Les actualités Malgaches du Vendredi 11 Août 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar1079 partages

Les dahalo repentis armés et dotés de 4×4

Tout-terrain d’évacuation, armes à feu, téléphones mobiles, motos et bicyclettes, les dahalo réintégrés ont constitué une armée de milices.

Les dahalo repentis ou « Jado» sous les feux des projecteurs. Reconvertis dans l’autodéfense villageoise après des années de guérilla contre les forces de l’ordre, près de quatre mille ex-bandits de grand chemin ayant écumé la région Anosy ont constitué une véritable armée de milices de mieux en mieux équipés, obéissant au doigt et à l’œil aux gendarmes.Portant aujourd’hui des pseudo-tenues réglementaires et arborant des écussons,  les JADO d’Amboasary-Sud, rebaptisés Jeunes Accom­modés de Dynamisme Organisé par leur chef, le capitaine Fanevarison Onimihary, commandant de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de Taolagnaro, se sont dotés dernièrement d’un véhicule d’évacuation des blessés pendant les accrochages, un luxe que les gendarmes des localités lointaines ne peuvent pas encore se permettre.Bénéficiant de l’appui d’une députée de la région, ces milices ont reçu un tout-terrain pick-up de marque Mazda BT50. Conduit par un Jado qui a le permis de conduire, ce 4×4 est basé à Taolagnaro.TechnologieCette armée de civils endurcis par les fusillades, dont le capitaine Fanevarison Onimihary se trouve à la tête, brave la mort sur le champ de bataille à chaque vol de bétails commis dans leurs villages. Elle engage des poursuites et effectue des bouclages.«Les voleurs de bétails sont équipés de fusils de chasse voire d’armes de guerre. Les Jado sont prêts à en découdre  les plus redoutés mais les envoyer sur le champ de bataille à main nue relèverait d’une pure folie. Des armes saisies ou prises des dahalo leur sont confiées si nécessaires pour les missions les plus périlleuses. Après, elle leur sont aussitôt reprises», explique le commandant de compagnie de Taolagnaro.En tout cas, les dahalo repentis sont loin d’être ce qu’ils étaient lorsque le vent de la reddition a soufflé dans l’Anosy en 2014. Outre les armes à feu et le tout-terrain, les Jado sont, depuis maintenant près d’une année, équipés d’une soixantaine de téléphones portables pour les télécommunications. Dans ces brousses profondes, les appareils sont rechargés avec des plaques photovoltaïques. Dans les vingt-six communes du district d’Amboasary-Sud, les  milices en chef ont chacun reçu une bicyclette. Depuis le début de l’année, desremises de motos ont été, de surcroît, effectuées dans trois communes dont Tsivory, Mahaly et Marotsiraka.«Des élus, ainsi que des entreprises locales soutiennent les efforts que nous déployons dans la préservation de la paix et de l’harmonie sociale», confie le capitaine Faneva.

Andry Manase

Midi Madagasikara1033 partages

Ambohimangakely : Naolany avy eo novonoiny ny zafikeliny efa-taona

Ela nitoratorahana ka tratra ihany ! Lehilahy roa, 52 taona sy 37 taona no tra-tehaky ny zandary teny amin’iny faritra Ambohimangakely iny, ny alarobia lasa teo. Efa ho herintaona mahery no nikarohana azy ireto, indrindra fa ilay rangahy 52 taona, izay voarohirohy tamin’ny fanolanana sy ny famonoana ny zafikeliny, ny 6 jona 2016, teny Antanimenakely, fokontany Kianja Ambohimangakely. Ny zava-nitranga tamin’io andro io, nentin’ity raibeny nijery baolina ny ankizivavy kely efa-taona, izay zafikeliny. Tsy nentiny niverina intsony anefa io ankizy io, ary efa mamo ihany koa ny tenany tamin’izay.  Nanomboka teo ny ahiahin’ny fianakaviana ary nandeha ihany koa ny fikarohana ilay zaza. Nametraka fitairanana avy hatrany tany amin’ny zandary ihany koa ny fianakaviana. « Herinandro taorian’izay dia hitan’ny ankizy milalao teny an-tsaha fa nisy tongotra zazakely nentin’ny alika ka nampandre ny olona ireo zaza ireo ary nanamafy ny fikarohana teny amin’ny manodidina ny nahitana io ampahan’ny vatana hita io. Hita taorian’izany tao anaty lavaka iray izay tao anaty hantsana misy alaalan-goavy ny fatin’ilay zaza» hoy ny fampitam-baovao. Nanomboka teo ny fikarohana ity raibe tsy mifaditrovana ity. « Natao ny filazana fikarohana manerana ny nosy. Tsy niato noho izany ny fikarohana fa nitohy hatrany ka ny faha-9 aogositra 2017 teo dia ren’ny fianakaviany fa eny Andoharanofotsy io rangahy io, ary nilaza tao amin’ny borigady Ambohimangakely izy ireo izay tonga teny an-toerana nikaroka azy. Taorian’ny fitadiavana azy io teny an-toerana izay naharitra ora maromato dia tratra tao amin’ny mpanefy volamena iray izy io teo am-pivarotana ny volamena azony tany Andriamena ka natao andrimaso nofotorana ». Tamin’ny famotorana azy no niaikeny ny heloka bevava vitany, ary tamin’izay ihany koa no nanoroany ny namany iray hafa izay nolazainy fa niaraka nametaveta ity tsy manan-tsiny ity, niaraka namono ary niaraka nanafina ny razana tao anatina lavaka. Omaly no natolotra ny Fampanoavana ireto olona nahavanon-doza ireto.

m.L

L'express de Madagascar449 partages

Football – Barea – Un Bila…dozer venu d’Ambatolampy

Le milieu offensif d’Elgeco Plus a nettement progressé ces derniers mois. Le jeune joueur d’Ambatolampy est devenu un élément important des Barea.

Tous les footeux sont unanimes. La progression de Ndrantoa­rilala Ranaivoson, alias Bila, est fulgurante. Comme en témoignent ses nombreux buts lors des précédentes sorties des Barea, en Cosafa Castle Cup en Afrique du Sud et dernièrement à Maha­masina en match amical. Champion d’Analamanga avec Elgeco Plus, le jeune milieu offensif tient une place prépondérante dans le dispositif de son club. Et aujourd’hui, il est également devenu un élément important en sélection nationale, à seulement vingt-trois ans.Bila dispose de plusieurs atouts, à commencer par son physique. 1m78 pour 73 kg, son gabarit impressionne. Les défenseurs qui essayeraient de le déstabiliser l’apprendront à leurs dépens. Doté d’un bon équilibre, il tombe très rarement. La plupart du temps, faire faute semble être le seul moyen pour lui ravir le cuir ou l’arrêter dans son élan.À côté, il bénéficie également d’un très bon potentiel technique. Certes, il n’a pas l’élégance balle au pied d’un Dax ou les coups de reins dévastateurs de Njiva. À chacun son style. Cepen­dant, il joue un football simple mais diablement efficace. A tel point qu’il s’est déjà fait remarquer par plusieurs équipes. « Beaucoup de clubs sont intéressés par lui, que ce soit à Madagascar ou à l’étranger », nous souffle une source auprès d’Elgeco Plus.Championnat mauricienBila peut également compter sur son expérience, puisqu’il a déjà connu plusieurs équipes et plusieurs cham­pionnats depuis ses débuts. « Je jouais au volleyball quand j’étais plus jeune. Mon père, lui, était footballeur. C’est lui qui m’a conseillé de me mettre au foot », raconte le milieu offensif originaire d’Ambatolampy. « J’ai débuté à l’Olympique de Menabe en 2010, avant que les dirigeants du Japan Actuels ne me recrutent en 2011. L’année suivante, je suis parti pour l’île Maurice, où j’ai joué au Pamplemousses SC. Je suis revenu à Madagascar un an plus tard et j’évolue chez Elgeco Plus depuis », poursuit-il.Bila ne se pose pas de question, sur sa récente convocation chez les Barea. Il donne toujours tout à chaque sortie. Pour rappel, il a honoré sa première sélection contre le Malawi, en éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2018, en avril. « Bien évidemment, j’étais très content quand j’ai reçu ma première convocation en équipe nationale. C’est un grand honneur. Que ce soit en club ou en sélection, je ne fais pas vraiment de différence parce que je donne toujours mon maximum à chaque match », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar202 partages

Santé – L’hygiène des hôpitaux menacée

L’approvisionnement de désinfectant fait défaut dans des formations sanitaires. Le projet de mise en place des technologies et outils de désinfection modernes est en cours.

La menace de la propagation des microbes et des bactéries plane dans des formations sanitaires. Un problème d’approvisionnement de désinfectant remet en question l’hygiène. «L’approvisionnement en désinfectant n’a lieu qu’une fois par an et la quantité ne suffit pas pour le besoin de toute l’année», rapporte un médecin dans un centre hospitalier de référence du district, hier.Des formations sanitaires sont obligées d’utiliser leur propre ressource, pour se procurer des antisepsies à utiliser dans les chambres des malades,  les salles de soin et les blocs opératoires. « C’est une priorité pour prévenir les risques de transmission des microbes et des bactéries», enchaine ce médecin. Dans les maternités des centres de santé de base (CSB), ce sont les patientes elles-mêmes qui doivent fournir les savons et serpillières pour nettoyer la salle d’accouchement et la chambre. Même les grands hôpitaux attribuent à leurs patients cette responsabilité. Dans certains endroits, ils ne nettoient que le couloir et laissent aux malades le soin de nettoyer leur chambre.Des médecins confient que les victimes de l’infection nosocomiale ou l’infection contractée dans un établissement sanitaire, sont nombreuses, à cause de ce manque d’hygiène. « Les patients des grands hôpitaux sont les plus exposés. Il y a plus de malades que dans les CSB», prévient une source.Six unités de productionSix unités de production de désinfectants, à implanter dans les six chefs lieux de Province, devraient être fonctionnelles, en 2018. Il s’agit du projet de mise en place des technologies et outils de désinfection modernes à Madagascar. « Ils assureront l’approvisionnement de désinfectants de toutes les formations sanitaires. Nous n’aurons plus à importer de désinfectants de l’étranger », souligne leDr Hery Andriamanjato, directeur du Partenariat au sein du ministère de la Santé publique. La qualité de la prise en charge des malades au niveau des formations sanitaires devra donc s’améliorer avec ce projet. C’est d’ailleurs l’objectif, selon la précision du Dr Hery Andriamanjato. « La propagation des microbes, dont l’infection nosocomiale, devrait diminuer», rassure-t-il.Le ministère des Finances de la fédération de Russie va financer ce projet, dans le cadre de l’Accord de conversion de dette entre les gouvernements russe et malgache, selon le communiqué du conseil des ministres du 9 août. Ce renforcement de l’hygiène dans les formations sanitaires, est inclus dans le projet de couverture de santé universelle.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara194 partages

Concours d’entrée à l’ACMIL : Signature de convention entre Bianco et MFA

Le concours pour le recrutement de 60 élèves officiers au titre de la XLIe Promotion de l’Académie militaire d’Antsirabe (ACMIL) aura lieu du 21 au 25 août prochain. Six places à pourvoir pour les candidats civils et gendarmes de sexe féminin, 24 places pour les étudiants des classes préparatoires de la SEMIPI Fianarantsoa et 30 places pour les candidats civils, militaires et gendarmes de sexe masculin. Pour prévenir toute forme de corruption, pour garantir la crédibilité de l’organisation et pour parvenir à des résultats fiables issus d’un concours transparent, une convention de partenariat a été signée hier entre le ministère des Forces Armées, le Bureau Indépendant Anti-corruption et le ministère de la Fonction publique. Les parties se sont engagées à garder la confidentialité des informations liées au concours, à se conformer aux normes du professionnalisme et du code de la déontologie et à assurer une bonne coordination. A noter que cette convention prévoit la légalité du concours, la confidentialité et la sécurisation des sujets et des notes des candidats, l’anonymat des sujets et des feuilles de copies, la fiabilité du traitement des données relatives au concours, la fiabilité du traitement des notes, l’établissement d’un procès-verbal à chaque étape du processus, la souveraineté des membres du Jury et la transparence des délibérations.

Davis R

L'express de Madagascar183 partages

L’Androy lance son plan régional

Après sept années sans cadrage, cette région du Sud envisage d’élaborer son plan de développement. Une convention de partenariat a été signée à cet effet, cette semaine.

Relever le défi. L’Androy souhaite  émerger de la pauvreté et renforcer sa résilience face aux différents chocs naturels, surtout la sécheresse. Dans ce sens, l’équipe dirigeante de la région a pris l’initiative de projeter un plan d’actions. Un« Plan régional de développement » ou PRD va être conçu à cet effet. Pour ce faire, une convention de partenariat a été signée à Ambovombe, entre la région Androy et différents partenaires techniques et financiers, entre autres, le projet Asara financé par l’Union Européenne, Aropa financé par le Fida ainsi que le Pnud.« C’est en 2010 que l’Androy a eu son dernier plan de développement. Nous pouvons dire que la région a travaillé sans cadrage et sans objectifs bien définis. Alors, afin de pallier cette défaillance et pour avancer plus vite dans le développement, nous avons décidé d’élaborer un PRD », fait savoir Michael Randianirina, chef de la région Androy.Ce dernier n’a pas caché sa conviction quant au développement économique et social de sa région. De plus, les partenaires techniques et financiers ont affiché leur motivation à toujours financer les initiatives de développement dans cette partie Sud de l’île. « Outre cette convention, il convient aussi de nous appuyer sur le Plan de mise en œuvre pour la bonne marche du PRD », insiste le chef de région.CoordinationEn effet, la collecte des données et les échanges entre les différents acteurs économiques débuteront  mi-septembre, tandis que la mise en place du PRD sera effective à la fin de l’année.Il faut admettre que le manque de coordination entre les différents projets de développement ralentit l’amélioration du niveau de vie des habitants. Le pays des épines abrite bon nombre de projets si nous ne citons que le « plan de relèvement et de résilience communautaire » ou bien les« chaînes de valeur ». À entendre Michael Randrianirina, le PRD intégrera la coordination de ces projets dans ses actions. La protection de la faune et de la flore, surtout les coraux noirs et les tortues qui sont en voie de disparition, figure parmi les priorités dans ce plan d’actions.Quoiqu’il en soit, les habitants espèrent que ce plan atténuera la spirale de la pauvreté, bien que tout soit conditionné par le climat.

Moïse Fanomezantsoa

Midi Madagasikara156 partages

Football- CHAN 2018 : Les Barea bien décidés à aller au Kenya !

Il n’y aura pas d’alternative pour les Barea, car pour espérer se qualifier à la phase finale de la CHAN 2018 au Kenya, ils doivent passer ce dimanche par une victoire la plus confortable possible.

C’est maintenant confirmé que Raux Auguste conduira face à l’Angola l’équipe victorieuse du Mozambique au tour précédent de la CHAN 2018. Et pour se donner un bon moral, il a rappelé que les Palenças Negras avaient eu tout le mal du monde pour écarter le Club M mauricien.

Des absents de marque. Autrement dit et entre les lignes, il reconnaît comme tous les autres férus du football du reste que Madagascar bénéficie logiquement d’un avantage, tout simplement parce qu’il n’y a pas photo entre le Mozambique et l’Angola et que si nous avions pu battre les Black Mambas chez eux, c’est parce que nous évoluons un cran au-dessus.

Le seul bémol c’est la blessure de Mario Bakary, mais qui va être remplacé par un revenant en l’occurrence Zénith de l’Ajesaia. Mais parmi les absents de marque figurent aussi le gardien Leda qui purge une suspension, mais le staff technique est de plus en plus convaincu du talent du gardien de JET Mada même si Kandy, le gardien de Fosa Juniors, est également revenu à son meilleur niveau.

Changements inexplicables. Pour le reste, on ne pense pas que Raux Auguste va encore chambouler l’ordre établi voire l’automatisme de groupe et opter pour des nouveaux joueurs. Logiquement et en faisant fi d’une possible gestion d’humeur des présidents de club comme cela avait été le cas durant le match contre le Mozambique où il a effectué des changements inexplicables entre des joueurs du même club mais occupant des postes très différents, on s’attend à voir dans la charnière centrale Johnny (Elgeco) et Ando (CNaPS) puis Toby (CNaPS) sur le flanc droit. Baggio (Fosa) peut évoluer au poste de demi-défensif tout comme son coéquipier Dax à l’animation.

Njiva (CNaPS, Dino et Bela (Elgeco Plus) complètent cette liste sans nul doute la mieux indiquée, car on ne réinvente pas le football. A fortiori devant le difficile public de Mahamasina.

Mais en restant logique avec lui-même, Raux n’aura pas du mal à gagner la sympathie du public. Et c’est tant mieux de sentir moins de pression pour les joueurs.

Clément RABARY

Midi Madagasikara113 partages

Vola vaovao : Vitsy ny mpivarotra mandray azy noho ny tahotra

Manomboka sahirana ankehitriny ny mpividy entana eny amin’ny toeram-pivarotana, na mpambongady izany na enta-madinika. Ny antony dia lasa matahotra ilay vola vaovao ireo mpivarotra ary tsy vitsy ny mandà handray an’izany. Nahoraka mantsy ny fisian’ny ravim-bola vaovao, indrindra ny iray alina ariary, izay niparitaka tany amin’ny faritra atsinanana sy avaratra atsinanana. Vetivety dia tonga taty an-drenivohitra ny zava-nitranga tany amin’ny faritra ary naha-tonga ny mpivarotra ho mailo tanteraka. Tsy vitan’izay tsy mety mandray fa mbola sahirana ihany koa raha manakalo vola. Ambetin-teny naverimberina anefa tamin’ny fivoahan’ny vola vaovao ny hoe tsy ho vita mihitsy ny manao dika mitovy, izany hoe ny manao sandoka ireo ravim-bola vao natonta. Ankehitriny, ary vao iray volana latsaka taorian’ny nivoahan’ireo vola, dia efa sahirana sahady ny olona na dia ireo tena izy aza no ampiasaina. Misy ihany ny mpivarotra izay mahafantatra manavaka ny vary sy ny tsiparifary ary mahavita mitaratra izany amin’ny masoandro ary mijery tanteraka ny vola alohan’ny hanekeny azy. Miteraka fahaverezam-potoana izany ho an’ny mpanjifa ary tsy vitan’izay fa miteraka henatra sy tebiteby ihany koa. Azon’ny mpivarotra atao tsara mihitsy mantsy ny mampandre ny mpitandro ny filaminana raha toa ka hitany fa sandoka ny vola nomena azy. Dia raha tonga tsy nahy tany amin’olona izany ilay vola sandoka dia mazava fa izy no ho lasa tompon’andraikitra amin’izany. Mipetraka ny fanontaniana ankehitriny hoe tsy ampy ve ny fanentanana sa ny teknolojia no mihazakazaka loatra ka vao iray volana mahery dia efa misy mahavita sandoka sahady ireo vola. Ny any amin’ny tontolo ambanivohitra moa dia misy manao ady an-kafetsena mihitsy ireo olon-dratsy ary mamitaka ny olona fa hatakalo vola vaovao ny vola teo aloha ary ampiana tombony. Toa izay nitranga tany Maroantsetra, roa herinandro lasa izay. Vetivety loatra ny fiparitahan’ny vola sandoka…

D.R

Midi Madagasikara110 partages

Région Androy : Un nouveau Plan régional de développement en vue

Signature de convention de partenariat entre la Région Androy et les partenaires au développement.

La Région Androy concocte un nouveau Plan régional de Développement (PRD), avec les partenaires techniques et financiers. Dans ce cadre, une convention de partenariat a été signée à Ambovombe, par la Région avec le projet ASARA (Amélioration de la Sécurité Alimentaire et du Revenu Agricole) financé par l’Union européenne, AROPA (Projet d’Appui au Renforcement des Organisations. Professionnelles et aux Services Agricoles) financé par le FIDA (Fonds international de développement agricole) et le PNUD (Programme des Nationsunies pour le Développement). Pour le chef de Région Androy, Michaël Randrianirina, ce nouveau PRD permettra d’avancer plus vite dans le développement, car l’ancien PRD date déjà de 2010. Depuis, la Région a travaillé sans cadrage et sans objectif bien défini, a-t-il laissé entendre. Devant les partenaires techniques et financiers qui ont exprimé leur volonté d’appuyer les initiatives de développement dans la zone sud de Madagascar, le chef de Région a soutenu le potentiel de développement économique et social de la région Androy. Cependant, celui-ci a sollicité d’autres appuis des partenaires, pour l’élaboration d’un Plan de mise en œuvre pour la bonne marche du nouveau PRD, qui sera prêt vers la fin de cette année suite à une démarche inclusive avec les acteurs économiques.

 Antsa R.

Midi Madagasikara109 partages

Limogeages et nominations en Conseil des ministres : Instabilité chronique au sein du régime HVM

Les Conseils des ministres sont devenus la bête noire des hauts responsables au niveau des différents ministères depuis l’avènement de la Quatrième République.

Il ne se passe aucun Conseil des ministres sans qu’il y ait limogeages et nominations aux hauts emplois de l’Etat. Le constat s’impose depuis le début de la Quatrième République qui est actuellement à ses trois ans et demi d’existence. Le premier mandat de cinq ans du président Hery Rajaonarimampianina expirera dans un an et demi. Le Conseil des ministres de chaque mercredi est devenu la bête noire des hauts dirigeants du pays. Pendant ces trois ans et demi, des têtes tombent et des nouvelles nominations sont adoptées. Si un nouveau ministre fraîchement nommé a le droit de choisir ses collaborateurs, il n’est pas normal qu’au sein de certains départements ministériels où les numéros « Un » n’ont pas changé pendant deux ou un an, ces derniers proposent presque chaque mois, pour ne pas dire chaque semaine, des limogeages et des nominations en Conseil des mMinistres. Chaque mercredi au Palais d’Etat d’Iavoloha, il y a toujours des limogeages et des nominations des secrétaires généraux, des directeurs généraux, des coordonnateurs généraux, des directeurs centraux et des directeurs régionaux. Et pire, il y a des cas où un haut responsable n’occupe son nouveau poste que pendant quelques jours. Le cas d’Andry Andriamanga Ralamboson, ancien coordonnateur de l’AVG (Alliance Voahary Gasy), a été flagrant. Il a été nommé directeur général de l’Ecologie au sein du ministère de l’Environnement. Mais, il a été limogé de son poste lors du Conseil des ministres suivant celui qui l’a nommé. Il a donc porté le titre de DG pendant une semaine seulement.

Troubles. Force est donc de constater que les hauts emplois de l’Etat sont devenus les emplois les plus instables à Madagascar depuis l’avènement de la Quatrième République. Cette instabilité qui compromet le principe de la continuité des services publics, touche le gouvernement lui-même. En effet, en trois ans et demi, le régime HVM a connu trois premiers ministres : Kolo Roger, le général Jean Ravelonarivo et actuellement Mahafaly Solonandrasana Olivier. Une partie de l’opinion politique n’exclut pas un quatrième chef du gouvernement avant l’élection présidentielle de 2018. A ce propos, des proches collaborateurs du président de la République manœuvrent pour ce changement à la tête du gouvernement. Quant aux autres membres du gouvernement, on ne peut plus compter le nombre des remaniements qui ont été opérés depuis le premier gouvernement de Kolo Roger. En tout cas, malgré cette instabilité au niveau gouvernemental et des différents ministères, la stabilité politique en général semble jusqu’à présent préservée. Des partis d’opposition et des syndicats essaient de faire bouger les choses, certes, mais, jusqu’ici, l’Etat, par le biais du préfet de police d’Antananarivo, trouve toujours des artifices juridiques pour interdire les manifestations pouvant engendrer des troubles dans la Capitale. Bref, même si le régime HVM est jusqu’ici épargné d’une crise politique pouvant compromettre sa stabilité, il connaît une instabilité permanente à l’intérieur.

R. Eugène

Tia Tanindranaza107 partages

Tantely Andrianarivo kandidaMikoropaka ny Arema

Nikorapaka ny lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ny antoko Arema, tarihin’ny Amiraly Didier Ratsiraka nanoloana ny fanambarana nataon’ny praiminisitra teo aloha Tantely Andrianarivo ny maha kandida azy amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2018.

  Re fa nisy mihitsy ny fivoriambe maika natao teny amin’ny tranon’ny filoha teo aloha teny Mangarivotra Faravohitra ny harivan’ny alatsinainy 7 aogositra  teo nentina niresahana iny zava-niseho, izay tsy dia nampoizin’ny rehetra iny. Tsy mbola nilaza fa hiala sasatra eo amin’ny fanaovana politika tokoa mantsy ny amiraly Didier Ratsiraka, ary mbola tsy nanondro izay olona mety hisolo na handimby azy na dia efa mandroso fahanterana aza, satria efa 84 taona ny tenany. Raha dinihina tamin’ny fanamarihana ny faha-40 taonan’ny antoko Arema tamin’ny taon-dasa rahateo, dia mbola tsy mihevitra ny hilavo lefona amin’ny politika mihitsy ny Amiraly ary mety mbola te ho kandida amin’ny fifidianana filoham-pirenena. I Tantely Andrinarivo, izay praiminisitra tamin’ny androny, zaza novolavolainy ara-poltika indray koa ity milaza hirotsaka, ka mety hifaninana izany ireo. Midika ihany koa fa miala tsikelikely amin’ny amiraly ireo nafana fo sy tao anatin’ny sambon’ny Arema, toa an’i Pierrot Rajaoanarivelo, Pierre Houlder, Tantely Andrianarivo,

 

Hambo-po politika

 

Tamin’ny taona 2001 no efa nikendry ny ho kandida sy nanana tanjona ho filoha i Tantely Andrianarivo, saingy voasakan’ny Amiraly Didier Ratsiraka. Toy izany ihany koa ny taona 2013. Tamin’ity indray mitoraka ity kosa, dia efa naman’ny tongotra mby an-dàkana ny azy, ary voalaza fa isan’ireo kandida atosiky ny sehatra iraisam-pirenena ny tenany. Olona efa niara-niasa tamin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena sy ny Banky Iraisam-pirenena rahateo i Tantely Andrianarivo, ary tsikaritra ho ankasitrahan’ny olon’ny Arema ihany koa. Na izany na tsy izany aza anefa, dia maro ihany koa no manasokajy azy ho mitsipa-doha laka-nitana sy tsy manoa ny olona namolavola azy teo amin’ny politika, ka zary tonga amin’ilay fomba fiteny hoe “boaikely manohatra”. Mampametra-panontaniana hoe vaky ve ny ady eo aminy sy ny Amiraly Ratsiraka na tsy mahatoky ny Arema intsony I Tantely Andrianarivo, ka nisafidy ny hikopak’elatra irery satria efa nahazo antoka tamin’ny mpiara-miombon’antoka aminy? Andrasana izay ho fanehoan-kevitry ny Amiraly Didier Ratsiraka manoloana ny fanambarana nataon’ity praiminisitra fahiny, izay isan’ny andry nianteheran’ny Arema ity.

 

Toky R

 

Midi Madagasikara106 partages

Tambajotra halatra « Spriter » : Mpamily sy reseverana taxibe nampidirina am-ponja

Olona roa, mpamily sy resevera ao amin’ny kaoperativa Tselatra misahana ny zotra 147 mampitohy an’Ambatomaro – 67 ha – Amabtomaro no nampidirina am-ponja omaly rehefa avy natolotra ny Fampanoavana. Voarohirohy ho nangalatra ny fiara « Sprinter » izay very tamin’ny talata 8 aogositra teo izy ireo. Fantatra ihany koa fa olona iray heverina fa mpiray tsikombakomba amin’ity raharaha ity no mbola karohina. Ity farany izay nandray ity taxibe ity teo Anosy ny marainan’io talata io ka nanomboka teo ny tetika rehetra nangalarana ilay fiara. Tonga dia niakatra teo aloha sy nipetraka teoakaikin’ny saofera ilay io. Rehefa nitaky saran-dalana ny mpanampy ny saofera , na ny resevera, dia nilaza ilay mpamily fa zanak’anabaviny ity teo akaikiny ka tsy ampandoavina. Mba hanaporofoiny izany amin’ilay resevera dia nampitondrainy an’ity lazainy fa zanak’anabaviny ny fiara rehefa avy nameno mpandeha teny Ambatomaro ka hiverina. Nony tonga teo amin’ny paositra 67 ha anefa dia natsambikimbikin’ilay mpamily ilay fiara. Tezitra ireo mpandeha ka naverina ny saran-dalana ary nidina daholo rehefa nolazain’ilay mpamily fa misy simba ao amin’ny coupelle sy ny hisatra. Rehefa tonga teo amin’ny Jirama Andavamamba anefa dia nirahin’ilay mpamily hividy ireo kojakoja simba ilay resevera ka najanona teo ilay fiara. Tsy hita teo intsony anefa ity farany sy ilay mpamily rehefa niverina ilay resevera. Nampadre avy hatrany ny tena mpamily sy ny tompon’ny fiara ilay resevera. Nampandrenesina noho izany ny polisy misahana ny heloka bevava ao Anosy. Natao ny fikarohana ka hita teny amin’ny lalana Andrefan’Ambohijanahary ilay fiara izay efa tsy misy kodiarana, tsy misy auto radio, very ny kojakoja rehetra.

Rehefa natao ny fanadihadiana dia fantatra fa tsy zanak’anabavin’ity mpamily akory ilay olona nomeny ny fiara fa olom-pantany fotsiny, izany hoe mpamily taxibe namany.  Olom-pantany saingy nambara ny fa tsy hitany akory izay fonenany. Mitohy araka izany ny fikarohana.

T.M.

Midi Madagasikara103 partages

LA REUNION : UNE DIASPORA OMNIPRESENTE, FESTIVE ET SOLIDAIRE

Acteur majeur au sein de la diaspora malgache à la Réunion, la Fédération FEO réunit 25 entités œuvrant pour Madagascar dans tous les domaines, culturel, social, humanitaire, économique.

Du 26 au 29 octobre 2017 prochain, se tiendra à Antananarivo le premier forum de la diaspora. Pour le ministère des Affaires étrangères, à l’initiative de ce rassemblement des natifs de Madagascar éparpillés dans les quatre coins de la planète, ce sera l’occasion de « reconnaitre et définir le rôle de la diaspora, dans le cadre du processus de développement national ». En attendant ce premier rendez-vous inédit et annoncé officiellement à l’occasion du Conseil des ministres du 8 août dernier, zoom sur la communauté malgache de l’île de la Réunion, le territoire français le plus proche de nos côtes.

Le temps d’un match de foot, et vous arrivez par avion à la Réunion où vivent quelque 25 000 Malgaches, binationaux pour la plupart. Malgré la proximité géographique et historique entre les deux îles de l’Océan Indien, ce département français d’Outre-Mer reste la destination la plus difficilement accessible aux Malgaches, compte tenu des conditions drastiques d’obtention du visa. La Réunion n’est pas considérée comme faisant partie de l’espace Schengen. Pourquoi tant de méfiance de la part des autorités françaises ? Eléments de réponse avec Mpanarivo Rakotoharimanana, ancien journaliste, installé sur la petite île française depuis 16 ans et Président de FEO ou Fédération des Entités Œuvrant pour Madagascar : « Ces « complications » résultent malheureusement d’un passé tumultueux pas si lointain : dans les années ’80, le nombre de clandestins d’origine malgache a explosé à la Réunion. A cette époque, les Malgaches pouvaient entrer et sortir plus librement sur l’île qui présentait alors plusieurs attraits majeurs notamment en matière de textile et d’habillement. Le chanteur Tselonina évoquait les allers-retours des « mpanao shopping » et de l’avion « Tolompiavotana, mivesatra jean’s sy Adidas ». Ensuite, le 974 était connu pour ses voitures d’occasion qui retrouvent une seconde vie sur nos routes. Ce temps est révolu : au cours des deux dernières décennies, vu le coût élevé de la vie à la Réunion, bon nombre de « Gasy » de l’île font leurs emplettes à Antananarivo pendant les vacances scolaires. On assiste aussi à l’inversion de la tendance à travers le succès de l’artisanat malgache en constante évolution sur le marché réunionnais. Par ailleurs, l’importation de voitures d’occasion à Madagascar est désormais plus tournée vers l’Asie. On assiste à une forte baisse de ce genre de business. Autre changement : le nombre de personnes en situation irrégulière a considérablement diminué. Aujourd’hui, les Malgaches résidant à la Réunion y sont attachés par des liens familiaux pour la plupart, beaucoup sont mariés avec des Créoles ou des « Vazaha ». D’autres ont obtenu la naturalisation pour avoir travaillé pendant plus de dix ans dans l’île ou en France. On compte aussi une centaine d’étudiants poursuivant leurs études supérieures à l’Université de la Réunion ».

Les membres de la communauté malgache à la Réunion se voient régulièrement tout au long de l’année à l’église, au sein des associations, en pique-nique pour faire la fête et pour organiser des actions humanitaires.

Les 4 S qui motivent : Salaire, Stabilité, Santé et Sécurité. Comme la plupart des « immigrés » en France, les Malgaches de la Réunion ont fait le choix d’y vivre, non seulement pour le « Salaire payé en euro » pour ceux qui travaillent, mais pour trois autres raisons majeures. Citons en premier lieu, la Stabilité dans le domaine social et économique. En cas de chômage ou de perte d’emploi, le père ou la mère de famille continue à percevoir un revenu pour pouvoir subvenir aux besoins vitaux en attendant de trouver un autre travail. Par ailleurs, chaque famille, ayant des revenus modestes, peut prétendre à des aides et/ou des prestations sociales de la part de la CAF ou la Caisse d’allocation familiale. Idem, pour faire face aux aléas de la vie et aux problèmes de santé, le système de cotisation sociale auprès des mutuelles ou des compagnies d’assurances permet une prise en charge partielle ou intégrale des frais de soins ou d’hospitalisation. Par ailleurs, l’éducation des enfants est obligatoire et gratuite non seulement pour les parents, mais aussi pour l’Etat qui assure le fonctionnement des écoles, collèges, lycées publics et des universités.

Les plus pour « Larun ». En tant que Département français, la Réunion ou Larun pour les intimes, bénéficie de tous ces avantages, avec en sus, un meilleur cadre de vie, moins pollué et plus ensoleillé en comparaison aux autres villes de l’Hexagone. On est bien loin du rythme infernal du métro-boulot-dodo des Parisiens ! La Réunion figure aussi parmi les rares endroits de la planète encore plus ou moins à l’abri du grand banditisme, du terrorisme, de l’instabilité et de l’insécurité. Mais pour les Malgaches qui y vivent, le principal attrait de ce petit bout de France de l’Océan Indien réside dans sa proximité avec Madagascar. Avec moins de 500 €, en 90 minutes d’avion, on peut « rentrer à la maison », assister à un événement familial, ou passer un week-end. Ce n’est pas le cas des « Gasy » de l’Hexagone qui doivent faire un long trajet de 10 000 km et de plusieurs mois d’économie pour pouvoir payer un billet aller-retour qui peut atteindre les 1500 €, voire plus, en haute saison.

Les couleurs malgaches sont omniprésentes dans les rassemblements des « Gasy » de Larun.

Une communauté bien intégrée. A part quelques rares incidents, les membres de la communauté malgache ne souffrent pas de problème de racisme, mais sont plutôt bien intégrés dans la société réunionnaise. Ils occupent toutes les fonctions et sont présents dans toutes les branches et catégories socioprofessionnelles : médecins, enseignants, prêtres, religieuses, pompistes, agents administratifs et sans- emploi… Les ressemblances des traits physiques, mais aussi les histoires communes et le fort lien de sang qui unissent les peuples de Madagascar et de la Réunion contribuent à cette harmonie et ce vivre-ensemble exemplaires. Rappelons que la première femme qui a accouché sur l’île Bourbon (ancien nom de la Réunion) est une femme malgache dénommée Tsiarana. L’histoire de l’esclavage relie aussi intimement les deux îles. De ce fait, beaucoup de Réunionnais sont attachés à leurs racines malgaches. Cet attachement se manifeste aussi bien dans les traditions et les pratiques religieuses que dans la culture et tout particulièrement dans la musique.

