Les actualités Malgaches du Lundi 11 Décembre 2017

Modifier la date
News Mada1099 partages

Jeu d’échecs : Milanto Harifidy, roi de l’Afrique

Milanto Harifidy Ralison sauve, de la plus belle des manières, la face de Madagascar, au championnat d’Afrique jeunes du jeu d’échecs qui s’est tenu en Egypte, la semaine dernière, en remportant le titre chez les U16 garçons.

Madagascar se fait une place dans le gotha africain du jeu d’échecs grâce à Milanto Harifidy Ralison ! Pour ses premiers pas sur l’échiquier africain, du haut de ses 16 ans, l’échéphile malgache a damé le pion à ses adversaires pour devenir le nouveau champion d’Afrique.

Les neuf rounds obligatoires, lors de cette joute continentale, lui ont permis d’étaler tout son savoir en matière de jeu d’échecs, successivement face à six Egyptiens, un Sud-Africain, un Marocain et un Algérien.

Au final, avec 9 points au compteur, il devance l’Egyptien Kandil Adham (6,5 points) et le Sud-Africain Mhango Banele (6 points).

Les trois autres échéphiles malgaches de la partie ont par contre failli à leur mission. Chez les U12 garçons, Itokiana Rakotoarisoa n’a pu faire mieux que le 9e rang sur les 14 joueurs en lice. Toujours chez les petits, Tsiresy Haja Andriamanalimanana a raté de peu le podium avec 5 pions au compteur au 5e rang. Un point de plus lui aurait suffi pour finir troisième sur 18.

L’unique fille malgache de la compétition chez les U10, en la personne de Mitia Randriamaharo, a également subi la loi des plus fortes qu’elle sur la scène africaine. Pour son début africain, la petite Mitia a terminé à la 7e place.

Au pied du podium

Considérée comme la grande favorite de la compétition, en tant que pays hôte de la joute continentale, l’Egypte s’est fait choper la première place, au nombre de médailles gagnées, par l’Algérie qui compte 12 médailles, dont 5 en or contre 10 médailles dont 3 flanquées d’or.

Grâce à ce titre de champion d’Afrique de Milanto Harifidy Ralison, qui est l’unique podium malgache au championnat d’Afrique, Madagascar termine au 4e rang, ex aequo avec le Kenya et le Libéria.

A noter que neuf pays ont participé à ce championnat d’Afrique jeunes dont le Maroc, la Zambie et l’Angola qui termine la compétition en bas du classement.

Naisa

 

Midi Madagasikara996 partages

Gangstabab : Candidat à la mairie de Tana

Lors de son 40e anniversaire, Gangstabab a déclaré qu’il va se porter candidat à la mairie de Tana.

Il ne mâche pas ses mots, il dit tout haut ce que les gens pensent tout bas. Il c’est Rakotoarisoa Faniry Alban, alias Gangstabab. Lors de la célébration de ses 40 printemps qui s’est tenue au restaurant « Hatsiron’Iarivo », à Alarobia, il a annoncé qu’il va se porter candidat à la mairie de Tana en 2019. « Ce qui m’a poussé à se présenter aux prochaines élections municipales, il n’y a plus rien à attendre des politiciens», a-t-il soutenu. Et d’ajouter que « je ne ferai qu’un seul mandat». A la question sur sa candidature à la prochaine élection présidentielle,  Gangstabab a tout simplement déclaré « je ne serai pas candidat ». Deux ans avant la tenue des municipalités, le chanteur engagé a annoncé la couleur qu’il fera partie des candidats pour la course à la municiplaité de Tana.

Dominique R.

Midi Madagasikara497 partages

Slam national : Barry Benson, notre représentant à la coupe du monde

Benson, défendra les couleurs malgaches en France.

C’est officiel, Barry Benson représentera Madagascar à la coupe du monde du slam en 2018. Sur les 24 poètes, il a été sacré champion du slam national malgache samedi. Devant Jao Kely, Conan et Seth Seven  qui se partagent la troisième place.

Issu de l’équipe d’Antsirabe, Barry Benson, habitué des scènes s’en est sorti haut la main tout en confirmant son statut d’innovateur malgache dans la discipline. Une fois de plus, le slameur a usé de ses textes des plus poignants à l’Institut français à Analakely. Antsirabe caracole en tête dans la catégorie par équipe. Ensemble, Barry Benson, Jao Kely et Kasaina ont bien défendu la couleur de la ville d’Eau.

Cette année encore, le slam a gagné en maturité dans tous les sens du terme. En dix ans, les poètes évoluent au fil du temps, s’imprégnant de plus en plus de la réalité avec cette audace de dire les choses comme elles sont. Sans langue de bois ni peur de la censure. Ayant plus de liberté que leurs ainés, ils disent tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Plus que de l’art, le slam est désormais un outil efficace pour atteindre les dirigeants mais aussi une arme de militantisme et d’engagement.

A rappeler que plusieurs tournois de slam comme le « Tournoi de Slam de Tana » ont contribué à la mise en place d’une armée de slameurs malgaches depuis 2005. De ces évènements ont immergé des talents cachés. Les tournois, se multiplient et deviennent tournoi national deux ans plus tard. Les gagnants représentaient la Grande Ile à la coupe du monde de la poésie.

En 2012, le premier slam poésie intercommunautaire de Tana ou « Spit » réunissait dix communautés de slam de la capitale. Entre autres, des ateliers de poésie ont été organisés avec des Ong, notamment, dans les prisons et auprès des enfants des rues, même les exclus ont accès à l’art. Dans cette optique, l’art de la poésie touche toute couche et contribue dans l’épandage de l’amour de cet art. Donnant ainsi envie aux initiés d’écrire, de toucher les autres et de changer les choses à travers leur plume et leur voix.

Maharindra Aina

Midi Madagasikara352 partages

Progrès technologique : Des drones pour lutter contre l’insécurité dans l’Androy

Des drones octroyés à la Gendarmerie et à l’armée basées à Bekily.

L’insécurité est un grand handicap au développement de la région Androy. Pour permettre à la population d’exploiter les potentiels économiques de la région, une nouvelle optique est adoptée, afin d’améliorer la sécurité publique. Des drones de type Phantom 3 ont été octroyés au groupement de la gendarmerie et à l’armée basé à Bekily. « La région ne ménage pas d’effort pour protéger ses habitants et ses biens. Ce matériel servira de surveillance dans la reconnaissance des terrains, au moment où ils poursuivent les « dahalo », afin d’éviter toute embuscade », a fait savoir Michaël Randrianirina, chef de Région Androy. Dans son allocution, le chef de région n’a pas hésité à demander à l’Etat de donner aux forces de l’ordre de l’Androy des artilleries lourdes comme les lances roquettes pour mieux affronter les ennemis malfaiteurs. « En revanche, nous allons doter de matériels élémentaires les forces de l’ordre pour un déplacement sécuritaire dans les zones conflictuelles en 2018. Entre autres des jumelles, boussole, carte, matériels de bivouac et de campement », affirme-t-il. En parallèle, une cérémonie d’inauguration officielle du cercle messe de la gendarmerie et une pose de première pierre pour la construction de logement pour le groupement de la gendarmerie d’Ambovombe s’est tenue dans la capitale de l’Androy.

Antsa R.

Midi Madagasikara248 partages

Diffamation sur facebook : Stephano placé sous mandat de dépôt

Il attend son procès à la maison centrale d’Antanimora. (photo fournie)

Andrianjanaka Andriniaina Fréderic, dit Stephano, a été placé sous mandat de dépôt à Antanimora après avoir été déféré auprès du Tribunal de Première Instance Anosy  samedi  dernier pour cybercriminalité. Le suspect est poursuivi pour avoir publié des informations compromettantes sur des réseaux sociaux. La Brigade Criminelle de la police nationale l’a surpris à Itaosy le 7 décembre. Elle est intervenue suite à des informations qui portaient atteinte à la réputation des  autorités supérieures de la Nation, particulièrement à celle du  président de la République. Ce dernier s’est déclaré  scandalisé par  des photos semblant être des montages et s’apparentant  à une manœuvre destinée à salir son image. Ce serait la raison pour laquelle le Parquet, après avoir interrogé et analysé ce fait, a décidé de prendre une mesure radicale à l’encontre du suspect. Si une personne est placée sous mandat de dépôt, cela ne veut pas dire qu’elle est condamnée. La mesure est prise pour qu’elle ne disparaisse pas sans laisser de trace Il faut le préciser parce que la vérité doit nous faire  dire que la protection des témoins laisse véritablement à désirer à Madagascar.

T.M

L'express de Madagascar150 partages

Électricité – La Jirama importe soixante dix mille compteurs

La liquidation de demandes de branchement d’électricité figure parmi les priorités de la Jirama. Elle s’inscrit d’ailleurs dans le plan de redressement technique de la compagnie. Actuellement, vingt cinq mille dossiers sont enregistrés au niveau de la compagnie. Le manque de compteur disponible fait trainer les demandes des futurs abonnés de la Jirama. Pour satisfaire ces demandes, la Jirama annonce la disponibilité de soixante dix mille compteurs pour le mois d’avril 2018.D’après les explications d’un responsable de compagnie, les clients à Anta­na­narivo se trouvent en première ligne de cette demande, avec plus de 70% des dossiers enregistrés. La liquidation de ces demandes devrait commencer une fois ces compteurs arrivés. Mais l’infrastructure actuelle, surtout les transformateurs à Antananarivo, pose problème et semble ne plus supporter les demandes. À ce sujet, la société d’État prévoit de remédier à ce problème de saturation, avec le renouvellement de ces infrastructures. Elle annonce aussi l’investissement de 60 mil­lions de dollars dans le renforcement du réseau de distribution basse tension.Le plan de redressement semble en marche pour la Jirama, minée jusqu’ici par la perte, des affaires de vols et fraudes, et toutes formes de corruption. En effet, certaines pratiques illégales ont été observées au sein de la société, des branchements illicites orchestrés par les employés de l’entité publi­que, des détournements des versements des abonnés et le manque de transparence.Mais les dirigeants actuels de la société d’État s’engagent dans une bataille sans précédent avec la chasse aux branchements illicites et la lutte contre la corruption. Tous les responsables, dans tous les niveaux de la Jirama, par exemple, ont désormais l’obligation de créer au sein de leur cellule un dispositif anti-corruption. L’objectif de cette opération organisée par le fournisseur national d’énergie électrique, en collaboration avec le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), est d’amener ses cadres à jouer leur rôle dans la lutte contre la corruption.La liquidation de ces demandes de branchement serait ainsi un test grandeur nature pour les employés de la Jirama. Pour obtenir un accès à l’électricité, certains abonnés de la société d’État sont confrontés à de mauvaises pratiques de certains employés de cette société d’État.

L.R.

Tia Tanindranaza142 partages

Marc RavalomananaHanao fanambarana miezinezina

Ambohipihaonan’ny mpikatroka ao anatin’ny antoko Tiako I Madagasikara na TIM sy ny olom-pirenena tsy ankanavaka ny eny amin’ny FOFIKRI Ankadikely Ilafy anio 11 desambra, ka nasaina manokana ireo ben’ny tanàna rehetra manerana ny Nosy lany tamin’ny anaran’ny Antoko TIM.

 

Ny sabotsy lasa teo nandritra ny fampahafantarana ny hanokafana “Box” hifampitam-baovao sy hahafahan’ny rehetra manamarina ny anaran’ny anaty lisi-pifidianana no efa nisy ny fanentanana momba ny hetsika roa sosona satria ankoatra ny eny amin’ny FOFIKRI anio, dia hankalazaina rahaampitso 12 desambra ny tsingerin-taona faha-68 taonan’I Marc Ravalomanana, ka hisy ny fety sy korana mifandraika amin’izany, izay marihina fa eny amin’ny Magro Tanjombato no hanamarihana azy io. Mikasika ity tsingerin-taona ity, dia tsy nanaiky ireo mpikatroky ny Magro, fa mba ho fanehoam-pitiavana sy fankasitrahana hatrany ny filoha teo aloha, dia nanao tsipaipaika mba hividianana zavatra ho atolotra ny filoha Ravalomanana. Andrasan’ny rehetra kosa ny fanambarana miezinezina ataon’i Marc Ravalomanana, izay inoana fa hifantoka betsaka amin’ny raharaham-pirenena, toy ny resaka fifidianana, ny fihombonam-po amam-pahany hatrany amin’ny vahoaka Malagasy,... Mety ho kihon-dàlana lehibe ho azy sy ny Antoko TIM ary ny tontolo politika eto Madagasikara manontolo ny fanambarana hataony, ka olona an-tapitrisany maro no miandry ny zavatra hotenenin’i Marc Ravalomanana, fa tsy ny mpanotrona eny Ankadikely sy eny Tanjombato ihany. Tsy hay kosa na fifandrifian-javatra na niniana natao, fa anio 11 desambra ihany koa no daty nambara hitsarana ny raharaha 07 febroary 2009 izay sokajian’ny maro hoe hoenti-manasoketa sy manaratsy an’i Marc Ravalomanana fotsiny satria ho avy ny fifidianana atsy ho atsy.

Toky R

 

L'express de Madagascar136 partages

Le bois de rose, c’est du palissandre…

Le palissandre, c’est du bois de rose… Le nom scientifique est « Dalbergia trichocarpa »…Au mois de novembre 2016, j’ai fait une brève conversation très intéressante avec un jeune botaniste malagasy venu à Montréal préparer son doctorat. Je ne le remercierai jamais assez car, dans l’espace de cette brève rencontre, il m’a éduqué avec calme pour la vie au niveau du palissandre et du bois de rose dans un « petit cours magistral » de moins de 10 minutes. Il n’existe pas une espèce d’arbre appelée « bois de rose » en tant que tel. Ce que tout le monde appelle le bois de rose est, en réalité, du palissandre avec plus de densité en raison du nombre des années de croissance. Si vous voulez donc, le palis­sandre, c’est du bois de rose et, le bois de rose, c’est du palissandre.On ne parle donc pas de deux espèces dif­férentes mais d’une seule espèce dont le nom scientifique est le « Dalbergia tricho­carpa » pour Madagascar. J’en ai déduit qu’on plante du palissandre qui va devenir du bois de rose au fil des années avec la densité rouge ou rosée de l’intérieur. Cette conversation s’est terminée sur sa réponse à une question de ma part, à savoir si l’espèce palissandre, bois de rose ou « Dalbergia trichocarpa » est une espèce menacée d’extinction à Madagascar. Sa réponse est venue sans aucune hésitation : « Non ».Comme je suis curieux de nature, je me suis mis à fouiner un peu partout depuis 2016 concernant le palissandre, le bois de rose ou le « Dalbergia trichocarpa ». Comme j’ai grandi à Madagascar et à Antananarivo parti­culièrement, j’ai été doublement surpris d’apprendre qu’au Brésil, il existe une autre variété de « bois de rose ». Le nom populaire de cet arbre est le « Jacaranda » que les Anta­na­nariviens voient fleurir au mois d’octobre un peu partout dans la ville mais surtout autour du Lac Anosy. Le nom scientifi­que de cette espèce est le « Dalbergia nigra ». Lôlô sy ny Tariny ont rendu populaire cette espèce d’arbre dans une de leurs chansons. Le jacaranda ou le « Dalbergia nigra » du Brésil donne une densité intérieure plutôt noire.Je ne vous apprends rien, ou du moins à beaucoup d’entre nous que les planchers en bois de palissandre ont une tonalité plutôt rouge à Madagascar. Mais, ce n’est pas du tout inhabituel de voir des planchers de palissandre ayant une tonalité plutôt noire. Tout cela pour dire qu’à Mada­gascar, il existe aussi du « Dalbergia nigra ». J’ai compris la réponse du jeune doctorant de Montréal, qui était venue, sans hésita­tion que l’espèce palissandre n’est pas du tout menacée à Madagascar. Il n’y a d’ailleurs aucune raison à ce que l’espèce soit menacée à Madagascar. La psychose au niveau du « bois de rose » ne peut donc avoir qu’une autre explication que personne n’a encore pris le soin de vraiment expliquer jusqu’ici tous les tenants et les aboutissants.

Par Jean Razafindambo

Midi Madagasikara129 partages

Campagne de reboisement : 40 000 ha de terrains à reboiser chaque année

Le reboisement est une chose, stopper les déforestations en est une autre.

La campagne de reboisement 2017-2018 a été officiellement lancée le samedi 9 décembre 2017 dernier.  

Faire en sorte que la Grande-Île retrouve sa renommée d’antan en termes de richesse forestière et de biodiversité. Un défis que les malgaches doivent lancer et qui requiert la responsabilité de tout un chacun. Le reboisement est un moyen, habituelle pour les responsables aussi bien du secteur public que ceux du secteur privé, de contribuer dans l’atteinte de l’objectif qui consiste à refaire de Madagascar une île verte. Une habitude – tradition – qui continue cette année avec la campagne de reboisement 2017-2018. Partageant les mêmes objectifs de celles précédentes, la campagne de cette année a été lancée officiellement dans le quartier d’Analatsara, commune rurale Ambohibary, district de Moramanga. A cet effet, les premières plantations ont été effectuées sur vingt (20) ha de terrains. Sur lequel, 1 700 plants ainsi que 700 quinines ont été plantés.

Changements climatiques. Bien que peu pollueur, Madagascar figure parmi les pays qui souffrent le plus des changements climatiques. Pluies insuffisantes dans une région, sècheresse qui se relaie avec des inondations dans d’autres. Ce qui influe gravement sur la productivité agricole du Pays. Telles sont les manifestations de la situation dans la Grande Ile actuellement. Une situation qui requiert la prise de responsabilité de tous les malgaches selon les dires du Premier Ministre Olivier Solonandrasana lors de son discours durant le lancement officiel. Pour y faire face, la Ministre Johanita Ndahimananjara de lancer le défis de reboiser chaque année 40 000 ha de terrain. Profitant de l’occasion, la ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts de rappeler la réalisation de la campagne de reboisement 2016-2017. “ Nous avons pu planter 25 000ha de terrain durant l’année 2016-2017 ”, a-t-elle fait savoir. Reboiser est une chose, faire le suivi des plants en est une autre. S’assurer que les plantes atteignent l’âge adulte est tout aussi des gestes responsables et citoyens.

José Belalahy

Midi Madagasikara105 partages

Risque de crise sociale de plus en plus sérieux

La situation qui règne aujourd’hui à Madagascar laisse les observateurs extérieurs au pays plutôt dubitatifs. Si on se réfère à tous les avis des experts étrangers, les indicateurs macroéconomiques sont très positifs et la Grande Ile est sur la bonne voie. Tous les chiffres avancés doivent cependant tenir compte de la réalité sur le terrain et là, il y a loin de la coupe aux lèvres.

Risque de crise sociale de plus en plus sérieux

Les représentants des institutions financières internationales louent  la manière dont les réformes sont menées et plusieurs décaissements ont été donc effectués.  Mais il ne faut pas se leurrer, la réalisation des  programmes aussi bons soit-il  est tributaire du climat social régnant dans le pays. L’interview de Patrick Iman du FMI le souligne et  ce dernier reste très prudent sur l’avenir  économique de la Grande île. Comme tous les observateurs, il s’est rendu compte des difficultés rencontrées par la population. Il insiste sur la nécessité de la lutte contre la corruption qui doit être menée jusqu’au bout. Il sent, comme tout le monde, le risque de crise préélectorale. C’est un avis éclairé qui rejoint celui de beaucoup d’observateurs malgaches, mais que nos dirigeants ne veulent pas entendre. Il n’est pas trop tard pour  essayer de rectifier le tir et de se concerter avec toutes les forces vives de la nation pour essayer de trouver des solutions aux multiples problèmes qui existent actuellement. La population est totalement éreintée par la lutte pour la survie. Elle ne sait plus à quel saint se vouer. Ce ne sont pas les promesses d’un avenir radieux qui vont la rassurer. Elle  est aujourd’hui confrontée à la réalité qui est particulièrement amère. Les épreuves qu’elle traverse sont très dures, mais même si elle ne dit  rien, elle n’en pense pas moins. On sent la rancœur s’accumuler et tôt ou tard, elle peut se manifester violemment. De nombreuses voix s’élèvent pour alerter le régime, mais ce dernier poursuit son programme comme si de rien n’était. On entre maintenant dans la période des cyclones. Le temps est donc à l’orage et c’est un cataclysme social et politique qui se prépare si le pouvoir n’y prend pas garde.

Patrice RABE

Midi Madagasikara105 partages

Miaramila teo aloha mpanolana : Nosaziana 10 taona sazy mihatra am-ponja

Hagagana ny an’ireo mpitsara sy ireo mpitsara mpanampy misahana ny fitsarana ady heloka be vava tsotra eto Toamasina raha nahita ity miaramila teo aloha antsoina hoe Sylver 36 taona raim-pianakaviana manan-janaka telo ka roa vavy, izay mbola niakatra fitsarana ady heloka be vava teto Toamasina ny herinandro nivalona teo, noho ny resaka fanolanana nataony tamina zaza tsy ampy taona 09 taona sy 06 taona tao Tsarahonenana Toamasina suburbaine. Raha ny fanazavana azo, dia mbola io resaka fanolanana io ihany no niakarany fitsarana ady heloka bevava tsotra ny taona 2015 izay nahazoany roa taona sazy mihatra am-ponja noho ny fanolanana zatovovavy tsy ampy taona mpitondra entana mitety trano mbola tao Tsarahonenana ihany tamin’izay, saingy tsy fotoana fohy nivoahany ny fonja taorian’izany dia izao voasazy indray ny tenany raha niditra am-ponja ny 13 oktobra 2016. Tamin’ity tranga  fanolanana famerenan-keloka nataony ity, dia zazavavy kely mpiara-monina taminy no nanaovany ny filany raha nitsiriritra ireto zazavavy kely milalao teo anoloan’ny tokotaniny. Raha ny fanazavan’ireto zazavavy kely roa, dia nataony toy ireny tamin’ny horonan-tsary mamoafady ireny mihitsy ny fanolanana azy ireo, saingy raha variana tamin’ilay zazavavy 09 taona ingahy Syliver dia tafatsoaka ny iray 06 taona, ka teo no nivoahan’ny marina rehetra na efa norahonany ho faty aza izy mirahavavy kely ireto nandritra izany. Tsy nandà ny heloka vitany ihany koa ingahy Sylver na teo amin’ny fakana am-bavany nataon’ny polisy, na teo anivon’ny fampanoavana, na teo anivon’ny mpitsara mpanao famotorana in-3 miantoana. Koa raha namoaka ny didiny ny filohan’ny fitsarana nitarika ny fitsarana ady heloka bevava, noho ny fitakiana ny fampiharana ny lalana nataon’ny fampnoavana ambony, dia nilatsaka ny didy fa noho ilay 2 taona tsy nampiova an’ingahy Sylver miaramila teo aloha tamin’ny resaka fanolanana, dia sazy mihatra 10 taona am-ponja no azony niampy onitra 1.600.000 ariary ihany koa izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara98 partages

Freddie Mahazoasy : Un pur technocrate reconverti dans la politique

Freddie Mahazoasy.

Mathématicien, Manager et Economiste, formé successivement à l’Etablissement d’Enseignement Supérieur Polytechnique d’Antsiranana (aujourd’hui dénommée Ecole Supérieure Polytechnique d’Antsiranana), à l’Ecole Normale Technique Niveau III d’Antsiranana (aujourd’hui dénommée Ecole Normale Supérieure d’Antsiranana), à l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (France), à Georgetown University (Washington DC, USA), à Michigan State University (East Lansing, Etat du Michigan, USA) et au département d’Economie de l’Université d’Ankatso, Antananarivo, Freddie Mahazoasy, député de Madagascar élu à Antsiranana, et Vice-Président de l’Assemblée Nationale en charge de la Province d’Antsiranana, la quarantaine largement entamée, commença sa carrière au sein du service public comme directeur des affaires socio-culturelles dans la Commune Urbaine de Diego-Suarez, en 1996. Il intégra par la suite l’ANGAP (Agence Nationale de la Gestion des Aires Protégées, aujourd’hui PNM, ou Parcs Nationaux de Madagascar) pour être successivement Directeur du Parc National de la Montagne d’Ambre, puis Chargé des Etudes Stratégiques au siège de cette structure, à Ambatobe.

Première expérience ministérielle. Il rejoignit par la suite, en 2003, l’équipe de Zaza Ramandimbiarison, alors Vice-Premier Ministre en charge des Programmes Economiques, pour y assumer le rôle de Directeur de la Prospective et des Stratégies, et contribuer à la mise en place du projet « Pôles Intégrés de Croissance », ou PIC, en tant que Coordonnateur National.Il proposa alors à la société QMM d’assumer la gestion de ce qui sera plus tard connue sous le nom de Zone Economique Spéciale de Tolagnaro, une idée très avant-gardiste à l’époque. Remercié à l’issue de l’accomplissement de sa mission de décrochage des financements relatifs au projet, il vécut comme consultant privé, et commença ses réflexions sur les prochains développements à donner à l’approche multipolaire de la stratégie de croissance économique du pays. Ces réflexions furent à l’origine d’une thèse de Doctorat d’Etat en Sciences Economiques, option « Economie de Développement », soutenue en Janvier 2015 à l’Université d’Antananarivo,  intitulée « Modèles Spatio-Dynamiques de Croissance Endogène, Intelligence Artificielle et Stratégie de Croissance pour Madagascar ». En 2007, il fut nommé directeur général du Commerce et du Développement du Secteur Privé au sein successivement du Ministère de l’Economie, du Plan, du Secteur Privé et du Commerce, puis du Ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie, avant de devenir, en Avril 2009, le Directeur Général du Développement de l’Industrie au sein du Ministère de l’Industrie.Il intégra, durant la transition, en Mai 2010, le deuxième Gouvernement du Général Camille Vital, en tant que ministre du Commerce.

Goût marqué pour les Mathématiques. A partir de Juillet 2011, il devint conseiller stratégique au sein de la société sino-japonaise « Madagascar Standard Group », ou MSG, société qu’il aida à s’installer à Madagascar pour développer la filière cotonnière, alors exsangue, dans le nord. Très perturbé par le peu de soutien qu’il reçut dans cette initiative de faire renaître de ses cendres une filière qui, dans le bassin de la Mahavavy, faisait vivre plus de 9 000 familles, le technocrate pur qu’il était décidé de se lancer, sans grande conviction d’ailleurs, dans la course, lors des élections législatives de Décembre 2013. Outre ses activités au sein du bureau permanent de l’Assemblée Nationale, Freddie Mahazoasy travaille aujourd’hui sur la réalisation du projet de construction de la Zone Economique Spéciale du plateau d’Andrakaka, dans le nord, et écrit un livre mettant en évidence le caractère incontournable de la construction nationale dans l’avènement de l’essor économique du pays. L’homme est aujourd’hui père de trois garçons à qui il consacre le peu de temps libre dont il dispose, afin de leur transmettre son goût marqué pour les Mathématiques, la lecture, la musique et les arts martiaux.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara98 partages

Régime HVM : Les difficultés s’accumulent à l’approche de 2018

Mahazoarivo est sur le qui-vive depuis quelques jours.

Les cyclones qui pointent leur nez risquent de compliquer la situation déjà extrêmement grave.

Les faits sont loin de favoriser le régime HVM à l’approche des élections de 2018. Tous les signaux virent au rouge. Les problèmes pour les dirigeants actuels s’accumulent et sont douloureusement ressentis dans les ménages. Les prix des produits stratégiques ne sont plus maitrisés. Les prix du riz et d’autres produits de première nécessité ne cessent de flamber sans que les responsables arrivent à expliquer le pourquoi. On s’efforce de dénoncer le « sabotage » de certains opérateurs en riz, mais aucune mesure concrète et efficace n’est jusqu’à présent prise pour limiter les dégâts. Par ailleurs, le prix de carburants continuera à connaître des hausses, notamment avec la ferme mise en garde du Fonds Monétaire International (FMI) sur les subventions. Or, sans subventions, la tendance inflationniste actuelle ne s’arrêtera pas. Mais, il n’y a pas que ces problèmes de prix. Le délestage continue de pénaliser les ménages et les activités économiques du pays. A Manakara, c’est le noir total depuis quelques jours alors que le régime a promis des solutions, mais ces solutions tardent à venir. La JIRAMA a promis un groupe pour ce district de Vatovavy-Fitovinany, mais rien n’est fait jusqu’à présent.

Guéguerres politiques internes. Sur le plan politique, la stabilité interne (à l’intérieur du régime) laisse à désirer, avec ce projet de destitution du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, qui, d’après nos informations, serait concocté par des barons du HVM. Depuis quelques jours, Mahazoarivo est sur le qui-vive. Des barons du parti au pouvoir et certains députés chercheraient actuellement une personnalité ouverte à d’autres forces politiques susceptibles de contribuer à la réélection de Hery Rajaonarimampianina, pour remplacer Mahafaly Solonandrasana Olivier. En revanche d’autres parlementaires et cadres du HVM misent sur l’expérience électorale de Mahafaly Solonandrasana Olivier pour justifier son maintien à Mahazoarivo. En tout cas, force est de reconnaître que les faits ne sont pas pour faciliter la réélection de Hery Rajaonarimampianina en 2018. Les guéguerres politiques internes et la montée en puissance des adversaires politiques potentiels du régime ne font que compliquer la situation. D’ailleurs, la communauté internationale ne cesse de prôner une élection présidentielle inclusive dans un an.

R. Eugène
Madagascar Tribune97 partages

Lancement officiel ce jour

Le Sommet National des Jeunes organisé par l’ONG Youth First Madagascar s’ouvrira officiellement ce jour 11 décembre 2017. 88 jeunes issus des 22 régions de la Grande ile y prendront part durant cette semaine. L’objectif du sommet est de favoriser la participation des jeunes dans les décisions et les actions au niveau de leurs communautés mais également afin d’établir une vision de Madagascar après les élections de 2018 selon la jeunesse Madagascar. La vision « Mon Madagascar après 2018 » émergera de ce sommet. Plusieurs activités sont au programme de ce sommet dont des débats en panel, des échanges et des discussions entre participants et avec des députés et des personnalités politiques du moment. Les mobilisations des jeunes envers les différentes causes notamment politique, économique, social, environnemental et bien d’autres s’intensifient de plus en plus ces derniers temps. Une confirmation en quelque sorte du rôle et de l’importance que tiendra cette majorité de la population malgache avant, pendant et surtout après les élections de 2018.

Midi Madagasikara85 partages

Port de Toamasina : La tension monte entre MICTSL et les usagers

Les usagers du port de Toamasina menacent de bloquer les importations et les exportations, à cause de leurs mécontentements envers MICTSL.

Les retards engendrés par l’incapacité de MICTSL (Madagascar International Container Terminal Services Ltd) accroissent davantage les coûts subits par les opérateurs usagers du port de Toamasina, alors que l’inflation s’aggrave de jour en jour.

Les discussions n’ont rien donné ! Pire encore, les usagers du Port de Toamasina ont déclaré qu’ils n’apprécient guerre, le comportement des responsables auprès de MICTSL dans leurs réponses. Rappelons que ces usagers ont constitué un Groupement conjoncturel, pour essayer de résoudre le problème très coûteux. Composés de représentants des armateurs (APACM), des transporteurs routiers et des commissionnaires en Douanes, ce Groupement a affirmé que la société MICTSL est handicapée par une insuffisance grave de matériels, hormis les pannes répétitives sans aucun remplacement des matériels d’exploitation défaillants. Une incapacité grave qui génère de sérieux problèmes au niveau des chargements et déchargements de navires… et ce sont les usagers qui en paient les frais, d’après leurs dires. « Suite à nos respectueuses doléances adressées à MICTSL, les responsables de cette société nous ont répondu avec une telle légèreté et insatisfaisant retour. De ce fait, nous faisons appel aux autorités compétentes de bien vouloir trouver une solution immédiate car on a plus que dépassé le bout », ont indiqué les membres du Groupement conjoncturel.

Menace de crise. Avec les surcoûts que les retards de MICTSL engendrent, les usagers commencent à pointer cette société du doigt, face à la hausse générale des prix qui survient dans la Grande île. Mais ce n’est qu’une partie des risques, d’après les informations. « Si aucune solution n’est trouvée, on risque une explosion… Si l’Etat ne prend pas les mesures adéquates dans l’immédiat, il se posera des questions : mais où est-ce qu’on était pour ne pas avoir vu cela arriver ? Et il sera trop tard », ont laissé entendre, les membres du Groupement. Ces derniers ont également cité la responsabilité de la SPAT (Société du Port à Gestion Autonome de Toamasina), qui ferme les yeux devant une telle situation. Par ailleurs, le Groupement des usagers du Port a également lancé un ultimatum aux dirigeants. « Ce lundi 11 décembre est le dernier délai que nous accordons, faute de quoi, les transporteurs ne bougeront plus de chez eux ». Une manière pour ces opérateurs d’annoncer qu’ils feront une grève générale si le problème n’est pas résolu par les dirigeants du pays. Une grève qui risque d’avoir des impacts désastreux, vu que Madagascar dépend encore des importations.

Antsa R.

Tia Tanindranaza75 partages

Fanalam-baraka ny filoha tamin’ny facebookNidoboka eny Antanimora ilay tovolahy

Niaiky ny helony rehefa nohadihadian’ny polisin’ny BC ilay tovolahy mpamoaka sary sy mpaneho anaty tambajotra facebook, ary dia nidoboka am-ponja vonjimaika eny Antanimora nanomboka ny sabotsy teo.

 

 Ny alakamisy 7 desambra izy no voasambotra teny Itaosy niaraka tamin’ny fitaovana rehetra fampiasany. Sarin’ny filoham-pirenena namboarina sy nampivadiana tamina zavatra hafa ka namoaka sary mamoafady no vesatra iray iampangana ity tovolahy ity. Sary novaina ka noraisin’ny fitsarana ho fanosoram-potaka sy fanalam-baraka fa tsy misy idiran’ny fanehoan-kevitra an-kalalahana intsony. Ankoatra izay, fantatra ihany koa fa mbola ity tovolahy ity no nanaparitaka tao anatin’ny facebook ihany ny sarin’ny zanaka vavin’ny filoham-pirenena niaraka tamin’ny mpanolotsaina iray izay tena akaiky ny filoha ary nilaza fa hoe « mpisipa » izy roa ireo.  Manana ny fitaovana sy ny teknolojia hikarohana ny olona manaparitaka zavatra mamoafady na mihantsy fikorontanana sy fandranitana na manao fanalam-baraka amin’ny alalan’ny « internet » ny polisim-pirenena ary efa nanamafy fa tsy sarotra amin’izy ireo ny mikaroka ny loharano niavian’ny famoahana zavatra iray raha mbola eto Madagasikara. Tsara ihany ny hanavahana ny fanehoan-kevitra malalaka sy ny fanosoram-potaka fa samy hafa tanteraka ny lalàna mifehy an’ireo. Raha sanatria ka noho ny antoko politika  no hanaovan-javatra mamoafady iray dia tokony hieritreritra ihany ny irakiraka manao izany fa rehefa tonga ny andro sarotra dia izy no hidoboka am-ponja fa ny atidoha mpaniraka tsy ho hita ary ny mpanao politika aza mihavana sy mifandray tanana ihany avy eo. Misy tsiliantsofina re milaza fa fianakaviana mpanao politika iray akaikin’ny filohan’ny tetezamita teo aloha ity tovolahy nidoboka am-ponja noho ny fanalam-baraka anaty facebook ny filoham-pirenena ity.

RTT

Tia Tanindranaza69 partages

Madagascar AirwaysTsy mety mandoa hofan-trano ?

Misy feo mivoaka ankehitriny nandrenesana fa tsy mbola nandoa ny hofan’ny Hangar itoerany eny Ivato tao anatin’ny roa taona nisiany ny kaompaniam-pitaterana ana habakabaka tsy miankina Madagascar Airways.Any amin’ny ADEMA moa no tokony handoavana io vola hofan-trano io, ary manao izany ny rehetra manana fiaramanidina sy birao eny, ireo orinasa tsy miankna no resahana eto.

