Les actualités Malgaches du Samedi 11 Novembre 2017

Modifier la date
Tia Tanindranaza6582 partages

Fanaraha-maso ny fonjaTaraiky ny fampitam-baovao

Taorian’ny fahavakisan’ny fonja tao Ambato izay nahatafaporitsaka voafonja miisa 11 sy ny fonjan’i Tsiafahy, nahatafaporitsaka voafonja miisa 5 ary 1 tao Ankazobe dia mbola 2 tamin’ireto 16 tafatsoaka ireto ihany aloha izany hatreto no efa voasambotra,

  18 ora taorian’ny fahavakisan’ny fonja tao Ambato, raha ny fanazavana voaray avy eo anivon’ny seraseran’ny zandarimaria. Raha ny nambaran’ny tomponandraikitry ny serasera eo anivon’ny zandary hatrany dia tsy misy ny rafitra manokana natao hitady ireo gadra nandositra fa raha mandre fahavakisana dia kotabaisina hanao ny fanarahan-dia avokoa na dia ireo zandary mbola eo am-pialantsasatra aza ary miasa 24 ora manao ny fikarohana ny rehetra. Ny zava-nisy tato ho ato anefa dia saika taraiky hatrany ny fampitam-baovao avy amin’ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny fandraharahana ny fonja ka antony tsy nahatrarana ireo gadra 14 hafa tafatsoaka hatramin’izao.

J. Mirija

L'express de Madagascar346 partages

Ethiopian Airlines – Le Boeing 787-9 débarque à Ivato

Le premier Boeing 787-9 Dreamliner de la compagnie Ethiopian Airlines a foulé le sol malgache jeudi. Il était accueilli en grande pompe à Ivato.

C’est une véritable démonstration de force. La compagnie aérienne Ethiopian Airlines veut renforcer sa place dans le transport aérien en Afrique.  Elle a fait venir son tout nouveau Boeing 787-9 Dreamliner à Antana­narivo. Le gros porteur de la compagnie membre de Star Alliance a foulé le tarmac de l’aéroport international d’Ivato vers 13 heures. « Nous sommes la première compagnie aérienne à avoir utilisé cet appareil en Afrique. La venue de l’aéronef témoigne ainsi l’intérêt que nous portons sur la liaison à Antana­narivo », a déclaré Michael Bekele Area, Manager de Ethiopian Airlines.Comme il est de tradition pour un vol inaugural, les camions des soldats de feu travaillant dans cet aéroport ont arrosé de jet d’eau l’aéronef. Ce qui offre un spectacle exceptionnel à l’assistance. L’aéronef peut transporter deux cent quatre vingt cinq passagers de la classe économique et trente deux dans la catégorie de classe Affaires. Il offre des caractéristiques uniques avec des sièges confortables, un plafond élevé, et des hublots offrant une vue imprenable.

Très en vueLa compagnie éthiopienne continue ainsi son histoire avec le Dreamliner. C’est le deuxième de cette famille de gros porteurs. Dès 2012, il avait déjà été le premier à exploiter le 787-8 sur le continent africain. Le premier 787-9 Dreamliner de la compagnie était accueilli le 27 octobre. D’après les informations obtenues auprès de la compagnie, quatre appareils de ce type vont renforcer sa flotte. Ces aéronefs seront ainsi utilisés pour les vols long courrier. L’aéroport d’Ivato avait eu ainsi le privilège d’accueillir sur son tarmac ce gros porteur très en vue en ce moment.Considérée comme étant la compagnie ayant une croissance la plus rapide en Afrique, la venue d’Ethiopian Airlines sur le sol malgache était très attendue par les différents acteurs du secteur touristique. Le 28 mars, elle a inauguré son premier vol à destination d’Antananarivo. La capitale s’ajoute ainsi aux quatre vingt quinze autres destinations desservies par cet opérateur national éthiopien. Cette liaison est opérée en Boeing 737-800 pouvant accueillir seize passagers en classe Affaires et cent trente huit en Economie.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara198 partages

Processus électoral : « Les lois d’abord, le calendrier après », dixit le Premier ministre

« J’ai entendu les recommandations de la Ceni et de l’opinion publique concernant le calendrier électoral, mais je tiens à vous informer que, dans ce processus, l’on procède progressivement pour être à même d’atteindre le chronogramme qui nous conduira vers les élections ». Ce sont les propos du Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier, quand il a été interrogé par les journalistes sur cette question hier à Anosy. A en croire ses explications, le calendrier électoral ne sera donc pas pour demain, mais probablement, après le vote des lois électorales. « Elles seront soumises à l’Assemblée nationale et au Sénat durant cette session parlementaire. C’est seulement après le vote que l’on peut déterminer les échéances électorales », a-t-il continué.

Réclamations. Par rapport aux doutes que certains ressentent d’ores et déjà au niveau de ces nouvelles lois électorales, Mahafaly Solonandrasana Olivier  a soutenu qu’ « après la restitution par le comité interministériel de ses travaux, les dispositions des nouvelles lois électorales sont actuellement mises en œuvre. Pour ceux qui doutent de leur exactitude, n’oubliez pas que nous avons élaboré les grands principes au Carlton. Cela veut dire qu’il y a une transparence ». De peur que l’histoire du « code de la communication » ne se répète, la commission consultative de réflexion sur l’amélioration de l’encadrement juridique des élections a avancé – rappelons-le – la proposition selon laquelle des représentants de ladite commission devraient faire partie du comité interministériel de rédaction, ne serait-ce qu’en étant des observateurs. Mais cette proposition a aussitôt été rejetée. « Les dispositions de ces nouvelles lois électorales seront publiées sur les sites de la Primature, de la Présidence et de la Ceni si besoin est ; mais en attendant, le projet en question sera présenté en conseil du gouvernement, puis en conseil des  ministres », conclut le chef du gouvernement.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune165 partages

900 000 non inscrits faute de CIN

Après la première phase de la révision annuelle de la liste électorale (RALE), et avant la deuxième phase qui débutera le 1er décembre prochain, il s’avère qu’à peu près 900 000 personnes ne soient pas inscrites sur la liste électorale. La raison en est la non possession par ces derniers de carte d’identité nationale (CIN). Un chiffre assez conséquent étant donné l’objectif de la CENI ou Commission Electorale Nationale Indépendante de porter la liste électoral de 8 millions d’inscrits à 10 millions après la révision de la liste. Par rapport à la RALE 2015-2016 qui a enregistré 8 673 485 à la clôture définitive, le nombre d’électeurs inscrits sur la liste électorale est désormais de 9 222 918 après l’arrêtage précité en avril dernier. Aussi, le nombre d’inscrit sur la liste électorale si ce problème de CIN venait à se résoudre, dépasserait les 10 millions. Un résultat qui ne serait que bénéfique dans la crédibilité du processus électorale.Selon le premier ministre Mahafaly Solonandrasana, ce sont surtout les efforts au niveau de l’Administration qui sont à renforcer dans la dotation d’acte de naissance et de CIN des citoyens. L’un des plus grands problèmes qui se pose est aussi le coût de la confection de la CIN actuellement. En effet, si auparavant la délivrance d’une carte d’identité nationale ne nécessitait que le paiement de 1 000 Ariary, ce prix est maintenant de 5 000 Ariary, ce qui n’est pas à la portée de tous, surtout dans les régions reculés de l’ile.

Donation

Face à cela, une opération de délivrance de CIN et d’acte de naissance avait été envisagé. Dans le cadre de l’opération « guichet unique », délivrance des jugements supplétifs d’acte de naissance et de Carte d’Identité Nationale, et inscription sur la liste électorale, le PNUD a procédé à la remise des matériels hier à Anosy. Ces matériels se composent de 120 ordinateurs portables, 120 imprimantes, 1 lot de 1600 encres, 240 appareils photos et ainsi que des accessoires correspondant. Selon Violet Kakyomya, Coordinatrice et Représentante résidente du Système des Nations Unies à Madagascar, « cette opération permettra au peuple malagasy de jouir de leur droit de vote grâce au guichet unique, et permettra à la femme d’obtenir un jugement supplétif, d’acte de naissance, une carte d’identité nationale et l’inscription à la liste électorale. (…) Cette opération de carte d’identité nationale organisée sur le leadership du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation sera une grande utilité pour atteindre cet objectif. ». Pour sa part, le Premier ministre a déclaré que « moins d’un million de personnes n’ont pas d’acte de naissance ni de carte nationale d’identité à Madagascar. L’objectif dans cette opération est de doter d’acte de naissance et de CIN et d’inscrire les personnes dans la liste électorale. La qualité de la liste électorale aura un impact sur la bonne tenue d’une élection. ». Grâce à cette donation, la délivrance de CIN et d’acte de naissance se fera gratuitement.

L'express de Madagascar160 partages

Tentative de kidnapping – Rapt raté à Ambatobe

Un gang de ravisseurs a bloqué avec une Renault Kangoo transportant un collégien d’origine indienne. Ayant raté leur coup, ils ont eu les forces de l’ordre sur le dos.

Une escouade de ravisseurs est passé de chasseur à proie à Amba­tobe hier. La bande a tenté d’enlever un collégien d’origine indienne  lorsque l’attaque d’un Véhicule Utilitaire Sport (SUV) de marque Renault Duster, à bord duquel se trouvait la victime, a tourné court. Emportés par la panique lorsque le véhicule pris pour cible a échappé à leur guet-apens,  les kidnappeurs, désemparés, ont pris la fuite dans un sauve-qui-peut, craignant de se retrouver nez-à-nez avec les forces d’intervention. Ils ont du coup abandonné sur les lieux du crime une fourgonnette de marque Renault Kangoo qu’ils ont utilisée dans ce rapt ayant tourné court. Une présence policière aux abords des établissements scolaires des environs, après les folles rumeurs de vaccination manu-militari qui ont provoqué un tollé général la veille, a donné du fil à retordre au gang armé. À peine cinq minutes après la tentative, des éléments du commissariat de police du huitième arrondissement, prépositionnés à  proximité d’une station-service, sont venus à la rescousse. Le moteur de la Renault Kangoo du gang armé était encore  allumé lorsque la police a débarqué. Ses occupants avaient déjà, en revanche, réussi à s’évanouir dans la nature.

RuseLa tentative d’enlèvement a été perpétrée dans l’après-midi aux alentours 15 heures. Ramassé par son chauffeur, le collégien allait regagner son foyer lorsqu’il a échappé in extremis aux griffes des malfaiteurs. Ils empruntaient la descenteen lacet qui débouche d’Ambatobe lorsque les bandits leur ont coupé la route avec la Renault Kangoo à la sortie d’un virage.Pris au piège, le chauffeur a tant bien que mal réussi à se frayer un passage étroit. Arrivé en aval, il s’est engouffré dans une voie de desserte qui s’étrangle dans le quartier mais les malfaiteurs, plus préoccupés à prendre la fuite que mettre la main sur leur proie, ne l’y ont pas suivi.« J’ai repéré trois individus désemparés courir  dans  la rue lorsque l’enlèvement a échoué. Telle une bête traquée craignant de se faire abattre, l’un d’eux s’est introduit dans une épicerie pour se cacher sous une table alors que ses deux acolytes ont pris les jambes à leur cou. Le premier est sorti pour les suivre après le passage d’une camionnette », lance Yvette Rasoanirina, témoin oculaire des scènes. « Pour brouiller les pistes, les fuyards se sont fait passer pour des victimes de l’acte de banditisme qui venait d’être commis. Ils n’ont par pour autant réussi à me  duper. Ils étaient tout ce qu’il y avait de plus suspects avec les blousons pleins de poches qu’ils portaient. Des armes y étaient très certainement dissimulées », lance la riveraine.Après l’arrivée de la police, des  gendarmes venus à bord de deux pick-up et de motos ont passé au peigne fin les environs mais les recherches se sont avérées infructueuses.La cellule mixte d’enquête, basée à la brigade spéciale de la gendarmerie est saisie de l’affaire.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar124 partages

Un véritable mythe créé autour de Ranavalona Ire

A-t-elle été une grande reine, comme Andrianampoinimerina et Radama, Andriandahifotsy et Ratsimilaho ont été de « grands rois » ? La question est posée par Simon Ayache dans une esquisse pour le portrait de cette souveraine, en constatant que cettedernière n’a vraiment pas très bonne réputation. « On ne peut le prétendre car elle n’apparait pas aussi responsable qu’eux des évènements historiques si considérables  dont son règne porte la marque. »« Fut-elle du moins, comme Victoria d’Angleterre, la reine d’un grand règne ? » Pas davantage car « l’histoire  n’accorde généralement à cette période, fort longue d’ailleurs (1828-1861), le même caractère d’épanouissement ou de fécondité qu’elle reconnait à l’œuvre des plus célèbres princes d’Imerina, des pays sakalava ou de la Confédération betsimisaraka ». Pour cette reine, le « tribunal de l’histoire » qui existe dans l’opinion populaire, hésite et rapidement condamne !« Point de légende », indique Simon Ayache, « sinon celle d’un personnage sorti de la nuit, qui mérite les noms d’Ogresse couronnée, de Néron, Caligula, Messaline malgache… À l’heure de l’indépendance reconquise, la souveraine qui défendit âprement son royaume contre les convoitises coloniales des puissances européennes et qui régna trente trois ans sur la ville de Tananarive du haut de Manjakamiadana, sur les collines de l’Imerina, sur l’ile immense de Madagascar, n’a pas mérité de voir son nom consacré à l’une de ces plaques de gloire que distribuent, selon le sentiment populaire, les conseils municipaux. »Dans la capitale, Andrianampoinimerina a son avenue, Radama sa rue, mais  on ne trouve même pas une petite impasse dédiée à lui offrir. Son image est, semble-t-il gênante : Ranavalona Ire assassine ses adversaires au trône, fait exécuter les prisonniers, persécute les chrétiens, ferme les écoles, bloque les ports au commerce. « L’histoire l’accable, ses défenseurs restent timides. Pourquoi tant d’opprobre ? » C’est à cette question que Simon Ayache essaie de répondre car, dit-il, à force de la charger de « tous les péchés d’Israël », on finit par créer, faute de légende, un véritable mythe où « la reine est désincarnée, perd tout visage humain pour symboliser la honte et le mal ».Jusque dans les années 1970, avance l’historien, l’image de Ranavalona Ire est forgée par des témoins de l’époque, malgaches et étrangers, par des écrivains généralement très « engagés » malgré leurs prétentions d’historiens, tels des « écrivains catholiques ou protestants, historiens de la colonisation, universitaires de l’époque coloniale… » Aussi son portrait n’a-t-il rien de flatteur. Toutefois, signale l’historien, une réhabilitation s’ébauche depuis quelques années, mais « sans recevoir encore beaucoup d’audience, sauf exceptions toutes récentes » (Revue d’études historiques hier et Aujourd’hui, N° 1 et 2, 1975).Ces premiers écrivains qui se sont penchés sur le portrait de Ranavalona Ire, sont influencés par l’opinion de chercheurs ou « simples amateurs » d’histoire malgache. Ces derniers jugent d’un point de vue occidental, « dans la conviction aussi sincère qu’orgueilleuse du salut par la colonisation, ou du moins par l’exemple de l’Europe policée, industrielle et chrétienne ». C’est pourquoi, pour eux, le grand roi reste Radama Ier qui fait appel aux missionnaires britanniques pour instruire ses sujets tout en leur permettant d’entamer l’œuvre d’évangélisation, supprime l’ordalie du tanguin sous l’influence de la morale chrétienne et commence à se moquer des « superstitions » ancestrales, organise son armée à l’européenne et entreprend la conquête du pays, « préface glorieuse et héroïque à l’œuvre de Gallieni ». Il choisit enfin deux sous-officiers européens pour conseillers, l’Anglais James Hastie et le Français Robin.Quant à « l’usurpatrice du trône en 1828 », pensent-ils, « femme illettrée et d’intelligence sommaire, elle orienta son règne dans une direction toute contraire (…) Mais elle poussa l’aveuglement jusqu’à ordonner l’exil de l’excellent Jean Laborde qui l’avait si bien servie de son ingéniosité de Gascon, elle mit à mort les chrétiens et fit boire le tanguin à la population entière de multiples villages ». Et surtout, son plus grand crime est d’avoir osé couper le ravitaillement des iles Mascareignes en exigeant des Européens le paiement d’une amende pour avoir bombardé Toamasina dans un soi-disant geste de légitime défense, alors que la reine décide d’appliquer aux traitants étrangers les lois de son pays.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar80 partages

Rumeur sur la peste – Fort taux d’absentéisme à Antananarivo

La rumeur sur la peste a encore fait trembler de nombreux parents et élèves, hier. Elle a engendré un fort taux d’absentéisme dans plusieurs écoles.

Incontrôlable. Des élèves à Antananarivo-ville ont refusé de rejoindre leurs salles de classe, hier, après la panique générale engendrée par la rumeur de vaccination de peste au sein de plusieurs établissements scolaires, jeudi. Certains sont rentrés avec leurs parents, après être restés quelques temps dans la cour de leur école. C’était le cas à l’École primaire publique (EPP) à Ankadi­vato, où une quinzaine d’élèves ont pris le chemin du retour, main dans la main avec leurs parents. D’autres ont refusé carrément d’aller à l’école, selon leurs parents. « Il craint peut-être que la bousculade d’hier (ndlr : jeudi) ne se reproduise », avance Alphonsine Ravaonomenja­nahary, mère d’un élève du collège d’Enseignement général (CEG) à Anosibe.Des élèves, présents, avaient la tête ailleurs, assis sur leur table-banc. La peur se lisait sur leur visage. « Ils ont besoin d’un peu plus de temps pour oublier l’évènement d’hier. Ce n’est pas la rumeur qui les fait peur, mais la scène de bousculade qu’ils ont vue », explique le directeur du CEG à Anosibe, Hasiniaina Randrianarivo.

Confiance mutuelleCertains parents ont, en outre, décidé de ne pas envoyer leurs enfants en classe, surtout ceux en bas âge. Les tables-bancs de plusieurs écoles, privées et publiques, sont ainsi restés vides, hier. Au CEG à Anosibe, 70 % des élèves ont séché les cours, hier matin. A une dizaine de mètres près, à l’EPP d’Anosibe, à peine dix élèves par salle étaient présents alors que l’école en compte une quarantaine.À l’EPP d’Ambohipo, où le portail a été défoncé par les parents la veille, le taux d’absentéisme a atteint 80 %. À l’EPP d’Ankadivato, un faible taux de présence, 35 %, a été enregistré, malgré le calme qui y a régné, jeudi.Les écoles privées ont aussi connu ce fort taux d’absentéisme. Certaines ont même décidé de fermer, hier. C’est le cas, par exemple, d’une école à Anosibe et d’une autre à Tsiadana. Dans d’autres écoles en dehors de la ville, l’absentéisme a aussi gagné du terrain, depuis que cette rumeur a jailli, au début de la semaine.Apparemment, la rumeur continue à secouer certains parents. « Pouvez-vous nous dire ce qui est vrai dans cette histoire de vaccination ? Nous craignons pour la vie de nos enfants », a lancé un père de famille, pendant la réunion des parents d’élèves du CEG d’Anosibe. Il a été fortement applaudi par l’assistance qui avait sûrement la même inquiétude que lui.« D’abord, il n’y a pas de vaccin contre la peste. Ensuite, comme nous avons toujours fait auparavant, nous devons avoir votre accord écrit, avant de pouvoir faire quelque chose à votre enfant », répond le directeur de cet établissement à ses auditeurs, pour les rassurer.Le Dr Todisoa Andria­mampandry, directeur général de l’Éducation fondamentale et de l’alphabétisation du ministère de l’Édu­- cation nationale, demande une confiance mutuelle entre parents d’élèves et personnel de l’éducation, dont les enseignants, les directeurs d’école.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara72 partages

Festival des lémuriens 2017 : Franc succès de la 4e édition

Carnaval durant le Festival mondial des lémuriens 2017 au gymnase couvert d’Ankatso.

« Varika, afaka manova ny fiainan’ny firenena, indrindra eo amin’ny lafiny fizahan-tany » (« Les lémuriens pourraient devenir une des sources du développement de notre pays, du côté touristique ») cette affirmation du Pr Jonah Ratsimbazafy, président du Groupe d’Etudes et de Recherche sur les Primates de Madagascar (GERP), dans le cadre de l’ouverture officielle du festival des lémuriens, incite le grand public à aimer et surtout à préserver, à protéger et à conserver nos patrimoines biologiques. Le souhait de l’initiateur, GERP de cet événement : « Obtenir une journée nationale des lémuriens » en vue de rappeler aux Malgaches qu’ils sont tous propriétaires de ces espèces endémiques et qu’ils ont la responsabilité de toujours les protéger. L’évènement s’est tenu, hier au gymnase Ankatso. Le président du GERP a souligné qu’ « A l’heure actuelle, les forêts de Madagascar ne comptent plus que 10 % de sa superficie où ces lémuriens y demeurent ». A travers cette manifestation, le message du GERP durant l’événement : « Que ce festival puisse répandre la valeur de ces lémuriens et de les faire aimer ; que tout un chacun sache que les lémuriens représentent une fierté nationale et qu’ils sont des précurseurs du développement du pays à travers les recherches et le tourisme ». La préservation et la survie de ces espèces de primates relèvent de notre responsabilité, car ils existaient déjà depuis plus de 50 millions d’années dans notre pays, d’où leurs noms « Varika zana-tany ».

Sariaka R. (Stagiaire)

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara58 partages

Education inclusive : Une place au soleil pour les enfants vulnérables

Ils sont en situation de handicap, ou alors déscolarisés, ou n’ayant jamais été scolarisés. Comme tout autre enfant, ils ont droit à l’éducation.

La rencontre a réuni 56 entités les 8 et 9 novembre au Motel Anosy.

« Ils », ce sont ces enfants vulnérables, exclus du système scolaire, qui devraient être – ou revenir – sur les bancs de l’école et bénéficier d’une éducation. Ils font, ces dernières années, l’objet d’une action spécifique visant à les inclure ou ré-inclure dans le système éducatif. Il est ainsi question d’éducation inclusive, dont les voies de concrétisation étaient au centre des discussions durant deux jours, cette semaine, dans le cadre d’un atelier. L’objectif de celui-ci est de mettre en œuvre un plan d’action commun en éducation inclusive, applicable dès l’année prochaine. Il s’agissait durant ces deux jours d’atelier, de discussion commune orientée vers le partage d’informations, d’expériences et de bonnes pratiques au niveau national. L’occasion a été saisie pour mobiliser chaque acteur à s’impliquer davantage dans la mise en œuvre du volet éducation inclusive des stratégies fixées sur cinq ans (2018-2022) dans le Plan Sectoriel de l’Education (PSE).

Mobilisation communautaire. Des défis restent à relever face au nombre important d’enfants vulnérables exposés aux différentes sortes de maladies, l’absence d’éducation parentale et de sensibilisation. Des facteurs qui ont pour effet d’accentuer l’exclusion des enfants en situation de handicap, la réticence de certaines écoles à accueillir les enfants en situation de handicap, ainsi que les faibles proportions d’enseignants bénéficiant de formation sur la pédagogie inclusive, auxquelles s’ajoutent le déficit en matière d’équipements pédagogiques. Pour y remédier, des actions en faveur de la mobilisation communautaire sont envisagées par le ministère de l’Education nationale. Ce, par le renforcement de la communication et de la sensibilisation sur l’inclusion scolaire. Par ailleurs, un recensement en vue de collecter des données sur les enfants déscolarisés, et ceux en situation de handicap, est en gestation. Le ministère de tutelle de faire savoir, alors qu’une « semaine de l’Education Inclusive » sera célébrée tous les ans pour un suivi et une meilleure appropriation.

 Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza56 partages

Kidnapping teny AmbatobeVoatonona indray ny mpitandro ny filaminana

Zazavavy kely iray no saika hisy haka an-keriny teny Ambatobe, eny amin’ny Lycée Français omaly tolakandro tokony ho tamin’ny 1ora sy sasany, saingy tsy tanteraka.

 

 Zanaka karana tompon’ny tranombarotra Eureka izy io, araka ny fantatra. Raha ny fanazavana, fiara Renault Kangoo miisa 2 no nentin’ireo jiolahy saika hanatanteraka ny asa ratsiny. Hitan’ny mpamily nitondra ilay zaza fa nisy basy tao anatin’ilay fiara nandona azy, ka nitsoaka avy hatrany izy fa tsy nijanona rehefa nodomin’ny fiara Kangoo, izay nisy ireo mpaka an-keriny. Nantsoiny ny zandary ary raikitra ny fanarahana. Narian’ireo olon-dratsy ilay fiara ary nitohy tamin’ny fiara hafa izy ireo. Nariana teo Soavimbahoaka io fiara faharoa io, izay marika Duster. Nandeha ny feo avy amina loharanom-baovao maro samihafa omaly hariva fa ahiana ho nisy mpitandro ny filaminana avy amina toby iray eto an-drenivohitra ahiana ho tao anatin'ireo andian-jiolahy, ary taraiky tao anatin’ilay Kangoo ny basy poleta MAB nampiasain’ireo olon-dratsy. Tsy mbola misy voasambotra hatreto, saingy manamora ny fikarohana ny fahazoana ilay fiara sy ny basy. Tsy dia nifanara-tsaina ihany koa anefa ny polisy sy ny zandary omaly noho ny fakana avy hatrany ny porofo rehetra teo an-toerana : basy sy “cagoule”. Nifamaly ny roa tonta ary vetivety dia samy tonga teo ny ekipany. Voatery nandamina ireo lehiben’ny an-daniny sy an-kilany. Matetika no misy mpitandro ny filaminana voatonona amina asan-jiolahy, ao ireo mandray anjara, misy ny voalaza fa mpamatsy basy eo koa ireo mpanome vaovao. Efa mandeha moa ny fanadihadiana ka andrasana ny marina. Misimisy ihany izay trangana fakana an-keriny izay saingy manjavozavo hatrany ny tena marina fa ireo irakiraka matetika no voasambotra na maty voatifitra ka tsy miteny intsony dia tampina eo ny daomy.

 

 

Tia Tanindranaza55 partages

Hofoanana ny CLD isaky ny distrikaAvadika “4x4” ho an’ny depiote ny vola ?

Loharanom-baovao iray avy ao an-dapan’ny Antenimieram-pirenena no nandrenesana fa mety hofoanana ny tetibola natokana ho an’ny fampandrosoana ifotony amin’ny alalan’ny CLD.

 

Tany am-piandohana izy io dia 200 tapitrisa isaky ny distrika manana solombavambahoaka iray, ary 300 tapitrisa kosa ho an’ny manana roa. Taty aoriana dia nokasaina hampitomboina, saingy izao dia zavatra hafa indray no re fa hofoanana tanteraka. Ho setrin’izay dia hizarana fiara tsy mataho-dalana ny solombavambahoaka. Mety hofoanana ao anatin’ny volavolan-dalàna mifehy ny tetibolam-panjakana izany io resaka famatsiam-bola ho an’ny CLD io. Tsy mandany vola kokoa ny fanjakana raha manambitamby ny depiote, izay hanamafisana orina ny fiandrianan’ny mpitondra tsy hokitikitihina. Raha izay tokoa ny zava-misy dia hatakalo fiara tsy mataho-dalana ho an’ny solombavambahoaka izany ny vola tokony ho amin’ny fampandrosoana ifotony. Fanjakana tsy sasatry ny mamono afo sy tsy manana vahaolana maharitra rahateo ny eto amintsika, ary hatramin’izay ka hatramin’izao dia mbola tsy marin-toerana hatrany, ka tsy maintsy mifehy sy manambitamby ny solombavambahoaka, izay toa efa mahalala ny fahalemeny ihany koa, ka zary manararao-paty amin’izany ny sasany. Isan’ireny ny resaka fitsipaham-pitokisana izay vao harangaranga dia tonga ny malety. Tsy hay indray aloha izany izay hiseho aorian’ny fivoahan’ity resaka ity, fa dia miandry ny rehetra hoe hihaino ny feon’ny fieritreretany ny solombavambahoaka, ka hampandefitra ny resaka famatsiam-bola hampandrosoana eny ifotony ? Ny tantara sy ny ho avy no hamaritra sy hitsara izany !

Toky R

 

Tia Tanindranaza40 partages

Olona milaza ho akaiky ny filoham-pirenenaMibodo tanin’olona ao Analavory

Tany mirefy 152 ha ao amin’ny fokontanin’Ambatomitsangana, kaominin’Analavory, faritra Itasy,

 izay ivelomana olona aman’arivony nandritry ny 30 taona no voalaza fa tadiavina olona milaza azy ho akaiky ny filoham-pirenena ho esorina amin’ny taniny, raha ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana. Araka ny nambaran’ny lehiben’ny fokontany dia na ny toerana misy ilay tany aza tsy hitan’ireo tompony akory. Ny sabotsy 14 oktobra no nandalo tao amin’ny ben’ny tanàna sy tao amin’ny lehibem-pokontany ao Ambatomitsangana ireo olona milaza fa havana akaikin’ny filoha ireo.

Tany an-tranon’ny ben’ny tanàna

Tany an-trano fonenan’ny ben’ny tanàna no nisy ny fihaonana fa tsy tany amin’ny biraon’ny kaominina ary i Tiana Rajaonarimampianina sy lehilahy iray mitonona ho vinanton'ny filoha no tonga tao amin'ny sefom pokontany tamin'io fotoana io, raha ny filazany. Nanangana fikambanana hiarovan-tena moa ireto tantsaha ireto ary nilaza fa efa maro ny dingana nataon’izy ireo ahazoana ny tany ara-dalàna saingy arirariran’ny mpiasan’ny fananantany hatrany ireo tantsaha. Ny zoma 29 oktobra no efa raikitra fa tokony hanao fitsirihana ilay tany ny mpiasan’ny sampandraharahan’ny Fananan-tany ao amin’ny distrikan’Arivonimamo mba hahafahan’ny fokonolona manomboka ny dingana rehetra ara-taratasy ho fisitrahany ny tany ara-dalàna. Nahemotra ny zoma 3 novambra teo indray fa tsy mbola raikitra ihany ka mampiahiahy ny mponina mihitsy no mahatonga izany.  Nanamafy ny avy eo anivon’ny fitantanana ny kaominina ao Analavory fa misy mampiahiahy ny taratasy mikasika ity tany ity. Tsikaritra mantsy fa miovaova ny anaran’ilay orinasan’ny voanjo tompon-tany fahiny teto rehefa nojerena ny taratasin-tany.

