Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Jeudi 11 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

Ministère de la Défense Nationale : Création du « Groupement des forces spéciales d’intervention »

Quelles missions seront confiées à cette nouvelle structure ?

Le ministère de la Défense Nationale érige une nouvelle structure en son sein. Il s’agit du « groupement des forces spéciales d’intervention » dont le décret a été adopté, hier, en Conseil des ministres. Cette nouvelle unité, qui vient de voir le jour,  sera composée par des éléments mixtes et sera, en effet, contrainte de cohabiter avec les autres structures qui sont déjà en place et opérationnelles depuis certaines années au niveau des trois forces. L’armée dispose déjà de deux régiments de forces d’intervention, dont ceux de Diego-Suarez et d’Antananarivo. La gendarmerie, quant à elle, a déjà sur pied la Force d’intervention basée à Fort-Duchesne ainsi que le Groupement de sécurité et d’intervention spéciale sis à Ivato. L’Unité d’intervention rapide et l’Unité spécialisée d’intervention, sont, en revanche, mises à disposition de la police nationale pour les missions à risques.

Rija R.

Midi Madagasikara6 partages

CANAL+ MADAGASCAR et le CONSULAT DE MONACO METTENT L’ÉDUCATION À L’HONNEUR

Les sortants de la deuxième promotion des étudiants bénéficiaires de bourses, avec les représentants du projet.

CANAL+ Madagascar affirme sa volonté de continuer à soutenir l’éducation et la formation des jeunes. C’est dans cette perspective que cette entreprise, leader dans le secteur de la télévision par satellite, a noué un partenariat avec le Consulat de Monaco pour parrainer des élèves issus de trois établissements partenaires. Il s’agit, en l’occurrence de l’Ecole Sacré Cœur Antanimena (ESCA), du Lycée Saint-Antoine, et du Lycée Saint-Michel. Un partenariat qui produit des résultats tangibles, avec notamment la sortie de la deuxième promotion des boursiers ayant continué leurs cycles universitaires dans différentes filières. La cérémonie de sortie a eu lieu, hier au siège de CANAL+ Madagascar. Une occasion pour le Directeur général de Canal+ Madagascar, Onjatiana Razafindrakoto, marraine de la promotion, de mettre en exergue l’importance de l’éducation pour le développement du pays. Le Consul de Monaco Niry Ravelomanantsoa et les autres partenaires du projet ont également assisté à cette sortie de promotion composée de treize étudiants. À noter qu’en plus de la contribution dans l’octroi de bourses d’étude, Canal+ Madagascar accompagne l’insertion de ses filleuls dans le monde professionnel, à travers des stages de formation ou même des recrutements dans la mesure où les profils répondent aux besoins de l’entreprise.

R.Edmond

Midi Madagasikara3 partages

Affaire 73,5kg d’or : L’Etat malgache porte plainte contre la société basée à Dubaï

Outre la procédure judiciaire, le gouvernement Ntsay Christian, par l’intermédiaire du Ministère des Affaires Étrangères, poursuit aussi les négociations sur le terrain diplomatique.

Sauf changement de dernière minute, le procès relatif à la plainte de la société qui prétend être la propriétaire des 73,5kg d’or aura lieu ce jour en Afrique du Sud. Vendredi dernier, la société Parpia Gold and Jewels Trading LLC basée à Dubaï a déposé une plainte devant la Haute Cour sud-africaine pour réclamer la restitution de la marchandise et la libération des trois Malgaches interpellés par le service des douanes sud-africaines le 31 décembre dernier. Cette société affirme, en effet, que les trois contrebandiers sont ses employés et que les lingots d’or saisis en Afrique du Sud lui appartiennent. Suite à ce rebondissement inattendu, l’Etat malgache  décide de riposter par le lancement d’une procédure judiciaire contre ladite Société. Selon le rapport du Conseil des ministres qui s’est tenu hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, l’Etat malgache a déposé une plainte auprès de la Justice sud-africaine pour exportation en contrebande de richesses appartenant à l’Etat malgache. Si l’on s’en tient au communiqué du Conseil, une demande de coopération judiciaire a déjà été déposée auprès de la Justice sud-africaine.

Report. Certainement, cette nouvelle plainte du gouvernement malgache va entraîner le report du procès qui devrait se tenir ce jour en Afrique du Sud. Faut-il rappeler que le tribunal de Kempton Park de Johannesburg a reporté au 19 février prochain le procès qui devait avoir lieu le 1er février, suite à cette plainte de la société Parpia Gold and Jewels Trading LLC contre le Ministère de la Police de l’Afrique du Sud. Outre la procédure judiciaire, le gouvernement malgache, par l’intermédiaire du Ministère des Affaires Étrangères, poursuit aussi les négociations sur le terrain diplomatique afin de réclamer le rapatriement des lingots d’or à Madagascar et l’extradition des trois contrebandiers pour qu’ils puissent être jugés au pays. En tout cas, l’on peut dire que la demande de l’Etat malgache est en bonne voie pour obtenir gain de cause. D’après les informations, le Ministère public sud-africain aurait évoqué mardi dernier l’incohérence constatée dans la plainte de la société dubaïote et la contradiction des dépositions des trois présumés contrebandiers qui auraient changé à maintes reprises leurs versions des faits.

Davis R

Midi Madagasikara2 partages

Reverdissement national : 4 000 jeunes plants d’arbres mis en terre à Talata Volonondry

Plus de 700 personnes ont été mobilisées pour cette restauration des paysages forestiers.

La plantation de jacaranda qui est à la fois une plante ornementale et médicinale, a été à l’honneur.

D’après une étude menée par des experts environnementaux, Madagascar ne dispose plus que de 22% de ses ressources forestières. Or, les pertes de notre biodiversité s’accentuent en raison des fortes pressions subies par l’homme sur ces ressources naturelles. Conscients de cet état de fait, une forte mobilisation de toutes les forces vives est actuellement menée dans le pays, dans le but de contribuer à la mise en œuvre de la politique générale de l’Etat visant au reverdissement national. Le nombre d’initiatives se multiplient ainsi à travers des actions de reboisement et de restauration forestière. A titre d’illustration, la commune rurale de Talata Volonondry travaille en partenariat avec la société UNIBISC ou l’unité industrielle de biscuits, snacks et confiserie, pour mettre en terre 4.000 jeunes plants d’arbres dans le “fokontany” d’Ambohimahavelona.

Plante ornementale. Il s’agit notamment des jeunes plants d’arbres d’eucalyptus robusta, d’acacia et de jacaranda qui ont été cultivés sur une superficie totale de deux hectares. Ce dernier plant constitue à la fois une plante ornementale et médicinale, selon les chercheurs malgaches. Des techniciens au sein de la direction régionale du ministère de l’Environnement et du Développement Durable-Analamanga, ont accompagné plus de 700 personnes travaillant au sein de cette entreprise partenaire de la commune de Talata Volonondry. Il est à noter que cette action qui contribue au reverdissement national, a été entreprise dans le cadre de la mise en œuvre de ses activités de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise). Le maire de cette collectivité territoriale décentralisée et le chef du “fokontany” Ambohimahavelona, qui ont également participé à ce reboisement, collaborent avec ce secteur privé en matière de suivi de la croissance de ces jeunes plants et leur protection.

Atténuer les impacts. En effet, Talata Volonondry n’est pas une zone épargnée par les feux de brousse depuis ces dernières années. Des pare-feux ont été ainsi mis en place afin de mieux protéger ces 4.000 nouveaux jeunes plants fraîchement cultivés sur une zone qui a déjà été dégradée. La société UNIBISC et la commune rurale de Talata Volonondry, contribuent de ce fait à la restauration des paysages forestiers à travers cette plantation d’arbres, qui permettra d’atténuer les impacts du changement climatique touchant actuellement le pays. Cela se manifeste, entre autres, par la sécheresse, le tarissement des sources d’eau, la hausse importante de la température atteignant les 40°C en janvier dernier. Les communautés locales sont également impliquées pour ne parler que de la protection du site de reboisement contre l’envahissement des zébus. Il faut savoir que cette entreprise citoyenne contribue à ce reverdissement du pays depuis 2017.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Challenge CORD-19 : Ericsson reconnu par GBA pour son leadership

Une contribution innovante à la lutte contre la pandémie de Covid-19. Une prouesse qu’Ericsson a réalisée, selon la Global Business Alliance (GBA). En effet, les membres de la GBA ont utilisé leur expertise, leurs ressources et leurs employés dévoués pour lutter contre la pandémie du Covid-19. « Ce qui est étonnant dans l’histoire d’Ericsson, c’est la façon dont ils ont mobilisé leur main-d’œuvre hautement qualifiée pour partager leur expertise technique en apprentissage en profondeur, afin d’aider les chercheurs à mieux comprendre cette maladie », a déclaré Nancy McLernon, présidente-directrice générale de la Global Business Alliance. Au début de la pandémie aux Etats-Unis, plus de 350 employés d’Ericsson se sont réunis virtuellement en tant qu’équipe de bénévoles, tirant parti des techniques d’automatisation et d’intelligence artificielle (IA) pour créer des outils permettant d’utiliser avec précision l’ensemble sans cesse croissant d’articles universitaires publiés sur la Covid-19.

Réactivité. En seulement 27 jours, l’équipe a terminé et soumis une solution pour les neuf tâches incluses dans le challenge Covid-19 Open Research Dataset (CORD-19), qui visait à développer des outils d’IA pour aider la communauté de la recherche médicale à répondre aux questions urgentes posées par la pandémie. « Les employés d’Ericsson ont toujours été désireux d’intervenir et d’aider, en tirant parti de notre technologie. Cela fait vraiment partie de notre culture où nos employés assument la responsabilité de participer à des actions de bénévolat altruiste », a déclaré Niklas Heuveldop, président et directeur d’Ericsson North America. « C’était un défi très différent et un véritable témoignage de l’ingéniosité et du dévouement de notre équipe à travers le monde, se mobilisant rapidement pour contribuer à trouver une solution à cette pandémie mondiale. Merci à la Global Business Alliance pour son soutien aux entreprises internationales aux États-Unis et pour la reconnaissance d’Ericsson pour ce prix », a-t-il poursuivi.

Appui aux chercheurs. Les efforts d’Ericsson ont produit des résultats significatifs sous la forme d’outils de recherche qui permettent aux professionnels de la santé, aux responsables de la santé publique et à d’autres dirigeants de synthétiser le volume croissant de recherche médicale sur la Covid-19 et les virus associés, qui comprend désormais plus de 200.000 articles. Les prix, qui ont été présentés par GBA lors d’un événement virtuel diffusé plus tôt, mettent en valeur les contributions importantes que les entreprises internationales apportent aux communautés locales américaines. De nombreuses entreprises internationales offrent à leurs employés la possibilité de faire du bénévolat et d’aider à diriger les efforts de responsabilité sociétale de l’entreprise.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Rio Tinto QMM : Des bourses d’excellence pour les élèves de l’Ecole Primaire Française de Fort-Dauphin

Ce partenariat est la manifestation de l’engagement de Rio Tinto QMM, en tant que partenaire du développement socioéconomique dans sa région d’implantation

 Socialement responsable. L’entreprise minière Rio Tinto QMM continue d’assurer sa responsabilité sociétale d’entreprise. Elle vient de signer un protocole d’accord pour financer un programme de bourses d’excellence aux élèves de l’Ecole Primaire Française de Fort-Dauphin.

