Les actualités Malgaches du Vendredi 12 Janvier 2018

Modifier la date
L'express de Madagascar1641 partages

Mahajanga – L’Assemblée des Français à Madagascar en deuil

Le Zanatany Me Ducaud, consul honoraire élu depuis 1985, s’est éteint à l’âge de 80 ans, dimanche. Avocat au barreau de Madagascar, il est né à Antananarivo en 1938. En 1967, il s’est installé à Mahajanga après ses premières plaidoiries dans la capitale. Il laisse une épouse, Rachel Ducaud Rasamoely, deux filles et trois petits-enfants.Me Ducaud a été très engagé dans les actions de bénévolat en faveur des personnes les plus défavorisées. C’est ainsi qu’il a été longuement président de l’Association d’entraide des Français dans la province de Mahajanga. L’organisation vient en aide aux Français les plus démunis, gère une cantine et un internat, et prend en charge le traitement médical des Français démunis de Mahajanga.Promu officier de la Légion d’Honneur en 2003, l’ambassadeur Jean-Marc Châtaignier l’a élevé au grade de Chevalier de l’Ordre de la légion d’honneur, le 17 mars 2012. Il est également Officier de l’Ordre national de Madagascar et Chevalier de l’Étoile de la Grande Comore. Comme il a pu se prévaloir d’être Zanatany,  l’ambassadeur Jean-Marc Châtaignier a rappelé le sens profond de ce mot.«Vous-même enfant de Zanatany, vous perpétuez ainsi la lignée de trois générations qui, avant vous, ont décidé d’aller porter haut et fort dans le monde les valeurs de notre République. Zanatany, vous participez à la construction de ce métissage unique des valeurs françaises et malgaches, au service de notre idéal universel. Profondément attaché à Madagascar vous revendiquez aussi un titre que l’on vous accorde volontiers, celui de Teratany, c’est-à-dire d’autochtone. Zanatany, Teratany, on vous reconnaît aussi la qualité de Raiamandreny, terme que l’on pourrait traduire par  le père et la mère ou encore le sage ou bien l’arbitre. C’est dire si vous êtes une personnalité connue, respectée, influente, point d’articulation essentielle entre nos deux nations. » La levée de la dépouille mortelle à son domicile, à Mangarivotra, ce samedi 13 janvier, sera suivie d’une cérémonie religieuse avant son enterrement au cimetière de La Corniche.

V.A.

Midi Madagasikara220 partages

Homme de l’Afrique 2017 : Les partisans de Ravalo en fête à Faravohitra

Constant Raveloson officiellement présenté par Marc Ravalomanana en tant que président du KMMR 2018.

La liesse populaire a été au rendez-vous hier au domicile de Marc Ravalomanana à Faravohitra. Deux grands événements ont marqué cette rencontre. En effet, l’occasion a été pour ses partisans de féliciter l’ancien président pour son élection en tant que l’homme de l’Afrique 2017 en matière de leadership politique. Dans la procédure de sélection lancée par « African Leadership Magazine », le président national du TIM a eu comme concurrent direct le président du Kenya Uhuru Kenyatta.

KMMR 2018. Le deuxième événement était la présentation officielle de Constant Raveloson qui va présider le KMMR 2018 (Komity Mpanohana an’i Marc Ravalomanana). Le choix de ce « Mafana » connu pour sa capacité en gestion de crise politique n’est pas fortuit d’après certains observateurs. Le KMMR 2018 est un consortium qui va regrouper les partis ou les associations qui vont soutenir la candidature de Marc Ravalomanana à la prochaine élection présidentielle. Le président national du TIM a quitté hier le pays pour aller à la rencontre de ses partisans en France. Cette rencontre aura lieu demain à Paris.

R. Eugène

Midi Madagasikara216 partages

Mahajanga : Dahalo 31 maty lavon’ny bala, basy 18 azon’ny mpitandro filaminana

Dahalo  31 maty lavo nandritra ny fifanjevoana, 50 hafa voasambotra. Omby  1607 no very ka ny 1122 tamin’ireo no tafaverina tamin’ny tompony. Basy miisa 18 no azo teny an-tanan’ireo dahalo sy sarona nandritra ny fisavana ka ny 5 amin’ireo basy vita gasy, ny 12 “calibre 12” ary ny roa PA. Araka tati-baovao azo, dia ny Faritra Betsiboka sy Melaky no tena faritra mena nahitana asan-dahalo sy halatr’omby betsaka indrindra, tamin’ ny taona 2017 iny. Noho ny firongatry ny halatr’omby, dia nahatratra 24 ny fangatahana vaovao ahazo miaramila hanao DAS any amin’ireo kaominina ambanivohitra izay tsy mbola manana biraon’ny mpitandro ny filaminana, ka tsy maharaka ny fangatahana ny isan’ny miaramila azo alefa mamita iraka any ambanivohitra mampandry fahalemana.

Eric Manitrisa

FarafanganaLakana rendrika, olona 3 avy nandevina maty

Nitrangana lozam-pifamoivozana an-dranomamy nahafatesana olona telo tany Farafangana, afak’omaly alina tokony ho tamin’ny 8 ora. Lakana iray avy nandevina nitondra olona miisa folo no redrika tao amin’ny reniranon’ i Manapatrana, ka avotra soa aman-tsara ny mpandeha fito, raha maty dobo an-drano kosa ny telo. Araka ny vaovao farany azo dia mbola faritra mena hatramin’izao ireo toerana sy tanàna manamorona ny reniranon’i Manapatrana sy Mahafasa, satria mbola tsy nidina ny mari-drefin’ny rano mahatratra 8m no halaliny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara137 partages

Tarifs de la Jirama : Hausse de 8,5% pour les industriels, fin des subventions pour la classe moyenne

Les dirigeants de la Jirama, lors de la présentation du bilan 2017 hier au siège de la société à Ambohijatovo.

Depuis la mise en œuvre du plan de redressement, la Jirama a déjà réduit son coût de production de 40%. Cependant, cette société subit encore 500 Ariary de perte, par kilowatt produit. La hausse des tarifs est inévitable, selon les administrateurs.

La Jirama devrait atteindre son équilibre opérationnel vers la fin de l’année 2020, d’après le calendrier de son plan de redressement. Hier, lors de la présentation du bilan 2017 au siège de la société à Ambohijatovo, la Direction Générale et le Conseil d’Administration de la société ont indiqué que, jusqu’à maintenant, les réalisations ont dépassé les prévisions. « Lorsque nous avons pris les rênes, il y avait un délestage de  cinq heures par jour à Antananarivo, et beaucoup plus dans les autres régions du pays. La sécheresse de l’année dernière a coûté à cette société 180 milliards d’Ariary, à cause du handicap que cela a causé aux centrales hydroélectriques. Mais grâce au plan de redressement, nous avons pu réduire les coûts de production de 240 milliards d’Ariary. La hausse des tarifs de juillet 2017 était de 5,5%, soit un impact de 20 milliards d’Ariary sur les recettes. Bref, les nouveaux dirigeants de la société, tout comme les consommateurs ont beaucoup contribué au redressement de cette société d’Etat », a soutenu le PCA de la Jirama, Hyacinthe Befeno Todimanana. En effet, grâce à cette amélioration de la santé financière de la Jirama, les subventions accordées par l’Etat ont déjà baissé de 450 milliards d’Ariary en 2017 à 209 milliards d’Ariary pour cette année 2018.

Transition. Malgré ces améliorations, la Jirama est encore loin de l’indépendance financière. D’après son DG, Olivier Aimé Jaomiary, la hausse des tarifs est inévitable. Pour ce mois de janvier, cette révision est de 8,5% pour les industries, suivant une convention établie. « Pour les petits usagers qui consomment moins de 25KWh par mois, le tarif reste inchangé à 141 Ariary par KWh. Ce tarif est subventionné. Pour la classe moyenne qui consomme plus de 25KWh, on a supprimé cette subvention et le tarif de l’ancienne deuxième tranche s’applique à l’ensemble de la consommation », ont expliqué les dirigeants de la Jirama. A noter que d’après la loi en vigueur, la révision de tarifs d’eau et d’électricité devrait être appliquée deux fois par an, soit les mois d’avril et d’octobre, en se référant au taux d’inflation. Et pourtant, cette révision n’a pas été appliquée depuis 2007. C’est ce qui explique cet écart entre le prix véritable et les tarifs appliqués, d’après les explications. « Le tarif d’électricité pour les industriels appliqué à Madagascar est le deuxième tarif le plus faible en Afrique, après celui de l’Ethiopie », a affirmé le PCA de la Jirama. Avec le plan de redressement, la vérité des prix est appliquée petit à petit, grâce à l’ajustement des tarifs et surtout à la réduction des coûts de production d’électricité. D’après le bilan présenté hier, la production hydroélectrique de 110MW et la production des centrales thermiques utilisant le fioul lourd, atteignant 165MW suffisent largement pour répondre à la demande d’Antananarivo qui est de 230MW en heure de pointe. Néanmoins, la Jirama a encore gardé ses unités de production fonctionnant au gas-oil, en cas d’extrême nécessité. Par ailleurs, des exploitations hybrides sont déjà lancées, notamment à Maevatanàna où s’opère le projet pilote.

Antsa R.

Midi Madagasikara128 partages

Riana au Bianco – Ravalo à Toliara : Deux poids deux mesures

En continuant de fermer les yeux, le régime risque de favoriser la flambée des violences à l’approche des élections.

Une Justice à deux vitesses. C’est le moins que l’on puisse dire à propos du traitement des dossiers judiciaires impliquant différents acteurs politiques. Le 6 avril 2017, le Sénateur Riana Andriamandavy VII a amené de « gros bras » à Ambohibao pour caillasser le portail et forcer l’entrée du bâtiment du Bureau Indépendant Anti-Corruption, dans l’objectif de réclamer la libération de la Conseillère spéciale du président de la République, Claudine Razaimamonjy qui était alors auditionnée par le Bianco pour corruption et détournement. Les éléments de l’Emmoreg réquisitionnés pour sécuriser les lieux ont toutefois réussi à refouler l’élu HVM et ses partisans. Les faits se sont déroulés au vu et au su de nombreux journalistes. Des photos et des vidéos de ce triste évènement ont même fait le tour des réseaux sociaux à l’époque. Pourtant, jusqu’ici, Riana Andriamandavy VII n’est pas inquiété et continue même de jouir de son statut de  vice-président du Sénat et leader du parti au pouvoir. Neuf mois après les faits, la Justice n’a donné aucune suite à la plainte déposée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et par sa présidente Fanirisoa Ernaivo qui poursuit le Sénateur HVM pour diffamation, menace de mort par SMS, violence et voie de fait. Force est pourtant de rappeler que le 3 mai 2017, le Procureur général près la Cour d’Appel de l’époque, Jacques Randrianasolo a émis un Soit Transmis ordonnant la Brigade des Recherches de la Gendarmerie à convoquer le Sénateur Riana Andriamandavy VII « pour enquête et éventuellement en vue d’un défèrement ». Ironie du sort, c’est l’ancien PGCA qui a été limogé de son poste par le Conseil des ministres du 8 novembre dernier.

Etat de droit. Les propos tenus mardi dernier par la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine laisse entendre qu’une éventuelle arrestation de l’ancien président Marc Ravalomanana n’est pas à exclure. En effet, au cours d’une conférence de presse organisée dans son bureau à Faravohitra, la Garde des Sceaux a rappelé notamment l’existence d’une décision de Justice condamnant l’ex-Chef de l’Etat à une peine de travaux forcés à perpétuité pour l’affaire 7 février. Même si Ravalo continue de clamer son innocence tout en insistant sur le fait qu’il aurait été jugé par contumace par un tribunal qui, selon ses dires, est incompétent pour statuer de par son statut d’ancien président, Rasolo Elise Alexandrine soutient que « toutes les décisions de Justice prononcées à Madagascar doivent être appliquées ». Pour justifier son « projet », le numéro Un de la Justice met à l’avant le respect de l’Etat de droit. La question est toutefois de savoir pourquoi l’Etat de droit n’a pas été appliqué pour d’autres affaires, en l’occurrence le « sakoroka » qui s’est produit à Toliara le week-end dernier, durant lequel l’ancien président Marc Ravalomanana qui voulait rencontrer ses partisans locaux, s’est fait agresser. Dès la sortie de l’aéroport, des troupes de jeunes ont tenté d’immobiliser sa voiture, tout en tapant sur la carrosserie. Des gens ont même tenté de briser les vitres à l’aide de pierres et de gourdins.

Enquête. Les « zanak’i Dada » accusent les jeunes HVM de Toliara d’être derrière cet acte de violences. Durant les échauffourées, des manifestants anti-Ravalomanana ont scandé le nom du ministre coach de la Province de Toliara Gilbert François. Ceci explique peut-être cela. Quoi qu’il en soit, pour éviter le risque d’une guerre tribale, notamment à l’approche de la Présidentielle, le Ministère de la Justice et toutes les autorités concernées devraient prendre des mesures pour sanctionner ce genre de comportement. On se demande pourquoi la ministre Rasolo Elise Alexandrine joue la carte de la discrétion par rapport à cet évènement qui s’est produit à Toliara, mais aussi pour les autres décisions de Justice telles que le verdict ordonnant la réintégration des quatre employés d’Air Madagascar licenciés en 2015. En tant que patronne du parquet, elle peut tout au moins ordonner l’ouverture d’une enquête, ne serait-ce que pour déterminer les responsables de cet évènement à Toliara et pour rappeler aux citoyens que Madagascar est réellement un Etat de droit. Faisant référence à ce qui se passe actuellement, bon nombre d’observateurs dénoncent un deux poids deux mesures. En effet, en continuant de fermer les yeux, le régime risque d’encourager la flambée des violences à l’approche des échéances électorales.

Davis R

Midi Madagasikara123 partages

Tanjombato : Trois personnes arrêtées pour vol et tentative d’assassinat

Poursuivies pour vol et tentative d’assassinat, trois personnes dont deux femmes se trouvent actuellement en prison après avoir été appréhendées par des policiers du Commissariat de la Sécurité publique de Tanjombato, le 7 janvier dernier. Ce jour-là, une femme et un homme se sont introduits en catimini dans la villa d’une « Karana » à Tanjombato. Une fois à l’intérieur, ils ont étranglé et ligoté la propriétaire qui était seule. Heureusement que celle-ci a pu appeler secours. Ce qui a obligé ses agresseurs d’évacuer les lieux sans causer  un préjudice. Partis à leur poursuite, les agents de sécurité de la villa ont pu surprendre l’un de ces deux individus qui,  par la suite, a dénoncé la personne  qui était avec lui.  Durant l’enquête, les suspects ont avoué qu’ils se sont introduits dans cette maison pour dérober l’argent de leur victime. L’enquête a révélé qu’ils ont agi en complicité avec deux employées de la maison dont l’une fut arrêtée le jour même de l’acte. Tandis que la deuxième a pu s’échapper. D’après les informations, les suspects ont des liens de parenté.

T.M.

Midi Madagasikara99 partages

Assassinat de Vallée Guy à Antsiranana : Quatre personnes arrêtées et deux encore en fuite

L’affaire de l’assassinat de Vallée Guy Marie Albert n’est pas entièrement bouclée, mais des rebondissements ont eu lieu. Quatre  personnes ont été arrêtées et deux autres sont activement recherchées dont une femme et son gardien qui aurait planifié le meurtre. Selon l’enquête de la police judiciaire, quatre individus  ont participé à l’assassinat . L’un d’entre eux Randriambelo Frédéric 26 ans,  a trois surnoms : dans son quartier de la place  »Kabary » il s’appelle Black, à Morafeno il se prénomme  Fred et enfin, on le connaît aussi  sous le nom de Zaza. Il s’est enfui  dans  une 4×4 de marque TOYOTA PRADO BK 29  de couleur blanche. Avant de s’enfuir, il a laissé chez sa mère  des vêtements et chaussures de la victime. Un des complices de ce dernier Bezandry Frédéric âgé de 42 ans,  a été appréhendé  dans le quartier Dallas Tanambao I. Un matelas, un pistolet et des balles, ainsi  que des parfums, des crèmes, des savonnettes  ont été retrouvés à son domicile. – Leur camarade, Jerizana Robinson 24 ans, a été pris  dans le quartier de l’Escama route RN6. , Nanto Victorine dit Viky âgée de 26 ans est toujours activement recherchée.

Tout  a  commencé le 5 décembre, Vallée Guy Marie Albert venait  de rentrer de vacances de  France. Ensuite, des dizaines de bouteilles d’alcool qu’il a ramenées de son voyage ont disparu. Il réunit alors son personnel pour l’interroger. Le patron menace de ne pas payer leurs deux  mois de salaire si les coupables ne se dénoncent pas. Le chauffeur est dénoncé  par  ses camarades. Après avoir interrogé ce dernier, Vallée Guy le licencie. Le chauffeur est surpris de cette décision car  cela  fait plus de dix  ans qu’il est à son service. Le patron le considérait même comme son bras droit.  Dans la foulée, Guy a engagé un autre chauffeur le jour même. Bezandry ses camarades    ont accompli leur acte  durant la nuit du 17 au 18 décembre 2017 et  ont enterré  le malheureux  dans son jardin. Puis le lendemain ils ont embarqué dans la 4×4 toutes ses affaires. Il y avait notamment la télé, des vêtements, un lit et toute la vaisselle. Le 27 décembre la police a eu vent de la disparition de  Vallée Guy Marie Albert. Et après avoir reçu l’ordre de perquisition du Tribunal, elle s’est rendue sur les lieux.  C’est grâce aux renseignements recueillis auprès des gens que la police a pu arrêter les deux personnes qui ont avoué avoir deux complices  Ces derniers ont très vite été coffrés. Il ne reste donc plus que deux individus en liberté, mais ils ne devraient plus courir longtemps car la population coopère activement en envoyant des renseignements aux enquêteurs.

C. Angeline

La Vérité94 partages

« Médecin après… »

« Médecin après la mort ! » Un adage populaire toujours valable. C’est désolant de constater que le toubib arrive après que le souffrant a rendu l’âme. Trop tard ! Peut-être que les proches parents avaient trop tergiversé sur les décisions à prendre. Ou bien, ils sous-estimaient la gravité de la maladie. Dès le premier symptôme, on aurait dû prendre, sans tarder, les mesures d’urgence, etc. Et même, avant que les signes de malaise apparaissent, il faudrait être vigilant.

D’où la nécessité de prioriser, avant toute chose, la prévention qui est, d’ailleurs, la meilleure de tous les traitements. Le mercredi 10 janvier a été décrété par le Gouvernement  « journée nationale de l’assainissement ».  Chômée et payée sur toute l’étendue du territoire national, la journée du mercredi fut, donc, consacrée en une journée nationale de mobilisation pour assainir l’environnement immédiat de chacun, du travail, de la communauté… Bureaux, maisons d’habitation et leurs environs, quartiers ou villages, etc., tout devrait être passé au peigne fin pour le besoin de la propreté, et cela, afin de conjurer plus que jamais le risque de résurgence de toute sorte d’épidémie.L’initiative est louable. Il faut inculquer aux gens la culture et l’habitude de la propreté. C’est un besoin vital mais pas du tout un luxe ni un caprice quelconque. En fait, la saleté et la souillure sont la principale source de la plupart des maladies graves qui nous tuent.Seulement voilà, l’initiative en question semble être prise un peu tard. La peste a « abattu » quelque 200 personnes, sans parler des centaines de personnes atteintes nécessitant des traitements urgents. Un geste de ce genre aurait dû être programmé bien avant. Les techniciens de la santé savent, pertinemment, la période saisonnière susceptible de faire resurgir les maladies épidermiques comme la peste ou le choléra. Leur responsabilité consiste à lancer le timing d’assainissement général pour se préparer à d’éventuels risques de propagation des maladies. Tout comme si le régime dépêche un médecin au chevet d’un patient qui vient de s’éteindre. Trop tard ! Pour les observateurs, il s’agit d’une mobilisation qui tape à côté de la plaque. En gros, l’initiative n’atteint pas la cible privilégiée. Ce sont les couches sociales vivant dans des conditions précaires qui s’entassent au milieu des saletés et constituant la grande majorité de la population ayant le plus besoin de cet assainissement là où elles vivent. Or, cette catégorie sociale ne se sentait pas concernée. Elle montre même une certaine indifférence face à la mobilisation nationale décrétée. En réalité, la majorité des Malagasy n’accorde que peu  d’importance à tout ce qui a un rapport avec ce régime lequel, en fin de compte, ne l’inspire plus aucun crédit. Toute injonction de sa part n’aurait que très peu de chance d’écho à la base.D’autant qu’on s’indigne en faisant état des  « m’as-tu vu » trop affichés ici et là. C’était plutôt des occasions à nos dignitaires d’exhiber le supposé sens du civisme et les intérêts supérieurs qu’ils porteraient au service de la Nation. Tout ce manège aurait été mieux bien avant que la terrible peste sévisse. Mais, propagande oblige ! Tant pis, même s’il s’agit d’un « médecin après la mort ».Ndrianaivo

Midi Madagasikara85 partages

Ambatovy : Soutien d’urgence pour la réhabilitation des dégâts cycloniques

Tractopelle et camions- bennes d’Ambatovy à la rescousse pour les interventions d’urgence post-cycloniques à Toamasina.

Ambatovy est une entreprise socialement responsable. Elle vient encore de le démontrer en apportant son appui aux sinistrés du cyclone Ava à Toamasina. A la demande des autorités locales, Ambatovy a en tout cas fait preuve d’une rapide réactivité en apportant son appui à la population victime des dégâts cycloniques. En effet, dès le samedi 6 janvier, la compagnie a envoyé une équipe de nettoyage composée d’une tractopelle et de camions-bennes qui vont travailler pendant une semaine pour participer au dégagement des routes et à l’enlèvement des débris.

Ambatovy a également appuyé la 4e Unité de Protection Civile à Toamasina  en lui octroyant 1 000 litres de carburants. Un appui logistique qui a permis à l’UPC Toamasina d’utiliser  ses camions pour la réhabilitation des sites endommagés. Par ailleurs Ambatovy a pris en charge la restauration des militaires affectés à ces travaux à raison de 80 repas par jour pendant la semaine.  Enfin, 2 500 litres de carburants supplémentaires ont été remis aux autorités hier, pour les travaux relatifs à la journée nationale pour l’assainissement.  « Ambatovy se réjouit de pouvoir se retrouver avec tous ses employés, sains et saufs, sans exception, et effectue actuellement une évaluation complète des impacts du cyclone sur ses installations » annonce-t-on auprès de la compagnie qui est obligée de retarder la reprise de la production. « Les évaluations préliminaires ayant permis d’identifier des dommages nécessitant des réparations et qui retarderont la reprise de la production jusqu’à la fin du mois de janvier ».

R.Edmond.

Midi Madagasikara76 partages

Services fonciers : A l’heure de la numérisation des titres fonciers

La circonscription domaniale d’Antananarivo Avaradrano est plus en avance, en matière d’informatisation de ses documents fonciers.

Un projet pilote a été lancé par le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement dans la circonscription des Domaines et de la Topographie à Antananarivo Avaradrano pour mettre en œuvre le programme de réforme foncière à Madagascar. Il s’agit notamment de l’informatisation des services fonciers par la numérisation des titres fonciers ainsi que des matrices cadastrales, et ce, via l’utilisation du logiciel LISOM (Land Information System of Madagascar). Depuis la mise en œuvre de ce projet pilote, 16 682 titres fonciers sur les 25 629 titres fonciers enregistrés au sein de cette circonscription domaniale d’Antananarivo Avaradrano, soit près de 65% des titres fonciers existants, ont été déjà numérisés, selon les explications des responsables locaux.

Traçabilité. En outre, 104 336 parcelles cadastrales y ont été également numérisées. L’utilisation de ce logiciel LISOM confère aux Services Fonciers la traçabilité et le suivi de tous les dossiers traités, d’après leurs dires. Elle permet, entre autres, le traitement rapide des dossiers dans les Services fonciers. « Au vu de la transparence dans le traitement des dossiers, le LISOM contribue ainsi à la lutte contre la corruption engagée généralement par l’Etat malgache  », a évoqué le ministre de tutelle, Benjamina Ramanantsoa, lors d’une visite dans la circonscription domaniale et topographique d’Antananarivo Avaradrano hier, afin de constater l’état d’avancement du projet. « L’utilisation de ce logiciel LISOM qui a été lancée au niveau de cette circonscription foncière sera bientôt étendue dans les autres circonscriptions à Madagascar », a fait savoir le directeur général des Services fonciers, Hasimpirenena Rasolomampionona.

Navalona R.

Tia Tanindranaza65 partages

Ravalomanana sy RajoelinaHovizanina amin’ny raharaham-pitsarana

Tsy misy ny kisendrasendra amin’ny fanapahan-kevitra politika mitranga eto amin’ny firenena fa misy antony sy tanjona avokoa. Notendrena ho tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny fitsarana eto Antananarivo ny 8 novambra 2017 Atoa Charles Andriamiseza,

 minisitry ny fitsarana teo aloha. Izy ilay nanakiana mafy ny Bianco tamin’ny fisamborana an-dRamatoa Claudine Razaimamonjy. Re fa manana « mission » mazava tsara izy dia ny hanara-maso akaiky ny dosie « Ravalomanana » sy « Rajoelina ». Tsy takona afenina intsony mantsy fa misy ny paika sy tetika hanilihana  na hanembantsembanana ireto kandida 2 ireto amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy. Io efa nanomboka nipoitra ny faran’ny taona 2017 io ny raharaha 7 febroary hanenjehana an’i Marc Ravalomanana ka mety hahazoany sazy faran’izay henjana. Filoham-pirenena am-perinasa izy tamin’ny 7 febroary 2009 ka tokony ho ilay « Haute Cour de Justice » no mitsara azy. Efa natsangana izy io amin’izao fotoana na dia tsy ampy isa aza. Resaka mandeha be tato anatin’ny andro vitsy fa haverina ny raharaham-pitsarana momba ny 7 febroary 2009, famerenana izay tsy tongatonga ho azy fa misy antony dia ny hanembatsembanana an’i Marc Ravalomanana na tena mety hanagadrana azy mihitsy aza. Re fa efa misy andiana mpahay lalàna any ambadibadika any mijery ihany koa ny fomba hahafahana manenjika ara-pitsarana an’i Andry Rajoelina, ka mety ho anisan’ny vesatra hanenjehana azy ny resaka heloka ara-ketra sy ny fanimbana fananam-bahoaka noho ny fanapotehana ny RNM sy TVM nandritra ny fihetsiketsehana notarihany tamin’ny 2009. Tsy manana satana filoham-pirenena voafidy ara-pomba demokratika i Andry Rajoelina ka azo tsaraina tsara amin’ny fitsarana ady heloka tsotra tahaka ny olon-drehetra. Efa tena misy ny ezaka ataon’ny mpitsara, saingy ny hita taratra amin’ny zava-miranga aloha dia mbola miditra lalina amin’ny fitsarana ny politika eto Madagasikara ary mametraka hatrany ny olony eo anivon’ireo rafitra ao anaty fitsarana mba hanatateraka ny baikony ny mpitondra fanjakana.Aoka tsy hohadinoina fa io fivezivezena isaky ny mihetsika eny amin’ny fitsarana io no nahalefy ny herin’i Nicolas Sarkozy tany Frantsa ka tsy nahatafita azy akory tamin’ny fifidianana savaranon’ando ary tsy nahafahany nirotsaka ho kandida filoham-pirenena avy eo. Tsy hoe nigadra izy fa tarazohan’ny raharaham-pitsarana isam-bolana, ary niharan’izany koa ireo mpiara-miasa akaiky aminy, eny hatramin’ny mpisolovava azy aza. Tsy dia mifanalavitra amin’izany ny fitrangan-javatra eto Madagasikara fa dia misy manao fitaovana politika tsotra izao ny fitsarana.

RTT

Tia Tanindranaza60 partages

KMMR manohana an’i DadaTsy maintsy sahy miatrika ny zava-drehetra

Niarahaba manokana an’i Marc Ravalomanana tamin’ny fahazoany fandresena tamin’ilay fifaninanana “Olon’i Afrika 2017” na ny “ALM Person of the year 2017” teo amin’ny sokajy haitarika ara-politika na ny “Political Leadership” ny vahoaka maro be mpanara-dia omaly.

 

 Tamin-kafaliana no nandraisan’i Marc Ravalomanana izany, ka nisaorany ny vahoaka manontolo. Nohamafisiny ny fahavononana hametraka ilay Madagasikara vaovao mandroso ka niantsoany ny vahoaka ho vonona sy sahy hatrany. Efa ao anatiko ao, ka tsy hamelako, tsy hamelanay, ary tsy hamelantsika mihitsy raha tsy azontsika ny tany vaovao, dia i Madagasikara miverina aminareo, hoy izy. Mahonena ny mahita ny olona noana. Noraisiny ohatra ny fahorian’ny olona hitany tany Toliara ny faran’ny herinandro teo sy ny teny amin’ny Paraky Ankadimbahoaka afak’omaly, izay vatomamy sisa no hanina. Raha tsy ho sahy amin’izay ihany ny vahoaka Malagasy amin’izao fotoana izao tsy ho sahy mandrakizay intsony, hoy izy. Dia milaza aminareo aho fa mila fahasahiana ity, ka na fampitahorana na fandrahonana na fanenjehana, tsy misy mandaitra amiko izany, fa mila anareo aho ho sahy hanaraka ahy, hoy ny fampanantenany. Mila anareo aho hieritreritra ny tena hoavin’ny firenena, ary manàna « vision ». Manàna ianareo fahasahiana, manàna ianareo fanantenana, ary rehefa manana fanantenana ianareo tsy maintsy misy fiovana io, hoy izy. Betsaka no niantso manoloana ny vaovao an-gazety isan-karazany momba ny fanenjehana na hisamborana azy, toy Vondrona Eoropeanina, ny Frantsay sy ny hoe: aiza ianao ? Tsy ny eto Magadasikara ihany no manara-maso antsika, fa izao tontolo izao. Efa miakatra isika ary efa mandeha amin’ny làlana tokony hizorana amin’ny demokrasia, ka aza matahotra milaza izany intsony, hoy ny antsony. “Aza matahotra, fa aleo izy hisambotra eo ahitantsika azy”, hoy izy. Noho izany dia hanana tany vaovao isika, hanana Madagasikara vaovao, hanana fampandrosoana vaovao. Fa rehefa milaza aminareo aho hoe tongava ianareo dia tonga, milaza aho hoe izao atao dia atao! Horakora-pahavononana no setriny nataon’ny vahoaka maro be!

“Tsy maintsy vitantsika mandroso i Madagasikara”

Izay fahaizako sy fahakingako, izay talenta nomen’Andriamanitra ahy tsy hohazoniko izao samirery  na homeko ny vady aman-janako fotsiny, fa homeko ny vahoaka Malagasy, hoy hatrany i Marc Ravalomanana. “Tsy maintsy vitantsika mandroso ity Madagasikara ity, mihinan-kanina ireo olona ireo”, hoy izy. Fotoana izao mba hilazantsika ny tena marina satria ity taona 2018 ity dia tena kihon-dàlana anankiray eto amin’ny tany sy ny fanjakana hisafidianann’ny vahoaka Malagasy an-kahalalahana amin’ny fomba demokratika, ary indrindra famelana malalaka ny olona rehetra. Anjaran’ny vahoaka tompom-pahefana no misafidy izay tiany, izay mendrika, ary iza no hahavita, izay no fanantenana, hoy I Marc Ravalomanana. Omaly ihany, dia lasa nisidina any ampitan-dranomasina I Marc Ravalomanana, ary nilaza hihaona amin’ny filoha Kenianina Uhuru Kenyatta, laharana faharoa taoriany tamin’ilay fifaninana “ALM Person of the year 2017”, mialohan’ny fahatongavany any Frantsa. Hihaona amin’ny mpanohana Frantsa ny sabotsy 13 janoary ho avy izao, ka ao Parisy no hanaovana azy io.

Toky R

Midi Madagasikara51 partages

FOP : L a lutte contre les fonctionnaires fantômes renforcée

Le ministre Maharante Jean de Dieu et le DGA de la BFV/SG hier aux 67ha.

Approche tous azimuts. Le ministère de la Fonction publique, de la Réforme administrative, du Travail et des Lois sociales maintient l’objectif, mais il adopte différentes manières pour y parvenir. Hier, son partenariat avec la banque BFV/SG s’est matérialisé par une signature de convention qui permettra d’assainir les agents de l’Etat en passant par le nettoyage de la base des données. Cet assainissement permettra en même temps de renforcer la lutter contre les fonctionnaires fantômes, et ce malgré le scandale de coupure de salaires effectuée au niveau du ministère des Finances et du Budget.

Modernisation de l’Administration. La convention signée hier entre le ministre Maharante Jean de Dieu et le DG adjoint de la BFV/SG  Frederic Leititz prévoit par ailleurs des formations pour les agents de l’Etat en service et les étudiants dans les écoles d’Administration publique. « Une vision du ministère de la Fonction publique est d’augmenter le taux d’utilisation des matériels informatiques et du courrier électronique dans l’Administration, sans se limiter à la bancarisation. », a souligné le ministre Maharante Jean de Dieu. La banque BFV/SG a offert hier au ministère de la Fonction publique des ordinateurs de bureau et  des portables, un poste  TV  à écran plat, des onduleurs, une vidéo projecteur, une imprimante, des appareils photos, une caméra… Bref, la modernisation de l’Administration est en marche aux 67ha.

R.Eugène

Midi Madagasikara51 partages

Référendum constitutionnel : Oui ou Non préalable de la HCC

Il appartiendra à la HCC de juger s’il s’agit Oui ou Non d’une nécessité impérieuse.

Le pouvoir en place persiste dans son projet tardif de toiletter Dame Constitution qui a été pourtant maintes fois violée depuis quatre ans.

«  Aucune révision de la Constitution ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse ». Ces dispositions de l’article 169 de la loi fondamentale posent un préalable à toute retouche de cette dernière. Il y aura certainement une saisine de la HCC aux fins de faire juger si la révision de la Constitution est une nécessité impérieuse. Dans ses « considérant que », le juge constitutionnel devra démontrer que c’est une nécessité absolue ou non. Un besoin pressant ou pas. « Pressing necessity » ou « urgent need » en droit anglo-saxon. La balle sera dans le camp d’Ambohidahy à qui il appartiendra en premier lieu de dire Oui ou Non au référendum constitutionnel.

Initiative. Passé ce préalable, l’article 162 d’ajouter que :

« L’initiative de la révision, en cas de nécessité jugée impérieuse, appartient soit au Président de la République qui statue en conseil des ministres, soit aux Assemblées parlementaires statuant par un vote séparé à la majorité des deux tiers des membres.

Le projet ou la proposition de révision n’est adopté qu’à la majorité des trois quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Le projet ou la proposition de révision ainsi approuvé(e) est soumis à référendum ».

Mandat. Dans le cas d’espèce, l’initiative viendra sûrement du Président de la République qui est d’ailleurs le premier concerné par l’article 47 dont les dispositions sont parmi celles que l’Exécutif compte réviser. Et ce, quand bien même l’article 163 alinéa 1er stipulerait que « la forme républicaine de l’Etat, le principe de l’intégrité du territoire national, le principe de la séparation des pouvoirs, le principe d’autonomie des collectivités territoriales décentralisées, la durée et le nombre du mandat du Président de la République, ne peuvent faire l’objet de révision ». En vertu de cet article 163, tout projet de révision visant à prolonger le mandat présidentiel, fut-il de quelques semaines ou quelques mois, est contraire à la lettre et à l’esprit de la Constitution actuellement en vigueur. Celle-là même que l’actuel locataire d’Iavoloha avait du reste juré urbi et orbi de respecter lors de son investiture. Il s’était engagé  d’y « veiller comme à la prunelle de ses yeux », même s’il devait par la suite, faire un pied de nez à la Constitution.

