Les actualités à Madagascar du Samedi 11 Janvier 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara14 partages

Gouvernance : Appel à candidatures pour les postes à responsabilités

Tous les secteurs d’activités de l’Etat au niveau, entre autres, des Ministères, des sociétés d’Etat et des organismes étatiques sont concernés par ce vaste recrutement.

L’ère du clientélisme et du népotisme est révolue. L’Etat décide de prioriser les compétences et les savoir-faire. En effet, en vue de procéder au renouvellement de la classe dirigeante du pays et afin de donner de la chance aux jeunes experts malgaches, le régime lance un recrutement massif par appel à candidatures. Un an après son accession au pouvoir, Andry Rajoelina décide de confier tous les postes à responsabilités du pays aux diplômés malagasy résidant au pays mais aussi à l’étranger, que ce soit au niveau des Ministères, des sociétés d’Etat, des organismes rattachés ainsi que de toutes les structures appartenant à l’Etat. Les postes de ministres, de gouverneurs, les directeurs généraux, les directeurs, les chefs de service pourraient être concernés par ce recrutement. L’Etat cherche des experts malagasy au niveau de plusieurs domaines, entre autres la diplomatie, l’énergie renouvelable, l’e-gouvernance, l’industrie, le commerce, le tourisme, le digital, le secteur minier, l’économie, les finances, l’agriculture, la sécurité, le sport et la culture, la santé, la communication, les travaux publics, l’éducation, la formation professionnelle et l’aménagement du territoire.

« De nationalité malagasy ». Les candidats doivent être des hommes ou des femmes titulaires de diplômes d’études supérieures et disposant d’une expérience professionnelle de 5 ans minimum dans le secteur privé ou public national ou international ; ayant une capacité de négociation de très haut niveau ; disposant d’une capacité technique organisationnelle ; ayant de grandes qualités managériales et un sens du leadership exemplaire ; visionnaire et partageant la vision de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar ; rigoureux et professionnel ; maîtrisant l’outil numérique ; patriote et disposant d’un sens du service public. Si l’on se réfère à cet appel à candidatures, les techniciens, « de nationalité malagasy », souhaitant servir l’Etat pour la mise en œuvre du Plan Emergence Madagascar doivent donc envoyer leurs dossiers de candidature comprenant un CV, une lettre de motivation et un plan d’actions relatif au poste souhaité, par email à l’adresse : recrutement@EtatMalagasy.com et sur le site de la Primature : www.primature.gov.mg, du 13 janvier au 24 janvier de cette année.

Cabinet de recrutement privé. En tout cas, cette initiative est une grande première dans l’histoire du pays. Andry Rajoelina décide d’opérer une véritable innovation dans le monde de la gouvernance et de l’Administration publique malgache. L’objectif étant de mettre fin aux « kiantrano an-trano », aux parachutages, à la corruption et aux promotions canapé qui ont toujours gangrené les services publics. Auparavant, même pendant les concours administratifs, seuls ceux qui connaissent les dirigeants et ceux qui ont les moyens de corrompre les responsables ont eu la chance d’être recrutés. D’ailleurs, depuis son accession au pouvoir en janvier 2019, Andry Rajoelina a ordonné un assainissement au niveau de l’Administration publique afin de lutter contre les fonctionnaires fantômes. Pour assurer l’équité, l’égalité des chances et la transparence dans ce recrutement massif, l’Etat va engager un cabinet de recrutement privé pour la sélection des dossiers. En outre, un comité de validation sera aussi mis en place afin de s’assurer que l’Etat a réellement choisi la bonne personne à la bonne place. Cet appel à candidature constitue une occasion pour les diplômés malagasy de lutter contre les fuites de cerveaux, mais aussi d’apporter leurs savoir-faire et leurs compétences au service de la Nation. Par ailleurs, pour les vrais patriotes, ce sera une fierté de contribuer aux actions pour l’émergence de Madagascar.

Davis R

Midi Madagasikara13 partages

Salaire des fonctionnaires : Le système AUGURE migré et sécurisé dans un centre de données

Le ministre de l’Economie et des Finances Richard Randriamandrato Richard a veillé au grain pour la réussite de la sécurisation du traitement des salaires des agents de l’Etat

Un rapport de la cour des comptes de décembre 2019, réalisé en partenariat avec l’Union Européenne, fait état d’une situation alarmante sur la sécurité des données et du système gérant le paiement des agents de l’Etat, AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’Etat).

Ce rapport recommande, entre autres, d’agir sur neuf points importants du système d’information pour éviter la catastrophe. Il s’agit notamment de l’interdiction de l’accès direct aux données, leur migration vers un ou plusieurs sites de sauvegarde sécurisés et redondants, ou la vérification de la cohérence des données.

Garantie de sécurité

Suite à cet audit, l’essentiel des données du système vient finalement d’être intégré dans le Datacenter du ministère de l’économie et des finances. En effet, depuis novembre 2019, après un premier constat de vétusté fait par les autorités publiques, confirmé par la cour des comptes, sur l’état de l’équipement, les équipes informatiques de la Direction des Systèmes d’Information (DSI) ainsi que ceux de la Direction Générale des Finances et des Affaires Générales (DGFAG), ont travaillé d’arrache-pied pour transférer la plupart des données et des applications dans le Datacenter du MEF.  Ce centre de données en cube du MEF, dispose de toutes les garanties de sécurité (humain, réseau, équipement) nécessaires pour recevoir ce système vital pour le paiement des salaires des agents de l’Etat et donc pour le fonctionnement de l’administration publique, et la vie de la nation.

Injonction

L’ancien équipement vieillissant, menaçait de rendre l’âme. Suite à une injonction du ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato, de terminer les travaux dans les trois mois, une course contre la montre s’est engagée pour  les équipes informatiques afin de  migrer les données, sans couper le système, tout en maintenant les accès nécessaires au fonctionnement de l’administration. Ce qui, comme l’affirmé  Herimalala Rajaomandroso, Directeur des Systèmes d’Information du Ministère, « …n’a pas été une mince affaire ».  C’est maintenant fait. Les données sont désormais traitées sous la supervision du NOC (Centre d’exploitation des réseaux) et des techniciens du MEF. En plus de la sécurisation des données et des réseaux, la migration vers le Datacenter a également permis de gérer l’accès physique aux informations sensibles.  Ces travaux vont encore être renforcés grâce à la livraison prochaine des outils informatiques venant de l’Union Européenne.  Leur réception technique officielle sera faite avec le Ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique, et des Lois sociales, partenaire du MEF sur la gestion des agents de l’Etat. Selon Lala Arson Zo Ny Aina de la DSI du ministère, toute la démarche va maintenant permettre de continuer sereinement tout le travail d’assainissement de la base de données des salariés de l’Etat, ainsi que la chasse aux fonctionnaires fantômes.

R.Edmond.

