’Etat aux collectivités de la circonscription.

Dépassant la lourdeur de la procédure administrative de l’Etat, sur les différentes dotations nécessaires à la mise en œuvre de son développement, le Comité de développement local (CLD) du district d’Analalava, dans la région Sofia, s’est équipé. Le député Irené Djaosera, présidant le comité, a donc décidé l’acquisition de motocyclettes pour les maires qui n’en ont pas été dotés par l’Etat et qu’il a classés dans la catégorie des «oubliés du régime». L’achat d’une tractopelle a aussi été effectué à partir du fonds, en prévision des projets de réhabilitation des routes intercommunales.  «Le désenclavement de toutes les zones du district d’Analalava nous est économiquement primordial et mérite d’être mis en priorité dans les décisions se rapportant au développement», a expliqué le député Irené Djaosera, initiateur du projet.  Il a ajouté que la vétusté des infrastructures routières de sa circonscription a constitué un frein à son développement depuis des décennies et qu’il fallait de la volonté politique pour  résoudre cela rapidement, afin de faciliter la circulation des biens et des personnes et par ricochet, l’écoulement des produits assurant l’essentiel des revenus de la population.

Le député Irené Djaosera a déclaré toutefois que son initiative ne rejetait aucunement les aides du pouvoir central. «Nous nous attellerons à coordonner nos efforts pour collaborer sur les projets menés par l’Etat en cas de chevauchement de programmes », a-t-il annoncé. Analalava souhaite rattraper son retard si l’on se réfère aux stratégies de ses élus.

Manou

News Mada0 partages

Chronique : Vivre pour manger ou manger pour vivre ?

« Qu’est-ce que c’est que ça ? Du manioc ? »

 Devant ce dessert qui sort de l’ordinaire, il ne peut retenir une moue dubitative. Le manioc, on sait tous ce que c’est. Il attend le chaland à chaque coin de rue, mijotant dans sa marmite, parfois du matin jusqu’au soir. Cuit à l’eau, avec un peu de sel, il fait un en-cas roboratif à peu de frais. Avec la soupe de nouilles, le manioc du coin de la rue est une alternative très économique au plat de riz aux haricots, classique parmi les classiques mais bientôt inabordable pour l’honnête travailleur du marché. On dit que, consommé tous les jours, le manioc peut devenir nocif pour la santé. C’est bien possible, chère madame, mais quand on a faim et que le prix du riz n’en finit plus de s’envoler, on est bien content de pouvoir se remplir l’estomac d’un bol de manioc.

Pour les palais plus délicats ou tout simplement pour ceux qui ont le bec sucré, le manioc se décline à la vanille, au lait de coco, ou en très décoratives chips pour l’apéritif. Tout cela est bel et bon mais ces variations festives sur le thème du plat du pauvre ne sont pas très convaincantes. Offrir du manioc, voyons donc, cela n’est pas sérieux…

Evidemment, devant ce drôle de dessert, il ne laisse pas son esprit divaguer aussi loin que notre chronique du jour. Cette digression est pourtant la traduction, presque littérale, de son étonnement : « Qu’est-ce que c’est que ça ? Du manioc ? ». Non monsieur, cela ressemble effectivement à du manioc mais ce n’est pas du manioc.

C’est un dessert de saison, des poires au sirop, goûtez, vous apprécierez peut-être le velouté de ce fruit que l’on trouve sur tous les marchés, ces mêmes marchés qui proposent du manioc cuit à l’eau… Alors monsieur, une note de douceur pour clore un déjeuner, c’est agréable… Qu’en pensez-vous ? J’en pense peu de bien chère madame, ces desserts frivoles ne valent pas un plat de riz consistant. Ce que je pense, c’est qu’il faut manger pour vivre.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Plus que jamais !

La crise des gouverneurs ne nous autorise d’aucune façon à jeter le manche après la cognée, à nous laisser aller au découragement.

Au contraire, il nous faut nous arranger d’un mal que nous ne pouvons empêcher et tâcher de le faire tourner à notre profit.

Nous avons tant attendu que nous pouvons sans péril attendre encore un peu. Seulement, il faut mettre à profit la pause qui nous est imposée par les circonstances.

Cette période peut être utilisée non pas pour mettre au point nos désirs, car nous savons ce que nous voulons, mais pour en préparer l’expression lors de l’arrivée du nouveau gouverneur.

En somme, que recherchons-nous ?

Que la Colonisation acquière un peu plus de personnalité, ne soit plus le joint des bureaux du Ministère.

Plus spécialement, et sans pousser à aucun particularisme dont le jeu ne pourrait qu’être néfaste, il faut que l’on tienne compte des intérêts régionaux et que nous ne soyons plus, de ce chef, le jouet des bureaux de Tananarive.

Ensuite, il y a la question maritime. Tamatave doit être un port, oui ou non ?

Telle est la question nettement à poser à celui qui vient vers nous.

Il ne s’agit plus de « projet » – il y en a trop – mais d’un « plan » pratique, arrêté une fois pour toutes, à présenter au nouveau gouverneur. Il ne pourra faire autrement que de répondre : Je donne, ou bien : Je ne donne pas ! Nous saurons à quoi nous en tenir.

Tout vaudra mieux que l’état d’indécision où nous sommes depuis 20 ans.

On voit donc que nous avons de quoi occuper notre loisir imprévu. À l’œuvre !

Le Tamatave

Mort d’un inspecteur des Colonies

Charles Hoarau-Desruisseaux, inspecteur général des Colonies, officier de la Légion d’honneur, qui avait repris du service au début de la guerre, vient de mourir.

Originaire de la Réunion, il fut un de nos plus remarquables inspecteurs des Colonies.

Il fut mis à la retraite avant la limite d’âge parce que, dans un rapport sur l’administration de Madagascar, il avait émis un jugement défavorable pour les talents administratifs de M. Augagneur !

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : aviavia Raorana

Ny firotsahan’ny orana araky ny tokony ho fisehony amin’ izao fotoam-pahavaratra izao no firariana mety iombonana aty amin’ny fiandohan’ny taona 2018. Maro ny soa afaka rariana ho an’ny vahoaka mpiray tanindrazana, nefa noho ny tranga isan-karazany eto amin’ny fizotran’ny raharaham-pirenena dia ny fitahiana tsy itrangan’ireo loza mananontanona no irariana indrindra.

 Mitotongana andro aman’alina ny fari-piainan’ny maro, ny fandriampalemana efa nandao, ny tànana tsy zarizary. Mampahatsiahy ny feon’anjombona fanairana raha vaky ny fefiloha : « goha goha goha, tondraka ny rano, mananasy lanin’ny vaolavo, ny vady lasan’ny sasany ». Latsaka an-dalina ny mponina, torovana ny vatana miketriketrika ny saina, verivery ny fanahy. Afaka hanantena inona na hanantena an’iza intsony ? Na izany aza dia hionona fotsiny amin’ny faniriana ny tsy fikorosoana manoatra izao efa mafy zakaina sy mangidy tsakoina izao ve ? Dia ho sitrany ahay ve ny tsy fangirifiriana bebe kokoa ?  Jifa teo ny fanantenana an’ilay fiovana, ritra  ny toky napetraka tamin’ireo mpilaza ho mpahay fahagagana. Gaga ny tena, mitanaka sy misafo saoka sisa. Niozona fa farany izay no navohazan’ny sangodim-panina ny tena.

Nofo sy ra ary itoerana fanahy ihany anefa ka tsy afaka hiraviravy tànana fotsiny, hionona amin’ny faneken-javatra tsy mahafa-po. Tsy ilaozan’ny fikarokarohana ao an-tsaina izay fomba afaka hanovana ny toe-javatra sy toe-draharaha. Injay miverina ilay resaka fiovana efa nilaozan’ny fanantenana noho izy ity diso petraka hatrany. Raha mikasika ny fitantanana ny raharaham-pirenena, fitantanana izay mifehy ny tontolo iainan’ny rehetra, tsy misy sehatra afaka anaovana izany afatsy ny sehatra pôlitika. Ao noho izany no mila anombohana ny ezaka itondrana fiovana. Tsy fanovana olona akory. Impiry moa no efa nanandramana izany nefa nandamoka isaki’izay nandeha, ny fanovana ny toe-tsaina no hany antoky ny fiovana. Izay anefa tsy tongatonga ho azy amin’izao, raha tsy eo ny famefena hentitra mifehy amin’ny fomba henjana ny mpitondra hanaja ny fitsipika mipetraka. Rehefa izany, aty amin’ny olom-pirenena tsirairay ny lakile fanokafana ny varavaran’ny fiovana. Izay no mitarika ny firarin-tsoa ho an’i Madgasikara amin’ity taona 2018 ity  dia ny firotsahan’ny maro amin’ny fiaraha-midinika ny fomba hanerena ny fitondrana hanaja lalàna fa tsy hanao ny sitrapony ho lalàna.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : C’est la saison du relooking ?

Mais que se passe-t-il ? Noël est passé depuis longtemps et on a encore le temps de subir quelques cyclones avant de penser à la Fête Nationale. On est en février, mois de pluie, de pluie, et encore de pluie… Autant dire que ce n’est pas une période propice aux ravalements de façades ou au maquillage des jours de fête. Pourtant, on s’active de partout pour redonner l’éclat du presque neuf à des rues défoncées et à des jardins publics aux pelouses fatiguées. Ce n’est tout de même pas le changement climatique qui impose un nouvel agenda aux travaux d’embellissement de la capitale… Boucher les trous des rues en février, quelle drôle d’idée ! C’est comme faire un brushing sous la pluie, un relooking inutile.

News Mada0 partages

Tafita ny « Hafatra »… : kanto sy matihanina ka nahafa-po ny sehon-dry Rossy

Na ny mpikarakara, ny Mi’Ritsoka Production, na ny tarika Rossy, samy efa nanafatrafatra fa izay tsy ho tonga no hanenina tamin’ny fampisehoana, omaly. Tafita tokoa ny hafatra, satria tsy diso fanantenana ireo rehetra tonga teny amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena, etsy Mahamasina.

Tena fanehoana ny kanto sy ny lafatra ary ny matihanina eo amin’ny tontolon’ny mozika tokoa ny nataon’ny tarika Rossy sy ny mpanomana ity fampisehoana ity, omaly tolakandro. Raha vao nigadona tao amin’ny toeram-pilanonana, voasarika avy hatrany ny maso amin’ny ravaky ny sehatra, miampy ireo jiro maroloko.

Na tsy mbola vorilanona aza ny mpankafy ( tsy vitsy ireo mbola nilahatra hiditra), voahaja ny fotoana nifanomezana, izay efa nandrasana fatratra, ho an’ireo efa tafiditra. Niarahana nanisana ny minitra sy ny segondra ary raha vao nigadona ny tamin’ny 3 ora, raikitra ny fety. Fenon’ireo mpitendry zavamaneno isan-karazany ny lapihazo.

Taorian’izay, nisantaran’ny tarika Rossy ny sehatra avy hatrany ilay hira mitondra ny lohateny hoe « Hafatra », izay anarana nampisalorana, rahateo, ity fampisehoana ity. Zara raha nihira i Rossy fa ny feon’ny mpijery no tena nanakoako. Hita ho efa ela niandrasana ity fotoana ity avokoa ny rehetra. Tsy nisy niery ny fihetseham-po, na teo amin’ity mpanakanto andrarezina ity aza.

Araka ny efa nambara talohan’izao seho izao, nomen-danja ny mpifankatia tamin’ny tapany voalohany. Raha ny marina, ny fitiavana amin’ny lafiny rehetra mihitsy no nankalazaina. Voalohany amin’izany ny fitiavan-dry Rossy ireo fototry ny kanto sy ny kolontsaina malagasy, azo lazaina ho andry niorenan’ny tarika.

Taorian’ny « Hafatra » àry, novelomin’izy ireo ny « Ry lanitra mangamanga » an-dRandafison Sylvestre. Nodimbiasan’ny hiran-dRamilison Besigara, mitondra ny lohateny hoe « Mbola ho avy izy e ! » ary ny sanganasan-dRakoto Frah, « Any indray andro tsy maintsy mifaly ». Raha fintinina, noporofon’ny tarika ny fitiavany ny mozika malagasy, ny zavamaneno malagasy, ny kolontsaina malagasy ary ny mpankafy azy.

Fa efa nandrasan’ny maro koa ilay « tapôlaka », nahafantarana an’i Rossy hatramin’izay. Nomena fahafaham-po tanteraka izy ireo, tamin’ny tapany faharoa. Ny tena nampiavaka azy amin’ny seho tany aloha tany, tao anaty efitrano ny fety, hany ka tsy nisy ny loto vokatry ny vovoka mitorajofo fa samy nanao izay nahafinaritra azy. Andrasana indray ny seho manaraka !

Landy R.

News Mada0 partages

Malefaka… mandona : nanolotra kanto i Fanja A. sy i Rija R.

« Namofompofona » fitiavana sahady iny faran’ny herinandro iny. Nisantatra ny fanamarihana ny fetin’ny mpifankatia i Fanja Andriamanantena sy i Rija Ramanantoanina, tamin’ny alalan’ny fampisehoana goavana, tetsy amin’ny CC Esca Antanimena, omaly tolakandro.

Nanaporofo izany avy hatrany ny haingon-tsehatra, midorehitra ny fo menamena, ravahin’ny voninkazo mamerovero, miainga eny am-baravarana hatreny ambony sehatra. Toy izany koa ny kanto feno fitiavana natosak’ireo mpanakanto, samy andrarezin’ny mozika malagasy, kalaza amin’ny feo manga sy ny hafatra entiny.