Impôts, loyer, coût de la vie et galère en tout genre. En dépit des avantages cités ci-dessus, la vie des « Gasy » de Larun n’est pas rose tous les jours. Ils travaillent dur comme partout, mais le coût de la vie y est très élevé en comparaison à celui de l’Hexagone et de Madagascar. Citons à titre d’exemple le prix du pain, à 1 € qui vaut alors 3 500 Ariary l’unité ; ou encore le loyer qui figure parmi les plus chers de France sans oublier le niveau élevé des impôts qui dépassent souvent le montant d’un mois de salaire, voire deux pour une famille modeste. En revanche, les routes sont bien entretenues, de grandes infrastructures sortent de terre régulièrement (les travaux d’agrandissement de l’aéroport Roland Garros sont en cours) et les services publics fonctionnent plus ou moins correctement, sans être gangrenés par la corruption.

La fête toute l’année. A part le mode de vie et la cuisine créole – avec le riz comme élément de base – assez proche des nôtres, et le paysage verdoyant des champs de cannes à sucre, on signalera aussi un attrait majeur de la vie à la Réunion pour les Malgaches qui y vivent : l’ambiance festive ! Pique-niques, sorties, ou soirées malgaches sont organisées pratiquement tous les week-ends, soit dans le cadre familial, soit au sein des associations, soit entre amis. Les stars de la Grande Île, sont déjà toutes passées à la Réunion, sans oublier les « ambassadeurs » de la chanson malgache qui y résident comme Tiana, Sitraka Pazzapa, ou Balita et les jazzmen Sammy Rakotoarimalala, Lalah Rakotorahalahy et Hajazz qui sont constamment sollicités et très actifs. Dans le registre de l’ambiance tropicale, Wawa et Big MJ sont les maîtres incontestés des soirées « mafana » dans les night clubs de Saint-Denis.

Solidarité au départ de la Réunion. Les Malgaches de la Réunion se voient régulièrement, non seulement pour faire la fête et pour prier dans les églises protestantes et catholiques. Des actions de solidarité sont mises en place en cas de décès ou de nécessité d’aider une famille en détresse. La création de FEO Madagasikara (regroupant 25 associations) depuis un an, a contribué à dynamiser et à mieux organiser l’élan de solidarité au sein de la diaspora. On notera aussi que le tissu associatif réunionnais est particulièrement actif dans le domaine de l’humanitaire et des actions sociales en faveur de Madagascar. D’autant que les Réunionnais font régulièrement preuve de générosité pour accompagner et financer ces missions. D’où les visites et les rencontres annuelles du Père Pedro avec les fidèles donateurs de l’île, ou encore les missions médicales d’envergure, à l’instar de celles du Dr Koytcha, soutenues par les Collectivités et les militaires. Le tout au départ de la Réunion.Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara96 partages

ATSINANANA : Fitsarana Ambaratonga Voalohany Toamasina Miatrika fanadihadiana ireo mpitsara roa mampiasa ...

Nitatra ankehitriny ilay raharaha niakarana “mpanera” roa lahy izay efa mifonja dimy taona ao Ambalatavoahangy, noho ny fisolokiany mpisolovava tamin’ny fakana vola taman’olona, 12,4 tapitrisa ariary, ho fanavotana ny havan’izy ireo mifonja vonjimaika. Ny tsy faneken’ireo mpisolovava eto Toamasina ny zava-misy no nampipoitra izao raharaha maizina izao. Nandritra ny raharaha, na teo anivon’ny polisy nisahana ny fakana am-bavany, na teo anivon’ny fitsarana nisahana ny famoahana ny didim-pitsarana, dia anarana mpitsara roa hatrany no voatonon’izy roa lahy na tsy natao mivantana aza izany. Fantatra izao fa mpitsara miasa eo anivon’ny fampanoavana ny iray, eo anivon’ny mpitsara mpamoaka didy sy mpanao fanadihadiana kosa ny faharoa. Taorian’ny fivoahan’ny vaovao mikasika ity fisolokiana narahana kolikoly avo lenta teo anivon’ny fitsarana ity, dia tonga eto Toamasina izao ireo mpitsara misahana ny fampanarahan-dalàna sy ny fampanajana ny etika eo anivon’ny minisiteran’ny fitsarana, manao fanadihadiana ireto mpitsara roa voatonona ireto. Araka ny angom-baovao ihany dia tsy nijanona teo anivon’ireto mpitsara roa ireto ihany ny fanadihadiana ataon’ireto mpitsara avy amin’ny minisitera ireto, fa tonga hatrany am-ponja mihitsy maka am-bavany azy roa lahy mifonja dimy taona noho ilay fisolokiana nataon’izy ireo. Hatreto aloha dia tsy misy ny fanazavana azo avy amin’ireo mpitsara naman’izy roa ireto naneho hevitra. Tsy mbola nilaza ny fahitany ny raharaha koa ny solon-tenan’ny syndikan’ny mpitsara Toamasina. Ankoatra izay anefa, araka ny angom-baovao natao ihany, dia mitatra ny raharaha izao, satria misy ihany koa anarana mpitsara hafa voatonona amin’izao raharaha fakana vola amin’ireto “mpanera” roa lahy ireto izao. Eo ihany koa ny mpandraharaha ny fonja maka vola amin’izy ireo. Andrasana indray izany ny fakana am-bavany ataon’ireo mpitsaran’ny minisitera mikasika izany…

Malala Didier

L'express de Madagascar94 partages

Réforme du secteur sécurité – Un plan de vingt ans en gestation

Le système de sécurité actuel est obsolète. Un long processus sur vingt ans va bientôt être enclenché à travers le document de Réforme du secteur sécurité (RSS).

Du lourd. La réforme du secteur sécurité prévoit un plan d’action à long terme. Projeté sur vingt années, le document élaboré et discuté depuis plusieurs mois est en cours de finalisation.«Comme il s’agit d’un processus, nous nous projetons sur vingt ans. Toutefois, un plan quinquennal est établi pour enclencher les réformes», explique le général Girard Razafindramaintso Randria­ma­havalisoa, secrétaire d’État à la Gendarmerie nationale, joint au téléphone.Fruit de divers ateliers de consultation et de réfle­xion, le document de réforme du secteur sécurité est construit sur trois axes. D’après les explications de Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, lors d’une interview il y a quelques semaines, le système de sécurité ne correspond plus au contexte actuel. Les structures en place datent de la colonisation.Par ailleurs, les éléments des Forces de l’ordre sont regroupés essentiellement dans les grandes villes et les centres urbains. À cela s’ajou­te la vétusté et l’insuffisance du matériel disponible actuellement. Ainsi, les réformes vont toucher trois axes principaux. «La proximité et la couverture de l’intégralité du territoire sont les objectifs de cette réforme. Pour ce faire, le redéploiement des structures pour une meilleure couverture du territoire, le redéploiement des effectifs et le recrutement de nouveaux ainsi que la dotation des moyens adéquats sont nécessaires», soutient le Premier ministre.La validation et le lancement officiel de cette réforme ont été prévus se tenir à Nosy Be en fin juillet sous la houlette du président de la République. La présence d’une forte délégation gouvernementale, de parlementaires et de chefs de régions a été remarquée à cette occasion, mais malheureusement annulée au dernier moment.Les explications fournies avancent un problème d’organisation. «L’incompatibilité des agendas entre les parties prenantes a conduit à l’annulation de cet atelier. Une partie du gouvernement ainsi que certains partenaires techniques et financiers ont été retenus à Antananarivo. Ainsi, la cérémonie a été annulée», soutient le Contrôleur général de police, Jacques Andrianisa, ministre de la Sécurité intérieure.Ces hauts responsables de la sécurité soutiennent toutefois que les préparatifs continuent. «Étant donné qu’un secrétaire permanent du Conseil de la défense et à la sécurité nationale est déjà en place, nous sommes confiants que le lancement officiel de la RSS se tiendra bientôt», avance le général Girard Randria­mahavalisoa. L’offi­cier général a, par ailleurs, soutenu que le lancement officiel de la réforme du secteur sécurité se tiendra à Iavoloha le 8 ou le 15 septembre prochain.Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara86 partages

Les chiffres de la semaine

20 000 Ar. Il s’agit du montant de la hausse des tarifs pour rejoindre Toamasina au départ d’Antananarivo. Une hausse prévisible et s’expliquant en partie par une offre qui n’arrive plus à satisfaire la demande, tellement celle-ci est en hausse. Effectivement, en cette période de vacances, les tarifs du transport routier du voyageur connaissent une hausse exponentielle ! Tout le monde veut capturer sa part de rayons de soleil tout en rendant visite à ses proches.

Ce chiffre équivaut au nombre de hauts responsables de l’Etat limogés au sein d’un ministère hautement stratégique, en l’occurrence le ministère des Finances et du Budget.

25 à 28 m3, soit l’équivalent d’une piscine, c’est le volume d’eau consommée indiqué dans la dernière facture de la JIRAMA de bon nombre de ménages ne consommant d’habitude que 7m3, dans le quartier d’Andravoahangy par exemple. Pour éviter les quiproquos, indiquons qu’il ne s’agit pas de chiffres officiels, mais de données recueillies suite à la grogne d’usagers de la JIRAMA, s’étant plaints de la hausse récente des tarifs qui leur semble exagérée.

Luz R.R

Midi Madagasikara76 partages

« Théâtre Malagasy »: Le Tranompokonolona Analakely devient un centre commercial

Un accord a été conclu  entre le CUA et le FMTM  (Fikambanan’ny Mpanao Teatra Malagasy)  aux termes duquel ces derniers allaient rénover l’estrade, les équipements et les matériaux du Tranompokonolona Analakely, afin de consacrer le lieu au théatre. Cependant, jusqu’à maintenant, la FMTM attend toujours le feu vert pour ces rénovations, affirme Mbato RAVALOSON, président du FMTM. De son coté, la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) autorise des transactions commerciales sur les lieux. Il semble qu’un cyber s’y trouve déjà et que des magasins se soient installés à  l’entrée. Le bureau du personnel du Tranompokonolona est désormais occupé par les vendeurs et ce dernier a été déplacé  dans la salle des services d’éclairages. Des marchands  dont les boutiques  ont fermé se sont installés à l’entrée et  peuvent y vendre. Le  Tranompokonolona Analakely a été inauguré en 1951 pour devenir le haut lieu du théâtre malgache, remplaçant le théâtre d’Ambatovinaky  fermé par l’Etat français. Cette inauguration a été marquée par  l’installation de  deux grandes stèles  de pierre à l’entrée.

Soit dit en passant, le théatre est, d’une part, un art de la représentation d’œuvres, des oeuvres écrites pour être jouées par des comédiens sur scène. D’un autre côté,  l’endroit devrait être destiné à la représentation de spectacles et non un lieu accaparé par les vendeurs.

Ony  Rasendrason (stagiaire)

Tia Tanindranaza67 partages

Dadabe nahavanon-dozaNaolany avy eo novonoiny ny zafikeliny 4 taona

Lehilahy roa 52 taona sy 37 taona no voasambotry ny zandary noho ny famonoana sy fanolanana zazakely 4 taona teny Antanimenakely,

 

 Fokontany Kianja, eny amin’ny Kaominina Ambohimangakely ny 06 jona 2016, rehefa nokarohana nandritra ny 1 taona sy telo volana nanomboka ny. Ny raibeny avy amin'ny reniny efa 52 taona ihany no nikotrika ny asa ratsy satria nentiny nijery baolina io zafikeliny antsoina hoe Heriniaina Nivomalala Lantosoa 4 taona dia tsy nentiny niverina nody rehefa hariva ny andro. Mamo io raibeny io tamin'io ka rehefa nanao ny fikarohana io zaza io ny fokonolona dia nilaza izy fa efa tsy ho hita intsony io satria "nandalo ramaka ka may ny tanàna". Ny ampitson'io dia tsy hita ny nalehan'io raibeny io saingy rehefa nantsoina izy dia nilaza fa lasa tany Ambatondrazaka nitady vola. Nametraka fitarainana tao amin'ny Zandarimariam-pirenena ny fianakavian'ny very. Herinandro taorian'izay dia hitan'ny ankizy milalao teny an-tsaha fa nisy tongotra zazakely nentin'ny alike, ka nampandre ny olona ireo zaza ireo ary nanamafy ny fikarohana teny amin'ny manodidina ny nahitana io ampahan'ny vatana hita io. Hita taorian'izany tao anaty lavaka iray izay tao anaty hantsana misy alaalan-goavy ny fatin'ilay zaza. Tsy nanisy fisalasalana ny zandary fa avy hatrany dia nanao ny filazana fikarohana manerana ny nosy ity raibeny izay nampiahiahy, ka nisy ireo zandary nalefa hisambotra azy tany Ambatondrazaka saingy tsy hita tany izy. Tsy niato noho izany ny fikarohana fa nitohy hatrany ka ny 9 aogositra 2017 teo dia ren'ny fianakaviany fa eny Andoharanofotsy io rangahy io ary nilaza tao amin'ny borigady Ambohimangakely izy ireo izay tonga teny an-toerana nikaroka azy. Taorian'ny fitadiavana azy io teny an-toerana izay naharitra ora maromaro, dia hita tao amin'ny mpanefy volamena iray teo am-pivarotana ny volamena azony tany Andriamena izy io. Niaiky ny heloka nataony izy ary nanoro ny lehilahy iray hafa 37 taona izay nifandimby nanolana taminy io zaza io sy namono ary nanafina ny razana tao anatina lavaka. Efa saika handeha hifindra monina ho any Faratsiho indray izy ireo izao voasambotra izao. Natolotra ny fampanoavana ny 10 aogositra 2017 ireo roalahy voarohirohy nanolana sy namono olona ireo taorian'ny fanadihadiana natao azy ireo.

 

Toky R

 

News Mada53 partages

Nokarohina nandritra ny herintaona… : ny raibeny sy ny namany no nanolana sy namono ny zafikeliny 4 taona

 Saron’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’Ambohimangakely, afakomaly ilay rangahibe sy ny namany iray tompon’antoka tamin’ny fanolanana ny zafikeliny vao 4 taona monja niharo famonoana tamin’ny fomba feno habibiana. Hita tao anaty lavaka tao anaty alan-goavy ny fatin’ilay ankizikely…

 

Hita faty tao anaty lavaka tanaty hantsana misy alan-goavy eny Ambohimangakely ny fatin’ilay zazakely niharam-boina ity rehefa avy nifandimbiasan’ireo roa lahy tsy mifaditra ovana (ny raibeny sy ny namany iray hafa). Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, ny 6 jona 2016, teny Antanimenakely fokontany Kianja Ambohimangakely, nentin’ny raibeny 52 taona nijery baolina ny zafikeliny iray antsoina hoe Heriniaina Nivomalala Lantosoa, 4 taona ka tsy nentiny niverina nody rehefa hariva ny andro. Mamo io raibeny io tamin’io fotoana io ka nilaza izy fa efa tsy ho hita intsony io zazakely io satria « nandalo ramaka ka may ny tanàna », araka ny filazany tamin’ireo fokonolona nanao ny fikarohana ilay zazakely. Ny ampitson’io, tsy hita intsony ny nalehan’ilay raibeny ka nilaza fa hoe lasa any Ambatondrazaka nitady vola izy rehefa nantsoin’ny fianakaviany. Nametraka fitarainana teny anivon’ny zandarimaria ao Ambohimangakely ny ray aman-drenin’ilay ankizikely niharam-boina. Herinandro taorian’izay, hitan’ireo ankizikely nilalao teny an-tsaha fa nisy tanan-jazakely nentin’ny alika ka nampandre ireo olon-dehibe tao an-tanàna ireo ankizikely nahita ity tanan-jazakely ity. Nandeha avy hatrany ny fikarohana ka hita tao anaty lavaka misy alan-goavy ny fatin’ilay zazakely.

Nitohy hatrany ny fikarohana nataon’ny zandary ka fantatra fa ao Ambatondrazaka ny misy ilay rangahy, saingy tsy hita tany izy rehefa tonga tany an-toerana ny zandary. Tsy niato ny fikarohana fa nitohy hatrany ka ny 9 aogositra 2017 teo, henon’ny fianakaviany fa hoe eny Andoharanofotsy io raibe nahavanon-doza io. Tratra tao amin’ny mpanefy volamena iray izy teo am-pivarotana ny volamena azony tany Ambatondrazaka. Niaiky ny heloka vitany izy ka nanoro ny lehilahy iray nifandimby nanolana io zazakely io sy namono ary nanafina ny fatiny tao anaty lavaka. Efa saika hihazo an’i Faratsiho indray izy kanjo saron’ny zandary.

Jean Claude

Madagate51 partages

Mamy Ravatomanga. Quand Rolly Mercia veut transformer une haine viscérale en «tantara mitohy»

Uniquement pour votre information, pour avoir une idée du personnage

Oui, Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia, 63 ans comme moi, est bien Malgache (comme moi aussi). Il était (le passé est de rigueur) journaliste mais, là, pas comme moi du tout pour traiter les informations. En fait, depuis des tas de lustres, il est renommé pour monnayer son «talent» à monter en épingle le moindre fait. Que celui-ci soit divers ou autre. Et il croit dur comme fer qu’il est faiseur d’opinion et que c’est çà le journalisme d’investigation.

Les Américains, quelles que soient leurs origines, ont un très haut niveau de perception de la démocratie et de la liberté d'expression. Eric Wong et l'ambassade des États-Unis ont répondu avec humour, plutôt que de mettre en exergue l'orgueil, un des 7 pêchers capitaux. Remember Rivo Rakotovao...

Puis, Rolly Mercia est nommé Directeur de la communication de la présidence de la Transition puis ministre de la Communication, le 26 mars 2011 par Andry Rajoelina. Ce poste a littéralement fait de lui un homme… autre, grâce aux avantages (financiers surtout) liés à la fonction.

Une place privilégiée au sein de la société Sodiat ne lui a pas suffi

Limogé -avec grand étonnement-, le 26 février 2014, après l’arrivée de Hery vaovao au pouvoir, il est redevenu journaliste et a été nommé Directeur général du groupe de presse de la société Sodiat de… Mamy Ravatomanga. Rappelons qu’en août 2008, à la sortie officielle du quotidien «La Vérité» appartenant au même groupe, Rolly Mercia en était le Directeur de la publication.

Mais il faut dire qu’il n’a pas supporté longtemps la traversée du désert que peut, un jour ou l’autre, vivre tout homme politique. Mais Rolly Mercia n’est ni un politicien ni un homme aux convictions inébranlables. Son dieu c’est le fric. Point barre. Il est renommé ministre de la communication le 20 avril 2017, mais, entre-temps, à partir de novembre 2015, époque où il a tourné le dos à deux de ses bienfaiteurs -en l’occurrence Andry Rajoelina qui l’avait nommé ministre et Mamy Ravatomanga qui l’avait repêché dans le groupe Sodiat-, il a démontré sa versatilité et son inconsistance en matière de loyauté et de respect de la parole donnée. Pour sa décharge, il n'est pas le seul ayant cet état d'esprit dans les hautes sphères rajaonarimampiennes... Pour l'argent rien que l'argent.

Vous n’avez pas la berlue, c’est bien signé Rolly Mercia

En avril 2017, ayant rejoint les rangs du journal «La Ligne de Mire» financé par Mbola Joseph Rajaonah, conseiller spécial du Filoha Rajaonarimampianina, voici des extraits de sa prose, à propos du même Mamy Ravatomanga , qu’il a signé lui-même:

Affaire Jirama-Mamy Ravatomanga risque gros!

Alors, ce n'est donc plus "le grand opérateur économique malagasy qui montre et démontre au monde entier qu'il n'a cesse à sa Nation de par les multiples grands investissements qu'il a injectés pour le développement de son pays et pour la création d'emplois au bénéfice de ses concitoyens"?

(…) D'ailleurs, les mêmes confidences ont également aligné  que Mamy Ravatomanga, outre les poursuites judiciaires ouvertes contre lui par la Justice française pour biens mal acquis sur le territoire français, pourrait de même être confronté à l'ouverture d'autres enquêtes judiciaires dans le pays sur la fameuse affaire des «Panama papers» ou ces incroyables dossiers de massives évasions fiscales, enrobées de blanchiment d'argent, perpétrées par quelques gros nababs de la planète, y compris ce sinistre personnage et dont le nom figure en première ligne de la liste malgache révélée par la presse étrangère.

Rolly Mercia – Ligne de Mire du 5 avril 2017

Mais qu’est-ce donc que ces fameux « Panama papers »?

Depuis le 3 avril 2016, 109 médias répartis dans 77 pays, regroupés au sein du Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), ont dévoilé le résultat d'une enquête de neuf mois. Les « Panama papers » révèlent qu'outre des milliers d'anonymes, de nombreux chefs d'État, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités ont eu recours à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs.

Le terme anglais offshore signifie «au large des côtes», autrement dit extra-territorial. Littéralement, une société offshore est donc une société enregistrée à l'étranger, dans un pays où le propriétaire n'est pas résident. «Mais à la différence des filiales internationales d'entreprises, ces sociétés n'exercent aucune activité économique dans le pays où elles sont domiciliées», explique un site français  d'information.

«Intitulée Panama Papers, cette liste rend publique l'identité des clients de Mossack Fonseca, une firme panaméenne chargée de créer et domicilier des sociétés basées dans des paradis fiscaux. Ces données proviennent des archives de ce cabinet d'avocats entre 1977 et 2015», a expliqué le journal «Le Monde».

La principale raison qui pousse ces personnes à créer une société écran dans ces paradis fiscaux est sans doute l'optimisation et l'évasion fiscale. L'autre raison avancée est aussi la protection des patrimoines, surtout dans les pays instables politiquement, sans forcément vouloir frauder le fisc. Ici, l'on parle d'opérateurs économiques sérieux et non de politiciens véreux.

Rolly Mercia oserait-il jurer sur la Bible que son ancien collègue devenu le Filoha Rajaonarimampianina n'a pas de compte(s) en banque dans un paradis fiscal ou plusieurs? Cela se saura tôt ou tard, lorsqu'il ne sera plus au pouvoir. Il sera traqué. Il l'est même déjà mais ne le sait pas...

Les gens intelligents comprendront que la façon de Rolly Mercia à évoquer les «Panama papers» n’est pas intelligente du tout et n’a qu’un seul but: diaboliser encore et toujours Mamy Ravatomanga, celui qu’il a lui-même encensé.

En ce qui concerne Madagascar, les «Panama papers», ont publié non pas un nom mais plus d’une dizaine de noms. Les voici, à propos des sociétés off shore (En passant, Rolly Mercia est-il capable de vous définir le statut et le régime fiscal des fameuses ZES ou zones économiques spéciales cher à Hery vaovao?):

Maminiaina (Mamy) Ravatomanga est le premier de cette liste car c'est bien le seul Malgache de souche.

Par ailleurs, Mamy Ravatomanga était actionnaire dans la société Essential Time Group Ltd. Alors que, par exemple, Ylias Akbaraly, lui, est le fondateur et directeur de Xeners Group Ltd, comme Yakataly Nazaraly est fondateur et directeur de Quick Trade Worldwide Inc. et de Phoenix Power Trading Ltd. Pourquoi Rolly Mercia (mais aussi les autres médias malgaches) ne parle-t-il pas de ces karana et de ces vazaha à Madagascar, à propos des «Panama papers»?

Le 9 août 2017, Rolly Mercia relance son attaque en remettant sur le tapis son histoire d’immeuble. Cette fois-ci, c’est un jeune robot dénommé Thierry R. qui signe l’article. Il n’a aucune information fiable et valable mais on lui a dit d’écrire et il a écrit. Même si c'est vraiment du n'importe quoi et très loin de la réalité et de la vérité.

Titre totalement mensonger. Mais aucune sanction, le vrai boss étant proche du Filoha, sinon Hvm pur jus. La loi? C'est pour les "autres"...

Ainsi, il n’y a jamais eu de perquisition ce fameux lundi 8 août évoqué dans le texte. Par ailleurs, le système judiciaire français est aux antipodes de l’État de non droit malgache. Rolly Mercia and co veulent-ils faire croire, qu’on peut acheter un immeuble en France, en étant non résident, comme on achète un "mofo gasy" à Isotry? Ils insultent le système français lui-même ma parole! Voici ce que vous devez savoir, que les médiaboliques Hvm feignent d’escamoter:

Avant tout investissement immobilier en France, un ressortissant étranger doit se rapprocher d'un professionnel pour connaître les conditions auxquelles sera soumis cet investissement.­ Plusieurs aspects sont à étudier:

L'acquéreur non résident

Il faudra tout d'abord étudier la nationalité de l'acquéreur, son pays de résidence, situation personnelle (s'il a déjà vécu en France par exemple) ainsi que son régime matrimonial, s'il est marié. Sachant que c'est la loi du lieu de situation du bien qui s'applique en matière immobilière, la loi française va donc s'imposer. Les conséquences sur l'achat seront donc très importantes quant à la propriété du bien, à son régime fiscal ou à sa revente éventuelle. Par ailleurs, rien n'empêche l'acquéreur étranger de constituer une société pour acquérir; là encore, selon le statut choisi, le régime juridique et fiscal du bien acquis différera.

Le financement d'un achat immobilier par un non résident

L'acquisition d'un bien immobilier en France va nécessiter des transferts de fonds parfois importants. Ces transferts sont soumis à vérification de la part des intermédiaires (Banques, Établissements de crédit). Les notaires doivent également vérifier la provenance des fonds pour faire échec aux opérations de blanchiment d'argent. Ils peuvent être appelés à faire des déclarations s'ils ont un doute sérieux quant à l'origine des fonds utilisés.

Impossible à un non résident d'acquérir un immeuble en France sans passer par une vérification méticuleuse du TRACFIN

Ces déclarations doivent être faites au TRACFIN (Cellule française de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme) qui constitue alors un dossier. Enfin, les notaires doivent également assurer la sécurité des transactions dont ils sont responsables vis-à-vis de l'acquéreur étranger et du vendeur. Là encore, ils vérifieront les transferts ou virements qui leur seraient adressés et le sérieux des établissements bancaires qui les auront effectués.

Étant un journaliste crédible, donc à qui l’on fait confiance, depuis 35 ans, mes contacts à Paris ont entamé des investigations, à propos de cet immeuble appartenant bien à Mamy Ravatomanga. Ainsi, il a été acheté sur plan en 2011. C’est-à-dire pas encore entièrement construit.

Enfin, ces trois décennies passées, je ne les ai pas utilisées pour écrire des mensonges et déformer la réalité véridique. Ainsi, le vrai fond de cette histoire minable est aussi minable que les scélérats minables par qui ce scandale -qui leur retombera dessus- est arrivé. Mes sources à Paris ont été claires et nettes: des ressortissants français travaillant à Madagascar, ayant le bras long au niveau diplomatique, et proches de ce régime Hvm mais qui se sont vu prévaloir de leur propre turpitude, sont allés jouer aux cafteurs -invoquant les «Panama papers»- auprès de la justice française.En fait, ils ont envoyé ce qu'on appelle une «déclaration de soupçon». Et, par les temps de terrorisme qui courent, la justice française ne laisse plus jamais rien au hasard.

Mes sources à Paris ont pu également avoir un fac-similé de l’acte notarié d’achat qu’ils me feront parvenir en entier si besoin est

Ainsi, effectivement, une commission rogatoire (délégation de pouvoir) internationale de routine a été déléguée par courrier pour une demande d’information comptable auprès du groupe Sodiat. Croyez bien que s’il y avait bien eu une perquisition, dans le vrai sens du mot, les photographes de «La Ligne de Mire» et de «Triatra» auraient fait une page photos de la villa Pradon et du domicile de Mamy Ravatomanga. Comme le 25 mai 2016 (ICI).

A présent, Rolly Mercia veut en faire un «Tantara mitohy» (histoire à épisodes, feuilleton) et médiatiser sa haine viscérale à outrance. Surtout que les médias malgaches commencent à reparler de Mamy Ravatomanga avec les mêmes corruptions d’informations distillées par Rolly Mercia.

Et ce «Tantara mitohy» obsessionnelse vérifie par le grand titre à la Une de «La Ligne de Mire» de ce 11 août 2017 (ci-dessus). L'héritage de Gallieni (Diviser pour mieux régner) refait surface de plus belle. Deux«rédacteurs» pour tenter de convaincre leurs lecteurs. Thierry R. et Laza Marovola qui 'ont que les cartes de la haines rollimerciennes entre les mains. Chapeau pour la persistance en tout cas. On attend la suite dans les jours à venir avec plus de mensonges, plus de contre-vérités. Merci d'avance, les gars! Mais, heureusement, la vie ne s'arrêtera jamais au régime Hvm/Rajaonarimampianina.

La suite logique de cet anti-journalisme patenté et par excellence rollimercien? Élémentaire: on peut tromper quelqu'un une fois, mais on ne peut pas tromper le monde entier tout le temps. Combien de personnes Rolly Mercia a-t-il trompé et combien de fois pour une vulgaire question d'argent qui ne fait jamais le bonheur? Aussi, malheur à ceux par qui le scandale arrive!

Jeannot Ramambazafy – 11 août 2017

****************

RAPPEL POUR LA JEUNE GÉNÉRATION DE JOURNALISTES DES MÉDIABOLIQUES PAS TOUJOURS  BIEN INFORMÉS AVANT D'INFORMER LES AUTRES

Grande salle de l'Assemblée générale de l'ONU à New York. Pourquoi j'étais là? Pour pouvoir filmer de l'intérieur. L'Histoire de mon pays a besoin de documents de qualité. Surtout en ce millénaire des NTIC

Paris, gare du Nord. Rolly et Hery Rajaonarimampianina (encore l'homme affable et honnête), ministres. Moi (extrême-droite), Jeannot Ramambazafy, toujours journaliste

Midi Madagasikara51 partages

Baccalauréat : Saisie et transcription

Les travaux post-session au baccalauréat battent le plein en ce moment à Ankatso. Pour le baccalauréat de l’enseignement général, la phase de correction est déjà terminée et les travaux en sont actuellement à la phase de saisie et de transcription des notes. Pour le baccalauréat technique et technologique, les épreuves viennent de s’achever la semaine dernière, le 3 août, mais le nombre des candidats étant moins nombreux que ceux du bac général, les travaux de correction prennent beaucoup moins de temps.

« Le traitement des données avancent sans encombre jusqu’ici et à ce rythme, nous pensons pouvoir tenir la séance de délibération à la date prévue, le 24 août », affirme le directeur des examens nationaux, le Dr Olivier Rakotoarison. Et lui d’ajouter que tout devra se passer comme on l’avait prévu, en espérant qu’aucune panne de courant ne vienne perturber le travail. En effet, bien que le site soit doté d’un groupe générateur de courant, le laps de temps entre une éventuelle coupure de courant et le démarrage du générateur, pourrait perturber quelque peu le fonctionnement des équipements. Un tel incident ne s’est pas encore produit, jusqu’ici.

Ainsi, la publication des résultats du baccalauréat prévue le 25 août sera probablement maintenue. Encore un peu de patience pour les candidats et ils seront fixés sur leur sort. Dans exactement deux semaines !

Hanitra R.

Tia Tanindranaza49 partages

« Force de changement »Miantso ny Emmoreg hiaro azy

Isan’ireo nasainay hanotrona ity ady hevitra mikasika ny zo sy fahalalahana haneho hevitra atao manomboka androany eto amin’ny Panorama Andrainarivo ity, hoy ny filohan’ny dinika ho fanavotam-pirenena (DFP), Tolojanahary Maharavo,

J. Mirija

L'express de Madagascar49 partages

La loi sur les jeux à réviser

À réglementer. La loi portant réglementation des maisons de jeux fait l’objet de révision, actuellement. “Le domaine du jeu a changé. Les textes en vigueur ne s’accordent plus avec son évolution. La plupart se font en ligne. Ces jeux en ligne ne sont pas encore règlementés. Nous devons les aligner”, explique Théodore Lucien Ravoajanirina Randria-mahenina, directeur général de l’Administration du Territoire du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID), avant-hier.Cette révision ne concernera pas seulement les maisons de jeux, mais tous les jeux exercés sur le territoire. « Il faudra penser qu’un accident puisse survenir. Par exemple, dans le Moraingy, l’art martial typiquement malgache venant du Nord, la loi actuelle n’a pas encore songé à ce qui se passera si un des participants meurt pendant le jeu. Sur les terrains de combat de coq, on mise sans trop de règle», enchaine ce responsable du MID.La mise à jour de ce texte est, également, d’ordre économique. « Le jeu peut engendrer le développement économique. Vous voyez que des pays qui ne disposent pas de potentialité agricole et d’éle-vage, exploitent l’hôtellerie, le tourisme et les jeux pour se développer. En les réglementant, nous pourrons en tirer profit », note Théodore Lucien Ravoajanirina Randriama-henina.Ce projet de loi aurait déjà pris forme. Des spécialistes du jeu au niveau international ont été consultés pour sa conception. «La modification des textes a pris plus de temps que prévu. Il a été donc décidé au conseil du gouvernement, mardi que ceux qui ont déjà une autorisation peuvent continuer leurs activités. Ils peuvent se passer du renouvellement, pour l’instant», explique Célestin Rasolomaholy Rakotozanany, secrétaire général du MID.

Miangaly Ralitera

Madagascar Tribune42 partages

Descente dans la rue prévue dans les provinces

Refus, c’est à chaque fois la réponse des autorités étatiques et des pouvoirs publics lorsque les citoyens, mouvements de contestations ou partis politiques d’opposition demandent à tenir des manifestations ou des réunions. Aussi, le Dinika ho Fanavotam-pirenena (DFP) et le mouvement « Force de changement » ont-ils décidé lors d’une conférence d’informer l’Etat sur l’existence des droits et libertés publiques. Ceci avant d’entamer une descente dans les rues qui aura bien lieu selon Maharavo Ratolojanahary dit Doudou du DFP.

Une conférence-débat a été organisée par le Dinika ho Fanavotam-pirenena (DFP) et le mouvement « Force de Changement » hier 10 août à l’Hôtel Panorama. Un évènement qui a vu la présence de nombreuses personnalités politiques de l’opposition dont l’ancien Premier ministre Omer Beriziky. Le Professeur Julien Radanoara a été spécialement été convié pour exposer sur le thème « Exercice des droits et libertés publics ». Des droits et libertés qui selon le leader du mouvement DFP Maharavo Ratolojanahary, sont ignorés ou sans doute méconnus des tenants du pouvoir actuel. Aussi auraient-ils été destinaires des invitations pour cette conférence, de même pour les responsables militaires au pays. Des invitations qui sont toutefois restées sans réponse.

Selon Julien Radanoara, les tenants du pouvoir n’accordent plus aucune importance aux droits des citoyens, aux libertés individuelles et collectives. Preuve en est le refus opposé à chaque demande de manifestation de la part de citoyens ou de l’opposition. Pourtant, ces droits et libertés sont garantis par la Constitution elle-même dont le titre II est consacré aux libertés, droits et devoirs des citoyens. Ainsi, l’article 7 de la Constitution de la Quatrième République dispose que « Les droits individuels et les libertés fondamentales sont garantis par la Constitution et leur exercice est organisé par la loi ». Et l’article 10 de souligner que « Les libertés d’opinion et d’expression, de communication, de presse, d’association, de réunion, de circulation, de conscience et de religion sont garanties à tous et ne peuvent être limitées que par le respect des libertés et droits d’autrui, et par l’impératif de sauvegarde de l’ordre public, de la dignité nationale et de la sécurité de l’Etat.  ». Entre autre qu’il appartient également à l’Etat de les garantir et d’en assurer le bon exercice ; et non point de les limiter ou même de les interdire à chaque fois sous prétexte de la préservation de l’ordre publique. Après cette conférence et après en avoir informé comme il se doit donc les tenants du pouvoir et les militaires sur l’existence des libertés publiques, qui sont également garanties par les nombreuses chartes ratifiées par Madagascar au niveau international, le DFP et le « Force de Changement » organiseront des manifestations à Antananarivo mais également dans tous les Chefs lieux de province et les chefs lieux de district. A bon entendeur.