J. Mirija

 

L'express de Madagascar40 partages

Isalo – La piscine naturelle temporairement fermée

Le feu qui a sévi le 6 novem­bre au cœur même du parc de l’Isalo est actuellement maîtrisé. « Le foyer de feu s’est déclaré au niveau du parc national d’Isalo dont l’origine est imputée aux voleurs de zébus, ou feux de malaso »,  déclare un communiqué conjoint de l’Office national du Tourisme (ONTM) et du Madagascar national parks (MNP).La mission de MNP est d’établir, de conserver et de gérer de manière durable les parcs et réserves nationaux, et celle de l’ONTM d’assurer la promotion touristique de la Grande île. Selon le communiqué, la lutte a été active car ils se sont impliqués, les villageois, les équipes des Parcs d’Isalo et de Zombitse Vohibasia, les comités locaux des parcs, les communautés riveraines. Près de deux cent personnes avec les guides et porteurs et une soixantaine de militaires du bataillon  interarmes d’Ihosy se sont mobilisés pour éteindre le feu.« La surface brûlée est constituée essentiellement de savane. La stratégie consiste à pratiquer le contre feux et à circonscrire les points stratégiques », souligne toujours le communiqué. Pour des raisons de sécurité, la piscine naturelle est temporairement  fermée. Le circuit de Namaza rouvrira dès la semaine prochaine tandis que les autres circuits – Canyon des Makis, Canyons des rats, Circuits Anjofo Antsifotse restent ouverts. Des dispositifs ont déjà été mis en place pour protéger les canyons des feux rampant en hauteur.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara40 partages

Kidnapping avorté à Ambatobe : La fille d’Eureka a échappé à une bande de ravisseurs

Le quartier d’Ambatobe et ses environs étaient en effervescence, hier. Des éléments des forces de l’ordre ont quadrillé la localité pour traquer une bande de kidnappeurs qui a tenté d’enlever la fille du propriétaire du magasin Eureka sis à Ambatobe. Heureusement que le kidnapping a été avorté.

Ce phénomène s’est produit quand une fourgonnette Renault Kangoo est entrée en collision avec une voiture 4×4 qui a transporté cette jeune femme d’une vingtaine d’années. Selon le témoignage du chauffeur du 4×4, la fourgonnette a déjà suivi sa voiture depuis la bifurcation menant vers Nanisana à partir d’Ambatobe. Ce qui a fait tiquer le chauffeur qui a essayé de rouler un peu plus vite mais en vain. Pour le rattraper, la Kangoo l’a heurté dans un tournant. Se sentant en danger, le chauffeur et la jeune femme ainsi qu’une autre personne occupants du 4×4 sont sortis de leur voiture pour s’enfuir dans une ruelle où ils ont trouvé refuge dans la maison d’un particulier. Disposés à les rattraper, les bandits sont partis à leur poursuite, mais ils ont pris leurs jambes à leur cou quand ils ont aperçu l’arrivée des hommes en treillis. La patrouille de la gendarmerie composée des éléments de la brigade de Betongolo, d’Ankadikely et du poste avancé de Mandrosoa-Ambatobe faisant la ronde dans le quartier, a vite débarqué sur place dès qu’elle a été alertée de cette attaque. Les ravisseurs sont retournés pour reprendre leur fourgonnette afin de s’échapper avec, mais ils ont dû l’abandonner parce qu’ils n’ont pas réussi à la démarrer. Ainsi, ils ont pris de force une autre fourgonnette qui est passée par hasard sur place en jetant dans la rue le chauffeur de celle-ci. Tout cela s’est passé à l’insu des éléments des forces de l’ordre qui se sont dispersés dans tous les environs pour les poursuivre,   aucun coup de feu n’a eu lieu.

Bien renseignés. Ce qui est étonnant dans cette affaire c’est d’entendre que cette fille du propriétaire de l’Eureka, cible de cette bande est de passage dans la Capitale. Appelée Ashna Oukabay, elle effectue ses études à Londres. Elle est arrivée au pays avant-hier pour assister au mariage de son frère. Est-ce que les ravisseurs ont été informés de sa présence pour perpétrer cet acte ? Cette question s’impose dans la mesure où ce n’est pas la première fois que cette famille membre de la communauté Hindou est victime d’un enlèvement. Est-ce que cette tentative de kidnapping avait un rapport avec le mariage de son frère ? Les réponses à ces questions dépendront de la suite de l’enquête. Mais ce qui est sûr, les enquêteurs ont déjà des indices si l’on ne cite que les objets saisis dans la fourgonnette utilisée par les ravisseurs. Un pistolet automatique de marque MAB muni des huit  balles, deux cagoules, des effets vestimentaires et des plaques d’immatriculation y ont été saisis. Selon les informations, la fourgonnette dans laquelle les ravisseurs ont pris la fuite à partir d’Ambatobe a été retrouvée, abandonnée à Soavimasoandro.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune24 partages

Les avis diffèrent sur les retombées

La loi sur les Zones Economiques Spéciales (ZES) vient d’être votée à l’Assemblée Nationale mercredi dernier sans grande modification de la part des députés. Ces derniers qui n’étaient pas plus d’une quarantaine lors du vote de cette loi pourtant cruciale pour l’avenir du pays, surtout pour son développement économique. En effet, les avis sont très divisés sur la question, et les réticences se font entendre, en plus de la pauvre participation des députés dans les débats et le vote de cette loi. Pour certains, le blocage reste encore et toujours l’octroi par la loi d’une possibilité de bail de trente ans renouvelable sur des terrains par des investisseurs dans les ZES. A plusieurs reprises, la crainte de l’appropriation des terres malgaches par les étrangers a été soulevée dans ce genre de débat. Notamment lors du régime Ravalomanana qui avait alors contracté un bail emphytéotique avec une société étrangère. Un acte pris par certains comme étant une vente des terres malgaches aux étrangers, ayant plus ou moins servi des fins politiques plus qu’économiques.

Outre cela, on déplore également le fait que les dispositions concernant les bénéfices que Madagascar, l’Etat, les régions concernées et les citoyens qui travailleront dans les ZES tireront de la mise en place des ZES ne sont pas claires. Au risque d’en faire uniquement des grandes zones franches au profit des entrepreneurs et investisseurs étrangers. Pourtant, un bon nombre de pays d’Afrique ont réussi à amorcer leur développement grâce à la mise en place des ZES, dont le voisin mozambicain. Les ZES seront mises en place dans trois régions pour un premier temps. La ZES Ehoala Parc à Fort-Dauphin, la ZES textile city à Moramanga et enfin la ZES touristique au nord, dans la province d’Antsiranana, région Diana. Selon le député élu à Taolagnaro Hatrafindrazana Jerry, la première préoccupation est celle de savoir ce que sa région et la population de Fort-Dauphin tireront de la ZES.

News Mada24 partages

Film documentaire : Njaka kely prend le large

Bonne nouvelle pour le 7e art malgache. Njaka kely, le moyen-métrage de Michaël Andrianaly sélectionné, concourra au festival panafricain de films documentaires de Yaoundé (Images en live), du 12 au 18 décembre prochain.

Sorti en 2015, Njaka kely nous plonge dans le poumon économique de Madagascar, à savoir Toamasina. Le film documentaire détourne le regard vers une autre réalité et montre éventuellement ce qui se cache derrière du visible.

L’histoire se focalise sur Saholy, gérante d’une petite entreprise de cyclo-pousse, qui s’occupe de ses conducteurs comme de ses fils et leur permet de trouver chez elle un foyer. Tourmenté par un passé difficile, Njaka cherche sa place au sein de cette grande famille. Agé de 17 ans, il sait qu’il doit décider de son avenir, mais se laisse encore facilement tenter par la fumette et par les filles.

Genèse du film

« J’ai élu domicile à Toamasina, la capitale économique du pays. Mais il est loin le temps où la propreté règne au bord de la mer et où les touristes de toute part se retrouvent dans la ville. La plage est quasiment bondée du monde chaque fin de semaine. Mais la capitale de Betsimisaraka a changé du jour au lendemain. La crise économique est en croissance exponentielle. La hausse du chômage entretient un climat d’insécurité. Les jeunes tombent dans la délinquance ou la prostitution », se remémore le cinéaste en parlant de la genèse du film.

Précédant « Images en live » qui va animer la capitale politique du Cameroun au mois de décembre, Njaka Kely a déjà reçu une pluie de sélections lors des grands festivals du film documentaire l’année dernière. Parmi eux, le Ciné rencontres de Toamasina, le festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi, le festival du film insulaire de Groix, les États généraux du film documentaire de Lussas, le Moké Film Festival de Pointe‐Noire, Congo, les Lumières d’Afrique de Besançon et le Festival Corsica.doc.

Joachin Michaël

News Mada23 partages

Villa Elisabeth : l’abcès est crevé

Dès que l’Etat a annulé d’une manière expéditive, par arrêté,  l’acte de vente du domaine St-Antoine IV où la Villa Elisabeth est construite, c’était certain : il y a anguille sous roche. A dire vrai, c’est de l’art. Celui de botter en touche.  Une décision de façade dans le dessein de tirer un trait sur cette affaire et au final d’étouffer un nouveau scandale qui risque de causer davantage du tort au régime. Mais il y a un temps pour se taire et un temps pour parler.

Car,  après que Serge Razafimahova, porte-parole de la famille Albert Zafy, a établi les faits jeudi dernier devant la presse au centre Arrupe à Faravohitra, la vérité a éclaté au grand jour, au grand étonnement de l’opinion publique et dans ce sens, met le régime sur la sellette.

Silence compliceLaisser faire à l’insu du Professeur Albert Zafy qui, en sa qualité d’ancien président de la République, devait jouir de plein droit d’une résidence présidentielle. C’est le terme approprié pour qualifier cet acte manqué.

« La vente à été tenue secrète durant trois ans », a souligné Serge Razafimahova. Puis le 15 novembre 2016, le traitement du dossier a pris une autre tournure : la vente définitive. Ainsi, le  fait d’avancer que le professeur Albert Zafy était déjà informé au moment de la signature de l’acte relève d’une histoire montée de toutes pièces.

Encore plus surprenant, le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels et de l’Aménagement du territoire a affirmé dans sa lettre qu’en juillet 2017, un accord à l’amiable  a été trouvé entre le professeur Albert Zafy et la société Mada Terrain, selon les procédures en vigueur régissant ce terrain. Et ce, après avoir confirmé par le biais d’un Certificat de situation juridique que « le dit terrain vous appartient de droit », en parlant de la société susmentionnée.

« C’est du cinéma… L’ancien président n’était informé par les représentants du PRIM immobilier qui se sont rendus chez lui que dans la journée du 21 septembre », objecte Serge Zafimahova. En un mot, Albert Zafy était mis devant le fait accompli.

Mouillé jusqu’au couEt d’enfoncer le clou en mettant à jour l’implication du régime dans cette affaire, « Le dossier est bel et bien traité au niveau de l’Etat. La société Madaterrain mentionnée dans l’acte de vente en date du 24 janvier 2017 a cédé ledit domaine à une société immobilière, dénommée PRIM immobilier ».

« Le 7 septembre 2017, le responsable au sein du service des logements et bâtiments administratifs agissant au nom de l’actuel ministre par procuration et la société ont signé un acte authentique dans le cadre du transfert du titre d’une partie de la propriété dite « PRIM I » TN 72 803 A sise à Amboniloha, objet d’un acte de donation établi par la Société PRIM Immobilier SARL », a martelé Serge Razafimahova. Il s’agit en fait d’une cession à titre gratuit de bien immobilier entre la société PRIM Immobilier et le ministère des Finances et du budget.

Notons qu’à peine ce dossier brûlant a été révélé dans les médias, l’actuelle  ministre des Finances s’est empressée de défiler toutes les litanies des saints. Elle a clairement signifié son opposition et déclaré ne pas être au courant des tenants et aboutissants de l’histoire.Quand les hauts responsables font semblant de ne rien savoir, cela frise le ridicule et quand ils essaient de faire endosser les responsabilités aux autres, notamment le régime de la Transition, c’est à se demander de qui se moque-t-on. Et pour cause, il a été rapporté que la cession des droits de domaine à la société PRIM a été faite le 15 novembre 2016 (n°72 803 A). Le 18 septembre 2017, une demande de permis de construire a été déposée auprès de la  mairie d’Antananarivo et deux jours après, la CUA a donné son aval.Le porte-parole de la famille Zafy a ainsi remis les pendules à l’heure.

La vérité est dans les textesLa loi sur le domaine privé de l’Etat est bafouée. Annuler un acte de vente par le biais d’un arrêté ministériel en date du 31 octobre, c’est du jamais vu. Cela n’a aucun sens, c’est « nul et non avenu », selon Serge Razafimahova. En principe, le document n’a aucune valeur juridique au vu du titre en possession du propriétaire.

L’article 9 n’a nul besoin d’interprétation,  « Les biens du domaine privé immobilier de l’Etat sont soumis, sauf les règles spéciales de la présente loi, à la législation de droit commun des contrats et des biens et lorsqu’il y a lieu, au règlement organisant le régime foncier de l’immatriculation ».

Et en cas de « litige soulevé, soit par une administration, soit par un particulier, relatif à l’acquisition, à l’exercice ou à l’extinction d’un droit réel portant sur un immeuble du domaine privé de l’Etat » selon l’article 31, il «  relève de la compétence exclusive du Tribunal civil du lieu de la situation de l’immeuble conformément aux règles du droit commun ». Ce point n’a pas été respecté par l’Etat en se référant  à la Théorie générale des obligations (TGO).

Enfin, pour ce qui est de la plainte auprès du Bianco, elle relève seulement de faits de corruption potentiels. Cela n’aboutira à rien en l’occurrence  à l’annulation en droit administratif de l’acte de vente qui devait être prononcé par le tribunal administratif.

Dans tous les cas, les commanditaires, un baron du régime et un opérateur karana bien connu de la place doivent maintenant commencer à s’inquiéter pour ces diverses manoeuvres extra-légales.

JR.

L'express de Madagascar23 partages

Yali Madagascar – Les jeunes face à l’entrepreneuriat écologique

Encourager et partager. L’association Young African Leaders Initiative Mada­gascar ou YALI Madagascar organise, le 15 novembre, un atelier de partage ouvert au grand public dénommé « Nos entrepreneurs écolos ». L’atelier se fera pendant la semaine mondiale de l’entrepreneuriat de cette année ou le Global Entrepre­neurship Week 2017 (GEW 2017) à la Chambre de commerce et de l’industrie à Antanina­renina. Le but est d’encourager les jeunes à se lancer dans l’entrepreneuriat écologique, mais aussi faire connaître les entrepreneurs écologiques malgaches au grand public, et sensibiliser ces derniers sur l’importance de l’environnement.YALI Madagascar utilise le concept d’approche et de partage innovant de « failure story » où l’intervenant raconte ses échecsplutôt que ses succès.« Nous avons invité des entrepreneurs écolos de Madagascar pour qu’ils racontent leurs obstacles auxquels ils ont fait face durant leur parcours professionnel », explique Fanampy Andrianjafimba­hoaka, chef de projet de l’évènement.

Tsiry Razafindrazaka

Tia Tanindranaza22 partages

Malagasy mora handairan’ny “honohono”Hampikorontana ny firenena

Tsikaritra omaly zoma fa maro ny ankizy tsy nandeha nianatra. Nisy ray aman-dreny nisafidy ny tsy handefa mihitsy ny zanany any an-tsekoly aloha taorian’ilay savorovoro vokatry ny tsaho teto Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina ny alakamisy lasa teo.

  Mbola resabe omaly zoma ny hoe andian’olona manindrona mpianatra, tranga izay nambaran’ny tompon’andraikitry ny filaminana fa tsaho ary tsy mitombina velively. Misy anefa ireo ray aman-dreny tsy resy lahatra. Efa ho iray volana tsy nianatra ny ankizy dia mbola mety hiampy indray izany noho ny tsaho niteraka savorovoro. Azo antoka fa hisy akony ratsy amin’ny voka-panadinana izao tranga izao satria tsy mitombin-tsaina tsara ny mpianatra ary miaina ao anatin’ny tebiteby ny mpampianatra sy tompona sekoly ary ireo ray aman-dreny. Tsy ho vita mora foana iny fampielezana tsaho iny, hoy ny mpitandro ny filaminana ary tsy maintsy ho tratra ireo rehetra nandray anjara. Amin’ny ankapobeny dia samy tompon’andraikitra ny rehetra. Manome vahana ny mpanararaotra mantsy ny tranga tahaka iny ka mety ho avy ny mpangaro-paosy, ny mpanao sinto-mahery ary mety hangala-jaza mihitsy aza. Tsy resahana intsony ny mety ho fahapotehana fotodrafitrasa ao amin’ny sekoly. Asa na noho ny fahasahoran’ny fiainana fa mora handairan’ny tsaho ny Malagasy ary tsy afaka manadihady sy mandinika intsony mialoha ny hanapahan-kevitra. Raha mitohy izao dia azo antoka fa ho avy indray ny tsaho sy ny honohono. Mampatahotra ny ho avy raha tsy mahay mifandamina sy mandrindra fiainana ny Malagasy, ary dia hataon’ny olona kilalao amin’izay hitiavany azy, ka rehefa variana mifampiahiahy dia miditra tsimoramora maka ny harena ny vahiny.

RTT

Midi Madagasikara17 partages

Tourisme : Ash Dykes accompagne un groupe de touristes anglais à Madagascar

Nommé « Brand Ambassador » de la destination Madagascar au Royaume-Uni par l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), l’aventurier britannique et athlète de l’extrême Ash Dykes a visité la Grande Ile pour la seconde fois en octobre 2017.

Il était à la tête d’une expédition touristique dans l’Andringitra dans le Sud de Madagascar en accompagnant un groupe de douze touristes anglais. Et tout cela, grâce à une belle promotion de la Grande Ile sur le marché émetteur anglais. En effet, séduits par les exploits d’Ash Dykes et la beauté naturelle de la Grande Ile, l’organisme britannique « Charity Challenge » spécialisé dans l’organisation de voyage et la promotion du tourisme responsable, lui a contacté pour mener une expédition touristique dans l’Andringitra. Il s’agit d’un « trek » de cinq jours dont la finalité était d’atteindre le Pic Boby, le 2e sommet le plus élevé et accessible à Madagascar. « Le groupe de touristes anglais qui ont fait partie de ce voyage a  été notamment ébloui par le sens de l’hospitalité du peuple malgache ainsi que par le caractère exceptionnel de la faune et flore du parc national d’Andringitra », a-t-il raconté.

« Mission possible ». Rappelons qu’Ash Dykes est connu pour avoir traversé à pied une distance de près de 2890 km, reliant le Cap Sainte-Marie à l’extrême Sud, au Cap d’Ambre, point le plus septentrional de la Grande Ile. Son « trek » a duré 155 jours, de septembre 2015 jusqu’à mi-mars 2016. Durant cette expédition, il était accompagné d’un cameraman et d’un guide  malgache . Des films documentaires sur la nature, le paysage et la biodiversité de Madagascar ont été produits à l’issue de son périple et ont fait l’objet d’une vaste diffusion sur les chaînes internationales dont entre autres, la BBC. En outre, il a écrit un livre intitulé « Mission possible » relatant particulièrement son aventure en terre malgache. Cet ouvrage qui a été édité en langue anglaise et chinoise a été remis par cet aventurier britannique au PCA de l’ONTM, Joël Randriamandranto, lors d’une conférence de presse dernièrement.

« Come-back ». Après cette aventure dans l’Andringitra, Ash Dykes annonce déjà un « come-back » à Madagascar pour l’année prochaine, avec comme compagnons de voyage une vingtaine de touristes anglais. Notons que sur les réseaux sociaux, il jouit d’une très belle réputation. Son compte Facebook enregistre près de 100.000 abonnés, 10.000 « followers » pour Twitter et plus de 13.000 abonnés pour Instagram. En tant que « Brand Ambassador » de Madagascar au Royaume Uni, il promeut et recommande activement la destination auprès de ses proches, au sein de sa communauté d’amis et de tous ses contacts et surtout de la presse anglo-saxonne.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara17 partages

CUA : Nouvelle association des taxis professionnels

Pendant que la présidente du FTAR (Fikambanany Taxi eto Antananarivo Renivohitra) prépare une énième manifestation, de nombreux « taximen » professionnels ont quitté cette association en créant une nouvelle association des taxis professionnels dénommée VTM ou « Vondron’ny Taxi Matihanina ». Cette nouvelle association a été présentée hier à la presse à Andrefan’Ambohijanahary.

Professionnalisme et qualité de service. Selon ses dirigeants, le VTM vise le professionnalisme et est déterminé à améliorer la qualité de service offert aux usagers des taxis de Tana-Ville. « Pour cela, nous sommes prêts à collaborer avec l’OMAVET. L’OMAVET n’est pas là pour nous soutirer de l’argent, mais pour nous aider à utiliser des taxis dignes des usagers.», a déclaré son président Haingo Jeannot Andrianarisoa. A noter que le VTM accepte aussi d’utiliser les nouvelles lanternes. Bref, les taxis de la Capitale sont divisés.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate17 partages

Etienne Ralitera. Photos de la messe à l’EKAR Antanatsara Ambohimalaza

A personnalité exceptionnelle, reportage photographique tout aussi exceptionnel et aussi grand que ce Chancelier qui nous a quittés le 30 Octobre 2017. Ci-après les photos de la messe qui a eu lieu à l’EKAR Antanatsara Ambohimalaza, le Dimanche 5 Novembre 2017.

Jeannot Ramambazafy

 

 

Midi Madagasikara11 partages

Union européenne : « Elections inclusives pour un retour à une démocratie normale »

« L’accès public à l’information, condition nécessaire pour l’engagement des citoyens » ; « Démocratie participative, participation à la vie publique » ; « Le dialogue entre les élus et les citoyens, un pilier incontournable de la démocratie ». Ce sont les thèmes débattus hier par les participants à la finale du tournoi de Débat parlementaire ouvert organisé par la Délégation de l’Union européenne à Madagascar, en collaboration avec Liberty 32, l’Institut d’Etudes Politiques et la Fondation Friedrich Ebert Stiftung. La phase finale qui s’est tenue hier dans la salle de conférences du Ministère de l’Economie et de la Planification à Anosy a vu la participation des députés. Du 3 au 10 novembre, une soixantaine de jeunes de 17 à 25 ans venant de différentes régionsont participé à ce concours. Ils ont été constitués en équipes par tirage au sort. « Citoyenneté active et engagée ». Tel a été le thème choisi pour cette année. L’objectif étant de souligner l’importance de l’appui et de l’attachement aux valeurs démocratiques. Nicolas Jaonaharivelo (Université d’Antananarivo), Andrianarimanana Rivonantenaina Hajanirina (Université d’Antananarivo) et Andriamisaina Andonjanahary Maeva (IEP Madagascar) qui ont formé l’équipe n°3, étaient les lauréats du concours.

Climat pacifique. Dans son discours, l’Ambassadeur de l’Union européenne, Antonio Benedito-Sanchez a insisté sur les aides apportées à Madagascar dans le cadre entre autres, de la consolidation de la bonne gouvernance, la modernisation et l’indépendance de la Justice, la réforme de l’administration publique et l’épanouissement de la société civile. Il a également réitéré que l’UE va accompagner la Grande Île pour l’organisation de l’élection présidentielle de 2018, à hauteur de 3,5 millions d’Euro. « Ce ne sont que des élections inclusives, transparentes et crédibles qui respectent les règles du jeu démocratique, qui se déroulent dans un climat pacifique et qui sont perçues comme légitimes qui consolideront la démocratie et qui marqueront le retour à une démocratie normale – après les élections de sortie de crise en 2013 », a-t-il réitéré. A noter que la participation civique figurera à l’ordre du jour du Sommet Union européene – Union africaine qui aura lieu fin novembre à Abidjan.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

Analakely : Un élève pickpocket arrêté dans sa classe

C’est lamentable d’entendre qu’un adolescent qui a la chance d’aller à l’école s’adonne à une délinquance de ce genre. Poursuivi pour vols, un élève en classe de 3e dans un collège de la Capitale a été arrêté en plein cours dans sa salle, hier. Selon nos sources, le garçon a chapardé chez un marchand tenant office près de son école. Le soupçon est tombé sur lui, car un témoin qui affirme avoir reconnu son visage l’a dénoncé auprès de la police municipale qui a effectué l’arrestation après l’avoir surveillé. Surpris, l’adolescent n’a pas pu se disculper car le portefeuille et une somme de 56 000 ariary que la victime affirme avoir perdu ont été retrouvés dans son cartable. Ce qui intrigue dans cette affaire, c’est la façon par laquelle, il a été interpellé. Est-ce que ces policiers municipaux ont le droit d’agir ainsi, alors que la législation en vigueur interdit l’interpellation d’un mineur sans la présence de ses parents. Il est dit qu’après son arrestation, l’enfant a été remis aux forces de l’ordre pour la suite de l’enquête.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar8 partages

Santé bucco-dentaire – L’extraction des dents est déconseillée

Les odonto-stomatologues déconseillent l’extraction des dents. « Si les soins sont encore possibles, il vaudra mieux les traiter. Une dent manquante, s’il s’agit particulièrement des molaires, peut avoir de mauvais impacts sur la santé », explique le Dr Yves Raharinosy, odonto-stomatologue du service de la dentisterie du centre de santé de base niveau II (CSB II) à Isotry, hier. D’autres odonto-stomatologues conseil­lent à ceux qui ont déjà une ou des dents arrachées de la (les) remplacer. « Extraire une dent pourrait engendrer la détérioration de la santé digestive et la diminution de l’endurance. La mastication devient difficile même s’il ne nous en manque qu’une », poursuit ce dentiste.Dans ce CSB II d’Isotry, l’extraction des dents figure dans la dernière liste des activités à effectuer. « Sur une trentaine de patients reçus par jour, une vingtaine font des soins, cinq font un détartrage. Les cinq autres se font arracher leur dent, et ce sont souvent des dents de lait », précise le Dr Yves Raharinosy. La dotation d’un fauteuil dentaire tactile, par le couple Hery Rajaonarimam­pianina, au CSB II d’Isotry devrait améliorer encore plus la qualité des soins dentaires, dans cette formation sanitaire. Désormais, tous les soins dentaires peuvent y être effectués. La cérémonie de remise du matériel s’est déroulée hier, en présence des représentants du couple et du ministère de la Santé publique. Le président de la République et sa femme ont également donné six chaises de bureau, deux armoires et des tables de bureau pour ce service.

M.R.

Midi Madagasikara8 partages

Propriété intellectuelle : Une réunion nationale sur la stratégie d’innovation

L’Office MAlgache de la Propriété Intellectuelle (OMAPI) poursuit ses actions de réformes. Un grand pas sera franchi avec l’organisation, du lundi au vendredi prochain de la réunion nationale relative à la mise en œuvre de la politique et de la stratégie nationale d’innovation en matière de propriété intellectuelle.

Un atelier de renforcement des capacités sur le développement des Centres d’Appui Technique à l’Innovation (CATI) sera également organisé durant cette réunion qui aura lieu au Colbert.

Recommandations. Pour rappel, la politique et stratégie nationale d’innovation en matière de propriété intellectuelle constitue la réalisation de l’une des recommandations prises à l’issue du « Forum national de haut niveau sur la propriété intellectuelle et l’utilisation de l’innovation et de la créativité pour le renforcement des capacités technologiques, la croissance et le développement économique ». Organisé en mai 2012, ce Forum a débouché par l’adoption en janvier 2016 de ladite politique et stratégie nationale qui est l’instrument juridique définissant les lignes directrices en vue de promouvoir l’innovation et l’utilisation effective du système de la propriété intellectuelle dans le développement économique, social et culturel du pays.

CATI. Parmi les autres réalisations figure par exemple la modernisation du système de la propriété industrielle. Notamment par le biais de l’adoption de l’avant-projet de loi portant régime de protection de la propriété industrielle qui a été adopté en Conseil des ministres le 27 octobre 2017 ainsi que des projets d’adhésion de Madagascar à des traités internationaux relatifs à la propriété industrielle. On peut également relever la promotion de l’innovation par l’utilisation stratégique de la propriété industrielle au service du développement technologique et de l’infrastructure appropriée. Il en est ainsi de l’implantation du Centre d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) et du réseau y afférent. Ce réseau est actuellement répandu dans plusieurs Régions de Madagascar et le CATI est implanté au sein de différents organismes, notamment le ministère de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé et ses Directions interrégionales, ainsi que des universités et Ecoles supérieures publique et privées.

Partenariat. Toujours dans cet objectif de promotion de la créativité et de l’innovation, l’OMAPI a aussi effectué des travaux sur terrain. C’est le cas notamment de son partenariat avec l’Institut d’Enseignement Supérieur de Soavinandriana (IESSI). En effet, des activités de renforcement des capacités ont été effectuées par l’OMAPI à Soavinandriana et dans la Région d’Itasy les 6 et 7 novembre 2017. Une formation a été tenue à l’endroit des étudiants de troisième année, relative notamment à l’exploitation des documents de brevet et des documents scientifiques. Cette formation a permis aux étudiants de disposer d’autres sources de connaissances et de les exploiter dans leurs travaux de recherche. Grâce à l’accessibilité de ces bases des données par internet, les étudiants de l’Institut seront sur un pied d’égalité que leurs homologues au niveau des autres universités. Par ailleurs, dans le cadre du projet IP Sharing, une rencontre avec les responsables du « Forontany » Ankalalahana, près d’Arivonimamo et des artisans détenteurs de savoirs traditionnels a été tenue, concernant l’exploitation de la soie sauvage issue de la forêt de « tapia ».

R.Edmond

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate8 partages

Etienne Ralitera. Photos de l’arrivée à l’EKAR Antanatsara Ambohimalaza

A personnalité exceptionnelle, reportage photographique tout aussi exceptionnel et aussi grand que ce Chancelier qui nous a quittés le 30 Octobre 2017. Ci-après les photos de l'arrivée à l’EKAR Antanatsara Ambohimalaza, le Dimanche 5 Novembre 2017.

