Les actualités à Madagascar du Dimanche 10 Novembre 2019

Modifier la date
La Vérité0 partages

Coupure d’eau et d’électricité - La JIRAMA apporte des solutions à court terme

Les Tananariviens ont subi des coupures à répétition et de plusieurs heures durant le week-end. Renvoyé dare-dare par le Président de la République de Madagascar de Morondava, le président du conseil d’administration de la JIRAMA et son staff ont tenu, hier, une conférence de presse en leur siège à Faravohitra. Le vrai fond du problème est d’origine technique lié aux infrastructures vétustes qui datent de 1975 et qui n’ont jamais connu d’amélioration. Alors que l’effectif de la population a doublé pendant ces quarante-cinq dernières années. La situation devient de plus en plus alarmante face à la grogne des abonnés. L’entreprise prend ainsi des mesures d’urgence pour résoudre le problème.

Elle va accélérer l’amélioration des réseaux de distribution à compter de cette semaine. « Le Gouvernement ne tolère plus cette coupure à répétition. La quantité de production est suffisante mais on rencontre des difficultés dans la distribution à cause des infrastructures. Toutes nos actions se concentrent alors sur l’amélioration des réseaux de distribution à partir de cette semaine. La JIRAMA a déjà programmé de remplacer 60 km de câbles cette année mais nous allons simplement accélérer les travaux. De même pour les transformateurs qui subissent souvent de courts-circuits. C’est d’ailleurs le cas qui s’est produit à Ambodivona. Au lieu de changer deux transformateurs par semaine, nous allons accélérer le rythme pour arriver jusqu’à trente », avance Soloniaina Andriamanampisoa, président du conseil d’administration de la JIRAMA. Ces travaux commenceront dans les zones jugées « point noir » de la Capitale à savoir Ambodivona vers Ivato et Anosizato vers Arivonimamo. Toutefois, une coupure à raison de trois fois par jour s’applique encore pour que les techniciens travaillent en toute sécurité.

La coupure durant ce weekend a été causée par la baisse de la quantité d’eau dans fleuve de Mandraka. Au lieu de produire 24 Mégawatts, la production a baissé de 2 Mégawatts. Cette situation a  provoqué des problèmes de fréquence entre les différentes sources d’énergies dans les centres de production et qui a entraîné le délestage et les courts-circuits des certains transformateurs.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Haltérophilie- Championnat d'Afrique zone III - Tinoka Roberto salue la performance des athlètes malagasy

Les haltérophiles malagasy viennent de boucler le championnat d'Afrique zone III, troisième qualificative aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020, tenu à domicile le weekend dernier, sur une bonne note. Les Malagasy se rapprochent de plus en plus de leur qualification aux J.O de Tokyo. En effet, Madagascar vient de gagner 11 médailles d'or et obtenir deux records continentaux, et a fini premier du classement général. Le Cameroun a gagné trois médailles d'or et une médaille d'argent et Maurice une médaille d'or. L'Afrique du Sud termine quatrième se contentant de deux médailles d'argent.

 

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, a rappelé que l'organisation de ce championnat par Madagascar est un signe de reconnaissance et une récompense pour les efforts méritoires de la fédération de la part de la confédération. Et de continuer «Je tiens à saluer tout particulièrement chacune et chacun de nos médaillés de ces championnats d'Afrique pour leurs remarquables performances mais aussi pour l'émotion et le bonheur qu'ils nous ont fait vivre. Je félicite la fédération qui a su transformer l'haltérophilie, une discipline presque inconnue, en une étoile qui brille au firmament sur la scène régionale, continentale et je suis certain au niveau mondial. »

Outre les onze titres, les haltérophiles malagasy ont récolté deux médailles d'argent durant les deux jours de compétition. Une belle performance saluée par le ministre de la Jeunesse et des Sports malagasy, Tinoka Roberto Raharoarilala. L'évènement s'est tenu en présence du ministre de tutelle qui a toujours suivi de près les athlètes malagasy.