Raha tsiahivina, efa tokony ho tamin’ny volana oktobra no natao ity fampisehoana ity, saingy tsy tontosa noho ny valaran’aretina nitranga teto amintsika. Tsy kivy ny mpikarakara, ny Gasy Events. Marobe koa ny mpankafy efa niandrandra ity hetsika ity ary izao tontosa izao. Azo lazaina ho afa-po tanteraka na ny andaniny na ny ankilany.

« Matoa aho ». Io fampiaraham-peo tsy zovina amin’ny maro io no nisantaran’izy ireo ny sehatra, omaly tolakandro. Avy eo, nomen’i Fanja Andriamanantena an’i Rija Ramanantoanina sy ireo mpitendry dimy mirahalahy, samy efa kalaza, ny sehatra. Nafana ny fiarahana. Tsy latsaka izany koa ny natosak’i Fanja, izay mbola nambabo ny fon’ny mpankafy sy ny mpifankatia hatrany.

Landy R.

News Mada0 partages

Rossy : chaudes retrouvailles avec ses fans

Après plusieurs d’années d’absence sur la scène de la capitale, Rossy a donné un spectacle prodigieux hier au palais des Sports et de la culture de Mahamasina. Ainsi, même si la grande salle n’était pas remplie, l’ambiance et les retrouvailles étaient sensationnelles. L’artiste n’a pas perdu de  sa notoriété.

Depuis le début de l’année, Rossy a annoncé son grand retour, dans le cadre de la célébration de ses 30 ans de carrière artistique. Sur ce, il a choisi de travailler de pair avec Miritsoka Production, une collaboration qui a abouti à un spectacle de haut niveau, hier, au palais des Sports et de la culture de Mahamasina, et où le son et les jeux de lumière étaient impeccables.

«C’est la première fois que j’assiste à un concert de Rossy dans la capitale. Si je suis habitué de le voir chauffer la scène avec son fameux «Bal kabosy», cette fois-ci, il a plutôt opté pour un spectacle qui démontre davantage son professionnalisme», a annoncé l’un des spectateurs.

Le côté gasy gasy valorisé

L’ambiance d’hier a été exceptionnelle. Comme d’habitude, Rossy n’a pas oublié de valoriser la culture malgache, tant au niveau des chansons interprétées qu’au niveau de la décoration. Ornée de plusieurs baobabs et de deux grands filets illuminés et inspirés par des couleurs rouge et vert, la scène était à la fois simple et grandiose, surtout avec la présence des trois écrans géants qui permettaient de voir de près l’artiste et ses musiciens.

Ensuite, Rossy a aussi choisi des musiciens mpihira gasy pour assurer tous les instruments à vent, plus précisément les cuivres. Tout était calculé, le côté gasy gasy était mis en avant. Ainsi, avec ces mpihira gasy, il a ainsi revisité ces anciens morceaux, mais reste fidèle à son ancien genre qui est  la fusion à la fois du vakisôva et d’autres styles. Le résultat a été impressionnant.

Le moment fort du concert s’est tenu lorsque Rossy a interprété le morceau «Dia ilay fitia». «J’ai attendu ce spectacle depuis plusieurs années, et je suis surtout ému d’entendre les anciens morceaux qui ont bercé mon enfance dans les années 80 et 90. Par ailleurs, ses nouveaux titres et surtout sa version du «Dia ilay fitia» m’ont  touché profondément», a déclaré un autre spectateur.

Et enfin, pour célébrer ses 30 ans de scène, l’artiste a invité le public à partager le gâteau d’anniversaire. «Ceci n’est que le début. Durant cette année, nous allons nous revoir régulièrement», a-t-il annoncé.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Acoustik live : Fanja Andriamanantena en larmes sur scène

Des larmes, des émotions, des souvenirs… Le spectacle de Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena, dénommé «Acoustik live» qui s’est tenu hier au CCEsca Antanimena, était émouvant.

Après plusieurs années d’absence sur scène, Fanja Andriamanantena était tout émue de se retrouver avec ses fans, hier. Vêtue d’un ensemble noir muni de paillettes brillantes, elle était à l’image de sa musique, à la fois classe et jazzy. Les anciens morceaux composés par l’artiste dominaient le répertoire, dont la plupart ne  parle que d’amour.

Avant de fredonner l’une de ses chansons, la chanteuse a fondu en larmes. «Je ne me permettrais pas d’interpréter faussement cette chanson dont les paroles appartiennent au grand poète Rado», a-t-elle expliqué avec émotion. Mais Fanja Andriamanantena n’a pas pu terminer jusqu’à la fin le morceau et est sorti inopinément de la scène, en pleurant. En s’excusant par la suite, elle a tout de même pu continuer merveilleusement le spectacle.

De son côté, Rija Ramantoanina était toujours émerveillé de partager la scène avec son idole d’enfance. «Un rêve qui devient réalité», a-t-il souligné. Par ailleurs, le chanteur a surtout séduit le public lors qu’il a interprété  ses titres phares tels que «Miandry foana» ou encore «Aleo»… Accompagnés par de grands musiciens, à savoir Datita à la guitare, Naly à la batterie, Zafera à la contrebasse, Sammy au clavier et Hasina à la trompette et saxo, les deux artistes ont séduit le public. Même si la salle n’était pas remplie, Gasy Events est et sera toujours disposé à organiser ce genre de spectacle qui permet de retrouver sur une même scène des grands artistes d’Antananarivo.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Kitra – Tompondakan’i Afrika : resin’ny Cnaps 2 no ho 1 ny KCCA ogandey

 Tsy maintsy mampidi-baolina amin’ny lalao miverina ny Cnaps Sport. Tsy ampy, mantsy ny isa nandresen’izy ireo, ny KCCA avy any Ouganda, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i  Afrika, taranja baolina kitra.

 Resin’ny Cnaps Sport, tamin’ny tery 2 no ho 1 ny KCCA Ogande, teo amin’ny lalao savaranonando mandroso, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika. Fihaonana, notanterahina ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny kianja Complexe sportif Vontovorona. Nampiditra ny baolina voalohany teo amin’ny fizaram-potoana faharoa ny ogandey tamin’ny alalan’ilay mpanafika, Derrick (53mn), rehefa nifampiandry ny vodilaharan’ny Cnaps  Sport. Very tanteraka i Ando mpiandry harato. Tsy niandry ela  anefa ny valin-kafatra. Namakivaky mpilalao ogandey telo i Lalaina ary nandaka ny baolina, saingy nidona amin’ny  tsatoby  ary voarain’ny vodilaharan’ny KCCA tamin’ny tanana tsy nahy izany.  Nanondro avy hatrany ny faritry ny ‘penalty” ny mpitsara maorisianina, Ahmad  (58mn). Nodakan’i Feno izany ary tafiditra soamantsara. 1 no ho 1 teo ny baolina. Velombolo avokoa ireo mpijery nanatrika  izany.

Olana ny famaranana amin’ny fampidiram-baolina

Nifandimbiasana  ny fanafihana nanomboka teo ary efa nisy baolina tokony ho tafiditry ny mpanafika ogandey mihitsy aza,  saingy navotan’i  Ando mpiandry haraton’ny Cnaps Sport izany.  Tany amin’ny 90 + 3mn kosa vao nampitombo  ny isa ho 2 tamin’ny alalan’ny lohany i Francis rehefa nahazo tolotra tsara avy any amin-dRija. Resy tanteraka  ny mpiandry harato ogandey, Charles Lujwago.

Amin’ny ankapobeny,  mbola olana ny famaranana eo amin’ny fampidiram-baolina ho an’ny Cnaps Sport. Nampiova ny endri-dalaon’ny Cnaps kosa ny fidiran’i Foroche, teo amin’ny fidirana faharoa. Na izany aza, mbola nanjakan’ny Ogande, ny teo afovoan’ny kianja. Araka izany, tsy maintsy miezaka mampidi-baolina ny Cnaps Sport amin’ny  lalao miverina any Kampala, satria mihintsana avy hatrany raha vao  resin’izy ireo 1 no ho 0.

Synèse R.     

News Mada0 partages

Kitra – «Amboaran’ny kaonfederasiona» : voatazon’ny Fosa Jr 1 sy 1 ny FC Léopard

Vokatra tsara ihany koa ny teo amin’ny fiadiana ny amboaran’ny kaonfederasiona, natrehin’ny Fosa Junior. Fihaonana savaranonando, mandroso, natao tany amin’ny kianja Bukhungu Stadium, ao Kakamega, Kenya, omaly alahady.

Voatazon’ny Fosa Junior, tompon’ny amboaran’i Madagasikara tamin’ny isa 1 no ho 1 mantsy ny FC Léopard-n’i Kenya. Notoherin’ny ekipa malagasy hatramin’ny farany, ry zareo Kenyanina, na nilalao tao amin’ny kianjany aza.

Nampiditra ny baolina voalohany ny FC Léopard, tamin’ny alalan’i Yusuf Mainge, teo amin’ny minitra faha-5 nilalaovana. Araka ny vaovao voaray, somary mbola natoritory ny mpilalaon’ny Fosa no nohararaotin’ny FC Léopard, nampidirana izany baolina izany. Nifoha, tamin’ny torimasony tanteraka kosa ny ekipa malagasy, taorian’izay ary niezaka nametrapetraka ny fanafihany. Nahitam-bokany izany satria nosahalain’i Rado kely ny isa teny amin’ny solaitra be, teo amin’ny minitra faha-16. Nanindry mafy sy nanao totoafo avy eo ny FC Léopard, nefa tsara hidin-trano ny Fosa Jr.

Ady sahala samy tsy misy mitoko, amin’ny lalao miverina, hatao any Mahajanga dia efa ampy hiakaran’ny Fosa, amin’ny dingana manaraka. Na izany aza, afaka resen’ny Fosa, ny FC Léopard, amin’io fihaonana io.

Torcelin

News Mada0 partages

Fihezama : 70 taona nitaizana tanora

Nosokafana tamin’ny asabotsy lasa teo, teny amin’ny Lisea teknika Alarobia, ny fankalazana ny faha-70 taon’ny Fitaizana ny herin’ny zatovo malagasy (Fihezama) sy ny fifampiarahabana, noho ny taona vaovao 2018. Nambaran’ny tomponandraikitra fa tsy mialon-jafy ny fikambanana, izay mitaiza tanora ho lasa olom-banona, tsy eo amin’ny sehatry ny fanatanjahantena ihany fa amin’ny maha olona azy mihitsy. Efa maro ireo atleta navoakan’ny Fihezama, ka nandrafitra ny ekipam-pirenena, toy ny tamin’ny baolina kitra, ny basikety, ny volley-ball ary ny atletisma, raha tsy hitanisa afa-tsy ireo.

Mahatratra 43 ny isan’ny taranja mivondrona ao amin’ny Fihezama, ankehitriny. Miara-miasa amin’ireo fikambanana hafa any ivelany, izay hisian’ny fifanakalozana ara-teknika eo amin’ny roa tonta, toy ny fanofanana, ireo teknisianina sy ny mpanazatra. Ho fankalazana ny 70 taona, hisy fifaninanana isan-karazany ary koa fitadiavam-bola ho an’ny Fihezama. Amin’ny fiafaran’ny fankalazana, ny volana septambra, ho tonga eto Madagasikara, ireo vahiny avy any ivelany, mpiara-miasa amin’ny Fihezama.

Torcelin

News Mada0 partages

Basikety : tafita ny Cosmos sy ny Sebam

Hisolotena ny faritra avaratra, eo amin’ny “Play-off”, hatao any Toliara ny 17 – 25 marsa, ho avy izao ny Cosmos Diana sy ny Sebam Boeny. Ireo ekipa roa tonta ireo manko no niatrika ny famaranana, eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha 2018”, ho an’iny tapany avaratra iny.

Raha tsiahivina, ny vokatry ny manasa-dalana, izay adin’ny samy ekipan’i Boeny, nikatrohan’ny Sebam sy ny AS Victoire. Nivoaka sempotra vao tafavoaka ny Sebam, satria tamin’ny isa tery, 77 no ho 76, no nisarahan’ny roa tonta. Teo amin’ny ankatoky ny famaranana faharoa, resin’ny Cosmos, tamin’ny isa 82 no ho 64 ihany koa ny AS Chicago Diana. Nitohy tamin’ny fifanintsanana, ho an’ny faritra atsimo, indray ny fihaonana, nanomboka ny asabotsy lasa teo.

 Torcelin

News Mada0 partages

Judo – «Grand slam de Paris 2018» : resy avokoa ireo solontena malagasy

 Tsy nisy niangana fa vao niditra teo amin’ny fidirana voalohany dia samy raraka avokoa ireo solontena malagasy, niatrika ny «Grand slam», taranja judo. Fihaonana notanterahina tany Paris, ny faran’ny herinandro lasa teo.

 Resy teo amin’ny fihodinana voalohany avokoa ireo mpikatroka malagasy telo mianadahy, niatrika ny «Grand slam 2018». Lalao, natao tao Paris ary nifarana, omaly alahady. Azo lazaina fa efa nampoizina ihany ny vokatra teo amin’ny vehivavy, tamin’ity fihaonana ity. Samy tao amin’ny sokajy -57 kg avokoa no nisy an’Andriantiana Brenda sy Andriamifehy Mihanta. Sendra ireo efa kalazavavy sy andrarezina izy mirahavavy, tamin’ity.