Jeannot Ramambazafy

 

 

 

 

Midi Madagasikara5 partages

Antsohihy – RN6 : Fiara taksiborosy sprinter nivadika, telo maty, mpandeha 10 hafa naratra mafy

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahatsiravina nahafatesana olona indray tany amin’ny lalam-pirenena fahenina iny, ny harivan’ny fito novambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 7 ora. Fiara taksiborosy sprinter iray,manao zotra rezionaly mampitohy an’i Mahajanga sy Antsohihy, no nivadika ambony ambany, teo amin’ny tanànan’ Anjiajia kely Pk 270+360, 12 km tsy hidirana ny tampon-tanànan’ Antsohihy, ka olona roa no maty tsy tra-drano teo ho eo. Rehefa tonga teny amin’ny hopitaly kosa dia namoy ny ainy ny mpandeha iray. Ary olona folo hafa kosa naratra mafy tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity, ka anisan’izany ny mpamily. Raha ny fantatra dia noho ny fahavakisan’ny kodiarana iray tao arinan’ity fiara sprinter ity nipoaka no nahatonga ny loza, ka nampivadika io taksiborosy voalaza fa nandeha mafy io. Araka ny tati-baovao voaray dia efa nosintonin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety (ATT) tamin’ny mpamily sady tompon’ny fiara ny antontan-taratasy rehetra momba ity fiara nahavanon-doza ity, ka miandry ny didim-pitsarana havoakan’ny fitsarana mikasika ny tranga no hahazoana mihazona na famerenana ilay taratasy fahazoan-dalana any amin’ny tompon’ny fiara na tsia. Hareto raha ny fanazavana azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny ATT ao Mahajanga, dia mihantona ny fanomezan-dalana hitrandraka na “licence d’exploitation” sy fanomezan-dalana voatokana hiainga na ny “autorisation special” ho an’ny kaoperativa niasan’ity sprinter namono olona ity. “ Lalàna manankery ampiharina amin’ireo kaoperativa rehetra na nationaly na rezionaly nanao lozam-pifamoivoizana io. Tsy hikoso-maso amin’ireo fiara na koa mpamily manao antsirambina ny ain’ny mpandeha izahay “, hoy ity tompon’andraikitra ity nanamafy.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Opération CIN : Le PNUDéquipe le Ministère de l’Intérieur en matériels

Le PNUD– à travers Violet Kakyomia – a réitéré son soutien et ses encouragements à l’ensemble des participants à cette opération d’envergure nationale. (Photo : Yvon RAM)

120 ordinateurs portables, 120 imprimantes, un lot de 1 600 encres, 240 appareils photos et des accessoires pour chacun de ces matériels. C’est ce qu’a remis le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD)– au Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation en général et aux 119 Districts en particulier – pour la réalisation de la délivrance des jugements supplétifs de naissance dans le cadre de l’opération dite « Carte d’Identité Nationale ». En effet, d’après les estimations du gouvernement et du PNUD, environ 900 000 citoyens malgaches, hommes et femmes, ne possèdent ni leur acte de naissance ni leur CIN qui, pourtant, sont impératifs pour l’exercice du droit de vote. D’après les explications du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, qui est également le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, cette opération d’envergure nationale se déroule comme suit : en amont, il y aura l’opération jugement supplétif de naissance qui s’effectuera en audience foraine ; en aval, il y aura l’octroi de CIN à ceux qui sont en âge de voter. « L’idéal est de les intégrer dans les listes électorales », précise le chef du gouvernement. Par ailleurs, Mahafaly Solonandrasana Olivier a informé sur la gratuité de l’opération tout au long du processus. « Pour les audiences foraines, la CIN et l’acte de naissance sont gratuits. Au niveau des districts, l’individu s’acquitte des 200 ariary », précise-t-il. Durant la cérémonie de remise de ces matériels qui a eu lieu hier, au ministère de l’Intérieur à Anosy, la représentante résidente du PNUD, Violet Kakyomia, a laissé un message aux femmes et aux jeunes. « Saisissez cette opportunité pour avoir la CIN et s’inscrire sur les listes électorales ».  

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Poule des As : La CNaPS Sport à une marche du bonheur !

La deuxième journée de la phase retour a été conforme à la dure loi de la logique avec cette victoire d’Elgeco Plus et de la CNaPS Sport qui vont se retrouver dimanche pour un match qui s’annonce houleux.

La CNaPS Sport est en bonne position pour ravir le titre national. Auteur d’une victoire de 3 buts à 1, hier à Ampasambazaha, devant une HZAM héroïque, mais qui se fit piégée par un but très tôt de Niasexe dès la 8e minute. Lalaina enfonça le clou en marquant dans un trou de souris (24e) puis un autre, mais cette fois-ci d’une talonnade (57e).

Tanjona sur les bancs. A trois à zéro, le HZAM ne baissa pas pour autant les bras pour ensuite réduire le score par Donah.

Mais c’est une certitude qu’Amparafa tentera de décrocher la troisième place en tentant de battre le COSFA sinon on ne s’explique pas le fait que l’équipe ait choisi de mettre sur les bancs l’un de ses cadres notamment Tanjona. Avec le retour fort possible de Besona, l’artificier de service, le COSFA aura intérêt à montrer son vrai visage contrairement à hier où les militaires ont carrément levé les pieds ou plus tôt pas du tout à l’image de ce second but d’Elgeco que le gardien a laissé passer entre ses jambes.

Doublé de Bonnard. Les deux équipes faisaient pourtant jeu égal jusqu’à la mi-temps où la physionomie tourna à l’avantage d’Elgeco Plus qui ouvrit le score par Bela (49e) qui recédiva quelques mintutes plus tard (52e).

Mais le meilleur homme du match se nomme Bonnard qui a réalisé le doublé (69e et 72e) sur un service du même Nesta.

Le jeune Safidy lancé dans le bain par Careca parvint à trouver la faille pour marquer le but de 5 à 0. Mais auparavant, les deux autres Safidy du COSFA réduisirent le score en quatre minutes (75e et 79e) comme pour montrer qu’ils sont capables de réduire l’écart.

Le match de dimanche entre la CNaPS Sport et Elgeco Plus s’annonce comme une finale même si Elgeco pour espérer ravir le titre doit marquer trois buts d’écart. Une mission très difficile, mais pas impossible. Prudent, Tipe Randriambololona a cependant sorti très tôt ses cadres en vue de cette rencontre. Lalaina, Njiva et Ando ont été remplacés au cours de la partie. Ce qui veut tout dire.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Affaire FMA : Aucune notification officielle du COM pour le moment !

En dépit de cette suspension « verbale », les activités se poursuivent pour la Fédération malgache d’athlétisme.

Après la suspension du Comité olympique malgache (COM) de trois membres de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), cette dernière juge cette décision nulle et non avenue. « Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas encore reçu de notification de notre suspension de la part du COM. Ainsi nous ne considérons pas cette décision », a fait savoir, la présidente de la FMA, Norolalao Andriamahazo lors d’une conférence de presse à Alarobia. Les membres de la FMA concernés par cette sanction sont la présidente de la Fédération, le second vice-président, Hubert Rakotombelontsoa et Mahatana Jean de la Croix, conseiller et entraîneur national. Pour cause, le président du COM Siteny Randrianasoloniaiko et consorts n’ont pas pu entrer dans la salle lors de l’Assemblée générale élective (AGE) en février 2016 à l’hôtel Panorama Andrainarivo. Ils n’ont pas avalé cette situation, car la FMA a su tenir tête jusqu’à la fin. Selon Mahatana Jean de la Croix, cette décision a été prise par les membres du comité directeur, mais non unilatérale. En dépit de cette suspension « verbale », les activités se poursuivent. La saison sera lancée le 28 janvier à travers la course « Athlétisme pour tous ». Les Championnats nationaux jeunes et seniors se disputeront au mois de juillet dans la capitale. Les Jeux Africains de la Jeunesse à Alger, les Jeux Olympiques de la Jeunesse en Argentine, les Jeux de la CJSOI au mois d’avril à Djibouti, les Championnats d’Afrique seniors seront programmés au mois d’août au Nigeria au mois d’août sont en ligne de mire.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Journée mondiale de la mer : Manakara, ville portuaire hôte

La ville portuaire de Manakara  accueille, depuis hier jusqu’à dimanche, la célébration de la Journée mondiale de la mer et de la Journée mondiale des gens de mer. La célébration, organisée par l’Agence portuaire, maritime et fluviale (APMF) et le ministère des Transports et de la météorologie, se tient sur l’avenue de Manakara Be sous les thèmes : « Connecter navires, ports et personnes » et « Les gens de mer importent ».

A la fois source de revenus et créateurs d’emplois, la réhabilitation du port, fermé depuis 2008, ainsi que celle du canal de Pangalane sont des projets de développement économique en faveur de la région. Les organisateurs ont ainsi fait comprendre à travers les diverses allocutions la priorisation de l’étude en la matière.

Les activités organisées durant cette célébration ont effectivement été sélectionnées afin de réunir tous les acteurs confondus (professionnels, autorités, usagers, grand public) et ce, dans l’objectif de faire un constat annuel de la situation des transports maritimes à Madagascar et un aperçu de leur avenir vis-à-vis de leurs contributions au développement économique du pays.

Comme la célébration  est un sujet qui touche le pays dans sa globalité, la plupart des activités citées sont aussi organisées dans dix autres localités de l’île (Antsiranana, Nosy Be, Mahajanga, Toliara, Taolagnaro, Toamasina, Sainte-Marie, Morondava, Antalaha et Antananarivo), selon des calendriers différents.

Arh.

News Mada2 partages

Ambatobe : tentative de kidnapping avortée

 Apparemment, le calvaire des Karana n’est pas près de se terminer malgré la prise d’un nouveau dispositif de sécurité à leur endroit. Les kidnappeurs ont cette fois-ci ciblé la fille du patron d’un grand magasin sis à Ankadimbahoaka.

Au moment où l’attention était dirigée vers la panique ingérable que provoque la peste, les kidnappeurs ont de nouveau fait parler d’eux dans la capitale. Pas plus tard que dans l’après-midi d’hier, des individus armés l’ont pris pour cible à proximité du lycée français d’Ambatobe.

Selon une source sécuritaire, le commissariat de police d’Analamahitsy a été informé aux environs de 14 h par le responsable du fokontany sur la présence suspecte d’une Renault Kangoo, abandonnée au beau milieu de la route, alors que son moteur étant encore en marche. Sitôt sur les lieux,  les policiers ont établi un périmètre de sécurité et avisé leurs collègues de la Brigade criminelle et ceux de la Police scientifique et technique. Entre-temps, les limiers ont appris qu’une tentative de kidnapping venait de s‘y produire.

Des indices

Plusieurs versions des faits ont été entendues à propos de cet enlèvement. Selon une source locale, des riverains ayant assisté à la scène ont conduit les limiers à l’endroit où s’est réfugiée la petite fille après avoir échappé aux kidnappeurs.

« Saine et sauve, elle a été remise à sa famille », a-t-on précisé. Par contre, une autre source a précisé que le chauffeur de la voiture à bord de laquelle se trouvait la victime à réussi à semer les kidnappeurs. Sachant que la situation tournait en leur défaveur, ces derniers auraient abandonné leur voiture sur place. Ils auraient quitté les lieux à bord d’une autre Renault Kangoo et auraient forcé le conducteur de les déposer quelque part à Nanisana.

L’on sait par ailleurs que l’enquête a été confiée aux enquêteurs de la cellule mixte anti-kidnapping. Selon des sources concordantes, les enquêteurs sont sur une piste fiable. L’on sait en effet qu’outre la voiture des kidnappeurs, ils ont également découvert à l’intérieur un pistolet et huit munitions, ainsi que des cagoules. Grâce à ces indices non négligeables, l’enquête devrait aboutir à des résultats concrets.

Mparany et Ando Tsiresy

(Photo d’archives)

Midi Madagasikara2 partages

Secteur de l’énergie : Un Système d’information mis en place avec le GIZ

Formation sur le SIE organisée par le GIZ au Café de la Gare Soarano, du 6 au 10 novembre 2017.

Des informations à jour, fiables et de qualité, sur le secteur de l’énergie seront enfin disponibles, grâce au Système d’information énergétique (SIE).

 Cette structure est le fruit de la coopération entre le ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH) et la Coopération Allemande GIZ, par son Programme d’appui au Projet d’électrification par les énergies renouvelables (Promotion de l’Electrification par les Energies Renouvelables PERER). D’après ses promoteurs, ce SIE servira d’outil d’aide aux décisions stratégiques comme la planification et le suivi du secteur de l’énergie à Madagascar. Notons que ce projet SIE n’est pas nouveau pour le MEEH. En 1989, soit 28 ans passés, le ministère en charge de l’Énergie de l’époque avait déjà élaboré un document, mais le projet n’a pas abouti. Mais désormais, les actions sont maintenant lancées. L’élaboration d’un schéma directeur a été la première étape de ce projet. Dans la foulée, la GIZ a initié et entrepris, cette semaine, une formation de cinq jours, destinée aux agents du ministère, de l’ADER (Agence de développement de l’électrification rurale), de l’ORE (Office de régulation de l’électricité) ; dont l’objectif est de maîtriser les concepts de base d’un SIE, la méthodologie ainsi que les outils techniques pour son implantation. En d’autres termes, elle permet à ces acteurs d’avoir une même vision pour une meilleure collaboration.

Coopération bilatérale. L’Allemagne figure parmi les premiers pays partenaires de Madagascar dans la coopération au développement notamment le développement du secteur de l’énergie. C’est dans cette optique et pour le renforcement de la coopération bilatérale germano-malgache que le programme GIZ-PERER, apporte son appui au secteur de l’Énergie. Cet appui concerne le financement des projets dans ce secteur et également la gestion des différents risques, ainsi que la politique et la stratégie d’énergie. Sous mandat du Ministère Fédéral de la Coopération Économique et du Développement (BMZ), l’objectif principal du programme GIZ – PERER est l’amélioration des conditions cadres pour les investissements publics et privés dans l’électrification par les énergies renouvelables. De ce fait, il accompagne le MEEH, l’Agence de Développement de l’Électrification Rurale (ADER), l’Office de Régulation de l’Électricité (ORE) et le secteur privé à participer à l’expansion massive de l’alimentation électrique notamment via les énergies renouvelables et surtout à atteindre le défi lancé sur la Nouvelle Politique de l’Energie pour l’horizon 2030.

 Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Agents contractuels de l’Etat : Formation avec le MFB et la CNaPS à Toliara

Les officiels présents à la formation avec le MFB et la CNaPS à Toliara. (Copyright CNaPS).

La Cité du Soleil a été très active cette semaine concernant la promotion de la protection sociale. Le 6 novembre dernier, ce fut au tour du Ministère des Finances et du Budget (MFB) de former ses agents contractuels (ECD) en protection sociale, avec le concours de la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS).

A cheval entre le privé et la fonction publique, ces ECD sont dans le flou concernant leurs droits en matière de protection sociale, raison pour laquelle le MFB et la CNaPS ont organisé cette formation pour eux. Au total, 83 ECD provenant des régions Anôsy, Androy, Atsimo Andrefana et Menabe ont participé à cette formation, à la fin de laquelle une attestation et un manuel sur la protection sociale leur ont été délivrés. Le Chef de la région Sud-Ouest a tenu à remercier le MFB et la CNaPS en mettant l’emphase sur l’importance du respect du droit des fonctionnaires dans le bon fonctionnement des services publics. Cette session a permis aux 83 participants de connaître enfin leurs droits en matière de protection sociale et comment les faire valoir. M. Randrianarijaona Charles Emilson, Chef du Service d’Actions Sanitaires et Sociales a ,quant à lui, souligné que le respect de leurs droits sociaux constituent pour les agents de l’Etat une source de motivation, donc de productivité. Jusqu’à présent, la CNaPS a déjà contribué à la formation de 1000 ECD du MFB dans tout Madagascar.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

HANDBALL : La reprise est là !

Le sommet tananarivien tout comme la CCCOI attend les handballeurs ces prochains jours. Pour la CCCOI, prévu du 23 octobre au 2 novembre, la peste sévissant, la fédération a dû annuler sa tenue à Madagascar. Et ce sera Maurice qui l’accueillera du 25 novembre au 3 décembre. Les meilleures équipes de l’Océan Indien s’y donneront rendez-vous. On sait qu’il y aura pour la Réunion, le Tampon, Château Morange et la Jeunesse Sportive Bénédictine. Pour Maurice, ce sera Curepipe Startlight Sporting Club, l’Association Sportive de Vacoas-Phœnix, l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill et Plaisance Sports Club. Quant au sommet tananarivien, voici le programme de ce week-end :

Samedi 11/11/17Demi-finales:10h00 (SH) COSFA – ASCAF11h30 (SH) ASSM – SPORTINGFinale Aller13h00 (SD) THBC – HBCA

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

RIM : L’équipage Hery Be – Fafah en tête

La première journée du Rallye International de Madagascar a vu la victoire de Hery Be et Fafah, sur Evo X. Le duo a offert un joli spectacle au public de Mahamasina. Ils ont bouclé l’ES1 en 1 min 08,6 sec et le deuxième temps de l’ES2 (1min 09,1 sec) soit un cumul de 2 min 17,7 sec. Yves Rabarijoely et Lanja « Nitro » Ralambo à bord de la Subaru Impreza N4, finit deuxième avec un temps de 1 min 10,6 sec en ES1 et le meilleur chrono de l’ES2 (1 min 08,5 sec) avec un cumul de 2 min 19,1 sec. Gérard Louvel et Teddy Rahamefy, sur Mitsubishi Lancer Evolution IX N4 complète le podium avec un chrono de 2 min 20,8 sec.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Flash-éco :

* L’Intersyndical de la JIRAMA regroupant entre autres le SEMM, le SAT, le SAM, le SMJ, le syndicat Malaimisaraka et bien d’autres, organise une assemblée générale ce jour à partir de 9h à l’INFP à Mahamasina.  La gestion de l’entreprise et l’amélioration des conditions de travail des employés seront entre autres les sujets à débattre dans le cadre de cette AG, a-t-on appris.

* Suite à un incendie survenu le 06 novembre dernier dans le parc national d’Isalo, les circuits de Namaza et la piscine naturelle seront fermés temporairement pour des raisons de sécurité, a-t-on annoncé. Ce premier circuit sera rouvert la semaine prochaine. Par contre, les autres circuits – Canyon des Makis, Canyons des rats, Circuits Anjofo, Antsifotse – restent ouverts. Les responsables du Parc ont évoqué que les feux de brousse sont dus aux actes perpétrés par des voleurs de zébus, lesquels sont déjà maîtrisés.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Famatsiam-bolan’ny Bad : nifantohana manokana ny angovo

 Nandritra ny fihaonan’ny filoha lefitry ny Banky afrikanina momba ny fampandrosoana (Bad) eto an-toerana, Amadou Hott, sy ny minisitry ny Fitantanam-bola, Andriambololona Vonintsalama, niarahan’izy ireo nodinihina ny famatsiam-bola ho an’ny angovo. Tompon’antoka amin’ny fitantanana ny famatsiam-bola rehetra avy amin’ny Bad eto Madagasikara rahateo ramatoa minisitra.

Sehatry ny angovo miantoka ny fampandrosoana ny toekarena sy sosialy, namaritan’ny Bad laharam-pahamehana dimy : manome herinaratra sy manazava an’i Afrika – mamatsy an’i Afrika – mampiditra an’i Afrika – mampandroso ny indostria aty Afrika – manatsara ny fari-piainan’ny vahoaka afrikanina. Niaraka tamin’ny filoha lefitra io ny mpiandraikitra ny fandraharahana ao amin’ny Bad, i Nyaki Zangbula Kaningbi, sy ny mpanolotsaina momba ny angovo, ny Dr Daniel Schroth.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Foana ny fepetra amin’ny pesta, saingy…

 Niray  feo ny mpiara-miombona antoka amintsika sy ny fitondrana, taorian’ny dinika  teny Mahazoarivo,  omaly. “Foana  ny  fepetra teo aloha momba ny pesta. Miverina amin’ny andavanandro  ny fiainan’ny mponina,  manomboka izao”,  hoy  ny Praiminisitra, Mahafaly nitatitra izany.  Na  izany aza,  mitohy ny ady atao  amin’ny pesta ka tokony handray andraikitra ny  rehetra,  manomboka eny ifotony, araka  ny nambarany. “Ady sarotra io satria mbola ao anatin’ny vanim-potoan’izany isika  ka  tsy tokony handrihandry. Mitohy  ny hetsika fanadiovana… ”, hoy  ihany  izy. Nisaorany avokoa ireo nanampy antsika. Ohatra ny Pnud, OMS,  Unicef.  Teo koa ny fitondrana Sinoa sy ny Maraokanina ary ireo  mpitsabo  rehetra.

Synèse R.

Tia Tanindranaza1 partages

Rallye RIM andiany faha-38Nitorajofo ara-bakiteny i Mahamasina

Nitorajofo ara-bakiteny ny teo amin’ny piste fihazakahana teo amin’ny kianjaben’i Mahamasina omaly nanombohana ny rallye RIM andiany faha-38 izay tafiditra amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara amin’ity taranja ity taona 2017.

 Ny dingana manokana ESS 1 sy ESS 2 no notanterahina tamin’izany ka nisongadinan’ny ekipazy Hery Be sy Fafah n°5 nitondra Mitsubishi Evo X nahavita ny in-3 mihodidina ny “circuit Mahamasina” tamin’ny fe-potoana (00:01:08,6) teo amin’ny ESS 1, narahan’i Yves sy Nitro n° 10 nitondra Subaru (00:01:10,6) ary fahatelo i Gérard sy Teddy  n°2 nitondra Mitsubishi Evo 9 (00:01:11,4). Nifamadika kosa ny laharan’iretsy voalohany fa nahavita (00:01:08,5) i Yves sy Nitro tamin’ny ESS 2 raha (00:01:09,1) kosa no vitan’i Hery Be sy Fafah tamin’io SS 2 io ary mbola faha-3 hatrany i Gérard sy Teddy (00:01:09,4). Hitohy amin’izao sabotsy maraina izao eny amin’ny manodidina an’Ambohidratrimo iny ny fifaninanana rehefa niainga maraina tetsy Mahamasina ihany. Mbola eo amin’ity toerana ity ihany no hiandrasana ny fahatongavan’ireo mpifaninana sisa tavela sy hanolorana ny mpandresy ny amboarany avy rahampitso alahady 12 novambra tolakandro. Nisy hetsika fohy niarahana tamin’ny kaomina Antananarivo-Renivohitra omaly nialohan’ny fifaninanana amin’ny maha-mpiaramiombonantoka azy.

 

 

L'express de Madagascar1 partages

Faneva Andriatsima – « On doit avoir la notion de groupe »

Faneva Andriatsima est revenu sur l’accueil des nouveaux venus au sein de la sélection malgache, lors de la conférence de presse avant le match amical contre les Comores, jeudi soir à Paris, en France.« Nous, les anciens, faisons de notre mieux pour bien accueillir et bien intégrer les nouveaux. Si on regarde les nations qui réalisent de grandes performances, elles ont des individualités, mais c’est leurs groupes qui les font progresser. Si on a cette notion de groupe, on peut faire quelque chose », a-t-il martelé. En d’autres termes, les nouveaux joueurs se sentiraient bien à leur aise ainsi, intègreraient plus facilement l’équipe et se sentiraient plus concernés. L’objectif étant de les motiver à donner leur maximum pour la sélection.La rencontre contre les Cœlacanthes Comoriens se jouera ce samedi, au stade Saint-Leu-La-Forêt, à 17h heure malgache. Elle sera retransmise en direct sur la TVM. Il s’agit de préparer la suite des qualifications pour la CAN 2019.« Notre objectif est de gagner les trois matches à domicile dans ces éliminatoires de la CAN. Ainsi, on aura de grandes chances d’aller au Cameroun », a souligné le capitaine des Barea à ce propos.Le sélectionneur Nicolas Dupuis a également évoqué le sommet continental et la nécessité d’évaluer chaque élément, durant la conférence de presse : « Mon seul objectif est de qualifier Mada­gascar pour la CAN. J’ai besoin de voir tous les joueurs. Tous vont jouer ce samedi. Il y aura un partage du temps de jeu. Pour ce match, on tenait à jouer contre une bonne équipe et on sera servi avec les Comores ».

H.L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Pétanque – Mondial dames – Madagascar se qualifie pour les quarts

La sélection malgache est à trois victoires du sacre, au Mondial de pétanque catégorie dames. Hier à Kaihua, elle a disposé de l’équi­pe n°1 de la Chine, en huitièmes de finale, sur le score de 13 à 7.Et ce, après avoir disposé de la formation canadienne en match de cadrage, 13 à 6. La Grande île n’était pas directement qualifiée pour la phase à élimination directe.Au terme des éliminatoires, elle a terminé à la quinzième place du classement général, avec trois victoires contre le Maroc au deuxième tour (13-0), contre l’Italie au troisième tour (13-6) et contre la Lettonie au cinquième tour, ainsi que deux défaites, face au Cambodge au premier tour (6-13) et face au Pays-Bas au quatrième tour (6-8).Voilà pourquoi le quatuor Mirana-Hasina-Cicine-Tita a dû passer par cette rencontre de cadrage contre le Canada. En quarts de finale, la Grande île sera aux prises avec la Thaïlande.Du côté du concours de tir de précision, Cicine poursuit également son chemin. Hier, elle a réussi à se qualifier pour les quarts de finale grâce à un score de 29 points lors des repêchages. Si l’on y ajoute les 33 points qu’elle a cumulés lors des éliminatoires, elle compte au final 62 unités. Ce qui lui a permis de décrocher le huitième et dernier ticket pour les quarts.

H.L.R.

Midi Madagasikara1 partages

Loi de Finances 2018 : Le CCOC déplore le retard et le manque de transparence

Le projet de LFI 2018 a été adopté hier au niveau de la Commission des Finances.

De source proche de la Chambre basse, le projet de Loi de Finances Initiale 2018 a été adopté hier au niveau de la Commission chargée des Finances. A noter que la présentation générale de ce texte auprès des députés s’est tenue tard dans la soirée de jeudi. Son adoption au niveau de la Commission des Finances a été faite après 5h30minutes de débat seulement (de 10h à 15h30). La question est de savoir comment les membres de ladite Commission ont fait pour terminer la lecture d’un document de 225 pages en aussi peu de temps. Pourtant, si l’on se réfère à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale, ce texte était encore prévu être débattu en commission le mardi 14 novembre prochain. Si l’on s’en tient à notre source, l’adoption de la LFI 2018 en séance plénière aura lieu le mercredi 15 novembre prochain. Et ce, même si la procédure d’adoption fait actuellement l’objet de contestation, notamment de la part des opérateurs économiques et des membres de la Société civile.

Sonnette d’alarme. Dans un communiqué publié hier, le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes (CCOC) a tiré la sonnette d’alarme en interpellant les responsables étatiques et politiques par rapport au fait que le projet de Loi de Finances ne soit pas encore disponible au grand public. Tout en exprimant son inquiétude, cette association membre de la Société civile rappelle notamment les normes internationales de la transparence budgétaire qui préconisent la mise à disposition du projet de Loi de Finances au moins trois mois avant le début de l’année concernée, soit en octobre. « La société civile n’a eu de cesse depuis trois années de suite de réclamer la disponibilité du PLF bien en amont afin que les citoyens puissent s’exprimer et en débattre avant son dépôt auprès du Parlement », rappelle le CCOC. Et de rappeler au passage qu’en 2016, le gouvernement avait fait l’effort de publier le projet de Loi de Finances 2017 le jour de son dépôt à l’Assemblée nationale, c’est-à-dire, le 31 octobre 2016.

Redevabilité. D’après le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes, « ce retard de publication est préjudiciable pour deux raisons : l’impossibilité pour les citoyens et les organisations membres de la Société civile d’analyser le projet de Loi de Finances, d’émettre leurs recommandations et ainsi mieux interpeller les parlementaires et la mauvaise perception des citoyens de la transparence ». En quelque sorte, le CCOC dénonce une velléité à bafouer la transparence dans la gestion des affaires publiques et la redevabilité des pouvoirs publics envers les citoyens. Le CCOC interpelle ainsi les autorités responsables à mettre en ligne rapidement le projet de Loi de Finances 2018, et ce, afin que les citoyens puissent émettre leurs avis. A l’allure où vont les choses, la LFI 2018 passera comme une lettre à la poste au Parlement. De leur côté, la Société civile, les simples citoyens et les opérateurs économiques seront, comme à l’accoutumée, mis devant le fait accompli.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Concours culinaire : Le groupe Star lance « Family chef Caprice »

Anthony Chan Khang Loi et Vanessa Rasamimanana, lors de la conférence de presse de lancement du concours « Family chef ».photo : Nary Ravonjy

« Family chef Caprice » ? L’évènement qui va permettre à toute la famille de passer des moments agréables ensemble et peut-être, de gagner un bon d’achat d’une valeur de 500 000Ar dans les grandes surfaces ainsi que cinq packs de Caprice. A l’approche des fêtes, Caprice lance effectivement ce concours. Le concept ? Envoyer une recette de cuisine et une autre, de cocktail à base de bonbon anglais, caprice grenadine, caprice orange, ou caprice tonic. « Les cocktails peuvent être aromatisés ou fruités, tout est permis », explique Anthony Chan Khang Loi. Le concours ? Il ne s’adresse pas à une personne, mais à toute la famille et particulièrement aux amoureux de cuisine et de nouvelles saveurs. D’ailleurs, les cinq recettes qui auront le plus convaincu les membres du jury seront reproduites sur un plateau par leurs auteurs pour une diffusion sur la chaîne youtube du groupe Star et la page facebook de Caprice Madagascar. A travers ces réseaux, le public pourra exprimer son choix, du 8 au 14 décembre. Vania Rasamimanana de préciser : « Le vote du public comptera pour la moitié des notes, et celui des membres du jury pour 50% des notes finales ». Les résultats seront proclamés le 15 décembre, après dépouillement. Ouvertes depuis hier, les inscriptions continuent par contre jusqu’au 19 novembre. Avis aux amateurs !Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Une rumeur qui a failli provoquer une catastrophe

La rumeur a failli provoquer un drame très grave si la panique ayant gagné des parents affolés n’avait pas été contenue par les chefs d’établissement.                                                                 C’est une population en plein désarroi qui a été une fois de plus victime de colporteurs de fausses nouvelles. Ces esprits malveillants ont d’autant mieux réussi leur coup qu’ils ont touché une corde sensible : l’amour parental. La réaction des autorités a été à la mesure de la gravité de la situation et la psychose a été vite stoppée. Une sanction exemplaire sera appliquée au mauvais plaisantin, pour ne pas dire l’esprit malveillant à l’origine de cette « fake news » sur les réseaux sociaux. Nul ne sait pour l’instant s’il s’agit d’un véritable acte de déstabilisation ou d’une plaisanterie d’un très mauvais goût, mais elle n’aurait pas pris de telles proportions si le climat social ne s’y prêtait pas. Les citoyens sont devenus malléables à souhait à cause des difficultés qu’ils rencontrent dans leur vie quotidienne et ils n’ont plus cette capacité de raisonnement qui devrait leur permettre d’échapper aux manipulations psychologiques. L’atmosphère politique en tout cas s’y prête. Le régime poursuit sa stratégie de confiscation de tous les pouvoirs et pense qu’il est totalement maître de la situation. L’opinion paraît acquiescer à toutes les initiatives de l’équipe au pouvoir, mais ce silence ne veut pas dire acceptation. Les critiques se font à voix basse et on peut deviner que ce sentiment de frustration qui ne peut pas s’exprimer se manifestera un jour ou l’autre. La semaine a été marquée également par cette inauguration de la nouvelle centrale thermique d’Ambohimanambola qui, avec ses 60 mégawatts de production, devrait satisfaire les besoins d’électricité de la Capitale. Le régime n’a pas manqué de s’en enorgueillir.

Sur le plan international, la situation, qui semble s’être aplanie après la déroute des troupes de DAESH en Irak et en Syrie, ne suscite plus tellement l’attention des grands médias. La presse a préféré s’intéresser au bilan de la première année de mandat de Donald Trump. Le président américain continue à être vilipendé par les grands organes d’informations américains, mais son impopularité ne l’a pas affaibli. Bien au contraire, il a un socle de partisans fidèles qui se réjouit de son action. Ce président qui n’entre pas dans le canevas de la politique américaine ne se laisse pas démonter par les critiques et sait se faire respecter à l’extérieur des Etats-Unis. Sa tournée en Asie en est la preuve. Il a été accueilli en grandes pompes par son homologue chinois. Il continue de menacer la Corée du Nord, mais son escalade n’est que verbale pour le moment. Il a dénoncé l’accord qui a été conclu avec l’Iran par la communauté internationale, mais l’étape fatidique n’a pas encore été franchie.