Midi Madagasikara11 partages

Andry Rajoelina : « Le régime est élu pour 5 ans »

« Le Sénat est disposé à assumer sa part de contribution à l’émergence du pays ». C’est ce qu’a annoncé le président du Sénat Rivo Rakotovao hier. En effet, après la HCC, l’Assemblée nationale, le Gouvernement et les Chefs d’Eglises membres du FFKM, ce fut au tour du Sénat et du Comité du Fampihavanana Malagasy (CFM) de se présenter à Ambohitsorohitra hier pour présenter leurs vœux du nouvel an au couple présidentiel. En tant qu’Institution composée à majorité de figures de l’opposition, la Chambre haute entend jouer pleinement son rôle pour contrebalancer et/ou pour se positionner en balise. « Certes, les divergences de points de vue existent mais pour notre part on mène les débats dans le respect des principes républicains afin de parvenir au développement de la Nation », a déclaré Rivo Rakotovao. Pour sa part, le président Andry Rajoelina a encouragé tout un chacun à dépasser la divergence de points de vue et de se donner la main pour réussir l’émergence de Madagascar. Il a aussi profité de cette occasion pour attirer l’attention sur les tâches qui nous attendent, particulièrement en cette année où l’on se prépare pour la célébration du 60è anniversaire de l’indépendance du pays. « Il faut mesurer ce que nous avions réussi à faire pendant ces 60 ans. Où sommes-nous maintenant et qu’est-ce que nous pouvons faire pour rattraper le retard de développement du pays ? ». Par ailleurs, lors de cette rencontre, il a aussi interpellé l’opposition. « Le peuple malgache a fait son choix à travers les élections. La durée du mandat est de cinq ans. Il convient d’attendre la fin du mandat pour évaluer ce qui a été réalisé », a-t-il soutenu. Après le Sénat, ce fut au tour des membres du CFM dirigés par leur président Maka Alphonse de présenter leurs vœux du nouvel an au couple Andry et Mialy Rajoelina.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Pétanque : Madagascar retrouve la scène internationale

Le Président Azema a remis la pétanque malgache sur orbite.

La pétanque malgache retrouve son statut au niveau international. Mieux, elle peut aussi reprendre les bonnes vieilles habitudes en allant se préparer sur le sol français.

Pour un cadeau de nouvel an, le président de la Fédération Internationale de Pétanque, Claude Azema, a su toucher le cœur des Malgaches en leur annonçant que toutes les portes sont désormais ouvertes aux boulistes de la Grande Ile.

Une précision toujours nécessaire après les sanctions infligées au camp malgache au Congrès d’Almeria.

C’est donc Claude Azema, lui-même, qui disait que dorénavant Madagascar pourrait participer aux Masters en France dont nous avons été exclus, mais également au Trophée L’Equipe.

Madagascar à Lausanne. Cerise sur le gâteau, la fédération internationale a aussi donné son accord pour l’envoi des boulistes par le truchement de la FSBM à la traditionnelle tournée estivale, le vrai gagne-pain des joueurs malgaches.

Claude Azema confirme par la même occasion la qualification de Madagascar aux championnats du monde en triplette senior, en Suisse, plus précisément à la nouvelle patinoire olympique de La Vaudoise de Lausanne au mois de juillet.

Prévisible, le président de la FIPJP est revenu sur le problème d’une confédération africaine dissidente. Il demande à la FSBM de voir cette affaire de près car le drapeau malgache figurait à chaque manifestation de ce groupement qui se résume en fait, selon Claude Azema, à 4 pays membres, car il y avait bel et bien 10 pays présents au sommet africain de Tunis et que 5 autres nations étaient présentes ou représentées à Lomé.

Il s’insurge donc contre cette affirmation gratuite d’un de nos confrères qui écrivait que Madagascar appartenait à une confédération continentale minoritaire. La Grande Ile sera bel et bien présente au championnat du monde à Lausanne.

Clément RABARY

Midi Madagasikara3 partages

Communales : Naina Andriantsitohaina officiellement maire d’Antananarivo

Naina Andriantsitohaina prendra incessamment son fauteuil à l’Hôtel de ville d’Analakely.

La Capitale a élu son nouveau maire, Naina Andriantsitohaina.

Rideau sur les Communales du 27 novembre 2019. Les six tribunaux administratifs ont proclamé les résultats définitifs et officiels des élections des maires et des conseillers municipaux au niveau de leur ressort territorial. On a appris jusqu’ici que quatre élections de maires seront à refaire, dont celles organisées dans les communes de Moramanga, Morondava, Faratsiho et Analaroa (Anjozorobe). Pour le cas de la commune urbaine d’Antananarivo, le tribunal administratif a déclaré officiellement élu le candidat de l’IRK Naina Andriantsitohaina. Avant-hier, la juridiction administrative a rejeté en bloc les requêtes déposées par le candidat du TIM Rina Randriamasinoro. Quant à l’élection des conseillers municipaux de la Capitale, l’IRK et le TIM sont à égalité avec 25 sièges pour chaque liste. La liste « Komba » a obtenu 3 sièges contre 1 pour la liste de Lalatiana Ravololomanana. Le 55ème siège de conseiller municipal est attribué à une autre liste indépendante. « Je suis content car la reconstruction de la ville va bientôt commencer.  Je remercie la population d’Antananarivo d’avoir exprimé ses choix. J’attends la passation avec la maire sortante. La prise de responsabilité de la commune ne doit plus tarder face aux problèmes auxquels la Capitale est actuellement confrontés. », a réagi hier à Anosy Naina Andriantsitohaina à la sortie de la cérémonie de proclamation des résultats officiels par le tribunal administratif d’Antananarivo.

Saisine officielle. Antananarivo a son nouveau maire. Naina Andriantsitohaina est le 9ème maire élu de la Capitale de Madagascar. Fort du soutien du pouvoir central, il ambitionne de rénover la Capitale. En tout cas, les tribunaux administratifs se sont acquittés de leur responsabilité. Il appartient au Conseil d’Etat de statuer sur d’éventuels recours formulés par les candidats insatisfaits. D’éventuels recours qui ne peuvent cependant pas empêcher les maires nouvellement élus de prendre leurs fonctions. Désormais, l’attention est attirée sur d’autres échéances électorales que le gouvernement essaierait d’honorer cette année. Il s’agit des Sénatoriales anticipées et d’un référendum constitutionnel. A noter que les financements pour la tenue de ces deux consultations sont déjà prévus par la loi de Finances 2020. Financements qui s’élèvent à 27 milliards d’ariary. « Nous attendons la lettre officielle du gouvernement nous demandant de proposer un chronogramme », a expliqué le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. En attendant la suite du processus électoral, les yeux sont braqués sur le gouvernement. Les observateurs attendent de connaître le résultat des évaluations des performances des ministres de l’administration Ntsay. La date du 24 janvier approche d’ailleurs à grand pas.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Reboisement national : Quid des mesures de suivi et évaluation ?

Avec 60 millions de jeunes plants à planter à partir du 19 janvier prochain, Madagascar voudrait-il défier l’Ethiopie dans le domaine du reboisement.

L’Etat se dit vouloir faire en sorte de reverdir Madagascar. Pour la campagne de reboisement de 2020, l’Etat s’est donné comme objectif de mettre en terre 60 millions de jeunes plants.

« 6 millions de jeunes plants à mettre en terre le jour du lancement officiel de la campagne de reboisement de cette année». Une ambition signée gouvernement malgache via le ministère en charge de l’Environnement et du Développement durable. Une volonté louable compte tenu de la situation de perte en couverture forestière et en matière de biodiversité qui prévalent actuellement dans le pays. Il est toutefois connu par tout malgache que le pays s’est lancé – ce depuis des années – dans des campagnes de reboisement sans beaucoup de résultats. Des initiatives qualifiées par Alexandre Georget, ministre actuel de l’Environnement et du Développement durable lors d’un entretien téléphonique comme étant des « effets d’annonce ». Marquant sa volonté de reverdir le pays, le ministère de l’Environnement a assigné « tous les démembrements du Ministère de tutelle et les autres départements ministériels ainsi que tout individu de bonne volonté à prêter main forte et à œuvrer de concert pour la concrétisation de cette noble tâche ».