 

Fantatra fa rehefa notakiana io hofan-trano io ny Madagascar Airways dia namaly fa efa nanamboatra ny trano (Hangar) izy ireo ka tsy tokony ho tahiana hofan-trano intsony.Tsara ho marihana fa Hangara nampiasain’ny Groupe TIKO tamin’ny fotoan’androny no lasan’ity kaompaniam-pitaterana ana mpandraharaha akaikin’ny filoham-pirenena ity, ary mbola tena azo iadian-kevitra koa aza ny fomba nahazoany azy .Mety manana olana ara-bola ve ny Madagascar Airways sa tena midrikina tsy handoa hofan-trano tsotra izao satria mahatoky fa tsy hisy sahy hikitikitika azy eto raha mbola eo amin’i fitondrana i Hery Rajaonarimampianina ? Ary raha toa ka samy hanao izany avokoa ny rehetra hoe efa mba nisy fanamboarana nataonay ka aleo izahay tsy handoa hofan-trano dia inona no mety hitranga ? Miandry ny mangarahara amin’ity raharaha ity ny maro ary manana adidy ny mpitantana ny Madagascar Airways hitondra fanazavana fanampiny momba ny Hangar itoerany eny Ivato.

RTT

Midi Madagasikara61 partages

Toamasina : Nisy nanipy fatin-jazakely teo amin’ny lapan’ny Faritra

Tranga tsy fahita saiky niheso teto Toamasina ny zava-nisy tao amin’ny lapan’ny Faritra Atsinanana, ny sabotsy antoandro teo tokony ho tamin’ny 12ora. Zazarano mbola natao tao anaty fonosana “sachet” no hitan’ny olona teo an-tokotanin’ity Lapan’ny Faritra ity. Raha ny fahitan’ny mpitsabo nizaha ilay zazarano nisy nanary taorian’ny fanalana azy, dia tokony ho valo volana eo izy ity izany hoe zaza tokony efa hateraka satria efa tena feno tsara avokoa ny taova sy ny maha-zaza azy rehetra. Raha ny fahitan’ny mpitandro ny filaminana azy, dia tsy irony zazarano natsipy noho ny tahotra irony ny nahitana azy teo an-tsisin’ny Lapan’ny Faritra ao an-damosin’ny lapa, fa tena napetraka tsara mihitsy, saingy tsy nisy nahita ilay nanary ireo olona nametraka azy nandritra izany. Samy nanana ny heviny ny rehetra tamin’ny fahitana ity zazarano nisy nanary tao an-tokotanin’ny Lapan’ny Faritra Atsinanana ity, teo ny nanome tsiny izay reny nahavanona izao zava-doza sahy namono zaza tsy manan-tsiny izao. Teo kosa ireo nilaza somary hanihany, fa tsy tongatonga ho azy ny nametrahan’izay reny nahavita izao teo an-tokotanin’ny lapan’ny Faritra Atsinanana, fa mety tao ihany no olona nahabevohoka tovovavy tany ho any nefa tsy nandray ny andraikiny amin’ny maha-ray ka nasehon’ilay reny tamin’izao fihetsika nataony izao ny marina mikasika ny zava-niainany; nefa teo koa ny nampifandray ny zava-niseho tamin’ny resaka poliika izay hoe hafatra ho an’ny fitondrana ny mba hijerena akaiky ny fiainam-bahoaka miaina ao anatin’ny lavaka izao. Na eo izany rehetra izany, dia misokatra ny fanadihadiana ataon’ny polisy misahana ny zaza tsy ampy taona sy fanaovana heloka be vava, mba hamantarana izay reny sy izay ray nahavita ity heloka bevava famonoana olona ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara53 partages

Haingonirina Mialitina : Opération d’une tumeur des yeux réussie

Haingonirina Mialitina, une enfant de quatre ans est atteinte d’une tumeur maligne des yeux, plus précisément le rétinoblastome. Cette maladie peut atteindre un œil ou les deux. Notons que la moitié des rétinoblastomes est diagnostiquée avant l’âge de deux ans et 45 % touchent les deux yeux avant l’âge de 15 mois. Elle ne pouvait pas ainsi fermer les yeux qui ne supportent pas également ni le vent ni la lumière. Cette maladie a été détectée, à la suite d’une analyse effectuée auprès de l’Institut Médical de Madagascar. Mais d’après les explications du Dr Mamy Jocelyn, cette maladie pourrait être guérie. A ce propos justement, la famille de Mialitina qui est d’origine modeste a eu du mal pour réunir les sommes nécessaires quant au traitement de l’enfant. Face à cette situation, le Rotary Club Tsimbaroa a pris en charge les soins médicaux de la petite Mialitina. Notons que l’intervention chirurgicale de la petite enfant a été menée par le professeur Léa Raobela et qui s’est déroulée avec succès. A la suite de cette opération Mialitina pourrait vivre comme les enfants de son âge.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara48 partages

Mandoto : Ady lova, olona efatra indray maty

Fianakaviana roa samihafa no nisy olana noho ny ady tany izay lova tamin’ny ray aman-drenin’izy ireo, tao Analavory-Mandoto. Samy mbola velona ireo olon-dehibe ireo saingy ny taranany no nifandramatra tamin’ny ady lova. Notafihan’iretsy andaniny ny ankilany =izay mifanolo-bodirindrina amin’izy ireo ihany, noho izy tsy manaiky hanao sonia ho vavolombelona amin’ny fizaran-tany. Nitondra olon-tsy fantatra izay mpikarama an’ady  avy any Miandrivazo ireo mpanafika, niaraka tamin’ny sabatra sy lefona. Raikitra ny ady saritaka raha niantso vonjy ny olona notafihana ka tonga ny olona nanampy azy ireo. Nanao izay ho afany ny zazamainty izay nanampy niaro ny olona notafihana. Tao anatin’ny fifanjevoana dia olona efatra no maty, ireo mpanafika avokoaizany. Fianakaviana iray mihitsy no indray lavo satria ny rainy sy ny zanany telo lahy dia maty tao anatin’izany. Nisy telo hafa koa avy amin’ny fokonolona ary trano iray no may. Niara-nidina tany an-toerana ny zandary, ny miaramila ary ny mpitsabo.

D.R

Tia Tanindranaza39 partages

Paikady hifehezana ny asa fanaovan-gazetyMitombo isa ireo manakiana ny fitondram-panjakana

Herintaona mahery izay no naha lalàna manan-kery ny fehezan-dalàna momba ny serasera. Tsapa ankehitriny fa manampy trotraka ary tsy mamaha olana velively araka ny nampanantenaina ny « fampiharana » azy kanefa dia natao amboletra ny fandaniana ny lalàna,

Toky R

 

Midi Madagasikara33 partages

Basket-ball – N1A : Sacre du SBBC et de l’ASCB

Premier titre pour l’ASCB.

Les deux titres rentrent à Mahajanga. Le Soma Beach Basket-ball Club (SBBC) chez les dames et l’Association Sportive et Culturelle de Boeny (ASCB) du côté des homes ont été sacrés champions de Madagascar N1A.

Plus rien ne les arrêtent, ils avaient la forme, la jeunesse et le moral. Les Livio (18 points) et consorts se sont imposés devant leurs homologues du SBBC sur le score de 71 à 65. Les protégés de Jeannot Ravonimbola soulèvent leur premier titre national chez les séniors après avoir fait leur preuve chez les jeunes.

Joueurs expérimentés. Dès le premier quart-temps, les joueurs de l’ASCB ont déjà pris de l’avance en défilant avec les tirs à 3 points. Les Ahmed et compagnies ont été intraitables sur le terrain.  Avec un jeu d’équipe très homogène, une meilleure individualité, les joueurs de l’ASCUT n’ont pas ménagé leurs efforts au terme d’une finale très intense et musclée. A la pause, l’équipe de l’ASCB a pris de l’avance en menant au score par 37 à 29. Avec des joueurs très expérimentés de part et d’autre, les deux équipes ont offert un spectacle digne d’un grand match international. Plus que déterminés, Elly (15 points), Monja Faralahy (18 points) gardent leur avance à la fin du 3e quart-temps, 51 à 48. Lors du money time, l’étau se resserre entre les deux équipes, le score se rapprochait. Malgré les efforts de Thierry (15 points), Roberson (14 points) et consorts de renverser la tendance, les joueurs de l’ASCB ont su garder avec beaucoup de confiance leur avance. Jusqu’à la dernière seconde, les basketteurs de l’ASCB n’ont jamais lâché prise et s’imposent par 71 à 65.

SBBC en roue libre. Les dames du SBBC ont sauvé l’honneur des hommes. En terme d’une finale âprement discutées, Prisca et Lydia se sont imposées logiquement face aux jeunes joueuses montantes du MB2All par 71 à 63. Les joueuses du SBBC ont quasiment dominé la rencontre en menant au score lors des quatre quarts-temps. Autant dire que l’expérience a beaucoup joué lors de cette rencontre. Comme annoncé, les deux équipes championnes ont remporté 2 millions d’Ariary de primes respectivement et un million d’Ariary de Telma, sponsor de la Fédération malgache de basket-ball.

T.H

Midi Madagasikara30 partages

Hetsiky ny zandary : Karazam-basy sy bala marobe sarona

Ny voalohany dia tao Matsiatra ambony. Basy “kalachnikov” iray niaraka tamin’ny bala roa no sarona taorian’ny fikaroham-baovao nataon’ny zandary ao Ambohimpihaonantsoa. Lehilahy iray no nosamborina rehefa tratra tao an-tranony izany. Voalaza fa basy izay very tamin’ny raharaha politika tany aloha izy io ren’ny zandary ny fisian’izany ka nitarika tamin’ny fisavana sy fisamborana. Tany Sava indray, bala 219 no tratra tao anaty “taxi-brousse”, teo amin’ny fokontany Ampanefena. Tao anatin’ny fisavàna tsotra izay fanao andavan’andro no nisy vehivavy iray mailomailo be ka nanaitra ny zandary nanao sakana. Rehefa nojerena ny entany dia basim-borona sy bala marobe ny tao. Tsy nananany taratasy fitazonana na fitaterana izany. Notazonina miaraka amin’ny entany ao Sambava ilay ramatoa. Farany dia tao amin’ny kaominina Farahalana, ao Sambava ihany no nahatratrarana olona dimy izay nitondra poleta vita gasy roa sy bala calibre 12 miisa enina. Ren’ny mponina io fisamborana azy dimy lahy io ka nikasa ny hanao fitsaram-bahoaka izy ireo ary haka ireo voatazona ao amin’ny PA  Farahalana ireo. Nandray fepetra haingana anefa ny Komandan’ny Kaompania Sambava ka namindra azy ireo tany amin’ny brigady Sambava ka tsy tanteraka izany fikasan’izy ireo izany.

D.R

Midi Madagasikara28 partages

Patrick Imam du FMI : Menace de crise en période électorale

Patrick Imam, représentant résident du FMI à Madagascar.

Le déblocage de la 3e tranche de la FEC (Facilité Elargie de Crédit) par le FMI (Fonds Monétaire Internationale), d’environ 45 millions USD est un signal fort pour les partenaires au développement de Madagascar, selon Patrick Imam, représentant résident du FMI. Cependant, le bon déroulement du Programme économique est exposé à un risque de crise. Interview.

Midi Madagasikara (MM). En quoi consiste cette deuxième revue, pourquoi est-ce nécessaire ?

Patrick Imam (FMI). Cette seconde revue s’inscrit dans le cadre des évaluations semestrielles que le Fonds Monétaire International a prévu de faire afin d’apprécier la performance des autorités dans la mise en œuvre du programme de réformes économiques et structurelles que nous soutenons à travers l’accord FEC. L’évaluation qui porte sur les résultats obtenus à la fin du mois de Juin 2017 est nécessaire pour voir si les objectifs que les autorités et le Fonds se sont accordés d’atteindre pour la période l’ont été  ou non. S’ils l’ont été,  un déblocage de fonds va avoir lieu, si ce n’est pas le cas, il faudra voir et identifier les mesures correctrices d’un  commun accord.

Qu’est-ce que cette décision du Conseil d’Administration du FMI implique pour Madagascar, vis à vis de l’extérieur ?

FMI. Il est difficile de parler au nom des autres partenaires de Madagascar ou bien encore des investisseurs qui sont intéressés par le pays, mais l’expérience a montré que l’évaluation faite par le FMI constitue un élément que ces différentes entités prennent en considération pour leurs programmes ou leurs projets respectifs. On peut dire que cela renforce la confiance dans le pays. D’autant plus que pour cette deuxième revue, le Conseil a eu recours à la procédure de prise de décision dite du défaut d’opposition. Une procédure utilisée lorsqu’il convient qu’une proposition peut être examinée sans réunion formelle des membres du Conseil. Elle est utilisée quand la mise en œuvre du programme est sur la bonne voie et quand il y a une forte appropriation du programme de réforme qui fait que le Conseil a une forte confiance par rapport au programme. Ce qui constitue un bon point pour le pays vis-à-vis de ces partenaires et des autres intéressés de venir.

Quels sont les défis qui restent à relever? L’achèvement du programme est-il probable ?

FMI. Il reste encore nombreux mais le plus important, et qui doit constituer une priorité pour les autorités, c’est la continuation de la stabilité politique. Réussir les prochaines élections constitue une étape importante dans ce sens. Un autre défi de taille, c’est la consolidation des acquis et des réformes entreprises jusqu’ici en matière de collecte de revenus et d’une meilleure gestion des dépenses publiques. La poursuite des réformes prévues pour assainir et redresser la situation des entreprises publiques est tout aussi importante pour que ces dernières cessent d’être des fardeaux pour le budget. Il en est de même pour l’amélioration du climat des affaires et la lutte contre la corruption, sans quoi l’augmentation massive attendue des investissements ne se matérialisera pas comme prévu avec pour conséquence un taux de croissance économique insuffisant pour permettre d’accroitre le niveau de vie de la population.

Malgré ces différents défis, l’achèvement du programme de réformes reste très possible. Il suffit que l’engagement pour mener à bien le programme reste constant. Jusqu’ici, les efforts consentis, notamment par l’équipe économique sous la houlette du ministre des Finances ainsi que du Gouverneur de la Banque Centrale, ont permis d’avoir un programme performant avec des résultats positifs malgré les divers défis rencontrés. Si l’engagement et la volonté de tout un chacun sont toujours là, et si le contexte de stabilité nécessaire pour se faire est mise en place par les autorités, il n’y aura pas de raisons pour que le programme économique ne soit pas mené à terme.

Quels sont les risques auxquelles le pays s’expose si la loi contre le blanchiment d’argent ne passe pas ?

FMI. Ces risques sont nombreux. Dans l’ensemble, ils impacteront l’image que donnera le pays par rapport à son engagement de vouloir lutter vraiment contre la réduction de la corruption, puisque la lutte contre le blanchiment d’argent est une lutte qui va de pair avec celle contre la corruption. Il y a également les risques économiques qui y sont associés, notamment le retrait des correspondants des banques locales qui est de plus en plus fréquent dans des pays en Afrique n’ayant pas adopté ces lois, et qui a déjà commencé d’impacter certaines banques de la place. A Madagascar, le cas s’était déjà produit, contraignant les banques touchées à trouver d’autres correspondants mais avec des coûts élevés. Selon les études effectuées récemment par le Conseil de Stabilité Financière et la Société Financière Internationale, ces retraits touchent de plus en plus de banques, un peu partout dans le monde, et plus particulièrement celles qui n’arrivent pas à remplir les exigences de plus en plus importantes  des grandes banques internationales, qui font office de correspondants pour les opérations de paiement extérieures. Ces exigences ont trait surtout au cadre de lutte contre le blanchiment d’argent dans les pays où sont implantées les banques locales.

Selon votre analyse, à quel niveau de risque, ce programme économique est-il exposé avec la période électorale qui approche ?

FMI. Vu l’historique de Madagascar, le risque que la prochaine échéance électorale puisse générer une instabilité politique est là. Si tel s’avérait être le cas, Madagascar partirait pour un autre cycle de crise qui lui coûterait cher économiquement et surtout socialement comme tel a été le cas au cours des années précédentes. Ainsi, la mise en œuvre du programme économique serait compromise, de même que les résultats positifs obtenus jusqu’ici sur les plans économique, social et structurel. Vu le niveau encore élevé de la pauvreté à l’heure actuelle, et étant donné que le pays ne s’est pas encore totalement relevé ni de la récente crise de 2009 ni des crises politiques antérieures. D’ailleurs, le pays ne pourrait plus se permettre une autre crise politique suite à une élection contestée. Un an avant la tenue supposée de l’élection, on ressent déjà les tensions qui y sont associées. Malgré tout, on reste confiant par rapport à la manière dont les autorités vont gérer cette importante échéance car l’avenir du pays en dépend.

Recueillis par Antsa R.

News Mada22 partages

Ambatomalaza : L’eau potable accessible au village

Dénouement de la crise de l’eau à Ambatomalaza, un petit hameau dans le fokontany d’Ambohibary, commune rurale de Talatanivolonondry. Grâce à une collaboration entre l’ONG Madagascar development fund (MDF) et un généreux donateur francophone, qui a commencé à soutenir les activités de cet organisme depuis cette année, les quelque 390 habitants de ce village ont désormais accès à l’eau potable, depuis le mois dernier.

Il s’agit du président de Smart Pharma consulting, en la personne de Jean Michel Peny, qui a octroyé, à titre de don, un financement à hauteur de 18.860.569 ariary pour mettre à la disposition de la communauté locale,

un système d’adduction d’eau. Avec une telle somme, un  nouveau réservoir d’eau, d’une capacité de 12m3, relié à la source naturelle par

590 mètres de tuyaux, a pu être installé. Ces tuyaux ont ensuite été raccordés à  d’autres d’une longueur de 1. 610 mètres pour alimenter six bornes fontaines. Les nouvelles infrastructures ont été inaugurées le 22 novembre dernier, en présence des autorités locales et le parrain de MDF, Brian Donaldson, et son épouse.

Fahranarison

Midi Madagasikara22 partages

Toamasina : Une Académie de football sera mise en place avec la FCE

Osama Haroun, entouré de ses collaborateurs malgaches. (Photo Kelly)

Une dizaine de joueur issu des quatre coins du pays passera le test sous l’égide d’Osama Haroun.

Un projet prometteur. Après la fermeture de Barea Academy, voilà une bonne nouvelle se profil à l’horizon pour le football malgache. Une nouvelle académie de football de Toamasina sera mise en place à Toamasina. C’est la déclaration du technicien français, Osama Haroun, hier, à l’Hôtel Carlton au cours d’une rencontre avec la presse. Lui qui a fait spécialement le déplacement au pays pour voir la réalité locale avant le lancement officiel du  projet. Constatant que le football tamatavien a perdu sa place d’antan, l’équipe du Fortior de la Côte Est (FCE) en collaboration avec Mohamed Ali dit Jo et le technicien français ont décidé de lancer ce projet. Cette académie est destinée à former les jeunes footballeurs U13, U15 et U17 et U19. Elle sera « la Clairefontaine » malgache en référence à ce centre de formation français. Les meilleurs éléments à l’issue de la formation seront envoyés en France. Sans tarder, l’équipe a rejoint la ville du grand port pour passer le premier test en vue de sélectionner les futurs sociétaires. Une dizaine de joueur issu des quatre coins du pays passera le test sous l’égide d’Osama Haroun. Pour rappel, ce dernier n’est plus nouveau dans l’encadrement des jeunes joueurs. Il a déjà pris sous ses ailes les  Albert, Dada, Madanda et bien d’autres footballeurs. « Plusieurs pays m’ont sollicité, mais, j’ai choisi Madagascar pour lancer ce projet prometteur. Je vais prendre en charge la construction de la future académie avec l’aide des autres clubs et partenaires » a déclaré Osama Haroun. En attendant la tenue des élections au sein de la fédération malgache de football (FMF), le technicien français et des associés présenteront le projet dès que la nouvelle équipe dirigeante de la FMF sera connue. Cette nouvelle académie à Toamasina ne sera que  le début d’un long projet qui sera au futur une pépinière pour le football malgache.

T.H

Midi Madagasikara21 partages

Lutte contre la corruption : Des acquis et encore des défis

La Journée Internationale de la Lutte Contre la Corruption a été célébrée samedi dernier pour Madagascar au Parvis de la Gare Soarano Analakely. La célébration a été effectuée sous le thème : « Une jeunesse sans corruption, responsable, citoyenne et engagée dans le processus de développement du pays ». Dans sa déclaration solennelle, le DG du Bianco a affirmé que des acquis ont été engrangés, mais des défis restent à relever dont la volonté politique réelle à lutter contre la corruption et l’impunité, ainsi que la mobilisation des citoyens à participer au combat sans merci contre ce fléau de la corruption.

R. Eugène
Midi Madagasikara21 partages

Et de deux pour César Bruno

Irrésistible, l’Angolais César Bruno s’offrait sa deuxième victoire d’étape, hier à Ambalavao,  après celui de Sakaraha.

Comme d’habitude, il s’agit d’une course presque normale avec un peloton groupé jusqu’à mi- parcours où le maillot jaune, Dario Manuel, plaçait une attaque pour induire tout le monde en erreur. Enfin presque car Mazoni Rakotoarivony,  le meilleur Malgache du lot, tint bon. Malheureusement et devant la classe des Angolais, il a dû se contenter de la seconde place derrière l’extra terrestre César Bruno.

Le Hollandais Engelen Van A Den termina sur la troisième marche du podium de cette étape reliant Ihosy à Àmbalavao d’une distance de 137 km et bouclée par le vainqueur en 3h 36mn 41 sec.

Clément RABARY

News Mada17 partages

Analamanga : L’église Jesosy Mamonjy au bord de l’implosion

La crise ressurgit au sein de l’église Jesosy Mamonjy après l’Assemblée générale organisée, samedi, à Antananarivo. Le Conseil d’administration a fortement été critiqué après un vice de procédure dans des modifications apportées au règlement intérieur.

L’Assemblée générale de samedi a réveillé les démons de la discorde au sein de l’église Jesosy Mamonjy. Les attitudes des membres du Conseil d’administration de l’église provoquent des remous parmi les fidèles, à l’issue de l’adoption de différents amendements qu’ils ont procédés au niveau du règlement intérieur de la communauté. Des points sur les critères de candidature, en vue des élections pour le renouvellement des membres de ce conseil, ont révolté une frange non négligeable de fidèles qui y a subodoré des manœuvres destinées à écarter des éventuels concurrents à ces postes. Certaines personnalités de l’église désavouent actuellement la méthode utilisée pour adopter les propositions, qui n’a laissé aucun délai de réflexion aux votants.

Violation du statut de l’église

 La limitation de l’âge des candidats, à plus de 45 ans, et la candidature réservée uniquement aux pasteurs, ayant officié plus d’une quinzaine d’années au sein de l’église, sont les principaux points choquant les opposants à cette nouvelle règlementation, ont déclaré les mécontents. « Ce procédé, contredisant le statut de l’église qui n’a jamais restreint les candidatures à ces postes de membres du Conseil d’administration est anticonstitutionnel et contraire aux dogmes chrétiens sur l’égalité devant le Créateur », selon un pasteur qui a choisi l’anonymat pour ne pas envenimer la situation. Il a aussi précisé que ces nouveaux articles introduits dans le règlement intérieur sont déplacés, étant du domaine du code électoral,  et le Conseil d’administration se fait juge et partie par cette initiative.

L’annulation de ces modifications pour vice de forme est donc souhaitée par des membres de la communauté qui proposent que le conseil électoral mis en place lors de cette Assemblée générale soit la seule entité habilitée à réformer le code électoral par respect de la transparence.

Manou

 

Midi Madagasikara17 partages

Météo : Un début de semaine très pluvieux

Les averses orageuses ont marqué le week-end dernier. Surtout dans la capitale malgache qui a fait face à de fortes pluies comme celles d’hier après-midi. Une situation qui va  continuer durant les trois jours qui viendront selon les explications d’un responsable auprès de la Direction Générale de la Météorologie. Joint au téléphone, le responsable d’informer que «  la situation qui a prévalu dernièrement – fortes pluies dans l’après-midi et matinée nuageuse – va continuer  ». Situation que la région des hautes terres centrales va partager avec les régions de Nord et de l’Ouest de l’île. Le technicien toutefois de noter que la situation actuelle n’a rien à voir avec les cyclones. «  Des systèmes sont actuellement en phase de formation. Nous continuons toutefois de les surveiller et ne manquerons pas de donner des informations  en cas de besoin », a-t-il affirmé. Etant donné que les précipitations seront supérieures à la normale d’ici le mois de mars dans la capitale, l’on prévoit la situation dans les jours, semaines, mois qui viendront.

José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

Rap gasy : Bigga Tovo ramène le public à la souche

Tovolah sur les planches du Cgm.

Du « rap gasy » comme au bon vieux temps ! Bigga Tovo ramène les amateurs du genre dans son univers. Samedi, le rappeur a fait découvrir son troisième opus « Boto Radio 13 » aux passionnés de musique urbaine.  Il a fait découvrir les 15 morceaux en live au Cercle-germano-malagasy. Faisant ainsi le bonheur des inconditionnels du rap gasy,  frappe fort et n’en démord pas.

Si on le connait pour son militantisme, Bigga Tovo continue dans cette voie. Usant de la musique pour apporter sa contribution pour les causes qui lui tiennent à cœur. Œuvrant dans le social,  il évoque souvent un sujet vu d’un œil de citoyen malgache.

Comme bon nombre de ses pairs, le rappeur condamne les stéréotypes dont le rap est fagoté depuis trop longtemps, ainsi que l’étiquette apposée aux jeunes qui véhiculent cette discipline. « Avy lavitra » a particulièrement marqué les esprits en reflétant exactement ce sentiment de marginalisation.  Quant à « Araho ny bpm », pointe du doigt la manie de suivre « bêtement » sur les réseaux sociaux.

Par la même occasion, Bigga Tovo a également présenté officiellement sa nouvelle application « Tovolah », nouvelle plateforme pour les consommateurs de rap et de produit du label « Kolotsaina mainty ».

Maharindra Aina

Midi Madagasikara14 partages

Chronique de Mickey : Jhonny, « le kopi-kole » devenu The Voice

L’Amérique était loin en ce temps là. Voilà qu’elle nous fut  proche par prisme interposé, Elvis Presley et James  Dean étaient venus à nous, en plus dans une langue compréhensible. Nombreux étaient les candidats  à cet exercice mais lui dépassait tout le monde de la tête et des hanches, l’imitation était telle que l’image extraite était aussi réelle sinon plus que le modèle lui-même. La magie a opéré, la Voix de son maître  s’est métamorphosée en Vogue.

Stop ! Mea culpa, quelles âneries j’ai pu raconter en supposant que Johnny n’était qu’un ersatz de vedettes américaines ou qu’il n’était qu’un pur produit du show business… Encore   pardon, qu’il accepte mes excuses avant qu’on ne le mette en terre aujourd’hui quelque part dans les Antilles françaises. Il a fallu que je voie une émission de FR3 sur le chanteur pour que la vérité me soit révélée. Sur sa naissance et son enfance, d’abord, « Fils de personne » il l’a été vraiment puisque son père, ce fameux Smet n’a voulu le retrouver que par intérêt. Puis, son enfance d’artiste, il a voulu très tôt  vraiment apprendre la comédie et la musique. ll a été pris, entre de bonnes mains  comme celles  de personnes sérieuses comme Serge Reggiani, Charles Aznavour, l’auteur de « Retiens la nuit » excusait du peu. Enfin, «Hey Joe » de Jimmy Hendrix, j’ai cru toujours  que ce n’était qu’une vulgaire  traduction qu’il a faite, or ils étaient vraiment amis et c’était le génial guitariste qui  lui a demandé  de sortir en même temps le disque, l’un en anglais l’autre en français. En fait, sa discographie  n’est en fait que l’histoire de sa vie. Sa disparition à quelques jours près de celle du grand romancier journaliste politicien Jean d’Ormesson a fait naître la polémique  comme quoi on ne peut mettre au même  rang les deux décès. Un grand de la littérature ne se compare pas avec quelqu’un qui pousse des chansonnettes !  Finalement, on a opté pour les obsèques nationales (avec tout le protocole) pour l’académicien  et au rocker des obsèques populaires  défilé s d’amis et tout  le monde  dans  un mode simple  mais solennel et  vous savez où était  le monde. Les quatre générations  défilant ou amassé le long du cortège funèbre ont prouvé que près de soixante ans de métier ne peut se reposer que sur  une communion  de  reconnaissance et de respects réciproques, celle qui vient du cœur même si on appelle le genre de variétés.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara13 partages

Chanson à texte : Samoela toujours égal à lui-même

Toujours égal à lui-même, le roi des chansons à texte malagasy a emmené toute une foule dans son monde à lui. Chantant les tubes et les incontournables, Samoela et sa bande ont ravi plus d’un. Au Dôme Ankorondrano, les inconditionnels se sont rués pour voir leur idole et chanter avec lui les morceaux qui lui ont valu sa notoriété. Accompagné par toute son équipe, le crooner a fait en sorte que son public passe un merveilleux moment dont lui seul connait le secret.

Sous les feux des projecteurs, Samoela armé de sa guitare n’en démord pas. Allant de Mahadomelina à ses premiers albums, il se fait maître des lieux cadençant avec ses fans venus nombreux. Dans une ambiance, délire, les noctambules ont passé un moment fort chantant à tue-tête, dansant sur le sable, tout y était permis. Les amoureux se sont retrouvés, tandis que les amis trinquaient autour de tables installées expressément pour l’occasion. Jeunes et adultes s’étaient sur la même longueur d’onde le temps d’une soirée.  Un bon temps qui marquera les mémoires de ceux qui y étaient pour un bon moment.

Maharindra Aina

Midi Madagasikara13 partages

Rugby : Marcel Rakotomalala doit démissionner, estime Dadasamy

Dadasamy Andrianasolo, une figure de légende de l’ovale malgache se désole de voir le rugby descendu aussi bas.

L’ovale malgache est en train de mourir de sa belle mort. C’est le constat après une incursion dans le « deep south » malgache car d’Ihosy à Toliara, il n’y a plus de compétitions et encore moins de championnat. Une situation que digère mal Dadasamy Andrianasolo, l’ancien joueur du COSFA qui en parle dans une interview.

Midi Madagasikara : Le rugby n’existe plus que de nom à Ihorombe où vous avez été président de la Ligue mais aussi à Toliara. Comment expliquez-vous cela ?

Dadasamy : « D’abord il faut clarifier une chose car je ne suis plus président de la Ligue. Et pour répondre à votre question,  il n’y a plus de compétition depuis 2016 et c’est lié au fait que même la Fédération n’en fait plus. C’est malheureux de le dire mais le président de Malagasy Rugby, Marcel Rakotomalala, est défaillant et qu’il doit démissionner de son poste pour sauver ce qui peut encore l’être. »

Midi : Est-ce si grave ?

Dadasamy : « C’est même très grave car après le titre de champion de Madagascar de la 2e division, Toliara a cru trouver le bon rythme et voilà qu’on touche le fond car Marcel Rakotomalala a fait élire une femme qui ne connaissait rien au rugby. C’est presque inadmissible car le rugby tuléarois avait franchi un pallier du temps de Me Kira. »

Midi : Mais c’était prévisible car Marcel Rakotomalala était trop occupé par ses différends avec la Ligue d’Analamanga.

Dadasamy : »Justement il ne devait pas faire de ses bagarres avec Andry La Pie une obsession et oublier ses devoirs notamment la vulgarisation et le développement du rugby dans les provinces car le mal n’est seulement à Toliara et Ihosy mais aussi à Toamasina et Diego. C’est presque une nécessité qu’il doit partir car le rugby a besoin d’un sang nouveau pour espérer rebondir et j’en appelle à la clairvoyance du ministère de la Jeunesse et même les dirigeants de World Rugby car le ver est déjà dans le fruit. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Ilontsera : Des remarques sur la vie médiatique

L’observatoire des médias et de la comunication  (Ilonttsera) a émis son opinion sur la vie médiatique dans le pays. Selon le communiqué, « l’ordre des journalistes est mis à mal à l’approche des élections d’un nouveau bureau et du renouvellement des cartes d’identité professionnelle. Il s’insurge également contre ce qu’il qualifie de confiscation des chaines publiques par le pouvoir. Il tient aussi à souligner que les autres alertes lancées par les cinq vice-prédents de l’OJM et le club des journalistes doyens n’ont pas été écoutées.

Recueillis par Dominique R.

Madagascar Tribune11 partages

A une prochaine session extraordinaire

Après plusieurs semaines de suspens, on est maintenant fixé sur le fait que les dispositions juridiques relatives aux élections et référendums ne passeront pas au Parlement pour cette deuxième session ordinaire de 2017. La session budgétaire s’achèvera le 15 décembre prochain et le dernier ordre du jour au niveau de l’Assemblée Nationale vient de paraître la fin de la semaine dernière. Les dites lois électorales n’y figurent pas. Pourtant, ces dispositions juridiques étaient annoncées bien avant le début de la deuxième session ordinaire du Parlement et étaient parmi les plus attendues mis à part la loi de finances. Les débats ainsi que l’adoption de ces textes qui vont régir les élections de 2018 devront attendre une session extraordinaire du Parlement soit à la mi-janvier soit vraiment au début du mois de février 2018. Notons qu’un projet de loi doit être déposé 15 jours au niveau du bureau de l’Assemblée Nationale. Seulement ce délai écoulé, le projet de loi pourra être discuté. Pourtant, les projets de lois avaient été élaborés et ficelés depuis longtemps.

Mauvais présage

Ce report de l’adoption des textes devant régir les prochaines élections n’est pas forcément un bon présage et semble même être un très mauvais signe pour certains observateurs. La dernière information concernant ces textes électoraux était le communiqué du conseil des ministres de Mahajanga qui mentionnait une nécessité de correction de la part de l’Exécutif des dits textes. La nature et le contenu des corrections n’ayant pas été précisé par l’Exécutif jusqu’ici, la société civile et la société politique espèrent qu’il ne s’agira pas d’un deuxième code de la Communication. Chose qui pourrait facilement se produire. L’autre possibilité serait que les dispositions juridiques autour des élections seront adoptées de manière règlementaire. Ce qui éviterait que le texte ainsi que les corrections ne passent sous les yeux des députés et sénateurs et ne soient encore débattus. Dans tous les cas, les dates des élections de l’année prochaine ne seront donc connues que l’année prochaine au détriment de la demande de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI).

News Mada10 partages

Exportation de litchis : La Russie, un marché à part

1.600 tonnes de litchis de Madagascar sont déjà exportées vers la Russie actuellement. D’autres envois sont encore prévus pour cette campagne 2017-2018, a-t-on fait savoir du côté de la Direction générale du Commerce extérieur au sein du ministère du Commerce et de la consommation en fin de semaine. Outre les envois de l’année dernière, qui les ont visiblement satisfaits, les Russes demandent un échantillon de 500 tonnes.

La Russie vient ainsi s’ajouter à la liste des pays importateurs de litchis malgaches, à savoir le traditionnel marché européen, l’Arabie Saoudite et les nouveaux marchés importateurs de l’Afrique orientale et australe (Comesa).

Outre les envois par avion, les deux bateaux conventionnels, ayant quitté Madagascar depuis ces dernières semaines, font actuellement route vers l’Europe avec une cargaison totale de 15.000 tonnes. Par ailleurs, d’autres exportateurs seraient encore en train de charger des conteneurs à destination des îles voisines, notamment pour Les Comores et Mayotte. L’Afrique du Sud, quant à elle, n’a pas encore passé commande.

A ce rythme, et à en croire les opérateurs de la filière, les 20.000 tonnes qu’ils espèrent exporter pour cette campagne devraient être atteintes. D’ailleurs, un exportateur a confié que le marché américain figure en perspective dans leur cible de marché. Certains d’entre eux auraient déjà pris contact avec l’administration américaine chargée des denrées alimentaires et des médicaments ou l’US food and drug administration. Seulement, ils devront concentrer plus d’efforts sur l’amélioration de la qualité (calibrage et maturité du fruit) et des conditions de transport vers l’extérieur.