Le président français Emmanuel Macron honore toujours sa réputation de chef d’Etat extrêmement actif. En France, son équipe continue ses réformes sans coup férir. L’opinion semble être admirative devant les initiatives qu’il ne cesse pas de prendre et l’opposition est presque sans voix. Il est tout aussi actif à l’extérieur du pays. « Time magazine » lui a consacré sa « Une » et se demande s’il n’est pas le nouveau leader de l’Europe. Sa tournée dans les pays du Golfe Persique a été très remarquée. Il a notamment saisi l’occasion pour rencontrer le prince héritier Mohamed Ben Salmane d’Arabie Saoudite qui s’était fait remarquer par sa lutte contre la corruption.

C’est une semaine particulièrement mouvementée que le pays vient de vivre. La peste semble être maîtrisée, mais la situation ne semble pas pour autant apaisée, car l’inquiétude qu’elle a générée est toujours présente. La panique qui a failli dégénérer en émeute, avant-hier, montre que les esprits sont toujours inquiets et qu’ils peuvent être facilement déstabilisés. Les autorités vont avoir fort à faire pour rétablir une confiance très ébranlée. Ce fut la semaine où la rumeur a failli provoquer une véritable catastrophe.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Les autorités face à une nouvelle menace

La situation est revenue à la normale après la panique générée par la folle rumeur d’avant-hier. Cette peur irraisonnée qui a saisi des parents ayant perdu tout sens critique doit faire réfléchir les autorités au plus haut niveau. Elles vont devoir faire face à ce genre de problème qu’il est relativement facile de provoquer. Nul ne sait si cette fausse nouvelle a été répandue sciemment, mais dans le contexte actuel, on se dit que cela aurait pu générer un chaos difficilement maîtrisable.

Les autorités face à une nouvelle menace

La population vit difficilement la situation d’insécurité et d’inconfort où elle se trouve en ce moment. C’est donc tout à fait normal qu’elle soit vulnérable sur le plan psychologique et qu’elle puisse être sensible aux rumeurs alarmistes. Le régime n’a pas pris la mesure des moyens qui peuvent être utilisés pour provoquer des désordres. Ce qui s’est passé avant-hier montre le risque que peut  engendrer un état de panique généralisé. Il n’y a pas eu d’agitateurs pour entraîner la foule et lui faire commettre des actes de violence. En fait, les responsables ont réussi à calmer l’inquiétude des parents affolés, en leur permettant de récupérer tout de suite leurs enfants. Toute la journée d’avant-hier, on a senti une sorte d’instabilité qui aurait pu dégénérer. Les autorités, un moment prises de court, ont réagi fermement. Elles n’en ont mené pas large, mais après un temps d’hésitation, elles ont recueilli toutes les informations nécessaires qui leur ont permis de se faire une idée de ce qui se passait. Les responsables se sont donc ensuite empressés de rassurer la population, en rétablissant la vérité. Par la suite, tout le monde est monté au créneau. Le ministre de la Santéa fait ce communiqué aux termes pesés qui a démenti toutes les assertions faites ici et là. Le préfet a convoqué une conférence de presse pour mettre en garde ceux qui lancent des fausses nouvelles. La gendarmerie, elle-même, a tenu à démentir la rumeur qui avait couru toute la journée. Les autorités doivent maintenant tirer la leçon de ces événements. Elles doivent être sur leurs gardes et faire face à une nouvelle menace, celle de la déstabilisation psychologique.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Antsakaviro : Nigogogogo nitomany ilay mpisoloky finday tratra am-bodiomby

Ela nitoratorahana ity olona iray, izay efa malaza ratsy amin’ny resaka fisolokiana amin’ny varotra finday, ao anaty tambajotra sosialy ao. Omaly atoandro izy no tratra ambodiomby tetsy Antsakaviro, raha mbola saika nidingin-drambo, nahavita ny asa ratsiny indray. Ny somary nampihomehy dia nampitahotra tamin’ny alalan’ny hoe fahafantarany mpitsara ity mpisoloky raha toa miantso mpitandro filaminana ireto olona nahasambotra azy. Rehefa nidrikina ihany anefa ireo lasibatra ka tonga ny mpitandro filaminana dia vaky tomany sy latsa-dranomaso ranamana. Araka ny fantatra dia tonga nivarotra finday avolenta tamina olona iray teo Antsakaviro ity lehilahy ity, izay miendrika teratany vahiny, ary milaza fa tsy mahay teny gasy. Lafony ny entana ary saika hitsoaka izy kanjo nisy nahafantatra tampoka. Olona voany an-tapitrisa mahery ity sendra azy ity ka dia nifanenjehana, ary tratra. Marihana fa finday hosoka sy tsy amin’ny tokony ho izy akory no amidiny amin’ny vidiny lafo sy lazainy fa avolenta. Ary olona efa maromaro no lasibatra sy mitaraina fatratra anaty tambajotra sosialy ao. Ela nitoratorahana araka izany ranamana izao tratra izao. Ambonin’ilay izy nigogogo nitomany teo anatrehan’ny olona sy ny mpitandro filaminana moa dia hay mahay miteny malagasy tsara ity mpisoloky ity. Amin’izao fotoana izao tokoa dia mahazo vahana tanteraka ity varotra ao anaty tambajotra sosialy ity. Noho izay sehatra miroborobo izay dia isan’ny tokotany ankafizin’ireo mpisoloky izy ireo, ka kojakoja ara-teknôlojia, toy ny finday sy ny solosaina matetika no tena ahavoazan’ireo. Ankoatra ireo tontakely maro isan-karazany avy eto amintsika dia mirotsaka amin’izay asa ratsy izay ihany koa ny teratany vahiny sasantsany, raha tsy hiteny afa-tsy ilay sinoa mitety vohitra milaza fa mivarotra solosaina avo lenta, na ireo teratany vahiny, tsy miteny gasy, tsy misy frantsay ary tsy mahay teny anglisy akory, izay tsy fantatra hoe avy aiza.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Toamasina : Famindram-pibaikona ara-tafika

Tsy sambany nitranga teto Toamasina ny fanaovan’ny ara-tafika lanonana ka misy hatrany ny kotoatoa amin’ny resaka arofenitra, izay hanavahan’izy ireo mihintsy ny solon-tenam-panjakana hatramin’ny lehiben’ny OMC lehiben’izy ireo ara-pilaminana sy ara-fahandriampahalemana, sy ireo fahefana ara-tafika. Tranga faha-03 niseho omaly teo amin’ny araben’ny fahaleovan-tena nandritra ny lanonana famindram-pibaikoana teo amin’ny zandary sy ny  miaramila ity. Tamin’ny 10ora ny fotoana nomen’ny zandary sy ny miaramila fa nanombohan’ny lanonana omaly misandratr’andro ity, saingy tsy nanomboka izany raha tsy 45min taty aoriana. Raha efa 48ora talohan’ity lanonana ity mantsy ireo mpikamban’ny fampihavanam-pirenena roa notarihan’ny filoha lefiny avy eto Toamasina, no nampandre ny arofenitry ny lanonana dia tsy nisy toerana natokana ho azy ireo teo ambony sehatra. Vao maika koa niampy ity teny avona sy feno tsy fifanajana natao na kolonely miaramila iray nilaza fa “afaka tsy mihatrika ity lanonana ity ianareo, fa lanonana natokana ho an’ny tafika ity fa tsy ho an’ny sivily”, dia niray hina avokoa izy rehetra niala tsy nihatrika ny lanonana na efa nisy fifonana aza nataon’ireo tompon’andraikitry ny zandary sy miaramila. Vaky izany ilay ady mangatsiaka teo amin’ireo solon-tenam-panjakana sy ireo fahefana ara-tafika Toamasina, izay efa hita izany tamin’ny tsy fandraisana baiko midina.  Na teo aza ity olana ity dia natao ihany ny lanonana famindram-pibaikona ara-tafika teo amin’ny araben’ny fahalevan-tena. Nanomboka omaly izany dia ny Lt Kly Ralaikoa Armandin izany no mpibaiko faha-27 eo anivon’ny vondrompilevan’ny zandary atsinanana eto Toamasina, izay nisolo an’ny Kly Harimanantsoa Lala Angelot izay misahana ny andraikitry ny lefitry ny komandin’ny fari-piadidian’ny zandary Toamasina. Ny Kly Randriamifidy Andy Patrick kosa no mpibaiko faha-18 ny rezimanta voalohany ny faritany miaramila faha-03 eto Toamasina, nisolo ny Kly Razafitombo Maminirina Elys izay misahana asa hafa ao Antananarivo. Samy nampiseho ny fahaizany sy ny fianarana nataony ary ny traik’efa ananany avokoa ireto mpibaiko vaovao eo anivon’ny zandary sy ny miaramila ireto, ka ny fanatsarana ny asa sy ny fampanaran-dalana ny olombelony avy ho an’ny “Tanindrazana sy ny Lalana” no napetraka tamin’izy ireo avy.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Guide du week-end

# Mily Clément au Kudéta. C’est le rendez-vous immanquable du week-end. Ce soir, le pionnier du « salegy » retrouve à nouveau le devant de la scène pour faire résonner ces titres avec lesquels les mélomanes l’ont connu. Il ne sera pas seul, mais sera accompagné d’une armée de jeunes et talentueux musiciens : Solofo Bota, Josia, Tojo Rabekoto, Kevin Mirija, Naly et Andry Michaël, sans oublier Jao, Lizy et Linah au chœur.# Jackson boys à la  « Tranompokonolona » Analakely. Finies « les vacances de peste » ! Place maintenant au spectacle. Après plusieurs reports, le show des « Jackson boys » se tiendra finalement ce jour. Tous ceux qui, comme les membres de ce groupe, sont fans du roi de la pop, rendez-vous est pris à la « Tranompokonolona » Analakely cet après-midi, à partir de 14 heures et demie.# TGC, GMMC « Singers of Jesus » au CCEsca. Une fête de Noël avant l’heure ! Demain après-midi, trois des plus grandes formations de gospel de la Capitale vont investir le CCEsca Antanimena pour louer le Seigneur et le remercier. Ce ne sera pas seulement un spectacle artistique, mais aussi et surtout un moment de louange et de partage.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Miarinarivo : Tokatrano dimy nasesin’ny andian-jiolahy mitam-basy

Andian-jiolahy maromaro no indray nandravarava tao amina tanana iray tao amin’ny kaominina Manazary, distrika Miarinarivo ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy lasa teo. Vola manodidina ny iray tapitrisa mahery teo ho eo no lasan’ireto olon-dratsy ireto. Lehilahy iray kosa no fantatra fa naratra rehefa nodarohan’ireto olon-dratsy ireto. Vao niditra ny tanana izy ireo, avy hatrany dia ny basy teny an-tanany no nampiresahan’izy ireo. Tsy nisy sahy nivoaka sy nanohitra arak’izany ireo mponina teo anatrehan’ny tahotra sy ny poa-basy tsy ifandrenesana maneran’ny tanana. Tokatrano izay sendra ny hitsin’izy ireo no nidiran’ireto andian-jiolahy ireo an-keriny. Ambana basy sy zava-maranitra avy hatrany no nahazo ireo lasibatra ka tsy nisy sahy nikofoka sy nanaiky mora foana izay baikon’ireto olon-dratsy. Nahatratra teo amin’ny dimy teo ny tokatrano voatafika tamin’io alina io monja. Olona tao amina trano iray kosa no novelesin’ireo vodi-basy teo amin’ny lohany, rehefa nilaza fa tsy misy vola afaka omena azy ireo tao an-tranony. Rehefa afa-po tamin’ny asa ratsiny moa izy ireo dia nirifatra nitsoaka. Taorian’izay kosa vao afaka niantso mpitandro filaminana ireo voatafika. Tonga teny an-toerana iretsy voalohany ary nanatanteraka avy hatrany savahao sy ny fikarohana ireo olon-dratsy tafatsoaka.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Manakambahiny : Noraisim-potsiny tao anaty honahona ilay mpanao fanafihana mitam-basy

Omaly izy no natolotra ny fampanoavana ary nidoboka am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy taorian’izay. Toy izao ny zava-nitranga : ny alarobia teo dia nisy andian-jiolahy miisa dimy ary tsy misaron-tava nanafika Epi-Bar. Nitondra basy PA ny telo tamin’izy ireo, sabatra kosa ny roa. Tsy mifanalavita amin’ny fanafihana hafa ihany ny fomba nataon’izy ireo : ny sasany mandrahona amin’ny basy ny tompon’ny tsena sy izay mpanjifa mbola tao anatiny ary ny hafa kosa mandroaka ny vola amin’ny baoritra. Mbola nentin’ireo ihany koa ny entana maivana izay zakany. Vao dify kely ireo olon-dratsy dia nitsioka kiririoka ny tompon’ilay toerana mba hanairana ny manodidina. Ary tena namaly ny antso tokoa ny fokonolona tamin’ity indray mitoraka ity. Raikitra ary ny fanenjehana. Nanome hery ny olona ny fahatongavan’ny pôlisy misahana ny boriborintany faharoa teo an-toerana rehefa nisy nampandre. Tsy nisy niverin-dàlana intsony teo fa narahina hatramin’ny farany ny làlan’ireo olon-dratsy. Nitsoaka tao anaty tanimbary izy ireo, ary izany dia mizotra mankany Ambohimiandra. Ratsy vintana ny iray tamin’ireo mpanao ratsy satria nilatsaka tao anaty honahona ary tsy tafavoaka tao na dia niady mafy aza. Tsy afa-nanoatra ary nalain’ny pôlisy tao dia nentina avy hatrany tany amin’ny biraony. Koa satria heloka bevava no nataon’ity jiolahy ity sy ny namany dia nalefa avy hatrany teo anivon’ny borigady misahana ny fanadihadiana mifandraika amin’izany izy. Isan’ny andrasana amin’ny mpitandro ny filaminana, indrindra eto an-drenivohitra, ny fanasiana ny olony izay mipetrapetraka eny amin’ny toerana miovaova sy « mena ». Ny fisian’ireny « éléments pré-positionnés » ireny dia manafaingana ny fidirana an-tsehatra ka manamora ny fanenjehana ireo jiolahy. Tsy voatery ho betsaka an’isa foana vao afaka manao izany fa resaka fandaminana kely…

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Taekwondo : Nicolas Ragonz en Corée

En ces temps troubles de la discipline taekwondo, une bonne nouvelle qui plaît. Nicolas Randriamiarisoa Ragonz est le seul Malgache parmi 133 participants venant du monde entier. Il s’agit du 33 e séminaire « Refreshes courses » ou de remises à niveau de kata (poomsae) à Gwangju en Corée. Nicolas Ragonz est notre champion le plus stable, car après des titres internationaux, il s’est reconverti en kata et en juge. Il fat partie de ceux qui maîtrisent le « Poomsae » ou kata 3e classe et cela fait six ans qu’il est Juge mondial. « La formation dure quatre  jours et je suis le seul Malgache sur place. Je reste toujours fier de mon pays étant arbitre international Kyorugi ou combat 2e classé. » a-t-il déclaré.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

MPPSPF : 4000 bénéficiaires des travaux HIMO dans l’Atsimondrano et l’Avaradrano

Onitiana Realy et les élus locaux ont assuré le leadership du lancement des travaux HIMO dans l’Atsimondrano et l’Avaradrano.

Depuis mercredi dernier, le Ministère de la Population de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF) a lancé les travaux de Haute intensité de main-d’œuvre (HIMO) dans les districts d’Avaradrano et d’Atsimondrano. Au total 4000 personnes en ont bénéficié.

Mis en œuvre dans tout Madagascar depuis trois ans, ces travaux HIMO concourent considérablement à accélérer et consolider la résilience des populations vulnérables tout en leur fournissant des sources supplémentaires de revenus. Depuis mercredi donc, c’est au tour des districts des deux rives de l’Ikopa d’en bénéficier : celui de l’Avaradrano et de l’Atsimondrano. Grâce à ces travaux, près de 1000 ha de rizières vont être irriguées correctement, suite à l’aménagement de 15 km de canaux. 4000 personnes, toutes mères et pères de famille réalisent ces travaux, en touchant un per diem de 5000 Ariary.

Atsimondrano. Pour ce district en particulier, 1500 personnes ont procédé à l’aménagement et au curage d’un canal de cinq km de la commune d’Ankadimanga durant trois jours. Les « fokontany » concernés étaient : Ambohimidasy, Ambodivoanjo, Andravako, Ambohidavenona, Antanimenakely et Andohalafy. L’aménagement de ce canal a permis d’irriguer 420 ha de rizières, lesquelles font vivre 1600 ménages. Le système de prise d’eau sera également renforcé, pour que cette irrigation correcte tienne à long terme. Autant le dire, cela a grandement soulagé les riziculteurs ayant déjà perdu deux saisons culturales, sans pouvoir rien faire. C’est ainsi que la ministre, Onitiana Realy et les huit élus du district ont reçu un accueil chaleureux de la part de la communauté locale à Ambohimidasy en lançant le chantier.

Avaradrano.  Même topo pour le district d’Avaradrano, où les travaux entrepris ont consisté à la restauration de canaux pour une riziculture plus performante. Pour ce district, le chantier a été lancé au niveau de la commune d’Ankadikely Ilafy, où 2,5 km de canaux furent aménagés pour irriguer 100 ha de rizières dans le « fokontany » d’Antanandrano. Quant à Ambohitrarahaba, 0,5 km de canaux  est restauré pour approvisionner en eau 10 ha de rizières. Les communautés d’Ambohibary et d’Antsofinondry ont quant à elles curé et aménagé cinq km de canaux pour irriguer 400 ha de rizières. Ambohimangakely clôt la marche avec la restauration de deux km de canaux pour  huit ha de rizières.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

« Hira gasy makotrokotroka » : Un face à face Rafaralahy Raymond/Rakotomandimby Jean-Pierre pour la finale

18 troupes se sont succédé dans cette 8e édition.

Il y aura, il n’y aura pas. Suite à une longue attente, la grande finale du « Hira gasy makotrokotroka » aura enfin lieu demain. Ambatoantrano fera face à Morarano Gara pour une clôture inédite.

Pour un choc des titans, ceci en est un. La troupe Rakotomandimby Jean-Pierre d’Ambatoantrano d’un côté, Rafaralahy Raymond de Morarano Gara de l’autre, se disputeront le trophée du concours de musique folklorique « Hira gasy makotrokotroka ». Cet appointement tant attendu par les passionnés du genre aura donc finalement lieu. Un rendez-vous où les amateurs de joutes oratoires se retrouveront au jardin d’Ambohijatovo dans la matinée de demain.

Place donc au paysage habituel du « hira gasy ». Entre les chapeaux de paille, les robes aux couleurs des plus éclatantes, sans exclure les joutes oratoires, chaque troupe fera le nécessaire pour remporter le match fatidique qui s’annonce plutôt serré. Rappelons que le « Hira gasy makotrokotroka » en est à sa huitième édition actuellement. Le concours vise surtout à animer la ville pendant la haute saison touristique et de promouvoir pendant les vacances scolaires.

En résumé, sur 12 représentations, 18 troupes se sont affrontées pour gravir les échelons jusqu’en finale. Conscients que la valorisation du patrimoine culturel est un important levier de développement pour le tourisme, les organisateurs ont mis sur pied le “Hira Gasy makotrokotroka” avec comme leitmotiv la promotion du patrimoine culturel, l’une des raisons pour laquelle les troupes investissent le site d’Ambohijatovo.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada0 partages

Famantarana manokana : “Mba hovana gidro fa tsy omby intsony …”

 Teny amin’ny oniversite Ankatso, omaly, nankalazaina ny dihin’ny varika eran-tany (festival mondial des lémuriens) andiany fahefatra. Lohahevitra ny hoe « Varika harem-pirenena, namana mendrika arovana ». Nanomboka ny taona 2014, mitarika io fotoana io ny Groupe d’étude et de recherche sur les primates de Madagascar (Gerp). Manana andraikitra lehibe miara-miasa amin’ny Gerp ny minisitera dimy : Fampianarana ambony sy fikarohana siantifika ; Tontolo iainana sy ny ala ;  Fanabeazam-pirenena ; Fizahantany ; Kolontsaina sy fiarovana ny vakoka. Manampy ny Gerp koa ny Valan-javaboahary Tsimbazaza sy ny Unesco. Nambaran’ny filohan’ny oniversite Antananarivo, Ramanoelina Panja, fa manana ny toerany ny fampianarana ambony eo amin’ny fikarohana sy fiarovana ny varika hiteraka harena marina hampiakatra ny toekarem-pirenena.

Nohamafisin’ny filohan’ny Gerp, Ratsimbazafy Jonah, ny lanjan’ny varika na ny gidro amin’ny maha harem-pirenena azy izay. Atahorana anefa ny loza mitatao amin’izy ireo ho lany tamingana raha mitohy ny fandripahana azy ireny amin’ny fanapotehana ny ala sy ny fihinanana azy. “Mampiavaka an’i Madagasikara tanteraka anefa ireo biby ireo, izay eto amintsika ny razambeny efa hatramin’ny 50 tapitrisa taona. Mangataka izahay amin’ny alalan’ny Unesco any anivon’ny Firenena mikambana hampisy Andro iraisam-pirenena ho an’ny varika. Ary eto amintsika, mba hovana ho gidro fa tsy omby intsony ny famantarana manokana an’ireo  sampandraharaha maro”, hoy Ratsimbazafy Jonah.

Mampanahy ny hoavin’izy ireo

Misy karazany 112 ireo biby ireo eto Madagasikara izay mampanahy ny hoavin’izy ireo noho ny tsy fitandremantsika azy ireo na mbola betsaka ihany koa ny tsy mahafantatra ny lanjany. Matoa ireo minisitera dimy ireo manana anjara andraikitra lehibe amin’ny fiarovana azy ireny, voaporofo araka ny fikarohana ny maha harena azy : manajary ny zavaboahary manodidina azy, mampidi-bola eo amin’ny fizahantany, manampy eo amin’ny kolontsaina sy ny tantara. Roa ny hafatra lehibe tiana hampitaina : hiaro sy ho tia ny gidro ; tokony hanankambo amin’ny fananana izany harena miavaka izany ny tsirairay hoentina hampandrosoana ny firenena.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Rallye International de Madagascar : mitarika i Hery Be sy i Fafah

Tontosa soa aman-tsara ny andro voalohany amin’ny “Rallye international de Madagascar”. Ny fanatanterahana ny “super special” anankiroa, teo amin’ny kianjaben’i Mahamasina, no nanokatra izany, omaly zoma. Nihodidina ny “piste” manodidina ny kianja filalaovam-baolina ireo fiara 29 niady ny lohany, amin’ity “rallye” ity.

Nihodina intelo  izany fotodrafitrasa izany ireo mpifaninana, izay nirefy 1, 3500 km. Mitarika aloha  hatreto, i Hery Be sy i Fafah, mitondra ny fiara Mitsubishi Evo X, izay manana ny fe-potoana 2 mn 17, 7 s. Nahavita 1 mn 08, 6 s izy ireo, teo amin’ny “SS” voalohany ary 1 mn 09, 1 s kosa ny faharoa. Nanaraka azy mirahalahy i Yves sy i Nitro, nitondra ny fiara Subaru, izay nahatontosa ireo “SS” roa ireo, tao anatin’ny 2 mn 19, 1 s. Teo amin’ny “SS” voalohany, vitan-dry zareo, tao anatin’ny 1 mn 10, 6 s ny halavirana, 1, 3500 km raha 1, 08, 5 s kosa ny faharoa. Teo amin’ny laharana fahatelo i Louvel sy i Teddy, nitondra ny fiara Mitsubishi Evo IX. 2 mn 20, 8 s ny fitambaran’ny fe-potoan’izy mirahalahy, teo amin’ny fanatontosana ny “SS” roa, tamin’ity andro voalohany, ity. 1 mn 11, 4 s ny “SS” voalohany ary 1 mn 09, 4 s kosa ny “SS” faharoa.

Hitohy,  anio, ny hazakazaka ka hivoaka ny kianjaben’i Mahamasina indray ireo mpifaninana. Aorian’izay, vao hiverina eo Mahamasina, hanatontosa ny “SS”, amin’ny alina.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Vokatr’ilay tsaho nampisavorovoro… : mpianatra iray tapa-tanana, iray naratra voahitsakitsaka

Namela takaitra na ara-tsaina, ara-batana ho an’ireo mpianatra teto an-drenivohitra ny savorovoro sy sahotaka vokatr’ilay tsaho niely momba ny hoe “fanaovana vakisinin’ny pesta”. Mpianatra roa no fantatra fa naiditra hopitaly etsy amin’ny HJRA. Ny iray tapa-tanana, ny faharoa naratra mafy voahitsakitsaka noho ny fifanosehana.  

« Mpianatra roa ao amin’ny EPP Anosibe no manaraka fitsaboana ao amin’ny HJRA nanomboka omaly, noho ny fahavoazana mahazo azy vokatry ny fifanosehana tao anatin’ny savorovoro nitranga teo amin’ny EPP Anosibe. 7 taona ilay ankizivavy ary tapaka teo amin’ny sorony, ary 5 taona kosa ilay ankizilahy voahitsaka ka nahitana « œdème multiple ». Tsy misy ahina ny aina fa mbola mitohy kosa ny fitsaboana azy ireo », hoy ny talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana ao amin’ny minisiteran’ny Fahasalamana, Rakotoarivony Manitra omaly. Mampalahelo ny vokatry ny savorovoro satria ankizy tsy manan-tsiny no lasa mitondra takaitra noho ny tsaho naelin’ny sasany.

Ny tena olana tany am-piasana, teny an-tsena no nahare ny tsaho ny ankamaroan’ny ray aman-dreny fa tsy naheno vaovao ka tonga dia nikoropaka nandeha tany an-tsekoly naka ny zanany ary nisy nanao amboletra mihitsy. Betsaka koa ireo nanome tsiny ny mpanabe nefa tsy avy amin’izy ireo ny niandohan’ny korontana. Manentana ny ray aman-dreny hanatitra sy haka ny zanany any an-dakilasy ny tomponandraikitra ao anatin’izao savorovoro izao hisorohana ny fifanomezan-tsiny.

Nilaza kosa ny minisitry ny Fanabeazana fa rava ny fifampitokisana teo amin’ny ray aman-dreny sy ny mpanabe vokatry ny savorovoro niseho afakomaly, mila averina izay hampizotra tsara ny fampianarana. Tokony hiresaka amin’ny ray aman-dreny ny mpanabe hamerenana ny fifampitokisana eo amin’ny roa tonta. Nambarany fa raha tsy matoky ny mpanabe ny ray aman-dreny, tsy tokony handefa ny zanany any an-tsekoly aloha.

 

Efa nihena ny trangana pesta vaovao

Momba ny valanaretina pesta, tao anatin’ny 15 andro farany, fokontany 60 sisa ahitana pesta eto Antananarivo : Ankatso, Andraisoro, Ambohimirary, Ambanidia, Ambatomaro… Tranga iray na roa no miseho amin’ireo. Anisan’ny niasa mafy andro sy alina nahazoana ny vokatra hatramin’izao ny mpiasan’ny fahasalamana ka ahafahana miteny fa voafehy ny pesta, amin’izao fotoana izao. Efa mizotra amin’ny fiafaran’ny valanaretina pesta eto amintsika. Ambara fa nifarana ny valanaretina rehefa tsy misy tranga vaovao ao anatin’ny 15 andro misesy.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Fanafihana teny Manakambahiny : jiolahy iray noraisim-potsiny tao anaty honahona

 Nidoboka eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy, omaly ny iray amin’ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana Epi-bar teny Manakambahiny, ny alarobia teo. Saron’ny polisy misahana ny heloka bevava (BC) tao anaty honahona nandritra ny fifanenjehana ity jiolahy ity…

 

Nifanome tanana tamin’ny fanenjehana ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa Ambohijatovo sy ny polisin’ny BC, sakelika voalohany. Araka ny fanazavan’ny polisy, nitrangana fanafihana mitam-piadiana tao amin’io toeram-pivarotana io. Mpivarotra zava-pisotro ity niharan’ny fanafihana ity. Jiolahy miisa dimy tsy misaron-tava no indray niditra an-keriny tao an-trano tamin’io fotoana io. Nitondra basy ny telo raha nitondra sabatra kosa ny roa. Nandrahona ny tompon-trano sy ny mpanjifa izy ireo. Ny sasany nandeha teny amin’ny mpandray vola, ny hafa kosa naka baoritra ary nameno sy nandraoka ny entana izay zakan’izy ireo.

Tsy nanaiky lembenana anefa fa nitsoaka kiririoka ny tompon-trano. Nitsoaka tany an-tanimbary eny Ambohimiandra ambanin’i Manakambahiny izy dimy lahy. Tonga teny an-toerana fotoana taorian’izay ny polisy nampian’ny fokonolona tamin’ny fanenjehana ireo olon-dratsy. Latsaka tany anaty honahona ny iray tamin’ireo jiolahy ka noraisim-potsiny.

Nentina nanaovana fanadihadiana teny amin’ny polisin’ny BC ity jiolahy ity. Niaiky ny heloka vitany izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy. Mitohy ny fikarohana ireo jiolahy tafaporitsaka.

J.C

News Mada0 partages

Fanabeazana mampiaty : nahafa-po ny ezaka, mbola betsaka ny asa miandry

Nanatanteraka atrikasa ametrahana ny drafitrasa iraisana momba ny fanabeazana mampiaty azo ampiharina ho an’ny taom-pianarana 2017-2018 ny sampandraharaha misahana ny fampianarana « préscolaire” (Depa), ny alarobia sy ny alakamisy teo.

Niady hevitra momba ity fanabeazana mampiaty ity ireo mpizaika 66 avy amin’ny minisitera telo sy ireo fikambanana tsy miankina ary ny fikambanana iraisam-pirenena.

Efa nanomboka ny volana jona 2015 ny fanentanana momba ny fanabeazana mampiaty. Maherin’ny 1,26 tapitrisa ireo ankizy marefo voakasik’izany raha ny taom-pianarana 2016-2017 teo. Nifanindran-dalana tamin’izany ny fampianarana sy famerenana an-dakilasy ireo ankizy 110.000.

Nahafa-po ny vokatra raha ny tatitra nandritra ny atrikasa farany teo”, hoy ny talen’ny sampandraharaha misahana ny fampianarana “préscolaire” ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Mananjaona Ravelonjanahary Arthure.

Nahafahana nandinika ny drafitrasa apetraka ao anatin’ny dimy taona ho avy momba ny fanabeazana mampiaty ihany koa ny fihaonana.

Mbola betsaka ny ezaka miandry amin’ity sehatra ity indrindra ny tsy fahampian’ny fanabeazana ireo ray aman-dreny manana zanaka manana fahasembanana. Miteraka fitokana-monin’ireo ankizy izany. Eo koa ny mbola fisalasalan’ny sekoly sasany tsy handray akizy manana fahsembanan. Ny tsy fahampian’ny mpampianatra voaofana manokana hanabe ireny ankizy ireny. Ny tsy fahampian’ny fitaovana ampiasaina….