Blanc. Si – pour la campagne de reboisement et dans son plan quinquennal – le ministère en question a communiqué sur le nombre de jeunes plants à boiser dans tout le pays, il n’a toutefois pas fait mention des mesures devant permettre « une pérennité de l’initiative ». Une source bien informée de faire savoir que « la campagne actuelle est une campagne classique ». Notre source également de se poser la question : « comment le gouvernement a fait et compte faire pour impliquer les habitants des zones de reboisement ». « En principe, l’initiateur du reboisement doit contracter avec la population locale pour que celle-ci prenne en main l’entretien, le suivi et l’évaluation des jeunes plants mis en terre ». Reboiser et laisser les jeunes plants sans entretien reviendraient, en effet, à tous les « effets d’annonce » initiés depuis des dizaines, vingtaines voir trentaines d’années à Madagascar. La question de « l’appropriation » du malgache de l’initiative et de son implication dans la tâche est donc primordiale pour la réussite de cette entreprise ô combien louable.  Pour l’heure, aucune information concernant la question n’est disponible. On attend donc que la campagne soit officiellement ouverte.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Groupe Orange : Une croissance de 6% en Afrique et Moyen Orient

Orange vient de mettre en place un nouveau siège de sa filiale Orange Middle East and Africa (MEA) au Maroc. Selon Stéphane Richard, président directeur général de la multinationale, Orange MEA affiche une solidité de son modèle économique et financier, indiquant une croissance de 6%, devenant ainsi la première zone de croissance du Groupe Orange. « Je suis très fier d’inaugurer aux côtés de Stephane Richard et en présence de tous les membres du Comité exécutif du Groupe Orange, ce nouveau siège à Casablanca. Symboliquement, c’est un message très fort, un tournant dans l’histoire du Groupe qui vient confirmer notre volonté de nous rapprocher de nos clients et de faire d’Orange MEA l’opérateur multiservices préféré des populations en Afrique et au Moyen-Orient » a déclaré Alioune Ndiaye, Directeur Général d’Orange Middle East and Africa.

Diversifiés. A noter qu’Orange est l’un des rares groupes internationaux à avoir fait le choix stratégique, il y a plus de 20 ans, de se développer en Afrique et au Moyen-Orient. « Nous avons toujours été convaincus du potentiel immense de cette région. A bien des égards elle peut être considérée comme un modèle de transformation digitale ; l’exemple du mobile money en est assez emblématique. Une des clés de la réussite des nouveaux services est de les penser depuis l’Afrique pour s’adapter aux spécificités locales et répondre au mieux aux besoins des clients. C’est pour cela que nous avons souhaité organiser le pilotage de nos activités en Afrique et au Moyen-Orient directement depuis le continent africain » a noté le PDG du Groupe. Par ailleurs, Orange dispose de 18 000 collaborateurs contribuent au développement économique et social à travers le monde. Des dirigeants du groupe ont évoqué les impacts des activités du Groupe sur la croissance économique. D’après les informations, ces activités contribuent à 8% du PIB (Produit intérieur brut) au Cameroun, 8,2% en Guinée, 11% en Côte d’Ivoire et 11,2% au Sénégal.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: panier garni de 65 000 Ar, la polémique

L’affaire de panier garni continue d’alimenter les discussions et fait encore couler beaucoup d’encre. Si on revient aux faits, Le Conseil des ministres a décidé d’offrir la somme de 65.000 ariary à tous les fonctionnaires à l’occasion des fêtes mais des responsables d’administration ont décidé de distribuer une somme différente à leur personnel 9.000 ariary, 3.000 ariary en les faisant signer une décharge indiquant 65 000Ar.
Résultat : Les fonctionnaires dans l’éducation ont commencé à entamer une grève, engendrant la suspension des cours au sein des principales institutions publiques, qui avait débuté cette semaine. Les enseignants et les étudiants d'Antananarivo, ainsi que des autres provinces de Madagascar, se révoltent contre ce problème. D'après leurs dires, c'est l'irrespect qu'on leur montre, qui les pousse le plus, à réagir de la sorte.
Midi Madagasikara0 partages

Ikalamavony : Dahalo roa maty voatifitry ny miaramila

Efa ela nampitondra faisana ireo tanàna maro tany amin’iny distrikan’Ikalamavony raha ireto dahalo ireto, fantatra amin’ny anarana hoe Zafimena sy Zafiporaka. Nifanehatra ary maty voatifitr’ireo miaramila avy ao amin’ny Zrps Alpha 2 izy ireo, ny alakamisy lasa teo, rehefa “tsy mihemotra ny tafika malagasy fa miroso hatrany amin’ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana sy ny asan-dahalo any amin’ireo faritra mena”. Tao amin’ny fokontany Antetimanondro, kaominina Fanjakana, distrika Ikalamavony moa no nisehoan’ny fifandonana tamin’io andro io. Raha ny fanazavàna azo dia efa am-bolana maromaro no nikarohana azy roa lahy ireto. Tamin’ny alalan’ny angom-baovao isan-karazany no nahahafan’ireto miaramila niroso hatrany, tamin’ny hazalambo natao. Ary dia izao niafara tamin’ny fifandonana ka nahafaty azy ireo, tsy ahafahan’izy ireo manohy ny asa ratsiny intsony. Tao anatin’izany moa dia fantatra, raha ny fampitam-baovao voaray hatrany fa nisy omby nahatratra teo amin’ny 28 isa ihany koa tafaverina soamantsara tamin’ny tompony, izay teny am-pelatanan’ireo malaso ireto. “Efa nahitam-bokany sy azo tsapain-tanana izany ary mitohy hatrany ny ezaka ataon’ireo miaramila miparitaka ao anatin’ireny ZRPS (Zone rurale prioritaire de sécurité), mba hahazoana vokatra tsaratsara kokoa hatrany”, hoy hatrany ity fampitam-baovao avy amin’ny Tafika malagasy ity.

Fa ankoatra izay dia fantatra ihany koa fa nisy ny fifandonan’ireo mpitandro filaminana : miaramila sy zandary, tamin’ny dahalo avy nanafika, tany amin’ny kaominina Ifotaka, distrika Amboasary Atsimo iny ny herinandro teo. Miisa folo izy ireo, hoy ny angom-baovao azo. Taorian’ny fifandonana dia voalaza fa nisy efatra tamin’ireto malaso ireto no maty voatifitra, raha ny iray tamin’izy ireo kosa no azo sambo-belona. Mbola mitohy moa ny fikarohana ireo sisa ambiny, izay tafatsoaka. Ilay voasambotra kosa dia efa eo am-panavaona ny famotorana azy ireo tompon’andraikitra amin’izany, ary hatolotra ny Fitsaràna rehefa vita izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Investissements miniers : Mining Indaba 2020 à Cape Town du 3 au 6 février

Le plus grand événement d’investissement minier en Afrique se tiendra au Cape Town International Convention Centre, en Afrique du Sud, du 3 au 6 février prochain. Il s’agit d’un grand rassemblement de chefs d’Etats, de ministres, de hauts représentants de Gouvernements, de grandes et moyennes sociétés minières, des investisseurs, ainsi que des fournisseurs de services et équipements dans le secteur des mines. Pour les organisateurs, cet événement baptisé Mining Indaba est l’endroit idéal pour rencontrer les grands acteurs de l’industrie minière africaine et mondiale. D’après eux, c’est l’événement incontournable qui fait avancer l’industrie minière, offre aux participants un accès inégalé à toute la chaîne de valeur et aux acteurs les plus influents de l’exploitation minière africaine pendant quatre jours de programme de haute qualité, de négociations et de réseautage.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement privé : Les enseignants accumulent plusieurs établissements

Les difficultés pour les enseignants ne concernent pas uniquement ceux qui travaillent dans le secteur public. Les enseignants des écoles privées aussi font face à une situation qui ne leur est pas toujours favorable. En effet, il est rare de voir une personne travailler dans un seul établissement scolaire pour la simple raison qu’une école n’est pas en mesure d’offrir 8 heures de travail par jour à un enseignant. En général, un enseignant pour une matière donnée va enseigner 20 heures par semaine dans une école. Ce qui lui fait en un mois 80 heures de travail, sans parler des vacances. Le taux horaire moyen étant de 4 000 Ariary, un enseignant touche rarement 300 000 Ariary à la fin du mois s’il n’y a aucune interruption des cours pendant la semaine. Mais la plupart du temps, le revenu mensuel tourne aux alentours de 200 000 Ariary et quelques. Du coup, pour arrondir les fins de mois, ces enseignants cherchent souvent un autre établissement où ils peuvent compléter leur temps de travail.