Ho an’i Mihanta, resin’ilay Amerikanina, Holguin Mariah, izy, tao amin’ny sokajy “B”. Lavo tamin’ny alalan’ny “ippon”, teo amin’ny 2 mn 50 s niadiana i Mihanta. Tsy lasa lavitra koa anefa ity mpifanandrina taminy ity satria teo amin’ny fihodinana faharoa dia efa resin’ilay anglisy, Smythe Davis Nekoda.

Ho an’i Brenda indray izay niady tao amin’ny sokajy “C”, dia resin’ilay teratany azerbaidjan, Munkhtsedev Ichinkhorloo ny tovovavy. Niady ny lalaon’izy mirahavavy ireto satria efa tany amin’ny 1 mn tsy hiravana vao resy i Brenda, rehefa nahazo “waza-ari”, iray ilay mpifanandrina taminy. Teo amin’ny fihodinana faharoa ihany koa dia efa nangoron-damba, i Ichinkhorloo ity, rehefa nidona tamin’ilay Nerlandezy, Bergstra Margriet.

Nahazo traikefa vaovao hafa indray eo amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena izany i Mihanta sy i Brenda.

Teo amin’ny lehilahy, noheverina fa mety ho afaka teo amin’ny fihodinana voalohany i Fetra saingy resy am-boalohany ny tovolahy, ho an’ny sokajy “B”. Niondrika teo anatrehan’ilay Portioge, Martinho Joao, tamin’ny alalan’ny “waza-ari” iray sy “ippon” iray, teo amin’ny 1 mn 38 s, i Fetra, tamin’ity.

Tsy nahadingana zana-tohatra lavitra ihany koa anefa ity Portioge  ity, fa vao teo amin’ny fihodinana faharoa dia efa nody, raha resin’ilay Breziliana, Penalber Victor.

Nifarana hatreo indray izany ny fifaninanana ho an’ny Malagasy.

Torcelin

News Mada0 partages

Judo – grand slam de paris : le calvaire se poursuit pour le judo malgache

Sept ans que cela dure ! Depuis 2011, les judokas malgaches ont échoué dans leur conquête d’une première victoire au Grand Slam de Paris. Alors qu’on attendait leur réaction cette année, ce ne fut pas le cas.

Engagés dans la compétition le week-end dernier, ni Fetra Ratsimiziva chez les hommes, ni Brenda Andriatiana encore moins, Mihanta Andriamifehy n’ont réussi à briser la malédiction. Tous les trois se sont fait sortir dès leur premier combat, synonyme d’élimination.

Mais la déception fut plus grande chez Fetra Ratsimiziva qui, après 6 participations, un record pour un judoka malgache, est encore à la recherche de son premier succès en terre parisienne. Dans un combat largement à sa portée, de par son expérience, le champion malgache a été surpris par le champion d’Europe Junior 2015, le Portugais Joao Martinho. Le Malgache a fait un début de combat difficile.  Quelques secondes après le début du combat, il a été sanctionné par une faute suivi d’un waza ari à la 48e seconde. Un autre shido est venu compromettre la chance de Fetra Ratsimiziva à la moitié du combat. Et le ippon venu de nulle part pour conclure une prestation médiocre de notre porte-fanion après 1’30 de lutte.

Chez les dames, les deux judokates malgaches ont montré leur limite ! Brenda Andriatiana, bien que bien entrée en la matière a montré un signe de fatigue à l’entrée de la 2e minute du combat. Une faille que son adversaire, l’Azerbaidjanaise Munkhtsedev Ichinkhorloo a profité. Un waza ari a suffi à cette dernière pour emporter la victoire.

De bon augure !

Avec le même résultat que ses deux compatriotes, une défaite d’entrée, Mihanta Andriamifehy a montré de quoi elle est capable. Plus mobile et moins intimidée pour son premier Grand Slam de Paris, elle a pris des initiatives comme une grande face à l’Américaine Mariah Holguin (17 ans).

Malheureusement, le manque de compétitions de haut niveau se fait sentir. Moins maline que son adversaire, elle s’est inclinée non sans batailler après que son adversaire l’a immobilisée au sol par Osae-komi-waza à la suite d’une attaque manquée.

Naisa

News Mada0 partages

Foot – compétitions de la caf : Cnaps renverse KCCA, un nul pour Fosa et les Léopards

Le verdict est tombé pour les deux clubs malgaches qui ont défendu les couleurs de la Grande île sur le plateau continental, soit la Coupe et la Ligue des champions de la Confédération africaine de football (Caf). Cnaps s’est défait de KCCA Ouganda en Coupe de la Caf tandis que Fosa Juniors a tenu en échec les Léopards de Kenya.

Deux clubs, deux honneurs et deux défis. Madagascar était sur deux fronts ce week-end pendant les deux compétitions de la Caf, notamment la Coupe continentale et la ligue des champions de la Caf. Un match palpitant qui a tenu en haleine le public du complexe sportif de la Cnaps à Vontovorona, samedi dernier. Les Ougandais ont pris les devant en ouvrant la marque à la 53e minute.

Une erreur de marquage cher payée pour les défenseurs malgaches qui ont été tout feu tout flamme pour dresser une barrière défensive solide tout en créant plusieurs occasions en attaque. Un but signé par Derrick qui a été tout seul dans la surface de réparation ayant pris à contre-pieds le portier Ando. Ce dernier qui a été pourtant  décisif sur sa ligne en sauvant les meubles tout au long de la partie. Et il a mis tout le monde d’accord avec ses plusieurs arrêts.

Le réveil a sonné

Les efforts ont fini par payer pour Cnaps Sport à la 59e minute. Lalaina a su exploiter une contre-attaque pour faire un slalom entre les défenseurs ougandais mais son tir a heurté le poteau et a été touché par la main d’un défenseur adverse. Feno a transformé le penalty avec brio (1-1). La suite a été imprévisible et le public n’en croyait pas ses yeux. Encore une fois, si l’on s’attendait à la surprise du joker de la Cnaps, Lucien Kassimo dit Foroche, ce fut Francis Rafaralahy qui donna l’avantage à son équipe avec un superbe but à la 92e minute sur une passe téléphonée de Rija sur le flanc gauche.

 «Certes, on était déçu du résultat du match mais on ne va pas pour autant baisser les bras. On était plus défensif pendant cette rencontre mais on va faire mieux durant le match retour à domicile. Pour preuve, on a su trouver les failles du jeu du camp adverse avec ce premier but mais Cnaps a su renverser la vapeur pendant la seconde période», a déclaré le coach ougandais, Mike Mutebi.

Ce n’était pas une tâche facile pour les protégés de Typeh. «On a certainement pu inscrire plusieurs buts mais c’est le football. L’erreur de marquage et l’incompréhension entre les défenseurs ont changé le cours du jeu mais on a pu remonter la pente. Il est vrai que les joueurs ont fait montre de relâchement mais on essaiera de corriger le tir au match retour et d’aller directement droit au but», a-t-il déclaré.

Les Fosa juniors ont sorti leurs griffes mais…

La prestation de l’autre club malgache engagé sur le plateau continental a été salué par les férus du ballon rond. Il s’agit des Fosa Juniors qui ont tenu en échec les Léopards de Kenya hier à Nairobi par 1 but partout. Yusuf Mainge a offert le seul but à son équipe dès la 5e minute. Les Fosa Juniors ne se sont pas laissés faire et ont égalisé à la 16e minute grâce à un but signé par Radokely. Ce dernier a également  inscrit un deuxième but à la 32e minute mais a été refusé par les hommes en noir. Tout porte à croire que les Fosa Juniors ont toutes les cartes en main pour prendre le dessus face aux Kenyans pendant le match retour, prévu se dérouler à Mahajanga le 21 février prochain.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Informatique : office 365 et ses avantages

La dernière version de la suite bureautique développée par la multinationale informatique et micro-informatique Microsoft, Office 365 est déjà disponible à Madagascar. Nexthope, la société qui propose des solutions informatiques et Elytis, le distributeur régional des marques IT, ont présenté les différents avantages de cette évolution informatique à l’occasion d’une rencontre organisée à Ankorondrano, vendredi dernier.

Office 365 est déjà utilisé dans de nombreuses entreprises et organisations à Madagascar.  Nexthope travaille d’ailleurs avec 130 professionnels dans le pays, pour la mise en œuvre et la maintenance de leurs infrastructures technologiques et leur système d’information. «L’Office 365  permet l’utilisation sur le cloud et hors connexion, la probabilité sur tous les terminaux, ainsi qu’une suite logicielle toujours à jour», a avancé un responsable au niveau d’Elytis. Par ailleurs, l’office 365 assemble les principaux logiciels de bureau Office, notamment Word, Excel, PowerPoint, Outlook, de même qu’Office Online et 1 To d’espace de stockage cloud sur OneDrive Enterprise, permettant l’accès aux documents, les modifications et les partages à travers les appareils Windows, macOS, iOS et Android.

Riana R.

Tia Tanindranaza0 partages

FAHITANA FATIM-BEHIVAVY

Fatina vehivavy iray tokony ho 32 taona no hita tany Ambatolampy ny faran’ny herinandro teo, kanefa tsy fantatra izay havany.

AMPANJAKA NODIMANDRY

Nodimandry tamin’ny alarobia 7 febroary teo tao Belo Tsiribihina teo amin’ny faha-81 taonany ny mpanjakavavin’ny foko Sakalavan’i Menabe, Kamamy Georgette. Tonga tany an-toerana moa ny iraka avy eo anivon’ny fitondram-panjakana notarihin'ny Talen'ny kabinetran'ny Filoha, Eric Randrasana ny sabotsy teo nitondra ny teny fampiononana ho an’ny foko iray manontolo sy ny fianakavian’ny mpanjaka. Ity mpanjakavavy ity, raha ny fanazavana, no mpitana ny fomban-drazana Sakalavan’i Menabe fony fahavelony. Ny zoma 16 febroary izao no hanatontosana ny fombafomba rehetra amin’ny fanafenana ny masina. 

FAKANA AN-KERINY

Avo lenta loatra ny sehatra misy ny fakàna an-keriny ny teratany karàna eto Madagasikara. Raha tsy fepetra avo lenta no raisina entina manohitra izany dia ho sasa-poana ny famongorana azy. Ireo fianakaviana izay tsy manaiky fiaraha-miasa amin’ny mpitandro ny filaminana mihitsy no mahatonga ny fakàna an-keriny mbola mirongatra hatramin’izao, hoy i Seth Andriamarohasina, mpikamban’ny CNIDH.

ZAZA VERY KA HITA INDRAY

Very teo amin'ny manodidina ny EKAR katolika Faravohitra ny tovolahy kely roa antsoina hoe Fifaliana sy Iedena. Avy nianatra katesizy izy mirahalahy kely omaly maraina no niandry ny zokiny teo ivelany ka nisy ramatoa voalaza fa nitondra azy. Hita teny amin'ny manodidina ny La city Ivandry izy ireo tokony ho tamin' ny 5 ora sy sasany hariva teo. Nisy zandary roalahy nampandre ny rainy raha nahita ny filazana nisy tamin' ny tambajotran-tserasera facebook.

ZANDARIMARIAM-PIRENENA

Efa manomboka misy vokany amin’izay ny fanadihadian’ny zandary momba ny fakàna an-keriny ary nanamora izany ny fametrahana ilay komity iraisan’ny zandary, polisy ary fitsarana. Na izany aza dia olana hatrany ny tsy faneken’ny karàna izay mivondrona eo anivon’ny Cfoim ka mahasarotra ny fanadihadiana, hoy ny talen’ny sampana fanadihadiana, ny Jeneraly Mosesy. FAKANA AN-KERINY SY MPANAO POLITIKA

Tsy misy hidiran’ny mpanao politika mihitsy, indrindra fa ny mpanohitra, ny fakàna an-keriny. Vola an-tapitrisa Euros no lalaovina ary tsy maintsy olona manana kaonty any ivelany no atidoha mikotrika izany. Ny mpitandro ny filaminana no mila omena fitaovana bebe kokoa ary koa ny olona eny anivon’ny fokontany dia mila entanina mba hanome tanana amin’ny angom-baovao, raha araka ny fijerin’ny solombavambahoaka Brunelle Razafitsiandraofa.

TRAKTA AO ANTSIRABE

Misy trakta miely ao Antsirabe ary manainga ny olona mba hitokona ho  fisintonana ny lakolosy fanairana. Tao anatin’izany trakta izany ihany no nahitana fa tsy firaharahian’ny tompon’andraiki-pahefana ny hetahetan’ny olona na dia efa nampitaina mivantana tamin’ny antanatohatra rehetra aza izany, no anton’ilay fikasana hitokona. Ny mponin’i Mahazoarivo Antsirabe no tena nentanin’ilay trakta niely.

MPITANDRO FILAMINANATsy mandray ny andraikiny mihitsy ny mpitandro ny filaminana fa dia mandany ny volan’ny vahoaka fotsiny. Tokony halalahana ny fahazoana mitondra basy ho an’ny olon-tsotra, amin’izay ny rehetra no misahana ny fiarovan-tenany fa tsy hiantehitra amin’ny mpitandro ny filaminana hatrany, ireo farany izay efa tsy mahavita ny asany intsony. Fanehoan-kevitri’i Paolo Raholinarivo, mpanolotsain’ny Praiministra izany.

