Les actualités Malgaches du Jeudi 11 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara77 partages

Route Ambilobe-Vohémar : Début des travaux ce samedi

Le président Andry Rajoelina a assisté à la cérémonie de l’Accord cadre qui s’est déroulée hier au Palais d’Etat d’Iavoloha.

Le président de la République, Andry Rajoelina sera en déplacement dans la partie Nord de la Grande île ce week-end pour assister à la cérémonie de pose de premières pierres des travaux.

La fin du calvaire est proche pour les populations des régions DIANA et SAVA. C’est désormais officiel. Les travaux de réhabilitation de la route nationale 5A reliant Ambilobe-Vohémar débuteront samedi prochain. Le président de la République Andry Rajoelina fera lui-même le déplacement dans la partie Nord de la Grande île pour assister à la cérémonie de pose de premières pierres de ce projet. Hier, la cérémonie de signature de l’Accord cadre relatif au déblocage du financement de la réhabilitation de la RN5A s’est déroulée au Palais d’Etat d’Iavoloha. Elle a été effectuée entre le ministre des Affaires Étrangères, Naina Andriantsitohaina et le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de Chine, CHEN Xiaolei, en présence du président de la République Andry Rajoelina. 155 milliards de dollars. C’est le montant du financement des travaux de réhabilitation de la RN5A, inscrit dans cet Accord cadre. 150km de route sont concernés par ce projet dont le Chargé d’Affaires de l’Ambassade de la Chine considère comme « les travaux du siècle ». Certainement à cause du fait que cette route Ambilobe-Vohémar a fait souffrir les populations des régions DIANA et SAVA depuis belle lurette. Pendant une cinquantaine d’années, elle a fait l’objet de promesses non tenues par les tenants des pouvoirs qui se sont succédé.

Projets structurants. Il y a un mois de cela, le président Andry Rajoelina a effectué une descente dans cette partie Nord de la Grande Ile, plus exactement à Betsiaka pour constater de visu l’état des routes au niveau de cette localité. Pour mettre fin au calvaire de la population locale, la décision du lancement immédiat des travaux a été prise. Il convient de rappeler également que la construction de cette route nationale 5A figure parmi les promesses annoncées par le numéro Un du « Tanora malaGasy Vonona » durant la campagne électorale de décembre dernier, tout comme plusieurs autres projets d’envergure tels que la RN44, les « trano mora », les « buildings mora » et les stades « manara-penitra ». Quelques jours seulement après avoir donné le coup d’envoi de la construction d’une autoroute reliant le Port et la RN2 à Toamasina, Andry Rajoelina entamera la pose de premières pierres de la RN5A. Par ailleurs, de sources bien informées, le début des travaux pour plusieurs autres projets inscrivant dans son « Velirano » serait prévu avoir lieu dans les semaines qui viennent. C’est certainement la raison pour laquelle des urbanistes et des architectes malgaches figuraient dans la liste de la délégation lors du déplacement du Chef de l’Etat au Sénégal. Quoiqu’il en soit, le déblocage rapide des financements de tous ces projets structurants démontrent que le régime actuel bénéficie de la confiance et du soutien de la Communauté internationale et des bailleurs de fonds traditionnels.

Davis R

Midi Madagasikara41 partages

Kung Fu – Wushu : Jackie Chan attendu au pays en juin

Le président de la FM Kung Fu, José Ramaherison et le producteur chinois, Xiao Ang.

Un film sur Maitre Gao sera financé par l’acteur chinois.

Cette fois ci ce sera la bonne. La venue de l’acteur et réalisateur chinois, Jackie Chan au pays pratiquant le kung-fu est confirmée. «Nous sommes ici pour préparer l’arrivée de mon ami Jackie Chan et pour faire un état de lieu en vue de la réalisation du film. Lors de notre séjour, nous allons rencontrer les différentes autorités », a déclaré Xiao Ang, hier, à l’aéroport d’Ivato. Un film consacré à José Ramaherison alias Maitre Gao, président de la fédération malgache de kung-fu sera tourné au pays dont le financement sera assuré par cet acteur, chanteur, cascadeur, scénariste, réalisateur et producteur chinois. Sauf changement de dernière minute, Jackie Chan foulera le sol malgache au mois de juin c’est-à-dire d’ici un mois et demi. Cette visite entre dans le cadre de la concrétisation du programme du président de la fédération malgache de kung-fu Wushu, José Ramaherison. Lui qui a été élu récemment président d’honneur du temple de Shaolin. Ce film sera une reconnaissance pour Gao les actions qu’il a menés dans la promotion de cette discipline au pays. C’est un honneur pour le kung-fu malgache d’autant plus que Madagascar est le premier pays visité par l’acteur. Les relations entre la Chine et la Grande Ile seront également à l’honneur avec le film. L’association Takalo présidée par José Ramaherison a beaucoup œuvré pour la concrétisation du projet. Une délégation au sein des ministères de la Jeunesse et des Sports et celui de la Communication et Culture ont accueilli la délégation chinoise. Ce film sera une publicité pour la Grande Ile sur la scène internationale. La star chinoise séjournera au pays pendant une semaine où il va rencontrer plusieurs personnalités.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Gaz domestique : Large contribution à la préservation de la santé publique selon « Vitogaz »

Comme on dit : « La santé est la première des richesses, et il appartient à chacun de la préserver ». « Vitogaz » a fait sien ce précepte en adoptant depuis longtemps une politique environnementale liée à un souci de préserver la santé des consommateurs.

Elle vient encore de le rappeler à l’occasion de la célébration de la journée mondiale de la santé le 7 avril dernier. Pour « Vitogaz », l’utilisation du gaz domestique contribue largement à préserver la santé des consommateurs.

Energie propre

Une occasion de renforcer son message de sensibilisation de la population à faire des choix judicieux pour la préservation de leur santé, et d’incitation pour faire le choix pour l’utilisation du gaz à la place du charbon. « Le gaz est une énergie propre, ne dégageant pas de substances toxiques lors de sa combustion, contrairement au charbon qui produit des fumées nocives néfastes pour la santé » explique un responsable de « Vitogaz » en précisant « des substances chimiques dangereuses peuvent être retrouvées dans la fumée du charbon de bois et du bois de chauffe ». Plus précisément, « les particules fines, de taille microscopique, qui peuvent pénétrer jusqu’aux bronches, une fois inhalées, se retrouvent dans les poumons et peuvent mener à de graves problèmes respiratoires pouvant entraîner un décès. Les monoxydes de carbone ou CO, qui réduit la capacité du sang à fournir l’oxygène nécessaire aux tissus ; ce qui peut entraîner un stress au cœur. Inhalée en grande quantité, le monoxyde de carbone peut entraîner la fatigue, des maux de tête, des étourdissements, des nausées, la confusion, la désorientation. Les oxydes d’azote (NO), qui réduisent la résistance des poumons aux infections, et qui peuvent entraîner l’essoufflement et l’irritation des bronches particulièrement. Les composants volatiles qui causent l’irritation des voies respiratoires et certaines maladies, voire le cancer ».

Santé pour tous

Bref, la célébration de la journée mondiale de la santé est une occasion pour « Vitogaz » de rappeler que le droit à la santé est pour tous et que chacun a un rôle à jouer pour y parvenir. Dans tout cela, le rôle de « Vitogaz » est aussi de proposer des alternatives pour réduire l’utilisation du charbon de bois en facilitant l’acquisition du gaz pour un maximum de foyers. Elle participe également à des séances de sensibilisation. C’est le cas notamment avec la SPMAD, ou Société de Pneumatologie de Madagascar où « Vitogaz » a participé à des animations pour sensibiliser la population sur les effets nocifs de l’utilisation charbon de bois et du bois de chauffe dans les foyers. Sur le plan commercial « Vitogaz » s’efforce de proposer aux consommateurs un certain nombre de produits et services adaptés à tous les besoins.

R.Edmond.

Midi Madagasikara3 partages

Armée malagasy : Le Gal Rakotonirina nouveau CEMGAM

De nombreuses nominations aux hauts emplois de l’Etat ont figuré parmi les décisions prises hier lors du Conseil des ministres qui s’est tenu à Iavoloha. Parmi elles figure la nomination du Général Rakotonirina au poste de Chef d’Etat-major Général de l’Armée Malagasy (CEMGAM). Au titre du ministère de la Communication et de la Culture, Johary Ravoajanahary, Directeur général de l’Office de la Radio et Télévision publiques de Madagascar (ORTM) a été limogé. Il vient d’être remplacé par Jean-Yves Belalahy. Avant sa nomination, ce dernier était le directeur de la M3TV/M3FM de Mahajanga.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Rova de Manjakamiadana : Reprise des travaux

Une cérémonie historique aura lieu ce jour à Manjakamiadana. En effet, le président Andry Rajoelina fera le déplacement à La Haute Ville ce matin pour assister à la cérémonie de lancement officiel de la reprise des travaux de réhabilitation du Rova. Lors d’un culte œcuménique qui s’est tenu au Temple FJKM Anatirova juste après son investiture fin janvier, le président Andry Rajoelina a annoncé que le Rova sera réhabilité d’ici la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance, le 26 juin 2020. Les travaux dureront donc un peu plus d’un an. La remise en état de cet édifice, réduit en cendre lors d’un incendie criminel survenu le 6 novembre 1995, constitue un véritable défi pour le président Andry Rajoelina.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Exploitation des combustibles fossiles : Deux poids deux mesures pour Madagascar

A l’heure où le contexte environnemental global marqué par les effets du changement climatique oblige le monde entier à basculer progressivement vers la transition énergétique, Madagascar commence à peine à découvrir et à exploiter son énorme potentiel en combustibles fossiles. Un deux poids deux mesures, entre les supposés avantages macro-économiques et les immenses et avérées menaces socio- environnementales.

La Grande Ile possède au moins 200 blocs pétroliers dont seul le dixième est exploité. Rien que parmi ce lot, un seul site d’exploitation d’huile lourde, celui de Tsimiroro (désormais suspendu) possède à lui seul un potentiel de 1,7 milliard de barils. Cependant, force est de constater que le pays n’est pas encore en mesure d’exploiter de manière durable cette ressource non renouvelable. 200 blocs pétroliers, c’est bien beau, mais comment les exploiter durablement et équitablement ? Les risques socio-environnementaux ont-ils été sérieusement évalués et considérés et les mécanismes de compensation environnementale, s’ils sont possibles, ont-ils été vraiment appliqués ? Quels sont les débouchés au niveau local, national et régional ? Quels bénéfices pour les communautés locales et quelles améliorations dans leur vie quotidienne ? Le cadre légal est-il suffisamment réglementé ?

 Code minier. Autant de questions restées pour le moment, sans réponses ou plutôt sans réalisations concrètes. Pour ne citer que le cas de la réforme du Code minier toujours « en bonne voie », jusqu’à maintenant et ce depuis au moins 2 ans, alors qu’elle est censée booster la compétitivité du marché, l’assainir et le réguler par une meilleure mise en œuvre de la réglementation, accroître les bénéfices micro-économiques tirés du marché pétrolier. D’ailleurs, malgré des appels d’offres internationaux peu ou prou alléchants, les investissements étrangers demeurent rares, voire suspendus s’ils ont déjà été amorcés. Plusieurs facteurs contingents expliquent cela. Citons à titre d’exemples, un flottement, beaucoup de flottements (autant d’ordre légal que structurel), la présence d’opérateurs pétroliers de circonstances (pas tous bien évidemment, mais une bonne partie quand même), qui ne brillent ni par leur professionnalisme ni leur rigueur vis-à-vis de la loi.

L’exploitation des combustibles fossiles doit être arrêtée progressivement pour laisser place, enfin, à une transition juste, pour l’intérêt général.

Energie thermique. Autre élément à ne pas négliger, et qui pourrait au moins dans l’urgence, justifier l’utilité de l’exploitation des combustibles fossiles : la société d’eau et d’électricité de Madagascar, fonctionne quasiment grâce à l’énergie thermique, donc le pétrole, dont la majeure partie provient de l’importation. Une sur-importation qui, entre autres facteurs, oblige cette société à vendre à sa perte avec des dépenses de plus de 636 milliards d’ariary par an rien que pour le carburant. Alors que faire de tout ce pétrole ? L’exploiter tout de suite sans une stratégie claire et un manque flagrant de structures ; ou ne rien en faire et continuer d’importer du pétrole avec les dépenses que cela implique ? Un semblant de dilemme cornélien, mais qui pourrait être résolu avec une politique minière et climatique claire, car rappelons-le encore une fois, le pétrole se tarit et des récentes études de Stockholm ont même alerté en disant que si le monde persiste dans l’exploitation des combustibles fossiles, la planète se transformerait en étuve, dans « moins d’un siècle ». Oui, la nouvelle politique de l’énergie (adoptée en 2015) existe, mais sa mise en œuvre n’est pas encore, hélas, effective.

(Crédit photo : Luz Razafimbelo) L’exploitation des combustibles fossiles favorisent la déforestation, détruit la santé du sol, pollue les océans et eaux continentales, décuplent les effets du changement climatique, mais avant tout compromettent la santé et l’avenir de l’humanité, surtout les enfants « qui n’ont rien demandé ».

Niveau national et régional. Vu sous un autre angle, notamment régional, le potentiel pétrolier de Madagascar peut dans une certaine mesure, représenter un avantage pour le pays, encore faut-il que toutes les problématiques précitées aient été « élucidées ». Seulement, c’est loin d’être le cas. Sachant qu’une transition énergétique, comme son nom l’indique est un processus qui s’inscrit dans le temps. Les défis sont donc, pratiquement les mêmes, au niveau national, régional, comme international : faire que la transition soit la plus équitable et « juste » possible pour les Etats, les populations, l’environnement, exploiter le marché des énergies renouvelables (car oui, le marché est bel et bien là), conscientiser les citoyens en les faisant comprendre l’imbrication des enjeux climatiques et socio-économiques, veiller à l’application effective de politiques climatiques. Insister sur la sensibilisation et l’information est intéressant, car rien que pour Madagascar, le charbon est utilisé par près de 80% des ménages quotidiennement et le gaz-considéré comme « énergie propre », alors qu’il est bel et bien fossile- arrive en deuxième position, avec les conséquences nuisibles pour l’environnement que cela implique. Une petite éclaircie dans ce tableau résolument sombre, la prise de conscience progressive au niveau mondial sur l’inéluctabilité de la transition énergétique. Rien que dans la zone Océan Indien, citons le forum régional des énergies durables qui s’est tenu à Maurice en mai dernier, organisé par la Commission de l’Océan Indien. Une avancée également dans une dimension plus sociale, le leadership et l’activisme des jeunes qui veulent renverser la vapeur en s’unissant et en militant pour l’atténuation et l’adaptation des effets du changement climatique.

Texte Luz Razafimbelo

(in Midi Madagasikara du 11 août 2018)

Midi Madagasikara1 partages

Raharaha alan’ny Vohibola : Raikitra ny fifampitoriana taorian’ny famoahana ireo voasambotra

Ireo olona voasambotra

Nitrangana sakoroka ny tao amin’ny talem-paritry ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana maharitra Atsinanana (DREDD) ny alarobia hariva teo. Taorian’ny fisamborana ireo olona 12 mpiambina ala tany Vohibola Ambinaninony, ny 02 tangalamena any an-toerana ary ilay sefom-pokontany, izay notorian’ny ben’ny tanana any an-toerana noho ny raharaha fikapana ala arovana, voasambotry ny zandary sy ny mpiasan’ny DREDD Atsinanana ny alahady 07 avrily teo, dia tonga namoaka azy ireo ny tompon’andraikitry ny AFF, na ny Asa fototry ny Fampandrosoana, Atoa Franck Ravelonarivo. Izy io dia sampana fikambanana eo anivon’ny orinasa Sodiat. Iray tamin’ireo voasambotra ireo Atoa Nabé, mpikambana eo anivon’ny AFF. Raikitra ny fifandrahonana sy fifampihantsiana ary fifampiampangana nandritra io alarobia hariva io. Milaza ny hitory ny DREDD Atsinanana ny tompon’andraikitry ny AFF noho izao olana tao Vohibola izao. Raha ny fanazavana dia tsy andian’olona mpamono biby na mpangalatra hazo ao anatin’izany ala izany ireto olona nosamborina ny alahady teo ireto, izay nentina vedety teto Toamasina ny alatsinainy teo ary nohidiana tao anatin’ny efitrano manokan’ny DREDD Toamasina miandry fanadihadiana. Fanafenana ny tena mpangalatra sy mpanapaka ala sy ny bizina ataon’ny ben’ny tanana ao Ambinaninony sy ny DREDD Atsinanana izao fisamborana izao, mba hanafenana amin’ny olona fa izy ireo mpiaro indray no meloka. Ny alatsinainy ihany dia efa navotsotra ireo tangalamena roa lahy fa ireo ambiny 10 kosa no mbola nohazonina miandry ny fanadihadiana, araka ny “requisition” nataon’ny DREDD atsinanana mampisambotra sy manenjika ary maniraka ny zandary sy ny mpiasan’ny DREDD nisambotra azy ireo. Tsy nisy aloha ny taratasy na avy amin’ny fitsarana, na avy amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana, na avy amin’ny fanjakana malagasy, manome alalana ity tompon’andraikitry ny AFF ity namoaka ireo olona 10 voaazona tao amin’ny DREDD atsinanana nosamborin’ny zandary ireto. Avy hatrany dia kiribiby sy fanararaotam-pahefana no natao ka izay no nahatalanjona ny mpitazana. Ankilan’izany dia sahin’ny tompon’andraikitry ny AFF, Atoa Franck Ravelonarivo, ny nanasoketa ny talen’ny tontolo iainana Atsinanana ho mpangalatra sy mpibizina hazo. Nambarany fa ny alarobia io dia tany Andranokoditra ity DREDD ity nanao bizina hazo. Ho hita eo ny tohin’ny raharaha satria milaza ny hitory noho ny raharaha ny tompon’andraikitry ny AFF sy ireo voasambotra ireo, noho fanalam-baraka sy ny tsy fanajana ny zon’olombelona tamin’ny fisamborana ary ny fihazonana azy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Commission de contrôle de financement de la vie politique : Le budget toujours dans l’expectative !

