Les actualités Malgaches du Jeudi 11 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara782 partages

Nosy-be : Miakatra ny vidim-piainana, 2 hetsy Ariary ny gonim-bary, voatabia singany iray vidina Ar 1 000

Taorian’ny fandalovan’ny rivodoza Ava, dia niakatra avokoa ny vidin’ ireo entana ilain’ny mponina amin’ny fiainany andavanandro ao Nosy-be, ka maro ireo sahirana tsy maharaka intsony ny vidim-piainana miakatra be. Ao bazaribe Hell ville, ohatra, dia vidina 1 000 Ariary ny voatabia singany iray. Anana telo tsongo 500 Ariary. 16 000 Ariary ny kilaon’ny hen’omby. 125 000 Ariary ny gonim-bary 50 kg, raha tafakatra hatramin’ny roa hetsy Ariary izany amin’ireo toerana saro-dàlana. Ifampitadiavana any an-toerana ihany koa ny hazan-dranomasina sy ny atody. Araka ny tati-baovao voaray, dia efa miverina miasa ny fitaterana an-dranomasina izay mampitohy an’i Nosy-be sy Ankifiny Ambanja, raha nihantona nandritra ny telo andro izany noho ny fisian’ny andro ratsy.

 Eric Manitrisa

Midi Madagasikara362 partages

« Antoko Politika Madio » : Tout est fin prêt pour la conquête de la Mairie de Tana !

Le président national de l’APM a réitéré que « le parti ne soutiendra aucun candidat à la prochaine présidentielle et n’a jamais présenté de candidat avant les municipales et communales de 2019.(Photo : Kelly R.)

« Antananarivo loin du bordel, Antananarivo dépourvu d’embouteillages, Antananarivo sans tip top ». C’est ceux à quoi la population tananarivienne devrait s’attendre si Rakotoarisoa Faniry Alban, fondateur et président national du parti « Antoko Politika Madio » (APM), sera élu à la tête de la Mairie de la capitale.

C’est un parti politique qui veut introduire, sur le long terme, le changement et qui désire faire peau neuve en politique. Pour commencer, l’APM de Rakotoarisoa Faniry Alban a effectué, hier, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina, une sorte de démonstration selon laquelle le parti est bien préparé pour les prochaines élections municipales; bien préparé dans la mesure où aussitôt créé, le parti se dote d’ores et déjà d’un projet de société pour la Commune Urbaine d’Antananarivo, objet de la rencontre d’hier. Ce sera donc ce projet qui sera exécuté lors du « seul et unique » mandat de Rakotoarisoa Faniry Alban à la Mairie de Tana, s’il sera élu. Mais encore faut-il rappeler les précisions subséquentes. « Je serai candidat si je remplis les conditions imposées par les textes en vigueur ; si l’élection sera transparente c’est-à-dire respectant le code électoral, réalisée avec les listes électorales établies et loin des fraudes électorales, et si à l’issue de l’élection primaire que l’APM va organiser, les membres m’éliront », réitère Rakotoarisoa Faniry Alban.

Transparence. L’APM est donc prêt à relever ce défi en axant toutes ses décisions et actions sur les principes fondamentaux du parti, entre autres, la transparence, la redevabilité, l’honnêteté et l’intégrité. « Actuellement, nous constatons qu’il n’y a pas véritablement de transparence au niveau de la gestion financière et de la trésorerie de la CUA », a lancé Balita Ambinintsoa Samoela, vice-président et porte-parole du parti. Et l’APM, sans faire des promesses de Gascon, s’engage à « balayer » cette absence de transparence. Toujours dans cette même optique, le candidat de l’APM, s’il sera élu, compte procéder en bonne et due forme à la déclaration de patrimoine ainsi qu’à la transparence des contrats de partenariat entre la CUA et ses partenaires techniques et financiers.

« Antananarivo maha te-honina ». C’est la dénomination attribuée au projet de société de l’APM. Un projet résultant de plusieurs années d’études de faisabilité techniques et financières. Dans le volet économie, par exemple, le jumelage est placé au centre de toutes les préoccupations. « Il sera question d’une coopération décentralisée avec les capitales étrangères mais aussi avec les différentes communes nationales et internationales », explique-t-on. Au niveau social, il est prévu, entre autres que le Samva sera (de nouveau) rattaché à la CUA et que chaque secteur de chaque Fokontany se dotera d’une benne à ordures. Pour ce qui est de l’aménagement du territoire communal, l’APM prévoit de construire des parkings à étages mais aussi de procéder à l’extension d’une nouvelle ville dont les partenaires ne seront autres que les communes périphériques.

« Jadona misy fanahy ». Le projet de société de l’APM revêt a priori un caractère aguichant. S’il sera réalisé, les efforts ainsi déployés risqueront d’être réduits en vain si la discipline n’est toujours pas au rendez-vous. Et le président national de l’APM n’a pas manqué de le souligner. « La population tananarivienne a toujours été éduquée dans l’indiscipline. Avec l’APM, tout le monde se soumettra à la discipline car nous allons instaurer le « jadona misy fanahy » (ndlr : nous avons fait exprès de n’effectuer une traduction) au profit de tous ». Interrogé au téléphone, Rakotoarisoa Faniry Alban a expliqué que cela consiste à « faire régner la discipline et les textes en vigueur au sein de la CUA ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara277 partages

Air Madagascar : Des milliards de pertes pour la première semaine 2018

La compagnie nationale a du mal à prendre son envol pour cette nouvelle année.

L’année 2018 a très mal commencé pour la compagnie Air Madagascar. Malgré le partenariat stratégique avec Air Austral, des incidents coûteux n’ont pas été évités.

Mauvais signe ou fin des gaucheries pour la compagnie nationale ? Plusieurs incidents ont marqué la fin de 2017 et le début de l’année 2018 pour Air Madagascar. Annulations et reports de vols ; tensions entre les employés de la compagnie et les passagers énervés par la situation ; et surtout des impacts financiers importants… autant de problèmes qui ont, une fois de plus, sali l’image de la compagnie nationale. Et pourtant, ces incidents ne viennent pas forcément d’une mauvaise gestion, si l’on ne se réfère qu’aux impacts du passage du cyclone Ava. Pour l’opinion, cela n’excuse pas non plus les mauvaises prévisions des dirigeants de la compagnie et de son « partenaire stratégique ». D’après les propos du DG Rolland Besoa Razafimaharo, le Boeing 737-800 effectue chaque jour près de 9 heures de vol. « Si on fait le compte pour une année, cet avion peut atteindre facilement sa capacité maximum de vol », a-t-il noté. En d’autres termes, le DG d’Air Madagascar voulait sous entendre que l’exploitation de cet avion est optimisée. Mais le hic est que l’appareil a subi deux pannes en l’espace d’une semaine. La crédibilité d’Air Madagascar en a encore pris un coup, d’autant plus que les reports de vols ont été multipliés par le passage du cyclone Ava. Pendant même que la Direction Générale de la compagnie a organisé une conférence de presse à son siège à Analakely pour expliciter la situation, un vol du Boeing 737-800, qui devait faire la desserte Toliara – Fort Dauphin n’a pas pu se poser à l’aéroport de destination et était obligé de ramener tous les passagers à Antananarivo.

Zéro subvention. Pour cet exercice 2018, l’Etat Malagasy se désengage déjà financièrement de la compagnie Air Madagascar, d’après la déclaration faite par le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona, lors de la présentation de la loi de finances initiale. Grâce au partenariat stratégique avec Air Austral, la compagnie Air Madagascar devrait, en effet, atteindre le seuil de rentabilité et équilibrer sa finance, d’ici 2021, si l’on se réfère au calendrier du plan de redressement. Une fois ce seuil franchi, la compagnie nationale devrait commencer à réaliser des bénéfices… D’après la Direction Générale d’Air Madagascar, l’exécution de ce plan de redressement se déroule bien, malgré les mauvaises surprises de la fin d’année et du nouvel an. « Face à ces reports de vols causés par les pannes techniques, la compagnie a pris ses responsabilités en prenant en charge les passagers en souffrance et en indemnisant les victimes de ces incidents dus aux pannes techniques. Mais ces coûts inattendus sont déjà prévus. Cependant, cette marge d’imprévus s’amincit au fur et à mesure que des incidents se produisent. C’est pour cela que nous essayons de relancer les activités au plus vite », a affirmé le DG Besoa Razafimaharo.

Impacts financiers. La Direction Générale d’air Madagascar n’a pas encore pu donner les chiffres exacts, quant aux coûts engendrés par les pannes techniques du Boeing 737-800. Mais si l’on se réfère à la prise en charge et à l’indemnisation des passagers en souffrance, il faut croire que ces coûts sont énormes. Lorsque nous avons questionné les hôtels qui collaborent avec la compagnie nationale pour l’hébergement des passagers en souffrance, nous avons appris que les tarifs pour une nuitée tournent autour de 70 ou 80 Euros. Air Madagascar doit donc dépenser pour chaque nuitée de report de vol, au minimum 400.000 Ariary par passager. Et selon la Direction de la compagnie, le nombre de ces passagers en souffrance variait entre 300 et 400, durant la première semaine de ce mois de janvier, à cause des perturbations de vols. Certes, les coûts inattendus, durant cette période, dépassent facilement le milliard d’Ariary, rien que pour ce vol. A cette prise en charge s’ajoutent les indemnisations. « Cela dépend des réclamations des passagers. Ils peuvent fournir des pièces justificatives auprès du service après vente (SAV), sur les pertes engendrées par le report de vol. Cela pourrait être par exemple une location d’hôtel ou de bateau sur la ville de destination du passager, ou tout simplement d’autres préjudices qui doivent cependant être prouvées », nous a expliqué une source auprès de la compagnie nationale. Bref, les charges s’alourdissent pour la compagnie, sans compter les va-et-vient et vols à vide dus aux perturbations de vols engendrées par le cyclone. Cependant, les dirigeants d’Air Madagascar se montrent optimistes, quant à la réussite du plan de redressement.

Antsa R.

Midi Madagasikara246 partages

Rap Gasy : L’alchimie de Doubl’e’nn remis au gout du jour

Doubl’e’nn n’est plus à présenter dans le monde du rap gasy. Grande figure de la discipline, il fait partie de l’initiateur de la fédération des arts urbains au sein du ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Mais cette fois encore, c’est sous sa casquette de rappeur qu’il sera à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo. Demain soir, de l’alchimie à la Doubl’enn flottera dans l’air pendant deux heures. A ses côté seront Roy Rakoto, Buddha El Taga et Mason’Aloka.

« J’essaierais de compiler les titres qui ont marqué ces vingt dernières années » avance le rappeur si une partie de l’instrumental sera assuré par le Dj, une autre se jouera en acoustique. Les « Fiainana farany », « Liona », et les « Antsika izao tontolo izao » renaîtront de leurs cendres.

Johannès Patrick de son vrai nom, Doubl’e’nn a commencé à faire du rap en 1996. Membre  fondateur du clan Bogota, il s’est consacré à sa carrière solo en 2001.  Aujourd’hui Doubl’e’nn fait partie des figures incontournables du Rap gasy et est  présent sur les scènes actuelles. Le plus actif et le plus respecté des précurseurs du rap gasy, il est un symbole même du hip hop dans la Grande Ile.

Ses compositions ont inspiré plus d’un dans le milieu.

En presque 20 ans, il a su garder place dans le paysage artistique. Un exploit que peu d’artistes et encore moins de rappeur ont réussi.  Plus ouvert, il a privilégié les collaborations et les featuring. Entre autres, Mentalisme rassemble le rappeur avec le soulman Roy Rakoto ou encore le « fiainana B » avec Nicals.

Maharindra

Midi Madagasikara207 partages

Antsirabe : Une douzaine d’artistes réunis pour un « tribute to Tôty » !

Les artistes vont rendre hommage à Tôty ce 12 janvier, à La Palette Antsirabe.

Les jeunes musiciens s’identifient à lui. Les plus âgés quant à eux, se souviennent encore de son génie. Dix ans après sa disparition, le souvenir de Ra Bentrol comme on le prénommait à l’époque, reste encore très vif. Une douzaine d’artistes vont lui rendre hommage ce 12 janvier à La Palette Antsirabe.

A jamais dans le cœur de ses pairs et des amoureux de bonne musique ! Considéré par ses pairs comme étant le plus talentueux des bassistes malgaches, Tôty, même dix ans après sa disparition, est resté dans les mémoires. En souvenir de ce géant de la basse qu’il était, une douzaine d’artistes vont lui rendre hommage à La Palette Antsirabe demain soir. Auteur du succès de bon nombre d’albums, « Feno loatra » de Arison Vonjy, « Tsy moramora mitady vôla » de Mily Clément, « Ikalangita » de Olombelo Ricky, Rija Ramanantoanina dans « Jamba » ou encore Bodo dans « Solitaire », Tôty est effectivement une légende dans le monde musical malgache. Arrangeur, compositeur, bassiste, batteur ou directeur artistique… Andriamampianina Olivier Georges de son vrai nom, a déjà tenu tous les rôles. Les jeunes musiciens s’identifient à lui. Les plus âgés quant à eux, se souviennent encore de son génie. Dix ans après sa disparition, le souvenir de Ra Bentrol comme on le prénommait à l’époque, reste encore très vif. Pour ceux qui ont oublié, Harty Andriambelo, Silo, Mika, Jacquis Ralph, Toky AR, Junior, Cedric, Mimi Jaofera, Tsiky, Marly, Mirana Dizzy Brains, Zix Mpamanga et Solofo vont se charger de leur rafraîchir la mémoire. Le temps d’une soirée, ces formations vont faire revivre le grand Tôty en reprenant ses compositions. Le bassiste a en effet prévu de sortir un album. Malheureusement, celui-ci ne verra jamais le jour.

Le début à 12 ans. Né en 1962, Raintôty, Bentrol son nom de guerre, Tôty apprend la guitare classique à l’âge de 12 ans et débute sa carrière de musicien comme soliste dans l’orchestre universitaire Oro avec quelques amis comme Solo et Rolly Rajaobelina. Devenu fan de Jaco Pastorius, bassiste du groupe de jazz-rock Weather Report, Tôty évolue en tant que bassiste avec son premier groupe Speedy Band en 1982.En 1986, devenu un adepte de la musique Jazz, il fonde le groupe Tritra avec Datita Rabeson à la guitare, Naivo au saxophone, Pana aux percussions, le défunt Riri à la batterie, Ndriana son meilleur ami au clavier, décédé aussi quelques années après la formation du groupe. Après Tritra, Tôty continue sa carrière avec un quartet Oay formé de Seta, Pana et Ricky et lui-même, après leur rencontre au Cercle germano-malgache en 1990 puis Toty Quintet. Entre temps, il a côtoyé pas mal de musiciens comme la formation Toty-Sesely-Fanaiky et bien d’autres dans ce genre. C’est surtout avec Silo, Panà, Seta, Bim qu’il a pris plaisir à jouer.Mahetsaka

Midi Madagasikara145 partages

Journée nationale de l’assainissement : Lutte de leadership entre Ravalo et Hery

Le couple Ravalomanana avec les riverains du canal d’Andriantany hier.

Les deux hommes l’ont célébré hier sur fond de lutte de leadership.

La journée nationale de l’assainissement pour la lutte contre la peste a été une énième occasion pour des futurs candidats à l’élection présidentielle de 2018 de mener une offensive de charme auprès de l’électorat. Le président de la République Hery Rajaonarimampianina était resté à Iavoloha. Il a participé à la célébration de cette journée dédiée à la propreté avec les habitants de Fiadanamanga, un Fokontany environnant le Palais présidentiel. Pour montrer qu’il « travaille » en cette période où le pays sombre dans une pauvreté extrême, il  a lui-même pris part aux travaux d’assainissement. « Une telle prise de responsabilité est l’affaire de tous, en commençant par les autorités à tous les niveaux, y compris le président de la République. », a-t-il déclaré. Interrogé par les journalistes sur les récentes déclarations de l’ancien président Marc Ravalomanana, le président Hery Rajaonarimampianina de répondre : « L’important, c’est la stabilité politique, la paix sociale et le développement économique. Madagascar est un Etat de droit. »

Succès populaire. La menace d’arrestation à peine voilée de la ministre de la Justice n’a pas empêché Marc Ravalomanana de descendre à Andrefan’Ambohijanahary pour célébrer la journée d’hier avec les riverains du canal d’Andriantany. Il était venu avec l’équipe de la commune urbaine d’Antananarivo qui  a poursuivi les travaux de dragage du canal. Marc Ravalomanana a fait un succès populaire car son arrivée a été accueillie par des cris de joie des habitants du quartier qui se félicitent d’ailleurs de l’action de la CUA. Comme Hery Rajaonarimampianina à Iavoloha, l’ancien président a également répondu aux questions des journalistes. D’un ton ironique, il a répliqué à la ministre de la Justice : « Si on m’arrête, qui va aider la population d’Antananarivo à assainir sa ville ! » Sur son éventuelle disqualification à la prochaine présidentielle brandie par le régime HVM, Marc Ravalomanana de réitérer : « Je répète qu’un président de la République en exercice ne peut être jugée que par la Haute Cour de Justice. Ce qui n’a pas été le cas en 2009 et 2010. En plus, j’ai été jugé par contumace. Je rappelle encore une fois que la juridiction qui m’a condamné à l’époque est une juridiction incompétente. » A entendre l’ancien exilé d’Afrique du Sud, il n’envisage pas de faire opposition contre un jugement qu’il estime nul et non avenu.

Trophée. Après la journée de travail d’hier, Marc Ravalomanana mettra incessamment le cap sur Paris où il rencontrera samedi prochain ses partisans dans le cadre de présentation de vœux de 2018. Et après Paris, le président national du TIM se rendra à Johannesburg où il recevra son trophée de « leader politique africain 2017 » décerné par « African Leadership Magazine ». Marc Ravalomanana a été élu face à Uhuru Kenyatta (président du Kenya) et Ellen Johnson Sirleaf (ex-présidente du Libéria) pour sa contribution  à approfondir la démocratie et les valeurs démocratiques sur le continent africain.

R. Eugène
News Mada139 partages

Ankatso : les étudiants en médecine de nouveau en grève

Une grève des étudiants issus de tous les départements plane à l’Université d’Antananarivo.

Après avoir tiré la sonnette d’alarme en décembre dernier, les étudiants en médecine, toujours en attente de paiement de leur bourse de deux mois se sont mis en grève depuis hier à l’esplanade d’Ankatso. Ils ont manifesté hier pour réclamer deux mois de bourses impayées pour la faculté de médecine, et quatre mois pour les autres départements.

« Notre ministère de tutelle a promis de sortir le calendrier de paiement avant le 8 janvier. Mais jusqu’ici, cette promesse n’est pas toujours tenue » s’est indigné le président des étudiants de la faculté de médecine d’ Antananarivo, Benjamin Rakotoarivony, joint par téléphone. A rappeler qu’ils réclament deux mois de bourses impayées. Pour les autres départements, il a été rapporté qu’ils n’ont pas encore reçu quatre mois de bourses.

Et afin de ne pas perturber leur collègue des autres départements qui sont en train de passer leur examen actuellement, la manifestation dans le calme se limite pour le moment à l’esplanade d’Ankatso avec renfort de banderoles et de pancartes.

Toutefois, «Notre manifestation s’amplifiera avec la venue de nos camarades des autres facultés, une fois qu’ils ont passé leur examen. Elle ne s’arrêtera jusqu’à ce que nous obtiendrons une réponse à nos revendications», a indiqué Benjamin Rakotoarivony.

A titre d’information, l’année universitaire de la faculté de médecine d’ Antananarivo était clôturée le mois de septembre dernier. Pour dire que, par rapport aux autres départements, la médecine a débuté le cours plusieurs mois à l’avance. Ce qui explique également ces deux mois d’arriérés de paiement de bourses (août et septembre).

Sera R.

 

Midi Madagasikara139 partages

Monima : Un congrès national pour son 60e anniversaire

Monja Roindefo a présenté son site web, hier, à Antsakaviro. (Photo Kelly)

Ce parti a été créé au mois de juillet 1958 par Monja Jaona. Comme son nom l’indique, Monja Roindefo est le fils de ce nationaliste. Il préside actuellement le Monima avec comme Secrétaire Général, Gabriel Rabearimanana.

Monja Roindefo et le Monima ont présenté officiellement leur site web, hier, à Antsakaviro. Il va servir notamment à faire connaître les idées fortes et les positions du Monima, héritées du fondateur Monja Jaona que le parti actualise aux difficultés immenses de la population actuellement. Concernant les problèmes politiques du moment, il a affirmé que le Monima est bien présent sur l’échiquier qu’il sait brûlant. Le président national de ce parti estime également que, provoquer des troubles n’est pas la voie choisie par le Monima, il a ainsi  précisé sans ambigüité et avec force les décisions du parti lors du congrès national du 60 e anniversaire de ce parti qui se tiendra en cette année 2018.

Projet. Le fils de l’illustre nationaliste n’a pas manqué aussi d’évoquer que le Monima a un projet de société, intitulé « Madagasikara mahafinaritra ho an’ny Malagasy ». Dans cette optique et parmi les actions menées par ce parti, il a présenté la conférence économique des partis politiques africains qui se tiendra du 15 au 17 janvier 2018. Monja Roindefo a tenu ainsi à souligner qu’il y participera personnellement et au nom du Monima pour ouvrir une voie pour les entrepreneurs malgaches sur le plan du financement, une voie pour les investissements dont notre pays a besoin.

Face à la sécheresse. Faut-il rappeler qu’en 2016, l’ancien Premier ministre Monja Roindefo a présenté un projet destiné pour le Sud du pays. Cet originaire du Deep-South n’est pas resté insensible face à la sécheresse qui frappe le Sud du pays. A cet effet, il a procédé à la séance de présentation du projet « Bhungroo Technology » portant notamment sur l’innovation technologique de collecte et de conservation pérenne de l’eau pour l’irrigation, un projet primé par la Banque mondiale en 2007. L’objectif étant d’alléger ou atténuer, c’est selon, le changement climatique dans les régions frappées par la sécheresse.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara115 partages

Retard de paiement des bourses d’études : Les étudiants en médecine menacent de faire la grève

Le délai imparti est écoulé. Nous exigeons le paiement de nos bourses d’études comme convenu avec les responsables auprès du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ce sont là les propos de Benjamin R. président des étudiants de la faculté de médecine auprès de l’Université d’Antananarivo. Ces derniers d’ajouter que les revendications ont déjà été lancées depuis la fin de l’année 2017. “ Lesdites revendications concernant le paiement des bourses d’études s’étalant sur deux mois “.  Avant d’ajouter que les deux parties (l’association des étudiants et les responsables auprès du ministère de tutelle) se sont convenues à ce que les calendriers de paiement des bourses soient affichés à partir du 8 janvier. Ce qui n’était pas le cas selon un étudiant en médecine joint au téléphone et qui a conduit les étudiants à manifester leur mécontentement. L’étudiant d’enchérir que les revendications vont continuer jusqu’à ce qu’elles soient satisfaites.

Rassurer. Par ailleurs, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique tente de rassurer les étudiants ainsi que le personnel enseignant, selon les dires du directeur administratif et financier (DAF) auprès du ministère de tutelle, “ le processus de paiement des bourses des étudiants sont actuellement en cours ”. Le DAF d’ajouter que “ le ministère a bel et bien conclu avec les étudiants sur le paiement des bourses restantes. Ce qui n’a pas pu se faire à cause de l’épidémie de peste à laquelle le pays a fait face ”. Une façon pour le ministère de se justifier auprès des étudiants. Le directeur administratif et financier auprès du ministère de l’enseignement supérieur d’enchérir que “ le paiement des heures supplémentaires des enseignants sont également en cours de réalisation ”.

José Belalahy

Tia Tanindranaza101 partages

GangstababEfa miomana ho ben’ny tanàna

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly tetsy amin’ny Le pavé Antanimena ireo birao mandrafitra ny Antoko Politika Madio (APM) tarihin’ny filohany Faniry Alban Rakotoarisoa na Gangstabab.

 Notsiahivina fohy tao ny lalana nodiavin’ny antoko nanomboka ny taona 2010 niforonany nandalo ny taona 2016, izay nanomezan’ny fitondram-panjakana ny « récépicé » maha antoko mitsangana ara-dalàna azy ka hatramin’izao fotoana izay nampahafantarany ihany koa ny drafitra tiany hitondrana ny tanànan’Antananarivo taorian’ny nanambaran’ny filohan’ny antoko, Faniry Alban Rakotoarisoa, fa hilatsaka hofidiana ben’ny tanànan’Antananarivo tamin’ny faran’ny taona 2017. Tamin' ny voalohany ny antoko dia nihevitra ny handray anjara amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena mihitsy, hoy ny fanazavana fa rehefa nandinika niaraka tamin' ny mpikambana rehetra dia niara-niaiky fa mila fiomanana ny fitondrana ny firenena. Ben’ny tanàna no mbola vita hatreto ka io no hirosoana. Efa nanatsidika sahady ireo tetikasam-piarahamonina kasainy hitondrana ny tanànan’Antananarivo izay hilatsahany amin’ny taona ho avy moa ny filohan’ny antoko omaly izay amin’ny ankapobeny dia miompana amin’ny lafiny ara-tsosialy, toekarena sy fitantanan-draharaha ankapobeny (administration) ary ny fifindra-monina (amenagement). Efa hita ho miomana ho ben’ny tanàna sahady, araka izany, ny filohan’ny APM ary efa taratra fa fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana ihany izao tontosainy izao. Mbola tsaroany ve ilay filazany tamin’ny fotoan’androny hoe afaka 40 taona any ho any ny APM vao hiditra amin’izany resaka fifidianana izany ?

 

J. Mirija

 

 

 

 

Midi Madagasikara97 partages

Assainissement : Mobilisation des agents de l’Etat

Jean Max Rakotomamonjy a dirigé les travaux d’assainissement hier à Tsimbazaza.

La journée nationale de l’assainissement d’hier a été une journée de mobilisation pour les personnels des Institutions et des ministères. La journée était fériée, mais la présence des agents de l’Etat dans leurs lieux de travail était obligatoire. Au ministère de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative, du Travail et des Lois Sociales, c’est le ministre Maharante Jean De Dieu en personne qui a dirigé les travaux d’assainissement. A Tsimbazaza, le personnel de l’Assemblée nationale s’est également acquitté de son devoir sous la houlette du président Jean Max Rakotomamonjy. L’intérieur et l’enceinte du Palais ont fait particulièrement l’objet d’assainissement. Cet assainissement permet en même temps aux députés et au bureau permanent de la Chambre Basse de se préparer à la session extraordinaire du Parlement qui pourrait débuter le 15 janvier prochain et qui se penchera sur les projets de loi organique relatifs aux élections du président de la République et des députés.

R. Eugène
Midi Madagasikara80 partages

Pression de plus en plus forte contre Ravalo

L’échiquier politique semble maintenant occupé par deux acteurs qui continueront à alimenter les chroniques des analystes dans le mois à venir. Entre les partisans du chef de l’Etat actuel et l’ancien président Marc Ravalomanana, les hostilités vont aller en s’amplifiant. Du moins, les premiers sont en train de tout faire pour intimider le second. Jusqu’à présent, l’objectif visé n’a pas été atteint, mais les tentatives de déstabilisation du rival du candidat du pouvoir vont continuer de plus bel.

Pression de plus en plus forte contre Ravalo

L’ancien président Marc Ravalomanana a été le premier à déclarer sa candidature à l’élection présidentielle de 2018 et le régime a tout de suite pris au sérieux ses prétentions de revenir au pouvoir de manière légale. Il a donc essayé de décourager toutes les initiatives que ce dernier a prises, en lui mettant à plusieurs reprises les bâtons dans les roues. Le pouvoir a gêné à de nombreuses reprises les actions de la C.U.A. dont le maire est Lalao Ravalomanana. Mais malgré cela, il n’a pas cessé de déclarer qu’il respecterait l’ordre républicain. Il a cependant continué à mobiliser ses partisans et « Dada » comme ces derniers l’appellent, a retrouvé tout son aura. Le régime a continué ses manœuvres pour l’affaiblir. La société A.A.A. qui a remplacé Tiko S.A. a été obligée de cesser ses activités pour ne pas avoir de permis de conformité environnementale et pour le non paiement des anciennes factures de la JIRAMA. Mais l’ancien président, malgré l’acharnement dont il se sent victime, a continué à proclamer son attachement au dialogue et au respect de la légalité. Mais à moins d’un an de l’élection présidentielle, les stratèges du régime ont décidé d’augmenter la pression quitte à user de manœuvres peu recommandables. Les membres du parti HVM à Toliary ont réservé à l’ancien président un accueil qui a scandalisé l’opinion. La menace d’arrestation, même si elle n’est pas expressément brandie par le pouvoir, fait partie de cette pression qui est exercée. Le régime va utiliser tous les moyens à sa disposition pour empêcher sa candidature.

Patrice RABE

L'express de Madagascar79 partages

Journée de l’assainissement – Une opération à institutionnaliser

La journée de l’assainissement d’hier a rencontré un succès mitigé. Seulement, la plupart s’accorde à dire que l’opération ne devrait pas être qu’un évènement d’un jour.

À refaire. Une opération à insti­tu­tionnali­ser, à l’instar de ce qui se fait dans l’un de nos pays voisins en Afrique, comme l’a indiqué hier Edgard Razafindravahy, chef de file national du parti Antoka sy dinan’ny Nosy – Arche de la nation (ADN). Dans l’ensemble, ceux qui se sont exprimés sur la journée nationale de l’assainissement d’hier s’entendent sur le fait que la propreté et la salubrité devraient être une tâche quotidienne de chaque individu.« Le respect de la propreté et l’assainissement doivent être considérés comme un devoir par tout un chacun au quotidien », est le message de Hery Rajaonarimampianina, président de la République, qui a pris le balai et la pelle pour l’assainissement du fokontany de Fiadanamanga, près du palais d’État d’Iavoloha. Même son de cloche du côté du palais d’État de Mahazo­arivo, où Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, et le personnel de la Primature ont courbé l’échine au nettoyage.Lalao Ravalomanana, maire d’Antananarivo, qui a marqué la journée de l’assainissement avec l’équipe de la commune dans les environs du fokontany d’Andre­fan’i Mananjary, a, elle aussi, mis l’accent sur cette responsabilité citoyenne. « La propreté est la responsabilité de chaque individu. Il ne faut pas juste rejeter la faute sur les autorités », a-t-elle déclaré.Décréter une journée nationale chômée au motif de l’assainissement semble absurde de prime abord. Seulement, l’état d’insalubrité du pays a atteint un niveau inqualifiable. Certains endroits officiels tels que certaines institutions et la plupart des ministères, entre autres, sont à l’image de cette malpropreté généralisée. L’épidémie de peste urbaine, où la saleté ambiante a, en partie, été un catalyseur, a visiblement été un électrochoc.

Mode de vieToutes les institutions et entités publiques ont joué le jeu de l’assainissement national. Pareillement pour certaines entreprises privées. D’autres ont pourtant passé outre le décret de journée chômée dédiée à l’assainissement. Dans les rues de la capitale, les marchands ont toujours été à leurs postes. En fin de journée, les détritus de carton, de tissus, de cellophane et d’aliments laissés par les marchands de rue se sont amoncelés, toujours sur les bords des trottoirs.Des coins de poteaux étaient toujours souillés par les déjections urinaires des passants. Ce qui pourrait indiquer que nombreux citoyens n’ont pas encore intégré dans leurs mœurs, la propreté et la salubrité. L’assainissement a pourtant un grand enjeu d’intérêt public, non seulement pour la santé, mais aussi sur le plan écologique et même économique. C’est justement pour parvenir à une imprégnation de tous de cette culture de la propreté et salubrité qu’Edgard Razafindravahy a mis l’accent sur la continuité des actions d’hier.« C’est une initiative louable. Tout le monde se plaint de l’insalubrité, mais il faut aussi mettre la main à la pâte. C’est aussi une manière de préserver l’environnement, et de passer des moments conviviaux entre collègues ou voisins. Du temps où j’ai dirigé la commune d’Antana­narivo, le slogan était “constamment propre”. Pour qu’à l’instar d’autres pays, cela devienne un mode de vie, je crois que ce n’est qu’un commencement », a soutenu le chef de file du parti ADN qui a mis la main dans le cambouis, au milieu de la grande famille du groupe Prey à Ankoron­drano.Répéter l’exercice deux ou trois heures, au moins une fois par mois, devrait amener toutes les entités qu’elles soient publiques ou privées, à s’y engager. Cela, en impliquant d’une manière active les Fokontany. À force de répétition, tous les Malgaches devraient s’imprégner de l’habitude de nettoyer. Et l’habitude pourrait devenir une culture de la propreté qui fera de Madagascar, actuellement parmi les pays les plus insalubres au monde, l’un des plus propres. Un idéal qui, à force d’actions communes, est parfaitement accessible.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza77 partages

Monja Roindefo« Madio aho ! »

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly alarobia tetsy amin’ny trano fonenan’ny filohan’ny antoko Monima, Monja Roindefo Zafitsimivalo, etsy Antsahabe ny fisian’ny tranonkalam-pifandraisan’ny antoko hampitan’izy ireo ny vaovao misy eto amin’ny firenena sy ny fahitany izany.

J. Mirija

Midi Madagasikara75 partages

Kidnapping de John Razza : 22 jours de séquestration, aucune nouvelle de la victime

Une affaire devrait être au centre des occupations des nos forces de l’ordre. L’enlèvement du jeune employé de la société Ucodis, John Raza qui est séquestré par des ravisseurs depuis le 20 décembre 2017, reste jusqu’ici sans suite. Le cas de ce jeune de nationalité française devient de plus en plus inquiétant dans la mesure où 22 jours se sont déjà écoulés et l’on n’a pas toujours de nouvelles relatives à la victime. C’est pourquoi, la Communauté française d’origine indienne à Madagascar (CFOIM) interroge sur ce qui est arrivé à ce jeune de 25 ans qui n’est qu’un fils d’une famille modeste mais devenu un objet de marchandage pour une grosse fortune. Le communiqué fait par le CFOIM parvenu à la rédaction hier, semble vouloir interpeller les autorités compétentes, notamment la Cellule mixte d’enquêtes anti-kidnapping créée depuis quelques mois et ayant son siège au camp de la gendarmerie Toby Tasimandrava, sur leur efficacité. C’est lamentable de lire dans cette missive que la détention en captivité de John Razza est en passe de dépasser le triste record de détention de Yanish ISMAEL en mai dernier (23 jours. Ainsi, le CFOIM de conclure que « Madagascar mérite une autre image que celle-ci pour la sécurité de sa population et les kidnappings doivent cesser dès que possible. Les enquêtes se poursuivent au niveau de la cellule mixte avec la plus grande discrétion pour ne pas compromettre l’issu de l’affaire. Le  CFOIM fournira plus d’informations sur le dénouement de cette affaire le moment opportun », selon toujours ce communiqué.

T.M.

Midi Madagasikara70 partages

HCC : Pas de jour férié ni chômé hier

Cette fois-ci, en ce qui concerne le non-respect d’un règlement, la Haute Cour Constitutionnelle a prouvé que l’exemple vient véritablement d’en…haut (Photo d’archives)

Une Haute Cour Constitutionnelle (HCC), familière avec les lois et règlements, mais qui n’a pas respecté un décret. En effet, la HCC a décidé hier, 10 janvier – journée fériée et chômée car dédiée au grand assainissement national selon ledit décret – de déclarer conformes à la Constitution dix lois qui, pour la plupart, consacrent la ratification et l’adhésion de Madagascar aux divers instruments juridiques internationaux. Reste à savoir si la Haute Cour, avec ses coups de « considérant que », déclarera également conforme à la Constitution le projet de loi organique relative à l’élection présidentielle quand il sera voté par les parlementaires.