Une véritable démonstration, jamais réalisée, mais que les porte-fanions malagasy ont accomplie. Rosina Randafiarison a réactualisé son propre record continental de 70 à 71 kg à l'arraché chez les 45 kg dames. De son côté, Tojo Andriantsitohaina a signé un nouveau record continental de 136 kg en arraché chez les 67 kg hommes en effaçant l'ancien record de 134 kg signé par l'Egyptien Ahmed en avril.

Faire de Madagascar un pays de l'haltérophilie

Harinelina Andriamanarivo a toujours comme défi de faire de Madagascar un pays de l'haltérophilie. Comme la Jamaïque le pays du Sprint. Et sur ce, la Fédération est sur la bonne voie. « Avec l'absence des Egyptiens, sanctionnés pour cause de dopage, nous avons une immense chance de qualification de plusieurs haltérophiles pour les Jeux Olympiques de Tokyo dont cette compétition à domicile fait partie des étapes qualificatives », a souligné le président de la fédération malagasy d'haltérophilie, Harinelina Randriamanarivo.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Responsabilité sociétale des entreprises - SASM Brickaville équipe les gendarmes

La Société Agricole et Sucrière Malagasy (SASM) ne se limite pas seulement à ses activités principales consistant à relancer la filière canne et à réhabiliter l’usine sucrière à Brickaville. Elle œuvre également dans le volet social notamment dans le domaine de la sécurité. La SASM, en partenariat avec le Général Bertrand Cavallier, a remis des dons au bénéfice de la brigade de la Gendarmerie de Brickaville, la semaine dernière. Ce don comprend des tenues et des équipements de travail, des tables et des chaises et même la peinture pour le bâtiment.

« Nous sommes très heureux de pouvoir prêter main forte à cette unité afin qu’elle puisse exercer au mieux ses engagements d’assurer la sécurité de la population et de ses biens », avance le Général  Bertrand Cavallier. « Cette action n’est que le début mais nous comptons la poursuivre dans les mois à venir », continue-t-il avec un ton vraiment engagé. De son côté, le bénéficiaire dirigé par le colonel Théodule Ranaivoarison, commandant du groupement de la Gendarmerie d’Atsinanana n’a pas manqué de les remercier. « L’acquisition de ces matériels et  de ces équipements nous rendent fiers et nous motivent à accomplir aisément notre travail et j’espère que cela aura des impacts au niveau de la population », précise-t-il.

Recueillis par Solange Herinaina 

La Vérité0 partages

Naina, à l’aise

Le candidat n°4 présenté par l’IRD ou l’IRK, Naina Andriantsitohaina alias Naina, sort gagnant du débat du vendredi 8 novembre à l’Hôtel de Ville à Analakely. Le personnel de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) en coordination avec la presse locale a organisé un face-à-face entre les cinq candidats en lice pour l’élection du maire à Antananarivo prévue pour le 27 novembre 2019. Une initiative louable que le personnel de la CUA ainsi que les différentes sensibilités qui le composent tenaient à le faire pour avoir une idée réelle des cinq prétendants engagés.

 

Selon des avis partagés entre des observateurs différents, le débat  a été particulièrement instructif et révélateur, à plus d’un titre, sur la personnalité et sur la capacité personnelle de chaque candidat. C’était l’occasion offerte à chacun de surmonter l’obstacle ou à affronter un problème donné. Au-delà des questions classiques soumises et préparées préalablement, il existe toujours des questions « imprévues » nécessitant une réponse du tac au tac. Et c’est justement là que la vraie valeur ou la compétence du candidat serait à l’épreuve. Un candidat qui ne maitrise pas son égo pour aborder un sujet parfois fâcheux ou ne réussit pas à le contourner techniquement figurera sur la liste des perdants. L’audience toute ouïe au déroulement du débat ne manquera pas de le disqualifier d’office. D’ailleurs, on peut d’ores et déjà anticiper que pour la plupart des gens présents et participants à  l’audience, le choix se profile nettement à l’horizon.

