Les actualités à Madagascar du Mardi 11 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara15 partages

Crise économique : « Freiner les importations au profit de la production locale», suggère Erick Rajaona...

« La population doit consommer le “Vita Malagasy” afin de préserver les emplois face à cette catastrophe économique liée à la crise sanitaire », dixit Erick Rajaonary, le PDG du groupe Guanomad.

Cet opérateur économique a évoqué que la relance de l’économie nationale doit se faire par l’appui au secteur privé pour booster la production, d’une part, et le soutien aux ménages afin d’augmenter la consommation des produits « Vita malagasy », de l’autre.

« L’Etat a décidé d’assouplir les mesures de confinement. C’est un bon choix qui correspond à la réalité. En effet, il est impossible de procéder à un confinement total compte tenu de la faiblesse du pouvoir d’achat de la population malgache qui se situe à moins de 2 dollars/jour/tête. Les couches très vulnérables sont d’ailleurs plus importantes à Madagascar. D’autant plus, la crise économique serait insoutenable ». Erick Rajaonary, le PDG du groupe Guanomad, l’a constaté. Pour pouvoir relancer l’économie nationale, il a ainsi émis diverses recommandations. A titre d’illustration, « il faut freiner les importations au profit de la production locale tout en relançant la demande si l’on veut bien soutenir les entreprises locales », a-t-il suggéré.

Flexibilité et souplesse. En effet, « de nombreux pays dans le monde ont non seulement pris des mesures restrictives pour faire stopper leurs exportations surtout de denrées alimentaires mais ils ont également freiné leurs importations pour pouvoir aider le secteur privé local », a-t-il ajouté. Mais avant tout cela, cet opérateur économique a avancé qu’il est préférable de laisser une certaine flexibilité aux entreprises privées, parlant des horaires de travail qui devraient être fixés à 19 heures au lieu de 17 heures. « Cela ne permet pas encore de relancer leurs activités économiques. Il y aura, entre autres, des activités qui peuvent être urgentes que l’on n’arrive pas à terminer avant 17 heures. Les heures supplémentaires seraient également nécessaires. Et si l’on se réfère au cas des entreprises franches, certaines d’entre elles ont besoin de travailler la nuit afin d’honorer des commandes à l’extérieur. Elles disposent déjà de plusieurs équipes d’employés qui peuvent faire une rotation de travail le jour et la nuit. En plus, le couvre-feu est aussi instauré à partir de 21 heures. A partir du moment où les entreprises privées s’engagent à mettre en place le protocole sanitaire permettant de lutter contre la propagation de cette pandémie de Covid-19, c’est mieux de leur accorder plus de souplesse afin qu’elles puissent relancer leurs activités », d’après toujours les explications d’Erick Rajaonary.

Taux d’intérêt élevé. En outre, il a bien soutenu l’effort du gouvernement d’allouer un financement de l’ordre de 72 milliards d’ariary pour aider les couches vulnérables et les ménages touchés par la crise sanitaire. « Cependant, les besoins sont maintenant plus importants face aux conséquences économiques et sociales de cette pandémie de Coronavirus. C’est pourquoi, il serait mieux de soutenir les entreprises privées afin que celles-ci puissent maintenir les emplois. Il y aurait ainsi moins de ménages victimes de cette crise sanitaire », a-t-il avancé. Et s’agissant de la promotion du crédit « Miarina » lancé en faveur des micros, petites et moyennes entreprises, cet opérateur économique a soulevé qu’il y a bien eu une volonté politique de l’Etat d’aider les petits entrepreneurs en garantissant ce prêt. « Les banques, de leur côté, doivent en même temps lui emboîter le pas à l’Etat. Elles doivent accélérer et faciliter l’octroi des crédits puisqu’on est en plein état d’urgence sanitaire. A part cela, le taux d’intérêt de 8 à 9% est certes bonifié par rapport aux taux appliqués auparavant mais c’est encore élevé surtout si l’on compare aux taux d’intérêt affichés dans les autres pays. On peut encore le réduire un peu plus, à mon avis », d’après toujours ses explications.

Consommer le « Vita Malagasy ». Par ailleurs, Erick Rajaonary a recommandé de relancer la croissance économique par la demande. « On incite les ménages à consommer le “Vita Malagasy” pour pouvoir relancer les activités des entreprises, et ce, tout en freinant les importations. Pour ce faire, il faut leur accorder des prêts à la consommation à un taux d’intérêt plus incitatif compte tenu de cette crise sanitaire », s’exprime-t-il. Et pour en revenir aux aides sociales portant une valeur de 72 milliards d’Ar, il a évoqué que les « Vatsy Tsinjo » à distribuer doivent être composés de produits fabriqués localement, y compris les produits de première nécessité. « Ce qui permettra en même temps de soutenir les exploitants agricoles », a-t-il enchaîné. Le PDG du groupe Guanomad a entre-temps suggéré à l’Etat d’exonérer les charges fiscales et sociales des entreprises formelles pendant une certaine période tout en maintenant les emplois étant donné que celles-ci n’ont bénéficié d’aucune subvention face à cette crise économique qui vient de commencer. Dans la foulée, « c’est le moment ou jamais d’insérer l’informel dans le secteur formel tout en mettant en place des mesures incitatives », a-t-il avancé.

Et concernant la lutte contre le Covid-19, cet opérateur économique a réitéré qu’il faut toujours rester vigilant. « On est obligé de vivre avec ce nouveau virus. Il y a ainsi une leçon à tirer. Chaque citoyen doit désormais adopter un comportement plus écologique. Ce qui nous permettra également d’éviter la propagation d’autres maladies infectant la population », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

RMDM : « Appel à manifestation de masse dès la fin du confinement »

Les forces de l’ordre se sont postées devant le siège du RMDM. (Photo Princy)

Ce qui a frappé, hier, c’est la présence d’éléments des forces de l’ordre à l’entrée même du quartier général du RMDM à Belair.

Le nombre des participants aux assises nationales du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) qui se sont tenues hier à Belair a été revu à la baisse. L’on se demande si la plupart des 10 000 participants qui ont répondu favorablement à l’invitation de cette plateforme ont désisté ? En effet, ils étaient aux environs de 300 personnes réparties dans 6 commissions à avoir participé à ces assises. Selon des sources informées, cette décision a été prise au dernier moment. Ces six commissions sont composées notamment de la commission Santé, de la commission Sociale, de la commission Economique, de la commission Politique, Juridique et Communication. En guise de conclusion dans ses résolutions, le RMDM de souligner que “l’opposition sans distinction appelle à une manifestation de masse dès la fin du confinement”.

Lutte nationale. Pour en revenir aux résolutions proprement dites, citons, entre autres, la commission Santé qui « demande la formation d’un comité scientifique composé exclusivement des experts de la santé publique ayant le pouvoir de développer les mesures sanitaires et de piloter la lutte nationale contre la pandémie. Affirme la nécessité d’avoir une nouvelle stratégie de lutte contre la pandémie de Coronavirus et la priorisation de son financement et de sa mise en œuvre. Recommande l’approvisionnement suffisant et à temps des laboratoires, des hôpitaux et des centres de santé en équipements de protection individuelle (EPI), des intrants et de laboratoires et des équipements médicaux ».

Démarche inclusive. Concernant la commission sociale, elle « lance un appel à l’adoption d’une démarche inclusive et participative dans le développement de la stratégie, la gestion, et l’organisation de la distribution des aides sociales. Exige la transparence de la gestion des financements extérieurs, des aides sociales et des critères de sélection des ménages bénéficiaires de ces aides. Déplore l’inégalité et la discrimination dans la distribution des aides sociales ».

Débats publics. Quant à la commission politique, elle « exige le respect de la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de la presse. L’état d’urgence sanitaire ne devrait pas être utilisé comme un outil pour restreindre les débats publics, les droits et libertés fondamentaux liés à la notion de démocratie. Exige la libération immédiate et sans condition des personnes qui sont emprisonnées arbitrairement parce qu’elles ont exprimé des opinions critiques contre le régime actuel. Nous déclarons notre volonté de vouloir rétablir la confiance de la population envers ses dirigeants et de combattre les actions de division et de discrimination perpétrées par les dirigeants actuels qui ne sont pas favorables au développement du pays ». Notons la présence de l’ancien Président Marc Ravalomanana à ces assises. Il a notamment prodigué des conseils pour chaque commission.

Dominique R.

Midi Madagasikara6 partages

Histoire : Un maigre salaire pour les travailleurs malgaches pendant la Colonisation

Colonisation. (crédits photos : Musée de la Photographie)

Dans les années 1920, l’autorité coloniale envisageait d’avoir plus de main-d’œuvre pour augmenter la quantité des matières premières dont la métropole avait besoin. Alors le gouverneur général de l’époque a créé le SMOTIG. Ce service sert à résoudre le problème de la main-d’œuvre. De plus, la population malgache subit lourdement l’impôt qui est réservé uniquement aux hommes ayant plus de 18 ans. Il est sans doute vrai que ces impôts sont l’un des moyens pour contrôler la population malgache dans la mesure où à partir de ce moment, le travail devient obligatoire pour avoir la chance de payer l’impôt. En cas de non-paiement, la personne en question doit travailler pour l’Administration sous forme de travail gratuit. Les colonisateurs adoptent le fameux principe: l’impôt joue un rôle moralisateur et éducateur. On peut accepter ce principe parce que les Africains, en général, et les Malgaches, en particulier, n’ont pas l’habitude de travailler pour avoir un surplus mais se contentent uniquement de l’autosubsistance. Avec cette habitude africaine, il est difficile d’avoir le développement car ce dernier dépend étroitement du succès et de l’épargne. Et avec ces deux, on peut trouver une amélioration des conditions de vie qui est le droit humain et constitue une obligation. Ce qui différencie l’être humain des animaux. Ce principe veut également apprendre aux Africains à travailler dur pour gagner quelque chose. Il encourage les Africains et les Malgaches à aimer le travail. Mais de l’autre côté, ce principe présentait une certaine ambigüité parce qu’à l’époque, l’impôt pesait lourdement sur les indigènes. C’est un moyen pour asservir les Malgaches. Ces derniers sont obligés de travailler chez les colons pour certains afin d’avoir de l’argent avec un salaire très bas. Le salaire ne suit pas l’inflation. Le pouvoir d’achat est véritablement faible étant donné que le prix du riz, qui est l’aliment de base des Malgaches et la principale production de ce district reste 30 francs le kilo. Avec cet argent on peut payer l’impôt. Mais on affirme que ce sont les colonisateurs qui bénéficient de ce système car non seulement ils perçoivent l’impôt régulièrement mais encore ils peuvent contrôler les mouvements de la population. Le salaire ne correspond pas à la durée du travail effectué. Ils sont conscients que l’argent est important pour les colonies. Les Malgaches vendent leur force pour se procurer de l’argent afin de payer l’impôt.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara6 partages

Transports aériens : Une reprise souhaitée par les compagnies aériennes

La reprise du secteur aérien est-elle pour bientôt ? (Airmad)

Une reprise s’impose dans les meilleurs délais pour sauver ce qui peut encore l’être dans le transport aérien, l’un des secteurs les plus impactés par la crise sanitaire actuelle.

L’annonce du Président de la République sur l’éventualité de cette reprise dans les 15 jours qui viennent est en tout cas bien accueillie par les opérateurs du secteur aérien qui traverse actuellement une grave crise.

Zéro activité

« La survenance de la pandémie, malgré les différentes mesures retenues, a cependant lourdement impacté les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie, du transport, des auxiliaires de transport, des zones franches industrielles, des industries exportatrices et des services rendus aux entreprises et ménages. Impact qui s’est progressivement transmis au reste de l’économie du pays. Et bien que l’Etat ait laissé libres les transports des biens et l’exercice des activités au niveau du secteur privé, beaucoup ont été contraints de procéder au chômage technique partiel, à l’exemple des grandes entreprises telles qu’Ambatovy. Ce qui a engendré la baisse des Revenus Disponibles Bruts et de la demande globale, et qui obligera l’Etat à rectifier les priorités du Budget étatique ». Cet extrait de l’exposé des motifs de la loi de finances rectificative 2020 témoigne des impacts extrêmement violents des blocages nés de la crise sanitaire sur l’économie. Les transports aériens figurent parmi les secteurs les plus impactés. En effet, les compagnies aériennes sont, pour la plupart, à zéro activité. Une situation qui entraîne bien évidemment son lot de mesures privatives décidées par les patrons d’entreprises, comme le chômage technique.

Protocole sanitaire

En somme, les entreprises du secteur aérien ont plus que jamais besoin d’une reprise. Et la déclaration du Président de la République concernant la possibilité de reprise du réseau domestique redonne de l’espoir à ces opérateurs du secteur aérien. « C’est une bonne décision que l’on se doit de concrétiser », affirme le responsable d’une compagnie aérienne. Tout en faisant remarquer que la reprise doit se faire en respectant les mesures sécuritaires d’usage. Sur ce point justement, la plupart des compagnies aériennes disposent déjà de leur propre protocole sanitaire. « La sécurité des passagers est pour nous primordiale et nous avons déjà pris toutes les dispositions nécessaires afin de les accueillir dans les conditions exigées par l’urgence sanitaire », affirme un technicien d’une compagnie aérienne. Par ailleurs, les autres opérateurs du secteur, comme l’aéroport d’Ivato et l’ADEMA, ont aussi leur protocole sanitaire. Il s’agit de procédures spécialement conçues et mises en place afin d’éviter les contaminations au Covid-19 durant les opérations aériennes. En somme, le secteur aérien s’annonce prêt pour la reprise.

Difficile

Une reprise qui s’annonce bien évidemment difficile. « On prendra encore quelque temps pour que la clientèle revienne en masse », selon toujours ce technicien. Avant d’ajouter que les demandes existent mais l’on ne sait pas encore si elles vont pouvoir satisfaire les exigences des compagnies aériennes en termes de volume de trafic. « C’est sûr que l’on ne pourra pas faire toutes les lignes », continue-t-il. Bref, et comme partout dans le monde, le secteur aérien malgache n’est pas encore près de retrouver son rythme normal d’ici peu. « Il faut au moins trois ans pour que l’on retrouve par exemple le niveau de 2018 », selon toujours notre interlocuteur qui estime plus que jamais qu’une reprise s’impose dans les meilleurs délais pour sauver ce qui peut encore l’être dans le secteur aérien.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Alimentation et nutrition Global SUN Pitch Competition : Concours de nutrition pour bébé

La finaliste de Madagascar, Mieja Vola Rakotonarivo (NutriZaza).

La Global SUN Pitch Competition s’est déroulée le 30 Juillet dernier, avec la participation de 24 Etats en Afrique et Asie, membres du réseau ScalingUp Nutrition (SUN). Le concours consiste à présenter un plat nutritif pour bébé, fait de produits locaux du pays et de la plus simple façon. Parmi les 500 Petites et Moyennes Entreprises (PME) participantes, 21 ont été sélectionnées pour aller au bout du concours. Le premier gagnant est Baby Grubz, ayant remporté 20 000 dollars en plus du prix de mentorat du Nigeria. Madagascar aaccédé à la phase finale, bien que ce soit sa première participation, avec NutriZaza, membre de la plateforme Anjaramasoandro avec les félicitations du jury pour son invention à travers « Restaurant pour bébé ».

Le concours s’est déroulé dans un contexte désolant à cause de la pandémie de Coronavirus. Sur les 24 pays membres du Sun Business Network (SBN), 94 % ont déclaré avoir été touchés par la pandémie et 82 % par des baisses de vente. 84 % des entreprises ont déclaré avoir diminué leur volume de production. 57 % ont révisé le prix de vente de leurs produits. 61 % ont vu des perturbations dans le transport et 49% dans la distribution et dans l’accès aux intrants. Et 44% ont des difficultés à payer leur personnel. Bref, aucun pays n’a été épargné ou déclare n’avoir bénéficié d’aucun avantage à cause de la pandémie.

Le concours SUN Pitch vise à promouvoir les investissements liés à la nutrition. Des investissements à l’initiative des PME qui peuvent catalyser l’innovation dans les systèmes alimentaires locaux et améliorer le caractère abordable et l’accessibilité des aliments nutritifs et sûrs.

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Ils ont fait le buzz… : Un malgache de 16 ans frappé sans sommation par un policier en France

Le jeune Alphonse, les lèvres enflées et du sang sur son tee–shirt, après son agression.

« Comprendre ce qui s’est passé », voilà ce qu’entame la justice française sur l’affaire du jeune garçon de 16 ans, un malgache, frappé sans sommation sur le visage par un policier français. La scène s’est déroulée le 30 juillet dans un quartier « difficile » à Besançon en France.

Les images sont violentes, le jeune homme discutait docilement avec un policier blanc et bien équipé quand ce dernier lui assène un coup de poing au visage. La réaction de douleur de la victime fait ressentir le choc. Un acte purement gratuit à voir le statut de cet agent français puisque la loi française et, sans oublier, les Droits de l’homme ratifiés par toutes les nations condamnent l’utilisation gratuite de la violence dans ce genre de contexte.

Ensuite, avec une plaie ouverte sur une lèvre, le jeune malgache a été emmené en garde à vue pour « outrage et menace de crime à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité publique ». Comme pour dire que le joli direct asséné au visage d’un gamin de 16 ans trouverait une quelconque explication, comme si la raison du plus fort restait toujours la meilleure. L’affaire a ainsi fait grand bruit sur les réseaux sociaux.

Certains dénonçaient le « racisme » qui ne dit pas son nom au sein de la police nationale française. D’autres démontrent un certain ras–le–bol des forces de l’ordre livrées à elles–mêmes dans les quartiers difficiles. Tandis que les plus virulents se félicitent du mérite de ce coup de poing asséné à une racaille de plus. Quoi qu’il en soit, il est difficile de penser qu’un policier malgache assène un coup à un « jeune blanc » français qui lui tiendrait des propos hors–la–loi.

Ici, un directeur d’une célèbre société française de construction qui qualifie une partie des Malgaches de « décérébrés » par rapport aux travaux actuels au sein du Rova de Manjakamiadana, un patrimoine identitaire de la capitale, n’est ni inquiété ni appelé à s’expliquer. Du temps d’un Andrianampoinimerina, sa sanction aurait été la mort. Il a fait cette déclaration sur les réseaux sociaux et l’a tout de suite effacée dès que les réactions d’indignation allaient pleuvoir. Heureusement qu’un énergumène a réussi à capturer ces propos.

Alors, Alphonse, le nom du jeune malgache de 16 ans frappé sans aucune sommation, n’ayant présenté aucune menace réelle, n’est qu’un nom de plus dans l’imaginaire de ce rapport historique du dominé et du dominant. Un rapport entretenu aussi par ce système, cette vision du « blanc sauveur et immaculé » enfoncée dans les Malgaches. Cependant, le grand malaise américain lié à l’affaire George Floyd est là pour affirmer : dans une société résolument raciste, les bavures policières ne manquent pas.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Propriété de la CUA : La chaîne MBS sommée de quitter Anosipatrana

Marc Ravalomanana critique avec virulence la décision de Naina Andriatsitohaina.

Le torchon brûle entre le camp Ravalomanana et la mairie d’Antananarivo. Après 20 ans de présence, presque jour pour jour, de la chaîne Malagasy Broadcasting System sur une propriété de la Commune urbaine d’Antananarivo à Anosipatrana, la mairie décide de mettre fin au contrat de location. Dans une lettre adressée au « gérant de la société MBS », le maire d’Antananarivo a décidé de « résilier le contrat de bail emphytéotique en date du 08 août 2000 » conclu entre la mairie et cette société de la famille Ravalomanana concernant le partenariat dans le cadre de l’occupation d’une propriété de la collectivité à Anosipatrana. A l’époque de la signature du contrat, Marc Ravalomanana était encore maire de la capitale et crée la chaîne audiovisuelle MBS qui lui servira de relai efficace pour briguer le mandat de président de la République en 2001. Depuis plusieurs années, la chaîne MBS a été accueillie dans des locaux bâtis sur ce domaine appartenant à la municipalité et, maintenant, devrait plier bagage au plus tard dans les six prochains mois qui suivent la lettre du 30 juillet 2020 de l’actuel maire. La chaîne de Ravalomanana devrait alors démanteler ses studios flambant neufs et chercher ailleurs un nouveau local pour ses installations. La sommation de la mairie est très mal vue dans le camp Ravalomanana. Ce dernier est vite monté au créneau pour dénoncer un coup politique. Voilà un dossier qui jette alors un coup de froid dans la relation, autrefois très cordiale, entre les familles Ravalomanana et Andriatsitohaina.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Union européenne : 22 milliards d’ariary pour le Sud

Des dons de l’Union européenne pour le Grand Sud. (Photo d’archives)

L’Union européenne vient d’allouer 5 millions d’euros (22 milliards d’ariary) sous forme de dons, en vue de poursuivre les interventions d’urgence en faveur des populations vulnérables affectées par la sécheresse qui sévissent dans le Grand Sud du pays depuis fin 2019 et a entraîné une augmentation des ménages en situation d’insécurité alimentaire et du nombre d’enfants affecté par la malnutrition aigüe. Ce soutien inclura également des actions s’inscrivant dans le cadre de la riposte à l’épidémie de Covid-19 et aux conséquences sociales de cette maladie contagieuse. Notons que ces interventions seront mises en œuvre par l’UNICEF, le Programme Alimentaire Mondial des Nations-Unies et l’ONG Action contre la faim en étroite collaboration avec les autorités locales et régionales. 7 districts qui se trouvent dans les régions Anosy, Androy et Atsimo Andrefana en sont ainsi les bénéficiaires de ces actions. Ces interventions se portent, entre autres, sur l’assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence pendant 3 mois (période de soudure) à 304 800 personnes en situation de forte insécurité alimentaire, dont notamment plus de 18 000 femmes enceintes et allaitantes et 27 000 enfants. Le déploiement de cliniques mobiles pour la prévention, le dépistage d’enfants en situation de malnutrition aigüe et la prise en charge des enfants en situation de malnutrition aigüe modérée dans les zones les plus éloignées des structures de santé.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : 3 décès, 116 nouveaux cas et 195 guérisons, hier

L’évolution de l’épidémie en chiffres.

Trois décès de plus s’ajoutent aux précédents déjà annoncés depuis le début de l’épidémie de Covid-19, portant à 151 le nombre des décès liés au Coronavirus à Madagascar. La barre des 150 cas vient ainsi d’être dépassée.