Aina Bovel

Tia Tanindranaza66 partages

Fisamborana an-dRavalomananaHanaratsy endrika tanteraka ny fitondrana

Nahoraka be omaly hariva sy hatramin’ny alina fa ho avy ny fisamborana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana. Raha nanontaniana momba izany ny tenany nandritra ny fanadiovana niarahany tamin’ny kaominina teny Soanierana dia nanao sarinteny sy sangisangy hoe :

 

 olona manadio tanàna sy manampy vahoaka ve leretsy no hosamborina a ? Nisy indray avy eo ny fiantsoana ireo olon’ny Tiako i Madagasikara isam-pokontany sy ny mpiara-miasa amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ho avy eny Faravohitra eny amin’ny trano fonenan’ny fianakaviana Ravalomanana anio alakamisy miaraka amin’ireo izay mpiara-miasa akaiky amin’izy ireo, fa hoe hisy fifampiarahabana noho ny taom-baovao 2018. Fomba efa fanao mahazatra amin’ny taom-baovao tahaka izao. Ambonin’izay dia fotoana iray hiarahabana an’i Dadavalo noho ny nahazoany ilay amboara ho mpitarika politika mendrika indrindra aty Afrika koa ny fotoana anio. Nandeha indray avy eo omaly hariva ny serasera anaty tambajotra facebook sy ny fifampiantsoana an-telefaonina tetsy sy teroa fa hisy zavatra hitranga eny Faravohitra ny alakamisy maraina. Mifamahofaho be ihany ny toe-draharaha, saingy ny resaka miverina foana kosa aloha dia ny hoe misy ny fikasana hisambotra an’i Marc Ravalomanana ka hampiditra am-ponja vonjimaika azy. Fampiharana ny didim-pitsarana efa tamin’ny 2010 ny resaka eto, araka ilay valandresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’ny minisitry ny fitsarana ny talata antoandro lasa teo. Misy ny loharanom-baovao iray nahafantarana fa tena manomboka sahiran-tsaina tokoa momba an’i Marc Ravalomanana ny fitondrana HVM ka mikaroka ny fomba rehetra hampanginana azy. Izao fitondrana izao no efa nisambotra sy nanagadra an’ity filoha teo aloha ity tany Antsiranana vantany vao tafaverina  teto izy ny 13 oktobra 2014. Re ihany koa fa efa tena sosotra mafy amin’ity filoha teo aloha ity ny filoha Hery Rajaonarimampianina ka mety hahavita hanapa-kevitra hafahafa ihany momba azy. Maro be rahateo ireo olona manodidina azy no mandrisika ny amin’ny hampanginana an’i Marc Ravalomanana. Tsy ho mora anefa ny hanatanterahana ny fisamborana, raha araka ny resaka re hatrany satria na ny samy mpitandro ny filaminana hanatanteraka ny didy mety hivoaka aza dia mbola misy adihevitra be. Na ahoana na ahoana fitrangany aloha, dia azo antoka fa hampitombo ny savorovoro politika ny fisamborana sy fanagadrana lehiben’antoko politika toa an’i Marc Ravalomanana amin’ny vanim-potoana tahaka izao, ary mandiso tanteraka ny resabe atao fa hoe hiroso amin’ny fampihavanam-pirenena ny eto. Azo antoka fa hanaratsy endrika ny fitondrana Rajaonarimampianina , na eto an-toerana na any ivelany koa io resaka fisamborana io noho ny fahafantaran’ny maro fa kandida matanjaka amin’ny fifidianana ho avy eo i Marc Ravalomanana ka  mety manelingelina ve dia ampanginina ..sanatria ?

RTT

Midi Madagasikara50 partages

Ambatondrazaka : Vokatry ny rivo-doza, fiara iray lasan’ny rano, tapaka ny lalam-pirenena faha-44

Fiara 4X4 iray no lasan’ny ranon-trambo ny Zoma faha 05 janoary 2018 teo raha iny hiampita ny lalana iray antsoina hoe kafe, eo Feramanga Ambatondrazaka. Nivadibadika ity fiara ity noho ny hamafin’ny rano nitondra azy. Tsy nisy aloha ny naratra sy ny maty fa avotra soamantsara ireo tao  anatiny .Toerana efa atahorana hatramin’izay ity toerana ity, satria mahery ny ranon-trambo mandalo eo. Tsy fantatra anefa na variana ny mpamily na nanao ahoana fa dia potika ilay fiara ,satria  raha nanomboka ny zoma alina no taraiky tao anaty rano ilay fiara dia ny alahady  faha  07 janoary 2018 vao afaka tao  .Betsaka ny tanimbary no  saron’ny rano amin’izao fotoana izao satria efa samy  nahavita ny fambolena avokoa ny rehetra.  Misy mihitsy aza ny efa nahamena vary aty Alaotra fa dia safotry ny ranobe  .Noho ny fisian’ny ranobe taty Alaotra dia nofaohin’ny ranobe ihany koa ny tetezam-by iray ao Amboasary Andaingo ka tapaka tsy misy azo aleha ny lalana RN 44 mampitohy an’Ambatondrazaka sy Moramanga. Misy ihany  ny fiolanana (deviation)  fa dia tafiakatra hatrany amin’ny 4 alina ariary ny sarandalana Ambatondrazaka Toamasina ary 35 000 Ar ny Ambatondrazaka Tananarive andro vitsivitsy lasa izay raha 25 000 Ar Ambatondrazaka Toamasina teo aloha ary 20 000 Ar Ambatondrazaka Tananarivo .Miaina ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka ny vahoaka aty Alaotra  satria nanomboka ny faha 09 janoary 2018 tamin’ny 11 ora antoandro tany ho any dia tapaka indray ny jiro ary tsy niverina izany raha tsy tany amin’ny 8 ora alina. notapahina indray nanomboka tamin’ny 4 ora maraina  ary tsy mandeha ny antoandro. Tsy mandeha ihany koa ny rano any amin’ny faritra iva fa tapaka  .Betsaka ireo sakafo simba  sy ny tsy fahafahana miasa ho an’ireo mampiasa herinaratra amin’izao fotoana izao ka fimenomenonana no ataon’ny vahoaka. Ny teo anivon’ny JIRAMA rahateo tsy nisy fampandrenesana fa avy hatrany dia mihatra ny fanapahana. Ny loharanom-baovao voaray no nahafantarana fa lany ny solika  tahiry ka tsy ampy  .Mitondra faisana araka izany ny renivohitry ny faritra Alaotra Mangoro amin’izao fotoana izao ka manao antso amin’ny tokony hijeren ‘ny mpitondra haingana mba hamahana ny olana.

Janus R

Midi Madagasikara45 partages

Malaimbady : Jiolahy mpaka an-keriny telo voasambotra, roa maty voatifitra

Tato anatin’ny fotoana maromaro tokoa izay, dia saika nahenoana trangana fakàna an-keriny ataon’ireo dahalo tany amin’iny distrikan’i Malaimbandy iny. Teo anatrehan’izany indrindra no nandraisan’ireo zandary tompon’andraikitra any an-toerana fepetra hiadiana amin’izany. Omaly, telo tamin’ireo olon-dratsy mpaka an-keriny no azo sambo-belona, roa tamin’izy ireo no tsy afa-manao ny asa ratsiny intsony : maty lavon’ny balan’ireo zandary, tao amin’ny fokontany Amboboka sy Manombosoa. “Ny faha 2 janoary teo mantsy dia nahazo vaovao mikasika ny toerana izay hieren’ireo jiolahy mpaka an-keriny sasany ireo ny zandary ka niroso tamin’ny fanaovana sava-hao ny faritra re fa misy azy ireo izany. Rehefa nanatona ny fokontany voalohany voalaza io tokoa mantsy ny zandary dia sady nandositra no nitifitra ireo jiolahy ireo ka raikitra ny fifandonana. Naharitra ny fifanenjehana ka nandalo teo amin’io fokontany faharoa io dia nandositra nanampy ireo namany koa ny sasany niery tao”, hoy ny tatitry ny zandary. Ankoatra ireto dimilahy ireto dia fantatra fa nisy naman’izy ireo vitsivitsy tafaporitsaka tamin’ity fifandonana ity. Eo am-pikarohana ireto farany amin’izao fotoana izao ireo tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana. “Misaotra ireo olona miara-miasa aminy ny zandary ka manentana hatrany ny hitaran’izany fiaraha-miasa amin’ny fifanakalozam-baovao izany mba hamongorana sy ho fisorohana ny ratsy. Ny tsiambaratelo amin’ny momba azy dia ho voakajy toy ny hatrizay ihany, toy ny anakandriamaso”, hoy hatrany ny vaovao.

m.L

Midi Madagasikara44 partages

Journée nationale d’assainissement : Indifférence de la population

Nettoyage général au sein du secrétariat d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la coopération et du développement hier.

Les sensibilisations effectuées par le ministère de la Santé publique et les autres membres du gouvernement sur l’importance de la journée nationale d’assainissement semblent ne pas avoir atteint les publics cibles.

Une journée comme les autres. C’est l’expression qui résume l’atmosphère qui a régné durant la journée nationale d’assainissement hier. Décrété jour chômé et payé, elle devait consister en des actions de nettoyage généraux. Lesdites actions devant être menées en grande partie par les Malgaches qui ont préféré faire fi des sensibilisations et quelques menaces de sanctions à l’encontre de ceux qui pensent passer outre les recommandations gouvernementales. Les marchands d’Analakely et des petites vitesses qui ont préféré continuer leurs activités quotidiennes depuis la matinée sans prendre en compte les recommandations illustrent bien la situation. Cette dernière a été observée dans plusieurs quartiers de la capitale où “ les Malgaches étaient indifférents quant à la journée nationale d’assainissement “.

Échos. La journée a, par ailleurs, eu du succès du côté du gouvernement, des différents départements ministériels. En effet, l’exemple de l’assainissement est venu cette fois-ci d’en haut où l’on a vu le Président de la République, participer de façon active, au nettoyage dans le quartier d’Iavoloha. Initiative suivie par le Premier Ministre et les ministres qui ont fait chacun des gestes en l’honneur de cette journée “ historique ” comme l’a dit le ministre de la Santé publique lors d’une visite au Centre hospitalier Anti-Pesteux d’Ambohimiandra. Guidés par les ministres, les fonctionnaires publics se sont donc attelés à faire un peu de ménage dans leurs bureaux respectifs. Par ailleurs, le constat fait que l’insalubrité règne dans les villes et régions malgaches. Une insalubrité dont l’origine relève du manque d’éducation de la population. En effet, jeter les ordures partout est pour nombreux Malgaches un geste normal. La conscientisation d’une partie des Malgaches – surtout ceux qui associent l’hygiène au statut social et à la question financière des ménages – sur l’importance de l’hygiène et de l’assainissement, est un long chemin à traverser pour les acteurs.

Les sensibilisations effectuées par le ministère de la Santé publique et les autres membres du gouvernement sur l’importance de la journée nationale d’assainissement semblent ne pas avoir atteint les publics cibles.Une journée comme les autres. C’est l’expression qui résume l’atmosphère qui a régné durant la journée nationale d’assainissement hier. Décrété jour chômé et payé, elle devait consister en des actions de nettoyage généraux. Lesdites actions devant être menées en grande partie par les Malgaches qui ont préféré faire fi des sensibilisations et quelques menaces de sanctions à l’encontre de ceux qui pensent passer outre les recommandations gouvernementales. Les marchands d’Analakely et des petites vitesses qui ont préféré continuer leurs activités quotidiennes depuis la matinée sans prendre en compte les recommandations illustrent bien la situation. Cette dernière a été observée dans plusieurs quartiers de la capitale où “ les Malgaches étaient indifférents quant à la journée nationale d’assainissement “.Échos. La journée a, par ailleurs, eu du succès du côté du gouvernement, des différents départements ministériels. En effet, l’exemple de l’assainissement est venu cette fois-ci d’en haut où l’on a vu le Président de la République, participer de façon active, au nettoyage dans le quartier d’Iavoloha. Initiative suivie par le Premier Ministre et les ministres qui ont fait chacun des gestes en l’honneur de cette journée “ historique ” comme l’a dit le ministre de la Santé publique lors d’une visite au Centre hospitalier Anti-Pesteux d’Ambohimiandra. Guidés par les ministres, les fonctionnaires publics se sont donc attelés à faire un peu de ménage dans leurs bureaux respectifs. Par ailleurs, le constat fait que l’insalubrité règne dans les villes et régions malgaches. Une insalubrité dont l’origine relève du manque d’éducation de la population. En effet, jeter les ordures partout est pour nombreux Malgaches un geste normal. La conscientisation d’une partie des Malgaches – surtout ceux qui associent l’hygiène au statut social et à la question financière des ménages – sur l’importance de l’hygiène et de l’assainissement, est un long chemin à traverser pour les acteurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara44 partages

Riz importé : Les contrôles des stocks vont être renforcés

Au moins six variétés de riz importé, venant notamment de l’Inde et du Pakistan sont mises sur le marché.

L’objectif du ministère du Commerce et de l’Industrie est de faire en sorte que l’offre de riz importé arrive à satisfaire la demande

« Le ministère du Commerce et de la Consommation a un rôle régulateur ». C’est ce qu’a déclaré hier, le ministre Chabani Nourdine, en marge de la campagne de nettoyage réalisée par son département à Ambohidahy.

Importation massive

Une manière de rappeler qu’en matière de distribution de PPN en général et de riz, en particulier, c’est encore la libre concurrence qui joue. « Pour le riz local, en raison de la baisse de la production lors de la dernière campagne rizicole, l’offre est devenue très inférieure à la demande et  cela a provoqué, une flambée des prix », devait d’ailleurs rappeler le ministre du Commerce et de la Consommation. Une situation qui a emmené le gouvernement à prendre les mesures qui s’imposent. Notamment en mettant en place un dispositif d’importation massive de riz, grâce à un partenariat avec des opérateurs privés. Un objectif qui est visiblement atteint puisque régulièrement des camions en provenance de Tamatave déchargent des milliers de sacs de riz. « Si nous n’avons pas mis en place de dispositif d’importation, la situation aurait été pire »  selon toujours le ministre. Effectivement, même pendant le passage du cyclone Ava, l’approvisionnement en  riz importé s’est poursuivi, notamment sur le marché de gros  d’Anosibe. « Les prix n’ont pas augmenté, et il y a même eu une légère baisse » selon toujours le ministre qui se félicite de l’efficacité des mesures de contrôle prises par le ministère.

Compréhension

Sur ce point d’ailleurs, Chabani Nourdine a annoncé hier que les contrôles vont encore se renforcer. L’objectif étant de sanctionner les rétentions de stock que certains  opérateurs ou commerçants ont tendance à pratiquer, surtout pendant les périodes cycloniques. Il n’empêche, le ministère du Commerce et de la Consommation fait preuve de compréhension sur  une possible augmentation du coût de revient du riz, en raison par exemple de la coupure des routes.  Tout comme il comprend d’ailleurs les paysans  riziculteurs  qui vendent leur production au prix fort dans la mesure où leur coût de production est trop élevé. En somme, le MCC est avant tout là pour réguler les prix en  facilitant les importations. Une tâche qui ne s’avère cependant pas facile quand on sait qu’il faut au moins trois mois pour une seule  importation par bateau.  Heureusement que le dispositif est maintenant bien rôdé et que les opérations d’importation se font régulièrement.

Chambres de Commerce

Pour en revenir à la journée d’assainissement, le ministre du Commerce et de la Consommation d’expliquer que ce genre de démarche est appelé à servir de modèle et que l’objectif est de faire en sorte que tout le monde prenne conscience de l’importance de l’assainissement qui peut aussi être considéré comme un facteur de développement. Chabani Nourdine a également profité de cette occasion pour parler de l’importance des Chambres de Commerce et d’Industrie  pour le développement, notamment des PME. Raison pour laquelle, d’ailleurs, le ministère prend au sérieux l’organisation des élections dans les Chambres de Commerce et d’Industrie dont celles d’Antananarivo et de Toamasina sont actuellement en cours.

R.Edmond.

Midi Madagasikara38 partages

Football : Deux ans d’interdiction d’exercice pour Elgeco Plus

Le Club Elgeco Plus a écopé d’une sanction de deux ans de suspension dans le monde du football. Calcul électoral ou sanction disciplinaire ? Nombreux sont les férus du ballon rond qui se posent la question de cette décision du Comité Exécutif de la Fédération malgache de football (FMF) à quelques semaines de l’ouverture du dépôt de candidature au poste du président de la FMF.  Il y a trois semaines de cela, une lettre a été envoyée au club pour l’informer de cette nouvelle. C’est la décision du comité exécutif au sein de la FMF après la requête reçue par la FMF dès, suite des altercations lors de la dernière journée de la Ligue des Champions à Fianarantsoa. Après ce verdict du CE, cette affaire est encore auprès de la Commission de discipline (CODIS) dont la décision sera connue d’ici peu. Pour la petite histoire, le président du club Alfred Andriamanampisoa a poussé le président de la ligue d’Itasy et non moins chef de région, Amédée Mamy Harisolo à la tribune centrale lors de la confrontation entre Elgeco Plus et CNaPS Sports. Le président de la FMF, Doda Andriamiasasoa et quelques membres du CE étaient présents. Selon les bruits qui circulaient, ce président du club Elgeco Plus serait candidat à la tête de la FMF au mois de mars. L’évolution de cette affaire est très suivie par les footeux. Seule la FMF peut annuler cette sanction.

T.H

Midi Madagasikara36 partages

Aides aux sinistrés : « Ne pas les utiliser comme outils de propagande », dixit Pr Narison

A cette période où notre pays est sinistré après le passage du cyclone AVA, le professeur Narison Stephan tient à encourager au nom de l’AGMM ceux qui souffrent en perdant leurs proches et leurs biens pour qu’ils ne perdent pas la volonté de reconstruire et l’espoir de repartir à nouveau dans la vie.  Nous devons dorénavant être mieux informés bien à l’avance de l’arrivée du cyclone et suivre les consignes de sécurité qu’on nous préconise par le biais de la radio et de la  TV afin de mieux prendre nos précautions pour l’affronter. On voit maintenant que l’infrastructure du pays est très fragile et précaire (manque de canalisation,  structure des ponts,…) tandis que dans les grandes villes les canaux d’évacuation datant de quelques siècles sont obsolètes pour une population urbaine grandissante.

Etude approfondie. A cela s’ajoutent, les remblais sauvages faits par les grandes sociétés, les constructions illicites dans les zones inondables et la destruction des maisons dans les régions côtières chaque fois qu’un cyclone passe. Ces différents problèmes nécessitent une étude approfondie pour une refonte totale de l’infrastructure et de l’urbanisme par les experts des routes, de l’urbanisme et de l’environnement. Nous devons être prêts à faire face aux catastrophes naturelles qui vont être de plus en plus fréquentes dans toute la planète à cause du dérèglement climatique induit par le non-respect de l’environnement. Madagascar s’est inscrit au COP21 et va recevoir des fonds pour protéger l’environnement. Nous allons aussi recevoir des aides internationales pour aider les sinistrés d’AVA. Le professeur demande ainsi que ces fonds soient utilisés comme il faut mais ne seront pas encore détournés. Il demande aussi aux politiciens et aux dirigeants de ne pas les utiliser comme outils de propagande pour les prochaines élections.

Recueillis par Dominique R.

News Mada29 partages

Kidnapping 22 jours de captivité pour John Raza

Le calvaire se poursuit pour les proches de John Raza, le jeune cadre de la société Ucodis enlevé le 20 décembre 2017 à la Cité Firaisana Ankorondrano.

22 jours se sont écoulés après le rapt et la famille n’a toujours pas de nouvelles de John Raza. Agé de 25 ans, ce jeune cadre de nationalité française est toujours entre les mains de ses ravisseurs. Son cas est en passe de dépasser le triste record de séquestration de Yanish Ismael. Ce dernier a en effet été retenu en otage pendant 23 jours.

La situation est insoutenable, aussi bien pour l’otage lui-même que pour la famille et ses proches. Plus dure encore pour sa fiancée. L’on sait en effet que John Raza s’apprêtait à la rejoindre à l’étranger pour se fiancer, le lendemain de son enlèvement.

A l’Ucodis, où le jeune cadre travaillait depuis un an, tout le monde est affligé par sa disparition. « Il a passé les fêtes de fin d’année coupé de sa famille et de ses proches, très certainement retenu dans des conditions très précaires, comme pour beaucoup d’enlèvements. Nous nous mobilisons tous les jours pour que notre collaborateur soit libéré et retrouve sa famille », a déclaré un responsable de la société Ucodis.

Soutien aux familles

Du côté de la cellule mixte anti-kidnapping, les enquêteurs travaillent dans la plus grande discrétion afin d’élucider l’affaire dans les meilleurs délais. Le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM) quant à lui continue d’apporter son soutien aux familles pour les aider à traverser cette pénible et douloureuse épreuve. Un membre du CFOIM a indiqué que l’association s’implique dans l’accompagnement moral et psychologique de la famille dans la bonne réaction dans un cas pareil.

Pour rappel, John Raza a été enlevé par des hommes armés à Ankorondrano. Ces derniers l’ont embarqué à bord d’une Peugeot 405. Les riverains ont relevé la plaque d’immatriculation de la voiture en question mais selon toute vraisemblance, les kidnappeurs ont utilisé une fausse plaque.

La jeunesse malgache et la population dans son ensemble s’inquiètent depuis les événements qui ont marqué l’actualité de la fin d’année 2017 avec la série d’enlèvements de jeunes. Des évènements qui ne font que ternir l’image du pays dont l’économie est déjà malmenée par les plusieurs années de crise.

Mparany

 

News Mada26 partages

Circulation : en attente du rétablissement des RN

La circulation sur la RN7 au niveau du pont de Vohiposa devrait être rétablie ce 12 janvier, selon les prévisions des responsables de la Région Haute-Matsiatra. Les travaux de reconstruction du pont, emporté par les crues, rendant impossible la circulation depuis maintenant plusieurs jours, se poursuivent. En attendant, une équipe du Corps de protection civile (CPC) utilise deux vedettes motorisées et s’occupe du transbordement des voyageurs entre les deux rives depuis le 9 janvier dernier.

Par ailleurs, la circulation sur la RN2 est rétablie depuis le 7 janvier selon le ministère des Travaux publics. Quant à la RN25, elle est de nouveau praticable. Il n’y a plus de coupure au niveau de Ranomafana. Sur la RN44, une déviation a été mise en place en attendant l’installation d’un pont.

Sur la RN1, la circulation des véhicules de plus de 15 tonnes est strictement interdite jusqu’à nouvel ordre entre le PK5 et le PK17-500. Aucune dérogation ne sera octroyée, selon une note du ministère des Transports et de la météorologie.

Sur la RN34 reliant Antsirabe à Malaimbandy, la mise en place d’un pont est en cours. Au niveau de la RN6, les travaux au niveau d’Ankazobetsihay ont été achevés lundi dernier. Les voitures légères peuvent circuler. Sur la RN32 reliant Antsohihy à Mandritsara, la circulation est également ouverte aux voitures légères.

Néanmoins, l’Association des transporteurs de Madagascar a décidé de suspendre les départs des taxis-brousse pour les régions du sud-est (Moron-dava et Toliara) jusqu’à ce que les routes deviennent praticables.

Arh.

Midi Madagasikara26 partages

Ambanja : Olona 3 matin’ny rivodoza AVA, 91%-n’ny tanimbary potika

Vokatry ny rotsak’orana tsy an-kiato nentin’ny rivodoza Ava dia tsy mitsaha-miakatra ny haavon’ny reniranon’i Sambirano, ka mandrava tanàna maro. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any Matsaborilava sy Ampahakabe, ao amin’ny kaominina ambanivotra Ambohimena, Distrikan’ Ambanja, dia olona telo no maty, ary difotry ny rano ny trano rehetra. Namela takaitra ratsy tao amin’ny Kaominina Ankatafa ihany koa ny rotsak’orana nentin’ny Ava, ka trano fonenana miisa 1 431 dobo rano, olona miisa 5 284 traboina, ary 91%-n’ny tanimbary simba tanteraka. Taorian’ny fandalovan’ny rivodoza iny, dia niakatra avokoa ireo entana ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro any amin’ny Faritra Diana.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza23 partages

Tetezan’i VohiposaHovitaina ao anatin’ny 48ora

Maro amin’ireo lalana sy tetezana tapaka nandritra ny fotoanan’ny rivodoza no tsy mbola miverina amin’ny laoniny amin’izao fotoana izao, raha tsy hilaza afatsy ny tetezan’i Vohiposa any amin’ny RN7 mihazo an’i Fianarantsoa sy ny tetezana ao

 

Tia Tanindranaza23 partages

Praiminisitra Solonandrasana MahafalyEfa manisa andro sisa…

Mivoaka indray ny resaka momba ny fanalana ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier. Amin’ny herinandro ambony indray no fotoana voalaza fa hanesorana azy raha ny loharanom-baovao.

Toky

Midi Madagasikara20 partages

ACF : Dons de matériels d’hygiène pour 15 fokontany de la capitale

Les habitants d’Ambodirano-Ampefiloha lors de la journée national d’assainissement.

La journée d’hier a été particulière pour quinze fokontany de la capitale. En effet, si pour de nombreux autres quartiers, la journée a consisté à des semblants d’action d’assainissement (pour ceux qui ont soutenu l’appel du Président de la République), pour les quinze quartiers qui travaillent avec action contre la faim, cela a consisté en plus des séances de nettoyages à des remises officielles de matériels. Entre autres, des brouettes, des râteaux, des cuvettes et seaux, des balais et des savons. Une action qui diffère de l’initiative générale.

Ambodirano-Ampefiloha. Question hygiène et assainissement, ce quartier d’Antananarivo figure parmi les plus vulnérables. En effet, outre le fait qu’il est qualifié de bas-quartier, celui-ci ne dispose pas de bacs à ordures. “ La population doit parcourir du chemin et aller du côté de la FDC pour jeter leurs ordures “, a fait savoir le président du fokontany Ambodirano-Ampefiloha. Ce dernier d’ajouter que la situation rend difficiles les tâches des agents de la RF2 pour le triage et le ramassage des ordures. Une situation qui cause l’insalubrité du quartier en plus du manque de civisme de la population. Comment peut-on en effet espérer avoir des quartiers sains et salubres si le minimum en matière d’hygiène n’existe même pas?

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

Faravohitra : Jazz quart en toute maturité

La première fois qu’ils ont franchi la scène, c’était en 2013, depuis, ils ont fait du chemin. Eux c’est jazz quart, la bande à Vatsiahy  Ravaloson. Cinq ans plus tard et du succès dans le milieu, les quatre compères marchent sur les pas des grands jazzistes. Samedi, le quartet sera au Fara West Faravohitra pour une soirée musique.  Joro Rakotozafiarison, Vatsiahy Ravaloson, Fanilo Poppins et Tojo Rabekoto se tiendront à leurs instruments de prédilection respectifs.  La chanteuse Malalanirainy agrémentera les morceaux de la bande avec sa voix de velours.

Issus du club de jazz de l’Alliance française d’Andavamamba et ayant grandi sous les ailes du guitariste Elie Ramasindraibe, la bande s’inspire du jazz manouche de Django Reinhardt. Affichant une vitalité et une maturité qui a gagné les musiciens au cours des festivals et des tournées, ils font partie de la nouvelle génération de jazziste promu à un bel avenir. Comme la plupart des tremplins Madajazzcar, Jazz Quart  joue leurs propres compositions mais également les interprétations à la fois espiègles et vivifiantes à l’image jazzy de leur reprise de la comptine « Frère jacques ». Pour les mélomanes, Jazz quart est en passe de devenir un incontournable. Un groupe à découvrir si l’on veut s’initier à l’amour du jazz.

Maharindra

Midi Madagasikara14 partages

Assainissement : Le ministère de la Santé sur plusieurs fronts

Comme diverses autres organisations publiques ou privées, le ministère de la Santé publique a également participé à la journée nationale de l’assainissement, hier, 10 janvier.

Premier département concerné dans ce mouvement destiné à assainir les espaces publiques, bureaux et habitations, dont l’objectif ultime est de lutter contre la peste, le ministère de la Santé a été sur plusieurs fronts, hier. A commencer par balayer, non seulement devant sa porte, mais également dans l’ensemble de ses locaux. C’est ainsi que tout le personnel de ce département s’est donné rendez-vous à Ambohidahy dans la matinée d’hier pour une séance de grand nettoyage. Les membres du personnel ont, par la suite, pu rejoindre leurs foyers respectifs pour se consacrer, là aussi, au nettoyage. Le ministre, quant à lui, s’est rendu à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) pour participer au nettoyage et mobiliser le personnel de l’hôpital, notamment au service des Urgences et à celui de la Chirurgie pédiatrique. Cap, par la suite, sur l’hôpital de Befelatanana (HJRB), plus précisément aux services Cardiologie et Nephrologie, où le personnel de cet établissement hospitalier a été encouragé à « pérenniser l’action d’assainissement et la considérer comme une activité quotidienne pour assurer le bien-être des malades dans un environnement sain ». Et comme l’assainissement concerne aussi le secteur privé, le ministre Mamy Lalatiana Andriamanarivo, accompagné du ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy, a rendu visite aux sociétés Chocolaterie Robert à Andrefan’Ambohijanahary et Malagasy Boisson, à Tanjombato où il a été réitéré que « le secteur privé se doit de s’impliquer dans l’assainissement et que l’action doit se perpétuer dans le quotidien des industries et entreprises en tant que moteur du développement du pays ».

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara14 partages

Processus électoral : Le KMF-CNOE insiste sur la transparence !

« Que les choses soient claires ! S’agit-il d’un nouveau code électoral ou de lois électorales ? Il est plus que loisible de faire le distinguo entre les deux ». Ces propos émanent d’Andriamalazaray Andoniaina, président du KMF-CNOE ou observatoire malgache des élections qui insiste sur la distinction de ces textes. Joint au téléphone, le président de l’observatoire défend, becs et ongles, la transparence de tout le processus. « Nous nous conviendrons avec le chef de l’État quand il a avancé l’idée de transparence dans le vote de ces lois électorales. Mais nous précisons que la transparence sera au rendez-vous si, avant le vote de ces lois, leur contenu est connu de tous », a-t-il souligné. En d’autres termes, cherche-t-il, le KMF-CNOE à ce que la teneur de ces lois soit mise à la connaissance du public pour une raison. « Nombreuses sont les recommandations de la société civile et des différentes parties prenantes mais ont-elles été reprises dans ces nouvelles lois ? », soutient d’Andriamalazaray Andoniaina.

Calendrier électoral. Un autre point a été abordé avec le président du KMF-CNOE. Il a trait au calendrier électoral qui tarde toujours à venir jusqu’à maintenant nonobstant les revendications y afférentes et à maintes reprises de la Ceni. « Toujours pour garantir la transparence du processus, l’on devrait connaitre dès maintenant les prochaines échéances électorales », interpelle-t-il. Une autre recommandation qui rejoint celle d’un autre membre de la société civile ayant toujours mis en exergue la nécessité de fixer dans la Constitution les échéances électorales. Mais ce n’est pas tout. Les campagnes électorales devraient être le terrain des débats et non un moyen d’offrir des dons et des présents. C’est pour cette raison que le KMF-CNOE exige à ce que « les campagnes électorales aient lieu une année avant la tenue des élections ». C’est à travers cette pratique que les électeurs connaitront toutes les informations sur tel ou tel candidat avec leur projet, sans avoir à considérer leur argent. Par ailleurs, la législature des députés touchera à sa fin cette année. « Nous remercions le chef de l’État d’avoir affirmé lors de la grand-messe d’Iavoloha  que l’élection présidentielle aura lieu cette année. Mais quid des législatives ? », s’interroge le KMF-CNOE.

Aina Bovel

Midi Madagasikara12 partages

Flash-Eco

Selon les dispositions de l’arrêté interministériel n°28520/2011 du 30 septembre 2011 portant sur la règlementation de la commercialisation des savons et détergents, ces produits requièrent un certificat de conformité pour pouvoir être vendus sur le marché malgache.  A cet effet, un protocole d’accord sur l’intégration du Laboratoire de Chimie et de Microbiologie  (LCM) dans le module MIDAC  a été signé entre le ministère du Commerce et de la Consommation, la Direction Générale des Douanes et GasyNet. Ainsi,  suivant les résultats des analyses des échantillons effectuées par le LCM, le certificat de conformité y afférent est délivré de manière électronique via le module MIDAC  qui, à titre de rappel, est une plateforme d’échange d’informations regroupant les opérateurs, les Agences de Contrôle, les laboratoires d’analyse concernés ainsi que l’Administration des Douanes. Cette nouvelle procédure entre dans le cadre de la facilitation du commerce légitime et a été effective depuis le 13 novembre.

R.Edmond.

Madonline11 partages

Le cyclone Ava a fait près de 140 000 sinistrés

Le pont de Vohiposa, sur la RN 7, emporté par les eaux

Le passage du cyclone Ava sur la Grande Ile a fait environ 140 000 sinistrés au total et une trentaine de morts d’après un bilan encore provisoire.

Plusieurs hectares de rizières ont été inondés, et des infrastructures endommagées. Les autorités parlent d’une vingtaine de centres de santé détériorés et de plusieurs écoles décoiffées. Les routes nationales ont été également endommagées à certains endroits à la suite du passage du cyclone Ava.

La route nationale numéro 2 reliant la capitale à la partie Est du pays est à plusieurs endroits impraticables, notamment à cause d’éboulement et en raison de la montée des eaux. De même, la route nationale numéro 7 conduisant vers le Sud a été endommagée à différents endroits. Un pont a été emporté par les eaux au niveau de la localité de Vohiposa, à un peu plus de 300 kilomètres au sud de la capitale, dans la région Haute Matsiatra, nécessitant un transbordement pour les voyageurs et les bagages.

Le cyclone Ava a été le premier cyclone qui a frappé Madagascar durant la saison cyclonique en cours dans la zone de l’Océan Indien. Dans de nombreuses régions du pays, c’est seulement ce jeudi 11 janvier que les élèves sont officiellement retournés à l’école après quelques jours de suspension, en raison des risques de la montée des eaux et des risques d’éboulement de terrain après des jours de pluies intenses provoquées par Ava.

Dans certaines régions, les secours s’organisent. Mais ils semblent limités. Dans la commune d’Ampanefy, en périphérie d’Antananarivo, environ 400 sinistrés sont regroupés dans l’école publique de la commune, pratiquement sans nourritures durant les premiers jours du sinistre. Le maire local s’est rendu dans la capitale afin d’alerter les autorités, face à la situation. La commune qu’il gère ne disposant pas de suffisamment de moyens pour s’occuper des sinistrés.

Midi Madagasikara11 partages

Les travailleurs de l’ombre : « On croit fort en une future bonne gestion du sport malagasy » dixit Jao...

Avec son bilan de l’année, il peut dire que son club fait partie des clubs phares de la natation pour ne pas dire que c’est le club phare. Jaona Rabary, président de Saint-Michel club natation fait partie de ces faiseurs de champion avec son staff. Discrètement et dans l’ombre, ils agissent et sortent toujours un bilan sportif positif.

Avec ses entraîneurs Ranaivo Aimé  et  Ravelonjanahary Patrick, Saint-Michel aligne 95 nageurs répartis dans toutes les catégories de l’Avenir au Master. Il a été représenté au championnat du monde de décembre 2016  au Canada avec Rasolonjatovo Michael et Rabarijaona Murielle. De même, le club a été au championnat du monde de Juillet 2017 en  Hongrie avec Rasolonjatovo Michael. Il a participé au Meeting de l’Océan Indien de décembre 2016 et de 2017 avec 10 Athlètes et certains d’entre eux se sont illustrés dont Razafitsalama Tiavintsoa dans la catégorie Benjamin; Rakotomavo John et Rabarijaona Murielle. Les Collégiens aussi ont occupé la première place à la Coupe de Noel de 2017.