Pourquoi mettre en place des structures dotées d’attributions particulièrement intéressantes si la finalité est juste de faire bonne impression ?

Sur ce point, ce ne sont pas les exemples qui manquent. Prenons le cas de la Commission de Contrôle de Financement de la Vie Politique (CCFVP). La nomination des membres de cette commission importante a été constatée par décret le 1er août 2018, et le décret qui lui est propre est sorti le 17 juillet 2018. La commission travaille et a déjà publié, rappelons-le, sur un quotidien le 15 mars dernier, la liste des candidats au premier tour, ayant déposé et ayant omis leurs comptes de campagne. Mais en réalité, la CCFVP est une structure qui n’a pas encore son budget, neuf mois après sa mise en place.

Comptabilité de fait. Et pourtant, l’article 90, alinéa 4 de la loi sur le régime général des élections prévoit que « le fonctionnement de la Commission de contrôle du financement de la vie politique est pris en charge par le budget de l’Etat ». Mais le budget alloué à cette structure est loin d’avoir été pris en compte ; il demeure dans l’expectative. Hier, nous avons consulté un économiste du Crem (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar) sur ce sujet et a informé que « si, au cours d’un exercice budgétaire, une structure étatique est mise sur pied et qu’elle doit fonctionner, elle peut travailler avec des bailleurs et en établir une comptabilité de fait. A la fin de l’exercice budgétaire durant lequel elle a été mise en place, elle dépose auprès de la Cour des Comptes cette comptabilité avec les ministères auxquels elle est rattachée et les activités réalisées. C’est à partir de cela et des activités réalisées qu’elle peut en faire une prévision pour la prochaine loi de finances ». La question relative au budget de ces institutions est, de ce fait, plus qu’indispensable dans la mesure où son amputation limite les activités qu’elles peuvent entreprendre.

Dispositions floues. Et ce n’est pas tout. Quand les structures sont mises en place, viennent les manipulations au niveau des lois et règlements qui comprennent soit des dispositions floues, soit muettes sur des précisions importantes. Par exemple, par rapport aux candidats qui n’ont pas déposé leurs comptes de campagne, la CCFVP ne peut pas infliger des sanctions à leur endroit. Et il n’y a aucune disposition légale qui précise quelle autre structure est en mesure de le faire. Néanmoins, la CCFVP peut procéder aux instructions de ces comptes et durant son travail, si elle constate des infractions à caractère financier, elle peut saisir les juridictions y afférentes.

Aina Bovel

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Choses promises, choses dues

Les promesses du président lors des élections 2019 commencent à montrer le bout de leur nez. En effet, le 7 avril dernier, le président Andry Nirina Rajoelina a entamé la distribution des matériaux nécessaires pour l’amélioration des infrastructures publiques. Parmi ces infrastructures figurent le réaménagement de la voie rapide, mesurant 10 kilomètres reliant le port de Toamasina à Tsarakofafa, sur la RN2 ainsi que celle reliant Ambilobe et Vohemar.
Les travaux devront durer sur deux années. Dans cette foulée, le président a également octroyé 459 matériaux pour l’assainissement de l’eau et l’accès à l’eau propre dans les régions arides de Madagascar. Des bornes-fontaines, des matériaux de construction de puits sont arrivés au port de Toamasina. Ceci étant fait dans le cadre d’une collaboration avec l’UNICEF.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Jackie Chan sera à Antananarivo

Le très célèbre acteur Jackie Chan sera dans les rues de la ville des milles en mois de juin prochain. L’objet de sa venue entre dans le cadre du tournage du film documentaire sur le kung-fu Wushu. La fédération Wushu de Madagascar mettra à l’honneur le Maître Gao ou José Ramaherison à travers ce documentaire.
Il est important de préciser que la star des films d’action chinois sera le producteur du film en question. Actuellement l’équipe de Jackie Chan est à Antananarivo pour effectuer les repérages pour les différentes scènes du film. Les fans n’en sont plus que ravis. Hâte d’être en juin pour espérer apercevoir le héros de nos films d’enfances dans la grande ville.
Madagate0 partages

Andry Rajoelina. Kabariny teny Manjakamiadana, ny 11 Avrily 2019

Tsy asian-tsika resabe fa ity manaraka ity ny kabary iray manontolo nataon’ny Filoha Andry Rajoelina teny amin’ny Rovan’i Manjakamadiana, androany Alakamisy faha-11 Aprily 2019.

« Ianareo raiamandreny lehibe isan-tokony, araka ny fiandrianany avy ;

Ianareo lehiben’andrim-panjakana isan-tokony ;

Andriamatoa sy Ramatoa isany mpikambana ao anatin’ny governemanta ;

Andriamatoa sy Ramatoa isany masoivoho vahiny monina sy miasa eto Madagasikara ;

Ry Malagasy Namana ;

Tsaratsara Tompokolahy, Arahaba Tompokovavy.

Eto anaty Rova, faritra avo indrindra eto Analamanga no tafavory isika rehetra ankehitriny. Raha mitodika mianavaratra-atsinanana isika, dia mifankahita amin’Ambohimanga ; raha mitopy miankandrefana kosa isika, dia tazana ny vohitr’Ambohidratrimo ; raha mitodika mianatsimo, dia tazana ny tapin’Ambatofotsy ; raha mitodika miantsinana dia tazana Angavokely.

Izany hoe : eto amin’ity toerana misy antsika ity no ivo sady avon’Antananarivo ary izany no isan’ny nosafidianan’ireo Mpanjaka fahiny azy ity nanorenana ny Rovan’Antananarivo. Toerana niorenan’ny Fanjakana, nisandratan’ny Fiandrianam-pirenena ; toerana notantanana an’i Madagasikara ho nosy iray tsy mivaky anatin’ny fahasamihafana ka nampiray ny Malagasy tsy vaky volo.

Tsaroako etoana manokana ny tenin’Andrianampoinimerina hoe : « Ny ranomasina no valam-parihiko ». Fa izaho kosa eto, androany, dia manambara amintsika hoe : hatreny amin’ny faravodilanitra midadasika no hibaliaka ny tanamasoandro hitondra hazavana sy ho avy mamiratra ho an’ny isan-tokan-trano, ka izany no hiteraka hafanana indray, hamelona ny ambo-po-pirenena sy ny fitiavana tanindrazana hiredareda ao am-po-ntsika tsirairay avy.

Manana ny lanjany manokana ity toerana ity satria teto no nametrahana ny fahefan’i Madagasikara tamin’ny andron’ny faha mpanjaka. Teto anaty Rova no niorina sy nisandratra ny fiandrianam-pirenana mariky ny firaisam-pirenena. Koa noho izany dia rariny loatra, ary ataontsika, nataontsika ary ho ataontsika laharam-pahamehana ny famitàna ny fanarenana ity Rova ity.

Koa anio Alakamisy 11 Aprily 2019 no natokantsika ho fanomboana ny asa famitàna ny fanarenana ny Rova eto Antananarivo ahitana an’i Besakana, ny Lapan’i Manjakamiadana ary ireo vakoka rehetra mandrafitra ity toerana ity izay manana ny lanjany manokana eo amin’ny Tantaran’i Madagasikara. Izay indrindra no isan’ny nanaovan-tsika teto amin’ity fiangonana ity, tamin’ny 17 Janoary 2019 lasa teo, ny fangataham-pitahiana ho an’ny Tanindrazana ary nitrotrona am-bavaka ny Firenena raha vatany voatafajoro ny governemanta, ary nametraha-ntsika ny fanamby hamitana ny asa fanarenana ny Lapan’i Manjakamiadana sy ny Rova iray manontolo.

Roa volana sy tapany aty aoriana, dia tonga eto isika anio. Koa atombontsika ny famitàna an’ny Lapan’i Besakana. I Besakana izay anisan’ny Lapa tranainy indrindra teto, ary ny mpanjaka Andriamasinavalona no nanorina azy ho tandroky ny tany sady ondam-panjakana hoy ilay tononkalo malaza. Ny famitan-tsika ity anaty Rova ity dia anandratan-tsika ny Fiandrianam-pirenena, ary amelomana indray ny ambo-po-pirenena ao anatin-tsika entina hanavotana sy hampandrosoana an’i Madagasikara ilay nosy malalantsika.

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Semban-drahona tokoa mantsy ny firenena raha tamin’ny 6 Novambra 1995 rehefa may ny Rova ary nitomany i Madagasikara iray manontolo. Ankehitriny, raha mijoro eto anoloanareo aho, dia tsy manao fanambarana fotsiny fa anao velirano fa tsy maintsy ho vitain-tsika mialohan’ny fankalazana ny faha-60 taona niverenenan’ny Fahaleovantenantsika, ity vakoka goavana manana ny hasiny eto amin’ny Firenena ity.

Raha tsy mametraka fanamby isika mantsy dia tsy handroso mihitsy ny Firenena. Raha hifampitsikera ihany koa, dia manao amina toerana foana lava izao. Raha ny famitàna ity Rova ity, raha ny famitàna ity Lapan’i Manjakamiadana ity dia afaka ataontsika hoe afaka 10 taona vao mety ho vita. Fa isika miasa aingana ary izay teny nolazain-tsika tsy maintsy ho tanterahana. Ary izay no noteneniko hoe : afaka iray taona ho reharehan’ny Malagasy, dia ho vita ity Lapan’i Manjakamiadana sy ny Rova eto ity.

Zava-dehibe izao lanonana atrehin-tsika androany izao satria fanajana ny fototra ary fanomezan-kasina ny loharano niaviana. Ny tenako manokana dia tia mandalina ny Tantara ary ny taranaka Malagasy dia tokony mahafantatra sy mahalala ny tantaran’ny Firenena ihany koa mba afahantsika mibanjina ny ho avy. Tsy afaka handroso mihitsy mantsy isika raha tsy mahafantatra ny hoe : avy aiza isika ary ho aiza isika ?

Raha mahakasika an’Anatirova manokana dia fanta-ntsika fa ny mpanjaka Andriamanjaka no nanorina ny Rovan’Antananarivo voalohany ary notohizan’ireo mpanjaka rehetra nifandimby ny fanorenana sy ny fanatsarana ireo Lapa mandrafitra azy. Taty aoriana dia ny Mpanjakavavy Ranavalona I no nampanorina ny Lapan’i Manjakamiadana izay ato aorianako ato. Ka ny mpahay tao-trano Jean Laborde no niandraikitra ny maharo ny tranon-dapa izay nahorina tamina hazo, ny taona 1839.

Nohavaozin’ny Mpanjakavavy Ranavalona II izany ho rafi-bato arak’izao endrika ahitana azy izao, ny taona 1869, ka ny mpahay tao-trano James Cameron indray kosa no nanamboatra azy tamin’izany fotoana izany. Ny taona 1895 kosa dia notafian’ny Frantsay i Madagasikara ary notifirina tamina tafondro ny Rova ary nanomboka teo dia voazanaka i Madagasikara.

100 taona katroka taty aoriana, ny alin’ny Asabotsy 6 Novambra 1995, dia afo niredareda no tazana tety. Difotry ny setroka ny lanitran’Antananarivo, taitra ny rehetra, latsaka ny ranomaso satria may ny Rova. Fandoroana tsy fanta-pihaviana ve ? Fandoroana niniana ve sa tahaka ny loza rehetra ? Mbola mipetraka ny fanontaniana ankehitriny. Fa dia niteraka ratra am-po sy adin-tsaina ary adim-panahy ho an’ny Malagasy izany toe-javatra izany.

Ratra lalina satria ny maha-izy azy ny Firenena no simba, rava ary lasa lavenona. Ankehitriny, indreto isika mianakavy ary ho vitain-tsika tanteraka ny Rova amin’ny taona ho avy, izany hoe 25 taona aty aorian’ny naha may azy.

Tompokolahy sy Tompokovavy,

Ry Malagasy Mpiray Tanindrazana,

Eto amin’ity toerana manerinerina ity no hibanjinan-tsika ny ho avin’ny Firenena. Ho averin-tsika amin’ny endriny taloha ny Rova ary hapetran-tsika ho isan’ireo vakoka manan-danja maneran-tany na ho angatahan-tsika ho atao « patrimoine mondial » ity toerana ity. Ho ampiasain-tsika ny teknolojia maoderina mba hampahafantaran-tsika sy hampiainan-tsika ho an’ny taranaka fara aman-dimby ny tantaran’ireo mpanjaka nifanesy amin’ny alàlan’ny « projection » sy fampiasana « hologramme ».

Izany hoe, any amin’ny rihana faha-3 dia toa ireo mozea maneran-tany, dia ho alain-tsika ny horonan-tsary na hoforonintsika indray ny endrika, ny fomba na ny fitenin’ireo mpanjaka nifandimby izay nanamarika an’ny Tantaran’ny Firenena. Ho ataon-tsika maoderina, ho ataon-tsika miverina ohatry ny tamin’ny teo aloha ity Rovan’i Manjakamiadana ity. Tsy ho avelan-tsika ho fahatsiarovana fotsiny izany, izany hoe Anatirovan’Antananarivo izany fa ho antsangan-tsika eto indray, araka ny endriny fahiny.

Ary ny afo izay nandoro azy dia ho solon-tsika ho Afon’ny Fitiavan-tanindrazana ao am-pontsika tsirairay. Koa ho tontosain-tsika ao anaty fotoana fohy, hoy aho, araka ny nolazaiko teo, mba ho reharehan’ny Malagasy amin’ny fankalazana ny faha-60 taona niverenan’ny Fahaleovantena izany asa ho tanterahantsika izany.

Tsy maintsy ho tafarina ny Firenena. Tsy maintsy mandroso ary ho sangany i Madagasikara, koa ho firenena misandratra handry fahizay ny Nosintsika.

Masina ny Tanindrazana, ho sambatra i Madagasikara.

Misaotra Tompokolahy, mankasitraka Tompokovavy ».

Nandika ny kabary ho soratra mitoetra : Jeannot Ramambazafy

Sary : Harilala Randrianarison

Antananarivo, faha-11 Aprily 2019

Madagate0 partages

Andry et Mialy Rajoelina à Manjakamiadana, le 11.04.2019 – PHOTOS 1

ALBUM DE PHOTOS NO COMMENT N°1 AVEC LE COUPLE PRÉSIDENTIEL MALAGASY ET LEURS ENFANTS, AU ROVA DE MANJAKAMIADANA by Jeannot Ramambazafy Harilala Randrianarison

 

Madagate0 partages

Andry et Mialy Rajoelina à Manjakamiadana, le 11.04.2019 – PHOTOS 2

ALBUM DE PHOTOS NO COMMENT N°2 AVEC LE COUPLE PRÉSIDENTIEL MALAGASY ET LEURS ENFANTS, AU ROVA DE MANJAKAMIADANA by Jeannot Ramambazafy Harilala Randrianarison

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana eto MadagasikaraSimban`ny kolikoly sy ny politika

Ratsy na tsy ampy fikarakarana ny ankamaroan’ny lalana na eto an-drenivohitra na any ambanivohitra amin’ireny lalam-pirenena maro samihafa ireny ankehitriny.

 

Ao ny lavaka iangonan’ny rano, indrindra fa amin’ny fotoam-pahavaratra, ao ny tara (goudron) izay manify dia manify tokoa ka tsy maharitra herintaona akory dia simba. Anisan`ireo mahatonga ny lalana ho mora potika sy tsy maharitra eto amintsika ny tsy fanarahana ny fenitra iraisam-pirenena, tsy fananana traikefa, kolikoly eny amin`ny tsenam-baro-panjakana momba ny fikojakojana ny lalana, akora fototra voafehin`ny vahiny… Manoloana izany, lasa voafetra avokoa na ny fivezivezena na ny fidiram-bola na ny fampiasana ireo fotodrafitrasa kanefa ny lalana dia antoky ny fampandrosoana amina firenena iray.

 

Kolikoly amin`ny tsenam-panjakana (ARMP)

Tsy vitsy ny velon-taraina noho ny kolikoly momba ny tsenam-baro-panjakana na ampahafantarina amin`ny fampitam-baovao aza ny tolotra. Misy aza ireo tsy hanaovana tolotra mihitsy fa ifanarahana fotsiny amin`izao. Misy karazany ny tolotra eo anivon`ny tsenam-baro-panjakana. Misy ny atao hoe “de gré à gré”, izany hoe tolotra amina orinasa roa izay mifankafantatra. Efa nisy resaka mialoha amin’ny dingana arahina. Misy koa ny tolotra mihidy (offer restreint) izay efa voafantina ireo orinasa afaka mandray anjara manao ilay asa. Misy ny tolotra ho an`ny daholobe, saingy raha mandeha amin’ny fisafidianana amin’izay fomba hanaovana tolo-barotra dia efa misy hisehoana kolikoly. Fantatra, ohatra, ny tsy hafenoan`ireo sasany nahazo tsena ny bokin`andraikitra. Mahita ny mpandraharaha maro fa tsy mangarahara ny tolotra sasany momba ny tsenam-baro-panjakana na tsy ampy fanaraha-maso. Ny lalana dia tsena goavana sady iraisam-pirenena. Betsaka karazana ny tsenam-panjakana ohatra ny fanamboaran-dalana, ny fanaovana fotodrafitrasa isan-karazany toy ny tohodrano, ny tranom-panjakana…

Tsy fanarahana bokin`andraikitra

Misy ny atao hoe « Maitre d’œuvre », ohatra ny fanjakana na mpamatsy vola. Eo ihany koa ny «maitre d’ouvrage », orinasa mpanao ny fanadihadiana mialoha (bureau d`etudes) ary ny “titulaire” na ny mpanatanteraka. Ireo mpandray anjara ireo no tena manana lanja lehibe ao anaty sehatry ny fanamboaran-dalana.  Ny fisehoan’ny kolikoly dia eo amin’ny fitadivana ny “maitre d’œuvre”. Amin’ny maha tsena iraisam-pirenena ny lalana dia matetika ireo orinasa matanjaka no misahana izany. Araka ny fanadihadiana natao, manodidina ny 1 miliara  hatramin`ny 1,6 miliara ariary isaky ny km no manao lalana vita tara. Eo indrindra no tena hisehoan`ny kolikoly. Tsy toy ny fanamboarana trano ny fanaovana lalana satria tokony ho samihafa  ny «maitre d’ouvrage » (bureau d`etudes) sy ny “titulaire” kanefa eto Madagasikara matetika iray ihany ireo, izany hoe mpanatanteraka sady mpanara-maso. An-taratasy mipetraka tsara ny fandaniana fa 1 miliara Ariary/km saingy rehefa manao ilay asa dia terena ho vita 700 tapitrisa ariary/km. Raha 4sm no tokony hatevin’ilay tara, ahena 2,5sm kanefa mazava tsara ny bokin’andraikitra. Izany dia efa hifandraisan’ny « Maitre d’œuvre » sy « Maitre d’ouvrage » ka ny « titulaire » dia manaraka baiko fotsiny. Raha atao kajy tsotsotra, lalana mirefy 300 km dia mandany eo amin`ny 300 miliara ariary ary ny tombony azon`ireo mpanao kolikoly dia manodidina ny 210 miliara ariary. Ny hitan’ny vahoaka Malagasy dia ny hoe vita « goudron » ny lalana, izay fotsiny, ary izany no mahatonga ny faharatsian’ny lalana eto amintsika.