Tatiana A

News Mada0 partages

Nahazo fitaovam-pitsaboana nify vaovao : mandray marary 30 isan’andro ny CSB II Isotry

30 isan’andro ny olona tonga manatona ny toeram-pitsaboana nify ao amin’ny CSB II Isotry central, araka ny fanazavan’ny dokotera mpitsabo nify, Raharinosy Yves, omaly teny an-toerana. Maro anisa amin’ny mpahazo tombontsoa ny marary avy amin’ny fianakaviana sahirana ao anatin’ny fokontany sy eto Antananarivo. Tsy mikarakara ny fahasalaman’ny nosy sy ny ativava matetika ny vahoakan’Antananarivo nefa ny 90% mila fitsaboana avokoa raha ny zava-misy. Toe-tsaina efa raiki-tampisaka amin’ny olona ny manala ihany raha vao misy nify iray marary. Miezaka mandresy lahatra ny marary hitsabo nify ny dokotera misahana izany fa rehefa tsy maintsy esorina vao miroso amin’izany. Mitsabo, manadio nify, manamboatra solonify, manitsy nify, manala nify… vitan’ny toeram-pitsaboana nify ao amin’ny CSB II Isotry Centrale avokoa izany miaraka amin’ny mpitsabo nify roa.

Rehefa esorina ny nify ho an’ny olon-dehibe iray ohatra ny vazana, tsy afa-mitsako tsara intsony ka mampiasa betsaka ny vavony indray. Ho an’ny ankizy madinika indray, eo amin’ny faha 7 taony no tokony hoesorina ny vazana mbola hifona.

Vonjy

News Mada0 partages

Fiatrehana ny 2018 : miahiahy ny lalàm-pifidianana ireo mpanao politika

Tsy matoky ny mpitondra  intsony. Anisan’ny  nivoitra tamin’ny  fihaonan’ireo mpanao politika maromaro, nivory tetsy Antaninarenina,  izany, omaly. « Takinay  ny hijerena  sy hanaraha-maso akaiky ataon’ny  sehatra iraisam-pirenena ny lalàm-pifidianana mba tsy ho tonga amin’ny  korontana sy krizy ny firenena », hoy ny fanambarana iombonana nataon’izy ireo miaraka amin’ny fiarahamonim-pirenena. Tsy te hahita ny tranga  tahaka ny  miseho any Afrika ireto mpanao politika ireto ka izao mitady fanohanana  izao. Nohitsin’izy ireo fa tokony  hangarahara izao dingana hirosoana amin’ny fifidianana  izao. « Aoka  hohenoina ny feon’ny hery velona  rehetra ary tokony  horaisina dieny  izao ny fepetra rehetra tsy hahatongavana amin’ny  savorovoro eto amin’ny firenena. Mba ho fifidianana azo antoka sy eken’ny rehetra izany  hataontsika izany », hoy ihany izy ireo.  Nohitrikitrihin’izy ireo fa mampiahiahy ny fihetsiky ny fanjakana manoloana io volavolan’ny lalàm-pifidianana io. Miantso ny  iraisam-pirenena koa  izy ireo mba  hanohana sy hanampy eo amin’ny lafiny teknika sy vola izany.

Ho toy ny lalàn’ny serasera sy ny fifandraisana

Anisan’ny nandray anjara tamin’izany ny avy amin’ny Tim sy ny Freedom, ny Teza sy  ireo maro hafa, miaraka amin’ny  fiarahamonim-pirenena. Nilaza  ny mbola  hanohy ny  fivoriana sy  ny  fampotambaran-kery izy  ireo, manoloana ny fiahiahiana  ny  fanjakana mialoha ny hiatrehana ny  fifidianana. Efa nisy rahateo ny fihaonana teo aloha ary nanomezana fe-potoana  herinandro ny fitondrana hamoaka izany volavolan-dalàm-pifidianana izany. Tsy nivaly anefa izany ka  izao miantso ny iraisam-pirenena izao izy ireo mba tsy ho tahaka ny lalàn’ny serasera sy ny fifandraisana ny lalàm-pifidianana ka hiova an-dalana, tsy araka ny fakan-kevitra sy ny niaingana tany am-boalohany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Lehiben’ny faritra Analamanga : “Aoka ho mailo sy ho tony isika…”

 Tsy afaka ny  hangina fotsiny amin’izao. “Miantso antsika vahoaka eto  Analamanga  mba ho tony. Aoka koa anefa isika ho  mailo ary hamantatra ny fiavian’ny vaovao miely ary hanontany ny tompon’andraikim-panjakana akaiky  indrindra raha misy ny tranga mampiahiahy”, hoy  ny lehiben’ny faritra Analamanga, Rakotonanahary Ndranto, omaly.

Nambarany fa efa  samy mandray ny andraikitra  tandrify azy  avokoa ny mpitondra isan’ambaratongany. Anisan’izany ny eo anivon’ny faritra, manara-maso sy mijery akaiky ary miezaka manadihady ny niaingan’ireny feo ireny. Nampitandrina rahateo ny fiadidiana ny faritra fa tsy handefitra amin’ireo  mety mbola hanao  izany eny anivon’ny fiarahamonina.  “Tafiditra ao anatin’izany ireo mamafy  lainga amin’ny vahoaka hahatonga azy  ireo hino fa tsy mahefa ny mpitantana sy ny mpitondra… Tsy hanaiky ny hanaovana fitaovana izany tsaho  izany hampisavorovoroana ny fiarahamonina sy ny vahoaka eto Analamanga izahay”, hoy  ihany izy.

Tsiahivina fa anisan’ny  nahatonga izao fanambarana  sy  fandraisana andraikitra nataon’ny faritra izao ny tsaho sy ny honohono tato  anatin’ny andro  vitsy momba ny filazana fa misy andiana mpitandro filaminana, miaraka amin’ny mpitsabo, manao an-keriny manindrona  vaksinin’ny pesta eny anivon’ny sekoly rehetra eny.

Synèse R.  

 

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny Pnud : tsy handoavam-bola ny fanamboarana kara-panondro

Tantsoroka. Tsy  handoavana sarany ny fanamboarana ny sora-piankohonana sy ny kara-panondro amin’ny fotoana hanaovana ny fitsarana mitety vohitra.

 

Notanterahina, omaly, tetsy amin’ny minisiteran’ny Atitany ny fanoloran’ny Pnud, tamin’ny alalan’i Violette Kakyomya ireo fitaovana sy  kojakoja maro samihafa, toy ny informatika hanamboarana izany. Hanampy tosika amin’ny fampidirana ny mpifidy anaty  lisi-pifidianana  koa  ireto fitaovana ireto. Anisan’ny miteraka olana eto amintsika  hatrany rahateo izany. Hanampy ny firenena hiatrehana ny fifidianana koa  ireto fitaovana  ireto  satria zary lasa very zo amin’ny maha olom-pirenena  azy  ny ankamaroan’ny olona  sasany noho ny  tsy fananany sora-piankohonana na koa kara-panondro.  Eo  koa  ny fahasahiranan’ny olona ka  nahatonga izao  fanampiana  sy fanohanan’ny Pnud izao. Maherin’ny 900  000 ireo  hahazo tombony amin’izao fahazoana  fitaovana izao.

Eo hatrany ny Pnud

Hozaraina amin’ireo distrika 119 ireto fitaovana ireto.  Na  izany aza, ho hentitra ny fitondrana ary handray fepetra amin’ireo  mety manararaotra maka vola  na sarany rehefa manao ny fitsarana  mitety vohitra.

Tsiahivina fa anisan’ny mitondra ny fanohanana hatrany antsika eo amin’ny sehatra rehetra  ny eo anivon’ny Pnud.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Alain Mousk : « Mila asongadina ny famoronana »

Mpanakanto zanak’i Toliara. Alain Mousk, tsy mba anisan’ireo mpanakanto mpanao dika mitovy na mivelona amin’ny fakana tahaka fa milofo andro aman’alina amin’ny asa famoronana. « Mila asongadina izay asa famoronana entanin’ny aingam-panahy tsy mety ritra izay », hoy izy. Tsy ny famoronan-kira sy ny fandrindrana ihany no anasongadinan’i Alain Mousk izay asa famoronana izay fa amin’ny soradihy ihany koa. « Izaho ihany no manajary ireo soradihy mifanaraka amin’ny hiranay », hoy izy. Tsy mionona amin’ny gadona iray izy fa sady mahaforona ny milamina toy ny « slow » no mahavita ny mihetsiketsika tahaka ny « coupé décalée » ihany koa.

Tononkira tsotra sy mora raisina, mampita hafatra (fitiavana, fifandeferana, fifampitokisana…). Feo afaka manakatra ny ambany sy ny ambony indrindra.  Samy tafiditra ao anatin’ny sanganasan’i Alain Mousk avokoa ireo. Anisan’ny vazo nentiny voalohany teo amin’ny sehatry ny fanapariahana ny sanganasany ny « Fitiava moky ».

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Tsy heno fotoana ela… : hiverina an-tsehatra i Mily Clément

“Mandrora mitsilany”, “Banja malalaka”, “Mandifera”, “Tsy apetrakao”, “Ho meva”, sns. Hira nalaza sy nampisongadina an’i Mily Clément, tany amin’ny taona maro nivalona tany ireo. Tsy lefy laza ny hira, saingy efa aman-taonany maro koa no tsy tazana an-tsehatra intsony i Mily Clément. Nisy fotoana niezaka niverina ity mpanakanto anisan’ny nitondra fijery vaovao tamin’ny salegy ity, saingy tsy mbola tafapetraka izany.Fantatra kosa izao, fa hisy ny fiakarana an-tsehatra hotontosain’i Mily Clément, anio, manomboka amin’ny 9 ora alina, etsy amin’ny Kudeta Anosy. Tetikasan’ny Ivenco, izay efa noketrehina ela izy ity. Nahoana tokoa moa no tsy tokony hiverina an-tsehatra i Mily Clément, kanefa maro ireo mbola miandry azy sy ireo hirany taloha?Hahazo tombony ireo mpankafy, indrindra fa hodidinina mpanakanto manan-talenta i Mily Clément amin’io fotoana io. Anisan’ireny ry Solofo Bota (vata maroafitsoka –angorodao), Josia (amponga maroanaka), Tojo Rabekoto (gitara beso),Gérard Ratsimiseta (gitara), Kevin, Naly ary Andry Michael (zavamaneno tsofina), Jao, Lizy ary Linah (feo lafika).Hisy fiovana hanaraka ny vanim-potoana ve ny rindran’ireo hiran’i Mily Clément? Aleo mahita eny an-tsehatra…

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe vehivavy – «Mondial 2017» : hiatrika ny ampahefa-dalana ny Malagasy, anio

Mbola manohy ny lalany ny tovovavy malagasy, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, taranja tsipy kanetibe. Hatreto, tafita hiatrika ny lalao ampahefa-dalana i Madagasikara.

 

Na ratsy fanombohana aza ny ekipam-pirenena malagasy vehivavy, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, taranja tsipy kanetibe, tanterahina any Kaihua, Sina, mitohy hatrany ny dian’izy ireo. Tafakatra ary hiatrika ny dingan’ny ampahefa-dalana, mantsy ry Cicine sy Mirana ary Hasina sy Tita Kely.

Hifandona amin’i Thaillande ny Malagasy, anio, eo amin’izany dingana izany. Azo lazaina fa hiendrika famaranana kely ity lalao ity, satria anisan’ireo firenena sangany ry zareo Thaillandaise. Raha tsiahivina kosa ny vokatra vitan’i Madagasikara, mandra-pahatongany amin’izao dingana izao, nandresy intelo ary resy indroa teo amin’ny lalaom-bondrona. Vokatra izay ampy niakaran’i Madagasikara amin’ny dingana manaraka : ny lalao ampaha-16-n-dalana. Nanomboka teo, nisesy ny fandresena azon’ny Malagasy. Nandavo an’i Kanadà, tamin’ny isa 13 no ho 6, ary nanilika ny ekipan’i Sina 1, tamin’ny isa 13 no ho 7, teo amin’ny ampahavalon-dalana.

Lavon’i Thaillande, tamin’ny isa mavesatra, 13 no ho 1, kosa i Tonizia. Sahirana kosa i Frantsa  vao tafavoaka nanoloana an’i Estonie. Tamin’ny isa tery, 13 no ho 11, ny nahazoan’ny Frantsay, ny tapakilany. Mbola manohy ny lalany ihany koa i Cambodge, izay nandresy an’i Madagasikara, teo amin’ny fifanintsanana isam-bondrona. Anisan’ny ekipa afrikanina, faharoa, tafita hiatrika ny ampahefa-dalana koa ny Alzerianina, rehefa nanilika ny Aostralianina, tamin’ny isa 13 no ho 3.

Ankoatra izay, tafita hiatrika ny lalao ampahefa-dalana, amin’ny “tirs de precision”, ihany koa i Cicine, rehefa avy nandalo lalao sakana.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

“Family Chef Caprice” : hisy fifaninanana hainahandro ho an’ny fianakaviana

Hanamarika sahady ny fetin’ny faran’ny taona sy ny taom-baovao ny fifaninanana. Fantatra mantsy fa fotoana ihaonana sy iarahan’ny fianakaviana ireo, izay antony lehibe hanaovana ny fifaninanana “Family Chef Caprice”. Araka ny anarany, fifaninanana hainahandro, natao hanasongadinana ny talentan’ny mpianakavy izy ity.Tsotra ny fitsipiky ny lalao: mila mandefa “recette” izay mifototra amin’ny fampiasana ireo vokatra Caprice, ao amin’ny pejy Facebook ny mpandray anjara, hatramin’ny 19 novambra izao. Hijery izay 5 maharesy lahatra azy amin’ireo ny mpitsara, mba hiatrika ny dingana famaranana. Aorian’izay, hasaina hanatontosa ny nahandrony manoloana ny “camera”, ka halefa ho hitan’ny rehetra ireo mpifaninana. Hanana anjara safidy 50% ny mpijery ny 8 hatramin’ny 14 desambra, ary an’ny mpitsara kosa ny 50% ambiny. Hampahafantarina ny 15 desambra izay mendrika indrindra.“Afaka mandray anjara avokoa ny fianakaviana rehetra. Hahazo fahafahana miantsena mitentina 500.000 Ar izay mahazo ny loka voalohany, ankoatra ny loka homen’ny Caprice”, hoy ny nambaran-dRasaminana Vania, tompon’andraikitra ao amin’ny orinasa Star, nandritra ny fampahafantarana tamin’ny mpanao gazety omaly, tetsy Andraharo.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Family Chef Caprice : la famille aux fourneaux

Pour clôturer en beauté l’année et mieux préparer les prochaines festivités, le groupe Star organise un évènement spécial dénommé « Family Chef Caprice ». Il s’agit d’un concours d’art culinaire réservé aux familles. Cette première édition est ouverte aux résidents de la capitale.

Si l’année dernière, la société a proposé un concours de rédaction de lettre au Père Noël, cette année, il propose un autre concept, cuisiner ensemble en famille. « Les fêtes de fin d’année sont une bonne opportunité pour passer de bons moments familiaux et surtout de cuisiner, c’est pour cette raison que nous avons opté ce thème », a annoncé Vania Rasamimanana, une des organisatrices.

Le concours se tient donc en deux étapes. Pour commencer, la famille intéressée doit envoyer une recette de cuisine et de cocktail à base de Caprice sur la page facebook Caprice Madagascar et ce, avant le 19 novembre. Un jury sélectionnera les cinq meilleures recettes reçues.

Ensuite, la deuxième étape se tiendra le 29 novembre, durant laquelle les cinq familles sélectionnées seront filmées réaliseront en direct lors de la réalisation de leurs recettes. Les vidéos seront par la suite postées sur les réseaux sociaux. Le grand public aura ainsi le droit de voter du 8 au 14 décembre. Les notes seront composées de 50% des votes du public et 50% des votes du jury. Et, la grande gagnante sera annoncée officiellement, le 15 décembre.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la perception des impôts dans la brousse

Dans sa séance du 20 août, le Comice agricole de Tananarive s’est joint au Comice agricole de Mananjary pour demander que la perception des impôts s’effectue sur les tobys et les plantations d’une façon régulière et légale ; il a été également demandé que les miliciens ne soient pas en service dans leur district d’origine.

De son côté, le Comice agricole de Tamatave avait formulé les mêmes desiderata et joint une protestation indignée à celle des colons et des corps constitués de Mananjary. Tout ceci afin d’éviter les invasions nocturnes d’agents de perception lâchés en meutes sur des camps d’ouvriers.

Que s’était-il donc passé ?

Peu de chose : un acte illégal.

Voici les faits rapidement résumés :

Dans la nuit du 26 au 27 mai dernier, des miliciens en armes sous les ordres d’un caporal (ancien ouvrier de la Compagnie Lyonnaise renvoyé pour indélicatesse) firent irruption dans les habitations des ouvriers de cette compagnie à Ampagarinamazo et les firent sortir avec… douceur. Le prétexte de cette « mission » était de rechercher les « sans-carte », c’est-à-dire les ouvriers en retard dans le paiement de leur impôt de capitation.

Or, sur 553 ouvriers qu’emploie la Compagnie Lyonnaise, il ne s’en est trouvé que 11, arrivés tout nouvellement au chantier et qui s’étaient précisément engagés pour payer leur taxe. Ces faits ne pouvaient donc justifier aucunement l’inqualifiable agression de la milice, mais s’il faut en croire l’opinion générale, il s’agit là d’un fonctionnaire, mécontent de la compagnie et qui voulait se venger.

Et voilà pourquoi les comices agricoles de Tananarive, de Tamatave et de Mananjary ont exprimé les doléances exposées plus haut. Avouons qu’elles sont justifiées.

Le Courrier colonial

 

Santé et assistance médicale

 Par décision du 28 septembre 1917, l’exercice de la médecine est interdit pendant quatre mois au médecin indigène Rakotomanga (Titus), qui s’est rendu coupable de manquements professionnels graves.

Par décision du 29 septembre 1917, l’exercice de la médecine est interdit pendant quinze jours au médecin indigène Ratrimosalama, pour manquements professionnels et négligence dans son service.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : début de saison orageuse Des volées de bois vert

A un an des élections, en annonce d’une période instable, directs et coups bas font leur apparition. Les premières escarmouches donnent le ton d’une violence sans retenue qui menace d’une nouvelle  traversée de zone de turbulences le pays, épreuve dont se serait privée volontiers la population déjà chahutée par de rudes difficultés. Le clan aux affaires, celui de la « majorité » politique, sans ménagement aménage ses positions, alors qu’en face les opposants, composés de minorités plurielles, peinent à faire un assemblage  structuré pour donner élan et crédibilité à une  stratégie commune. La nature ayant horreur du vide, le vide étant double, celui que creuse une inepte gouvernance et celui de l’absence d’une efficiente opposition pour remuer de la torpeur, des forces inattendues ont apparu tels des francs-tireurs, et à la faveur des circonstances occupent la place sans économiser de rudes arguments pour accompagner de brutalalité les premiers coups destinés à secouer le cocotier.

Le silence, valeur ou vertu parfois un devoirLe silence présente souvent le mérite de redoubler de valeur la vertu de l’humilité, évidemment lorsqu’il s’agit de couronner un bienfait. Sans besoin de compliments, normalement de lui-même le succès sanctionne une réussite. Dans le cas contraire, autosatisfaction et flatterie ne garantissent pas de gloire bides et échecs, à l’inverse elles prêtent davantage le flanc en alimentant les polémiques qui souvent mettent à nu la stérilité voire la duplicité de certaines initiatives et actions. Par les tentations de ce piège souvent pêchent les gouvernants. Légale voire de bonne guerre quoique de peu d’élégance, l’opération entreprise pour changer de tête à la tête du Sénat. A l’origine une erreur de casting sans doute due à cette fatuité à vouloir démontrer la puissance à retourner qui on veut et à narguer l’adversaire en exhibant les scalps des transfuges, par la suite une fébrilité en raison de cette erreur qui contribue à l’affaiblissement de position sur l’échiquier des élections. Corriger l’erreur relève d’une humilité à l’avouer, et lorsque l’on ne possède pas la vertu de l’humilité, le silence par sa valeur peut venir au secours. A manquer de cette qualité, on prend par des bavardages le risque de raviver le feu des critiques. Les justifications par le biais du « Rendez-vous » ont privé du bénéfice de la discrétion le tour de passe-passe opéré à la Présidence du Sénat. Les Katos de leur côté aussi sont sortis du silence, l’Archevêque d’Antananarivo ne s’est pas privé de critiques comme pour donner le signal d’une estocade.

Une litanie de reprochesDressant un état des lieux, adoptant un style identique à celui d’un huissier déclinant la liste des biens faisant l’objet d’une saisie, le prélat récite une litanie des maux qui accablent le pays : simple constat qui résonne pourtant comme une agression. Sans besoin de jeter le regard à travers une loupe pour grossir les traits de la réalité, il suffit d’observer la photo qui se dessine : une netteté témoigne de la pénibilité du quotidien que vivent les populations. Les maux ainsi révélés sans contestation possible, obligent celui qui dresse le tableau à dire les causes auxquelles il les attribue mais aussi à désigner ceux qui en ont la responsabilité.Sans l’air d’y toucher, refusant à juger des individualités, Monseigneur Razanakolona ne s’embarrasse de rien pour mettre en accusation la corruption, fléau qui gangrène l’Etat et le pays. L’Etat est miné du fait que du sommet au bas de l’échelle du pouvoir le mal ronge les personnes dans leur globalité. A croire que ceux qui ne mangent pas directement de ce pain, se nourrissent du système. Le pays agonise ! Quelle leçon tirer ? La réponse est dans le vent. Du neuf, du changement ! Ce besoin réclame-t-il un assainissement de l’air, ou du sang neuf ? Les deux, Monseigneur ! Mais telle une obligation, auparavant une élévation de l’état d’esprit conditionne les chances d’un renouveau.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hippisme : une clôture en apothéose à Bevalala

La dernière journée de la saison hippique, sous la houlette de l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel), prévue se dérouler demain sur la piste de l’hippodrome de Bevalala, promet des étincelles.  Cette réunion compte pour le 17e évènement de la saison hippique. Les organisateurs ont mis les petits plats dans les grands, tout en donnant l’embarras du choix aux parieurs avec les cinq courses au menu.

Cette réunion sera baptisée « Journée des propriétaires » où l’on verra le prix Rakotonibe qui mettra sur la ligne de départ 7 chevaux de 3 ans et plus qui se frotteront aux poulains et pouliches de 2 ans et demi dont Nuage de Fanorona, Nenuphar du Val, Opinium, Erinamitasoa Faniry, Falivolasoa, Hasta la Best ainsi que Pachamama du Val.

Les apprentis malgaches et mauriciens seront encore une fois sous le feu des projecteurs pendant le prix Rabenoa pendant l’épreuve réservée aux montures de 3 ans et plus dans les catégories V et IV. Les poulains et pouliches de 3 ans et demi auront la chance de rééditer leur exploit pendant la 3e course outre Nayade, Lutteur d’or, Oiseau d’or ou encore Koldikova. La 4e course de 2.000 m sera réservée à 6 chevaux de renom, notamment Lolita Star, Jovialité, Navigateur, Osarus, Negus et Oscar qui sont dans course pour ravir la 1ère place dans cette catégorie.

 Une fin heureuse ! L’art de garder le meilleur pour la fin est maîtrisé puisque l’Ahcel mettra aux prises les grandes bêtes de course de 4 ans dans les catégories I et II sur une distance 2.200 m avec la participation des forces en présence : L’Oiseau Bleu, Mascotte de star, Nabab, Kathy Pleasure, Nelly Fly et Nouvelle Star.

Rojo N.

News Mada0 partages

PLF 2018 : une adoption en catimini à craindre

L’Organisation de la société civile dénonce le retard dans la publication du texte relatif au projet de Loi des finances 2018 pour être accessible à tout public, alors que les travaux de commission ont déjà débuté au  niveau de la Chambre basse.

 « Cela découle de l’absence de transparence et de redevabilité sociale venant du Gouvernement », affirme le Collectif des citoyens et organisations citoyennes (CCOC). D’autant que l’année 2018 est une année électorale.

En fait, dix jours après la date limite légale de dépôt, le projet de Loi de finances (PLF) 2018 n’est pas toujours accessible au public et ne peut être consulté pour la simple raison qu’il ne figure même sur le site du ministère des Finances et du budget. Toutes les parties prenantes, entre autres, le citoyen malgache et les organisations de la société civile, s’interrogent s’ils n’ont pas voix au chapitre sur le budget de l’Etat pour le compte de 2018.

Trois mois avant

«  Le PLF doit pourtant être accessible à tout public au moins trois mois avant le début de l’année concernée, selon les normes internationales. Il s’agit du droit légitime», a avancé le président du CCOC, Jean Pierre Rakotofiringa, joint au téléphone hier.

Cette organisation de la société civile a aussi précisé dans une note publiée hier que « la société civile n’a eu de cesse depuis trois années de suite de réclamer la disponibilité du PLF en amont afin que les citoyens puissent s’exprimer et en débattre avant son dépôt auprès du Parlement ».

Année électorale

D’après les explications reçues, la société civile a déjà interpellé la Direction générale du budget sur l’indisponibilité de ce texte au niveau du public. « Les raisons n’ont pas été réellement avancées. Mais toujours est-il que cette situation n’est pas normale. D’autant que l’année 2018 est une année électorale. Nous craignons donc que le projet de loi soit adopté en catimini au niveau du Parlement », a poursuivi Jean Pierre Rakotofiringa.

Le CCOC a pourtant noté les efforts du Gouvernement l’an dernier, en publiant le PLF 2017 en même temps que son dépôt à l’Assemblée nationale, le 31 octobre 2016. « Si la société civile a reconnu les efforts faits en matière de transparence durant ces deux dernières années et qui ont été récompensés par une amélioration notable de l’IBO, ce retard de publication est fort préjudiciable pour deux raisons, notamment l’impossibilité pour les citoyens et les OSC d’analyser le PLF, d’émettre leurs recommandations et ainsi, de mieux interpeller les parlementaires et la mauvaise perception des citoyens de la transparence », peut-on lire dans la note du CCOC.  La société civile recommande de ce fait à ce que le PLF 2018 soit rapidement mis en ligne.

Rakoto

News Mada0 partages

Raid – Lemur Trophy : la route continue

La caravane passe, peu importe les obstacles que les raiders doivent affronter durant ce périple aussi intéressant qu’éprouvant, lors de la 6 e étape de la 2e  edition du raid touristique Lemur Trophy. Après l’habituel petit déjeûner convivial et la rencontre avec le chef du village ainsi que les villageois, en vue de remettre les lots sanitaires,  le départ a été donné vers 8h pour rejoindre Ambovombe après un parcours long de 70 km et rallier ensuite la prochaine étape au domaine de Berenty. Ni la canicule ni le sable chaud ni la poussière ni les pépins mécaniques n’ont pu empêcher les challengers de ne pas arriver à bon port.

« Une grande partie des équipages a préféré bifurquer plein nord au lieu de continuer vers l’est à la direction de Tsihombe afin de rejoindre plus rapidement la grande piste. Il fallait accepter de rajouter au compteur plus de 100 km pour cela. Il y a eu deux choix à faire pendant ce deuxième Lemur Trophy : braver les obstacles ou être impatient. C’est le jeu », ont expliqué les organisateurs. Pire, la seule station d’approvisionnement en carburant sur le parcours était en rupture de stock.

Rojo N.

News Mada0 partages

Rallye International de Madagascar : Hery Be mène la danse

La 38e édition du rallye international de Madagascar a débuté sur les chapeaux de roues, hier au stade de Mahamsina.  En guise d’entrée et loin du tour de chauffe du stade de Mahamasina,  les équipages engagés ont déjà appuyé sur le champignon lors des deux supers spéciaux (SS) au programme.

Dès le top départ, Hery Be et Fafah ont su tirer leur épingle du jeu au volant de la puissante Mitsubishi Evo Xen signant les meilleurs temps cumulés des deux courses de la journée inaugurale (2’17’’7) même si après un chrono de 1’08’’6,  lors du premier spécial, cet équipage a connu une baisse de régime lour du deuxième acte avec un temps de 1’09’’1.

Malheureusement pour Yves et Nitro sur Subaru, leur bolide n’a pas pu faire mieux avec un chrono cumulé de 2’19’’1. En effet, le duo a bouclé la première manche en 1’10’’6. Et malgré un temps canon de 1’08’’5 à la deuxième phase,  il n’a pas pu combler son retard. L’équipage Louvel-Teddy arrive à la troisième position. Sur une Subaru Imprezza, les deux compères ont fait une entrée moins fracassante, loin devant les têtes de peloton (1’11’’4 et 1’09’’4).

En somme, cette première journée a vu la domination des quatre roues motrices qui ont occupé le podium. Ce n’est qu’à la quatrième position qu’on trouve la première deux roues motrices, la Renault Clio conduite par l’équipage Fidi-Naina.

La vraie bataille

Début des choses sérieuses ce jour. Les concurrents vont en découdre sur les vraies pistes. 83 km d’épreuves spéciales (ES) sont au menu qui démarrera  tôt le matin. En effet, la première ES de la journée débutera à 8 heures 10’ et la dernière se courra à 18 heures 45’. Le moment pour les prétendants au sacre de faire le plein de points avant d’entamer la journée finale sur de bonnes bases.

Naisa

Les ES de samedi et dimanche :

Samedi 11 novembre

ES3: Andobokely-Antsahateraka 1 (11,37km)

ES4): Ambohibe-Ambodimanga 1 (22,11km)

ES5: Ambohinome-Ambodifasina (7,77km)

ES6: Andobokely-Antsahateraka 2 (11,37km)

ES7: Ambohibe-Ambodimanga 2 (22,11km)

ES8: Ambohinome-Ambodifasina 2 (7,77km)

ES9: Slalom circuit Mahamasina (1,35km)

Dimanche 12 novembre:

ES10: Ambodifasina-Ambohinome1 (7,77km)

ES11: Ambodimanga-Ambohibe 1 (22,11km)

ES12: Antsahateraka-Andobokely 1 (11,37km)

ES13: Ambodifasina-Ambohinome1 (7,77km)

ES14: Ambodimanga-Ambohibe1 (22,11km)

ES15: Antsahateraka-Andobokely 1 (11,37km)

ES16: Ambodifasina-Ambohinome1 (7,77km)

ES17: Slalom circuit Mahamasina (1,35km)

News Mada0 partages

Athlétisme : la fédération va de l’avant

Malgré la menace brandie par le Comité olympique malgache (Com) à l’endroit de trois membres de la Fédération malgache d’athlétisme (FMA), cette dernière ne semble point perturbée par ce qu’elle qualifie de polémique en l’absence d’une note officielle.

Comme si de rien n’était ! Les activités de la FMA se poursuivent sous l’égide de sa présidente, Norolalao Andriamahazo et son équipe. La menace « verbale » du Com reste lettre morte jusqu’à preuve du contraire.

Pour cause, après l’Assemblée générale du Com, ce dernier n’a pas osé franchir le pas et notifier officiellement les concernés. « C’est la raison pour laquelle nous ne voulons pas nous exprimer sur ce sujet pour éviter une polémique stérile », a fait savoir la présidente de la FMA, hier, lors d’une conférence de presse au siège de la fédération à Alarobia.