A moins d’être un enseignant permanent, cette réalité est valable pour tous les enseignants dans le privé. L’enseignant permanent n’est pas concerné puisqu’il est considéré par l’établissement comme un personnel fixe et est donc payé avec un salaire fixe tous les mois. Par contre, les chargés de cours sont payés par heures travaillées. Ce qui pose problème pour les enseignants nouvellement arrivés car le plus souvent, ils doivent attendre des années avant de pouvoir être acceptés en tant qu’enseignant permanent.

Proximité géographique. Sur le plan pratique, accumuler deux établissements n’est pas évident. La personne peut terminer son cours dans le premier établissement à 10 h et débuter son prochain cours dans le second à la même heure. Ainsi, l’astuce de certains enseignants est de choisir deux établissements situés dans le même quartier. Cela facilite le déplacement et permet de pouvoir joindre les deux bouts chaque mois.

Enfin, concernant le taux horaire, beaucoup établissements n’envisagent pas, pour l’instant, de l’augmenter en prétextant une faillite de l’école. Certains même n’ont affiché qu’une augmentation de 2 000 Ariary depuis les années 80 jusqu’à maintenant.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Hery Rasoamaromaka : Prêt à collaborer avec tous les maires d’Analamanga

Hery Rasoamaromaka se dit prêt à collaborer avec tous les maires d’Analamanga.

Les députés TGV, ainsi que les représentants du TGV dans la capitale et dans la région Analamanga, ont présenté leurs vœux de nouvel an au gouverneur de la région Analamanga, Hery Rasoamaromaka. La cérémonie s’est déroulée hier dans les locaux de ladite région. Ayant l’habitude d’être le « mpikabary »,le député Naivo Raholdina a été le porte-parole de ses pairs ; il a également animé cette présentation de vœux. D’entrée de jeu, le gouverneur a annoncé qu’il allait travailler avec les députés et les maires. Il est même allé plus loin lors de sa conférence de presse, en déclarant que « je suis prêt à collaborer avec tous les maires sans aucune distinction politique ». Par ailleurs, il n’a pas manqué aussi de féliciter Naina Andriantsitohaina pour son élection à la tête de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Quant au volet social, notamment pour le cas de Besarety, il a lancé un appel à tout un chacun d’assumer ses responsabilités, tout en soulignant au passage qu’il a lui-même mis la main à la pâte concernant ce quartier. Tout cela pour dire que c’est l’affaire de tous.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Temps sec pour le weekend, retour de la pluie lundi

Les tananariviens ne sont pas certains que ces images ne soient que des mauvais souvenirs.

Après le déluge de mercredi, Antananarivo va pouvoir respirer pendant le weekend puisque la pluie ne reviendra que lundi selon les prévisions météorologiques. Outre un temps orageux à Sofia et Boeny, un temps partiellement nuageux à Bongolava, Melaky et Menabe ; le temps sera sec sur les autres régions durant tout le weekend. Pour la température, la maximale est observée à Antsohihy et Tuléar, avec environs 34°C. La température minimale est quant à elle de 15°C à Vakinankaratra.

Les Tananariviens sont plus ou moins satisfaits de ce temps sec pendant le weekend. Toutefois, la majorité prévoit déjà le pire pour la semaine qui vient et ils sont pleinement conscients que la ville des Milles est loin d’être sortie de l’auberge. « Une heure de pluie et toute la ville sombre dans l’eau. On craint le pire si deux ou trois heures de pluie non-stop devaient s’abattre sur la capitale la semaine prochaine ou pendant cette période des pluies», craint Njaka, un habitant d’Andravoahangy Ambany. Cette crainte semble justifiée, surtout quand on s’aperçoit qu’aucun effort sur un nettoyage conforme des canalisations n’a été effectué jusqu’à présent. Les eaux risquent donc de monter encore et encore, comme chaque année, dès que la pluie atteint le niveau de centimètre cube de trop.

Risques d’éboulement. Après les derniers bilans publiés par le bureau national de gestion des risques et catastrophes suite à la pluie de mercredi, la population a également pris ses précautions face aux risques d’éboulement qui pèsent sur la ville. En passant dans les couloirs, on peut entendre des personnes prévenir leurs proches sur les différents dangers qui peuvent survenir ; « évite de marcher à côté d’un poteau ou d’un grand mur quand il pleut ! Tu m’as bien entendu ? », martèle une mère à son jeune fils. Oui, il faudrait prendre quelques précautions car de nombreuses infrastructures de la capitale sont encore instables et risquent de s’écrouler durant la saison des pluies.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : Achat d’énergie solaire à 479 Ariary le kWh

Cérémonie de signature de contrat de fourniture d’énergie solaire entre la Jirama et la compagnie suisse Satarem

La Jirama a signé un contrat pour la fourniture d’énergie solaire avec la compagnie Suisse Satarem, pour approvisionner quelques localités comme Sakaraha, Bekily et d’autres.

0,13 dollar américain ou environ 479 Ariary le kWh ! C’est l’une des tarifications les plus basses dans l’achat d’énergie solaire, selon le PCA de la Jirama, Sololiaina Andriamanampisoa Rasamoelina, lors de la cérémonie de signature de contrat avec la compagnie Satarem, hier. D’après les explications, cette énergie permettra d’approvisionner les zones éloignées des grandes villes, en électricité. « L’implantation des centrales solaires, de la haute technologie, va débuter dans six mois. Celles-ci n’auront besoin ni de gasoil ni de fuel pour fournir de l’électricité le jour et la nuit. Ce contrat contribue à réduire le coût de revient de la JIRAMA car le kWh est fixé à 13 cents dollars ou 479 Ariary », a affirmé Vonjy Andriamanga, directeur général de la Jirama. Pour sa part, le PCA de la société d’Etat a souligné que l’objectif est d’améliorer le coût de revient de la Jirama, comme indiqué dans la feuille de route pour le redressement de la société. D’après ses dires, les 13 cents dollars, qui représente trois fois moins du coût de revient actuel, évitera une vente à perte à la Jirama.