FITANTANAM-BOLA BARANAHINYLany henatra tanteraka ny fanjakana noho ny fibaribarin’ny endriky ny baranahiny amin’ny fitantanam-bola eto amintsika. Namoahana baiko ny mpiasam-panjakana izay miasa eo anivon’ny minisiteran’ny fitantanam-bolam-panjakana ny mba tsy hamoaka ny tsiambaratelon’ny asa izay kirakirain’izy ireo ary raha misy ny mifanohitra amin’izany dia hitranga ny fanenjehana ny tompon’andraikitra. Anisan’ny fahavalon’ity fitondrana ity ny atao hoe mangarahara.

DISO TSIPELIN’NY PREZIDANSA

Feno tsipelina diso ny fampitam-baovaon’ny prezidansa omaly. Hatramin’ny anaran’ny departemanta nandefa izany aza dia diso koa. Raha tokony ho « direction de la communication » dia lasa « direCON de la communication ». Endriky ny tsy fahamatorana eo anivon’ny fitondrana izany satria ny serasera dia entina hanatsarana ny sarin’ny mpitondra ary toe-javatra kely toy izao dia manome endrika ratsy sy tsy fahamatorana amin’ny asa ao Iavoloha. Tsy voalohany izao tranga izao fa efa matetika.

BC ANOSYTazonina ao amin’ny polisin’ny BC Anosy ireo olona fito izay niray tsikombakomba tamin’ny halatra vatoaratra tao anatin’ny baoritra 615. Nogiazana ihany koa ny kamiao roa nampiasaina nitaterana ireo entana halatra ireo. Tao amin’ny fitoeran’entan’ny orinasa mpamokatra izany no nivoahan’ny entana ary amin’ny alina no atao ny halatra sy ny fitaterana azy. Mety mbola hitombo ny isan’ny olona tafiditra amin’ity raharaha halatra ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Atsimo AndrefanaManjaka ny fitsaram-bahoaka tapa-doha

Famarinana an-kady ny firenena ny nitondrana ny vahoaka nanafika ny lapam-panjakana teny Ambohitsorohitra Antaninarenina tamin’ny 7 febroary 2009, hoy ny filohan’ny Reg Tim Atsimo Andrefana, Sazalahy Tsianihy.

 

 Ny mampalahelo dia ireo mpiray tanindrazana maty noho ny hetsika natao sy fitarihana tsy am-piheverana nisy. Ireo rehetra nitarika ny vahoaka mpiray tanindrazana niakatra ny lapan’Ambohitsorohitra no tompon’antoka tamin’ny fatiolona tamin’iny fotoana iny ka hatramin’izao. Tompon’antoka ihany koa amin’ny fahasimbana tsy hay refesina ary  amin’ny tsy fandriampahalemana amin’ny lafiny rehetra etsy sy eroa manerana ny nosy izay jerem-potsiny toy ny tany nahalavoana. Tsy mahatoky ny mpitondra misy amin’izao fotoana izao ny vahoaka. Porofo manamarina izany ny fisian’ny dinabe aty amin’ny Faritra Atsimo Andrefana, hoy ity filohan’ny Reg Tim ity. Manana ny fombafombany manokana ny kaominina ambanivohitra Itampolo, Ejeda, Beahitra distrikan’Ampanihy Andrefana tarihan’Atoa isany Elohavatavo sy Enato monina ao amin’ny fokontany Andranovao sy Ankazoabo, kaominina ambanivohitra Itampolo. Mitambatra ny fokonolona manao dina mamory vola 4 alina ariary isaky ny fokontany, nasiana vatan-dehilahy matanjaka roa isaky ny fokontany. 52 no isan’ireo olona ireo manenjika dahalo raindahiny atao hoe : Esalipy sy ireo ekipany monina ao amin’ny fokontany Marofototra sy Beampy kaominina ambanivohitra Beahitra distrikan’Antanimora Andrefana. Matin’ireo lehilahy 52 ireo tao amin’ny fokontany Ranosotry, kaominina ambanivohitra Beahitra ny dahalo iray. Voatafiky ny dahalo koa ny fokontany iray ary ao amin’ny fokontany Ejeda izy ireo amin’izao. Matin’ireo 52 lahy ireo tao amin’ny fokontanin’i Elempy koa ny dahalo iray ary notapahiny ny lohany. Nifanehitra tamin’ireo solontenan’ireo 52 lahy ny dahalo Esalivy ka maro ireo namany tsy mbola tratra. Izay tratra dia notapahana ny lohany entina any amin’ny lehiben’ny dina. Lasa fitsaram-bahoaka ny dina ary lasa fitsaram-bahoaka tapa-doha ny tanàna. Hoy ny vahoaka hoe : mpitondra fanjakana ahoana marina no misy eto amintsika ? Ny fanafihana sy fanakanan-dalana ny taksibrosy efa tsy hita izay hitenenana azy.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fandosiran’ny gadra tao AntanimoraTara indray ny fampandrenesana ny zandary

Kisendrasendra teny an-dalam-be no nahazoan’ny zandary vaovao fa nisy gadra nitsoaka tao amin'ny fonjan'Antanimora ny alin'ny 10 hifoha 11 febroary 2018, ka nanamarinana izany teny an-toerana. Nandefa iraka mba ahafahana mandray ny fepetra izy na dia efa somary tara ihany aza izany, hoy ny fanambarana omaly.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rotary club Anosy sy Lac AlaotraManohy hatrany ny tetik’asa Fanilo

Csb efatra ao anatin’ny distrika Ambatondrazaka no nisitraka ny tetikasa Fanilo avy amin’ny Rotary club Anosysy Lac Alaotra ny farany herinandro teo.Csb Adingadingana kaominina Ambato Sub Urbaine, Csb Ambohimena kaominina Ampitatsimo sy Csb Andilanatoby kaominina Andilanatoby ary Csb Bejofo kaominina bejofo.Fampitaovana herinaratra amin’ny alalan’ny herin’ny masoandro no natolotry ny fikambanana Rotary ireo Csb efatra ireo.

 

 Efa sivy taona teo ho eo zay no nisy ny tetikasa Fanilo ho famatsiana herinaratra nokarakaraina ny fikambanana Rotary Club Anosy. Efa ampolony ireo CSB nisitraka izany .Nanamarika ny filoha ny fikambanana dokotera Rija Razafindramanana sy Atoa TAIKA fa mbola mitohy ny ezaka asa soa izay sahanina ny Rotary club lac alaotra sy ny Rotary club Anosy.Ireo rehetra nandahateny dia niantso ny amin’ny hikojakojana ireo fitaovana izay natolotra.Nanome voninahitra ny fotoana fanolorana ireo fitaovana ny depiote voafidy tao Ambatondrazaka Atoa Marohajaniaina.Marihina fa nisy ny lanona ho fandraisana mpikambana vaovao tamin’ny alin’ny sabotsy 10 febroary dia Charles sy Altiana ary Tsalama.Izy telo mirahalahy izay samy nanao fianianana fa hankato sy handala ny fitsipika mifehy ny fikambanana.

                                                                     Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandraharaha Malagasy Voafetra ny vola azo ampiasaina

Misy fiantraikany maro amin’ny lafiny toekarena ny fampiasam-bolan’ireo Mpandraharaha Malagasy eto Madagasikara. Raha tsy hiteny fotsiny ny famoronan’asa ateraky ny fampiasam-bola izay atao satria tsy maintsy mila olona hiara-miasa hanatanteraka ny tetikasa. Eo ihany koa ny fampandrosoana eny ifotony (développement local) ateraky ny fandraharahana atao.

 

 Maro anefa ny olana sedrain’izy ireo, ny findramam-bola eny amin’ireo Banky maro samihafa. Anisan’izany ny fahakelezan’ny vola azo alaina noho ny fidangan’ny zana-bola alain’ireny banky ireny. Arakaraka ny halavan’ny fotoana hamerenana mantsy no itomboan’ny zana-bola. Mianina amin’ny  vola kely ny mpandraharaha satria aleony mamerim-bola haingana mba ialana amin’ilay zana-bola avo be. Sakana ho azy ireo ihany koa ny fijanonana amin’ny sehatra tsy ara-dalàna ka mahatonga ny tsy fahazoana famatsiana betsaka amin’ny banky. Amin’izay resaka zana-bola izay ihany, raha 12% ny taha apetraky ny Banky foibe dia tsy maintsy maka tombony any amin’ny 4 na 5% any ho any ny Banky mpampindram-bola ka tafakatra hatrany amin’ny 16 hatramin’ny 18% araka izany ny zana-bola alainy amin’ny mpandraharaha Malagasy. Mila vola betsaka anefa izy ireo indrindra ny amin’ny tetikasa lehibe mba hanafarana entana sy ampihodinana haingana ny vola. Manaraka izany, olana ihany koa ny fifaninanana tsy ara-drariny ny fahatongavan’ny entana vahiny mora be noho ny eto an-toerana dia sakana tsy ahafahany mifaninana. Mora kokoa mantsy ny zana-bola any amin’ireny mpandraharaha vahiny ireny ka antony iray  mahatonga azy hivarotra mora ny entany rehefa tonga eto amintsika. Tokony hojerena haingana ny olan’ireo Mpandraharaha Malagasy ireo fa tsy iandrasana vina ela intsony satria efa halohalika ny ranom-bary ary inoana fa hisy fehin-kevitra mafonja hivoaka aorian’ny fivoriana hotanterahan’izy ireo izay tsy ho ela.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Koperativa MADAOMBY9.000 Ar no hamoahany ny kilaon’ny henan’omby eny amin’ny abatoara

Mbola mijanona eo amin’ny 12.000 Ar ihany hatramin’izao ny iray kilao amin’ny henan’omby eny an-tsena. Misy mihitsy aza no 13.000 Ar ho an’ireo karazany tsy mifangaro sady matavy tsara. Raha araka ny fanazavan’Atoa Tahiry Sambehafa, lehiben’ny koperativa Madaomby anefa dia efa tsy tokony ho izany intsony ny vidiny eny an-tsena amin’izao.

 

 Efa nofehezin’izy ireo ny eny anivon’ny abatora. 9.000 Ar no hamarotany ny iray kilao ho an’ireo karazany mahia raha 10.000 Ar ireo karazany matavy. Ho an’itsy voalohany aza dia efa nidina hatrany amin’ny 7.000 Ar. Nomarihiny manokana fa ireo eny amin’ny mpaninjara no tena maka tombony betsaka amin’ny mpanjifa. Mikasika ny omby eto Madagasikara manokana dia notsindriany fa ahiana ihany ny hahalany ringana azy ireny raha tsy misy fepetra raisin’ny fitondram-panjakana mikasika ny firongatry ny asan-dahalo. Mihakivy mantsy ireo tantsaha mpiompy, hoy izy, hany ka betsaka ireo lasa mirona amin-java-kafa.

 Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana menaka mandryMety hankarary, hoy ny mpitsabo

Saika misafidy ny menaka mandry avokoa ny ankamaroan’ireo olona tonga mividy menaka eny an-tsena, raha ny fanadihadiana natao. Sady mora mantsy ny vidin’izy ireny amin’ny ankapobeny satria dia 4.000 Ar ny iray litatra no mitombo ihany koa rehefa hafanaina anaty lapoaly.

 

 Mitombo 800 Ar amin’io kosa ny vidin’ny menaka tsy mandry  iray litatra raha 6.000 Ar ny menaka anaty tavoahangy efa voafantina. Ireo  mpanendy mofo sy mpivarotra hani-masaka amoron-dalana no tena mampiasa  betsaka ity menaka mandry ity raha araka ny fanadihadiana natao hatrany raha efa misy mihitsy  ny orinasa manokana mpamatsy ireo mpivarotra. Mety hankarary anefa izy ireny na dia mora sy mitombo aza, hoy i dokotera Ratafika. Any amin’ny fandevonan-kanina mihitsy no mety hisy olana ka mety hivalana ilay olona. Mikasika ny menaka mandry izay hampiasaina tsy mijanona, indrindra ho an’ireo mpanendy mofo na mpanao vary amin’anana mampiasa kitoza sy saosisy dia  nomarihin’ity dokotera ity ihany koa fa mety hiteraka aretina hafa mihitsy ny fihinanana ireny karazan-tsakafo endasina amin’ny menaka mandry efa ela nanendasana tsy mitsahatra ireny. Anisan’ireny ohatra ny goitre. Anisan’ny mety hanampy ireo karazan’aretina azo vokatry ny fampiasana  ity menaka mandry ity moa ny hafanana be loatra amin’izao ka ilana fitandremana tsara, hoy hatrany ny mpitsabo.

 

Patty

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana mihazo an’AmbohitrimanjakaMody namboarin’ny Sinoa, efa simba sahady

Mody namboarin’ny Sinoa ilay lalana mihazo an’Ambohitrimanjaka nosimban’ny fiaran’izy ireo tamin’ny fanokafana ilay lalam-baovao mihazo an’Ambohidratrimo iny ny herinandro teo nentina nampitoniana ilay fitokonana notanterahin’ny vahoaka teny an-toerana, herinandro mahery lasa izay.

 Mody nosarontsaromana sy notrongisina io lalana io, hoy ireo mpamily taksibe, hany ka efa simba sahady indray. Mitondra faisana tanteraka izy ireo vokatr’izany. Fiara roa isan’andro raha kely no mipotsaka resaoro. Mitombo ihany koa ny gazoala lanin’ny fiara. Nihena ho telo isan’andro ihany koa sisa ny toro vitan’ny fiara iray  raha nahatratra dimy teo aloha. Tena maty antoka  izahay, hoy ireo mpitatitra. Manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana ny amin’ny tokony hanamboarana haingana ity lalana mankany Ambohitrimanjaka ity izy ireo. 13 km monja miala ny renivohitra mantsy no misy an’Ambohitrimanjaka. Miisa efatra ny koperativa misy amin’iny kaominina iny toy ny KOFIZA, ny KOFIBAM, ny FIBAM…Tsy miova ny saran-dalana fa mbola 500 Ar hatreto.

