Les actualités à Madagascar du Samedi 11 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara26 partages

Lémuriens de Madagascar : 33 espèces sur 107 au bord de l’extinction

Les Sifaka sont au bord de l’extinction d’après l’UICN.

L’UICN ou Union Internationale pour la Conservation de la Nature a fait une mise à jour de sa liste rouge des espèces menacées. Et les résultats font froid dans le dos. Dans un communiqué en date du 9 juillet dernier, l’UICN fait savoir que « sur les 120.372 espèces évaluées dans le monde, 32.441 sont menacées d’extinction dont les lémuriens de Madagascar ». Selon la mise à jour, près d’un tiers de toutes les espèces, 31% sont désormais en danger critique d’extinction. Un taux représentant 33 espèces de lémuriens si l’on se réfère toujours à la liste rouge. Le document de faire également savoir que 98% d’entre elles, soit 103 espèces sur les 107 survivantes sont « menacées d’extinction ». L’exemple du Sifaka de Verreaux et du Lémur de souris de Madame Berth, le plus petit primate du monde comme étant menacé d’extinction a été pris dans le communiqué du UICN. Par ailleurs, 13 autres espèces de lémuriens de la Grande île ont été « placées dans des catégories de menace plus élevées en raison de l’intensification des pressions anthropiques ». Divers facteurs ont été avancés pour expliquer le déclin substantiel de ces espèces endémiques du pays. Entre autres, la déforestation, l’agriculture sur brûlis, l’exploitation des ressources forestières pour la fabrication de charbon de bois et la chasse à Madagascar.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Imbiki Anaclet : Stratégie contre la corruption dans le secteur de la justice

Le Haut conseiller pour la Défense de la Démocratie Imbiki Anaclet.

Le Haut conseiller pour la Défense de la Démocratie Anaclet Imbiki a envoyé une lettre au Président de la République portant sur une proposition de stratégie de lutte contre la corruption dans le secteur de la justice, en prévision de la relance économique pour l’après « Covid-19 ». Selon ce haut conseiller, « il faut avoir l’honnêteté d’affirmer que la plupart des autorités judiciaires qui se sont succédé ont réellement initié des mesures de lutte contre la corruption. Mais il importe également d’avoir le courage de reconnaître que les résultats escomptés sont loin, voire très loin d’être atteints ».

Interdiction. Et d’enchaîner «qu’il n’est pas superflu de préciser que l’une des causes de l’échec de la lutte contre la corruption judiciaire réside dans l’absence de volonté politique. Je n’en cite comme preuve irréfutable que le défaut de l’application de la circulaire du ministre de la Justice n°109-MJ/CAB du 2 octobre 1997 relative à l’interdiction faite aux magistrats de recevoir des justiciables à leur bureau ou à leur domicile en dehors des procédures contradictoires. Qui osera contester de bonne foi que la réception par un magistrat en charge d’un dossier, d’une partie à un procès à son bureau, à plus forte raison à son domicile, favorise la corruption ? En tout cas, l’autre partie qui est au courant d’une telle rencontre en dehors d’une procédure contradictoire ne fera jamais confiance au magistrat qu’il soupçonne, à juste titre, de commettre une corruption. Pire, elle va entreprendre la même démarche pour corrompre le magistrat. En tout état de cause, nul n’est besoin d’être expert en éthique et déontologie pour comprendre qu’une telle réception d’une partie au procès est à proscrire ». Il s’est ainsi référé au dicton « aux grands maux les grands remèdes »,  et d’ajouter que « des réformes profondes doivent être mises en chantier et des mesures audacieuses prises, mais dans le respect des principes fondamentaux judiciaires, si on souhaite réellement des résultats probants dans un délai raisonnable ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Réforme des PAC : Bianco, Samifin et PAC fustigent l’Assemblée nationale

Les acteurs du système anti-corruption brisent le silence après la proposition de réforme des pôles anti-corruption adoptée par l’Assemblée nationale. La démarche de cette institution est fustigée de toutes parts.

Unilatérale, incohérente, absurde. Les mots ont été durs de la part du Bureau indépendant anti-corruption, service de renseignements financiers, des pôles anti-corruption pour qualifier la tentative de réforme des pôles anti-corruption initiée par le député Idealson, un magistrat de carrière, élu à Ampanihy Ouest, qui a voulu modifier le mandat de cette juridiction spécialisée érigée par la loi 2016-021. Une proposition de loi modifiant et complétant les dispositions de cette loi a été adoptée in extremis par l’Assemblée nationale la veille de la clôture de la session ordinaire, le jeudi 02 juillet dernier. Cette adoption a été reçue avec indignation et consternation au niveau des acteurs de la lutte contre la corruption. Un communiqué conjoint du système anti-corruption, en l’occurrence, le Bureau indépendant anti-corruption, les Pôles anti-corruption, le service de renseignement financier et le comité de sauvegarde de l’intégrité, est vite publié, trois jours après, pour exprimer leur regret devant l’initiative de la Chambre basse. Les mots sont pesés dans la déclaration pour réclamer une « compréhension partagée entre tous les acteurs nationaux ».

Inclusive. A l’occasion de la célébration de la Journée africaine de la lutte contre la corruption, les acteurs du système anti-corruption, réunis en visio-conférence, reviennent à la charge et parlent avec un ton fort pour torpiller la démarche prêtée par l’Assemblée nationale pour ébranler les PAC. « La réforme en soi est une bonne initiative sur le principe car c’est la première fois que le législatif prend sa responsabilité de légiférer sur la lutte contre la corruption », soutient Lamina Boto Tsaradia, Directeur général du service de renseignement financier. « Pourtant, il faut être cohérent car nous avons déjà défini une stratégie nationale pour lutter contre la corruption et on est à mi-parcours de la mise en œuvre de cette stratégie », poursuit-il. Et si on entame une réforme, selon toujours ce dernier, il faut une approche inclusive contrairement à cette manière qui a exclu les acteurs de la mise en œuvre de la stratégie. La coordinatrice nationale des pôles anti-corruption, Harimahefa Ratiaraisoa, parle d’une « initiative unilatérale » devant la précipitation des députés à adopter une proposition de loi qui « met en jeu le pilier du système anti-corruption, notamment les PAC » selon Laza Eric Andrianirina, Directeur général du Bureau indépendant anti-corruption.