Arh.

Midi Madagasikara8 partages

Brèves en sport

Volley-ball Maurice : Ils s’offrent un DTN Croate !

Zoran Kovacic, c’est le nom du directeur technique national de la Fédération de volley-ball de Maurice. Apparemment, ils s’offrent les moyens de leurs ambitions. Objectif ? Faire partie du carré africain en deux ans. Ils ne visent même pas l’Océan indien! Et pour les prochains jeux des îles, ils veulent évidement l’or. Déjà, en fonction, le DTN programme cinq entraînements par semaine pour la sélection. Cet entraîneur a joué en ex-Yougoslavie et a été entraîneur aussi de la sélection féminine de la Serbie en 1999. Madagascar sait à qui il aura affaire les prochaines fois.

 

Haltérophilie : Roilya Ranaivosoa 12e mondiale

On aura beau être optimiste en sport, la place de 12e mondiale n’est pas encore pour Madagascar chez les dames en haltérophilie. Et pourtant c’est une Mauricienne d’origine malgache qui a eu ce classement. Quatrième du groupe B en -53 kg avec des charges de 82 kg à l’arraché et 102 kg à l’épaulé-jeté, Roilya Ranaivosoa est donc 12e au sommet mondial qui a eu lieu aux Etats-Unis. Rêvons et aidons nos championnes. Qui sait si on n’aura pas une championne du monde en haltérophilie un de ces jours ?

 

Conseil international des Jeux : Réunion ce mardi

La Réunion présentera sa proposition d’améliorer sa présence aux jeux des îles à la Réunion du CIJ de ce mardi à l’île Maurice. Parmi leurs propositions «l’éligibilité des sportifs à représenter leur pays et spécialement pour la Réunion, au moins cinq années de licence sur place ainsi qu’une présence dans une autre catégorie avant les seniors ». Les débats seront âpres car la Réunion souhaite être présente malgré tout.

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

News Mada6 partages

Rugby – Analamanga : IRC s’impose devant 3FB

Le championnat d’Analamanga rugby a créé la surprise, hier, au stade de Malacam à Antanimena. En effet, 3FB qui a donné du fil à retordre au Tam Anosibe, vient de s’incliner devant l’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo, IRC, sur le score serré de 13 à 12. Certes, Dame pluie a fait des siennes mais cela n’a pas empêché les deux formations d’offrir un spectacle digne de ce nom aux férus de la balle ovale de la capitale.

La bande d’IRC a mené la danse dès la première partie, à la grande surprise du public, sur le score de 7 à 0. 3FB a ensuite remis les pendules à l’heure et réduit l’écart par 7 à 6. IRC a continué sur sa lancée à la pause en menant au score de 10 à 6 face à des éléments de 3FB désorientés mais qui ont su remonter la pente à 17 minutes de la fin de la partie (12-10). Mais ô stupeur ! IRC a répondu coup pour coup aux assauts du camp adverse et a pris les devants sur le score serré de 13 à 12 à 7 minutes du coup de sifflet final. Ce fut le générique de la fin pour 3FB qui a été pris à contre-pied par l’un des anciens rivaux.

Rojo N.

 

L'express de Madagascar4 partages

Élevage – Bovima relance l’exportation

Le projet d’exportation de viande tient toujours la route. Il va bénéficier d’une assistance technique de la Banque mondiale.

La société Bovima tient toujours son projet d’ex­portation de viande de zébu. Dans ce sens, elle va bénéficier d’une assistance technique de taille. La Société financière internationale (SFI) du groupe de la Banque mondiale va signer un contrat avec cette société du groupe SMTP, aujourd’hui. Le partenariat porte sur l’installation d’un parc d’engraissement de bœufs et d’un abattoir moderne dédié à l’exportation, dans le Sud du pays.Lancé en 2014, le projet avait fixé comme objectif de produire de la viande répondant aux normes internationales et toutes les conditions sanitaires d’usages à Manam­baro Tolagnaro. Le groupe SMTP avait  annoncé un investissement à hauteur de 11,5 millions de dollars. Bien qu’une partie de la production soit destinée au marché local, Bovima avait envisagé d’exporter vers le marché régional, plus particulièrement l’île de Mayotte. Le projet initial visait à abattre quotidiennement cinquante zébus et cent chèvres pendant les premières années. Au bout de cinq  années d’exploitation, la société prévoit le triple. Son objectif était de réaliser une production annuelle de 2 800 tonnes de viande au démarrage, avant de parvenir à un peu moins de 6 000 tonnes en phase de croisière.

AmbitieuxAvec tous ces détails, le projet est très ambitieux. C’est pourquoi, Bovima va impliquer les éleveurs et les paysans locaux dans le projet, sans écarter la société elle-même. Le bétail acheté auprès des éleveurs, âgé de trois ans, avec 300 kilos, sera engraissé pendant trois mois pour atteindre 400 à 420 kilos. Le projet redynamisera l’élevage de bovins et de caprins dans l’Anosy et l’Androy. La création d’emplois ainsi qu’une amélioration des conditions de vie de la population rurale font partie des retombées escomptées.L’équipe du projet et une délégation de la Société financière internationale (SFI) se sont rendues au mois de mai sur le futur site d’exploitation, à Manambaro Tola­gnaro, pour constater de visu l’avancement du projet. La signa­ture de ce contrat marque un tournant décisif dans la réalisation de ce projet.

Lova Rafidiarisoa

News Mada3 partages

Cyclisme – tour de mada : Mazoni Rakotoarivony tente de résister

Le Tour cycliste international de Madagascar (TCIM) entre dans la 5e étape et les coureurs malgaches semblent avoir du mal à suivre le rythme imposé par les invités. Mazoni Rakotoarivony demeure le seul fer de lance de l’équipe nationale au classement général, après l’étape n°4 reliant Ihosy à Ambalavao.

Patriotisme oblige. Faisant partie des maillons forts pour défendre les couleurs nationales, Mazoni Rakotoarivony tente à tout prix de maintenir la cadence pendant la version 2017 TCIM qui bat son plein. Il est actuellement à la 4e  place du classement général après l’étape n°4 Ihosy-Ambalavao qui a été disputée sur un parcours long de 137 km. Il est monté à la seconde marche du podium derrière Bruno César do Amaral de Arauj (BAI) qui s’est imposé au sprint final avec un temps de 3:36:41. L’autre représentant de l’équipe BAI a complété le trio gagnant avec le même chrono.

A l’heure actuelle, Manuel Antonio Dario maintient les brides avec un temps de 11:30:11. Son compatriote César do Amaral de Ar se place à la seconde position en accusant un retard de 3:37, tout comme le Néerlandais Engelen Van Aden. Les autres coureurs malgaches peinent à se frayer un chemin parmi ces durs à cuire. Dama Miarintsoa pointe à la 6e place avec un chrono de 11:38:52, suivi d’Emile Randrianantenaina (11 :38 :52).  Les coureurs auront l’occasion de se reposer, ce jour, avant de prendre le départ à l’occasion du critérium de 90 km qui se tiendra, demain, à Manakara.

Rojo N.

Top 10 de l’étape n°4 :

1-Bruno César do Amaral de Arauj : 3:36:41

2-Mazoni Rakotoarivony : 3:36:41

3-Engelen Van Aden : 3:36:41

4-Cruz Kussengue Tuto : 3:36:52

5-Dario Manuel Antonio : 3:37:04

6-Bob Wubben : 3:37:39

7-Rui César Ferreira da Costa : 3:39:40

8-Jan-Willem : 3:39:40

9- Dala Cole : 3:39:40

10- Jimmy Mohindo : 3:39:40

Midi Madagasikara2 partages

Fikambanan’ireo voasoloky tany : Nanjavona ilay olona tena notorian’izy ireo

An’arivony maromaro no isan’ireo olona voasoloky. Misy 143 amin’izy ireo kosa no mampivondrona ny heriny ao anaty fikambanana, hanaovana antso avo amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy, hijerena manokana ity  fisolokiana avo lenta nitranga teto amintsika ity. Nisy ny fitoriana izay nataon’izy ireo tsirairay avy saingy, mahatsapa ho voarirarira izy ireo rehefa mandeha manaraka ny antontan-taratasiny. “Ny zavatra nahagaga aza moa, hoy ny mpitondra teny ao amin’ity fikambanan’ireo olona voasoloky ity dia ireo olona telo, izay lohandohan’ny mpisorona tao amin’ilay orinasa mpivarotra tany tsy misy akory, izay vontoatin’ny fitorian’izy ireo mihitsy no voafafa tampoka tao anaty fitoriana, nony tonga teny amin’iny fitsarana”. Marihana tokoa fa vao herinandro vitsivitsy teo angamba izay no fantatra ilay fisolokiana goavana tao ambadik’ity fivarotana tany amin’ny vidiny mora dia mora ity. Orinasa iray izay nampanantena ny hizara tany ho an’ny Malagasy; izay tsy manana ny tao ambadika. Ampahan-tany maromaro tamina faritra isan-karazany teo amintsika izy io, ary voalaza mihitsy, fa hoe hanorenana tanana iray, misy foto-drafitrasa ara-dalàna. Tany ho any amin’ny 2014 tany no efa nandeha ny fivarotana, saingy ankehitriny, efa hiditra amin’ny taona 2018, dia mbola tsy nahazo ny taniny ireo nividy izany. Antony nanosika ny sasany hanao fanadihadiana ka vaky bantsilana teo ny nafenina. Tany tsy misy akory ity namidy tamin’ireo olona an’arivony maro ireo. Nanomboka teo ny fampiakarana ny raharaha. Efa nisy olona enina nosamborina sy nampidirina am-ponja tamin’izany. “Tsy ireo tena atidoha anefa ireo fa mbola ireo mpiasa aty ambany. Hany ka mitaky ny hampiharana ny lalàna amin’izy ireo izahay, fa indrindra indrindra ny hamerenana ny volanay” hoy hatrany ny antsoantson’ireto olona an-jatony niharan’ny fisolokiana ireto.

m.L

News Mada1 partages

Handball : Hiaro ny voninahiny ny THBC

Na teo aza ny fisian’ny pesta ka nampikorontana ny fandaharam-potoan’ny federasiona malagasin’ny handball, nanapa-kevitra ny komity mpitantana notarihin’ny filohany, Razafintsalama Fidèle, sy ny filoha lefiny, Tsangadahy Simon, ary ireo mpiara-miasa rehetra fa hotontosaina, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina manomboka rahampitso talata 12 – alahady 17 desambra ho avy izao, ny fifaninanam-pirenena, sokajy “senior”, lahy sy vavy. Hiaro ny anaram-boninahitra azony ny THBC Analamanga, eo amin’ny vehivavy sy ny Hasin’i Toamasina, eo amin’ny lehilahy.

Hiady ny lohany, eo amin’ny lehilahy, ny Hasin’i Toamasina, ny AS St Michel, ny Cosfa, ny Asut Sporting, ny AS Siteny, ny ASS Toliara, Morondava, ny Ascaf. Hifampitady eo amin’ny vehivavy ny THBC, ny HBCB 119 Bongolava, ny HBCI Ihorombe, ny H3A Toliara, ny AS Tsiky Mahajanga ary ny Zanakala. Mba ho fitsinjovana ireo klioba amin’ny vesatra hiatrehana ity fihaonana ity, nahena ny andro hikatrohana. Nozaraina ho sokajy roa ny ekipa ka hiatrika ny manasa-dalana ireo roa voalohany isam-bondrona.

Hanolotra fitaovana ireo ekipa ho mpandresy ny federasiona ary hanampy ireo klioba nandray anjara ka hita fa sahirana, amin’ity fifaninanam-pirenena ity.

Torcelin

L'express de Madagascar1 partages

Dialogue politique – L’Allemagne et le gouvernement en accord

Les beaux jours reviennent entre Madagascar et l’Allemagne. Une reprise de la coopération après une dizaine d’années de coupure.

Efficacité. En matière de coopération, c’est l’objectif du dialogue politique entre le gouvernement et l’Allemagne, durant les deux derniers jours, au palais d’État de Mahazoarivo. Des échanges, « dans le cadre du renforcement de la coopération germano-malgache et pour assurer le suivi de l’efficacité de l’utilisation des fonds mis à la disposition de la République fédérale d’Allemagne », rapporte le communiqué de presse de la première journée du rendez-vous.Après un arrêt d’une dizaine d’années, le dialogue politique entre Madagascar et l’Allemagne, a repris, les 7 et 8 décembre 2016. Prati­que­ment un an après, le gouvernement allemand a dépêché Valentin Katzer, responsable auprès du ministère fédéral de la Coopéra­tion. En face Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier minsitre, a conduit l’équipe gouvernementale. « Le principal objectif est de faire l’état des lieux sur les engagements pris par les deux parties lors de la première consultation, en 2016 », rapporte la primature.La situation des décaissement des appuis et financement allemand a été passée en revue. Il s’agissait, également, d’évaluer la politique gouvernementale en matière de décentralisation, de protection de l’environnement, l’énergie renouvelable, l’agriculture et la pêche, ou encore, le partenariat public-privé.

IntensificationDurant le dialogue de 2016, l’accent a également, été mis sur le renforcement des initiatives en matière de gouvernance et de lutte contre la corruption.L’état des préparatifs du processus électoral, l’intensification des efforts dans la lutte contre la corruption, l’élargissement de l’appuis à la protection de l’environnement et la sauvegarde de la biodiversité malgache, étaient au menu des deux d’échanges à Mahazoarivo. « Le programme de développement des communes, lancé en raison de l’extrême pauvreté et des défis de décentralisation à Madagascar, sera poursuivi comme élément clé de la coopération allemande », rapporte un communiqué de presse de la primature publié, jeudi.L’Allemagne est l’un des principaux bailleurs des programmes d’aide multilatérale de l’Union européenne (UE). Durant la cérémonie de clôture du dialogue bilatéral, hier, le locataire de Mahazoarivo a souligné le fait que la fédération allemande apporte une contribution à hauteur de 21% au 11e Fonds européen de développement (FED), soit une enveloppe de 518 millions d’euro, pour la période 2014-2020.Sur le plan bilatéral, le dialogue politique entre les gouvernements malgache et allemand consiste à définir périodiquement le contour de leur coopération dans le but d’un renforcement. À l’heure actuelle, l’Allemagne appuie la Grande île, notamment, par le biais d’une contribution non remboursable à hauteur de 55,7 millions d’euro et de 10,7 millions d’euro pour l’aide humanitaire.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Région Sava – Un site hydroélectrique à Belaoko Lokoha

La transition énergétique enclenchée. La région Sava ne devrait plus avoir de problème d’alimentation en électricité d’ici quelques années. Le Président Hery Rajaonari­mampianina a lancé le démarrage du projet d’électrification rurale dans cette région, au nord de Mada­gascar. La construction d’une centrale hydroélectrique sur la rivière Lokoho, à laquelle s’ajoutera, bientôt, celle d’Andriaman­javona, est annoncée. Leur puissance cumulée, de l’ordre de 8,9 MW, permettra de desservir cent soixante quinze localités réparties dans les districts d’Andapa et Sambava, soit plus de trois cent milles personnes, et, à terme celles de Vohémar.Le projet porte sur le développement du site hydroélectrique de Belaoka Lokoho à Andapa, d’une puissance de 8,6 mégawatts. Dans un premier temps, le projet va produire 4,6 mégawatts d’électricité. Les travaux s’étaleront sur 30 mois. Un ajout de 4 mégawatts supplémentaires du site de Belaoko Lokoho et l’aménagement d’Andriaman­javona de 400 kilowatts sont prévus dans la deuxième phase du projet. Cette fois-ci, les travaux dureront 18 mois.Ce projet d’électrification dans la région Sava bénéficie du soutien financier de la Banque de développement allemande (KFW). Au mois de juin, cette institution financière allemande avait accordé une enveloppe de 14 millions de dollars.

L.R.

Madaplus.info0 partages

Antananarivo sous les eaux hier

Après la pluie, le beau temps. Cette phrase de la Comtesse de Ségur exclut le cas d’Antananarivo. En effet, après chaque pluie, la population tananarivienne va devoir faire face à l’inondation.
On se demande pourquoi presque tous les quartiers de la capitale deviennent une proie facile de l’inondation après chaque pluie. Si auparavant, on avait l’habitude de voir Besarety et des 67 ha sous les eaux. Mais actuellement, plusieurs quartiers s’enrôlent dans la liste des quartiers qui s’inondent facilement. A qui la faute ? Aux soi-disant citoyens qui ne sont pas responsables et jettent leurs déchets n'importe où ? Ou aux autorités qui peinent à curer les canaux d’évacuation de la capitale?
Madaplus.info0 partages

Un homme arrêté par la Brigade criminelle pour diffamation sur Facebook

La publication des propos malveillants de la vie privée des responsables et des dirigeants du pays sur le réseau social Facebook a pris de l’ampleur ces derniers temps. Pas plus tard que la semaine dernière, un dénommé Andriniaina Frédéric Andrianjanaka, a été arrêté par la Brigade criminelle à Itaosy.
Selon les faits, Frédéric est le propriétaire d’un compte « fake » au nom de Taniah Navalona qui édite au quotidien des propos scandaleux qui insultent les politiciens comme le président au pouvoir actuel et son épouse ou encore l’ancien président Marc Ravalomanana. Le compte fake fouillé, le facebooker a été démasqué par les éléments de la Brigade criminelle. Au moment de son arrestation, plusieurs autres comptes faux avec plusieurs puces électroniques ont été découverts. Lors de son enquête, il a reconnu ses actes.
Madaplus.info0 partages

Hetsika SA du FJKM Peniela Fitiavana - dimanche 10 décembre 2017

Le mois de décembre est le mois du Sampana Sekoly Alahady du FJKM Peniela Fitiavana ainsi dimanche dernier ces derniers se sont réunis afin d'organiser leur évènement annuel à Saint Maur des Fossés (94).
Une occasion pour les enfants du SA de tester leurs connaissances par un jeu de "Questions pour un champion".
Sous l'oeil inquiet des parents...
Jeux de mimes et de devinettes au programme...
On dessine également...
Les membres du bureau de la SA du FJKM Peniela Fitiavana ont trouvé une idée assez originale pour leur matinée ensemble en faisant jouer les enfants en apprenant tout de même la bible de façon ludique, des moments appréciés par tous les âges des plus jeunes aux ados.
News Mada0 partages

Vangaindrano : Niaraha-nijery ny olana amin’ny famokarana jirofo

 Tontosa tamin’ity fiandohan’ny desambra ity, ny foaran’ny jirofo tao Vangaindrano na tsy nitsahatra aza ny orana. Faritra mpamokatra jirofo betsaka ny any Vatovavy Fitovinany sy Atsimo Atsinanana, koa niaraha-nijery teo amin’ny mpamboly sy ny mpandraharaha ny olana sy ny famahana izany.

Mindram-bola amin’ny mpanam-bola na mpivarotra ireo mpamboly jirofo amin’ny fotoana mbola tsy fiakaran’ny vokatra. Averina izany rehefa miakatra ny vokatra, izay alaina amin’ny vidiny ny vola nindramina. Raha tsara ny fotoam-piotazana, voaefa manontolo ny vola ; raha ratsy ny vokatra, mitombo ny trosa ka vizana ny mpamokatra. Izay fitombon’ny trosa izay aloha ny olana voalohany. Olana hafa, tsy mamboly vary ireo toerana mamboly jirofo, koa raha ratsy ny vokatra, tena sahirana amin’ny sakafo ireo tantsaha. Tamin’ity taona ity, azo lazaina fa tsara ny vokatra na mbola tsy nahazoana tarehimarika mazava aza.

Matetika ireo olana sedrain’ny mpanangom-bokatra indray ny fahazoana jirofo mbola tsy maina tsara na ny fampifangaroana izany amin’ny “griffe”. Efa hatramin’ny taona maro, fahavoazana iraisana ny faharatsian’ny lalana mampitohy an’i Vangaindrano sy ny kaominina Matanga, Masianaka ary Manambondro, fivoahan’ireo jirofo ireo.

Tanjon’ny Antenimieran’ny varotra ny hampiroborobo ny vokatra sy ny fitazonana ny fahatsaran’ny kalitao. Samy fanirian’ireo mpandraharaha koa ny hisian’ny orinasa mpanodina jirofo any an-toerana, hampisondro-bidy izany sy hiteraka asa hafa. Dingana voalohany ny foara fa mbola maro ny hetsika amin’ny taona ho avy. Fanirian’ireo depiote ny hahazoan’ireo kaominina tena mpamokatra tamberimbidy 50 %.

Tonga nanatrika izany foara izany ny filohan’ny Antenimieran’ny varotra any Mananjary sy Manakara ho mariky ny firaisankina sy fifanomezan-tanana amin’ny fampandrosoana. Teo ihany koa ny tale kabinetran’ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Pilaza Joreh Bernardin.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fihaonana iraisam-pirenena tany Maraoka : « Ilaina ny fahaiza-mitantana… », hoy Andrianainarivelo Hajo

Anisan’ireo voaasa niatrika ny fihaonambe  iraisam-pirenena andiany fahadimy momba ny  fahaiza-mitantana  sy  ny toekarena ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy  miara-miainga,  Andrianainarivelo Hajo. Natao tany Dakhla ny 7 sy 8 desambra teo izany. 

 Anisan’ny tanjon’ny fihaonana ny hananana fomba fijery vaovao ka hahafahana mametraka sy mampihatra maodely fampandrosoana, entina mampitombo ny harinkarena sy mametraka ny fahaiza-mitantana, hahafahana miatrika io fiovana ara-toekarena eran-tany io”, hoy izy nitatritra izany. Fa eo koa ny tokony  hisian’ny fifanakalozan-kevitra momba ireo sehatra tena voakasik’izany fiovana lehibe eo amin’ny sehatra ara-toekarena era-tany izany, ary ny setrin’izany eo amin’ny firenena tsirairay, araka ny nambarany.

Anisan’ny antony nanasana ny mpanorina ny Malagasy miara-miainga  ny fifampizarana  traikefa  tamin’ny  fikaonandoha.  Niompana amin’ny  fahaiza-mitantana sy ny fandrindrana asa isam-paritra :  fanalahidin’ny fiakaran’ny  harinkarena maharitra sy ho amin’ny  fampandrosoana mitovy  ny lohahevitry ny fihaonambe.

Fametrahana an’i Afrika amin’ny toerana misy azy

Nentina namaranana ny fihaonana ny fanaovan-tsonia fifanarahana amin’ny fananganana ny « Forum Africain de Dakhla« , manana tanjona ny hametraka an’i Afrika eo amin’ny toerana sahaza azy manoloana io fiovana ara-toekarena eran-tany ankehitriny sy amin’ny ho avy io.

Tsiahivina fa miisa 41 ireo firenena avy amin’ny kaontinanta  dimy voasolo tena tany an-toerana. Ahitana ireo tompon’andraikitra ambony, ireo akademisianina, ary ireo manampahaizana manokana, nandinika ny momba ny fiovana ara-drafitra misy eo amin’ny sehatra toekarena maneran-tany. Anisan’ny niahy izany  kosa ny andriamanjaka maraokanina, Mohammed VI.

Anisan’ny hahafahantsika mandroso sy hananantsika ny toerana maha izy antsika eo anivon’ny sehatra iraisam-pirenena  ny fiarahantsika miainga miaraka amin’ireo firenena hafa”, hoy Andrianainarivelo Hajo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fiatrehana ny fifidianana : Hiofana eny Ilafy ny Tim

 Tsy an-kiandriandry.  Hifamotoana  etsy amin’ny  Fofikri Ilafy, anio,  ny  olom-boafidy Tim  rehetra manerana ny Nosy. Anisan’izany  ireo  ben’ny Tanàna  sy  mpanolotsaina, ny depiote sy  ny loholona  ary  ireo mpikambana sasany sy  lohandohany  eo  anivon’ity antoko naorin-dRavalomanana  ity. Lohahevitra amin’izany  : “Miasa miaraka hametraka ny fanantenana, hanarina indray ny firenena isika”. Hiofana sy homena toromarika momba ny fahaiza-mitarika ary koa ny hiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena miaraka amin’ny fifidianana  depiote  izy ireo.  Hitohy, rahampitso 12 desambra izao,  izany ary  eny  amin’ny Magro Tanjombato kosa indray.  Hanamarika ny faha-68 taon’i  “Dada” amin’io andro  io.

Ity indray ny hetsika  manaraka nataon’ny Tim  taorian’ny fikasana hanao izany ny  volana jolay teo, saingy tratry ny antsojain’ny fanjakana, nosakanana hatramin’ny farany sy tamin’ny  fomba rehetra na efa  nahazo rariny sy  nandresy teny  amin’ny fitsarana aza. Hatrany amin’ny faritra sasany koa, tsy  afaka nihetsika  izy  ireo nanamarika ny faha-15  taon’ny antoko. Midika izany  fa hampiseho ny heriny indray  izany ny Tim  amin’ity indray mandeha ity.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fifidianana 2018 : Kandidà filoham-pirenena i Ganstabab

Naneho fahavononana ho kandidà amin’ny fifidianana  filoham-pirenena  amin’ny 2018 Rakotoarison Faniry  Alban,  fantatra amin’ny  maha mpanakanto azy,  Ganstabab. Nanambara  izany tamin’ny  fomba  ofisialy teny  Alarobia ny   tenany, ny asabotsy teo.  Nomarihina sy nankalazaina tamin’izany  koa ny faha-40  taon’ity mpanorina sy mpitarika ny Antoko politika madio (APM) ity.

Hatreto aloha izany, kandidà anisan’ny zandriny  indrindra amin’ireo efa nanambara hirotsaka amin’izany ny  tenany. Efa niara-dalana teo anivon’ny Mitsangana ry Malagasy  (MRM) ny filohan’ny  APM, tamin’ireny  hetsika  fanoherana ny fitondrana  ireny. Niala an-daharana izy avy  eo  ary nandeha irery izao sy mivonona  ho kandidà.

Tsiahivina fa anisan’ny efa kandidà sy nanambara izany voalohany ny mpanorina   ny Tim, Ravalomanana. Ny PSD, Eliana Bezaza, ny pasitera Mailhol,  ny Praiminisitra  teo aloha, Beriziky Omer.  Andrasana indray  koa ny manaraka  aorian’ny APM.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Basikety – «Mada N1A» : Nanao pao-droa ny ekipan’i Boeny

 Niova tanana ny tompondakan’i Madagasikara, teo amin’ny sokajy «N1A» vehivavy. Norombahin’ny SBBC avy any Boeny izany tamin’ity. Adin’ny samy Boeny ihany koa ny teo amin’ny lehilahy.

 Nody any Boeny avokoa, tamin’ity taom-pilalaovana 2018 ity, ny amboara teo amin’ny fifaninanam-pirenena, taranja basikety sokajy N1A, lahy sy vavy. Ny SBBC, teo amin’ny vehivavy ary ny ASCB kosa ho an’ny lehilahy. Fihaonana, nifarana omaly alahady tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. Teo amin’ny vehivavy aloha, lavo ny andrarezina, ny Fandrefiala Analamanga, izay resin’ny tovovavin’ny Boeny, tamin’ny isa 71 no ho 63.

Hita ho nanana fahavononana handresy ary tena nanohitra hatramin’ny farany ry zareo SBBC. Nitarika anisa hatrany teo amin’ireo tapa-potoana roa voalohany ny Boeny, notarihin-dry Fanja, izay nisongadina tamin’ny famonoam-baolina, niaraka tamin’i Maeva sy Prisca. 14 no ho 9, avy eo 17 no ho 13. Tany amin’ny 10 mn fahatelo kosa vao taitra ny Fandrefiala, nahitana an-dry Hoby, Monique, Jessi. Lasan’izy ireo izany tapa-potoana fahatelo izany, tamin’ny isa, 22 no ho 16. Niezaka ny hamadika ny isa hatrany izy ireo, teo amin’ny tapa-potoana fahefatra, saingy tsy navelan’ny SBBC.

Teo amin’ny lehilahy indray izay adin’ny samy Boeny, resin’ny ASCB, tamin’ny isa 71 no ho 65, ny SBBC.

Notoloran’ny Telma lelavola 2 000.000 Ar avy ny mpandresy raha 1 000.000 Ar kosa ho an’ny resy. Voahosotra ho mpilalao mendrika teo amin’ny lehilahy i Elly (ASCB), raha i Fanja (ASCB), ho an’ny vehivavy. Nahafaty baolina be indrindra i Elly. Mbolatiana (Tamifa) sy i Donga Stevel (Cosfa), nahazo ny amin’ny tifitra isa telo. Samy nomena finday Telma 4G Titan avokoa izy ireo.

Torcelin

News Mada0 partages

Fibatana fonjamby : Mpanazatra 19 nahazo “niveau 1”

Nahazo mpanazatra vehivavy miisa 19, manana ny “niveau 1”, ny taranja fibatana fonjamby. Navoaka tamin’ny fomba ofisialy, ny zoma lasa teo teny amin’ny foibe toeran’ny Komity olympika malagasy (Kom), izy ireo. Tamin’izany no nilazana fa tafiditra amin’ny fanentanana sy fampivoarana azy ireny, mba hiditra lalindalina amin’ity taranja ity, ny antony nanomezana azy ireo izao fiofanana izao. Nampiofana azy 19 mirahavavy ilay manampahaizana iraisam-pirenena, Rakotoarisena Solomampionona Harimalala, izay nilaza fa  tena zava-dehibe indrindra ny fahaiza-miresaka sy mampita ny zavatra norantovina, nandritra ny fampiofanana. Nampirisika ireo vao avy nahazo fiofanana ny tenany hampihatra izany antsakany sy andavany, izay fototra tena mampandroso haingana ny taranja. Nanome toky fa hampihatra sy hizara ny traikefa azony ny solontenan’ny mpiofana. Nisaotra ity mpampiofana ity ny solontenan’ny federasiona sy ny avy ao amin’ny Kom, ary manantena ny ho fitohizan’ny fiaraha-miasa. Tanjona ny hananana solontena hatramin’ny 20, amin’ny Lalao olympika (JO 2024).

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra ao Toliara : Mitaky fampiharan-dalàna

Ao anatin’ny olana amin’izao fotoana izao ny tontolon’ny baolina kitra any Toliara, indrindra fa eo amin’ny fifidianana ho filohan’ny ligy. Araka izany, nijoro ny solontenan’ireo tanoran’ity faritra ity, notarihin’i Tsimiolamaro, izay mangataka amin’ny “commission de recours” hampihatra ny lalàna manan-kery misy ho an’ireo izay tsy nahafeno fepetra.

Notsiahivin’izy ireo fa mitsangana milaza ny rariny sy ny hitsiny tsy hisian’ny tsaho aely, amin’ity fifidianana ity, izay ataon’ny filohan’ny ligin’Atsimo Andrefana  teo aloha, izy ireo.

«Ho antsika mpitia fanatanjahantena sy ny tomponandraikitra amin’ny baolina kitra, mampahafantatra antsika izahay fa tsy tsara ny milaza vaovao tsy marina amin’ny radio sy ny televizionina. Ny sekretera jeneralin’ny ligin’Atsimo Andrefana  dia isaorana manokana amin’ny fijoroany sy ny fitazomany ny marina ka nandefasany taratasy tany amin’ny “commission electorale nationale» sy ny “commission de recours”. «Lettre d’annulation an’ny «accusé de reception”-n-dRaherisoa izay lany andro, sy ny “lettre de confirmation» ireo taratasy ireo fa kandidà roa ihany no ara-dalàna, araka ny voalaza ao amin’ny “guide electorale”, hoy izy ireo . Nomarihin’ny fanambarana fa Ramahavita Gabriel sy Randrianantenaina Régis ihany no nanatitra ny antontan-taratasiny, tao amin’ny sekretera jeneraly, izay nanome ny “accusé de reception”.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

«Tour cyclisme international de Madagascar 2017» : Nanjakan’ ny Angoley ny fifaninanana, hatreto

Hatreto aloha, tsy mbola miposaka ny masoandro ho an’ny mpihazakazaka malagasy, eo amin’ny “Tour cyclisme international de Madagascar”. Raha ny vokatra mantsy, mbola hanjakan’ny vahiny ny fifaninanana.

Notanterahina, omaly alahady, ny dingana fahefatra amin’ny andiany faha-14, “Tour cyclisme international de Madagascar”, izay niala tao Ihosy mankany Ambalavao, nisy halaviran-dalana 130 km. Niditra voalohany ilay teratany angoley, Bruno César do Amaral de Arauj, nitondra ny laharana 65, izay nahavita hazakazaka tao anatin’ny fe-potoana 3 ora 36 mn 41 s. Faharoa Rakotarivony Mazoni, narahin’ilay teratany hollandais,  Engelen Van Aden. Raha tsiahivina ny dingna faharoa, natao ny zoma lasa teo, mbola io teratany angoley io ihany no niditra voalohany tany Sakaraha. Mbola lasany ihany koa ny dingana fahatelo, natao ny sabotsy, lasa teo, niala tao sakara nihazo an’Ilakaka. Mpiray tanindrazana aminy ihany koa ny niditra faharoa, tamin’izany.  Marihina fa 78 km ny halaviran-dalana tamin’io dingana fahatelo io. Amin’ny ankapobeny, manana ny fe-potoana tsara indrindra sy mitarika ary mbola vaoalohany ry zareo Angoley, amin’ny «point chaud». Araka izany, i Bruno César do Amaral de Arauj no misalotra ny akanjobà mavo. Ny fihodidinana ny tanànan’i Manakara ny dingana fahadiny, izay hotontosaina, anio alatsinainy.

CMS

 

News Mada0 partages

AFT Sokafana anio ny : « Valiha mitety vazantany »

Anisan’ireo hetsika lehibe tanterahina etsy amin’ny Alliance française Antananarivo (AFT), amin’ity volana desambra ity, ny « Valiha mitety vazantany ». Fampirantiana sy fihaonana amin’ireo mpanakanto miangaly ny hairaha araka endrika amam-bika, mpanao sary, mpanao tantara an-tsary, sary sokitra, mpanamboatra zavamaneno,  sns.

Ankoatra ireo, hisy ny fampisehoana fomba fandrafetana sy tari-dalana momba ny valiha. Arahina horonantsary (projection vidéo) izany. Ao koa ny velakevitra arahina adihevitra nampitondraina ny lohateny « Ny anjara asany valiha eo amin’ny kolontsaina malagasy. Ilaina ve ny fanampian’ny fanjakana ? ». « Mitondra fampandrosoana ho an’i Madagasikara ve ny fampahafantarana maneran-tany ny valiha ? ».

Faranana amin’ny fampisehoana lehibe hiarahana amin’ireo andrarezin’ny fitendrena valiha ity hetsika ity, ny zoma 15 desambra izao. Anisan’izany i Donné Andriambaliha izay sady mpikarakara ny « Valiha mitety vazantany » rahateo. Ho tazana eny an-toerana ihany koa i Zamba, Dada Naivo, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Ady amin’ny kolikoly – Tsimatimanota : ”Tokony hanao ezaka mivaingana, tsy misy indrafo ny fitsara...

Anisan’ny nivoitra tamin’ny  lahatenin’ny tale jeneralin’ny Bianco, Andriamifidy Jean Louis ny antso avo sy ny  fitakiana   satria  tsy mbola  mahafapo  ny ady amin’ny kolikoly.