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohimanidina

« Ambohimahadizina no tanànan’ialahy », hoy ny artista tamin’ny taona 2009 fa rehefa zohina kosa ankehitriny ny ataontsika sy ny fihetsitsika ary ny zavatra ataontsika rehetra dia hita fa tsy misy tetikasa miteha-tany intsony izay mivoaka rehetra fa toa mampanonofy ihany fotsiny sisa.

 

 

 Malaza hatrany hoe fasana tetikasa i Madagasikara mandrak’ankehitriny kanefa dia arakaraky ny iverimberenan’ny tsikera no vao mainka ipoirana tetikasa marobe izay efa aharihary amin’ny sarambabem-bahoaka mihitsy moa hoe tsy ho tontosa ato ho ato. Eo ny fisandratana 2030 an’ny filoham-pirenena izay efa mahakivy mihitsy no mieritreritra azy satria na dia antonona hitadiavam-bahaolana maika aza ny tenany dia io hatrany no ventesiny. Ny filohan’ny tetezamita teo aloha koa moa tetsy an-kilany namoaka ny vinam-pisandratany ary ny azy tsy hoe mila hery vaovao tahaka ny an’ilay iray fa hoe mila rivo-baovao, hono, (nouveau souffle) ny firenena. Izany ve no antony nanolorana an’ity tetikasa ity tany Parisy amin’izay rivotra parizianina mihitsy indray no hiaingana. Dia hanidina any Parisy daholo izany isika mianakavy ? Ny an’ny sasany moa dia efa mivoana mihitsy satria dia hoe mila averina amin’ny maha tanin’olo-mahatoky (pays des hommes intègres) namantarana azy hatramin’izay, hono, i Madagasikara. Tanin’olo-mahatoky izay mira hoe Borkina Faso. Hiala amin’ny dika mitovy ny lalàmpanorenana frantsay ve izany dia hiditra amin’ny dika mitovy ny lalàmpanorenana borkinabe ? Sady efa tsy mandinika ny tantara izany ny mpanao politikantsika no tsy miteha-tany ihany koa fa efa any Ambohimanidina daholo.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Basket « Coupe du Président »Anjaran’ny Faritra Atsimo indray izao

Omaly alahady 11 febroary 2018 vao nifarana ny lalao nifanandrinan’ny Cosmos (DIANA) sy ny Sebam (Boeny) tao amin’ny kianja Mitafon’Antsiranana amin’ny fifaninanana Basket « Coupe du Président » andiany faha-4.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravelojaona Andry La PieAmpy izay ny fanakorontanana ny rugby Malagasy

Fifidianana tsy nanaraka ny ara-dalàna iny notontosaina teny Ivandry tamin’ny talata 6 febroary 2018 teo iny ka nahalany an-dRazafimbelo Norbert ho filohan’ny ligin’Analamanga rugby ihany koa, hoy Ravelojaona Andry La Pie filoha am-perinasan’ny ligy.

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra AfrikaninaNandresy ny CNaPS Sport, nahatazona sahala ny Fosa Juniors

Azo ambara fa fahombiazana roa sosona no azon’ireo ekipa Malagasy mandray anjara amin’ny fifaninanana Afrikana ankehitriny.

Nisaraka ady sahala 1-1 tamin’ny Afc Léopard Kenya kosa omaly alahady 11 febroary tao amin’ny kianjan’i Bukhungu Stadium any Kenya. Na dia efa nitarika an’isa 1-0 koa aza ry zareo mpampiantrano dia nosahalain-dRado kely teo amin’ny minitra faha-15. Mbola nisy baolina faha-2 matin-dRado kely koa aza teo amin’ny minitra faha-36 saingy nolavin’ny mpitsara fa hoe “hors-jeux” izany. 0 sy 0 ihany koa amin’ny lalao miverina hotanterahina any Mahajanga amin’ny alarobia 21 febroary dia ampy hahatafita ny Fosa Juniors amin’ny dingana manaraka. Ny mamono baolina anefa no tena azo antoka indrindra.  

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

ASCUT – ToamasinaVonona handray ny soso-kevitry ny rehetra hanatsarana zavatra

“Tamin’ny taona nivalona iny no nisian’ny vokatra ratsy indrindra teo anivon’ny ASCUT hatramin’izay 15 taona nisiany izay. Hanarina isika manomboka izao satria sarotra ny hanova ny efa napetraka. Miankina aminareo mpilalao ihany anefa ny fanovana sy fisandratana hapetratsika manomboka izao”,

  hoy ny filohan’ny fikambanamben’ny ASCUT (Association Sportive de la Commune Urbaine de Toamasina), Mbola Joseph Rajaonah, nandritra ny hafatra napetrany ho an’ireo mpilalao maro be eo anivon’ny ASCUT ankehitriny. Raha ny fanazavan’ny filohan’ity ekipa goavana ity dia ekipa tokana tsy nisy afa-tsy lehilahy ihany izy 15 taona lasa izay, saingy ankehitriny dia manomboka amin’ny U18 hatramin’ny “Veteran” ny ekipa izao ary ahitana ekipa vehivavy sy lehilahy ihany koa. Nanomboka ny volana jona 2005 nahazoan’ny ASCUT ny tompondakan’i Madagasikara teo amin’ny N1B dia tsy nitsahatra intsony ny fahazoany izany, izay niitatra teo amin’ny sehatry ny ranomasimbe Indiana nitondra avo ny taranja basket-ball malagasy. Hahafahana manatratra ny fanovana sy fisandratana hapetraka eo anivon’ny ASCUT Toamasina dia manokatra varavarana izy ireo, satria “ekipantsika rehetra ny ASCUT, ka samy manana ny anjara birikiny amin’ny fanatsarana azy ny mponin’i Toamasina manontolo, fa mpitarika fotsiny ny mpitantana”, hoy hatrany i Mbola Joseph Rajaonah. Nanatrika ny fihaonambe sy fifampiarahabana ihany koa ireo mpilalao tranainy sy ireo mpitantana lasa filoham-boninahitra sy mpanolotsaina ambony, Rafidimanana Narson sy Rakotomanana Gervais ary ireo mpilalao tranainy.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsiky ny Mpitondra FivavahanaHanao fanambarana lehibe…

Raha tsy misy ny fiovana dia hanao fanambarana sy valandresaka amin’ny mpanao gazety ao amin’ny Motel Anosy ny HMF (Hetsiky ny Mpitondra Fivavahana) rahampitso talata 13 febroary, izay heverina fa tsy hivaona firy amin’ny raharaham-piangonana sy ny raharaham-pirenena.

 Tsiahivina fa tsy nikoso-maso nanoloana ny tsy mety teto, toy ny firongatry ny kolikoly, fangejana sy fanakatonana haino aman-jery nataon’ny fanjakana tetezamita, ary indrindra ny fahantrana lalina mianjady amin’ny vahoaka dia ny mpino ihany izy ireo nanomboka tany amin’ny krizy 2009. Anisan’ny nanakiana ny fampihavanam-pirenena notarihin’ny FFM (Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy) tamin’izany satria ho an’ny HMF manokana dia nisy ny namoy ny ainy, nogadraina, notevatevaina, nohenjehina sy norahonana andro aman’alina,.... Tsy ho vahaolana io FFM io, hoy ny pasitera Roger Randriamisata tamin’izany, ary niaraha-nahita fa nitsefotra tokoa. Mbola nilaza ny tenany taty aoriana tamin’ny fakan-kevitra natao taminy, fa tsy manana endrika amin’ny maha raiamandrenin’ny rehetra azy ireo mpampihavana satria betsaka ny voasaringotra tamin’ny raharaha 2002, 2009,… kanefa dia niditra ao anatin’ny CFM amin’izao fotoana. Tsy misy valaka tamin’ny tetezamita ny faharatsian’ny fiainam-pirenena amin’izao, ary vao mainka miharatsy aza. Mifoha amin’ny torimasony ka handray ny andraikitra sy hamerina ny hetsika toy ny tany amin’ny 9 taona lasa ve ny HMF mba hamonjena ny ondriny ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AIRTELNankasitraka manokana an’ireo mpivarotra

Nankasitraka manokana ireo mpiasa ao aminy ny orinasam-pifandraisana Airtel. Ireo mpivarotra no tena niantefan'izany manokana notolorana écran plat, môtô scooter... noho ny hatsaran'ny asa vitany tamin'iny taona nivalona 2017 lasa iny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tolo-tanana ho an’i Mahefa tarika HasinaMpanakanto maro no nanoina ny antso

Vita soamantsara ny hetsika “Tolo-tanana ho an’i Mahefa Tarika Hasina” ny zoma alina tetsy amin’ny Telozoro Andrefanambohijanahary. Raha tsiahivina, fanombohan’ny fahatapahan’ny lalandra any amin’ny loha no nahazo ity mpitendry gitara sady mpihira ao amin’ny tarika ity.

 

 

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra Alaotra MangoroNifamaly imasom-bahoaka ny samy manampahefana

Teo imason’ireo vahiny nasainy no namaky bantsilana ny lehiben’ny faritra fa misy olona manenjika azy avy eo anivon’ny prefektiora. Ny anarana sisa no tsy notononiny fa efa nofaritany ny mombamomba an’ilay olona.

 Gaga sy talanjona ireo vahiny nasaina nahita izato fihetsiky ny lehiben’ny faritra tsy nitsitsy fitenenana. Firariantsoa noho ny taom-baovao no nantenain’ny rehetra kinanjo zary rahom-bava sy teny tsy voalanjalanja no nivoaka tamin’ny vavan’ny lehiben’ny faritra. F’angaha dia tsy azo natao ny nampiantso ilay olona mangingina dia nifampiresaka tany ambadika tany fa tsy naseho vahoaka ny fahalemena. Raha nandray fitenenana koa ny Prefe dia tsy nihambahamba namoaka ny tao am-pony ka nilaza fa misy ireo karazan’olona tsy mihevitra afa tsy ny hanelingelina sy hitsikera be fahatany fotsiny. Lasa fifamaliana ilay kabary tamina lanonana ofisialy, tsy menatr’olona ary tsy nahay nanaja tena ireto manampahefana any Alaotra Mangoro ireto. Nahitsy ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao nananatra ireo mpitondra ao Alaotra Mangoro. Aza lany andro amin’ny fifampitorohana fa leo izahay, hoy izy. Vahao ny olanareo. Samia manao ny andraikitrareo. Tiana ny mampahafantatra fa nahazo vahana tao ho ao tany Alaotra Mangoro ny fifanenjehana eo amin’ny samy mpitondra fanjakana ka zary tavela ny asa fampandrosoana ny faritra.

 

                                                                                      Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanànan’i VakinankaratraNosasana atidoha teny Iavoloha

An-jatony ireo ben’ny tanàna avy ao Vakinankaratra noraisin’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina tetsy Iavoloha ny sabotsy teo. Dinika mikasika ny fampandrosoana isam-paritra moa no nifanaovana teny an-toerana, raha ny fampitam-baovao.

Ny ben’ny tanànan’Antsirabe, Paul Razanakolona, no nitondra ny tenin’ireto ben’ny tanàna ireto ary nitatitra tamin’ny ankapobeny ny olana mitranga amin’ny fitantanana ny tanàna tsirairay avy. Tany amin’ilay lafiny vina 2030 hatrany anefa no hirahira nasetrin’ny filoham-pirenena izany. Naveriny indray fa ny harin-karena anatiny (PIB) antsika amin’izao fotoana dia 416 dolara. Tanjona ny hahatonga izany ho 1000 dolara  amin’ny taona 2030. Mahatratra 5,1% ny fiakarana misy eo amin’io lafiny io hatreto ary hezahana ho tody 7% atsy ho atsy mba ho tarehimarika 2 amin’ny 2030. Hojerena avokoa ny fihariana manavanana ny lafin-tany 4 eto Madagasikara na atsimo na avaratra na andrefana na atsinanana. Fanasana atidoha, araka izany, rehefa zohina, no nitranga teny an-dapa ny sabotsy teo fa tsy mba nisy ilay antsoina hoe vahaolana fohy ezaka na fara faha ratsiny an-tenattenan’ezaka natolotra ireto ben’ny tanàna ireto.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Bary Rafatrolaza“Misokatra amin’ny firenena rehetra i Madagasikara”

Diplaomasia mitodika amin`ny toekarena, fifandraisana amin`ny iraisam-pirenena, fanontaniana manitikitika ny maro ireo ary nanasan`ny Gazety Tia Tanindrazana ny Dr.

 

 Bary Rafatrolaza izay sekreteram-panjakana miadidy ny fiaraha-miasa sy ny fampandrosoana ara-toekarena eo anivon'ny minisiteran'ny Raharaham-bahiny raha misy zavatra azony ambara mikasika izany.

Tia Tanindrazana (T.T) : Miarahaba anao, mamonjy antsika tokoa ve ny diplaomasia ara-toekarena ?