Les trois nouveaux décès annoncés, hier, par le Pr Vololontiana Hanta sont tous localisés à Analamanga. Ils portent à 151 le nombre des décès liés au Coronavirus à Madagascar depuis le début de l’épidémie en mars 2020. Par ailleurs, 116 nouveaux cas ont été signalés, portant à 13 202 le nombre des cas confirmés de Covid-19 à ce jour au pays. Parmi eux, 99 sont localisés à Analamanga ; 1 dans l’Itasy (Soavinandriana) ; 11 dans le Boeny ; 2 dans l’Amoron’i Mania (Ambositra) et 3 dans l’Atsimo Andrefana. Ces nouveaux cas ont été identifiés parmi 762 tests dont 730 tests PCR et 32 tests geneXpert.

 Légère baisse des formes graves. Les formes graves ont connu une baisse par rapport à dimanche. 82 patients présentent actuellement une forme grave de la maladie, soit 8 de moins que dimanche. Faut-il rappeler que le nombre des formes graves varie d’un jour à l’autre en fonction de l’évolution de l’état de santé des patients qui se trouvent dans cette phase de complication. En effet, leur état peut évoluer vers le décès, mais aussi, inversement et en grande partie, vers la guérison. Les formes graves actuellement en cours de prise en charge dans les hôpitaux et centres de traitement (CTC-19) sont localisées principalement à Analamanga (60 formes graves réparties comme suit : HJRB 31 ; HJRA 11 ; Anosiala 9 ; hôpital militaire Soavinandriana 2 ; hôpital Andohatapenaka 1 ; hôpital Fenoarivo 1 ; CTC-19 Mahamasina 5) et dans trois autres régions à savoir le Vakinankaratra 5 (tous à Antsirabe) ; le Boeny 6 et la Haute Matsiatra 11 (tous à Fianarantsoa).

Récapitulatif. Le chapitre des guérisons indique 195 nouveaux patients déclarés rétablis. Ils sont localisés principalement à Analamanga avec 177 guérisons, si le reste est réparti comme suit : Vakinankaratra 5 ; Bongolava 4 ; Alaotra Mangoro 4 ; Haute Matsiatra 1 ; Diana 1 (Nosy-Be) ; Atsimo Andrefana 2 et Androy 1. Le tableau récapitulatif indique un total de 11 011 guérisons à ce jour, si 2 040 cas actifs sont toujours en cours de traitement actuellement. Et enfin, le total des tests réalisés à Madagascar est de 52 885 dont 49 228 tests PCR et 3 657 tests geneXpert.

Hanitra R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les cultes reprennent pour la FJKM

L'église FJKM reprendra les cultes. Les activités liées à l'église ont été suspendues, depuis un certain temps, suite à l'aggravation de la situation sanitaire. Maintenant que la crise semble s'atténuer, les statistiques stabilisés selon le président de la République, la FKJM compte réouvrir ses portes.
Le président des églises protestantes FJKM, le pasteur Ammi Irako Andriamahazosoa a annoncé officiellement cette réouverture le lundi 10 août 2020. Néanmoins, il promet le respect des mesures barrières et la limitation du nombre des personnes assistant à chaque culte à moins de cinquante personnes. Les églises FJKM sont les premières églises à réouvrir ses portes de toutes celles faisant partie de la FFKM.
Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus3 maty, 116 tranga vaovao

Olona miisa 3 teto amin’ny Faritra Analamanga indray no lavon’ny Covid-19, ka nampiakatra ny isan’ny maty hatramin’izay ho 151, araka ny tatitra nataon’ny Pr Vololontiana Hanta omaly.

Miisa 10 izany no maty tao anatin’ny 48ora. 116 kosa ireo tranga vaovao, azo tamin’ny fitiliana 762 izay manome taham-pahavoazana 15,22%. Ny 100 teto Antananarivo ka 99 Analamanga ary 01 Soavinandriana Itasy; 02 Fianaratsoa tao amin’ny Faritra Amoron’I Mania; 11 Mahajanga Faritra Boeny; 03 Toliara tao amin’ny Faritra Atsimo Andrefana. Mitotaly 13202 ireo tranga rehetra hatramin’izay nanomboka ny 18 martsa. 49 228 ny fitiliana vita hatramin’izay, nahitana ireo 13 202 ka 26,81% ny taham-pahavoazana na “taux de positivité” amin’ny ankampobeny. Manome 0,17% amin’ny vahoaka 27,761,562 kosa ireo 49 228 vita fitiliana teto Madagasikara.

83,40% NY TAHAM-PAHASITRANANA

 Miisa 195 ny sitrana vaovao ka 195 teto Analamanga, 04 Alaotra Mangoro, 01 Matsiatra Ambony, 01 Diana, 01 Atsimo Andrefana, 01 Androy. Miisa 11011 no sitrana hatramin’izay manome taham-pahasitranana 83,40%. 2040 na ny 15,45 no mbola manaraka fitsaboana. Nihena 08 ny "forme grave", ka 82 ankehitriny. Ny 60 ao anatin’ny Faritra Analamanga; 05 Vakinankaratra (Antsirabe);11 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), ary 06 Faritra Boeny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Laboratoara LA2MEfa nahavita fitiliana singa 10.816 isa

ahatratra 10.816 hatreto ny fitiliana vitan’ny laboraotoara la2m eny androhibe analamahitsy raha araka ny fanazavan’ny profesora zely

 

randriamanantany, Ntompon’andraikitra ao an-toerana. vokatry ny hamaroan’ireo fitiliana singa tonga no nampiakatra io isa io izay nahatratra 859 tamin’ny datin’ny 30 jolay lasa teo. talohan’izay kosa dia 350 ka hatramin’ny 400 isan’andro ireo ny fitiliana natao raha efa mihena 160 ka hatramin’ny 170 isan’andro amin’izao. vokatry ny fitombon’ireo ivon-toerana nosokafan’ny fanjakana hanao fitiliana ireo singa voaray no nampidina io salan’isa io toy ny eny amin’ny hopitaly hjra….nohantitranterin’ity profesora ity araka izany fa tena saro-pady ny asa fanaovana fitiliana singa toy ny asa hataon’izy ireo. rariny sy hitsiny hoy izy raha sarotiny ny ministeran’ny fahasalamam-bahoaka ka namoaka ilay naoty mandrara ireo ivon-toerana tsy nahazo alalana hanao izany asa izany sao hampidi-doza. na ny fitaovana hampiasaina amin’izany aza mantsy hoy izy dia tokony hitovy sy hanaraka ny fenitra napetraka avokoa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

« Tosika Fameno »Nisy nanodinkodina ny tao Moramanga ?

Fianakaviana 100 mahery ao Moramanga no mahatsiaro voarirarira ka mitaky ny anjara « Tosika Fameno » tokony sitrahan’izy ireo. Nahazo hafatra tamin’ny finday avy izy ireo, mampahafantatra azy ireo ny nomerao sy ny banky na toerana handraisana ny vola 100.000 Ariary

 

« Tosika Fameno ». Niveri-maina anefa anefa izay nandeha tany amin’ilay banky voatondro hakana ny vola, fa hoe : tsy misy vola ho an’izany ao. Nanjavona ny vola ? Nisy nanodinkodina ? Efa tapa-bolana lasa io ary nanomboka teo mandrak’ity ny androany ny fandrirarirana sy ny famezivezena ary ny fangalapiery amin’ireo tompon’andraikitra mikaraka ny « Tosika Fameno » ao Moramanga amin’ireo fianakaviana ireo. Hatry ny omaly nahazoana ny vaovao dia tsy mbola nahazo ny « Tosika Fameno » ireo fianakaviana ireo. « Tsy hipetra-potsiny amin’izao izahay, ary tsy hamelanay raha tsy azo ny anjaranay », hoy izy ireo. Handoavana ekôlazin’ny mpianatra hiatrika fanadinana sao tsy mahazo « convocation » ny an’ny sasany, handoavana hofantrano ny an’ny hafa, hividianana sakafo ny an’ny ankamaroany ny vola.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Androndrakely AmpamantananaMbola tsy milamina ny fanisam-bahoaka vaovao

Na dia efa ny mpitandro ny filaminana aza no mirotsaka an-tsehatra manao fanisam-bahoaka ao amin’ny Fokontany Androndrakely Ampamantanana

 

Boriborintany faharoa amin’izao dia mbola mampitaraina ny mponina ihany. Raha araka fanazavan’ny solontenan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety omaly mantsy dia mbola ny sefom-pokontany sy ny lehiben’ny faritra izay tsy hananan’ny mponina fitokisana intsony ihany no mitarika ireo mpanao fanisam-bahoaka ireo hatramin’ny omaly. Izay tian’ireo sefom-pokontany sy ny lehiben’ny faritra ireo ihany no hitondrany ireo mpanao fanisam-bahoaka hoy hatrany ny Renim-pianakaviana iray. Tamin’ny alahady teo ohatra dia nosoritany mazava mihitsy fa ireo olona mpanam-bola teo akaikiny ihany no nidiran’ireo mpanao fanisana tao an-tokantranony raha nodinganina kosa izy sy ny manodidina azy. Notsiahivin’ity Renim-pianakaviana ity fa anisan’ny ahitana olana hatrany ny Fokontany Androndrakely Ampamantanana isaky ny misy zavatra hatao koa hiantsony ny mpitondra fanjakana mihitsy mba hanara-maso akaiky izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha 4Manafika tranona mpitandro filaminana ny tontakely

Very fanahy mbola velona toy ny valala voatango ny mponin’ny boriborintany faha 4, hoy ny solombavambahoaka ao an-toerana, Emilien Ramboasalama, satria fokontany miisa 6 izao tao anatin’ny tapa-bolana no nandalovan’ny mpamaky trano sy mpamono olona. Sahy manafika tranona mpitandro filaminana ireo tontakely.

 

 Noho ny tsy fahampian-tsakafo sy fahantrana aterak’ity Coronavirus ity dia lasa ny ala-botry sy ny fitadiavam-bola no mahatonga ilay tsy fandriampahalemana. Tao amin’ny fokontanin’Ankaditoho Marohoho, ohatra, izao dia amin’ny andro alina no hamoahan-drizalahy ny omby ao am-bala. Vonoiny dia esoriny ny nofony dia ajanony ny taolana sy taova fa izay azo bataina atao anaty gony no entiny. Tokantrano iray tsy lavitra eo, Akoho 15 isa sy kojakoja an-dakozia no lasa ary nisy faharatrana olona mihitsy. Teny Anosipatrana, olona mitondra vola 7 tapitrisa ariary no nenjehina tamin’ny moto dia avy eo nentiny nitsoaka ny vola. Soa fa tratry ny manam-pahefana. Santionany ireo fa dia miangavy sy miantso ny mpitandro ny filaminana tena hiaro ny vahoaka sy ny fananany ary any anaty elakelantrano no tena tokony hanaovana izany, indrindra, mandritry ny “couvre feu”. Tadidio tsara fa mahafantatra ny ataon’ny mpitandro filaminana ireo tontakely ka tsy hangalatra sy hamaky trano eny amin’ny lalambe na arabe mihitsy, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ara-toekarena Manana andraikitra lehibe ireo mpiasan'ny masoivoho

Nisy ny fivoriambe tamin` ny alalan` ny aterneto nokarakarain'ny Ministeran'ny raharaham-bahiny ho an'ny ezaka fampandrosoana ara-toekarena sy ara-barotra an'i Madagasikara ireo mpanolo-tsaina ara-toekarena miasa eny anivon'ny masoivohon'i Madagasikara sy Consulats maneran-tany.

 Nomen'ny Minisitry ny raharaham-bahiny Tehindrazanarivelo Djacoba A. S. Oliva toromarika izy ireo hikolo ny fifandraisana eo amin'ny sehatra ara-toekarena amin'ny any ivelany sy hikarakara fivoriana fampahafantarana momba ny fandraharahana aty Madagasikara. Nomena azy ireo koa ny andraikitra ny amin'ny fanapariahana ny lazan'i Madagasikara eo amin'ny sehatra ara-barotra sy ara-pizahantany. Ireo teknisianina eo amin'ny sehatra iraisam-pirenena ireo no anisan'ny handray anjara lehibe amin'ny fanarenana ny toekaren'i Madagasikara aorian'ny krizy vokatry ny valan'aretina Coronavirus. Manana andraikitra lehibe ireo masoivohon'i Madagasikara sy ny Consulats amin'ny maha solontenan'i Madagasikara azy ireo any amin'ireo firenena samihafa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ahiahy tsy hihavanana

Manomboka afa-bela amin’ny valanaretina isika, raha fintinina ny voalazan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina.

 

Na izany aza somary mampanahy sy mampahatsiahy ilay nambara roa volana latsaka izay, fa efa tena voafehy ny valanaretina kinanjo zavatra hafa no nipoitra. Irariana mba tsy ho toy izany intsony no hiseho amin’ity indray mitoraka ity. Irariana mba tsy ho fanapahan-kevitra politika hoenti-mampitony ny menomenon’ny vahoaka eo anatrehan’ny hanohanana sy ny fahantrana mety hiteraka fipoahana, fa mba tena voalanjalanja tanteraka sy mifanaraka ny fenitra ara-tsiantifika. Raha jerena amin’ny fihetsiky ny Mpitondra niainga tany amin’ny Filoham-pirenena rahateo, dia toa tsy nisy nilàna azy izany ny hamehana nentina nifehy ny vahoaka, raha azo natao ihany ny namory sy nampitakosona olona tetsy sy teroa. Raha raisina amin’ireny, dia natao hanamparana fahefana fotsiny ny lalàna sy ny hamehana, fa ny mpitondra afaka manao izay tiany hatao ihany. Azo antoka sy tena mitombina ve ny Filazan’ny fitondram-panjakana fa efa tonga eo amin’ny fetra mahatony sy tsy fiakarany intsony ny trangan’ny valanaretina? Azo lalaovina tsara ny antontan’isa ka tokony ho samy mailo, mampitombo avo folo heny ny fahamailoana efa nananany teo aloha ny olom-pirenena tsirairay. Tsy fantatra intsony mantsy matetika izay zavatra mitombina sy tsy mitombina lazain’ny fitotondram-panjakana. Hafa no lazaina androany, ary mivadika ho hafa iny rahampitso. Mbola betsaka ny ahiahy tsy hihavanana, ka ny fanafodiny dia aoka samy hiaro ny rambony tsy ho tapaka eo anatrehan’ny fihatrehana ny asa aman-draharaha. Mbola tsy afaka misioka satria mbola tsy tafavoaka ny ala, ka ny irariana mba hizotra makany amin’ny fihatsarana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Basket en Fauteuil RoulantHiofana ireo mpitsara Malagasy

Hisy fampiofanana ampitain-davitra « Fomation en ligne pour le basket en fauteuil roulannt » karakarain’ny

 « International Wheelchair Basketball Federation Africa » amin’ity volana aogositra 2020 ity ary hitohy amin’ny volana septambra 2020 ary homena an’ireo mpitsara Malagasy eo amin’ity sehatra ity.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

RugbyNitohy ny fampiofanana ampitain-davitra

Mitohy hatrany ny fiofanana rugby ampitain-davitra ataon'ireo teknisianina eo anivon’ny Rugby_Afrique izay tarihan'Atoa Adama_Bakhoum sy

 

Noureddine_Amara tamin'ny alalan'ny Visioconférence nampitaina teto amintsika tamin’ny sabotsy 08 aogositra 2020 lasa teo. Anisan’ireo nanaraka an’izany ny Malagasy toa an-dry Jean Emie Rakotojaona, Tefy Harivony, Antsoniandro, Jhonson Aimé, Veloarison Daniel, Mamy Tsiory Tafitaniaina, Ny Aina Sarah, Rafalimanana Joseph.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Hasin’ny firenena Malagasy“Tanteraho ny hetahetam-bahoaka…”

Manana ny drafitra Marshall ny filoham-pirenena, hoy ny filohan’ny fikambanana Hasin’ny firenena Malagasy, Njaka Andriantsoa.

Sao dia mba tokony drafitra mifanaraka amin’ny fomba fitantanana eto Madagasikara no ataontsika? Tantsaha ny 80%n’ny Malagasy. Tsy afaka mamelona, tsy mahasehaka ilay 20%n’ny Malagasy akory anefa ireo. Na manome vokatra azy ireo aza ankehitriny ny tantsaha dia tsy tonga any amin’ilay mpanjifa fa potika sy lo eny an-dalana satria tsy misy ny fitaterana. Raha hiresaka toekarena hatrany isika dia tsy afaka ny tsy hiresaka Jirama. Maro ny orinasa miodina amin’io Jirama io. Ianteheran’ny fiainam-bahoaka io nefa midangana amin’izao. Efa potika ny fiharian-karen’ny olona, mihena ny vola miditra nefa mbola mandoha Jirama. Mangataka amin’ny filoham-pirenena izahay hoe aleo tsy asiana ny fandoavana ny Jirama, hoy hatrany ny HFM. Hajanony ny fanampiana sasany fa hanohano ny Jirama. Efa midina koa izao ny vidin’ny solika any ivelany ka sao dia tokony heritreretina ny hampidinana ny vidiny eto amintsika? Raha hiakatra mantsy io ao aoriandriana ao dia hampiakatra koa ve isika? Very asa na manao asa an-tselika “informel” ankehitriny ny ankamaroan’ny olona ary tsy mankany amin’ny kitampom-bolam-panjakana izany. Mangataka amin’ny fanjakana izahay hoe tanteraho ny hetahetam-bahoaka, raha mbola tiany ny hipetraka eo amin’ny fitondrana, hoy hatrany ny HFM.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

FanampianaHahazo Vatsy Tsinjo ireo mpamily Taksibe

Mbola mikatona araka ny efa nambaran’ny filoham-pirenena ny alahady alina lasa teo hoy izy ny zotra nasionaly ary mbola tsy azo atao ny mivoaka sy miditra an’Analamanga.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy tavela any ivelanyNy minisitera no manapaka izay mody voalohany

Nanamafy ny minisitry ny raharaham-bahiny omaly fa teratany malagasy hatramin` ny 1 600 isa no efa voaraikitra eo anivon` ny ministera ka efa afaka mody an-tanindrazana.

 

Misy kosa ny fepetra sy fandaminana mahakasika izay, hoy Tehindrazanarivelo Djacoba A. S. Oliva. “Efa ela no nanomanan` ny ministera ny fampodiana an` ireo malagasy mihitsoka any ivelany saingy miandry toromarika araka ny fotoana mahamety azy. Misy ny lisitra efa hananan` ny ministera sy ireo masoivoho ary kaonsily. Amin` ireo no hakana ny olona izay tena marefo ka tsy maintsy mody. Misy ny sasany no tsy manana taratasy no sady tsy manan-koanina. Noho izany, ny ministera no mananapaka izay mody voalohany”. Namafisin` ity minisitra ity hatrany fa tsy ireo izay manam-bola dia afaka mividy tapakila any amin`ireo kaompania anabakabaka. “Misy ny fandaminana saingy ny tanjona aloha dia mody daholo" hoy ihany izy. Marihana fa Koweit, Afrika Atsinanana ary Amerika no efa nanaovana hetsika fampodiana ireo Malagasy taraiky any ivelany noho ny aretina “coronavirus”

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fisian’ny fiara mpitatitraReraky ny dia an-tongotra ny mpiasa

Nitondra fanampim-panazavana ny minisitry ny asa sy ny lalàna sosialy omaly, fa afaka miasa hatramin'ny 5 ora hariva ireo orinasa rehetra amin'ny sehatra tsy miankina, tafiditra ao anatin'izany ny mpivarotra sy hotely.

Ny orinasa no mandamina ny fitaterana ny mpiasa mandroso sy miverina; tsy afaka miasa izay tsy mahavita io fitaterana io, hoy io Minisitra io. Mandamina ny fitaterana ireo mpiasa tahaka izany ihany koa ny ministera isanisany. Na tsy miankina, na ny fanjakana dia tsy maintsy voahaja ny fepetra ara-pahasalamana sy ara-pahadiovana ao amin'ny toeram-piasana ary hisy ny fitsirihana hatao. Midika io, fa natao ho an’ny orinasa matanjaka sy ny mpiasam-panjakana ny fahafahana miasa. Firifiry moa omaly ny mpiasa amin’ny sehatra tsy miankina nandeha an-tongotra? Mirava amin’ny 5ora hariva, ary alina vao tonga any an-trano. Vao mainka reraka eo dia tsy hanana hery fiarovana dia miditra tsimoramora ny Covid 19. Vitsy ny orinasa mahavita manao fitaterana ny mpiasany izany, ary tsy mbola mitovy amin’ny tamin’ny tsy nisy krizy rahateo ny fiodin’ny orinasa sy ny fampidiram-bolany amin’izao fotoana. Moa mba fantatry ny fanjakana ve izany sa tonga dia hoe: izay hifanosehanareo any ? Sao dia mba azo heverina ny famelana ny taksibe hiasa ka hatao 1000 Ar ohatra aloha ny saran-dàlana, ary iray ihany amin’ny sisiny andaniny sy ankilany ny olona azo entina ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tanandava Imerimandroso Naolan’ny mpanotra azy ilay tovovavy

Nitrangana toe-javatra mampalahelo tao Tanandava Imerimandroso. Tovovavy kely iray vao 14 taona monja no naolan’ny mpanotra azy, lehilahy iray izay efa 48 taona.

 

Raha araka ny loharanom-baovao azo dia nahatsiaro ho reraka ity tovovavy ity ka nandeha niotra. Tsy izay anefa no zavatra nitranga fa tsy nahatana ny filan-dratsiny ilay Rangahy raha vantany vao nahita ny vatan’ilay zazavavy ka tsy namelany ity farany raha tsy vitany ny sitrapony. Tsy nanaiky mora foana ny zava-nitranga moa ny Ray aman-drenin’ilay voaolana fa nitory. Hita nandritra ny fizahana nataon’ny mpitsabo rahateo fa dia tena simba tanteraka ilay zazavavikely izay marihina fa vao ao amin’ny taona fahavalo monja. Hatolotra ny fampanoavana ami’ity herinandro ity moa ny anaolahy aorian’ny fanadihadiana hatao azy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ZOTO MianakavyMbola hitety an’i Madagasikara

Ao amin’ny Fokontany Aranta ao Mahajanga no misy an-dRandrianarison Maurice sy ireo zanany 3 amin’izao fantatry ny maro amin’ny anarana hoe : Zoto.

 

 Fianakaviany no hipetrahan’izy ireo ao saingy na izany aza dia nampahafantatra kosa i Zoto fa hanohy hatrany ny dia an-tongotra lavitr’ezaka efa nahafantaran’ny maro azy hatramin’izay. Ho any Antsiranana handalo an’i Sambava ho tonga any Antalaha indray ny lehilahy ato ho ato ary mbola hitety an’i Madagasikara na efa nahavita in’efatra aza nanomboka teo amin’ny faha-17 taonany. 53 taona katroka no nanaovany izany satria dia efa 70 taona mahery I Zoto ankehitriny. Na izany aza dia manana ny paikadiny manokana ny lehilahy amin’ny fiatrehana izany dia an-tongotra izany toy ny fihinanana vitamina B12, Vitamine C, maka aina rehefa amin’ny hariva ary mahandro sakafo ara-pahasalamana….Miantso ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina moa ny tenany mba hanohana azy amin’izao dia an-tongotra lavitr’ezaka hotohizany izao indray, indrindra fa ny fikarakarana azy eny an-dalana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Barson Rakotomanga“Famonoana mpiasa izany fitrosana izany”

Nanamafy ny Filoha Rajoelina ny alin’ny 09 aogositra, fa afaka mindram-bola tsy zanany 200 000Ar hatramin’ny 500 000Ar haloha 10%

 

 amin’ny karama mandritra ny herintaona ny mpiasa ara-dalàna mpikambana ao amin’ny CNaPS. Namaly bontana avy hatrany ny Randrana sendikaly, izay tsy nankasitraka an’io. Efa be dia be ny bokan-trosan’ny banky, bokan’ny trosan’ny fiarahamonina, dia izao indray dia ny Filoham-pirenena no miteny hoe: mahazo mitrosa ianareo, hoy I Barson Rakotomanga mpandrindra ny Randrana Sendikaly. Famonoana ny mpiasa aty amin’ny sehatra tsy miankina izany ka nahoana ny fanjakana no manao izany kanefa ny mpiasam-panjakana karakaraina tsara sy ampiasaina daholo ny vola fanampiana rehetra hikarakarana azy ireo? Hoy izy. Nahitsy izy naneho tamin’ny sehatra tsy miankina hoe: “famonoana antsika aty amin’ny sehatra tsy miankina izao ataon’ny fanjakana izao. Aiza no ahitantsika vola hanonerana izany? Ny olona tratry ny “chômage technique”, very asa,… no tena mila vola fa tsy ilay olona antsasa-karama no raisina. Raha mbola miasa sy mahaloa trosa dia mety tsy maninona fa ireto dia ireo efa very asa sy noroahina ka aiza no hanonerana izany? Isika ve mahatoky fa hahita asa izy amin’ny janoary? Sao dia tsy rariny izao atao amin’ny sehatra tsy miankina izao? Hoy i Barson Rakotomanga. Tsy ekenay izany, ary mitohy ny tolona ho an’ny mpiasa rehetra, mitohy ny fanangonan-tsonia ka 10 000 indray no tratrarina, raha ny nambaran’io mpitarika sendika io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ankisirasira MorondavaGrenady mahery vaika saika nampidi-doza

Nahitana grenady mahery vaika tao Ankisirasira, Morondava. Tao anaty « sachet » mainty io fitaovam-piadiana mahery vaika, vita sôvietika, io ary ankizy nilalao no nahita azy ny tolakandron’ny sabotsy teo,

ka nampahafantatra ny fisiany tamin’ny Polisy iray sendra nandalo handeha hiasa. Toerana filalaovan’ny ankizy Ankisirasira rehefa tsy miakatra ny ranomasina. Soa fa tsy nikitikitika izy ireo raha tsy zany zava-doza no mety nitranga raha nipoaka tampoka ilay grenady mahery vaika. Napetraka amin’ny toby miaramila moa ilay grenady, nanokatra fanadihadiana ny amin’ny antony nahatongavan’io fitaovam-piadiana io teo an-toerana ny mpitandro filaminana.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Julien Andriamorasata “Tsy hijanona eo ny krizy ara-tsosialy”

Tsara ny mandray andraikitra sy manao zavatra, hoy ny manampahaizana manokana momba ny fitantanana raharaham-panjakana, Julien Andriamorasata, naneho ny heviny mikasika ny fepetra vaovao noraisina momba ny hahamehana ara-pahasalamana amin’ity tapabolana manaraka ity.

 

Mila jerena foana anefa ny lahara-pahamehana. Miteny ianao izao hoe amin’ny 5 ora no mahazo miasa nefa inona no hodian’ireo mpiasa ireo? Tsy afaka handeha taxi izy. Tsy adala ny vahoaka fa mahafantatra hoe izao no vola voarainao tany amin’ny mpamatsy vola. Na omena isan-tokantrano ao anatin’ny 6 volana amin’iny aza ny tokantrano Malagasy tsirairay tsy lany iny, hoy hatrany izy. Izay no olana amin’ilay tsy mangaraharaha ka hoy aho hoe tsy ho zaraina fanampiana 1 sy 2 andro dia tsy misy hohanina indray avy eo ilay vahoaka fa mila politika sy tetikady matotra tsara iainan’ny vahoaka amin’izao. Ny tokony laharam-pahamehana izao dia ny fandriampahalemana ara-tsakafo, ny ady amin’ity aretina ity, ny fambolena sy famoahana ny vokatra any ambanivohitra fa tsy “fly over” na kianja sentetika sy ny atsy Mahamasina. Tsarabe raha tratra ny PIC saingy tsy hijanona eo akory ny krizy ara-tsosialy. 46%n’ny sehatra tsy miankina ankehitriny, hoy ny EDBM, izao no mikatona, izany hoe lasa misy tsy an’asa izany amin’ireo, hoy hatrany i Julien Andriamorasata.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao“Hanaparam-pahefana fotsiny ilay fahamehana”

Fanaparam-pahefana ny mbola fanohizana ny hamehana ara-pahasalamana izay efa andiany faha-11 izao, raha ny nambaran-dRakotovao Rivo, izay sady Filohana andrim-panjakana no mpandrindra ny antoko HVM.

 

Mialokaloka ao anatin’io ny Filoham-pirenena, ary tsy ny HVM irery no nahatsikaritra, hoy izy. Ny filoham-pirenena mihitsy no mandika sy mampadika lalàna. Ny fepetra ara-pahasalamana no tokony hatsaraina, hoy ity Filohana andrim-panjakana ity. Fanapenam-bava, fitantanana tsisy mangarahara, fanamparam-pahefana no matetika tazana. Fanagadrana, tsy fahafahan’ny mpanao gazety mamoaka ny vaovao marina,... Nanomboka ny volana martsa, dia afaka ny Filoham-pirenena manapaka izy irery, namoaka ny miaramila teny an’arabe,… Aiza ny vokatra? Tao ambadimbadika tao ny colisée, Mahamasina, tsenan’asa momba ny kianja “synthétique”,… . Ny olona very asa, tsy afaka miasa, kanefa ilay fanjakana manao izay tiany. Ireny natao ireny, dia ny mpitsoaka mozika sy artista sisa tsy ampy fa raha ny fahitanay an’ireny dia efa propagandy sy fampielezan-kevitra mialohan’ny fotoana, hoy hatrany I Rivo Rakotovao. Nikorotam-belona ny fanomezana tosika satria tsy nisy antontan’isa, kanefa efa oviana no nilazana fa hanao “digitalisation”, izao mahita minisitra mandondom-baravarana hanao fanisana kanefa efa nandaniana vola ny teo aloha, raha ny fanehoan-kevitr’io Filohana andrim-panjakana io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Emilien Ramboasalama “Fiaikena tsy fahombiazana ny kabarin’ny filoha”

Kabary fiaikena tsy fahombiazana tao anatin’izay 4 bolana mahery nitantanana ny ahamehana ara-pahasalamana izay no fahitako ireny kabarin’ny filoham-pirenena ireny, hoy ny solombavambahoakan’ny boriborintany faha 4, Emilien Ramboasalama.

Natao iny fanapahan-kevitra iny mba hamalifaliana vahoaka. Lazaina fa tonga ny fanampy rivotra na “concentrateur d’oxygène” sy hoe itarina kely ny fihibohana. Rehefa dinihina anefa izany ity fanjakana ity dia fanjakana matahotra hilaza ny marina. Rehefa nanao fanadihadiana teny amin’ny boriboritany misy ahy ny tenako dia misy mpanao vatapaty miisa 3 eny. Mahavita vatapaty miisa 4 sy 5 ireo ao anatin’ny herinandro, hoy izy. Ny olona nanao test PCR ihany no voalaza amin’ireny hoe maty amin’ny haino aman-jery ireny. Io no entina hampandry adrisa ny vahoaka hilazana fa voafehy ny aretina. Ny tena hamantarana fa voafehy anefa io dia ny fanaovana fitiliana maro ihany. Fitiliana miisa 5000, ohatra, ho an’ny boriboritany iray. 20 isa ve no hatao fitiliana anaty boriboritany 1 dia 1 ihany koa, ohatra, no hita fa marary dia hilazana fa voafehy ve izany? Tena mamita-bahoaka ity fitondrana ity, hoy hatrany ny depiote Emilien Ramboasalama. Raha ny tenany no fitahany tsy maninona fa ilay vahoaka nifidy azy kosa tsy mety. Governemanta tsy mahavaha olana sy fifanomezan-tsiny ary fifanipazam-baolana ity governemanta ity, hoy izy, ary izay no hiverenako amin’ilay hoe fiaikena tsy fahombiazana iny kabarin’ny filoha iny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

RMDMHiantso hetsika lehibe aorian’ny fihibohana

Ny RMDM sy ny mpanohitra rehetra, dia manameloka ny tsy fisian’ny demokrasia sy ny tsy fanajana ny zon’olombelona sy ny tany tsy tan-dalàna nodradradrain’ny mpitondra ankehitriny nakana fahefana.

 

Manameloka ny fampiasana ny fitsarana ny fitsarana sy ny foloalindahy ho amin’ny tombotsoan’ny mpitondra mba hanaovana herim-pamoretana. Mitaky tsy misy fepetra ny fanalalahana ny asa fanaovan-gazety sy ny fahafahan’ny mpanohitra maneho hevitra amin’ny haino aman-jerim-panjakana. Miantso hetsika lehibe ny mpanohitra aorian’ny fihibohana, hoy ny Fehin-kevitry ny Fikaonan-dohan’ny RMDM na ny Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara omaly teny Bel’Air. Mahatsapa fa fihanaka sy fitomboan’ny isan’ny maty amin’ny faritra 21/22, misy ny tsy fahaiza-mitarika sy tsy fanomezana ohatra amin’ny fanajana ny fepetra, izay ny governemanta ihany no nametraka an’izany. Misy ny tsy fahaiza-mitantana sy mandrindra, hoy ny RMDM. Naneho ahiahy amin’ny fampidirana politika be loatra amin’ny fitantanana ny krizy ara-pahasalamana, ary ny tsy fanomezana toerana ny minisiteran’ny fahasalamana sy ireo teknisianina. Manao antso avo hananganana komity siantifika hivondronan’ireo manampahaizana manokana momba ny fahasalamana ny mpanohitra. Mitotongana ny toekarena sy ny sosialy, ary ahiana ny fizorana any amin’ny fipoahana ara-tsosialy noho ny fahasahiranana satria tsy ampy ireo fepetra fanohanana ara-tsosialy. Mitombo haingana ny tahan’ny tsy an’asa, kanefa tsy manana paiakady mahomby hihatrehana ny fitotonganan’ny fiharian-karena andavanandro ny fanjakana. Notakiana ny fanomanana ny fikaonan-doha nasionaly momba ny fanarenana ara-toekarena ka tsy miandry fiafaran’ny krizy. Tsy vahaolana maharitra ny fanampiana ara-tsosialy, hoy ny Mpanohitra. Nanamafy ny tsy fisian’ny fangaraharahana amin’ny fitantanana ara-teknika sy ara-bola. Niantso ny fanjakana mba hijery indray ny paikady sy ny fepetra ara-toekarena miaraka amin’ny sehatra tsy miankina. Ara-politika, dia naneho fa tsy mankasitraka ny fanagadrana sy ny fanenjehana mpanao politika, mpanao gazety, olom-pirenena mitsikera.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana “Akatony ny MBS raha sahy ianareo”

Ny 30 jolay teo no nandefasan’ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Naina Andriantsitohaina taratasy manambara ny fanafoanana ny fifanarana fampiasana tany an-taonany maro na “bail amphytéotique”

 

 mikasika ny tany misy ny MBS eny Anosipatrana nanomboka ny 8 aogositra 2000, niantefa tamin’ny mpitantana ny haino aman-jery MBS. Nanome fe-potoana 6 volana ny ben’ny tanàna. Nahitsy fitenenana i Marc Ravalomanana omaly tetsy Bel'air momba io raharaha io, ary niantso ny ben'ny tanàna Naina Andriantsitohaina mba hijery sy handinika tsara ny atao hoe "bail emphytéotique" . Tsy misy lalàna afaka manafoana, ka jereo tsara aloha hoe azo atao sa tsy azo atao. Jereo dia ianaro aloha mianara, rehefa mahay ianao dia ho fantatrao hoe azo atao sa tsia ny manafoana azy, hoy izy. Aza matikenamaso fotsiny ianao fa diniho tsara. Izao ianao vao mianatra politika ka aza milingilingy amin'ny zavatra tsy hay, hoy hatrany I Marc Ravalomanana. Raha sahy ianao dia andana akatony. Zavatra tsy fanao izany, izany no atao hoe: “honnêteté intellectuelle” mba mahafantatra tsara ny tokony hatao, fa raha akatonao ny MBS satria an’ny mpanohitra, dia tokony hakatona avokoa izany ny hafa, hoy izy. Fandrangitana daholo ireny satria hoe an’i Marc Ravalomanana izay mpanohitra, hoy ity Filoha teo aloha sady mpitarika ny mpanohitra ity.

 

Tsara ho marihana fa 50 taona no faharetan’ny “bail emphytéotique” momba ity tany eny Anosipatrana ity; izany hoe tapitra amin’ny 2050 ; mbola azo havaozina arakaraky ny fifanarahan’ny tompon-tany sy ny mpanofa.2500 m² no velaran’ny tany misy ny MBS eny Anosipatrana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Manahy momba ny covid-19 Ravalo“Mbola tsy tratra ny PIC ary mbola hiakatra io”

Tsisy fototr’antontan’isa mazava niaingana nilazana fa tratra amin’ny volana aogositra ny PIC na isa ambony indrindra amin’ny olona voan’ny covid-19, hoy i Marc Ravalomanana.

 

Izao vao tena hiakatra raha ny fahitako. Niainga tamin’ny inona no nahafahana nilaza an’io? Faharoa ny lafiny fampianarana izay manahirana satria ankizy hianatra, kanefa ny fiangonana katolika izao efa namarana ny fe-potoam-pianarana. Tokony tsy hasiana politika ny ady amin’ny coronavirus, hoy izy. Nandritra ny efa-bolana, dia tapaka tanteraka ny olona. Betsaka ny olona nogadraina ara-politika, manomboka tsy misy intsony antoko politika, ary mizotra makany amin’ny fanjakana tsy refesi-mandidy. Izay no hamelomana sy hanomezana aina ny antoko politika, hoy i Marc Ravalomanana nandritra ny Fikaonandohan’ny mpanohitra omaly. Ny valanaretina dia nampiova ny firenena maneran-tany. Tsy ho vitan’ny firenena andalam-pandrosoana toa an’i Madagasikara ny ady amin’ny coronavirus, fa tsy maintsy mila ireo mpiara-miombon’antoka avy any ivelany. Nisy ny kaomisionina natsangana nandritra io Fikaonan-doha io dia ny ady amin’ny valanaretina coronavirus, fanarenana ny sosialim-bahoaka, politika, lalàna, serasera. Tokony tsinjovina ny vahoaka Malagasy, izay fadiranovana, toy ny valala voatango ny vahoaka Malagasy. Fantatra ary hita fa tsy tokony ho izao ny zavatra tokony hiseho eto Madagasikara raha tena miray hina tanteraka, hoy i Marc Ravalomanana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fizahantany ao Nosy Be Niroso tamin` ny fivoriana fahatelo ireo mpisehatra

“Tsy mbola nisy nampiato vonjimaika na nampihemotra ny fivahianiana kasainy hatao eto amintsika ireo mpizahantany mikasa hankao Nosy Be indrindra ireo tera-tany eoropeanina mikasa hanao fizahantany eo anelanelan’ny volana oktobra sy desambra izao,

 ka ny ankamaroan’izy ireo dia tera-tany Italianina avokoa” hoy Joel Randriamandranto, ministry ny Fitaterana sy ny Fizahantany ary ny famantarana ny Toetrandro omaly. Noho izany indrindra dia efa ao anaty fanomanana amin’ny fiverenana indray amin’ny fanokafana ny sehatry ny fizahantany izay hatomboka ao Nosy Be isika. Tsy maintsy apetraka ilay “protocole sanitaire“ hahafahana misokatra ao anaty fanajana tanteraka ireo fepetra hoy ny Minisitra omaly. Hiara-hiasa ny ministera maro izy ireo, hanatanterahina izany, ka anisan’ireny ny Ministeran’ny fahasalamam-bahoaka. Fivoriana miisa 3 izao no efa vita hoy ny Minisitra entina manomana ny fanatanterahina io “protocole” io. Ho an’ireo mpandraharaha ara-pizahantany dia tsy maintsy hisy fiofanana manokana mikasika ireo fepetra aloha ary aorian’izay dia hampanaovina fanekena arahina sonia hanajana sy hampiharana izany any amin’ireo toerana hiasany avy. Hametrahana lamina ihany koa ny fizahantany: atsahatra ireo karazana fitsangatsangana tsy hahafahana manaja ny fepetra ara-pahasalamana. Ho an’ireo mpizaha tany tonga eto amintsika kosa dia tsy maintsy manana tapakila miverina izy ireo, eo am-pahatongavana. Tsy maintsy hozahana ara-pahasalamana koa. Fantatra koa fa hanomana toerana hahafahana mandray ireo mpizahatany izay sendra marary na mitondra tsimokaretina ihany koa ny ao Nosy Be. Efa miasa ao anatin’izany ny Ministera amin’izao fotoana izao, hoy ny Minisitra ka amin’ny zoma izao, no heverina hanaovana ny fivoriana faha-4. Mbola manana eo amin’ny iray volana sy tapany eo izy ireo, hanomanana izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sosialim-bahoakaHatao peta-drindrina eny amin’ny fokontany ny lisitra

Tsy voatery ireo noraisina anarana amin` ireny lisitra ireny no hisitraka ny sosialim-bahoaka hoy Hery Rasoamaromaka, governoran` ny faritra Analamanga.

 

Tsy maintsy hahazo kosa ireo tena hisitraka izany indrindra ireo voasokajy ho marefo amin`izao krizy ara-pahasalamana izany aorian` ny fanadihadiana izay tsy maintsy atao ihany koa. “Miverina amin` ny alarobia ny fizarana sosialim-bahoaka. Isaorana ireo minsitera sy ny ekipa nidina ifotony satria asa tokony natao andro maromaro dia vita tao anatin` ny dimy na enina andro. Mifanampy avokao ireo sampandraharam-panjakana isan-tsokajiny na ireo antoko politika aza. Ny fanavaozana ny fanisana ny mponina kosa dia mitohy ao anatin` ny folo andro ka amin` izay vao mahazo lisitra ara-dalàna. Ny azo antoka kosa dia 80 hatramin` ny 90% dia ho tafiditra ao anatin` ny lisitra”. Hatao petan-drindrina eny amin` ireo fokontany tsirairay avy kosa ny lisitr` ireo hisitraka izany amin` ity herinandro ity, hoy hatrany ny fanazavana.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra Malagasy Nodimandry i Jousseaume

Misaona indray ny tontolon’ny baolina kitra Malagasy indrindra ny mpitia baolina kitra any Toliara manokana fa nodimandry ny zokibe Jousseaume mpilalao vodilaharana fahiny tao amin’ny USFT “Union Sportive des Fonctionnaires de

Ntsoavina Evariste

Mpilalao baolina kitra tany Toliara tamin’ny 1969

Tia Tanindranaza0 partages

FinoanaHanokatra Fiangonana ny FJKM

Nanapa-kevitra ny hanokatra ny Fiangonana FJKM, fa hiverina hisokatra ny Fiangonana, araka ny Fanambaran’ny Filohany Mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi omaly.

 

 Misaotra an’Andriamanitra fa na dia tena mbola ao anatin’ny amin’ny coronavirus aza, dia efa ao anatin’ny fidinan’ny olona voa na ny “Phase de décroissance” ka miala amin’ny fihibohana, araka ny tenin’ny Filoham-pirenena, hoy izy. Ny Faritra Analamanga dia efa tratra ilay PIC ka ao anatin’ny « Phase de stabilisation », miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro, miasa hatramin’ny 05 ora, miasa ny mpiasa, misokatra ny restaurant. Koa satria miasa ny Mpitandrina, dia misokatra avokoa ny fiangonana FJKM rehetra. Tsy maintsy manaja ny fepetra ara-pahasalamana toy ny natao teo aloha anefa, raha ny fanambaran’ny Mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi. Isan’ireo fepetra moa ny famerana tsy hihoatra ny 50 ny olona miara-miditra, ny elanalena iray metatra, ny fanasana tànana.Maro ireo fitandremana efa nametraka lamina ny amin’io fiverenan’ny fisokafan’ny Fiangonana io, dieny omaly ihany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Akon’ny fiovaovan’ny toetr’androMarefo ny 63%n’ireo tontolo arovana

Ny 72 amin’ireo tontolo arovana ambonin’ny tany miisa 122 eto Madagasikara, izany hoe ny 63%n’ny tontolo arovana Malagasy dia saika marefo noho ny fiovaovan’ny toetr’andro avokoa, raha ny tatitra farany nataon’ny rafitra iraisam-pirenena momba ny tontolo iainana na WWF.