Tia Tanindranaza38 partages

Fanangonan-karena mampiahiahyTsy ho afa-bela i Mamy Ravatomanga

Fantatra fa mbola mitohy hatrany ny fanadihadiana momba ny ahiahina famotsiam-bola sy harena azo tamin’ny fomba tsy mazava an’Atoa Mamy Ravatomanga tompon’ny Groupe Sodiat.

RTT

Midi Madagasikara34 partages

Violences électorales Au Kenya : bis repetita

C’est une nouvelle crise politique qui se profile de nouveau dans un pays du continent africain. Une fois de plus, une élection présidentielle sera peut-être suivie par une série de troubles qui risquent de plonger le Kenya dans le chaos. Le scénario est toujours le même : la victoire du président sortant Uhunu Kenyatta annoncée par la commission électorale a soulevé un véritable tollé chez les partisans de son rival. L’Afrique, une fois de plus, va connaître un épisode mouvementé dans son apprentissage de la démocratie.

Violences électorales Au Kenya : bis repetita

Le Kenya a connu une certaine prospérité sous la présidence d’Uhunu Kenyatta. Cependant, son accession au pouvoir en 2007 fut entachée par des émeutes sanglantes qui ont suivi sa victoire déjà contestée par l’opposition. La répression des manifestations de contestation fut meurtrière. Elle se solda par la mort de plusieurs centaines de Kenyans. La communauté internationale finit par accepter l’élection de ce président. Ce dernier a fait deux mandats et durant ces deux quinquennats, le pays fut cité en exemple pour sa prospérité économique. Mais cette réussite n’a pas fait que des heureux, car elle s’est faite au détriment des libertés démocratiques. Aujourd’hui,  l’opposition revient en force et rallie les suffrages de tous les laissés pour compte de cette croissance exceptionnelle. Raila Odinga, le challenger, affirme qu’il y a eu des fraudes massives ayant permis cette victoire contestée. Il est prêt avec ses partisans à descendre dans la rue pour empêcher ce qu’il qualifie de déni.  Les observateurs se disent inquiets de la tournure que pourrait prendre la tournure des événements, car aucun camp n’a l’intention de céder. Pour l’instant, on n’est qu’au début du processus de proclamation des résultats. Mais la violence qui a eu lieu, il y a dix ans, fait craindre le pire. La communauté internationale reste circonspecte pour le moment et appelle à la retenue. Néanmoins, personne ne peut prédire ce qui va arriver. Une fois de plus, un pays d’Afrique va faire les gros titres des journaux pour la difficulté de ses hommes politiques à jouer le jeu de la démocratie.

Patrice RABE

Madagascar Tribune32 partages

La galère des usagers

On ne peut pas tout avoir, soit l’eau soit l’électricité. Des fois ni eau ni électricité. Mais la population a compris que s’il faut choisir il vaut mieux ne pas avoir de l’électricité que ne pas avoir d’eau. Suite à une défaillance technique des machines de production d’eau de la Jirama à Mandroseza, la fourniture d’eau est perturbée depuis plusieurs jours dans de nombreux quartiers de la capitale. Au moins une quarantaine de quartiers sont touchés par la coupure d’eau à Antananarivo ville et ses périphéries. Les habitants du quartier d’Ambatomaro ont même manifesté dans la rue mardi dernier pour tirer la sonnette d’alarme face aux coupures persistantes dans ce quartier.

La galère totale pour les habitants de ces quartiers qui doivent se déplacer dans les quartiers environnants, là où l’eau arrive au compte goutte. Des camions de la Jirama ont sillonné les quartiers touchés pour distribuer l’eau. Au moins pour ceux qui peuvent rester à la maison à attendre l’eau mais ceux qui doivent aller travailler arrivent à la maison sans une goutte d’eau.

La Jirama conseille aux usagers de stocker de l’eau quand cela marche ce qui provoque la colère de ceux qui doivent se fournir aux fontaines publiques. L’eau marche à 22h soit, ceux qui disposent d’eau courante à la maison peuvent se lever et faire le plein de tous les récipients qu’ils ont chez eux mais la majorité qui se servent sur les fontaines publiques ne peuvent rien faire. Car il faut déjà chercher celle ou celui qui garde la clé de la borne fontaine, faire la queue à minuit sans parler du problème d’insécurité.

Midi Madagasikara30 partages

« Rock dona be final » : Une battle musicale entre Apost et Tselatra à Antsahamanitra!

Apost et Tselatra se retrouveront à nouveau à Antsahamanitra pour le « rock dona be final »

Que d’excellentes nouvelles dans le milieu du rock ! Ce 27 août, Apost et Tselatra vont se retrouver à Antsahamanitra pour le « Rock dona be final ». Un évènement signé CDC Corporation.

Jamais deux sans trois ! En 1987, Eric et Abasse ont partagé la scène pour la première fois. C’était au DEGS. A l’époque, ils étaient jeunes et à peine connus, mais étaient déjà de grands passionnés de rock. Le public était déchaîné. Eux n’étaient animés que par une seule chose : l’amour du « metal ». Ils s’étaient donc surpassés et étaient plongés dans un état de transe qui a vite fait de contaminer les spectateurs présents cet après-midi là. Un concert qui restera longtemps dans les mémoires. Depuis, Eric avec son groupe Tselatra et Abasse avec Apost ont chacun, continué leur route, prenant des chemins différents. En 2016, vingt- neuf ans plus tard, un organisateur eut l’idée de les réunir. En souvenir du bon vieux temps, les deux amis de longue date, avec leurs formations se retrouvent à nouveau sur une même scène. Apost avec ses airs qui envoient du lourd transporte le public dans son monde. Erick, plus agressif, avec ses grands succès, époustoufle. Le 23 septembre, CDC Corporation qui se spécialise dans l’organisation de concerts rock, a donc décidé de rééditer l’évènement, au grand bonheur des métalleux. « Les gens n’auront plus à attendre 29 ans pour les retrouver sur une même affiche ».

Deux « backlines ». Pour ce « Rock dona be final » à Antsahamanitra le 23 septembre, le public sera comblé car comme le précise les organisateurs, cet évènement sera inédit. « Le répertoire ne sera composé que des titres avec lesquels chacun des deux groupes ont bâti leur renommée. Nous ferons également en sorte de ne pas couper l’ambiance. Les musiciens d’Apost, tout comme ceux de Tselatra seront tous deux installés sur scène et prêts à jouer. Dès que l’un aura fini de chanter, l’autre prendra de suite le relais. Un vrai versus musical ! », confie un responsable de CDC Corporation. Il se pourrait cependant qu’il y ait deux ou trois duos, voire plus. Quoi qu’il en soit, l’évènement s’annonce très « show » et ne manquera certainement pas de surprises !Mahetsaka

Midi Madagasikara28 partages

Général Ramakavelo : « Les dirigeants ne savent pas tirer des leçons !»

10 août 1991-10 août 2017. Cela fait 26 ans hier que les évènements tragiques d’Iavoloha se sont passés. A cette époque – et personne n’ignore que – l’on avait revendiqué le changement et le départ de l’Amiral Rouge. Actuellement, le constat est navrant, car on a l’impression que ceux qui avaient perdu la vie pour et dans cette lutte sont réduits au seul fait d’avoir été des « cobayes ». Par rapport à cela, le général Ramakavelo – analyste politique, historien, mais également celui qui faisait partie des artisans de la paix lors de cette crise avec la Convention du 31 octobre –  a son mot à dire. « Nul ne peut ignorer ou effacer l’histoire. On devrait effectuer des gestes commémoratifs chaque 10 août,  car ce qui s’est passé en 1991 fait partie de notre histoire. Et les dirigeants actuels doivent faire preuve de commémoration ne serait-ce qu’en transmettant un petit discours distinctif », a-t-il soutenu.

Les mêmes erreurs. Par ailleurs, le général Ramakavelo a mis le ton sur la répétition des évènements qui favorisent l’avènement ou la reproduction des crises cycliques, faisant partie des traits politiques malgaches. Pour lui, cela est dû à une chose : « les dirigeants successifs ne savent pas tirer des leçons ». Pour le cas de Madagascar, le vieux dicton « L’histoire est un éternel recommencement » trouve son fondement. Si l’on avait revendiqué le départ de Ratsiraka en 1991, en 1996, l’on a empêché Zafy Albert. Si Marc Ravalomanana « dérangeait » en 2009, on l’a éjecté du pouvoir. Actuellement, des groupes de partis politiques réclament également la démission du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina. Et pourtant, les coups d’Etat, qu’importent les termes descriptifs utilisés, n’ont jamais épousé le véritable concept de « révolution », de « restructuration », ou de « refondation ». « C’est déplorable ! », continue le général Ramakavelo en poursuivant que « ceux qui sont au pouvoir commettent les mêmes erreurs déposées par leurs précédents ». Et sommes-nous loin d’être étonnés que Madagascar sombre toujours dans la pauvreté d’autant plus que « le fait de ne pas savoir tirer des leçons du passé ne fait que contribuer à la paupérisation du pays », conclut-il.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza27 partages

Horonam-peo an’i Claudine RazaimamonjyMety tsy avy ao amin’ny Bianco no nivoahany

Nandritry ny lanonana fanavaozam-piaraha-miasan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny asam-panjakana sy ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena ary ny birao mahaleontena misahana ny ady amin’ny kolikoly (Bianco)

 

hampangaraharahana ny fifaninanam-panjakana hidirana ho mpianatra manamboninahitra eny anivon’ny akademia miaramila Antsirabe (ACMIL) izay hanomboka amin’ny 21 aogositra izao tetsy  Ampahibe omaly no nanararaotan’ny mpanao gazety nanontany ny tale jeneralin’ny Bianco, Jean Louis Andriamifidy, ny tohin’ny fanadihadiana mikasika ilay horonam-peo mahavoakasika ny mpandraharaha Claudine Razaimamonjy, voalaza fa  tafaporitsaka tao amin’ity birao ity. Efa mamaramparana ny fanadihadiana mikasika azy iny mihitsy izahay, hoy ny tenany amin’izao fotoana izao ary miha voaporofo tsikelikely, raha ny fandehan’izany hatreto, fa tsy avy ato aminay no nivoahan’ilay horonam-peo. Rehefa tsy olon’ny Bianco tokoa ary izany no namoaka iny horonam-peo feno hetraketraka ara-pitenenana nalaza eran-tany iny dia avy aiza ? Resaka nifanaovana an-telefaonina tena nisy moa izy iny ary raha hiverenana ny fanazavan-kevitry ny Bianco tany aloha dia nisy tokoa ny horonam-peo nampiarahana tamin’ny dosie Caudine Razaimamonjy nalefa teny amin’ny fitsarana.Ka midika ary ve izany fa mety avy ao amin’ny fitsarana no nivoahan’iny horonam-peo nalaza iny ?

J. Mirija

 

Midi Madagasikara26 partages

Lutte : Jeux de la Francophonie Un million d’Ariary pour les meilleurs

La remise de la prime hier par le président de la fédération à Tsimbazaza.

La fédération malgache des luttes a primé Emma Rasoanantenaina, médaillée d’argent chez les moins de 53 kg, le coach national, Aimé Michel Rakotoniaina et Falihery Randrianatoandro, hier à Tsimbazaza, après leur parcours aux 8es Jeux de la Francophonie à Abidjan. « Afin de vous motiver à toujours exceller, la fédération vous offre une prime de reconnaissance pour avoir porté dignement l’honneur du pays et de la lutte en particulier en terre ivoirienne » a indiqué Mamitiana Raveloson, président de la fédération malgache des luttes. Une prime de 700.000 Ariary a été offerte à Emma Rasoanantenaina. « Cette reconnaissance me motive plus à aller de l’avant. J’ai été touchée à l’épaule à l’issue de la demi-finale, ce qui a compliqué mon combat en finale. Techniquement, on n’a rien à envier aux autres combattants, maisil faut travailler la musculation » a-t-elle indiqué. Le coach Aimé Michel Rakotoniaina a reçu la somme de 200.000 Ariary, lui le travailleur de l’ombre qui a contribué à cette victoire d’ Emma. Falihery Randrianatoandro dit Bali suite à sa prestation a été considéré par la fédération comme la révélation de la compétition en lui offrant la somme de 100.000 Ariary.

Lutte africaine. Pour ces jeux d’Abidjan, Madagascar a participé pour la première fois à la lutte africaine. « Nous allons développer et promouvoir cette nouvelle discipline. Plusieurs médailles sont en jeu dans cette discipline où nos combattants ont du potentiel » continue le président de la fédération. Pour les championnats du monde de Paris prévus du 21 au 26 août, Madagascar ne participera pas. « Joëlson, le lutteur qualifié ne pourra pas faire le déplacement en raison de ses études. Actuellement, la fédération à travers la direction technique va essayer de voir ce qu’on devrait améliorer pour rehausser le niveau technique » conclut le président de la fédération. La prochaine échéance qui attend la fédération est le championnat de Madagascar qui se déroulera du 18 au 23 septembre à Mahajanga.

T.H

Midi Madagasikara25 partages

Tourisme : Les voitures de location très recherchées

Ce type de véhicule intéresse les vacanciers voyageant en famille.

« Malagasy Car » qui assure les « Transports Première Classe » reliant la Capitale et la Cité des Fleurs, annonce que tout son parc de véhicules a été mobilisé alors que cela n’arrive pas encore à satisfaire la demande des clients

La haute saison touristique s’annonce bien pour cette année. La preuve, les voitures de location sont maintenant très prisées tant par les touristes nationaux qu’étrangers. Pour les nationaux, Mahajanga et Nosy-Be ainsi que Toamasina constituent les destinations les plus prisées par les vacanciers. « Malagasy Car » qui assure les « Transports Première Classe » reliant la Capitale et la Cité des Fleurs, annonce que tout son parc de véhicules a été mobilisé alors que cela n’arrive pas encore à satisfaire la demande des clients. Il a fallu faire une réservation au moins une semaine à l’avance pour pouvoir trouver des places ou bien louer des voitures, selon un responsable de cette société.

Aubaine. Notons que « Malagasy Car » dispose d’un parc automobile composé de berlines, de monospaces, de 4×4, de minibus et de cars avec une formule de location d’une journée, pour un week-end ou une semaine ou bien pour des périodes courtes ou longues, suivant les exigences des touristes. « Il y a également des chauffeurs-guides expérimentés », a-t-il rajouté. Même les autres agences de voyages ou sociétés de location de voitures affirment qu’il n’y a plus maintenant de véhicules disponibles, car toutes les voitures surtout les 4×4 et les monospaces transportent des touristes aussi bien nationaux qu’étrangers dans des sites touristiques en dehors de la Capitale et ce, pour une durée d’une semaine en moyenne. Sa particularité étant le confort, la sécurité et la ponctualité. Elle offre également un petit déjeuner avant le départ et un déjeuner pique-nique à mi-chemin. Cette période de haute saison du tourisme constitue ainsi une aubaine pour les loueurs de voitures.

Bonne affaire. Parlant du tourisme national, bon nombre de vacanciers préfèrent louer des véhicules pouvant transporter plus d’une dizaine de personnes au lieu de faire une caravane de voitures particulières qui n’ont que cinq places afin de mieux économiser de l’argent avec l’achat des carburants. Il ne faut pas non plus oublier qu’il y a des gens notamment des étrangers qui optent pour la location de voiture pour pouvoir effectuer des voyages d’affaires dans les régions. D’autres ont besoin de ce genre de prestataire de service pour des raisons familiales. En tout cas, la location de voitures est une bonne affaire à Madagascar.

Navalona R.

Midi Madagasikara25 partages

Formation en alternance : L’ESTI se veut être un pionnier

Très en vogue dans les pays développés comme la France, la formation en alternance en est encore à ses premiers pas dans la GrandeIle. Véritable innovation en matière de formation supérieure, la formation en alternance correspond à « un concept qui permet à un étudiant de poursuivre des études tout en étant salarié d’une entreprise de façon alternée ». Soit, une formation académique de quinze jours et une formation de quinze jours en entreprise. Une pédagogie que cet institut qui vient d’ouvrir ses portes propose aux étudiants qui voudraient parfaire des études dans le domaine de l’ingénierie des technologies de l’information. Ainsi, le nouveau concept se démarquerait par le fait « qu’il soit un moyen permettant de financer les études d’un étudiant ». Mihamina Rakotomandimby, responsable des études auprès d’ESTI (Ecole Supérieure des Technologies de l’Information) d’expliquer que « La formation en alternance permet aux étudiants d’être rémunérés, d’intégrer le monde professionnel et de commencer assez tôt une vraie carrière ». Notre interlocuteur d’ajouter également que « le concept permet aux entreprises de se passer de la phase de formation qui coûte cher ». « La formation étant dispensée par les écoles, les entreprises peuvent se consacrer à leur business » a renchéri le responsable des études.  

José Belalahy

News Mada24 partages

Inceste : il viole et tue sa petite fille

Après avoir joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre, deux individus âgés respectivement de 37 et 52 ans, viennent d’être arrêtés par la gendarmerie. Ils sont suspectés d’être derrière le viol suivi de meurtre de Heriniaina NL, une fillette de 4 ans, demeurant à Antanimenakely Ikianja, commune d’Ambohimangakely, où avait eu lieu le crime.

Le 6 juin 2016, le quinquagénaire qui n’est autre que le grand-père de la fillette a emmené cette dernière avec lui pour assister à un match de football. C’était également à cet instant que la petite a été vue pour la dernière fois. Les recherches engagées se sont avérées infructueuses. Passablement éméché, le quinquagénaire a déclaré qu’on ne verra plus jamais la fillette. Le lendemain, il a également été perdu de vue.

Une semaine après la disparition de Heriniaina HL, son corps sans vie a été retrouvé au fond d’un ravin. Premier suspect, son grand-père a fait l’objet d’une traque intense. Le 9 août dernier, il a été arrêté à Andoharanofotsy. Dans un aveu circonstancié, il a dénoncé son complice qui aurait pris part au viol et au meurtre de la fille.

Mparany

 

Tia Tanindranaza22 partages

Fananganana ny filan-kevitry ny fampihavananaRaikitra sahady ny rombo

Tsy mangaraharaha fa misy fijerena tavan’olona ary misy resa-bola ihany koa io fifantenana ireo izay hiditra ao anatin’ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy (CFM), raha ny fanehoan-kevitra nataon-Rakotomalala Henri na Riribe, filohan’ny fikambanan’ny gadra politika omaly.

Mifono valifaty politika?

Tsy sanatria fitia te hanakorontana na koa hanakiana be fahatany, fa maro ny resaka mivoaka momba ny ambadika politika ao anatin’ny fananganana ny CFM amin’izao fotoana izao, ka mila hahitsy dieny ety am-piandohana raha fihavanana sy filaminana tokoa no katsahina. Re avy amin’ireo olona isan’ny nirotsaka hofantenana ao anatin’ny CFM ihany mantsy ny fisian’ny resaka fanomanana valifaty politika ao anatiny, saingy takonana fotsiny ao anatin’ny hoe fampihavanam-pirenena. Araka ny loharanom-baovao iray, dia efa mandeha sahady ny resaka hanilihana kandida iray amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy, ka olona isan’ny nifandrina taminy no homena vahana sy hatao maro an’isa ao anatin’io Filan-kevitry ny fampihavava Malagasy io. Isan’ny manamarina izany ny loko politikan’ny lohandohan’ny mpisorona ao anatin’ny Komity mpifantina ny CFM sy ireo mety ho voatendry, raha ny fahitan’ny olona isan’ny nandrotsaka ny antontan-taratasiny, izay mahatsiaro ho voahilika sahady, ary nanamafy ny efa nambaran-dRakotomalala Henri momba ireo olona ao anatin’ny lisitra satria efa fantampantatra ny fironan-kevitra ananan’ireo tafiditra ao anaty lisitra.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara22 partages

Forum de la Diaspora : Les préparatifs battent leur plein

Descente de la MAE hier au Village Voara à Andohatapenaka.

Le village Voara à Andohatapenaka se prépare à accueillir du 26 au 28 août prochain le forum de la Diaspora. La ministre des Affaires étrangères Béatrice Atallah y a effectué hier une visite qui lui a permis de constater de visu l’avancement des préparatifs de cette rencontre à laquelle vont participer des personnalités issues du secteur privé, du secteur public et de la société civile. « Les préparatifs avancent bien. Avec le soutien du gouvernement, le ministère des Affaires étrangères est déjà prêt à l’organisation de ce forum. Nous attendons une participation massive de la diaspora issue de diverses organisations et d’associations.», a expliqué hier le chef de la diplomatie malgache. On a également appris hier que plusieurs sujets sont à débattre durant le rendez-vous dont entre autres nationalité et citoyenneté, protection des affaires consulaires, coopération décentralisées et opportunités d’investissement.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara21 partages

Jean Angelson Randriamboavonjy : « La valeur n’attend pas le nombre des années ».

Jean Angelson Randriamboavonjy appartient à l’intelligentsia betsileo.

Il y a exactement deux ans, jour pour jour, il a été nommé à la tête de l’Imprimerie nationale. Devenant ainsi à 28 ans, un des plus jeunes directeurs de ministère. Manager de caractère et homme de convictions, il incarne les célèbres adages : « Bon sang ne saurait mentir » et « La valeur n’attend pas le nombre des années ».

« Bon sang ne saurait mentir ». Originaire de Fianarantsoa, cet administrateur des services financiers est issu d’une illustre famille qui a forgé l’histoire récente de la capitale du Betsileo. Avec un grand-père PDS et un père qui était par deux fois maire puis député, Jean Angelson Randriamboavonjy ne pouvait pas échapper au virus de la chose publique.

Il considère nécessaire de maîtriser à la fois les exigences de la gestion privée, les arcanes de la gestion publique et les ressorts de la dynamique sociétale. Il commence ainsi sa formation supérieure en s’initiant au monde de l’entreprise, par l’obtention en 2007 du diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées en Gestion, option Finances et Comptabilité, à l’Ecole Supérieure du Sacré Cœur -ESSCA, qu’il complète l’année suivante par le Diplôme d’Etudes Supérieures en Management, option Finances et Comptabilité. Sortant de l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM), il y a assimilé les bases, les enjeux et les défis du management public.

Parallèlement, le cursus universitaire qu’il engage dès 2008 lui permet de devenir un des plus jeunes référents malgaches en matière de sociologie politique. Reçu en 2010 à la Maîtrise en Sciences sociales de Développement, option sociologie politique, de l’Université de Fianarantsoa, il a obtenu en 2013 le Diplôme d’Etudes Approfondies en Sociologie, option Politique, Gouvernance et Dynamique sociale, de l’Université d’Antananarivo. Pour couronner le tout, il est depuis 2014 doctorant en Sociologie, à l’Ecole doctorale en Sciences humaines et sociales au sein de la filière Rouages des Sociétés et Développement, au laboratoire de recherche interdisciplinaire sur l’organisation et le travail à l’Université d’Antananarivo. Il complète son cursus par un Diplôme des Hautes études en Administration délivré par l’ENAM, option Diplomatie et Relations internationales.

« La valeur n’attend pas le nombre des années ». Pareil cursus de formation est assorti d’un parcours professionnel tout aussi exemplaire bien que naissant, justifiant le célèbre adage de Corneille. De 2010 à 2012, il fait ses premiers pas dans le privé comme consultant politique et financier  le conduisant notamment à la mise en place de l’établissement financier « HBSF ». A sa sortie de l’ENAM en 2012, il est nommé chargé de programme au sein du Bureau d’Appui à l’Ordonnateur National (BAON) du ministère des Finances et du Budget. Il devient par la suite chef du Service administratif et financier à l’Institut National de la Décentralisation et du Développement Local auprès du ministère de la Décentralisation en 2013. En parallèle, il assure la fonction de conseiller technique chargé de l’Administration, du Personnel et du Budget auprès du Congrès de la Transition. Dès le retour à la normalité constitutionnelle, il devient conseiller technique du ministre des Finances et du Budget tout en étant à la tête de l’Imprimerie nationale où il a réussi à … imprimer sa marque.

Recueillis par T.M.

Midi Madagasikara19 partages

Salon Expofinances 2017 : Le premier salon de la Monétique et des Finances de l’Océan Indien !

Du 27 au 29 septembre, Madagascar accueillera le premier salon dédié à la Monétique, les services financiers et les assurances dans la région de l’Océan Indien. Intitulé « Salon Expofinances 2017 », l’évènement se tiendra au Carlton Anosy. Véritable première en terme d’événementiel, ce salon viendra insuffler du dynamisme dans la vie économique de l’Océan Indien et de la Grande Ile.

Maîtrise des services financiers. L’accès et la maîtrise des services financiers demeurent encore faibles à Madagascar, hormis les grandes entreprises, les structures assez conséquentes et les particuliers appartenant à la classe sociale dite aisée. Or, la connaissance et la maîtrise de la Finance est un levier incontestable de développement économique. Le salon Expofinances 2017 contribuera ainsi à l’éducation financière et bancaire du grand public, mais aussi et surtout des entrepreneurs (dirigeants de TPE et de PME), des décideurs politiques pour favoriser l’essor d’une culture monétique adapté au contexte malgache en particulier- notamment le faible taux de bancarisation- et de l’Océan Indien en général.

Dimension internationale. Ce salon ouvrira par conséquent le marché malgache sur l’international. Les acteurs et parties prenantes de la monétique auront ainsi l’occasion de développer leur visibilité, leur réseautage, mais cerneront encore plus en profondeur, les besoins et les opportunités du marché malgache, qui sont par ailleurs considérables, bien qu’entachés par un manque de régulation. Un manque que le Salon Expofinances 2017 va contribuer à combler. En effet, mieux un marché est régulé, plus les opportunités de croissance et de développement sont inclusives et immenses. Ambitieux, ce salon envisage entre autres de promouvoir la dématérialisation de la monnaie et le commerce électronique à Madagascar, tous deux à la fois vecteurs et résultantes d’innovation technologique et de croissance économique ; et ce bien que les Malgaches soient assez résistants au changement !

Luz R.R

Midi Madagasikara17 partages

Détenus politiques : « Le processus de réconciliation nationale est déjà compromis »

Même si le Comité du « Fampihavanana Malagasy » ou CFM n’est pas encore mis sur pied, des critiques fusent déjà. Cette fois, elles émanent d’Henri Rakotomalala ou Riribe, président de la fédération des ex- détenus politiques ou Fedex. Selon lui, des irrégularités sont constatées au niveau de la sélection des 22 membres choisis par le comité de sélection national. « Ma candidature pour la Région Atsinanana a été approuvée et j’étais à Androy quand on m’avait téléphoné que je devrais mettre le cap sur Antananarivo pour l’entretien oral. Arrivé ici, on m’avait demandé de passer l’enquête de moralité dans cette région et quand je m’apprêtais à partir, la liste des personnes qui sont admissibles à l’oral est déjà sortie », explique-t-il. Mais d’après les critères établis par le comité de sélection, ceux qui ont été condamnés définitivement pour crime et délit ne peuvent pas proposer leur candidature. Par voie de conséquence, le même comité de sélection – suivant la logique – ne devrait même pas retenir la candidature de Riribe qui qualifie déjà cette sélection de « biaisée et pas du tout transparente ». Dans cette même optique,c’est l’essence même de la réconciliation nationale qui est compromise. Il a également pointé du doigt la liste de ceux qui ont été admissibles pour la prochaine étape. « Veuillez-vous référer à la dernière liste. On y voit clairement des généraux, des colonels et d’anciens membres du FFM qui n’ont pratiquement pas réussi à mettre en place la véritable réconciliation nationale », soutient-il.

Recueillis par Aina Bovel

News Mada15 partages

Photographie : Ampelagie conjugue «Nature et paix»

Un road-trip photographique, c’est ce qu’Ampelagie propose à travers son exposition intitulée «Nature et paix», qui prendra place au Café de la Gare Soarano du 15 août au 15 septembre.

Journaliste culturel de métier et photographe de passion, Ampelagie se découvre aux amateurs du 8e art avec sa toute première exposition. Ayant appris en autodidacte, elle raconte être devenue photographe sur le tas. Et ce n’est pas le talent qui lui manque. «J’ai voué une passion immuable pour la photographie depuis toujours, de l’argentique au numérique. D’autant que dans mon métier j’assiste régulièrement à une série d’expositions», confie-t-elle.

A travers une bonne douzaine de clichés, «Nature et paix» nous emmène sur les routes de trois villes touristiques de la Grande île, où l’allée des baobabs de Morondava côtoie l’arbre sacré de Nosy-Be et la forêt de mangrove de l’île Sainte-Marie.

L’art de la photographie se perd

Avide de voyages et de découvertes, Ampelagie met un point d’honneur à illustrer ses échappées et les environnements qu’elle découvre sur sa route. «Faire corps avec la nature est une très bonne manière de s’échapper du train-train quotidien et de trouver la paix intérieure. Il fallait bien immortaliser cette sensation par le biais de la photographie», argumente-t-elle. Le photographe privilégie tout à la fois la sobriété du noir et blanc et la vivacité des couleurs.   Tout aussi à l’aise avec le paysage et le portrait, elle photographie selon le feeling du moment.

Durant un mois, elle se plaira à partager ses parcours et ses astuces et discutera ouvertement avec le public du Café de la gare. «Tout le monde peut se vanter d’être photographe une fois qu’il dispose d’un bon appareil photo dans les mains. Par conséquent, l’art de la photographie en soi se perd. Par le biais de cette exposition, j’aimerais apporter ma pierre à l’édifice», a-t-elle conclu.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara13 partages

SOFIA : Mampikony Telo lahy nahatrarana rongony roa gony

Telo lahy no saron’ny mpitandro ny filaminana nitondra rongony roa gony sy milanja 14 kilao tao amin’ny fokontany Ambohimahavelona, Kaominina Mampikony, disitrikan’Antsohihy, faritra Sofia, ny alarobia lasa teo tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany maraina. Araka ny fanazavana voaray avy amin’ny mpitandro ny filaminana, fampitam-baovao avy tamin’ny olona tsara sitrapo no nahafan’izy ireo nanao ny fisamborana. Voalaza fa saika hapetraka sy amidy tao amin’ity disitrika ity, ireo rongony ireo, izao sarona izao. Nanao ny fisamborana avy hatrany ny Zandary rehetra izay notrihan’ny Kaomandan’ny borigady ao Mampikony sady nanao ny famotorana sy ny fanadihadiana. Natolotra ny fampanoavana avy hatrany ireto mpivarotra sy mpifoka rongony ireto.

Ratantely

Faritra avaratry ny Nosy iny

Trano 257 hotohoton’ny afo

Trano miisa 257 indray no hotohoton’ny afo. Tao ny hain-trano vokatry ny herinaratra nosintonina tamin’ny «Plaque Solaire» tsy voafehy. Ny fokontany Anivorano , disitrikan’ i Sambava no nisehoan’io hain-trano  voalohany io, tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany folakandro, ny asabotsy teo. Misy ireo fianakaviana tsy manan-kialofana ankehitriny noho ny voina nanjo. Voalaza fa mitentina 677400 000 Ariary ny tomban-bidin’ny zavatra may. Tao koa ny hain-trano nataon’ny ankizy tamin’ny bozaka noho hetraketraka fotsiny izao. Tao amin’ny fokontany sy Kaominina ary Boriborintany Dzamazar – Nosy be, no nisehoan’izany, ny asabotsy lasa teo tamin’ny 4 ora folakandro. Lsa nitsoaka moa ireo ankizy nandoro ny trano ary dia ny fokonolona no niezaka namono ny afo araka izay tratrany teo. May niaraka tamin’izany koa ny fiara iray marika «Peugeot 306» sy ny kodiaran’ny fiara dimy hafa. Ny Zandary avy ao Dzamandzar no misahana ny famotorana ankehitriny. Ary farany, tao koa ny haintrano nahazo ny trano miisa 250, mitafo bozaka avokoa, ary voalaza araka ny tatitra fa vokatry ny afo tsy fantatra no nahatonga izany. Nisehoana hain-trano koa ny tao amin’ny fokontany Farara, Kaominina Kalandy, disitrikan’ i Mandritsara, faritra Sofia ny asabotsy lasa teo, tokony ho tamin’ny folo ora maraina. Vokatr’izany, lasa traboina ny olona miisa 1400, satria dia tsy manan-kialofana. Tsy nisy kosa ny maty ary tsy nisy ny naratra tamin’ireo tranga ireo, araka ny fampitam-baovao voarainay. Ny Zandary avy ao amin’ny borigadin’ i Mandritsara no misahana ny fanadihadiana.

Ratantely

L'express de Madagascar11 partages

Eléctrification rurale – L’énergie du jatropha pour le Sud

Le projet Gemaha vient d’être lancé. Celui-ci vise à fournir de l’électricité de base aux populations du Sud avec du jatropha.

L’énergie verte devient une tendance. Madagascar veut produire de l’énergie avec du jatropha dans certaines zones du pays. C’est l’esprit de la Génération d’électricité rurale à partir du jatropha mahafalensis du sud de Madagas­car (Gemaha). Comme son nom l’indique, le projet vise à fournir de l’électricité de base aux populations du Sud avec cette plante.« La politique nationale de l’Énergie vise à donner accès à l’électricité d’ici 2030 à 70% de la population. Ce projet constitue un moyen pour y parvenir et s’aligne parfaitement à cette politique, vu que la valorisation énergétique de la biomasse figure parmi les axes prioritaires de notre département », a fait savoir Lanto­niaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures lors du lancement de ce projet mardi à Ankorondrano.Prévu pour 24 mois, le projet Gemaha bénéficie du soutien de la Commission de l’océan Indien et de l’Union européenne. Ces partenaires financiers vont investir à hauteur de 330 000 euros soit environ 1,155 milliards d’ariary pour développer cette filière d’accès à l’énergie à partir de jatropha.Produit d’avenirLes objectifs généraux sont multiples, à savoir l’électrification décentralisée par le développement d’une filière locale spécifique et renouvelable pour être répliquée, la contribution au développement de l’agriculture familiale, la contribution à la production de compost, engrais et alimentation pour l’élevage et la contribution à la promotion de l’énergie domestique autre que le bois et le charbon de bois et contribution à la réduction de l’utilisation de l’énergie fossile.Cette plante serait-elle un produit d’avenir   En tout cas, plusieurs projets d’énergie produite avec cette plante sont en phase de test dans d’autres pays africains. Pour Madagascar, le développement des énergies alternatives est incontournable afin de réduire les impacts du changement climatique, de la hausse du prix des produits pétroliers et de l’augmentation de leur consommation.En effet, ce carburant d’origine végétale peut faire fonctionner des voitures, des tracteurs, des groupes électrogènes, des moteurs diesel. L’huile extraite de jatropha peut être utilisée comme biocarburant pour la production d’électricité, tandis que les tourteaux serviront pour l’alimentation animale et la combustion domestique.Madagascar n’est pas à son premier coup d’essai en ce qui concerne le jatropha. Des projets de production de biocarburant extrait de cette plante avaient fait la une des actualités il y a dix ans sans donner plus de nouvelles en ce moment. Espérons que Gemaha ne connaisse pas le même sort.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar11 partages

La Cisco Antsirabe crée une cellule anti-corruption

Pour mettre  en œuvre la réforme et le développement  de l’éducation, la circonscription scolaire (Cisco) d’Antsirabe I adopte une nouvelle stratégie. Celle-ci vise à renforcer la lutte contre la corruption en son sein. Le lancement officiel des activités inscrites dans ce projet s’est déroulé à la Maison de la culture , mardi, en présence des responsables.Outre les seize membres qui représentent chaque partie prenante, le personnel de la commune urbaine d’Antsirabe et de l’arrondissement bénéficierontégalement de différentes formations sur la lutte contre la corruption. « Celles-ci toucheront tous ceux qui sont concernés par l’éducation, afin  de les mettre au même diapason dans le cadre de la lutte contre la corruption », indique Henri Rasoamahefa, chef de la Cisco d’Antsirabe I.L’adoption d’une charte de bonne conduite figure aussi dans le projet, pour faire du personnel éducatif, un modèle et une référence.  La corruption  au niveau des recrutements, et celui du traitement des dossiers du personnel administratif…, sont aussi la cible du projet.Angola Ny Avo

Midi Madagasikara10 partages

Football féminin : Championnat de Madagascar ASKAM et ASOT en finale !