Scolarité de qualité

D’un montant de 830 millions d’ariary, le protocole d’accord qui a été signé en présence de l’Ambassadeur de France, Christophe Bouchard, sera effectif à partir de cette année scolaire. Le financement permettra aux élèves bénéficiaires de terminer leur cycle primaire en 2027. La sélection des boursiers sera lancée en avril de cette année. A noter que ce protocole fait suite à celui qui a été signé en 2015 et s’est terminé en 2019. Avec ce nouveau protocole, au total 44 élèves méritants et issus des familles à faibles revenus vont pouvoir poursuivre une scolarité de qualité dans une école homologuée par le ministère Français de l’Education Nationale. Une aubaine pour ces jeunes chanceux qui ont eu l’opportunité d’être scolarisés dans un établissement de renom. Créée en 1974, cette école française a évolué positivement. Grâce à l’appui du gouvernement français, l’établissement fait partie du label AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) respectant les normes requises en matière d’éducation. Les programmes scolaires à l’école française de Fort-Dauphin sont les mêmes que ceux des établissements français dans le monde entier.

Dynamisme

Ce partenariat confirme en tout cas le dynamisme de Rio Tinto QMM dans les activités socioéconomiques que cette entreprise minière mène dans la région Anosy. « Nous tenons à remercier Rio Tinto QMM de sa précieuse contribution, ce partenariat est une force pour assurer l’avenir de la jeunesse de la région Anosy mais également pour la pérennité de l’école. L’Ambassade de France accompagnera toujours cet établissement scolaire à Fort-Dauphin pour qu’il puisse avoir une meilleure qualité possible », a déclaré Christophe Bouchard, ambassadeur de France à Madagascar lors de son discours. Quant à David-Alexandre Tremblay, Directeur général des Opérations au sein de Rio Tinto QMM, il a annoncé que : « pour une grande compagnie minière comme Rio Tinto QMM, la vision est de faire en sorte que dans le futur, les hauts dirigeants de l’ entreprise soient issus des jeunes de cette région ». Il a par ailleurs rappelé que « Rio Tinto QMM investit aujourd’hui dans plusieurs programmes communautaires et éducatifs pour y parvenir ». A noter que le PDG de RioTinto QMM, Ny Fanja Rakotomalala a également assisté à la cérémonie de signature de cet accord. Durant leur séjour à Fort-Dauphin, les membres de la délégation de l’Ambassade de France ont eu l’opportunité de discuter, lors d’un déjeuner, avec les membres de la direction de Rio Tinto QMM. Ils ont aussi visité les sites à Mandena et le Port d’Ehoala.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Peinture : Une exposition sur le thème de l’Eau signée Mahefa Rasamuel

Mahefa est issu d’une famille d’artistes, son grand-père est un illustre acteur et metteur en scène de la Tropy Jeannette. (Illustration : Mahefa Rasamuel).

Le vernissage est prévu le jour de la Saint-Valentin, ce dimanche 14 février 2021 chez Zarazarao Ambatobe vers 11 heures. L’artiste visuel Mahefa Rasamuel y expose ses toiles sur le thème de l’eau, une ressource devenue rare et précieuse.

Depuis 2019, Mahefa Rasamuel expose ses œuvres régulièrement chez Zarazarao Ambatobe. Ce qu’il renouvelle encore une fois avec cette exposition autour du thème « Rano ». Selon les critiques, le style de l’artiste dépasse l’entendement disciplinaire. Ce qui peut se comprendre à la vue des toiles signées par Mahefa Rasamuel qui s’alignent à l’art abstrait. Pour l’artiste, il est un créateur d’émotion à travers sa peinture, et ne se préoccupe du regard de l’autre qu’il considère libre d’interpréter, de ressentir, et de voir au-delà des apparences.  C’est dans ce même état d’esprit que ce peintre malgache présente au public sa collection en bleu ce dimanche. Des œuvres qui arrivent à point nommé en cette période où les problèmes d’eau sont monnaie courante à Madagascar.

20 ans d’expérience.  Mahefa Rasamuel ne sort pas d’une école d’art. Ses techniques, il les a apprises au fil des années. Autodidacte depuis ses débuts en 1998, il expose pour la première fois de sa carrière à La Boussole Isoraka en 2003. Une exposition en entraînant une autre, ses œuvres se retrouvent dans plusieurs salles d’Antananarivo, et finissent même par se retrouver dans d’autres villes comme Majunga, Paris, ou Montréal. En 20 ans de carrière, le peintre a exposé pas moins de trente fois. Si à ses débuts, il mettait surtout en scène des personnages filiformes, des zébus, des aloalo, et des danseurs ; aujourd’hui, Mahefa Rasamuel s’est tourné vers un mélange d’art figuratif et d’art abstrait, et en a même fait sa signature.

Concert après le vernissage.  Pour en revenir à l’événement de ce dimanche, il convient de noter que Zarazarao a programmé un concert avec Tana Jazz Quintet après le vernissage. Les visiteurs pourront donc rester sur place et assister à la performance de Brigitte Rakotomalala et Cie dès 13 h. A noter que l’entrée est libre mais qu’il est préférable de réserver pour ceux qui comptent déjeuner sur les lieux.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Affaire 73,5kg d’or : L’Etat malgache porte plainte contre la société basée à Dubaï

Outre la procédure judiciaire, le gouvernement Ntsay Christian, par l’intermédiaire du Ministère des Affaires Étrangères, poursuit aussi les négociations sur le terrain diplomatique.

Sauf changement de dernière minute, le procès relatif à la plainte de la société qui prétend être la propriétaire des 73,5kg d’or aura lieu ce jour en Afrique du Sud. Vendredi dernier, la société Parpia Gold and Jewels Trading LLC basée à Dubaï a déposé une plainte devant la Haute Cour sud-africaine pour réclamer la restitution de la marchandise et la libération des trois Malgaches interpellés par le service des douanes sud-africaines le 31 décembre dernier. Cette société affirme, en effet, que les trois contrebandiers sont ses employés et que les lingots d’or saisis en Afrique du Sud lui appartiennent. Suite à ce rebondissement inattendu, l’Etat malgache  décide de riposter par le lancement d’une procédure judiciaire contre ladite Société. Selon le rapport du Conseil des ministres qui s’est tenu hier au Palais d’Etat d’Iavoloha, l’Etat malgache a déposé une plainte auprès de la Justice sud-africaine pour exportation en contrebande de richesses appartenant à l’Etat malgache. Si l’on s’en tient au communiqué du Conseil, une demande de coopération judiciaire a déjà été déposée auprès de la Justice sud-africaine.

Report. Certainement, cette nouvelle plainte du gouvernement malgache va entraîner le report du procès qui devrait se tenir ce jour en Afrique du Sud. Faut-il rappeler que le tribunal de Kempton Park de Johannesburg a reporté au 19 février prochain le procès qui devait avoir lieu le 1er février, suite à cette plainte de la société Parpia Gold and Jewels Trading LLC contre le Ministère de la Police de l’Afrique du Sud. Outre la procédure judiciaire, le gouvernement malgache, par l’intermédiaire du Ministère des Affaires Étrangères, poursuit aussi les négociations sur le terrain diplomatique afin de réclamer le rapatriement des lingots d’or à Madagascar et l’extradition des trois contrebandiers pour qu’ils puissent être jugés au pays. En tout cas, l’on peut dire que la demande de l’Etat malgache est en bonne voie pour obtenir gain de cause. D’après les informations, le Ministère public sud-africain aurait évoqué mardi dernier l’incohérence constatée dans la plainte de la société dubaïote et la contradiction des dépositions des trois présumés contrebandiers qui auraient changé à maintes reprises leurs versions des faits.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre la corruption : Le Pavillon Sainte-Fleur enclenche la vitesse supérieure

Cette signature de convention de partenariat entre le Pavillon Sainte Fleur et le Bianco sera bénéfique pour les usagers.

Changement de comportement et de mentalité à tous les niveaux. C’est ce que la maternité Pavillon Sainte-Fleur souhaite démontrer en signant une convention de partenariat avec le Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO). A travers cette convention, cet établissement hospitalier s’engage scrupuleusement à mettre en œuvre le plan d’action dans la lutte contre la corruption, selon le directeur territorial du Bianco à Antananarivo, Faramalala Rakotoarisoa. Il y a entre autres la mise en place de la Cellule de lutte anti-corruption (CLAC) en interne ou encore la mise en place des dispositifs anti-corruption comme les caméras de surveillance. « Nous sommes engagés à vous soutenir et vous partager nos acquis et nos expériences. L’objectif étant de mettre en place un établissement de soins et de maternité de référence conforme aux attentes des usagers », a-t-elle souligné

La corruption dans le secteur de la santé n’est plus à présenter et a déjà fait d’ailleurs l’objet de plusieurs études. Une triste réalité que le directeur du Pavillon Sainte-Fleur, Eric de La Rochefoucauld, n’a pas démenti et il est même allé jusqu’à dire que certains personnels de son établissement sont également concernés et ont dû cesser leurs activités. Mais il souhaiterait redorer le blason et placer la barre très haute en matière de lutte contre la corruption. « Nous essayons au maximum de sensibiliser le personnel et de changer ces pratiques qui peuvent exister ou qui ont existé chez nous. Pour les victimes de cette mauvaise pratique, la première chose à faire est de la faire. De mon côté , en tant que directeur, il est de mon rôle d’essayer de comprendre les raisons de cette corruption, de contrôler et de surveiller davantage en essayant d’améliorer les choses » , a-t-il souligné. Ce responsable a aussi fait savoir que des boîtes de doléances sont déjà mises en place au sein de cet établissement pour que les usagers puissent dénoncer cette pratique. « Je ne vais pas dire que nous allons tendre vers le zéro corruption mais nous allons tout faire pour y arriver », conclut Eric de La Rochefoucauld.

Narindra Rakotobe

La Vérité0 partages

Grandes infrastructures - La voie rapide Imerintsiatosika - Maki sur les rails

Le processus entrant dans la réalisation de la route reliant la ville d’Antananarivo à la nouvelle ville de Tana-Masoandro Imerintsiatosika (VROT) est en bonne voie. Un appel à manifestation d’intérêt international a été lancé le 9 février dernier pour la sélection des entreprises qui vont accompagner le Gouvernement de Madagascar pour le financement, la conception et la construction de ladite route. Le Conseil des ministres a adopté ledit appel à manifestation d’intérêt la semaine dernière. L’avis d’appel d’offres est ouvert jusqu’au 10 mars prochain.