Notons que six de ses athlètes sont dans le top 10 hommes et dames de la natation, dans le classement national de l’année dont cinq hommes et une dame : Rasolonjatovo Michael, Rakotomavo Stephan, Rakotomavo John, Randriamanalina Johary, Ramiakatrarivo Francky et Rabary Johanna. Quant aux records et meilleures performances, Saint-Michel en détient 10 pour les Meilleurs Performances et 8 avec les records nationaux. « Nous avons travaillé dur pour obtenir ces résultats. Je sais aussi que les autres dirigeants le font à leurs manières. Et je crois fort en une future bonne gestion du sport malagasy. Ainsi, tout ira bien pour la natation en particulier et pour le sport en général ».

Anny Andrianaivonirina

News Mada10 partages

Rak roots : bientôt un nouveau clip

Depuis l’année dernière, le chanteur Rak Roots acquiert de plus en plus de notoriété dans le monde musical malgache. Il a enchaîné des tubes, tel que «Tania» ou encore «Ny foko lasany any»... Grâce à cette ascension exceptionnelle de sa carrière, il est nominé dans la catégorie Artiste de l’année de l’évènement RDJ Mozika Awards. Rappelons qu’avec le titre «Efiko parsi», il a déjà obtenu le prix de la Révélation masculine RDJ Awards en 2016.

Par ailleurs, la grande nouvelle reste encore à venir. «Cette année,  je présenterai mon prochain album», a annoncé le chanteur. Mais en attendant, pour satisfaire davantage ses fans, Rak Roots présentera bientôt un nouveau clip, intitulé «Ilay silako». Il sera prochainement disponible sur les réseaux sociaux et sera aussi diffusé sur les chaînes locales.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara9 partages

Journée de l’assainissement : Grande mobilisation au département du développement numérique

Les employés du MPTDN, lors de la journée de l’assainissement.

La propreté, la protection de l’environnement et la santé sont indispensables pour le développement. C’est dans cette optique que le MPTDN (Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique) a activement participé à la Journée nationale de l’assainissement pour la lutte contre la peste. « Le Ministère et tous ses organismes rattachés ont massivement participé à l’assainissement au niveau de leurs bureaux à Alarobia et Antanetibe. De leur côté, la Paositra Malagasy et l’ARTEC se sont occupés des bureaux à Antaninarenina et à Alarobia. Les Directions Interrégionales ont également participé à cette journée particulière. Cette activité renforce un peu plus les actions que le Ministère, la Paositra Malagasy et l’ARTEC effectuent périodiquement pour l’assainissement des lieux de travail », ont affirmé les responsables auprès du MPTDN. Pour sa part, le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a rappelé que cette journée dédiée pour la lutte contre la peste est une première étape. « La propreté est une question de mentalité et il est du devoir de tout un chacun d’œuvrer tous les jours pour avoir un environnement de travail et de vie sains. Les employés de l’Etat en particulier doivent montrer l’exemple autant au niveau du travail que chez eux », a-t-il affirmé.  En effet, les petits gestes du quotidien pour la préservation de la propreté sont d’une grande importance, outre les actions d’assainissement.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

TMT Finance Africa : Grande rencontre des acteurs des télécommunications

Un grand événement qui se déroulera à partir du 15 mars 2018 au Cap en Afrique du Sud. Plus de 200 acteurs du monde digital seront attendus à cet événement d’investissement régional : le TMT Finance Africa. Cette manifestation rassemblera les plus grands géants africains des télécommunications, des médias et de la technologie, ainsi que leurs principaux investisseurs, financiers et conseillers, pour discuter des futures stratégies d’investissement et de croissance régionale. Des débats, des conférences, des sessions de réseautage structurés et des rencontres B to B seront au programme de l’événement, d’après les organisateurs. Environ 70 conférenciers seront annoncés, avec des CxOs des principaux opérateurs confirmés de Vodacom, MTN, Econet Wireless, Safaricom, Millicom, Intelsat et 9Mobile; ainsi que des financiers et des investisseurs tels que Standard Bank, Convergence Partners, Rand Merchant Bank, IFC, Absa Capital, Citi, Crédit Suisse, Ethos Capital, Investec Asset Management et Mamor Capital. Les sociétés de technologie et de médias seront également au rendez-vous. « En raison de la demande très forte, nous sommes ravis d’apporter la franchise TMT Finance au Cap afin de répondre à la demande croissante d’infrastructures et de services », ont déclaré les organisateurs. « L’Afrique du Sud est une plaque tournante pour l’investissement, les fusions et acquisitions et l’innovation, et nous sommes très heureux d’avoir déjà reçu la confirmation sur la participation des personnes les plus influentes de la région et des sociétés leaders, à l’événement », ont-t-ils ajouté.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

USAID/PSI : Dons de matériels d’hygiène au CHAPA

Le directeur général par Intérim de l’USAID à Madagascar Aaron Bishop remettant de façon officielle les matériels au ministre Lalatiana Andriamanarivo.

Le centre de triage et de traitement de la peste (CTTP) auprès du centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra a été le théatre d’une visite de forte délégation officielle hier. Conduite par Lalatiana Andriamanarivo, ministre de la Santé publique et le directeur général par Intérim de l’USAID à Madagascar, Aaron Bishop, la visite en question a consisté, en premier lieu, à la remise officielle de matériels d’hygiène au CHAPA. Lesdits matériels font référence à des bouteilles de Sûr’Eau, de kits de lavage des mains comme des containers d’eau avec robinet, du savon et des portes-savons. En second lieu, la visite sur terrain a également consisté en une séance de partage de savoir-faire sur les normes d’hygiène et d’assainissement. Une initiative qui a cadré avec la journée nationale d’assainissement et qui entend participer à la lutte contre la peste.

José Belalahy

News Mada8 partages

Plaine d’Antananarivo : la production rizicole déjà compromise

La production rizicole dans la région Analamanga est de nouveau menacée après le passage du cyclone Ava. Des milliers d’hectares de rizière sont inondés.

Alors que la grande sécheresse au début de l’année 2107 a pratiquement compromis la production rizicole dans presque toutes les régions, les cultures sont de nouveau menacées par l’inondation en ce moment. La filière riz peine à se redresser et la situation devient urgente dans la région Analamanga. Déjà, les consommateurs confrontés depuis des mois à une hausse vertigineuse des prix, ne cachent pas leur inquiétude. Car malgré la hausse du volume d’importation du riz vers la fin de l’année 2017, le kilo du riz reste encore élevé et risque même de flamber  durant le premier semestre de l’année 2018.

La production de riz sur les plaines d’Antananarivo s’annonce d’ores et déjà compromise si les eaux ne se retirent pas à temps après le passage d’Ava. Dans la commune rurale d’Iarinarivo (district d’Ambohidratrimo), 90% des riz de première saison (Vary aloha) sont sous les eaux actuellement et des diguettes de protection menacent de rompre. Face à ce désastre, les habitants de la commune font appel aux autorités afin de réhabiliter les infrastructures hydro agricoles dont la plupart datent de l’époque coloniale.

La plaine d’Iarinarivo, d’une superficie de 1300 ha, est parmi les plus touchées par la montée des eaux. «1000 ha de rizières sont inondés actuellement. Les 300 ha  de rizière où on a cultivé du riz de deuxième saison ou vakiambiaty sont en hauteur et pourront être sauvés», a rassuré  le maire de la commune, Feno Raherimanantsoa.

Evaluation 

D’après les explications du ministre de l’Agriculture et de l’élevage, Harison Randriarimanana, lors d’une descente sur les lieux mardi dernier, «Les trois rivières qui traversent Antananarivo, notamment Imamba, Sisaony et Ikopa, se déversent dans les rizières d’Iarinarivo. Les plaines d’Iarinarivo sont les plus touchées par le cyclone actuellement. Toutefois, les dégâts sont tout aussi importants dans les autres zones de production».

Des techniciens effectuent une évaluation des dégâts cycloniques sur la production rizicole et les infrastructures hydro-agricoles en ce moment. Ce, pour pouvoir se lancer dans la culture de contre-saison, car une baisse de la production rizicole, notamment dans la région Analamanga est déjà à craindre face à la montée des eaux.

En se référant au calendrier cultural, la culture du riz de première saison est déjà achevée à Antananarivo. Les agriculteurs passent actuellement au repiquage du riz de deuxième saison. «La situation devient urgente après le passage cyclone. Les agriculteurs tentent de sauver le peu qui reste dans les rizières en ce moment. Et il faut dire que nous sommes en quête de semences pour se lancer dans la culture de contre-saison afin d’optimiser la production rizicole de la prochaine campagne. Le redressement des infrastructures est aussi impératif», a annoncé Heriniaina Ranadisaoana, riziculteur à Iarinarivo.

Riana R.

Midi Madagasikara8 partages

Meilleures Performances

Razafimaharo Johane : 50 Papillon Benjamine

Razafitsalama Tiavintsoa : 200m Brasse Benjamin

Rabarijaona Murielle : Junior Dames

Rasolonjatovo Michael : Junior Hommes

Records Nationaux 

4x100m Quatre nages : Michael , Stephan , Johane , Johanna

400m Nage libre, 1500m Nage libre : Rabarijaona Murielle

200m Papillon : Rakotomavo John

200m Nage libre, 100m Nage libre, 100m Dos, 200m Dos : Rasolonjatovo Michael

Anny Andrianaivonirina

News Mada7 partages

Jao’s pub : un retour endiablé de Tirike

L’attente aura été longue pour les férus de la musique Tsapiky. Tirike Augustin signe un nouvel album audio fraîchement intitulé «Filongoa», qui sera accompagné d’un concert promotionnel, ce vendredi au Jao’s Pub Ambohipo.

Son nom incarne le rythme endiablé du tsapiky.  Tirike Augustin a élu domicile dans l’Hexagone depuis un bon bout de temps mais, «Madagascar est encore dans mes veines», a-t-il déclaré. La dernière fois ou le roi du tsapiky a été à l’affiche de la scène tananarivienne remonte à 2015.

A cette occasion, il a proposé aux musicophiles son premier disque en format DVD. Effectivement, le chanteur de «Vinanto» était au summum de son art à l’époque où la version cassette a encore connu son heure de gloire.  C’est avec une autre bonne nouvelle que l’artiste fait son come back en multipliant les apparitions en public depuis les fêtes de fin d’année.

«J’ai décidé d’intituler l’opus Filongoa, ou solidarité en d’autres termes, puisqu’il constitue l’un des piliers de l’identité malgache. Une valeur pourtant en perdition», affirme l’artiste, dans son intervention sur une chaîne locale, avant d’enchaîner que  «Le premier spectacle du groupe a eu lieu dans la capitale au théâtre de verdure d’Antsahamanitra. C’est avec un grand plaisir renouvelé que nous allons  offrir du bon spectacle au public tananarivien».

Un répertoire riche et fort de plusieurs dizaines de chansons sera aligné lors de cette soirée, à l’image de «Misengesenge», «Zaho mandigne», «Anao zay» et bien d’autres encore.

Joachin Michaël

L'express de Madagascar6 partages

Le serment d’Ambatobe des trois rois d’Imerina

Lorsque vers 1785, Andrianam­poinimerina vainc définitivement son oncle Andrianjafy, il s’accapare de son royaume dont la capitale est Ambohimanga. Les autres rois de l’Imerina, sans doute préoccupés par ses visées entreprenantes, organisent une conférence à trois près d’Ambatobe, place-frontière. Sommet réunissant Andrianampoinimerina, roi d’Ambohi­manga, Andrianamboatsimarofy, roi d’Antananarivo, et Ramanandrianjaka, roi d’Ambohidratrimo.La conférence aboutit à un serment qui consolide le partage précédemment approuvé des terres et reconnait la légitimité des droits du vainqueur sur le royaume d’Ambohimanga. C’est « à la même époque qu’Andrianampoi­nimerina se serait marié avec Rambolamasoandro et devait donc avoir une vingtaine d’années » (J.-C. Hébert). Un bœuf est sagayé à Ambatobe, selon le rite du « lefon’omby ». D’après les « Tantara ny Andriana eto Madagascar » du père Callet, une période de paix de sept années s’ensuit (1785-1792).Une autre convention a lieu entre Andrianampoinimerina et Andrianamboa­tsimarofy essentiellement d’ordre familial, certes, « mais déjà Andrianampoinimerina vise son hégémonie sur l’Imerina toute entière ». Le roi d’Imerina donne sa fille en mariage  à son cocontractant et ce dernier, de son côté, doit donner sa sœur en mariage à celui-ci. « À cette occasion, c’est le serment du velirano (eau frappée de verges) qui fut prononcé et le lieu dit en bas et au nord d’Ankadindramamy, place-frontière, prit le nom d’Andranovelezina (à l’eau frappée). »Andrianampoinimerina prononce le serment suivant : « Si ma sœur Ralesoka ne devient pas femme d’Andrianamboatsimarofy, puisse Ambohimanga devenir l’apanage (tanimbary, rizière, en malgache, précise Hébert) de Tananarive ; et si Ravaonimerina (fille d’Andrianamboatsimarofy) ne devient pas femme d’Andrianampoinimerina, puisse Tananarive devenir l’apanage d’Ambohimanga. »J.-C. Hébert commente : « Cette formule de serment parait à nos yeux comme une justification de la conquête d’Antananarivo par Andrianampoi­nimerina qui devait intervenir trois ou quatre ans plus tard. »Les «Tantara » rapportent qu’au cours du repas qui suit, le roi d’Imerina dévoile « sa fourberie en voulant, en l’absence de son cocontractant, piquer dans la marmite de la viande du bœuf qui avait été sacrifié à cette occasion ». Il n’y réussit pas avec la pointe d’une broche en fer, mais y parvient avec le crochet de suspension de la même broche. Il aurait alors dit : « Le (bout) droit ne prend pas, mais le crochu prend bien » (la droiture ne réussit pas, mais la déloyautépermet d’aboutir à ses fins).D’après Hébert, les « Tantara » ne disent pas si Ralesoka devient l’épouse d’Andrianamboa­tsimarofy, mais il ne le semble pas. Elle serait pourtant en âge de convoler, sa différence d’âge avec son frère Andrianampoinimerina ne devant pas être très sensible. En revanche, selon toute apparence, la fille du roi d’Imerina est plus jeune et la concernant, il s’agit plutôt d’une promesse d’échange, « en quelque sorte des fiançailles ». « On ne voit pas pourquoi la convention, n’eut pas été ratifiée immédiatement par l’échange des deux femmes, si la fille d’Andrianam­boatsimarofy avait été nubile. »En tout cas, aucun des deux rois ne tient sa promesse : Ralesoka est mariée à un guerrier de l’Avaradrano, Rabasivalo, qui devient plus tard général de son beau-frère ; Ravaonimerina, de son côté, est marié à Rabehety (Andriantompo­nimerina), roi du Marovatana. Les « Tantara » rapportent à cette violation du serment par Andrianamboatsimarofy l’origine de la guerre qui amène la chute d’Antananarivo. Hébert fait remarquer toutefois qu’Andrianampoinimerina ne cherche nullement à récupérer Ravao­nimerina en la disputant à son mari, « mais y trouva prétexte pour attaquer son père qui avait violé l’alliance jurée ».Il précise aussi que le roi d’Ambohimanga n’entame pas tout de suite les hostilités. Il s’y prépare seulement en encourageant la défection des « sept cousins », sujets d’Andrianam­boatsimarofy, qui tirent à blanc lors de l’attaque d’Antananarivo, cités par les « Tantara ». Une première attaque de ce Rova a vraisemblablement lieu en 1791 ou 1792, au cours d’une épidémie de variole qui frappe les Merinatsimo (Merina du Sud) dans leur capitale. Celle-ci est prise d’assaut, mais l’épidémie se propage chez les vainqueurs qui doivent abandonner leur conquête. Andrianampoinimerina la reconquiert début 1793. Mais alors que la population d’Antananarivo célèbre la fête du Bain, le 3 mai, les Merinatsimo surprennent les habitants et réduisent en esclavage tous ceux qui ne peuvent prendre la fuite. « Et l’on dit que Ralesoka avait été capturée, mais elle parvint à s’enfuir le soir. »

Midi Madagasikara6 partages

Rugby –Gold Top 8 : JST Ambondrona surprend COSFA

La formation du JST Ambondrona s’est imposée de justesse par 19 à 18 face aux militaires du Cosfa. Les gars d’Ambondrona maintiennent le suspense dans le groupe B avec cette courte victoire au Championnat de Madagascar de rugby ou Gold Top 8 hier au Stade Makis à Andohatapenaka. Une riposte du JST d’Ambondrona après sa défaite d’entrée encaissée aux dépens du STM par 11 à 25.  La troisième journée, du 21 janvier prochain s’annonce décisive pour les équipes du STM, JST.  Cosfa affrontera STM et JST Ambondrona sera aux prises de l’Union de l’Iarivo Rugby Club (UIRC). Une équipe de la Commune déjà éliminée de la compétition après sa défaite contre STM par 16 à 26. Les équipes du 3F5 et USI plient aussi bagages. La tenante du titre du FT Manjakaray a pris le dessus sur la formation de l’US Ikopa par 52 à 13. Une très large victoire des protégés de Mamy Andriamaro qui confirment leur statut de favoris. Ils ont ainsi validé leur ticket pour la demi-finale. Même top pour l’USA, après avoir battu 3F5 d’Amboditsiry sur le score de 27 à 11.

T.H

News Mada4 partages

Me Razafinjatovo Willy : « mampihomehy ny filoha hoe hanaja lalàmpanorenana »

 Hanao fitsapan-kevi-bahoaka ihany ve ny filoha fa hoe hanaja ny lalàmpanorenana?  « Mampihomehy », hoy ny Me Razafinjatovo Willy.

 « Mampihomehy ny tenin’ny filohan’ny Repoblika hoe hanaja ny lalàmpanorenana izy amin’ny manaraka. Efa efa-taona izy no teo. Ny kilalao sy fahafinaretana nataon’ny filohan’ny Repoblika nandritra izay fotoana izay, manitsakitsaka ny lalàmpanorenana isan’andro vaky izao. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny Me Razafinjatovo Willy momba ny tenin’ny filohan’ny Repoblika hoe hanaja lalàmpanorenana ka hanitsy izany amin’ny alalan’ny fitsapan-kevi-bahoaka. Raha amin’izao fotoana izao ny filohan’ny Repobika no milaza hoe hikarakara sy hanaja ny lalàmpanorenana, toy ny mampihomehy izany.

Samy nohitsahin’ny filohan’ny Repoblika avokoa ny And. 54 sy ny And.72 ary ny amin’ny fametrahana ny Fitsarana avo (HCJ) amin’ny lalàmpanorenana. Koa raha izao izy no milaza fa hanaja ny lalàmpanorenana, manafintohina fa toy ny mananihany vahoaka amin’izany. « Nefa tokony ho matotra ny filohan’ny Repoblika », hoy ity mpisolovava ity.

Tsy tokony hidirana aloha ny fitsapan-kevi-bahoaka

Tsy tokony hiditra amin’izany fitsapan-kevi-bahoaka izany ny filoha, raha ny fanazavany. Efa efa-taona izay izy teo, tokony ho nanaovana izany. Tsy herintaona mialoha ny fifidianana vao hanitsy lalàmpanorenana. Faniratsirana ny Malagasy izany.

Fanitsakitsahana lalàmpanorenana no nataon’ny fitondram-panjakana tamin’ny taona 2014 ka hatramin’izao. « Iza no hiteny sy hanome antoka amin’ny Malagasy fa tsy hitovy amin’izao ihany ny fanitsakitsahana ny lalàmpanorenana rehefa avy eo? » hoy izy. Mila vitaina aloha ny fifidianana. Raha te hanova ny lalàmpanorenana ny tena, amin’ny fe-potoam-piasana manaraka izany.

Mandeha foana ny resaka, fa tsy misy zavatra atao ao anatin’ny fampanantenana. Feno, voky, leo, tofoky ny fampanantenana ny Malagasy amin’izao fotoana izao, araka ny nambarany. Aiza ho aiza ny fanatanterahana ireny?

R.. Nd.

News Mada4 partages

Basikety – «Fiba 33 Afrique 2018» : handray ny fifaninanana i Togo

Tsy miova fa i Togo ihany, izay toy ny tamin’ny taon-dasa ihany ny handray ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, eo amin’ny basikety ho an’olon-telo miaraka “Fiba 33”, ho an’ity taona 2018 ity. Io no tapaky ny Fiba Afrique, taorian’ny fivoriana nataon’izy ireo, ny herinandro lasa teo.

Handray anjara amin’ity fifaninanana ity i Madagasikara ary mbola hijanona amin’ny ekipa tokana ihany dia ny lehilahy, araka ny fanazavan-dry zareo avy eo anivon’ny federasiona. Anton’izany, mila tohizina ny vokatra tsara efa vitan’ny lehilahy, tamin’ny herintaona, izay nitana ny laharana fahatelo ary nandrombahana ny ho tompondakan’i Afrika ka nahazoana ny medaly volamena, teo amin’ny fifaninanana mitifitra.

Handrasana indray izany ny fampivondronana sy ny fifantenana ho an’izay handrafitra ny ekipam-pirenena, ho an’ity andiany faharoa ity.

Tsy mbola afaka ny hanolotra ny ekipa vehivavy kosa ny federasiona malagasy, satria toa tsy marisika loatra amin’ity “Fiba 33” ity ny tovovavy malagasy. Vitsy mantsy ny ekipa mandray anjara rehefa misy ny fifaninanana, ampanaovina eto an-toerana ka sarotra ny hitiliana ireo izay handrafitra ny ekipam-pirenena, araka ny fanazavana, hatrany.

Torcelin

 

News Mada4 partages

Tennis de table : des grands rendez-vous à gogo

Début de saison tonitruant du tennis de table malgache ce week-end au palais des Sports de Mahamasina. D’autres rendez-vous plus importants les uns que les autres agrémenteront la suite de la saison.

La saison 2018 sera celle de la relève! Outre les championnats locaux de différents niveaux, la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) projette également d’envoyer dans le bain continental les jeunes pongistes au même titre que les seniors.

Premier acte pour les jeunes pongistes de 14 à 17 ans, le championnat d’Afrique senior qui se tiendra dans la capitale algérienne  du 19 au 23 mars prochain. «Madagascar sera représenté par quatre pongistes dont deux garçons et deux filles», a fait savoir le président de la FMTT, Jean Herley Ambinitsoarivelo.

Les Jeux de la commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CJSOI) prendra le relais du 20 au 28 avril à Djibouti. Comme l’édition précédente, Madagascar enverra 8 pongistes dont quatre garçons et autant de filles.

Troisième rendez-vous et pas des moindres, la troisième édition des Jeux africains de la jeunesse, qualificatifs pour les Jeux olympiques de la jeunesse  du 11 au 23 septembre à Buenos Aires (Argentine). Un garçon et une fille composeront la sélection nationale à cette joute continentale.

Côté senior, les yeux seront rivés vers la capitale kenyane, Nairobi, du 1 au 3 mars où se tiendra la coupe africaine. Lino Razafindralambo sera en lice après sa deuxième place au championnat d’Afrique de l’Est en simple.

L’heure de vérité

En attendant l’entrée en la matière des moins jeunes, les 18 à 25 ans messieurs, vont en découdre au palais des Sports de Mahamasina ce week-end. Les 9 meilleurs pongistes rejoindront Lino, Setra et Itokiana dans la présélection.

Après un mois de regroupement conduit par un expert chinois, 10 d’entre eux auront le privilège de suivre une formation dans l’Empire du milieu. Ces 10 heureux élus seront par conséquent privés de compétition nationale et continentale. A noter que ce grand projet est réalisé en collaboration entre la Chine et le ministère malgache de la Jeunesse et des sports malgache.

Naisa

 

News Mada3 partages

Mahitsy Une carrière fait des victimes

Le fokontany d’Ankazo, dans la commune rurale de Mahitsy tombe dans une nouvelle tourmente après l’échec des négociations menées par la commune entre la population et un exploitant de granit venant s’installer sur le site d’extraction des artisans locaux. Une grande manifestation est prévue sur les lieux, ce jour.

La zone nord de la colline d’Anosivola s’enflamme de nouveau suite aux attitudes d’un entrepreneur venu extraire du granit sur le site d’exploitation des casseurs de pierres locaux sans en informer la population et le chef du fokontany d’Ankazo. L’implantation de l’opérateur sur les lieux a engendré d’énormes préjudices socio-économiques aux riverains qui dénoncent des irrégularités dans cette activité les obligeant à organiser une manifestation de protestation ce jour.

Méthode d’exploitation inappropriée à l’environnement

L’utilisation d’explosifs n’ est pas propice dans cette zone d’élevage de volailles puisque les pollutions sonores résultant des déflagrations tuent instantanément des milliers de poulets de chair et se répercutent négativement sur la production des poules pondeuses, déplorent les victimes qui ne sont point dédommagés de ces dégâts. La population encourt d’énormes risques d’accidents, en outre, par la proximité des explosions.  Il a été révélé qu’aucun signal d’avertissement ne précède les coups de dynamite dans cette zone de passage des riverains, les exposant en permanence aux éclats de pierres. Les ondes de choc des explosions provoquent des fissures dans les maisons d’habitation où les occupants sont frustrés par la crainte des accidents. Des mères de familles et des enfants en bas âge sont perturbés par les bruits assourdissants inondant les environs du site d’exploitation, selon les déclarations de la population du fokontany d’Ankazo et ses environs, hostiles à cette intrusion dégradant leur environnement.

Saisie de la situation, des responsables de la commune rurale de Mahitsy ont révélé à la délégation envoyée par les victimes l’illégalité de ces activités en divers points et ont convoqué les parties concernées mardi pour d’éventuelles négociations qui ont tourné à l’avantage de l’entreprise qui a confirmé ses menaces d’emprisonnement à l’endroit de la population. Les habitants, vexés de ce qu’ils qualifient d’arbitraire à leur endroit, se sont dits prêts à affronter toutes formes de répressions commanditées par cet opérateur depuis l’échec de la concertation.

Manou

Ino Vaovao3 partages

FARITRA ANOSY : Miha mahazo vahana ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany « Mica »

Ny faritra sy ireo distrika tsirairay manerana ny nosy ihany koa anefa dia manana ireo harena mampiavaka azy tsirairay, toy ny faritra Anosy. Ity farany izay isan’ny faritra manana ny maha izy azy tokoa amin’ny lafiny maro. Ankoatra ny lafiny fizahantany sy ny harena an-dranomasina mantsy dia tsy latsa-danja ihany koa izy amin’ny harena an-kibon’ny tany. Hatramin’ny ela no efa nahalalana ny faritra Anosy amin’ny fananana fasimainty betsaka ka mampiroborobo ny fitrandrahana izany any an-toerana. Tato anatin’ny dimy taona teo eo anefa izao dia miha mahazo vahana any amin’ny faritra Anosy iny indray ny fitrandrahana “Mica” sy ny fandraharahana izany. Mihamaro araka izany ireo mpandraharaha sy mpahazo tombontsoa amin’ity resaka “Mica” ity any an-toerana. 

Tsara ho fantatra fa efa an-taonany maro no nanao izao fitrandrahana izao tany amin’ny faritra Anosy sy Androy ny orinasa tsy miankina iray ao Taolagnaro. Nisy vanim-potoana nisedra olana goavana ity seha-pihariana amin’ny resaka tsy fandriam-pahalemana, araka ny fanazavana. Tsy nahavitana na inona na inona mihitsy mantsy ny fandrenesana ireo asan-dahalo niseho sesilany, indrindra tao amin’ny faritr’Amboasary iny. 

Sahirana araka izany ireo mpisehatra amin’ity seha-pihariana ity tamin’ny fanangonana ny vokatra. Tao anatin’ny roa taona kosa anefa izay, hoy ny talen’ny orinasa mpitrandraka, noho ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana dia mizotra tsara araka ny tokony ho izy ny fandraharahana ataon’izy ireo. Araka ny fantatra dia niha nitombo hatrany ny vokatra azo nandritra izay nanaovana ity asa fitrandrahana ity izay. Raha ho an’ny taona 2017 manokana izao dia azo ambara ho nitombo avo roa heny noho ny isan-taona ny vokatra azo. 

Lucien R.   

L'express de Madagascar3 partages

Pôle anti-corruption – La moralité en crise

Un quatrième appel à candidature a été lancé aux magistrats pour le Pôle anti-corruption. La phase d’enquête de moralité a été éliminatoire.

En crise. Le premier Pôle anti-corruption peine à voir le jour. En raison du nombre insuffisant de candidatures conformes aux conditions requises, un quatrième appel a été lancé à l’endroit des magistrats. Prévue être opérationnelle en fin décembre 2017, la mise en place de cette juridiction anti-corruption est reportée vers mi-fevrier.« Les textes prévoient une proposition de trois noms pour chaque poste, à partir de laquelle le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) nomme le candidat retenu. Compte tenu du profil des postulants, nous n’avons pas pu établir une liste complète pour certains postes », explique Jean Louis Andriamifidy, directeur général du Bureau indépendant anti-corruption.Le comité en charge du recrutement des membres du PAC est constitué par le Bianco, le Service des renseignements financiers (Samifin), le Conseil supérieur de l’intégrité (CSI) ainsi que le ministère de la Justice. À l’issue du troisième appel à candidature, le comité n’a pas pu proposer les trois noms requis pour que le CSM puisse nommer les juges, ainsi que le président de la première instance. « Le recrutement se déroule en trois étapes. La sélection de dossiers permet d’identifier les candidats remplissant les critères. Cette étape est suivie d’un entretien pour évaluer les compétences et la personnalité des postulants.  Il s’en suit une enquête de moralité », poursuit le DG du Bianco.

Dernier appelAinsi, rares sont les magistrats qui disposent de ces qualités. À l’issue des trois précédents appels à candidature, le CSM  a déjà nommé le procureur, le juge d’instruction, le substitut et des juges du premier degré.Le dépôt de candidature pour ce quatrième appel se termine le 31 janvier. Le comité de recrutement dispose de quinze jours pour sélectionner les candidats idoines. Enclenchée depuis le mois de mars 2017, la mise en place du Pôle anti-corruption d’Antananarivo a pris presque une année. « Il s’agit du quatrième et dernier appel. Si nous ne trouvons pas de candidat remplissant les conditions requises, nous allons établir un procès-verbal de carence et l’adresser au CSM », regrette le numéro un du Bianco.L’opérationnalité de cette juridiction fait partie des engagements de Madagascar dans le cadre du déblocage des Facilités élargies de crédit (FEC). « La mise en place du PAC se heurte à un blocage technique, car la volonté politique est acquise », conclut Jean Louis Andriamifidy. Par ailleurs, plusieurs grands dossiers attendent la mise en place du PAC. Il s’agit entre autresdes affaires liées au trafic de bois de rose, les autres dossiers impliquant Claudine Razaimamonjy et l’interpellation des récalcitrants dans la déclaration de patrimoine.

Andry Rialintsalama

News Mada2 partages

Raikitra ny fanadiovana ao Toamasina

Tsy niandry  ny Androm-pirenena  ho an’ny fanadiovana.  Niantso fifanomezan-tanana sy fiaraha-miombona antoka amin’ireo mpandraharaha ao Toamasina  ny ben’ny Tanàna, Ratsiraka Elysée manoloana ny takaitra  navelan’ny rivodoza Ava any an-toerana.  Nivaly izany fangatahana izany ka nahazoany  nampiasa milina lehibe “engins” miisa 40 nanaovana  ny fanadiovana faobe manerana ny  tanàna, ny fiandohan’ny herinandro teo. Nanampy tosika  tamin’izany ireo mpiasan’ny kaominin’i  Toamasina renivohitra.

Anisan’ ny niharan’ ny faharavana tamin’iny rivodoza iny ny ao Toamasina. Maherin’ny 10% ny fotodrafitrasa simba sy rava.  Mavesatra tanteraka ny  takaitra.  Eo  ny fahatapahan’ny herinaratra  sy ny  rano  ny an-toerana tao anatin’ny dimy andro. Hany mba nanana jiro ireo nampiasa “groupe electrogène”.

Mitaky fiovan’ny toe-tsaina

Maro ireo lalana nianjeran’ny hazo vaventy ka  tsy  nahafahana  nivezivezy  malalaka araka ny tokony ho izy.  Manampy trotraka  izany ny toe-tsain’ny mponina, nanararaotra ny  ranobe,  nanary fako avy any an-trano teny rehetra  teny ka nanentsina  ny lakandrano  sy nampitombo ny fivangongoan’izany   ary nanahirana  ny kaominina ny nanala  izany.

Araka  izany, efa manomboka mihetsika izany ny  kaominina.  Tokony hanova  ny toe-tsainy koa  anefa  ny mponina.

Synèse R.         

News Mada2 partages

Antsirabe : hanome voninahitra an’i Tôty ireo namany

Mpiangaly gitara beso malagasy manan-talenta indrindra. Ireo mpanakanto naman’i Tôty ihany no nametraka azy eo amin’izany toerana izany… Ary mbola mitoetra ho fitaratra hatrany, na dia efa 10 taona aza no nindaosin’ny fahafatesana ity mpanakanto ity.Hisy indray ny seho ho fanomezam-boninahitra sy fahatsiarovana an’i Tôty, izay hotontosaina any Antsirabe, ao amin’ny La Palette, ny zoma 12 janoary izao, manomboka amin’ny 8 ora alina. Hiaraka haneho talenta amin’izany ireo mpanakanto maromaro toa an-dry Silo, Mika, Harty Andriambelo, Jacquis Ralph, Toky Ar, Junior, Cedric, Mimi Jaofera, Tsiky Marly, Mirana Dizzy Brains, Zix Mpamanga, Solofo, sns. Misy avy ao Antsirabe, ampian’ireo avy aty Antananarivo ireto mpanakanto ireto. Misy ihany koa ireo efa nifanerasera sy nifampzaira mozika tamin’i Tôty fahavelony, ampian’ireo zandry nandimby taty aoriana.Hamerina ampahany amin’ireo sanganasan’i Tôty ireto mpanakanto ireto. Hizara ihany koa ireo mozika niarahana nitendry taminy, ankoatra izay efa nomanin’izy ireo miaraka.Tsiahivina fa efa nisy ny tsiaro an’i Tôty notontosaina tany Antsirabe, tamin’ny 5 taona lasa. Anisan’ny fotoana nafana, nanehoan’ireo mpanakanto nandray anjara ny talentan’ny tsirairay, ary mendrika ny fahatsiarovana an’ilay andrarezina izany. Azo antoka fa tsy ho latsa-danja koa ny amin’ity.

Zo ny Aina

L'express de Madagascar2 partages

Denrée – Le riz makaolika se fait rare

Appréhension. Les ménages commencent à ressentir la rareté du riz makalioka sur le marché. Ce type de riz local reste très apprécié et consommé, en dépit de son prix élevé et la disponibilité de près de 500 000 tonnes de riz importé, en 2017. Rien qu’avant les fêtes de fin d’année, le makaolika se vendait à pas moins de 700 ariary le gobelet, entre 680 et 740 ariary pour le riz rouge type « vary mena » et 650 ariary pour le riz type « Dista » ou « Tsipala » dans la capitale et ses environs. Le local se vendait à pas moins de 800 ariary, voire 1000 ariary, dans les régions Diana et Sava, entre autres.Ce prix continue de s’envoler. Le makaolika s’achète encore à 720 et 740 ariary le gobelet, depuis quelques jours, à Antananarivo. Le ministère du Commerce et de la consommation a averti les  esprits malintentionnés, tentés de retenir du stock ou de profiter du passage du cyclone pour augmenter le prix. Mais le prix du riz local en général a tout de même pris de l’envol. « Le riz est loin d’être en pénurie, aussi il n’y a aucune raison d’augmenter le prix », a alors rassuré ce département.