 

Maro ireo risika voajanahary mifandraika amin’izay fahapotehana miandalana izay, raha ny fanazavana. Isany ny haintany, ny rivo-mahery, ny fihenan’ny orana. Ny 53%n’ireo tontolo arovana ambonin’ny tany sy samihafa eto dia tena marefo noho izay fiovaovan’ny toetr’andro izay, raha ny fanadihadiana hatrany. Marefo ihany koa ny 47%. Manova ny toetran’ireo ala ny vokatr’izay fiovaovaon’ny toetr’andro izay avy amina loza samihafa toy ny rivodoza matetika sy haintany miverimberina. Manimba toe-tany sy fonenana ihany koa ary maha lany tamingana zavaboary samihafa mihitsy. Isan’ny voakasik’izany ireo karazan-java-maniry Malagasy miisa 750. Ny 90%n’izy ireny dia ao anatin’ireo tontolo arovana miisa 72 nanaovana ny fikarohana. Raha tsy misy, noho izany, paikady matotra iarovana ny tontolo iainana dia mety ho tandindomin-doza hatramin’ny fiainam-bahoaka satria manome rano, sakafo, akora fototra ireo tontolo arovana. Isan’ny efa vahaolana neken’i Madagasikara voarakitra ao amin’ny fifanarahan’i Paris ny taona 2015 ny fanenana ny fandefasana entona na “gaz à effet de serre” ka ny tanjona dia ny hanena ny fandefasana izany ho 14% ary hampitombo ny fahafahan’ireo ala mamoaka karbaonina hatramin’ny 32% hatramin’ny 2030. Tsy ho tratra anefa izany, raha tsy mihena be ny doro tanety, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Riribe Miantso ny mpanohitra hanitsy ny mpitondra

Mandalo fotoan-tsarotra ara-politika, toekarena, sosialy ankehitriny ny firenentsika, hoy ny filoha nasionalin’ny federasionin’ny gadra politika, Henry Rakotomalala na Riribe, noho izao valanaretina Coronavirus izao.

 

Amin’ny maha olompirenena, indrindra, amin’ny maha mpanao politika dia manana andraikitra lehibe na ny mpanohitra na ny mpitondra na ny olompirenena tsotra. Antony nahatonga anay namaly ny antson’ny RMDM hitondra sosokevitra eto Bel’air tamin’ny 10 aogositra 2020 ity izany, hoy hatrany izy. Feno Coronavirus ankehitriny ny firenena ary mandeha ila ny ezaka ataon’ny fitondram-panjakana. Raha fintinina aza dia tsy misy mandeha amin’ny laoniny. Na ny tarehimarika izay avoakan’ny fitondram-panjakana aza dia mampiahiahy, raha jerena, satria ohatran’ny zavatra namboamboarina amin’izay metimety amin’ny mpitondra ny antontan’isa fa raha ny tena marina na eto Antananarivo fotsiny aza no resahana dia efa feno Coronavirus. Tohananay ny hevitra tsara saingy rehefa mivoana amin’ny tombotsoam-bahoaka ny fanapahan-kevitra dia tsy maintsy miteny tompoko i Riribe, hoy hatrany izy. Mandeha amin’ny tsy izy izao ny fitantanana ny sosialim-bahoaka sy ny fitantanam-bola. Efa tsy mandeha amin’ny laoniny intsony ary na izy samy izy ao anatin’ny fitondram-panjakana aza dia iaraha-mahita fa tsy mitovy hevitra. Anjaran’ny mpanohitra no manitsy izany mba tsy ho latsaka an-kady ny firenentsika, hoy hatrany I Riribe.

J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

COVID-19 ETO MADAGASIKARA : 13 namoy ny ainy tao anatin’ny roa andro, 404 sitrana

Ny 8 tamin’ireo namoy ny ainy no notsaboina teto Analamanga avokoa, 2 tao Mahatsiatra Ambony, 2 tao Vakinankaratra ary 1 tao Betsiboka. Mahatratra 148 izao no efa lavon’ity valanaretina ity, nanomboka ny 17 mey lasa teo. Niampy 378 kosa ireo olona vaovao voamarina fa mitondra ny tsimokaretina corona-virus, ka eto amin’ny faritra Analamanga avokoa ny 256 amin’izy ireo, 17 ao Boeny, 1 ao Sofia, 3 ao Bestiboka, 3 ao Atsimo Andrefana, 4 ao Anôsy, 12 ao Menabe , 12 ao amin’ny faritra Diana, ka ny 7 ao Ambilobe ary ny 5 ao Antsiranana, nahitana 1 vaovao tao amin’ny faritra Atsinanana, 26 ao Alaotra Mangoro ka ao Ambondrazaka avokoa ny 21 ary ny 2 ao Amparafravola, nahitana 15 vaovao koa i MatsiatraAmbony ary ao Ambositra avokoa ny 4 hita tao Amoron’i Mania, nahitana 20 tao Vakinankaratra ka ao Antsirabe ny 19 ary ao Betafo ny iray.

Fitiliana 1701 no nahazoana ireo valim-pitiliana ireo ka PCR ny 1476 ary GeneXpert ny 225. Raha ny tatitra nentin’ny mpitondra teny ôfisialin’ny Foibem-Piabaikoana ny ady amin’ny Covid-19, omaly, ihany dia 13086 ny fitambaran’ireo olona voan’ny tsimokaretina coronavirus eto Madagasikara, ka efa sitrana ny 10816, nisy sitrana 404 vaovao tao anatin’ny roa andro, 2122 sisa ireo manaraka fitsaboana ka ny 185 amin’ireo no atahorana mafy. 48498 izao ny fitiliana PCR vita hatramin’ny 8 Aogositra lasa teo ary 3625 kosa ny GeneXpert.

Efa mihanaka manerana ny Nosy ny valanaretina coronavirus ka efa tokony ho mailo ny rehetra fa tsy ny eto amin’ny faritra Analamanga ihany, hita ho mihamitombo koa ny any amin’ny faritra, indrindra fa ny ao Boeny, Alaotra Mangoro ary Mahatsiatra Ambony. Ny fanajana ny fepetra ara-pahasalamana ihany no azo antoka fa tsy hahazoana ity tsimokaretina ity, ankoatra izay, ho an’ny efa misy soritraretina, ny fanatonana tobim-pahasalamana avy hatrany no vahaolana haingana tsy hitondra amin’ny fahafatesana. Tsy tokony hiandriandry fa vao misy tranga mampiahiahy dia mila manatona mpitsabo, maimaimpoana rahateo ny fitsaboana. Tokony hohamafisina ny fiarovan-tenan’ireo olona marefo sy misy aretina mitaiza fa mety hanano sarotra ny fitsaboana azy ireny.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FAHAMEHANA ARA-PAHASALAMANA : Apetraka ny paikady handrindrana ny fiainam-pirenena

Raha ny antontan’isa mikasika ny fivoaran’ilay valanaretina Covid-19 eto Madagasikara dia efa lazaina ho mizotra mankany amin’ny lalana hoentina handresena izany tanteraka ny Fitondram-panjakana, ankehitriny. Misy hatrany ny tranga vaovao isan’andro, mihamiakatra ihany koa ny isan’ireo olona lavon’ ity tsimokaretina ity saingy na izany aza dia mihabetsaka isan’andro ihany koa ireo marary mandresy ny aretina. Tsy latsaky ny 80% isaky ny 24 ora ny taham-pahasitranana eto Madagasikara izay betsaka lavitra miohatra an’ireo marary mbola tsaboina sy arahi-maso eny amin’ny toeram-pitsaboana. Mbola tsy tapitra anefa ny ady.

Mitohy hatrany ny ezaka mankadiry ataon’ny Fitondram-panjakana hoentina hamongorana hatramin’ny fakany an’ity valanaretina mandripaka eran-tany ity. Manoloana izany dia noraisina indray ny fepetra ho amin’ny fitohizan’ny fahamehana ara-pahasalamana ao anatin’ny 15 andro manaraka, nanomboka tamin’ny sabotsy 8 aogositra 2020. Tapaka izany nandritra ny filan-kevitry ny Minisitra izay notanterahina tamin’ny sabotsy alina lasa teo. Fanapahan-kevitra izay noraisin’ny Filoham-pirenena hoentina mandrindra ny ady atao tsy hiparitahan’ny valanaretina Covid-19. Eo anatrehan’izany anefa dia tsy maintsy apetraka mazava ireo fepetra sy paikady isan-tsokajiny hoentina handrindrana ny fiainam-pirenena. Araka izany dia nisy ireo dinika samihafa tamin’ny alalan’ny fihainoana sy fakàna ny hevitra avy amin’ny sokajin’olona rehetra misahana ny ara-pahasalamana, ny ara-tsôsialy, ara-toekarena ary ny ara-piarahamonina, araka ny fampahafantarana tao anatin’ny tatitry ny filan-kevitry ny Minisitra.

Ankoatra ireo dia tsy maintsy dinihina akaiky ihany koa ny lafiny ara-panjakana araka izay voafaritra ao anatin’ny Lalàmpanorenana araka ny fakan-kevitra natao tamin’ireo filohana andrim-panjakana telo tonta eto amin’ny Firenena. Ireto farany izay namaritra mazava ireo fahefana feno ananan’ny Filoham-pirenena ao anatin’ny vanim-potoana manokana sy ny hamehana lalovan’ny Firenena tahaka izao, izay voafaritra ao anatin’ny Lalàmpanorenana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HAMEHANA 15 ANDRO MANARAKA : Nohalefahana kokoa ny fepetra ho an’Analamanga sy Atsinanana

 Nandritra io no namelabelarany ireo fepetra entina hiatrehana ny valanaretina covid-19 ato anatin’ny 15 andro manaraka. Hatsaraina foana ny fomba fiasa entina miatrika ity aretina ity, hoy ny Filoha, ary hatevenina manaraka izany ny fampitaovana sy ny fepetra raisina.

Nambarany fa mijery amin’ny antsipiriany ny fahasahiranam-bahoaka sy izay rehetra manodidina izany ny Fitondram-panjakana ary manara-maso ihany koa ny fivoaran’ny valanaretina. Taorian’ny fakan-kevitra nataon’ny Filoha niaraka tamin’ireo ankolafin-kevitra samihafa sy ny andrim-panjakana eto amin’ny firenena dia nambarany fa afaka miverina amin’ny fiainana andavanandro ny Distrika roa ao amin’ny faritra Atsinanana, Toamasina voalohany sy faharaoa noho ny fahitana fa efa nidina be ny tahan’ny olona mitondra ny valanaretina (fahatratrana ny PIC) saingy tsy maintsy hajaina hatrany kosa ny fisorohana na izany aza. 

Ho an’ny faritra Analamanga, miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro ny mponina. Voakasik’izany ny eto Antananarivo renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano ary Ambohidratrimo. Ho an’ireo Faritra ireo dia efa azo atao ny miverina miasa hatramin’ny dimy ora hariva. Mahazo miasa ny orinasa tsy miankina saingy tsy maintsy mampihatra ny fepetra rehetra. Izy ireo koa no mandamina ny fitaterana ny mpiasa. Afaka misokatra ny tsenam-pokontany, olona iray ihany no mivoaka miantsena. Diovina sy fendrahana fanofody ny tsena aorian’izay. Tsy maintsy manao aron-tava sy manaja ny fepetra hisorohana ny covid-19 ny olon-drehetra. Tsy azo atao ary mbola voarara tanteraka ny fivezivezena raha tsy misy antony mazava sy voamarina.

Mikatona ny zotra nasionaly

Mbola mikatona ny zotra nasionaly miditra sy mivoaka ny faritra Analamanga, raha ny nambaran’ny Filoha hatrany. Tsy mbola miasa koa ny fiara fitateram-bahoaka satria mety hitarika amin’ny fifampikasohana be loatra izany ka hanamora ny fiparitahan’ny valanaretina. Afaka miasa kosa ny fiara karetsaka, olona telo ihany raha be indrindra no taterin’izy ireo ary tokony hofendrahana fanafody isan’andro rehefa avy miasa. Azo atao ary mitohy hatrany ny fitaterana entana manerana an’i Madagasikara. Azo atao koa ny manao taingin-droa ho an’ny mpiray trano na mpivady fa tsy maintsy mitondra taratasy fanamarinana. Tsy mbola mahazo mivoaka ny faritra ny razana eto Analamanga.

Voaporofo koa, hoy ny Filoha, fa maro be ireo olona avy nandevina no nifindran’ny aretina ka nitraika ny fahafatesany. Noho izany indrindra dia mbola notazomina aloha ny tsy fahafahana mamoaka razana ho an’ny faritra Analamanga sy any amin’ireo faritra, izay mbola ahitana fiakarany ny tahan’ny olona mitondra ny tsimokaretina. Miverina miasa ihany koa ny mpiasam-panjakana rehetra. Nilaza koa ny Filoha, omaly, fa efa tokony hiverina hiasa ny mpiasam-panjakana rehetra satria maro be ny asa tokony hosahanin’izy ireo. Afaka tsy miasa kosa nefa ny olona marefo ary tsy azon’ny mpampiasa atao ny manapaka ny karaman’izy ireo raha toa ka voamarina fa marefy izy ireo.

Fepetra manerana ny Nosy

 Fepetra iraisana manerana ny Nosy ny tsy fahafahana mamory vahoaka sy mitangorongorona. Notazomina koa ny tsy fahafahana mivevezy mankany amin’ny Faritra ho an’Analamanga sy ireo faritra mitombo ny isan’ny olona voa. Tsy maintsy hamafisina ny fanaraha-maso sy ny ftsaboana ireo marary. Omena fanafody avy hatrany ireo marary na tsy vita fitiliana aza ka ahitana soritraretina covid-19. Voarara ary tsy azo atao koa, ny famoriam-bahoaka. Tsy mbola mahazo misokatra ny toeram-pilanonana, tsy mbola azo atao ny fifaninanana ara-panatanjahantena, tsy mahazo misokatra ny sidina anatiny saingy hodinihina amin’ny 15 andro manaraka.

Tsy mbola mianatra ny eto Analamanga

Na eo aza izany, nanantitra koa ny Filoha fa tsy mbola misokatra ny sekoly eto amin’ny faritra Analamanga, saingy tazomina ny datim-panadinana. Efa mandinika ny fiatrehana ny fanadinana Fanjakana sy ny eo anivn’ny Minisitera voakasika ary hodinihina amin’izany ny mahakasika ny taranja hanadinana sy ny fomba hifindrana kilasy, ho an’ireo mpianatra tsy hanala fanadinam-panjakana. Azo atao, hoy ny Filoha, ny mamaritra ny fanadinana hatreo amin’ny praograma izay vita taloh’ny nahatongavan’ny valanaretina.

Tsy nanaja fepetra ve ny Filoha ?

 Ankoatra ireo, namaly ireo resabe mahakasika ny fanatrehana ny fizaràna fanampiana nanerana an’i Madagasikara koa ny Filoha, halina. Nambarany nandritra io fa tsy avy aminy velively ny antony nampitangorona olona tamin’ny faritra vitsivitsy fa noho ny zava-misy teny an-kianja sy ny fomba ratsin’ny mpanararaotra. "Andraikitra sy adidiko ny miahy ny vahoaka sy mitsabo ny vahoaka. Ny zava-misy teny an-kianja no mitondra ny zava-misy tokony hatrehana. Amin’ny maha mpitondra ahy dia tsy mety tamiko ny hitaza-potsiny ireo mpitsabo manerana an’i Madagasikara. Mila mpiahy izy ireny ka tonga nanolotra fanampiana aho. Misy foana koa anefa ny mpanararaotra rehefa misy trana tahaka ireny ka tonga manakorontana. Nilamina ny teny Antanimena sy Antsonjombe fa teny Itaosy no nisy korontana satria tsy nilamina araka ny tokony ho izy ny asan’ny tompon’andraikitra ka nohararaotin’ny mpanakorontana", hoy ny nambarany.

Hovidian’ny Fanjakana ny vokatry ny Tantsaha

Nandritra ny fandaharana omaly koa no nanamafisan’ny Filoha izay efa voalazany tany Fianarantsoa, tamin’ny herinandro lasa teo. Tany amin’ity faritra ity mantsy dia novidian’ny Fanjakana ny vokatry ny tantsaha ary nozaraina maimaimpoana ho an’ireo fianakaviana notolorana fanampiana. Azo ampiharina any amin’ny faritra Itasy sy Vakinankaratra io fidivianana ny vokatry ny tantsaha io, hoy ny voalaza, satria ireo faritra ireo dia mamokatra legioma betsaka dia betsaka saingy simba fotsiny noho ny ity hamehana ara-pahasalamana ity sy ny tsy fisian’ny tsena. Halaina amin’ny kamiao ary hozaraina amin’ny Faritra mila izany ny vokatry ny tantsaha tsy hahafaty antoka azy ireo, hoy ny Filoha.

Malagasy tavela any ivelany

Maheno ny tarainan’ireo Malagasy rehetra tavela any ivelany noho izao valanaretina izao ny Fitondram-panjakana. Nambara ary fa hanomboka ny fampodiana azy ireo ato ho ato, saingy misy ny fepetra tsy maintsy raisina. Ao anatin’izany ny fanaovana fitiliana any am-piaingana sy eto an-tanidrazana. Fitiliana PCR no atao azy ireo. Aorian’izay dia tsy maintsy ahiboka anaty hotely izy ireo mandra-pivalin’ny fitiliana. Tsy ho lava intsony anefa ny fanokana-monina azy ireo fa mandra-pivalin’ny fitiliana, roa na telo andro monja ihany. Efa nisy ny fifampiresahana tamin’ny Ministeran’ny raharaham-bahiny, hoy ny Filoha, ka hojerena ato ho ato ny fampodiana azy ireo. Ny fiaramanidina Air Madagasikara no hiandraikitra ny fitaterana. Amin’ity volana Aogositra ity ihany ny fampodiana ny any Eropa ary amin’ny tapaky ny volana aogositra koa ny fampodiana ireo any Inde. Ny Fanjakana no handray an-tanana ny fapodiana. Ireo any amin’ny Firenena hafa kosa dia afaka manatona ny masoivohon’i Madagasikara isak’ireny firenena ireny na manoratra amin’ny Fitondram-panjakana.

Fivoahana any ivelany

 Ankoatra ny fampodiana ireo Malagasy any ivelany. Noresahana koa ny mikasika ny mety ho fisokafan’ny lanitr’i Madagasikara amin’ireo mpianatra handranto fianarana any ivelany na koa handeha hiasa any. Tsy ekena kosa anefa ireo olona hitsangantsangana fotsiny. Ny faha-21 aogositra ho avy izao no hisy sidina ho any Eropa hitondra ireo mpianatra.

Mpiasa eto an-toerana/Fizahan-tany

Nandroso vahaolana mikasika ny tontolon’ny asa eto Madagasikara koa ny Fitondram-panjakana. Ho an’ireo misehatra eo amin’ny tontolon’ny fizahan-tany sy ny mpiasa tsy miankina no tena ho laharam-pahamehana amin’izy ity. Hisy fampindramam-bola ataon’ny Fanjakana ho azy ireo, ka ny vola ao amin’ny Cnaps no ampiasaina amin’izany. Tsy misy zana-bola ny findramana azy io ary tetibola 50 miliara no hampiasaina amin’izany. Mikasika ny fizahan-tany ao Nosy Be izay efa noresahina dia fantatra fa hisokatra ny fiandohan’ny volana oktobra izao izany, saingy tsy maintsy hajaina ny fepetra rehetra.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FAMPANANTENAN’NY FILOHA RAJOELINA : Nahazo EPP manara-penitra ny ao Betsiaka Ambilobe

Araka izany, azo ambara fa tsy poakaty ny fampanantenana natao satria efa hita mivaingana ny fitsanganan’ny Epp ao an-toerana.

Nidina ifotony nijery ny asa ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena Jocelyne Maxime, ny sabotsy 8 aogositra teo. Fantatra nandritra izany fa ny fametrahana herinaratra no sisa tavela sy ny famaranana ny fandokoana azy.

Azo ambara, araka izany, fa efa nahazo anjara avy tamin’ny tetikasan’ny Filoham-pirenena Malagasy ny mponina ao Betsiaka amin’izao fahavitan’ny sekoly manara-penitra izao, ka andrasana ny fitokanana izany. Na mandalo fotoan-tsarotra amin’izao fiatrehana ny ady amin’ny coronavirus izao aza ny eto amintsika dia azo lazaina fa mandeha ihany ny asa ka tratra ny tanjona.

Tamin’ny fidinana ifotony nataon’ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena Jocelyne Maxime sy ireo delegasiona notarihiny izao, nahita ny asa famaranana ny Epp ao Betsiaka sy ny fandehan’ny asa fanamboaran-dalana mampitohy an’Ambilobe sy Vohemar izao no ahafahany manao tatitra amin’ny Filoham-pirenena sy ny tompon’andraikitra voakasik’izany.

Asa tokoa fa tsy kabary miaraka amin’ny Filoha Andry Rajoelina, raha ireo zava-bita sy hetsika ny ataony ary ireo izay an-dalam-panamboarana amin’ireo toerana nampanantenana no resahina.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FAMPODIANA TERATANY MALAGASY : Manodidina ny 160 ireo andrasana ho tonga an-tanindrazana

Nihaino ary namaly ny antso vonjin’ireo teratany malagasy taraiky any ivelany ny Fitondram-panjakana. Betsaka amin’izy ireo no misedra fahasahiranana lalina, ankehitriny, manoloana ny fepetra ara-pahasalamana izay tsy maintsy raisin’ilay Firenena misy azy ireo tsirairay avy noho ny fisian’ny valanaretina Covid-19. Niezaka nitady vahaolana hatrany ny Fanjakana ny amin’ny fahafahana mamerina azy ireo eto an-tanindrazana.

Raha tsiahivina nandritra ny tafa nivantana nataon’ny Filoha, tamin’ny alahady lasa teo, no nanambaràny fa reny avokoa ireo fitarainana rehetra ireo saingy tsy maintsy niatrika ny fifehezana ny valanaretina aloha ny Fanjakana. “Hitako ary reko ny antso vonjy nataon’ireo Malagasy tavela any ivelany. Tsapako ary mandona ny fo ny kiakiaka filàna vonjy ataon’izy ireo any an-tanin’olona. Tsy maintsy fehezina ny valanaretina satria miatrika ady mafy isika tao anatin’izay efa-bolana sy telo herinandro izay. Efa ela izy ireo no niantso indrindra ireo tantsambo, ao ireo nitsabo tena ary ao ihany koa ireo mpianatra nahavita fianarana”, hoy ny Filoha.   Hizara andiany roa

Araka ny tahirin-kevitra eo anivon’ny Minisiteran’ny raharaham-bahiny izay manana andraikitra voalohany amin’ny fampodiana ireto teratany malagasy ireto dia miisa 160 ireo Malagasy tokony hiverina an-tanindrazana. Misy ny lamina apetrak’izy ireo ao anatin’izany. Misy andiany roa ny fampodiana ireo Malagasy tavela any ivelany, ka ireo izay tena efa tsy manan-koraisina intsony no halefa amin’ny andiany voalohany izay vao manaraka ny ambiny. Mipetraka hatrany ny fanarahan’izy ireo ny fepetra ara-pahasalamana.