Un arrangement contractuel à travers le concept Enginering - Procurement - Construction and Financing contract ou Conception-construction-financement pour ledit projet afin de mettre à profit l’expertise du secteur privé.

Ce projet cadre, pour rappel, avec les objectifs de l’Etat malagasy de développer à partir de cette année 2021 des infrastructures structurantes. La construction de cette route Imerintsiatosika – Stade Maki fait partie d’un large projet de l’Etat malagasy comprenant notamment la construction d’une autoroute Antananarivo - Toamasina, la réalisation

d’un fly over à Anosizato, la construction d’une ligne de tramway dans la Capitale, etc. Pour revenir à la voie rapide Imerintsiatosika – Maki, la construction de cette nouvelle infrastructure constituera la réponse privilégiée à la problématique d’assurer la fonctionnalité du transit, la desserte et la liaison entre les deux pôles économiques Antananarivo et Tana-Masoandro Imerintsiatosika. Il s’agit d’une voie rapide à 4 voies de circulation comportant des voies parallèles destinées pour un train urbain et des pistes cyclables. Le projet, d’une longueur de 25 km environ, consiste au prolongement de la route au niveau de la gare routière Maki, à proximité de la station Total. Le tracé traverse la RN 58b (Route digue) enjambe la rivière Ikopa par un pont en béton précontraint avant de continuer dans la plaine, jusqu’à Imerintsiatosika en passant par les Communes rurales de Fiadanana, Ambohidrapeto, Fenoarivo, Alakamisy- Fenoarivo et Ambatomirahavavy. Il y a deux grands ponts à construire. Pont sur la rivière Ikopa de 160 m environ et pont sur la rivière Sisaony de 160 m environ. Le projet comporte des ouvrages majeurs tels que échangeurs, des dalots de grandes dimensions et ponts pour le franchissement des canaux d’irrigation et pour des passages supérieurs.

La rédaction

La Vérité0 partages

Présidence d'Andry Rajoelina - Une gouvernance qui se démarque des précédents régimes !

Rupture avec les mauvaises pratiques du passé. Tel est l'un des caractères distinctifs du régime sous la présidence d'Andry Rajoelina. Les régimes successifs ayant été à la tête du pays ont chacun eu des faiblesses qui ont conduit directement ou indirectement à leur chute. Aujourd'hui, le Président Andry Rajoelina a le mérite de vouloir apporter des révolutions dans le mode de gouvernance du pays. En effet, il est l'un des rares dirigeants qui ont osé rompre avec les mauvaises pratiques politiques du passé.

A titre d'exemple, la politique d'austérité que le Chef de l'Etat a su imposer dès son arrivée au pouvoir. Avant la pandémie de Covid-19, le nombre de délégation, tout comme la fréquence des missions diplomatiques, a été revu à la baisse. En cette période de pandémie, il est évident que les voyages à l'extérieur ont été complètement occultés.

Depuis deux années successives, l'Etat a également pu faire des économies grâce à l'annulation de la fameuse cérémonie de présentation de vœux qui se tient habituellement au Palais d'Iavoloha. Un changement majeur signé Andry Rajoelina, et qui a sans aucun doute eu des répercussions positives dans la gestion des fonds publics. Faut - il rappeler qu'au cours de ce genre de solennité, le nombre d'invités composés notamment de membres d'institution, de membres du corps diplomatique et autres représentants de la société civile peut avoisiner les 300 à 400. En prenant ce genre de décision, le Président a, certes, fait des déçus chez les adeptes de réjouissance superficielle, mais a pu grandement contribuer à alléger les dépenses publiques.

Reconnaissance internationale

L'une des grandes révolutions apportées par le Président actuel figure également la guerre ouverte qu'il a déclarée contre la corruption et la politique de la tolérance zéro contre les corrupteurs ou les corrompus. D'ailleurs, cet engagement de l'homme fort du pays a été reconnu sur le plan international et a valu une avancée de Madagascar dans le classement mondial des pays les plus affectés par la corruption. Le combat est loin d'être fini, mais jusqu'ici l'on peut constater que tous les individus impliqués dans les affaires de corruption, qu'ils soient partisans du régime ou non, ont tous été sanctionnés après leur déferrement au niveau du Pôle anti - corruption. Ce grand ménage au niveau des branches de l'administration a d'ailleurs dissuadé les habitués de cette pratique malsaine et réduit, un tant soit peu, les faits de corruption.

La liste des changements est encore longue mais en tout cas, bien que l'opposition ne voie pas ou fasse semblant de ne pas voir ces multiples changements dans l'administration du pays, la communauté internationale n'en est pas indifférente. A preuve, les bailleurs de fonds et partenaires de Madagascar continuent d'apporter leur soutien technique et financier aux dirigeants. Un soutien que le régime de Ravalomanana a perdu avant sa chute en 2009.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Année d'épreuves

L'année 2020 s'en va et 2021 débarque ! A la lueur de ce que l'on vit, la bataille s'annonce âpre. Année blanche ! Année noire ! Et cætera. Comme partout ailleurs, l'année 2020 nous a tordu d'une manière ou d'une autre le cou. En fait, la planète Terre a subi l'une des plus pires épreuves de son histoire, exception faite pour des Régions reculées. A 12 mois et plus d'apparition, le virus de la Covid-19 perdure et détruit. Après un court moment d'accalmie, elle regagne d'intensité, reprend du souffle et dans certaines Régions, varie et change de forme de frappe.

La SRAS-Covid-2 défie la « grippe espagnole » des années 10, du siècle dernier. Un fait bizarre, les pays les plus riches sont les plus touchés. Leur puissance économique ne sert à rien face à la propagation du virus. Leur bilan respectif en témoigne : USA 19.330.433 cas, 334.807 décès / France 2.562.646 cas recensés et 63.109 décès. Et le tableau d'affichage mondial expose un bilan terrifiant : 81.114.788 cas recensés, 45.867.925 guérisons et 1.770.562 décès.

En Afrique, l'apparition en Afrique du Sud d'une nouvelle variante de la Covid plus dangereuse, autre que celle découverte récemment au Royaume-Uni, inquiète sérieusement. Eu égard de sa vitesse de propagation, elle risque d'atteindre en très peu de temps les autres. Attention, étant une voisine du pays de l'« Arc-en- ciel », la Grande île se trouve en ligne de mire ! Péril en la demeure.

A Madagasikara, les dirigeants en place ont su, mine de rien, tirer l'épingle du jeu. L'année 2020 aura été l'objet de dures épreuves tant pour les dirigeants au pouvoir que pour les 25 millions de Malagasy, mais le pays réussit à se relever autant que se peut. La Grande île parvient à dominer la pandémie, et ce, grâce à la mise en œuvre d'une stratégie structurante et soutenue. La mise au point par le laboratoire national d'un remède efficace à base des plantes médicinales locales, le Covid-Organics, contribue largement à contenir les effets nuisibles du virus. Statistiquement parlant, le cas de Madagasikara n'est pas aussi tragique que certains le crient haut. Le bilan national, aux dernières heures, nous indique 17. 714 cas positifs recensés avec 261 décès. Honnêtement, c'est peu par rapport aux 19.330.433 cas positifs et 334.877 décès du côté américain ou des 7.484.285 cas et 191.139 décès du Brésil. D'autant plus que les autorités publiques ont pris sans tarder l'animal par les cornes si bien qu'on a pu endiguer à temps la propagation.

Certes,  les dégâts sont énormes mais si tout le monde y met du sien, on réussira.

En 2021 le combat continue et se durcit. Seulement, il n'y a pas que la Covid-19, les tenants du pouvoir doivent affronter aussi les vicissitudes de la politique et parallèlement la concrétisation du « Velirano » qui au fait progresse et atteindra d'ici peu la vitesse de croisière. Personne n'est pas sans savoir que les vraies intentions des ténors de l'Opposition, en premier lieu Ravalomanana Marc, résident à bloquer les réalisations du « Velirano ».  Car ce sera un coup mortel pour l'ancien dans le cas où les promesses se concrétiseront dans leur totalité.

Dures épreuves mais il (le Chef de l'Etat Rajoelina) y croit ! Laissons-les travailler, lui et son Gouvernement !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Cheptel bovin - Production annuelle de 50 000 puces électroniques

La société “Genius Technology Company” (GTC) a été inaugurée officiellement, hier. Il s’agit du prestataire chargé du déploiement de la puce électronique aux bovidés. Lantosoa Rakotomalala ministre de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (MICA), Augustin Andriamananoro, le directeur général des projets présidentiels (DGPP) et Andry Ratsivahiny, députés d’Atsimondrano ont assisté à l’évènement à Avarabohitra Itaosy. Il s’agit avant tout de la réalisation de la promesse présidentielle durant sa campagne électorale dans le renforcement de la lutte contre le vol des bovidés.

Ce système électronique permettra d'authentifier et de suivre à la trace via la combinaison des technologies RFID et GPS, le déplacement des zébus. Un responsable auprès de la société a annoncé la production annuelle de 50 000 puces électroniques. « C’est notre capacité de production prévisionnelle annuelle. Nous travaillons avec les ministères dans l’amélioration continue de cette recherche. Ces puces ont déjà été déployées dans cinq Régions après le lancement à Tsiroanomandidy en 2019 », explique-t-il.

Selon toujours les informations reçues, ces puces n’impactent ni la santé ni la viande du zébu. Un vétérinaire spécialisé a été formé en ce sens. Le numéro un du MICA a souligné l’importance dudit projet dans le monde des affaires. « Il est important de valoriser le fruit des recherches afin de contribuer à la promotion du numérique à Madagascar. D’ailleurs, la digitalisation se trouve aujourd’hui au cœur de la priorité du Gouvernement. En plus, cette initiative entre dans l’amélioration de l’environnement des affaires dans le pays », déclare Lantosoa Rakotomalala. La ministre n’a pas manqué d’encourager les jeunes dans la création des projets entrepreneurials contribuant à la croissance économique de Madagascar.

Recueillis par Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Projet QMM - Révision de la convention d’établissement

25 ans. C’est la durée de la convention d’établissement du projet QIT Minéral Madagascar (QMM) dans les gisements de sables minéralisés de Taolagnaro. Le contrat a été ratifié par l'Assemblée nationale de Madagascar le 26 janvier 1998 et promulgué comme loi de Madagascar le 19 février de la même année. Le contrat stipule que Rio Tinto détient 80% de l’action contre 20% pour l’Etat malagasy. Ce dernier est représenté par l’Office des mines nationales et des industries stratégiques (OMNIS) au conseil d’administration.

 

Etant donné que cette convention d’établissement expire en 2023, le Gouvernement a accordé la création d’une commission chargée de l’étude des impacts de l’extraction de l’ilménite. Une décision annoncée en Conseil des ministres, vendredi dernier. « Normalement, les membres de cette commission analysent la poursuite ou non du projet pour les années à venir », explique une source proche du dossier.

Pour rappel, en 2012 et 2015, à cause des pertes cumulées, Rio Tinto a procédé à une recapitalisation à deux reprises. En tant qu’actionnaire, l’Etat malagasy a dû verser 77 millions de dollars. Cette société canadienne a proposé par la suite une troisième recapitalisation qui coûte 16 millions de dollars en plus au Gouvernement. Mais ceci a créé un doute auprès de l’Exécutif entraînant l’audit des comptes du projet.

Solange Heriniaina 

La Vérité0 partages

Réfection des rues à Antananarivo - Reprise progressive des travaux

Six axes entrepris l’année dernière. La Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a pu financer et achever les travaux y afférents en 2020. Les travaux pour les 4 autres axes prévus dans la première phase de réfection des rues à Antananarivo débuteront prochainement, à en croire Bodosoa Razafimandimby, directeur des Bâtiments et Travaux publics (BTP) auprès de la CUA. Il s’agit des axes Vassacos, Antohomadinika, Andraisoro et Nanisana. « La réfection de toutes les rues en piteux état au sein des 6 Arrondissements de la Capitale figure parmi les priorités. Toutefois, les travaux se feront par vague, précédés par des études et diverses procédures », souligne notre source.

 

Ankadilàlana vers Tsimbazaza ou Mahamasina et le rond-point d’Ankasina font partie des axes en état de délabrement avancé depuis des mois. Leur dégradation favorise les accidents de circulation et le trafic. « Les trous, voire les nids d’autruche sur l’axe Ankadilàlana engendrent des embouteillages monstres, notamment durant les heures de pointe et le jour du marché de jeudi. Les riverains et usagers de cet axe n’ont cessé de lancer des appels de détresse depuis l’année dernière, sollicitant la réfection, mais en vain », déplore Mampionona A., un usager résidant à Tsimbazaza. Aux dernières nouvelles, les travaux de réhabilitation de cette chaussée débuteront ce jour. Le ministère en charge des Travaux publics (MATP) se chargera du chantier, tout comme celui sur l’axe Ambohipo, d’après notre source. Quant au rond-point d’Ankasina, aucune date n’a été avancée pour sa réfection, à la charge de la CUA.

En marge d’une récente visite à Analamanga Park, le gouverneur de la Région d’Analamanga en la personne de Hery Rasoamaromaka a annoncé le démarrage des travaux de construction et d’entretien des rues à Antananarivo dès la semaine prochaine. Des études ont été menées pour ce faire, en collaboration avec la CUA et le MATP. « Les engins acquis par la Région sont déjà opérationnels dans diverses Communes, où les travaux de réfection des routes ont repris depuis le mois de janvier. C’est le cas du côté de Fihaonana Ambohidratrimo, Ampanefy, Andriampamaky, Ankazondandy. Les travaux s’enchaîneront à Ambalavao, Anjepy, Manjakandriana jusqu’à Anjozorobe », détaille Michel Rabetokotany, directeur des infrastructures et du développement. Faut-il rappeler que la Région d’Analamanga ambitionne de construire 200km de routes et 50km de pavage pour cette année 2021.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

« Tsimialonjafy, Ambanin’Ampamarinana,… » - Déménagement obligatoire pour plus de 2 000 personnes !

Obligatoire. Tsimialonjafy, Ambanin’Ampamarinana, Ankadilalana, Ambatovinaky et Amparibe ainsi que Tsarafaritra Tsimbazaza, sont actuellement classés zones à 80% de risque d’éboulements rocheux et de glissement de terrain à Antananarivo. Selon Raholinarivo Paolo Emilio Solonavalona, directeur des études et de la gestion des risques auprès du Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), plus de 400 toits occupés par près de 2 000 personnes doivent immédiatement déménager de ces zones rouges.

« Certes, nous ne pouvons pas forcer la population à abandonner leurs biens et à quitter leur domicile mais la situation actuelle relève d’une question de vie ou de mort. Mais avec les pluies persistantes, il faut évacuer illico. Si les occupants persistent à rester malgré l’alerte lancée, nous pouvons recourir à la force pour les déloger », a martelé ce responsable.

Faut-il rappeler qu’après l’année 2019, les autorités ont déjà procédé à l’évacuation des habitants. Pour diverses raisons notamment le problème d’habitation, ces derniers sont revenus après la stabilisation du climat. Selon Olga, une habitante du quartier, elle nous a expliqué hier qu’avec sa famille, elle a déjà songé à déménager mais une fois l’alerte levée, leurs inquiétudes se sont aussitôt dissipées. Ce Fokontany a même enregistré de nouvelle signature de contrat de bail. « Tout en racontant l’évènement triste qui s’est produit tout juste en haut de notre maison, le propriétaire nous a témoigné que sa famille n’a jamais rencontré des problèmes de ce genre », a affirmé un locataire.  

Cette fois-ci, à en croire les responsables, cette opération sera menée jusqu’au bout. « Nous allons concerter avec des décideurs pour mettre au point les mesures à prendre en cas de refus », a souligné le directeur général de la population et de protection sociale du ministère de la Population, Andrianiaina Randriamananjara.

De 2019 à 2021….qu’est devenu le quartier de Tsimialonjafy ?

Hier, lors de notre passage sur le lieu de la chute de rochers en 2019, nous avons remarqué que des maisons sont partiellement détruites. Quelques-unes sont fermées voire vides depuis longtemps. Par contre, d’autres sont toujours occupées. « Mes parents sont partis juste après le drame et ils ne sont plus revenus. Quant à moi, je suis juste de passage et je vois que notre maison est toujours habitée », nous a raconté une jeune femme, famille des victimes de la chute de rochers la nuit du samedi 19 janvier 2019 à Tsimialonjafy.

D’après les explications de Randriasolofoparany Joël, chef Fokontany de Tsimialonjafy, les rescapés du drame de 2019, ayant affecté 5 maisons et 18 ménages, ont tous décampé et ne sont plus revenus. Mais à première vue, d’autres logements restent toujours occupés. « Actuellement, sur les 778 ménages recensés au sein du Fokontany, 120 d’entre eux sont classés par le BNGRC en réel danger. Nous organisons des actions de sensibilisation pour qu’ils quittent le lieu au moins durant la période de pluies mais il faut aussi comprendre que les gens ne disposent pas de moyen financier pour absorber toutes les dépenses occasionnées », a rappelé Randriasolofoparany Joël.

K.R

La Vérité0 partages

Protection des bois précieux - L’université d’Antananarivo dotée de matériels de haute technologie

Renforcer la recherche sur les espèces de bois précieux. Madagascar dispose de quelques espèces de bois de rose, d’ébène et de palissandre. L’identification de ces espèces est primordiale à leur protection, exportation et conservation. Dans ce cadre, l’école supérieure des sciences agronomiques de l’université d’Antananarivo a mis en place un projet intitulé « gestion durable des bois précieux Dalbergia et Diospyros de Madagascar ».

Une finalité du projet serait la mise à la disposition et formation de l’administration forestière, de la douane, des Forces de l’ordre des outils d’identification des bois précieux afin de mettre en place le mécanisme de contrôle. 4 laboratoires dont 3, destinés à l’identification des espèces et un pour sa conservation viennent d’acquérir des matériels et équipements de dernier cri. Financé par l’Union européenne à travers le programme Rindra, ce don est composé des broyeurs, de laboratoire, de gel documentation system, de four à moufle, de réfrigérateur, de PH neutre avec électrode, de microscope CX33,…Ils sont d’une valeur de 290 000 d’euros.

Selon le directeur général de la gouvernance environnementale, Rakotoarisoa Julien Noel, ce projet répond à la demande de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). « A travers ce projet, nous pourrions gérer le commerce de notre bois précieux et identifier les espèces menacées de disparition », soutient-il. C’était ainsi l’occasion de partager les activités réalisées et les avancées scientifiques en termes d’identification et de conservation des ressources des espèces de bois précieux de Madagascar.

Ce programme Rindra de l’Union européenne vise à clarifier la délimitation taxonomique, mettre au point et diffuser des méthodes d’identification fiables et faciles à utiliser. En plus de mettre en place un conservatoire de ressources génétiques et de former les principaux acteurs de la filière bois précieux sur l’identification. La remise de ces dons s’est tenue hier au Xylothèque de l’université d’Antananarivo.

 Anatra R.

La Vérité0 partages

Double homicide à Ankadifotsy - Les enquêteurs tiennent une piste ?

Après un mois et demi du double homicide survenu vers fin décembre 2020 à Ankadifotsy, crime qui a coûté la vie à Sarah Meyer Pinet (43 ans), directrice d’agence de BGFI Tanjombato de son vivant et de Bakoly (63 ans) sa cousine, l’enquête menée actuellement par la Police semble peiner toujours à trouver un créneau pour apporter la lumière sur cette affaire.  Bien que les Forces de l’ordre aient préféré une certaine prudence pour ne pas s’exprimer encore, une petite investigation menée de notre côté tend à affirmer le contraire, au point de s’interroger si la Police est désormais sur le point de tenir une, ou plutôt des pistes.

Car de source plus ou moins officieuse, on a appris que les victimes avaient reçu et hébergé une proche depuis le 21 décembre 2020. “Peu de temps avant l’arrivée de cette proche, les victimes, dans un ton le plus neutre, nous ont informés que la première allait devoir séjourner chez elles, et leur obligation de l’accueillir chez elles aurait un lien avec une noce. Et que cette personne vient d’une ville de région. Mais cela ne permettra pas d’expliquer tout”, explique une source d’information qui s’exprime sous couvert d’anonymat. Et d’une révélation à l’autre, cette dernière ne cache pas son étonnement, tout comme le reste de la famille d’ailleurs, pourquoi la visiteuse n’a-t-elle pas immédiatement rejoint son grand-père chez qui elle était censée séjourner durant son bref passage dans la Capitale ? Bien entendu, il ne s’agit que d’un fait, pourtant susceptible de conduire les enquêteurs sur la vérité.

A propos, notre source affirme n’être pas en mesure de connaître si la personne en question figure aussi dans le collimateur de la Police ou non. Puisque l’enquête se poursuit encore, gageons toutefois que d’autres personnes seraient également recherchées, toujours dans le cadre de l’investigation policière à propos de ce drame.  Ce qui veut dire donc que la vérité sur ce dernier n’est pas encore pour demain.

Malgré donc tous ces nouveaux éléments récemment apportés pour tenter de trouver une quelconque explication à ce double assassinat, sans doute l’un des plus barbares jamais enregistrés chez nous, le mystère persiste. Sarah Meyer Pinet a commencé à ne plus donner signe de vie une journée de lundi après que les crimes avaient été consommés chez elle à Ankadifotsy. Ce qui a vivement alarmé ses collègues, qui ne pouvaient s’empêcher de la chercher jusqu’à son domicile. Effectivement, ce qu’ils ont redouté, s’avérait juste. Avec la Police et les responsables du quartier, ils ont fait cette double découverte macabre dans l’appartement sis à l’étage de l’immeuble où logeaient les malheureuses. Ils ont fait l’amer et le triste constat de l’acharnement du tueur pour ôter la vie à celles-ci. Dans l’appartement souillé de sang, et qui avait été mis sens dessus- dessous, les corps des deux femmes gisaient sur le sol, et qu’il leur semblait avoir été entraînés d’une pièce à l’autre. De même, le ciseau, sans doute l’arme du crime, avait été encore retrouvé dans l’appartement par où dégageait une terrible puanteur, du fait des cadavres en état de décomposition avancée. Depuis, la Police a démarré une enquête qui risque donc de prendre encore du temps.