 

Peta-toko sy kitoatoa noho tsy fisian`ny traikefa

Maro ny lalana eto amintsika no peta-toko, izany hoe ataotao fotsiny, fa tsy eritreretina ny hampaharitra azy. Misy ireo orinasa tsy manana traikefa akory fa manana fitaovana sy manana olona dia atao kitoatoa ny asa. Araka izany, miverina foana ny fahasimbana : “nid de poule”, “nid d’autruche”, “queue de crocodile”. Misy fepetra arahina sy fomba hikarakarana ireo olana ireo, fa tsy rehefa tampina dia vita ny asa. Mila fanadihadiana sy traikefa no manao azy. Efa voafetra tany amin’ny fanadihadiana mialoha, ohatra, fa fiara tsy mihoatra ny 5 taonina no mahazo mampiasa an’ilay lalana, nefa misy ireo fiara vaventy minia mampiasa izany. Lasa miteraka tsy fahatomombanana eo amin’ny lalana sy fahasimbana haingana izany. Noho ny kolikoly dia tsy mahagaga raha tsy mifanaraka amin`ny zava-misy sy ny fenitra iraisam-pirenena ny lalana eto amintsika. Ny tolorana te hahazo asa ary ny mpanolotra ihany koa te hahazo tombony mihoatra izay. Minia manakimpy maso fotsiny ireo tompon’andraikitra kanefa ankoatra ny sazy amin`izay tratra manao kolikoly sy manodinkodim-bola-panjakana amin`ny alalan`ny asam-panjakana sy ny tsenam-baro-panjakana, mamerina hatramin`ny Ariary farany indrindra izay tratra manao izany. Marihina ihany koa fa be loatra ny vola very eto amintsika isan-taona noho ny kolikoly izay mahatratra 250 miliara ariary.

 

Lalaovin`ny mpanao politika

Ny lalana eto Madagasikara, amin’ny ankapobeny dia efa antitra loatra, noho ny tsy fisian’ny fikojakojana sy tsy fahampiana fanaraha-maso. Efa fantatr`izay tonga eo amin`ny fitondrana fa ny lalana any amin’ny tapon-kavoana dia tsy hitovy amin’ny tany iva. Maro ny manampahaizana eto amintsika amin`io sehatra iray io ary manana ihany koa isika ny LNTPB (Laboratoire National Travaux Publics et du Batiment) izay nomena fahefana hanao ireo fikarohana sy fanadihadiana atao hoe : “géotechnique” na mahakasika ny tany. Maninona no maro ny lalana asiam-panamboarana foana nefa simba lava ? Ny kolikoly no ao ambadika fa misy antony hafa koa. Raha vita avokoa, ohatra, ny lalana eto Madagasikara, dia sarotra ho an`ireo depiote ny hangataka fiara tsy mataho-dalana eo anivon`ny Antenimieram-pirenena. Ny solombavambahoaka mantsy dia mitaky izany foana, fa hoe mba hahafahan`izy ireo mijery ifotony ny olana mahazo ny mponina any amin`ny distrika sahaniny. Etsy an-daniny, tsy hisy intsony ny famatsiam-bola lehibe avy amin’ireo vondrona vahiny, satria vita avokoa ny lalana ka hosokajiana ho firenena an-dalam-pandrosoana i Madagasikara. Ohatra, ny lalana mizotra any Toamasina dia simba matetika, kanefa misy lalana maharitra amin`iny toerana iny. Amin`izao dia tsy maharesy lahatra intsony ny hoe : tsy ampy ny fanadihadiana mahakasika ny fanamboarana lalana, satria tena lalaovin`ireo mpanao politika.

 

Lalaovin`ireo mpandraharaha

 

Akora fototra lasan’ny vahiny

Efa ela no nisy tara (goudron na bitume) teto amintsika ary efa nisy notrandrahina any Andrefana sy any Atsimo. Moa ve miantraika amin’ny firenentsika ireny ? Ny tara dia mifandraika amin’ny solitany, izany hoe ny tsena iraisam-pirenena, ka mpandraharaha goavana no ao ambadika. “Tsy tokony ho lafo ihany koa ny fanamboaran-dalana, raha toa ka azontsika trandrahina ireo akora fototra”, hoy i Zafiharison Jean, injeniera amin`ny taotrano sy asa vaventy. Tamin’ny andron’ny filoham-pirenena Tsiranana sy Ratsiraka no nisy ny tara, hoy izy. Tsy nisy anefa ny fikarohana taty aoriana, fa miandry fotsiny ny avy any ivelany. Vokatr’izay dia tsy afaka mivelatra amin’io isika. Vidin`ny iray barila (180 litatra) dia mitentina 750 000 Ariary ary mahafeno 12m². Marihina fa tsy ny toerana rehetra no afaka mampiasa tara. Ny lalana mankany Irondro, ohatra, dia anaovana fanamboarana foana, kanefa mipoaka foana. Tsy voatery atao “goudron” ny lalana eto amintsika fa azo atao rarivato (pavé) ihany koa, hoy hatrany i Zafiharison Jean. Fa amin’ny mahamarefo ara-toekarena antsika moa dia fehezin’ireo mpandraharaha vahiny isika. Ireo no mifehy ny fitrandrahana tara, hany ka tsy tena afaka migoka izany tombontsoa izany ny vahoaka Malagasy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarokena eto AntananarivoTsy manana fahazoan-dalana ny ankamaroany

Raha eo amin’ny firaisana voalohany fotsiny dia ny 90%-n’ny mpivarokena no tsy manana fahazoan-dalana mivarotra avy amin’ireo dokotera mpitsabo biby.

 

 Tsy ananan’izy ireo ny fepetra takiana aminy  tahaka ny fanarahana ny fenitra ara-pahasalamana amin’ny trano ivarotana na koa ny fahadiovana. Izany indrindra no anton’ny fifanakalozan-kevitra niarahan’ny mpivarokena manodidina an’i 67ha sy Ankazomanga ary Antohomadinika miaraka tamin’ny minisiteran’ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono. Tanjona ny hanamorana ny fanomezana fahazoan-dalana tahaka ny “agrement sanitaire veterinaire” izay havaozina indray mandeha isan-taona. Nisy mihitsy moa ny tatitra nataon’ireo mpitsabo mpitsirika hena omaly alarobia 10 aprily ka nilazan’izy ireo fa tokony handalo fitsirihana in-droa avokoa ny hena rehetra izay vao azo amidy eny an-tsena.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnalamahitsyIreo mpanendaka mampiasa moto indray no hazain’ny polisy

Efa manana ny tetikadiny ireo mpitandro filaminana manoloana ireo mpitondra fiara kodiaran-droa manakan-dalana eny Analamahitsy, indrindra manomboka takariva. «Handray ny fepetra amin’ireo

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly HJRAHohatsaraina ny famatsiana fanafody

Anisan’ny mampitaraina ny mpanjifa hatrany tato ho ato ny fisian’ny filaharana amin’ny fividianana fanafody ao amin’ny toeram-pivarotam-panafody eo anivon’ny hopitaly HJRA Ampefiloha.

 

Misy amin’ireo marary mantsy no efa sahirana amin’ny fiandrasana izany. Nanambara omaly Atoa Solomahefa Gaetan, tale jeneraly misahana ny tolotra ara-pitsaboana eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka fa efa tena miezaka izy ireo. Izany no antony nametrahana ireo guichet miisa fito ao amin’ny hôpitaly HJRA, hoy izy, asa hiandraiketan’ny Arovy ny marary ka ny telo amin’ireo no miasa amin’ny andro alina sy ny andro tsy fiasana. Misy ihany koa ny fivarotam-panafody natokana ho an’ny sampandraharaha isanisany ka anisan’ireny ny oncologie izay efa manana ny azy, ny an’ireo izay hodidiana any amin’ny toeram-pandidiana, ny an’ireo miditra ao amin’ny vonjitaitra. Nankalazaina omaly ny faha-20 taonan’ny fiaraha-miasa teo amin’ny Anyma sy ny hopitaly HJRA Ampefiloha amin’ny fivarotana fanafody ho an’ny marary. Tanjon’ny roa tonta ny hanao ny tsara kokoa hatrany. Tsiahivina fa  marary 1.519 isa tamin’ny 1.909 no nisitraka ny tolotry ny fanafody tao amin’ity hopitaly ity nanomboka ny volana janoary lasa teo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Niaiky ny Foibe fitsarana fiarakodia“Betsaka ny fiara ratsy mbola miasa”

Nanambara ny teo anivon’ny foibe fitsarana fiarakodia (DGSR) omaly alarobia 10 aprily fa hanatanteraka hetsika fandraisana anjara mba hieren-doza ny Paska amin’ity taona 2019 ity.

 

 Nilaza izy ireo fa efa nisokatra ny ivontoerana fitsarana fiarakodia rehetra manerana ny nosy nanomboka tamin’ny sabotsy lasa teo ary hitohy hatramin’ny sabotsy roa ho avy izao izany ankoatra ny andavanandro efa mahazatra. Tanjona ny ahafahan’ireo tsy afaka manao fitsirihana ara-teknika (visite technique) andavanandro nefa handeha hitsangantsangana amin’ity Paska ity. Izany no atao mba hisorohana ny loza ary fantatra ihany koa fa maro ny Malagasy tsy mba mieritreritra hanamboatra fiara mihitsy raha tsy hanao fitsirihana. Ankoatra izay dia hisy ihany koa ny fidinana tampoka manomboka ny 16 aprily ho avy izao eto an-drenivohitra sy ny manodidina mba ho fanatsarana ny fifamoivozana sy ny fahatomombanan’ny fiara. Tsy voatery hanakana ny tompon’andraikitra fa mety eny am-panaovana lasantsy na eny amin’ny toeram-piasana sy fiantsonana eny no mitaratra ny fiara. Rehefa misy zavatra tsy tomombana dia sintonina avy hatrany ny taratasy ary soratana ao ny tsy fahatomombanana ka hijanona tsy hiriaria na hiasa ny fiara mandrapahavitan’ny fikarakarana ny tsy mety. Rehefa izay dia miverina jerena aty Alarobia manao fitsirihana na contre visite izay marihina fa tsy misy vola aloa raha tsy aorian’ny 2 volana vao mandalo. Atao izany rehetra izany satria tsikaritra fa maro loatra ny fiara tena efa ratsy nefa mbola miasa sy mivezivezy eny rehetra eny. Tsy vitsy, hoy ny tompon’andraikitra ny efa  azo sary sy laharana fa mbola entanina ihany koa ny rehetra hiantso ny laharana 034 77 777 03 hampandre raha mahita fiara tokony harahi-maso noho ny faharatsiany sy ny fahasimbany.

Tsirinasolo

 

.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboarana ny RN5AEzahin-dRajoelina fafana ny dian-tanan-dRajao

Nifanao sonia tamin’ny sinoa amin’ny hanamboarana ny lalam-pirenena RN5A (Ambilobe-Vohémar : 150,710 km) ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina.

 Ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina no efa nanomboka io asa fanamboarana ny RN5A io, niaraka tamin'ny sinoa, ka ny 16 aogositra 2018 no nisian’ny lanonam-be tao Ambilobe. « Bye bye gôdra » no lohahevitra nentina niresahana azy io satria hatao veloma ny fotaka mandrevo fa hivadika ho lalana vita tara. 15-24 volana ny faharetan’ny asa, ka ny orinasa China Road and Bridge Corporation (CRBC) no manao azy; banky sinoa Exim bank no hamatsy vola 158 tapitrisa dolara, rehefa nihemotra ny Vondrona Eoropeanina. Tsy hanome tsiny ny tsy nahavita aho, fa ny fantatro aloha izao dia ny tenako no mandray andraikitra, hoy i Hery Rajaonarimampianina. Hafa mihitsy kosa ny tenin-dRajoelina izay te hamafa ny anaran’ny teo aloha angady nananana sy vy nahitana ny asa, fa manohy ny an-dRajoelina saingy mba te hoderaina. Mandeha ny esoeson-teny. Betsaka, hoy izy, ireo mpitondra nifanesy nampanantena ny hanamboatra, tao aza no nanao sarintsarina fametrahana fanombohana ny asa, saingy tsy nisy tanteraka izy ireny. Nandritra izay 80 andro nitantanako ny firenena izay dia nitady ny lalana rehetra, tsy mandry andro tsy mandry alina, nifampidinika tamin'ireo mpamatsy vola iraisam-pirenena isan-tokony nikaroka ny tetika sy hevitra ary lalam-bola hoentina hanamboarana ity làlam-pirenena ity, izay efa nampanantenaiko antsika. Ny taona 2017 no nisy ny resaka famatsiam-bola avy amin’ny Vondrona Eoropeanina, saingy tsy tanteraka ka nahitana làlana tamin’ny sinoa avy eo. Io indray fa misy ny hoe: fifanarahana amin’ny sinoa nataon-dRajoelina, ka ho hita eo ny fivoarany. Tsaroana ny resaka novoizina sy nanaratsiana ny tarigetran-dRavalomanana hoe: “Amboaro ny lalana eto Madagasikara”, ka nahavitana 10000km latsaka. Novoizin’ny sasany avy eo ny hoe: ny làlana angaha azo hoanina, saingy mba te hisoratra amin’ny tantara fa nahavita làlana hono e! Betsaka ny asa fanamboara-dàlana nandeha, saingy tapaka noho ny fanonganam-panjakana 2009, toy ny tany Tolagnaro,… Ny soa fianatra, ary ny vava no tsy atao be dia ny mamerina azy tokoa no sarotra, hoy ny oha-pitenenena izay e!

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tolotra fahasalamana ho an’ny daholobeNy 8%-n`ny Malagasy no misitraka izany

Tsy mbola marisika manao fiahiana ny fahasalamana ny Malagasy. Ny 8%-n’ny olona eto amintsika ihany no misitraka ny “mutuelle santé”

raha ny salan`isa voaray nandritra ny atrikasa hijerena ny sakana sy ny vahaolana amin’ny tsy fandehanan’ny tetikasa tolotra fahasalamana ho an’ny daholobe (Couverture Santé Universelle), ny CCOC sy ny Hina ary ny Comaress. ka antony iray tena ilana ny CSU. Nanodidina io lohahevitra io sy ny tombony ho an’ny vahoaka ny dinidinika. Tafiditra ao anatin’ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena ho an’ny fahasalamana hotanterahina ny zoma 12 aprily 2019 ho avy ny hetsika. Tanjona ny hahafahan’ny olon-drehetra, na manam-bola na tsia, misitraka fitsaboana ara-kalitao. Nambaran’ireo tompon’andraikitra fa mbola distrika iray ihany, dia i Vatomandry no nametrahana ny CSU eto Madagasikara. Ny fanangonana ny hevitry ny olom-pirenena no tanjona amin’izao hetsika izao. Misokatra ho an’ny daholobe ity loabary an-dasy andiany voalohany ity. Hatreto anefa dia tsy misy ny paikady mipetraka mazava saingy ny fanolorana ireo tolotra mifanaraka an’izay no natao, toy ny fametrahana ny tahiry iombonana hifampitsinjovana ara-pahasalamana (CNSS) ankoatra ny fametrahana ireo ivontoeram-pitsaboana misy (CSB sns). Telo ny distrika nisantarana ny tolotra fahasalamana ho an`ny dalohobe dia i Vatomandry, Manandriana ary faratsiho. 200 tapitrisa ariary ny sora-bola natokan`ny fanjakana ho an`ny distrika telo nisantarana ny fametrahana ny CNSS ka 66 000 ny olona hahazo fikarakarana ara-pahasalamana amin`ireo distrika ireo. Ny vahoaka mila entanina satria 30% amin`ny mponina monja no manatona tobim-pahasalamana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tarazon’ny fampiatoana ny «PR»

Manevateva mpitandro filaminana ny mpamilin’ny lalam-pirenena

Tia Tanindranaza0 partages

Trano miorina etsy AnosyNandefa taratasy fitarainana ireo mpivarotra voninkazo

Tafiditra ao anatin’ny tsenan’Ambohijatovo ny tsenam-boninkazo etsy Anosy. Nanana olana anefa ireo mpivarotra ao an-toerana nanomboka ny 23 martsa alina lasa teo.

