Les actualités Malgaches du Samedi 11 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara7 partages

Loi de finances rectificative : Les dépenses ministérielles passées au crible

Bonne gouvernance oblige, l’Exécutif accorde une attention particulière au projet de loi de finances rectificative qui est examiné en conseil des ministres depuis trois jours. « Tous les articles du projet de loi de finances notamment ceux relatifs aux dépenses de chaque ministère sont soigneusement examinés et discutés », indique un communiqué de la Présidence. Une manière en somme de « faire en sorte que la bonne gouvernance soit une réalité et que les objectifs de développement promis dans les ‘Velirano’ du président de la République puissent se réaliser pour rattraper le retards accumulés depuis des années ».

Après ces examens minutieux, le Conseil des ministres passera à l’adoption du projet de loi de finances rectificative, avant que le président de la République puisse procéder à sa mise en application par voie d’ordonnance. Et ce, après le contrôle de constitutionnalité par la Haute Cour Constitutionnelle.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Maladies dermatologiques : Madagascar ne compterait que 13 dermatologues

De nombreux Malgaches pourraient souffrir de la Lupus sans s’en rendre compte.

Les maladies dermatologiques figurent parmi le top trois des maladies qui touchent le plus les Malgaches.

« Les maladies dermatologiques connaissent une certaine hausse alors que les médecins spécialistes en la matière sont peu nombreux« . C’est ce que le Professeur Rapelanoro a fait savoir hier lors de la célébration de la Journée internationale de la Lupus. Une hausse obtenue par l’augmentation du taux de fréquentation ainsi que du taux de consultation externes si l’on se base également sur les explications du professeur. « Le nombre de Malgaches qui viennent pour se faire diagnostiquer augmente, du coup, on a une mise à jour du nombre de patients. Ce qui est bien parce que les maladies dermatologiques commencent à être prises en compte par les Malgaches » a noté notre interlocuteur. Avant de préciser l’autre revers de la situation : « la grande île souffre actuellement de manque du nombre de dermatologues. Si la Côte d’Ivoire en compte environ une centaine, Madagascar n’en a que 13. La difficulté de formation, le coût de celle-ci ou encore le peu d’attrait par les jeunes Malgaches pour la spécialisation ont été avancés par le professeur Rapelanoro pour expliquer la situation.

1 sur 500 000. La Journée internationale de la Lupus a été célébrée au centre hospitalier universitaire Befelatana hier. Une maladie – causée lorsque le système immunitaire attaque ses propres tissus – qui toucherait de plus en plus de Malgaches selon les dires du professeur Rapelanoro. Interrogé sur les statistiques exactes détenues par le Centre hospitalier Universitaire de Befelatanana, ce dernier fait savoir  » environ cent personnes ont été diagnostiquées auprès du CHURB ces cinq dernières années« . Avant de noter que « les statistiques ne prennent pas en considération les personnes porteuses de la maladie qui sont dans la nature« . Se manifestant par des tâches sur la peau, des douleurs aiguës, la fatigue ou encore des chutes de cheveux, la Lupus est une maladie chronique dont le coût du traitement s’élèverait entre 80.000 et 90.000 ariary par mois. Ce qui est loin d’être à la portée de nombreux foyers malgaches. D’où le projet de mise en place d’une Association Lupus Madagascar. Une organisation qui devrait servir de plateforme d’échanges et de partages aux personnes atteintes de la maladie. Connaissant une certaine hausse, les maladies dermatologiques sont encore sous estimées par les Malgaches… sûrement par cette attitude de les considérer comme étant des maladies de pauvres.

José Belalahy

Midi Madagasikara3 partages

Carburants : Aucune pénurie en vue, selon l’OMH

Les stocks de carburants sont suffisants et l’approvisionnement se poursuit, selon l’OMH.

Le risque serait grand pour l’économie malgache, si une pénurie survenait dans la distribution de carburants.

Les consommateurs sont craintifs, depuis quelques semaines, suite à l’intensification du bras de fer entre l’Etat et les compagnies pétrolières, dans la définition de la nouvelle structure des prix à la pompe. Comme par hasard, une station-service avait un problème de stock d’essence sans plomb, cette semaine. La nouvelle s’est très vite répandue sur les réseaux sociaux, ce qui a suscité une réaction immédiate de l’OMH (Office Malgache des Hydrocarbures). « Suite à la propagation de rumeurs dans les réseaux sociaux sur une éventuelle pénurie d’essence sans plomb, l’OMH a effectué des descentes au niveau des stations- service  de la capitale afin de s’enquérir des niveaux de stocks. Sur les 54 stations-service  visitées, une seule a eu un problème d’approvisionnement lié à la coordination de la livraison. Par ailleurs, le GPM – regroupant les professionnels du secteur – a communiqué publiquement que, dans le contexte de la finalisation, de la nouvelle structure tarifaire, ses membres se sont engagés à poursuivre normalement leurs activités, en particulier en ce qui concerne l’importation des produits pétroliers. L’OMH tient donc à rassurer le public que l’approvisionnement en carburants se déroule normalement », a indiqué l’OMH dans son communiqué.

Négociations. En ce qui concerne les prix à la pompe, de plus en plus d’entités confirment la possibilité d’une baisse significative. Outre les experts engagés par la Banque  mondiale, les économistes se sont également exprimés sur le sujet. Le Dr Hery Ramiarison a parlé d’un profit non justifié des pétroliers de 392,52 Ariary par litre de carburant, dans son étude basée sur l’évolution des différents indicateurs sur la période 2013-2018. Le CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar a également confirmé, lors d’une conférence, la faisabilité technique d’une baisse de plus de 198 Ariary, comme le président Andry Rajoelina envisage de faire appliquer. Certes, tous sauf les pétroliers, affirment que les quatre compagnies réalisent des superprofits avec leur monopole déguisé. Lors du début des négociations pour le changement de la structure tarifaire, l’Etat a évoqué un superprofit de 700 Ariary par litre, dont 90% sont accaparés par les compagnies pétrolières et 10% dédiés aux gérants de stations-service. Avec la fluctuation des différents indicateurs, ce projet a baissé, selon les économistes, mais malgré tout, les quatre compagnies réalisent encore ensemble un profit de 12 milliards d’Ariary par mois, si l’on se réfère à la consommation mensuelle du pays. Une somme astronomique pour les Malgaches, mais semble si peu pour ces multinationales…

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Mahabo : Kamiao nitondra mpitety tsena nivadika, 4 maty, 38 naratra

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahatsiravina nahafatesan’olona indray tamin’ny RN35, 500 metatra tsy hiditra ny tanànan’ Ankilizato, Distrikan’i Mahabo, ny alin’ny alarobia teo, tokony ho tamin’ny 9 ora sy sasany. Raha ny vaovao voaray, dia fiarabe iray nitondra gony katsaka sady mbola nitondra mpandeha 40 mahery avy namonjy tsena, tao Akorampara any amin’ny Kaominina ambanivohitry Befotaka no tra-doza, ka nivadika ambony ambany. Vokany : olona efatra no maty tsy tra-drano, mpandeha 38 naratra mafy ka ny dimy tamin’izy ireo dia nalefa haingana tsaboina ao amin’ny hopitaliben’i Morondava, fa ny 33 ambiny kosa manaraka fitsaboana ao amin’ny CSB II-n’ Ankilizato, izay mbola arahi-maso akaiky ankehitriny ny toe-pahasalaman’izy ireo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Visite du Pape : Andry Rajoelina sur le terrain

Le président Andry Rajoelina et les responsables de l’EKAR ont effectué une descente au domaine « Soa Mandrakizay » hier.