Une finale inédite. C’est l’affiche de la finale du championnat de Madagascar de football féminin chez l’élite et qui oppose ce samedi au Stade Alexandre Rabemananjara l’ASKAM à l’ASOT.

Si les joueuses d’Itasy qui ont énormément investi pour en arriver là, ne constituent pas véritablement une surprise, c’est l’ASOT qui vient de commettre un crime de lèse-majesté en infligeant un score de 2 buts à 1 à la triple championne de Madagascar de ces trois dernières années, une équipe du SabNam qui n’arrivait pas à prendre le bon bout malgré ce but de son attaquante de service, Sophie, à la 41e minute.

On pensait qu’elle allait remettre cela au retour des vestiaires, mais ce fut plutôt l’ASOT qui parvient à imposer son jeu favori et marquer dans les dix dernières minutes. D’abord par Domoina à la 82e puis 2 mn plus tard par Andoniana, celle qui s’est fait connaître lors des Jeux de la CJSOI de 2016.

Une situation inédite pour SabNam qui n’a jamais perdu le moindre match en trois ans mais qui se faisait piéger par une ASOT qui a admirablement tenu son rôle de challenger.

Toutefois et malgré cet exploit, l’ASOT devra montrer un tout autre visage pour espérer battre l’ASKAM devenue plus complète dans ses lignes et surtout obéissant aux doigts et à l’œil au jeune entraîneur Val.

Hier encore, Itasy a malmené MIFA au cours d’un match sous haute tension sinon rendue comme telle par le départ massif des joueuses de Tana pour l’ASKAM. Mais c’est de bonne guerre et c’est comme qui dirait : « Qu’importe le vin pourvu qu’il y ait l’ivresse ».

Et l’ivresse, c’est Sarah qui a allumé le feu en premier en réponse à l’ouverture de score de Zidane (8e). L’attaquante d’Itasy a réalisé le triplé (11, 70 et 90) et comme si cela ne suffisait pas la petite Tina dont le talent est inversement proportionnel à sa taille, s’est également illustrée en marquant deux autres buts presque coup sur coup (25 et 26). Un score de 5 à 2 qui illustre la supériorité de l’ASKAM qui est monté en puissance après avoir été contraint aux tirs au but lors de la journée inaugurale.

Elle retrouve l’ASOT qu’elle a déjà battu par 3 buts à 1 lors des éliminatoires. C’est dire qu’elle a les moyens de refaire le même coup. Mais attention, car comme une bête blessée, l’ASOT tentera crânement sa chance pour inverser la tendance.

Dans les matches de classement, les Antsirabéennes de PRESCOI ont fini par trouver la bonne carburation et battre l’ASCUF par 3 buts à 1 pour finir à la 5e place de cette toute première étape.

Les Majungaises du SOM ont terminé à la 7e place en battant logiquement l’AS Comato par 5 buts à 1.

Clément RABARY

News Mada9 partages

Toliara : une rue baptisée au nom du WHH

Le boulevard Campan traversant le quartier de Tsimenatse dans la ville de Toliara change de nom pour devenir rue WHH en reconnaissance des activités de développement menées par l’ONG  Welthungerhilfe dans cette commune. Le projet Passat, mis en œuvre par le WHH, a d’ailleurs largement contribué à l’assainissement, l’hygiène et la propreté cette ville.

Les panneaux d’indication de la rue Welthungerhilfe, anciennement appelée boulevard Campan, ont officiellement été posés le 9 août 2017 en présence des représentants de la commune urbaine de Toliara et de l’équipe de l’ONG Welthungerhilfe. Longue de 650 m, la rue Welthungerhilfe rejoint d’un côté l’artère principale de la ville, l’avenue Monja Jaona, et de l’autre côté, le boulevard Branly. La partie au nord du Centre hospitalier universitaire de Toliara a déjà été réhabilitée par le projet Passat (Projet d’assainissement solide et sécurité alimentaire à Toliara) du WHH et laisse place à un espace public avec des chaises et des abris pour se reposer ainsi que des messages de sensibilisation pour la population.

Reconnaissance

L’adjointe au maire chargée des programmes et partenariats de la mairie de Toliara, Niny Augustin Zafindravola, a bien justifié cette reconnaissance à l’endroit de cet ONG par ses contributions à l’assainissement, l’hygiène et la propreté de la ville depuis sa mise en œuvre au mois d’août 2014. La représentante de la commune urbaine a donc évoqué au cours de la cérémonie certains des exploits du WHH dont la mise en place du service de nettoyage et de collecte de déchets de la ville, l’abandon de l’ancien site de décharge sauvage à Tsongobory, suite à la construction d’une décharge moderne (CSVD) respectant les normes environnementales requises, la valorisation des déchets aussi bien en biogaz, en compost et même en bijoux. L’adjointe au maire, Niny Augustin Zafindravola, a mis l’accent sur la redynamisation de la commune urbaine et de toute la communauté pour garder la ville propre et disposer en permanence d’un environnement sain, suite aux actions de l’ONG Welthungerhilfe .

Manou

 

Midi Madagasikara9 partages

SMAM 2017 : Les mères, tiraillées entre maternité et vie active

Dans le cadre de la Semaine mondiale de l’Allaitement maternel (SMAM 2017), une conférence-débat a été organisée à l’INSPC. Elle vise à promouvoir l’allaitement maternel jusqu’à deux ans incluant une exclusivité jusqu’à six mois, dont le taux est en chute libre depuis 2003.

L’allaitement maternel jusqu’aux deux ans du jeune enfant est plébiscité à Madagascar et recommandé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), car elle permet entre autres de lutter contre la malnutrition dans les 1000 premiers jours de l’enfant. Sa tendance à la baisse résulte de facteurs contingents. Toutefois, elle s’explique surtout par une plus grande insertion professionnelle des femmes-dans la pratique, difficilement conciliable avec l’allaitement exclusif- ; le respect du droit d’allaitement au travail qui n’est pas encore totalement effectif à Madagascar ; et la concurrence de la commercialisation des substituts du lait maternel dont la stratégie marketing est on ne peut plus poussée.

Promotion. Pour promouvoir l’allaitement maternel, des efforts ont été entrepris, notamment en ce qui concerne la promotion du droit à l’allaitement au travail et l’application du code national de commercialisation des substituts du lait maternel. Un coin « allaitement » a par exemple été inauguré au sein du Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. Parmi l’assistance, Tiana, mère de famille a proposé l’extension du congé maternel à six mois ; pour permettre aux mères actives d’allaiter leurs enfants dans des conditions optimales. Mieja V. Rakotonarivo, DG de Nutri’Zaza y a répondu en disant que dans cette entreprise, les congés maternels peuvent durer jusqu’à sept mois, selon la demande des employés. La Directrice de l’Inspection du Travail de souligner que : « Cela se tient à l’étranger, mais demeure peu évident à Madagascar, vu la précarité de la situation économique du pays, alors que les femmes font partie intégrante de la population active. Toutefois, l’Inspection du Travail encourage l’allaitement maternel et effectue assidûment un contrôle du respect du droit à l’allaitement des femmes actives. »

Oui, mais. Certes, l’allaitement maternel exclusif jusqu’à six mois présente de nombreux avantages pour le bébé, en apportant tous les éléments essentiels à sa bonne croissance, sans parler des bienfaits psychologiques sur son développement socio-affectif. Toutefois, au-delà de ces six mois, les avis divergent, même au sein des scientifiques. Des pédopsychiatres avancent par exemple que l’allaitement prolongé (au-delà de un an) n’est pas recommandé pour l’équilibre psychologique de l’enfant et de l’adulte qu’il deviendra, car cela le maintient au stade oral. Notons par ailleurs qu’à la base, le choix d’allaiter ou non son enfant appartient à la mère et aux deux parents par extension.

Luz R.R

Midi Madagasikara9 partages

Festi-Foire RN9 « Lohavogny » : Une grande manifestation culturelle et commerciale à Tuléar

La première édition du Festi-Foire appuyée par le Groupe Telma se tiendra du 24 au 26 août prochain seront les organisateurs.

La première édition du Festi-Foire, un festival culturel et une foire économique, se tiendra du 24 au 26 août 2017 à Milenaka Tuléar, organisée par l’association FIMARA, en partenariat avec le groupe Telma.

Les productions de la région Atsimo Andrefana seront mises en avant durant la première édition du Festi-Foire, qui aura pour thème « Lohavogny ». En effet, outre le carnaval et les animations culturelles au programme de l’événement de trois jours, une foire économique permettra également aux opérateurs de la région sud-ouest de la Grande Ile de présenter leurs offres qui sont surtout liées aux secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de l’artisanat et de la pêche. « Cet événement est baptisé Festi-Foire RN9 Lohavogny, d’abord, parce qu’il comprend un festival culturel et une foire économique. Ensuite, il concerne directement les producteurs sur le long de la RN9 qui relie la ville de Toliara à Morombe, sur environ 200km. Et enfin, comme il s’agit d’une première édition, nous avons choisi Lohavogny comme thème, car celui-ci indique une tradition qui consiste à honorer les parents ou « ray aman-dreny », en offrant les premières récoltes ou les premières productions de la saison », a indiqué Alexandre Maherivinta, président de l’association FIMARA (Fiherena, Manombo, Rambozaza), organisatrice du Festi-Foire 2017. A noter que cette association a tiré son nom des fleuves qui traversent la région sud-ouest de Madagascar.

Matières premières. Les animations durant le Festi-Foire seront assurées par des artistes locaux, nationaux et internationaux, qui reflèteront tous l’identité culturelle de la région Atsimo Andrefana. Dans cette même optique, la manifestation économique vise également tous les opérateurs économiques. Avec une vingtaine de participants constitués essentiellement d’associations d’opérateurs ruraux et de coopératives, les organisateurs espèrent enregistrer 6.000 visiteurs pour la foire. A noter que plus de 96% des activités économiques des huit Districts de la zone sont concentrés dans le secteur primaire. Ces opérateurs ruraux font pourtant face à des problèmes de débouchés. L’un des objectifs du Festi-Foire, selon ses promoteurs, est donc de mettre en place une plateforme d’échange entre les producteurs locaux et les opérateurs économiques qui ont des besoins de matières premières. Pour le Groupe Telma qui est partenaire officiel de l’événement, des solutions adaptées pourraient être proposées-durant le Festi-Foire- aux producteurs de la région, afin que ces derniers puissent vendre leurs productions et étendre leurs activités. A noter que cette zone sud-ouest de la Grande Ile produit, entre autres, du riz, du manioc, du coton, de la canne à sucre, des fruits de mer et des produits artisanaux, etc. ainsi que d’autres matières qui pourraient intéresser les industriels.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

Protection des végétaux : Evaluation des capacités phytosanitaires

Deux jours d’atelier, les 8 et 9 août 2017, ont mis au centre des attentions, l’évaluation des capacités phytosanitaires à Madagascar. Un atelier qui est l’aboutissement d’un travail mené depuis le début de l’année, lorsque les acteurs concernés, entre autres, les ministères, opérateurs de marchés, chambre d’agriculture, douanes, secteur forestier et chercheurs, ont entamé un processus d’évaluation des capacités phytosanitaires du pays. De même, il s’agissait de jeter les bases d’une réforme de la législation phytosanitaire, l’ancienne législation qui régit le domaine phytosanitaire à Madagascar, datant de 1986, étant devenue obsolète. L’objectif est également de mettre en place une stratégie de renforcement des capacités phytosanitaires adaptées au contexte et aux besoins du pays.

Marché extérieur. Ces études visent à prévenir l’introduction et la dissémination des organismes nuisibles pour protéger l’agriculture. Une démarche essentielle pour assurer, d’une part, une meilleure sécurité alimentaire, et d’autre part, un meilleur accès des produits végétaux du pays aux marchés extérieurs. Faut-il rappeler que les organismes nuisibles occasionnent des pertes considérables qui réduisent les rendements agricoles, pour ne citer que les mouches des fruits qui déciment les cultures et sont à l’origine de baisse de revenus pour les producteurs. De même, le déficit en matière de respect des normes phytosanitaires et le manque de contrôle des organismes nuisibles, privent les producteurs agricoles nationaux de l’accès aux marchés extérieurs.

Projets phytosanitaires. La nécessité de renforcer les activités phytosanitaires a été particulièrement mise en avant, durant l’atelier, afin de pouvoir amorcer une courbe croissante de la productivité locale et d’élargir les possibilités d’exportation vers les pays voisins. L’initiative bénéficie de l’appui de la FAO (Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) et de la CIPV (Convention Internationale pour la Protection des Végétaux), notamment dans la réalisation des activités phytosanitaires. Il s’agira notamment de la formulation des projets phytosanitaires découlant de la stratégie nationale dont l’objectif est de rendre l’Office National de Protection des Végétaux (ONPV) pleinement fonctionnel afin de prévenir l’introduction et la dissémination des organismes nuisibles à Madagascar.

Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Inde : Une expo-photo et un spectacle de danse traditionnelle Pour célébrer ses 70 ans d’indépendance

Les premières manifestations pour la célébration du 70e anniversaire de l’indépendance de l’Inde ont été officiellement présentées hier à l’ambassade de l’Inde à Analakely. Une exposition photographique et des spectacles de danse traditionnelle inaugureront cette célébration qui ne prendra fin qu’en 2018.

 

L’Inde a obtenu son indépendance le 15 août 1947, il y a 70 ans de cela. Ce grand événement ne passera pas inaperçu, en Inde comme dans tous les autres pays du monde où elle est représentée. A  Madagascar, cette célébration débutera par une exposition photo qui se tiendra  à la salle Gisèle Rabesahala, dans l’enceinte de la Bibliothèque nationale à Ampefiloha du 17 au 22 août prochain, avec un thème plus qu’évocateur, « Culture pluraliste de l’Inde-Harmonie dans la Diversité ». Ces photos relateront les grands monuments culturels des diverses croyances religieuses qui animent ce pays : le Bouddhisme, le Jainisme, le Christianisme, le Sikh, l’Hindouisme, l’Islam, le Parsi et le Judaïsme. Car c’est bien cette mosaïque de cultures qui a créé cette pluralité de l’Inde. Pour découvrir cette riche histoire, tout le monde pourra venir visiter l’exposition, dont l’accès est gratuit, dès le 17 août après les discours officiels.

Danse traditionnelle. Cette célébration des 70 ans d’indépendance de l’Inde se tiendra durant toute l’année et ne prendra fin qu’en 2018. Parallèlement à l’expo-photo, l’ambassade de l’Inde organise également une série de spectacles de danse traditionnelle avec les artistes Roop Kala Kendra de Mumbai, qui illustrera la vie rurale dans les Etats indiens du Rajasthan, de Madhya Pradesh, de Gujarat et de Maharashtra dans sa chorégraphie. Vêtus de costumes colorés et avec leur style propre, ils dépeindront les cultures et les festivals des diverses régions de l’Inde. Les spectacles auront lieu les 19 août au Centre culturel américain à Tanjombato, pour les invités et le 20 août au Dôme de la RTA pour le grand public et le 22 août à la maison de la Culture à Majunga.

Ces festivités culturelles ne sont que les premières d’une longue liste d’activités qui vont marquer ce 70e anniversaire de l’indépendance de l’Inde. Ces événements permettront de mieux connaître ce pays riche de sa culture et de son histoire.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara8 partages

Forces de changement : Une conférence-débat boycottée par le pouvoir

Cette plateforme persiste et signe qu’elle va tenir une manifestation, probablement une descente dans la rue, jugeant notamment que c’est de son droit. Mais les tenants du pouvoir ont aussi leur façon de voir les choses.

Comme prévu, les forces de changement ont tenu une conférence-débat, hier, à l’hôtel Panorama. Elles ont ainsi invité des représentants des ministères de l’Intérieur et de la Justice, des forces de l’ordre et de la Préfecture. Ces derniers ont brillé par leur absence, autrement dit, le pouvoir a boycotté cette rencontre avec les forces de changement. En revanche, les syndicalistes ont répondu présent, sans parler des politiciens pour ne citer que l’ancien Premier ministre Omer Beriziky et Daniel Ramaromisa. Parmi les initiateurs de cette conférence-débat, citons entre autres, Ratolojanahary Maharavo dit Doudou, Radanoara Julien, Alphonse Randrianambinina et Soava Andriamarotafika.

Exercice des droits. Le thème de cette rencontre a été axé sur « L’exercice des droits et libertés publics à Madagascar». Un thème qui convient aux membres des forces de changement qui n’ont cessé de revendiquer la liberté d’expression. A cet effet, Ratolojanahary Maharavo, connu pour n’avoir pas sa langue dans sa poche, de se demander : « Comment allons-nous nous exprimer? » et de réitérer que quoi qu’il en soit, la descente dans la rue aura bel et bien lieu. Cet administrateur civil de son état estime, par ailleurs que « la liberté de manifester ne devrait pas être l’otage de l’ordre public ». Faut-il rappeler que concernant cette manifestation, les forces de changement ont déposé une demande d’autorisation auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Par la suite, une demande préalable sera déposée à la Préfecture de police d’Antananarivo. Mais le souhait de cette plateforme pourrait ne pas être satisfait dans la mesure où les autorités compétentes vont certainement se référer à ce qu’elles qualifient d’interdiction de manifester sur la voie publique.

Dominique R.

News Mada7 partages

Tahala Rarihasina : «Voyage en peinture» se poursuit

Même lieu, même concept, l’exposition collective fraîchement intitulée «Voyage en peinture» revient ce mois-ci au Tahala Rarihasina Analakely.

Grâce à une palette d’artistes composée, entre autres, de Doda Razafy, Petit Maître, Mahenina Andrianaivo, Mistery,  Lala Ramah Andriantsoa, Dolph, D’Ange, Toky Raphaël, Rado Rakoto, D’Zery, Naivohaja et José Nirina, «Voyage en peinture» est devenu un rendez-vous immanquable chaque année pour les amoureux de beaux-arts.

Cette année encore, le collectif d’artistes propose un large éventail de choix de tableaux. Il s’agit, en fait, d’un amalgame de peintures classiques figuratives, impressionnistes et de portraits. Cette collection de peintures est réalisée avec des matériaux et sur des supports qu’ils qualifient d’immuables et intangibles tels que l’acrylique, l’aquarelle et la pierre noire.

Faute d’école spécialisée, bon nombre de ces peintres ont appris ce métier en autodidacte. Ceci étant, «L’échange et le partage d’expériences sont indispensables pour s’épanouir dans cette discipline», avance cette communauté d’artistes peintres.

Joachin Michaël

 

L'express de Madagascar6 partages

Katsepy – Des surcharges à craindre sur les bacs

Les usagers des bacs qui relient Katsepy à Mahajanga attirent l’attention des autorités face au désordre et à la mauvaise organisation du trafic sur place. Aucun responsable n’est présent pour gérer les départs ainsi que les embarquements. Des centaines de passagers font la mêlée pour pouvoir monter à bord. Leur sécurité est alors menacée car aucun contrôle n’est effectué. La qualité de la prestation de service est restée très médiocre.«Deux gendarmes en faction étaient présents, dimanche, au moment de l’embarquement alors qu’une multitude de passagers s’est précipitée pour accéder à l’intérieur. Mais ils ne sont pas intervenus et ont observé la scène sans broncher», témoigne un paysan, dimanche.«Les horaires des départs ne sont pas du tout fixes. Or, nous avons constaté que les voitures des directions administratives ou des fonctionnaires voyagent gratuitement. Pire encore, une fois le bac rempli de passagers, ces derniers ont dû descendre pour faire monter une voiture, car elle rapporte davantage au propriétaire du bateau», déplore un pasteur de la commune de Katsepy, dans le district de Mitsinjo.Par ailleurs, le grand bac Boeny ne quitte le port de Katsepy qu’à 9 heures du matin, alors que les habitants ont hâte de rejoindre la ville de Mahajanga. « Nous appelons les autorités à se pencher sur le problème du transport maritime entre les deux localités car nous sommes victimes de cette situation », exhorte un passager.Le tarif du ticket pour un voyage est de 4 000 ariary par personne. Le transport d’une moto s’élève à 15 000 ariary contre 100 000 ariary pour une voiture 4×4 sur les bacs privés.

Vero Andrianarisoa

Midi Madagasikara6 partages

Kaomisera Ranaivon Alexandre : Nandao ny Sampan-draharahan’ny Seraseran’ny Polisim-pirenena

Manomboka ny alatsinainy izao dia eny amin’ny sampandraharahan’ny  Fanofanana sy Fikarohana eo anivon’ny Polisim-pirenena, eny Antanimora, indray ny kaomisera Ranaivoson Alexandre no hiasa. Nandao ny sampana Seraseran’ny Polim-pirenena izany ity mpiara-miasa nahavita be teo amin’ny fifandraisana tamin’ny mpanao gazety ity. Nandritra izay 20 taona mahery niandraiketany io asa io dia tsy nikely soroka tokoa ny tenany nanome fahafaham-po ireo mpanao gazety tonga mikaro-bavao eo anivivon’ny Polisim-pirenena. Havanana tokoa ny lehilahy raha fifandraisana no resahana. Nanampy betsaka azy  teo amin’io sehatra io ny maha mpikabary azy. Taranja iray izay tena ahalalana azy manokana. Tsy eo anivon’ny polisim-pirenena ihany fa hatrany anivon’ny fiaraha-monina any. Hainy ny nampifandrindra ny fiarahana amin’ireo namana sy ny asa aman-draharaha ka isan’ny  nanamora ny fifaneraserany tamin’ireo mpiara-miasa aminy sy ireo rehetra mangataka raharaha ao aminy izay toetra izay. Antenaina fa tsy hisy tomika amin’izay vitan’ity Kaomisera ity ny hataon’izay hisolo azy.

T.M.

L'express de Madagascar6 partages

PÉTANQUE – MASTERS – Madagascar tombe face à l’équipe Fournié

Pour la troisième fois consé­cutive, la sélection malga­che a été sortie en quarts de finale. Hier à Tignes, en France, lors de la cinquiè­me étape des Masters de pétanque, elle s’est inclinée d’entrée face à l’équipe Fournié.Le retour de Christian « Nanou » Andrianiaina dans le trio malgache, aux côtés de Hery Razafimahatratra et Tojo « Cobra » Rahasintsoa n’a pas eu l’effet escompté, avec ce revers face à Pascal Dionisi, Michel Hatcha­dourian et Benji Renaud (4-13). La qualification pour le Final Four s’éloigne encore un peu plus pour la Grande île, avec cette nouvelle élimination prématurée.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada5 partages

Raha misy mpiasa vehivavy 25 : tokony hanana toeram-pampinonoana ny orinasa

Raha manana mpiasa vehivavy mihoatra ny 25 ary ao anatin’ny salan-taona mbola afaka miteraka, tsy maintsy mametraka efitrano ahafahany mampinono ny zanany ny tompon’ny orinasa na miankina amin’ny fanjakana na amin’ny sehatra tsy miankina. Voalazan’ny lalàna ny taona 1962 izany ary tokony hampiharin’ny toeram-piasana rehetra eto Madagasikara, araka ny fanazavan’ny talen’ny fiahiana sosialin’ny mpiasa ao amin’ny minisiteran’ny Asam-panjakana sy ny asa ary ny lalàna sosialy, Rafarahanta Nirina, omaly teny Mahamasina. Manana ora iray isan’andro ny vehivavy miasa ka mbola mampinono hanao izany hatramin’ny faha-15 volan’ny zanany. Afaka mametraka fitarainana eny amin’ny biraon’ny « inspection de Travail » akaiky azy ny vehivavy tsy afaka misitraka izany zo izany hitsinjovana ny tombontsoan’ny zaza.

Misy fomba hafa toy ny fiterena ny nono isan’andro ary tehirizina ao anaty fitaovana madio azo homena ny zaza, nefa varavarana iray mitondra otrikaretina ny fampiasana kojakoja ivelany hafa.

 

Tsy azo atao ny dokambarotra amin’ny solon-dronono

Noho ny asa, betsaka ny reny mampiasa ny solon-dronono ho an’ny zanany rehefa hiverina hiasa indray. Karazany maro no hita eny amin’ny tsena sy ny magazay ary manana safidy ny rehetra. “Tsy azo atao anefa ny manao dokambarotra manodidina ny solon-dronono sy ny sakafo rehetra ho an’ny zaza latsaky ny 3 taona”, hoy ny tomponandraikitry ny fanjarian-tsakafo ao amin’ny OMS, Razanatsoa Angéline. Efa misy ny lalàna mifehy ny fivarotana solon-dronono nivoaka ny taona 2011. Nihena ho 41,9% ny tahan’ny fampinonoana tsy misy fangarony ny taona 2012, araka ny fanadihadiana. Paikady ataon’ny tomponandraikitra ny fandrisihana ny orinasa, hopitaly, CSB ho lasa sakaizan’ny zaza manentana ny reny hampinono hatramin’ny fahenim-bolana.

Vonjy A.

Midi Madagasikara5 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 : E-Tech Consulting et Kraomita dans la course

A deux semaines de la clôture des inscriptions, le 24 août prochain, on assiste de plus en plus à l’engagement définitif des sociétés.

C’est le cas notamment d’ E-Tech Consulting qui s’est acquitté de son droit hier ainsi que Kraomita, tous les deux bien décidés à aller à Vontovorona pour le plaisir.

Et sans prétendre ravir un titre, les deux sociétés invitent tout le monde à se conformer aux règlements et d’en interdire l’accès aux joueurs licenciés ou pire encore aux mercenaires.

Sur ce chapitre, la CNaPS en tant que partenaire aura un rôle à jouer en tenant au frais la liste du personnel de chaque entreprise participante et que le contrôle, en cas de litige, se fasse en un seul clic.

L’édition 2017 de ces jeux entend d’ailleurs montrer l’exemple pour la pérennité de cette organisation en se montrant intransigeante sur le respect des règles. Une raison suffisante qui a séduit ceux qui se sont déjà inscrits en premier notamment la CNaPS, Midi Madagasikara, SICMA et North South Connexion.

Les inscriptions seront reçues le 21, 22 et 24 août au bureau de la Ligue d’Analamanga de football et le 24 août à la CNaPS lors du tirage au sort prévu se tenir à partir de 14h30.

Mais avant ces dates, les inscriptions se feront en téléphonant au 034 39 034 00.

Clément RABARY

L'express de Madagascar4 partages

Concours administratif- Le recrutement d’élèves-officiers sécurisé

Une convention tripartite a été signée hier visant la crédibilité des concours, une série de mesure engage les parties prenantes.

Concours verrouillés. Les candidats à bras longs ne règnent plus en maîtres. Le recrutement d’élèves-officiers est régi par une convention tripartite entre le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), le ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration de fonction, du travail et des lois (MFPRATLS) ainsi que le ministère de la Défense nationale (MDN). Pour la troisième année consécutive, la convention entre les trois ministères a été renouvelée. « Pendant ses trois années de mise en œuvre de cette convention, nous n’avons pas reçu de réclamations ni de plaintes concernant les concours d’entrée aux écoles de formation militaire », se félicite le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina. L’objectif étant l’amélioration et la crédibilisation de toute l’organisation, pour aboutir à un concours exemplaire avec des résultats fiables.À l’instar des autres concours administratifs, le Bianco assiste les organisateurs dès la phase préparatoire jusqu’à la publication officielle des résultats. « Les récalcitrants trouvent toujours des moyens pour contourner les règles établies. Ainsi, les défaillances identifiées sont corrigées à chaque convention », explique Jean Louis Andria­mifidy, directeur général du Bianco. Il a cité comme exemple la conception des sujets.égalité des chancesDans les mesures précédentes, les concepteurs de sujet sont fixés au nombre de dix. Chaque concepteur a un délai de quinze jours pour produire dix sujets. Toutefois, ils n’arrivent pas à fournir les dix sujets en quinze jours. « Ce genre de détail a été corrigé dans la présente convention », continue le directeur général du Bianco.Des milliers de jeunes, répartis dans six centres d’examen concourent chaque année pour une soixantaine de places. Censées recruter les meilleurs, l’intégration des écoles de formations militaires est réputée corrompue par le système de quota. Lors de la cérémonie de signature de la convention tripartite précédente, le général de corps d’armée Béni Xavier Rasolofonirina n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le système de quota hiérarchique ou régional. Cette convention permettra, à en croire les signataires, de favoriser l’égalité des chances entre les candidats pour les prochains concours.Pour l’année 2017, le MDN recrute soixante élèves-officiers d’Active. Six places sont ouvertes pour les femmes civils ou gendarmes. Les enfants de troupes issus du SEMIPI de Fianarantsoa auront vingt-quatre places. Par ailleurs, trente places sont disponibles pour les civils, militaires et gendarmes  de sexe masculin. Les épreuves se dérouleront le 21 au 25 août 2017 dans les six centres à savoir Antananarivo, Antsiranana, Fianarantsoa, Mahajanga, Toamasina et Toliara. Que les meilleurs gagnent.

Andry Rialintsalama

Orange Madagascar3 partages

Les échecs vont investir l’Hôtel de l’Avenue Analakely ce 12 août

Un tournoi open semi-rapide d’échecs se tiendra ce samedi 12 août à l’Hôtel de l’Avenue Analakely, à partir de 7h30. Les inscriptions seront clôturées ce vendredi 11 août. Il s’agira du troisième tournoi organisé par le Club Joker cette année.

Les organisateurs ont choisi le système suisse en 7 rondes pour ce tournoi. Cette méthode d'appariement permet d'organiser des tournois regroupant un grand nombre de protagonistes en un nombre de confrontations réduit. Il est très utilisé pour les tournois d'échecs open.

Le tournoi est organisé dans l’objectif de promouvoir la discipline en permettant aux initiés de s’affronter le temps d’une journée, et en donnant l’opportunité aux amateurs de découvrir l’univers des échecs.

Quatre autres tournois sont prévus être organisés par le Club Joker d’ici la fin de l’année, dont le traditionnel Tournoi de Noël qui devrait se tenir la deuxième semaine de décembre.

Le club organisateur, le Club Joker,  célèbrera en 2018 sa dixième année d’existence. A l’approche de cet anniversaire, le club est à la recherche de sponsors et de partenaire pour marquer cette célébration à travers des activités et divers animations pour la promotions

Le Club Joker est né sous l’impulsion de quelques férus locaux des jeux de sociétés. Aujourd’hui, le club regroupe des joueurs issus essentiellement de deux disciplines : les échecs et le bridge. Depuis son ouverture en 2008, le club donne rendez-vous à tous les amateurs des deux Sports à l’hôtel de l’Avenue Analakely, un de ses partenaires.

L’organisation des tournois mensuels pour les deux disciplines permet d’améliorer le niveau de tous les membres qui comptent un Maitre International en la personne de Alain Ranaivoharisoa et un candidat-maitre : Girard Ramasindraibe.

Infoline pour les inscriptions : 032 07 035 48

Renaud R.

News Mada3 partages

Tourisme : Offensive de charme au Canada

En octobre prochain, au Canada, les professionnels du tourisme à Madagascar participeront au road show économique et commercial. La Grande île et ses offres touristiques feront l’objet d’une présentation.

Renforcer la compétitivité de la destination Madagascar. Après quelques road show organisés dans quelques pays de l’Europe de l’Est et dans l’occident, les professionnels du tourisme à Madagascar, accompagnés par l’Office national du tourisme de Madagascar (ONTM), participeront au road show économique prévu se tenir du 21 au 28 octobre au Canada.

Cette  présentation, organisée conjointement par la Chambre de commerce et de coopération Canada-Madagascar (CanCham), l’Economic development board of Madagascar (EDBM) et l’ambassade de Madagascar au Canada, prévoit de renforcer les rapports économiques et commerciaux entre le secteur privé malgache et canadien. «Cette mission économique et commerciale, au Canada, entre dans le cadre de la poursuite des actions de promotion de la destination Madagascar entreprises par l’EDBM, en vue de renforcer la compétitivité de la Grande île sur le marché mondial du tourisme», rapporte l’ONTM.

 Rencontres B2B

Le road show offrira, donc, aux opérateurs touristiques malgaches, l’opportunité de rencontrer les professionnels canadiens, afin de favoriser la promotion de la destination Madagascar sur le marché nord-américain. Quelques présentations des offres diversifiées en matière de circuits, d’hébergements et de loisirs seront prévues au programme. Des rencontres BtoB avec les acteurs du tourisme à Montréal et à Ottawa seront également prévues pour permettre aux professionnels de nouer des relations et de partager leurs expériences.

Par ailleurs, les opérateurs touristiques malgaches visiteront le salon international du Tourisme et Voyages qui se déroulera du 20 au 21 octobre à Montréal, et lequel a vu, à chacune de ses éditions, la participation d’une centaine de pays à travers les offices du tourisme, tours opérateurs ou agences de voyage.

Riana R.

 

News Mada3 partages

Artistes : Meizah et Riana se sont dits oui

Après 5 ans d’amour et de vie commune, Mandasoa Fanomezana Razakanavalona, plus connue sous son nom d’artiste Meizah et Riana Rabelionintsoa ont célébré leur mariage civil,  hier, dans la capitale.

Représentative de la jeune génération d’artistes, Meizah excelle dans la musique urbaine et plus précisément, dans le RNB. Elle a fait ses premières armes, en 2012, dans le label ACP, avec Lil’c. Son premier morceau «Faniriako hatrizay» a connu un si grand succès auprès du jeune public qu’elle a décidé de dévoiler son premier album éponyme en 2014. Actuellement, la chanteuse de «Mila mandihy» est à la tête de sa propre maison de production «Premium music records». Par ailleurs, elle a déjà collaboré avec plusieurs artistes pour ne citer que THT, Tsota ou encore Ny Toky.

Joachin Michaël

Agence de Presse de l'Ocean Indien3 partages

Tuléar : le nom d’une rue décernée à la WHH

Le 9 août dernier, la Commune Urbaine de Tuléar a procédé à la pose officielle des panneaux d’indication de la rue Welthungerhilfe. La commune a pris la décision d’attribuer le nom de cette ONG à l’ancien Boulevard Campan et son prolongement sur la double voie sise au nord du CHU de Toliara. Cette décision témoigne de la reconnaissance envers les actions de la Welthungerhilfe dans la ville de Tuléar dans le cadre du projet PASSAT (Projet d’assainissement solide et sécurité alimentaire à Toliara).

Mis en œuvre depuis 2014, ce projet a permis la mise en place du service de nettoyage de la ville et de collecte de déchets, l’abandon de l’ancien site de décharge sauvage à Tsongobory, la construction d’une décharge moderne, la valorisation des déchets aussi bien en biogaz, en compost et même en bijoux. Les efforts menés ont également conduits à la redynamisation de la commune et de toute la communauté pour garder la ville propre et disposer en permanence d’un environnement sain.

Midi Madagasikara2 partages

Atsimo Andrefana : Tsy marisika mamboly hazo ny mponina Hanaovan’olona saribao hatramin’ny hazo sarobid...

“ Tsy mbola tratra ny tanjona tiana hokendrena amin’ny velarantany 3.000 ha voavoly hazo isan-taona, satria mbola tsy resy lahatra ary tsy marisika ny ankamaroan’ny mponina aty amin’ny Faritra Atsimo Andrefana amin’ny hoe adidy amin’ny firenena ny famambolena hazo. Velaran-tany 250 ha monja no voavoly hazo tamin’ny taona 2016, ary 1.440 ha kosa tamin’ity taona ity, kanefa ny filan’ny mponina dia manodidina ny 3.000 ha “, raha ny nambaran-dRtoa talem-paritry ny Rano sy Ala, nandritra ny atrikasa nokarakarain’ny DREEF Atsimo Andrefana, nifarana afak’omaly, nentina nitadiavam-bahaolana sy paikady mahomby hahatratrarana ny tanjona kendrena eo amin’ny fambolen-kazo. Navohitran’ireo mpizaika fa tokony homanina mialoha eny amin’ny toerana hambolena azy ireo zana-kazo mba hialana amin’ny mety ho fahafatesany. Manoloana ny goragora sy gaboraraka ary kolikoly mahazo laka amin’ny fampiharana ny lalàna mifehy ny fampiasana arina fandrehitra dia marefo, satria hatramin’ireo hazo sarobidy arovana ankehitriny dia mihalany tamingana, kapaina hanaovan’olona saribao. Manomboka izao, raha ny fanazavana azo hatrany, dia ho hentitra ny tompon’andraikitra tsirairay amin’ny fanaraha-maso an’ ireo mpivarotra hazo sy saribao eto Toliara.