Collaborations. Le PCA a rappelé que son administration dispose de deux ans pour redresser la société d’Etat et elle se dit prêt à collaborer avec la Direction générale et les fournisseurs locaux et étrangers pour y parvenir. Egalement présent à la cérémonie de signature, Jerome Friler, directeur général de Satarem a exprimé son optimisme, suite à sa première signature de contrat qui va permettre de générer de l’électricité 24/24h et 7/7j. Il estime qu’il y a un très fort avenir pour le développement des réseaux à Madagascar et que sa compagnie ait d’autres perspectives de coopération en vue du redressement de la Jirama. Bref, il s’agit d’une collaboration gagant-gagnant pour les deux parties.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

25 ans de scène : Samoela prévoit deux grands spectacles

25 ans de scène, deux jours de fête pour Samoela. Artiste de qualité qui n’a plus à prouver ses multiples talents, Samoela fête ses 25 ans de carrière cette année. Ainsi, l’auteur de « havako mamomamo » offrira deux spectacles, l’un le 1er mai à l’AC Palace et l’autre le 3 mai au stade de l’Esca Antanimena. Une affiche alléchante à ne pas louper ! Connu pour ses textes poignants teintés d’humour, Samoela a enregistré plus d’une centaine de morceaux. En effet, l’artiste a rythmé une génération avec son « vazo miteny », et il excelle dans le domaine jusqu’à présent. Chanteur à succès convoité des années 2000, cet homme est à l’apogée de sa carrière; sensibilisation des jeunes, publicités des produits made in Madagascar, il est l’artiste que tout le monde veut. Tantôt poète, tantôt mélomane, ce monsieur est un militant culturel dévoué. Il œuvre à la reconnaissance de la tradition malgache. Samoela est le créateur de son label et producteur de son spectacle. Il contrôle toute la chaîne de production artistique. Sa petite entreprise ne connaît pas la crise. Elle prend du poids, tout comme son propriétaire. Pendant que les autres sont en difficulté, le patron de Be Mozika enchaîne les concerts un peu partout à Madagascar et dans le monde. Chanteur au début de sa carrière, producteur par la suite, Samoela est loin de prendre sa retraite. Il l’a promis, il chantera jusqu’à son dernier souffle.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Police nationale : Dix nouveaux Contrôleurs Généraux ont reçu leurs galons hier

La remise de galons des Contrôleurs généraux de la Police à Ivato hier.

La journée d’hier était exceptionnelle pour la Police nationale. Le Ministère de la Sécurité publique l’a consacrée pour la tenue de la cérémonie de remise de galons à dix Contrôleurs généraux de police, neuf Commissaires divisionnaires de police, 29 Commissaires principaux et huit Commissaires de 1ère classe, nouvellement promus à ces grades respectifs. Organisée à l’Ecole nationale supérieure de la Police nationale à Ivato, cette cérémonie a constitué une occasion de dresser le bilan des activités de ce département durant l’année 2019. Une année qui était marquée par la concrétisation des stratégies adoptées par le ministre de la Sécurité publique, Contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, dès son arrivée à la tête de ce département, a expliqué le Directeur général de la Police nationale, le Contrôleur général de police, Dany Marius Rakotozanany. Telle est l’application de la « Police de proximité » ou la Police proche de la population, c’est-à-dire que cette entité des Forces de l’ordre est disposée à collaborer avec le peuple en matière de protection et de prévention. Cela a permis à la Police de réaliser 41 186 rondes et patrouilles durant lesquelles, elle a pu intervenir dans 427 vols à main armée sur les 927 cas enregistrés durant l’année. 11O armes à feu et 495 munitions ont été saisies. 506 bandits réputés dangereux ont été arrêtés dont 29 ont été abattus en plein acte. 303 associations de malfaiteurs ont été démantelées. En ce qui concerne le kidnapping,  le DGPN affirme que des efforts ont été déployés pour lutter contre ce fléau qui noircit l’image du pays en matière d’insécurité. D’après lui, 19 cas ont été enregistrés au niveau de la Police nationale durant l’année 2019. Concernant la lutte contre les vols de bovidés, dans laquelle la Police nationale intervient également en milieu rural, elle travaille en collaboration avec les populations. Sur les 103 cas dans lesquels 1655 têtes de zébus étaient volées, 269 dahalo ont été arrêtés dont 29 ont été tués durant leur capture. Problème persistant et loin d’être résolu jusqu’ici, la recrudescence des vols d’ossements humains a obligé la Police nationale d’y intervenir. 917 opérations spéciales ont été effectuées 228,25 kgs d’os ont été saisis.

Ces statistiques ne sont que des exemples parmi les réalisations de ce département dont la compétence couvre d’autres domaines dont la circulation, la lutte contre les trafics de stupéfiants et de ressources naturelles. C’est la raison pour laquelle, en félicitant les nouveaux promus qui ont reçu leurs galons hier, le ministre de la Sécurité publique, Roger Rafanomezantsoa, a rappelé à ces officiers supérieurs la nécessité de l’abnégation et du courage dans l’accomplissement de leurs missions. Cela, pour l’honneur de cette institution et surtout, pour les biens de la population envers laquelle ils sont redevables.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ankizilahy matin’ny ady an-dalam-be : Miandry fitsarana am-ponja ny efatra tamin’izy dimy lahy voasambotra

Omaly, araka ny fanapahan’ny tonia mpampanoa lalana sy ny polisy misahana ny zaza tsy ampy taona, no nakarina teo anivon’ny fitsarana ny antontan-taratasin’adin’izy dimy lahy, voasambotry ny FIP tamin’ny famonoana ilay ankizilahy mpianatry ny CEG Ratsimilaho maty noho ny ady an-dalam-be. Niaiky ny heloka nataony avokoa ny efatra tamin’izy dimy lahy voasambotra, ka nivadika ho famonoana olona niniana natao sy efa nomanina ilay vono olona tsy nahy tao anatin’ny antontan-taratasim-panadihadian’ny polisy. Vokany didy savaranonando miandry fitsarana am-ponja no navoakan’ny mpitsara ny zaza tsy ampy taona misahana ny raharaha. Ny iray kosa amin’ny naha-vavolombelona azy dia nahazo ny fahafahana vonjimaika tamin’ny fitsarana. Ankoatra izany dia ny zoma tolakandro teo no nalevina Rakotonandrasana Rayan Médéros, ary amin’ny maha-mpianitry ny CEG Ratsimilaho azy tahaka ireo namono azy izay efa miandry fitsarana am-ponja ny efatra tami’ireo dimy, dia nampanandalovina ny toeram-pianarany ity ankizilahy ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Komoriana 13 isa nentin’ny rano

Ny motera roa no indray maty. Tsy nisy azo natao intsony tamin’ity vedety nitondra komoriana miisa 13. Niandry izay nitondran’ny rivotra azy ireo fotsiny sisa ny mpandeha. Omaly dia tany Mahajanga no hitan’ny mpiandriaka ny fisian’izany. Olona efa reraka be daholo no tao anatiny. Sady noana no nangetaheta ary efa manomboka miady amin’ny fahafatesana. Avy hatrany dia nanomboka ny famonjena ary nitatitra ireo olona tamin’ny lakana. Raha araka ny fanazavana azo dia tsy hita nanomboka ny 28 desambra tamin’ny taon-dasa teo ity sambo kely ity. Izany hoe 15 andro izany no natopatopan’ny ranomasina teny ary dia niandry izay nigadonany fotsiny. Efa nalemilemy sy nitsirepirepy avokoa ny mpandeha tao anatiny ary ny tena nampalahelo dia ny fisian’ny aza amam-behivavy tamin’ireo. Na izany aza aloha tsy nisy aina nafoy rehefa nomena ny fitsaboana sahaza avy hatrany. Notaterina tao amin’ny toeram-pitsaboana tsy miankina tao Mahajanga izy ireo. Nifandrimbona ny manam-pahefana tao an-toerana, isan’izany ny mpitandro ny filaminana sy ny mpamonjy voina tamin’ny fitsenana sy ny fitaterana. Noraisin’ny fanjakana manontolo ny saran’ny fitsaboana. Isan’ny tonga teo an-toerana koa ny APMF ary nifandrimbona tamin’ny fanavotana. Amin’ny tranga toa izao dia tsy maintsy misy ny fampandrenesana ny manam-pahefana komoriana avy hatrany ary izy ireo no mandray an-tànana ny fampodiana ny olony. Na izany aza anefa adidin’ny fanjakana malagasy ny miahy ireo olona ireo mandra-pahatongan’izay fotoana hiverenany any amin’ny fireneny. Mampatsiahy ny fisian’ireo piraty somaliana am-polony izay simba motera koa ny vedety fampiasany ka natopatopan’ny rano teny sisa. Teny amorontsirak’Antsiranana no nifarana ny dian’ireo ary efa olona efa tena nahia kely avokoa sy niady tamin’ny fahafatesana. Natao izay namelomana azy ary naiditra am-ponja tao an-toerana nandra-piandry ny fangalan’ny fanjakana somaliana azy ireo. Ny tranga toy izao dia mbola manaporofo fa misy ny sambo izay tsy misy fitaovam-pifandraisana akory kanefa mivezivezy eraky ny oseana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel : Samedi 11 janvier 2020