 

 

Nisy olona tsy fantatra nanangana trano hazo hanaovana toeram-pivarotana hanimasaka mantsy manoloana azy ireo izay manakona ny tsenany tanteraka. Raha araka ny fanazavan-dRtoa Mamy  solontenan’ireo mpivaro-boninkazo omaly dia efa hitan’ny lehiben’ny tsena io trano miorina io, tsy mbola mahafantatra kosa ny kaominina fa vao nampahalalain’izy ireo. Tsy maintsy nandefa taratasy fitarainana eny anivon’ny kaominina mantsy izy ireo saingy tsy nisy valiny. Ankehitriny, efa madiva ho vita ny asa na dia amin’ny andro alina hatrany aza no hanaovan’ny tompony azy. Efa misy jiro miampita mankao amin’ilay trano   ary mamaramparana ny ao anatiny sisa ilay mpanao trano izay marihina fa tsy miseho tava ihany koa fa mikatona ao anaty trano ao  noho ny tahony ireo mpivarotra. Miantso ny tokony hijeren’ny kaominina akaiky ity tranga mahazo ireo mpivaro-boninkazo etsy Anosy ity izy ireo. Nomarihin-dRtoa Mamy hatrany fa olon-tsotra no milaza ho  tompon’ilay tany nanorenana ny trano ary efa nanala  mpivarotra ranom-boankazo teny an-toerana io olona io.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny fananan-tanyHiasa sady hitolona

Nanova paikady hahafahana mangataka ny famoahana ny tale jeneraliny nampidirina am-ponja vonjimaika ireo mpiasan’ny fananan-tany rehetra etsy Anosy.

 

Raha ny fanazavan-dRakotondravao Willy, mpitondra tenin’ireo sendika, omaly dia  efa misy ny fifampidinihina eo amin’izy ireo sy ny fitondram-panjakana ka andrasana izay mety ho tohiny. Na izany aza, mitohy ny tolona ary hiezaka ny hanadio ny tontolon’ny asa misy azy ireo ihany koa izy ireo. Miantso ny ambaratongam-pahefana rehetra eto amin’ny tany sy ny firenena izy ireo tsy hanao fijery mitanila manoloana ireo tranga misy eto amintsika.  Hiverina hiasa izy ireo manomboka anio saingy hitohy hatrany ny tolona mba tsy hisian’ny mizana tsindrian’ila intsony amin’ny fampiharana ny lalàna.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana sy ny mpitsaraRaikitra koa ny gidragidra…

Tsikaritra ny ady mangatsiaka eo amin’ny fanjakana sy ny mpitsara amin’izao fotoana izao, ary manomboka vaky ambatolampy.

 Niainga tany amin’ny resaka famoahana an’i Hajanirina Manantena Dina, izay voarohirohy tamin’ny resaka fakana an-keriny, saingy navotsotry ny mpitsara. Ny minisitry ny fitsarana Jacques Randrianasolo sy ny praiminisitra Ntsay Christian dia karazan’ny efa nanome toromarika amin’ny tsy tokony hamoahana azy, nialoha ny famotsorana ny 25 martsa lasa teo, raha ny fanambarana efa nataon’io minisitra io. Naaton’ny fanjakana moa ireo mpitsara miisa 4 namoaka ny didy tsy azo ivalozana nanome fahafahana ity kandida depiote mpisolo toerana any Ifanadiana ity. Tsy nanaiky lembenana izy ireo fa nampiakatra ny raharaha any amin’ny filankevi-panjakana. Raharaha hafa ihany koa ny mahakasika ireo mpiasan’ny fananan-tany miisa 4 izay nadoboka any am-ponja ka ny 3 dia mahakasika ny famarotana ny Villa Elisabeth, ary ny 1 kosa mahakasika ny zaridainan’Antaninarenina. Tsiahivina fa anisany ny Tale jeneralin’ny sampandraharahan’ny fananan-tany teo aloha Atoa Hasimpirenena Rasolomampionona, izay kandida ho depiote amin’ny anaran’ny Isika Rehetra miaraka amin-dRajoelina na ny IRD any Fandriana. Nanenjana nitaky ny famoahana azy ireo izay ambara fa mpanatanteraka baiko fotsiny ny mpiasan’ny fananan-tany satria amin’izy ireo dia tokony hitovy ireo voakasika eo anatrehan’ny raharaha fa tsy hoe : avela fotsiny any ny minisitra nanasonia ny taratasy fifampivarotana. Ireny efa niaraha-nahalala ireny ny nambaran’Atoa Reboza Julien, izay toa mbola miantehitra mafy amin’ny fitarazohana sy fahasarotan’ny dingana arahina vao afaka manenjika azy ny Fitsarana ambony na ny HCJ amin’ny maha minisitra azy. Niato ny fampikatsoan’ny mpiasan’ny fananan-tany ny asany satria mandeha ny fifampidinihana sy ny fifampiresahana. Havoaka ve izany ireo voarohirohy ? Asaina miverina amin’ny fanapahan-keviny ve  izany ny fitsarana ? Aiza ho aiza ny resaka fahaleovantenan’ny fitsarana ? Raha ny efa nambaran’ny minisitry ny Fitsarana Jacques Randrianasolo dia zon’ny mpiasan’ny fananan-tany tokoa ny manao fitokonana, ary tahaka izany ihany koa ireo mpitsara naato, saingy niziriziry ny tenany fa tsy maintsy hampiharina ny lalàna. Hahatohitra ny mety ho baiko mety hilatsaka ve mba hisorohana ny fikatsoan’ny fampihodinana ny raharaham-panjakana eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany ? Toa mampahatsiahy ny raharaha nahafaty ny mpitsara Rehavana Michel ny desambra 2011 tany Toliara ny zava-misy, izay ny polisy no niditra an-tsehatra namoaka ny namany voarohirohy tamina afera maloto. Toa mitady hifoha ny tahaka ireny. Misavorovoro sy tsy milamina intsony ny raharaha ka valalanina ny maro.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaon’ny Nosy 2019Taranja Malagasy 6 hiofana any Sina

Atleta Malagasy avy amin’ny taranja 6 hiatrika ny lalaon’ny Nosy 2019 no hiofana any Sina hanohy ny fampivondronana azy ireo,

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMiha ratsy izao fiainana izao

Ekena fa firenena Kristianina isika ary tsy lavina fa teny ao amin’ny baiboly ny hoe miha ratsy izao fiainana izao.

 Saingy na izany aza dia inoana kosa angamba fa tsy misy firenena voatokana tsy hahita ny anjara masoandrony mandrakizay izany. Miha ratsy ny fiainana maneran-tany fa tsy hoe firenena iray fotsiny. Mety voka-panadihadiana izay mamoaka tarehimarika ankapobeny ihany koa anefa no mamoaka izay fahasarotam-piainana eto amin’izao tontolo izao izay. Nahoana i Senegaly, Maorisy, Etiopia, Rwanda hatramin’I Kaomoro koa aza, izay firenena naka filamatra antsika teo aloha daholo, no manomboka misandratra amin’izao fotoana izao ? Isika izay nivoy io teny fisandratana io tato ho ato indray ity no toa mbola vao mainka mijotso ? Ratsy mihitsy ny tondro raha ny zava-nitranga tato ho ato no asian-teny ho an’ilay nosy lazaina fa afaka miavotra amin’ny harenany manokana antsoina hoe Madagasikara. Tsy voafehy ny tsy fandriampahalemana ary misy faritra tsy nisian’izany teo aloha akory aza lasa mitaraina izao. Tsy nisy tranga tamin’ny fitondrana farany teo tsy miverina hita sahady indray ankehitriny. Io ny Ambalavelona, io koa ny fonja vaky. Mbola ny valifaty politika hatrany anefa no hita taratra ho laharam-pahamehana. Toa zary lasa tsy vaovao intsony ny maheno hoe minisitra teo aloha voarohirohy amin’ny raharaha andramena na tompon’andraiki-panjakana teo aloha sy izay mety ho fahavalo politikan’izao fitondrana izao hafa. Tsaroana tokoa ilay hoe hanadio ny ao anatiny taorian’ireo tsikera mivaivay mikasika izany tao ho ao saingy rehefa nojerena anefa dia kajikajy toy ny efa nahazatra ihany no nitranga. Iza moa ilay nolazaina fa mpiaradia amin’ny fitondrana voahenjika raha tsy efa niara-dia tamin’ny fitondrana teo aloha ihany saingy namadika ny palitaony kosa nony taty aoriana ? Tsy vitsy rahateo ireo mpanao politika nalaza ho be afera tamin’ny fotoan’androny no naka tahaka tamin’ny lalan’ity iray nadoboka ity ary ny nahagaga dia saika kandida ho solombavambahoaka amin’ny anaran’ny antoko miaradia amin’ny fitondrana ankehitriny. Asa aloha izay hitranga ato ho ato mandritr’ireo hetsi-pifidianana tsy ho ela fa dia izay tokoa angaha no tena hoe miha ratsy izao fiainana izao mba tsy hilazana hoe miha ratsy noho ny teo aloha ny tantara ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida ho depiote TIM K 25 any ToliaraNanambara ampahibemaso teto Antananarivo fa tena kandida izy

Manoloana ny tsaho aely any Toliara II misy azy fa hoe tsy kandida amin’ny fifidianana ho solombavambahoaka amin’ity taona ity ny mpanakanto Mamada “Maherihita Sambatra” dia nanambara ampahibemaso tamin’ny famoriana mpanao gazety tetsy 67 ha teto

Tia Tanindranaza0 partages

Randrianasolo Jean Nicolas - BetrokaTsy matahotra fandrahonana ary vonona hifanehatra amin’ny rehetra

Efa nambaran’ny Cenit foibe fa tsy misy kandidam-panjakana amin’ity fifidianana solombavambahoaka 2019 ity fa mitovy avokoa rehefa nirotsaka hofidiana.

Tia Tanindranaza0 partages

Emilien RamboasalamanaNijery ifotony ny olan’Anosipatrana Atsinanana

Nidina ifotony nijery sy namaha ny olan’ny mponina ao amin’ny fokontany Anosipatrana Atsinanana, ny kandida laharana faha-4 ao amin’ny boriborintany faha-4, Emilien Ramboasalama.

 

 

 

Tamin’izany no nanolorany takamoa maromaro entina hanoloana ireo efa simba na koa tsy misy eny amin’ny andrin-jiro, hamahana ny olan’ny haizina miteraka tsy fandriampahalemana eny an-toerana. Hojerena akaiky ihany koa ny fanatsarana ny lalankely, anaovana asa tanamaro ny fanadiovana ny lakan-drano sasany, hasiam-panatsarana ny toeram-pilalaovana tsipy kanetibe ao afovoan-tanàna, ho fialambolin’ny tanora sy ny mponina eny an-toerana. Nohamaivanina ihany koa ny fahazoan’ireo mpanasa lamba mampiasa rano ao anatin’ny roa andro, havondrona izy ireo mba hahafahana manampy azy. Fanombohana ihany izao natao izao raha ny nambaran’ny kandida laharana faha-4 atolotry ny Tiako i Madagasikara, TIM. K25 fa efa fisantarana sahady ny asa amin’ny fisoloantena ny vahoaka ao amin’ity Boriborintany ity.

Nangonin’i RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Famadihana ny hetahetam-bahoaka ho lalànaAsa sarotra ho an’ireo te ho solombavambahoaka

Fanararaotan’ireo kandida ho depiote rehefa akaiky fifidianana toy izao ny mampanantena fanamboarana na fanatsarana fotodrafitrasa ao amin’ny distrika ilatsahany.

 

 Hita ho tsy tena fantatra sy tsy azon’ireo vahoaka an-tsaina rahateo ny tena asan’izany solombavambahoaka izany. Hany ka ireo vahoaka mihitsy aza no mangataka ireo kandida, eny fa na efa lasa depiote aza io avy eo, hoe mba amboary ny lalana na tetezana aty aminay. Maka ny hetahetan’ny vahoaka, mamadika izany ho lalàna ary manara-maso ny fampiharana izany, hoy ry zareo avy eo anivon’ny antoko ABA raha fehezina ny asan’ny solombavambahoaka. Mpanao lalàna fa afaka mifandrimbona amin’ny vahoaka amin’ny asa sosialy kosa ny solombavambahoaka, hoy ny kandida ao Ambohidratrimo, Mamy Tsoa Razafindrazaka. Amin’ny ankapobeny, samy misy fahamarinany ireo, saingy ity resaka sosialy ity foana matetika no lasa fitaka ho an’ny vahoaka sy mahatonga ireo olom-boafidy tsy tena mahavita mamadika ny hetahetam-bahoaka ho lalàna satria zary halaim-panahy hisehoseho amin’ny fanaovana fotodrafitra madinidinika hanakonana ny tsy fahavitan’ny tena asa nampandraiketana azy. Mbola asa sarotra ho an’ireo ho depiote, indrindra, ireo tamana tamin’ny malety, araka izany izay famadihana ny hetahetam-bahoaka ho lalàna izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondram-panjakana Hikorontana ambony ambany atsy ho atsy

Milaza fa miasa ny fanjakana, fihetsiketsehana etsy sy eroa. Efa mazava anefa fa tsy misy ny vola.

 

Tsy misy asa mivaingana vita ka misy fiantraikany mivantana amin’ny fiainam-bahoaka.  Misy ady mangatsiaka eo amin’ny samy foloalindahy, tarazon’ny fampihavanana tsy vita taorian’ny 2009 io, nisy ireo nahazo tombontsoa mihoapampana satria nanaraka ny fitsoky ny rivotra politika. Misy ireo niasa mafy kanefa mahatsiaro natao tohatra fiakarana ary natao an-jorom-bala rehefa avy eo. Ny mpandraharaha, mbola miaina ao anaty fitaintainana, ny goavana mialokaloka ao an-damosin’ny filoha ihany no tena mahazo tombony. Tsy sahy manao fampiasam-bola be izy ireo satria mbola manahy korontana (fanafihana, kidnapping…), hany ka maro no mitahiry sy tsy mampody ny volany any ivelany, toy ny ankamaroan’ny mpandraharaha amin’ny lodsia izay mbola any ampita ny volan’ny ankamaroany tamin’ny fanondranana farany teo. Ny vahoaka mbola ny omaly tsy niova, mitombo isa aza ny tsy an’asa. Sady kely karama, tsy ampy sakafo, mandry andriran’antsy noho ny asan-jiolahy. Misy ireo nanantena fa hiova ny fiainany, kinanjo vary mora mbola hifandrombahana sy potipotika no tonga. · Hita taratra amin’ny zava-misy eny an-dalambe ny gaboraraka sy ny tsy fanajana ny lalàna. Efa manomboka mikononkonona fitokonana ireo sendika isan-tokony, efa manao io ny SECES eny Ankatso, izay efa ho iray volana hodiana bemarenina. Ahiana hifandramatra ny samy mpitandro ny filaminana noho ny tsy fifankahazoana. Ny mpitsara sy ny fanjakana ihany koa io fa misy lonilony. Isaky ny misy fahasosorana na fahatezerana dia manimba zavatra avy hatrany ary miroso amin’ny fitsaram-bahoaka ny olona. Mikatso ny toekarem-pirenena satria tsy mihodina araka ny tokony ho izy ireo orinasa. Miha mahazo vahana ny vahiny. Misamboaravoara be ny any anaty fiarahamonina. Romodromotra ny olona noho ny fahasahiranana. Mbola ho savorovoro politika be io rehefa tafapetraka eo ny parlemanta be mahaleotena sy mersenera politika. Hiteraka tsy fitoniana amin’ny fitantanana ny firenena sy ny fampandehanana ny raharaham-panjakana. Ho avy ny korontana ara-tsosialy sy ara-politika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy voafehy intsony i MaroantsetraVaky indray ny fonja

Tsy milamina akory ny raharaha momba ny gidragidra nahafaty olona roa noho ny savorovoron’ny vahoaka sy ny polisy, niampy fahamaizana trano miisa 22 ny takarivan’ny sabotsy 6 aprily teo,

Toky R

La Vérité0 partages

Rovan’Antananarivo - Symbole de la souveraineté et fierté de Madagascar

Une cérémonie historique s’est déroulée à Manjakamiadana. Il s’agissait en effet de la cérémonie de lancement officiel de la reprise des travaux de réhabilitation du Rova qui a vu la présence notamment du Président de la République Andry Rajoelina, de la ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Andriantongarivo Rakotondrazafy ainsi que d’autres personnalités publiques, membres du Gouvernement ou non sans oublier les Olobe, Tangalamena, président des Taranak’Andriana, Ampanjaka et bien d’autres acteurs, conservateurs de la culture malagasy.

Après l’hymne national, prestations musicales et danses traditionnelles malagasy à travers la participation du groupe Randria Ernest Zanany ou encore de R’Imbosa, histoires du Rova Manjakamiadana, prises de parole et discours mais surtout pose du premier « Teza » pour la reconstruction de la Chapelle royale de Besakana, étaient au programme d’hier. Selon l’explication du Président de la République, durant son discours, les réhabilitations, puisqu’il s’agit de continuer et non pas de commencer les travaux, devront s’achever l’année prochaine, avant la célébration du 60ème anniversaire de l’Indépendance de Madagascar. Ceci parce que le Rova est avant tout un symbole de la souveraineté de la Grande île et une fierté, raison qui explique la reprise des travaux après quelques années de suspension.

Historique

Une brève historique a ainsi été faite durant la cérémonie. En effet, c’était le roi Andrianjaka qui a fondé le Rova d’Antananarivo. Le Palais de la reine est en fait un vrai complexe, comprenant une nécropole, cinq palais monumentaux et neuf tombeaux. D'abord érigé par Andrianjaka en 1610, il abritait 22 édifices en bois sous le règne d'Andrianampoinimerina. Puis les monarques successifs tâchèrent de l'embellir. On doit la seule porte d'entrée (surmontée d'un aigle de bronze envoyé par Napoléon III à Ranavalona Ier) au britannique James Cameron en 1865. Il faut ainsi noter que ce n’est pas le Palais de la reine se trouvant sur les lieux qui est le Rova Manjakamiadana comme tout le monde le pense, en fait, c’est la totalité de tous les édifices s’y trouvant. On cite le Palais de la reine ou Manjakamiadana, le monument le plus fameux de Tana qui fut construit en 1867 par Ranavalona II sur le Palais d'origine en bois, œuvre de Jean Laborde en 1839. La structure est soutenue par un pilier central en palissandre de 39 m de haut. Il y a aussi le Tranovola ou « maison d'argent » qui a été édifié tout en bois par Louis Gro en 1820 sur plusieurs étages avec vérandas, il fut la résidence de Radama Ier. Jean Laborde le réhabilita en 1845. Manampisoa par ailleurs est un bâtiment construit pour Rasoherina par l'architecte anglais William Pool en 1867. Peint en rouge et noir, cet enchaînement de corridors, de balustres, de balcons et de terrasses domine l'Imerina. Pour Besakana dont la réhabilitation commence déjà, il a été bâti en 1800 pour Andrianampoinimerina, il servait au couronnement des monarques et à l'exposition de leurs dépouilles mortelles. Il y a également Mahitsielafanjaka, la case royale d'Andrianampoinimerina qui contenait ses objets personnels, son lit ainsi que le lit de ses douze épouses ; Tranofitomiandalana, lieu où repose sept des dix rois qui régnèrent sur Tana avant Andrianampoinimerina ainsi que les tombeaux des reines et rois respectivement bâtis en bois, élevé par James Cameron en 1868 pour le repos éternel de Rasoherina et édifice en pierre construit par Louis Gros pour le repos éternel de Radama Ier.   