R. O

Midi Madagasikara48 partages

SECES Antananarivo : Menace de gel des résultats d’examens

Les résultats des examens pourraient être gelés pour l’université d’Antananarivo.

La branche tananarivienne du Syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants de l’Enseignement Supérieur hausse le ton.

“ Nous allons geler les résultats des examens tant que nos revendications ne seront pas satisfaites “. Ce sont là les propos de Sammy Grégoire Ravelonirina lors de l’Assemblée Générale du syndicat des enseignants-chercheurs et des chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) à Ankatso hier. Propos qui soulignent le mécontentement des membres dudit syndicat. En effet, selon toujours Sammy Grégoire Ravelonirina, “ le paiement des indemnités de recherche pour les enseignants- chercheurs retraités encore en activités aurait dû  être effectué avant la fin de l’année 2017 “. Le président du SECES Antananarivo d’ajouter que le calendrier de paiement avait été décidé d’un commun accord entre les deux parties (le syndicat et le ministère de tutelle) après le sit- in effectué par les membres du SECES le 28 novembre 2017 dernier. Interviewé sur un éventuel deadline quant à la satisfaction des revendications, le président du SECES Antananarivo a affirmé que “ le syndicat n’a pas donné d’ultimatum aux responsables auprès du ministère ”. Sammy Grégoire Ravelonirina de noter toutefois que “ c’est le ministère de tutelle qui est responsable de l’arrêt des cours et des cessations d’activités des enseignants ”.

Gel. Consécration d’une année d’efforts et de sacrifices pour les étudiants, les résultats des examens revêtent une importance capitale. Une étape ultime dans le cursus universitaire qui va déterminer la suite des études ou encore les efforts à entreprendre. Et c’est en connaissance de causes que le SECES Antananarivo a pris la décision de geler cette étape importante. Comme l’a souligné Sammy Ravelonirina “ le gel des résultats des examens sera un coup dur pour les étudiants d’Antananarivo “. Une façon pour cette branche tananarivienne d’impliquer – de façon indirecte – les étudiants dans leurs quêtes. Les universitaires risqueraient fort de monter au créneau si les résultats tardent à être publiés. Sammy Grégoire Ravelonirina de noter toutefois que les examens auront lieu pour toutes les mentions et tous les départements de l’Université d’Antananarivo. Une façon pour les enseignants réunis au sein  du SECES de mettre sur un pied d’égalité les étudiants (certains d’entre eux ayant déjà fini leurs examens) d’après toujours ses dires. Avec le gel prévu des notes, et par ricochet des résultats, le SECES Antananarivo tient les étudiants d’Ambohitsaina en otage.

José Belalahy

Tia Tanindranaza47 partages

Karaman’ny mpiasam-panjakanaMety hiakatra 15 %

Mandeha ny feo amin’izao fotoana fa mety hakarina ihany ny karaman’ny mpiasam-panjakana, taorian’ny fahadisoam-panantenan’ny maro tamin’ny kabarin’ny filoham-pirenena teny Iavoloha ny 5 janoary lasa teo.

 

Raha ny resaka mivoaka dia mety hanonitra sy hamafa izay fahadisoam-panantenana izay sy haka ny fon’ny mpiasam-panjakana ny fitondrana satria akaiky rahateo ny fifidianana. Raha ny voasoratra ao amin’ny tetibolam-panjakana 2018, dia voalaza fa 8% ny fisondrotan-karama, saingy ninian’ny filoha tsy noresahina nandritra iny fifampiarahabana teny Iavoloha iny, izany hoe tsy ampiharina na koa miandry fotoana. Raha ny tsilian-tsofina hatrany kosa anefa, dia tena hanao izay mety mihitsy ny fanjakana hakana ny fon’ny rehetra fonksionera, ka hihoatra ny mahazatra hatramin’izay ny fampiakarana katsahina hatao satria re fa mety ho 15% izany. Tsy mbola nisy kosa ny vaovao ofisialy, fa dia miandry izay hiseho ny rehetra. Maro no mbola manana fanantenana ka mihevitra fa hatao tahaka ilay fanenan-tsazy ho an’ny voafonja hoe amin’ny alalan’ny didim-panjakana fotsiny, fa tsy noresahin’ny filoha tao anatin’ny kabariny, raha hotanterahina tokoa. Vao tsy ela akory izay ny minisitry ny vola sy ny tetibola no nanipy teny amin’ny fahavononana, raha toa ka misy ny fanovana, toy ny fampiakarana amin’ny alalan’ny fikajiana ny mari-karama. Miandry ny rehetra, indrindra ny mpiasam-panjakana. Fanapahan-kevitra politika tanteraka mantsy io ary any amin’ny filoham-pirenena ny fanalahidiny. Etsy an-daniny, manao tsindry mafy amin’ny fandaniambolam-panjakana ny mpamatsy vola, izay manery ny fanjakana hampihena izany, toy ny tosika ara-bola hanampiana ny Jirama, ka dia io ampiakarina io ny sandan’ny herinaratra ho an’ireo mandany mihoatra ny 25Kwh isam-bolana hanentsenana ilay fanenana ny fanampian’ny fanjakana. Mety hisy zavatra lehibe hafa tsy maintsy hampandeferina, raha toa ka hisy tokoa ny fampisondrotana mihoatra ny 8%. Miandry izay ho tohiny ny rehetra, fa ny azo antoka aloha dia tsy maintsy hitady izay fomba rehetra hifikirany amin’ny fahefana ny mpitondra ankehitriny, ka anisan’ny matetika fanao ny fanambazana ny mpiasam-panjakana. Mbola maro rahateo no tsy faly amin’ny fanjakana noho ilay fahatapahan-karama ny volana desambra teo, ka maro ny nahita faisana tao anatin’ny fety.

Toky R

 

L'express de Madagascar43 partages

Poliomyélite – Les enfants protégés en baisse

Le taux de couverture vaccinale a diminué dans la région d’Atsinanana. Les parents n’adhèrent pas à la cause.

Échec. Les enfants de moins de 5 ans non vaccinés contre la poliomyélite ont connu une hausse importante dans la région d’Atsinanana, lors de la dernière campagne du 6 au 8 décembre. Le seuil vaccinal recommandé qui devrait être au dessus de 95 %, n’a pas été atteint dans plusieurs districts sanitaires, selon le rapport de la direction régionale de la Santé publique à Atsinanana, hier. « Des parents ont absolument refusé de faire vacciner leurs enfants, après les rumeurs sur les vaccins anti-peste qui ont perturbé la ville de Toamasina, lors de l’épidémie de peste », a expliqué Liliane Zafindraporaka, responsable de Nutrition, de l’Information, de l’éducation et de la communication (IEC) du service de district de la Santé publique à Toamasina I.Dans cette grande ville, le taux de couverture vaccinale a baissé jusqu’à près de 20 %. « Seulement 79 % des enfants ont été immunisés en décembre, contre 97 %, lors de la précédente campagne », précise-t-elle. À Toamasina II, 88 % des enfants de moins de 5 ans ont reçu le vaccin en décembre, contre 98 %en avril.Cette baisse du taux de couverture vaccinale aurait été constatée dans la plupart des districts d’Atsi­nanana. « Des responsables d’établissement scolaire n’ont pas été coopératifs. Au lieu de nous aider à convaincre les parents, ils nous ont fermé la porte au nez. Les responsables de la direction régionale de l’Éducation nationale et ceux des Circonscriptions scolaires ont dû intervenir. Lorsqu’on a expliqué aux parents l’importance de cette immunisation, ils ont accepté de faire vacciner leurs enfants », souligne le Dr Raymond Rakoto­arimanana, directeur régional de la Santé publique Atsinanana.

MenaceDes agents de santé ont été victimes de menaces et d’injures à Atsinanana. « Des parents ont été vraiment agressifs. Des responsables d’école ont refusé de nous accueillir et nous ont dit carrément que si nous insistons à faire cette vaccination, ils risquent de voir diminuer leur effectif », ajoute Liliane Zafindra­poraka.Tous les enfants de moins de 5 ans devraient, pourtant, être vaccinés pour éviter de contracter le virus de la poliomyélite. Un seul enfant non vacciné représenterait un risque pour deux cents enfants peu immunisés.Et le certificat « Free polio » ne sera pas atteint. Pour y remédier, le ministère de la Santé publique et ses partenaires techniques et financiers envisageraient de relancer cette campagne de vaccination les 17-18-19 janvier, dans onze régions qui ont un faible taux de couverture vaccinale, mais aussi à Antananarivo-ville où la campagne a été repoussée.Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (Unicef), principal bailleur dans cette lutte contre la poliomyélite, a, en outre, renforcé la sensibilisation communautaire pour persuader tout un chacun sur l’importance de cette campagne de vaccination. Des sensibilisations de proximité se tiendraient, également.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara42 partages

Occupation des espaces entre les pavillons d’Analakely : Le « Fimpava » interpelle la Commune Urbaine d...

Les marchands espèrent une rencontre avec Lalao Ravalomanana

La commune urbaine d’Antananarivo(CUA) fait la sourde oreille. Nous avons à trois reprises demander à rencontrer  des responsables en vue d’un entretien, plus précisément le maire d’Antananarivo pour lui faire part de nos problèmes mais nos tentatives ont été vaines ”. Ce sont là les propos de la présidente du Fimpava, lors d’une conférence de presse organisée à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina hier. Une occasion pour les représentants des 800 occupants desdits pavillons de faire part de leurs revendications et de leurs problèmes avec la CUA. En effet, l’histoire remonte à 2016 lorsque cette dernière a décidé de permettre à quelques marchands des rues d’occuper la place située entre les deux pavillons. Une décision qui a causé le mécontentement des occupants des lieux qui y ont vu – et qui y voient – “ une privation de leur droit “. Ce dernier fait référence au droit de parking des marchands en question, de leurs clients ou encore des personnes qui veulent simplement visiter les lieux. “ Le marché manque de visiteurs. Et l’existence des nouveaux marchands entre les deux pavillons en est la cause “ a fait savoir la présidente de la Fimpava. Avant d’ajouter “nous exigeons de la CUA qu’elle libère l’espace occupé par les marchands illégaux “. Profitant de la conférence de presse, elle a également fait savoir qu’ils refusent “ catégoriquement toute tentative de changement de décor ainsi qu’une éventuelle vente de terrains où sont situés les pavillons “. “ Nous craignons que le marché des pavillons soient vendus à notre insu ” a-t-elle renchéri.

José Belalahy

Midi Madagasikara37 partages

Anosibe : Voasambotra ilay mpanendaka mpitaingina moto

Tovolahy iray 24 taona no voasambotry ny polisy teny Anosibe, raha saika hanendaka olona nitaingina moto, ny 10 janoary lasa teo tokony ho tamin’ny 7 ora maraina. Polisy manao fanamiana sivily nandeha fiara mpitatitra no nahatazana azy nanaraka sy namoha ny sakaosy nobaben’ilay lehilahy nitaingina moto teny an-dalana. Nidina ny fiara avy hatrany ilay polisy ka nanenjika ity mpanao ratsy izay tsy lasa lavitra dia voasambotra.  Nandritra ny famotorana azy tao amin’ny kaomisaria Mahamasina no nahafantarana, fa efa mpamerin-keloka ny tovolahy. Vao 13 taona monja izy dia efa mpanendaka. Efa in-telo izy no niditra am-ponja noho ny resaka fanendahana hatrany. Omaly izy no natolotra ny Fampanoavana ary nampidirina am-ponja eny Antanimora.

T.M.

News Mada36 partages

Nifanenjehana tany Mahajanga hatrany Marovoay… : andian-jiolahy mpanao fanafihana ravan’ny polisy

Voalaza fa tena raindahiny amin’ny karazana asan-jiolahy sy fandrobana, efa mpanao fanafihana teratany karana… Ravan’ny polisy rehefa nifanenjehana tany Mahajanga, hatrany Marovoay ity fikambanan-jiolahy malaza ratsy ity.

Noraisim-potsiny tao Marovoay, omaly ny roa amin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana lehilahy iray  hanatitra vola tao amin’ny Kioska iray fandefasana sy fandraisana vola ao Mahajanga Be. Araka ny fanazavan’ny polisy, nilaza ireto jiolahy ireto nandritra ny famotorana fa tompon’antoka tamin’ny fanafihana maro tao Mahajanga Be, ny volana oktobra 2017 ka isan’izany ny teratany karana iray. Ao anatina fikambanan-jiolahy mitam-piadiana mahery vaika ireto jiolahy ireto, araka ny fanazavana hatrany.

Tsiahivina fa narahin’ireo jiolahy nandeha moto ilay lehilahy nitondra vola ka novelesin’izy ireo tamin’ny maritoa, ny alatsinainy 8 janoary 2018. Nalain’izy ireo ny vola tao anatin’ny sakaosy teny amin’ilay lehilahy. Nisy polisy nandamina fifamoivoizana anefa tsy lavitra ny toerana nitrangan’ny fanafihana ka nandray andraikitra avy hatrany ilay polisy nanenjika ireo olon-dratsy. Tratra tao Mangarivotra Mahajanga ny iray raha tafaporitsaka kosa ny namany niaraka tamin’ny vola. Nentina nikaroka ireo namany ity jiolahy tratra ity, saingy nentiny  nivezivezy manerana ny tanànan’i Mahajanga ny polisy, hany ka tsy fantatra mazava izay tena marina momba azy ireo. Nitohy hatrany anefa ny fikarohana ka tonga hatrany Marovoay ny fisamborana ireo olon-dratsy. Nisy vehivavy koa voasaringotra amin’ity raharaha fanafihana ity satria notondroin’ireo jiolahy ho niray tsikombakomba amin’izy ireo.

Lehilahy nandeha moto voaendaka teny Mahamasina

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahadimy Mahamasina, afakomaly maraina koa ny jiolahy iray 24 taona monina eny Anosibe, voarohirohy ho nanendaka lehilahy iray nandeha moto. Nambarany nandritra ny famotoran’ny polisy fa nandeha nody ity lehilahy ity ka nendahiny teny ambony moto. Novahany ny sakaosy teny an-damosiny. Polisy nanao fanamiana sivily nandeha taxi-be no nahatsikaritra ny fihetsiny ka niditra ary nisambotra azy. Tsy afa-bela intsony ity jiolahy ity ka nentina avy hatrany teny amin’ny biraon’ny polisy. Niaiky ny heloka vitany izy tamin’ny fanadihadian’ny polisy. Nohamafisin’ny polisy fa jiolahy efa mpamerin-keloka ity voasambotra ity ka naverina eny am-ponja indray. Efa intelo voatazona teny Antanimora izy, araka ny fanazavany.

J.C

Midi Madagasikara36 partages

La Haute : Telo mianaka nirodanan’ny trano, iray maty tsy tra-drano

Miha-mitombo isa hatrany ireo namoy ny ainy, vokatry ny fandalovan’ilay andro ratsy teo amintsika iny. Raha saika tany amin’iny faritra avokoa no ankamaroan’ireo olona maty, dia fantatra izao fa nisy iray teo an-drenivohitra. Omaly maraina, trano iray no nirodana teny amin’iny faritra La Haute iny, ao amin’ny fokontany Andohamandry. Telo mianaka izy ireo no tao amin’ity trano nirodana ity. Ny iray tamin’izy ireo no maty tsy tra-drano fa, avotra soa aman-tsara kosa ny roa. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany ho any no nisehoan’ny loza, raha ny fanazavana azo. Nikija indray tokoa mantsy ny orana afak’omaly hariva ary nitohy mandra-maraina izany, na dia efa velom-bolo avokoa aza ny rehetra ny antoandro fa nihiratra ingahibe masoandro. Ny fiovaovan’ny toetr’andro tampoka toy izany anefa no tena tsy zakan’ireo trano somary malemy ka mahatonga ny loza. Mety ho izany no nihatra tamin’ity trano nisy azy telo mianaka ity. Raha vantany vao niseho moa ny loza dia niera-nientana avy hatrany ireo fokonolona nanavotra ireto niharan-doza ireto. Tonga teny an-toerana ihany koa ny mpamonjy voina nanao ny asany. Antony nahavoavonjy ireo olona roa ireo. Voatery nosokirina tao kosa ny vatana mangatsiakan’ilay olona iray namoy ny ainy. Mila mitandrina tokoa ny tsirairay amin’izao vanin’andro izao. Ary miantso ny tompon’andraikitra avy hatrany raha misy zavatra ahiahiana, trano mety hirodana na tany mety hihotsaka hialàna amin’ny trangan-javatra toa izao.

m.L

Midi Madagasikara33 partages

Tennis en bref : Une place de finaliste pour Miotisoa et Maholy

A 11 ans et en U 14 première année, Miotisoa et Maholy ont donné du fil à retordre aux Sud-Africaines pour le compte du championnat d’Afrique de la zone australe. Elles ont été battues en finale en 6/4 6/1. Une Miotisoa qui a sorti un jeu de championne face à  Manyube en 2/6, 7/6 et 10/4. En double, elles ont donc raté de peu l’or face à Van Vueren et Manyube. Les jeunes de ce sommet africain n’ont pas démérité avec Miotisoa 5e place, Sampras 6e, Randy 7e , Maholy 8e , Lanja 10e , Toky 17e , Finoana 20e , Tsiory 22e , Lay Angy.

FTC Toamasina : Appel à solidarité

Tout juste rénovés, peints et tout, les courts et toutes les infrastructures du Franc Tennis club de Toamasina ont été ravagés par le cyclone Ava. Les murs ainsi que les bâtisses se sont effondrés. Le sport est l’affaire de tous d’où cet appel à solidarité. Eux-seuls ne pourront pas le réussir. Ils ont déjà donné pour la  récente rénovation. A bon entendeur, salut.

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

News Mada30 partages

Jirama : la révision annuelle des tarifs en vue

La hausse du tarif d’électricité est inévitable à Madagascar, annonce les dirigeants de la Jirama. La compagnie prévoit une révision des tarifs tous les ans.

Optimisation des coûts. C’est dans ce sens que les responsables au niveau de la Jirama ont expliqué la hausse du tarif de l’électricité, à l’occasion de la présentation du bilan 2017 et des perspectives de la compagnie pour l’année 2018, hier dans ses locaux à Ambohijatovo. La hausse des tarifs d’électricité depuis juillet 2017 a déjà permis à la compagnie de renflouer sa caisse à hauteur de 20 milliards d’ariary. La politique de la réduction des dépenses internes de la société entre dans le plan de redressement de la Jirama. La société d’Etat prévoit une révision annuelle des tarifs de l’électricité.

Polémique

Bien évidemment, la hausse du tarif de l’électricité entraîne jusqu’à maintenant de vives polémiques au niveau des abonnés, notamment les industriels et les particuliers. Mais d’après le président du conseil d’administration de la compagnie, Hyacinthe Befeno Todimanana, «La hausse des tarifs est inévitable». Selon ses dires, «Avec une hausse de 7,5% du tarif de l’électricité, celle-ci est parmi le plus faible en Afrique dont la hausse moyenne est de 25%. A l’exception de l’Ethiopie qui assure 90% de sa production à partir de l’hydroélectricité. En Tanzanie, la hausse du tarif atteint même les 40%».

Le PCA de la compagnie de poursuivre que «Le tarif d’électricité à Madagascar est resté inchangé depuis 2007. Pourtant, la Jirama  accumule une perte de 500 ariary à chaque Kilowattheure vendu. A noter que la compagnie vend 1,2 milliard de Kilowattheure d’électricité chaque année».

Évaluation semestrielle

La révision des tarifs se poursuivra et cela devrait se faire tous les ans suivant l’inflation, ont annoncé les responsables au niveau de la compagnie. Une évaluation du tarif selon la réalité qui prévaut dans le pays est prévue deux fois par an.

En effet, la hausse des tarifs d’électricité est de 7,5% dans sa globalité. Si celle-ci est de 8,5% pour les industriels. D’après les détails apportés par le directeur général de la Jirama, Olivier Jaomiary, «Aucune hausse n’est appliquée pour la catégorie d’abonnés qui consomment moins de 130 Kw par mois. Le prix du Kw reste à 141 ariary. Pour la classe moyenne, le prix de la première et la deuxième tranche est désormais fixé à 205 ariary».

Une révision du prix de l’eau à l’étude

En outre, la compagnie d’eau et d’électricité envisage de revoir le prix de l’eau. Le prix du bidon jaune de 20 litres, devenu une véritable référence dans la ville d’Antananarivo est de 30 ariary, d’après Olivier Jaomiary. Car selon la Jirama le mètre cube d’eau revient à 500 ariary actuellement. «La révision du prix de l’eau est aussi nécessaire pour pouvoir apporter des améliorations dans la qualité du produit vendu aux abonnés», a avancé le DG de la Jirama.

Riana R.

Midi Madagasikara28 partages

Alimentation infantile : Saisie des lots de lait et de céréales de la marque Picot

Des lots de lait infantile et de céréales fabriqués par Lactalis ont été retirés de la vente, en France, en décembre 2017, pour cause de risque de contamination par des salmonelles. Ces produits, présents sur le marché malgache, ont également fait l’objet de mesures spécifiques : des lots de ces produits d’alimentation infantile font l’objet d’une saisie par le ministère  de l’Agriculture et de l’Elevage, qui en a fait une communication verbale, hier, en conseil du gouvernement. Il s’agit ainsi de lots de lait en poudre et de céréales destinés aux enfants en bas âge de marque Picot, provenant de la société Lactalis Internationale-France.

Rappelons que  cette affaire de retrait de la vente, de laits et céréales pour bébés produits par Lactalis a fait grand bruit en France, après des faits de contamination par des salmonelles d’une vingtaine de nourrissons et ce, après avoir consommé ces produits, notamment ceux de marque Picot. Les infections que présentaient les bébés sont survenues dans les trois jours suivant l’ingestion et provoquent des gastro-entérites avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante, et fébrile pour la majorité d’entre eux. En France, le fabricant Lactalis a affirmé avoir bloqué les produis encore stockés dans ses entrepôts. Récemment, cependant, des supermarchés français ont admis avoir encore vendu des lots concernés par ce risque de contamination, et ce, après l’alerte des autorités sanitaires. A Madagascar, la mesure de saisie  des lots de laits et de céréales infantiles produits par Lactalis devra éviter les risques de consommation, par les nourrissons, de ces produits potentiellement contaminés.

Hanitra R.

L'express de Madagascar27 partages

Recomposition du gouvernement – Le président Rajaonarimampianina évasif

La retouche du gouvernement revient dans les débats depuis quelques jours. Le chef de l’État a éludé le sujet tout en laissant une ouverture à toute éventualité.

Chaque chose en son temps. Une expression par laquelle Hery Rajaonarimampianina, président de la République a conclu sa réponse à la presse au sujet d’un éventuel remaniement du gouvernement, mercredi.« Tout le monde peut faire part de son opinion », a, entre autres, déclaré le chef de l’État, en marge des opérations d’assainissement qu’il a conduites dans le fokontany de Fiadanamanga, à proximité du palais d’État d’Iavoloha. « Toute initiative doit toujours être orientée vers l’intérêt supérieur de la nation. Chaque chose en son temps », est la partie de sa réponse reprise dans le communiqué officiel de la présidence de la République.De prime abord, le locataire d’Iavoloha n’a pas fermé la porte aux bruits et appels à une nouvelle recomposition du gouvernement. Une partie de sa réponse prête à entendre que le président Rajaonarimampianina laisserait une ouverture à cette éventualité. L’opportunité d’un remaniement de l’équipe gouvernementale a été soulevée par cinq députés s’affirmant pro-pouvoir, lors d’une déclaration faite devant quelques journalistes, lundi, à Antaninarenina.Les députés Nicolas Ran­drianasolo, Mamy Armand Hanitriniaina, Kathy, Vololona Raherisoa et Abel Zafimaha­tratra,  qui se sont présentés comme les G5, ont réclamé l’éviction de « certains ministres », qu’ils qualifient de « fainéants et défaillants ». Solo- ­nan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, durant le petit déjeuner de presse qu’il a donné, à Anosy, le 28 décembre, a déjà fait la remarque concernant « l’apathie », de certains de ses ministres

Des bruits de couloirUne nonchalance qui pourrait être une explication à la lenteur de la cadence gouvernementale dans l’exécution du plan de développement, a-t-il expliqué. Le Premier ministre a, toutefois, indiqué que c’était au Président de décider de l’opportunité ou non d’un changement au sein de l’équipe. Le chef du gouvernement a lui aussi, déjà été ciblé par des membres du G5. Une tentative de motion censure a été initiée à son encore, en octobreJuste avant son rendez-vous avec la presse, en décembre, des bruits de couloir indiquait que le locataire de Mahazoarivo serait poussé à la démission. Un quotidien d’un groupe de presse soutenant le chef de l’État titrait même qu’il pourrait s’agir « d’un rendez-vous d’adieu ».Un autre quotidien a affirmé, lundi, que les relations entre le Premier ministre et des figures du parti « Hery vaovao ho an’i Mada­gasikara » (HVM), seraient en délicatesses. Une autre information rapportée par un média audiovisuel, cette fois-ci, est que Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona, ministre des Finances et du budget, serait également, poussée à se retirer. Sa rigueur ne plairait pas à des têtes au sein du pouvoir. Étant dans une année électorale, ils souhaiteraient d’elle plus de souplesse dans la gestion des deniers publics.Contactée hier, le grand argentier de l’État affirme qu’il n’y a rien de tel, s’interrogeant même sur l’origine de ces « rumeurs ». Au regard des précédents changements ou remaniements du gouvernement, cependant, il s’est avéré que « les rumeurs », avaient, pour la plupart, été confirmées par la décision de recomposition d’effectif prise à Iavoloha. En vue de la présidentielle et au moment où la relation avec les bailleurs de fond retrouve de sa superbe, changer ou remanier le gouvernement pourrait ne plus être dans les plans.L’effectif des ministres semble, d’autant plus, avoir été défini pour assurer au pouvoir une assise électorale dans les vingt-deux régions. Seulement, cette année est également annoncée comme celle de la capitalisation des acquis. Celle où l’effet des actions de développement sera perceptible par chaque ménage. L’ouverture laissée par le président de République pourrait être une manière de garder une carte à jouer, au cas où.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara27 partages

Le combat politique ne fait que commencer

L’élection présidentielle s’apparente à une épreuve sportive qui se remporte dans la dernière ligne droite. Qui veut la gagner ne doit pas brûler trop vite ses cartouches. L’équipe du président de la République, pas encore officiellement candidat, multiplie les initiatives pour faire la course en tête, mais ces tentatives ne sont pas toutes synonymes de succès. La ligne d’arrivée est encore très loin, beaucoup d’imprévus peuvent surgir en chemin.

Le combat politique ne fait que commencer

La campagne présidentielle est une course de fond,  mais les stratèges du camp présidentiel ont profité des prérogatives que leur confère leur appartenance au pouvoir. Ils ont devancé tout le monde et ont voulu verrouiller le système électoral. Mais leurs tentatives se sont heurtées à la résistance des partis politiques et des organisations de la société civile. Ils ont donc dû changer de tactique. Ils ont contourné l’obstacle en mettant à la présidence du Sénat l’un des hommes forts du parti HVM. Dans le même temps, ils poursuivent leurs manœuvres de déstabilisation de leurs adversaires. Le travail de sape qui a commencé n’a jusqu’à présent abouti qu’à braquer une partie de l’opinion. Néanmoins, le président de la République n’est pas directement impliqué dans cette logique de coups bas. Il peut dire qu’il ne s’occupe pas de cette campagne et qu’il se doit de prendre de la hauteur. La campagne électorale n’est pas encore officiellement lancée et les candidats ne se sont pas tous déclarés.  Marc Ravalomanana l’a déjà fait et il voit se dresser tous les obstacles pour le faire trébucher. Andry Rajoelina préfère rester discret, mais il est résolu à se présenter  à l’élection présidentielle. Il ne donne pour le moment aucune prise à une quelconque tentative de chantage politique. Mais l’on sait qu’il prépare sa rentrée très soigneusement.  A un peu moins d’un an du premier tour de l’élection présidentielle, le chemin à parcourir est encore long et de nombreux rebondissements peuvent se produire. Le combat politique vient tout juste de commencer.

Patrice RABE

Midi Madagasikara24 partages

Conseil de gouvernement : Les attributions du ministre de l’Agriculture et de l’Elevage

Il a été décidé, lors du conseil de gouvernement d’hier, l’adoption du décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret n°2016-295 du 26 avril 2016 fixant les attributions du ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que l’organisation générale de son ministère.  Pour le ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales, l’on a procédé à l’adoption du décret modifiant et complétant certaines dispositions du décret n°2007-563 du 3 juillet 2007 relatif au travail des enfants. Il fixe notamment les conditions de travail des enfants. Des dispositions qui s’avèrent de longue haleine dans la mesure où la majorité de la population vit dans l’extrême pauvreté, obligeant ainsi les parents à envoyer leurs enfants chercher du travail. Ce conseil de gouvernement a également adopté le décret portant organisation générale des lignes de transports maritimes à Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara22 partages

« Acoustik live » : Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena sur une même scène

« Acoustik live » réunira Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena sur la scène du CCEsca.

Ils ont maintes fois partagé la scène en duo,  mais… c’était dans le passé. L’un  et l’autre ont depuis, suivi des chemins différents. Des chemins qui ne se rencontrent que rarement. ll y a quelques années, ils avaient été, avec Solo Andrianasolo,  à l’affiche de mêmes évènements. En souvenir du bon vieux temps et de toutes les collaborations passées, mais surtout pour l’amour de la bonne musique, Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina, le dimanche 11 février, partageront donc la même scène, celle du CCEsca Antanimena. Des retrouvailles initiées par « Gasy events », et attendues avec impatience par les mélomanes.

En marche. Ce concert mettant sur la même scène les deux artistes aurait effectivement dû  avoir lieu au mois d’octobre mais pour cause de peste, l’évènement a été reporté. Aujourd’hui, les organisateurs confirment la tenue de l’évènement. « Nous ne ferons plus marche arrière. Ce sera pour le 11 février », précise Liva Ramanandratosoa. Le répertoire sera plus axé sur le thème de l’amour, l’évènement, coïncidant avec la Saint- Valentin. « Il y aura une partie dédiée à Rija Ramanantoanina, et une autre consacrée à Fanja et ce qu’attendent les gens, une partie pendant laquelle les deux artistes vont chanter en duo ». L’un comme l’autre, sera accompagné par Roger Zafera à la contrebasse, Samy Andriamanoro au piano, Datita Rabeson à la guitare, Naly à la batterie et Hasina au sax et à la trompette. «  Acoustik live » au CCesca le 11 février à 16 heures, un concert qui promet !Mahetsaka

Midi Madagasikara20 partages

Inscription sur les listes électorales : Indifférence au niveau de la capitale !

« Des listes électorales transparentes pour des élections transparentes et acceptées par tous ». Telle est la citation qui inspirent, actuellement, les membres de la Ceni.

Moins d’enthousiasme, beaucoup de réticence. Ce sont les sentiments éprouvés par la majorité des citoyens tananariviens par rapport à l’inscription sur les listes électorales. En effet, hier – à l’Enam Androhibe – en marge d’une réunion de la Ceni avec les 192 chefs des « Fokontany » de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), la situation partielle (puisque c’est toujours en cours) de la révision annuelle des listes électorales (Rale) pour Antananarivo est loin d’être rassurante. D’après les explications fournies, quatre arrondissements de la capitale sur les six enregistrent un taux d’inscription assez faible entre le 1er décembre 2017 et le 8 janvier dernier, dates sur lesquelles se basent les estimations. Il s’agit, en l’occurrence, du premier arrondissement (2,86%), du troisième (2,84%), du quatrième (3,48%) et du sixième (3,90%). Les deux autres arrondissements sont plutôt « actifs » au niveau de la sensibilisation : 7,51% pour le deuxième et 7,14% pour le cinquième. Toutes ces évaluations donnent un taux d’augmentation  d’inscription de 4,81% pour l’ensemble de la capitale.

Dix millions d’électeurs. Lors de l’arrêtage définitif des listes électorales pour la période 2016 – 2017, le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, a relevé le défi herculéen de voir dix millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales en 2018. Va-t-il réussir à le relever ? Hier, il a été interrogé sur le sujet. « Nous nous sommes focalisés sur une vision. Actuellement, l’inscription sur les listes électorales se poursuit et il m’est vraiment difficile de deviner l’aboutissement d’un processus qui est encore en cours. Attendons qu’il arrive à son terme pour être à même d’établir des conclusions », a-t-il soutenu. Le 31 janvier prochain – jour de l’arrêtage provisoire des listes électorales – en révèlera beaucoup. En fait, l’histoire a toujours démontré que la capitale est une zone entièrement stratégique en matière électorale. La faible inscription sur les listes électorales et leurs imperfections impacteront bien évidemment sur le taux de participation qui plus est stratégique également.

Implication. Par ailleurs, l’implication des partis politiques et des membres de la société civile dans toutes les étapes du processus électoral a été relancée hier. Ils sont exhortés, conformément aux dispositions du code électoral toujours en vigueur, d’intégrer les CLRE (Comités Locaux de Recensement des Electeurs) lesquels sont présidés par les chefs de « Fokontany ». « Le but étant de vérifier l’exactitude des listes électorales, d’éviter les suspicions de fraudes et les éventuels cas d’irrégularités », précise Hery Rakotomanana. Il appelle donc à la « maturité » et à « la prise de responsabilités » de tout un chacun. Un message qui devrait s’adresser en premier lieu  aux gouvernants qui font preuve d’atermoiements par rapport au calendrier électoral et qui jouent sur les dispositions constitutionnelles.

Aina Bovel

Midi Madagasikara18 partages

Jerry Marcoss : De retour au pays et prêt à enflammer le Glacier !

Jerry Marcoss promet une ambiance intense au Glacier, ce soir.

Pas question de perdre de la vitesse ! S’il est devenu le roi du « kawitry », c’est à force de travail et de persévérance. Ainsi  Jerry Marcoss compte continuer dans cette voie. Après un séjour marathon en Europe, le chanteur est de retour au pays. Si certains artistes prennent du temps avant de reprendre la course, l’interprète de « Tu me manques », lui, n’attendra pas des semaines pour revenir sur le devant de la scène. Il sera sous les feux des projecteurs, dès ce soir. Chanteur mais également animateur de talent, Jerry Marcoss promet une ambiance des plus « show », comme ce fut le cas lors de ses tournées en novembre et décembre. « Nous avons tourné pendant deux mois. Nous nous sommes produits tous les vendredis et samedis dans plusieurs villes : Toulouse, Annemasse,, Lyon, Toulon,  Bordeaux, Strasbourg, St-Pierre, bien évidemment Paris et en Belgique. Le public a toujours été présent. Notre dernière représentation dans la capitale française a même rassemblé un millier de personnes. L’ambiance, à chacune de nos prestations a toujours été intense. Et pour ça, nous  leur sommes  reconnaissants. Ce vendredi (ce soir), on promet de faire danser tous ceux qui seront avec nous. Il va, d’autant plus, y avoir d’autres artistes pour plus d’ambiance », précise le chanteur. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara17 partages

Littérature : « Hafatra », le premier recueil de poèmes de Rasamy

Rasamy va présenter son premier recueil de poèmes ce dimanche.

Pour Rasamy, le rêve devient enfin réalité. Le premier ouvrage de l’enseignant-chercheur va voir le jour ce dimanche et sera disponible en librairie à partir de la semaine prochaine.