Dr Bary Rafatrolaza (B.R) : Efa tafiditra tanteraka amin`ny diplaomasia mitodika amin`ny toekarena izao i Madagasikara ka miompana ho amin`ny fandrosoana iadiana amin`ny fahantrana. Anisan`ny nampiakatra ny endrika tsaran`ny firenentsika, ohatra, ireo fihaonana iraisam-pirenena natao teto amintsika ka anisan`ny nitondra vokatra lehibe an`i Madagasikara ny diplaomasia mitodika amin`ny toekarena sy ny fanokafam-baravarana. Tafiditra ao anatin`ny fampandrosoana ny lafiny ara-toekarena, ara-tsosialy ary koa ny fiarovana ny tontolo iainana ka izany indrindra no tanjona amin`izao hetsika fambolen-kazo izao. Anisan`ny misehatra izany rahateo ny departemanta iadidiko ary ny teny filamatra ho anay rahateo dia ny hoe ``Locomotive du developpement à travers la diplomatie economique``.

T.T : Manao ahoana amin`izao ny fifandraisantsika amin`ny any ivelany ?

B.R : Niverina ny fitokisan`ny iraisam-pirenena sy ny mpamatsy vola. Fotoana izao ny fanamafisana ny endriky ny firenena eo anolon`izao tontolo izao. Na amin`ny fifandraisana eo amin`ny samy firenena na amin`ny mpamatsy vola, hajaina sy arovana ny fiandrianam-pirenena. Maromaro ireo fifanarahana fiaraha-miasa vita sonia tamin`ny firenen-kafa ary fahombiazana avokoa ireo dinika natrehana toy ny Fihaonana an-tampony faha-30 tao Addis Abeba. Midika izany  ho fiverenan`ny fifampitokisana ny any ivelany antsika avokoa.

T.T : Tsikaritra fa toa mirona any amin`ny firenena Tatsinana ny fiarahamiasa indrindra ireo firenena kely maso, midika ve izany fa tsy misokatra firy ny fifandraisana eo amin`ny firenena Tandrefana ?

B.R: Fifanandrifian-javatra kosa angamba izany (hehy). Marina aloha fa ny firenena tatsinana no marisika kokoa hiasa sy hampiasa vola eto Madagasikara. Ny firenena Japoney no nisantatra ny fanamafisana ny fiaraha-miasa hatrizay tamin`ny 2016 ka nanaraka azy avy eo ny Sinoa tamin`ny taon-dasa ary amin`izao dia  ny firenena Koreanina Atsimo indray no avy nanao nanao fifanarahana fiaraha-miasa vita sonia amin`i Madagasikara. Izany angamba no mahatonga anareo milaza hoe mirona amin`ireo firenena kely maso ny fiaraha-miasa. Amin`ny endriny hafa kosa ny fisehoan`ny fiaraha-miasa amin`ny firenena tandrefana ary tsy midika akory fa tapaka ny fifandraisana amin`ireo firenena tandrefana kanefa misy fotoana daholo ny zava-drehetra. Madagasikara dia tsimialonjafy satria misokatra amin`ny rehetra ny fifandraisana sy ny varavarana

Marigny A. 

Tia Tanindranaza0 partages

Famonoana ny Kolonely Richard RatsimandravaMijanona ho mistery, 43 taona aty aoriana

11 febroary 1975 – 11 febroary 2018. Feno 43 taona omaly alahady ny fahatsiarovana ny namonoana ny kolonely Richard Ratsimandrava.

Tsy tian’ny frantsay

Foto-kevitra niaingana sady nibaiko ny fomba fiasany rehetra nanomboka tao amin’ny minisiteran’ny atitany ary niriany ho notohizana tao anatin’ny fotoana maha filoha azy ny hoe miainga amin’ny eny ifotony, dia ny fokonolona, ny fampandrosoana. Mba hahafahana manatanteraka izany dia napetraka teny anivon’ny fokontany nanomboka ny taona 1972 ny antsoina hoe vaomieran’ny toekarena na ny Vatoeka. Ny fokontany ihany no nitantana ny toekareny. Tsy nisy hirika nahafahana nanodinkodim-bola loatra tamin’izany fotoana, raha ny voarakitry ny tantara hatrany, ary tsy nisy hirika nahafahan’ny frantsay nanatontosa ny paikadim-panjanahana vaovaony ihany koa. Olona novolavolain’ny frantsay mantsy ny kolonely ka noheverina fa nahafantatra ny tetikasa rehetra tian’ny frantsay hotontosaina taty amin’ireo firenena nozanahany taty afrika ary dia midika ho fitsipahan-doha ny laka-nitana ny fandavan’ny kolonely Ratsimandrava ny baikon’ny Frantsay ka nandoka ireo vahiny hampanirak’olona hamono azy. Hita ho miha adino isan-taona ankehitriny ity daty manan-tantara ity ary tsy mbola nakan’ny mpitondra nifandimby lesona ihany fa lasa resaka fotsiny sisa izany hoe fanomezana sehatra ny eny ifotony izany.

Nisy, omaly maraina, ny fametrahana fehezam-boninkazo teny Ambohijatovo nataon’ny fitondram-panjakana notarihan’ny minisitry ny fiarovam-pirenena ny jeneraly Xavier Beni Rasolofonirina sy ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena ny jeneraly Girard Andriamahavalisoa, natrehan’ny fianakavian’Itompokolahy sy ireo olo-manankaja sivily sy miaramila maro samihafa.Samy nanamafy ireo nandaha-teny omaly fa ohatra tsara alain-tahaka amin’ny resaka fitiavan-tanindrazana ny kolonely Ratsimandrava.

J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

FIANARANTSOA : Depiote Hvm mahavita maniratsira ireo mpanao gazety mpanohitra

Vitan’ity farany ny naniratsira sy nanao fomba fiteny tsy mendrika an’ireo mpanao gazety tsy mitovy firehana aminy raha nikabary imasom-bahoaka ny tenany, ny zoma lasa teo iny. Fihetsika izay tsy nametraka ny tenany ho olom-boafidy sy raiamandrenin’ny tanàna mihitsy. 

Araka ny loharanom-baovao voaray avy amin’ny fahitalavitra tsy miankina iray avy any an-toerana dia noho ny famoahan’ireo mpanao gazety ny vaovao manoloana ny tsy fahaizany mitantana ny tanàna ary tsy fahitana azy firy tao an-toerana taorian’ny nahalany azy no antony nanaovany ireo teny tsy mendrika ireo. Voahoso-potaka ary nolazainy mihitsy fa “homosexuel” ireo mpanao gazety mpanohitra tamin’izany. “Ho an’ity solombavambahoaka ity, rehefa haino aman-jery sy mpanao gazety mamoaka ny vaovao marina mikasika ny tsy fandraisany andraikitra sy ny fitarainan’ny vahoaka amin’ny tsy fahitana azy taorian’ny fahalaniany dia soketainy sy haratsiany amin’ny lafiny rehetra.

Tamin’ity indray mitoraka ity dia tsy menatra ny tenany nanala baraka ny mpiasan’ny haino aman-jery izay sokajiany ho mpanohitra na homosexuel na Pd izany mpiasan’ny onjam-peo sy fahitalavitra izany”, hoy ilay loharanom-baovao voaray. Rehefa nanontaniana ny mahakasika an’ilay teny nolazainy anefa ity olom-boafidy ity dia nambarany fa tsy tokony handratra an’iza na iza iny teniny iny ary tsy miantefa amin’iza na iza ihany koa. 

Manao ny ataony avokoa amin’izao fotoana izao ny ankamaroan’ireo olom-boafidy avy amin’ity antoko Hvm ity. Raha tsiahivina dia voalaza fa maka vola tsy ara-drariny sy manao fanaparam-pahefana ihany koa ny ben’ny tanànan’i Hvm voafidy ao anatin’ny Kaominina Malaimbady izay niteraka hetsi-bahoaka goavana tany an-toerana, ka mitaky ny hialany eo amin’ny toerany ny vahoaka any an-toerana. Eo anatrehan’izany rehetra izany anefa dia mahay miala sy miaro ny tenany hatrany izy ireo rehefa anontanian’ny mpanao gazety.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANANA TMH MORAMANGA : Vonona hanampy an’i Andry Rajoelina amin’ny fanatanterahana ny IEM

Ho azy ireo dia laharam-pahamehana ny hamoahana an’i Madagasikara ao anatin’izao fahantrana lalina mianjady amin’ny vahoaka malagasy izao. Vonona ny hanohana sy hanampy hatramin’ny farany ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina ny fikambanana ary vonona ihany koa ny hiara-hiasa amin’ity farany amin’ny fanatanterahana an’ilay vinan’ny fampandrosoana ho an’ny fisandratan’i Madagasikara na ny Iem, izay novolavolainy mba hanavotana ny firenena. Nisongadina io nandritra ny fihaonam-ben’ireo tanora Tmh tao Moramanga ny faran’ny herinandro lasa teo iny. 

Araka ny fantatra dia iharan’ny sakantsakana sy antsojay ataon’ireo mpitondra fanjakana ao an-toerana ity fikambanana ity kanefa tsy nataon’izy ireo ho sakana amin’ny fanatanterahana ireo asa sosialy marobe sahaniny izany, ary nataon’izy ireo sakana ho amin’ny fampitomboana ireo tanora mpikambana ihany koa. Tamin’io fihaonam-be io no nohararaotin’ireo mpikambana nifampaherezana manoloana io zava-mitranga iainan’izy ireo io. Nanakoako tao anatin’ilay efitrano nanaovana ny fihaonana fa «  tsy hihemotra izy ireo manoloana ny endrika sakantsakana rehetra ataon’ny mpitondra fanjakana ao Moramanga  ».

Amin’ny ankapobeny dia vina napetrak’ireo tanora Tmh manerana ny Nosy ny hanavotana ny firenena. Ho an’izy ireo dia lalana tokana ihany no ahafahana mivoaka ao anatin’izany dia tsy misy afa-tsy ny fampandaniana an’izay olona heverin’izy ireo fa hahavita hanarina indray ireo lesoka rehetra eto amin’ny firenena. Tafiditra ao anatin’izany ny ady amin’ny kolikoly, ny fisian’ireo tsy matimanota, ny tsy fananan’asa ho an’ny tanora sy ny fidangan’ny vidim-piainana. 

Araka ny fanazavan’ireo mpikambana dia “mitovy fijery ary manana vina iraisana aminy ny filoha Andry Rajoelina izay vonona hanampy sy hanome tosika ireo madinika ka izany no antony anohanan’izy ireo azy”. Miray feo araka izany ireo mpikambana ary mangataka tsy misy fepetra ny filohan’ny tetezamita, Andry Rajoelina mba ho isan’ireo hilatsaka hofidiana ho Filoham-pirenena amin’ity taona 2018 ity.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

NIVERINA INDRAY NY DELESTAZY : Mitaraina ny mpanjifa etsy 67 ha

 «  Tapatapaka matetika ny herinaratra eto aminay ary manimba zavatra. Milaza anefa ny tompon’andraikitra eo anivon’ny orinasa Jirama fa tsy misy  ny delestazy. Raha izay no izy  inona ary ny fiantsoana an’ireny fahatapahan’ny jiro matetika aty aminay ireny  ? Tsy vitsy ny fitaovana simba vokatr’izay fahatapahan’ny herinaratra matetika izay nefa tsy hiantohan’ny orinasa Jirama  », hoy ny mponina. 

«  Na ovaina im-polo na injato ny tompon’andraikitra ao amin’ny Jirama sy ny Minisitry ny angovo dia tsy ho voavaha ny olana ao amin’izany orinasa izany . Ny tena marina, izao fitondrana izao mihitsy no tsy mahavita azy  », hoy ny fanazavana nomen’ny renim-pianakaviana iray etsy 67 ha.

 A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FAZASOMA – AMBOSITRA : Manohana ireo zaza solafaka eo amin’ny fiainana sy ireo be antitra

Maro ireo efa mahalala sy mandre izany, saingy tsy vitsy ihany koa ireo mbola minia mandika izany zon’olombelona izany any amin’ny sehatra maro samihafa. Eo anatrehan’izany dia misy ireo fikambanana tsy miankina izay mijoro manohana ireo olona heverina ho tsy misy mpijery na hatao ankilabao eny anivon’ny fiarahamonina. Tafiditra ao anatin’izany indrindra ny fikambanana Fazasoma na ny fanarenana ireo zaza solafaka eto Madagasikara. 

Antom-pisian’ity farany tany am-piandohana ny fijerena ireo zaza tsy ampy taona teny anivon’ny fonja, araka ny fantatra. Amin’izao fotoana izao kosa izy ireo dia efa misehatra amin’ny sokajin’olona hafa, isan’izany ny fijerena manokana ireo zokiolona. Araka ny fantatra mantsy izao dia efa mahatratra 40 ireo be antitra taizana ao amin’ny toby Ampitemby, izay eo ambany fanohanan’ny Fazasoma. Etsy ankilan’izay dia miisa 35 ireo ankizy tena sahirana omena sakafo na “cantine scolaire” izay nanomboka tamin’ity taona ity.

Raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany dia ireo zaza tsy misy mpiahy, tsy misy ray aman-dreny, tsy misy ray, nefa hita ho mbola tokony hamporisihana hianatra no tafiditra ao anatin’ireo tohanana. Tanjon’ny Fazasoma amin’ny ankapobeny ny hanaovana asa fanasoavana ho an’ny mpiara-belona. Araka ny fanazavana mantsy dia tokony hisitraka ny zony avy ny sokajin’olona rehetra. Raha ny fantatra dia tsy miasa irery izy ireo amin’ny asa fa misy ireo mpiara-miombon’antoka avy any ivelany manohana azy ireo amin’izany. 

Tafiditra ao anatin’izany Père André Marie izay niara-niasa tamin’ny Fazasoma tao anatin’ny taona maro. Toy ny efa fanao isan-taona dia nanatanteraka hetsika fifampiarahabana nahatratra ny taona ity fikambanana ity tamin’ny herinandro lasa teo.   