Absurde. Les changements apportés par la proposition de loi portent sur le retrait des infrastructures économiques et financières de la compétence du PAC, la suppression de la confiscation des avoirs illicites avant condamnation ainsi que la réduction du mandat du coordonnateur national et des magistrats. Des modifications qui sont difficilement digérées par les acteurs du système anti-corruption car elles ont pour vocation à « vider les PAC de sa substance » a tonné Lamina Boto Tsaradia. « Exclure les infractions liées à une haute fonction n’est pas cohérent. Et ce n’est pas dans cette logique qu’on parviendra à la politique de tolérance zéro dans la lutte contre la corruption », soutient-il. Laza Eric Andrianirina, numéro Un du Bianco, y voit une « manœuvre dilatoire » et se demande « pourquoi faut-il réduire les essentielles des compétences des Pôles anti-corruption relatives aux infractions économico-financières ». « C’est absurde » comme démarche, affirme, quant à elle, Ketakandriana Rafitoson, directeur exécutif de Transparency International Initiative Madagascar. « Il y a une velléité de protéger un soutien du pouvoir, un opérateur économique ou quelqu’un de très haut placé derrière cette proposition de loi » soupçonne cette activiste de la société civile. Elias Ratrimonirina, de la Direction générale des projets présidentiels auprès de la présidence de la République, quant à lui, tente de dégonfler la contestation, avance qu’il est nécessaire de « formuler des propositions communes des acteurs de la lutte contre la corruption à titre de lobby auprès du législatif ».

Indépendance. La coordinatrice nationale des pôles anti-corruption, Harimahefa Ratiaraisoa, craint derrière cette initiative de l’Assemblée nationale de modifier le mandat des PAC « une tentative de toucher à l’indépendance des magistrats au niveau des pôles anti-corruption ». Et, quand le maillon de la chaîne est affaibli, en l’occurrence le PAC, selon le Directeur général du service de renseignement financier, « c’est le système en entier qui est affecté ». Les PAC sont ébranlés face aux coups des députés. Alors qu’il est temps de cogiter sur « l’efficacité du système de lutte anti-corruption » affirme Sahondra Rabenarivo, présidente du comité de sauvegarde de l’intégrité. « Il est temps d’avoir un système judiciaire transparent, redevable, adoptant la culture de résultats », poursuit-elle pour mieux lutter contre la corruption. Et « il faut du courage et de la volonté politique » qui manquent encore aujourd’hui, selon cette dernière.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Football Mundialido : Madagascar s’incline face au Brésil

Dos face au mur. Après leur belle entame à la compétition de football Mundialido réunissant les footeux de nombreux pays vivant à Rome Italie, les Malgaches ont été corrigés par les Brésiliens, jeudi 9 juillet dernier. C’est sur le score de 7 buts à 0 que Madagascar a perdu ce deuxième match comptant pour le match de groupe. A la pause, les Brésiliens ont déjà mené au score par 4 buts à 0. Ils ne font qu’enfoncer le clou à la seconde période et s’offrent facilement la victoire. Face aux tenants du titre brésilien, les joueurs malagasy n’ont pas fait le poids. La bande à Herman Rafidimanantsoa devrait se rattraper de leur débâcle le mardi 14 juillet 2020 contre l’équipe du Honduras pour le compte de la dernière journée des rencontres éliminatoires. Vainqueur de l’Albanie en match d’ouverture, l’équipe malagasy joue gros mardi pour espérer une qualification pour la suite de l’aventure. Comme annoncé précédemment, Madagascar a été tiré dans le groupe A avec le Honduras, l’Albanie et le Brésil. Les Malagasy ont annoncé qu’ils sont prêts à en découdre pour cette ultime rencontre où ils peuvent aussi compter sur le soutien de la diaspora et de l’Ambassade de Madagascar en Italie.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

CTC Ivato : Une capacité d’accueil de 400 lits

Le président Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina ont assisté à l’ouverture du Centre de Traitement COVID-19 (CTC) à Ivato.

Le président Andry Rajoelina a annoncé hier qu’il fera une déclaration à la Nation ce dimanche (demain) pour évoquer les mesures, mais aussi l’évolution de la situation de gestion du COVID-19.

« L’Etat doit fournir tous les efforts pour sauver le peuple malagasy ». C’est en ces termes que le président Andry Rajoelina annonce les nouvelles mesures prises dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. En effet, face à la recrudescence des cas confirmés à Tana, le régime adopte une nouvelle stratégie qui consiste à mettre en place plusieurs centres de traitement pour améliorer les capacités d’accueil des personnes contaminées par cette pandémie. Antananarivo se dote désormais de trois nouveaux centres de traitement du COVID-19. La cérémonie marquant l’ouverture officielle du premier centre s’est déroulée hier au Mining Business Center d’Ivato. Le siège du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) vient d’être aménagé pour accueillir les patients présentant des formes graves de coronavirus. Un véritable grand hôpital équipé de matériels de pointe, avec une capacité d’accueil de 400 lits, contre 115 lits actuellement au CHU d’Anosiala. « 55 agents de santé sont affectés au Centre de Traitement COVID-19 (CTC) d’Ivato », a annoncé le Chef de l’Etat. L’objectif étant de mettre à disposition du personnel soignant 10.000 lits d’hôpitaux pour que les patients ne se sentent plus laissés à leur propre compte.

Centres de référence. En effet, à entendre les explications du président Andry Rajoelina, deux autres centres de traitement vont aussi être opérationnels dans les jours qui viennent. Des aménagements sont en cours au stade annexe du Palais des sports et de la culture de Mahamasina et au Lycée technique et professionnel Alarobia pour les transformer en hôpital. Ces deux sites auront chacun une capacité d’accueil de 300 lits, a annoncé le Chef de l’Etat qui a confirmé par cette descente à Ivato qu’il se porte bien, contrairement aux rumeurs que l’on véhicule depuis quelques temps. D’après les informations, ces centres de traitement nouvellement installés, à savoir CTC Ivato, LTP Alarobia et Annexe Palais des Sports de Mahamasina seront des centres de référence pour le traitement à base de CVO. C’est-à-dire, des traitements basés sur le protocole CVO avec d’autres médicaments tels que les vitamines C, Magnésium et d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens et antipyrétiques seront proposés aux patients qui donnent leur consentement. L’objectif serait d’atteindre un taux de guérison de 90 à 95% après 15 jours d’admission à ces centres.