A observer de près l’allure du débat, il en ressort un constat indubitable que le poulain de l’IRD, Naina Andriantsitohaina, se détache du lot. Des cinq candidats débatteurs, il n’y a pratiquement qu’un seul qui émerge à la surface, à savoir Naina. A l’aise, il a su déjouer les pièges tendus de tous les côtés. Entre autres, le candidat Tim Rina qui tentait, à plusieurs reprises, de lui déstabiliser en lançant en pleine figure des piques défiant la loi sinon la logique du fair-play. Seulement Naina, maitre de lui et sûr de la maitrise des dossiers, rétorque avec une certaine aisance.  Et le public apprécie favorablement la prestance du Monsieur.

Le débat du vendredi a aussi permis  d’évaluer à sa juste… valeur le poids intellectuel et pratique de chaque candidat, en particulier les trois autres « concurrents » qui, au final, amusent la galerie. En effet, Eliace n° 1, Alban n°3 et Feno n°5 sont obligés de jouer malgré eux le rôle de figurants face au duel à … mort entre Rina n° 2 et Naina n°4. Et même ensemble les quatre ne font pas le poids vis-à-vis de Naina dont la percée auprès de l’opinion autrement dit les électeurs ne fait plus l’ombre d’un doute.

Naina Andriantsitohaina, animé d’une conviction profonde et d’une volonté intacte de porter secours à une ville délabrée, a parcouru « à pieds », s’il vous plait, les coins et recoins d’Antananarivo et cela, plus d’une fois. Quartier par quartier, Fokontany par Fokontany, il est allé voir les gens là où ils sont pour les écouter et prodiguer de petits conseils et  s’engage, à travers le « Veloran’Iarivo » les remèdes et les solutions à apporter.

Naina, à l’aise, ne promet point la lune mais s’engage à traduire en actes, au moment opportun, les « Velirano ».

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina à Morondava - Réouverture imminente de la SUCOMA

Après 05 années de fermeture, la société SUCOMA pourra bientôt rouvrir ses portes. La relance de cette usine de transformation figure parmi les grands projets annoncés par le Président Andry Rajoelina, lors de son déplacement à Morondava pendant le week – end. D’ailleurs, le Chef de l’Etat en personne s’est déplacé sur les lieux accompagné du ministre de l’Industrie, entre autres personnalités. « Nous produisons 90 000 tonnes de sucre alors que notre besoin s’élève à 200 000 tonnes. Il faut donc produire davantage », a soutenu le Président Andry Rajoelina. Et lui d’annoncer qu’avant la fin de cette année, des experts internationaux vont faire le déplacement à Morondava pour constater l’état des travaux à faire.

A part la réouverture de  SUCOMA, une nouvelle usine renforcera les activités de production de sucre. Un projet qui s’inscrit dans l’un des Velirano du Président concernant la promotion de l’industrie locale. La relance de ces activités industrielles permettra la création d’emplois dans la capitale du Menabe. Suite aux nombreuses doléances de la population, le Président Andry Rajoelina a annoncé la réhabilitation du barrage de Dabaraha. Ce barrage assure l'approvisionnement en eau pour toute la population locale et contribue également au développement de l'agriculture.

 Des projets pour tous

L’homme fort du pays a profité de sa rencontre avec la population du Menabe pour annoncer d’autres projets tout aussi bénéfiques les uns que les autres. « Personne ne sera laissé pour compte, que ce soit les jeunes, les femmes, les hommes ou les enfants », a – t – il assuré. A l'instar des précédentes Régions qu'il a visitées dernièrement, la Région Menabe aura aussi son université qui profitera aux 5 Districts environnants à savoir Manja, Mahabo, Miandrivazo, Belo et Morondava. Elle sera équipée aux normes et sera dotée de connexion Internet à haut débit.