“Tsy maintsy misy ny fepetra horaisina. Isan’izany ny fanaovana fitiliana telo andro mialoha ny hiaingana. Rehefa tonga an-tanindrazana dia hatao fitiliana indray. Hapetraka any amin’ny toerana mitokana mandritra ny telo na efatra andro mandra-pivalin’ ny fitiliana izay hatao”, hoy ny fanazavana. Araka ny fampahafantarana efa nataon’ny Filoham-pirenena dia fiaramanidin’ny Air Madagascar no hisahana ny fakana ireo Malagasy te-hody.

Tsiahivina hatrany fa ny sabotsy 15 Aogositra izao no hisy ny andiany voalohany ary ny 22 Aogositra kosa ny andiany faharoa ho an’ny sidina mankany Eoropa haka ireo teratany malagasy te-hiverina an-tanindrazana ireo. Ny alarobia 19 kosa ny sidina ho an’ireo tavela any Inde.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA AN-TSOKOSOKO : Misandoka ho mpitatitra mpiasa ireo mpamily tratra teny Ivato

Ny faran’ny herinandro lasa teo, nanatanteraka fitsirihana ny Zandary, nisava fiara izay nihazo an’i Talatamaty sy Ivato iny. Nandritra izany, fiara “mercedes sprinter“ miisa roa sy “Toyota minibus” iray no tratra nitondra mpandeha an-tsokosoko, vao maraina mangiran-dratsy, tokony ho tamin’ny dimy ora. Rehefa nanao fizahana ny Zandary dia hita fa samy nitondra mpandeha miisa 32 avy ilay fiara sprinter, mpandeha miisa 15 kosa no hita tao amin’ilay Toyota minibus.

Tamin’izay fotoana izay dia nilaza sy nisandoka ho mpitatitra mpiasa amina orinasa tsy miankina ilay mpamily sy ny mpanampy azy, nametrahan’ ireto farany takelaka misy soratra hoe “ transport personnel” ireo fiara ireo. Fantatra moa fa fitaka nentina hialana ireo mpitandro filaminana mba tsy ho voasakana fotsiny ny antony nanaovan’ireo mpamily izao toe-javatra izao. Avy hatrany moa dia nanapa-kevitra ny Zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-paritra Ambohidratrimo fa hanasazy ireto mpamily sy ny mpanampy azy tratra ireto. Nogiazana, nampidirina am-balam-pamonjana ireo fiara, nampidirina “violon” 48ora ny mpamily sy ny mpanampy azy. Hatreto, mbola mitohy ny fanadihadiana ary ho an’ny 15 andro manaraka mahakasika ny fahamehana ara-pahasalamana manomboka ny herinandro vaovao ity indray ity hanamafy ny fisavana ireo fiara mivezivezy indray ny mpitandro filaminana eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

VATSY TSINJO - BORIBORINTANY VI : Tokantrano 9 250 no efa nanaovana fanadihadiana

Samy tompon’andraikitra amin’izany ny Minisitera tsirairay avy sy ny mpikambana rehetra eo anivon’ny Governemanta. Ho an’ny Minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy, ny Boriborintany fahaenina no niandraiketan’izy ireo. Araka ny fantatra, nahatratra 9 250 ireo tokantrano nanaovan’izy ireo fanadihadiana nanomboka tamin’ny 7 Aogositra lasa teo, ka ny fokontany 4 amin’ireo 7 no efa vita tanteraka.

Ny mpiasa eo anivon’ny Minisitera miaraka amin’ireo rantsa-mangaika rehetra no miara-misalahy amin’ny fanangonana ireo anarana eny anivon’ny Fokontany ary kendrena ho vita amin’ity herinandro ity izany. Hentitra ny toromarika nomena ireo mpanao fanadihadiana. 

Tsy maintsy hamarinin’izy ireo amin’ny antsipiriany ny mombamomba ny mponina tsirairay, ny asany ary ny fidiram-bolany ao anatin’izao hamehana ara-pahasalamana izao. Rehefa vita izany rehetra izany vao atambatra ary marihina avy hatrany ireo tokony hisitraka ny fanampiana. Tanjona amin’ity hetsika ity moa ny hamaritra ireo olona tena sahirana sy tokony hisitraka ny "vatsy tsinjo" 

N.A

Ino Vaovao0 partages

FILANA TETEZANA AO AMBONDRONA : Miantso vonjy amin’ny kaominina ny mponina

Efa nivoaka ihany ny tolo-bidy hanamboarana ny tetezana, araka ny fangatahan’ny mponina mpahazo tombontsoa. Dingana maro no efa nataon’ny tompon’ andraikitra ao amin’ny fokontanin’ Ambondrona, fotoana maro lasa izay, saingy tsy mbola nankatoavin’ny kaominina ambonivohitr’i Mahajanga ny taratasy fanamboarana kasaina hatao. 

Miantso ny fiadidiana ny tanàna, araka izany, ny vahoaka sahirana amin’ny fahatapahan-dalana noho ny ranobe eo amin’ilay hady ka nilazan’izy ireo fa "ny kaominina no sakana tsy nanombohan’ny asa hatramin’izay".

Marcos

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY ATITANY : “Hohadihadiana ireo Sefo Fokontany nahazoana fitarainana”

Niteraka korontana teo anivona Fokontany maro teto an-drenivohitra ny disadisa naterak’izany. Tsy ho afa-bela fa tsy maintsy hanaovana fanadihadiana lalina ireo Fokontany rehetra nampitaraina vahoaka fa tsy manao ny asany ara-dalàna, araka ny nambaran’ny Minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, Tianarivelo Razafimahefa. 

Nohamafisiny fa hoesorina avy hatrany amin’ny toerany ary hosoloina ireo tompon’andraikitra voalohany eny anivon’ny Fokontany izay manao ny tsy mety ireny. “Misy ireo sefo Fokontany tena miasa andro aman’alina ary tena manao ny ainy tsy ho zavatra. Kanefa misy ihany koa ireo azon’ny fakam-panahy ka manao ny tsy mety dia ireny no tsy maintsy hanaovana ny fanadihadiana. Raha hita fa mitombina mazava tsara ny tsy mety nataony dia hampiharina aminy ny fanesorana azy”, hoy ny Minisitra. Araka ny fepetra vaovao napetraka dia tsy tendrena intsony ny sefo Fokontany manomboka izao fa fidiana ary hanao fandatsaham-bato amin’izay ny vahoaka eo amin’ilay fokontany. 

Tamin’ny volana avrily lasa teo no fantatra fa efa tokony ho niroso tamin’izay fifidianana izay ny teny anivon’ny Fokontany, saingy noho ny fisian’ity valanaretina ity dia tsy maintsy nahemotra izany. Nanamafy ny Minisitra fa raha vantany vao tapitra izao ady ara-pahasalamana izao dia tsy maintsy hirosoana avy hatrany io fifidianana lehiben’ny Fokontany io.

“Raha ny tena marina dia tokony efa tany amin’ny volana avrily tany isika no nanao fifidianana teny amin’ny Fokontany saingy noho ity zava-mitranga maneran-tany ity dia mbola tsy afaka niroso tamin’izay isika. Rehefa afaka ity ady amin’ny Coronavirus ity ka hita fa efa afaka hiroso amin’izay fifidianana izay isika dia hotanterahina izany”, hoy hatrany ny fanazavana.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Des footballeurs en mode « BoGasy » - Un rêve d’habiller des stars réalisé !

Cela fait une dizaine d’années que la marque « BoGasy Madagascar » a été créée par Hasimalala Kelhie, une jeune femme pleine de ressources et d’énergie. Après tant de recherches et de professionnalisme, ladite marque a été lancée officiellement  l’année dernière. Depuis, les commandes se sont multipliées et beaucoup de Malagasy et même d’étrangers s’y intéressent. Non seulement, la marque BoGasy s’est fait un nom auprès des fashionistas malagasy mais a également été  applaudie  par les fans du ballon rond à Madagascar et même à l’international en habillant le footballeur international français Kylian Mbappé.Un joueur de PSG en mode BoGasy Madagascar « Une amie guadeloupéenne est venue à Madagascar en décembre 2019. En étant une proche de  la  famille Mbappé,  elle m’a proposée  de lui offrir un ou deux des costumes pour voir.  J’ai donc accepté juste comme ça. Il a reçu deux tenues confectionnées à l’aveuglette à partir de sa morphologie vue sur ses innombrables photos, le mois de janvier dernier. Mais c’était le jour J, c’est-à-dire le jour de la finale de la coupe de  France 2020 que j’ai appris que Kylian Mbappé est bel et bien vêtu d’une de mes créations.  Je ne le connaissais  pas, il était juste un sportif de haut niveau français pas plus  célèbre qu’Abel Anicet ou encore Bolida», nous a confié Hasimalala Kelhie. « J’ai toujours rêvé d’habiller les stars. Tout a commencé en 2009 lorsque j’ai décidé  d’habiller  en tee-shirt BoGasy  mes camarades de classe de seconde. A l’époque, le projet n’était qu’une illusion mais  10 ans plus tard, les idées ont  été reprises d’une manière  encore plus intéressante », souligne-t-elle. Habilleuse des BareaQui n’enviait pas ces jeunes hommes toujours photographiés en maillot trempé de transpiration mais qui ont été vêtus de beaux costumes  signés BoGasy. Et oui,  la jeune femme a décroché le paquet en étant l’habilleuse des footballeurs les plus appréciés de toute une population à Madagascar et pourquoi pas dans le monde entier. « La rencontre avec les Barea a été tout simplement providentielle. Mon rêve  d’enfant d’habiller de grandes stars s’est  finalement concrétisé », s’éclate-t-elle. Une femme unique et indépendante Composée de 15 personnes, la société BoGasy Madagascar, pilotée par Hasimalala Kelhie avec le célèbre chanteur Shyn  comme ambassadeur et l’attaquant des Barea Lalaina Nomenjanahary  connu sous le nom de Bolida  comme égérie, réalise des vêtements « Classique Chic » avec 11 talentueux couturiers. La propriétaire de la marque Bogasy est une conseillère en image et en stylisme. Toutefois, elle n’a pas suivi des études de couture.  C’est une jeune femme qui veut faire connaitre Madagascar dans le monde entier à travers ses productions.   « A l’université, je me suis intéressée à la communication. Une fois les cursus universitaires terminés, j’ai suivi une formation  en ligne chez IRD Paris pour être conseillère en image. Au cours de mon parcours académique, j’ai appris à parler quatre langues qui sont le malagasy, le français, l’anglais et le mandarin.  Ma carrière professionnelle a débuté en tant que commerciale chez un opérateur téléphonique. Avec les expériences acquises, je me suis lancée progressivement dans mon domaine d’étude en montant une agence de voyage et de communication. Un large moment  s’est écoulé, j’ai fini par créer une boîte spécialisée  dans l’organisation événementielle et  la décoration. J’ai franchi pas mal d’étapes avant d’être aujourd’hui  avec BoGasy Madagascar», a-t-elle révélé.   A la hauteur de ses talons, elle surpasse et demeure toujours efficace.  Récemment, elle vient de lancer sa collection  femme « Queen Dom ». Ce mois d’août, elle se concentre à trouver les mannequins qui défileront avec la marque BoGasy.   Et prochainement sera lancé un projet de formation « VIP  Man ». Les détails seront fournis au moment venu nous a-t-elle conclu au cours d’une interview exclusive.  K.R.

La Vérité0 partages

Saoudi Pro League - Cinq choses à savoir sur Carolus

Carolus Andrea brille de mille feux. L’attaquant malagasy est l’un des meilleurs joueurs étrangers évoluant en Arabie Saoudite. Il s’agit de Carolus Andriamahitsinoro. Ce malgacho-algérien fait parler la poudre dans le Saoudi Pro League. Pas plus tard que ce weekend, il a encore trouvé les chemins du filet  en offrant la victoire à son équipe l’Al Adalah avec deux buts à un dont le premier a été marqué à la 64eme minute de jeu. La cote de popularité de l’international malagasy a permis aux observateurs du championnat saoudien de le placer parmi les meilleurs de la compétition.Meilleur buteur du championnat malagasyAvant son coup-franc victorieux contre le Nigéria (2-0), Carolus a empilé les pions avec l'Académie Ny Antsika, son club formateur. Particulièrement lors de ses trois dernières saisons entre 2007 et 2010 lors desquelles l'avant-centre d'1m72 se faisait la terreur des stades malagasy. C'est simple, les Barea de Madagascar ont terminé consécutivement trois fois meilleurs buteurs du championnat national. Un sens du but singulier pour un triplé historique qui a logiquement attisé les convoitises des clubs d'Afrique du Nord. En particulier celles du WA Tlemcen, qu'il rejoint au mercato estival 2010.Plus de 100 matches de première division algérienneQue ce soit au WA Tlemcen puis à l'USM Alger, l'international malagasy s'est imposé partout où il est passé, usant de sa qualité de percussion et de débordement dans son couloir. Son meilleur exercice reste celui de 2011-2012 lors duquel Carolus a planté pas moins de 10 buts. Pas mal pour un ailier. En sept saisons algériennes, le joueur de 29 ans a soigné ses statistiques sur les pelouses algériennes : 26 buts pour 128 rencontres. Et il demeure très apprécié !Battu en finale de Ligue des champions d'Afrique 2015C'est le meilleur niveau de compétition qu'il ait atteint dans sa carrière. Au terme d'une saison 2014-2015 où il n'a jamais autant joué (38 rencontres toutes compétitions confondues) mais paradoxalement presque jamais aussi peu marqué (5 réalisations dont deux en C1 africaine), Carolus Andriamahitsinoro a participé à la finale de Ligue des champions d'Afrique 2015 avec l'USM Alger contre le TP Mazembe. Enfin, seulement au match retour, puisqu'il était suspendu lors du premier round. Titulaire sur son aile, le Malagasy n'a malheureusement pas pu empêcher une défaite logique des siens contre l'expérimenté club congolais (1-2, 2-0).Il a la double nationalité malagasy et algérienneArrivé en terre nord-africaine du haut de ses 21 printemps, l'attaquant s'est parfaitement adapté au rythme de vie et à la culture algérienne. Sa double nationalité malagasy et algérienne ne l'a pas empêché de continuer de mouiller le maillot des Zébus de Madagascar à la suite de sa carrière.Come-back manqué en 2018 à l'USM AlgerParti pour l'Eden financier saoudien du club Ohod et pour un salaire (beaucoup) plus conséquent à l'été 2018, Carolus n'y a en contrepartie  pas trouvé son compte sportivement. Contrarié par une blessure à un genou, le trublion offensif a vécu une saison contrastée, même décevante avec seulement deux petits buts en onze rencontres. A tel point qu'il aurait formulé à ses anciens dirigeants algérois son envie de come-back pour relancer sa carrière sportive. Très apprécié au sein de l'USMA pour son sérieux et sa polyvalence, il voit néanmoins un possible recrutement bloqué par le quota de joueurs étrangers du club. Le droitier a finalement rejoint Al-Adalah, toujours en Arabie Saoudite. Et a fini meilleur buteur de la saison 2018-2019 avec 22 réalisations. Ses performances durant la CAN s'inscrivent dans la continuité de cet exercice prolifique.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Subventions à rembourser de la CNaPS - Les avis des syndicats divergent !

Certains sont d’accord, d’autres s’y opposent. Lors de son intervention à la chaine nationale, dimanche dernier, le Président de la République Andry Rajoelina a confirmé l’existence d’un budget destiné pour les subventions remboursables de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS) pour les employés du secteur privé. Cette proposition fait toutefois l’objet d’une divergence d’options entre les syndicats des travailleurs, entre autres l’Union des syndicalistes autonomes de Madagascar (USAM) et la Confédération chrétienne des syndicats malgaches (SEKRIMA). Le premier s’oppose au remboursement des subventions proposées aux employés cotisants de la Caisse. Ses membres réclament l’octroi d’aide gratuite, au lieu d’un prêt, même sans intérêt. Comme argument, les syndicalistes avancent la difficulté endurée par les travailleurs en ce temps de crise alors que la CNaPS a les moyens de leur venir en aide. Les subventions remboursables constitueraient un endettement de plus, alors que les employés meurent à petit feu. Ils ont même fait une pétition pour confirmer leur protestation au projet. Pour sa part, le SEKRIMA approuve la proposition présidentielle et la décision de la CNaPS sur le déblocage des subventions remboursables. Celles-ci allègeront les problèmes financiers des employés en détresse, d’autant plus que leur remboursement se fera sans intérêt. « Normalement, la CNaPS n’est pas une entité proposant ce genre de service à ses affiliés. Il s’agit d’une mesure exceptionnelle en cette situation exceptionnelle. Après leur concertation, les membres du Conseil d’administration de la Caisse ont pu trouver un consensus pour la facilité de remboursement du prêt. Un décret y afférent est attendu pour bientôt », informe Rémi Botodia, dudit syndicat. Ce leader syndical souligne le fait que les travailleurs ont le choix de demander ou de se passer de ces subventions remboursables. Les remboursements débuteront quelques mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire et ce pour 12 mois.Le Président de la République a livré quelques détails lors de son intervention télévisée. Selon ses explications, un budget de 50 milliards d’ariary est alloué pour ce projet au profit des employés du secteur privé inscrits à la CNaPS. Ceux travaillant dans le secteur du tourisme et de l’enseignement privé seront les prioritaires. Ils peuvent emprunter entre 200 000 et 500 000 ariary, soit un mois de salaire. Le remboursement se fera à partir de janvier 2021, avec 10 % de leur salaire mensuel. Pour les enseignants privés, les établissements où ils sont inscrits se chargent des demandes et de la collecte des dossiers y afférents. Le lancement de la distribution de ces subventions remboursables se fera le 24 août prochain.Recueillis par Patricia R. 

La Vérité0 partages

Rapatriement de 1 600 Malagasy - La procédure est enclenchée !

Le premier vol pour samedi. L’Europe sera la première destination du vol de rapatriement effectué par la compagnie Air Madagascar. Cette initiative fait notamment suite à la déclaration du Président de la République, Andry Rajoelina, lors de son intervention dimanche dernier, sur la chaîne locale pour annoncer les nouvelles mesures adoptées pour les deux prochaines semaines. Dans un communiqué, Air Madagascar a donc annoncé que : « le premier vol de rapatriement au départ de l’extérieur vers Madagascar est programmé le samedi 15 août prochain reliant Paris-Marseille-Antananarivo », soit le début d’une série de vols avec une fréquence d’un vol par semaine. Mais les détails de chaque rapatriement seront dévoilés ultérieurement. Les ressortissants malagasy souhaitant regagner le territoire via ce vol devront alors rejoindre l’une de ces villes. Depuis le début du confinement et la suspension de toute liaison aérienne et maritime, près de 1 600 ressortissants malagasy bloqués à l’étranger ont en effet demandé l’organisation de vols de rapatriement pour pouvoir rentrer au pays. Toutefois, à cette période, le risque de transmission était encore trop grand empêchant toute organisation. Depuis, ce risque s’est allégé, d’où la décision des autorités à procéder à ces vols de rapatriement. Cette procédure est ainsi menée conjointement par Air Madagascar et le ministère des Affaires étrangères. CritèresPour pouvoir bénéficier de ces vols, les futurs passagers devront alors passer en premier lieu par les représentations diplomatiques de Madagascar dans leur pays hôte.  « Les personnes concernées seront invitées à approcher l’ambassade ou la représentation diplomatique de Madagascar pour procéder à leur inscription sur la liste de rapatriement. Seules ces entités officielles sont habilitées à recueillir les inscriptions et à établir les listes. Aucune inscription ne pourrait être effectuée ou reçue au niveau des agences de la compagnie », a expliqué la direction de la compagnie aérienne. Une fois triées et établies par les autorités, ces listes seront régulièrement communiquées au siège d’Air Madagascar à Antananarivo. Elle se chargera ensuite de contacter une par une, toutes les personnes inscrites sur la liste pour l’achat des billets. Dans tous les cas, des critères de sélection ont été mis en place. Ces critères permettront de définir les catégories de personnes prioritaires comme les missionnaires, les stagiaires, les fonctionnaires mais aussi les touristes bloqués et les étudiants présentant des preuves de vulnérabilité extrême. Cependant, des critères « d’utilité » devraient également être appliqués pour permettre par exemple au personnel médical de regagner au plus vite le territoire afin de contribuer à la lutte contre la propagation de cette pandémie de coronavirus. Frais et billetsEn termes de frais, le ministère des Affaires étrangères a précisé que : « les frais de transport aérien seront à la charge de l’intéressé. Seuls les contrôles sanitaires seront pris en charge par l’Etat malagasy ». « S’agissant de vols de rapatriement et donc de vols non-commerciaux, des tarifs spécifiques seront établis en fonction des liaisons effectuées. Et sur un même vol de rapatriement, un tarif unique sera appliqué », rassurent les responsables d’Air Madagascar. Ces tarifs sont d’ores et déjà consultables auprès des ambassades et des consulats de Madagascar. Comme les trois premières vagues de rapatriement à savoir en provenance de l’Afrique, de l’île Maurice et du Koweït, les passagers de ces vols devront se soumettre au test PCR et à une période de confinement de quatre jours dans l’attente des résultats. Si le test est négatif, ils pourront rejoindre leurs familles sinon, ils devront suivre le traitement. En tout cas, les rapatriements devront s’enchainer dans les prochaines semaines. Rova Randria

La Vérité0 partages

Dérogation pour les Malagasy devant poursuivre leurs études à l’extérieur - Précisions supplémentai...