A 18 ans, il était déjà un grand amoureux des mots. Ses humeurs, ses émotions, ses ressentis, ses rêveries, il les couchait sur papier et les écrivait d’une manière poétique. Aimant particulièrement les écrits et le style d’écriture du grand Rado, Rasamison Andriarimanana Aimé de son vrai nom a toujours ambitionné d’emboîter le pas à son idole Georges Andriamanantena. « J’avais écrit beaucoup de poèmes à l’époque mais je n’avais malheureusement pas la présence d’esprit de les garder quelque part. J’écrivais, sans jamais rien conserver », raconte le poète. Plus d’un quart de siècle plus tard, il trouve le moyen de s’adonner à sa passion et de lui donner vie. « J’ai ouvert un blog : ‘le blog de Rasamy en français, et ‘rediredin-dRasamy’ en malgache et j’y publiais quelques- unes de mes œuvres. L’envie de me faire publier ne me quittait cependant jamais. Il y a trois ans, je me suis donc consacré à ce projet de livre ». Aujourd’hui, Rasamy annonce la sortie de « Hafatra », un recueil de poèmes de 90 pages. « Je ne me focalise pas sur un thème. Je m’inspire de la vie quotidienne des gens. Je parle d’amour, de patrie, de politique, du coût de la vie, de la pauvreté… mais pas toujours d’une  manière sérieuse  ».  Si Rado, celui sur qui il s’est inspiré, fait part de ses idées de manière très formelle, Rasamy, lui se distingue par sa touche d’humour. « Hafatra » sera présenté en avant-première à la FJKM Ambohidrabiby ce dimanche et sera disponible en librairie dès la semaine prochaine.

Mahetsaka

News Mada16 partages

Guide du week-end

Vendredi 12 janvier

Tirike au Jao’s Pub Ambohipo

Effectuant un court séjour au pays, Tirike dévoilera son nouvel album audio fraîchement intitulé «Filongoa», le temps d’un concert promotionnel, ce soir au Jao’s Pub Ambohipo. Un répertoire riche et fort de plusieurs dizaines de chansons sera aligné lors de cette soirée, à l’image de «Misengesenge», «Zaho mandigne», «Anao zay» et bien d’autres encore. Notons qu’Augustin Tirike a élu domicile dans l’Hexagone depuis un bon bout de temps mais, «Madagascar est encore dans mes veines», a-t-il déclaré. La dernière fois ou le roi du tsapiky a été à l’affiche de la scène tananarivienne remonte à 2015.

Trio’Lay au Café de la gare Soarano

En plus d’être un haut lieu de la culture, le Café de la gare Soarano se veut également être une plateforme pour la promotion de jeunes talents qui méritent d’être connus et reconnus. «Jazz new generation», c’est à travers ce leitmotiv qu’il accueille ce soir trois jeunes pousses qui perfectionnent un style dans le genre musical afro américain. Trio’Lay va proposer une «une bonne bouffée de bonne musique» pour finir la semaine et entamer un bon week-end. Le rendez-vous sera fixé à 19 heures tapantes.

Doubl’enn à l’Is’art Galerie Ampasanimalo

L’année démarre sous les chapeaux de roues à l’Is’art Galerie. Fidèle à son programmation mensuelle, ce haut lieu de la culture inaugure sa saison avec une figure de proue de la musique rap à l’occasion d’un concert qui aura lieu ce vendredi. Johanès Patrick de son vrai nom, Doubl’enn a commencé à faire du rap en 1996. Il est membre et fondateur du clan Bogota. Aujourd’hui, Doubl’enn fait partie des figures incontournables du Rap Gasy et veut encore être présent sur les scènes actuelles.

Hommage à Tôty à la Palette Antsirabe

Tôty a déposé définitivement son instrument de prédilection, la guitare basse, il y à de cela une décennie mais il continue encore d’inspirer ses pairs. Dans ce contexte, un vibrant hommage à cette figure emblématique de la musique malgache se tiendra à Antsirabe. Une bonne poignée d’artistes tels que Harty Andriambelo, Silo, Mika, Jacquis Ralph, Toky AR, Junior, Cedric, Mimi Jaofera, Tsiky, Marly, Mirana Dizzy Brains, Zix Mpamanga et Solofo vont se relayer sur la scène de  la Palette Antsirabe ce soir pour faire revivre le grand Tôty en reprenant ses compositions.

Jeneraly au Piment Café Behoririka

Régulièrement à l’affiche du Piment Café Behoririka, Jeneraly y retrouvera encore ses inconditionnels admirateurs ce soir. Andy et ses compagnons de route vont proposer un voyage musical des années 80, en chantant les plus belles compositions de Gabhy. On notera tout particulièrement les indémodables «Isika roa», «Ikala Françoise», «Toaka», «Izany vehivavy zany»  et bien d’autres. Le groupe Jeneraly a retrouvé une seconde jeunesse avec l’intégration d’Andy, qui, depuis quelque moment, s’affirme comme un digne successeur de Gabhy.

Fanja Andriamanantena Rija Ramanantoanina au Trass Tsiadana

A tout seigneur tout honneur. Trass Tsiadana accueille ce vendredi deux figures de proue de la musique malgache à l’occasion de la célébration de ses 5 ans d’existence. Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena partageront la même scène et la même passion pour le jazz ce soir. Le duo a déjà donné un avant-goût musical de sa virtuosité par le biais de «Hianatra aho» que les mélomanes ont découvert depuis peu sur le petit écran. Lors de cette soirée, l’ambiance promet d’être tout particulièrement nostalgique. Le duo sera accompagné par des musiciens complices comme Samy Andriamanoro, Roger Zafera et Nali Rabarison.

Stéphanie au Bonara-Be 67 Ha

Décidemment, Stéphanie a le vent en poupe. Après avoir remporté haut la main le prix de la «meilleure artiste malgache» selon les Voix de l’océan Indien l’année dernière, elle vient d’être sélectionnée «Mozika mafana féminin» au même titre que Tence Mena, Black Nadia, Vaney’s et Shéry Brown, par l’équipe de RDJ Mozika. Elle continue sur sa lancée et décide de donner son premier spectacle de l’année au Bonara-Be 67 Ha ce soir. Aux titres biens connus qu’elle va interpréter s’ajouteront les nouveaux morceaux comme «Zah aminao», «Omeo fitia» et «Mila fitiavana».

La Nuit des célibataires au Six Antaninarenina

Le six Antaninarenina accueille ce vendredi un événement unique en son genre, à savoir la Nuit des Célibataires dont le concept est de faire naître l’amour dans un cadre de rêve. Il souhaite que la première rencontre soit mémorable. Des bracelets seront distribués à l’entrée, vert pour les célibataires et rouge pour les couples. Matï et Tee Jay MC seront aux platines tout au long de la soirée. Le rendez-vous sera donné à 21 heures.

Samedi 13 janvier

Jazz Quart et Malalanirainy au Fara West Faravohitra

Cinq ans après sa victoire au concours Tremplin Madajazzcar, Jazz Quart n’a cessé de multiplier ses shows pour le plus grand bonheur de son public. Ces musiciens imprégnés de culture Jazz, forts à l’aise sur scène, tracent avec détermination leur chemin. Demain soir, le groupe sera au Fara West Faravohitra. Formée de Joro Rakotozafiarison à la guitare, Vatsiahy Ravaloson au clavier, Fanilo poppins à la batterie, et Tojo Rabekoto à la basse, la formation sera accompagnée de Malalanirainy au chant. Le groupe proposera des standards du jazz tendance fusion flirtant volontier au jazz moderne. Rappelons que Jazz Quart a déjà animé une soirée dans ce lieu au mois de septembre dernier.

Janga Ratah au Glacier Analakely

Véritable ambassadeur du «maganja», le vakodrazana populaire de la tribu Antakarana, chanté en version a cappella accéléré et mélangé à des sons d’accordéon et de battements de mains, Janga Ratah est un artiste bien connu sur la scène tropicale. Le chanteur de «Tsara velogno» mettra sans doute le feu au Glacier Analakely demain soir. Lors de son premier concert de l’année au No Comment Bar Isoraka, Janga Ratah va proposer de titres enjoués aptes à faire danser les plus réticents. On notera tout particulièrement «Sarotro Fiainagna», «Salegy Awéy» et «Rasoaliny».

Kristel au Kudeta urban Club

Depuis sa participation au festival Libertalia l’année dernière, Kristel a connu une ascension fulgurante tant sur la scène nationale qu’internationale. Un tout premier EP et dans la même foulée une série de concerts à l’océan Indien et en Europe et voilà que l’interprète de «Akao» triomphe dans l’Afro pépites show dans le cadre de la 8e édition du «Rêve africain». Kristel, accompagnés de son frangin Benkheli et son mari Sylvano, donnera un concert éclectique ce samedi au Kudeta urban club Anosy.

Joachin Michaël

 

News Mada13 partages

Traité de femmes malgaches en chine : des membres d’un réseau tombent

Un grand pas vient d’être franchi dans la lutte contre la traite de femmes malgaches en Chine après l’incarcération d’un couple malgache et l’arrestation d’une Malgache. Cette dernière est l’une des têtes pensantes d’un réseau opérant entre Madagascar et la Chine.

Quelques semaines après l’arrestation et la mise en détention préventive d’un employé de la compagnie nationale de transport aérien et de sa femme, une autre ressortissante malgache vient d’être arrêtée en Chine.

Dans le cadre de la coopération policière et l’entraide judiciaire entre la Chine et Madagascar, la suspecte a été rapatriée mercredi au pays, escortée par des policiers chinois. Elle fait actuellement l’objet d’une enquête serrée en vue de démanteler ce réseau criminel transnational.

Ces trois présumés membres de ce réseau ont été appréhendés à la lumière des plaintes déposées par les victimes et leurs proches et grâce aux investigations menées conjointement par des enquêteurs chinois et malgaches.

Une femme à 70 millions d’ariary

La traite de personnes est un business lucratif. Selon des sources concordantes, une femme est «vendue» à 70 millions d’ariary. «C’est une affaire juteuse et les membres du réseau feront tout pour que leur basse besogne se poursuive», a indiqué un haut fonctionnaire de police.

Afin de leurrer ses proies, le réseau qui ne recrute que des belles filles les fait miroiter un job chèrement payé en Chine. Sitôt arrivées dans l’Empire du Milieu, les candidates sont hébergées dans un local, coupées de tout contact avec leur famille. Leur passeport leur est retiré. Elles sont ensuite vendues et forcées d’épouser des Chinois handicapés, victimes de la guerre, et envoyées à la campagne.

Ce qui rend difficile la lutte contre cette forme de criminalité organisée. Les enquêteurs ont du mal à localiser les victimes. Déjà identifiées, quatre femmes malgaches sont actuellement prises en charge par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Mparany

Midi Madagasikara13 partages

RSE : « Guanomad » promeut la responsabilité citoyenne

L’équipe de Guanomad et de l’association « Ho Maitso ny Tontolo » avec le « fokontany » d’Amparibe lors des activités d’assainissement à Mahamasina. (Photo : Yvon Ram)

Les entreprises et les autres entités ainsi que les ménages doivent payer régulièrement leurs cotisations au niveau des « fokontany » pour pérenniser les activités d’assainissement.

Dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise), le groupe Guanomad par le biais de l’association « Ho Maitso ny Tontolo », promeut la responsabilité citoyenne afin de pérenniser les activités d’assainissement à Madagascar. En effet, à l’instar des autres membres du secteur privé, le groupe a participé activement à ces actions lors de la journée nationale de l’assainissement décidée par l’Etat mercredi dernier en vue de se prémunir contre la maladie de la peste. « Nous avons remis des matériels d’assainissement tels que des balais, des soubiques, des pelles et des brouettes au « fokontany » d’Amparibe à part l’implication de tous nos employés pour assainir le quartier et toutes les ruelles d’Amparibe jusqu’à Mahamasina », a expliqué Erick Rajaonary, le PDG du groupe Guanomad lors de cet événement.

Cotisations. En tout, une centaine de personnes ont été mobilisées dans le cadre de cette Journée nationale de l’Assainissement étant donné que des membres du Club Vintsy et de l’association « Young Actives » qui travaillent en partenariat avec l’entreprise y ont également contribué. Et au niveau du « fokontany », « nous disposons déjà d’une structure dite RF2 qui a été mise en place en partenariat avec la Commune Urbaine d’Antananarivo et le ministère en charge de l’Eau pour assurer la collecte des ordures ménagères dans les bacs intermédiaires placés dans les ruelles, le débroussage et le curage des petits canaux. Les cotisations payées par les entreprises installées comme Guanomad et les autres entités telles que les églises et les écoles ainsi que les cotisations de chaque ménage inscrit dans notre circonscription servent à faire fonctionner cette structure », a évoqué Andrianasolo Tiana Vololona, le chef « fokontany » d’Amparibe.

Responsabilité. Par ailleurs, Guanomad via ses activités de RSE entreprises par l’association « Ho Maitso ny Tontolo » s’engage toujours à poursuivre ces actions d’assainissement en partenariat avec le « fokontany » d’Amparibe dans le cadre d’un esprit de solidarité. En fait, « il faut que chaque citoyen prenne sa  responsabilité pour maintenir la propreté tout en respectant l’environnement dans la vie quotidienne car cela contribue non seulement à l’embellissement de la ville mais aussi à l’amélioration de la santé publique », a conclu Erick Rajaonary.

Navalona R.

Midi Madagasikara13 partages

Football : Le président de l’Elgeco Plus sanctionné pour deux ans

Alfred ne pourrait pas se présenter à l’élection du président de la FMF.

Une petite précision s’impose par rapport à notre article d’hier, le président du club, Alfred Andriamanampisoa et non le Club Elgeco Plus a écopé d’une sanction de deux ans d’interdiction d’exercice dans le monde du football. Une lettre signée par la Secrétaire générale adjointe de la FMF a même été envoyée au président du club. Le club qui n’est pas sanctionné peut alors participer à toutes les compétitions organisées par la ligue et la fédération. Mais comme annoncé, cette décision intervient à quelques jours de l’ouverture du dépôt de candidature à la présidence de la Fédération malgache de football (FMF). Est-ce un calcul électoral pour éliminer un adversaire potentiel ?

T.H

Midi Madagasikara12 partages

Développement durable en Afrique : L’« Africa Progress Panel » cesse ses activités, « Africa Progre...

Le domaine de l’énergie et de l’électrification de l’Afrique a été un des volets explorés par l’APP.

Après dix ans d’activités, l’« Africa Progress Panel » cesse définitivement ses activités et publie son rapport final présentant un programme ambitieux visant à accélérer les progrès en Afrique.

 L’«Africa Progress Panel » (APP) est arrivé au terme de dix années d’activités (2007-2017) et présente son ultime rapport. Intitulé « Progresser vers la réalisation des Objectifs de Développement Durable en Afrique », ce dernier rapport publié le mois dernier s’inspire des idées développées au cours des dix années d’existence de l’APP et décrit les principales opportunités et les défis que l’Afrique devra relever en vue d’une réalisation des objectifs de développement durable (ODD), et à plus long terme, acheminer le continent vers une prospérité durable et équitable, but ultime en faveur duquel l’APP s’est mobilisé. L’APP, rappelons-le, est un groupe de dix personnalités éminentes issues des secteurs privé et public, qui ont mis leurs expériences au bénéfice du développement de l’Afrique. En sont membres, entre autres, Kofi Annan, ancien Secrétaire général des Nations Unies et prix Nobel de la paix ; Michel Camdessus, économiste français et ancien directeur général du FMI (Fonds monétaire international) ; Peter Eigen, fondateur de l’ONG Transparency International et représentant spécial de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE) ; et Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria. Ce Panel est présidé par Kofi Annan.

Appel à l’action. Dans ce dernier rapport qui clôturera les activités du Panel, l’APP lance un appel à l’action s’adressant à toutes les parties prenantes, jusqu’aux plus hauts niveaux. « D’ici à 2050, plus d’une personne sur quatre sur notre planète sera africaine. Il faut agir maintenant, de manière décisive et courageuse, pour s’assurer que chacune d’elles ait une chance équitable de mener une vie saine, prospère et épanouissante », soutient le rapport qui présente un programme ambitieux pour accélérer les progrès en Afrique, que les dirigeants du continent et leurs partenaires étrangers devraient promouvoir tout au long de la prochaine décennie.

Trois domaines d’actions prioritaires sont soulignés dans ce rapport final : mobiliser rapidement des ressources financières suffisantes pour les révolutions verte et bleue – se rapportant à l’agriculture et la pêche – de l’Afrique ; accroître rapidement les investissements dans les infrastructures énergétiques et de transport en Afrique, et enfin, lutter contre les flux financiers illicites et la mauvaise gestion des ressources africaines.

Défis. « La majorité des populations pauvres d’Afrique continuent de vivre et de travailler dans des zones rurales, principalement en tant que petits exploitants, tandis que des millions dépendent de la pêche et de l’océan pour leur source de protéines et leurs moyens de subsistance. L’absence d’industries agricoles et halieutiques florissantes risque donc d’exclure la majorité des Africains de la prospérité grandissante », souligne alors le rapport, lequel ajoute, par ailleurs, que plus de 600 millions d’Africains n’ont toujours pas accès à l’électricité. Un nombre amené à augmenter dans les années à venir. « En plus de relever efficacement le défi du changement climatique, l’Afrique doit également repenser de manière proactive la relation entre l’énergie et le développement. Elle doit passer rapidement à une nouvelle ère de systèmes énergétiques modernes à faible émission de carbone qui fournissent de l’électricité abordable à tous les Africains », ajoute le rapport tout en insistant sur la nécessité d’instaurer une véritable culture de responsabilité, avec une tolérance zéro pour la corruption à tous les niveaux, soutenue par des institutions transparentes, notamment en ce qui concerne les flux financiers et les régimes fiscaux. Cette culture de responsabilité sera fondamentale pour atteindre un changement progressif et une transformation positive sur le continent, a-t-il été spécifié.

Nouvelle entité. « Après dix années très actives, l’Africa Progress Panel cessera ses activités à la fin de l’année 2017. Cependant, nous sommes convaincus que l’esprit de notre travail doit continuer», devait affirmer Kofi Annan en décembre 2017 à l’occasion de la publication de rapport final de l’APP, tout en annonçant que les travaux de ce Panel seront poursuivis à partir de cette année 2018 par une nouvelle entité provisoirement nommée l’ « Africa Progress Group ». Cette entité sera créée par Olusegun Obasanjo, ancien président du Nigeria, et son siège opérationnel sera le Centre pour la Sécurité Humaine et le Dialogue de la Bibliothèque présidentielle Olusegun Obasanjo à Abeokuta au Nigeria. La nouvelle entité travaillera à créer un réseau de partenariats régionaux et internationaux axés sur la mise en œuvre des recommandations de l’APP, élaborées au fil des années dans ses Rapports sur les progrès en Afrique.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara11 partages

Football – Elections : « La CEN devrait laisser tous les candidats remplissant les conditions d’élig...

Fidy, le nouveau président de la ligue de football de Vakinankaratra.

Il ne reste plus alors que cinq jours avant l’ouverture du dépôt de candidature aux élections du président de la Fédération malgache de football (FMF) et des membres du Comité exécutif. Tous les calculs sont permis.

La succession d’Ahmad à la tête de la FMF a suscité les débats. Plusieurs tentatives ont échoué pour l’organisation d’une élection anticipée dès mars 2017. Contre vents et marées, Doda Andriamiasasoa arrive à terminer le mandat d’Ahmad après son élection  à la présidence de la Confédération Africaine de Football (CAF). A moins de trois mois de la tenue de l’élection organisée par la Commission Electorale Nationale (CEN), des manœuvres tendant à éliminer des candidats se confirment. Fidinirina Andriantomponera, le président de la ligue  de football de Vakinankaratra estime que l’élection devrait être ouverte à tout le monde. « On a assez entendu des problèmes de disqualification de candidats lors des élections au niveau des sections et des ligues. Comme il s’agissait d’une assemblée générale élective,  la CEN devrait laisser tous les candidats remplissant les conditions d’éligibilité se présenter » a déclaré Fidy Andriantomponera. Et lui de continuer « Si des personnes se présentent à l’élection du président de la FMF, elles aiment cette discipline et veulent toutes apporter leur part dans le développement du football malgache. C’est au tour des présidents des ligues de voter par la suite». La Commission électorale dirigée par Eddie Ravelonarivo  a la lourde responsabilité de vérifier les différents dossiers afin de désigner les candidats potentiels pour l’élection du président de la FMF prévue pour le 10 mars 2018. Il est à signaler que la disqualification de candidat a provoqué des problèmes dans nombreuses nations ne citer que le Mali, Guinée et bien d’autres. Il ne reste plus alors que cinq jours avant l’ouverture du dépôt de candidature aux élections du président de la Fédération malgache de football (FMF) et des membres du Comité exécutif. Une chose est sûre les tractations vont bon train en coulisses pour les « futurs candidats ».

Calendrier électoral

Appel à candidature le 17 janvier 2018Date de dépôt de candidature le 7 février 2018Publication de la liste des candidats le 21 février 2018Assemblée générale élective le 10 mars 2017.

 

T.H

News Mada10 partages

Fampiharana ny didim-pitsarana : nihemotra amin’ny hisamborana an-dRavalo ny fitondrana

 Nihemotra tamin’ny fotoana  farany ? Efa nananontanona tany ny didy fampisamborana ny filoha teo  aloha, Ravalomanana, ho  tohin’ny resaka didim-pitsarana,  nambaran ‘ny minisitry ny Fitsarana, ny  talata teo. Tokony ho nanao fanoherana ny didim-pitsarana ny filoha teo aloha manoloana ny didy nivoaka, manameloka azy  higadra mandra-pahafaty noho ny “Raharaha 7 febroary”. Nomena fe-potoana ny  tenany hanaovana izany tao anatin’ny 72 ora ka mety efa dila izany ary izao  niketrehana  ny hisamborana azy izao.  Voalaza fa efa tonga teny  amin’ny trano fonenan’ny filoha teo aloha, eny Faravohitra ny vadintany nampahafantatra ny didy momba ny saziny tamin’ity herinandro ity saingy  tsy teo Ravalomanana.  Ho tonga amin’izao fikasana fisamborana izao  izany  ny  raharaha.

Nialoha ireo  anefa,  efa nikaondoha ireo mpisolovava rehetra manodidina ny mpanorina ny Tim. Tsy fantatra ny  fanapahan-kevitr’izy  ireo. Nitohy tamin’ny fahatongavan-dRatsirahonana Norbert Lala  teny amin’ny filoha  teo aloha, teny Faravohitra  izany, mbola  tamin’ity herinandro ity  ihany, saingy  tsy nisy nipika  ny dinika  na naharitra aza.

Lasa  any Kenya sy ho any Paris Ravalomanana 

Etsy andaniny, lasa nihazo ny any Kenya hihaona amin’ny filoha Uhuru Kenyatta Ravalomanana, omaly tolakandro.  Laharana faharoa tamin’ilay fifaninana « ALM Person of the year 2017″, aorian’ny mpanorina ny Tim,  ny filoha kenyanina. Hihazo an’i  Paris  avy eo  ny tenany hihaona amin’ireo Tim  any Eoropa amin’izao taona  vaovao izao. Mety hatao sambo-dokotra eny Ivato izany izy rehefa tafaverina rehefa tsy namoahana ny fepetra  tsy fahazoana mivoaka any ivelany (IST) ?

Hatreto aloha izany, mifamahofaho be  ny raharaha amin’izao nikasan’ny mpitondra hisamborana an-dRavalomanana izao ka hampidirana am-ponja azy. Didim-pitsarana  ny taona  2010 ny antony, niainga amin’ilay  valandresaka nataon’ny minisitry ny Fitsarana.

Etsy andaniny, sahirana ny fitondrana manoloana ny mpanorina ny Tim, amin’izao  mialoha ny fifidianana  izao. Tsy mahagaga raha mikasa  hisambotra  azy ireo mahery fihetsika ao ambony  ao ary miketrika  ny hampanginana azy mihitsy. Misy kosa  anefa  ireo tony fihetsika ka manahy ny amin’ny hoavy  raha samborina tokoa Ravalo. Tsy ho  moramora izany.  Hiteraka  olana sy korontana ary krizy eto amin’ny firenena ny fanagadrana an-dRavalo. Mpitandro filaminana iza  sy avy aiza no hisambotra eo ? Adihevitra nandeha tany ambony tany sy teo amin’ny samy mpitandro filaminana avokoa  izany.

Tsindry avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena

Ankoatra  izany, mety teo  koa ny tsindry avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena, indrindra ny Amerikanina sy ny  Frantsay, tsy mankasitraka izany. Vao mainka ho  ratsy endrika eto amin’ny firenena sy ny  vahoaka mpiandany amin-dRavalo ary amin’ireo firenen-dehibe ity fitondrana HVM ity. Hijanona  ho resabe fotsiny ny fampihavanam-pirenena sy ny fidradradrana fitoniana politika  ?

Tsiahivina fa efa nisambotra sy  nanagadra ny filoha teo  aloha ny fitondrana HVM raha vao tafaverina teto  an-tanindrazana, ny  13 oktobra 2014, izy.

Randria

Midi Madagasikara10 partages

Les chiffres de la semaine

149 942.  C’est le nombre de personnes sinistrées suite au passage du cyclone Ava à Madagascar. Ce phénomène météorologique qui  a touché notamment la partie Est du pays où il a causé d’importants dégâts matériels, a également affecté plusieurs autres régions de l’île en raison des précipitations abondantes l’ayant accompagné. Dans ces localités, les ruptures de digues et les montées des eaux ont contraint les habitants des zones basses à quitter leurs maisons et trouver refuge dans les centres d’hébergement des sinistrés.

Le nombre de décès enregistrés suite au passage du cyclone Ava, selon le dernier bulletin émis par le BNGRC en date du 11 janvier 2018. Les crues, les glissements de terrain et les cas d’effondrement de maisons d’habitation en sont les principales causes.

Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Mahajanga : Une bande de malfaiteurs démantelée après avoir dérobé 30 millions d’Ar

Des malfaiteurs à Mahajanga.

Cinq personnes membres d’une bande de malfaiteurs ayant dérobé 30 millions d’ariary chez un motard le 8 janvier 2018 sont placées sous mandat de dépôt après avoir été déféré au Parquet du Tribunal de première instance de Mahajanga. Trois d’entre eux ont été appréhendés à Marovoay, mercredi. Tandis que le quatrième suspect fut arrêté le jour-même de l’acte. Ce 8 janvier dans le quartier de Mahajanga Be, quatre de cette bande qui étaient sur une moto ont frappé la tête de la victime avec un marteau après avoir suivi cette dernière. Ainsi, ils ont dérobé son sac dans lequel se trouvait l’argent. Puisque l’attaque a été commise juste au moment où une patrouille de police est passée dans les parages, tout de suite, les hommes en treillis sont partis à la poursuite des malfaiteurs. L’un de ces derniers fut alors appréhendé. Les trois autres ont pu s’échapper. Poursuivant l’enquête, la police a pu mettre la main sur les fugitifs à Marovoay. Durant leur interrogatoire, les suspects ont avoué leur implication dans l’attaque d’un ressortissant « Karana » à Mahajanga Be,  en octobre 2017. Ainsi, ils ont dénoncé deux autres complices  portant  à cinq le nombre des suspects qui ont été déférés au Tribunal, hier. L’autre est encore à rechercher.

T.M.

Midi Madagasikara7 partages

Télécommunications : « Exim Bank » et « China Great Wall » investissent au Nigeria

« China Exim Bank » finance des projets structurants en Afrique.

Dans de nombreux pays africains, la Chine a pu réaliser beaucoup de projets structurants. A Madagascar, certains projets s’arrêtent au stade d’annonce

La Chine continue de doter les pays africains de grandes infrastructures pour le développement. Au Nigeria, la banque chinoise « Exim Bank » et le constructeur « China Great Wall » ont pris l’engagement de financer entièrement l’acquisition de deux satellites de télécommunications.

Grande opportunité. En vertu de ce nouvel accord qui dispense le Nigeria de couvrir les 15% du coût global du contrat (550 millions $) initialement prévus, la Chine prendra une participation dans « Nigcomsat », la compagnie fédérale spécialisée dans la gestion des communications par satellite qui ne dispose que d’un satellite jusqu’à présent . « C’est une très grande opportunité commerciale … c’est pourquoi ils ont accepté que même sans notre capacité à contribuer à hauteur de 15%, ils sont prêts à payer la totalité des 550 millions de dollars pour l’achat des deux nouveaux satellites pour le Nigeria», a annoncé le ministre nigérian  de la Communication, Adebayo Shittu, cité par l’Agence Ecofin. Aucune information n’a cependant filtré en ce qui concerne le pourcentage que s’offrira l’Empire du milieu. Le satellite sera lancé après une période de production de deux ans à compter de la signature du contrat qui devrait se faire avant la fin de ce mois.

Grande efficacité. En outre, le contrat implique un accompagnement du mastodonte asiatique pour  la commercialisation des services de communication  par satellite vers d’autres pays africains. L’objectif est de mieux s’outiller pour concurrencer les fournisseurs israéliens, britanniques, américains, et même russes, déjà très actifs sur le continent. En tout cas, ce projet sino-nigérian démontre la capacité de la Chine d’intervenir pour le développement des pays africains dans le domaine des infrastructures. Une fois que les conditions sont  bien définies,  les financiers et les entreprises chinois peuvent travailler avec une grande efficacité. A Madagascar, les investissements chinois sont souvent bloqués en raison, soit d’une mauvaise communication, soit de l’absence d’une règle du jeu bien définie. Et pourtant, les Chinois sont prêts à investir pour de grands projets structurants comme la construction de l’autoroute Antananarivo – Toamasina. Au fait, qu’est-il devenu ce projet dont on avait annoncé le début des études de faisabilité en fin 2017 ?

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara6 partages

Jess Black : L’étoile montante de la musique urbaine

On ne le voit pas souvent sur scène, mais il a déjà ses inconditionnels. Lui c’est Jess Black. Un nom à retenir pour les amateurs de musique urbaine.

Avec presque cinq ans à se baigner dans le monde de la musique, Jess Black gravit petit à petit les échelons. Ayant commencé  sa carrière en 2013, sa participation au concours international End of the weak a définitivement été le tournant pour son parcours artistique. Différent à bien des égards, il est surtout apprécié pour ses textes, son charisme mais surtout pour ses « toasts ». En dépit de ses quelques années d’expérience, Jess Black inspire le respect  de la part de ses pairs. Non pas pour ses problèmes de vue mais surtout pour son art. Malvoyant de naissance, cette particularité n’est nullement un handicap comme pourrait le voir certains.

« Steevie Wonder et Ray Charles ont cette même différence, mais ils ont su se trouver une place dans le monde artistique au niveau international. Certes, j’ai du mal à coucher sur papier mes écrits mais ma force réside ailleurs » avance le jeune homme confiant. Et il a raison car son point fort se trouve dans l’improvisation. Selon Kemyrah, trappeur, « Jess Black est imbattable en matière de texte improvisé. Il sort des textes incroyables et complètement hallucinants quand il s’y met et pond des morceaux en moins de 24 h. Si la plupart des artistes ont besoin de temps pour composer, il débite du tac au tac sans nécessairement peaufiner ses textes, et cette façon de créer impressionne bon nombre de gens, et aspire une grande considération de son art» relate-t-il.

S’il s’est fait un nom dans End of the weak, Jess Black  a pourtant plus d’une corde à son arc, l’artiste verse autant dans le rap que dans le reggae ou le zouk love du sound system. Cette passion et ce talent lui permet de basculer entre deux genres mais surtout de combiner le tout et créer un kaléidoscope musicale qui connait un succès auprès de la jeune génération de mélomane.

Ciblant le grand public, les textes de Jess Black Parle à tout le monde. Chacun y trouve s part entre l’amour, les faits de sociétés et les aléas de la vie quotidienne. Engagé et positiviste, Jess Black casse les tendances de « pathétique attitude » dans laquelle tombent  souvent les gens à caractère particulier. Dans « Quoi qu’il en soit, c’est cool de vous voir heureux », le chanteur  dévoile une partie de sa personnalité, qui laisse entrevoir une personne généreuse, contente du bonheur de autres, ce qui est une qualité rare en ce jour.

Prévu tenir un concert au No comment bar, le chanteur a du reporter car il est encore retenu sur la route coupée à Ambalavao. Si ce n’est pas pour aujourd’hui, ce sera pour un autre jour. En attendant, les inconditionnels prendront leur mal en patience tandis que  le public est invité à le découvrir sur la toile.

Maharindra

News Mada3 partages

Madagascar il y a 100 ans

Nos Betsimisaraka (1)

Un de nos amis, retour d’un rapide voyage à Tananarive, nous dit qu’il y avait une exposition des ouvrages scolaires exécutés par les élèves des diverses écoles professionnelles et ménagères de la Colonie, installée dans les locaux de l’École Le Myre de Vilers, l’établissement qui prépare les futurs instituteurs et fonctionnaires des Cadres indigènes.

Il ajoute que les suffrages de tous ceux qui ont visité cette exposition portent sur les travaux de l’École de Maroantsetra, tant par leur importance que par le caractère d’utilité pratique des objets exposés.

Ce nous est une occasion de faire ressortir le mérite

de nos Indigènes de l’Est, modestes et méconnus, parce qu’ils ne savent pas s’imposer aux gâteries des puissants par des manières coulantes ; ils sont tout d’une pièce nos braves Betsimisaraka, ceux qui les connaissent particulièrement, comme nous, savent qu’ils sont bons, sociables, dociles et que

leurs défauts ne résistent pas quand on veut bien s’occuper d’eux.

Il y a nombre de jeunes hommes betsimisaraka, que des Européens ont pris la peine d’éduquer, qui sont devenus des employés aussi « instruits » que leurs émules houves et, en tout cas, infiniment plus fidèles et dévoués que ces derniers.

Il y a une constatation acquise : c’est que jamais les populations de l’Est n’ont causé de soucis à l’autorité ; bien avant l’Occupation, les Vazaha s’installèrent en parfaite sécurité au milieu d’elles ; c’est dans l’Est que la Colonisation européenne a pu s’étendre et se consolider le plus.

Tandis que, sans parti pris, il s’en faut que les Houves méritent un pareil satisfecit : ce sont des gens qu’il faut constamment tenir à l’œil, le fond de leur caractère étant une ingratitude irréductible.

Les Betsimisaraka fournissent d’excellents marins côtiers, des ouvriers adroits, surtout dans les métiers qui traitent le bois.

Il y a aussi les Indigènes qui habitent le sud de la Région, ces Antaimoro qui fournissent dans tout Madagascar les plus gros contingents de travailleurs manuels et qui font preuve de véritable intelligence par la facilité avec laquelle ils s’appliquent à tout ce qu’on leur donne à faire.