A noter que c’est dans la nuit du samedi 6 novembre 1995 qu’un incendie, non expliqué jusqu’à ce jour, détruisit totalement le Rova d’Antananarivo. Les flammes ne laissèrent que des décombres de pierres. Il faut dire que le Rova d’Antananarivo, qui demeure un symbole, ne l’est pas exclusivement de l’histoire de l’Imerina ; c’est aussi le patrimoine national de l’île entière, quintessence  du génie malagasy. Manjakamiadana, véritable document historique est un patrimoine mondial pour sa beauté et son prestige.

Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Disparition de 100 millions d’ariary - Une employée de banque gardée à vue, son compagnon introuvable

Un suspect, qui a disparu avec une somme de 100 millions d’ariary le 9 avril  dernier à Mahitsy, reste toujours introuvable. La voiture qu’il a utilisée ce jour- là, une Citroën Jumper, est par contre retrouvée abandonnée rès du pont à Ambohimangakely. Ce suspect n’est autre que le compagnon de l’employée de la banque Baobab Mahitsy. Cette dernière est actuellement placée en garde à vue à la Gendarmerie. 

Vers 9h ce mardi et comme à son habitude, l’employée de la banque Baobab allait effectuer le dégagement à la BOA Mahitsy qui se trouve à 250 m de son lieu de travail et d’habitation également. Elle aurait demandé à son compagnon, de l’emmener jusqu’à la BOA. Alors qu’elle se trouvait  déjà à bord de la voiture avec l’argent, son compagnon lui aurait demandé d’aller de chercher de l’eau. Le temps d’exaucer cette demande de son compagnon avec qui elle a de relation pendant dix années, celui-ci est parti avec la voiture et la somme à verser. Ce n’est qu’une vingtaine de minutes après que l’agent de banque a alerté la gendarmerie de la localité. Cette dernière a par la suite lancé l’alerte aux gendarmes d’Ambohidratrimo qui ont dressé les barrages après avoir reçu le signalement de la voiture concernée et de son passager .Entre temps, les gendarmes de Mahitsy ont pourchassé l’individu, sans résultat jusqu’à Ambohidratrimo. A priori, et ce malgré son avance, le compagnon de l’employée de la banque n’a pas emprunté la route nationale mais a pris les pistes secondaires. D’après les informations, l’individu aurait déclaré à sa compagne qu’il travaille à Toamasina dans une grande société de la place mais après vérification, ce n’est pas le cas. Apparemment, la dame aurait été menée en bateau par son compagnon depuis. Cependant, seule l’enquête déterminera la responsabilité de tout un chacun dans ce vol sans casse ni braquage…

Franck R.

La Vérité0 partages

Promotion du travail décent - Des barrières à franchir pour Madagascar

Un taux de chômage élevé, notamment pour les jeunes et les femmes. Le travail décent reste encore une utopie pour la plupart des travailleurs malagasy. D’ailleurs, bon nombre d’entre eux ne connaissent pas leurs droits, ce qui facilite l’exploitation abusive par certains employeurs. « Les employés des entreprises clandestines ou informelles ne sont pas déclarés. Ils ne jouissent d’aucune sécurité sanitaire et sociale », résume Lalao Rasoamananoro, Secrétaire générale du syndicat « FISEMARE ». A cela s’ajoute le salaire « misérable » proposé aux employés, ne convenant ni à leurs compétences ni aux horaires du travail.

Pour le secteur maritime, les employés malagasy ne jouissent pas des droits internationaux faute d’application des conventions déjà ratifiées, sans parler de celles non adoptées. Toutes ces barrières restent à franchir dans la promotion du travail décent. Le renforcement des sensibilisations des employeurs et des travailleurs constitue une étape à passer pour y arriver. Malgré ces problèmes persistants, des progrès sont quand même enregistrés. « 70 à 75% des objectifs fixés par le programme-pays pour le travail décent de 2015 à 2019 sont atteints, selon le résultat de l’évaluation faite récemment. La révision des lois sur la sécurité sociale ou encore son extension ainsi que la validation des accords bilatéraux de travail (ABT) pour la protection des travailleurs migrants font partie des actions entreprises », informe Hermann Tandra, directeur général du travail auprès du ministère de tutelle.

Une grande sensibilisation au programme

« Ensemble pour un meilleur avenir du travail ». Un millier de personnes ont répondu présent à l’invitation de l’Organisation internationale du travail (OIT) pour la célébration de son centenaire, hier au gymnase couvert d’Ankorondrano. Madagascar a fait partie des 24 pays, dont 4 en Afrique, choisis pour participer au « Tour du monde de l’OIT en 24h ». Pour la Grande île, la retransmission directe de la célébration, y compris les témoignages, discours ou encore les diverses animations, s’est faite entre 11h et 12h. L’objectif était de sensibiliser et d’engager encore plus toutes les parties prenantes dans la lutte contre le travail des enfants et la promotion du travail décent dans le pays. « La formation dispensée par l’OIT m’a permis de m’en sortir. En fait, j’étais contrainte de travailler comme domestique dès l’âge de 14 ans. J’ai eu ensuite un enfant et vivait dans une situation précaire, avant de bénéficier d’une formation professionnelle. Grâce à cela, je travaille actuellement dans un grand hôtel à Antsirabe et peux subvenir aux besoins de mon enfant », témoigne Sabine Nomenjanahary Vololonirina, une jeune mère célibataire âgée de 23 ans. Elle fait partie des bénéficiaires des activités de l’OIT qui ont exprimé leur reconnaissance, hier.

« Le défi majeur étant de faire de la jeunesse malagasy, fragilisée par le chômage, un levier de développement et un vecteur de la justice sociale. Le programme « Fihariana » vise par exemple à ce que les femmes et les jeunes porteurs de projets puissent les réaliser, avec un soutien », s’exprime le Christian Ntsay, Premier ministre. A noter que l’OIT étant la seule organisation tripartite des Nations unies.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Traite de personnes - Des sanctions sévères envers les auteurs

Après le rapatriement, les condamnations. Les auteurs, directement ou indirectement impliqués dans les affaires de traite de personnes, seront sévèrement punis. Ceux  derrière l'envoi clandestin des femmes malagasy au Koweït, récemment rapatriées sur l'initiative du Président de la République, en  sont concernés. « Ceux qui sont responsables du calvaire de ces femmes seront sanctionnés. Ils s'assureront entre autres du remboursement des salaires impayés ainsi que toutes les dépenses liées à la prise en charge de ces victimes de maltraitances », selon le communiqué du Conseil des ministres en date du 10 avril dernier. En fait, la loi malagasy en vigueur punit le trafic d'être humain sous toutes ses formes.

L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays à risque, notamment Koweït, Arabie Saoudite, Jordanie, Liban, etc. a été suspendu depuis 2013. Pourtant, des agences de placement ont enchaîné l'envoi clandestin, avec des « complices d'en haut lieu ». L'envoi des travailleurs malagasy dans les pays ne respectant pas les droits de l'homme, où les femmes subissent fréquemment des violences, reste suspendu. Il en est de même pour ceux n'ayant aucun Consulat malagasy. Outre la poursuite des auteurs et leurs complices, les contrôles au niveau des lignes aériennes desservant ces pays seront renforcés. D'un autre côté, une ligne téléphonique spéciale pour communiquer directement avec les responsables ou encore pour dénoncer les cas de corruption sera opérationnelle. Divers ministères vont également assurer les sensibilisations axées sur la lutte contre les violences faites aux femmes migrantes, afin qu'elles puissent mieux se protéger.

Pour sa part, le Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA » interpelle les autorités compétentes à déterminer une issue, à part la suspension de l'envoi des travailleurs migrants à l'étranger. « La mise en place de Consulat honoraire dans les pays où des Malagasy travaillent fait partie des solutions à ce problème. La régularisation des agences de placement, actuellement considérées comme complices dans la traite de personnes, en constitue aussi une », avance Rémi Botodia, Secrétaire général du syndicat « SEKRIMA ». La validation des accords bilatéraux de travail (ABT) avec les pays du Golfe a été une étape franchie, tout comme les lois y afférentes prévues sortir en 2020. En attendant, le syndicat félicite les mesures concrètes déjà adoptées.

La Vérité0 partages

Prix du carburant - Possibilité de baisse sans subvention de l’Etat

Les pauvres les plus lésés. La Banque mondiale a présenté hier dans son siège à Anosy sa note de conjoncture économique de Madagascar. Le document présente les chiffres clés de l’économie pour l’année 2018 jusqu’en février 2019. Pour cette édition, Natasha Sharma, économiste principale et auteure de cette note de conjoncture a consacré un volet spécial dédié à la gestion des prix du carburant à Madagascar. D’après leur étude, seules les riches consomment du carburant donc ils sont plus privilégiés. « La subvention du prix du carburant est une subvention universelle. La personne consommant le plus de carburant profitera le plus de la subvention. L’essence et le diesel sont consommés par les plus aisés, par contre les plus pauvres consomment surtout les pétroles lampants. Le budget de ces derniers se limitent seulement au niveau de la subsistance », remarque Natasha.

Cependant, la situation peut s’améliorer. L’étape première à faire c’est de suivre la réalité du prix. Quand le prix du carburant mondial va augmenter, les prix du carburant à la pompe doivent aussi augmenter. Et inversement lorsque le prix mondial tend à la baisse. Par ailleurs, l’Etat peut aussi recourir à la réduction du coût fixe du prix du litre de carburant notamment les coûts de stockage, le coût de transport, le coût de distribution, et bien d’autres encore. Mais cette dernière requiert une collaboration étroite avec les compagnies pétrolières. Il faut que le Gouvernement travaille un peu plus avec les campagnies pétrolières pour avoir un impact. Une autre réforme proposée également c’est de promouvoir la concurrence du prix soutenue par une régulation effective. « Maintenant nous sommes dans une situation inhabituelle pour les pays qui sont importateurs de carburants. L’Etat joue deux rôles. D’un côté, l’Etat est un régulateur mais d’un autre côté, il est aussi un actionnaire des compagnies pétrolières. Pourtant, on peut avoir un régulateur indépendant. L’expérience globale montre que c’est important d’être vraiment neutre c’est-à-dire de ne pas avoir d’intervention. Mais en plus, c’est vraiment important de protéger les pauvres de la hausse du prix à travers des programmes de protection sociale ciblée. Même si les plus pauvres ne dépensent pas beaucoup d’argent pour les carburants, ils en dépensent  pour les pétroles lampants. Si on considère le budget des ménages des plus pauvres, ils dépensent plus rapport aux ménages les plus aisées », explique l’économiste. En gros, la Banque mondiale propose une croissance inclusive.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Velirano d'Andry Rajoelina - Le Rova d'Antananarivo renaîtra de ses cendres dans 14 mois

Une date à marquer d'une pierre blanche. Hier, 11 avril 2019, marque en effet le coup d'envoi de la reprise des travaux de finition du Rova d'Antananarivo qui dureront 14 mois, soit jusqu'au 26 juin 2020.

Une cérémonie historique présidée par le numéro Un de l'Etat malagasy, Andry Rajoelina et son épouse, s'est tenue dans l'enceinte du Rova d'Antananarivo pour signifier le début des travaux de finition du Palais de la reine d'Antananarivo. Outre les chefs d'institution, les membres du Gouvernement, les représentants du corps diplomatique, les notables et membres des familles royales venus de toutes les Régions de la Grande-île ont assisté à la cérémonie.  Les travaux de finition commenceront par le Palais de Besakana, le premier construit dans l'enceinte du Rovan'Antananarivo. Un long madrier en bois a été érigé à l'endroit où était construit Besakana et ce pour marquer le coup d'envoi des travaux de finition du Rovan'Antananarivo. La reconstruction des Palais restants suivra prochainement. “Le Palais de la reine d'Antananarivo était le lieu destiné aux grands monarques pour exercer leur pouvoir, faire valoir la souveraineté et l'unité nationale malgré la diversité”, a indiqué le Président Andry Rajoelina durant son discours de circonstance hier.

L'enceinte du Palais royal d'Antananarivo, composée du Palais de Besakana, du Palais de Manjakamiadana et  les autres édifices, a été érigée par les souverains qui s'y sont succédé et qui y ont exercé leur autorité sur tout le territoire national. “C'est un monument historique représentant l'unité et la souveraineté nationale malagasy d'antan. Raison pour laquelle nous devons faire de sa réhabilitation une priorité”, indique ainsi le numéro Un malagasy.

Défi

Ce lancement officiel de la réhabilitation du Palais de la reine d'Antananarivo, fait suite à l'annonce faite le 27 janvier dernier, peu après la formation de l'actuel Gouvernement, par le Président Andry Rajoelina. Lors d'un culte œcuménique tenu dans le Temple FJKM d'Anatirova, pour demander la bénédiction de la Nation, le Chef de l'Etat avait annoncé la réhabilitation du Rova.  Deux mois et demi après, le Président Andry Rajoelina concrétise son annonce. “La finalisation de la réhabilitation du Palais d'Antananarivo doit servir à faire renaître la fierté et le patriotisme des Malagasy ”, rappelle le Chef de l'Etat malagasy.

Les édifices dans l'enceinte du Palais de la reine d'Antananarivo ont été réduits en cendres lors d'un incendie criminel survenu le 6 novembre 1995. “Ce n'est pas un simple discours ni une déclaration, c'est un velirano que je fais avec  vous pour la réhabilitation totale de ce monument avant la célébration du soixantième anniversaire du retour de l'indépendance”, précise Andry Rajoelina. Remettre en état ces édifices constitue un défi pour toute la Nation a indiqué le Président malagasy, car la jeune génération a besoin de connaître l'histoire du pays pour pouvoir mieux avancer. 25 ans après, le Rova d'Antananarivo va renaître de ses cendres. L'Etat œuvrera  afin de pouvoir classer le Palais de la reine parmi les patrimoines mondiaux. Les nouvelles technologies seront utilisées afin de pouvoir faciliter la représentation de l'histoire aux générations futures.

Lalaina A.

La Vérité0 partages

« Forest and Farm Facility » - Relier les paysans à la gestion des forêts

Sur le territoire malagasy, il est assez difficile de séparer les paysans des réserves forestières. C’est pourquoi, le ministère de l’Environnement et du Développement durable veut relier définitivement les paysans et leurs exploitations agricoles à la bonne gestion des forêts. Aujourd’hui, pratiquement 30% des forêts du pays sont gérées par les populations locales, que ce soit de manière formelle ou informelle. A travers le mécanisme « ForêtsPaysans » ou « Forest and Farm Facility » (FFF), les autorités veulent donc favoriser la résilience des exploitations agricoles face au changement climatique tout en améliorant les moyens d’administration des zones forestières.

« Avec ce concert, nous voulons surtout que le pays contribue à la résolution des problèmes mondiaux auxquels les ressources naturelles sont confrontées, tels que notre croissance démographique ou encore notre mode de consommation inéquitable et non durable. Pour cela, il est donc nécessaire de s’attaquer à la racine des choses comme l’agriculture, surtout que notre pays n’est pas encore ravagé par les grosses industries et les produits chimiques. Impliquer davantage les paysans permettra ainsi de réduire considérablement les mauvaises pratiques comme les feux de brousse ou encore la coupe abusive des arbres »,  maintient un responsable au sein du ministère.

Egalité d’accès

L’exploitation forestière est en effet une industrie très lucrative. Sa combinaison avec le secteur agricole n’en sera alors que gratifiant, sauf qu’il est nécessaire de se plier à certaines contraintes pour que la filière soit pérenne. Pour de grands exploitants de bois comme Hazovato par exemple, il possède ses propres exploitations. Et pour ne pas épuiser ses ressources, il plante cinq arbres pour un arbre coupé. « Ceci devrait être une réflexion pour tous pour préserver notre environnement et nos générations futures », précisent ces grands exploitants. Ce sera les mêmes restrictions pour les populations rurales concernées. Avec ce nouveau mécanisme notamment, elles auront un accès amélioré et équitable aux ressources productives, aux services mais aussi aux marchés. Toutefois, elles devront les gérer durablement. Pour cela, la présence des organisations et des institutions rurales sera renforcée afin de faciliter leurs actions collectives. Comme cela, au cours des prochaines années, les zones agro-écologiques pourront se développer au fur et à mesure sur toutes les régions du pays. En tout cas, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) est prête à appuyer le ministère de la mise en place de ce nouveau mécanisme, pouvant réduire durablement la pauvreté à Madagascar. Un comité ad hoc sera mis en place pour guider les programmes.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Promotion bien méritée

Belle promotion ! Jean Louis Andriamifidy prêta serment le 5 avril 2019 en tant que membre du Conseil consultatif de l'union africaine (CCUA) à Arusha (Tanzanie) devant le président de la commission de l'UA. En effet, l'actuel directeur général du BIANCO dont le mandat arrive à son terme le 23 juin prochain a été élu membre du CCUA le 8 février 2019 pour deux ans, et ce, pour le compte de l'Afrique de l'Est lors de la 29 ème session  de la conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement à Addis Abeba (Ethiopie). Le conseil consultatif pour la corruption est une institution de l'Union africaine dont la mission principale consiste à convaincre les 55 Etats à adhérer à la convention de l'UA sur la prévention de la corruption. Jusque-là, 40 Etats l'ont signé. Madagascar, pour sa part, l'a fait en 2004.

Jean Louis Andriamifidy, magistrat de premier grade de son état, a été recruté directeur général du BIANCO pour un mandat non renouvelable de cinq ans, le 23 juin 2014, date à laquelle il a prêté serment devant la Justice. Il succéda à ce poste au Général Faly Rabetrano. Le BIANCO (Bureau indépendant anti-corruption), un organe crée le 5 octobre 2004 par le décret portant n° 2004-937, se charge de par son nom de la lutte contre la corruption. En fait, la raison d'être  d'Ambohibao- La Piscine, siège du Bureau, consiste à traquer les fauteurs de ce « crime » qui décime l'économie du pays. Madagascar, selon le classement de l'International Transparency ( IT) fait partie des pays les plus corrompus du monde. Et pire, la Grande île ne cesse de reculer !

De son poste de patron d'Ambohibao durant cinq ans, Jean Louis Andriamifidy est, sans doute, le seul Dg qui a réussi à rehausser l'image de marque du BIANCO. Le seul qui a osé défier le régime HVM, réputé d'impénétrable et inattaquable. De son palmarès, sur le tableau, on peut citer entre autres du « célèbre » cas de Claudine Razaimamonjy. En effet, Andriamifidy bravait, sans peur ni reproche, à piquer la prunelle de la haute sphère du pouvoir HVM. La dame interpellée, la multimilliardaire et sponsor principal ou bailleresse  du HVM, est une personne « intouchable ». Proche parmi les proches du couple présidentiel, une familière du Palais d'Etat d'Iavoloha, Claudine Razaimamonjy osait narguer à tout ce qui voudrait la défier. En dépit de tout, le BIANCO lançait depuis 2016 le mandat d'arrêt. Mais elle parvenait toujours à se faufiler entre les mailles, et cela jusqu'au 3 avril 2017, date de son arrestation à Mahamasina (Palais des sports) à la sortie d'un match de basket-ball. Ce fut une grande prouesse d'Andriamifidy qui eut l'effet d'une bombe et déclenchait la panique générale en haut lieu. D'autres  gros poissons suivront plus tard ! Mbola Rajaonah, un autre multimilliardaire et très proche d'Iavoloha,  grand maître de la corruption, connaitra le même sort. Ainsi que le gros bonnet des trafics de bois de rose Eddy Maminirina qui sera sous les verrous. Pour ne citer que ces quelques spécimens, on peut parler déjà de prestations jamais réalisées jusque-là et qui sont à mettre sur le compte du Dg Andriamifidy.

Une promotion bien méritée couronne donc le parcours réussi de Jean Louis Andriamifidy.

Ndrianaivo

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : Six prisonniers criminels s’évadent de la prison

Après l’échauffourée provoquée par la mort d’un lycéensoupçonné d’être victime de la violence policière, le 6 avril dernier, voici un fait compromettant qui vient de secouer la sécurité dans la localité. Six prisonniers se sont évadés de la prison de Maroantsetra la nuit du 09 avril vers 22 heures 30. Selon les informations émanant de la gendarmerie, cette évasion n’aurait été constatée par le responsable de cet établissement pénitentiaire que plusieurs minutes plus tard. Les gendarmes de Maroantsetra affirment avoir été avisés à 23 heures. Ses prisonniers sont tous, selon les informations, des prévenus pour des affaires criminelles. Les circonstances de leur évasion font penser à la série «Prison break ». Ils  ont utilisé leur lit superposé pour enlever le toit en tôle de leur cellule. Pour sortir, ils ont confectionné une corde à l’aide de leurs couvertures pour escalader le mur de la cellule d’abord puis ensuite les murailles de la prison. Ce qui signifierait que cette évasion a été déjà préparée depuis longtemps. Alertés, les gendarmes de Maroantsetra ont tout de suite avisé les unités limitrophes ainsi que les districts environnants tout en enclenchant la poursuite des fugitifs mais en vain. Malheureusement, cette recherche s’avère  difficile dans la mesure où aucune photographie de ces évadés n’est conservée dans les archives de cette prison. Un fait qui confirme la nécessité de la révision du fonctionnement de l’administration pénitentiaire dans ce pays. A l’heure où nous écrivons cet article, aucun fugitif n’est rattrapé.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tsy fanajana fifanaraham-piaraha-miasa : Nitory ny Jirama eny amin’ny Tribonaly ny orinasa Pro GSI

Taorian’ny savorovoro nitranga tao amin’ny tobin’ny Jirama ao Bazary be Toamasina ny 4 aprily lasa teo. Fantatra izao, araka ny loharanom-baovao fa nitondra ity raharaha ity eny amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany ao Toamasina ilay orinasa mpiambina ity toerana ity. Natao izao fitoriana izao, araka ny fanazavan’ny mpisolovava ity orinasa ity, noho ny tsy fanajan’ny Jirama ny fifanaraham-piaraha-miasa nosoniavin’ny roa tonta. Nisy tokoa ny savorovoro tamin’io 4 aprily io satria tamin’io fotoana io dia tonga tao amin’ity toerana arovan’ny Pro GSI ity ny tompon’andraikitra avy amin’ny fikambanana atao hoe » Fihavanana » mba hanao ny fifamindran-draharaha amin’ny tompon’nadraikitry ny Pro GSI. Voalaza mantsy fa efa nomen’ny Jirama an’ity fikambanana ity ny fiambenana io toerana io. Tsy  nanaiky izany anefa ny Pro GSI satria tsy mba nisy akory ny fampahafantarana mialoha (pre-avis) azy ireo amin’io fanafoanana fiaraha-miasa io. Fombafomba izay voarakitra ao amin’ny fifanarahana nifanaovan’ny roa tonta tamin’ny nahazoan’io orinasa io ity asa ity tamin’ny taona 2012. Nambaran’ny mpisolovava an’ity orinasa ity fa tamin’ny alalan’ny filazana tolo-bidy na « appel d’offres » no nahazoan’izy ireo izany ka nisy ny vola antoka tsy maintsy naloa. Tsy vitan’izay fa mampiahiahy be ihany ity orinasa ity ny fomba nahazoan’ny fikambanana Fihavanana io andraikitra io. Tsy afaka nanome ny taratasy manamarina ny fahazoany izany akory ity farany raha nanontaniana, hoy ilay mpisolovava. Tsy vitan’izay, fa nilaza ihany koa ity farany fa mbola ananan’ny Pro GSI trosa an-tapiitrisany ariary maro ny orinasa Jirama..Vola tambin’ny asa nataon’ny orinasa nandritra ny volana maro nefa tsy naloan’ny Jirama mihitsy hatreto. Izao anefa dia fandroahana no mihatra amin’ny orinasa. Nambaran’ity mpisolovava ity anefa, fa tsy mbola nisy ny zavatra tsy nety nataon’ity orinasa ity nandritra izay fotoana niatoan’ny fiarovana io toby ao Bazary be io. Ity farany izay fantatra fa tena iankinana’ny ain-dehiben’ny asan’ny Jirama ao Toamasina.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Gazetiko : 21 printemps, célébré dans la communion

Le gâteau d’anniversaire au goût de tout le monde.

1998-2019. Cela fait 21 ans que le quotidien Gazetiko, cette publication malgachophone du Groupe Midi Madagasikara S.A a existé sur le paysage médiatique. Cet anniversaire a été célébré comme il se doit, hier, dans les locaux du journal, dans une ambiance conviviale aux côtés de leurs collègues de Midi et autour d’un gâteau d’anniversaire. Les fidèles de la première heure parmi ceux qui ont composé la toute première équipe de Gazetiko, étaient bien sûr là aux côtés de la nouvelle génération. « Je remercie toute l’équipe durant ces vingt et un ans de service. On a toujours fait preuve de professionnalisme et l’esprit d’équipe était toujours notre maitre mot » dixit Herivonjy Rajaonah, directeur de publication de Gazetiko. En présence du Directeur général du groupe Midi Madagasikara, Jeremy Rabesahala, et tous les collaborateurs, la fête a été en musique et en émotion sans oublier l’animation de « Gasy Mihanta ».

Midi Madagasikara0 partages

Grève suspendue : Syndicat des services des domaines

Le syndicat des services des domaines a suspendu sa grève, suite à un dialogue avec le ministère de l’Aménagement du Territoire. (Photo d’archives)

Un compromis a-t-il été trouvé ? Dans tous les cas aucun détail n’a été donné sur le contenu de cette rencontre entre le syndicat des services des domaines et le ministère de l’Aménagement du Territoire.

La grève du syndicat des services des domaines a pris fin, hier, du moins temporairement. Autrement dit, elle a été suspendue. C’est ce qu’a déclaré son président, Willy Rakotondravao, lors d’un point de presse qui s’est tenu à Anosy. La raison en est que des négociations ont été menées entre ce syndicat et le ministère de l’Aménagement du Territoire et qui ont abouti à cet arrêt de la grève. Selon toujours son président, le dialogue continue  entre les deux entités susmentionnées. Notons que cette grève générale a paralysé les services des domaines depuis le 2 avril dernier et qui n’a pris fin que le 9 avril, soit une semaine. Faut-il rappeler que les grévistes ont revendiqué la libération de leurs quatre collègues détenus qui croupissent toujours en prison. Ces derniers étant impliqués dans les ventes de la « villa Elizabeth » et du jardin d’Antaninarenina.

Nouvelles dispositions. Le syndicat a toutefois fait remarquer que ces personnes n’ont fait qu’exécuter des ordres émanant des différents dirigeants du pays. Pourtant ces derniers n’ont pas été inquiétés, a-t-il déploré. C’est ce qui l’a poussé notamment à enclencher la vitesse supérieure en déclenchant une grève. Quant au ministre de la Justice, Jacques Randrianasolo, il a été intransigeant face à cette revendication du syndicat des services des domaines. Il a ainsi déclaré que « les lois en vigueur doivent être respectées. Libre à eux (grévistes) d’entamer une grève mais cela ne voudrait pas dire qu’ils auront gain de cause ». Il se demande, par ailleurs, « comment peut-on vendre la « villa Elizabeth » et le jardin d’Antaninarenina, pourtant ce sont des propriétés de l’Etat». Les nouvelles dispositions prises par le syndicat des services des domaines auront-elles des impacts sur la position du ministre de la Justice ?

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Lettre de lecteur : Mutation du paysage politique malgache

Pendant les premières années de l’indépendance, Madagascar a connu de grandes figures d’hommes politiques : Philibert Tsiranana, Monja Jaona, Andriamanjato Richard, Manandafy Rakotonirina, Didier Ratsiraka. Ils ont marqué la vie politique malgache des première et deuxième Républiques. Ce qu’ils avaient en commun, c’était une certaine idée du socialisme avec une bonne dose de nationalisme et de patriotisme.

C’étaient des personnages charismatiques : Philibert Tsiranana, l’instituteur devenu le père de l’indépendance ; Monja Jaona, le paysan du Sud, ami des intellectuels malgaches et étrangers ; Andriamanjato Richard, pasteur protestant qui a fait dans sa vie la synthèse entre les valeurs malgaches, la foi chrétienne et le marxisme léninisme ; Manandafy Rakotonirina, universitaire rouge et expert habile dans l’art de la dialectique ; Didier Ratsiraka, brillant élève de l’École Navale de Brest, leader du mouvement des Non Alignés.  Avec le Pr Albert Zafy, père de la démocratie, ils ont fait aujourd’hui leur temps.

Cette page des premières années de l’indépendance a été tournée après l’élection mouvementée de décembre 2001. Celle-ci a porté au pouvoir pour la première fois un opérateur économique issu de l’agro-industrie. PDG de Tiko, Marc Ravalomanana est devenu Président de la République. Il était entouré d’éminents technocrates : Rajemison Rakotomaharo, Raharinaivo Andrianantoandro, Radavidson Andriamparany, Ivohasina Razafimahefa. Pour des observateurs, l’arrivée inattendue de Jacques Sylla à la tête de cette équipe, a constitué un grain de sable dans les rouages de l’appareil d’État TIM.

Entre les générations des années 80 et 2009, Madagascar disposait d’une pléiade d’hommes politiques de talent à l’image du feu Herizo Razafimahaleo. Le mouvement de 2009 a propulsé Andry Rajoelina, à 35 ans, à la présidence de la Haute Autorité de l’Etat (HAT). Il avait autour de lui Monja Roindefo, Camille Vital, Hajo Andrianainarivelo, Ny Hasina Andriamanjato, Pierre Houlder, Augustin Andriamananoro, Jean-Jacques Rabenirina, Richard Fienena… Dans un contexte très difficile, il a fait ses premiers pas dans la gestion des affaires de l’Etat durant la transition.

Inéligibles à l’élection de 2013, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina ont dû se contenter de présenter un candidat de substitution. Le Dr Robinson pour Marc Ravalomanana et le ministre des  Finances Hery Rajaonarimampianina pour Andry Rajoelina. Vainqueur à cette élection, Hery Rajaonarimampianina est devenu le premier Président de la IVe  République. Plus tard, l’un et l’autre candidat de substitution ont tourné le dos à celui qu’ils ont représenté légalement à l’élection. Cinq ans plus tard en décembre 2018, candidat à sa propre succession, le Président Hery Rajaonarimampianina échoue.

Suite à la victoire d’Andry Rajoelina, une nouvelle génération annonce la refonte de la vie politique malgache, l’urgence d’une réorganisation et moralisation des partis politiques, ainsi que l’application de la parité genre. Le paysage politique malgache devrait opérer une mutation profonde. Fort de sa légitimité, soutenu par la communauté internationale, le leadership du plus jeune Président en Afrique définit une nouvelle voie en mobilisant le peuple malgache tout entier pour faire de Madagascar un pays émergent.

André Rasolo

Midi Madagasikara0 partages

AFT : Le livre est mis à l’honneur

Pour rendre hommage à Christine de Gunzbourg, fondatrice de l’association Trait-d’Union, partenaire de l’Alliance française d’Antananarivo Andavamamba. La deuxième édition de « Lire en fête », se déroulera mardi 16 avril à partir de 10 heures.

Pour la deuxième année consécutive, l’Alliance française d’Antananarivo organise « Lire en fête », un événement dédié à la promotion de la lecture. Cet événement se tiendra du 16 au 20 avril, à l’Alliance française d’Antananarivo Andavamamba. Les amateurs de livre se régaleront pendant cinq jours.

Bon nombre d’activités seront organisées: un concert dessiné, intitulé « Somila et la kabosy extraordinaire » avec Vagno et Nino qui se tiendra mardi 16 avril à 14heures 30minutes. Ce concert est conseillé aux enfants âgés de 10 ans et plus. Suivi de 19 jours d’exposition numérique sur le « Kabary », du 16 au 30 avril, qui ornera le Hall de l’Alliance française d’Antananarivo. Après, le lauréat du prix littéraire des Alliances Françaises de Madagascar 2018, Edouard Choffat partagera son expérience avec le public. Il présentera également son roman « Le caméléon », avec l’illustrateur talentueux Yves Hanguï.

Un concours « Minute Livre » sera aussi effectué. Ceci est adressé au « Booktubeurs amateurs ou professionnels. Le travail consiste à présenter un ouvrage pendant 3 minutes dans une vidéo qui sera posté sur la chaine Youtube de l’Alliance française d’Antananarivo. Les vidéos ayant reçu le plus de réactions remportera le concours. Selon les instructions du responsable de l’Alliance française d’Antananarivo, le concours ne s’adresse pas qu’aux habitants de la ville d’Antananarivo. En effet, le réseau des Alliances françaises organise, en parallèle avec l’AFT Andavamamba, le concours Minute Livre. Les inscriptions au concours seront clôturées le 16 avril.

Un atelier conseil intitulé « astuce auto-édition », le jeudi 18 avril, à 14 heures. Ce sera un atelier orienté sur l’utilisation des logiciels d’autoédition accessibles.

Une visioconférence avec le célèbre auteur Marc Levy sera diffusée le vendredi 19 avril, à partir de 18 heures, tandis que le « Tremplin du livre », aura lieu le samedi 20 avril à partir de 09 heures. Ce sera également une occasion où les lecteurs pourront rencontrer individuellement les différents professionnels du livre.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Le réveil du parti de Marc Ravalomanana  

Le paysage politique est en train de s’éclaircir petit à petit. Il y a maintenant deux camps bien distincts qui se font face. D’un côté, il y a ceux qui soutiennent le régime du président Andry Rajoelina et de l’autre, se dresse le TIM qui entend bien ne  pas rester inerte. Les campagnes des législatives sont l’occasion de voir le retour du parti de Marc Ravalomanana. Silencieux jusqu’à présent, l’adversaire du chef de l’Etat actuel au second tour va bientôt se manifester et parler des travers du nouveau régime. La trêve qu’il avait respectée jusqu’ à présent va bientôt s’achever.

Le réveil du parti de Marc Ravalomanana  

Marc Ravalomanana, en homme politique respectueux des institutions, accepté le résultat des élections présidentielles et a félicité son adversaire. Le nouveau régime a pu s’installer dans le calme et a commencé à prendre les mesures qu’il estimait conforme son programme. Il n’y a eu depuis aucune contestation de la part de ceux que l’on peut considérer à juste titre comme ses adversaires. Ces derniers ont joué le jeu, accordant un délai de grâce au nouveau pouvoir. Ces derniers ont laissé le président Andry Rajoelina et son Premier ministre agir. Ils ont, comme le reste de la population, suivi le train de mesures qui a été pris. La lutte contre la corruption et la bonne gouvernance ont été les mots d’ordre lancés. Du côté des politiques, le leitmotiv était : «  Laissons-les faire car il serait malvenu de les critiquer sans qu’ils aient fait leurs preuves ».  Néanmoins, ce serait mal les connaître si l’on pense qu’ils vont rester inertes longtemps. L’ancien président Marc Ravalomanana a mis à profit cette cure de silence pour s’organiser. Le parti Tim est déjà en ordre de bataille. Il est prêt pour la bataille des législatives. Son chef a dit récemment qu’il y avait un temps pour se taire et un autre pour parler. Il a affirmé que, quand les cent jours du délai de grâce se seraient écoulés, il dirait ce qui n’allait pas. Cela, justement, coïncidera avec la campagne électorale des élections législatives. Il ne cache pas son ambition : voir son parti rafler la majorité des sièges de députés à l’Assemblée. Mais cela n’est pour l’instant que de la prospective. Ce qui est sûr, cependant, c’est qu’on assiste au réveil du TIM et que c’est une bonne chose pour la démocratie.