Eric Manitrisa

Toliara II

Tsy mety mandray vola vaovao ny ankamaroan’ ireo mpivarotra

Manomboka miseho lany ankehitriny ny fahasahiranana misy eny anivon’ny fiarahamonina mahakasika ny fampiasana ny vola vaovao. Distrika maromaro aty amin’ny Faritra Atsimo Andrefana no nahazoam-baovao marim-pototra, fa tsy mety mandray vola vaovao (roa alina Ariary, iray alina Ariary, dimy arivo Ariary, roa arivo Ariary ary ny arivo Ariary) nivoaka ny 17 jolay lasa teo ny ankamaroan’ ireo mpivarotra ka mampitaraina ny olona, toy ny tranga misy any amin’ny Kaominina ambanivohitra Ankililoaka, Andranovory, Tsianisiha, Milenake, Saint-Augustin, . . . Distrikan’ i Toliara II. Na eto Toliara tampon-tanàna aza, fantatra nandritra ny angom-baovao, fa mbola mampanano sarotra ny ankamaroan’ny olona ny fividianana zavatra amin’ireto vola vaovao any amin’ ireo mpivarotra madinika. Tsy hay intsony na filam-baniny na noho ny ahiahy be loatra vokatry tsaho mahazo laka ankehitriny amin’ny fiparitahan’ny vola sandoka vaovao, fa asain’ny mpivarotra atakalo vola taloha aloha ilay vola vaovao, izay vao afaka mividy na mahazo zavatra tadiavina ny mpanjifa izay sahirana araka izany raha sendra vola vaovao.

Eric Manitrisa

Toliara

Mbola vitsy ireo mpiala sasatra tonga

Raha tsy misy trano azo hofaina intsony any Mahajanga renivohitry ny Faritra Boeny amin’izao fotoam-pialan-tsasatra izao noho ny hamaroan’ireo olona mpiala sasatra, dia mifanohitra amin’izany kosa ny zava-misy eto Toliara ankehitriny. Nihena be ary mbola vitsy amin’izao ny mpanao vankasy sy mpizaha tany miala sasatra sy mitsangatsangana tonga ao an-tanànan’ny masoandro sy any amin’ireo toerana kanto maro isan-karazany mahasarika vahiny, toy ny tora-pasika ao Ifaty, Mangily, Madiorano, Sarodrano, . . . Raha ny fanazavana azo, dia antony maro no mahatonga izany, ka anisan’izany ny tsy fandriampahalemana mahazo laka mampitaintain-dava an’ ireo mpandeha amin’ny lalam-pirenena fahafito. Etsy andaniny, nivohitra tamin’ny fanadihadiana natao fa ratsy tsy toy isan-taona (indrindra rehefa volana aogositra toy izao) ny tsena, hoy ireo mpivarotra,  ary ny hita tena mitaraina mafy dia ireo toeram-pivarotana asa tanana “Art Malagasy”. Nihena be fa tsy toy ny hita isan-taona ihany koa ny vola miditra sy kirakirain’ireo trano fisakafoanana sy fandraisam-bahiny ary toeram-pialamboly, ka mitoreo mafy mitaraina ratsy/maina tsena amin’izao hatramin’ireo tovovavy (misy tsy ampy taona) mpampanofa tena mivarotra fitombenana sy fahafinaretana ahazoam-bola malaky ivelomana.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar2 partages

Première édition du salon expofinance de l’océan Indien

Innovant. Madagascar, ainsi que la région Océan Indien abriteront le pre­mier événement régional dédié à la finance. Intitulé tout simplement « salon expofinance », cet événe­ment se tiendra du 27 au 29 septembre au Carlton Madagascar. L’objectif du salon est d’agir en tant que plateforme réunissant tous les acteurs évoluant dans ce secteur. Notam­ment les banques, les assurances, les monétiques ainsi que toutes les autres institutions axant leurs activités dans ce domaine.

L'express de Madagascar2 partages

Un camion écrase un docker à Anosizato Est

Un docker s’est retrouvé sous les roues d’un camion, hier vers 15h 30, à Anosi­zato Est. Dans un premier temps, il aurait tenté de monter dans un poids lourd à l’arrière, mais est tombé. Un autre camion est venu ensuite l’écraser. La victime meurt sur le coup. L’acci­dent a provo­qué un énorme bouchon.

Madaplus.info1 partages

Concours Administratif : difficile de lutter contre la corruption suite aux manques de preuve concrète

Des bruits circulent qu’il y a toujours de la corruption derrière les examens administratifs. Pourtant, le Directeur Général du BIANCO de remarquer hier, que lutter contre la corruption lors de ces concours administratifs est loin d’être facile, surtout avec le manque des preuves vérifiables.
Il a jouté que le BIANCO ne peut en aucun cas, mener une enquête sur des rumeurs infondées. Les éventuels cas de corruption lors de ces examens doivent être prouvés afin que le BIANCO puisse ouvrir des enquêtes de son côté sur les concernés. Parmi par les concours administratifs surveillés par le BIANCO figurent le concours d’entrée en académie militaire (ACMIL). En vue de renforcer la lutte contre toute forme de corruption lors de ces concours, une convention entre le Ministère de la Défense Nationale, le Ministère de la Fonction Publique et le BIANCO a été signée hier.
News Mada1 partages

Fialan-tsasatra : Nosy Be, nofinofin’ny fianakaviana maro

Eny, efa azo tanterahina tsara ny fialan-tsasatra any Nosy Be. Mila manomana sy mahafantatra ny any an-toerana fotsiny, dia mahatoraka ny hataon’ny mpizahatany vahiny…

Tsara, tsara tena tsara, vacances à Nosy Be”, hoy ny hiran’i Max Exception izay. Tamin’ny fotoana nivoahan’ny hira, an-kavitsiana ny fianakaviana malagasy avy amin’ny faritra hafa no manana fahafahana miala sasatra mandritra ny andro vitsivitsy any Nosy Be. Noheverina foana fa natokana ho an’ny mpizahatany vahiny hatramin’izay ny fialan-tsasatra any amin’ny Nosy Manitra…Tato anatin’ny taona vitsivitsy izay, hitan’ireo fianakaviana avy aty Antananarivo, Mahajanga, Antsiranana, sns, ny fomba hanaovana fialan-tsasatra any Nosy Be, kanefa tsy mandany volabe toy ny vahiny mpizahatany.Nofinofin’ny fianakaviana maro, izay lasa azo tanterahina ankehitriny izany, indrindra ho an’ireo izay efa niomana ny hiala sasatra. “Manomana fialan-tsasatra any Mahajanga hatrany izahay isan-taona. Nihevitra foana koa fa tsy vita izany hanao vakansy aty Nosy Be izany. Rehefa natao anefa ny kajy, mitovitovy ihany ny laninay”, hoy ny nambaran’i Andry, raim-pianakaviana iray nitondra ny vady aman-janany tany Nosy Be.“Izaho efa nahita mialoha ny aty Nosy Be, ka afaka mandamina ny fandaniana. Nahita hotely takatry ny hoenti-manana izahay ary afaka mahandro sakafo. Nandeha taksiborosy izahay hatreo Ankify, niampita baka avy eo. Mandeha taxi-be izahay mandeha any Andilana, Ambatoloaka, sns, nefa tsy mampaninona izany. Manampy izany koa ny fisian’ny “festival Sômaroho!”, hoy kosa i Nirina, niaraka tamin’ny namany maromaro.

Efa mifandanja amin’ny vahiny“Amin’izao fotoan’ny fialan-tsasatra izao, mahatratra eo amin’ny 200 eo ny mpitsidika aty Nosy Tanikely, ka Malagasy avokoa ny 130 amin’ireo”, hoy ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ity Nosy kely mahasarika vahiny amin’ny tora-pasika madio sy ranomasina mangatsakatsaka ity. Porofo io fa tsy natao ho an’ireo vahiny mpizahatany intsony ny fitsidihana ireo toerana mahafinaritra ao Nosy Be.Tazana eny amin’ny torapasika malaza toa ny any Andilana koa ireo fianakaviana malagasy. Ireo manana fiara aza, mahavita mitsidika ireo toerana fandehanan’ny mpizahatany vahiny, toa ny fankafizana ny filentehan’ny masoandro eny Mont Passot, ny fitsidihana ny “Hazo masina”, ny tanànan’i Marodoka sy ny tantarany, sns.Mila mamandrika mialoha hatrany anefa, mba tsy hisian’ny tampoka. Misy ireo kaoperativa mikarakara ny dia miainga aty Antananarivo ka hatrany Nosy Be. Misy koa ireo trano fivahiniana azo fandrihana an-telefaonina. Amporisihana hanao izany mihitsy ireo mikasa ny handeha any Nosy Be, satria maro ireo tsy nahita sambokely niampitana ary tsy nahita taksiborosy tao Ambanja taorian’ny “Festival Sômaroho!” teo, ka sahirana tamin’ny fodiana.

Ireo tsara ho fantatra raha hiala sasatra any Nosy Be– Antananarivo –Ambanja: 860 km, mandeha ny lalam-pirenena fahefatra, avy eo mandray ny lalam-pirenena fahenina, eo Ambondromamy. Saran-dalan’ny taksiborosy: 50.000 Ar.

– Ambanja –Ankify (seranan-tsambo), 24 km: mandeha taxi na taxi-be: 4.000 Ar – 5.000 Ar.– Ankify –Nosy Be: Vedety haingam-pandeha: 13.000 Ar, 30 -45 minitraBaka: 5.000 Ar isaky ny mpandeha. Mampita fiarakely: 140.000 Ar – 160.000 Ar. Minibus: 180.000 Ar – 200.000 Ar . Faharetan’ny dia: 1 ora sy sasany – 2 ora.– Saran-dalana ao Nosy Be:Bajaj: 500 Ar ny atoandro, 1.000 Ar isan’olona kosa manomboka amin’ny 6 ora hariva.Taxi-be: 1.000 Ar Hell Ville – Ambatoloaka. 1.500 Ar Hell Ville – Djamandzar, 2.000 Ar Hell-Ville – Andilana.Taxi: 5.000 Ar isan’olona Hell-Ville Ambatoloaka – Dar Es Salaam- Dzamandjar (mila feno 5). 50.000 Ar Hell-Ville – Aéroport Fascène.

– Vidin-tsakafo tsotsotra:Sabeda: 500 Ar -1000 ArTrondro endasina: 2.000 Ar -5.000 ArMasikita: 200 Ar-300 ArVary sy laoka: 4.000 Ar – 5.000 ArLafo ny legioma sy ny henan’omby. Antonony ny vidin’ny fotsimbary sady tsara. Azo hiafiana ny hazandranomasina.

Fanadihadiana sy sary: Zo ny Aina Randriatsiresy

News Mada1 partages

Namela mamy… : seho hanomezam-boninahitra an-dRakoto Frah

An-dalam-panomanana hetsika lehibe sady miavaka ireo ao anatin’ny tarika Rakoto Frah Junior, tarihin-dRapà, izay miezaka mamelo-maso ny zava-bitan’ity andrarezin’ny sodina ity.

Tsy inona izany fa ny fampisehoana, hotanterahina etsy amin’ny Carlton Anosy ny 1 oktobra izao. Hampiavaka azy ity ny fandraisana anjaran’ny mpanakanto fanta-daza maromaro, toa an-dry Bodo, Dama, Jaojoby, Samoëla, Telofangady, miampy an-dry Rakoto Frah Junior, samy hanafana ny fotoana. Goavana ny anton’izao hetsika izao, satria hoenti-manangana ilay tsangambato fahatsiarovana an-dRakoto Frah ny vola azo rehetra amin’io, araka ny fanazavan-dRapà. Etsy Isotry, toerana nonenany, no hametrahana io tsangambato io.

Efa hatramin’ny herintaona, fotoana nahatsiarovana ny faha-15 taona nahafatesan-dRakoto Frah, no efa nikasan’ny taranany hananganana io tsangambato io. Tsy mbola tontosa anefa izany, raha tsy izao, noho ny tsy fahampian’ny fanohanana. Tsy nahakivy ireo taranany anefa izany ka tsy nitsahatra nitady hevitra hatrany izy ireo hoenti-manatanteraka izao faniriana goavana izao.

Ankoatra io tsangambato io, efa vinavinan’ireo taranany koa ny hanangana tranom-bakoka mikasika an-dRakoto Frah sy ireo zavamaneno nentim-paharazana, indrindra ny valiha. Tsy mbola tontosa ihany koa izany, noho io olana iray io hatrany. Heverina fa tokony ho ny fanjakana mihitsy no hanohana ny tsirin-kevitra toy izao. Anjarany ny mitahiry sy mikolokolo ireo navelan’ny mpanakanto, nitana ny kolontsaina sy ny kanto malagasy, mba hahafahana mampita izany amin’ny taranaka mifandimby.

Landy R.

News Mada1 partages

Manakara : la lutte contre l’insécurité renforcée

Le préfet de Manakara a pris des dispositions particulières pour éradiquer l’insécurité grandissante dans la capitale de la région Vatovavy-Fitovinany. Les patrouilles de nuit renforceront les contrôles systématiques, à partir de 22 heures, en plus de l’instauration du passeport individuel.

La circulation de nuit a été réglementée dans la ville de Manakara depuis une semaine, suite à une décision prise à l’issue de la concertation de l’Organe mixte de conception (OMC) et le préfet de la ville sur la recrudescence du phénomène d’insécurité. Les forces de l’ordre ont actuellement à charge de ratisser les différentes zones des quartiers composant cette commune urbaine. Elles procèdent aux contrôles d’identité des noctambules durant ces missions et ont droit à garder à vue ceux qui sont dépourvus d’un document officiel pour les soumettre à des séances d’identification.

Les habitants doivent informer les responsables du fokontany de leur domicile, de toute présence d’individus qu’ils hébergent, selon les autorités qui conseillent à la population de se munir en permanence du passeport individuel.

Manou

 

L'express de Madagascar1 partages

Fivmpama – Erick Rajaonary dresse son bilan

C’est l’heure du bilan pour l’équipe d’Erick Rajao­nary. Le directeur général de Guano­mad est depuis deux ans à la tête du Groupe­ment de patronnat malgache ou Fivmpama. Au cours de son mandat, il s’est fixé comme objectif à consolider la notoriété du groupement et de renforcer son implantation dans les différentes régions de l’Ile. Il a même réussi à le déployer sur la scène internationale. « Nous avons maintenant plusieurs branches dans de nombreux pays comme les États-Unis, l’Allemagne, le Canada, et le partenariat avec la diaspora malgache de Benelux. Les Seychelles et La Réunion font partie de nos projets maintenant », a-t-il déclaré hier.Maintenant que son mandat touche à sa fin, le Fivm­pama se prépare à l’élection du nouveau membre de son bureau pour ce lundi à Anta­ninarenina. Interrogé, l’actuel président de ce groupement est encore prêt à briguer un nouveau mandat. Il a été élu à la tête de ce groupement en juillet 2015. L’ancien Président Marc Ravalomanana, le fondateur du groupe Tiko faisait partie de ses adversaires.Le Fivmpama revendique actuellement cinq cent membres directs dont des groupements d’entreprises, d’agences de voyages et bien d’autres secteurs d’activités.Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Maevatanàna – Un présumé sorcier battu à mort

Un homme âgé de 52 ans présumé sorcier, à Ambohi­dahy, dans la commune rurale de Morafeno, district de Maevatanana a succombé à une vindicte populaire, lundi aux environs de 21h.  Les villageois l’accusent d’être l’auteur de la mort de plusieurs victimes à cause d’un empoisonnement par l’alcool. La dernière fois, il a été pris en flagrant délit après des funerailles d’une victime ainsi intoxiquée. « Il s’est fait remarquer lorsqu’il a tenté une nouvelle fois d’offrir un verre à un homme d’une trentaine d’années dans un bar. Ce dernier est tombé en syncope après avoir bu », a indiqué une source proche de l’enquête. La foule s’est ruée directement vers le vieil homme en le forçant à réanimer celui qu’il aurait envouté. « Il apu le ressusciter lorsqu’il fait d’étranges gestes sous les yeux du public », a indiqué la gendarmerie locale.Le suspect aurait tenté de s’enfuir, mais a fini par se faire lyncher. Il a été roué de coups de pierres et de rondins, d’après le constat et l’enquête de la gendarmerie d’Andriba saisie de l’affaire. Trois gendarmes issus de cette brigade, au 80km d’Ambohi­dahy, le chef de fokontany, un médecin et quelques notables du village étaient sur place, lundi soir.Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

L’école supérieure en technologie de l’infor­mation (ESTI) ouvre ses portes

L’école numérique par les entreprises pour les entreprises. C’est dans cette optique qu’a été conduite l’ouverture des portes de l’ESTI hier. L’école est la concrétisation d’un projet de l’Agence française de développement (AFD) puis porté par le grou­pe­ment des opérateurs des technologies de l’infor­mation et de la commu­nication (GOTICOM) en collaboration avec la chambre de commerce d’Antananarivo (CCIA).

L'express de Madagascar1 partages

Andrianiko ny Fianarana sy Fanabeazana

Lakilasy ve, Tompoko, hianarana sa natao efitra fivantanan’ny mpizaika, mpanao fanatanjahantena, mpamonjy lasim-piangonana, mpitsangatsangana   Na izany fanontaniana izany aza ve moa tokony hapetraka akory fa sanatria mihitsy isika eto Madagasikara mitrongy tany amin’ny handrina, manosy fotaka amin’ny tampon-doha, mijoro ihany fa mitsongoloka.Isak’izay misy rivo-doza, tondra-drano, voina isan-karazany, dia lalan-kita-kisoa ny famahana hibanabana ny varavaran’ny sekoly hialofan’ny tra-boina. Ao ry zareo no mahandro hanina ary tsy misahirana maka lavitrafa ny dabilio na ny tolanam-baravarana noataony kitay.Ny fanabeazana sy ny fampianarana no fototra marina indrindra hijoroan’ny firenena iray ary antoky ny fivoarany. Japana nozerana baomba atomika tamin’ny 1945, telopolo taona mahery kely fotsiny taty aoriana, taona 1979, nahatafavoaka ny «Sony Walkman» niparitaka eran’izao tontolo izao. Manerana an’i Azia, andriamanitra kely mihitsy ny «Senseï» na mpampianatra. Hahagaga ve raha tahaka izao ny fandrosoan’ny Sinoa, ny Koreana, na ry zareo ao Singapore, eny fa na ny Indiana (Karana hoy isika) aza   Vao firy andro lasa izay ilay Ministra avy atsy amin’ny Nosy Maorisy tonga nanome lesona antsika teto : ny fiofanana, ny fianarana, ny fanabeazana, ireo no toko telo nahamasa-nahandro mampisongadina io Nosy kely io : fitaratra aty amin’ny Ranomasina Indiana, anatra maneso an’i Madagasikara, Ariary Be tsy mahavelon-tena.Aiza moa izany fiofanana, fianarana, fanabeazana izany no hiparitaka amin’ny maro an’isa indrindra raha tsy any an-tsekoly, indrindra raha samy sahirana ny isan-tokantranoAnefa, araka izay hita farany tany Mahajanga ka voatery nandraisan’ny Ministeran’ny Fanabeazana fepetra fandraràna, ny antsika ny sekoly avela simbain’ny mpizaikan’izao sy izatsy : sady tsy mahalala fomba mba manaja ny zavatr’olona, ka manala baraka ny mpiray fikambanana aminy.Fianarana, Fanabeazana, Fitaizana : tsy azo ihodivirana fa vitantsika nomena lamosina, mibaribary fa haintsika nodian-tsy hita. Izao, ny ankabezan’ny Gasy, sady tsy mahay, no tsy hendry, no tsy mahalala fomba intsony. Ny ahy, tsy dia izay tarehimarika ara-ekonomika loatra no handrefesako ny fitotonganantsika fa ny Kolontsaina atao zinona, ny fahalalam-pomba raisina ho aingitraingitra, ny tsikalakalam-pahaizana atao ambanin-javatra. Moa tsy ireo no mamaritra ilay hoe «fanahy» maha-olona   Sanatria izany an-dalan’ny ho very fanahy isika Gasy. Ho faty varo-boba izao fiaraha-monina izao. Ka ho lasan’ny sasany ambongadiny na hifandrotehan’ny jiolahy antsinjarany.Tamin’ny andron’Andrianampoinimerina, 230 taona lasa, nomeny hasina mitovy amin’ny Rova ny Tsena mba ho fiarovana ny varotra ary hitsinjovana ny kamboty sy ny malahelo. Nitomany avokoa isika raha nisy tsy vanona nandoro ny Rova. Miantso tody isika raha misy manazimba ny Fasan-drazana. Tafintohina ny mpivavaka raha sanatria misy mihetraketraka amin’ny Fiangonana. Fa rahoviana ny Sekoly, ny Lakilasy, ny Tranom-boky, ny Tranom-bakoka, ivon-toeran’ny fianarana sy fanabeazana, handrantoana fahaizana, loharanom-pahendrena, no ho omentsika Hasina .

Nasolo Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar1 partages

L’île au trésor

Plus de quarante ans après sa diffusion sur TVM , le téléfilm «L’île au trésor» tiré du livre écrit par Robert Louis Stevenson revient à l’esprit grâce à l’actualité. Si jadis, le remplacement d’un haut fonctionnaire de l’État complètement inaperçu et relevait d’une banalité comme la passation entre deux techniciens d’égale compétence qui ne sont que des intérimaires au poste et ne se prêtaient pas à faire la Une des journaux, c’est devenu aujourd’hui une grosse information à cause de l’ampleur politique dont est fourré un limogeage ou Une nomination.En trois ans, le Trésor en est à son troisième directeur général soit autant que de ministres des Finances. On ignore le motif du limogeage du dernier DG qui pourrait être tout simplement technique. Sa discrétion n’a pas permis d’en savoir davantage. Le fait que son prédécesseur a été relevé de ses fonctions pour des raisons technico-politiques et a fait beaucoup de résistance nécessitant l’intervention des forces de l’ordre pour l’arracher de son siège, laisserait croire à des similitudes. Faute de mieux, on préfère rester dans le domaine purement technique et arguer que son profil n’est pas celui recherché par le nouveau Grand argentier et que ses performances ne seraient pas de nature à rassurer une année avant l’élection présidentielle.Il s’agit de bien gérer le nerf de la guerre pour gagner la guerre des nerfs.Même s’ils savent que quoiqu’il fasse, un haut fonctionnaire de l’État a une mission politique dès qu’il accepte le poste et il en est ainsi depuis la seconde République, il convient de ne pas mettre hâtivement une étiquette dans le dos de ces techniciens qui restera collée à leur peau pour le reste de leur carrière. Ils ont fait des études surtout pour être au service de la Nation et non pas pour être asservis à un régime ou à un Président. La stabilité doit aussi concerner le maintien des techniciens à leur poste au nom de la continuité de l’État. On aimerait que le rapport du Conseil des ministres soit truffé de décisions concrètes et réalistes pour le développement en lieu et place des nominations à n’en plus finir chaque semaine et durant tout un mandat. Il n’est jamais facile pour un ministre ou un Directeur général limogé de trouver un poste pour sa reconversion étant donné qu’il y a peu de postes qui correspondent à leur rang. C’est la raison pour laquelle plusieurs anciens ministres et anciens chefs d’institutions essaient de se recaser dans le comité de réconciliation nationale pour mettre fin à la traversée du désert.Ceci dit, ces nominations en série prouvent bien que Madagascar est bel et bien une île au trésor de techniciens. Reste à prouver leurs contributions au développement. L’île au trésor reste pour le moment l’un des pays les plus pauvres au monde alors que, contrairement au fameux film, l’endroit où se trouve la mine d’or n’est plus à découvrir. Seulement à la place des pirates, ce sont les trafiquants de tout acabit qui en profitent. La majorité de la population est réduite au silence. Comme l’or.

Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info0 partages

Conseil des ministres à Iavoloha, limogeage au sein des trois ministères

Lors de la tenue du Conseil des Ministres avant-hier au Palais d’Iavoloha, le Ministère des Finances et du Budget (MFB) a décidé de limoger trois de ces collaborateurs.
Il s’agit en premier de Feno Jean Pierre, Directeur Général (DG) du Trésor depuis 2014. Andriamanga Herivelo est nommé à sa succession. Alexandre Randrianasolo, Secrétaire Général du MFB, lui aussi a été remercié et est remplacé par Mamy Rajaobelina. Le DG de l’audit interne du MFB est le dernier à être concerné par le limogeage. Toujours issu de ce Conseil, le Ministère de l’Environnement, de l’Écologie et des Forêts (MEEF), a aussi destitué huit responsables de son ministère.
News Mada0 partages

Volavolan-dalàna vaovao : ho afaka mamaritra maharitra ny tetikasany ny indostria

Noraisin’ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Chabani Nourdine, ny filohan’ny Sim (Syndikan’ny indostria eto Madagasikara) Rajaonera Fredy, ny 9 aogositra 2017. Dinika nifanaovana ny hampandrosoana ny indostria  eto Madagasikara.

Voalohany eto Madagasikara tao anatin’ny 57 taona, ny famolavolana lalàna momba ny indostria. Efa nandalo teo anivon’ny filankevitry ny governemanta sy ny minisitra izany volavolan-dalàna izany ary mbola haroso any amin’ny Antenimiera roa. Ny antony, tsy marim-pototra ny tontolon’ny sehatry ny indostria ka sahirana ny mpandraharaha malagasy na vahiny. « Matoa ny mpandraharaha mampiasa ny volany, manangana orinasa, mitady tombom-barotra ka raha eo ny olana tsy mampandeha ny orinasa, miverin-dalana ireo mpandraharaha ireo », hoy ny filohan’ny Sim, Rajaonera Fredy. Miainga avy amin’ny fanadihadiana ny olana rehetra misy namolavolana izao lalàna izao.

Anisan’ny olana goavana, ohatra, ny fifaninanana tsy ara-dalàna miantraika amin’ny orinasa eto an-toerana. Mora vidy lavitra ny entana avy any ivelany noho ny vita eto an-toerana, lafo ny vidin’ny herinaratra, ankoatra ny fiovaovan’ny lalàna ao anatin’ny tontolon’ny fihariana sy ny hetra isan-karazany. « Koa mba hahazoan’ny mpandraharaha mametraka drafitrasa maharitra, volavolan-dalàna naroso ny tsy hisian’ny fiovaovana mandritra 20 taona. Amin’izay fotoana izay, afaka mamaritra ny tetikasany fohy sy lavitra ezaka ny tsirairay », hoy ny filohan’ny Sim, Rajaonera Fredy.

Mila indostria matanjaka isika

Voalohany nisy fiaraha-midinika namolavolana izany lalàna izany izao eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina. Telo taona ny namolavolana izany lalàna izany.  Nomarihin’ny minisitra Chabani Nourdine fa mila tosika ny indostria eto an-toerana. Nambaran’ny minisitra ny fananganana Tahiry ho fampandrosoana ny indostria, Ivontoeram-pirenena ho an’ny fampandrosoana ny indostria, Faritra fampiasam-bola. Ireo rehetra ireo, hatao hanampy ny ny indostria, satria mila indostria matanjaka isika.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Atsinanan’Antananarivo : tsinjarain’ny Jirama amin’ny kamiao citerne ny rano

Araka ny efa notaterina teto, misy simba ny milina mitsinjara rano eny Mandroseza nanomboka ny alarobia 9 aogositra teo. Tena voakasik’izany ny amin’ny tapany atsinanan’Antananarivo, indrindra ny eny Ambohimangakely, Ambatomaro, Andraisoro, Ambohimirary, sns. Tsy mbola vita sady tsy fantatra ny fotoana hiverenany amin’ny laoniny, ka nandray fepetra manokana ny Jirama manoloana izany. Taterin’ny fiarabe maromaro an’ny Jirama ny rano atao anaty sinibe, ary zaraina mivantana sady maimaimpoana amin’ny mponina. Natomboka teny Ambohimangakely izany, ny alarobia teo, ary notohizana teny Ambatomaro, omaly alakamisy. Anisan’izany ny tranon’ny mpianatry ny oniversite eny Ambatomaro, ny teny Ifarihy, sns.

Sinibe miaty 2.000 litatra ity itsinjarana rano ho an’ny mponina ity. Tsy voafetra ny rano omena ny tsirairay, fa arakaraka ny daban-drano entiny. Misy ny manana efatra, telo na roa. Tsy mety kosa raha be loatra, satria mba ifampitsinjovana ny samy ahazoan’ny isan-tokantrano tsirairay fa tsy ifanararaotana.

Njaka A.

News Mada0 partages

Usage de produit phytosanitaire : une nouvelle législation en vue

Un nouveau cadre réglementaire sur l’utilisation des produits phytosanitaires à Madagascar  est en cours d’élaboration, a annoncé l’Organisation des nations-unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) le 9 août dernier. L’institution a apporté son appui au ministère de l’Agriculture dans la réalisation des études relatives à l’élaboration de cette nouvelle législation et l’évaluation des capacités phytosanitaires du pays, depuis janvier dernier.

D’après les explications reçues à ce sujet, la législation phytosanitaire utilisée actuellement date déjà de l’année 1986 et ne convient plus à la réalité qui prévaut dans le pays. Un atelier est prévu pour le 21 septembre  prochain afin de valider la proposition relative à la nouvelle législation phytosanitaire.

A part l’élaboration d’une nouvelle loi, les objectifs des études, bénéficiant d’une assistance financière du Fonds de solidarité africain (ASTF), sont de prévenir l’introduction et la dissémination des organismes nuisibles afin de protéger l’agriculture et assurer une meilleure sécurité alimentaire, de permettre un développement économique grâce à l’accès aux marchés extérieurs des produits végétaux ainsi que de protéger l’environnement.

Riana R.

News Mada0 partages

Atsimo Andrefana : Festi-foire RN9 Lohavogny

96% des activités de production dans l’Atsimo Andrefana sont issues du secteur primaire (agriculture, élevage, pêche…), selon les dernières statistiques émanant du ministère en charge de l’Agriculture. Mais ce potentiel semble loin d’être mis en valeur. L’association Fiherenana Manombo Ranozaza (Fimara) cherche, ainsi, à donner un coup de projecteur sur les richesses de la région en organisant, pour la première fois, le «Festi-foire RN9 Lohavogny» du 24 au 26 août prochain à Milenaka (Toliara).

«L’événement se veut être une plateforme d’échanges entre les producteurs, les opérateurs et organismes locaux du milieu rural et agricole pour rechercher davantage de débouchés. Ceci dans l’optique de venir en appui au développement de la région», a expliqué à la presse Alexandre Maherivinta, président de la Fimara, lors de la présentation de l’événement à la presse.

En tant que partenaire officiel du «Festi-foire RN9 Lohavogny», Telma, partenaire N°1 du développement local, présentera, à cette occasion, les offres et services Telma répondant aux besoins locaux dont, entre autres, la solution MVola, le premier service de mobile money à Madagascar. Fort de la grande puissance de couverture de son réseau au niveau national, Telma manifeste aussi sa volonté d’accompagner les régions en matière d’infrastructures.

Arh.

 

News Mada0 partages

Manifestations : le DFP ne reculera pas

La demande du mouvement «Les forces de changement» auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) de tenir une série de manifestation dans la capitale, n’a pas encore obtenu de réponse. Lors d’une conférence-débat organisée hier à Andrainarivo portant sur le thème «l’exercice des droits et libertés publics à Madagascar», l’opposition n’est, pourtant, pas prête d’abandonner dans sa démarche

La Cua n’a pas encore donné suite à la requête des ténors du «Forces de changement». «Nous avons remis en mains propres notre demande le 8 août dernier au secrétaire général de la Cua. Jusqu’à aujourd’hui (ndlr : hier), nous n’avons pas encore reçu de réponse. A moins que ce soit ce lundi», a fait savoir le porte-parole du groupe, Maharavo Ratolojanahary dit Doudou, joint au téléphone dans la soirée d’hier.

En fait, le mouvement sollicite une autorisation d’occupation d’un domaine en vue d’une manifestation du 22 au 25 août prochains. C’est-à-dire durant 4 jours. Cette rencontre avec la population de la capitale sera une occasion pour les citoyens d’exprimer leur voix et leur opinion vis-à-vis de la situation qui prévaut actuellement dans le pays.

«La liberté d’expression n’existe plus à Madagascar. Nous sommes face à un régime dictatorial et à un peuple opprimé, privé de ses droits, droit de s’exprimer, droit de manifester. Pourtant, le peuple s’appauvrit de jour en jour et les dirigeants ne font rien pour y remédier. Pire, ils donnent nos terres aux étrangers, la pratique de la corruption est généralisée», s’est d’ailleurs exprimé Doudou durant cette conférence-débat.

Les dirigeants ont brillé par leur absence

C’est justement dans l’objectif de tabler ensemble sur les solutions à entreprendre face aux problématiques de liberté d’expression au pays que les «Forces du changement» ont organisé cette conférence-débat. Plusieurs responsables comme le préfet de Police, les représentants des forces de l’ordre ou encore le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation ont été parmi les invités. Malheureusement, ces derniers ont préféré boudé l’invitation.

«Nous ne reculerons pas. La mission des forces de l’ordre est de nous quadriller et veiller à ce que notre manifestation se déroule sans anicroche. Les  faiseurs de troubles ne viennent pas de notre mouvement. Nous allons prouver que Madagascar n’appartient pas seulement au préfet de police ni au premier ministre, mais au peuple», a conclu ce leader.

Rakoto

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Tsy hihemotra amin’ny famoriam-bahoaka izahay »

 Tsy misy avela hanao famoriam-bahoaka amin’izao… Na izany aza, tsy hihemotra amin’ny famoriam-bahoaka kasainy hatao ny Herin’ny fanovana.  

 

« Ny fahatsapanay, voahosihosy tanteraka ny zo fahalalahana maneho hevitra eto Madagasikara. Tsapan’ny vahoaka malagasy loatra fa mihamahantra hatrany izy noho ny ataon’izao fitondrana izao. Zarazaraina fahatany amin’ny Sinoa ny tanintsika. Manginy fotsiny ny tsy fanarahan-dalàna, ny kolikoly…  »

Izay no nambaran’ny eo anivon’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andrainarivo, omaly, momba ny vela-kevitra narahina adihevitra: « Ny fampiasana ny zo sy ny fahafan’ny vahoaka eto Madagasikara ». Heverin’ny mpitondra fa tsy mba zo politika amin’ny Malagasy ny maneho hevitra amin’izany.

Olana lehibe izay ka mila vahaolana iraisana, nanasany ny mpitandro filaminana, ny prefet de Police, ny ao amin’ny minisiteran’ny Atitany… Nefa tsy nisy tonga ireo. Na izany aza: « Hanomana sy hikarakara famoriam-bahoaka goavana eto Antananarivo sy amin’ny renivohitry ny faritra sy ny distrika lehibebe manerana an’i Madagasikara izahay, hanehoanay fa tsy rariny intsony izao fampahantrana ny vahoaka malagasy izao », hoy izy.

Anjaran’ny mpitandro filaminana ny miaro ny mpanao fihetsiketsehana

Ampitahorina amin’ny fakana tsy ara-dalàna miaramila hatrany ny Malagasy. Misy antoka ny fahafahan’ny vahoaka eto Madagasikara, fa tsy araka izay iheveran’ny mpitondra fanjakana azy hoe azony atao amin’izay tiany hanaovana azy.