A la vitesse du TGV. Les travaux de construction du « Soa Mandrakizay », le site prévu pour l’accueil de la messe rentrant dans le cadre de la visite du Pape François, prévue le 8 septembre prochain avancent à une vitesse grand « V ». Deux mois, ou enfin presque, après le coup d’envoi des travaux, le terrassement et le remblayage sont achevés. Par ailleurs, l’emplacement de l’autel pour la célébration de la messe et les dispositions prévues pour accueillir les fidèles qui seront présents à Androhibe lors de cet évènement sont déjà définis et ont déjà été approuvés par le Conseil du Vatican. Il convient de rappeler que 35 Ha de terrain ont été réhabilités pour cette occasion. D’après les explications, des milliers de fidèles catholiques sont attendus au domaine « Soa Mandrakizay » lors de cette messe. Hier, le président de la République, Andry Rajoelina est descendu sur le terrain pour constater de visu l’avancement des travaux. Il était accompagné à l’occasion par le Cardinal, Monseigneur Désiré Tsarahazana, ainsi que plusieurs évêques et hauts responsables au sein de l’Eglise Catholique Romaine (EKAR). Les responsables ont affirmé hier que les travaux du domaine « Soa Mandrakizay » seront terminés dans les délais impartis.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Une campagne électorale sans passion

Le début de la campagne des élections législatives s’est déroulé sans tambour ni trompette. La population ne semble pas avoir pris la mesure de l’importance de cette consultation qui la concerne tout particulièrement. Election dite de proximité, elle ne met pas en avant des enjeux nationaux, quoique l’objectif du régime et de ses partisans est  d’avoir une majorité de députés à l’Assemblée nationale. Les candidats de la plate-forme IRD mettent en avant leur soutien au président Andry Rajoelina qui veut, disent-ils, réaliser son ambitieux programme de développement pour Madagascar. Cependant, ce sont pour le moment des problèmes plus terre à terre qui intéressent les électeurs. La réparation d’infrastructures dans les quartiers ou les problèmes de voirie sont pour beaucoup de citoyens la priorité des priorités. Les thèmes de campagne sont différents selon les endroits, mais on sent quand même l’ombre du chef de l’Etat planer sur cette élection. Le TIM et son président Marc Ravalomanana ne s’y sont pas trompés.. Ils comptent bien avoir un maximum d’élus pour pouvoir peser sur les affaires nationales. Le régime, cependant, après le bilan des 100 jours dressé par le président Andry Rajoelina, peut afficher une certaine satisfaction. Les bailleurs de fonds traditionnels vont décaisser des crédits pour l’aider à réaliser des projets déjà prévus. La Banque mondiale a délivré un satisfecit au plan de réforme de la Jirama. Les efforts faits pour juguler l’insécurité commencent à porter leurs fruits. Il reste cependant beaucoup à faire dans ce domaine.

Sur le plan international, c’est le regain de tension entre le camp occidental et l’Iran qui fait la une de nombreux médias. L’accord nucléaire signé à Vienne en juillet 2015 entre l’Iran et six puissances mondiales est mal en point. Après que les Etats-Unis l’ont dénoncé lors de l’arrivée de Trump à la Maison Blanche, il a été soutenu à bout de bras par les pays européens. Les sanctions appliquées par les Américains n’ont pas  entraîné le retrait des Iraniens de l’accord. Mais elles se sont encore accrues dernièrement et le gouvernement iranien a déclaré que sa patience a des limites. Son Premier ministre soutient que son pays est prêt à reprendre les travaux d’enrichissement d’uranium. Il a adressé aux Européens un ultimatum de deux mois pour qu’ils arrêtent d’appliquer la politique d’étranglement économique de Donald Trump. Les Européens ont répondu par un refus clair et net. Dans le même temps, les Etats-Unis ont envoyé un porte-avion nucléaire au large des côtes iraniennes.

Le dictateur nord-coréen, quant à lui, multiplie les provocations.  Il a décidé de procéder au tir de plusieurs missiles de courte portée pour, dit-il tester les capacités de défense de son pays. Cette démonstration de force survient après l’arrivée à Séoul de Stephen Biegun, représentant spécial américain pour la Corée du Nord.

En France, la campagne électorale pour les élections européennes bat son plein. La rivalité entre la République en marche et le Rassemblement nationale s’est accrue. A deux semaines du scrutin, les deux partis sont au coude à coude dans les sondages. Le président Macron a décidé de s’impliquer, ce qui fait dire à Marine Le Pen que si sa liste n’est pas en tête, il devra partir.

A deux semaines de l’élection législative du 27 mai, il n’y a pas de véritable engouement de la population. La campagne se déroule sans que l’on sache vers quel camp le choix des électeurs va se porter. L’enjeu est pourtant important, mais les candidats n’essaient pas d’élever le débat. Ils tentent d’attirer les citoyens en utilisant des méthodes du passé

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

La vigilance des Malgaches face à la drogue

Madagascar est une plaque tournante du trafic de drogue. Il ne faut pas se voiler la face même si cela nous choque au plus haut point. La recrudescence des arrestations de trafiquants et les prises faites par les services spécialisés, ces derniers temps, nous montrent que les douaniers malgaches sont de plus en plus aguerris et qu’il est de moins en moins facile de passer à travers les mailles du filet. Aujourd’hui, on a pris conscience de la gravité de la situation et la vigilance des services de sécurité ira en s’accroissant et permettra de nous prémunir contre le fléau de la drogue.

La vigilance des Malgaches face à la drogue

Madagascar ne constitue pas pour l’instant un marché intéressant pour les trafiquants de drogue car les Malgaches dans leur grande majorité ne sont pas des clients potentiels du fait de leur faible pouvoir d’achat. La Grande Ile, du fait de sa position privilégiée, constitue une plaque tournante du trafic international et sert de passage aux voyageurs en provenance des pays pourvoyeurs de drogue. Depuis toujours, les transits dans les aéroports se faisaient sans encombre. Il n’y avait aucune arrestation et cela donnait l’impression de frontière passoire. La prise de conscience s’est faite tardivement et l’expertise des spécialistes étrangers est venue renforcer la capacité de nos services. Les résultats se font sentir. Des prises ont commencé à être opérées par nos douaniers. Ces succès ne couronnent que le début d’un travail mené en profondeur. Des matériels modernes vont être installés. Des chiens renifleurs de drogue vont être utilisés. Madagascar n’est plus ce pays passoire dont on parlait avec un certain mépris. Notre pays va prendre sa part dans la lutte contre ce fléau qui mine les sociétés et qui, pour le moment, épargne le nôtre.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

ISTA-Ambositra : La tension persiste depuis 7 mois, entre le DG et les manifestants

La tension persiste au sein de l’ISTA d’Ankorombe, depuis bientôt 7 mois. Une dissension qui a vu le jour en décembre de l’année dernière, sans que les responsables de cet   Institut supérieur de Technologie, ceux du ministère de tutelle et les manifestants ne prennent aucune mesure. On soupçonne même, selon les observateurs un esprit de corporatisme au sein même du ministère de l’Enseignement supérieur. Ces observateurs sont même allés jusqu’à justifier la rencontre qui a eu lieu entre le représentant du ministère de tutelle avec les parties en conflit au sein de l’ISTA. Cela s’est terminé  en queue de poisson. Ces observateurs de se demander les raisons qui ont emmené les responsables d’agir de la sorte, pour l’intérêt d’une minorité. Cette dernière ne semble pas être inquiétée, et pas du tout, de ces vagues de changements opérés par le gouvernement pour atteindre les objectifs.

Pour l’histoire, le DG de l’ISTA est à la tête de son département depuis neuf ans. Les manifestants reprochent à ce premier responsable de reléguer au dernier de ses soucis les motivations du personnel, comme revendiquent nos interlocuteurs.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Une association dotée de bois recyclé par Ambatovy

Un menuisier de FIMIAM transformant les palettes usagées d’Ambatovy en meubles.

Le projet minier Ambatovy vient d’approvisionner en bois usagé (palettes, caisses en bois, etc…) la Fédération des associations villageoises d’Ampitambe Moramanga, dénommée FIMIAM. Travaillant dans le bois, le FIMIAM utilisera cette donation à des fins de recyclage. S’en suivent des tables, tabourets, canapés ; etc ; tout aussi écologiques qu’esthétiques. D’autant plus que selon les dires d’Edmond Ratovonary, président du FIMIAM, nombre de commandes ont déjà été reçues bien avant la mise en vente. La création d’emplois a par ailleurs été rendue possible grâce à l’embauche de deux jeunes menuisiers. Pour en revenir à la compagnie minière, Ambatovy assure depuis deux ans, la gestion responsable des matériaux usagés, et entreprend aussi des donations et d’approvisionnement en bois usagé, comme celle dont il est question ici. Cela concourt significativement à l’amélioration des conditions de vie des communautés et de ses zones d’intervention en boostant leurs activités génératrices de revenus.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Mitohy ny fisamborana ataon’ny polisy manao akanjo sivily

Mety ary tena misy vokany ilay fika hatreto. Ampanaovina fanamiana sivily ireo polisy ary alefa mandeha eny amin’ny toerana be mpanendaka. Ny alakamisy teo dia lehilhahy iray indray no voasambotr’ireo teo am-panendahana. Teo am-pisintomanana kavina volamena izy no tsikaritr’ireo mpitandro ny filaminana izay nihainohaino teo amin’ny toerana fiantsonan’ny fiara fitaterana. Tokony ho tamin’ny dimy ora hariva tamin’io ary efa feno mpanendaka toy ny mahazatra ilay toerana. Tsy nampoizin’ireo olon-dratsy mihitsy ny fisian’ireo mpijoko azy ireo teo amin’ny manodidina izay efa nanara-maso ny fihetsiky ny tsirairay. Rehefa nohadihadiana dia fantatra fa 50 taona ilay lehilahy ary nanomboka izy 26 taona no nanendaka. Izany hoe 24 taona nivelona tamin’io asaratsy io ilay rangahy ary efa intelo nifonja saingy tsy mety fay. Natolotra ny fampanoavana omaly izy ary nidoboka am-ponja indray. Ny tranga toy izao dia manaporofo fa tsy voatery hitazom-basy etsy sy eroa ny mpitandro ny filaminana vao azo atao hoe mahomby. Ilaina kokoa aza izy miasa mangina toy izao. Porofon’izany, efa maromaro ny voasambotra teo amin’io kartie io noho ity fomba fiasa tsy fahita firy ity, kanefa efa fanaon’ny mpitandro ny filaminana any ivelany rehefa manao angom-baovao sy fikarohana ny olon-dratsy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Samedi 11 mai

# « Rootsikalo » au « Jao’s Pub » Ambohipo

Passionné  de reggae dans tous ses états, rendez-vous ce soir au « Jao’s  Pub » Ambohipo. Rootsikalo, avec cette voix hors du commun signera un moment mémorable pour les amateurs du genre. Ragga, reggae, afro, rempliront le répertoire avec la présence de La Mjiet Akann tandis que le Dj G-Razah sera derrière les platines. Mis à part les incontournables du reggae, il chantera également ses morceaux tels que « Tsio-drivotra » et « Modia », tout en comptant sur la meilleure sélection de  « tunes » et de « sound system ».

# Jaojoby au Glacier Analakely

Jaojoby nous revient pour une soirée endiablée au Glacier Analakely. Au programme son  éternel répertoire intarissable. Avec son équipe, il transportera le public dans l’univers magique des chansons des tropiques.  Il interprétera ses célèbres titres tandis que ses danseuses les accompagneront de ses extraordinaires chorégraphies pour satisfaire la demande de ses admirateurs qui ne rateront pour rien au monde une apparition publique de leur idole. Une soirée des plus mémorables qui se profile à l’horizon.

# « Elles » au « Fara West » Faravohitra

Le « Fara West » à Faravohitra offre une belle affiche ce soir. Avec Dina Mialinelina aux commandes, l’évènement  promet, avec des compositions de son cru et quelques interprétations qui feront sûrement saliver les mélomanes. Des titres scandés au nom du cœur et de la voix. Pour ceux qui préfèrent la musique à part, aller voir Dina Mialinelina serait une idée pour finir en beauté la semaine.

Dimanche 12 mai

# « Lokon’ny Fiderana » à Antsahamanitra

Pour les inconditionnels de musique évangélique,  rendez-vous au théâtre de verdure d’Antsahamanitra. A partir de 14h, Faratiana Church, Antsan’i Kristy, Rojon’ny Avo, Jimmi Harivelo et le groupe Honoré se relayeront sur la scène le temps d’un après-midi. De la musique aux couleurs de l’arc-en-ciel pour célébrer, louer et adorer  en chœur le Seigneur.

Z.T/M.R/I.H

Midi Madagasikara0 partages

Ifanadiana : Un candidat présumé kidnappeur introuvable, mais reste toujours à la Une

Les victimes de kidnapping sont sérieusement dans l’inquiétude. En effet, il est constaté que le certain Haja Dinah, déjà écroué à la prison d’Ambalatavoahangy, mais qui a miraculeusement obtenu sa liberté provisoire, est le sujet d’une propagande spectaculaire à Ifanadiana.

Ce candidat indépendant est pourtant le deuxième de liste, après le maire pour les Legislatives, le maire qui se charge lui-même de cette propagande. Une propagande tonitruante qui étonne énormément , car l’intéressé n’ose même pas se montrer sur place. Les gens se demandent s’il est vraiment en prison à Ambalatavoahangy, pourquoi il brille par son absence durant sa campagne électorale.

Ce Haja Dinah est impliqué dans plusieurs affaires de kidnapping, dont celui du  cas d’Antsirabe ou  de Toamasina. Il est à rappeler qu’après les enquêtes d’usage,il a été placé sous mandat de dépôt.

Stupéfaction des victimes, il a bénéficié d’une liberté provisoire ! Un fait tout à fait anormal  qui a éveillé l’attention des hauts responsables de la Justice. La réaction immédiate de la part de ces hauts responsables a été la suspension des cinq (5) magistrats, auteurs de la remise en liberté de ce candidat prévenu !

Les électeurs sont dans l’expectative est-ce qu’ils vont voter pour le propagandiste qui vocifère au micro, durant les campagnes électorales d’Ifanadiana, ou bien pour quelqu’un qui n’est visible que sur l’affiche. Ce qui signifierait que le candidat présumé malfaiteur croupirait encore en prison.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Trafic de drogue : Un des cerveaux présumés arrêté

Un beau coup de filet de plus pour la douane malgache. Une jeune femme malgache âgée de 39 ans, soupçonnée d’être l’un des cerveaux de plusieurs cas de trafics de drogue entre Madagascar et l’île Maurice, vient d’être arrêtée par le service des douanes de Toamasina, avant-hier.

Recherchée depuis décembre 2017, cette dame a finalement été piégée par les agents des douanes de la Brigade de Surveillance de Toamasina, dans le cadre de formalités liées à un bateau à voile lui appartenant. La dame en question n’est visiblement pas une inconnue dans le réseau de trafic de drogue dans la région Océan Indien. Son nom a été à maintes reprises cité par d’autres trafiquants originaires de Madagascar, ayant déjà fait l’objet d’une arrestation à l’île Maurice. La véracité des affirmations de ces personnes qui l’ont dénoncé a été vérifiée grâce aux nombreux éléments probants de l’enquête. Les investigations continuent et une étroite collaboration avec le CIS et les autorités mauriciennes sont également en cours.

Cette arrestation, qui intervient seulement quelques semaines après l’importante saisie des 46 kg d’héroïne à Toamasina, démontre, en tout cas que la lutte contre les trafics de stupéfiants est désormais une des priorités des douanes malgaches. L’Administration qui s’engage à poursuivre inlassablement les efforts pour que Madagascar ne soit plus un pays de transit pour les drogues dures.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ambassade de Chine : Salon des médias 2019

L’initiative « la ceinture et la route » a été mise en exergue, lors du salon des médias, hier, à Nanisana. ( Photo Kelly)

D’après le conseiller économique et commercial de la Chine à Madagascar, le pays de Mao se positionne comme étant le premier partenaire commercial de la Grande île

Le premier « Salon des médias 2019 » s’est tenu, hier, à l’ambassade de la République populaire de Chine à Nanisana. Il rentre notamment dans le cadre du raffermissement des liens avec les médias malgaches tout en renforçant l’amitié sino-malgache. Cette rencontre a surtout mis en exergue l’initiative « la ceinture et la route» (ICR). Lors de son intervention, le chargé d’affaires chinois a souligné que les médias jouent un rôle important dans la communication. Concernant la Grande île, il estime que Madagascar tient une position stratégique dans la mesure qu’elle joue le rôle d’un pont pour la route de la soie, étant donné sa situation géographique. Le diplomate a, en outre, mentionné les trois facteurs pour le développement. Il s’agit de l’agriculture, de l’industrie et du transport.

Développement partagé. Pour ce qui est de la coopération sino-malgache  dans le cadre de l’ICR 2018, elle est estimée à 0,98 milliard de dollars, soit environ un milliard de dollars,  avec une croissance de 4,91%. Pour ce qui est du volume d’investissement chinois à Madagascar en 2018, il  est estimé à 21,83 millions de dollars. De ce fait, d’après le conseiller économique et commercial de la Chine à Madagascar, le pays de Mao se positionne comme étant le premier partenaire commercial de la Grande île. Dans la même foulée, l’IEM est en synergie avec l’initiative « la ceinture et la route ». Par ailleurs, selon le Président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, lors de l’ouverture du deuxième forum de la « ceinture et la route » pour la coopération internationale, « elle a pour objectif d’axer les efforts sur la connectivité, la coopération concrète, de répondre ensemble aux différents risques et défis qu’affronte l’humanité et de réaliser des bénéfices mutuels et un développement partagé. Grâce aux efforts conjoints de tous, un cadre d’interconnexion consistant en six corridors, six réseaux, de multiples pays et ports a été mis en place…Plus de 150 pays et organisations internationales ont signé avec la Chine des documents de coopération dans le cadre de l’initiative « la ceinture et la route ».

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

CUA : Le Conseil municipal valide des nouveaux projets

Les conseillers municipaux de la commune urbaine d’Antananarivo ont clôturé hier leur énième session extraordinaire de cette année. Une session au cours de laquelle des nouveaux projets pour le développement de la Capitale ont été validés. 40 conseillers municipaux sur 54 ont été présents durant les deux jours de la session. Parmi les projets validés hier au niveau du conseil figurent la rénovation de l’Avenue de l’Indépendance et l’extension du « métro » sur l’esplanade à Analakely. Par contre, l’adhésion de la commune urbaine d’Antananarivo au projet AUGA (Agence d’Urbanisme du Grand Antananarivo) n’a pas obtenu l’aval du conseil municipal. « La rénovation de l’Avenue de l’Indépendance entre dans le cadre de la mise en œuvre de la Vision du maire Lalao Ravalomanana qui veut faire d’Antananarivo un bien commun des Malgaches. », a expliqué le président du Conseil Faustin Andriambahoaka.

Sinistrés. Visiblement, les conseillers municipaux sont obligés de suivre la vitesse de l’Exécutif de la mairie dans la réalisation des projets de développement de la Capitale. A propos de l’exécutif municipal, une délégation de la commune urbaine d’Antananarivo conduite par le premier adjoint au maire Olivier Randrianarisoa et composée du délégué du IIIème arrondissement Hery Razafintsalama et des techniciens au niveau de la commune était venue au chevet des sinistrés de l’incendie qui a ravagé 80 installations commerciales à Ambodivona. Il a été évoqué au cours de cette descente que les infrastructures seront reconstruites en respectant les normes. Les constructions en bois ne seront plus acceptées. Les travaux de reconstruction débuteront dès la semaine prochaine. Pour cela, les marchands concernés sont invités à une concertation avec les techniciens de la CUA.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Kamiao voatafika, mpandeha 11 voakapa famaky

Nitrangana fanafihan-dahalo mpanakan-dalana nitam-basy indray tany amin’ny distrikan’i  Farafangana, afak’omaly hariva, tokony tamin’ny dimy ora. Araka ny tati-baovao voaray, dia fiara kamiao iray mampitohy an’i Lohatranambo sy Farafangana renivohitra, izay nitondra mpivarotra avy nitety tsena no notafihan’ny valo lahy nitondra basy sy zava-maranitra, sahabo 20 km tsy hiditra ny tanànan’i Farafangana amin’ny RN27 iny. Vokatry ny tifitra sy fira antsy ary kapa famaky, dia olona 11 no naratra mafy, ka tsy maintsy naiditra hopitaly haingana ao amin’ny CHRR Farafangana, ary efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy avokoa ireo maratra. Voaroba lasan’ireo dahalo nandritra ity fanafihana ity avokoa ny volan’ireo mpamonjy tsena rehetra niampy firavaka volamena sy finday. Manao ny fikarohana sy hazalambo an’ireo olon-dratsy ny mpitandro filaminana ampian’ny fokonolona ankehitriny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Site de migration de Maroanakomby : Menacé par le phénomène d’insécurité.

C’est un des projets le plus ambitieux de la région d’Amoron’i Mania. En 2004, il s’agit de la concrétisation de la politique de migration avec l’appui de la coopération suisse de l’époque par l’entremise du programme « Matoy ».

Cette politique de migration, dont la conception et la mise en œuvre ont été savamment orchestrées par la région et le programme suisse « Matoy », implique directement une grande partie de la population de l’Est de la région surpeuplée pour rejoindre la partie occidentale du district d’Ambatofinandrahana et pour mettre en valeur de vastes terres cultivables. Plus de 700 familles de la partie Est, au bout de quelques années seulement, ont pu rejoindre le site de migration et leurs familles les ont rejoints peu temps après. Ces migrants ont produit des centaines de tonnes de riz, de maïs, d’haricot, de manioc. L’élevage de bovins et de caprins prospérait avec plusieurs centaines de bêtes.

En 2017, le site a été attaqué par des « dahalo » emportant tout sur leur passage. Ces migrants ont perdu tous les biens qu’ils ont acquis, prix de tant d’années de labeur. Il y eut même deux morts. Plusieurs centaines de migrants ont décidé de retourner chez eux et revivre dans la précarité par peur de l’insécurité.

Il y a quelques années, la région avait mis en place des éléments des forces de l’ordre pour sécuriser les lieux. Malheureusement faute de moyen financier, l’appui a été suspendu.

D’autre part, les habitants du site demandent la mise en place d’infrastructures de base (écoles, dispensaires, etc.) pour le bien-être du site et ses environs.

Anastase

Midi Madagasikara0 partages

CSA Faravohitra : Justice et réconciliation au cœur des « Journées sociales » de l’APSE

Le père Cyprien Razafinandraina, directeur du CSA (au centre) et Masy Razafindradama, du programme « Pastorale de la Santé et de la Famille » (premier plan lors de la présentation des journées sociales de l’APSE.

Les 16,17 et 18 mai se tiendront au Centre Social Arrupe (CSA) sis dans l’enceinte de l’ECAR Faravohitra, les « Journées sociales » de l’Apostolat Social et Ecologique (APSE) de la Compagnie de Jésus à Madagascar.

A leur sixième édition, cette année, les Journées sociales de l’APSE portent sur le thème « Réconciliation et Justice : pour reconstruire une société plus équitable et un environnement plus viable ». Chaque année, l’APSE organise cet évènement pour contribuer à l’amélioration de la vie en société et environnementale à Madagascar, à travers des réflexions et des partages. Les Journées Sociales 2019 s’inscrivant dans le cadre du processus électoral et coïncidant avec la campagne pour les législatives, constituent une opportunité pour échanger sur « l’importance de rebâtir une société en soif d’équité et de développement, en cohérence avec la sauvegarde de la planète », a-t-il été expliqué lors de la séance de présentation, hier, au Centre Social Arrupe à Faravohitra. C’est ainsi qu’il a été appris que les Journées sociales 2019 compteront dans leur agenda trois conférences suivies de débats et d’ateliers portant sur plusieurs sous-thèmes, notamment « La réconciliation de l’homme avec Dieu » (16 mai 2019 à 14h), à travers le point de vue des religions qui sont censées avoir l’expérience de la réconciliation ; « La réconciliation entre les hommes et la construction de la nation » (17 mai 2019 à 9h), à travers la promotion de la justice économique, de cultures et de valeurs appropriées à l’identité et à l’histoire du peuple malgache ; « La réconciliation de l’homme avec son environnement » (17 mai 2019 à 13h30), à travers l’analyse des changements à adopter et la promotion de comportements qui suscitent un développement durable. Afin de susciter débats et réflexions, l’APSE a convié des conférenciers de divers horizons dont, entre autres, des représentants de groupes religieux malgaches dont le FFKM (Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara) et l e FSM (Fikambanan’ny Silamo Malagasy) ; des chercheurs spécialistes de la culture et de l’identité malgaches ; des économistes ; des scientifiques spécialisés dans l’environnement ; et des prêtres. Une compilation des résolutions prises durant les Journées Sociales sera présentée le samedi 18 mai à 9h30. Rappelons que l’APSE, dont la coordination est assurée par le CSA, est l’un des sept champs d’évangélisation de la Compagnie de Jésus. Il rassemble les œuvres et les engagements sociaux des jésuites tels que Pastorale du Monde Ouvrier (PMO), Lakroan’i Madagasikara, Cercle Chrétien de la Santé (CCS), Cours de Formation Générale pour Adultes Ruraux (CFGR), Amis de Lakroa (AdL) et le CSA auquel se rattache la Pastorale de la Santé et de la Famille (PSF).

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Kaominin’i Maroantsetra : Noroahin’ny rainy tao an-trano, tovolahy 16 taona namono tena

Maty nananton-tena tamin’ny tady teo amina fototra ampalibe teo an-tokontaniny ihany ity tovolahy 16 taona mpianatra kilasy faha-04 ao amin’ny CEG any an-toerana. Mponina ao Mangarivotra Maroantsetra izy ireo ary miara-mipetraka amin’ny rainy izy sy ny anabaviny. Talohan’io namonoany tena io araka ny fanazavan’ny namany sy ny manodidina dia avy nifamaly be izy sy ny rainy. Ny fialan’izy mianadahy mianatra hatrany no mampiady azy sy ny rainy mandritra izany, satria hoe tsy velon’ny rain’izy ireo intsony izy mianadahy ka tokony efa hitady asa amin’izay. Taorian’ny fifamalian’izy ireo noho fitakian’ny rain’izy ireo amin’ny fialana mianatra ity, dia niala tao an-trano izy mianadahy satria noroahin’ny rain’izy ireo nandritra izany ny alarobia io. Hagagana ny an’ny mpiray Tanana ny maraina ny alakamisy nahita ity tovolahy 16 taona antsoina hoe Nono ity nihantona tamin’ny tady teo amin’ity fitotra ampalibe ity. efa tovolahy tsy nisy aina intsony no hita, ary nataon’ny mpitsabo ny fizahana ny razana dia tena famonoan-tena no nataony ary ny alina ny alarobia nifoha ny alakamisy manontolo izy no efa nihantona teo. An-kevitry ny tsy nanana fianakaviana handray azy no anton’izao famonoan-tena izao taorian’ny fandroahan’ny rain’izy ireo azy mianadahy, satria hatramin’izao dia tsy hita popoka ny misy ny anabavin’ity tovolahy ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Situation acridienne : Des éclosions massives de criquets avec 210 060ha infestés

Une base mobile en pleine intervention dans l’aire grégarigène.

L’IFVM (Ivon-toerana Famongorana ny Valala eto Madagasikara) entame actuellement sa troisième campagne de lutte antiacridienne appelée « Savahao ».

Le centre reste méfiant et son équipe continue à intercéder, a-t-il communiqué étant donné que la situation acridienne ne manque effectivement pas de surprises. En fait, depuis le début de cette année, la condition météorologique a amplement favorisé l’éclosion des criquets migrateurs et leurs développements, et ce, en raison des passages de la zone de convergence intertropicale au Nord de Madagascar suivie du cyclone tropical DESMOND et de la tempête tropicale modérée EKETSANG dans le Canal de Mozambique. Cette dernière a amené des pluies abondantes dans toute l’île, particulièrement dans les régions Atsimo Andrefana, Androy et Anosy. Ainsi, la majeure partie de l’aire grégarigène a subi un excès de pluviosité.

Excédents de pluies. En février dernier, des pluies excédentaires ont encore été enregistrées dans la majeure partie de cette aire grégarigène et l’aire grégarigène transitoire. La région d’Ihorombe, Androy, la plaine de Toliara, le plateau de Karimbola et le littoral Sud, ont bénéficié de pluviosité supérieure à la normale. Et en mars dernier, il y avait également le passage d’IDAI et un autre cyclone tropical, JOANINHA. Ce qui a provoqué des excédents de pluies de 213,3 mm en 20 jours dans les régions de Sofia et Ihorombe. Du coup, des éclosions massives des criquets se manifestent, d’après les informations publiées par l’IFVM. Ces criquets développent congrûment des larves aux ailés. Aussi, les surfaces infestées augmentent actuellement jusqu’à 210.060 ha dont 185.588 ha sont traités, soit un taux de réalisation de 88%.

Lutte anti-essaim. Les infestations touchaient surtout les régions de Menabe et d’Atsimo Andrefana. Face à cette situation, le Centre a mis en place des dispositifs de lutte anti-essaim afin de prévenir d’éventuelle expansion des criquets en dehors de l’Aire Grégarigène. Chaque base mobile est pourvue d’une équipe composée d’un chef de file, d’un prospecteur et de trois agents de traitement avec une voiture et une moto. Elle se déplace selon le mouvement des ailés. Parallèlement, les traitements larvaires et des vols clairs continuent. Et à part les descentes sur terrain, l’IFVM incite également la participation effective des citoyens et des autorités locales à signaler ses agents lorsqu’ils repèrent des criquets en appelant le numéro vert 145. Il a également rappelé qu’il est strictement interdit de manger ou de vendre des criquets déjà traités par des pesticides. En bref, la situation est maîtrisée sans débordement vers l’aire d’invasion malgré l’ampleur de la population acridienne dans l’aire grégarigène lors de cette campagne, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Amoron’i Mania : Agriculture familiale, mise en place des comités régionaux

L’agriculture familiale fournit plus de 75 % de la production nationale agricole d’où la nécessité de redynamiser ce secteur.

Pour poursuivre, les actions entreprises par le Cnaf (Conseil national de l’agriculture familiale) créé  en 2105, l’amélioration de la politique agricole  qui touche  le plus les agriculteurs familiaux à Madagascar nécessite une représentativité plus accrue, non seulement à l’échelle nationale, mais aussi dans les régions. En 2019, le Cnaf malgache a décidé d’organiser des ateliers dans ce sens dans les douze régions de l’Ile, Sofia,  Analamanga, Bongolava, Atsinanana, Itasy, Alaotra Mangoro, Vakinankaratra, Menabe, Haute Matsiatra, Ihorombe et Vatovavy Fitovinany et tout dernièrement dans l’Amoron’i Mania. Ceci rentre dans le cadre de la décennie de l’agriculture familiale et qui sera marquée incessamment à Rome à l’échelon mondiale.

Développer un environnement politique favorable pour l’agriculture familiale, c’est le défi du plan d’action de cette décennie. Ce qui permet aux agriculteurs nationaux d’accéder aux ressources nécessaires et à la durabilité de cette dernière. La mise en relation des associations paysannes familiales en symbiose avec les acteurs œuvrant dans l’agriculture familiale sera un des chemins contribuant à son renforcement.

CHAN MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Sofera nanompa pôlisy, naiditra am-ponja vonjimaika

Ela nitoratorahana ! Tsy vitan’ny hoe namaly mpitandro filaminana am-perin’asa mantsy ireto mpamily amin’ny zotra iray eto an-drenivohitra fa mbola nitondra an-keriny mpandeha maromaro ihany, ho an’ny toerana tsy handehanany akory.

Ny alakamisy lasa teo, tokony ho tamin’ny valo ora alina tany ho any dia fiara taxibe iray, manao zotra mampitohy an’i 67ha sy Mandroseza no nosakanan’ny pôlisy tetsy Andavamamba. Niafara tamin’ny fisamborana ny mpamilin’ity fiara ity mihitsy moa izany fanakanana azy ireo izany. Raha ny zava-nitranga, araka ny fampitam-baovao, dia niainga teo 67ha io fiara io, tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo, tokony handeha hihazo an’i Mandroseza, araka ny zotra tokony halehany mahazatra. Nony tonga teny amin’ny manodidina an’i Tsimbazaza iny anefa izy ireo, tokony ho tamin’ny fito ora hariva tany ho any dia nandà ny tsy handeha intsony ilay mpamily fa handeha hihodina. Najanony ny fiara ary notereny hidina ireo mpandeha maromaro tao anatiny. Tsy nanaiky mora izay fiovan-dalàna tampotampoka izany anefa ireo mpandeha, izay saika mody any Mandroseza avokoa ka tsy nety nivoaka. Raikitra ny fifamaliana. Nanao loham-boto fotsiny anefa ireto mpamily sy ny mpanampy azy ka nakaton’ireto farany fotsiny ny varavarany ary nentiny an-terisetra niverina any 67ha ireo mpandeha tao anatiny. Niantso pôlisy avy hatrany moa ireto farany ary io voasakana teny Andavamamba io ilay fiara. Mbola izy ireo indray anefa no namaly ireo mpitandro filaminana ary tonga hatrany amin’ny fitenenana ratsy mihitsy izany. Hany ka voatery nisambotra azy ireo, ireo mpitandro filaminana ary nitondra azy ireo natao fanadihadiana. Ary dia izao nadoboka am-ponja izao miandry ny fotoam-pitsaràna. Heverin’ny rehetra fa mba ho anatra ho an’ireo mpamily taxibe tsy mahay manaja ny asany sy mpandeha ity tranga ity. Misimisia ny toy izany, hoy izy ireo, fa mijaly loatra ireo mody alina sy lavitra.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Partenariat FJKM et CNaPS : 200 théologiens et pédagogues formés en protection sociale

Une assistance attentive lors de la formation organisée par la FJKM et la CNaPS.

Pour mettre en œuvre leur convention de partenariat signée depuis plus de deux ans, l’Eglise protestante de Madagascar (FJKM) et la Caisse nationale de Prévoyance sociale ( CNaPS) ont formé 200 jeunes théologiens et pédagogues, de l’Université Ravelojaona et de la Recherche pédagogique Ambodin’Andohalo de la FJKM Ambatonakanga les 3 et 4 mai derniers.

« L’objectif est que tous les employés de l’Eglise puissent bénéficier d’une sécurité et d’une protection sociale. En tant que futurs enseignants, directeurs, ou encore futurs pasteurs, il serait mieux, dès maintenant, de les conscientiser et de les convaincre de l’importance de la sécurité sociale. Cet atelier de formation, initié par la CNaPS, aide ces jeunes à connaître les droits des travailleurs, ainsi que les obligations des employeurs», a expliqué Didier Rasoanaivo, Directeur des Etudes et de la Conformité au siège de la CNaPS. Tandis que du côté de la FJKM, Voahangy Randrianja, Secrétaire exécutive et responsable du personnel avance : « Nous tenons à remercier la CNaPS d’avoir consenti à faciliter la régularisation des cotisations et de dispenser en plus ces informations qui nous sont indispensables ». Dans la foulée, l’atelier-formation était également une occasion pour la CNaPS de rappeler et d’expliquer aux participants comment la sécurité sociale relève plus d’un devoir que d’un choix- autant pour les travailleurs que leurs employeurs- selon la loi numéro 94-026 du 17 juillet 1994.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

M’Foot Fokontany : L’équipe championne connue demain

La compétition aborde la phase des demi-finales et finale ce jour et demain sur le terrain d’Andralanitra. Elles sont quatre équipes à savoir CF TFC, Ouest Mananjara, Sélection Fiadanana ainsi que Sélection Androhibe à disputer le titre. Le champion de Tana sera, non seulement, récompensé par les nombreux partenaires mais pourra également participer à la réhabilitation des infrastructures de sa circonscription. A l’occasion de cette phase cruciale du tournoi, deux professionnels du football de renommée internationale ont été particulièrement mobilisés par les organisateurs afin de sélectionner les meilleurs joueurs du tournoi « M’foot Fokontany ». M. Herman de Souza, agent officiel de la Fifa, ainsi que Nicolas Santucci, entraineur français et consultant international, seront présents durant les prochains matches afin d’apporter leur contribution dans le développement du football malgache. « La venue de ces professionnels du football marque la consécration du talent ainsi que du professionnalisme dont fait preuve nos jeunes footballeurs. A travers ce geste, nous souhaitons capitaliser le potentiel de ces jeunes malgaches et leur offrir une occasion en or dans la poursuite d’une carrière sportive saine et réussie. Le football, le tournoi « Mfoot Fokontany » a d’ailleurs pris une dimension plus importante en termes de contribution au développement du football malgache et d’impact direct du sport au sein de la société” s’est exprimé Lova pPrésident du club des supporters « Alefa Barea ». « M’Foot Fokontany » a permis aux équipes de la Capitale de s’affronter durant un mois et demi, de fin mars jusqu’au mois de mai. Le tournoi s’est structuré en deux phases : les matches éliminatoires sur les terrains de quartier et la phase finale dans les grands stades d’Antananarivo. « M’Foot Fokontany » se démarque particulièrement des tournois sportifs habituels grâce à la dimension sociale qu’elle apporte, notamment à travers le soutien matériel que les organisateurs ainsi que les partenaires offriront à la circonscription de l’équipe championne. Des lots attendent les trois premières équipes.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara0 partages

Palais d’Iavoloha : Entourage présidentiel au féminin pluriel

Emergence de femmes autour du fondateur de l’IEM

La parité homme – femme est largement atteinte au niveau du staff du Président Andry Rajoelina où le sexe dit faible est fortement représenté.

Le gouvernement ne compte plus que 4 femmes ministres contre 18 hommes, après la démission pour cause de candidature aux législatives d’Irmah Naharimamy et Marie Thérèse Volahaingo. La représentation des femmes au sein des autres institutions de l’Etat est également faible avec 7 sénatrices sur 63 dans les travées de la Chambre haute; 29 députées sur 151 dans la législature sortante ; et 81 maires pour ne pas dire mères sur 1695. Seule la HCC fait exception avec 4 Hautes Conseillères sur les 9 membres.

Top 10. La participation féminine à l’exercice du pouvoir est aussi en voie de …développement à Madagascar alors que le pays avait paraphé le protocole d’accord de la SADC sur la parité homme – femme. La Grande Ile n’est pas près d’entrer dans la short list du Gender Gap Report en matière d’égalité entre les deux sexes. On est loin derrière le Top 10 composé de l’Islande (en tête), la Norvège, la Suède, la Finlande, le Nicaragua, le Rwanda, la Nouvelle-Zélande, les Philippines, l’Irlande et la Namibie. A Madagascar, les descendantes d’Eve sont sous-représentées dans la vie publique quoique peu de pays puissent prétendre être proches de l’égalité homme – femme, selon le World Economic Forum qui quantifie tous les ans, les progrès faits dans ce domaine.

Emergence. En revanche, celles qui sont considérées à tort comme des « fanaka malemy » sont fortement représentées dans le staff du président de la République. Un entourage présidentiel au féminin pluriel avec Stéphanie Delmotte, directeur de Cabinet ; Mirana Rajaonah, directeur des Affaires sociales et politiques ; Rina Rakotomanga, directeur de la Communication et des Relations publiques ; Sahondrarimalala Marie Michelle, directeur des Etudes juridiques ; Anja Ramanampisoa, directeur des Relations internationales. On peut toujours citer Lila Andriambalo dont la nomination au poste de directeur du Protocole d’Etat n’a pas encore été abrogée officiellement et rendue publique. Il y a aussi les Nachouat Meghouar, chargée des Relations avec la presse internationale ; Gentiane Andrianisa, une collaboratrice de la première heure du couple présidentiel ; Valérie Ravoajarison Zafindravaka, responsable de l’Evénementiel. On peut aussi ajouter à la liste, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo, ministre de la Communication et de la Culture. Force est de constater l’émergence en nombre de représentantes dynamiques de la gent féminine dans l’entourage du fondateur de l’IEM. Une manière pour le TGV de faire une grande avancée en matière de parité homme –femme.

R. O

Madagate0 partages

Akademia Malagasy. Fanomezam-boninahitra an’ny Profesora Raoelina Andriambololona mivady 1

Tsy asiako resabe fa avelao ny sary hanambara ny zava-nisy tao amin’ny Akademia Malagasy etsy Tsimbazaza, ny Alakamisy 09 May 2019. Izay nanatrika ka tsy tazanareo eto dia ho hita ao amin’ireo vidéos hivoaka ao amin’ny youtube (eto) tsy ho ela. Manana ny firenena malagasy manana ireto mpivady mpikaroka manam-pahaizana. Saingy indrisy, toa tsy fantatr’ireo mpitondra nifandimby tsara izany hoe harena izany fa matetika loatra no maty izy ireny vao Ra-malala… Ndao ary hijery sary tsy ho voakosoky ny taona hifandimby. Soa ihany.

Jeannot Ramambazafy Harilala Randrianarison

**********************

Jacqueline Andriambololona, née Rabesahala, a été élevée au rang de Grand-Croix de 2è classe, en décembre 2006, par le regretté Grand Chancelier Etienne Ralitera

Le Professeur Raoelina Andriambololona est né à Toamasina le 6 mai 1936. Marié à Jacqueline née Rabesahala, maître de Conférences en Philosophie à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo. Ils sont les parents de six enfants. Le Professeur Raoelina Andriambololona est le fondateur et le directeur général de l’Institut des sciences et techniques nucléaires qui a été créé à partir de rien.

Au départ, il n’y avait ni bâtiment, ni étudiant, ni personnel, ni enseignant, ni chercheur, à part lui-même. Mais le Professeur Raoelina Andriambololona n’est pas un spécialiste de la physique nucléaire, mais celui de nucléon des hautes énergies, c’est-à-dire un physicien théoricien. Il est membre de plusieurs sociétés savantes nationales et internationales et président de la section des sciences fondamentales de l’Académie Malgache. Le Professeur Raoelina Andriambololona est membre de plusieurs associations professionnelles dont l’Association nationale pour la radioprotection à Madagascar. Dans ce contexte, il a sorti plus de 130 publications scientifiques.

CV du Professeur Raoelina Andriambololona ICI

Fondateur « visionnaire » de l’INSTN-Madagascar

Le Professeur Raoelina Andriambololona aura été le pionnier des utilisations pacifiques des sciences et techniques nucléaires pour le développement de Madagascar. Il est l’Officier National de Liaison des projets en collaboration avec l’AIEA (1990 à ce jour). En tant qu’Officier National de Liaison des projets MAG, RAF, AFRA et AIEA pour Madagascar, il a été le promoteur de plusieurs applications des sciences et techniques nucléaires dans plusieurs secteurs du développement socio-économico-culturel de Madagascar : agriculture, gestion des eaux de surface et des eaux souterraines par l’hydrologie isotopique, la protection de l’environnement, l’étude de la pollution de l’air et de l’eau, santé humaine, médecine nucléaire, radiothérapie, etc.

Le Professeur Raoelina Andriambololona a mis en place la législation et les techniques de radioprotection (1997). INSTN-Madagascar a été désigné par le Gouvernement Malgache pour être l’organe technique officiel de radioprotection.

De 1969 à 1988, il a été le Directeur du Service de Physique, de la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo de 1969 à 1988. Durant son mandat, il a développé les activités de recherche en particuliers la sismologie, l’Observatoire d’Antananarivo qui a été transformé en Institut et Observatoire et de Géophysique d’Antananarivo (IOGA).

Il a innové avec la coopération avec l’Université d’Aix-Marseille (UAM) les travaux pratiques de Physique Chimie 1ère et 2ème années simulés par ordinateur.

En 1969, une année après son retour de France, il a ouvert l’enseignement de la quatrième Année en Physique à Madagascar (Certificat d’Études Supérieures de Physique Atomique et Nucléaire).

En 1976, pour pallier la carence d’enseignants en Physique à l’Université d’Antananarivo, il a ouvert contre l’avis unanime du Service de Physique, le premier enseignement de 3ème Cycle en Physique, Option Physique Nucléaire, Physique Appliquée et Physique Théorique qui a obtenu un franc succès amenant par la suite ses autres collègues qui étaient septiques au début à l’imiter. Depuis, une dizaine d’options ont été ouvertes. La même année, avec le soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Vienne, Autriche, le Professeur Raoelina Andriambololona a créé à partir de zéro (c’est-à-dire aucun laboratoire, aucun chercheur, aucun étudiant), dans des conditions difficiles et peu motivantes le Laboratoire de Physique Nucléaire et de Physique Appliquée (LPNPA). Le LPNPA a élargi le champ de ses activités de la Physique Nucléaire et Physique Appliquée aux sciences et techniques nucléaires. (Source : Kolo TV).

**********************

Madagate0 partages

Akademia Malagasy. Fanomezam-boninahitra an’ny Profesora Raoelina Andriambololona mivady 2

Tsy asiako resabe fa avelao ny sary hanambara ny zava-nisy tao amin’ny Akademia Malagasy etsy Tsimbazaza, ny Alakamisy 09 May 2019. Izay nanatrika ka tsy tazanareo eto dia ho hita ao amin’ireo vidéos hivoaka ao amin’ny youtube (eto) tsy ho ela. Manana ny firenena malagasy manana ireto mpivady mpikaroka manam-pahaizana. Saingy indrisy, toa tsy fantatr’ireo mpitondra nifandimby tsara izany hoe harena izany fa matetika loatra no maty izy ireny vao Ra-malala… Ndao ary hijery sary tsy ho voakosoky ny taona hifandimby. Soa ihany.

Jeannot Ramambazafy Harilala Randrianarison

**********************

Jacqueline Andriambololona, née Rabesahala, a été élevée au rang de Grand-Croix de 2è classe, en décembre 2006, par le regretté Grand Chancelier Etienne Ralitera

Le Professeur Raoelina Andriambololona est né à Toamasina le 6 mai 1936. Marié à Jacqueline née Rabesahala, maître de Conférences en Philosophie à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de l’Université d’Antananarivo. Ils sont les parents de six enfants. Le Professeur Raoelina Andriambololona est le fondateur et le directeur général de l’Institut des sciences et techniques nucléaires qui a été créé à partir de rien.

Au départ, il n’y avait ni bâtiment, ni étudiant, ni personnel, ni enseignant, ni chercheur, à part lui-même. Mais le Professeur Raoelina Andriambololona n’est pas un spécialiste de la physique nucléaire, mais celui de nucléon des hautes énergies, c’est-à-dire un physicien théoricien. Il est membre de plusieurs sociétés savantes nationales et internationales et président de la section des sciences fondamentales de l’Académie Malgache. Le Professeur Raoelina Andriambololona est membre de plusieurs associations professionnelles dont l’Association nationale pour la radioprotection à Madagascar. Dans ce contexte, il a sorti plus de 130 publications scientifiques.

CV du Professeur Raoelina Andriambololona ICI

Fondateur « visionnaire » de l’INSTN-Madagascar

Le Professeur Raoelina Andriambololona aura été le pionnier des utilisations pacifiques des sciences et techniques nucléaires pour le développement de Madagascar. Il est l’Officier National de Liaison des projets en collaboration avec l’AIEA (1990 à ce jour). En tant qu’Officier National de Liaison des projets MAG, RAF, AFRA et AIEA pour Madagascar, il a été le promoteur de plusieurs applications des sciences et techniques nucléaires dans plusieurs secteurs du développement socio-économico-culturel de Madagascar : agriculture, gestion des eaux de surface et des eaux souterraines par l’hydrologie isotopique, la protection de l’environnement, l’étude de la pollution de l’air et de l’eau, santé humaine, médecine nucléaire, radiothérapie, etc.

Le Professeur Raoelina Andriambololona a mis en place la législation et les techniques de radioprotection (1997). INSTN-Madagascar a été désigné par le Gouvernement Malgache pour être l’organe technique officiel de radioprotection.

De 1969 à 1988, il a été le Directeur du Service de Physique, de la Faculté des Sciences de l’Université d’Antananarivo de 1969 à 1988. Durant son mandat, il a développé les activités de recherche en particuliers la sismologie, l’Observatoire d’Antananarivo qui a été transformé en Institut et Observatoire et de Géophysique d’Antananarivo (IOGA).

Il a innové avec la coopération avec l’Université d’Aix-Marseille (UAM) les travaux pratiques de Physique Chimie 1ère et 2ème années simulés par ordinateur.

En 1969, une année après son retour de France, il a ouvert l’enseignement de la quatrième Année en Physique à Madagascar (Certificat d’Études Supérieures de Physique Atomique et Nucléaire).

En 1976, pour pallier la carence d’enseignants en Physique à l’Université d’Antananarivo, il a ouvert contre l’avis unanime du Service de Physique, le premier enseignement de 3ème Cycle en Physique, Option Physique Nucléaire, Physique Appliquée et Physique Théorique qui a obtenu un franc succès amenant par la suite ses autres collègues qui étaient septiques au début à l’imiter. Depuis, une dizaine d’options ont été ouvertes. La même année, avec le soutien du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), Vienne, Autriche, le Professeur Raoelina Andriambololona a créé à partir de zéro (c’est-à-dire aucun laboratoire, aucun chercheur, aucun étudiant), dans des conditions difficiles et peu motivantes le Laboratoire de Physique Nucléaire et de Physique Appliquée (LPNPA). Le LPNPA a élargi le champ de ses activités de la Physique Nucléaire et Physique Appliquée aux sciences et techniques nucléaires. (Source : Kolo TV).

**********************