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

«Fatapera» Antaninarenina : Honneur au rap avec Raboussa

Rendez-vous avec Raboussa demain.

Il se fait rare sur la scène, et chaque apparition de Raboussa reste un rendez-vous incontournable pour les inconditionnels du rap gasy. Il a toujours habitué ses fans aux grandes scènes, toutefois, il est tout à fait aussi à l’aise sur les plateformes plus restreintes. Pour preuve, vendredi, il égaiera la soirée au «Fatapera» Antaninarenina. Les mélomanes se verront bercés par les « Anontanio », « Aleo izy ho any », « Hatram’zao » et tant d’autres encore.

Si son dernier clip en vue remonte à « Anontanio », le succès le suit toujours autant. Multipliant les collaborations avec les étoiles montantes, il garde toujours son image de  pionnier du rap commercial. En dépit de l’émergence des jeunes talents dans le monde du rap, Raboussa connait toujours le succès des rappeurs à leurs débuts. Sans perdre de sa notoriété, le style combinant rap old school et commercial leur réussit. Si certains des rappeurs de sa génération sont retombés dans l’anonymat, Raboussa fait partie de ceux qui ont pu garder le statut de star. Gagnant le cœur d’un public plus jeune, le groupe attise toujours la passion des inconditionnels tout au long de presque 20 ans de carrière.

Pour rappel, Raboussa faisait partie des rappeurs underground du clan Bogota. Comme ses frères d’arts, ses titres reflètent des paroles revendicatrices pour une jeunesse qui se veut être meilleure. Présentement, la jeunesse se retrouve dans les paroles, avec un côté technique amélioré par la haute technologie d’aujourd’hui.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Centenaire de l’OIT : Le SSM non invité

La place des syndicats est importante dans la réglementation du travail à Madagascar.

La célébration du centième anniversaire de l’Organisation Internationale du Travail ne verra pas la présence des syndicalistes membres du SSM ou Solidarité des Syndicats de Madagascar. Un  communiqué publié sur la page Facebook du « Randrambaon’ny Sendika » regroupant la Confédération des Travailleurs de Madagascar et le SSM fait savoir que « 300 employés malgaches ont été invités à la célébration du centenaire de l’OIT. Des invitations envoyés uniquement au nom du CTM« . Ce que le « Randrambaon’ny Sendika » (CTM-SSM) qualifie de « discrimination » et de « tentative de scission des syndicats malgaches ». L’omission de la SSM dans la liste des invités à la célébration du centenaire de l’OIT pourrait être la cause d’une certaine frustration dans les rangs des syndicalistes malgaches. Face à la situation, le « Randrambaon’ny Sendika » invite les syndicats malgaches à garder l’unité syndicale. Une unité acquise grâce à des efforts menés par les syndicalistes durant des années. Par ailleurs, la situation du travail dans la Grande Ile reste assez préoccupante. Chômage déguisé (avec plus 20% des travailleurs), emplois inadéquats et non protégés, discrimination et prépondérance du secteur informel, des manifestations concrètes de ladite situation auprès de la population active.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Cyclisme : La relève commence à prendre forme

Mine de rien la course en ligne organisée dimanche dernier et disputée le long de la RN7 a permis de voir que la relève n’est plus loin.

Certes les sélectionnés pour les Jeux des Iles ont été les grands absents pour des raisons qui restent obscures mais les chronos ne mentent pas comme quoi on assiste à une nouvelle vague de cyclistes en herbe.

Et c’est tant mieux pour le CCPAM, le club d’Anosizato qui a dominé de la tête et des épaules cette course en ligne en monopolisant les deux premières places par Fanomezantsoa Tolojanahary crédité d’un chrono de 2h 39 mn 32 sec sur la distance de 100 km.

Terminant pratiquement dans les roues de son coéquipier, Njakatiana Herinirina finissait les 100 km avec un temps de 2h 39 mn 54 sec.

La troisième place est revenue à Solo Jocelin Rakotomady quelque peu décalé avec un temps de 2h 43mn 12 sec.

La domination du CCPAM est telle qu’il est allé jusqu’ à ravir l’autre course réservée aux vétérans sur des VTT. Et là, Jean Claude Rakotondrasoa a réalisé un temps de 1h 22 mn pour les 43 km.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Banky tao Mahitsy : Zato tapitrisa ariary nisy nitondra nitsoaka

Tsy fitandremana  sa efa firaisana tsikombakomba fotsiny izao ? Vehivavy iray no notananan’ny zandary rehefa nentin’ny lehilahy iray sakaizany nitsoaka ny volabe, izay tokony harotsaka any amin’ny banky.

Ny talata lasa teo no nisehoan’ity tranga ity teny Mahitsy. Raha ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary tany an-toerana dia tokony hanatitra vola any amina banky iray eo an-toerana ihany ity vehivavy iray. Mitentina eo amin’ny 100 tapitrisa ariary eo ho eo io vola io raha ny vaovao hatrany. Mbola mandeha an-tongotra eo amin’ny 250 metatra eo anefa no misy ilay banky ka niangavy lehilahy iray, izay sakaizany ihany koa, nitondra fiara izy mba hanatitra azy eny amin’ilay banky. Rehefa voafatratra ny sakaosy nisy ilay vola, ary efa samy tao anaty fiara izy roa, no nilaza fa nisy zavatra hadinon’ilay vehivavy tany an-tranony ka nivoaka ny fiara indray izy, niverina naka izany. Tamin’io fotoana io indrindra anefa, tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany maraina teo, namelona fiara tampoka ary lasa nitsoaka niaraka tamin’ny vola ilay lehilahy sakaizany, nihazo ny lalana miakatra aty an-drenivohitra. Roapolo minitra taty aoriana vao niantso ny zandary avy ao Ambohidratrimo ity vehivavy very vola ity, ary nanomboka teo ny sakana sy ny fikarohana nataon’ireo mpitandro filaminana. Indrisy anefa fa tsy nisy vokany intsony izany, na dia fantatra aza ny marika sy ny laharan’ilay fiaran’ilay lehilahy nitondra ilay vola nitsoaka. Na izany aza nitohy hatrany ny fikarohana ka omaly tokony ho tamin’ny valo ora maraina teo no fantatra fa hita tetsy « rond point » tetsy Ambohimangakely ilay fiara marika « Citroën Jumper » nentin’ilay lehilahy. Mazava ho azy fa tsy hita tao anatiny intsony, na ilay mpamily nitondra ilay volabe nitsoaka, na ireto farany. Teo anatrehan’izay moa dia ilay vehivavy avy hatrany no nentin’ireo mpitandro filaminana natao andrimaso sy famotorana tany amin’ny biraon’izy ireo. Nogiazana kosa ilay fiara hita teny Ambomangakely. Mbola mitohy araka izany ny fikarohan’ilay olon-dratsy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Leadership et créativité des jeunes pour la protection de l’environnement : Installation d’un jardin ...

Les jeunes étudiants porteurs du projet Créa’art

Par l’intermédiaire de son projet Cré’art, un groupe d’étudiants de l’INSCAE (Institut national des Sciences Comptables et de l’Administration des Entreprises) a installé un jardin potager au sein de l’EPP d’Ambohimitsinjo tout en la rénovant par le biais de bricolages créatifs et interactifs (avec les élèves). Notons que le projet a été réalisé dans le cadre de leur matière « Comportement du manager ». L’objectif principal est de recycler le plastique pour de meilleurs usages et rénover certains aspects de cette EPP de 45 ans. Depuis le mois de mars, le groupe a collecté des bouteilles pour en faire un jardin et initier les élèves de cette EPP au recyclage, voire au recycl’art. Le chalet et les salles de classes ont été repeints si d’autres infrastructures dans la cour de l’école ont été réparées. Les membres de l’équipe sont : Rajaonarivony Tsiory Kevin, Ramaherison MioraTafita, Nivoarilala Ly Faniriantsoa, VergozFabiana, RazafindramosaMellino Kevin et Hariniaina Nickaëz Stephaniel. Le groupe explique : « On nous forme à être des jeunes responsables dès maintenant, et une façon de s’y prendre est d’agir pour la société, pour ses compatriotes. On ne se contente pas seulement d’acquérir des valeurs mais on voudrait les transmettre aux autres. Dès leur plus jeune âge, on peut déjà éduquer les enfants à préserver l’environnement et c’est aussi le meilleur moment pour stimuler leur créativité. Ce genre de mentalité nous aidera à atteindre ensemble l’objectif Madagascar Ile Verte et nous conduira surtout au développement. »

L.R

Midi Madagasikara0 partages

INSCAE : Des étudiants s’investissent dans l’éducation des enfants défavorisés

Ces étudiants ont fondé l’IFK.

L’Institut National en Sciences comptables et Administration d’Entreprise (INSCAE) forment  les étudiants à s’impliquer davantage dans des actions sociales en vue de contribuer au développement socio-économique du pays. C’est pourquoi, six étudiants ont pris l’initiative de créer une association dénommée « Invested For Kids » ou IFK. Leur objectif est d’investir dans l’éducation des enfants issus des couches défavorisées en effectuant chaque année des actions sociales. Cette fois-ci, ils ont choisi l’association « Betania » dans la commune d’Ankasina pour réaliser leurs investissements sociaux. Il s’agit d’une association qui s’occupe des enfants de cette collectivité décentralisée et qui devient par la suite un pilier de développement de la localité. Ainsi, les étudiants de l’INSCAE y ont effectué des séances d’éducation civique en montant une pièce de théâtre et en organisant des jeux et des questions de culture générale au profit des élèves de classes de 8e et de 7e de l’établissement scolaire géré par « Betania ». Ce qui permet de développer leur créativité, leur esprit d’équipe et leurs connaissances dans un cadre ludique et convivial. En outre, l’IFK prévoit de rééquiper la cantine scolaire avec de nouveaux ustensiles de cuisine tout en rénovant la façade extérieure du bâtiment scolaire. Ces actions sont parrainées par DHL, un groupe spécialisé en transport et logistique. Le partenariat entre ce groupe et l’IFK s’étalera sur le long terme.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Afrique subsaharienne : croissance en baisse selon le FMI

Après la Banque mondiale, c’est au tour du Fonds Monétaire International (FMI) de faire état d’une perspective peu reluisante pour l’Afrique. En effet, dans son dernier rapport sur les perspectives économiques mondiales, publié cette semaine, le FMI a révisé à la baisse ses perspectives de croissance 2019 et 2020 pour l’Afrique subsaharienne.

D’après les nouvelles données du Fonds, la croissance de l’Afrique subsaharienne devrait s’accélérer à 3,5% en 2019 et à 3,7% en 2020. Même si ces prévisions restent supérieures aux 3% enregistrés en 2018, elles sont en baisse respectivement de 0,3 et 0,2 point de pourcentage, par rapport aux précédentes prévisions. D’après le FMI, les nouvelles projections sont motivées par plusieurs facteurs, notamment la baisse des prévisions pour le Nigeria et l’Angola, « en lien avec la détente des cours du pétrole ». De son côté, l’Afrique du Sud devrait enregistrer une légère reprise de sa croissance à 1,2% cette année (contre 0,8% en 2018), puis à 1,9% en 2020 ; des chiffres en baisse de 0,2 point de pourcentage par rapport aux prévisions réalisées en octobre. La hausse du coût du service de la dette, sur fond de resserrement des conditions financières à l’échelle mondiale, et les délicats processus d’ajustement qui visent à diversifier les structures de production en abandonnant l’extraction des ressources naturelles devraient peser sur la croissance de nombreux pays dans toute la région, selon toujours le FMI. En Afrique subsaharienne, la croissance devrait monter de 2,9 % en 2018, à 3,5 % en 2019, et à 3,6 % en 2020. Pour les deux années, la projection est inférieure de 0,3 point de pourcentage à celle d’octobre dernier, la diminution des cours du pétrole ayant entraîné des révisions à la baisse pour l’Angola et le Nigeria. Les chiffres publiés pour la région masquent de fortes variations dans les résultats, plus d’un tiers des pays subsahariens devant connaître une croissance de plus de 5 % en 2019–20. Notons que ces nouvelles perspectives restent plus optimistes que celles de la Banque mondiale, qui a également revu ses prévisions de croissance à la baisse pour la sous-région, à 2,8% en 2019.

Recueillis par R.Emond.

Midi Madagasikara0 partages

Métiers de télé-conseillers : Un grand débouché pour les jeunes

Lors de la remise des certificats à la première promotion.

Le centre de formation SOAMADA a appuyé des jeunes bacheliers à la facilitation de leur intégration au marché du travail.

En effet, « nous leur prodiguons une formation de métiers télé-conseillers étant donné que c’est un grand débouché pour les jeunes », a expliqué Ravaojanahary Nalisoa Nantenaina, formateur en gestion des relations clients au sein de ce centre de formation, lors de la sortie  de la première promotion hier à Nanisana. En outre, « ces apprenants comptant au nombre de onze jeunes seront tout de suite placés au sein d’une société se spécialisant en matière de télé-conseillers à l’issue de leur formation en matière de gestion des relations clients qui a duré une semaine. Ils seront immédiatement opérationnels étant donné que près de 80% de la formation qu’on leur dispense sont des cas pratiques », a-t-il enchaîné.

Partenariats. En fait, le centre SOAMADA veut contribuer à la réduction du taux de chômage à Madagascar en apportant son soutien aux jeunes sans emploi qui sont en quête de travail. Et aux termes de cette formation en gestion des relations clients, le centre effectue une évaluation des compétences acquises par les apprenants avant de passer un entretien auprès de la société qui s’engage à les recruter, dans le cadre d’une convention de partenariat entre les deux parties. Des certificats attestant leur capacité à se lancer dans ce métier de télé-conseiller, leur ont été ainsi remis lors de la sortie de cette première promotion. Dans la même foulée, Ravaojanahary Nalisoa Nantenaina, un jeune dynamique, a soulevé qu’il prodigue cette formation à titre de bénévolat au sein du centre SOAMADA dans le dessein d’aider ses pairs. « Nous sollicitons ainsi les autres sociétés œuvrant dans le secteur de Nouvelle Technologie de l’Information et de la Communication, plus précisément dans les call-center, à nouer des partenariats avec le centre dans le dessein de créer un débouché pour les jeunes formés en la matière. En effet, deux autres vagues de promotion sont en cours, puisque la formation se tiendra toutes les semaines », a-t-il avancé.

Groupe de discussion. Par ailleurs, ce représentant du centre a lancé un appel à la collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie et du ministère en charge de la Jeunesse étant donné qu’il s’agit d’un projet de création d’emplois pour les jeunes. « La maîtrise de la langue de Molière constitue un autre atout de nos jeunes qui bénéficient de cette formation en gestion des relations clients d’autant plus qu’il s’agit d’une langue de communication la plus utilisée dans le pays. Et une autre particularité du centre, nous effectuons un suivi des jeunes même s’ils sont déjà en activité au niveau des sociétés qui les ont recrutés  pour pouvoir assurer leur professionnalisation. Et ce n’est pas tout, un groupe de discussion entre tous les apprenants ayant passé  au centre SOAMADA, sera créé pour un partage d’expériences entre eux », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Fitsaram-bahoaka tao Betafo : Sefo fokontany sy olona fito hafa nidoboka am-ponja

Nahazo vahana ny resaka fitsaram-bahoaka tao amin’ny distrikan’i Betafo ny taona 2018 iny ary mbola mitohy izany hatramin’izao, saingy efa nahitàna fihenana. Ity resaka fitsaram-bahoaka ity no nampidoboka am-ponja ny sefo fokontany  iray sy ny kartie mobile ary niampy olona 6 hafa. Raha tsiahivina fohy, nisy omby very tao amin’ny fokontany Andrianovona, kaominina ambanivohitra Manohisoa, distrikan’i Betafo, ny alin’ny 24 desambra 2018. Niezaka nikaroka io omby io ny fokonolona  tamin’ny fanarahan-dia. Nijanona teo amin’ny tanàna iray ny dian’omby ary mbola nahitana taim-boraka sy rà teo amin’ny manodidina azy. Rehefa narahana akaiky izany dia niafara tao amina trano iray, nosavan’ny fokonolona io trano ary nahitana kitoza maro nihantona. Tombanan’ny fokonolona ho ilay omby very noho izany no niavian’ireo kitoza ireo. Rangahy iray no nosamborin’ny fokonolona tao amin’io trano io ary notazomina tao amin’ny biraon’ny fokontany. Ny 26 desambra 2018 vao nentin’ny fokonolona tany Betafo saingy teny an-dalana dia matin’ny fitsaram-bahoaka. Marihina fa nodinganin’ny fokonolona ny mpitandro filaminana tamin’ity raharaha ity. Tsy namela nangina ny raharaha anefa ny fianakavian’ny maty fa nametraka fitoriana tamin’ny tapaky ny volana febroary lasa teo, fitoriana nilaza fa tokony hoentina any amin’ny mpitandro filaminana ny havany raha nanao fandikan-dalana fa tsy novonoina. Nidina ifotony ny mpitandro filaminana nanao ny fanadihadiana ary nofongarina mihitsy ny razana nanaovana fizahana indray. Voaporofo tamin’izany fa nahitana diam-bala tokoa ny lamosin’ilay maty. Rehefa izany, niroso tamin’ny fisamborana ny mpitandro filaminana. Omaly no niakatra fitsarana ny raharaha ary 8 tamin’izy ireo no nidoboka am-ponja ka isan’izany ny sefo Fokontany, noho ny tsy fandraisany ny andraikiny nitondra ny voampanga namonjy ny mpitandro filaminana.

Andry N.  

Midi Madagasikara0 partages

Projet SACEM : Atelier de formation des formateurs sur le cadre légal des législatives

Amélioration de l’exhaustivité, de la fiabilité et de la sécurité du fichier électoral ; réaménagement du cadre légal et réglementaire en matière électorale ; déploiement d’une campagne de sensibilisation et d’éducation électorale ; appui substantiel aux opérations électorales, avec un focus sur la logistique (matériel sensible), la formation, la transmission des données, l’entretien et l’animation des cadres de concertation spécifiques institués à la diligence de la CENI ; assistance technique à la CENI et la gestion du projet.

Basket-fund. Ce sont ci-dessus, les 5 composantes autour desquelles s’articulent la préparation et l’organisation des élections du cycle électoral 2017-2019 dans le cadre du projet SACEM. Un projet de Soutien au Cycle Electoral de Madagascar qui est financé par un basket-fund alimenté par l’Union Européenne, la Norvège, l’USAID, l’Allemagne, l’Afrique du Sud, la France, le Royaume Uni, la Corée du Sud, la Suisse et l’Australie et mis en œuvre par le Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD).

Cycle électoral. Avec l’appui du projet SACEM, un atelier de formation des formateurs sur le cadre légal des élections législatives a été organisé hier à Ambohidahy par la HCC, en collaboration avec la CENI. L’objectif est de doter les candidats des prérequis nécessaires sur la législation électorale et à la suite des activités de vulgarisation et d’appropriation du cadre légal menées lors des ateliers provinciaux de 2018. La session tenue hier, est le coup d’envoi d’une série d’ateliers qui auront lieu dans les 22 chefs-lieux de Région, à l’intention des présidents des SRMV. Il y aura ensuite au niveau des districts des réunions de concertation avec les candidats, pour préparer ces derniers et toutes les parties intéressées, aux prochaines phases du cycle électoral.

Droits et responsabilités. Les règles applicables au scrutin législatif seront expliquées aux candidats afin de leur permettre d’appréhender leurs droits et responsabilités dans les différentes phases du processus électoral. Il en est notamment des règles à suivre pour faire campagne, des règles d’accès aux locaux des SRMV et de la CENI pour l’observation des travaux de recensement des votes, de consolidation, de transmission et de centralisation des résultats ; avec une remise des imprimés d’usage permettant le suivi de l’agrégation des données. En cas de contestation des résultats, les candidats seront outillés pour formuler toute voie de recours requise devant la juridiction compétente. Ont assisté à la cérémonie d’ouverture de l’atelier d’hier, le président de la HCC, Jean-Eric Rakotoarisoa ; le président de la CENI, Hery Rakotomanana ; le Représentant Résident du PNUD, El Hadj Fall. Les membres de la HCC, les 9 commissaires électoraux, les 7 membres du Secrétariat exécutif, les 3 chefs de service de la CENI ainsi que 11 magistrats et 10 membres du projet SACEM ont participé à l’ atelier inaugural d’hier.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Mad Max arrosera du ragga dance Hall au « Jao’s Pub »

« Marina marina ! » Qui ne connait pas cette chanson ?  Un refrain qui ne quitte pas les lèvres des jeunes malgaches !

Il a tellement de charisme qu’on le  surnomme « Chef de Bandy ».  Mad Max investira « Jao’s Pub » le vendredi 12 avril à 21 heures. Tiré par son tube sorti en début d’année,  la soirée est surnommée « Champion ».  Depuis l’année dernière Mad Max a pris de l’ampleur, 2018 était une année prospère pour cette formation  de Toamasina.

Fan du film de George Miller, le jeune a choisi le titre comme nom de scène. Chanteur masculin de l’année 2018, le jeune homme  ne compte pas ralentir cette année. Le 29 janvier dernier, il a sorti un single « Tsoufouku rano », un titre qui a connu du succès.  Ce dernier trimestre, le jeune raggaman a effectué des concerts aussi bien dans les régions que dans la Capitale. En un mois Mad Max a effectué plus de 10 concerts.  La spécificité  de ce jeune homme est sa technique vocale exceptionnelle. D’autant plus qu’il s’ouvre à d’autres sonorités comme  l’afro beat. Bref, l’artiste est polyvalent.  Après ce ‘live’ à Ambohipo,  il continuera la fête au « Suite 101 » Antaninarenina.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Jeux des Iles : Veve la grande oubliée !

Veve peut encore servir les intérêts du volley-ball féminin à Madagascar

Incroyable mais hélas vrai, Veronirina Rasoarilala ne figure pas dans la liste des volleyeuses présélectionnées pour les Jeux des Iles de l’Océan Indien du 18 au 29 juillet à Maurice.

Veve pour l’appeler par son prénom habituel dans le volley-ball malgache, avait pourtant gagné le trophée de meilleur libéro de la dernière Coupe des clubs champions de l’Océan Indien  même si son équipe, le BI’AS d’Itaosy, a échoué en demi-finale.

Certes on admet qu’elle a pris de l’âge mais il faut voir combien elle est restée très compétitive. Quand on y ajoute son expérience de plusieurs années car elle a débuté à 15 ans chez l’équipe de la STAR qui a monopolisé les titres de champion de Madagascar, elle serait encore d’une grande utilité pour l’équipe nationale à ces Jeux des Iles.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping tetsy 67ha : Teo am-pivoahana ny sekoly no nalaina an-keriny

Tovovavy iray 17 taona ary mianatra amin’ny sekoly ambony iray etsy 67ha no nisy naka an-keriny. Teo am-pivoahana ny toeram-pianarana izy no nisy nanambana antsy ary natsofoka haingana tao anaty fiara ary naondrika mba tsy hahita na inona na inona. Ny harivan’ny talata teo no nisy izany heloka bevava izany, raha araka ny fanamarinam-baovao natao. Teo dia nentina tao amin’ny trano iray eo amin’ny manodidina ihany izy ary notazomina tao. Rehefa tsy tafody toy ny mahazatra izy dia nanomboka nipenimpenina ny fianakaviany. Inona tokoa no nitranga fa nisy nandefa sariny izay tsy misy akanjo ny tapany ambony tany amin’ny reniny. Tamin’ny kaontiny amin’ny facebook ihany no nandefasana izany. Tsy fanaon’ity tovovavy ity izany ary olom-pady rahateo no nahazo ilay sary mitanjaka. Ny hafatra nanaraka ilay sary no nanamarina tamin’izay fa nisy naka an-keriny izy. Nandrahona ireo olon-dratsy, tamin’ny facebook hatrany io, fa raha tsy manaraka ny toromarika izay omen’izy ireo dia razana sisa no ho hita ary dia horasarasain’izy ireo izany. Nikoropaka ny rehetra teo ary samy nitady ny vahaolana izay azo natao. Tsy hita loatra anefa izay tena hatao satria teknolojia no nampiasain’ny olon-dratsy ary tsy maintsy teknolojia ihany no vahaolana mifandraika amin’izany. Efa nikorontan-tsaina tanteraka ny fianakaviana nanoloana ny zava-nisy no hita tampoka ilay tovovavy omaly maraina. Tafatsoaka tao amin’ilay toerana izy ary naka fiarakaretsaka dia niala haingana teo mba ho any amin’ny fianakaviany. Mbola narefo kely izy no hita ary tsy maintsy nentina haingana tany amin’ny hopitaly mba hitsaboana azy sy hitiliana ny fahasalamany. Nisy ny fitoriana nipetraka teny anivon’ny mpitandro ny filaminana ary nanomboka omaly ihany dia efa nandeha ny fihainoana mba hahafahana mahafantatra tsikelikely ireo tompon’antoka na mivantana na an-kolaka amin’ity raharaha ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Programme « GoTeach Madagascar » : 4 858 jeunes touchés en dix ans de mise en œuvre

Des jeunes de SOS Villages d’Enfants Madagascar, parmi les bénéficiaires du programme.

Fruit d’un partenariat entre « DHL International Madagascar » et « SOS Villages d’Enfants Madagascar », le programme « GoTeach » promeut l’éducation et l’employabilité des jeunes. En plus clair, ce programme soutient les jeunes dans leur insertion professionnelle en leur proposant des stages professionnels.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme « GoTeach », les jeunes de « SOS Villages d’Enfants » âgés de 15 à 25 ans sont soutenus dans la transition de l’éducation vers le monde du travail. C’est dans ce sens que les employés de DHL interagissent avec les jeunes pour partager leurs expériences et expertises afin de favoriser l’employabilité des jeunes. Dix ans après son lancement, « DHL International Madagascar » et « SOS Villages d’Enfants Madagascar » en partenariat avec le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la  Formation professionnelle ont annoncé officiellement, hier, la célébration du 10e  anniversaire du programme « GoTeach ». Un anniversaire qui coïncide également avec le 30e  anniversaire de « SOS Villages d’Enfants ». Cette double célébration sera marquée par deux événements majeurs : une campagne de collecte de fonds et un Olympiade.

 Collecte de fonds et concours. D’avril à septembre 2019, une collecte de fonds sera organisée au niveau des boutiques DHL à Madagascar, et cela consiste à reverser 5.000 ariary pour chaque colis envoyé les 10es  et les 30es  jours du mois, en faveur de l’éducation des bénéficiaires de « SOS Villages d’Enfants Madagascar ». Quant au concours d’olympiade, il se tiendra de juillet à octobre 2019 et verront la participation de plus de 2.000 jeunes de « SOS Villages d’Enfants » et d’autres élèves issus des collèges et lycées publics et privés d’Antananarivo, Toliara, Toamasina, Antsirabe et de Mahajanga. La finale de ce concours, point culminant de la célébration, se tiendra les 4 et 5 octobre 2019. Rappelons que « GoTeach Madagascar » a pu réaliser, durant ces dix années de mise en œuvre, 41 activités en faveur des jeunes en matière d’emploi, de parrainage, d’exposition au monde du travail, de stage et formation, de découverte des métiers, visite d’entreprises, etc. 4.858 jeunes ont ainsi été touchés tandis que 230 employés volontaires DHL ont œuvré, durant 9.200 heures de volontariat, à la réalisation des activités. Au niveau mondial, le programme « GoTeach » est mis en œuvre dans 47 pays et touche 10.600 jeunes et 5500 employés volontaires DHL.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Observatoire Safidy : 7 000 observateurs lors des élections présidentielles

Pour contribuer à la crédibilisation, à la transparence et à la légitimité du processus électoral lors des deux tours des élections présidentielles du 7 novembre et 19 décembre 2018, l’Observatoire SAFIDY a déployé un contingent d’environ 7000 observateurs dans 34 districts de 7 régions, respectivement Amoron’i Mania, Analamanga, Androy, Atsimo Andrefana, Atsinanana, Boeny, Sava. Les femmes représentent environ 47% et les jeunes 62% des observateurs déployés par SAFIDY. L’objectif de SAFIDY a été de couvrir la totalité des 9350 bureaux de vote dans ces 34 districts, représentant environ 40% de l’électorat. Dû aux différentes contraintes dont l’indisponibilité des observateurs au dernier moment dans quelques BV et la difficulté pour nos équipes régionales de mobiliser des observateurs dans certaines communes des régions SAVA et Amoron’i Mania, SAFIDY a finalement couvert 7310 BV (78% des BV) au premier tour et 8120 BV (87%) au deuxième tour. L’Observatoire SAFIDY a couvert toutes les étapes du processus électoral avec une

méthodologie spécifique pour chaque étape.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Basculement progressif vers l’intersaison

Nous basculons progressivement vers l’intersaison.

Avec cette chaleur suffocante en milieu de journée, la durée du jour qui se raccourcit et les brouillards même sur les littoraux, combinés à l’instabilité de la température, nous entrons peu à peu dans l’intersaison.

 Une intersaison appelée vernaculairement « fararano », mais qui ne peut cependant pas être entièrement assimilée à l’automne. Cette intersaison annonce donc peu à peu la couleur, à savoir l’arrêt progressif des pluies diluviennes, l’instabilité des températures qui souffle le chaud et le froid, le tout sur un fond généralisé de régime d’Alizée (faible). Sur le plan social, notamment celui de la santé publique, cette instabilité des conditions météorologiques est souvent décriée, à raison, comme responsable de l’augmentation des pathologies telles que les accidents vasculaires et cérébraux (souvent attribués aux personnes d’un certain âge, mais qui touchent de plus en plus de jeunes) ; et aussi celles qui affectent plutôt les petits enfants, telles que la récente épidémie de bronchiolite ( qui est encore en cours d’ailleurs) et autres allergies respiratoires et dermatologiques touchant aussi bien les enfants que les adultes.

Explications scientifiques. Pour informations, sans vouloir donner de leçons basiques de météorologie, Madagascar se développe sous un climat tropical subdivisé globalement en quatre saisons, deux intermédiaires et deux principales : l’hiver, froide et sèche, courant de juin à août et l’autre, l’été, chaude et pluvieuse de novembre à avril. Les deux autres saisons, appelées intersaisons sont faites des périodes intermédiaires entre ces deux principales saisons. Le « lohataona » qui équivaut au printemps court de septembre au  début novembre et l’autre en fin avril jusqu’au mois de mai, appelée « fararano ». Toutefois, notons que dues aux effets du changement climatique, les conditions météorologiques sont perturbées. Perturbations qui se manifestent surtout par des catastrophes naturelles plus intenses (allant des tempêtes tropicales aux éboulements et érosions du sol, etc.), et au niveau des températures, des étés de plus en plus suffocants ( 41° avant-hier dans la journée à Mahajanga) suivis d’hivers de plus en plus rigoureux, même si à Madagascar, nous avons tendance à dire : « Ririn-dasa tsy tsaroana » ( nous avons toujours tendance à oublier à quel point l’hiver précédent était froid).

 L.R

Midi Madagasikara0 partages

ONU : Des fonds pour la réforme du secteur sécurité

L’ONU a octroyé des fonds pour la réforme du secteur sécurité.

Une réunion du comité de pilotage des projets en charge du Fonds de l’Organisation des Nations unies pour la Consolidation de la Paix à Madagascar s’est tenue, avant-hier, sous l’égide du Premier ministre Ntsay Christian. Un atelier qui a vu la présence du Coordonnateur Résident du Système des Nations unies à Madagascar, Violette Kakyomya.

Domaines stratégiques. L’octroi de ce fonds résulte d’une sélection stricte et l’étude du cas de Madagascar a commencé en 2014, celui-ci fut éligible en 2015, et par la suite, les projets ont été lancés en 2016, touchant ainsi plusieurs domaines stratégiques comme la bonne gouvernance, la réforme du secteur sécurité, et la stabilisation du grand Sud de Madagascar. Selon le Premier ministre, le retour à la paix et à la sécurité est l’une des priorités du gouvernement : « Nous bénéficions de ce fonds des Nations unies que l’on utilisera pour financer l’identification des efforts et des dispositions à prendre, surtout pour le cas du sud de l’île, afin de parvenir à la réalisation de cette priorité ».

Identification. Toujours est-il qu’on a passé en revue tous les projets concernés par ce fonds, qui sont déjà opérationnels, où les résultats ont été observés. Il faut dire que suite aux efforts déployés par le gouvernement, on a obtenu des résultats palpables, mais nous aurons à veiller sur la bonne coordination de ces projets par rapport à certaines règles, pour plus d’efficience, puisque le pays a adopté la vision de développement instruite par le président de la République. Et justement pour plus de résultats, nous avons terminé la première phase de cette initiative par l’identification des points à améliorer, a-t-il expliqué.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Appel à solidarité : Pierrot Matatana, travailleur de l’ombre

Pierrot Matatana, un compositeur des coulisses.

« La solidarité, c’est aider chacun à porter le poids de la vie et à la rendre plus facile » Une citation qui se traduit en actes en solidarité avec Pierrot Matatana.

Connu pour ses titres comme « Hotsafa », « Milamolahiny »… Pierrot Matatana connait actuellement ses heures les plus dures de sa vie d’artiste. Frappé d’un accident vasculaire cérébral, il souffre actuellement d’insuffisance cardiaque. La maladie est à son début, mais au vu des pronostics médicaux, son état est inquiétant. Voilà pourquoi, les artistes se sont précipités à son chevet pour le soutenir moralement.

Mis à part son talent de chanteur, Pierrot Matatana est surtout connu à travers ses compositions qui sont vite devenues des tubes. Grâce auxquels de nombreux chanteurs ont bâti une notoriété de fer dans le monde du showbusiness malgache. Voila l’une des raisons pour lesquelles des artistes comme Wawa, Elidiot, Mamibe et d’autres se relayeront sur la scène du « Glacier » Analakely samedi. Initiative de Stéphanie, cette activité artistique entre dans le cadre d’un élan de solidarité, conjointement pris par plusieurs artistes.

Sauvetage immédiat. Dans un contexte de marasme économique vécu actuellement à Madagascar, il est extrêmement difficile, pour une famille malgache de subvenir et de prendre en charge, les frais relatifs au traitement médical de certaines maladies. En venant assister à ce concert, dont le contenu ne sera que sublime, vous sauverez une vie, et apporterez beaucoup d’espoir à toute une famille désespérée.

Dans le monde de la musique, il y a des ombres de l’ombre comme Floginot Bezara. Ceux qui travaillent pour le succès des autres, restent dans l’ombre. Peu cités, mais souvent consultés. Pierrot Matatana connait l’arrangement musical. Souvent, on l’a cité comme un des meilleurs compositeurs du zouk love et du sega malgache. Pourtant avec Nina’s, il a su prouver ses panoplies musicales en lui offrant des tubes à outrance.

Si on lui reprochait souvent d’être plus proche de la gente féminine, Pierrot Matatana était avant tout un féministe toujours placé en première ligne. Avec « Milamolamohiny », il a mis d’accord les machos en puissance et les femmes préférant la victimisation pour s’affirmer. Avec lui, caresses et mots doux sont le ferment d’un amour égal éternel.

Le succès, Pierrot Matatana ne l’a jamais affiché dans les soirées mondaines ni dans les rencontres entre stars. Il a toujours voulu démontrer sa poésie, homme à texte jusqu’au bout des ongles, à travers son humilité et son génie créatif. Souvent, il préférait se retirer dans sa région natale pour mieux réapparaitre avec des morceaux poignants.

L’artiste se trouve actuellement au CHU Befelatanana, Cardiologie Batiment USiC porte 109. Il a besoin de 50 millions d’ariary pour les soins adéquats. La famille a voulu garder sous silence l’état de leur proche, mais ce sont les artistes amis qui ont voulu ébruiter l’affaire.

Maminirina Rado