Une affaire qui risque de tuer dans l’œuf dans la mesure où les instances internationales concernées que sont la Fédération internationale d’athlétisme (FIA) et le Comité international olympique (CIO) semblent plus enclin à la régularisation de ce différend amicalement.

« Lors de mon séjour à l’étranger dernièrement, j’ai pu discuter de cette situation avec la Fia. Celle-ci a souhaité un pourparler entre les deux parties afin de trouver une solution. Quoiqu’elle m’ait également donné des consignes », a poursuivi la présidente de la FMA.

L’horizon se dégage

En tout cas, eu égard à la présentation par la FMA du calendrier des activités 2018, force est de constater que l’horizon se dégage pour l’équipe en place. A ce sujet, même si la FIA a émis un avis favorable à l’équipe dirigeante de la FMA, ce programme de la saison prochaine ne comprendrait pas les compétitions internationales, tels les championnats du monde et autres meetings. Au total, 11 sorties sont prévues pour les athlètes malgaches la saison prochaine dans les différentes courses (vitesse, demi-fond et fond).

Naisa

News Mada0 partages

Pétanque – Mondial : les dames prennent le relais

Les boulistes féminines malgaches ont obtenu leur ticket pour les quarts de finale du championnat du monde chez les dames qui bat son plein à Kaihua, Chine. Et ce, grâce à la performance honorable de Cicine, Mirana, Hasina et Tita Kely qui ont signé trois victoires et encaissé trois défaites pendant les éliminatoires.

Le plus dur reste à faire pour ces dernières qui vont en découdre avec les boulistes thailandaises, ce jour, à l’occasion des quarts de finale. Pour rappel, la Thaïlande s’est qualifiée aux dépens de la Tunisie sur le score sans appel de 13 à 1. L’autre équipe favorite, la France, a pu sortir la tête hors de l’eau face à l’Estonie par 13 à 11 tandis que l’Algérie a disposé de l’Australie par 13 à 3. Par ailleurs, Cicine est encore lice au concours de tir de précision après le match de barrage.

Rojo N.   

 

News Mada0 partages

Foot : Cnaps et Elgeco sur un air de revanche

Le stade moderne d’Ampasambazaha à Fianarantsoa a été le théâtre d’un combat sans merci, à l’occasion de la phase retour de la Poule des as de la THB Ligue des champions de Madagascar. Jusqu’ici, le public s’attend demain à un affrontement sur un air de revanche entre Cnaps Sport et Elgeco Plus qui sont les clubs à suivre de près dans les compétitions nationales de par leurs palmarès respectifs. Les deux formations ont chacune rendu un carnet complet, hier, sur la même pelouse.

Les Caissiers ont laminé HZAM Amparafaravola sur le score de 3 buts à 1 tandis qu’Elgeco Plus n’a fait qu’une bouchée de Cosfa en s’imposant sur le score sans appel de 6 buts à 2. Ce qui donne, d’ores et déjà, un avant-goût alléchant de la troisième et dernière journée de la phase retour de la Poule des as demain au stade d’Ampasambazaha. Pourl’heure, Cnaps maintient les brides avec 15 points suivi d’Elgeco Plus qui a cumulé 12 points.

Rojo N.

News Mada0 partages

Vente de stupéfiants : deux femmes placées sous mandat de dépôt

 Trois habitantes de Mazavatokana ont été arrêtées par les éléments de la brigade de gendarmerie de Mahitsy jeudi dernier à cause d’une quantité de drogue retrouvée dans leur domicile.

Tout a commencé après l’arrestation par les gendarmes d’un individu surpris en flagrant délit de consommation de cannabis.

Lors de l’enquête, ce dernier a dénoncé celui qui lui procurait la drogue. Forts d’un mandat, les limiers ont alors procédé à la perquisition du domicile du présumé dealer. Ils ont été surpris de découvrir 29 tiges de cannabis, prêts à la consommation, ainsi que 3,6 kg en vrac à l’intérieur de la maison, d’autant plus que les fournisseurs sont des femmes. Elles ont reconnu leur méfait devant le magistrat du Parquet hier. Deux d’entre elles ont été placées sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora tandis que la troisième a bénéficié d’une liberté provisoire.

ATs.

 

News Mada0 partages

Troubles lies au « vaccin de peste » : quand l’école fait peur

 La scène de panique d’avant-hier, suite à une rumeur sur la vaccination anti-peste dans les écoles, a suffi à créer la phobie dans les écoles. Angoissés, des élèves dans des établissements scolaires dans la capitale n’ont pas regané les bancs de l’école, hier.

 Absence record. Plus de 30% des élèves ont manqué à l’appel hier au CEG d’Anosibe. « C’est la première fois que cela arrive, même lors des durs moments de période de soudure, entre le mois de décembre et janvier, où le taux d’absentéisme ne dépassait  pas 5% », a déclaré le directeur de cet établissement, Hasiniaina Randrianarivo hier, lors d’une interview sur les lieux. Le même scénario s’est produit également  dans d‘autres établissements, notamment à l’EPP Antandrokomby ou encore l’EPP Ambohipo.

« Traumatisé, l’un de mes enfants, en classe de 4e ne voulait pas aller à l’école ce jour (ndlr hier). J’ai pris la décision de ne pas y envoyer mon autre enfant, encore en bas âge », a déclaré Alphonsine Ravaonomenjanahary, habitante d’Anosibe.

Même témoignage venant d’un père de famille issu du même quartier qui a un fils âgé de 4 ans.  « Tout cela a créé un climat de peur chez les élèves. Ils craignent que les troubles d’avant-hier se reproduisent», a soutenu le directeur du CEG Anosibe.

Lors d’une réunion des parents qui s’est tenue sur place, ce responsable a tenu à rassurer les parents. Tant que leurs enfants se trouvent  dans l’enceinte de l’établissement, il n’y a pas à craindre. Des éléments des forces de l’ordre, qui ont fait le tour des établissements, étaient prêts à intervenir en cas d’éventuelles troubles.

Deux enfants hospitalisés

La circonstance d’avant-hier a failli coûter la vie à deux enfants, une fillette de 7 ans et un garçon de 5 ans dans le quartier d’Anosibe, qui ont été respectivement victimes de fracture de clavicule et d’œdème multiple.

« Ayant été bousculés par les gens, qui ont couru dans tous les sens pour ramener leurs enfants chez eux, ils ont été par piétinés dans la bousculade qui s’en est suivie », a informé le directeur de la Promotion de la santé (DPS) au sein du ministère de tutelle, le Dr. Manitra Rakotoarivony.

Heureusement que ces enfants, qui étaient prises en charge gratuitement au sein d’un hôpital de la capitale, sont hors de danger. Ce responsable reconnaît que la réinsertion des élèves à l’école, notamment ceux qui ont été traumatisés, n’est pas chose aisée. Pour y arriver, « le ministère de la Santé, en collaboration avec le ministère de l’Education nationale (Men), prépare leur prise en charge psychologique », a-t-il conclu.

Fahranarison

News Mada0 partages

Taxi – CUA : la nouvelle association « VTM » désavoue le « Ftar »

 C’est officiel. Le « Fikambanan’ny taxi eto Antananarivo renivohita » (Ftar) est divisée. Quelques anciens membres de cette association de taximen dans la capitale ont formé un nouveau groupement, « Vondron’ny taxi  matihanina »  qui adhère aux réformes sur le transport en commun véhiculées par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Ladite association regroupant actuellement près de 500 partisans vient de constituer ses membres de bureau et compte apporter un nouveau souffle dans ce secteur, en collaboration avec la municipalité. Ils ont tenu une conférence de presse hier à Andrefan’Ambohijanahary.

Parmi les récentes réformes figurent l’octroi de la gestion de « Contre-visite » à la société Omavet et le lanterne à publicité de Publimotion. Des nouvelles dispositions auxquelles le Ftar ne compte pas se plier, sous prétexte que tout cela ne  fait que détruire leur métier, à travers les différentes charges qui s’y rapportent.

Des suppositions qui ont été totalement dénigrées par le VTM qui, après plusieurs descentes sur  le terrain, a constaté de visu les avantages qu’ils peuvent en tirer. « Les soucis du Ftar sur le fait que l’intervention de l’Omavet pourrait être un moyen pour éliminer les taxis dans la capitale, ne sont que des idées reçues », a évoqué le président de cette nouvelle association de taximen, Jeannot Randrianaharisoa.

« L’objectif consiste à professionnaliser le secteur, en commençant par la distribution de carte professionnelle aux  membres pour lutter contre les taxi clandestins », a ajouté le secrétaire du VTM, Hery Razafindrakoto.

Fahranarison

News Mada0 partages

Himo à Analamanga : curage des canaux d’irrigation

Les districts d’Antananarivo Avaradrano et Atsimondrano bénéficient à leur tour du dispositif « Asa avotra mirindra »,   initié par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), sur l’ensemble du territoire national, après les régions Vatovavy-Fitovinny, Atsimo Atsinanana et la commune urbaine d’Antananarivo.

La commune d’Ankadimanga va ainsi profiter des retombées des travaux de curage et de remise à niveau d’un canal d’une longueur de 5 kilomètres. La réhabilitation de cette infrastructure agricole s’avère nécessaire à l’irrigation de 420 hectares de rizières faisant vivre 1.600 familles. Les travaux sont prévus être exécutés par 1.500 personnes issues des fokontany d’Ambohimidasy, Ambodivoanjo, Andravako, Ambohidavenona, Antanimenakely et Andohalafy composant cette  commune d’Atsimondrano pendant 3 jours.

Un renforcement du système de prise d’eau est également prévu au niveau du barrage pour redresser la situation car les riziculteurs de la localité ont déjà perdu deux saisons culturales à cause du manque d’eau. La ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), Onitiana Realy, a dirigé la cérémonie de lancement du chantier à Ambohimidasy, en présence des élus locaux à Antananarivo-Atsimondrano.

Promotion de la riziculture.

Les  travaux liés à ce dispositif à Haute intensité de main- d’œuvre consistent aussi en des curages de canaux d’irrigation des rizières dans le district d’Antananarivo-Avaradrano où le projet a été lancé dans la commune d’Ankadikely-Ilafy. « Asa avotra mirindra » permettra de réhabiliter 10 kilomètres de canaux pour 518 hectares de rizières dans l’Avaradrano. Le dispositif engage donc 4.000 individus rémunérés journalièrement à 5.000 ariary durant 3 jours pour permettre la restauration de 15 kilomètres de canaux irrigant un millier d’hectares de rizières dans ces deux districts de la banlieue de la capitale.

Manou

News Mada0 partages

Voix nouvelles 2018 : des malgaches en lice pour la finale régionale

Plusieurs Malgaches sont en lice au concours de talents lyriques francophones dénommé Voix Nouvelles qui en est à sa quatrième édition cette année. Neuf sont qualifiés pour la finale régionale qui se déroulera, ce soir, à la Cité des Arts à La Réunion. Il s’agit de Léonce Herbert Hancel, Brendon Jacquette, Ambinina Aniana Malalaharisoa, Juliane Morel, Ianne Karisy Rajesson, Mino Harilala Rakotoarisoa, Hajatiana Rakotozafy, Rivoherimisa Manoëla Randrianarimanana et Mbolatiana Malala Razafindrazaka.  Cette finale régionale sera diffusée sur France 3 ce jour à 8 heures.

Notons que la grande finale se tiendra l’année prochaine à l’Opéra comique en France. Le candidat sacré « Voix Nouvelles 2018 » empochera une somme de 10 000 euros, soit 35 000 000 ariary environ, ainsi que quelques prix spéciaux. Les six premiers sélectionnés participeront au concert des lauréats qui se déroulera le 24 septembre 2018 au Théâtre des Champs-Elysées. Une tournée sera ensuite au programme.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny noely sy ny faran’ny taonaHampilalao ny fianakaviana ny zava-pisotro “Caprice”

Hampilalao ny isam-pianakaviana indray ny zava-pisotro Caprice manomboka izao no fanamarihana ny fetin’ny Noely sy ny faran’ny taona. “Family Chef caprice” no anarana nampitondraina ny hetsika.

 

Nanomboka, omaly ny fisoratana anarana ao amin’ny pejy facebook an’ny Caprice. Mandefa fomba nahandro iray, miaraka amina cocktail vita amin’ny zava-pisotro caprice toy ny  bonbon anglais, grenadine, tonic, ary orange ny mpandray anjara ka ao anatin’izany no hifantenan’ny mpitsara izay nahandro tsara sy miavaka indrindra. Ao anatin’ny hafatra miafina no handefasana azy. Haharitra hatramin’ny 19 novambra ho avy izao ny hetsika raha ny 29 novambra kosa no famaranana ny lalao. Fianakaviana miisa dimy mandray anjara amin’izany no ezahina haparitaka amin’ny tambajotra “You tube” sy ny pejy facebook an’ny caprice ny zava-bitany ka ho hita ao anatin’izany avokoa ny fomba fikarakarana rehetra hataony. Manomboka ny 8 ka hatramin’ny 14 desambra kosa no hifantenan’ny olon-drehetra izay sakafo tsara indrindra natolony mialoha ny hanomezana ny loka mitentina 5 hetsy Ar, hahafahana miantsena eny amin’ireo tranombarotra lehibe… ho an’izay hivoaka ho mpandresy  ny datin’ny 15 desambra. Tsiahivina moa fa mbola hijanona ho an’ireo fianakaviana eto an-drenivohitra ihany ny hetsika hatreto.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana “kits scolaires”Notohizan’i “Faly Roi Lion” tao Arivonimamo

Taorian’ny tao Imerintsiatosika dia tany Arivonimamo tao amin’ny kaominina Morarano indray no nanatanterahan’i Faly Andrianafetra Robinson na i Faly Be (Le Roi Lion) tompon’ny SRK eny Imerintsiatosika ny fizarana “Kits scolaires”, sac à dos, cahie, penina,,...

 ho an’ny mpianatra. Mpianatra miisa 140 ao anatin’ny taona faha-5 (7ème) tamina fokontany 5 no nahazo izany, dia ny tao amin’ny EPP Mandrosoa, Morarano, Mangabe, Ambatofotsy,… Tamin’ity indray mitoraka ity dia niaraka tamin’ny VIVO ENERGIE no nanampy ity mpandraharaha ity tamin’izao fizarana fitaovam-pianarana hitsinjovana ny ireo mpianatra. Tsy vao izao no nahafantarana an’i Roi Lion tamin’ny resaka fanampiana sy fitsinjovana ireo mpiara-belona aminy any amin’iny faritra iny. Izy rahateo avy any an-toerana, ka miezaka ny tsy hikely soroka raha mbola misy ny hoenti-manana sy azo hatolotra am-pitiavana ho fampirisihana ireo taninketsan’ny firenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vahinala RaharinirinaHery lehibe ho an’ny toekarena ny diaspora

Iray amin’ireo zanaka ampielezan’i Madagasikara mipetraka any Frantsa i Vahinala Raharinirina, niala teto Madagasikara nanomboka ny taona 2002. Nandalo teto Madagasikara kosa izy nandritra ny Fikaonandohan’ireo Zanaka ampielezan’i Madagasikara ny 26-28 oktobra teo,

 ary nivahiny tao amin’ny onjam-peo Top Radio 102.8 FM niresadresaka ny momba ny Diaspora Malagasy sy ny anjara toerany amin’ny fiainam-pirenena omaly. Ny diaspora Malagasy dia manana endrika miiba raha ao Eoropa, hoy izy. Malaza fa zanaka am-pielezana milamina tsy mba ahenoana  ady. Malaza ho mahay be ihany koa. Nisy mihitsy ny fanadihadiana nataon’ny AFD (Agence Française du Developpement) sy ny minisiteran’ny raharaham-bahiny Frantsay fa ny maripahaizan’ny Malagasy any Frantsa, ohatra, dia ambony lavitra noho olom-pirenena Frantsay sy ny diaspora hafa. Miezaka izahay manentana sy mitarika ny diaspora hiaina amin’ny maha olom-pirenena Malagasy sy ao amin’ilay tany mandray, hoy izy. Ny resaka valim-babena ho an’ny firenena indray dia kolontsaina manokana ho antsika, mbola iainan’ny Malagasy any ivelany mihitsy io. Misy ny fanadihadiana efa nivoaka fa 450 tapitrisa dolara isan-taona ny vola alefan’ny diaspora Malagasy ho an’ny firenena. Manome 30% amin’ny tetibolam-panjakana izany ary 60-n’ny fampiasam-bola vahiny mivantana, raha ny fanehoan-keviny. Ngeza be io vola io, ka raha vitanay zanaka am-pielezana ny mandefa io vola io amina zavatra sy tetikasa tena mamokatra, dia hahafahantsika mamatsy ny toekarena sy hahafahana miala tsikelikely amin’ny mpamatsy vola. Manana tanjaka lehibe amin’ny fahafahana mamatsy vola ny diaspora Malagasy. Nohamafisiny kosa ny tokony hiadiana mba hisian’ny fanjakana tsara tantana, ka fotoana izao. Ho azy manokana dia manao asa soa amin’ny alalan’ny “Reseau Kilonga”, ka ny kaominina Imerin’Imady no efa nisitraka izany. EPP 4 izao no hanaovany asa, toy ny fananganana tranomboky sy fampitaovana, mampiditra rano, manao trano ho an’ny mpampianatra,... Miitatra amina CSB II sy ny maro hafa mba hampiroboroboana ny soa iombonana. Fihetsika mendrika sy tokony hifaninanan’ny diaspora rehetra ny tahaka izany, ary inoana fa hitondra vokany lehibe amin’ny firenena raha tanteraka.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Rabary“Tsy maintsy averina ny fifampatokisana”

Taorian’ilay tsaho niely momba ny fisiana andian’olona manao vaksinina pesta ny mpianatra mandeha mitety sekoly teto an-drenivohitra ny alakamisy lasa teo dia namory avy hatrany ireo ray aman-drenin’ny mpianatra isan-tsekoly ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena, omaly maraina.

 

 Tamin’ny alalan’ny talen-tsekoly no nanatontosany izany ka nampitana hafatra tamin’ireo ray aman-dreny fa ilaina averina maika ny fifampitokisana eo amin’ny roa tonta hahafahana mampandeha araka ny tokony ho izy ny asa fanabeazana. Any am-pianarana no azo antoka kokoa ny fiarovana ny ankizy mpianatra, hoy ny minisitra Paul Rabary. Ny mpanabe no tena mikarakara sy mandray an-tanana ny ankizy. Tsy nanery azy ireo handefa ny zanany hianatra avy hatrany ny minisitera. Tsotra ny fepetra raisina ho an’ireo talen-tsekoly sasany mba tsy hisy fiantraikany eo amin’ny sain’ny ankizy ireny zava-nitranga ireny ka hanaratsy ny voka-panadinana. Ezahin’izy ireo hatrany ny hanakaiky ny mpianatra ary hiantso ny mpitandro ny filaminana raha toa ka misy ny trangan-javatra mampiahiahy.  Tsy maintsy vitaina araka ny tokony ho izy ihany koa ny fandaharam-pianarana izay mety hisy fiakarana andro sabotsy ho an’ireo hiatrika ny fanadinam-panjakana mba hahazoana vokatra tsara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoTsy tia mandroso intsony

Seza, volabe, voninahitra hihomehezan’izao tontolo izao fa hisolelahan’ny mpiray tanindrazana mila ranondranony amin’ireo be palitao sy manana fahefana hahafahana mandrombaka fahefana eto izany sisa izao no mba hany heverin’ny ankamaroan’ny mpitondra isan-tsokajiny sy lasa hanabeazany an-kolaka ny vahoaka ho fandrosoana.

 Heverina ho adala daholo ankehitriny ireo rehetra mikasa hitondra fanatsarana ny toerana sy ny tanàna misy azy, indrindra ireo maniry ny fisondrotan’ny fiainan’ireo mpiara-belona aminy. Efa tonga amin’ilay fitenenana rahateo moa izy ity hoe fiarahamonina sisa fa tsy fiaraha-mivelona intsony. Ireo tena maniry hitondra fampandrosoana hatrany no iharan’ny fingampingana rehetra. Efa diso nolomorin’ny kolontsaina hoe sarotra ny miala amin’ny mahazatra tao anatin’izay 50 taona mahery izay ve isika, hany ka lasa tsy tia mandroso intsony ? Toa resaka fotsiny ankehitriny ny hoe ho an’ny tombontsoam-bahoaka sy ny hoe maika ny fampandrosoana kanefa efa mibaribary be toa ny masoandro lohataona izao ny fihemorana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Poules des As « Champion’s League Malagasy »Tena ho lalao famaranana ny an’i CNaPS sy ny Elgeco Plus

Mitarika amin’ny isa 15 ankehitriny ny ekipan’ny CNaPS Sport ary manana isa 12 kosa ny Elgeco Plus manaraka azy taorian’ny fahavitan’ny andro faha-2 n-ny « poules des As » lalao miverina notontosaina tao Fianarantsoa omaly.

 Ny Elgeco Plus nanamontsana ny Cosfa 6-2 ary ny CNaPS Sport nandavo mora foana ny Hzam 3-1. Tena ho lalao famaranana mihitsy, araka izany, ny lalao hifanandrinana’ny CNaPS Sport sy Elgeco Plus rahampitso alahady 12 novambra eo amin’ny andro fahatelon’ity “poules des As” 2017 ity. Etsy ankilan’izay dia tsara ho marihana  fa harahina mivantana amin’ny televiziona Malagasy (TVM) ny lalaon’ny Barea sy Comores any Frantsa anio hariva manomboka amin’ny 3 ora Frantsay.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Gégé BoscoManakiana mafy ny Komity Olimpika Malagasy

Mibaribary toy ny tafika andrefan-tanàna ankehitriny ny haratsiam-panahin’ny Komity Olimpika Malagasy tarihan’Atoa Siteny Andrianasoloniaiko amin’ny fanakorontanana indray ny fitantanana ny taranja ady totohondry Malagasy noho ny tsy fitiavana manokana ny tenako, hoy Atoa Andriamanampisoa Gégé Bosco filoha lefitry ny Federasion’ny Ady totohodry Malagasy.

Tia Tanindranaza0 partages

Ankazo MahitsyVita ny tohadrano tao Andohanosy

Voatery miavo-tena ny vahoaka ao amin’ny kaominina Mahitsy noho ny tsy fandraisana andraikitry ny mpitondra eny an-toerana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Kits scolaires” avy amin’ny AIRTELMpianatra 350 isa indray no nisitraka azy

Tsy nanadino ireo ankizy madinika manovo fahalalana eny anivon’ny sekolim-panjakana ny orinasam-pifandraisana Airtel amin’izao fanombohan’ny taom-pianarana 2017-2018 izao.

 

Mpianatra miisa 350 misandrahaka amina sekoly EPP roa eto amin’ny Faritra Analamanga dia ny EPP iray ao amin’ny kaominina Mangamila sy ny EPP ao Alarobia no nahazo tombontsoa. Omaly zoma no nanolorana tamim-pomba ofisialy ny anjaran’ireo mpianatra any Mangamila notarihin’ny tale misahana ny maha olona eo anivon’ny Airtel Atoa Andry Ratsimbason. Amin’ny 17 novambra ho avy izao kosa no hanolorana ny anjaran’ireo kilonga madinika manovo fahalalana eo anivon’ny EPP Alarobia, miampy fanomezana kojakojam-pidiovana hahafahana miady amin’ny valanaretina ho ana mpianatra miisa 150. Arahina fanentanana ny mpianatra mikasika ny tokony hanasana savony amin’ny tanana hatrany izany. Tamin’ny volana oktobra lasa teo dia nisy ny fanomezana fotsimbary tamin’ny gony ho an’ireo mpianatra miisa 300 eo anivon’ny EPP Mahavelona notanterahin’ny Airtel niampy  fitaovam-pianarana maro isan-tsokajiny. Tanjona ny hanamaivanana ny fahasahiranan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra amin’ny fikarakarana ireo ankizy madinika, indrindra ireo sahirana ara-pivelomana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsirihana eny amin’ny OMAVETMitombo isa hatrany ireo resy lahatra

Mbola mitohy hatrany amin’izao ilay raharaha hifanolanan’ny fikambanan’ny taxi (FTAR) sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra mikasika ny fanovana ilay lanterne kely ho lehibe sy ilay fitsirihana tsy maintsy tanterahin’ny fiarakaretsaka eny anivon’ny OMAVET ho fiarovana ny ain’ny mpanjifa. Amin’ny ankapobeny dia ireo efa tena ratsy no matahotra ny fampiharana ireo fanovana vaovao ireo.

Celestin, efa 38 taona ny nitondrana fiara karetsaka :Samy manana ny fomba fijeriny aloha ny tsirairay e ! Ho ahy, tsy misy ambadika politika ilay izy fa entina hanatsarana ny seha-pitaterana taxi eto an-drenivohitra mihitsy. Ho an’ny lantern, ohatra, dia hahafahana manafoana ny “clandestine” ny fametahana ilay lanterne be raha hahafahana mivoatra ihany koa ny fanaovana fitsirihana any amin’ny OMAVET.

Herizo, fito taona ny nitondrana fiarakaretsaka : Ny kaominina tsy mbola manery avy hatrany ny taxi ny amin’izay volavolan-kevitra tsy maintsy tanterahina avy amin’izy ireo fa mbola ao anatin’ny adihevitra isika izao. Ny mampalahelo anefa dia betsaka ireo mihinana am-bolony fa tsy mandalina tsara akory hany ka lany andro amin’ny fanoherana fotsiny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondron’ny Taxi MatihaninaVonona hiasa miaraka amin’ny CUA

Nampahafatarina tetsy amin’ny Mon gouter Andrefanambohijanahary omaly ny fitsanganan’ny VTM na ny vondron’ny taxi matihanina, izay mankato ny fandaminan’ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny kaominin’Antananarivo Renivohitra na ny CUA ho fanatsarana ny tontolon’ny fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra.

Raràna raha tsy nahazo alalana

Mikasika ny filazana fa tsy azo hanaovana dokambarotra ny fiara fitateram-bahoaka moa dia novakian’ny mpitan-tsoratry ny vondrona, Hery Razafindrakoto, mazava ny voarakitra ao anatin’ny bokin’andraikitry ny kaominina tamin’ny taona 2003, andininy faha 4, tsipika faha 5, izay milaza fa voarara ny mametraka dokambarotra amin’ny fiara fitateram-bahoaka raha tsy nahazo alalana manokana avy amin’ny ben’ny tanàna. Ny orinasa Publi motion, hoy ny fanazavana, anefa dia nahazo izay alalana izay ary malalaka ny safidy na hitondra ilay lanterina na tsia. Azo hajanona ihany koa izany afaka 4 volana raha tsy afa-po ireo mpitatitra.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa “Asa avotra mirindra”Olona 4.000 nahazo tombontsoa

Ny teny amin’ny distrikan’Avaradrano sy Atsimondrano indray no nisitraka ny tetikasa “Asa avotra Mirindra” eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny mponina sy ny fampiroboroboana ny vehivavy tarihin’ny minisitra Onitiana Realy.

 

 Efa 3 taona izay no nanombohan’ity tetikasa ity, ary toerana maro no nisitraka azy nanerana ny Nosy. Fanajariana ny tanàna amin’ny alalan’ny asa tanamaro na HIMO amin’ny ankapobeny no atao, ka sady manatsara ny tontolo misy azy ny olona no mbola sandaina vola ihany koa. Ho an’ny teny amin’ny faritra Atsimondrano, lakandrano mirefy 5km no nodiovina ka vahoaka miisa 1500 tao amin’ny kaominina Ankadimanga no nanao ny asa nandritra ny 3 andro. Hahafahana manondraka tanimbary 420ha, mamelona tokandrano hatramin’ny 1600 izany. Homen-danja ihany koa ny fanajariana ny toho-drano mba ho ampy amin’ny filana ara-drano. Hanampy betsaka ny tantsaha amin’ny famokarana taorian’ny tsy fahatomombanan’ny fotoam-pambolena in-droa niantoana vokatry ny tsy fampian’ny rano ny nanatanterahana ny tetikasa. Tamin-kafaliana tanteraka no nandraisan’ny mponina ny minisitra Onitiana Realy, izay nidina ifotony teny Ambohimidasy-Ankadimanga mihitsy ny 8 novambra lasa teo nandritra ny fanombohana ny tetikasa tamin’ny fomba ofisialy. Ho an’ny teny Avaradrano kosa, dia nifantoka betsaka tamin’ny fanadiovana lakandrano ihany koa ny asa, ka 2500m no tafaverina amin’ny laoniny, izay hahafahana manondraka 100ha, ka ny 500m dia ho an’ny velaran-tany 10 ha ho an’Ambohitrarahaba. Ho an’i Sabotsy Namehana, dia 5000 m hahafahana manondraka 400ha ho an’Antsofinondry sy Ambohibary. Tsy adino ihany koa ny eny Ambohimangakely mirefy 2000m ho an’ny tanimbary 8 ha. Distrika 2 izany izao no nisitraka ity tetikasa ity, ka lakandrano 15km no voajary, ary olona hatrany amin’ny 4000 no nistraka tombontsoa tamin’ny tambin-karama hatramin’ny 5000Ar isan’andro.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ianareo no fantatray !

Dia lasa ny saiko ry Jean nandinika fa nadio sahady ny tanàna taorian’ilay sakorobe afak’omaly iny a ! Tsy nadio arak’ilay hevitra mety handraisanareo azy fa nangina sy toa nilamina tampoka teo ny sakoroka.