AlternativeFaudra-t-il pourtant reconsidérer cette assurance du ministère vu la coupure sur la RN44 au niveau d’Amboa­sary gare suite au passage récent du cyclone ? « Le transbordement au niveau du pont nous contraint de majorer les frais de transport », indique un camionneur.La région Alaotra Mangoro, où le makaolika est cultivé, ne l’a plus commercialisé depuis le mois dernier. « Cette rareté du makaolika peut s’expliquer par le fait que la campagne rizicole pour le makaolika commence en mai pour se terminer en décembre. Les riziculteurs entament déjà, en ce mois de janvier, la plantation de nouvelles cultures de ce type de riz », explique Andriniaina Randriamiaramahefa, directeur régional du Commerce et de la consommation pour Alaotra Mangoro.« Seulement, je ne peux encore donner un chiffre exact sur la production du makaolika en particulier, mais je peux avancer que 250 000 tonnes de riz local, tout type confondu, ont été commercialisés en 2017. Ils ont été de 510 000 tonnes en 2016 », ajoute-t-il. Le makaolika se fait rare à Ambatondrazaka, où le prix du kilo est actuellement de 1980 ariary, alors qu’il était de 1200 à 1300 ariary au mois de novembre.La consommation locale d’Alaotra Mangoro absorbe près de 60% de la production totale, tout type de riz  confondu. Ce chiffre justifie également la rareté du riz local.  En outre, 150 tonnes de riz import ont également été injectés dans la région Alaotra Mangoro, en 2017.  Toujours est-il qu’avec le « vary aloha », ou riz de la première saison,  du riz type « vary gasy », va bientôt inonder le marché et à bon prix car il se vend à 500 ariary le gobelet à Ambatondrazaka.

Mirana Ihariliva

News Mada1 partages

RN 1 : Tsy azo andehanan’ny fiarabe mihoatra ny 15 t

Latsaka kely amin’ny haavon’ny arabe ny rano eny amin’ny vahilavan’i Fenoarivo, lalam-pirenena RN 1. Nandray fepetra ny minisiteran’ny Asa vaventy fa tsy azo andehanan’ny fiara milanja mihoatra ny 15 taonina satria atahorana ny mety hihotsahan’ny lalana, na efa manomboka midina tsikelikely aza ny rano.

Nangataka ny hanovana io fetra farany ambony io ho mihoatra ny 16 taonina ny fikambanan’ny mpitatitra entana, saingy tsy nahazo valiny mahafa-po. Amin’izy ireo, manan- danja amin’ny famatsiana vokatra sy sakafo mankaty an-dRenivohitra ity lalana ity. Maro ny vokatra mandalo ny RN 1 avy any Itasy, Bongolava, Melaky. Anisan’izany ny vary, ny katsaka, ny mangahazo, ny voanjo, ny ovy, ny voatabia, ny legioma, sns. Nilaza ireo mpitatitra fa hiantraika any amin’ny vidin-javatra ny famerana ny lanja afaka mandeha eo amin’ny lalana satria hitombo ny masonkarena, tsy maintsy afindra ny entana entina.

Santionany amin’ny takaitra sy ny vokatry ny rivodoza Ava avokoa ity taterina ity mahakasika lalam-pirenena, ary anisan’ny mamatsy vola hanarenana azy ny Vondrona eoropeanina. Vao mainka maro koa anefa ny lalana any ambanivohitra simba tsy ahitana vahaolana, sady tsy misy mpamatsy vola rahateo.

Njaka A.

News Mada1 partages

Morondava : sambo nahatrarana sokatra tanaty gony

Notazonin’ny polisy anaovana famotorana ny mpanamoron’ilay sambo nitondra zana-tsokatra miisa 500 tanaty gony maromaro nifampitaingintaingina tratra tao amin’ny torapasika Nosikely Morondava, afakomaly. Ireo mponina mipetraka manamorona ity torapasika ao Nosikely ity no nahatsikaritra fa misy fofona maimbo ka nandeha nampilaza tany amin’ny polisy momba ny fisian’ny zavatra hafahafa ao amin’ilay sambo. Tonga nanao fisavana ilay sambo ny polisy, hay sokatra marobe tanaty gony no tao anatiny ka 292 ny velona raha efa maty kosa ny ambony satria nifanindritsindry tao anaty gony. Fantatra nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisy fa niainga avy any Maintirano ity sambo ity ary nandalo tao Morondava ary nikasa hiantsona any Mahajanga. Mitohy ny famotoran’ny polisy  ilay mpanamory ka aorian’izay ny hamantarana ny tompon’antoka sy mpiray tsikombakomba amin’ity trafikana sokatra ity.

J.C

L'express de Madagascar1 partages

Tourisme et hôtelière – Un début d’année laborieux

Au ralenti. Il est bien connu que le secteur touristique n’a jamais enregistré sa meilleure performance en début d’année dans des pays tropicaux comme la Grande île. La basse saison n’est pourtant pas une fatalité en soi pour cette activité qui contribue à hauteur de plus de 12% sur le produit intérieur brut du pays. Malgré un ralentissement ressenti dans presque toutes les régions de l’île sur la période entre les mois de janvier et mars, surtout sur les régions côtières, le secteur n’est pas pour autant à l’arrêt.Après s’en être sorti, plus ou moins indemne face à l’épidémie de la peste il y a quelques mois, le secteur du tourisme et de l’hôtellerie fait à présent face à des voyants presque au rouge pour les quelques mois à venir. Avec l’annonce d’une saison cyclonique assez conséquente, une basse saison encore marquée par les séquelles de l’épidémie. De nombreux hôteliers et acteurs majeurs dans le secteur touristique songent à opter pour la carte de la prudence. « Nous avons eu beaucoup de mal à remettre les pendules à l’heure après la pénalisation sanitaire de l’année dernière. Pour tout dire, la restructuration n’est pas encore entièrement achevée. L’annonce de cette météo plus que défavorable nous est tombée dessus tel un coup de massue. Raison pour laquelle nous avons décidé de ne rouvrir qu’à la prochaine saison haute histoire de limiter les dégâts », nous confie le responsable vente et approvisionnement d’un village de vacances situé sur une île privée dans le nord du pays.

SurbookéCe responsable explique que la société assurant la gestion de l’île a choisi de déclarer complet sur les sites de réservations comme booking.com au lieu d’accepter uniquement deux ou trois clients pour enregistrer des taux d’occupation quasi-nulle. La raison de cette stratégie s’explique surtout par la limitation maximale des frais de fonctionnement des établissements en basse saison. Une manière de prendre du recul afin de mieux aborder les prochaines saisons rush tout en préservant les infrastructures et surtout l’image positive de leur établissement.« Chaque année, nous nous sommes toujours préparés pour faire face à la saison cyclonique. Cependant, pour celle qui arrive, les services de météorologie ainsi que le bureau national des gestions des risques et catastrophes annoncent des conditions beaucoup plus rudes que les années précédentes, c’est la goutte qui a fait déborder le vase », conclut le responsable du village de vacances. Nombreux acteurs touristiques se retrouvent dans le même cas que ce dernier et espèrent que des mesures seront prises par les autorités compétentes afin de sauver les meubles pour la prochaine saison.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Lavage de cerveau

Il a fallu un décret donc une obligation, un jour férié pour que tout le monde reconnaisse l’importance de la propreté et de l’hygiène. Le Président de la République en a donc fait une affaire personnelle depuis l’épidémie de peste qui a tué plus d’une centaine de personnes l’année dernière. Pour une fois l’appel qu’il a lancé a trouvé un écho favorable presque à l’unanimité. Seuls les habitants de Madiotsifafana ont osé snober cette disposition.Un jour ne suffit bien évidemment pas à enlever la crasse qui s’est incrustée pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies durant lesquelles on a cru que la propreté était une invention coloniale. Puis tout d’un coup on s’est rappelé que l’hygiène était indispensable pour bien vivre. La propreté n’est pas un caprice d’un jour, une obligation administrative, une nécessité de la communication, c’est tout simplement un devoir individuel, naturel de tous les citoyens.La journée d’hier a pourtant montré que même au niveau des gens supposés instruits, cela ne va pas de soi. À preuve, il a fallu un décret présidentiel pour que tout le monde se mobilise pour une cause qui ressemble à l’évidence, pour une tâche qui doit relever des affaires courantes, de la routine. Voilà comment il faut gérer le pays.Reste à voir s’il va falloir sortir un décret toutes les semaines pour que la propreté et l’hygiène fassent partie des projets structurants. Il suffit pourtant de consacrer deux heures hebdomadaires au nettoyage pour maintenir un niveau d’hygiène respectable.Il faut peut être revenir à une ancienne époque avec une inspection systématique dans chaque foyer suivi de procès verbal pour ceux qui ne disposent pas de latrines ou des toilettes. Il est aberrant de constater qu’aujourd’hui dans la capitale un fort pourcentage de foyers n’ont pas de latrines. Dans de telles conditions on aura beau instaurer une journée hebdomadaire d’assainissement, il restera un foyer de résistance difficile à décrotter. De même, on aura beau assainir le pays et les villes, c’est au niveau de la population qu’il faut opérer une sensibilisation intense et permanente. Avec l’exode rural, les villes se sont campagnardisées avec une grande partie de sa population qui n’a aucune notion de la rigueur et de la discipline d’une vie citadine. Tous les problèmes viennent, en fait, de là. Les constructions illicites, l’anarchie, l’insécurité, l’incivisme, le vandalisme…Assainir n’est pas tout simplement balayer et ébouer les égouts. Si on se limite à ces actions dans une ville devenue une écurie d’Augias, on n’en finira jamais. Dès demain, les détritus vont s’amonceler et ainsi de suite.Dans l’état actuel des choses il faudra vraiment un lavage à grande eau du cerveau pour inculquer la propreté dans la culture et l’habitude de certaines personnes. Pour une fois, cette méthode, dénigrée dans le temps pour être un outil d’endoctrinement, est vivement recommandée.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara1 partages

Mahajanga : Sakoroka tao amin’ny Oniversité, mpianatra telo voasambotra

Nirefodrefotra indray ny baomba mandatsa-dranomaso tao an-drenivohitr’i Boina tao. Tetsy andaniny ireo mpianatry ny oniversiten’i Mahajanga, mivondrona eo anivon’ny Bdeum, izay nidina an-dalambe sy nanakana ny lalam-pirenena fahefatra tamin’ny alalan’ny doro kodiarana. Tetsy ankilany kosa ireo mpitandro ny filaminana avy eo anivon’ny Emmo/reg izay nirotsaka an-tsehatra teo anatrehan’ity tranga, izay sokajian’izy ireo fa tsy fanarahan-dalana sy fanembatsembanana ny fiainana andavanandron’ny mponina ity. Vokany, nisy mpianatra telo, izay lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ity fikambanan’ny mpianatra ity, voasambotr’ireo mpitandro filaminana. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana dia efa hatramin’ny alatsinainy teo ireto mpianatra ireto no niverina nidina an-dalambe indray, nanao ny fitakian’izy ireo. Nitohy hatramin’ny omaly io hetsika io, ary nihamafimafy satria dia io niafara tamin’ny fanakanana ny lalam-pirenena fahefatra tamin’ny alalan’ny kodiarana nodorana teo Antanimalandy. Tapaka nandritra ny fotoana maromaro mihitsy iny lalana miditra ny renivohitr’i Boina iny tamin’io fotoana io ka nahatonga ireo mpitandro filaminana nandray fepetra, niezaka ny nandamina ireto mpianatra. Tsy nanaiky izany anefa ireto farany fa vao mainka aza namaly bontana ny fihetsik’ireto miaramilan’ny Emmo, tamin’ny alalan’ny tora-bato variraraka. Voatery naparitaka tamin’ny alalan’ny entona mandatsa-dranomaso araka izany ireto mpitokona. Raikitra teo ny sakoroka ary nisy mihitsy ny fifanenjehana hatrany anaty ala-manga rehetra tany ary nitohy hatreny amin’ny faritra misy ny oniversite. Tamin’izay no nahasamborana ireto mpianatra telo ireto. Marihana fa ambonin’ireto farany dia efa nisy mpianatra telo hafa ihany koa nosamborina ny alatsinainy teo saingy efa navotsotra. Voalaza hatrany moa ny tsy faneken’ireo mpianatra ireto hanombohana ny fampianarana any an-toerana no fototry ny fitakiana. Milaza mantsy izy ireo fa tokony hampidirina amin’ny trano aloha ny mpianatra vao hatomboka izany.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Akon’ny rivo-doza « Ava » : Nahatratra 32.065 ny traboina, fito ny maty, telo tsy hita popoka

Dimy andro aty aorian’ny fidirana sy fandalovan’ny rivo-doza “AVA” teo anivon’ny faritra atsinanana, nivoaka ny tatitra ofisialy mikasika ny akony sy ny loza napetrany ho an’ny mponina tamin’ireo distrika nandalovany teo anivon’ny faritra Atsinanana. Raha ny tarehimarika farany eo anivon’ny prefektioran’i Toamasina dia miisa 32.065 ny traboina, ka ny 18.253 amin’izany eo anivon’ny distrikan’i Toamasina I avokoa, ny 8.445 kosa ho an’i Toamasina II, miisa 4.726 ny ao Brickaville, ary 141 kosa ny tra-boina ao Vatomandry. Tao anatin’izany dia niisa fito ireo olona maty nilatsahan’ny hazo sy nipitihan’ny fanitso ary matin’ny rano niakatra, ka ny efatra tamin’izany dia teto Toamasina renivohitra (Depot Analakininina – Tanambao verrerie – mangarano – ary Morarano), iray avy kosa ny maty tao Toamasina II sy tao Antanambao Manampontsy ary Brickaville  izay nilatsahana hazo sy trano nirodana. Miisa telo kosa ireo tsy hita popoka lasan’ny rano niakatra ka ny iray tao Mahanoro raha roa ny tao Brickaville. Tsy mbola nahazoana akony kosa hatreto ny isan’ireo efitranon-tsekoly sy ireo biraom-panjakana ary ireo toeram-pitsaboina simba nandritra ny fandalovan’ny rivo-doza “AVA” iny ho an’ny faritra atsinanana, noho ny tatitra mitarazoka avy amin’ireo solon-tenam-panjakana sy ireo lehiben’ny distrika samihafa. Ankoatra izay dia nahazoana vaovao ihany koa ny akon’ny rivo-doza teo Analanjirofo tamin’ny alalan’ny lehiben’ny faritra Ramaroson Jacques. Miisa 851 ny tra-boina ka ny tao Soanierana Ivongo no nahitana tra-boina be indrindra izay miisa 285, tsy nisy afa-tsy 29 monja izany tao Fenerivo Atsinanana. Tao anatin’ny faritra Analanirofo kosa dia miisa 05 ny tranom-panjakana simba, 48 ny efitranon-tsekoly potika, efatra ny sekolim-pikambanana rava, 17 ny barazim-pambolena simba, ary 07ha ny tanimbary tototry ny rano. Efa voasangotra aloha avokoa kosa ny vary niakatra ka ireo 15% sisa tsy vita no potiky ny rivotra sy ny rano tao amin’ny faritra Analanjirofo iny.

Malala Didier

Madaplus.info0 partages

Marc Ravalomanana : le verdict sur l’affaire 07 février peut être applicable

Rasolo Élise Alexandrine, le Ministre de la Justice a déclaré que Marc Ravalomanana, l’ancien président de Madagascar et le N° 1 du parti politique TIM est condamné par défaut par le Tribunal et celui-ci ne manquera pas de l’informer du verdict et lui donnera un délai pour faire appel.
Marc Ravalomanana était destitué le 7 février 2009. Le 28 août 2010, le Tribunal d’Antananarivo l’a condamné par défaut, ainsi que deux autres officiers aux travaux forcés à perpétuité pour l’homicide d’une trentaine de personnes le 7 février 2009 à Ambotsirohitra. Il est reconnu coupable de meurtres et de complicité d’homicide. Le président du parti politique TIM était absent lors du procès et fut en exil en Afrique du Sud. Cette condamnation du Tribunal est applicable et comme Marc Ravalomanana était absent de son procès, il est autorisé à faire appel, une fois que le Tribunal l’en aura notifié avec un certain délai. Le Ministre de la Justice de rappeler cependant qu’une fois le délai expiré, le verdict sera appliqué. Hier, Marc Ravalomanana a déclaré à la télé que la condamnation a été faite par des juges non compétents, de ce fait, il n’a aucune valeur.
Madaplus.info0 partages

Ministère de l’Éducation nationale : reprise officielle des cours dans tout Madagascar

Le MEN a annoncé hier que la reprise officielle des cours est pour le 11 janvier sur tout le territoire de Madagascar. Par contre, AVA a laissé des dégâts considérables derrière son passage qui a ravagé de nombreuses infrastructures scolaires dans toute l’île.
Le dernier bilan du MEN fait état de 263 de salles de classe complètement détruites, 77 salles de classe sont actuellement utilisées comme site d’hébergement pour les sinistrés. Ainsi, des salles partiellement détruites ou décoiffées ont été enregistrées dans 38 CISCO à travers l’île. Face à ces dégâts laissés par AVA, 34 714 élèves ne sont pas en mesure de suivre à la normale les cours. En outre, le MEN a ajouté que l’organisation des rattrapages qui comble les heures vacantes incombe à chaque établissement pour que le programme scolaire finisse à temps. Jusqu’à ce jour, le calendrier scolaire et les examens officiels sont toujours maintenus selon toujours les précisions.
News Mada0 partages

Hevitry ny mpamboly : iri-mahory ny rivodoza any Alaotra

 Potiky ny rivodoza sy ny tondradrano ny tohodrano sy ny lakandrano miaraka aminy, any Amparafaravola, toeram-pamokaram-bary U.9. Vao tamin’ny novambra teo, notokanan’ny filoham-pirenena ireo fotodrafitrasa ireo. Efa misintona sahady izao ny rano, ary raha ny filazan’ny mpamboly sasany,”Aleo ihany misy rivodoza fa ireny no mamela hamandoana mamelona ny tany sy ny zavatra volena”.  Maro ny mpamboly manao izany fanamarihana izany any amin’iny faritra iny. Ohatra, 45 andro ihany dia lany ny rano avy amin’ny tohodranon’i Sahamaloto !

Ny fifamovoizana indray, efa  azon’ny fiara andehanana izao ny eo amin’ilay nisy tetezana tapaka ao Amboasary Gara, amin’ny RN 44.”72 ora tsy maintsy vitainay io”, hoy ny tompon’andraikitry orinasa nandray ny fanamboarana, ny alahady taorian’ny fahatapahana. Soa ihany fa misy ny fokontany sy vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana manamorona ny RN 44 manampy ny fiara, manome olona manosika, manoro fiviliana sy lalan-kafa azo aleha. Hatrany amin’ny 50. 000Ar ny aloa amin’ireny andian’olona ireny. Misy kaominina vitsivitsy any Alaotra tsy mamela ny fiara lehibe hanao hitsin-dàlana ao aminy, isan’ireny Andilanatoby, satria mbola azon’ny fiara aleha eo Manaingazipo.

Rarivo

News Mada0 partages

Pr Rakotonirina Solonjatovo : « tsy handeha amin’ny fahamarinana io fifidianana io »

 Hanao ahoana ihany ny amin’ny fifidianana amin’ity 2018 ity? Maneho ny heviny ny filohan’ny Vovonana kristianina malagasy (VKM), ny Pr Rakotonirina Solonjatovo: « Efa tena misy fampisehoana fa tsy handeha amin’ny fahamarinana io fifidianana 2018 io. » Dinidinika…

 Gazety Taratra (*): Ahoana ny fahitanao ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana ataon’ny mpitondra amin’izao fotoana izao?

 Pr Rakotonirina Solonjatovo (-): Efa tena misy fampisehoana fa tsy handeha amin’ny fahamarinana io fifidianana 2018 io. Satria miainga ireny ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana. Tsy fanao eran-tany izany: tsy ara-dalàna. Manaraka izany, atao toy ny hoe zazakely ny vahoaka malagasy.

Teo koa ny fanamboaboarana ny ao amin’ny Antenimierandoholona, tena mazava be: mampiseho fa izay ataon’ny Malagasy, ataon’ny Malagasy, fa tsy maintsy azon-dry zareo eo amin’ny fitondrana ny fanjakana. Efa tena any amin’ny faratampon’ny tsy fanarahan-dalàna izany, fampisehoana ny tsy firaharahana ny vahoaka malagasy.

* Ny fahitanao ny volavolana lalàm-pifidianana mbola ifandroritana be ihany ny fandrafetana azy?

– Mazava ho azy fa atao toy ny lalàna mifehy ny serasera ihany io: mody soratana, asaina mivory amin’ny fakan-kevitra ny mpisehatra voakasiky ny raharaha… Filazana fotsiny izay hoe efa mba nanao izay azo atao, fa efa vonona mialoha ny zavatra aroso. Tsy misy zavatra mandeha amin’ny ara-dalàna intsony izany ny lalàm-pifidianana, na ny fanaovana fampielezan-kevitra. Vao mainka izany fa tena handeha amin’izay ny fifidianana…

* Ao anatin’izay rehetra izany ny hoe hanaovana ny fampihavanam-pirenena. Ahoana ny amin’izay?

– Misy isan-karazany ange ny olona ao anatin’ny fanaovana ny fampihavanam-pirenena. Ao, ohatra, ny tena manantena hoe hanolo-kevitra tsara. Sarotra ilay izy… Nefa ny zava-misy, na ny fanendrena fotsiny ireo mpikambana ao amin’ny Komitin’ny fampihavanana malagasy (CFM) aza: tsy mety, fa toy ny misy fitanilana. Inona izany izao no azo lazaina hoe fahadisoana tsy vita amin’izao zava-miseho izao?

* Inonany  hatao hisorohana ny hoe krizy aloha na mandritra na aorian’ny fifidianana, raha izao ny fandehany izao?

– Tsy maintsy hisy aloha izany ny krizy… Eo ny fampahafantarana ny mpanampy sy mpijery rehetra mba tsy hanohana ny zava-tsy mety. Eo, ohatra, ny Firenena mikambana (ONU). Raha efa hita izao ny zava-tsy mety: mody hanao jamba ve, ohatra, ny ONU, hanao politikan’ny hoe fihatsarambelatsihy?

* Ahoana ny fahitanao ny fandrobana na ady tany tena mirongatra be saika manerana an’i Madagasikara tato ho ato?

– Andraikitra lehibe ny mitondra firenena. Raha vao ny any ambony no manome ohatra ratsy, tonga aty ambany… Efa tena manararaotra avokoa izao izay afa-mangalatra. Halatra ange ny fivarotana ny fananam-panjakana toy ny Villa Elisabeth ireny, ohatra. Mety misy ve mpiasam-panjakana sahy hivarotra fiaram-panjakana?

Efa fiitaran’ny halatra ireny hoe fokontany iray manontolo no misy mandroba na itrangana ady tany ireny. Tena fanaovana hoe tsimatimanota, raha fokontany iray manontolo no indray faohina.

Ny zava-miseho eo amin’ny tantara, rehefa mahatsiaro tena ny olona fa eo an-tanany avokoa ny fahefana rehetra: mbola misy Andriamanitra… Amin’ny fomba tsy ampoizina, miditra Andriamanitra. Izay ny maha Tsitoha Azy, ambonin’ny fahefana rehetra.

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Grace présidentielle : 314 condamnés retrouvent la liberté

6.826 détenus au niveau national ont bénéficié de la grâce présidentielle du nouvel an.

«Pour Antanimora, ils sont au nombre de 1359 à bénéficier de cette remise de peine. Sur ces 1359, 287 bénéficient d’une libération immédiate. Jusqu’à aujourd’hui (ndlr : hier), 50 condamnés sont rentrés chez eux. Les autres attendent encore les procédures administratives. 1072 ne sont pas libérés immédiatement. Conernant la prison de Tsiafahy, 173 condamnés ont bénéficié de cette grâce dont 146 ne sont pas libérés immédiatement. Les 27 bénéficiaires de la liberté immédiate sont tous rentrés chez eux». Une explication du directeur régional de l’administration pénitentiaire Analamanga, (Dirap), Bodomalala Rasoanaivo lors d’un entretien téléphonique, hier.

En principe, ceux qui ont recouvert la liberté immédiatement, devront déjà être auprès des leurs, «mais nous sommes handicapés par un manque cruel de matériels performants. Il nous faut taper un à un les coordonnées de ces bénéficiaires ainsi que leur situation après cette remise de peine. La décompte des bénéficiaires peut prendre du temps également», a-t-elle expliqué.

Alain Ramaroson

Pour ce qui est du cas d’Alain Ramaroson et de Nivo Ratiarison, les responsables n’ont pas encore pu donner des informations exactes. Cependant, selon certaines sources, Alain Ramaroson pourrait figurer dans la liste de ceux qui bénéficient d’une remise de peine s’il n’a pas interjeté appel, contrairement à Nivo Ratiarison, condamné pour détournement de deniers publics.

Nadia

 

News Mada0 partages

Élections 2018 : les adversaires politiques déjà menacés

Le pays devrait-il s’attendre à une nouvelle crise ? En tout cas, les manœuvres pour éliminer les adversaires politiques à craindre, se font déjà ressentir à l’approche de l’échéance présidentielle.

Alors que tous pensaient que l’affaire était réglée et jetée même dans les oubliettes, apparemment, le dossier Ravalomanana reste d’actualité et ce n’est que sept ans après les autorités actuelles entendent appliquer le verdict. Il faut noter que le principal concerné n’a jamais été notifié de la décision lui concernant alors qu’il était de retour au pays depuis 2014. Par conséquent, aucune procédure d’arrestation n’a été effectuée par la Justice malgache. «Nous allons lui notifier de cette décision», a juste indiqué la ministre de la Justice, Alexandrine Elise Rasolo, mardi dernier.

L’arrestation de Marc Ravalomanana, candidat à la prochaine élection présidentielle est alors à nouveau sur le tapis. De son côté, le chef de l’Etat a préféré s’en remettre à la Justice. «Les politiciens doivent toujours veiller à l’intérêt suprême de la Nation, et non à leurs avantages personnels. Les entités concernées font leur travail par rapport à ce dossier», a-t-il indiqué en marge de la journée d’assainissement à Iavoloha.

Andry Rajoelina

Bien que l’ancien chef de la Transition Andry Rajoelina reste discret sur le sujet, sa candidature ne serait pas une surprise. Et le gouvernement actuel pourrait déjà se pencher sur l’affaire. D’autant que ees textes électoraux ne sont d’ailleurs toujours pas adoptés et les consultations se poursuivent encore. Cela sans parler d’un projet de référendum sur la Constitution qui reste encore incertain. Certains craignent ainsi que certaines dispositions de ces textes risqueraient d’écarter d’autres adversaires politiques susceptibles de nuire aux prochaines élections. Et après Marc Ravalomanana, plus d’un doute, ce serait le tour d’Andry Rajoelina.

A l’allure où vont les choses, les risques d’une nouvelle crise dans le pays ne sont pas à écarter. Et, les déclarations de la ministre de la Justice et de l’ancien président de cette semaine pourraient être un des facteurs.

Par ailleurs, la communauté internationale s’est déjà exprimée sur le sujet, pour ne citer que le Parlement européen à Strasbourg. «Les députés européens invitent l’Union européenne à veiller à ce que les préparatifs de la présidentielle n’excluent personne, …, et que cette élection soit transparente et acceptée par tous», a-t-elle fait savoir.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Rugby – «Gold Top 8 Mada» : lavon’ny JSTA Ambondrona ny Cosfa

Nitranga ny tsy nampoizina teo amin’ny andro faharoa amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja rugby “Gold Top 8 Mada”. Nazeran’ny JSTA Ambondrona ny Cosfa.

Notanterahina  omaly, teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka, ny andro faharoa amin’ny fifaninanam-pirenena, taranja rugby “Gold Top 8 Mada”. Resin’ny JSTA Ambondrona, tamin’ny moka fohy, 19 no ho 18 mantsy ny Cosfa, ho an’ny sokajy “B”.  Niady tanteraka ny fihaonana, teo amin’ny roa tonta. Naneho fahavononana avy hatrany ny Ambondrona, hanohitra sy hanala vela amin-dry Bebaoty, tamin’ity. Sesilany ny fanafihana nataon-dry Vazaha sy ry Nasolo ary i Tovo, nampian’i Poune sy ry Bota, nanoloana an-dry Rahery sy ny namany. Na teo aza izany, samy nahita baolina nentin-tanana ny andaniny sy ny ankilany. Ny JSTA Ambondrona hatrany anefa no nitarika, tamin’ny isa 13 no ho 10, teo am-pialan-tsasatra.

Nanomboka nihanafana ny fizaram-potoana faharoa, tsy nifampitsitsy intsony ny roa tonta. Nifoha tamin’ny torimasony ny miaramila, raha somary nilamindamina teo amin’ny tapa-potoana voalohany. Efa tafiditra tsara nefa ireo mpilalaon’Ambondrona ka sarotra ny namotika azy ireo.

 Nitarika anisa hatrany

Mbola nitarika tamin’ny isa, 16 no ho 10 izy ireo, teo amin’ny minitra faha-60. Tsy nijanona teo fa nanampy isa 3 indray tamin’ny alalan’ny “hors-jeu”, teo amin’ny minitra faha-75 ka lasa 19 no ho 10 ny isa teny amin’ny solaitra be. Tsy mbola kivy ny Cosfa fa nitady hirika hatramin’ny farany,  handavoana ny JSTA. Nahita baolina nentin-tanana izy ireo, teo amin’ny minitra faha-79 saingy tsy maty izany, rehefa notsaraina. Samy nahazo fandresena iray avy izany hatreto ny Cosfa sy ny JSTA. Efa tafita kosa ho an’ity sokajy “B” ity ny Savony, izay nandresy ny UIRC, tamin’ny isa 26 no ho 16.

Hiady izany ny andro farany, ary eo no hahalalana izay ekipa faharoa hanampy ny Savony. JSTA hifampitana amin’ny UIRC ary ny Cosfa kosa hidona amin’ny Savony.

Manohy ny lalany ihany koa ny USA Ankadifotsy sy ny FTM Manjakaray, ao amin’ny sokajy “A”, izay samy nivoaka ho mpandresy avokoa. Nandresy ny 3F5 Amboditsiry, tamin’ny isa 27 no ho 11 Ankady ary Manjakaray nandavo ny US Ikopa, tamin’ny isa, 52 no ho 13.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Dingana manaraka… : hanolo ny banga, hanofana ny mpikambana ny Ny Railovy

Amin’ny maha fitaizana ny hira, adidy lehibe ny efan’ny tarika Ny Railovy sy ny sanganasany. Tsy mijanona hatreo anefa fa hanohy hatrany io efa vitany io ity tarika manana ny maha izy azy ity.

14 desambra 2017, nivoaka ny DVD Live mirakitra ilay seho notontosaina tao amin’ny CCEsca ny taona 2015… Nandritra ny fampahafantarana ny fivoahan’io rakitsary io no nanamafy ny tarika Ny Railovy fa hitohy ny asa kanto efa nataon’izy ireo hatramin’izay 60 taona mahery nijoroany izay. Anisan’ny laharam-pahamehana ny amin’izany ny famenoana ny toerana banga ao amin’ny tarika. Iray amin’ireny ny hitazona ny toeran’i Rida, ao amin’ny tarika.

Nomarihin’i Hery Andriamahatana ihany koa fa efa misy taranaka fahatelo (zafikely) ny mandrafitra ny tarika Ny Railovy ankehitriny. Izany hoe, ao i Biry, anisan’ireo nanorina ny tarika hatrany am-boalohany. Ry Hery, i Nary, sns, taranaka faharoa ary ry Christian, i Kevin, sns, taranaka fahatelo.

… Noho izany, anisan’ny laharam-pahamehana ihany koa ny fandrindrana izay fiarahana izay eo amin’ny lafiny sasany, toy ny feo. Hisy ny fanofanana anatiny omena ireo mpikambana ireo. « Tazonina hatrany mantsy ilay mampiavaka ny tarika Ny Railovy hatramin’izay na eo aza ny mety ho fanamboarana kely any amin’ny fandrindrana », hoy i Hery.

Ankoatra ny fanoloana ny banga sy fanofanana ny mpikambana ao anatin’ny tarika, notsiahivin’i Hery Andriamahatana ihany koa ny amin’ny hanatontosana fandraisam-peo. Any ho any amin’ny tapany faharoa amin’ity taona ity no vinavinain’ny tarika Ny Railovy hanatanterahana izany.

Tsetsatsetsa tsy aritra, anisan’ny mampiavaka ity tarika ity ny fahaizan’izy ireo mampiara-peo sy mandrindra izany amin’ny zavamaneno ary ny fananana tononkira tsara rafitra sy mafonja sahaza ny tsirairay.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Mevarano – Maevatanana : jiolahy dimy nahatrarana basy sy moara ody bala

Saron’ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Bemokotra, tao amin’ny fokontany Mevarano, kaominina ambanivohitra Bemokotra, distrika Maevatanana, ny alatsinainy hariva teo ireo jiolahy dimy niaraka tamin’ny basy sy bala ary moara ody bala maromaro. Araka ny fanazavan’ny zandary, nisy lehilahy dimy tonga tao amin’ny tobim-bolamena ao Mahatsinjo, ao amin’ny fokontany voalaza etsy ambony. Harivariva ny nahatongavan’izy ireo nefa tsy hamangy fianakaviana ka teo no nahatonga ny ahiahin’ireo mponina ho jiolahy mpanao fanafihana. Niantso zandary haingana ireo mponina ka tonga teny an-toerana ireo zandary. Nosamborina ireto olona mampiahiahy ireto ary nosavain’ny zandary avy hatrany. Tsy nampiseho ny taratasy mombamomba azy rahateo ry zalahy. Nilaza izy ireo fa hoe mpanara-dia omby very kanefa tsy nanatona  tompon’andraikitra na niantso fokonolona ary tsy nilaza koa ny toerana niavian’izy ireo. Nahitana basy vita gasy iray miaraka amin’ny bala miisa telo (calibre 12 mm), vodim-bala 7,62 mm iray ary moara ody bala maromaro. Nambaran’ny zandary fa voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana tany Maevatanana ny taon-dasa teo ry zalahy ireto. Nanaovana famotorana avy hatrany izy ireo.

Jean Claude

News Mada0 partages

Oniversite Mahajanga : mpianatra telo nosamborin’ny Emmo/Reg

Nifanenjika tamin’ny lacrymogène tany anaty ala-manga ny mpianatry ny oniversiten’i Mahajanga, avy amin’ny BDEUM (Bureau des étudiants universitaire de Mahajanga) sy ny mpitandro filaminana, omaly maraina. Mpianatra telo voasambotra.