Complications. Tous ces nouveaux sites sont destinés à accueillir les patients présentant des complications et des difficultés respiratoires. Outre ces trois nouveaux centres de traitement, Anosiala, l’hôpital « manara-penitra » d’Andohatapenaka et le Centre Médical COVID-19 d’Andohatapenaka poursuivent le traitement des malades du COVID-19. Durant cette cérémonie, le Chef de l’Etat a reconnu qu’il existe des failles dans la gestion actuelle de la lutte contre le coronavirus. Pour remédier à ce problème et pour améliorer le traitement des malades, l’Etat a décidé d’importer 1.000 extracteurs d’oxygène individuel. Actuellement, le centre de traitement du COVID-19 d’Ivato en dispose une dizaine. « Depuis quelques temps, des patients se plaignent que les hôpitaux refusent de les recevoir, sous prétexte d’être débordés. Je ne veux plus entendre cela. Je refuse de comprendre que des Malagasy perdent la vie à cause de ça », a averti Andry Rajoelina qui prévoit d’effectuer une visite dans les hôpitaux incessamment. Il n’a également pas manqué de lancer un message d’encouragement et de soutien aux agents de santé. Le local du Mining Business Center ayant été transformé en hôpital pour les formes graves, le siège du Centre de Commandement Opérationnel COVID-19 est désormais transféré à l’annexe du Centre de conférence internationale d’Ivato.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Paul Rabary : Atteint du Coronavirus

L’ancien ministre de l’Education Nationale Paul Rabary a annoncé par le biais des réseaux sociaux qu’il a été atteint du Coronavirus. « La maladie est tellement forte, je vous demande de prier pour moi », a-t-il déclaré. Deux anciens ministres ont ainsi déclaré avoir été malades de cette pandémie. Outre l’ancien ministre de l’Education nationale, l’ancien ministre de la Santé Publique le professeur Lalatiana Andriamanarivo a également assuré qu’il a été victime de cette maladie contagieuse. Et ils ont eu le courage de le dire.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

PPN : 100 tonnes de riz/jour écoulées sur le marché d’Anosibe

Le contrôle des prix des PPN sur le marché sera également renforcé.

Aucune pénurie de produits de première nécessité (PPN) n’est à craindre à Analamanga, une région fortement touchée par la pandémie de covid-19.

Le directeur régional du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat -Analamanga, Hanitriniaina Ranarison, tient à rassurer la population de la Capitale en cette période de confinement. A titre d’illustration, « près de 100 tonnes de riz par jour sont écoulées journalièrement sur le marché d’Anosibe, sans compter la quantité de riz import qui est stockée au port de Toamasina », a-t-elle fait savoir.

Renforcement des contrôles. Dans la même foulée, le ministère de tutelle renforce actuellement les contrôles des prix de ces produits de première nécessité, ainsi que de l’état de stock des commerçants pour éviter les éventuelles spéculations, dans le cadre de ce confinement à Analamanga. Tout récemment, une descente inopinée a été effectuée au marché d’Analamahitsy. Les prix du riz de variétés locales varient entre 1.800 Ar et 2.100 Ar, le kilo. Quant au riz import, le « stock » s’acquiert à 1.900 Ar/kg tandis que le riz Madrigal est le plus cher atteignant 2.200 Ar le kilo.

Gestes barrières. Parlant des autres produits de première nécessité, le prix du litre de l’huile alimentaire en vrac s’affiche entre 5.000 Ar et 5.200Ar contre 5.800 Ar et 7.700 Ar/litre pour l’huile en bouteille cachetée. Par ailleurs, l’équipe de ce département ministériel vérifie également le respect des gestes barrières au niveau des commerçants tels que le port de masque de protection, l’utilisation des gels désinfectants et la distanciation physique de 1 mètre, pour éviter la propagation du coronavirus.  De leur côté, les éléments des Forces de l’ordre veillent à ce que tous les marchés soient fermés à midi tapant.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

« Olom-pirenena repoblikana » : Contre la position de l’opposition

Des gens qui se réclament appartenant au « Zanaky ny Tanindrazana » et « Olom-pirenena repobikana »  de déplorer la position de l’opposition vis-à-vis de la situation actuelle. Ces                        groupements estiment que cette dernière ne devrait pas se contenter d’influencer la population à ne pas avoir  confiance au pouvoir actuel ou porter atteinte à l’ordre public  dont l’impact est ressenti par la masse populaire. Toujours d’après ces  individus, de tels agissements auraient des impacts sur la démocratie tout court. Ils lancent ainsi un appel à l’endroit de la majorité silencieuse de ne pas partager les points de vue de l’opposition. Ils se sont également adressés aux tenants du pouvoir à prendre les dispositions qui s’imposent. Et eux de dénoncer également ce qu’ils considèrent comme propagation de fausses nouvelles avec notamment le remaniement de gouvernement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Infrastructures routières : Vol de pièces métalliques sur les ponts de la RNS 5A

Des poutres aciers en H, volées sur la RNS 5A.

Cette fois, les voleurs ont été arrêtés. Les vols de pièces métalliques ont déjà causé l’effondrement de plusieurs ponts sur les routes nationales. Durant la dernière décennie, ce problème est devenu un grand casse-tête, compte tenu des coûts astronomiques de la construction d’un pont. Depuis l’année dernière, des mesures strictes ont été prises par le Ministère en charge de l’Aménagement et des Travaux Publics (MATP), dans le cadre de la lutte contre ces vols de pièces. La nuit du jeudi 9 juillet dernier, des voleurs étaient surpris en flagrant délit à Ambilobe, en train de voler des métaux sur le pont de la RNS 5A, reliant Ambilobe à Vohémar. « Ces voleurs sont déjà entre les mains de la Gendarmerie pour enquête. D’autres complices sont encore recherchés et devraient être arrêtés ce jour », a communiqué le MATP, hier. A noter qu’au mois de mars dernier, 7 individus ont été emprisonnés à Antsiranana, à cause de vols de pièces métalliques et des buses sur la RN6. Parmi ces voleurs figurent un président de Fokontany et un brocanteur. Les arrestations ont été faits à la suite d’une plainte déposée au mois de février, par la Direction Régionale de l’Aménagement et des Travaux Publics (DRATP) de la région Diana. Certes, pour le ministère de tutelle, il faut mettre fin à ces mauvaises pratiques pour assurer la durabilité des infrastructures routières.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Miaramilan’ny «ZRPS» maty nipoahan’ny basy teo amin’ny tongotra