A Tsimahavaokely, un CEG manarapenitra sera également construit. Une infrastructure à étages, incluant 24 salles de classe et pouvant accueillir jusqu’à 1200 élèves. La jeunesse malagasy mérite le meilleur surtout en termes d’éducation a déclaré le Président de la République. Par ailleurs, des kits scolaires, des tablettes numériques ainsi que les nouveaux dictionnaires ont été distribués aux élèves de l’EPP Centre Morondava et CEG Centre Morondava. Le Président de la République a également donné son accord pour le recrutement en tant que fonctionnaires de neufs maitres FRAM de l’EPP Centre Morondava.

Une ville modèle

Andry Rajoelina a rappelé que pendant le régime de Transition, l’avenue de l’indépendance située dans la capitale du Menabe a fait l’objet de travaux de réhabilitation. Cette fois – ci, tous les axes routiers qui ont besoin de travaux seront restaurés. Morondava sera une ville modèle aussi bien en matière de propreté que de paysage. Deux camions- bennes avec des bacs à ordures pour assurer l’assainissement de la ville de Morondava ont aussi été offerts. Un lieu de traitement des déchets sera également mis en place pour éviter la propagation des épidémies.

Dans le domaine de l’énergie, le projet d’une centrale solaire hybride d’une capacité de 3MW a été lancé officiellement dans le Fokontany de Kimony. Il couvrira, à terme, les besoins en électricité de la ville de Morondava et des environs. Le défi est de doubler la capacité de production en électricité dans tout Madagascar à travers les sources d’énergie renouvelable. Le Président a également procédé à la visite de la centrale thermique de la JIRAMA à Avaradrova.

Mis à part le lancement de nouveaux projets, le Chef de l’Etat a procédé au suivi des projets déjà en cours dans la ville de Morondava. Il s'agit entre autres du chantier de l'hôpital Manarapenitra. La construction de cet établissement hospitalier est prévue s'achever entièrement au début de l'année 2020. Il sera équipé aux normes et une caisse de solidarité y sera mise en place pour aider les patients les plus démunis.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Sécurité routière - Visite technique des véhicules de la Gendarmerie nationale

La visite technique des véhicules appartenant à l’Etat est obligatoire selon le décret numéro 71-138 datant du 23 mars 1971, article R124 dans le paragraphe 5, et R 260 dans le paragraphe 3. Ces derniers  ont été renforcés par le Conseil du Gouvernement datant du 18 septembre dernier.  Pour la Gendarmerie nationale, elle a procédé depuis jeudi dernier à une visite technique de tous ses véhicules en fonction au sein de ce département. Outre la sécurité publique et la lutte contre les accidents de la circulation, cette campagne a été menée afin de donner un exemple au citoyen.

Ce n’est que la première étape, mais elle sera effectuée dans tout le territoire national. La visite technique sera obligatoire à partir du 15 novembre prochain et  à titre gratuit. Elle est ainsi réalisable dans tous les centres annexes, comme Betongolo, By- pass et Ivato pour Antananarivo. Pour un rendez- vous, le responsable du véhicule pourra donc contacter le centre qui leur est proche.

Outre la visite technique, les contrôles inopinés se poursuivent dans les rues d’Antananarivo et les  routes nationales. La collaboration entre la Police et la Gendarmerie nationale a permis de mettre en place cette stratégie afin de lutter contre les gabegies de la circulation. Depuis sa réalisation, des véhicules inaptes sont mis en fourrière et des papiers ont été confisqués. En rappel, une nouvelle organisation est placée au sein de la direction générale de la  sécurité routière (DGSR) à Alarobia. D’après le responsable de ce centre, celui-ci a déjà fermé ses portes à la visite et la réception technique. Ainsi, la visite technique a été transférée à l’annexe Betongolo, Alasora et Ivato, tandis que le centre de réception technique à Alasora. Seul le service des opérations et contrôles routiers reste à Alarobia.