« Zontsika ny manao fivoriana ankalamanjana sy ny midina an-dalambe, fa arahintsika ny lalàna. Anjaran’ny mpitandro filaminana ny miaro ny famoarim-bahoaka izay hataonay io », hoy izy.Voalazan’ny lalàmpanorenana ny fahafahan’ny vahoaka. Anjaran’ny mpitandro filaminana ny miaro izany. Tsy misy mpanao hetsika mibahan-dalana; matetika, mandefa olona mpanakorontana ao anatin’ny fihetsiketsehana ny mpitondra. Tsy marina raha ry zareo  handray fahefana indray no manakorontana.

« Entinay maneho fa fahafahanay sy zonay ny maneho ny hevitray sy ny tsy fankasitrahanay izao fitondrana izao. Tsy tanànan’ny prefet na ny praiminisitra irery i Madagasikara », hoy ihany izy ny amin’ny famoriam-bahoaka hatao.

Tsy tonga ny mpitondra fanjakana, raha tsy handrava amin’ny alalan’ny mpitandro filaminana izay mitady hihetsika rehetra lazaina ho manakorontana sy manongam-panjakana?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Fifantenana ho mpikamban’ny FFM : hamerina ny 2002 ireo gadra politika raha tsy omena seza

Nampiaka-peo noho ny fitadivana tombontsoa manokana sy seza. Tsy faly ireo mitonona ho gadra politika manoloana ny fifantenana ny ho mpikambana eo anivon’ny Filankevitry ny fampihavanana (FFM), amin’izao fotoana izao.

 

Tsy mbola miova amin’ny amboletra natao tamin’ireny krizy ireny. “Misy mitady ny hamerenanay ny 2002 sy ny 1991 eto… Tsy misy mangarahara ny fifantenana ireo mpikambana. Efa nifanarahana fa tokony ho anisan’ny mpampihavana koa izahay gadra politika”, hoy Rakotomalala Henri na i Riribe, omaly. Notsiahiviny avy eo fa efa anisan’ireo 24 tafiditra avy amin’ny faritra Atsinanana ny tenany nefa izao voatsipaka izao. Efa nanao pimaso amin’ny mpitondra ihany ry Coutity, herinandro vitsy lasa izay, tamin’ny alalan’ny haino aman-jery ary nanaratsy sy nanenjika an-dRavalomanana, saingy izao voadingana tsy anisan’ny handalo sivan’ny FFM izao.

Midika izany aloha fa tsy faly ireto gadra politika ireto. Diso paikady sy tetika izy ireo satria tsy tokony ho anisan’ny mpampihavana fa anisan’ireo hampihavanina koa. Tsy mitovy firehana ary nifampitifitra na nifampihantsy izy ireo tamin’ireo krizy nifandimby teto amin’ny firenena. Nanomboka ny 1991, nitohy ny 2002 ary hatramin’ny 2009, farany teo.  Tahaka izany koa ireo mpanao politika marobe, anisan’ny ireo hadinina etsy Anosikely amin’izao fotoana izao. Nifandrafy sy tsy nitovy hevitra izy ireo. Avy amin’ny ankolafy samihafa nefa hampihavana… Tsy hampihavana izany ireo fa hitady ny tombontsoany sy ny sezany fotsiny… rehefa nandalo tany efitra ara-politika nandritra ny taona maromaro. Zara aza tsy misy fifidianana fa hotendrena… Midika koa ireo fa lany olomanga sy olobe manana fahendrena sy ny maha izy azy ny fampihavanana eto amintsika… Ny eo ihany no miverina sy mifamadibadika fotsiny… Miketrika seza hatramin’ny gadra politika.

Randria

News Mada0 partages

Kitra – Filaharana navoakan’ny Fifa : nampihemotra toeran’ny Barea ny Mozambikanina

Mbola anisan’ireo 100 voalohany maneran-tany. Nihemotra toerana iray ny laharan’ny ekipam-pirenentsika, Barea de Madagascar, ho an’ny volana jolay teo, raha ny tatitra navoakan’ny Fifa.

Laharana faha-90 maneran-tany ny Barea amin’izao fotoana izao raha teo amin’ny faha-89 isika ny volana jona lasa teo. Anisan’ny antony nampihemotra izany ny lalao ady sahala, 2 no ho 2 nifandonantsika tamin’ny Mambas Mozambikanina farany teo, tetsy Mahamasina, na nandresy mazava tamin’ny isa 2 no ho 0 be izao aza isika tamin’ny lalao miverina tany Maputo. Ireo baolina roa tafiditra tao amin’ny haratontsika no anisan’ny nahatonga izao fihemorana izao. Na izany aza aloha, tsy mbola nisedra faharesena mihitsy ny Baera tato anatin’ny herintaona.

Mbola mitarika ny laharana voalohany hatrany rahateo ny Barea aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Mbola verezintsika lavitra be, laharana faha-143, ny Nosy Kaomoro. Ho an’ny eo anivon’ny Cosafa, ahitana firenena 14 kosa, mitana ny laharana faharoa isika, ialohavan’i Afrika Atsimo, faha-66 maneran-tany. Mbola any aoriantsika, laharana faha-96, kosa ny Zambianina, nibata ny Cosafa farany teo. Ho an’ny aty amin’ny kaontinantaben’i Afrika indray, eo amin’ny laharana faha-22 ny Barea amin’ireo firenena 55.

Midika izany fa anisan’ny itsaran’ny Fifa ny ekipam-pirenena tsirairay ny baolina tafiditra sy ny niditra ao aminy. Anisan’ny nampihemotra antsika io baolina roa tetsy Mahamasina farany teo io.

Synèse R. 

News Mada0 partages

Basket-U14 : Vakinankaratra perd gros

Les huitièmes de finale du championnat de Madagascar U14 de basket-ball à Tsiroanomandidy ont rendu leur verdict. Les équipes de Vakinankaratra sont les grandes perdantes.

A ce stade de rencontre, la ligue de Vakinankaratra  a été représenté par 3 formations chez les garçons et 2 chez les filles. Mais à l’issu des matchs,  seules deux équipes  du club FFPro-BCTM dans les catégories garçons et filles continuent l’aventure en mettant dans leur ligne de mire le carré d’as.

Dans l’ensemble, les équipes d’Analamanga font parler d’elles dans les deux catégories. C’est pourquoi, comme il a été déjà le cas chez les garçons lors des 8e de finale, deux des équipes issues de cette ligue croiseront leur chemin  en quarts de finale. A ce sujet, soit  BCSM ou Asa devra plier bagage à l’issue de la rencontre de ce jour. Au maximum, Analamanga pourra qualifier deux formations dans le dernier carré. Pour cela, MB2All devra vaincre CJBA (Haute-Matsiatra).

Quatre autres ligues (Vakinankaratra, Analanjirofo, Alaotra-Mangoro et Atsinanana) représentée chacune par une équipe sont encore en course. ABBCM (Alalotra-Mangoro) et Ascut (Atsinanana) scelleront le sort de leurs ligues respectives lors de leur mano à mano de ce jour.

Analamanga en force

La ligue d’Analamanga est mieux armée chez les filles que chez les garçons pour affronter ses adversaires lors des quarts de finale, grâce à ses trois équipes qualifiées à l’issue des huitièmes de finale. Il s’agit de Fandrefiala, victorieuse de sa rencontre face AKBB (Analamanga), hier, puis d’Asa qui a éliminé l’AS Emma (Haute Matsiatra) et enfin, MB2All, vainqueur de son duel fratricide contre JCBA (Analamanga).

Naisa

Programme des quarts de finale

Garçons :

-BCSM (Analamanga) vs Asa (Analamanaga)

-CJBA (Haute matsiatra) vs MB2All (Analamanga)

-FFPro-BCTM (Vakinankaratra) vs ESF Riven’s (Analanjirofo)

-ABBCM (Alaotra Mangoro) vs Ascut (Atsinanana)

Filles :

FFpro-BCTM (Vakinankaratra) vs Asa (Analamanga)

Sepa Abm (Boeny) vs MB2All (Analamanga)

Fandrefiala (Analamanga) vs ASBM (Vatovavy fito vinany)

Mega Informatique (Atsinanana) vs BTKF (Amoron’i Mania)

Résultats des huitièmes de finale

Garçons :

BCSM (Analamanga)-ASC44 (Alaotra Mangoro) : 48-45

MB2All (Analamanga)-CRJS (Atsinanana) : 64-41

FFPro-BCTM (Vakinankaratra)- DTSC (Analamanga): 64-46

Ascut (Atsinanana)-BCR (Analamanga) : 45-34

ABBCM (Alaotra Mangoro)-FFA (Vakinankaratra)

ESF Riven’s (Analanjirofo)-Abba (Vakinankaratra): 73-60

CJBA (Haute Matsiatra)-BCNA (Analamanga) : 44-35

Asa (Analamanga) -AKBB (Analamanga): 48-45

Filles :

Asa (Analamanga) vs AS Emma (Haute Matsiatra) : 52-08

FFPro-BCTM (Vakinankaratra) vs UBBM (Boeny): 35-18

MB2All (Analamanga) vs JCBA (Analamanga): 30-22

Sepa ABM (Boeny) vs CRJS (Atsinanana): 29-20

Fandrefiala (Analamanga) vs AKBB (Analamanga): 42-25

ASBM (Vatovavy 7 Vinany)  vs Fandrasa (Haute Matsiatra) : 31-29

Mega Informatique (Atsinanana) vs ASCOB (Vakinankaratra) : 20-00

BTKF (Amoron’Imania)  vs Cosca (Amoron’Imania): 46-43

News Mada0 partages

Rallye-4e manche : reprise des hostilités

Les manches du championnat de Madagascar de rallye s’enchaînent ! Un mois après le rallye Haute-Matsiatra comptant pour la 3e manche de la joute nationale, retour cette fois-ci dans la capitale avec le rallye TMF du 25 au 27 août.

Team Mika Faniry mettra le paquet pour faire de cette 4e manche une course alléchante. Après une première journée de mise en jambes, à travers une seule épreuve spéciale entre Ambodimanga et Bemasoandro d’une longueur de 8,78 km, les choses sérieuses débutent le 26 août car 6 épreuves spéciales (ES) d’une distance de 95,82 km attendront les concurrents. A noter que 12 ES sont au programme de cette manche.

Le dimanche pourrait être aussi animé avec ses quatre ES en guise d’apothéose du rallye TMF. Les mécaniques seront mises à rude épreuve. Le spectre d’abandons massifs, comme lors du rallye Haute-Matsiatra,, hantera les pilotes et copilotes une fois de plus. En effet, sans un bolide fiable, finir la course semble une mission impossible même pour les meilleurs pilotes du moment.

Naisa

Les épreuves spéciales

Vendredi 25 août :

ES1 : Ambodimanga-Bemasoandro

Samedi 26 août :

ES2 : Ambohijatovo-Ambohimavelona

ES3 : Andombokely-Ankadirivotra

ES4 : Antsahalava-Ambodimanga

ES5 : Ambohijatovo-Ambohomavelona

ES6 : Andobokely-Ankadirivotra

ES7 : Antsahalava-Ambodimanga

Dimanche 27 août :

ES8 : Ambodimanga-Antsahalava

ES9 : Ankadirivotra-Andobokely

ES10 : Ambohimavelona-Ambohijatovo

ES11 : Ambodimanga-Antsahalava

ES12 : Ankadirivotra-Andobokely

 

News Mada0 partages

Classement Fifa : Madagascar au 90e rang

La Fifa a dévoilé le nouveau classement mondial et Madagascar perd une place par rapport à la période du début de mois de juillet. Le pays se place actuellement à la 90e poisition. Le match nul à domicile des Barea face au Mozambique (2-2) et la victoire à Maputo (0-2) n’ont pas été suffisants pour briguer une autre place vu que le classement est établi sur quatre périodes (2014, 2015, 2016 et 2017).

Sur le plan continental, Madagascar pointe à la 22e place sur 55 pays et reste le géant de l’océan Indien devant les Comores (143e mondial). Par rapport aux pays membres de la Cosafa (14 pays), le pays garde la seconde place derrière l’Afrique du Sud et la Zambie qui sont respectivement à la 66e et la 96e position sur ce classement de la Fifa.

En ce qui concerne l’Angola, prochain adversaire des Barea en match aller des éliminatoires du championnat d’Afrique (Chan) 2018, ce dimanche, au stade de Mahamasina, il se positionne à la 138e place. Il a ainsi gagné trois places par rapport au mois de juillet. Ce sera un tournant décisif pour la sélection nationale. La délégation angolaise débarquera demain à l’aéroport d’Ivato tandis que l’équipe nationale malgache entame sa dernière préparation à Mahamasina. Notons que le match retour face aux Palancas Negras sera disputé le 19 août en Angola.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Tennis de table : Moramanga fait forte impression

Un début de compétition intense a eu lieu, hier, au palais des Sports de Mahamasina, en ouverture du championnat de Madagascar de tennis de table. Les meilleurs pongistes jeunes ont offert de beaux spectacles lors des matchs par équipe, suivis des hostilités en double et en double mixte.

Le premier acte dans les rencontres par équipes a souri à l’équipe d’Analamanga, conduite par Setra, Dylan et Angelo. En fait, ils ont dominé Takko et sa bande (Lucianno et Gilberston) d’Alaotra Mangoro par 3 victoires à 1.

La tendance s’est inversée chez les filles dans les matchs par équipe. Natacha, Santatra et Sarobidy d’Alaotra Mangoro se sont imposées devant Ny Antsa, Mendrika et Sarobidy d’Analamanga sur le score étriqué de 3 victoires à 2. En double, Alaotra Mangoro a régné en maître,  grâce à l’exploit des pongistes de Geco Sport de Moramanga.

Naisa

Résultats de la 1ère journée

Par équipe jeune : garçons

Analamanga (Setra-Dylan-Angelo)-Alaotra Mangoro (Takko-Lucianno-Gilbertson) : 3-1

Par équipe jeune : filles

Alaotra Mangoro (Natacha-Santatra-Sarobidy)-Analamanga ( Ny Antsa-Mendrika-Sarobidy) : 3-2

Double : garçons

Takko/Lucianno (Geco Sport Moramanga)-Setra/Dylan (Aro) : 3 sets à 1

Double : filles

Natacha/Santatra (Geco Sport)-Rojo/Sarobidy (Aro) : 3sets à 0

Double : mixte

Setra-Ny Antsa (Aro)-Lucianno/Santatra (Geco Sport) : 3 sets à 0

 

News Mada0 partages

« Labdihy » : hitohy amin’ny seho sy velakevitra

« Labdihy », hetsika tafiditra ao anatin’ny fampivelarana ny tontolon’ny dihy amin’ny alalan’ny fiofanana sy ny fandalinana ary ny famoronana. Anisan’ny mampiantrano ity andiany faha-7 ity ny Is’Art Galerie eny Ampasanimalo. Fandaharam-potoana, anio, ny fandraisana anjaran’i Sandy sy i Poun arahin’ny filalaovana ny sanganasan’i Harivola ary faranan’i Roberto Torres, ilay mpandihy avy any Espaina.

Rahampitso tolakandro, eny an-toerana ihany, hanatanteraka velakevitra momba ny fahitany ny dihy ankehitriny i Roberto Torres. Tohizan’ny kaompania Lovatiana sy ny kaompania Rary amin’ny seho an-tsehatra izany. Marihina fa misy dingana roa ny « Labdihy ». Dingana voalohany ny hifarana rahampitso. Hotanterahina ny 2 ka hatramin’ny 7 oktobra kosa ny dingana faharoa.

Fantatra fa mahatratra 30 mahery ny mpandray anjara amin’ity andiany faha-7 ity. I Ariry Andriamoratsiresy kosa no namorona sy namolavola ny « Labdihy ».

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Chronique : population guérie du désenchantement d’aventure prometteuse de lendemain chantant

Le peuple peine à survivre sur un océan de difficultés, de cette réalité seuls les aveugles n’en font pas le constat. Aussi aveugles, d’un côté les gens du pouvoir s’illusionnant conserver des restes de popularité, de l’autre les forces d’opposition menaçant de leur capacité à entrainer des foules dans la rue.

Aux slogans identiques, changement et développement, les populations n’accordent plus crédit. Ce n’est pas le pouvoir actuel qui parviendrait à convaincre les gens d’un printemps nouveau après les affres qu’on leur fait subir le long de cet hiver qui d’une succession de faits allant de mal en pis menace de ne pas se terminer. La population tout autant traine des pieds et manifeste indifférence aux invites indécentes des naïfs qui croient disposer des gens et pouvoir d’un claquement des doigts lever des foules pour des mouvements aventureux de descente dans la rue.

Des beaux discours et des déconvenues conséquentes pour n’avoir que trop  donné le peuple est revenu. Plus personne n’entretient d’illusion, ni n’ignore que derrière les gesticulations rarement élégantes souvent bouffonnes sourde une honteuse guerre de pouvoir. Cliques au pouvoir et groupes d’opposants se battent sur des champs de bataille différents, les uns et les autres ferraillant dans le vide sans croiser leurs épées pour produire ne serait-ce qu’une étincelle.

Disposant du pouvoir les occupants des palais n’ont d’obsession que la réélection. De l’échéance 2018 ils font l’unique objet autant de leur préoccupation que de leur crainte. Accumulation de maladresses et multiplication d’initiatives antipathiques créent le malaise justifiant cette crainte. De leur côté les opposants regroupant autant des organisations de force respectable que de groupuscules sans grande signifiance peinent à établir une plate-forme suffisamment percutante pour secouer le socle du pouvoir. Ils trouvent peut-être raison à avancer que le salut se trouve dans le départ de l’autre, mais cette demi-vérité se fait erreur dès qu’ils complètent l’idée par la prétention à incarner la solution.

La population se refuse à participer à un simple mouvement aventureux qui n’aboutirait qu’à troquer bonnet blanc contre blanc bonnet. Des gros bonnets tellement avides de pouvoir qu’ils ne voient plus que sous leurs bonnets ils sont vides de patriotisme. Présenter une alternative plus qu’à assurer une alternance, là réside le propos.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : le départ de M. Garbit (1)

Maintenant que M. Garbit a touché le sol français (il a débarqué à Marseille le 26 juillet dernier, du Sydney), nous pouvons nous étendre davantage sans crainte d’être taxé d’impartialité pour tel ou tel gouverneur.

On sait que M. Garbit, qui administrait depuis trois ans la colonie, avait, à diverses reprises, demandé à être mobilisé et que le ministre des colonies a fait droit à sa demande. Dès que cette nouvelle fut connue dans la colonie, des manifestations de sympathie eurent lieu dans tous les centres en faveur de M. Garbit et les assemblées locales tentèrent d’obtenir son maintien dans la Grande Île.

Avant de quitter la colonie, le Gouverneur général a reçu à la résidence, le 30 mai, les colons, officiers et fonctionnaires. La colonie européenne s’y était rendue au grand complet.

En quelques mots, M. Garbit remercia très vivement les personnes présentes. Tout en se déclarant heureux d’avoir obtenu l’autorisation d’aller rejoindre au front ceux qui étaient partis pour répondre à l’appel de la mère patrie, il dit ses regrets de quitter la colonie. M. Carter, consul des États-Unis, et M. Smith, consul par intérim de l’Angleterre, au nom de leurs compatriotes et en termes heureux, exprimèrent ensuite les regrets que leur causait le départ du chef de la colonie. Enfin, M. Gros, membre du conseil d’administration de la colonie, au nom des colons, rappela en quelques mots l’œuvre poursuivie par M. Garbit à Madagascar.

Pendant le mois de juin, la population n’a cessé, par des manifestations répétées, de montrer la sympathie qu’elle a toujours éprouvée pour son Gouverneur général. C’est ainsi que la population européenne de Tananarive offrit au Gouverneur général un vin d’honneur auquel assistait la presque totalité de la population européenne de la capitale, soit près de cinq cents personnes. M. Bourdariat, membre du conseil d’administration, exprima, au nom des colons, les sentiments de reconnaissance et les regrets de tous. Puis l’administrateur Hesling, appelé à assurer l’intérim du gouvernement général, parla au nom de tous les fonctionnaires de la colonie, qui n’eurent qu’à se louer de la sollicitude que M. Garbit a toujours manifestée pour eux.

(À suivre.)

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ny dahalo indray no tafika

Tsy hita ho lazaina intsony hoe andian’olon-dratsy fotsiny rehefa miisa 600 lahy ireo dahalo niray dia nampihorohoro ny mpiray tànana tany Mandrosonoro. Efa naman’ny atao hoe tafika izany. Diso ela izay nanjakazakan’ny dahalo izay. Efa ela koa anefa no niposaka ny hevitra fa hany fomba andravana ireo tambajotra ivondronan’ny jiolahy sahy manafika tànana sy vohitra dia ny firotsahan’ny firenena amin’ny fananganana ady sy fanambarana ny dahalo ho fahavalom-pirenena. Tsy resy lahatra anefa ny mpitondra, tsy vonona amin’ny fanaovana tena ady. Tsaingotsaingoka amin’ny “hetsika fampandriana fahalemana” na “operation” mifandimbimby no natao tetika. Izao tsy mahomby izao no vokany. Rehefa tsy vonona amin’ny fanitarana ny ady ho tena izy ny fanjakana dia ny fahavalo ity no mahazo vahana misarisary ho tafika amin’ny fanatevenana ny isan’ireo miaramilany amin’ny fanaovana ratsy.

Maro ny isan’ireo miaramila sy zandary namoy ny ainy tamin’ny fifandonana tamin’ny andian-dahalo. Tsy latsak’

izany koa na tsy resahana firy aza ny isan’ny mponina maty noho ny hetraketraky ny dahalo. Mila fahasahiana pôlitika ny fanambarana ady amin’ny sokajin’olona mpiray tanindrazana. Toy ny fanaovana ady an-trano angamba ny mety ho fandraisana an’izany. Atao akory anefa rehefa misy sahy minia an-kitsirano mivondrona, tsy manana tetika afa-tsy ny handroba fananana sy hamono mponina amin’ny fananiham-bohitra sy fanafihana tànana, efa tsy asan-jiolahy tsotra intsony fa fanafihana ataom-pahavalo.

Tontolo iainan’ny mpiray fonenana amin’ny vohitra maro no ravarava ary ain’olona tsy isaina no afoy isaky ny misy fanafihana. Tsy azo atao hoe sangisangy ny fanatontosana an’izany. Inona ny antony mety atahorana ny fanaovana tena ady ho famongorana ny fitrangan’izany? Tsy azo ailika any amin’ny Tafika sy Zandary ny tsy fahasahiana hifandona amin’ireo jiolahy fa ny fanapahan-kevitra no mareforefo. Ny dahalo niova fo no atao resaka, eo andaniny anefa mitombo an’isa ny andiany mavitrika ka sahy mampiseho tsy fatahorana ny fifandonana amin’ny andian’ny zandary sy miaramila.

Noho ny tranga amin’ny faritra anjakazakan’ny dahalo aloha, noho ny tsy fisian’ny fandriam-pahalemena aty amin’

ny faritra rehetra ary noho ny hamaroan’ny miaramila any an-dakazerina, rariny angamba ny fieritreretana ny fiarovana ny mponina amin’ny fanendrena ny Tafika handray anjara eo amin’ny adidy fampandrian-tany.

Fahasahiana tapany hatrany no tazana entina amerenana ny fandriam-pahalemena. Io fanaovana soa tapany io ihany anefa no mitarika ny fikobanan’ny fiainan’ny mponina. Tsy misy ny feno erany.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : considérer la valeur des conseils Sans porter de jugement sur le conseilleur

Actuellement les USA présentent le caractère d’un pays rétrograde du point de vue des droits humains : les problèmes de ségrégation raciale ressurgissent, les questions de droits sociaux apparaissent dans une nudité non conforme au niveau économique, entre autres exemples, le congé de maternité ne dépend pas du droit et repose sur le seul bon vouloir de l’employeur. Cela n’empêche, les représentants des USA ne ratent pas d’épingler le pouvoir pour les multiples formes d’atteinte aux droits humains à Madagascar. Ils ne sont pas les mieux placés pour se fendre de ces remarques, poser la question apparait légitime, mais à considérer les critiques on est conduit à en reconnaitre la pertinence.

News Mada0 partages

Mpianatra teatra : misy ireo efa mikendry ny Masa

Tsy mijanona hatreo amin’ny fandraisana anjara amin’ny “Festival de théâtre » ny lalana ho an’ireo mpianatra efa nandalo tao amin’ny Academy theatre Antananarivo. Sekoly mampiofana ho mpilalao an-tsehatra sy mpilalao amin’ny horonantsary ary ireo karazana asa rehetra mifamatotra amin’ny tontolon’ny sarimihetsika sy ny teatra ito farany.

Misy ireo efa manana tetikasa, toy ny horonantsary, izay heverin’izy ireo hoentina any amin’ny tsenan’ny kanto faneho an-tsehatra aty Afrika (Masa*). Sehatra iray ihaonana amin’ny mpandraharaha eo amin’ny tontolon’ny sarimihetsika izy io. Ao no iforonan’ny fiaraha-miasa, toy ny fanohanana ny fanatontosana sarimihetsika.

Etsy ankilan’izay, hiditra ny 4 septambra izao ny mpianatra andiany manaraka ao amin’ity sekoly, sahanin-dRandrianierenana Henri, ity. Hanomboka ny 21 aogositra ny fisoratana anarana amin’izany, araka ny nambarany.

Maharitra sivy volana ny fiofanana ary misy hatrany ny fampiharana, amin’ny alalan’ny fisehoana an-tsehatra, isaky ny telo volana. Ankoatra ny hoe mpilalao an-tsehatra sy mpamelona horonantsary, ianarana ao koa ny fahaiza-mitantana, ny fahaiza-mifehy tena, ny fifandraisana, ny fandraisam-pitenenana imasom-bahoaka, sns.

Landy R.

 

News Mada0 partages

BME : Victor Segalen à l’honneur

Chaque mois, la Bibliothèque malgache électronique (BME) dévoile des nouveautés pour enrichir davantage ses rayons virtuels. Pour ce mois d’août, Pierre Maury, l’écrivain et gérant de la BME, a été séduit par les œuvres du romancier Victor Segalen, qui est à la fois médecin, poète, ethnographe, sinologue et archéologue français.

Il propose deux nouveaux livres. Le premier est une sorte de portrait du romancier réalisé par Gilbert de Voisins. En se confiant à Jean-Luc Coatalem, on a pu constater que ce dernier peut retracer la vie de Victor Segalen jusqu’à ces derniers souffles en Chine. Pour ce qui est du second livre dont le titre est «René Leys», écrit par Victor Segalen lui-même, l’artiste y raconte son aventure dans cet Empire du milieu. Ces deux livres se trouvent dans la catégorie «Bibliothèque littéraire» et sont disponibles dans presque toutes les librairies de livres numériques.

 Holy Danielle

News Mada0 partages

Pâtisserie allégée : une nouvelle tendance qui cartonne

Est-il possible de pouvoir manger du gâteau sans grossir ? Oui, cela est maintenant possible grâce à la pâtisserie allégée, dit pâtisserie light. Selon les chefs cuisiniers, elle n’utilise aucun sucre, ni de farine blanche. L’objectif est de satisfaire la gourmandise en prêtant attention à la qualité des nourritures et en utilisant des ingrédients moins toxiques pour le corps dont, entre autres, la farine de coco, la poudre d’amande ou encore le fromage blanc. Le goût est, donc, plus léger mais reste toujours savoureux. Ce genre de pâtisserie est idéal pour celui ou celle qui souhaite garder la ligne et surveiller son alimentation, et, surtout, pour les diabétiques.

A Madagascar, quelques salons de thé commencent à adopter cette tendance. «Et la formule cartonne», a annoncé un connaisseur. Quelques grandes enseignes du pays se lancent dans ce nouveau concept.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Anosizato Atsinanana : mpitarika sarety nisavika kamiao maty voahitsaka

Maty tsy tra-drano, voahitsaka teo amin’ny valahany, notetezin’ny kodiaran’ny kamiaobe nosavihany ity mpitarika sarety iray, 55 taona, teny Anosizato Atsinanana, omaly, tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany tolakandro.

Voalaza fa nisavily kamiao Mercedes-Benz 1113 iray izy io, kanjo nijanona tampoka ka latsaka tao ambany ary voahitsaka. “Tapaka ary nivoaka ra ny kibony. Teo amin’ny valahany mihitsy no notetezin’ny kamiao ilay rangahy”, hoy ny fitantarana. Araka ny voalazan’ny olona teny an-toerana, mpitarika sarety efa miasa eny Anosizato sy Anosibe iny ity maty ity. Kamiao efa fitaterany entana ihany no nosaviliany, kanjo izao namono azy izao indray.

“Efa fanaon’ity lehilahy ity ny misavika kamiao tahaka izao. Misy fotoana sady miaraka amin’ny sarety izy no misavika. Tratran’ny tsy nampoizina tampoka izao”, hoy ny filazan’ny olona.

Tsy tazan’ny mpamily akory ny fisian’izy ity nisavika sy nilatsaka tao ambany kamiao. Efa ny hikiakan’ny olona ny nanaitra azy. Nitangorona ny olona nanoloana izany. Tonga teny an-toerana ny polisy ary nitondra ny mpamily niala teny an-toerana. Raha ny fanazavana azo, tsy nisy fahadisoan’ny mpamily, saingy nahafaty olona kosa ny fiara nentiny ka tsy afa-miala izy.

Iny Anosibe sy Anosizato Atsinanana iny izay isehoana lozam-pifamoivoizana matetika. Na ireo miampita ny arabe mandeha tampoka tsy tazan’ny mpamily na ny mpisavika fiara tahaka izao. Maro ireo ankizy mpangataka manao io fomba io izay tena maro eny Anosibe iny.

Fiara nivadika afovoan’arabe

Vokatry ny lalana malama, omaly, nivadika teo am-povoan’arabe eny Bel’Air ny fiara iray Land Rover. “Tsy fantatra izay nahazo azy ity, nandeha avy any ary nivadika ambony ambany tampoka teo afovoan’arabe. Navoaka tao ny olona naratra”, hoy ny teny amin’ny manodidina. Soa ihany fa tsy nisy fiara hafa nodomin’izy io, na olona teny amin’ny sisin’arabe ihany koa. Nanapaka lalana nandritra ny fotoana naharitra ity loza ity.

Mampitandrina ny rehetra ny mpitandro filaminana mba samy hitandrina amin’ny fotoana mampalama ny lalana na eto an-dRenivohitra na ny mivoaka mahazo ny lalam-pirenena ihany koa. Mampidi-doza ary toy ity nitranga teny Bel’Air ity ny mety hahazo ny mpitondra fiara.

Yves S.

News Mada0 partages

Fialana, fanalana tompon’andraikitra ambony : tsy milamina ny ao amin’ny Fitantanam-bolam-panjakana ?

Tsy tongatonga ho azy! Na tsy ambara ampahibemaso amin’ny besinimaro aza, misy antony lehibe matoa mipoitra ny trangan-javatra maromaro ao amina sehatra iray. Azo adika fa misy raharaha tsy milamina ao anivon’ny Fitantanam-bolam-panjakana sy ny tetibola matoa mipoitra tsikelikely izao fiovan’ny tompon’andraikitra ambony izao.

Ny tsikaritra sy manaitra ny mpanara-baovao, “nametra-pialana tampoka” ny minisitry ny Tetibola sy ny vola, Rakotoarimanana Gervais, ny tapaky ny volana jolay teo. Tsy nolazainy ny antsipiriany, fa hany nambarany, “misy ny tsy fitovian-keviny amin’ny hafa”. Nasolo azy  Rtoa Andriambololona Vonintsalama, efa nitazona ny sekretera jeneralin’ity minisitera ity ihany tany aloha. Tsy niandry ela, herinandro vitsy aty aoriana, ny alarobia 9 aogositra teo, nilatsaka koa “ny varatra” tao amin’ny filankevitry ny minisitra, nanala tamin’ny toeran’ny sekretera jeneraly, Randrianasolo Alexandre, ary notendrena handimby azy Rajaobelina Falihery. Tsy vita teo, nesorina koa ny tale jeneralin’ny Tahirimbolam-panjakana, Feno Pierre, nosoloina an’Andriamanga Herivelo.

Fanadihadiana anatiny

Marihina fa anisan’ny nivoaka, ny alarobia teo koa, ny fanendrena ny tale jeneralin’ny fanadihadiana anatiny saingy tsy nolazaina ny anarany.

Raha aravona, azo ampifandraisina ireo tranga ireo satria samy ao anatin’ny lafiny fitantanam-bolam-panjakana avokoa. Manan-danja lehibe amin’ny ain-dehiben’ny firenena sy ny toekarena, indrindra ny lafiny fitantanam-bolam-panjakana ireo andraikitra telo niova mpitantana ireo. Niainga tany amin’ny fialana an-tsitrapon’ny minisitra, niafara amin’ny fanalana (tsy an-tsitrapo) ny sekretera jeneraly, anisan’ny tena mitantana ny fitantanan-draharaha, sy ny Tahirimbolam-panjakana, mitantana ny volam-panjakana ankapobeny.

Raharaha R. Claudine?”

Azo roiitina lavidavitra koa ny raharaha satria tranga mibahana eto amin’ny fiainam-pirenena ny “Raharaha Razaimamonjy Claudine”, voarohirohy amin’ny lafiny tsenambaro-panjakana, tamin’ny alalan’ny fanamboarana fotodrafitrasam-panjakana, toy ny fanarenana biraon’ny kaominina any Ambohimahamasina sy ny hafa. Azo ampifandraisina aminy ity fanoloana ny tompon’andraikitra voalohany ity amin’ny fanadihadiana anatiny. Tranga niaraha-nahita koa ny fanampiana fitaovana avy amin’ny Vondrona eoropeanina ny Bianco, azo adika fa manohana ity sampandraharaha miady amin’ny kolikoly ity ny mpamatsy vola iraisam-pirenena, taoriana kelin’ny nipoiran’ny “Raharaha R.Claudine”. Fepetra takin’ny vondrona iraisam-pirenena rahateo ny fanjakana tsara tantana sy ny mangarahara amin’ny fitantanam-bolam-panjakana.

Randria

News Mada0 partages

Ho an’ny manana fahasembanana : nahazo toeram-pandidiana ny CHRD Itaosy

Nahazo toeram-pandidiana ho an’ny zaza latsaky ny 15 taona manana fahasembanana eo amin’ny tongotra ny hopitaly CHRD eny Itaosy Tsarahonenana. Nametrahana fitaovana koa ny unité de réeducation fonctionnelle izay tafiditra amin’ny tetikasa Drop/Mada ho fanatsarana ny toe-piainan’ny olona manana fahasembanana. Nanohana teo amin’ny vola ny Christoffel Blinden Mission (CBM). “Avo lenta ny fitaovana vaovao hanampy amin’ny fandraisana an-tanana ireo manana fahasembanana eny amin’ny distrikan’Atsimondrano indrindra indrindra”, hoy ny minisitry ny Fahasalamana, Andriamanarivo Lalatiana, omaly teny Itaosy. Ankoatra ny eny amin’ny hopitaly Itaosy, nahazo tohana avy amin’ny tetikasa ny Centre de réeducation motrice de Madagascar (CRMM) Antsirabe ary ny Centre d’appareillage Anosy. “Nanokanana vola mitentina 570 000 euros ny asa amin’ireo toerana telo ireo”, hoy ny tomponandraikitry ny CBM Madagascar, Ratsifandrihamanana Lila. Amin’ny taona 2018, hiova anarana ho Mahery ny tetikasa ary ho any Mahajanga sy  any Toamasina indray hanampy ny Service d’appareillage any.

2 000 ny ankizy nisitraka ny tetikasa ary 1 400 ireo manana fahasembanana nahazo tombontsoa. 14 ny tetikasa iarahan’ny CBM amin’ny mpiray ombon’antoka malagasy ary voasahana avokoa ny fanabeazana, fahasalamana…

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsena amoron-dalana : tsy azo ampiasaina ny trano vy…

Namoaka didy ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa tsy azo ampiasaina intsony ny trano vy, ny trano bararata, ny elo ary ny hazo lava fampiasan’ireo mpivarotra eny amin’ny arabe sy ny sisin-dalana rehetra eto Antananarivo.