Namoy rahalahy ny  Tafika malagasy. Tra-doza teo am-panaovana iraka ny miaramila iray kilasy faharoa nanara-dia omby very tao amin’ny kaominina Ambalanjanakomby, distrikan’i Maevatanana, afak’omaly. Latsaka ny basy teny aminy ka nirefotra teo amin’ny tongony. Naratra mafy, noezahina nentina teny amin’ny hopitaly, ity miaramila ity. Indrisy,  tsy tana ny ainy noho ny fahaverezan-dra be loatra. Miaramilan’ny « ZRPS » izy, manao hetsika fampandriana fahalemana any amin’ny faritra Maevatanana. Marihina fa na dia eo aza ny ady amin’ny fihanaky ny valanaretina “Coronavirus” dia tsy ataon’ny Tafika Malagasy ambanin-javatra ihany koa ny asa fampandrian-tany. Manao ny aina tsy ho zavatra ireo miaramila any amin’ny faritra mena mba ho fiarovana ny vahoaka. Mandiso ny resaka miely ity vondron-kery ity  amin’ny filazana fa niakatra aty an-drenivohitra avokoa ny miaramila rehetra. Nilaza ny tomponandraikitra iray eo anivon’ny tafika fa samy manana ny andraikiny avy ny miaramila. Ny « ZRPS » (Zone Rurale Prioritaire de Sécurité) dia efa mipetraka maharitra any amin’ny faritany. Ny eto an-drenivohitra kosa dia miaramila « 2éme Echelon », na ireo avy amin’ny « Bataillon Multi-missions » (BMM) avy any Imerintsiatosika. Ireo no mandray anjara amin’ny hetsika hamehana ara-pahasalamana.

Dingana. Raha tsiahivina dia nahetsika omaly ny andiany faharoa amin’ireto « BMM » ireto. Ny Jeneraly Rabenaivoarivelo Jean Claude, lehiben’ny Etamazaoron’ny tafika malagasy, no nidina ifotony nijery sy nanome toromarika azy ireo,tetsy amin’ny toby miaramila « CAPSAT » Soanierana. Tonga nanolotra fanampiana hanohanana ny miaramila ny tenany. Tapitra hatreo, hoy izy, ny dingana voalohany nataon’ireto miaramila ny amin’ny fanentanana ny olona hihiboka. Ankehitriny dia miditra amin’ny fanoroana, na ny « Action civilo-Militaire », indray ny tafika, mikasika ny lafiny ara-pahasalamana.

Ariel D.

Midi Madagasikara0 partages

Situation cruciale dans les semaines à venir

La situation de l’épidémie de coronavirus est plus ou moins sous contrôle. Les précautions sont maintenant prises en amont pour prévenir la propagation du virus. Les nouveaux laboratoires sont opérationnels et ils donnent toute latitude pour procéder aux tests de dépistage. Une certaine confusion avait régné lors de l’énoncé de résultats contradictoires. Maintenant, tout est rentré dans l’ordre. Les explications du professeur Vololotiana Hanta Marie Danielle ont permis de désamorcer ce qui pouvait dégénérer. Le pouvoir a tout de suite réagi et la distribution de tambavy CVO dans les premier et cinquième arrondissements en est la preuve.. La ministre de la Culture et de la communication a pris les devants pour montrer que le pouvoir était réactif. Dans l’ensemble, les mesures établies dans le cadre du confinement sont respectées. Les forces de l’ordre appliquent à la lettre les consignes et ne laissent rien passer, appliquant avec la même rigueur les sanctions décidées. La population est prête à suivre la voie qui est tracée en ce moment.

Sur le plan international, le coronavirus ne laisse aucun répit aux nombreux pays qui sont impactés. Les Etats-Unis, le pays le plus touché avec ses chiffres apocalyptiques. Les cas de contaminations ne descendent pas en dessous de 50.000 par jour, le président Donald TRUMP ne sait plus à quel saint se vouer. De plus, la Cour suprême lui a infligé un revers judiciaire à propos de ses déclarations d’impôts. La Cour suprême était en droit de réclamer les archives comptables du président américain. La réaction indignée du locataire de la Maison Blanche reste pour l’instant sans effet sur la suite de la procédure. Le président brésilien Bolsonaro est atteint du coronavirus. Il a reconnu qu’il devait se soigner.

La France continue son déconfinement. Il n’y a plus de retour en arrière à envisager. Le nouveau gouvernement dirigé par le gauchiste Jean Castex est classé à droite avec tous les poids lourds du parti républicain. Gérald Darmanin le ministre de l’Intérieur, Eric Dupont Moretti, le ministre de la Justice, Roselyne Bachelot présentent un casting XXXL.

Le coronavirus est toujours présent, mais les méthodes utilisées pour y faire face ont été adaptées à la situation. Les semaines à venir sont toujours aussi cruciales.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Semaine mondiale de l’Inde : Une renaissance mondiale évoquée par le Premier ministre Narendra Modi

Il est temps de parler de réveil ! C’est ce qu’a soutenu le Premier ministre indien, Narendra Modi, dans son discours du 9 juillet dernier, dans le cadre de la célébration de la semaine mondiale de l’Inde. Ce chef de gouvernement a mis en avant la compétence indienne, qui a fait ses preuves dans divers domaines d’activités, allant de la santé à la finance, en passant par les recherches scientifiques, l’industrie, etc. « L’Inde est riche en talents, désireux de contribuer, toujours prête à apprendre. Il existe une synergie bidirectionnelle qui est grandement bénéfique. Ce pays a également la capacité de se réformer et de se régénérer. L’histoire a montré que l’Inde a surmonté tous les défis, qu’ils soient sociaux ou économiques. L’Inde l’a fait dans un esprit de réforme et de rajeunissement », a-t-il déclaré. Par ailleurs, le Premier ministre a évoqué les opportunités économiques de son pays, en citant les réformes dans l’agriculture, et dans le secteur des MPME en plein essor pour compléter la grande industrie.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Le retour sur le devant de la scène du CVO

La situation qui existe en ce moment est flou. La communication du pouvoir s’est renouvelée. L’offensive médiatique de la ministre de la Culture et de la communication, accompagnée du gouverneur de la région Analamanga, a porté ses fruits. La distribution de Tambavy CVO a été un succès. La population du premier et du cinquième arrondissement s’est empressée pour recevoir sa part de caution signe que le CVO est apprécié à sa juste valeur. Cette première opération, nous dit-on, continuera dans les semaines à venir. Le pouvoir veut reprendre la main après les confusions constatées dans la communication de ces dernières semaines. Des critiques acerbes sur Facebook à propos du CVO ont terni quelque peu l’image du tambavy sur le plan international.Les internautes ont vite fait de mettre à l’index l’auteur de cette publication. C’est le contexte relativement calme que l’on connaît actuellement qui doit maintenant être mis en valeur

Le retour sur le devant de la scène du CVO

Les personnes atteintes de coronavirus sont maintenant prises en charge par des équipes bien organisées. Les protocoles sont bien établis. En principe, les malades n’ont plus aucun souci à se faire car ils suivent un traitement efficace. Le protocole établi, celui de l’utilisation du CVO, a porté ses fruits. Il faut bien qu’un jour, le peuple malagasy soit fière de ce remède propre à la Grande île. Quoiqu’en disent les détracteurs de ce remède “Vita Malagasy”. Ce n’est pas pour rien que bon nombre de pays africains ont passé et renouvelé leurs commandes de cette potion. Bien évidemment, l’usage d’autres médicaments venus d’ailleurs n’est pas exclu dans le traitement des patients atteints du Covid-19 parce que l’important c’est de sauver des vies par tous les moyens.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Stopeo ny corona : Dans les top 4 avec une quarantaine d’artistes

Le collectif « Mpanakanto malagasy mitambatra mandresy ny Covid-19 »

Voilà maintenant trois mois que Madagascar livre une bataille sans merci contre la pandémie. Depuis, les chansons fusent de partout sur le petit écran, les ondes de radio, les réseaux sociaux et les plateformes digitales. Le message est clair, « Luttons contre le coronavirus ou/et restez-chez vous ».