Anatra R. 

La Vérité0 partages

Attaque mortelle à Andranomanalina Isotry - La victime délestée d’ 1million d’ariary

Vendredi soir, le secteur du pont de Bekiraro situé dans le quartier d’Andranomanalina Isotry, a été le théâtre d’une agression meurtrière. La victime : un vendeur de pâte alimentaire prénommé Naivo, qui a envisagé d’aller faire son versement journalier. Les assaillants, au nombre de quatre, selon des témoins, n’ont pas hésité   à éliminer la victime avant de faire main basse sur la somme d’un million d’ariary. Hier, une source policière a affirmé qu’aucun agresseur n’a pu être encore arrêté. Actuellement, l’affaire est entre les mains de la Brigade criminelle.

 

Ceux qui ont assisté à cette scène atroce, étaient  unanimes sur un point : la cruauté des bandits. Car pour qu’ils puissent s’emparer du sac qu’ils convoitent sur la cible, ils n’ont pas hésité à lui tirer dessus, en prenant soin de viser particulièrement son cœur. L’impact a aussitôt emporté le malheureux. Bien que les enquêteurs n’aient pu encore mettre la main sur aucun des assaillants, ils ont affirmé détenir un indice. La douille  sur le type de  munition qu’ils ont utilisé, aurait pu être identifiée. Pour revenir dans le cas de la victime, elle fut domiciliée dans le même quartier. Des témoins  ont voulu le secourir mais la peur, de devenir des cibles à leur tour, a pris le dessus qu’ils ont finalement préféré ne rien faire. L’agression de ce jeune homme est l’une parmi les plus spectaculaires sinon la plus violente ayant survenu ces dernières semaines.

Des patrouilles mobiles y sont dépêchées. Mais les assaillants semblent toujours savoir déjouer la surveillance des Forces de l’ordre. « Ces bandits savent bien à quelle heure précise passer à l’action car la voie est libre au moment indiqué », confie un riverain. Ce qui expliquerait donc le fait que les agresseurs qui y commettent leur sale coup, peuvent toujours échapper à la Police. Si nos mémoires sont bonnes, c’était également dans les parages de ce dernier qu’un agent de recouvrement a payé de sa vie lors d’une attaque similaire il y a quelques semaines de cela. Face à la recrudescence des actes  de banditisme dans ce quartier, la méfiance et la précaution sont de mise. Une recommandation valable pour tout le monde mais notamment pour ceux qui transportent de fonds en liquide en heure tardive.

Franck R.

La Vérité0 partages

Problème d’électricité et de distribution d’eau - Ras-le-bol de la population

Régulièrement privés d’électricité et d’eau depuis quelques jours, les usagers évoquent leur exaspération face à la situation. Ces derniers jours, une colère froide gronde auprès des usagers de la compagnie nationale malagasy de distribution d’eau et d’électricité. La raison : les coupures répétées de l’approvisionnement en électricité et les problèmes de fourniture en eau potable. Le week-end dernier, plus de cinq coupures d’électricité par jour ont été enregistrées dans de nombreux quartiers voire la quasi- intégralité des quartiers de la Capitale. Ces délestages, petites coupures d’électricité ou coupures d’électricité, la conséquence est la même, perturbent fortement les activités quotidiennes des usagers. Par ailleurs, ces coupures de courant répétées détériorent le matériel électrique.