La mesure en question fait partie de celles annoncées par le Président de la République Andry Rajoelina lors de son intervention télévisée de dimanche dernier. Le Chef de l’Etat a en effet annoncé l’autorisation pour les étudiants malagasy devant poursuivre leurs études à l’étranger de sortir du pays sur présentation de pièces justificatives à savoir notamment un visa pour ceux qui sont dans la Capitale. Une dérogation spéciale a été accordée aux étudiants habitant des Régions à rallier Antananarivo pour régulariser leurs dossiers, étant donné que les déplacements vers et hors de la Région d’Analamanga sont encore suspendus pour cause de Covid-19. Le coordonnateur national du Centre de commandement opérationnel – Covid-19 a apporté des précisions hier concernant les déplacements de cette seconde catégorie d’étudiants sur les routes nationales. Le Général Elack Andriakaja Olivier précise notamment les dossiers à présenter au niveau des contrôles routiers le cas échéant. Les étudiants sont ainsi invités à porter sur eux une copie de l’attestation de réservation du billet d’avion, une copie du passeport ayant au minimum 6 mois de validité et une copie du certificat de préinscription. Une copie de la lettre de confirmation de rendez-vous, surtout pour les visas Schengen, auprès du TLS, est requise pour les étudiants qui souhaiteraient rejoindre l’étranger pour la première fois, précise le coordonnateur du CCO-Covid-19. Notons qu’un premier vol pour les étudiants allant en Europe est prévu ce 21 août via la compagnie aérienne Air Madagascar.La rédaction

La Vérité0 partages

Concentrateurs d’oxygène importés - Arrivée de la seconde livraison

C’était annoncé. Le second arrivage des nouveaux équipements sanitaires contre la Covid-19 a été débarqué à l’aéroport international d’Ivato hier dans le début de l’après-midi. Le ministre de la Santé Ahmad Ahmad, le Secrétaire général adjoint auprès de la Présidence, Dina Andriamaholy, ainsi que le coordonnateur du Centre de commandement opérationnel – Covid-19, le Général Elack Andriajaka Olivier ont fait le déplacement dans le nord de la Capitale pour réceptionner cette seconde vague d’équipements. En provenance de la République populaire de Chine, cette deuxième livraison comprend, selon le ministre de la Santé, 1 095 concentrateurs d’oxygène. Le Professeur Ahmad Ahmad affirme que ces équipements ont été commandés par l’Etat malagasy pour renforcer la stratégie de riposte contre la Covid-19 dans la Grande-île. Ce second arrivage ne représente qu’une partie des concentrateurs d’oxygène et autres équipements importés par l’Etat malagasy afin de renforcer la lutte contre la Covid-19.  Pour répondre aux besoins des centres hospitaliers chargés du traitement des patients atteints du coronavirus, l’Etat a passé une commande de près de 2 400 concentrateurs d’oxygène. Dimanche dernier, la première vague de concentrateurs d’oxygène, importée par l’Etat malagasy pour renforcer la lutte contre la pandémie du coronavirus, était arrivée à l’aéroport de la BANI Ivato. Plus de cinq cent cartons contenant des concentrateurs d’oxygène et des lunettes nasales à oxygène ont été réceptionnés. Presque un millier de ces équipements seraient donc encore attendus dans la Grande-île.Les équipements nouvellement livrés seront répartis immédiatement dans les hôpitaux et centres de santé de base qui assurent le traitement et la prise en charge des malades du coronavirus à travers le territoire malagasy.  A entendre les explications du ministre de la Santé, ces équipements seront notamment livrés en priorité dans les zones où la phase épidémiologique est dans la phase croissante. Les Régions qui ne disposent pas de ces concentrateurs seront également dotées de cet équipement primordial dans la lutte contre la Covid-19. Faut-il en effet rappeler que le concentrateur d'oxygène est un appareil à usage médical destiné aux personnes souffrant d'insuffisance ou de détresse respiratoire, qui est une caractéristique des cas graves du coronavirus conduisant les patients concernés à être hospitalisés voire admis en service de réanimation.La rédaction

La Vérité0 partages

Célébration du 10 août - Occultée par la crise sanitaire

La commémoration du 29e anniversaire du « samedi rouge » est passée presque inaperçue cette année. Seuls le récit et des commentaires illustrés à l’aide d’une vidéo disponible en ligne, diffusée en boucle par quelques stations dont la TVM, ont marqué la commémoration lundi. Outre le témoignage d’un journaliste senior de la chaîne publique, seuls les anciens ministres Désiré Philippe Ramakavelo et Gilbert Raharizatovo ont donné un bref aperçu historique de l’événement à l’origine de la naissance de la Troisième République.D’emblée, les principaux meneurs des Forces vives à la tête des mouvements politiques visant le départ forcé du président de l’époque, l’amiral Didier Ratsiraka, ne sont plus de ce monde. Ce sont par exemples : le pasteur Richard Andriamanjato, Francisque Ravony, Germain Rakotonirainy, Manandafy Rakotonirina, le professeur Albert Zafy, Dr Emmanuel Rakotovahiny...Ceux qui sont encore en vie sont des has been considérés parmi les catégories les plus vulnérables à la contamination du coronavirus. Force leur est de se terrer chez eux pour se garder de tout contact susceptible de les exposer au risque. Tel serait le cas des politiciens comme Daniel Ramaromisa et Pierre Randrianantenaina ainsi que le général Jean Rakotoharison dit « Voaibe ». D’autres compagnons de lutte aussi habitent loin d’Antananarivo pour ne citer que le professeur Henri Rasamoelina qui réside à Fianarantsoa.DéliquescenceLe politicien Alain Ramaroson, même s’il n’est pas un leader des Forces vives à l’époque, s’attribue volontiers le devoir de commémorer régulièrement avec des alliés le 10 août. Mais, le confinement étant, il ne n’est pas non plus manifesté cette année, laissant ainsi le champ libre à l’opposition qui a récupéré la date pour se faire entendre. Les opposants ont pourtant choisi de rester entre les quatre murs au lieu de marquer leur présence sur l’endroit symbolique du mouvement sur la place du 13 mai à Analakely.Exaspérés par la déliquescence la vie sociopolitique longuement dominée par l’idéologie d’inspiration léniniste-marxiste matérialisée par le Livre rouge de l’Avant-garde pour la rénovation de Madagascar (AREMA) et les abus perpétrés par les dirigeants imbus de leur position, des syndicalistes et politiciens se donnaient rendez-vous au COUM 67 ha à Antananarivo pour célébrer la fête du travail du 1er mai 1991.C’était le point de départ des manifestations qui migraient sur le centre-ville où les slogans « Handrodana ny mandan’i Jerikô » et « Ento miakatra ity firenena ity » étaient scandés à longueur des mois sous l’effet des discours enflammés des politiciens. Un Gouvernement insurrectionnel avec comme Chef d'Etat le Général retraité Jean Rakotoharison et comme chef de Gouvernement le professeur Albert Zafy s'y est formé le 16 juillet. La demande de démission de l’amiral est devenue un leitmotiv désormais.Effusion de sangPour faire bouger davantage les choses, une marche pacifique à laquelle un peu moins d’un million de citoyens participaient était organisée le 10 août. Le but était de faire partir le Président alors confiné au Palais d’Iavoloha, classé zone rouge et hautement gardé par le Régiment de la sécurité présidentielle (RESEP) appuyé par des éléments de l’ethnie Ntandroy.Alors que le cortège pénétrait les quartiers voisins immédiats du Palais, les tirs à balles réelles commençaient à fuser sur ordre de l’occupant du lieu. Projectiles mortels et dangereuses pierres catapultées à l’aide des frondes maniées par les Ntandroy atteignaient les manifestants sans armes. L’hélicoptère présidentiel lançait aussi des grenades offensives sur eux. L’effusion de sang ainsi inévitable faisait plusieurs victimes dont le nombre réel n’a jamais été établi.La suite de l’événement a débouché sur la désignation du pharmacien Guy Willy Razanamasy comme Premier ministre, qui a présenté son Gouvernement le 25 août. Les pourparlers politiques d’alors ont été tels que des militaires sous la férule du Général Désiré Philippe Ramakavelo ont forcé les protagonistes à trouver un terrain d’entente au cours d’un tête-à-tête de trois jours, du 29 au 31 octobre, à l’hôtel Panorama à Andrainarivo.Suite de l’histoireLa Convention du 31 octobre ou la Convention du Panorama a mis fin à toutes les hostilités. Elle s’est donné l’objectif d’élaborer la mouture de la nouvelle Constitution à la place de la Constitution de 1975. Le projet de texte a été inscrit à la loi 91-031 adoptée le 21 novembre 1991. De fait, la Convention a prévu la suspension de toutes les institutions au profit de la mise en place de la Haute autorité de l’Etat présidée par le professeur Albert Zafy.La Constitution de la Troisième République sera plus tard approuvée. Le premier tour des présidentielles du 25 novembre et le second tour du 10 février 1993 seront en faveur du professeur, obligeant ainsi l’amiral à quitter le pouvoir. Le propos qu’il répétera à l’envie sera : « Mandefitra manana ny rariny ». Il ne tardera pas pourtant à revenir au pouvoir et nous savons tous la suite de l’histoire.« Depuis plus d’un quart de siècle, le 10 août est passé dans la trappe de l’oubli. Cependant, au nom du devoir de mémoire, il faut rétablir la vérité historique surtout que quelques protagonistes sont encore en vie », a écrit le journaliste senior Jeannot Ramambazafy le 10 août 2017 à l’occasion du 26e anniversaire de l’une des tragédies de l’histoire postindépendance de Madagascar. C’est encore le cas de le dire deux ans plus tard.M.R.

La Vérité0 partages

Du bluff à la farce

De qui se moque-t-on ! Dans ce beau pays qui est le nôtre, on se permet de mener en bateau le peuple. Et cela, sans aucun souci ni respect d’autrui. A Madagasikara, certains acteurs de la vie politique nationale foulent aux pieds les principes  de base de l’éthique politique. Coup de bluff ! Les membres du RMDM persistent  et signent pour la tenue d’une consultation nationale prévue pour le 10 août. Jusque-là, rien de répréhensible dans la mesure où dans une République respectant le minimum de la démocratie, on ne jette pas des bâtons dans les roues de la liberté de réunion et d’expression. Chaque citoyen jouissant pleinement de ses droits civiques peut librement exprimer son opinion. Ainsi, la liberté de presse, à titre d’exemple, est une chose vécue au quotidien à Madagasikara surtout à l’avènement de ce régime issu des élections libres à partir de 2018.Seulement voilà, dans le contexte précis auquel le pays traverse en ce moment-ci, l’état d’urgence sanitaire, il existe des restrictions, jusqu’à  empiéter la liberté individuelle, auxquelles tout le monde, sans exception, doit impérativement se soumettre. Toute manifestation ou réunion publique à plus  de cinquante individus est formellement interdite et ce pour éviter la propagation rapide de  la Covid-19.Au-delà de cette consigne ignorée par les meneurs du RMDM, on ne peut pas s’empêcher de relever le coup de bluff sciemment voulu. En effet, les compagnons de Tsarahame clamaient fort que 10 000 sympathisants ou autres participeront à la consultation de ce 10 août. Pour une plateforme ne jouissant pas d’une adhésion populaire comme telle, il s’agit quand même d’un effectif plus qu’éloquent. Le RMDM ne dispose aucune base réelle et donc c’est une vulgaire blague ou un banal bluff de claironner qu’on va réunir 10 000 participants. La preuve, le jour J, le 10 août, il n’y avait à tout casser que 200 personnes présentes. Et Dieu sait de quelle manière a-t-on pu les ramasser ! Par quelles espèces sonnantes et trébuchantes ?Le choix de la date du 10 août n’est pas, comme on le sait, le fruit du hasard ou anodin. On voudrait rééditer la « tuerie » d’Iavoloha. Quelle bourde ! Attention Monsieur Ravalomanana et consorts, on n’est pas dupe !Mais la comédie qui se joue à l’intérieur de la gesticulation de ces grosses têtes du RMDM, des marionnettes de l’ancien président Ravalomanana ou, à forte raison, de son allié de circonstance Rajaonarimampianina, fait tiquer plus d’un. Quand on se donne le temps fou de décortiquer les « résolutions » de cette pseudo-consultation, force est de soulever une farce au goût âpre qui se dégage. La conclusion en trois points de la commission juridique fait tomber des nues : « 1/ Condamne le non-respect de l’Etat de droit. 2/ Condamne l’utilisation de la Justice et les Forces de l’ordre à des fins politiques pour réprimer les opposants du régime. 3/ Exige le respect de la liberté d’expression, la liberté de presse et l’accès des opposants à la radio et la télévision publiques ».Encore une fois, de qui se moque-t-on ? Comment un Ravalomanana ou un Rajaonarimampianina osent-ils monter au créneau et proférer de telles énormités ?Du bluff à la farce, le RMDM amuse bêtement la galerie !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Infrastructures touristiques - La population locale, principal bénéficiaire

Les infrastructures touristiques génèrent de multiples retombées sur l’économie et profitent à la population locale. Selon les statistiques de 2011, ce secteur transversal représente 28,9 % des rentrées en devises à travers les recettes touristiques. Il contribue ainsi au développement économique. De plus, celui-ci génère de nombreux emplois directs et indirects, dont le commerce, l’agriculture, l’artisanat, etc. Pour le groupe Kimony Lodges and Resort, environ 400 emplois directs et plus de 1 000 autres indirects ont pu être générés auprès de 5 villages, à savoir Kimony village centre, Kimony plage, Kirintsy be, Ambalanomby et Andimaka.En s’investissant dans le secteur depuis une dizaine d’années, le groupe travaille de plus en plus en faveur des autochtones, outre sa contribution au développement du tourisme à travers le packaging des nouveaux hôtels. La population locale est prioritaire pour les activités menées dans la Région de Menabe. Les autochtones sont les premiers à être embauchés et formés dans les hôtels et restaurants du groupe. Aussi, ce dernier investit dans la responsabilité sociétale d’entreprise (RSE), en œuvrant dans la construction d’écoles ou encore de forages afin de faciliter l’accès à l’eau potable pour les villageois. Cette action contribue à la baisse du taux de mortalité infantile et la lutte contre la bilharziose. Actuellement, plus de 5 points d’eau sont en place. Outre le volet social, Kimony Lodges and Resort participe à l’amélioration de l’environnement naturel, en faisant des reboisements massifs dans les zones dénudées ou dégradées. Le groupe collabore avec des partenaires locaux pour mener des reboisements de mangroves dans les zones marécageuses depuis maintenant 2 ans. « Grâce à nos infrastructures hôtelières et nos investissements, on fait connaître la richesse de la Région, comme le cas à Menabe. On fait connaissance à la valeur locale, que ce soit de la culture matérielle ou immatérielle, sans parler de la beauté naturelle», a confié Abdulla Danil, PDG dudit groupe.Recueillis par Patricia R.

La Vérité0 partages

Commercialisation des produits - Un rappel à l’ordre des importateurs et producteurs locaux

2500 tonnes de farine incinérées à Antsiranana. Le non écoulement des stocks durant le confinement détériore la qualité des produits. C’est le cas de ces farines importées dans la Région de DIANA. Cependant, le retour à la normale des activités économiques entraine une hausse de la consommation. Face à la pandémie de coronavirus, le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) rappelle les importateurs et les producteurs locaux concernant la possession d’autorisation de certificat de consommabilité et d’autorisation de mise en commercialisation de leurs produits. « Il est à rappeler que tous les produits alimentaires, importés ou locaux, et commercialisés à Madagascar doivent avoir obtenu préalablement une autorisation de mise en commercialisation délivrée par le ministère en charge du commerce et ses circonscriptions au niveau des Régions », note le circulaire. La ministre de tutelle, Lantosoa Rakotomalala, a par la suite apporté des éclaircissements sur ce point, lors d’une conférence de presse, hier à Anosy. Selon ses dires, la question d’hygiène est cruciale durant cette pandémie. La possession de ces documents permet de connaitre les détails de chaque produit. Et en même temps de protéger les consommateurs. Des contrôleurs de commerce descendront également sur le terrain pour la vérification. « Les produits qui ne sont pas en position règlementaire feront l’objet de retrait au marché à tout moment », souligne la ministre. Toutefois, le numéro un du département appelle à la responsabilité de tout un chacun dans cette bataille. Concernant la question de qualité et d’hygiène, une sensibilisation des petits commerçants est déjà en vue. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Des footballeurs en mode « BoGasy » - Un rêve d’habiller des stars réalisé !

Cela fait une dizaine d’années que la marque « BoGasy Madagascar » a été créée par Hasimalala Kelhie, une jeune femme pleine de ressources et d’énergie. Après tant de recherches et de professionnalisme, ladite marque a été lancée officiellement  l’année dernière. Depuis, les commandes se sont multipliées et beaucoup de Malagasy et même d’étrangers s’y intéressent. Non seulement, la marque BoGasy s’est fait un nom auprès des fashionistas malagasy mais a également été  applaudie  par les fans du ballon rond à Madagascar et même à l’international en habillant le footballeur international français Kylian Mbappé.Un joueur de PSG en mode BoGasy Madagascar « Une amie guadeloupéenne est venue à Madagascar en décembre 2019. En étant une proche de  la  famille Mbappé,  elle m’a proposée  de lui offrir un ou deux des costumes pour voir.  J’ai donc accepté juste comme ça. Il a reçu deux tenues confectionnées à l’aveuglette à partir de sa morphologie vue sur ses innombrables photos, le mois de janvier dernier. Mais c’était le jour J, c’est-à-dire le jour de la finale de la coupe de  France 2020 que j’ai appris que Kylian Mbappé est bel et bien vêtu d’une de mes créations.  Je ne le connaissais  pas, il était juste un sportif de haut niveau français pas plus  célèbre qu’Abel Anicet ou encore Bolida», nous a confié Hasimalala Kelhie. « J’ai toujours rêvé d’habiller les stars. Tout a commencé en 2009 lorsque j’ai décidé  d’habiller  en tee-shirt BoGasy  mes camarades de classe de seconde. A l’époque, le projet n’était qu’une illusion mais  10 ans plus tard, les idées ont  été reprises d’une manière  encore plus intéressante », souligne-t-elle. Habilleuse des BareaQui n’enviait pas ces jeunes hommes toujours photographiés en maillot trempé de transpiration mais qui ont été vêtus de beaux costumes  signés BoGasy. Et oui,  la jeune femme a décroché le paquet en étant l’habilleuse des footballeurs les plus appréciés de toute une population à Madagascar et pourquoi pas dans le monde entier. « La rencontre avec les Barea a été tout simplement providentielle. Mon rêve  d’enfant d’habiller de grandes stars s’est  finalement concrétisé », s’éclate-t-elle. Une femme unique et indépendante Composée de 15 personnes, la société BoGasy Madagascar, pilotée par Hasimalala Kelhie avec le célèbre chanteur Shyn  comme ambassadeur et l’attaquant des Barea Lalaina Nomenjanahary  connu sous le nom de Bolida  comme égérie, réalise des vêtements « Classique Chic » avec 11 talentueux couturiers. La propriétaire de la marque Bogasy est une conseillère en image et en stylisme. Toutefois, elle n’a pas suivi des études de couture.  C’est une jeune femme qui veut faire connaitre Madagascar dans le monde entier à travers ses productions.   « A l’université, je me suis intéressée à la communication. Une fois les cursus universitaires terminés, j’ai suivi une formation  en ligne chez IRD Paris pour être conseillère en image. Au cours de mon parcours académique, j’ai appris à parler quatre langues qui sont le malagasy, le français, l’anglais et le mandarin.  Ma carrière professionnelle a débuté en tant que commerciale chez un opérateur téléphonique. Avec les expériences acquises, je me suis lancée progressivement dans mon domaine d’étude en montant une agence de voyage et de communication. Un large moment  s’est écoulé, j’ai fini par créer une boîte spécialisée  dans l’organisation événementielle et  la décoration. J’ai franchi pas mal d’étapes avant d’être aujourd’hui  avec BoGasy Madagascar», a-t-elle révélé.   A la hauteur de ses talons, elle surpasse et demeure toujours efficace.  Récemment, elle vient de lancer sa collection  femme « Queen Dom ». Ce mois d’août, elle se concentre à trouver les mannequins qui défileront avec la marque BoGasy.   Et prochainement sera lancé un projet de formation « VIP  Man ». Les détails seront fournis au moment venu nous a-t-elle conclu au cours d’une interview exclusive.  K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Recensement : Dernière ligne droite pour les fonctionnaires

Les agents de l’Etat ont fait le tour des quartiers des 6 arrondissements.

Depuis vendredi dernier, des milliers de fonctionnaires ont été mobilisés pour réaliser un recensement général de la population dans la ville d’Antananarivo. Les données devraient être livrées aujourd’hui.

Dernière ligne droite aujourd’hui pour les fonctionnaires qui ont été mobilisés depuis vendredi dernier pour effectuer un recensement général auprès des ménages dans la ville d’Antananarivo. Les agents de l’Etat ont été appelés à la rescousse pour actualiser la liste des familles nécessiteuses des aides sociales offertes par l’Etat dans le cadre de la crise sanitaire. Une nouvelle liste sortira d’ici quelques jours, laquelle servira alors de base pour la répartition des colis alimentaires dans le cadre du projet Vatsy Tsinjo et de l’enveloppe financière du projet Tosika Fameno. La liste utilisée par les fokontany lors des premiers jours de distribution de ces aides a provoqué un tollé. Des cas d’exclusion de ménages vulnérables ont fait beaucoup de bruits et provoquent la suspension de la distribution des aides dans les quartiers. Le président de la République, quant à lui, a précisé, dimanche dernier, lors de l’émission spécial Covid-19 que « les ménages ne doivent pas bénéficier des deux projets en même temps ».

4 jours. Depuis ce week-end, les agents de l’Etat sont descendus en masse aux fins fonds des quartiers pour identifier les ménages nécessiteux. Au niveau du ministère de la justice, 408 agents ont été mobilisés dans le cadre de ce projet de recensement. 108 agents de ce ministère ont effectué depuis vendredi dernier le recensement dans les 12 fokontany du premier arrondissement de la capitale, si les 300 autres se sont chargés de la saisie des données. Après 4 jours de mobilisation, le ministère de la justice a bouclé son secteur et entame, pour cette journée, le reste de l’informatisation des données recueillies. Pour le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, les employés ont tous été appelés pour cerner les 6 fokontany dans le 2ème arrondissement de la Commune urbaine d’Antananarivo. 90% des travaux sont déjà terminés au niveau de ce ministère, a-t-on indiqué, et cette journée sera consacrée à la dernière phase des saisies des données.