Sorti il y a une semaine, c’est « Stopeo ny corona » qui fait fureur. Avec plus de 60.000 vues sur youtube, diffusé en boucle sur la chaîne nationale, la composition de Jerry Marcoss, atteint ses cibles. Le collectif « Mpanakanto malagasy mitambatra mandresy ny Covid-19 » rassemble une bonne quarantaine d’artistes. Des chanteurs et de groupes, aussi populaires les uns que les autres sensibilisent la population à lutter ensemble, respecter les gestes barrières autant que possible.

Pour sa part, Le coronavirus de Mijah atteint les 10.000 vues. Le jeune homme ne lésine pas et invite ses inconditionnels à suivre le mouvement. « Tsô sepotro » des Artistes DS met en scène les stars originaires du nord du pays, et a suscité l’intérêt de pas moins de 7.000 personnes. Car la maladie n’épargne personne. Pour Shyn, la meilleure stratégie est de rester « confiné », par ailleurs il a sorti une chanson au même titre il y a deux mois. Si les artistes mettent leur art au service de cette lutte, la survie dépend de tout un chacun.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Mpivarotra omby halatra zatra lalan-dririnina : Saika hanindry dimy hetsy ariary ireo mpanao famotorana

« Lalan-kitan-kisoa » ny an-dry zalahy ireto saingy tsy nety intsony ! Olona maromaro voasambotra noho ny resaka famarotana omby halatra avy any Anosibeanala, amidy aty an-drenivohitra no saron’ireo zandary tany amin’iny faritra iny. Tamin’ny famotorana azy ireo dia niaiky tsara izy ireo fa omby halatra saika hamidiny. Ary tao anatin’izany dia nanatonta vola dimy hetsy ariary izy ireo, saika homena ireo zandary mpanao famotorana ho tambin’ny famotsorana azy ireo sy mba ho fandravonana ny raharaha. Soa ihany fa tsy jamban’ny vola ireto mpitandro filaminana …

Ny sabotsy lasa teo dia roa lahy saika handeha hivarotra omby halatra no tra-tehaky ny zandary tao Antandrokomby Anosibeanala. « Efa fomba ratsin’ireto olona ireto mihitsy izany, hoy ny fampitam-baovao azo. Satria dia isan-kerinandro dia omby halatra am-polony maro avy any amin’ny kaominina Antandrokomby sy Ambalanomby, samy ao amin’ny distrikan’Anosibeanala, no entin’izy ireo hamidy any Andramasina (Analamanga) na Antanifotsy (Vakinankaratra), izay tsy mandalo ireo sampan-draharaha manaramaso ny taratasin’omby ». Tamin’ny fahatratrarana ireto roa lahy ireto dia efa niezaka ny « hifampiraharaha » tamin’ireo nahatratra azy ireo saingy tsy niraharaha izany ireo zandary fa mbola nanohy ny famotorana hatrany. Afak’omaly dia mbola nisy olon-kafa voasambotra naman’izy ireto ihany. Mbola nanao ny fanaony izy ireo, ka teo no nanambazany ireo mpanao famotorana io vola voalaza etsy ambony io. Efa zava-panao tokoa angamba e … Voalaza fa nandray ny andraikiny teo anatrehan’izany kolikoly izany ny manamboninahitra iray ary nampiantso avy hatrany ireo tompon’andraiki-panjakana tany an-toerana ho vavolombelon’ny zava-nisy. Notanana avy hatrany ry zalahy ireto ka ambonin’ny famarotana halatra, izay voalazan’ny lalana fa mitovy heloka amin’ny mpangalatra ihany, izay hanenjehana azy ireo, dia mbola niampy izao fikasàna hanao kolikoly izao ihany koa ny vesatra hanenjehana azy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Album : Deszo Dorado offre du « Good Vybz »à ses Inconditionnels

Militant culturel, Dezso fait partie de la jeunesse consciente malgache.

Plusieurs jeunes talents sortent de leurs tanières pour exprimer leur sentiment dans leurs œuvres. En effet, ces dernières décennies, le nombre des jeunes chanteurs augmente. Deszo Dorado est l’un de ces artistes qui sort du lot. Après des années caché dans sa chambre en Allemagne, ce membre de BJ Label est en train de préparer son nouvel album. La jaquette sera composée de douze chansons. « Ce sera mon premier album car on m’a toujours suggéré d’en sortir un, mais cela ne m’a jamais intéressé… je suis arrivé à un moment de ma vie où je veux faire une mise au point, alors j’ai finalement décidé de le produire« . Intitulé « Good Vybz », l’opus de Deszo sera un arc-en-ciel musical composé de rythmes effrénés, de mélodies langoureuses et surtout de passion et d’espoir. Effectivement, des chansons comme « M. président », « Kara pirate », « Personal miss » et « Nosy be » y figureront… Ce dernier titre a fait déjà le tour de la Grande Île et inondé les réseaux sociaux. Deszo relate dans ses paroles son attachement à Nosy-Be Hell-Ville. En fait, c’est sous les cocotiers de l’île aux parfums que ce jeune homme charismatique a écrit ses premiers textes.

« J’ai toujours écrit des poèmes et des textes de chansons, sans les chanter, depuis mon enfance à Nosy-Be. Mais c’est depuis 2005 que j’ai commencé a enregistrer mes premiers morceaux« .

A part cet album, le chanteur a promis des surprises pour ses fans. « Je réaliserai des featuring avec des grands artistes malagasy« , a-t-il promis. Ce n’est pas la première fois que Deszo collabore avec des artistes talentueux. Il y a cinq ans passés, il a réalisé un featuring avec la chanteuse de RnB, Lil C. « Lil C et moi, on s’est connu à Rome en Italie alors que j’étais en vacances chez ma sœur. On avait déjà entendu parler l’un de l’autre musicalement, mais on ne s’était jamais vu. Alors quand on s’est rencontré, je lui ai proposé la chanson intitulé « Salimaya » que j’avais écrite pour dénoncer la prostitution des mineurs à Madagascar. Elle était tout de suite enthousiaste. Elle était impatiente de chanter le refrain« . « Salimaya »figure parmi les chansons engagées en 2015.