Anio ny andro farany fakana ny toerana ho an’ireo mpivarotra efa manana ny toerany ara-dalàna. Tsy hisy intsony ny fanomezana toerana aorian’ny anio.

Natao izao ezaka izao ho fandaminana sy hanatsarana ny endriky ny tanàna. Mila manova ny endriky ny tsenany avokoa, araka izany, ireo rehetra nampiasa elo sy trano vy ary bararata satria sady tsy manara-penitra no kitoatoa ary manaratsy endrika ny tanàna ireny tsena ireny, indrindra rehefa miala eny ireo entam-barotra.

Anjaran’ny mpivarotra tsirairay ny manao ny ezaka amin’ny fanatsarana ny tsenany hahasarika ny mpanjifa sy mba ho fanatsarana ny endriky ny tanàna ihany koa.

Voakasik’izany avokoa ny mpivarotra rehetra manamorona ny arabe rehetra eto Antananarivo Renivohitra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fampianarana Pad : mpianatra 4 lasa any Alemaina

Nanainga tamin’ity herinandro ity, ireo mpianatra efatra mianadahy mendrika tamin’ny fifaninanana iraisam-pirenena mikasika ny fahaizana ny teny alemà natao teny anivon’ny sekoly na ny “Office d’échange pédagogique” (Pad) izay nokarakarain’ny minisiteran’ny Fanabeazana sy ny kolontsaina Alema.

Notanterahina, ny 11 marsa teo, ny fifaninanana teto Madagasikara izay nandraisan’ny mpianatra voafantina roa avy isan-tsekoly anjara. Mahafehy tsara ny taranja alemà sy nahazo naoty ambony tamin’ny ankapobeny izy ireo, raha ny fanazavan’ny mpampianatra, Rabeso Nivo Hanta.

Fifaninanana natao tamin’ireo firenena miteny alemà maneran-tany izy ity ary nandray anjara i Madagasikara tamin’ny alalan’ireo mpianatra teny amin’ny lycée.

Anisan’ny mendrika Razafiniaina Onja Elisa, mpianatra avy ao amin’ny lycée Talatamaty. Teo koa Rakotoarisoa François Sebastion, avy amin’ny Esca Antanimena, Andriamonta Andrianaivo Loica, avy amin’ny sekoly tsy miankina Bird ary i Masindraza Miha Euphrosia, avy amin’ny sekoly tsy miankina any Toliara.

Hivahiny mandritra ny iray volana any Alemaina izy efatra mianadahy ireo. Hifanakalo fahaiza-manao ara-kilontsaina sy zava-kanto amin’ny tanora any amin‘io firenena io. Hitsidika ireo toerana manan-tantara ihany koa.

Niara-nanatontosa ny fikarakarana ny fifaninanana ny fanjaka alemà, ny masoivohon’i Alemaina, ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena eto Madagasikara, ny CGM, ny Agerma,  sy ireo mpampianatra taranja alemà.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanadinana : hivaly ny 25 aogositra ny bakalorea

 Ao amin’ny dingana fampidirana ny naoty amin’ny ordinatera ny tomponandraikitry ny bakalorea, amin’izao fotoana izao, ho an’ny sampana fampianarana ankapobeny. Mbola misy ny fanamarinana maromaro hisorohana ny fahadisoana. “Ho an‘ny fampianarana teknika kosa, mamarana ny fitsarana ny kopia ny mpampianatra ary tsy ho ela, hiditra amin’ny fampidirana ny naoty koa ity sampana ity”, hoy ny fanamarihana azo omaly. Raha ny vinavina, mety ho tratra ny 24 aogositra ho avy izao ny fanaovana “deliberation” ho an’ny sokajy roa.

Hivoaka ny 25 aogositra ny valim-panadinana bakalorea ho an’Antananarivo raha tsy misy ny fahatahan-jiro matetika. Manana milina mampandeha herinaratra ny foibe mikirakira ny bakalorea saingy rehefa marobe ny ordinatera sy fitaovana miasa, tsy mahazaka ny tosika.

Mizotra tsara ny asa rehetra hatramin’izao.

Vonjy

News Mada0 partages

Centre d’appareillage : les cas de pied bot en hausse

Les cas de pied bot traités au Centre hospitalier universitaire d’appareillage de Madagascar (CHUAM) de Befelatanana sont en hausse. Le centre sus cité s’occupe notamment de la réadaptation et de la rééducation fonctionnelle des personnes se trouvant en situation d’handicap physique, ainsi que de leurs appareillages orthopédiques.

«Les cas de pied bot constituent la moitié des pathologies que nous prenons en charge», selon le directeur du CHUAM, Mamy Randrianaly. Son incidence est plus élevée chez les garçons. Cette malformation orthopédique, une anomalie de développement du pied qui est tourné en dedans et les orteils pointés vers le bas, survenant pendant la période fœtale, touche plus les garçons que les filles.

30 % à 50 % des enfants qui en souffrent, en sont atteints aux deux pieds. Et cette maladie pourrait être congénitale car la probabilité que plusieurs enfants de la même famille sont atteints, avoisine les 10 %. D’où, son autre nom de «Pied bot varus équin congénital».

Très bien soignée

Le traitement d’un pied bot commence très tôt, généralement dès la naissance, car les pieds des nouveau-nés sont encore très malléables. Ainsi, les médecins traitants font appel à la technique «Ponseti» qui est un traitement correctif du pied bot par l’application d’une succession de plâtres ou de coques, à changer régulièrement, pour obtenir un alignement quasi normal des os et des muscles du pied. Cette technique est actuellement recommandée par le ministère de la Santé publique à Madagascar.

Cependant, si le pied bot n’est pas rapidement pris en charge, la déformation s’aggravera et exercera des contraintes sur les articulations. A ce stade, la chirurgie est nécessaire. «Avec la mauvaise habitude des gens de ne consulter les médecins qu’à un stade avancé d’une maladie, on peut dire que les interventions chirurgicales sont assez fréquentes au CHUAM», a indiqué le Dr Mamy Randrianaly.

Sera R

News Mada0 partages

Allaitement maternel : le père est invité à s’impliquer

Dans le cadre de la Semaine nationale pour l’allaitement maternel (Snam), le ministère de la Santé publique, par le biais de son service de nutrition, a organisé une conférence-débat sur l’importance de l’allaitement maternel et le lancement du code de commercialisation des substituts du lait maternel, hier, à l’INSPC Mahamasina.

Parmi les sujets débattus, le rôle de toute la famille,  notamment le père, dans l’allaitement maternel qui se résume en général par un soutien moral. En effet, la majorité des pères se sentent exclus durant cette période d’allaitement. Or, il s’avère que la présence des pères et leur implication à fond contribuent à la sérénité de la mère et par conséquent, à l’épanouissement du bébé.

Concernant les substituts du lait maternel, il a particulièrement été souligné que ce lait est spécifique et ne peut pas être remplacé par le lait de vache, par exemple. Pour l’enfant, le lait maternel est l’aliment idéal pour garantir  sa croissance optimale. Le lait maternel renferme également des anticorps provenant de la mère, susceptibles de protéger le nourrisson contre certaines infections.

Cette conférence a reçu l’appui technique et logistique de l’ONG ACF, ainsi que des panélistes comme l’OMS, les pédiatres de l’hôpital des enfants de Tsaralalana, l’ONN et Nutrizaza.

Sera R

 

News Mada0 partages

Itaosy : le CHRD doté d’un bâtiment d’orthopédie pédiatrique

Dans le cadre de la mise en œuvre de son projet pour le Développement de la réadaptation et de l’orthopédie pédiatrique à Madagasacr (Drop/ Mada) et en collaboration avec  le ministère de la Santé publique, Christoffel Blindenmission (CBM) a doté le Centre hospitalier de référence de district (CHRD) d’Itaosy d’un bâtiment d’orthopédie pédiatrique et de réadaptation. L’inauguration s’est déroulée hier.

A noter que CBM est une organisation chrétienne internationale œuvrant à l’amélioration des conditions de vie des aveugles et des sourds ainsi que des personnes handicapées physiques ou mentales. Cette entité a également dispensé une formation au personnel du Centre relative à l’utilisation du matériel.

Ce nouveau bâtiment comprend, entre autres, une salle de plâtrage et de rééducation, un atelier de prothèse et d’orthèse ainsi qu’un bloc opératoire. «Cette dotation va renforcer l’unité rééducation fonctionnelle du CHRD d’Itaosy», a noté la représentante de CBM à Madagascar, Lila Ratsifandrihamanana.

Quid du Drop/Mada

Initié en 2014, le projet Drop/Mada est financé à hauteur de 570 000 euros par le CBM, notamment la CBM d’Allemagne. Il vise à renforcer le système de santé plusieurs centres de réadaptation et d’orthopédie pédiatrique dans la Grande île, à savoir, le Centre de rééducation motrice de Madagascar (CRMM) d’Antsirabe, le Centre hospitalier universitaire d’appareillage de Madagascar (Cam) de Befelatanana et le CHRD d’Itaosy. 2 000 enfants ont été les bénéficiaires de Drop/Mada, 1 400 d’entre eux sont des handicapés.

En fin de projet, Drop/Mada change d’appellation et deviendra «Mahery».

Sera R

 

News Mada0 partages

Kidnapping et meurtre à Mangasoavina : Saola, le chef de la bande, court toujours

Un an après la tentative d’enlèvement qui s’est soldée par la mort de Farhane Houssenaly, trois présumés auteurs de ce crime ont été arrêtés. Le chef de la bande, le tristement célèbre Saola, est toujours en cavale.

Très mobile et insaisissable, Augustin Ranaivoson alias Saola est certainement l’un des bandits les plus recherchés par la police. Impliqué dans une dizaine de cas de kidnapping, il a déjà  été arrêté par la police mais le 31 décembre 2015, il a bénéficié d’une liberté provisoire. Sitôt remis en liberté, il a récidivé.

D’après le commissaire Jean de Matha Rakotondrasoa, chef du Service central des affaires criminelles (Scac), Augustin Ranaivoson alias Saola est derrière la tentative d’enlèvement qui avait mal tourné, le 9 août 2016 à Mangasoavina.

«Trois de ses sbires dont Lejean Tovondriaka et Pa Bota sont déjà arrêtés mais lui, il court toujours. Ce jour-là, ils avaient l’intention d’enlever un Karana mais l’affaire a tourné au vinaigre. Les kidnappeurs ont ouvert le feu et ont tué sur le coup Farhane Houssenaly», a-t-il rappelé.

Au mauvais endroit au mauvais moment

L’on sait que Farhane Houssenaly était seulement de passage à Madagascar quand la mort l’a fauché en pleine jeunesse. «Il a laissé sa vie, alors qu’il était en vacances à Antananarivo», a précisé le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (Cfoim) dans un communiqué. «Le Cfoim s’associe pleinement à la douleur de la famille Farhane et se réjouit de l’ambition annoncée de l’Etat de mettre fin aux kidnappings à Madagascar», pouvait-on lire dans le communiqué.

Notons au passage qu’au moins 16 cas d’enlèvement contre rançon ont été signalés en 2016. La plupart des victimes sont des Français d’origine indienne.

Mparany

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Startimes renforce sa présence à Madagascar.

L’accès à l’eau potable est l’un des problèmes récurrents dans la région Androy.

Cérémonie d’ouverture des deuxièmes journées d’entomologie médicale de l’IPM.

Lancement officiel de la collaboration entre le ministère de l’Education nationale et l’ambassade des Etats-Unis pour la mise en œuvre du programme scolaire d’Anglais.

Le conférence-débat de Dinika ho an’ny Fanavotam-pirenena au Panorama hier

Les jeux de société attirent aussi les moins jeunes

Entretien des nouveaux membres du comité de réconciliation nationale. Photo : Mamiherison et Fanou.

Ino Vaovao0 partages

FIHANTSIANA MPITANDRO FILAMINANA : Omby efa anaty “fourrière” sahin’ny dahalo nangalarina

Porofon’izany ny mbola nahasahian’izy ireo nangalatra ny omby efa nogiazana tao anatin’ny valaben’ny Kaominina. Amin’izao fotoana izao manatanteraka hetsika fampandrian-tany any amin’ireo toerana heverina ho tena mafana amin’ny asan-dahalo ny mpitandro filaminana ahitana ny Zandary sy ny miaramila.

Ao anatin’izay dia misy ny fitsirihana ireo kizo fanafenan’ny dahalo omby halatra, misy ihany koa hetsika natao izay nahatratrarana ireo omby tsy ara-dalàna kanefa nahavitana taratasy hosoka ary nokasaina hamidy teny an-tsenan’omby. Nandritra ny fotoana nisian’io fampandrian-tany io dia nahatratra 85 ireo omby tratra.

Mba hiandrasana ny tompony miaraka amin’ny fanamarinana rehetra dia tsy maintsy nogiazana nahitra “fourrière” tao amin’ny Kaominina aloha ireo omby sarona ireo. Afak’omaly anefa nanao tampody fohy ireo andian-dahalo maromaro niravaka fanafody sy nitondra fitaovam-piadiana nandroba ireo omby ireo. Lasa tamin’izany ny 21 tamin’ireo omby. Efa vita ny fandrobana vao nahazo antso ny mpitandro filaminana, teo vao raikitra ny fanarahan-dia ka nahatrarana ny efatra tamin’ireo olon-dratsy.

Tra-tehaka niaraka tamin’ireto farany ny ampahany tamin’ireo omby ary mbola ifampikarohana kosa ny sisa ambiny. Tsy hamelan’ireo mpitandro filaminana raha tsy tratra ireo dahalo ambiny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA ANJOZOROBE : Mangataka onitra koa ireo niharan-...

« Nahafa-po anay iny didim-pitsarana iny. Saingy kosa manoloana ny takaitra sy ny ratra ary ny famoizavana havana ho an’ireo niharan-doza dia tsy maintsy mangataka onitra izahay” hoy ny fanazavana nomen’ny ben’ny tanànan’ Ambongamarina, ao anatin’ny Distrikan’Anjozorobe. Fantatra araka izany fa tsy manaiky hipetra-potsiny tamin’iny sazy nivoaka iny ireo niharan-doza fa mbola mangataka vola ho onitry ny fitsaboana ireo naratra sy ny lany rehetra tamin’ny fikarakarana ny razana ny fianakavian’ireo olona tra-doza tao anatin’iny kamiao be iny.

Araka ny vaovao voaray dia efa mandeha any amin’ny tribonaly ity raharaha mahakasika ny fangatahana onitra ity, ka amin’ny 22 aogositra ho avy izao no hivoaka ny didy. “Izahay tsy mamaritra ny onitra fa samy manana izay lanin’ny tamin’ny fitsaboana ireo naratra avy ny havany.

Ny vola lany tamin’ny fitsaboana ireo tapa-tanana ohatra tsy hitovy velively amin’ny vola lany nanasitrana ireo vaky loha, ka miankina amin’izay ny onitra takian’ny tsirairay”, hoy hatrany ny fanazavana noentin’ny ben’ny tanàna. Amin’ny ankapobeny anefa dia nambarany fa saika manodidina ny efatra hetsy sy iray tapitrisa Ariary avy ny onitra takian’ireo niharan-doza.

Mahakasika ilay lozam-pifamoivoizana teny Ankazobe kosa dia mbola mandeha ny fanadihadiana rehetra ataon’ny mpitandro filaminana. Fantatra fa efa nivoaka ny hopitaly ilay mpamily ary mbola miatrika ny famotorana lalina hatreto. Ity farany izay tsy maintsy iharan’ny sazy henjana raha ny fanazavana nomen’ny talen’ny sampan-draharahan’ny fitsirihana fiara eny Alarobia izay nanaporofo fa tsy ara-dalàna tanteraka io fiara nampiasaina mbola nitondra olona io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY : Lehilahy iray notapahin’ny dahalo loha tany Ankazoabo atsimo

Tovolahy iray indray no maty novonoin’ireo dahalo tamin’ny fomba feno habibiana. Afak’omaly alina no nahitana ity tranga ity raha ny tatitra voaray, ka ny razana irery ihany sisa no hitan’ireo manodidina. Tsy vitan’ireo omby amin’izao fotoana izao no angalarin’ireo malaso fa lasa maningotra aina mihitsy izy ireo.

Andrenesana halatr’omby sy vono olona ity faritra ity nanomboka hatramin’ny taona vaovao. Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana izy ireo araka izany mba hijery ifotony ny zavatra nitranga. Misokatra aloha hatreto ny fanadihadiana izay nahavanona ity vono olona nahatsiravina ity. Miezaka hatrany koa ireo mpitandro filaminana mitady hevitra hanafoanana ny asan-dahalo saingy mbola tsy ahitam-bokany izany , hoy ireo mponina, fa vao mainka aza mitombo tsy misy fiafarany ny fanafihana. Miandry ny fandraisan’andraikitry ny mpitondra fanjakana hatrany ireo mponina hatreto.

Sefom-pokontany maty nokapaina vozona tao Analalava

Nokapain’ireo jiolahy tamin’ny antsibe ny lohan’ny Sefom-pokontany tao Ampanihy ka maty tsy tra-drano, ny talata alina teo tokony tamin’ny 9 ora sy sasany teo. Tao amin’ny Fokontany Ampanihy Kaominina ambanivohitry ny Distrikan’Analalava no nitrangan’ny loza.

Andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana sy antsy be no nanafika ny tokantranon’ity Sefom-pokantany iray ity, izy mivady irery ihany no tao an-trano tamin’io fotoana io, araka ny loharanom-baovao. Mbola tsy natory izy mivady ireo tamin’izany ka avy hatrany novakian’ireo olon-dratsy ny vavahady.

Nambanan’ireo jiolahy antsy tamin’ny vozony ilay lehilahy sady notapahin’izy ireo ny vozony ka maty tsy tra-drano.

Ny vadiny kosa notapahin’ireo dahalo ny tanany, vita izany rehetra izany dia nakorontan’ireo jiolahy ambony ambany ny trano saingy tsy nahita zavatra sarobidy tao ireto farany. Voalaza fa ny finday iray miampy ny karapanondron’izy mivady no noentin’izy ireo nitsoaka. Efa lasa ireo dahalo vao niantso vonjy ilay ramatoa, ka vory avy hatrany ny mponina tao an-toerana namonjy azy io, ny sasany kosa nampandre ny mpitandro filaminana.

Tonga dia noentin’ireo fokonolona namonjy toeram-pitsaboana ilay niharan-doza satria noahiana ny vatany noho ny fahaverezan-drà be loatra. Efa mandeha amin’izao ny fikarohana ireo nahavanon-doza ary ny borigadin’ny Zandary ao Analalava no misahana izany ankehitriny.

Tatianà R. sy Pounie

Ino Vaovao0 partages

TILY ETO MADAGASIKARA : Solontena arivo mahery mifamotoana eto Mahajanga

Misy ny fifaninanana teknika nasionalin’ny tily atao eto Mahajanga. Ireo naharesy tamin’ny fifaninanam-paritra no tonga eto fa tsy ny tily manerana an’i Madagasikara. Tapitra omaly ny fifaninanana teknika izay nahitana fahalalana soratra masina, kolo talenta, fanatanjahan-tena… tao ihany koa ny fifaninanana tetikasa. Manomboka amin’ny enina taona ireo tily ireo ary misy ny efa lehibe sy efa misotro ronono mihitsy. Miisa 320 ireo lovitao sampana mavo tonga eto, enina ka hatramin’ny 11 taona izy ireo.

Miisa 400 kosa ireo sampana maitso 12 ka hatramin’ny 16 taona. 278 kosa ny sampana mena 17 ka hatramin’ny 19 taona ary 100 mahery ireo menafify na mihoatra ny 19 taona. Fitaizana sy famolavolana ny ankizy sy ny tanora zazalahy ho vavolombelon’i Kristy no tanjon’ny tily. Tsy izay ihany fa manabe ny ankizy sy tanora ho olom-pirenena vanona sy andrin’ny fianakaviana. Fikambanana maneran-tany izy io, niorina tamin’ny 1907. Ny 1924 kosa no tonga teto Madagasikara. Fiombonana mankany amin’ny fahatsarana no tanjon’izy ireo amin’ity hetsika atao eto Mahajanga ity.

Ny alarobia no natao ny lanonana famaranana amin’ny fomba ofisialy. Omaly ihany koa no natao ny hazakazaka izay niarahan’ny tily rehetra teny amin’ny bord, narahin’ny fanolorana ny amboara ho an’ireo nahazo izany tao amin’ny tranoben’ny kolotsaina.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Maro ireo ala voly karakaraina ka anjarana sisa no misafidy

Zouk love

Hampiala voly ireo mpankafy etsy amin’ny Le glacier Analakely i Jean Rigo

Seho miavaka indray no hoentin’i Jean Rigo etsy amin’ny Le glacier Analakely, anio manomboka amin’ny 8 ora alina. Mpanakanto zokiny manana ny maha izy azy eo amin’ny sehatry ny mozika i Jean Rigo, ny gadona zouk love no tena nahafantarana azy ity hatramin’izay fa manao gadona hafa ihany koa izy. Hitondra ireo hira nahakalaza azy hatramin’izay i Jean Rigo amin’ity seho takariva hotontosainy hampiala voly ireo mpankafy azy ity. Mampanantena fahafaham-po tanteraka ity mpanakanto ity amin’io fotoana.

Jazz

Hampilanonana ny Le Louvre 313 Antaninarenina ny tarika Mapingo

Ela tsy tazana. Tarika fantatra eo amin’ny gadona jazz i Mapingo. Anio manomboka amin’ny 7 ora sy sasany eo no hiaka-tsehatra etsy amin’ny Le Louvre 313 Antaninarenina ity tarika avy any amin’ny tapany avaratry ny Nosy ity. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy ny gadona jazz ho avy hanotrona hatramin’izay ny tarika.

Vazo an-gitara

Hampiara-peo etsy amin’ny Trass Tsiadana i Nanie sy Rija Ramanantoanina

Seho gaovam-be miavaka indray no hotontosain’i Nanie sy Rija Ramanantoanina etsy amin’ny Trass Tsiadana, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Mpanakanto samy manana ny maha izy azy eo amin’ny tontolon’ny mozika izy mianadahy ireto izay hampiara-peo amin’ity alina miavaka ity. Ny mozika milamindamina no hoentin’ireto mpanakanto kalaza ireto hanome fahafaham-po ireo mpankafy ho tonga hanotrona amin’io fotoana io. Na dia eo aza ny fampiaraham-peon’izy roa ireto dia samy haneho ny talentany ihany koa izy ireo amin’io fotoana miavaka io.

Varietés

Hanafana ny sehatry ny Jao’s Pub etsy Ambohipo i Fiyah

Hafotaka indray koa etsy amin’ny toeram-pilanonana Jao’s Pub Ambohipo, anio manomboka amin’ny 8 ora. Andriambavilanitra miangaly ny mozika mafana sy milamindamina ihany koa i Fiyah. Ny ambiansy « viavy machiro » no hitondran’ity mpanakanto ity ny seho takariva miavaka hotontosainy amin’io fotoana io. Hisy ihany koa ny fahatongavan’ny mpanakanto tsy ampoizina hanampy azy amin’io. Hafana araka izany ny lanonana ka ny masoandro miposaka indray no hampalahelo. Ambiansy tropikaly tanteraka no hahazo vahana amin’io.

Rnb

Hanasongadina ny talentany etsy amin’ny Hotel de l’avenir Analakely i Lamtah

Anio manomboka amin’ny 9 ora alina hanome fahafaham-po ireo mpankafy azy etsy amin’ny Hotel l’avenir Analakely i Lamtah. Mpanakanto avy any amin’ny faritra atsimo iny ny tovolahy ary ny gadona rnb no nahafantarana azy ity eo amin’ny sehatry ny mozika. Mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy ny mpanakanto amin’io fotoana io. Hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay i Lamtah, toy ny « toliara gyal » sy « kilimity » sns.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO MPANOHITRA : “Miezaka miseho vahoaka amin’ny fitokanana fotodrafitrasa ny mpitondra”

 “Miezaka miseho vahoaka amin’ny alalan’ny fitokanana fotodrafitrasa etsy sy eroa ny mpitondra izay hanomanana sahady ny fifidianana amin’ny 2018”, hoy ny nambaran’i Razafimahefa Herimanana avy amin’ny antoko mpanohitra.

Amin’ny ankapobeny tsy ireo  tena laharam-pahamehana ho an’ny vahoaka velively no mahamaika ny fitondram-panjakana ankehitriny fa ny fisehosehoana amin’ny alalan’ny fanokanana zava-bita. Na hatramin’ireo minisitra mpikambana eo anivon’ny governemanta aza dia samy manao izay ho afany amin’ny fisehosehoana amin’ny fahitalavitra sy mampiseho ny zava-bitany mba hiarovana ny toerany. 

Tsikaritra ihany koa izany ao anatin’ny fisian’ireny fandaharan’asa vaovao eo anivon’ny minisitera ireny izay ahitana soritra fa samy mikofokofoka avokoa ireo minisitra amin’ny fanatanterahana ny asany. Ankilany ireo mpikambana avy amin’ny antoko mpanohitra dia manasongadina fa hoentina hambaboana ny vahoaka sy hikarakarana sahady ny fifidianana filoham- pirenena amin’ny taona 2018 no ao ambadik’ireny fitokanana fotodrafitrasa ireny, araka ny fanazavana noentin’i Razafimahefa Herimanana isan’ireo mpanohitra. 

Raha hatao ny tombana dia saika ireo mpandraharaha ara-toe-karena no migoka tombotsoa voalohany amin’ny alalan’ireny fotodrafitrasa izay nasesin’ny Filoha notokanana tato anatin’ny roa volana nifanesy izany. Ohatra amin’izany ilay seranam-piaramaniditra nasiam-panavaozana tany Nosy-Be sy Toliara. Ireo mpisehatra amin’ny lafiny fizahantany sy ny mpanondrana entana no migoka tombontsoa voalohany amin’izy ireo. Ny tena maharary ny vahoaka anefa amin’izao dia tsy fandriam-pahalemana izay miantraika aman’aina mihitsy ary mahazo laka tanteraka manerana ny Nosy.

Manoloana ilay fanambarana nataon’ireo tompon’andraikitra ambony avy eo anivon’ny mpitandro filaminana fa raha manome iray dolara isany avy ny olom-pirenena iray dia afaka mividy angidim-by izy ireo hanenjehana dahalo. Nandritra ny fanadihadiana natao dia samy mitsipaka marin-drano izany avokoa ny ankamaroan’ireo voakasika izay nilaza fa “ireo vahoaka efa latsaka anaty fahasahiranana lalina indray ve no asaina hanome vola hividianana angidim-by”. Mampibaribary ihany koa izany fa maivan-daja ho an’ny fitondrana ny fandriampahalemana izay tena maharary amin’ny vahoaka amin’izao fotoana izao. Tsy misy afatsy ny fikarakarana ny fifidianana no laharam-pahamehana ho an’ny mpitondra amin’izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TANAMBE MANANARA-AVARATRA : Arenina ny Hopitaly, nitondra anjara biriky ny Faritra Analanjirofo

Vokatry ny fahanterana, dia efa ahitana fahasimbana maro ity toeram-pitsaboana ity. Manoloana izany indrindra, nitondra anjara biriky amin’ny asa fanarenana ny Faritra Analanjirofo.

 Natolotra ny Ben’ny tanànan’i Tanambe Mananara-Avaratra izay mandalo ao Fenoarivo-Atsinanana ny 4 aogositra lasa teo ireo fanampiana avy amin’ny fiadidiana ny faritra. Tafo fanitso miisa 40 no natolotra tamin’izany.

Nandritra io fanomezana fanampiana ny kaominina Tanambe io koa no nanoloran’ny fiadidiana ny faritra Analanjirofo simenitra 5 lasaka ho an’ny fokontany Tanambao I kaominina Ampasina-Maningory distrikan’i Fenoarivo-Atsinanana. Simenitra ho fanatsarana ny biraom-pokontany ao an-toerana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIDIRANA TANY MANAN-TOMPO : Mampihorohoro ny fikambanana Fagnanko ao Toamasina

Tsy mijanona amin’ny fidirana an-keriny amin’ny tany manam-tompo  ihany no ataon’ity fikambanana Fagnanko ity ankehitriny, fa manao herisetra amin’ny mpiambina an’ireo tany tiany halaina. Tsy maty voalavo an-kibo izy ireo amin’ny fikasana haka an-keriny ilay tany manodidina ny 160 ha ao Belambo Toamasina Faharoa. Tany izay efa manan-tompo ary misy titra ara-dalàna saingy mbola mikiry hatrany ny Fagnanko.

Ny alahady 6 aogositra lasa teo, nalain’i Alphonse sy ireo mpiara-dia aminy an-keriny tao amin’ny trano fonenany ao Belambo Toamasina Faharoa i Théodore 30 taona izay mpiambina ny tanin-dRanoromalala ao Belambo. Tokony tamin’ny 11 ora sy 45 minitra antoandro no nisehoan’izany. Niasa nanao raharaha teo an-tokotany ilay mpiambina no nigadona teny an-toerana ireo mpitarika ny fikambanana Fagnanko. Niditra tao an-tranon’ilay mpiambina izy ireo. Nentin’izy ireo ny kojakoka toy ny fanamafisam-peo sy radio. Lasan-dry Alphonse ihany koa ny vola 1 000 000 Ariary notehirizina tao an-trano.

Taorian’izay, dia nofatorana tamin’ny tenda nentina nampanaovina dia an-tongotra sy hazakazaka ilay mpiambina. Narahina daroka izany rehetra izany. “Nentina tao Ambalamanasy sy Mangarano aho, asaina mihazakazaka, mandady amin’ny tany, nodarohana, nambanana antsy”, hoy ny fanazavan’i Théodore. Tsy vitan’izany fa mbola notrobarina tamin’ny hazo ny fitombenany. “Tanjon-dry Alphonse Fagnanko ny ahatonga ahy ho leo monina ka hiala mora ao amin’ny toerana ambenako ao Belambo mba ahafahan’izy ireo miditra an-keriny amin’ny tokotanin’ny mpampiasa ahy”, hoy hatrany ny fanazavan’i Théodore. Naharitra ora dimy ny fampijaliana nataon’ny fikambanana Fagnanko an’i Théodore. Miaramila sendra nandalo tao Mangarano nahita ny fampijaliana no voalaza fa nanavotra azy.

Naiditra Hopitaly izy taorian’izay. Na dia efa nivoaka ny hopitaly kosa izy amin’izao fotoana izao dia mbola tsy tafaverina amin’ny laoniny ny toe-pahasalamany. Nilaza ny hametraka fitoriana ny tenany manoloana izao fihetsika feno habibiana nataon’ny ekipan-dry Alphonse taminy izao.

Misy solombavambahoaka miray tendro

Mampiaka-peo manoloana izao fampihorohoroana sy vono natao tamin’ny mpiambina izao i Randrianarivelo Honorien izay mpitondra tenin’ny fianakaviana Philbert tompon’ny tany amina ha maro ao Belambo. Miantso ny fitondram-panjakana ny tenany mba handray fepetra manoloana izao habibiana sy asa fampihorohoroana izao raha mbola tany tan-dalàna marina i Madagasikara. Ahiana hitatra amin’ny faritra maro ao Toamasina mantsy ny fampihorohoroana sy fidirana an-keriny amin’ny tany manan-tompo ataon’i Alphonse sy ny forongony io raha tsy misy fepetra hentitra raisin’ny fanjakana.

Nambaran-dRandrianarivelo Honorien hatrany fa misy solombavambahoaka iray ao Toamasina Faharoa miray tendro amin’izao fampihorohoroana sy fidirana an-keriny  amin’ny tany manan-tompo izao. Mahagaga, hoy izy, fa io solombavambahoaka natao ho mpanao lalàna io indray no mitarika ny olona mandika lalàna sy mampihorohoro.

Milaza ho misy mpitsara miaro azy ao Toamasina

Nanitrikitrika Randrianarivelo Honorien fa milaza azy ho tsy tratry ny aloka ao amin’ny fitsarana mihitsy i Alphonse filohan’ny Fagnanko raha mbola ny fitsarana ao Toamasina no mitsara azy. Ambentintenin’i Alphonse amin’ireo vahoaka fitahiny ny filazana fa «  manana havana mpitsara ambony ao amin’ny fitsarana ao Toamasina ny tenany ka tsy higadra velively  ».

Nidoboka enim-bolana an-tranomaizina ny filoha lefitry ny fikambananaNiakatra fitsarana Toamasina ny talata 8 aogositra lasa teo ny filoha lefitry ny fikambanana Fagnanko, Razafimahatratra Fanja Henri. Fandrahonana ho faty, fanimbana fananan’olona, fidirana an-keriny amin’ny tany manan-tompo, fisolokiana, fitarihana fikambanana tsy ara-dalàna. Ireo rehetra ireo no vesatra nanenjehana azy. Ranoromalala sy ny fianakaviana Philbert no mpitory. Nivoaka ny andron’ny 8 aogositra io ihany ny didy. Sazy mihatra enim-bolana an-tranomaizina sy fandoavana lamandy 3 000 000 Ariary no sazy azon-dRazafimahatratra Fanja Henri, filoha lefitry ny fikambanana Fagnanko. Nisaotra amin’izao fihetsika feno fahendrena nasehon’ny fitsarana Toamasina izao  Ranaromalala sy ny fianakaviana Philbert.

Nandritra io fotoam-pitsarana io no nahalalana fa tsy fikambanana mijoro ara-panjakana akory ny Fagnanko. Fikambanana izay kalaza ratsy ao Toamasina amin’ny fidirana an-keriny amin’ny tany manan-tompo. Maro amin’ireo olona tia tanindrazana ao Toamasina ankehitriny no mitsangana mijoro manohitra ny fikambanana Fagnanko.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

KONGRESIN’NY VEHIVAVY ADVANTISTA : Vehivavy 8 000 mahery no tonga eto Mahajanga

Nanomboka ny 9 aogositra teo io kongresy io ary tsy hifarana raha tsy ny 12 aogositra izao. Ny alarobia maraina no nosokafana tamin’ny fomba ofisialy tao amin’ny complexe sportif Ampisikina io hetsika io. Atao isaka ny telo taona izy io ary eto Mahajanga no nandray ny tamin’ity taona ity.

 “Ny tanjon’ny kaongresy dia ny hampahery ny vehivavy eo amin’ny lafim-piainana rehetra”, hoy ny filohan’ny fikambanan’ny vehivavy advantista ny oseana Indiana. Betsaka ny hetsika atao mandritra io kongresy io, ka hisy ny asa soa, ny sosialy ary ny fanofanana isan-karazany. Hisy ny rindran-kira ara-pilazantsara, izay hatao eny amin’ny village touristique, ny fizarana lamba, bodofotsy, boky… Hisy koa ny fizarana sakafo ahitana vary 10 taonina, menaka sakafo 1000 litatra,  ary savony 10 baoritra. Voalaza moa fa ny vadin’ny Filoham-pirenena no nanome ny ankabeazan’ireo fanampiana ireo.  

Ny alakamisy kosa dia nisy ny fampirantiana sy fampahafantarana momba ny fahasalamana izay atao ao amin’ny gymnase, ary mbola mitohy anio hatramin’ny 12 ora. Maimaimpoana izy io, ary fampahafantarana momba ny fiasan’ny taona anatin’ny vatana, ny fo, ny taovam-pisefoana, ny lalandra sy ny tosi-dra, ohatra… ahafahana manatsara ny fahasalamana. Misy ny torohevitra omena maimaimpoana hatramin’ny otra. Ny lehiben’ny faritra Said Jaffar moa dia nisaotra sady nirary soa ireo vehivavy advantista ireo.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly ItaosyNahazo efitrano fandidiana manara-penitra

Anisan’ny tanana be mponina indrindra ho an’Antananarivo Atsimondrano ny tanànan’Itaosy.