Franck R.

Midi Madagasikara0 partages

Le retour de « ilay fito » pour détendre l’atmosphère

Dans l’atmosphère très lourde qui règne en ce moment, les précipitations qui s’abattent quotidiennement sur une grande partie de l’île sont les bienvenues. C’est le phénomène météorologique que les Malgaches appellent « ilay fito » qui survient et se déverse. Le phénomène qui était courant s’était fait rare ces dernières années. Il peut donc être considéré comme une véritable bénédiction. Il survient après une longue période de sécheresse et va permettre de soulager les agriculteurs et faire baisser cette tension à fleur de peau des acteurs de la scène politique malgache. Les échanges entre les adversaires sont toujours aussi vifs, mais les discours sont plus argumentés.

Le retour de « ilay fito » pour détendre l’atmosphère

La disparition de Andrianjato Vonison après sa convocation à la gendarmerie n’a pas diminué l’ardeur de ses camarades animateurs de Miara-manonja. Ces derniers ont continué de plus belle à parler de ce qu’ils qualifient de dysfonctionnements du régime. Mais les points exposés sont argumentés et ne sont accompagnés d’aucune invective. Dans le camp d’en face, on réplique vertement, mais on assiste à aucun dérapage verbal. Les auditeurs peuvent donc tirer partie de toutes les explications données. Le temps pluvieux qui sévit dans une grande partie de l’île a certainement tempéré les ardeurs belliqueuses des uns et des autres. Il y aura de fortes précipitations jusqu’à la fin de la semaine. Les rues de la Capitale ont retrouvé l’aspect boueux engendré par les ondées qui se déversent quotidiennement. Malgré cela, cette eau procure un certain bien-être à la population qui était oppressée par la chaleur caniculaire de ce début d’année. Pour le monde agricole, c’est la reprise du calendrier des semailles et des travaux de labours. La Jirama a constaté un début d’amélioration dans l’approvisionnement en eau, résultant de travaux effectués. À présent, cela devrait aller encore mieux avec la reconstitution des cours d’eau et des nappes phréatiques. La nature vient au secours du pays et permet de détendre un climat tendu en ce début d’année.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Ambassadeur du Royaume Uni : Présentation de lettres de créance

La prise de fonction est officielle pour le nouvel Ambassadeur du Royaume Uni. En effet, SEM David William Ashley a présenté ses lettres de créance auprès du président Andry Rajoelina hier au Palais d’Iavoloha. Une occasion pour les deux hommes de passer en revue les domaines de la coopération qui vont être opérés entre les deux pays. La protection de l’environnement, la lutte contre les effets néfastes du réchauffement climatique, ainsi que la protection de la biodiversité endémique à Madagascar vont être les axes prioritaires de cette coopération. Le Royaume-Uni a toujours été présent aux côtés de la Grande-île pour soutenir différents projets de développement. D’ailleurs, SEM David William Ashley a réitéré l’engagement de son pays à poursuivre dans cette voie. La rencontre d’hier au Palais d’Iavoloha a surtout été axée sur le renforcement du lien d’amitié entre les deux pays.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Saint-Valentin : Les amoureux de Rap avec Big Jim Da au Lapa RN7

(archives)

À l’occasion de la Saint-Valentin, Big Jim Da arpentera la scène du Lapa RN7 Soanierana ce samedi 13 février 2021 à 20h lors d’un événement baptisé « Before Saint-Valentin ». Le rappeur engagé performera son répertoire avec DJ Raslom dans un lieu culturel fondé par l’Association Jamerla d’Ampefiloha. De quoi raviver les flammes des couples d’amoureux adeptes de Hip Hop, même si on peut s’attendre à ce que des célibataires viennent aussi assister à ce concert, par amour de la musique de ce rappeur hors du commun.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Santé : Le CSB II Namontana fait peau neuve

L’infrastructure a réellement changé.

Trois mois après la signature de la convention de donation entre la CUA et le Groupe Filatex relative à l’amélioration et l’organisation de l’efficacité des services de santé à Tana-Ville, le CSB II Namontana fait peau neuve. Le maire Naina Andriantsitohaina et le Directeur général du groupe Filatex, Hasnaine Yavarhoussen ont procédé, hier, à la visite de l’infrastructure réhabilitée. Cette réhabilitation permettra l’amélioration de la prise en charge des patients  pour faire face à la propagation des maladies transmissibles et lutter contre toutes formes de maladies. « Ce n’est que le début du partenariat entre les deux entités. Le volet santé est très cher au Groupe Filatex, c’est la raison pour laquelle nous avons décidé de financer les travaux de réhabilitation pour donner un meilleur accès aux soins à la population ,  a souligné, Tanteraka Rakotoarisoa, directeur RSE du groupe. L’amélioration de l’organisation, la gestion et l’efficacité des services de santé dans la CUA fait partie du « Veliranon’Iarivo » du maire, Naina Andriantsitohaina. « Une partie du CSB sera consacrée au service mère et enfants et aussi pour le Centre de traitement pour la Covid-19. Quatre autres CBS seront réhabilités », a annoncé le maire. Au mois d’octobre, des équipements médicaux, des consommables et des équipements de protection individuelle ont été remis au CSB II Namontana.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Député Mitsinjo Randriamisa Nicolas : « Les politiciens doivent se comporter comme des éducateurs »

Le député de Mitsinjo, Randriamisa Nicolas, a tenu une conférence de presse, hier, à Tsimbazaza. Il a notamment procédé à une évaluation de ce qui a été réalisé dans ce district, sans oublier pour autant, de parler des affaires nationales. Sur ce dernier point d’ailleurs, il s’est adressé  aux politiciens « nous devons nous comporter comme des éducateurs. Il faudrait laisser de côté les injures dans les audio-visuels ». Il a également lancé un appel aux natifs de Mitsinjo à ne pas se verser dans de tels débats au ras des pâquerettes.

Places. Concernant son rapport sur ledit district, il a cité, entre autres, la dotation en émetteur pour Mitsinjo, la mise en place d’un commissariat de police qui sera opérationnel cette année. À lui aussi de souligner que la réhabilitation des routes dans cette ville a déjà débuté mais ce n’est qu’en partie et qu’il y aura un appel d’offres pour la partie restante. Un des intervenants n’a pas aussi manqué de souligner qu’il y aurait assez de places pour les migrants, notamment ceux qui viennent du Sud du pays.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Handisport – Qualification Jeux Paralympiques : Sitrakiniaina Ranomenjanahary disqualifié

La délégation malgache qui assiste actuellement au Grand Prix de Dubaï.

Un début catastrophique pour Sitrakiniaina Alban Ranomenjanahary au Grand Prix de Dubaï qui se déroule actuellement aux Emirats-Arabes-Unis. Hier, le grand haltérophile malgache en situation d’handicapé physique engagé au lancer de poids sur fauteuil a été disqualifié suite à un faux mouvement lors de la première journée de ce tournoi qualificatif aux Jeux Paralympiques de Tokyo. En effet, selon la règle du jeu, Sitrakinaina qui devait bien garder la position assise sur la chaise mais son bassin s’est déplacé, ce qui constitue une faute. Il a terminé quatrième sur les dix concurrents en lice dans sa catégorie. Pourtant, il a réalisé un lancer de neuf mètres. Une sacrée performance pour le lanceur qui dispute sa première grande compétition internationale. « On peut dire que mes résultats étaient bons », a-t-il reconnu, avant d’ajouter que « mes soucis personnels se sont aggravés avec les nourritures que je n’arrivais pas à digérer. Mais par-dessus tout, cela n’avait aucun impact sur ma performance ». Sitrakinaina n’a pas toutefois caché sa tristesse après cette disqualification. « Je suis ici pour remporter la médaille et pour rendre ma famille et ma nation fières mais cela n’a pas été le cas. Je me demande aussi pourquoi le ministère de tutelle ne nous avait pas appuyé. », a-t-il déploré. Quant à la sprinteuse Aurélie Faravavy, elle entrera en action demain pour les 100 et 200 mètres dans la catégorie des malvoyantes.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Football-Pro League : Un choc de titans entre JET et Fosa !

Le CS-Disciples FC a encore deux matches en retard

On saura ce samedi à l’Elgeco Stadium si Fosa Juniors est capable de rebondir après un début catastrophique indigne de son statut de champion de Madagascar.

La sixième journée de Pro League présente une très belle affiche avec le choc opposant JET Kintana à Fosa Juniors. Un beau duel en perspective qui servira peut-être de confirmation de cette montée en puissance de Tsito et ses équipiers de JET Kintana. La seule incertitude a trait à l’arrivée d’un entraîneur français dans ses rangs. Le club était pourtant efficace avant avec cette victoire de 2 à 0 devant les stars d’Elgeco. On espère toutefois que l’adage ne se justifie pas et qu’on peut changer une équipe qui a gagné. En face, Fosa, également entraîné par un étranger en l’occurrence l’Italien Salvatore Nobile, ne viendra pas en victime expiatoire. Comme il récupère au passage ses blessés dont Theodin et Rinjala, c’est certain qu’il ne va pas faciliter la tâche des gars d’en face. L’autre affiche alléchante de cette journée aura pour cadre le stade d’Ampasambazaha où le FCA Ilakaka recevra, dimanche, la CNaPS Sport-Disciples FC. Après un début de pied au plancher, Ilakaka est descendu de son piédestal et reste aujourd’ hui prenable. Un fait qui n’échappe pas au Disciples FC qui va aussi tout faire pour corriger les tirs les deux buts encaissés devant l’Adema à la suite de deux erreurs de marquage des défenseurs. C’est presque une certitude que le coach Lalaina Ranaivoson a fait travailler dans ce sens. Mais autant le dire, ce match à Ampasambazaha ne sera pas gagné d’avance pour l’une comme l’autre formation.

En attendant voici le calendrier de cette sixième journée :

Samedi 13 février (Elgeco Stadium)

-12h00 : COSFA contre Tia Kitra

-14h30 : JET Kintana contre Fosa Juniors

Dimanche 14 février (Stade Ampasambazaha)

-14h30 : FCA Ilakaka contre CS Disciples FC

(Elgeco Stadium)

12h00 :Uscafoot contre Zanakala

14h30 : AS Adema contre 3FB Toliara

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Nicolas Dupuis ambassadeur de la CNaPS

Une nouvelle responsabilité de plus pour le technicien français.