Fara West Faravohitra

HTJ de nouveau en selle

Il y a huit ans, le trio HTJ a vu sa genèse au Madajazzcar. Reliant artistiquement trois musiciens chevronnés, aujourd’hui, la formation revient sur la scène du Fara West Faravohitra ce soir. Le HTJ trio concocte une soirée Funk/Groove/Jazz avec comme artiste invité le brillant Joro Rakotozafiarison à la guitare. Le tout est le fruit d’interactions, écoutes, échanges qui sont les composantes musicales qui unissent ces trois musiciens de façon homogène.

 

 

No comment bar Isoraka

Du reggae dub avec Tilahy

Une fois de plus, Tilahy enchaîne son « 39 tours d’Ange heureux ». Ce soir, c’est au “ no comment bar” Isoraka que le toaster retrouvera les noctambules.  Fidèle à son image, le répertoire se fera toujours avec du reggae dub comme on l’aime. Pacifique, il l’est dans ses textes et la fraternité reste un mot d’ordre  pour l’artiste comme c’est le cas dans « Dia Hilamina ny tany ». Evidemment, le chanteur concocte déjà de belles surprises pour ses convives.

 

Dimanche 12 janvier 2020

Palais des Sports Mahamasina

Il était une fois… Black M à Madagascar 

Plus qu’une journée et le public malgache aura le plaisir de voir le Big Black M en live. Arrivé hier et entouré de son équipe, la star est prête à enflammer la scène du Palais des Sports Mahamasina. En attendant, Black M donne rendez-vous à ses fans  à l’hôtel Ibis Ankorondrano à 18h30 pour une petite séance de dédicace et de photo. Avec Misié Sayda en première, le show semble prometteur. A en croire les bruits de couloirs, le spectacle sera à la hauteur de la notoriété de l’artiste. Il ne reste plus qu’à prendre son mal en patience jusqu’à demain.

 

Z.T/M.R

Midi Madagasikara0 partages

Taekwondo – Championnats de Madagascar : Bonne opération en poomsae pour Analamanga

Pour la première fois, une grande compétition nationale de taekwondo se déroule dans la capitale. En effet, les championnats de Madagascar édition 2020 sont sous les feux des projecteurs depuis hier, et cela se poursuit aujourd’hui au palais des Sports Mahamasina.

310 combattants se sont donnés rendez-vous pour ce sommet 2020. Les neuf ligues sont toutes représentées. Un effectif satisfaisant pour la Fédération Malgache de Taekwondo (FMTKD) par rapport aux précédentes compétitions organisées. Cependant, le sommet a commencé avec le « poomsae » hier après-midi, durant lequel la ligue d’Analamanga a montré sa domination. Mais ce ne fut pas une grande surprise puisque tous ses grands clubs ont participé, à savoir Dynamic, Sonrang, AATKD et Escapara. Leurs combattants ont confirmé leur suprématie lors de cette première journée. Ils ont raflé neuf titres sur les dix catégories, dont cinq pour le club Dynamics, deux pour Sonrang, et un titre chacun pour Escapara et AATKD. Le seul titre qui a échappé à la ligue est celui de en « master masculin », remporté par le club OTCM de Maevatanana. Et ce, grâce à la belle prestation de Gilbert. Il a défait Mudo Claude d’Iarivo TKD en finale. D’ailleurs, le Black Tiger n’a pas non plus démérité. Ce club d’Atsinanana a arraché les troisièmes places, grâce à Francisca et Nambinintsoa chez les juniors.

« Ces championnats 2020 sont beaucoup mieux organisés. L’arbitre venait de terminer une formation, ce qui justifie la partialité des jugements en suivant les normes exigées à l’international. Toutefois, des contraintes de temps ont été rencontrées à cause de l’utilisation de plastrons électroniques de deuxième génération. Et les techniciens étaient encore amateurs, ce qui a causé quelques retards. Mais côté technique, on peut constater l’effort des athlètes qui est très encourageant », a précisé le directeur technique national, Rivo Rakotobe. La compétition continue avec le « Kyorugi » toutes catégories ce jour.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Malnutrition aigüe modérée : La Corée du Sud à la rescousse

La remise symbolique du demi-million de dollars par l’ambassadeur de la République de Corée SEM Lim Sang Woo, au représentant du PAM, Moumini Ouedraogo en présence du coordonnateur national de l’ONN, le Dr Lucie Solofonirina.

500.000 dollars viennent d’être remis officiellement au PAM (Programme Alimentaire Mondial) par la Corée du Sud dans le cadre de son soutien à la réponse à la crise nutritionnelle observée dans le sud de Madagascar.

Une partie de cette somme, remise au PAM à titre de don, servira à l’achat de 70 tonnes d’aliments de supplémentation prêts à l’emploi pour traiter la malnutrition aigüe modérée chez 7800 enfants des trois régions du sud, à savoir Atsimo Andrefana, Anosy et Androy, durant l’actuelle période de soudure de décembre 2019 à février 2020. Ces trois régions, rappelons-le, sont régulièrement confrontées au problème de sécheresse persistante, exposant les populations, et en particulier les enfants et les femmes, à la malnutrition et à l’insécurité alimentaire. Cette aide contribuera ainsi à limiter l’étendue du phénomène d’insécurité alimentaire et empêcher la dégradation de la situation nutritionnelle des populations concernées.

Urgence. Présent sur le terrain à plusieurs reprises l’an dernier, l’ambassadeur de la République de Corée Lim Sang-woo, a eu l’occasion de constater les réalités du terrain. « J’ai vu de mes propres yeux la gravité et l’urgence de répondre à la crise nutritionnelle qui évolue dans cette région », a-t-il affirmé lors de la cérémonie de remise symbolique du demi-million de dollars au PAM. Ce don entre dans le cadre du projet dénommé « Assistance alimentaire et nutritionnelle d’urgence aux ménages affectés par l’insécurité alimentaire » dans le sud de Madagascar. La réponse à l’urgence est en cours depuis le mois de décembre 2019 pour subvenir aux besoins nutritionnels des populations durant la période de soudure, en collaboration avec l’ONN (Office national de nutrition) et d’autres organisations non gouvernementales.

 Ampanihy et Bekily. D’après le PAM, le système de surveillance nutritionnelle du troisième trimestre 2019 a montré que, le district d’Ampanihy est resté en situation d’urgence depuis 2018 tandis que le district de Bekily est classé en situation d’alerte nutritionnelle. Rappelons que 44% des décès infantile à Madagascar sont associés à la sous-nutrition. Plus de 100 000 enfants souffrant de malnutrition aiguë modérée, sont pris en charge chaque année dans les régions du sud.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

RNS 2020 : La ville hôte sera connue ce jour

Après plusieurs mois d’attente, les fidèles et inconditionnels de la Rencontre Nationale Sportive (RNS) seront fixés.

En effet, les membres du comité exécutif national de la RNS dévoileront la ville hôte pour l’édition 2020. Le lieu sera ainsi connu lors d’une cérémonie qui se tiendra à l’Ambassade de Madagascar à Paris. « C’est inédit dans l’histoire de la RNS qu’on fasse une cérémonie pour l’annonce de la ville », a fait savoir Marie-Jo Focard, vice-président du CEN. Cette année, la RNS, considérée comme le rendez-vous le plus important des enfants et amis de Madagascar installés à l’étranger, célèbrera ses 45 ans, autour de sa devise fondatrice « firahalahiana vao fifaninanana ». Cette édition 2020 sera à la hauteur de cette célébration. Le CEN rassemble plus de 23 associations sportives, 11 associations culturelles et deux autres organisations. Celles-ci sont plus nombreuses que lors de la 44e édition, qui s’est tenue l’an dernier à Vichy.

Elles affichent leur volonté de participer à l’organisation de la RNS, contribuant ainsi à la pérennisation de la rencontre, mais aussi à l’unité des Malgaches sans distinctions. Plusieurs disciplines sportives sont au programme de la RNS chaque année comme le football, le basket-ball, le volley-ball, le futsal, le tennis de table, le tennis, la natation, la pétanque, ou l’e-sport. En 2018 et 2019, les Barea étaient à l’honneur lors des RNS. Si le rayonnement et les succès de la RNS ont contribué à faire gagner le sport malgache en crédibilité, à l’étranger en général et en France en particulier, les « success-stories » des équipes originaires de Madagascar n’ont pour l’instant que modérément développé des projets structurants et mobilisé des actions d’envergure en direction et au bénéfice des populations de toutes les régions de Madagascar. Le 45e anniversaire de la RNS sera l’occasion d’afficher cette vitalité sans cesse renouvelée. Celle de l’esprit solidaire, entrepreneurial et coopératif des pôles pilotés par le CNO avec tous les contributeurs traditionnels et potentiels, en résonance avec les partenaires institutionnels publics ou privés, associatifs et organisations multilatérales ou non-gouvernementales.

 T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambatofinandrahana : Basy « kalach » iray azo teny am-pelatanan’ny dahalo

Fitaovam-piadiana mahery vaika, basy « kalach » iray no tratra teny am-pelatanan’ny dahalo tao amin’ny tanàna iray antsoina hoe Tety Analatapia, fokontany Andrahalana, distrika Ambatofinandrahana, omaly vao mangiran-dratsy. Araka ny voalazan’ny loharanom-baovao dia toby famaharan-dahalo ity toerana nahitàna ilay basy ity. Nisy mantsy, hoy hatrany ny fanazavàna azo, ny angom-baovao azon’ny avy eo anivon’ny Vondron-tobim-paritry ny zandary ao Ambatofinandrahana, mahasika io toerana io sy ny misy azy. Tsy niandry ela fa nidina avy hatrany tany amin’io toerana io ireo zandary. « Rehefa natao ny fisavàna ny toerana voalaza eo ambony dia tsy tratra tao intsony ireo dahalo fa basy « kalachnikov » iray no hita tao izay nogiazana avy hatrany ». Marihana, hoy hatrany ny vaovao, fa tsy fitaovam-piadiana ampiasain’ny zandarimariam-pirenena ity basy mahery vaika sarona ity. Hatreto araka izany dia tsy mbola hay velively ny loharano niaviany ka nahatonga azy ho eny am-pelatanan’ireo olon-dratsy. Mitohy araka izany ny fanadihadiana mahakasika izany ary heverina fa ho fantatra tsy ho ela.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Partenariat : BMOI et M’Vola lancent le service Bank to Wallet / Wallet to Bank

L’inclusion financière s’améliore grâce aux initiatives des entreprises qui ne cessent d’innover pour satisfaire au maximum les usagers.

D’un côté, la BMOI avec ses 30 ans en tant que banque de référence auprès des entreprises, des institutionnels et des particuliers, de l’autre M’Vola, leader incontesté du transfert d’argent et du paiement par mobile à Madagascar. Ce sont ces deux entreprises majeures sur l’échiquier économique qui s’associent  pour donner aux usagers  un service innovant : le Bank to Wallet / Wallet to Bank.

Engagement

Lancé officiellement hier lors d’une conférence de  presse qui a vu la présence d’Alain Merlot, Directeur Général de la BMOI, et de Mathieu Macé, l’Administrateur Directeur Général de Telma Money, ce service permet à l’utilisateur de transférer immédiatement de l’argent  de son compte bancaire vers son compte de mobile money et inversement. Pour la BMOI, ce partenariat confirme l’engagement de la banque à rendre les comptes de ses clients accessibles en tout temps et en tout lieu, et de gérer les opérations 24h/24 et 7j/7 via internet et/ou mobile. « Notre réseau de 19 agences, dont deux agences Prestige, deux centres d’affaires et 30 GAB, enrichit notre offre avec M’Vola pour continuer à rendre à tous nos clients la meilleure qualité de service », a expliqué le DG de la BMOI. Grâce en effet à ce partenariat, l’argent du client est disponible auprès des 20.000 points marchands de M’Vola et des 1.500 partenaires qui répondront à leurs besoins.

Innovants

Pour M’Vola, qui est actuellement à ses dix années de présence sur le marché du transfert d’argent et du mobile money à Madagascar, ce partenariat confirme la volonté d’offrir aux usagers des services variés et de grande qualité.Une confirmation également de la confiance des partenaires quant à la fiabilité du système M’Vola qui collabore actuellement avec toutes les banques du pays. Un pas de plus, en somme, vers la facilitation et la digitalisation de l’accès aux services bancaires. On rappelle, en tout cas ,que M’Vola est le premier Intermédiaire en Opérations Bancaires (IOB) depuis 2010 où elle n’a jamais cessé d’apporter des services innovants.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Antsiranana : La député Jocelyne Maxime investit dans le social

Jocelyne Maxime, une femme de terrain.

Début d’année dédié au social pour la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Jocelyne Maxime Rahelihanta. Cette élue d’Antsiranana a choisi de se préoccuper du social de ses électeurs ces derniers temps. Elle a offert une maison d’habitation à chacune de deux femmes âgées de 80 ans et de 85 ans. La première habite dans le Fokontany de V, tandis que la seconde, atteinte de cataracte, vit dans le fokontany de Morafeno. A l’occasion du nouvel an, la vice-présidente de la Chambre Basse pour la province d’Antsiranana a distribué des cadeaux aux élèves des EPP de Scama, de Namakia, de Tsaramandroso, de Mahatsara et d’Ambohimitsinjo. Jocelyne Maxime n’a pas oublié le jour de Noël les nouveaux nés des hôpitaux locaux, les hommes et les femmes âgées ainsi que les handicapés de sa circonscription.

Recueillis par R. Eugène

Madagate0 partages

Mialy Rajoelina. Maman avant d'être Première Dame, Présidente d'association et Ambassadeur de bonne volo...

Le mercredi 08 janvier 2020, la Première Dame de Madagascar, Mialy Rajoelina, également Président de l'Association Fitia et ambassadeur du Fnuap pour les VBG (Violences basées sur le genre) est revenue au Centre hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA) où elle avait distribué des cadeaux de Noël à des patients, le 24 décembre 2019, en compagnie de son mari, Président de la République.