 

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Tia Tanindranaza1 partages

Depiote Razaranaina NomenirinaNahilikiliky ny mpitondra HVM

Gaga sy talanjona ny olona tao Fianarantsoa tsy mba nahita ny solombavambahoakan’izy ireo niara-dia tamin’ny solontenan’ny fitondram-panjakana nandeha fiaramanidina manokana na “jet privé”

 

namangy ny fianakavian’ireo 8 mianaka niara-maty noho ny fihotsahan’ny tany tao Ivory ny fiandohan’ny herinandro teo. Ireto avy ireo delegasionina manokana nandeha fiaramanidina nihazo an’i Fianarantsoa ny 9 janoary teo : Minisitra Rasoazananera Monique, Andriamosarisoa Jean Anicet, Andrianisa Mamy Jean Jacques, Lantoniaina Rasoloelison, Beboarimisa Ralava, ny filohan’ny antenimierandoholona Rivo Rakotovao, ny loholona Riana Andriamandavy, ny loholona Olivier Rakotovazaha … Voasivana kosa ny solombavambahoaka Razaranaina Nomenirina. “Noho ny fahatapahan’ny lalana Antananarivo Fianarantsoa, dia tsy mba afaka niombona alahelo tamin’ny fianakavian’ireo traboina ny tenako, kanjo naheno hoe nisy delegasionina manokana avy amin’ny governemanta tonga tany. Amin’ny maha solombavambahoakan’ny tanànan’i Fianarantsoa ahy anefa dia tsy mba nampandrenesina akory mba hiara-dia amin’ny delegasionina any. Izay ve ny fifampitondrana eto amin’ity tany ity ? Tsy firaharahiana ve ny fandraisana ny tenanay avy any sa fanadinoana ?”, hoy izy. Amin’ny andro toy izao no tokony hiray fo sy hiray aina, miara-miombon’alahelo amin’ny mana-manjo ny tenako amin’ny maha solombavambahoakan’i Fianarantsoa, fa izany rehetra izany no fifampitondrana sy ny fametrahana ny maha olom-boafidy anay eto amin’ny tany sy ny fanjakana, hoy ity depiote. Izy irery no manampahefana tsy tao anaty lisitra, ka tsy hay na tsy antonona intsony ny fiaramanidina na fitia te hanavaka azy tsotr’izao no natao na koa misy manampahefana avy ao Fianarantsoa tsy faly aminy, ka dia nabaribary izany. Marihina anefa fa ao anatin’ny vondrona parlemantera HVM izy. Aza mijery ny tsy eo fa solontenan’ny fitondram-panjakana iray manontolo ireo, hoy kosa ny Filohan’ny antenimierandoholona. Misy iraka samihafa any ary tsy maintsy ho tonga eo izy … Tokony ho aty ihany koa izy fa tapaka ny lalana dia tsy tonga izy, hoy indray i Rivo Rakotovao avy eo. Amin’ny zavatra toy izao dia tsy hifanome tsiny isika, fa ao anatin’izay mba vita no mifampisaotra satria mifaninana amin’ny tsara, ka tsy ny fahavoazan’ny olona no tsara fa ny fifampisehoana ny fihavanantsika, hoy hatrany izy.

 

Toky R

 

La Vérité1 partages

Toamasina - Narson Rafidimanana refait surface

Depuis son départ du gouvernement Mahafaly Solonandrasana Olivier, Narson Rafidimanana a complètement disparu de la circulation. La seule information concernant cet ex numéro 2 du gouvernement, c'est qu'il a perdu son père à la veille du nouvel an. Connu dans la province de Toamasina où il avait vécu pendant sept décennies, Ramanantsiatosika Guy Willy dit Bezariko, s'est éteint à l'âge de 91 ans dans le grand port de l'Est et a été inhumé dans son village natal à Antanifotsy (Antsirabe). 

La famille de Bezariko voulait perpétuer les œuvres sociales et sportives de Bezariko, fondateur du club de football, Olympique de Toamasina. « Mon mari me disait toujours que même après sa mort, la famille Bezariko doit continuer à aider les gens en besoin », a expliqué hier Veuve Razanadrasoa Hélène avant de commencer dans la matinée d'hier le périple de la famille Bezariko dans certains quartiers de Toamasina ravagés par le cyclone Ava. L'épouse du défunt a été accompagnée à l'occasion par ses enfants dont Narson Rafidimanana durant la tournée des actions sociales. La famille Bezariko s'est déplacée dans les Centre de santé de base II à Ambohijafy, Ankirihiry, Dépôt Analankininina et Tanambao Verrerie dans la matinée et dans l'après-midi les deux Epp ayant subi des lourds dégâts lors du passage du dernier cyclone à savoir celle de Beryl et du Morarano. La famille Bezariko a promis de prendre en charge entièrement la réhabilitation de ces deux écoles mais en attendant le début des travaux, elle a offert hier des tôles pour remplacer la toiture endommagée.Lors du passage aux centres hospitaliers, la famille leur a doté de tensiomètre et de thermomètre tandis que les  parturientes ont chacune obtenu une enveloppe. « La famille Bezariko continuera à jamais d'œuvrer dans les sociales », promet la mère de Narson Rafidimanana qui, à l'occasion, a remercié les gens de Toamasina venus encourager la famille dans la douleur.Kamy

L'express de Madagascar1 partages

Tennis de table – Test décisif pour un voyage en Chine

Activité inaugurale de la saison. La fédération malgache de tennis de table procédera ce week-end à un test de  sélection des membres de l’équipe nationale qui bénéficieront du stage de cinq mois en Chine. Ce sera aussi une occasion de sélectionner les jeunes qui défendront les couleurs nationales aux prochains Jeux de la CJSOI (Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien). Les matches tests se dérouleront au petit palais des sports à Mahamasina samedi et dimanche prochains. Pour le stage de haut niveau en Chine, la fédération malgache de tennis aura droit d’y envoyer seize pongistes. Les sélectionnés devraient être âgés entre 18 et 25 ans dont dix garçons et six filles. A l’issue du test de ce week-end, la direction technique nationale sortira encore douze joueurs et huit joueuses. La délégation malgache composée de seize pongistes âgés de moins de 25 ans quittera le pays début avril. Le stage durera en tout cinq mois. Les Jeux de la CJSOI version 2018 réservés aux jeunes de moins de 17 ans, garçons et filles auront lieu à Djibouti du 20 au 28 avril.Et pour les Jeux de la CJSOI, la Grande Ile y a lignera huit raquettes dont quatre garçons et quatre filles. Avec un peu de marge, les présélectionnés de ce dimanche seront encore au nombre de six garçons et six filles. Les présélectionnés pour le stage international en Chine ainsi que ceux pour les Jeux de la CJSOI, suivront ensemble un stage préparatif pendant tout le mois de février. Ce stage sera dirigé par un expert chinois, assisté par les techniciens malgaches. Ces derniers effectueront ensemble la sélection finale de ceux qui feront le voyage en Chine. « Ces stagiaires seront logiquement retenus pour constituer l’équipe nationale pour les Jeux des îles de l’océan Indien.

Serge Rasanda

Madaplus.info0 partages

Léon Rajaobelina n’est plus

Léon Rajaobelina tire sa révérence après avoir occupé plusieurs fonctions depuis le régime de l’Amiral rouge.
Il a été une des mains droites de Ratsiraka Didier pendant son mandat. Cet ancien Ministre des Finances et des budgets a déjà occupé le poste de Président du conseil d’administration de la compagnie aérienne Malgache Air Madagascar, c’est aussi un ancien gouverneur de la BCM, mais surtout c’est un diplomate qui a représenté Madagascar à l’étranger en ayant été Ambassadeur de Madagascar chez l’oncle SAM. Cette liste de fonctions n’est pas exhaustive. L’équipe de Madaplus présente ses condoléances à la famille.
News Mada0 partages

Jirama : hiakatra 8,5% ny faktiora ho an’ny indostria

Hitohy ny fisondrotan’ny faktioran’ny Jirama amin’ity taona 2018 ity, indrindra ho an’ny orinasa indostrialy. Mitohy koa ny fanadiovana sy ny fanatsarana ny fitantanana. Ary ao anatin’izany ny fitaovana mamatsy herinaratra sy ny rano.

240 miliara Ar! Io ny tomban’ny fampihenana ny fandaniam-bolan’ny Jirama, nandritra ny taona 2017, taorian’ny nanavaozana ny fitantanana amin’ny ankapobeny. Tafiditra ao anatin’ireo ny famolavolana drafitrasa sy fitantanana vaovao. Nahena ny fandaniana amin’ny famokarana, nohavaozina ny fifanarahana amin’ny orinasa mpamatsy solika, nahafahana nahazo tombam-bola hatrany amin’ny 240 miliara Ar. Nihena koa ny fanampiana ara-bolan’ny fanjakana, ka lasa 209 miliara Ar sisa amin’ity taona 2018 ity, raha 450 miliara Ar ny taona 2017. Etsy ankilany, tsy maintsy vahaolana horaisina ny fampiakarana ny saran’ny faktiora, indrindra ny jiro, nahatratra 7,5% ho an’ny mpanjifa ankapobeny afa-tsy ireo manjifa latsaky ny 25 kwh isam-bolana, ny jolay 2017. Amin’ity taona ity, nilaza ny tale jeneralin’ny Jirama, Jaomiary Olivier, fa nifanarahana tamin’ny mpandraharaha tsy miankina ny hampiakarana ny faktiora ho 8,5% indray ho an’ny orinasa indostrialy.

Latsaka 1.000 Ar miohatra amin’ny tena vidin-tsolika

Manan-danja eo amin’ny tsenan’ny solika ny Jirama satria izy no manjifa ny 40% eto amintsika, indrindra ny gazoala sy ny fuel. Teo aloha, nividy lafo mihoatra ny amidy eny an-tsena ny Jirama. Anisan’ny nahatonga izany ny fanampian’ny fanjakana ara-bola ny vidin-tsolika ho an’ny mpanjifa fa tsy ho an’ny Jirama. Niova izany ankehitriny, taorian’ny nanavaozana ny fifanarahana sy ny antso tolo-bidy tamin’ny orinasa mpaninjara. Nambaran’ny filohan’ny filan-kevi-pitantanana (PCA)-n’ny Jirama, Todimanana Hyacinthe, fa efa latsaka 1.000 Ar miohatra amin’ny vidiny eny an-tsena ny hividianana amin’ny mpamatsy solika satria efa niova ny fifanarahana nanaovana ny antso tolo-bidy.

Hatsaraina hatrany amin’ny 50% ny fitaovana

Fanatsarana ny tolotra omena ny mpanjifa koa ny fanavaozana ireo fitaovana famatsiana herinaratra sy ny rano satria antitra ny ankamaroany. Havaozina ny andrin-jiro, ny fantson-drano, ny “transformateurs”, sns. Fantatra fa latsaka hatrany amin’ny 33% ny famatsiana herinaratra ary 43% ny rano, vokatr’ireo fahanterana sy fitaovana tsy voakojakoja araka ny tokony ho izy. Hampitomboana koa ny fampiasana teknolojia hafa, toy ny fampivadiana amin’ny angovo avy amin’ny masoandro, toy ny tetikasa andrana any Maevatanana. Tanjona ny hampiasana ny teknolojia hafa hatrany amin’ny 50%. Havaozina hatrany amin’ny 50% koa ny famatsain-drano.

Mitohy koa ny fampiasana kaontera vaovao “intelligent” (miisa 8.500), sy ny voaloa mialoha “prépayé”. Hahazo kaontera avokoa ireo mpanjifa nangataka fampidiran-jiro nialoha ny volana avrily 2017 ato anatin’ny enim-bolana voalohan’ny taona 2018. Fantatra fa efa nahazo kaontera ny mpanjifa miisa 13.000 tamin’ireo 30.000 nangataka.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Mpitondra taxi eto Antananarivo : “be loatra ny vesatra mahazo anay, tsy araka ny miditra”

« Mandalo fotoan-tsarotra  efa hatramin’ny ela ny taxi, azo lazaina aza fa tsy mahavelona izao ity asa ity, saingy tsy manan-tsafidy, indrindra amin’izao taonanay izao”, hoy ny mpitondra taxi iray, 64 taona, sady tompona fiara. Manazava ity mpamily ity ny amin’ireo olana isan-karazany sedrain’izy ireo izay manao ny asany ara-dalàna. 7.000 any ho any ny isan’ny taxis eto an-dRenivohitra, nefa ny 50 % amin’ireo na mahery aza, miasa tsy ao anatin’ny ara-dalàna, tsy manao fanambarana. « Olana iray voalohany manimba ny asanay ireo miasa tsy manana taratasy ireo”, hoy ilay rangahy 64 taona.

Notanisainy avokoa avy eo ireo olana isan-karazany iombonan’ny mpitatitra, noho ny fiakaran’ny vidin-tsolika, kojakoja fanolo amin’ny fiara, saram-piantohana, ankoatra ny vola tsy maintsy aloa amin’ny fanjakana sy ny kaominina. “Manampy ireo ny otra ataon’ny polisy na ara-dalàna ny fiaranao na tsia”, hoy izy. Mbola miantraika amin’ny asanay ny lalan-dratsy, fitohanan’ny fifamoivoizana, tsy fandriampahalemana. Koa tsy mahagaga raha mitombo isa ireo miasa tsy misy taratasy, satria be loatra ny vesatra mahazo anay tsy araka ny miditra”, hoy ihany izy.

Vitsy ny sahy manofa fiara izao

Raha ny karama indray nasiany teny, nambarany fa zara raha misy izao ny olona misafidy handeha taxi satria te hilamina fotsiny. Izay maika mamonjy fotoana, mitondra marary na entana, ireny no betsaka manontany azy ireo izao. Izay no mahatonga azy ireo mijanona amina toerana iray miandry mpandeha manontany. “Rehefa mifanaraka amin’ny karama, vao mba mampidina lasantsy kely”.

Noho izay fahasarotana fahitana karama izay ny antony mahabetsaka ny tompony mitondra ny fiarany ihany. Vitsy ny sahy manofa fiara izao, satria sao miala am-paosy indray tsy mahita ny hamenoana izay nifanarahana. Endrika iray mampiseho fa mbola marofy ny toekarena, indrindra eny anivon’ny vahoaka maro anisa.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Ambatolampy : taksiborosy tapaka frein, olona iray maty

Nitrangana lozam-piarakodia namoizana ain’olona indray tao amin’ny distrikan’Ambatolampy, omaly. Taksiborosy avy aty an-drenivohitra hihazo an’Andravola Ambatolampy ity namoa-doza ity. Voalazan’ireo nahita ny fitrangan’ny loza fa tsy nandeha mafy ilay fiara fa tao anaty fiolahana no nanana olana teo amin’ny frein ilay fiara ka tsy nitazona intsony izany. Tsy afa-nanao na inona na inona intsony ilay mpamily ka nifatratra tamin’ny vavahadin’olona ilay taksiborosy. Nisy mpivarotra kapa anefa teo akaikin’ilay vavahady ka notrongisin’ity taksiborosy ity. Nentiny niditra tao am-bavahady mihitsy ilay niharam-boina, araka ny fanazavan’ireo nanatri-maso. Mpianaka ireto nivarotra ireo, saingy namoy ny ainy ny reniny raha naratra mafy kosa ny zanany. Tsy vitan’izay fa mbola nisy mpandeha an-tongotra iray nandeha tamin’ny sisin-dalana koa naratra satria voafaokan’ilay taksiborosy Super. Nentina haingana eny amin’ny hopitaly ireo naratra ka avotra soa aman-tsara ihany. Notazonina anaovana fanadihadiana ilay mpamily nahafaty olona.

J.C

News Mada0 partages

Ikongo : tafapetraka ny lehibe vaovaon’ny fonja

Nilamina ihany ny toe-draharaha momba ny “Raharaha Ikongo. Voatendry ny lehibe vaovaon’ny  fonja hisahana ny fitantanana ny fonja ao Ikongo. Nanamafy ny minisitry ny Fitsarana, Rasolo Elise Alexandrine fa handray ny andraikiny tsy ho ela ity lehibe vaovaon’ny fonja vaovao ity ary tsy avelan’ny minisitera ho tany tsy misy fanjakana sy tsy misy fitsarana ny any Ikongo na teo aza ny fiheveran’ny maro izany teo aloha teo manoloana ireny zava-nitranga tany an-toerana ireny. Manan-jo hanana fitsarana sy hotsaraina araka ny lalàna toy ny olom-pirenena rehetra ny mponina ao Ikongo mba ho fanamafisana ny fametrahana ny tany tan-dalàna, araka ny nambarany hatrany. Nambarany fa mitohy hatrany ny fitadiavam-bahaolana amin’ny alalan’ny fifampiresahana amin’ireo Olobe any an-toerana mba hisian’ny filaminana ka tsy hiverenan’ny trangan-javatra toy ireny intsony.

Tsiahivina fa voatery nalain’ny mpitandro filaminana tamin’ny helikoptera mihitsy ny lehiben’ny fonja sy ny tonian’ny mpampanoa lalàna niaraka tamin’ireo mpitsara sy mpiandry fonja taorian’iny raharaha iny mba ho fitandroana ny ain’izy ireo. Nitroatra rahateo ny mponina ka sahy namaky fonja mihitsy tamin’izany.

J.C

News Mada0 partages

Tanjombato : tratra ireo mpihavana namono karana

Saron’ny polisy avy ao amin’ny kaomisaria Central eny Tanjombato, ny 7 janoary 2018 lasa teo ireo telo mianadahy (mpihavana) tompon’antoka tamin’ny halatra miharo vonoan’olona tao amin’ny villa an’ny teratany vehivavy Karana iray eny an-toerana. Tamin’io fotoana io, lehilahy iray sy vehivavy iray no niditra tao amin’ity villa iray eny Tanjombato ity. Nokendaina sy notampenan’ireo olon-dratsy ny vavan’ity Karana niharam-boina ity. Na teo aza anefa izany, mbola nahavita niantso vonjy ihany ilay Karana vavy ka nandositra izy ireo. Voasambotry ny mpiambina ny iray tamin’izy ireo. Tamin’ny fanadihadiana no nahafantarana fa saika haka sy handroba ny vola tamin’io Karana vavy ity lehilahy ity. Nambarany kosa fa mpiray tsikombakomba ilay vehivavy niaraka taminy. Nilaza ny polisy fa mbola misy mpiasa vavy kilasimandry iray tafatsoaka ary isan’ireo tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity.

Miverina indray, araka izany, ny tsy fandriampahalemana amin’iny faritra Tanjombato iny.

Jean Claude

News Mada0 partages

Distrikan’i Brickaville : zaza efatra matin’ny tazo

Natao, ny alarobia teo, ny fizarana ampahany fahatelo ny lay misy fanafody iarovana amin’ny aretina tazo ho an’ny kaominina dimy farany ho an’ny axe lalamby ao amin’ny distrikan’i Brickaville. Iray amin’ny kaominina dimy ny ao Anivorano Atsinanana. Lay 16 000 no nozaraina ho an’ny kaominina dimy. Roa isaky ny tokantrano ny lay hotsinjaraina izay tsy tokony ampiasaina amin’ny zavatra hafa toy ny famefena tanimbary na atao harato hakana trondro” , hoy ny solontenan’ny mponina avy eo Anivorano. “Tany aloha isaky ny telo na dimy taona ny fizarana lay misy fanafody fa hampahomby ny ady amin’ny aretina, natao misesy izany ka manana lay tsy tapaka ny isan-tokantrano”, hoy ny mpitsabo mpanara-maso ny distrikan’i  Brickaville, Randriatahina Jean Rosa Liva.

Amin’izao fotoana izao, zaza efatra no efa namoy ny ainy amin’ny kaominina efatra noho ny aretina tazo hatramin’ny fiandohan’ny taona teo, araka ny fanazavany ihany. Matetika, tara vao tonga amin’ny tobim-pahasalamana ny zaza marary ka sarotra ny fitsaboana ary mitarika amin’ny fahafatesana mihitsy indraindray.

Amin’ny ankapobeny, 15 isam-bolana ny trangana tazo miseho ho an’ny distrika ao Brickaville. Taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Enawo ny taon-dasa, 60 isam-bolana ny trangana tazo ary nanampy ny mponina ny fizarana lay miaro amin’ny kaikitry ny moka. Nanohana ny fividianana ny lay nozaraina ho an’ny distrika ny ECHO satria nirongatra ny aretina pesta rehefa lasa ny rivodoza Enawo.13 ny distrika voakasika izay ahitana taha ambony amin’ny olona tratran’ny aretina tazo. 100 838 amin’ny tokantrano 20 160 no nahazo tombontsoa.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fanadiovana an’i Toamasina : nanao tolo-tanana ny orinasa Ambatovy

Namaly ny fangatahan’ireo tompon’andraikitry ny tanàna ao Toamasina ny orinasa Ambatovy taorian’ny fahavoazana nateraky ny fandalovan’ilay rivodoza Ava farany teo. Ny asabotsy teo, nandefa ekipa maromaro nanadio tany Toamasina ny orinasa Ambatovy. Nampiasa fitaovana vaventy toy ny “tractopelle » sy kamiao izy ireo tamin’izany. Nentina nanokafana ny lalana tapaka sy nanadiovana ireo fitaovana ireo.

Nisy ny famatsiana solika 1.000 l nahafahan’ny kamiao niasa  raha vantany vao avy nandalo ilay rivodoza Ava. Niantoka ny fampisakafoana ireo miaramila miasa andro aman’alina ihany koa ny orinasa Ambatovy. Sakafon’olona 80 isan’andro no niantohana tamin’izany tao anatin’ny herinandro.

Nanolotra solika 2.500 l ho an’ny tompon’andraikitra ao an-tanàna ihany koa ny orinasa ny alarobia teo nahafahana nanatanteraka ny androm-pirenena ho an’ny fanadiovana.

Manatanteraka tombana momba ny fahavoazana nateraky ny rivodoza ny orinasa amin’izao fotoana izao. Hahafahana mijery ny fitaovana simba mila soloina hatramin’ny faran’ny volana janoary izao izany hahafahana manohy tsara ny asa famokarana indray.

Tatiana A

News Mada0 partages

Cacao : la production en décadence

Les cultivateurs de cacao du Sambirano lance un appel de détresse. Selon eux, les effets du changement climatique se fait ressentir dans cette partie de l’île. L’augmentation de la température globale est palpable. L’irrégularité des précipitations affecte la production. Si le cacao a besoin d’un milieu humide pour pousser et se développer, les précipitations sont devenues de plus en plus rares et irrégulières, par contre quand il y en a, elles deviennent très violentes, comme lors du passage de cyclones.

Les insectes ravagent également les plantations dans la région, affirme un cultivateur. Ces insectes qui survivent aux pesticides naturels utilisés par les cultivateurs se nourrissent des fèves de cacao et pondent à l’intérieur de celles-ci.

Le cacao est l’un des produits d’exportation phares de la Grande île et a fait sa renommée jusqu’à maintenant. Classé parmi les meilleurs dans le monde, le cacao malgache est pourtant menacé. Actuellement, on estime à 8.000 tonnes la production annuelle de cacao pour la Grande île. Cette quantité risquerait de connaître une baisse conséquente dans les prochaines décennies. Aussi, cette production est jugée faible par rapport à celle du Ghana avec un million de tonnes par an ou de la Côte d’Ivoire, avec deux millions de tonnes par an.

Il semble également que la chute du cours de ce produit de rente sur le marché international pénalise les producteurs, petits producteurs et professionnels confondus. Si en 2013, le kilo du cacao se négociait autour des 3.000 ariary selon toujours les cultivateurs, il n’est plus que de 800 ariary actuellement.

Arh.

News Mada0 partages

Reconstruction de Toamasina : soutien d’urgence d’Ambatovy

A Toamasina, l’heure est à la reconstruction et au nettoyage après le passage du cyclone Ava. Dans ses actions citoyennes, Ambatovy apporte ainsi un soutien d’urgence à la ville. Un appui accordé à la demande des autorités locales.

Ramassage des débris, nettoyage des places publiques, dégagement des routes… Autant de travaux restent à faire pour redonner vie à la ville du Grand port. Dès le lendemain du passage d’Ava, la compagnie a déjà mobilisé une équipe de nettoyage composée d’une tractopelle et de camions bennes. Cette équipe travaille depuis le 6 janvier et ce, pendant une semaine.

Et pour permettre à ces camions de travailler et pour aider la quatrième Unité de protection civile à Toamasina, Ambatovy a octroyé 1000 litres de carburant dès le 6 janvier. La compagnie prend également en charge la restauration des militaires affectés à ces travaux à raison de 80 repas par jour pendant la semaine. 2500 litres de carburant supplémentaires ont été remis aux autorités le 10 janvier pour les travaux relatifs à la journée nationale pour l’assainissement.

Ambatovy se réjouit ainsi de pouvoir se retrouver avec tous ses employés, sains et saufs, sans exception. La compagnie procède actuellement à une évaluation complète des impacts du cyclone sur ses installations. D’ailleurs, les évaluations préliminaires ont permis d’identifier des dommages nécessitant des réparations urgentes. Ces travaux retarderont quelque peu la reprise de la production jusqu’à la fin du mois de janvier.

Arh.

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Suite au passage du cyclone AVA, le fleuve Sisaony et la route nationale 1 ( RN1) se trouvent au même niveau.

Journée nationale de l’assainissement, l’hôpital Ambohimiandra nettoyé à fonds.

Rugby 2e journée du tournoi « Gold top 8 » Andohatapenaka mercredi.

Spectaculaire accident sur la route digue.

Suite au passage du cyclone AVA, le fleuve Sisaony et la route nationale 1 ( RN1) se trouvent au même niveau.

Des déchets plastiques planent.

Des sinistrés Isotry attendant l’arrivée des autorités.

La gendarmerie fête le nouvel an

News Mada0 partages

Fitsapan-kevi-bahoaka : tsy misy vola ny Ceni

Hisy ihany ve ny fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana? Hatreto aloha, tsy misy vola ho amin’izany ny Ceni…

« Ny fifidianana filohan’ny Repoblika no andrasantsika ao anatin’ny vola izay nomen’ny fanjakana amin’izao fotoana izao aloha. » Io ny nambaran’ny filohan’ny Ceni, Rakotomamana Hery, teny Androhibe, omaly, momba ny hoe hanao fitsapan-kevi-bahoaka hanitsiana ny lalàmpanorenana ny mpitondra.

« Tsy te hiresaka ny zavatra mbola any an-kibony omby aho », hoy izy momba izay fitsapan-kevi-bahoaka kasain’ny mpitondra hatao izay. Ny fifidianana filohan’ny Repoblika no karakarain’ny Ceni hatreto. Vola 40 miliara Ar natokana ho an’izany. Araka izany, tsy misy izay hoe hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka .

Ny adihevitra rehetra any ambadika any, aleo ny tomponandraikitra momba izany no hamoaka azy. Tsy miditra amin’izay resaka izay izy, raha ny fanazavany. Anjaran’ny tomponandraikitra sisa no mamariparitra ny fifidianana. Efa fantatra amin’ny alalan’ny And. 47 ao amin’ny lalàmpanorenana izany: eo anelanelan’ny 25 novambra sy ny 25 desambra amin’ity taona ity. Ny ambiny sisa: rahoviana ny tena daty marina?

 Mila fandraisana andraikitra ny fanaraha-maso ny lisi-pifidianana

 Ao anatin’ny lalàna mifehy ny lisi-pifidianana, manana adidy ny antoko politika sy ny firaisamonina sivily eo amin’ny fampangaraharana ny lisi-pifidianana. Tokony hiditra any amin’ny vaomiera ifotony eny anivon’ny fokontany izy ireo, hanara-maso ny fanamarinana ny lisi-pifidianana. Mba hialana amin’izay mety ho fisalasalana rehetra izany.

« Mangataka ny fahamatoran’ny besinimaro aho mba samy handray andraikitra », hoy izy. Tomponandraikitra avokoa ny rehetra, fa tsy azo entina na alatsaka an-katerena ny firenena. Mba samy handray andraikitra avokoa iny rehetra mba hangarahara tsara avokoa ny zavatra atao rehetra. Izay no ialana amin’ny olana mety hitranga.

Saro-pady ny lisi-pifidianana, ary anisan’ny fototra iray ngezabe mampangarahara ny fifidianana hatao amin’ity taona ity. Miezaka araka izay azony hatao ny Ceni, maka izay fepetra rehetra hampanjary izany lisi-pifidianana izany. Izay no namoriana ireo lehibem-pokontany 192 eto Antananarivo Renivohitra ny amin’izany, omaly.

R. Nd.

News Mada0 partages

Loi sur les « biens mal acquis » : les inquiétudes persistent

Une communication sur le projet de loi sur le recouvrement des avoirs illicites a été faite récemment dans certains médias de la capitale. Elle est loin de convaincre les élus et les observateurs.

Une loi qui inquiète plus d’un, notamment les députés. Tel est le cas du projet de texte sur le recouvrement des avoirs illicites dits «biens mal acquis» qui a été soumis à l’Assemblée nationale lors de la session précédente dont les réactions ont été plutôt prudentes. Ces temps-ci, les initiateurs du projet de texte ont entrepris un travail de communication à travers des publications dans la presse.

Selon les explications qu’ils ont fournies, par exemple, «Le risque d’instrumentalisation politique est annihilé par le fait que les affaires de corruption, de blanchiment et de financement du terrorisme sont de la compétence du pôle anti-corruption (..). C’est une juridiction dont les compétences techniques, l’intégrité et l’indépendance ont été renforcées». En effet, l’une des  interrogations des élus et des observateurs avertis concernant le texte, c’est le fait que cela pourrait être une nouvelle arme pour se «débarrasser» des adversaires politiques. Sauf que le pôle anticorruption en question n’est pas encore en place et que l’existence des institutions dites indépendantes n’écartent nullement les pressions, plus encore lorsqu’il s’agit des personnalités politiques.

Douteuse

L’autre inquiétude autour du projet de loi sur le recouvrement et l’affectation d’avoirs illicites concerne aussi la confiscation des biens avant même qu’une décision de justice soit effective. Et pour cause, l’article 38 du projet de texte stipule que, «Indépendamment d’une poursuite pénale, le ministère public peut demander au président du tribunal de première instance que soit confisqué en faveur de l’État tout bien qui, en tout ou en partie et même indirectement, découle ou a été utilisé dans l’exercice  d’activités illicite (…)». Une disposition pointée du doigt car elle risque de limiter les marges de manœuvres d’une personnalité incriminée avant même que sa condamnation soit effective, donc elle remet en cause la présomption d’innocence.

Des observateurs estiment aussi que cette initiative est douteuse. En tout cas, il va falloir convaincre encore plus les élus qui, jusqu’ici, ne semblent pas encore déterminés  à entériner ce projet de texte. D’autant que la prochaine session extraordinaire des parlementaires sera consacrée, sauf changement, à l’examen des projets de loi relatifs aux élections.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Nivoaka ny fanapahan-kevitra : voasazin’ny FMF ny filohan’ny Elgeco Plus

 Nivoaka  herinandro vitsy lasa izay, ny sazy  avy amin’ny komity mpanatanteraky ny Federasion’ny baolina kitra  (FMF). Mavesatra ary ho henjana ho an’ny filohan’ny Elgeco Plus izany sazy izany.

Roa  taona tsy afaka miditra an-tsehatra na mikirakira ny tontolon’ny baolina kitra eto amintsika, ny filohan’ny Elgeco Plus. Anton’izany sazy izany ny fitarainana voarain’ny  eo anivon’ny FMF, momba ny tranga niseho tany Fianarantsoa, teo  amin’ny famaranana « Poule des As ». Mbola mandeha eny anivon’ny Filankevi-pitsipi-pifehezana (Codis)  koa  izany izao ary mbola hanana  ny ambarany izy ireo momba ity raharaha ity.

Tsiahivina fa niakatra ny maripana teo amin’ny mpanohana sy  ny mpitantana, tamin’io andro  farany natao tany  Ampasambazaha, nifanandrinan’ny Cnaps Sport  Itasy sy ny Elgeco  Plus  Analamanga, io.   Anisan’izany ny nanosehan’ny mpitantana  ny Elgeco Plus, Andriamanampisoa Alfred, ny filohan’ny ligin’Itasy, sady lehiben’ny faritra any an-toerana, Amedée, ka nianjera  teo amin’ny seza  nipetrahany. Nahita izany avokoa ny rehetra  teo amin’ny « tribune »  ka  anisan’izany ny filohan’ny FMF, Andriamiasasoa Doda, sy ny mpiara-miasa aminy.

Kandidà ho filohan’ny FMF

Na izany aza, tsy  nametraka olana momba izany fifanjevoana izany  fa niezaka nampandeha sy namita ny lalao hatramin’ny farany, ialana amin’ny mety korontana na gidragidra. Niafara amin’izao sazy henjana izao izany ny  raharaha.

Midika izany fa ho henjana sy  mafy ho an’ny filohan’ny Elgeco Plus izao sazy  tsy ahafahana miditra an-tsehatra eo amin’ny tontolon’ny kitra izao. Tsy vitan’izany fa anisan’ny anarana efa heno any ny haha kandidà ho  filohan’ny FMF ity mpitantana kiloba  ity.

Araka  ireo rehetra ireo, andrasana ny ho tohin’ny raharaha. Ho  vita sy ho rava hatreto  izany ny Elgeco  Plus ?

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Volley-CCZ7 La GNVB fait le tri

Pour l’équipe de la Gendarmerie nationale  volley-ball (GNVB), l’essentiel n’est pas de participer. L’équipe dirigée par le colonel Heriniaina Rakotomalala et entraînée par Honoré Razafinjatovo compte faire la passe de trois à la coupe des clubs de la Zone 7 (CCZ7) 2017 qui se tiendra aux Seychelles du 3 au 10 mars prochain.

Après ses deux premières coupes acquises successivement en 2015 et 2016, la sextuple championne de Madagascar veut ramener pour de bon à Madagascar la coupe aux grandes oreilles cette année. En effet, comme le règlement le veut, on octroie définitivement la coupe à l’équipe qui la remporte trois fois de suite.

Pour y arriver, le staff technique de la GNVB suit un processus rigoureux de sélection de ses meilleurs éléments. «Depuis lundi dernier, nous avons repris l’entraînement. Nous avons 19 joueurs à notre disposition actuellement. Or, en vue de la coupe des clubs de la Zone 7, le nombre des joueurs à inscrire dans la liste est limité à 12. De ce fait, nous allons faire un tri des meilleurs éléments qui composeront l’effectif», a souligné l’entraîneur.

«Etant donné que la date butoir des inscriptions est fixée à la fin de ce mois de janvier. La staff technique de la GNVB établira la liste finale d’ici cette date», a-t-il poursuivi.

Parmi les postes où le tri est inévitable figurent le poste de passeur où la gendarmerie possède quatre prétendants, sans oublier le poste de libéro.

En tout cas, comme l’a laissé entendre le coach, l’effectif ne connaîtra pas de grand chamboulement vu que certains joueurs sont encore pris par leurs études à l’école de la gendarmerie d’Ambositra et que d’autres manquent encore de régularité.

Naisa

 

News Mada0 partages

Rallye Dakar 2018 : niala an-daharana i André Villas-Boas

Anisan’ireo  nifaninana tamin’ny andiany faha-40 amin’ny Rallye Dakar, ilay mpanazatra baolina kitra, mizaka ny zom-pirenena Portioge,  André Villas-Boas. Teo amin’ny sokajy fiarakodia  no nifaninanany tamin’izany. Voatery niala an-daharana nefa izy ny talata lasa teo, nandritra ny fanatanterahana ny dingana fahefatra, notanterahina  manodidina ny San Juan de Marcona ao  Pérou. Voalazan’ny Toyota Overdrive, ekipa misy azy fa ny loza nahazo ny fiarakodia nentiny ka naharatran’ny lamosiny ny antony nialany ka tsy nahafahany nanohy ny «rallye», intsony.

Tsiahivina fa mpanazatra ny ekipan’ny Chelsea sy Tottenham, ingahy  André Villas-Boas, fahiny. Tsy manana klioba intsony kosa izy amin’izao izy 40 taona izao. Voalohany teo amin’ny fiainany, ny nandraisany anjara, amin’ny fanatanjahantena mekanika.

Ankoatra izay, anisan’ny nanamarika ity Rallye Dakar ity ihany koa ny fahavoazan’ilay frantsay Sébastien Loeb, teo amin’ny dingana fahadimy, nampitohy  an’ny San Juan de Marcona amin’ny Arequipa, ao Pérou, ny alarobia lasa teo. Nihitsoka efa ho 30 mn tao anatin’ny fasika mivangongo mantsy ny fiara nentiny ary niafara tamin’ny fivadihany mihitsy, naharatran’i Daniel Elena, mpanamory mpanampy azy.

Mitarika eo amin’ny moto i Adrien Van Beveren

Raha ny vokatra teo amin’ny dingana fahadimy, notontosaina ny alarobia lasa teo, mbola mitarika eo amin’ny filaharana ankapobeny, eo amin’ny sokajy fiarakodia, i Stéphane Peterhansel, arahin’i Carlos Sainz .  Eo amin’ny moto indray, mitarika hatrany Adrien Van Beveren. Eo amin’ny laharana faharoa, Kevin Benavides ary fahatelo, Matthias Walkner.

Hiala sasatra ireo mpifaninana, amin’ity andro zoma ity. Hitohy amin’ny fanatanterahana ny dingana fahafito izany rahampitso asabotsy, ka hiainga ao La Paz ireo mpifaninana rehetra ary hihazo an’i Uyuni.

Tsiahivina fa amin’ny asabotsy 20 janoary vao hifarana ity andiany faha-40 amin’ny Rallye Dakar 2018 ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Foot – élection FMF : « que les règles du jeu soient claires »

Les différentes ligues vont élire le nouveau président de la Fédération malgache de football (FMF) le 10 mars prochain et les «règles de jeu» doivent être déterminées au préalable selon le président de la ligue d’Analamanga, Henintsoa Rakotoarimanana, dit Tôta.

C’est un tournant décisif pour le ballon rond malgache et rien ne doit être laissé au hasard. L’élection du nouveau président de la FMF le 10 mars prochain revêt une importance particulière pour les férus de la discipline. «La mise en place des règles de jeu (ndlr, code électoral) claires et précises est de mise pour éviter les litiges une fois l’élection terminée. Il y aura certainement des problèmes si jamais un ou plusieurs dossiers de candidature soient retirés. Il faut qu’on établisse au préalable les critères d’éligibilité et cette élection se déroulera dans les règles de l’art».

La déclaration émane du président de la ligue d’Analamanga, Henitsoa Rakotoarimanana, plus connu sous le sobriquet de Tôta. Ce dernier craint qu’une telle situation  ait un impact nocif sur le développement du football dans la Grande île. «Le football malgache a besoin d’une certaine prospérité pour développer et tout le monde doit prendre ses responsabilités pour garantir la tenue de cette élection», a-t-il souligné.

Selon les bruits de couloir, des potentiels candidats qui ne sont pas membres du comité exécutif de la fédération ne seront pas dans la course au cas où le statut de la FMF, avec un code électoral bien déterminé, ne sera pas appliqué. Pour rappel, c’est le statut de la FMF qui a été pris en considération pendant toutes les élections qui se sont déroulées à Madagascar. Dans le cas contraire, l’élection du nouveau patron de la FMF devrait être faite 60 jours après le départ de l’ancien président si on tient en compte le statut de la Caf ou celui de la Fifa.

«La tenue de cette élection est attendue impatiemment par les passionnés comme s’il s’agissait de l’élection du président de la République. Cependant, certaines personnes tentent de souiller l’image du ballon rond malgache. Les présidents de ligue ont leur mot à dire car on ne peut pas fermer les yeux face à une telle situation»,  a conclu Henintsoa Rakotoarimanana.

Rojo N.

News Mada0 partages

Golf – championnat national : une seconde édition couronnée de succès

Bis repetita placent, on reprend les mêmes et on recommence. Pari gagné pour la Fédération de golf de Madagascar (FGM) qui a bouclé l’année en beauté avec le championnat de Madagascar à l’Azura Golf Resort de Foulpointe les 27, 28 et 29 décembre. Comme l’année précédente, la compétition s’est tenue dans une ambiance conviviale et festive pour les 90 participants. L’Azura Golf de Foulpointe récemment équipé d’un arrosage automatique, le seul à Madagascar, a proposé un parcours agréable avec un green très apprécié par tous les golfeurs présents à cette occasion.

En marge de cet événement sportif, trois soirées thématiques ont été organisées durant le Championnat au sein de l’enceinte de l’hôtel Azura. Ont été au programme une soirée Marine, une soirée Océan Indien et une soirée de Gala durant la remise des trophées et récompenses aux lauréats par les sponsors et les autorités sportives. Une soirée assurée par les as du RB, Shyn et Denise.

Une armada de sponsors et partenaires

L’événement a largement bénéficié du soutien de nombreux partenaires et sponsors, ce qui a contribué à la réussite d’une telle manifestation sportive nécessitant des moyens humains et logistiques importants. Parmi eux figurent les sponsors officiels comme Air Mauritius (ndlr, dotation en billets d’avions vers Hong-Kong notamment), Jovenna (dotation en cartes de carburants), Huawei et Telma (dotation en smartphones), DHL et Pirelli.

Notons également la présence des partenaires tels BatPro, Dzama (dotation en coffrets de rhum prestige), Sharp (bons d’achat), Galana, Sanifer, Socolait, Canal Plus, Comacat, CT Motors, et des contributeurs comme Soredim (vingt sur vins), la Banque BGFI et la brasserie STAR (Eau Vive). Les partenaires médias n’étaient pas en reste à l’image de Kolo TV, VIVA, TV plus, La Vérité, Les Nouvelles, Matin Hebdo et La Gazette de la Grande île.

Des champions à battre pour l’édition 2018

Cette seconde édition du championnat de Madagascar a été l’occasion de couronner de grands joueurs à l’image de Maverick Faber qui s’est imposé dans la première série hommes avec un score de 218. La performance de la très connue Ony Marchand n’était pas non plus passée inaperçue. Elle a été sacrée championne de Madagascar en première série dames avec un total de 243. Du côté des jeunes golfeurs, Rajena Andriamirado Timoty a fit un parcours honorable avec un score de 150.

Sachant que le championnat de Madagascar s’inscrit dorénavant dans l’agenda de la FGM, le président Ranaivo Andrianasolo donne d’ores et déjà rendez-vous aux férus de la discipline pour prendre part à une version 2018 qui se tiendra sous de meilleurs auspices.

Rojo N.

Tableau des vainqueurs

Champion PRO (2 tours) :

-Jean-Baptiste Ramarozatovo, score 137

-Johary Raveloarison, score 143

-Fano Randrianasolo, score 147

Champion Homme (3 tours) :

-Maverick Faber, score 218

Championne Dame (3 tours) :

-Ony Marchand, score 243

Champion Junior (2 tours) :

-Rajena Andriamirado Timoty, score 150

 

News Mada0 partages

Meteo : deux formations de tempête en vue

De source auprès de la météo hier, la formation de deux tempêtes tropicales est actuellement prévue dans l’océan Indien et dans le canal de Mozambique. La première est une tempête tropicale modérée pour ce dimanche, au sud-ouest de l’île de Diego Garcia. Quant à l’autre, elle sera pour ce lundi dans le canal de Mozambique. «Pour l’instant, rien de concret. Elles n’affecteront pas encore le temps qu’il fait à Madagascar», a indiqué la responsable de la communication de la Direction générale de la météorologie (DGM) Ampandrianomby, Mamy Nirina Randrianarivelo, joint par téléphone hier. De souligner par la suite que ces deux systèmes font actuellement l’objet d’un suivi particulier. Et qu’il faut attendre la semaine prochaine pour avoir des informations exactes, au cas où ces tempêtes ne pourront pas se former.

Sera R

 

News Mada0 partages

Analakely : friction entre les commerçants

Les commerçants des pavillons d’Analakely réclament à ce que les marchands qui occupent les trottoirs et les rues bordant leurs lieux d’activités soient déplacés dans d’autres endroits. A cet effet, une demande a été déposée auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) par l’association des marchands des pavillons d’Analakely (Fipava) pour que la municipalité d’Antananarivo prenne ses responsabilités. «Ces informels freinent énormément nos activités et nos chiffres d’affaires ne cessent de se dégringoler, alors que nous déboursons dans les 400 à 500 000 ariary de taxes annuels», s’est indignée la déléguée de la Fipava, Sarah Lantoniaina, hier. Elle de souligner ensuite que la présence de ces informels provoque des perturbations dans la gestion des parkings, aussi bien pour leurs clients que dans la livraison des marchandises. «La CUA engage toujours les dialogues auprès d’eux, sans jamais nous consulter et demander notre avis, alors que des milliers de marchands des pavillons risquent la faillite si cette situation perdure», a ajouté Sarah Lantoniaina. «A trois reprises, nous avons demandé à rencontrer les responsables de la commune dont la maire Lalao Ravalomanana, mais nos requêtes restent jusqu’ici sans suite», a-t-elle déploré.

Sur ces faits, la Fipava menace de s’insurger contre la CUA si la municipalité d’Antananarivo continue toujours à faire la sourde oreille. Cela, à travers des manifestations qui restent encore à définir au cours de la prochaine réunion des membres.

Sera R

News Mada0 partages

Vaccination antipolio : des agents vaccinateurs menacés de mort

Les résultats de la 11e campagne de vaccination  ont été plutôt mauvais. Les cas de refus au vaccin se sont multipliés, suite notamment à la rumeur sur le « vaccin anti-peste », qui s’est propagée dans quelques endroits, un ou deux mois avant la tenue de la campagne.

La méfiance de la population s’est accentuée. Le personnel de santé et les agents vaccinateurs ont fait face à des parents réticents et agressifs, qui ont même manifesté de la violence pour faire valoir leur refus à la vaccination antipolio lors de la dernière campagne menée au mois de décembre dernier. «Ces derniers ont vécu le pire jusqu’à endurer des insultes et menaces verbales, comme c’était le cas dans la région Atsinanana». C’est ce qu’a rapporté le responsable Nutrition et information, éducation, communication au sein du Service de district de santé publique (SDSP) de Toamasina I, le Dr Liliane Razafindraporaka, hier lors d’une interview. Même calvaire pour des agents de santé dans la région Bongolava qui ont déclaré que des membres des communautés locales les ont menacés de mort au cas où ils osent administrer les doses de vaccination à leurs enfants.

Logiquement, le taux de couverture vaccinale dans ces régions a connu une nette baisse par rapport à la 10e campagne, menée en avril 2017. Pour le district de Toamasina I,  69% des enfants cibles, de 0 à 5 ans ont été vaccinés pendant les trois jours de campagne qui se sont déroulées du 6 au 8 décembre 2017. Les opérations se sont poursuivies durant les cinq jours de la Semaine de la santé de la mère et de l’enfant (SSME) du 11 au 15 du même mois, ce qui a permis de ramener le taux à 79%. Quoi qu’il en soit, ce taux demeure faible par rapport à la campagne précédente, où 97% des enfants cibles ont été vaccinés, soit une baisse de l’ordre de 18%. Un cas similaire a été enregistré à Toamasina II, avec une différence de 10% pour les deux campagnes, avec respectivement un taux de couverture vaccinale de 98% et 88%, d’après le médecin inspecteur local, Dr Désiré Bezandry. Ces responsables ont évoqué l’impact de la rumeur sur le vaccin «anti-peste» durant les périodes où l’épidémie de peste pulmonaire a sévi dans le pays.

Une opération supplémentaire dans 11 régions

La baisse du taux de couverture du vaccin antipolio n’est nullement un cas isolé. Selon des sources auprès de la direction du Programme élargi de vaccination (Dpev), la situation est en dessous du seuil acceptable dans la moitié des régions à travers le pays, en dépit des campagnes de sensibilisation. Onze régions sur vingt-deux n’ont pas atteint l’objectif, où le taux de vaccination se situe en dessous de 95%.

Pour redresser la situation, une opération de vaccination supplémentaire sera menée spécifiquement dans ces régions du 17 au 19 janvier prochain, notamment dans les régions Atsimo Andrefana, Boeny, Anosy ou encore à Antananarivo… «Ce sont des zones enclavées ou qui ont enregistré des cas importants de refus. Le ministère de la Santé et ses partenaires, dont l’Unicef, comptent opter pour la sensibilisation de proximité pour aider directement – mais non via les médias – les communautés cibles à avoir les vraies informations sur cette campagne et de briser les rumeurs y afférentes», a informé le directeur de la Promotion de la santé au sein du ministère de tutelle, Dr Manitra Rakotoarivony, joint par téléphone.

L’Unicef, en tant que partenaire principal du ministère de la Santé dans la mise en œuvre de la campagne de vaccination antipolio, va booster la sensibilisation communautaire à travers son programme Communication pour le changement de comportement communautaire et le développement (C4D). Une autre campagne visant à combler les lacunes lors de cette opération additionnelle est prévue pour le mois d’avril prochain, notamment dans les régions qui n’atteignent pas les objectifs. Ce chemin est inévitable si le pays veut s’acheminer vers l’élimination de l’épidémie de Poliomyélite, qui sera marquée par l’obtention de la certification «Polio free».

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Chronique : le droit ignore les applications à temps partiel

Il serait idiot de la part de Marc Ravalomanana de se constituer prisonnier pour se mettre en conformité avec la loi. Voilà presque quatre ans qu’il est rentré et jusqu’à présent les pouvoirs publics ne lui ont pas notifié l’arrêt de sa condamnation par contumace. Si Ravalomanana n’exécute pas sa peine, on ne peut quand-même pas lui reprocher le manquement qui relève manifestement de l’autorité de l’Etat. A l’extrême il lui reviendrait même le droit de se plaindre, le retard de notification l’a privé de son droit de faire opposition à une condamnation qui plus le temps dure plus celle-ci prolonge la période du préjudice en conséquence.

Seule une décision judiciaire a autorité pour dire le bien fondé ou non de cette condamnation. Cette décision fait trembler non dans les chaumières mais sous les voutes des palais. La question que l’autorité judiciaire compétente aura à trancher apparait simple et sa réponse pourtant essentielle à cause de sa vocation à faire jurisprudence. La juridiction saisie par la Transition pour juger Marc Ravalomanana de ses actes dans l’exercice de ses fonctions de Président de la République était-elle compétente ? Plus claire, Président, Marc Ravalomanana était-il justiciable devant la juridiction qui l’a condamné ?  Dire le droit en déclarant l’incompétence de cette juridiction apporterait une confirmation de la pourriture du système qui cultive l’impunité. Depuis plus d’une décennie, ceux qui se sont succédé au pouvoir (Ravalomanana compris) sont liés par la complicité d’avoir organisé une coupable lenteur à la mise en place de la Haute Cour de Justice, juridiction jusqu’à ce jour sujette à un fonctionnement virtuel. Reconnaitre la compétence de la Cour qui a condamné Ravalo mettrait fin à l’impunité dont le retard au fonctionnement de la HCJ constitue l’unique garant.

Pendant quatre ans le pouvoir a hésité pensant faire de cette condamnation une arme à sa disposition. Ça y est, le moment lui apparait propice pour la dégainer. Tout ce qui entoure l’élection présidentielle en sa faveur lui parait bon à utiliser. Malheureusement ces armes sont à double tranchant, il n’y a pas loin que la plus petite erreur de manœuvre ne transforme ces armes en boomerang, voire en TNT, matière qui risque à tout moment de péter entre les mains d’apprentis-sorciers.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy vita indray andro

Rehefa mamely mafy toy izao ny korontan’ny tontolo voajanahary dia mivandravandra daholo ny fery eto amin’ny fiaraha-monina. Am-polony ny olona namoy ny ainy, an’alina ireo tra-boina namoy ny kely noheveriny mba ho fananany. Mientana ny mpiray tanindrazana samy manao izay kely vitany ao anatin’ny firaisan-kina. Tsy gisitra amin’izany ny mpanao pôlitika na rizareo eo amin’ny fitondrana na ireo any amin’ny fanoherana. Tsy tapitra ho enjehina indray andro daholo anefa ny famonjena ireo niharam-boina. Tsy indray andro koa moa fa efa ela izay no niviraviran’ny fahasahiranana azy ireny. Ny fery no miseho fa ny aretina efa ela no nikotrika teto amin’ny fiarahamonina nahatonga ny mponina ho trotraka sy farofy toy izao.

Ny fery moa no mahamaika, fa ny aretimbe rafahantrana tsy hay akisoka. Vonjy tavan’andro fotsiny anefa raha mbola tsy ny fahantrana fa ny fiantrana no atao vain-dohandraharaha. Impiry impiry moa no nahenoana an’ireo tompon’andraikitra ambony nanainga ny vahoaka hiara-hisikina ao anatin’ny ezaka fampandrosoana izay tsy vitan’ny fanjakana irery ? Amin’ny fanaovana ezaka ahavita dingana firy anefa ireto mponina tsy miainga akory dia efa reraka tototry ny fahasahiranana, ramaka tsy ampy ho hanina ? Tsy fanentanana sy fitarihan-dàlana fotsiny anie no adidin’ny mpitondra, fa ny fametrahana sy ny fanajariana rafitra ahafahan’ny maro mihiratra sy mijoro ao anatin’ny fihajana amin’ny maha olombelona.

Tsy famporisihana hampisara-bazana ny manana sy ny ory sanatria, raha alalinina dia miray hina ireo sokajy ireo noho ny tsy maintsy fiarahany monina. Iaraha-mahafantatra moa fa eto an-tany samy manana ny vintany ka tsy izay no atao  hampisaraka, fa ny olo-marina rehetra kosa dia samy miandrandra ny rariny eo amin’ny fahafahana sy fitoviana zo eo anivon’ny fiaraha-monina.

Ny tsy fitoviana fananana no azo ekena, nefa raha mijery tsy miangatra maro ireo manantena fahazoana sy fisitrahana tombony eo amin’ny fahafahana manao sy fananana zo ambonin’ny rehetra. Tsy ny mponina anie no may antoka amin’izao resaka lasa aloha mikasika ny fifidianana izao. Izao dia samy mijery ny rehetra, tazany avokoa ireo manjakazaka sy be hetraketraka noho ny fananany harena na noho ny fahefana eo am-pelatanany. Any anatin’ny vata fandatsaham-bato ny kizo iandrasan’ny olona azy ireny.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : rêves solitaires des R-V du Président

Autant le pouvoir fait feu de tout bois pour communiquer en sa faveur et tente d’exploiter tout événement pour engranger de bonnes appréciations, autant le public refuse désormais de manger du pain virtuel de ces discours, et de remplir la besace des chasseurs de bonnes notes pour de piètres prestations. Lors de la dernière édition du « rendez-vous » du Président, suite aux dégâts du cyclone, l’annonce de reconstruire « durable » ne fait pas rêver dans les chaumières. Dans les foyers se manifestent les violences d’une dictature de la pauvreté. Bien portante, celle-ci ne saurait servir de socle qu’à des reconstructions de précarité à vocation « durable», misère de longue durée.

 

News Mada0 partages

SECES Antananarivo : vers le gel des résultats des examens

A l’issue de son assemblée générale qui s’est tenue hier à l’Amphi 10 à Ankatso, le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants de l’enseignement supérieur (Seces), section Antananarivo, a décidé de poursuivre la suspension de toutes activités d’enseignement et de recherche au sein de l’université d’Antananarivo et des centres de recherche se trouvant dans la capitale, si ses revendications ne seront pas toujours prises en compte. «Ces manifestations pourraient aboutir jusqu’au gel des résultats des examens», a souligné son président, le Pr. Sammy Grégoire Ravelonirina.

Le syndicat entend ainsi renforcer la réclamation de leurs dus, en attente de résultats concrets et palpables, et non de promesses. Toutefois, le syndicat a souligné la poursuite des négociations avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), son ministère de tutelle.

Parmi ces revendications figurent le maintien des 125 heures par an, l’obligation de service des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants, ainsi que le paiement des heures complémentaires 2015-2016.

De son côté, le Seces de Toliara, par le biais d’un de ses membres joint par téléphone, a fait également savoir le maintien d’une grève illimitée, «Quitte à passer une année blanche», a souligné notre interlocuteur.

Sera R.

News Mada0 partages

Insécurité a Behenjy : un groupe de bandits démantelé

Recherchés depuis des mois par les forces de l’ordre, 7 membres d’une bande de braqueurs de voiture ont finalement été capturés à Behenjy hier, à la levée du jour.

Dans la nuit d’avant-hier, les bandits ont pris pour cible deux véhicules poids lourds appartenant à une entreprise franche située dans le village d’Ankadivolosarika, fokontany d’Amboasary Behenjy. Ils ont emporté le moteur, les pneus, les pare-brises, les rétroviseurs… Les bandits ont embarqué le tout  dans une Mercedes Sprinter. Pendant ce temps, des témoins qui ont remarqué le vol ont contacté la gendarmerie.

Intervention 

Au moment où les voleurs s’apprêtaient à s’enfuir, une soixantaine de villageois, en compagnie de plusieurs éléments de la gendarmerie locale, ont débarqué sur les lieux. Une course-poursuite s’est engagée dans le noir vers 3 h. Les bandits ont beau essayé de s’échapper à pied en abandonnant leur véhicule mais les limiers venus en renfort ont réussi à les rattraper. Il y avait trois femmes parmi les sept bandits. Les voleurs et leur véhicule ont été conduits au poste avancé de Behenjy.

Selon les explications, cette bande de malfaiteurs a été recherchée depuis le mois d’avril 2017. Ils ont déjà perpétré quatre attaques à main armée dans la commune rurale de Behenjy : vols de voiture, hold-up, attaque sur les routes.

La population espère que l’ enquête sur ces bandits puissent aboutir à la capture des autres membres de la bande encore en cavale.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Ambatolampy : un accident fait un mort et deux blessés

Un accident mortel a eu lieu sur la RN7 dans la matinée d’ hier à hauteur d’Ambatolampy. Une Super Goélette  en provenance de la capitale a fini sa course dans un portail d’une maison au bord de la route après avoir percuté une vendeuse de sandales sur le trottoir. Cette dernière est morte sur le coup. Sa fille, qui était pourtant assise près d’elle, est restée indemne. Sur son passage, le taxi-brousse a également frôlé une passante. Cette dernière à été conduite urgence à l’hôpital. Selon les témoins de l’accident, le taxi-brousse roulait doucement dans le virage quand soudainement, la rotule de direction du véhicule s’est cassée. D’après les passagers, le conducteur a beau essayer de garder sa trajectoire mais la direction ne répondait plus.

ATs.

 

News Mada0 partages

Attaque a Mahajanga : deux bandits pris dans les filets de la police

Belle prise pour les éléments de la police de Mahajanga. Ils ont capturé deux individus suspectés d’être parmi les auteurs de l’attaque à l’entrée d’une boutique de transfert d’argent à Mahajanga, lundi dernier vers 17 heures.

Après avoir assommé leur victime à coups de marteau leur victime, les trois bandits ont pris la fuite à bord de leur moto avec le sac où été placé les 30 millions d’ariary à verser dans la boutique. Des policiers qui faisaient la ronde  ont vu le déroulement de l’attaque et se sont mis à la poursuite des bandits. Pourtant, seul un d’entre eux a été capturé à Mangarivotra. L’interrogatoire de celui-ci a permis aux policiers d’avoir des indices pour poursuivre la recherche des deux autres qui ont pu s’enfuir. Pas plus tard qu’avant-hier, ils ont été arrêtés à Marovoay après les investigations des policiers.

D’après les informations recueillies, la bande est également impliquée dans l’attaque d’un « Karana » en octobre dernier dans la ville de Mahajanga. En total, 5 personnes ont été arrêtées dans  cette affaire, dont deux femmes, et attendent leur défèrement au parquet du tribunal.

ATs.

News Mada0 partages

Boeny : inondations à Mahajanga

Le passage du cyclone Ava sur le littoral est de Madagascar a laissé des séquelles dans la région Boeny. Des aides ont été octroyées aux sinistrés de la ville de Mahajanga en début de semaine après une visite effectuée par les autorités locales.

Les sinistrés de la commune urbaine de Mahajanga viennent de bénéficier de 930 sacs de riz, 250 cartons de savon, 800 couvertures et 4 tonnes de grains secs depuis le début de cette semaine. Les autorités locales, conduites par le chef de région Saïd Ahamad Jaffar et le Préfet de Mahajanga, ont procédé à cette remise de dons après avoir fait un état des lieux suite à des visites effectuées sur les sites d’hébergement abritant des sinistrés dans la ville. Ainsi, 10.181 sinistrés ont été enregistrés en plus des 299 personnes déplacées. Les fokontany de Mahavoky Avaratra, Fiofio, Ambalavola, Tsararano Ambany et Tsararano Anosikely figurent parmi les cas prioritaires selon les évaluations techniques des responsables qui ont révélé que 5 des 26 fokontany de la commune urbaine de Mahajanga sont entièrement inondés actuellement suite au dysfonctionnement du grand canal d’évacuation  du Vallon de Mitzinger à partir du fokontany de Mahavoky Avaratra.

Les sinistrés de la ville de Mahajanga sont actuellement hébergés à la «Maison du quartier» à Ambalavola, au bureau du fokontany de Tsararano Ambany, près du Patel Hôtel  à Tsaramandroso, et à la «Maison Blanche» à Mahavoky Avaratra.  Les trois sinistrées ayant dû accoucher au plus fort du mauvais temps ont été prises en charge par les autorités et accueillies à l’orphelinat de Mangarivotra durant leur période de maternité. Les études sur le projet de curage et de réhabilitation du canal du Vallon de Mitzinger, à l’origine des inondations de la ville de Mahajanga, sont déjà en cours pour réduire les risques de sinistre dans la ville.

Manou

News Mada0 partages

Sava : grève illimitée du Sempama Nosy

Le personnel des écoles publiques de la région Sava est entré en grève illimitée depuis hier pour revendiquer le limogeage du directeur régional de l’éducation nationale et le paiement de leurs arriérés de salaire.

L’assemblée générale du syndicat des enseignants  Sempama Nosy de la région Sava a décidé mardi dernier une suspension des activités pédagogiques dans tous les établissements d’enseignement public de la circonscription en signe de revendication portant sur le limogeage du directeur régional de l’éducation nationale, accusé d’incompétence, ainsi que le paiement à bref délai du salaire d’un millier d’enseignants, victimes de cessation de paiement au mois de décembre. Convaincus de la défaillance du directeur régional en matière de gestion du personnel, suite aux explications du chef de service des soldes et des pensions, convoqué à cette assemblée générale, les membres du syndicat menacent d’augmenter la pression en cas de non considération de leurs revendications. La suspension de leurs soldes résulte de la non-inscription des victimes sur la liste des agents en activité transmis par ce directeur régional au ministère, selon le Sempama.

Manou

 

News Mada0 partages

Taratry ny kanto

Feno 5 taona ny Trass Tsiadana. Ao anatin’ny mozika hatrany no hanamarihana izany fankalazana izany amin’ity taona ity. Ho fanombohana, hisy ny fiarahana an-tsehatra hataon’i Fanja Andriamanantena sy i Rija Ramanantoanina, anio, manomboka amin’ny 9 ora alina. Homena sehatra hanokatra ny fankalazana mihitsy ireto andrarezin’ny mozika malagasy, izay tsy vahiny amin’ny sehatra ao amin’ny Trass ihany koa. Hanaraka azy ireo amin’izany ireo mpitendry manan-talenta toa an-dry Roger Zafera, Nali Rabarison ary Samy Andriamanoro.

Jeneraly etsy amin’ny Piment Café. Hanokatra ny “cabaret” amin’ity taona ity ihany koa ny tarika Jeneraly. Hifamotoana amin’ireo mpankafy etsy Behoririka indray ry Rakem sy ny ekipany, manomboka amin’ny 9 ora alina. Tsy miova ny hira alahatra: ireo nahafantarana an’i Gaby nanangana ny tarika Jeneraly rehetra, ampian’ireo tsy mbola fahenon’ny mpankafy.

Nangonin’i Zo ny Aina

News Mada0 partages

Teatra : hisokatra amin’ny any ivelany ny « Tamaboho 2 »

Araka ny efa fanambin’ny Akademy theatre Antananarivo, hisy isan-taona ny « Festival Tamaboho ». « Tsy maintsy hisy ny amin’ity taona ity ary hotanterahina eo anelanelan’ny volana mey sy oktobra. Hetsika iraisam-pirenena io. Noho izany, ho hentitra sy hanaraka ny fenitra ny zavatra rehetra. Ho fanatrarana izany indrindra, eo am-pikarohana mpiara-miasa izahay », hoy Randrianierenana Henri, mpitarika amin’ny fikarakarana sady mpampianatra ao amin’ity sekoly ity.

Ezahina ny hitondra fanatsarana isaky ny andiany mandritra ny « Tamaboho ». Vinavina, amin’ity taona ity, ny hanasa mpanakanto (mpanao teatra) avy any ivelany. Faniriana io, saingy tsy vita mora izany ka eo am-pitadiavana ny lalana ho amin’izany ny mpikarakara, araka ny nambarany hatrany.

Raha tsiahivina, mandray anjara betsaka amin’ny fisehoana an-tsehatra, mandritra ity « festival » ity ireo mpianatra nivoaka avy ao amin’ny Akademy teatra Antananarivo. Sehatra iray hisedrana ny fahalalana azon’izy ireo io. Fantatra fa efa misokatra ny fisoratana anarana ho an’ireo liana.

Maharitra sivy volana ny fianarana ao amin’ny sekoly. Mizara telovolana telo izany. Hianarana, mandritra ny telovolana voalohany, ny fahaizana miserasera amin’ny olona, ny fifehezan-tena ary ny fanehoana fihetseham-po am-bava sy amin’ny fihetsika. Ao anatin’ny telovolana faharoa no hanovozam-pahalalana mikasika ny fiakarana an-tsehatra.

Aorian’izay, mandritra ny telovolana farany, ampianarina mamokatra piesy na tantara sy ireo karazana asa hafa manodidina ny teatra, toy ny fifehezana ny jiro, ny fiakanjo, sns, ireo mpianatra. Nomarihin’ny tompon’andraikitry ny Akademy theatre Antananarivo fa azo atao tsara ny mijanona tsy manohy ny fiofanana rehefa vita ny telovolana voalohany na faharoa.

Landy R.

News Mada0 partages

Boky mirakitra tononkalo : hamoaka ny « Hafatra » Rasamy

« Ny aingam-panahiko, avy amin’ny fiainana andavanandro iainako sy hitako ary mitranga anaty fiarahamonina », hoy Rasamy… Tsy nijanona hatreo anefa izy fa nandrakitra izany anaty boky, izay hivoaka afaka andro vitsy.

Rasamison Andriarimanana Aimé, fantatra amin’ny anarana hoe Rasamy, amin’ny maha mpanoratra azy. Nampahafantarina, omaly, fa amin’ny alahady 14 janoary izao manomboka amin’ny 2 ora sy sasany ao amin’ny FJKM Ambohidrabiby Avaradrano, no hamoahana ny « Hafatra », boky voalohany mirakitra ny sanganasan’ity mpanoratra sady mpampianatra mpikaroka eny amin’ny ambaratonga ambony ity. Hiompana kokoa amin’ny fanehoana ny zavakanto malagasy ny fandaharam-potoana amin’io alahady io. Antsa tononkalo miaraka amin-dRasamy, fitendrena valiha, gitara, sodina, sns.

« Hafatra », boky 90 pejy mirakitra tononkalo 72. Asa sora-dRasamy nanomboka teo amin’ny taona 2015. « Efa ela aho no nanomboka nanoratra, saingy betsaka ny tononkalo nosoratako talohan’ireo no very satria tsy voarakitra anaty boky tahaka izao », hoy Rasamy.

Amin’ny maha hafatra azy, maro ireo lohahevitra ampitain’ny mpanoratra amin’ireo asa sorany ireo. Anisan’izany ny zava-miseho eny anivon’ny fiarahamonina, ny resa-politika, ny tontolon’ny fitiavana amin’ny endriny maro (olon-droa,  ray aman-dreny sy zanaka, tanindrazana…), sns. Ao ihany koa ny tononkalo natao hampihomehy. « Miezaka manatona ny fon’ny tanora mba ho tia tononkalo ihany koa aho », hoy Rasamy. Anisan’izany ny fampiasana ny fomba fitenin’izy ireny.

Ankoatra ny asany andavanandro sy ny fanoratana tononkalo, manoratra amin’ny blaogy ihany koa Rasamy. « Blog de Rasamy » amin’ny teny vahiny, « Rediredin-dRasamy amin’ny teny malagasy ». Nanao ny teny fanolorana ny « Hafatra » ny mpitandrina Randrianalidera Radoniriana Robin, izay nanantitrantitra fa « … Talenta mitondra hafatra mafonja ny an’ny mpanoratra… Aleo ianao no hianoka ny soa sy ny tsara… Manàna fotoana hitsakotsakoana sy hitelemana ny hafatra isan-tonony ».

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Taom-baovao : fomba ny manolotra vakodrazana

Mihavitsy, saingy mbola misy ireo tarika mpanao vakodrazana manolotra fampisehoana ankalamanjana ho fiaraha-mifaly amin’izao taona vaovao izao. Amin’ny ankapobeny,  eny an-tsena eny no ahitana azy ireny. Mpianakavy na mpiray tanàna, avy any ambanivohitra any, kosa ny ankamaroan’izy ireny.

Any ambanivohitra any, hatramin’izay, no ahitana andiany mpitendry zavamaneno, mpanao vakodrazana mitety tanàna, rehefa fety, indrindra ny taom-baovao. Tao anatin’ny taona maromaro izay, mitety ireo tsena sy toerana be mponina eto an-dRenivohitra izy ireo. Tsy mijanona amin’ny hoe fizarana fifaliana sy fiaraha-mientana amin’ny fahatrarana ny taona vaovao no tanjona fa eo koa ny fitadiavam-bola.

Tsy voafetra fa izay foin’ny mpandalo no mba andrandrain’ireo mpanao vakodrazana, izay ahitana ankizikely, indraindray. Tsy miala amin’ny mahazatra ny zavamaneno entin’izy ireo, toy ny amponga sy ny sodina ary ny langoraona. Manaraka ny toetr’andro sy ny fironana ankafizin’ny olona kosa ny mozika lalaovina amin’ny gadona vakodrazana.

Azo lazaina ho harena mampiavaka ny Malagasy, indrindra ny aty afovoan-tany, eo amin’ny lafiny kolontsaina sy ny fomba amam-panao ireny fampisehoana vakodrazana amin’ny fiandohan’ny taona vaovao ireny.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Nidangana ny vidim-piainana taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava

Ho an’ny vary dia tsy nahitana fiakarana manokana fa eo amin’ireo sakafo fihinana hafa sy ny legioma no nahitana fisondrotana avo dia avo. Ho an’ny legioma dia tafakatra 2 000 Ar ny kilaon’ny anana raha latsaky ny 1 000 Ar izany teo aloha. 

Ho an’ny voatabia dia tsy mahazo voatabia intsony ny 100 Ar fa 200 Ar miakatra vao mahazo. Nahitana fiakarana 100% ny voatabia. Raha 2 000 Ar ny iray kilao teo aloha dia lasa 4 000 Ar izany ankehitriny. Ho an’ny tongolo dia efa tafakatra 4 000 Ar ihany koa ny iray kilao. Ho an’ny karoty, dia 3 500 Ar raha manodidina ny 1 200 Ar hatramin’ny 2 000 Ar izany teo aloha.  

Nisondro-bidy ihany koa ny anamalao. Tsy mahazo anamalao intsony 100 Ar fa lasa 200 Ar. Ny angivy izay vidina 100 Ar ka hatramin’ny 200 Ar dia lasa 400 Ar. Saika ireo tsena rehetra ao Toamasina no nahitana io fisondrotam-bidy goavam-be io. Tsy niandry ela ihany koa ireo mpitondra posiposy fa nampiakatra avy hatrany ny saran-dalana. Lasa 1 500 Ar ka hatramin’ny 3 000 Ar ny saran-dalana ho an’ny posiposy bisikileta ao Toamasina. Tsy mbola nampiakatra kosa ireo bajaj sy taksibe.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA AO IKONGO : Voatendry ny lehiben’ny fonja vaovao taorian’ ny korontana

Tamin’ity herinandro ity no vita ny fanendrena ny lehiben’ny fonja vaovao, izay hisahana ny fitantanana ny fonja ao anatin’ny Distrikan’Ikongo. Tsy ho ela dia handray ny andraikiny ity farany mba hisorohana amin’ny mety hisian’ny gaboraraka eo anivon’ny fonja ary mba hialana amin’ny mety ho fiheverana fa tany tsy misy fanjakana ny ao Ikongo, araka ny fanazavana nomen’ny minisitry ny Fitsarana. 

“Manamafy izany ny tenako fa tsy avelan’ny minisitera ho tany tsy misy fanjakana sy tsy misy fitsarana ny any Ikongo. Manan-jo hanana fitsarana sy hotsaraina araka ny lalàna toy ny olom-pirenena rehetra ny mponina any Ikongo, izany no natao mba hanamafisana ny fametrahana ny tany tan-dalàna”, hoy ny minisitry ny fitsarana, Rasolo Elyse Alexandrine.  Ankoatr’izay dia mpitandro filaminana 12 lahy ihany koa no nalefa any an-toerana mba hanatevin-draharaha taorian’iny zava-niseho iny. Nanamafy hatrany anefa ny minisitra fa mbola mitohy foana hatramin’izao ny fifampiresahana eo amin’ireo tompon’andraiki-panjakana miaraka amin’ny mponina sy ny olobe ao an-tanàna mba ho fitadiavam-bahaolana ho amin’ny filaminana tanteraka. Raha tsiahivina dia anisany lasibatra tamin’ireny korontana nitranga tany an-toerana ireny ny lehiben’ny fonja, ny tonian’ny mpampano lalàna niaraka tamin’ireo mpiandry fonja sy mpitsara vitsivitsy. 

Noho ny hafanan’ny toe-drarahara vokatry ny hatezeran’ireo mponina dia tsy maintsy nandray ny andraikiny faran’izay haingana ny governemanta malagasy tamin’ny fakana an’ireo olon’ny fitsarana izay nandefasana angidimby mba hiakatra aty Antananarivo, anisan’io ilay lehiben’ny fonja teo aloha. Nambaran’ny loharanom-baovao voaray fa tsy maintsy niala tao amin’ny trano fonenany mihitsy ity farany tamin’ny andro nisehoan’ny korontana mba ho fiarovana ny ainy. Amin’izao fotoana izao ihany koa dia anisany mitana ny sain’ireo mpanara-baovao ny mahakasika an’ilay lehilahy voafonja teny Tsiafahy tafatsoaka any Frantsa. 

Nambaran’ny minisitra fa  efa navoaka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny didy mampisambotra azy. Tsy maintsy naiditra am-ponja ihany koa ireo mpiandry fonja roalahy niaraka tamina mpitsabo mpanampy iray izay nisahana an’i Houcine Arfa fony izy mbola notazomina tany am-ponja.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TELOVOLANA FAHAROA : Tsy maintsy natomboka omaly na maro aza ireo sekoly simba

Ankoatra ny fampiatoana vokatry ny andro ratsy mantsy, dia mbola tsy afaka manohy ny fianarany ihany koa ireo mpianatra noho ny fahapotehan’ny sekoly. Eo ihany koa ny fanapahan-kevitra raisin’ny tompon’andraikitra samihafa amin’ny fametrahana ireo traboina eny anivon’ny sekoly. Mahakasika izay indrindra dia fantatra izao fa miisa 263 ireo efitranom-pampianarana simba tanteraka nandritra ny fandalovan’ny rivodoza Ava, araka ny antontan’isa navoakan’ny ministeran’ny fanabeazam-pirenena. Mahatratra hatrany amin’ny 77 kosa ireo efitrano fianarana izay ampiasaina handraisana ireo traboina. 

Mbola misy ihany koa anefa ireo efitrano fianarana simba amin’ny ampahany na ihany koa simba tafo. Araka ny antontan’isa nomen’ny ministera hatrany dia fari-piadidiam-pampianarana miisa 77 no mitondra takaitra amin’izao fotoana izao vokatry ny fandalovan’ny rivodoza Ava. Izany hoe, mpianatra maherin’ny 34 000, raha atambatra no tsy afaka hiverina an-tsekoly vokatry ny rivodoza. Etsy ankilany anefa dia nanamafy ny ministeran’ny fanabeazam-pirenena fa nanomboka omaly alakamisy 11 janoary dia tokony niverina avokoa ny fampianarana manerana ny nosy. Efa nisy araka izany ny fepetra noraisina hametrahana efitrano fianarana vonjimaika.

Tsy miova ny datim-panadinana ofisialy

Ho an’ireo any amin’ny faritra sasany dia misy fifampiraharahana amin’ny tompon’andraiki-panjakana any an-toerana mba hahafahan’ireo ankizy miverina mianatra. Anisan’izany ny tokony hijerena toerana hafa afaka hampiantranoana ireo traboina. Etsy ankilany dia ireo sekoly tsirairay no mametraka fandaminana amin’ny fanatanterahana ny fanenjehana ny fandaharam- pianarana. Tsy mbola nisy fiovana ihany koa hatreto ny tetiandrom-pampianarana sy ny datin’ireo fanadinana ofisialy rehetra, araka ny voalaza hatrany. 

Andrasana araka izany izay mety ho fivoaran’ity tetiandrom-pampianarana ity. Tsara tsiahivina mantsy fa efa nahitana fihemorana be ny fidiran’ny mpianatra tamin’ity taom-pianarana ity vokatry ny valanaretina nisy teto an-toerana. Mbola voaelingelina ihany koa ny fampianarana vokatry ny rivodoza farany teo. Ireo antony izay isany anindrahindran’ny ministera voakasika ny amin’ny tokony hidirana amin’ilay drafi-panabeazana vaovao na ny Pse.    

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

MITOHY NY ORAMBE : Betsaka sahady ny lalana potika eto an-tampon-tanànan’i Mahajanga

Ny lalana eo Mazava huile, mankeny Tsaramandoso iny dia efa feno lavaka tanteraka. Ireo lalana vao vita, toy ny mankany Ambondrona sy ny midina eo Ambalavola iny dia efa feno lavaka ihany koa. 

Lavaka be ihany koa no tsy maintsy andalovana rehefa avy any amin’ny hopitaly manara-penitra ka ho any Tsaramandroso. Mitaraina ny mpampiasa lalana satria vao tsy ela no namboarina ireo lalana ireo nefa tsy mahavita taona akory dia efa lavaka sahady. Mbola maro anefa ny lalana tsy nokasihina mihitsy eto Mahajanga, toy ny eo Mahajanga be mandalo amin’ny Bni ka mivoaka any Mahajanga be iny. Ireo lalana maro ao Ampasika, izay lasa dobo mandavan-taona ka efa maitso mihitsy ireo rano miandrona eo, raha tsy hijery afa-tsy ny miditra eo amin’ny Viva teo aloha mankeny amin’ny biraon’ny Jirama. 

Kaohin’ny riaka ny fasika sy fako

Saika toy izany avokoa ireo lalana any amin’ny faritra iva. Ho an’ny rehetra dia natao peta-toko sy tsy manara-penitra akory ny fanamboarana ireo lalana ireo. Ny ao Manjarisoa sy iny lalana mankeny amin’ny Soma beach ary ireo lalam-baovao ao Tsaramandroso ireo no mba hita fa nateza hatreto.

Tazana ihany koa fa feno fasika sy fako ny ankamaroan’ny lalana eto Mahajanga. Kaohin’ny riaka mantsy ny tany sy ny fako avy amin’ireo fokontany ambony toerana, toy ny Mangarivotra, Androva sy bloc administratif ary apetrany amin’ny lalana ety ambany. Lasa dongona eny ambony arabe ireo fasika ireo ka manembatsembana ny fifamoi- voizana. 

Eo amin’ny fiolahana amin’ny Osiem, manoloana ny ivon-toerana pastoraly diosezianina, eo amin’ny Bonnet, akaikin’ny Bfv no tena ahitana izany. Raha ny tokony ho izy dia esorina avy hatrany ireo fasika ireo satria manimba ny lalana vita tara ao ambany ihany koa ; tsy ampy anefa ny finiavana sy ny hoenti-manana amin’ izany ka dia tazanim-potsiny aloha.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSENA SOTEMA MAHAJANGA : Tsy maintsy miverina amin’ny toerany ny mpivarotra

Efa nampahafantarina ny mpivarotra rehetra tao an-toerana izany ary manomboka ny voalohan’ny volana janoary 2018 no efa tokony nampiharina ka niditra ny tsena izy ireo. Efa dila ny herinandro nefa mbola miziriziry mivarotra eny  ivelan’ny tsena ny mpivarotra sasany. Hany ka misy ny fepetra tsy maintsy horaisina, araka ny nambaran’ ny lehiben’ny tsena eto Mahajanga Maeva Portos. 

Efa ho tonga ny fotoana fidinana ataon’ny tompon’andraikitra ka horaofina avy hatrany ny entana mbola mipetrapetraka amin’ny sisin-dalana, hoy hatrany izy. Efa misy fandaminana napetraka ihany koa ao anatin’ny tsena, ka ialan-tsiny, hoy ny lehiben’ny tsena izay tratra fa efa nampiomanina mialoha ireo mpivarotra. Tsy natao hivarotana ny sisin-dalana fa napetraka ho an’ny mpandeha an-tongotra. Tery dia tery ny lalana amin’io toerana io nefa betsaka ny mpampiasa lalana mifamezivezy na mpandeha an-tongotra na fiara, posy, sarety, taksibe, kamiao mpanary fako sy fitaovam-pitaterana isan-karazany. 

Ahiana hampidi-doza izany. Malalaka dia malalaka kosa ny ao anaty tsena ka rariny raha ao ireo mpivarotra no mivarotra. Ny mpivarotra anana sy filao no tena betsaka mihoa-pefy mivarotra ivelan’ny tsena, hoy ny tompon’andraikitry ny tsena. Manodidina ny Ar3000 ka hatramin’ny Ar 12 000 ny haban-tsena takiana amin’ny mpivarotra araka ny entana amidy sy ny toerana ivarotana. Tsy maintsy ampiharina kosa ny lalàna ka izay tratra dia horaofina sy ampidirina fourrière ny entany aorian’ny fampilazana maro efa natao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TAKAITRA NAVELAN’I AVA : Mitohy ny fanadiovana ny lalam-pirenena fahadimy

Nesorina avokoa ireo sakantsakana rehetra nanomboka avy tao Antaratasy. Izao no natao dia ny mba tsy hisian’ny olana amin’ny fivezivezena mihazo an’Analanjiirofo. 

Amin’ny maha ao anatin’ny Faritra Atsinanana an’Antaratasy ka hatrao Ambalahasina, dia niera tamin’ny faritra Atsinanana aloha ny lehiben’ny Faritra Analanjirofo mba hialana amin’ny mety ho filazana fanitsahana andraikitra. Na tsy ao anatin’ny Faritra Analanjirofo mantsy ireo tanàna voalaza ireo dia mampikatso ny fifamezivezena any Analanjirofo raha tsy afaka ireo sakana. 

Tsy manana olana amin’ny famatsiana solika intsony noho izany ny any an-toerana ankehitriny. Efa voavaha izany amin’izao fotoana satria afaka ireo hazo nidaraboka tamin’ny tany ka efa afaka soa aman-tsara ireo fiarabe mpitatitra solika. Marihina fa ny Faritra Analanjirofo no niantoka ny lany rehetra tamin’izao asa fanadiovana ny lalam-pirenena fahadimy izao. 

Efa manomboka miverina amin’ny laoniny ny fiainam-bahoaka any amin’ireo distrika enina mandrafitra ny faritra, araka ny angom-baovao voaray hatrany.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa SamsungNisy nitory

Ny vondrona tsy miankina amin’ny fanjakana Sherpa sy Peuples solidaires dia nanambara ny alakamisy teo fa nametraka fitoriana any amin’ny fitsarana any Paris ho an’ny orinasa Koreana tatsimo Samsung izay mpikirakira ireo fitaovana elektronika toy ny telefonina.

 Ity fitoriana ity dia mahakasika  ny tsy fanajana ny zo fototry ny mpiasa sy ireo fepetra amin'ny asa ao amin'ny orinasa Samsung any Shina sy Korea Atsimo.

Raha ny fanambaran’ny Greenpeace omaly dia nahitana fahatsarany ny fahadiovan’ny rivotra ao amin’ny faritr’i Pekin tamin’ny taona lasa iny saingy mbola sarotra ho an’i Sina manontolo ny hiady amin’ny fahalotoan’ny tontolo iainana noho ny mbola hampiasan’ireo olona any amin’ny faritra hafa ivelan’i Pekin arina fandrehitra entina hanafanana ao an-trano, kanefa ny setroka avoakan’ireo no tena anisan’ny fototra mampaloto ny rivotra iainana.

Araka ny fanadihadiana nataon’ny Kantar Sofres-OnePoint nivoaka tamin’ny gazety boky iray Le Figaro omaly Alakamisy, dia  nahitana fahatsarana ny fitokisan’ny vahoaka Frantsay an’i Emmanuel Macron izay manana isa 44% sy i Edouard Philippe manana isa 42% ho an'ny volana 2 nifanesy. Ireo mpitantana ireto dia efa nahazo ny isa ambany indrindra tamin’ny volana novambra, i Emmanuel Macron dia 39% ny isany ary i Edouard Philippe nanana 36%.

Taorian’ny fandehanan’ny sambo iray hanao fikarohana ny talata teo dia nanatanteraka fanaovan-tsonia tamina orinasa tsy miankina Amerikanina Ocean Infinity ny fitondrana Malezianina ho famerenana ny fikarohana ilay fiaramanidina Malaysia Airlines MH 370 izay nanjavona niaraka tamina mpandeha miisa 329, tamin’ny 4 taona lasa. Ity orinasa Amerikanina ity dia anisan’ireo havanana amin’ny fikarohana an-dranomasina, ka hanomboka izany fikarohana izany any amin’ny tapaky ny volana janoary.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-kerinyVotsotra omaly hariva i John Razaly

Iray volana latsaka kely taorian’ny nakana an-keriny azy dia fantatra fa navotsotra omaly hariva i John Razaly, ilay tovolahy vao 23 taona monja, teratany vahiny mpiasan’ny orinasa UCODIS.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mampijaly « Ville »

Ialahy lesy ry Jean Eric mba jerijereo ihany ny lalana eto an-drenivohitra fa tsy hoe tsy tian’lisany ny ben’ny tanàna dia ny vahoaka no ampijaliana ah !Marina fa hoe tsy nifidy anareo ny vahoaka tamin’ny fifidiana ary mbola mety tsy hifidy anareo ihany koa amin’ity ho avy ity fa na izany nefa dia adidinareo feno ny mikarakara azy sy manompo azy fa mpiasam-bahoaka ianareo.

 Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

SECES AntananarivoMpikambana 3 mpamadika tolona nesorina

Manamafy ny fitakiana efa tapaka ny 21 desambra 2017 teo ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sy ny mpikaroka mpampianatra na ny SECES, Sampana Antananarivo, izay nanao fivoriambe tao amin’ny Amphi 10,

 

 Fakiolten’ny Teny aman-tsoratra sy ny Siansa Maha olona omaly. Voalohany amin’ny ampahany, mialoha ny faran’ny taona 2017 ny tambin-karama ho an’ireo “retraités cherceheurs” izay tokony ho efa naloa nanomboka ny volana janoary 2016, fitazonana ho 125 ora “ny obligations de services” isan-taona ho an’ny mpampianatra-mpikaroka sy ny mpikaroka-mpampianatra, tahaka ny efa nisy nanomboka ny taona 2005 no ho mankaty, indrindra ny fandoavana ny ora fanampiny 2015-2016 mialoha ny faran’ny taona 2017, izay tsy nisy tanteraky ny fanjakana. Nisy ny fihaonan’ny SECES Sampana Antananarivo tamin’ny tompon’andraikitry ny minisiteran’ny fampianarana ambony ny 8 janoary teo, ary nisongadina tao ny fitohizan’ny fifampidinihana, izay tsy nisy vokany azo tsapain-tanana sady tsy mamaly ny fitakiana voalaza etsy ambony. Tapaka nandritra ny fivoriambe omaly fa hamafisina amin’ny alalan’ny fanohizana ny fampiatoana ny asa fampianarana sy fikarohana ny fitakiana. Mety hiafara amin’ny tsy famoahana ny voka-panadinana na ilay antsoina hoe “gel des résultats” izany, raha tsy misy valiny azo tsapain-tanana sy mahafa-po. Nandritra ny fivoriana ihany koa dia nisy ny fampiatoana olona vitsivitsy tsy ho mpikambana ao anatin’ny SECES, ka tamin’ny alalan’ny latsa-bato miafina no nanaovana azy. Nivoaka taorian’izay ny fanapahana manala an’Atoa Dimby Ralambomanana, Rivoarison Randrianasolo, Bruno Randrianomanana, tsy ho anisan’ny mpikamban’ny SECES intsony mandra-pisian’ny fanapahan-kevitra mifandraika amin’izany. Fihetsika tsy mendrika sy famadihana ny sendika tamin’ny endriny mivantana sy ankolaka, famerimberenana fahadisoana tsy fampiseho masoandro ary tsy fanajana sata sy fitsipika anatiny izay mamotika ny fiandrianan’ny mpampianatra mpikaroka no antony. Mpifidy 159 tamin’ireo 173 no nandany ny fanalana azy ireo tamin’ny alalan’ny latsa-bato miafina. Noraisina izao fanapahan-kevitra izao mba ho fitandroana toy ny anakandriamaso ny firaisankina sy ny fiandrianan’ny SECES, hoy ny fanambarana nosoniavin’ny filohan’ny SECES Sampana Antananarivo Pr Ravelonirina Sammy Grégoire. Nambarany moa fa mba ho fitsinjovana ireo mpianatra dia tsy mampaninona ny mampanao fanadinana. Hita ho tena nafana ny adihevitra teny Ankatso omaly.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hisy raha eto a !

Ao anatin’ny tolona tanteraka ny herivelona isan-tsokajiny eto amin’ny firenena ankehitriny. Eo ny fitondrana am-perinasa, izay miady mafy sy mampidera taim-by, fa mahery sy matanjaka, ka tsy ho sarotra aminy ny mifikitra eo amin’io toerany io, rehefa voailika ny mpifandrina mafimafy.

 Ao ireo mbola mihainohaino sy mijery izay hametrahana ny tongotra. Fa ao ihany koa ny vonona sy sahy, ary tsy mikoso-maso amin’ny ramatahora isan-karazany satria sady atokisan’ny vahoaka no mahatoky ny vahoaka. Mandeha ny fifampiderana taim-by satria izay tokoa angamba ilay hoe samy zanaky ny mpanefy. Samy manana ny fomba fiadiny hoenti-mandresy anefa amin’ny fifidianana, ka ao ny efa mihevitra sahady fa hibata ny amboara ambongadainy amin’ny alalan’ny fomba mora dia ny fanodinkodinana ny safidim-bahoaka. Tsy hay aloha na hanaiky mora foana izany ilay vaomiera misahana azy io voalohany. Efa niseho teto mantsy ny fisian’ny valim-babena rehefa tontosa ny fampandresena iny olona iray iny sy ny ekipany, izay mbola tamana sy matahotra ny ho very fihinanana atsy ho atsy. Efa mailo ny amin’izany kosa ny rehetra, ka dia hisy, raha mbola izay no heverina fa hampanekena ny rehetra mora foana. Tsy fomba fiady intsony ny tahaka izany, ary vao mainka manaratsy endrika ireo mihevi-tena ho mafy ity tsy fahafehezana ny zava-dehetra ity, kanefa tsy manan-katao afa tsy ny hikapa ranjo ny hafa. Vidim-piainana midangana, tsy fandriampahalemana manjaka, ny famonjena traboina tsy voafehy,… Tsy efa mijoro ho fahavalon’ny rehetra ve raha mbola miana-kendry eo ihany ? Ny hamisavisana ny ratsy hiavian’ny soa, kanefa efa misy ihany ny miomana hamaly bontana sy hampisotro tangena ireo milaza aza ho mafy atsy ho atsy ho valin’ny mangidy nampitondraina azy !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’i Mahitsy sy ny fotaka mandrevoMandray andraikitra ny filohan’ny Zanak’i Manendy Moriandro

Mandrevo ny fotaka ao an-tsenan’i Mahitsy Ambohidratrimo RN 4 ao vokatry ny nafitsoky ny rotsak’orana tsy an-kijanona nateraky ny rivodoza Ava sy ny andro fahavaratra mbola mitohy ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena MalagasyRandriamalaza Jean Christian

“Nampiredareda ny fitiavan-tanindrazana tato anatiko ny spaoro”

 

Randriamalaza Jean Christian ilay Malagasy nibata im-balo ny anaram-boninahitra tompondaka eran-tany eo amin’ny taranja Boxe Chinoise no vahiny voalohan’ny Kintan’ny Fanatanjahantena vokarin’ny Tia Tanindrazana. Izy araka izany no naneho ny firariantsoa sy fahombiazana ho an’ny mpitia fanatanjahantena Malagasy na aiza na aiza misy azy nahatratra ny taona vaovao 2018. Ety am-piandohana dia tsy hay ny tsy haneho etoana ny fisaorana an’ity Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy sy Maneran-tany ity nanaiky nandray tsy am-pihambahambana ny Groupe Vidy Varotra misy ny Tia Tanindrazana sy ny Top Radio Fm 102.8 niresaka taminy tamin’izao fandalovana fohy eto an-tanindrazana izao.

 

 

Nandrindra sy Nanatontosa : Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Faha 5 taonan’ny TrassHampiara-peo i Fanja Andriamanantena sy Rija Ramanantoanina

Ao anatin’ny fankalazana ny faha 5 taonan’ny toeram-pisakafoana sy filanonana Trass etsy Tsiadana dia seho miavaka iarahana amin’i Fanja Andriamanantena sy Rija Ramanantoanina no hanombohana izany anio manomboka amin’ny 9 ora alina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra VakinankaratraNatomboka omaly ny fambolen-kazo

Nosokafana tamin'ny fomba omaly alakamisy 11 janoary 2018 ny fambolen-kazo ho an'ny faritra Vakinankaratra ka ny Station forestier Ankofafabe-Sambaina, distrikan'Antsirabe faharoa no nanatanterahana ny asa.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

La Haute VilleNamono olona ny trano nianjera

Taorian’ny fanentanana nataon’ny Lehiben’ny distrikan’Antananarivo II sy ireo sefom-pokontany eny amin’ny faritra avo mikasika ny tokony hialan’ireo mponina eny an-toerana,

  indrindra amin’ireo faritra ahiana hihotsaka dia trano iray izay efa tranainy ihany no nianjera omaly maraina tokony ho tamin’ny 1 ora, teny La Haute. Nitriatra ny ampahany tamin’ity trano ity ka nanototra avy hatrany ireo olona telo tao anatiny. Maty tsy tra-drano ny olona iray ary efa tao anaty tany kosa no nosokirina ny roa ambiny saingy avotra soa aman-tsara ihany. Tsy niandry ela ny fikambanana Za Gasy nanoloana izany fa nitondra ireo marary avy hatrany tany amin’ny hopitaly izay marihina fa efa nody omaly maraina ihany koa taorian’ny fitsaboana natao taminy. Notronina fokonolona marobe ny fikambanana nandritra izany. Nisy moa ny antso avo nataon’ny Filohan’ny fikambanana ny amin’ny hifanotronan’ny mpiara-belona tahaka izao raha sanatria ka misy zavatra mitranga amin’ny alina narahin’ny fankaherezana ireo  fianakaviana nanamanjo sy fanentanana  ireo tokony handao ny trano fonenany nefa mbola mikiry ihany. Marihina fa ny toetr’andro tahaka izao orana miampy hafanana izao no tena mampianjera ny trano fonenana haingana dia haingana tokoa, indrindra fa ireo efa tranainy. Toraka izany koa ny toerana mihotsaka izay efa maromaro ihany eny amin’ny faritra avo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pavillon AnalakelyTsy mahalafo entana intsony ireo mpivarotra

Velon-taraina ireo mpivarotra etsy amin’ny pavillon Analakely miisa 800, mivondrona ao anatin’ny FIMPAVA tetsy amin’ny Pave Antaninarenina omaly. Hatramin’ny nisian’ny tsenaben’ny Noely

Pati/ J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Manandona AmbohijanakaLo vokatry ny ranon’orana avokoa ny legioma

An-taoniny maro isan’andro ireo legioma miainga avy ao amin’ny kaominina Ambohijanaka entina hamatsiana ny tsenan’Andoharanofotsy sy Anosibe.

 

  Tato anatin’ny andro maromaro anefa dia nihena izany  satria lo an-toerana avokoa ny vokatra vokatry ny ranon’orana diso tafahoatra nentin’ny rivodoza AVA. Zara raha misy sisa ireo legioma vatsian’ity kaominina ity  tonga eny an-tsena.  Ny biby fiompy sisa no voky, fa tsy ny olona intsony hoy ireo tantsaha mpamokatra. Anisan’izany ny ao amin’ny fokontany Manandona izay tena malaza amin’ny fambolena karazana legioma tokoa. Tsy feno telo volana dia efa norarafan’ny  ranon’orana ka tsy azo antenaina intsony, hoy ireo tantsaha.  Nanamafy moa izy ireo fa miteraka voka-dratsy amin’ny famatsiana legioma eto an-drenivohitra sy ny manodidina izao fahapotehan’ny legioma avy ao Ambohijanaka izao, antony tsy ahitana firy izany ao amin’ny tsenan’Anosibe ary raha misy aza dia tena vidiana lafo tokoa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Takaitra navelan’ny Rivodoza AVA36 no maty, 25 tsy hita popoka

36 ireo namoy ny ainy, 25 tsy hita popoka, 20 462 voatery nafindra toerana ary 136 005 traboina. Izay no tarehimarika farany navoakan’ny BNGRC vokatry ny fandalovan’ny rivodoza AVA.

 

 Ny faritra Atsinanana, Analamanga ary Vatovavy Fitovinany no nisy fahavoazana goavana indrindra sy nahitana traboina betsaka indrindra. Mbola manohy hatrany ny fidinana ifotony sy fijerena ny zava-misy amina faritra maro manerana ny nosy ny ekipan’ny BNGRC, ampiasaina ny fiaramanidina sy ny drone ary ny elikoptera amin’izany ho an’ireo faritra kizo tsy tongan’ny fiara. Mitohy hatrany ny famonjena sy fanampiana ireo traboina sy niharam-boina rehetra manerana an’i Madagasikara. Eo amin’ny resaka fanampiana indray dia vary milanja 156 150 kg, legioma 72 100 kg, miampy karazan-tsakafo hafa narahan’ireo fitaovana ilaina ao an-dakozia sy ny trano lay, lamba firakotra, lay misy odimoka maro be no efa nozaraina tamin’ireo traboina miparitaka manerana ny nosy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa JiramaMihevitra ny hahavelon-tena amin’ny 2020

Nanao tatitra tamin’ny mpanao gazety mikasika ny zava-tontosa teo anivon’ny orinasa Jirama tamin’ny taona 2017 iny tetsy amin’ny foibeny etsy Faravohitra omaly ireo tompon’andraikitra ambony avy eo anivon’ny orinasa, notarihan’ny filohan’ny filankevi-pitantanany Hyacinthe Todimanana Befeno sy ny tale jeneraly Jaomiary Olivier.

 

Nohazavaina tao anatin’izany ny mikasika ny antony nampakarana 5% ny saran-jiro ho an’ireo orinasa vaventy eto amintsika sy ny fampakaran-jiron’ny isan-tokantrano ihany koa izay raha 5,5% tamin’ny taon-dasa dia lasa 8,5%. Araka ny fanazavana dia ny Jirama izay mpamokatra herinaratra sy mamatsy rano eto Madagasikara no mandany ny 40%-n’ireo vokatra avy amin’ny solika (produit pétrolier) eto amintsika. Niakatra ny vidin’ny solika aty Afrika. Ezaka be no natao matoa orinasa tsy manana afa-tsy milina efa tranainy, 30 taona raha zandriny indrindra ary 70 taona ny sasany no mbola mitohy ary tsy miova ny vokatra omena mandrak’ankehitriny, hoy hatrany ny fanazavana. Nisy fivoarany ny fitantanana ny Jirama, hoy ny fanazavana ary azo hanaporofoana izany ny nahafahana nanangana toeram-pamokarana herinaratra hatrany amin’ny 165 MW mandeha amin’ny “huile lourde”; teo ihany koa ny fanatsarana ny famokarana rano fisotro madio etsy Mandroseza sy eny Ankadivoribe, ary ny nanitsiana ny fifanarahana amin’ireo mpamatsy solika mba hahazoan’ny Jirama tombony kokoa. Nisy vokany tsara tamin’ny fitantanam-bolan’ny orinasa Jirama izany, na dia tsy mahavelon-tena tsara aza ity orinasa ity.

Mbola matevina ny fatiantoka

Raha 450 miliara  ariary isan-taona no fanampiana omen’ny fanjakana ny orinasa Jirama teo aloha dia lasa 210 miliara izany ankehitriny satria be ny fanamboarana tokony hatao, araka ny vinan’ny filoham-pirenena, hoy kosa ny fanazavan’ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny repoblika voakasik’ity resaka ity. Raha 4000 miliara ariary isan-taona eo no tetibolam-panjakana dia fatiantoky ny Jirama avokoa ny 1000 miliara ariary amin’io, hoy hatrany ny fanazavana. Tanjona ny hahatonga ny Jirama hahavita tena amin’ny taona 2020 raha ny resaka teny Faravohitra omaly, misy ny asa sy ezaka tsy maintsy atao mba hahatongavana amin’izany ka tafiditra ao ohatra ny ady atao amin’ireo mpangalatra herinaratra sy rano, izay tena mahatonga fatiantoka goavana ho an’ny Jirama.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanolotsain’ny filohaNodimandry i Léon Rajaobelina

Nodimandry omaly i Léon Rajaobelina, Mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina, efa filohan’ny Filankevi-pitantanan’ny Kaompania Air Madagascar teo aloha, Kaomisera jeneraly teo anivon’ny OCSIF, sampana natsangana hiandraikitra ny resaka fifandresen-dahatra amin’ny mpamatsy vola sy ny fanatanterahana ny tetikasa taorian’ny fivoriana tany Paris ny desambra 2016.

 

 Efa nitana ny toeran’ny filoha lefitra sy efa avy Tale Jeneralin’ny « Conservation Internationale » ihany koa ny tenany, ary efa masoivohon’i Madagasikara tany Washington, Governoran’ny Banky Foiben’i Madagasikara, ary nitana ny toeran’ny minisitry ny vola sy ny tetibola tamin’ny andron’i Didier Ratsiraka (1989-1991). Efa tanan-kavanan’ity filoha teo aloha ity izy, ary mbola anisan’ny olona tena nitokisan’ny filoha ankehitriny Hery Rajaonarimampianina. Ampahany momba azy sy ny andraikitra efa notanany ihany ireo notanisaina ireo, fa ny azo hamintinana azy dia ny hoe: olobe sy nanana ny naha izy azy teto amin’ny firenena i Léon Rajaobelina. Ny Gazety Tia Tanindrazana, dia miombon’alahelo sy mirary fiononana feno ho an’ny fianakaviany manontolo.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Razafitrimo Arisoa LalaVoatendry ho masoivohon’i Madagasikara any amin’ny ONU

Voatendry ho masoivohon’i Madagasikara eo anivon’ny firenena mikambana (ONU) any New York – Etazonia araka ny didy navoakan’ny filankevitry ny minisitra omaly Ramatoa Razafitrimo Arisoa Lala.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaNiakatra 4,81% hatreto ireo nisoratra anarana

Niakatra 4,81% hatreto ny taham-pahavitrihan’ny mpifidy nisoratra anarana ao anaty lisi-pifidianana, raha ny tarehimarika navoakan’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI nandritry ny dinik’asa notontosaina tetsy amin’ny ENAM Androhibe omaly.

 

 Ho an’Antananarivo manokana dia miisa 718.656 ireo mpifidy voasoratra anarana hatreto. Mbola manana 19 andro moa ireo olom-pirenena afaka mifidy hisoratany anarana ao anaty lisitra, raha ny fanazavana, ary nentanin’ny CENI ihany koa ireo efa ao anaty lisitra mba hanamarina tsara ny anarany sy ny mombamomba azy ndrao misy tsy fahatomombanana. Tanjona hapetraka hatrany, hoy ny filohan’ny CENI, Hery Rakotomanana ny hahafeno 10 tapitrisa isa ireo mpifidy handray anjara amin’ny fifidianana izay hotontosaina eo anelanelan’ny 25 novambra sy 25 desambra amin’ity taona ity.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Football-d’Alfred Andriamanampisoa - Le ridicule ne tue pas

Alfred Andriamanampisoa, président du club D1 Elgeco Plus Analamanga, nie avoir reçu une sanction. Il dément avoir reçu une lettre officielle annonçant cela contre lui. Pourtant,  une source auprès de la fédération a confirmé que la lettre a été envoyée il y a de cela trois semaines,  selon l’article paru dans à la page 13 de notre quotidien, le mercredi 10 janvier 2018 dernier.

La sanction concerne une suspension de 2 ans dans la sphère du football malgache, pour le président et non pas pour le club d’après l’instance du football. Mais en ce qui concerne le club, cela ne va pas tarder et ce, pour refus des médailles à l’issue du match final de la ligue des Champions de Madagascar.  Ce qu’a fait  Alfred Andriamanampisoa est une humiliation faite à un représentant de l’Etat, en la personne de Mamy Harisolo Amédée, actuel chef de région d’Itasy et non moins président de la ligue régionale du football Itasy au stade d’Ampasambazaha Fianarantsoa. La commission d'éthique de la FMF n’a pas tardé à prendre la juste décision même si le fait remonte le 11 novembre 2017.  C’est un comportement indigne pour un soi-disant conseiller du Premier Ministre Olivier Mahafaly et un proche du Président de la République Hery Rajaonarimampianina qui, rappelons-le, a poussé du haut de la tribune, sous l’effet de la colère,  le chef de région a qui a pris sa place sur la tribune. Son équipe, l’Elgeco Plus était mené 1-0 par la CNaPS Sport Itasy à la pause. De retour du cocktail réservé au VIP durant la mi-temps, Alfred Andriamanampisoa, déjà rouge de colère,  était surpris de voir le chef de région assis à la mauvaise place, qui est la sienne.  L’homme s’est levé pour lui céder la place, mais le président du club Elgeco Plus l’a poussé sans ménagement vers le bas de l’escalier de la tribune.Tombant jusqu’au bas des marches, Mamy Harisolo  Amédée  est resté sans bouger quelques instants avant de se relever. La situation a suscité l’indignation des témoins y compris le président de la Fédération Malagasy de Football (FMF) qui n’a pas manqué de jeter le garde du corps armé, de l’agresseur, en dehors du stade avec l’aide des forces de l’ordre présentes sur les lieux. Sans ses gardes du corps, le président aurait passé un sale quart d’heure, à voir  l’attitude des témoins. Le ridicule ne tue pas.  Le patron du club Elgeco a organisé une rencontre avec la presse au stade d’Alarobia accompagné de ses joueurs et staff, hier. La grosse blague du patron du club vice-champion de Madagascar. Il dit avoir fait cette agression par amour du football. Pire, il n’a même pas présenté ses excuses après son « forfait ». Et le plus ridicule, c’est que le patron de l’Elgeco fait appel au fair-play lors de sa rencontre avec la presse.   Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Passage du cyclone «Ava » - Les hébergés de l’Ans rentrent chez eux

Vers un retour à la normale pour des milliers de sinistrés d’Antananarivo. Les centaines de familles hébergées au gymnase de l’Ans d’Ampefiloha ont quitté les lieux depuis la soirée de jeudi dernier. Ils y ont été abrités pendant quelques jours, car leurs foyers respectifs ont été envahis par les eaux. La plupart de ces personnes abritées se composent de mères de famille et des enfants.

Les chefs de famille ont dû rester dans leurs maisons pour s’assurer de la sécurité, malgré la présence des éléments des Forces de l’Ordre dans les parages. Avant leur départ, un assainissement général accompagné d’une désinfection se sont tenus sur place, à travers les travaux de haute intensité de main-d’œuvre. Les ouvriers mobilisés pour ce faire ont reçu des vivres en contrepartie des quelques heures de travail entrepris. Rappelons que ces personnes déplacées ont déjà reçu des vivres de la part du Gouvernement, au lendemain de leur arrivée sur le site. Une mésentente a cependant eu lieu lors de la distribution, avec l’intrusion des personnes en dehors du site mais qui vivent dans les quartiers environnants, ayant réclamé leur part de vivres.Par ailleurs, le dernier bilan provisoire émanant du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (Bngrc), en date d’hier, fait état de 44 décès et 26 personnes portées disparues. La région de Haute Matsiatra enregistre le plus de morts (17) tandis que celle de Menabe compte le plus de disparus (9). Le nombre de sinistrés s’élève actuellement à 159 687, dont 40 593 à Analamanga et 32 677 dans l’Atsinanana. Sur les 53 535 personnes déplacées cumulées, 18 069 sont encore dans les sites d’hébergement. D’un autre côté, l’alerte jaune indiquant la menace de danger est maintenue pour quelques Communes longeant les rivières de Sisaony, Ikopa et Mamba. Néanmoins, le niveau des eaux est en baisse sur les échelles de mesure. Aussi, quelques routes nationales comme la Rn3, Rn4, Rn6 et Rnt12 sont désormais ouvertes à la circulation, après quelques jours de coupure suite au passage d’Ava. Notons que les activités de survol s’enchaîneront ce week-end, tout comme l’opération pilote de recensement des sans-abri en vue d’établir une base de données des populations vulnérables dans l’Atsimondrano.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Ivato - Un assistant parlementaire arrêté avec 126 tortues

Un assistant parlementaire issu de Toliara avait été arrêté par la Police de l’air et des frontières (Paf) avec 126 tortues à l’aéroport d’Ivato. Cela s’est produit jeudi où le concerné s’est servi d’un passeport de service ainsi que d’un faux ordre de mission signé par le président de l’Assemblée nationale.

Cependant, les agents de la Paf ont été alertés par le comportement curieux de l’assistant et lui ont exigé une fouille ainsi que sur ses bagages. C’était de cette manière que le colis suspect dissimulé par des couches fut découvert à l’intérieur de deux grandes valises.L’homme allait prendre l’avion du vol de « Kenya Airways ». Mais sa destination serait le Vietnam, d’ailleurs inscrit dans son faux ordre de mission. Il s’est défendu d’être obligé de se rendre dans ce pays pour une réunion. L’enquête ne va pas s’arrêter de sitôt, du moins selon la Paf. L’on espère que, tôt ou tard, le commanditaire sera également démasqué.D’autres sources d’information avancent que ce réseau qui a tenté cette exportation illicite de tortues aurait un lieu, sinon ce serait le même réseau qui avait été intercepté avec des sacs de chanvre provenant de Toliary à bord des véhicules 4X4 dotés de cocarde et interceptés à Ihosy. Une arrestation qui a fait de vague ayant obligé le ministre Maharante Jean de Dieu de sortir de son silence pour désavouer l’un des trafiquants arrêtés. Celui-ci, bien avant la découverte de ce trafic, ne faisait plus partie de l’équipe du ministre quand il occupait encore la fonction de député de Madagascar.F.R.

La Vérité0 partages

Consommation - Le prix des légumes monte en flèche !

Il fallait s’y attendre. Le passage du cyclone Ava a engendré la destruction de nombreuses infrastructures, particulièrement plusieurs réseaux routiers de la Grande île. De ce fait, la ville d’Antananarivo se retrouve un tant soit peu enclavée étant donné que toutes les routes, comme la Rn7 ou encore la Rn2 reliant les différentes régions ont subi des dégâts colossaux. Cet enclavement a ainsi généré la montée en flèche du prix de certains produits comme les légumes.

Effectivement, bon nombre de consommateurs se plaignent de la cherté des légumes qui se trouvent sur le marché actuellement. « Je fais habituellement mes courses tous les deux jours. Et ces derniers temps, les légumes sont non seulement chers mais également de mauvaise qualité. Le prix d’un kilo de carottes revient actuellement entre 1 000 et 1 700 ariary alors que le calibrage n’y est pas du tout », confie Gabrielle Ratovoson, une femme au foyer. Effectivement, avec les averses qui se sont abattues durant le passage du cyclone, les potagers et les champs ainsi que les différentes cultures ont été dévastés.Toutefois, les carottes ne sont pas les seuls produits touchés par cette hausse des prix, mais également les pommes de terres qui s’achètent actuellement dans le marché d’Isotry à plus de 1 600 ariary le kilo alors que durant la période de fêtes, ils n’ont coûté que 1 000 ariary et à la limite 1 500 ariary. Et pour les haricots verts, le kilo tourne autour de 1 400 ariary de même que les oignons. Sur le marché, ce sont les tomates qui coûtent le plus cher avec un prix dépassant les 2 000 ariary pour un kilo. Les concombres et les cristophines sont les moins chers aujourd’hui. Les clients ne sont pas les seuls à se plaindre. Les vendeurs rencontrent également de nombreuses difficultés. Certains commerçants déplorent le fait qu’ils doivent jongler entre le prix d’achat et le prix de vente pour éviter de faire fuir les clients. « Nous avons du mal à acheter nos produits auprès de fournisseurs, tellement c’est cher. Et quand nous les revendons à nos clients, ils marchandent encore. De ce fait, nos bénéfices deviennent de plus en plus maigres », témoigne Rasoa, une vendeuse de pommes de terre et d’oignons. Du côté de la viande, les prix ont enregistré une légère baisse sauf pour la viande de bœuf qui commence à se faire rare.Rova R.

La Vérité0 partages

Voyage en France - Marc Ravalomanana libre comme l’air !

Comme si de rien n’était. L’ancien président Marc Ravalomanana vient de s’envoler vers la France, jeudi soir. Il était notamment accompagné de Guy Rivo Randrianarisoa, député élu sous la bannière Tim. Comme pour faire un pied de nez au régime Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana a même publié sa photo, entouré du parlementaire Tim et d’un autre partisan sur sa page officielle sur les réseaux sociaux.

Dans son programme de ce jour, le président national du « Tiako i Madagasikara » prévoit de rencontrer les membres de la  diaspora malagasy en France. Une occasion pour ce candidat à la course présidentielle de poursuivre sa précampagne en vue de conquérir une nouvelle fois le fauteuil présidentiel.L’on se rappelle pourtant des propos du ministre de la Justice, Elise Rasolo Alexandrine, mercredi dernier qui soutenait fermement que « les décisions de justice contre Marc Ravalomanana sont toujours valides ». Par la même occasion, la Grade des Sceaux a annoncé que le concerné sera notifié de ce verdict et aura à sa disposition un délai pour faire opposition. Une fois le délai terminé et à défaut d’opposition, la condamnation sera mise à exécution de façon immédiate, d’après toujours les déclarations du numéro un de Faravohitra. Aucune IstEn principe, en dépit du fait que la condamnation ne soit pas encore définitive, un individu qui est placé au cœur d’une démêlée judiciaire est normalement empêché de franchir d’autres frontières extérieures à celle malgache. Plus d’un se demande alors pourquoi aucune interdiction de sortie de territoire n’a été prononcée contre l’ex – chef d’Etat après cette déclaration tonitruante du côté du ministère de la Justice. Pourtant, la déclaration faite par Elise Rasolo Alexandrine sonnait comme une relance de la condamnation qui a frappé Marc Ravalomanana. A la manière dont la Grade des Sceaux avait même parlé de l’application de la décision de justice, les observateurs allaient jusqu’à envisager une imminente arrestation du leader du Tim.  Une arrestation que Marc Ravalomanana assurait attendre de pied ferme.Rappelons qu’à l’issue d’un procès tenu au mois d’août 2010, Marc Ravalomanana est reconnu coupable de meurtre et complicité de meurtre et a été condamné par contumace à une peine de travaux forcés à perpétuité. Les charges retenues contre – lui sont liées au carnage provoquant la mort de plusieurs dizaines de manifestants le 07 février 2009 à Ambohitsorohitra. La décision de la Cour criminelle ordinaire du tribunal d’Antananarivo est sortie alors que l'ancien chef d’Etat était encore en plein exil en Afrique du Sud. Outre cette condamnation relative à l’affaire 07 février 2009, deux autres condamnations pèsent également sur l’ancien président. Autant de décisions de justice qui semblent pourtant laisser l’ex – président indifférent !S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Réforme foncière – La numérisation générale démarre

La numérisation de diverses formes de document foncier est en marche. Un processus long et limité par les performances du logiciel utilisé.

Long processus. Les efforts de l’État dans la réforme foncière est besoin de plus de soutien. La numérisation des diverses formes de documents fonciers figure parmi les priorités de cette réforme et c’est le guichet  unique de la circonscription foncière d’Antananarivo Atsimondrano et Avara-drano, sis à Ankadindratombo, qui a été choisi comme guichet pilote pour entamer la transformation des documents physiques en numériques. Figurant parmi les pionniers  de l’informatisation des services, ce guichet rencontre pourtant des difficultés car le « Land information system of Madagascar » (LISOM), logiciel utilisé pour la numérisation a ses limites, d’après la simulation assistée par les hauts responsables du M2PATE, hier.« Déjà le nombre de techniciens est insuffisant, et ils rencontrent des problèmes techniques dans l’utilisation du LISOM, sans parler des baisses de tension électrique fréquentes ralentissant le rythme des activités. 65% seulement des plans et certificats fonciers ont pu être numérisés dans ce guichet unique, soit un rythme moyen annuel de 25 000 plans. Si on fait le calcul, la numérisation de tous les plans de Madagascar prendra 75 ans », a révélé Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) hier à Avaradrano.

RéconciliationLe département doit ainsi fournir d’autres stratégies pour atteindre la vitesse de croisière nécessaire à l’accomplissement de ce projet de numérisation, surtout que de nombreux vieux documents sont soit illisibles, soit irrécupérables.La politique de réforme foncière vise, en premier lieu, à réconcilier les Malgaches avec leur terre. Celle-ci a bien démarré en 2015 du fait de la synergie avec les objectifs à long terme de la politique urbaine et du plan local d’Occupation foncière  (PLOF) défini. « La numérisation devrait faciliter la gestion des données et accélérer l’atteinte de cette vision de réconciliation. Le logiciel LISOM est encore à améliorer car il sert à apporter de l’innovation dans les travaux d’archivage et à sécuriser les documents fonciers. Nous prévoyons de procéder à la numérisation des documents fonciers des usagers des services fonciers de la capitale d’ici peu », a ajouté le ministre.Une programmation est déjà établie pour avancer petit à petit dans la numérisation des données, couvrant tout le pays.  En outre, la numérisation des documents fonciers permettra de disposer d’une base  de données localisée et structurée. Ce logiciel servirait notamment, à améliorer les travaux d’archivage et à sécuriser davantage les documents fonciers. Toujours est-il que la saisie informatique des quelque 14 000 titres fonciers et 104 000 parcelles cadastrales a, par exemple, permis jusqu’ici d’accélérer l’obtention de certificats juridiques. 32 circonscriptions foncières sur les 38 ont été partiellement touchées par les opérations d’informatisation. Il est prévu de sécuriser au moins cinq cent mille parcelles en 5 ans dans cent quatre vingt communes,  soit plus de cent mille certificats à délivrer par an. En somme, encore un long chemin à parcourir.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Diplomatie – Un nouvel ambassadeur nommé pour New York

Arisoa Lala Razafitrimo est nommée ambassadeur de la République de Mada­gascar auprès des Nations unies à New York. Le troisième agrément en six mois.

Lentement mais sûrement. La représentation diplomatique de Madagascar auprès des Nations unies connaît un nouveau souffle. Le conseil des ministres d’hier a désigné Arisoa Lala Razafitrimo ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar auprès de l’Organisation des Nations unies à New York. Elle assure également la représentation permanente de Madagascar auprès de l’ONU. Il s’agit de la troisième nomination d’ambassadeur pendant le quinquennat de Hery Rajaonarimampianina après le professeur Alain Djacoba Tehindrazanarivelo et l’ancien ministre de la Culture Mialy Mireille Rakotomalala.Arisoa Lala Razafitrimo remplace ainsi Zina Andria­narivelo-Razafy en poste depuis 2002. Ancien membre du gouvernement de Roger Kolo en tant que ministre des Affaires étrangères, elle a occupé le poste de directeur des relations internationales auprès de la présidence de la Haute autorité de transition. « Diplomate chevronnée (…) elle dispose de vastes et riches expériences », relaye le site du ministère des Affaires étrangères.

Diplomatie économiqueAvant sa nomination, elle a occupé le poste de conseillère spéciale du président de la Commission de l’Union africaine.Des demandes d’agrément ont été envoyées à plusieurs pays depuis le mois de février, mais la décision appartient aux pays  destinataires et cela peut prendre des mois voire des années. « Il arrive que des pays refusent l’agrément » indique une source auprès du ministère des Affaires étrangères. « Pour bientôt », «au prochain conseil des ministres », « la semaine prochaine », telles ont souvent été les réponses obtenues auprès de l’ancienne chef de la diplomatie Béatrice Atallah aux questions sur la nomination des ambassadeurs. La nomination d’Arisoa Lala Razafi­trimo est ainsi le troisième agrément obtenu par Madagascar en six mois.Sous l’autorité du ministère des Affaires étrangères, l’ambassadeur met en œuvre la politique étrangère de Madagascar. En tant qu’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire, Arisoa Lala Razafitrimo représente également le président de la République et le Gouverne­ment auprès des Nations unies. Ainsi, elle informe le gouvernement, négocie au nom de l’État, veille au développement des relations multilatérales et assure la protection des intérêts de l’État. Après cinq années de crise, Madagascar a orienté sa stratégie sur « la diplomatie économique ». La mission de cette diplomate est donc d’inciter les investisseurs à participer au développement de Madagascar.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Fonction publique – Un compte satellite sur la bancarisation en vue

L’État envisage la mise en place effective d’un compte satellite pour inciter les fonctionnaires à se bancariser. L’inclusion financière en toile de fond. 

Lever les doutes des agents de l’État sur les risques de surendettement et d’appauvrissement  par l’inclusion financière. C’est l’objectif de la mise en place d’un compte satellite sur la bancarisation. Le compte satellite ou cadre de présentation des données, en relation avec l’analyse économique globale de la monétique, de la bancarisation et la comptabilité nationale servira à l’e-administration ou l’administration électronique et à tout effort de bancarisation. « La production de données fiables sur les fonctionnaires sera mise en exergue dans cet ensemble structuré et cohérent qu’est le compte satellite », a-t-on appris, hier, au ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois (MFPRATLS). Le compte satellite numérique sur l’inclusion financière permettra d’analyser l’efficience et l’efficacité de tout projet de bancarisation des fonctionnaires. « Le taux d’épargne et d’investissement  des agents de l’État pourrait être suivi, entre autres, dans ce compte-satellite », précise un communiqué de la direction du Partenariat et informatisation de l’administration du MFPRALTS.

AlléchantesLe taux de bancarisation au niveau national ne dépasse pas encore les 4%. Aussi, les banques commerciales se ruent-elles pour inciter les fonctionnaires à se bancariser. Et après la BOA Madagascar l’année dernière, le MFPRATLS a signé une convention de partenariat avec la BFV-SG, hier.« L’objectif étant l’amélioration permanente de la vie du personnel du MFPRATLS  à travers des conditions préférentielles sur les offres bancaires, notamment  les prêts pour accompagner au mieux leurs projets ainsi que le déploiement de la monétique, de l’informatisation  de l’administration et de la bancarisation », a souligné Frédéric Leiritz, directeur général adjoint de la  BFV-SG. Cette institution financière propose ainsi un pack de dix produits en un, leur permettant d’accéder à plusieurs produits et services bancaires, compte, carte, chéquier, assurance, crédit, à des conditions préférentielles. Le taux de crédit est indiqué en baisse sur certaines offres et la durée de remboursement plus longue et les garanties plus allégées.La BFV-SG contribue également à la mise en place du compte satellite du  MFPRATLS. La banque a également remis au ministère divers matériels pouvant contribuer aux activités de formation et d’information, ordinateurs, téléviseurs, onduleurs, vidéo projecteurs et autres. Le partenariat inclut, par ailleurs, un programme de formation des agents de l’État sur la monétique, la bancarisation et l’e-administration et l’utilisation de matériels informatiques, du simple courrier électronique à la maitrise des logiciels utiles à la politique de réforme de l’administration.  Ces efforts d’amélioration de l’informatisation et de mise en place de données économiques comme une solide base d’éducation financière, aideront à détecter également… les fonctionnaires fantômes.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Farafangana – Les crues happent dix personnes

Longeant à bord d’une embarcation le fleuve Manambavihy, dix perso-nnes ont été emportées par le courant. Trois d’entre elles ont péri.

Un décès qui entraîne trois autres. Un drame a frappé dix personnes d’une même famille, revenant d’un enterrement à Farafangana. Trois personnes ont trouvé la mort et sept autres y ont échappé de justesse. Ce drame est survenu lundi lorsque les victimes ont affronté, lundi, à bord d’une embarcation les eaux montantes du fleuve de Manambavihy. En effet, après le passage du cyclone Ava, un courant mortel a déferlé sur le cours d’eau, guettant dangereusement pirogues et canots à moteur. Les conditions de navigation étant périlleuses, les embarcations à moteur qui assurent des liaisons commerciales sur les localités desservies par le fleuve se sont amarrées au quai.Bloquées loin de la ville de Farafangana après avoir assisté à des funérailles, les dix personnes qui se sont embarquées à leurs risques et périls ont payé un piroguier pour les ramener.Le pire s’est produit lorsqu’ils ont  commis l’irréparable en naviguant  contre-courant. Alors qu’ils remontaient en amont avec de l’huile de coude sans propulsion mécanique, l’eau démontée s’est engouffrée dans l’embarcation après l’avoir happée.

Corps introuvablesPendant qu’elle coulait, les personnes se trouvant à bord ont tenté de rejoindre la berge à la nage. Les sept rescapés, dont le piroguier, ont tant bien que mal réussi à atteindre la rive après avoir été emportés à la guise du courant.Emportés à la dérive sous les eaux sombres et  déchaînées, leurs trois compagnons d’infortune n’ont pas survécu.Selon les informations recueillies sur place, l’embarcation était en train de remonter le cours d’eau à quelques mètres de la berge lorsque l’accident est survenu.L’une de personnes ayant péri dans ce drame  travaillait pour la circonscription scolaire du district de Farafangana. Alors que sa dépouille demeure jusqu’à maintenant introuvable malgré l’intensification des recherches avec les moyens du bord, celles de sa sœur et de son frère ont été repêchées et remises à leurs proches respectifs pour les funérailles.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Électricité – Branchements en instance réglés avant juin

Bonne nouvelle pour les futurs clients de la Jirama. Après plusieurs mois, voire des années d’attente, ils pourront bénéficier d’un accès à l’électricité avant la fin du premier semestre. « La priorité est accordée aux clients ayant effectué des paiements », a déclaré Olivier Jaomiary, directeur général de la Jirama, hier, au siège de la société. D’après ce responsable, trente mille dossiers étaient en souffrance avant son arrivée. Treize mille d’entre eux ont déjà été traités. « La liquidation des dossiers restants se fera avant la fin du mois de juin », promet-il. Les clients à Antananarivo se trouvent en première ligne de cette demande, avec plus de 70% des dossiers enregistrés.Pour satisfaire toutes ces demandes, soixante dix mille compteurs sont attendus avant le mois d’avril. De quoi satisfaire la demande. Faute de compteurs disponibles, le traitement de dossiers prenait plus de temps que prévu. Certains d’entre eux datent de plusieurs années. Les clients étaient dans le désarroi. Ils sont confrontés à de mauvaises pratiques de certains employés de cette société d’État pour pouvoir bénéficier du raccordement à l’électricité. Le DG de la Jirama lui-même reconnait cette situation. « On m’avait dit qu’il arrivait que des abonnés devaient payer un surplus à des employés pour pouvoir bénéficier d’un raccordement d’électricité. C’est une pratique inacceptable. Tous les clients seront traités sur le même pied d’égalité », rassure le directeur général de la Jirama.Devant ces mauvaises pratiques, les dirigeants de la société d’État s’engagent dans une bataille sans précédent dans la lutte contre la corruption et la chasse aux branchements illicites. Tous les responsables, dans tous les niveaux de la Jirama, par exemple, ont désormais l’obligation de créer, au sein de leur cellule, un dispositif anti-corruption. L’objectif de cette opération organisée par le fournisseur national d’énergie électrique, en collaboration avec le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), est d’amener ses cadres à jouer leur rôle dans la lutte contre la corruption.Le traitement de ces dossiers sera ainsi un test grandeur nature sur l’efficacité de cet engagement. Il ne faut pas non plus oublier que le raccordement à l’électricité a un impact sur la compétitivité économique du pays. Pour le moment, il demeure encore un point noir.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Décès de Léon Rajaobelina – Disparition d’un technicien émérite

« Un grand homme ». Pour ceux qui l’ont côtoyé dans ses œuvres, ce qualificatif utilisé par Patrick Imam, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI), à Madagascar, résume l’estime qu’ils portent à l’endroit de Léon Rajaobelina dont le décès a été annoncé hier soir.Ayant une réputation d’économiste hors pair, Léon Rajaobelina était dernièrement le commissaire général de l’Organisme de coordination et de suivi des investissements (OSCIF). Une entité créée au lendemain de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI), de Paris, en décembre 2016. Ancien conseiller spécial de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République, il était également un acteur des négociations pour reconquérir la confiance des institutions de Bretton Woods, après la Transition.« Madagascar a perdu un grand homme qui prenait vraiment à cœur l’intérêt du pays. Il va beaucoup nous manquer. Il nous a déjà manqué ces derniers mois durant les discussions entre le FMI et Madagascar », a réagi Patrick Imam, à l’annonce du décès de Léon Rajaobelina. Selon les explications, l’ancien président du conseil d’administration (PCA), d’Air Madagascar luttait contre une maladie depuis quelques mois. La mort l’a foudroyé alors qu’il a suivi des soins à l’étranger.Sa réputation dans le monde de l’économie et des finances, Léon Rajaobelina l’a construite au fil des régimes qui se sont succédé. Il s’est surtout fait un nom dans le microcosme politico-financier du temps où il était l’un des principaux cerveaux qui gravitait autour de Didier Ratsiraka, ancien président de la République, dont il fut ministre des Finances.Il a, aussi, déjà été gouverneur de la Banque centrale de Madagascar (BCM), et vice-président de Conservation internationale.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Littérature – Rasamy expose une poésie teintée d’humour

Poète satyrique qui retranscrit avec aisance et humour sa vision de la société, Rasamy entend faire passer un message inédit à ses lecteurs à travers « Hafatra ».

Appréciant autrement les méandres d’un quotidien monotone, au sein d’une société lunatique tantôt réjouissante, tantôt morose, Aimé Andriarimanana Rasamison, de son nom de plume Rasamy, porté par un optimisme contagieux, s’est découvert un talent de poète. Il est enseignant chercheur à l’université d’Antananarivo, mais également reconnu comme étant un blogueur bilingue sur la toile. Notamment avec « Le Blog de Rasamy » en français et « Rediredin-dRasamy » en malgache. Il s’est ainsi fait une nouvelle casquette avec lequelle, l’auteur fort d’une âme de poète qu’il est, paraît tout aussi épanoui.Talentueux pour l’écriture, Rasamy présente « Hafatra », un recueil de poésie inédit de sa part, et à travers lequel il expose une vision satyrique, caricaturale et néanmoins acerbe de la société grâce à ses poèmes. Soixante quinze poèmes en tout pour être exact, dans lesquels il retranscrit en rimes et en vers, plusieurs thématiques. Sur quatre-vingt-dix pages, Rasamy scande ainsi le négatif, autant qu’il valorise le positif du quotidien, jouant sur les émotions de ses lecteurs.

Un poète moderneEntre réconfort et incompréhension, réjouissance et amertume, Rasamy évoque la vie politique, la beauté de son pays ou encore la vie paysanne qui l’inspire.« Hafatra » véhicule ainsi pour les férus de littérature, un message de tolérance et d’ouverture à autrui que Rasamy retranscrit à travers ses poèmes d’une manière contemporaine. « Je n’ai nullement appris ni approfondi la littérature, mais j’ai quand même toujours aimé lire. Je me suis donc tout simplement laissé transcender par mes inspirations, afin d’écrire ces poèmes. Cet ouvrage est pour moi un savant mélange de plaisir, de satisfaction personnelle et d’une envie pressante de partager ma vision des choses. Par le biais de ces poèmes, j’espère simplement pouvoir dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas», confie Rasamy.Respectueux des basiques de la poésie malgache, il égaye ainsi, de façon plus moderne, ses poèmes pour éveiller la conscience de la jeune génération sur leur importance au sein de la société. En outre, Rasamy se veut être un poète chaleureux et convivial, c’est pourquoi chacun de ses poèmes se veut être humoristique. Dimanche prochain, le poète convie les férus de littérature de la capitale à le rejoindre au FJKM Ambohitrabiby pour la présentation officielle de son recueil. L’occasion pour lui de faire passer directement son « Hafatra » à ses lecteurs.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique – Tarak Cherif croit au potentiel malgache

La relation est au beau fixe entre la Confédération africaine de tennis et la fédération malagasy de tennis. Des projets d’envergure sont prévus pour cette année 2018.

Un rencontre qui joint l’utile à l’agréable. Le président de la Confédé­ration africaine de tennis (CAT), Tarak Cherif, et président de la Confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT), a rendu visite au président de la Fédération Malagasy de tennis (FMT) Stéphane Rakotondrainibe à Antananarivo.Divers points ont été discutés pour vulgariser le Tennis dans le continent africain et plus particulièrement à Madagascar. «Le président de la CATcroit à un réel potentiel du tennis malgache. Cela s’est traduit avec les résultats que nos joueurs et joueuses ont obtenu sur la scène africaine et internationale. Rencontrer le président de la CAT et pouvoir discuter face à face des besoins actuels du tennis malgache a été une sérieuse aubaine pour la FMT car plusieurs projets ont découlés de cette rencontre. On a pu discuter également du quota alloué à Madagascar dans les différentes participations aux compétitions internationales, les différentes aides financières de la CAT pour la FMT  ainsi que la construction du centre fédéral», rappelle Stéphane Rakotondrainibe, président de la FMT.En parlant de projet, Madagascar a été déjà sollicité par la CAT, pour l’organisation du championnat d’Afrique australe par équipes des 12 ans et moins vers le mois de mars. Un évènement qui a déjà pu se faire l’année dernière sur les courts de l’université d’Antana­narivo. Après, on peut citer également la participation historique de Madagascar qui abritera son premier tournoi africain pour les U14 et en parallèle une figuration dans le calendrier international des juniors dans le monde.

AppuisLe tournoi du circuit africain U14 grade 2, se jouera sur les courts de l’ACSA du 22 au 25 février. Les préparatifs en vue de son organisation ont déjà commencé au niveau de la FMT. Le tournoi inscrit dans le calendrier international des juniors U18 grade 5, quant à lui, est prévu se tenir toujours à l’ACSA du 25 au 29 juin.Pour le président de la CAT, la visite à Madagascar reste avant tout un voyage qui honore et soutient le tennis malgache. «Je suis conscient des efforts que la FMT fait pour le tennis malgache. Madagascar peut faire confiance à la CAT pour un réel développement de son tennis et la FMT aura  personnellement mon soutien sans condition dans ce sens», assène Tarak Cherif, président de la CAT.Pour le volet formation, Madagascar sera également sollicité. La CAT a prévu pour cette année 2018, l’organisation d’un stage d’entraineur Level 1.Une nouvelle qui fait le bonheur des techniciens malgaches qui vont mettre leurs acquis et compétences pour une valorisation sur l’échelon international. Tous ces points et projets  seront revus les 27 et 28 Avril 2018 durant l’Assemblée Générale Annuelle (AGA) de la Confédération Africaine de Tennis de 2018 qui se tiendra à Kigali au Rwanda.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Acte de banditisme – Cinq suspects arrêtés à Mahajanga

Sur 30 millions d’ariary volés, lundi soir, au propriétaire d’un kiosque de transfert d’argent par mobile, seuls cinq millions ont été récupérés. Deux braqueurs sont toujours en cavale. 

La police du commissariat central de Mahajanga-be a procédé à l’arrestation de cinq personnes dont deux femmes. Ils sont impliqués dans le braquage de 30 millions ariary d’un kiosque de transfert d’argent par mobile, survenu, lundi soir, dans ce quartier de Mahajanga.Dès mardi, les forces de l’ordre ont pu dépister et arrêter deux des cambrioleurs à Marovoay. Ils ont trouvé sur eux la somme de 5 697 000 ariary sur les30 millions volés, somme qui a déjà été restituée à la victime. Le reste du butin serait encore en possession de deux gangsters, toujours en cavale et activement recherchés par les forces de l’ordre.Deux motos, dont un cross rouge, ont été également saisies par le  commissariat central de Mahajanga-be.

Sur un scooterMais revenons au le déroulement de cet acte de banditisme. Lundi après-midi vers 16h30, deux hommes en scooter ont arraché le sac rempli des recettes de la journée, d’un opérateur de transfert d’argent via mobile à Mahajanga-be. Une course poursuite a aussitôt commencé après le passage d’une patrouille de l’Emmo, près du lieu du crime.L’un des deux individus a été vite capturé avec le scooter, tandis que l’autre a pris la fuite à travers les ruelles. Les éléments de l’Emmo sécurité ont effectué un ratissage dans toute la ville jusqu’au village touristique, vers 18 heures ce jour-là. Les fouilles ont continué jusqu’à Ambalavola, chez une complice des bandits qui a été embarquée lundi soir. Deux autres ont été capturés, mardi soir, à Manaratsandry à Marovoay.«L’un des deux bandits est un conducteur de bajaj. Celui qui a conduit le scooter rouge a déjà été impliqué dans l’attaque d’un jeune Indo-pakistanais, survenue le 28 octobre, à Mahajanga-be. Ils ont tous avoué leur crime », déclare l’officier de police Pascal Asomano.Le présumé cerveau du braquage, un employé d’une société de sécurité privée à Mahajanga-be, est le propriétaire du scooter qu’il pilotait pendant l’opération. Il est actuellement recherché. Les cinq suspects appréhendés ont été déférés au Parquet.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Conseil des ministres – Un directeur de cabinet à la présidence

À l’issue du conseil des ministres d’hier, un aménagement a été mis en œuvre. Une série de nominations complète ainsi l’organisation au sein de la présidence de la République. Il s’agit du directeur de cabinet civil ainsi que la direction générale du Central intelligence service (CSI).Trois ans après le départ de Henry Rabary-Njaka pour le ministère des Affaires étrangères, le poste du directeur de cabinet de la Présidence de la République est resté vacant, laissant à Herisoa Razanadrakoto, conseillère spéciale du président de la République, le soin de l’intérim, malgré l’absence de notification officielle. Le conseil d’hier a aussi vu la nomination d’Eric Jean-Joel Randrasana au poste de directeur de cabinet civil de la Présidence.Il faisait partie des conseillers économiques du président de la République. Il s’occupait essentiellement du dossier de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA).Par ailleurs, la direction générale du Central intelligence service (CIS) est désormais confié au général de division aérienne Jean Adolphe Dominique. Fort de ses 37 ans au service de l’armée malgache, ce général à la retraite a suivi des stages à l’institut des hautes études de la défense nationale à Paris. Il s’est spécialisé dans la lutte contre le terrorisme au Centre d’études stratégiques d’Honolulu. Ses compétences sont à nouveau sollicitées d’autant que le CIS est spécialisé dans les renseignements généraux.Crée en 2003 pour remplacer la Direction Générale d’Investigations et de Documentation Intérieure et Extérieure (DGIDIE), la CIS a eu trois directeurs généraux dont l’actuel ministre de la Sécurité publique Jean Jacques Andrianisa.

A.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – L’Assemblée des Français à Madagascar en deuil

Le Zanatany Me Ducaud, consul honoraire élu depuis 1985, s’est éteint à l’âge de 80 ans, dimanche. Avocat au barreau de Madagascar, il est né à Antananarivo en 1938. En 1967, il s’est installé à Mahajanga après ses premières plaidoiries dans la capitale. Il laisse une épouse, Rachel Ducaud Rasamoely, deux filles et trois petits-enfants.Me Ducaud a été très engagé dans les actions de bénévolat en faveur des personnes les plus défavorisées. C’est ainsi qu’il a été longuement président de l’Association d’entraide des Français dans la province de Mahajanga. L’organisation vient en aide aux Français les plus démunis, gère une cantine et un internat, et prend en charge le traitement médical des Français démunis de Mahajanga.Promu officier de la Légion d’Honneur en 2003, l’ambassadeur Jean-Marc Châtaignier l’a élevé au grade de Chevalier de l’Ordre de la légion d’honneur, le 17 mars 2012. Il est également Officier de l’Ordre national de Madagascar et Chevalier de l’Étoile de la Grande Comore. Comme il a pu se prévaloir d’être Zanatany,  l’ambassadeur Jean-Marc Châtaignier a rappelé le sens profond de ce mot.«Vous-même enfant de Zanatany, vous perpétuez ainsi la lignée de trois générations qui, avant vous, ont décidé d’aller porter haut et fort dans le monde les valeurs de notre République. Zanatany, vous participez à la construction de ce métissage unique des valeurs françaises et malgaches, au service de notre idéal universel. Profondément attaché à Madagascar vous revendiquez aussi un titre que l’on vous accorde volontiers, celui de Teratany, c’est-à-dire d’autochtone. Zanatany, Teratany, on vous reconnaît aussi la qualité de Raiamandreny, terme que l’on pourrait traduire par  le père et la mère ou encore le sage ou bien l’arbitre. C’est dire si vous êtes une personnalité connue, respectée, influente, point d’articulation essentielle entre nos deux nations. » La levée de la dépouille mortelle à son domicile, à Mangarivotra, ce samedi 13 janvier, sera suivie d’une cérémonie religieuse avant son enterrement au cimetière de La Corniche.

V.A.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – À la redécouverte de la « Génération Mijah »

Plus festifs, plus enjoués et toujours visant une plus grande proximité avec la masse populaire, ils sont une nouvelle génération d’artistes à vouloir conquérir le public. Et ce, en usant de la seule force d’une musique toute simple, mais, néanmoins, entraînante.

Un milieu musical jusqu’ici dominé par le genre tropical où les Tence Mena, Stéphanie et autres Black Nadia, Wawa ou Barinjaka, pour ne citer qu’eux, conquièrent les grandes scènes de la Grande île. Ils enchainent festival sur festival aux rythmes d’une musique qui se veut principalement entraînante et exaltante pour la gent masculine, accompagnée de chorégraphies chaudes et aguicheuses pour la gent féminine. Ces grands artistes du genre tropical profitent de leur notoriété, enchantent un large public constamment en quête de nouveautés, mais surtout de festivités et d’une ambiance survoltée.Face à eux, émerge progressivement une toute nouvelle génération d’artistes, des marginaux à la musicalité plutôt atypique et difficile à cerner. À leur manière, ils veulent marquer le coup. Ils sont portés par une sonorité quasi minimaliste plus ou moins électro où la synthé règne, et accompagnée par un chant sublimé par des retouches sur le fameux logiciel « Autotune ». Bref, celle que l’on qualifiera de la « génération Mijah » fait son entrée en scène d’une manière tonitruante.Vu la particularité du genre, on est tenté de les classer dans les « variétés », même si cela reste encore assez problématique. On parle alors d’une génération de jeunes artistes qui, tout au long de l’année passée, ont brillé par leur audace, leur créativité, ainsi que leur force de caractère, mais surtout leurs origines. Pourquoi en parler, diriez-vous ? Eh bien, tout simplement parce que, durant les fêtes de fin d’année et même bien avant, il n’y en avait que pour eux et leur, chansons dans chaque maison.

Avec sa chorégraphie atypique, « Dihan’i Mijah » est devenu incontournabledans toutes les fêtes de quartier oufamiliales depuis près de deux ans.

Une musique pour le « petit peuple »

Artiste ayant surtout fait ses armes dans le rap et le r’n’b, Odyai peut s’affirmer comme l’aîné, le modèle et le fer de lance de la génération Mijah. Notamment en s’émancipant de la musique urbaine pour se focaliser, surtout ces dernières années, sur un genre plus populaire. Sa chanson « Samy malagasy » avec DJ Gouty est l’une des grandes représentations de ce virage artistique, qu’il a entamé, porté par le succès de cette chanson considérée depuis comme l’un de ses plus grands tubes. Odyai a eu l’idée de pousser au-devant de la scène, l’un de ses protégés et vers la fin de l’année 2016, le public découvre le jeune Mijah et son fameux tube « Dihan’i Mijah ».

Chacun à sa manière, ces jeunes artistes se plaisent à mettre en scènela vie quotidienne des quartierspopulaires de la capitale. Retranscrivant en chanson leur joie et leur bonne humeur, comme leur galère.

Une nouvelle vague

Depuis 2016, ils sont nombreux à faire valoir leur talent à l’instar de Mijah, calquant ce même style qui forge et renforce la notoriété du jeune artiste. À chaque chanson autotunée, sa chorégraphie bien spécifique enchante aussi bien les grands que les petits. Outre Mijah, qui est élu« Artiste de l’année 2016 » par un média de la capitale grâce à sa chanson, on assiste depuis à une vague de nouveaux talents au-devant de la scène. Entre autres, les jeunes Shayron et Da Roche qui affichent leur proximité avec la masse populaire à travers leurs textes. L’essence même de chacun d’entre eux étant surtout de réussir à faire le buzz avec leurs chansons, en essayant à chaque fois de proposer une histoire, une chorégraphie ou une mise en scène inédites.

Fort du succès de son titre« Dihan’i Mijah »,le jeune artiste a connu un grand essor sur la scène musicale. Il a, d’ailleurs, déjà entamé une tournéedans l’Hexagone pour le grand plaisir de la diaspora malgache.

Les bases avec « Dihan’i Mijah »

À ses débuts, la chanson divise l’auditoire, notamment avec ses paroles élémentaires, mais elle gagne rapidement en notoriété grâce à un détail en particulier. « Dihan’i Mijah », comme l’indique son titre, s’accompagne d’une chorégraphie qui lui est propre. La chanson s’ancre alors facilement au sein de la société, mais surtout de la masse populaire, et Mijah en est devenu le fier porte-étendard. La chanson qui représente ce folklore festif et fraternel des quartiers populaires de la ville, devient incontournable et instaure les bases de ce que sera la « génération Mijah ».

Sans doute celui dont le style se rapproche le plus de celui de Mijah, Shayronse distingue, cependant, par les récitsde ses chansons. Avec ses titres comme« Donne Donne Maskita », Shayron démontre principalement son appartenance au petit peuple. Ce qu’il confirme encore avec ses titres comme « Zay moa mainty » et « Aza manambany tambanivolo ».

 

L’une des récentes découvertesde cette fin d’année 2017 est Da Roche qui a enchanté le public grâce à sachanson écrite exclusivement pourl’occasion, « Tsitsio aloha ny aina ». Même si on lui reconnaît aussi des chansons comme « Dihy soroka »ou encore « Mitorajofo ny ato an-tanàna ».

Andry Patrick RakotondrazakaPhotos fournies

 

L'express de Madagascar0 partages

Kidnapping – Razaly libéré  après vingt-deux jours de captivité

Fin du cauchemar  pour John Razaly. Au bout d’une captivité ayant duré vingt-deux jours, ce jeune cadre français d’origine indienne a retrouvé les siens, sain et sauf, hier en début de soirée. Les informations autour des circonstances de sa libération sont encore néanmoins insuffisantes.Le versement d’une forte rançon est signalé mais le montant n’est pas indiqué.Âgé de vingt-cinq ans, John Razaly travaillait depuis près d’un an pour la société Ucodis à Tsaralalàna avant qu’il ne se fasse enlever. Le20 décembre, en fin d’après-midi, il allait regagner son foyer lorsqu’il est tombé dans un guet-apens tendu par une escouade de ravisseurs lourdement armés.Les bandits avaient utilisé une Peugeot 405. Les témoins oculaires du kidnapping ont réussi à noter le numéro d’immatriculation  du véhicule mais après vérification par les enquêteurs de la cellule mixte d’enquête, il s’est avéré que la plaque etait fausse. Ils sont du coup tombés sur un os.La vie s’est arrêtée pendant trois semaines pour John Razaly lorsqu’il est tombé dans les griffes des ravisseurs. Le jeune homme allait s’envoler pour la France pour se fiancer et passer les fêtes de fin d’année en famille lorsqu’il s’est fait enlever la veille.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatolampy – Une Super Goélette fauche deux fripières

Épouvantable. Un taxi-brousse de marque Renault Super Goélette a foncé droit sur deux fripières installées  au bord de la chaussée. L’accident s’est produit hier à 14h, à Andafiatsimo, dans la commune urbaine d’Ambatolampy, région du Vakinankaratra. L’une des victimes d’une cinquantaine d’années est décédée sur le coup, tandis que l’autre s’en est sortie avec des blessures graves. Elle a été hospitalisée et s’est fait poser quelques points de suture, d’après les explications d’un médecin, joint par téléphone, hier. « Le chauffeur m’a d’abord heurtée et m’a ensuite écrasé le pied gauche », a raconté la blessée aux policiers qui se sont dépêchés sur les lieux pour dresser le constat. Les dizaines de passagers à bord du véhicule sont sains et saufs.L’officier adjoint du commissaire local a indiqué qu’une rupture de la colonne de direction était à l’origine de cet accident mortel. Énervé, le conducteur n’a plus pu tourner le volant. La Renault Super Goélette  a fini par télescoper un portail métallique d’un appartement à côté de l’agence de crédit pour l’entreprise privée (ACEP). Les dégâts matériels ont été importants.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Salon des pierres précieuses en Inde – Tout a été vendu

Rideau sur la Communi-cation internationale sur les mines de Madagascar en Inde. Périple positif pour les opérateurs malgaches, qui ne se sont pas déplacés pour rien à Jaipur en Inde pour assister au salon des pierres précieuses en Inde, ou « India Rough Gemstones show ». Une réussite traduisant la politique minière menée par l’équipe de Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole, sur la promotion des petites mines. Outre les commandes reçues, dès le premier jour, la quarantaine d’opérateurs ont écoulé toutes leurs marchandises emmenées pour être exposées et commercialisées au salon qui s’est tenu du 8 au 10 janvier à l’hôtel Marriot de Jaipur. « Ces commandes se chiffrent à des tonnes de pierres brutes », indique un  membre du Conseil national des Mines, principal organisateur de ce déplacement marketing en Inde. « Reste à savoir si Madagascar arrivera à honorer toutes ces commandes », confie-t-il.Une autre exposition, spécialement dédiée aux pierres fines se tiendra encore à Jaipur, capitale des industries minières de l’Inde, à laquelle Madagascar participera. Le pays dispose, en effet, d’un institut de formation en Gemmologie lequel proposera les bons produits et les experts en taillage de pierres fines. Les opérateurs sont prévus revenir à la Grande île demain samedi. Les directeurs de ministère sont prévus rencontrer,  quant à eux, quelques opérateurs miniers à l’Ile Maurice, à leur retour de l’Inde.

M. I.

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Stagnation des prix  après les intempéries

Les portes du quai de Nosy Be Hell ville se sont enfin ouvertes en milieu de semaine, depuis le passage du cyclone tropical Ava. Une montée brutale des prix des produits de première nécessité avait déjà été constatée dans cette ville du Nord-Ouest de la Grande île, en début de semaine même après la fin des intempéries. Actuellement, ces prix en hausse se sont totalement figés si les ménages croyaient et espéraient plutôt une baisse. En effet, les demandes se faisant de plus en plus rare les grossistes et les détaillants ont choisi de maintenir le prix de leurs marchandises. Les denrées alimentaires sont les premieres à être touchées par cette stagnation.Dans cette zone, le riz commence à se faire rare avec 125 000 ariary le sac de 50 kilogrammes, soit 2 500 ariary le kilo, avec un pic de 200 000 ariary dans les zones isolées. Pour les légumes, on ne note pas de hausse conséquente, contrairement à la viande de zébu qui s’achète aujourd’hui à 16 000 ariary.Avec plusieurs routes nationales coupées jusqu’à ce jour et les transports maritimes suspendus qui n’ont repris qu’hier, la suffisance en riz communiquée par le ministère du Commerce et de la consommation ne pourrait pas tenir la route assez longtemps.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

«Andrianampoinimerina ne s’attaque pas aux enfants»

Andrianampoini­merina ne prendra définitivement la ville d’Antananarivo qu’après un siège de trois mois, ce qui prouve la résistance opiniâtre des assiégés. C’est pendant le siège que, pour la première fois, seraient utilisés des cerfs-volants enflammés, des papango hazo . La même tactique est employée au siège d’Ambohibeloma du Nord, dans le pays des Sihanaka, vers 1808-1809.La conquête d’Antananarivo aurait eu lieu à une date imprécise, 1795 ou 1796. D’après J.-C. Hébert, les Tantara ny Andriana eto Madagascar du père Callet ne donnent aucune précision  et se contentent de relater que les Avaradrano d’Andrianampoini­merina conquièrent la ville trois fois et que les Merinatsimo les en chassent deux fois.Hugon, lui, affirme, qu’au retour d’une expédition en 1808, Andrianampoinimerina est en possession de la ville depuis douze ans, soit depuis 1796. Une assez longue période de répit semble succéder à cette difficile prise. Andrianamboatsimarofy serait mort deux ans après la chute de la ville. Bien qu’ayant régné à Soananjakana (Anosizaro), il est enterré à Fenoarivo. Son tombeau est aujourd’hui à Antsahadinta. Son fils Ramaromanompo lui succède sans être tout d’abord inquiété en ses possessions. Selon la tradition merina, il aurait régné cinq ans à Fenoarivo, de 1798 à 1803, calcule Hébert à partir de la mort de son père. Lors de son deuxième voyage sur les Hautes-terres centrales, le négociant Lebel assiste aux derniers instants de sa royauté à l’été 1803.À cette date, Anosizato est encore sa capitale. « Deux mois plus tard ( ?), c’était la déroute complète à Antsahadinta, village situé au sud d’Anosizao et que Lebel pare du nom pompeux de forteresse. » Andrianam­poinimerina ne veut pas l’attaquer dès la mort de son père. Selon les Tantara, « les Avaradrano voulaient l’attaquer… », mais Andrianampoini­merina dit : « Laissons-le régner quelque temps, le royaume finira pas me revenir. » La même tactique est utilisée par le grand souverain pour la conquête du Marovatana.Devenu roi d’Antananarivo, Andrianampoinimerina s’attaque au Marovatana. Et ce n’est que « lorsque le Marovatana fut conquis qu’Andrianampoinimerina vint attaquer Ramaromanompo », lit-on dans les Tantara. Une première attaque, peut-être avant 1800, est désastreuse. La capitale du Marovatana, Ambohidratrimo, résiste avec acharnement. Cependant, le roi a soin de déclarer qu’il ne cherche pas à faire de prisonniers, mais désire donner la paix au peuple. La leçon est sans doute cruelle, car il attend quel­ques années avant de reprendre la lutte et il ne s’attaque plus à Ambohi­dratrimo, mais aux petits villages.Voici ce qu’on lit dans les Tantara : « Quelque temps  après, le prince d’Ambohidratrimo mourut. Le peuple en fut surpris et s’écria : Nous pouvons prendre maintenant ce village car le prince est mort. Mais Andrianampoini­merina répliqua : « Vous ne réfléchissez donc pas, c’est maintenant que la guerre sera dure, puisque c’est un enfant qui règne. Le peuple demanda : Pourquoi dites-vous cela ? Sous le règne de son père, peu s’en est fallu que nous ne nous en emparions. Andrianampoinimerina répliqua : Le père était vicieux, mais le fils est encore sans défaut et Dieu protège celui qui n’a jamais péché. Le peuple resta stupéfait de la connaissance qu’avait Andrianam­poinimerina des vérités surnaturelles. »Lorsque ce roi part de nouveau pour attaquer les Marovatana à l’ouest d’Ambohidratrimo, il s’exprime ainsi : « Nous ne ferons que passer près d’Ambohidratrimo pour que l’enfant qui vient d’arriver au trône puisse faire sa volonté, pour augmenter ses défauts et l’amener à se soumettre de son propre gré. » Ainsi, le roi ne fait que passer près d’Ambohidratrimo et n’attaque que les petits villages qui, en voyant les deux pavillons Mahazovola (qui gagne l’argent) et Mahazotany (qui gagne le pays) se soumettent. Et quand ces petits villages sont conquis, Ambohidratrimo se soumet aussi de plein gré.Le jeune prince est Rabehety ou Andriantomponimerina­mandimby qui prend pour épouse la fille d’Andrianamboatsimarofy, Ravaonimerina. Et J.-C. Hébert conclut : « Il est curieux d’entendre alors de la bouche de celui qui est surnommé le Taureau aux grands yeux (Ombalahibemaso) que la vengeance peut attendre car le fils est encore sans défaut. »

L'express de Madagascar0 partages

Liste électorale – La Ceni demande plus de dynamisme

Vingt jours avant l’arrêtage provisoire de la liste électorale, le nombre de citoyens, qui viennent à la rencontre de leur chef Fokontany pour vérifier ou inscrire leur nom sur la liste électorale, n’est pas encore satisfaisant. En marge d’une réunion de travail avec les chefs Fokontany hier au sein de l’École Nationale d’Admi­nistration Madagascar, le président de la Commission Électorale Naionale Indépendante (CENI), maître Hery Rakotomanana, a demandé la collaboration des acteurs concernés dans la sensibilasation citoyenne pour la révision de la liste électorale. « Je demande la contribution et le sérieux de tout un chacun dans le but de maintenir la transparence dans tout ce que nous entretenons », a-t-il déclaré lors d’un entretien avec la presse.C’est une manière d’inciter les partis politiques et la société civile, qui constituent nottament le Comité local de recensement des électeurs (CLRE), à se mobiliser en sensibilisant les électeurs à s’inscrire et vérifier leur nom sur la liste électorale. Selon Hery Rakoto­manana, ils ont un rôle important à jouer auprès de la population. « Ils doivent se mobiliser auprès des Fokontany pour suivre le déroulement de la révision de la liste électorale », a-t-il soutenu. Pourtant, on trouve rarement des mem­bres de partis politiques ou de la société civile dans les quartiers pour sensibiliser la population à consulter la liste électorale. Et ce manque de dynamisme des partis politiques et de la société civile donne un coup dur à la CENI pour qu’elle puisse satisfaire son désir d’atteindre le mil­lion d’inscrits à la liste électorale. Lors de cette réunion de travail, il a été rapporté que le nombre d’électeurs à Antananarivo est de 718.656 inscrits, soit une augmentation de 4.81 % par rapport à l’année dernière. Il a également été souligné que la liste dans laquelle les électeurs vérifient et inscrivent leur nom est celle arrêtée en avril 2017.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique australe – Miotisoa et Maholy  perdent en finale

Un résultat qui encourage. La délégation malgache en lice pour le championnat d’Afrique australe, qui se poursuit actuellement à Gaborone au Botswana, a fini par avoir une sérieuse performance. Perdant dans l’épreuve du simple chez les U14 garçons, U14 filles, U16 garçons dès le premier tour, en huitièmes et en quarts de finale, la bande à Harivony Andrianafetra a pu se rattraper dans les épreuves du double. En U14 garçons, Sampras Rakotondrainibe et Angy Rasolomanana se sont hissés en demi-finales. Ils gagnent d’abord contre les Mauriciens Acou Auxence et Lucas Lai Fat Fur en trois sets (6/4 3/6 10/5) avant de s’incliner contre Conne Van Schalkwyk (Namibie) et Marnus Oosthuizen (Afrique du Sud) en deux sets 4/6 5/7.Chez les U14 filles, Miotisoa Rasendra et Maholy Razakaniaina ont fait mieux que ces derniers. Elles gagnent tout d’abord contre la paire botswanaise Phatshane-Poely (6/0 6/0) avant de s’imposer en demi-finale contre Lyne Greyling (Afrique du Sud) et Claire Machisa (Zimbabwe) en deux manches (6/3 6/4). C’est en finale que la paire malgache a été surclassée par les Sud africaines Manyube et Jansen Van Vuuren (4/6 1/6)La dernière journée du simple et du double est prévue ce jour et les épreuves par équipes, qui ont démarré hier soir, se poursuivent à Gaborone jusqu’au 16 janvier.

D. R.

L'express de Madagascar0 partages

Slam – L’IFM initie les petits à l’art de « Slamer »

La première séance de slam dédié aux enfants, qui s’est tenue samedi matin à l’Institut Français de Madagascar ou IFM, a été un moment apprécié par ceux qui ont répondu à l’appel. Ils étaient une douzaine, filles et garçons entre six et douze ans, à avoir marqué leur vif intérêt à cette forme de poésie dite de façon rythmée et énergique, appelée slam.« C’est un art poétique qui raconte le quotidien. Les enfants ont aussi leur petit monde à eux. Ils ont certainement une vision différente des grands. Le slam peut être une façon de connaître leur perception de la réalité. Aussi, ça peut être une autre méthode pour apprendre ses leçons. Notre but est de les initier à cet art et de les aider à le développer au fil du temps. Nous avons programmé une séance tous les premiers samedis du mois, à 10 heures 30. Notre prochain rendez-vous aura lieu le samedi 3 février à la même heure. Et c’est ouvert à tous les enfants sans exception. Un spectacle sera prévu pendant les grandes vacances pour présenter leur travail », a précisé madame Jeanne, responsable de la section pour enfants à l’IFM.Bini et Gad Bensalem, deux grands noms du slam national ont honoré de leur présence cette première séance et ont partagé aux enfants leur talent en les initiant. « Nous pouvons nous inspirer de tout, très librement, de nos lectures, de notre travail en classe », a constaté un jeune garçon présent pendant la première séance.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Un voleur de scooter arrêté

La gendarmerie d’Ankadin­dravola, renforcée par des agents cynophiles, a mis la main sur un voleur de scooter, mardi à Ilanivato. Deux motos ont été volées lundi. Ce bandit a été placé en garde-à-vue et serait déféré ce jour, selon une source proche de l’enquête, hier. Les coauteurs sont encore recherchés.

L'express de Madagascar0 partages

Administration – Près de cinq mille  fonctionnaires « fantômes »

Après la mesure d’assainissement de l’état de paie des fonctionnaires, près de la moitié des dix mille agents « omis » dans la liste du mois de décembre ont réussi à régulariser leur situation et ont déjà touché leur solde. Pour l’autre moitié, les autorités attendent encore les dossiers de leurs hiérarchies justifiant leurs appartenances à une entité de la fonction publique. Sinon, les autorités les considèrent comme étant des fonctionnaires « fantômes » et leurs noms ne figureraient pas dans le fameux logiciel Augure. « Ils ont coûté 49 milliards ariary à la caisse de l’État », a déclaré hier au téléphone Sehenosoa Vonintsalama Andriambolona, ministre des Finances et du budget.Lancée au mois de février, cette mesure a créé des vagues après que près de dix mille fonctionnaires ont été privés de solde au mois de décembre. Cette situation crée ainsi des grognes dans les rangs de certains agents de l’État. Des syndicalistes réunis autour de la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM) ont haussé le ton et brandissent la menace d’une grève générale des fonctionnaires. De son côté, le ministère des Finances ne fléchit pas et continue son opération d’assainissement.

 L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Lâcher prise

La «Grande Muette» devrait rester, justement, muette. Il est bon que les chefs militaires rétablissent les fondamentaux de «discipline» et de «hiérarchie», mais inutile d’en faire la publicité. C’est par des actes, en interne, que le problème doit se régler, pas en conférence de presse. Que les accents martiaux tonnent, mais en rassemblement, pas à la Une des journaux. Qu’une armée respecte le principe hiérarchique et fonctionne à la discipline, rien que de parfaitement normal, alors pourquoi en faire un gros titre. Le soleil se lève à l’Est : qui s’en soucierait au quotidien, ce n’est même pas un marronnier journalistique.Les militaires malgaches, par la faute d’une poignée de minables, n’ont que trop fait parler d’eux. La démarche de normalité de l’armée malgache doit d’abord être une attitude de banalité. Qu’on n’entende plus les généraux se mêler de politique (ou d’économie) et qu’on n’entende plus murmurer dans les rangs.En France, des généraux s’étaient exprimés sous le nom de plume «Surcouf». Pour critiquer le «Livre Blanc sur la défense et la sécurité nationale». Cinq ans plus tard, en 2013, des capitaines et lieutenants, réunis sous le nom de «collectif Marc Bloch», devaient dénoncer «le déclin militaire de la France» en regrettant sa perte de capacité opérationnelle. En Grande-Bretagne, c’est en 2010 que cinq amiraux à la retraite (Lord West, Sir Julian Oswald, Sir Jeremy Blackham, John McAnally, Julian Thompson) choisirent de critiquer la réduction du format de la Royal Navy, comparant la situation à la perte de Singapour face aux Japonais, en 1942. Chaque fois, ces militaires, français (réfugiés dans l’anonymat) ou britanniques, s’exprimant en leur nom et non en celui de l’institution, n’ont abordé que le sujet militaire : leur domaine de moindre ignorance.Que des militaires malgaches évoquent la réforme de l’académie militaire, un nécessaire déploiement maritime ou la reconstitution d’une armée de l’air, ne ferait pas scandale. Mais, on ne souhaite plus que l’armée s’immisce dans la politique. La mutinerie d’un régiment, en 2009, avait entraîné Madagascar dans la pire catastrophe de son histoire républicaine.Quand les chefs militaires prennent la parole, qu’ils soient conscients d’abord de ce traumatisme dans l’opinion. Dans un pays à la culture politique encore balbutiante, il leur faut ne pas oublier le poids de leurs étoiles et l’instrumentalisation qu’on peut faire de chacun de leurs mots. En 1972, la classe politique malgache était encore plus embryonnaire qu’actuellement. Et il avait semblé presque naturel qu’un régime aux abois fasse appel à la seule structure organisée de l’époque : l’armée. La politisation de l’armée, qui allait s’ensuivre, la perte des repères, l’embrouillamini des valeurs, ont culminé dans le putsch de 2009. Nous voilà en 2018 : il faut aux généraux la sagesse de renoncer à peser. En psychologie, à moins que ce ne fût une vieille sagesse bouddhiste, il faut savoir lâcher prise.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Incarcéré pour  la quatrième fois

Un voleur à la tire récidiviste a été, pour la quatrième fois, renvoyé derrière les barreaux de la maison centrale d’Antanimora, hier. Il a été pris en flagrant délit à Anosibe, avant-hier, faisant main basse sur un sac au dos d’une victime. Il a été neutralisé par un policier en civil pendant qu’il a tenté de s’entêter.

L'express de Madagascar0 partages

Body building – Le Mondial de Thaïlande en ligne mire

La commission nationale du bodybuilding aura deux compétitions internationales dans son calendrier 2018. Après le succès de la participation malgache au championnat du monde 2017 en Mongolie, la Grande Ile compte aligner des représentants au championnat du monde WBPT (World bodybuilding and physique sport federation) version 2018 qui aura lieu en Thaïlande. Dernière activité de la commission cette année, ce rendez-vous planétaire se tiendra du 11 au 17 décembre. Dans la foulée, les bodybuilders auront aussi une autre sortie dans la région, quelques mois plus tôt. Il s’agit de la « Cup of Titan » qui se tiendra à la Réunion du 13 au 27 octobre. Quant aux activités locales, le championnat d’Anala­manga baptisé depuis long temps « Big Tanà » est prévu fin mars. Le « Big Mada » ou le championnat de Madagascar se déroulera pour sa part à Mahajanga le 14 avril. Et la deuxième édition du « Body Perfect », une compétition d’envergure nationale organisée également par la commission, aura lieu le 24 juin.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Poursuite des formations « champions attitude »

L’équipe à la tête de la Ligue d’Analamanga avait annoncé que ses actions seraient axées sur un thème précis à chaque saison, lors de son avènement, il y a un an. Pour 2017, le thème choisi fut l’éducation. « Celui-ci sera maintenu pour cette nouvelle année. On aimerait qu’à travers la pratique du tennis, chacun puisse obtenir une valeur ajoutée qui lui sera utile tous les jours. Voilà notre vision », souligne le président Rina Ravoniandro.Pour ce faire, la Ligue poursuivra les formations « champions attitude », initiées en juin dernier, en collaboration avec le ministère de l’Education nationale. Il s’agit de cours d’éducation civique, de savoir-vivre et de fair play. « On a remarqué un véritable changement de comportement chez les joueurs, désormais plus ouverts et plus sociables. Il y aura également un ‘champions attitude’ pour les parents, pour qu’ils aient aussi un comportement exemplaire », rajoute Rina Ravoniandro.Cette initiative a des échos au-delà des frontières de l’univers du tennis. Des athlètes et dirigeants issus d’autres disciplines la qualifient d’« initiative louable » et veulent y prendre part. Ainsi, ils sont prêts à soutenir la Ligue pour ces formations, éventuellement à titre d’intervenants.Les arbitres aussi bénéficieront de stages, comme ce fut le cas l’année dernière. « Au niveau règlement, nos arbitres sont bons. Par contre, ils ne maîtrisent pas totalement la langue française. On aura ainsi des cours de français pour y remédier. C’est le genre de valeur ajoutée qui leur servira dans leur vie de tous les jours.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Assassinat à Beko­paka-Antsalova

Un homme d’une trentaine d’années a été assassiné à son domicile dans la nuit de mercredi à hier. Le meurtre s’est produit à Antsariolo, commune de Bekopaka, district d’Antsalova. Cinq gendar­mes se sont rendus sur les lieux, mais l’assassin était déjà hors de portée. Le mobile du crime était une mésentente suite à une vieille rancœur.

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Fiara notafihan’ny jiolahy, olona iray maty

Fiarabe mpitati-bokatra iray no lasibatry ny asan-dahalo tany amin’iny faritra Tsiroanomandidy iny, omaly vao mangiran-dratsy. Vokany, olona iray no maty voatifitr’ireo olon-dratsy ary vola an-tapitrisany maro kosa no lasa tamin’izany. Tokony ho tamin’ny telo ora maraina teo no nitranga ity fanafihana ity raha ny fampitam-baovao azo. Amam-polony no isan’ireo olon-dratsy ary nirongo zava-maranitra sy basy mahery vaika. Tsy nisy alaharo alaharo fa avy hatrany dia ny basy teny an-tanan’izy ireo no nampiasainy. Tovolahy iray, izay fantatra fa mpanampin’ny mpamily tao anatin’io fiara no niantefan’ny bala ka naratra mafy. Tsy tana intsony anefa ny ainy fotoana fohy taorian’izay noho ny ratra nahazo azy. Nisy olona sasany teny an-toerana ihany koa naratra mafy, vokatr’izay tifitra variraraka izay. Teo anatrehan’ny zava-nisy dia tsy afa-nanoatra intsony ireo olona tao anatin’ilay fiara. Hany hery dia nanome izay zavatra notadiavin’ireto andian-jiolahy ireto. Vantany vao azon’ireto farany kosa ny vola dia nirifatra nitsoaka izy ireo. Taorian’izay vao afaka namonjy ireo voatafika ny fokonolona. Nitondra ireo naratra tany amin’ny toeram-pitsaboana. Amin’ny toe-javatra tahak’izao tokoa, dia mazana mitampim-baravarana avokoa ireo mponina noho ny tahotra, ka tsy misy sahy mampandre avy hatrany ireo tompon’andraikitry ny filaminana. Rehefa lasa ireo mpanafika vao nampandrenesina ireto farany izay tonga haingana teny an-toerana. Nanao ny savahao ny manodidina, saingy efa tsara fiafenana ireto olon-dratsy. Mbola mitohy moa ny fikarohana azy ireo ataon’ny eo anivon’ny zandary any an-toerana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Olona iray maty voatifitry ny jiolahy

Efa malilo ny sofina amin’ny fandrenesana fanafihana mitam-basy ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Mandray andraikitra ihany ny mpitandro ny filaminana sy ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny, toa saingy tsy mahasakana ny fanampoizan’ny mpanao ratsy ny asany izany. Vao tsy ela akory izay no nisehoana asan-dahalo sahady ny tany amin’ny tanàna antsoina hoe : Ambodimanga, Kaominina Beanana, disitrikan’i Maevatanàna, ny Alakamisy 4 Janoaray lasa teo, tokony ho tamin’ny 07 ora hariva. Vokany: Ankoatra ny omby lasan’ireo dahalo dia voatifitran’ny basy ihany koa ilay lehilahy iray sendran’ny hivoaka hanohatra ireo malaso ireo, ka teo no nahafaty voatifitra azy tany an-toerana. Araka ny fanazava voaray avy Rtoa  Irénne, dia dahalo  efa-dahy mirongo basy no tongo nanafika io tanàna io, ka nahazoan-dry zalahy omby maromaro tao am-bala. Tsy fantatra mazava izay zava-niseho nandritra ny asa ratsin’ireo jiolahy, fa dia nitifitra an’ilay lehilahy efa ho 35 taona eo. Efa nidina nijery ny zava-niseho tany an-toerana ny mpitandro ny filaminana. Amin’izao fotoana izao, dia tsy misy olona firy intsony ny any amin’ny tanànan’  Ambodimangaio, fa lasa nitsoaka any amin’ny manodidina ny fokonolona noho tahotra ireo dahalo. Misy amin’izy ireo no nitsoaka any Mahajanga, fa ao koa ireo niakatra eto Maevatanàna. Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra ambony mahefa ireo mponina, mba hijery azy ireo,  hiverenan’ny fandriampahalemana indray.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ambatolampy : Taxi-brousse nifaoka mpandeha an-tongotra, vehivavy iray maty, roa hafa naratra mafy

Taxi-brousse iray, mampitohy ny renivohitra amin’ny kaominina Andravola, ao amin’ny distrika Ambatolampy no namoa-doza omaly tokony ho tamin’ny roa tolakandro tao an-tampon-tanànan’Ambatolampy. Araka ny fanazavana azo, dia nisy olana ara-teknika ity fiara Renault Super Goelette ity ka tsy tana intsony ny familiana. Nifatratra teny amina vavahady vy iray teo anelanelan’Ambodirina sy Andafiatsimo ity fiara ity, rehefa avy nifaoka mpandeha an-tongotra iray. Ny loza dia nisy mpivarotra teo akaikin’io vavahady io; izay nofaohin’ity fiara mpitatitra ihany koa. Vehivavy roa izy ireo, izay mpianaka raha ny fanazavana azo hatrany. Maty tsy tra-drano ilay renim-pianakaviana rehefa nohosen’ilay fiara, fa naratra mafy kosa ny zanany. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo pôlisy avy ao amin’ny kaomisarian’Ambatolampy rehefa nandre ny fisian’ny loza ary nidina avy hatrany teny an-toerana. Niezaka nandamina ny vahoaka, namonjy ireo naratra ary nitondra ilay mpamily tany amin’iny birao, nisorohana ny mety ho fikorontanana avy amin’ny vahoaka. Mazava ho azy fa, tsy maintsy notanana natao famotorana moa ity farany. Tamin’ny fanadihadian’izy ireo no nahafantarana, fa  tapaka “rotule”  kay ilay fiara, raha mbola teny am-pandehanana, hany ka tsy vitan’ny mpamily intsony ny nifehy azy. “Tsy dia nandeha mafy loatra izy io satria misy fiolahana rahateo eo amin’ilay toerana” hoy ireo tompon’andraikitra. Nentina namonjy toeram-pitsaboana avy hatrany moa ireo naratra ary efa samy nahazo ny fitsaboana sahaza azy avokoa. “Samy tsy misy atahorana ny ain’izy ireo. Ny iray aza efa nivoaka ny toeram-pitsaboana”. Ny vatana mangatsiakan’ilay renim-pianakaviana kosa dia efa nentina nihazo ny tranom-paty tany an-toerana. Tsiahivina fa, vao andro vitsy lasa tokoa izay no nisy lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona tao Ambatolampy, dia izao indray. Raha ny mahakasika ity farany, dia fantatra fa nomen’ny fitsarana fahafahana vonjimaika ny mpamilin’ilay taxi-brousse, izay nifandona tamina kalesa.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Inscription à l’ examen du CEPE : Les candidats ont jusqu’au 8 mars 2018

Les inscriptions pour la candidature aux examens du CEPE viennent juste d’être ouvertes, mais l’on se demande déjà sur le taux de réussite de cette année.

L’année scolaire avance bien malgré les arrêts fréquents des cours. En effet, les dates des examens officiels ne changeant pas, le ministère de l’Education nationale vient de lancer depuis le 10 janvier 2018 dernier l’ouverture des inscriptions pour les candidatures à l’examen du CEPE ou Certificat d’Etudes Primaires Elémentaire de cette année scolaire (2017-2018). Interviewé sur la question Serge Tsitoara, directeur des Technologies de l’Information et de la Communication (DTIC) auprès du ministère de l’Education nationale, fait savoir que “ les candidats ont jusqu’au 8 mars 2018 prochain pour s’inscrire ”. Ce qui devrait déjà permettre aux parents de préparer les dossiers de leurs enfants afin d’éviter les retards ou l’inscription à la veille ou le jour même du 8 mars. Et avec la lenteur administrative, il faut réunir le plus vite possible les dossiers des candidats aux examens officiels.

Sessions. Par ailleurs, les dates et délais d’inscription ne sont pas encore publiés pour les épreuves du BEPC ou Brevet d’Etudes du Premier Cycle. L’année scolaire entrant dans sa deuxième phase, il convient de noter que les épreuves  du CEPE dérouleront (si aucune catastrophe ou épidémie ne l’empêche) le mardi 31 juillet 2018. Les sessions du BEPC, quant à elles,  auront  lieu du 20 au 23 août de la même année. Les examens pour l’obtention du CAE/EP, quant à eux, se dérouleront les 2 et 3 octobre 2018 tandis que ceux du CAP/EP sont prévus pour les 30 et 31 août.

José Belalahy

Madagate0 partages

Liliane Rahantasoa Ratsivakala. Vidéo tao am-piangonana sy fisaorana

Mandrapahavita ireo sary nalaina tao Analakely dia io ambony io ny vidéo mirakitra ny veloma farany tao amin’ny Trinité Masina Avaratranjoma ary ny fisaoran’ny fianakavian’i Liliane Rahantsoa Ratsivalaka.

Madagate0 partages

Liliane Rahantasoa Ratsivalaka. Vidéo tao am-piangonana sy fisaorana

Mandrapahavita ireo sary nalaina tao Analakely dia io ambony io ny vidéo mirakitra ny veloma farany tao amin’ny Trinité Masina Avaratranjoma ary ny fisaoran’ny fianakavian’i Liliane Rahantsoa Ratsivalaka.