Horaires. Dans une course contre la montre engagée depuis vendredi, le rythme est très tendu au niveau de chaque département ministériel. Les horaires habituels de travail ont été aménagés et sont repoussés, pour certains, presque tard dans la soirée. Car les résultats devraient être livrés ce jour, a-t-on chuchoté. Et l’opération de recensement devrait être terminée aujourd’hui. Toutes les données qui partent alors de chaque unité de saisie mise en place en un temps record au niveau des ministères seront ensuite consolidées au niveau d’une structure ad hoc pour en dégager une liste assainie des futurs bénéficiaires des aides sociales de l’Etat. A part cet objectif, l’opération effectuée permettra aussi à l’Etat de « détenir une base de données fiable sur la situation des ménages à Antananarivo Renivohitra ».

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Dilemme du déconfinement : Beaucoup de salariés et de fonctionnaires contraints à la marche

Il ne manquerait plus que les bus et taxi-be pour que tout soit revenu à la normale dans la capitale.

Retour aux activités difficiles pour de nombreux employés aussi bien du secteur public que du secteur privé. Devoir aller au travail sans transport public, en l’occurrence les bus et taxis-be, était quelque peu pénible pour beaucoup.

Si l’annonce du retour à la « normale » par le Président de la République a ravivé les esprits dimanche soir, la suspension des activités des transports publics tels que les bus et taxis-be les ont vite rattrapés. En effet, si le gouvernement a décidé le retour à la (presque) normale des activités dans la ville des Mille, le même gouvernement n’a toutefois pas encore permis aux bus et taxis-be de travailler. Si certaines entreprises ont mis en place des dispositifs de transport de leurs collaborateurs et/ou employés, d’autres ne peuvent toutefois pas se permettre d’emprunter ce même chemin, aussi logique soit-il. Les difficultés d’ordre financiers étant citées – à tort ou à travers – comme étant les premières causes de cette incapacité sur le côté organisationnel. Les petites et moyennes entreprises sont les premières concernées. L’on imagine mal, en effet, qu’un gérant de coiffure ou de cyber café pourrait se permettre d’assurer le transport de ses employés bien que l’idée soit bonne et louable en soi. Conséquence, des milliers de personnes ont dû rejoindre leurs lieux de travail à pied, à vélo. Ceux qui en avaient encore les moyens ont pris les taxis, les seuls moyens de transport autorisés à exercer. Cette dernière option n’étant pas accessible à tout le monde par les temps courent.

Disposition. Le retour aux activités étant primordial pour sauver ce qui peut l’être de cette année d’exercice 2020, les employeurs de tous bords s’organisent autant qu’ils peuvent pour garantir un redressement qui prend en compte l’absence des bus et des taxis-be sur l’échiquier. Du côté des ministères par exemple, des responsables ont opté pour la continuité des tours de permanence des agents de l’Administration. « Le tour de permanence a été pris depuis le début de la crise et compte tenu du fait que les taxis-be ne travaillent pas encore. Comme ce sont les moyens de transports de beaucoup de nos collaborateurs, l’on a tout simplement décidé de procéder ainsi. Cela devrait permettre de continuer les activités sans pour autant pénaliser les collaborateurs », explique un haut fonctionnaire qui a préféré taire son nom. Du côté du secteur privé, la situation en est tout autre. Employés et employeurs se demandent encore comment faire.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Rallye de Bagnols-les-Bains : Hugo Louvel survole la catégorie RC4

Coup de maître pour un coup d’essai. L’équipage formé par Hugo Louvel et Alexandre Vida au volant de la Peugeot 208 Rally 4, pour sa première fois, a réussi le pari au Rallye de Bagnols-les-Bains. Ils ont terminé à la dixième place du classement général derrière les pilotes déjà habitués au parcours de ce rallye. Et plus, ils ont survolé et remporté la catégorie RC4A. L’équipage a bouclé les 6 épreuves spéciales distantes de 39 km au programme de ce rallye en 26 mn 20,7 sec. « Ce fut vraiment un rallye magique, la Peugeot 208 est franchement une voiture monstrueusement efficace, on a bien réglé la voiture, on a peaufiné certaines choses et on a pu prendre un maximum de plaisir. Nous allons continuer à travailler pour que la voiture soit encore plus performante au Mont Blanc » a confié Hugo à la rédaction d’Orange Actu. Ce résultat rassurant à ce rallye inaugural est de bon augure pour l’équipage qui va attaquer la Peugeot 208 Rally Cup pour cette saison. Ils seront de nouveau sur la piste au Rallye de Mont-Blanc Morzine, les 5 et 6 septembre, comptant pour la première manche du Rally Cup Peugeot 208. Le multiple champion de Madagascar de slalom qui évolue actuellement en France au volant de sa nouvelle 208 Rally 4 va s’attacher des services de Yohan Rossel, champion de France des rallyes 2019 et ancien vainqueur de la formule de promotion du Lion.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Mamisoa Fredy Andriamalala : Repenser la politique de l’éducation nationale pour l’émergence économique

Mamisoa Fredy Andriamalala, économiste politologue.

L’amélioration du capital humain est indispensable dans le processus d’émergence économique, selon Mamisoa Fredy Andriamalala, économiste et politologue, Professeur des Universités. Interview.

 Midi-Madagascar (MM). En cette période de propagation du Covid-19, quel est votre constat sur le développement socioéconomique à Madagascar ?

Mamisoa Fredy Andriamalala (MFA). D’une manière générale, nombreux sont les impacts social et économique de la Covid-19: l’indisponibilité des biens et services publics non marchands ou mixtes dont l’éducation ; l’accroissement du taux et de l’intensité de la pauvreté ; le renforcement des événements déclencheurs de l’exclusion sociale : perte d’emplois, licenciements, mauvais état de santé lié au manque d’approvisionnement dans des domaines d’existence (nourriture, logement, etc.), le sous-emploi et le chômage de longue durée, la diminution des densités de sociabilité ( désintégration de l’entraide sociale et familiale, et des relations de voisinage), etc.

Vous soutenez l’importance du Capital humain pour l’émergence économique. Comment trouvez-vous les impacts de la crise sanitaire sur le développement social, en particulier l’éducation nationale ?

MFA : Tout d’abord, dans toutes les sociétés, quels que soient leurs niveaux de développement, les systèmes éducatifs ont des relations directes ou indirectes avec le processus de développement. Les politiques éducatives, de par leur finalité, leurs objectifs et leurs moyens, sont appelés à contribuer à l’amélioration d’une vie sociale, économique, politique et culturelle satisfaisante pour les individus et la société entière.

Or, on a constaté que le système éducatif malgache a de plus en plus du mal à jouer ces rôles pour les raisons suivantes : faible accès à l’éducation fondamentale, rendement scolaire insatisfaisant (le taux de scolarisation dans le primaire est de 69%, dans le secondaire 50% et le taux d’achèvement au Lycée est de moins de 30%), insuffisance et détérioration des infrastructures scolaires, manque de quantité, de qualité et de motivation des enseignants, mauvaise gestion des programmes éducatifs tant au niveau du Ministère central qu’au niveau des structures locales, etc.

A cela s’ajoutent les impacts d’une longue interruption des activités pédagogiques sur l’acquisition des connaissances. Et ce, à cause de la propagation de la Covid-19.

En effet, depuis ces dernières décennies, les produits du système éducatif (les diplômés) aussi bien au niveau de l’éducation de base et secondaire qu’au niveau de l’enseignement supérieur, tous domaines confondus, n’ont pas d’impacts significatifs sur le développement et sont sous-exploités. Les données récentes montrent que la plupart des diplômés se trouvent dans une situation de chômage et de sous-emploi de longue durée.

En tant que spécialiste des Politiques de développement et du Management des Politiques Publiques, pouvez-vous parler des solutions adaptées pour éviter la faillite du système éducatif ?

MFA : Au vu du contexte évoqué plus haut, pour garantir les rôles que joue le système éducatif dans la promotion de l’émergence économique et du développement social, il est pertinent de repenser la Politique éducative à Madagascar en réorientant le Plan sectoriel actuellement mis en œuvre.

Par rapport à l’intérêt politique et/ou pratique des recherches que j’ai menées à l’université, une esquisse stratégique pour une révision et une réorientation de la politique de l’éducation nationale vient d’être élaborée et pourra être proposée aux décideurs politiques si besoin est pour rendre plus efficace le système éducatif national. Elle sera également utilisée à des fins pédagogiques pour les étudiants en Master dans le cadre des cours de Politiques Publiques et Administration Publique.

Pouvez-vous être plus explicite ?

MFA. L’esquisse en question, pour une éventuelle révision ou réorientation de la Politique éducative, est conçue sur la base de la réalité observable et des politiques actuelles et de leurs environnements politique, économique et social (PSE : Programme Secteur Educatif et PEM -Secteur éducatif). Elle comporte Trois grandes réorientations stratégiques.

La première orientation concerne « La Politique de l’Enseignement de Base et de la Formation Technique et Professionnelle », qui vise à renforcer l’enseignement de base fondé et secondaire sur l’excellence, selon les besoins du développement. Elle est composée de deux axes stratégiques, à savoir : la Mise en place effective d’un enseignement de base et secondaire de qualité, d’une éducation civique et citoyenne et d’une alphabétisation renforcées, et l’accroissement de l’accès à l’enseignement de base et secondaire par l’amélioration et le renforcement des infrastructures scolaires et du personnel enseignant dans différentes régions de Madagascar.

La deuxième réorientation stratégique consiste à « Améliorer le Programme d’Enseignement » par le renforcement de la connaissance et de l’employabilité des diplômés de l’enseignement de base en réorganisant les programmes de formation selon les besoins de l’économie nationale et régionale. Elle est constituée par un axe stratégique visant à vulgariser la formation technique et professionnelle par la mise en place des écoles des métiers spécialisés dans chaque Région en révisant les plans des cours ( primaire, secondaire et Lycée) selon le besoin du plan d’émergence (PEM), le contexte de la modernité et de la mondialisation actuelles.

La troisième réorientation comporte quatre axes stratégiques. Elle apporte une « Refonte de la Politique Pédagogique ». Le premier Axe stratégique est de miser sur les nouvelles techniques de formation pour renforcer la connaissance et promouvoir le développement social.

Le deuxième axe stratégique a pour but d’accroître les compétences pédagogiques par le renforcement des capacités du personnel enseignant.

Le troisième Axe a pour objectif de Renforcer les ressources humaines du Ministère par la création du « Service Participatif au Développement National (SPDN) » pour les nouveaux diplômés titulaires de Licence et de Master (une recommandation pour la création du SPDN a été élaborée sous forme d’Avant-projet de loi)

Le quatrième Axe stratégique consiste en la réorganisation du calendrier scolaire pour accroître l’efficacité de l’enseignement et diminuer le taux d’absence et d’abandon scolaires (Grandes vacances : Décembre à Février (période de soudure et de cyclone et Période des grands travaux agricoles marquée par une forte participation des enfants).

Quelle est la qualité du Capital humain jugée suffisante pour gérer avec efficacité les Politiques Publiques ?

MFA. La réussite de l’action d’un gouvernement est en partie fonction de la forte performance des personnes placées pour diriger une Politique Publique. Ce sont des « oiseaux rares » ayant des convictions politiques bien enracinées. Il s’agit des Managers performants possédant un leadership confirmé. Ce sont des « Managers-Publics pragmatiques » qui sont capables d’entretenir des dialogues et relations mutuelles dialectiques dans différents domaines d’intervention. Ce sont des Légitimateurs et Propagandistes Scientifiques de la politique gouvernementale. Ils sont capables de prévoir les conséquences positives et les retombées négatives des décisions que le Président de la République a pris ou va prendre pour accélérer le développement.

A Madagascar, nombreux sont ceux qui ont des compétences remarquables pouvant diriger avec plus d’efficacité et d’efficience. Les Politiques Publiques, il incombe aux responsables politiques de les identifier, les garder et les attirer.

Pouvez-vous parler de l’ouvrage en trois tomes que vous venez de publier. Une Revue économique ?

MFA. Il s’agit notamment d’un ouvrage de 1 500 pages, intitulé « Les Chemins de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale et les Politiques Publiques Associées », réparti en trois tomes, qui vient d’être publié par le Centre d’Etudes Economiques de l’Université d’Antananarivo.

Le tome 1 s’intitule « Niveaux de ressources, Conditions de vie, vécu et trajectoires des populations pauvres ». Le tome 2 porte le titre « Le financement du développement et des Politiques Publiques de lutte contre la pauvreté ». Le tome 3 est intitulé « Du Management public et des Politiques publiques de lutte contre la pauvreté au Plan d’Émergence Économique »

Merci pour ces éclaircissements. Quelques mots pour conclure ?

MFA : Le développement de Madagascar passe par le changement de la mentalité des acteurs du développement. C’est surtout une question de véritable révolution des pratiques et cultures dans la gestion des Politiques Publiques dont l’ancrage de la culture de bonne gouvernance, de la redevabilité et des résultats. Et c’est par là qu’il faut commencer.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Atoa Rafidison Richard Téodore : Nisaotra ny vahoakan’i Toamasina

Niantso mpanao gazety omaly maraina ny governoran’ny faritra Atsinanana, Atoa Rafidison Richard Théodore, nisaorany ny vahoakan’i Toamasina, nahatonga antsika ankehitriny tafiditra amin’ny fialana amin’ny fihibohana araka ny nambaran’ny filoham-pirenena nandritra ny lahateniny ny alahady alina. Henjana izay 05 volana nihibohana izay, hoy ny governora, nefa noho ny ezaka fanarahana ireo fepetra samihafa noraisina , ny tantsoroka nataon’ny fanjakana ara-panafody sy ara-pitaovana ary ara-mpitsabo, dia tonga amin’izao fialana amin’ny fihibohana izao isika. Nisaoran’ny governora manokana ireo mpiasan’ny fahasalamana izay nihosina niaraka tamin’ireo marary na teo aza ny tsy fahampiam-pitaovana teny am-boalohany, ka nisian’ireo mpitsabo tratran’ny valanaretina ary nisian’ny maty mihitsy tamin’izy ireo. Nomarihan-dRafidison Richard Théodore, governoran’ny faritra Atsinanana hatrany fa na eo aza ny fialan’i Toamasina amin’ny fihibohana, dia mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana hatrany isika eto Madagasikara. Midika izany fa mbola mitohy hatrany ireo fepetra samihafa ara-pahasalamana, tahaka ny fanaovana ny arotava, ny fanasana tanana matetika, ary ireo fihetsika sakana amin’ny Coronavirus. Mbola eny amin’ny fiaraha-monina ny Covid-19, mbola eto amintsika ny Coronavirus, ka noho izany tsy mbola azo atao ny mitangorongorona sy mamorivory olona maro. Vokatr’izany dia tsy mbola afaka misokatra ihany koa ireo trano fisotroana sy ny trano fandihizana ary taxi-brousse zotra nasionaly. Ankoatra izay dia nomarihan’ny governora ihany koa fa afaka mamonjy an’Antananarivo amin’ny fangatahana fahazoan-dalana manokana ireo mpianatra handrato fianarana any ivelany amin’ny fanaovana ireo antontan-taratasy ilainy amin’izany. Eo anivon’ny governoram-paritra no hanaovana ny fangatahana amin’izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Mpamaky trano telo voasambotra

Tapa-bolana lasa izay, nisy olona nametraka fitarainana, nitory olona tsy fantatra na « plainte contre x », tao amin’ny polisim-pirenena ao Morondava noho ny resaka vaki-trano. Lasan’ny olon-dratsy tamin’izany ny vata fahitalaviny araka io fitarainana io.

Raha vao naharay izany ny polisy dia nanokatra fanadihadiana sy nanao ny fikarohana avy hatrany. Nody ventiny izany raha nahita vehivavy nahita vehivavy iray nividy vata fahitalavitra izy ireo omaly Alatsinainy. Nampiahiahy izy ary rehefa nanontaniana dia nitonona ny anaran’ny lehilahy iray nivarotra taminy io entana io. Teo ihany dia niroso tamin’ny fikarohana io olona io olona io ny polisy. Voasambotra teny Ankisirasira tamin’izany ny tovolahy iray 23 taona. Tra-tehaka ihany koa ny namany roalahy mpanamboatra Fahitalavitra izay niray tsikombakomba taminy. Tratra tany amin’izy ireo ny karazan’entana nangalariny, niampy boaty iray nisy ody gasy na fonoka izay fitondran’izy ireo manao ny asa ratsiny. Hatolotra ny fitsaràna ireo voarohirohy aorian’ny famotorana ataon’ny polisim-pirenena eto an-toerana.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Association : L’AMM dans un tourbillon interne

Le litige entre l’AMM et son chef de file risque de finir au tribunal à Anosy.

Le divorce va sûrement être consommé entre l’association « Arofan’ny mpanao mozika » et son président actuel. Les agissements de son chef de fil commenceraient à nuire à l’image de cette association rassemblant en majorité des artistes venant du Nord du pays. Selon un communiqué issu de l’assemblée générale en date du 3 août, l’association « se dégage de toute responsabilité des actes (du concerné) qu’il fera au nom » de l’AMM. Et aussi que « tout acte porté au nom de l’association sera considéré comme une usurpation de fonction et à titre individuel ». En tout, ils et elles sont une cinquantaine de membres à lui en vouloir.

D’après toujours les membres de l’association, des actions en justice seront d’ici peu menées. Aux dernières informations, le concerné aurait tenté un rapprochement mais la majorité des membres n’a pas répondu présente. L’association, en rapport avec l’épidémie de Covid–19, a sorti un morceau sur le sujet. A part des soi–disant cachotteries sur ce point, la gestion des comptes de l’AMM fait aussi partie des griefs entre celle–ci et son dirigeant. A l’heure actuelle, avec la crise, les esprits s’emballent dans tous les sens et les opportunistes surgissent de partout. Affaire à suivre donc.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Accrochages armés à Ikalamavony : Des dahalo vengeant la mort de leur chef défient les forces de l’ordre

Cette histoire remonte au 15 juin 2020 quand un individu réputé comme étant un chef des dahalo et commanditaire des actes de banditisme dans le district d’Ikalamavony et d’Ambatofinandrahana est tombé sous les tirs de la gendarmerie alors qu’il tentait de s’échapper. Ancien maire répondant au nom de Ralaivao, dit Ingahivao, le suspect serait le propriétaire d’une carrière d’exploitation de pierres précieuses dans cette localité. Arrêté après des semaines de recherche, il a tenté de s’enfuir suite au refus des gendarmes de se laisser corrompre avec une somme de 8 800 000 ariary pour le remettre en liberté. Cette affaire ne s’était pas arrêtée là parce que des complices de cet individu ont fait des gendarmes leurs ennemis jurés et n’attendent que le moment opportun pour venger la mort de leur chef. Ce qui est arrivé aux 50 gendarmes en mission de sécurisation dans la commune Ambatomainty, région d’origine du défunt, le 7 août 2020, en était la preuve. Ce jour-là vers 17 heures, 50 gendarmes en mission de sécurisation se sont approchés du village d’Andoharano, commune Ambatomainty, district d’Ikalamavony, fief des dahalo où un Havoria (cérémonie traditionnelle en hommage à un défunt) est organisé pendant 40 jours à compter du 08 août 2020, suite à la mort d’Ingahivao. Ils ont été accueillis par des tirs d’armes de guerre et de fusils de chasse de la part de plus d’une centaine de dahalo. Ils ont riposté mais ont dû se replier à cause de l’obscurité et conscients du fait que les dahalo connaissent mieux le terrain qu’eux. Appuyés par des militaires du Centre de formation de commando d’Ambatolaona, les gendarmes ont de nouveau attaqué le village pour le maîtriser, le 9 août vers 11 heures. Les dahalo et habitants se sont repliés dans les montagnes environnantes. Après un accrochage entre les deux camps, les dahalo et habitants se sont repliés dans les montagnes environnantes tout en continuant à faire de l’intimidation par des tirs sporadiques. Selon les informations, des maisons à Andoharano ont été endommagées lors de l’attaque mais aucun dégât corporel n’est à déplorer. Selon toujours les informations, une tentative d’arrestation des quatre fils d’Ingahivao qui ont juré de venger la mort de leur père contre le Lieutenant Officier coordonnateur d’Ikalamavony a été déjà lancée par les forces de l’ordre, le 06 juillet 2020 dans un kizo appelé Taotaondrasija, dans la commune d’Ambatomainty. Ayant échoué, cette attaque a permis aux forces de l’ordre de récupérer un fusil Kalachnikov et des étuis laissés par les dahalo après un accrochage. Ce qui permet de dire que cette bande à Ingahivao n’a cessé de donner du fil à retordre aux forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

« Baneny » : Dian-Hay verse dans le mangaliba

Pour Dian-Hay, le mangaliba lui va comme un gant.

Petit revirement dans le registre de Dian-Hay. Si elle s’est fait connaître avec le style tropical-afro teinté de zouk, la chanteuse dévoile une toute autre facette dans « Baneny ». Exit le slow et le rythme langoureux et place au « mangaliba », et de la bonne s’il vous plaît. C’est de la bonne musique du terroir de la région Sud-Est que Dian-Hay se pare pour faire danser ses inconditionnels. A mi-chemin entre du Hazolahy et du Rabaza, Baneny représente une culture musicale traditionnelle des plus appréciées dans la Grande île. Une surprise des plus agréables si l’on se réfère aux chansons habituelles de cette native de Taolagnaro.

Si Dian-Hay s’est surtout fait connaître avec ses chansons d’amour à n’en plus finir, elle cache une féministe qui s’est finalement dévoilée. Car « Baneny » brosse le portrait d’une femme forte au caractère bien trempé. Une femme indépendante qui n’attend pas forcément le sexe fort pour réussir ce qu’elle entreprend. Par ailleurs, c’est pour cette raison qu’elle fait tourner la tête à tous ces mâles qui essaient tant bien que mal de la conquérir.

Le clip met en avant la beauté de la région Sud-Est de Madagascar, autant la danse, le rythme et les habits arborés avec fierté et dans toute leur splendeur par l’interprète de « Za efa manambady ». Récoltant quelques 21 mille vues sur les réseaux sociaux en deux jours, « Baneny » est sûr de faire danser les avides de rythme.

Zo toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Demi-mesure

Depuis hier, les entreprises ont le droit d’ouvrir jusqu’à 17 heures. Une décision à la fois réjouissante et problématique.