Quel a été le but de cette seconde visite en moins d'un mois ? Voici la traduction en français de son discours du jour :

“C'est emplie de joie que je viens visiter ce lieu, après la fête de la Nativité et en cette nouvelle année 2020 qui vient de débuter. Puisse-t-elle être pour chacun de nous, l'année de toutes les réussites et celle de l'équilibre synonyme d'une excellente santé que je souhaite particulièrement à vous tous qui travaillez ici, au Centre hospitalier de Soavinandriana (CENHOSOA).

Puisse aussi cette année renforcer la volonté ancrée en vous tous pour aller de l'avant dans l'accomplissement de vos devoirs et vos responsabilités à l'égard des soins prodigués aux mères et aux enfants. Votre travail est sacré car il ravive, conserve et va, plus que souvent, jusqu'à sauver des vies.

Mon mari et moi avons été profondément affligés lors de notre visite au Service de Pédiatrie et de Néonatalogie, à la veille de Noël dernier, en constatant qu'il n'y existait que deux couveuses destinées à trois nouveaux-nés prématurément. C'est affligeant car cela signifie qu'un prématuré doit resté en attente à cause de cette carence de matériel. Pourtant, nous savons tous que les bébés prématurés doivent faire l'objet d'un suivi strict et soutenu dont leur mise dans une couveuse pour une période allant d'une semaine à un mois, qui pourra leur permettre de mieux grandir et de prendre un poids normal.

Le temps consacré aux soins et à la protection des prématurés est précieux car il se compte jusqu'en secondes. Aussi, il est inacceptable et même inimaginable de penser qu'un bébé qui a besoin de soins aussi urgents qu'intensifs, doive attendre indépendamment de toute volonté. Et c'est cette situation qui nous a conduit, mon mari et moi, à offrir avec tout notre amour ces deux couveuses pour cet hôpital de Soavinandriana.

Je remercie, ici, et suis reconnaissante à tout le personnel de l'hôpital qui n'a pas fait de cette carence de matériel, une entrave au bon fonctionnement du Service de Pédiatrie et de Néonatalogie.

Je suis en parfaite connaissance de cause quant à l'anxiété qui submerge les parents lorsque leurs enfants sont malades. J'ai vécu ces moments difficiles, j'y ai été confrontée. Et je me souviens de mon fils de deux mois seulement atteint de problèmes respiratoires. Il avait été amené d'urgence au Service de réanimation pédiatrique de l'hôpital où nous nous trouvons, en ce moment, pour y recevoir les soins adéquats.

Ici, j'adresse soutien et réconfort à tous les parents dont les enfants ne sont pas en bonne santé, qu'ils soient dans cet hôpital ou en d'autres lieux, hospitaliers ou non, à travers l'Île.

Mon souhait, pour vous, membres du personnel de Santé, quoi qu'il puisse survenir, est que vous accomplissiez votre travail avec enthousiasme et professionnalisme car c'est vraiment ce que souhaitent et ont besoin les parents de ces enfants malades.

Il y a encore beaucoup à faire pour améliorer votre cadre de travail, que ce soit au niveau du matériel, des infrastructures, de la formation et la professionnalisation du personnel de Santé.

Aussi, tournons nos regards vers le même objectif qui est l'optimisation du milieu de la Santé à Madagascar, plus particulièrement la Santé de la Mère et de l'Enfant.

Car une population saine et vigoureuse constitue un levier du développement efficace et la Santé demeure la source de toutes les richesses ”.

Traduction : Jeannot Ramambazafy

Le Dr Ranivoson Andrianarina Harivelo, pédiatre, est l'auteur d'une étude intitulée : “Prise en charge respiratoire des nouveau-nés de très faible poids de naissance dans un hôpital Malgache”. De quoi s'agit-il, qui a un lien direct avec le Service de Pédiatrie et Néonatalogie du Centre Hospitalier de Soavinandriana qui a fait l'objet de ce don présidentiel de deux couveuses ?

Le Médecin Général Rakoto Fanomezantsoa et la Première Dame Mialy Rajoelina

Il s'agit d'une étude transversale avec analyse des facteurs associés à la mortalité, portant sur tous les nouveau-nés pesant moins de 1500g à la naissance. Elle a été menée sur une période de 24 mois (du 01 janvier 2016 au 31 décembre 2017) dans le Service de Pédiatrie et Néonatalogie du Centre Hospitalier de Soavinandriana. Ainsi, parmi les 577 nouveau-nés admis pendant cette période, 48 étaient retenus comme ayant un très faible poids de naissance. Tous avaient un âge gestationnel inférieur à 37 semaines d’aménorrhée.

La détresse respiratoire était rencontrée chez 32 enfants (66,6%), les épisodes d’apnée chez 18 enfants (42,8%). Le traitement s’est reposé sur l’oxygénothérapie aux lunettes (89,6%) et l’utilisation de ventilation positive à pression continue nasale chez 8 enfants (19%). Le taux de létalité était de 52,1%. Aussi, une adaptation de l’apport en oxygène en fonction de la saturation est recommandée. La survenue d’apnée expose plus au décès, d’où l’intérêt de la prévention tant que la disponibilité de la ventilation positive à pression continue nasale est limitée. (Source : Société malgache de pédiatrie)

Ainsi,sans entrer dans des termes médicaux techniques compliqués, la couveuse joue un rôle important pour les voies respiratoires d'un prématuré. Certes, elle n'est pas systématiquement utilisée pour administrer directement, au sein de la bulle en plastique, de l’oxygène au bébé. Néanmoins, la couveuse est reliée à différents appareils qui permettent d’offrir au bébé prématuré une respiration optimale. En effet, il faut que vous sachiez qu'à sa naissance, un nouveau-né prématuré n’a pas terminé le développement de ses organes respiratoires. C’est la principale fragilité des naissances prématurées. L’équipe du service de néonatologie devra donc être très attentive à la respiration de du bébé. Il manque aux enfants prématurés une substance dans les poumons, appelée le surfactant. L’équipe médicale peut lui en administrer, si nécessaire, à l’aide d’un tube dans la trachée. Le nouveau-né prématuré aura peut-être également besoin d’une assistance respiratoire. Certains enfants souffrent en effet d’apnées à la naissance, il faut les accompagner le temps que leur développement permette une respiration autonome. A défaut de couveuse, il est possible d'administrer de l’oxygène aux nouveaux-nés par la trachée ou encore à l’aide de lunettes nasales à oxygène, les canules. Rassurez-vous cette méthode est indolore.

Enfin, pour clore ce dossier, sachez que le Service de Pédiatrie et de Néonatalogie du Centre Hospitalier de Soavinandriana prend en charge la santé des enfants jusqu'à l'âge de 16 ans, et son personnel s'occupe de l140 bébés prématurés sur 1.000 naissances annuelles. Bravissimo, de la part du fils de médecin que je suis ! Mais le dernier mot en revient au Médecin Général Rakoto Fanomezantsoa, Directeur général du CENHOSOA: “Ces nouvelles couveuses de dernière génération constituent une grande précieuse pour Centre hospitalier, particulièrement pour le Service De Pédiatrie et de Néonatologie car, en effet, elles peuvent aussi assurer la réanimation de nouveaux-nés. A présent, nous disposons, au total, de 5 couveuses, ce qui allégera les attentes surtout à une certaine période de l'année”.

Dossier de Jeannot Ramambazafy également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 11 janvier 2020