Les actualités Malgaches du Jeudi 11 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara71 partages

2 avions affrétés par l’Etat : 613 supporters s’envolent pour Le Caire

613 supporters des Barea des Madagascar ont rejoint le Caire ce matin pour assister au match de quarts de finale.

Une forte présence des supporters des Barea sera observée ce jour au stade international du Caire.

Après la victoire contre la République Démocratique du Congo lors des huitièmes de finale, le président Andry Rajoelina a annoncé que l’Etat va affréter deux avions pour les quarts de finale. Chose promise chose due. Conformément à cette promesse, deux avions se sont envolés pour Le Caire tôt ce matin. Deux Boeings 737 de la Compagnie Air Madagascar. Les deux avions ont quitté l‘aéroport international d’Ivato à 8h. Le premier a transporté à son bord 300 passagers tandis que le deuxième avion comptait 313 passagers. Au total donc, 613 supporters des Barea vont assister au match des quarts de finale qui aura lieu aujourd’hui au stade international du Caire. Par rapport au match des huitièmes de finale, le nombre des supporters ayant décidé de faire le déplacement pour l’Egypte afin d’assister à cette rencontre historique a augmenté. Pendant deux jours, les fans des Barea se sont bousculés au bureau de la Compagnie Air Madagascar à Analakely pour remplir les formulaires d’inscription. L’inscription, la distribution des billets et la préparation des paperasses pour la demande de visa se sont prolongés jusqu’à tard dans la soirée d’hier. A l’exception de quelques invités du président de la République Andry Rajoelina, tous ceux qui vont participer à ce déplacement ont payé la somme de 2 200 000 Ariary (11 millions de Fmg) nécessaire pour le voyage. Ce budget couvre le billet d’avion, la restauration pendant le séjour en Egypte et le ticket d’entrée au stade du Caire.

« Dona miverina ». Finalement, la Présidence de la République et la Compagnie Air Madagascar qui co-organisent le voyage ont opté pour la formule « dona miverina ». En effet, le vol retour est prévu pour demain vendredi pour les supporters des Barea. Comme ce fut le cas lors du match des quarts de finale, ils vont quitter Le Caire juste après le coup de sifflet final. Cependant, en cas de victoire de l’équipe nationale, synonyme d’une qualification pour les demi-finales, les supporters auront certainement droit à fêter la victoire avec les joueurs avant de retourner au pays. Il convient de noter que le président Andry Rajoelina et sa famille seront présents au stade international du Caire ce jour pour assister au match des quarts de finale. A l’allure où vont les choses, le nombre de supporters malgaches qui s’envoleront pour l’Egypte risque de tripler en cas de qualification pour les demi-finales.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

Décentralisation : Vers un réel transfert de pouvoirs et de compétences

Le Premier ministre était entouré hier de cinq membres du gouvernement

Une réunion sur l’état de lieux de la décentralisation et de la déconcentration à Madagascar s’est tenue hier au Palais de Mahazoarivo sous la direction du Premier ministre Ntsay Christian.

Primo, délégation de pouvoir de décision aux responsables territoriaux pour leur permettre de prendre dans l’immédiat des initiatives, face aux éventuels problèmes au niveau de leurs localités, sans devoir attendre des solutions venant du pouvoir central . Secundo, indépendance par rapport à la décision d’acquérir les matériels nécessaires à la réhabilitation des infrastructures locales en fonction des besoins, du développement de la Région et des aspirations de la population. Et tertio, autonomie budgétaire en ce qui concerne l’utilisation des ressources propres à la Région qui doit disposer de structures indépendantes de gestion et respecter la transparence.

Redevabilité. Ce sont les trois points développés par le Premier ministre Ntsay Christian qui a insisté sur la redevabilité tout en soulignant que chaque Région devrait avoir la faculté de bénéficier des avantages tirés de ses propres richesses naturelles. C’était hier à Mahazoarivo où a eu lieu une réunion sur une nouvelle lecture politique de la décentralisation à Madagascar , avec la participation des ministres Tianarivelo Razafimahefa (Intérieur et Décentralisation) ; Hajo Andrianainarivelo (Aménagement du Territoire, Habitat et Travaux Publics) ; Christian Ramarolahy (Postes, Télécommunication  et Développement Numérique) ; Roger Rafanomezantsoa (Sécurité Publique) ; et Jacques Randrianasolo (Justice). Etaient aussi de la partie, des hauts responsables en charge de la décentralisation et de la déconcentration.

La SGG a constaté de visu, l’état d’avancement des travaux de construction d’une station d’eau potable du côté de By Pass.

Nouvelle politique. La réunion a dressé l’état des lieux des instruments juridico-techniques opérationnels sur l’effectivité de la décentralisation et de la déconcentration à Madagascar. Et ce, dans la perspective de la mise en œuvre d’une nouvelle politique assurant un réel transfert de pouvoirs et de compétences, répondant aux exigences de développement et, en adéquation avec la vision du président de la République et la Politique Générale de l’Etat (PGE). Le PM a fait savoir que l’objectif repose sur le développement rapide et durable du pays, la décentralisation étant l’un des moyens pour y parvenir.

« Sosialim-bahoaka ». Par ailleurs, la Secrétaire Générale du Gouvernement (SGG) Rondro Lucette Razanadrainiarison a visité hier, une station de distribution d’eau potable à Amoron’Akona By Pass, afin de constater de visu l’état d’avancement des travaux dont l’exécution relève du ministère de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, en collaboration avec la Jirama. En effet, suite aux problèmes d’approvisionnement en eau de certaines parties de la ville d’Antananarivo, liés à la capacité limitée de la Jirama, le gouvernement a initié un projet d’urgence de construction d’une station de distribution d’eau comme solution à court terme. Les zones faibles situées sur l’axe Ambohimangakely seront alimentées par la station, dont la mise en service est prévue à la fin du mois d’août. La SGG qui représentait le PM,  a demandé aux responsables des travaux d’honorer leur engagement car il y va de l’amélioration du « sosialim-bahoaka », un des « velirano » présidentiels.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara10 partages

Crazy Months by Sourc’In Voyage : Dubaï, à seulement 2 700 000 ariary

Sourc’In Voyage s’efforce de donner au plus grand nombre, l’occasion de découvrir Dubaï, une destination de rêve.

En partenariat avec Air Mauritius, Emirates et  Sky International Company, Sourc’In Voyage continue d’offrir des voyages de groupe de très grande qualité,  avec des prix qui défient toute concurrence. Cette fois-ci, l’objectif est de permettre au plus grand nombre de découvrir facilement la destination Dubaï.

Le voyage de luxe à petit prix. C’est encore et toujours le concept pour Sourc’In Voyage. Le leader incontesté du packaging va encore frapper un grand coup avec le « Crazy Months », qu’il organise pour les mois d’octobre novembre et décembre prochains.

Pack. Les trois derniers  mois de l’année 2019 promettent en effet d’être fastes pour Sourc’In Voyage, qui va offrir ce qui sera probablement le voyage de luxe le moins cher du marché, pour la destination Dubaï. Le pack est proposé à seulement 2 700 000 ariary, y compris  le  service visa, le billet d’avion, les transferts aéroport – hôtel, les transports en ville, l’hôtel avec petit déjeuner buffet. Et bien évidemment, toutes  les activités pour découvrir Dubaï sous toutes les coutures. Pour ne coter, entre autres que Dubaï Mall, Dubaï City Tour, le Désert Safari Tour, le Dancing Fountain Show, le Ferrari World… Et si les  passagers veulent faire une journée à l’Ile Maurice au retour, le coût supplémentaire est de seulement 400 000 ariary toujours avec la formule « tout compris ».

300 places. L’offre qui s’étalera donc d’octobre à décembre, totalise  en tout 300 places, à raison de 50 passagers par vague. En tout cas, ce voyage de luxe à petit prix est rendu possible grâce à la collaboration entre Sourc’In Voyage et ses partenaires de toujours : Air Mauritius, Emirates, mais aussi Sky International Company dont le premier responsable était récemment en mission à Madagascar. « On dispose maintenant d’un accord avec Sky International Company, lequel va nous permettre d’offrir d’autres services très intéressants »,  explique un responsable de Sourc’In Voyage qui, une fois de plus, réserve de très agréables surprises lors de ce « Crazy Months », dont les détails sont disponibles dans l’encart publicitaire en page 2 de ce numéro, et sur la page facebook de Sourc’In Voyage, mais également dans le bureau de Sourc’In Voyage, à Akoor Digue.

R.Edmond.

Midi Madagasikara6 partages

Football – CAN : Les Barea prêts à dévorer les Aigles tunisiens

Les Barea joueront avec le maillot rouge.

Les Barea de Madagascar seront aux prises avec les Aigles de Carthage de la Tunisie, ce soir à 22 heures, au Stade El-Salam au Caire. Ils sont en quête du ticket pour le carré final de cette Coupe d’Afrique des Nations.

Ils ne sont pas prêts d’arrêter leur si belle aventure à mi-parcours. Les hommes de Nicolas Dupuis en veulent encore plus. Ils sont insatiables, à la recherche d’un nouvel exploit, et veulent rallumer cet élan de solidarité qu’ils ont créé.

11 juillet 2019.Un nouveau jour pour le football malgache, où les Barea disputeront pour la première fois de leur histoire, les quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Vainqueur du Ghana aux séances de tirs aux buts, les Tunisiens, adversaires des Barea, ont eu un jour de repos en moins.

Surprenant. Comme tout le monde, le coach des Aigles de Carthage, Alain Giresse, a été surpris du parcours des protégés de Nicolas Dupuis. « C’est un adversaire tellement surprenant. Le plus délicat est de rester concentré. La fatigue reste visible sur le plan physique, sur le rythme de la récupération. C’est dessus qu’on va travailler. Leur CAN est déjà réussie. Ce match est difficile à jouer et à appréhender. On respecte l’équipe malgache, et on est prévenus, vu leur résultat », a souligné le coach de la sélection tunisienne. Reconnaissant le talent des joueurs malgaches, Alain Giresse trouve l’équipe malgache plus technique que physique. « Ils jouent avec beaucoup de simplicité et d’efficacité. Ils sont forts dans le domaine de la récupération des ballons. »

Récupération. Face à la deuxième meilleure équipe africaine, Madagascar aura également fort à faire, mais la bande à Carolus est plus que motivée à rééditer ce qu’ils ont réalisé depuis. L’équipe tunisienne n’a toujours pas vraiment trouvé son rythme dans cette compétition. « L’état d’esprit ne va pas changer, ça va continuer car c’est l’une de nos forces pour réussir », a fait savoir Carolus Andriamahitsinoro, lors de la conférence de presse d’avant-match, hier. Avec 19 joueurs sur les 23 sur la liste qui ont déjà joué, Nicolas Dupuis reste encore prudent sur sa future composition. « Il y a des blessés et des malades. La fatigue se fait ressentir car on allait au bout des choses. Depuis le début de la compétition, on a joué avec le cœur. Notre entraînement est basé sur la récupération », a déclaré le technicien français.

Nicolas Dupuis et Carolus Andriamahitsinoro, lors de la conférence de presse d’avant-match hier.

VAR. L’assistance vidéo à l’arbitrage (VAR) a fait sa première apparition hier, lors des deux premiers matchs des quarts de finale. « Je n’ai pas à juger les arbitres et je ne le ferai jamais. J’espère que l’utilisation de la VAR n’impactera pas l’arbitrage avec des cartons rouges bêtes », a répondu Nicolas Dupuis, à la suite d’une question sur l’entrée de cet arbitrage vidéo pour la première fois dans une compétition de football africaine. Lors d’une séance avec un arbitre de la CAF mardi à l’hôtel JW Marriott, où est logée l’équipe, les joueurs étaient à l’écoute et n’ont pas hésité à poser des questions sur d’éventuels litiges. « Il faut toujours être concentré, il ne faut pas trop penser à ça. On va juste jouer notre jeu », a conclu Carolus. Ce soir à 22 heures, les 25 millions de Malgaches de par le monde attendront encore beaucoup plus de leurs héros qui les ont fait vibrer depuis déjà vingt jours. Les Barea joueront avec le maillot rouge contre les Aigles ce soir. Impossible n’est pas malgache, et Alefa Barea !

T.H

Midi Madagasikara5 partages

« Tiako i Madagasikara ». Vers le boycott des municipales et communales

Le TIM, par le biais de sa secrétaire générale, appelle les congressistes à venir nombreux les 12 et 13 juillet prochains (Photo : Yvon Ram).

Le parti « Tiako i Madagasikara » (TIM) entamera son congrès national les 12 et 13 juillet prochains. C’est ce qui a été annoncé hier, au quartier général du parti, à Bel’air, par la secrétaire générale, Olga Ramalason.

Restructuration. Durant ce congrès, les participants procèderont à la réorganisation du parti. En l’occurrence des changements de têtes, de statuts et du règlement intérieur. « Cette restructuration est plus qu’indispensable actuellement. Au niveau du règlement intérieur, par exemple, elle consiste à éviter la transhumance. En effet, nous ne sommes pas sans savoir que nombreux ont été ceux du parti TIM qui ont retourné leurs vestes », souligne Olga Ramalason. Pour le TIM, l’organisation de ce congrès national est synonyme de l’existence du parti. En effet, la loi sur les partis politiques exige de ces derniers, bien évidemment, la tenue d’un congrès national au moins une fois tous les cinq ans, et une déclaration d’existence qui atteste de cette dernière. Autrement, c’est la radiation sur le registre national des partis politiques.

Boycott. Mais ce n’est pas tout. Le congrès national sera l’occasion pour le parti de se prononcer sur les affaires nationales, en l’occurrence les dernières élections présidentielles et législatives, et celles qui vont venir très prochainement : les municipales et les communales. « Les dernières élections présidentielles et législatives ont été truffées d’irrégularités. Des fraudes ont été constatées et des détournements de voix ont eu lieu. De fausses cartes d’identités nationales  ont été utilisées lors du scrutin et, les listes électorales sont loin d’être exactes et exhaustives. Les résultats sont, de ce fait, biaisés. Sur ce point, le TIM soutient que si nous continuons d’utiliser les mêmes listes électorales pour les prochaines municipales et communales, point n’est besoin d’organiser les élections. Il suffit que le gouvernement désigne les Maires qui l’enchantent. Et si c’est toujours les mêmes listes électorales que l’on utilise, le TIM va boycotter ces élections », indique la SG. Sur ce point, le TIM exige des révisions spéciales des listes électorales.

Opposition. Par ailleurs, nous ne sommes pas sans savoir que le TIM a déposé auprès du ministère de l’Intérieur la semaine dernière, la déclaration officielle relative à son statut d’opposant. « Jusqu’à maintenant, nous attendons le récépissé y afférent qui tarde à venir », informe Olga Ramalason. Elle qui n’a pas cessé de réitérer que « le régime actuel a besoin d’opposants forts, agissant dans la légalité et qui sont prêts à dire la vérité au peuple ». Toujours dans cette optique, le parti propose l’idée d’un « shadow cabinet », dont la mission est de surveiller les activités des ministères et la réalisation des missions qui leur incombent. Ce « shadow cabinet » peut également donner des conseils et « le TIM, en tant qu’opposant, ne sera guère complice du  gouvernement », précise Olga Ramalason. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara5 partages

Université de Fianarantsoa : De belles avancées dans la mise en pratique du système LMD

1. Une vue aérienne du campus d’Andrainjato2. Le président de l’Université de Fianarantsoa, Rafamantanantsoa Fontaine3. Daniel, étudiant M2 en économie4. Hermione Ursula, étudiante en 3è année en Sciences Sociales.5. Présence massive des étudiants à la cérémonie d’investiture du président de l’Université de Fianarantsoa, vendredi dernier.6. Le bâtiment baptisé « Kianjan’ny Serasera sy ny LMD »7. Au cœur d’un espace boisé se trouve une autre nouvelle infrastructure baptisée « e-atiala ».

Plus de 40 ans après son ouverture, en 1977, du temps de la seconde République, alors qu’elle était encore un CUR (Centre Universitaire Régional), l’Université de Fianarantsoa peut aujourd’hui s’enorgueillir d’être la première université publique malgache,en passe de réussir son passage vers le système LMD. Depuis le début des années 2010, et notamment depuis 2016, l’établissement a fait un grand bond en avant en matière d’infrastructures et de connectivité, avec la mise en place de plusieurs espaces connectés à la disposition des étudiants pour leurs recherches. L’actuel président de cette université, Rafamantanantsoa Fontaine, nouvellement investi pour un second mandat de trois ans, vise plus haut et mise toujours sur la bonne gouvernance pour parvenir à améliorer davantage la qualité de formation et du volet recherche, ainsi que de la vie estudiantine dans le campus d’Andrainjato. 

Ce qui était au départ un grand défi, à l’image de ce qu’expérimentent toutes les universités de Madagascar, est en train de prendre forme et de devenir une réalité. Le basculement incontournable vers le système LMD (Licence-Master-Doctorat) semble plutôt bien marcher pour l’Université . Plus connu pour son  Ecole Nationale d’Informatique (ENI), ouverte en 1981, cet établissement universitaire compte pourtant dix établissements, dont un Département de Médecine humaine, une Faculté des Lettres et Sciences Humaines, une Faculté de Droit, d’Economie-Gestion et des Sciences Sociales de Développement, et plusieurs autres départements, écoles et instituts, dont la très dynamique EMIT (Ecole de Management et d’Innovation Technologique) avec ses cinq mentions et l’Institut Confucius. 24.000 étudiants sont actuellement inscrits à l’Université de Fianarantsoa, qui compte par ailleurs 160 enseignants chercheurs et un personnel administratif et technique fort de 500 membres.