L’album de Deszo fera bouger les têtes de ses inconditionnels en cette période de crise sanitaire. Un moyen pour lui de détendre ses compatriotes frustrés de la situation actuelle.

Iss Heridiny/ Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Maintirano : Nifandona indray ny fokonolona sy ny andian-dahalo, roa tamin’ireo farany azo sambo-belona

Na ny mijery an-dry zalahy ireto aza dia mampitahotra … Maloto akanjo, miravaka ody hatrany an-tampon-doha ka hatrany am-paladia, ary tsy vitan’izay fa tsy menatra ny mandatsa-drà sy mamono amin’ny alalan’ireo fitaovam-piadiana eny am-pelatanany.  Na izany aza anefa, tsy nihemotra ihany koa ireo fokonolona, vonona hatramin’ny farany hiaro ny fananany nohariany an-taonany maro, noho ny fampianarana sy ny fanentanana nataon’ireo mpitandro filaminana.

Raikitra ary ny fifandonana mahery vaika teo amin’ireo mponina tao amin’ny fokontany Ampoza, kaominina Antsaidoha Bebao, distrikan’i Maintirano, sy ireo andian-dahalo tonga nanafika ny tananany ny alarobia lasa teo. Saika hangalatra omby anaty vala ireo dahalo tamin’io fotoana io, saingy nivonon-kiaro izany fananany izany ihany koa ireo fokonolona tao an-toerana. Nisy ny fifamaliana tifitra sy ny toraka zava-maranitra tamin’io andro io. Noho ireo traikefa efa nampianarin’ireo mpitandro filaminana tany an-toerana dia nisy tamin’ireo olon-dratsy no voan’ireo fokonolona. Tsy nisy nanombinana kosa ny avy aty amin’ireto farany. Vokany, tsy afa-nitsoaka niaraka tamin’ireo namany intsony izy ireo ka noraisim-potsiny teo. Efa fantatra anarana sy toerana niaviana kosa ireo namany hafa, niara-nanafika tamin’ireo fotoana io, hoy ny fampitam-baovao azo. Tetsy an-danin’izay dia nisy basim-borona « calibre 12 » sy ody gasy maromaro azo teny am-pelatanan’ireo malaso ireto. Nandritra ny fifandonana moa dia fantatra fa efa nampandrenesina ny zandary tany amin’iny faritra iny ary efa tonga ara-potoana tany an-toerana nanampy tosika ny herijikan’ireo fokonolona hiady amin’ny tsy fandriam-pahalemana. « Nomena fankaherezana sy fankasitrahana ny fokonolona mba tsy hisalasala hampilaza avy hatrany amin’ny mpitandro ny filaminana sy hiaro tanàna raha misy tranga fanafihana ». Noraisin’ireo mpitandro filaminana tamin’izay moa ny tohin’ny raharaha ary efa mandeha ny fanaovana hazalambo ireo tafatsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Judo – Fetra Ratsimiziva : Son retrait décalé en 2021

Ainsi, Fetra Ratsimiziva a décalé d’un an son retrait vu qu’il ambitionne encore de participer aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2021. Ce report des J.O lui donne une chance d’être qualifié après son opération de genou à deux reprises. «  Je me sens de taille pour ces qualifications. Comme je ne suis plus tout jeune, ce serait en quelque sorte un dernier baroud d’honneur. Je veux mettre les bouchées doubles après ce confinement avec l’aide de mon club depuis 2010. Maintenant que je travaille après avoir terminé mes études en 2017 et devenir aujourd’hui éducateur sportif d’un centre pour mineurs isolés. Je mettrai toute mon énergie dans le judo », a précisé le porte-drapeau malgache aux JO de Londres 2012 lors de sa dernière interview avec Midi Madagasikara. En effet, cette saison avait bien démarré pour lui en obtenant le certificat « Oly », délivré aux membres de l’association des Olympiens (WOA). Mais comme dans les autres disciplines, le Covid-19 a aussi mis le judo en pause. Pourtant Fetra Ratsimiziva espère, bientôt, pouvoir reprendre ce sport de kimono, c’est ce qu’il a publié sur sa page Facebook.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Don d’équipements de l’AIEA pour Madagascar : Les techniques dérivées du nucléaire pour combattre l...

L’augmentation du nombre de tests Covid est extrêmement importante dans la lutte contre l’épidémie.

Une contribution de 11 millions de dollars des Etats-Unis, à titre de contribution volontaire, a été remise à l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) pour prêter assistance aux efforts de cette Agence et pour combattre l’épidémie de Covid-19 dans le monde. Madagascar figure parmi les pays bénéficiaires de cette aide. C’est dans ce cadre que l’AIEA a envoyé des équipements dans divers pays, dont Madagascar, pour leur permettre d’utiliser des techniques dérivées du nucléaire et détecter rapidement le coronavirus, à l’origine du Covid-19. Le financement américain bénéficiera à 80 pays qui ont demandé le soutien de l’AIEA pour lutter contre cette maladie qui fait rage dans le monde actuellement.

RT-PCR. Le rôle de l’AIEA pour lutter contre le Covid-19 vient de son expertise et de son expérience dans la détection des épidémies de certaines maladies virales, en utilisant des techniques dérivées du nucléaire pour les diagnostiquer. Cette technique est connue sous le nom de Real time RT-PCR, ou Réaction en chaîne par polymérase de transcription inverse en temps réel, qui permet d’identifier le virus du Covid-19 en quelques heures. Madagascar, en tant que pays bénéficiaire, recevra un ensemble d’équipements standard de RT-PCR, consommables, amorces et sondes pour une rapide détection du Covid-19. Chaque pack standard de kits RT-PCR venant de l’AIEA est suffisant pour 2.000 échantillons de tests approximativement; davantage de consommables peuvent être achetés pour continuer à utiliser l’équipement RT-PCR.

 Bénéficiaires. Des pays d’Afrique, d’Asie, d’Europe, d’Amérique Latine et des Caraïbes sont les bénéficiaires de ces soutiens. Une douzaine de laboratoires recevront des équipements de diagnostic, des kits, réactifs, et consommables de laboratoires pour accélérer les tests extrêmement importants pour contenir l’épidémie. Ces pays recevront également des fournitures de biosécurité, telles que les équipements de protection individuelle (EPI) et des cabinets de laboratoires pour sécuriser les analyses des prélèvements collectés. D’autres livraisons d’équipements sont également prévues dans les prochaines semaines vers d’autres  pays qui en feront la demande.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Voiture volée aux 67 ha : Deux individus dont un receleur, incarcérés à Antanimora hier

Deux individus impliqués dans un vol de voiture, sont placés en détention préventive à la Maison centrale d’Antanimora après avoir été présentés au Parquet du Tribunal de Première Instance d’Antananarivo hier. En réalité, cette affaire remonte à trois semaines quand un particulier est venu porter plainte auprès de la brigade criminelle de la police nationale à Anosy (BC) pour signaler la disparition de sa voiture de marque Rexton de couleur noire dans le quartier des 67 ha. Dans sa déposition, le plaignant affirme qu’un homme de ses connaissances lui a demandé de louer cette voiture pour une durée déterminée. Après négociation, les deux parties se sont mis d’accord et la location est contractée. A la date d’expiration de la location, son contractant n’a pas restitué la voiture. Il n’était plus joignable. Saisie de l’affaire, la 3e section de la BC a alors ouvert son enquête. Ce qui a permis d’arrêter le suspect à Analalava. Il était surpris en possession de quelques fausses cartes d’identité. Des pièces qui confirment que la police a fait avec un véritable malfaiteur. La poursuite de l’enquête a révélé que la Rexton a été reprise par un receleur, résidant dans la Capitale, pour 13 millions d’Ariary qui l’a repeinte et a modifié son numéro d’immatriculation. Mais cela n’a pas empêché les policiers et le propriétaire de l’identifier. En effet, cette voiture a été complètement modifiée quand elle a été retrouvée par la police chez le receleur qui a été finalement arrêté. Durant leur interrogatoire, les deux présumés voleurs de voiture auraient tous reconnu les faits qui leur sont reprochés.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

9e Jeux de la Francophonie : Report validé par le CPF

Le Conseil permanent de la Francophonie a donné un avis favorable à la tenue des 9e Jeux de la Francophonie du 19 au 28 août 2022 à Kinshasa.

Deux ans. Les 9e Jeux de la Francophonie se tiendront finalement du 19 au 28 août 2022 dans la ville de Kinshasa, en République Démocratique du Congo. Le rendez-vous est finalement fixé dans deux ans. C’est suite aux recommandations du Conseil d’orientation du Comité International des Jeux de la Francophonie(CIJF), le Conseil Permanent de la Francophonie (CPF) a donné un avis favorable à la tenue des 9e Jeux de la Francophonie du 19 au 28 août 2022. Présidé par la Secrétaire générale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, le Conseil permanent de la Francophonie s’est réuni pour sa 110e session les 8 et 9 juillet en mode visioconférence. « En tant qu’ancienne athlète de haut niveau ayant participé aux nombreux jeux et surtout la Francophonie, je trouve que la décision de reporter les 9e Jeux de la Francophonie est une bonne option, non seulement pour les athlètes, mais aussi pour tous les gouvernements des pays membres de l’Organisation Internationale de la Francophonie. Les athlètes auront l’occasion de préparer dans les meilleures conditions », a souligné Rosa Rakotozafy, Directeur général des sports auprès du ministère de la Jeunesse et des Sports et point focal des Jeux de la Francophonie à Madagascar. Ce grand rassemblement de la jeunesse, des artistes et des sportifs francophones sont initialement prévus se disputer en août 2021, les Jeux ont été repoussés d’un an car ils coïncident avec les dates du report des Jeux Olympiques de Tokyo suite à la crise planétaire du coronavirus. C’est par le truchement du ministre d’État, ministre de la Coopération, Intégration régionale et Francophonie, Pépin Guillaume Manjolo, après consultation du Président de la République Démocratique du Congo, Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi, à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété sur la quasi-totalité de la planète qui a bouleversé la tenue des événements internationaux. Les athlètes et les nations membres de l’Organisation Internationale auront encore 48 mois pour se préparer avant de se retrouver dans la capitale congolaise. Ce report est considéré comme un soulagement pour la RDC. Plusieurs disciplines seront au programme des jeux à savoir l’athlétisme (h/f, 18-35 ans), le basket-ball féminin (18-25 ans), le football masculin (moins de 20 ans), le handisport, l’athlétisme (h/f, 18-35 ans), le judo (h/f, 18-25 ans), les luttes : lutte africaine et lutte libre (h/f, 18-30 ans), le tennis de table (h/f, 18-21 ans), le cyclisme sur route (h:19-25 ans; f: 19-35 ans) et des disciplines d’animation en plus des concours culturels.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Asa fisolokiana : Hotsaraina amin’ny septambra ilay komisera

Natolotra ny fampanoavana misahana ny raharaha momba ny kolikoly ny alakamisy teo ary nidoboka am-ponja eny Antanimora ilay kaomisera. Amin’ny 7 septambra ny andro hitsarana azy etsy Anosy. Komisera iray izay niasa teo anivon’ny biraon’ny hery vonjy taitra iray any amin’ny faritra avaratry ny nosy no nosamborina noho ny fitorian’olon-tsotra. Teto an-drenivohitra no natao ny fanadihadiana azy, izay niafara tamin’ny fitazomana vonjimaika azy etsy Antanimora. « Heloka voafaritra ao amin’ny fehezan-dalàna famaizana no nanenjehana azy. Ny polisim-pirenena dia tsy natao ho fialokalofan’ny olon-dratsy (…) ary tsy ekena ny fifampiarovana na kiantranoantrano eo anivony, satria manimba endrika azy eo imason’ny vahoaka izany », raha araka ny fizaram-baovaon’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka momba ity raharaha ity. Mbola notohizany fa : « tsy anavahana andraikitra, tsy hijerena galona, fa rehefa vandana dia kary ary tsy maintsy mizaka ny sazy vokatry ny heloka nataony. Isan’izany ity komisera ity ». Isan’ny nampahafantarina ny fisian’ny laharana an-telefaonina 034 15 367 20 ho an’ny olon-tsotra izay mahita tranga fandikan-dalàna ataon’ny polisy na koa manatona ny sampan-draharaha mpanara-maso ny asan’ny polisy etsy Anosy (IGPN).

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 361 nouveaux cas hier ,dont 341 à Antananarivo

1 nouveau décès, 361 nouveaux cas, dont 341 à Analamanga en 24h. Tel est le dernier bilan de l’évolution de l’épidémie de Covid-19 présenté, hier. 