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

« CORPS DE PROTECTION CIVILE » : Nanome fiofanana ireo 85 mianadahy tetsy Fiadanana

Ireo manamboninahitra ireo izay manaraka fiofanana ao amin’ny ivon-toerana fanitaram-pahaizana ho an’ny manamboninahitra na ny «  centre de perfectionnement des officiers  » ao Fiadanana. Araka ny fanazavana dia nanomboka ny 23 janoary ka hatramin’ny 02 febroary lasa teo izany fampiofanana izany. Ny famonjena ny ain’olona vokatry ny loza voajanahary sy vokatry ny loza ateraky ny tsy fahombiazana ataon’ny olombelona, ireo tamin’ny ankapobeny no nifotoran’ny fiofanana. Ankoatra ireo anefa dia nisy ihany koa ny fampiofanana mahakasika ny fiarovana ny sisintany sy ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana. 

Araka ny fantatra dia nisy ihany koa ny fiofanana momban’ny famerenana ny filaminam- bahoaka rehefa misy savorovoro. Ity farany izay narahina fampiharana sy fitsapam-pahaizana ary nampisehoana ampahibemaso. «  Attestation de formation initiale et de connaissance en protection civile  », io kosa no mari-pahaizana nomena azy 85 mianadahy ny zoma lasa teo. 

Lanonana izay natrehin’ireo olo-manan-kaja maro, sivily sy miaramila. Azo antenaina araka izany fa hisy fihatsaràny ireo olana maromaro iainan’ny vahoaka taorian’izao fampiofanana izao, isan’izany ny resaka tsy fandriampahalemana sy ny fiantraikan’ny loza voajanahary. 

Lucien R.

L'express de Madagascar0 partages

Le roi du « Tapôlaka » Rossy gagne son pari

Émotion, ambiance et show magistral ont animé le Palais des Sports de Mahamasina. Ce dernier a accueilli la célébration du trentième anniversaire du groupe Rossy.

L’artiste Rossy a opté pour le Palais de Sports pour commencer la célébration de ses trente ans de carrière musicale bien remplie. Ses inconditionnels ont investi les lieux dès midi, le dimanche 11 février, pour ne pas rater le début de ce show symbolique aussi bien pour eux que pour le roi du Tapôlaka lui-même. À quinze heures tapantes, quelques membres du groupe de percussionnistes  Bloco Malagasy ont ouvert la scène, bien décorée pour l’occasion, en interprétant le tube « Hafatra » du chanteur. Puis le groupe Rossy au grand complet, musiciens et danseurs, sans oublier l’icône du groupe et l’épouse du chanteur, la ravissante Joséphine, a pris le relais. Ils ont commencé par quelques morceaux rendant hommage aux artistes aînés qui ont collaboré avec lui et qui ont marqué sa carrière, en l’occurrence Rakoto Frah, Dada Gaby du groupe folklorique Voninavoko, entre autres. Rossy a laissé la part belle à l’amour dans la première partie de son show haut en couleurs.Le public a été très réactif face à ces morceaux plus romantiques et ont chanté en chœur « Eo anilan’ny tiana », « Any malala », « Na dia lavitra aza », par exemple, en allumant leur téléphone portable dans le noir. Pris par l’émotion, le chanteur a été trahi par quelques gouttes de larmes en interprétant « Ny toerako nindraminy ». Un grand gâteau avec des confettis marquant cette célébration, a été dirigé au milieu de la scène peu de temps avant l’entracte et c’est Joséphine l’épouse du chanteur que ce dernier a désigné pour le découper devant le public ébloui. Le groupe a réservé la seconde partie du show pour une ambiance plus explosive avec les titres entrainants ou« Tapôlaka », la marque de fabrique du groupe Rossy durant ces trente années d’existence. Difficile de résister dans une telle ambiance pour se trémousser avec ce « Bal Kabôsy» exceptionnel.ProfessionnelsLe groupe n’a pas lésiné sur les moyens pour offrir un spectacle de qualité à ses fans. La maison de production Mi’Ritsoka s’est chargée du côté technique avec du matériel haut de gamme. Elle aussi a marqué son dixième anniversaire par la même occasion. « Rossy est un ami d’enfance. Et c’est un grand plaisir de pouvoir marquer notre anniversaire respectif avec un tel événement», a laissé entendre publiquement Hery Randriamam-pianina sur scène. Les deux entités ont démontré par ce show leur professionnalisme et leur réel désir d’offrir un spectacle à la hauteur de leur ambition. Cette célébration ne va pas s’arrêter là. Toute une série de tournées nationales et à l’étranger s’en suivront. Celle de premier mai au Coliseum d’Antsontsombe est la date la plus proche pour ceux qui ont raté le show d’hier.Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Cross country – Analamanga – Tsima et Nanie sacrés champions

La ligue d’Analamanga a organisé ce dimanche à Ankatso, son championnat de cross country. Les meilleurs défendront ses couleurs au championnat national à Arivonimamo.

Les militaires brillent chez les seniors hommes. Cosfa a raflé la médaille d’or et celle de bronze au championnat d’Analamanga de cross country hier, à Ankatso. Le coureur du Cosfa, Tsima Richard Tahianjanahary, fraîchement sacré champion de la section de Tana-ville, il y a une semaine, vient de confirmer sa suprématie en arrachant hier, le titre de champion d’Analamanga. Tsima a bouclé les 10km en 37’20’’, devant Rivosoa Hobilalaina Andrianirina de Cospn (37’42’’). Le policier a déjà occupé cette deuxième marche  dimanche dernier. Un autre militaire, Hervé Patrick Onjaniaina complète le podium (37’46’’).Chez les dames, Nanie Razafindrafara de 3FANS, championne nationale de l’épreuve en 2015, a franchi la ligne d’arrivée devant la médaillée d’or en 800m des derniers Jeux des îles de La Réunion, Marthe Ralisinirina de 3FB, championne de la section d’Antananarivo-ville. Nanie a parcouru les 10km en 46’16’’ tandis que le temps effectué par Marthe était de 46’42’’. L’athlète de la CNaPS, Mbolatiana Ramiandrisoa, vice-championne de la section, complète le podium avec au chrono 50’04’’.3FANS a été le meilleur club du championnat en arrachant trois titres en tout. Outre celui des seniors dames, ce club a ravi celui des cadettes, signé Zina Raholinirina (4km en 15’32’’) ainsi que l’or des minimes filles remporté par Faratiana Razafindramaro (2km en 7’28’’). L’ASPTT a, quant à elle, gagné deux titres dont l’un chez les juniors garçons obtenu par Soloniaina Rivoarivonjy (8km en 30’38 ») et l’autre chez les minimes garçons, signé Nantenaina  Andrianariseta (4km en 12’59 »).Le titre chez les cadets a été arraché par Barison Totoarimanana du Garage Radom (6km en 20’45 ») et celui des juniors filles par Nantenaina Randriamam-pionona du club CAA (6km en 25’37 »).Record de participationCe sommet régional a vu la participation de cent cinquante huit athlètes, un chiffre record dans l’histoire de ce championnat régional. « Les huit meilleurs athlètes du championnat d’Analamanga, avec un coach accompagnateur, seront pris en charge par la Fédération malgache d’athlétisme au championnat national de cross country », mentionne Johnson Rafenomanga, conseiller technique de la ligue d’Analamanga. Les dirigeants de la ligue trancheront, « mais les clubs ayant des athlètes qui ont fini dans le Top 10 de leur catégorie respective, pourront aussi envoyer les leurs, au frais de chaque club », ajoute le CTR Johns. La ville d’Arivonimamo de la ligue d’Itasy abritera le championnat national de cross country ce samedi 17 février.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Ambohimalaza – Un chauffeur et son aide déroutent un camion

Mille cinq cent cartons de piles à bord d’un camion dérouté à Ambohimalaza, vendredi, se sont volatilisés. Sept individus ont été arrêtés.

Brigandage. En faisant semblant d’être victimes d’une attaque, un camionneur et son aide ont tenté de berner la gendarmerie avec une version invraisemblable. Tous les deux se sont présentés au poste avancé de la gendarmerie de Carion, vendredi à 6h 30, pour déclarer un détournement. Selon eux, au retour de Toamasina, ils ont été piégés par une bande de six individus armés, à Manjakandriana, alors qu’ils auraient fait partie des pilleurs, selon la gendarmerie.Il était 23h, lorsque des bandits en voiture de marque coréenne leur ont barré la route avec des blocs de pierre. Ils auraient été menacés avec des armes factices, attachés et transbordés dans une Hyundai Starex. L’un des malfrats s’est mis au volant du camion pour reprendre la route vers Antananarivo, selon leurs dires. «Nous avons été déposés à Maharidaza avec deux bandits armés. Les autres ont continué leur chemin», a raconté le chauffeur aux gendarmes. À l’aube, la Starex est venue prendre les deux malfaiteurs, mais les ont abandonnés.L’alerte a été tardivement donnée, d’après les informations du service de communication et des relations avec les institutions (SCRP) de la gendarmerie nationale. «Les victimes ont été libérées vers 2h du matin et n’ont prévenu la gendarmerie qu’à 6h 30. Qu’est-ce qu’ils ont donc fait pendant ces 4 heures de temps », s’est demandé le commandant Herilalatiana Andrianarisaona, chef de ce service.EvaporésLe propriétaire du camion a indiqué que le poids lourd transportait deux mille cartons de piles de marque Energy.Le véhicule dérouté a été localisé à l’aide du système mondial de géolocalisation par satellite par son propriétaire, lequel a fait intervenir des policiers depuis Antana­narivo. Immédiatement, les gendarmes se sont dépêchés à Ambohimalaza. L’on a constaté que les mille cinq cent cartons de piles se sont volatilisés, selon toujours les explications du SCRP. La police a pourtant révélé que neuf cent soixante ont disparu, tandis que cinq cent seize ont pu être récupérés.Les limiers de la police ont pisté les bandits et ont mis la main sur un taximan qui était en train d’effectuer un chargement de seize cartons de piles à Ambohi­mangakely. Il a ensuite livré ses complices. L’on a découvert le reste des marchandises à Ankadindramamy et à Andraisoro. Sept individus épinglés dans cette affaire se sont fait arrêteret retenus à la brigade criminelle 2e section (BC2). L’enquête est toujours en cours. Deux camions chargés d’une centaine de cartons de piles se trouvent dans les locaux de la BC Anosy, le samedi.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Les chercheurs retraités attendent leur indemnité

Les chercheurs retraités se plaignent de la non-régularisation de leurs indemnités et de la non- détermination de leurs services. De ce fait, le Syndicat des enseignants chercheurs et des chercheurs enseignants (Seces) réclame à l’État de régulariser au plus vite ces demandes qui devaient être résolues, au mois de janvier. « Nous espérons que tout se déroulera au mieux et qu’une réponse favorable aux demandes sera bientôt obtenue. Nous espérons également que les négociations continueront et que les chercheurs  retraités auront gain de cause, et que les heures d’obligation de service des enseignants chercheurs soient de 125 heures pour l’année 2015-2016 », explique  Sammy Grégoire Ravelo­nirina, président du Seces, section Antananarivo.Ce syndicat a déjà rencontré le ministère de l’Énseignement supérieur et de la recherche scientifique et le ministère des Finances et du budget concernant la régularisation de différentes indemnités. Pour rappel, le Seces a toujours dû se mettre en grève lorsqu’il a quelque chose à réclamer, comme le paiement de leurs indemnités de logement et de résidence, en décembre 2017.Mamisoa Antonia 

L'express de Madagascar0 partages

Éducation environnementale – L’EPP Tsilazaina brigue une médaille d’argent

Parmi les écoles-pilotes du programme Éco-école, l’EPP Tsilazaina a déjà décroché une médaille de bronze. Elle est maintenant en quête d’une médaille d’argent.