Ces cinq dernières années, l’Université de Fianarantsoa a connu un véritable tournant en affichant une évolution dans les domaines des infrastructures et de la connectivité. Cette initiative est rapidement victime de son succès car les installations se sont vite révélées insuffisantes en termes de débit, le nombre d’étudiants qui les utilise ne cessant d’augmenter. Il a fallu conclure un partenariat avec un second opérateur pour y remédier. Sur un tout autre volet, la mise en place du Pôle de recherche qu’abritera un nouveau bâtiment actuellement en construction, est un pas de plus vers l’atteinte de l’objectif d’amélioration du volet recherche.

Rafamantanantsoa Fontaine en bâtisseur. Depuis 2016, année où il a pris les rênes d’Andrainjato, Rafamantanantsoa Fontaine, président de l’Université de Fianarantsoa, vise haut et met  en pratique sa spécialité. Spécialiste en informatique, ce docteur HDR, entend mettre l’Université de Fianarantsoa au diapason des exigences technologiques. « Le basculement vers le système LMD ne saurait se faire sans un accompagnement numérique  adéquat et à la hauteur des besoins », soutient-il. Or, les étudiants n’en ont pas toujours les moyens. Par ailleurs, un meilleur accès au numérique et à la connexion internet facilite la mise en place de la formation hybride, comprenant une partie en présentiel, et une partie, en ligne. « Avec ce système, c’est l’étudiant qui est au centre de sa propre formation. Il permet, par la même occasion, de résoudre le problème de la capacité d’accueil. La Faculté DEGSS l’expérimente déjà et le système fonctionne bien », explique-t-il. D’où les efforts conséquents déployés par l’établissement pour appuyer les étudiants dans le domaine de l’accompagnement numérique. « Tous les établissements ont contribué  à l’acquisition des équipements et c’est cette mutualisation des ressources tirées des recettes propres de chaque établissement, qui a permis à tous de bénéficier des retombées des investissements », a-t-il expliqué. Initiateur de sept axes stratégiques pour mener sa barque et accompagner le LMD, Rafamantanantsoa Fontaine parle d’orientations prioritaires vers la formation, la recherche, l’accompagnement numérique, l’employabilité des étudiants, la bonne gouvernance, la visibilité et enfin, la paix sociale. Un énorme défi qui ne fait pas peur à ce leader né, à qui l’on doit la mise en place des nouvelles infrastructures et de l’accès au numérique. Accessible et d’un abord facile, Rafamantanantsoa Fontaine affirme vouloir poursuivre sur cette même lancée, ou mieux, enclencher la vitesse supérieure. Sa clé du succès réside sans doute dans sa grande capacité d’écoute et sa célérité dans la concrétisation des idées.

La vie estudiantine au campus d’Andrainjato. Les étudiants à l’Université de Fianarantsoa proviennent de toutes les régions de Madagascar. Daniel Fred, étudiant en M2 en filière Economie, a étudié à l’Université de Toamasina. Plutôt bien intégré depuis qu’il a… intégré le campus d’Andrainjato, il y a deux ans, cet originaire de Bealanana dans la région Sofia, apprécie le calme d’Andrainjato au niveau de la sécurité. La connexion internet haut débit du campus, il apprécie au plus haut point. « On paie 1000 ariary pour une heure de connexion, en dehors de l’espace connecté (ndlr, espace baptisé Kianjan’ny Serasera sy ny LMD) ».Dans la cité universitaire,  cependant, il retrouve des difficultés déjà rencontrées dans son ancienne université et cité universitaire, à quelques exceptions près. « Le système d’attribution des logements universitaires, devrait être assaini, mais je pense que c’est très difficile à concrétiser, vu le poids des associations régionales dans le système. De plus, la vente et achat de logements d’étudiants, pratique courante également dans d’autres universités, se perpétuent ». A Andrainjato, les logements se monnaient jusqu’à 900.000 Ar.

Quant à Hermione Ursula, jeune étudiante de 20 ans, en troisième année en Sciences Sociales à la Faculté DEGSS, la vie estudiantine est plutôt calme. Originaire de la SAVA, elle a choisi Fianarantsoa pour éviter la vie trépidante d’Antananarivo. La mise en place du LMD représente pour elle un avantage. « La baisse des heures en présentiel me pousse à des recherches beaucoup plus poussées ».  Fille unique,elle n’a qu’une idée en tête : aller loin dans les études. L’école doctorale, elle l’envisage déjà. Son seul problème, le froid de Fianarantsoa qui « n’est pas très compatible » avec son état de santé !

Hanitra R.

Midi Madagasikara5 partages

Joueurs étoiles : Barea, les idoles de ces dames

Fontaine, Adrien, Gros, Ilaimaharitra et Métanire, ces beaux hommes des Barea.

Quand les Barea deviennent glamour, affolent les demoiselles du pays, et deviennent des stars comparables aux idoles de la musique… Adrien, Lalaina, Anicet et compagnie sont en train d’asseoir la représentation masculine malgache.

Au-delà des valeurs civiques : abnégation, maîtrise technique, sacrifice… les Barea de Madagascar sont en train de mettre les pieds dans la culture du glamour. Trois noms reviennent souvent, auprès des dames surtout : Adrien Melvin, le gardien de but malgache, Marco Ilaimaharitra, buteur efficace, et Lalaina Nomenjanahary, homme-clé du système de jeu. A eux trois, ils compileraient presque la totalité les déclarations d’amour des demoiselles conquises du pays sur les réseaux sociaux. Quand le sport devient glamour, voilà un des ingrédients de ce qui provoquera sans doute le « réveil » malgache de l’après-CAN 2019.

« Je sais que tu es déjà pris, mais cela ne me fera pas reculer… je t’aime Adrien », signale une « facebookeuse ». Questionnée sur qui est le meilleur joueur des Barea, une autre n’hésite pas à s’étaler sur « les abdominaux d’Anicet et le charme de Lalaina ». Tandis qu’une autre éprise sur les réseaux sociaux que Marco « ne soit pas encore marié officiellement ». Entre le sérieux et l’admiration, il est difficile de faire la distinction. Il faut bien reconnaître que du temps de l’Antiquité, la représentation masculine, que ce soit dans les récits historiques, les œuvres d’art etc., c’était l’homme dans des prouesses héroïques dans la guerre, déclinées ici dans le sport… Ou les prouesses physiques dont Hercule en est l’exemple le plus populaire.

Trio de tête. Pour le top 3 des joueurs les plus adulés des demoiselles chez les Barea, Adrien occupe le haut du podium. Jeune, talentueux, sauveur, bel homme, sans doute assez équilibré financièrement, fiancé à une jolie femme… il cristallise un idéal masculin. De plus, il a la réputation d’être le coiffeur du groupe. Ce côté humain ne fait qu’amplifier son aura auprès de ces dames. En deuxième position se trouve, Marco Ilaimaharitra. Du haut de ses 23 ans, il représente l’espoir des demoiselles en quête du prince charmant. Son but salvateur face au Burundi, sur un coup franc, a marqué les esprits et les cœurs. Il a sûrement comme atout sa jeunesse. En troisième position se trouve Lalaina, ou « Bolida ». Quand il arrive à répondre en anglais et en français aux journalistes internationaux, c’est toutes les filles d’Eve malgaches qui veulent investir son camp. « Regardez notre sportif, il a aussi quelque chose dans la tête », s’émoustille une quadragénaire sur Facebook.

Le talent à hauteur humaine, la jeunesse utile et une tête bien pleine… les femmes malgaches veulent des hommes victorieux, surtout si c’est pour la gloire de Madagascar. Le pays est en train d’assister à « l’extension visuelle de la célébrité », termes utilisés par Nathalie Heinich dans son article « La consommation de la célébrité ». D’autant que les Barea sont encore loin de la « marchandisation » de leur image, à l’instar des Ronaldo, Messi, Drogba… tout cela est sans doute en train de se fabriquer. Il ne serait pas étonnant de voir, un de ces quatre matins, un Adrien apparaître dans une annonce sur une marque de téléphonie mobile. Ou encore, un Lalaina pour une marque de voiture. Pour l’instant, leur prouesse insuffle surtout des valeurs légitimes au « peuple ». Tandis que le groupe tient encore le premier plan, les individualités dans toutes ses formes ne sont pas encore à mettre sur le tapis.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara5 partages

Informations agrométéorologiques : Des calendriers culturaux accessibles via les téléphones mobiles

Toutes les parties prenantes à la réalisation de cet outil d’aide à la prise de décision.

Madagascar n’est pas épargné par les impacts du changement climatique. Cela se fait sentir, notamment au niveau du secteur agricole.

Pour pouvoir s’y adapter, le Projet Adaptation des chaînes de valeur agricoles au changement climatique (PrAda), le ministère en charge de la Météorologie, à travers la direction générale de la Météorologie, et le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), ont collaboré ensemble pour mettre à la disposition des paysans des informations agrométéorologiques adaptées à leurs besoins. Ainsi, « des calendriers culturaux sont désormais accessibles à tous les agriculteurs dans toutes les 22 régions de l’île via les téléphones mobiles. Quatre filières ont été priorisées pour le démarrage de ce projet. Il s’agit du riz pluvial et sur le bas fond, du maïs, de l’arachide et du gingembre », a déclaré le ministre de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, lors de son lancement officiel hier à Ampandrianomby.

Appels gratuits. Concrètement, il suffit d’appeler la hotline 3-2-1 opérée par Airtel pour obtenir toutes ces informations agrométéorologiques, incluant d’autres conseils agricoles en messages vocaux. « Les appels sont gratuits six fois par mois via le numéro 3-2-1 pour les abonnés d’Airtel, et ce, quelle que soit la durée de chaque appel. C’est forfaitaire à 200 ariary à partir du 7e appel. En revanche, les abonnés des autres opérateurs peuvent y accéder en appelant le numéro 033 33 00 321, et ce, avec un tarif d’appel normal. Depuis la mise en œuvre effective de cet outil vendredi dernier jusqu’à hier, nous avons reçu plus de 6 000 appels », a expliqué Mamitiana Ramiarambololona, Product Manager de la société VIAMO, partenaire de PrAda. Notons que pour les quatre spéculations priorisées, des messages spécifiques à chaque région sont élaborés. Et les informations agrométéorologiques changent tous les mois. A moyen et long terme, les calendriers culturaux, accessibles sur la hotline 3-2-1, seront actualisés chaque année  par le ministère de tutelle, la direction générale de la Météorologie, et le centre de recherche FOFIFA, avant le début de la grande campagne culturale vers le mois de septembre, sur la base des nouvelles prévisions.

Améliorer la performance. Selon le directeur pays de la GIZ (Agence de coopération internationale allemande pour le développement), l’accès aux informations agrométéorologiques par les petits producteurs localisés dans les zones rurales enclavées constitue une grande première à Madagascar. Ce qui permettra ainsi d’améliorer la performance des acteurs des chaînes de valeur agricoles particulièrement vulnérables au changement climatique. En fait, « le défi de ce changement climatique ne touche pas uniquement les affaires politiques et économiques, mais il y a aussi des répercussions à moyen terme sur les migrations internes et internationales. C’est ainsi dans notre intérêt de stabiliser notre avenir en profitant de tous les moyens issus des coopérations internationales », a soulevé l’Ambassadeur d’Allemagne par intérim.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Pollution à Antananarivo : Les solutions ne manquent pas

La ville d’Antananarivo est connue pour ses ordures qui jonchent le sol de ses quartiers.

Antananarivo figure parmi les villes les plus polluées du monde. Un fait qui n’est plus à démontrer. Il suffit juste de parcourir les quartiers de la capitale malgache pour s’en apercevoir.  Surtout celle causée par le trafic automobile. Visible, réelle et ayant un impact sur la santé des habitants de la ville des mille, la pollution de l’air impacte considérablement la santé en général. Il conviendrait de noter que la pollution revête diverses formes. Pollution de l’eau, de l’air, d’intérieure causée par les gaz des réchauds à charbon et une mauvaise aération des maisons ou encore pollution du sol, contribuent à « l’apparition de maladies respiratoires, au retard de croissance, aux naissances prématurées, à la malnutrition, aux maladies émergents comme les cancers, au retard mental ». La pollution a également un impact sur la scolarité des enfants. « Elle contribue à l’absentéisme à l’école », a-t-on lancé durant l’atelier de sensibilisation sur le problème de la pollution et de son impact sur les enfants à Madagascar, hier. Premier en son genre et organisé de concert par l’Unicef et l’ONG Pure Earth, l’évènement était l’occasion pour les parties prenantes qui y ont participé d’avancer des solutions. Entre autre la conscientisation de la population sur les problématiques, l’amélioration des mesures de la pollution de l’air, ou encore des initiatives de changement de comportement. Le renforcement et le durcissement de l’arsenal législatif et réglementaire, la reconversion vers les énergies renouvelables, l’amélioration du parc auto et du parc industriel, ou encore la réduction du tabagisme figurent également parmi les solutions avancées par les participants à l’atelier.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Fihaonan’ny Barea sy ny ekipa toniziana : Polisy 1350 no hitandro ny filaminana eto Antananarivo

Mba hisorohana ny fihoaram-pefy  mety hitranga  mandritra ny fihaonan’ny Barea sy ny ekipam-prenena  toniziana anio alakamisy any Egypta dia polisy 1350 no hahetsika mba hitandro ny filaminana eto Antananarivo-Rénivohitra sy ny manodidina. Nisongadina izany nandritra ny fanambarana nataon’ny tale jeneralin’ny Polisim-pirenena sy ny talen’ny kabinetran’ny Minisitry ny Filaminam-bahoaka tamin’ny mpanao gazety, omaly. Izany no natao dia mba hialana amin’ny toy izay niseho tamin’ny alahady alina teo, izay nahitana fihetsika nanembatsembana ny fifamoivoizana na dia tsy dia nahitana fanimban-javatra na korontana goavana aza. Hiatrana am-bava-basy, na « consigniés »  avokoa ireo polisy eto an-drenivohitra anio alakamisy. Nohararaotin’ny tale jeneralin’ny Polisim-pirenena ihany koa ny andro omaly mba hilazana fa efa eo am-pikarakarana ny fandoavana ny tambin-karama ho an’ireo polisy niasa nandritra iny fetin’ny 26 jona iny. Efa azo ny vola hanaovana izany izay voalaza fa 10 000 alina isam-batan’olona, hoy izy.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Pollution marine par les hydrocarbures A quand la mise en place du tribunal compétent ?

Séance de formation aux actions de réponse, en cas de déversement d’hydrocarbure dans la mer.

Les règlements des cas de pollution marine par déversement d’hydrocarbure se font actuellement à l’amiable sur la Grande Île, faute d’organisme capable de juger et de sanctionner les responsables des faits.

Le cas du naufrage du navire Mykonos, en 2016 à Faux Cap, rappelle le manque d’institution capable de statuer sur les cas de pollution marine par déversement d’hydrocarbure à Madagascar. Une situation qui n’est pas bénéfique pour le pays, étant donné que pour ce cas précis, les règlements se sont faits à l’amiable, sans pour autant que la région concernée n’en ait suffisamment profité. Des données recueillies auprès de l’OLEP, ou Organe de Lutte contre l’Evénement de Pollution Marine par les hydrocarbures, font savoir que « la ratification par Madagascar, en 2011, des conventions relatives à la responsabilité civile sur le déversement d’hydrocarbure, la convention sur le fond international des hydrocarbures, et la convention portant coopération en matière de lutte contre la pollution marine par les hydrocarbures en 2001, impose la mise en place d’un tribunal compétent capable de juger les cas ». Devant être de la responsabilité du ministère de l’Environnement et du Développement Durable, en collaboration avec le ministère de la Justice, « la mise en place devrait se faire suivant le principe du pollueur-payeur ». Les données de l’OLEP font également savoir que  « les jugements et décisions pris auprès du tribunal à mettre en place, sont valables au niveau de tous les Etats parties aux conventions en question ». Une source fiable de noter que « des efforts ont été menés en 2016, sans pour autant avoir des résultats concrets jusqu’ici ». La source de renchérir «  un magistrat a été dépêché par le ministère de la Justice dans le cadre de la mise en place du tribunal. Aucune information n’a depuis été sortie concernant cette démarche ».

Constants. Avec ses 5 000 km de côtes, Madagascar s’expose continuellement à des risques de déversement d’hydrocarbures. En effet, les données recueillies auprès de l’OLEP démontrent que « près de 7 000 navires parcourent chaque année le Canal de Mozambique et de l’Océan Indien ». Les mêmes données de préciser que « huit navires qualifiés de « ultra large » – pouvant transporter 300 000 à 500 000 tonnes de marchandises – circulent chaque jour dans les zones sus- cités ». Ce qui constitue un danger quasi constant d’évènements de déversement d’hydrocarbure pour les côtes malgaches, composées de mangroves et de récifs coralliens. Et les cas existent si l’on se réfère aux dires d’un responsable, auprès de l’OLEP, qui a préféré taire son nom. Ce dernier de signifier « Faux Cap, situé au Sud de Madagascar, par sa nature d’autoroute maritime, est souvent touché par les cas de déversement ». Madagascar dispose, par ailleurs, d’un plan de lutte régionale, sous régionale et nationale, permettant de faire face à de tels cas. « Leadé » par l’OLEP, les initiatives de lutte consistent à prioriser la protection des zones présentant des intérêts écologiques, économiques et touristiques. Lesdites actions consistent également à contenir et disperser les hydrocarbures déversés. Pour l’heure, l’organisme responsable des réponses continue, tant bien que mal, de protéger les côtes malgaches des dangers qui les guettent tous les jours. Et ce, malgré le manque de moyens auquel il fait face. Si bien que la peur monte facilement lorsque l’on pense à un cas comme l’AMOCO CADIZ de Mars 1978, qui a provoqué une marée noire de 400 km.

José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Renforcement de la sécurité dans la ville d’Antananarivo pour le match de quart de finale ...

A l’occasion du match de quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations opposant Madagascar aux Tunisiens, la police nationale a tenu à expliquer leurs stratégies pour assurer la sécurité. En effet, des agents de police seront présents dans les endroits les plus inondés de monde. Le responsable au niveau de cette institution a affirmé que tous les règlements sur la circulation et pour les bars seront maintenus.
Des agents de police seront également postés dans chaque recoin de la ville pour régler la circulation après le match. Tout conducteur d’automobile sera contraint de respecter les codes de la route comme il se doit.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Point de presse sur la position du parti TIM à l’assemblée nationale.

Le 10 Juillet, la Secrétaire Générale du parti Tiako I Madagascar, Olga Ramalason, a officialisé sa position d’opposant au niveau de l’assemblée nationale. Avec 16 voix sur 151, le TIM demeure le seul opposant officiel sur tout le territoire malagasy, avec un statut légal. Leur rôle principal serait donc d’apporter des idées variées et diversifiées pour un meilleur développement du pays.
Un congrès pour démontrer la force du parti aura lieu les 12 et 13 Juillet prochains. L’élection des membres de bureau ainsi que la révision du règlement intérieur sera l’ordre du jour. D’après la secrétaire générale, l’opposition n’est pas de la haine envers le pouvoir mais une manière de faire évoluer le pays.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Les problèmes de délestage résolu à temps.

A quelques minutes de la quart de finale de la Coupe d’Afrique des Nations durant laquelle Madagascar jouera, la JIro sy Rano Malagasy a annoncé le retour à la normale de l’électricité. Suite à l’éclatement de plusieurs câbles, certains habitants de la ville d’Antananarivo n’ont pu suivre le dernier match des Barea de Madagascar.
10 localités en périphériques de la ville ont bénéficié de nouvelles infrastructures en électricité dont Ambohidratrimo, Antanetibe Ivato, Ambatolampy ou encore Namontana. Pour éviter la surconsommation, la JIRAMA incite ses utilisateurs à réduire l’utilisation de leurs appareils électriques. Il est préférable de ne pas utiliser les appareils à forte consommation tels que les fours ou encore les friteuses, durant le match.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: les Barea font la fierté de tout le peuple malagasy.

Depuis quelques jours, surtout après que Madagascar est sorti en tête de pool surtout après la qualification en ¼ de finale, le peuple Malagasy présente leur fierté envers les Barea sous diverses formes. Les maillots Barea se vendent en masse, tant pour les tous petits que pour les adultes.
Au marché, divers goodies se vendent fortement : des photos des joueurs de Barea, des porte-clés avec leurs photos ou encore des autocollants avec le logo de l’équipe. Que ce soit dans les œuvres caritatives ou dans les publicités, les Barea de Madagascar sont devenus un emblème national. Certains restaurants utilisent même le nom et les photos de l’équipe pour leurs plats. Avant le coup d’envoi du match face aux tunisiens, les déguisements envahissent les rues.
Madaplus.info0 partages

Madagascar sort de la CAN la tête haute.

Madagascar a déjà gagné sa Coupe d’Afrique des Nations. Le premier point avec le match nul contre la Guinée, ou encore les premiers trois points contre le Burundi, la victoire face au Nigéria mais surtout accéder aux quarts de finale en éliminant la République Démocratique du Congo. Pour une participation à la CAN, atteindre un tel niveau est déjà une victoire. Madagascar a été l’équipe surprise de cette compétition.
Eliminés en quart de finale face aux tunisiens par 3 buts à 0, la bande à Ima ont eu du mal à défier la Tunisie au 25e rang mondial. L’expérience tunisienne a parlé. Pour les supporteurs, les Baréas de Madagascar ont déjà gagné leur CAN. Ils seront surement accueillis avec les honneurs à leur retour au pays. En effet, les protégés de Nicolas Dupuis ont marqué l’histoire de la grande île.
Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna mifehy ny harena an-kibon` ny tanyNankatoavin` ny HCC ny fanitsiana azy

Efa tamin` ny taona 1999 no nisy io lalàna io saingy tsy mifanaraka amin` ny vanim-potoana ankehitriny.

 

Betsaka ihany koa ny vola tsy tafiditra tao anaty kitapom-bolam-panjakana ka nisy fanavaozana an` io lalàna io ka nisy ny didy hitsivolana no raisin` ny filohan` ny repoblika hamenoana ny hanovana ny andininy sasantsany. Ny andininy 216 kosa no nasian` ny didy hitsivolana fanovana ka nanaovan`ny HCC fanamarihana. Araka ny fampitaham-baovao teo anivon` ny HCC fa ny hevin-dehibe ny lalàmpanorennana dia hampiarina amin`ny rehetra ny lalàna na dia eo aza ireo rafitra tsy miankina amin`ny mpampihatra lalàna izay tokony hantefa amina toe-draharaha iray mitranga manokana. Ao amin` ny and. faha-3 nasiana fanovana dia milaza fa raha voahefa ny sazy ara-bola amin` ny tsy fifanarahan-dalàna iray ka mitarika amin`ny fanagiazana fananana dia tsy mihatra avy htrany izany fa miverina eo no eo ihany ny fananana raha vao mandoa onitra ilay olona. Ny ministeran` ny harena an-kibon` ny tany no manapaka ny famerenana ny fananana nogiazana aorian` ny fangatahana an-tsoratra ataon` ilay tompony eo anivon` ny misnitera voakasika ity. Voafaritra ao amin` ity and. fahatelo ity fa voafaritra ao anaty fotoana raikitra ny fanagiazana ny fananana azo amin` ny tsy ara-dalàna ireo. Noho izany azo hampiarina avy hatrany ity ny didy hitsivolana lah 2019-09 izay manova ny andininy sasantsany ao amin` ny lalàna lah 99-012 tamin`  ny 19 aogositra 1999 momba ny lalàna mifehy ny harena an-kibon` ny tany ary azon` ny Filoham-pirenena hanan-kery. Raha Madagasikara manokana no jerena dia tsy lanin` ny Malagasy raha ny harena an-kibon` ny tany, ka anjaratntsika no tokony hahay handrindra izany satria harena tsy miverina io, izay lany dia tsy azo soloina. Malaza moa eto Madagasikara hoe misy harena be an-kibon` ny tany ka mila fanovana goavana ny lalàna mifehy ny harena an-kibon` ny tany, mba ny Malagasy no hahazo tombontsoa amin` izany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Toby famatsian-drano AmoronankonaHo vita amin`ny volana aogositra ny asa

Nitsidika ny toerana anorenana toby famatsian-drano madio teny Amoronankona, manamorona ny lalana « By-Pass », omaly ny Sekretera jeneralin’ny governemanta,

Ramatoa Razanadrainiarison Rondro Lucette, hijery ny fandrosoan’ny asa fanamboarana; asa izay tanterahina eo ambany fiahian’ny minisitera misahana ny rano, ary iarahana miasa amin’ny orinasa Jirama. Noho ny fahatongavan’ny Jirama amin’ny fetra fahafahana mamatsy rano, izay niteraka olana ara-pamatsiana amina faritra maromaro eto amin’ny tananan’Antananarivo, dia nampihatra tetikasa fanamboarana fotodrafitrasa ho an’ny fahamehana, hanampiana amin’ny famatsian-drano, ny governemanta, ka io no heverina hamahana ny olana ao anatin’ny fotoana fohy. Araka izany dia hamatsy an’ireo faritra tsy ampy rano eny Ambohimangakely ity toby ity, ary vinavinaina ho vita amin’ny faran’ny volana aogositra ny asa rehetra. Inoana fa tena hitondra voka-tsoa mivaingana eo amin’ny fiainam-bahoaka izao fanapahan-kevitra noraisina izao, ary raha toa ka mety, dia hampiasaina amin’ny faritra rehetra eto an-drenivohitra. 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovan-gazety

Tsy kely lalana tokoa ny ratsy ary mampametra-panontaniana hoe mpanao gazety tokoa ve sa tsia no nahavita naka finday

 

ana mpanao gazety hafa ary tsy namerina izany tamin’ny tompony intsony omaly nandritry ny tafa natao tamin’ny mpanao gazety iray tetsy Bel Air ? Araka ny nambaran’ny lasibatr’ity tranga ity moa dia mpanao gazety vitsivitsy izy ireo no teny an-toerana ary miantso ilay naka ny fananany ny tenany mba hamerina izany amin’ny tompony mialoha ny tsy hitaran’ny raharaha.

Fanohanana ny Barea

Tsy ny Malagasy irery intsony ankehitriny no manohana ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra any amin’ny CAN fa hatramin’ireo teratany vahiny ihany koa. Nisy ampahany amin’izy ireny moa no maneho ny sarin’izy ireo miaraka amin’ny fihetsika sy fanamiana entina hanambarana izay fanohanana izay.

Resaka Barea hatrany dia ilay vodilaharan’ny Barean’i Madagasikara, Thomas Fontaine, izany sisa no hany mpilalaon’ilay klioba divizionina voalohany frantsay, Stade de Reims, mandray anjara amin’izao dingana famaranana ny CAN izao. Antenaina fa hitondra fivoarana amin’ny traikefany amin’ny tontolon’ny baolina kitra izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana ny haino aman-jery manerana ny nosyAfaka 10 andro ny vokatry ny fanadihadiana

Miisa 180 hatramin’ny omaly ireo onjam-peo sy fahitalavitra tonga nanao fanambarana momba ny antontan-taratasy eo am-pelatanan’izy ireo, teny anivon’ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina.

 

 

 Tapitra omaly mantsy ny fe-potoana nomen’ny minisitera hahafahan’ireo tompona haino aman-jery manatitra eny an-toerana ny antontan-taratasim-pisian’izy ireo. Araka izany dia hiroso amin’ny fizahana tsirairay ireo antontan-taratasy ny minisitera hahafahana mijery ireo tena manara-dalàna tokoa. Tafiditra ao anatin’izany ny sivana sy ny fampitahana ireo antontan-taratasy ary ny fampitoviana azy ireo. Araka ny fantatra mantsy dia maro tokoa ireo endrika tsy fanaharan-dalàna eo amin’ny haino aman-jery. Tafiditra ao anatin’izany ny tsy fanarahan-dalàna eo amin’ny taratasy, ny fivarotana izay tsy mazava na taratasy mifindrafindra tanana, ny fiverenana misokatra indray kanefa tsy mbola nahazo famerenana akory, ary ankoatra ireo ny lafiny teknika mikasika ny halavan’ny mari-drefy, sy ny tanjaky ny “emetteur” ampiasaina.  Tsy midika akory izany ho anisan`ireo azo sokajiana fa ho ireo manara-dalàna tanteraka ireo onjam-peo sy fahitalavitra nanatitra ny antontan-taratasy manambara ny fisiany sy antom-pijoroany ireto fa tsy maintsy mbola hisy ny sivana sy fampitahana ary fampitoviana ireo antontan-taratasy ho an`ireo fahitalavitra sy ny eo anivon`ny minisitera. Nilaza ny teo anivon`ny minisitera tompon’andraikitra fa raha misy tompona orinasan-tserasera fa tsy ara-dalàna ny fahitalavitra na koa ny onjam-peony dia tokony hampiato ny fandaharana misy ao aminy izy. Tsy hakatona kosa fa hampiatoana ny fandaharana misy aloha satria tsy mety raha tsy mitovy ny mpiantsehatra rehetra. Afaka 10 andro eo moa no ho fantatra ny antontan’isa mazava mikasika izao fanaraha-maso natao izao, hahitana ireo haino aman-jery manara-dalàna sy ireo tsy manaraka ny fenitra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fametraham-bola any amin’ny bankyNatao ho an’ny olona manan-katao, fa tsy ho an’ny madinika

Maro tamin’ireo olona nanaovana ny fanadihadiana no tsy manana kaonty na mametraka vola any amin’ny banky.

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Compliance » na « Conformité » bancaireManamora ny asan’ny Bianco sy ny Samifin

Sarotra ny asan’ny Birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (BIANCO) sy ny Sampandraharaha mahakasika ny famotsiam-bola sy ny famatsiam-bola amin’ny asa fampihorohoroana (SAMIFIN).

 

Voafetra ihany mantsy ny ahafahan’ireo rafitra ireo mandray andraikitra noho ny lalàna mifehy azy ka hita ho maivana hatrany hatreto ny akony ara-toekarena. Manoloana izany anefa dia misy departemanta manampy sy manamora ny asa iandreketan’ny BIANCO sy ny SAMIFIN

Famaritana

Ny atao hoe “compliance” na “conformité” dia fitambaran’ireo asa ataon’ny orinasa iray mba ahafahany manaja ireo lalàna sy fitsipika mifehy azy sy ny fahavononany hanatanteraka izany mba hampaharitra ny fandraharahana ataony. Tany Etazonia no niatombohany tamin’ny taona 1977. Nisy ny lalàna napetraka tany an-toerana tamin’izany mba hisorohana sy hanasaziana ny fitondrantenan’ireo mpiasam-panjakana miasa any ivelan’ny firenena ka manao kolikoly. Raha ny tany Eoropa kosa dia vao haingana no natsangana io rafitra io ary ny eto amin’ny firenena afrikanina aza moa dia saika eo an-dalam-pametrahana avokoa ny rehetra. Amin’izao fotoana izao dia mirona tsikelikely amin’ny fametrahana io compliance io ny ankamaroan’ny orinasa ankehitriny na dia sarotra ihany aza ny fanatanterahana azy satria ilana tetibola eo amin’ny resaka serasera sy fampiofanana ho an’ireo mpiasa hisahana andraikitra.

Tanjona

Hanadiovana ny fizotry ny toekarena ka hahatonga azy hamokatra ho lavitry ny kolikoly no tena antony ametrahana ny « compliance ». Eo ihany koa ny fanehoana ampahibemaso ny finiavan’ireo mpandray anjara rehetra hiadiana amin’ny resaka kolikoly.

“Compliance” eny amin’ny sehatra ara-bola

Any amin’ny sehatra ara-bola no miroborobo fatratra ny compliance ka tsara raha any no hanaovana famakafakana. Tsiahivina fa departemanta iray misahana ny fampiharana ny lalàna rehetra mifehy ny sehatra ara-bola na ao anatin’ny orinasa (procédures internes) na  ny eto an-toerana na iraisam-pirenena ny “compliance” na “conformité”. Rehefa izay dia manana adidy hanao fanambarana izay zavatra hitany fa mampiahiahy izy any amin’ny sampandraharahan’ny fitondram-panjakana miandraikitra izany toy ny BIANCO sy ny SAMIFIN. Ny lalàna 2004-020 tamin’ny 19/08/2004 izao ohatra dia manery mihitsy ny orinasa ara-bola tahaka ny Banky sy ny fampindramam-bola madinika hanao fanambarana raha vantany vao miantomboka amin’ny 50 tapitrisa Ariary ny fifanakalozana ara-bola (opérations).

 

 

Ireo andraikitra iantsorohany

Solontenan’ny Banky mifandray mivantana amin’ny BIANCO sy ny SAMIFIN ny departemanta “compliance na conformité”. Ankoatra izay dia miantsoroka sy manome tanana amin’ny ady  amin’ny famotsiam-bola sy ny famatsiam-bolan’ny asa fampihorohoroana izy.

Manamafy orina ny andraikitry ny  banky izy satria

Ankoatr’ireo dia miady amin’ny Famotsiam-bola izay sokajiana ho heloka bevava ny « compliance » ary miezaka manakana ny fiaviana ara-bola tsy ara-dalàna. Eo ihany koa ny fandrarana ny hetsika ara-bola tahaka ny tranga tao Syria izay nanagiazana ny fananan'ny olona amin'ny lisitra fampihorohoroana.

Vokatry ny tsy fisian’ny departemanta « compliance »

Tena ilaina ny fametrahana io departemanta mifandray mivantana amin’ny BIANCO sy SAMIFIN io mba hanatsarana ny ezaka atao amin’ny ady amin’ny kolikoly hanatsarana ny toekarena amin’ny ankapobeny.

Nangonin’i Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Siteny Randrianasoloniaiko“Tsy maintsy henoina ny hevitry ny hafa”

Na dia manana ny maro an’isa aza ny Ird eny amin’ny Antenimieram-pirenena Tsimbazaza dia nambaran’ny depiote Siteny

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMiaritra kely !

« Izay mahari-pery no izy. Izay miaritra ihany no tafa. Miaritra no tompondaka.

 

 Tompondaka mandidy manjaka. Izay miharitra ihany no izy. Miharitra kely dia omby. Omby be tsy zakan’ialahy satria omby mifahy.” Izay ilay hira. Inoana fa na ahoana vokatra hitranga rahalina dia efa tompondaka tokoa ao am-pon’ny Malagasy tia tanindrazana rehetra ny Barean’i Madagasikara. Tsy nahavita be teo amin’ny tontolon’ny fanatanjahantena Malagasy ihany ry zalahy ireo fa vitany ihany koa ny asa sarotra indrindra tsy vitan’ny mpitondra sy ny mpanao politika teto dia ny fampiraisana hina indray ny mpiray tanindrazana. Ny manahirana dia toa ireo mpitondra sy mpanao politika nifandimby indray no lasa nitondra fisaraham-bazana sy sakana tsy nahatontosa ny fampihavanana tena izy mandrak’ankehitriny. Ny hirariana hatrany dia ny tsy hijanonan’izao ambiasy eto Madagasikara manoloana ny fetin’ny baolina kitra afrikanina izao na dia aorian’ny CAN aza fa tena mba hahita dingana ahafahana manohy iny endri-pampihavanana vitan’ireo maherifontsika any Ejipta ireo ny mpisehatra amin’ny lafiny hafa rehetra, indrindra, ny politika. Miaritra kely !

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan’Ambositra« Maika ny volavolan-dalàna momba ny tantsaha »

Teo amin’ny andraikitry ny fahefana mpanatanteraka ny tenanay teo aloha, hoy ny depiote vaovao voafidy ao amin’ny distrikan’Ambositra, Marie Monique Rasoazananera, ary ankehitriny dia mandray ny toeran’ny fahefana mpanao lalàna.

 

Isaorana Andriamanitra satria izany dia nahafahana nijery ny laharam-pahamehana amin’ny fanatsarana ny fiainam-bahoaka. Olom-boatendry aho teo, hoy izy, ary olom-boafidy ankehitriny. Ny dikan’izay dia nisy fomba fiasa naharesy lahatra ny vahoaka tao matoa aho nametrahany fitokisana. Maro ny tolo-dalàna maika tokony hatolotra eny anivon’ny antenimieram-pirenena mikasika ny distrikan’Ambositra, raha ny nambarany. Eo amin’ny lafiny sosialy, ohatra, dia ny mikasika ny tantsaha mpamokatra no voalohany. Ireo mpamboly sy mpiompy ireo dia maniry hanana hoavy rehefa antitra ka ahoana no ahafahany mahazo famatsiana hanatsarany ny fihariany ? Ny lafiny asa tanana koa, hoy izy, satria voalaza fa renivohitr’izany Ambositra kanefa tena misedra olana io sehatra io, indrindra, eo amin’ny resaka akora. Raha eo amin’ny resaka hazo fotsiny, ohatra, dia anisan’ny akora tsy maintsy hiasana io kanefa etsy an-kilany entanina ny fikajiana ny tontolo iainana. Mila apetraka koa, hoy hatrany ny tenany ny volavolan-dalàna mijery ny tontolo iainana sady mijery ny olombelona.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Heriniaina Razafindrakoto« Manana ny traikefany ny depiote TIM. »

Iny no fanapahan-kevitry ny HCC na nitsotra aza ny CENI hoe be ny tsy fahatomombanana, hoy ny mpanao politika, Heriniaina Razafindrakoto,

 

 raha nanontaniana ny heviny mikasika ny fahitany ny hoavin’ny antenimieram-pirenena amin’izao taom-piasana manaraka izao. Didy tsy azo ivalozana iny ary hisaorana azy satria tompon-teny farany izy. Nametraka ny dosie maha mpanohitra azy ny antoko Tiako I Madagasikara ary na vitsy an’isa aza izy ireo dia manan-danja ka inoana fa hihaino azy ireo koa ny maro an’isa satria tsy mety raha manao izay tiany atao fotsiny fa tsy mijery ny zava-tsy nety teto amin’ny firenena. Manana ny traikefany sy fiofanana azony ny depiote TIM, hoy ity filohan’ny tanora TIM eto Analamanga ity. Anio sy rahampitso moa dia hiatrika kaongresy ny antoko ary manentana aho, hoy izy, ho an’ireo tanora TIM mba hanatrika izany satria fotoana hametrahana ny politika sy paikady hiatrehana izao taom-pitondrana manaraka izao io ankoatra ny fananganana birao vaovao.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko mpanohitra mijoro ara-dalànaArirariran’ny fanjakana

Eny amin’ny antenimieram-pirenena Lapan’ny demokrasia no tena hahafahana milaza ny tsy mety.

Ny TIM izay manana depiote 16 no efa nametraka ny taratasy ara-dalàna maha mpanohitra azy.  Raha ny tokony ho izy ny antoko mpanohitra dia manana ny toerany ao amin’io andrim-panjakana io, manana anjara toerana filoha lefitra. Hotakiana ary hampiasainay io, hoy ny Sekretera Jeneralin’ny Antoko TIM Rtoa Ramalason Olga, ary tsy ho firaisana tsikombakomba amin’ny governemanta fa mijoro manara-maso ny fiainam-pirenena. Mety ho kabinetra manokana io, ary mety hitovy isa amin’ny minisitera ny mpikambana ao anatiny, hanara-maso akaiky ny fiasan’ny minisitera tsirairay, ary hanolo-kevitra hanatsarana ny fiainam-bahoaka hanampiana ny hevitry ny governemanta. Hatreto anefa, mbola miandry ny taratasy ara-panjakana na ny “récépissé” avy amin’ny minisiteran’ny Atitany milaza ny maha mpanohitra ara-dalàna ny TIM, izay nampanantenaina fa ao anatin’ny 3 na 4 andro no tokony hivaly, saingy tsy nivaly hatramin’izao. “Fanahy iniana ve sa tena tsy tiana mihitsy ny hijoroan’ny antoko mpanohitra ?, hoy ny TIM. Hatramin’ny fitondrana Rajaonarimampianina no tsy navoaka ny didim-panjakana mikasika ny satan’ny mpanohitra, izay voasoratry ny lalàmpanorenana ary fametrahana ny tena demokrasia. Mizotra amin’izany ihany koa ve ny fanjakana Rajoelina ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko politika VAMITokony hosaziana ireo depiote nivadika

Tsy mbola nandray ny asany akory ireo solombavambahoaka tsy miankina voafidy tamin’ny anaran’ny tenany, dia efa nivadika sahady ary nanohana ny fitondrana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tandindonin-doza ny fifidiananaMitsangana ny hetsiky ny olom-pirenena

Teraka ny “Hetsiky ny olom-pirenena miady amin’ny hosoka sy ny hala-bato amin’ny fifidianana” eo anatrehan’ny hosoka sy tsy fahatomombanana maro. Miisa 684 ny fitoriana napetraky ny kandida nanerana ny Nosy ary 77 avy amin’ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana na ny CENI.

 

Tsy nisy nojerena na iray aza ny fitoriana napetraky ny kandida rehetra, hoy i Henri Rakotomalala na Riribe isan’ireo ao anatin’ny hetsika. Fanapahan-kevitra politika ny an’ny HCC,. Tsy tomombana ny fifidianana nanerana ny Nosy ary tsy ny fifidianana depiote ihany fa hatramin’ny fifidianana filoham-pirenena, raha ny fanehoan-kevitra. Manana andraikitra ny olom-pirenena ka raikitra ny antso avo ataon’izy ireo ho an’ny olom-pirenena manerana an’i Madagasikara na antoko na kandida na olon-tsotra,… izay mahatsapa fa raha izao fifidianana amin’ny endriny hitondrana an’i Madagasikara izao dia hiteraka zava-doza ho an’ny firenentsika. Manentana ny rehetra ho avy hiatrika ny fihaonambe hatao etsy amin’ny Hotely Carlton Anosy ireo mpitarika ny alatsinainy 15 jolay. Asain’izy ireo ho avy ny fiarahamonim-pirenena, solombavambahoaka, loholona,… izay mahatsapa fa ilaina ny dinika mba hahafahana miatrika fifidianana vaovao sy madio ary milamina izy ireo ho avy eny amin’ny Carlton Anosy.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ben’ny tanànaMametraka fepetra hentitra ny TIM

Miantso ny mpikatroka manerana ny Nosy hiakatra eto Antananarivo ny antoko Tiako I Madagasikara na ny TIM ny 12-13 jolay izao

 

hiatrika ny Kongresy lehibe eny amin’ny Magro Tanjombato hanamafy amin’ny fomba ofisialy ny maha mpanohitra azy. Hanitsy ny lamina sy rafitra ao anatin’ny antoko noho ny fiovana maro tao anatin’ny 5 taona. Io no rafitra mpanapa-kevitra ambony indrindra, ka mety hisy fiovan’ny mpitantana sy ny rafitra na ny sata sy ny fitsipika hentitra kokoa hisian’ny tena etika politika toy ny tsy famadihana palitao, hoy ny Sekretera jeneraly Olga Ramalason omaly. Milaza hipetraka ho modely rahateo ny TIM. Entina hanomezana hery sy aina vaovao ho an’ny antoko taorian’ny fifidianana, ary hanomanana ny fifidianana ben’ny tanàna sy ny fomba isafidianana ireo kandida,….  Matanjaka sy manana ny maha izy azy ny TIM ka mila haseho izay heriny izay. Raha misy miezaka mivoy ny resaka valim-pifidianana teo dia aoka hazava fa tsy resy fa nangalarana ny TIM. Tena nisy ny hala-bato sy fanodinkodinana safidim-bahoaka tamin’ireo fifidianana miisa roa, ary sahinay ny miteny fa tena tsy izy mihitsy ireny, hoy hatrany i Olga Ramalason. Nohamafisiny ny hoe: nisy kara-panondro misy 1 tapitrisa mitovy kanefa olona samihafa no tompony, mpikambana latsaka tao anaty lisitra kanefa tao tamin’ny fifidianana filoha,...

Ahitsy aloha ny lisi-pifidianana

Hentitra ny Sekretera jeneralin’ny TIM nilaza fa mila ahitsy aloha io lisitra io, ary mila saziana ihany koa ireo nanao ny tsy mety, toy ireo tompon’andraikitra ara-panjakana namoaka ireo kara-panondro 1 tapitrisa tsy avy amin’ny trano pritim-pirenena, ireo nanala ireo tao anaty lisitra lasa tsy ao,… Raha ohatra ka tsy miova ny lisitra, ary tsy hahitsy ireny tsy mety rehetra fototry ny hosoka sy hala-bato ireny, dia mety tsy hiditra sy tsy handray anjara amin’ny fifidianana ny TIM, hoy izy. Baiko midina sy teritery, hoy izy, no nahatonga ny CENI sy HCC nandray fanapahan-kevitra politika tamin’ny fifidianana izay tsy mifanaraka amin’ny tena marina. Nohararaotina ilay hoe didy tsy azo hivalozana. Tsy ilaina ny fifidianana raha toa ka tsy nitsara akory ny fitarainana marobe hatrany amin’ny 684 ny HCC, ary tsy mila fifidianana raha tsy hisy ny fanitsiana ny tsy mety fa aleo  tonga dia tendrena sy apetraka izay olona tian’ny mpitondra atao eo, hoy ny TIM.

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnosizatoTratran’ny polisy ilay mpanolana vehivavy bevohoka

Ela ny ela fa tratran’ny polisy ihany ilay jiolahy iray tamin’ny telo nanendaka mpivady handeha hody alina. Nodarohan’izy ireo ilay raim-pianakaviana ka rehefa tsy nahatsiaro tena dia nalefany tany anaty tatatra.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversite IssupManao fiofanana”initiale” sy “continue” ho an’ny mpiasa sy mpianatra

Mitsinjo ireo mpiasa manana traikefa amin’ny asa ataony ka mbola te hampitombo ny fahaizany ny sekoly ambony Issup na “Institut Superieur Privé Professionnel” etsy Behoririka.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraNamboarina ireo takelaby manoro lalana

Mba hialana amin’ny fitohanana lavareny sy ho fampahafantarana ny olona sy ny mpitatitra rehetra eto Antananarivo Renivohitra amin’ny sehatry ny fifamoivoizana

dia nisy ny fametrahana takelaby famantarana samihafa na « panneaux de signalisation » izay notontosain’ny avy ao amin’ny “Direction des Transports et Mobilité Urbaine” na DTMU avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) omaly. Faritra maro no nanatanterahan’izy ireo asa tamin’izany toa an’i Manjakaray, Ambodivona, 67ha Coum. Ny station JOVENA ihany koa dia nisy ny fametahana “Panneaux d’interdiction “ an’ireo fiarabe  mihoatra ny 3,5 taonina. Teny Anosy Ambohidahy Rond point dia nosoloina « ny Panneaux d’interdiction » an’ny sarety, izay nisy nangalatra mba ho fampahafantarana ireo sarety mivezivezy eny an-toerana. Teny Ambohijatovo “Arrêt bus” Ankatso kosa dia nosoloina ireo “Panneaux d’Interdiction arrêt bus” izay nisy nanala. Ny anton’izao hetsika izao dia mba hialana amin’ny fitohanana sy ny  fanarahan-dalàna ary fampahatsiahivana sy fampahafantarana ny olona  sy ny  mpitatitra maro samihafa eto Antananarivo Renivohitra, hoy ny fanazavana.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Robert Randrianatoandro sy ny BareaTsy tokony hitsahana ny maha firenena antsika

Naneho ny firaisan'ny Hasim-piandrianana misy rehetra dia ny an'ny tany sy ny fanjakana ary ny vahoaka ny zava-misy ankehitriny noho ny fahatomombanan'ny lalaon'ny ekipam-pirenena Malagasin’ny baolina kitra any Egypta.

Tia Tanindranaza0 partages

Whabi KhazriMila arahan’ny vodilaharan’ny Barea maso akaiky

Raha mijery ny filalaon’ny ekipam-pirenena tonizianin’ny baolina kitra, indrindra, nanoloana ny Black Star ganeanina,

 nandritry ny ¼-dalan’ny amboaran’i Afrika ny alatsinainy teo dia ekipa miaro tena na hoe “defensif” ny « Aigles de Carthage ». Hatramin’izay nanaovany CAN mihitsy dia saika ny mitady sahala sy “tir au but » no tena paikady heveriny ho mahomby indrindra hahafahana mandresy. Tsy maintsy manana ny rafitra hananan’ny ekipa hafa rehetra koa izy dia ny mpiandry harato, ny vodilaharana, ny irakiraka afovoany ary ny mpanafika.  Ireto 2 farany anefa, raha ny hita hatramin’izay aloha, dia tonga amin’ilay fitenin’ny tanora hoe miandry tatireraka saingy rehefa mahita rirany tsaratsara kosa dia zava-doza. Ilay irakiraka afovoany tonizianina laharana faha 10, Whabi Khazri, no mila arahan’ny vodilaharan’ny Barea maso akaiky sy tazomina tsara raha ny fijerin’ireo mpamakafaka satria dia mahitsy daka sy manana hazakazaka mihoatra ny hafa.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

TsaralalanaMpanakalo devizy nisy nitifitra

Nitrangana asa fanafihana tao Tsaralalana akaikin’ny sekoly ENMG omaly alarobia 10 jona atoandro tokony ho tamin’ny 12 ora sy sasany. Mpivady avy nanakalo vola vahiny (devise) tao amina banky iray teny an-toerana no nisy nanafika.

 

 

Voatifitra ka naratra mafy ilay vehivavy, raha araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy. Olona nandeha môtô scooter no voalaza fa nitifitra azy tamin’ny basy poleta  ary tsy nisaron-tava. Nentina haingana teny amin’ny hopitaly HJRA Anosy izy. Hatramin’ny omaly hariva fotoana nanoratanay moa dia mbola eo am-pikarakarana azy ireo dokotera ao amin’ny hopitaly HJRA koa andrasana ny mety ho tohiny.Voatoton’ny vodi-basy kosa ilay rangahy vadiny ary voalaza fa nisy mpandalo iray hafa ihany koa voatifitra. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro ny filaminana kosa ny fikarohana ireo nahavanon-doza. Voalaza moa fa lasan’ireo jiolahy ny vola mitentina 100 tapitrisa ariary

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra ombyManampahefana maro voasaringotra amin’ny taratasy famotsiana

Efa hatramin’ny volana jona no nokarohina ireo dahalo dimy lahy.

 

 Ny herinandro lasa teo vao nifanjevo niaraka tamin’ny mpitandro filaminana avy amin'ny Borigady Andriadapy izy ireo. Nahazo fampitam-baovao mantsy ny zandary fa mihaodihaody any Ilakaka izy ireo ka natao ny vela-pandrika ary nahazoana vokatra. Tratra niaraka tamin'izy ireo ihany koa ny taratasy famotsiana omby halatra. Fantatra ihany koa fa misy tompon’andraikitra tafiditra sy voasaringotra amin'ity raharaha halatra omby ity. Raha ny loharanom-baovao any an-toerana, eo am-panatanterahana ny famotorana amin’ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany voakasika ny mpitandro ny filaminana. Tafiditra ao anaty fanadihadiana ireo manampahefana any ifotony tahaka ny any amin’ny fokontany sy ny kaominina ary ny distrika, hatrany amin’ny lehiben’ny faritra sy ireo delegem-panjakana mpiandraikitra ny boriborintany sy ny veterinera. Efa natolotra avy hatrany ny fampanoavana tao Betroka izy dimy lahy, taorian'ny famotorana nataon'ireo zandary  ary efa naiditra am-ponja vonjimaika miandry ny fitsarana azy araka ny loharanom-baovao any an-toerana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahavitan-tena ara-tsakafoEfa afaka mamantatra mialoha ny mety ho toetry ny andro ny tantsaha

Anisan’ny fosotra mbola tsy hahafahantsika eto Madagasikara mamokatra tsara ny fiovaovan’ny toetr’andro.

 

 Mety misy ranon’orana tampoka mantsy na dia vanim-potoanan’ny ririnina aza nefa mety hafana tampoka toy izao hiainantsika izao ihany koa. Nahita paikady hahafahana miady amin’izany ny Ministeran’ny fambolena sy ny GIZ izay vatsian’ny firenena Alemana vola. Nampahafantarina omaly ny fisian’ilay tetikasa “calendriers culturaux sur la hotline 3-2-1” izay hiarahan’izy ireo miasa miaraka amin’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro etsy Ampandrianomby. Tanjon’ny telo tonta amin’izany ny hahafahan’ireo tantsaha mamantatra  mialoha ny fepetra tokony horaisiny manoloana ny fiovaovan’ny toetr’andro amin’ny alalan’ny antso an-tarobia maimaim-poana miisa enina isam-bolana.  Azon’ireo tantsaha hatao araka izany ny maka toro-hevitra sy manontany raha misy ilany izany mba hahafahan’ny mamokatra mifanaraka amin’ny toetr’andro misy eto amintsika. Faritra maromaro moa no efa voakasiky ny tetikasa toy ny faritra atsimo atsinanana, Vohipeno,….raha ny fambolem-bary, voanjo, sakamalaho no kendrena hahazoana tena hahazo tombony.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fahafatesana DepioteOlon’ny fihavanana, antra ireo sahirana i Jaona Elite

« Mila iverenana ny tantara. Fony mbola nitambatra ny MAPAR na miaraka amin’ny Andry Rajoelina sy ny GPS dia nampiombona tanteraka ny teo Tsimbazaza i Jaona Elite izay maty ny alahady teo.

 

 Izy mantsy no filohan’ny GPS na Groupe parlementaire spécial. Mbola anisan’ireo mafana fon’ny PMP izy na plate-forme majoritaire présidentielle », hoy ny depiote teo aloha Henri Charles  Randriamahefa voafidy tany Moramanga teo aloha. Olon’ny fampihavanana sy ny firaisankina izy, tsy nahazaka mahita olona sahirana, hoy hatrany io solombavambahoaka namany io. Nanamafy izany ireo mponina maro be an’Atsimondrano teny amin’ny Lapan’i Tsimbazaza ka hatreny Ankatso fandevenana omaly. « Niantoka ny fandevenana ireo lavitra tanindrazana izy, ireo vehivavy rehetra didina am-piterahana ihany koa, izy no nisahana izany. Nanome zezika ny tantsaha, fitaovam-pianaran’ny mpianatra, rano fisotro madio, nanampy tamin’ny fotodrafitrasa tahaka ny  tohadrano sy ny lalana izy », hoy ireo antenne, solontenany any amin’ny fokontany.

Efa nolovainy teo amin’ny fianakaviana izany asa soa izany raha ny filazan’ny reniny. « Nanana orinasa izahay ary efa nanao asa soa tamin’ny sekoly sy ny fiangonana ka io no nanabeazana azy. Safidy ny politika fa tsy nanomana azy tamin’izany izahay, nefa tsy nanary azy kosa. Tsy sasatry ny maka torohevitra aty aminay ray aman-dreniny izy, indrindra izaho reniny », hoy i Bakoly Francine Ranoromalala, izay nilaza fa mafy ny mandevin-janaka amin’ny maha fon-dreny azy. Nomen’ny fanjakana mariboninahitra izy ka ny “Ordre de merite sportif avy amin’ny minisitera mpiahy, “Commandeur de l’ordre national” kosa izay notoloran’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena teo aloha, Jean Max Rakotomamonjy.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Randrianantenaina Jean Philbert (mpanazatra)“Lanin’i Barea tsara i Tonizia”

Azo atao tsara ny mandresy ny Tonizia…! Firy ireo ekipa goavana ary natahorana nihaona tamin’ny Barean’i Madagasikara nandritry ny lalaon’ny CAN 2019 ity, saingy,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Tinoka Roberto sy ny JIOI 2019Nanara-maso ifotony ny fampivondronana teny an-kianja

Rehefa avy nanotrona ny ekipan’ny BAREA tany Egypta tamin’ireo lalao efa nataony tamin’ny CAN 2019 ny Minisitry ny tanora sy fanatanjahatena, Atoa Tinoka Roberto.

 dia tsy nisoroka ihany koa tonga nijery ny fampivondronana an’ireo atleta hisolo tena an’i Madagasikara any amin’ny lalaon’ny Nosy (JIOI 2019) izay hanomboka amin’ny 19 jolay ho avy izao. Anisany nojereny akaiky tamin’izany ireo mpikatroka ao amin’ny taranja Volley-ball izay ahitana delegasiona miisa 28 misy mpilalao lahy (12) sy vavy (12) ary mpanazatra 04. Niaraka aminy tamin’izany koa sady nijery an’ireo foto-drafitrasa hanatanterahana ny lalaon’ny nosy amin’ny taona 2023 izay haha-kandida antsika ny filohan’ny CIJ am-perinasa sy ireo mpiara-dia aminy mitsidika an’i Madagasikara sy ny filohan’ny Komity Olimpika Malagasy.

Tia Tanindranaza0 partages

Nicolas DupuisMbola ho mpanazatra ny Barea aorian’ny CAN

Mitohy ny dia ho an’i Nicolas Dupuis sy ny ekipam-pirenena Malagasy. Hotazonina ho mpanazatra an’ny Barean’i Madagasikara hatrany ny tenany aorian’ny CAN.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ampahefa-dalan’ny CAN 2019Handrakotra ny renivohitra anio alina ny polisy 1350

Ho fitandroana ny filaminana sy ny fandriampahalemana, hidina an-dalambe ny polisim-pirenena anio alina.

Araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena manoloana ny mpanao gazety omaly atoandro teo Anosy, manoloana ny fiatrehan’ny Ekipam-pirenena Malagasy BAREA ny taranja baolina kitra ny ampahefa-dalan’ny CAN 2019 dia nisy ny fepetra manokana norasin’ny minisiteran’ny Filaminam-bahoaka mahakasika ny fitandroana ny  filaminanana anio alakamisy 10 jolay 2019. Araka izany dia polisy miisa 1350 no hiandraikitra ny filaminana eto an-drenivohitra ka  toy ny tamin’ny fotoanan’ny ampahavalon-dalana dia mbola hisy hatrany ny polisy hijoro eny amin’ireny toerana be olona ireny. Hisy ny polisy manokana hisahana ny fifamoivoizana mandritra ny alina tontolo mba hisorohana ny fitohanana. Nanao antso avo ny polisim-pirenena mba tena hiara-kientana ao anaty hafaliana sy amin’ny fifanajana ny Malagasy iray manontolo eo am-panohanana ny ekipam-pirenena Malagasy. Midika izany fa hirindra ny fifamoivoizana. Manantena ihany koa ny any amin’ny renivohi-paritra ny ho toy izany.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao goavana anioHarapaky ny Barea koa i Tonizia…

Ora sisa isaina dia ho raikitra ny fifanandrinan’ny Barean’i Madagasikara amin’ny Eagles de Carthage Tonizianina manomboka amin’ny 10 ora alina,

 

 hiady ny tapakila hiakarana amin’ny dingana manasa-dalan’ny fiadiana izay ho tompondakan’i Afrika na ny “CAN 2019”. Ambony ny finoana sy ny fanantenan’ny ekipam-pirenentsika ary vonona tanteraka handrapaka sy handavo ny mpifanandrina aminy. Ho an’ny mpanazatra Nicolas Dupuis, efa nambarany fa aleony kokoa mifanandrina amin’i Tonizia toy izay i Ghana. Efa niomana sy nitsirika ny fomba filalaon’ny mpifanandrina izy ary tena vonona tanteraka tamin’ny paikady manokana hahafaha-mandavo ny Tonizianina, izay tsy arakaraka ny maha laharana faha-2 azy eto Afrika sy faha-25 maneran-tany satria ady sahala telo no niakarany tamin’ny dingana ampahafavalon-dalana. Lalao hafa mihitsy ny anio mitaha amin’ireo mpifanandrina 4 teo aloha satria sambany isika no hifampitady amin’ny Magrebianina, izay somary mampiasa kokoa ny tranonkala hafetsifetsena fa tsy angovo be tahaka ireo mpifanandrina teo aloha. Nanana tombony 24 ora tamin’ny fialan-tsasatra sy fiomanana isika. Raha ny fanadihadiana nataon’ny Canal+ Sport momba ity CAN ity, dia laharana faha-3 eo ny herijikan’i Madagasikara hahazo ny amboara maha tompondakan’i Afrika. Ny valin’ny fanadihadiana natao mantsy dia namoaka fa 33% ny herijika ho an’i Sénégal, 22% ho an’i Algérie, 19% ho an’i Madagasikara, 12% ho an’i Côte d’Ivoire, ary 7% ho an’i Nigeria. Tsy ao anaty kajy ny Tonizianina raha io fanadihadiana io. Fanambin’ny Barea ny hibata ny amboara, izany hoe hiezaka handingana an’io vinavina io, ka ho laharana voalohany fa tsy fahatelo velively. Ny hirariana dia handresy hatrany anio, hahafaha-manohy ny dia hatramin’ny farany. Feno ny fepetra hahafahantsika mibata mandresy anio satria vonona ara-batana, ara-teknika, paikady, ara-moraly, indrindra feno firaisam-po ny Barea sy ny Malagasy tsivakivolo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ligin’ny baolina kitra any BongolavaLany ho filoha Rakotonirina Mamonjisoa

Ireo mpikambana 3 mianadahy ao amin’ny « Comité de Normalisation FMF » : Atallah Beatrice filoha sy Andriatinarivelo José filoha lefitra ary Benony

Tia Tanindranaza0 partages

Manao antso avo ny JiramaAoka mba tsy hampiasa fitaovana mahery vaika anio alina

Efa miomana fatratra amin’ny fiatrehana ny lalao baolina kitra hifanandrinan’ny ekipam-pirenena Barea amin’i Tunisie indray anio alakamisy alina ny rehetra.

 

 

Tafiditra ao anatin’izany ny fikarakarana sakafo hiarahan’ny mpianakavy  mihinana mandritra ny lalao. Miantso ny mpanjifa mba tsy hampiasa lafaoro sy fritteuse Rtoa Francesca Tsitohery, tompon’andraikitra voalohany misahana ny serasera eo anivon’ny orinasa JIRAMA anio alina mandritra ny ora roa monja. Toraka izany koa ny fampiasana jiro na fahitalavitra any amin’ny efitrano betsaka mba ho tombontsoan’ny rehetra.  Mety hiteraka ny fipoahan’ny transformateur mantsy izany noho ny fitombon’ny filàna, indrindra ho an’ireo mampiasa fitaovana mahery vaika mandeha amin’ny herinaratra. Mikasika ny fahatapahan-jiro nandalo teto an-drenivohitra sy ny manodidina nanomboka ny alahady hariva teo dia nomarihiny fa vokatry ny fampitomboana  herinaratra nataon’ny JIRAMA tamina toerana maro izay nihoatra noho ny mety indray. Tsy vitsy ireo tranon-jiro no lasa nijanona tsy niasa intsony ankoatra ireo cable teny amin’ny andrin-jiro sasany izay nitsonika tsy fidiny mihitsy. Afaka miantso mivantana ny JIRAMA moa ireo toerana mety mbola hisiana trangana fahapahan-jiro mandritra ny lalao CAN ka anisan’ireny ny 020 22 890 01.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tohanantsika hatrany

Baolina kitra, mampientam-poBaolina kitra, mampiray ihany koaBarea Malagasy, tohanantsika hatramin'ny faranyTsy maintsy mandresy no anarany.

 

 

 

 

Fehezo ihany anefa ny fihetseham-po

Fa baolina kitra io, kilalao ihany koa

Mahaiza mifaly sy mifety tsara

Ekipatsika io, reharehan'i Gasikara.

 

Betsaka no dingana efa nodiavina

Maro ihany koa ny sedra tsy azo lavina

Tsy maintsy mijoro hatrany, manao izay fara-heriny

Barea barea, mitondra avo ny fireneny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndramasinaVoaroba ny vola, voavely “bois rond” ny tompon-trano

Notafihin’ny jiolahy telo nitondra famaky sy “bois rond” ny tokantrano iray tao amin’ny fokontany Antsampanimahazo, distrikan’Andramasina, faritra Analamanga, ny sabotsy misasak’alina teo, tokony ho tamin’ny 12 ora sy 30 minitra.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Noho ny CAN 2019Mandeha tsara ny varotra “écran plat”

Nahitana fiovana tanteraka ny varotra fahitalavitra teto amintsika hatramin’ny niantombohan’ny lalao CAN 2019 nandraisan’ny ekipam-pirenena Barea anjara. Mahalafo “écran plat”

 roa isan’andro mantsy raha kely ireo tranombarotra vao nisokatra, mahatratra dimy kosa izany ho an’ireo efa nahazatra hatramin’izay. Ilay karazany 32” amin’ny vidiny 615.000 Ar no tena be mpividy indrindra raha araka ny fanadihadiana natao. Izay mividy ity karazany iray ity  mantsy ho an’ireo tranombarotra vaovao sasany dia mahazo decodeur maimaimpoana avy amina orinasa mpandefa ireny karazana fandaharana sy horonantsary avy any ivelany ireny. Tena mandeha ihany koa ny varotra antenne entina manatsara ny sary. Folo isan’andro raha kely no lafon’ireo mpivarotra mandehandeha etsy Tsaralalana ary mahatratra 20 isan’andro ny kaomandy azon’ireo orinasa manana ny marikany manokana. Manomboka amin’ny 15.000 Ar moa ny vidin’ny iray amin’izy ireny ankoatra ny cable izay manomboka amin’ny 2.000 Ar ny vidin’ny iray metatra.

Pati

La Vérité0 partages

Barea de Madagascar - Vaincus en quart, héros d'un peuple !

Même la plus belle chose à une fin. Et comme l'aventure des Barea à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019 en est une, elle s'est pourtant achevée en quart de finale. Les 120 minutes en huitième de finale contre la RD Congo ont impacté physiquement les Barea face à la Tunisie. Ils se sont finalement avoués vaincus sur un score un peu sévère, disons-le, 3-0. Des réalisations tunisiennes acquises à la 51e, 60e et 91e minute suite à des erreurs dues certainement à la fatigue entraînant dès fois des relâchements payés chers au final. C'est le cas notamment du 2e but qui a pris racine sur une perte de balle au milieu de terrain.

Quant au 3e but assassin, c'est suite à une contre-attaque alors que Madagascar était en bonne position pour porter le danger dans le camp tunisien, un fait rarissime durant les 90 minutes. C'est en effet dans la  seconde moitié de la première partie que les Barea de Madagascar semblent faire jeu égal avec leurs adversaires en créant deux occasions. Mais le portier de la Tunisie veillait au grain. Au retour des vestiaires, les Tunisiens enclenchaient la vitesse supérieure en marquant un but, jugé pourtant par l'arbitre camerounais illicite. Partie remise néanmoins avec cette ouverture du score à la 51e minute.

En dépit de cette défaite, les Barea quittent tout de même la compétition la tête haute. Pour une formation qui est à sa première participation, elle a créé la sensation à cette édition de la CAN 2019. Des trois novices à cette épreuve, la sélection malagasy est la seule à passer le 1er tour et cerise sur le gâteau, à la tête du groupe devant un grand favori en l'occurrence le Nigéria. Elle a par la suite éliminé de la compétition un autre cador des CAN à savoir la RD Congo. Avant la rencontre d'hier, les Barea sont restés invaincus avec un bilan d'un match nul et trois victoires. Un bilan plus que satisfaisant pour le petit poucet de cette édition 2019 de la CAN. Par trois fois, des éléments des Barea ont été désignés par les techniciens de la Confédération Africaine (CAF) comme le joueur du match. Il s'agit d'Abel Anicet, Ilaimaharitra et Lalaina Nomenjanahary. Mieux, ces deux derniers figuraient sur l'équipe type de la CAF du 1er tour. Des titres individuels associés avec une réussite collective caractérisée par la qualification au 2e tour. Une qualification qui a surpris le milieu du ballon rond africain qui sans hésiter à qualifier la sélection malagasy de la révélation de l'épreuve. La suite du parcours a confirmé ce qualificatif sans pourtant affecter l'esprit des joueurs de la Grande île. Eux qui affirment, prendre du plaisir à chaque rencontre et considèrent chaque issue favorable comme un simple bonus. Jusqu'à la fin de son parcours, la sélection nationale s'est habillée sans se résigner de ce statut d'outsider. A l'unanimité, tout le monde reconnait que les Barea de Madagascar n'ont pas à rougir, loin de là, de leur première participation à la CAN. Même si beaucoup voulaient encore prolonger ce rêve qui a démarré le 16 octobre 2018 par cette qualification sur terrain à la prestigieuse compétition du continent.

A part cette belle prestation sur gazon, les Barea ont réussi également un grand coup envers  les Malagasy de Madagascar et de la diaspora. La bande à Faneva Ima a fédéré la population et est parvenue à la faire sortir de sa pudeur légendaire. Durant toute la compétition, la prestance des Barea demeurait le sujet principal des discussions et leurs faits et gestes étaient scrupuleusement  et largement suivis et commentés sur les réseaux sociaux. Chaque malagasy vibrait au rythme de sa sélection nationale et en une quinzaine de jours, elle est devenue l'idole de tout un peuple. D'autant plus que le Président de la République, Andry Rajoelina et son épouse ont donné l'exemple en se déplaçant

en Egypte pour soutenir l'équipe nationale et assistaient aux rencontres en arborant fièrement le maillot des Barea. Le locataire d'Iavoloha s'est même permis le luxe d'affréter des avions pour que des supporteurs malagasy puissent se déplacer eux aussi en Egypte. Une grande première dans l'histoire de Madagascar

Un élan populaire sans précédent et sans limite. A preuve, même après la défaite d'hier, les concerts de klaxon continuaient dans les rues des grandes villes de Madagascar et les drapeaux malagasy ont été toujours agités comme si les Barea remportaient la rencontre. Et pourtant, ils sont éliminés et vaincus en quart de finale. Cependant, ils resteront  à jamais les héros de tout un peuple…Barea, merci pour tout !

Rata

La Vérité0 partages

Plan sectoriel de l’éducation - L’examen du CEPE finalement maintenu

Un ouf de soulagement pour la plupart des parents. Ces derniers se sont montrés réticents quant à la suppression de l’examen du CEPE (Certificat d’études primaires élémentaires), prévue dans le cadre de la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). « L’examen officiel du CEPE sera maintenu, malgré la mise en œuvre du PSE », souligne le Pr Félicitée Rejo- Fienena, ministre par intérim de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENETFP). C’était hier au Carlton Anosy, en marge de l’ouverture de la revue sectorielle conjointe du démarrage du PSE.

Cette décision ravit non seulement les parents d’élèves mais aussi les enseignants. « Ma fille pourra finalement passer son premier examen officiel l’année prochaine. Nous étions angoissés à l’idée de la  suppression du CEPE avancée ces dernières années, une décision qui pourrait impacter sur sa motivation et notre fierté. Heureusement que le Gouvernement actuel a su éviter le pire », se soulage Minosoa R., mère de famille résidant à Bemasoandro Itaosy.

Rappelons qu’au début, la suppression du CEPE aurait dû se faire depuis l’année scolaire 2017-2018, si l’on tient compte des informations évoquées durant les consultations régionales et nationales dans le cadre de la mise en œuvre du PSE, en 2016. Ce premier examen officiel a pu encore se faire en 2018 et cette année 2019, avec l’ajournement de son annulation prévu à partir de 2020. Mais au final, le CEPE est maintenu.