 Ianareo ve no niasa fa mahagaga ihany a ! Hatramin’izay mantsy toa fiteninareo hatrany ny hoe efa foana ny pesta, efa foana ny delestazy, …  saingy ny teo ihany no teo. Ny tamin’ity indray mitoraka ity kosa toa foana tao anatin’ny iray andro ny tsaho. Mahay ianareo ka ! Aza omena tsiny aho raha mihevitra fa ianareo ihany no fositra sy mety ho anton’ireny fa izahay foana no habadoinareo eto ! Ianareo anie no tena tranon-dainga eto eto e ! Ianareo no mpitady fomba mamohehatra hoenti-manodina ny saim-bahoaka tsy hitodika amin’ny hadalanareo. Iza indray izao no ao ambadik’ireny fakana an-keriny omaly ireny ? Sanatria ve ka natao hanariana dia anay indray ? Aza gaga raha miantefa aminareo hatrany ny ahiahy satria ianareo no mpampiana-dratsy eto ary efa betsaka ny laza ratsinareo ! Tsy adala akory ny Ntaolo nilaza fa “raha indray mandeha no manao ratsy, in’arivo meloka hatrany”. Ianareo no fantatray e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

DisTIM Antananarivo faha-4Ho modely amin'ny fiatrehana ny fifidianana

“Ho modely amin'ny fomba fiasa amin'ny fiatrehana ny fifidianana ny DisTIM na Tiako i Madagasikara ao amin'ny Boriborintany faha-4 eto Antananarivo Renivohitra”,

 hoy ny depiote Randriamandimbisoa Félix omaly nandritra ny fanofanana ny solontenan’ny FokoTIM manerana ny fokontany miisa 32 ao amin'ity Boriborintany ity. Nitarika izany ny depiote sady filohan’ny vondrona parlemantera Tiako i Madagasikara eny anivon’ny Antenimieram-pirenena, Randriamandimbisoa Félix, ny filohan'ny DisTIM, Rakotomanana Gilbert, ny filohan'ny Tanora Tiako i Madagasikara ary ny mpitarika Vehivavy Tiako i Madagasikara. Nisy ny fanentanana ny amin'ny hanamarinana ny lisi-pifidianana ka nitondrana fanazavana ny mikasika ilay adiresy mailaka an'ny CENI na ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana ahafahana manamarina haingana raha voasoratra ao anaty lisitra na tsia. Teo ihany koa ny fijerena sahady ireo ho mpikambana any amin'ny birao fandatsaham-bato toy ny “délégué de vote”, ny mpanaramaso ary ny CLNR. Notsiahivina nandritra ny fiofanana omaly fa hanomboka ny 1 desambra ho avy izao ka hatramin'ny 31 janoary 2018 ny fisoratana anarana vaovao ao anaty lisi-pifidianana, ny 1 desambra ka hatramin'ny 15 aprily 2018 kosa ny fanavaozana ny lisi-pifidianana. Notsindrian'ny depiote Randriamandimbisoa Félix fa “tonga dia miasa isika ary mila miroso mankany amin'ny ara-dalàna hatrany”. “Efa eto ny filoha Marc Ravalomanana izay kandidan'ny antoko Tiako I Madagasikara izay hanara-maso akaiky sy hirotsaka an-tsehatra mivantana amin'ny asa satria mbola vonona hanarina ny firenena ny tenany koa mila tohanana”, hoy hatrany ity olom-boafidy ity.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Tolo-dalàna mikasika ny “Compétitivité nationale”Hatolotry ny depiote Mahazoasy Freddie tsy ho ela

Hanolotra tolo-dalàna iray hodinihana mandritra ity fotoam-pivoriana faharoan’ny Antenimieram-pirenena ity amin’izao faran’ny herinandro izao na amin’ny fiandohan’io herinandro ho avy io ny filoha lefitry ny Antenimiram-pirenena Faritany Antsiranana, ny depiote Mahazoasy Freddie.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomezana kara-panondro maimaimpoanaNanolotra fitaovana 635 tapitrisa ariary ny PNUD

Nanolotra fitaovana mitentina 200 000 dolara na 635 000 000 Ariary ny sampandraharahan’ny firenena mikambana misahana ny fampandrosoana (PNUD) mba hanatanterahana ny tetikasa fanamboarana kara-panondro maimaimpoana amin’ireo distrika 119 manerana an’i Madagasikara.

 

 Ny minisiteran’ny atitany sy ny fanapariaham-pahefana izay tantanan’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly moa no notolorana ireto fitaovana ireto omaly. 900 000 ny olom-pirenena vinavinaina fa hahazo kopia nahaterahana sy kara-panondro hatramin’ny 2018 ka tafiditra ao anatin’ny ezaka izao fanampiana izao. Zava-dehibe ny fananana kopia nahaterahana sy kara-panondro satria izay no hahafantarana fa misy ny olona iray, hoy Rtoa Violette Kakyomya. Nohamafisiny fa tena manan-danja ny fanavaozana indray ny lisi-pifidianana andiany manaraka ny 1 desambra ka hatramin’ny 31 janoary 2018 satria io no fanavaozana atao farany mialoha ny fifidianana.                                                                                                                                                                                                                                                                   Notohizan’ny praiminisitra fa miankina amin’ny fahalavorarian’ny lisi-pifidianana ny filaminana. Ilaina ny kara-panondro sady taratasy tsy maintsy hananan’ny olom-pirenena feno 18 no ho miakatra. Marihina fa tanjon’ny CENI sy ny governemanta ny hamoaka lisi-pifidianana ahitana mpifidy 10 tapitrisa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Famoriam-bahoakaEfa azo atao amin’izay

Ao anatin’ny ady atao amin’ny pesta dia nisy ny fivoriana tsy ara-potoana natao teto amin’ny lapan’i Mahazoarivo omaly tolakandro niarahan’ny mpikambana vitsivitsy avy ao amin’ny governemanta notarihin’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier sy ireo mpiara-miombon’antoka amin’i Madagasikara ara-bola sy teknika.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation inclusive – Trois millions d’enfants vulnérables, scolarisés

L’éducation inclusive avance lentement mais sûrement, à Madagascar. Quelques millions d’enfants ont retrouvé les bancs de l’école, grâce aux efforts déployés.

Réussie. Trois millions d’enfants vulnérables ont été insérés ou réinsérés à l’école depuis l’an 2015. La majorité serait des personnes en situation d’handicap. C’est le fruit de la redynamisation de la plateforme nationale de l’Éducation Inclusive, opérée en juin 2015, selon Mananjaona Ravelonjanahary Arthur, directeur de l’Éducation Préscolaire et de l’Alphabé-tisation, au sein du ministère de l’Éducation nationale (MEN). « Les chiffres sont passés de 1,19 millions en 2014-2015 à 1,26 millions en 2016-2017. En parallèle, des cours de remise à niveau ont permis la réinsertion de plus de cent dix mille enfants. Les résultats obtenus sont encourageants », souligne-t-il. C’était au motel Anosy, hier, dans le cadre d’un atelier visant à la mise en œuvre d’un plan d’action commun en matière d’Éducation inclusive. Il sera applicable dès 2018.Les efforts à déployer sont encore multiples pour assurer que tous les enfants vulnérables soient envoyés sur les bancs de l’école, et aient la même égalité de chance de réussite que les autres enfants de leur âge. Les défis sont énormes. Nous faisons face à un nombre élevé d’enfants vulnérables exposés aux différentes sortes de maladies, à l’absence d’éducation parentale et de sensibilisation qui ne font que renforcer l’exclusion des enfants en situation de handicap.Certaines écoles sont encore réticentes pour les accueillir. Par ailleurs, il y a une faible proportion d’enseignants spécialistes de la pédagogie inclusive, et le matériel et équipements pédagogiques sont insuffisants. Le ministère se focalise maintenant, sur la mobilisation communautaire, pour que leur droit soit respecté.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Préparation aux élections – Neuf cent mille sans droits à inscrire sur la liste é...

À peu près la moitié des voix obtenues par le vainqueur de l’élection présidentielle en 2013 sont sans voix ni droits. Une opération d’octroi de jugement supplétif et de carte d’identité nationale sera lancée.

Titanesque. Neuf cent mille individus situés essentiellement dans les zones reculées sont administrativement inexistants selon le Premier ministre Olivier Solonan­drasana Mahafaly.Pour pallier cette situation, une opération guichet unique pour la délivrance des jugements supplétifs d’acte de naissance et de Carte d’identité nationale, et inscription sur la liste électorale sera lancée incessamment avec l’appui du programme des Nations unies pour le développement. (PNUD). « Cette opération permettra au peuple malgache de jouir de son droit de vote grâce au guichet unique, et permettra à la femme d’obtenir un jugement supplétif, un acte de naissance, une carte d’identité nationale et l’inscription sur la liste électorale. Il est important de donner à chaque citoyen, homme et femme en âge de voter l’opportunité d’exprimer son choix pour l’avenir du pays», avance Violet Kakyomya, Coordinatrice et Représentante résidente du Système des Nations Unies à MadagascarLors de l’une des rencontres mensuelles avec les médias, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ambitionne franchir le cap des dix millions d’électeurs en 2018. À l’issue de la dernière révision annuelle de la liste électorale (RALE 2016-2017), la liste définitive présentée par la CENI fait état de quelques huit millions six cent mille électeurs. Pour atteindre l’objectif, l’opération jugement supplétif et de délivrance de carte d’identité nationale a été présentée comme l’un des objectifs de cette commission en concours avec le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation.

Défi énormeSelon la loi en vigueur, la révision annuelle de la liste électorale commence le 1er décembre et se termine le 31 janvier. Par ailleurs, la clôture définitive de la liste électorale se tient le 15 avril 2018. A moins de quinze jours du début de la RALE, le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation se trouve face à un défi énorme compte tenu du contexte dans les régions. Les observateurs posent la question sur la faisabilité de cet objectif.« Nous déployons nos efforts face à ce défi. J’ai donné des ordres aux chefs district de prendre les mesures nécessaires pour réaliser cela », soutient le Premier ministre.L’obtention et le renouvellement de carte d’identité nationale constitue actuellement un véritable parcours du combattant. À un certain moment, la délivrance de cette pièce d’identité se fait au compte goutte faute d’imprimés. Ainsi, il faut s’armer de patience pour s’en procurer par voie normale.Le Premier ministre, en marge de la cérémonie, a mis en garde contre les agents de l’administration qui abusent de cette situation. « J’ai entendu que certains agents abusent de leur position en percevant plus qu’il ne devrait dans la délivrance de carte d’identité nationale. Je réitère que les frais inhérents à l’obtention de CIN est sans changement c’est-à-dire 200 ariary. Cependant, l’octroi de CIN se fera gratuitement pendant l’opération guichet unique », a-t-il insisté.Le PNUD a procédé à la remise officielle de matériel hier à Anosy. Ce matériel est composé de cent vingt ordinateurs portables, cent vingt imprimantes, un lot de mille six cent cartouches d’encres, deux cent quarante appareils photos et ainsi que des accessoires correspondants.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Rallye International de Madagascar – Hery Be et Fafah en vedette

Hery Be et Fafah ont terminé en tête à l’issue des deux spéciales au stade de Mahamasina, hier. Chez les deux-roues motrices, Fidy et Naina ont dominé les débats.

Rarement, spectacle et efficacité font bon ménage en super-spéciale. Mais Hery Rasoama­romaka, alias Hery Be, et Fabrice Rasata, alias Fafah, ont réussi à combiner les deux, hier, au stade de Maha­masina, durant la première journée du Rallye Inter­national de Madagascar.À bord de la fameuse Mitsubishi Lancer Evolution X N4, le duo Hery Be-Fafah a offert un joli spectacle au public. La qualité de la piste en terre autour du terrain de foot leur a permis de drifter à volonté, régalant ainsi les spectateurs venus en masse.De quoi rajouter du pana­che à leur domination, puisqu’ils ont fini en tête du classement général, au terme des deux épreuves spéciales au programme, avec le meilleur temps de l’ES1 (1min 08,6sec), le deuxième temps de l’ES2 (1min 09,1sec) et un cumul de 2min 17,7sec. « On a offert au public le spectacle qu’il attendait. Mais il faut avouer que les traînées de poussière diminuent considérablement la visibilité, avec deux voitures en formule poursuite sur la piste », a lancé Hery Be en sortant de son baquet.Derrière, Yves Rabarijoely et Lanja « Nitro » Ralambo, vainqueur du dernier rallye en date, ont réalisé le deu­xième chrono de l’ES1 (1min 10,6sec) et le meilleur chrono de l’ES2 (1min 08,5sec), avec leur Subaru Impreza N4.

Beaucoup de plaisirIls ont pris la deuxième place du général avec un cumul de 2min 19,1 sec. Gérard Louvel et Teddy Rahamefy, sur Mitsubishi Lancer Evolution IX N4, ont complété le trio de tête, avec un cumul de 2min 20,8sec.La bonne surprise de la journée d’hier est venue de la Renault Clio M11 de Fidy Rasetarivelo et Naina Rama­ro­mandray. Très propre dans leur trajectoire, ils ont impressionné tout le monde en bouclant l’ES1 en 1min 11,5sec et l’ES2 en 1min 10,8sec, soit un cumul de 2min 22,3sec. De quoi leur assurer le fauteuil de leader chez les deux-roues motrices.Tous les équipages se sont accordés sur une chose, hier, c’est qu’ils ont pris beaucoup de plaisir à s’affronter à Mahamasina, même si quelques-uns ont rencontré des déboires mécaniques. Ils retrouveront le stade municipal ce samedi à 18h45, pour l’ES9. Mais avant, ils auront six spéciales au menu, soit un premier passage sur les portions Andobokely-Antsahatanteraka (11,37 km), Ambohibe-Ambodimanga (22,11 km) et Ambohinome-Ambodifasina (7,77 km) dans la matinée, puis un deuxième passage dans l’après-midi.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Manakambahiny – Un criminel renvoyé derrière les barreaux

Un criminel dangereux, membre d’une « bande de cinq » ayant opéré un braquage à Manakambahiny, a été mis sous les verrous à Tsiafahy, hier.

Attrapé dans les filets de la police et du fokonolona, l’un des cinq braqueurs armés de pistolets automatiques et de sabres a été écroué à la maison de force de Tsiafahy, hier. Une « bande de cinq » a fait irruption dans un épi-bar à Manakambahiny, mercredi soir aux alentours de 18h. Ils ont opéré à visage découvert. Ils ont tiré des coups de feu, selon une source au commissariat du deuxième arrondissement à Ambohijatovo, avant de se servir dans la caisse. Les clients dans le bar se sont couchés à terre pendant la scène qui aurait duré trois minutes, d’après les témoignages obtenus. Fort heureusement, aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. « Deux d’entre eux ont obligé le caissier à sortir les paquets, les trois autres ont brandi leurs armes en menaçant de tirer sur ceux qui se sont trouvés à l’intérieur », a indiqué l’épicier.

CoincéPersonne n’a osé s’approcher du bar, mais les gens ont observé de loin. Le propriétaire du bazar a alerté les voisins avec son sifflet dès que les bandits sont repartis avec leur butin. Prévenus également sur les faits, les policiers de la brigade criminelle (BC) et ceux d’Ambohi­jatovo sont intervenus. Les habitants du quartier et les forces de l’ordre se sont rués vers les malfaiteurs pour les arrêter.L’un des malfrats s’est fait piéger dans la rizière, lors de la course-poursuite. « Coincé avec son sabre, il n’a plus pu continuer son chemin à cause de la fange », a précisé un policier de la BC. Les quatre autres filous ont pu prendre la poudre d’escampette dans les dédales du quartier et se seraient dirigés vers Ambohimiandra, selon les explications. Le braqueur arrêté a passé trente-six heures en cellule à la BC, section 1 à Anosy. Déféré devant le parquet hier matin, il a été placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy.L’investigation policière révèle que cette « bande de cinq » serait l’auteur des hold-up perpétrés dans plusieurs quartiers de la ville, et ce depuis cette année.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Avaradrano et Atsimondrano – Aménagement de canaux d’irrigation

Les habitants des deux districts qui entourent la capitale, se préparent à la deuxième saison rizicole. Des travaux sont réalisés avec l’appui du ministère de la Population.

Promotion de la rizicu-lture. Quinze kilomètres de canaux seront bientôt aménagés dans les districts d’Avaradrano et d’Atsimon-drano. Ces travaux permettront d’irriguer un millier d’hectares de rizières. « Ces chantiers constituent la belle opportunité tant attendue par les riziculteurs qui ont perdu pratiquement deux saisons culturales en raison du manque d’eau. » C’est ce qu’explique la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme dans un communiqué envoyé dans le cadre du lancement des chantiers à Ambohimidasy-Ankadimanga, le 8 novembre, auquel la ministre Onitiana Realy a assisté.Les paysans des deux circonscriptions qui entourent la ville d’Antananarivo ont subi les conséquences du retard des pluies, durant les deux précédentes années.  «La saison a été vraiment mauvaise. Nous n’avons pu repiquer qu’au mois de février, alors que d’habitude, le repiquage se fait en décembre. Les rizières ont tari. C’est pourquoi nous n’avons pu récolter qu’un tiers de la quantité attendue à la moisson», déplore un paysan du district d’Avaradrano.

Quatre mille bénéficiairesDans cette zone, les travaux initiés devront assurer la restauration des canaux pour irriguer les rizières d’Ambohimangakely, de Sabotsy-Namehana, et d’Ankadikely-Ilafy. Dans cette dernière commune, par exemple, les habitants ont restauré deux mille cinq cents mètres de canaux, pour arroser cent hectares. À Ambohi-bary et à Antsofinondry, cinq mille mètres de canaux ont été aménagés pour irriguer quatre cents hectares de rizière. À Ambohimangakely, les habitants ont refait des canaux de deux mille mètres.À Atsimondrano, les travaux consistaient à curer et à remettre à niveau un canal de cinq kilomètres dans la commune d’Ankadimanga. Un renforcement du système de prise d’eau est également prévu au niveau du barrage, au grand bénéfice de mille six cent ménages qui vivent principalement de la riziculture.Par le dispositif « Asa avotra mirindra » sous forme de Haute intensité de main-d’œuvre, quatre mille pères et mères de familles des deux districts ont été mobilisés pendant trois jours pour effectuer les travaux. Ils ont été rémunérés à 5 000 ariary par jour.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Après avoir encensé les œuvres des artisans-artistes de la soie malgache, Tom Andriamanoro s’arrête, le temps d’un article, sur la Conférence de Yalta où Roosevelt et Staline s’imposent déjà comme les supergrands que deviendront leurs pays. Il revient à Madagascar pour parler des villes aux mille clochers, pour terminer sur une note de théâtre en parlant de Landy Vola Fotsy. 

Mode – Douce ou rugueuse, la beauté  est en soie …

Parlons beau, parlons soie, un artisanat aux confins de l’art  qui  a trouvé sa Terre Promise à Madagascar et fait la renommée des artisans malgaches d’un Salon international à un autre.La sériciculture  était déjà  très pratiquée  sous le règne de Radama Ier. Un anglais du nom de Speyer introduisit en 1824, une nouvelle variété de ver à soie de Chine, et donna son nom au produit obtenu. En 1901, l’administration coloniale vulgarisa de nouvelles méthodes de culture de mûriers et d’élevage de vers à soie. Les muraies devinrent propriétés des communautés villageoises afin de mieux motiver ces dernières. En 1903, eut lieu la toute première exposition réservée aux femmes artisanes, et les archives ont retenu qu’il n’a pas été facile de les départager car, au-delà de la diversité des objets présentés, le talent était sensiblement égal chez les participantes. C’est  à cette époque  que l’on commença des essais de croisement de vers. Un siècle plus tard, une certaine fierté nationale se focalisait  sur la soie sauvage malgache aux antipodes des idées qu’on se faisait de cette matière et qu’on croyait immuables. Une participation malgache très remarquée en 2003 à la Foire de Lyon, la ville considérée depuis toujours, comme la capitale du tissage de la soie, tourna au choc des cultures : à ma droite la soie européenne traditionnelle, douce et brillante, à ma gauche la soie écrue malgache à la beauté brute et agressive. Le bilan de l’opération fut on ne peut plus simple : les  Malgaches ont tout vendu…Une descente sur terrain s’impose avant de visiter quelques grands noms de la confection et du commerce de la soie malgache. Dans la région de Manandriana en pays betsileo, l’organisation non gouvernementale « Ny Tanintsika » assiste les paysans producteurs qui se heurtent à un problème de débouchés autres que celui des linceuls où la concurrence du « Tergal » n’est pas facile à supporter. Le village de tisserands le plus visité  y est Soatanàna, à une heure de piste d’Ambositra. « Ny Tanintsika » intervient dans l’intégralité de la filière, de la plantation à la commercialisation en passant par l’élevage. Elle a, par exemple, pris l’initiative d’introduire les machines traditionnelles de confection de fils, les paysans se contentant jusqu’alors de récupérer les chrysalides et de les vendre. Agissant en tant qu’interface, elle les a également mis en relation avec les magasins de mode de la capitale, et a fait connaître leur travail dans les milieux diplomatiques afin de multiplier leurs contacts internationaux.

À côté des métiers semi-industriels, les tisserandes continuentà perpétuer la tradition.

I985 est une date importante, quand le couple Andriamanantena décida de créer sa propre entreprise de confection à laquelle ils donnèrent le nom de Mirado. Un choix qui leur a apparemment porté chance, puisqu’en 1992 le Salon international du prêt-à-porter de Versailles leur permit de se positionner par rapport au marché international. Leur label « Hay Landy » lança la texture alliant soie de culture et soie sauvage, malgré la réticence de certains milieux traditionnalistes qui voulaient  sauvegarder la sacralité de cette matière. La mutation des raisonnements s’avéra heureusement irréversible, et la mise sur le marché  tant international que local d’articles de soie  à forte valeur ajoutée, fut couronnée par le succès rencontré en 1998 à Paris, par les fibres naturelles malgaches. Ce voyage de séduction contribua de façon décisive à libérer la filière de toutes les entraves. Désormais, le tissage serré traditionnel  se mit à côtoyer le tissage lâche, véritable nouveau champ à exploiter pour un tout nouveau style. Une commande de trois cents pièces parvint  à Mirado venant d’Yves Saint Laurent : ce fut une véritable consécration pour la soie malgache, et de nouveaux horizons pour les familles de planteurs et de fileurs dont la majorité était originaire de Mahatsinjo  Antanifotsy sur la route d’Antsirabe.Natacha Ré qui, depuis, s’est délocalisée sous d’autres cieux, est une ancienne de l’Institut national de tourisme et d’hôtellerie d’Antananarivo. Elle  tint un rôle important dans la promotion de la soie, d’une part en tant qu’opérateur touristique dont la maison d’hôte faisait cohabiter en un même lieu une magnanerie, une filature et un atelier de tissage. Sur le plan intellectuel, Natacha Ré collabora avec le Centre  d’information technique ( CITE) pour faire paraître le premier manuel sur le tissage traditionnel, l’objectif étant que le savoir-faire ancestral ne relève plus seulement de la tradition orale.L’énumération serait longue, alors choisissons de terminer avec un autre grand nom  qui a également choisi l’expatriation sans pour autant rompre avec la soie malgache : il s’agit de Noelisoa Ravelonanahary, Nanou de son nom d’artiste, qui tenait la boutique haut de gamme « Maîtrise de soie ». Même si elle travaille indifféremment sur les deux types de soie, celle d’élevage et la soie sauvage, Nanou n’a jamais caché sa préférence pour cette dernière. Elle se souviendra également  à jamais du tournant qui l’a définitivement mise sur la « route de la soie ». C’était au début des années 80 quand, pour aller au bureau, elle avait mis une robe qu’elle avait confectionnée elle-même dans de la soie écrue, synonyme de linceul, donc de mort. Tous les collègues s’écartaient : « Ne nous touche surtout pas !» Le directeur, un étranger, était fort heureusement d’une autre culture, et il trouva la robe très jolie.  Les dés étaient jetés…

La cathédrale Immaculée Conception d’Antananarivo.

Foi – Record mondial du nombre de… clochersFaut-il l’attribuer à Antanàna Ambony, les vieux quartiers de Fianarantsoa ou, à une échelle plus vaste, carrément à Antananarivo ? Dans les deux cas, le record restera propriété de la chrétienté  malgache au terme d’une belle histoire qui a commencé au XIXe siècle, quelque part au Sud du Pays de Galles, quand le directeur d’un institut de formation de prédicateurs demanda à ses élèves s’il y  avait  parmi eux des volontaires pour Madagascar. David Jones se leva, immédiatement imité par Thomas Bevan. Leur culte d’adieu fut suivi par plus de cinq mille personnes et on y prononça pas moins de sept sermons.L’extraordinaire histoire de l’évangélisation de Madagascar connut ses heures les plus sombres sous la très nationaliste reine Ranavalona Ire, laquelle sentait se profiler des velléités de colonisation de  la part des grandes puissances. La persécution laissa à l’histoire du christianisme malgache plusieurs noms, dont ceux de Rafaravavy Marie, sauvée du culte des idoles par la lecture d’Esaïe 44 et contrainte à la clandestinité, Paul le devin qui finit décapité, Rainiasivola, précipité du haut des falaises d’Ampamarinana, ou la plus connue, Rasalama, exécutée à coups de lance à Ambohipo. Il y eut aussi Ranivo, une splendide jeune fille de 16 ans, rayonnant tellement de  beauté que le bourreau  n’eut pas le courage de la mettre à mort. Il se contenta de la gifler après l’avoir vainement enjointe de renoncer à la « religion des  vazaha » et la remit à sa famille sur ces mots: « Emmenez-moi cette folle, et  que je ne la revoie plus ! »Quatre Memorial Churches en pierres de taille furent construits à la mémoire des martyrs : Ambatonakanga (1867), Ambohipotsy (1868), Faravohitra (1870), Ampamarinana (1874).  La ville de deux millions d’habitants est aujourd’hui constellée d’édifices avec leurs clochers semblant indiquer la seule voie du salut, mais qui apparemment ne suffisent plus : plusieurs jours dans la semaine, des établissements normalement dévolus à d’autres utilisations et même des terrains vagues  se transforment en autant de lieux de culte des « Églises cadettes » où la chaleur de l’adoration prend le dessus sur la rigueur des rites. Alléluia

Histoire – Yalta : Et les Grands redessinèrent le Monde

La Conférence de Yalta, une petite ville de Crimée, est une des plus importantes dates de la Seconde Guerre Mondiale. Un véritable paradis pour les poux, c’est là la description idyllique faite des lieux par Sir  Winston Churchill qui n’est pas britannique pour rien. Quant à la  Conférence elle-même, elle n’a pas meilleure allure avec l’absence du moindre ordre du jour. Les rangées de la  délégation américaine offrent un visage tragique : Roosevelt est presque mourant avec ses mains tremblantes, ses cernes, et son cou ressemblant à celui d’une momie égyptienne. Près de lui, Harry Hopkin est si malade qu’il faut littéralement le porter à la table de conférence pour le recoucher immédiatement après son intervention. Malgré son état physique, Roosevelt trouve encore les ressources pour faire la morale à Churchill qu’il soupçonne d’être encore plus impérialiste que Staline : « Winston, vous avez dans les veines quatre cents ans de conquête. Mais une nouvelle période de l’histoire du monde est ouverte, et vous devez vous y adapter. Je ne puis admettre que nous combattions l’esclavagisme fasciste, et qu’en même temps nous refusions d’affranchir tous les peuples vivant sous un système colonial. La paix ne devra tolérer le maintien d’aucun despote. » Le despote, c’est l’Anglais, prisonnier de son passé. Le Russe, malgré les réserves qu’il peut susciter, est un homme de l’avenir, un émancipateur. Concernant l’idée d’une Organisation des Nations Unies, Staline accepte d’y adhérer si on octroie une voix à chacune des seize Républiques soviétiques. Un caprice refusé, mais compensé par des concessions sur d’autres terrains.

(De g. à dr.) Le Premier ministre britannique, Winston Churchill, le président américain Franklin Delano Roosevelt et  le secrétaire général du Parti communiste soviétique, Joseph Staline, durant la  Conférence des Alliés à Yalta, du 4 au 11 février 1945. 

Les séances se suivent et se ressemblent. Jamais une conférence internationale ne s’est déroulée dans une  pareille incohérence. Roosevelt et Staline s’imposent déjà comme les Supergrands que deviendront leurs pays. À la fin, Churchill ne lutte plus que pour la forme. Il sait que le monde sortira de la guerre plus divisé que jamais. Le vieux lion ose quand même un coup d’éclat face  à l’Américain et au Russe : « De nous trois, je suis le seul qui puisse à tout moment être renversé par les représentants de mon pays, et j’en suis fier. ».Dans ce jeu d’échecs sans merci, des alliances se renforcent, telle celle de la France et de la Grande-Bretagne, cette dernière qui a déjà promis en 1940 en pleine tourmente : « We shall restore France in her dignity and greatness.»  Ceux qui regardent l’Europe en ce mois de février 1945 voient des ruines matérielles. Les plus perspicaces en voient  d’autres plus graves encore : les ruines politiques qui, après le silence des canons, submergeront le monde.Le  cas de la Pologne accapare l’attention des pays participants. À Churchill pour qui, l’intégrité territoriale polonaise, sa liberté politique, sa restauration intégrale sont une question d’honneur, Staline  rétorque que pour l’URSS, la Pologne est une question de vie ou de mort. Tout le monde a compris qu’il  voulait, ni plus ni moins, en faire un satellite, un pays bouclier inféodé au totalitarisme soviétique. Ce qui est vrai pour la Pologne l’est aussi pour tous les autres pays d’Europe de l’Est, balkaniques et danubiens. Staline est d’un réalisme à toute épreuve : Pour lui les armées portent avec elles l’idéologie des nations auxquelles elles appartiennent. Tout ce qui aura été libéré par le drapeau rouge sera  rouge. Le reste, provisoirement, ne l’intéresse pas…

Rétro pêle-mêle

Le théâtre humanitaire à travers Landy Vola Fotsy. Un nom est indissociable du théâtre malgache des années 90  et de la première décennie 2000 : celui de Landy Vola Fotsy, managé par Doly Rakotovao, un ancien de Bordeaux où il a fait ses études de philosophie au lendemain de Mai 68. Il en a gardé une aversion viscérale pour l’embrigadement politique, et une ouverture sur toutes les cultures sans pour autant renier la sienne. À preuve, il a osé programmer « Le Roi et l’oiseau » de Prévert à… Ambovombe (région Androy)  en mode  ciné-théâtre : il s’agit, en quelque sorte, de couper la bande son d’un film et de confier tout ce qui est  bruitage, musique, et dialogue à des comédiens évoluant en live.

Un acteur de Landy Vola Fotsy descendant dans la salle pour jouer au milieu des spectateurs.

À partir de 1995, Landy Vola Fotsy ajoute le théâtre « humanitaire » à son… arc, véhiculant à un public rural souvent analphabète des messages sur l’hygiène, la fréquentation des Centres de santé, la scolarisation… Mine de rien, il faut des trésors d’imagination pour espérer atteindre ses cibles. En retour, les comédiens sont logés chez l’habitant, et « payés » en partageant  la table, pardon, l’humble natte des paysans.Cultivant ses relations extérieures, il entretient des échanges notamment avec le Centre dramatique de La Réunion, la Compagnie Vincent Colin de Paris, ou le Collectif 12 de Mante-la-Jolie. Correspondant de France 3 pour l’émission  « Faut pas rêver », Doly a personnellement participé à de nombreux  reportages sur des sujets aussi divers que Bemaraha, les  pêcheurs Vezo, le taxi-brousse, ou les filles de joie qui « dansent sur un volcan sans le savoir ».  Cet infatigable travailleur se définit  comme « un fainéant qui adore aller à la pêche et déteste les urgences ».