La CNaPS a choisi le sélectionneur des Barea, Nicolas Dupuis comme ambassadeur. L’annonce et la signature de la convention de partenariat entre les deux parties s’est déroulée, hier,  à Ampefiloha, entre Nicolas Dupuis et le Directeur général de la CNaPS, Mamy Rakotondraibe.  » Nous avons décidé de choisir Nicolas Dupuis comme ambassadeur car ses réalisations et ses exploits sont palpables. Les sportifs professionnels n’ont aucun dispositif de soutien lorsqu’ils sont à la retraite ou à l’arrêt. C’est également le cas lorsqu’ils jouent, ils n’ont aucune protection. Et c’est exactement le rôle de la Caisse. C’est ainsi que nous nous sommes convenus avec le coach Dupuis pour concrétiser le partenariat » a souligné, le DG de la CNaPS Sports. À travers cette convention, la CNaPS s’engage plus vers la protection sociale via le monde sportif.

Engagement. En tant que partenaire de la CNaPS, Nicolas Dupuis va véhiculer l’image de la CNaPS auprès des sportifs à travers les activités sportives sous sa responsabilité. Les jeunes et sportifs professionnels seront incités à s’affilier à la Caisse pour pouvoir jouir des avantages qui vont avec. En effet, l’ambassadeur à travers un tournoi rassemblant 3.000 jeunes, est en quête de nouveaux talents pour promouvoir le football et veille à leur insertion professionnelle et affiliation à la CNaPS. Ces sportifs seront pris en charge en cas d’accident de travail.  » Je comprends la raison sociale de la Caisse et aussi le fait qu’on doit couvrir tous les sportifs de toutes disciplines sans distinction. Il faut qu’ils soient logés sur le même pied d’égalité. Tous les jeunes et les sportifs actuels ont besoin d’être soutenus. Les joueurs des Barea sont maintenant couverts par la CNaPS en cas d’accident. Et c’est une grande nouveauté. Je vais pouvoir parler positivement de la CNaPS aux jeunes pour qu’ils cotisent pour leur santé et pour leur avenir. »  a souligné Nicolas Dupuis.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana mitam-piadiana tao Mahitsy : Jiolahy raindahiny efatra voasambotra

Telo herinandro taorian’ilay fanafihana nahery vaika niseho tao Mahitsy, nisesisesy ny fisamborana ireo olon-dratsy izay fantatra fa nandray anjara tamin’izany, tany an-toerana, nataon’ny avy eo anivon’ny zandary.  Efa-dahy  izy ireo ary mbola misy iray karohina fatratra amin’izao.

Ny zava-nisy. Toeram-pivarotana roa no indray lasibatry ny jiolahy nirongo fiadiana ny alin’ny talata 19 janoary lasa teo. Nirefodrefotra tsy nisy toa izany ny basy tamin’io fotoana io, nentina nampitahorana ireo mponina. Soa ihany, araka ny vaovao fa tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy. Na izany aza anefa dia fantatra fa vola mitentina eo amin’ny dimy tapitrisa ariary latsaka teo no lasan’ireo tsy valahara, niaraka tamin’ny entana maro samihafa. Tonga teny an-toerana ireo mpitandro filaminana tamin’izay, saingy efa tafaporitsaka nafenin’ny haizina avokoa ireo olon-dratsy. Nanomboka teo ny fikarohana azy ireo, izay nataon’ireo zandary tsy mandry andro tsy mandry alina nanao ny fanadihadiana. Ny voalohandohan’ny volana febroary lasa teo dia namokatra ny fikarohana natao ka isan’ny voasambotra tao anatin’izany ny jiolahy raindahiny fantatra amin’ny anarana hoe « Kary ». Nanaraka azy taorian’izay ny namany iray hafa, izay voasambotra tao amin’ny fokontany Ambohimandray, kaominina Mahitsy hatrany. Iray andro taorian’izay dia tra-tehaka ihany koa ny naman’izy ireo hafa, izay efa jiolahy raindahiny ihany koa, izay voasambotra tao Antongombato, kaominina Mahitsy hatrany. Nanaraka ny andron’izay, ny nisamborana ny jiolahy iray hafa, tao Andobo, fokontany Antanetibe, kaominina Mananjara. Marihana, hoy ny fampitam-baovao fa ny roa tamin’ireo olon-dratsy ireto dia efa hikoizana tanteraka amin’ny fanafihana mitam-piadiana ary efa nampitondra faisana olona maromaro. Tsy vitan’izay fa efa nigadra noho izay resaka fanafihana sy ny fikambanan-jiolahy izay ihany koa ry zalahy ireo. Mbola misy naman’izy ireo hafa, izay karohina fatratra amin’izao, hoy hatrany ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandarimariam-pirenana, izay fantatra amin’ny anarana hoe « Toky ». Fantatra mantsy fa isan’ireo nandray anjara tamin’io fanafihana tao an-tampon-tananan’i Mahitsy io ihany koa ity farany. Tsy mijanona hatreo araka izany fa mbola mitohy ny fikarohana. Taorian’ny fanadihadiana sy famotorana azy efa-dahy voasambotra ireto moa dia natolotra ny Fampanoavana izy ireo ary fantatra fa nadoboka am-ponja avy hatrany, miandry ny fotoam-pitsaràna. Eo anatrehan’izay dia mbola manentana hatrany ny fiaraha-miasa amin’ireo olona mety mahafantatra na manam-baovao mahakasika ity raharaha ity ny eo anivon’ny zandary, ahafahana mamongotra ny mpanao ratsy, hoy izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Accident mortel sur la RN1 : Un mort dans la collision entre deux motos et une voiture

Il semblerait que la circulation des « deux roues » sur les routes nationales soit souvent à l’origine des accidents graves. Ce moyen de locomotion fortement prisé par les voyageurs est  facile à piloter et rapide. Pourtant, il devient une source de problème pour les agents responsables du contrôle et de la régulation de la circulation. Tel est le cas des gendarmes qui sont chargés de l’enquête relative à un accident survenu dimanche dernier sur la RN1, au PK 84, dans le district de Miarinarivo. Samedi dernier, une voiture, appartenant à une société opérant dans la Capitale, qui roulait en direction de Tana, est entrée en collision avec deux motos venues en sens inverse dans un virage. Ces deux motos roulaient à grande vitesse, leurs conducteurs, qui seraient des amateurs de vitesse, auraient été en train de se défier en termes de rapidité. De son côté, la voiture roulait également à vive allure sans se soucier de rien alors que ce virage est très dangereux, car il n’y avait pas de visibilité et ainsi il est difficile au chauffeur de le négocier. C’est ainsi que les deux motos qui roulaient côte à côte se sont heurtées à la voiture qui venait en sens inverse. Le choc a tué l’un des motards sur le coup et a gravement blessé le deuxième. Du côté de la voiture, qui était fortement endommagée, le conducteur a également été blessé.

Le corps du défunt a été évacué à l’hôpital de Miarinarivo. Il en est de même pour les blessés qui ont déjà reçu des soins appropriés. Puisqu’il s’agit d’un accident mortel, le conducteur de la voiture se trouve actuellement en garde à vue à la brigade de la gendarmerie de Miarinarivo pour enquête dont la finalisation dépend, à entendre les dires du commandant de compagnie de Miarinarivo, de la disponibilité de la famille endeuillée, encore retenue par l’enterrement de la victime. On attend dès lors la suite de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Disparition de Richard Ratsimandrava : 46 ans déjà

11 février 1975-11 février 2011. Cela fait déjà 46 ans que le colonel Richard Ratsimandrava a disparu. L’assassinat de ce chef d’Etat reste encore un mystère. Il n’est resté que six jours à la tête de l’État, du 5 au 11 février 1975. Celui qui a misé sur le “Fokonolona” pour le développement du pays en mettant en avant les collectivités territoriales décentralisées. Il a également été connu pour son émission « ala-olana». Il a été chef d’Etat à l’âge de 44 ans.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

« Acoustic Live » : Djao Mazava continue son périple musical

Comédien et metteur en scène dans le groupe Zolobe depuis 2008, DJao Mazava a illuminé les planches à Antsiranana. (crédit photo Djaomazava)

Après son passage dans sa ville natale, Antsiranana, la tournée « Acoustic Live » avec Djao Mazava débarque dans la Ville des fleurs  ce samedi le 13 février. L’hôtel Antsanitia Resort vibrera au son du jeune artiste. Très enthousiaste, et on le comprend, face à l’avenir qui se profile devant lui, l’artiste fait savoir que sur sa page Facebook, «  Majunga on arrive !! ». Armé de sa guitare, il secouera ses convaincus.

Son sacre, il le doit au titre  « Zaho malgasy », un morceau devenu l’hymne de la fraternité malgache, alors qu’il a commencé à se faire connaître au niveau national.. Son parcours artistique est très fourni. C’est vers la fin de l’année 2006 que le jeune homme débute, en commençant par le théâtre. Comédien au sein de la compagnie Zolobe, DJao participe au festival Zegny Zo. C’est à travers ce festival qu’il fait des rencontres intéressantes avec d’autres artistes nationaux et internationaux. Deux ans après, il suit une formation de marionnettistes et des cours de théâtre avec la compagnie Grande Personne. DJao continue à acquérir des expériences.

En outre,  il  renforce sa capacité en affinant sa poétique, en parlant dans le dialecte Antakarana. C’est ainsi qu’il essaie d’utiliser les expressions de sa région. Deux raisons le poussent à s’engager dans cette voie. D’une part, c’est pour démocratiser les subtilités du parler de Tsialalana, d’autre part, il est possible de chanter sur une musique moderne avec ce parler adapté au quotidien. En effet, la sonorité de Djao  est un équilibre entre l’Afropop et le jijy. Une fusion bien dosée car il a autour de lui des virtuoses. Au début, Jaomazava travaille étroitement avec Floginot, un ingénieur de son et propriétaire de Raitra Sound. Ensuite, il entretient une relation amicale avec le fils du roi du Salegy Elie Lucas Jaojoby. Dès lors, il voit sa carrière monter en flèche. Désormais, il figure parmi les chanteurs les plus écoutés dans la région septentrionale de la Grande Île.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Secteur mica : 4,5 millions USD pour réduire le travail des enfants dans les mines

Selon les estimations, 10.000 enfants travaillent dans les mines de mica à Madagascar, l’un des plus grands fournisseurs de mica. Afin de réduire le travail des enfants dans ces mines, le Département Américain du Travail octroie une subvention

de 4,5 millions de dollars au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ce financement est destiné à soutenir la mise en œuvre d’un projet de renforcement de la résilience des familles vulnérables au sein des communautés productrices de mica. Le projet a pour objectif d’offrir des services d’éducation directs à 3.380 enfants et de soutenir les moyens de subsistance de 1.575 familles.

La subvention sera allouée à travers le Bureau des Affaires Internationales du Travail au sein du Département.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Manifestation des paramédicaux : Le Front Line Defenders dénonce les menaces à l’encontre des meneurs

Les paramédicaux durant leur revendication cette semaine.

L’organisation de défense des défenseurs de droits de l’Homme demande à l’État de “ mener une enquête immédiate, approfondie et impartiale sur lesdites menaces contre Ralibera Andriamaholy Jerisoa”.

Le leader syndical Ralibera Andriamaholy Jerisoa serait victime de « menaces persistantes » si l’on se fie au communiqué émanant de l’organisation de défense des défenseurs de droits de l’Homme Front Line Defenders. Une pratique que l’organisation en question dénonce d’où une interpellation urgente à l’endroit des autorités malgaches. En effet, la lecture du communiqué en question fait savoir que le leader syndical aurait été arrêté le 30 janvier dernier par quatre policiers armés. Une arrestation « sans mandat », déplore toujours le document. Avant de poursuivre que le président du syndicat des paramédicaux aurait été emmené au poste de police central de Sabotsy Namehana pour des enquêtes présumées suite à l’organisation de la réunion devant avoir lieu le même jour.  Ralibera Andriamaholy Jerisoa aurait ensuite été relâché deux heures après le début de son enquête. L’histoire ne se serait pas restée là à en croire le communiqué de Front Line Defenders. « Les menaces contre sa personne n’auraient cessé ».

Impératif. Face à cette situation, l’organisation de défense des défenseurs de droits de l’Homme Front Line Defenders exhorte l’État de « mener une enquête immédiate, approfondie et impartiale sur les menaces contre le leader syndical Ralibera Andriamaholy Jerisoa». L’organisation de la société civile d’interpeller également les autorités étatiques sur la nécessité de « publier les résultats desdites enquêtes et de traduire les responsables en justice conformément aux normes internationales ». Avant d’exiger des autorités en question de « garantir et préserver l’intégrité physique et psychologique de la victime et de sa famille et de veiller à ce que ses droits soient respectés et réhabilités ». L’organisation demande également à ce que « les défenseurs des droits humains à Madagascar ne soient plus ciblés ». Le Front Line Defenders demande donc à ce qu’en « toutes circonstances, ils soient en mesure de mener leurs activités légitimes en faveur des droits humains sans crainte de représailles et libres de toute restriction y compris les menaces d’arrestation ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Quid des collaborateurs fantômes ?

Jean-Eric Rakotoarisoa a reçu hier l’Ambassadeur Représentant de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), avant de présider aujourd’hui l’audience relative au règlement intérieur amendé de la Chambre haute.

Après l’avoir recalée en partie le 21 janvier 2021, la HCC va se prononcer ce jour sur la version corrigée de la copie du nouveau Sénat qui a été transmise à Ambohidahy le 05 février dernier à la HCC. Cette dernière a effectivement jugé que « le nombre des collaborateurs des membres du bureau permanent et ceux des sénateurs, devrait tenir compte de la situation actuelle des capacités budgétaires de l’Etat ». Et de faire remarquer d’ailleurs dans sa Décision que « la diminution du nombre des sénateurs a été justifiée par un souci d’austérité et de préservation des deniers publics ». Ce que le nouveau Sénat semble avoir oublié en pensant peut-être que moins il y a de dénominateur, plus il y a de « seza » à distribuer puisque la révision à la baisse du budget 2021 du Sénat n’est pas proportionnelle à la diminution de l’effectif des sénateurs qui est passé de 63 dans la législature sortante à 18 dans la mandature entrante.

Emplois fictifs. En somme (au propre comme au figuré), le budget 2021 du Sénat aurait dû être divisé par 3,5 par rapport à celui de 2020. Ce qui n’est pas exactement le cas. D’où cette propension de la nouvelle Chambre haute à gonfler le nombre des Conseillers et Attachés parlementaires. Ce qui a amené la HCC à rappeler « la préoccupation que tous les responsables des Institutions de l’État doivent avoir à l’endroit de la gestion des deniers publics ». Ce qui n’a pas toujours été le cas, notamment au niveau des deux Chambres du Parlement où il y avait de fortes suspicions d’emplois fictifs depuis plusieurs législatures. Le stratagème consistait, sous les précédentes législatures, à faire nommer des collaborateurs fantômes, notamment des non-permanents, afin d’empocher leurs indemnités ou du moins, de se les partager « fifty-fifty », de commun accord entre celui qui fait nommer et celui ou celle qui est nommé(e).

Contrôle d’opportunités. Par ailleurs, l’existence de plusieurs postes à pourvoir favorise la tentation de placer des copains et des coquins pour ne pas dire des copines et des coquines. Sans forcément tenir compte des compétences des uns et des aptitudes des autres. La HCC ne peut toutefois faire un contrôle d’opportunité par rapport à ces suspicions d’emplois fictifs qui ne sont pas sans rappeler l’affaire de l’épouse de François Fillon en France qui a pesé lourd dans la course à l’Elysée.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Rheg : Coup d’envoi de ses 20 ans de scène

Rheg prêt à enflammer la scène de l’Ikm Antsahavola.

Le moment tant attendu arrive enfin ! Dimanche, le groupe ultra actif Rheg célèbre sa 20e année de scène. Avec deux dates en approche, ils comptent mettre les bouchées doubles.

Rock Heavy gasy aurait dû célébrer ses 20 bougies l’année dernière mais par rapport au contexte, tous les rendez-vous sont reportés. C’est cette année que les festivités vont se dérouler. Le coup d’envoi se fera dimanche à l’IKM Antsahavola pour une cérémonie live avec les nouveaux membres. Une date qui tombe à pic étant donné que le groupe chante essentiellement l’amour. C’est le reflet de l’adolescence et de la jeunesse. Mais l’ambition est bien vivace et la vision ne manque pas. C’est ainsi que le groupe crée des titres qui sortent des sentiers battus. Pour ce faire, Rheg mettra en avant les jeunes pépites dont Jaykee, Titan, Tsila et Hoby et bien sûr le leader en la personne de Rega. Le groupe enchaine de suite le 28 février toujours à l’Ikm Antsahavola avant de sillonner les grandes villes comme Moramanga, Toamasina, Antsirabe et Mahajanga.

Rheg a pourtant connu des débuts difficiles et a mis des lustres pour voir sa notoriété grandir. Tout a commencé en 1999. Lorsque Lalah et Rega décident de composer des titres purement rock dans des conditions financières et techniques précaires. En dépit de l’absence de technologie à cette époque, le groupe est arrivé à produire sans label son premier album « Rock n fo ». Bien accueilli par les critiques mais faute de moyen et de communication, l’album n’a connu aucun succès commercial et le groupe reste dans l’anonymat total. Ce n’est que plus tard que les extraits de ce premier album ont commencé à être diffusés de façon sporadique. « Raozy », « Kafara » et « Masahisahy » ont envahi les ondes des radios de la Capitale. Permettant ainsi au groupe de partager son art à une petite frange de public. Cet état de chose a fortement stimulé les membres dont Lalah, Rega, Mamitiana et José.

En 2010 le groupe célèbre ses 10 ans devant un petit public en se contentant d’organisations rudimentaires et simplistes voire minimalistes. Beaucoup pensaient alors que le groupe allait sombrer et même la presse a prévisagé la fin de l’aventure. Cependant, Rheg prend un second souffle grâce aux nouveaux titres qui touchent un public plus large. Des morceaux qui ont alors fait pencher la balance en faveur du groupe. Dorénavant, Rheg intéresse les mélomanes. La sortie du troisième album en 2017, change tout et le titre « Emmorheg » fera ravage au point de conférer à Rheg son statut de pointure du rock malgache. Actuellement, avec l’intégration de jeunes musiciens, la détermination est à son paroxysme. D’autant plus que grâce à la nouvelle technologie et les réseaux sociaux, le public s’élargit au-delà même de nos contrées.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Haute ville Antananarivo : Drapeaux rouges dans les zones exposées aux risques d’éboulement

Des drapeaux rouges seront plantés ce jour dans les zones exposées à des risques d’éboulement ou de glissement de terrain dans les quartiers de la haute ville et ceux situés en contrebas. Cette disposition sera mise en œuvre conjointement par le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) et le ministère de la Population. Les drapeaux rouges signifient le danger qui guette les habitants de ces zones et qui nécessite une prise de mesures. Autrement dit, ils doivent évacuer les lieux. En effet, après plusieurs jours de précipitations, le sol est gorgé d’eau, augmentant les risques de glissement de terrain. Faut-il rappeler que des drames sont déjà survenus à plusieurs reprises dans ces quartiers, suite aux éboulements provenant des hauteurs de la ville. Les habitants des zones exposées ont déjà été informés des risques qu’ils encourent. En dépit des avertissements répétés sur le danger auquel s’exposent les habitants de ces lieux, plusieurs ménages refusent toujours de quitter leur domicile, ne sachant pas où aller. Cependant, emménager dans les sites d’hébergement habituellement proposés par les autorités en cas de sinistre, n’est pas envisageable pour ces familles.Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambohidratrimo : Un mort dans une attaque de “dahalo”, cinq zébus volés

Il est prouvé que l’insécurité est loin d’être maîtrisée dans ce pays. Ce qui s’est passé avant-hier dans la soirée dans la commune Anjanadoria, district Ambohidratrimo en est une preuve irréfutable. On admet que cet acte de banditisme qui s’est soldé par la mort d’une personne s’est produit à une vingtaine de kilomètres d’un camp de la gendarmerie installé dans le chef-lieu de cette commune, mais les événements confirment que notre système de sécurité rurale reste pour l’instant précaires. En effet, vers 19 heures dans le “fokontany” de Satrojanakondry, un groupe de bandits munis d’armes à feu s’en est pris au domicile d’un particulier, éleveur de bovins. Les malfaiteurs ont pris deux jeunes footballeurs afin de leur servir de boucliers et ont ouvert le feu pour terroriser la population qui, à cette heure, était en train de dîner. Comme leur cible a été bien déterminée par avance, les malfaiteurs sont entrés dans la propriété pour accomplir leur forfait. Résultats : cinq zébus ont été volés et un homme, qui n’est autre que le propriétaire de ces animaux, a été exécuté par les assaillants. Nous n’avons pas encore été en mesure d’apporter plus d’informations sur cette affaire. Ce que nous pouvons affirmer c’est que l’enquête est en cours au niveau de la gendarmerie nationale.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Analamanga Park : Réouverture officielle le 2 avril 2021

(crédit photo : Kelly).

Hier 10 février 2021, une délégation menée par le gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka a visité l’avancement des travaux de l’Analamanga Park. Selon les explications du gouverneur, ce lieu de loisirs sera inauguré le 2 avril 2021, jour de fête des Pâques. Notons que le parc comprend plusieurs infrastructures, on peut citer une piscine de 25 m, une piscine chauffante, un terrain de basket-ball, un terrain de foot synthétique, des salles de spectacle, et bien d’autres encore. Pour marquer la réouverture de ce parc, la région d’Analamanga prévoit d’organiser un grand festival de quatre jours sur les lieux, du 2 au 5 avril. Quant à la gestion de l’endroit, le gouverneur a expliqué que tout se fait dans la transparence. « D’ailleurs, pour les travaux de rénovation, nous avons lancé des appels d’offres », a-t-il expliqué avant d’ajouter que l’énergie utilisée pour le fonctionnement de l’Analamanga Park sera entièrement solaire.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Examens officiels : Ouverture des inscriptions aux CEPE et BEPC

Les responsables auprès du MEN sollicitent les candidats à ne pas attendre la dernière minute pour s’inscrire aux examens officiels.

Le ministère de l’Education national a sorti officiellement le calendrier du CEPE et du BEPC ainsi que les inscriptions y afférentes. La tenue des épreuves d’éducation physique et sportive reste encore incertaine.

Soulagement. C’est ce que ressentent les élèves et leurs parents après l’annonce officielle du calendrier des inscriptions aux examens officiels par le ministère de l’Education nationale (MEN). Pour le CEPE, elles ont débuté hier et seront clôturées le 23 avril si l’examen officiel aura lieu le 6 juillet. Les inscriptions au BEPC ont aussi débuté mercredi et s’achèveront le 23 avril, les épreuves se dérouleront du 19 au 22 juillet. Ceux qui souhaiteront s’inscrire aux examens pour l’obtention du Certificat d’aptitude à l’enseignement de l’éducation primaire (CAE/EP) sont par contre invités à le faire du 21 au 22 septembre et du 19 au 20 octobre pour le Certificat d’aptitude pédagogique dans les écoles primaires (CAP/EP). Pour ce qui est du baccalauréat, il relève de la compétence du ministère de l’Enseignement supérieur de publier le calendrier y afférent. « Les inscriptions sont gratuites et nous invitons déjà les intéressés à ne pas attendre la dernière minute. Aucun changement n’a été effectué cette année par rapport aux dossiers indispensables à l’inscription  » , souligne le Directeur général en charge de la pédagogie auprès du MEN , Andriamiakatsilavo Raoniherijaona.

Concernant les épreuves d’Education physique et sportive (EPS) , les responsables auprès du MEN préfèrent encore s’abstenir de tout commentaire sur le sujet. En effet, aucune date n’a été encore avancée jusqu’à présent compte tenu du contexte sanitaire dans lequel se trouve le pays. Aucune consigne n’a été donnée par rapport à l’accélération du programme scolaire, selon toujours Andriamiakatsilavo Raoniherijaona. Depuis le début de ce second trimestre, certains établissements scolaires privés dispensent des cours pendant les jours de repos, c’est-à-dire, les mercredis après-midi et samedis par peur d’un éventuel retour au confinement. Toutefois, le Directeur général en charge des établissements scolaires, Eric Razokiny a fait appel à la vigilance de tous les établissements à respecter les mesures sanitaires qui sont déjà préconisées par l’Etat. Concernant l’état des lieux du coronavirus en milieu scolaire, ce responsable a fait savoir que le ministère ne dispose pas encore de données officielles y afférentes mais les opérations de désinfections des salles de classes se poursuivent par contre.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Belongo à la Teinturerie

Belongo s’est fait connaître grâce à son marovany.

Son nom circule déjà dans le milieu de la musique traditionnelle malgache, jeune et multi instrumentiste, Belongo sera sur la scène de la Teinturerie Ampasanimalo vendredi à partir de 19 h. Pour ainsi dire que sa musique reste encore à découvrir pour le simple amateur. Son répertoire est déjà quelque peu forgé par des titres comme « Monina », « Tsy asia tsigny » et d’autres qu’il fera découvrir lors de ce concert. Le style rappelle la vague artistique de la fin des années ’90, un mélange musical hésitant entre le folk pur, la variété et la world music.

Dans sa biographie, Belongo est décrit comme « l’histoire d’une jeunesse débordante de passion, qui a soif de faire découvrir sa musique et son Toliara natal, mélangeant la musique traditionnelle malagasy telle que le tsapiky, jihe, kalenaky ou le kidobadoba à des rythmes rock, funk, reggae ou jazz, la musique de Belongo est riche et éclectique. Le marovany, au cœur des compositions musicales du groupe, s’accorde au saxophone, basse, batterie et guitare pour chanter le partage et le fihavanana ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Afrobasket 2021 : 4 nouvelles s’envolent pour la Tunisie

Pour la phase retour de la 2e fenêtre des éliminatoires de l’Afrobasket 2021 prévue du 17 au 21 février à Monastir, Tunisie, le staff technique a décidé de remanier l’équipe. Quatre nouvelles têtes, qui n’ont pas participé à la phase aller à Kigali, ont rejoint l’équipe. Sur place, Madagascar devra remporter à tout prix des victoires face à la République Centrafricaine, la République Démocratique du Congo et la Tunisie pour éviter une élimination. Les joueurs n’ont qu’une semaine de regroupement après la fin des Championnats nationaux N1A 2020. Les quatre expatriés évoluant en France rejoindront directement l’équipe en Tunisie.

T.H

La liste

Joueurs

1- LAHONTAN Rija – 1m72 – US AUBENAS – France

2- RAZANAMAHENINA Kiady Mijoro – 1m85- GET CHALON -France

3- RANDRIAMAMPIONONA Elly – 1m88 – GNBC

4- MANDIMBISON Constant Fabrice – 1m95 – GNBC

5- BOTOU Vallery Olivier – 1m92 – ASCUT

6- RATSIMBAZAFY Lalason Nirina Michel – 1m92 – BCM Mayotte

7- RAVELOMANANTSOA John Price Luciano – 1m92 – ASCUT

8- FARALAHY Monja Romain Mickaolos – 1m96 – SEBAM

9- RASOLOMANANA Anthony Nelson – 1m97 – SEBAM

10- MORY Francis Ramanampamonjy – 1m95 – GNBC

11- SOLONDRAINY Alpha Jean Arnol – 1m98 – COSPN

12- RAHARIMANANTOANINA Sitraka – 2m07 – ELAN CHALON – FRANCE

Staff

Coach 1: Rasamoelina Tojo

Docteur: Randriamihaja Pierrot

Chef De Délégation: Randriamandimby Harinirina Jimmy Désiré

Midi Madagasikara0 partages

Loza teny Andramy sy Antsanika : Mpitondra môtô naratra mafy nodomin’ny fiara 4×4

Lehilahy iray mpitondra môtô no naratra mafy, nifandona tamin’ny fiara tsy mataho-dàlana, teny anelanelan’Andramy sy Antsanika, any amin’ny kaominina Maevatanàna faharoa, no nisehoan’ny loza, ny alatasinainy lasa teo, tokony ho tamin’ny 04 ora sy sasany teo ho eo. Potika  tsy nisy noraisina ihany koa ny kodiaran-droa tamin’io. Noezahin’ireo olona teny manodidina novonjena teny amin’ny hôpitaly  Morafenokely, ilay mpitondra môtô, saingy tsy vita teto amin’ny renivohim-paritry Betsiboka ny fitsaboana, fa voatery noentina niakatra any an-drenivohitra ny talata hariva lasa teo.  » Niala avy eto Maevatanàna hianavaratra ilay fiara tsy mataho-dàlana. Nifanena tamin’ny môtô an’ny mpiasa ao amin’ny tetikasa Miaro avy namita hiraka tany Berivotra 5×5. Tsy fantatra ny antony nahatonga ny fiara nanitsy tany amin’ny môtô. » Tafasisika tao ambany fiara ny môtô. Nipitika tsy lavitra teo ilay mpitondra môtô, araka ny fitantaran’ny olona teny an-toerana. Milaza ho tsy nahazo fampandrenesana momba ity tranga ity ny Borigady misahana ny lozam-pifamoivoizana (BPR) eto Maevatanàna.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Facebook : Nosamborina ny mpandrindra ny « Jeunes Toliara Miray »

Isan’ny vondrona nahavory olona be indrindra ao anatin’ny tambajotra sosialy Facebook ny JTM na Jeunes Toliara Miray. Ao no hifampizaràn’ny zakak’i Toliara vaovao sy hifanakalozan-kevitra. Maro no taitra omaly raha nandre ny fisamborana ny mpandrindra ilay vondrona izay ikambanan’ny kaonty efa ho 100.000. Tany Ambovombe izy no nomena taratasy fampiantsoana mba hanatona ny polisy noho ny raharaha manokana ilàna azy. Raha ny fanampim-baovao azo dia nentina niakatra ao Toliara izy rehefa vita ny fihainoana voalohany tany Ambovombe. Tsy mbola nisy vaovao ofisialy mahakasika izay tena antony nitazonana an’ity tanorana antsoina hoe Herman Rakotomalala ity fa raha araka ny tsilian-tsofina re dia noho ny fanehoan-keviny izay niendrika fanakianana ny kianja manara-penitra izay natao tao an-toerana no anton’izany. Ny vondrona izay nokirakirainy koa tamin’ny tambajotra sosialy dia tsikaritra fa efa nohidiana avy hatrany. Mpiasan’ny vondron’ny firenena mikambana ao Ambovombe izy ary noentina niakatra omaly tao Toliara. Raha ny angom-baovao azo tao Toliara dia ny fanaratsiana ny kianja Maître Kira izay fotodrafitrasam-panjakana no tena nanenjehana azy. Nisintona ny sain’ny olona marobe, indrindra ireo mpampiasa facebook, ity raharaha ity. Mandindona ity mpiantsehatra amin’ny tambajotra sosialy ity ve ny fonja? Arahina ny fivoaran’ny raharaha.

D.R 

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Une femme retrouvée pendue à un arbre

Le corps sans vie d’une femme a été retrouvé dans la matinée à Mahavoky, Mahajanga. Ses proches n’avaient pas imaginé la fin tragique de cette femme qui s’en est allée après une longue lutte contre la maladie. C’est un proche de la victime qui a donné l’alerte après avoir aperçu le corps. Un hoome a découvert la femme accrochée à un arbre devant sa maison. Elle avait été portée disparue toute la nuit. Sa famille l’a cherchée partout mais la recherche a été vaine. Son entourage était très surpris hier matin, lorsqu’elle a été retrouvée, elle ne présentait plus aucun signe de vie. Un proche de la victime a confié qu’elle ne se sentait pas bien depuis quelque temps. Elle leur a demandé de l’aide, ne sachant plus comment faire face à sa maladie. Selon elle, elle entendait souvent des voix qui murmuraient dans sa tête. Souffrant d’un trouble mental, elle délirait quelques fois. Divers soins lui ont été prodigués pour traiter sa maladie. Les voisins n’ont rien remarqué non plus la veille et ne s’attendaient pas à cette fin tragique. L’âge de la victime n’a pas encore été donné et son identité n’a pas été révélée. Deux hypothèses se posent face à ce fait, c’est sa maladie qui l’a poussé à se suicider ou c’est un crime déguisé en suicide. La famille de la jeune femme est toujours sous le choc. C’est extrêmement rare dans la grande ville de Mahajanga de voir une personne qui se donne la mort par pendaison. Les forces de l’ordre sont descendues sur place pour constater les faits. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes exactes de la mort de la victime.

Yv Sam