 

Mahatratra  444.167 mantsy ireo mponina ao aminy, misandrahaka amina kaominina miisa fito manodidina dia Ambavahaditokana, Bemasoandro, Itaosy, Andranonahoatra, Ambohidrapeto ary Fiombonana sy Ankadimanga.  Mba ho fanampiana azy ireo ary indrindra fa ireo marary mila fandidiana sy ireo vehivavy saro-piterahana dia natsangana ao amin’ny hôpitaly CHRD Itaosy,  ny efitrano fandidiana manara-penitra. Omaly no nanokanana tamim-pomba ôfisialy ny foto-drafitrasa, notarihin’ny Ministry ny Fahasalamam-bahoaka ny profesora Andriamanarivo Mamy Lalatiana. Ankoatra ireo marary mila fandidiana maika dia hahazo tombontsoa manokana amin’izao foto-drafitrasa izao ihany koa ireo ankizy latsaky ny 15 taona manana fahasembanana ara-batana. Anisan’ireny ireo bingo tokony hahitsy, ireo mivadi-tongotra…Ahitana efitrano fandidiana,  famohazana,  fanadiovana fitaovana, misy oksizena, fametahana platre ary efitrano  fanaovana fizarana mihetsika na “reeducation fonctionnelle” ity foto-drafitrasa iray ity. Vokatry ny fiaraha-miasan’ny Christoffel Blindenmission sy ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka no angady nananana izany rehetra izany. Mitentim-bidy 170.000 Euros kosa ny lela-vola lany  tamin’izany. Efa misy moa ireo mpitsabo  vita fiofanana hitantana sy handray marary eo anivon’ity trano fandidiana vaovao ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lehilahy voahosin’ny “Camion”Nikarepoka ny lohany, nikarainkona ny vatany

Nampivarahontsana ny lozam-pifamoivoizana niseho teny Anosizato omaly tokony ho tamin’ny 2 ora. Lehilahy 57 taona avy eny an-toerana ihany no maty tsy tra-drano voahitsaky ny “camion” teo amin’ny lohany sy ny ilan’ny vatany, ka nijininika ny ra.

Nijapy fiara “camion” lehibe iray teny am-pandehanana izy ary nangataka vola tamin’ny mpamily, saingy tamin’izay no nahavotsotra ny tanany tsy afaka namikotra, ka nianjera mafy, ary voahitsaky ny fiara “camion” iray hafa, raha ny fitantaran’ny manodidina. Nentina avy hatrany tany amin’ny polisy ilay fiara nahafaty azy, mba hisorohana ny korontana mety hiseho. Fotoana fohy dia rakotra olona teny an-toerana, ka nanahirana ny nandamina azy ireo, izay samy liam-baovao sy te hahita ny zava-niseho, ka niditra an-tsehatra nanao ny fandaminana ny zandarimariam-pirenena. Saika isan’andro no handrenesana loza mahatsiravina tahaka izao, ary matetika, dia vokatry ny tsy fitandremana na ho an’ny mpamily na ho an’ny hafa. Rehefa ho avy tokoa ny loza, dia tonga dia tsy hampoizina mihitsy, ka tonga amin’ny fitenenana hoe patsa iray tsy omby vava, ka ny mailo sy mitandrina, ary manaja ny lalàna hatrany no fisorohana tsara indrindra.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vitavita ho azy

Nangiana tanteraka 26 taona aty aoriana ny fanamarihana ny diabe ho an’ny fahafahana nihazo ny lapam-panjakana Iavoloha ny 10 aogositra 1991.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Anivorano SambavaTrano 257 no kilan’ny afo, an-jatony ireo tsy manan-kialofana

Nitrangana hain-trano goavana tao amin’ny Fokontany Anivorano Sambava ny Sabotsy lasa teo.

 

Vokatry ny herinaratra nosintonina tamin’ny alalan’ny plaquye solaire no nahatonga ny loza raha araka ny vaovao azo. Vokany, trano 257 tafo no kila rotiky ny afo, tokony ho tamin’ny 02 ora folakandro. Mitentim-bidy hatrany amin’ny 677.400. 000 Ar  ireo fitaovana simba. Mbola tany amin’iny faritra avaratry ny Nosy iny ihany dia fantatra fa nitrangana hain-trano ihany koa tao Dzamanjar  Nosy be, ny Sabotsy teo ihany. Vokatry ny fandoroana bozaka tamin’ny labozia nataon’ny ankizy no nahatonga ny loza ka nitatra tamina trano maromaro. Lasa nitsoaka moa ireo ankizy ireo raha araka ny vaovao azo nefa mbola nisy fiara iray kila hotohoton’ny afo ihany koa niaraka tamina kodiarana maromaro.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-4Hitohy anio alina ny fanalana ireo 4’mi mivangongo

Mbola feno “4’mi” matory ihany amin’izao fotoana izao eny amin’iny faritra Anosizato Atsinanana, Anosibe ary Anosy iny, raha vantany vao mananika ny amin’ny 07 ora hariva,

Pati

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanam-pirenenaToa ny teo ihany no miverina, hoy ny VAMI

Zo tsy azo tsinontsinoavina ny fidinana an-dalambe, indrindra, amin’izao firenena tsy mety miarina izao, hoy ny fanehoan-kevitry ny sekretera jeneralin’ny antoko Vahoaka miray, Gaby Vakiniadiana.

 Aiza isika izao, hoy izy, raha oharina amin’ny japoney nefa firenena tsy nifanalavitra ihany teo aloha? Mba manana manam-pahaizana sy feno harena ihany fa mivarina an-kady sy miha mahantra hatrany satria lasan’ny tsy manam-panahy ny tombony rehetra. Maniry aho mba ho olo-marina amin’izay no hitondra eto satria ao anatin’ny 25 tapitrisa ve dia tsy mba hisy na dia iray aza ho izany? Isan’ny manahirana amin’izao fotoana, hoy izy, ity fampihavanana tsy mety tafapetraka ity ary iza ireo komity mpifantina izay handrafitra ilay vaovao raha tsy ny efa teo ihany? Sao dia isan’ireo tokony ho hampihavanina, hoy hatrany ny tenany?

J. Mirija

 

L'express de Madagascar0 partages

Amborovy -Les habitants de Soaniadanana se plaignent

Le nom de leur quartier semble se moquer d’eux. Face à la menace d’effondrement de leurs habitations et la destruction de l’environnement à Amborovy, les habitants de Soaniadanana ont décidé de déposer une plainte contre l’exploitation abusive et sauvage du sable sur leur domaine. Il ne reste plus que quelques mètres et le gouffre profond va engloutir les maisons installées  autour de la carrière de sable. Les autorités régionales ont pourtant déjà fermé cette carrière aux exploitants, l’année dernière.Ils ont été déplacés à Marohogo, dans le district de Mahajanga II, mais des inconscients continuent toujours de puiser et d’extraire la matière. Ce, à l’insu des propriétaires des habitations et surtout des autorités locales. Le chef de la région, Jaffar Saïd Ahmad, est ferme. «Nous allons prendre des dispositions, mais je rappelle que ce site est déjà interdit depuis l’année dernière», martèle-t-il.L’extraction de sable est une filière juteuse pour certaines entreprises rattachées aux travaux de construction de bâtiments à Mahajanga. Aujourd’hui, le chargement d’un camion se vend à 110 000 ariary si, auparavant, le tarif était de 70 000 ariary.Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis Championnat de Madagascar – Mahefa Anthony Rakoto­malala défie Toky Ranaivo en quarts de finale

Mahefa Anthony Rakoto­malala aura la lourde tâche de défier la tête de série numéro 1, Toky Ranaivo, en quarts de finale du cham­pionnat de Madagascar, dans la catégorie U14. Quarts de finale reportés pour ce vendre­di, sur la terre battue de l’Acsa Ambohidahy, alors qu’ils devaient se jouer hier après-midi.Et ce, en raison des caprices de la météo, qui ont chamboulé le programme. Hier en huitièmes de finale, Mahefa Anthony a disposé de Finoana Rakotomalala (6/1, 6/1). Tandis que Toky a disposé de Tefy Ranja Raba­rijaona (6/0, 6/0). Dans les autres affiches des quarts de finale, Tsiorisoa Rakotoarilala, champion d’Analamanga des moins de quatorze ans, affrontera Fenosoa Rasendra, tête de série numéro quatre.Pour sa part, Lanja Rakotozandriny, tête de série numéro deux, retrouvera Tahiry Andhy. Et enfin, le quatrième et dernier duel sera l’affaire de Sampras Rakotondrainibe et Tsiferana Rafidiarison.Comme cité précédemment, la pluie a perturbé le déroulement de la compétition hier. Plusieurs rencontres ont également été reportées dans les autres catégories. Entre autres, la confrontation entre Vahia Rabarijaona, champion d’Analamanga U18, et Marcel Rabenirina, est fixée pour ce vendredi.Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

La démographie utilisée au profit de la croissance inclusive

Multisectorielle, la croissance inclusive inclut entre autres la proportionnalité entre la croissance économique et la croissance du nombre de population. C’est dans ce contexte qu’a été effectuée hier la conférence intitulée « Dividende démographique et croissance inclusive » au ministère du Plan Anosy. Devenu un thème d’actualité, dans la mesure où l’amélioration du capital humain constitue un des axes stratégiques du développement, le concept de dividende économique est devenu un sujet fédérateur. Se définissant comme étant le « surplus de croissance économique tiré d’une proportion de personnes en âge de travailler, la dividende démographique reflète la bonne santé ou non d’une économie », explique le Général Herilanto Ravelo­harison, ministre de l’économie et du plan.Avec sa dimension économique, notamment en rassemblant la notion de PIB, la croissance économique ou encore la création d’emploi ainsi que les indices de fécondité de la population, l’objectif de la conférence était de rallier toutes les parties concernées afin d’effectuer des actions coordonnées.Jeunesse activeL’idée étant de tirer profit de la croissance démographique en la transformant en croissance productive.« Transformer la jeunesse active en dividende démographique est l’un des principaux objectifs de cette initiative », souligne Bounda Constant Serge, représentant de l’UNFPA.Les recensements en cours démontrent qu’une grande partie de la population malgache est composée de jeunes en état de travailler. Il est donc devenu évident de canaliser les aptitudes de cette tranche d’âge de façon à la rendre plus productive. Il en résultera une population active et profitant en même temps de la croissanceinclusive tant recherchée.Parallèlement au recensement général de la population, la formalisation d’une équipe multisectorielle sera prochainement en place via la réalisation d’autre conférence, atelier ainsi que la mobilisation des acteurs principaux. « Afin d’arriver à obtenir cette dividende démographique, il est important d’identifier les secteurs clés et d’investir sur ces points sensibles notamment l’emploi, l’éducation, le développement des compétences, la santé, les droits et surtout la gouvernance des jeunes », conclut le ministre de l’économie.Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Force du changement – Prochaine étape, descente dans la rue

En marge de la conférence-débat organisée par le Dinika ho Fanavotam-pirenena  (DFP) et les Forces de changement à l’Hôtel Panorama Andrainarivo, hier, Tolojanahary Maharavo, leader du DFP et administrateur civil de formation, a annoncé qu’une descente dans la rue est prévue bientôt. Des indiscrétions laissent entendre que la date du 22 aout a été choisie.Une demande préalable auprès de la commune urbaine d’Antananarivo a déjà été déposée et une autre auprès de la préfecture de police est aussi prévue. Selon le porte-parole du DFP, « si le préfet de police ne répond pas, nous prendrons cela comme une approbation. S’il nous interdit de manifester, nous nous en remettrons au tribunal administratif et au conseil d’État ».Le but de la manifestation est d’exprimer leur opinion vis-à-vis du gou­ver- nement. D’après Maharavo, « c’est comme dans d’autres pays, il y aura des banderoles et des personnes qui exprimeront leur avis par rapport au pouvoir en place ». Toujours selon lui, la descente se fera dans toutes les régions et les districts du pays, ce qui explique les fréquentes visites du DFP dans les provinces depuis quelques semaines.Le thème de la conférence-débat se rapporte à « l’exercice des droits et libertés publics à Madagascar ». Les Forces de l’ordre et le ministère de l’Intérieur ont été conviés à cette conférence, cependant, aucun représentant des deux entités n’a été aperçu sur place.« Nous les avons invités pour parler et échanger nos idées sur la manière dont le peuple pourrait s’exprimer. Je ne vois aucun représentant du ministère de l’Intérieur jusqu’ici », a affirmé Maharavo. Concernant le choix du thème, le porte-parole du DFP affirme que « les politiciens et le gouvernement doivent savoir où sont les limites des droits et libertés publics, car nous constatons que tout cela est compromis ». Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Les coins d’allaitement manquent dans les entreprises

Beaucoup d’entreprises ne possèdent pas d’endroit réservé à l’allaitement pour les mères. Or, avoir un coin d’allaitement est un droit des employées. « Nous sommes déjà descendus sur place et avons surveillé différentes entreprises. Nous avons donné des délais pour les entreprises qui n’en possèdent pas », affirme Jean de Dieu Maharante, ministre de la Fonction publique. Sans coin d’allaitement, les normalités de l’allaitement maternel chez les mères ne seront pas respectées, d’où l’usage du lait en poudre.L’allaitement maternel a baissé chez les mères, surtout dans le milieu urbain, selon Mamy Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique, hier, lors de l’ouverture de la semaine, à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrinavalona. « Sur 98% des mères allaitantes, seules 41% optent pour l’allaitement maternel jusqu’à six mois, sans autres accompagnements nutritifs », affirme Harinelina Randriamasi-arijaona, directeur de service de lutte contre la malnutrition au niveau du ministère de la Santé publique. Le lait maternel des mères développe la capacité psychomotrice des nourrissons. Le ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ont donné l’exemple de la mise en place d’un coin d’allaitement.Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara0 partages

Anosy : Misoloky amin’ny alàlan’ny SMS

Omaly no tonga nametraka fitoriana teo anivon’ny pôlisy ny voasoloky. Nisy hafatra fohy an-telefaonina tonga tao aminy ary nilaza fa misy vola mitentina 30 tapitrisa ariary azony. Saingy kosa misy fepetra tsy maintsy harahiny mba hahazoana ny vola. Avy eo nisy antso tamin’ny finday hatrany nanampy izany ary tena nandresy lahatra tanteraka ilay olona. Rangahy efa maherin’ny fitopolo taona no nantsoina ary mba taitra ihany izy momba ity mana nilatsaka avy any an-danitra ity. Resy lahatra ary nandefa vola an-tapitrisany izay nolazaina fa saran’ny fandefasana ny vola ao anaty kaontiny. Ny nahafantarana fa soloky ilay zava-nitranga dia noho ny tsy fahatongavan’ny vola mazava loatra. Omaly anefa dia mbola sahy niantso ihany ilay olona ary nilaza fa misy olana kely ary mbola misy vola tokony halefa. Raha ny fanazavany sy ny fandreseny lahatra dia ny hoe nisy vazaha teratany alemana izay tsy maintsy nody maika any ivelany ary tsy maintsy napetrany io vola io ka ilay rangahy efa lehibe izany no nosafidiany hanomezana an’izany. Nanomboka omaly ny fikarohana ilay mpisoloky. Na izany aza, mbola betsaka ihany ny olona marivo salosana, raha oharina amin’ity zava-nitranga ity. Fomba fisolokiana efa elaela ihany mantsy ity fandefasana « sms » ity mba hanjonoana olona.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

VAKINANKARATRA : Antsirabe ; Nohavaozina ny Tranoben’ny Varotra sy ny Indostria

Taoariana kelin’ny nandraisan’ny filoha vaovao Dr Celme Antonio Andrialalanirina hitantana indray ny tranoben’ny varotra sy ny Indostria, na “Chabre de commerce et de L’Industrie”, CCI eto Vakinankatra dia nataony laharam-pahemehana ny fanavaozana indray ity tranobe ity. Trano handrasaina ireo vahiny mitsidika sy mandalo eto Antsirabe ny CCI ka rariny, hoy ny mpitantana, raha asiam-panamboarana, sady endrika sy taratry ny mpandraharaha ihany koa. Amin’ny maha mpanakanto ity filoha vaovao ity dia ny talentany no nampiasany nanaovana fitadiavam-bola tamin’ny alalan’ny seho sehatra sy famoahana raki-kira vaovao. Ny vola azo rehetra tamin’izany no nentina nanamboarana ny trano. Nohamafisiny ihany koa fa tsy ny vola no tena ilaina ho an’ireo izay hanjifa fa ny asa no ilaina. Fandokoana ny rindrina anatiny, fanamboarana ny fitaratra vaky sy fanentsemana ny rindrina tresaka nandritra ny horohoron-tany no vita hatreo. Araka ny fanazavana, am-polontaonany no efa tsy nisy fanamboarana intsony ny CCI.  Fanombohana ihany izao, hoy ny Dr Antonio, fa mbola hitohy ny asa aoriana.

Andry N.

Akademia miaramila Antsirabe

Notokanana ny Amphithéatre mariky ny faha 50 taonan’ny sekoly

Tontosa ny faran’ny herinandro lasa teo ny lanonana FANDRESENA 2017, famoahana tamin’ny fomba ofisialy sy ara-miaramila ny andiany mivantana faha 38 mitondra ny anarana “FANJIRY” sy ny andiany manokana faha 23 misalotra ny anarana “LAFATRA”. Nitarika ny lanonana ny komandin’ny Akademia miaramila, ny kolonely RAMASY Razafindratovo Heritiana teo ambany fiahian’ny filoha Hery Rajaonarimampianina sy ny minisitry ny fiarovam-pirenena. Notokanana taoarian’ny lanonana rehetra  ny Amphithéatre lehibe izay nasiam-panova sy fanatsarana goavana hanamarihana ny faha 50-taona ny sekoly. Nampitondraina ny anaran’ilay Malagasy voalohany nikaomandy ny Akademia Miaramila tamin’ny taona 1972-1957 ny Amphithéatre dia ny Jeneraly RASAMOELY Claude James ho fahatsiarovana azy. Niarahaba sy nanome toromarika vitsivitsy ho entin’ireo manamboninahitra hiatrika ny asa manoloana ny fivoarana misy amin’izao fotoana ny kaomandin’ny sekoly nandritra ny fandraisam-pitenenany.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Anosizato : Lehilahy nianjera teny am-pijapiana fiara, maty nohosehin’ny kamiô

Nandriaka indray ny rà teny amin’iny faritra  Anosizato iny omaly tolakandro. Rangahy iray manodidina ny 50 taona any ho any no maty tsy tra-drano rehefa nohosehin’ny kodiarana kamiô teny an-toerana. Raha ny voalazan’ireo nanatri-maso dia toa hoe nijapy fiara iray izy io no nianjera. Sendra ny loza tsy nampilaza anefa fa nisy fiarabe iray nanaraka io fiara io avy tato aoriana ka dia voadona izy. Ary tsy vitan’izay fa mbola voarain’ny kodiarana ny vatany. Voatety mihitsy ny faritry ny kibony. Noho ny vesatr’ilay fiara dia nipotsaka avy taoriana ireo taovany. Nandriaka ny rà, ary namoy ny ainy teo ho eo ihany ity lehilahy ity, izay tsy nisy azo natao intsony. Araka ny filazan’ireo nanatri-maso ny zava-nitranga hatrany dia mponina eny amin’iny faritra iny ihany ity lehilahy ity, izay mpitarika sarety eny an-toerana. Efa natsoina moa ireo fianakaviany teo anatrehan’ity loza mahatsiravina ity. Tonga teny an-toerana ihany koa ireo mpitandro filaminana misahana ny lozam-pifamoivoizana nijery ifotony ny zava-nisy ary nitondra ilay mpamilin’ilay fiarabe, nentina nanaovana fanadihadiana. Fa mbola lozam-pifamoivoizana hatrany, fiara tsy mataho-dalana iray no nivadibadika tetsy amin’ny fiolanana mihazo an’i Belair iny raha avy any Ampandrana, omaly alina tokony ho tamin’ny 11 teo ho eo. Nandeha mafy io fiara io araka ny filazan’ireo mpanao fanadihadiana kanjo tsy nahatana ny familiana ny mpamily rehefa tojo ilay fiolanana ary dia io nivadika io ilay fiara. Raha ny fanazavana azo hatrany moa dia tsy nisy aina nafoy. Ilay mpamilin’ilay fiara no naratra vokatr’izany loza nihatra taminy izany. Potika tanteraka kosa ity fiara nivadika ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Anjanahary : Mpanao sinto-mahery saika hanendaka Polisy

Izany tokoa ny hoe “teny am-baravaran’ny mpamosavy no nanoko sikidy”. Lehilahy roa no voasambotry ny Polisy avy ao amin’ny Boriborintany fahavalo Analamahitsy tamin’ny Alatsinainy 7 Aogositra tokony ho tamin’ny 8 ora sy sasany raha saika hanedaka teny amin’iny lalana Masacr hiakatra Anjanahary iny. Fiara tsy matahodalana iray nandalo teny an-toerana no nokapokapohan’izy ireo tao aoriana. Taitra ny tompon’ny fiara rehefa naheno izany ka nijanona. Nandritra izany no nihazakazaka izy ireo nanararaotra nanao ny asa ratsy ka naka ny zavatra tao anaty fiara. Tsy nampoizin’izy ireo anefa fa polisy handeha hamonjy fodiana ity voasakana tamin’io fotoana io. Noraisim-potsiny noho izany ny iray fa tafaporitsaka kosa ny faharoa tamin’ireo jiolahy. Naterina avy hatrany teny amin’ny paositry ny polisy Anjanahary ilay voasambotra. Ity farany kosa no nanatitra azy teny amin’ny kaomisaria Analamahitsy. Ny ampitson’io ihany anefa dia voasambotra teny amin’ny lasantsy maty Mascar-Andravoahangy ilay tafatsoaka. Zatovo vao herotrerony 18 sy 19 taona ireto jiolahy ireto. Ny alarobia 9 aogositra no natolotra ny fampanoavana omaly ny raharaha.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

# Liantsoa à l’escale artistique Ariandro Andohan’i Mandroseza. Non, son horizon musical ne se limite pas au r’nb. Et sa carrière ne se traduit pas seulement par « Isa roa telo ». Depuis peu, la jeune femme investit la scène en tant que Liantsoa, avec ses musiciens. Ceux qui ont déjà eu l’occasion de la voir ont pu apprécier son talent d’interprète et de chanteuse. Jazz, soul… elle joue sur tous les registres. D’ailleurs, ce soir, elle va faire preuve d’éclectisme et de diversité. Elle sera accompagnée par Mahatozo au clavier.

# Soulanga au « Telozoro » Andrefan’Ambohijanahary. Des stars du « ba-gasy » ? Oui, mais pas seulement. Kiady, Nini et Kôlibera sont également des soulmen. « Nous avons baigné dans divers horizons musicaux, mais partageons néanmoins la même passion pour la musique malgache et la soul music. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour laquelle nous avons décidé de nous appeler Soulanga ». Autrement dit, de la soul à la malgache. Pour voir le trio à l’œuvre et apprécier ce qu’est le soul à la sauce « Soulanga », rendez-vous est pris au Telozoro ce soir, à partir de 21 heures.

# Nanie et Rija Ramanantoanina au Trass Tsiadana. Avec Nanie, les évènements se suivent, mais ne se ressemblent pas. Après un concert magistral au Grand Hotel Urban hier, la chanteuse, actuellement de passage au pays, nous revient sous les feux des projecteurs. Ce soir, elle investit le Trass. D’ailleurs, elle ne sera pas seule, mais va partager la scène avec une autre voix d’or : Rija Ramanantoanina. Un évènement à ne rater sous aucun prétexte !

# « Fangia Kalo Gasy » au Piment Café. Les amateurs de « ba-gasy » ont eu l’occasion de la retrouver sur scène à maintes reprises lors de concerts de Dama et d’Erick Manana. Ce soir, Voara, cette petite chanteuse qui a séduit les inconditionnels de ces deux grands noms de la musique malgache reviendra à nouveau sous les feux des projecteurs, non pas en tant que « guest », mais « lead-vocal » de son propre groupe : « Fangia kao Gasy ». Pour la voir à l’œuvre, rendez-vous ce soir au Piment Café dès 21 heures.

# Fiyah au Jao’s Pub Ambohipo. Inconnue ? Il faut reconnaître que Fiyah, une étoile montante en matière de musique « mafana », ne l’est plus vraiment. En véritable « allumeuse » (à prendre au sens mélioratif), la chanteuse affiche une certaine aisance dans l’art de mettre l’ambiance, rien qu’en interprétant ses morceaux dont quelques-uns sont déjà restés sur les lèvres des amateurs du rythme tropical de la scène locale.

# Steph Rambi au Café de la Gare Soarano. Un moment avec Steph Rambi est la promesse d’une belle soirée. Enfin, si on est amateur de bonne musique, de soul et de jazz surtout. Accompagné de Njaka Rakotonirainy au piano et de Josea à la batterie, le crooner, ce soir, attend donc tous les mélomanes au Café de la Gare Soarano.

# Davis co au Jamaïca By-pass. En duo avec Mika, c’est souvent ainsi que l’on retrouve Davis. Ce soir cependant, il sera seul. Enfin, avec d’autres musiciens et chanteurs, pour entonner les titres qu’il affectionne sans oublier les compositions de Mika Davis.Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Hausse des tarifs : Explication d’un responsable de la Jirama

Des détails sur la lecture des factures et plus d’explication sur les montants à payer par le client.

« Les prix indiqués sur les tarifs correspondent aux consommations en eau et électricité des clients ». Ce sont là les propos d’un responsable auprès de la Jirama en réponse à des articles sur la hausse des tarifs. Ce responsable d’expliquer que « les usagers ont tendance à croire que la facture est conçue uniquement sur la base de la consommation en électricité ». Ce qui n’est pas normal selon toujours les dires de celui-ci parce que « la consommation en eau joue également beaucoup sur les montants à payer ». Avant de rappeler que « l’eau et l’électricité ont des tarifs/montants distincts qu’il faut prendre en considération. C’est le total des montants qui définit la somme à payer par le client». Ainsi, les montants à payer respecteraient « les normes établies ». Notamment, les nouveaux tarifs mis en place par l’Office de Régulation de l’Electricité (ORE). « Lesdits tarifs ayant été miss à jour au mois de juillet dernier sont consultables en ligne sur le site web de l’ORE » a ajouté le responsable auprès de la Jirama.

Lecture. L’entretien avec un responsable auprès de la Jirama a également été l’occasion pour ce dernier d’initier les clients à la lecture des factures. Ainsi, « la lecture de la facture devrait se faire suivant les indices de consommations (en eau et en électricité) en premier lieu ». Puis, « les clients devraient connaître les prix unitaires établis par l’ORE ». Enfin, « si les tarifs inscrits sur les tarifs ne correspondent pas à ceux du site de l’ORE, les clients sont en droit de demander des explications auprès de la Jirama » a fait savoir ce responsable. Par ailleurs, des informations sur la définition de ce qu’est une tranche sociale a également été relevée lors de l’interview. « On appelle « tranche sociale » les familles dont la consommation mensuelle en électricité ne dépasse pas la première tranche de consommation des tarifs (14 et 16), soit une consommation inférieure à 24 kwh et inférieure à 130 Kwh ». Les consommations qui sont en sus de cette limite sont donc assujetties à la hausse de 7,5% prévue par l’ORE. Quoi qu’il en soit, aussi bien les informations ci-dessus que les explications données ne sont pas à la portée de tous les clients. Une campagne de communication et de sensibilisation de masse devrait être envisagée pour plus de transparence, mais aussi pour éviter les malentendus.

Recueillis par José Belalahy

L'express de Madagascar0 partages

Vol de boeufs doublé de prise d’otage

Un enfant de 11 ans a été pris en otage par sept dahalo armés de kalach­nikov et de fusil de chasse, à Ambalamiadana, commu­ne rurale d’Iarintsena, mardi vers 10h. Des poli­ciers et des gendarmes sont arrivés sur les lieux pour intervenir, mais les assaillants étaient déjà hors de portée. L’otage n’a toujours pas été relâché. La course-poursuite est toujours en cours.

L'express de Madagascar0 partages

Le vol de bœufs, une entreprise guerrière

L’ingénieur Achilson Randrianjafi­zanaka, alors étudiant en troisième année en Économie et gestion agricole, mène dans le Sud, vers la fin des années 1960-début des années 1970, une étude sur les motivations des vols de bœufs.Ce fléau national traduit en premier lieu, indique-t-il, une lutte pour le pouvoir au sein de la communauté, avec un aspect sportif. En effet, dans certaines épreuves, à certains moments, les « dahalo » ou « malaso» doivent faire preuve d’adresse, d’agilité, de vitesse et d’endurance (lire précédente Note).Le phénomène est également un facteur d’« équilibre social », ajoute l’auteur. Dans une société vivante, c’est-à-dire en évolution incessante, la stabilité peut être rompue à tout moment. « L’accession d’un membre du groupe à un poste élevé, l’enrichissement d’un autre… sont autant de facteurs de déséquilibre social et politique, car la distribution du pouvoir de décision au sein de ce groupe est remise en cause. »Et dans les sociétés d’éleveurs, enrichissement signifie naturellement augmenter la dimension du troupeau. Ce qui est suffisant pour provoquer la méfiance sinon la jalousie d’autres membres du groupe.« Il en avait trop, il commençait à parler trop fort dans les réunions, il marchait la tête haute. Bref, tous ses gestes et paroles ont été interprétés pour de la vanité. D’autant plus qu’en certains moments, il se montait manifestement arrogant et peu respectueux des vieux. Les fils de ces derniers ou les adversaires de toujours, aidés des complices, vont donc lui donner juste une petite leçon de modestie. »Par ailleurs, si au sein même du groupe la lutte pour le pouvoir est dure et que toute tentative de rompre un équilibre social sécurisant est vite réprimée, la rivalité est évidente entre deux groupes ennemis ou distincts. Chaque chef veut contrôler ses voisins et exige la reconnaissance de sa renommée. « Ceci était à l’origine des guerres interclaniques ou intertribales qui, en fait, se résumaient en razzias de bœufs.»De ce passé, il reste ce besoin de s’affirmer, de refuser que quelqu’un soit plus riche et plus puissant que soi.Achilson Randrianjafizanaka précise toutefois, que dans cette contestation du pouvoir étranger, le terme « voler » est inapproprié pour le cas des bœufs. Car c’est une « entreprise guerrière » qu’aucune loi ordinaire ne peut comprendre.« Le guerrier bara ou mahafaly ne vit pas seulement dans le présent, car le passé (l’ancêtre) et le futur (sa renommée, sa descendance et histoire) l’observent. Non seulement, il se protège des attaques, mais prend aussi l’initiative d’une offensive. » Chaque groupe a sa propre loi : protéger ses bœufs, donc son indépendance, et rafler ceux de l’adversaire, donc étendre sa puissance.Mais quand s’implante la colonisation française, les temps changent parce qu’elle arrive avec ses lois et ses tribunaux, met fin aux guerres de conquêtes. Les razzias (« raoke » ou « halats’ombe ») tombent sous le coup de cette nouvelle loi. Les milices, les gardes indigèneschargés du maintien de l’ordre sont recrutés pour se charger de faire régner l’ordre, notamment arrêter les voleurs de bœufs. Et enfin, la prison est créée.« Mais on sait avec quelle souplesse nos contestataires se sont adaptés à cette nouvelle situation. Aller en prison pour vols de bœufs   Quel honneur ! Nouveau titre à son palmarès. Sa femme ne ressentira aucune honte à son égard, bien au contraire. Le célibataire, lui, trouvera tout de suite après une épouse. »Esprits indépendants, jaloux de leur liberté, les « dahalo » ou « malaso » contestent le pouvoir des « parvenus ». Poussés par l’occupant, ces derniers accèdent à des postes de chefs. De surcroit, ces « nouveaux riches » sont connus pour avoir été les plus pauvres de la région. Mais comme ils sont allés en classe, ils savent parler aux Vazaha. Et avec le temps, ils s’enrichissent, achètent des bœufs. Et on va les leur enlever. « On va leur rappeler à ces Vazaha-Gasy, les vieilles structures qu’ils veulent démolir. »

Pela Ravalitera

L'express de Madagascar0 partages

Football Féminin – Asot et Askam en finale

Les demi-finales de la première phase ont donné leur verdict, en championnat de Madagascar de football féminin. La surprise du jour vient de l’Asot Anala­manga, qui a sorti la triple tenante du titre, l’AC Sabnam Analamanga, deux buts à un. Et ce, grâce à des réalisations Fara Domoina et Andoniaina. En face, l’uni­que but du Sabnam, œuvre de l’inévitable Sophie, n’aura pas suffi.Dans l’autre rencontre du dernier carré, l’Askam Itasy a sorti le Mifa Anala­manga sur le score de cinq buts à deux. Un doublé de Christina et un triplé de Sarah ont offert la victoire à l’Askam.Les matches de classement se jouaient également hier, pour les équipes non-qualifiées en demi-finales. Dans la première rencontre, le Prescoi Vakinankaratra s’est imposé devant l’Ascuf Haute Matsiatra, quatre à un. Par la suite, le Som Boeny a disposé de l’AS Comato Atsimo Andrefana, cinq à un.Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Un corps retrouvé à Tsiafabositra Maevatanàna

Un vieil homme, qui n’avait pas donné signe de vie depuis quelques jours, a été retrouvé mort lundi, à 11h 30 à Manalasala, commune rurale de Tsiafabositra, district de Maevatanana. De traces de coups de hache ont été constatées sur plusieurs endroits de son corps. Il aurait été assassiné, selon la gendarmerie locale. Son meurtrier court toujours.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Des femmes adventistes en congrès

Plus de huit mille femmes membres de l’Église adventiste du Septième jour de l’océan Indien, se réunissent, depuis mardi jusqu’à samedi, à Mahajanga. Cette rencontre se tient tous les trois ans. Cette année, l’accent est mis sur la santé de la femme. Le ministère de la Population a d’ailleurs été représenté durant la cérémonie d’ouverture.  L’épouse du Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a assisté à l’ouverture officielle, mercredi, au complexesportif d’Ampisikina.Hormis les différents enseignements religieux prodigués aux participantes, des concerts évangéliques se tiennent à partir de 16 heures, au village touristique de Mahajanga. Cette action entre dans le cadre de l’évangélisation de la ville.Depuis jeudi matin, au gymnase couvet de Mangarivotra, une exposition médicale est ouverte au public. Des dépistages gratuits de pathologies du cœur et des poumons sont réalisés.Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Ruée dans les stationnements de taxi-brousse

Les gens partent en vacances malgré la hausse des frais de transport.  Les transporteurs n’ont pas tenu leur parole. Le frais de transport pour Mahajanga et Toamasina a pris une hausse. « Nous avons augmenté le frais de transport parce qu’on manque de voitures vu que beaucoup de personnes les louent pendant des jours pour des pèlerinages, des rencontres ou sommets annuels. Alors il est évident pour nous d’augmenter le frais de transport mais cela dépend aussi de chaque coopérative », affirme Andritiana, chauffeur d’un coopérative à Ambodivona. Les taxis-brousse reliant Antananarivo et les bords de la mer sont pris d’assaut par les vacanciers. Les personnes qui ne réservent pas à temps risquent de revenir chez eux ou attendre des heures pour pouvoir partir à leur destination. « Je  devais partir cet après-midi mais je suis retourné à la maison car il n’y avait plus de place », raconte David Raharison, un passager déçu. Les frais pour Mahajanga varient de 25 000 à 40 000 ariary. Ceux de Toamasina varient de 20 000 à 25 000 ariary. Ce sont les petites coopératives qui modifient les frais de transport. Les coopératives mieux organisées comme Cotisse ou Besady gardent leur tarif afin de satisfaire leurs clients et n’ont pas changé leur services.

Mamisoa Antonia

Madagate0 partages

Inde An 70. L'ambassade à Madagascar organise des évènements jusqu'en août 2018

L’épouse de l'Ambassadeur de l’Inde, SEM Subir Dutta (au centre), suivi de notre consœur Nivo Tiana Andrianarijaona