Les actualités à Madagascar du Samedi 10 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara316 partages

Football – Luxembourg : Les Barea s’imposent par 4 buts à 1 contre le FC Swift Hesperange 

Les Barea ont dominé les Luxembourgeois du FC Swift Hesperange.

Un premier match concluant. Les Barea de Madagascar se sont imposés par 4 buts à 1 face au FC Swift Hesperange, hier soir, dans le Stade Alphonse Theis au Luxembourg. 

Belle soirée pour les Barea. Pour leur premier match de sélection nationale, les nouveaux joueurs ont fait leur preuve. À la 6e mn, Hakim Abdallah, le joueur du FC Swift Hesperange évoluant avec les Barea, a ouvert le score à la 6e mn. L’attaquant malgache, bien servi, a filé tout seul devant le portier Guillaume Cappa. Après cette belle entame de la rencontre, Alexandre Ramalingom, le nouveau venu au sein des Barea, a marqué le second but malgache à la 14e mn. Il a conclu la belle offensive malgache en profitant du désordre au sein de la défense adverse. Bolida a manqué de peu de marquer le troisième but à la 45e mn. Malgré les nombreuses occasions, l’équipe nationale malgache quitte le terrain à la pause avec deux buts d’avance face à son adversaire. Pour la première période, Nicolas Dupuis a aligné Hakim, Paulin, Ramalingom, Bolida, Marco, Hery Bastien, Sylvio, Morel, Rayan, Pascal et Melvin. Les quatre nouvelles recrues ont toutes fait leur entrée à la première période. À la reprise, Thomas Fontaine, William Gros, Ibrahim Dabo, Dimitri Caloin, Zotsara, Toavina Debakely et Bakary ont fait leur entrée sur le terrain. Très connu pour sa rapidité et sa capacité à tromper ses adversaires sur le terrain, Voavy Paulin a signé le troisième but malgache à la 56e mn. Sur une réalisation de Grégory Adler à la 62e mn, le FC Swift Hesperange a finalement réussi à inscrire son unique but de la rencontre. Alexandre Ramalingom a signé un doublé à la 66e mn, marquant ainsi son entrée fracassante au sein des Barea. Ce match a été l’occasion pour le coach de voir la copie des nouveaux, mais aussi des anciens joueurs.  « Un premier match après onze mois sans jouer ensemble, c’est important qu’on l’ai fait. Il a manqué beaucoup de choses, c’était moyen, mais suffisant pour gagner », a souligné Nicolas Dupuis à la fin de la rencontre.

Cap vers le Maroc. Pour la deuxième partie de leur préparation dans le cadre de ces journées FIFA, les Barea s’envoleront pour le Maroc ce jour via Paris. Ils rejoindront la station balnéaire d’El-Jadida. Une fois arrivés sur place, les joueurs et le staff technique passeront un test COVID-19 comme le veut le protocole sanitaire. Après 48 heures de séjour et de préparation en terres marocaines, les Barea de Madagascar affronteront les Étalons du Burkina-Faso, ce lundi 12 octobre. Sur place, les joueurs ayant débuté le stage au Luxembourg seront directement rejoints par Ibrahim Amada et Carolus Andriamahitsinoro. Hier en match amical, les Burkinabés, futurs adversaires des Malgaches, ont pris le dessus sur les Congolais par 3 buts à 0. Une large victoire des Étalons du Burkina-Faso face aux Léopards de la République démocratique du Congo, grâce aux buts de Bertrand Traoré, Bryan Dabo et Issouf Dayo.

T.H

Midi Madagasikara47 partages

Assassinat de Danil Radjan : Plainte déposée au Parquet de Paris

Me Nicolas Goutx s’est exprimé après son dépôt de plainte.

L’affaire prend maintenant une dimension internationale après la plainte à Parquet déposée par Me Nicolas Goutx, avocat au barreau de Versailles. Chose faite jeudi dernier et l’avocat de renom s’est exprimé sur l’affaire. « La justice française est maintenant saisie. L’intérêt de saisir la justice française est de par la qualité des victimes, car Mr Danil Radjan et son épouse sont de nationalité française » a-t-il expliqué d’emblée. Sur la procédure, il met en exergue l’intérêt d’une enquête miroir : « il devrait y avoir une automaticité entre l’infraction subie à l’étranger et l’action des autorités françaises (…) la procédure miroir est plus qu’une substitution, on attend une collaboration entre les autorités françaises et malgaches, entre les services d’enquêtes. De même, les moyens que peuvent être utilisés par la justice française peuvent se révéler d’une efficacité redoutable et permettre l’avancée de l’enquête à travers une commission rogatoire internationale (…) l’enquête miroir est d’un intérêt facilitateur dans la communication des renseignements entre les instances de poursuite et la victime ». Cet avocat français qui a fait parler de lui en sautant d’une parachute durant la grève des avocats pour faire passer son message entend aller jusqu’au bout dans le traitement de l’affaire. « Une famille anéantie, en grande souffrance, épouse anéantie, un frère qui a été lui-même victime d’une infraction très grave il y a peu de temps. Il y a un mélange entre souffrance et colère dans l’attente de comprendre un mobile pour l’instant inconnu mais nous espérons que la collaboration entre les autorités françaises et malgaches permettra de faire la lumière sur cette affaire. Comprendre le mobile ne veux pas dire accepter, mais pouvoir peut-être envisager de faire le deuil pour la famille éplorée », selon ses dires. A Antananarivo, les deux avocats malgaches Me Miadana Ratsimba et Me Sahalioth ont aussi brisé le silence pour expliquer à la presse leur point de vue. « Nous ne sommes pas du tout satisfaits du non-emprisonnement du principal accusé qu’est Lionnel Lelièvre. Une enquête au fond se déroulera bientôt et nous espérons que toutes les preuves que nous avons entre les mains serviront à charger l’accusé », s’est exprimé Me Miadana Ratsimba. Son collègue, Me Sahaliouth, quant à lui, affirme avoir disposé de toutes les preuves nécessaires. « Les images de la vidéosurveillance et les coordonnées GPS des téléphones portables ont montré les présences des accusés sur les lieux du crime. Outre cela, une expertise via des tests ADN sont en cours et assurée par des français. Nous ne lâcherons pas cette affaire tant que Justice soit faite. Trop de crimes restent sans suite dans ce pays et il est temps de changer la donne et de mettre la lumière sur certaines affaires dont celle qui concerne l’assassinat de Danil Radjan », a-t-il avancé. A l’Hexagone comme dans la Ville de Milles, les défenses de la famille Danil Radjan font bouger les choses. L’enquête au fond promet de voir une toute autre tournure.

D.R

Midi Madagasikara2 partages

Impacts de la  Covid-19 : Récession économique confirmée par la Banque Mondiale  

La récession économique est certaine pour cette année.

Même si le bilan sanitaire de la pandémie de Covid-19 est moins lourd en Afrique, comparé à ceux des autres continents, les impacts économiques sont graves, selon les analystes auprès de la Banque Mondiale.

-3,3% pour cette année 2020. C’est la baisse de la croissance économique prévue pour la zone Afrique Subsaharienne, dont Madagascar fait partie, selon le rapport de la Banque Mondiale, présenté le 8 octobre dernier. L’institution indique dans le rapport de sa dernière analyse de l’économie régionale « Africa’s Pulse : Tracer la voie de la relance économique », il s’agit de la première récession économique de cette région, en 25 ans. La pandémie risque aussi de faire basculer 40 millions d’Africains dans l’extrême pauvreté, effaçant au moins cinq années de progrès dans la lutte contre la pauvreté, selon toujours le rapport. Avec plus d’un million de cas de Covid-19 déclarés à travers le continent, la pandémie n’apparaît pas encore  comme maîtrisée en Afrique subsaharienne. Certains pays, comme le Sénégal ou Maurice, ont su réagir à temps pour limiter la propagation des infections. Néanmoins, les mesures de confinement efficaces s’accompagnent de coûts très élevés pour l’économie, comme on a pu le constater de par le monde. « La voie de la relance économique s’annonce longue et difficile, mais elle peut être accélérée, solide et plus inclusive si les pays africains accordent la priorité aux réformes et aux investissements qui permettront de relever le défi de créer davantage d’emplois inclusifs et de meilleure qualité », a expliqué Albert Zeufack, économiste en chef à la Banque mondiale pour l’Afrique.

Avantages. Le déclin de la croissance a été particulièrement marqué pour les pays exportateurs de métaux, pour lesquels on s’attend à une contraction du PIB réel de 6 %, reflétant en partie la baisse importante de la production en Afrique du Sud. Tandis que du côté des pays exportateurs de pétrole, après une croissance de 1,5 % en 2019, le PIB réel devrait diminuer de plus de 4 points de pourcentage en 2020, du fait du recul de la croissance en Angola et au Nigéria, selon le rapport de la Banque Mondiale. En revanche, les pays dont l’économie ne dépend pas essentiellement des ressources naturelles, ne devraient afficher qu’un recul modéré de leur croissance en 2020. Si l’on s’attend à un ralentissement sensible dans ces pays – comme la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie ou le Kenya – la croissance devrait rester positive, du fait de la plus grande diversification de leurs économies. Cependant, les économies dépendantes du tourisme, ont connu une forte contraction de leur économie, le secteur des services étant fortement affecté par la chute drastique du tourisme international. Cette année, le ralentissement sensible de l’activité économique devrait coûter au moins 115 millions de dollars de pertes de production à la région. On s’attend à un recul de 6 % du produit intérieur brut par habitant, entraîné notamment par la baisse de la consommation intérieure et de l’investissement, découlant des mesures de confinement mises en place pour ralentir la propagation du coronavirus.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Foot- Mercato :  9 internationaux Malgaches changent de clubs

Le mercato d’été 2020 a pris fin en début de cette semaine. Au total, neuf internationaux Malgaches ont parvenu à trouver un accord avec leurs nouveaux clubs respectifs.

Un bon nombre et un lot de bonnes surprises, c’est ce qu’on peut qualifier le bilan du marché des transferts estival pour les internationaux Malgaches. Depuis le mois de juin jusqu’à ce que le mercato ait fermé ses portes en début de cette semaine, puis neuf joueurs d’origine malgache ont changé de clubs dont deux seuls  ne font pas partie des présélectionnés pour la prochaine journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2022.

 

Jérémy Morel au FC Lorient

Jérémy Morel, le néo-international malgache de 36 ans est de retour aux sources chez les Merlus. Il quitte Rennes un an après son arrivée, lui qui était en fin de contrat. Le FC Lorient n’est que son club d’enfance où il a fait ses premiers pas dans le monde professionnel en 2003. Le latéral gauche signe un contrat de deux ans avec un club promu en Ligue 1.

 

William Gros au FC Fleury William

Gros a rejoint ses trois compatriotes qui évoluent au FC Fleury. Il n’est pas convaincu de la tentative de l’Al Ahly SC, la championne d’Egypte. Le meilleur buteur de l’As Vitré a finalement décidé de s’engager avec ce club français.

 

Toavina Rambeloson au Iris Club de Croix

Toavina Rambeloson alias Debakely est la première recrue de l’Iris Club de Croix FC. Il a quitté l’Arras, son ancien club, où il a vécu un véritable rêve éveillé. Pourtant il reste en National 3 puisque l’IC Croix F vient d’être relégué. Le défenseur polyvalent est déjà trois fois titulaire en matches depuis son arrivée au sein du groupe. D’ailleurs, il espère apporter ses expériences en N2 et N3 dans son nouveau club, après une saison difficile. Ainsi, le « Petit Boss » est de nouveau côtoyer avec ses coéquipiers au sein de l’équipe nationale après le changement d’avis du coach Dupuis.

 

Rémy Vita au Bayern Munich

Rémy Vita n’est pas encore parmi les Barea, d’autant plus que sa nationalité pose encore autant de questions aux sélectionneurs, malgré le fait qu’il soit d’origine malgache. Il signe avec le Bayern Munich pour un contrat de trois ans. Pourtant, il pourrait être un espoir pour le football malgache. Il évolue encore avec l’équipe réserve des Bavarois en troisième division. Âgé de 19 ans, le jeune latéral gauche de l’Estac Troyers a fait du grand saut.

 

 

 

 

Alexandre Ramalingom CS Sedan-Ardennes

Septembre était un mois de bénédiction pour Alexandre Ramalingom. Il a terminé son contrat d’une saison avec Virton (D2 Belge) et a chômé pendant quelque mois avant de rejoindre le CS Sedan-Ardennes. L’attaquant Malgache de 27 ans se retrouve actuellement en Championnat en N2. Parmi les nouvelles recrues, il est bien intégré au sein des Barea.

 

Hakim Abdallah au Swift Hesperange

Hakim Abdallah a fini par trouver son nouveau club, Swift Hesperange au Luxembourg, un club de première division, après plusieurs tentatives infructueuses. Il a été testé par le RFC Liège, Belgique mais cela n’a pas été concluant. Hakim figure dans la liste des 23 joueurs présélectionnés dans laquelle il pourrait remplacer Faneva Ima.

 

 

Carolus au Al Qadsiah

Carolus Andriamahitsinoro reste au Championnat de l’Arabie Saoudite avec son nouveau club, Al Qadsiah, pour cette saison. Il a abandonné son ancien club, Al Adalah où il a joué depuis 2018, et qui est d’ailleurs relégué en deuxième division.

 

Faneva au Al Hamriyah

Les deux joueurs qui ont clôturé ce mercato sont Faneva Andriatsima et Carolus Andriamahitsinoro. Quant à l’ex-capitaine des Barea, il a signé avec Al Hamriyah, un club de première division aux Emirats Arabes Unis. Il est en fin de contrat avec Al Fayha où il évoluait pendant la saison précédente.

 

 

Dimitry Caloin au FC Sète 34

Parmi les 23 joueurs présélectionnés pour la CAN, Dimitry Caloin était sûrement le dernier à ne pas avoir de club. Mais ce n’est plus le cas, puisqu’il est maintenant au FC Sète 34 en National. Le défenseur Malgache était libéré par FC Villefranche Beaujolais depuis le mois de janvier. Âgé de 30 ans, il avait de la peine avant de trouver son nouveau club, le mois dernier. Mais l’essentiel c’est qu’il a pu garder sa place au sein des Barea.

 

Recueillis par Manjato Razafy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les dégâts environnementaux sont considérables

Madagascar est victime de nombreux dégâts environnementaux. Ces effets ont également de nombreux impacts, sur le climat et l'agriculture, mais aussi sur la faune et la flore de Madagascar. Les feux de brousse, l'exploitation des forêts, l'exportation des espèces endémiques ne sont pas minimes.

Madagate0 partages

Agnès Ravalitera, teraka Rakotomalala. Ferapara ny fodiany mandry

Amin’ny finoana ny fitsanganan’ny maty no ampandrenesana anareo havana, mpiara-miasa, namana sy tapaka, fa nandao ity tany fandalovana ity, tany Frantsa, ny alin’ny 7 Oktobra hifoha ny 8 Oktobra 2020, ny havanay Agnès (Nesy) Ravalitera, teraka Rakotomalala, teo amin’ny faha 71 Taonany.

Efa ela i Nesy no tsy salama. Tratry ny homamiadana eo amin’ny havokavoka (cancer des poumons). Nialana nenina izy izao nindaosin’ny fahafatesana izao. Ny nofony dia havadika lavenona ("Crémation") any Frantsa ihany.

Isika rehetra izay nahalala an’i Nesy dia miara-ory amin’i Daniel vadiny, Cinthia, Nirina sy Mirana zanany, Suzette zandriny vavy ary koa ny havan’ireo mpiray tampo aminy rehetra tsy ankanavaka sy ny havan’Itompokovavy Mama Zelina (Roselle) sy Itompokolahy Rafra (François Rakotomalala).

Ny Talata 13 Oktobra 2020 no andro voatondro hanaovam-beloma azy farany. Ny Pompes funèbres CRITON, 10, rue de Lorraine ao Mantes-la-Jolie (78200), France, no hikarakarana izany (“Obsèques”). Ka toa izao manaraka izao ny fizotrany :

TALATA 13 OKTOBRA 2020

Chambre mortuaire

14h30 : fametrahana ny razana ao anaty tranovorona

15h00 : fanidiana ny tranovorona

Paroisse de Guernes-en-Yvelines, 21, rue de l’Abbé Grouet, Guernes (78520)

15h30 : fotoam-pivavahana ho fanomezam-boninahitra an’Andriamanitra sy ho fanaovam-beloma farany an’i Agnès (NESY)

Crématorium des Yvelines, 52, rue de la Nouvelle France, Les Mureaux (78130)

17h30 : firaisan-tsaina sy firaisam-po (“Recueillement”) aorian’ny namadihana ny nofony ho lavenona

MANDRIA AM-PIADANANA NY FANAHINAO NESY

Amin’ny anaran’ny fianakaviana iray manontolo.

Jeannot Ramambazafy

Madagate0 partages

Danil Radjan. Procédure miroir diligentée par Me Nicolas Goutx

Du côté de la justice malagasy, on persiste à ne pas quitter l’ornière d’une certaine routine injuste -même en cas de flagrant délit !-, ou d’un zèle grassement « motivé », où le juste n’a pas sa place. Ce qui n’honore pas du tout le corps de la magistrature de la Grande île de l’océan Indien tout entier. Mais ne sommes-nous pas à Madagascar, le pays où ce qui est noir peut devenir blanc par la magie du dieu vola ?… Et qu’importe qui est le Chef d’État, jusqu’à présent.

CLIQUEZ ICI

Mais en ce qui concerne l’assassinat de Danil Radjan, sa famille n’est pas restée les bras croisés et a fait appel à la justice française et à la «procédure miroir» quasiment inconnue à Madagascar. Qu’est-ce ? En fait, l’expression «enquête miroir» ou «procédure miroir» n’existe pas dans le Code de procédure pénale, ni dans aucun texte d’ailleurs. Seulement, elle s’est progressivement imposée pour désigner l’enquête française qui se déroule parallèlement à une procédure étrangère, lorsqu’une infraction est commise en dehors du territoire national. On pourrait tout aussi bien parler «d’enquête parallèle», mais l’expression «enquête miroir», ou «procédure miroir», est, de nos jours, profondément ancrée dans la pratique. Derrière ce terme, il y a l’idée que  la procédure française est le reflet, donc le miroir, de la procédure étrangère et qu’elle va s’y adapter.

Plus encore, voici les explications simples mais claires de Me Nicolas Goutx, avocat français inscrit au barreau de Versailles, dans les Yvelines, et membre de l’Ordre, sollicité par la famille Radjan à Madagascar pour défendre ses intérêts.

« Radjan Danil, à l’instar de son épouse, bénéficie de la nationalité française qui explique de celle-ci a pu me mandater pour saisir les autorités françaises. Quand vous êtes ressortissant français, et que vous êtes victimes de ce type de faits, directement ou indirectement, c’est le soutien que peuvent apporter les autorités françaises et, quelque part, il y a une automaticité entre l’infraction que vous avez subie à l’étranger et l’action des autorités françaises.

Alors, l’intérêt d’une procédure miroir, c’est plus qu’une substitution. Ce qu’on attend, c’est une collaboration entre les autorités françaises et malgaches, entre les services d’enquête. Et les moyens qui peuvent être utilisés par la justice française peuvent se révéler d’une efficacité redoutable et permettre l’avancée de l’enquête, notamment à travers des commissions rogatoires internationales.

Dernier intérêt, je dirais, c’est un facilitateur (Ndlr : la procédure miroir) dans la communication de l’information entre les instances de poursuite de l’instruction et les victimes. La famille (Ndlr : de Danil Radjan) est en grande souffrance ; son épouse est totalement anéantie ; il a un frère (Ndlr : Moustapha Ameralli Alibay Radjan sur lequel deux individus à moto ont tiré à 3 reprises du côté d’Ambatobe, le 13 novembre 2017), avec qui j’ai pu m’entretenir, qui a été, lui-même, victime d’une infraction très grave il y a peu de temps. Voilà : il y a un mélange entre souffrance, entre colère et l’attente.

L’attente de comprendre un mobile qui, pour l’instant, nous est inconnu, mais nous espérons que la collaboration entre les autorités françaises et malgaches, permettra de faire la lueur sur toute cette affaire. Car comprendre le mobile, c’est ne pas accepter mais pouvoir, peut-être, envisager de faire le deuil »./.

Pour rappel, le corps inanimé de Danil Radjan a été trouvé dans le parking souterrain du centre commercial « La City » à Ankorondrano Ivandry, le 19 septembre 2020. Une semaine après la découverte du corps sans vie de Danil Radjan, Lionel Lelièvre, ancien légionnaire du 2ème REP(Régiment étranger de parachutistes) français, et fondateur de la société COPS (Centre Opérationnel de Protection et de Sécurité) et trois de ses agents ont été appréhendés et mis en garde à vue, suite à leur identification à partir de séquence de caméras de surveillance.

A l’issue de leur déferrement au parquet à Anosy, le 28 septembre 2020, le tribunal a pris une décision qui ne doit exister qu’à Madagascar : les trois agents de sécurité de la société ont écopé d’un envoi immédiat, bien qu’à titre provisoire, à la maison de force de Tsiafahy tandis que leur patron fondateur, Lionel Lelièvre, l’ancien légionnaire français, a été mis sous contrôle judiciaire. Pourquoi ? Nous le saurons certainement bientôt avec l’entrée en scène de la justice française qui ne badine pas, surtout lorsqu’il s’agit d’un crime de sang. Cette démarche ne va pas redorer le blason blafard de la justice malagasy.

Jeannot Ramambazafy - Également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 10 octobre 2020

GRAND FORMAT ICI

Midi Madagasikara0 partages

Société Générale Madagasikara : Lancement de gammes de prêts Soafeno

La remise des lots aux gagnants de la Tombola Soafeno aura lieu toutes les deux semaines au siège de la banque à Antaninarenina.

Cette banque veut accompagner ses clients pour surmonter ensemble les retombées économiques négatives de cette crise sanitaire.

De nombreux secteurs d’activités ont été fortement pénalisés en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 qui sévit au pays. Consciente de cet état de fait, la Société Générale Madagasikara veut accompagner ses clients pour surmonter ensemble les retombées économiques négatives de cette crise. Pour ce faire, elle a lancé des gammes de prêts Soafeno répondant à leurs attentes en cette période de post-Covid. Ce qui permettra, entre autres, de soulager les finances des ménages ou bien de relancer les activités de tous les acteurs de développement, qui sont tous victimes de cette crise sanitaire sans précédent.

Taux d’intérêt allégé. Cette offre de crédits répond ainsi à tous les types de projets, qu’il soit grand ou petit, concoctés par les clients ou les futurs clients de cette banque, pour réaliser leurs ambitions. A titre d’illustration, la Société Générale Madagasikara a lancé le prêt Soafeno Maika qui constitue une solution pour les imprévus ou les cas d’urgence. Ensuite, le crédit Soafeno Express qui est destiné à financer les études des enfants, les événements spéciaux et les achats divers. Quant à Soafeno Auto, il s’agit d’un prêt plus adapté pour l’achat d’une automobile neuve ou d’occasion. Mais ce n’est pas tout, un prêt servant à acquérir une moto, est également lancé. Il s’agit du crédit Soafeno Moto. Il faut savoir que ces gammes de prêts sont moyennant d’un taux d’intérêt particulièrement allégé, sans compter un déblocage en 24 heures et trois mois de gratuité pour toute nouvelle souscription de pack, a-t-on communiqué auprès de la Société Générale Madagasikara. Cette offre sera disponible sur le marché jusqu’à la fin du mois de novembre 2020.

Grande Tombola. Par ailleurs, cette banque organise une grande Tombola à tous ceux qui souscrivent à cette offre Soafeno. Ces derniers deviennent automatiquement des participants. De nombreux lots sont à gagner, dont entre autres, cinq écrans plats de 43’’ et deux motos scooters 125 CC. Il est à noter que les tirages au sort ainsi que la remise des lots aux heureux clients gagnants auront lieu au siège social de Société Générale Madagasikara à Antaninarenina toutes les deux semaines, et ce, en présence de la police des jeux. Ce grand jeu a commencé depuis ce lundi 14 Septembre et prendra fin le 07 Novembre 2020, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Tous pour la lecture : Campagne de collecte de dons de livres à destination des établissements scolaires

Pour la promotion de la lecture en milieu scolaire, le ministère de l’Education nationale procèdera ce jour à une collecte de livres ludiques qui se destineront aux établissements scolaires sur l’ensemble de l’île. Ainsi, toutes les personnes qui souhaitent offrir des livres de contes, des romans, des livres d’illustration, des bandes dessinées, ou encore des livres documentaires peuvent se rendre ce jour auprès des points de collecte suivants : EPP Analamahitsy, CEG Antanimena, CEG Andranonahoatra, CEG Antanimbarinandriana, Lycée J.J Rabearivelo, et au Lycée moderne Ampefiloha. Une initiative qui est née du constat que la lecture de livres perd de plus en plus d’adeptes à nos jours, mais surtout du taux d’alphabétisation qui reste encore très faible à Madagascar. D’autres événements similaires sont également prévus dans les autres régions selon le ministère de l’Education nationale. Et au sujet de la répartition des livres collectés, le ministère promet de rendre publique la liste des établissements bénéficiaires, de manière à ce qu’il y ait une transparence dans la distribution de ces dons.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Téléphonie et Internet : Partenariat entre Airtel et Ericsson dans plusieurs pays d’Afrique

Ericsson et Airtel intensifient leur collaboration pour développer le réseau de téléphone mobile et Internet dans les pays d’Afrique. Hier, ces deux multinationales ont communiqué un partenariat stratégique pour une couverture 4G au Kenya. Grâce au réseau d’accès radio (RAN) d’Ericsson et aux produits de base par paquets pour la 4G, les abonnés d’Airtel bénéficieront d’une meilleure qualité de voix et de données, selon les explications. « L’accord de modernisation du réseau, signé en août 2020 s’inscrit dans le cadre du plan directeur de l’économie numérique kenyane Vision 2030, qui vise à fournir une connectivité solide dans les zones rurales et à faciliter les plates-formes de commerce électronique. L’accord de modernisation permettra de simplifier et de moderniser le réseau existant et de le rendre résistant à l’avenir pour faire face à la rapide expansion de la téléphonie mobile prévue au cours des prochaines années dans le pays. Grâce aux Ericsson Radio Systemet Packet Core, le réseau d’Airtel Kenya aura une couverture 4G, tout en permettant une meilleure utilisation dans les segments des consommateurs et des entreprises. Grâce à la technologie Ericsson, le réseau kenyan sera prêt pour le déploiement de la 5G », ont indiqué les deux parties.

Ambition.Selon Fadi Pharaon, président d’Ericsson Moyen-Orient et Afrique, le projet mis en œuvre avec Airtel vise à établir un réseau LTE avancé au Kenya,offrant aux clients d’Airtel une expérience enrichie – aussi bien dans le segment des particuliers que dans celui des entreprises. Il a évoqué l’ambition de mettre en place #AfricaInMotion, grâce au partenariat pour développer et soutenir une société de plus en plus numérisée. Par ailleurs, Ericsson va déployer « Kathrein Mobile Communication Antenna », permettant d’améliorer davantage la robustesse du réseau tout en utilisant son système de gestion de réseau technologiquement avancé, Ericsson Network Managerm qui sera utilisé pour aider Airtel à gérer le réseau de manière transparente en intégrant divers éléments de réseau, sur une plateforme unique.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Routes nationales : Les motards deviennent les cibles préférées des bandits

Si auparavant, les taxi-brousses et les poids lourds étaient les cibles des attaques perpétrées par des bandits de grand chemin (dahalo) sur les routes nationales, les motocyclistes n’en sont plus épargnés depuis ces derniers temps. Ce fait a pris de l’ampleur sur les axes où les routes sont en mauvais état et où les deux-roues sont les moyens de locomotion les plus prisés par la population. Cette situation prévaut sur les routes nationales menant vers les zones les plus reculées. Tel est le cas de la RN6A, reliant Maintirano et Antsahalova. Le 8 octobre dernier vers 12 heures 30 minutes, une moto en provenance de Maintirano en direction d’Antsalova et ayant à bord deux personnes, est tombée dans une embuscade tendue par trois dahalo armées d’armes blanches. Commise en plein jour, soit vers 12 heures 30 minutes, cette attaque s’est produite dans une localité appelée Ankarandoha, fokontany Androindava, commune Antsondrondava, dans le district de Maintirano. Pris au piège, le conducteur de la moto, âgé de 32 ans et un conseiller d’insertion professionnelle au Projet Formaprod à Antsahavola, a été blessé sur sa cuisse droite par arme blanche. Ayant réussi à fuir ses agresseurs, son passager, qui est un cultivateur de 30 ans demeurant au fokontany d’Ambalakazaha ; commune Masoarivo, district Antsalova, s’en est sorti indemne. Avant de prendre la poudre d’escampette, les prédateurs ont dérobé tous les objets de valeur sur le blessé dont un ordinateur portable, deux téléphones, une clé USB, et un pistolet automatique NR 437860 de calibre 7,62 mm. Sitôt alertés, des gendarmes du poste avancé d’Ankisatra, accompagnés des membres du fokonolona se sont rendus sur place pour venir à la rescousse du blessé qui a été évacué d’urgence au Centre hospitalier de référence régional de Maintirano. Appuyés par des éléments de la brigade de Maintirano, ils sont partis à la poursuite des malfaiteurs. Pour le moment, aucun suspect n’a été arrêté. L’enquête sur cette affaire suit son cours.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

GUIDE DU WEEK-END

Tselonina : du folk au Piment café

Ses admirateurs sont prêts à accourir lorsqu’on leur annonce un de ses cabarets. Ce soir sera très certainement folklorique ce soir lorsque leur idole montera sur scène au Piment café à 17 heures. Tselonina est toujours aussi gouailleur et aussi bon musicien que lors de la période où il régnait en maître sur la scène du folk malgache. Certes, l’âge a fait son effet, mais il a l’esprit toujours aussi vif et fait preuve de causticité lorsqu’il chante. Ce soir, il va reprendre tous ses grands succès pour le plus grand plaisir des admirateurs qui viendront. « Ravaomaria », « Tsarapetrapetraka » ou « Amoronkady » devraient réjouir ces derniers. Mais il y aura aussi « Moly be » et « Hody aho dieny tsy mamo » qui font chavirer de bonheur le public quand il les interprète. Ce soir, ce sera véritablement la fête du folk malgache.

Taxi Be, honneur aux femmes.

Deux heures de showcase pour Nathy

Elle s’appelle Solonomenjanahary Béatrice Natacha et elle a défendu les couleurs de la Grande Île lors de la finale panafricaine du concours Airtel Trace Music Star au Kenya en mars 2015. Mais, elle était méconnue du grand public à cette époque. Quatre ans plus tard, elle sort du lot. Nathy a rempli les pistes de danse avec son morceau “Antsova”. Dès lors, cette femme de 28 ans voit son succès en flèche. Ce soir à 18 heures, elle livrera un showcase au Taxi-Be Antanimena. Elle offrira 2 heures de live à ses aficionados. Elle interprètera également la chanson de Bodo « Ataoko akôry », un morceau qu’elle a repris récemment. Cette Antsirananaise a déjà conquis le cœur des jeunes de la capitale avec sa voix mélodieuse et son charme. « Je ne cesserai de produire et de donner mon maximum à mes fans », a-t-elle signalé.

 

 

Après son Show, la raggawoman Jaovavy prendra le relai.

Jaovavy revient en fanfare

En 2017, elle a marqué les esprits par un style hors du commun pour le public lambda malgache. Elle choque ou elle séduit, Jaovavy ne laisse personne indifférente. Et c’est cette tornade du ragga dance hall qui reviendra au Taxi Be Antanimena dans la soirée de demain. L’interprète de « Mampitapy an’lah » y mettra l’ambiance pour plusieurs heures. Fidèle à cette image de « bad gyal » plein d’artifices, Jaovavy a su susciter les intérêts du public à sa manière. En à peine quelques trois années de carrière, elle a su inonder les stations de radio et de télévision mais aussi la toile, avec ses nombreuses chansons.

Sans langue de bois, elle n’hésite pas à heurter par des mots, des attitudes et tout ce petit univers dans lequel elle évolue. Un peu brut au décoffrage, elle s’est frayée un chemin dans ce milieu monopolisé par la gente masculine. Ses morceaux comme « Mila mihetsika » reflètent l’image même du ghetto woman. Grosses cylindrées, bling bling, danses sexy et l’attitude qui va avec, fait des clips de la chanteuse une attraction à part entière. Et c’est cette atmosphère qu’elle compte remettre avec les noctambules. En attendant l’agenda de fin d’année, place au strass et paillettes au Taxi Be Antanimena.

Zo Toniaina / Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Projet « One African Network » : Vers la réduction du coût de la communication en Afrique

Le groupe Orange confirme sa position de leader de l’interconnexion internationale en Afrique.

Le groupe Orange travaille en partenariat avec Smart Africa afin de mettre en œuvre le projet « One African Network ». L’objectif consiste à réduire le coût de la communication en Afrique tout en maintenant le trafic généré et destiné à ce continent. Le Secrétariat de Smart Africa a souligné la nécessité de collaborer efficacement avec le secteur privé et de créer des synergies avec les infrastructures existantes. En effet, Orange dispose depuis de nombreuses années d’infrastructures permettant l’interconnexion directe des opérateurs africains entre eux, et ce, grâce à ses filiales éparpillées dans de nombreux pays en Afrique. « Nous apprécions l’engagement d’Orange à renforcer la capacité de l’Afrique à gérer et à conserver ses propres données. C’est important pour assurer un accès universel à travers des économies de coûts et une souveraineté des données, ce qui est une caractéristique de notre politique en matière de données. Par conséquent, ce partenariat avec Orange contribue grandement à concrétiser ces principes et à faire du Réseau Africain Unique une réalité», a soulevé Lacina Koné, Directeur Général CEO de Smart Africa.

Inclusion financière. Il faut savoir que ce groupe poursuit cette stratégie en localisant sur le continent le transport et l’hébergement du trafic voix et des données de roaming. Il annonce ainsi la mise en service de deux nouveaux points de présence (PoP) voix internationaux à Lagos, Nigeria, ainsi que l’hébergement des données de roaming au sein d’une chambre de compensation située en Afrique. Ces initiatives permettent de renforcer d’une part la qualité de service et d’autre part la sécurité des données pour l’ensemble des utilisateurs du continent. A part cela, l’extension de son réseau permet de conserver le trafic intra-africain. En fait, les deux parties envisagent de développer ce projet afin d’assurer une meilleure connectivité entre les pays en Afrique et de contribuer à l’inclusion financière. Le groupe dispose d’ailleurs de plusieurs data centers interconnectés à travers un réseau ouvert et sans couture pour héberger les données localement en Afrique. Depuis 2015, il a entre autres, mis en place le Roaming Operational Center à Abidjan. C’est un centre de compétence mondial qui pilote les tests et les ouvertures des routes de roaming, soit en direct avec ses partenaires régionaux et mondiaux, soit via son Roaming Hub. Et plus d’une centaine d’opérateurs y sont maintenant raccordés.

Position de leader. Pour compléter ce dispositif, les flux de trafic inter-opérateurs liés à l’itinérance en Afrique, seront hébergés par une chambre de compensation localisée dans un data center dans ce continent, à compter du 1er janvier 2021. « Avec l’ouverture de nouveaux points de présence voix et d’une chambre de compensation des flux de roaming en Afrique, Orange confirme sa position de leader de l’interconnexion internationale en Afrique et sa capacité à apporter une solution de proximité aux opérateurs africains pour l’ensemble des services voix, data et roaming. L’ambition d’Orange est de maintenir tous les trafics et tous les flux en Afrique, et ainsi de contribuer à l’essor de l’économie numérique de ce continent », a déclaré Jérome Barré, CEO Orange Wholesale International Networks.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Système d’information sanitaire : Le projet PMI Measure Malaria de l’USAID en renfort

Pour une période de 5 ans, le projet PMI Measure Malaria de l’USAID – financé à hauteur de 1,5 million de dollars pour Madagascar cette année – contribuera à l’amélioration du système d’information sanitaire dans le pays, à travers le renforcement de la collecte et de l’analyse des données de santé.

L’USAID (Agence des États-Unis pour le Développement International) et l’Initiative Présidentielle contre le Paludisme (PMI), en partenariat avec le ministère de la Santé Publique (MinSanP), viennent de lancer officiellement le projet PMI Measure Malaria, lequel aidera le MinSanP à recueillir, analyser et exploiter des données sur le paludisme, la planification familiale et la santé de la mère et de l’enfant. Il s’agit principalement d’aider le ministère à améliorer et à étendre le système électronique d’information sanitaire national de Madagascar, dénommé DHIS2 (District Health Information Software 2). Ce système électronique est utilisé par le MinSanP pour la collecte et l’analyse des données de terrain communiquées par les agents de santé à travers le pays afin d’identifier les tendances, les progrès et les besoins.

Formation. PMI Measure Malaria apportera également son appui dans l’élaboration d’outils pour une meilleure visualisation et analyse des informations contenues dans DHIS2. « Prendre des décisions de santé publique judicieuses nécessite l’accès à de bonnes données. Nos travaux dans le cadre du projet PMI Measure Malaria fourniront des données plus précises qui permettront aux autorités sanitaires de Madagascar de prendre des décisions avisées », a déclaré le directeur général de l’USAID, John Dunlop. Le projet PMI Measure Malaria prend ainsi le relais du projet Measure Evaluation, achevé en mars 2020 dans le cadre duquel le MinsSanP, avec l’appui de l’USAID et de PMI, a élaboré le plan stratégique national d’information sanitaire actuel et a mis en place le système d’information sanitaire électronique national, désormais fonctionnel dans tous les districts sanitaires de Madagascar.

A noter que le projet PMI Measure Malaria qui est mis en œuvre à Madagascar par ICF Macro, Inc. et John Snow Inc. Egalement mis en œuvre dans 10 pays d’Afrique, le projet a pour chef de file l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Patrimoine : Le palais de Justice d’Ambatondrafandrana sera réhabilité

La Cour Ambatondrafandrana a été fondée en 1881 par l’architecte anglais James Parret.Il a été inscrit sur la liste nationale en 1978.

La ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo, et son équipe ont visité le tribunal d’Ambatondrafandrana.

Ce patrimoine malgache a été édifié en 1881 par l’architecte anglais James Parret, sous le règne du roi Ranavalona II, une cour qui n’avait pas la même structure qu’un bâtiment traditionnel. Le palais de Justice d’Ambatondrafandrana se compose de 16 grandes colonnes. C’est à cet endroit que les rois successifs ont mené leurs procès ce jour-là, en plus du tribunal d’Ambohimanga.

Cet établissement a été inscrit sur la liste du patrimoine national en 1978. La ministre de la Communication et de la Culture a affirmé que tous les monuments de Madagascar, doivent être réhabilités.

Pour rappel, le site a été rénové pour la dernière fois en 2016, c’est la raison pour laquelle le Ministère de la Communication et de la Culture procède à sa rénovation. Les plafonds et tous les détails seront réparés pour retrouver leur aspect d’origine. Cette initiative entrant dans le cadre de la conservation des patrimoines malgaches sera financée par le ministère grâce au fonds Lovako (Fonds des ressources culturelles).

Le tribunal d’Ambatondrafandrana sera désormais ouvert à la visite. Une coopération avec les forces de l’ordre sera mise en place afin de conserver ce patrimoine culturel matériel.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Agro-écologie : Un long-métrage 3D pour favoriser son intégration en milieu scolaire

Hier matin, dans le cadre du projet MANITATRA II financé par le Comesa / Union Européenne, les Professionnels de l’Agro-écologie (GSDM) ont projeté pour la première fois un film d’animation 3D portant sur le thème « l’Agro-écologie pour les générations futures » à l’IFM Analakely. L’idée est d’appuyer l’intégration de l’agro-écologie dans le système éducatif malgache.

Le directeur des Curricula et des Recherches pédagogiques, Helikanto Rakotovololona, a représenté le ministère de l’Education nationale dans l’assistance à cette occasion. Elle a notamment précisé que le partenariat entre le ministère et le GSDM a déjà été signé en 2018 et que l’intégration de l’agro-écologie dans le système éducatif est déjà pris en compte dans le Plan Sectoriel de l’Education. De son côté, le directeur exécutif du GSDM, Rakotondramanana, a dit qu’ils ont aussi travaillé sur le contenu qui pourrait intéresser les élèves. Toutefois, il ne s’agit pour l’instant que d’un projet pilote qui a été mené dans la région Vakinankaratra. « Les résultats du projet pilote sont plutôt positifs. Maintenant, il faut se pencher sur la mise en œuvre et la diffusion à grande échelle du film afin d’atteindre une très large audience », pouvait-on entendre de la part des différents acteurs de ce projet lors de la projection du film.

Le contenu. Le gros message du film peut se résumer en une phrase : « revoir les pratiques traditionnelles d’agriculture afin de parvenir à une agriculture plus éco-responsable et bénéfique à la fois pour la population et l’environnement ». L’approche utilisée dans l’écriture se caractérise par l’éducation à l’inverse, c’est-à-dire en échangeant le rôle des enfants et des parents. Cette technique souhaite donner plus de poids aux enfants, ce sont eux qui, cette fois, vont apprendre des choses aux adultes. Mais est-ce que cette méthode fonctionne au sein de la société malgache ? Le scénario du film et les témoignages des directeurs d’écoles le confirment même si cela reste à prouver. Si l’on devait rédiger un petit synopsis tout simple de ce moyen-métrage, cela donnerait : « Deux adolescents rentrent de l’école et racontent à leurs parents les méthodes simples qui permettent de préserver l’écosystème surtout en zone rurale. Les parents se posent plusieurs questions sur les problèmes de l’agriculture à la campagne et les deux enfants sont parvenus à apporter des réponses convaincantes à leurs parents ». Et pour la critique, le film est assez simpliste, mais pas mal réussi pour une production locale, surtout qu’il s’agit d’une animation 3D.