Demi-mesure

Réjouissante dans la mesure où le volume d’activité va augmenter pour permettre aux entreprises de retrouver progressivement leur rythme normal. Mais problématique également puisque les patrons d’entreprises vont devoir être confrontés à des contraintes matérielles et organisationnelles. En effet, comme les transports publics, notamment les taxis-be, ne sont pas encore disponibles, l’Etat a tout simplement renvoyé la balle aux entreprises quant aux moyens de transporter leur personnel du domicile vers le bureau ou l’usine. Un travail facile à dire qu’à faire puisque dans la plupart des cas, les employés habitent aux 4 coins de la capitale. Imaginez un peu deux employés, l’un habitant à Tanjombato et l’autre à Sabotsy Namehana, ce sera quasiment impossible pour l’entreprise d’assurer le transport de ces deux personnes. Non seulement, il y aura de la perte de temps puisque le car prendra peut-être une demi-journée, rien que pour le ramassage de ces deux employés qui, au final, n’auront qu’une demi-journée pour travailler. Mais le plus problématique pour les entreprises c’est de financer ces transports. La facture relative au carburant augmentera assurément pour ces entreprises déjà malmenées par les longues semaines de restrictions dues aux mesures sanitaires. En somme, au lieu d’apporter des solutions, cette nouvelle mesure de journée pleine sans transport public en rajoute davantage aux difficultés rencontrées par le secteur privé national qui est actuellement en train de perdre son statut de moteur de la croissance. Dans tous les cas, cette formule « journée pleine » sans transport en commun a toutes les chances d’aboutir à un échec car elle ne produira probablement pas l’effet escompté, à savoir le retour à une meilleure productivité des entreprises. Il reste à savoir si l’Etat trouvera une meilleure option d’ici deux semaines en lieu et place de cette demi-mesure.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Kaominina Toamasina : Mandroso ny fanamboaran-dalana

Nijery ny firoson’ny fanamboaran-dalana ataon’ny orinasa SMCC eto Toamasina ny ben’ny Tanana Atoa Rakotonirina Nantenaina Herilala sy ireo mpiara-miasa aminy. Isan’ny asa nojerena tamin’izany ny asa mandeha ao amin’ny tetezan’i Tanamakoa, izay isian’ny fiaraha-miasa akaiky amin’ny orinasa mpanamboatra loko S2PC. Nolokoin’ny orinasa S2PC ny tetezana mba hahazo endrika vaovao sy hanakanana ny tsy fanarian’olona fako intsony ao ambany tetezana. Efa manomboka feno fako raha teo ny fanambanin’ny tetezana rehetra eto Toamasina vokatra izany fanariana fako ataon’ny mpiara-monina izany. Hisy raha teo fananganana komity hanara-maso izany fanariana fako ambany tetezana izany, ka ireo mponina manodidina ihany no misahana izany, ka izay tratra dia hiaran’ny sazy henjana hoy ny ben’ny Tanana Rakotonirina Nantenaina Herilala. Efa manomboka ihany koa fametrahana ny marika amin’ny arabe ho an’ireo mpandeha an-tongotra, natao izay hisorohana ny firimorimon’ny moto sy ny tuc-tuc ary ny fiara ka mety hamono olona. Nisy koa taorian’izany ny fijerena ny asa ataon’ny orinasa SMCC eo amin’ny boulevard de l’OUA, izay nilazan’ny ben’ny Tanana fa tsy maintsy atao manaram-penitra ny fanamboarana na fanampenan-davaka samy hafa aza no atao mandritra izany. Ankoatra izay dia nasian’ny ben’ny Tanana Rakotonirina Nantenaina Herilala, ny fanatsarana entin’ny kaominina amin’ny soram-piankohonana ao aminy. Hisy ny fahazoana fitaovana vaovao avy amin’ny fanjakana foibe ho an’ny kaominina hanatsarana ny soram-piankohonana ato ho ato, ka amporosihan’ny ben’ny Tanana ny olona ny hanoratra ny zanany ao anatin’ny soram-pihankohonana, mba tena ho isan’ny vahoaka marina izy ireny. Marina fa boky be efa ratsy sy rovitra no misy anaovana ny asa ka mahatonga ny asa mampanano sarotra indraindray, amin’ireto fitaovana ho avy ireo dia tsy boky intsony no anaovana izany fa solosaina no hiteririzana ireo soram-piankohonana ny olona mba tsy hampanano sarotra intsony famoahana izany manomboka izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Gaz’nakà et non Galanagaz

Une erreur s’est glissée dans notre article sur le gaz domestique publié le 5 août dernier. En fait, l’offre s’appelle Gaz’nakà et non Galanagaz comme indiqué par erreur dans l’article. Gaz’nakà, rappelons-le, est un nouveau système de distribution développé par Vitogaz permettant aux utilisateurs d’acheter du gaz au détail, à partir de 3 000 ariary jusqu’à 20 000 ariary. Et ce, dans 4 stations-service Galana dédiées dans les localités suivantes: 67 ha, Andrefan’Ambohijanahary, Talatamaty, Sabotsy Namehana et trois autres stations à Mahajanga. Il suffit pour les utilisateurs d’emmener leur bouteille de 9 kg et de commander la quantité voulue auprès de la station Galana dédiée la plus proche. Les nouveaux utilisateurs peuvent bénéficier d’une offre de lancement composée d’un pack complet incluant un kit « fatapera » avec brûleur, un socle et une bouteille à une charge de 3 000 ariary. Après seulement un mois et demi, l’offre intéresse de plus en plus de foyers.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Marche sur Iavoloha : 29 ans déjà

10 août 1991-10 août 2020. 29 ans déjà. Elle a été marquée par la grande marche d’Iavoloha qui s’est terminée dans un bain de sang. Les militaires et la garde présidentielle n’ont pas seulement empêché les manifestants d’avancer vers le Palais mais ont également tiré sur la foule. Pourtant, les manifestants étaient encore à un kilomètre de ce palais. Toutefois la crise politique a été réglée grâce à la convention du 31 octobre de Panorama. Une commémoration qui s’est déroulée dans la discrétion totale, pour ne pas dire aucune, malgré le sang versé ce jour-là.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Red Dog Community : Aide des motards à destination des enfants en situation de handicap

Face aux idées reçues concernant les motards, une communauté regroupant des conducteurs de deux-roues est apparue dans la capitale pour démontrer qu’il est parfaitement possible de conduire tous types de moto (scooter, roadster, routière, sportive, etc.) sans représenter un danger pour la circulation et la sécurité publique. Aussi, après maintes activités qui visent à faire connaître l’univers des deux-roues au grand public, Red Dog Community a enchaîné son périple auprès des enfants handicapés du centre « Sembana mijoro » à Ambohibao le dimanche 09 août 2020. Ce centre qui héberge une dizaine d’enfants présentant des handicaps a donc reçu de la part de ces motards des produits de première nécessité. Des dons qui ont pu être distribués grâce à la participation de tous les membres de Red Dog Community. Le choix des bénéficiaires a été fait pour la simple raison qu’à Madagascar, ces personnes sont souvent laissées-pour-compte.

Et en plus des PPN, les membres de la communauté ont aussi partagé un repas convivial avec les enfants du centre « Sembana mijoro » lors de leur passage dimanche dernier. Une action qui tombe à pic pour ces enfants qui ont réellement besoin de soutien en ces temps de crise sanitaire et sociale.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football : L’EFAM élargit ses relations

Les élèves de l’EFAM sont impatients de retrouver le terrain.

Confinement ou pas, l’Ecole de football avenir de Madagascar (EFAM) s’est toujours concentrée sur l’avenir de ses démembrements. D’ailleurs, nombreux sont les projets du président Patricio Rabezanahary et consorts pour les années à venir. Parmi tant d’autres, la mise en place du football moderne pour cette troisième année et la participation aux tournois internationaux. A ce sujet, les dirigeants de l’EFAM ne sont pas restés les bras croisés pendant cette longue pause engendrée par le Covid-19. Ils cherchent toujours les meilleurs moyens pour atteindre leurs objectifs. Et ces derniers temps, l’EFAM a fini par trouver une collaboration avec trois grandes entreprises qui travaillent dans de multiples domaines à Toamasina, à savoir la salle de Sport Happy, Scoot Shop et Ampela beauté.

« Si on veut aller loin, on devrait toujours avoir de bons collaborateurs. Je remercie ces sociétés qui ont accepté de se joindre à nous pour nous aider à atteindre nos objectifs. Etant donné que la collaboration avec le club se manifeste sur plusieurs facettes, j’espère que cela va durer pour des années. », a déclaré le président fondateur. Par ailleurs, malgré le déconfinement dans la région Atsinanana, annoncé par le président Andry Rajoelina ce dimanche, Patricio a souligné que ses protégés ne peuvent pas encore reprendre les séances d’entraînement. Pourtant, l’école attend avec impatience le feu vert du ministère pour la reprise des activités sportives.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Manandriana : Nasesin’ny 30 lahy mitam-basy ny tokantrano telo

Tao anatin’ny haizin-kitroka no nigadona ireo telopolo lahy nirongo fitaovam-piadiana. Manodidina ny tamin’ny folo ora alina, ny zoma teo, no nirefodrefotra ny basy tao amin’ny fokontanin’Ambatomarina, tanàna iray ao amin’ny distrikan’i Manandriana. Napoaka avy hatrany ny basy raha vao nigadona tao an-toerana ireo mpanafika. Izany dia nentina nandemena am-boalohany ny mponina mba tsy hanohitra. Ary dia nahomby tokoa satria nifitsaka ny iray tanàna. Nidiran’ireo jiolahy tamin-kery avy eo izay tokantrano, tsy fantatra na efa lasibatra na koa izay nanintona azy ireo fotsiny. Nanao izay danin’ny kibony ireo ary porofon’izany, tokantrano telo no nafandimby nasesy. Nitotaly 13.500.000 ariary ny vola azon’ireo andian-jiolahy nandritra ny fanafihana. Vita izany dia mbola nanapoaka basy indray ireo, nentina nampitandrina izay mitady hanara-dia. Raha ny fanampim-baovao azo dia mpivarotra avokoa, izany hoe sady toeram-pivarotana no trano fonenana, ireo voatafika ireo ary samy nahazoan’ireo vola avokoa. Miaina anaty tebiteby tanteraka ny mpiray tanàna, satria tena nanjaka tokana ny jiolahy tamin’ity indray mitoraka ity. Sady efa marobe izy ireo no mbola mitam-piadiana koa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Football : Cris de détresse des joueurs

La solution existe pourtant, c’est de prendre exemple sur ce qui se passe en Europe avec des matches à huis clos et, si possible, avec des spectateurs permettant de respecter les gestes-barrière.

Les manifestations sportives sont encore suspendues, annonçait, dimanche soir, le Président Andry Rajoelina. Une précaution sans nul doute liée à la volonté du Chef de l’Etat de vouloir éradiquer au plus vite ce Coronavirus en évitant le regroupement de plus de 50 personnes. Mais cette mesure, aussi légitime soit-elle, ne peut empêcher les footballeurs de lancer des cris de détresse tant ils ne peuvent plus tenir pour la simple et bonne raison qu’ils ne touchent plus leur salaire depuis trois mois. Et pour eux, l’aide de l’Etat est un luxe auquel ils n’ont pas pour l’instant droit. La solution existe pourtant, c’est de prendre exemple sur ce qui se passe en Europe avec des matches à huis clos et, si possible, avec des spectateurs permettant de respecter les gestes-barrière. « Si l’organisation des rencontres à huis clos reste la solution alors nous sommes prêts car, de toutes les façons, les matches de la Pro-League n’attirent pas au stade où ils sont, la grande foule« , confie l’entraîneur de l’AS Adema, Roro Rakotondraibe qui partage le quotidien de ses joueurs depuis longtemps dans le rouge avec le loyer à payer, la Jirama et surtout de quoi nourrir la famille. L’enfer, en fait, mais ils ne peuvent espérer recevoir leur salaire qu’en retournant sur le terrain. Une initiative possible à Tana pour ne parler que de la Pro-League où cinq des dix clubs qui la composent sont dans la Capitale. Outre la CNaPS Sport, il y le Cosfa, l’AS Adema, Elgeco Plus et Jet Mada. Les compétitions entre ces clubs permettraient au CFEM d’aller plus vite pour finir le championnat au moment où on mettrait fin au confinement. Et ce n’est pas un paramètre négligeable. Encore faut-il que le président Andry Rajoelina lâche du lest.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Bilan mondial : près de 20 millions de cas

Le Coronavirus a maintenant envahi quasiment l’ensemble de la planète. A ce jour, près de 20 millions de personnes (19 877 261 cas confirmés) ont déjà contracté le virus dans le monde, dont 5,1 millions rien qu’aux Etats-Unis. A ce jour 12 millions de personnes sont déjà guéries, tandis que les décès s’élèvent à 731 570 dans le monde. Outre les Etats-Unis qui totalisent 164 807 décès, le Brésil en compte 101 142 (sur 3 035 649 cas dont plus de 23 000 ces dernières 24h) et l’Inde, en troisième position, compte à ce jour, 44 386 décès sur 2 215 074 cas dont 64 399 ces dernières 24h. La Russie en quatrième position avec 15 001 décès sur 892 654 cas. Le top 5 des pays les plus touchés par le Covid-19 se termine par l’Afrique du Sud, également premier pays d’Afrique le plus durement touché, avec 10 408 décès sur 559 859 cas (dont 6 670 ces dernières 24h).

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Grenady nifono sachet, nisy nahita

Afa-doza ! Soa ihany fa nalaky niantso mpitandro filaminana ilay zaza nahita ity fitaovam-piadiana mahery vaika ity fa tsy nimendimendy hikitikitika. Tany amin’iny distrikan’i Morondava iny ny faran’ny herinandro lasa teo, grenady karazany « offensive » no nisy nahita teny an-tampon-tanety, nifono tao anaty harona plastika. Tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany teo ho eo, tao Ankisirasira, distrikan’i Morondava, ny sabotsy lasa teo : zaza nilalao no sendra nahita ity fitaovam-piadiana ity. Angamba efa mba nahita horontsary ihany izy ka mailo avy hatrany raha nahita ilay vy kiboribory izay miendrika toy ireo grenady hita anaty horonantsary ireny. Nihazakazaka nampandre ireo mpitandro filaminana avy hatrany ity farany. Raha vao nandre ny vaovao moa ireto farany dia nidina avy hatrany teny amin’ny toerana nisy io fitaovana io. Rehefa nojerena tokoa dia fantatra fa tena grenady ilay hitan’ilay ankizy. Napetraka avy hatrany ny fepetra sy paik’ady rehetra tsy hanatonan’ny olona ity fitaovam-piadiana ity ary nantsoina teo ireo tekinisianina avy amin’ny Tafika, mahay manokana momba izany. Fantatra teo, araka ny angom-baovao azo hatrany fa karazan’ny antsoina hoe « grenade offensive » ity farany, izay namboarina tamin’ny andron’ny sovietika. Tsy mbola nampiasaina ary tsy mbola nipoaka ihany koa. Ny tsy fantatra fotsiny dia hoe sao mba efa misy fahasimbana ireo pitsopitsony manapoaka azy ka izay vao hitera-doza. Nentina avy hatrany nogiazana tany amin’ny biraon’ireo mpitandro filaminana moa ity fitaovam-piadiana ary efa misokatra ny fanadihadiana mahakasika ny fiavian’izany. Marihana, araka ny fanazavàna azo fa misy karazany telo, itony grenady atsipy tanana itony : ny « defensive » (natao hiarovan-tena, dikan-teny tsotra), ny « offensive » (natao hanafihana) ary ny « spéciale » (manana asa manokana). Ny mahasamihafa azy ireo dia ny tahan’ny fanimban-javatra ataony. Ilay karazany voalohany dia somary kely ireo singa mipoaka ao anatiny saingy kosa feno potiby mandratra sy mamono izany. Ilay karazany faharoa kosa, toy ity hitan’ilay zaza ity, dia somary mahery vaika mihoatra an’ilay faharoa, satria dia manatombo kokoa ireo singa mipoaka ao aminy ka mety mahatonga fanimban-javatra goavana ao anaty toerana mihiboka. Ilay karazany fahatelo dia araka izay anarany izay hoe manana anjara asa manokana. Anisan’izany ilay mamoaka feo mankarenin-tsofina, ilay mamoaka afo mandoro, sns …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Allègement du confinement : Un vent de liberté qui arrive à point nommé

La décision du gouvernement de renforcer l’allègement des mesures de confinement a reçu un accueil plutôt favorable du côté des entreprises individuelles, des très petites entreprises et de ceux qui vivent au jour le jour. Les gargotiers, épiciers, restaurateurs et autres commerçants peuvent désormais garder leurs boutiques ouvertes durant l’après-midi et espérer écouler un peu plus de marchandises par rapport aux semaines précédentes. « Cela fait tout de même des mois que nous n’avons pas eu le droit d’ouvrir, essayant de survivre à cette situation en empruntant à gauche et à droite. Maintenant, on travaille d’abord pour rembourser nos dettes », a témoigné un gargotier de la capitale. Cependant, ce vent de liberté est conditionné puisqu’il doit s’accompagner des mesures-barrière qui demeurent en vigueur. Aussi, dans les magasins et centres commerciaux, les agents de sécurité ne cessent de recommander, voire d’exiger, le port de masque et la désinfection des mains aux visiteurs. Les agents de police aussi, de leur côté, font le tour de la ville pour rappeler à l’ordre ceux qui seraient tenter de favoriser la propagation du Covid-19.

La question du transport en commun. L’absence de transport en commun, quant à elle, reste problématique pour les travailleurs. Même si le gouvernement a indiqué que le transport du personnel est à la charge de chaque entreprise, beaucoup n’y ont pas encore droit et doivent ainsi faire leurs chemins à pied. Et même si le transport est offert, souvent, le nombre des places est égal au nombre des passagers, donc pas de distance de sécurité. Néanmoins, il n’existe pour l’instant aucune solution et tous les pays touchés par cette pandémie ne peuvent qu’appliquer une demi-mesure, au risque d’étouffer la population dans une crise socio-économique plus critique. Ainsi, malgré la progression de la maladie, il ne faut pas omettre les autres aspects de cette crise sanitaire mondiale. Ici comme ailleurs, la relance économique ne va pas être simple.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Armée : Dominique Rakotozafy part à la retraite

La fraternité entre les deux généraux ne date pas d’hier.

L’ancien ministre de la Défense nationale, Dominique Rakotozafy, met fin à sa carrière de militaire et part à la retraite avec le grade de général de corps d’armée. A cette occasion, il est venu faire ses adieux, hier, auprès de l’actuel ministre, Richard Rakotonirina. Après plus de trois décennies au service de l’armée, Dominique Rakotozafy rejoint la vie civile comme ces autres camarades de la 11ème promotion de l’académie militaire d’Antsirabe, entre autres, Roger Ralala ou Mamy Randriamanana. Après ce départ à la retraite de Dominique Rakotozafy, l’actuel ministre Richard Rakotonirina est l’unique général de corps d’armée encore en activité au sein de l’armée.

Rija R.

Madagate0 partages

SALOMON RAVELONTSALAMA (Sa), mpanao gazety. Fara-veloma

Lasa nandeha nandao ity tany fandalovana ity izy, ny 7 aogositra 2020. Satria nantsoin’ny Ray hody any aminy, teo amin’ny faha-63 taonany.

Fa ny asa sorany kosa dia hitoetra ho an’ny taranaka fara aman-dimby, mikasika ny sehatra ekonomika sy politika malagasy.

Efa ela tokoa i Salomon izay manao sonia ny lahatsorany amin’ny hoe Sa fotsiny ihany, no nanao ny asa fanaovan-gazety.

Teo amin’ny roampolo taona teo ho eo izy no niasa tao amin’ny gazety Midi Madagasikara (1984-2003). Fanoratana amin’ny teny frantsay no nanavanana azy kokoa eo amin’ny sehatra ekonomika. Fa sekreteran’ny fanoratana tao amin’io gazety Midi io ihany koa i Sa.

Ny taona 2003 i Salomon Ravelontsalama no nandao ny gazety Midi ary nanorina ny gazety La Gazette de la Grande île. Io dia niarahany tamin-dry Lola Rasoamaharo, Adelson Razafy, James Ramarosaona, Patrick Andrianjafy (efa maty) ary i Franck Raharison izay nandao antsika tamin’ity taona ity ihany.

Sady mpanoratra i Sa, eo amin’ny lafiny ara-poltika, no Tale jeneraly misahana ny fandrarahana ankapobeny sy ny vola («Directeur général chargé de l’Administration et des Finances»). Satria tena orinasa tokoa izany La Gazette de la Grande île izany.

Efa ela i Salomon no tsy dia « en forme » fa tsy hoe lasa « tampoka » akory izy. Natao ny hala-nenina rehetra fa efa tonga ny ora andaozany ity tany ity.

Inona moa no ho lazaiko fanampiny ? Sady mpamangy ny vangiana ny tenako. Satria manoratra ao amin’ny La Gazette de la Grande île koa aho. Ka dia miara-ory sy mankahery ny fianakavian’i Sa iray manontolo ny tenako, ary koa ny fianakavian’ny mpanao gazety eto Madagasikara tsy ankanavaka.

Ary dia atolotra ho antsika mianakavy io tononkalo nosoratan’i Dox io ambany io.

Jeannot Ramambazafy

TSY HODINGANINA NY MATY…

Hotapahintsika tohy amintsika ve ny maty

Fa variana miaina isika ? Tsia fa tsapantsika anaty

Ny fitohizantsika aminy…sady isika taizany aza,

Novolainy fahavelona, notezainy fahazaza !

Na ny maty na ny velona, mpianakavy iray ihany !

Mbola homba antsika ihany ireo efa nody tany,

Misy trosantsika aminy, nefa izany dia ho efaina

Amin’ny taranatsika : izay no fitohizan’aina !

Nanaovan-dalana isika ka tsy maintsy hanao lalana !

Nananganana tanàna ka tsy hahazo hialangalana,

Namelana fahendrena ka tsy maintsy hamela hafatra,

Mba ho anatry ny velona, ireo maty dia miteny

Moa avela ho faty maso, sanatria, ny fahendreny ?

Tsy hodinganina ny maty amin’ny tohatoha-miakatra

DOX (Jean Verdi Salomon Razakandrainy)