Un fléau malheureusement devenu le quotidien de la plupart des ménages ces derniers temps. Mais il n’y a pas que ces coupures d’électricité. Les coupures d’eau aussi longues que fréquentes font également monter les tensions dans plusieurs quartiers. Beaucoup doivent impérativement se réveiller à 4 heures du matin pour faire des réserves d'eau. Une eau qui coule d'ailleurs en filet et est souvent de couleur orangeâtre. Malgré les réservoirs d'eau, il n'y a pas de pression donc les réservoirs n'ont pas le temps de se remplir. Les consommateurs n'ont plus accès à l'eau durant le reste de la journée et doivent attendre le milieu de la nuit voire le lendemain matin pour pouvoir s'approvisionner à nouveau. Devant les bornes fontaines, les files de bidons jaunes s’allongent à n’en plus finir. Plus que de l’exaspération, beaucoup affirment être au plus haut degré de leur colère contre la JIRAMA.

« Trop c’est trop », « Ce n’est plus une vie » s’indignent les usagers. Le quotidien est devenu un parcours du combattant, entre les coupures d'électricité dans la plupart des quartiers et les difficultés à s'approvisionner en eau potable. « C’est un crime contre l’humanité », crient certains consommateurs. La JIRAMA joue de plus en plus sur les nerfs des habitants. Sauf arrêt de ces coupures de courant et rétablissement de la fourniture en eau, cette dernière affirme être capable de se révolter.

« Nous n’en pouvons plus », se désolent nombre d’usagers.  Le problème des délestages date de près de cinq ans. Il reste irrésolu jusqu’ici. A ce fléau se sont rajoutées, ces derniers temps, les coupures d’eau. Le droit des clients à bénéficier de services adéquats de la JIRAMA est bafoué. Pire que les coupures d’électricité et les problèmes d’approvisionnement en eau, ce sont les explications fournies par la JIRAMA, toujours les mêmes, qui causent la colère des usagers. Face à cette souffrance, bon nombre d’abonnés préviennent contre une explosion. Beaucoup pensent désormais à ne plus payer les factures.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Naina Andriantsitohaina - « Il est temps de penser à la population »

Le candidat n°4 aux communales d’Antananarivo, Naina Andriantsitohaina, accompagné des candidats conseillers municipaux, du député Lanto Rakotomanga, a poursuivi ses descentes dans le cadre de la campagne électorale, samedi, dans le troisième Arrondissement de la Capitale. Il est notamment descendu à Ampamatanana, Ambohitsoa, Saropody et Androndra où il a notamment tenu un meeting. « Nous n’avons pas attendu d’être élu pour travailler. Des engins sont déjà prêts pour débuter la construction des routes dans le quartier de Saropody.

Les poteaux électriques marcheront dès ce soir », a-t-il notamment déclaré durant son discours devant l’assistance. Le candidat du Isika rehetra miaraka amin’i Andry Rajoelina de déclarer également à cette occasion son souhait que la Commune appuie les initiatives qui créeront des emplois. Face aux défis qui attendent la Capitale, Naina Andriantsitohaina affirme que « nous allons nous entraider ».  « Il est temps de redorer le blason de la Capitale. Il est temps de penser à la population » a-t-il ainsi harangué, durant son discours, martelant également ses leitmotives « halte à la corruption » et « halte à l’irresponsabilité »

« Le Président Andry Rajoelina vous fait confiance et nous aussi. Nous savons qu’il a toujours su choisir de bons collaborateurs », souligne quant à elle, Lanto Rakotomananga, députée élue dans le deuxième Arrondissement sous les couleurs Orange. Sensibilisant la population à aller aux urnes le 27 novembre prochain, la parlementaire appelle par ailleurs la population à voter, et surtout, voter pour des maires pouvant contribuer à la réalisation des projets du Président de la République. « Seulement une partie (20%) des électeurs du IIè Arrondissement ont voté lors des législatives. Il est temps d’y remédier en votant massivement ce 27 novembre car c’est le maire qui réalisera les défis quotidiens de notre quartier », a-t-elle lancé à la tribune. Elle défend également le candidat-maire affirmant que « Naina Andriantsitohaina ne fait pas de promesses qu’il ne pourra pas tenir ». Une manière à elle de renforcer le fait que tout ce que dit l’aspirant-édile, il le fera durant son mandat.

La Rédaction