La région Analamanga continue de voir affluer les patients atteints du Covid-19, au point d’ouvrir de nouveaux centres de traitement. Hier, 361 nouveaux cas ont été recensés, dont 341 à Analamanga, 16 à Antsirabe et 1 à Andapa, portant à 4.143 le nombre total de cas confirmés à Madagascar depuis le début de l’épidémie. Quatre laboratoires ont relevé ces 361 nouveaux cas du 9 juillet 2020, sur un total de 816 tests. Il s’agit des laboratoires de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) qui a identifié 111 cas positifs à Antananarivo, et aucun au laboratoire mobile à Toamasina, le tout sur un total de 221 tests dont 9 effectués à Toamasina et le reste, effectué à Antananarivo. Le Centre d’infectiologie Charles Mérieux (CICM), a réalisé pour sa part, 74 tests et identifié 39 cas positifs. De son côté, le Laboratoire d’Analyses Médicales Malagasy (LA2M) a réalisé 344 tests et identifié 143 cas positifs. Enfin, le laboratoire de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) a effectué 177 tests dont 61 se sont révélés positifs. A ces quatre laboratoires s’ajoutent les tests GeneXpert réalisés dans les laboratoires de diverses régions : 14 tests à l’hôpital mère-enfant de Tsaralalàna dont 7 se sont révélés positifs, et 9 tests GeneXpert à Toamasina avec aucun résultat positif.

 Formes graves, décès et guérisons. On déplore par ailleurs, un nouveau décès du Covid-19, rapporté hier, portant à 34 le nombre de décès à ce jour. Quant aux formes graves, les patients en situation de complication sont actuellement au nombre de 49 dont 29 soignés à l’hôpital Joseph Raseta Befelatanana (HJRB) ; 45 au CHU Anosiala ; 1 à l’hôpital de Fenoarivo et 4 à celui d’Andohatapenaka. Plus aucune forme grave n’est observée à l’hôpital d’Andrainjato à Fianarantsoa. Au chapitre des guérisons, on en a dénombré 233 hier, dont 46 à Antananarivo et alentours, et 170 dans la région Atsinanana, traités à domicile, ainsi que des guérisons à l’hôpital au nombre de 11 à Moramanga ; 5 à Andohatapenaka et 1 à Arivonimamo. Ces nouvelles guérisons portent à 2.183 le nombre total de patients rétablis jusqu’ici. Au total, 27.504 tests PCR ont été réalisés à Madagascar depuis le début de l’épidémie.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Métanire soutient « Black Lives Matter »

Métanire et Minnesota United FC rendaient hommage à George Floyd.

Dans le football, comme faisaient les grandes équipes avant leurs matches, l’international malagasy Romain Métanire avec son club Minnesota United FC ont aussi affiché leur soutien au mouvement « Black Lives Matter », qu’on traduit par « La Vie des Noirs compte ». A l’occasion du retour de Major League Soccer (MLS) avant-hier à Orlando, ils militent contre le racisme et soutiennent vivement ce mouvement. En effet, les joueurs et les membres du staff sur le banc avaient rendu hommage à George Floyd en levant les poings droits pendant 8 mn 46”.

Environ 15 à 26 millions d’Américains ont participé aux récentes manifestations contre le racisme et les violences policières dans tout le pays. Ce qui a fait probablement le mouvement de protestation le plus important de l’histoire qui a duré plus d’un mois et qui continue jusqu’à aujourd’hui. Pour rappel, le premier match de Minnesota dans ce tournoi est prévu le 12 juillet face au Sporting Kansas City.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Nouveau centre de traitement Covid-19 : Colère et inquiétude des riverains

Le Lycée Technique Alarobia va bientôt prendre en charge les malades du covid-19.

La mise en place des centres de traitement de covid-19 auprès des quartiers provoque la crainte de nombreux Tananariviens. Une peur légitime vu le manque de communication autour des décisions gouvernementales et de la facilité de propagation de la maladie.

« Je suis cerné par les cas de covid-19, depuis 15 jours une petite clinique en plein centre-ville de Tananarive reçoit tous les jours des malades en état grave ». Publication d’un internaute malagasy sur le réseau social Facebook pour faire état de la peur des Tananariviens vis-à-vis de la mise en place des centres de traitements des malades du Covid-19 dans les quartiers de la Capitale. Les centres de traitement en question sont en effet, éparpillés dans les quartiers de la Ville des Mille. Des initiatives motivées par le renforcement de la capacité d’accueil du système de santé publique dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 selon les responsables étatiques. Et dans cette optique, l’Etat se projetterait de mettre en place d’autres centres de traitement de covid-19 dans tout Tana. L’ouverture prochainement desdits centres au Lycée Technique et Professionnel d’Alarobia et au Palais des Sports Annexe Mahamasina a d’ailleurs, été avancé par le président de la république lors de l’inauguration du centre de traitement covid-19 auprès du centre de commandement opérationnel (CCO) Ivato, hier. Ce qui suscite de vives réactions chez les Tananariviens qui ne comprennent pas le choix du gouvernement de « faire rapprocher les cas positifs présentant des formes graves de la population » avec les risques que cela implique. « Est- ce normal qu’une petite clinique puisse recevoir chaque jour son lot de malades graves ? Ne serait-il pas normal que ces genres de malades soient gérés dans des hôpitaux loin des habitations ? », s’est demandé l’internaute auteur de la publication.

Alarobia. L’étonnement de la population d’Ivandry et d’Alarobia a suscité de vives réactions dans les réseaux sociaux. De farouches partisans du pouvoir y ont trouvé une opportunité de pointer du doigt leurs éternels opposants. Certains ont même cité le parti HVM comme « cerveau » de l’initiative de la population qualifiée de « opposition aveugle aux décisions des dirigeants actuels ». Joint au téléphone, Velo Ghislain, journaliste d’un organe- frère et non moins habitant d’Ivandry a donné une autre version des faits. « L’information selon laquelle le Lycée Technique et Professionnel d’Alarobia sera transformé en centre de traitement des malades du covid-19 a circulé depuis presque une semaine dans notre quartier. Un groupe de fokonolona a donc voulu en avoir le cœur net et a décidé de s’entretenir avec le président du Fokontany pour lui demander des informations sur quelques points. Entre autres : la sécurisation du site pour éviter la propagation de la maladie et l’infection des habitants du quartier, la limitation de l’accès au site et d’une éventuelle fuite des malades… Bref, les questions étaient surtout axées sur la sécurisation du quartier ». Ce à quoi le président du fokontany n’aurait pu répondre d’après notre interlocuteur. Si l’idée de renforcer la capacité d’accueil du système de santé dans la lutte contre le Covid-19 est une initiative louable, prendre les mesures afin de limiter autant que possible les risques est vivement recommandé.

Jose Belalahy