Lettres sans frontières

L’Encyclopédie (1751)In  Tome 1

L’autorité politique

Aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres. La liberté est un présent du ciel, et chaque individu de la même espèce a le droit d’en jouir aussitôt qu’il  jouit de la raison. Si la nature a établi quelque autorité, c’est la puissance paternelle. Mais la puissance paternelle a ses bornes et, dans l’état de nature, elle finit  aussitôt que les enfants seraient en état de se conduire. Toute autre autorité vient d’une autre origine que la nature.La puissance qui s’acquiert par la violence n’est qu’une usurpation et ne dure qu’autant que la force de celui qui commande l’emporte sur celle de ceux qui obéissent ; en sorte que si ces derniers deviennent à leur tour les plus forts, et qu’ils secouent le joug, ils le font avec autant de droit et de justice que l’autre qui le leur avait imposé. La même loi qui a fait l’autorité la défait alors : c’est la loi du plus fort.Quelquefois l’autorité qui s’établit par la violence change de nature. C’est lorsqu’elle continue et se maintient du consentement exprès de ceux qu’on a soumis. Mais elle rentre par là dans la seconde espèce dont je vais parler. Et celui qui se l’était arrogé, devenant alors prince, cesse d’être tyran.La puissance, qui vient du consentement des peuples, suppose nécessairement des  conditions qui en rendent l’usage légitime utile à la société, avantageux à la république, et qui la fixent et la restreignent entre des limites. Car l’homme ne  peut ni ne doit se donner entièrement et sans réserve à un autre homme, parce qu’il a un maître supérieur au-dessus de tout, à qui seul il appartient en entier : c’est Dieu dont le pouvoir est toujours immédiat sur la créature, maître aussi jaloux qu’absolu, qui ne perd jamais de ses droits et ne les communique point. Il permet, pour le bien commun et le maintien de la société, que les hommes établissent entre eux un ordre de subordination, qu’ils obéissent à l’un d’eux. Mais il veut que ce soit par raison et avec mesure, et non pas aveuglément et sans réserve, afin que la créature ne s’arroge pas les droits du créateur. Toute autre soumission est un véritable crime d’idolâtrie.

Photos (sauf spécifiée) : Archives personnelles de Pela Ravalitera – AFP.

 

L'express de Madagascar0 partages

Action sociale – Une levée de fonds pour des œuvres caritatives

L’Inner Wheel club d’Antananarivo organisera son énième levée de fonds au bénéfice des plus démunis, au Carlton Anosy, le 18 novembre. Ce club se consacre à appuyer les mères et les enfants en difficulté, à l’éducation et à l’autonomisation des femmes.« Tous les bénéfices obtenus seront consacrés à la réalisation des  œuvres sociales du club », souligne ce club féminin au service des plus démunis, dans un communiqué, hier.Depuis une dizaine d’année, l’Inner Wheel club d’Antananarivo, travaille avec une cinquantaine d’exposants et d’autres sponsors, pour faire découvrir à tous, la joie de participer à une œuvre sociale d’un côté, et de découvrir des merveilles pour embellir son Noël, de l’autre côté.Le haut de gamme des œuvres des artisans de Madagascar, à savoir, linge de maison,  articles de broderie, bijoux, accessoires de mode et parfumerie, mode enfantine, aura sa place dans ce salon. La beauté et coiffure, les soins du visage et du corps avec les meilleurs produits d’ailleurs, et de la terre malgache riche de ses plantes médicinales et huiles essentielles, seront au rendez-vous. La Caverne d’Ali Baba recèlera aussi des livres et des jeux de société, pour enfants et adultes.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Mily Clément revient à la charge… pour l’environnement.

Voilà déjà vingt-cinq ans que Mily Clément a tiré la sonnette d’alarme avec son tube « Mandrora mantsilany ». Cette chanson sensibilise les gens sur les problèmes liés à la déforestation. 

La musique reste le meilleur moyen pour sensibiliser les gens et faire passer un message important. Mily Clément revient en force avec un titre plus percutant car la nature se détériore considérablement. Il s’en est inspiré et a sorti quelques titres pour conscientiser tout le monde face aux dangers imminents qui vont causer des dégâts presque irréversibles. « Mandrora mantsilany», voulant dire « Ça va se retourner contre toi », est sorti en 1993, et prend l’allure d’une campagne pour la sauvegarde de l’environnement. La situation empire de jour en jour. Ce problème s’avère loin de trouver une solution adéquate.Le pionnier du salegy ne baisse pas les bras et s’arme de ses talents pour revenir à la charge dans le  but de préserver les richesses considérables que sont nos faunes et flores. Un nouveau titre,  plus percutant pour réitérer ce même thème, sortira dans le courant de la semaine prochaine. Son contenu parle, cette fois-ci, de l’environnement maritime comme il le définit.« Ce titre n’est pas destiné à la vente. Le but consiste à le partager au maximum pour faire passer le message. Moi, en tant qu’artiste, je ne dors pas sur mes lauriers même si on ne me voyait pas souvent sur les scènes de la capitale. Je continue de me produire dans les établissements à haut standing dans les quatre coins de la Grande île, et je crée en permanence. Je pense sortir un nouveau titre par an. Tout est déjà mis en boîte, il suffit d’appuyer sur un bouton pour les faire sortir », a-t-il expliqué.

LIVEMily Clément en live. Beaucoup de gens l’ont rêvé, et l’Ivenco l’a fait. Le pionnier du salegy va enchanter plus d’un, ce samedi11 novembre, sur la scène du Kudéta à Anosy avec ses tubes entraînants, qui portent en général, sur la protection de l’environnement. Il va dévoiler ses nouveautés, pour l’occasion. Une bonne vingtaine de titres composera son répertoire, et la soirée se fera en deux parties. « J’ai eu la chance d’avoir le groupe TGC sur scène pour cette soirée. Mes titres connus prendront une autre touche plus jazzy, et seront joués avec des instruments à vent. Ces gars jouent majestueusement. Donc, je promets un moment qui va être sublime aussi bien pour moi, pour l’ambiance et surtout pour tout le public. Il faut venir nombreux. On va faire la fête.  la Je préfère mettre le feu sur scène, à ma façon, mais pas dans la brousse comme le font certains », conclut l’interprète de Banja Malalaka.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Projet de loi de finances – Le CCOC dénonce un retard

Le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyen­nes (CCOC) réclame la publication du Projet de Loi de Finance (PLF) 2018 dans un communiqué d’interpellation. Il se dit inquiet du retard de la publication du PLF cette année. Selon le CCOC, « dix jours après la date limite légale de dépôt du projet de Loi de Finances (PLF) 2018, ce dernier n’est toujours pas accessible au public, au moins sur Internet ». En se référant sur « Les normes internationales de transparence budgétaire », le Collectif des Citoyens et des Organisations Citoyennes  avance que la mise à disposition du PLF au public doit se faire au moins trois mois avant le début de l’année concernée, soit en octobre.« La société civile n’a eu de cesse depuis trois années de suite de réclamer la disponibilité du PLF bien en amont afin que les citoyens puissent s’exprimer et en débattre avant son dépôt auprès du Parlement », selon le CCOC. Pourtant, cette organisation de la société civile reconnaît que le gouvernement a fait des progrès en publiant le PLF de 2017 de justesse, fin octobre 2016. « Le gouvernement avait fait des efforts dans ce sens et avait publié le PLF2017 en même temps que lors de son dépôt à l’Assemblée Nationale, le 31 octobre 2016 », selon le CCOC.Malgré cela, le retard de cette année semble préjudiciable d’après cette entité. Le CCOC dénonce ainsi « l’impossibilité pour les citoyens et les OSC d’analyser le PLF, d’émettre leurs recommandations et ainsi mieux interpeller les parlementaires et la mauvaise perception des citoyens de la transparence ». Le CCOC atteste également que l’intérêt des populations guide  l’examen et le vote des parlementaires. En ce sens, il encourage l’État à continuer de progresser « pour la transparence et la redevabilité qui sont des droits pour les citoyens et des outils incontournables pour nous permettre d’avancer vers un développement inclusif et pérenne ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket Fiba 3×3 – L’équipe malgache récompensée 

L’équipe nationale accueillie en héros. Lors de la réception de ce jeudi soir au CEMES Soanierana, la fédération malgache de basketball 5FMBB) avec ses partenaires ont félicité et récompensé la délégation malgache qui a défendu les couleurs nationales au premier championnat d’Afrique de basketball Fiba 3×3.L’édition inaugurale de cet Afrobasket Fiba 3×3 s’est tenue à Lomé Togo du 3 au 5 novembre. Sur les douze pays en lice, Madagascar a fini troisième derrière le Nigeria et la Côte d’Ivoire à ce sommet continental du basket à trois. Un podium sur la scène africaine en basketball est synonyme d’un exploit pour les dirigeants de la fédération et ses partenaires.« Le basket 3×3 est un levier du développement du basket à 5, et c’est ainsi que depuis deux ans, la fédération a décidé de se concentrer sur sa promotion », souligne le président de la fédération, Jean Michel Ramaroson. Outre la médaille de bronze du championnat du Fiba 3×3, Elly Randria­mampionona a réalisé un doublé en remportant le titre de champion en concours de tir à trois points et étant également meilleur marqueur du championnat avec 46 réalisations. « Il a été confirmé que l’entraînement en basket 3×3 devrait être axé sur le travail d’agilité, d’adresse et d’endurance… Et les joueurs ont bien suivi les consignes », se réjouit Jean de Dieu Randrianarivelo alias Deda, satisfait du résultat.

Madagascar candidat« C’est une fierté d’avoir toute l’équipe médaillée et d’avoir parmi nous le meilleur joueur du continent. Nous allons continuer à accompagner le basketball car ce n’est que le commencement pour de belles », a déclaré pour sa part Matthieu Macé, directeur général adjoint de Telma Madagascar. Pour récompenser les joueurs, le partenaire numéro un de la fédération a offert à chacun un téléphone 4Gen avec un an de connexion internet.Avec les six Afrobasket organisés sur le sol malgache depuis 2009, « Madagascar peut prétendre sans soucis à accueillir la deuxième édition du championnat d’Afrique de Fiba 3×3, mais la Fiba Afrique préfère en cette période de sa promotion que le pays hôte serait accessible facilement à tous les pays participants. Mais on peut tout de même postuler », a avancé le président de la FMBB. En parlant d’organisation de compétition internationale et pour la continuité de la promotion de la relève, Jean Michel Ramaroson a déjà avancé que la Grande Ile sera candidate pour l’organisation de l’Afrobasket U18 garçons en 2018, après la version 2017 à l’île Maurice.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Poule des As – Vers une finale  CNaPS Sport-Elgeco Plus

CNaPS Sport Itasy et Elgeco Plus Analamanga se disputeront la couronne nationale, ce dimanche, lors de la troisième et dernière journée de la phase retour, en Poule des As. Les deux clubs sont les seuls à pouvoir encore prétendre à la victoire finale.Ils comptent respectivement quinze et douze points, à l’issue de la deuxième journée d’hier, à Fianarantsoa. Et ce, après avoir disposé du HZAM Alaotra Mangoro (3-0) et du Cosfa Analamanga (6-2).Dimanche donc, le stade Moderne d’Ampasambazaha assistera au sacre de l’une de ces deux équipes. D’un côté, le champion de l’Itasy n’a besoin que d’un match nul, pour s’assurer d’un cinquième titre d’affilée.De l’autre, le champion d’Analamanga est dans l’obli­gation de s’imposer. Cette situation rappelle l’édition 2013 de la compétition. Les positions étaient inversées à l’époque. Elgeco Plus, encore associé à l’AS Saint-Michel à ce moment-là, pouvait se contenter d’un résultat de parité pour être sacré.Et il était en bonne voie pour décrocher le seul petit point qui lui manquait dans l’ultime rencontre, quand un but de Njiva à la 82e minute a tout changé et a offert le titre aux Caissiers.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un collégien arrêté dans la salle de classe

Un garçon de 14 ans, classe de troisième s’est fait arrêter par la police municipale dans sa salle de classe, hier matin à Sambava pour vol à la tire. Il a fait main basse sur le sac à main d’une vendeuse, avant d’entrer à l’école. La victime a, dans la foulée, alerté la police. Une somme de 50600 ariary a été saisie sur ce collégien.

L'express de Madagascar0 partages

Mission de la BAD

Une mission du groupe de la Banque africaine de développement  (BAD), conduit par son vice-Président Amadou Hott, effectue en ce moment , une visite dans la Grande île. L’équipe a rencontré hier Vonintsalama Sehenosoa Andriambo­lolona, ministre des Finances et du budget, et non moins gouverneur du groupe de la BAD à Madagascar. Les deux parties ont pu effectuer une suivie-évaluation de l’appui du Groupe de la BAD à Madagascar, et particulièrement leur soutien au secteur de l’Énergie, qui revêt une grande importance pour le développement socio-économique du pays.

L'express de Madagascar0 partages

Anosy – CATI s’installe à Taolagnaro

Un nouveau souffle pour la génération entrepreneure. Afin de stimuler l’innovation et la créativité dans la région Anosy, un Centre d’appui à la technologie et à l’innovation ou CATI a été mis en place à Taolagnaro. C’est le troisième installé dans la Grande île, après la Haute-Matsiatra et la direction centrale à Antananarivo.Le centre a pour vocation d’aider tout type d’entreprise dans leur phase d’expansion. À travers la bibliothèque numérique, les entrepreneurs peuvent accéder aux informations technologiques et scientifiques de qualité, qui facilitent l’identification des inventions et des innovations dans le monde.C’est le Centre d’affaires régional d’Anosy (CARA) qui héberge le CATI. «Les deux structures ont le même objectif, à savoir la promotion du secteur privé. Le premier est spécialisé dans l’accompagnement et la création des entreprises,  tandis que l’existence du second dans la région renforcera les activités du centre d’affaires et permettra aux entreprises et entrepreneurs, accompagnés par celui-ci, de suivre une trajectoire ascendante. En outre, les opérateurs peuvent développer leurs activités en augmentant leur valeur ajoutée tout en créant des emplois», évoque le responsable au sein du CARA.Le Centre d’appui a été inauguré avec le nouveau bâtiment du Centre d’affaires décoré avec la couleur rouge par le ministre du Commerce et de la consommation et celui de la Communication et des relations avec les Institutions ainsi que le directeur de cabinet du ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

La peine de mort, c’est combien de morts ?

Condamner à mort. La peine capitale. Il n’y a pas si longtemps, cette idée n’était pas aussi barbare que les journalistes et médias politiquement corrects veulent bien le faire accroire. Sachant, cependant, que cette «bulle» est largement européenne, il nous faut créer une «cellule psychologique» de remontée dans le temps.Depuis mai 1945, quand, où, par qui, a été décidée cette générosité inédite ? Au sortir de la seconde guerre mondiale, les Juifs rescapés des chambres à gaz n’avaient en tête que de se venger des Mengele et consorts. Le tribunal de Nuremberg avait condamné des nazis à mort. Les Européens de l’Est, fortement encouragés par le nouveau parapluie soviétique, en profitèrent pour chasser les populations allemandes (post-Scriptum : un reflux dramatique, depuis «l’Oural» symbolique du général de Gaulle jusqu’à l’Oder-Neisse des marchandages germano-polonais, qui ouvre un autre débat à propos du «droit au retour», concernant les «Aussiedler», ces descendants des 100.000 Allemands qui, en 1763, ont répondu à l’appel de la Tsarina Catherine II, elle-même d’origine allemande, pour s’établir sur les bords de la Volga : Allemands en Russie d’avant la chute du Mur de Berlin, 1989, malheureusement Russes dans l’Allemagne des années 2000).L’Europe a donc entamé son voyage pyscho-thérapeutique, dont on sait le départ, sans être jamais fixé sur l’arrivée. Le «plus jamais ça», Der Des Der, avait été décrété pour 14-18 avant que 39-45 vint nous rappeler à quel point de fragilité nous autres civilisations sommes mortelles, mais terriblement mortifères d’orgueil individuel. Finalement, cependant, ces épreuves-là, de génocide, de destruction, de barbarie, jamais, ici, à Madagascar, nous ne les avions vécues. Les soldats malgaches, engagés ou volontaires, n’avaient pas tant raconté pour créer un substrat de peur ou de colère, même d’empathie.La question : pourquoi Madagascar devrait s’aligner sur les conséquences d’une cause qui ne l’a jamais concernée ? La magnanimité des uns procède d’une histoire qui ne regarde pas les autres. Si l’Europe devait culpabiliser pour le génocide des Juifs, pour le massacre des Amérindiens, pour l’esclavage des Africains, pourquoi Madagascar devrait en porter le fardeau moral ?Le mécanisme de la reconnaissance comme PMA (oui, «pays moins avancés», c’en est financièrement une), avec son atteinte du point d’achèvement dûment contrôlée par Bretton-Woods, l’octroi des IDE (investissements depuis l’étranger), a certainement été décisif pour faire accepter aveuglément par l’Assemblée Nationale malgache (combien de députés ont honnêtement lu le texte ?) de l’abolition de la peine de mort.Presque en post-scriptum : Kidnapping, viol, viol de sépulture, meurtre crapuleux, tortures, récidive, récidive… Une question à méditer : est-ce normal qu’un propriétaire de camion de 90 places, dont la visite technique avait tellement expiré qu’elle n’existait plus, puisse embarquer 140 personnes à son bord ; sans compter le fret sans nombre ; le constater perdre le contrôle de cet improbable engin, qui avait cessé d’appartenir à aucune catégorie nomenclature sérieuse des transports publics ; lui laisser faire mourir une trentaine d’enfants, de femmes, et d’hommes ; s’en tirer avec dix ans de prison et une amende ? Comme je le résumais, dans une précédente Chronique du 2 août 2017 : «il n’existe aucun autobus à double étage pouvant accueillir 100 sièges. La pasteur rescapée de l’accident affirme cependant qu’ils étaient 140 personnes à bord. Ce 1er août 2017, aucun gendarme ni policier n’aura remarqué le surbooking, entre Ampefy et Ankazobe, en quinze heures de route, sur deux routes nationales différentes»…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar0 partages

Divertissement – « Family Chef Caprice » illustre une gastronomie familiale

Un événement à part convie grands et petits à entamer, comme il se doit, les fêtes de fin d’année dans la capitale. « Family Chef Caprice » se découvre, prenant l’aspect d’un concours festif et convivial, il s’agit là d’une nouvelle trouvaille du Groupe Star pour rassembler le grand public autour du thème de la famille et de la gastronomie. Au-delà de la haute gastronomie dont regorge la gastronomie malgache,« Family Chef Caprice », quant à lui, se veut plus chaleureux et populaire en conviant principalement la famille en général, à participer au concours. Si en vous sommeille donc, l’âme d’un grand cuisinier, libre à vous de convier tous les membres de votre famille à se joindre à vous et à partager les saveurs de vos plats favoris au public.Ayant officiellement débuté hier, le concours prendra vie à travers les réseaux sociaux, notamment sur la page facebook « Caprice Madagascar » et sur la chaîne Youtube du Groupe Star. Jusqu’au 19 novembre, chaque famille concurrente doit ainsi envoyer les recettes de ses plats aussi savoureux et surprenants les uns que les autres.  Ces derniers doivent refléter l’esprit des fêtes de fin d’année, à la page « Caprice Madagascar » en même temps que la recette d’un cocktail inédit à partir des boissons estampillées Caprice.Une sélection de la part d’un jury de professionnels de la gastronomie ainsi que des responsables au sein du Groupe Star, s’ensuivra. Le 29 novembre, les sélectionnés participeront à un tournage vidéo durant lequel ils réaliseront chacun leurs plats. Par la suite, du 8 au 14 novembre, un voting public se fera sur les réseaux sociaux, après la publication des vidéos des concurrents. La famille lauréate du concours sera primée le 15 décembre. Suivant le leitmotiv de Caprice, « Apportons de la douceur à la vie », ce concours promet d’enjouer un public de tous âges.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Marché – Les articles de décoration  de Noël apparaissent

Un avant-goût de Noël. Même si on n’est qu’au mois de novembre, des articles de Noël font déjà leur apparition sur quelques marchés et boutiques de la capitale. Des peluches de Père Noël, des guirlandes, des boules, des chapeaux, tout ce qui peut vous mettre au parfum de la fête de Noël émerveille déjà les yeux. Mais en ce début du marché de Noël, ces articles restent encore chers et inabordables. « Parfois il existe dans des balles entières de friperie pour des articles de décoration pour Noël, et la plupart provient de Chine. Peu d’articles sont déjà arrivés et peu de marchands optent pour la vente d’articles de Noël, pour le moment. Beaucoup d’articles vont encore venir », explique Norotiana, marchand à Besarety.Les peluches coûtent jusqu’à 25 000 ariary. Les autres articles comme les guirlandes et les boules, varient de 5 000 à 15 000 ariary. Des cadeaux spécialisés se trouvent aussi dans certaines boutiques. Malgré la présence de ces articles, les gens ne peuvent pas les acheter car ils se trouvent en difficulté par rapport à la hausse des prix des denrées alimentaires et du coût de la vie en général. « J’ai fait un stock en charbon de bois aujourd’hui car je crains bientôt une hausse générale des produits de première nécessité, si ce n’est pas déjà le cas », annonce Léontine Ratsimbazafy, mère de famille.Au niveau des habillements, les marchés d’Andra-voahangy et d’Ambodin’Isotry sont encore très calmes. Les vendeurs de tissus affirment que cela est dû à l’épidémie de peste ainsi qu’ la période de soudure qui s’annonce rude.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Tentative d’escroquerie

La police est à présent sur les traces d’une troupe d’Indiens qui se sont fait passer pour des démarcheurs de Smartphones à Anosy, Analakely et Talatamaty. Des victimes ont révélé que les arnaqueurs jouent au passe-passe avec leurs produits. Ce groupe d’escrocs vend un portable à 1,2 millions  d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Le salon de l’habitat redémarre

Cette fois-ci, ce sera le bon. La 19e édition du salon international de l’habitat à Madagascar se tiendra finalement du 16 au 19 novembre, au Forello Expo à Tanjombato. Pour des raisons de précaution sanitaire relatives à l’épidémie de peste, l’organisation de cet évènement n’a pas eu lieu à la date initialement prévue. Les organisateurs ont du le reporter pour les dates ci-dessus.

L'express de Madagascar0 partages

Le choix du voile

Dans de multiples cultures de tous les temps, les femmes se sont voilées. Dans beaucoup de religions, la femme se voile. Que ce soit d’une manière intégrale sur le corps, ou un bout de dentelle sur la tête, ce n’est que la forme, la couleur, le tissu, la largeur qui diffère. De l’Afrique en Europe, d’Asie aux États-Unis, le voile a une signification particulière.Les chercheurs comme Odon Vallet affirment que l’apparition de la coutume pour les femmes de se voiler n’est pas précise dans le temps. En tout cas, le voile, dit aujourd’hui islamique, serait antérieur de plus d’un millénaire au prophète Mohammed. Dans les écrits, la première mention de son port obligatoire remonterait aux lois assyriennes attribuées au roi Téglat Phalazar Ier, vers l’année 1000 avant J.C. Cette injonction est faite « aux filles, aux épouses et aux concubines d’hommes libres, ainsi qu’aux prostituées sacrées mariées. Ces femmes voilées ne devaient pas être touchées, alors que les femmes non voilées (esclaves, prostituées non sacrées ou non mariées) ne disposaient d’aucune protection de leur corps ».Pour la religion chrétienne, le voile se remarque au temps des Romains. Les vierges de l’Église primitive auraient porté des voiles. De nos jours, ce sont les religieuses catholiques que l’on remarque le plus. Mais dans d’autres branches du christianisme et dans le catholicisme lui-même, les croyantes se voilent également de multiples manières. Au moment de la première communion et la confirmation, les jeunes filles peuvent aussi être voilées. Notons également sa signification particulière pour la mariée.Seulement, de tous, le voile dit musulman fait beaucoup plus parler de lui. De nombreux hommes et femmes politiques occidentaux affirment ou suggèrent que la plupart des femmes voilées seraient victimes de pression. Le port du foulard des musulmanes serait la conséquence de contraintes. Il est donc important de poser la question aux deux principaux concernés : le Coran et la femme musulmane. Plusieurs connaisseurs disent que le port du voile n’a jamais été une obligation coranique. D’autres devoirs sont par contre bien explicites pour les pieux. Il s’agit des cinq piliers de l’Islam notam­ment le jeûne du ramadan et les cinq prières quotidiennes. Marqueur social, attribut de pudeur, ce tissu a une signification forte et engagée.Qu’en dit la femme musulmane ? Après avoir enlevé ses basquettes, son pantalon jean et sa casquette, la belle mauritanienne se prépare à sa prière du midi. Après s’être soigneusement lavée, elle déroule une étoffe rose qu’elle s’enroule autour du corps. De la tête aux pieds, le tissu lui recouvre intégralement sauf une partie de son visage. Le lendemain, la revoilà, en tenue locale avec un petit foulard en guise de voile sur sa tête. Au moment de la prière, elle reprend son rituel de mutation vestimentaire. Le voile dit-elle est une chose entre elle et son Dieu. Ni plus ni moins. Il en serait de même pour la grande majorité des femmes qui ont choisi de se voiler. Car, contrairement à ce que l’on veut faire croire, le voile est un choix, un style, un engagement.Le respect commence par se donner une ouverture d’esprit afin de comprendre l’autre et lui donner la liberté de choisir en quoi il croit et ses symboliques.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Un filou placé en garde à vue

Un jeune homme de 24 ans est tombé dans la nasse des policiers de patrouille, avant-hier à Antsalovana, près de l’arrêt de bus de Mahitsy. Il venait de plumer le pigeon et de mettre le grappin sur le réticule d’une dame lorsqu’il a été poursuivi par le fils de la victime. Le filou a été placé en garde à vue au poste de police d’Antaniavo.

Midi Madagasikara0 partages

Code électoral : 73 partis saisissent la communauté internationale

Le « Groupe de Colbert » passe à une nouvelle étape pour contraindre l’Exécutif à mener un processus inclusif et participatif pour un nouveau code électoral accepté par tous.

Troisième réunion hier pour les parties politiques et les entités de la société civile qui revendiquent un code électoral et des règles du jeu acceptés par tous. Ils étaient 73 au total à avoir réagi à la déclaration du premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, selon laquelle le gouvernement n’est pas obligé de soumettre à l’examen de ces partis politiques et de ces entités de la société civile l’avant-projet de loi sur le Code électoral. « S’ils (partis politiques et entités de la société civile) veulent exprimer leur opinion sur cet avant-projet de texte, qu’ils agissent au niveau du Parlement. Leurs avis ont été déjà demandés lors de l’atelier de restitution des travaux du comité interministériel qui a été organisé au Carlton le 26 octobre dernier. », a prévenu le chef du gouvernement. En réponse à cette fin de non-recevoir du locataire de Mahazoarivo, le « Groupe de Colbert » a décidé hier de saisir la communauté internationale par une lettre où il demande à cette dernière de suspendre son financement sur un processus électoral qui suscite des inquiétudes pour les parties prenantes. Un Comité de Vigilance Démocratique pour les Elections (CVDE) a été en même temps mis en place. « Ce comité sera chargé de coordonner toutes nos actions qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en place d’un mécanisme juridique permettant l’adoption d’un code électoral accepté par tous. », a expliqué Jean Louis Rakotoamboa, président national du Teza.

Crise pré-électorale. Représenté par son vice-président Rachid Mohamed à la réunion d’hier à l’Hôtel Colbert, le parti au pouvoir HVM n’a pas adhéré à l’idée de saisir la communauté internationale. A l’allure où vont les choses, une crise pré-électorale est à craindre, car les participants aux futures élections ne s’entendent pas déjà sur les règles du jeu qui vont régir ces consultations populaires. Face à la déclaration du premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, le président national du Teza Jean Louis Rakotoamboa de se demander : « Les partis politiques qui ne sont pas représentés à l’Assemblée nationale et au Sénat n’ont-ils pas le droit d’apporter leur contribution à l’instauration d’un climat favorable à la tenue d’élections libres, transparentes et crédibles ? » En tout cas, à en croire le chef du gouvernement, la consultation des partis politiques et de la société civile a déjà eu lieu au Carlton le 26 octobre dernier. Il appartient désormais au gouvernement de finaliser le projet du code électoral avant de le soumettre au Conseil du gouvernement. Et après le Conseil du gouvernement, ledit projet devra obtenir la validation du conseil des Ministres avant de le transmettre au Parlement pour son adoption. D’après nos sources, l’adoption du nouveau code électoral ne pourra pas avoir lieu durant la session parlementaire en cours. Par contre, pour ne pas compromettre la crédibilité de l’élection présidentielle de 2018, le nouveau code devra être adopté à la première session ordinaire du mois de mai.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – FIBA 3×3 : Les joueurs récompensés

Après les efforts, le réconfort. La 3e place de l’équipe à la première édition du Championnat d’Afrique FIBA 3 x 3 a donné un nouvel espoir à la grande famille du ballon orange malgache. La fédération malgache de basket-ball et Telma ont décidé de récompenser les jeunes pour cet exploit. Telma, le partenaire numéro 1 du basket-ball malgache a offert à chacun un téléphone 4Gen avec un an de connexion internet. « C’est une fierté d’avoir toute l’équipe médaillée et d’avoir parmi nous le meilleur joueur du Continent. Nous allons continuer à accompagner le basket, car ce n’est que le commencement pour de belles aventures  » a déclaré pour sa part Matthieu Mace, Directeur général adjoint de Telma Madagascar. Cette discipline basket-ball 3 x 3 fait partie des disciplines des Jeux Africains de la Jeunesse à Alger en 2018 et des Jeux Olympiques de Rio 2020.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Rugby – Analamanga : Trois équipes pour une place en demi-finales

Après plusieurs semaines de pause, le championnat d’Analamanga reprend avec la dernière journée décisive demain au Stade Malacam. Trois équipes sont en course pour l’unique place qualificative pour les demi-finales. Tam avec 23 points, 3FB et TFMA crédités respectivement de 22 points peuvent tous espérer se qualifier directement pour les demi-finales sans passer par les matchs de barrage. Les équipes classées 2e jusqu’à la 7e place devront se partager aux barrages. Les rencontres promettent de belles empoignades. Les deux premières équipes à l’issue de la phase de poule s’affronteront lors d’une petite finale pour remporter un zébu.

Classement

1 – Tam (23 points).

2- 3 FB (22 points).

3- TFMA (22 points).

4- IRC (20 points).

5- UAS Cheminots (19 points).

6 – XV Family (16 points).

7 – SOE (11 points).

8- TFA (9 points).

9 – Matadorea (2 points).

Calendrier

Elite II

7h 30 : TAM II contre FTVA Anosibe.

TOP 9

9 h 00 : TFM contre Matadorea.

11 h 00 : UASC contre TFA.

13 h 00 : 3FB contre SOE.

15 h 00 : TAM contre XV Family.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Chef de région Analamanga : Appel au calme face à la propagation de fausses nouvelles

Le chef de région Analamanga Rakotonanahary Ndratonomena lance un appel à la vigilance de la population de la région Analamanga.

Face à la rumeur sur un vaccin contre la peste qui s’est propagée comme une traînée de poudre, avant-hier, dans la Capitale, le chef de région Analamanga Rakotonanahary Ndratonomena a son mot à dire. Il lance ainsi un appel au calme aux habitants de ladite région mais surtout afin que ces derniers gardent leur sang froid face notamment à la propagation de fausses nouvelles. Il a tenu ainsi à rappeler que le pouvoir a déjà pris les dispositions qui s’imposent. Le chef de région a également lancé un appel à la population à rester vigilante et alerter les autorités compétentes les plus proches, au cas où elle aurait vent à de telles rumeurs.

Malintentionnés. Faut-il rappeler que des gens malintentionnés ont fait circuler des bruits faisant état notamment de la présence des forces de l’ordre accompagnées des équipes médicales qui auraient fait incursion dans des établissements scolaires publics et privés de la Capitale. A cet effet, elles auraient contraint les élèves à se faire vacciner contre la peste. Un vent de panique s’est emparé des parents d’élèves qui sont venus précipitamment récupérer leurs enfants.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires