Les actualités Malgaches du Vendredi 10 Novembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar117 partages

Peste – Des écoles secouées par les rumeurs

Des parents d’élèves, paniqués face à une rumeur sur la vaccination contre la peste, sont venus en masse récupérer leurs enfants pendant l’heure des cours.

Effervescence. Des groupes de personnes paniquées ont couru un peu partout dans la rue de la ville d’Antananarivo, hier. Il s’agit des parents d’élèves qui se sont précipités pour chercher leurs enfants en classe, pendant les heures de cours. Ils ont perdu leur sang-froid suite aux rumeurs qui ont circulé sur la présence d’agents de santé, accompagnés d’éléments des forces de l’ordre, obligeant la vaccination anti-peste au niveau des établissements scolaires. « Vous cherchez à tuer mon enfant où quoi ? Des élèves auraient été déjà décédés suite à cette vaccination dans certaines écoles », a hurlé le père d’un élève du Collège d’enseignement général (CEG) à Antanimbarinandriana, le nerf à vif. Le bureau municipal de l’hygiène (BMH) d’Antananarivo, qui devrait être au courant des décès hors formation sanitaire, n’a déclaré aucun décès dans la ville d’Antananarivo, hier.

Pris de panique, des parents ont défoncé les portails de quelques établissements scolaires, comme dans l’école primaire publique d’Avaradoha, d’Ambohipo ou encore à Antanimbarinandriana. Dans d’autres écoles, on a lancé des pierres à l’encontre du personnel de l’établissement, on a sauté le rempart, on a monté sur les tables-bancs. Ces personnes ont tonné contre la décision des écoles de ne pas faire sortir les élèves, avant que l’heure de la sortie ne sonne. « Je tiens à rassurer les parents que je ne vais pas comploter avec des soi-disant vaccinateurs de peste, pour mettre en danger la vie de mes enfants. Moi aussi, j’ai deux enfants scolarisés ici », s’exprime le directeur du CEG d’Antanimbarinandriana, Lantoarisoa Ravololomanana, aux parents.

Lourdes sanctions

Cette panique s’est généralisée à Antananarivo. Les parents étaient venus en masse récupérer leurs enfants, à Ambatomaro, à Tsarahonenana, à Nanisana, à Isotry, à Lazaina-Avaradrano, à Ankaraobato, à Ampitatafika, à Anosizato, à Anosipatrana, et d’autres encore, depuis hier matin. Certaines de ces écoles avaient les tables-bancs vides dans l’après-midi, comme à Avaradoha et à Ambohipo. Les parents n’ont pas envoyé leurs enfants à l’école.

Cette même rumeur a déjà secoué la scolarisation à Ambohimangakely et à Ambohimanambola, mardi. Le ministère de la Santé publique a précisé dans un communiqué, hier, qu’il n’y a pas de vaccination contre la peste, qu’il n’autorise pas cette vaccination, et que les personnes qui se présentent en tant que vaccinateurs contre la peste sont des imposteurs.

Le groupement de la gendarmerie nationale d’Analamanga et la Préfecture de police d’Antananarivo a, toutefois, affirmé l’existence de personnes malintentionnées ayant un intérêt dans ce trouble. « Nous avons déjà idée des personnes qui ont diffusé cette information dans les écoles. Elles seront lourdement sanctionnées», explique le préfet de police d’Antananarivo, le général Angelo Ravelonarivo.

Le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary, affirme la poursuite des cours. Des éléments des forces de l’ordre seront mobilisés dans les écoles pour protéger les élèves contre ces charlatans, mais, surtout pour les arrêter au cas où ils continueraient leurs opérations.

Miangaly Ralitera

Tia Tanindranaza91 partages

Tovolahy niaina tany amin’ny Planeta MarsTsiambaratelo lehibe no fonosin’ny “Sphinx” any Egypta

Malaza noho ny resaka fahalalahana ara-tsiantifika ananany ny tovolahikely Rosianina antsoina hoe Boriska Kipriyanovich, 20 taona izay nilaza fa niaina tany amin’ny planeta Mars nialohan’ny nahatongavany teto ambonin’ny tany.

 

 Tsy fantatra mazava kosa ny tena antsipiriam-piainany fa mifono misitery. Nianatra namaky teny izy fony vao herintaona monja, ary nahalala haingana ny fomba fanoratana fanaovana sary. Manana fitadidiana mahazendana ihany koa, araka ny tatitra ao anatin’ny Gazety Britanika "Daily Star". Avy any an-kafa mihitsy io haranitan-tsaina ananany io raha ny fanzavana satria Borisika dia nilaza fa niaina tany Mars tamin'ny fotoana naharavan’io “planeta mena” io vokatry ny ady. Efa taona maromaro no hita tao amin'ny “internet” ny sariny sy ny horonantsary mitantara ny zavatra nambara fa niainany, saingy amin'izao fotoana izao vao tena miresaka azy  ny gazety britanika. Nanazava izy fa nanamory sambon-danitra ary nandeha irery tamin'ny rafi-masoandro (Système solaire). Izany no nahazoany fahalalana maro momba ny kintana, izay tsy nampianarin’ny ray aman-dreniny azy akory. Araka ny voalazany, ny planeta dia naringan'ny ady sy nokleary. Nandositra i Boriska taty an-tany noho izany izy ny taona 1996. Tamin'ny taona 2008, nanomboka nanao anarana ho azy ny zatovo fony izy no lohahevitry ny fanadihadiana "Boriska: Indigo Boy from Mars". Manazava izy fa mbola misy zavatra maro tokony hianaran’ny olombelona ary ny fanalahidy iray dia ao amin'ny sarivongana iray goavana “Great Sphinx” ao akaikin’ny ny “Pyramide de Gizeh” any. "Hiova ny fiainan'ny olona rehefa misokatra ny Sphinx, ka ao ambadiky ny sofin’io Sphinx io no misy ny fanalahidy, saingy tsy fantatro hoe aiza marina izany," hoy izy. Nohamafisiny tao anatin’ny horonantsary tamin’ny 2008, fa eo anelanelan'ny taona 2009 sy 2012, dia hisy "loza" voajanahary, "tondra-drano", saingy tsy naneho ny mety ho tanjany izy. Nisy tokoa ny horohorontany nahery vaika tany HaÏTi ny taona 2010, ka tsy hay na fifandrian-javatra na ahoana.

Toky R

 

News Mada78 partages

Tsaho momba ny hoe “vaksiny fiarovana ny pesta” : savorovoro nanerana ny sekoly maro, omaly

 Na ny zandarimariam-pirenena, ny minisiteran’ny Fahasalamana, ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, samy namoaka fanambarana nandiso ny tsaho miely amin’ny hoe fisian’ny andian’olona manao vaksiny fiarovana amin’ny pesta. Tsaho nampisavorovoro, teto an-dRenivohitra sy ny manodidina, nanomboka ny talata teo hatry ny omaly.

 

Nanomboka ny talata lasa teo niely ny tsaho tamin’ny tambajotra serasera facebook fa misy andian’olona mitonona ho mpiasan’ny fahasalamana miaraka amin’ny fiara 4×4 sy mpitandro filaminana mitety sekoly ary manery ny mpianatra rehetra ao an-dakilasy hatao vaksiny miaro amin’ny pesta. Teny Ambohimangakely no niandoha ny resaka, ny talata, ary niitatra amin’ny fokontany maromaro:  teny Ambohimanambola, olona nitonona ho ray aman-drenin’ny mpianatra amin’ny sekoly tsy miankina no niantso ny laharana maitso 910 mampilaza ny zava-misy. Nidina avy hatrany teny ifotony teny amin’ny toerana misy ilay sekoly ny ekipan’ny minisiteran’ny Fahasalamana ka hita fa tsy nitombina velively ilay antso ary tsy nahitana tranga hafahafa tao aminy.

Tsy nijanona teo fa nitombo ny isan’ny fokontany nisehoan’ilay fanakorontanana. Nisy eto Antananarivo Renivohitra, Atsimondrano sy Avaradrano fa mampitovy ny tsaho miely miseho any an-dakilasy avokoa ka mampisavoritaka ny mpianatra sy ny ray aman-dreny ary ny mpanabe. Tany Manjakandriana, tazan’ny mponina fa misy fiara mitondra olona manao fanamiana mpitandro filaminana sy manao aron’akanjo fotsy toy ny mpitsabo mihitsy mivezivezy eran’ny tanàna. Betsaka ny fahasimbana hita teny anivon’ny sekoly noho ny fisavoritahan’ny ray aman-dreny maika hamonjy ny zanany any an-tsekoly. Simba mihitsy ny vavahady ho an’ny EPP Ambatomaro, Anosibe, Ankadindramamy, CEG 64ha sy Antanimbarinandriana, omaly.

“Ny ankamaroan’ny antso azo ao amin’ny laharana maitso 910 mivoy io resaka vaksin’ny pesta atao any an-dakilasy io avokoa”, hoy ny tomponandraikitry ny seraseran’ny minisiteran’ny Fahasalamana, omaly. Amin’ny antso 1 000 voaray isan’andro, ny 50% manontany torohevitra momba ny pesta, ny 50% ambiny, milaza momba ilay vaksiny tao anatin’ny telo andro izao. Saika resaky ny rehetra ity tsaho ity teny an-dalamabe, anaty fitateram-bahoaka, amin’ny tambajotra serasera maro…

 

Nirodorodo naka ny zanany ny ray aman-dreny

Nisy fiantraikany tamin’ny fianarana ny tsaho, lasa nirohotra naka ny zanany tany an-dakilasy ny ray aman-dreny nefa tsy mbola ora firavana akory. “EPP maromaro ato anatin’ny  Cisco Antananarivo Renivohitra no nitrangan’izay, vokany, nikatona ny sekoly fa lasa nody avokoa ny mpianatra”, hoy ny talen’ny serasera ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, Tsitohara Serge, omaly. Manao antso amin’ny ray aman-dreny sy ny mpanabe ny tomponandraikitry ny minisitera mba tsy hihaino ny tsaho. Ny komity mpanara-maso ny fahasalamana sy ny toeram-panokanana ihany ny toromarika avy amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana momba ny fisorohana ny pesta any an-dakilasy. Tokony manatona ny mpitandro filaminana akaiky raha mahita olona mitonona ho mpanao vaksiny izany, hoy ny fanazavan’ny tale ihany.. Efa nanao fanambarana mitovitovy avokoa ny minisiteran’ny Fahasalamana, ny minisiteran’ny Fanabeazana ary ny zandarmariam-pirenena.

Vonjy A.

Madagascar Tribune74 partages

La transition blanchie, le régime actuel pointé du doigt

L’affaire de la vente du terrain « Sainte-Antoine IV » où se situe la villa Elisabeth, résidence du défunt Professeur Zafy Albert- ancien président de la République, vient de connaitre un nouveau rebondissement. Alors que certains responsables au sein du régime actuel pointaient du doigt les dignitaires de la Transition et Andry Rajoelina pour la vente du terrain, la famille de Zafy Albert, à travers Serge Zafimahova a entièrement disculpé ces derniers. Selon les explications fournies par Serge Zafimahova, porte-parole de la famille du défunt professeur Zafy Albert, la Transition n’aurait rien à voir avec cette vente. Du fait que l’acte de vente ait été signé à la veille même de la passation entre Hery Rajaonarimampianina, actuel président de la République et anciennement ministre des Finances, et Andry Rajoelina. Dans une chronologie établie par Serge Zafimahova, l’acte de vente définitive entre l’Etat Malagasy, représenté par le Vice-premier ministre en charge de l’Aménagement du Territoire, et la société Mada Terrain date du 24 Janvier 2014 avec un prix de 1 000 ariary/m² soit au total 11.835.000 ariary alors que sur le marché de l’immobilier, vu la situation du terrain, le prix devait osciller entre 1,4 à 2 millions d’Ariary/m². Devant cette situation, le professeur Zafy Albert aurait demandé des explications aux actuels dirigeants qui auraient alors déclaré que le terrain était loué par l’Etat avec un bail emphytéotique, le bail touchant à sa fin, le propriétaire reprend son bien. Or, le 23 septembre 2016 apparait le certificat d’immatriculation et de situation juridique (CSJ) qui démontre bien que le propriétaire est l’Etat malagasy en vertu d’un acte administratif approuvé le 21 février 1976. Le terrain appartient onc bel et bien à l’Etat et il ne s’agit aucunement de la fin d‘un bail emphytéotique. Le 15 novembre 2016, le titre foncier 16 684 A du terrain « Sainte-Antoine » est annulé pour devenir le titre n°72 803 A au nom de la société Prime Immobilier et ce suivant l’instruction n°691 / 126 M2PATE/SG/DGSF en date du 15 novembre 2016. Démontrant encore une fois l’implication des tenants du pouvoir actuel ou du moins de l’administration. Etant donné que l’affectation d’un titre relevant du domaine de l’Etat à un privé nécessite l’autorisation préalable tout d’abord du Ministère des Finances et du Budget qui a en charge le patrimoine de l’Etat et le Ministère chargé de l’aménagement du territoire qui a en charge les services fonciers. Le 30 novembre 2016, la cession de la propriété par Mada Terrain à la société Prim Immobilier par acte notarié n° 1528 du 30 Novembre 2016 est effectuée. Continuant dans ce sens, au mois de juillet 2017, le ministère en charge des projets présidentiels (M2PATE) a adressé une lettre à la société Mada Terrain affirmant que « le CSJ qui nous est présenté, le dit terrain vous appartient de droit » et de continuer « je tiens à confirmer par la même occasion le non objection au projet d’un accord amiable entre la société Mada Terrain et le Professeur Albert Zafy selon les procédures en vigueur qui régissent ce terrain ». S’en suivent des démarches de cession de propriété, notamment celui du terrain sur lequel devait se bâtir la nouvelle résidence du professeur Zafy Albert ainsi qu’une rencontre entre ce dernier et les responsables de la société Prim Immobilier.

Mise en scène

Face à tout cela, la famille du professeur Zafy Albert en est venue à la conclusion : « Il est clair que l’opération de vendre le terrain dite propriété Sainte Antoine IV est un acte assuré par le seul Vice Premier Ministre en charge du développement du Territoire du moment. Le contexte est que les responsables de l’Exécutif qui ont été candidats aux élections présidentielles de 2013 ont démissionné quelques mois avant -cas de M. Hery Rajaonarimampianina et de M. Hajo Andrianainarivelo. On ne peut croire qu’à la veille de la prestation de serment le 25 novembre 2014 du nouveau Président de la République élu, le Président de la transition et le Premier Ministre puissent participer à un acte de manipulation de ce genre ». D’autre part, la décision d’un arrêté pour annuler la vente a également été dénoncée par la famille comme étant une mise en scène. Selon la loi 2008-014 du 3 Juillet 2008 sur le domaine privé de l’Etat, des collectivités décentralisées et des personnes morales de Droit Public en son article 9 : « Les biens du domaine privé immobilier de l’Etat sont soumis, sauf les règles spéciales de la présente loi, à la législation de droit commun des contrats et des biens et lorsqu’il y a lieu, au règlement organisant le régime foncier de l’immatriculation ». L’article 31 de cette même loi dispose que «  Tout litige soulevé, soit par une administration, soit par un particulier, relatif à l’acquisition, à l’exercice ou à l’extinction d’un droit réel portant sur un immeuble du domaine privé de l’Etat, relève de la compétence exclusive du Tribunal civil du lieu de la situation de l’immeuble conformément aux règles du droit commun. », la direction du litige et des contentieux étant l’entité compétente pour porter plainte sur ce genre de litige. De ce fait, l’annulation par Arrêté pris par les deux ministres lors d’une conférence de presse du 31 octobre 2017 sur l’annulation par arrêté est inutile car les intéressés disposent d’un titre foncier. Outre cela, la plainte auprès du BIANCO relève de faits de corruption potentiel et non annulation de titres qui est de la compétence exclusive du Tribunal civil.

L'express de Madagascar74 partages

Affaire Villa Elisabeth – Serge Zafimahova démonte l’Exécutif

Le porte-parole de la famille de l’ancien président Zafy, démonte les arguments des membres du gouvernement concernant la vente de la villa Elisabeth. Serge Zafimahova écarte une responsabilité de la Transition.

« Cinéma ». C’est ainsi que Serge Zafimahova, désigné comme porte-parole de la famille de feu Albert Zafy, ancien président de la République, qualifie la manœuvre de l’État pour taire la polémique concernant la vente du domaine Saint Antoine IV où se trouve la villa Elisabeth, à Amboniloha-Alarobia.

La famille aurait attendu la fin du deuil de la mort de l’ancien chef d’État, pour s’exprimer sur le sujet, hier durant une conférence de presse au centre Arrupe Faravohitra. Sur la base de la loi sur le domaine privé de l’État, l’ancien conseiller spécial de l’ancien président Zafy affirme que « l’arrêté ministériel censé annuler l’acte de vente du domaine est nul et non avenu. Ce n’est que du cinéma ». L’article 9 de ce texte dispose que « les biens du domaine privé immobilier de l’État sont soumis (…) à la législation de droit des contrats et des biens (…) ».

En son article 31, la loi ajoute : « tout litige (…) relatif à l’acquisition, à l’exercice ou à l’exécution d’un droit réel portant sur un immeuble du domaine privé de l’État relève de la compétence exclusive du tribunal civil (…) conformément aux règles du droit commun ». De ce fait, Serge Zafimahova soutient que si l’État souhaitait effectivement annuler l’acte, il aurait dû porter l’affaire devant le tribunal civil. Devant les journalistes, il a fait un récit chronologique du cheminement de la vente du domaine dit Saint Antoine IV.

Le porte-parole de la famille Zafy a ainsi démonté les affirmations du ministre auprès de la Présidence chargé de l’Aménagement du territoire et de celui des Finances et du budget. Lors d’une conférence de presse le 31 octobre à Anosy, les deux membres du gouvernement ont certifié n’avoir été au courant de la vente de ce « domaine privé de l’État » que peu de temps avant le décès de l’ancien Président.

Démenti

Il a été révélé hier qu’après la vente, le domaine d’Amboniloha-Alarobia appartiendrait désormais à une société dénommée « PRIM immobilier », à qui « la société Madaterrain », cité dans l’acte de vente du 24 janvier 2017, aurait cédé les droits du bien. Que « le 7 septembre 2017, un acte notarié faisant état d’une donation de 700 m² au ministère des finances a été faite entre la société et un responsable du service des logements et bâtiments administratifs qui a eu une procuration de l’actuel ministre ».

Une demande de permis de construire aurait été faite « le 18 septembre », auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). Selon les indiscrétions, la CUA aurait accédé à cette demande. De prime abord, la conférence de presse d’hier a été organisée pour dire que le professeur Zafy « n’était au fait de cette vente que le 21 septembre, à 11 heures. Lorsque des représentants de PRIM immobilier sont venus chez lui ».

Selon Serge Zafimahova, l’ancien chef d’État aurait répliqué que « les lieux appartiennent à l’État. Aussi, c’est avec lui qu’il faut négocier. Moi je sais juste qu’en tant qu’ancien Président j’ai droit à un logement octroyé par l’État ». Un démenti à une lettre que PRIM immobilier aurait adressé aux responsables, « le 12 juillet 2017 », pour souligner « un accord à l’amiable », entre Madaterrain et le professeur Zafy. Lors de sa sortie médiatique d’hier, le porte-parole de la famille de l’ancien Président a aussi écarté une quelconque responsabilité du pouvoir transitoire dans cette affaire.

Il a plutôt orienté les regards vers les responsables de l’Aménagement et du service foncier, en 2016, en appuyant ses affirmations par le fait que la cession des droits du domaine à la société PRIM aurait été faite, « le 15 novembre 2016, par le directeur général du service foncier de l’époque ». Que par réquisition de l’entreprise immobilière, le domaine appartenait encore à l’État. Lors de la conférence de presse du 31 octobre, il a été dit que « l’enregistrement auprès de la conservation de la propriété foncière d’Antananarivo a été fait le 21 novembre 2016 ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagascar Tribune72 partages

Rumeur de vaccination forcée et panique totale des parents

« Une 4X4 rempli d’éléments d’Emmoreg et de médecins fait le tour des écoles et forcent les enfants à se faire vacciner. Ils brutalisent ceux qui refusent. 4 enfants sont déjà morts…. » telle est en gros la substance de la rumeur qui a commencé à circuler le 08 novembre et s’est enflée le 09 novembre. Il ne faut pas plus pour affoler les parents. Résultat : scène de panique dans toute la Capitale et ses périphéries hier 09 novembre. Des hordes de parents hystériques qui forcent les portails des écoles pour chercher leurs enfants, des enseignants désemparés, des enfants complètement affolés dont la plupart ne sont pas en âge de comprendre quoi que ce soit. Il y en a des parents qui enlèvent les tabliers de leur progéniture car paraît que les éléments de l’Emmoreg passent à tabac ceux qui fuient la vaccination….. Certains parents menacent les responsables des écoles qui ne veulent pas faire sortir les enfants dont les parents ne sont pas là. D’autres avertissent qu’ils vont brûler les écoles…Dans certains cas comme celui de Manandriana Avaradrano, forces de l’ordre, maire, chefs ZAP (Zones Administrative et Pédagogique) et CISCO (Circonscription scolaire) se sont précipités au secours de la directrice de l’école primaire publique menacée de mort par certains parents d’élèves car elle refuse de faire sortir les enfants dont les parents sont absents. Ce qui est logique. Mais dans la folie générale, le minimum de bon sens fait défaut.

Or, dès que la rumeur a commencé le 08 novembre, bon nombre d’établissements scolaire ont affiché qu’aucun vaccin contre quoi que ce soit, ne sera effectué à l’école. Mais cela n’a pas empêché la panique générale.

Face à l’ampleur de la psychose qui commence à dégénérer, le ministère de la santé a sorti un communiqué pour démentir ces rumeurs. Il précise qu’il n’y a aucun vaccin contre la peste. Si jamais, il y en a des personnes malintentionnées qui disent le contraire et parlent de vaccination, il faut refuser et appeler tout de suite les autorités. Le ministère de la santé appelle tout le monde, notamment les parents au calme.

Dans le cadre de la lutte contre la rumeur, le préfet d’Antananarivo en collaboration avec le ministère de l’éducation nationale ont décidé de poster des éléments de force de l’ordre aux abords de toutes les écoles de la capitale. Il précise que les éléments de force de l’ordre ne sont pas là pour forcer qui que ce soit mais pour sécuriser écoles, parents et élèves.

« L’épidémie de peste est sous contrôle » se félicite Charlotte Ndaye, représentant de l’OMS (organisation mondiale de la santé) à Madagascar. La peste peut-être oui mais la rumeur, non !

Tia Tanindranaza69 partages

Andry Rajoelina sy ny MAPARHamita-bahoaka fanindroany…

Raikitra indray ny serasera isan-karazany hoenti-manadio an’i Andry Rajoelina sy ny ekipany tamin’ny famotehana ny firenena tamin’ny taona 2009, ary natao sesilany tany anaty tambajotran-tserasera tato ho ato.

 Mihevitra ny Malagasy ho dondrona sy kentrina ka mbola sahy milaza fa fandrodanana ny fanjakana jadona sy namotika tanindrazana no natao. Raha mbola nisy olona namotika sy nandrendrika an’i Madagasikara anefa, dia Rajoelina sy ny ekipany no lohalaharana. Manana traikefa amin’ny famotehana sy ny fangoronan-karena fa tsy mba olona mpanangana. Ny asa vita no ifampitsarana satria ny mpitondra mety samy manana ny faharatsiany sy ny hadalany daholo. Afaka mampitaha sy mitsara tsara ny Malagasy ny fiainany tany alohan’ny taona 2009 sy tamin’ny fitondran-dRajoelina sy ny HAT ary amin’izao fitondrana HVM izao. Afaka mamaly ny rehetra fa niaina kokoa ny Malagasy nialoha ny taona 2009 ary nisy ny jery lavitra hampandrosoana an’i Madagasikara tamin’ny alalan’ny MAP.

Mpandroba sy mpamita-bahoaka

Hararaotina ny tsy fahombiazan’ny fitondrana ankehitriny raha ampitahaina amin’ny tamin’ny HAT, ka voizina hatrany fa nahavita nampihodina ny firenena. Misy ny Malagasy resy lahatra amin’izany izay tsy hifanomezan-tsiny noho ny tsy fahalalana ny afera maizina sy fahotana mahafaty nataon’ny HAT. Nigalabona sy nitavana ny nisasaran’ny fanjakana Ravalomanana no tena natao. Misy mpitondra tamin’ny andron’ny HAT ve sahy manazava hoe nankaiza avokoa ny volabe 100 tapitrisa dolara sandan’ny fanomezan-dalana ny orinasa Wisco nitrandraka vy tany Soalala tamin’ny tetezamita ? Nankaiza ny vidin’ny Force One, 60 tapitrisa dolara, izay natao fitaovana nanonganana an-dRavalomanana ? Natao inona avokoa ny tahirim-bola efa ho 2 miliara dolara tao amin’ny Banky Foiben’i Madagasikara fony Ravalomanana no filoha, satria 460 tapitrisa dolara sisa no tahirim-bola tao rehefa niala ny HAT. Nankaiza ny 1.954.000.000 Dolara ? Raha resaka fanamboarana hopitaly manara-penitra, Coliseum dia 50 tapitrisa dolara raha be indrindra no  lany. Azo anaovana zavatra tsy hita pesimpesenina ny volabe. Raha ny vidin’ny zavatra nambara fa nataon’ny HAT teto tsy misy ampahafolon’ny vola sy harena norobaina, fa ny Malagasy no ezahina habadoina. Lojika raha nirehareha ho nanao zavatra sy nampihodina ny firenena tsy nisy famatsiam-bola avy any ivelany satria nampiasa ilay vola be navelan’ny fitondrana Ravalomanana niampy ny afera hafa.

Toky R

 

L'express de Madagascar48 partages

Tourisme – Ash Dykes promeut Madagascar

C’est l’homme qu’il faut. Pour faire la promotion de Madagascar aux yeux des Britanniques, les acteurs touristiques comptent sur le service d’Ash Dykes. Ce jeune de 26 ans est un aventurier hors pair. En 2016, il a traversé la Grande île à pied suivant sa longueur, du Cap Sainte-Marie au Cap d’Ambre. Ce qui lui a valu le titre d’Ambassadeur du tourisme malgache en Grande Bretagne. « Une douzaine de touriste anglais sont attendus à Madagascar dans les prochains jours. Après cette vague, une bonne vingtaine de touristes vont aussi se rendre dans la Grande île », a-t-il déclaré, hier, à Antsahavola.

Ash Dykes fait partie aussi de ce qu’on appelle les « influenceurs » sur les réseaux sociaux. Ses conseils, ses aventures, ses opinions sont très suivis par des centaines de milliers de fan. « Ses interventions dans les différents supports médiatiques, comme la BBC, ont permis aux Britanniques d’avoir une idée de la destination Madagascar », a souligné Joel Randriamandranto, président de l’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM).

Ash Dykes est un fer de lance du tourisme malgache auprès des Britanniques. En plus de ses vidéos et témoignages sur les réseaux sociaux, cet ambassadeur du tourisme malgache a publié un livre. Avec « Mission Possible », il raconte ses aventures les plus fun, les plus fous et les plus cool dans ce livre édité en anglais. D’après lui, une version chinoise est attendue dans les prochains mois.

L.R

 

Midi Madagasikara48 partages

Festival des Lémuriens 2017 : Ouverture officielle ce jour

L a 4e édition du festival des lémuriens, organisée par le GERP (Groupe d’Etude et de Recherche sur les Primates), portant le thème « Conservation des lémuriens et conflits face au développement » avait été planifié pour le 8 au 11 Novembre 2017. La peste  est l’une des principales raisons de cette révision du calendrier. Ce festival va finalement se tenir à partir de ce jour 10 novembre : la matinée au Gymnase couvert de l’Université d’Antananarivo où diverses activités sont programmées : carnaval, conférences-débats,  projections des films et autres animations. De même, des stands seront érigés où toutes les informations sur le festival et les lémuriens seront exposées au public. Pour l’après-midi, au Parc Botanique et Zoologique Tsimbazaza seront inaugurées de plaques indicatives et le « Varecia Event », une visite guidée, ainsi qu’un « special event »… A rappeler que les lémuriens font partie des emblèmes touristiques de Madagascar à part le Baobab et c’est grâce à ces primates que Madagascar attire beaucoup de touristes et est  même reconnue dans le monde. Rappelons que le GERP, initiateur de l’événement, s’est fixé comme objectifs, d’une part, l’acquisition de connaissances et de conscience de la valeur de ces lémuriens, et d’autre part, la participation active des acteurs concernés à la conservation, la motivation de l’intérêt des écoliers et des étudiants, en priorité le grand public. Le GERP travaille avec le MNP (Madagascar National Parks) qui a pour fonction de constituer, conserver et diriger de façon durable le réseau national des parcs et des réserves, représentatifs de la variété biologique et du patrimoine naturel particulier du pays. A noter que le but de ce festival consiste à réduire les pressions et les menaces qui pèsent sur ces espèces endémiques protégées.

Sariaka R. (stagiaire)

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar44 partages

Réconciliation nationale – Les idées d’Albert Zafy abandonnées

Lors d’une conférence de presse au Centre Arrupe à Faravohitra hier, Serge Zafimahova, représentant de la famille Zafy, a annoncé que le défunt Professeur Albert Zafy a contesté l’actuel Comité du Fampihavanam-Pirenena. Selon le représentant de la famille Zafy, l’ancien président a pourtant rencontré une entité qui s’est penchée sur le sujet de la réconciliation nationale. « Le professeur Zafy a rencontré les évêques lors de la conférence épiscopale de novembre 2014, pour leur expliquer sa vision de la réconciliation nationale ».

Selon ses dires, Serge Zafimahova a par la suite été chargé de rencontrer un comité d’experts mis en place par l’État pour leur expliquer dans les détails tout ce qu’il y a à savoir sur le CFM. « Nous nous sommes donné rendez-vous au Sénat, et notre rencontre a duré une demi journée », a-t-il affirmé.

Du point de vue du défunt professeur, cette rencontre a été vaine. « Le projet de loi que le comité d’experts a rédigé sur le CFM n’a retenu que des idées générales proposées par le professeur Zafy, mais pas les idées les plus importantes », a déclaré le représentant de la famille Zafy. Pourtant, d’après Alphonse Maka joint au téléphone, président du CFM et ancien porte-parole du comité d’experts, la rencontre a bien eu lieu, mais pas pour le même objectif que le prétend Serge Zafimahova. « Nous nous sommes vraiment rencontrés, mais il a prétendu être le représentant de l’archevêque. Il était venu pour présenter un document sur les mines », a déclaré Alphonse Maka.

Pour lui, les idées de l’ancien Président ont été prises en compte. « Il n’y avait pas que ses idées à analyser à l’époque. En tout cas, nous en avons tiré les plus raisonnables », a-t-il soutenu.

Parmi ces grandes idées, le défunt professeur a réclamé que les membres du CFM soient élus par le peuple lui même. « Le fait est que ces membres ont été nommés, et ce même depuis leur sélection », a attesté Serge Zafimahova. D’après lui, après cette déception, l’ancien président de la République aurait pris une décision par rapport à son entourage. «Il a interdit aux membres de son entourage qui ont été nommés dans cette institution de le revoir », a déclaré Serge Zafimahova.

Le professeur Zafy a en effet fait preuve de solidarité envers les hommes de l’État. Serge Zafimahova a relaté différentes situations qui ont prouvé la capacité du professeur à témoigner de son humanisme. « Il vivait le pardon. C’est la raison pour laquelle la réconciliation nationale lui tenait beaucoup à cœur », a-t-il soutenu.

Loïc Raveloson

Madagascar Tribune35 partages

Signature d’un contrat de performance

Le Service de la Lutte contre la Fraude au niveau de la Direction Générale des Douanes a procédé à la signature du contrat de performance hier à l’Hôtel Colbert. Impliquant les trente quatre agents qui composent le service, représentés chacun par deux chefs d’équipe, qui se sont donc engagés pour renforcer leur efficacité. L’importance de l’évènement a été soulignée par la présence du ministre des Finances et du Budget, du ministre de l’Economie et du Plan, ainsi que de nombreux invités civiles et militaires. Selon les explications de Lovatiana Rasoamananjara, Chef de service de la lutte contre la fraude douanière, il s’agit d’une étape primordiale dans le processus de réforme de l’administration douanière. Contribuant à l’amélioration des recettes douanières, en permettant aux agents de renforcer leur efficacité dans leurs actions. Propos appuyé par le Directeur général des douanes Eric Narivony Rabenja qui a déclaré que « le contrat n’est qu’un meilleur suivi des objectifs, un meilleur respect des procédures et la réduction des anomalies à travers des tableaux de bord automatisé ». Lovatiana Rasomananjara de continuer que mis à part une augmentation conséquente des recettes, ce contrat contribuera également à la réduction des tentatives de fraudes douanières, étant donné que les opérateurs savent maintenant que le service a certains objectifs à atteindre. A terme, il est question d’instaurer une concurrence loyale entre les opérateurs au niveau de la douane car toutes les fraudes seront poursuivies de la même manière. Etant un dispositif stratégique du contrôle douanier, le service se doit d’être en effet performant et travers ce contrat, le chef du service et les agents s’engagent à améliorer encore plus leur performance. A titre de rappel, le concept a été initié au bureau des douanes de Toamasina en septembre 2016, pour les inspecteurs, dont la plupart ont renouvelé leur signature au mois de mai 2017. Les résultats ont été probants, avec un délai de dédouanement réduit à plus de 50% ; des amendes récoltées à hauteur de 300%, et surtout, à deux mois de la fin de l’année, un surplus de 53 milliards d’Ariary pour les recettes non pétrolières.

L'express de Madagascar25 partages

Prix de l’entrepreneur social – Manzer Partazer s’empare de la victoire

Un projet malgache a remporté le premier prix de l’entrepreneur social d’Orange devant dix autres projets. Il a gagné une somme de 25 000 euros.

Une bonne nouvelle. Un projet malgache a brillé sur la scène internationale. Manzer Partazer a remporté la première place du Prix Orange de l’Entrepreneur social en Afrique et Moyen Orient (POESAM). L’annonce a été faite le mercredi 8 novem­bre à Capetown, en Afrique du Sud. Le projet remporte ainsi un chèque de 25 000 euros.Lancé par la Commission de l’océan Indien (COI), en partenariat avec DHL Mada­gascar et le ministère de l’Environnement, de l’Écologie, de la Mer et des Forêts, Manzer Partazer a comme objectif de réduire le gaspillage de nourritures de bonne qualité et consommables. En ce sens, il répartit les excès de nourriture émanant de restaurants, d’hôtels ou de supermarchés avec des organismes partenaires tels que des orphelinats et avec les populations nécessiteuses. Une plateforme collaborative permettra une communication directe entre les différentes parties prenantes. Lors de ce concours, le projet est porté par l’entreprise sociale Zero Hero au sein de DHL, selon Orange Mada­gascar.

InnovantsLes projets ont été choisis, au terme de délibérations de haute volée, par un jury de spécialistes du monde des affaires et des technologies de l’information et de la communication.Le prix POESAM met en valeur les entrepreneurs proposant produits ou services innovants, associés à l’utilisation croissante du mobile, répondant aux besoins sociaux et économiques des populations locales. Cette année, près de mille deux cents candidats se sont manifestés et ont investi beaucoup d’énergie et d’inventivité pour apporter des solutions innovantes à des problèmes très concrets. Trois projets malga­ches ont été retenus, parmi les dix projets finalistes.L’un d’entre eux a été élu par les internautes d’Entrepreneur Club « prix Coup de cœur du public ». Il s’agit de Majika, une entreprise sociale qui facilite le développement économique des zones rurales en s’appuyant sur deux leviers : l’accès à l’électricité renouvelable et l’appui à l’entrepreneuriat rural. Majika opère une centrale électrique autonome et écologique dans le village d’Ampasindava.Le projet City Taps du Niger occupe la deuxième place et remporte la somme de 15.000 euros. Le projet eFret.tn de la Tunisie se retrouve à la troisième place et remporte la somme de 10.000 euros. Les onze finalistes du Grand Prix bénéficieront tous, pendant six mois, d’un accompagnement assuré par l’ONG Grow Movement et par des experts d’Orange.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara22 partages

Malnutrition à Betioky : Les agents communautaires en nutrition dans l’impasse

De gauche à droite, Honorine Harimalala, Soaziliny et Nordine, des agents communautaires travaillant dans le district de Betioky-Sud.

La lutte contre la malnutrition est loin d’être gagnée dans le district de Betioky-Sud. Les agents communautaires dans ce district déplorent l’indifférence de certaines mères de famille quant aux principes et actions devant être menées et appliquées pour lutter contre la malnutrition. La situation est parfois « décourageante » s’est lamentée Soaziliny, agent communautaire en nutrition œuvrant dans le district en question. Elle d’expliquer que « les populations cibles comprennent l’importance des principes, elles retiennent les procédures et démarches à suivre et elles sont dans la majeure partie des cas nombreuses à répondre présentes durant les actions de sensibilisation menées par les agents communautaires ». Avant d’ajouter que « les populations n’appliquent pas les outils qui leurs ont été dotés. Beaucoup de mères de famille ne suivent pas les conseils juste parce qu’elles ne veulent pas ». La conséquence de telle « entêtement » de la population concernée aggrave la situation de la malnutrition dans ce district. Et ce, malgré les efforts menés par les divers acteurs comme l’ONG Action Contre la faim.

Stationnaire. La situation de la malnutrition ne change pas vraiment dans le district de Betioky Atsimo. « La malnutrition revient à chaque saison – comprise entre le mois d’octobre et février » – a fait savoir Honorine Harimalala, un autre agent communautaire de Betioky-Sud. Cette dernière d’avancer que « l’une des premières causes d’une telle situation est la réticence des mères de familles à suivre les conseils des agents communautaires ». Soaziliny d’avancer toutefois l’hypothèse de l’approche menée pour sensibiliser les populations locales. « Nous revenons fréquemment auprès des zones locales et nous répétons à chaque fois les mêmes sujets de sensibilisation. Si bien que les gens commencent à en avoir marre ». « Ils (les cibles) bloquent donc tout ce qui vient des agents communautaires et ne prennent pas en considération les bonnes conséquences des pratiques proposées », s’est-elle plainte. Nordine, un agent communautaire en nutrition de Betioky, rappelle cependant que des « résultats positifs sont perçus chez les familles dont les mères suivent et appliquent les conseils en nutrition ». Résultats qui se traduisent par « un meilleur niveau de santé des enfants et de la famille » précise Nordine. La malnutrition est cyclique dans le district de Betioky. Si bien que la population locale semble être habituée (s’est résignées) à la revivre à chaque fois.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada21 partages

Lutte contre la peste : la Paositra malagasy s’engage

A l’instar des départements et organismes rattachés au ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique (MPTDN), la Paositra malagasy enchaîne les actions de désinfection et de dératisation.

A cet effet, depuis un mois, la direction générale de la Paositra malagasy a initié des programmes de désinfection au niveau de tous ses détachements, les bureaux de Poste à Antananarivo en passant par Antsirabe et Toamasina jusqu’à Mahajanga.

Cette semaine, l’équipe opère sur la RN7 et va poursuivre ses actions dans d’autres régions de Madagascar. Ce sont des actions entreprises régulièrement par les agents dans tous les bureaux. A ce jour, aucun cas de peste n’a été signalé dans la grande famille de la Paositra malagasy.

Dans sa volonté d’être plus près de la population, la Paositra malagasy s’est donnée comme priorité la sécurité et pérennise ses actions dans le long terme.

Arh.

 

Tia Tanindranaza19 partages

Tsaho momba ny vaksinina pestaHo avy ny fisamborana…

Nikorontana ny tanàna ! Izay no azo hamehezana ny zava-nisy teto Antananarivo omaly tontolo andro. Zary lasa resabe ny fielezan’ny feo amin’ny fisian’ny andian’olona mitonona ho mpiasan’ny minisiteran’ny fahasalamana, ary mitety sekoly manao vaksiny ny mpianatra miaraka amina mpitandro ny filaminana.

  Nambara fa torana ny mpianatra izay tratran’io tsindrona io. Teny Alakamisy Fenoarivo aza dia nisy mihitsy ny feo niely fa nisy maty. Vao maraina no nandrenesana io resaka io tany Analavory Ampefy, ka rava ny fianarana rehetra satria tsy manaiky ny hakana hafanana amin'ny ankizy ny ray aman-dreny sao lazaina fa voan'ny pesta ny zanany. Hatrany Arivonimamo no nikorapaka. Ny tambajotra “facebook” no tena isan’ny nanaparitaka ny tsaho. Tonga taty amin’ny manodidina ny renivohitra ary samy nilomay naka ny zanany tany an-tsekoly avokoa ny ray aman-dreny tamina faritra maro : Alakamisy Fenoarivo, Itaosy, Andranonahoatra, Isotry, Ankadimbahoaka, Soanierana, 67Ha, Antanimena, Manjakaray, Avaradoha, Nanisana, Analamahitsy, Mahazo, Ambohipo, Ambatomaro, Anosibe, Anosipatrana, Ivandry…. Ny teny amin’ny EPP Ambatomaro kosa dia nisy olona telo, vehivavy ny iray tonga tao amin’ny sekoly tokony ho tamin’ny 11 ora maraina. Nitondra fiara 4×4 mainty matroka fitaratra mitondra ny laharana 1461 F…. Voalaza fa saika hitsofoka tao amin’ny sekoly haka ny hafanan’ny mpianatra, raha ny fitantarana. Efa nisahotaka ny ray aman-dreny ka nandositra izy ireo. Novakian’ny ray aman-dreny kosa ny vavahadin’ny sekoly teny Avaradoha hahafahany maka ny zanany. Ny teny Ambatofilokana Andranonahoatra indray, dia samy nitsoaka nanavotra ny ainy ny mpianatra noho ity resaka ity ary nambara fa nisy mpitandro ny filaminana iray kamio mihitsy miaraka amin’ireo mpanindrona ….

Ho avy ny fisamborana

Namoaka fanambarana mazava ny minisiteran’ny fahasalamana fa tsy misy vaksiny iadiana amin’ny pesta. Raha misy andian’olona mitonona ho manana na mitonona ho manao vaksiny dia mpisandoka izay. Tsy nanome alalana na iza na iza hampanao vaksiny momba ny pesta ny fanjakana. Fahalom-pirenena ny fampisavorovoroana saim-bahoaka, hoy ny minisitry ny fahasalamana Mamy Lalatiana Randriamanarivo. Niantso fahatoniana ny Minisiteran’ny fampianarana. Namory mpanao gazety kosa ny avy amin’ny OMC (polisim-pirenena, Emmo, prefektiora) omaly hariva, izay nanambara hitohy ny fampianarana anio, ary hisy mpitandro ny filaminana hiandraikitra ny filaminan’ny mpianatra, fa tsy hampitahotra, hoy ny prefe, ny Jeneraly Ravelonarivo Angelo. Nanomboka halina dia efa nisy fepetra noraisina. Nampitandrina ny mpanakorontana izy fa hisy sazy henjana. Efa mandeha ny fanadihadiana ary efa fantapantatra ireo mpanakorontana mitety sekoly. Tsy mbola misy voasambotra fa efa misy kosa ny loharanom-baovao. Resaka politika io haparitaka hoe tsy voafehin’ny fanjakana pesta ary rehefa voafehy indray dia hamoronana fanakorontanana hafa, hoy ny prefektioran’Antananarivo. Nilaza kosa ny kolonely Ravoavy Zafisambatra, lehiben’ny Emmo-Reg, fa voararan’ny lalàna ny fanakorontanana filaminam-bahoaka, ka tsy maintsy karohina ireo mpanakorontana ary sakanana tsy hanao izany. Karohina ny porofo ary hatolotra ny fitsarana ny dosie avy eo. Hifandray amin’ny sekoly rehetra ihany koa ny polisim-pirenena hahafahana mifanome vaovao, ary manentana ny fiarahamonina hanome vaovao ara-potoana manoloana ny fisian’ireny mpanely tsaho ireny, hoy kosa ny kaomisera Tsaramonina Jean Victor. Tsy tongatonga ho azy ny zavatra tahaka izao, fa ao raha !

Toky  R

Tia Tanindranaza16 partages

Fivarotana ny Villa ElisabethNodiovin’i Serge Zafimahova ny tetezamita

Tsy misy hidiran’ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina ny resaka Villa Elisabeth.

 

Midi Madagasikara15 partages

Folles rumeurs sur un vaccin contre la peste : Vent de panique dans la capitale, hier

Des parents d’élèves venus chercher leurs enfants au lycée J.J. Rabearivelo, hier. Photo Kelly.

Les parents d’élèves de divers quartiers d’Antananarivo et des périphéries ont été pris de panique, hier. La raison en est la propagation de rumeurs sur des équipes médicales accompagnées d’éléments des forces de l’ordre qui viennent dans les établissements scolaires pour administrer aux élèves, de gré ou de force, un vaccin contre la peste.

On parle alors de véhicule 4×4, de personnes en blouse blanche accompagnées d’éléments de l’EMMO-REG, d’enfants vaccinés de force et qui se seraient évanouis tandis que d’autres en seraient même morts ! Ces rumeurs ont été aussitôt démenties par le ministre de la Santé, intervenu sur les ondes et dans plusieurs autres médias, hier : « Tout ceci n’est que rumeurs et rien de tout ce qui se propage en ce moment n’est vrai. Il n’y a pas de vaccin contre la peste à Madagascar et le ministère n’a dépêché aucune équipe médicale pour vacciner des enfants à l’école. Si des individus prétendant être mandatés par le ministère de la Santé venaient à se manifester auprès des établissements scolaires pour vacciner des enfants, il faut immédiatement le signaler auprès des autorités pour que celles-ci prennent aussitôt des mesures en vue de les arrêter », a affirmé le ministre de la Santé publique Mamy Lalatiana Andriamanarivo. Déclarations réitérées dans un communiqué adressé à toutes les rédactions. Outre le ministère de la Santé publique, la direction régionale de l’éducation nationale, la préfecture de police, les forces de l’ordre, ont tous démenti ces rumeurs qu’ils associent à un acte de déstabilisation.

 Toamasina. Des rumeurs similaires se sont déjà propagées il y a quelques semaines à Toamasina, ayant été à l’origine d’un vent de panique chez de nombreux Tamataviens. Des personnes totalement étrangères à cette affaire ont même été violentées, victimes de justice populaire. Par ailleurs, les activités de suivi de contact et autres actions en vue de freiner la propagation de la peste, ont dû être interrompues pendant deux jours, avec des conséquences fort dommageables.

A Antananarivo, le même « mode opératoire » a visiblement, et malheureusement, mieux marché. Amplifiées par les réseaux sociaux et le bouche à oreille, les rumeurs se sont propagées à la vitesse grand V, si bien que les parents d’élèves, pris de panique, se sont rués vers les écoles, collèges et même les lycées où sont scolarisés leurs enfants. Il fallait les chercher coûte que coûte, même si l’heure de la sortie n’a pas encore sonné. Dans certaines localités, ils en sont arrivés à forcer le passage en voyant les portails des établissements, fermés. Une situation qui a failli tourner à l’émeute. « Il n’est pas question qu’on pique mon enfant sans mon consentement, et même si une autorisation m’avait été demandée, je ne l’aurais jamais donnée », s’emporte cette mère de famille entendue sur une station radio, hier après-midi. Des propos similaires ont été entendus un peu partout. Pourtant, en poussant l’investigation un peu plus loin, on se rend compte qu’il n’y a aucune trace d’enfants décédés à la suite d’une injection effectuée à l’école par des personnels de santé.

Mettre fin à l’intox. De Nanisana à Ambohipo en passant par Alakamisy Ampitatafika, Faliarivo, Itaosy, Isotry,  67ha, Ankadindramamy, et bien d’autres quartiers, et même jusqu’à Miarinarivo, le tout Tanà, les périphéries et quelques régions voisines, ont vécu la journée d’hier dans une atmosphère de panique. Faits qui ne devraient plus se reproduire si l’on en croit les déclarations des forces de l’ordre lors d’une conférence de presse, hier : « Des éléments des forces de l’ordre, déployées dès ce soir (ndlr, hier soir) pour mettre fin à l’intox, seront également postés aux abords des établissements scolaires pour assurer la sécurité des élèves ». A souligner, enfin, que d’après le ministère de la Santé publique, le pays s’approche actuellement de la fin de l’épidémie de peste. Selon les dernières informations fournies par le BNGRC le soir du 8 novembre 2017, 35 personnes sont soignées dans les centres de traitement de la peste, sur l’ensemble du territoire. Actuellement, 7000 personnes ayant été en contact avec des malades de la peste doivent terminer leur traitement prophylactique. Depuis le début de l’épidémie, début août, 1136 personnes soignées dans les centres de traitement, sont guéries.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar14 partages

Santé – Le ronflement peut être mortel

Ronfler pendant le sommeil s’avère dangereux pour la santé, surtout s’il s’agit du syndrome d’apnée du sommeil. C’est un trouble du sommeil, caractérisé par un arrêt ou une diminution de la respiration. Il peut engendrer l’accident vasculo-cérébral, le problème de la tension artérielle et cardiaque, le diabète, mais surtout, la mort subite. « Lorsqu’on ronfle, il se peut qu’on ne respire pas pendant un certain temps. Et il faut nous secouer un peu pour respirer à nouveau. Cela diminue l’oxygène dans les vaisseaux sanguins et détruit le cerveau ou le cœur. C’est ainsi que l’on peut mourir pendant le sommeil », a expliqué le Dr Jocelyn Rakotomizao, chef de service de  la pneumologie au centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU JRB) à Ambohidahy, hier.

Depuis un an maintenant, Befelatanana dispose du matériel polygraphe ventilatoire servant à dépister les personnes affectées par cette pathologie du sommeil. Les résultats de ce dépistage sont surprenants. Ils auraient révélé l’abondance des personnes victimes de ce syndrome à Madagascar. « Plus des 70% des personnes dépistées ronflent. La valeur de l’index d’apnée-hypopnée devrait être inférieure à cinq, pour une personne normale. Pour elles, elle a dépassé les trente. Ce qui représente un syndrome d’apnée de sommeil sévère», enchaine le Dr Jocelyn Rakotomizao.

A Madagascar, il n’existe pas encore de matériel pour soigner cette pathologie du sommeil. Pour prévenir les complications, les personnes qui ronflent devraient perdre du poids. Souvent, ce sont les personnes qui font du surpoids qui en sont victimes. Elles devraient, par ailleurs, soigner leur diabète, leur allergie.

L’Association Trimobe et l’association francophone de pneumologie ont fait don de quatre polygraphes ventilatoires pour quatre hôpitaux de Madagascar, dont le CHU JRB, Fenoarivo, et les services de pneumologie de Mahajanga et de Fianarantsoa. Ils devraient faciliter le dépistage de ce syndrôme. Elles ont, en outre, offert quatre extracteurs d’oxygène, cinquante thermomètres infrarouges et cinq mille masques pour appuyer le ministère de la Santé publique dans la lutte contre la peste.

M.R

Midi Madagasikara13 partages

Serge Zafimahova et vente de la villa Elisabeth : Un ancien ministre et un membre du gouvernement actuel po...

Serge Zafimahova a mis les points sur les « i » concernant la vente de la villa Elisabeth. (Photo : Nary Ravonjy)

Serge Zafimahova sort de son mutisme et exhibe tous les non-dits sur l’affaire rocambolesque du moment : la vente de la villa Elisabeth.

Des révélations. La conférence de presse que Serge Zafimahova a tenue, hier, au centre Arrupe Faravohitra, a été riche en révélations sur la vente  de la villa Elisabeth. Il disculpe Andry Rajoelina, Reboza Julien et Hery Rajaonarimampianina mais pointe du doigt un ancien ministre du gouvernement Mahafaly et un membre du gouvernement actuel, avec  des preuves à l’appui. Serge Zafimahova n’a pas hésité à fournir les dates et ainsi que les références des actes signés depuis le début de l’affaire. Selon lui, le 24 janvier 2014, l’acte de vente de la propriété Saint Antoine IV, qui porte le titre n°16 684-A, a été signé par Mada Terrain et le vice Premier ministre démissionnaire de l’Aménagement du Territoire de l’époque. L’affaire a été mise en stand by pendant deux ans et neuf mois pour s’éclater ces derniers temps. Le 21 novembre 2016, le Conservateur national confirmait toujours que la villa Elisabeth demeure la propriété de l’Etat. Le 15 novembre 2016, le titre précité a été annulé et devient 72 803-A au nom de la société Prime Immobilier suivant l’instruction d’un ministre. Mais ce n’est pas tout. La cession de propriété entre Mada Terrain et la société Prime Immobilier a été effectuée et approuvée par acte notarié n°1528 en date du 30 novembre 2016.

21 septembre. Le 21 septembre à 11 heures, Zafy Albert a reçu la visite des représentants de la société Prime Immobilier qui se revendiquait être le propriétaire de la propriété Saint Antoine IV. « C’est une donation des Anglais à l’Etat malgache donc appartient à ce dernier », précise Serge Zafimahova. Et lui de souligner que Zafy Albert n’a été au courant de cette histoire que ce 21 septembre 2017 à 11 heures. Joint au téléphone, un responsable de la société Prime Immobilier nous a indiqué que «  Zafy et sa famille étaient au courant de l’acquisition du terrain. Ils ont accepté le partenariat 3P pour la construction d’un nouvel hôtel ministériel, un immeuble de deux étages à sa disposition, sur la même enceinte dite Saint-Antoine. L’ancien Président a même validé le plan de construction et les procédures du partenariat 3P ont été accordées par  les ministères concernés ».

Permis de construire. Le 7 septembre 2017, une ministre d’un autre département ministériel a délivré une procuration autorisant un des chefs de service du ministère concerné à le « représenter (…) à toute nécessité dans le cadre du transfert du titre d’une partie de la propriété dite Prime I, titre n°72 803 A sise à Amboniloha Antananarivo 101, objet d’un acte de donation établie par la société Prime Immobilier SARL au nom du ministère (…) ». Un titre qui ne correspond pas avec celui qui vient d’être cité. Aussi a-t-on appris qu’un acte notarié a également été établi par la société Prime Immobilier et le même ministère dont l’objet est la donation au MFD d’une superficie de 700 m² sur le même terrain laquelle sera « destinée à la construction de la nouvelle maison de l’actuel chef de l’Etat ». Dans la même foulée, Serge Zafimahova informe que la société Prime Mada a déposé, le 18 septembre 2017, une demande de permis de construire auprès de la Commune Urbaine d’Antananarivo. « Je ne sais pas si la CUA a octroyé ou non le permis », a-t-il noté. Du côté de Prime Immobilier, le même responsable d’affirmer que « le permis de construire a bel et bien été octroyé par la CUA ».

Du cinéma. Dans cette histoire, nous ne sommes pas sans savoir que la semaine dernière, un arrêté ministériel conjoint a annulé l’acte de vente de la propriété Saint Antoine VI. Pour Serge Zafimahova, ce n’est rien d’autre que du « cinéma ». En effet, en se basant sur les textes en vigueur, il a indiqué que « l’annulation par arrêté ministériel de cet acte de vente est nul et non avenu dans la mesure où c’est un terrain titré ». Par ailleurs, « la loi relative au domaine privé de l’Etat prévoit en son article 31 que « tout litige soulevé, soit par une administration, soit par un particulier, relatif à l’acquisition, à l’exercice ou à l’extinction d’un droit réel portant sur un immeuble du domaine privé de l’Etat, relève de la compétence exclusive du Tribunal civil du lieu de la situation de l’immeuble conformément aux règles du droit commun », rappelle-t-il. En d’autres termes, si l’Etat veut procéder à l’annulation de cet acte, il faudrait que la Direction de la Législation et du Contentieux au niveau de la Primature saisisse le tribunal civil d’Antananarivo. Affaire à suivre.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Tia Tanindranaza11 partages

Fanodinkodinam-bola –Faritra AnosyEfa nahavita fanadihadiana tany an-toerana ny Bianco

Nazava ny mikasika an’ilay raharaha fanodinkodinambolam-panjakana nalaza be fa niseho tany amin’ny Faritra Anosy ny depiote Hatrefindrazana Jerry,

 

Midi Madagasikara10 partages

Miss Madagascar en France : La finale du 2 décembre promet !

Nous saurons le 2 décembre qui succèdera à Lucia Salama ! (photo publiée avec l’accord d’Olivia R, membre organisateur de Miss Madagascar en France)

L’évènement culturel et fashion « Miss Madagascar en France » se clôturera en apothéose le 2 décembre prochain au Parc des Princes, dans le XVIe à Paris, un arrondissement chic et huppé par excellence. Organisée de concert par l’Association Cultural and Charity International (A2CL) et ses nombreux partenaires, la finale de « Miss Madagascar en France » se déroulera sous le haut patronage de Mr Tony Para, Mr Phil Storm, connus dans l’univers de la mode à l’internationale. L’association Madas collabore également dans la réalisation de ce projet qui promeut la culture et la beauté des Malgaches sur la scène internationale. Cette soirée glamour verra également la participation de deux chanteuses malgaches, en l’occurrence de Larissa et de Colombe, toutes deux révélées grâce à un concours de chant de téléréalité. La chanteuse Aurelia Khazan viendra en renfort à côté de ces deux divas bien de chez nous. Mais ce n’est pas tout, une animation d’un autre genre a également été prévu par les organisateurs pour ceux et celles qui aiment les sensations fortes. David Bouchenak, hypnotiseur et magicien mondialement connu- qui a déjà offert un show à Madagascar – offrira une prestation digne de son nom durant cet instant chic et glamour, organisé à des fins sociales.Luz.R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara8 partages

Assemblée nationale : Les députés dénoncent la corruption et les abus des Forces de l’ordre

Comme solution, certains parlementaires avancent la suppression de certains départements ministériels.

Comme prévu, un face-à-face entre les ministres responsables de la sécurité et les députés a eu lieu hier à Tsimbazaza. Une occasion pour les parlementaires d’interpeller les membres du gouvernement par rapport à la recrudescence de l’insécurité qui frappe toutes les régions de la Grande Île, ou enfin presque car apparemment, le District d’Ambovombe Androy constitue une exception. Dans sa prise de parole, le député Milavonjy Philobert a affirmé que « désormais, l’insécurité n’existe plus à Ambovombe Androy. C’est de l’histoire ancienne ». Le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur, Mahafaly Olivier Solonandrasana était le grand absent de cette rencontre. Retenu à une audience à Mahazoarivo, le Chef du gouvernement a envoyé une lettre d’excuse auprès du Bureau permanent de l’Assemblée nationale. Pour sa part, la ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine a été représentée par le Secrétaire général de son département. De leur côté, le ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, le ministre de la Sécurité Intérieure, Jean-Jacques Andrianisa et le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Randriamahavalisoa Razafindramaitso Girard ont répondu présents à la convocation des députés.

Délation. Toutes les interventions ont été axées sur l’insécurité grandissante sévissant aussi bien au niveau des grandes villes que dans les brousses. Les membres de la Chambre basse n’ont pas maché leurs mots pour dénoncer les abus et la corruption impliquant des éléments des Forces de l’ordre et des hauts responsables au niveau de la Justice. Des noms ont même été cités publiquement durant ce face-à-face. Pour ne citer que l’intervention du député Jao Jean qui a pointé du doigt un haut fonctionnaire au niveau du tribunal de Mandritsara, ou encore de la députée de Bealanana Volahaingo Marie Thérèse qui a cité des noms d’éléments des Forces de l’ordre dont un Lieutenant de la Gendarmerie dont accusés de corruption et d’abus envers les opérateurs de la filière vanille. La rencontre s’est très vite soldée par une séance de délation. Les mêmes accusations ont également été faites à l’encontre des agents pénitentiaires. La députée d’Antsirabe II Nirina Ravelohanitra a évoqué une complicité des responsables de la prison locale et des employés de la Justice pour autoriser des prisonniers à sortir la nuit afin de participer à des attaques à main armée. Des accusations graves qui méritent l’ouverture d’une enquête.

Suppression de ministères. En tout cas, bon nombre des députés estiment que le gouvernement actuel est dépassé par les évènements et ne maîtrise plus la recrudescence de l’insécurité. Les « dahalo » sont habituellement plus nombreux que les Forces de l’ordre qui interviennent. Pour ne citer que ce qui s’est passé la semaine dernière à Belo sur Tsiribihina où 105 « dahalo » ont attaqué un village selon le député Rakotozanakolona Paul. Pour sa part, la députée d’Ambatondrazaka Andriamasimanana Auréline a mis la pression sur les ministres responsables de la sécurité en leur demandant d’avancer des solutions concrètes et à long terme contre l’insécurité. Selon ses dires, « les gendarmes et les policiers perdent leur temps à gérer la circulation en fouillant les papiers des véhicules et vérifier les casques des motards ». Une manière indirècte de remettre en cause la stratégie mise en place par les hauts responsables des Forces de l’ordre. Comme solution, les députés ont proposé l’augmentation du budget alloué aux trois ministères en charge de la sécurité. Tsimbazaza persiste et signe en réclamant la dotation d’hélicoptères aux normes, plus efficaces et plus puissants que les hallouettes, pour améliorer la lutte contre les « dahalo ». La suppression de certains départements ministériels, en l’occurrence le Secrétariat d’Etat auprès du Ministère Etrangères chargé de la Coopération et du Développement, ou encore, le Secrétariat d’Etat auprès du Ministère des Ressources Halieutiques et de la Pêche chargé de la Mer, a même été proposée. Cette rencontre entre les députés et les ministres responsables de la sécurité s’est déroulée dans un l’hémicycle clairsemé. A noter qu’un nouveau face-à-face Gouvernement – Assemblée nationale est prévu les 23- 24 novembre prochains.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada7 partages

Destination Madagascar : vif intérêt des touristes anglophones

Après deux expéditions menées à Madagascar, l’aventurier britannique, Ash Dykes devient l’ambassadeur de la Grande île auprès des touristes anglophones. La publication de ses voyages dans les supports médiatiques et sur les réseaux sociaux a en effet porté ses fruits.

«J’ai été contacté par une grande agence anglaise pour accompagner un groupe de douze touristes anglais désireux  de voir le pic bobby cette année. Et pour l’année 2018, une vingtaine de touristes anglais ont réservé auprès de la même agence pour une expédition à Madagascar», a avancé l’aventurier, hier, à Ampasamadinika.

L’image de Madagascar à redorer

«La promotion de la destination Madagascar se fait également par bouche à oreille. C’est pourquoi, nous avons demandé à Ash Dykes de devenir l’ambassadeur de la destination Madagascar auprès des touristes anglophones», a précisé le président de l’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM), Joel Randriamandranto.

La plupart des touristes anglophones en visite à Madagascar représentent seulement 5% de la totalité des arrivées touristiques. Et depuis l’an dernier, les professionnels du tourisme du pays sont en pleine conquête de ce marché potentiel. La nomination d’Ash Dykes en tant qu’ambassadeur auprès des touristes anglophones fait partie de la stratégie de l’ONTM pour redorer l’image de Madagascar à l’échelle internationale.

Riana R.

 

Midi Madagasikara6 partages

Abryanz style and fashion awards : Eric Raisina, en course pour le titre de styliste africain de l’année

Eric Raisina est en course pour devenir le styliste africain de l’année.

Un Malgache au plus grand évènement mode du continent africain. Eric Raisina, qui évolue sur la scène internationale depuis des années, a été sélectionné pour concourir à l’ASFA dans la catégorie « Fashion Designer of the Year(Africa) ».

Eric Raisina à la conquête de l’Afrique! Il  figure parmi l’un des rares stylistes malgaches à avoir déjà pu présenter ses œuvres sur les plus grandes scènes du monde : Paris, New York, Chine sans oublier l’Afrique. Cette nomination à l’Abryanz style and fashion awards se présente donc comme une consécration de son travail, surtout s’il est élu « styliste africain de 2017 » et espérons qu’il le soit. Quatre autres stylistes : Maki oh du Nigeria, Sheria Ngowi de la Tanzanie, Zeddie Loky du Kenya et Quiteria and George  de l’Afrique du Sud sont également en course pour la catégorie « Fashion Designer of the Year(Africa) ».

ASFA. L’Abryanz Style et Fashion Awards n’est autre que la soirée la plus glamour sur le continent africain. C’est une cérémonie de remise de prix qui célèbre et reconnaît les acteurs de la mode : stylistes, coiffeurs et maquilleurs, personnalités médiatiques en Afrique. Cet événement a lieu chaque année en Ouganda depuis sa cérémonie inaugurale en 2013. Le thème de cette année, « La mode africaine est l’avenir » vise à souligner le succès entrepreneurial de l’industrie de la mode africaine. Le public, pour cet évènement, est autorisé à voter pour le styliste pour qui il a eu un coup de cœur. Le processus de vote se fait via deux lignes officielles : www.abryanzstyleandfashionawards.com et sur les médias sociaux : Instagram et Twitter en utilisant #Asfa2017  #IChooseRaisinaAsfa2017. Les résultats seront proclamés le 08 Décembre.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara5 partages

Recettes douanières: Un surplus de 53 milliards d’ariary

Signature du contrat de performance, par un agent du service de la lutte contre la fraude en présence du D.G de la Douane, Eric Narivony Rabenja.

Les agents des douanes au sein du Service de la Lutte contre les fraudes douanières ont signé, hier, le contrat de performance. Un outil de renforcement de l’efficacité des actions douanières.

A deux mois de la fin de l’exercice budgétaire, la douane malgache affiche un bilan positif. Les recettes douanières enregistrent un surplus de 53 milliards d’ariary pour les recettes non pétrolières.

Meilleur efficacité. Une performance qui témoigne en tout cas de l’effectivité des réformes engagées au niveau de la douane malgache et qui s’illustre, par ailleurs par une réduction de 50% du délai de dédouanement au port de Tamatave. Par ailleurs, les contrôles ont visiblement porté de bons fruits puisque les amendes récoltées ont permis une augmentation de 300%. Parmi les outils qui ont contribué à cette belle performance figurent incontestablement  le professionnalisme et la rigueur des agents et cadres de la douane malgache. Lesquels s’engagent pour  une meilleure efficacité, à travers le contrat de performance qu’ils ont accepté de signer. Hier, c’était au tour des agents du Service de la Lutte contre les Fraudes Douanières de signer le  contrat de performance, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée au Colbert en présence du ministre des Finances et du Budget et du Directeur Général des Douanes Rabenja Eric Narivony.

Efficiences. Le contrat de performance est tout simplement un appel au professionnalisme et à la rigueur des agents de la douane. Il s’agit en quelque sorte   d’une action primordiale dans le processus de réforme de l’administration douanière. « C’est surtout un garant de l’amélioration des recettes douanières », a déclaré le D.G de la douane. « La signature de ce contrat par les agents renforcera l’efficacité dans nos actions, mais aussi l’efficience de nos réalisations » a-t-il poursuivi. Des efficiences qui ne sont cependant pas pour plaire à certains agents et même certains politiciens qui en arrivent à dire que le contrat de performance est un facteur d’augmentation des prix du PPN à Madagascar.  « Le domaine douanier est si complexe et sa responsabilité est si grande par rapport à ses missions  et on doit être très attentif dans l’atteinte de nos objectifs » selon toujours le D.G de la Douane.

Suivi des objectifs. En somme, le contrat de performance est un outil de suivi des objectifs, pour un meilleur respect des procédures et une réduction des anomalies à travers des tableaux de bord automatisés. Actuellement, le contrat de performance n’est plus un concept nouvellement introduit au sein de la douane malgache. En effet, le premier contrat de performance a été mis en place au mois de septembre 2016 pour les inspecteurs du Bureau Tamatave port ; inspecteurs  dont la plupart ont renouvelé la signature du contrat au mois de mai 2017.  Cette année également, un contrat  par entité  pour le Bureau des douanes Mamory Ivato a été mis en place.  A noter que la Banque Mondiale et Gasynet sont les partenaires techniques et financiers des réformes de l’administration douanière.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info4 partages

Approvisionnement en eau et électricité : intervention des experts français en exploitation de l’éne...

L’exploitation de l’énergie renouvelable s’avère une option intéressante face au problème des coupures électriques et d’approvisionnement en eau. Des investisseurs français œuvrant dans le secteur de l’énergie renouvelable ont proposé et expliqué l’exploitation de l’énergie renouvelable lors d’un séminaire sur l’énergie renouvelable et la proposition des solutions au délestage qui s’est tenu hier.
Le basculement dans l’utilisation de l’énergie renouvelable comme étant la solution pour améliorer un meilleur approvisionnement en courant électrique. D’après Olivier Jaomiary, Directeur général de JIRAMA, une telle intervention est très sollicitée dans le cadre d’optimiser l’approvisionnement, mais aussi, pour améliorer les offres aux abonnés. Les propositions des opérateurs français spécialistes en énergie renouvelable sont en parfaite adéquation avec les sollicitudes de la société.
Midi Madagasikara4 partages

Vendredi joli

Fandrama en maître de cérémonieDe la musique, du rythme et de l’ambiance des tropiques. Ce cocktail marquera l’ambiance qui se profile à l’horizon au Glacier Analakely. Après sa tournée dans le grand nord, Fandrama est de retour dans la capitale, apportant ainsi du « salegy migodro » Fandrama en maître de cérémonie, les habitués des lieux auront certainement de quoi danser en toute frénésie de 21h jusqu’à l’aube.

Le Kianjan’ny kanto au gré du rythme de Ry Kala vazoOn ne le redira jamais, l’histoire d’amour entre le public n’est pas encore prêt à se terminer. Privilégiant toujours les rendez-vous plus intimistes, elles seront au Kianjan’ny Kanto ce soir. Versant toujours dans le « modern-trad », leur virtuosité marque aussi bien que leurs looks colorés, mélangeant tendance et tenues coutumières.

Du folk vu par Zandry Gasy

Du « bagasy » et du folk règneront au Piment café Behoririka ce soir. Les mélomanes  reprendront en chœur avec la bande à Mbola Talenta les incontournables du répertoire malgache.  Entre les guitares acoustiques et les prouesses vocales, rien ne sera laissé au hasard.

Iraimbilanja rapporte son « Voan-dalana »

Suite à leur tournée à succès en France, la bande à Papaye retrouve le chemin du cabaret malgache. Les grands gaillards  du rock des années 80 donnent rendez-vous au Trass Tsiadana ce soir. Entre les tubes et les chansons phares, ils apporteront du « Voan-dalana », fruit de leur tournée en hexagone pendant tout un mois.

Ovation à « Ingahy Be » Tselonina

Serre à sera Ambolonkandrina reprend du service. Pour ce faire, c’est à Ingahy Be Tselonina que la scène reviendra le temps d’une soirée.  « Ravaomaria » et « Kala Nesy » renaîtront de leurs cendres et faire revivre l’atmosphère des années d’or du « vazo miteny ». Avec « Rainitse » en incontestable tête de liste dans le répertoire des chansons à textes.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Economie politique : Lancement de l’ouvrage « L’énigme et le paradoxe » hier

Les panélistes lors du lancement de « L’énigme et le paradoxe » (Copyright IRD).

L’histoire et l’économie politique de Madagascar constituent un cas spécifique, voire énigmatique par rapport à ses voisins africains et à l’Asie du Sud-est. Mireille Razafindrakoto, François Roubaud, tous deux économistes et statisticiens et Jean-Michel Waschberger, agrégé en Sciences sociales, ont planché dessus durant 23 ans. Ils ont présenté l’ouvrage « L’énigme et le paradoxe », fruit de leur dur labeur et de leur collaboration hier à l’Hôtel Panorama.

Edité conjointement par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) et l’Agence française de Développement (AFD), l’ouvrage a été lancé en présence de l’Ambassadeur de France, SEM Véronique Vouland A. D’autres personnalités du monde de la recherche et de l’enseignement étaient aussi présentes en tant que panélistes : Panja Ramanoelina, Président de l’Université d’Antananarivo, Désiré Razafindrazaka, Directeur du cabinet COEFF Ressources et Harizaka Rahaingoson. La présentation était captivante, étayée par des faits et le débat fut riche, tout à fait « loin d’une discussion de cafés de commerce » comme l’a dit avec humour F. Roubaud hier.

Enigme et paradoxe. Selon les auteurs, l’équation « énigme+ paradoxe » résumerait l’économie politique de Madagascar, ils ont développé ce concept sur 280 pages répartis en cinq chapitres. L’énigme tient du fait que Madagascar soit résolument unique économiquement en comparaison avec ses voisins africains, desquels il est séparé par une « brèche géante ». Le niveau de vie des Malgaches ayant chuté depuis 1960, malgré l’absence de « conflits majeurs ». Le paradoxe quant à lui relève du fait qu’à chaque fois qu’une croissance économique s’annonce, une crise sociopolitique survient pour « tout mettre à bas » selon les termes de F. Roubaud.

Relance. Pourtant la relance est possible, comme l’a martelé M. Rakotomalala : « La relance économique est possible, les facteurs structurelles sont là, mais ce qui manque c’est la consolidation et la considération de la participation citoyenne, la population fait figure de « grande oubliée » et des élites et des politiques ». Par ailleurs, retenu en France, J-M Waschberger était absent à la cérémonie d’hier. Mais il sera sûrement présent au lancement officiel sur Paris en salle Jacques Alliot 5, rue Rolland Barthes. Selon D. Razafindrazaka : « L’ouvrage apporte un éclairage percutant sur des évènements cycliques qui tendent à ralentir le développement de Madagascar ». A lire absolument.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Flash Eco

Selon certaines sources, le régime HVM aurait  récemment rejeté un projet de montage d’une huilerie dans la partie Nord du pays. Les raisons de ce refus seraient liées à la protection des intérêts d’une poignée d’importateurs de  connivence avec des proches de la Présidence de la République. Une aberration puisque dans les autres pays africains, l’on a recours à des investissements massifs dans le secteur agroalimentaire. C’est le cas notamment au Cameroun où l’on vient de procéder à l’inauguration d’une unité de production d’huile de palme dans la localité de Sombo, dans la région du Centre du pays.  D’une capacité de production de deux tonnes d’huile par heure, cette unité agro-industrielle a coûté près d’un milliard de francs Cfa. Elle est le fruit d’un programme de promotion de la culture et la transformation de l’huile de palme en Afrique centrale et de l’Ouest. Et ce n’est pas tout puisque le gouvernement camerounais annonce trois autres huileries du même type dans d’autres régions. A Madagascar, si la transition a mis à mort une huilerie, le régime actuel bloque les investissements et favorise les importations d’huile, une filière dominée par des opérateurs privilégiés.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada3 partages

Accident à Ambatolampy : Trois morts sur le coup

La série noire continue sur les routes nationales. Pas plus tard que dans la matinée d’hier, la RN7 a de nouveau été  le théâtre d’un tragique accident faisant 3 morts sur le coup et un blessé grave.

Un spectaculaire accident s’est produit à 4 km d’Ambatolampy. Une semi-remorque et une 4X4 Ranger Pick-up sont entrées en collision et a causé non seulement des dégâts matériels mais a également déploré trois morts et une personne grièvement blessée.

Pour un cauchemar, c’en est vraiment pour les occupants de la 4X4. Après avoir heurté violement par le camion, le Ranger Pick-up s’est fait par la suite écrasé. Et le choc a été tel que les deux voitures ont leur course dans le décor, plus précisément au fond d’un ravin.  La scène de l’accident fait froid au dos car les débris de verre et de carrosserie sont éparpillés sur la route.

Les circonstances de l’accident restent pour le moment floues, mais d’après les témoins, les freins de la semi-remorque ont lâché et du coup, le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule. Les deux conducteurs et un passager du Pick-up ont été tués sur le coup.

Un occupant du camion a pu être extirpé de la carcasse et a été rapidement conduit à l’hôpital d’Ambatolampy.

Du côté des gendarmes dépêchés sur les lieux, ils ont affirmé que seuls les résultats de l’enquête pourront déterminer  l’origine de l’accident. Ils ont ajouté que le rescapé sera interrogé dès qu’il soit remis de ses blessures.

Ando Tsiresy

Midi Madagasikara3 partages

Financement de l’électrification : Le vice-président de la BAD, Amadou Hott à Madagascar

Le vice-président de la BAD, Amadou Hott, reçu hier par le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona.

Le problème énergétique à Madagascar commence à être résolu pour de bon. Après l’augmentation de 60MW de la capacité de production pour le Réseau Interconnecté d’Antananarivo, c’est maintenant le vice-président  en charge de l’énergie auprès du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD), qui est en mission officielle à Madagascar. Accompagné de son conseiller, Dr Daniel Schroth, et du chargé principal des Opérations de la BAD, Nyaki Zangbula Kaningbi, la délégation de l’institution financière africaine a effectué hier, une visite de courtoisie auprès du ministre des Finances et du Budget, non moins gouverneur du Groupe de la BAD à Madagascar, Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona. Comme l’on s’y attendait, cette visite à Antaninarenina a permis aux deux parties d’aborder le suivi-évaluation de l’appui du Groupe de la BAD à Madagascar, et particulièrement leur soutien au secteur de l’Energie, qui revêt d’une grande importance pour le développement socio-économique du pays. En effet, l’amélioration de l’accès à l’électricité, ainsi que de la qualité de service lié à ce secteur d’activité reste encore un vrai casse-tête pour les dirigeants successifs de la Grande-île. Du côté de la BAD, résoudre ce problème fait partie de ses cinq priorités qui visent à : Éclairer l’Afrique et lui fournir de l’électricité – Nourrir l’Afrique – Intégrer l’Afrique – Industrialiser l’Afrique – et Améliorer la qualité de vie des Africains. Bref, avec cette visite officielle, on s’attend à plus d’intervention de la BAD dans le secteur énergétique.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Hauts-emplois de l’Etat : Encore 30 nouvelles nominations

Comme d’habitude, le conseil des ministres d’hier a été marqué par une vague de nominations aux hauts-emplois de l’Etat. Cette fois-ci, ils étaient 30 à en bénéficier. Ainsi, au niveau du ministère de la Justice, Andriamiseza Charles a été nommé Procureur Général près la Cour d’Appel d’Antananarivo. Cet ancien Garde des sceaux  succède ainsi à Jacques Randrianasolo. Pour le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture, il y avait eu quatre nominations dont celle de Razafimbelo Mirindra au poste de Directeur Général du Fonds de l’Elevage. Il y avait une nomination de chaque pour ministère de la Justice et le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Le record revient au ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures avec la nomination de 22 directeurs régionaux et d’un directeur du Développement des Infrastructures et de l’Energie Electrique. Pour ce qui est du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique, Mahasahy Christian Olivier est à la tête des Projets et du Partenariat auprès de ce département.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Ambodifilao : Ramatoa notifirin’ny mpanendaka tamin’ny « teaser »

Nitsirepirepy tanteraka ity renim-pianakaviana, noho ny herisetra nanjo azy. Notsatohana ireny fitaovana misy herinaratra mahery vaika ireny, na « teaser » izy ary teo imason’ny zanany vavy. Nikasa ny handeha haka bus teo Ambodifilao izy mianaka, no nataon’ny mpanendaka lasibatra ny harivan’ny alarobia teo. Lasa ny paoketra izay nisy ny karama vao nalaina. Ary toa efa fantatr’ireo mpanao asa ratsy mihitsy aza angamba izany matoa iny fotsiny no nalainy. Vola mitentina 460.000 ariary, raha araka ny fanampim-baovao azo, no tao anatin’ilay paoketra. Nifamonjen’ny olona teo ilay ramatoa izay nampalahelo loatra, satria herinaratra efa ho 10.000 Volts no niantraika taminy. Ny omby aza matetika torana rehefa kasohana amin’ireny fitaovana ireny. Efa misy manana izany indray anefa ny mpanendaka izay mazava hoazy fa manaraka teknolojia koa izany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

POESAM 2017 : Madagascar gagne le premier prix avec le projet Manzer Partazer

La proclamation s’est faite au Cap Afrique du Sud, aux AfricaCom Awards. Le projet malgache Manzer Partazer termine à la première place du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient (POESAM).

25 000 Euros ! C’est le financement obtenu par le projet malgache Manzer Partazer, grand gagnant du POESAM 2017. La bonne nouvelle a été annoncée lors d’une soirée organisée par Orange, le 8 novembre dernier, pour la publication de la liste des gagnants de la phase finale de son concours d’entrepreneuriat social. Les projets ont été choisis, au terme de délibérations de haute volée, par un jury de spécialistes du monde des affaires et des technologies de l’information et de la communication. En effet, le projet Manzer Partazer avait gagné le premier prix au niveau national, en octobre dernier. Selon ses promoteurs, l’objectif de cette start-up malgache est de réduire les déchets alimentaires en partageant les excès de nourriture émanant de restaurants, d’hôtels ou de supermarchés avec des organismes partenaires tels que des orphelinats et avec les populations nécessiteuses. Une plateforme collaborative permettra une communication directe entre les différents acteurs parties prenantes.

Gagnants.  Après celui de Madagascar, le projet City Taps du Niger est deuxième du concours et remporte la somme de 15 000 Euros, tandis que le projet eFret.tn de la Tunisie, en troisième place remporte la somme de 10 000 Euros. Outre ces récompenses pour les meilleurs, les onze finalistes du Grand Prix bénéficieront tous pendant six mois d’un accompagnement assuré par l’ONG Grow Movement et par des experts d’Orange. A noter que près de 1 200 candidats se sont manifestés cette année et ont investi beaucoup d’énergie et d’inventivité pour apporter des solutions innovantes à des problèmes très concrets. « Félicitations à tous ces entrepreneurs et particulièrement aux gagnants à qui je souhaite une belle réussite professionnelle » a indiqué Bruno Mettling, Président-Directeur Général d’Orange MEA (Afrique et Moyen-Orient), à l’issue de la cérémonie. Pour rappel, le projet malgache Majika a été élu par ​les internautes d’Entrepreneur Club « prix Coup de cœur du public ». Cette entreprise sociale facilite le développement économique des zones rurales en s’appuyant sur deux leviers : l’accès à l’électricité renouvelable et l’appui à l’entrepreneuriat rural. Majika opère une centrale électrique autonome et écologique dans le village d’Ampasindava.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

« Bar » tetsy Isotry : Notafihana tamin’ny poleta misy « silencieux »

Dimy lahy nirongo basy no nanafika ny toeram-pisotroana sady fivarotana enta-madinika iray tetsy Isotry. Ny alin’ny alarobia teo, tokony ho tamin’ny valo ora alina, no nitontona teo amin’ilay toerana izy ireo. Teo am-panomanana ny hanidy tsena mihitisy ny mpivarotra no nidiran’ireo tampoka tao anatiny. Ankoatra ny daroka, dia nitifitra koa izy ireo. Ny tena nahatalanjona, dia tsy nisy feo ny basy. Rehefa natao anefa ny fijerena ifotony, taorian’ny asaratsy, dia nisy bala tokoa. Voaporofo teo fa basy vita gasy no nampiasain’ireo andian-jiolahy. Basy vita gasy kanefa kosa nisy « silencieux », fitaovana izay tsy hahenoana ny feon’ilay fitaovam-piadiana. Lasan’ireo ny vola maty indray andro tao amin’ilay toeram-pivarotana. Mahatalanjona ny zava-nitranga satria dia misy mahavita koa izany io fitaovana tsy handrenesana feom-basy io. Ny basy vita gasy aloha dia efa voaporofo, fa tena efa voafehin’ny sasany ny manao azy. Ny « silencieux » indray izany no zava-baovao. Etsy andanin’izay dia manazava ity tranga ity, fa misy olona tsy mitsahatry ny manao fikarohana koa any ho any amin’ity fanamboarana fitaovam-piadiana ity. Mbola afaka manaporofo izany rahateo ny fahatrarana « chlorate de sodium » tany Atsimo, akora izay entina hanamboarana bala ho an’ny dahalo. Any ivelany ny olona toy izany dia havadika ho mpiasan’ny tafi-bahoaka noho ny fahaiza-manaony ary tsy gadraina velively, satria misy tombontsoa ho an’ny firenena ny fananana azy. Eto amintsika aloha hatreto dia mbola mijanona ho fahavalom-pirenena izy ireo, satria ny jiolahy no iraisany tsikombakomba sy omeny ny fitaovam-piadiana izay vita. Isan’ny mampirongatra ny asan-jiolahy izany zava-misy izany. Na izany aza anefa, dia mbola betsaka ny basy tena izy miparitaka ary tsy mety hita izay niaviany na koa tsy tontosa hatramin’ny farany ny fanadihadiana noho ny tahotra hifampisambotra. Tsy misy afa-tsy ny olon-tsotra ihany avy eo no mizaka ny vokatr’izany fiparitahan’ny basy noho ireo antony roa ireo izany.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Emission culturelle : « Mbarakaly » de nouveau sur le petit écran

Les têtes pensantes de Mbarakaly lors d’un point de presse.

Pendant 30 ans, l’émission culturelle phare de la télévision nationale a connu une absence momentanée. Dorénavant, « Mbarakaly » revient sur le petit écran dès ce dimanche

L’on se souviendra toujours de Mbarakaly, cette émission qui a fait des acteurs culturels de fidèles téléspectateurs de la télévision nationale malgache. Trois ou quatre fois par an, il faisait passer environ trois heures d’agréables moments aux passionnés de culture. Aujourd’hui, l’émission revient sur la chaîne nationale dès ce dimanche.

Place à la littérature. Pour ce grand retour, la littérature sera à l’honneur. Avec les membres actifs du Havatsa-Upem sur le plateau, Désiré Ramakavelo, Ipa et Hajaina Andrianasolo seront les intervenants entre les récitals poétiques et les chansons. Des récitals qui mettront en scène Fanja Andriamanantena, Rija Ramanantoanina, Paris, Anthonia et Renaud.  D’après Jacques Andriamahazosoa, réalisateur de l’émission, « cette première édition de 2017 rendra hommage à Abel Rakotozanany. De son vivant, il a beaucoup investit dans cette émission en traitant avec velléité chaque thème en leur donnant un aspect intelligent à différents sujets», confie-t-il.

Honneur donc aux ténors de la littérature malgache à l’instar de Dox, Jean Joseph Rabearivelo sans oublier Rado. Le tout agrémenté par les voix de velours de Fanja Andriamanantena et Rija Ramanantoanina, sans oublier les plus jeunes comme Paris, Anthonia et Renaud.

D’après Patrice Rabe, acteur culturel « c’est à travers Mbarakaly que les grandes vedettes de la musique, les écrivains, les comédiens, les peintres et les sculpteurs se sont fait connaître du grand public. D’autres émissions ont vu le jour par la suite à la télé, mais elles n’ont pas eu la densité de Mbarakaly qui n’a pas été une simple chambre d’échos des rythmes en vogue. A la différence de ces dernières, Mbarakaly s’est toujours fixé comme objectif de faire connaître les talents en devenir et de mettre ainsi en valeur l’identité culturelle malgache. » Toujours en partenariat avec l’Office de la Radio – Télévision publiques de Madagascar, Mbarakaly  sera diffusée une fois tous les deux mois.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Iles éparses : Revendication adoptée en conseil des ministres

Le processus de la revendication des îles éparses a été abordé, lors du conseil des ministres, d’avant-hier, dont voici un extrait. « 11 ans après l’enclechement de son élaboration, le décret final définissant les lignes de base de Madagascar, y compris celles des îles Malagasy de l’Océan indien a été adopté, avant-hier, par le conseil des ministres…Ainsi des approches techniques et diplomatiques sont conjuguées avec endurance ». D’après le communiqué, le Secrétaire d’Etat chargé de la Mer (SEMer) dirigé par Dr Randrianarisoa Léonide Ylénia est résolu à remplir sa mission. Il est mandaté pour porter la politique de Madagascar relative à la revendication des îles Malagasy de l’Océan indien, à la mise en place de la planification spatiale marine et à l’institutionnalisation de l’économie bleue.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada2 partages

Secteur maritime : un système de base de données pour Madagascar

La création d’un système de base de données national est, désormais, l’objet d’une volonté officielle, après une mission dirigée par le Secrétariat d’État chargé de la Mer (SEMer) au pays. Désormais, toutes les données émanant des secteurs publics et privés, nationaux et internationaux, dont les activités touchent l’espace maritime de Madagascar, seront désormais compilées et gérées au niveau d’un seul système de base de données océaniques.

Avec un espace maritime deux fois plus grand que sa superficie terrestre, la Grande île  regorge autant d’importantes ressources marines que d’activités maritimes. Du coup, il est crucial d’en assurer la bonne gestion qui débute par la capitalisation des données.

Des objectifs un but essentiel

Les objectifs seraient de générer de manière fluide des données pertinentes, pérennes et appropriées aux besoins nationaux. Ce qui permettrait d’avancer vers la mise en place de la Planification de l’espace marin ou PSM, pour la Grande île. En effet, la PSM, une cartographie de l’espace marin et des activités économiques en mer, est un outil capital pour appuyer les prises de décisions.

Une approche à la hauteur des objectifs.

Equipé de logiciels performants et d’outils informatiques de haut niveau, le système est actuellement opérationnel. Les différents exploitants publics et privés de l’espace maritime de Madagascar, ainsi que les entités sources de données, ont été identifiés. Et un protocole de collecte de données a été élaboré. Il implique, d’une part, le SEMer et d’une autre, tous les fournisseurs de données (départements ministériels, institutions, organismes rattachés, secteur privé, ONG environnementaux et la société civile). Un engagement ferme est ainsi dressé entre les parties pour atteindre les objectifs.

Recueillis par Haja R.

Tia Tanindranaza2 partages

Sakafo tsy madio sy tsy voaaroMety hahafaty avy hatrany

Mety hahafaty ao anatin’ny fotoana fohy ny fihinanana sakafo tsy madio sy tsy voaaro. Anisan’ireny ireo hamidy eny amoron-dalana, indrindra fa ireo tsy mampiasa fitaovana toy ny vitrine mba hiarovana amin’ny loto.

Pati

L'express de Madagascar2 partages

Sports mécaniques – Course de RC  à Ankorondrano

Les passionnés de voitures radiocommandées se retrouveront à la zone Zital Ankorondrano ce dimanche, à l’occasion de la troisième manche du cham­pionnat de RC. L’évènement, organisé par la team Tia RC, porte l’appellation de 1er Rallye Tia RC Tour 2017.Au programme, du rallye tracé en formule course contre-la-montre, sur un tracé en terre dont la longueur peut aller jusqu’à 400 mètres. Juste à côté, une autre piste en terre accueillera un rallycross.Par définition, le rallycross consiste à placer quatre voitures sur la ligne de départ, qui doivent boucler six tours sur un circuit fermé. Le gagnant et son dauphin se qualifient pour le tour suivant. Ceux qui roulent sur de l’asphalte pourront, par contre, participer au run. Ici, deux machines s’affrontent sur une ligne droite de 50 mètres ou plus.

H.L.R.

Midi Madagasikara2 partages

Poule des As : La CNAPS Sport s’approche du titre

La deuxième journée de la phase retour de la Poule des As s’annonce décisive pour l’attribution du titre de champion de Madagascar 2017.

La CNAPS Sport tentera de confirmer ce jour, à Ampasambazaha, sa suprématie pour un nouveau titre de champion de Madagascar.

Pour l’instant,  tous les feux sont au vert pour permettre aux protégés de Arizaka Rabekoto Raoul de monter sur la plus haute marche du podium même si on ne se méfiera jamais assez de cette équipe d’Amparafa capable du pire comme du meilleur.

Cette dernière partira  cependant sur un lourd handicap si la déchirure à une cuisse de son buteur de service, Besona, venait à se confirmer. Car sans ce dernier, le HZAM perdrait aussi son âme voire son efficacité.

En face par contre, Tipe Randriambololona a toutes cartes en main et qu’il peut, le temps de marquer des buts, retirer ses cadres en prévision de la petite finale de dimanche contre Elgeco Plus. Étant entendu que ce dernier parvient à prendre la mesure du COSFA certainement diminué car il va nécessairement préserver la plupart de ses artificiers dont Nonot et Dimby en prévision de la finale de la Telma Coupe contre Fosa Juniors.

La logique des calculs en fait mais le football c’est aussi cela. Et Elgeco Plus la sait plus que d’autres car en cas de victoire contre le COSFA et que dans le même temps la CNAPS s’impose devant le HZAM, il va falloir qu’il arrive à gagner par trois buts d’écart. Autant dire une mission presque impossible car on verrait mal les caissiers lui faciliter la tâche.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Portrait : Natoa Rasolonjatovo, un jeune peintre à suivre de très près

Natoa Rasolonjatovo, un jeune peintre qui, à 19 ans, compte déjà dix ans de carrière à son actif.

A seulement 19 ans, Natoa compte à son actif dix ans de carrière. Retour sur le début d’un jeune prodige de la peinture sur verre.Le garçon est devenu un jeune homme! On se souvient de sa première exposition, il y a six ans! Natoa avait tout juste 14 ans. Passionné par la peinture, il avait déjà une certaine idée du style qu’il voulait adopter plus tard. Son professeur Rija Rambelo a d’ailleurs détecté ce plus qui le distinguait des autres. « Il était le plus jeune dans ma classe. Il avait seulement huit ans quand il était venu ici. Contrairement à beaucoup d’autres de mes élèves, il était là par choix et non parce qu’on le lui a suggéré ou on l’y avait inscrit. Il est très agile et captait rapidement. Il a du talent et ira certainement loin », avait-il confié à l’époque. Et il est effectivement allé très loin.En 2011, il reçoit le premier prix de la peinture au CGM. Il a également déjà participé au Tour régional de Madagascar après avoir bénéficié de la formation « Z’îles et Z’art ». Plus tard, le CGM lui attribuera la « Médaille d’art » pour ses multiples expositions individuelles dans ce centre culturel. Il y a quelques mois, il représente la Grande Ile au cinquième forum des métiers de l’artisanat de l’Océan Indien sur la place de la République à Mamoudzou. Sélectionné par la Chambre de commerce d’Antananarivo, Natoa y a exposé ses plus belles œuvres avec les quelques artisans locaux triés sur les volets, ceux de Mayotte et de l’Union des Comores.

Peinture sur verre. Autrefois passionné par la peinture à l’huile au couteau, Natoa, depuis quelques années s’est  tourné vers d’autres horizons et tente de nouvelles expériences pour se distinguer. « La peinture sur toile est devenue monnaie-courante. Si j’évolue dans ce domaine, je resterai dans l’ombre. Aujourd’hui, je suis sûr de faire de l’art mon métier et non une simple passion ou un passe-temps. Je veux aller au delà du classique et trouver le style qui me définit, qui fera la différence et qui fera que quand les gens voient une œuvre, ils reconnaissent de suite ma touche personnelle, ma signature ». Pas très sûr de lui à ses débuts, Natoa Rasolonjatovo se faisait aider par son professeur. Avec la pratique, il a fini par avoir confiance en lui. A 19 ans, le jeune homme sait exactement ce qu’il veut. Plus mûr et plus sûr de ses choix, le disciple de Rija Rambelo a aujourd’hui trouvé sa voie.

Dix ans de peinture. Cette année, Natoa Rasolonjatovo célèbre dix ans de peinture. Un évènement qui sera célébré à tambours battants au Tamboho Ambodivona le 17 novembre. Intitulé « Lokon’i Gasik’art », l’exposition mettra en avant des scènes de vie et paysages malgaches… sur verre, bien sûr. « Ce sera pour moi l’occasion de remercier tous ceux qui m’ont soutenu et accompagné tout au long de ma carrière ». Une aubaine à ne rater sous aucun prétexte pour tous ceux qui n’ont jamais pu apprécier les œuvres de Natoa Rasolonjatovo.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

El agency : Le casting continue demain !

Le jury, pour le second casting qui se tiendra demain au Live hotel Andavamamba, sera composé de cette même équipe.

Le premier casting a été une grande réussite ! Une centaine de candidats se sont présentés au Live hôtel mercredi pour tenter leur chance afin de devenir les nouvelles égéries d’El agency. Plus qu’un simple entretien, l’évènement a été un vrai spectacle mais surtout une occasion pour les candidats de se mettre dans les conditions réelles du métier. Ils ont effectivement défilé comme des pro avec en toile de fond show chorégraphiques avec Dih’Fusion (Krul’air fitness) et diverses animations avec Wik Kim prod et Malalanirainy. Comme lors de ce premier casting, celui qui se tiendra demain au Live Hôtel Andavamamba sera jugé par des professionnels, notamment Edou candidat au top model 2016, Franck Eder, expert en modeling, Hasina, Directrice Splendide Antanimena, Christina, Directeur et fondateur d’El agency Madagascar, Prada Mbimbe, styliste international, Stéphanie (artiste/chanteuse ) et Spear’o mic parrain du grand casting. Et bien évidemment, les partenaires : Jopra Collection, Fitiagape vision, le restaurant Chan fiah, DL visual, Queen mode, Tatou’s rent by Domoina, Manda sea food, Strelizia Antsirabe et Top Model Madagascar continueront encore de soutenir l’évènement.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Ambatolampy : Trois morts dans la collision entre camion et une voiture 4X4

Hier, un accident grave a eu lieu sur la RN7, soit dans le district d’Ambatolampy. La collision entre un camion semi-remorque et une voiture 4×4 de marque Ford a fait trois morts et un blessé grave. Le drame s’est produit vers 7 heures 30 du matin à Miadamanjaka, un village situé à 2 km à l’entrée de la ville d’Ambatolampy à partir de la capitale. Le poids lourd est sorti de sa droite pour finir sa course dans un ravin, les roues en l’air après avoir heurté la voiture tout terrain qui roulait dans le sens inverse. Après le choc, le camion est allé jusqu’à rouler sur la voiture 4×4 avant de chambarder dans le ravin. Ainsi, le tout-terrain a été réduit en un tas de ferrailles. C’est pourquoi, les deux occupants de la voiture ont été tués sur le coup.  Même sort pour le chauffeur du camion où une autre personne a été grièvement blessée. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui s’est chargé de l’opération de secours, il a fallu plusieurs heures pour extirper les victimes de ces deux véhicules. Le corps du chauffeur de camion n’a été récupéré que vers 16 heures. L’enquête a révélé que la Ford appartient au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. L’un de ses deux passagers est  un magistrat au Tribunal de première instance de Toamasina. Pour le moment, la cause exacte de l’accident n’est pas encore identifiée. Mais, la réalité fait penser à un excès de vitesse ou une défaillance au niveau du système de freinage du camion.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

FOP : Bancarisation des salaires pour identifier les fonctionnaires fantômes

Les parties prenantes lors de la signature de la convention hier.

La reforme de l’Administration rime avec la lutte contre les fonctionnaires fantômes au ministère de la Fonction Publique, de la Reforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales. C’est dans ce cadre qu’une signature de convention a eu lieu hier aux 67ha entre le ministère et la banque BOA. La convention renforce le partenariat entre les deux parties et cette fois-ci, ce partenariat facilite la bancarisation des salaires des agents de l’Etat. Le ministre de la Fonction Publique Maharante Jean De Dieu et le Président du Conseil d’Administration de la BOA étaient présents lors de la signature de cette convention. La présence de l’ambassadeur du Maroc a été également signalée.

Sécurité. « Le virement bancaire permet d’identifier les fonctionnaires fantômes. Il assure aussi la sécurité des agents de l’Etat qui peuvent en même temps mieux préparer leur retraite. », a souligné hier le ministre de la Fonction Publique Maharante Jean De Dieu. Avant de rajouter : « Je n’oblige pas les fonctionnaires d’opter pour le virement bancaire de leurs salaires. Je ne présente que les avantages de ce choix. » A noter que le gouvernement marocain accompagne actuellement Madagascar dans ses efforts pour la modernisation de l’Administration.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Rallye Tia RC : Le 3e tour ce dimanche au Zital

Le Rallye Tia RC Tour 2017 aura lieu ce dimanche 12 novembre 2017 à partir de 9h30 dans l’enceinte Zital Ankorondrano (Jumbo Score). Ce rallye est organisé par le Team TiaRC et compte pour la troisième manche du Championnat de Rallye RC saison 2017. La Team Tia RC, comme son nom l’indique, regroupe des passionnés de voitures et courses RC. Ils ont une page Facebook Team Tia RC avec toutes les informations du rallye ainsi que leur palmarès.  de ce côté-là, ils sont champion du rallye cross(FTX vantage buggy) – 2e manche du championnat RC le 30 juillet 2017 à Alasora ; 3e au classement général en rallye tracé (Mitsubishi Evo X) – 2e manche du championnat RC le 30 juillet 2017 à Alasora ; Champion rallye cross(Mitsubishi Evo X) – RC show organisé par Okalou au Skate Park Antanimena le 23 septembre2017 ; 2e au classement général en rallye tracé (BMW 320i) – RC show organisé par Okalou au Skate Park Antanimena le 23 septembre 2017. L’événement a déjà ses adeptes et une soixantaine de participants sont attendus. Déjà, près de 40 voitures sont inscrites. Outre la compétition de Rallycross et Rallye tracé, le concours de Run vient de faire son apparition. A dimanche.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Vaccination contre la peste ! : panique générale dans la capitale

Des rumeurs à propos d’une vaccination  en milieu scolaire à Ambohimangakely et Ambohimanambola mardi, se sont répandues comme une traînée de poudre. La psychose a atteint les habitants de la capitale où plusieurs établissements ont été désertés bien avant la fin des cours.

Les Tananariviens en effervescence. Pris de panique face à un soi-disant vaccin contre la peste administré aux élèves dans les écoles, des parents se sont rués dans les écoles hier pour récupérer leurs enfants en plein cours. Coûte que coûte, ces derniers ont usé de tous les moyens pour sortir leurs enfants de l’enceinte de l’école au plus vite, comme si les dangers sont déjà réels.

Certains sont même allés jusqu’à défoncer les portails des établissements pour sortir leurs enfants de la salle de classe, comme c’était le cas à l’EPP Ambohipo, où les cours ont dû être bouclés avant l’heure pour éviter d’éventuelles troubles, portant atteinte à la sécurité de l’établissement, selon les explications de l’un des enseignants.  Ce dernier d’ajouter qu’aucun élève ne s’est pointé dans l’après-midi.

«C’était également le cas à l’EPP Anosibe et Ankadindramamy ou encore au CEG Antanimbarinandriana et 67 Ha, où des portes ont été détruites suite à la bousculade des parents», a informé le chef de la Circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo Renivohitra, Harisoa Ramasy Rakotozafy, lors d’une conversation téléphonique.

Ayant débuté dans la matinée dans des écoles sises à Ambatomaro, cette rumeur s’est vite répandue par la suite dans les établissements environnants, notamment à Mahazo, Ankadindramamy, Avaradoha, Manjakaray jusqu’à Antanimena, Isotry, Ampitatafika… bref, presque dans tous les quartiers dans la capitale.

Rumeur

Les responsables au sein de la Gendarmerie, le ministère de la Santé et le ministère de l’Education nationale (Men) ont eu la même version sur cette affaire. Via des communiqués, ces derniers ont démenti la fausse information relative à la mise en œuvre de vaccination contre la peste dans les écoles.

«La rumeur sur un déploiement de personnel médical et militaire dans les établissements pour cette cause est tout à fait infondée. D’ailleurs, aucune vaccination contre l’épidémie de peste n’est pas encore en usage dans le pays», a indiqué le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andrianarivo dans une interview.

Le Men, via le directeur des Technologies d’information et de communication, Serge Thierry Tsitohara, a appelé les parents au calme et va entreprendre des mesures strictes pour mettre fin à cette situation qui n’a pas manqué de générer de trouble à l’ordre publique.

«D’ores et déjà, des contrôles strictes seront menées dans les écoles. L’entrée dans les établissements est réservée uniquement aux élèves et aux parents», a-t-il fait savoir. Aucune suspension des cours n’est envisagée.

Fahranarison

Des forces de l’ordre vont quadriller les écoles

La préfecture de Police d’Antananarivo a déclaré avoir déjà tracé la piste des personnes malintentionnées qui ont répandu ces rumeurs sur la vaccination anti-peste dans les écoles, qui sont passibles de sanctions exemplaires. En attendant les résultats de l’enquête, les responsables incitent le public à observer le calme. Il n’y a rien à craindre dans la mesure où des éléments des forces de l’ordre seront déployés à partir de ce jour pour quadriller les écoles , a souligné le Préfet de police d’Antananarivo, le Général Angelot Ravelonarivo.

News Mada1 partages

Academie de valiha : Hary Razafindrakoto, défenseur de la valiha

Tous les samedis, l’académie de valiha propose des formations et recherches sur cet instrument de musique typiquement malgache. D’après Hary Razafindrakoto, le responsable de formations, les premiers cours se tiendront, le 2 décembre prochain, au lycée privé Daniel sis à Andravoahangy Ambony.

En 2004, l’académie de valiha est devenue membre du club Unesco à Madagascar. «Notre objectif n’est pas seulement d’apprendre cet instrument mais surtout de valoriser la culture malgache, que ce soit au niveau national ou international», a expliqué Hary Razafindrakoto.

En effet, l’académie ne se contente pas d’utiliser les manuels anciens, en se basant sur l’oreille musicale, mais se focalise surtout à la maîtrise des solfèges et partitions. «Avec ce langage universel de la musique, plusieurs morceaux malgaches sont mieux promus à l’international.  Ainsi, nous avons pu vulgariser à la fois notre musique ou notre culture, en gardant fidèlement le rythme bà gasy», a-t-il ajouté.

Le sodina au programme

L’année dernière, l’académie de valiha a formé 45 étudiants, dont le plus jeune est âgé de 12 ans. «La formation se tient pendant neuf mois. Ce petit apprenant est actuellement en phase de recherches», a-t-il ajouté. En fait, l’Académie propose aussi d’autres matières, entre autres, l’historique de la valiha et surtout son évolution. «Prochainement, nous allons intégrer  le sodina, ou flûte malgache, dans le programme», a affirmé notre interlocuteur.

La musique dans le sang

Entouré d’une famille de musiciens, d’un père guitariste et d’un frère qui joue de la valiha, Hary Razafindrakoto a commencé à en jouer dès l’âge de 9 ans. Notons que son frère dénommé Jean- Jacques Rakotondrazafy était le compositeur de l’indicatif de la Radio nationale malgache (RNM).

«J’accompagnais régulièrement mon frère et le professeur Ratsimamanga et depuis, je me suis encore plus imprégné dans ce monde. Le professeur m’avait initié à l’histoire et à la passion de l’art et la culture malgache», a-t-il souligné. Ayant effectué des études supérieures en malgache et en musique, il est devenu par la suite enseignant chercheur à la Faculté des Lettres

et des Sciences humaines (FLSH) à Ankatso. Hary Razafindrakoto continue toujours actuellement ses recherches et désire les partager sa passion, afin de promouvoir davantage la valiha.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

International contemporary art exhibition : un appel à candidatures lancé

Organisée par l’association International contemporary art exhibition, la 14e édition de l’exposition internationale en la matière  se tiendra du 28 novembre au 10 décembre, à Hangshou en Chine. Ainsi, elle lance un appel aux artistes intéressés à participer à cet évènement.

Selon le communiqué relatif à cet évènement, cette année, les organisateurs se focaliseront davantage sur les artistes venant de la région sud-ouest de l’Afrique, de la zone océan Indien, c’est-à-dire, l’Afrique du Sud, les Seychelles, La Réunion, l’île Maurice, les Comores et Madagascar. A titre de rappel, lors des précédentes éditions, 85 artistes issus de 25 pays, entre autres Thaïlande, Malaisie, Indonésie…, ont exposé leurs œuvres.

Les détails sur le dépôt de candidatures sont visibles sur la page facebook de l’Is’art galerie. Les artistes intéressés devront ainsi fournir une biographie et surtout, un portfolio des œuvres déjà réalisées. Ce sera donc une bonne opportunité de partages et de rencontres avec les autres artistes des quatre coins du monde.

Holy Danielle

News Mada1 partages

Mondial de pétanque : Madagascar écrase le Maroc

Début mitigé de l’équipe féminine malgache au championnat du monde de pétanque qui se déroule à Kaihua, Zhejiang County en Chine du 8 au 12 novembre.

D’entrée hier, Madagascar a été malmené par le Cambodge sur le score de 6-13 avant de se rattraper de la plus belle manière au second round contre le Maroc. En effet, l’équipe nationale malgache a étrillé sur la marque sans appel de 13-0 les Marocaines, faisant d’elle, une des rares équipes à réaliser cet exploit. Outre la Grande île, la Tunisie, la Thaïlande, l’Angleterre et la Suisse ont également réalisé un tel score au deuxième tour. Mais seule, la Tunisie l’a fait deux fois de suite.

Au tir, la Grande île représentée par l’inusable Cicine Randriambahiny s’est qualifiée pour le tour suivant en terminant à la cinquième place. La grande dame de la pétanque malgache, après cinq épreuves de tir, a totalisé 33 points derrière le Cambodge (46 points), l’Algérie (35 points), l’Italie (35 points) et l’Indonésie (34 points), malgré un zéro pointé à la deuxième épreuve.

Naisa

 

News Mada1 partages

Basket : l’Afrobasket U18 et la NBA Junior ligue, en ligne de mire

Les bonnes nouvelles fusent. Après une saison 2017 prolifique, celle de 2018 s’annonce plus prometteuse que jamais pour la Fédération malgache de basket-ball (FMBB). L’annonce a été faite par le président de la fédération, Jean-Michel Ramaroson hier au Cemes Soanierana lors de la réception des médaillés de bronze officielle des médaillés de bronze à l’issue de la Coupe d’Afrique de la Fiba 3×3 au Togo.

La FMBB ne lâche rien ! Une fois de plus, en vue de la nouvelle saison, elle prévoit de réitérer ses exploits des années précédentes en matière de compétition. En effet, d’après les déclarations de son président, Jean-Michel, une candidature de Madagascar pour accueillir un Afrobasket n’est pas à écarter.

«Après l’île Maurice qui a accueilli l’Afrobasket U16 garçons cette année, nous prévoyons d’abriter le championnat d’Afrique U18 garçons, l’année prochaine», a déclaré le président de la fédération. L’accueil de cet événement continental est dans les cordes de la FMBB, rompue à cet exercice après cinq Afrobasket organisés dans les règles de l’art à Madagascar. D’ailleurs, l’organisation d’une compétition africaine à succès est devenue la marque de fabrique de l’équipe de Jean-Michel Ramaroson. Mais encore, faut-il que la Fiba Afrique soit d’accord sur la tenue de cette joute africaine dans la Grande île.

Aux couleurs des franchises

Réputé pour la qualité de sa pépinière, grâce aux efforts déployés par FMBB, Madagascar est dans le viseur du plus grand championnat de basket au monde qu’est la Ligue nord-américaine, communément appelée NBA.

Dès la saison prochaine, la Grande île pourrait être la bénéficiaire du projet de masse de la NBA en Afrique. «Les sept ou huit pays africains les plus réputés seront bénéficiaires de ce projet», selon le président de la FMBB. Mais la tâche est laborieuse. «Les 30 franchises qui existent en NBA doivent d’être représentées par 30 écoles primaires de la place. De ce fait, il va falloir trouver des écoles capables de supporter ce grand projet.»

Naisa

 

News Mada1 partages

Sava : les victimes de Moratsiazo exigent réparation

Le litige foncier de Moratsiazo, dans la commune urbaine de Sambava, continue de faire des vagues. Les autorités locales se rejettent actuellement  la responsabilité sur ce contentieux d’envergure face à la pression des victimes.

Plus d’un millier de sans-abri attendent des solutions des autorités locales à l’heure actuelle à Sambava, suite à la démolition de six centaines de maisons d’habitation résultant d’un litige foncier à Moratsiazo-Antaimby. La présence du maire Toto François sur les lieux n’a été d’aucun secours pour les délogés, lors de l’expulsion suivie de démolitions, puisqu’il a été assez explicite en leur déclarant ne pouvoir rien faire contre une décision de justice. Certains individus ont révélé que le député Zoky Vonjy, absent lors de l’évènement, a été parmi ceux qui ont incité les victimes à squatter ce terrain mais le parlementaire a nié les faits en interpellant le maire de Sambava à prendre leçon sur la situation qui prévaut pour procéder à une extension de la ville pour recaser ces marginalisés.

Des aides du député Zoky Vonjy.

Malgré les polémiques entourant l’affaire Moratsiazo, le député élu de Sambava a décidé de faire le nécessaire pour procurer des secours d’urgences aux sinistrés. Un de ses proches, Deonne Manjarivelo, a d’ailleurs démenti les assertions dénonçant l’immixtion de ce député dans cette affaire en révélant qu’il n’est intervenu que pour défendre, en tant que parlementaire, la population suite aux incarcérations ayant découlé du litige.

Ayant perdu le procès, la population de Moratsiazo-Antaimby exige réparation en revendiquant le remboursement des sommes versées pour l’achat du terrain et la régularisation des dossiers y afférents à certaines personnalités qui l’ont arnaquée en l’embarquant dans cette galère actuellement, en plus des dépenses dans l’aménagement du terrain et les constructions.

Manou

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fiangonana FM FOIHanatanteraka fotoam-pivavahana lehibe rahampitso sabotsy

Hanatanteraka fotoam-pivavahana lehibe ny fiangonana FM FOI rahampitso sabotsy 11 novambra. Manerana ireo fiangonana 180 eto Madagasikara no hanatanterahana izany ho fisaorana an’Andriamanitra noho ny fihenan’ireo olona matin’ny aretina pesta teto amintsika sy noho ny fahafoanan’ny valanaretina miandalana.

 

 Raha tsiahivina, nanatanteraka vavaka fifadian-kanina lehibe ity fiangonana iray ity nandritra ny firongatry ny pesta teo ho fiarovana ny ain’ny mpiara-belona. Tena nandaitra tokoa ilay izy tamin’ny ankapobeny ary samy nigoka tombontsoa ny rehetra. An-daniny, nisy ihany koa ny fitantanan’Andriamanitra manokana ity fiangonana iray ity ka nahafahany niaro ny mpanompony teny am-ponja ny pastera Benjamina, filoha mpanorina ny fiangonana. Raha tsiahivina, voaendrikendrika noho ny tany novidiany izay saika hanorenany trano fivavahana sy trano fitaizana zaza kamboty teny Fenoarivo ity pastera ity ka nanjary  tafiditra am-ponja nandritra ny 24 ora mihitsy. Efa nisy nivarotra  tamin’olon-kafa talohan’ny fiangonana FM FOI mantsy io tany io ka ireo tompony hafa  no nitory azy ireo. Rehefa nandinika anefa ny fitsarana, nanana taratasy ara-dalàna rahateo ny fiangonana dia afaka madiodio  i pastera ary efa manohy ny asany ankehitriny.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Antananarivo…

Antananarivo, ilay mirehitra jiroIarivo mamiratra tena fanilo.Tantara sisa no ahenoanao azyFa efa nosoloin’ilay delestazy.

 

Antananarivo ilay kapitaly

Milamina ery mirindra aok’izany,

Lovan-tsofina sisa, ambarao azy

Efa nahazo toerana ny embouteiazy.

 

Antananarivo, vohitr’Imerina

Ny hasinao va re mety ho tafaverina ?

Iarivo tsy foiko, lalaiko sy tiako

Lasa rakotra setroka maharikoriako.

 

Antananarivo, tanánan’i Jean kely

Maha te honina fony mbola kely.

Ankehitriny feno fako  sy masiso

Ny mpitondra sa isika vahoaka no diso ?

 

Midi Madagasikara1 partages

Salon international de l’habitat : La 19e édition du 16 au 19 novembre 2017

Le Salon International de l’Habitat 2017 se tiendra la semaine prochaine, selon les organisateurs.

La 19e édition du Salon International de l’Habitat et de la 3e édition de la Biennale des Arts de l’Océan Indien se tiendra la semaine prochaine au parc des expositions Forello Tanjombato. 120 participants seront au rendez-vous et présenteront plus d’une centaine de marques internationales, selon le président du Comité d’organisation, Michel Dominichini Ramiaramanana, de l’agence Première Ligne. « On pourra tenir cet événement reporté au 16 novembre, suite au retour à un certain ordre sanitaire dans le pays. Les 45 000 invitations professionnelles gratuites que nous avons déjà diffusées avant le report du salon sont toujours valables et utilisables sans contrainte », a-t-il indiqué. Pour les organisateurs, les sponsors et les partenaires de cette manifestation économique, le secteur de l’habitat et de la construction affiche actuellement un dynamisme réel ; et Madagascar devient actuellement le premier consommateur de ciment dans l’Océan Indien. Par ailleurs, outre le Salon international de l’habitat, l’agence Première Ligne a également présenté les cinq événements internationaux économiques et commerciaux qu’il compte organiser pour la saison 2018. Le salon Asia / Enjoy Madagascar se tiendra en premier, suivi de la Foire internationale de Madagascar (FIM), le Salon de l’Industrie de Madagascar (SIM), la Foire internationale de l’Agriculture (FIA), et la 20e édition du Salon International de l’Habitat (SIH).

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar1 partages

Hécatombe à Ankazobe – Les dommages et intérêts aléatoires

Les survivants et les familles endeuillées des fidèles de la FJKM, qui ont péri à Ankazobe, étaient absents lors du procès.

Un procèsà réveiller les morts. L’affaire sur l’embardée d’un «Boeing» à étage, ayant fait vingt-et-un morts et cent dix-neuf blessés à Soania­danana Ankazobe, en juillet, a été jugée, lundi. La partie civile a manqué à l’appel lors de l’audience, bien que cinq familles se soient constituées lors des poursuites. Une absence dont la répercussion a été décisive à l’issue du verdict.Faute de dommages et intérêts formulés, le tribunal de première instance  d’Ankazobe a préconisé une réserve, quant à la réhabilitation des rescapés ainsi que des familles des personnes décimées dans ce drame. Une source judiciaire explique, néanmoins, qu’ils peuvent faire opposition sitôt notifiés. Cette requête aura pour effet la reconsidération des réparations des victimes ainsi que des familles endeuillées, permettant ainsi au tribunal de statuer, le temps venu.Diacre de l’église protestante (FJKM) de Soavinan­driana, le chauffeur, à la fois propriétaire du mastodonte de marque Mercedes Néoplan impliqué dans cette hécatombe, a, pour sa part, écopé de deux ans de réclusion, assortie de deux millions d’ariary d’amende.

CondamnéAccusé de négligence ayant entraîné la mort de plusieurs personnes, ce quadragénaire est frappé de condamnation ferme. L’amende prononcée lui est, en revanche, infligée, pour défaut de papiers de son véhicule.Quelques jours après l’accident, le centre de sécurité routière de Madagascar a, en effet, crevé l’abcès en signifiant à l’opinion publique comme quoi l’acte de contrôle technique de ce géant des routes est expiré depuis le 28 février 2015. Les victimes de ce bus de la mort sont des fidèles de l’église protestante «Andon’i Hermona» Soavinan­driana, dont des scouts ainsi que des pèlerins de la section des jeunes chrétiens (STK). Dans la matinée du 31 juillet, ils allaient se rendre à la Ville des Fleurs pour un rassemblement national annuel. Mais leur périple a viré à la tragédie au point kilométrique 72 de la RN4.Des signes avant-coureurs, à l’instar des problèmes de passage de rapports de vitesse, ont saisi d’inquiétude ses occupants dès qu’ils ont emprunté la RN4.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar1 partages

Football – Barea – Fabien Boyer, la tour de la défense

Parmi les nouveaux éléments appelés chez les Barea, se trouve Fabien Boyer, défenseur central de l’US Créteil. Melvin Adrien, portier de l’AC Amiens, y figure également.

En plus de Marco Ilaima­haritra, à qui nous avons consacré une édition de notre quotidien la semaine dernière, deux autres nouveaux venus intègrent la sélection malgache pour la première fois cette semaine.Et ce, à l’occasion du match amical de ce samedi, à Paris, contre les Comores. D’un côté, on a Fabien Boyer, qui évolue dans la charnière centrale, avec son mètre 87 et ses 80 kg. Il joue pour l’US Créteil depuis 2016, en division National 1 français.Auparavant, il a disputé deux saisons avec Courtrai, en Belgique. Boyer a débuté sa carrière au club du Jura Sud, en France en 2010. Par la suite, il a joué pour les équipes de Rennes, d’Angers et de Châteauroux. À vingt-six ans, il bénéficie déjà d’une riche expérience. Au total, il a joué 149 matches jusqu’à aujourd’hui, dont 139 en tant que titulaire, en cham­pionnat et coupe de France ainsi qu’en championnat et coupe de Belgique.De l’autre, on a Melvin Adrien, un jeune gardien de but de vingt-quatre ans. Lui aussi dispose d’un bon physique, 1m83 et 84 kg. Comme Boyer, le portier a également joué en championnat belge. Il y a lancé sa carrière à Mouscron en 2013, où il est resté deux ans. Il est ensuite passé par Mulhouse, en France. Depuis 2016, il évolue à l’AC Amiens, en division National 2 français. Avec ces trois clubs, il a joué 42 rencontres au total.

NaturalisationPlusieurs nouveaux joueurs ont fait leur apparition dernièrement en équipe nationale, lors du match amical contre les Cranes ougandais, au début du mois d’octobre, et en vue de la rencontre de ce samedi contre les Cœlacanthes Comoriens. À cette occasion, penchons-nous plus profondément sur la question de la naturalisation des footballeurs, qui suit un système strict au niveau de la FIFA.En effet, si le nom d’Ilai­ma­haritra ne laisse place à aucun doute quant à ses origines par exemple, ce n’est pas forcément le cas des au­tres. Certains alors de s’interroger à ce propos.« Quand nous détectons un joueur à l’extérieur, il faut remonter ses origines, afin de trouver ses origines malgaches. Nous devons également nous assurer qu’il n’a pas encore joué en équipe nationale sénior pour un autre pays. Après, la validation finale se fait au niveau de la FIFA », souligne-t-on auprès de la Fédération Malgache de Football.Il se peut donc qu’un footballeur ait déjà évolué avec des sélections étrangères, dans les catégories d’âge inférieures. Mais s’il n’a pas encore intégré une sélection senior, il peut encore opter pour un autre pays.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Fonction publique – Des fonctionnaires fantômes à détecter

Les faux fonctionnaires engendrent une perte de près de soixante huit milliards d’ariary par an pour l’Etat. La bancarisation est préconisée pour y remédier.

Opportunité. La bancarisation des fonctionnaires est une occasion de repérer les fonctionnaires fantômes qui sont actuellement chiffrés à quelques dix-sept mille. Le ministre de la Fonction publique, de la réforme administrative, du travail et des lois sociales (MFPRATLS), Jean de Dieu Maharante, lors de la journée porte-ouverte sur la sensibilisation à la bancarisation des fonctionnaires, hier, a avancé ces chiffres tout en émettant quelques réserves. « Les statistiques font état de ces chiffres. Mais il pourrait y avoir de hausse ou de baisse rendant difficile  l’obtention du nombre exact vu l’impossibilité de le mettre à jour fréquemment. Les décédés, ceux qui sont partis en congé ou en retraite peuvent être inclus comme des fonctionnaires fantômes lors des recensements », a-t-il précisé.  « L’Etat perd six milliards huit cent millions d’ariary environ  tous les mois », a-t-il concédé. « La bancarisation aidera à distinguer les faux des vrais », a estimé le ministre responsable. En outre, le nouveau matériel informatique octroyé au MFPRATLS par la banque BOA Madagascar appuiera  les efforts de réforme lancés par ce département.

Bancarisation

La convention de partenariat signée entre le MFPRATLS et la banque BOA Madagascar permettra de remédier à ce nombre non évident. « Le pack fonctionnariat où dix privilèges sont proposés aux fonctionnaires, de même que les autres offres,  aideront à motiver les fonctionnaires à se lancer dans le système de bancarisation », a expliqué Alphonse Ralison, président du Conseil d’administration de la BOA Madagascar.  «La bancarisation des salaires aidera le MFPRTALS à distinguer les fonctionnaires de ceux qui ne le sont pas réellement. Elle constitue également une opportunité d’accès à des crédits pour pouvoir améliorer leur niveau de vie », a-t-il rajouté

La journée porte ouverte d’hier a été une occasion de faire connaître les différentes directions du MFPRALTS au public et une opportunité pour les fonctionnaires d’avoir de plus amples informations sur le système bancaire. « Tout ce qui concerne les crédits, entre autres, les intéresse. Et on leur fait savoir que les abonnés Airtel et Orange peuvent être reliés directement à leur compte BOA via SMS pour connaître leur situation de compte ou d’autres services », a précisé un agent commercial de la BOA Madagascar dans les locaux du MFPRATLS aux 67ha.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Boxe olympique – Gégé Bosco conteste sa destitution

Chacun se prend aux yeux de tous pour un dirigeant de la loi. La FMBO est l’une des cinq fédérations pointées du doigt par le comité olympique malgache, à l’issue de son assemblée générale du 27 octobre à Toliara.Selon le Comité olympique malgache (COM), la fédération devrait écarter de son comité directeur le vice président de la FMBO, Bernard Gégé Bosco Andria­manampisoa, qui est, depuis des années, radié à vie du monde de la boxe à Mada­gascar, d’après une lettre de l’AIBA (association internationale de la boxe amateur). Après huit ans d’absence sur la scène internationale, la sanction menace encore une fois de tomber sur la fédération, s’inquiète le président de la FMBO, Hery Mamy Rabarisoa.Ce dernier a annoncé qu’il devrait prendre bientôt la décision d’exécuter la recommandation du COM. « Nous étions sanctionnés par l’AIBA depuis 2009, après notre participation aux Jeux olympiques de Beijing. Ceci, suite à la destitution du président à l’époque, Johnah Rabelahy, dont Gégé Bosco a été l’initiateur », raconte Hery Mamy Raba­risoa. « Quand j’ai pris la présidence en 2014, personne ne m’a transmis ces dossiers lors de la passation… En plus, il est aussi poursuivi pour cumul de fonction, ce qui est interdit selon le statut », a-t-il poursuivi.Joint au téléphone, Gégé Bosco Andriamanampisoa persiste à dire que le COM n’a pas le droit de l’enlever de son poste. Pour lui, seule l’assemblée générale, c’est-à-dire les ligues, selon le statut, ont la compétence de prendre la décision de m’écarter.« Je ne crois pas en l’existence de la lettre de l’AIBA. On m’a dit, en 2014, que je ne suis pas éligible car je n’avais pas les expériences de plus de quatre ans au sein d’une structure fédérale, juste pour m’éliminer », a-t-il poursuivi. Ce numéro deux de la fédération a rappelé que c’est le président Hery Mamy en personne qui l’a sollicité à réintégrer et à appuyer la présidence de la fédération.« Des gens qui veulent créer la tension entre Hery Mamy et moi, pour pouvoir mettre en place plus tard un comité ad-hoc dans le but de m’éliminer », conclut-il.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Adduction d’eau – Des motopompes pour la Jirama

Le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a remis à la Jirama trente groupes électropompes de surfaces hier, à Mandroseza. Ces équipements seront utilisés dans différentes localités du pays, entre autres, Moramanga, Ambatondrazaka, Moron­dava, Taolagnaro, Antsirabe, Betroka. « Ils seront utilisés pour les travaux de réparation en cas de panne mais également pour la mise en place de nouveaux systèmes d’adduction d’eau potable », précise le ministre Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.Vingt quatre groupes électropompes de trente sept kilowatts chacun peut aspirer de l’eau de débit de100 m3 par heure, et les six autres motopompes de 7,5 kilowatts peuvent, chacun, aspirer de l’eau de débit de 40 m3 par heure. Cette donation permet ainsi d’apporter une solution d’urgence aux problèmes d’adduction d’eau potable rencontrés par la population. Actuellement, le taux d’accès à l’eau potable est encore très faible. D’après les explications du directeur général de l’Eau, Nirina Andriavelojaona, « 25% de la population seulement ont accès à l’eau potable ».

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Moramanga – Deux bâtiments du district reconstruits

Les actions sociales d’Ambatovy continuent. La société minière vient de remettre officiellement, la semaine dernière, deux bâtiments au district de Mora­manga. La réalisation de ces travaux a été le fruit d’un partenariat entre le District de Moramanga et la société Ambatovy. La société minière a apporté son soutien financier dans la reconstruction de ces infrastructures endommagées suite au passage de deux cyclones, en 2012. Elle a pris en main la totalité du budget de reconstruction des deux bâtiments. Les coûts liés à l’étude du projet, le contrôle des travaux ainsi que la démolition des anciens bâtiments ont été pris en charge par le district de Moramanga.« Ce projet de reconstruction de deux bâtiments annexes aux bureaux du District de Moramanga, d’une valeur de plus de 95 millions ariary, est mené en faveur de la communauté afin de faciliter l’accès de tous à des services d’administration de qualité », a souligné le Vice–Président en charge du développement durable d’Ambatovy, Philippe Beaulne.Les nouveaux bureaux annexes vont, entre autres, accueillir les différents Services techniques déconcentrés et les Arrondis­sements.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

L’an prochain à Jérusalem

C’est ce jour, 10 novembre, que devrait être entérinée l’élection d’Audrey Azoulay, à la tête de l’UNESCO. The Times of Israël, du 15 octobre 2017, saluait son élection sans enthousiasme excessif : «Bienvenue en Israël, la nouvelle directrice française et juive de l’UNESCO ne changera pas immédiatement l’institution».

Le scepticisme des Israéliens s’explique par la multiplication des résolutions présentées par les pays arabes et adoptées par l’UNESCO. En juin 2012, l’UNESCO fait de l’église de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, un site palestinien. En octobre 2015, la décision 185EX/15, classe le caveau des Patriarches et la tombe de Rachel comme sites musulmans et ordonne de «retirer les deux sites palestiniens de la liste du patrimoine national israélien». En avril 2016, à l’initiative de plusieurs pays arabes, le conseil exécutif de l’Unesco adopte une décision sur la «Palestine occupée» visant à «sauvegarder le patrimoine culturel palestinien et le caractère distinctif de Jérusalem-Est». Le 7 juillet 2017, une initiative arabe fait classer le tombeau des Patriarches dans la Vieille Ville d’Hébron, en Judée, comme site palestinien sous le nom de mosquée d’Ibrahim. Le judaïsme, qui est né avant le christianisme lequel précède l’islam, considère pourtant comme ses Pères fondateurs Abraham, Isaac et Jacob, tous ensevelis à Hébron. Le 26 octobre 2017, une résolution sur Jérusalem-Est, portée par des pays arabes, évoque «l’Esplanade des mosquées», comme l’appellent les musulmans, et non «le Mont du Temple», comme l’appellent les juifs. Comble : les noms juifs sont mis entre guillemets.

Dans ses décisions et résolutions, l’UNESCO prend la précaution de toujours souligner «l’importance de la Vieille Ville de Jérusalem et de ses remparts pour les trois religions monothéistes». N’empêche, le 10 novembre 2016, l’évêque catholique Mgr Vincent Jordy, président du conseil épiscopal pour l’unité des chrétiens et les relations avec le judaïsme, écrivait à Irina Bokova, alors directrice générale de l’UNESCO, pour «dénoncer une résolution (qui) semble ignorer le lien du peuple juif et, en conséquence, de la tradition chrétienne, avec Jérusalem». Jérusalem et le temple de David achevé par son fils Salomon, en l’an 1000 avant J.-C., avant sa destruction par le roi perse Nabuchodonosor II, lors de l’exil des Juifs à Babylone, six siècles plus tard ; Jérusalem et le second temple, détruit par les Romains, en l’an 70. La mosqée al-aqsa est bâtie sur le sanctuaire du Temple de Jérusalem, le «saint de saints» où n’entrait qu’une fois par an, au Yom Kippour, le grand prêtre. L’an prochain à Jérusalem, avaient-ils l’habitude de se souhaiter, pendant les 2000 ans d’exil…

L’élection d’Audrey Azoulay, qui a promis de recentrer l’UNESCO sur ses missions culturelles, a également été accueillie avec fierté par l’association Essaouira-Mogador, au Maroc. Cette association siège à la maison Dar Souiri dans la Kasbah el Jadida, quartier conçu selon un plan rectangulaire en damier, à partir de 1863, à l’usage des commerçants musulmans, juifs et chrétiens. Son père André Azoulay (un Michaël Azoulay est rabbin à Neuilly-sur-Seine) est le président fondateur de l’association depuis 1992. Dans un discours d’octobre 2016, il disait : «La cité des alizés  a été, pendant le 19ème siècle, l’un des espaces culturels et spirituels phares où régnaient une convergence et une fraternité entre islam et judaïsme. C’est à Essaouira qu’islam et judaïsme ont eu la proximité la plus longue et la plus lucide, nourrie, modelée et façonnée par l’enracinement des identités de l’un et de l’autre».

L’ancienne Mogador et sa medina sont inscrites au patrimoine mondiale de l’UNESCO depuis 2001 : ville phénicienne, forteresse portugaise, port alaouite ouvert sur le monde, «port de Tombouctou» jusqu’au protectorat français. Hébron, ville de Cisjordanie, dans la région de Judée, une des plus vieilles villes du monde (3000 avant J.-C.), conquise par les Romains, aux mains des Croisés, ravie par les Mamelouks. Jérusalem, premier lieu saint du judaïsme, troisième lieu saint de l’islam. Appartenances emmêlées, revendications inextricables, terres de passions multiples : Jésus, Juif de Palestine, fondateur du christianisme…

Bernard Hadjadj, ancien Directeur de l’institution critique vertement l’UNESCO dans un article, «Résolution de l’UNESCO sur le mont du Temple : la France complice d’un mensonge» (lefigaro.fr, 2 mai 2016) : «l’UNESCO est atteinte de deux maux qui risquent de la perdre : le reniement et le déni. Reniement de sa raison d’être en fermant les yeux sur l’éducation à la haine de certains de ses États membres ; déni de l’histoire en amputant le peuple juif de son identité historique et culturelle».

La Science, l’Éducation et la Culture n’ont jamais été aussi indispensables contre l’obscurantisme. Il faudra que Madagascar, de nouveau élu au Conseil Exécutif de l’UNESCO, prenne garde à ne pas laisser instrumentaliser son vote.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

 

 

Midi Madagasikara1 partages

Système de santé : Audit national, pour une utilisation saine des médicaments

« Ny vahoaka salama ihany no afaka mamokatra » (« La productivité de la population dépend de leur état de santé »). Cette affirmation du Dr Clovis Razafimbelo, directeur de la cellule d’inspection des services de santé au sein du ministère de la Santé publique montre l’importance de l’achèvement de l’audit national. Un de leurs plus grands défis est la couverture santé universelle qui admet que tous patients ont le droit d’être soigné. Pour rappel, l’audit national est organisé par les directions de la cellule d’audit interne de tous les ministères de la Santé publique de Madagascar, depuis l’année 2000. Il consiste à revoir tous les systèmes et les structures de santé au niveau local du domaine sanitaire, à partir des Centres de Santé de Base de niveau II (CSBII), des hôpitaux et des services de district de santé. Plus exactement, la révision de toute organisation financière, mais aussi et surtout le contrôle des médicaments dans chaque centre de santé. « La santé du public dépend de la bonne gestion des médicaments, car de la santé de la population dépend sa productivité, à traduire, à terme, en développement », devait souligner le Dr Clovis Razafimbelo. Cette année, l’audit national a été lancé officiellement le 20 septembre 2017 et devait débuter le 3 octobre, mais épidémie de peste étant, il n’a pu commencer qu’avant-hier. « La première vague de personnels du ministère, préalablement formés effectueront des descentes sur terrain d’une durée de 15 à 20 jours », a conclu le directeur de la cellule d’inspection des services de santé.

Sariaka R. (Stagiaire)

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Natation : Saint-Michel fin prêt

La saison de peste finie (ou presque), la saison sportive reprend et la natation en fait partie. Le club de Saint-Michel aussi se positionne pour être toujours le club phare de Madagascar.

« De manière discrète, en prenant toutes les précautions, dans des cadres privés, nos nageurs ont repris les entraînements. Et comme cela reprend officiellement maintenant avec cette levée des interdictions par le ministère, tout va pour le mieux. Et comme chaque année, on vise loin. Evidement qu’on sera à la Réunion pour le meeting 2017 » a lancé Jaona Rabary, président du club.  Chaque club se retrouve sanctionné par l’interdiction d’ouverture des piscines et il s’agit d’être au top maintenant. Les Tananariviens ont déjà raté un mois et demi de chaleur pour l’utilisation sans chauffage des piscines. Il va falloir mettre les bouchées doubles. Saint-Michel reprend donc, et ouvre ses portes. Ses champions sont là à l’instar de Muriel Rabarijaona, les Rakotomavo, ou encore Johana Ramanitra. Mickael Rasolonjatovo lui assure en Inde en sport études. Les entraînements sont quotidiens sous la houlette de Aimé, Julien et Patrick. Même s’ils sont déjà érigés en club, ils prennent aussi de nouveaux membres, nageurs ou pas.

La prochaine compétition de la Réunion attend donc les nageurs. La fédération aura à valider la liste des partants suivant les performances mais aussi la capacité de chacun d’assurer le déplacement et la compétition.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Hippisme : Nabab, la surprise du chef !

La reprise de l’après peste a permis à Nabab, longtemps éloigné des pistes pour des raisons de santé, de renouer avec le succès.  Et quel succès car sous la conduite de Patrick Rakotoarivelo au sommet de son art comme l’atteste son doublé durant cette réunion de dimanche à Bevalala,  Nababa damné le pion à tous les ténors. Dans cette course phare de la journée, Nelly Fly sous la selle de Jean Baptiste Rakotohanja devançait à l’arrivée Kathy Pleasure confiée à Gilles Chezard Ralaivonitsara.

La première course de cette réunion fut enlevée par Hasta la Best de Fenohasina Ralaiarijaona tandis que la seconde qui servait de support au quarté a vu un quatuor composé dans l’ordre par Iambininah (Roger Randriamampianina), King of Star, Littisia et Nuage de Fanorona.

Madona remporta la troisième course avec l’aide de Jean Baptiste Rakotohanja avec une arrivée dans un mouchoir de poche.

Lolita Star fut exacte au rendez vous de la quatrième course en enlevant la victoire sous la poussée de Patrick Rakotoarivelo qui ne finit pas de nous étonner et qui briguera d’autres victoires lors de la réunion de ce dimanche 12 novembre à Bevalala.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Antsirabe : Tokantrano nisy nanafika, mpianaka voatsatoka antsy

Tsy any amin’ireo kaominina mihataka an’Antsirabe ihany no manjaka ny tsy fandriampahalemana amin’izao,  fa efa manani-bohitra koa ny jiolahy. Tokantrano  iray no nisy nanafika tao Amabavahadimangatsiaka, ny Talata 7 Novambra lasa teo. Ny nampametra- panontaniana ny maro d  dia ny hoe  tsy fianakaviana manan-katao akory ity nisy nanafika ity fa fianakaviana tsotsotra ihany satria mpampianatra no asan’ilay ramatoa. Mpianaka kely izy no iray trano. Ny varavarana no nopoirin’ny jiolahy, taitra izy mianaka raha naheno izany, ny andro rahateo efa maraindraina tokony ho tamin’ny 4 ora tany ho any, raha ny fanazavana. Nifoha ilay ramatoa ary nanontany sady namoha ny varavarana hijery izay olona nandodona atao an-tranony. Vao nivoha anefa ny varavarana dia lehilahy iray no  avy hatrany dia nidaroka no sady nisintona azy tany ivelan’ny trano. Niezaka niaro- tena ihany ilay ramatoa, saingy nitondra sabatra ilay jioalahy. Voatsindrona ny sabatra ny  hatok’ilay ramatoa sy ny faritry ny masony ka tsy afa-nihetsika firy intsony. Nivoaka ny  trano koa ity zanany raha naheno ny sakoroka, saingy ilay reniny efa mihosin-dra no hitany. Nifampitana tamin’ilay jiolahy koa ity farany, saingy naratra ny sabatra koa ny tànany. Nitsoaka nandositra anefa ilay jiolahy nony avy teo. Mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny Hopitaly ilay ramatoa mpampianatra hatramin’izao ary fantatra, fa hiakatrika fandidiana noho ny masony potsitra.

Andry N.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Pasitera Benjamina : Afaka madiodio tamin’ny raharaha nahavoarohirohy azy

Araka ny didy navoakan’ny tribonaly mahakasika ilay raharaha fisolokiana amina resaka tany, izay nahavoasaringotra ny Filoha mpanorina ny fiangonana Fmfoi, ny pasitera Benjamina, dia fantatra izao fa nomena fahafahana madiodio ity mpitondra fivavahana ity. Izany dia noho ny fahatsapan’ireo mpitsara, fa efa maty paik’andro ity raharaha ity, ka tsy mitombina intsony sy natsahatra ny fanenjehana ireo voatory tao anatin’izany. Raha somary hiverenena kely ny raharaha, dia nisy ny fitarainana tonga teny anivon’ny zandary Fenoarivo, mahakasika  fivarotana tany tsy ara-dalàna, izay nahavoarohirohy azy sy olona iray. Tany izay teny Fenoarivo ary efa vita fifanarahana ara-barotra ny taona 2008. Vita taratasy ara-dalàna sy efa nafindra tamin’ny tompony vaovao ihany koa ny taona 2016. Na teo aza anefa ireo porofo mazava ireo, dia naroso hatrany ny famotorana ary tonga hatramin’ny famonjana vonjimaika an’ity mpitondra fivavahana ity tany am-ponja izay. Ny ampitson’io ihany dia nentina notsaraina ary dia izao nafahana madiodio izao. Araka ny fanazavana azo, dia toa zary resaka iniana handotoana ity mpitondra fivavahana sy ireo fiangonana tarihiny ity zavatra nianjady taminy ity kanefa na izany aza dia tsy misy marina tsy natao hivoaka tokoa. Eo anatrehan’izay indrindra, dia hisy fotoam-bavaka lehibe ho fisaorana an’Andriamanitra, izay hataon’ireo mpino ao amin’ity fiangonana ity rahampitso, any amin’ireo fiangonana mahery ny 180 manerana ny Nosy, araka ny fanazavana azo. Hifarana amin’io ihany koa ilay fifadian-kanina notanterahan’ireo pasitera teo anivon’ity fiangonana ity. Anjara biriky ara-panahy amin’ny fiadiana amin’ny pesta izany.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Tout faire pour calmer les inquiétudes des parents

On ne pensait pas que cela pouvait arriver, mais le mouvement de panique qui s’est répandu hier dans toute la ville est symptomatique de l’état d’esprit dans lequel se trouve la population. Les habitants de la capita le sont aujourd’hui totalement fragilisés par toutes les épreuves qu’ils  ont traversées et sont sensibles à toutes les rumeurs qui peuvent se répandre.

Tout faire pour calmer les inquiétudes des parents

La manière dont le dossier de la peste a été traité par les autorités sanitaires n’a pas été des plus habiles. Ces dernières ont parfois agi sans discernement et ont pris des mesures strictes, mais elles les ont appliquées sans l’accompagnement psychologique nécessaire. Certaines maladresses ont indisposé les personnes approchant les centres de santé. Des traitements ont été effectués de manière systématique sans que les patients soient effectivement infectés. Dans ce contexte, la méfiance s’est installée et la population a  très vite été sensible à toutes les rumeurs. Cette rentrée scolaire après les vacances forcées a été un terreau fertile à ce genre de fausse nouvelle qui a provoqué cette panique d’hier. Cette psychose a d’autant plus pris qu’elle concernait les enfants. Finalement, il y a eu plus de peur que de mal, mais on imagine les bousculades et les véritables émeutes qui auraient pu se produire. Le communiqué du ministère de la Santé que nous publions dans notre édition d’aujourd’hui rétablit la vérité et ramène la situation à sa juste proportion. On se demande cependant pourquoi les autorités n’ont pas fait une campagne d’explications pour prévenir ce genre de rumeur. Ce n’est pas la première fois que des personnes manifestent une certaine hostilité contre des supposés membres du corps médical venus procéder à une vaccination contre la peste. La peur conjuguée à l’ignorance a fait son œuvre et cela a généré ce genre de réaction. Hier, elle fut d’une ampleur qui a surpris les responsables. La leçon doit être tirée et va certainement pousser ces derniers à rassurer les parents.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info0 partages

Amélioration du secteur sécurité : interpellation des Ministères concernés à l’Assemblée nationale

L’insécurité est une réelle menace dans le pays actuellement selon les députés. La complicité des gendarmes avec les bandits, le retard d’intervention des éléments de forces de l’ordre lors des attaques, l’insuffisance des moyens d’intervention, tout cela a été évoqué à l’Assemblée Nationale lors de l’interpellation des ministres concernés par la sécurité.
Les trois ministres concernés par la Sécurité, à savoir le Ministre de la Défense nationale, le Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale et le Ministre de la Sécurité publique ont été interpellés par les députés hier. Les attaques des bandits et les vols de bovidés se sont multipliés malgré la promesse du Chef de Gendarmerie nationale d’amoindrir les phénomènes d’insécurité selon le député d’Ambohimahasoa. Le député Jao Jean de demander du carburant et de véhicules pour pouvoir poursuivre les bandits. Le député de Betroka de dire également que certains des éléments de la gendarmerie sont complices des bandits et réclame à ce que des mesures soient prises. La rencontre de ces corps ministériels avec le gouvernement se poursuivra le 23 et le 24 novembre prochain.
Madaplus.info0 partages

Sécurité nationale : interpellation des Ministères concernés à l’Assemblée nationale

L’insécurité est une réelle menace dans le pays actuellement selon les députés. La complicité des gendarmes avec les bandits, le retard d’intervention des éléments de forces de l’ordre lors des attaques, l’insuffisance des moyens d’intervention, tout cela a été évoqué à l’Assemblée Nationale lors de l’interpellation des ministres concernés par la sécurité.
Les trois ministres concernés par la Sécurité, à savoir le Ministre de la Défense nationale, le Secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale et le Ministre de la Sécurité publique ont été interpellés par les députés hier. Les attaques des bandits et les vols de bovidés se sont multipliés malgré la promesse du Chef de Gendarmerie nationale d’amoindrir les phénomènes d’insécurité selon le député d’Ambohimahasoa. Le député Jao Jean de demander du carburant et de véhicules pour pouvoir poursuivre les bandits. Le député de Betroka de dire également que certains des éléments de la gendarmerie sont complices des bandits et réclame à ce que des mesures soient prises. La rencontre de ces corps ministériels avec le gouvernement se poursuivra le 23 et le 24 novembre prochain.
News Mada0 partages

Kamiaobe sy 4X4 nifandona – Ambatolampy : telo no maty nosikirina tao anatin’ny fiara potika

Nitrangana lozam-piarakodia namoizana ain’olona indray tao amin’ny fokontany Miadana kaominina ambanivohitra Manjakatompo PK 64 + 900, omaly tamin’ny 7 ora sy 30 mn maraina. Tao anaty fiolahana mampidi-doza amin’ny ankavian-dalana no nitranga ny loza. Fiara 4×4 marika Ford nentina mpitsara iray sy kamiaobe nitondra traktera ireto nifandona ireto. Avy aty an-drenivohitra ilay fiara 4×4 raha hiakatra aty an-drenivohitra kosa ilay kamiaobe. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, notrongisin’ilay kamiaobe nitondra traktera ilay fiara 4×4 ka voahitsakitsaky ny kodiarana. Nivadika tany anaty hantsana amin’ny ankavanan-dalana ilay kamiaobe ka lasa fisapisaka tao ambanin’ilay kamiaobe mihitsy ilay fiara 4×4. Vokany, maty tsy tra-drano ilay mpitsara. Naharitra ora maromaro ny nisokirana azy tao anaty korontambin’ny fiara. Potipotika tsy namantarana azy intsony koa ilay fiara 4×4 nentiny. Maty koa ny mpamilin’ilay kamiaobe. Mbola nosokirina tao anaty korontambin’ny fiara kosa ny roa lahy niaraka tamin’ilay mpamin’ilay kamiaobe. Avotra ihany izy ireo, saingy namoy ny ainy teny an-dalana hihazo ny hopitaly kosa ny iray. Manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitalin’Ambatolampy ny iray izay voa mafy eo amin’ny tongony.

Nanao izay ho afany tamin’ny fikarakarana rehetra tamin’ny famoahana ny razana sy ny fiambenana ny entana tao anatin’ny fiaran’ilay mpitsara ny zandary ao Ambatolampy.

Nitangorona vetivety rahateo ny olona raha nahita ity lozam-piarakodia ity.

Ao anatin’ny asan’ny zandarimariam-pirenena ny famonjena sy ny fiarovana rehefa misy trangana lozam-piarakodia toy izao satria misy rahateo ireo olona manararaotra mangalatra ny entan’ireo niharam-boina”, hoy hatrany ny fanazavan’ny zandary.

Nanamafy ny fanentanana hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena amin’ny tokony hitandreman’ireo mpampiasa lalam-pirenena mba samy ho mailo indrindra amin’ny fandanjalanjana ny hafainganam-pandeha hisorohana ny loza toy izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Sambava : saron’ny zandary ireo olona nahatrarana fitaovana fanamboarana basy

 Mitohy hatrany ny hetsika ataon’ny zandary amin’ny ady amin’ny fiparitahan’ny fitaovam-piadiana. Saron’ny zandary tao Ambodisatrana Sambava, ny herinandro teo ireo olona telo nahatrarana basy miisa sivy sy bala miisa sivy miampy ireo kojakoja hafa fanamboarana basy. Araka ny fanazavan’ny zandary, nahazo loharanom-baovao izy ireo fa misy olona manamboatra basy tsy ara-dalàna ao an-tampon-tanànan’i Sambava. Niroso tamin’ny fikarohana ny zandary ka nosavaina ny tranon’ireo olona ahiahina ireo ka tratra tamin’izany ireo fitaovam-piadiana voatanisa ireo. Noraisim-potsiny koa ireo olona telo niaraka tamin’ireo fitaovam-piadiana ireo. Basy lava ny telo raha basy PA vita gasy kosa ny enina miaraka amin’ny bala. Nogiazan’ny zandary avy hatrany ireto fitaovam-piadiana ireto.

Mbola eo am-pikarohana ireo olona mety ho mpiray tsikombakomba amin’ireto olona tratra ireto ny zandary. Mangataka fiaraha-miasa amin’izay olona manam-baovao hatrany ny zandary mba hahafahana misoroka dieny mialoha ny asan-jiolahy sy ny trafikana fitaovam-piadiana toy izao.

Jean Claude

News Mada0 partages

Orinasa lehibe iray ao Toamasina : nanjavona ny karaman’ny mpiasa iray volana

Aman-jatony maro ireo mpiasa tsy nandray karama tao amin’ny orinasa lehibe iray ao Toamasina izay manana ny foibeny eto Antananarivo. Nanjavona ny fiandohan’ny volana novambra teo ny karaman’ireo mpiasa ireo…

 

Nisy namaky ny biraon’ilay orinasa ao Toamasina ka nofatoran’ireo jiolahy ny mpiambina tao amin’ilay orinasa. Nahavariana ny mpanara-baovao tamin’ity raharaha ity anefa, misy alika vaventy iray voatokana amin’ny fanarahan-dia sy fiambenana ao amin’ilay orinasa, araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana. Tsy vitan’izay koa fa mpiambina efa za-draharaha amin’ny fiambenana orinasa no misahana izay fiambenana ao amin’ny orinasa. Ny loharanom-baovao hatrany no nahalalana fa ny faran’ny volana oktobra no tonga tao Toamasina ny vola karaman’ireo mpiasa anjatony ireo, saingy tsy niaraka tamin’ny vola kosa ny fahatongavan’ny taratasy fanefam-bola ka nandritra izay fotoana izay no nanararaotan’ireo olon-dratsy nanao ny halatra. Teo koa ny fisian’ny andro tsy niasana ny voalohan’ny volana novambra teo. Tsy mbola fantatra mazava aloha hatreto izay tompon’antoka tamin’ity halatra ity fa ny vola nanjavona tampoka no nahataitra ireo mpiasa ao amin’ny orinasa.

Mandeha ny famotorana ataon’ny mpitandro filaminana amin’izay mety ho tompon’antoka nahavita izao halatra bevava izao. Aorian’ny famotorana no hahafantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity.

Ankoatra ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana mahazo vahana indray izany izao ny halatra sy famakiana any anatin’ireny orinasa ireny.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Ankazomanga : mpivarotra rongony naiditra am-ponja

 Nidoboka am-ponjan, omaly rehefa avy natolotra ny fampanoavana ireo roa lahy voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanaovana trafikana rongony tratran’ny polisy teny Andraharo Ankazomanga, afakomaly. Fantatra fa raindahiny amin’ny fivarotana sy fanaovana trafikana rongony ry zalahy ireto, araka ny fampitam-baovao voaray. Lehilahy iray nahatrarana fonosan-drongony miisa 27 tamin’io fotoana io. Vao nahatazana ny fahatongavan’ny polisy anefa izy dia natsipiny tao an-tranon’olona iray tsy lavitra teo ilay rongony teny an-tanany. Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa tsy azy ireo rongony ireo fa mpivarotra fotsiny izy.

Fa lehilahy iray vao 17 taona koa no voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahenina eny Ambohimanarina niaraka tamin’ny fonosan-drongony marobe, afakomaly ihany. Nahatsikaritra ny fihetsik’ity lehilahy ity somary hafahafa ny polisy ka niroso tamin’ny fisamborana azy. Tratra tany aminy nandritra ny fisavana ireo fonosan-drongony maromaro tany aminy. Ao Ambohimanarina ihany ny mpamatsy rongony azy, raha ny fanazavany.

Miainga avy ao Ambohimanarina avokoa ny trafikana rongony miparitaka eto an-drenivohitra ankoatra ireo miainga avy any Atsimo.

J.C

News Mada0 partages

Fianakavian’ny Pr Zafy Albert : «Tsy misy idiran-dRajoelina sy i Hajo ny «Villa Elisabeth»»

Nivoaka amin’ny  fanginany. Nitondra fanazavana manoloana ny fivarotana ny trano  sy ny  tanàna,  Villa Elisabeth, ny fianakavian’ny  Pr  Zafy Albert, tamin’ny alalan’i Zafimahova Serge, teny Faravohitra, omaly.

 

Mazava ny  resaka. “Natao  ny 24 ny janoary 2014 ny sonia momba ny fifampivarotana. Tsy misy idiran’ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina, sy ny Praiminisitra lefitra Andrianainarivelo Hajo, izany. Efa niala amin’ny toerany fa lasa kandidà ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy miara-miainga izy. Tahaka izany koa  ny filoha am-perinasa, efa kandidà…  Tsy miaro befehatany izany fa anjarantsika  ny mahita ny tompon’andraikitra tamin’izany”, hoy izy  ireo.

Etsy andaniny , notsiahiviny fa efa taty amin’ny 21 septambra 2017 vao tonga  tany amin’ny tokantranon’ny  Pr Zafy ny solontenan’io orinasa nividy ny “Villa Elisabeth”  io  ary nanambara fa efa lasan’izy ireo  ny tany sy  ny  tanàna. Namaly izany ny filoha teo aloha, araka  ny  nitateran’ny fianakaviana  azy, fa tsy azy ny toerana ka tokony hiresaka amin’ny  fanjakana ireto nitonona  ho efa nahazo  izany. Nambaran’ny fianakaviana, araka nitaterana ny tenin’ny Pr Zafy, ihany fa tsy maintsy omena trano ny tenany amin’ny maha filoha  teo aloha azy.

Sarimihetsika fotsiny… 

 Nitohy taty amin’ny 2 oktobra teo ny raharaha. Nandeha nisaotra ny  filoham-pirenena ny fianakaviana ary voaresaka  ny “Raharaha Villa  Elisabeth”. “Ny ampitson’iny, naneho  hevitra ireo minisitra roa, misahana ny Vola  sy ny Fanajariana  ny  tany, ary nilaza  fa nofoanana ny fifampivarotana. Tsy mitombina anefa izany sady  tsy misy dikany satria efa misy “titre” ilay tany sy tanàna”, hoy  ihany  izy ireo. Manoloana izany, nahitsy ny fianakaviana nilaza  fa tokony ho  mpitory amin’ity  raharaha ity ny eny anivon’ny primatiora ary mandray an-tanana  izany ny fitsarana  tsotra. Ny resaka kolikoly indray kosa, halefa eny anivon’ny Bianco. “Sarimihetsika ny ankoatra izany  rehetra  izany”, hoy ihany  izy ireo.

Araka izany, ho tonga hatraiza  ny raharaha manomboka eto  indray?

Synèse R.

News Mada0 partages

Filankevitry ny minisitra : nomena toerana Andriamiseza Charles

Tsy very mandeha sady tsy mifanary ? Anisan’ny nisongadina tamin’ny filankevitry ny minisitra natao  teny  Iavoloha, afakomaly ny fanendrena samihafa mpiasam-panjakana ambony. Anisan’izany ny nanomezana toerana ny minisitry ny Fitsarana teo aloha, Andriamiseza Charles. Lasa tonia mpampanoa  eo anivon’ny fitsarana  ambony ny  tenany amin’izao fotoana  izao. Nesorina tamin’ny toerany ny  teo  aloha… Noho ny tenany anisan’ny nanenjika ny loholona Andriamandavy  Riana, niaraka amin’ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM)  tamin’ireny fihetsika  nitorahana sy fitarihana  vahoaka  teny amin’ny Bianco  ireny.

Etsy andaniny, anisan’ny mpiaro mahafatra-po ilay mpandraharaha, Razaimamonjy Claudine ity minisitra teo aloha  nomena  toerana  ity. Hifarana  tsy ho ela izany io raharaha io ?

Randria

News Mada0 partages

Villa Elisabeth : un enjeu politique ?

La vente du terrain où se trouve la «villa Elisabeth» continue d’alimenter les discussions. Elle est même devenue un enjeu politique.

L’affaire de la vente du terrain où se trouve une bâtisse accordée à l’ancien Président de la République Albert Zafy est devenue un enjeu politique. Et pour cause, elle est en train de dépasser le cadre juridique.

L’Etat était-il au courant de la vente du terrain dit «St Antoine IV» où la «Villa Elisabeth» est bâtie ? En dépit des annonces tendant à démontrer le contraire, tout porte à croire que c’est le cas, selon les informations recueillies. Pareil pour les proches de l’ancien Chef de l’Etat Albert Zafy.

En effet, contrairement aux annonces de l’un de ses proches, hier lors d’une conférence de presse, l’ancien Président de la République aurait été bel et bien au courant de l’existence de cette vente, et qu’il aurait même donné son aval. Il semble en effet qu’un accord sur la mise à disposition par l’acquéreur (à savoir la société «Prim immobilier») d’une parcelle de 700 m? afin d’y construire un nouvel «hôtel ministériel» a été contractée, par respect à l’ancien premier Président de la troisième République.

Il faut d’ailleurs préciser que le terrain en question a été vendu le 24 janvier 2014 par une société privée dénommée «Mada terrain» et que cette dernière avait cédé la propriété à la société «Prim immobilier» par acte notarié daté du 30  novembre 2016.

Récupération politique ?

A ce propos, le ministère auprès de la Présidence chargé de l’Aménagement du territoire et le ministère des Finances et du budget auraient aussi donné leur accord. C’est ainsi qu’une demande d’autorisation de construire a été établie auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo par la société «Prim immobilier».

Sur ce point, l’annonce des deux responsables du gouvernement face à la presse récemment de faire appel au Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) n’était qu’une manœuvre visant à apaiser la tension auprès de l’opinion. D’autant que, selon les textes réglementaires, notamment la loi 2008-014, l’annulation de l’acte de vente d’un terrain par un simple arrêté ministériel n’est pas conforme à la loi.

D’ailleurs, jusqu’ici, la suite de cette annonce n’est pas connue. Quoi qu’il en soit, il semble que des opportunistes tentent de récupérer politiquement  cette affaire pour se faire entendre.

D’après Serge Zafimahova, face à la presse hier, à Faravohitra, l’ancien Président de la Transition Andry Rajoelina n’est pas concerné par la vente de terrain, ni l’ancien vice-Premier ministre Hajo Andrianairivelo. Car le premier s’est concentré sur la passation de pouvoir avec son successeur, tandis que le second, candidat à la présidentielle, a démissionné de son poste depuis belle lurette.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Ambohijatovo : nahavory olona 40.000 ny « Hiragasy makotrokotroka »

Nahatratra 12 ny adin-kiragasy tontosa. 18 ireo tarika mpihiragasy nandray anjara. Tao anatin’ny telo volana nanaovana ny « Hiragasy makotrokotroka » tetsy amin’ny kianjan’Ambohijatovo, nahatratra 40.000 ireo mpijery. Anisan’ny manomboka mahazo vahana eto an-dRenivohitra ity zavakanto malagasy ity. « Na izany aza, tsy tokony ho amin’ny fotoan’ny fialan-tsasatra lehibe ho an’ny mpianatra ihany no hanatanterahana hetsika tahaka izao fa isaky ny faran’ny herinandro. Na tsy ho fifaninanana mitohy aza fa adin-kiragasy ifanandrinana tarika roa isan-kerinandro », hoy ireo mpijery hiragasy. Mbola olana anefa ny tsy fisian’ny kianja ankoatra ny etsy Ambohijatovo.

Fantatra fa hotanterahina, ny alahady 12 novambra, izao ny famaranana tafiditra amin’izao andiany faha-8 amin’ny « Hiragasy makotrokotroka » izao. Hifanandrina amin’izany ny tarika Rakotomandimby Jean-Pierre avy any Morarano Gara sy Rafaralahy Raymond avy any Ambatoantrano.

Marihina fa ny 1 oktobra no tokony ho nanatanterahana ity dingan’ny famaranana ity, saingy noho ny tsy fahafahana mivorivory vokatry ny fisian’ny pesta, nahemotra ho amin’ny alahady izao, manomboka amin’ny 10 ora maraina izany. Nomarihin’ny mpikarakara fa anisan’ireo kolontsaina sy zavakanto mitaiza ho olom-banona ny hiragasy.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Vokatra vaovaon-dry 3MA : haseho any Brezila, any Maraoka ary eto Antananarivo ny « Anarouz »

Ahitam-pahombiazana ny fijoroana amin’ny maha izy azy ny kanto ataon’ny tena. Manaporofo izany Rajery, izay anisan’ny mpikambana ao anatin’ny tarika antsoina hoe 3MA. Namoaka vokatra vaovao ity tarika ity, izay hoentina amina hetsika maromaro, avy eo, hampiakarina an-tsehatra, etsy amin’ny IFM Analakely.

Taorian’ny « 3MA », hivoaka amim-pomba ofisialy androany ny rakikira faharoa an’ny tarika 3MA, misy an-dRajery, Ballaké Sissoko (malianina), Driss El Maloumi (maraokanina). « Anarouz » ny lohatenin’ity vokatra vaovao ity, izay hampahafantarina mandritra ny hetsika maromaro any ivelany any : ny « Mimo festival », any Rio de Janiero, sy Olinda (samy any Brezila), manomboka androany hatramin’ny 18 novambra.

Avy eo, hoentina any amin’ny « Visa for music » any Maraoka, ny 22 novambra. Aorian’izay, tsy ho diso anjara amin’ny mozikan’ireto mpanakanto manana ny maha izy azy ireto ny eto Antananarivo. Hanolotra seho roa ny 3MA, ny 1 sy 2 desambra izao etsy amin’ny IFM Analakely.

 

Niorina teto Antananarivo

 Raha tsiahivina, ny litera voalohan’ny firenena niavian’ny mpikambana tsirairay, ny litera « m », no nahatonga ny anaran’ity tarika ity hoe 3MA. Ny mampiavaka ny tarika, samy mitendry zavamaneno misy tady izy ireo : valiha (Rajery), « kora » (boribory toy ny voatavo nozaraina roa sy misy tahony toy ny gitara, no tendren’i Ballaké Sissoko ary « oud », izay toy ny kabosy saingy mibontsina ny ao an-damosiny, no lalaovin’i Driss Al Maloumi. Niorina teto Antananarivo ny tarika ary azo lazaina ho  tompon’ny tsirin-kevitra tamin’izany Rajery.

 

Ahitana ny « lokon’i Afrika »

Ny taona 2008, namoaka ny rakikirany voalohany ny tarika, izay nampitondrainy ny anarany ihany, « 3MA ». Voalaza fa maneho ny fifamenoana, fifampiresahan’ny kanto avy amin’izy telo mirahalahy, ity vokatra ity. Tsy tazana ao ny fifampiderana na ny fiezahana hampisongadina ny iray na ny iray.

Tsy mifanalavitra fa mitohy amin’izay ihany ity rakikira faharoa ity, araka ny famintinana momba izany. Ahitana taratra ny mozika « niandohana » sy ny « lokon’i Afrika » eo amin’izay tontolon-javakanto iray izay ao amin’ity « album » vaovao ity. Efa ela ny naniriana ny ihaonan’ny Malagasy mpankafy mozika amin’izany tarika 3MA izany. Heverina sahady fa tsy hanam-paharoa ireo seho roa, hatao eto Antananarivo, ireo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Pitsana : des extraits affolent les cinéphiles

Horizon production concocte un nouveau film intitulé «Pitsana», une comédie incarnée par une jeune fille de petite de taille, d’où l’appellation «Pitsana».

Après avoir dévoilé la bande originale du film au mois d’octobre dernier, la maison de production ne cesse d’en divulguer la suite sur les réseaux sociaux. En quelques jours, les cinéphiles se lâchent et créent le buzz en partageant les extraits. Le jeu de rôle de l’actrice principale séduit plus d’un. Directe et spontanée,  elle joue sans artifice et pleine d’humour.

Actuellement, aucune information n’a été communiquée officiellement sur la sortie de ce film. En tout cas, il figure déjà parmi les produits phares d’Horizon production. Une page spéciale a même été créée sur les réseaux sociaux, depuis hier, où «Pitsana» répond à tous les commentaires des fans.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Le Glacier : hitondra vokatra vaovao i Fandrama

Mandritra ny fialambolin’ny zoma « manifika », anio alina etsy amin’ny Le Glacier Analakely, hitondra vazo sy dihy vaovao tsy mbola fantatry ny mponina eto an-dRenivohitra ny tarika Fandrama, raha ny fanazavan’ity mpanakanto manana ny maha izy azy ity. Anisan’izany ny gadona hoentiny hampitsinjaka mandritra ity « cabaret » ity izay hifangaroan’ny migodro sy ny salegy. Hisy hira vaovao hifanaraka amin’izany. Ao koa ny salegin’ampondra, ny salegy awoe, sns. Na izany aza, hahazo vahana ireo vazon’ny tarika Fandrama efa malaza sy efa fantatry ny maro, toy ny « Ataova arrosage », « Chouchou », « Tsy mampagnino » ary ny « Bonne année ». Amin’ny maha « cabaret » azy, hisy ihany koa ireo hira hafa mihetsika hoentiny eny an-toerana.

Nanome toky i Fandrama fa « hanomboka amin’ny 8 ora alina, ny ekipa iray manontolo mihitsy no hifarimbona hampitsonika tanteraka ny ambiansy eny amin’ny Le Glacier ».

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Chronique : danger du jeu de la vérité

Maitre ès ruse, aucun diplôme ne le sanctionne. De cette qualité on ne peut non plus s’en vanter, à être évidente elle en perdrait toute efficacité, et pourtant en leur for intérieur nombreux croient être des experts hors pair. A force de le croire on finit portant par sous-estimer les autres, et par s’autoriser à vouloir leur faire avaler tout et n’importe quoi. Dans ce registre de gros malins aiment à s’adonner au jeu de la vérité, sachant bien qu’il ne s’agit entre renards que de rivaliser de facéties : c’est à qui duperait l’autre. Il en est qui préfèrent se donner seuls en spectacle dans des one man shows pathétiques. La formule «rendez-vous», un soliloque sorte de mise en scène pour un jeu de la vérité résolument partielle et partiale : l’artiste seul choisit le sujet, pose les questions et fait les réponses. Les «rendez-vous du Président» ne font pas exception à cette forme d’exploitation malicieuse de la recette, ce qui ne leur évite pas le danger de mettre accidentellement à nu ce que le spectacle des vérités trompeuses cherche à cacher.

D’unique dessein la dernière livraison n’avait que justifier la chirurgie réparatrice au sommet du Sénat. Des causes de cette opération l’opinion en avait l’idée et s’est fait une raison, les explications contraires plus qu’à égarer le public se sont perdues dans des dédales alambiqués jusqu’à des aveux accidentels. Déjà par lui-même le titre du «rendez-vous» flingue une maladresse du passé, on ne rétablit qu’une situation déjà de guingois, dont ne sont responsables que les seuls qui n’ont pas eu en considération l’importance des enjeux que recèlent en tout domaine et à tout niveau les affaires publiques. L’adage pointe du doigt la volonté d’infliger à autrui un mauvais traitement, «qui veut noyer son chien l’accuse de la rage». Ce n’est pourtant pas faute à Honoré Rakotomanana d’avoir donné les gages d’un bon «nounours» jusqu’à exhiber le port d’une «cravate bleue» en guise de collier. Reproche : Il n’a pas été assez incisif pour suffisamment mordre le «sénateur» qui jusqu’ici a échappé à la vindicte de la majorité.

Lors de ce rendez-vous il est beaucoup question de logique. L’une de ces logiques réduit le parlement à ne servir que de chambres de bénédiction, propres à donner onction de légalité aux desiderata du Président. Toquade pour un nouveau régime, style royauté républicaine.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1931) : la peste à Madagascar (3)

(Suite et fin.)

Dans les débuts, lorsque l’Administration les obligeait ou les invitait à se faire vacciner contre la peste, ils se rendaient en foule à la vaccination. Mais actuellement qu’ils ont constaté que la vaccination antipesteuse n’est exigée que des indigènes seulement et encore de ceux qui ne sont point naturalisés, les Européens, les Arabes, les Hindous, les Chinois en sont exempts, que sur cent cas de mortalité par la peste, il y a rarement un cas atteignant les étrangers, dans leur simplicité, ils se disent : qu’est-ce que c’est que cette vaccination ? Nous préserve-t-elle de la peste ou nous donne-t-elle la peste ? Nous, qui sommes vaccinés, nous sommes seuls atteints tandis que les étrangers qui ne sont jamais vaccinés n’en sont jamais atteints.

Grâce à ces prescriptions maladroites inaugurées à Madagascar et appliquées uniquement aux indigènes non naturalisés, la méfiance règne actuellement au sein de la population malgache. Doux mais désabusés, ils regardent tout avec méfiance.

Lorsque l’épidémie de grippe s’est déclarée à Madagascar en 1919, tout le monde fut atteint, Européens, Hindous, Chinois, Arabes et Malgaches ; la grippe n’a pas choisi spécialement une race de préférence à une autre. Voilà une véritable épidémie. Les mesures sanitaires furent appliquées à tout le monde sans exception et bien vite la grippe a disparu totalement.

Actuellement, la peste persiste depuis dix ans. Que chacun tâche d’en découvrir les motifs.

Devant le piteux résultat obtenu pour vaincre la peste, en présence de la méfiance croissante des indigènes, pour l’honneur de la science médicale française et le bon renom de la France, nous invitons l’Administration de Madagascar :

1° Si la peste n’existe pas, à supprimer toutes les mesures sanitaires qui ne revêtant la plupart du temps que la forme de brimades et de vexations à l’égard des indigènes.

2° Si la peste existe réellement, à appliquer à tout le monde, sans exception, les mesures sanitaires et prophylactiques : Européens, Chinois, Hindous, Arabes, Malgaches naturalisés ou non, et non point aux indigènes non naturalisés seulement.

Auguste.

L’Aurore malgache

Vendredi 18 septembre 1931.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : Fiala-nenina

Nafana ny ady hevitra tao amin’ny Antenimierampirenena manodidina ny fandriampahalemana na ny marimarina kokoa momban’ny tsy fisin’ny fandriampahalemana. Niandahy niambavy nifaninana ny solombavam-bahoaka anome fanazavana mikasika ny horohoro iainan’

ny mponina ho henon’ireo minisitra tompon’andraikitra tonga nanatrika ny fivoriana. Inona indray moa no mbola mila itantaraina antsipirihany an’ireo etraketraka mahatsiravina isan-karazany miseho sy mitatao isan’andro eo amin’ny fiarahamonina na an-tanan-dehibe na any ambanivohitra. Araky ny hevitry ny mpitazana sasantsasany, fandaniana andro fotsiny ny fitaterana tranga izay efa tsy misy tsy mahafantatra. Araky ny filazan’ireo olona ireo, dia fanontanina mivantana no andrasan’ny mponina apetraky ny solontenany amin’ireo tompon’andraikitra momban’ny tetika pôlitika sy ny fampiharana an’izany mba ahafahan’ny mponina miaina am-pilaminana, fomba fiteny moa izay fa tsy tena hisy ny filaminan-tsaina raha mbola mitombo na mijanona toy izao aza ny vesatry ny fahasahiranana.

Na eo daholo aza izany dia tsy maintsy mitatitra ny zava misy ny solombavam-bahoaka. Iza moa no mahalala na tena tsapan’ireo nandray andraikitra ny fisehon’ny toe-draharaha. Iza no mahita sao sodokan’ny fiadakadanana eo amin’ny toerana nametrahana azy izy ireny ka tsy mahatazana ny tena marina aty anivon’ny fiaraha-monina. Mitaingina fiara anie izy takon’ny fitaratra matroka, toa sady miaro tena analavitra ny zava-misy no tsy mahita ny fahorin’ny vahoaka afa-tsy taratra manjavozavo. Alohan’ny fitakina aminy mba anao an’izay mety, tsy heri-po very maina no manery azy anokatra ny masony ahafahany ahatsapa ny vokatry ny adidy tsy vita.

Ny fialana bala mety ahitana arak’izay tiana, maro izay fialan-tsiny sy fanomezana toky mikasika ny fitondrana fiovana. Bodofotsy rovitra ela anefa izay namadibadihana azy izay, vao miha mitatra ny rovitra dia na tsy manana ahafahana anolona aza ve dia tsy mba tokony ho tonga saina momban’ny fanosohana ny rotika. Adidin’ny solombavam-bahoaka no mandodona ny governemanta, raha tsy manao izany ny Antemierampirenena dia tompon’andraikitra mpiray antoka na mpiara-mitsikomba amin’izay tsy mahavita azy.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : légal mais pas moral

Les révélations des divers «…papers» celles des «paradises papers» derniers en date, bouleversent l’opinion mais ont peu de chance de transformer la philosophie qui régente les relations mondiales basées sur l’hypocrisie à la recherche d’intérêts. Les plus avancés ont été attrapés mais comme l’annonce leur qualificatif ils ont accumulé de l’avance qu’il est utopique de vouloir les rattraper. Ils ont la loi pour eux, et disposent même des puissances occultes pour inventer des néologismes adéquats «optimisation fiscale» un luxe très lucratif mais hors portée des pas très riches.

 

News Mada0 partages

Loka “Entrepreneur Social Afrique” 2017 : voalohany ny tetikasa “Manzer Partazer”

Nahazo ny laharana voalohany eto Madagasikara ilay tetikasa « Manzer Partager », tamin’ny volana oktobra lasa teo. Fantatra kosa ny 8 novambra teo, fa mbola nahazo ny laharana voalohany aty Afrika ihany koa, tamin’ny fifaninanana eo amin’ny sehatry ny fandraharahana sosialy nokarakarain’ny Orange ny tetikasa.Nambara tamin’ny fomba ofisialy tany Afrika Atsimo fa naharesy lahatra ireo mpitsara, izay manampahaizana maneran-tany mikasika ny tontolon’ny ita sy ny serasera, ny tetikasa “Manzer Partazer”, ka nahazo ny lelavola 25.000 Euros. Tanjona amin’izy ity ny fanenana ireo fako avy amin’ny sakafo, amin’ny alalan’ny fizarana ireo sakafo mihoatra na tsy lany any amin’ireo toeram-pisakafoana, toeram-pivarotana lehibe, trano fivahiniana, sns,  ho an’ireo sahirana.Nahazo ny laharana faharoa ny tetikasa “City Taps” avy any Niger, izay nahazo ny vola 15.000 Euros. Fahatelo kosa ny tetikasa “eFret.tn” avy any Tonizia, izay nahazo 10.000 Euros. Samy mahazo fanohanana avy amin’ny ONG Grow Movement sy ireo matihanina avy amin’ny Orange kosa ireo mpifaninana 11 niatrika ny dingana famaranana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Poseam 2017 : 1er prix pour «Manzer Partazer»

Au terme de délibérations de haute volée, par un jury de spécialistes du monde des affaires et des technologies de l’information et de la communication, le projet malgache «Manzer Partazer» termine à la première place du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient 2017 (Poseam) et remporte la somme de 25.000 euros. L’annonce a été faite, mercredi, aux AfricaCom Awards, au Cap (Afrique du Sud).

L’objectif de la start-up malgache est de réduire les déchets alimentaires en partageant les excès de nourriture émanant de restaurants, d’hôtels ou de supermarchés avec des organismes partenaires, tels que des orphelinats, sans oublier les populations nécessiteuses. Une plateforme collaborative permettra d’établir une communication directe entre les différents acteurs parties prenantes. En octobre dernier, Manzer Partazer a gagné le premier prix au niveau national (Madagascar).

Le projet City Taps du Niger est deuxième du concours et a obtenu la somme de 15.000 euros tandis que le projet eFret.tn de la Tunisie est troisième et gagne 10.000 euros. Les onze finalistes du Grand Prix bénéficieront tous, pendant six mois, d’un accompagnement assuré par l’ONG Grow Movement et par des experts d’Orange.

Arh.

 

News Mada0 partages

Amélioration des recettes douanières : 34 agents signent un contrat de performance

Après les inspecteurs des douanes du port de Toamasina puis les agents de Mamory Ivato, 34 agents douaniers du service de la lutte contre la fraude ont à leur tour signé un contrat de performance, pour lutter contre les mauvaises pratiques au niveau de l’administration. Le principal objectif est d’améliorer les recettes douanières.

La mise en place du contrat de performance entre l’administration douanière et les  employés est l’une des mesures entreprises par cette direction pour améliorer les recettes douanières. 34 agents de la douane du service de la lutte contre la fraude ont signé à leur tour le contrat de performance à l’occasion d’une cérémonie organisée, hier, à Antaninarenina.

29 milliards d’ariary d’amendes à recouvrir

Parmi les critères de performances régis dans le contrat, les amendes à recouvrir concernant le droit compromis devraient atteindre les 29 milliards d’ariary. Là-dessus, Lovatiana Rasoamananjara, chef de service de la lutte contre la fraude d’avancer que «l’existence de plusieurs sociétés fictives au niveau national pose un réel problème pour la Direction des douanes. Avec la simplification des procédures pour la création de société, d’innombrables opérateurs ont tout juste un Numéro d’identification fiscale pour procéder à l’importation et l’exportation des marchandises. Il est évident que cela fait beaucoup perdre à la Douane».

Par ailleurs, «Une charte de contrôle a été signée avec les membres du secteur privé pour instaurer un climat de confiance entre les deux parties», a précisé le directeur général des douanes, Eric Narivony Rabenja.

Un excédent de 57 milliards d’ariary sur les recettes douanières

Outre le recouvrement des amendes, l’amélioration du délai pour le traitement des dossiers et l’analyse de risque font également partie du contrat de performance.

D’après les chiffres de la Direction des douanes, un excédent de 57 milliards d’ariary est enregistré sur les recettes douanières non pétrolières à deux mois de la fin de l’année. En outre, le directeur des douanes a affirmé qu’«une diminution du délai de dédouanement jusqu’à 50% par rapport à l’an dernier est enregistrée».

Riana R.

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Affolés et pris de panique en attendant qu’un groupe de personne se soit rendu dans les établissements scolaires pour administrer le vaccin de la peste aux élèves, les parents se sont rués à l’école pour prendre leurs enfants avant l’heure.

Les aides affluent pour venir au bout de la peste. L’ambassadeur japonais, Osagawara Ichiro et la Jica ont remis au ministère de la Santé leur contribution.

 Shyn défendra la couleur malgache sur le plateau d’All africa music awards (Afrima).

Le central thermique d’Ambohimanambola de 60w est maintenant opérationnel.

Mvola avance et Mvola Epargne sont lancés officiellement avant-hier à Akorondrano

34 agents douaniers du service de la lutte contre la fraude sont prêts à relever le défi en signant un contrat de performance,

La Chine épaule également Madagascar pour lutter contre l’épidémie de la peste.

Le Conseil supérieur de la magistrature a procédé à l’élection de leur membre avant-hier à Anosy. Photos : Mamiherison R et Fanou

News Mada0 partages

Tenisy – «ITF Cat U14 Etape 2 Grade 3» : nahazo medaly volafotsy roa ny Malagasy

Nahavita dingana tsara ny katitakely malagasy, teo amin’ny dingana faharoa, ammin’ny fiadiana ny «ITF Cat Grade 3”, ho an’ny sokajy U14. Nitondra medaly volafotsy roa nody mantsy ny tovovavy, tamin’izany.

Nionona tamin’ny fandrombahana ny medaly volafotsy roa ny ekipam-pirenena malagasy, nandritra ny dingana faharoa, amin’ny «Circuit ITF Cat Grade 3», natokana ho an’ireo ankizy latsaky ny 14 taona. Fihaonana, notanterahina omaly alakamisy tatsy amin’ny Nosy Maorisy. Nahazo izany  ny olon-tokana sy olon-droa miaraka vehivavy.

Teo amin’ny lalao ho an’ny olon-tokana, lavon’ilay Afrikanina tatsimo, Greyling Lyne, teo amin’ny famaranana, Rakotoarilala Randy. Nisaraka tamin’ny seta 2 no ho 1 (4/6 ; 6/4 ; 5/10) izy mirahavavy. Niady ny fihaonana, saingy nitaky teo amin’i Randy ny harerahana. Na izany na tsy izany, nanohitra hatramin’ny farany izy.  Lasan’ilay Afrikanina Tatsimo ny seta voalohany ary nosahalain’i Randy, avy eo. Nifandimbiasana ny nitarika ny isa, teo amin’ny seta fahatelo, saingy tsy naharaka intsony i Randy, nanomboka teo amin’ny isa fahenina.

Azo lazaina fa tsy nahamenatra ny zava-bitan’i Randy, satria mpilalao efa manana laharana ambony ary manantombo, amin’ny traikefa, ilay Afrikanina Tatsimo, nifanandrina taminy.

 

Tsy ampy traikefa

Namotsotra ny medaly volamena ihany koa ny olon-droa miaraka, niarahan-dRasendra Miotisoa sy Razakaniaina Maholy. Niondrika teo anatrehan’ilay Maorisianina, Ramasawmy Mailka, sy ilay Afrikanina Tatsimo, Greyling Lyne, izy mirahavavy teo amin’ny famaranana. Nisaraka tamin’ny seta 2 no ho 1 (7/6 ;  4/6 ; 7/10) ny lalaon’izy ireo. Tsy nifanalavitra tamin’ny zava-nisy teo amin’ny lalaon’olon-tokana saingy tamin’ity, Nahazo ny seta voalohany ny malagasy nefa tsy voatazona izany, teo amin’ny seta faharoa, ka voatery niditra teo amin’ny seta fahatelo, nefa mbola lasan’ny mpifanandrina ihany.

Tsara ny vokatra, ho an’ny Malagasy, tamin’ireo dingana roa notontosaina, tatsy Maorisy. Irarian’ny rehetra, ny hitohizan’izany indrindra ny fanatrehana ireo fifaninanana iraisam-pirenena hahazoan’ny mpilalao traikefa sy isa.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Basikety – «Fiba 33 Africa cup» : nankasitrahana ireo mpilalao malagasy

Mendrika  ka nomena tombony manokana noho ny fiarovana ny voninahim-pirenena teny  ivelany. Tsy niandry ela fa nanome fankasitrahana ny ekipam-pirenena malagasy, taranja basikety avy niatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika “Fiba 33 Africa cup 2017”, ny federasiona malagasy sy ny Telma, mpanohana ity taranja ity. Notanterahina, teny amin’ny efitranon’ny Cemes Soanierana, izany omaly alina.

Raha tsiahivina, nitana ny laharana fahatelo ary nandrombaka ny medaly alimo ny ekipa malagasy, teo amin’ny “Fiba 33”, ary voahosotra ho tompondakan’i Afrika, teo amin’ny “tir à 3 points” kosa i Elly.

Na sambany aza,  tsy nampitsanga-menatra…

Araka izany, notoloran’ny Telma “connexion”  maimaim-poana mandritra ny  herintaona miampy finday avo lenta,  4  izy efatra mirahalahy, ahitana an’ i Elly, Fabrice, Claudio ary i Ricky, nitondra avo izany voninahitry ny firenentsika izany.

Na fandraisana anjara voalohany aza ity natrehin’ny solontena Malagasy ity, tsy nampitsanga-menatra ny vokatra. Mirary ny hitohizan’izao zava-bita tsara izao ny federasiona sy ny tomponandraikitra eo anivon’ny Telma, ary ireo mpiara-miombon’antoka.

Torcelin

 

 

News Mada0 partages

Tennis-U14 Maurice : les filles sauvent les meubles

Le parcours de l’équipe nationale sur les circuits de l’ITF U14 à Maurice s’est terminé sur une note mitigée. Les deux étapes du tournoi disputées par les raquettes malgaches ont vu l’exploit des filles tandis que les garçons ont pris une veste.

Ainsi, mention spéciale aux trois raquettes féminines que sont Miotisoa Rasendra, Maholy Razakaniaina et Randy. Les deux premières citées ont brillé de mille feux en double grâce à leur titre obtenu durant la 1ère étape et leur deuxième place à l’issue de l’étape 2.

Lors de la finale du double de l’étape 2 d’hier, la paire malgache a été battue par le duo Mailka Ramasawmy (Maurice) et Lyne Greyling (Afrique du Sud) (2 sets à 1), après avoir joué sans va tout lors du dernier set (7 jeux à 10).

En simple, Randy Rakotoarilala a créé la surprise en accédant à la finale de la deuxième étape. Elle a terminé à la deuxième place après sa défaite face à la Sud-Africaine Lyne Greyling. «On a fait du mieux qu’on pouvait et vous avez fourni beaucoup d’efforts. Madagascar peut être fier de vous, de ce que vous avez fait et de ce que vous ferez», a déclaré la Fédération malgache de tennis

à l’endroit de nos vaillants joueurs et joueuses.

Naisa

Résultats des finales

En simple-filles :

Lyne Greyling (Afrique du Sud)-Randy Rakotoarilala : 6/4 4/6 10/5

En double-filles :

Mailka Ramasawmy (Maurice) et Lyne Greyling (Afrique du Sud)-Miotisoa Rasendra et Maholy Razakaniaina : 6/7, 6/4, 10/7

 

News Mada0 partages

Fahavaratra : nampianatra ny tokony hatao ny Meteo

Nivory teny amin’ny biraon’ny boriborintany fahenina ny sampandraharaha misahana ny fitantanana ny loza voajanahary (GRC) eto anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra niarahana tamin’ireo teknisianina avy amin’ny Météo.

Nantsoina ireo tompon’andraikitry ny fokontany eo anivon’ny boriborintany fahenina nampitana ny tokony hatao sahady dieny izao mba hitsinjovana mialoha ny fotoam-pahavaratra, hanabeazana sy hiomanan’ny mponina eny an-toerana.

Araka ny vinavinan’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro, ho betsaka ny rotsak’orana amin’ity fotoam-pahavaratra ity ka tsara raha miomana ny isan-tokantrano. Hentanina ny eny anivon’ny fokontany mba hanadio sy hisokitra ireo tatatra hahafahan’ny riaka mikoriana tsara.  Nentanina koa ny mponina mba hitanty ny ranon’orana ka ho azo ampiasaina ao an-tokantrano izany mba tsy hahabetsaka ny rano very sy ho fitsitsiana ny fandaniana ny ranon’ny Jirama ihany koa.

Marihina fa mbola hitohy isaky ny boriborintany hafa ity fanentanana ity ka samy ahazo ny anjara fanampim-panazavana avy ireo fokontany rehetra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Toamasina : lavin’ny fiarahamonina ny fanaovam-baksiny polio

 Vao nahafantatra ny mponina ao Toamasina fa hisy indray ny fanaovam-baksiny faobe maimaimpoana ho an’ny zaza latsaky ny 5 taona iarovana amin’ny aretina poliomelita dia nanao fanehoan-kevitra tsy mankasitraka izany noho ny savorovoro mifandraika amin’ny resaka vaksiny miaro amin’ny pesta vao tsy ela akory izay.     

Hitondra henatra ho an’ny fitondram-panjakana manoloana ireo mpiray ombon’ antoka amin’ny fanatontosana ny fanaovam-baksiny polio ny zava-misy, araka ny fanadihadina natao teto Toamasina. Samy tsy misy manaiky intsony ny hisian’ izany fanaovana vaksiny izany ny

fiarahamonina, ny ray aman-drenin’ ny ankizy latsaky ny 5 taona, ireo tompon’ny sekoly

tsy miankina, fokonolona ary ny fokontany. Nanatobahan’ny minisiteran’ny Fahasalamana volabe ny 29 oktobra teo, ny fokontany fa hoe niady amin’ny pesta, hono. Samy niala maina kosa nefa ireo tena niasa mafy araka ny tokony ho izy, toy ny mpitsabo, mpanampy mpitsabo, ny mpianatra ho mpitsabo, ny Croix rouge sy ireo mpilatsaka an-tsitrapo avy eto Toamasina.

Fantatra fa heverin’ny sampandraharaha ny fahasalamam-bahoaka eto an-toerana fa hatao ny faha-22, 23 ary 24 novambra izao andiana fanaovam-baksiny polio tsy tontosa ny volana oktobra noho ny sakoroka tamin’ny raharahan’ny tsahon’ny vaksinin’ny pesta teo iny, izay nahatonga fitsaram-bahoaka mihitsy. Ankoatra ireo voalaza etsy ambony fa tsy manaiky ny hanaovana vaksiny polio ny zanany, tsy sahy hiditra an-tsehatra amin’ny fitetezana trano hanao izany koa ireo tanora sy mpisehatra vita fiofanana amin’ ity fanaovam-baksiny polio ho an’ny ankizy latsaky ny 5 taona ity.

 

Misy fotoana tsy azo ihoarana”, hoy ny minisitra

Nanambara ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, Andriamanarivo Lalatiana, fa hotontosaina ny 22 novambra izao ny fanaovam-baksiny iarovana ny aretina poliomelita izay atao isaky ny enim-bolana. Misy fotoana tsy azo ihoarana intsony hampahomby ny hetsika hanafoanana tanteraka ny aretina poliomelita ka tsy maintsy hirosoana ny fanaovam-baksiny ny 22 novambra izao, any amin’ny distrikan’i Kandreho, faritra Betsiboka. Hahazo ny taratasy manamarina iraisam-pirenena i Madagasikara fa foana tokoa ny aretina polio eto amintsika ny taona 2018.

Sajo

News Mada0 partages

COP 23 – WWF : les espaces naturels à préserver

Les infrastructures vertes de Madagascar fournissent des biens et services nécessaires pour le bien-être de la population et constituent des refuges climatiques pour la biodiversité. Leur préservation est et doit rester une priorité. C’est le message que WWF Madagascar veut apporter à la 23e Conférence des parties pour lutter contre le changement climatique (COP 23) qui se tient à Bonn, en Allemagne, depuis le 6 jusqu’au 17 novembre prochain.

Que faire aujourd’hui pour que le réchauffement de la planète reste en dessous de 2°C par rapport à l’époque préindustrielle ? C’est la question à laquelle 195 pays, dont Madagascar, vont tenter d’y apporter une réponse durant cette conférence. Il s’agit en effet de discuter de la mise en œuvre de l’Accord de Paris, établi en 2015 lors de la COP 21 et ratifié par la Grande île le 21 septembre 2016 avec l’ambition de réduire nos émissions de 14% et d’augmenter nos capacités d’absorption de CO2 de 32% d’ici 2030.

Promotion des énergies propres, préservation des forêts, mangroves et autres écosystèmes naturels, gestion des déchets sont les engagements que Madagascar a tenus. WWF Madagascar participe ainsi à la COP23 en tant que membre du Groupe thématique changement climatique, piloté par le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts. Le groupe promeut le renforcement de la résilience du pays face au changement climatique, à travers la préservation de ses infrastructures vertes.

Arh.

News Mada0 partages

Unesco : la Grande île siège au Conseil exécutif

Madagascar est élu au sein du Conseil exécutif (CEX) de l’Unesco pour la période 2017-2021. Le pays a remporté  167 voix sur 184, avec une voix de différence par rapport à l’Ethiopie, lors de l’élection de nouveaux membres qui s’est tenue avant-hier dans le cadre de la 39e Conférence générale de cette agence spécialisée. Un événement qui se déroule depuis le 30 octobre au 14 novembre à Paris, sous le thème : «Les ODD et le rôle de l’Unesco dans le système multilatéral».

Ce nouveau mandat de 4 ans, dont le précédent remonte à la période 2007-2011, marque la place de Madagascar dans le concert des Nations. Composé de 58 membres, le CEX se charge notamment de voter le programme et le budget de l’Organisation, élire le Directeur général et préparer les sessions de la Conférence générale. La nomination de la nouvelle Directrice générale qui sera à la tête de l’Unesco, en la personne de Audrey Azoulay, une Française, marquera également cette 39e Conférence générale.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Crash d’un boeing à Ankazobe : le verdict prononcé

21 morts et 119 blessés. L’accident meurtrier d’un Boeing  transportant des fidèles de l’Eglise FJKM Soavinandrina à destination de Mahajanga reste encore en mémoire. Après le procès, le verdict est tombé.

Ainsi, le propriétaire du véhicule qui n’est autre qu’un diacre au sein de ladite église écope de 2 ans  d’emprisonnement et d’une amende de 2 millions d’ariary. A rappeler que ce dernier est inculpé d’homicide involontaire pour avoir utilisé un véhicule sans papiers justificatifs.

Ats

 

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

SALEGY

Mily Clement hanafana etsy amin’ny Grand Hotel Urban Ambatonakanga

Hafotaka ny alim-pandihizana hiarahana amin’i Mily Clement, anio etsy amin’ny Grand Hotel Urban Ambatonakanga. Hanomboka amin’ny 9 ora alina ny lanonana. Mpanakanto zokiny mivoy gadona maro i Mily Clement fa ny salegy sy Reggae no tena manavanana azy. Hampifety ireo mpankafy ho tonga hanotrona azy izy ary hitondra ireo hira nampisongadina teo amin’ny sehatry ny mozika ity izany, toy ny “Mandrora mantsilagny” sy “Tsy moramora mitady vola”. Hafana araka izany ny fety amin’io fotoana io ary mampanantena ambiansy mahafinaritra ho an’ireo olona hilanonana mpikarakara. Tsy voafetra ny fotoana amin’io fa ho mandra-paharainan’ny andro.

VAZO AN-GITARA

Hampiala voly ny Piment Café Behoririka ny tarika Zandry gasy

Hitondra ny vazo an-gitara handrotsirotsy ireo mpankafy azy etsy amin’ny Piment Café Behoririka ny tarika Zandry gasy anio. Manomboka amin’ny 9 ora alina ny lanonana ka mampanantena ambiansy ho an’ireo izay tonga hanotrona ny tarika. Mpanakanto misongadina tokoa ny Zandry gasy ary be mpankafy. Ny gadona gasigasy sy ba gasy no tena hiangalian’izy ireto miaraka amin’ny gitara. Seho takariva miavaka indray no atolotr’izy efatra miarahalahy ireto hanomezana fahafam-po ny mpankafy amin’io fotoana io. GOUMA SALEGY

Hanafana ny sehatry Le Glacier Analakely i Fandrama

Hahazo laka etsy amin’ny Le Glacier Analakely ny gouma salegy anio. Hafana ny toeram-pilanonana Le Glacier Analakely anio, manomboka amin’ny 8 ora. Mpanakanto mivoy ny mozika mafana no hampitotorebika ireo mpankafy mandritra ny alim-pandihizana. Hitondra zava-baovao ho an’ireo tonga hanotrona azy i Fandrama ary dia mampanantena ambiansy ihany koa. Ny fiangaliany hira fankalazana ny taom-baovao no anisany mampiavaka ity mpanakanto avy any amin’ny tapany avaratry ny Nosy ity. Na ela tsy tazana teo amin’ny seho takariva teto an-drenivohitra aza ny lehilahy dia mbola voatazony ihany ny lazany.

VARIETE

Hampifety ny Jao’s Pub Ambohipo i Carlito, Ritah Love sy Sarah Mahen

Mpanakanto telo vao misongadina eo amin’ny sehatry ny mozika hanatanteraka alim-pandihizana etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo anio, hanomboka amin’ny 8 ora. Samy manana ny gadona mampiavaka izy telo mianadahy ireto ka haneho ny talentany tsirairay izy ireo mandritra ny seho miavaka tontosaina ao amin’ny toeram-pilanonana Jao’s pub ity. Tovolahy efa ela niangaly mozika ihany i Carlito ary ny gadona rnb sy zouk love nahafantarana azy. Hitondra ireo sangan’asany ny mpanakanto ka hohirainy hanomezany fahafaham-po ireo mpankafy izany mandritra ny fotoana hiakarany an-tsehatra amin’io fotoana. Tovovavy vao miantomboka amin’ny sehatry mozika i Ritah Love tamin’ity taona ity ka ny hira milamindamina natokana ho an’ireo mpankafy no hiangaliny. Hahazo fahafaham-po mandritra io seho miavaka io ny mpifankatia tonga hanotrona amin’io fotoana. Andriambavilanitra mivoy ny gadona tsapiky sy hiram-pitiavana i Sarah Mahen hampitsapiky ny mpankafy ny mpanakanto mandritra ny fety. Ambiansy tropikaly tanteraka hanjaka mandritra ny seho takariva miavaka ity.

ROCK

Hiverina hiaka-tsehatra etsy amin’ny Trass Tsiadana ny tarika Iraimbilanja

Anio manomboka amin’ny 9 ora alina hampifety ny toeram-pilanonana Trass Tsiadana ny tarika Iraimbilanja. Tarika fantatra eo amin’ny gadona rock ny tarika Iraimbilanja ka amin’io fotoana dia mampanantena ambiansy ho an’ireo mpankafy. Hanakoako eny an-toerana ny “Tsindrimandry” sy “Alitara” mandritra ny alim-pandihizana tontosain’ireto tarika mivoy gadona rock ity. Mpanakanto fanta-daza ao amin’ny sehatry ny mozika Iraimbilanja ka hafana araka izany ireo tonga hanotrona amin’io.

SEHO TAKARIVA

Ry kala vazo etsy amin’ny Kianjan’ny Kanto Mahamasina

Hiaka-tsehatra etsy amin’ny Kianjan’ny Kanto Mahamasina ny tarika Ry Kala Vazo anio amin’ny 8 ora hariva. Andriambavilanitra manandratra ny mozika arahin’ny zava-maneno nentin-drazana ary miangaly hiran’olon-kafa malagasy sy vahiny amin’ny fomban’izy ireo no hanafana ity toerana goavana etsy Mahamasina ity. Hitondra ireo hira mampalaza azy telo vavy izy ireo amin’io fotoana, toy ny “O Ry Kala vazo”.

Nangonin’i Pounie

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemana eto MadagasikaraNafana ny resaka teny Tsimbazaza

Minisitra telo mirahalahy (fiarovam-pirenena, filaminana anatiny, zandarimariam-pirenena) ary sekretera jeneraly roa (atitany, fitsarana) no indray nifamotoana teny amin’ny Lapan’i Tsimbazaza noho ny fiantsoan’ireo depiote azy ireo (interpellation) avy amin’ny tolo-kevitry ny filohan’ny vaomieran’ny fandriampahalemana ao aminy, Randrianasolo Jean Nicolas, omaly alakamisy 9 novambra 2017.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny halatra ao amin’ny ladoany34 mianadahy no nanasonia fianianana

Naseho ampahibemaso tetsy amin’ny hotely Colbert Antaninarenina omaly ireo 34 mianadahy izay hisahana manokana amin’ny ady atao amin’ireo karazan-kalatra rehetra mitranga ao amin’ny fadintseranana manerana ny nosintsika ao.

  Araka ny fanazavana, dia rafitra mipetraka isan-taona eo anivon’ny ladoany izy ity ary ny fahatrarana izay halatra rehetra misy eny amin’ny fadintseranana no tanjona aminy. Maherin’ny 53 lavitrisa ariary ny tombony (surplus) voaray tamin’ny vola niditra ivelan’ny solika raha ny tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina manokana. Nidina 50% ihany koa ny fotoana famoahana entana ao amin’ity seranana ity ary niakatra 300% ny fiakaran’ny tahan’ny fampidiran-ketra. Mandra-pifaran’izao 2 volana tsy hifaranan’ny taona 2018 izao kosa dia andrasana hampiditra maherin’ny 20 lavitrisa ariary ao anatin’ny kitapom-bolan’ny ladoany ity sampan-draharaha manokana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny pesta eny anivon’ny sekolyTsy mbola nisy ny olana hatreto

Herinandro anio zoma sahady ny nidiran’ny mpianatra nianatra taorian’ny vakansin’ny pesta izay naharitra iray volana. Samy nanao ny ho afany ireo sekoly nandritra ny efatra andro voalohany,

  toy ny fanasana ny tanan’ny mpianatra tany an-tsekoly, ny fitsapana ny hafanana na ho an’ny mpanatitra na ho an’ny ankizy, ny fametrahana ny salle d’isolement ho an’ireo ankizy ahiahiana, ny fametrahana ireo Comité de vigilance mba hanara-maso ny fahasalaman’ny mpianatra. Ho an’ny sekoly tsy miankina La Prime etsy Anosibe manokana dia nambaran-dRtoa Solonandriana Lanto, talen-tsekoly fa tsy mbola nisy ny olana hatreto. Salama tsara avokoa ireo mpianatra teo ambany fiadidiany ary mizotra an-tsakany sy an-davany ny fanaraha-maso azy ireo. Mikasika ny famitana ny fandaharam-pianarana manokana dia nomarihiny fa ezahina hovitaina ao anatin’ny 37 herinandro nomen’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. Amin’ity volana desambra ity monja no fantatra fa tsy hisy ny fanadinana telo volana voalohany satria  fitsapam-pahaizana no hampanaovina ny mpianatra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

SALON DE L’HABITAT 2017Atao ny 16 hatramin’ny 19 novambra

Taorian’ny asa fanadiovana natao teny amin’ny Expo Forello Tanjombato noho ny pesta dia fantatra fa hotanterahina ny 16 ka hatramin’ny 19 novambra ho avy izao ihany ny Salon de l’habitat andiany faha-19 karakarain’ny agence de communication la premiere ligne.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olona akaikin’ny mararin’ny pestaArahi-maso akaiky

Na dia noheveren’ny rehetra fa efa mangingina aza ny aretina pesta dia mbola misy hatrany ary ilana fitandremana tsara.

 

 Tsy mipetra-potsiny ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka manoloana, raha ny fanazavan’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka ny dokotera Josea Ratsirarson fa tena miezaka tokoa. Anisan’ny asa maika tanterahin’izy ireo ny fanaraha-maso akaiky ireo olona akaikin’ny marary na nifanerasera tamin’ny marary hisorohana ny mety ho fiparitahan’ny aretina. Eo ihany ny fanamafisana ny fitsaboana ny marary arahin’ny fanohizana ny asa fanadiovana tanterahin’ny isan-tokantrano. Tafiditra ao ny  fitsapana ny hafanana, ny fitondrana ireo marary any amin’ny dokotera avy hatrany na koa manatona ny hopitaly mihitsy, indrindra ny fijerena ireo manodidina sao sanatria misy voa nefa minia tsy manatona tobim-pitsaboana. Mikasika ilay tsaho niely eran’ny sekoly omaly moa izay nilaza fa misy andian’olona mitety mandeha manindrona mpianatra dia nanambara hatrany ity dokotera ity fa tsy mbola misy ny vaksiny iadiana amin’ny aretina pesta ary tsy naniraka olona izy ireo ka mpisandoka avokoa izay rehetra manao izany.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mbola ho avy ny vavalabe mifoha !

Mikorontana ny tany ama-monina ary tsy voafehy intsony ankehitriny. Tsy hay aloha na toe-javatra toy ny mahazatra ihany na dia efa fanakorontanana hiniana volena mihitsy mba tsy hifantohan’ny sain’ny vahoaka amina lafin-javatra iray.

 Toa mahavalalanina tanteraka mantsy ity zava-misy ity hoe ankoatra ny efa fahantrana sy tsy fandriampahalemana, izay efa tandra vadi-koditra amin’ny Malagasy, dia toa ampahoriana amin-javatra hafa indray izy amin’ity resaka pesta ity, indrindra fa ireny toe-javatra nampisahotaka ireny. Mikorontana tanteraka ny tany ama-monina ary toa habadoina tanteraka ny zaza Malagasy, izay tena lasibatra tato ho ato, ary tsy ny kely ihany fa io iaraha-mahita ny mahazo ny lehibe. Iza no ao ambadika ary inona no tombotsoa ? Ny vahoaka efa tsy manam-potoana hisainana akory izay hadalan’ny mpitondra sy ny mpanao politika, kanefa dia mbola hampihorohoroana amin-javatra hafahafa, izay vao mainka hampikorontan-tsaina azy. Izao izany ilay hoe ny vahoaka hatrany no mitondra ny taolam-be tsy mitapaka fa ny mpanao politika kosa na ny mpanohitra toa mbola miaina miadam-pinaritra ihany. Mbola ho avy ny fotoana hampisehoany ny heriny, izay sokajiana hatrany hoe efa malemin’ny fampahantrana, fa hatreto aloha mbola miaritra ny zoga na efa feno aza ny kapoaka mangidy ! Mbola valalabemandry fa tsy vavalabe mifoha !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika « Maggik Mada » Mihira ny fiainana

Ny taona 2015 no nahita masoandro ny tarika « Maggik Mada ». Tanjona ho an’ity tarika ity ny hanambara ny zavamisy tazan’izy ireo eny anivom-piarahamonina (Fitiavana, fiainam-pirenena, fivavahana…. )

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy Arlette Riama Law Kwan (Mamie Arlette)Tena nanampy ahy teo amin’ny...

Arlette Riama Law Kwan iray amin’ireo andriambavilanitra 12 nibata ny anaramboninahitra tompondakan’i Afrika teo amin’ny taranja basikety baolina vehivavy tamin’ny taona 1970, tany Lomé TOGO,

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Tournoi Allée des Baobabs » MorondavaAnio ny lalao manasa-dalana

Hotanterahina anio zoma 10 novambra ao amin’ny kianja filalaovan’ny Gendarmerie any Morondava ireo lalao manasa-dalan’ny fifaninanana

 “Tournoi Allée des Baobab” karakarain’ny kolonely Patou sy Herilanto Randriamanalina na i Baomba.  Marihina fa nanomboka ny 4 novambra teo ary hifarana rahampitso sabotsy 5 novambra 2017 ity fifaninanana ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja mitafon’AntsirabeMiroso ny asa fanorenana

Mandeha tsara ny asa fanorenana ny “Gymnase” na kianja mitafo ho an’ny tanànan’Antsirabe. Efa ho tapa-bolana no nanombohana ny asa eo amin’ny kianjan’ny piste Vatofotsy.

 

 Velaran-tany hatrany amin’ny 3.000 metatra tora-droa no hanorenana azy. Tonga nitsidika ny fandehan’ny asa fanorenana ny mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena, Hugues Ratsiferana sy ny lehiben’ny faritra ary ny ben’ny tanànan’Antsirabe. Nohamafisin’Atoa Hugues Ratsiferana fa tafiditra ao anatin’ny fampanantenan’ny filoham-pirenena ity tetikasa ity ka tsy maintsy notontosaina. Nambarany fa tsy hisy fampandrosoana vanona raha tsy misy ny fikolokoloana ny tanora. Hisy toeram-pilomanosana izy io ary azo handraisana fifaninanana iraisam-pirenena ihany koa, toy ny toeram-pilalaovana baskety sy hand-ball izay hanara-penitra tokoa. Nambaran’ny ben’ny tanàna Razanakolona Paul fa mitentina 3 miliara sy sasany ity fotodrafitrasa ity. Nisaorany manokana ny lehiben’ny faritra nanolotra ny tany hanorenana ny fotodrafitrasa. Hahazaka olona hatrany amin’ny 3.000 indray miditra ny Gymnase ary ho azo ampiasaina na andro na alina rehefa vita. Hisy ny jiro hiaraka aminy. Fanirian’ny ben’ny tanàna ny hitokanan’ny filoham-pirenena ny fotodrafitrasa amin’ny volana jona 2018.

Caius R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Biraon’ny holafitry ny mpanao gazetyTsy mifanara-tsaina intsony…

Hentitra ny fanambarana nataon’ny filoha lefitry ny holafitry ny mpanao gazety (OJM) miisa dimy, ny alarobia lasa teo, izay nanazava fa tsy mankasitraka ny vaomiera handinika ny fanomezana karatra maha matihanina ho an’ny mpanao gazety,

 naorin’ny minisiteran’ny serasera tantanan’i Harry Laurent Rahajason. Tsy mifanaraka amin’ny lalàna izany ary fanambaniana tanteraka ny holafitra izay tsy voasolotena akory ao anatin’io vaomiera io, hoy izy ireo. Ny mpikambana ao amin’ny holafitry ny mpanao gazety irery anefa no rafitra ara-dalàna mahafantatra tsara ireo mpanao gazety tena izy na tsia, araka ny voalaza tao anatin’iny fanambarana iny. Rehefa nanontaniana kosa ny filohan’ny OJM Gérard Rakotonirina, dia nilaza ho tsy nahafantatra sy tsy nampahafatarina akory iny fanambarana iny, fa efa nandeha tamin’ny haino aman-jery vao gaga sy talanjona. Mikasika ny fanapahan-kevitry ny minisitera dia nambarany fa ara-dalàna, ary voafaritry ny andalana 203 ao anatin’ny kaody, raha ny fanazavany. Tsy amin’ny anaran’ny OJM iny, fa amin’ny anaran’ny olona miisa 5 amin’ny 14 mandrafitra ny holafitra raha ny fanazavany. Tsy nifampierana, ka amin’ny anaran’izy ireo manokana, satria mbola misy 9 ireo mpikambana, izay ahitana ny filoha, sekretera jeneraly, mpanolotsaina,…tsy niombon-kevitra tamin’ny fanambaran’ireo filoha lefitra 5, raha ny fanazavan’ny filohan’ny Holafitra hatrany. Nomarihiny fa ny fanambarana ataon’ny filohan’ny OJM no ofisialy, ka tsy tokony hiroaroa saina ny mpanao gazety ara-dalàna. Tsikaritra ho tsy mifanara-tsaina ny samy mpikambana ao anatin’ny OJM matoa miseho ny tahaka izao, ka ao ny miandany amin’ny minisitera momba ity raharaha fanomezana karatra maha matihanina ity, ary ao ihany koa ny mijoro hanohitra. Miandry ny tohiny ny rehetra.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Semi-remorque sy “4x4” nifandonaOlona 3 indray maty tany Ambatolampy

Nandriaka indray ny ra tany amin’ny lalam-pirenena faha-7 mihazo an’Antsirabe omaly vao mangiran-dratsy. Nitrangana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina mantsy teo amin’ny PK 65, any amin’ny 4 km tsy hidirana an’Ambatolampy raha avy aty Antananarivo. Olona 3 no indray namoy ny ainy.

 Fiarabe “semi-remorque” nitondra enta-mavesatra no tojo olana ara-teknika satria voalaza fa lany rivotra sy nipotsaka tsindry hisitra, ka dia tsy tana intsony, ary nifatratra tamin’ny fiara tsy mataho-dalana “pick-up” marika “Range Rover” nifanena taminy. Potika sy voatsindry tanteraka tao ambany io fiara io, ka tao anatiny no nahafaty ny olona roa. Nivadika sy potika ihany koa ilay fiara lehibe ary maty ihany koa ny mpamily. Nampiasana fitaovana avo lenta mihitsy ny nisikotra ny razana izay potika sy toro tao anaty korotam-by. Ankoatra ireo namoy ny ainy dia nisy ihany koa ny naratra izay nentina notsaboina ao amin’ny hopitalin’Ambatolampy. Efa matetika isehoana lozam-pifamoivoizana manodidina ity toerana ity.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

TRANGANA KOLIKOLY : Nangingina ny raharaha Razaimamonjy Claudine

Tsy fantatra intsony hatreto izay niafaran’ity voantonona ho tompon’antoka feno tamin’ny trangana kolikoly avo lenta teo amin’ny fanodikodinam-bolam-panjakana ity fa mangina tanteraka ny raharaha. Araka ny fanambarana nataon’ny teo anivon’ny birao mahaleo tena misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny bianco tamin’ny fotoana nanaovana ny fanadihadiana an-dRazaimamonjy Claudine dia mbola misy raharaha miisa sivy hafa hanenjehana an’ity mpanolo-tsain’ny filoham-pirenena ity, izay voalaza fa tafiditra ao anatin’ny trangana kolikoly avokoa.

Hatreto anefa toa tsy nandrenesam-peo intsony ireo mpanao fanadihadiana sy ny amin’izay mety ho tohin’ny fanenjehana ity voampanga eny anivon’ny fitsarana. Ankoatr’izay, mifanindra an-dalana amin’ny fangatahan’ireo mpikambana ao anatin’ny Comité pour la Reconciliation Nationale na ny Crn manoloana ny famarotana ny Villa Elisabeth etsy Ivandry amin’ny tokony hisian’ny fanadihadiana feno hataon’ny bianco amin’ireo olona ambony izay nanao sonia iny fifampivarotana fananam-panjakana iny.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

FITONDRANA HVM : Fitondrana miavonavona, manao sorona ny fiainam-bahoaka

Izany hoe nanomboka tamin’ny fidiran’ny Filoha Hery Rajaonarimampianina sy ny ekipany teo amin’ny fitondrana. Avonavona satria dia ny filoha tenany mihitsy no naneho izany ho hitan’izao tontolo izao tamin’ny fotoana nanoloran’ Andriamatoa Andry Rajoelina azy ny “lakile” teny amin’ny lapam-panjakana teny Iavoloha. Endrika mivindavinda sy feno avonavona no nasetriny ny fitiavan’ity tanora tompon’andraikitra azy tamin’izany. Nitsipa-doha lakan’itana, hoy ny maro nefa dia ny vahoaka mpanara-dia ny filohan’ny tetezamita no nahalany azy ka nahazoany ny fitondrana.

Tsy mahalala afa-tsy ny hampahory ny vahoaka. Manjaka ny karazana tsy fandriam- pahalemana manerana ny Nosy, ary amoizana aina izany matetika. Miakatra ny vidim-piainana. Fanesona no asetrin’nyfiloha izany rehefa mandray fitenenana izy. Ambarany matetika fa mandroso i Madagasikara. Tamin’ny herinandro teo aza moa dia nisy minisitra sahy nilaza fa tsy mahita afatsy ny vidim-bary vokarina eto an-toerana ny vahoaka Malagasy. Mba misy, hoy izy ny vary afarana avy any ivelany 1400 Ariary ny kilao, fa ny lafo ihany no jeren’ny vahoaka dia lazaina fa lafo ny fiainana. Mba mila mihinana ny vary tsara avy eto an-toerana ny vahoaka satria io no ara-pahasalamana. Ary odian’ity fanjakana tsy mahita vahaolana amin’ny fahoriam-bahoaka ity fa betsaka ny Malagasy tsy mahazaka ny fihinanana ireny vary hafarana avy any ivelany ireny. Rehefa marary anefa ny vahoaka ka tsy ampy vola dia miandry fahafatesana any an-trano.

Tena mijaly ny vahoaka, raha tsy hilaza afatsy izao lazaina fa vanim-potoanan’ny pesta izao isika. Ao anatin’ny kolontsaina Malagasy ny lanjan’ny taolam-balo nefa dia betsaka ny tsy mahita izay toerana andevenana ny havany rehefa lazaina fa matin’ny pesta, toy izay nahazo ny fianakavian’i Tiana mpianatra tao amin’ny sekoly Jean XXIII Anatihazo Isotry, fa dia fahatokisana fotsiny no nabahana tao an-tsaina ka nandeha niezaka nanatsara ilay toerana nolazaina fa nametrahana ny nofo mangatsiakan’ity menaky ny aina.

Tahirisoa F.

Ino Vaovao0 partages

ANJIAJIA KELY RN6 : Fiara sprinter nivadika, telo maty, folo naratra mafy

Ny takariva ny talata 07 novambra teo, sahabo ho tamin’ny 07 ora no nitrangan’ity lozampifamoi voizana nahatsiravina ity. Fiara sprinter iray ao amin’ny zotra rezionaly Vofizabo, mampitohy an’i Mahajanga sy Antsohihy no nivadika ambony ambany tamin’izany. Teo amin’ilay tanàna antsoina hoe Anjiajia kely, 12 km tsy hidirana ny tampon-tanànan’Antsohihy Pk270+350 Rn6 no nitrangan’ity lozam-pifamoivoizana ity. Io alina io ihany dia efa nibaiko ny Att tany Antsohihy ny avy aty Mahajanga, vao nandre ity vaovao ratsy ity, koa dia tonga ara-potoana arak’izany ireo ekipa tany an-toerana nanao ny fanadihadiana rehetra.

Raha ny fantatra dia ny fahavakisan’ny kodiarana iray tao aorian’ity fiara sprinter ity no nahatonga ny loza ka nampivadika io fiara io. Marihina fa ilay tompona fiara ihany no mpamily, ka naratra mafy ihany koa. Ity farany no nandray an-tanana ireo niharam-boina rehetra teny amin’ny hopitaly. Toy izany koa ny fikarakarana ireo razana telo ireo mandra-pahatongan’izy ireo an-tanindrazana  ka any Marovoay ny iray,  ary ny roa roa nalefa any Mandritsara. Efa nosintonina tamin’ilay mpamily ny antotan- taratasy rehetra momba ity fiara ity ny alarobia 08 novambra teo tamin’ny 11 ora antoandro ary efa nalefa aty amin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety na ny Att. Ity farany indray avy eo no miandry ny didim-pitsarana mahakasika ny tranga aorian’ny fanadihadiana. Ka miankina amin’io valin’ny didy avoakan’ny fitsarana io no hahazoana mihazona na famerenana ilay taratasy fahazoan-dalana any amin’ilay tompony na tsia. 

Hatreto kosa dia mihantona ny fanomezan-dalana hitrandraka na “licence d’exploitation” sy ny fanomezan-dalana voatokana hiainga na ny “autorisation spéciale” ho an’ny kaoperativa Vofizabo niasan’ity sprinter ity, araka ny lalàna manankery navoakan’ny minisiteran’ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro. Izay lalàna manankery efa nampiharina tamin’ireo kaoperativa rehetra nanao lozam-pifamoivoizana na nasionaly io na rezionaly, hoy i Toky Rahaingo, talen’ny Att eto Mahajanga. 

Izay sady tsy hikoso-maso araka ny nambarany hatrany amin’ireo fiara na koa mpamily manao antsirambina ny ain’ireo mpandeha ao aminy satria dia lahy tokana ny aina. Andrasana ihany koa, hoy hatrany ity farany ny firaketana an-tsoratra avy amin’ity kaoperativa Vofizabo ity ny tena antony nahatonga ny loza sy ny fepetra raisiny mba tsy hitrangan’izany intsony ao amin’ny kaoperativa misy azy ireo ka amin’ity anio ity no fantatra fa hanaterana io firaketana an-tsoratra io. Ilay kodiarana izay voalaza fa nipoaka ka nahatonga ity fiara nivadika ity kosa dia efa atao fitsirihana na “contrôle d’expertise” any amin’ny fitsirihana ara-teknika ao Antsohihy.

INVMGA  

Ino Vaovao0 partages

TSAHO : Raikitra ny savorovoro tamin’ny toeram- pampianarana maro teto an-drenivohitra

Nisedra olana goavana tanteraka araka izany ny vahoaka Malagasy mahakasika  ny raharaha ka  niafara tamin’ny fikorontanana niseho teny amin’ny toeramampianarana maro  teto an-drenivohitra. Araka ny loharanom-baovao voaray teny rehetra teny  omaly tontolo  dia  fantatra fa  misy milaza ho mpiasan’ny fahasalamana  voairaka hanao vaksiny  ka tsy maintsy hatao izany avokoa ireo mpianatra rehetra. 

Faritra maro, toy ny Sabotsy Namehana, Andraisoro, Ambodiafotsy, Ampitatafika, Nanisana, Tsarahonenana, Andohalo ary  tonga hatrany amin’ny Distrikan’i Miarinarivo sy Analavory  ity voalaza fa tsaho mahakasika  ny fanaovana vaksiny  ho  fiarovana amin’ny areti-mandringana ity. Vokatr’izay dia voatery tsy maintsy nanakatona ny efitrano fianarana daholo ireo sekoly mba hiarovana ny ain’ireo mpianatra  noho ny fifanjevoana nihamafy. Toy ny zava-nitranga teny Andohalo, Andraisoro sy  Tsarahonenana  izao raha ny fanazavana voaray hatrany dia  tonga teny an-toerana ireo milaza ho mpiasan’ny Ministera voairaka narahina mpitandro filaminana maro. Vokatr’izay rehetra izay dia nisavorovoro izay tsy izy ny vahoaka teto Antananarivo ka samy namonjy fodiana daholo.

Betsaka ireo fotodrafitrasa simba tao an-tsekoly

Raha ny vaovao voaangona hatrany dia  maro ireo fitaovana simba tao an-tsekoly noho ny fifanjevoan’ny rehetra rehefa nivoaka ny lakilasy. Potika sy rava avokoa  ny ankamaroan’ireo entana  fampiasa. Hatreto aloha raha ny fanapahan-kevitra noraisin’ireo tompon’andraikitra  teny anivon’ny sekoly dia nisafidy ny hiato indray izy ireo. Mila milamina sy ara-dalàna ny momba ity raharaha ity, izay vao miverina manohy ny asany ny ankamaroany. 

Naneho ny heviny ihany koa ireo ray aman-dreny ary nitodika tamin’ny tompon’andraiki-panjakana ka nanambara fa “tsy fantatra  intsony izay marina amin’ity raharaha ity raha toa ka misy ambadika politika ny antony anaovana fanakorontanana saim-bahoaka tahaka izao”.  Tsy hay intsony izay marina eto amin’ny firenena hany ka mitady hanimba ny sain’ny vahoaka madinika avy hatrany. Lasa ny fianaran’ny mpianatra mihitsy tato ho ato no voatohintohina mikasika  ny filazàna   ny firongatry ny aretina. Andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MANGARIVOTRA TOAMASINA : Maty ilay tovovavy noraofin’ny fiarabe

Tovovavy iray sahabo 24 taona nandeha môtô jog no nofaohin’ny kamiao avy tao aoriana. Vokany, nianjera sy voahitsaky ny kodiarana tamin’ny fitombenany ilay tovovavy. Nifarimbona nitondra azy teny amin’ny hopitaly ireo nanatri-maso. Vokatry ny dona sy fahaverezan-dra be loatra anefa, dia tsy tana ny ainy. Nogiazan’ny mpitandro filaminana ilay fiara nahavanon-doza ary efa nosamborina ny mpamily.

Voakiana mafy ireo fiara vaventy Miteraka ady hevitra eo amin’ny fandaminana fifamoivoizana ao Toamasina ity lozam-pifamoivoizana tao Toamasina ny andron’ny alarobia 8 novambra io. Baranahiny loatra ny fivezivezen’ireo fiarabe ao an-tampon-tanànan’i Toamasina ka mazana miteraka lozam-pifamoi- voizana. 

Tsy voahaja intsony ilay lalàna napetrak’ireo mpitantana ny kaominina tany aloha ny amin’ny tsy fahazoana’ireo fiarabe mivezivezy ao Toamasina renivohitra amin’ny andro antoandro. Mitaky fandrindrana ireo fiarabe ireo ny mpampiasa lalana ao Toamasina. Saika eo Mangarivotra sy Mangarano izay samy amin’ny lalam-pirenena faharoa hatrany no ahitana lozam-pifamoivoizana ateraky ny fiarabe ao amin’ny renivohitr’i Betsimisaraka.

Kamy

La Vérité0 partages

Carie dentaire - Les soins de plus en plus recommandés

Place aux soins mais non plus aux extractions. Même sans problème, il s'avère important de consulter un dentiste régulièrement, notamment deux ou trois par an. Cela constitue une étape importante pour effectuer des soins préventifs à savoir le détartrage, le traitement des dents abîmées ou encore pour un simple diagnostic. Toutefois, les Malagasy ne considèrent pas une visite de contrôle comme une priorité à ne pas négliger.

Ce désintéressement résulte de la situation économique précaire de la population à Madagascar. « Actuellement, 90 % des Malagasy ont besoin d'un soin dentaire. Or, la plupart des gens ne rejoignent un cabinet médical qu'une fois qu'ils ont la carie dentaire. De ce fait, ils optent pour l'extraction des dents qui leur cause des problèmes », explique Docteur Yves Raharinosy, dentiste au sein du Centre de santé de base (Csb) d'Isotry. Pourtant, les extractions ne sont plus recommandées.  Les conséquences en sont néfastes. « L'avulsion d'un molaire présente particulièrement un danger. Cela réduit la capacité d'une personne à mastiquer et favorise l'ulcère d'estomac », poursuit-il. Pour toutes ces raisons, il faut songer à soigner mais non à extraire les dents. Actuellement, le pays commence à disposer de tous les matériels et équipements adéquats. 

Des nouveaux équipements pour la dentisterie du Csb d'Isotry

Vers la modernisation. Des matériels ont été offerts au service de la dentisterie du Csb situé à Isotry. Il s'agit d'un fauteuil de dentisterie qui répond à la norme internationale avec une option tactile et digitale, ainsi qu'une chaise dentaire spéciale pour le praticien. A cela s'ajoutent des mobiliers de bureau composés de 6 chaises et de deux armoires de bureau. Ces donations vont permettre d'assurer la qualité de soin et de service auprès de ce centre médical. Quotidiennement, deux dentistes prennent en charge 20 à 30 personnes issues notamment des familles vulnérables habitant les quartiers avoisinants. Pour cet établissement, les consultations sont gratuites. Ce n'est qu'à partir d'une prise en charge que les patients doivent  payer la somme demandée. La cérémonie de remise de ces dons s'est tenue hier au Csb d'Isotry. 

Kanto R.

La Vérité0 partages

Compagnie Lovatiana - Des actions de sensibilisation dans les écoles primaires publiques

La compagnie Lovatiana utilise la danse comme un levier de développement. Pour ce faire, elle a mis en place un grand projet à long terme intitulé « Kilokolo » ayant comme objectif la sensibilisation au civisme et à la citoyenneté auprès des élèves et même des enseignants.  L’année dernière, plusieurs établissements ont pu jouir des formations et ateliers organisés par la Compagnie. Sur cinq mois, plusieurs activités se sont développées grâce à l’équipe pédagogique de Kilokolo et au soutien de ses différents partenaires.

Des écoles primaires ont été sélectionnées dans la capitale pour participer à ces activités artistiques initiées par la compagnie Lovatiana. S’orientant vers l’art, la promotion du droit des enfants s’est développée à travers des ateliers de danse, de théâtre, de chant et également de cirque. Les bénéficiaires sont des élèves de 6 à 15 ans, excepté ceux qui sont en classe d’examen. Actuellement, la Compagnie continue ses actions de sensibilisation à travers les ateliers artistiques, toujours avec des équipes professionnelless. Ainsi, depuis le mois d’août, la compagnie Lovatiana a organisé un programme de formation à destination des enseignants et éducateurs spécialisés  sur Antananarivo ville et dans la ville d’Eaux. 

Restitutions

Plusieurs établissements scolaires ont répondu favorable à ce programme avec l’aval de la Cisco et le soutien de Cbm Madagascar, partenaire du projet. En effet, les enseignants et éducateurs qui ont suivi la formation devront mettre en pratique leur acquis durant l’année scolaire 2017-2018 dans leurs lieux de fonction.  « Après la formation pédagogique et artistique d’une semaine, dispensée par l’équipe pédagogique de Kilokolo,  une semaine d’accompagnement  des enseignants se fera également au niveau  de chaque établissement scolaire pour la préparation de la restitution publique. Une première étape d’évaluation sera effectuée ce mois-ci, plus précisément le samedi 18 novembre durant la restitution des ateliers. Les enseignants devaient mettre en pratique leurs acquis dès la rentrée scolaire et ils vont tous présenter un spectacle. Un spectacle à thème dont chacun est libre de choisir. A noter que nous avons enregistré une cinquantaine d’enseignants et presque 350 élèves  issus de 9 EPP et 5 centres spécialisés bénéficiaires de ce programme », explique un responsable. Après les ateliers et formations, une restitution sera organisée à l’Epp Antanimena le samedi 18 novembre pour Antananarivo et le jeudi 23 novembre au Tranompokonolona Antsirabe pour Antsirabe. Les artistes et chorégraphes professionnels ayant participé aux ateliers et formations participeront eux aussi à ces restitutions dont le programme ne se limite pas seulement à un spectacle de danse, mais également à une sensibilisation su public sur le civisme et la citoyenneté.

T.A.

La Vérité0 partages

Epidémie de peste - Le syndicat des médecins monte au créneau

Depuis le début de la saison pesteuse, les tâches des médecins sont au centre des discussions. Ces personnels sont pointés de doigt pour avoir effectué des faux traitements,  des faux diagnostics dans les centres de traitement de cette maladie ou dans les centres de santé de base (Csb) et récemment cette (fausse) opération de vaccination.

En conséquence, la population deverse sa colère sur les médecins. Depuis la propagation de l'épidémie de peste, l'éthique et la déontologie des médécins, notamment dans les établissements publics sont remises en cause. Ainsi, bon nombre de malades refusent de consulter les hopitaux ou les Csb. Malgré cela, les médecins risquent pour leur santé. Depuis le mois d'août, une trentaine d'internes des hopitaux sont contaminés par la peste, et cela à cause du manque d'équipements de protection.  

Face au danger qui mine les travaux des médecins actuellement, le Syndicat des médecins fonctionnaires de Madagascar (Smedfm) sort de son mutisme. Hier, les membres de ce syndicat ont effectué une déclaration qui condamme l'intimidation des agents de la santé. « Nous les médecins, nous connaissons que le vaccin contre la peste n'existe pas encore. C'est inutile de faire croire dans les écoles que cela existe », avance le secrétaire générale dudit Syndicat, Dr Liva Andrianarijaona. Selon toujours cette déclaration, confondre la médécine et la politique est un grand danger pour la santé de la population. Par ailleurs, l'amélioration des équipements dans les établissements hospitaliers revient aux dirigeants, outre la formation régulière des personnels. Les médecins revendiquent également la révision de leurs indemnités de risque. Pourtant, ce syndicat encourage ces derniers à respecter le serment d'hippocrate ainsi que l'éthique et la déontologie de leur métier.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Hery Rajaonarimampianina - Un président à retardement !

La prise de décision du Président Hery Rajaonarimampianina prend à chaque fois du retard. A chaque apparition d'un problème d'ordre social, économique ou politique, il faut compter plusieurs jours, plusieurs semaines voire des mois pour voir enfin une réaction du Président. Un atermoiement qui pénalise l'ancien Grand Argentier dans sa fonction de magistrat suprême du pays et fait dégringoler sa cote de popularité au plus bas de l'échelle.

Hausse du prix du riz, délestage, épidémie de peste, insécurité, etc. Un lot de problèmes que le régime Rajaonarimampianina a eu du mal à gérer. Pire, les réactions du Président se font régulièrement attendre alors que le peuple souffre au quotidien.Ce ne sont pas les exemples qui illustrent ce caractère … à retardement du Président qui manquent. L'on se contentera pourtant de ne citer que quelques-uns, comme la question du délestage. Il n'est plus nécessaire de rappeler que dès la campagne électorale en 2013, avant son accession à la magistrature suprême, Hery Rajaonarimampianina avait officiellement promis de régler le délestage en trois mois. Les années ont passé et le chef de l'Etat en est à sa dernière année de mandat mais le délestage continue de faire souffrir la population tananarivienne ainsi que celle des autres grandes villes. Les trois mois se sont transformés en trois ans.

Au cours de la cérémonie d'Inauguration de la nouvelle centrale thermique d'Aksaf Power à Ambohimanambola, Hery Rajaonarimampianina a annoncé que le problème du délestage sera bientôt résolu pour Antananarivo. En revanche, rien n'est encore garanti pour les autres régions. 

Réaction sélective

Le même retard de réaction s'est fait sentir dans la gestion de l'épidémie de peste.Après avoir enchaîné les voyages à l'étranger- dont celui à Rome dernièrement - aux premières heures des décès de la peste, le locataire d'Iavoloha s'est finalement résolu à « déclarer la guerre » à ce fléau mortel, le 10 octobre dernier. Ce fut au cours d'une visite au dépôt de médicaments de la société Salama à Tanjombato que le Président s'est exprimé sur le sujet et d'en parler, par la suite, dans sa fameuse émission « fotoam - bita », le 27 octobre.Alors que les premiers décès de la peste ont été recensés au mois d'août,  il a donc fallu deux longs mois au Président pour réaliser que la peste est bien réelle. Dans certaines situations politiques, force est pourtant de constater que la réaction du chef de l'Etat est sélective. Curieusement, Hery Rajaonarimampianina semble plus rapide à réagir lorsque son siège de Président est menacé. A preuve, il ne manque pas une occasion de se prononcer à chaque manifestation ou de critiquer des membres de 

l'opposition.

Indécision permanente

« Ce grand atermoiement qui précède la prise de décision du Président HeryRajaonarimampianina pourrait être lié au caractère quelque peu indécis de l'homme », chuchote - t - on dans le cercle proche d'Iavoloha. En tout cas, ces hésitations commencent à lasser la population qui n'attend plus grand-chose de ce régime et particulièrement du chef de l'Exécutif.

Un autre dossier qui devait être réglé depuis le début de mandat du Président de la République reste en suspens. Il s'agit de la nomination d'ambassadeurs dans les pays stratégiques comme la France, les Etats - Unis, qui relèvent de la prérogative présidentielle. 

A l'allure des élans du Président, le dossier risque de rester aux oubliettes.Cette indécision permanente deviendra certainement une « marque déposée » de ce … Président à retardement !

Sandra R.

La Vérité0 partages

Kidnapping - Un enfant d'un opérateur indopakistanais évite le pire

Une scène digne d'un film hollywoodien s'est produite vers 15h à Ambatobe, hier. Les riverains ont été surpris par un déploiement sans précédent des forces de l'ordre composées de gendarmes et de policiers sur les lieux ! Ces derniers venaient de faire tomber à l'eau une tentative de kidnapping de l'enfant d'un opérateur économique indopakistanais de la place, selon la gendarmerie. Tout a commencé par l'alerte reçue par des patrouilles  de gendarmes  sur la présence suspecte d'une fourgonnette Renault Kangoo.

Le véhicule en question a été mis délibérément en travers du chemin, de façon à bloquer le passage situé en aval d'une chaussée en pente ! A la suite d'un constat par les membres des forces, une arme à feu, 8 munitions et des cagoules à l'intérieur du véhicule abandonné par ses occupants. Ces derniers ont dû prendre la fuite à pied à cause d'une panne mécanique survenue de façon subite. 

Sitôt informées, les patrouilles de la brigade de gendarmerie de Tana- ville et d'Ankadikely s'étaient donc rapidement dépêchées sur les lieux.  Entre-temps,  les trois assaillants  ont appris les mouvements des patrouilles de la gendarmerie qui allaient donc converger vers le  point où ils ont espéré piéger leur victime. Mais avec la panne du véhicule, les ravisseurs ont dû quitter l'endroit en catastrophe sans avoir pu commettre leur forfait. Non loin de là, il y avait une autre Kangoo de livraison qui stationnait dans les parages. Les ravisseurs s'étaient emparés de force de cette fourgonnette après avoir menacé le conducteur.

Ayant fait demi-tour, les bandits ont foncé vers une autre destination et abandonné la fourgonnette à l'intersection de routes du côté de  Nanisana. A bord du véhicule, les gendarmes n'ont trouvé qu'un marteau. Tard jusque vers le début de la soirée hier, la gendarmerie a continué de ratisser les zones environnantes, sans avoir pu arrêter les suspects. Plusieurs personnes ont été soumises à un contrôle d'identité mais aucune arrestation n'a été encore annoncée, hier soir. L'enquête se poursuit.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Salon international de l’habitat - Rendez-vous la semaine prochaine

Après le report de la 19ème édition du Salon international de l’habitat suite à l’épidémie de peste, l’Agence première ligne, organisatrice de l’évènement était fière d’annoncer jeudi dernier, au prestigieux hôtel du Louvre, que ce salon tant attendu aura finalement lieu la semaine prochaine, plus précisément du 16 au 19 novembre prochains, au Forello Expo Tanjombato. C’est une occasion pour tous les acteurs du secteur du bâtiment, de la construction et de la décoration intérieure de se rencontrer mais également de rencontrer leur clientèle ainsi que leurs clients potentiels.

Le Salon international de l’habitat sera alors la plateforme qui permettra de réaliser tout cela. En plus, le secteur de la construction est en pleine expansion à Madagascar, comme le cite le Directeur de l’agence Première Ligne, Michel Domenichini Ramiaramanana, « la construction ne cesse d’évoluer. La preuve, cette année, la Grande île a été nommée le plus grand consommateur de ciment de la région de l’océan Indien ». Toutefois, cette évolution ne se limite pas seulement à la consommation mais elle prend également en compte les normes internationales qui actuellement, prennent de plus en plus de place dans la professionnalisation du travail des constructeurs. Dans son allocution, Michel Domenichini Ramiaramanana a également promis que cette édition promet de nouvelles innovations pour tous les visiteurs et que des mesures sanitaires préventives ont été déjà opérées pour le bon déroulement de l’évènement.

Un agenda bien rempli pour 2018

L’agence Première ligne a aussi profité de l’occasion pour parler de son agenda de l’année prochaine et ce, bien rempli. Ce sera la 3ème édition du salon « Asia » et « Enjoy » qui ouvrira donc l’année du 22 au 25 mars. Ce salon mettra en avant, comme les éditions précédentes, l’Asie et toutes ses richesses mais également ce qui a rapport au divertissement comme défilé de mode, etc. En second plan, il y aura la Foire internationale de Madagascar du 03 au 06 mai, qui sera le 50ème salon organisée par l’agence en 20 années d’activité. En parallèle avec cette foire, un forum sera dédié aux entrepreneurs afin de favoriser le développement interrégional. Ensuite, le Salon de l’industrie malgache qui se déroulera du 21 au 24 juin. Après le grand succès remporté cette année avec un nombre de visiteurs très élevé, les organisateurs veulent renouveler l’expérience de la Foire internationale de l’agriculture du 13 au 16 septembre. 

Et enfin, la 20ème édition du Salon de l’habitat qui se déroulera du 25 au 28 octobre. La grande nouveauté de l’année prochaine sera le Symposium international organisé en mémoire du Docteur Joseph Rasamimanana qui mobilisera bon nombre de scientifiques. Comme toujours, l’agence Première ligne promet de grands évènements répondant aux besoins de toutes les parties concernées.

Rova R.

La Vérité0 partages

Accès aux avant-projets de loi électoraux - L’Exécutif verrouille !

Un niet. En marge d’une remise officielle de matériel par le Pnud dans le cadre de l’opération guichet unique à son ministère à Anosy, Olivier Mahafaly Solonandrasana, Chef du gouvernement et ministre a adressé une fin de non recevoir à la demande des partis politiques d’avoir un droit de regard sur les textes de lois électorales qui seront soumis en Conseil de gouvernement et en Conseil de ministres et par la suite au Parlement.

« Il faut cesser de demander la permission. Nous avons posé les grands principes au Carlton. Les avis et les débats ont été retenus. Peu de pays démocratiques osent s’aventurer à une telle transparence. Nous estimons cependant que les projets de texte ne feront l’objet d’aucun débat. Viendra le moment où ces textes seront publiés sur le site de la Primature ou celui de la Présidence ou encore de la Ceni », a pesté le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier devant la presse. 

A la suite de la restitution des travaux du comité interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral à Madagascar, le 27 octobre dernier au Carlton d’Anosy, l’inquiétude s’est fait ressentir notamment du côté des acteurs politiques mais également de la société civile.  A l’issue d’une réunion à l’hôtel Colbert Antaninarenina, des partis politiques avaient ainsi lancé un ultimatum d’une semaine pour la publication des avant – projets de loi relatifs aux élections. L’objectif de la démarche est d’interpeller l’Etat et par la même occasion, de procéder à une confrontation des textes avec les recommandations issues des consultations menées par la Commission électorale nationale indépendante. 

Consensuel…

De crainte de voir un scénario du type du code de la communication médiatisée, les partis politiques tiennent ainsi à surveiller de près toute tentative de manipulation de lois électorales par le régime. Pour expliquer la position étatique, le locataire de Mahazoarivo met en avant les impératifs de temps. « Nous devons avancer (…) Les textes doivent passer au niveau du Conseil du gouvernement et du Conseil des ministres parce que nous sommes pressés par la préparation des élections ». D’ailleurs, celui-ci de préciser qu’après l’atelier de restitution des travaux du Comité Interministériel chargé de la révision de l’encadrement juridique du processus électoral à Madagascar, tous les textes concernant les lois électorales sont bouclés.

Et le numéro Un de la Primature d’inviter ainsi les partis politiques et les organisations de la société civile qui pourraient « ne pas être satisfaits de ce qui va sortir du Conseil des ministres », à faire des lobbyings auprès des deux chambres du parlement malgache pour apporter leurs amendements à la loi électorale « qui doit impérativement être soumis au cours de l’actuelle session ordinaire ». En tout cas, cette position risque d’éveiller encore plus les craintes et les inquiétudes des observateurs sur une velléité de manipuler les lois électorales par et pour le régime. Reste à savoir désormais quelle décision prendront les chefs de file des partis politiques réunis au Colbert qui avaient laissé entendre qu’ils allaient élaborer des propositions de lois électorales, de leur côté, qu’ils vont soumettre aux deux chambres du Parlement.  Notons que jusqu’ici le régime Rajaonarimampianina n’a pas daigné avancer de date pour la tenue des scrutins de l’an prochain. « La détermination des dates des élections dépendent de l’adoption des textes. Laissons les choses suivre leur cours. Laissons le processus d’élaboration des textes électoraux ‘consensuels’ suivre leur cours  et on verra par la suite », indique le Premier ministre…

Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

L'« or blanc »

L'or, élément chimique Au et de numéro atomique 79, est l'un des métaux les plus appréciés et les plus recherchés du monde depuis des siècles et des siècles. Dans l'antiquité comme de nos jours, le métal jaune caracole au premier rang des signes de richesse ou de la puissance sociale. Avoir de l'or, chez soi, place le propriétaire dans l'orbite des cossus.

L'or symbolise, aussi, toute ressource naturelle génératrice de richesse. C'est ainsi que l'on parle de l'« or noir », ce produit fossile non renouvelable qui fait le bonheur et la tourmente de l'ensemble des pays du Golfe et du Moyen-Orient. Il y a également, l'« or bleu » ou l'eau, cet élément naturel indispensable à la survie de tous les êtres vivants. De même, la mer qui regorge de ses produits halieutiques. Bref, ce que l'on appelle actuellement de l'économie bleue. Il est question, maintenant, de l'« or vert » qui constitue l'ensemble des ressources végétales auxquelles les responsables étatiques du monde entier militent pour leur conservation. Sans oublier l'« or blanc », la neige en tant que ressource non négligeable grâce aux activités touristiques qu'elle génère.

 Mais, il y a également cet autre « or blanc », des pays chauds, aux pépites blanches et parfois roses ou rouges, à savoir le riz. Notre attention est attirée sur le fait qu'il existe une variété de riz, le « makalioka », d'une blancheur éclatante et qui s'achète, par les temps qui courent, à… prix d'or. Effectivement, l'or n'est seulement pas une ressource génératrice de richesse, elle pourrait être aussi un produit de luxe dont la valeur et le coût sont, matériellement, hors de portée de la bourse de la plèbe.

Le riz, l'« or blanc », l'aliment de base des Malagasy, tord le cou de tous les régimes qui s'étaient succédé. En fait, depuis 1967, année où la production rizicole nationale atteignit le pic, le volume de la production ne cesse dégringoler. Durant les années 60, de la première République, le pays pouvait se vanter de réaliser une autosuffisance alimentaire, notamment en riz. Les producteurs étaient même en mesure d'exporter, surtout, pour la variété de « riz de luxe », le riz blanc. Un privilège qui échappe totalement aux tenants du pouvoir de la deuxième jusqu'à la quatrième République. La crise s'amplifie avec la bévue des responsables en place.

Le prix du « kapoaka » du riz blanc grimpe, sans cesse, si bien que dans certaines localités reculées, il va au-delà de 1 000 ariary. En tout cas, il existe un fossé béant entre le prix affiché officiellement et celui proposé sur les étals du marché de quartier.

L'Etat ne parvient pas à contenir l'envol du prix de cet « or blanc » dans la mesure où, selon les indiscrétions véhiculées sur la place publique, ce sont les responsables étatiques eux-mêmes qui sont de connivence avec les gros poissons, importateurs de ce produit hautement stratégique et à forte valeur ajoutée. La corruption qui gangrène le secteur n'arrange point du tout l'affaire. D'ailleurs, la surenchère qui frappe le riz voit son origine dans l'emprise généralisée de la corruption.

Les ménages des familles moyennes, et en particulier les gens défavorisés ne peuvent plus se permettre de prendre régulièrement cet aliment de base qu'est le riz, un authentique « or blanc ».

Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Insécurité – Les députés parlent de « rébellion »

L’Assemblée nationale a interpellé les ministres chargés de la défense, de la sécurité et de la Justice, hier. Les députés exigent plus d’efficacité et d’efficience dans la lutte contre l’insécurité.

Épidémie, rébellion, mafia. Les mots utilisés par les députés pour qualifier l’état de l’insécurité dans le pays ont été lourds de sens, hier. Durant six heures de temps, les élus de l’Assemblée nationale se sont épanchés sur la violence des méfaits de dahalo, des bandits dans leurs circonscriptions respectives.« La situation actuelle dépasse le stade de l’insécurité, elle tend vers une véritable rébellion. Tout Madagascar est touché par ce mal », lance un député. « Y a-t-il une véritable prise de responsabilité pour mettre fin à cette insécurité ? », s’interroge un autre. « Je me souviens que le Premier ministre a parlé de gouvernement de combat. Moi je dirais plutôt gouvernement pompier car, il passe son temps à éteindre des incendies comme l’insécurité », ajoute un élu.Un autre qualifie la situation d’épidémie. D’autres soutiennent qu’il s’agit d’un cri de détresse. Venez-nous en aide. Ce sont des exemples de phrases prononcées par les membres de la Chambre basse, hier durant une séance d’interpellation des membres du gouvernement chargés de la Défense, de la Sécurité et la Justice, hier à Tsimbazaza. Preuve que l’insécurité dans certaines circonscriptions serait invivable, des élus se sont livrés à des délations de responsables et éléments des forces de l’ordre pour abus et excès de pouvoir.Des noms de lieutenants de la gendarmerie ont par exemple été cités pour fait d’abus, de complaisance et de participation à des trafics de vanille. Outre le manque criant de moyens et l’insuffisance d’effectif, le comportement des forces de l’ordre a également été pointé du doigt.

« Dahalo » en col blanc« Le fait est que quelles que soient les décisions prises en haut lieu, le comportement des éléments sur terrain reste le même. Les changements des responsables n’y font rien. (…) Chez nous, ils ne protègent plus la population et leurs biens, mais les riches et leurs biens, car ces derniers monnayent leur service », affirme un député, dépité. La Justice et ses responsables locaux ont également été fortement houspillés.« Si la Justice faisait correctement son travail, il n’y aurait pas de vindicte populaire. Comment voulez-vous qu’il en soit autrement lorsque la population ne peut plus avoir confiance aux autorités ? », a pesté un député hier. D’autres ont ajouté : Vous remettez en cause les organisations villageoises pour lutter contre l’insécurité, ou encore lorsque les civils répondent par la force à la violence des « dahalo », au motif de respect des droits de l’Homme, alors que la situation vous dépasse.Durant les prises de parole, certains sont allés jusqu’à remettre en cause l’application des droits humains aux bandits. L’indé­pendance de la Justice a même été égratignée lorsque les membres de l’Assemblée nationale ont dénoncé les abus et corruption qui seraient perpétrés, notamment, par un magistrat du ministère public, dans une circonscription du Nord. Alors qu’il y a des contraintes, ils se permettent autant d’abus. Qu’en sera-t-il avec une Justice réellement indépendante ?.Un député a même déploré que chez nous, après Dieu, c’est la Justice qui fait la pluie et le beau temps. Elle peut changer le noir en blanc, le rouge en bleu.Les oreilles du représentant du ministère de l’Intérieur ont également sifflé, hier. Les députés n’ont, en effet, pas été tendres envers les représentants de l’État qu’ils accusent d’abus en matière de vente de fiche individuelle de bovidé, ou même que certains plongent dans le blanchiment de zébus volés.Durant les six heures de prise de parole, tous se sont accordés sur le fait que la corruption est la racine de l’insécurité qui gangrène le pays. Si les razzia des dahalo et les abus des responsables sur terrain ont été dénoncés, «l’iner­tie des autorités pour appréhender les « dahalo », en col blanc », a surtout été dénoncée par les députés. « Nous demandons des actions contre ces mafias qui profitent du vol, ainsi que le trafic de bovidés et d’armements. Sans quoi, nous ne mettrons jamais fin à l’insécurité », a été tonné à Tsimbazaza.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Ambatolampy – Trois hommes périssent dans un accident

Le bilan d’une collision frontale entre un 4×4 et un camion s’établit à trois morts sur le coup et un blessé. Elle est survenue hier matin, à Ambatolampy.

Trois hommes sont décédés sur le coup, suite à un face-à-face entre un camion porte-engin et un 4×4. L’aide-chauffeur du poids lourd, grièvement blessé, a été conduit d’urgence à l’hôpital. Le drame s’est produit hier matin, aux environs de 7h 30, sur la RN 7, à Miadana, au Nord d’Amba­tolampy. D’après les premiers éléments de l’investigation, un fonctionnaire au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique se trouve parmi les victimes de cette tragédie.Les deux véhicules sont complètement mis en morceaux. Une défaillance mécanique au niveau des freins du semi-remorque porte-char serait à l’origine de ce télescopage mortel, selon une source auprès de la Brigade de police routière (BPR) d’Ambatolampy. « Le camion, transportant une tractopelle, s’est jeté également dans le bas côté de la route, les roues en l’air », a indiqué le Comman­dant de BPR, joint au téléphone.Les secours ont extrait le corps enfoncé du conducteur, le seul à bord du 4×4, du véhicule, de marqueFord Ranger, immatriculé 3895 AG, hier, à 14h 30.

En plein virageAucune pièce d’identité n’est, pour l’heure, entre les mains de la gendarmerie pour reconnaître la victime. « Ses proches ne seraient pas encore  au courant de cet accident. Une collecte de renseignements auprès du centre d’immatriculation à Ambohidahy est en cours pour parvenir au détail sur le propriétaire du véhicule », a signalé un enquêteur.La gendarmerie a dressé le constat avant de procéder à un appel à témoins pour obtenir des témoignages sur les circonstances de l’accident en plein virage. « Il faudra attendre à ce que le seul rescapé, se trouvant à l’hôpital, puisse être entendu pour l’ouverture d’une enquête », affirme le même interlocuteur. Le 4×4 en direction d’Antsirabe aurait roulé également à vive allure, selon les informations de certains automobilistes.Le choc était d’une rare violence. Les ferrailles de deux véhicules ont été remontées au bord de la chaussée par la tractopelle. Cet accident, ayant coûté la vie à trois personnes, a provoqué une longue file d’embouteillage sur la RN7, dans la journée d’hier.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Intempéries Temporelles » d’Isaac Azaly

Entre réalisme et abstrait, Isaac Azaly embarque les férus d’art à découvrir sa nouvelle exposition au Kudeta Isoraka.

Isaac Azaly a sa façon de procéder pour sortir une toile tant au niveau de l’inspiration que la réalisation elle-même. Le résultat démontre la profondeur de ses recherches. Ses œuvres interpellent et méritent réflexion. Avec le thème E.N.G.A.L.I.A, se traduisant par  « Intempéries Temporelles» exposé au Kudeta Isoraka du 9 au 23 novembre, ce peintre « soul » évoque ses ressentis par rapport à l’avenir de la culture noire africaine face aux diverses ramifications artistiques.« Un temps asservi entre imaginaire et catharsis, fractionné entre justice et droits divins. Plissé dans des rites cathodiques et des rues cernées de ronds-points. Un temps parfois insolent, au gré des réprimandes, un temps volé au rythme des cycles de futurs absents », résume Zakaria Azaly, pour l’état civil, pour décrire ses œuvres. Il s’inspire de la réalité, avec la musique pour stimuler ses sens artistiques.Il rassemble des photographies tirées d’Internet, pour les isoler, les associer, les manipuler sur Photoshop puis les reconstruire manuellement sur toile grâce aux pochoirs ou au vidéoprojecteur. La vie contemporaine, la culture urbaine, la société, ses vices et ses paradoxes, la double culture, l’imagerie télévisuelle et les magazines se mélangent, s’associent pour sortir en tant que chef d’œuvre sur une toile.

Peintre mélomaneIsaac Azaly est revenu à Madagascar en 2007, après quelques années d’études en arts plastiques et histoire de l’art dans la ville de Lyon, en France. Il ne se destinait pas forcément à la peinture. Il a voulu d’abord s’orienter vers infographie. Motivé par un ami peintre, il décide de s’y lancer et de tenter sa chance en exposant ses premières œuvres l’année de son arrivée à Antananarivo.Évoluant d’abord dans un univers oscillant entre le travail figuratif et abstrait, il s’accapare la technique du pochoir, de l’afro pop art, de la figuration libre, du collage, du bad painting ou néo-expressionisme en découvrant, d’abord, à ses débuts les œuvres « street art » de Yann Couedor, Robert Combas, C215, Keith Haring, Basquiat, plus loin Bruce Clark, Joshua Mays et bien d’autres encore comme Camara Gaye ou Rahman Statik. Marqué par le mouvement Hip-hop, la Soul Music, du Jazz, les pochettes d’albums Trip-hop, de l’Afrobeat, Isaac s’inspire de tout ce qui l’entoure à travers la musique. Il place de l’importance dans l’Histoire et les aberrations de son pays pour traiter l’identité culturelle comme seul moteur artistique.Pour ce peintre, l’expression est un devoir imposé de force à son public dans le but d’un devenir social meilleur.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Une écloserie de crabes ouverte

La pose de la première pierre de la future grande écloserie de la Copefrito a été effectuée avant-hier. Les essais étaient probants.

Structurer. La mise en place de l’écloserie vise à limiter les pressions exercées sur les ressources en crabes. L’exploitation de la filière de crabes de mangrove scylla serrata a connu une nette évolution depuis 2014. Mais cette évolution s’est accompagnée de menaces sur les crustacés, vu les manières utilisées dans la collecte faite, notamment, en milieu naturel. La pêche est exclusivement traditionnelle, effectuée à pied ou par petites pirogues non motorisées.La Compagnie de pêche frigorifique de Toliara (Copefrito), une des sociétés spécialisée dans la collecte et l’exportation de cépahalopodes,  a lancé ce projet d’écloserie.« L’écloserie conjuguera les besoins d’expansion et la conservation de la ressource naturelle. Le premier essai de fattening, ou nourrissage de crabes, a été réalisé en 2014 sur le site d’Ankoalaha où des suivis individuels du poids des crabes ont pu être réalisés », explique la compagnie.D’après toujours les explications, cette phase de « fattening » consiste en la revalorisation de crabes issus de la collecte et présentant un taux de chair insuffisant pour la commercialisation. Le principe reposera sur la mise en stabulation et le nourrissage de crabes mis dans des bassins en  terre. Ce travail d’optimisation des captures augmente de près de 10 à 20% le poids d’un crabe effectuant un cycle complet de fattening, d’une durée moyenne de 15 jours. La première exportation de crabes vivants à destination de l’Asie a pu se faire en 2014.

Économie localeLa cérémonie de pose de première pierre d’avant-hier a été marquée par les visites de l’écloserie pilote à l’Institut halieutique des sciences marines (IHSM) de Toliara, du site d’Ankaloaha et des installations aquacoles de crabes. L’écloserie occupera une surface de 350 m2, entièrement équipée pour la ponte et l’incubation des œufs, ainsi qu’à l’élevage larvaire. Elle sera complètement autonome afin de répondre aux exigences de production fixées.  L’écloserie génèrera près de cent-cinquante emplois directs. Elle implique, entre autres, la construction de sept bassins de stabulation sur d’anciennes salines, ainsi que des techniques de procédures de traitement pour limiter les pertes post-captures. Les premiers essais techniques de production de larves de crabe ont été réalisés en partenariat avec l’IHSM. La pêche de crabes de mangrove constitue une source de revenus importante pour les communautés des côtes de cette région Sud-Ouest. Le crabe, en particulier, est indiqué comme « une ressource très recherchée sur le marché régional et international » et constitue une source de devises importante.  Copefrito indique que « le projet adopte une approche communautaire avec l’allocation de 20% des crabes produits afin de développer une véritable filière villageoise par la mise en place de fermes villageoises dans la zone de Toliara ».

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Mananajary – Un mort et deux incarcérations

Du fil à retordre. Une association de malfaiteurs en a eu pour son grade à Antanambao Mananjary. Alors qu’un membre de la bande a trouvé la mort lors d’un accrochage avec le fokonolona, deux de ses comparses ont été placés en détention préventive, la semaine passée, à la maison centrale de Mananjary.Une arme de poing chargée ainsi que des grigris ont été, dans la foulée, saisis sur le gang. L’acte de banditisme, ayant déclenché cette chasse aux bandits, a été perpétré le 18 octobre.«Les habitants de la localité prise pour cible ont été formés en autodéfense villageoise. Sous la houlette du comité de vigilance, ils ont réussi à tenir tête aux bandits, tuant l’un de ces derniers», explique le commandant de compagnie territoriale de la gendarmerie nationale à Mahajanga.«Alertée, la gendarmerie a, d’emblée, remonté les traces des fuyards et ouvert une enquête. La poursuite a permis d’arrêter les deux membres de la bande», poursuit-il. D’autres suspects incriminés dans cette affaire sont recherchés. Les hommes de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale de Nosy Varika sont en train de remonter leur traces.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – La construction du gymnase  couvert débute

Après une longue période d’attente à cause des procédures administratives, les travaux de construction du gymnase couvert d’Antsirabe au Piste Vatofotsy  ont enfin démarré. Ayant débuté le20 octobre dernier, ces travaux qui concernent une piscine, un complexe pour les disciplines sportives collectives et évidemment un grand gradin pour le public coûtent la bagatelle de 3,4 milliards d’ariary et ne prendront fin que le 19 juillet 2018.« L’existence de telles infrastructures normalisées et modernes dans notre ville présentera un atout pour les sportifs d’Antsirabe. Car, outre l’accueil des nombreuses rencontres sportives au cours desquelles ils peuvent développer leurs talents, ces infrastructures pourront également les aider à s’entrainer dans les normes », s’est réjoui Paul  Razanakolona, maire de la commune urbaine d’Antsirabe, lors de la visite du chantier qu’il a effectuée, mercredi dernier, avec le chef de la région Vakinankaratra, William Rakotonarivo, et le conseiller spécial du président de la République, Hugues Ratsiferana.Consciente de l’importance de ces grandes infrastructures pour le développement des jeunes et même pour celui du Vakinankaratra toute entière, la région a offert à la commune le terrain de 1,5 hectare pour leur construction.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Tennis-ITF – Cat U14 étape 2 Maurice – Madagascar impressionne à Phoenix

« J’ai tout donné, je reste quand même sans regret même si j’ai perdu la finale ». Ce propos est celui de Randy Rakotoarilala, qui a disputé hier sur le court numéro 1 du Tennis Club de Petit Camp de Phoenix sa première finale dans le circuit africain des U14 de sa carrière.Face à la Sud-africaine Lyne Greyling, qui a montré un meilleur visage que lorsqu’elle a joué le quart de finale contre Safidisoa Nomenjanahary, Randy s’est inclinée avec les honneurs 4/6, 6/4, 5/10.Un match où l’on a vu un lot d’émotions, aussi bien chez la Malgache que chez la Sud-africaine. Plus lucide dans le super tie-break, Lyne Greyling a su s’imposer pour remporter le titre de cham­pionne de l’étape 2 du circuit africain U14 grade 3 de Maurice, après son succès durant l’étape 1.« Je suis arrivée en finale, et je suis assez satisfaite de mon parcours. Je dois encore m’amé­liorer, surtout côté mental », termine Randy Rakotoarilala, qui a tout juste douze ans.À part Randy Rakotoa­rilala, qui a donc terminé à la seconde place, Safidisoa Nomenjanahary termine cinquième après sa victoire contre Miotisoa Rasendra (4/2, 2/4, 15/13). Mialy Rabearisoa quant à elle s’est classée huitième, et Fitia Rakotondramboa onzième. Miarana Andria­nafetra et Kaliana Andrianafetra ont fini à la 21e et 22e place, si Maholy Razaka­niaina conclut à la 19e place.Chez les garçons, le Sud-africain Devin Badenhorst, tombeur de Sampras Rako­tondrainibe (qui a terminé 11e) en huitièmes de finale sur 6/0, 7/5 a surclassé le talentueux Botswanais Denzel Seetso en deux sets (6/2, 6/1). Mahefa Rakotomalala, Johny Rovanantenaina, Mathis Ratahina et Finoana Rakotomalala terminent respectivement aux 15e, 18e, 24e et 25e places.Dans l’épreuve du double filles, Maholy Razaka­niaina et Miotisoa Rasendra, gagnante du premier tournoi se sont inclinées en finale devant Lyne Greyling et la Mauricienne Malika Rama­sawmy en trois sets, 7/6, 4/6, 7/10Le périple a Maurice, qui constitue les deux premiers tournois de la saison 2018, a plutôt réussi aux Malgaches. Le niveau des filles a été abordable, pas comme chez les garçons où on a vu plusieurs bons joueurs tomber en quarts ou en demi-finales.Après cette tournée mauricienne, la prochaine aventure sera le championnat d’Afrique australe individuel et par équipes des U14 et U16, qui se jouera à partir du 8 janvier 2018.

Dina Razafimahatratra (Maurice)

L'express de Madagascar0 partages

Antsoantany – Deux tonnes de semences pour les victimes de la grêle

Plus de 95% des paysans de la commune rurale d’Antsoantany, district d’Antsirabe II, avaient été victimes d’un fort coup de vent suivi de grêle, qui s’y était produit le 27 avril dernier. Plusieurs hectares de rizières ont été ainsi ravagés, la grêle ayant détruit les jeunes plants de riz que les paysans ont à peine repiqués.Afin d’aider ces victimes à sortir de cette situation difficile et éviter la pénurie alimentaire, le ministère auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage vient de donner une deuxième réponse à l’appel à l’aide de la commune. Deux tonnes et 200 kilos  de semences de riz et 2,5 tonnes d’engrais ont été ainsi distribuées à 691 paysans de la localité pour assurer la production de cette saison rizicole qui vient de commencer.« Les bénéficiaires de la première vague d’aide vont bientôt récolter leurs produits, et nous espérons que ceux de cette deuxième vague vont compenser le manque qu’ils ont connu pour cette année », a rapporté Nalitiana Ramanantenasoanina, maire de la commune rurale d’Antsoantany.Des nombreux partenaires de la commune ont déjà prouvé leur solidarité face à cette catastrophe naturelle qui a touché la population à majorité paysanne par le biais de donation de matériel et des formations sur l’agriculture. Afin d’assurer une bonne production, la direction régionale de l’Agriculture et de l’élevage (DRAE) s’est également engagée dans le suivi technique des pratiques culturales, notamment celles de la riziculture pour les paysans de cette commune.

A. N. A.

L'express de Madagascar0 partages

Danse – « Kilokolo » éveille la créativité des jeunes

Une ode au talent, ainsi qu’à l’imaginaire et la créativité d’une jeunesse de plus en plus passionnée par l’art, notamment la danse.« Kilokolo » entame une nouvelle saison qui s’annonce beaucoup plus enrichie que la précédente ce mois-ci. Initié par la compagnie de danse Lovatiana, il s’agit d’une plateforme artistique singulière qui valorise le partage et la découverte à travers la danse dans toute sa splendeur. Ceci dit, au-delà de la danse, « Kilokolo » prône le bien-être et l’éducation, ainsi que le respect auprès des jeunes.Des vertus pédagogiques qui contribuent à faire de cet événement un rendez-vous à suivre pour les férus de danse de tous âges et de tous horizons. La chorégraphe Lovatiana Rakotobe coordonne ainsi ce qui s’apparente à un jeune festival nomade, parcourant de long en large le pays et fédérant principalement les élèves des Écoles primaires publiques (EPP).« Depuis le mois d’août, la compagnie, par l’intermédiaire de danseurs professionnels, organise un programme de formation à l’attention des enseignants et éducateurs spécialisés sur Antananarivo et Antsirabe. Ils doivent, par la suite, mettre en pratique leurs acquis durant l’année scolaire 2017-2018 dans chacun de leur lieu de fonction» souligne Lovatiana Rakotobe.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Mondial dames – Une victoire et une défaite pour Madagascar

La sélection malgache de pétanque, catégorie dames, s’est inclinée pour son premier match au Mondial, hier à Kaihua, en Chine. Le quatuor Mirana-Hasina-Cicine-Tita a perdu au premier tour face aux Cambodgiennes (6-13).La Grande île a tout de même bien rebondi. Elle n’a fait qu’une bouchée de la formation marocaine au deuxième tour, balayée sur le score sans équivoque de 13 à 0. Il reste trois rencontres à disputer pour ce vendredi. L’idéal serait de les remporter toutes, afin de s’assurer une place en huitièmes de finale.Du côté du concours de tir de précision, Cicine a réalisé un score de 33 points, au terme des cinq ateliers (12-9-4-3-5) au programme des éliminatoires. Ce qui lui a valu de terminer à la cinquième position. La championne du monde 2011 est donc obligée de passer par les repêchages, pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Parc national – Les feux s’éteignent à Isalo

Opération réussie. La forte mobilisation pour l’extinction des feux dans le parc national d’Isalo a porté ses fruits. A 9 heures, hier matin, on a déclaré la maîtrise totale des feux. Les deux centaines de personnes qui ont participé à cette mission ont pu stopper la fournaise lorsqu’elle est sortie du canyon, dans la matinée.

Il a fallu trois jours et trois nuits pour éteindre les feux. Depuis lundi où les flammes ont jailli, des guides, des hôteliers, des agents du Madagascar National Park (MNP), la population locale et une centaine de militaires ont intervenu. Mais la caractéristique géographique d’Isalo, accidentée, et le vent fort qui y a soufflé ont compliqué les tâches. L’incendie d’une partie de Namaza a été le plus troublant. Heureusement, les flammes ont été vite maîtrisées sur cette partie.

Le bilan provisoire des dégâts est estimé à 1 500 hectares de surface incendiée. « 75% de cette superficie sont constituées de savane et de rochers. Les 20 à 25% sont de la forêt. Les animaux ont été épargnés», rassure le Dr Mamy Rakotoarijaona, directeur des opérations du MNP.

La réservation de la visite des circuits du parc a été suspendue depuis lundi. « Nous envisageons de la rouvrir, le 12 novembre », souligne le Dr Mamy Rakotoarijaona.

Ce serait des « dahalo », qui y ont mis le feu, en tentant d’effacer leurs traces à des personnes qui les ont poursuivis. Ils écoperont d’une sanction, en brûlant ce parc national. Il faudra, avant, les arrêter.

M.R

L'express de Madagascar0 partages

Un blessé dans  un hold-up

Vingt bandits armés de fusils de chasse ont tenté de cambrioler une maison à Ambohibary, dans le district d’Andramasina, mercredi vers 20 heures. La locataire a jeté, depuis la fenêtre, un million d’ariary pour que les malfaiteurs repartent, mais elle a reçu un coup de pierre à la tête. Elle a été blessée. Les braqueurs se sont enfuis avec leur butin.

L'express de Madagascar0 partages

Anosy – Un défi pour  la Chambre  de commerce

C’est officiel. Les vingt-huit nouveaux membres titulaires de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la région Anosy, présidée par Viviane Dewa ont été installés officiellement, hier. Une cérémonie a été organisée devant son siège à Bazaribe en présence de Chabani Nourdine, ministre du Commerce et de la consommation, et d’Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication et des relations avec les institutionsLors de la prestation de serment, les nouveaux membres ont promis aux opérateurs et à l’État de travailler dans le respect des lois et de mettre au plus haut de l’échelle l’intérêt des opérateurs et non leurs intérêts personnels. Les différentes allocutions ont mis en avant le rôle du secteur privé.« C’est le pilier de développement d’une région, en particulier et du pays, en général. Par ailleurs, sans une Chambre de commerce et d’industrie solide et dynamique, les opérateurs économiques ne peuvent pas s’épanouir tout en créant des valeurs ajoutées pour le pays », a expliqué Tanjaniaina Juliot, chef de la région Anosy.En outre, la région Anosy se prépare à la mise en place de la Zone économique spéciale (ZES). La nouvelle présidente du CCI Anosy a lancé un appel de solidarité à tous les opérateurs économiques.Dans ce cadre, un protocole d’accord a été signé entre le projet AROPA (Appui au renforcement des organisations professionnelles et aux services agricoles) et la CCI Anosy.

Moïse Fanomezantsoa 

L'express de Madagascar0 partages

Une mentalité tribaliste indéniable

Aux lendemains des évènements de 1947 et de la violente répression des insurgés par l’administration coloniale, l’organe de presse du Parti des déshérités de Mada­gascar ou Padesm, Voromahery, et les représentants des colons français s’attaquent aux adhérents du Mouvement démocratique de la rénovation malgache. Et surtout aux Merina. À la lecture des articles de Voromahery, Lucile Rabearimanana constate que le Padesm est bâti sur des bases ethniques claires. « Ce qui suscite les vives réactions hostiles de bon nombre de journaux tananariviens, d’autant qu’il ne cesse de proclamer son indéfectible attachement à la Mère-Patrie » (lire précédentes Notes).Le journal, qui défend les intérêts des côtiers et des « Mainty enin-dreny », assimile la direction du MDRM avec l’ensemble des adhérents, car il veut accréditer l’idée que les dirigeants du parti sont tous des Merina. Aussi, les passions se déchainent-elles, poursuit l’historienne, contre « les Hova responsables des évènements actuels (qui) ont la présomptueuse idée de reprendre des mains de la France, le gouvernement de notre pays. Leurs ancêtres à qui ils ne peuvent que ressembler n’avaient su trouver pour les nôtres qu’oppression et servitude. »L’organe des nationalistes modérés merina, Ny Fandrosoam-baovao de Gabriel Razafintsalama, bien qu’affirmant rester au-dessus de ces considérations tribales, reproche au Voromahery  sonattitude. Toutefois, précise Lucile Rabearimanana, vis-à-vis de ceux qu’il appelle «peuplades rebelles, Bezanozano, Tanala, Antemoro et Antandroy » (à part ce dernier, ces populations habitent l’Est, c’est-à-dire la zone insurgée), ce porte-parole des hommes d’affaires et des intellectuels merina n’est guère tendre. Il se montre même plein de mépris dans ses mots.« Son dédain sans bornes à l’égard des autres Malgaches dénote une mentalité tribaliste indéniable et un complexe de supériorité que les circonstances historiques ne peuvent que condamner. » Propos déplacés qui « illustrent la mentalité de ce milieu aisé de Tananarive, de ses fonctionnaires et commerçants ou planteurs merina répandus dans tout le pays ».C’est pourquoi Ny Fandro­soam-baovao tient à démontrer que les insurgés sont des populations résidant dans les régions côtières, celle d’Antananarivo n’est le théâtre d’aucun foyer de soulèvement. De ce fait, pour la publication merina, ni le MDRM ni le Padesm ne recrute ses membres sur des « bases tribales ». Et tentant d’expliquer la situation privilégiée parmi tous les Malgaches par « une politique consciente et constante de la colonisation française ». Rappelant que les Merina sont les auxiliaires de celle-ci, le journal se fait le défenseur du protestantisme également attaqué par les colons français et le Padesm.« L’esprit soufflant un peu partout identifie Hova et protestants avec révolte et complots… Ni la race hova ni la religion protestante ne constitue nullement un terrain prédestiné au meurtre et au pillage » (livraison du 30 mai 1947). Pour rappel, les milieux protestants malgaches ont toujours été, depuis la conquête coloniale, craints par la colonisation.« Influencés par les missions anglaises, ils étaient soupçonnés d’être opposés aux Français. D’éminents pasteurs d’Antananarivo comme Rabary et Ravelojaona ont été inquiétés voire arrêtés en 1915, lors de l’affaire Vy-Vato-Sakelika, VVS. D’ailleurs, il est incontestable que ces milieux jouent un rôle non négligeable quoique non spectaculaire dans le mouvement nationaliste malgache. »En fait, la disparition de toute vie réelle et surtout la sévérité de la répression de l’insurrection modèrent les prises de position de Ny Fandroasoam-baovao. Lucile Rabearimanana renchérit :« Parfois même par souci de ne pas froisser les autorités, il n’émet aucune opinion, en tout cas il se garde bien de toute critique vis-à-vis du régime colonial. » Mais il ne faut pourtant pas s’empêcher de répondre « aux attaques des adversaires» et finalement n’arrive pas à cacher le « caractère tribaliste et conservateur du milieu dont il est issu ».Et surtout, modifiant sa position en fonction de la nouvelle conjoncture politique, il se montre de nouveau favorable à l’Union française.  Voici ce qu’il écrit  dans sa livraison du 2 mai 1947 :« Il est faux de dire que les Malgaches se défient de la France, qu’ils veulent se séparer d’elle. Leur manière de juger est au contraire des plus logiques : ils se prononcent en fait pour leur encadrement dans l’Union française, mais en incluant les garanties que comporte sa qualité d’ancien État autonome. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Vingt-sept paquets de cannabis saisis

Un jeune homme de 20 ans s’est fait arrêter par la police pour commerce de cannabis dans les envi­rons d’Andraharo et Ankazo­manga, avant-hier. Vingt-sept paquets de chanvre ont été saisis sur lui. Il a révélé, lors de l’enquête judiciaire, qu’il ne fait que vendre les marchandises. Le fournis­seur est recherché par la police.

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – Syd, le pivot des championnes

Sydonie Erica Andriamihajanirina, ou Syd pour les intimes, fait partie de l’équipe féminine de NB to All depuis cinq ans. Plusieurs palmarès marquent son parcours, notamment le titre de championne de la Coupe des Clubs Champions de l’océan Indien en 2016. 

Sydonie et le ballon de basket sont une longue histoire d’amour.

Depuis toute petite, Sydonie adore jouer au basket-ball. Elle a décidé d’intégrer l’équipe de Basket-ball Club de Madagascar, ou BBCM, à l’âge de seize ans avant de faire partie du NB to All en 2011. Cinq heures d’entraînement quotidien rythment la journée bien chargée de cette jeune femme de vingt-deux ans, et ce pendant cinq jours sur sept.Le basket-ball a sculpté le physique de Syd. Avec son mètre soixante dix-sept, elle présente un avantage énorme pour son équipe, en exécutant des jeux de pivot dignes des grands champions américains dans cette discipline. Les bons résultats ne tardent pas à venir. Élue meilleure joueuse à Ambositra en 2013 dans la catégorie moins de dix-huit ans, ou U18, elle évolue considérablement au fil des années. Meilleure joueuse d’Analamanga lors de sa première année dans les U18, Sydonie a remporté le titre de meilleure marqueuse lors de la deuxième année.

Syd (au c.) partage la même passion que ses copines.

Elle a été sollicitée pour jouer dans la catégorie sénior dame en 2013. Son équipe est alors devenue championne de cette année. Ensuite, Syd  a été présélectionnée pour étoffer l’équipe nationale alors qu’elle évoluait encore dans la catégorie des moins de dix-neuf ans.« Je me donne à fond dans cette discipline sportive, par amour du jeu. Quand je ne joue pas au basket, je ne me sens pas bien. J’ai l’impression qu’il me manque quelque chose. Jouer au basket-ball m’aide à rester en bonne santé et c’est aussi ma manière d’entretenir mon physique», révèle notre Syd nationale.

Quand Syd se met en action sur le terrain.

« Le basket-ball évolue à grands pas dans notre pays.  Je vise la renommée internationale et je ne ménage pas mes efforts pour y arriver. Je dois commencer par être ponctuelle. C’est mon vilain défaut. Heureusement, j’ai le soutien de mes proches. Et c’est précieux. Je leur suis reconnaissante, surtout envers notre coach qui ne se lasse pas de nous inculquer les vraies valeurs des championnes », avoue cette fan de Sandrine Gruda et de Candace Parker.

Jamais deux sans toi.

Un physique de top model

Le physique avantageux et les mensurations idéales de Sydonie lui ouvrent un autre horizon, celui du mannequinat. « Une copine m’a suggérée de la suivre lors d’un casting. Je me suis exécutée sans trop de conviction. Finalement, j’ai été retenue pour participer à un défilé de mode. C’est un monde à part comparé à celui du basket. On se sent plus femme. On nous chouchoute à chaque occasion. J’ai appris à me faire belle et à me montrer radieuse pour les grandes occasions », a fait savoir la belle Sydonie.

Syd est aussi douée pour marquer un tir à trois points.

Textes : Ricky RamananPhotos Sergio Maryl - Fournies

L'express de Madagascar0 partages

Un assassin en cavale

Un meurtrier a pris ses jambes à son cou après avoir poignardé un homme, mardi soir, à Mahasoa, commune de Namorona, district de Mananjary. Le mobile du crime reste à déterminer à travers l’enquête menée par la gendarmerie. Aucune arrestation n’est jusqu’à présent signalée.

Midi Madagasikara0 partages

Marovoay : Dahalo roalahy nitam-piadiana avy nanafika mpanangom-bokatra, matin’ny fitsaram-bahoaka

Tsy namelan’ny Fokonolona mihitsy raha tsy namoy ny ainy ny malaso roa tra-tehaka. Dahalo roa lahy no matin’ny fitsaram-bahoaka, tany Ambavarano Ambatomena Distrikan’i Marovoay, ny fito novambra lasa teo, ka hatramin’ny omaly dia mbola tsy misy sahy maka ny razana ny havan’ireo malaso maty. Araka ny tati-baovao voaray, dia nanafika mpandraharaha avy ao Marovoay handeha hividy vary tao an’Amboanio ireto dahalo roalahy nirongo sabatra sy zava-maranitra maromaro, ny  alatsinainy maraina teo tokony ho tamin’ny 6 ora. Teny an-dalana no voatafika ity mpanangom-bokatra ity, ka tsy afa-nihetsika intsony. Taorian’izay, rehefa tafatsoaka ireo jiolahy mpanakan-dalana dia nampandre ny mponina ny voatafika, ka raikitra ny fanarahan-dia sy savahao. Tra-tehaka tao Ambavarano Ambatomena ireo malaso ka avy hatrany dia niharan’ny hatezeram-bahoaka, ary maty eo ho eo voafirafira tamin’ny antsy. Nandriaka ny rà fa ohatra ny namono omby ireny ny namonoan’ny Fokonolona azy roa lahy, ary notapatapahina ny rantsan-tanan’ ireo malaso roapolo dia noentin’ireo fokonolona naseho ny ben’ny tanàna ao amin’ny Kaominina Bemanonga, hoy ny tati-baovao voaray.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambatofinandrahana : Un militaire tué par balle par son collègue

La rencontre entre les députés et les premiers responsables de la sécurité tenue à Tsimbazaza, hier, a constitué une occasion pour un député de  soulever le cas d’un militaire tué dans la commune de Mandrosonoro, district d’Ambatofinandrahana en avril dernier. En mission dans la localité, cet adjudant de l’Armée malagasy a été tué par balle quand il est parti à la poursuite des « dahalo » qui ont sévi dans la commune. Selon cet élu  qui se dit être un proche parent du défunt, ce militaire n’était pas tué par les « dahalo ». Son collègue que le député soupçonne être de connivence avec les « dahalo » a tiré sur son compagnon  d’arme pour empêcher ce dernier d’intervenir  dans cette attaque, explique le député. Il ajoute que le meurtrier a déjà avoué sa culpabilité et s’est déjà rendu à la brigade de la gendarmerie d’Ambatofinandrahana. Pourtant, la gendarmerie a remis l’affaire aux chefs hiérarchiques du défunt dont la dépouille a été immédiatement acheminée à l’ENSOA à Antsirabe, son corps d’origine. Depuis, cette affaire n’a plus de suite pour ne pas dire classée, à entendre la doléance du député. Ainsi, il a interpelé le Ministre de la Défense nationale qui était présent à l’Assemblée nationale durant cette séance sur cette affaire.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires