Les actualités à Madagascar du Samedi 11 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara124 partages

COVID-19 : De l’économie de subsistance à la survie

Les PME sont aujourd’hui en mode de survie face aux diverses charges à payer, malgré la suspension de leurs activités.

L’économie malgache est déjà très touchée par la COVID-19, ce qui a obligé les dirigeants à prendre des mesures de confinement. Les petites et moyennes entreprises (PME) parlent aujourd’hui de problème de survie.

Aucune entreprise naissante ne peut survivre à la crise de la COVID-19 sans appui extérieur ! C’est ce qu’ont soutenu les représentants des PME, issus de divers secteurs d’activités, et qui comptent constituer un groupement des jeunes entreprises de moins de 5 ans. En effet, l’économie toute entière est fortement touchée par cette crise, notamment par les mesures de confinement prises par l’État. « Nous savons tous que la phase de lancement est toujours délicate pour une entreprise. Dans les autres pays, surtout ceux qualifiés de pays émergents, l’État offre des mesures incitatives aux entreprises naissantes, afin de favoriser l’entrepreneuriat. A titre d’exemple, cela peut être des subventions, des exonérations ou allègements fiscaux, pendant les deux à cinq premières années d’exercice. A Madagascar, l’absence de ces appuis pousse les entrepreneurs à entrer dans le secteur informel. Mais il y a ceux, comme nous, qui ont formalisé leurs activités. Malheureusement, la crise actuelle menace sérieusement ces entreprises, qui pourraient toutes disparaître », ont exposé ces représentants de PME. 

Défavorisées. Les dispositions prises par l’État pour alléger les impacts sociaux et économiques de la pandémie de la COVID-19 sont saluées par de nombreux acteurs. Cependant, ces PME affirment qu’elles sont délaissées comparées aux autres. « Les zones franches ont bénéficié de marchés de caches-bouche pour sauver leurs activités. Il faut reconnaître que ces grandes entreprises offrent beaucoup d’emplois. Mais ensemble, les PME ont également un énorme poids dans ce domaine. D’autant plus que la plupart des PME sont créées par des entrepreneurs malgaches, avec des investissements locaux. Bref, l’État devrait nous accorder ces mesures d’incitations dont lesquelles nous dépendons désormais. Les reports d’échéance ne résoudront rien car les charges à payer vont toujours peser sur nos finances. Nous ne demandons aucune subvention ni aucun marché. Nous demandons juste des exonérations fiscales, si l’État veut vraiment que les PME survivent à cette crise », ont-elles martelé. Pour appuyer leurs propos, ces entrepreneurs ont mis en avant les charges fixes à payer, à l’exemple des loyers, malgré la crise et la suspension de leurs activités. La récession économique semble inévitable pour cette année. La Banque Mondiale vient d’indiquer dans son rapport une croissance négative de -2,1% à –5,1% pour les pays d’Afrique subsaharienne. Pour les PME à Madagascar, 2020 sera tout simplement une année de survie, pour celles qui auront résisté à la crise.

Antsa R.

Midi Madagasikara14 partages

Plateforme des organisations chrétiennes : Un appel à la repentance nationale lancé 

La Plateforme des organisations chrétiennes regroupant 43 entités et associations chrétiennes se mobilise pour face à la crise sanitaire qui prévaut à Madagascar. 

« Nous lançons ainsi un appel à la repentance nationale. Des actions de sensibilisation ont été organisées à travers des émissions depuis le dimanche 29 mars 2020. Durant ces quinze premiers jours de confinement, nous avons invité tous les Malgaches à se repentir. Mais le mouvement ne va pas s’arrêter là. Lors du Vendredi Saint, de nombreux Malgaches ont vécu une journée de jeûne et de prière en appliquant ce qui a été écrit dans l’Esaïe 58 : 6-8 », a déclaré le Pasteur Andrianaivoravelona Adolphe, le président de la Confédération des églises et associations religieuses à Madagascar.

Le PCA de la société biblique malgache, Désiré Rabenifara (à gauche), et le Pasteur Adolphe Andrianaivoravelona, parmi les initiateurs de ce mouvement. (Photo fournie)

Famille bien fondée. Notons que l’association Hetsika Fampiraisana ny Kristiana ho an’ny Firenena (HFKF), ou Rassemblement des chrétiens pour le développement du pays, la société biblique malgache, ainsi que l’association Hetsika Diaspora Kristiana Malagasy, ont pris cette initiative, et ce, sous la bénédiction de la Confédération des églises à Madagascar, la FFKM. Ils sont tous d’ailleurs membres de cette plateforme des organisations chrétiennes. « Dans le cadre de cette journée de jeûne et de prière, chaque famille  a donné sa nourriture prévue pour ce Vendredi Saint ainsi que d’autres objets comme les vêtements à ceux qui n’en ont pas. En outre, les membres de la famille qui sont bien évidemment confinés, continuent à faire la prière ensemble tout en se parlant, en se pardonnant et en se repentant afin de repartir sur une nouvelle base. En effet, une famille bien fondée est garante de la société, voire même de la nation», a-t-il poursuivi.  Et le vendredi soir à 19 heures, beaucoup de Chrétiens ont crié depuis leurs maisons en louant le Seigneur durant une heure. Ils ont rejoint la diaspora malgache éparpillée dans le monde.

Fruits de la repentance. Par ailleurs, cette plateforme organise un grand événement le dimanche 12 avril 2020. « La Pâques est le moment le plus important dans la vie des chrétiens. C’est un signe de victoire grâce à la résurrection de Jésus-Christ. Puisque nous ne pouvons pas aller à l’église, nous allons organiser des émissions évangéliques avec des pasteurs et serviteurs de Dieu officiant à Madagascar et à l’étranger, à l’occasion de la fête de Pâques. L’objectif est de fortifier la foi des familles qui restent dans leurs foyers. Ces serviteurs de Dieu vont également expliquer les fruits de la repentance. Il s’agit de la victoire sur la pandémie, la corruption, la dégradation de l’environnement et bien d’autres choses. Entre temps, nous exhortons les Malgaches à continuer à prier. En effet, c’est bien encourageant d’avoir la réponse à la prière. Ce qui permet aussi de montrer que Dieu est vivant », a fait savoir Désiré Rabenifara, le président du conseil d’administration de la société biblique malgache.     

Navalona R.

Midi Madagasikara5 partages

Lutte contre le COVID-19 : Place à la discipline

(Vision) Les trois jours de ce week-end pascal tombent à point pour faire un retour sur soi. La population malgache va pouvoir se recueillir et essayer de faire le point sur  son avenir. La lutte contre le COVID-19 continue de plus belle, et le sens des mesures de confinement devrait avoir toute leur signification. Durant ce week-end, les familles n’auront pas droit aux sorties et pique-niques auxquelles elles étaient habituées. Elles resteront chez elles à méditer sur la situation préoccupante dans laquelle elles se trouvent. On va bientôt entrer dans la deuxième semaine de confinement de ce mois d’avril pendant laquelle on sera dans une nouvelle phase : celle du respect impératif des règles .

Lutte contre le COVID-19 : place à la discipline

Les autorités ont bien compris qu’il n’était plus tolérable de voir cette population transgresser allègrement les règles du confinement. Ce laisser-aller, ou cette inconscience, ne pouvaient être tolérés. Is pouvaient ruiner tous les efforts fournis par l’équipe chargée de freiner la progression du COVID-19. La réaction s’est faite très vite. Le rappel des règles ne s’est pas avéré suffisant. Il a fallu faire ce déploiement de force impressionnante pour montrer qu’il ne fallait plus badiner avec la discipline. Les militaires se sont contentés de faire des recommandations sur un ton très ferme et ont mis en garde tous les récalcitrants. Cette présence massive  était là pour montrer qu’il était temps de se soumettre aux règles. Les barrages se sont multipliés et les rues se sont vidées progressivement. Le ministre de l’Intérieur, lors de son intervention à la télévision hier, s’est fait un peu plus menaçant. Il a affirmé qu’après les recommandations, les sanctions allaient tomber. Il a rappelé le port de masque obligatoire lors des sorties et le respect des mesures barrières. La période de tolérance est terminée. Place à la discipline.

Patrice RABE

Madagate3 partages

Coronavirus Covid-19. Hydroxychloroquine: miracle pascal 2020 pour le peuple malagasy

8 avril 2020. Photo-souvenir de la remise de la Fondation Axian de boîtes d'hydroxychloroquine au Palais d’État d'Ambohitsorohitra

Au moment où le Président de la république française, Emmanuel Macron, avait rencontré le Professeur Didier Raoult, le 9 avril 2020 (et beaucoup de Français se demandent bien pourquoi cette visite alors que le nombre de morts augmente et que l'hydroxychloroquine n'est toujours pas officiellement préconisée par le gouvernement français), l’équipe de l’IHU (Institut hospitalo-universitaire) de Méditerranée Infection, à Marseille, venait de rendre public une partie de leur prochaine publication, celle-là même qui avait été annoncée depuis plusieurs jours, comme devant délivrer le fin mot de l’histoire sur leur traitement du coronavirus covid-19.

Une partie de prépublication est en accès libre sur Internet. Il s'agit d'un exemple (à suivre absolument) de mise à disposition immédiate, et commode pour tous, de données importantes sur l'utilisation de la combinaison hydroxychloroquine + azithromycine dans le traitement de l'infection par le covid-19. En attendant l'article complet, voici un résumé et un développement en termes compréhensibles au grand nombre.

RÉSUMÉ

La combinaison hydroxychloroquine + azithromycine, lorsqu’elle est administrée immédiatement après le diagnostic, est un traitement sans danger et efficace contre le covid-19, avec un taux de mortalité de 0,5% chez les patients les plus âgés. Ce traitement évite l’aggravation de la maladie et supprime la persistance du virus ainsi que la contagiosité dans la plupart des cas.

Seuls 5 décès sont à déplorer pour l’instant dans la cohorte. Ils concernent des personnes entre 74 et 95 ans. 16 autres personnes sont encore hospitalisées, toutes les autres sont guéries (soit 98%). La cohorte était plutôt jeune (43,6 ans) et féminine (53,6%), donc pas la pire en terme de possibilité de guérison spontanée. Il reste que pour 91,7% des patients le traitement a supprimé la charge virale en 10 jours au plus, ce qui est significativement mieux que la durée sans traitement. Nous attendons quand même quelques détails, car les études précédentes de l’équipe du Professeur Didier Raoult mentionnaient des résultats encore plus rapides.

CONTEXTE

Dans une enquête récente, la plupart des médecins du monde entier ont considéré que l'hydroxychloroquine (HCQ) et l'azithromycine (AZ) sont les deux médicaments les plus efficaces parmi les molécules disponibles contre le COVID-19.

Néanmoins, à ce jour, un seul essai clinique préliminaire a démontré son efficacité sur la charge virale. De plus, une étude clinique portant sur 80 patients a été publiée et l'efficacité in vitro de cette association a été démontrée.

MÉTHODES

L'étude a été réalisée à l'IHU Méditerranée Infection, Marseille, France. Une cohorte de 1061 patients sujets au COVID-19, traités pendant au moins 3 jours avec l'association HCQ-AZ et un suivi d'au moins 9 jours a été étudiée. Les critères d'évaluation étaient la mort, l'aggravation et la persistance de l'excrétion virale.

Du 3 mars au 9 avril 2020, 59 655 échantillons provenant de 38 617 patients ont été testés pour le COVID-19 par PCR. Sur les 3.165 patients positifs placés dans les soins de l'IUH, 1.061 patients non publiés auparavant répondaient à ses critères d'inclusion. Leur moyenne était de 43,6 ans et 492 étaient des hommes (46,4%). Aucune toxicité cardiaque n'a été observée. Un bon résultat clinique et une guérison virologique ont été obtenus chez 973 patients en 10 jours (91,7%).

Un portage viral prolongé à la fin du traitement a été observé chez 47 patients (4,4%) et était associé à une charge virale plus élevée au diagnostic (p 10-2), mais la culture virale était négative au jour 10 et toutes, sauf une, ont été éliminées par PCR à jour 15. Un mauvais résultat a été observé pour 46 patients (4,3%), 10 ont été transférés dans des unités de soins intensifs, 5 patients sont décédés (0,47%) (74-95 ans) et 31 ont nécessité 10 jours d'hospitalisation ou plus.

Dans ce groupe, 25 patients sont désormais guéris et 16 sont toujours hospitalisés (98% des patients guéris jusqu'à présent). Un mauvais résultat clinique était significativement associé à un âge plus avancé (OR 1,11), une sévérité initiale plus élevée (OR 10,05) et une faible concentration sérique d'hydroxychloroquine.

En outre, de mauvais résultats cliniques et virologiques étaient associés à l'utilisation d'agents de blocage bêta sélectifs et de bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine II (P 0,05). La mortalité était significativement plus faible chez les patients qui avaient reçu 3 jours de HCQ-AZ que chez les patients traités par d'autres schémas à la fois à l'IHU et dans tous les hôpitaux publics de Marseille (p 10-2).

INTERPRÉTATION

La combinaison HCQ-AZ, lorsqu'elle est démarrée immédiatement après le diagnostic, est un traitement sûr et efficace pour COVID-19, avec un taux de mortalité de 0,5%, chez les patients âgés. Il évite l'aggravation et efface la persistance et la contagiosité du virus dans la plupart des cas.

Ci-après la liste des pays où l'hydroxychloroquine est recommandée par l'IHU :

Algérie, Angola, Belgique, Chine, Corée du Sud, Etats-Unis (New York), Inde, Iran, Italie (Lombardie), Israël, Kenya, Maroc, Roumanie, Pays-Bas, Pays de la CEDEAO, République démocratique du Congo, Russie, Tunisie. A l'heure actuelle, de manière globale, une nette progression de guérison y a été constatée...

Madagascar ne fait pas partie de cette liste. Néanmoins, et sans que je ne vous embarque dans un dédale de péripéties ressemblant à un scénario de film de fiction-réalité scientifique (tout de même, sachez que le 13 janvier 2020, les autorités françaises avaient déclaré, dédaigneuses, que “l'hydroxychloroquine peut donner de nombreux effets indésirables graves... pouvant aller jusqu'à la cécité...”), le 24 mars 2020, le ministère malagasy de la Santé publique a défini un protocole de traitement du covid-19 basé sur la combinaison hydroxychloroquine + azithromycine comme indiqué sur le tableau reproduit dans ce dossier. Ce traitement doit se faire uniquement en milieu hospitalier public, immédiatement après le diagnostic positif, et non en auto-médication. Et, surtout, ne doit pas faire l'objet d'une traitement préventif.

Entre-temps, l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA) fondé par le professeur Albert Rakoto Ratsimamanga, a annoncé qu'il venait de produire un médicament permettant de prévenir contre le coronavirus (virus à couronne) covid-19. Prévenir et non pas encore guérir, entendons-nous bien. Cependant, cette avalanche de bonnes nouvelles pour la nation malagasy, a entrainé également, au plus haut niveau, toute une série d'échanges d'informations, avec des scientifiques et des laboratoires de tous les horizons, dont la suite est de plus optimiste qui a été révélée par le Président Andry Rajoelina, lors de son intervention à la télévision nationale, le 8 avril 2020: “ J'ai reçu une lettre, le 24 mars, indiquant que Madagascar possède le remède qui pourrait, au conditionnel car on doit encore le prouver, guérir le coronavirus ”, a-t-il annoncé, ajoutant : “ Cette plante médicale peut tout à fait guérir le coronavirus. Nous allons effectuer des essais et je suis convaincu que Madagascar trouvera le remède. Quoi qu'il en soit, l’exportation du médicament, tout comme des plantes qui le composent, est interdite ”.

Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra, 8 avril 2020. Hassanein Hiridjee, Président-Directeur général de la Fondation Axian, remettant symboliquement un carton renfermant des comprimés d’hydroxychloroquine, au Président Andry Rajoelina

Ces déclarations très optimistes du président de Madagascar sont très optimistes, en cette veille de la Pâques 2020, pour le peuple malagasy. Surtout que ce même 8 avril 2020, au Palais d'Etat d'Ambohitsorohitra, Hassanein Hiridjee, Président-Directeur général de la Fondation Axian, a remis au Président Andry Rajoelina un don sous forme de 6.000 boîtes de comprimés d’hydroxychloroquine destinées à soigner les patients atteints du coronavirus à Madagascar. Ce, en présence de la représentante résidente de l'OMS, le Professeur Charlotte Faty Ndiaye.

En tout cas, avant même la moindre esquisse de résultats à propos de ces futurs essais et tests, les chiffres du bilan officiel concernant les ravages de ce covid-19 se passent de tout commentaire, à hier vendredi 10 avril 2020 à 13h, et juste à titre comparatif :

Dans le monde, le virus à couronne covid-19 atouché 1.601.984 cas confirmés et a fait au total 95.731 morts.

En France, selon le dernier bilan communiqué par les autorités sanitaires concernant cette pandémie de covid-19, 12.210 morts ont été recensés au total : 8.044décès en hôpital et 4.166dans les centres sociaux et médico-sociaux dont les Ehpad. Il y a eu plus de 30.000 personnes encore hospitalisées, dont plus de 7.000 en réanimation.

A Madagascar, 102 personnes ont été testées porteuses du coronavirus dont 9 cas contacts (6 à Toamasina et 3 à Antananarivo). 91 ont été hospitalisées et suivent des soins attentifs, aucune ne présente de signe de suffocation. Sur ces 102 personnes, 11 ont été totalement guéries, et il y a eu zéro décès.

Mais tout cela ne signifie pas que la Grande île est sortie de l'auberge et qu'il faut baisser les bras. Que tout un chacun respecte les gestes barrières et que les responsables directs fassent respecter le confinement car mieux vaut être un sans-sous et un pauvre vivant que l'homme le plus riche du cimetière.

Et puisque j'ai parlé de miracle, faut-il en espérer un autre si l'on se réfère à la lecture du dernier paragraphe de la page 203 de l'ouvrage d'Alexander Adler, publié en Pocket le 21 janvier 2010 (oui, il y a 10 ans!) et intitulé : “Le nouveau rapport de la CIA : comment sera le monde de demain ?” : “En 2020, de plus en plus de gens porteront des masques chirurgicaux et des gants de caoutchouc en public, par crainte d'une maladie ressemblant à la pneumonie, qui s'attaquera à la fois aux poumons et aux bronches, en plus d'être extrêment résistante à tout traitement. Cette maladie s'avèrera particulièrement déconcertante quand, après avoir semé la panique au cours de l'hiver (Ndlr : il s'agit de l'hiver dans l'hémisphère Nord), elle semblera disparaître complètement avant de réapparaître à nouveau dix ans plus tard, plongeant les scientifiques dans la confusion quant à son origine et son traitement”.

Cela a été rédigé en 2009 (avant d'être publié en janvier 2010) mais nous sommes bien en 2020 actuellement. Le nom de la maladie est le covid-19, venant d'un virus à couronne de la grippe, et le traitement radical par vaccin sera, tôt ou tard, mis au point avant 2030. Mais pour l'heure, donc, c'est vers Madagascar que toutes les espérances sont permises concernant cette maladie très meurtrière, surtout pour les personnes âgées de par le monde. Prions pour elle.

Le Professeur Didier Raoult et le Président Emmanuel Macron à Marseille

Aux dernières nouvelles, en France, les autorités dirigées par Emmanuel Macron entendent “adopter une position prudente : l'hydroxychloroquine est autorisée à l'hôpital uniquement, et seulement pour les cas graves. Cela, en attendant l'essai européen baptisé "Discovery", lancé le 22 mars 2020 dans plusieurs pays pour tester quatre traitements, dont l'hydroxychloroquine. Et là, je ne peux m'empêcher de poser la question : attendre jusqu'à combien de morts encore en France ? Et au moment où les États-Unis sont “très attentifs à un traitement du coronavirus covid-19, à base d'huiles essentielles, en essai clinique à Madagascar”, selon le Groupement des Exportateurs d'Huiles essentielles, Extraits et oléorésines de Madagascar ou GEHEM, groupement d'intérêt économique (GIE) nouvellement créé. Les espérances s'étoffent encore alors...

Demain 12 avril 2020, la majorité des croyants (“Mpino”) célèbrera une importante fête religieuse sans aller dans un édifice cultuel. Du jamais-vu de mémoire d'être humain. Un petite rappel. Pâque (au singulier), dans la religion juive, commémore le passage de la Mer Morte, le passage de la captivité (en Egypte sous un Pharaon) à la liberté et la délivrance donnée. Dans la religion chrétienne, Pâques est écrit au pluriel car elle commémore à la fois la dernière Cène instituant l'Eucharistie, la Passion du Christ et sa Résurrection.

 

« Les nains sapent sans bruit le travail des géants » (Victor Hugo). J'ai repris cette sentence, lue sur le site IHU du Professeur Didier Raoult, à l'intention de certains politocards mal embouchés qui se reconnaîtront dans leurs manières de critiquer sans apporter aucune solution. Qu'ils viennent d'ici ou d'ailleurs. Cependant, respectons la Trêve pascale et Joyeuses Pâques 2020 à tous, qui que vous soyez et où que vous soyez !

Dossier de Jeannot Ramambazafy - Egalement publié dans "La Gazette de la Grande île " du samedi 11 avril 2020

Midi Madagasikara1 partages

Aide d’urgence : Grogne de nombreux chauffeurs de taxi 

Une totale désorganisation. Les procédures de distribution d’aide d’urgence aux chauffeurs de taxi le sont, tout comme ce qui se passe pour les lavandières. 

Ce qui cause la grogne de nombreux chauffeurs de taxi. En effet, certains d’entre eux ont bel et bien reçu leur part, tandis que d’autres ont obtenu des paniers moins garnis, voire rien. « On nous a dit que les responsables nous avertiraient par SMS mais jusqu’à maintenant, nous n’avons reçu aucun message. L’aide d’urgence promise par le président de la République n’arrive pas aux destinataires », a déploré Zo, un chauffeur de taxi opérant en plein centre-ville. Il en est de même pour Francky, un autre chauffeur de taxi qui travaille aux alentours du quartier d’Ambondrona. « Puisque personne ne nous a envoyé de message, nous avons décidé de nous rendre tout de suite au Parvis à Analakely. Et on nous a dit qu’il n’y avait plus de distribution d’aide d’urgence, alors que nous avons bien déposé toutes les informations nous concernant, tels que les noms, la carte d’identité nationale et le numéro de licence d’exploitation, il y a deux semaines de cela », a-t-il raconté. 

De nombreux chauffeurs de taxi n’ont toujours pas reçu l’aide d’urgence promise par l’Etat. (Photo : Kelly)

Panier moins garni. Pour Armand, un chauffeur de taxi qui stationne souvent du côté d’Anosy, il a témoigné qu’il avait bien reçu l’aide d’urgence de la part de l’Etat. Fano, un autre chauffeur de taxi qui opère au niveau du quartier d’Ankadifotsy, a également reçu sa part. « Mon panier garni comporte notamment 25 kg de riz, 4 kg de haricot sec, 5 boîtes de sardine, 1 paquet de bougies, 6 barres de savon, 2 boîtes de lait concentré, 2 litres d’huile et 2 kg de sucre. J’étais parmi les premiers bénéficiaires de cette aide d’urgence. Par contre, bon nombre de mes collègues qui ont été inscrits dans la deuxième vague n’ont rien obtenu jusqu’à maintenant », a-t-il évoqué. Quant à Arson, qui est le président de l’Association des chauffeurs de taxi à Ambohijatovo, il a demandé à ses membres de se rendre directement sur le lieu de distribution, même s’ils n’ont pas été avisés par sms. « Bien que moins garni, nous avons tout de même obtenu un panier composé de 25 kg de riz, d’1 litre d’huile, de 2kg de ‘tsiasisa’, d’1 kg de sucre, d’1 boîte de lait concentré, d’1 barre de savon et d’1 paquet de bougie et du soja », a-t-il affirmé. 

Favoritisme. Par ailleurs, d’autres chauffeurs de taxi se plaignent. « Le président de la République nous a promis une enveloppe de 100 000 ariary par personne. Mais si on valorise le panier garni qu’on nous a distribué, il vaut à peu près 50 000 ariary. Si en principe chacun doit avoir 25kg de riz, ce nombre est réduit à 20 kg pour certains, surtout les derniers », a fait savoir Olivier, un chauffeur de taxi qui travaille de nuit. En tout, de nombreux chauffeurs de taxi grognent en révélant le favoritisme au niveau des procédures de distribution d’aide d’urgence. Ils réclament ainsi une transparence dans cette gestion. En effet, « bon nombre de chauffeurs de taxi clandestins ont bénéficié de cette aide d’urgence. Et nous, quand allons-nous obtenir notre part ? », se demandent-ils.  

 Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Le Groupe Filatex répond à l’appel de l’Etat

Le Groupe Filatex n’a pas oublié les plus nécessiteux en cette période de confinement. 1 000 repas quotidiens sont servis à la population d’Ankasina, en plus des dotations en vivres et produits de première nécessité. 

Avec les mesures de confinement prises par l’Etat à Antananarivo dans le cadre de la lutte contre la propagation de la covid-19, beaucoup de citoyens sont dans l’obligation d’arrêter leurs activités. L’État a déjà pris ses responsabilités à travers le plan d’urgence social pour soutenir les couches les plus vulnérables. Partenaire du développement de Madagascar depuis plus de 40 ans, le Groupe Filatex est conscient que la principale difficulté que les plus démunis affrontent, en ces temps particuliers de confinement et d’activités économiques ralenties, réside avant tout dans leur capacité à subvenir à leurs besoins alimentaires quotidiens. Le Groupe Filatex a répondu à l’appel du gouvernement et de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) pour renforcer les actions de soutien de l’État, en priorité concernant la distribution de vivres à destination des plus démunis. Pour ce faire, avec le centre INISMA, le groupe a fait don de plus de 13 tonnes de riz dans les quartiers d’Antohomadinika, d’Andranomahery et d’Ankadimbahoaka. 2,5 tonnes de ces vivres, 20 cartons de macaronis, et 80 litres d’huile ont été remis à la CUA. En tant qu’entreprise citoyenne responsable, le Groupe Filatex s’est engagé depuis le 9 avril à fournir quotidiennement plus de 1 000 repas dans le quartier d’Ankasina des 67 Ha. Cet engagement, qui est pris jusqu’à la levée du confinement, marque ainsi une collaboration ferme et décisive entre le secteur privé et la CUA, dans une perspective commune de faire reculer ensemble la propagation de la covid-19 à travers l’assistance des populations les plus vulnérables.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fruits et légumes : Expansion des ventes en ligne 

Le prix minimum d’achat varie entre 15 000 et 25 000 ariary, avec un prix de livraison variant entre 2 000 et 10 000 ariary. 

Pour faire face au coronavirus, la population est sollicitée à consommer davantage de fruits et de légumes afin de renforcer son système immunitaire, et ce, tout en respectant le confinement.  Une expansion des ventes en ligne de ce genre de produits est observée sur les réseaux sociaux afin de répondre à ses besoins quotidiens. D’autres commerçants proposent même une boucherie où l’on trouve de la viande de zébu, de porc et de poulet ; ainsi que des poissons frais qui sont mis en vente par kilo, toujours en e-commerce (en ligne). 

Les fruits et légumes mis en vente en ligne sont des produits frais, selon les promoteurs. (Photo d’illustration)

Produits frais et conditionnés. Certains internautes ont salué cette belle initiative, d’autant plus que les ventes en ligne facilitent leur vie, selon leurs dires. D’autres émettent des commentaires en disant qu’il y a quand même un abus concernant la fixation des prix du kilo des fruits et légumes, ainsi qu’au niveau des frais de livraison. Pour d’autres consommateurs, les prix sont abordables.  A titre d’illustration, un commerçant en ligne offre des pommes de terre, des carottes et des tomates à raison de 2 500 ariary le kilo, alors que le prix réel affiché sur marché s’élève à moins de 2 000 ariary le kilo. Pour les fruits, entre autres, le kilo de bananes coûte 3 000 ariary au lieu de tout au plus 2 000 ariary sur le marché. Et ce n’est pas tout. Le vendeur livre le tout à 10 000 ariary par course. Un autre vendeur en ligne commercialise un pack de fruits et légumes pesant en tout 10 kilos pour un total de 25 000 ariary. Il y a également un pack boucherie, comportant 1 kilo de côte de porc, 1 kilo de bœuf, 1 kilo de poisson, 1 kilo de poulet et 1 kilo de frites de pomme de terre. Ce pack est proposé à 70 000 ariary. Le prix de livraison varie entre 3 000 ariary pour le centre-ville, et 5 000 ariary en périphérie. Un autre commerçant en ligne propose des fruits et légumes bien lavés et épluchés et mis dans un emballage sous-vide pour un prix de 15 000 ariary.

Crédibilité. Des internautes soulèvent l’utilité de la pratique durant cette période de confinement. Le client qui passe commande doit effectuer au minimum des achats d’une valeur de 15 000 ariary, parfois 25 000 ariary selon le commerçant, pour que sa commande soit acceptée. Il peut choisir les variétés de fruits et légumes à mettre dans son panier.  Le prix de la livraison varie entre 2 000 ariary et 10 000 ariary, encore une fois selon le commerçant. Les vendeurs en ligne rassurent quant à la fraîcheur des produits, et leur livraison dans les 24 heures. Dans la plupart des cas, les ventes en ligne, malgré leur expansion, perdent toute leur crédibilité étant donné que les marchandises livrées ne correspondent pas à ce qui est proposé sur les réseaux sociaux.  Un client a témoigné que le poids des légumes commandés ne correspondait pas à ceux qui lui ont été livrés. Il a également souligné que les fruits étaient trop mûrs. Un autre client s’est dit être satisfait de ce service en ligne. 

Navalona R.

Tia Tanindranaza0 partages

Bemanevika-Sambava Mbola nikiry nanao "Braderie" ireo mpivarotra

Taitra ny mponina tao Bemanevika Sambava ny alakamisy lasa teo raha nahita ireo fiara nitondra entam-barotra hanaovana ''braderie''.

 

Niteraka resabe ity hetsika ity satria toa mifanohitra ny amin'ny efa notapahana teo anivon'ny Faritra Sava. Nahoana no nosakanana ny hetsika sasany, kanefa ity "braderie" ity indray no avela mitety Faritra”, hoy ny fimenomenonan'ny mponina. Ny mpikarakara indray dia manambara hoe “efa kely ny vola am-pelatananay ka tsy maintsy hanao izao izahay fa ny fanjakana tsy hanome fanampiana anay aty lavitra aty. Eto izahay miteny fa tsy tompon’andraikitra amin'izao braderie ataonay izao ny Prefe, sy ny ben'ny tanàna ao Bemanevika. Etsy andaniny, nanamafy ny ben' ny tanànan' i Bemanevika, Be Denis, fa tsy nanome fahazoan-dalana azy ireo ny tenany. Mpikambana mpivarotra eo amin'ny 19 eo no manao izao tsenam-barotra izao nanomboka omaly ka haharitra herinandro.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy RugbyManentana ny rehetra hampitombo fahalalana

Amin’izao fiatrehana ny "Confinement" eto amintsika izao ka tsy hahazoana manatanteraka fifaninanana ara-panatanjahantena samihafa dia mentana ny rehetra hampitombo fahalalana sy fahaizana amin'ny fanaovana

"examen en ligne" ao amin'ny  tranokala www.worldrugby.passport.org  ny Malagasy Rugby "FederasionaMalagasin'ny taranja rugby" Feno ny zavatra rehetra izay ilainao ara-teorika ao na document na video ao amin'io tranokala io, hoy izy ireo ka rehefa tapitra kosa ity fihibohana ity dia hiditra amin'ireo fampiofanana an-kianja isika miaraka amin'ireo mpampiofana avy amin'ny World Rugby.Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra tsy miankinaTsy voahaja ny zon’ny mpiasa, mihetsika ny FISEMA

Namoaka fanambarana ny vondron` ny kaonferasionina hivondronan` ny sendikàn` ny mpiasa eto Madagasikara (FISEMA) manoloana ireo tsy fanajàna ny zon` ny mpiasa ataon` ireo orinasa tsy miankina sasany amin` izao fahamehana ara-pahasalamana izao.

 

 Fandrahonana, fandroahana mpiasa amin` ny tsy antony… ireo dia santionan` ireo fandikan-dalàna sy herisetra ataon` ireo mpampiasa. Ho an` ny FISEMA, tsy voahaja ny fepetra napetrakin` ny fanjakana manoloana izany rehetra izany. Tsy misy koa ny finiavana mba hisian` ny fifampiresahana, etsy andaniny. Noho izany, mitaky fampiharana lalàna ary tsy hasiana fanavahana momba ny fandraisana an-tanana ara-tsosialy. Manao antso avo amin` ny ministeran` ny vola sy ny ministeran` ny asa sy ny lalàna sosialy ny FISEMA mba hampihatra ny naoty 027-MTEFPLS/2020 tamin` ny 26 Martsa 2020 sy izay tapaka tamin` ny fivoriana natao ny 23 martsa 2020 izay niarahana tamin` ny sehatra tsy miankina. Ankoatra izay, miantso kongresy nasionaly misahana ny asa mba hahafahana mametraka paikady aorian` ny fiatrehana ny aretina “coronavirus”. Manentana hatrany ny vahoaka ny FISEMA, indrindra ireo mpiasa, mba hitandrina ireo torolanana natao hiarovana mba hanaraka an-tsakany sy an-davany ireo toromarika hiarovana ny tenany amin` ny valanaretina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

NamontanaNakatona avokoa ireo mpivaro-kazo sy mpanao volo

Mbola betsaka amin’ireo mpivarotra eto amintsika no mafy loha tsy manaja ny lamina napetraka.

 

 Amin’ny ankapobeny mantsy dia ireo mpivarotra kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro sy ny legioma ihany no afaka mivoha. Ho an’ny tetsy Namontana manokana anefa omaly maraina dia mbola nivoha avokoa ireo mpanao volo , toerana tena mampivorivory olona betsaka sy ny mpivaro-kazo. Voatery nidina teny an-toerana mihitsy ny mpitandro ny filaminana noho izany nanao fanentanana sy niresaka tamin’ireo tompon’ny ivon-toerana mba hanakatona izany. Ankoatra izay dia niresaka tamin’ireo mpivarotra kojakoja hafa toy ny paka sy ny akanjo ihany koa ny mpitandro ny filaminana mba tsy hanararaotra ny ahafahan’ireo olona iray isan-tokantrano mandeha mivoaka mian-tsena isa-maraina. Mpivarotra 30 tsy nanara-dalana teo raha kely no nanaovana fanentanana teny an-toerana. Nilaza moa ireo mpitandro ny filaminana tsy handefitra amin’ny fampanajana ny lalana, indrindra ao anatin’izao fotoanan’ny fihibohana izao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vahoaka MalagasyEfa misy misotro ny aleoko maty

Izahay tsy maintsy mitady fa mila mihinana isan’andro. Aretin’ny mpanankarena io fa tsy mahavoa anay.

 

Rehefa tonga ny lera dia mandeha na matin’ny corona io na matin’ny varatra. Santionany amin’ireo filozofian’ny Malagasy maro heno eny rehetra eny izany ao anatin’izao hahamehana ara-pahasalamana mitranga eto amin’ny firenena sy izao fipariahan’ny areti-mandripaka efa avy nampijaly firenena maro izao. Efa misy misotro aleoko maty mihitsy ny vahoaka Malagasy manoloana ny toe-draharaha misy sy ny fahasahiranana. Asa moa na hanao ahoana no paikady hahafahan’ny mpitondra manarina ny fomba fijery manahirana toy itony.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tinoka RobertoNanatitra fanampiana tany Toliara

Manoloana ny ady atao amin'ny fihanaky ny tsimokaretina Covid-19 dia nitondra fanampiana hoentina miatrika izany tany Toliara ny Minisitry ny Tanora sy Fanatanjahantena,

 Atoa TINOKA Roberto, no sady Minisitra mpiahy ny Faritanin'i Toliara rahateo : "Iray avokoa ny Malagasy, hoy izy,  ary fanafoanana ny Covid-19 no tanjona". Nitarika ny famendrahana fanafody amin'ireo cyclo-pousse miisa 2800 tany an-toerana no sady nizara ireo entana ilaina amin'ny fiainana andavan'andro hoan'ireo marefo ara-pivelomana, izy tamin'izany mbahitsinjovana ny maha samy olombelona sy mba hifehezana ny fihanakin'ity valanaretina ity.Fizarana notanterahana tao amin'ny Kianja mitafon'i Toliara niarahana tamin'ireo olom-boafidy sy manam-pahefana aty an-toerana, vatsy izay nahitana: vary 400 Gony sySavony 400 baoritra ary aro vava (cache bouche). Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Chômage technique Nivadika ho fandroahana mpiasa

Betsaka ireo olona misedra olana amin’izao fotoanan’ny fihibohana izao. Lohalaharana amin’izany ireo mpiasa eny anivon’ny orinasa afaka haba.

 

 Misy ireo nalefa chômage technique tsotra saingy mihitsy ihany koa ireo tonga dia notsofina rano mihitsy toy ireo mpiasa tsy raikitra. Raha araka ny fijoroana vavolombelona nataona Raim-pianakaviana iray antsoina hoe : William dia rehefa tapitra ny fotoanan’ny fihibohana vao miverina maka ny tombon-kandrony izy ireo. Vao nanomboka ny fihibohana hoy hatrany ity Raim-pianakaviana ity dia nojerena avokoa ny antontan-taratasin’ireo mpiasa tsy mpiasa raikitra toy azy izay havaozina isaky ny enim-bolana ny fifanaraham-piaraha-miasa aminy…Ho an’ny orinasa izay hiasany manokana dia an-jatony ireo mpiasa tsy raikitra lasibatr’izany hany ka mahatsiaro ho very fanahy mbola velona izy ireo. Ny eo am-pelatanana anefa efa tsy misy intsony, ny tena mandoha hofan-trano, ny mpianatra mianatra, ny jirama tsy maintsy aloha… Ho betsaka ihany ireo Malagasy tsy maintsy hatory eny an-dalambe hoy ity Raim-pianakaviana iray ity raha mitohy izao.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CUANizara vatsy ho an’ireo gadra tsy ampy taona

Manoloana ny fotoan-tsarotra lalovan'ny firenena amin'ny ady amin'ny valan'aretina coronavirus ary amin'izao ankatoky ny paska izao,

 

dia tonga nanolotra fanampiana ireo voafonja tsy ampy taona teny Antanimora sy teny amin'ny Akany Avoko Faravohitra ny kaominin’Antananarivo renivohitra (CUA). Mandalo fahasahiranana tanteraka ny mponina ankehitriny  ary tsy adino amin’izany ireo voafonja, mialohan’izao dia efa nanolotra vary 50 gony ho an’ireo voafonja eny Antanimora sy Tsiafaahy ihany koa ny Kaominina.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

NAINA ANDRIANTSITOHAINA

“Nahafaly ahy ny nanatrika ny fizaran-tsakafo teo Ankazomanga sy Antohomadinika, niarahana tamin'ny CRA.

 

Voahaja ireo fepetran'ny fahasalamana. Mahafinaritra ny mahita ny fiaraha-mientana sy ny firaisankinantsika manoloana izao ady amin'ny valan'aretina coronavirus izao. Tsy anavahana na fihaviana, na finoana, na firehana politika. Na olon-tsotra, na fikambanana, na orinasa, na fanjakana. Arovy ny tenanao, arovy ny hafa”, hoy ny ben’ny tanànan’Antananarivo omaly.

ORINASA MAROMARO NANAMPY NY POLISY

Tampim-bava miisa 2200, vary iray taonina, ary atody 7000, no nomen'ireo orinasa tsy miankina ny Polisim-pirenena omaly. Orinasa matanjaka toy ny FILATEX, COMDATA, orinasa AKANJO, ary ny AGRIFARM no niray feo nanao izany ho fanampiana ireo polisy miasa andro aman'alina ho fiarovana ny vahoaka amin'ny valan'aretina Covid-19 ankoatra ny ady amin'ny tsy fandriam-pahalemana izay efa sahanina isan'andro.

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny Atitany“Na ianao te ho velona, na ianao te ho faty”

Hentitra ny Minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19 Razafimahefa Tianarivelo amin’ny fampanajana ny fihibohana izay hita ho goragora.

 

 Ny didim-pitondrana dia ny fampiharana ireo fepetra ankampoben’ny amin’ny hamehana ara-pahasalamana. Misy ireo toerana anaty fihibohana: Analamanga, Toamasina I sy II, ary ny faritra Matsiatra Ambony. Tsy misy mihitsy ny fiara mitatitra olona afaka mivezivezy afatsy izay nahazo fahazoan-dàlana manokana avy amin’ny CCO Covid-19 any amin’ireo toerana. Tsy misy afaka mivezivezy ny olona, tena tsy azo atao. Fiarovana ny ainao io, ary raha miantsena dia olona iray ihany amin’ny 6ora maraina-12ora atoandro ary olona iray ihany, araka ny didim-panjakana. Mila fifanomezan-tànana. Ny fepetra iraisana dia misy ny manokana ary misy ny iraisana. Iraisan’ny Nosy ny hamehana ara-pahasalamana. Manerana ny Nosy rehefa toerana rehetra manangonangona olona tsy misy mahazo misokatra (Bar, Restaurant, fetifety, famoriam-bahoaka, fampianarana,…) ankoatra ireo entana ilaina amin’ny andavanandro. Ho an’ny sampan-draharaham-panjakana ihany koa dia mikatona ankoatra ny tena ilaina: fahasalamam-bahoaka, filaminana, vola sy ny tetibola,… Mila manaja ny fepetra ihany koa. Ny mpivarotra rehetra dia misy ny fanararaotana. Manaraha ny lalàna mba tsy hifanomezan-tsiny. Hidina ifotony ny mpiasan’ny sampan-draharahan’ny varotra sy ny hetra, eo ihany koa ny fanaraha-maso ireo olona tsy mihiboka. Aoka tsy hifanome tsiny dieny izao sao sanatria tratra eny an-dàlana eny. Io tsy misy hoe fangatahana fa ny ainao no harovana. Io tsy misy hoe fangatahana, tsy misy handeha hifampitampitamby sy hifampisangisangy, hoy io Minisitra io. Na ianao mahita ny firenena tsy misy olona maty, na te hijery tahaka ny any ivelany sanatria hoe hanisa faty isan’andro. Na ho velona na ho faty fa tsy misy safidy hafa io. Sanatria toa misy keremesy any amin’ny fokontany samihafa, ka nanome toromarika ny tompon’andraikitra eny ifotony hifehy ny vahoaka ny minisitry ny atitany, tsy tokony hiandry mpitandro filaminana ianareo mpitantana ny fokontany fa tonga dia raiso ny andraikitra, hoy izy. Tena hisy ny fanaraha-maso, ka mifampilaza sy mifampiteny aloha mba tsy hifanome tsiny rehefa mampihantra ny lalàna avy eo, hoy i Tianarivelo Razafimahefa. Asa na hanova zavatra io fanentanana sy fampitandremana io, fa saika tsy manaja fihibohana aloha ny ankamaroan’ny olona.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MandritsaraMirongatra ny halatra lavanila manta

Lavanila manta milanja 70 kg no voasaron` ny zandarimariam-pirenena ao Mandritsara.

 

 Lehilahy iray no voasambotra noho ny fiarahamiasa avy amin'ny fokonolona ao amin'ny kaominina ambanivohitra Ambaripaika. Nidorana sy nipotehina teo anatrehan' ireo tompon’andraitra any an-toerana ireo vokatra ireo satria tsy mifanaraka velively amin'ny kalitaon' ny lavanily afaka amidy. Marihana fa mbola tsy misokatra ny ny tsena sy ny fotoam-piotazana ihany koa izao any amin` ny distrikan`i Mandritsara.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra eny AnkatsoMisy mitaky fanemorana ny fanadinana

Noho ny hasarotan` ny fiainana manoloana ny fepetra noraisin` ny fanjakana amin` ny ady amin` ny COVID-19, maro ireo fikambanan` ny mpianatra no mangataka ny fanemorana ny fanadinana eny amin`ny oniversitem-panjakana.

 

 Nanamafy izany ny Solidarité des étudiants de la région SOFIA (SERS) tamin` ny alalan` ny filohany, Marco. Mbola maro dia maro ireo olona tsy tafody any amin` ny faritra misy azy. Tapitra anefa ny fe-potoana nomen` ny Filoham-pirenena izay dila tamin` ny 09 aprily teo ny fangatahana fahazoan-dalana. Nilaza izy fa ny zava-misy ankehitriny dia tsy hahafahan` ireo mpianatra mifantoka amin`ny fianarana. Misy ihany ireo malala-tanana manohana ireo mpianatra avy amin`ny faritra SOFIA amin`ny fampitaovana toy ny famatsiana PPN. Izany mariky ny firaisankina izany no mbola hahafahana ny mpianatra miatrika ny zava-misy aloha amin` izao fotoana izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Noho ny CoronavirusNihena hatrany amin’ny 80% ny fanjifana chocolat

Roa andro mialohan’ny Paska dia mbola maro be ny Chocolat tsy lafo. Nanambara ny tompon’andraikitra ara-barotry ny Chocolaterie Robert eto Antananarivo,

 

Andrivola Andrianarizafy fa mahatratra 80 eo ho eo nefa ny mpanjifa mividy chocolat rehefa mananontanina fety tahaka izao. 80% ny mpanjifa very hoy izy na dia efa misy aza ny tolotra fanaterana ny chocolat isan-tokantrano ho an’izay manao kaomandy. Mazava ho azy fa noho ny toe-javamisy eto amin’ny firenena amin’izao fotoana izao no antony mampitotongana ny varotra chocolat fa olana ihany koa ny mbola tsy fahazaran’ny Malagasy mividy zavatra amin’ny alalan’ny fampiasana ny tambazotran-tserasera (achat en ligne). Ankoatra ny fanaovana ny vente en ligne dia efa naka bahana ela ihany ny chocolaterie ary tsy nampiaka-bidy mihitsy saingy tsy misy vokany izany hoy hatrany ny fanambarana.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirin-tsolikaManana hatramin` ny 48 andro i Madagasikara

Nahitàna fihenana 40% hatramin` ny 50% ny fanjifàna solika, hoy ny ofisim-pirenena misahana ny akoran`afo.

 Izany dia vokatry ny fihibohana sy ny tsy fiasan` ireo fiara fitaterana na eto an-drenivohitra na ireo zotra rezionaly sy nasionaly noho ny “coronavirus”. Nanamafy ny OMH fa mbola misy tahirin-tsolika 45 andro hatramin` ny 48 andro fa miankina kosa ny vokatra izany. Nohamafisiny hatrany fa mbola mizotra tsara ny famatsiana solika any amin` ireo faritra maneranana ny nosy. Feno ihany koa ny toby tahirin-tsolika eto an-drenivohitra. Notsipihany manokana fa ny solika nafarana ho an` ity volana aprily ity dia ho tonga ny 20 hatramin` ny 25 aprily izao eny amin` ny seranan-tsambon` i Toamasina.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olona mitsirara eny an-dalambeMahalasa saina ny maro

Mampametra-panontaniana ny maro ihany ny fahitana ireo karazan’olona mitsirararara eny rehetra eny tato ho ato izay.

Maro ny karazam-baovao nilaza ny antony nahazo azy ireny toy ny hoe aretim-bavony sy tsy fahampian-tsakafo. Ireo tranga faraparany toy izay nitranga teny Andoharanofotsy ny 9 aprily teo kosa anefa dia naha lasa saina ireo mponina ihany satria dia tsy ho karazan’ireo olona mety ho azon’ireo aretina voalaza teo mihitsy ny endrika ivelan’ilay olona nitsirara.

J.Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fahazoan-dalana mifamezivezy Mbola manankery mandritra ny 15 andro manaraka

Nangina tanteraka ny « Gare routière » Andohatapenaka omaly, raha toa ka nifanitsa-kitro ny teny an-toerana nandritra ireo telo andro namelan’ny fitondram-panjakana ireo mpitatitra hitondra ireo olona hody any amin’ny Faritra misy azy avy.

 

Tsy nahitana fiara mpitatitra teny an-toerana na iray aza. Ny eo anivon` ny ATT kosa dia mbola mamoaka ireo taratasy fahazoan-dalana mifamoivoy ho an` ireo fiara ampiasain’ny orinasa tsy miankina kanefa tsikaritra fa nihena ireo mangataka izay fahazoan-dalana manokana izay. Nanamafy ny ATT fa voahaja tsara ny fepetra rehetra amin’ny ady tsy hiparitahan’ny valanaretina COVID-19. Tsara no manamarika fa mbola manankery hatrany ireo fahazahoan-dalana navoaka tamin’ny 15 andro voalohan’ny fihibohana. Nisy tsy fahampian` ny serasera tato ho ato mantsy ka niteraka tsy fifankazahoana teo amin’ny mpitandro filaminana manao ny asany misakana ireo fiara mivezivezy amin’ny filazana fa efa lany daty ireny fahazoan-dalana ireny.

Tia Tanindranaza0 partages

MoramangaNarahi-maso manokana ny sekolin’ny Zandary

Tonga nitsidika ny sekoly ambonin'ny zandarimariam-pirenena ao Moramanga ny jeneraly Benjamina Ratovoson, kaomandin'ireo sekoly sy ny fiofanana omaly.

Nasiany fanaraha-maso manokana ny fampiharana ireo fepetra rehetra iadiana amin'ny fiparitahan'ny valan'aretina coronavirus eo anivon'ny sekoly. Noteteziny avokoa ireo ivotoeram-piofanana misy mpiofana ankehitriny, ka nahafahany nijery akaiky ny fampianarana mandritra izao fotoanan’ny fihibohana izao.Anisan'ny nojereny manokana ihany koa ny fizotry ny fitsarana sy ny fikirakirana ny valim-panadinan'ny andiany faha- 32 SMP izay eo anivon'ny fitantanana ny fiofanana(DE). Namaranany ny fitsidihany moa ny fijerena ny mety ho fanohizana ny fanamboarana ny cercle mess ESGN.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’i Tanjombato “Lasa tsy matahotra ilay valan’aretina ny olona”

Ampatsiahivina hatrany, hoy ny ben’ny tananan’i Tanjombato, Tovo Rakotojohary, fa anaty krizy ara-pahasalamana isika izao fa tsy krizy ara-tsakafo

 

manoloana ny fahitana ireo mponin’ity kaominina ambanivohitra ity izay lasa mitombo isa rehefa alohan’ny amin’ny 12 ora atoandro. Manararaotra iny fotoana iny ireo olona, hoy izy, moa koa eo ny fivoaran’ny vaovao izay ahitana fa efa misy ireo mararin’ilay valan’aretina no sitrana. Lasa tsy matahotra ilay valan’aretina ny olona. Mizotra makany amin’ny miabo ny filazam-baovao dia lasa miheritreritra isika fa efa miverina amin’ny laoniny ny fiainana kanefa mbola tokony hanaja ny fepetra apetraky ny fitondrana foibe, hoy hatrany ity ben’ny tanana ity. Sahirana koa moa ny olona dia mety izay no anton’ilay anomezana azy an’iny tapany maraina iny saingy izahay dia manana adidy amin’ny fampanarahana ny toromarika ka rehefa tonga ny lera dia tanterahana. Omaly izao (TTF: Ny alakamisy teo) dia nomena arovava daholo ireo mpivarotra rehetra sy ny olona satria hoe efa mahazo mivoaka ihany. Raha ohatra mantsy ka mahazo mivoaka kanefa tsy misy fepetra raisin’ny fanjakana dia hitako hoe mifanohitra ihany, hoy izy. Tsy navelanay nisitraka tsena mora koa, ohatra, izay tsy nanao arovava. Eo koa ny fampanajana ny elanelana 1 metatra eo amin’ireo mpivarotra ary manomboka eto dia hiha enjana izahay amin’ny fampanarahana ny fepetra rehetra, hoy hatrany izy.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpamily taxi-brousseAny amin’ny Fokontany no maka fanampiana

Nikatona tanteraka nanomboka omaly ny tobim-piantsonana eto an-drenivohitra mandra-pisian’ny lamina vaovao avy amin’ny Fitondram-panjakana.

 

Ankoatra ny etsy amin’ny Maki Andohatapenaka dia tafiditra ihany koa ny eny Androndrakely sy ny fasan’ny karana, toerana anisan’ny be olona tokoa. Nambaran’ny lehiben’ireo tobim-piantsonana nandritra izany fa tsy azo hivezivezena intsony ireny toerana ireny. Hisy mantsy asa fanadiovana faobe hotanterahina. Ankoatra izay hoy izy dia tsy mila mitady ny lehiben’ny koperativa misy azy intsony ireo mpamily taxi-brousse sy ny mpanampy azy amin’ny anjara fanampiana tokony ho azon’izy ireny. Any amin’ny komity loharano ny rehetra hoy izy no maka izany, izany hoe : eny anivon’ny Fokontany misy azy, hisian’ny filaminana. Tsiahivina moa fa na ho an’ireo mpamily fiara karetsaka sy taxibe aza dia mbola betsaka ireo tsy nahazo izany fa miandry fiantsoana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tohana ara-tsaina ho an’ireo mararin’ny COVID19 Miditra an-tsehatra ireo psykôlôgy Malagasy

Manoloana ny zava-misy ao anatin’ny fiatrehana izao areti-mandripaka COVID 19 eto amin’ny firenena izao dia nampanantsoina ihany koa ireo psykôlôgy na

 

mpahaitoetra malagasy hanampy ny fitsaboana ireo maran’izay aretina Coronavirus izay. Isan’ny sokajiana ho mpitsabo rahateo izy ireny ary heverina fa isan’ny ilaina hanampy amin’ny lafiny tohana ara-tsaina ho an’ireo marary. Raha ny vaovao voaray dia nisy tamin’izy ireo no nalefa teny amin’ny hopitaly manara-penitra eny Andohatapenaka eny. Heverina fa tsy ho ambakan’izany koa ireo toeran-kafa handraisana ireo marary rehetra. Ho an’Anosiala moa dia ny ekipan’ny mpahaitoetra avy ao amin’ny ONPM no nalefa hiasa eny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo Renivohitra Hosaziana izay mivoaka ny trano tsy manao arovava

Asa tsy maintsy hataon’ny isan-tokantrano amin’izao, indrindra fa ny Renim-pianakaviana ny namboatra arovava manara-penitra ho an’ny ankohonany.

 

Kaominina maromaro mantsy tamin’ity herinandro ity no efa nandray fepetra fa tsy mahazo mivoaka ny trano intsony izay rehetra tsy manao arovava ho fiarovana amin’ny fiparitahan’ny tsimok’aretina coronavirus. Ho an’ny kaominina Antananarivo renivohitra manokana dia nanamafy izany ny prefektioran’ny polisy eto Antananarivo fa tsy maintsy manao tampim-bava avokoa izay rehetra mivoaka ny trano. Hotazomin’ny mpitandro ny filaminana mandritra ny 30 minitra avokoa araka izany ireo olona tratra tsy manao izany kanefa mivezivezy eny rehetra eny. Ho an’ireo izay tsy manana kosa dia nanamafy ny jeneraly Angelo Ravelonarivo, prefen’Antananarivo fa tsy maintsy manakona ny tarehy amin’ny « cache-nez » izy ireny farafaharatsiny na lambakely rehefa hivoaka ny trano.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusMihoatra ny 100 ireo voa

Tafiakatra 102 ireo olona tratry ny coronavirus eto Madagasikara.

 

 Ny alakamisy hariva dia nisy olona 2 voatily, ary omaly kosa dia niampy 7 izany ka olona 9 izany no olona vaovao voamarina fa voan’ny coronavirus, araka ny tatitry ny Mpitondra tenin’ny CCO Covid-19 eny Ivato dia ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle. Tafiakatra 102 izany ny olona rehetra voa hatramin’izay. Mijanona ho 11 ny sitrana ka 91 izany ireo mbola tsaboina sy arahi-maso. Tsy misy ny mampiseho soritr’aretina sempotra. Tsy nisy izany ny nila “oxygène” sy “réspirateur”. Lehilahy 26 taona sy 41 taona izay samy eto Antananarivo ireo roa voalohany. Ny 7 kosa dia lehilahy iray 65 taona tonga tamin’ny zotra avy any ampitan-dranomasina, ary ny 6 dia any Toamasina avokoa: Vehivavy 19 taona, vehivavy 44 taona, vehivavy 51 taona, lehilahy 36 taona, zazalahikely 4 taona sy 12 taona. Rehefa tafiditra amin’ny vantan’ny olona iray ny tsimokaretina, dia na miseho ny soritr’aretina na tsia. Samy mamindra ireo, ka izay no hanarahi-maso sy hitsaboana azy. Ho an’ireo tsy misy soritr’aretina, rehefa ao anatin’ny 15 andro dia manao ilay fitiliana PCR eny amin’ny IPM. Raha tsy ahitana ny tsimok’aretina intsony izy, dia haverina indray io afaka 48 ora, ary mbola atao TDR (Test de Diagnostique Rapide) ahitana ny hery fiarovana sy ny tsy fitondrana intsony ny tsimok’aretina. Ho an’ireo misy soritr’aretina, ary farafahakeliny 8 ora no tsisy soritr’aretina, ary rehefa tsy misy izay soritra izay 3 andro misesy dia atao fitiliana PCR in-droa misesy ihany koa, arahin’ny TDR. Tsy maintsy mbola manaraka fepetra tahaka ny rehetra ireo efa olona avy sitrana. Nisaotra sy nankasitraka ireo mpikatroka manerana ny Nosy, mifampiantso sy mifampizara traikefa amin’izy ireo ny avy amin’ny CCO Covid-19 eny Ivato. Nanentana ny rehetra hanaja hatrany ny fepetra ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle satria tena mbola ao anatin’ny ady izao, ary finiavana be ny an’ny mpiasan’ny fahasalamana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Samy te ho mpamonjy

Dia tsy re feo intsony tokoa ny filoham-pirenena rehefa avy nanao fanambarana goavana fa misy eto Madagasikara ny akora fototra hahafahana manamboatra ny fanafodin’ny Coronavirus.

Mafy sy mateti-piavy tokoa angamba ny fivoriana ka tsy manana na dia 30 minitra isan-kariva monja izy hiresahana ao amin’ny haino aman-jerim-panjakana.Resaka izany any anaty fiarahamonina izany, nitovy tamin’ny taorian’ilay hoe voafehintsika io.Lasa tsy matahotra intsony Ramalagasy, mety maro koa moa ireo mandray an-tendrony ka tonga dia nanaboribory resaka fotsiny hoe : efa misy fanafody izany ka inona no hampitaintaina intsony.Tena mbola lavitr’ezaka anefa ny dia, mbola goavana ny asa satria tsy vita indray mipi-maso izany manamboatra fanafody sy manatosaka azy eny amin’ny tsena izany.Miverina any amin’ilay fanentanana voalohany ihany aloha ny resaka dia ny fanajana ny toromarika ka mihiboka an-trano.Mampihoro-koditra tokoa ny mahita sy mahare ny vaovao any am-pitandranomasina fa tena sanatria isaina isa-minitra ny maty, lasa mivadika hopitaly sy tranom-paty ny kianja, ny magazay goavana.Tsy homby intsony ireo « cimetière » fa tsy maintsy mandavaka etsy sy eroa handevenana ireo matin’ny Coronavirus.Kofona tanteraka ny toekaren’ireo matanjaka.Tototry ny kihana sy ny esoeson-teny ireo mpitondra satria toa mitarazoka fanapahan-kevitra…fa iza tokoa moa no niomana hoe handripaka ain’olombeloa tahaka izao ny Coronavirus ? Ny fitandremana sy fahamailoana ihany no fiarovana tsara indrindra hatreto aloha ; ny resaka fanafody sy vaksiny izany dia mbola vahaolana mety hivadika ho olana goavana atsy ho atsy satria manao hazakazaka arahin-tosika samy te ho lohany amin’ny fanamboarana ilay fanafody ny rehetra : Sinoa, Israeliana, Frantsay , Amerikana, efa tafiditra ao koa izany ny Malagasy ankehitriny.Iza no handrombaka ny amboara ? iza no ho voahosotra ho mpamonjy izao tontolo izao sy ny zanak’olombelona.Aoka aloha tsy ho diso hevitra na hanonofy be loatra..mbola olombelona ihany isika fa tsy Andriamanitra tsy akory !

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatongavana teratany SinoaNisavorovoro ny tany Mitsinjo

Efa lasa miteraka tebiteby amin` ny vahoaka Malagasy ity aretina “coronavirus” ity ka rehefa mahita teratany vahiny dia lasa miteraka savorovoro tsy fidiny indrindra moa any amin` ny faritra.

 

Ny alakamisy lasa teo dia nisy teratany sinoa mirahalahy tonga tany amin’ny Distrikan’i Mitsinjo. Nikoropaka ny iray tanàna na dia efa nampiseho taratasy fanamarinana fa nahavita ny 15 andro nihibohana ( certificat de fin de mise en quarantaine) izay nomen’ny Fanjakana aza izy ireo. Voatery nidina ifitony noho izany ny tompon’andraikitra nijery akaiky ny zava-nisy. Nasaina nanao taratasy fanekena fa hanao fihibohana any an-trano mandritra ny 14 andro hafa indray izy mirahalahy teratany sinoa ireo, izay mpiasa amina orinasa any Namakia. Rehefa tapitra izay fe-potoana izay, dia afaka mivoaka ary mandray ny asa aman-draharahany amin’izay izy ireo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana « service minimum » Mety hampihanaka ny valan’aretina

Tokony hanaja ny “confinement” izay nolazain’ny filoham-pirenena ny olom-pirenena rehetra, mba tsy hiparitahan’ny valan’aretina coronavirus, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra mpahay toekarena iray tsy nitonona anarana.

 

Nambarany fa mbola ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana isika amin’izao, ka tokony hanaja ireo fepetra rehetra napetraky ny fitondram-panjakana ny olona. Tsy tokony ho maika hangataka ny “service minimum” eny amin’ny biraom-panjakana isika, hoy izy ka anisan’ireny ohatra ny fanaovana ny permis biometrika. Mahatonga ny fihanaky ny valan’aretina vetivety mantsy ny fitangoron’olona ary tsy ho voafehy., Eo ihany koa ny tsy fanajana mihitsy ilay elanelana 1 metatra. Tsy fantatra intsony izay olona mitondra ny tsimok’aretina satria tsy voatery hisy soritr’aretina na marary fa mety olona mijoro tsara.

Tia Tanindranaza0 partages

MorondavaSarety telo tratra nitondra hazo sarobidy an-tsokosoko

Mandeha ihany koa ny fanararaotana amin’izao fotoanan’ny fihibohana izao. Sarety miisa telo nitondra hazo sarobidy miisa 28 no tra-tehaky ny mpitandro ny

 

filaminana tao Bemihinjy mihazo an’Ampasy, distrikan’i Morondava ny 07 Aprily teo. Raha araka ny loharanom-baovao azo dia nokasain’ilay tompony izay ati-doha hamidy amin’ireo mpiraiombin’antoka aminy ireto hazo sarobidy ireto raha olona iray kosa no tratra niaraka tamin’ilay sarety. Tsy mbola fantatra moa na ity farany no tompon’ireo hazo sarobidy ireo na olon-kafa. Manao antso avo amin’ireo mpitandro ny filaminana izay manara-maso ny fivezivezena eny rehetra eny araka izany ny eny ifotony mba ho malina tsara mandritra izao fotoanan’ny fihibohana izao. Tsy vitsy ihany koa mantsy ireo manondrana rongony an-tsokosoko toy ireo tratra teny amin’ny tsenan’Anosibe farany teo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tambazotran-tseraseraMiparitaka izay tsy izy ny vaovao tsy marina

Mila itandremana fatratra amin’izao fotoana izao ny vaovao miely sy misy manely ao anaty tambazotran-tserasera ao.

 Efa tambazotra maro mihitsy no tsikaritra manangana itony antsoina hoe « «compte fake »  itony mba hanelezana vaovao tsy marina fotsiny hanipazana hoditr’akondro ireo izay mandray azy ireny ho mitombona. Tsy hay izy ireny na voakarama na tsy manan-katao fa efa manana ilay fahafinaretana mampijabaka ny mpiara-belona fotsiny tsotra izao.

J Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Arphine HelisoaMbola tsy nahazo LP indray

Nametraka fangatahana ny amin’ny mba hanomezana fahafahana vonjimaika (LP) ilay mpanao gazety nampidirina am-ponja, Arphine Helisoa,

J.Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaNandamina ny teny Anosibe sy ny manodidina

Nanomboka ny alakamisy lasa teo dia nisy barazy teo amin` ireo faritra hahafahana miditra ao Anosibe: Namontana, Anosizato, 67Ha eo amin` ny JIRAMA, Seoul Hotel Andavamamba, Anosipatrana…

 

Tsy nisy fiara afaka niditra na dia misy aza ireo manana fahazoan-dalana manokana. Antony, tao anatin` ny roa andro dia nanao ny fomba rehetra nandaminana ny faritra Anosibe sy ny manodidina ny polisim-pirenena. Misy ny fanentanana sy ny fampiharana ny lalàna mikasika ny fihibohana. Mendri-piderana ny fihetsiky ny polisy satria ity faritra ity no tena anisan` ireo miaina anaty gaboraraka tanteraka. Amin` izao krizy ara-pahasalamana izao dia fotoana handaminana ny tanàna mihitsy izao. Saingy ny zava-misy, alamina kanefa miverina foana ny gaboraraka. Tokony arahana fanabeazana mihitsy. Atao isan-andro ny fanadiovana sy ny fandaminana. Tsy ny tanàna sy ny tsena irery ihany mantsy no maloto fa ny ao an-tsain` ny olona mihitsy no mila fanadiovana. Izay ilay hoe “miovà amin`ny fanavaozana ny saina”. Ao anatin` ny vanim-potoanan` ny Paska izao fa fotoana ny “fahaterahana vaovao”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpihira ara-pilazantsara MalagasyEfa resin’ny Tompo ny coronavirus

Nahavita nanentana mpino Kristianina maro nanatontosa niaraka tamin’izy ireo ny atao hoe “Hiaka sy fiderana” nanomboka omaly alina tamin’ny 7 ora mpihira ara-pilazantsara malagasy.

 

 Naharitra teo amin’ny ora iray teo ny fampisehoana izay niainga tanatin’ny tambazotran-tseraseran’ireo mpihira ara-pilazantsara malaza toa an-dry Joseph D’Af, Rija Rasolondraibe, Rojo Ny Avo sy hafa maro be ary nandeha tamina onjampeo maromaro ihany koa. Satria moa mandia fotoan-tsarotra ny firenena dia nisandratra ihany koa ny vavaka fangatahana famonjena ho an’ny firenena ary tanjona napetraka natao teny filamatra moa ny hoe rava ny manda fa Jesoa Kristy no hisandratra ary efa resin’ny Tompo ny coronavirus.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Paska ao anatin’ny asaNankahery ny ekipany ny komandin'ny zandarimaria

Amin’ izao fankalazana ny fetin’ny paska 2020 izao, izay ao anatin'ny vanim-potoana sarotra noho ny valanaretina "coronavirus"

 

 dia nitsangana nampahery ireo mpiara-miasa aminy ny jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa, kaomandin'ny zandarimariam-pirenena. Tsapany raha araka ny fanazavany ny andraikitra mankadiry hiandraiketan’ny mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao. Naneho ny fisaorana sy fankatelemana ho an'ireo mpiantsehatra rehetra noho ireo asa tsara efa vita izy araka izany. Mampahery sy mamporisika ny tsirairay ihany koa amin'ny asa miandry goavana mbola miandray amin'izao faran'ny herinandro masina izao. Tsaroany ihany koa ka isaorana manokana ireo mpiantsehatra tsy maintsy hiasa andro aman'alina lavitra ny fianakaviany. Manainga ny rehetra hanaja hatrany ny tarigetra "Tanindrazana sy lalana" ka hiasa ankitsim-po sy hanaja tanteraka ny lalàna velona araka izany ny tenany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Real TVEfa mandeha indray

Naneho Fisaorana sy Fankasitrahana eram-po eran-tsaina ny rehetra nankahery sy nanohana azy tao anatin’ny fotoan-tsarotra nisian'ny fahatapahana ny fahitalavitra Real TV Madagasikara.

 

 

Sitraka sy Telina tompoko fa hery lehibe ho anay ny fisianareo mpankafy maro be miara dalana aminay, hoy ny hafatra nataon’izy ireo tao amin’ny pejy manokany. Tafaverina soa ny fahitalavitra nefa ialàna tsiny ny mety ho mbola faharatsian'ny sary sy feo any an-tokantranontsika any fa mbola anaty andrana teknika sy fanatsaràna tanteraka isika izao, hoy hatrany ny hafa miantefa amin’ny mpanaraka. Nanomboka ny marainan’ny 7 aprily lasa teo raha tsiahivina no tapaka ity fahitalavitra ity noho antsojay nahazo azy ireo, raha ny fanazavana. Gafy no voalaza fa nahatonga ny fahatapahana satria nosimbaina ny fitaovana teny Ambohimitsimbina.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rakotoson Jean RichardMisy fomba tsotra hanamboarana ny « solution hydroalcoolique »

Manama ny injeniera Rakotoson Jean Richard fa azo atao tsara ny manamboatra ny « solution hydroalcoolique » eto Madagasikara sy ny manaparitaka an’izany manerana ny nosy.

 

Orinasa antony fa tsy hoe ozinina goavana be no ilaina araka ny soso-kevitr’ity manampahaizana Malagasy ity ary ny teknisianina malgasy izay marobe tokoa no antsoina hiasa ao amin’izany.Akora mora hita ihany koa ny atambatra ka hahavitana ity « solution hydroalcoolique » araka ny nambaran-dRakotoson Jean Richard toa  ny : alcool, eau distillée, colorant, parfum…Manana ny teknikany sy ny tsiambaratelony momba ny fanamboarana moa izy, izay nanantitrantitra fa ilaina ny fijoroana hanavotra ny firenena amin’izao vanim-potona sarotra hiadiana amin’ny Coronavirus izao ; akora iray ampiasaina efa ho isan’ora ny « solution hydroalcoolique »  na eny amin’ny toeram-pitsaboana na any am-piasana na any an-tokantrano ary vitan’ny manampahaizana Malagasy ny manamboatra azy amin’ny fomba tsotra, haingana kanefa azo antoka.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Governoran’ny Faritra Analamanga Nizara fanomezana ho an’ny mpanao gazety

Vary, menaka, siramamy ary savony no nomena ny mpanao gazety omaly teny amin’ny biraon’ny Faritra Analamanga tetsy Ambohidahy.

Toromarika avy amin’ny Filoham-pirenena izany araka ny nambaran’ny Governoran’ny faritra Analamanga, Hery Rasoamaromaka. Nanambara ny tenany fa mendrika ny handray izany ny mpanao gazety rehetra tsy ankanavaka ary tsy maintsy ampiana satria ireo dia mbola miasa hatrany ary tena ilaina ny amin’izao ady amin’ny aretina coronavirus izao. Tsy fidiny ny mpanao gazety hoy izy ny mivoaka ary nanentana hatrany ny tenany ny tokony hijanonan’ny olona rehetra any an-tranony hifehezana ny valan’aretina.

 Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra solika JIRAMAMitombo isa ireo voarohirohy

Niaina fahatapahana herinaratra niverimberina ny distrikan`i Mandritsara noho ny halatra gazoala mamatsy ny milina mamokatra ny herinaratra any an-toerana.

 

 Ny 08 aprily lasa teo dia mpiasan` ny JIRAMA iray no nalaina am-bavany ary mitombo isa hatrany ireo olona voakasika amin` ity raharaha ity amin` izao fotoana izao. Faly ny vahoakan'i Mandritsara nandre izany vaovao izany. Nody ventiny ny rano natsakaina tamin'ny tolona nataon'ireo tanora mahakasika ity raharaha ity. Mitaky ny Sojabe, ny Tanora ary ny vahoaka rehetra mba hanaovana ny fanadihadiana lalina sy mba hanadiovana tanteraka ny orinasa Jirama Mandritsara. "Aleo samy hijinja ny vokatry ny zavatra nataony ny rehetra ary mitaky ny hanaovana ny fanadihadiana lalina mba hialana amin'ny ahiahin'ny mponina eto Mandritsara ny tenako", hoy ny fanazavana nataon'ny "Chef Secteur" Jirama Mandritsara, Hery Nomenjanahary. Anatin'ny fanadihadiana tanteraka ny mpitandro ny filaminana any an-toerana .

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mahery Lanto Manandafy“Tsy ny filoha no nanome baiko ireny fanagadrana ireny”

Omaly no notanterahana ny fakàna am-bavany an`i Mahery Lanto Manandafy (MLM), tetsy amin` ny sampandraharaha misahana ny “cybercriminalité”

 

 tetsy amin` ny polisim-pirenena Anosy manoloana ny fitoriana momba azy voarain` ity sampandraharaha ity. Fitoriana napetraky ny DLC (Direction de la Législation et du Contentieux) eo anivon` ny primatiora. Voapanga ho naniratsira ny FFKM sy ny TVM moa i Mahery Lanto Manandafy. Taorian’ny fakana am-bava azy dia nalefa nody izy. Raha ny tafa fohy nataony tamin` ny mpanao gazety, dia nanambara i MLM fa vokatry ny fanaparam-pahefana nataon` ireo tompon’andraikim-panjakana izao fitoriana izao. "Eto aloha dia isaorako manokana ny Filoham-pirenena fa marina ny teniko omaly. Tsy tia korontana izy ary tsy izy no manome baiko ireny fanagadrana tsy amin'antony ireny. Mbola mangataka amin'ny filoha anefa aho hanafahana ireo olona heverina ho voatazona tsy ara-drariny any am-ponja, isan'izany ny mpanao gazety, Arphine Rahelisoa", hoy ny fanazavany. Marihana fa nisintona ny fitoriany na nanao "lettre de désistement" ihany koa ny DLC eo anivon` ny primatiora. Fantatra ihany koa fa nanome baiko ny Filoha Rajoelina hampiato ireo fanenjehana mifandraika amin` ny “cybercriminalité” na heloka an’habaka.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

4x4 namaky barazy teny IvandryTapa-tongotra ilay polisy

Nisy sakana napetraky ny polisim-pirenena tetsy Ivandry ho fampiharana ny tsy fahazoana mivezivezy amin'ny alina.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko HVM“Mila atomboka ny fitiliana faobe ”

Tandindomin-doza ny faritra. Hatahorana ny fihanakin’ny valan’aretina Covid 19 amin’ny alalan’ireo “cas contact” noho ireo fepetra tsy voafehy,

 hoy ny avy eo anivon’ny antoko politika Hery vaovao ho an’I Madagasikara. Nanome soson-kevitra indray, noho izany ny HVM, ny amin’ny mba tokony hitsinjarana isam-paritra ny fahefana manapa-kevitra sy ara-bola ary ny fampitaovana ny fiadiana ity areti-mandripaka ity. Mila omena fiofanana sy fitaovana, hoy ny antoko, ho entiny miaro tena ny mpitsabo, mpianatra mpitsabo, ary mpitsabo mpanampy isam-paritra. Mila aparitaka amin’ny faritra 22 ny fitaovana hahafahana manao fitiliana haingana na TDR. Tokony hatsangana isaky ny renivohi-paritany 6 ny toeram-pitiliana hahafahana manao ny fitiliana lalindalina na PCR. Mila atomboka ny fitiliana faobe izay miainga avy any amin’ny isam-pokontany, hoy hatrany ity antoko ity.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara0 partages

Laurianne Bcd : « La danse est un outil de guérison »

« Ce que j’adore faire c’est des improvisations et des freestyle dans la rue. J’ai commencé en 2016, ici, à Antananarivo. Je dansais dans les espaces publics avec Dzao, une danseuse qui résidait ici à l’époque, et depuis je ne me suis plus arrêtée », a-t-elle raconté. 

(Photo fournie)

Française résidant à Madagascar depuis quelques années, Laurianne Bcd enseigne la danse avec une visée thérapeutique et plus artistique, où elle accompagne les artistes dans leurs expressions à travers la danse. « Il y a deux ans, j’ai débuté mon projet d’accompagnement à travers la danse. J’enseigne l’expression corporelle dans un but de développement personnel et collectif. J’utilise la danse comme outil de guérison pour tous », a-t-elle fait savoir. 

La danse a toujours fait partie de sa vie. Elle a commencé avec le modern’jazz, puis le hip-hop. Elle a ensuite pratiqué la salsa ainsi que les danses traditionnelles d’Afrique de l’Ouest et d’autres styles, au gré de ses voyages et de ses rencontres. Aujourd’hui, elle se focalise plus sur la danse d’improvisation, en laissant son corps parler et s’exprimer à travers les différents langages corporels qu’elle a pu acquérir.

Laurianne a participé, l’année dernière, à une création artistique de l’Alliance française de Tana, « danse digitale », alliant vidéo et danse avec la compagnie moustik crew. Récemment, elle a joué dans une création de Skarz, guitariste de Tana, de Norma, peintre de Tana, une performance multidisciplinaire autour des masques que l’on porte tous les jours. 

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Secteur de l’emploi : Des conséquences profondes provoquées par la COVID-19  

Les mesures de confinement prises dans le cadre de la lutte contre la COVID-19 pourraient avoir des conséquences désastreuses sur l’emploi à Madagascar.

Dans la deuxième édition de son observatoire : Le COVID-19 et le monde du travail, l’Organisation internationale du travail (OIT) estime « au niveau mondial » que « le nombre total d’heures de travail sera en baisse d’environ 6,7% pendant ce trimestre ». Soit, « 195 millions de travailleurs à plein temps qui devraient faire face à une baisse de leurs revenus et à un niveau supérieur de pauvreté ». Une situation qui touche également la Grande île, étant donné que les secteurs économiques les plus touchés par la crise correspondent « aux commerces en gros et les commerces en détail », si l’on se réfère toujours aux données publiées par l’observatoire de l’OIT. Des activités qui constituent une grande part de l’économie malgache et qui regroupent des travailleurs comme « les caissiers/caissières, les étalagistes, les commerçants – de rues, dans les marchés ou encore en ligne – ainsi que les travailleurs qui ont d’autres métiers qui se rattachent à ces activités ». Lesdites activités sont, en grande partie, exercées dans le secteur informel – qui contribue à l’emploi, aux revenus et aux moyens de subsistance – où les travailleurs sont désavantagés car ne disposent pas de protection base comme les couvertures en matière de sécurité sociale.

RIvo Rakotondrasanjy, président de l’Alliance pour l’industrialisation durable. (Photo Facebook)

Pertes. L’observatoire de l’OIT note qu’il « existe un risque important d’enregistrer une hausse du nombre total de chômeurs fin 2020 ». Ce que Rivo Rakotondrasanjy, président de l’Alliance pour l’industrialisation durable confirme : « Le chômage va augmenter dans sa globalité ». Notre interlocuteur de continuer, « cela ne devrait toutefois pas être uniforme mais variera d’un secteur à l’autre ». Avant de préciser que « le chômage touchera surtout le secteur tourisme ». Ce qui rejoint l’observation de l’OIT qui affirme que « les secteurs économiques essentiels tels que l’hôtellerie et la restauration souffrent d’une chute vertigineuse de la production ».

Le danger plane sur le secteur de l’emploi à Madagascar, et les impacts de la crise se sont fait petit à petit ressentir. La crise de la COVID-19 révèle l’importance de la protection sociale. Quid du système malgache ?

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sensibilisation : Rappeurs et cinéastes au front

Culture chez nous, restez chez vous ! Lancé récemment sur Facebook, l’Ifm challenge fait sortir les rappeurs et artistes en tout genre sur les réseaux. A l’instar des rappeurs de Tooln, ou encore le cinéaste Yannick Andrianambonisoa, ils se laissent aller à des rimes et des clashs communs de « freestylers ». Sans langue de bois, mais toujours avec des mots bien pensés, les artistes restent dans le thème « restez chez vous » et « mon confinement ».

Sakaÿ et Lowki montrent leur engagement dans la sensibilisation face au coronavirus. (Photo : Rakotojaona Mampionona)

Engagés plus que jamais, les rappeurs Sakaÿ et Lowki n’hésitent pas à y prendre part : « Rester chez toi c’est élémentaire, fais gaffe à toi pour t’alimenter… Faites pas les fous…. kely fa dadany io virus io… Il ne faut pas le prendre comme une petite ogive… ». De quoi fouetter et percuter, tout comme leur extended play baptisé « Dia », sorti récemment. Pour sa part, le cinéaste Yannick Andrianambonisoa y participe également, même si une musique classique l’aurait inspiré comme il le dit dans son post. Sortant de sa zone de confort, l’artiste prend son rôle au sérieux et n’hésite pas à verser dans la conscientisation. Avec des mots crus certes mais qui peuvent, à coup sûr, transpercer même les têtes brûlées. « Entre quatre murs, c’est pas si dur… rester chez soi, c’est plus sûr… Corona est toujours en rut et son but c’est faire de toi sa prochaine p***… Pose ton c**, tu sauveras des vies…  La victoire ne dépend que de toi… ». Le tout se fait en freestyle sur l’instrumental de Tsiry Kely Panda, arrangé spécialement pour le challenge. 

Ouvert à tous, le but du challenge est de s’amuser, de sensibiliser et partager comment chacun vit son confinement. Les candidats sont invités à poster une petite vidéo, suivi du « #Ifm-challenge » sur facebook. Que vous soyez slameur, rappeur, poète ou écrivain, mélomane ou tout simplement un challenger, à vos smartphones… prêts… et postez ! 

Zo Toniaina

Madagate0 partages

Paris. Matin'ny covid-19 ny Diakonina Zoky Landy (MRE)

Tsy mifidy saranga sy fihaviana mihitsy ity coronavirus covid-19 ity rey olona a ! Ny 8 Aprily 2020 teo dia namoy ny ainy tao Paris (France), vokatr'io aretina io i Zoky Landy, Diakona ao amin'ny Fiangonana MRE (Messagers Radio Évangélique). Izay ihany no fantatra momba azy hatreto. Na ny tena anarany, na ireo havany any an-dilambato sy eto an-tanindrazana, na ny toerana fonenana any ampita dia tsy tonga taty aminay ny mombamomban'izany rehetra izany. Fa io ambony io ny sariny, izay hita ao amin'ny Facebook ihany koa.

Tsiahivina fa dia i Zoky Landy no teratany malagasy faha-4 matin'ity areti-mandoza maneran-tany ity, ivelan'i Madagasikara, taorian'ny Profesora Jean Jacques Razafindranazy, tany Lille France; ny Mpitandrina Raliterason Ravanona Ramaharavo tany Dreux, France, ary ny infirmière Soamaro Françoise tany Enghien, Belgique.

Tsy mahita ho tenenina intsony aho fa mivavaha isika mianakavy ho fialan-tsasatry ny fanahin'ireo havantsika efatra ireo, indrindra amin'izao ankatoky ny Paska 2020 izao.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Art de vivre : Pandémie oblige, les tables d’Antananarivo nagent en eaux troubles 

Face à la pandémie du COVID-19 et les mesures sanitaires prises par le pouvoir, l’art de vivre tananarivien, surtout dans le secteur de la restauration, veut tenir le coup en rebondissant avec la livraison à domicile. La rude concurrence accompagne les compressions de personnel. 

Sandwichs, pizzas et paninis sont les dernières « armes » pour la survie de nombreux restaurateurs à Antananarivo. (Photo : Tsiro Laqué)

À la guerre comme à la guerre, malgré des délaissés sur le champ de bataille pour les dizaines de restaurants de la taille de PME dans la capitale, depuis le début du confinement partiel, donc l’interdiction de rassembler plus de 50 personnes et le respect des distances sociales. Les tables d’Antananarivo ont décidé de passer au service à la commande. Entre « fast-food » et gastronomie, certaines grandes enseignes n’ont pas hésité à opter pour cette roue de secours. 

Pionnier de la pizza à emporter situé en plein centre-ville à Analakely, Le Point D’exclamation a décidé de relancer les livraisons à domicile depuis le 7 avril, allant de la pizza au poulet pané, des tapas jusqu’au burger. Le principe est élémentaire : faire parvenir aux clients les commandes sans qu’ils ne bougent de chez eux. Ces derniers pourront profiter de délicieux repas, tout en évitant les déplacements qui pourraient les exposer au COVID–19. Il a fallu prendre une décision puisque le confinement partiel n’est pas un cadeau pour les entreprises privées (sauf pour certaines).

« En réalité, cela ne marche pas. Si on traduit cela en chiffres, nos pertes atteignent les 60 %. Prenons des chiffres au hasard. Si en temps normal, nous pouvons gagner cent mille ariary journellement, là c’est à peine si on atteint les quarante mille. Alors, nous le faisons juste pour satisfaire nos clients. Le personnel a été compressé et nous ne maintenons que ceux qui sont indispensables à la marche de l’entreprise. Nous avons des charges comme le loyer, l’électricité… », explique Antonio Fournier, gérant du restaurant Tsiro Laqué. Si chez les professionnels, des mesures strictes répondant aux normes sont prises, depuis quelques jours, des particuliers décident également de se lancer dans le business, incitant les observateurs à se poser des questions sur la sécurisation des livraisons, particulièrement au niveau sanitaire. 

Derrière cet esprit entrepreneurial à la limite de la survie se cache une autre réalité. Une responsable dans un restaurant réputé d’Antananarivo ne s’en cache pas. « J’ai dû réduire le nombre de mes employés de 8, passant de 27 à 9 pour l’instant. Mais plus rapidement on remonte, plus vite je peux réembaucher les anciens et éviter les dégâts ». Quinze jours de confinement partiel, pas moins de six sociétés dans le secteur de la gastronomie et de la restauration d’Antananarivo envisagent de mettre les clés, définitivement, sous la porte. 

De plus, ces quinze jours de confinement risquent de porter le coup de grâce aux métiers de bouche. Les restaurateurs, les services traiteurs, les salles de réceptions, surtout pour les mariages, connaissent également des baisses conséquentes d’activité. D’autant plus que ces derniers ne savent pas encore vers qui se tourner. Des coups de tête venant de certains secteurs, comme des cabarets ou des casinos, sont à envisager vers la fin de cette deuxième période de confinement partiel. Cela pour dire que si la classe ouvrière a été directement frappée par les dispositions sanitaires, la classe moyenne commence également à en ressentir les impacts.

Maminirina Rado

Madagate0 partages

Madagasikara Coronavirus. Praiminisitra Christian Ntsay nidinana tao Fianarantsoa

FAMPITAM-BAOVAO

10 aprily 2020 - Namory ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny eo anivon’ny faritra Matsiatra Ambony, izay natao tao amin’ny renivohi-paritra ao Fianarantsoa ny Praiminisitra, Lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian, niaraka tamina mpikambana maromaro ao amin’ny governemanta, ka nifandinika tamin’izy ireo mikasika ny fiatrehana ny ady amin’ny valan’aretina Corona virus.

Mazava ny hafatry ny Praiminisitra, dia ny tokony hanehoana ny soatoavina Malagasy manoloana izao ady iombonantsika izao, ka hanamafisana ny fihavanana sy ny fifanajana ho an’ny tombontsoan’ny rehetra. Nohazavain’ny Praiminisitra fa nanapa-kevitra ny hiditra amin’ny fahamehana ara-pahasalamana na “état d’urgence sanitaire” ny fitondram-panjakana hifehezana ny fihanak’io valan’aretina io, ary ho fitsinjovana ny mpiara-belona sy ny vahoaka Malagasy tsy vaky volo.

Ao anatin’izany, hoy izy, dia ezahina hatrany ny hanatsarana ny fandriampahalemana mba hiatrehan’ny vahoaka ny fahamehana ao anatin’ny fitoniana. Nomarihiny fa nomena toromarika manokana ireo tompon’andraikitra eny anivon’ny Fitsarana sy ireo mpitandro ny filaminana, hijery akaiky izay tena laharam-pahamehana manoloana izao vanim-potoana manokana eto amin’ny firenena izao.

Nanditra ny dinika arak’asa dia notsiahivin’ny Praiminisitra ireo fampiharana ny hamehana ara-pahasalamana manerana an’i Madagasikara, ary nitondrany fanazavana manokana ny amin’ireo fepetra noraisina ho an’ny faritra efa ahitana olona mitondra ny valan’aretina, indrindra ho an’ity tapa-bolana faharoa anatanterahana ny fijanonana an-trano na ny fihibohana ity :

- eo amin’ny lafiny ara-toe-karena ohatra, dia asiana ny fiandrasan-draharaha (service minimum) hampiodinana ny asam-panjakana; miezaka ny orinasa Jirama mba tsy hisy ny fahatapahan’ny jiro sy ny rano;

- atsahatra aloha ny fitakian’ny “Cnaps” ny latsakemboka amin’ny mpampiasa sy ny mpiasa; ajanona ny fitakiana ny handoavana ny haba sy ny hetra, saingy mitohy ny fanambaran-ketra ataon’ny mpandoa hetra;

- ferana tsy hitaky trosa ireo banky sy orinasa mpampindram-bola. Hisitraka an’ireo fepetra ireo avokoa ny orinasa rehetra, hoy ihany ny Praiminisitra, saingy takiana amin’izy ireo kosa ny fandoavana ara-potoana ny karaman’ny mpiasa ao aminy, ary ny tsy hisian’ny fandroahana na fampihenana ny isan’ny mpiasa nohon’ny tranga fahaterena ara-toe-karena.

Eo amin’ny lafiny ara-tsosialy indray dia nanambara ny Praiminisitra fa hitondra “Plan d’urgence sociale”, araka ny toromarika avy amin’ny Filohan’ny Repoblika, ny fitondram-panjakana.

Izany moa dia hisandrahaka amina sehatra maromaro, ka hahitana ny “Vatsy tsinjo” izay fanampiana ho an’ireo tena marefo, ary tsy hizahàna tavan’olona ny fizarana an’izany; hahitana ihany koa ny famatsiana rano fisotro madio; hahakasika ny fanabeazana; ary eo amin’ny lafiny fahasalamana manokana dia efa mandeha ny fizaràna aron-tava (cache bouche) ho an’ireo izay mifanerasera amin’olona maro.

 

Notsindrian’ny Praiminisitra, eo amin’ny izay lafiny fahasalamana izay, fa ho ezahina ny hanatsarana ny “plateaux techniques” amin’ireo hopitaly mandray ny olona mitondra ny tsimok’aretina na ireo mitondra ny soritr’aretina, ka laharam-pahamehana ny fampitaovana ireo sampandraharaha fameloman’aina na “unité de réanimation”, ary tafiditra ao anatin’izany ny fitaovana ahafahana mivezivezy sy miara-miasa amin’ny mpitandro ny filaminana.

 

Nambaran’ny Praiminisitra ary fa anisan’ny faritra voakasik’ireo fepetra rehetra voalaza ireo i Fianarantsoa sy ny distrikan’i Lalangina, ka hatsangana ao ny komity “loharano”, izay rafitra avy eny ifotony, ahitana mpikambana enina, tena olo-marina sy tia tanindrazana ary manana traikefa. Izany dia mba hahafahan’ireo vahoaka misitraka avy hatrany ny fanohanana avy amin’ny fitondram-panjakana.

Marihina, hoy ny Praiminisitra, fa hanampy amin’ny fitiliana ireo olona ahiana ho mitondra ny valan’aretina covid-19, ary hanampy amin’ny fanentanana hampanjakàna ny fahamarinana eto amin’ny firenena ireo mpikambana ao amin’ny “Loharano” ireo.

 

Nampahafantariny koa fa hotanterahina eo ambany fitarihan’ny minisitry ny Mponina, ny Fiarovana ara-tsosialy sy ny Fampiroboroboana ny Vehivavy, ary ny minisitry ny Tontolo Iainana sy ny Fampandrosoana Maharitra, ny fitarihana ny fandraisana an-tanana maika ny sosialim-bahoaka, ohatra amin’izany ny “Vatsy tsinjo” isaky ny fokontany.

 

Teo am-pamaranana dia naneho fankasitrahana sy fisaorana ho an’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny, manoloana ny ezaka sy ny fanarahana ny toromarika izay napetraka, ny Praiminisitra, ary nanentana an’ireo Ben’ny tanàna sy Lehiben’ny distrika mba hifanome tanana amin’izao fanarenana atrehina izao.

Ny Seraseran’ny Primatiora

Midi Madagasikara0 partages

Après le COVID-19, rien ne sera plus comme avant

(Midirama) Le monde maintenant est sous la coupe du COVID-19. Tous les pays sont touchés par l’épidémie et la réponse trouvée pour freiner la propagation du virus est le confinement, en attendant la fabrication d’un  remède censé guérir les malades. La moitié de la population mondiale est obligée de gré ou de force à rester chez elle. Elle le fait finalement sans rechigner. C’est la course contre-la-montre pour tous les grands laboratoires voulant mettre au point un vaccin qui servira de traitement efficace pour guérir la maladie. En France, le protocole mis au point par le professeur Didier Raoult à propos de l’hydroxychloroquine crée une polémique qui enfle de jour en jour. Ce célèbre virologue marseillais a mis au point un traitement à base de cette substance active s’étant avéré efficace dans plus de 90% des cas traités. Une partie de ses confères s’insurge contre son utilisation, affirmant qu’il faut mener une étude  clinique encore plus large. Le remède est déjà administré par de nombreux praticiens au grand dam de leurs collègues encore réticents. Le président français Emmanuel Macron est allé rendre visite au célèbre professeur dans son la laboratoire à Marseille, montrant peut-être ainsi une reconnaissance implicite de son travail. Le chef de l’État français va lundi prochain s’adresser pour la quatrième fois aux Français pour faire le point sur la situation sanitaire dans le pays. A Madagascar, comme dans beaucoup d’autre pays, c’est le protocole du professeur Daniel Raoult qui a été appliqué pour soigner les malades du COVID-19 et son efficacité ne fait pas de doute comme peuvent en témoigner ceux qui ont été guéris. Mais la Grande île va se singulariser en produisant un médicament à base de plantes médicinales malgaches. La nouvelle a été annoncée par le président Andry Rajoelina et fait le tour des organes de presse internationale. Aucun détail n’a été donné, mais la réalisation du projet est en cours. Cet espoir d’éradiquer l’épidémie n’empêche pas la continuation des efforts actuels pour freiner la propagation du  coronavirus dans la Grande île. Les équipes médicales chargées de la lutte contre le COVID-19 sont, peut-on dire, sur le pied de guerre. Elles font preuve d’une extrême vigilance. Le nombre de cas déclarés a augmenté, mais sans être excessif. Trois régions sont sous confinement : Analamanga, Toamasina et Haute Matsiatra. La population est maintenant sous haute surveillance et le relâchement des premiers temps ne va plus être toléré. Les forces de l’ordre vont bientôt sévir contre tous les contrevenants. Le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation l’a rappelé hier à la mi-journée. Les recommandations ont été faites et dorénavant, il faudra appliquer les règles qui ont été édictées.

Dans le reste du monde, la progression de l’épidémie continue. Les Etats-Unis connaissent le taux le plus élevé de contaminations et de décès. A ce jour, on compte 467 000 cas avérés et  près de 17 000 morts. La propagation du virus se fait de manière exponentielle, New-York étant la ville la plus touchée. Le président Donald Trump, à défaut de reconnaître ses erreurs d’appréciation du début, a lancé un véritable branle-bas de combat. Il s’en est pris à l’OMS qu’il accuse d’avoir favorisé la Chine, et il menace de retirer  la contribution financière de son pays à l’organisme international. En France, une accalmie a été constatée sur le front de l’épidémie. Il en est de même en Italie. En Grande-Bretagne, le virus gagne du terrain. Il a même contaminé le Premier ministre Boris Johnson qui, après avoir été admis en soins intensifs, a repris finalement des forces. Bien que n’étant pas encore tiré d’affaire, celui-ci va certainement se remettre.

C’est l’une des plus grandes épidémies que le monde moderne a connu. Celle du COVID-19, en dehors du fait qu’elle a profondément impacté le sociétés, est en train d’accélérer  les changements de politiques des pays touchés. Ce que les différentes Conférences des parties (COP) n’ont pas réussi à faire est entrain de s’accomplir : la pollution a commencé à disparaître. La récession qui pointe à l’horizon va entraîner un changement des échelles de valeurs dans l’économie mondiale. Rien ne sera  plus comme avant après le COVID-19.

Patrice RABE