Diffusion. Après la publication de plusieurs livrets en 2018, le film d’adaptation est désormais terminé et en libre accès sur le site Internet du GSDM. « Ce film est prévu être diffusé dans les écoles et dans les communes à sensibiliser, notamment dans la région Boeny », a expliqué Mireille Razaka, responsable de la communication au niveau du GSDM. « Nous travaillons également sur le découpage du film en plusieurs parties pour une utilisation plus facile », a confié le directeur exécutif du GSDM, Rakotondramanana.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Stèle de Zafy Albert à Ambohijatovo : Adoption à l’unanimité par le conseil municipal

Le conseil municipal d’Antananarivo a procédé, hier, à la délibération de la mise en place d’une stèle en la mémoire du professeur Zafy Albert érigée dans l’enceinte d’Ambohijatovo. 43 conseillers municipaux ont été présents, lors de cette délibération, ils ont tous voté à l’unanimité pour la mise en place d’une stèle en souvenir de l’homme au chapeau de paille. Faut-il rappeler également que ce conseil municipal a autorisé l’attribution de nom de rue « Professeur Zafy Albert » à la portion de rue se trouvant au niveau du stade d’Alarobia jusqu’au croisement de la rue Ranaivo Paul menant vers Amboniloha, le 5 avril dernier.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Deux braqueurs de cash point arrêtés

Même si le couvre-feu est déjà levé en cette période d’état d’urgence sanitaire dans le cadre de la pandémie de Covid-19, le déploiement des policiers pour effectuer des patrouilles de nuit continue au niveau du Commissariat Central de la Sécurité Publique de la ville du Grand-Port. Au coeur de la lutte contre les actes de grand banditisme dans la localité, cette disposition a porté ses fruits la nuit du jeudi 9 octobre dernier. En effectuant une ronde dans le quartier de Tanambao, aux environs de la gare routière, des éléments de la police ont aperçu deux hommes en train d’enfourcher une moto. Méfiante, la patrouille de la police a décidé de les interroger. Mais, ces derniers ont tenté de s’enfuir dès qu’ils ont vu ces éléments de force de l’ordre. Heureusement, ils n’ont pas pu aller loin. Interpellés, ils ont été fouillés et un pistolet automatique a été découvert sur eux. Ainsi, la patrouille les a tout de suite amenés au Commissariat pour enquête, durant laquelle, il a été révélé que les suspects sont impliqués dans l’attaque d’un cash point commis récemment dans la localité. Ils sont mis en garde à vue auprès de ce commissariat pour la continuité de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Rongony efa ho antsasan-taoniny nafeniny tao anaty « citerne »

Miova tsy horonantsary mihitsy no nalaina tahaka ? Saingy efa mailo sy manana paik’ady manokana hitiliana ireo mpanao trafikan-drongony ireo zandary misahana ny fifamoivoizana amin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Omaly maraina, rongony manodidina ny 17 kitapo teo no tra-tehaka na dia noezahina nafenina tao anatin’irony « citerne » an’ny kamiao mpitondra solika irony aza ! « Traikefa efa ananan’ireo Zandary BPR misahana ny lalam-pirenena amin’iny Ihosy iny ny fitsirihana ireo fiarabe mpitondra solika, satria matetika mitondra rongony avy any Betroka na Toliara » hoy ny vaovao azo. Omaly maraina tokony ho tamin’ny fito ora maraina tany ho any tokoa ary raha nametraka sakana hisavàna ireo fiara rehetra mindrina iny RN7 iny ireo zandary no nahatsikaritra fihetsika hafahafa tamin’ny mpamilin’ity kamiao « citerne ». Tsy nisalàsalàna avy hatrany fa nitondra zavatra hafa ity fiarabe ity fa tsy solika na ranon-javatra hafa velively. Nasaina nidina ny mpamily ary nosokafana teo no ho eo ihany ny saron’ilay fitoeran-tsolika tao aoriana. Tra-tehaka teo araka izany ny gony maromaro feno ravin-kazo maina. Rehefa notiliana akaiky dia fantatra fa rongony maina maromaro, notetehina, natambatra ary nofehezina hahazo endrika lavalava. Nosamborina avy hatrany ny mpamily sy ny mpanampy azy ary nentina natao andrimaso eny amin’ny biraon’ny zandary. Ilay fiarabe kosa naiditra am-balam-pamonjana. Ireo gony feno rongony kosa, izay nitotaly teo amin’ny 352 kilao teo ho eo ny lanjany dia nogiazana aloha mandra-pahavitan’ny famotorana lalina, izay tsy maintsy hiafara tamin’ny sazy henjana hoy ny zandary. Mazava ho azy moa fa saika haparitaka aty an-drevohitra ireto zavamahadomelina ireto. « Ny zandarimaria dia manantitra hatrany fa zava-doza eo amin’ny fiaraha-monina ny fambolena sy fivarotana ary ny fidorohana zavamahadomelina tahaka itony. Ho mafy araka izany ny fikarohana sy ny fanasaziana ». Tsy nikely soroka tokoa ireo mpitandro filaminana tato ho ato izay tamin’ny ady atao amin’ity trafikana rongony ity, hatrany Atsimo ka hatrany Avaratra fa indrindra ireo izay efa tafiditra eto an-drenivohitra. Hatramin’ny niandohan’ny volana teo fotsiny dia efa nahatratra aman-taoniny any ho any ireo rongony tratra ary efa olona maromaro no naiditra am-ponja vokatr’izay.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Association des jeunes maires Analamanga : Prête à voter le 11 décembre prochain

Le président de l’AJMA Rakotoarimanana Henintsoa dit Tôta et non moins maire d’Andoharanofotsy.

Une nouvelle association vient de voir le jour, il s’agit de l’Association des Jeunes Maires Analamanga» (AJMA). Selon son président, Rakotoarimanana Henintsoa dit Tôta, maire d’Andoharanofotsy, « nous sommes prêts à voter le 11 décembre prochain ». Sur la même lancée, le maire d’Andoharanofotsy a souligné que sur les 140 maires que compte la région Analamanga une centaine fait partie de l’AJMA. C’est pour dire la surface que tient cette association dans la région. En outre, il a tenu à préciser que les différentes formations politiques font partie de cette association. Toutefois, a-t-il dit, l’AJMA roule pour le président Andry Rajoelina. Et il a dit que l’association fait de la politique. Pour l’instant, il n’a pas donné de consigne de vote étant donné que pour les sénatoriales, aucun nom n’a pas encore été annoncé officiellement pour le compte de la province d’Antananarivo. La décision ne va pas tarder vu que la clôture du dépôt de candidature pour les sénatoriales est prévue pour le lundi prochain.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Inauguration de la statue de Zafy Albert : L’accès au « Kianjan’ny Demokrasia » limité à 200 per...

Il faudra montrer patte blanche pour franchir le portail du jardin d’Ambohijatovo mardi.

Jour J-3 avant la célébration du troisième anniversaire de la disparition du « Père de la Démocratie » qui sera marquée par une stèle commémorative dans le jardin d’Ambohijatovo.

200 personnes. Pas une de plus mais une de moins ça va. L’accès au jardin d’Ambohijatovo sera numériquement limité lors de la cérémonie d’inauguration de la statue buste du professeur Zafy Albert qui aura lieu ce mardi 13 octobre à 10 heures sur invitation du Président de la République. A ce titre, la Présidence est chargée du dispatching des 100 invitations officielles, en particulier celles des anciens présidents Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana qui honoreront sans doute par leur présence effective, la mémoire de leur prédécesseur avec son « satroka penjy » et son expression « satria fa… ».

Rodobe. En revanche, la répartition des 100 autres invitations revient à Thérèse Zafy. Les invitations émanant de la veuve de l’ancien président ont été lancées hier et transmises à la Présidence pour des raisons de sécurité mais aussi en raison des mesures sanitaires dues à la Covid-19 qui justifient la limitation de l’assistance à 200 personnes au maximum, quand bien même pareil « numerus clausus » ne manquerait pas d’être vu sous un angle politique. Notamment par l’Opposition en général et le RMDM en particulier qui aurait projeté de faire un « Rodobe » au « Kianjan’ny Demokrasia », en profitant de la cérémonie d’inauguration du 13 octobre.

Nominatives. Quoique les prévisions météo du 13 octobre ne soient pas encore connues, le projet de « Rodobe » du RMDM est tombé à l’eau car, à l’instar des billets d’avion promo, les invitations ne sont ni transférables ni modifiables. Elles sont individuelles et nominatives pour ne citer que celle de Me Hanitra Razafimanantsoa. Ou encore celle de Norbert Ratsirahonana dont le nom ne figure pas dans la liste des invitations officielles alors que l’intéressé est un ancien ceci et ex-cela. Pour franchir mardi prochain le portail du « Kianjan’ny Demokrasia », il faudra montrer patte blanche. Voire orange diront certains refoulés à l’entrée dans la matinée, même s’ils pourront toujours se rattraper en assistant à l’expo sur la vie du président Zafy Albert et la série de conférences relatives à son parcours politique.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

23e région : Andry Rajoelina mène des consultations sur place  

Un accueil triomphal de la région Vatovavy Fitovinany pour Andry Rajoelina.

Triomphal. La population de la Région Vatovavy Fitovinany a réservé un accueil chaleureux au président Andry Rajoelina. Ce dernier effectue une visite dans la partie Sud-est de Madagascar depuis hier.

Une foule immense l’a accueilli à son arrivée à l’aéroport local. Au menu de cette visite, recueillir les avis de la population des six districts à propos de la création de la 23e Région qui consiste à séparer Vatovavy et Fitovinany. La question du découpage du territoire Sud-est de la Grande île est source de discordes actuellement, notamment en ce qui concerne le cas du District d’Ikongo. Les avis divergent même au sein des autorités locales. Le Chef de l’Etat a décidé de se rendre sur les lieux pour trancher sur le sujet. D’ailleurs, pour cette visite, il est accompagné du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa et du Secrétaire général auprès de la Présidence de la République, Valéry Ramonjavelo. A peine arrivé à Manakara, le président Andry Rajoelina a rencontré dans la salle de réunion de la Mairie, les autorités de la Région Vatovavy Fitovinany. Ce jour, la délégation présidentielle entamera à Manakara, un dialogue avec les Ampanjaka, les Sojabe et la population locale. La rencontre sera suivie d’un  » nofon-kena mitam-pihavanana « . Demain, il effectuera la même opération de médiation à Namorona et à Mananjary. L’objectif de ces rencontres est de consulter, de sensibiliser et de faire en sorte que la population de Vatovavy Fitovinany trouve un terrain d’entente à propos du découpage des six districts. Faut-il rappeler que les députés et les responsables étatiques à Manakara, Mananjary, Ifanadiana, Ikongo, Nosy Varika et Vohipeno sont divisés par rapport notamment au cas du District d’Ikongo. Pour l’heure, aucun consensus n’a été trouvé malgré les efforts fournis par le Ministère de tutelle et le pouvoir central, particulièrement le président Andry Rajoelina qui a déjà reçu au Palais d’Ambohitsorohitra les élus et les Sojabe issus des six districts. Reste à savoir si après ces rencontres, une entente sera trouvée. En tout cas, de sources bien informées, Andry Rajoelina prendra une décision à l’issue de cette tournée régionale. Il serait même fort possible qu’il annonce sa décision au cours de cette visite.

« Zava-bita ». Mis à part la création de la 23e Région, cette descente dans le Sud-est sera aussi axée par l’inauguration de  » zava-bita « , pour ne citer que le nouveau bâtiment de la Direction Régionale de la Sécurité Publique à Manakara. Ce déplacement sera aussi marqué par la pose de première pierre pour la construction d’un brise-lames à la plage de Manakara Be, la distribution de Vatsy Tsinjo, et de kits solaires. Demain, Andry Rajoelina visitera aussi le centre Tsimanary Zaza de Mananjary. Hier, le Chef de l’Etat a assisté à l’inauguration de l’extension de la Miellerie Ilanga Nature de Mananjary. Cette entreprise de conditionnement de miel venant de 188 apiculteurs issus de 18 communes à Manakara et ses environs. Ce centre a déjà été récompensé sur le plan international. En collaboration avec Fihariana, cette Société lance le projet Soa Tantely qui consiste à octroyer des formations et des financements aux apiculteurs. L’objectif étant d’améliorer la qualité de miel et d’augmenter la production. Le financement de ce projet s’élève à 1 297 700 000 Ariary, et a servi à créer 564 emplois.  Avec cette collaboration avec Fihariana, les apiculteurs de la Région Vatovavy Fitovinany visent une capacité de production de 160 tonnes pour la prochaine saison.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Salles d’examen à part pour les candidats Covid+ asymptomatiques

Cette année, les épreuves du baccalauréat devront se dérouler en total respect des mesures barrières contre le Coronavirus. (Photo d’archives)

Le statut positif au Coronavirus ne leur privera pas d’examen. Les candidats au baccalauréat, confirmés positifs au Coronavirus, mais qui sont asymptomatiques, pourront passer leurs examens, mais seront isolés des autres candidats. Une salle d’examen à part leur sera consacrée, note le ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Les candidats confirmés Covid+ devront ainsi en informer le chef de centre d’examen, qui prendra les dispositions nécessaires.

Rappelons que les épreuves du baccalauréat 2020 débuteront le 19 octobre prochain. Le jour J, les candidats sont invités à rejoindre suffisamment tôt leur centre d’examen en raison des dispositions à prendre dans le cadre des mesures barrières contre la propagation du Coronavirus. Quant aux responsables auprès des centres d’examen, ils sont tenus d’arriver sur place deux heures avant le début des épreuves et d’accueillir aussitôt les candidats déjà présents sur les lieux, en procédant aux prises de température et aux lavagex des mains au savon ou au gel désinfectant. Ce, afin d’éviter les attroupements, tout en veillant à ce que les épreuves puissent commencer aux heures prévues, sans retard. Les appels des noms des candidats débuteront ainsi plus tôt, afin de pouvoir commencer les épreuves à 7h le matin et à 13h30 l’après-midi.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Le défi du développement du Sud de la Grande île

Plusieurs décennies après la proclamation de l’indépendance, le Sud de la Grande île reste toujours sous la menace de la sécheresse. Le problème est récurrent et, avec lui, survient le kere qui touche presque toute la population. Cette année, la région n’a pas été épargnée par ce phénomène climatique qui a provoqué une disette assez grave. L’alerte lancée par une élue du coin a provoqué un véritable branle-bas de combat du pouvoir, qui a décidé de venir en aide aux nombreux sinistrés. La mobilisation des moyens disponibles a été immédiate. Un plan d’aide urgence a été élaboré. Cependant, ce sont des solutions à long terme qui vont être proposées pour que les habitants du Sud de Madagascar n’aient plus l’impression d’être des laissés pour compte. Le déplacement du chef de l’Etat sur place a été le signe de sa volonté de s’impliquer dans le développement de la région. Les intentions ont été clairement dévoilées et tout le monde attend leur réalisation. C’est tout le gouvernement qui est impliqué dans ce nouveau défi. Après la lutte contre la Covid 19, c’est un autre combat qui est mené, celui mené contre la famine et la sécheresse.

La capitale est en train de suffoquer sous la chaleur estivale; et ses habitants supportent tant bien que mal la pollution due aux gaz d’échappements émis par des centaines de milliers de voitures circulant dans la ville. Antananarivo est une des villes les plus polluées du monde et le mal vivre est en train de s’installer chez une population préoccupée par sa lutte pour la survie. C’est l’un des multiples maux auxquels la mairie doit s’attaquer. Son équipe essaie de mettre en place une politique cohérente, mais cette dernière mettra du temps à apporter de véritables changements. Le budget de la commune a été adopté non sans mal. Une partie des conseillers municipaux est décidée à faire entendre sa voix, mais elle a été obligée, à son grand dam, de s’incliner.

Sur le plan international, c’est encore et toujours la Covid-19 qui reste l’un des sujets les plus préoccupants du moment. L’épidémie continue sa progression dans le monde. Les Etats Unis, l’Inde et le Brésil sont toujours les pays les plus touchés. L’espoir de voir la mise à disposition d’un vaccin aux équipes soignantes est toujours aussi fort, mais ne débouche pour l’instant sur aucune nouvelle sérieuse. Les équipes médicales s’opposent sur la question du protocole sanitaire à suivre. Mais on en revient toujours à la nécessité du port du masque et au respect des gestes barrières. Le confinement n’est plus préconisé, mais les fermetures des restaurants et des bars sont imposées dans différentes villes. C’est la mesure prise par les autorités sanitaires françaises en tout cas.

La campagne présidentielle américaine s’impose dans le paysage médiatique de tous les pays. Le monde entier s’intéresse à son évolution et s’interroge sur les chances de chaque candidat. L’élection de cette année peut influer sur l’évolution de la politique internationale. L’actuel locataire de la Maison blanche est à la traîne dans les sondages, mais il continue de crever l’écran. Malgré sa personnalité clivante, il continue de fasciner. La majorité des Américains l’a pris en grippe, mais il peut encore réserver des surprises. Il a d’ailleurs refusé la tenue d’un deuxième débat avec son rival car il devait être virtuel.

C’est un nouveau défi que le pouvoir va lancer après avoir presque réussi à maîtriser l’épidémie de Covid-19 ; l’occasion lui est donnée de résoudre une fois pour toute les problèmes du Sud de la Grande île. Après des décennies d’indifférence des gouvernants, cette région peut espérer voir la mise en place d’un véritable plan de développement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Affaire bois de rose : Le verdict en appel de Jaovato rendu le 14 octobre

Dans une affaire concernant une vente de bois de rose, le nom de l’ancien député Jean Pierre Laisoa, dit Jaovato, apparaît dans le dossier et qui l’oppose à un autre opérateur de la région Sava, nommé BCC. Ce dernier reproche à Jaovato d’avoir manqué le paiement d’une transaction d’environ 1 585 408 000 Ar, après les livraisons de cargaisons de bois de rose, qui remontent en 2012 et 2013. Des livraisons niées par l’ancien député qui affirme « n’a jamais fait affaire avec BCC » connu pour être un exportateur de bois précieux dans la région. Pourtant, ce dernier persiste et signe sur l’existence des livraisons de bois précieux au bénéfice de Jaovato. La tension entre les deux opérateurs a été à son comble. BCC a foncé contre l’ancien parlementaire et traîne l’affaire en justice.

Main levée. Le 21 août dernier, BCC a obtenu gain de cause et le tribunal lui a autorisé à pratiquer la saisie arrêt de tous les comptes bancaires et bien immeuble de l’ancien député Jean Pierre Laisoa, dit Jaovato, à hauteur de la créance. Mais l’ancien député a décidé de riposter. Le 17 septembre dernier, deux mois après la publication du verdict sur la saisie, Jaovato a décroché, auprès du tribunal de première instance, une main levée de la saisie conservatoire rendue par l’ordonnance sur requête n° 5910 en date du 21 août 2020. Une décision qui n’est pas du goût de l’autre partie qui a, ensuite, interjeté en appel. L’audience a eu lieu le 7 octobre dernier et le tribunal devrait se prononcer sur le dossier le 14 octobre prochain.

Interdit. Cette affaire qui attend le verdict du tribunal révèle alors qu’une vente de bois précieux a eu lieu en 2012 et 2013. Et ce malgré l’entrée en vigueur de l’ordonnance 2011-001 en date du 08 août 2011 qui a formellement interdit la coupe, le transport, et la commercialisation de bois de rose sous quelle forme que ce soit. Devant le tribunal, BCC a affirmé avoir livré des rondins de bois de rose les mois de novembre 2012 et avril 2013, s’élevant à une valeur d’environ 1600 000 000 Ar. Un aveu d’une opération qui viole les dispositions de cette ordonnance interdisant la vente de ce type de bois précieux, très prisé sur le marché asiatique à l’époque.

Trafic. Reste à savoir alors si BCC a été en mesure de démontrer la légalité de son opération devant le tribunal, en présentant, par exemple, une facture en bonne et due forme de la livraison, une autorisation de transport, une pièce justificative de la redevance payée à l’Etat, des justificatifs de transport des cargaisons. L’existence de ces documents contribue à démontrer que l’opération a été légale, mais dans le cas contraire, l’opération ressemble à un trafic. Quoiqu’il en soit, une telle affaire devrait interpeller les hauts responsables et les organismes nationaux œuvrant contre les trafics de tous genres et la corruption.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Un prix Nobel de la paix amplement mérité  

« Le prix Nobel de la paix est attribué au Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies. Il est récompensé pour ses efforts de lutte contre la faim, pour sa contribution à l’amélioration des conditions de paix dans les zones touchées par les conflits, et pour avoir joué un rôle moteur dans les efforts visant à empêcher l’utilisation de la faim comme arme de guerre », a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen. Cette récompense valorise plus que jamais le rôle de cet organisme des Nations unies qui aujourd’hui intervient dans le sud de Madagascar où sévit le Kere. Elle est un des intervenants les plus importants de ce drame qui touche une population totalement désemparée.

Un prix Nobel de la paix amplement mérité

Le PAM est engagé dans le soutien des peuples en détresse du Sud. Aujourd’hui, il apporte son aide sans aucun parti pris. Il a été présent dans toutes les zones de guerre ou dans les endroits touchés par des catastrophes humanitaires. À Madagascar, il a toujours été présent dans le sud où la malnutrition a fait des ravages. Il est venu en appui de l’action de l’Unicef qui avait alerté sur le mauvais état de santé des enfants dans le Sud. Aujourd’hui, la détérioration des conditions climatiques a entraîné une sécheresse alarmante. La terre aride n’a permis de faire aucune récolte et la population a d’abord été contrainte de  manger des cactus. Puis, les éléments les plus faibles ont vu leur santé se détériorer. Ce sont les enfants qui ont pâti de cette situation. L’annonce de la mort de huit d’entre eux n’a fait que renforcer l’inquiétude de tous. Les clichés de jeunes au corps décharné publiés dans la presse ont définitivement convaincu les sceptiques. Sans attendre, le PAM a annoncé que 8 000 tonnes de vivre allaient être acheminées dans le Sud et distribuées. L’attribution de ce prix Nobel de la paix illustre parfaitement la reconnaissance du rôle qu’il joue aujourd’hui. Il illustre parfaitement la vocation des organismes des Nations unies, celle d’être présent aux côtés des populations qui souffrent.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fahavetavetàna amin’ny Facebook : Karohin’ireo mpitandro filaminana fatratra i « Lee Stuvene » sy n...

Tsy vitan’ny fampisehoana sary sy horonantsary mamoafady eny amin’ny tambajotra sosialy fa mbola mampihatra herisetra ara-nofo amin-jaza tsy ampy taona ihany, koa na ilay antsoina hoe « pédophilie ». Ireo anenjehana ka hikarohana fatratra ny tompon’ny kaonty Facebook « Lee Stuvene Landot Craya’s » sy ny rahalahiny. Nandray ny andraikiny avy hatrany tokoa ireo mpitandro filaminana manoloana ny fihetsika nasehoan’ity lehilahy iray sy ny rahalahiny tao anaty tambajotra sosialy. Sary sy horonantsary nahatafintohina olona maro. Nandefa fampilazàna avy hatrany na ny pôlisy na ny zandary, ho an’izay mahita na mahafantatra ireto tovolahy ireto na ny ray aman-dreniny mba hampandre azy ireo avy hatrany na hanatona ny biraon’ny mpitandro filaminana akaiky azy ireo. Na izany aza aloha, dia miangavy ireo mpiserasera anaty tambajotra sosialy ireo mpitandro filaminana mba « hitoroka (signaler) io compte io amin’ny foibe Facebook, mba hahafahana mamafa izany », « tsy hizara na hanoina (réagir) amin’ireo sary sy horonantsary izay efa nivoaka ». Mazava mantsy ny voalazan’ny andin-dalàna mifehy ny « cybercriminalité », hoy ny fanazavàna azo hatrany, izay voarakitra ao amin’ny lalàna 2014-006, eo amin’ny andininy faha-22 : « ny fanaovana horonantsary manana endrika mamoafady mampiseho an-tsehatra ankizy ny fampisehoana amin’ny fomba rehetra , ankizy manao fihetsiketsehana momba ny firaisana ara-nofo mivantana, tena izy na miafina, na izay rehetra fampisehoana ireo taovam-pilahiana na fivavian’ankizy iray, izay manana tanjona filāna ara-nofo dia sazian’ny lalana 2 hatramin’ny 5 taona an-tranomaizina ary mandoa onitra 2 000 000 ar hatramin’ny 10 000 0000 ar ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

EPP Andranosoa : Bientôt une cantine scolaire  

Photo de famille lors du lancement officiel des travaux de construction de la cantine scolaire de l’EPP Andranosoa.

Les travaux de construction d’une cantine scolaire auprès de l’EPP Andranosoa ont officiellement été lancés le 9 octobre dernier. Une initiative signée association Mahalaza Soa, présidée par Saholy Jean-Marie, en collaboration avec ses partenaires tels que Forim/Praosim/AFD et Fact-Madagascar. Pour ce faire, les acteurs se sont mobilisés afin de réhabiliter un bâtiment existant afin de le rendre aux normes pour accueillir les élèves de l’EPP Andranosoa dans un cadre agréable, motivant et respectant les règlements en matière de construction. Il conviendrait de noter que des enquêtes ont été menées auprès de différentes entités du Fokontany Andranosoa afin de déterminer les axes prioritaires de l’association Mahalaza Soa. Entre autres, auprès du maire de la commune rurale Ambohimalaza, du président du Fokontany, des sages du village, des enfants rencontrés dans les rues, des instituteurs, du médecin du Centre de Santé de Base niveau II. Outre les travaux de réhabilitation pour mise en place de la cantine scolaire, des sessions de formation à l’intention de l’équipe pédagogique, des parents d’élèves, des villageois intéressés par le projet seront organisées.

Recueillis par José Belalahy