Nitohy ny hetsika sy ny fitakian’ny mpianatra ny oniversite Mahajanga, omaly. Nosakanan’ireto andiana mpianatra tamin’ny kodiarana mirehitra ny lalam-pirenena fahefatra tany Antanimalandy. Tapaka nandritra ny minitra maro ny fifamoivoizana ka voatery nidina teny an-toerana ny mpitandro filaminana. Tsy nanaiky hiala anefa ireo mpianatra fa vao maika nitora-bato ka naparitaka tamin’ny baomba mandatsa-dranomaso. Raikitra ny fisamborana ka mpianatra telo no voasambotra teny amin’ny campus Ambondrona. Ny filoha lefitry ny fikambanana BDEUM (Bureau des étudiants universitaire de Mahajanga) sy ny mpanolotsain’ny fikambanana ary ny filohan’ny fikambanan’ireo mpianatra avy any Antsiranana ireo voasambotra ireo. Efa nisy telo voasambotra ny talata teo, ary efa navotsotra. Voalaza fa tohin’ny raharaha nitranga ny alatsinainy 8 janoary ity omaly ity. Tsy manaiky ireo mpianatra avy amin’ny BDEUM ny hanombohan’ny fampianarana. Nitaky ny hampidirana azy ireo amin’ny trano aloha ireto mpianatra ireto vao hanomboka ny fampianarana. Efa nisy anefa ireo mpianatra nianatra ny maraina ka navoakan’izy ireo ny efitrano. “Tsy eken’ireto mpianatra ireto ny fandroahana azy ireo”, raha ny nambaran’ny filohan’ ny fikambanana BDEUM, Ravelondrazana. Tsy mbola tonga eny am-pelatanan’ireo mpianatra ny valin’ny Codis fa mbola any amin’ny paositra satria naterina isaky ny sampam-pampianarana tsirairay. Mitohy raharaha.

Yves S.

News Mada0 partages

Hafari : nanadio teny amin’ny faritra iva

Nandray anjara tamin’ny fanadiovana nasionaly koa ny eo anivon’ny Hafari Malagasy, notarihin’ny filohany, Rafanomezantsoa Jean Nirina, omaly. Nosafidin’izy ireo manokana ny teny Namontana amin’ny maha faritra iva azy. Nisy ny fanamboaran-dalana (lalankely), ny fanalana tsinkafona, fanoloana ny tetezan-kazo ho lalan-tany ny ao Namontana. “Tamin’ny alalan’ny asam-pokonolona no nentina nanatanterahana ny asa ary tsy nilàna tambiny izany. Ho an’ny rehetra ny fanadiovana. Tsy tokony hijanona androany (omaly io) fotsiny ny fanadiovana toy izao fa iainana isan’andro sy ho fampirisihana ny rehetra”, hoy ny filohan’ny Hafari. Nambarany fa tokony haverina ny dinam-pokonolona, ny asam-pokonolona indrindra ny fanomezana tombondahiny ny eny anivon’ny fokontany satria ny sefom-pokontany no mahalala ny olana mianjady amin’ny vahoaka ao aminy. Nitohy teny amin’ny foibe Hafari ny fanadiovana taorian’izay. Nisy koa ny fanadiovana ny RN 4 teny amin’ny tetikasa fifindra-monina miala ny tanàn-dehibe eny Soaniadanana, PK 67 km nandritra ity fanadiovana omaly ity. Mitohy, araka izany, ny fiahiana ny sosialim-bahoaka ary nohamafisiny hatrany fa hifantoka amin’ny tetikasa fampananana trano ireo tsy manana izy ireo amin’ity taona 2018 ity.

J.C

News Mada0 partages

Tafavoaka velona ireo olona efatra tao anatiny : nitsoraka tao anaty ranon’Ikopa ilay Renault Laguna

  Araka ny voalazan’ireo nahita, nifampitifitra jiro ”phare” ilay kamiao mercedèce 1513 sy ity fiara Renault Laguna.Voadon’ilay kamiao ity farany, ary tafatsoraka tany anaty ranon’Ikopa, izay mbola niakatra be, teny amin’ny lalana digue Andranomena. Tafavoaka velona ihany saingy nisy naratra ireo roalahy sy roavavy tao anatiny.

  Omaly tokony ho tamin’ny 2 ora maraina, iray nilatsaka teny amin’ny reniranon’Ikopa, teny Andranomena ny fiara Renault Laguna. Difitra tao anaty rano mihitsy ny fiara, kanefa soa ihany fa tafavoaka tao avokoa ireo olona dimy mpandeha tao anatiny.

Araka ny fanazavan’ny fianakavian’ireo mpandeha tao anatin’ilay fiara Laguna, nodomina kamiao avy ao aoriana izy ireo ka nampilatsaka ny fiara tanaty rano izany. « Nitsoaka ilay kamiao, fa ireo dimy mianadahy tao anaty fiara kosa, nifanavotra nivoaka tao anaty fiara, efa difitra ny rano », hoy ny fanazavana. Tsy nisy ny aina nafoy, roa ny naratra ary nentina teny amin’ny HJRA avy hatrany. Nahazo ny fitsaboana azy izy ireo ary efa namonjy fodiana, ary nikarakara sy nampiakatra ny fiara teny Andranomena ny tompon’ny fiara, omaly.

Andanin’izany kosa anefa, nilaza ny olona nahita ity loza ity teny an-toerana fa nifanena tamin’ny kamiao nandrehitra jiro “phare” ilay Laguna io ka voadoana avy eo ary izao nifatratra tany anaty rano izao. “Nandeha mafy ny fiara, samy nifampitifitra “phare” ire oar voadoana ilay Laguna izay vao lasa tany anaty rano. Nitsoaka kosa ilay kamiao”, hoy ny fitantarana. Voalazan’ireto nahita maso ny loza fa olona efatra no navotan’izy ireo tao, ny telo nalefa tamin’ny fiara nandalo nakany amin’ny HJRA, raha nijanona teo ny mpamily. Fantatra fa novakiana ny fitaratra aoriana nahafahan’ireo olona tao anatiny nivoaka.

Nanao ny fanadihadiana ny teo anivon’ny mpitandro filaminana tonga teny an-toerana, nandray ireo vaovao roa somary mifanohitra ireo. Rehefa nanontaniana ny polisy misahana ny lozam-pifamoivoizana, nilaza fa mbola anatin’ny famotorana izy ireo.

Antoandro vao voasintona ny fiara

Tonga maraina ny tompon’ny fiara nampiakatra izany tao amin’ny reniranon’Ikopa. Teny an-toerana ihany koa ny mpamonjy voina nanampy tamin’ny fikarohana izay entana tavela tany anaty rano, ny varavaran’ny fiara, sns. Nosintonina tamin’ny kamiao ilay fiara vao tafakatra, omaly tokony ho tamin’ny 1 ora antoandro.

Araka ny filazan’ny olona eny amin’iny Andranomena iny, matetika ny lozam-pifamoivoizana amin’ny Digue. Anisan’ny mahatonga izany ny fandehanana mafy na andro na alina. Maromaro ny fiara efa nivarina teny amin’ny Digue, ankoatra ny olona voadona ka maty teny. Mitsoaka hatrany ny fiara mamoa-doza amin’ny ankapobeny, ankoatra ireo tra-doza ka tsy afa-mihetsika. Tsy misy ny mpitandro filaminana miasa amin’ny alina ka afaka hamehy ny hafainganam-pandehan’ny fiara. Tompon’andraikitra amin’ny tenany ny mpamily tsirairay avy ka na handeha mora ho tonga soa amin’izay aleha, na handeha mafy kanefa tsy mahafehy ny familiana raha sendra ny tampoka.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Mbola atahorana ny fihotsahan’ny tany : tafakatra 33 ireo maty ary 123.244 ny traboina

Mitombo ny fahavoazana araka ny tatitry ny BNGRC vokatry ny fandalovan’ilay rivodoza Ava tamin’ny faran’ny herinandro teo. Tafakatra 33 ireo maty tao anatin’iny rivodoza iny. 22 tsy hita popoka ary 123.244 ireo traboina tanteraka.

Anisan’ny nahitana fahafatesana betsaka indrindra tany amin’ny faritra Matsihatra Ambony satria niisa 15 ireo maty tany an-toerana ary anisan’izany ireo olona 8 maty niotsahan’ny tany nandritra ny fiandrasam-paty.

5 kosa no maty tany Menabe ary telo tany amin’ny faritra Atsinanana. 3 ireo namoy ny ainy tany amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany ary roa tao Vakinankaratra. Niparitaka tamin’ny faritra hafa kosa ny ambiny.

Tany amin’ny faritra Menabe kosa no betsaka olona lasan’ny rano ka tsy hita popoka satria niisa sivy izy ireo. Ankoatra izany ny tany amin’ny faritra Atsinanana nisy olona efatra tsy hita.

Nisy ireo olona 24.873 tsy maintsy nafindra toerana satria tandindomin-doza ny faritra misy azy. Mahatratra 34.641 ny isan’ny ankizy tsy afaka mianatra noho ny antony maro. 77 ireo efitranon-tsekoly handraisana ireo traboina sy tsy manan-kialofana. 17 kosa ny fotodrafitrasa ara-pahasalamana simban’iny rivodoza Ava iny. Ankoatra ireo ny tanimbary dibo-drano tanteraka. Ny biby fiompy lasan’ny rano…

Mbola betsaka ireo toerana tandindomin-doza na efa mitsahatra aza ny orana. Fotoana mampihotsaka ny tany izao hainandro migaina aorian’ny ora-mikija izao. Eo koa ireo vatobe mandindona ho an’ireo olona mipetraka amin’ny toerana misy haram-bato.

Ankoatra izany ireo trano tranainy lonaky orana ka manomboka maina izay atahorana ny mety hampirodana azy tampoka ka mila mailo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny OMS : hamaivanina ny fahazoan’ny olona mitsabo tena

Vokatry ny fiaraha-miasa amin’ny OMS sy  ny fitondrana. Hametraka paikady vaovao hanatrarana  ny tanjon’ny fahasalamana ho an’ny  rehetra  ny fitondrana. Anisan’ny nivoitra tamin’ny  fandalovan’ireo vahinin’ny fanjakana izany. 

 Haparitaka manerana ny distrika rehetra ny tahirim-pirenena ho an’ny fahasalamana ( CNS), araka ny fifanaovan-tsonia natao teny Mahazoarivo, niarahan’ny  Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana sy ny tale jeneralin’ny OMS,  ny Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus nandalo teto amintsika tamin’ny fiandohan’ity herinandro  ity. « Maro ireo sarangan’olona tsy mahatakatra  ny fitsaboana ary  tsy misitraka  araka  ny tokony ho  izy izany noho ny tsy fahampian’ny eo an-tanana  ka antony nametrahana ity CNS  ity  izany », hoy ny  lehiben’ny governemanta. Notsoriny fa mandoa latsakemboka 4  000 Ar mahery  ka hatramin’ny 10 000 Ar  isan-taona ao amin’ny CNS  ny  tsirairay.  « Afaka misitraka ny fitsaboana rehetra ireo nahaloa izany raha sendran’ny tsy fahasalamana. Tsy ferana koa  fa afaka mandrotsaka ao amin’io tahiry io  ireo manana ny ampy na ireo sarangan’olona ambony »,  hoy ny minisitry  ny Fahasalamana, Andriamanarivo Mamy.

Andrasana ny hanatanterahana izany…

Tsiahivina fa efa nametrahana ity rantsan’ny CNS  ity ny distrikan’i Faratsiho sy ny any Vatomandry  ary Manandriana. Ezahina ny hanapariahana izany amin’ny distrika rehetra, manomboka  izao mba hisitrahan ‘ny  rehetra ny fitsaboana amin’ny vidiny ambany kokoa. Ny  tena hoe maimaim-poana kosa aloha  tsy misy, araka ny nambaran’ny mpitondra fanjakana ihany. Araka  izany, andrasana ny  ho fanatanterahana ity paikady  vaovao  ity sy  ny haharesy lahatra ny olona handoa  izany latsakemboka izany.  Tsiahivina fa  efa nandao  an’i Madagasikara, afakomaly ireto vahin’ny OMS  ireto.

Synèse R.

News Mada0 partages

Chronique : beaucoup de bruit pour rien

Annoncée à grand bruit comme un exceptionnel moment de collaboration solidaire, la première journée nationale de l’assainissement a fait pschitt.

On retiendra d’abord que ce 10 janvier, les écoles étaient fermées aux élèves et les banques fermées à leurs clients. Ce qui se passait derrière les murs, on n’en saura rien.  Mais on devine qu’il ne s’est pas passé grand chose parce que pour tout le monde ce mercredi était avant tout une journée chômée et payée. On n’a pas bien compris la suite de la directive. En effet, contribuer à l’assainissement de son lieu de travail et aux alentours, c’est une activité assurée par des employés payés pour l’exécuter tous les jours. Alors emprunter son balai au gardien…

Ici, on ne dit ni oui, ni non. Personne n’a adhéré de manière franche et massive à l’idée d’une journée très spéciale. Mais personne n’a osé s’opposer ouvertement à la corvée nationale. On a fait la sourde oreille et on a fait ce qu’on voulait, par exemple profiter d’une matinée ensoleillée pour faire son marché et passer un mercredi tranquille avec ses enfants. Pour d’autres, et ils sont nombreux, le mercredi 10 janvier 2018 aura été un jour comme les autres.

Pour des raisons de sécurité, les écoles étaient fermées le vendredi 5 janvier. Cette fermeture exceptionnelle a été prolongée in extremis le lundi 8, le mardi 9 et, bien entendu, le mercredi 10. Les élèves et leurs parents se souviennent peut-être que cette journée fériée a été programmée pour « combattre » la peste qu’on avait opportunément oubliée ces dernières semaines pour ne retenir qu’un terme moins violent : assainissement.

Bientôt, nos enfants, plus impertinents ou plus éveillés que nous au même âge (vous choisirez la réponse en accord avec vos valeurs), nous demanderont des comptes. De ces trois jours de vacances supplémentaires, ils auront appris que si les adultes se plaisent à invoquer la sagesse ancestrale pour justifier leur inertie, les jeunes peuvent sagement leur rétorquer : « izay adala no toa an-drainy ».

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Régionalisme (3)

(Suite et fin.)

Ce chef de l’Est fondera solidement sa responsabilité sur la représentation des colons. Pour le mode d’élection de ces derniers, il sera tenu compte des effets funestes qui ont porté dans les vieilles colonies les abus d’un système du suffrage étendu jusqu’à l’émiettement.

Chaque province aura son assemblée propre passant ses travaux (condensés) à une Délégation régionale permanente qui siégera une fois par semaine ; cette dernière sera forcément composée de notables résidant au chef-lieu ou en étant rapproché, tout élu provincial de passage à Tamatave siégera aux assemblées hebdomadaires.

Ainsi l’Administration sera véritablement en contact avec la Colonisation. Le Chef de la Région restera au-dessus de tout soupçon. Les colons s’initieront rapidement à l’art de gouverner, étant au fait des réalités, des possibilités, des opportunités. On se connaîtra mieux.

Voilà, je crois, la seule vraie réforme : elle entraîne toutes les améliorations utiles. Je ne crois pas qu’il y ait des objections ; en tout cas, je les accueillerai avec attention.

La soirée du 31 décembre

Lundi 31 décembre, le personnel des Travaux Publics, avec le concours d’artistes amateurs de la ville, a donné une soirée au profit des Œuvres de Guerre. Malgré la pluie, il y a eu foule énorme.

Ont été particulièrement applaudis trois militaires, MM. de Bize, Brochard et Vandurme.

Une mention spéciale est aussi due à M. de Rosin pour ses tours de prestidigitation.

Notre devoir, au nom des Œuvres de Guerre, est de remercier les organisateurs de cette charmante soirée.

La recette s’est élevée à la somme de 800 francs.

Une bonne mesure

Il nous revient que, par ordre de l’Administration, le riz des usines de Majunga a été réquisitionné au prix de 320 francs la tonne.

Ce riz doit arriver par le Louqsor qui est attendu à Tamatave vers le 12 janvier.

Il sera réservé pour Tamatave et la Province la quantité nécessaire à l’alimentation de la population. Le reste sera expédié à Tananarive.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Andron’ny fanadiovana : novatsina fitaovana ny hopitaly Ambohimiandra

Nanolotra fitaovana momba ny fahadiovana sy ny fidiovana teny amin’ny Chapa hopitaly Ambohimiandra nitsaboana ireo olona nararin’ny pesta ny PSI sy ny USAID Madagascar omaly.

Tanjona ny hahafahan’ny dokotera sy ny mpiasan’ity hopirtaly ity mitsabo ny marary ao aminy manaraka ny fepetra ara-pahasalamana sy ao anatin’ny fahadiovana.

Nahitana fanadiovan-drano sur’eau 1000 isa, fanasana tanana, fitaovana fiarovana toy ny solomaso sy ny kojakoja maro ho an’ny mpiasa sy ny dokotera

Ankoatra izany, nojerena ihany koa ny fomba fanodinan’ity hopitaly ity ny fako ao aminy mba tsy hitera-doza ho an’ny tontolo iainana. Hahafahana mifehy ny fahadiovana ao amin’ny hopitaly ihany koa ny fitaovana fanapotehana fako sy vakin-tavoahangy…

Mbola hamatsy ny hopitaly sasany ihany koa ny USAID raha ny voalazan’ny tompon’andraikitra tonga teny an-toerana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Route digue : une Renault Laguna plonge dans un canal

La route digue a été de nouveau le théâtre d’un accident spectaculaire. Hier vers 13 heures 15, les riverains ont essayé de retirer une Renault Laguna, immergée dans l’eau d’un canal se trouvant en contrebas de la route, entre Ambodimita et Andranomena. La voiture a été sérieusement endommagée. Toutefois, ses occupants s’en sont sortis vivants mais avec des blessures plus au moins importantes.

Les riverains se sont donné la main pour retirer la voiture de l’eau. « Depuis ce matin, nous avons essayé de la remorquer mais à chaque fois, les cordes ont rompu. De plus l’eau pue l’essence », a expliqué hier un des garçons qui ont plongé dans l’eau pour accrocher les cordes de remorquage sur la Renault Laguna.

Ce n’était que dans l’après-midi que celle-ci a été extraite de l’eau, grâce à l’aide d’un camion que le propriétaire de la voiture accidentée avait loué sur place. « Les sapeurs-pompiers sont venus ce matin pour récupérer les objets bloqués à l’intérieure de la voiture », a fait savoir un témoin. Informés de la situation, les policiers sont également venus sur place pour réguler la circulation et en même faire les constats d’usage.

Tout a commencé vers 2 heures. On ignore les circonstances exactes de l’accident, sachant que plusieurs versions ont été entendues à propos de cet accident. «Un camion roulait à vive allure derrière la citadine. Il a embouti  la partie arrière de la voiture légère qui a fini sa course dans le canal. La voiture a été complètement submergée dans l’eau. Quoi qu’il en soit, les occupants dont deux femmes ont réussi à s’en sortir», a expliqué un témoin. Sans attendre, les blessés ont été conduits d’urgence à l’hôpital. Selon les explications, le conducteur du camion n’a pas daigné s’arrêter.

ATs.

News Mada0 partages

JNA : Grand nettoyage au Toby Jeneraly Ramarolahy

En application de la décision gouvernementale, selon laquelle la journée d’hier a été consacrée pour l’assainissement nationale afin de se protéger des épidémies comme la peste, les gendarmes au sein de Toby Ramarolahy Betongolo, dirigés par le général Girard Andriamahavalisoa, Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale (Seg), ont  procédé à l’assainissement de leur lieu de travail et les endroits environnants. Mais avant le début de l’opération, une sensibilisation sur la lutte contre la peste a été effectuée par le docteur responsable de la santé au sein de la gendarmerie nationale. De son côté, le Seg a déclaré que l’assainissement est une activité permanente de la gendarmerie. D’ailleurs, il a fait savoir que les gendarmes participent à cet assainissement sachant qu’ils sont des citoyens à part entière.

ATs.

News Mada0 partages

AVA 36 décès et 12 761 nouveaux sinistrés

Trois nouveaux décès viennent d’être recensés dans le dernier bulletin flash du BNGRC en date d’hier. Deux dans la région Sofia et un autre dans l’Atsinanana. Ce qui ramène à 36 le bilan provisoire des décès. Quant aux disparus, une personne a été retrouvée dans l’Atsinanana. Par contre, 4 autres cas sont déclarés dans la région Sofia, ramenant à 25 le total des disparus à la date d’hier dans toute l’île.

Concernant l’effectif des sinistrés, 12 761 personnes viennent de s’ajouter aux 123 444 recensés dans le bulletin du 9 janvier. Jusqu’à hier donc, le nombre des sans- abri remonte à 136 005 recensés dans tout Madagascar.

En matière d’éducation, 46 nouvelles salles de classe viennent d’être évaluées comme étant complètement détruites au niveau de six Circonscriptions scolaires (Cisco) sur les douze Directions régionales de l’éducation nationale (Dren), de source auprès de la cellule de crise du ministère de l’ Education nationale (Men).

Actuellement, le nombre de salles de classe totalement ravagées remonte à 308, contre 262 dans le bulletin en date du 9 janvier. Ce qui implique que quelque 38 731 élèves sont actuellement privés de cours, soit 4 090 de plus.

Dans le domaine de la Santé, le nombre des infrastructures sanitaires qui ont été endommagées ou détruites remonte à 25, soit 6 infrastructures de plus que celles citées dans le bulletin du 9 janvier.

Sera R

News Mada0 partages

JNA : la journée d’assainissement s’est bien déroulée

La Journée nationale d’assainissement (JNA) du 10 janvier s’est bien passée hier. Très tôt le matin, vers 6 h 30, les balayeurs de rue de la CUA ont donné le ton dans divers quartiers de la capitale, comme Anosy, Antaninarenina, Ampefiloha et Analakely. Ensuite, ce fut au tour de la Présidence à Iavoloha, de la Primature à Mahazoarivo, ainsi que les différentes institutions publiques et privées, les ministères, ainsi que les entreprises privées, de procéder à un grand nettoyage sur leur lieu de travail.

« Qui ne salit pas, nettoie »

C’est sur ce thème que le ministre de l’Eau, de l’hygiène et de l’assainissement (MEEH), Lantoniaina Rasoloelison, a lancé officiellement la journée d’assainissement à Ambohijatovo. Une séance de nettoyage du bureau du ministère ainsi que de ses environs a marqué cette journée pour le ministre et son équipe tout entière.

Les Fokontany également

Les Fokontany au niveau des six arrondissements de la capitale ont aussi participé à cette journée d’assainissement, notamment les bas quartiers, comme Ampefiloha Ambodirano où l’ONG Action contre la faim (ACF) leur a doté un lot de matériel composé de brouettes, pelles, bêches, râteaux, balais, cuvettes et des cartons de savon.

« Dotés de ces nouveaux matériels, nous avons décidé d’organiser une opération de grand nettoyage tous les mois, au moins une fois par semaine dans les autres quartiers », a promis le président du Fokontany d’Ampefiloha Ambodirano hier, lors de la réception de ces matériels. L’ACF a poursuivi son acte de dotation de matériel à Andavamamba.

Sera R.

News Mada0 partages

JNA Assainissement à Namontana

La journée nationale d’assainissement a été mise à profit par les occupants de la cité de recasement de Namontana pour la réhabilitation de leurs lieux d’habitation, victimes de la montée des eaux, hier.

Les habitants du nouveau site de recasement d’Andavapofotra, dans le fokontany de Namontana ont participé activement à la journée nationale d’assainissement sous l’impulsion de la plateforme Hafari malagasy qui les a placés sur les lieux. Son président national, Jean Nirina Rafanomezantsoa qui a conduit les travaux d’hier, a révélé que cette pratique fait partie intégrante de leurs activités ordinaires dans la recherche de développement communautaire mais la journée nationale l’a mis particulièrement en exergue.

Les travaux d’hier ont consisté en des remblayages du site d’implantation de la zone de recasement envahie par les inondations, d’enlèvement des détritus entraînés par les eaux et de l’assainissement de l’environnement du secteur. Les ruelles desservant la cité ont aussi été réhabilitées avec l’appui du Hafari malagasy. Les responsables de la plateforme ont expliqué hier que des sensibilisations sur la nécessité de l’initiative sont menées régulièrement auprès de cette communauté pour les motiver dans leurs actions.

Manou

News Mada0 partages

Douanes : la formalisation des Mad pose problème

Un ultime report de trois mois sur la date limite de renouvellement des agréments des Magasins et aire de dédouanement (Mad).

La date limite en la matière a été fixée le 30 juin 2017, puis reportée au 31 décembre dernier.  Mais seules 9 sociétés sur les quatre-vingt-dix détenteurs de Mad ont procédé au renouvellement de leur agrément, d’après l’administration douanière. La direction des douanes a convoqué les opérateurs concernés la semaine dernière pour discuter des éventuels blocages et difficultés à résoudre.

Et, au terme de cette réunion, le délai de rigueur de régularisation a été fixé au 31 mars de cette année. Passé ce délai, l’entité concernée ne pourra avoir accès au module du système informatique de la douane.

Pour rappel, les Mad  ont été conçus pour faciliter le processus de dédouanement des marchandises. Il s’agit des magasins ou terrains clôturés, agréés par la douane, qui peuvent être exploités pour stocker à l’intérieur ou à l’extérieur des enceintes douanières portuaires et aéroportuaires des marchandises en attente de dédouanement pendant quinze jours à partir de la date de dépôt du manifeste.

Dans la mesure où les marchandises n’ont pas encore fait l’objet de déclaration en détail, elles sont constituées en dépôt de douane pour une durée de deux mois au terme de laquelle elles peuvent être vendues aux enchères publiques. Notons que la durée de renouvellement des Mad est de trois ans renouvelable.

R.R.

 

News Mada0 partages

Vie économique : croissance et économie fragiles

La situation économique de Madagascar reste préoccupante. C’est le constat que partage le magazine Jeune Afrique dans un article publié mardi dernier sur son site web. Un article dans lequel l’auteur dresse un bilan plutôt mitigé jusqu’au point de qualifier l’économie du pays de « très fragile ».

Malgré ses richesses naturelles, le pays figure toujours parmi les plus pauvres au monde. «Madagascar, l’économie reste très fragile», c’est ainsi que le magazine Jeune Afrique intitule son article.

«Si les bailleurs de fonds internationaux saluent le travail du gouvernement de Madagascar pour remettre l’économie du pays sur les rails, ce dernier doit également compter avec les catastrophes naturelles et sanitaires qui frappent de manière récurrente la Grande Île. Alors qu’il se remettait à peine de l’invasion de criquets de 2013, le secteur agricole, qui compte pour plus d’un quart du PIB et fait travailler près de quatre Malgaches sur cinq, a subi en mars le passage du cyclone Enawo, qui, en dévastant le nord-est du pays, a limité la contribution du secteur primaire dans la croissance du pays», peut-on noter.

Pour l’année 2017, la croissance économique est estimée à 4,5 %. Pourtant, celle-ci vient d’être révisée par le FMI à 4,3 %. Et ce, sans tenir compte des conséquences liées à l’épidémie de peste dont les effets sur l’activité économique du pays restent à mesurer. Ainsi, après les 3,1 % enregistrés en 2015 et les 4,2 % de 2016, le PIB continue donc sa progression mais garde un rythme bien inférieur à celui prévu par le Plan national de développement (PND) 2015-2019, avec une croissance de 8,9 % dès 2017.

Néanmoins, le FMI table sur une croissance de 5,3 % pour 2018, dopée par l’investissement public et un rebond du secteur agricole.

Reprise à moyen terme ?

L’inflation, qui pourrait culminer à près de 8 % pour la période 2017, devrait encore compliquer les conditions de vie de la population, confrontée à l’envolée des prix du riz mais aussi des principaux produits d’importation, à commencer par les hausses successives des prix du carburant.

Dans ce contexte assez morose, la relance du secteur secondaire, porté par les bons résultats enregistrés par l’industrie textile et du tertiaire, tiré par le tourisme et les banques, permet d’espérer une reprise économique à moyen terme, même si le niveau des dépenses publiques, plombées par les subventions accordées aux entreprises en difficulté (Air Madagascar, Jirama), reste trop important au regard des recettes. Résultat : le taux d’endettement du pays devrait dépasser les 42 % à la fin de cette année, contre moins de 39 % douze mois plus tôt.

Pour remettre un peu d’ordre dans ses finances et surtout payer une partie des infrastructures nécessaires au développement du pays, le gouvernement compte sur les 10 milliards de dollars promis par la communauté internationale en décembre 2016. Conditionnés à la lutte contre la corruption et à une amélioration de la gouvernance, les premiers décaissements se font toujours attendre.

Le FMI veut pourtant croire que les réformes lancées ces dernières années porteront bientôt leurs fruits. Il table sur une croissance de 5,3 % pour 2018, dopée par l’investissement public et un rebond du secteur agricole. De quoi assurer un bilan présentable pour le parti du président en course pour un deuxième mandat en 2018.

Arh.

 

News Mada0 partages

Bambou énergie : les projets se concrétisent

L’utilisation du bambou comme source d’énergie se concrétise peu à peu. En fait, l’opérationnalisation d’une unité de production d’électricité par biomasse est prévue pour ce mois de janvier au sein du Centre de formation et de production commune (CFPC) de Tongarivo Tanjombato. Il s’agit d’une autre alternative dans l’utilisation du bambou.

Le charbon de bambou est une des perspectives de la filière bambou, plus économique, plus efficace et plus écologique.  Outre son usage classique (construction, mobilier, alimentation, énergie), cette matière est aussi utilisée pour le fourrage destiné au bétail.

Il existe 1.200 espèces de bambous dans le monde et Madagascar en compte 32 espèces endémiques et une dizaine d’autres espèces introduites. A vocation multiple, le bambou peut effectivement contribuer à pallier le problème d’énergie à Madagascar. Les promoteurs de la filière expliquent que le bambou peut remplacer jusqu’à 50% du charbon dans une centrale électrique ou une chaudière industrielle, sans modification technique. Aussi, d’après une étude menée par des chercheurs chinois, il peut être valorisé pour la production d´électricité ou de chaleur, ce qui en fait une alternative à la déforestation si sa culture est maîtrisée.

Manque de ressources

Cependant, les ressources actuelles en bambou de la Grande île ne permettent pas encore d’effectuer cette transition énergétique.

La promotion de la filière malgache a débuté en 2010, grâce à la collaboration entre le Fida, l’Inbar et le programme Prosperer. La filière s’étend aujourd’hui dans neuf zones d’intervention (Analamanga, Itasy, Boeny, Bongolava, Haute-Matsiatra, Vatovavy Fitovinany, Sofia, Atsinanana et Analanjirofo). Un programme d’investissement au niveau des CFPC dans ces régions est maintenant en cours. Du coup, depuis 2013,  Prosperer et le Réseau international sur le bambou et le rotin (Inbar) ont investi davantage dans la promotion du bambou à Madagascar

Arh.

News Mada0 partages

Songadina an-tsary

Teny amin’ny fokontany Andrefan’i Mananjara, nosafidin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra nanatanterahina ny fanadiovana. Ny lakandranon’ Andriantany, nanalana ireo fako nivangongo sy nanala ireo fako tao anaty rano.

Nisy ireo eo anivon’ny fokontany, nanadio ny manodidina, toy ny tetsy Mahamasina.

Teo anivon’ny minisitera isan-karazany, nanatontosa ny adidiny, notarihin’ny lehiben’ny governemanta, izay natao tetsy manodidina an’Anosy.

Teo ihany koa ireo olon-tsotra, nanatontosa adidy isan’andro, teny La reunion kely, maro ireo tsy taitra ny fanadiovana, nanohy ny fiainana andavanandro.

 

Sary: Fanou sy Tiana R.

News Mada0 partages

Fiba 3X3-Afrique : rebelote pour Madagascar

Boostée par la performance grandiose de la sélection nationale masculine, la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) annonce la participation de la Grande île à la deuxième édition de la coupe d’Afrique des Nations de la Fiba 3×3 qui aura lieu pour la deuxième fois consécutive dans la capitale togolaise le mois de novembre prochain.

«Les inscriptions sont déjà ouvertes et Madagascar sera bel et bien présent comme c’était le cas l’année dernière», a annoncé Jean-Michel Ramaroson, président de la FMBB. En fait, en 2017, Madagascar a aligné  l’équipe nationale masculine sur le plateau continental. Et cette année risque de suivre la même tendance. En cause, le manque d’engouement des basketteuses pour cette discipline en vogue, contrairement aux garçons.

Un constat amer de la fédération qui a pour objectif de mettre sur le même piédestal les deux catégories. En effet, chaque tournoi organisé comporte toujours des compétitions pour les filles et pour les garçons dans différentes catégories d’âge.

Mais la catégorie féminine n’a jamais rameuté autant de monde que la catégorie masculine depuis les deux premières années d’intégration de la Fiba 3×3 dans le programme de la Fédération malgache.

La balle est donc dans le camp des basketteurs qui auront deux compétitions au moins pour prétendre une place dans la sélection nationale qui défendra les couleurs malgaches au Togo.

Naisa

 

News Mada0 partages

Athlétisme : le cross-country donne le ton

Cette saison ne déroge pas à la règle ! Le championnat de Madagascar de cross-country ouvre la saison de compétition en athlétisme. Après la ville d’Ihosy, de la Région Ihorombe, ce sera au tour d’Arivonimamo (Itasy) d’accueillir le 17 février prochain la joute nationale de la saison.

Fulgence Rakotondrasoa, chez les hommes et Nanie Razafindrafara, chez les dames, remettront leur titre en jeu. D’entrée, la bataille s’annonce plus serrée. Les vainqueurs de l’édition précédente tenteront de garder leurs acquis tandis que les autres se montreront revanchards.

Pour dire qu’entre  l’ascension des uns et la méforme des autres, cette course réservera certainement son lot de surprises. D’autant que le parcours connaîtra de modifications comme l’a annoncé le directeur technique national, Tsiry Rakotomalala, après le championnat d’Afrique de la saison dernière durant laquelle il a constaté beaucoup de différences entre le championnat d’Afrique et celui de Madagascar.

«Nous sommes obligés de modifier l’état du parcours. Des gazons, des troncs d’arbres comme obstacles et des pistes boueuses en plus des montées et descentes sont nécessaires», a-t-il déclaré à l’époque.

Naisa

 

News Mada0 partages

Stage : Pari tenu pour les Randrianasolo

Lova, Cédric, Nicolas, et Anthony Randrianasolo ont fait plus que se ressourcer pendant leur passage dans leur pays natal. Les frères pionniers du Bushido Académie (France) et ambassadeurs du talent malgache en Europe ont partagé leur science de combat avec ses condisciples malgaches mardi dernier au dojo de L’Esca à Antanimena, en collabortion avec le club de Jiu Jitsu Brésilien (JJB) Attila. Judokas, les férus de JJB et autres adeptes d’arts martiaux en ont eu pour leur compte pendant cette journée riche en partage.

Pour rappel, des techniques de combat en JJB No Gi et MMA ont été au programme. Ce fut plus qu’un retour aux sources pour les têtes pensantes malgaches de Bushido Académie comme l’a déclaré l’aîné, Lova Randrianasolo. Chacun des membres de la famille ont apporté leur pierre à l’édifice pour le développement de ce sport à Mdagascar. A l’image de Cédric (champion d’Europe IBJJF et champion du Naga Europe 2017), Anthony (champion du Naga Europe 2017) et Nicolas (vice-champion de France de Full contact).

Rojo N.

News Mada0 partages

Tennis : Tessah dans le top 10 français

Elle est l’une des expatriées malgaches qui a réussi son envol sur le circuit européen et se place actuellement dans le top 10 du classement français en gagnant trois places. Elle, c’est Tessah Andrianjafitrimo, qui pointe au 9e rang, soit un bon de quatre places par rapport à la saison passée (13e). Un classement dominé par Caroline Garcia. Cette année, Tessah Andrianjafitrimo compte un bilan parfaitement équilibré avec 18 victoires et 18 défaites enregistrées sur les 18 tournois auxquels elle a participé.

Le parcours 2017 a été fait des hauts et des bas avec notamment sa sortie précoce à Roland-Garros par la Canadienne Abanda bien qu’elle ait réalisé de belles performances au cours des derniers mois. Notamment à Marseille où elle a créé la surprise en battant Danka Kovinic (107e mondiale et tête de série n°3). Tessah a atteint à quatre reprises le stade des quarts de finale et deux fois les demi-finales à Clare (Australie) et à Getxo (Espagne). La tournée américaine a également  été fructueuse avec une place de quart de finaliste à Lexington (victoire aux dépens de Laura Robson, tête de série n°3 et 180e au classement WTA).

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Photographie : vers la professionnalisation du secteur

Une année chargée de réunions se profile pour l’association des photographes Sar’nao. En étroite collaboration avec l’Office malgache du cinéma (Omaci), elle est actuellement en pleine élaboration du décret spécial qui permet de régulariser et professionnaliser le secteur.

Ces dernières années, la photographie intéresse de plus en plus de monde, surtout les jeunes. Grâce à l’évolution exponentielle du numérique, «le métier de photographe» commence ainsi à être saturé. «D’ailleurs actuellement, beaucoup se disent professionnels après avoir assuré quelques clichés durant des évènements familiaux, tels que le mariage… Il existe effectivement des bons amateurs, mais certains d’entre eux gâchent parfois le marché car ils ne maîtrisent pas les techniques pour être un bon photographe», a annoncé Fidisoa Ramanahadray de l’association Sar’nao.

Un minimum de savoir-faire

En effet, il ne suffit pas d’avoir un appareil de dernier cri pour avoir des belles images. Prendre des photos exige au moins un minimum de savoir-faire. «Ce travail est devenu tendance ces derniers temps. Les jeunes actuels pensent maîtriser ce domaine en regardant simplement des tutos sur internet. Malheureusement, cela ne suffit pas. Il faut avoir au minimum son propre style…», a-t-il ajouté.

Pour régulariser et professionnaliser

Afin de revaloriser à nouveau ce secteur,  l’Omaci et quelques photographes professionnels se réuniront au mois de février prochain. «Notre objectif est de régulariser l’univers de la photographie malgache et de professionnaliser ce travail», a-t-il continué. Beaucoup de points seront donc à l’ordre du jour durant cette réunion, entre autre les divers procédés pour sensibiliser les amateurs à intégrer le système, ou encore les différents critères à suivre pour la délivrance des cartes professionnelles… «Par ailleurs, avoir cette carte permet de surmonter plusieurs obstacles. Grâce à elle, un photographe exerce un métier à part entière», a répliqué Fidisoa Ramanahadray.

Par ailleurs, toujours dans le cadre du soutien aux amateurs, l’association Sar’nao assurera une formation spéciale dans le sud de la Grande île, à partir de ce lundi. «Elle sera spécialisée en photojournalisme. Par rapport au simple photographe, ce dernier demande davantage de prépondérance», a conclu Fidiso Ramanahadray.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Tantsary L’artisan du 9e art célèbre ses 10 ans

Afin de donner davantage sa lettre de noblesse à l’art et la culture, Tantsary œuvre activement pour les passionnés du 9e art depuis une décennie maintenant.  Dans le dessein de marquer d’une pierre blanche ses dix ans d’existence, l’association va rassembler sur un même front, ses membres œuvrant pour la promotion de la bande dessinée, la lecture et les arts visuels à Madagascar ce samedi.

«Cette année, comme les années précédentes, nous allons mettre un point d’honneur au partage et retour d’expérience, qui constitue avant tout une opportunité d’apprentissage sur l’ensemble des acteurs de la chaîne quel que soit leur niveau et leur statut», a fait savoir le président de ce collectif, Rakoto Andriatsihoarana.

L’édition 2008 du festival Gasy Bulles a vu se dérouler une rencontre et notamment un échange entre les bédéistes sur la situation de la bande dessinée à Madagascar. «Nous avons tout de suite réalisé que presque tous ces artistes partagent les mêmes problèmes qui handicapent la concrétisation de leurs projets. Nous avons alors jugé nécessaire de nous regrouper au sein d’une collectivité, en l’occurrence l’association Tantsary, pour représenter l’ensemble des auteurs de bande dessinée», peut-on lire sur la plateforme de l’association.

Outre les mercredis de la BD à l’IFM et l’atelier de dessin périodique la Commission nationale malgache pour l’Unesco Behoririka, les bédéphiles auront le loisir d’apprécier la nouvelle édition de la revue «Menakely» sous peu,  ainsi que le festival Gasy Bulles qui entamera sa 14e édition au mois de juin.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ;Resaky ny mpitsimpona akotry : herim-po very maina

Asa izay ezaka vitan’ny mpiasa sy mpikarama omaly 10 janoary ho an’ny fanadiovana ny tontolo iainana nandritra iny andro voalaza fa tsy iasana nefa andraisan-karama iny. Na heverina aza fa nisy ny faniriana handray anjara amin’ilay fiaraha-mientana nokasaina dia tsy fantatry ny maro izay adidy mifanandrify tokony ho tanterahin’ny tsirairay. Tsy nisy toromarika ankapobeny hitarihana ny asa mba ahafahana nandaminana ny ezaka. Tsy nisy fanentanana mahery vaika ho fanairana ny mponina. Samy terem-panahy,  samy manao izay fantany araky ny sitrapony. Fianarana fanaovana baranahany sy famonjena tavan’andro no niseho. Tsy misy angamba manana fahasahiana hamakafaka antsipiriany ny voka-tsoa nateraky ny ezaka tamin’io andro io.

Tsy azo lazaina koa anefa ho nanohitohina ny fizotran’ny andavanandro teo amin’ny fiaraha-monina, eo anivon’ny mpiray monina vitsy an’isa ny mpikarama ara-dalàna ao amin’ny sehatra “formel”. Ny sasany moa dia tsy maintsy niatrika ny asa an-tselika hany antoky ny hanina azo amenoana kibo. Ny nandoa be moa dia ny orinasa ara-dalàna izay tsy nampidi-bola nefa nanefa karama. Mazava hoazy fa izany fikatson’ny orinasa rehetra izany dia misy fiantraikany eo amin’ny toe-karena. Ho an’ny toe-kerena mandeha amin’izay izy, misy vidiny ny tsy fihodinana indray andro. Asa hatraiza ny fahafaham-pahasahiranan’i Madagasikara no nahatonga ny fitondrana hanana fahasahiana toy izao ! Sao dia mandrora mitsilany ? ! ?

Ny vokatra boribory, ny masonkarena tsy tambo isaina. Ny tompon’andraikitra an-tampony ao amin’ny sampan’ny fikambanambe-pirenena mpitahy ny fahasalamana eran-tany atao hoe OMS izay nanao fitsidihana eto amin’ny Nosy dia nanome toky fa hitondra fanampiana eo amin’ny ezaka atao ho fanefitry ny aretina pesta ary dia naneho fahafam-po noho ny ezaka vita ary nanolotra fanamarihana manokana fiderana an’Andriamatoa Rajaonarimampianina. Angamba diplaoma mihitsy no homeny taorian’ilay sarinady omaly .

Tsy fantatra mihitsy ny fomba fisainana mitarika fahataitairana toy izao. Tsy fanaovana alasafay akory anefa. Tsy nisy na fihetsiketsehana natao hahasodoka akory na ny mpaka sary aza. Tsy nisy tranga nahavariana ny olona midonanam-poana. Tsy fantatra intsony ny maha maika : miara-miavosa ny adidy mikasika ny fitsaboana an’ireo farasisa navelan’ny siklaonina, sy ny fisorohana ny pesta izay mbola mitampify any ho any ary  mety hanao tampody fohy eo amin’ny fotoana tsy ampoizina.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Attention, gros mot !

Si vous voulez faire du tort à une personne que vous ne portez pas dans votre cœur, ou si vous voulez blesser son amour-propre malgache, il y a un mot qui fera très bien l’affaire. Traitez votre ennemi d’individualiste. Il sera profondément choqué, ça marche à tous les coups. L’ennemi terrassé tentera de se relever en vantant le sens de la famille qui coule dans ses veines et en énumérant ses multiples bonnes actions. Mais ce sera trop tard, vous aurez gagné. Surtout, gardez-vous de lui expliquer que l’individualisme, c’est aussi une «attitude qui favorise l’initiative individuelle, l’indépendance et l’autonomie de la personne au regard de la société». Décidément, c’est un très vilain mot.

Ino Vaovao0 partages

FAMPIHAVANAM-PIRENENA : Hiroso amin’ny fampihavanana eny ifotony ireo mpikamban’ny Ffm

Ny fiandohan’ity herinandro ity dia nisy ny fivoriana nataon’ireo birao maharitra mandrafitra ny Ffm ato anatin’ny faritanin’Antananarivo, ka anisany votoatin’ny fihaonana tamin’izany ny hampahafantarana ny fihavanana sy ny fampihavanana eny ifotony izay tsy maintsy hatao ato anatin’ny telo volana mialoha ny tena hirosoana amin’ny fampihavanana ara-politika ho fiatrehana ny fifidianana. 

Araka ny fanazavana voaray dia ho sarotra ny hanatanterahana ny fampihavanana amin’ity taona ity, indrindra fa amin’izao fotoana ankatoky ny fifidianana izao, anton’izany ny fisian’ny fahadisoan-kevitra mahakasika ny fampihavanana politika. Manoloana izany indrindra dia eo am-pamolavolana ireo paikady hoenti-miady ireo mpikambana amin’izao fotoana izao. 

Nambaran’ny filoha lefitry ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy ho an’ny faritanin’Antananarivo saika ho amin’ny tontolon’ny politika sy ny manodidina izany hatrany no masaka ao an-tsain’ny olona vao miresaka fampihavanana kanefa tena ilaina indrindra ny hisian’ny fampihavanana eny anivon’ny fiaraha-monina. «  Ny  ao an’eritreritry ny olona, raha vao miteny hoe fampihavanana avy hatrany dia ilay fampihavanana mpanao politika. Any ambany any anefa misy olona mifandrafy, mpirahalahy, mpiray tampo sahy mifamono noho ny zavatra misy aty ambony aty  », hoy ny fanamafisam-panazavana voaray. Manoloana izany indrindra ny hany vahaolana tokana hitan’ireo mpikambana dia ny fidinana ifotony mba hisian’ny fampahafantarana sy ny fanentanana ny olon-drehetra momba ny foto-pijoroan’ity rafitra vaovao ity.

«  Hatao mandritra izany ny fampihavanana ny malagasy amin’ny hareny, ny taniny ary ny soatoavina ao aminy  », hoy hatrany ny fanazavana. Ato Anatin’ny telo volana fiandohan’ity taona ity no fantatra fa hanatanterahan’ireo mpikambana izany, raha ny tapaka nandritra an’io fivoriana nataon’ireo mpikamban’ny Ffm ny talata lasa teo io.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO HVM ANY AMIN’NY FARITRY NOSY BE : Miady an-trano sy mizara roa ?

Araka ny loharanom-baovao akaiky ity farany dia mizara roa ny Hvm ao Nosy Be. Manoloana ny fifidianana solombavambahoaka manaraka izao, araka ny loharanom-baovao hatrany dia ny ankamaroan’ny Hvm, fa indrindra ireo ao an-tampon-tananan’i Nosy Be dia voalaza tsy mankasitraka ny filatsahan-kofidian’ny depiote Arosy Mamiandrazana François fantatry ny maro amin’ny anaram-bositra hoe François la Banane.

«  Tsy miraharaha afa-tsy ny any amin’ny «  arrondissement  » any ambanivohitra any ny depiote François la Banane satria fantany fa any no betsaka mpifidy. Tena marina, tsy izy no tokony lany tamin’ny fifidianana farany teo fa olon-kafa  », hoy ny fanazavana nataon’ny tanora sasany any Nosy Be  tafaresaka tamin’ny mpanao gazetinay. Mafy araka izany ny asa miandry ny tompon’andraikitra ao amin’ny Hvm  any amin’ny faritra Diana  fa indrindra ny mpandrindra ity antoko ity izay tsy iza fa ny lehiben’ny faritra Diana.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

HALATRA LAVANILY ANY SAMBAVA : Mampitandrina ny depiote Jack

Mamangy Norbert fantatry ny maro amin’ ny anarambositra hoe Jack nandritra ny valan-dresaka nataony rehefa nivahiny tao amin’ny onjam-peo «  Vanille  » ny herinandro teo. Mirongatra tokoa ny halatra lavanila manta sy tsy matoy ao amin’ny distrikan’i Sambava. 

Vao tsy ela akory ny talata teo, ohatra, nahatratra mpangalatra lavanila tsy matoy iray ny mponina tao Ambohisatrana faharoa fa tafaporitsaka ity farany. Ny lavanila nangalariny kosa tavela tao an-toerana.  Hentitra ny depiote Jack tamin’ny kabary nataony ary nilaza ny lehilahy fa hanao izay ho afany mba hisamborana ireo mpandraharaha mpividy lavanila halatra ireo izay efa fantapantany ny sasany, hoy hatrany izy.

Fandrebirebena saim-bahoaka

Na izany na tsy izany tsy nanaitra ireo tompon’andraikitra ao amin’ny sendikan’ny mpamboly lavanily sasany any Sambava ny fanambaràna nataon’ny depiote Jack. Amin’izy ireo fandrebirebena saim-bahoaka no ataon’ity farany. «  Taiza no misy an’ny depiote Jack hatrizay nisian’ny halatra lavanila izay teto Sambava ka tsy niteny tahaka ny nataony farany teo  ?

Na izy aza tsy dia marisika mandray anjara amin’ny fivoriana ataon’ny sendikan’ny mpamboly lavanila. Tsy afaka miady amin’ny firongatry ny halatra lavanila izany izy raha tsy miara-miasa amin’ny plate-forme sy sendikan’ny lavanila », hoy ny filohan’ny sendikan’ny mpamboly lavanila iray any amin’ny faritra Sava. «  Sa efa akaiky ny fifidianana ka mitady fomba hazahoana ny fon’ny vahoaka fa indrindra ny tantsaha indray  ? Sanatria tsy mankahala an’ny depiote Jack ny tenako fa tanora ny tenany ka tsy tokony manaraka fomba ratsy ataon’ny mpanao politika sasany fa indrindra ireo amin’ny fitondrana ankehitriny  », hoy izy hatrany. «  Trafonkena ome-mahery ka am-bava homana am-po mieritreritra  », hoy izy farany.

Pounie sy A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

MORONDAVA : Misokatra ny famotorana ilay mpanamory sambo tratra nitondra sokatra niisa 500

Araka ny loharanom-baovao voaray avy ao an-tampon-tanànan’i Morondava omaly àry dia ny talata 9 janoary lasa teo indray  no tratra tao an-toerana ilay sambo fantatra fa nitondra sokatra marobe.  Voalaza fa avy any Maintirano izy io no nandalo teo Morondava ka hiverina hihazo an’i Mahajanga.

Tsy nahomby ny teti-dratsy saika hanao fanondranana ka izao sarona izao. Rehefa nisaina ireo biby ireo dia nahatratra teo amin’ny 500 teo ka ny 292 tamin’ireo sisa no velona. Ny ambiny rehetra kosa dia tapitra maty avokoa noho ny famatorana azy ireo tao anaty gony sy nifanaingitaingina. Avy hatrany dia nogiazan’ny Polisy ireto biby arovana ka voasambotra ihany koa ny mpanamory ilay sambo.

Efa mandeha ankehitriny ny famotorana ny raharaha ka tadiavina ireo ati-doha nikotrika sy ireo tambajotra ambadik’ity fanondranana harem-pirenena ity. Mbola tsy misy aloha hatreto ireo olona ahiahiana fa andrasana ny fivoaran’ny fanadihadiana hatreto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITSARANA MITETY VOHITRA : Tsy maintsy manana anarana malagasy vao mahazo karapanondro

Araka ny lalàna mantsy dia tsy maintsy manana fanamarinana fa Malagasy ny olona iray tsy manana anarana malagasy vao azo omena karapanondro malagasy, indrindra raha tsy misy manana anarana malagasy koa ny ray aman-dreniny. Nanazava ny tompon’andraikitra ao amin’ny prefektiora fa na misy aza ny fanamoràna ny fanomezana karapanondro dia tsy azo ihodivirana io lalàna io, mba hialana amin’ny mety ho fanararaotana mety hataon’ny olona sasany, izay tsy Malagasy akory, satria betsaka ny fanamorana atao.  

Olona miisa efatra ao amin’ny fokontany Mahatsinjo no voakasik’izany ny talata teo, nefa tsy maintsy alaina eny amin’ny fitsarana io fanamarinana maha malagasy io ary somary manahirana ny mahazo azy. Anjaran’ny fokontany Mahatsinjo mantsy ny nanao karapanondro io andro io,  ka miisa 43 ireo olona naka karapanondro ka ireo efatra ireo tsy afaka nahazo karapanondro raha tsy mahazo io fanamarinana maha malagasy io. Tsy maintsy mivonona amin’io fanamarinana io izany izay tsy manana anarana Malagasy mialoha ny hankanesana eny amin’ny prefektiora raha te-hahazo karapanondro malagasy.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

PASIPAORO MALAGASY : Sady niakatra ny sarany, nohasarotina ny fahazoana azy

Araka ny fanazavana azo moa dia ny filan-kevitry ny minisitra no nanapaka izany. Euros no nifanarahana tamin’ny orinasa mpamatsy ny fitaovana fanaovana pasipaoro. Nidina ny sandan’ny arirary miohatra amin’ny euros ka tsy maintsy miakatra ny sandan’ny fanamboarana pasipaoro. Mitentina 21,50 ka hatramin’ny 43 euros ny sandan’ny fanamboarana pasipaoro. 

Mahatratra hatramin’ny 48,89 euros kosa ny fanamboarana pasipaoro Malagasy. Tsy vitan’ny efa lafo anefa izy io fa mbola nohasarotina ihany koa ny fanomezana azy ka ilaina ‘attestation d’accueil’ na ‘certificat d’hébergement’ na fanamarinana fa misy olona ipetrahana any ivelany vao mahazo pasipaoro. Izany hoe tsy mahazo manao pasipaoro izany raha tsy handeha hivoaka ny sisintany Malagasy, araka ny lalana vaovao navoakan’ny ministeran’ny atitany. Tsy voatery ho any Frantsa daholo anefa ny olona hivoaka ary na any Frantsa aza dia tsy maintsy manana pasipaoro misy laharana mazava vao mahazo ny “attestation d’accueil’. 

Raha ho any amin’ny nosy Maurice ihany koa dia tsy voatery hitoby aman’olona fa afaka mandeha amin’ny hotely. Lasa boribory vetaveta ny resaka pasipaoro satria ny tsy manana fanamarinana fandraisana tsy mahazo pasipaoro nefa ny fanamarinana fandraisana tsy azo raha tsy misy pasipaoro. Sahirana ireo mponina eto Mahajanga ka any amin’ny nosy Comores no betsaka maka ‘attestaion d’accueil’ nefa tsy eken’ny any an-drenivohitra ihany koa io. 

‘Signature de l’hebergeant non conforme’ no lazainy fa antony ary tsy omeny pasipaoro ny mpangataka. Ho an’ireo lasibatra dia fomba fakana vola any am-paosin’ny mpandeha io. Tsy vitan’ny efa lafo ny sarany nefa mbola ilaina vaniny ihany koa hanaovana kolikoly, hoy hatrany izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MPIANATRY NY ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Voasambotra ireo mpianatra roa nanakan-dalana

Nikatso tanteraka ny fifamoivoizana ka na ireo mponina amin’iny faritra iny handeha hiasa aty an-tanàna aza dia tsy afaka niala ilay sakana, ny marainan’ny alarobia teo. Mpianatra mivondrona ao amin’ny Bdeum ao amin’ny oniversiten’i Mahajanga ireto nanao ny fitokonana ireto ka nampirehitra kodiarana fiara natao sakana io no mbola nametraka vatobe teny amin’ny arabe ihany koa. Milaza fa mitaky ny fialan’ny mpitantana ny anjerimanontolo eto an-toerana izy ireo. 

Nitohana tanteraka ireo fiara hiditra sy hivoaka an’i Mahajanga raha vao naheno ny zava-mitranga dia nidina ifotony ny mpitandro filaminana ka niezaka nifandamina tamin’ireo mpianatra, ny hanalany ny sakana eo amin’ny arabem-panjakana sy hamelana ny olona hivezivezy, saingy tsy nahomby izany fa niziriziry amin’ny heviny ireo mpianatra koa dia voatery nandefa ny baomba mandatsa-dranomaso ny mpitandro filaminana nandravana ny sakana. Vaky lefa ireo mpianatra ary namaly bontana tamin’ny tora-bato. Noenjehin’ny mpitandro filaminana izy ireo ka mpianatra roa tamin’ireo mpitokona no voasambotra tamin’izany. Ny tsy fanatanterahan’ny filohan’ny oniversite ny tian’izy ireo hatao no anton’ny fitakiana ny fialan’io filohan’ny oniversite io. 

Mitaky ny dinika ambony latabatra miaraka amin’ny ny ray aman-drenin’izy ireo, taorian’ireny sakoroka nisy teny amin’ny campus Ambondrona ireny. Tsy manaiky ihany koa ny hisian’ny ‘conseil de discipline’ ary mazava ho azy tsy manaiky ny valin’izany izay efa nampahafantarin’ny filankevi-pitantanan’ny oniversite ampahibemaso mialoha ny faran’ny taona teo. Io sakan-dalana io no heverin’izy ireo ho vahaolana amin’ny fitakiany, izay tsiahivina fa mbola tafiditra ao koa ny hampidirana an’izy ireo ao amin’ny trano fonenany ao amin’ny Campus eny Ambondrona. 

Tsiahivina fa tsy fanapahan-kevitry ny filohan’ny oniversite irery ny fanaovana ny « conseil de discipline » sy ny mbola hanamboarana ny trano fonenan’ny mpianatra mialoha ny hampidirana azy ireo ao fa fanapahan-kevitry ny filankevi-pitantanan’ny oniversite izay ahitana ireo manam-pahefana eto an-toerana.  Marihina fa mpianatra manodidina ny dimampolo isa eo ho eo no tonga nanao io sakan-dalana teny Antanimalandy lalam-pirenena fahaefatra, omaly alarobia 10 janoary io.

INVMGA.

Tia Tanindranaza0 partages

Isan’ny manamboninahitry ny zandaryManara-penitra ny anay, hoy ny SEG

Manaraka ny fenitra iraisam-pirenena ny zandarimariam-pirenena fa tsy araka ny fanakianana mandeha amin’izao fotoana amin’ny fanomezana grady sy ny fitsinjarana azy, hoy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (SEG), Jeneraly Randriamahavalisoa Girard ny talata teo.

 

 Nahabe resaka mantsy ny fanondrotana grady maro be teo anivon’ny mpitandro ny filaminana, vao tsy ela akory izao. Ho an’ny zandarimariam-pirenena, 2 ihany ny “Général de corps d'armée”, dia ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria teo aloha Paza Didier Gérard sy ny minisitry ny Toekarena Herilanto Raveloarison. 20 kosa ny “Général de division” ary 28 ny “Général de Brigade”. Ny isan’ny zandarimaria amin’izao fotoana dia 14.126. Raha atao ny antontan’isa, manome 0,35% ny fitambaran’ireo jeneraly rehetra miisa 50. Miisa 255 ny manamboninahitra ambony (commandants, Lieutenant-colonel, Colonel), izay manome 1,81% ; ny manamboninahitra (officier subalterne, sous-lieutenant, lieutenant, capitaine) dia 602, izay 4,26%. Ny ZP2, ZP1,… kosa miisa 4.507, izay manome 31,9% ary ny zandary “hors classe” midina hatramin’ny mpiana-draharaha kosa dia 8.712, ka 61,67% ny salanisan’izy ireo eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.   Miisa 117 kosa ny basy sarona tamin’ity taona ity, ka ny 45 tamin’ireo dia basy fampiasan’ny mpitandro ny filaminana ho an’ny taona 2017. Raha ny resaka fitsaram-bahoaka indray, 68 no maty, 64 ny trangana fitsaram-bahoaka ka ny 6 no voasakana, 38 olona voasambotra.  Ao anatin’ny fanadiovana moa ny zandarimariam-pirenena, saingy tsy roahina amin’izao ilay olona fa misy lalàna mifehy azy, hoy ny SEG. Misy ny filankevi-pifehezana na ny CODIS ho an’ireo tsy mbola nahavita 5 taona mihoatra vao tena raikitra fa mbola sokajiana ao anatin’ny hoe “contractuel”. Miditra amin’ny hoe “Conseil d’enquette” kosa raha efa mihoatra ny 5 taona teo anivon’ny zandarimaria, ary hatramin’ny jeneraly no voakasik’izany raha misy ny fandikan-dalàna. Ho an’ireo manamboninahitra dia miisa 7 izany amin’izao. Ho an’ny manamboninahitra lefitra kosa dia 17 no efa vita tamin’ny taon-dasa, ary 57 no mbola mandeha amin’izao fotoana. Ny voaroaka ho an’ny manamboninahitra lefitra dia 15, ka resaka fitsipi-pifehezana ny ankamaroany. Raha resaka kolikoly, dia voafafa hatramin’ny fisotroan-dronono. Na  efa 40 taona nanaovana ny asan’ny zandarimaria aza ka tratra dia tsy mahazo fisotroan-dronono na ariary aza.

Toky R/J.Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana an’i ToamasinaEfa nanomboka afak’omaly

Mavesatra ny takaitra navelan’i AVA ao Toamasina. Tapaka efa ho 5 andro ny jiro sy ny rano ka ireo olona manana milina mpamokatra herinaratra ihany sisa no nahita mazava sy afaka nihaino radio.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara nivadika teny AndranomenaVehivavy roa naratra mafy

Nitrangana lozam-pifamoivoizana teny Andranomena, lalana mihazo an’Ivato, omaly maraina tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany.

  Fiara kely Renault Laguna nisy mpandeha efatra  no nifatratra avy hatrany tany amin’ny ranon’Ikopa, rehefa tsy nahazaka ny taratry ny jiron’ilay kamiao iray lehibe nifanena taminy. Raha araka ny vaovao azo dia  nandona ity fiara  kely iray ity mihitsy io kamiao Mercedes 1513 io.  Rehefa hitan’ilay mpamilin’ity farany anefa fa lasa tany anaty rano ity fiara kely nifanena taminy ity dia lasa nitsoaka izy.  Samy namaky ny fitaratr’ilay fiara kosa ny mpandeha tao anatin’ilay Renault, ary samy nivoaka nanavotra ny ainy. Nanatona ny hopitaly akaiky azy avy hatrany izy efatra mianadahy taorian’izay, ka fantatra fa izy mirahavavy tao aoriana no tena voa mafy. Eo am-pitadiavana ity kamiao ity moa ny tompon’andraikitra. Tsiahivina fa mbola avo dia avo tokoa ny ranon’Ikopa amin’izao ka  ilana fitandremana fatratra ho an’ireo izay mampiasa iny lalam-pirenena fahefatra iny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

RN 1 mihazo an’i FenoarivoVoarara ho an’ny fiara mihoatra ny 15 taonina

RN 1 mihazo an’i FenoarivoVoarara ho an’ny fiara mihoatra ny 15 taoninahahasimban’ity lalana ity indray izay marihina fa efa dibo-drano tanteraka tsy azo nampiasaina intsony, taona vitsy lasa izay.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaHampanarahana ny dian’i Lylison ?

Tsy hita popoka intsony ny tohin’ny raharaha maro eto amin’ny firenena. Aiza ho aiza ny raharaha senatera Lylison, izay namoahana didy fampisamborana sy fanagadrana kanefa tsy misy tohiny sy tsy hita popoka hatramin’izao ?

 Misitrika sy tsy hita mandrak’ankehitriny na koa “loholona matoatoa” no azo hanasokajiana azy. Aiza ho aiza ny zo tsy azo henjehina eo anatrehan’izany ? Noboriboriana fotsiny tamin’ny hoe tratra ambodiomby, ka dia voatery nisitri-belona. I Alain Ramaroson moa dia efa ireny nogadraina ireny, izay voalaza fa politika no tena nandetehana azy. Nirehareha fatratra anefa ny filoha Rajaonarimampianina ny 5 janoary teo nandritra ny lanonam-piarahabana nahatratra ny taona fa tsy nanagadra mpanao politika ary tsy nisy gadra politika tamin’ny fitondrany fa ny namoaka aza no nataony. Inona izany no iantsoana an’ireny ? Efa naman’ny migadra izao ny kolonely Lylison, izay potehina noho ny politika ka misitri-belona mandra-pirodan’ny HVM angamba. Io efa loloina sy potehina andro aman’alina io ihany koa i Marc Ravalomanana. Ezahina rahonana sy hatao izay haha laomonina azy eto amin’ny tanindrazany. Tahaka ny tanjon’ny HVM ny hoe hampanarahana ny dian’i Lylison na hogadraina tahaka an-dry Alain Ramaroson i Marc Ravalomanana rehefa tena tsy hita izay hisakanana azy tsy ho kandida filoham-pirenena satria fantatra fa ho lany raha madio sy mangarahara ny fifidianana. Foronina sy amboamboarina daholo izao raharaha rehetra izao hahafahana mamotika ny hafa, fa ny fanjakana kosa afaka mampanjaka ny tsimatimanota satria tompom-pahefana. Mby aiza kosa ny raharaha loholona Riana Andriamandavy ? Inona no hilazana ireny fitarihana andian’olona hitoraka biraom-panjakana hitam-poko hitam-pirenena ireny satria tsy tratra ambodiomby izany rehefa tsy nisy tohiny sy tsy norarahiana akory ? Ny resaka fitoriana aza mety efa nanjavona mbamin’ny taratasy. Aiza ho aiza ny raharaha Claudine Razaimamonjy no tsy mety mandeha ny fitsarana sa miandry ny fialan’ny HVM eo amin’ny fitondrana vao hitohy ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Nirina HAFARIAleo fidiana ny sefom-pokontany

Naneho ny heviny mahakasika ny fiainam-bahoaka amin’ny ankapobeny ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy, omaly, nandritra ny asa fanadiovana faobe nandraisan’izy ireo anjara.

 Nambaran-dRafanomezantsoa Jean Nirina fa tsara sy mety raha fidiana ny sefom-pokontany eto amintsika fa tsy tendrena toy ny  nahazatra hatramin’izay. Ny  fampiharana ny rafitra ifotony ihany mantsy no hahafahana mampandroso ny firenena sady mampiray hina sy mampifankatia ny mponina ao amin’ny faritra iray. Vonona ho amin’izany ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy. Efa ananany ny traikefa, indrindra fa amin’ny fanatsarana ny sosialim-bahoaka izay efa natombony taona maro lasa izay. Omaly, ohatra, dia toerana 4 no nanaovan’ny fikambanana asa fanadiovana ka nampandraisany anjara ny vahoaka eny ifotony mivantana. Tao ny fanadiovana nataon’ny mpikambana tao amin’ny biraon’ny Hafari sy ny manodidina azy teny Anosizato, teo koa ny notanterahina tetsy Namontana izay anisan’ireo toerana hananganana an’ireo trano mora ho an’ny fianakaviana Malagasy tsy mbola manana izany ka ireo lalana mamotaka sy feno rano vokatry ny fandalovan’ny rivodoza no nototofana. Nomeny tohana ihany koa ny kaominina Ivato tamin’ny alalan’ny fanomezana fiarabe nentina nanadiovana ny tanàna…Nisy ny fanentanana nataony mba hitohy mandavan-taona ny asa ho fiarovana ny fahasalaman’ny mponina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Pasitera MailholNanakiana mafy ny filoham-pirenena

Anisan’ireo tsy tazana teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha ny pasitera Mailhol na André Christian Dieudonné nandritry ny lanonam-panjakana fifampiarahabana nahatratra ny taona farany teo.

  Nambarany fa antony 2 no tsy nahatongavany teny. Ny voalohany dia noho ilay rivodoza satria nahazo antso avy any Toamasina ny tenany nilaza fa nisy fiangonan’ny Apokalypsy ravan’i Ava tanteraka. Tsy eken’ny saiko, hoy izy, hoe ny havako traboina, izaho aty hilanonana. Faharoa, taorian’ny nanambarako fa kandida ho filoham-pirenena aho dia be ny tsaho niparitaka fa kandidan’ny HVM ny tenako. Raha tonga teny Iavoloha aho angamba izany dia vao mainka nahazo vahana ireo mpanely tsaho ireo. Hita ho miha mihataka tsikelikely indray amin’ny fitondram-panjakana araka izany ity mpitondra fivavahana sy filoha mpanorina ny antoko politika Gideona ho Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara na ny GFFM ity. Azo heverina ho fantsy ho an’ny filoham-pirenena manokana iny fanehoan-keviny mikasika ny antony tsy niakarany teny an-dapa iny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanagadrana filoha teo alohaHosantarin-dRajaonarimampianina….

Mihevi-tena tsy ho tratry ny aloka sy ho afa-bela amin’ny afera maloto isan-karazany i Hery Rajaonarimampianina sy ny HVM, ka tsy hizaka ny nataony aoriana kely. Maro ny afera sy raharaha niseho teto Madagasikara,

 fa tsy ny 7 febroary 2009 ihany saingy hiniana hikipiana sy tsy resahina ireny satria tsy misy tombontsoa politika ho an’ny fanjakana ankehitriny, izay toa sahy milaza mihitsy angamba fa tsy nanota sy nanao ny marina teto amin’ity firenena ity, ka manao izay hamotehana ny hafa. Tsy vitsy ny afera maloton’ity fitondrana ity, ka dia efa vonona ny hizaka ny azy ihany koa izany ny filoha ankehitriny aoriana kely. Mandrahona sy milaza ny hampisambotra sy hanagadra an’i Marc Ravalomanana manoloana ny raharaha 7 febroary ny HVM. Io ihany no ezahina voizina sy tadiavina hatao fitaovana hoenti-misakana azy satria kandida filoham-pirenena anisan’ny tena atahorana i Marc Ravalomanana amin’ny taona 2018. Mazava be ny fisian’ny ambadika politika handroritana lava io raharaha io. Maro ny pitsopitsony mikasika ity raharaha 7 febroary ity, toy ny hoe: mba nisy ve ny fanenjehana ireo nitarika olona hananika lapam-panjakana sy faritra mena ? Maro ny mason-tsivana hiniana tsy jerena sy tsy raharahiana fa dia ny hanameloka sy hanao mizana tsindrian’ila hamotehana olona iray no tena mahamaika. Tsy nisy fitondrana tonga lafatra teto Madagasikara, ary samy nanana ny fahadisoany daholo ny mpitondra nifanesy na iza na iza. Krizy maro no nisy teto, ary matetika nisiana faty olona avokoa: 1972, 1992, 2002, 2009.  Nandeha ny resaka fifanagadrana teny an-tsefatsefany teny tamin’ireo raharaha politika mafimafy teto amin’ny firenena, saingy tsy mbola nisy aloha na iray aza filoham-pirenena teo aloha nogadraina izany na dia efa tena lasa lavitra aza ny resaka tsy fifankahazoana. Matoa nisy ny krizy sy ny korontana ary ny faty olona dia nisy izany ny tsy fifankahazoana tao. Tsy nisy ny marina tena nivoaka momba ireny rehetra ireny, ary toa niniana navalona niaraka tamin’ny tantara, ka toy izany ihany koa ny 2009. Maro ny raharaha nisian’ny faty olona teto raha ny 2009, fa tsy ny 7 febroary ihany no ezahina atao fitaovana. Anisan’ireny ny fandrobana sy doro trano narahina doro olona velona. Nahoana ireny no tsy resahina sy tsy hasian-teny? Mazava ny tanjona, dia ny hamotehana ara-politika tsotr’izao an’i Marc Ravalomanana. Hanomboka eto ve izany no hisy filoha teo aloha hampidirina am-ponja tokoa sa vono vorona fotsiny ity ? Hosantarina amin-dRavalomanana izany izy, ary efa mila miomana ihany koa Rajaonarimampianina atsy ho atsy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raveloson ConstantKMMR misokatra no tantaniko

Atoa Raveloson Constant mpikambana ao amin’ny antoko MFM no notendren’ny kandida Marc Ravalomanana hitantana ny KMMR na Komity Mpanohana an’i Marc Ravalomanana vaovao.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

FANODINANA NY FANAMPIANA

Hay ny havan’ny Hvm sy ny namany ihany no tena nahazo tamin’ireo vary 100 taonina izay fanampian’ny filoham-pirenena homena ny vahoakan’i Toamasina.