Vers la mise en œuvre de l’ancien calendrier scolaire ?

Outre la suppression du CEPE, le basculement du calendrier scolaire est un sujet de polémique dans la mise en œuvre du PSE. En fait, l’objectif était d’arriver à ce que l’année scolaire se fasse entre mars et décembre. Pour ce faire, la rentrée scolaire a débuté en octobre en 2017 puis en novembre en 2018 pour s’achever respectivement en juillet et août.

Les examens officiels se déroulent en juillet, aout et septembre. Ces derniers temps, les parents d’élèves et enseignants ont exprimé leurs mécontentements, notamment sur les réseaux sociaux, en critiquant ce calendrier scolaire. Selon les critiques, celui-ci est à la fois trop long et inadéquat au contexte actuel, en dehors de la dégradation des résultats scolaires. Ils ont même demandé le retour de l’ancien calendrier scolaire, appliqué depuis des années avant le PSE. « Le Gouvernement n’accepte pas le fait que les grandes vacances se tiennent durant la saison des pluies. Aussi, le cycle de 9 ans sera maintenu », avance le ministre de tutelle. Toutefois, la mise en œuvre de l’ancien calendrier scolaire sera débattue durant les 3 jours d’atelier à Anosy.

« Depuis le début de la mise en œuvre du PSE, les écoles catholiques n’étaient pas enthousiastes à l’idée d’un changement de l’année scolaire. Nous avons lutté et espérons que le calendrier scolaire reviendra à la normale, après cette revue », s’exprime le Père Guy Noel Andrianantoanianina, de la DIDEC (Direction diocésaine des écoles catholiques) d’Antananarivo.

Pour information, les 3 jours de rencontre à Anosy voient la participation de divers acteurs de l’éducation, depuis le préscolaire jusqu’à l’enseignement supérieur en passant par le primaire et le secondaire. Les membres de la société civile ainsi que les représentants des partenaires techniques et financiers y sont aussi présents. Le but étant d’évaluer les 2 premières années de mise en œuvre du PSE, y compris les réalisations, les failles et les perspectives…

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Madagascar vs Tunisie - Deux écrans géants pour le public

Une grande première pour la Grande Ile et l’équipe nationale malagasy. Tout le monde est derrière les Barea qui se sont battus pour arriver à ce stade de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) 2019. En effet, beaucoup de lieu ont accueilli les fans malagasy pour regarder le match qui a fait face l’équipe malagasy à celle de la Tunisie,  les Aigles de Carthage. A part celui d’Anosy et d’Analakely et bien-sûr les autres lieux dans les lounges et karaoké, deux grands fans zone ORTM ont été installés par le groupe FILATEX notamment à Ankadimbahoaka et à Talatamaty.

Deux écrans géants HD ont été installés pour que le grand public, quelle que soit sa catégorie sociale et son origine, puisse admirer le grand match de la quart de finale. Effectivement, la foule a répondu présente et a inondé les lieux, que ce soit du côté d’Ankadimbahoaka ou de Talatamaty. Petits et grands, filles et garçons sont venus nombreux remplir les lieux avec bien sûr tous les déguisements et ornements qui vont avec. T-shirts verts, rouges et blancs, casquettes et même des cornes de zébu  étaient vus sur place. Cris de guerre et petits pas de danse, comme si les supporters étaient au Caire  en train d’assister au match.

Diverses animations

Puisqu’il ne s’agissait pas seulement de regarder un match en direct, les supporteurs ne  se sont pas gênés à crier, à siffler, à danser et à souffler les vuvuzela pour mettre plus d’ambiance. Tout était permis, d’ailleurs, deux artistes ont animé respectivement les places à savoir Rossy à l’Alhambra Ankadimbahoaka et Samoela à Talatamaty. L’ambiance était au top puisque les deux artistes ont tout fait pour que tout le monde  puisse passer un bon quart de finale. D’ailleurs, tout a été organisé pour soutenir  les Barea. Animations, danses, musiques et cris de guerre à ne plus en finir étaient au programme. « Alefa Barea ! », ce slogan rayonnait partout et même les gens d’autres nationalités le connaissaient par cœur. L’engouement des supporteurs se sentaient et ces derniers ont tenu à remercier le groupe FILATEX, organisateur de l’événement pour leur avoir donné une occasion de regarder le match en direct, avec comme bonus des animations de qualité. A l’entrée, les fans des Barea qui sont venus à Ankadimbahoaka ont reçu des goodies comme des bracelets, porte- clefs, stickers et vuvuzela. Par ailleurs, des boissons et hamburgers ont également été distribués  aux 500 premiers supporters.

T.A.

La Vérité0 partages

Saison touristique - Madagascar revient au galop

Des prévisions encourageantes. La saison touristique s’annonce très bien pour Madagascar. Effectivement, selon une étude réalisée par ForwardKeys, la Grande île est en bonne place pour vivre un boom touristique pour cette année. « Chaque jour, nous analysons plus de 17 millions de réservations. Et au cours de notre étude, il a été constaté que les arrivées à Madagascar en 2018 ont augmenté de 8% par rapport à l'année précédente et de 19% au cours des cinq premiers mois de 2019 » précise Olivier Ponti, de VP Insights, chez ForwardKeys.

Dans les détails, la ventilation des dix principaux marchés émetteurs pour le pays montre que la tendance des réservations s’est nettement améliorée au cours du premier semestre de cette année. « Les arrivées de la France, hormis l’île de la Réunion, principale source de visiteurs, ont augmenté de 33% par rapport à l’année dernière. Quant aux îles Vanille à savoir la Réunion, Maurice, Mayotte, les Comores et les Seychelles, les arrivées ont augmenté de 21% et celles d’Italie de 37%.Les marchés en repli fin 2017 et début 2018, l'Afrique du Sud, l'Allemagne, la Grande-Bretagne et la Chine, ont tous repris la croissance. Seules les arrivées des Etats-Unis, 8ème marché émetteur pour Madagascar, ont continué à baisser, mais cette baisse s’est ralentie », détaille l’étude de ForwardKeys.

Réseau aérien

Ce boom touristique résulte notamment de la hausse considérable de la capacité du transport aérien. Si l’on ne cite que celle de la compagnie aérienne nationale, Air Madagascar par exemple, la capacité à destination de l’Europe a augmenté de 81% sur les neuf premiers mois de 2019, pour pouvoir assurer le tiers des besoins du marché. En plus, elle a aussi lancé un nouveau service bihebdomadaire à destination de Johannesburg. « D'autres compagnies importantes telles qu’Air Austral ou Air Mauritius développent également leur capacité à destination de Madagascar, de 23,6% et 3,8% respectivement entre janvier et septembre par rapport à la même période de l'année précédente. En 2018, la capacité totale sur le réseau international n'avait augmenté que de 1,8% », notifie l’étude de ForwardKeys. En tout cas, « ce sont des données extrêmement encourageantes, qui valident nos initiatives récentes pour rendre Madagascar plus attrayant pour les visiteurs internationaux » s’enthousiasme Boda Narijao, président du conseil d’administration de l’Office national du tourisme de Madagascar, promoteur de la destination.

En plus, les trois quarts des visiteurs à Madagascar sont des touristes dont le séjour dépasse quinze jours, et 19% d’entre eux y passent plus d'un mois. Cette durée de séjour relativement longue représente un facteur clé de la croissance économique de la destination.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Et la vie continue

Le temps semble s’arrêter ! Loin s’en faut. Imperturbable, l’eau coule paisiblement sous le pont. La terre tourne de même la gravitation universelle autour du soleil. Bref, la vie continue ! Tellement, les prouesses inespérées de nos jeunes talents des Barea nous obnubilent et nous propulsent dans le monde de l’euphorie parfois de l’irréel  que les réalités ici-bas semblent nous échapper et les frontières de l’impossible n’existent plus.  Nos jeunes et vaillants « zébus » nous montraient qu’aucun obstacle ne puisse entraver celui qui a la foi ferme en la réussite.

 

Parallèlement aux intérêts que nous portons sur la CAN 2019 en Egypte, des dossiers brulants méritent nos attentions. La saga Samada vs Cspi-M qui défraye les chroniques. En effet, certains opérateurs se croient être dans une République bananière. Des agissements douteux même crapuleux au détriment des intérêts de la Nation font légion et laissent les citoyens perplexes. Des micmacs entre investisseurs insaisissables prompts à générer le tournis aux simples gens sinon aux agents de la Cspi-M qui ne savent plus à quel saint se confier et des opérateurs insolvables sur le plan des impôts. Et l’Etat dans tout cela se désole. Les Institutions administratives (fiscales) et judiciaires de la République ne sont pas respectées. On se prend au-dessus de la loi ! De qui se moque-t-on !

Les communales. La CENI se prépare à fond dans l’organisation du scrutin relatif aux communales à Madagascar. Mis à part les Fokontany, il s’agit de la dernière étape de la mise en place des structures électives. La date de 28 octobre a été déjà avancée et le chronogramme établi. Mais vu le retard pris à cause d’un léger report  de la date de convocation des électeurs qui n’aura lieu que le 23 ou le 24 juillet, il y aura un petit décalage dans l’ensemble du calendrier. Mais, le chronogramme se fera selon le planning prévu.  

Mais déjà, le scrutin fait jaser l’opposition. Tellement, la psychose de la déroute l’empoisonne que des fantasmes allégoriques le conduisent aux délires. Une épée de Damoclès de la défaite plombe sur la tête. Ainsi, le TIM menace de boycotter l’élection. En réalité, Ravalo et ses acolytes ne sont plus sûrs de remporter la mairie d’Antananarivo à cause de la percée irrésistible de la formation Orange. Du côté de l’IRMAR, il ne faut pas sous-estimer l’affaire. Il faut dénicher une ou un candidat capable d’écraser n’importe quel adversaire. La ville des mille se pose toujours en une ultime et stratégique étape à ne jamais louper. Celui ou celle qui remporte une victoire dans la Capitale a déjà un pied dans le pouvoir central et vice-versa. Pour ainsi dire, quand un régime en place perd une élection de la taille de la mairie dans sa Capitale, l’un de ses deux pieds se trouve déjà en dehors du pouvoir.

Le remaniement. La nouvelle configuration si telle serait le cas du Gouvernement retient également toutes les attentions. La nouvelle équipe doit réellement illustrer l’aspiration au changement voulu par le peuple. Les membres qui ne sont pas aptes à traduire en actes les Velirano du Président Rajoelina ne doivent plus y figurer. Quelle que soit l’issue du match des Barea contre les Aigles de Carthage, la vie continue et bravo à nos héros.    

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Antsirabe - 4 trafiquants arrêtés par la Police, plus de 26 kg de drogue saisis

En deux jours seulement, les limiers du commissariat central d'Antsirabe ont pu arrêter quatre passeurs supposés qui ont transporté vers la Capitale plus de 26 kg de drogue au total sur la RN7. Le premier coup de filet date le lundi 8 juillet dernier. Là, c'était d'abord deux présumés passeurs venant d'Ihosy en taxi-brousse,  étaient surpris avec 9 kg de substance narcotique dans leur bagage à main, précisément dans une sacoche.

 

Le lendemain même, et toujours au même point c'était au tour de deux autres suspects d'être piégés avec cette fois 7 kg de drogue qui avaient été saisis également dans leur bagage à main. Aussitôt, les passeurs supposés ont été embarqués au commissariat. Leur audition a permis de savoir qu'ils ont acheminé la marchandise depuis Ambovombe.

En regard de cette situation, au commissaire central de la capitale du Vakinankaratra, Patrick Andrianaja de préciser qu'il y a au total 38 kg de drogue interceptés depuis mai dernier. Ce qui a suscité énormément de crainte chez les trafiquants à leur passage à Antsirabe. De plus, beaucoup ont été déjà incarcérés depuis. Quant à la marchandise, elle est prévue à être écoulée au noir dans la Capitale malagasy.

En clair, c'est une manière pour le commissaire central de dire que la Police fait des efforts en matière de sécurisation globale et surtout à propos de la lutte contre le trafic de drogue dans la capitale du Vakinankaratra. Enfin, la collaboration des habitants est plus que jamais sollicitée pour atteindre le même but.

F.R/Jeannot Ratsimbazafy

La Vérité0 partages

Un père désespéré - A la reconquête de ses droits

Victime de faux et usage de faux. « On m’a retiré mon autorité parentale basée sur une soi-disant violence conjugale qui n’a jamais eu lieu ni prouvé et été commise par ma personne sur mon ex- épouse ainsi que sur un constat d’adultère qui a été annulé car sans fondement effectué après le jugement du divorce et non frappé d’appel avec la grosse bien signifiée, sans enquête approfondie ni ma présence. » Tel est le récit d’un père, un étranger, en butte avec une saga judiciaire enclenchée par son ex- épouse, une Malagasy. Sans hésitation, il relate les faits.

 

Par ce document frauduleux, je perds tout droit sur mes enfants alors que je remplis toujours mes obligations de père. J’ai toujours payé la pension notamment malgré le fait de ne pas savoir où se trouvaient mes enfants ni comment ils allaient réellement. Je n’ai jamais été condamné ou même inculpé ni commis aucun délit pouvant aboutir à un retrait de mes droits parentaux.

« J’ai cherché partout mes enfants lorsqu’ils ont disparu et m’ont été enlevés. Je suis malheureusement utilisé uniquement comme simple financier pour subvenir aux besoins des enfants et de mon ex- épouse. On exige de moi toutes les obligations et plus encore alors qu’on ne me permet de bénéficier d’aucun de mes droits de père en retour ».

Non conciliation

Voulant reconquérir ses droits, il n’a pas hésité à retracer les mésaventures l’ayant plongé dans un état de privation judiciaire à l’égard de ses propres garçon et fille, à présent de passage à Toamasina et mis sous un régime de suivi psychologique. Le mariage légalement conclu le 31 mai 2007 à Antananarivo allait mal tourner.

Une demande de divorce fut introduite le 23 mars 2018 par son ex-épouse, accompagnée d’une convention de garde des enfants et partage des biens. Le projet initial étant pour la mère et les enfants de partir au Canada avec une pension fixée en conséquence si tout se déroulait à l’amiable et d’un commun accord comme prévu, ce qui n’a malheureusement pas été le cas.

La non conciliation fut constatée et ordonnée, confirmant la convention et prononçant la séparation de corps, le 11 avril 2018. Le jugement du divorce fut rendu le 16 mai 2018. Il a confirmé intégralement l’ordonnance de non conciliation et a donné la garde exclusive à la mère et un droit de visite large au père. Le 29 mai 2018, l’ex-épouse a déposé une plainte pour adultère et violence conjugale.

Violence conjugale

Le 3 juin de la même année, le mari a fait l’objet d’une arrestation pour adultère après constat sur ordonnance. Pourtant, cette dernière et son procès-verbal ont été annulés par un nouveau jugement car sans fondement étant donné que le jugement du divorce est déjà prononcé et non frappé d’appel. La violence conjugale est dite complètement infondée et n’a jamais été prouvée.

« L’attestation médicale du 15 février 2018 constatée cinq jours après les soi-disant faits au 10 février 2018 mentionne une contusion au pouce et douleur aux côtes qui n’ont jamais été prouvées avoir été commises par moi », raconte le père. Aucune enquête de police ou photos n’ont été non plus produites pour prouver cette prétendue violence conjugale. « Cependant malgré nos demandes et maintes relances, la plainte n’est à ce jour toujours pas classée », ajoute-t-il.

Le 7 août, la grosse du jugement du divorce et le certificat de non recours ont été émis. « Mon ex- épouse a précipitamment déménagé en emportant mes enfants le 14 août 2018. Lorsque j’ai pu obtenir une ordonnance d’ouverture des lieux et d’inventaire car elle pouvait être enfin poursuivie pour les détournements de biens communs qu’elle a faits une fois la procédure de divorce lancée », poursuit l’informateur.

Localisation

Il a dit n’avoir plus revu ses enfants depuis le 3 aout et n’a plus été capable d’entrer en communication librement avec eux à part quelques messages très rares dont il n’est pas sûr qu’ils proviennent réellement de ses enfants ou de son ex- épouse. Le 29 août, il a découvert par hasard sur les réseaux sociaux que son fils a été localisé en France dans la région de Guyancourt.

« J’ai mis des mois pour découvrir où se trouvaient mes enfants et pour savoir s’ils allaient bien. Pendant plusieurs mois, mon ex- épouse a refusé de m’indiquer où mes enfants se trouvent et ne m’a pas laissé communiquer directement avec eux afin que je ne puisse pas découvrir leur localisation », confie-t-il.

J’ai appelé les écoles de la région une à une pour demander si mes enfants y sont scolarisés. J’ai fini par tomber sur un proviseur qui m’a répondu que mon fils y est bien scolarisé mais qu’il a sous ses yeux une ordonnance de retrait d’autorité parentale à mon égard datant du 28 juin 2018 (avant même la sortie de la grosse en août 2018 qui a confirmé mes droits parentaux et droit de visite le plus large) et que je n’ai plus aucun droit sur mes enfants.

Enlèvement

« Quelle fut ma surprise d’entendre que je ne dispose plus d’autorité parentale sur mes propres enfants alors que je n’ai jamais été notifié ou entendu réellement comme le stipule le code de procédure civil de l’existence ou instruction de cette ordonnance. Il y a incohérence entre cette décision du 28 juin 2018 qui retire mon autorité parentale et mes droits de visite et la grosse du 7 aout de la même année qui confirme mes droits de visite le plus large », regrette-t-il.

« N’ayant pas signé d’autorisation de sortie du territoire et sans dossier de retrait d’autorité parentale à mon encontre enregistré auprès du Tribunal, j’ai alors déposé une plainte pour non représentation d’enfants à Madagascar dès le mois d’août 2018. J’ai aussi déposé plainte pour enlèvement et non représentation d’enfants à la fois en France en décembre 2018 », ajoute-t-il.

Lors de l’enquête de police en France en février 2019, l’ex-épouse a dû remettre sa copie d’ordonnance de retrait d’autorité parentale pour se justifier de ne jamais avoir indiqué la localisation des enfants et de priver le père d’accès à ses enfants pendant plusieurs mois. Les autorités françaises ont remis à l’avocat du dernier le document référencé 34/GP/JE/18 en question, qui est actuellement en sa possession.

Corruption

La recherche de documents utiles auprès du Tribunal à Madagascar s’est avérée infructueuse au départ. Mais ils seraient réapparus à la suite des demandes insistantes. Le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et les organes de lutte contre la corruption et autres instances concernées ont été mis au courant de l’affaire pour le moins intrigante.

Il demande alors la vérification de la véritable existence des originaux des documents et de leur enregistrement auprès du Tribunal à Madagascar. Il en exige aussi la vérification de l’historique de création et la cohérence chronologique des numéros. Les autorités françaises sont actuellement en attente de l’aboutissement de l’enquête sur l’établissement du caractère frauduleux d’un document pour savoir s’il y a faux et usage de faux à rajouter au chef d’inculpation d’un dossier en France.

M.R.

Midi Madagasikara0 partages

Facebook et les législatives : 92,23% des publications sur les échos de campagne

L’unité « Monitoring des Médias » du projet PEV, ou « Projet d’appui à la prévention et la gestion de conflits et violences potentiels liés aux élections à Madagascar de l’Union Européenne », a dressé son rapport de monitoring relatif à la communication politique des candidats sur Facebook, durant la campagne électorale des législatives à Madagascar du 6 au 27 mai 2019.

Echantillons. Ainsi, au niveau des activités des candidats sur Facebook, par exemple, l’unité de monitoring estime  – sur la base d’un échantillonnage – que « 459 publications ont été diffusées par l’échantillon durant la période d’analyse, dont 441 durant la période électorale ». Ce qui fait qu’ « en moyenne, les candidats ont posté 1,25 publication par jour durant la campagne électorale ». Au niveau des formats, les cinq les plus utilisés ont été le format « texte et photos » (256 publications) ; le format « texte et vidéo » (51 publications) ; le format « photo et lien » (35 publications) ; le format « photo » (31 publications) ; et le format « vidéo » (25 publications). Néanmoins, les formats «article » (une publication) ; « texte et lien » (une publication) ; « lien » (deux publications) ; et texte (huit publications) ont été les moins prisés.

Echos de campagne. Concernant les thèmes abordés lors de la campagne électorale dans les publications des candidats, l’unité « Monitoring des Médias » indique que, pour les candidats, Facebook a été le moyen le plus efficace pour « partager leurs échos de campagne », et «pour manifester leur propagande ». Sur la base de l’échantillonnage choisi par l’unité de monitoring, 94,23% des publications, soit 416 publications sur 441, ont été consacrées à ces domaines. Les autres thématiques, telles l’éducation, la religion ou la santé, n’ont pas été largement discutées par les candidats. Il faudrait signaler, au passage, que les pages des candidats auraient enregistré « une hausse du nombre d’abonnés tout au long de la campagne électorale ».

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Audiovisuels : Fin de la régularisation hier

Le ministère de la Communication et de la Culture, par le biais de son Directeur Général (DG) Fanahimanana Tiaray, a déclaré sur une station privée de la capitale que la régularisation des stations audiovisuelles, a pris fin hier. Cela rentre notamment dans le cadre de l’assainissement de ce secteur. Selon toujours ce DG, on est dans l’attente des rapports en provenance des régions. Il a également invité les propriétaires des stations audiovisuelles, qui n’ont pas rempli les conditions requises, de suspendre leur émission. Il a aussi souligné que les raisons qui ont poussé le ministère à procéder à ce remaniement sont, entre autres, les licences qui changent de mains, les radios ou les télévisions qui ont été fermées et qui n’ont pas déposé de papiers pour leur réouverture.

Dispositions. Toujours est-il que l’on assiste à une prolifération de radios et de télévisions, non seulement dans la capitale, mais également dans les régions. Pourtant, l’exploitation de station de radiodiffusion EM et TV est délivrée par l’OMERT (Office Malagasy d’Etudes et de Régulation des Télécommunications). Ces dispositions ont été prises pour mettre à jour la situation administrative de toutes les stations audiovisuelles qui existent dans le pays.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Jaona Elite : Emouvantes obsèques hier

Harijaona Randriarimalala a été élevé, à titre posthume, au grade de Commandeur de l’Ordre National par l’ancien président de l’Assemblée Nationale, Jean Max Rakotomamonjy.

Ils étaient venus nombreux. Famille, amis, opérateurs économiques, politiciens et simples citoyens ont fait le déplacement pour rendre un dernier hommage à Harijaona Randriarimalala. Emouvantes obsèques qui ont démontré que le jeune Jaona Elite, disparu trop tôt, était un personnage ayant joué un rôle de premier ordre dans le pays, tant sur le plan politique qu’économique et surtout social, puisque de son vivant, il a réalisé de nombreuses infrastructures, surtout dans la circonscription d’Atsimondrano où il a été député de Madagascar pendant plusieurs mandats.  Harijaona Randriarimalala a été élevé, à titre posthume, au grade de Commandeur de l’Ordre National et de Chevalier du mérite sportif,  lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’Assemblée Nationale à Tsimbazaza. Avant que le long cortège funéraire ne rejoigne le temple du FJKM Andravoahangy Fivavahana. L’inhumation a eu lieu au caveau familial d’Ankatso.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

CIM Ambohidahy : Nisy andian’olona nanakorontana

Ny tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny CIM, Atoa Randriamahafehy Briand

Andian’olona maromaro, tsy fantam-piaviana no tonga nanakorontana teny anivon’ny Ivon-toerana misahana ny fiarakodia na ny CIM teny Ambohidahy ny talata hariva lasa teo. Nisy fitaovam-panjakana maromaro simba tamin’izany araka ny fanazàvana azo sy ny hita teny an-toerana. Marihana hoy ny fanazavàna azo fa andian’olona tsy manan-draharaha velively tao an-toerana ireto olona tonga nigafy sy nanakorontana ireto. Efa nisy moa ny fametrahana fitairanana natao teny anivon’ny mpitandro filaminana ary efa mandeha ny fanadihadiana.

Toromarika. Fa manoloana izay tranga izay dia nisy araka izany ny fiantsoana mpanao gazety nataon’ny Lehiben’ity Ivon-toerana ity, Atoa Randriamahafehy Briand, « Administrateur civil », nampahafantariny fa tsy azo ekena velively ny zavatra toy izany. Hisy ihany koa araka izany ny fepetra manokana noraisin’ireo tompon’andraikitra eny anivon’ny CIM, hisorohana izay toe-javatra izay. « Tsara ny manome izao toromarika izao ho an’ireo olona manan-draharaha eny an-toerana ahafahana misoroka ny fanankoronana sy fanimban-javatra nataona andian’olona vitsivitsy. Mahakasika ny filaminana dia hisy ny fepetra raisina izay ho hitanareo eny an-toerana. Aoka ihany koa mba samy hitondra karam-panondrom-pirenena izay hosavaina ireo olona manan-draharaha eny. Ary farany dia aoka mba hanaraka ny fandaminana napetraka ny tsirairay hanafaingana kokoa ny tolotra omena ireo mpanjifa » hoy ity tompon’andraikitra voalohany ny « Centre immatriculateur »  ity.

Fanomezana fahazoan-dàlana. Taorian’ny disadisa sy ny trangan-javatra tsy nety teo aloha teo tokoa dia nisy ezaka fanatsaràna nataon’ny fitondram-panjakana amin’izay fanomezana fahazoan-dàlana « biometrique » sy « carte grise » vaovao izay. « Efa mizotra tsara amin’ny tokony ho izy izany » hoy ny fanazavàna azo. Marihana anefa fa mbola any amin’ny ny taona 2020 any ho any vao hiroso amin’ny fanoloana ireo fahazoan-dàlana « tsy nety » ity Ivon-toerana ity. Mbola ny fanomezana ireo fahazoan-dàlana vaovao, ho an’ireo olona vao afaka fanadinana aloha hatreto no ataon’izy ireo. Na izany aza anefa dia efa antontan-taratasy manodidina ny 400 isa any ho any isan’andro no kirakiraina eny an-toerana, araka ny voalaza hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Journée culturelle chinoise : Deux jours de célébration à Ambohitsaina

La journée culturelle chinoise en est à sa deuxième édition. La cérémonie d’ouverture s’est tenue à la Bibliothèque de l’Université  d’Antananarivo à Ambohitsaina hier à 10 heures.  Des hauts dignitaires, tels que l’ambassadrice de la République Populaire de Chine à Madagascar,  le représentant du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la  Recherche Scientifique, ainsi que le Directeur Général  du ministère de la Communication et de la Culture, sont venus honorer l’évènement.  Lors de son allocution,  le président de l’Université  d’Antananarivo a certifié que  «  l’apprentissage de la langue et la compréhension de la culture chinoise  sont devenus incontournable… Pour accompagner ce besoin, nous avons mis en place  en 2008  l’Institut Confucius de l’Université  d’Antananarivo ». À son tour, l’ambassadrice Yang Xiaorong  a souligné que « la  Chine soutient et soutiendra toujours les échanges culturels sino-malgaches ». Après les discours des hautes personnalités, la cérémonie a été animée par une danse traditionnelle  chinoise.

Datant de 1972, la relation entre le pays du milieu et l’île rouge fête cette année ses 47 ans.    En effet, depuis l’établissement des relations diplomatiques entre la République Populaire de Chine et Madagascar le 6 novembre 1972, les rapports entre les deux pays ont connu un développement rapide. L’entente cordiale a renforcé davantage des liens aussi bien économiques que culturels.  Actuellement,  les relations sino-malgaches se trouvent un nouveau point de départ historique. Ainsi, une large perspective de coopération s’ouvre devant ces deux pays frères.

Ce jour, la célébration sera clôturée par une diffusion de films chinois à  l’Institut Confucius.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Administration pénitentiaire : Célébration de ses 60 ans d’existence

L’administration pénitentiaire fêtera cette année ses 60 ans d’existence. (Photo d’archives)

L’administration pénitentiaire va célébrer ses 60 ans d’existence les 17, 18 et 19 juillet prochains. Selon les explications du  Directeur Général de l’administration pénitentiaire Camara Didier Djibril, la célébration va débuter par des activités sportives, qui auront lieu à a la bibliothèque nationale sise à Ampefiloha et à Mahamasina. Le jour suivant, il y aurait une journée portes ouvertes portant sur le rôle et les attributions de l’administration pénitentiaire. Les détenus, ainsi que le personnel de cette direction, s’adonneront aussi à l’agriculture pour approvisionner, du moins en partie, les prisons réparties à travers l’île. Et pour couronner le tout, les festivités se termineront par un déjeuner. Force est de constater que les conditions carcérales dans la Grande Île laissent à désirer, pour ne parler notamment que de la surpopulation.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

JIOI – Athlétisme : Les athlètes veulent continuer leurs exploits

La délégation malgache d’athlétisme pour les JIOI.

Nous sommes à huit jours de l’ouverture officielle des JIOI à Maurice. Les calculs démarrent déjà pour chaque fédération, comment pourrait-on faire pour gagner plus de médailles à cette rencontre ?  

En athlétisme, Madagascar a toujours été au premier rang, et ce depuis 1985. Il n’y a qu’en 2003 que nous nous sommes classés à la deuxième place, après l’île Maurice. Lors de la dernière édition, en 2015, nos  athlètes ont pu récolter 16 médailles d’or à La Réunion. Dans le but de continuer ces exploits, la fédération a fait le nécessaire sur la préparation, même si le nombre d’athlètes était limité à 36 cette fois-ci, et que le calendrier semble un peu difficile pour ceux  qui ferraient des doubles épreuves, selon les explications du directeur technique national, Tsiry Manantena Rakotomalala. Ainsi, deux athlètes ne sont pas très en forme, à savoir Olga Razanamalala et Damien Razanandrafomba. La spécialiste du 400m haies a une petite blessure au pied. Le deuxième, quant à lui, a une douleur, depuis son retour de Chine.

En tout cas, les coachs ont fait de bon choix aux sélections. Parmi les athlètes assurés on peut citer Eliane Marie Saholinirina, en  semi-marathon, et Tsiadino Marthe Ralisinirina en steeple et en 5 000m. De plus, la fédération a mis sa confiance sur les quatre expatriés, que sont Rija Gardiner venant de Grande Bretagne, Saholinirina Eliane de France,  Franck Rabearison et Jaony Randrianarivo de Maurice. Ces deux dernières ont déjà sur place. Le départ des athlètes est prévu pour le 16 juillet, et la compétition débutera le 22 juillet. Son  ministère coach est le ministère des Finances et du Budget. Parmi les sponsors officiels de la Fédération Malagasy d’Athlétisme durant cette saison, on peut citer l’industrie laitière Socolait. Ce dernier avait donné des petits déjeuners et des rafraichissements aux athlètes, non seulement pour les JIOI, mais également pour chaque compétition. Hier, la délégation a été dotée de survêtements et de produits Socolait, au Stade d’Alarobia.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Des Barea prêts à jouer crânement leur chance

C’est une attente dans la décontraction, mais en restant toujours concentrés, que les Barea vont vivre aujourd’hui. Nos joueurs n’ont pas la pression du résultat. Ils ont déjà réussi leur CAN, et comme chacun de l’équipe l’a dit, une suite victorieuse, « c’est du bonus ! ». En tout cas, les 25 millions de Malgaches se prennent à rêver d’un exploit, et il n’est pas interdit de penser que nos Barea continueront leur aventure jusqu’au bout. Ce soir, ils seront soutenus par tout le peuple malgache.

Des Barea prêts à jouer crânement leur chance

Les supporters malgaches qui ont embarqué cette nuit à Ivato, sont plusieurs centaines et sont prêts à donner de la voix pour soutenir leur équipe. Ils seront à l’unisson de tous ceux qui sont restés au pays et à travers le monde, et qui croient  à la poursuite de l’aventure des Barea. Ce soir, ils auront les yeux rivés sur les écrans de télévision, au sein de leur foyer ou dans les fan zones, installés un peu partout.  La passion sera au rendez-vous, mais l’on sait que le côté spirituel ne sera pas négligé. Les séances de prière ont été et seront encore organisées pour apporter aux joueurs une onction divine. Mais ce sera surtout le beau jeu de nos garçons qui devrait faire la différence. Tout le monde s’accorde sur le fait que ce match ne sera pas facile. La fatigue accumulée lors des huitièmes de finale, pèsera sur leur organisme, mais leur moral est au zénith. La Tunisie n’est pas mieux lotie que nous puisqu’elle a, elle aussi, dû subir l’épreuve des tirs au but. Elle est cependant très loin devant nous au classement des équipes africaines. Cela,  néanmoins, ne compte pas à ce stade de la compétition. Les chances sont donc égales. Nos Barea vont aborder cette nouvelle épreuve crânement. Ils vont se donner à fond pour  franchir une autre étape : arriver dans le dernier carré de cette CAN 2019.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Football – Ligue de Bongolava : Mamonjisoa Rakotoniaina président !

Ca y est ! Le litige sur les élections au niveau de la Ligue de football de Bongolava a pris fin hier, avec l’élection au poste de président de Mamonjisoa Rakotoniaina.

Un cas délicat qui a fait revenir au pays la délégation du Comité de normalisation conduite par sa présidente, Attalah Béatrice. A raison du reste, car l’élection de Mamonjisoa Rakotoniaina n’a donné son verdict qu’au quatrième tour.

Tout est bien qui finit bien pour ce Comité de normalisation qui va pouvoir mettre en place tous les dispositifs légaux, en vue de la mise en place de la nouvelle fédération.

Sur ce chapitre, on n’est sûr que d’une chose, notamment la candidature de Hery Rasoamaromaka, qui est un mordu du football en étant le fondateur de Tanà Formation et de Boeny Formation. Une initiative qui montre qu’il se soucie de la relève. Et comme le fait de posséder deux centres de formation ne suffit pas, il a créé des terrains synthétiques de football à 7 à Talatamaty, Andohalo et Itaosy. Comme sa passion pour le ballon rond ne se discute pas, la balle est dans le camp des présidents des ligues quelques peu libres après le forfait de deux nouveaux députés Doda Andriamiasasoa et Alfred Randriamanampisoa.

A y voir de près, tout va se jouer entre Hery Rasoamaromaka et Arizaka Rabekoto Raoul, qui a aussi plus d’un tour dans son sac, avec en filigrane son sens du « fihavanana » et son aura sur la scène internationale. A noter que Raoul est membre élu d’une commission de la CAF. Ce qui est loin d’être négligeable. Surtout au moment où Madagascar se doit de réussir, après ce parcours impressionnant à la CAN 2019.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

ForwardKeys : Un boom touristique à Madagascar

Une étude réalisée par ForwardKeys, qui analyse plus de 17 millions de réservations aériennes par jour révèle que, Madagascar qui attire les amateurs de la nature en raison de sa faune et de sa flore uniques au monde, et de son caractère préservé et authentique, est en bonne place pour vivre un boom touristique cette année. Les arrivées à Madagascar en 2018 ont connu une hausse de 8% par rapport à l’année précédente et de 19% au cours des cinq premiers mois de 2019.

La ventilation détaillée des dix principaux marchés émetteurs pour Madagascar montre que, la tendance des réservations s’est nettement améliorée au cours des cinq premiers mois de 2019. Les arrivées de la France (hors île de la Réunion), principale source de visiteurs, ont augmenté de 33% par rapport à 2018 ; les arrivées des Iles Vanille (La Réunion, Maurice, Mayotte, les Comores et les Seychelles) ont augmenté de 21%, et celles d’Italie de 37%. Les marchés en repli fin 2017 et début 2018, l’Afrique du Sud, l’Allemagne, la Grande-Bretagne et la Chine, ont tous repris la croissance. Les réservations pour la période allant de juin à août (inclus), sont en hausse de 34% sur leur niveau en juin 2018,  et de 38% pour les dix principaux marchés émetteurs. Le principal facteur à l’origine de cette amélioration est la hausse considérable de la capacité du transport aérien. D’autant plus, il y a une plus grande visibilité de Madagascar par le biais du succès des Barea à la CAN 2019.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Maevantanana : Tale nitifitra nosamborin’ny zandary

Maty tsy tsa-drano ilay olona notifiriny. Tsy vitan’izany fa mbola olo-be ao an-tanàna koa, tangalamena. Ny antoandron’ny talata teo, nandritra ny asa fisafoana nataon’ny talem-paritra iray eo anivon’ny minisiteran’ny tontolo iainana no nitranga ilay olana niafara tamin’ny fahafatesana. Tao amin’ny fokontany antsoina hoe Marokoloy, 60 kilaometatra miala an’i Maevatanàna no nanao asa fisafoana ilay tompon’andraikitra sy ny ekipany. Mahakasika ny fitrandrahana ala tsy ara-dalàna izany ary indrindra ho an’ireo mpikapa ala mba hanaovana arina fandrehitra na koa saribao. Teo no nisy ny fifampiresahany tamin’ilay tangalamena tao an-tanàna izay sady voakasiky ny raharaha. Fifampiresahana niafara tamin’ny fifamaliana teo amin’ny roa tonta. Nisy ny famoahana basy avy amin’ilay talem-paritra ary tsy vitan’izay mba nentina nampitahorana izany fa tena nampiasaina. Notifiriny ilay tangalamena ary maty tsy tsa-drano. Vetivety dia niely tao an-tanàna ny vaovao ary nisy avy hatrany koa ny nampandre ny mpitandro ny filaminana. Natao avy hatrany ny fisamborana ny tompon’andraikitra tamin’ity heloka bevava ity. Nentina avy hatrany tany Maevatanàna izy ary nosokafan’ny zandary ny fanadihadiana mahakasika azy. Omaly dia mbola notazomina sy nohenoina tao ity talem-paritry ny tontolo iainana sy ny ala ity. Manana fahazoan-dàlana mitazona basy ve ilay tompon’andraikitra ? Ankoatra izay, azo heverina ve fa ara-dalàna ny fampiasany izany fitaovam-piadiana izany tamin’ny fitifirana ilay olona ? Mihodidina amin’izany mazava loatra ny fanadihadiana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Point d’Exclamation : Tous et toutes avec les Barea

Le Point d’Exclamation Lounge Bar, un spot pour les jeunes branchés pour cette CAN.

Point névralgique pour les noctambules de la capitale, le Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely s’aligne au diapason de la CAN 2019, ce jour, avec ses différentes animations comme le face painting. La fête débute dès 17 h pour le match entre les Barea et l’équipe nationale tunisienne. Si la rencontre se tient à 22 h, les supporters peuvent déjà s’amuser à divers jeux, ou s’essayer au karaoke… Comme toujours, le match sera diffusé sur un écran géant. D’habitude, lors des grands rendez-vous européens, le Point d’Exclamation Lounge Bar réserve trois grands écrans pour la diffusion. Ce sera donc, une soirée mémorable pour les noctambules qui veulent aussi profiter de l’ambiance d’Analakely de fin de match.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Fraudes électorales : Concertation politique lundi au Carlton

Les dirigeants du Mouvement des citoyens contre les irrégularités et les fraudes électorales.

Le Mouvement des citoyens contre les irrégularités et les fraudes électorales est en place. Composé de politiciens, des candidats aux dernières législatives, de militants de la société civile, et de simples citoyens, ce mouvement organisera lundi prochain à partir de 10h, une concertation politique au Carlton à Anosy. « Nous avons constaté des irrégularités et des fraudes électorales lors des législatives du 27 mai dernier. 684 requêtes ont été déposées auprès de la HCC par le Collectif des candidats. 77 autres ont été introduites par la CENI. Mais, aucune de ces requêtes n’a été jugée fondée par la Cour constitutionnelle. Pour nous, la HCC a rendu une décision politique lorsqu’elle a proclamé les résultats officiels des dernières législatives », a martelé devant la presse, hier, Henri Rakotomalala, candidat député dans le district de Toamasina I.

Préalables. Henri Rakotomalala a réitéré qu’il faut redresser ces erreurs avant de procéder aux communales. « Si rien n’est fait pour redresser la situation, on aura encore une élection truffée de fraudes et d’irrégularités », a-t-il prévenu. Visiblement, le Mouvement des citoyens contre les irrégularités et les fraudes électorales pose des préalables aux prochaines communales. « Nous invitons tous ceux qui militent pour des élections transparentes et justes à nous rejoindre lundi prochain au Carlton à Anosy. Nous allons nous unir pour faire entendre nos voix. Nous allons adopter une stratégie commune », a expliqué Henri Rakotomalala. Parallèlement aux revendications de ce nouveau mouvement politique, le TIM pose comme préalable aux prochaines communales ,la révision spéciale de la liste électorale.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Déclaration de patrimoine : Alexandre Georget mobilise le staff du MEDD

Les membres du staff dirigeant du MEDD se sont acquittés de leur obligation de déclaration de patrimoine, avant-hier au Bianco.

Le ministre de l’Environnement et du Développement Durable veut montrer l’exemple aux membres du staff dirigeant de son département.

Il est le premier membre du gouvernement qui a conduit au Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) la délégation des hauts responsables de son ministère pour une déclaration de patrimoine. Il a lui-même remis entre les mains du directeur général par intérim du Bianco les dossiers y afférents. Il, c’est le ministre de l’Environnement et du Développement Durable, Alexandre Georget.  Ce membre du gouvernement s ‘est déjà acquitté de cette obligation de déclaration de patrimoine auprès de la HCC, mais il s’est encore rendu à la Villa « La Piscine » à Ambohibao pour accompagner les membres du staff dirigeant de son département, composé du secrétaire général, des directeurs généraux et des directeurs centraux. Le ministre Alexandre Georget a annoncé que les directeurs régionaux et interrégionaux du ministère de l’Environnement et du Développement Durable (MEDD) effectueront également leur déclaration de patrimoine. « Ces directeurs régionaux et interrégionaux vont se réunir dans la capitale à partir du 16 juillet prochain. Ils vont alors profiter de leur présence à Antananarivo pour faire leur déclaration de patrimoine », a fait savoir le numéro Un d’un ministère où la tentation de corruption est grande, dans la mesure où il est entre autres chargé de gérer l’exploitation des ressources forestières du pays.

Lutte contre la corruption. L’exemple que le ministre Alexandre Georget et les membres du staff dirigeant de son département ont montré avant-hier au Bianco s’inscrit dans le cadre de la contribution active de ces hauts responsables étatiques à la lutte contre la corruption. « La lutte contre la corruption fait partie des grands défis lancés par le président de la République Andry Rajoelina et le gouvernement dirigé par le Premier ministre Ntsay Christian. C’est un défi difficile à relever, certes, mais ensemble, nous pouvons réussir », a souligné le ministre de l’Environnement et du Développement Durable. Dans le cadre de cette lutte contre la corruption, le pouvoir en place a adopté par voie d’ordonnance une loi sur le recouvrement des avoirs illicites. Loi qui a été déclarée conforme à la Constitution par la HCC, mais qui attend encore sa promulgation par le président de la République. Bon nombre de citoyens souhaitent l’application non-discriminatoire de ce nouveau texte législatif. La rétroactivité ou non de cette loi sur le recouvrement des avoirs illicites suscite actuellement des débats, voire des polémiques. S’applique-t-elle aux infractions commises antérieurement à son entrée en vigueur ? Attendre et voir.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Mpamaky trano tratra niaraka tamin’ny môtô

Jiolahy mpamaky trano rain-dahiny no voasambotry ny zandary sy ny fokonolona raha nikasa hanao ny asa ratsiny teny amin’iny faritra Alasora iny, ny alahady lasa teo. Mbola tratra teny aminy moa ny entana maromaro izay vao avy nangalariny tamin’ny  trano hafa teny amin’iny faritra Ambohimangakely iny, ny andron’io alahady io ihany, toy ny firavaka sarobidy, finday miisa telo, ary vola madinika maromaro. Araka ny fampitam-baovao azo dia sarona nandritry ny fisamborana azy ny môtô nentiny, Yamaha Cygnus, sy ny sakaosy misy fitaovana maromaro fitondra mamaky trano, toy ny barre à mine. Tsy vitan’ireo moa fa mbola nisy fitaom-piadiana maromaro ihany koa tra-tehaka teny amin’ity lehilahy ity, 24 taona ity : antsibe, « poignard », fleche à bille ary balana PA calibre 7,65mm. Marihana fa nisy namany niaraka nanao izay asa ratsiny izany saingy tafaporitsaka tamin’ny fotoana nisamborana azy ireo. Omaly ihany moa no natolotra ny Fampanoavana ity jiolahy rain-dahiny ity.

m.L

Ireo fitaovam-piadiana sarona teny amin’ilay jiolahy mpamaky trano
Midi Madagasikara0 partages

Rallye Mangoro 2 : Tous les grands noms au rendez-vous !

Il y aura 30 équipages au départ de cette deuxième édition du Rallye Mangoro 2 qui, comme son nom l’indique, va se tenir à Moramanga et ses environs, du 11 au 13 juillet 2019. Un parcours réputé difficile, mais qui n’a pas empêché les pilotes de venir.

Une belle bagarre en perspective. C’est le cas à ce rallye Mangoro 2, où tous les grands noms sont au rendez-vous.

A commencer par l’équipage Rivo et Ando, sur Subaru, qui fait figure de grandissime favori. Sans un problème mécanique, la place de Rivo est à l’arrivée.

Son plus sérieux rival est aussi dans le coup avec Tahina Razafinjoelina, qui a choisi Ranto comme copilote. S’il est revenu, cela signifie que Tahina est parvenu à trouver la solution à ce problème de surchauffe de la Subaru.

Course en tête. Dans cette course en tête, on ne peut ignorer le jeune Fred Rabekoto, qui reste fidèle à sa Subaru aux côtés d’Andry Tahina. Avec le temps, il est devenu de plus en plus régulier en faisant montre d’une belle gestion de sa voiture.

C’est une certitude que ces trois équipages feront la course en tête tout au long de ce parcours de 404,83 km, dont 141,72 km répartis en dix épreuves spéciales.

A l’étage juste en dessous, on citera aussi la présence de cette nouvelle génération de T2. Il y a d’abord Teddy et sa Ford Ranger, qui est capable de semer le doute dans les rangs de ses adversaires.

Mais dans cette catégorie, il y a aussi Davonjy sur Foton Tunland, sans oublier Haja Danielson avec sa Ssangyong.

Bref, il y aura à boire et à manger dans ce Rallye Mangoro 2 qui promet des étincelles.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Bazary be Toamasina : Vaky lava ireo fivarotana ao anatiny

Raha noheverina fa hilamina ireo mpivarotra ara-dalana ao anatin’ny bazary be Toamasina hatramin’ny nanamboarana azy hanaraka ny fenitra moderina, dia tsy izany no zava-misy fa lasa mitaitain-dava ireo mpivarotra manana fivarotana mihidy ao anatiny noho ny firongatry ny halatra sy famakiana ireo fivarotana tao ho ato izay. Tranga maromaro no efa niseho ary fivarotana dimy rahateo no efa voan’izany. Farany teo izao dia fivarotana lamba voazaitra miisa telo no nisy namaky indray alina tao Bazary be, nefa vao nahatonga lamba hamidy avy any ivelany ny tompony. Very avokoa ireo lamba rehetra, nefa ny bazary be tsy vaky ny vavahady fa teny an-tafontrano ireo andiana mpangalatra no niditra sy namaky ilay fivarotana. Efa eo am-pelantanan’ny polisy eto Toamasina ny raharaha ka ho hita eo ny tohin’ny raharaha. Talohan’ity tranga niseho ny herinandro nivalona teo ity, dia efa tratran’izany koa ity mpivarotra firavaka volafotsy sy entana ho an’ireo mpizahatany ary fahatsiarovana sy haingon-trano. Nampiantso mpanao gazety mihitsy mantsy ny tompony, satria raha nanao fanadihadiana izy ireo dia tratra tamin’ny olona roa, Fidison sy Pilasy, ny entana. Niditra an-tsehatra nanampy ireo olona ireo ny iray fiaviana taminy ary nilaza fa handany vola be haka mpisolovava sy mpitsara momba izao raharaha izao. Raha nivoaka tokoa ny didy ny 11 volana aprily teo, satria ny 04 aprily no natao ny fitsarana ny raharaha, dia afaka noho ny fisalasalana ireo roa lahy nahatrarana ny entana very nandritra izany. Noho izao firongatry ny famakiana fivarotana eo anivon’ny Bazary be Toamasina izao, dia milaza ny hanampy ireo mpiambina 05 efa misy ankehitriny ny mpivarotra.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Thèse de doctorat : La coopération judiciaire internationale au cœur des recherches de Randrianjafy Sol...

Randrianjafy Solofo Théodore, face au jury lors de la soutenance de thèse en doctorat, le 3 juin dernier.

Après trois ans de recherches, Randrianjafy Solofo Théodore, magistrat de carrière, actuellement juge et juge d’instruction à la Chaîne pénale économique et anti-corruption auprès du Tribunal de Première Instance de Mahajanga, a soutenu sa thèse de doctorat en Droit le mois dernier. Ce grand passionné de Droit International a choisi de se pencher sur  « Le processus de coopération judiciaire internationale », sujet de sa thèse soutenue le 3 juin 2019. Son travail a proposé le modèle de la coopération judiciaire internationale « mixte, personnalisée et modernisée ».

Selon Randrianjafy Solofo Théodore, dans son aspect mixte pour pallier le vide juridique chronique dans ce domaine, la coopération judiciaire internationale devrait faire le mélange entre la coopération judiciaire formelle fondée sur des traités ou accords de coopération formels, et la coopération informelle qui évolue sans traité. Autrement dit, une coopération basée sur un engagement de réciprocité entre Etats et sur des accords ad hoc, spontanée, taillée aux besoins ponctuels et circonstanciels d’un Etat requérant. « Personnalisée, la coopération judiciaire devrait fonctionner avec des personnes spécialisées dans le domaine, tant au niveau national, c’est-à-dire au sein de l’autorité centrale auprès du ministère de la Justice, qu’au niveau international qui se traduit par exemple par des agents de liaison répartis dans plusieurs pays ou organisations comme Interpol, ou autres », explique-t-il. Et de poursuivre que « modernisée, la coopération judiciaire internationale doit s’adapter pour réussir au développement des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) compte tenu de la mutation en cours de la société actuelle ».

Toujours selon Randrianjafy Solofo théodore, ladite coopération en substance, s’intéresse à l’exequatur des jugements étrangers, au mandat d’arrêt international, suivi d’extradition d’un criminel recherché, et surtout au recouvrement des avoirs ayant fuité à l’étranger. Cette thèse a passé en revue toutes les facettes de la coopération judiciaire internationale, jusqu’à ses plus petits détails comme la convocation, la notification ou la signification internationales des actes judiciaires ou extrajudiciaires.

Dirigé par le Pr Razaranaina Jean Claude, ancien directeur général du SAMIFIN, avec la collaboration d’un rapporteur externe en la personne de Jean-Baptiste Seube, agrégé des Facultés de Droit, Professeur et Doyen honoraire de la Faculté de Droit et d’Economie de La Réunion, et présidé par le Pr Henri Rasamoelina, directeur de l’Ecole doctorale GOUVSOMU (Gouvernance et Sociétés en Mutation) de Fianarantsoa, le jury a salué le travail de Randrianjafy Solofo Théodore, qui a ainsi obtenu la mention la plus élevée : « Très honorable ».

Depuis sa création en 1984, la Faculté de Droit de l’Université de Fianarantsoa a ainsi, enfin accouché d’un docteur en Droit, après la soutenance de la thèse de Randrianjafy Solofo Théodore, dont on retiendra surtout du parcours, le fait d’être toujours parmi les meilleurs, étant toujours major dans ses parcours aussi bien académiques et professionnels.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : 100 millions d’ariary dérobés, deux personnes blessées par balles

L’attaque a été commise dans ce quartier du centre-ville d’Antananarivo.

Il semblerait que l’insécurité tende à reprendre de l’ampleur dans la capitale. En quête de proies faciles, les malfaiteurs ne veulent pas sauter l’occasion pour sévir. Un couple en a été victime hier, à 12h30, à Tsaralalàna. L’acte s’est passé devant la banque BMOI, du côté de l’Ecole nationale de la Magistrature et de greffe à Tsaralalàna. Ayant effectué un change auprès de cette banque, les deux victimes malgaches ont quitté le lieu quand deux hommes, à bord d’un scooter de couleur blanche, les ont interceptés. A visage découvert et sans avoir sommé leurs cibles, les motards ont sorti un pistolet et ont tiré sur la femme, avant de dérober le sac qui était sur elle. Surpris, le mari aurait tenté de riposter. Mais il était obligé de se soumettre après avoir été roué de coups par les malfrats. En prenant la fuite avec leur moto, les bandits ont encore tiré pour dégager leur passage. C’est à ce moment que les riverains sont venus à la rescousse des victimes, tout en appelant la police. Ils ont vu la femme blessée par balle au niveau de son visage. Le mari a été blessé au crâne. Un piéton a reçu une balle dans le pied. Débarqués sur place, des policiers ont évacué les blessés à l’hôpital. Selon l’information, l’équivalent de 100 millions d’ariary, en monnaie malgache et en devises, ont été dérobés par les braqueurs. Commise en pleine ville, cette attaque démontre de nouveau que les bandits ne cessent de défier les forces de l’ordre. Ces dernières qui affirment être sur le point de rétablir la sécurité dans l’ensemble du pays.

T.M.