Partie d’un rien. L’École primaire publique de Tsilazaina figure parmi les bénéficiaires du programme Éco-école lancé en 2015 par Islands, de la Commission de l’océan Indien (COI). Les efforts des enseignants, des parents et des membres de la communauté de base ont été récompensés. Au début, il n’y avait qu’un terrain vague, puis un bâtiment pour accueillir les élèves grâce à l’appui de l’association « Fraternité Amafisoa », ensuite avec la formulation d’un éco-code s’appuyant sur la solidarité, l’hygiène et la santé, l’école a gagné son premier pari récompensé par une médaille de bronze.« Nous avons adhéré au programme Éco-école suite à une sollicitation de WWF Madagascar en marge d’un concours sur la lutte contre le changement climatique. Après une formation, nous avons mis en place un comité école qui a diagnostiqué le problème environnemental au niveau de l’école. Nous avons par la suite choisi le thème de gestion de déchets proposés par le programme. Les élèves ont émané l’éco-code “La vie saine” à partir duquel nous avons élaboré notre plan d’action. Nous avons commencé nos activités par l’assainissement, l’accès à l’eau potable, l’hygiène bucco-dentaire et la santé dans le préscolaire avec l’association Laurielle », expose Edwige Razafindrafara, directrice de l’école. Une formation en agriculture avec Formaprod et un reboisement de cent plants d’arbres fruitiers se sont enchaînés pour égayer la cour. De ce fait, chaque élève se munit d’une bouteille d’eau tous les jours, pour arroser les jeunes plants.Savoir-faireDans l’esprit de développement durable, la directrice explique que le programme Éco-école vise un changement de comportement allant des élèves aux parents, jusqu’à la population locale. Un atelier de travail manuel qui a pour but de faire acquérir un  savoir-faire et de renforcer les compétences des élèves, a été initié. « Les élèves des classes de neuvième jusqu’en septième ont débuté avec la confection de foyers améliorés. Ensuite, ils fabriquent des trousses, des sacs en tissu et en feuillard. Ils se chargent du montage de l’armature mais la finition revient aux formateurs », poursuit la directrice. La vente des produits artisanaux renfloue ainsi la caisse de l’école.L’obtention d’une médaille d’argent requiert un autre effort de la part de cette EPP. Les élèves se concentrent cette année sur l’aménagement d’un jardin potager dont les produits de verger contribueront à améliorer la nutrition scolaire. L’objectif ultime étant le drapeau vert, un label international.À Madagascar, Mada­gascar national Parks coordonne le programme national. D’après Fanja Olga Randriamanantena, responsable de l’éducation environnementale, trente-huit écoles sont inscrites dans la phase d’extension du programme et de diffusion. Le comité national cible cent établissements scolaires, à partir de cette année.Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Grand Slam de Paris- Fetra Ratsimiziva éliminé d’entrée

Élimination précoce au Grand Slam de Paris version 2018, qui réunit les quatre cent trois meilleurs judokas issus de soixante et onze pays. Il est toujours difficile pour l’olympien de Londres, Fetra Ratsimiziva, de franchir le premier tour d’un tournoi d’envergure planétaire.Engagé dans la catégorie des moins de 81kg, dans le groupe B, le judoka du club de Balma à Toulouse s’est incliné d’entrée face au Portugais Matinho Joao. Ce dernier, champion d’Europe junior en 2015 et médaillé de bronze à l’Open de Casablanca au Maroc l’année dernière, a remporté la victoire par ippon à une minute et trente huit secondes du combat, comptant pour le tour préliminaire.Après son élimination au premier tour du Grand Prix de Tunis fin janvier, Fetra vient de perdre dès son premier combat au Grand Slam de Paris, Le vice champion d’Afrique en 2012 est en quête d’une deuxième qualification olympique en participant à ces tournois qualificatifs pour les JO de Tokyo 2020.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA – Magnifique prestation de deux artistes de renom

La formule inédite «Acoustik Live» proposée par Gasy Events a connu un vif succès hier après-midi. Un décor simple mais ô combien symbolique, représenté par quatre grands cœurs sur un tissu rouge détouré en blanc et quelques vases remplis de fleurs. Ce spectacle, tant attendu entrant dans la célébration de la Saint-Valentin et réservé à tous les amoureux, a tenu toutes ses promesses. Les nombreux spectateurs présents dans la grande salle du Centre culturel de l’école sacrée cœur ou Ccesca à Antanimena ont vécu une ambiance romantique dominée par le jazz et le blues.Ces genres musicaux ont été parfaitement assurés par deux gros calibres de la chanson malgache. La prestation offerte par Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina a été à la hauteur des attentes desfidèles mélomanes venus nombreux les soutenir. Leur performance vocale mélangée aux sonorités instrumentales des musiciens de renom tels le pianiste Samy Andriamanoro, dans le rôle d’un directeur artistique au niveau des arrangements musicaux, Roger Zafera à la contre-basse, Naly Raharison à la batterie, Datita Rabeson à la guitare et Hasina à la trompette et au saxophone, a séduit et émerveillé les mélomanes passionnés et attentifs, à chaque morceau proposé. Le répertoire basé sur des chansons d’amour constituées de superbes mélodies et surtout de magnifiques arrangements a beaucoup fait chavirer le cœur des mélomanes présents dans la salle. L’excellence, la compétence le savoir-faire et la perfection individuelle et collective des acteurs sur scène ont ravi et ébloui l’assistance.Avec un super Rija Ramanantoanina en première partie, en se plaçant comme un véritable chef d’orchestre devant ses musiciens, le« Crooner » en manifestant des gestes à l’aveuglette comme s’il se trouvait derrière un piano, a réussi à soulager les spectateurs à travers la chanson « Tsy vazivazy, » une nouvelle composition, des remake des anciens tubes « Mama, Hay ve ka nisy   Andrasako ianao, Fitiavana mamiratra… » Peu avant la pause, Fanja Andriamanantena a assuré le relais en revisitant ses titres populaires « Tiako raha ianao, Tsy vita hatreo, Inty ahao, Fantatro ianao, Aza ilaozanao…» Dans la seconde partie, les têtes d’affiche en version duo ont partagé un véritable bouquet de chansons d’amour fortement apprécié par les spectateurs ravis et éblouis.

Jean Paul Lucien

L'express de Madagascar0 partages

Jao’s pub Ambohipo – Janga Ratah envoûte les noctambules

Une soirée explosive à en couper le souffle a été programmée dans la soirée du 9 février en compagnie d’une véritable bête de scène. Du début jusqu’à la fin, l’assistance en délire a vécu une chaude ambiance assurée par Janga Ratah et son dynamique effectif composé de talentueux musiciens et de remarquables choristes ainsi que de danseurs à la fois énergiques et acrobatiques. Pour les moins connaisseurs et les retardataires, ce lead vocal aux multiples talents, ex-membre du groupe folklorique et traditionnel Saramba, fondé et géré par Dina, l’épouse du roi du salegy Eusèbe Jaojoby, s’est surpassé sur scène en manifestant une transe lors de sa prestation envoûtante. Classé au rang d’un artiste polyvalent, ce chanteur, danseur et accordéoniste, originaire d’Iharana (ex-Vohémar) s’inspire du « Maganja » dans son riche répertoire « Salegy awoe, Kaka lehilahy, Pointure araiky, Ampiakaro vintagna leroa, Tsy mavozo mifagnatriky… », et évidemment du salegy. Le « Maganja » est en réalité un style populaire, chez les Antakarana, interprété en version a cappella qu’il maîtrise parfaitement. Doté d’un potentiel varié, Janga Ratah parvient rapidement à se frayer un chemin pour s’attribuer un parcours nettement progressif dans sa jeune carrière solo.

Jean Paul Lucien

L'express de Madagascar0 partages

Malaimbandy – Une fillette enlevée libérée saine et sauve

Rapt. Une dizaine de dahalo armés jusqu’aux dents a assiégé le hameau de Soatanimbary sud, fokontany d’Ankerika, dans la commune rurale de Malaimbandy. Les faits se sont déroulés le vendredi de la semaine dernière à 6 heures précises. Ils ont enlevé une fille de 14 ans et se sont dirigés vers le sud, dans la brousse. Les hommes du village les ont poursuivis et ont demandé du secours à la gendarmerie. Des éléments d’opérations du groupement de Menabe commandés par un officier se sont immédiatement mobilisés. «Dès que les ravisseurs ont su qu’ils étaient encerclés par les forces de l’ordre ainsi que le fokonolona, ils ont relâché la fillette près du village d’Ambala­tandroy aux environs de 14h», a indiqué un lieutenant sur les lieux.D’après la gendarmerie, la victime était saine et sauve. Elle a déjà rejoint ses parents. «L’intervention était rapide et les moyens engagés ont été à la mesure de la poursuite», a souligné un proche de la fille. L’opération de recherches des kidnappeurs poursuit toujours son cours, mais aucune arrestation n’a encore été communiquée de la part de la gendarmerie de Malaim­bandy, hier soir.Hajatiana Leonard

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Cinq combattants en lice à La Réunion

La ligue régionale d’Analamanga de judo alignera cinq combattants au tournoi international de La Réunion, destiné aux minimes, cadets, juniors et seniors. Ce rendez-vous international regroupant les élites de l’océan Indien, dont celles de Mayotte, des Seychelles, de Maurice, de Madagascar et de l’ile hôte, aura lieu les 17 et 18 février. Ces porte-fanions du pays sont tous ossus du club Esca.Le plus jeune de l’équipe, engagé dans la catégorie des minimes garçons des moins de 50kg, est Killan Rakotonanahary. Les trois autres en lice chez les cadets sont Edouard Andrianirina dans la catégorie -55kg, Fetra Ranaivoarisoa -73kg et Roberto Razakandrandria -90kg. Et l’unique cadette de l’équipe, Juane Andriamahenina est engagée dans la catégorie des moins de 48kg. Ils seront encadrés et accompagnés par le coach Rija Rakotonanahary.La délégation a été reçue ce vendredi par le chef de la région Analamanga, Ndranto Rakotonanahary. Ce dernier a remis une enveloppe à la délégation en guise de contribution à ses frais de déplacement puisqu’ils vont défendre les couleurs de la région et aussi du pays. La délégation s’envolera pour La Réunion, le vendredi16 février.Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Championnats d’Afrique- Todisoa perd en quarts de finale

Pas de podium. Seul l’ancien pensionnaire du Centre international de Thiès au Sénégal, Todisoa Randrianatoandro, a atteint la phase finale des championnats d’Afrique cadets, juniors et seniors. Ce sommet continental s’est déroulé à Port Harcourt au Nigeria pendant quatre jours, et a pris fin hier. L’unique combattant de la Grande ile chez les seniors, Todisoa Randrianatoandro, s’est incliné devant un Égyptien en quarts de finale de la catégorie des moins de 70kg ce samedi. En phase éliminatoire, il a largement battu un Ougandais.Deux des trois jeunes en lice ont tous perdu dès la phase éliminatoire. Éliminé en premier dès le premier jour du championnat, Hasinirina Ravelonahiana, engagé dans la catégorie des moins de 48kg chez les cadets, a encaissé deux défaites en deux combats, face au Tunisien Imal puis contre l’Égyptien Hafed. Le lendemain, Malala Soloniaina, en lice chez les juniors filles des moins de 57kg, a pour sa part perdu d’entrée contre l’Ougandaise Ntuyo, le samedi. Et le quatrième porte-fanion de la Grande ile, Jessy Tinah Andrianantoandro chez les juniors filles des  moins de 59kg, n’a pas pu monter sur le tatami à cause d’une terrible rage de dent. Après une tentative de qualification ratée, la fédération entamera bientôt la préparation aux troisièmes Jeux africains de la jeunesse qui se dérouleront du 19 au 28 juillet à Alger.Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Zone Sud – JBC du Sud-Ouest en roue libre

La zone Sud a entamé sa phase éliminatoire ce week-end. Ambovombe, dans la ligue d’Androy, abrite cette étape comptant pour la Coupe du Président version 2018. JBC du Sud- Ouest est lancé après un parcours sans faute. Ce club a remporté deux victoires en autant de rencontres. Il a écarté, lors de la première journée, ce samedi,  la Gendarmerie nationale de la région Androy, sur le score de 68 à 48, puis a battu hier, l’AJFB d’Androy, par 55 à 43.Quant aux autres résultats, JCT d’Androy s’est imposé par 53 à 48 face à l’AS Vantiogne. BCA d’Ihorombe a pour sa part disposé de BCA d’Androy par 60 à 44. Huit équipes réparties en deux groupes sont en lice dans cette phase qualificative de la zone Sud. Les éliminatoires se poursuivront jusqu’à mercredi. Et après un temps de repos, ce jeudi, les quarts de finale se tiendront le vendredi. Les finalistes de la zone seront qualifiés au Play-off, prévu du 17 au 25 mars à Toliara.Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

La grippe s’amplifie

La grippe ne cesse d’infecter plusieurs personnes après le passage du cyclone Ava. On compte, depuis la première semaine de cette année, plus de cinq cent patients soit 4 % des consul­ta­tions dans les centres de santé de base, d’après Manitra Rakotoarivony, directeur de la promotion de la santé au sein du minis­tère de la Santé publique. Les personnes vulnérables comme les personnes âgées, les enfants sont les plus touchés par cette vague de grippe. Il s’agit d’une grippe saisonnière causée par le changement climatique.

L'express de Madagascar0 partages

Les rues de Tana se dégradent

Malgré les efforts du minis­tère de Travaux publics, plusieurs rues se dégradent dans la capitale, et la plupart présente des trous. Les transporteurs se plaignent et font attention car cette dégradation risque d’abimer les différentes pièces des automobiles. « La dégra­dation des rues dans la capitale s’aggrave et nous fait perdre du temps. Nous sommes obligés de rouler très lentement car notre véhicule risque d’être endommagé si nous ne faisons pas attention », affirme un chauffeur de la ligne 144.

L'express de Madagascar0 partages

Un gros budget pour étudier à l’étranger

Douze millions ariary par an au minimum. Voilà la somme à prévoir annuellement, incluant le déplacement, l’hébergement et les frais de scolarité si un étudiant souhaite poursuivre une filière de son choix en dehors du sol malgache. Ce budget varie d’un pays à l’autre et peut avoisiner les 100 millions d’ariary. L’agence Fan Education organise jusqu’à ce jour une séance d’information sur les possibilités d’étudier dans cent cinquante universités partenaires de seize pays tels que la Suisse, le Canada, la Chine, les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande, la Malaisie, l’Autriche, l’Hongrie, la Lettonie, le Royaume-Uni, l’Inde, Chypre, Maurice, les Émirats Arabes Unis, l’Australie…« Je préfère aller au Canada parce que j’ai toujours rêvé d’y étudier. Il y a plus d’opportunités et  d’ouverture. Les universités offrent une bonne  qualité d’études et délivrent des diplômes reconnus à l’international », explique Harena Rabiarison, bachelière. L’agence ne propose pas de bourses mais donne des conseils et orientations, accompagnent les jeunes dans les procédures d’admission, l’assistance pour le visa et l’organisation du voyage (jusqu’au transfert à l’hébergement).Farah Raharijaona