Tokony hanao ezaka   amin’ny ady amin’ny tsy maty manota amin’ireo kolikoly ara-toekarenasy ara-bola”, hoy izy tamin’ny fankalazana ny 9 desambra, Andro iraisam-pirenena iadiana amin’ny kolikoly, afakomaly.  Nahazo hafatra  tahaka  izany koa ny mpitondra  ny amin’ny tokony hanaovana  ezaka misimisy kokoa mba hampiseho ny maha zava-dehibe  ny ady amin’ny kolikoly ary hanao izany ho vaindohan-draharaha amin’ny alalan’ny fampiharana ny  lalàna iadiana amin’ny kolikoly.  Tsy nohadioiny ny hafatra ho an’ny vahoaka ny amin’ny tokony hiezahana hampihatra ny fitondran-tena tia tanindrazana, mandà sy mahasahy mitoroka trangana kolikoly. ”Mitaky fandraisana andraikitra mavitrika avy amin’ny vahoaka ny fahombiazan’ny ady amin’ny kolikoly”, hoy ihany  izy. Notsiahiviny fa natokan’ny Firenena mikambana ity taona 2017 ity mba ho taona ampahafantarana ny voka-dratsin’ny kolikoly eo amin’ny fampandrosoana ny  toekarena sy sosialy. ”Ho an’i Madagasikara manokana, mifanindry indrindra amin’ny fiakaran’ny tahan’ny fanodinkodinam-bolam-panjakana sy ireo karazana kolikoly samihafa ary ny fisian’ny tsimatimanota izany fankalazana izany”, hoy Andriamifidy Jean-Louis,. Na izany aza, efa misy ny ezaka vita toy ny fandaniana ireo lalàna entina hampiharana ny paikadim-pirenena iadiana amin’ny kolikoly; ny fametrahana miandalana ny fitsarana misahana manokana ny kolikoly ary ara-toekarena sy vola. Eo koa ny fanamafisana ny asa fanabeazana ny vahoaka sy ny asa fisorohana kolikoly eo anivon’ny sampanasa isan-tsokajiny.

Mbola be ireo ezaka tsy maintsy iarahana

 Nisy ny hetsi-pankalazana ny 9 desambra teny Soarano, nibanjinana ny lohahevitra: « Tanora leo kolikoly, mandray andraikitra manoloana ny hoavy, manandratra ny firenena. » Tombanana ho tafapetraka avokoa ny rafitra toy ny fitsarana manokana misahana kolikoly amin’ity taona ity, ary ho tafavoaka avokoa ny lalàna momba ny ady amin’ny kolikoly. Koa tena fanombohana ny fampiharana tanteraka izany amin’ny taona 2018.

R.Nd.

 

News Mada0 partages

Voarohirohy ho naniratsira mpitondra… : Nidoboka am-ponja i Stefano, mpanao facebook

 Tsy niandry ela.  Nosamborin’ny polisin’ny ”Brigade criminelle” ny zoma teo, niakatra fampanoavana ny asabotsy, ary naiditra am-ponja vonjimaika (MD) taorian’iza ny ity lehilahy ity. Haingana dia haingana ny fanadihadiana sy famotorana an’i Stefano, ilay voarohirohy ho naniratsira mpitondra tao anaty facebook.

Niakatra fitsarana, ny asabotsy maraina teo tetsy Anosy Andrianjanaka Andriniaina Frederick na i Stephano noho izy ahina  ho voarohirohy ho nanakiana sy  niteny ratsy ny fitondrana sy ny mpitondra  tany anaty facebook.  Nidoboboka am-ponja vonjimaika  (MD) avy  hatrany izy taorian’ny fakana  am-bavany azy. Nialohavan’ny fidinan’ny eo anivon’ny borigady misahana  ny heloka bevava (BC)  teny an-tranony ny alakamisy 7  desambra teo, izany. Nosavaina avokoa ny efitrano  rehetra ary  nentina ireo fitaovana samihafa, toy ny ordinatera, ny finday sy ny puce… Notanana sy natao famotorana naharitra tetsy amin’ny BC Anosy izy ary izao niafara amin’ny MD izao.  Nafenina tanteraka tsy  ho  hitan’ny rehetra efa niandry tety ivelany, miaraka amin’ny  sora-baventy,  ny fomba namoahana azy  tetsy amin’ny fitsarana. Navoaka tany amin’ny vararavarana any ambadika  ary nentina avy hatrany eny amin’ny fonjan’Antanimora,  miandry ny  fitsarana azy.

”Antsakabary, Claudine, Villa  Elisabeth, 26 jona…”

 Hita taratra  fa  tena nihazakazaka be ny raharaha ary haingana tokoa… rehefa manohintohina  ny mpitondra na  ny  fitondrana. Nanomboka  tamin’ny  fisavana sy ny fisamborana  ary hatreny amin’ny fitsarana…  Firifiry anefa ireo tranga na efa sarona am-bodiomby izao aza na ahina ho nanao heloka manoloana  ny fitoriana  na fitarainan’ny  olona fa na maharitra sy  ela izany na koa very  an-javony  sy tsy misy tohiny. Tahaka  izany koa ny ”Raharahan’ny 26 jona 2016” tetsy Mahamasina. Namoizana ain’olona sy ra  nandriaka  saingy hivalona ihany ity ny  taona. Vitavita  ho  azy,  tsy mba haingana ny fitadiavana ny marina sy ireo nahavanon-doza. Tahaka izany koa  ireo olobe na mpitandro filaminana sy mpitondra  na  mpanao politika akaiky ny fitondrana.  Ohatra,  ahina hivalona  hiaraka amin’ny taona ny ”Raharaha Antsakabary”, nambara fa ”adala” ny nandoro ny tanàna iray manontolo.  Eo koa ny ”Raharaha Razaimamonjy Claudine”, tsy misy tohiny hatramin’izao  nefa voarohirohy amin’ny fanodinkodinam-bolam-bahoaka… Io koa izany izao ny ”Raharaha Villa Elisabeth”. Mangingina tsy hay hoe hatraiza  sy rahoviana ?

Anatra ho  an’ny rehetra… 

Etsy andaniny, matoa miseho ny tahaka  itony ataon ’i Stephano anaty facebook itony, misy lonilony sy tsy fitiavana tanteraka ao ambadik’izany manoloana ny  tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra.  Ny hirifirin’ny fahasahiranana sy ny fahantran’ny vahoaka… Kivy sy leo ary tofoka  na miharitra anaty ny sasany.  Eo  koa ny fankahalana… Tokony  hampandinika izany  fa  tsy hohanina  am-bolony fotsiny.  Tsy mety koa anefa raha aseho amin’ny ompa na  teny ratsy izany fa misy fetra ny fahafahana  sy ny  fahalalahana miteny  na maneho hevitra. Voafetry  ny  lalàna sy ny  fitsipiky ny fiarahamonina  ary koa  ny kolontsaina izany ka tokony  ho anatra ho an’ny  rehetra.

Randria

 

News Mada0 partages

Lapan’ny Faritra Atsinanana : Lasa fanarian-jaza

Hatairana ny an’ireo olona nandalo tao ambadiky ny lapan’ny Faritra Atsinanana, ny asabotsy tamin’ny 12 ora antoandro raha nahita zazarano tao amin’ny sisin’ny lapan’ny faritra. Araka ny fahitana azy, zaza nesorina manodidina ny valo volana eo ho eo ity nisy nanary ity. Tsy hita kosa izay nanjavonan’ny reny nahavanon-doza izao. Ny asabotsy teo ihany, niteraka resabe teo anivon’ny fiarahamonina ao Toamasina ity tranga mampalahelo ity. Tao ireo nanome tsiny ilay renin-jaza nahavita izao fihetsika mamoafady izao. Niitatra hatrany anaty tambajotra sosialy aza izany fa hoe mifono hevitra ho an’ny mpitantana ny faritra Atsinanana sy ny fitondrana amin’izao fotoana izao ny raharaha toy izao. Sarotra ny fiainana ka tsy manana herijika hamelomana zaza intsony ny Malagasy sasany ka aleony esorina. Misy antony manokana matoa ety amin’ny lapam-panjakana no nosafidian’ilay olona nametrahana ilay zazarano. Ekena fa eo ny fahasahiranana sy ny lafiny kajikajy ara-politika, melohin’ny lalàna ny fihetsika feno habibiana famonoana olona toy izao. Tsy fidiny ho an’itony zaza itony ny niforonany tao an-kibon-dreniny. Noho izany, manana adidy goavana amin’ny fiantsorohana azy ny ray aman-dreniny fa tsy avadika resaka hafa ny raharaha na eo aza ny fahasarotan’ny fiainana.

Sajo

News Mada0 partages

Sambava : Vehivavy nahatrarana bala “calibre 12” miisa 219

Saron’ny zandary tao Sambava ny herinandro lasa teo ny vehivavy iray nitondra balana basim-borona “calibre 12” miisa 219. Tratra tao anaty taksiborosy mampitohy an’i Sambava sy i Vohémar ity renim-pianakaviana nikasa hanao trafikana fitaovam-piadiana ity…

 Noraisim-potsiny! Tratra tao amin’ny fokontany Ampanefena nandeha taksiborosy mampitohy an’i Sambava sy Vohémar ity renim-pianakaviana voarohirohy ity. Nahazo loharanom-baovao ny zandary ka nosakanan’ny “brigade police de la route” na BPR Sambava ilay taksiborosy. Natao ny fisavana toy ny asa fanaon’izy ireo andavanandro ny mpandeha rehetra tao anaty fiara. Somary hafahafa anefa ny fihetsik’ilay renim-pianakaviana satria mahimahina ka vao mainka nisarika ny sain’ireo zandary ireo hisava misimisy kokoa ny entana rehetra nentiny ka nahatrarana ireo fitaovam-piadiana miisa 219 ireo. Tsy nananany taratasy fitazonana na fitaterana ireto bala marobe ireto. Notazonina miaraka amin’ilay entany ao amin’ny BPR Sambava io vehivavy io sy ny bala nentiny ary nomena ny “Groupe d’appui à la police judiciaire” ao amin’ny vondron-tobim-pileovana zandarimaria Sava ny fisahanana ny famotorana.

Fa lehilahy iray koa nahatrarana basy Kalachnikov iray nisy bala roa tao Ambotry, fokontany Ataka, kaominina ambanivohitra Sahatona, distrikan’Ambohimahasoa, ny herinandro teo ihany. Ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Ambohipihaonantsoa no nahasambotra ity lehilahy ity. Notazonina nanaovana fanadihadiana ilay voarohirohy ity.

Manamafy hatrany ny zandary fa maro ireo basy mahery vaika mbola karohina amin’izao indrindra tamin’ireny raharaha politika tany aloha ka nampiparitaka ireny fitaovam-piadiana ireny. Miezaka hatrany ny zandary amin’ny fikarohana azy ireny.

Jean Claude

Nanapakevitra ny teo anivon’ny Governemanta nandritra ny filankevitry  ny minisitra ny herinandro teo fa hatao “biométrique” koa ny fahazoan-dalàna mitazona sy mampiasa fitaovam-piadiana natokana ho an’ny sivily, sokajy (2ème et 3 ème catégorie)

News Mada0 partages

Tratra ilay lehilahy misandoka ho mpiasan’ny “centre immatriculateur”

 Efa nahatratra hatrany amin’ny 12 tapitrisa Ar ny vola efa azon’ity lehilahy iray nisandoka ho mpiasan’ny ivontoerana mpamoaka ny laharan’ny fiarakodia “centre immatriculateur”. Voasambotry ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Itaosy ny herinandro teo ity lehilahy mpisoloky ity. Milaza izy fa mpiasa ao amin’io ivontoerana io ka maka antontan-taratasy sy volan’olona mba hanaovany izany taratasina fiara na fahazoan-dalana mamily fiara. Tsy hita intsony anefa izy aorian’izay. Maro ireo olona efa nitory azy na teny amin’ny zandary na teny amin’ny polisy. Manentana ny mponina hatrany ny zandary mba hanatona avy hatrany ny birao rehefa misy liana izany fa tsy hatokitoky ireny olon-tsy fantatra ireny.

J.C

News Mada0 partages

Antananarivo : mbola hitohy ny oram-baratra mandritra

“Ny andian-drahona ao amin’ny lakandranon’i Mozambika no mitondra sy manome vahana ny oram-baratra miseho amin’izao fotoana izao”, hoy ny teknisianina misahana ny famantarana ny toetry ny andro, eny Ampandrianomby omaly. Ho an’ny eto Antananarivo manokana, hitohy ny oram-baratra ao anatin’ny telo andro manaraka ka rahampitso sy ny alarobia no hatevina ny rotsak’orana. Hahazo orana koa ny tapany avaratry ny Nosy rehetra sy ny ilany atsinanana iray manontolo ao anatin’ny telo andro ihany. Ny tapany atsimo kosa, ho maina raha ny tombana avy eny Ampandrianomby.

Ny alakamisy vao mety hisy fiantraikany amin’ny toetry ny andro eto amintsika ny faritra andro ratsy ao amin’ny ranomasina Indianina izay arahi-maso ny fivoarany. Roa ka hatramin’ny efatra ny isan’ny rivodoza tombanana hahakasika an’i Madagasikara amin’ity fotoam-pahavaratra ity ka mety ho voasokajy ho rivodoza na rivodoza matanjaka ny roa.

Ny volana janoary taona 2018 no ahina ny fiakaran’ny rano hitarika tondradrano amin’ny faritra maro, araka ny tomban’ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro.

Vonjy A.      

News Mada0 partages

ONN : Mitaky ny tambinkaramany ny ACN, ny mpanentana

 « Izahay mpiady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo indray ny tratry ny tsy fanjarian-tsakafo », hoy ny nambaran’ireo solontenan’ny « Agent de communautaire de nutrition » (ACN) sy ny mpanentana samihafa miara-miasa amin’ny « Office national de nutrition » na ny ONN. « Fanamafisana ny fangatahana ny fandoavana ny tambin-karama (taona 2011 – 2012 – 2013 – 2014) sy ny « avance carburant » ho an’ny mpanentana sy ny RDP ary ny « avance démonstration culinaire » (DC) ho an’ny ACN »,  hoy Rasolofoson Aina, mpanentana eo anivon’ny tetikasa.

Nantitranterin’ireto mitaky ny zony ireto fa « na notsinontsinoavina nandritra ny taona maro aza izahay, nanatanteraka antsakany sy andavany ny asa sy ny lamina notakiana taminay ».

Nambaran’izy ireo tamin’izany fa « na teo aza io olana io, nekena ny fanaovana « avance carburant » sy ny « démonstration culinaire ». Fampandehanana ny asa amin’ny ankapobeny eny anivon’ny toby. Fanohizana ny fakana sy fanaterana maimaimpoana ireo tatitra eny amin’ny ORN nandritra ny volana jona ka hatramin’ny volana oktobra 2017 na efa tapitra tamin’ny volana mey teo aza ny fiaraha-miasa tamin’ny tetikasa « Pausens ». Fanaterana ny moto na izahay mpanentana aza no nandoa ny lany rehetra tamin’ny fikojana nandritra ny volana jona ka hatramin’izao nanaterana azy izao ».

Nanamafy ireto mpiasa ireto fa efa mby an-koditra ny fiantraikan’ny tsy fahazoan’izy ireo ny tambinkarama sy ny « avance carburant » ary ny « avance DC », noho izany,  hivoaka amin’ny fanginany amin’izay izy ireo. Nanome fe-potoana ry zareio ireto ka raha tsy mivaly manontolo ireo fangatahana ireo, « hampiakatra ny raharaha amin’ny dingana ambonimbony kokoa izahay ».

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

“Rano Soa” : Sorohina tsy ho tototra ny tanimbary

Tafajoro, ny 6 desambra teo, ny “Vovonana Alaotra Rano Soa”, ivondronan’ny Federasiona mpiaro zetra, mpanjono ary mpampiasa rano, ankoatra ny mpandrary, sns. Vovonana mampiray ny mponin’Alaotra eo amin’ny fiarovana ny tontolo iainana sy asa fivelomana ary ny kolontsaina sihanaka. Izay no fanamby. Koa adidy lehibe ny fikarakarana ny farihin’Alaotra 19.971 ha sy ny zavaboahary ao aminy, ny zetra  27.000 ha manodidina sy miaro ny farihy tsy ho tototra, ny tanimbary 117.000 ha miampy 54.586 ha miparitaka ivelan’ny morona,  maha sompitra ny faritra.

Ny olana, mihasimba tsy azo antenaina hivelomana sy hamokarana intsony ny tontolo iainana, satria  mora mikoa ny karazana nofon-tanin’ny sahandriaka ka mihakely ny rano ao am-parihy,  mihatototra ny tanimbary ka tsy mamokatra intsony… Manampy trotraka ny fiovan’ny toetr’andro.

Tsy voaresaka loatra ny fitombon’ny mponina sy mampitombo ny tsy an’asa, antony iray mitarika ny tsy fanajana fotoam-panjonona sy fandorona zetra hatao tanimbary ary manetsa “vary jeby” anaty farihy. Goavana ny fanamby noraisin’ny “Vovonana Alaotra Ranosoa” tarihin-dRazafindravelo Rabenindrina. Mila mahasahy  manao dingana goavana mitaky ny  hanajariana ireo tanety mipetra-potsiny ho azo volena ; hialana ny voly  vary jeby anaty farihy manapotika zetra. Nahagaga moa fa toa tsy voaasa ireo manao io fomba fambolem-bary io.

Rarivo

News Mada0 partages

fambolen-kazo 2018 : Kesika 1.700 sy kininina 700 fototra no nambolena

Nosokafana, tamin’ny fomba ofisialy ny asabotsy 9 desambra lasa teo, tao amin’ny fokontany Analatsara distrikan’i Moramanga, ny taom-pambolen-kazo 2018. Zana-kazo kesika 1.700 sy kininina safiotra 700 no indray novolena, tamin’ny velaran-tany 20 ha, notarihin’ny praiministra Mahafaly Solonandrasana Olivier, nisolo tena ny filohan’ny Repoblika. Teny filamatra, tamin’ity ny hoe :“Fambolen-kazo mahomby, antoka ho an’ny fihariana maharitra ara- toekarena”.

Nambaran’ny praiminisitra fa “laharam-pahamehan’ny fanjakana ny fambolen-kazo ary adidin’ny Malagasy rehetra. Fisorohana sy fiadiana amin’ny voka-dratsin’ny fiovaovan’ny toetr’andro, izay mahatonga ny tsy fahampian’ny rano  mamatsy ny tanàn-dehibe maro”. Miteraka voka-dratsy izany, toy ny tsy fahampian’ny vokatry ny fambolena any amin’ireo tantsaha sy ny fahatapahan-jiro matetika, noho ny tsy fahampian’ny rano manodina ny motera mamokatra herinaratra. Nanamafy izany ny minisitry ny Tontolo iainana, ny Dr Ndahimananjara Johanita, izay nanentana mba tsy handoro tanety, izay fototra manimba ny tontolo iainana.

 Torcelin

News Mada0 partages

Veloma farany… : Nampihetsi-po an’izao tontolo izao i Johnny Hallyday

Olona antapitrisany. Vahoaka nitomany, nitehaka, nihira, niantso mafy ny anaran’i Johnny, sns ! Tsy tao Paris, Renivohitr’i Frantsa ihany fa saika nanerana izao tontolo izao. Nisy rahateo ny fampitana izany tamin’ny televiziona maro maneran-tany.

« Johnny ! Johnny ! Johnny !… » ! Nahatratra 800.000 ka hatramin’ny 1 tapitrisa ny olona nanao veloma farany ny nofomangatsikan’i Johnny Hallyday, tao Paris ny asabotsy 9 desambra teo, raha ny nambaran-dry zareo avy ao amin’ny prefektoran’ny polisy any an-toerana. Hipoka tanteraka na ny Champs-Elysées na ny Place de la Concorde na teo alohan’ny fiangonana Madeleine. « Motards » miisa 700 no indray tazana tamin’ity fanaovam-beloma ity.

Ankoatra ny fianakavian’ity mpanao rock malaza ity, tonga nanao veloma farany azy ihany koa ny filoha  frantsay, François Hollande sy i Nicolas Sarkozy ary i Macron. Ity farany izay nilaza fa tsy mpanakanto fotsiny i Johnny fa tena namana tokoa.

Fantatra fa nanainga, omaly maraina, nihazo ny Nosy Saint-Barthélemy (Antilles française) ny fiaramanidina Boing 757 nitondra ny nofomangatsiakan’i Johnny Hallyday. Toerana izay hanatanterahana ny fandevenana azy anio.

Taorian’ny teny nataon’ny Mgr Benoist de Sinety, anisan’ny nampihetsi-po olona maro ihany koa ny fahitana ireo mpitendry zavamaneno niaraka tamin’i Johnny Hallyday nanatanteraka ny hiran’ity mpanakanto ity. Ankoatra izay, nisy ihany koa ireo tsiahy nentin’ireo namany akaiky ho fahatsiarovana ny fiarahan’izy ireo, indrindra teo amin’ny lafiny zavakanto sy ny fiarahamonina. Maro ireo nanaiky fa tena kanto sy fatratra tokoa no nilalaovan’ireto mpitendry zavamaneno ireto ny hira nohirain’ity mpanakanto malaza nodimandry teo amin’ny faha-74 taony ity.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Basket-N1A : SBBC et ASCB se partagent le gâteau

Domination sans partage des équipes de la ligue de Boeny au championnat national N1A qui a pris fin, hier, au palais des Sports de Mahamasina.

Chez les hommes, l’ASCB a confirmé tout le bien qu’on pense d’elle, en remportant son deuxième titre majeur, après la Coupe du président, pour sa première saison dans la division reine. Livio et sa bande ont montré leur supériorité face à l’autre équipe de Boeny, SBBC, qu’ils ont dominée pour la seconde fois après leur succès lors de la finale de la Coupe du président.

L’ASCB rejoint donc la GNBC dans l’histoire de la N1A après son doublé Coupe du président et championnat national.

La SBBC sauve la mise en remportant pour la deuxième fois, après 2016, le titre de championne de Madagascar dans la catégorie féminine aux dépens de MB2All. Un retour au premier plan pour cette équipe après avoir vécu une saison 2017 en N1B  suite à

sa séparation avec Sebam. Et une fois de plus, Lydia et ses coéquipières ont fait parler leurs expériences pour venir à bout d’une jeune équipe de MB2All. Un conflit de génération qui a tourné à l’avantage des ainées.

Naisa

Résultats des finales :

Hommes:

ASCB Boeny-SBBC Boeny: 71-65

Dames :

SBBC Boeny-MB2All Analamanga : 71-63

News Mada0 partages

Foot : Le cas d’Atsimo Andrefana fait polémique

Réponse du berger à la bergère. Les jeunes représentants de la ligue régionale de football d’Atsimo Andrefana ont émis leur avis à propos des élections des présidents de ligue dans cette localité.

« Nous exigeons l’application des lois en vigueur pour la suspension des candidats n’ayant pas rempli les conditions nécessaires par rapport au code électoral. Le secrétaire général de la ligue d’Atsimo Andrefana a bien fait de camper sur ses positions et d’aviser la Commission nationale électorale et la Commission de recours portant sur l’annulation de l’accusé de réception de Raherisoa et la confirmation de la retenue des seuls dossiers de candidature selon le guide électoral », a déclaré le président de l’association des jeunes d’Atsimo Andrefana,  Tsimiolamaro, dans un communiqué.

D’après le code, Gabriel Ramahavita et Régis Randrianantenaina sont les deux seuls candidats ayant reçu un accusé de réception de la part du secrétaire général susmentionné. « Nous demandons ainsi aux personnes concernées de ne pas véhiculer des rumeurs à propos de ce scrutin », a-t-il poursuivi.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Flambée du prix de la vanille : Forte inquiétude des professionnels de la filière

La vanille en gousse se négocie actuellement au-dessus des 700 dollars. Une situation qui, pour les professionnels de la filière, est préoccupante. Les entreprises de cette filière sont confrontées à une offre limitée de matière et à un prix d’achat très élevé.

Le cours de la vanille a été multiplié par huit de 2014 à 2017. Une infographie du magazine BFM Business, publié le 1er décembre dernier, montre que le prix du kilo de la vanille de Madagascar a atteint le prix astronomique de 700 dollars (plus de deux millions d’ariary) contre 90 dollars en début 2014. Par ailleurs, la vanille en gousse se vend entre 550 et 600 euros le kilo sur le site de la société française distributeur de vanille « Le monde de la vanille ». Ces deux dernières décennies, le prix de l’épice fait les montagnes russes : 400 dollars le kilo en 2003, 30 dollars en 2005, le prix le plus bas, autour duquel il a végété pendant une dizaine d’années.

Les productions stagnantes ou en baisse à Madagascar, qui assure 80% de la production mondiale, sont citées comme cause de cette hausse exorbitante et sans précédent aux yeux des opérateurs de l’industrie de l’arôme et des restaurateurs. La production mondiale demeure jusque-là dépendante de Madagascar dont la production se trouve désorganisée par la récolte précoce, la spéculation et des aléas climatiques.

Offre en baisse

« Aujourd’hui, cette situation est préoccupante. Les entreprises de cette filière sont confrontées à une offre limitée de matière et à un prix d’achat très élevé », a indiqué Olivier Touzalin, président du Syndicat national des transformateurs de poivres, épices, aromates et vanille (SNPE France) à BFM Business.

Depuis 2015, l’on estime à 3.000 tonnes, la demande de vanille naturelle. Cependant, la hausse du prix a provoqué, ces dernières années, une baisse de 30% de l’offre, selon un opérateur local. La Grande île prévoit d’exporter entre 1.400 et 1.500 tonnes de gousses préparées pour cette campagne contre 1.300 tonnes en 2016. L’Inde, l’Indonésie, la Papouasie Nouvelle Guinée complètent la demande sur le marché international.

Quid de la production et des cours ?

Quand le prix de la vanille flambe, les glaciers et pâtissiers, artisans comme industriels, frémissent… Cette situation tendue du côté de l’offre contraint en quelque sorte les industriels à se mobiliser pour remettre sur pied une filière de production. « Compte tenu du prix actuel, certains professionnels peuvent être contraints de renoncer à un ingrédient naturel de base de la cuisine, devenu inabordable », a expliqué en outre Olivier Touzalin. Et si les industriels veulent conserver l’ingrédient, ils recourront à ce qu’ils appellent « reformulation ». La reformulation survient quand les opérateurs décident d’abandonner la vanille naturelle et d’opter pour des produits de synthèse.

Et face à une certaine pénurie, le premier risque pourra venir des autres pays producteurs qui augmentent actuellement leur production, pour pouvoir profiter également de ce prix très élevé. Au final, le marché sera confronté dès la prochaine campagne à une surproduction, provoquant une  nouvelle chute des prix qui sera bien évidemment fatale à la filière.

Arh.

 

News Mada0 partages

Lutte anticorruption : Les responsables étatiques réticents

Beaucoup reste à faire. C’est le constat général des principaux acteurs dans la lutte anti corruption à Madagascar. Les responsables étatiques figurent en première ligne.

Les défis sont encore nombreux dans la lutte contre la corruption, que ce soit en matière de sensibilisation ou de volonté politique des responsables. En janvier dernier, l’ONG Transparency international,  a d’ailleurs indiqué que Madagascar se situe à la 145e place sur 176 pays en matière de corruption, soit dans la queue du peloton. Dans son rapport sur le respect des droits politiques et des libertés civiques dans le monde pour l’année 2017, l’ONG Freedom House a aussi mis l’index sur «la corruption et le manque de responsabilité du Gouvernement, qui demeurent problématiques».

«Cette année les Nations unies ont développé une campagne globale, soulignant l’impact de la corruption sur le développement économique et social. Pour Madagascar, cette journée se commémore dans un contexte national caractérisé par des scandales de corruption ou de malversations diverses, doublés d’une impunité persistante». Cette déclaration est du directeur général du Bureau indépendant anticorruption (Bianco), Jean-Louis Andriamifidy, samedi dernier, pour marquer la Journée  internationale de la lutte contre la corruption.  Il a aussi souligné que les défis demeurent encore importants et cela nécessite la contribution de tous les acteurs, à savoir les gouvernants, la justice ou encore les citoyens. «Pour les gouvernants, il faut faire preuve d’une volonté politique réelle en faisant de la Lutte contre la Corruption une cause nationale et de l’application effective de la Loi Anti-corruption une priorité absolue», a par exemple indiqué le directeur général du Bianco.

Déclaration de patrimoine

La lutte contre la corruption est d’autant plus complexe qu’elle touche, souvent, des personnalités haut placées. Comme c’était le cas lors de l’arrestation de la femme d’affaires Claudine Razaimamonjy.  A cela s’ajoute la réticence des responsables étatiques à déclarer leur patrimoine. La loi 2016-202 régissant la lutte contre la corruption stipule que «l’obligation de déclaration de patrimoine et d’intérêts économiques doit être faite dans les trois mois qui suivent la nomination ou l’entrée en fonction. Elle doit être renouvelée tous les deux ans (…)» et que «Sera punie d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 50 à 200 millions d’ariary, toute personne assujettie (…) qui, deux mois après un rappel dûment envoyé par le Bianco (…), sciemment, n’aura pas fait de déclaration de son patrimoine ou aura fait une déclaration incomplète, inexacte ou fausse (…)». Sauf que les responsables en question trainent les pieds dans cet exercice.  Récemment encore, lors d’une conversation téléphonique, un responsable auprès du Bianco a fait savoir que deux sénateurs n’ont pas encore fait cette déclaration.

Le bureau entend en tout cas intensifier la lutte contre ce fléau. A ce titre, comme l’a fait remarquer le numéro un du Bianco, des acquis ont été déjà engrangés sur le plan législatif, institutionnel et opérationnel, notamment, l’adoption des textes de la mise en œuvre de la Stratégie nationale de la lutte contre la corruption et des décrets d’application de la Loi anti-corruption, le début de la mise en place des Pôles anti-corruption ainsi que l’intensification des activités d’éducation et de prévention à travers une approche sectorielle. Sur ce point, il est noté que le Pôle anti-corruption pour la capitale sera mis en place en début de l’année prochaine, après plusieurs reports des appels à candidatures des membres. «Les membres sont actuellement connus. Leur nomination attend justement l’officialisation par le Conseil supérieur de la magistrature», a fait savoir  la ministre de la Justice, samedi dernier.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Beach-volley : La traversée du désert se poursuit

Et de deux ! Pour la deuxième saison consécutive, le beach-volley est privé de championnat national. Alors que les dates du 16 et  du 17 décembre ont été fixées par la Fédération malgache de volley-ball (FMVB) pour organiser la joute nationale cette saison, aux dernières nouvelles, le rendez-vous est annulé.

Les beach-volleyeurs devront attendre la saison prochaine pour renouer avec le championnat de Madagascar. En effet, la FMVB a «finalement» préféré attendre 2018 pour organiser le prochain sommet national, plus précisément, les 3 et 4 février à Toamasina.

« Pour des raisons d’organisation et de préparation de la Coupe des Nations de la zone 7, qui aura lieu à Maurice les 24 et 25 février 2018, nous avons décidé de reporter le championnat de Madagascar », a fait savoir le président de la FMVB, Jocelyn Andriamandimbisoa.

Ce sera l’occasion pour la fédération de superviser les éléments qui composeront la sélection nationale malgache.

Après la débâcle face aux Mauriciens lors de la 1ère édition de la Coupe des Nations de la Zone 7, à Mahajanga, en 2016, Madagascar est attendu au tournant pour cette 2e édition, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes.

Naisa

 

News Mada0 partages

Echos du week-end : Une semaine pleine de surprises

Plusieurs évènements se sont tenus durant le week-end, entre autres, la huitième édition du Slam national ou encore le grand concert de Samoëla, sans oublier, bien sûr, le spectacle de Faniah. Dans la majorité, les surprises étaient au rendez-vous.

Vendredi dernier, Be Mozika a organisé un grand cabaret de Samoëla au Dôme RTA Ankorondrano, dans le cadre de la célébration de son 20e anniversaire de scène. Malgré la forte présence de Dame pluie, les fans ont massivement répondu présents au rendez-vous. Dans une ambiance chaude avec des jeux de lumières qui ont agrémenté davantage le spectacle, Samoëla a une fois de plus démontré son professionnalisme. Tout a été étudié de près, le son a été convenable et le choix des chansons interprétées, excellent. Accompagné de sa guitare, l’artiste a surtout mis en avant les tubes incontournables. Que ce soit au niveau de l’exécution technique ou sur le plan scénique, le groupe a assuré. Ainsi, dès qu’il interprétait un quelconque morceau, le public se mettait toujours à l’unisson.

Une belle performance  pour Faniah

Pour la première fois, la chanteuse Faniah a présenté au grand public ses propres compositions issues de son premier album intitulé « Lavitra ahy », vendredi dernier, au complexe à Antanimena. En général, le public a surtout été séduit par sa prestation. Vêtue d’une robe rouge, elle a été bien entourée de jeunes et talentueux musiciens, entre autres, Andry Michaël… « Depuis le début de sa participation à l’émission Pazzapa dans les années 2000, nous avons toujours attendu ses propres morceaux et nous sommes agréablement surpris du résultat. Dorénavant, elle fait partie de la liste des grandes artistes interprètes malgaches », a annoncé Hoby Andriamasy, un spectateur présent lors du concert, vendredi dernier.

Double récompense pour Barry Benson Zafimahaleo

Le rideau est tombé sur la huitième édition du Slam national. Après une semaine de défoulement à travers plusieurs activités effectuées

dans divers sites de la capitale, l’association Madagaslam est satisfaite du résultat et surtout du concours national, dont

la grande finale s’est tenue, samedi dernier, à l’Institut français de Madagascar (IFM). Le jeune et talentueux Barry Benson Zafimahaleo est sacré champion national 2017 et

le groupe venu d’Antsirabe remporte le premier prix dans la catégorie équipe. Double récompense pour le jeune slameur parce qu’il appartient aussi à l’équipe d’Antsirabe. Ainsi, il représentera notre pays lors de la Coupe du monde de Slam qui se déroulera à Paris, au mois de mai prochain.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Chronique : Quel âge avez-vous ?

Un salon de massage de la capitale recrute. L’annonce est faite au vu et au su de tous, littéralement.  A l’entrée du salon de massage il est écrit que l’on demande des jeunes femmes de 18 à 21 ans. On comprend qu’une jeune fille de moins de 18 ans ne puisse postuler pour être masseuse. On se posera plus de questions sur l’âge de la retraite de la masseuse. 21 ans, ce n’est tout de même pas l’âge canonique…

Le saviez-vous ? C’est le droit canon qui définissait l’âge canonique de 40 ans, minimum requis pour entrer au service d’un homme d’église en tant que cuisinière ou aide ménagère. On considérait que la compagnie d’une quadragénaire ne porterait aucun préjudice au vœu de chasteté du curé. Mais dans les salons de massage, la chasteté n’est ni un vœu, ni un principe. Chut, il ne faut le dire. Officiellement, nous sommes très à cheval sur les questions de l’âge.

Chaque année, on rappelle aux parents, aux enseignants et aux élèves que passer un examen national est une chose très sérieuse. Sans doute. Mais pour gagner quelques années de frais de scolarité, on n’hésitera pas à présenter son enfant au CEPE en couche-culotte et au BEPC avec un sourire en dents de lait. C’est ainsi qu’on est bachelier à 12 ans. Tout s’éclaire…

On comprend mieux que 21 ans, l’âge de la majorité pour certains, soit aussi celui de la reconversion pour d’autres.

Dans un registre plus lugubre, la rubrique nécrologique est une très intéressante source d’information pour qui s’intéresse aux questions de l’âge. On y apprend qu’à Madagascar, 70 ans est un très grand âge et que 55 ans, c’est un âge moyen pour mourir.

Un ange passe…

Ces chiffres consternants ne nous empêchent pas de gloser sans fin sur l’âge requis pour accéder à la magistrature suprême parce que, dit-on, à 40 ans, on est trop jeune. Si dans les sociétés hyper-médicalisées où la mort est taboue, les trentenaires sortent à peine de la post adolescence, chez nous, on est grand-mère à 45 ans. Alors, président à 40 ans… On a passé l’âge canonique, pas vrai ?

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : Une industrie à créer dans la Grande Île (2) (Suite.)

Le Tamatave préconise l’utilisation des herbes et des textiles pour la fabrication du papier afin de préserver de la destruction nos forêts d’outre-mer. Or, la Grande Île en possède des quantités pour ainsi dire illimitées, restées jusqu’ici sans emploi et se renouvelant chaque année sans aucun soin. Quelques-unes de ces plantes donnent même deux récoltes par an, alors qu’une forêt abattue exige un demi-siècle pour se reconstituer.