DELESTAZY

Efa roa andro izay no tsy nisy jiro tao Toamasina, toerana izay nihazakazahan’ny filoham-pirenena sy ny Hvm naleha voalohany mba hanararaotana propagandy. Miaina anaty haizina ny olona ary tapaka tanteraka ny fifandraisan’izy ireo amin’ny faritra hafa.

BIZNA TETEZANA

Mbola ela vao ho voaarina ny Rn7 raha mba efa azo ampiasaina kosa ny Rn2, Rn25 ary koa ny Rn32. Lasa miteraka bizna hafa mihitsy ny fahatapahan’ny tetezana sy fiakaran’ny rano. Toa ny fanomezana vola 1.000ariary raha hiampita lakana eo amin’ny Rn34 ka raha mitondra entana dia mbola mandoa vola hafa indray. Eo Vohiposa dia ny vedety no ampiasaina mitatitra olona miampita rano.

LALAM-PIRENENA FAHA-34

Tohatra no ampiasaina any Tetezandava anelanelan'Ankazomiriotra sy Betafo (RN34) noho ny tetezana nopotehin’ny rano tamin’ny rivodoza teo. Mba efa nisy ny “transbordement”, ka dia raikitra ny ankibatabata entana sy ny fifindrana fiara rehefa tonga eo amin’ilay fahatapahana. Voalaza fa andoavam-bola ihany koa ny fiakarana eo amin’ilay tohatra. Mibaribary ny fahorian’ny vahoaka eo anatrehan’izany. (SARY: RN34)

FIANARANTSOA

Taorian’ilay loza mahatsiravina namoizana an’olona miisa 8 ny fiandohan’ny herinandro noho ny fihitsahan’ny tany, dia nisehoana firodanan-trano indray tao Tanambao Fianarantsoa omaly, ka potika sy robaka tanteraka ilay trano.

FAMPIANARANA AMBONY

Hanao fanambarana eny Ankatso ny mpampianatra mpikaroka mivondrona ao anatin’ny SECES Sampana Antananarivo anio hanapaka ny ho tohin’ny fitakiana ataon’izy ireo. Efa nisy ny fitokonana natao ny faran’ny taona teo, saingy miankina amin’ny anio ny hitohizany na tsia.

BAOLINA KITRA

Hotontosaina any amin’ny Kianja Rabemananjara any Mahajanga ny alahady 14 janoary ho avy izao ny lalao mandroso amin’ny “Super coupe de Madagascar”, hifanandrinan’ny Fosa Juniors avy any Boeny sy ny CNAPS Sport Itasy. Ny 21 janoary kosa ny lalao famerenana eny amin’ny kianjan’i Vontovorona raha tsy misy ny fiovana.

CLAUDINE AC

 

Nisy nahita tany Fianarantsoa i Claudine Razaimamonjy izay sady tsy nahazo fahafahana vonjimaika no mbola midoboka am-ponja. Lasa tsy mahagaga intsony ankehitriny ny zavatra toy izany eto Madagasikara noho ny herin’ny kolikoly. Be loatra izay olona migadra nefa hita mivezivezy etsy sy eroa izay. Malaza mihitsy aza ny hoe manao « pointage » kely isaky ny alakamisy dia afaka mivoaka indray.

 

ENTANA HO AN’NY TRABOINA

 

Tsy mba misy fanadihadiana nosokafana na fisamborana mihitsy hatreto mahakasika ny fanodinkodinana ireo fitaovana sy sakafo izay tokony homena ny traboina. Efa miparitaka eny amin’ny fivarotana ambongadiny sasany anefa izany. Tsiahivina fa eo ambany fiahian’ny primatiora ny Bngrc izay manana andraikitra manokana ny amin’ny fandrindrana ireo entana izay azo sy entana izay hozaraina eny amin’ny traboina noho ny loza voajanahary.

 

VIDIN’ENTANA TOAMASINA

Tsy nohenoin’ny mpivarotra ny baikon’ny filoha tany Toamasina ny amin’ny tsy tokony hanararaotana mampiakatra ny vidin’entana taorian’ny rivodoza. Omaly dia tsikaritra fa niakatra 100% ny entana fampiasa amin’ny andavanandron’ny olona. Ny hena, ny vary, ny siramamy ary hatramin’ny labozia aza dia tsy hay vidiana intsony ao Toamasina. Tsy misy manaraka intsony ny baikon’ny manampahefana.

 

VEHIVAVY NANDRATRA NY SAKAIZANY

Voasambotra tany Maorisy ny herinandro i Hélène None, vehivavy 36 taona teratany Malagasy, mipetraka any an-toerana izay voarohirohy ho nandratra ny sakaizany mpizahatany antsoina hoe Bernard Emilie 52 taona teratany Réunionais tamin’ny zava-maranitra, izay voa teo amin’ny tendany. Voatery niaro tena izy satria namono azy ity farany, raha ny fanazavana nataon’ity teratany Malagasy ity. Notazomina vonjimaika izy mandra-piandry ny fitsarana azy.

 

MODY FANINA

 

Tsy dia hisy hanaraka ilay didim-panjakana 2017-1156 mahakasika ny fanaovana ny andro anio ho tsy fiasàna nefa andraisan-karama. Modimody fanina fotsiny ny mpampiasa eny anivon’ny orinasa tsy miankina ary tsy nasian-dresaka mihitsy ny hoe tsy miasa anio fa hanao fanadiovana faobe. Endrika iray manazava ny toy izao fa tsy to-teny intsony ny fanjakana ka na ny didy avoakany aza tsy misy manaraka ankoatry ny mpiasam-panjakana ihany.

JIOLAHY

Nidoboka eny Antanimora ny efa-dahy izay namaky ny quincaillerie iray etsy Mandrimena. Vola mitentina valo tapitrisa ariary no lasa tao niaraka tamin’ny kojakoja maro. Tsy iza fa ny mpiambina ilay toeram-pivarotana ihany ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Mbola misy naman’izy ireo karohina ary io no voalaza fa mitazona ny basy fampiasan’ity ekipa ity.

 

TRAFIKANA SOKATRASokatra miisa 200 mahery no sarona tao Morondava omaly hariva raha saika haondrana. Olona roa no notazomin’ny polisy avy hatrany hatreto ary mbola misy naman’ireo hafa karohina.

        

ANJOZOROBE

Dahalo maromaro tsy fantatra isa nitondra basy sy karazam-pîtaovam-piadiana maranitra no tonga nanafika ny tanànan’i Moratsiazo, Faratanjona ny 07 Janoary 2018 tamin’ny 07 ora sy sasany hariva, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary avy any an-toerana. Nanapoaka basy izy ireo ary namoaka ny omby ka lasany tamin’izany ny omby miisa 35 an’ny mponina antsoina hoe Georges Ramarolahy sy ny namany.Nanao fanarahan-dia ny zandary ao amin’ny PA Betatao miampy ny DAS any an-toerana miaraka amin’ny fokonolona ka teny am-panarahan-dia no nahitana ny omby 05 tafasaraka tamin’ny namany fa ny 30 kosa mbola tsy hita hatramin’izao ary mbola mitohy ny fikarohana sy ny fanarahan-dia, raha ny fanazavana.                                                                                                                                

VAKINANKARATRA                          ,

Olona dimy mianaka nandeha sarety no niampita ny reniranon’i Onive, eo amin’ny tetezan’i mompera,  kaominin’ambanivohitr’ Antanifotsy ny 8 Janoary 2018 tamin’ny 10 ora maraina ary mbola difotry ny rano io tetezana io ka na efa noraran’ny olona aza izy ireo dia nisisika ihany fa hoe afany io, raha ny fanazavana. Nivadika ny sarety nitondra azy ireo noho ny  rano izay mahery be ka latsaka tany avokoa izy mianakavy. 2 no maty, ny reniny 50 taona sy ny zanany vavy 24 taona fa ny zanany lahy 13 taona kosa efa tamin’ny 4  ora hariva vao hita faty, roa kosa avotra soa aman-tsara dia ny rainy sy ny zanany lahy iray izay sempotry ny rano ka nalefa teny amin’ny hopitaly ary efa tsy maninona.  

 

MORAMANGA

Nisy olona 07 mianaka, zaza ny 02, nandeha lakana tany Ambodirano Mangoro eo anelanelan’Ambohidronono sy Ambohibary ny 08 Janoary 2018 tamin’ny 02 ora sy sasany tolakandro. Ny iray tamin’izy ireo dia mpitondra ilay lakana ka  rehefa nandeha kelikely dia nivadika ny lakana nandehan’izy ireo noho ny fiakaran’ny rano. Avotra soamatsara ilay mpitondra lakana  fa ireo 6 no maty avokoa.                                                                

MAROVOAY

Nahazo tatitra ny zandary fa misy olona maty irery tao an-tranony ao Ankamboka ny 08 Janoary 2018 tamin’ny 02 ora sy 18 minitra tolakandro. Tsy misy olona miara-mipetraka aminy, raha ny fanamarihana, ary mpiambina ny EPP no asany. Raha nojerena ny karapanondrompirenena dia toy izao ny momba azy: Atoa Tsiry, teraka tamin’ny taona 1949 tao Antsatrana, CIN 403 361 005 155 tamin’ny 10/05/74 natao tao Marovoay ka rehefa izany dia nidina tany an-toerana niaraka tamin’ny dokotera (Medecin chef) CSB II Ankaboka ny zandary, ka taorian’ny fizahana nataon’ny mpitsabo dia fantatra fa tsy nisy namono io olona io.

 

Tia Tanindranaza0 partages

5 lahy mpaka an-keriny Tsy nilavo lefona raha tsy maty ny 2

Jiolahy mpaka an-keriny miisa 5 no sarona omaly alarobia 10 janoary 2018 tao amin’ny fokontanin’Amboboka sy Manombosoa, distrika Malaimbandy ka ny 3 azo sambo-belona ary ny ny 2 kosa maty voatifitra rehefa nanohitra ny mpitandro ny filaminana.

 

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ady totohondry MalagasyNangataka AGO ireo filohana ligim-paritra

Nandefa taratasy any amin’ny Tale Jeneralin’ny Spaoro ao anivon’ny minisiteran’ny fanatanjahantena ireo filohan’ny ligim-paritry ny taranja ady totohondry Malagasy ka mangataka ny hanatanterahan’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Razafimbelo Norbert sy ny Analamanga rugbyKandida be fitetika miaraka amin-dRajaonarimampianina

Atoa Razafimbelo Norbert mpitantana ny fileovana AFA Ankazomanga ankehitriny hatreto no hany kandida efa nametraka ny antontan-taratasy filatsahan-kofidiana ho filoha vaovaon’ny rafitra ligin’ny rugby eto Analamanga teny amin’ny biraon’ny Malagasy Rugby hifarana ny sabotsy 13 janoary ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XV GOLD TOP 8Lavon’Ambondrona tamin’ny moka fohy ny Cosfa

Tontosa soa amantsara omaly alarobia 10 aogositra teny amin’ny kianja Makis Andohatapenaka ny andro faha-2 an’ilay fifaninanana rugby à XV “Gold Top 8”

 

News Mada0 partages

Vao lasa ny rivodoza Ava : trano miisa 200 indray levon’ny afo tao Fenoarivo Atsinanana

Nitrangana haintrano mahatsiravina tao Vohilengo Fenoarivo Atsinanana, afakomaly tolakandro. Trano miisa 200 tafo indray kila hotohoton’ny afo raha 235 kosa ireo fianakaviana traboina. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana, afo niainga avy amin’ny afo nampangotrahana rano no niantombohan’ny loza. Nisy renim-pianakaviana narary tao an-trano ka nampangotraka rano ny vadiny ary navelany tao ilay rano ka niitatra ny afo ary niafara tamin’ny fahamaizana trano anjatony maro izao. Raikitra ny fifanjevoana satria samy niolomay nanao izay ho afany tamin’ny famonjena ny entany ireo mponina. Nisy ny avotra, tao kosa ireo lasa lavenona noho ny fiitaran’ny afo tamin’ireo trano teo amin’ny manodidina. Vola 10 tapitrisa Ar niaraka tamin’ny jirofo 2 taonina ary vary akotry milanja 1 taonina indray lasa lavenona niaraka tamin’ireo trano ireo. Fahavoazana indroa miantoana ny nahazo ny fokontany Analambahy Vohilengo satria vao avy nitondra takaitra tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava ity distrika ity, ny ranobe aza mbola tsy ritra. Izao anefa tonga sahady koa ity ny haintrano goavana.

Sajo sy Jean Claude

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement – Une mobilisation collective dans tous les coins 

Comme prévu, la date du 10 janvier a été baptisée «journée nationale pour l’assainissement». Une journée chômée et payée, chacun a participé activement. 

Une grande première .L’assiduité  a été sentie  parmi la population que ce soit à Antananarivo ou dans les périphéries, hier. « Nous avons appelé chaque commune à se donner la main pour réaliser ce grand assainissement national. Seize communes du district de Sabotsy Namehana ont participé. Chaque commune a déjà eu des programmes. Le matin a été consacré à l’assainissement des bureaux  des Communes. Chaque foyer a aussi fait sa part l’après-midi. Ce sont les agents de la Commune qui ont ramassé toutes les ordures ménagères de chaque foyer », raconte Avotra Andriamosa, maire de la Commune de Sabotsy Namehana.Certains fokontany ont mobilisé tous leurs habitants. Hommes et femmes, portant des balais, sont descendus dans les rues ainsi que dans les canaux d’évacuation d’eau de leur quartier pour les assainir. Tôt le matin, les travailleurs ont également rejoint leur lieu de travail pour se donner la main. « Si chacun apporte sa part dans l’assainissement, je crois que notre pays ne sera plus un dépôt d’ordures. Et je souhaite vivement que cela devienne une culture et non seulement une responsabilité », affirme Sonya Rakotoarivelo, employée d’une banque de la capitale.Une continuation, tel est aussi le souhait d’Edgard Razafindravahy, président du parti ADN et entrepreneur, hier devant ses employés. « L’assainissement est important pour se protéger. Il y a deux mois, le pays a été frappé par l’épidémie de  peste. Il est donc de notre devoir et de notre responsabilité d’assainir et que ce ne soit pas seulement aujourd’hui. Dans les pays développés, l’assainissement est encré dans le cœur de chaque personne tous les jours ».Les agents de chaque ministère ont rangé, nettoyé dans chaque service. « Chaque employé d’un service a rejoint le bureau à l’heure habituelle. Tout le monde a entamé le nettoyage des bureaux et des jardins. Nous sommes même rentrés dans notre foyer avant midi car chacun a participé activement», raconte un chef de service au sein du ministère de la Santé.

Implication du secteur privé

L’assainissement est une affaire du secteur privé. Le secteur privé se doit de s’impliquer dans l’assainissement et que l’action se perpétue dans le quotidien des industries et entreprises en tant que moteur du développement du pays. Même si la journée a été chômée et payée, les employés étaient  tous venus travailler à l’usine pour remplir ce devoir de citoyen », affirme Armand Tazafy, lors de sa visite dans les sociétés Chocolaterie Robert à Andrefan’Ambohijanahary et Malagasy Boisson du groupe Djama à Tanjombato, hier.Cette journée a été clôturée par l’assainissement du Centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra (Chapa). « Si nous voulons vaincre la peste, il faudra passer par l’assainissement du foyer, du lieu de travail et d’ailleurs, nous devons nous préparer pour  lutter contre les autres épidémies », affirme Mamy Lalatiana Andrimanarivo, ministre de la Santé publique. L’Usaid a offert des kits d’hygiène, composés de mille bouteilles de Sur’Eau, kit de lavage des mains, des équipements pour la protection individuelle comme les lunettes, des blouses, des gants.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Trafic de tortues – La police arrête trois marins à Morondava

Trois marins suspectés dans un trafic de tortue ont été interpellés par la police de Morondava, mardi. Leur bateau a embarqué des radiata morts et vivants.

Belle prise au large de Moron­dava. Un bateau à voile de trafiquants, embarquant quatre cent soixante tortues à son bord a été arraisonné près de la côte de Morondava suite à une panne mécanique, mardi. Tôt, les marins pêcheurs et les habitants côtiers ont signalé à la police qu’une odeur fétide se dégageait du navire. Le commissaire s’est diligenté sur les lieux pour vérification. « Sur la plage, j’ai senti un effluve insupportable. Je me suis dit qu’il s’agissait de cadavres humains. C’étaient des tortues », a raconté ce chef du commissariat de la sécurité publique local. Un mandat de perquisition venant du procureur s’est avéré nécessaire pour fouiller l’embarcation. Le tribunal a, dans la foulée, ordonné aux éléments des forces de l’ordre de se rendre à bord du cargo. L’on a découvert cent soixante dix-huit tortues en état de putréfaction et deux cent quatre- vingt-deux vivantes. Ces reptiles astrochelys radiata ont été confiés au commissariat. Les dépouilles ont été enterrées, selon les premiers éléments de l’investigation.Trois marins, dont le propriétaire du bateau ont été arrêtés et placés en garde-à-vue jusqu’à ce qu’ils soient déférés au parquet du tribunal ce jour. Leur inculpattion correspond à la criminalité faunique.

TransactionLes enquêteurs supposent que ce trafic en haute mer existait depuis bien longtemps, mais cette fois-ci, les contrebandiers ont été malchanceux. Ces radiata ont été braconnés à Toliara. Ils ont été embarqués par un autre navire avant d’être transbordés sur ce bateau en provenance de Maintirano qui a connu une panne de moteur. Ce sloop porte le nom brésilien de « Djanana », d’après les indices relevés par la police. Son propriétaire a indiqué qu’il ignorait letrafic. « Je ne fais que transporter », a-t-il insisté, lors de son interrogatoire. Il a précisé, en revanche qu’un certain acheteur chinois est impliqué dans ce marché noir.Pour la circonstance, une investigation a été ouverte pour identifier ce baron de trafic en haute mer. « Ce bateau ne quittera pas Morondava tant que ce réseau mafieux ne sera pas démantelé et ses membres emprisonnés », a souligné une source au parquet du tribunal de première instance de la ville.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures – Le groupe Axian s’investit dans l’énergie

Hassanein Hiridjee est très présent dans la production d’énergie. Outre la centrale de Jovena à Antananarivo, il s’investit dans la construction à Volobe.

C’est l’un des acteurs du secteur énergie. Le groupe Axian s’investit à fond dans la production de l’énergie. À Antananarivo, par exemple, sa filiale Jovena vient de mettre en place une nouvelle centrale thermique sur le site d’Ambohimanambola. Avec ses branches infrastructures, le groupe de l’homme d’affaires Hassanein Hiridjee compte développer l’accès à l’électricité à de nombreux foyers malgaches avec une centrale hydroélectrique. Elle fournira 48 mégawatts supplémentaires au réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA) et connectera vingt mille foyers. L’inauguration officielle de l’infrastructure se fera par le Président Hery Rajaonarimampianina, ce vendredi.Le plus grand chantier qui attend le groupe Axian sera sans doute la construction de la centrale hydroélectrique de Volobe sur le fleuve Ivondro, située à 30km au Nord-Ouest de Toamasina. Elle devrait desservir les réseaux interconnectés de Toamasina et d’Antanana-rivo. Le chantier nécessite un investissement de 500 millions de dollars. Et c’est Hassanein Hiridjee lui-même qui l’a annoncé, lors de la conférence des bailleurs et des investisseurs, tenue à Paris, en décembre 2016.

RévolutionDans un billet publié sur sa page Linkedin, l’homme d’affaires annonce que son groupe croit beaucoup en l’énergie solaire et explore de nombreuses pistes de développement avec ses partenaires dans ce domaine.« Nous avons à ce titre achevé en janvier 2017 le projet pilote d’Andovoranto, une mini centrale électrique solaire, en collaboration avec notre partenaire Sagemcom », écrit –il. La société Électricité de Madagascar (EDM), une autre branche du groupe Axian, avait mis en place sur ce site pilote, trente quatre panneaux d’une puissance de 10 kilowatts permettant à cent cinquante ménages d’avoir de l’électricité. « Pour la première fois dans ce pays, les abonnés peuvent recharger leur compteur prépayé grâce au mobile banking Mvola, développé en exclusivité par Telma pour ce projet pilote. Notre ambition est de dupliquer ce modèle dans cent nouveaux villages d’ici à 2020», annonce Hassanein Hiridjee.L’accès à l’électricité demeure encore très faible à Madagascar. Le taux est estimé à 15,25% dans l’ensemble, avec environ 6,10% en milieu rural.  D’après un document de la Banque africaine de développement sur le programme d’amélioration de la compétitivité économique, « la production d’électricité est assurée à 75% par un parc thermique, ceci en dépit du fort potentiel en ressources renouvelables avec l’hydroélectricité estimé à 7 800 MW, le solaire à 2.000 mégawatts, et des opportunités dans l’énergie éolienne ».

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Banque centrale – L’inclusion financière préoccupe

Défis. Les perspectives concernant l’évolution de la conjoncture économique pour cette année et jusqu’en 2020 sont perfectibles selon la Banque centrale. Ce constat a été énoncé par le gouverneur Alain Rasolofondraibe lors de la dernière rencontre économique organisée par le groupement des entreprises de Madagascar (GEM) au mois de décembre. Lors de cette présentation du Gouverneur de Banky Foiben’i Madagasikara (BFM) sur la situation et perspectives, la politique monétaire et les projets de réformes, de nombreux points ont été abordés. Notamment, la contribution de la BFM à travers ses missions fondamentales, dont la stabilité de la monnaie nationale, mais aussi, et surtout, le développement du secteur financier.A ce sujet, la Banque centrale avance que le soutien de la croissance peut se faire à travers le renforcement de ce secteur. Des renforcements qui se concrétiseront grâce à des réformes en vue de l’amélioration de l’inclusion financière. Pour ce faire, la Banque centrale propose de raffermir le secteur de la microfinance, entre autres, sur le plan législatif ou encore à travers la mise en place d’une centrale risque unique. L’idée étant de fusionner la centrale risque bancaire classique avec celle des microfinances, toujours dans le but de favoriser l’inclusion financière. Cela fait suite à la requête de la présidente du GEM qui a expliqué, lors de cette rencontre économique, que « la BFM contribue grandement à l’inclusion financière mais que les moyens et les mesures de facilitation doivent toujours être améliorés, dans la mesure où le principal problème reste l’accès aux financements pour les petites et moyennes entreprises ».

InfrastructuresPar ailleurs, dans l’optique d’améliorer cette fameuse inclusion financière, la BFM mise sur l’élaboration d’une stratégie nationale pour le développement des systèmes de paiement. Le but étant de mettre en place des infrastructures de paiement efficaces, modernes et sécurisées à l’image de l’instauration d’un cadre légal régissant la monnaie électronique.D’un autre côté, afin de stimuler l’accès au crédit, tout en contribuant à la réduction du coût de ces derniers, la BFM suggère l’établissement d’un Bureau de crédit privé en consultation avec toutes les parties prenantes dont les banques, les institutions de microfinance, le secteur privé ou encore les grands facturiers.Ainsi, afin de réaliser toutes ces réformes de modernisation et de sécurisation, il est possible de profiter, entre autres, du développement rapide du TIC ou encore à partir des établissements de cadre juridique qui régirait tous les éléments qui constitueraient ces projets de réformes. « L’efficacité de la politique monétaire de la BFM est susceptible de se perfectionner à partir de ces perspectives et surtout à travers l’amélioration des infrastructures financières et les cadres légaux visant à renforcer la stabilité financière», conclut le gouverneur.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Volley – XXIVe CCCOI – La GNVB défend son titre aux Seychelles

La Grande Ile sera représentée par quatre équipes à la Coupe de la zone 7 aux Seychelles en début mars. La GNVB a repris sa préparation depuis ce lundi. 

Reportée de trois mois à cause de l’épidémie de peste. Prévue se tenir du 2 au 9 décembre 2017, la Coupe des clubs champions de la zone 7 de volleyball aura lieu aux Seychelles du 3 au 10 mars. Ce sera la XXIVe édition de la Coupe des clubs de la CAVB (Confédération africaine de volleyball) -Zone7. Inchangé, Madagascar sera représentée par quatre équipes, dont la Gendarmerie Nationale volleyball et la CNaPS, respectivement équipe championne et vice championne chez les hommes, et par Stef’auto 501, dix fois champion national et son dauphin, le Volleyball Club Diamant chez les dames.Selon le règlement de la zone 7, le nombre de joueurs ou joueuses qui constituent chaque équipe est limité à douze. Mais chaque club devra emmener chacun un arbitre sinon il payera une amende de 1000 euros à l’organisation. Après les fêtes de fin d’année, finies les vacances et place aux entraînements. Après deux semaines de repos durant les fêtes de fin d’année, la GNVB a repris son entraînement quotidien augymnase couvert d’Ankoron­drano. Les gendarmes, tenants du titre, prennent au sérieux leur préparation car ils sont cette fois en quête d’un troisième sacre après ceux remportés en 2015 et 2016.

Troisième sacreLes clubs qualifiés à cette Coupe de la zone 7 n’auront plus qu’un mois et demi de préparation. « Nous consacrerons actuellement nos entraînements au renforcement des side out ou les réceptions complexes, les services complexes et l’organisation défensive… Nous travaillons aussi la vitesse, l’alternance de charge et la récupération, le renforcement musculaire et surtout la préparation mentale » a confié Honoré Razafinjatovo alias « Nore kely », entraîneur des gendarmes. « Nous commençons également à fixer notre stratégie de match» a-t-il poursuivi. Les clubs champions et vice champions des îles membres de la zone 7 se donnent donc rendez-vous à ce sommet régional qui sera la seule étape qualificative à la Coupe d’Afrique des clubs champions à Al’Alhly, Égypte du 25 mars au 5 avril 2018. « Les équipes qualifiées à cette coupe de la zone 7  ne sont pas à sous-estimer. Elles ont toutes ou presque, je pense, plus ou moins le même niveau. Notre atout réside peut être dans l’expérience, la régularité et la maturité. En volleyball, l’équipe qui commettra le plus de fautes sera battue » a conclu Nore Kely. Les gendarmes se préparent à fond dans le but de rajouter un troisième titre de la zone 7 à son palmarès.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Kristel fin prêt pour l’international

Cette année sera la sienne étant fraîchement primé lors du récent « Afro pépite Show – Le rêve africain ». Le trio Kristel réserve de belles surprises.

Avec un programme d’ores et déjà bien chargé en ce début d’année, la bassiste Christelle Ratri, accompagnée de son compagnon Andry Sylvano à la batterie et de son frère Benkheli Ratri à la guitare, est fin prête à de nouveaux défis pour transcender les mélomanes.Fort d’une nouvelle identité musicale plus électrisante et plus galvanisante, qui confirme cette maturité et ce charisme qu’on lui connaît, Kristel, comme se prénomme désormais le trio, se plaît continuellement à surprendre aussi bien qu’il envoûte aux rythmes d’un rock contemporain teinté d’un zest de sonorité électro. Porté par Christelle Ratri au chant, le groupe estampillé du label Libertalia Music Records a fait forte impression auprès du public autant dans la Grande île, qu’au-delà de ses frontières.Présentant son nouvel opus intitulé « TNM », fruit d’un travail de longue haleine avec son label, Kristel a conquis plusieurs scènes musicales. À l’image de l’année passée qui fut très fructueuse pour le groupe donc, 2018 s’annonce tout aussi exceptionnelle. Comme prémices d’une longue aventure musicale, Kristel convie le public de la capitale ce 13 janvier au Kudéta Carlton Anosy pour jouir de ce renouveau qu’il propose.Le temps d’un concert qui s’annonce exaltant, le trio promet charme et volupté à travers un rock bien fumant avant d’attaquer de nouveau son retour dans l’Hexagone.

Mature et prometteurFier porte-étendard du Libertalia Music Records, mais surtout de Madagascar par le biais de sa musique, Kristel conquiert toutes les générations en entamant son petit bonhomme de chemin depuis près de cinq ans maintenant.L’année passée, c’est tout un marathon musical d’exception que le groupe a d’ailleurs entamé pour promouvoir « TNM ». De la capitale à l’île de Nosy Be en passant par l’île Maurice pour le « Marchés des musiques » (Momix), mais surtout en France. À savoir, à Paris pour le « MaMa Festival - Bus Palladium » et « La Bellevilloise», mais aussi à Rennes pour le « Festival des Bars en Trans ». Christelle Ratri, Andry Sylvano et Benkheli Ratri ont ainsi enchanté un public de tous horizons avec des morceaux comme « Akao », « Izy » et « Rateka ».Kristel confirme ainsi au passage sa maturité musicale et s’affirme comme prometteur d’un beau parcours à l’international, toujours en gardant cette culture musicale propre à son pays natal. Après son concert au Kudéta Carlton Anosy, Kristel s’envolera pour Paris, où il aura le privilège de tourner pour le fameux concert de « Arte Tv » le 22 janvier. S’ensuivra une séance d’enregistrement tout aussi privilégiée au studio « Two pass it » du producteur Jean Lamoot. Kristel reviendra ensuite au pays pour un concert inédit à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, le 16 février.Auparavant, bassiste de Mafonja puis de Silo, Christelle Ratri s’est toujours affirmée comme une perle rare de la musique contemporaine malgache. Avec son groupe, Kristel, elle fait désormais l’unanimité auprès de ses pairs et n’est pas prête de s’endormir sur ses lauriers en promettant encore plus de mélodies enivrantes aux rythmes de sa guitare basse.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Anosibe – Un pilleur défie la police du service anti-gang

Arrestation violente. Un jeune homme d’une vingtaine d’années interpellé sur le fait au marché d’Anosibe a tenté de défier un policier du service anti-gang (SAG), hier matin. Ce bandit était en train de faire main basse sur le sac au dos d’un piéton lorsqu’il s’est fait prendre par cet élément d’intervention en tenue civile. D’emblée, la foule s’est abattue sur lui, mais n’a pas réussi à le retenir. Il est ensuite tombé face à face avec l’agent et a essayé de l’empoigner. « Ce dernier s’est défendu. Le fuyard a été maîtrisé puis attaché au poteau en attendant l’arrivée de renfort du SAG », a indiqué une source policière.Les habitants du quartier se sont attroupés, mais le risque d’une vindicte populaire a été écarté.Le propriétaire du sac à dos a immédiatement porté plainte. De source auprès du service de l’information, de la communication et des relations avec les institutions (SICRI) de la police nationale, le bandit sera déféré au parquet du tribunal de première instance d’Anosy ce jour. Face à la recrudescence du gangstérisme, le SAG mise sur la mission de renseignement.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Brickaville – Manque de tests de diagnostic du palu

Le dépistage du paludisme est quasi impossible dans le district de Brickaville. Le stock des tests de diagnostic rapide (TDR) est épuisé.

Stock épuisé. Les agents communautaires dans la commune d’Anivo­rano-Est Brickaville signalent une longue rupture de stock des tests de diagnosticrapide (TDR).« Cela fait cinq mois que nous ne disposons plus de TDR. Nous ne pouvons pas soigner les malades sans être certains de leur maladie, alors nous les référons dans les Centres de santé qui se trouvent à 5 km voire à 12 km de chez nous », rapporte Mariette Baozoma, agent communautaire dans le fokontany Tanambao Sahanivelo Anivorano, hier, dans le cadre du lancement de la troisième édition de distribution de moustiquaires imprégnées, dans la zone ferroviaire de Brickaville.Ces agents communautaires ont été formés pour la prise en charge du paludisme. Le médecin inspecteur de Brickaville, le Dr Jean Rosa Liva Randriantahina, souligne que cela fait un mois avant le passage du cyclone Ava que cette rupture a eu lieu.Suite à ce problème d’approvisionnement des TDR, le traitement des malades serait « risqué ».« C’est par rapport à leurs expériences que les médecins prescrivent les médicaments. Il est préférable d’estimer que c’est du paludisme dont il s’agit, que de penser que c’est un syndrome grippal, et le patient en meurt sans avoir bénéficié des traitements adéquats », explique ce médecin.

Quatre décèsLe taux de prévalence du paludisme commence à augmenter dans ce district, depuis le début de l’année.« Nous avons enregistré quatre décès depuis janvier. Les victimes sont des enfants. On peut dire que la situation est délicate avec le passage du cyclone Enawo. Aucun cas de décès n’avait été enregistré à l’époque, malgré que le nombre des malades ait augmenté de quinze à soixante par mois », enchaîne leDr Jean Rosa Liva Randrian­tahina.Grâce à la réponse d’urgence post-Enawo menée par le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef), et financée par le Service d’aide humanitaire et deprotection civile de la Commission européenne (ECHO), quarante mille moustiquaires imprégnées ont été distribuées. Le nombre de malades a, par la suite, baissé, selon les responsables de la santé du district de Brickaville. Pour maintenir ce résultat, les ménages des communes les plus exposés au paludisme bénéficieront de cet équipement.Les responsables du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) au sein du ministère de la Santé publique avancent ne pas avoir été prévenus de cet épuisement de TDR. Ils promettent, par ailleurs, d’en envoyer, dès ce jour.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Gold Top8 – STM, USA et FTM en demi-finales

Trois clubs qualifiés. Les deux premières formations du groupe A ayant validé leur ticket pour les demi-finales du Gold Top 8 sont connues après la deuxième journée d’hier au stade des Makis à Andohatapenaka. Ces deux équipes, FT Mankjakaray et US Ankadifotsy, viennent d’arracher leur deuxième victoire en autant de matches. Après son succès face à 3F5 à la première journée, le club de Manjakaray a défait sur le score sans appel de 52 à 13 l’Union sportive d’Ikopa. Le club champion en titre menait déjà 21 à 10 à la pause. De son côté, l’Union sportive d’Ankadifotsy s’est imposée sur le score de 27 à 11 contre les 3F5 d’Amboditsiry.L’USA a déjà battu à la première journée l’US Ikopa. Dans le groupe A, seule la Savonnerie tropicale Milalao a pu décrocher une deuxième victoire synonyme de qualification en demi-finales. STM a défait hier l’UIRC par 26 à 16. Dans le même groupe, Cosfa a perdu son deuxième match hier en s’inclinant face à JST Ambondrona sur le score serré de 18 à 19. Ce dernier a dominé la situation depuis l’entame de la rencontre et s’est imposé 13 à 10 à la fin des premières 40 minutes.La troisième et dernière journée de la phase de poule aura lieu ce dimanche. Dans le groupe A, le duel entre USA et FTM ne sera plus qu’une simple formalité de reclassement car le vainqueur s’installera en première place et le vaincu sera deuxième du groupe. Dans l’autre poule, JSTA et Cosfa sont tous les deux condamnés à décrocher une deuxième victoire pour se qualifier en demi-finales. Chanceux, Ambondrona tombe sur l’équipe la plus faible du groupe, UIRC, qui a déjà encaissé deux défaites tandis que les militaires vont affronter la STM, déjà qualifiée après ses deux victoires.  Le carré final sera entièrement formé ce week-end.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

journée de l’assainissement – Les commerces restaient ouverts

C’était une journée comme les autres. Ceux qui s’attendaient à une ville plus calme, loin des brouhahas quotidiens, hier, ont eu tout faux. La ville d’Antananarivo  vivait à son rythme quotidien, mais avec un trafic un peu fluide. Bien que les autorités aient décrété la journée d’hier chômée et payée, la plupart des commerçants de la capitale ont choisi d’ouvrir leurs portes. Les vendeurs à la sauvette n’étaient pas absents du décor de la capitale, de Behoririka à Tsaralàlana en passant par Analakely ou la cité des 67 hectares.La journée nationale de l’assainissement ne les empêche pas de rattraper les manques à gagner causés par les mauvaises conditions météorologiques,le weekend dernier.« L’assainissement du lieu de travail est notre tâche quotidienne. Nous n’avons pas besoin de consacrer toute une matinée pour le faire », se dit un commercial d’une boutique à Analakely. Une autre, d’une voix très modeste, avance qu’elle le fera dans l’après midi.Profitant de ce jour férié, les Antananariviens se ruent dans les centres commerciaux ou les marchés communaux. La plupart des enseignes restaient aussi ouvertes, hier. « Fête ou pas, férié ou pas, il n’y a pas du tout de repos pour les commerçants. Nous devons toujours être au service des consommateurs », soutient un responsable d’une boutique, à Ankoron-drano, avant d’ajouter que tout est clean avant l’arrivée des clients.

L. R.

L'express de Madagascar0 partages

Campus Ambondrona – Deux étudiants arrêtés

Deux nouvelles arrestations ont eu lieu hier à Mahajanga, suite à la manifestation des étudiants sur la Route nationale 4, à Antanimalandy. Les grévistes étaient descendus dans la rue pour entériner leur revendication d’annulation des résultats du Conseil de Discipline de l’Université de Mahajanga. Dès 8h du matin, la route était coupée, car des centaines d’étudiants avaient investi la voie.Ils ont brûlé des pneus et posé des blocs de pierre et des troncs d’arbre sur la chaussée pour empêcher toute circulation. Toutes les voitures ont ainsi été empêchées de circuler, autant celles qui voulaient entrer que celles qui devaient sortir de la ville.Les éléments de l’EMMO sécurité étaient alors dépêchés sur les lieux pour évacuer les manifestants. Des jets de pierres ont alors commencé à pleuvoir, et les forces de l’ordre ont dégoupillé et lancé des grenades lacrymogènes pour les disperser.Une course poursuite s’est alors engagée entre les deux camps, dans la forêt d’Alamanga. Les forces de l’ordre ont traqué les grévistes durant deux heures dans les ruelles et les bois.Le président de l’Association des étudiants d’Antsiranana a été de nouveau arrêté avec celui de la région Sofia. Le premier a été pourtant relâché la veille, après avoir été appréhendé avec deux autres étudiants le même jour.« Nous exigeons que les décisions du Conseil de Discipline soient annulées et que des logements nous soient attribués, car nous n’avons pas d’hébergement. Nous avions occupé la voie publique pour nous faire entendre », a expliqué un porte-parole des manifestants.Les passagers des bus qui devaient prendre ce tronçon ont dû descendre et marcher à pied pour pouvoir passer, car l’accès était totalement interdit aux véhicules.En fait, les étudiants voulaient rééditer la manifestation de 2014; ils avaient déjà réalisé le même scénario en décembre 2013 sur la même place. Et la situation avait dégénérée car le 10 janvier 2014, les forces de l’ordre avaient pénétré dans le campus d’Ambondrona. Des coups de feu avaient été tirés, et un jeune étudiant de l’Institut de Biologie Appliquée (IBA) avait succombé à une blessure par balle à l’abdomen.Hier, les éléments de l’EMMO ne sont pas tombés dans le piège tendu pour les inciter à tirer. Toutefois, le conflit est loin d’être terminé. 2018 risque de ne pas être du tout une année calme pour l’Université de Mahajanga.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Emploi vert – La collecte de déchets pour lutter contre la précarité 

La précarité est quotidienne au cœur des quartiers d’Antananarivo et au-delà. Dans bien des cas, ce sont les femmes et les enfants qui en paient le plus lourd tribut. Mais quelques-unes décident de transformer la dure réalité en de nouvelles possibilités et de vivre d’un emploi vert. 

À Ankorondrano, un quartier d’Antananarivo, Clotilde Razafiarisoa et son équipe sont un peu nerveuses. Ce jour-là, elles allaient  inaugurer leur mission dans la première entreprise qui les accueille pour qu’elles puissent y collecter les déchets.« Intimidant, de penser qu’on doit entrer dans ces bureaux. Mais il faut ce qu’il faut! », se réconforte Clotilde, cinquantenaire, mère de cinq enfants.Son équipe compte des femmes qui, comme elles, expérimentent pour la première fois la collecte de déchets « en mode professionnel ».Clotilde arrange consciencieusement sa tenue de travail, une combinaison à manches longues, des gants et des bottes, complétée par des sacs de collecte et un vélo.« La tenue, c’est d’abord le signe que nous sommes une équipe sérieuse et que nous prenons notre travail au sérieux en montrant du respect pour nous-mêmes et pour les lieux que nous visitons pour la collecte. C’est ensuite une question d’hygiène, comme nous allons manipuler les déchets », mentionne-t-elle.Manipuler les déchets : c’est la principale tâche à laquelle Clotilde et son équipe d’une dizaine de femmes, toutes habitantes d’Ankorondrano, vont s’atteler.« Notre travail consiste à collecter du papier, des journaux et des plastiques dans les déchets des entreprises afin de les revendre pour qu’ils soient recyclés ». En fin d’après-midi, elles se retrouvent au bureau de leur fokontany : c’est l’heure tant attendue du bilan de la journée de travail. « On pèse les sacs de déchets récoltés. Et on est payé au poids, par l’entreprise qui reprend ces déchets pour être recyclés », explique Clotilde.

Non recyclés, les ordures et les déchets deviennent sources perpétuelles de pollution.

Une entreprise formalisée Avant d’intégrer ce projet de collecte de déchets, Clotilde Razafiarisoa vivait de petites tâches que l’on voulait bien lui confier : lessive, nettoyage ou courses. Virginie, Sandra, Pierrette, Malalatiana, les membres de son équipe, sont toutes dans cette même situation. En général, leurs revenus mensuels oscillent entre 50 000 et 80 000 ariary, si la chance est au rendez-vous. C’est donc un début de solution à leur précarité qu’elles entrevoient à travers cette activité qui vient améliorer les revenus mensuels.« D’habitude, les gens confient ce genre de service à des enfants qui veulent se faire un peu d’argent de poche. Nous voudrions proposer un certain professionnalisme pour que le projet ne reste pas une activité d’appoint mais une entreprise », précisent-elles.Une entreprise, c’est ce qui motive l’équipe, avec l’esprit de commencer avec les moyens du bord.« Pour la plupart, ces femmes n’ont pas eu la chance de suivre une scolarité régulière. L’idée n’est pas de mettre un emploi en adéquation avec leurs aptitudes, mais de soutenir leurs capacités afin que l’emploi devienne source d’autonomie financière », note le chef du fokontany d’Ankorondrano qui, comme ceux d’Ivandry, d’Analakely et d’Antsahavola, se sont associés à ce projet. La finalité de celui-ci est, en effet, de faire de cette collecte de déchets une activité stable, voire une entreprise formelle.

Les ordures ménagères se transforment en compost.

Clotilde Razafiarisoa et son équipe suivent régulièrement une formation active pour « soit apprendre à gérer leurs propres contrats avec l’entreprise qui reprend les déchets collectés, soit pour créer et développer une entreprise de collecte dont elles auront la charge et les bénéfices », explique l’association Agir pour le développement durable et l’économie verte (Addev) Madagascar qui encadre la mise en place du projet. C’est une démarche qui a nécessité  divers appuis spécifiques comme l’apprentissage à l’alphabétisation pour certaines bénéficiaires et à la maîtrise de la langue française pour d’autres, assurée par Teach For Madagascar, et la formation active en gestion entrepreneuriale, assurée par le cabinet d’audit Tsaratombo. Outre ces formations, les bénéficiaires bénéficient également d’un contrat de travail et d’une assurance santé.Ainsi motivées, Clotilde et son équipe sillonnent Ankorondrano à vélo et font du porte à porte soit auprès des entreprises, soit auprès des particuliers.« Tout le monde peut participer et donner ses déchets. Cette idée de solidarité me paraît une solution. Après tout, pour quelles raisons les gens ne voudraient-ils pas nous confier ce qu’ils voulaient déjà jeter aux ordures? », conclut Clotilde.

 

Pour Mervyn Mobeeboccus, directeur général d’Ecologik Madagascar, tout déchet est susceptible d’être recyclé..

Perspectives – Cinquante mille emplois générés

Une ville comme Antananarivo produit chaque jour quelques deux mille tonnes d’ordures.Pour Ecologik Madagascar, c’est un potentiel économique à explorer : cinquante mille emplois en perspective, à travers la collecte.« Nous prenons de tout. Papiers, plastiques, chutes de bois,  couches-culottes, serviettes hygiéniques, métaux, cordages…Tout ce qui se jette peut être potentiellement repris, mais le traitement des déchets est différent selon leur catégorie respective », détaille Mervyn Mobeeboccus, directeur général d’Ecologik Madagascar.L’entreprise se lance dans la collecte de déchets, en assure leur traitement et leur revente auprès d’autres entreprises qui s’occupent de les recycler.« Tout le monde est un client potentiel, car tout le monde produit des déchets : particuliers ou entreprises, qui souhaitent collaborer », ajoute-t-il.La collecte constitue la première étape dans le cycle du déchet et du processus de recyclage. Un principe de bacs est établi au sein des entreprises partenaires de l’initiative, afin de les familiariser au tri des ordures selon leurs catégories. Il est, en effet, important de commencer le tri des déchets assez tôt, afin de rendre la collecte la moins polluante possible et de sécuriser cette étape au niveau hygiénique et sanitaire.Une fois collectés, les déchets sont triés et traités. Le recyclage est aussi un secteur de perspectives : chaque catégorie de déchet est susceptible de recréer une filière ou un métier. Par exemple, les plastiques peuvent être traités et recyclés pour servir de pavés autobloquants. Les déchets verts sont broyés et transformés en compost, lequel sera valorisé par des agriculteurs et des maraîchers pour une culture biologique. Le papier est récupéré pour être recyclé en carton, en papier journal et emballage.

Clotilde Razafiarisoa son équipe collectent les déchets auprès des entreprises d’Ankorondrano.

Une microchaîne de collecte

Le projet de collecte de déchets est une initiative de l’association Addev Madagascar et  bénéficie d’un financement du Fonds canadien pour les initiatives locales (FCIL).  Il s’agit de créer une microchaîne de collecte de déchets.« Les entreprises membres d’Addev Madagascar s’engagent à donner leurs déchets afin que ces femmes, bénéficiaires du projet, puissent les collecter et les revendre pour être recyclés », souligne Michaela Pawlizcek, secrétaire exécutive d’Addev Madagascar.Par ailleurs, le projet prévoit également une formation, appui qui s’effectue essentiellement en ligne, destinée aux simples citoyens et aux associations qui désirent connaître, comprendre et appliquer les principes de collecte, de tri et de recyclage des déchets.

Les objets en plastique sont recyclables en pavés autobloquants.

Recycler pour mieux préserver 

Les déchets non collectés et non recyclés apparaissent comme des sources de maladies et d’épidémies diverses liées au manque d’hygiène. Mais ils sont aussi une source de pollution visuelle et environnementale en altérant le sol, l’eau et la biodiversité et leur durée de vie influent sur leur degré de pollution. Dans la mesure où la dégradation naturelle prend du temps, voire des siècles pour certains produits, recycler aide à limiter une pollution qui devient difficilement maîtrisable.Voici quelques idées pour mieux se projeter dans le futur, ou mieux comprendre le présent :

Déchets se dégradant en moins de six mois  Papier toilette : deux semaines à un moisTrognon de pomme : un à cinq moisMouchoir en papier : trois moisBrique de lait : jusqu’à cinq moisAllumette : six mois

Déchets se dégradant  entre un et dix ans :Mégot de cigarette : un à cinq ansPapier de bonbon : cinq ansChewing-gum : cinq ansHuile de vidange : cinq à dix ans

Déchets se dégradant  de dix ans à cinq cents ans :Canette en acier : cent ansCanette en aluminium : de dix à cent ansPneu : cent ansCartouche d’encre : quatre cents à mille ansBriquet plastique : un siècleBoîte de conserve : cinquante ansRécipient en polystyrène : cinquante ansObjet en polystyrène : quatre-vingts ansBoîte en aluminium : cent à cinq cents ansPile au mercure : deux cents ansCouche jetable : quatre cents à quatre cent cinquante ansServiette ou tampon hygiénique : quatre cents à quatre cent cinquante ansSac en plastique : quatre cent cinquante ans

Source : ConsoGlobe

Photos : Mialisoa Randriamampianina – L’Express de Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Ava met en péril l’enseignement

Coup double. Les responsables de l’éducation dans la Circonscription scolaire (Cisco) de Toamasina I sont pessimistes quant aux résultats des examens, en cette année scolaire. Les dégâts laissés par le cyclone tropical Ava ont chamboulé les heures de cours dans cette ville de l’Est, où les cours ont été déjà suspendus pendant un long moment,  lors de l’épidémie de peste, qui a sévi cette ville. « Seulement deux de nos trente quatre établissements n’ont pas été détruits par le cyclone. Nous sommes obligés de réduire les heures de cours, il n’y a pas assez de salles de classe pour tout le monde», souligne Joseph Marolahy, chef Cisco de Toamasina I, mardi.Les heures de cours seraient réduites de moitié pour la plupart des classes. « Les quatre heures de cours de mathématiques en une semaine ont été réduites à deux heures, par exemple », explique-t-il.Les classes d’examen, à savoir la terminale, la troisième et la septième, sont pour le moment priorisées. «Cela ne veut pas dire que les autres classes sont mises de côté. Les cours sont échelonnés. Nous ferons de notre mieux pour achever les programmes en fin juin», indique-t-il.Le lycée Jacques Rabemananjara a été le plus anéanti par Ava. Vingt-et-une de leurs salles de classes ont été détruites. La plupart des salles de classe de l’école primaire publique (EPP) de Manangareza ont été aussi décoiffées.En dépit de la formation des responsables de l’éducation à Toamasina, dirigée par le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (Unicef), sur la préparation en cas de cyclone, les dégâts ont été lourds. « Nous n’avons pas pu mettre des sacs de sable sur les toits de nos établissements, nous n’avions pu faire que couper les branches d’arbre. Nous étions pris au dépourvu », explique Farasoa Ramanantsialonina, chef de la zone d’administration pédagogique (ZAP) à Anjoma.L’entreprise, déployée par Hery Rajaonarimampianina, président de la République, pour réhabiliter ce lycée public, est déjà sur  place. Joseph Marolahy implore les autorités et les bailleurs à financer la réhabilitation de ces établissements anéantis par Ava.« L’échelonnement des cours est une solution à court terme. Nous devrons déployer nos efforts pour assurer l’avenir de nos enfants », conclut-il

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – AT2B Andraisoro vise  un doublé

Les vainqueurs des quarts de finale qui se sont tenus avant la fin d’année poursuivent leur montée. La deuxième édition de l’Open Ady Omby Ambohimanarina procédera ce samedi 13 janvier aux demi-finales. Les matches commenceront tôt en raison de  la saison de pluie. Le club d’Andraisoro, AT2B qui souffle cette année ses dix bougies vise un doublé en qualifiant en demi-finales une formation à la fois chez les hommes et chez les dames. Le coup d’envoi de la première rencontre sera lancé vers 8 heures du matin sur le terrain du VIe arrondissement à Ambohi­manarina. Chez les dames, AT2B rencontrera en ouverture le club hôte , JCSA, un des favoris encore en lice. L’équipe de STK Ambodihady sera ensuite opposée à Bad Team. Vers 11 heures, la première demi-finale des hommes opposera AT2B à Astar  tandis que la deuxième verra un duel entre Unite et Audacious. Comme son nom l’indique, les vainqueurs de cette version 2017 de l’Open Ady Omby gagneront chacun un zébu.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le nettoyage général sous la pluie

La Journée nationale décrétée pour le nettoyage général a été marquée, pour la région Boeny et Mahajanga en particulier,  par des actions de balayage, de nettoyage et d’assainissement dans presque toutes les directions régionales et dans les établissements scolaires privés et publics.Le personnel de la commune urbaine de Mahajanga, dirigé par le maire Mokhtar Andriantomanga, a rejoint le bord de la mer pour balayer les rues, dès 6h du matin sous la pluie.Au bloc administratif à Ampisikina, le chef de région, Jaffar Ahmad Saïd, et son équipe ont également effectué des travaux de jardinage et de balayage. Tandis que dans les directions, les rangements de classeurs et de documents, le dépoussiérage des meubles et le cirage du parquet ont également été réalisés.Les bureaux des fokontany dont ceux d’Antani­malandy et de Manjarisoa, les salles de classe et les cours des écoles n’étaient pas en reste. Tout a été nettoyé et récuré. Les ordures ont été entassées en un endroit et collecté par les camions de la commune urbaine. Toutes ces actions ont été effectuées sous le contrôle du comité local d’organisation.Le BNGRC a également procédé à l’utilisation pour la première fois aux nouveaux équipements et engins remis il y a quelques semaines. Ainsi, son personnel, sous la direction de Gervais Bemalaza, a effectué des travaux d’enlèvement des ordures déposées sur la route de Manapatanana.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Prioriser l’intérêt supérieur de la Nation

En marge de l’opération assainissement qu’il a conduit dans le fokontany de Fiadanamanga, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a réagi à la déclaration de Marc Ravalomanana, ancien chef d’État, durant le petit déjeuner de presse qu’il a donné à son domicile, à Faravohitra, mardi, concernant sa condamnation dans l’affaire du 7 février 2009. « Il a souligné que l’important est la stabilité politique, la paix sociale et le développement économique. Madagascar est un État de droit, et les politiciens doivent toujours veiller à l’intérêt suprême de la Nation et non à leurs avantages personnels. Les entités concernées font leur travail », a déclaré le locataire d’Iavoloha, selon le communiqué de presse de la présidence de la République.

L'express de Madagascar0 partages

Danse contemporaine – La Compagnie Cap Sud  présente « Jamba sy tapany »

Un spectacle inédit et exclusif, porté par des artistes exceptionnels. « Jamba sy tapany » se met en scène dans le Nord de l’Ile, la semaine prochaine. Sur les planches de l’Alliance française d’Antsiranana, ils sont six danseurs contemporains à se découvrir pour donner vie à ce projet artistique atypique le 17 janvier à 20h.C’est en effet une pièce chorégraphique unique en son genre que le public local aura le privilège d’apprécier, puisque tous ces danseurs sont atteints de cécité. D’où l’intitulé de ce spectacle donc, « Jamba sy tapany » qui se traduit littéralement comme étant « Aveugle à moitié » dans la langue de Molière.Effectivement, se regroupant au sein de la Compagnie Cap Sud, ces danseurs, même s’ils sont en situation de handicap, sont tout aussi talentueux que leurs pairs professionnels. Aveugles certes, mais néanmoins passionnés par leur art avec lequel ils s’épanouissent pleinement.Les danseurs de « Jamba sy tapany » promettent émerveillements pour le public de l’Alliance française d’Antsiranana. « Entre ce que l’on regarde et ce que l’on voit, il y a parfois un grand fossé d’incompréhension et de faux semblant. Il y a ceux qui sont aveugles, de par les faits naturels, d’autres le sont de leur propre gré. Ceux-là sont plus aveugles que le reste, car ils ignorent foncièrement ce qui est flagrant » évoque le synopsis du spectacle. À leur manière, ces artistes de la Compagnie Cap Sud, traduiront sur scène la vie quotidienne d’une société moderne qui se renferme sur elle-même.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Sortie de route  à Andranomena

Un chauffeur qui a perdu le contrôle de son véhicule a terminé sa course dans le fleuve, près du pont d’Andranomena, hier matin. Il a réussi à s’extraire avant que sa voiture ne coule. Aucune victime n’est à déplorer.

L'express de Madagascar0 partages

Vedette au Pont de Vohiposa.

Le transbordement se fait depuis hier par deux vedettes rapides pour ceux  qui peuvent rejoindre un autre moyen de transport sur l’autre rive. Et ce, gratuitement.  Les taxis-brousse venus de loin et les voitures personnelles sont contraints d’attendre vendredi, jour indiqué par le ministère des Travaux publics  pour un retour du trafic à ce niveau de la RN7, après la mise en place d’un nouveau pont bailey. Les frais de restauration des voyageurs en taxi-brousse ne pouvant faire un transbordement vers d’autres taxis-brousse de l’autre côté du fleuve seront pris en charge par la région Haute Matsiatra et dans la région Sava.

L'express de Madagascar0 partages

Ambodirano Mangoro – Quatre personnes meurent noyées

La liste des victimes collatérales du cyclone Ava. Quatre personnes parmi les sept ayant pris une pirogue sont mortes noyées, lundi dernier dans l’après-midi, à Ambodirano Mangoro dans le district de Moramanga. En fait, l’embarcation s’est renversée à cause probablement de la montée des eaux et du fort courant à l’endroit où elles traversaient la rivière. Les quatre corps sans vie n’ont été retrouvés que plusieurs heures après la noyade, tandis que deux enfants sont portés disparus.Le drame a eu lieu vers 14h30 entre Ambohidronono et Ambohibary. Lorsque le niveau de la rivière a monté à cause des fortes pluies dues au cyclone Ava, la population locale ne pouvait circuler que par pirogue. Le bateleur avait embarqué six passagers. Le voyage semblait se dérouler normalement malgré le risque de chavirer à cause d’un vent soufflant latéralement. Soudainement, la pirogue s’est inclinée et tout le monde s’est retrouvé dans les eaux tumultueuses.Le bateleur a pu gagner la berge, sain et sauf, alors que ses passagers ont été engloutis par la rivière. Jusqu’à hier, le fokonolona recherchait toujours les corps des deux enfants ;

Faniry Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Une trentaine de dahalo tués en 2017

Le régiment militaire n°4  de Mahajanga a révélé que cinquante dahalo ont été arrêtés et trente-et-un tués, selon leur bilan de l’année 2017. Ces chiffres ont été collectés dans les régions Melaky et Betsiboka où une résurgence de vols de bœufs suivis de meurtre a été constatée. L’appui à la sécurité se poursuit avec de nouvelles stratégies, d’après le service de l’infor­mation et de la communi­cation de l’armée (SICA).

L'express de Madagascar0 partages

Séance d’information

Une séance d’informations sur la candidature et les sessions de la nouvelle promotion du « Youth leadership teaching program » (YLTP) se tiendra demain au Centre germano-Malagasy (CGM), Antaninarenina. Initié par la fondation Friedrich-Ebert Stiftung, ce programme vise à former des jeunes engagés dans divers domaines à devenir des leaders. Pour qu’ils soient des vecteurs de changement, d’idées civiques, sociales, économiques, politiques, républicaines et démocratiques.

L'express de Madagascar0 partages

Les bandits pillent deux scooters

Les malfaiteurs se sont emparés de deux scooters garés sur un parking, à Ilanivato, dans la nuit de mardi à hier. La police reste impuissante face à la recrudescence de cambrio­lages et vols de deux-roues dans le quartier et dans les environs d’Anosipatrana, selon les témoignages des victimes. Aucun voleur ne s’est fait, jusqu’ici, arrêter.

L'express de Madagascar0 partages

Bàbà Rakotoarisoa déterminé

Transparence, déclaration de patrimoine ou encore disponibilité H-24. Ce sont là des extraits des promesses électorales du futur maire de la capitale issu du parti politique APM (Antoko Politika Marina) présidé par Faniry Alban Rakotoarisoa, Bàbà pour les intimes, et plus connu sous le pseudo Gangstabab. L’APM a présenté son projet de société hier à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Nisy nangalatra ny 25 gony tamin’ireo varin’ny traboina

“Efa tena fomban’ny Malagasy ve ny tia kely sy manararaotra ny fahorian’ny hafa, ka na ireo vary tsy misy afa-tsy 05kgs isan’olona ho an’ireo mahantra sy traboin’ny rivo-doza aza dia mbola misy mangalatra tsotra izao ihany”. Izay no nambaran’ireo tompon’andraikitra ara-panjakana tafaresaka taminay, mikasika ny zava-misy nandritra ny fizaram-bary natolotry ny filoham-pirenena ny sabotsy teo, izay milanja 100 taonina avy amin’ireo mpiara-miasa sy mpiara-miombona antoka amin’ny fanjakana. Araka ny angom-baovao marim-pototra azo dia nangalaran’ireo tompon’andraikitry ny antokon’ny filoham-pirenena Hvm Toamasina ny 25 lasaka tamin’ireo vary nozaraina tamin’ireo mahantra sy traboina noho ny rivo-doza “AVA” ireo. Tsy vitan’izany fa ireo fianakaviana Hvm sy ireo fiakavian’ny mpizara ilay vary na tsy traboina aza dia nahazo 05kgs isany avokoa. Ireo tena mahantra sy ireo tena traboina anefa dia zara raha nahazo 01kgs, nisy aza tsy nahazo afa-tsy iray kapoaka monja. Nandritra ny fandalovan’ny filohan’ny antenimieran-doholona sady filohan’ny antokom-pitondrana, Rivo Rakotovao, teto Toamasina ny alahady teo anefa, dia isan’ny notolorany fanampiana ara-bary manokana ireo mpiara-dia taminy, izay mody nafenina tamin’ny asa tana-maro tamin’ny fanadiovana ny Bd Ralaimongo, Mangarivotra – Ambohijafy, iny. Mitaky ny fanokafana fanadihadiana mikasika ity fanodinkodinana sy fangalarana ny vary natokana ho an’ny traboin’ny “AVA” teto Toamasina nataona tompon’andraikitry ny Hvm Toamasina ity ny vahoaka, fa lasa fahazarana ho azy ireo izany ka ny fanjakana no mahazo tsiny tsy mijery vahoaka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Maroantsetra : 15.000 Ariary ny lasantsa iray litatra

Manjaka ny varo-maizina, ka tafakatra 15.000 Ariary amin’izao ny lasantsa iray litatra eny amin’ny sisiny, raha 8000 Ariary ka hatramin’ny 10 000 Ariary izany ny fiandohan’ity taona ity, any amin’ny distrikan’i Maroantsetra. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, dia efa ho iray volana no tsy nisy lasantsy teny amin’ireo tobi mpaninjara solika. Vokatrizay tsy fisian-tsolika izay, manampy trotraka ihany koa ny faharatsian-dàlana, dia miaka-bidy avokoa ny entana ilain’ny mponina amin’ny fiainany andavanandro.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Journée nationale de l’assainissement : Le pouvoir devrait balayer devant sa porte

Le Premier ministre a omis de souligner la nécessité d’un coup de balai au sein du pouvoir.

Même si elle n’est pas inscrite parmi les jours fériés et chômés dans le tout nouveau calendrier 2018, la Journée Nationale de l’Assainissement (JNA) a eu lieu hier.

Dans différents quartiers, les « mpanadio » composés en majorité de femmes et enfants, avaient un balai souvent usé dans une main et dans l’autre, le carnet de fokontany marqué également par l’usage. Tout cela, dans une ambiance conviviale et dans des tenues pas endimanchées pour un …mercredi. Pas de blabla non plus à part les commérages entre voisins ou plutôt voisines et les directives du chef fokontany et/ou des membres de la « vaomiera fanadiovana » qui veulent être propres aux yeux de l’Etat central.

Discours. Autre style au niveau des institutions et ministères où le nombre de balais – flambants neufs évidemment – au mètre carré montrait qu’on avait affaire à l’Etat. Côté look et « loko », on avait l’impression d’assister à un défilé ou à une présentation de modèles de sportswear. A l’image du Premier ministre qui a troqué pour l’occasion sa cravate bleue contre un polo rayé comportant inévitablement la couleur du parti au pouvoir. En revanche, il n’a pu s’empêcher de tenir un petit discours à l’endroit de l’ensemble du personnel de la Primature et des services rattachés. Et ce, pour dire qu’ « il est utile d’assainir son environnement surtout son lieu de travail ». Dans le cas présent, il s’agit du palais de Mahazoarivo où le maître des lieux a déclaré que « l’assainissement ne devrait pas se limiter à une journée nationale, mais s’ancrer dans les habitudes ».

Mentalité. Mahafaly Olivier n’a pas non plus manqué de faire remarquer que « l’assainissement de la mentalité s’avère aussi nécessaire pour un travail intègre et transparent ». Toutefois, le Premier ministre et non moins chef de l’Administration a omis – volontairement ou pas – de souligner l’opportunité d’un assainissement au sein du pouvoir et des services de l’Etat. Bon nombre de gouvernés estiment que les gouvernants devraient commencer par balayer devant leur porte et dans leur cour (au sens de courtisans) afin d’assainir leur entourage composé parfois de …propre à rien.

R.O
Midi Madagasikara0 partages

Mananjary : Potika ny 90%-n’ny voly vary, midangana izay tsy izy ny vidim-piainana

Anisan’ny faritra nitondra takaitra mafy tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava ny tao Vatovavy Fitovinany. Ankoatra ny fahasimban’ny sekoly maro sy toeram-ponenana dibo-drano ka tsy maintsy namindrana ireo mponina nandritra ny fandalovan’ny rivo-doza, dia potika avokoa ny fambolen’ ireo tantsaha manerana ny kaominina 31 mandrafitra ny distrikan’i Mananjary, ka ny voly vary no tena voa mafy, potika 90%. Vokatr’izany dia manahy mafy ny mety hisian’ny mosary indray ny mponina. Noho ny fikatsoan’ny fifamoivoizana vokatry ny fiakaran’ny rano, ny fahatapahan’ny lalana sy tetezana, dia midangana izaitsizy ny vidim-piainana, satria nahitam-piakarana avokoa amin’izao ny vidin’entana ilain’ny mponina amin’ny fiainana andavanandro, indrindra ny vary, ka mavesatra amin’ny vahoaka izany, indrindra ny any ambanivohitra. « Fampidinana ny vidim-piainana fa indrindra ny vidim-bary, ny fanampiana ara-tsakafo sy masom-boly ary ny fanarenana ny sekoly simba no tena ilaina maika ato amin’ny distrikan’i Mananjary sy ny manodidina », hoy ny Lehiben’ny Distrika. Raha ny fampitam-baovao voarainay avy an-toerana, dia androany no hiverina an-tsekoly ireo mpianatra sy ny mpampianatra rehetra manerana ny ZAP miisa 29 ao amin’ny Cisco-n’ny Mananjary. Miandrandra ny Ministera mpiahy araka izany ny mpianatra sy ny Ray aman-dreny ary ireo mpanabe mba hijery akaiky izao fahavoazam-be izao ka hitondra fanamboarana sy fampitaovana haingana hanarenana ireo sekoly simba.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Jiolahy 7 nandroba teratany Italianina voasambotry ny Polisy

Nametraka fitoriana ny niharam-boina ka raikitra ny fikarohan’ny mpitandro filaminana an’ireo mpandroba. Voasambotry ny Polisy afak’omaly tao Toliara ireo fitolahy nandroba teratany Italianina, ny alin’ny zoma hifoha ny asabotsy teo, ka very tamin’izany ny vola vahiny 500 Euros sy 80 Dollars, niampy vola gasy, finday, firavaka volamena sy volafotsy, ary an-tontan-taratasy maromaro. Araka ny fanazavana azo dia teny an-dàlana hamonjy fodiana rehefa avy namonjy lanonana ity teratany vahiny ity sy ny vadiny, izay teratany Malagasy, no nosakanana mpitondra “cyclo-pousse” nitondra zava-maranitra toy ny antsy lava sy sabatra. Rehefa voaendaka izy mivady ireto dia nodarohan’ireo olon-dratsy ka naratra mafy. “Tsy ekena ny tsy maty manota, sady manenlingelina ny fifamoivoizana eto Toliara ireo mpitondra posy saika mitombo isa isanandro, no tsy manaja olona, ary manendaka sy mandroba, ka tsy maintsy ampiharina ny lalàna ho an’ireo izay manao ny tsy mety “, hoy ny “Commissaire central” hentitra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Fanadiovana faobe, tsy naharototra ny ankamaroan’ny olona

Omaly ny fotoana nifanomezan’ny fitondram-panjakana hanaovana ilay fanadiovana faobe izay tafiditra hatrany ao anatin’ny ady atao amin’ny fihanaky ny valan’aretina pesta. Tamin’ny ankapobeny anefa tsy nahaliana ny ankamaroan’ny mponina tao Toliara sy ny manodidina izany fanatanterahana izany. Ny fitadiavam-bola sy ny sakafo harapaka amin’izao fidangan’ny vidim-piainana izao no laharam-pahamehana sy masaka an-dohanay, hoy ireo nanontaniana nandritra ny fanadihadiana natao. “ Miady mafy amin’ny fiainana ny ankabetsahan’ny isan-tokantrano ankehitriny, ka tsy mamparisika ny olona intsony ny hanao fanadiovana faobe izany. Efa dila ve ny aretina vao mikoropaka hanao fanadiovana ireo mpitondra, kanefa hatramin’ny volana aogositra nahitana ny soritr’aretina pesta teto amintsika tsy hita izay fandraisana andraikitra matotra nataon’izy ireo “, hoy ity renim-pianakaviana iray nahitsy fiteny sendra ny mpanao gazety. Ny andron’ny omaly io, dia nisy ireo tsy maintsy namita adidy nanao ity fanadiovana faobe ity, toy ny mpiasam-panjakana sy ny avy ao amin’ny antokon’ny fitondrana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Candidature Marc Ravalomanana : Rajaonarimampianina élude la question

Hery Rajaonarimampianina préfère jouer la carte de la prudence.

Le président Hery Rajaonarimampianina joue la carte de la prudence par rapport au dossier judiciaire contre l’ancien président Marc Ravalomanana. Interviewé hier par les journalistes en marge de la journée nationale de l’assainissement, le Chef de l’Etat a préféré éluder la question et renvoyer la responsabilité dans le camp du Ministère de la Justice. « Les entités concernées font déjà leur travail par rapport à ce dossier », a-t-il déclaré. En effet, le numéro Un d’Iavoloha s’est défendu de se prononcer sur la question de l’éligibilité du numéro Un de l’Empire Tiko lors de l’élection présidentielle prévue se dérouler cette année. Hery Rajaonarimampianina a toutefois encouragé indirectement les autorités judiciaires à mettre en application la décision de Justice qui condamne Marc Ravalomanana à une peine de travaux forcés à perpétuité. « Madagascar est un Etat de droit », a-t-il rappelé.

Stabilité politique. Tout en mettant en exergue l’importance de la stabilité politique, la paix sociale et le développement économique, le Chef de l’Etat n’a pas manqué de lancer une pique à l’endroit de Ravalo et des autres politiciens de l’opposition. Selon ses dires, « les politiciens doivent toujours veiller aux intérêts supérieurs de la Nation et non à leurs avantages personnels ». Hery Rajaonarimampianina a aussi touché mot de l’appel des députés proches du régime qui réclament un remaniement gouvernemental. « Toute initiative doit toujours être orientée vers les intérêts supérieurs de la Nation… Chaque chose a son temps », a-t-il déclaré. Une manière d’annoncer qu’un changement de gouvernement n’est pas opportun. En quelque sorte, le Chef de l’Etat dit non à la revendication du « G5 », qui est une entité regroupant des députés élus sous les couleurs du MAPAR mais qui ont préféré retourner leur veste au profit du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ».

Davis R