La veille de la guerre, croyons-nous, un fabricant de papier de Grenoble, M. Bargès, à qui on ne saurait dénier quelque compétence en cette industrie, avait signalé les ressources inemployées des plaines malgaches et demandé leur utilisation pour la fabrication du papier. Malheureusement, il s’agissait d’un produit colonial. Il n’intéressait donc personne en France.

Le conflit actuel nous a, il est vrai, familiarisés un peu – oh ! bien peu – avec nos ressources d’outre-mer. Avant, il était parfois épineux et toujours vain de louer la Plus Grande France, de vanter les ressources que la métropole pouvait trouver dans ces lointains territoires. Ces esprits audacieux passaient pour des illuminés dont on raillait la folie quand on ne les considérait pas comme des aigrefins !

Cette mentalité paraît disparaître. On admettra donc peut-être aujourd’hui que les milliers de tonnes de pâte de bois reçues du Nord, en échange de notre or, peuvent être avantageusement remplacées par des tonnes de pâte d’herbes, fournie par notre empire d’outre-mer et ne nécessitant point, par conséquent, de payements à l’extérieur.

Toutefois, la présence, dans nos colonies, des herbes et textiles nécessaires ne suffit pas pour que la crise du papier soit conjurée. Nos possessions abondent ainsi en richesses inemployées dont les coloniaux réclament vainement le transport en France.

Dans le cas présent, il y a la question de préparation. Or, possédons-nous les usines indispensables ?

C’est ici une difficulté plus malaisée encore à résoudre que la question des transports que l’on s’occupe activement, à l’heure actuelle, de solutionner.

(À suivre)

G. Bertrand.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Hevitra mandalo : Resaky ny mpitsimpona akotry

Saika tsy laitran’ny zoto

Efa ravarava ny toe-karen’ny firenena any Zimbabwe, efa trotraka ihany koa ny vahoaka izay vao voaendaka teo amin’ny fitondrana ingahy Mugabe, izay na mamin’ny mponina aza tany am-piandohana dia nivarina any amin’ny fanjakazakana nandritra ny ampolo taona maro rehefa nandray ny fitondrana. Tsy nikofoka firy ny fikambanambe iraisam-pirenena teo anoloanan’ny fijalian’ny vahoaka. Ny ankamaroan’ny firenena dia nampiseho fiavonana tsy nifandray taminy. Ny Fikambanambe Afrikana dia tsy nikofoka fa nanao an’izany tranga izany toy ny tsy misy ary mbola nanome haja sy voninahitra an’ingahirainy araky ny maha filoham-pirenena azy. Tamin’ny fotoana nisian’ny krizy teto Madagasikara aza dia noho ny maha mpikambana an’i Zimbabwe ao amin’ny SADC dia anisan’ireo olombe mpikaroka vahaolana ingahy Mugabe.

Ny fikambanambe dia tsy tafavoaka amin’ny fihatsarambelatsihy, ny filamatra manjaka dia ny fijoron’ny fitantanana ao anatin’ny Lalampanorenana. Ny fomba nanongotana an’i Mugabe anefa tsy afaka lazaina hoe notanterahina tamin’ny fanajana ny Lalampanorenana, fa noho ny fampiasan’ny Tafika hery. Eto anefa dia tsara tsipihina ihany fa ny Lehiben’ny Tafika sy ny Etamazaoro no tompon’andraikitra tamin’izany fa tsy manam-boninahitra vitsivitsy nitarika karazana fikomikomiana. Na izany na tsia dia tsy manaraka ny fenitra voalaza ao anaty Lalampanorenana ny fanonganana na fandroahana Filoha. Tsotra re hoy ny toro-hevitra mangina avy amin’ny fikambanambe, tefitefeo ao ary ataovy izay ifanarahanareo fa kendreo ihany ny famonjena tavanandro toy ny tsy nisy ny fanitsakitsahana Lalampanorenana. Voaray 5/5 araky ny fitenin’ny miaramila amin’ny fomba famaliana rehefa nahazo teny midina.

Afaka ifanamboarana ny raharaha rehefa mifanaiky fa na ny peta-toko sy ny ankandasitra dia iarahana ekena ho tena izy. Tsy mikasika ny eto an-toerana intsony izany. Efa be izay ny andrakandrana nandamoka tsy niteraka afa-tsy ny fitomboan’ny fahasahiranana. Hany dingana andrasan’ny mponina izao dia ny fifidianana izay hitsapan’ny vahoaka ny tenany eo amin’ny fahaizany hanilika an’ireo vavany fotsiny ka hitsimpona an’izay afaka hitondra fanovana mba hahafahana mizotra any amin’ny tena fandrosoana. Efa velona ahiahy mialoha ireo miomana hilatsaka, matahotra ny fahiratan’ny vahoaka. Adinon’izy ireo anefa fa efa mitazana ny rehetra ka tsy ho sodokan’ny fitapitaka sy tetika maloto omaniny. Mety hitranga ny tena atao hoe fitsaram-bahoaka amin’ny faran’ny taona 2018, ary raha amin’io koa no misy famitaham-potoana dia mety mbola hahery setra kokoa ny valim-pitsarana.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : Pot de fin d’année

C’est reparti pour deux mois ! Deux mois où il faudra s’abstenir de fréquenter les administrations parce qu’on prépare les fêtes. Comme les jours de fête sont réservés à la famille de sang, on consacre le mois de décembre jusqu’au 24 à la famille des jours ouvrables. Pour festoyer avec les collègues et éviter les disputes en rentrant à la maison, on choisit précisément les heures de bureau pour le pot de fin d’année. Au nom du fihavanana, on prend soin de ne pas froisser les collègues du service voisin…Il ne faut pas moins de quatre vendredis pour satisfaire tout le monde. Et après ? Et après, il faudra présenter ses vœux pour la nouvelle année. A tous les services. Sans exception. Rendez-vous en février pour reprendre le travail.

 

News Mada0 partages

Changement climatique : La Grande île va doubler ses surfaces de reboisement

Madagascar ne cesse de renforcer ses résiliences face aux changements climatiques. L’augmentation de ses superficies de reboisement figure parmi les mesures adoptées allant dans ce sens.

Les impacts du changement climatique sont déjà réels à Madagascar. L’épisode de sécheresse dans différentes parties de l’île, l’insuffisance de précipitations qui a porté atteinte

à l’agriculture, ou encore le tarissement des sources d’eau qui a contribué à la diminution de la capacité de production en énergie à travers le pays…n’en sont que l’illustration.

Pour renforcer la capacité d’adaptation du pays à ce phénomène naturel, causé en grande partie par la dégradation de l’environnement, l’Etat compte doubler ses superficies de reboisement à compter de cette année. L’annonce a été faite, samedi dernier, à l’occasion de la cérémonie de lancement de la campagne de reboisement 2017-2018, dans le fokontany d’Analatsara, commune rurale d’Ambohibary, dans le district de Moramanga.

« A ce propos, les surfaces reboisées chaque année seront augmentées jusqu’à plus de 40.000 ha si celles-ci étaient à 25.000 ha l’an dernier », a fait valoir le ministre de l’Environnement, de l’écologie et de la forêt, le Dr Johanita Ndahimananjara. Le Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly,

a souligné à cette occasion : « Le reboisement, un moyen pour faire face au changement climatique, constitue une priorité pour le Gouvernement ».

Suivi et contrôle

Les efforts à déployer ne se limitent pas uniquement au reboisement, comme cela a été le cas depuis des années. Un système de suivi et contrôle permanent des jeunes plants, qui sont mis en terre, sera créé pour assurer une production répondant aux besoins à tous les niveaux, sans défricher les forêts naturelles. L’évènement a également été une occasion pour le ministère de tutelle et ses partenaires de renforcer les sensibilisations du public sur la lutte contre les feux de brousse, une des principales causes de la dégradation de l’environnement. Pour commencer cette campagne, sous le thème :

« Reboisement efficace, garant d’une économie durable », 1.700 pins et 700 eucalyptus ont été mis en terre à Analatsara, sur un terrain de 20 ha.

Fahranarison

News Mada0 partages

Lutte contre le trafic d’armes : Sept individus capturés

Dans le cadre de la lutte contre la dispersion d’armes à feu dans la Grande Île, un fusil Kalachnikov et d’autres armes ont été saisis par les éléments de la gendarmerie durant la fin de la semaine.

Principale cause de l’insécurité, dans la capitale ou dans les autres localités des provinces, le trafic d’armes demeure incontrôlable dans le pays. Les attaques à main armée successives, ayant eu lieu durant ces trois derniers mois où des pertes en vie humaine sont souvent notées, illustrent bien la situation. Pourtant, c’est une lutte permanente que les forces de l’ordre engagent dans la mise en place de la paix. Effectivement, dans le cadre de ce combat contre le trafic d’armes, les gendarmes ont effectué plusieurs arrestations vendredi dernier.

Ainsi, 5 individus ont été appréhendés dans la commune rurale de Farahalana, district de Sambava. À l’issue d’une fouille, les gendarmes ont retrouvé deux pistolets automatiques de fabrication artisanale et 6 balles de calibre 12. Quatre sacs de vanille ont également été retrouvés sur eux. Lorsque les villageois ont été mis au courant des arrestations, ils se sont rués vers le poste avancé de Farahalana dans l’objectif de s’emparer des bandits afin de les punir. Toutefois, les choses ne se sont pas passées comme ils le voulaient car les gendarmes ont déjà pris en main la situation en envoyant les bandits à la brigade de Sambava.

Une deuxième  arrestation a eu lieu dans la même journée, vers 11 heures. Une dame a été arrêtée à Ampanefena. En fait, à l’issue de la fouille du taxi-brousse Sambava -Vohemar qui l’a transportée, les gendarmes de la Brigade de police de la route (BPR) ont remarqué son comportement suspect. 219 balles de calibre 12 de fusil de chasse ont été retrouvées dans ses affaires.

Enfin, partant sur la base d’un renseignement, les gendarmes ont capturé également un individu à Sahatona, district d’Ambohimahasoa- Haute-Matsiatra. Ils ont saisi un Kalachnikov chargé de 2 balles sur le bandit.

Selon les informations recueillies, les armes utilisées par les bandits actuellement sont une partie des armes disparues durant la crise politique ayant eu lieu dernièrement. Les gendarmes font ainsi appel à chaque citoyen de collaborer pour la lutte contre l’insécurité.

Ando Tsires

 

Ino Vaovao0 partages

FANOMANANANA NY FIFIDIANANA 2018 : Nanolotra vola 1,2 tapitrisa dolara ny fitondrana amerikana

Fanohanana izay hanampy ny Céni sy ny fandraisan’anjaran’ny olom-pirenena amin’ny dingan’ny fifidianana ho avy izany. Nanambara araka izany  ny fitondrana amerikana ny alarobia teo fa hanolotra 1,2 tapitrisa dolara hanampiana an’i Madagasikara hanatontosa ny fifidianana malalaka, ara-drariny, mangarahara ary andraisan’ny rehetra anjara amin’ny taona 2018. Izany  dia famatsiana ho an’ilay fandaharana ahitana mpamatsy vola maro, tarihin’ny Fandaharan’asan’ny Firenena Mikambana ho an’ny Fampandrosoana  na ny Pnud sy natao hanohanana ny Vaomieram-Pirenena Mahaleo tena ho an’ny Fifidianana na Céni ary hanamafisana orina ny fandraisana anjaran’ny olom-pirenena amin’ny fifidianana ho avy.

“Ity famatsiana ara-bola ambara androany ity dia natao hanampiana ny Céni amin’ny fitantanana ny fifidianana ho avy, hanohanana ireo hetsika hanamafisana orina ny mangarahara ary hampitomboana ny fahatokisan’ny olom-pirenena ny dingan’ny fifidianana”, hoy Andriamatoa Robert Yamate, Masoivohon’i Etazonia eto Madagasikara, raha nanao ny fanambaràna tany amin’ny birao foiben’ny Céni.  “Vonona hatrany ny fitondrana amerikana hanohana ny fanjakana Malagasy sy ny Céni mba ho azo antoka fa fifidianana andraisan’ny rehetra anjara, tsy mitanila ary tena anehoana ny safidin’ny vahoaka Malagasy no ho tontosa amin’ny taona 2018.” araka ny nambarany hatrany.

Io famatsiana 1,2 tapitrisa dolara io no fanampiana betsaka indrindra nomen’ny Pnud hatreto hanohanana an’ireo zavatra ilaina maro ho an’ny fifidianana araka ny voatanisa ao amin’ny fandaharana Fanohanana ny Dingan’ny Fifidianana eto Madagasikara na Sacem.

Ny Sacem  dia vokatry ny fanombanana notontosain’ny Firenena Mikambana ireo zavatra ilaina ary io no fomba misongadina indrindra anampiana ny rindram-pifidianana eto Madagasikara sy hanamafisana ny fahaiza-manaon’ny Céni.  Hampiasaina io vola io hanomezana fanofanana momba ny fikirakirana sy lojistikan’ny fanomanana fifidianana, ho an’ireo mpiasa raikitra sy mpiasa an-tselika ao amin’ny Céni, na ao amin’ny birao foibe na any amin’ireo birao isaky ny faritany, faritra, distrika ary kaominina. Misy arak’izany ny famokarana sy fanapariahana fitaovana maro, toy ny boky kely momba ny fitantanana fifidianana sy fomba fanisam-bato, fandravonana ireo lalàna sy fitsipika mifehy ny dingan’ny fifidianana ary ny fandrafetana, fandaniana sy famoahana fitsipi-pitondran-tena ho an’ireo mpiasan’ny Céni misahana ny fifidianana. 

Farany, dia mbola hampiasana an’ilay vola ihany koa ny fampirisihana ireo fikambanan’ny fiarahamonim-pirenena hanohana ny fanomanana ny fifidianana, indrindra ho an’ny serasera, ny hetsika fanairana ary ny fanentanana ny isan-tanàna.Izany famatsiana izany dia azo tamin’ny alalan’ny Tahiry manokan’ny Birao misahana ny Demokrasia, ny Disadisa ary ny Fanampiana ny mponina na Dcha  ao amin’ny Sampanasa amerikana misahana ny fampandrosoana iraisam-prienena na Usaid, izay manohana ireo firenena mila miatrika fifidianana efa akaiky.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MINISITRA CHABANI NOURDINE : Baikon’ny mpanao aferam-bary hiaro ny tombotsoany

Mbola manaloka ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana Chabani Nourdine ny andraikitra nisy azy mialohan’ny naha voatendry azy ho minisitra. Izy izay efa filohan’ny Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar na Fccim. Mazava fa fiarovana ny tombontsoan’ny mpandraharaha ny asa niandreketany tamin’izany fotoana izany. 

Voasoratra mibaribary ao anatin’ny CV an’i Chabani Nourdine ny naha mpiaro ireo mpandraharaha azy tamin’ny alalan’ireo andraikitra notazominy. Izy rahateo izay sady mpandraharaha ara-toekarena.  Ny taona 2016, dia izy no filohan’ny Goedra na Groupement des Opérateurs pour le Développement Economique de la Région Anosy. Ny taona 2008 hatramin’ny 2011, dia i Chabani Nourdine no filohan’ny Antenimieran’ny varotra sy indostria tao amin’ny faritra Anosy sy Androy. Ny taona 2011 ka hatramin’ny 2016, dia izy no filohan’ny Fivmpafa na Fivondronan’ny mpandraharaha faritra Anosy. 

Ny volana septambra 2010 ka hatramin’ny avrily 2016 no naha filohan’ny Fccim azy. Izy voatendry minisitra no namarana ny andraikiny.

Manoloana ny fikaroham-bahaolana momba ny fiakaran’ny vidim-bary, dia hita ho manaloka ny minisitra Chabani Nourdine hatrany ny maha akaiky azy be loatra an’ireo mpandraharaha ka lasa sakana amin’ny fampidinana ny vidim-bary. Ny loharanom-baovao no nahalalana fa ny alarobia 6 desambra lasa teo, dia nahatratra vary amina gony maro tsy misy fakitiora ara-dalàna teny amin’ny lalam-pirenena faharoa tsy lavitra an’Antsarimasina ny Task force Toamasina misahana ny fanaraha-maso ny vidim-bary. Tsy niandry ela ny Task force  fa nisakana avy hatrany an’ilay fiara nitondra ireo vary ary nikasa hanageja an’ireo vary.

Ramatoa iray izay mpandraharaha no sady havana akaikin’ny minisitry ny varotra anefa no voalaza fa tompon’ireo vary halefa any Antananarivo ireo. Manoloana izany indrindra, nilatsaka ny antso avy tamin’i Chabani Nourdine hoe  : «  avelaonareo handeha izany vary izany  ». Ny loharanom-baovao hatrany no nahalalana fa tsy faly tamin’izao fihetsika izao ny Task force vary ao Toamasina. Tsy misy varany ny ady atao amin’ny fanaraha-maso ny vidim-bary sy fivezivezen’ny vary ao Toamasina raha io hatrany ny fomba fiasan’ingahy minisitry ny varotra.

Mazava izao fa ireo mpandraharaha vary sy mpanao aferam-bary no mibaiko ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana, Chabani Nourdine. Tsy sahy mangeja an’ireo mpandraharaha namany ny minisitra. Ireo mpandraharaha ireo izay sady misy havany rahateo. Mifankalala tsara izy sy ireo mpandraharaha noho ireo andraikitra nisy azy hatramin’izay. Sinema sy fisehosehoana sisa ny ambiny ka ny vahoaka malagasy no mizaka ny vokany.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

TSY FISIAN’NY DEMOKRASIA : Mitohy hatrany ny antsojay mahazo ireo mpiara-dia amin’i Andry Rajoelina

Raha tsiahivina dia anisany niharan’ny fanenjehana mivaivay ny loholona Lylison izay nolazaina fa mpanakorontana firenena ary nisy mihitsy aza tamin’izany fotoana no sahy nilaza fa mpampihorohoro ny tenany. Tsy azo hadinoina ihany koa ny fampidirana am-ponja ny minisitra teo aloha, Augustin Andriamananoro ary teny am-pandevenana ny fianakaviany izy no nosamborina tsy nananana antra. Ity farany dia noampangaina fa nitari-bahoaka hikorontana hatrany. 

Amin’izao fotoana izao indray dia tovolahy iray antsoina hoe Stephano, mpikambana ao anatin’ny fikambanana Cs-Anr izay miara-dia sy manohana an’i Andry Rajoelina no nidoboka am-ponja vonjimaika rehefa niakatra fitsarana ny faran’ny herinandro lasa teo. Araka ny vaovao voaray dia fanehoan-kevitra mahakasika ny raharaham-pirenena tao anatin’ny tambajotra sosialy “facebook” no nahatonga ny fanenjehana azy ka niafara tamin’izao fampidirana azy am-ponja izao. 

Dradradradraina anefa fa firenena mandala ny demokrasia noho ny fahafahana maheno hevitra ny eto Madagasikara. Raha ny zava-misy iainan’ny vahoaka anefa toa mifanohitra amin’izany tanteraka. Raha misy ireo maneho ny heviny ka tsy mifanaraka amin’ny an’ny fitondram-panjakana dia iharan’ny fandrahonana sy ny ramatahora tahaka izao. Tao anatin’ny fandaharana fotoam-bita dia nilaza ny Filoham-pirenena fa malalaka tsara ny fanehoan-kevitra eto Madagasikara saingy raha misy kosa ireo minia manakorontana ny filaminam-bahoaka dia tsy maintsy ampiharina aminy ny lalàna. 

Mampametra-panontaniana izany satria ny fanehoan-kevitra mahakasika ny tsy fahombiazam-pitantanan’ny mpitondra ve izany midika fa manakorontana saim-bahoaka, tsy misy mahazo maneho ny alahelony amin’ny zava-misy iainan’ny firenena ankehitriny izany. Fantatra moa fa efa maro ireo nampanantsoina nanaovana fanadihadiana teny anivon’ny mpitandro filaminana mahakasika ity fitsikerana ny mpitondra  tao anatin’ny tambajotra sosialy ity ary nisy tamin’izy ireo aza no naiditra am-ponja avy hatrany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FANDORANA BAJAJ : Mirehareha fa manana olona ambony ilay ananana trosa

Toa gisalahy homaketsa i ramatoa Cocodi ka izy indray no avo feo. Satria izy indray no mandrahona an-dramatoa Dadina, izay manana vola be aminy fa tsy hanefa io trosa be aminy io. Nisy anefa ny taratasy nifanarahan’izy ireo, araka ny vaovao azo avy any an-toerana. Nanamafy kosa ilay renim-pianakaviana sady mpandraharaha ity fa ara-dalàna ny fakany ireo tuctuc 11 nampidirina tao amin’ny tokotaniny ireo ary nitondra vaditany sy mpitandro filaminana izy tamin’io fotoana io. 

Taorian’ny fandorany ireo tuctuc enina dia nosamborin’ny Polisy ilay ramatoa nitaky ny trosany ity ka nandritra ny famotorana natao azy tao amin’ny biraon’ny Polisy ao an-toerana nilaza izy io fa tsy matahotra gadraina satria volany ihany io ary zakainy izay hatao azy. Nahakivy tanteraka io mpandraharaha vavy io ny didim-pitsarana nivoaka ny alarobia teo satria tsy ny fitoriana napetrany no nitsarana azy ireo fa ny famerenana ireo bajaj 11 nalainy. Voalaza fa tsy nisy resaka ny fanefana ny trosany nandritra ny Fitsarana natao. 

Hatreto, tsy fantatra ny hiafaran’ity raharaha ity fa andrasana ny ho tohiny. Samy mpandraharaha avokoa i Cocodi sy Dadina nifampitory tamin’ny fitsarana resaka tsy fanefana trosa ity, araka ny fampitam-baovao. Raha tsiahivina ny alarobia rehefa nivoaka ny didim-pitsarana tamin’ny Fitsarana tao Morondava dia resy i Dadina ka nentin-katezerana ary bajaj enina tamin’ireo 11 no nodorany ka kila forehitra tsy nisy azo noraisina. Harivan’io ihany dia nosamborin’ny Polisy tao an-tranony ity farany ary noentina natao famotorana tany amin’ny biraon’ny polisy tao an-toerana.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

MPAKA AN-KERINY : Telo mianadahy voasambotry ny zandary ny alakamisy lasa teo

Nitetika ny haka olona an-keriny teto Mahajanga izy ireo no izao sarona izao. voalaza fa any Toamasina sy Antananarivo no fanaovan’izy ireo io asan-jiolahy io ary  karana matetika no lasibatra. Loharanom-baovao no nahafantarana ny fisian’izy ireo teto sy ny teti-dratsiny.

Mbola nahatratrarana vola vahiny maromaro tany amin’izy telo mianadahy ireo ary miaraka amin’ny fiara tsy mataho-dalana Nissan Navarra  izy ireo. Efa ela no nitadiavan’ny zandary ao Antananarivo azy ireto, izay ao anatin’ny tambajotra mihitsy ka izao vao nisy tratra. Tsy navela nalain’ny mpanao gazety sary moa izy ireo satria nambaran’ireo zandary fa mbola misy namany karohina ka ny fahitana ny sarin’izy ireo anaty gazety dia mety hampiporitsaka ny namany. 

Nentina any Antananarivo avy hatrany izy ireo vao tratra satria any ho hanaovana ny fanadihadiana sy famotorana rehetra mikasika azy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Renim-pianakaviana iray maty tsy tra-drano voadonan’ny bajaj

Araka ny vaovao voaray dia avy nanatitra ny zafiny hianatra amin’io sekoly voalaza io ity renim-pianakaviana ity ka nofaohan’ilay bajaj ary maty avy hatrany. Araka ny nambaran’ireo nanatri-maso dia tena nandeha mafy loatra ilay mpamily bajaj ka nipitika niakatra ary nitontona mafy tamin’ny tany ilay ramatoa. Nitsoaka nilefa tsy hita hatramin’izao ora anoratana izao ilay mpamily nahafaty olona ity. 

Fantatra anefa ny momba azy satria tavela tao anatin’ny bajaj noentiny ireo antontan-taratasy mahakasika azy, toy ny fahazoan-dalana mamily fiara. Efa misokatra ny fanadihadihana ary efa mandeha ny fikarohana ilay nahavanon- doza.

Tovovavy iray naolan’ny mpamily bajaj

Amin’ny ankapobeny dia lasa fahazaran-dratsin’ireo mpamily bajaj nahavanon-doza tahaka izao ny mandositra rehefa avy mandona ka mahafaty olona. Ankoatra izany dia tsy vitsy amin’ireo mpamily bajaj no manana fihetsika tsy manara-dalàna. Tsy zava-baovao ny fahafantarana fa misy amin’izy ireo no mandrava sady miray tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy manafika ny mpandeha. 

Tahaka izay nitranga ny voalohan’ny herinandro teo dia tovovavy iray no naolan’ny mpamily bajaj no sady nalainy izay zavatra sarobidy teny aminy. Teo amin’ny lalana manakaiky ny kianja monisipaly no nisehoan’izany. Efa misy ny fametrahana fitarainana eo anivon’ny polisy mahakasika ity tranga farany ity sady efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika izany. Araka izany dia manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana isan-tsokajiny tandrify izany ny vahoakan’Antsiranana, mba handray fepetra hentitra amin’ireo mpitondra bajaj ireo fa efa mihoa-pampana ny fihetsika aton’izy ireo amin’ny mpandeha.

Matetika efa tsy mifidy andro na alina raha hanatanteraka ny asa ratsiny ireo mpitondra bajaj manana fahazaran-dratsy ireo. Anisany manimba endrika ny mpitondra bajaj izay tsy manao izany ny fihetsika tahaka izany ka ilaina fandraisana andraikitra.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TAONA 2017 - AMBOHIMANGAKELY : Kaominina fakan-tahaka amin’ ny fandoavan-ketra

Fantatra mantsy izao fa raha tamin’ity taona ity fotsiny dia maro ny vokatra azo ary azo sokajiana ho taonan’ny fahombiazana mihitsy. Nanaporofo izany ny famaliana ireo filan’ny vahoaka sy ireo laharam-pahamehana hahafahana mampandroso ny kaominina. Tafiditra ao anatin’izany, ohatra, ny fotodrafitrasa toy ny sekoly sy ny hopitaly. Ny fiaraha-miasa teo amin’ny kaominina sy ny fanjakana anefa no nahatanteraka ireo rehetra ireo. Saingy, isan’ny tena antony tsy ahitan’ny fiadidiana ny tanàna ny olana amin’ny lafiny ara-bola ny fahavitrihan’ny mponina amin’ny fandoavan-ketra, araka ny voalazan’ny ben’ny tanàna. 

Ho an’ny taona 2018 dia fantatra fa mbola maro ny hetsika sy asa mbola ho tanterahana fa tsy nijanona tamin’ity taona ity fotsiny ihany.

Hanangana tsena lehibe misy rihana

Araka ny fanazavan’ny ben’ny tanàna dia ny fahitan’ny vahoaka fa misy zava-bita sy mijoro no mahatonga ny fandoavan-ketra miroborobo be raha ao amin’ny kaominin’Ambohimangakely manokana. Etsy ankilany dia misy hatrany ny fanentanana sy ny fandresen-dahatra isankarazany ny amin’ny tokony handoavana ny hetra mba hampandrosoana ny tanàna. 

Ny fanamboaran-dalana, ny fampidirana rano fisotro madio, fananganana “centre de formation professionelle”, izay hiarahana miasa amin’ny fanjakana foibe, ny fananganana ny “commissariat de police”, ireo no isany mbola drafitra sy tetikasa miandry ny kaominina amin’izao fotoana izao. Ankoatr’izay dia misy ihany koa ny tetikasa ho fanitarana ny “Ceg” ao Ambohimangakely ary ny fanorenana ny tsena lehibe iray misy rihana. Tsara mantsy ny mampahafantatra fa isaky ny alakamisy ny tsena any an-toerana ary tsapa fa tena feno olona ny tsena rehefa amin’izany andro izany. 

Voambara ihany koa fa mandeha ny tetikasa fampidirana jiro amin’ny alalan’ny “Panneau solaire” any amin’ireo toerana samihafa tsy mbola misy herinaratra. Tsy tohin’ny faritra hafa fa mbola azo lazaina ho milamina ny ao Ambohimangakely raha ny lafiny tsy fandriampahalemana no asian-teny. Mba hanamafisana izany anefa dia misy hatrany ny ezaka famatsiana fiara ho an’ireo mpitandro  filaminana any amin’ity kaominina ity mba hahafahany manatsara ny asany.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

CSB MAHAJANGA : Tsy mety azo ny tambin-karaman’ny mpiambina sy ny mpizara fanafody

Hatramin’izao dia mbola tsy nahazo na parata izy ireo. Araka ny lalàna mantsy dia ny kaominina no mandoa ny tambin-karaman’izy ireo izay 40 000 ariary monja nefa miasa feno izy ireo no mbola iankinan’ny fampandehanana ny Csb ihany koa. Ny olana anefa dia ny fanapariaham-pahefana no tokony mandefa ireo vola ireo ao amin’ny kitapom-bolan’ny kaominina handoavana izay, fa tsy volan’ny kaominina madiodio. 

Tsy mandeha araka ny tokony ho izy ireo satria ny sampan-draharaha misahana ny fahasalamana tsy mahafantatra ny fahatongavan’ireo vola satria any amin’ny kaontin’ny kaominina no milatsaka ny vola nefa tsy am-pahalalana ny sampan-draharaha ny fahasalamana. Efa ho telo taona tsy misy mihitsy io vola io. Mialoha izany dia efa betsaka ireo mpiambina sy mpizara fanafody  no tsy nahazo tambin-karama mihitsy.... 

Mbola olana ihany koa ny habetsak’ilay vola. Tsy sokajiana ho karama akory ary tsy antsasaky ny karama farany ambany apetraky ny fanjakana nefa dia ora feno no iasan’ireo olana ireo na mihoatra. Tamin’ny nitantanan’i Claude Pages ny tanàna dia mpiasan’ny kaominina no nalefany nisahana ireo andraikitra ireo... 

Tamin’ny nitondran’i Dr Nirina kosa dia nasainy naloan’ny kaominina amin’ny volan’ny kaominina ireo tambin-karama ireo saingy tsy neken’ny tahirim-bolam- panjakana. Toy ny mitranga matetika dia ny lalàna mihitsy no olana ka mampametra-panontaniana indraindray amin’ny fahaiza-manaon’ireo mpanao lalàna eto amintsika.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY AO SAMBAVA : Tsy maharaka ny milina mamokatra herinaratra

Nilaza izy fa antony roa no mahatonga ny fiverim berenan’ny delestazy ao Sambava ka ny olana ara-teknika sy tsy maharaka ny filan’ny mponina ny milina mamokatra herinatra ka tsy maintsy ahena ny filana ao an-tampon-tanàna, hoy ihany i Rabe Antoine Hubert talen’ny orinasa Jirama. 

Voatery ampifandimbiasina ny any amin’ny Fokontany. Misy kosa ny toerana sasan-tsasany tsy azo tapahana noho ny fahamaizan’ny tariby ka miteraka fahasimbana ao amin’ny toby famokarana vokatr’izany, raha ny fanazavan’io Talen’ny Jirama io hatrany. Efa eo am-panamboarana ireo milina ahitana fahasimbana ny teknisianina any an-toerana ankehitriny ary miankina amin’ny vola ihany koa ny fahavitany, araka ny vaovao voaray. 

Mialoha ny fety ny tanjona hampiverina amin’ny laoniny na hahavitan’ireo milina misy fahasimbana ireo, hoy i Rabe Antoine Hubert ihany. Raha tsiahivina dia mandritry ny ora iray isan’andro no mahazo herinaratra ny mponin’i Sambava efa telo herinandro izay. Manoloana izany dia velon-taraina ireo mpanjifa tany an-toerana nandritra ny fotoana izay ary efa maro ny nampiaka-peo. Na ny Solombavambahoaka voafidy tao an-toerana i Zoky Vonjy dia nitaky fanazavana ary nanao antso avo tamin’ny haino aman-jery tsy miankina iray tao Sambava. Taorian’izany dia nivoaka tamin’ny fahanginany ny Talen’ny Jirama ao an-toerana ary nanampy fanazavana fa tsy midika ho tsy fanaovana tsinotsinona ny vahoaka akory izao zava-misy izao fa efa miezaka mandray ny andraikitra manandrify ny tompon’andraikitra.

Pounie

Tia Tanindranaza0 partages

Tojo fisavan’ny zandaryNavelan’ireo jiolahy ny sakaosy feno basy

Lehilahy telo no nandositra avy hatrany rehefa nifanena tamin’ny zandary avy ao amin’ny borigady Kianjandrakefona nanao fisafoana tao amin’ny tsenan’ny Fokontany Manaritsoa, Kaominina Mahasoa, distrikan’ Ambositra.

Navelany kosa ny sakaosiny, izay nentiny ka rehefa nosavana dia nahitana Basy Kalacknikov miisa 02 miaraka amin’ny bala miisa 44. Ny karam-panondron’ireo jiolahy izay tavela tao anatin’ilay kitapo no nahalalana ny momba azy ireo ka efa natao ny sava hao hikarohana azy ireo, ataon’ny zandarimariam-pirenena. Milaza kosa ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, fa miaro hatrany ny mponina no asan’ny zandary, ka manentana hatrany hatrany izy ireo ny mba hifanomezan-tànana amin’ny fifanakalozam-baovao mba hisian’ny filaminana be be kokoa, indrindra any amin'iny faritra iny izay re fa mbola misy maromaro ireo basy very tamin'ny raharaha politika 2002 no any no nanitrihana azy. Tsy ny korontana politika ihany no mampiparitaka fitaovam-piadiana ho eny am-pelantanan’ny jiolahy, fa eo ihany koa ny mety ho firaisana tsikombakomba na ny fisian’ny manam-pahefana tsotr’izao mamatsy fitaovana. Malaza rahateo ny fisian’ny dahalo ambony latabatra, izay azo antoka ny fisiany, saingy mbola vitsy aloha no tratra. Isan’ny malaza, ohatra, ny ampamoaka efa nataona olom-panjakana ambony iray teto amintsika momba ny fisian’ny olom-boafidy iray any amin’ny faritra Atsimon’ny Nosy iny mamatsy bala sy basy ary vanja ny dahalo, ary efa nolazainy ny fomba fitondrana izany. Mba efa mandeha ve ny fanadihadiana mikasika ireny ampamoaka ireny sa dia antso an’efitra hatrany?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’IkongoHanjakan’ny fitsaram-bahoaka

Trangana fitsaram-bahoaka miisa 5 tao anatin’ny 3 volana no niseho tao amin’ny distrikan’Ikongo, hoy ny depiote voafidy tany an-toerana, Brunel Razafitsiandraofa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsika Sambaraha andiany faha-6Hiavaka amin’ny Hazakaza-gana sy Surf

Hiditra amin’ny andiany faha-6 amin’ity taona ity ny 20 ka hatramin’ny 23 desambra izao ny hetsika goavana fanao isan-taona ao Taolagnaro ao na ny Sambaraha.

 

Toy ny mahazatra dia maro ireo hetsika ho hita amin’izany, toy ny fifaninanana ara-panatanjahantena sy diabe isan-karazany ary ny fampisehoana an-dapihazo iarahana amin’ireo mpanakanto malaza toa an-dry Dadah de Fort Dauphin, Arnah, Big MJ sy Rabaza ary DC Blaize. Anisan’ny hampiavaka ny hetsika kosa ny fifaninanana Surf izay mampalaza iny faritra iny fa eo koa ny fifaninanana hazakazaka ganagana sy lakana. Ny teny hoe Sambaraha moa dia midika hoe “Andeha hijery zavatra” ka ilay fitadiavana izay fihavahana izay indrindra no zahana, hoy hatrany ny mpikarakara. Isan’ny misarika mpizahantany be indrindra ao an-toerana isan-taona izy ity. Nahitana fitomboana 9% moa izay mpizahantany tonga tao an-toerana izay hatreto ho an’ny tamin’ity taona ity raha toa ka nisy fisondrotany 20% manerana ny nosy, araka ny tarehimarika farany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fidangan’ny vidim-piainanaNy sandam-bola Malagasy no mila fanamboarana

Tsy ny vidim-bary loatra no tena olana eto amintsika hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy na ny fiakaran’ny vidin-tsolika matetika fa ny sandam-bolantsika Malagasy mihitsy no tokony amboarina. Samy manam-bola avokoa ny tsirairay hoy izy saingy ny lanjany no tsy misy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aoka hazava kosa e !

Malaza sy fitaovana hivoizana hevitra sy fampitam-baovao ara-politika na zava-misy eny anivon’ny fiarahamonina ny tambajotran-tserasera « facebook » amin’izao fotoana izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolen-kazo 2017 – 20182.000 Ha isam-paritra no tanjona

Nosokafana tao amin’ny kaominina Ambohibary misy ny tanin’ny orinasa Fanalamanga ao Moramanga ny sabotsy misandratr’andro teo ny taom-pambolen-kazo taona 2017 – 2018 ho an’ny governemanta.

 “Fambolen-kazo mahomby antoka ho an’ny fihariana maharitra ara-toekarena” no lohahevitra mandritra ity taom-pambolen-kazo 2017-2018 ity. Niatrika izany ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Mahafaly Olivier Solonandrasana, ny minisitry ny haivoary sy ny ala ary ny tontolo iainana Ndahimananjara Johanita izay voatampim-bava nefa tompon-daharaha, ny tale jeneralin’ny orinasa Fanalamanga Rakotonirina Augustin izay nikarakara ny hetsika rehetra, ary ireo mpikambana ao amin’ ny governamanta sasany sy ireo parlemantera voafidy tao Alaotra-Mangoro. Zanakazo 20.000 nahitana kesika niisa 17.000 sy kininina vaovao haingam-pitombo izay natao handrana niisa 300 tamina tany 20ha no nisantarana izany. “Tsy ataontsika fombafomba fotsiny intsony ny fambolen-kazo ataontsika toy izao, satria efa mitatao ny loza eto amintsika izao amin’ny fiovan’ny toetr’andro noho ny fahamaroan’ny dora ala sy ny doro tanety eto amintsika” hoy ny praiminisitra. Nohamafisin’ny minisitry ny tontolo iainana sy ny haivoahary ary ny ala Ndahimananjara Johanita koa izany nandritra ny resaka nifanaovany manokana tamin’ny mpanao gazety fa “efa hita taratra ny fihenan’ny rano eto amintsika noho ny fikaran’ny hafanana vokatry ny fahasimban’ny ala, izay no niteraka ny tsy fahampian’ny voka-bary nanomboka ny taona lasa iny, na dia nahavita fambolena zana-kazo 25.000ha aza isika”. Ny tanjona ho an’ny minisitera izany amin’ity taom-pambolena zanakazo ity dia mikasa ny hahavita 2.000 ha isam-paritra. Raha ho an’ny orinasa Fanalamanga indray dia tanjona araka ny nambaran’ny tale jeneraliny ny hamboly zanakazo 10 tapitrisa amin’ny tany 10.000 Ha, satria raha 3.000 Ha ny filana amin’ny hazo eo anivon’ny orinasa izao dia tsy afaka manome fahafaham-po ny mpanjifany afa-tsy 1.000 Ha ihany izy ireo izao. Ao anatin’ny 7 taona ny tanjona napetraka izany dia velaran-tany 80.000 Ha no tsy maintsy hovolen’izy ireo hazo mba hahafahany mamaly ny filan’ny mpanjifany, ka tsy hihanona amin’ny hazo kesika ihany izy ireo, fa hiditra ihany koa amin’ny fambolena kininina vaovao (hybride) haingam-pitombo ihany koa. Ny taom-pambolena zanakazo ny taona lasa dia nahavita 6.500 Ha ny orinasa Fanalamanga ao Moramanga.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Infocentre de la salleMankalaza ny faha-25 taona niorenany

Feno 25 taona tamin’ity taona 2017 ity ny sekoly ambony Infocentre de la salle eny Soavimbahoaka. Fotoam-pivavahana nentina nisaorana sy nanomezam-boninahitra an’Andriamanitra, narahin’ny fanokafana ny taom-pianarana vaovao 2017-2018 sy namoahana ireo mpianatra 62 mianadahy,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikoly Mitarazoka ny fampiharana ny lalàna

Nankalazaina ny sabotsy 09 desambra lasa teo ny andro maneran-tany iadiana amin’ny kolikoly.

Tia Tanindranaza0 partages

Vary simba tratra tany ToamasinaHiakatra fitsarana ireo Pakistanais 3

Nanome baiko ny fisamborana sy ny fanaovana fakana am-bavany ireto mpandraharaha mpanafatra vary “Pakistanais” telo lahy, izay tompon’ny orinasa “Moto Commodities” sy ny “White Rice” ary ilay mpiara-miasa amin’izy ireo eto Toamasina,

 

 ny tonia mpampanoa lalàna ny fitsarana ambaratonga voalohany taorian’ny fahatrarana ambodiomby ny fikasana hivarotra vary efa lo teo amin’ny tsena anatiny teto amintsika ny alakamisy atoandro teo tao anaty na magazay iray ao Androranga. Raha ny angom-baovao natao dia “fikasana hivarotra vary efa simba sy efa lo midika ho fikasana hamosavy ny malagasy, sy ny fandrovitana ny taratasy fanagiazana nataon’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana araka ny didim-panjakana 2015-014 mifehy ny zon’ny mpanjifa sy ny fifaninana ara-barotra, ary ny fikasana hamarotra vary tsy ampy lanja amin’ny tsena”, no heloha vitan’ireto tera-tany “Pakistanais” telo lahy milaza ho mpandraharaha mpanafatra vary ireto. Ho hita eo ny fanapahan-kevitry ny tonia mpampanoa lalana isan’ny mpanenjika amin’izao raharaha izao amin’ny maha solontenam-bahoaka sy ny solotenam-panjakana azy, ny raharaha raha teo tratra ambodiomby ka tsy voatery hiditra mpitsara mpanao famotorana raha ny fomba fiasan’ny fitsarana malagasy; koa handrasana izay didy hivoaka manomboka anio alatsinainy. Fantatra ihany koa izao fa ho  tonga any Toamasina anio alatsinainy ny minisitry ny fitaterana,  hanara-maso sy hijery akaiky ity raharaha ity ary hanomana ihany koa ny fomba entina hanimbana sy handorana ireo vary 46,2 taonina amin’ny 2.310 lasaka vary efa simba sy efa lo tsy mety hanina intsony ireto. Ankoatra izay dia mbola mitohy ary hihamafy ny fanaraha-mason’ireo ekipan’ny “Task Force” Toamasina amin’ity resaka vary sy ny vidim-bary ity, satria ankoatra ity orinasa “Moto Commodities” sy ny “White Rice” ity dia fantatra ihany koa fa mbola misy  orinasa iray ao Mangarano ihany koa manana vary efa simba sy efa lo saingy mbola nogiazana tsotra ao anatin’ilay magazay na tera-tany “Pakistanais” hatrany izay miisa 596 lasaka izy ireo.

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vehivavy Malagasy manao politikaZara raha misy 0,03%

Vehivavy ny 59,49 %-n’ny Malagasy, raha ny fanazavana nandritry ny atrikasa manokana miompana amin’ny vehivavy sy ny politika notontosain’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fampianarana teknika sy ny fampananan’asa niaraka tamina mpiara-miombon’antoka vitsivitsy tetsy amin’ny hotely Carlton Anosy tamin’ny faran’ity herinandro ity.

 

Zara raha misy 0,03% anefa, hoy ny minisitry ny fampananan'Asa, fampianarana teknika sy ny fanofanana arak'Asa Toto Marie Lydia, ireo vehivavy tafiditra amin’izay fanaovana politika eto Madagasikara izay. Vitsy ny vehivavy te hisehatra amin’izy io noho ireo andraikitra maro samihafa sahanin’ny vehivavy, indrindra, eo anivon’ny tokantrano. Matetika, ohatra, alina hatrany ireo fivoriana politika eto amintsika ary sakana satria manahirana ilay vehivavy mivoaka alina. Mila manam-bola rehefa manao politika. Sakana iray hafa koa io, hoy hatrany ny ohatra nomeny. Manoloana io zava-misy io indrindra ary dia nodinihin’ireo vehivavy vitsivitsy misehatra eo amin’ny tontolo politika sy maniry hiditra bebe kokoa amin’izay tontolo politika izay ny sehatra tena tokony hivelaran’ireo vehivavy maniry hanao izay politika izay. “Vehivavy miasa sy sehatra fanapahan-kevitra” rahateo moa no lohahevitra noraisina.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Savorovoro momba an’i JerosalemaNihaona ny filoha Frantsay sy ny praiminisitra Israelianina

Mitombo ny savorovoro any Proche Orient taorian’ny fanambaran’ny filoha Amerikanina Donald Trump fa ekena ho renivohitr’i Israely i Jerosalema.

 

Miaramilan’ny firenena mikambana (ONU) 15 ao anatin’ny MONUSCO na vondron-tafiky ny firenena mikambana ho amin’ny fametrahana ny fandriampahalemana any RD Congo no maty nisy namono tany  Nord-Kivu ao amin’ny repoblika demokratikan’i Congo ny faran’ny herinandro teo. Nanameloka mafy izany ny sekretera jeneralin’ny firenena mikambana. Efa nomanina sy tsara rindra ny fanafihana namonoana ireto miaramila ireto, hoy ny firenena mikambana.

 

Laurent Wauquiez no voafidy ho filohan’ny antoko Les Républicains (LR) any Frantsa omaly hariva, miverina amin’ny heriny ny hery ankavanana , ary izao no fiaingana vaovao no iainantsika manomboka izao raha nikabary voalohany izy.42 taona i Laurent Wauquiez, tsy dia tena malaza firy amin’ny sehatra politika any Frantsa na dia an isan’ireo tena manampahaizana sy be mari-pahaizna anavoaky ny ENA (Ecole Nationale de l’Administration) – Paris aza.mijoro ho mpanohitra matanjaka ny filoha emmanuel Macron izy ary mijoro hanome aina vao ny Les Républicains antokon’ny filoha teo aloha Nicolas Sarkozy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

FATIN-JAZAKELY – TOAMASINA

Fatin-jazakely iray nisy nanipy teo amin’ny tokotanin’ny lapan’ny Faritra ao Atsinanana – Toamasina renivohitra. Asa izay tena heviny satria izany faritra izany, any amin’ny faritany, dia toa ny prezidansa eto an-drenivohitra ary sady harovana fatratra no hajaina. Voalohany no nisy tranga toa izao tao amin’ity toerana ity ary nisy fanadihadiana nosokafana vokatr’izany.

ADY TANY - MANDOTO

Nifamono ny fianakaviana roa ary nisy nanakarama mpikarama an’ady mihitsy aza mba handatsaka aina. Ady tany no anton’izany ary tao Mandoto no nitranga ny olana. Olona efatra dia ny rainy sy ny zanany lahy telo no maty tao anatin’ny sakoroka. Izy ireo dia voalaza fa nanakarama mpanafika ary nandray anjara mivantana tamin’ny ady. Olona telo hafa kosa naratra avy amin’ny fokonolona izay nanavotra ireo olona notafihana. Voatery nidina tany an-toerana ny manam-pahefana miaramila nijery ifotony sy nandamina.

MPISOLOKY TANY

Tsy hita izay nanjavonan’i Gérald Ramangasoavina hatramin’izao. Ireo mpiasa keliny avokoa no nidoboka am-ponja amin’ny anarany noho ny fivarotana tany izay tsy mitombina akory. Mazava ankehitriny fa tompon’ny fisolokiana ity tompon’ny tany gasy ity. Tsy afa-po ireo olona marobe izay nanorina fikambanana ary nivondrona tamin’ny fitoriana. Be loatra ny fatiantoky ny olona ary tsy manaiky izy ireo raha tsy voasambotra sy midoboka am-ponja ny atidoha nikotrika.

TRAFIKANA BASY

 Basy kalachnikov, basim-borona ary poleta vita gasy. Izay no vokatry ny fisavàna tampoka nataon’ny zandary tamin’ny olon-tsotra. Ny iray tao anaty trano ny faharoa kosa tao anaty fiara fitaterana ary ny fahatelo dia noho ny angom-baovao. Tany Matsiatra ambony sy Sava no nahazoana an’ireo fitaovam-piadiana ireo tamin’ny faran’ny herinandro teo. Miparitaka ny basy ary NY RADO RAFALIMANANA

SOLIKA

Efa ny kalitaon-tsolika izay anisan’ny ratsy indrindra eto an-tany no alefa aty Madagasikara kanefa mbola amidy amin’ny vidiny lafo be ihany hoy i Lita Rabetsara, filohan’ny fikambanana RNDC mpiaro ny zon ny mpanjifa. Tsy ampy ny fanarahamason’ny fanjakana an’ireo toby mpaninjara solika hany ka lasa manao izay tiany hatao izy ireo na izany amin’ny kalitaon’ny solika na koa izany amin’ny vidiny. Dia izao ny vokany, tsy mbola nisy vidin-tsolika lafo toa izao teo amin’ny tantaran’ny firenena, raha araka ny fanazavan’i Lita R ihany.

 

FISOLOKIANA

Lehilahy iray no voasambotry ny Zandary avy ao amin'ny Borigady Itaosy tamin'ny herinandro lasa teo noho ny fisolokiana avo lenta. Milaza fa mpiasan'ny "centre immatriculateur" na ny CIM izy io ary maka dosie sy volan'olona mba hanaovany ny taratasina fiara na fahazoan-dalana mamily fiara. Iny izy no tsy hita avy eo ary lasany ny vola. Maro ny olona efa nitory azy na teny amin’ny zandary na teny amin'ny Polisy. Araka ny fanadihadiana dia efa mahatratra any amin'ny 12.000.000AR ny vola efa azony tamin'olona samy hafa voafitany raha ny efa fantatra hatramin'izao.

TOEKARENA

Sahirana amin’izao fotoana izao ireo mpanao asa tanana malagasy amin’ny fitadiavana lalam-barotra mifandraika amin’izay vokatra asa tanana ataony izay nohon’ny tsy fisian’ireo mpizahantany taorian’ny fipariahan’ny valan’aretina Pesta. Mbola afaka 1 volana rahateo fara faha alohany vao ho tafaverina amin’ny laoniny ny tontolon’ny fizahantany eto amintsika, raha ny vaovao avy eo anivon’ny ofisim-paritra Analamanga, ka dia voatery mitady lamlam-barotra hafa noho izany ireo mpanao asa tanana.

 Nisy moa ny tsenabe natokana ho azy ireo notontosaina teny Ambatobe ny Alahady teo saingy hatreto aloha izany dia mbola miankina amin’ny fiziana mpizahantany vahiny hatrany ny fandehanan’ny raharaha.

IVATO

Ny fiandohan’ny volana janoary izao indray izany vao ho atomboka ny fanavaozana ny tsenaben’Ivato, nohon’ny antony fahasahiranana teo amin’ny famoahana ny vola natokana ho amin’izany tao amin’ny kitapom-bolan’ny kaominin’Ivato, raha ny fanazavan’ny ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa.

Teo amin’ny famenoana ny taratasy famoaham-bola izay tsy maintsy niandry ny valin’ny hahazo tolotr’asa na « appel d’offre » no tena nahataraiky izany fa tsy avy amin’ny fanjakana akory, hoy izy. Nangataka ny mbola hivarotra satria ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fety moa ireo mpivarotra ka dia izay amin’ny volana janoary izay, raha tokony ho tamin’ny septambra, no marimaritra hita.

NOSY BE

Notokanana ny sabotsy 09 Desambra teo ny « scanner » sy ny « caméra de surveillance » ao amin'ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Fascène Nosy Be. Niatrika izany tany an-toerana ny Minisitry ny vola sy ny teti-bola Andriambololona Vonintsalama sy ny tale jeneralin'ny fadin-tseranana Atoa Rabenja Éric.

AMBOHIPO

Rotidrotika, simba ny Tara amin’iny arabe mihazo an’Ambohipo iny amin’izao akatoky ny fety izao. Nilaza moa ny depiote, Rastany, izay voafidy teny an-toerana fa efa misy ny vina fanamboarana ireo lalana simba ireo ho tontosaina amin’ity herinandro ity ary dia nanao antsoavo ny avy eo anivon’ny kaominina sy ny fitondram-panjakana ary ny eo anivon’ny fiandraiketana ny boribrontany faha 2 ny tenany hifarimbona amin’izany.

TOLAGNARO

Ho atao laharam-pahamehana ny fampitomboana ny mpizahantany ao Taolagnaro mandritr’ilay hetsika Samberaha andiany faha 6 ny 20 ka hatramin’ny 23 desambra izao, raha ny nambaran’ny mpikarakara ny hetsika, izay miara-miasa akaiky amin’ny minisiteran’ny fizahantany. Nisy fitomboana 9% moa izay mpitsidika izay tamin’ity taona ity ary dia mbola fanambin’izy ireo ny hampiakatra izany hatrany.

SAMBAVA

Miisa 350.000 kosa ireo mponina amin’iny faritr’i Sava iny izay hahazo tombony amin’ilay famatsiana herinaratra azo avy amin’ny angovo an-dranomasina tontosain’ny minisiteran’ny angovo amin’ny alalan’ilay tetikasa ADER. Tanàna miisa 75 ao an-toerana no ho kendrena hahazo ity foto-drafitrasa fototra ity raha ny nambaran’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, izay nanao fitsdihana tany an-toerana.

 

HARENA AN-KIBON’NY TANY

Ny taona 1964 no efa nisy orinasa vahiny nitrandraka « Uranium » teto amintsika dia ankehitriny kosa vao manana izany vina izany ny avy eo anivon’ny ofisim-pirenena miandraikitra azy io na ny OMNIS. Mbola mijanona hatreo amin’ny fitrandrahana fotsiny ihany koa anefa izany, raha ny fanazavana hatreto, fa tsy miditra lalina akory. Notontosaina ny faran’ny herinandro teo moa ny atrikasa mikasika izay ka nandraisana firenena afrikanina miisa 30 anjara.

ALAOTRA MANDORO

Izay ihany koa vao nandray ny tambin-karamany 5 volana ireo sefo fokontany miisa 87 ao Alaotra Mangoro. Araka izany dia mbola ny volana aprily hatramin’ny volana may ihany aloha io natolotry ny lehiben’ny faritra any an-toerana, Désiré Ranarisoa, azy ireo io. Nanazava moa ity tomponandraikitra ity fa tokony ho 8 volana no noraisin’izy ireo saingy nisy fifandisoana teo amin’ny famoahana ireo vola ka antony nahatonga ity olana ity.

TANTARAM-PIRENENA

Ny ankamaroan’ireo nanoratra tantara mikasika an’i Madagasikara dia saika terantany vahiny avokoa, hoy ny mpahay toekarena, Thierry Rajaona, fa ankavitsiana ihany ireo teratany Malagasy. Maro amintsika no tsy nahalala ny tantaran’ny toekarena nolalovan’ity nosy ity, raha ny fanazavany, ary na dia ireo mpitondra azy dia mbola maro ihany koa no tsy mahalala ny tantara. Ilaina araka izany, hoy izy, ny fanaovana varavarana misokatra na fanehoana an-tsehara ho hitan’ny be sy ny maro izay tantara izay satria antoky ny fampandrosoana izany.

FANARARAOTANA

Mandeha ny resaka amin’izao fotoana izao fa misy andiana tomponandraikitra avy eo anivon’ny sampan-draharaha misahana ny fifamoivoizana an-dranomasina na ny APMF mitaky 1 tapitrisa ariary amin’ireo mpianatra tatsambo hahafahan’izy ireo manao pasipaoro hiatsamboana. 500 ireo bokim-pasipaoro efa tafavoaka, raha ny vaovao voaray, ary nisitraka izany ireto mpianatra ireto saingy hatramin’izao anefa dia mitaraina izy ireo fa narirarira ary mbola tsy vita foana ireo pasipaoro.

SOSIALY

Notoloran’ny depiote voafidy tany an-toerana, Rodin Rakotomanjato, fampitaovana manokana ireo mpianatry ny sekolim-panjakana ao amin’ny EPP Ankalalana, distrikan’Arivonimamo II. Ontsa ny tena, hoy izy, fa misy mizana mitanila eo amin’ny fanampian’ny fanjakana ny zana-bahoaka satria tany Antananarivo dia nahazo fampitaovana fa ny aty Ambanivohitra tsy jerena. Fokontany 3 izay hita ho sahirana amin’ny fahitana rano fisotro madio ihany koa moa no efa nametrahany vina hametrahana sinibe fitarihan-drano 52 m2 ialan’izy ireo amin’ny fahasahiranany.

Tia Tanindranaza0 partages

Boxe Française SavateNahomby ny fiarahana tamin’ny Kempo

Nangotrakaara-bakiteny tokoa ny hetsika« Grand Combat Boxe Française Savate 2017 » notontosain’ny ligin’Analamanga amin’ity taranja ity tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina omaly alahady 10 desambra. Ankoatra ireo fifaninana Boxe Savate nahitana fifanandrinana 10 dia nisongadina ihany koa ny ady Kempo samihafa niisa 6.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tompondaka nasionaly Basikety N1 A 2017Nody any Boeny avokoa ny amboara lahy sy vavy

Noporofoin’ny mpilalaon’i Boeny ny maha sangany azy ireo eo amin’ny taranja basikety baolina.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany eny AnkadindravolaTsy vola fa fanafoanana ny “Titre” no takianay, hoy ireo mpitory

Tanina fianakaviana iray eny Ankadindravola Ivato no azon’olona mahitahita sy nahavitany taratasy ara-dalàna raha ny fanazavan’ireo fianakaviana lasibatra. Efa azony ny tany hafa teo amin’ny manodidina, izay tsy misy hidiran’ireto fianakaviana ireto, ka tafiditra afovoany ny azy ireo.

 

 Araka ny nambaran-dRasoamanandray Lala ao anatin’ny fianakaviana lasibatra dia manana ny taratasy ara-dalàna izy ireo ary voarakitra hatrany amin’ny arisivam-pirenena mihitsy ny taratasy fifampivarotana ny tany, nahazoan-dRanaivosoa raiamandreny tany aloha azy io tamin’ny 25 aprily 1925. Efa nahavitan’ireo olona mahitahita taratasy amin’ny anarany anefa ilay tany ka nampiakatra ny raharaha tany amin’ny fitsarana izy ireo hanafoanana ny titra mitondra ny anarana « Soatiana » nataon’ireo olona taty aoriana. Nivoaka ny 27 novambra lasa teo ny didim-pitsarana, ka tsy nanaiky intsony ny hanafoanana io titra io ny mpitsara. Toa tsy dia nisy vidiny teo anatrehan’ny fitsarana ny taratasy eo am-pelatananay, hoy Rasoamanandray Lala. Raha ny fanazavany hatrany anefa dia nahazo fanonerana na dommage  et intérêt” 600 tapitrisa ariary izy ireo, izay azo adika hoe olona lasibatra, ka honerana ny fahavoazany. Nilaza moa ireto fianakaviana mpitory  ireto tamin’ny alalan-dRasoamanandray Lala hatrany fa tsy hanaiky io fanonerana io. Ny fanafoanana ny “titre” sy ny tanin’izy ireo nivadika ho amin’ny anaran’olon-kafa no ilainy fa tsy vola velively. Mety ho nampian’ny Lehiben’ny Fari-piadidian’ny fananan-tany ao Ambohidratrimo ireo namadika ny taninay ho amin’ny anarany ireo, hoy ireo fianakaviana lasibatra. Milaza ny hampiakatra ambonimbony kokoa ny raharaham-pitsarana izy ireo.

Toky R

 

La Vérité0 partages

Forum de Dakhla - Hajo Andrianainarivelo représente Madagascar

A l’instar du forum de Davos, un forum africain a été créé à l’issue de la 5ème rencontre internationale de l’Université ouverte de Dakhla (Maroc) qui a réuni 41 pays des cinq continents. Madagascar a participé à cette rencontre d’experts, d’académiciens et de responsables à laquelle Hajo Andrianainarivelo en tant qu’ancien Vice-premier ministre a été convié. Deux jours durant, ces experts se sont penchés sur les moyens de trouver des modèles appropriés de développement, de croissance et de bonne gouvernance économiques dans le cadre de la nouvelle économie mondiale.

 

Un forum africain, le forum de Dakhla, a été créé, suite à la 5ème rencontre internationale de l’Université ouverte de Dakhla, les 7 et 8 décembre derniers, placée sous le haut patronage de Sem le Roi Mohammed VI. Selon Driss Guerraoui, président de l’Association d’études et de recherches pour le développement et coordinateur du comité d’organisation de la rencontre internationale de Dakhla, le forum de Dakhla est   « un espace permanent sur les grandes problématiques de l’Afrique ». Il sera organisé tous les ans à Dakhla avec pour optique d’étudier « les opportunités de co-émergence africaine ».

  

La place de l’Afrique

 

La 5ème rencontre internationale de l’Université ouverte de Dakhla a réuni des experts du monde entier autour du thème « la nouvelle économie mondiale : transformations structurelles, impacts et réponses des acteurs, expériences  internationales ». Les experts ont pu échanger sur les problèmes de la nouvelle économie mondiale, des Etats, notamment « la place de l’Afrique dans la configuration présente et future de la nouvelle économie mondiale », les opportunités générées par les changements dans un tel contexte. L’accélération de profondes mutations depuis plusieurs années, due à des menaces d’un genre nouveau impactant directement sur la stabilité économique et sociale des pays, caractérise la nouvelle économie mondiale, a expliqué Driss Guerraoui. La rencontre appelle à sortir des sentiers battus des méthodes de réflexion habituelles pour examiner la réalité du secteur économique différemment et trouver des nouveaux modèles appropriés de développement. Le Maroc, en ce qui le concerne, a d’ores et déjà pris les devants et anticipé une stratégie face aux transformations de l’économie mondiale.

Des différentes interventions des experts au cours de cette rencontre, il ressort notamment qu’il est important de réformer l’administration, les outils d’intervention des services publics pour plus d’efficacité et d’interaction avec les opérateurs économiques.  L’intervention de Hajo Andrianainarivelo, en tant qu’ancien Vice-premier ministre, a eu pour thème : « Gouvernance territoriale et Coordination locale des actions : les clés d’une croissance de long terme et d’un développement équitable favorisant une intégration à l’économie mondiale ». Cette intervention a proposé de s’interroger sur la question de savoir comment le continent africain peut créer un contexte propice à une croissance et à un développement de long terme compte tenu de ses potentialités pour, dans un deuxième temps, prétendre à évoluer vers un rôle d’acteur de l’économie mondiale. Selon Hajo Andrianainarivelo, la réponse à cette question passe par l’application effective du concept de gouvernance territoriale.  Parallèlement à cette rencontre organisée par l’Association des études et de recherches pour le développement et l’Association internationale francophone d’intelligence économique (Aifie), les experts ont pu visiter plusieurs projets de développement. 

 Recueillis par  A.R.

La Vérité0 partages

Région de Betsiboka - L’insécurité demeure un problème majeur

Les habitants de la Région de Betsiboka ne sont pas épargnés par les « dahalo ». Les rapports de la Gendarmerie indiquent fréquemment des cas de pillage au niveau des Districts de Kandreho, Maevatanàna, Tsaratanàna, compris dans cette région. Ce sont notamment des attaques liées à des vols de bovidés.  Pourtant, des opérations « anti-dahalo » y sont menées régulièrement mais cela n’empêchent pas les malfaiteurs de sévir. En plus des Forces de l’ordre, les simples citoyens réagissent également et participent à la lutte pour le retour de la sécurité, notamment rurale.  On peut citer les « Fokonolona », les quartiers mobiles,  les jeunes garçons étant formés par des soldats et tant d’autres encore. Les résultats de ces opérations sont à chaque fois déterminants, mais le combat est loin d’être terminé.

 

Maevatanàna

Les « dahalo » sont aussi armés que les gendarmes

Un obstacle au développement local. Les activités principales des habitants de Maevatanàna sont axées sur l’exploitation aurifère et l’agriculture. Or, à cause de l’insécurité, ils ne peuvent pas s’exercer librement dans un environnement paisible. En effet, les « dahalo », sans aucune crainte, opèrent jour comme de nuit. Outre dans les villages, ils détroussent même leurs proies dans leur lieu de travail, notamment dans la zone des champs agricoles et aurifères. Pourtant, Maevatanàna dispose des éléments de la Gendarmerie pour assurer la sécurité. Toutefois, ils sont moins forts par rapport aux « dahalo ». De plus, ces derniers sont munis d’armes sophistiquées comparables à celles de la Gendarmerie dont des fusils. « Au cours des attaques, 6 gendarmes doivent se confronter à une vingtaine de voleurs. De ce fait, le nombre de blessés augmente à chaque intervention. Récemment, un gendarme a même perdu la vie lors d’un affrontement en assurant la sécurité des habitants », a déclaré Rasoarimalala Georgette, députée élue de Maevatanàna. Selon elle, les autorités locales déploient tous les  moyens en mettant à disposition d’autres individus avec des véhicules en surplus pour renforcer les équipes de la Gendarmerie. 

En outre, dans cette localité, les bandits de grand chemin préviennent les habitants quelques jours avant leur arrivée.  « Par le biais d’une lettre, les victimes sont prévenues. Or, les bandits dérobent, abattent des gens, démolissent et brûlent la maison en ne laissant rien derrière eux », poursuit-elle.  Rien que pour la semaine dernière, deux « Fokontany » qui sont Ambalatevana et Tsarahonenana ont été victimes. Des bœufs ont été volés sur la route après que les « dahalo » ont mis un barrage.

District de Tsaratanàna

Les rôles du Tribunal et du Commandement de la gendarmerie posent problème

Quand il s’agit d’insécurité, ce sont notamment les Districts de Maevatanàna et de Tsaratanàna issus de la Région de Bestiboka qui sont énoncés. En effet, on y entend régulièrement des attaques perpétrées par une bande de malfaiteurs. Malgré les opérations menées au niveau de ces deux localités, l’insécurité persiste. Principalement pour le District de Tsaratanàna, le problème se pose sur les rôles du Tribunal de première instance. A cela s’ajoute le problème au niveau du Commandement de la gendarmerie. En effet, le Commandement de Tsaratanàna, au lieu d’être assuré par le groupement de Betsiboka, est sous le contrôle de celui d’Alaotra-Mangoro, indique Razafipiera Herimalala, chef de Région de Betsiboka. Quant au Tribunal, la juridiction de la partie Sud est sous la direction du Tribunal d’Ambatondrazaka, tandis que les affaires se déroulant du côté Nord sont renvoyées à Mahajanga. Pourtant, Maevatanàna dispose d’un Tribunal de première instance apte à traiter divers dossiers.

En outre, on a constaté dernièrement un retour de la sécurité qui est devenue assez satisfaisante dans ces lieux classés « zones rouges ».  « Une diminution de 75 %  d’actes de banditisme a été remarquée », continue le chef de Région. Cela résulte de la mobilisation des « Fokonolona », du suivi du « Dina » ainsi que de l’arrivée des renforts en provenance de la Capitale. Par ailleurs, il est à noter que le District de Kandreho demeure un endroit où la sécurité prend place actuellement. De 2013 à 2016, aucun cas de banditisme n’a été enregistré. Pour cette année, la Gendarmerie a été confrontée à trois cas d’actes perpétrés par des malfaiteurs.

La Vérité0 partages

Marché d’Anosibe - Les riz importés pullulent Madagascar importe

250 000 tonnes de riz, chaque année, pour combler son marché local. Cependant, depuis le mois de novembre dernier, plus de 500 000 tonnes de riz ont déjà débarqué  au port de Toamasina, soit le double de l’importation annuelle. Ce fait explique la pénurie dans la Grande île. Hier matin, mille tonnes de riz sont encore arrivées au  marché d’Anosibe. Comme convenu, le sac sera  vendu à 73 000 ariary, soit  79 000 ariary aux détaillants. Outre  la Capitale, d’autres régions comme Ambondromamy, Mahajanga, Antsirabe, Mananjary, Haute Matsiatra ont déjà reçu leur part. Pour mener à bien cette opération de distribution et éviter le marché noir, les semi-remorques sont accompagnées par des gendarmes jusqu’à leur destination. D’après les grossistes, la semaine dernière, il n’y a eu qu’un seul type de riz sur le marché mais actuellement, ils vendent plus de six types, notamment le Tuc- tuc, Family, Boum – boum. Ils proviennent tous du Pakistan et de l’Inde.  

 

Ruée  des consommateurs 

Face à cette différence de prix énorme et la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs, bon nombre d’entre- eux se ruent vers l’achat du riz importé. « La différence de prix allant jusqu’à 1 200 ariary par kilo, puisque nous achetons deux kilo de riz par jour. Une raison de plus de choisir le riz importé. Par ailleurs, la qualité s’est améliorée », avance Randriantsalama, une mère de famille habitant à Ankazomanga.  Face au pullulement du riz importé, le Makalioka et d’autres riz locaux ont déjà présenté une nette diminution, allant de 50 à 100 ariary par kilo. La raison de cette réduction, d’après les grossistes, est la venue des nouvelles récoltes sur le marché, ainsi que la diminution des clients. Après l’arrivée du riz importé au marché d’Anosibe hier matin, une longue file d’attente  se forme devant les grossistes. Auparavant, ces détaillants ont des grands problèmes d’approvisionnement puisque le produit est déjà  réservé. « Si on achète deux à trois sacs, c’est du temps perdu, puisqu’à 7 heures du matin, l’entrepôt est déjà vide », avance Tojo, un épicier du coté des 67ha.  En tout cas, un certain nombre de consommateurs n’a pas pu s’empêcher de se demander : Si le Premier ministre a effectué une descente à Anosibe mardi dernier, pour annoncer la prise de mesure face à la hausse du prix du riz, comment se fait-il que ces milliers de tonnes de riz importés sont déjà disponibles à la vente ? Il faut se demander par ailleurs où ont été classés ces riz auparavant ? 

Anatra R.

La Vérité0 partages

Cyclisme- 14ème Tour de Mada - Un premier bilan catastrophique

Que des flottes. A mi-parcours, le 14ème Tour Cycliste International de Madagascar annonce déjà un premier bilan presque inquiétant tant pour les officiels que pour les coureurs. Côté compétition, pour les cyclistes malgaches, le premier bilan fait  état d’un panorama plutôt inquiétant. A la deuxième étape, l’équipe Unicef, composée de l’équipe nationale 2 a été victime de l’aberration de son directeur sportif. Celle-ci  a été amputée de sa pièce maîtresse, Jean de Dieu Rakotondrasoa alias « Ravotabia », contraint à l’abandon pour cause de crevaison lors de l’étape BOA reliant Toliara-Ilakaka. Son équipe n’avait plus de pneu de secours car ledit directeur sportif a tout donné les secours de son équipe à une autre équipe nationale, laissant ainsi sa formation victime de son acte solidaire. Pourtant, il avait huit pneus avec lui mais tous crevés.

Au moment où ses coureurs en avaient besoin, il ne restait plus une seule roue dans la voiture de l’équipe, obligeant Ravotabia a monté dans le car balai du tour. « J’espère que cela servira de leçon à notre directeur sportif. On aura encore besoin de Jean de Dieu durant les autres étapes mais on ne peut rien faire à cause de l’absurdité de notre coach », regrette Jean Marc Rakotonirina.  Après quatre étapes, les Angolais ont déjà gagné 3 étapes et une pour les Hollandais. Pour le moment, l’espoir est au plus bas pour les malgaches face à une équipe continentale angolaise qui évolue dans une catégorie inférieure à la leur. Pour le moment, le maillot jaune reste sur Dario Manuel Antonio qui mène 3 minutes et 37 secondes devant son compatriote Bruno César, vainqueur de deux étapes et Mazoni Rakotoarivony à la troisième position. Il faudra faire l’impossible, gagner 7 minutes d’avance pour les malgaches s’ils veulent gagner cette tour à l’arrivée au Lac Anosy, à Antananarivo le dimanche 17 décembre prochain. Leur dernier espoir est de gagner une étape sur les six qui restent pour sauver l’honneur. Coté organisationnel, après 14 éditions, les dirigeants de la fédération n’ont toujours pas su tirer des leçons. Commençant par le transbordement de plus de 500km reliant Ilakaka-Manakara après une course de 137km dans les jambes. La délégation est arrivée à Manakara vers minuit malgré une journée de repos. Pourtant, avant ce transbordement, la caravane est restée à Ilakaka au lieu d’Ihosy à 112 km. Cela a suscité la grogne de tout le monde et experts internationaux au service du Tour qui sont presque démotivés, celui de revenir à Madagascar l’année prochaine. Par deux fois, les responsables de l’hébergement ont placé l’expert de Photofinish et le directeur de Course, les seuls points positifs du tour, dans une même chambre, sans électricité ni eau, et des coureurs qui ont dormi par terre à Sakaraha. Sans parler de la restauration qui est  dès fois suffisante, mais que presque la majorité des personnes présentent n’ont pas eu leur nourriture en barquette. Et ne parlons  pas du paludisme qui affaiblit  tour  à tour les membres de délégation.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Cité des assureurs Itaosy - Deux minibus « Sprinter » réduits en cendres

Spectacle et scène de désolation dans le quartier d’Itaosy, vers la fin de la matinée d’hier. Deux minibus Mercedes-Benz Sprinter garés dans un parking ont pris feu et ont été par la suite complètement détruits. Ils appartiendraient à des différents particuliers qui les exploitent sur les lignes d’Ivato et d’Itaosy.  La puissance des flammes qui ont démarré sur l’un des véhicules avant qu’elles n’aient ensuite touché le second, a été telle qu’il n’y avait presque pratiquement rien à faire pour tenter de les sauver. Les efforts des riverains qui ont essayé de circonscrire le feu avec des moyens de bord, s’avéraient donc inutiles.  Même l’intervention  des sapeurs-pompiers n’a plus donné grand-chose, non plus.  

« En réalité, l’autre "Sprinter" aurait pu être sauvé encore si les secouristes avaient les clés du véhicule pour qu’on ait pu  le déplacer ou l’écarter de celui qui brûlait. Le temps que nos camions n’arrivent sur les lieux, et les flammes ont  rapidement gagné l’autre véhicule », a expliqué le chef d’équipe des sapeurs-pompiers envoyés sur place.

Les vitres détruites

Quant à l’origine du sinistre,  la thèse d’un court-circuit a été privilégiée, du moins pour le moment. Tôt hier matin, l’une des voitures réduites en cendres a fait un accident quelque part sur une route de la Capitale. Les dommages sur le véhicule dont le moteur a été touché,  étaient tels qu’il a fallu le tracter jusqu’à ce parking à Itaosy. Or, un problème au niveau du circuit électrique, qui allait déboucher sur cet incendie,  est donc survenu alors que son propriétaire a déjà quitté les lieux sans qu’il n’ait été au courant de la situation. Puis, on connaît la suite. Les flammes s’étaient alors propagées sur l’autre minibus, dévorant finalement ainsi les deux véhicules.  Cette situation a provoqué une véritable panique chez les témoins et notamment les agents de sécurité dudit parking où étaient garés d’autres véhicules.  La crainte de voir que ces véhicules allaient être touchés, les a poussés à détruire en faisant voler en éclats les vitres de quelques voitures dans le but de les déplacer en catastrophe et échapper à la même destruction.

Pour le moment, la Gendarmerie poursuit encore l’enquête même si les propriétaires de ces « Sprinter » n’auraient pas encore porté plainte. Des bribes d’information ont laissé croire à un sabotage, une autre hypothèse que les enquêteurs n’auraient pas écartée et qu’ils sont en train de chercher à vérifier, du moins selon une source auprès de la Gendarmerie. Par ailleurs, sur un tout autre plan concernant cet axe d’Itaosy, les usagers ont été agréablement surpris hier de la fluidité de la circulation du moins en matinée. Si auparavant, il fallait une heure et demie de temps ou même plus pour effectuer le trajet Itaosy à Ampasika, hier cela été réalisé en moins d’une demi-heure. Les Forces de l’ordre, en l’occurrence les Gendarmes et les policiers ont retroussé leurs manches pour régler la circulation et pour sévir les chauffards. Les  « taxi-be », par exemple, ont été sommés de ne s’arrêter qu’aux arrêts officiels. Des mesures qui n’ont rien d’être exceptionnelles mais jamais appliquées à cause certainement d’un laisser-aller généralisé. Les usagers de cet axe espèrent que les efforts des autorités ne sont que temporaires mais se poursuivent...

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Le pire !

« Gouverner, c’est prévoir ! ». Un adage célèbre que tout dirigeant, digne de l’être, doit savoir et maîtriser dans les moindres détails. La vraie valeur d’un chef s’apprécie, en premier lieu, dans sa capacité d’anticiper, en temps normal, le danger futur qui  risquerait de mettre à mal la vie de tous. Ainsi, un dirigeant de la cité ou d’une Nation est jugé en fonction de sa compétence à prévoir tous les risques de nature à compromettre, dans l’avenir, la vie des citoyens. Dans le cas où il est incapable de prévoir,  il ne mérite pas de tenir la barre de la direction. Si la politique se définit comme l’ensemble des mesures qui consistent à gérer, au mieux, la vie de la cité, l’anticipation est la clef de voûte de la réussite.

La faille majeure de ce régime qui gouverne notre cher pays se situe essentiellement au niveau de son incompétence à anticiper les choses. La crise du riz qui frappe de plein fouet, en ce moment, le pays résulte de l’incompétence des tenants du pouvoir à prévoir et à anticiper les mesures à prendre. Le prix du kilo est hors de portée. Une terrible dépression tropicale Enawo, ravageait la Grande île du Nord au Sud et d’Est en Ouest, l’année dernière. Dès lors que la calamité débarqua et fit des ravages, les responsables étatiques auraient dû déjà mettre en place des stratégies efficaces pour affronter les éventuelles pénuries en denrées alimentaires pour le compte de l’année en cours et celle de l’année suivante. Inutile de spécifier que le passage d’un cyclone, particulièrement catastrophique de la taille d’Enawo, va impacter certainement et dangereusement sur les productions agricoles, notamment les cultures vivrières dont le riz. Par voie de conséquence, un minimum de train de mesures d’anticipation s’impose. Cependant, nos fameux dirigeants ont… oublié de le faire en temps opportun. Trop obsédés à défendre ou à fignoler une image qu’ils ont perdue auprès du peuple, ils délaissent l’essentiel. Inadmissible de reconnaître la légitimité, encore moins la crédibilité d’un dirigeant en tant que chef, s’il n’est même pas en mesure de prendre préalablement les dispositions utiles, sinon essentielles mettant à l’abri ses protégés contre toute « agression » quelle que soit sa nature. Un minimum vital pour quelqu’un qui prétendrait diriger une communauté, encore plus une Nation. La cruauté avec laquelle la peste, à la fois bubonique et pulmonaire, s’était permise d’attaquer le pays témoigne de l’inaptitude flagrante des tenants du pouvoir à prendre le devant d’un fléau qui menaçait certaines régions de l’île en période de chaleur et de pluies. On dirait qu’ils (les hauts dirigeants) étaient surpris ! On ne s’étonnerait point si le chiffre officiel des décès atteignit le niveau traumatisant. Sans parler des morts et des cas suspects que les familles cachèrent. La situation critique, jamais connue ces dix dernières années, dans laquelle est plongée le riz, cet aliment de base des Malagasy, résulte ni plus ni moins de l’ineptie du régime. Un régime qui, soulignons-le clairement, expose son pays à des périls, ne mérite pas la dignité de l’être. Gouverner c’est prévoir ! Mais prévoir, avant toute chose, c’est anticiper ! Et quand la capacité d’anticipation se réduit à zéro, c’est le pire !   

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Aviation civile de Madagascar - Une expansion positive du secteur aérien

Lentement mais sûrement. Le secteur aérien malgache fait partie des piliers de l’économie malgache. L’Aviation civile de Madagascar (Acm), en charge du secteur, demeure timide dans ses activités. Pourtant depuis plus d’un an, elle a permis à Madagascar de s’ouvrir un peu plus au monde. La première initiative a été la sortie de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar,  de l’Annexe B de la liste de sécurité au mois de juin 2016. Ensuite, au mois de septembre, Madagascar a obtenu la reconnaissance internationale de l’Organisation de l’aviation civile internationale (Oaci) avec le Certificat du Président du Conseil de l’Oaci.

D’après le Directeur régional de l’Oaci-Afrique, Barry Kashambo, ce certificat de reconnaissance est mérité vu les initiatives prises par l’Acm dans la mise en place d’une plateforme sécurisée pour les diverses opérations, « je pense qu’il y a un fait très important, la réalisation de Madagascar à être parmi les premiers Etats du monde à recevoir le certificat de reconnaissance pour avoir fait un bon travail, je veux dire une grande réussite pour l’amélioration du système de sécurité ». D’autre part, il y a également eu la mise en concession de deux grands aéroports de Madagascar afin que ces infrastructures puissent répondre aux nécessités du secteur aérien. De ce fait, ces améliorations ont eu des impacts positifs sur l’économie du pays à savoir l’accès à un marché plus élargi ainsi que l’ouverture au partenariat, étant donné que ce certificat de reconnaissance internationale a rétabli la confiance des investisseurs internationaux. Ce rétablissement a alors favorisé la venue des différents opérateurs et compagnies aériennes sous l’égide de l’ « Open Sky » ainsi que le développement la compétitivité des acteurs du transport aérien. Le monde de l’aviation malgache avance à son rythme mais n’oublie pas ses priorités. 

Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Gestion de la Capitale - Lalao Ravalomanana montre ses limites

Elue triomphalement à la tête de la Commune urbaine d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, affiche un bilan décevant. La candidate à la municipalité s’était engagée à améliorer la vie quotidienne des millions de  Tananariviens. Outre les nouveaux box commerciaux qui apparaissent comme des champignons dans la ville, rien n’a pourtant véritablement changé. Les défauts de la Capitale sont toujours les mêmes et avec le temps ils empirent.  Un bref aperçu de la situation dans la Commune urbaine d’Antananarivo montre que Lalao Ravalomanana, maire de la Capitale, a fini de montrer ses limites. L’édile de la Capitale a connu un départ catastrophique: alors que sa victoire était attendue, elle a mis des mois à se constituer une équipe, plusieurs de ses plus proches collaborateurs ont démissionné ou été renvoyés. 

La mauvaise gouvernance au sein de l’Hôtel de Ville d’Analakely est régulièrement décriée par les conseillers municipaux de l’opposition. La gestion des parkings, cédée à Easy park, continue d’alimenter les débats notamment sur les réseaux sociaux.   Les maux ne s’arrêtent pas là. Les habitants de nombreux quartiers de la ville à l’instar des 67ha, d’Andrefan’Ambohijanahary, Besarety, Ambohipo, Anosibe, pour ne citer que ceux-là  se  sont révoltés et ce contre les immondices dans lesquelles ils baignent. Les automobilistes quant à eux se plaignent de l’état de certaines routes et des embouteillages monstres aux sorties de la Capitale et en plein centre ville. Quid également de  l’éternel problème des marchands de rue ? Ces derniers s’amassent de plus en plus sur les trottoirs du centre ville. Récemment, les autorités municipales d’Antananarivo ont annoncé que la mairie s’abstiendrait désormais de réprimer ces commerçants. Des mesures seraient en revanche prises pour éviter que ces marchands ne débordent sur les rues. Les difficultés économiques et l’approche des fêtes de fin d’années sont avancées pour appuyer cette décision. Pour un certain nombre d’observateurs, cette mesure cacherait des visées électorales… Les observateurs rient sous cape en se remémorant l’empressement de Lalao Ravalomanana à prendre ses nouvelles fonctions et à ses propos selon lesquels elle était pressée de redresser la Capitale, etc. L’arrivée de son époux Marc Ravalomanana en tant que conseiller spécial de la maire, n’a pas changé beaucoup de choses. Eu égard aux conditions dans lesquelles les tananariviens risquent de passer les fêtes de fin d’années, beaucoup sont enclins à croire que la première magistrate de la Ville des Mille est incapable de gérer la ville 

d’Antananarivo. Il est vrai que le régime actuel ne cesse de mettre des bâtons dans les roue de l’ex-première dame. Cependant, l’équipe de la mairie ne peut pas se cacher derrière ce problème pour expliquer les défaillances dans la gestion actuelle de la Capitale. Lalao Ravalomanana aurait déjà dû s’y préparer en se lançant dans la course à la mairie.  En tout cas, la maire et son conseiller spécial devraient revoir leur copie afin de mener une politique productive avant que l’irréparable ne se produise. 

 A.R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la corruption – La vitesse supérieure enclenchée

Attendu depuis 2016, le Pôle anti-corruption (PAC) constitue une avancée majeure dans la lutte contre la corruption. Cette juridiction accélèrera le traitement des dossiers sur ce fléau.

Efficacité. La stratégie nationale de lutte contre la corruption (SNLCC) ne sera plus lettre morte. Les conditions sur son application sont réunies. Le Pôle anti-corruption (PAC), une juridiction dédiée à la lutte contre ce fléau national sera bientôt opérationnel.Le ministre de la Justice et garde des sceaux, Alexan­drine Elise Rasolo, a solennellement déclaré, lors de la journée internationale de lutte contre la corruption, le 9 décembre, que les magistrats constituant le PAC sont déjà connus. Il appartient au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) de valider les nouvelles affectations de ces magistrats. « Le CSM tiendra incessamment une session extraordinaire pour entériner la nomination de ces magistrats », annonce Alexandrine Elise Rasolo.Le directeur général du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO), Jean Louis Andriamifidy espère du changement. « Avec l’opé­rationnalité du PAC, les dossiers soumis seront traités rapidement. On est en mesure de savoir si les corrupteurs et les corrompus seront condamnés ou non dans un meilleur délai ». Constituant un goulot d’étranglement dans la lutte contre la corruption, la Chaîne pénale anti-corruption met des fois trois à quatre ans pour traiter un dossier. Il y a des cas où on ne sait pas l’issue des dossiers sous cette juridiction.Le PAC est une instance pertinente pour l’application de la loi sur la corruption.

Le nerf de la guerreToutefois, d’autres conditions sont requises pour l’effectivité de cette lutte contre la corruption.Présentée officiellement en septembre 2016, la SNLCC s’appuie sur plusieurs instruments juridiques. À part la loi anti-corruption et celle sur la mise en place du PAC, la loi anti-blanchiment et celle sur le recouvrement des avoirs illicites sont prévues dans cette stratégie. Les députés viennent d’adopter la loi sur la coopération internationale et bientôt, celle sur le recouvrement des avoirs illicites. Il s’agit notamment des décrets d’application.« Pour l’efficacité de cette lutte, nous attendons du gouvernement le décret sur la stratégie sectorielle de lutte contre la corruption. Il s’agit de mettre en place des cellules anti-corruption dans tous les départements ministériels. Par ailleurs, nous attendons également le décret sur la mise en place de la gestion dynamique des déclarations de patrimoines », poursuit Jean Louis Andriamifidy.Toutefois, les moyens financiers constituent le nerf de la guerre dans cette lutte contre la corruption. Les normes internationales exigent au moins 0,3% du budget de l’État à consacrer dans cette lutte. Actuellement, ce taux est à 0,10%, soit le tiers du montant nécessaire pour une lutte efficace.Dans cette optique, « on ne sait pas encore si les moyens mis à la disposition du PAC lui permet d’effectuer toutes les enquêtes sur les dossiers qui lui sont transmis », s’inquiète le DG du BIANCO. Néan­moins, les textes mis en place constituent déjà une avancée. Le classement de Transparency International au mois de janvier permet d’apprécier cette évolution.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Technologie – Un nouveau logiciel pour le LMD

La gestion informatisée de la scolarité fait partie intégrante de la mise en place du système LMD. Des formations sont en cours pour concrétiser ce projet.

Moderni-sation. Avec un système de scolarité vétuste et malgré les différents projets de mise en place du LMD, certaines institutions essayent tant bien que mal de s’adapter aux changements. C’est pourquoi la faculté de droit, économie, gestion et sociologie (DEGS) a organisée, la semaine dernière, une formation sur la gestion de scolarité modernisée. Cette formation, initiée en collaboration avec l’Agence universitaire francophone (AUF), s’intitule « La gestion fonctionnelle d’une scolarité au format LMD ». Elle représente  l’occasion  pour la Faculté de présenter  le développement des logiciels Scolarix et i-Renala.Ces outils technologiques constituent un Progiciel de Gestion Intégrée (PGI), développé par l’association Cocktail. Plus spécifiquement, la brique Scolarix a été mise en place au sein de quelques établissements d’enseignement supérieur public à Madagascar. « Actuellement, il est important de moderniser le système de scolarité », a souligné David Olivaniaina Rakoto, Doyen de la Faculté DEGS de l’Université Antananarivo, lors de la cérémonie de fermeture, vendredi.

MultifonctionsAu cours de cette formation animée principalement par le Professeur KONFE Ousmane Balira, du Libreville Gabon, les participants ont pu être dirigés sur la gestion de la scolarité, notamment sur la saisie informatique des formations, la gestion des notes et des examens etl’utilisation de la base de données.Le PGI est un système d’information global  permettant à un établissement une gestion optimisée de ses activités au quotidien et un appui au pilotage stratégique par l’obtention d’informations actualisées en temps réel, à partir de statistiques précises. Le progiciel est donc, par l’association Cocktail, qui regroupe une petite centaine d’établissements d’enseignement supérieur français (Universités et grandes écoles), correspondant à une grande variété de structures et de formations.Il est constitué de plusieurs « briques », nommées « sphères », qui renvoient aux différents domaines d’activités des établissements. Il y a la sphère patrimoine (gestion de l’immobilier), la sphère GRH (gestion des ressources humaines intégrée et paye),  la sphère GFC (Gestion Financière et Comptable), la sphère Scolarité (gestion de l’activité pédagogique, des inscriptions aux évaluations et diplomations, des plannings aux emplois du temps).

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Cybercriminalité – Douze individus incarcérés 

Le Parquet a mis douze cybercriminels, dont une mineure, sous les verrous depuis mars. Un facebooker vient d’être écroué, samedi.

Filature en ligne. La police a mis aux arrêts douze cyberdélinquants, dont une mineure, placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora.Depuis mars, la division de cybercriminalité et la brigade criminelle (BC), saisie de l’enquête, ont reçu trente-et-une plaintes sur diverses infractions commises, majoritairement sur Facebook. Les vingt-trois plaintes ont été traitées, impliquant vingt-six individus.Les griefs correspondent à la menace sur le réseau social suivie d’enlèvement d’enfant, publication des images à caractère pornographique, diffamation publique via Facebook, cyberarnaque, détournement de mineur, propagation de fausses nouvelles, exploitation non autorisée d’un réseau de télécommunication, installation de station radio sans licence, utilisation de fréquences non assignées et vol de communication téléphonique.Traduits devant le parquet, douze individus ont été envoyés derrière les barreaux, tandis que quatorze autres ont bénéficié d’une liberté provisoire.« Au moins trois victimes de sexting en ligne se sont présentées chez nous. Nous les avons ensuite conduites à la BC. Nous avons mené, dans la foulée, une investigation pour identifier et dissuader les agresseurs de récidiver sur d’autres personnes », a signalé un fin limier de la police de mœurs et de la protection des mineurs (PMPM).Une surveillance d’internautes suspects poursuit actuellement son cours pour mettre ceux malintentionnés hors d’état de nuire, d’après les précisions du ministère de la Sécurité publique.

DiffamationDes infographistes, informaticiens et simples utilisateurs de Facebook ont été déjà fixés sur leur sort, selon les statistiques délivrées par le service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions de la police nationale, vendredi.Un facebooker, connu sous le pseudo Taniah Navalona, âgé de 33 ans, s’est fait arrêter par la police, jeudi, à son domicile, à Itaosy. Plusieurs victimes de ses propos diffamatoires ont porté plainte contre lui.Mais il ne s’est pas arrêté avec ses dénigrements divulgués dans le groupe « vaovaontsika eto Madagasikara », selon un enquêteur de la BC, hier, au téléphone. « Il s’est même caché derrière la photo d’une femme, utilisée comme profil. Un vaste réseau des cybercriminels travaille pour un parti politique en vue de déblatérer les autres », a indiqué une source au niveau du service central des affaires criminelles (SCAC).Une dizaine de comptes fakes font actuellement l’objet d’une surveillance et contrôle stricte de la police de la division de cybercriminalité à Anosy.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Villa Pradon Antanimena – Faniah s’affiche sans complexe

Le rendez-vous mélodieux et romantique de ce week-end s’est tenu sur la scène du restaurant Le Complexe dans l’enceinte de la Villa Pradon Antanimena, dans la soirée du vendredi. Un moment unique, qui s’est vu être sublimé d’un amour réciproque pour la musique entre la chanteuse Faniah et son public à l’occasion. Rentrant dans le cadre de la promotion de son tout premier album « Lavitra ahy », c’est un cabaret-concert orné d’une grâce et d’une sobriété propre à elle-même que Faniah a alors présenté en ces lieux.Dans un cadre cossu, la chanteuse, accompagnée par une belle brochette de musiciens talentueux, tous réputés dans le milieu du jazz national, a fait chavirer le cœur des noctambules qui y ont répondu présents. Avec aisance et surprenante de jovialité, Faniah expose une nouvelle facette d’elle, enchaînant une à une les chansons de son répertoire qui composent son album.Faniah relate une histoire, plus précisément une histoire d’amour personnelle qu’elle entretient avec la musique depuis son plus jeune âge. De « Mandrakizay » composé par le chanteur Rolf, qu’elle chante depuis ses premiers pas au devant de la scène au tout début des années 2000 à « Topimaso », « Tsaroako tsara » et « Patrak’ala », toutes composées par son père Mamy Ramalanjaona, la chanteuse captive son auditoire au rythme de ce qu’elle qualifie de « Soul-fusion », teinté d’un zeste de blues et  de jazz.À ses côtés, Zo Tantely au piano, Rybota à la basse, Josia à la batterie, Manitra à la guitare, Andry Micka au saxophone et au trombone, Tsanta à la trompette et Toubih Rands au chœur, ont, eux aussi, fait preuve de créativité tout au long de la soirée. Ce concert au n’est que les prémices d’une belle aventure pour Faniah qui réserve d’autres surprises pour ses fans pour l’année à venir.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Environnement – Augmentation des surfaces à reboiser

La campagne de reboisement s’ouvre avec un nouvel objectif. Les surfaces à reboiser augmenteront à partir de cette saison 2017-2018. « Nous avons pu planter des pépinières sur 25 000 hectares, pendant la saison de reboisement 2016-2017. Nous allons les augmenter à 40 000 hectares», a annoncé la ministre de l’Environnement, de l’écologie et des forêts, le Dr Johanita Ndahimananjara à Ambohibary Moramanga, samedi, lors du lancement officiel de cette campagne de reboisement.C’est la moindre des choses, face à l’amplification de la déforestation sur le territoire national. En 2016, une surface de 200 000 hectares a été brûlée.De janvier à fin octobre, le MEEF a enregistré 270 000 hectares de superficie incendiée. Les 44 000 ha seraient des forêts. Les conséquences de cette forte déforestation, engendrant le changement climatique, commencent à se faire sentir. Dans les grandes villes, l’approvisionnement en eau et en électricité diminue suite au tarissement de l’eau, à défaut de précipitations. En la saison culturale précédente, les paysans se sont plaints de la forte baisse de leur récolte, à cause de la sécheresse qui a sévi.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Mini Miss de Rta – De nombreuses prétendantes au titre

Joyeuse réaction de la part des petites filles accompagnées de leurs parents pour venir s’inscrire au Concours Mini Miss le samedi 9 décembre au Terrace à Antanimena. 

Prêtes pour une merveilleuse aventure semble le terme approprié pour décrire l’attitude des petites filles, accompagnées de leurs parents, pendant les inscriptions au concours de Mini Miss, organisé par la RTA. Dès 10 heures du matin, les sourires d’ange des bambines, soutenues par la fierté de sa famille, ont illuminé la journée du samedi 9 décembre au restaurant Le Terrace à Antanimena, jusqu’à 16 heures.Elles sont venues pour s’inscrire, bien motivées, mignonnes comme tout dans leur petite robe et leur jolie coiffure. « J’emmène Mitia, ma petite nièce de six ans. Sa maman aime le défi. Elle adore faire participer sa fille à ce genre de concours. Elle est aujourd’hui occupée pour une raison professionnelle. Je suis venue à sa place pour inscrire Mitia, en guise de mon soutien, histoire de faire découvrir d’autres choses à la petite. Mitia va s’éclater et faire des copines pendant ce concours,», a précisé une jeune femme avec enthousiasme.Une fois que l’adulte responsable a rempli un formulaire relatif au concours, chaque candidate a marché sur un petit trajet en prenant quelques postures coquettes apprises par la styliste Kalaneny. Elles étaient une bonne cinquantaine à avoir répondu à l’appel samedi. Les inscriptions restent ouvertes jusqu’au mercredi 13 décembre à midi, au siège de la Rta à Ankorondrano pour celles qui ont raté celles de samedi.

Petite ambassadriceUne formation sur la façon de parler en public et une éducation civique seront dispensées aux candidates ce mercredi à partir de 14 heures. Elles vont passer l’étape de la demi-finale le mercredi 17 décembre à partir de 14 heures au Dôme RTA à Ankorondrano.La finale se tiendra au même endroit le 22 décembre. Comme tous les concours de beauté, Mini Miss a ses critères pour élire sa petite couronne. Le visage, la coquetterie, et la façon de défiler sur trois tenues dont une de ville, une de cérémonie, et une traditionnelle sont les points pour les départager. La lauréate fera un appel aux dons pour aider les enfants défavorisés pendant les fêtes de Noël, qu’elle partagera en portant sa couronne, comme ses aînées.L’objectif de Mini Miss consiste à inculquer la notion de générosité chez les petites filles. « Elle sera la petite ambassadrice de la générosité », selon Naya Razafy, responsable de cette organisation de la RTA. Une émission spéciale sur cet événement sera diffusée sur la chaîne de télévision RTA à partir de lundi ; une émission de plus, destinée aux petits enfants en cette période de Noël.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – N1A – Premier titre pour ASCB 

La ligue de Boeny a réalisé un doublé aux championnats nationaux N1A. ASCB et SBBC sont sacrés champions 2017.

Doublé Majungais. Le basketball de Boeny est en pleine forme. La preuve, les titres nationaux N1A ont été ravis par deux équipes de Mahajanga en l’occurrence l’Association sportive et culturelle de Boeny chez les hommes et le Soma Beach basketball club chez les dames.À l’issue d’une finale 100% majungaise, l’ASCB sort vainqueur par 71 à 65 contre SBBC. Le premier est un club regroupant les jeunes membres de l’équipe nationale de l’Afrobasket U16 en 2013 tandis que Soma beach n’est que l’ancien fameux Sebam, multiple champion national dans les années 2000. En demi-finales, les protégés de Jeannot Ravonimbola avantagés par leur sérieux, leur physique et leur cohésion ont réalisé un exploit car à sa première année en N1A, ils ont pu éliminer le club champion en titre, l’ASCUT Atsinanana.De son côté, SBBC a écarté la GNBC Vakinan­karatra pour se qualifier en finale. Déterminés, Elly Randriamampionona et consorts ont largement mené 22 à 7 à la fin du premier quart-temps puis 37 à 29 à la pause. La bande à Zayad Ahmed a essayé de remonter la pente au retour des vestiaires et réduit l’écart, 48 à 51 en fin de la troisième période.L’ASCB a donc réalisé un doublé cette saison en arrachant à la fois la Coupe du président et le titre de champion national.

Pas de miracle« Il n’y a pas de miracle en sport, ces victoires sont les fruits de nos efforts et entraînements. On essaye de chercher sans cesse de meilleurs résultats. On est champion chez les U16 et U20 et vice champion chez les U18. Et là on vient d’arracher le titre des seniors », se réjouit Jeannot Ravonimbola, coach de l’ASCB.Ce club aura donc comme prochain objectif le sommet de l’océan Indien qui est qualificatif à la coupe d’Afrique. Elly Randriamampionona de l’ASCB est à la fois sacré meilleur joueur et meilleur marqueur et Donga Stevel de Cosfa meilleur tri-pointeur. La troisième place revient à Ascut.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Mandoto – Un litige foncier fait quatre morts et six blessés

Des héritiers se sont attaqués à Analavory, dans le district de Mandoto, région Vakinankaratra, vendredi, à 9 heures. Leur litige foncier s’est soldé par la mort de quatre individus et six blessés graves. Une troupe de cousins, ayant pris d’assaut l’autre, a impliqué dans cette affaire un témoin qui refuse de signer le partage forcé de la propriété.« Les assaillants ont payé des mercenaires armés qui ont été mandés depuis Miandrivazo lorsqu’une indivision du terrain a été décidée par les parents », a indiqué une source proche de la brigade de Mandoto, hier, dans un entretien téléphonique. Les victimes ont appelé au secours quand une horde d’intrus s’est infiltré dans leur domicile et les ont menacées avec du sabre. Les membres de Zama, chargés de la sécurité locale, sont immédiatement intervenus. Un affrontement a éclaté, faisant quatre morts et six blessés.La maison du témoin a été réduite en cendre, selon les explications d’un notable. Les forces de l’ordre ont mis la main sur trois des mercenaires pyromanes qui ont été ensuite placés en garde-à-vue dans les locaux de la brigade locale.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Droit de l’Homme – La CNIDH dénonce la loi du plus fort

En marge de la présentation de son rapport d’activité annuel jeudi à l’hôtel Carlton, Mireille Rabenoro, présidente de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a déclaré que des citoyens commencent à approcher la CNIDH pour lui faire part de leurs problèmes. « La loi du plus fort a tendance à se généraliser en ce moment. Heureusement, les gens qui se laissaient faire auparavant, approchent de plus en plus la CNIDH pour porter leur revendication », a-t-elle affirmé. Selon elle, les habitants des localités que les membres de la CNIDH ont pu visiter commencent à lui faire de plus en plus confiance. « On voit de plus en plus de personnalités issues de communautés locales se manifester et prendre la direction d’un mouvement de plus en plus structuré », a-t-elle soutenu.Il faut également savoir que la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme a fait preuve de détermination malgré un cruel manque de moyen. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Freddie Maha­zoasy, représentant le président de l’Assemblée nationale, a fait remarquer cette lacune qui n’est pas sans répercussions dans les activités de la CNIDH. « Pour le moment, vos moyens ne sont pas encore conséquents pour permettre de vous rapprocher du but. En dépit de ces entraves évidentes, vous avez mis un point d’honneur à produire, déjà avant la fin de l’année, un rapport sur l’état des droits de l’Homme à Madagascar, dont la réalisation constitue sans doute un véritable parcours du combattant », a-t-il soutenu.

Beaucoup reste à faireDix sept régions sur les vingt deux existantes ont été visitées par la CNIDH. Lors de leurs descentes sur terrain, les membres de la CNIDH ont reçu plusieurs plaintes concernant des étrangers voulant expulser des habitants installés depuis déjà plusieurs années sur un terrain. « Les plaintes qui nous sont déposées concernent le plus souvent le domaine foncier. Beaucoup se plaignent des étrangers qui prétendent posséder le terrain sur lequel ces habitants ont bâti leur maison des années auparavant », a expliqué Mireille Rabenoro lors d’un entretien.Les dossiers qui ont fait sensation cette année sont, sans contexte, l’affaire Antsakabary et l’affaire Clovis. Ces deux « cas d’injustice » ont connu des évolutions relativement positives depuis le commencement des enquêtes. « Le dossier Antsakabary est depuis peu introduit à la justice. Il faudra être patient pour avoir des résultats car je pense que le procès sera plus long. Concernant l’affaire Clovis, il est sorti de prison en juillet. Toujours est-il qu’un sursis pèse sur lui. Notre objectif est de lui enlever toute forme de peine », a déclaré la présidente de la CNIDH.

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Tour cycliste international de Madagascar – Bruno Cesar do Amaral double la mise

En quatre étapes, les Angolais imposent leur suprématie en gagnant trois victoires. Mario Bruno Lemos sort victorieux à Ilakaka et Bruno Cesar do Amaral s’offre un second succès à Ambalavao.

Et de deux pour Bruno Cesar do Amaral, le coureur de l’équipe Bai/Sicasal d’Angola. Après une grande victoire durant la seconde étape du Tour cycliste international de Madagascar(TCIM) à Ilakaka, il réédite son exploit en enlevant la quatrième étape reliant Ilakaka à Ambalavao, longue de 137 km en 3h36mn41sIl coiffe de nouveau le Malgache Mazoni Rakotoarivony au sprint à l’arrivée, ainsi que le Hollandais Engelen Van Aden qui termine troisième.«On maintient notre objectif, gagner des victoires d’étapes et conserver le maillot jaune du leader au temps avec Dario Manuel Antonio. On reste confiant pour la suite», rappelle Bruno Cesar do Amaral, endossant le maillot Eau vive du vainqueur d’étape.Samedi, la victoire de la troisième étape reliant Sakaraha à Ilakaka est revenue à l’Angolais Mario Bruno Lemos de Carvalho, en 2h10mn38s, devant son compatriote Bruno César do Amaral.

Mazoni tout seulPour revenir à la 4e étape, les Angolais sont restés solidaires dans leurs efforts en étant toujours au devant du peloton. Il a fallu attendre cinq kilomètres avant le Prix de la montagne Madauto à  Ankaramena pour voir Mazoni Rakotoarivony les attaquer, eux ainsi que les Hollandais. Résultats, Il gagne le Prix de la montagne devant Engelen Van Aden (Hollande) et le maillot jaune.«J’étais tout seul avec les Hollandais et les Angolais. C’était très difficile de gagner contre ces coureurs chevronnés. J’ai quand même pu voir que les Angolais peuvent faiblir en montagne», mentionne Mazoni Rakotoarivony. Ses coéquipiers de l’équipe Bank of Africa comme Dama Miarintsoa, Dino Mohamed Houlder ou encore Emile Randrianantenaina de l’équipe Unicef n’étaient pas capables de suivre le rythme des hommes de tête.Résultats des comptes, Dario Manuel Antonio endosse fermement le maillot jaune du leader au temps. Il reste le meilleur grimpeur de l’équipe Bai Sicasal d’Angola. Il était le seul coureur a pouvoir chercher Mazoni Rakotoarivony devant avec le Hollandais Engelen Van Aden. Il sera très difficile de lui enlever le maillot jaune.Ce jour, le TCIM observera une journée de repos à Manakara. La cinquième étape sera le critérium de la ville de Manakara qui sera longue de 90km.Toutes les équipes feront le point. Surtout les Malgaches qui sont toujours à la recherche d’une première victoire d’étape.

Les maillots du jour

-Maillot Eau vive du vainqueur d’tape: Bruno Cesar do Amaral (Bai/Sicasal Angola)-Maillot Jaune Bank of Africa du meilleur au temps: Dario Manuel Antonio (Bai/Sicasal Angola)-Maillot Unicef du premier Malgache: Mazoni Rakotoarivony (Bank of Africa Madagascar)-Maillot Canal Plus des points chauds: Bruno Cesar do Amaral (Bai/Sicasal Angola)-Maillot Madauto de la montagne: Mazoni Rakotoarivony (Bank of Africa Madagascar)-Maillot Organisation de la francophonie de l’intégration: Engelen Van Aden (Pays-Bas)-Maillot Signal de l’légance : Andriamirado (Equipe XXL)-Maillot PMU Madagascar de la plus longue échappée malgache : Dama Miarintsoa (Bank of Africa Madagascar)-Maillot Caprice du plus jeune : Dario Manuel Antonio (Bai/Sicasal Angola)-Maillot Shell du fair-play : Dino Mohamed Houlder (Bank of Africa Madagascar)-Maillot l’Express de Madagascar de la plus longue remontée: Emile Randrianantenaina (Equipe UNICEF Madagascar)-Maillot Midi Madagasikara du combiné: Joharivelo Andrianjaka (Bank of Africa Madagascar)-Maillot Htel White Palace du plus ancien: Didier Langlois (Equipe de France)

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Dames – L’expérience du SBBC

Pour sa première saison en N1A, Soma Beach a remporté le titre chez les dames en s’imposant en finale sur un score de 71 à 63, face à MB2ALL Analamanga, vice champion lors de la précédente édition.La formation majungaise est composée presque en in­tégralité par celles de l’ancien Sebam. Ce club a aligné des joueuses expérimentées en choisissant les anciennes membres de l’équipe nationale comme Lydia et Prisca. Elles ont mené largement 31 à 22 à la fin du premier quart-temps et 47 à 44 à la pause.L’équipe du chef de région Analamnga réduit l’écart en fin de la troisième période, 44 à 47 en faveur toujours de SBBC. Les protégées du coach Hyacinthe Randrianjafy ont su garder cet écart jusqu’à la fin de la rencontre.« On a des joueuses plus âgées mais expérimentées… Elles ont su donner des leçons aux jeunes », confie Hyacinthe Randrianjafy. « Nous étions solidaires et confiantes sur le terrain. On a des joueuses de grande taille et surtout une meneuse qui a bien assuré son poste », explique Lydia Rasoanirina de leur victoire. Fanja Raholiarisoa de SBBC est élue meilleure joueuse et marqueuse du championnat. Fandrefiala se contentait cette fois de la troisième place.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Analamanga – IRC en finale, TAM  en demi-finales

La première demi-finale du championnat d’Anala­manga, dénommée Top 9, a eu lieu ce dimanche. La forte pluie en début d’après-midi n’a pas empêché les amoureux de l’ovale de la capitale à remplir le stade de Malacam Antanimena.Iarivo Rugby club a validé son ticket pour la finale en battant de justesse par un petit point d’écart 3FB sur un score de 13 à 12, en demi-finale. L’équipe de la commune urbaine d’Antana­­narivo a déjà devancé la bande à José Rakoto de 10 à 6 à la pause.Radadatoa a offert à son équipe un essai dès l’entame de la première période. Iarivo RC rencontrera en finale le vainqueur de la deuxième demi-finale entre TFMA et TAM, qui aura le week-end prochain. TFM Ankasina a eu sa qualification pour les demi-finales en éliminant VX Family et le club de Tanoran’Anosibe Milalao a, pour sa part, obtenu hier son ticket en s’imposant au bout du suspense TF Anatiohazo, lors du troisième et dernier match de barrage.Leur score était de 15 partout après les deux prolongations de dix minutes ainsi que la troisième prolongation mort subite. Ce score était de 12 partout au terme des 80 minutes réglementaires. Selon le règlement de compétition, l’équipe qui obtient le plus de carton rouge est vaincue.Et la victoire revient au club d’Anosibe car un joueur de TFA a eu un carton rouge en deuxième période de la rencontre. TAM disputera donc, ce dimanche prochain, le deuxième ticket pour la finale face à TFMA.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – La maîtrise de la lecture et de l’écriture à renforcer

Une nouvelle méthode de la lecture et de l’écriture sera appliquée dans les écoles primaires, dans le cadre de la mise en œuvre du Plan Sectoriel de l’Éducation (PSE) et dans l’amélioration de la qualité de l’éducation à Madagascar. Un atelier de partage sur cette méthode se déroule au Centre Régional de l’Institut National de Formation Pédagogique (CRINFP) Benasandratra en ce mois de décembre, pour les responsables pédagogiques de chaque région qui vont former, à leur tour, les enseignants.La maîtrise de ces fondamentaux de l’enseignement serait pitoyable. «Il y a encore ceux qui ne savent pas écrire convenablement leur nom, en classe de 7e. C’est un réel blocage pour le reste de l’enseignement. S’ils ne savent pas écrire leur nom, ils auront aussi du mal à maîtriser le reste», confient des enseignants de la classe de 7e dans les écoles primaires publiques.Dans cette nouvelle méthode de lecture-écriture, les élèves de la première année, devraient maîtriser les vingt-et-une lettres de l’alphabet malgache.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Slam national – Antsirabe rafle tout

« Soutenez le mouvement et restez vivant! ». C’est à travers ces quelques mots que toute une pléiade de jeunes artistes se sont retrouvés autour d’un même état d’esprit le temps d’une semaine. Originaires de huit grandes villes à savoir Antananarivo, Toliara, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina, Antsiranana, Antsirabe et Taolagnaro, ils étaient en tout près d’une bonne quarantaine de jeunes poètes urbains à avoir donné de la voix, le temps de ce festival unique, qui a éveillé à la fois les sens et l’inconscience de son public.Tout juste par la seule force des mots, le « Slam National » qui arbore toujours aussi bien son nom et ce même s’il ne cesse d’acquérir une grande portée à l’international, s’est brillamment clôturé samedi après-midi.Un festival initié par l’association Madagaslam, en étroite collaboration avec l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely où s’est tenue la finale. Le « Slam National » a vu la consécration d’une ville d’ores et déjà réputée pour la créativité de ses artistes. Cette année, Antsirabe, capitale de la région Vakinankaratra a ainsi surclassé les autres dans le cadre de la compétition nationale du festival, aussi bien en individuel qu’en équipe. Déjà une figure incontournable dans le milieu, Barry Benson s’est démarqué dans la catégorie individuelle. Pareil en équipe où il a brillé aux côtés de Kasaina et Jao Kely en représentant la Ville d’Eaux.Pour le slameur Barry Benson, cette victoire a comme une belle odeur de revanche qui est la bienvenue. Comme tout artiste, le jeune homme s’est toujours plu à laisser la part belle à sa créativité, mais aussi à porter un regard critique sur la société. De nature très éloquent, Barry Benson est très apprécié par le public du « Slam National », entre autres, pour sa vision caricaturale de la vie politique du pays.Une grande qualité qui lui a d’ailleurs valu d’être le premier présentateur de l’émission parodique « Le rendez-vous, tsy mahaleo ny sampona ». Audacieux avec un franc parler à travers sa poésie donc, Barry Benson a conquis les oreilles attentives du public et jury du concours lors de la finale à l’IFM Analakely. Fidèle à lui-même, c’est toujours sans concession, taquin et acerbe dans le choix de ses mots que Barry Benson transcende avec son slam.De quoi nous rappeler son fameux « École des présidents », où il pointait du doigt une politique paresseuse et égoïste. « Bienvenu à ce cours de rattrapage des conneries diplomatiques et présidentielles. On enseigne ici les diplomates de tous genres, les bons, les brutes et les sans cervelles » scandait-il à l’époque. En équipe, c’est tout aussi énergique que Barry Benson, la jeune Kasaina et Jao Kely se relayaient les rimes, les proses et les vers.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Slalom – Last race – Hugo Louvel sacré champion

Champion de Madagascar de karting en 2014 et désormais champion de Madagascar de slalom 2017. Le jeune Hugo Louvel, dix-sept ans seulement, gravit les échelons du sport automobile à un rythme fulgurant. Hier, il s’est imposé à l’issue de l’ultime rendez-vous du championnat de slalom, à savoir la Last Race, sur le circuit TMF. Au volant de sa Citroën C2, il a terminé avec un cumul de 2min 41,45sec (piste A : 1min 20,44sec, piste B : 1min 21,01sec). Soit 1,20 sec de mieux que son rival sur Peugeot 106, Laza Randriamifidimanana, qui a fini avec un cumul de 2min 42,65sec (piste A : 1min 21,31sec, piste B : 1min 21,31sec). Ce succès permet à Hugo de s’assurer du titre, puisqu’il boucle la saison avec un total de 154 points. Derrière, Laza accuse un retard de dix longueurs au classement final du championnat.Comme on s’y attendait, la course de ce weekend a tenu toutes ses promesses. L’ultime affrontement entre les deux protagonistes du championnat a offert un spectacle mémorable au public, venu en masse pour assister au duel décisif de cette fin d’exercice.Un affrontement durant lequel Hugo a pris un premier avantage en terminant premier samedi après-midi, au terme de la première manche. Hier, il a poursuivi sur sa lancée lors de la deuxième manche, en améliorant notamment son chrono sur la piste A, le confortant ainsi sur le fauteuil de leader, qu’il n’a jamais quitté.Le sacre d’Hugo est un exemple de persévérance. Ces trois dernières années en effet, il a fini à la place de vice-champion à trois reprises. Mais il n’a jamais abdiqué, au contraire. Et aujourd’hui, il a fini par accéder à la plus haute marche. « Enfin ! », s’est-il exclamé à l’issue de la course de ce weekend. Un mélange de joie, de satisfaction et de sentiment du devoir accompli. Outre son talent évident en termes de pilotage, l’avènement d’une nouvelle voiture cette saison, à savoir la pétillante Citroën C2, machine en vogue à Madagascar dernièrement, l’a également aidé dans la conquête du titre. Il marche ainsi sur les traces de son père, Gérard, ancien champion de Madagascar de rallye, qui lui donne certainement de précieux conseils dans sa jeune carrière.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Collision frontale  à Anosizato

Deux voitures de marque Mazda et Hyundai Atos, les deux roulant à plein gaz, selon les témoins, ont fait une collision frontale à Anosizato, hier matin. Au moins deux blessés ont été acheminés aux services d’urgence d’un hôpital à Ampefiloha, a indiqué un policier sur place. Les dégâts matériels ont été importants.

L'express de Madagascar0 partages

Pluie d’argent

Il est de juillet comme il est de décembre. Si juillet, avec cinq samedis, cinq dimanches et cinq lundis, était qualifié par la croyance chinoise de « poche pleine d’argent », décembre, avec cinq vendredis, cinq samedis et cinq dimanches, n’est pas moins porteur de bonheur à en juger faits. Et il n’aura pas fallu attendre 823 ans pour que la chance revienne pour l’État. Une véritable pluie d’argent s’est abattue en cette fin d’année. Par deux fois en l’espace d’une semaine, la Banque mondiale a débloqué 45 millions de dollars alors que le Fonds monétaire international a décaissé, les yeux fermés, la troisième tranche de la Facilité élargie de crédit d’un montant de 45 millions de dollars. Ce qui fait en tout 135 millions de dollars en un mois. A cela s’ajoutent les 1,3 milliards de dollars de la Banque mondiale pour le programme pays 2017-2021 et les 86 millions de dollars de Fmi  octroyés en juillet dans le cadre de la 2e tranche de la Fec. Pas mal pour terminer l’année et entamer 2018 dans un certain confort. De quoi assurer une retraite dorée aux futurs ex-députés qui n’ont rien cotisé pendant leur mandat mais qui vont sucer l’État.Pour les bailleurs de fonds tout marche comme sur des roulettes, « tous les objectifs indicatifs ont été atteints , la reprise économique graduelle se poursuit, avec une croissance solide et une stabilité macroéconomique persistante, les résultats budgétaires ont été conformes aux prévisions, la politique monétaire et la politique de change ont permis de bien gérer les risques liés à l’évolution des transactions extérieures courantes, l’ariary s’est apprécié légèrement en valeur effective réelle et la banque centrale a accru sensiblement ses réserves de change pour les porter bien au-delà des objectifs fixés dans le programme ». Voilà donc les motivations d’un appui supplémentaire au gouvernement qui a rempli toutes les conditions posées. Pour l’opinion en général, c’est tout le contraire.Que d’argent donc pour l’État globalement même si chaque déblocage a un objectif spécifique et une utilisation déterminée. Justement pour l’opinion, avec tout cet argent l’État doit pouvoir résoudre tous les problèmes inhérents au quotidien de la population en particulier la hausse conjuguée du prix du riz, du carburant, la dépréciation de l’ariary, l’insécurité. Ce ne sera pas le cas. On aura beau annoncer une croissance de 4,1 %, cela restera absolument abstrait si cela ne se traduit pas par une amélioration des conditions de vie de la population. Et malheureusement depuis presque 35 ans de collaboration avec les bailleurs de fonds et les différentes politiques de redressement adoptées, l’échec a toujours été cuisant comme en témoigne cette pauvreté grandissante depuis 1982. Quand les bailleurs de fonds constatent que Madagascar est le seul pays, à l’abri d’une guerre, qui s’est appauvri, ils doivent se regarder dans une glace. On rejette souvent la responsabilité à la récurrence des crises et l’incompétence des dirigeants, mais il faut également tenir compte de l’inefficacité des programmes adoptés. Augmenter les recettes de l’État en relevant de 100%  les taxes sur les carburants, ne fera qu’effriter davantage le pouvoir d’achat de la population et rogner encore plus le revenu de deux dollars par jour. Si la croissance n’a aucun effet sur les conditions de vie des gens, c’est parce que le taux d’inflation lui est nettement supérieur.Puissent les 45 millions de dollars de la Banque mondiale permettre une croissance inclusive et résiliente comme l’objectif du programme l’indique, faire en sorte que ces résultats macroéconomiques positifs se reflètent dans le quotidien des plus vulnérables avec un accès aux opportunités économiques, un appui aux réformes du domaine foncier, de transports, aux collectivités locales, d’entretien des routes et d’énergie. Reste à savoir comment les choses vont être gérées pour que les intentions se traduisent par des résultats tangibles, pour que le pactole ne se retrouve pas dans le budget électoral d’un candidat. Ceci dit , pluie d’argent n’a jamais été mortelle.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sans vie découvert

Le corps sans vie d’un homme âgé de 40 ans a été retrouvé dans un gouffre à Antsahabeloha, à Alatsi­nainy Bakaro, samedi matin à 5h30. La victime ayant le verre dans le nez, selon le médecin lors du constat, a été remontée par le fokonolona. Une enquête a été pourtant ouverte par la gendarmerie.

L'express de Madagascar0 partages

Le secteur privé consulté

La Jirama annonce que la révision du tarif d’électri­cité bénéficiait d’une consul­tation du secteur privé. D’après un respon­sable de la société, une réunion sur cette révision du tarif avait eu lieu fin novembre entre les membres des groupe­ments économi­ques, et de la compagnie de distribution d’électricité et de l’eau, sous l’égide de l’Economic develop­ment board of Madagas­car (EDBM). A partir de janvier 2018, la hausse du tarif d’électricité est au rendez-vous. Cette révision touche princi­palement la facture des industries et des entre­prises.

L'express de Madagascar0 partages

Jean Benoit Manhes – « Notre objectif est de sensibiliser un maximum de jeunes » 

Cela fait la troisième année consécutive que l’Unicef Madagascar s’est affiché comme un des gros partenaires du Tour cycliste international de Madagascar (TCIM). Quelles sont les raisons et aboutissants de cette implication?Vu le succès de notre participation dans les années précédentes avec les activités de sensibilisation, nous avons décidé encore une fois, d’être parmi les grands partenaires de ce tour de Madagascar, afin de donner  aux jeunes l’opportunité de s’exprimer, de faire connaître leurs opinions et idées et de devenir des agents du changement. Cette année, nous allons marquer notre passage à Manakara en organisant une course à vélo pour les enfants du niveau primaire. Finalement, les étapes du tour seront une occasion pour l’UNICEF d’être présent et de faire les points sur les droits de l’enfant dans toutes les localités. Ainsi que de faire entendre les activités de l’UNICEF à Madagascar et dans le monde entier.Au fil des éditions du TCIM, Unicef Madagascar propose un thème à véhiculer tout au long du TCIM. En 2016, la sensibilisation avec vos partenaires s’est concentrée sur les droits de l’enfant avec des spectacles de marionnettes qui ont séduit les enfants et tout le grand public.

Quel sera le thème cette année?Cette année, notre participation se fait plus innovante avec la mise en marche du TIC Bus (Bus connecte à Internet), fruit de partenariat avec le Ministère des Postes, des Télécommuni­cations et du Développement Numérique et Orange, qui nous ont fait confiance pour la mise en œuvre du programme de protection des enfants en ligne à travers notre programme « WeProtect ». Ce sera un moment crucial pour les informer sur les outils disponibles mis en place par UNICEF et ses partenaires pour prévenir les divers abus et exploitation des enfants en ligne, ainsi que les divers mécanismes pour eux de rapporter des cas.

Unicef Madagascar a choisi de récompenser le premier Malgache  et mettra également une équipe qui va courir avec ses couleurs. Quelles sont les raisons de ce choix?Nous voulons montrer notre soutien au peuple malgache en mettant en valeur les aspects positifs de ce beau pays. Avec ces coureurs, nous espérons répandre les messages de la présence de l’UNICEF partout pour les enfants mais aussi d’être un organisme qui va vers les communautés vu les différents aspects de nos interventions sur les terrains.

Unicef Madagascar est présent dans le sponsoring sportif avec le tennis et le cyclisme. Existe-t-il une politique bien déterminée par rapport à cette décision de sponsoriser une discipline sportive donnée?Le sport est un volet important dans le développement du jeune enfant et de sa bonne santé. C’est aussi une manière, pour nous, de rassembler tous les enfants (garçons et filles) issus de différentes couches sociales. Car l’équité est, pour l’UNICEF, primordial afin de ne laisser aucun enfant derrière. Notre objectif est surtout de diversifier notre intervention afin de plaider pour la promotion des droits de l’enfant dans tous les domaines possibles.

Propos recueillis par D. R.

L'express de Madagascar0 partages

Cercle Germano-Malgache – « Tovolah Boto Radio » affiche un rap conquérant

À l’ancienne tout en promouvant une belle touche de modernité. La prestation du rappeur Bigga Tovo sur la scène du Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely, samedi après-midi, n’a pas laissé indifférents les férus de culture hip hop venus le rejoindre à l’occasion. Un rap engagé, qui resplendit de fraternité et d’ambition également, a ainsi émerveillé l’auditoire qui a répondu présent à ce concert chaleureux. Bigga Tovo, à travers son label Kolontsaina Mainty, se redécouvre ainsi avec « Tovolah Boto Radio ».Un  grand moment de convivialité euphorique par le biais du hip hop et en ode à la culture urbaine dans toute sa splendeur, le concert qui a égayé le CGM Analakely s’est affirmé comme étant à la fois nostalgique et conquérant. Se rappelant la belle époque du rap des années 90, portées entre autres par ces sonorités dites « Boom Bap » plus contemporaines, les retrouvailles avec Bigga Tovo ont ravi toute une génération d’inconditionnels de musique urbaine.Le concert s’enchaîne ainsi tambour battant vers 16h, faisant vibrer les lieux de ses rythmes tonitruants. L’un des pionniers du rap malgache dans les années 90, notamment avec son Karnaz, Bigga Tovo pointe du doigt l’oisiveté de la société, plus précisément celle d’une jeunesse procrastinatrice.« L’heure est venue pour nous de remettre les pendules à l’heure, de faire entendre nos voix et de se mettre en quête d’un avenir meilleur pour ce pays » confie-t-il. De là, il convie le public à découvrir ses nouvelles compositions tout droit issues de son dernier album : « Boto Radio ». Notamment, « Araho ny bpm », ainsi que « Antsika aby » et « Avy lavitra », à travers lesquelles, Bigga Tovo évoque son parcours, mais aussi cet attachement particulier qu’il porte à sa patrie.Ce concert au CGM Analakely était aussi l’occasion, pour le rappeur, d’apporter une touche d’innovation pour le rap national.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Septième édition du salon ITM

La septième édition de l’International Tourism Fair Madagascar (ITM), organisée par l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) en partenariat avec le ministère du Tourisme, aura lieu du 31 mai au 3 juin 2018. Les organisateurs maintiennent toujours le Village Voara Antananarivo comme lieu de manifestation. L’évènement promet en termes d’opportunités. Pour les professionnels du tourisme, il sera l’occasion de présenter leurs offres à la centaine de tours opérateurs internationaux invités pour nouer des partenariats.

L'express de Madagascar0 partages

Tentative de vindicte populaire

Une tentative de vindicte populaire à l’encontre de cinq suspects a été empêchée par la gendar­merie, dans la commune de Farahalana, district de Sambava, vendredi. Deux pistolets automatiques et six fusils de chasse de calibre douze, ainsi que des vanilles ont été saisis sur ces cinq individus. Ces derniers ont été transférés à la brigade de Sambava.

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Les Angolais s’amusent !

Qui peut battre ces Angolais dans ce Tour de Mada cycliste ? C’est la question qui se pose après l’étape Sakaraha – Ilakaka où ils ont carrément dicté leur loi.

Des Angolais, rien que des Angolais qui raflent tout sur leur passage. Ils viennent à trois sur un rush comme c’était le cas samedi.

Et si le maillot jaune reste la propriété de Dario Manuel  pourtant 11e à l’arrivée à Ilakaka, Bruno César a poussé le luxe de s’effacer pour permettre à son coéquipier, Mario César, de s’offrir une belle victoire d’étape tissée de bout en bout par un bel esprit d’équipe avec des hommes capables  de descendre à 100 km/h.

C’est énorme et cela met le camp malgache hors du coup puisque le meilleur coureur local est à la 7e place avec Mazoni.

Certes il y avait quelques sursauts malgaches dont des échappées de Dama et également de Joharivelo mais en un rien du temps, la cavalerie angolaise débarque,  étonnante de puissance et d’une puissance déconcertante.

La seule véritable opposition face à l’Angola reste la Hollande. Enfin presque car samedi. Jan Groenenveld,  Bob Wubben et Win Botman finissaient respectivement à la 3e, 4e et 5e place.  Décidément.

Clément RABARY

Madagate0 partages

Madagasikara. Ilontsera: ankatoky ny fifidianana, aza atao sorona ny vahoaka sy ny mpanao gazety

FANAMBARANA MOMBA NY TONTOLON’NY SERASERA SY NY FAMPITAM-BAOVAO ETO MADAGASIKARA MANOLOANA NY TETI-PANORINA POLITIKA ANKEHITRINY SY HO AVY

Herintaona taorian’ny naha lalàna manan-kery ny Fehezan-dalàna momba ny serasera dia tsapa ankehitriny fa manampy trotraka ary tsy mamaha olana velively araka ny nampanantenaina ny « fampiharana » azy kanefa dia natao amboletra ny fandaniana ny lalàna tamin’izany fotoana izany, izay naroso ho toy ny fanafody mahagaga itsaboana ny aretina rehetra mahazo ny tontolon’ny asa an-gazety sy ny serasera. Indrisy fa tsy toy ny hamehana tamin’ny fampandaniana ny Fehezan-dalàna ny fampiharana azy satria toa mampetimety ny tombontsoa ara-politika sasany ny lesoka misy sy ny fampitarazoana ny fananganana ny rafitra isan-tokony takian’ny lalàna. Efa hita teto amin’ny Firenena ny voka-dratsin’izany sy ny fanaovana ho maharitra ny rafitra vonjimaika ka manome vahana ny tsy maty manota sy ny fihoaram-pefy ary ny fanararaotam-pahefana isan-karazany. Ohatra mivaingana ny tsy fananganana ny Fitsarana Avo manokana ho an’ny tompon’andraikim-panjakana (Haute Cour de Justice).

Na dia teo aza ny fanamarihana nataon’ny Fitsarana Avo momba ny Lalàm-panorenana ny amin’ny tokony hametrahana mazava ny maha-mahaleo tena ny ANRCM (Autorité Nationale de Régulation de la Communication Médiatisée), Rafi-pahefana mifehy ny tontolon’ny serasera, dia tsy nasiana fotony izany. Na dia milaza ihany koa ary ny lalàna fa tokony hatsangana ao anatin’ny 12 volana aorian’ny famoahana azy hanan-kery ny ANRCM dia tsy tanteraka izany na dia ny volana oktobra 2016 aza no efa navoaka tao amin’ny Gazetim-panjakana ny Fehezan-dalàna.

Ohatra amin’ny lesoka hita ihany koa ny momba ny mpikambana 11 mandrafitra ny ANRCM satria telo ihany no solontena avy amin’ny sehatra tsy miankina ary ny 8 dia avy amin’ny sehatr’asam- panjakana avokoa. Ity rafitra ity anefa no tokony handray ny fitarainana, toy ny nahazo ireo mpanao gazety avy amin’ny haino aman-jery mpanohitra izay voahilika tamin-kerisetra tsy navela anatrika « Conférence de presse » na dia vaovao ilain’ny besinimaro (d’utilité publique) aza no resaka tao. Saingy noho ny tsy mbola fisian’ity Rafitra ity dia manjaka ny ramatahora sy ny fanilihana izay manome endrika ratsy ny fahalalahana mahazo vaovao sy ny fahafahana maneho hevitra ary ny zon’olombelona sy ny demokrasia eto Madagasikara.

Raha ny zava-misy ankehitriny aloha no jerena dia tsy azo antenaina ho avy amin’ny Holafitry ny Mpanao gazety no mety hipoiran’ny vahaolana amin’ny tranga toy izany manoloana ny savorovoro sy fisaraham-bazana misy eo anivon’ity andry tokony ho filamatra, iankinan’ny asa fanaovan-gazety ity. Ny fanavaozana ny karatra maha mpanao gazety matihanina sy ny fifidianana ny birao vaovao hitantana ny OJM (Ordre des Journalistes de Madagascar) aloha izao no mahadodona. Tsy lavina fa ilaina dia ilaina tokoa ny « fanadiovana » ny tontolon’ny asa an-gazety sy ny serasera kanefa hatreto aloha dia tsapa fa ny fitisinjovana ny tombontsoa ara-politika sy ara-bola isan-karazany no manjaka ka tsy hahafahan’ny mpanao gazety sy ny Holafitra ary ny Minisitera mpiahy mifantoka amin’ny laharam- pahamehana hafa toy izay efa nambaran’ny Filankevitry ny Fiangonana Kristianina (FFKM) mikasika ny haino aman-jerim-panjakana. Tsy noraharahiana ihany koa na ny antso avo nataon’ny Filoha lefitra dimy avy amin’ny faritany na ny nataon’ny Fikambanan’ny Mpanao gazety Zoky Olona (CDJ) ka dia toa irosoana indray ny fampiasana ny bontolo sy amboletra.

Ny tsy finiavana hampihatra ara-bakiteny ny lalàna, toy izay mitranga momba ny HCJ sy ny ANRCM, no isan’ny sakana amin’ny fametrahana ny « Commission paritaire » na ny Kaomisiona mpanome ny Karatra maha-matihanina, araka ny voalazan’ny andininy faha-55 ao amin’ny Fehezan-dalàna mifehy ny serasera sy manome vahana ny fanararaotam-pahefana ary ny kajikajy isan-karazany ka tsy hahazoan’ny Holafitra misalotra ny tena anjara andraikiny araka ny lalàna (And. 55 : Ho fandrindrana sy fandaminana ny fifandraisan’ny mpisehatra rehetra eo amin’ny asa an-gazety sy ny fitondram-panjakana dia atsangana ny Holafitry ny Mpanao Gazety eto Madagasikara mba ho mpiaro ny etika sy ny deaontolojia eo amin’ny sehatry ny asa an-gazety sy serasera) fa tsy hionona fotsiny amin’ny toeran’ny mpanara-maso. Ilaina ihany noho izany ny fametra-panontaniana momba ny tena antom-pisian’ity rafitra ity sy ny anjara andraikiny…

Mampametra-panontaniana ihany koa ny mikasika ny Sehatra ifanakalozan-kevitra (Plateforme de dialogue) izay zary atao « rahampitso, rahampitso » lava kanefa dia ny Filoham-pirenena tenany mihitsy, ny volana aogositra 2016, no nampanantena ny fananganana azy ity mba ho ala olana tamin’ny kirizy nateraky ny fandaniana ny Fehezan-dalàna mifehy ny serasera, ary nohamafisin’ny Ministry ny Serasera sy ny Fifandraisana amin’ny Andrim-panjakana nandritra ny fandraisany fahefana ny volana avrily 2017.

Mampametra-panontaniana avokoa izany toe-draharaha rehetra izany ary mahalasa saina ny fanaraha-drenirano toa miendrika tahotra ny mpanao politika tsy refesi-mandidy, manao ny ramatahora sy ny didiko fehy lehibe ary ny tsy maty manota izay zary lasa fomba fanao mahazatra ary azo antoka ary efa hita fa tsy mitondra voka-tsoa sy filaminana ho an’ny Firenena.

Noho izany, ny ILONTSERA, amin’ny maha mpanara-maso mahaleo tena ny tontolon’ny serasera sy ny fampitam-baovao azy, mikatsaka hatrany ny filaminana, ny fanajana ny zo maha-olona sy ny tany tan-dalàna ary ny demaokrasia, dia maneho ireto tolonkevitra manaraka ireto:

- Ilaina ny fahatsoram-po sy ny tena fahavononan’ny mpisehatra rehetra tokony handray anjara ao anatin’io sehatra ifanakalozan-kevitra tsy manilikilika io mba hisian’ny fifampiresahana madio sy marina hitadiavana vahaolana amin’ny fampiharana ny Fehezan-dalàna satria ohatra iray ihany amin’ny fampiharana ny lalàna ny momba ity fizaràna ny karatra maha-matihanina ity.

- Takiana ny fampiharana an-tsakany sy andavany ny lalàna efa manan-kery indrindra ny fametrahana ireo rafitra rehetra voalaza sy ny fanamarihana avy amin’ny HCC, mba hialana amin’ny fampiasana ny lalàna sy ny lesoka misy ho amin’ny tombontsoa maizina ary tsy hanaovana ho fitaovana ihany koa ny rafitra tetezamita isan-tokony ho an’ny tombontsoa politika maharitra sy entina handrobahana ny fifidianana hoavy.

- Tairina ny sain’ny mpanao gazety rehetra amperin’asa mba hisintona ny lesona azo tsoahina amin’ny tantara niseho nandritra sy taorian’ny fifidianana ny Biraon’ny Holafitra amperin’asa ankehitriny ny taona 2014, ka nisian’ny fanakianana sy fandavana ny voka-pifidianana nisy tamin’izany fotoana izany, izay fototra sy loharano nipoiran’ny fisaraham-bazana ary ny tsy fifampitokisana intsony teo amin’ny sehatry ny asa fanaovan-gazety amin’izao fotoana izao ka mahatonga ahiahy ny amin’ny fizotran’ny fifidianana ny birao vaovaon’ny Holafitra. Taratr’izany ny mety hitohizan’ny raharaha fanomezana karatra eny anivon’ny Filan-kevim-panjakana (Conseil d’Etat).

- Maro anefa ireo olana hafa tokony tsy hampandrimandry ka ilàna vahaolana maika toy ny fanomezana taratasy fanamarinana avy amin’ny sekoly mpampiofana ka ahazoan’ny mpianatra iray mahazo ny karatra maha-mpanao gazety matihanina avy hatrany, ny fanajana ny zon’ny mpanao gazety rehetra araka ny Fehezan-dalàna manan-kery indrindra ny amin’ny maha-asa matihanina ny fanaovan-gazety sy ny mari-karama mifanaraka amin’izany, ny mikasika ireo mpiasa sy mpiserasera amin’ny sehatr’asam-panjakana (izay maro an’isa indrindra amin’ny mpifidy ny Biraon’ny Holafitra) kanefa omena ny Karatra avokoa, ny momba ny fahazoana mandefa fandaharana amin’ny alalan’ny zanabolana sy manerana ny Nosy, sns.

Fehiny: NY ANONGOTSONGOANA NY MATY, TAHOTRY NY HANDEVIM-BELONA, indrindra amin’izao ankatoky ny fifidianana izao mba tsy hatao sorona intsony na ny vahoaka na ny mpanao gazety.

Natao teto Antananarivo, ny 08 desambra 2017

ILONTSERA

II A 43-Antaninandro, Antananarivo 101

Tel : +(261)34 04 273 18 / +(261)34 04 091 95

E-mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Site web : www.ilontsera.mg Facebook : Ilontsera

Madagate0 partages

Amnesty International France. Un dimanche des droits de l’Homme pour Clovis et les autres

Clovis Razafimalala. Lecture de sa lettre à ses deux filles ICI

A Madagascar, le régime Hvm/Rajaonarimampianina a mis dans les oubliettes de je-ne-sais-quoi le 10 décembre, Journée internationale des droits de l’Homme acquis il y aura 70 ans en 2018 (Le 10 décembre 1948, les 58 États Membres qui constituaient alors l'Assemblée générale des Nations Unies, ont adopté la Déclaration universelle des droits de l'homme au Palais de Chaillot, à Paris). Mais dans ce domaine, heureusement, Amnesty International France n’a jamais oublié et, comme chaque année, a mobilisé et sensibilisé le monde entier depuis le 1er décembre.

10 jours pour signer du 1er au 10 décembre 2017

Ainsi, du 1er au 10 décembre, le public a été appelé à s’engager, à travers toute la France, par la signature de pétitions et l’envoi de lettres aux autorités, et par des actions de solidarité avec les défenseurs (cartes de soutien, dessins ou autres activités ludiques). Le samedi 9 décembre, des centres d’actions ont aussi accueilli toutes les personnes désirant se mobiliser.A Paris, plusieurs évènements ont rythmé ces 10 jours pour signer :

6 décembre: conférence publique intitulée «Défenseurs en danger» àl’auditorium du journal Le Monde.

9 décembre: journée grand public durant laquelle tout le monde a été invité à venir agir pour les 10 situations défendues.

10 décembre: clôture de la campagne par un concert, festif et militant au Trianon. Amnesty International a choisi le chanteur de Roubaix (Nord) HK pour clôturer sa campagne mondiale.

Les dix situations mises en lumière cette année 2017 illustrent l’ampleur des attaques que subissent les défenseurs des droits humains en Chine, en Turquie, au Honduras ou encore en Finlande. En première ligne, ces femmes et ces hommes paient le prix fort pour leur engagement.

Grâce à la mobilisation de tous et toutes pendant ces 10 jours, ils ont pu et pourront poursuivre leurs combats!

Écrire pour les droits

Clovis Razafimalala à Madagascar. Condamné pour avoir tenté de protéger le bois de rose.

Mahadine au Tchad. Il encourt la prison à perpétuité pour un message sur Facebook.

Membres du MILPAH au Honduras. Ils risquent leur vie pour la défense de leurs terres.

Shackelia Jackson en Jamaïque. Elle est déterminée à lutter contre l’impunité policière.

Xulhaz Mannan au Bangladesh. Il était employé à l'ambassade des États-Unis à Dacca et rédacteur en chef du premier et seul magazine LGBTI du Bangladesh. Il a été assassiné à coups de machette dans son appartement, le 25 avril 2016

Ni Yulan en Chine. Elle est harcelée depuis 20 ans pour sa lutte contre les expulsions forcées.

Sakris Kupila en Finlande. Militant trans, il lutte pour obtenir le droit d’être lui-même.

Taner Kiliç et les « 10 d’Istanbul » en Turquie. Ils ont été emprisonnés et sont toujours inculpés pour avoir défendu les droits humains.

Hanan Badr El Din en Égypte. Elle a été arrêtée pour son engagement contre les disparitions forcées.

Farid al-Atrash et Issa Amro dans les Territoires palestiniens occupés. Ils sont poursuivis pour avoir manifesté pacifiquement contre la colonisation illégale.

Rappel

A l’occasion des 10 jours pour signer 2016, ce sont près de 4,7 millions d’actions (signatures de pétitions, tweets, envois de lettres, etc.) qui ont été réalisées dans 110 pays. En France, 115.000 personnes se sont mobilisées.

En 2017, grâce à cette forte mobilisation, les poursuites contre Maxima Acuña, défenseure des droits des peuples autochtones au Pérou, ont été annulées ; Chelsea Manning, lanceuse d’alerte aux Etats-Unis, a été graciée et Mohammed Bekzhanov, journaliste, a été libéré après 17 ans d’emprisonnement.

Jeannot Ramambazafy

Source: Amnesty International

**********************

Le régime Hvm/Rajaonarimampianina devrait avoir honte après la lecture de ce qui suit. des témoignages sans fard et véridiques. Et ce ne sont que des extraits