Les actualités à Madagascar du Lundi 10 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara68 partages

AKHAMA : Pour le « Ni… Ni »

L’AKHAMA ou « Akama Hampandroso an’i Madagasikara » a été constitué officiellement hier à Toamasina où se trouve son siège.  « Nous ne partageons pas la position du RMDM qui veut participer à un gouvernement de salut public », déclare d’emblée son président Omar Dieudonné. Et d’ajouter dans la foulée que « AKHAMA est pour le Ni… Ni. C’est-à-dire Ni Rajoelina Ni Ravalomanana ». La raison d’être de cette nouvelle plateforme est de « mobiliser les Amis pour bâtir un Madagascar empreint de grandeur et de dignité, une Grande Île heureuse ».

Elan unitaire. AKHAMA ou AMIPROMADA appelle à « un élan unitaire de tous les citoyens afin de réfléchir ensemble et en toute liberté pour une véritable bonne gouvernance, gage du développement du pays ». Omar Dieudonné appelle tout particulièrement « les Amis épris de patriotisme à oser dire la vérité pour rétablir la justice sociale et assurer la répartition équitable des richesses ».

R. O

Midi Madagasikara7 partages

Andry Rajoelina : Reprise des activités jusqu’à 17h à Tanà

La lutte contre le coronavirus est loin d’être terminée. Devant une courbe qui tarde à fléchir pour montrer des statistiques toujours aussi préoccupantes, le gouvernement vient de prolonger pour une nouvelle fois l’état d’urgence sanitaire dans le pays mais assouplit les mesures de confinement.

La fin de la lutte contre le coronavirus est encore loin. Pourtant l’Etat veut davantage assouplir les mesures de confinement, non seulement pour donner plus de souffle à l’économie déjà asphyxiée de ces derniers mois de crise sanitaire mais aussi, car les indicateurs qui avaient alerté le gouvernement commencent à diminuer. En effet, dans la région Analamanga, le président de la République a annoncé, hier, lors d’une émission spéciale, que tous les secteurs d’activités peuvent travailler jusqu’à 17h si cet horaire a été fixé jusqu’à 13h ces quinze derniers jours. « On a passé le pic et on est actuellement en phase de début de décroissance dans la région Analamanga » a soutenu le chef de l’Etat.

Déconfinement total. « On ne doit pas baisser les gardes » a exhorté, en revanche, le président de la République. Si les fonctionnaires, quant à eux, peuvent alors reprendre le travail, les écoles resteront encore fermées dans toute l’île pour éviter de créer un foyer de contamination et pour préserver la santé des enfants. Mais, le président de la République a rassuré que « les examens officiels auront lieu aux dates indiquées, mais, seront adaptés au contexte de crise ». Les mesures relatives à l’interdiction des réunions publiques et des compétitions sportives aussi ne seront pas encore levées comme le maintien de la fermeture des routes nationales. Pour la région Analamanga, le transport funèbre vers d’autres régions reste toujours interdit et, aussi, les transports publics par les taxi-be. Dans la région Atsinanana, en revanche, où la ville de Toamasina est en phase de « fin de l’épidémie », le déconfinement sera total.

Paris. Aucun vol ne sera aussi autorisé à l’intérieur du pays. Pourtant, le ciel malgache ouvrira exceptionnellement pour rapatrier certains ressortissants qui sont bloqués à l’extérieur. Des vols spéciaux de la compagnie nationale Air Madagascar seront organisés pour les transporter vers le pays, a affirmé le président de la République. Pour les Malgaches bloqués en Europe, deux vols spéciaux partiront de l’aéroport Paris Charles De Gaulle le samedi 15 et 22 août prochains. Le 29 août, un autre vol spécial va rapatrier les Malgaches bloqués en Inde. A leur arrivée, ces passagers seront soumis à des contrôles sanitaires spécifiques à l’aéroport et passeront un test PCR à leur arrivée à Ivato. Ils seront systématiquement mis en quarantaine jusqu’aux résultats de ce test qui devrait durer « environ trois jours » selon le chef de l’Etat.  L’Etat annonce également des mesures exceptionnelles pour les étudiants malgaches qui sont bloqués au pays depuis le début de la crise alors qu’ils devront reprendre leur scolarité à l’extérieur. Un vol exceptionnel va les embarquer d’Ivato vers Paris le 21 août prochain. Ils seront ainsi invités à faire les  démarches à cet effet auprès de la compagnie Air Madagascar en présentant un justificatif d’inscription et un document de visa qui justifieront leur déplacement.

72 milliards. Les impacts des mesures du confinement sur l’économie ont été énormes, a partagé le président de la République. A cet effet, l’Etat a mis en œuvre des mesures pour les atténuer auprès des ménages en mettant en place les projets de filets de sécurité sociale comme le Vatsy Tsinjo et le Tosika Fameno. Mais, chaque ménage ne peut pas bénéficier des deux projets, a soutenu le président de la République. Avec le Vatsy Tsinjo, l’Etat a déboursé 72 milliards ariary pour faire bénéficier aux plus démunis des colis alimentaires. Mais depuis quelques jours, l’Etat décide de revoir sa copie à propos de la distribution de ces aides sociales et remanie la liste des bénéficiaires sur la base d’une enquête menée actuellement par les fonctionnaires dans les quartiers. Aussi, selon Andry Rajoelina, l’Etat va s’approvisionner, au prix réel, des produits fermiers auprès des producteurs locaux, essentiellement dans l’Itasy et  le Vakinankaratra, pour fournir le panier de Vatsy Tsinjo. Quant au projet « Tosika Fameno », chômeurs, travailleurs précaires et handicapés, peuvent en bénéficier, selon la déclaration du chef de l’Etat. A Antananarivo 189 400 ménages sur les 320 000 ménages sont ciblés par ce projet, s’ils sont 30 000 à Toamasina, 10 000 à Fianarantsoa, 23 000 à Tuléar. Les villes de Manakara et de Fort Dauphin bénéficieront aussi de ce soutien, a affirmé hier le président de la République.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Dépistage de la Covid-19 : Interdiction pour les laboratoires privés

(Photo d’archives)

Dans un communiqué, le ministère de la Santé publique fait savoir que le dépistage de la Covid-19 dans les laboratoires et cliniques privés n’est pas autorisé. Ceci fait suite à la découverte que certains cliniques et hôpitaux privés proposent des tests de dépistage à leurs patients ces derniers temps. 

Aucun  laboratoire outre ceux autorisés par le ministère de la Santé publique ne peut proposer de test de dépistage de la maladie de coronavirus. « Toute transgression à cette disposition est passible de sanctions, voire aboutir à la fermeture de l’établissement » prévient le ministère de la Santé publique dans un communiqué publié il y a deux jours. Une disposition sujette à polémique au niveau de l’opinion publique. De nombreuses personnes sont indignées par cette règle, jugeant que les longues files d’attente dans les centres de dépistage habituels représentent des freins pour une partie de la population. Un des points qui font que beaucoup sont réticents à l’idée de se faire dépister. Or, les tests de dépistage figureraient parmi les mesures nécessaires pour maîtriser la propagation de cette maladie. 

TDR et PCR. En outre,les donations continuent dans les diverses communes du pays, des lots de Tests de diagnostic rapide (TDR) sont remis au niveau des Fokontany par différentes entreprises privées dans le cadre de leur responsabilité sociétale. De plus, « le TDR peut être utilisé par presque tout le monde » selon le président du syndicat des paramédicaux.  Contrairement au PCR (Polymerase Chain Reaction), ce type de test nécessite une analyse en laboratoire des éléments prélevés chez la personne. Peut-être que le ministère de la Santé publique a oublié de préciser dans son communiqué la différence entre les deux types de tests et que cette disposition concerne surtout le dépistage par PCR et GeneXpert et non le test de diagnostic rapide. 

Problème de moyens ? Pour l’heure, malgré les importations importantes de consommables médicaux, le nombre de tests à disposition reste insuffisant par rapport au nombre d’habitants. Une situation qui n’a pas connu de grands changements depuis l’arrivée de l’épidémie au mois de mars jusqu’à aujourd’hui. Les tests sont encore majoritairement réservés aux cas symptomatiques dans les centres de dépistage. Néanmoins, ces dernières semaines, des nouveaux centres de dépistage utilisant les deux technologies : GeneXpert et PCR ; sont sur le point de voir le jour. Ce qui devrait permettre d’accroître grandement le nombre de tests effectués au quotidien pour obtenir un meilleur aperçu de l’étendue de cette épidémie de Covid-19 à Madagascar. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

« Vatsy Tsinjo » : Descentes des ministres dans les quartiers

La distanciation sociale est respectée pour la distribution des aides sociales mais dans la plupart des cas, elle n’est pas respectée. (Photo d’archives)

La répartition et la distribution des aides sociales ont engendré des mécontentements ces derniers temps. A tel point que le Président de la République a fait des descentes sur place pour constater de visu la réalité. Les membres du gouvernement se sont également impliqués par la suite.   

Pour endiguer la propagation du Coronavirus, le pouvoir central a pris des dispositions notamment en procédant à des aides sociales. Ainsi, le ministre des Affaires Etrangères, Liva Djacoba Tehindrazanarivelo, a procédé samedi dernier à une descente dans 10 quartiers de la capitale. Il a débuté à Ampefiloha pour se rendre par la suite aux 67 Ha. Il s’agit notamment du recensement de la population et qu’après l’on va décider qui aura droit ou non au « Vatsy tsinjo ».  Notons que le jour précédent, la ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Voahary Rakotovelomanantsoa et la ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy ont fait des descentes, hier, dans certains quartiers de la capitale et de la périphérie. Elles sont venues notamment pour constater de visu la concrétisation du « Vatsy Tsinjo ».

Recensement. Selon la ministre de l’Eau, on a réuni le chef de district, les délégués au maire et les chefs Fokontany du IVe arrondissement. Cette  réunion rentre notamment dans le cadre de l’amélioration de la liste au niveau des Fokontany, plus précisément l’on va procéder à un recensement de la population. A elle de déplorer que des gens arrivent à confectionner des carnets-pokontany qui évidemment ne sont pas authentiques. De son côté, la ministre de la Communication et de la Culture s’est rendue dans la commune de Tanjombato. Elle a tenu à souligner que les critères de sélection de ceux qui doivent bénéficier des aides sociales notamment de « Vatsy Tsinjo » doivent être bien menés. Force est de constater que bon nombre de gens se plaignent de la désorganisation dans la manière de distribuer ces aides sociales. A tel point qu’à un certain moment, il y avait eu des manifestations revendiquant plus de transparence quant à la gestion de ces aides sociales.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Faritra Ihorombe : « Quartiers mobiles » 1770 vita fiofanana

Ny zoma lasa teo no nifarana ny fiofanana nomena an’ireo olona an’arivony mahery nirotsaka ho « quartiers mobiles » tany amin’iny faritra Ihorombe iny. Lanonam-pamaranana izany no natao tany an-toerana, izay notronon’ireo manam-pahefana sivily sy miaramila. Fantatra fa haparitaka manerana ireo distrika telo ao anatin’ny faritra izy ireo : 1443 ao amin’ny distrikan’Ihosy, 138 any Iakora ary 189 ao Ivohibe. Samy hahazo ny anjarany avokoa araka izany ireo kaominina 31 mandrafitra ireo distrika ireo ka heverina fa hisy quartiers mobile dimy isam-pokontany. Izy ireo moa dia marihana fa handray anjara mavitrika ao anatin’ny ady amin’ny tsy fandriam-pahalemana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara1 partages

Mort du Colonel Faly Andriamampiadana : Une grosse perte pour la gendarmerie et le sport

Coup dur pour le sport la gendarmerie qui vient de perdre, le 3 juillet dernier, l’un de ses plus fidèles serviteurs, le Colonel Faly Andriamampiadana. Un grand passionné du sport qui n’hésite pas à retrousser les manches là où le devoir l’appelle.

Le Colonel Faly laissera un grand vide dans le milieu du sport de la Gendarmerie mais même en dehors car il était toujours là pour rendre service. Modeste toutefois, il se mettait volontairement à l’écart lors des remises des oscars. C’était le cas notamment quand il s’assurait que les volleyeurs de la Gendarmerie ne manquaient de rien. Mais quand ces derniers s’emparaient du titre de champion de Madagascar, il était derrière pour laisser le SEG Didier Paza récolter les lauriers qui avait lui aussi tout mis en œuvre pour faire des gendarmes des grands champions. À l’époque le Colonel Faly occupait le poste de Directeur de Cabinet de son grand ami Paza avec le même dévouement. Une de ses qualités qui lui ont valu la confiance des Français qui lui offraient le poste de Coordonnateur général du Département de la Sécurité des 3èmes Jeux de la Francophonie du 27 août au 6 septembre 1997 à Tana. Une expérience qui lui a permis d’occuper pratiquement le même poste aux 7èmes Jeux des Îles de l’Océan Indien de 2007. Bref des fonctions qui montrent qu’il reste attaché au sport. Bouliste, le Colonel Faly a pu réaliser son rêve en propulsant ses deux fils, Sitraka et Rinah, sur le toit du monde à Brno en République Tchèque. Au retour euphorique au pays de ces juniors avec Lahatra et Toutoune, le Colonel Faly laissait le président de la fédération de pétanque, Bruno Ravoaja, prendre le devant. Sa modestie légendaire est bien connue de tout le monde et de ses amis de la 11ème promotion de l’Académie Militaire à Antsirabe. En onze années de port de grade, ce Colonel vraiment pas comme les autres a pratiquement tout vu et tout connu. Si ses frères d’armes de l’ACMIL sont passés aujourd’hui dans les rangs des Généraux, il est resté avec ce grade de Colonel sans broncher se contentant souvent de se perfectionner dans sa vie de tous les jours.

On citera ces stages en France notamment à Compiègne et à Rennes mais aussi à Paris pour une formation continue en économie des transports à l’École Nationale des Ponts et Chaussées. Une autre facette de sa polyvalence. Il a aussi été en Côte d’Ivoire à l’École de Maintien de la paix de Zambakro. En un mot une carrière bien complète avec en plus cet amour pour le sport et les sportifs.

Clément RABARY 

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Madagascar a reçu une aide de l'agence française du développement (AFD)

La crise sanitaire se maintient à Madagascar. Plus de 4 mois maintenant que le pays est en état d'urgence, entraînant plusieurs conséquences autant sanitaire qu'économique. L'économie est l'un des principaux secteurs impactés par cette crise.
L'agence française du développement ( AFD) a décidé, en conséquent, d'octroyer une aide financière pour Madagascar. L'objectif est de soutenir le pays, pour faire face à cette crise économique et sanitaire, afin les personnes les plus vulnérables puissent, elles aussi, être soutenue. La somme est de 15 000 000 d'euros, les signatures ont été faites lors de la journée d'hier avec le gouvernement et les représentants de l'AFD.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : plusieurs points évoqués par Andry Nirina Rajoelina

Une nouvelle fois, le président de la République a pris parole afin de communiquer au peuple malgache l'évolution de la situation d'état d'urgence sanitaire. Le secteur du tourisme pourra reprendre à partir du mois d'octobre pour l'île de Nosy Be, selon lui. Les touristes devront passer le test PCR avant de franchir le territoire. Les étudiants malgaches, qui devront poursuivre leurs études à l'étranger sont autorisés à sortir du pays, mais sont dans l'obligation de disposer un visa. Ceux qui se trouvent dans les périphéries peuvent rejoindre la capitale, pour régulariser leurs paperasses. Ces étudiants sont invités à venir auprès d'Air Madagascar afin de bénéficier plus d'informations. Un vol pour les étudiants allant en Europe est prévu ce 21 Août prochain. Les rapatriements, suite aux demandes des Malgaches toujours coincés à l'étranger se feront également à partir de ce mois ci. Des vols sont déjà prévus pour ceux de l'Europe et de l'Inde. Pour ceux d'autres territoires, ils sont invités à rejoindre l'ambassade de Madagascar sur les lieux et devront également prendre en charge leurs frais. La digitalisation des carnets pour le Fonkotany commencera aussi cette semaine, par la mise en place des codes sur ces carnets.
Au sujet des nouvelles mesures, pour les 15 autres jours d'état d'urgence sanitaire à venir pour Madagascar, le président lève le confinement pour la région d'Antsinanana. Analamanga rentre en déconfinement progressif, tout en maintenant les couvres feu de 21 heures à 4 heures du matin. Les bus ne seront pas encore autorisés à travailler pour la capitale. L’horaire de travail est élargi jusqu’à 17h. Les personnes vulnérables ont le droit de ne pas encore retourner au travail et cet arrêt sera sans conséquence sur leur salaire. Les autres mesures de base sont maintenues, comme l'interdiction de réunion de plus de 50 personnes, des fêtes et événements, le port des masques ou encore la distanciation sociale. Malgré le déconfinement progressif, chacun devra tout de même rester chez soi dans la mesure du possible. Pour les autres régions, les centres de commandement opérationnel présents dans chaque région décideront des mesures spécifiques. Les vols locaux sont toujours fermés. Les cours sont toujours suspendus, mais les examens officiels seront maintenus.
Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny Covid 19Nahazo fitaovam-pitiliana TDR an-jatony i Ambatolampy

Noho ny fisian` ny firesahana tamin` ny mpiara-miombon` antoka dia nisy tamin` ireto farany no namaly ny antson` ny kaominina Ambatolampy ka nahafahana nahazo fitaovam-pitiliana TDR maromaro an-jatony. Ankoatra izay, nohamafisin` ny ben` ny tanàna hatrany fa hentitra amin` ny fametrahana ireo fepetra ara-pahasalamana toy ny sakana ara-pahasalamana, ny fanaovana aro-tava, ny tsy fanaovana hetsika famoriam-bahoaka ary fandrarana ny hetsika ara-kolontsaina sy ara-panatanjahantena... ny kaominina izay tantaniny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Covid 19Tonga ny andiany voalohan’ny “concentrateurs d'oxygène"

Tonga omaly 9 aogositra 2020 teny amin'ny seranam-piaramanidina Bani Ivato ny fiaramanidina nitondra ny andiany voalohany tamin'ireo "concentrateurs d'oxygène" sy ireo "lunettes nasales à oxygène".

 

 Fitaovana natokana hitsaboana ireo mararin'ny covid-19 manana olana eo amin'ny taova-pisefoana na ireo antsoina hoe: “forme grave”. "Ho tsinjaraina avy hatrany manerana ireo faritra ahitana ny valan'aretina ireto fitaovana ireto ", hoy ny Filoha Andry Rajoelina teo am-pandraisana izany teny Ivato. Ny tanjona, hoy izy, dia ny mba tsy hisy intsony ireo aina hafoy noho tsy fahampian'ny fitaovana hitsaboana ireo mararin'izao valan'aretina izao. Efa tamin’ny tapa-bolana lasa no niresahan’ny Filoha ny hahatongavan’ny andiany voalohany fa ho avy afaka fotoana fohy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitarana ny « Fahamehana ara-pahasalamana »Mifanipa-kevitra ireo lehiben’ny andrimpanjakana

Nitarina 15 andro ny fahamehana ara-pahasalamana. Ny Didim-panjakana laharana faha-2020-890 tamin’ny 08 aogositra 2020 no manambara

 

ampahibemaso fa mipetraka eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara manomboka ny 08 aogositra 2020 ny «Fahamehana ara-pahasalamana» ary mihatra avy hatrany. Noraisina nandritra ny Filankevitry ny Minisitra io didim-panjakana io, taorian’ny fakan-kevitra natao tamin’ny ny Filohan’ny Antenimierandoholona, Filohan’ny Antenimieram-pirenena, ary ny Filohan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana. Tsy nifanarahana io nandraisana fanapahan-kevitra hanitarana 15 andro indray io « Fahamehana ara-pahasalamana » io. Misy filohana andrimpanjakana anisan’ireo nakan-kevitra nangataka ny hampiatoana avy hatrany io fahamehana ara-pahasalamana napetraka eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara hatramin’ny marsa 2020 io. Tao anatina taratasy nifanakalozan’ireo samy lehibena andrimpanjakana momba izany, tamin’iny faran’ny herinandro iny, no nilazany tamin’ny teny mahitsy fa ny mpitondra ihany no tsy manaja sy manosihosy ankitsirano ireo fepetra napetraka mba hiadiana amin’ity valanaretina coronavirus ity. Efa tena sahirana ihany koa ny Vahoaka, hoy hatrany ilay filohana andrimpanjakana ka fepetra ara-pahasalamana mifanaraka amin’izany ary an-tsitrapo no tokony raisina.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19 Madagasikara13 no maty tao anatin’ny 48 ora

Olona 13 no lavon’ny coronavirus tao anatin’ny 48ora farany satria 6 ny sabotsy teo (03 Analamanga, 02 Vakinankaratra, 01 Matsiatra Ambony), ary 7 kosa omaly alahady (05 Analamanga, 01 Betsiboka, 01 Matsiatra Ambony).

 

Tafiakatra 148 ny maty hatramin’izay, ka ho an’ny tapa-bolana farany teo nisian’ny hamehana ara-pahasalamana faha-10, dia nahatratra 63 ny olona lavo. Tsy mijanona eto Antananarivo intsony, fa saika isan’andro no hisiana olona maty any amin’ny Farita hafa. Mitotaly 13 086 ny voa rehetra hatramin’izay. 214 ny olona vaovao voa ny sabotsy, ary 164 kosa omaly alahady. Ny 127 tamin’ireo omaly, dia Analamanga, 10 Mahajanga (06 Faritra Boeny, 03 Betsiboka, 01 tany Antsohihy Faritra SOFIA); 12 Antsiranana (12 Faritra DIANA:07 Ambilobe, 05 Antsiranana); 15 Toliara (02 Toliara, 01 Faritra Anosy, 12 Faritra Menabe). Miakatra hatrany ihany koa ny voa any amin’ny faritra. 48 498 ny fitiliana rehetra hatrizay, nahitana ireo tranga 13 086 ny voa 26,98% izay ambony tokoa. Manome 0,22% amin’ny vahoaka Malagasy 27 759 611 kosa ny tahan’ny fitiliana 48 498 vita hatrizay.

MAHERIN’NY 82% NY TAHAM-PAHASITRANANA

Ny 10 816 tamin’ny 13086 voa no efa sitrana, ka 212 ny vaovao omaly, ary 192 ny sabotsy teo. Mahatratra 82,65% ny taham-pahasitranana hatreto. 2122 na ny 16,21% tamin’ny voa mbola manaraka fitsaboana. Nisy fihenany 5 ny "forme grave" ka 90 izy ireo. Ny 70 ato amin’ny Faritra Analamanga, 06 Faritra Vakinankaratra, 10 Faritra Matsiatra Ambony, 04 Faritra Boeny . Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Covid 19Ireo nahazo alalana ihany no afaka manao fitiliana

Namoaka fanambarana ny minisiteran` ny fahasalamam-bahoaka fa maro ireo toeram-pitsaboina sy hopitaly tsy miankina milaza fa manao fitiliana momba ny valanaretina Covid 19.

 

 Nohamafisin` izany fanamabarana izany hatrany fa ireo ivotoeram-pitiliana izay nahazo alalana sy fankatoavana avy amin` ny minisitera ihany no afaka manao izany fitiliana izany. Misy fepetra ho raisin` ny minisitera ho an` ireo izay minia mandika izany ary mety hiafara amin`ny fanakatonana ny toeram-pitsaboana raha ny voalazan` ny fanambarana hatrany. Ny Institut Pasteur de Madagascar, ny laboratoaran’ny CICM, Hopitaly Befelatanana sy HJRA  ary ny LA2M hatreto no ofisialy fa manao ny fitiliana momba ny Covid 19 eto Madagasikara, eo ihany koa ilay fitiliana tselatra GenExpert.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Toamasina IINitokona ireo mpitatitra sy mpivarotra fasika

Nanaitra ireo tompon’andraikitry ny kaominina Antetezambaro Tetezamaro disitrika Toamasina II mikasika ny fiaraha-miasa eo amin` ny mpitantana ny kaominina ny fikambanan` ireo mpitatitra sy mpivarotra fasika ao Toamasina (FMMFT).

Misy, araka ny fanazavana, olana amin` izay fiaraha miasa izay indrindra eo amin` ny fitakiana tamberim-bidy ataon` ny kaominina. “Ny 06 feborary dia nanantona ny ben` ny tanàna ny fikambanana. Nisy fifanarahana (convention) nifanaovana saingy tsy navaokan` ity ben` ny tanàna ity raha tsy ny volana jolay izany no sady mbola tsy nifanaraka tamin` ny zavatra nodinihana sy notapahina. Misy hatrany ny fitakiana tamberim-bidy (ristourne) kanefa raha tokony ho izy dia mijanona 19 martsa izany satria nanomboka teo ny fihibohana” hoy Rakotondrazafy Jeremia, filohan` ny FMMFT. Namafisiny hatrany fa tsy voahaja io fifanarahana io. Etsy ankilany kosa dia nanambara ny ben` ny tanànan`Antetezambaro, Andriamihaja Jeannot Désiré, fa efa voavinavina niaraka tamin ireo tomponandraikitry ny faritra io sandan io tamberim-bidy io. Tsara no manamarika fa saika avy amin` ity kaominina ity avokoa ireo fasika sy vato trandrahina amin` ny fanorenana trano ao Toamasina ary miisa 285 ireo miantsehatra amin` izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy tavela any ivelanyHisy sidina manokana hampodiana azy ireo

Hanomboka sy hametraka ny fampodiana ireo Malagasy any ivelany, fa tsy maintsy hisy ny fepetra: fanaovana fitiliana 3 andro mialohan’ny hiaingana, hatao fitiliana PCR rehefa tonga eny Ivato,

 hapetraka amina toerana mitokana mandritra ny 3 na 4 andro mandra-pivalin’ny fitiliana. Raha “negatif” dia afaka mody avy hatrany. Ny sabotsy 15 aogositra dia afaka hiala avy any Frantsa ao amin’ny seranam-piaramanidina Charles de Gaulle ny avy any Eoropa, ary ny 22 aogositra ny andiany faharoa. Tokony manantona na miantso ny masoivohontsika ny any Eoropa ireo handeha, raha ny fanazavan’ny Filoham-pirenena. Ho an’izay tavela tany Inde toy ireo nitsabo tena kosa dia ny 19 aogositra no ho avy ny Air Madagascar,… Ny olona maniry hivoaka any ivelany, hitsangatsangana na hanao fizahantany, dia mbola tsy manokatra ny sisin-tany isika. Homena alalana handray ny zotram-piaramanidina makany ivelany ny mpianatra, fa tsy maintsy mampiseho ny taratasy manamarina izany. Manantona ny Air Madagascar, ka amin’ny 21 aogositra izao dia hisy ny sidina ho any Eoropa. Misy ihany koa ireo mpianatra any amin’ny Faritra homena alalana manokana hiakatra eto an-dRenivohitra ahafahany mikarakara ny taratasy makany ivelany.

NOSY BE

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

JIRAMA Ambovombe Nidoboka am-ponja ireo 5 lahy nangalatra gazoala

Tra-tehaka nandritra ny fisafoan'ny zandary ny halatra gazoala tao amin’ny JIRAMA Ambovombe ny 03 Aogositra lasa teo tokony ho tamin’ny 03 ora maraina.

Lehilahy roa no sarona nilanja « jerricans » 20 litatra roa feno Gazoala. Rehefa nanontaniana izy ireo dia nilaza fa mpiambina ny JIRAMA any an-toerana no nanatitra ireo gazoala ireo tao an-tranony fa izy ireo mpandray fotsiny ihany. Rehefa nosavaina anefa ny tranon'izy ireo dia nahitana « jerricans » miisa efatra feno gazoala izay mitovy amin’ny fampiasan’ny JIRAMA. Notadiavina io mpiambina voatonontonona io ary samy niaiky ny halatra nataony izy ireo. Nametraka fitoriana ny JIRAMA ary natao fanadihadihana ny « Chef d'usine" sy ny « Agent de conduite » ary iretsy telo lahy. Niakatra fampanoavana ny zoma 07 Aogositra teo ny raharaha ka nidoboka am-ponja vonjimaika izy dimy ireo. Ny mpitantana ny JIRAMA dia miantso hatrany fiaraha-miasa amin’ny rehetra hampandre amin’ny alalan’ny antso an-taribia 3547, na mandefa hafatra miafina amin’ny pejy Fesiboky Jirama Ofisialy na mampilaza ny manam-pahefana avy hatrany raha misy tranga halatra gazoala tahaka izao, izay miteraka fatiantoka goavana ho an’ny orinasa. Tsy mandefitra na amin’iza na amin’iza manao izao asa ratsy izao ny mpitantana ny JIRAMA .

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Manjakandriana Vita ny 90% n'ny asa vaventin'ilay tobim-pamokaran-drano

Mandroso dia mandroso ny asa fanorenana tobim-pamokaran-drano vaovao ao Manjakandriana. Ny 90% n'ny asa vaventy no efa vita ankehitriny. Tetikasa izay iarahan'ny JIRAMA sy ny WaterAid manatanteraka.

 Mponina manodidina ny 15 000 amin'ny Fokontany valo dia i Ambohimiadana - Ampiadianombalahy - Anosimanarivo - Fiadanana - Manankasikely - Manjakandriana - Marinjara ary Volavy no hisitraka ny tetikasa. Hamokatra rano 1200m3 isan'andro ity tobim-pamokaran-drano ity. Maro ireo foto-drafitrasa haorina miaraka amin'izany toy ny toby fisintonan-drano miisa roa, toby fanadiovan-drano 50m3 isan'ora, siniben-drano 400m3, tambazotra mpitsinjara rano 12,5 km ary fampidiran-drano ho an'ny tokantrano 205. Raha tsy misy ny fiovana dia amin’ny faran'ny volana septambra izao no hanomboka hiasa ity tobim-pamokaran-drano vaovao ao Manjakandriana ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeNahazo tohana ny mpanakanto sy ny mpanao gazety

Tonga tao Antsirabe nanatitra fitaovana hiadiana amin’ny fihanaky ny Covid 19 ny Minisitry ny Atitany sy Fitsinjaram-pahefana, Razafimahefa Tianarivelo, sy ny Minisitry ny Serasera sy ny Kolontsaina, Andriatongarivo Lalatiana, ny sabotsy teo.

 Fitaovana ahitana “Tunnel désinfectant” fitaovana iray ahafahana manala ny mikraoba amin’ny vatana iray manontolo. Hapetrahana ao amin’ny CHRR na Hopitaly Atsimo io fitaovana io. Miampy ny fiara fitondrana marary sy « éxtracteur d’oxygène » miisa 10, kojakoja ary fanafody samihafa, ireo fitaovana azon’Antsirabe. Nandritra io fotoana io ihany koa no nizarana tohana ho an’ireo mpanakanto sy ny mpanao gazety, hiatrehana ny fihibohana anatin’ny hamehana ara-pahasalamana noho ny valanaretina coronavirus eto Madagasikara. Fonosana ahitana: Vary, CVO, siramamy, menaka, voamaina, ary aron-tava no nomena tamin’izany.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

MYRIAMNisy nanolana, lasa simba hatramin’ny sainy

Tovovavy kely tena tia fianarana no sady nahay i Myriam. Teo-amin'ny faha 15 taonany anefa dia nisy nanolana izy. Simba tanteraka ity tovovavy kely ity noho izany.

Tataka hatrany amin'ny fipipizany mantsy .hany ka lasa mipipy an-kilaoty, tsy mahatana pipy intsony izy. Lasa tsy salama intsony ihany koa ny sainy raha toraka izany koa ny Reniny niteraka azy. Rehefa nanontaniana mivantana ny dokotera dia fantatra fa tsy maintsy mila fandidiana maika i Myriam noho ny fisian’ilay tataka tsy mety mikatona ao amin’ny fivaviany. Miaraka amin’ny ratra izany raha ny fantatra ka ahiana hivadika ho homamiadana mihitsy. Feno 19 taona i Myriam amin’ izao nefa tsy mbola nisy mihitsy ny fitsaboana natao taminy noho ny fahasahiranan’ireo fianakaviany. Manao antso avo amin’ireo malala-tanana sy tsara sitra-po rehetra araka izany mba hanome couche ho an’olon-dehibe, vola hanaovana scanner miampy ny fanafody handidiana azy. Ny laharam-pinday 034 25 980 63 (Mvola) na ny 033 24 364 36 (Airtel Money) no hahafahana mifandray mivantana amin’ireo fianakaviany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiovan’ny kalitaon’ny rano Nivondrona hamonjy an’Andraikiba ny fikambanana maro

Taorian’ny fandinihana natao nahitana fa miha ratsy ny kalitaon’ny rano ao amin’ny farihin’Andraikiba dia nivondrona ny avy eo anivon’ny Jirama ao an-toerana, ny fiadidiana ny faritr’I Vakinankaratra,

 

 

ny fitaleavana rezionaly momba ny tontolo iainana ary ny fikambanana “Sauver Andraikiba” fa ilaina ny mamboly hazo manodidina ity farihy manan-tantara ity. Mbola ho famonjena ity vakoka ity hatrany dia nanapa-kevitra ireto mpiara-miombon’antoka ireto fa hametraka toerana fanasan-damba isaky ny kaominina. Maro amin’ireo mpanasa lamba, raha ny fampitam-baovao, no manana fahazaran-dratsy hanao ny farihy ho fanasan-damba. Fepetra tsy maintsy raisina maika araka izay azo atao ihany koa, araka izany, ity fampitomboana ny toeram-pisasana sy fanasan-damba isaky ny kaominina ity, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

FandrianaMitotongana ny vidin’ny ravim-paraky

Mitaraina ireo tantsaha mivelona amin ny fambolena paraky any amin’ny distrikan’i Fandriana Faritr’Amoron’i Mania fa mora loatra ka toy ny manambaka

 

azy ireo ny vidin’ny handraisan’ireo mpanangom-bokatra ny ravim paraky 1 kilao ankehitriny hanaovan’izy ireo antso avo mba ho jeren’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny minisitera mpiahy ny varotra hifotony ny mikasika an’ity toe-draharaha ity. Tamin-dRtoa depiote any an-toerana nandalo nitsidika azy ireo nivantana teny an-tsenan’i Fandriana tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo no nampitain’ireo mpivaro-paraky nivantana an’izany feon’izy ireo izany ka niangaviaan’izy ireo kosa mba hitondra an’izany fitarainana izany eny anivon’ny Ministeran’ny varotra sy ny indostria ary ny asa tanana.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

AnosialaNahitana fatin-dehilahy niboridana

Lehilahy iray izay voalaza fa efa tsy misy aina intsony no sady niboridana no hita tao amin’ny Fokontany Andoharano, Soamanandray Anosiala,

 

 omaly maraina. Olona sendra nandalo no nahita azy efa nisy ratra no sady tsy nahare hatsiaka intsony ka nampandre ny tompon’andraikitra tao an-toerana sy ny mpitandro ny filaminana. Tombanan’ireo nanatri-maso ho nisy namono moa ity lehilahy ity ary nendahiny avokoa ny akanjo teny an-kodiny taorian’izany. Ny mpitandro ny filaminana ihany moa no afaka tena hanamarina izany.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Diabeta30%n` ireo marary no tsy maharaka fitsaboana

70 hatramin` ny 100 isan-andro no olona tonga manao fizahana ara-pahasalamana mandritra ny firongatry ny aretina Covid 19 eny amin` ny AMADIA, toeram-pitsaboana ny diabeta.

Araka ny tatitra hatrany dia betsaka amin` ireo marary anefa no tsy maharaka ny fitsaboina hatramin` ny farany (rupture de traitement) satria dia tsy maharaka ny fitsaboana araka ny tokony ho izy ny 30%n` ireo marary. “Antony roa no mahatonga izany: voalohany, ny fahasarotana eo amin`ny fitaterana; faharoa, miha sahirana ara-bola ny vahoaka dia tsy afaka mividy fanafody” hoy ny mpitsabo eny amin` ity toeram-pitsaboana ity. Nambaran’ny dokotera Haja Ramamonjisoa moa fa tena misy tokoa ireo olona voan’ny diabeta saingy tsy mahalala izany toe-tenany izany raha tsy taorian’ny fitiliana nataony. Mba ho fiarovana amin’ny mety hiparitahan’ny tsimok’aretina mandritra ny fitiliana ary dia nisy ny fitaovana sy ranom-panafody natolotry ny fikambanana Lions Club Antananarivo ho an’ny AMADIA ny faran’ny herinandro teo. Tanjona ny hahafahana manadio ny toerana avy hatrany aorian’ny fandraisana ireo olona tonga manao fitiliana ho tombontsoan’ny besinimaro. Tsara ho marihana fa misy vokany ao anatin` ny fotoana fohy na ihany koa amin` ny fotoana maharitra ny tsy fanaoavna fitsaboina araka tokony ho izy. Mety hitarika fahasimban’ny voa, ny maso ary ny tongotra izany, hoy hatrany ny fanazavana. Marihana fa azo tsaboina tsara ny aretina diabeta indrindra ho an` ireo mitondra ny tsimok` aretina Covid 19. Fanatonana toeram-pitsaboina ara-potoana sy fanarahana toromarika avy amin` ny mpitsabo no takiana amin` izany.

Marigny A. sy Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitakian’ny mpiasan’ny CNAPMADAhiana hiantraika amin’ny laza adina CEPE…

“Andriamatoa Filoha hajaina, vonjeo fa mijaly izahay: karama, OSTIE, CNaPS ! Misaotra Tompoko”, hoy ny antso avo nataon’ireo mpiasan’ny CNAPMAD (Centre National de Production de Matériel Didactique) manana foibeny eny Ankorondrano.

 

Ny volana febroary no nandray karama farany ireo mpiasa, nisy mihitsy no namoy ny ainy noho ny latsakemboka tsy naloha teny amin’ny OSTIE sy ny CNaPS tsy nahafahana nisitraka fitsaboana. Mahatratra 950 tapitrisa ariary ihany koa ny saran’ny fanontana ny laza adina tamin’ny fanadinam-panjakana 2019, izay tsy nalohan’ny fanjakana. Mahatsiaro ho tsy misy mpiahy ireo mpiasa izay voalaza hatreto fa tsy migrevy fa manaitra. Manakaiky ny fanadinam-panjakana 2020, toy ny CEPE amin’ny 01 septambra izany hoe afaka 21 andro. Nambara fa efa vita ny laza adina ka asa na efa voatonta na tsia. Raha mbola tsy voatonta dia ahiana hiantraika amin’ny fanontana ny laza adina CEPE izao olan’ny CNAPMAD tsisy mpijery izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Nohamaivanin’ny Filoha ny Covid 19“Tsy namono olona noho ny pesta io… ”

Miisa 148 ny olona maty teto. Latsaky ny 1% ny olona maty, izay midika fa ambany ny taham-pahafatesana mitaha amin’ny firenena maneran-tany. Aty Afrika, dia 2% eo manerana an’i Afrika, raha toa ka 3,8% maneran-tany.

Voasoroka ny mety ratsy kokoa noho izao na ny “pire”. Raha oharina amin’ny Pesta tamin’ny 01 aogositra 2017-27 novambra 2017 dia ny olona voamarika fa matin’ny pesta dia 209. Nandritra ny 4 volana sy 3 herinandro tamin’ity taona 2020 nisiana olona 148 matin’ny coronavirus dia kely noho ny matin’ny pesta tamin’ny 2017. Toa nanamafy ny tenin’ny Minisitry ny serasera Lalatiana Rakotondrazafy I Andry Rajoelina fa tsy mafy noho ny pesta ny coronavirus. Ankoatra izay, tsy naniry an’izao, ary tsapa ny fiantraika ara-tsosialy sy toekarena. Iraisana amin’izao tontolo izao. Tsy adin’ny fitondrana irery, fa ny rehetra no mila miara-miady. 148 ny maty, kanefa na iray aza dia marary izany. 1 890 051 ny CVO “Pack Familial” nozaraina nanerana ny Nosy, 577 000 ny teto Antananarivo, ary saika nilaza fa efa nisotro avokoa. Faty mikararana raha tsy nisy ny CVO, hoy i Andry Rajoelina. Ny tany Amerika tsy araka intsony ny fandevenana. Na mino ny olona na tsy mino, dia ny paikady nizarana ny CVO sy ny paikady napetraka sy ny fahaizan’ny dokotera no mahatonga ny eto amintsika ho toy izao, hoy hatrany i Andry Rajoelina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ambanja Fiara mpitatitra nanao lalam-poza 4 no tratra

Taorian'ny didim-panjakana mitondra ny laharana 036 /2020 -MID/REG/DIANA nivoaka ny 29 jolay lasa teo mahakasika ny tsy fahazoan'ny fitateram-bahoaka

 

mivezivezy nandritra ny 12 andro any amin'ny distrikan'Ambanja dia nidina ifotony ny talem-paritry ny filaminam-bahoaka any an-toerana nijery ny sakana nataon'ny polisim-pirenena tao Ambatoharanana ( Ambilobe) . Fantatra tamin'izany fa mbola maro ireo fiara iombonana mitondra mpandeha tsy mandalo io ny sakana Hataon'ny Polisy io fa mahita lalana hafa handiganana ilay sakana. Hitan'ny Polisim-pirenena moa ilay lalana ka fiara miisa 04 no tra-tehaka tamin'izany ary nampidirina ambalam-pamomnaja avy hatrany.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitateran’olona an-tsokosoko Sprinter 02 sy Toyota Minibus 01 no tratra

Fiara Sprinter 02 sy Toyota minibus iray no tratra nitondra mpandeha an-tsokosoko niazo an’i Talatamaty sy Ivato ny zoma lasa teo nandritra ny fitsirihina sy fisavana nataon’ny zandary tamin’ireo fiara mihazo iny lalana iny.

 

 Samy nitondra olona 32 avy ilay sprinter raha 15 avy kosa no tao anatin’ilay Toyota. Nisandoka ho mpitatitra mpiasa ny mpamilin’ireto fiara ireto ka nametrahana takelaka sandoka misy soratra « transport personnel » sy soratra « laisser passer ». Mpiasa amina orinasa tsy miankina eny Ivato no nolazain’izy ireo fa ateriny sy alainy amin’izany. Rehefa natao anefa ny fanadihadiana dia hita fa tsy ara-dalàna ireo taratasy ary nentina hisandohana sy hamitahana ny mpitandro ny filaminana izany mba tsy hanakanana azy ireo. Nandray fanapahan-kevitra ny hanasazy ireo mpamily sy ny mpamily mpanampy azy avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny vondron-tobim-paritr’ Ambohidratrimo ka nosamborina ary nampidirina « violon » nandritra ny 48 ora ireto farany. Nampidirina ambalam-pamonjana kosa ireo fiara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miandry foana

Na inona kabary na inona toromarika omen’ny filoham-pirenena isa-tapabola aloha dia inoana fa efa iaraha-mahalala, raha tsy hoe dia tena odiana fanina, ny hetahetan’ny ankamaroan’ny Malagasy dia ny mba hilaminan-tsaina eo am-pikarohana izay hanin-kohanina.

 

 Samy mahafaty daholo na ny aretina na ny hanohanana, hoy ilay mpanao politika iray izay. Ny aretina ihany koa dia misy foana mandava-taona ary raha mbola resaka gripa toy itona Coronavirus itony dia miova fiseho sy hery hatrany arakaraky ny fiovan’ny vanim-potoana ihany koa, hoy ireo manam-pahaizana momba izany. Tsy nisy nanaovana arofenitra sakana na ilay hoe “gestes barrières" nihoatra ity COVID 19 ity angamba ireo aretina mahafaty efa nandalo sy mbola mitoetra hafa eto amin’izao tontolo izao sy eto amintsika toy ny Sida sy Homamiadana ary ireo karazana tazo mahery samihafa. Misy amin’izy ireny anefa dia vokarina valanaretina toy ity hatrehina ankehitriny ity ihany koa. Mety mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora sy ny fifampikasohana koa anefa ny sasany amin’izy ireny. Ny tiana hiaviana dia ny hoe na hiodin-kavia na hiodin-kavanana ny olombelona dia efa fahavalo isan’ny tsy maintsy atrehiny eto amin’izao tontolo izao ny aretina. Inona moa no tena maha mora handairan’aretina ny olombelona raha tsy ny tsy fahampian-tsakafo fa indrindra ny tsy fahampian’ny hery fiarovana? Afaka hanana izany hery fiarovana ampy hisorohany aretina izany ve izy raha tsy manana fahafahana akory hanjifa ireo sakafo na zava-pisotro heverina hitoeran’izany? Izay no efa namintinana ireo vahaolana miverimberina tao anatin’ny 5 volana hoe na isika tena hanao fihibohana tanteraka azo antoka fa hahazoana famatsiana ara-tsakafo sahaza isan-tokantrano tsy misy fanavahana ao anatin’ny fotoana voafetra dia sady resy ny aretina no ho velona, na hanao fihibohana izay misy mitsara hoe fihatsaram-belatsihy dia sady ahiana ho fatin’ny hanohanana no ho fatin’ny aretina ny vahoaka. Manoloana izany rehetra izany anefa moa dia miandry foana ny fanatanterahana araka ny tokony ho izy ny fampanantenana izay natao taminy efa ho isan’andro aloha izao no mbola hitan’ireo vahoaka ho hany sisa azo atao.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana FJKMTsy hisy aloha ny Synoda Lehibe faha-19

Misy ny Hafatra Pastoraly navoakan’ny Fiangonana FJKM mahakasika ny fiainam-pirenena sy ny fiangonana, izay miantefa amin’ny ambaratongan-drafitra rehetra ao anatin’ny Fiangonana.

Nampahery ny rehefa ny Fiadidian’ny FJKM, nanentana ny fiangonana mba hiorina hatrany amin’ny finoana, namporisika ny rehetra mba hanefa izay azon’ny tsirairay atao amin’ny adidy miandry eo anatrehan’ny zava-misy. Tapaky ny Mpiandraikitra Foibe da, hiandry ny fiarafaran’ny fahamehana ara-pahasalamana araka izay holazain’ny fanjakana vao hatao ny fivoriana rehetra, mba hahafahan’ny mpikambana rehetra mampiasa feno ny zony hanatrika ny fivoriana izay hatao. Isan’izany ny Fivoriana manokan’ny Mpiandraikitra Foibe ho fanomanana ny Synoda Lehibe tokony natao ny volana jona teo; ny Fivorian’ny Synoda Lehibe tokony hatao ny 12-19 aogositra izao,…. Na hifarana aza anefa ny fahamehana ara-pahasalamana dia hojerena ny hoenti-manana ka ny olona no hotsinjovina aloha vao ny fivoriana, izany hoe: hampiasaina hamenoana ny fiveloman’ireo izay voatery nandrray fivelomana ampahany noho ny fahamehana ara-pahasalamana aloha ny eo an-tanana, vao hojerena ny holaniana amin’ny fanatanterahana fivoriana. Manohy ny asany avokoa ireo tompon’andraikita rehetra miasa ankehitriny, na ireo tokony nanaovana fankatoavana tamin’ny aprily na ireo tokony hohavaozina amin’ny Synaoda Lehibe mandra-pahavitan’ny Synoda Lehibe laharana faha-19 izy ireo. Nanetana ny rehetra haharitra hatrany amin’ny fivavahana amin’ny endriny samihafa ny Fiangonana. Tsaroana sy ampaherezina manokana amin’izany ny Sekoly FJKM sy ireo toeram-pitsaboana tantanan’ny Fiangonana, hoy io Hafatra Pastoraly io.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Randriamamizafy IgnaceMananontanona ny krizy politika

Nivadika ho krizy ara-tsôsialy, hoy ny Dr Randriamamizafy Ignace mpanao pôlitika, ny fiatrehantsika Malagasy ny famhaehana ara-pahasalamana ankehitriny noho ny fahasahiranan’ny olon-drehetra eo amin’ny lafiny fihariana sy fitdiavana izay hohanina isan’andro.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny tontolo iainana Nanampy manokana ny tany niaviany

Na eo aza ny adidy ara-panjakana sy ny andraikitra apetraky ny Fitondram-panjakana dia tsy adino,hoy ny minisitry ny tontolo iainana, Baomiavotse Vahinala Raharinirina, raha nitatitra ny fitsidihany an’Imadiala tamin’ny faran’ny herinandro, ny tany nipoirana, ny Loharano.

 

 

 Olona 300 isa tena sahirana tamin'ny fokontany miisa 10 ao Imerina Imady no notolorany fanampiana, vary, voamaina, savony. Kely dia kely, hoy izy, fa mariky ny fitiavana kosa. Tsa hanin-kahavoky fa voninahitra ifanomezana. Nankasitraka manokana ny ben'ny tanàna ao an-toerana moa ny tenany tamin'ny fiatrehana izay ady amin'ny fipariahan'ny valanaretina efa vita izay satria dia nisy olona miisa 6 voa tokoa teto Imerina Imady ary efa sitrana tanteraka ankehitriny, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mitaraina ny eny IvatoMamoaka fofona maimbo beilay orinasa

Orinasa sinoa iray mpanamboatra kapa mampiasa akora pilasitika mandoto ny rivotra iainan’ny manodidina ka mampitaraina ny mponina manodidina azy eny Ivato-Ambohidratrimo eny.

 

 Efa nisy ny fitsirihana nataon’ny ekipan’ny Ministeran'ny Tontolo Iainana sy ny Fandrosoana Lovainjafy ary efa nisy ny fifanarahana fa hanamboatra ireo zavatra simba izay miteraka fofona maimbo ny orinasa ka ny 30 jona lasa teo no fe-potoana hamahana izany olana izany. Tsy nohajain’ilay orinasa anefa ilay fe-potoana, fa vao andro vitsy izay vao nanomboka io asa fanamboarana io izy. Nirotsaka teny an-toerana ny delegasiona notarihan’ny Tale Jeneralin’ny fandrosoana lovainjafy ny 07 aogositra niaraka tamin'ny Tale misahana ny toekarena an-tanety sy an-dranomasina ary ny Tale misahana ny raharaha araka ny lalàna sy ny fifanolanana eto anivon'ny Ministera noho ny fitarainana nataon’ny mponin’Ivato amin’ny fofona maimbo sy kotaba amin’ny alina ao amin’ity orinasa ity ka manakorontana ny manodidina. Nampiantso ny tompon’andraikitr’ilay orinasa ny Ministera mba ahafahana miroso amin’ny fandraisana fepetra hentitra hampanara-dalàna ny famokarana.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Nohalefahana ny fepetraAfaka miasa hatramin’ny 5ora…

Nohalefahana ny fepetra momba ny hamehana, raha haravona ny valan-dresaky ny Filoha Rajoelina omaly. Ho an’ny Faritra Antsinana,

 

 dia tapitra tanteraka ny fihibohana, afaka miverina amin’ny fiainana andavanandrony ny mponina ao Toamasina I-II, kanefa arahi-maso ireo tranga mampiahiahy, ary raisina an-tanana ny tranga. Ho an’Analamanga, dia miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro ny eto Antananarivo Renivohitra, Avaradrano, Atsimondrano, Ambohidratrimo, Moramanga. Miverina miasa hatramin’ny 5ora hariva ny rehetra. Mahazo miasa ny tsy miankina fa tsy maintsy mampiasa ny fepetra ara-pahasalamana sy ara-pidiovana, ary mandamina ny fitaterana. Afaka misokatra amin’ny 6ora maraina hatramin’ny 5ora hariva ny tsenam-pokontany fa olona iray ihany no tokony hivoaka, mila diovana ny tsena. Tsy maintsy manao aro-tava rehefa mivoaka ny trano, ka voasazy izay tsy manao. Tsy tokony hivoaka sy hivezivezy eny an-dalambe raha tsy misy antony mazava. Mbola mikatona ny zotra nasionaly na mivoaka na miditra an’Analamanga. Hojerena ao anatin’ny 15 andro manaraka ny fivoarany, ka miankina amin’izay ny hamelana hiasa ny taksibe. Afaka miverina miasa ny fiarakaretsaka, ka olona 3 ihany raha be indrindra no azo entina, ary tsy maintsy fendrahana fanafody isan’andro. Afaka mitondra fianankaviana iray ho an’ny moto. Tsy mbola azo atao aloha ny mitondra razana mivoaka ny faritra. Miverina miasa ny mpiasam-panjakana rehetra manomboka anio alatsinainy. Misokatra ny “restaurant” rehetra, fa manaja ny fepetra ara-pahasalamana ary tsy tokony hihoatra ny 50. Tsy miasa ireo olona marefo, ary tsy azon’ny mpampiasa tapahana ny karama. Ny sakana ara-pahasalamana dia mivadika ho “barrage sécuritaire” izany hoe tsy hisy mpitsabo intsony. Eto Analamanga, tazonina ny tsy fahafahana mivoaka ny faritra. Tsy afa-mivezivezy amin’ny 8 ora hatramin’ny 4 ora maraina. Dinihin’ny Minisitera sy ny CCO ny any amin’ireo faritra sasany, toa an’I Boeny, Matsiatra Ambony, Betsiboka,… izay mety tsy hitovy ny fepetra. Voarara ny fivoahana sy fidirana ireo faritra. Hamafisina ny famantarana ny tranga any amin’ireo faritra. Iraisana manerana ny Nosy ny fahafahana mandray fepetra isan-karazany raisina eo anivon’ny CCO. Voarara ary tsy azo atao ny famoriam-bahoaka mihoatra ny 50, mikatona ny toeram-pandraisana lanonana, toeram-panaovana fanatanjahantena, tsy mbola misokatra ny sidina anatiny. Malalaka ny fitaterana ny entana.

 

Tsy misokatra ny sekoly, fa ny fanadinana kosa tsy maintsy hisy. Mandinika ny fomba hanatanterahana izany hifanaraka amin’ny programa vitan’ny mpianatra ny fitondram-panjaka, hoy i Andry Rajoelina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pirenenaMitombo isa hatrany ny mpanohitra

Tsy misy idiran’ny resaka K25 na zanak’i Dada araka ny voizina anaty tambazotran-tserasera sy etsy sy eroa intsony ankehitriny ny fanoherana ny zava-misy eto amin’ny firenena.

 

 

Tsy mifidy firehana intsony fa dia samy mahatsapa ny tsy firindrana sy tsy fifehezana ny zava-misy ny ankolafy maro. Mpandraharaha, mpanao politika, fiarahamonim-pirenena, eny fa na dia ireo heverin’ny olona ho nifamadika sy nifanao sakay sy maso fahiny aza. Izay nanaraka ny tantaram-pirenena dia nahatadidy tsara fa izany Alain Andriamiseza izany, ohatra, no niala voalohany tamin’ny tolona ho amin’ny famerenana ny filoha teo aloha, Marc Ravalomanana, na dia nanomboka azy aza ny taona 2009 rehefa nanangana ny nantsoiny hoe governemantan’ny marimaritra iraisana ny fitondrana tetezamita tamin’ireny. Ankehitriny anefa dia ity farany mihitsy no toy ny miseho ho tanana ankavanan’ity filoham-pirenena teo aloha ity ao anatin’ilay rodoben’ny mpanohitra na RMDM. Namaivay ny fanankianan’izany Joseph Yolland izany Marc Ravalomanana izany tamin’ny fotoan’androny kanefa dia miara-dia izy ireo ankehitriny hanohitra izao zava-misy izao. Na ireo manana firehana mivoy ny atao hoe “centrisme”, toy ny antoko politika Natiora aza, ohatra, dia nanatevin-daharana ity hetsika ity avokoa. Mahafantatra izany Paul Mpody sy izany Henry Rakotomalala na Riribe izany ihany koa ny mpanaraka ny raharaham-pirenena ary raha ny nambara tao aza moa dia solontena ihany ireo efa tonga fa mbola maro ny ho avy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Sefo fokontany nesorinaHo tendrena atsy ho atsy ireo mpisolo toerana

Maro ny fitarainana tonga teny amin` ireo ambaratongam-pahefana isa-tsokajiny momba ny tsy fahatomombanana ny fitsinjarana ireo fanampiana avy amin` ny fitondram-panjakana.

Voatondro molotra tsy mahavita ny asany, araka izany, ireo sefo fokontany. Taorian` ny fidinana ifotony nataon` ireo sampandraharaham-panjakana isan-tsokajiny dia nahitana tsy fahatomombanan-draharaha sy tsy fandraisana andraikitra avy amin` ireo sefo fokontany. Torak` izany ihany koa ny kolikoly, kitranoantrano ary fanavakavahana. Lesoka mampibaribary ny tsy fahaizana mitantana eny anivon` ireo fokontany tokoa ireo. Raha ny tatitra avy amin` ny prefen` Antananarivo dia ny zoma lasa teo ihany dia efa maro ireo sefo fokontany nesorina tamin` ny toerany. Tsy mbola voafaritra aloha ny isan` ireo sefo fokontany nesorina hatreto saingy ahiana hitombo isa hatrany izany aoriana ny fanadihadiana samihafa. Raha ny fanazavana nataon` ny minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana dia aorian` ny krizy ara-pahasalamana vao mety hisy ny fifidianana sefo fokontany. Noho izany, mety ho tendrena avy hatrany ireo mpisolo toerana satria tery ny fotoana. Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Krizy ankehitriny“Mafy noho ny tamin’ny 1972, 1991, 2002, 2009”

Potika sy ravarava ny sehatra tsy miankina: nihena ny karama, miato amin’ny asa, voaroaka ny mpiasa,… Mikatona ny sehatr’asa mampidi-bola, raha toa ka tsy tena voakasika ny sehatra ara-panjakana hatreto, kanefa any no tena handefasana ny vola.

 

 Ny fanotofana sy fanontana vola ho an’ny sehatra tsy mamokatra anefa dia mampidangana ny vidim-piainana, raha ny fanehoan-kevitr’Atoa Serge Zafomahova. Any amin’ny 1 tapitrisa latsaka ny olona ao anatin’ny sehatra tsy miankina tsy manara-drafitra lasibatra sy nihena ny fidiram-bola. Ny 1/10 amin’ny asa eto Madagasikara no ao anatin’ny manara-drafitra, ka mahatratra hatrany amin’ny 10 tapitrisa kosa ny olona lasibatra ao anatin’io sehatra tsy manara-drafitra io. Ny 80% amin’ny Malagasy eny amin’ny tontolo ambanivohitra, dia tafiditra ao anatin’izay tsy manara-drafitra izay. Toy izany ihany koa ny an-tànan-dehibe, ary ny iray amin’ny Malagasy telo aza tsy manana sora-piankohonana. Mifanohitra tamin’ny krizy nifanesy (1972, 1991, 2002, 2009) ny zava-misy satria tamin’izany mbola afaka niodina sy niaina ihany noho ny sehatra tsy manara-drafitra, fa ny amin’izao dia tsy misy lalan-kivoahana. Ny olona tao anatin’ny kilasy antonony, dia nitotongana any amin’ny sokajin’ny marefo. Ny fahoriana ara-tsakafo, indrindra ho an’ny faritra an-drenivohitra dia miantraika any amin’ny tsy fahafahana manohitra ny aretina, toy ny Covid-19. Mety hitarika fipoahana io. Mila mahay mijery tsara ny fepetra ara-tsosialy sy ara-toekarena ny fanjakana hanoherana ny krizy ara-pahasalamana hamotika zavatra maro, hoy I Serge Zafimahova mpandinika ara-toekarena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Eliana Bezaza “Ajanony ny famonoana an-kolaka ny vahoaka”

Resy tena resy, tsy vitan'ny hoe resin'ny aretina fa resin'ny tsy fananana. Resin'ny tsy fiasana sy ny tsy fidiram-bola izahay vahoaka, hoy ny sekretera jeneralin’ny antoko politika PSD, Eliana Bezaza, naneho hevitra amin’ny maha olom-pirenena azy.

 Aoka mba ajanona amin'izay ity fihibohana ity fa tsy voaantokareo ny karaman'ny mpiasanay. Tsy ianareo no iantefan'ny tarainan'ny vady aman-janak'izy ireo fa foana ny vilia sy ny vilany. Gonim-bary iray sy menaka tsara hoan'izay mahazo fa tsy vahaolana amin'ny saribao, kabaka, indrindra ny hofan-trano tsy voaloa. Aiza no misy trano ipetrahan'ireo traboinan'ny coronavirus voaroaka amin'ny trano? Ny zaza hanala CEPE tsy misy trano, tsy misy fitaovana. Efa tena enjana izy ity ka ajanony ny fihibohana. Tsy mangataka vatsy ny olona fa mangataka avela hitady vola. Efa dimy volana izahay nianarana “geste barriere” sy Arotava ka efa hay ny mampihatra izany! Nefa na misy na tsy misy “déconfinement” dia efa “mi-déconfiner” no hainay satria ny aina tsy avela ho faty na coronavirus na hanoanana dia faty iray foana ka samy tsy ilaina, hoy hatrany izy. Ianareo tsy hanefa na parata. Tsy manome vahaolana mahafa-po nefa manakana anay hitady vola sy hihinana ary tsy miraharaha ny fijalianay. Azafady aminareo fa na tianareo na tsy tianareo, izahay tsy maintsy manavo-tena amin'ny faty faobe vokatry ny mosary, rarintsaina, tsy fandriampahalemana, trosa sy fifandrafesana, poizina iainana ato amin'ny fiarahamonina ambonin'ny tsy fahasalamana. Na ny fanafody lazainareo fa bojo aza tsy marina fa vidiana. Soa ihany fa mbola mandaitra ny evoka. Asakasak’izay ataonareo fa ajanony ny famonoagna an-kolaka ny vahoaka, hoy hatrany Eliana Bezaza.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova“700 tapitrisa dolara isan-taona ny trafikana vato sarobidy”

Tsy misy hevitra hivoahana eto afatsy amin’ny seranam-piaramanidina sy ny seranantsambo ofisialy na tsia. Isan’ny noresahan’Atoa Serge Zafimahova ao anatin’ny tatitra sy fanadihadiana “Crise sanitaire coronavirus à

 

madagascar:changement de paradigme pour le développement ” ny herijika goavana tokony hananan’i Madagasikara amin’ny lafiny toekarena, saingy mbola tsy haintsika no mitrandraka azy hahasoa ny firenena. Mahatratra 700 tapitrisa dolara isan-taona ny sandan’ny trafikana vato sarobidy avy eto Madagasikara. Ny taona 217 dia 2.833 ny volamena naondrana ofisialy, kanefa ny 338.674.656 Ar ny vola taferina teto izay vidina volamena 10,768 kg izay zara raha manome ny 0,38% tamin’ny naondrana. Ny taona 2018 dia 3051,7 kg no voalaza ofisialy fa naondrana , kanefa 84.016.613 Ar no tafaverina teto izay mifandraika amin’ny vidin’ny 1,220Kg izay manome 0,04% tamin’ny naondrana rehetra. Nambaran’I Serge Zafimahova, fa ny loharanom-baovao azo antoka avy amin’ny matihanina sy tompon’andraikitra amin’ny sehatry ny volamena dia nahalalana fa 12 hatramin’ny 20 taona isan-taona ny trafikana volamena eto. Ny WGC (Conseil Mondial de l’or) rahateo dia maneho fa 14,5 taonina ny volana novokarin’i Madagasikara ny taona 2018, ka isika no firenena faha-37 maneran-tany mpamokatra volamena sy faha-15 eto Afrika ary ao alohan’i Nigéria. Mahatratra 500 hatramin’ny 700 tapitrisa isan-taona na mihoatra ny trafikan’ny harena an-dranomasina eto,...

NY TENA LAHARAM-PAHAMEHANA

Faha-49 amin’ny firenena 54 aty Afrika i Madagasikara, izay firenena Afrikanina tsy tao anaty ady, kanefa any amin’ny rambony eo anatrehan’ny lanja goavana na ara-karena na arak’olona ananatsika. Mila mahay mijery ny laharam-pahamehana ny mpitantana, mila jerena ny fanabeazana ka homena vahana ao anatin’izany ny fahalalana mikasika ireo harena voajanahary azo havaozina sy tsy azo havaozina. Na teo aza, ohatra, ny kabary hoenti-mampiroborobo ny fikarohana zava-maniry momba ny fitsaboana amin’izao ady amin’ny covid-19 (IMRA, CNARP,…), ny RD (Recherche Développement), dia zara raha 0,97% amin’ny tetibolam-panjakana. Mila fandinihana lalina sy fanavaozana ny lamina sy rafitra ara-toekarena eto Madagasikara, ary fotoana izao zavatra iainantsika ny krizin’ny covid-19 miantraika amin’ny toakarena sy sosialy izao ahafahantsika mandinika sy mamadika ny fahalemana ho herijika, raha fintinina ny fanadihadiana sy tatitra nataon’Atoa Serge Zafimahova, izay miompana amina lohahevitra maro.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Aoka izay ny fifanenjehanaMiantso firaisankinam-pirenena ny HMF

Nanao antso ho fiombonam-po amin’ny famongorana ny valanaretina mamely ny firenena ny hetsiky ny mpitondra fivavahana (HMF) tarihin’ny Pastera

 

Ramamonjisoa Philibert sy Pastera Randriamisata Roger ny 06 Aogositra lasa teo. Antso avo mba hampitsaharana ny resaka fifanenjehana sy fifamaliana ary fanazavana ara-politika manodidina ny famongorana ny valanaretina, izay misy andininy 4 eo: voalohany ny antso ho amin’ny fitiava-namana dia ireto mpiray tanindrazana efa reraky ny tebiteby sy tahotra, aretina, fahoriana, fahantrana sy ny tsy fisiana koa tokony hajanona ny resaka fifanenjehana sy ny fifanomezan-tsiny ary ny fanasasitranana ny vahoaka no iaraha-mibanjina. Miantso fampitsaharana ny fifanenjanana ara-politika izay mainka mampisavorovoro ny saim-bahoaka, ka ho fadiana ny teny na fihetsika mandratra, fampiatoana ny fampiasan-kery amin’ny endriny rehetra tsy hisian’ny ratra-po sy lonilony. Vokatra andrasana ny fiverenan’ny fifampitokisana ato anaty fotoana fohy. Faharoa ny fivondronan’ny rehetra hiara-misalahy amin’ny fisorohana, fitsaboana ary ny fiatrehana ny aretina. Miantso ny Tomponan’andraikitra rehetra, mahatsiaro fa mitantana sy mikarakara vahoaka mba hiroso faran’izay haingana amin’ny Fampivondronana ny rehetra.

FAMPIVONDRONANA NY MPITSABO

Ho lohalaharana amin’izany ny fampivondronana ny mpitsabo rehetra ka izy ireo no hitarika antsika handresy izao « aretina » azo resena izao. Torak’ izany koa ireo “ Mpitarika miahy vahoaka” , toy ny mpitondra fivavahana , ny manam-pahaizana isan-tokony, ny fiaraha-monim-pirenena, ny mpisehatra politika rehetra na eo amin’ny fitondrana na ivelany,… Fahatelo, ilaina ny mamorona ny antsoina “fitsaboana manatona vahoaka” eny amin’ny fokontany , kartie, tanana) koa ireo “MPITSABO” no ho mpitarika ny asa ary ireo “Agent Communautaire” kosa no mpanatanteraka manampy azy ireny . Ny ho enti-manana dia hifandrimbonan’ny fanjakana ( hanome izay azony omena : vola , fitaovana , fanafody , tamby hoan’ny mpitsabo sy AC …sns) sy ny mpisehatra eo amin’ny fahasalamana ( Industrie pharmaceutique , pharmacies , mpanao asa soa isan-karazany…) ary ny olom-pirenena izay afaka manolotra ( fahaizana, vola, fitaovana, fanafody mbola azo ampiasaina any aminy …). Ny andininy faha-4 kosa dia maneho fa vokatra andrasana sy antenaina amin’ireo ambaratonga telo ireo ny “FIRAISANKINAM-PIRENENA” amin’ny fisorohana, fitsaboana ary ny fanasitranana ny firenentsika ny fahaterahan’ny fihetsehana mamoha ny fifanampiana sy ny fifankatiavana, hoy ny hetsiky ny Mpitondra fivavahana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny Covid 19Tsy mangarahara ny momba ny CVO

148 ny maty, kanefa na iray aza dia marary izany, ka ny tambavy CVO no nambaran’ny Filoha, fa nahafaha-nifehy ny fidangan’ny fahafatesana. 1 890 051 ny CVO “Pack familial” nozaraina nanerana ny Nosy,

 

 nozaraina ho an’ny tokantrano. 577 000 ny teto Antananarivo izay nisy ny olona nilahatra, nisy nozaraina nanerana ny boriborintany, ary saika nilaza fa efa nisotro avokoa. Faty mikararana raha tsy nisy ny CVO, hoy I Andry Rajoelina. Ny tany Amerika tsy araka intsony ny fandevenana. Na mino ny olona na tsy mino, dia ny paikady nizarana ny CVO sy ny paikady napetraka sy ny fahaizan’ny dokotera no mahatonga ny eto amintsika ho toy izao, hoy hatrany I Andry Rajoelina. Raha raisina hoe olona 4 no salanisana tokantrano Malagasy dia ny manodidina ny 30% tamin’ny vahoaka Malagasy atao hoe 25 tapitrisa ve izany nahazo CVO avokoa satria manodidina ny 7,5 tapitrisa any ho any no nisotro, raha raisina amin’io kajy 4 isaky ny tokantrano io. Tena mitombona sy azo antoka ve ny antontan’isa navoakan’ny fanjakana fa 1 890 051 ny “Pack” nozaraina ? Ny teto Antananarivo izay mora ny mizara sy mitsinjara aza betsaka ny olona tsy nahazo na tsy nisotro, na nisotro fa tsy nanaja ilay fatra. Firy marina izany ny CVO namboarina sy novokarina satria nisy ihany koa ny nalefa tany Afrika ? Firy ny vovony ary firy marina ny tamin’ny tavoahangy? Ohatrinona ny vola natonton’ny fitondram-panjakana tao anatin’izany izay tsy misy tatitra mandrak’androany? Mbola baraingo ihany koa ny karazany novokarina hoe: firy ny amin’ilay ambara fa manasitrana ary firy ilay fisorohana ? Efa nisy rahateo ny antontan’isa diso nilazana fa CVO  no nanasitrana ireo marary rehetra. Betsaka ny zavatra manjavozavo mila hazavaina.

Toky R

La Vérité0 partages

Vente, utilisation et exploitation des plantes médicinales - Il est temps de mettre en place une stratégi...

Sous exploitées. Le Dr Jean Claude Ratsimivony propose la mise en place d’une stratégie de développement pour optimiser l’exploitation des plantes médicinales et aromatiques à Madagascar. Ces dernières, dont certaines endémiques de la Grande île, disposent pourtant d’innombrables vertus. Le groupe JCR et l’IMRA font partie de ceux qui ont su exploiter à bon escients ces plantes, en collaborant avec les producteurs ou en assurant leur plantation. Leurs produits sont majoritairement faits à partir d’une variation de plantes.

 

Depuis la pandémie de Covid-19, l’on a constaté une ruée vers les plantes médicinales pour la prévention et le traitement. Ravintsara, Mandravasarotra, Eucalyptus, Artemesia, etc. sont actuellement très prisées par les ménages, notamment pour les remèdes de grand-mère comme l’inhalation et la décoction.  Cependant, le président-directeur général du groupe JCR prévient les usagers des risques encourus à cause de l’automédication, engendrant l’utilisation abusive et la surdose. La méconnaissance et les mélanges mortels s’ajoutent aux dangers imminents. S’acquérir des plantes et les produits dérivés auprès des sources sûres, s’informer pour un minimum de connaissance et surtout consulter les professionnels pourraient y remédier. Ce dossier cite quelques plantes les plus utilisées en ce moment ainsi que leurs bienfaits.

Docteur Jean Claude Ratsimivony

« Les producteurs jouent un rôle capital… »

A la tête d’un groupe spécialisé en médecine alternative et traditionnelle. Le Dr Jean Claude Ratsimivony (JCR) reconnaît l’importance du développement des plantes médicinales et aromatiques. D’après cet expert, les Malagasy d’antan ont pratiqué la médecine chamanique, en exploitant les plantes médicinales. Mais la colonisation a changé la donne, avec l’intégration des médicaments chimiques dans le pays, au point de dénigrer l’efficacité des pratiques traditionnelles. Toutefois, la pandémie actuelle de la Covid-19 prouve que les plantes médicinales ont encore une place considérable tant dans la prévention que le traitement de diverses maladies. « Il est temps de mettre en place une stratégie de développement des plantes médicinales à Madagascar. Un partenariat entre l’Etat et le secteur privé faciliterait tant l’élaboration de cette politique que sa mise en œuvre », propose le président directeur général du groupe JCR.

Concrètement, les producteurs jouent un rôle capital dans la mise en œuvre de ladite stratégie de développement proposée par le Dr JCR. « En suivant un modèle économique, une famille de producteur peut par exemple exploiter 2 à 3 Ha de surface sur laquelle elle peut cultiver 3 à 4 variétés de plantes médicinales. Avec 10 000 familles mobilisées, l’on aura 20 000 à 30 000 Ha de plantes exploitables, et ainsi de suite », illustre le spécialiste. « Outre la maîtrise de la surface cultivée, elle doit également avoir des connaissances sur les origines et les vertus des plantes. A l’exemple de l’Eucalyptus, l’on recense environ 400 espèces dont certaines servent au traitement des maladies pulmonaires et d’autres pour les infections respiratoires. Il faudrait également que les producteurs aient une synergie avec la nature et les plantes pour avoir des résultats optimaux. A cela s’ajoutent les équipements et l’usage des technologies modernes », ajoute-t-il.

Pour Vaniala Natural SPA, du groupe JCR, réputé notamment pour son baume « Fosa », la cueillette des plantes médicinales et aromatiques se fait actuellement à la place de la production industrielle. Elle collabore avec un millier de producteurs provenant d’Analamanga, de Moramanga, de Brickaville, de Toamasina, de Fianarantsoa ou encore de Toliara pour collecter les différentes variétés de plantes médicinales, soit environ 2000 Ha de surfaces exploitées. Pour la production, il utilise 5000 à 6000 extraits de plantes, en adoptant divers procédés pour leur transformation. Les produits sont destinés non seulement à la prévention et le traitement de diverses maladies, mais aussi à usage cosmétique, au bien-être et en tant que compléments alimentaires.

Patricia Ramavonirina

 

Filière « Talapetraka »

Dix tonnes de production annuelle pour l’IMRA

Connue sous le nom scientifique « Centella asiatica », « Talapetraka » représente la première plante à vertus médicinales explorée par l’Institut Malgache de Recherches Appliquées en matière de médicament. De par son importance, cet Institut s’est lancé dans la culture. « Il existe plusieurs types de Talapetraka à Madagascar. Nous avons ainsi effectué une collecte  dans tout Madagascar afin de choisir la bonne variété. Suite à  une sélection massale, axée au rendement agronomique, résistance aux maladies et surtout la qualité des principes actifs, une plantation de Talapetraka a été mise en place dans la falaise de Betsimisaraka », indique le Dr Charles Andrianjara, directeur général de l’IMRA. D’après ses explications, une production de 10 tonnes de  Centella asiatica  est enregistrée annuellement dans la Région Alaotra-Mangoro, une des couvertures végétales où le climat et la terre sont favorables à cette culture.  « Nous collaborons avec une cinquantaine d’habitants pour s’assurer d’avoir une bonne récolte. L’on peut  obtenir des résultats en  l’espace de quatre mois. En tant qu’établissement reconnu d’utilité publique, ces derniers profitent de nos actions socio-économiques et environnementales inscrites dans nos composantes », poursuit-il.

Rappelons que dans les années 50, le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga, cet auxiliaire de Madagascar pour la santé, la recherche et l’enseignement, a mis au point à partir de la Centella asiatica un cicatrisant efficace qui dénommé Madécassol.  Actuellement, l’IMRA s’investit à l’international en exportant du « Talapetraka ».

A titre d’information, il existe trois variétés de « Talapetraka » dont les variétés Typica et Abyssinica sont rencontrées à Madagascar. Dans la partie Est se trouve la variété Typica et  dans l’Ouest celle d’Abyssinica. Les chercheurs en ont trouvé sur les hauts plateaux des variétés intermédiaires. La variété Typica  est composée de feuilles nettement réniformes, bien dentées, d’une contexture variable plus ou moins molle, suivant l’habitat et l’époque de récolte. Quant à  l’Abyssinica, elle se caractérise par de feuilles suborbiculaires à sinus moins marqué avec dentés plus atténués.

K.R

La Vérité0 partages

UEFA Champion's League - Sylvio Ouasserio et Abel Anicet retrouvent la compétition

L'UEFA a procédé ce dimanche au tirage au sort du premier tour de qualification pour l'édition 2020-2021 de la Ligue des champions.  Les cadors du Vieux Continent s'affronteront à partir de mercredi lors du Final 8 de la Ligue des champions à Lisbonne. En attendant de connaître le grand vainqueur de la compétition pour la saison 2019-2020, l'UEFA a déjà procédé dimanche au tirage au sort du premier tour des éliminatoires pour la prochaine édition.

Le premier tour de qualification mettra aux prises 34 équipes dont 33 nouveaux entrants et le vainqueur du tour préliminaire. Les Bulgares de Ludogorets débuteront aussi lors de ces duels disputés sur un match les 18 et 19 août, soit les même jours que les demi-finales du Final 8 de Lisbonne. Les rencontres se disputent, avec prolongation et tirs au but si requis. Les vainqueurs se qualifient pour le second tour de qualification de l'UEFA Champions League, les perdants sont reversés dans le deuxième tour de qualification de l'UEFA Europa League.

Deux internationaux malagasy seront en course pour la plus majestueuse des compétitions. Le nouveau Barea, Sylvio Ouasserio (Fola Esch Luxembourg) et le capitaine Abel Anicet Randrianantenaina (PFC Ludogorets Razgrad Bulgarie). Le PFC Ludogorets d'Abel Anicet, capitaine des Barea de Madagascar affrontera d'entrée le club Monténégrin du  Budu_nost Podgorica. Le Sheriff Tiraspol, un club de Moldavie

Les boules comportant les têtes de série sont placées dans un chapeau, celles comportant les non-têtes de série dans un autre. Une boule est tirée dans chaque chapeau et placée dans un grand chapeau vide au milieu, dans lequel elles sont mélangées. Le club tiré en premier jouera le match Aller à domicile contre le club tiré en deuxième.

Cette saison, les matches de qualifications sont des matches secs disputés à huis clos. Avant le tirage, les 34 équipes sont également réparties en têtes de série et non-têtes de série en fonction du classement au coefficient des clubs.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Site de la MBS à Anosipatrana - La CUA veut reprendre son bien

La Commune urbaine d’Antananarivo met fin au contrat de bail emphytéotique conclu entre la Mairie et la société MBS le 8 août 2000 sur le site d’Anosipatrana.  Le motif invoqué par la Commune est l’usage personnel.

Au pied du mur. Le maire de la CUA, Naina Andriantsitohaina, accule la société Malagasy Broadcasting system, la société de communication appartenant à l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana. Par décision en date du 30 juillet 2020, l’édile de la Capitale a signifié le gérant de MBS de la volonté de la Commune de résilier le contrat de bail emphytéotique en date du 08 août 2000. Le motif invoqué est une « reprise pour usage personnel ».

 

Selon la lettre signée par le maire de Tana, la décision a été prise « conformément aux dispositions des lois et règlementation en vigueur ». « La rupture du contrat sera définitive après six (06) mois de préavis », poursuit le document. Et de préciser qu’ « à l’expiration de ce délai, vous êtes remerciés de libérer les lieux ». La lettre conclut qu’ « à cet effet, une descente sur les lieux sera déployée afin d’effectuer un état des lieux contradictoire ainsi que l’évaluation dudit contrat ».

Cela fait donc 20 ans et 3 jours que la société MBS occupe le site d’Anosipatrana de façon inique. Selon les informations recueillies, le loyer serait de 4 ariary au m2 par mois, pour une surface exploitée de 2 500 m2, soit 10 000 ariary par mois pour un site situé en plein centre-ville. Déjà anormalement bas, ce loyer ne serait pourtant pas payé de façon régulière par la société MBS.

Conflit d’intérêt

Pour rappel, le bail a été conclu entre la CUA et MBS le 8 août 2000. La conclusion n’aurait pas dû avoir lieu puisqu’il y a un réel conflit d’intérêt. Le maire de l’époque était Marc Ravalomanana et la MBS est une société de communication qui lui appartient. Sans une once d’humilité ou de discernement, l’ancien exilé d’Afrique du Sud avait donc octroyé, sans un appel d’offres, le site d’Anosipatrana à une société lui appartenant.

En 2008, le maire de l’époque, Andry Rajoelina, a déjà émis des critiques sur la conclusion de ce bail emphytéotique abusif. Mais vu le mauvais caractère de l’ancien Président Marc Ravalomanana qui se croit ne pas avoir de compte à rendre à qui que ce soit, il a renforcé le bail en 2016, période durant laquelle Lalao Ravalomanana, son épouse, était à la tête de la Commune. Les Ravalomanana ne retiennent manifestement les leçons du passé comme quoi il ne faut pas mélanger la politique et les affaires personnelles. Une situation qui les a déjà mis en porte-à-faux lors de la crise de 2009.

La société MBS de Marc Ravalomanana a donc 06 mois pour plier bagage du site d’Anosipatrana. S’il lui reste une once de dignité, le mieux serait de commencer à chercher un nouveau local et ne pas chercher la petite bête en se lançant dans une croisade judiciaire. Marc Ravalomanana a en tout cas réagi à cette lettre hier même.

« Regardez et apprenez d’abord (ce que c’est que bail emphytéotique), quand vous l’apprendrez, vous saurez si oui ou non il est possible de l’abroger (…) N’ayez pas de fausse honte, examinez- bien », a ainsi affirmé le patron du TIM, avec sa manière méprisante et dédaigneuse de parler.

« Vous venez d’apprendre la politique, ne venez pas parler de choses que vous ne maîtrisez pas », dit-il, à l’endroit visiblement de l’actuel maire de la Capitale. Des paroles qui rappellent pour les observateurs avertis la phrase culte de cet homme qui avait déclaré qu’il valait mieux mesurer ses forces avant de se mesurer à lui « Tsapao aloha ny herinareo vao mitsapa ny aty ». La suite, tout le monde la connaît. 

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - 9.000 contaminés guéris en un mois

Guérison massive. Du 10 juillet au 10 août 2020, en exactement un mois, le Centre de commandement opérationnel Covid-19 Ivato compte environ 280 personnes testées positives au coronavirus guéries quotidiennement. RDV de 13 heures à la TVM. Dans cet intervalle de temps, 9061 patients dont la majorité ayant suivi le traitement à domicile ont rempli les critères de guérison indiquant un taux de plus de 80%. Même si la plupart n'a pas été hospitalisée, tous ces individus infectés et qui ont recouvré la santé figurent dans la base de données officielles gérée par la Plateforme nationale de gestion médicale Covid-19, en collaboration avec le Centre national d'opération stratégique et de suivi épidémiologique  (CNOSSE) sous la direction du ministère de la Santé publique.  

 

Cette guérison massive a commencé avec l'application des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)  portant sur le protocole de sortie des patients. Elles consistent à déclarer un patient guéri sans passer aux deux tests PCR. D'après les explications du Pr Vololontiana Marie Hanta Danielle, porte-parole dudit centre ainsi que de Dr Lamina Arthur, directeur de cabinet auprès du ministère de la Santé publique, après deux semaines de traitement, les personnes infectées asymptomatiques sont considérées guéries et non contagieuses. Quant aux patients présentant de signes du coronavirus, ils seront rétablis officiellement après 10 voire 13  jours et sans symptômes.

Depuis le début de l'épidémie, plus précisément le 12 avril dernier, date de l'annonce du premier cas de guérison jusqu'à hier, 11011 personnes testées positives se sont remises du coronavirus. Et le plus grand nombre des cas positifs rétablis jamais enregistrés a été  le 8 juillet dernier avec 574 cas de rémission.

Rappelons que Madagascar applique trois différents protocoles pour traiter les patients. Il s'agit en premier lieu du traitement bithérapie associant  l'Azithromycine et la Chloroquine du Pr Didier Raoult. Par la suite, il a été développé la décoction « Covid - Organics » à base de la plante médicinale « Artemisia ». Et le mois dernier, le troisième traitement, constitué d'un remède en version injectable rassemblant deux médicaments dont l'Artesunate, un dérivé de l'artémisinine, a été lancé.  

KR.

La Vérité0 partages

Rapatriement des Malagasy - Priorité aux personnes vulnérables

Le rapatriement des Malagasy bloqués à l'étranger reprendra ce samedi 15 août 2020. Les personnes vulnérables seront priorisées, d'après le ministre des Affaires étrangères, Djacoba Liva Tehindrazanarivelo.

Le Président de la République Andry Rajoelina est un Président à l'écoute de son peuple. Il a entendu les appels à l'aide des Malagasy bloqués à l'étranger et qui veulent coûte que coûte rentrer au pays. Le Chef de l'Etat a annoncé dans son allocution à la Nation, dimanche dernier sur les ondes nationales, que des vols de rapatriement auront lieu prochainement. Le premier vol, au départ de l'aéroport de Paris - Charles de Gaulle, aura lieu le samedi 15 août prochain. Le second vol en provenance du même aéroport est prévu le 22 août 2020. Un autre vol en provenance de l'Inde aura lieu le 19 août 2020.

 

La directive générale émane du Chef de l'Etat. Sa mise en œuvre revient au ministre des Affaires étrangères Djacoba Liva Tehindrazanarivelo. Ce dernier a donné plus d'explications sur ces vols de rapatriement. D'emblée, il a affirmé qu'il revient au ministère de déterminer qui rentrera au pays en premier. L'objectif final est que tous les ressortissants malagasy puissent rentrer au pays. Mais pour l'instant, il faut établir une priorité. Et  le rôle exclusif de ce ministère consiste à établir une vue d'ensemble concernant les ressortissants malagasy à l'étranger.

Il appartient ainsi au ministère des Affaires étrangères de dresser la liste des personnes qui rentreront en premier au pays. Il ne suffit pas d'avoir de l'argent et d'acheter des billets auprès des compagnies aériennes Air Madagascar ou Ethiopian Airlines, a-t-il précisé. Priorité est donnée aux personnes vulnérables, aux compatriotes dont les papiers ont expiré ou ceux qui sont en grande difficulté financière et n'ayant plus provisions. Il appelle à la compréhension de tout un chacun puisque jusqu'à maintenant, les vols à destination de Madagascar sont toujours suspendus afin de stopper l'introduction de nouveaux cas de coronavirus.

Le ministre Djacoba Liva Tehindrazanarivelo a avancé qu'il y a encore plus de 1 600 Malagasy bloqués à l'étranger. Ils sont répartis dans différents continents, notamment en Europe, Asie, Afrique, Amérique, voire en Australie, a-t-il cité. Des mesures strictes seront prises à l'encontre de ces personnes qui seront rapatriées. Ils subiront un test PCR avant leur embarquement. Une fois au pays, ils devront passer une seconde fois un test PCR, plus un confinement de 3 à 4 jours, en attendant les résultats du test. Au cas où les tests sont négatifs, ils pourront rentrer chez eux. Dans le cas contraire, ils feront l'objet d'un suivi sanitaire strict pour empêcher la propagation du virus. Il est à noter qu'un vol au profit des étudiants qui devront poursuivre leurs études à l'étranger aura lieu le 21 août prochain. Ceux-ci pourront embarquer sur présentation de pièces justificatives.

La Vérité0 partages

FDS sur la pente raide !

Dérapages. Débordements. Dérives. Bavures. Et puis quoi encore ! Les mots manquent pour décrire les mésaventures et souvent meurtrières des éléments de la Force de défense et de la sécurité (FDS) du pays. Des actes totalement indignes des valeurs morales et diamétralement opposés à l'éthique que l'Armée et la Police nationale entendent véhiculer.

 

Trois responsables du deuxième Bataillon Interarmes (2e BIA) déployé à Tsiroanomandidy ont été immédiatement démis de leurs fonctions suite à dérapage meurtrier dont ils sont directement reconnus coupables. En fait, l'Etat-major général des Armées a pris des mesures disciplinaires  à l'encontre de trois militaires en service à Tsiroanomandidy (2e BIA) à savoir, le commandant dudit Bataillon et son adjoint ainsi que le chef de l'opération. A l'issue d'une brève mais meurtrière incursion dans un petit village  à l'est d'Ampamoriana Bemangoraka, dans la Commune de Fihaonana (Tsiroanomandidy) le vendredi 7 août, un père de famille d'une cinquantaine d'années et son fils trouvèrent la mort.

Un gendarme et un policier qui participaient activement à un braquage d'un véhicule appartenant à un particulier, et transportant à bord une grosse somme d'argent, à Anosipatrana, ont été neutralisés par les Forces de l'ordre. Des braquages meurtriers de ce genre signés par des éléments de la FDS font partie des faits divers défrayant la chronique.

Un gendarme, en faction de routine, gifle une femme enceinte à Ankarimbe, dans le District d'Analalava. Suite à une altercation avec la victime pour non-respect des mesures liées au confinement (port de masque), le militaire incriminé n'avait  pas su maîtriser son tempérament et passait aux mains. Evidemment, les hauts responsables de la Gendarmerie ne traînèrent point les pieds pour sévir. Et les exemples en la matière font légion. Les faits suscités ne représentent que l'infime partie émergée de l'iceberg. Bien sûr, on a délibérément omis de citer les cas de crimes basés sur le genre (CBG) dont les hommes en treillis en font une sinistre célébrité. Sans oublier aussi les dérives de corruption souvent étalées au grand jour !

De source digne de foi, les rémunérations  des soldats de l'Armée, de la Gendarmerie et des agents de la Police nationale n'ont rien à envier avec ceux des autres de l'administration publique. Et cela sans parler des indemnités et avantages divers. Ils sont, de loin, les mieux lotis. Nous n'allons pas entrer dans les détails chiffrés mais les statuts généraux dont ils bénéficient font certainement des jaloux.

Il est incontestable que les hiérarchies supérieures respectives des trois entités de la FDS ont pris, et continuent de le faire, des mesures de rétorsion à l'égard des brebis galeuses mais le mal persiste. Loin de nous la tentative de discréditer l'ensemble des corps de la FDS. Certes, il existe des éléments de l'Armée, de la Gendarmerie et de la Police qui brillent de par leurs comportements exemplaires dans l'exercice de leurs tâches sinon de leurs missions. Seulement, il faut voir la réalité en face. Ils sont sur une pente raide. Des délits quoique sporadiques mais qui, à la longue, risquent de saper à la base l'image de marque de nos agents en uniforme.

Le pays s'engage à fond dans cette bataille contre la pandémie de Covid-19, la contribution des militaires et policiers revêt une importance de premier ordre.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Changement climatique - 72 aires protégées terrestres de Madagascar menacées

Déjà que les crimes environnementaux s’intensifient, les risques liés au changement climatique menacent également les aires protégées du pays. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) vient de sortir un rapport sur « la vulnérabilité et l’adaptation au changement climatique des aires protégées terrestres à Madagascar ». Ce rapport a mis en exergue que près de 72 aires protégées parmi les 122 que compte Madagascar, soit 63 % d’entre elles, sont aujourd’hui menacées par les impacts du réchauffement climatique. « Les effets potentiels du changement climatique tels que les cyclones plus intenses et plus fréquents ou les sécheresses récurrentes changent aujourd’hui l’aspect des forêts, puis provoquent l’altération des habitats voire leur destruction, aboutissant sans aucun doute à la perte de la faune et de la flore. Actuellement, ces altérations d’habitats affectent déjà près de 750 espèces de faune de Madagascar, dont plus de 90 % d’entre elles sont réparties dans les 72 aires protégées mentionnées par cette étude », explique le WWF Madagascar.

 

Les activités accentuant le réchauffement de la planète résident dans les actions humaines telles que les feux de brousse, l’exploitation abusive des ressources forestières ou encore la prolifération des déchets en plastique et des fumées industrielles, causant la pollution de l’air. Ce rapport montre donc qu’en plus de détruire l’environnement, les êtres humains vont également causer la dégradation des ressources naturelles restantes. Et cette dégradation risque de coûter cher. « En effet, face au changement climatique, si l’aire protégée n’est pas assez résiliente, sa capacité à fournir des biens et des services à la population serait aussi compromise. Les écosystèmes naturels qui abritent une aire protégée sont des sources d’eau, d’aliments et de matières premières. Lorsqu’ils disparaissent, les conséquences impacteront directement sur la vie de la population qui en dépend. Mais cette dernière a aussi tendance à exercer plus de pression sur l’aire protégée et à surexploiter ses ressources », expose le rapport.

Face à cette grande menace, l’institution conseille surtout de renforcer les actions de conservation tout en investissant dans des filières économiques durables pour les populations. « Les forêts en bonne santé représentent la solution naturelle pour réduire les impacts du changement climatique », concluent les responsables.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Préparation à la relance économique - Une formation professionnelle pour 200 000 employés du secteur ...

Une autre approche de la relance économique. Outre les autres mesures adoptées à l’endroit du secteur privé, le Gouvernement propose une formation professionnelle à l’endroit de 200 000 employés dans son Plan multisectoriel d’urgence (PMU). Sa mise en œuvre sera effectuée grâce au partenariat entre le secteur privé, le Fonds malgache de formation professionnelle (FMFP) et les partenaires techniques et financiers, entre autres l’Agence française pour le développement (AFD). Il faut dire que l’amélioration du capital humain reste primordiale dans l’essor des activités des entreprises. Le fonds a déjà lancé une série d’appels à projets à l’endroit des secteurs fortement touchés par la pandémie comme le secteur du tourisme, hôtellerie et restauration (THR), le textile et l’habillement ainsi que le secteur de la technologie de l’information et de la communication (TIC).

 

Un financement de l’ordre d’un milliard 400 millions ariary sera mis à la disposition de chaque secteur dont au moins 250 bénéficiaires respectivement. Les entreprises définissent leurs besoins dans l’appel à projet et le FMFP s’occupe de leur éventuelle faisabilité. Les membres du Syndicat des industries de Madagascar (SIM) se trouvaient déjà en première ligne à ce sujet. Une dizaine d’entreprises membres ont formé 86 salariés dernièrement. Les domaines concernaient la maintenance des machines industrielles pour soutenir la production, les questions d’hygiène, de sécurité et d’environnement au niveau du travail. Au niveau administratif, ont été abordés la comptabilité et le management dans le respect des textes et la mise en place d’une structure managériale efficace.

Malgré les conséquences de la pandémie sur la situation des entreprises, les patrons d’entreprise ne sont pas moins motivés pour développer les compétences de leurs collaborateurs. « La réponse aux normes de standing exige une formation continue du personnel. Grâce à cette formation, les salariés seront aptes à faire leur travail avec indépendance et professionnalisme. La communication ne sera plus une barrière tant avec les clients qu’entre collaborateurs », note Johann Pless, PCA de la Fédération des hôteliers et restaurateurs de Madagascar.

Pour ne citer que le cas du secteur touristique, avant l’arrivée de la crise sanitaire, celui-ci représente environ 5,9 % du produit intérieur brut (PIB) malagasy et est à l’origine de la création de 4,6 % d’emplois directs et 13,3 % d’emplois indirects. La relance et l’appui du secteur ont ainsi un sens et s’avèrent même prioritaire pour faire partie d’un plan de sauvetage de l’économie du pays. A part le contexte sanitaire, l’« Open sky » qui offrira une opportunité à Madagascar d’atteindre un objectif de 500 000 touristes d’ici trois ans, fait partie du contexte sectoriel. Cependant, suite à cette crise liée au coronavirus, il est clair que l’atteinte de cet objectif serait difficile.

Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Ministère de la Santé publique - Recrutement d'un millier de personnels soignants

En attente d'une décision d'affectation. Le nombre de paramédicaux à Madagascar est encore faible par rapport au nombre d'habitants. Le pays a annuellement besoin de 2 000 nouveaux paramédicaux pendant 5 ans pour combler ce manque d'effectifs. Afin de remédier à ce problème, le ministère de la Santé publique, dans un communiqué publié dimanche dernier, a annoncé le recrutement d'un millier de paramédicaux, au titre des postes budgétaires de 2019.  

En effet, le recrutement de 809 personnels soignants, dont 159 médecins et 650 paramédicaux fonctionnaires est en cours  de finalisation, tandis que les 159 autres dossiers composant 78 médecins spécialistes et 81 médecins généralistes se trouvent actuellement au niveau du ministère du Travail, de l'Emploi, de la Fonction publique et des Lois sociales. Concernant le recrutement d'agents pour renforcer le personnel administratif, ce dossier est déjà bouclé. La remise des décisions d'affectation à leur propriétaire n'attend plus qu'eux afin qu'ils puissent rejoindre leur poste respectif.

Ainsi, ce communiqué d'avancer que pour les 600 paramédicaux sortant de l'Institut de formation inter-régionale des paramédicaux (IFIRP) et les 50 autres sortant de l'Institut  national de la santé publique et communautaire (INSPC), il ne reste plus qu'une signature et ils auront entre leurs mains la lettre relative à leur décision d'affectation.

Outre ce recrutement annuel du ministère de la Santé publique, d'autres recrutements de médecins et de paramédicaux sont encore en cours dans le cadre du programme d'amélioration des résultats nutritionnels, financé par la Banque mondiale. Ceux qui seront embauchés seront d'abord contractuels pour une durée d'un an renouvelable. Leur recrutement en tant que fonctionnaires se fera au terme du contrat du ministère avec ledit projet.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Evolution du coronavirus - Le pic déjà atteint pour Antananarivo et Moramanga !

Lors de son intervention dimanche soir sur toutes les chaînes, le Président de la République Andry Rajoelina a annoncé que les Districts d'Antananarivo Renivohitra, Atsimondrano, Avaradrano, Ambohidratrimo, Moramanga ont déjà atteint le pic de l'épidémie, c'est-à-dire le nombre maximum de patients atteints de la Covid-19, soignés dans les hôpitaux. « La situation  épidémiologique fait penser que le pic de l'épidémie est déjà atteint au niveau de ces zones citées », ont évalué le ministère la Santé publique et l'Académie de médecine à l'issue de leur réunion conjointe faisant l'objet de l'évaluation de la situation épidémiologique à Madagascar. Inscrit dans leur rapport, le pic y étant en cours, ces endroits se situent au début d'une phase de décroissance. Ce qui implique qu'une réduction du nombre de contaminations y est attendue.  C'est ainsi que des mesures de sécurité sanitaires y sont toujours maintenues, même en se dirigeant vers un déconfinement progressif.  

 

En parallèle, la partie Est de Madagascar - notamment à Toamasina I et II où la Covid-19 a gravement affecté plus d'un millier d'habitants - est déjà épargnée par l'abondance des nouveaux cas de contamination. Malheureusement, une flambée des nouveaux cas positifs est attendue dans quelques Régions, à savoir Boeny, Itasy, Bongolava, Haute-Matsiatra, Atsimo-Andrefana et Betsiboka. Ailleurs, le danger est plus ou moins écarté. Cependant, le renforcement du système de détection des nouveaux cas et le suivi des patients sont de mise. A cela s'ajoute la vigilance communautaire et la préparation à la prise en charge des sujets présentant des symptômes analogues de la maladie et ceux déjà contaminés.

Questionnée sur ce pic, la porte-parole du Centre de commandement opérationnel - Covid-19 Ivato et non moins doyenne de la Faculté de médecine à l'université d'Antananarivo, Pr Vololontiana Marie Hanta Danielle, a déjà affirmé que sa détermination se repose sur une modélisation élaborée par des épidémiologistes suivant des calculs de probabilité mathématiques. Ceux-ci incombe différents critères, entre autres les mesures sanitaires, le nombre de tests réalisés régulièrement. Outre la date de l'annonce officielle de la première contamination - le 19 mars dernier, il faut également tenir compte du temps d'incubation et de la proportion des cas asymptomatiques. Cette étape se combine avec l'étude du taux de reproduction du virus, notamment le nombre de personnes contaminées par un seul malade.

Les ripostes Covid-19 sont également mises en exergue en se basant sur leur efficacité. Effectivement, le Chef de l'Etat a décidé reconfiner la Région d'Analamanga le 6 juillet dernier. Et pour cause, la propagation du coronavirus est entraînée par la mobilité démographique en quête de survie. Plus la population est mobile, plus le virus se propage. Les autorités sanitaires ont estimé que plus cette mesure reste efficace, plus le pic ne tarde pas à arriver, et c'est ce qui s'est produit. D'ailleurs, il a déjà été prévu vers la fin de ce mois.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Ikalamavony - Des duels d’artilleries font plusieurs dégâts

De source qui requiert l’anonymat, un violent accrochage a opposé vers la fin de la matinée du dimanche dernier les éléments des Forces de sécurité à une trentaine de « dahalo » retranchés dans un village de montagne d’Andoharano. En effet, il s’agissait d’une opération de la Gendarmerie, la troisième de cette série, et qui s’était traduite par un nouvel assaut sur ce village. Des éléments de l’Armée du centre de formation des commandos d’Ambatolaona sont venus renforcer les gendarmes pour occuper le village.

 

Sitôt après les deux premières vagues de cette opération, les « dahalo » et les habitants se sont repliés dans les montagnes environnantes, selon encore cette source. Ce qui a conduit les éléments des Forces de sécurité à engager une poursuite. Cependant, ces dernières ont été obligés de se replier à nouveau pour attendre le lever du jour et poursuivre l’action. Pendant ce retrait stratégique des Forces, les bandits de grand chemin ont continué à faire des harcèlements à travers des tirs sporadiques. Le bilan de cet accrochage fut assez lourd : des maisons d’Andoharano ont été endommagées lors de cette opération des gendarmes. Cependant, aucun dégât corporel n’est à déplorer.

Tout a alors débuté le 7 août dernier. 50 gendarmes en mission de sécurisation se sont approchés du village d’Andoharano, Commune d’Ambatomainty, District d’Ikalamavony, fief de « dahalo » où une réunion de villageois s’est tenue pendant 40 jours et qui devait se terminer le 8 août dernier à cause de la mort de l’ex-maire en cause. Mais en débarquant sur le lieu, les gendarmes ont été donc accueillis par des tirs d’armes de guerre. Ces tirs ont été les faits d’une centaine de « dahalo ». Après un moment de dur combat entre les deux parties, les gendarmes ont dû se replier à cause de l’obscurité. Et ils sont conscients du fait que les bandits connaissent mieux le terrain qu’eux.

L’origine de cette situation explosive observée sur place, mérite d’être cernée brièvement. Tout a démarré par un accrochage entre ces Forces de sécurité et une bande armée dirigée par deux chefs dont l’un serait le fils d’un résident de la localité. Mais bien plus qu’un simple résident puisque le défunt était un ancien maire, mais qui avait été rendu tristement célèbre par le fait qu’il aurait commandité des actes de banditisme dans les Districts d’Ikalamavony et Ambatofinandrahana. Il était également connu pour avoir été le propriétaire d’un site de gisement de minéraux à Ikalamavony. Ces récents accrochages seraient donc expliqués par le fait que les deux présumés chefs de bande, ont juré de venger la mort de leurs acolytes en cherchant à cibler particulièrement un officier de gendarmerie à l’instigation de l’opération.

Pour retracer encore les faits en détail, l’ancien maire fut arrêté après des semaines de recherche à son encontre. Et il a succombé le 15 juin dernier lors d’une tentative de fuite de sa part, et surtout à la suite d’un refus des gendarmes de ne pas se laisser corrompre avec une somme de 8 800 000 ariary, pour le remettre en liberté. Enfin, un fusil « Kalachnikov » et des étuis laissés par les « dahalo » ont été récupérés après l’accrochage qui s’est déroulé le 6 juillet dernier au « kizo » de Tataondrasija. Cet affrontement a découlé d’une tentative des gendarmes pour arrêter les trois fils de cet ancien et défunt maire.  

Recueillis par F.R.

La Vérité0 partages

Vente, utilisation et exploitation des plantes médicinales - Il est temps de mettre en place une stratégi...

Sous exploitées. Le Dr Jean Claude Ratsimivony propose la mise en place d’une stratégie de développement pour optimiser l’exploitation des plantes médicinales et aromatiques à Madagascar. Ces dernières, dont certaines endémiques de la Grande île, disposent pourtant d’innombrables vertus. Le groupe JCR et l’IMRA font partie de ceux qui ont su exploiter à bon escients ces plantes, en collaborant avec les producteurs ou en assurant leur plantation. Leurs produits sont majoritairement faits à partir d’une variation de plantes.

 

Depuis la pandémie de Covid-19, l’on a constaté une ruée vers les plantes médicinales pour la prévention et le traitement. Ravintsara, Mandravasarotra, Eucalyptus, Artemesia, etc. sont actuellement très prisées par les ménages, notamment pour les remèdes de grand-mère comme l’inhalation et la décoction.  Cependant, le président-directeur général du groupe JCR prévient les usagers des risques encourus à cause de l’automédication, engendrant l’utilisation abusive et la surdose. La méconnaissance et les mélanges mortels s’ajoutent aux dangers imminents. S’acquérir des plantes et les produits dérivés auprès des sources sûres, s’informer pour un minimum de connaissance et surtout consulter les professionnels pourraient y remédier. Ce dossier cite quelques plantes les plus utilisées en ce moment ainsi que leurs bienfaits.

Docteur Jean Claude Ratsimivony

« Les producteurs jouent un rôle capital… »

A la tête d’un groupe spécialisé en médecine alternative et traditionnelle. Le Dr Jean Claude Ratsimivony (JCR) reconnaît l’importance du développement des plantes médicinales et aromatiques. D’après cet expert, les Malagasy d’antan ont pratiqué la médecine chamanique, en exploitant les plantes médicinales. Mais la colonisation a changé la donne, avec l’intégration des médicaments chimiques dans le pays, au point de dénigrer l’efficacité des pratiques traditionnelles. Toutefois, la pandémie actuelle de la Covid-19 prouve que les plantes médicinales ont encore une place considérable tant dans la prévention que le traitement de diverses maladies. « Il est temps de mettre en place une stratégie de développement des plantes médicinales à Madagascar. Un partenariat entre l’Etat et le secteur privé faciliterait tant l’élaboration de cette politique que sa mise en œuvre », propose le président directeur général du groupe JCR.

Concrètement, les producteurs jouent un rôle capital dans la mise en œuvre de ladite stratégie de développement proposée par le Dr JCR. « En suivant un modèle économique, une famille de producteur peut par exemple exploiter 2 à 3 Ha de surface sur laquelle elle peut cultiver 3 à 4 variétés de plantes médicinales. Avec 10 000 familles mobilisées, l’on aura 20 000 à 30 000 Ha de plantes exploitables, et ainsi de suite », illustre le spécialiste. « Outre la maîtrise de la surface cultivée, elle doit également avoir des connaissances sur les origines et les vertus des plantes. A l’exemple de l’Eucalyptus, l’on recense environ 400 espèces dont certaines servent au traitement des maladies pulmonaires et d’autres pour les infections respiratoires. Il faudrait également que les producteurs aient une synergie avec la nature et les plantes pour avoir des résultats optimaux. A cela s’ajoutent les équipements et l’usage des technologies modernes », ajoute-t-il.

Pour Vaniala Natural SPA, du groupe JCR, réputé notamment pour son baume « Fosa », la cueillette des plantes médicinales et aromatiques se fait actuellement à la place de la production industrielle. Elle collabore avec un millier de producteurs provenant d’Analamanga, de Moramanga, de Brickaville, de Toamasina, de Fianarantsoa ou encore de Toliara pour collecter les différentes variétés de plantes médicinales, soit environ 2000 Ha de surfaces exploitées. Pour la production, il utilise 5000 à 6000 extraits de plantes, en adoptant divers procédés pour leur transformation. Les produits sont destinés non seulement à la prévention et le traitement de diverses maladies, mais aussi à usage cosmétique, au bien-être et en tant que compléments alimentaires.

Patricia Ramavonirina

 

Filière « Talapetraka »

Dix tonnes de production annuelle pour l’IMRA

Connue sous le nom scientifique « Centella asiatica », « Talapetraka » représente la première plante à vertus médicinales explorée par l’Institut Malgache de Recherches Appliquées en matière de médicament. De par son importance, cet Institut s’est lancé dans la culture. « Il existe plusieurs types de Talapetraka à Madagascar. Nous avons ainsi effectué une collecte  dans tout Madagascar afin de choisir la bonne variété. Suite à  une sélection massale, axée au rendement agronomique, résistance aux maladies et surtout la qualité des principes actifs, une plantation de Talapetraka a été mise en place dans la falaise de Betsimisaraka », indique le Dr Charles Andrianjara, directeur général de l’IMRA. D’après ses explications, une production de 10 tonnes de  Centella asiatica  est enregistrée annuellement dans la Région Alaotra-Mangoro, une des couvertures végétales où le climat et la terre sont favorables à cette culture.  « Nous collaborons avec une cinquantaine d’habitants pour s’assurer d’avoir une bonne récolte. L’on peut  obtenir des résultats en  l’espace de quatre mois. En tant qu’établissement reconnu d’utilité publique, ces derniers profitent de nos actions socio-économiques et environnementales inscrites dans nos composantes », poursuit-il.

Rappelons que dans les années 50, le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga, cet auxiliaire de Madagascar pour la santé, la recherche et l’enseignement, a mis au point à partir de la Centella asiatica un cicatrisant efficace qui dénommé Madécassol.  Actuellement, l’IMRA s’investit à l’international en exportant du « Talapetraka ».

A titre d’information, il existe trois variétés de « Talapetraka » dont les variétés Typica et Abyssinica sont rencontrées à Madagascar. Dans la partie Est se trouve la variété Typica et  dans l’Ouest celle d’Abyssinica. Les chercheurs en ont trouvé sur les hauts plateaux des variétés intermédiaires. La variété Typica  est composée de feuilles nettement réniformes, bien dentées, d’une contexture variable plus ou moins molle, suivant l’habitat et l’époque de récolte. Quant à  l’Abyssinica, elle se caractérise par de feuilles suborbiculaires à sinus moins marqué avec dentés plus atténués.

K.R

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Hausse de la température prévue

L’on devrait observer une hausse de la température dans les trois prochains jours.

« L’on observera une hausse considérable de la température dans les prochaines 24 heures sur les Hautes Terres Centrales et dans les régions côtières situées à l’Est du pays ». C’est ce qu’on peut lire dans le bulletin météorologique publié par la direction générale de la météo  hier. Une nouvelle qui devrait ravir les plus frileux et qui annoncerait le basculement vers la prochaine saison. Le bulletin de la direction générale de la météorologie du pays d’indiquer également qu’il n’y aura pas de variation des chiffres dans les deux prochains jours et que les températures ne vont pas changer.

Recueillis par José Belalahy  

Midi Madagasikara0 partages

Jupiler Pro League : Carton jaune pour Marco Ilamiharitra

Le Sporting de Charleroi s’est imposé lors de la rencontre d’ouverture du championnat de Jupiler Pro League, ce samedi (0-1). Le Japonais Ryota Morioka a permis aux Zèbres de battre le Club Bruges, le champion en titre par son unique but à la 78e minute. Ainsi, l’international malgache Marco Ilaimaharitra a été titulaire au milieu. A l’issue d’un duel corsé, il a reçu sa première carte jaune de la saison à la 6e minute d’entame. Par la suite, il a cédé sa place à la 83e minute à Lucas Ribeirio, un jeune brésilien. Mais grâce à cette victoire, Charleroi est provisoirement à la tête du classement général. Il jouera contre le KV Ostende le 15 août, pour le compte de la deuxième du championnat de Belgique de football.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Bande Dessinée « movements and moments » : Focus sur les mouvements féministes autochtones et les milit...

« Mouvments and moments » met l’accent sur une perspective féministe autochtone.

Initié par le Goethe –institut de Jakarta, le projet « movements and moments »  vise à rendre visibles des histoires cachées des activistes en racontant les histoires de vie des protagonistes dans le format très accessible de la bande dessinée. Pour ce faire, un appel est ouvert, aux bédéistes des pays du Sud,  pour soumettre  des propositions de nouvelles bandes dessinées  sur les mouvements féministes autochtones et les militantes du Sud. Une dizaine d’histoires sélectionnées sera publiée dans une anthologie comique jusqu’en 2021. Si la date limite est fixée le 31 août 2020, les détails sont disponibles sur le site du Goethe-institut indonésien.

Ce projet  met l’accent sur une perspective  féministe autochtone, souvent liée aux approches émancipatrices  de la durabilité. Le but est de faire la lumière sur l’un des aspects les plus marginalisés et sous exposés des manifestations féministes.  D’un autre côté, le projet cherche à savoir comment ces luttes souvent négligées pourraient être des modèles de mouvements féministes du monde entier.  En publiant ces histoires de différents continents et en les mettant en dialogue les uns avec les autres, on  espère susciter l’intérêt pour l’archivage et la médiation des efforts féministes non occidentaux. 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Dahalo voafitaky ny mpimasy : Nivadika ho mpiompy omby madio

Taorian’ireo hetsika maromaro nataon’ny zandamariam-pirenena, ny amin’ny famongorana ireo mpimasin-dahalo manerana ny Nosy, indrindra fa tany amin’iny distrikan’Andilamena iny dia fantatra, araka ny fampitam-baovao azo fa saika nivadika sy niova fo avokoa ireo dahalo mpilalao ody bala sy nitoky tamin’ireto farany, ary zary lasa mpiompy omby madio sy manana fikambanana.

Paikady napetraky ny teo anivon’ireo mpitandro filaminana tokoa ny fitsimponana ireo mpanao ody bala sy mpimasy mpiray tsikombakomba amin’ireo malaso. Fantatra mantsy, fa saika mitoky tanteraka amin’ireo mpilalao tapa-kazo sy mohara ireny ireo olon-dratsy ka sahy mihantsy mpitandro filaminana sy manitatra ny asa ratsiny amin’ny hoe manana fiarovana amin’ny bala. Araka izany, noporofoina tamin’ireo mpitoky amin’ireo mpimasy ireto, fa tsy mandaitra velively  ny zavatra ataony. Anisan’izany ny fisamborana ireo mpanao ody bala sy mpimasin-dahalo. Nisy sasany tamin’izy ireny no niseho nampiasa ny fahaizana ka niezaka ny hitsoaka kanefa dia maty voatifitra ihany. Voalazan’ny fampitam-boavao, fa izany zavatra izany no anisan’ny nandresy lahatra ny sasantsany tamin’ireo mpilalao ody bala tany amin’iny distrikan’Andriamena iny ka nivadihan’izy ireo fo, tsy hanao dahalo intsony. Fantatra ary izao, raha ny vaovao azo avy tamin’ny mpitandro filaminana hatrany, fa maherin’ny 300 olona eo ho eo no mpikambana ao amin’ilay fikambanana mpiompy omby iray any an-toerana ankehitriny. Izy ireo dia saika ireo mpilalao ody bala avokoa. « Milaza moa izy ireo, fa nahatsiarotena ho voafitaka tamin’izany ary diso làlana. Vonona ny hiala amin’io fomba ratsy io ». Tsy mitsahatra ny manentana ihany koa ireo mpitandro filaminana, ho an’izay mbola misalasala mba hiditra aty amin’ny sehatry ny fiarahamonina madio satria dia fitaka bevava hoy izy ireo ny nivarotana ireo ody bala tamin’ireo olona. Heverina araka izany, fa mbola ho maro ireo hiverina amin’ny lala-mahitsy ka hanary ireo fomba ratsiny hatramin’izay.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Bavure militaire à Tsiroanomandidy : Trois officiers rappelés à Tana pour enquête

L’intervention militaire qui s’est soldée par la mort de deux individus à Tsiroanomandidy, qui fait actuellement l’objet de discussion au niveau de la société et à travers les réseaux sociaux depuis samedi, risque de devenir une affaire d’Etat. C’est pourquoi, l’Etat-major général des armées, à travers son patron a pris ses responsabilités. Depuis hier, trois officiers de l’Armée malgache impliqués dans cette affaire en tant que premiers responsables des militaires ayant contribué à cette opération sont rappelés à Antananarivo pour enquête. Il s’agit du Deuxième bataillon inter-arme de Tsiroanomandidy et son second ainsi que l’officier qui était à la tête de la troupe qui a effectué cette mission. Ils ont été appelés pour éclairer cette situation qui risque de nuire l’image de l’Armée malgache et les forces de l’ordre en général. Il est à rappeler que cette affaire qui aurait dû être une simple opération de pacification et de poursuite de dahalo. Des militaires conduits par un officier auraient investi un village dans la commune de Fihaonana, district de Tsiroanomandidy, pour arrêter un homme suspecté d’être un dahalo, le vendredi vers 4 heures 30 du matin. Une fois sur les lieux ces hommes en treillis ont agi autrement. Pendant leur passage, ils ont exécuté des gens et ont brûlé des maisons. Ils ont agi ainsi, selon leur explication, parce qu’ils exécutaient des ordres donnés par leurs supérieurs. On attend alors la suite de cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Partenariat : BNI Madagascar et NCBA CLUSA s’associent en faveur des coopératives

Une séance de formation auprès des membres de coopératives rurales.

Convaincue du rôle clé des PME dans le développement économique du pays, BNI Madagascar ne cesse de leur manifester son soutien sans faille et multiplie les initiatives visant à appuyer leur croissance. 

BNI Madagascar et National Cooperative Business Association – Cooperative League Of The United States of America (NCBA-CLUSA), conjuguent leurs efforts pour la promotion de l’entrepreneuriat par l’accompagnement et l’appui des coopératives formelles pour leur pérennité. Un engagement qui a été officiellement scellé à travers la signature d’un partenariat ambitieux qui fera date.

1 000 projets financés

Il s’agit d’un partenariat qui, dans la pratique, se traduira par la sensibilisation  de 10 coopératives  qui bénéficieront de séances d’éducation financière et de formation relative au crédit de la part de  la BNI Madagascar. D’ici à 2023,2 000membres de coopératives jouiront aussi des programmes d’assistance technique, développés par les deux partenaires. Et, durant la même période, les projets de près de1 000 personnes seront  financés par la BNI Madagascar et ses partenaires. Une manière, en somme pour les deux partenaires  de mutualiser les efforts pour la promotion de l’entrepreneuriat en vue de favoriser la création de coopératives formelles et pérennes. Alexandre Mey, Directeur Général de BNI Madagascar et Abel Rakotonirainy, Coordonnateur Pays de la NCBA CLUSA ont représenté respectivement les deux parties lors de la cérémonie de signature.

Plateforme intégrée

« La mise en place de la Plateforme intégrée de développement des PME à la BNI MADAGASCAR, l’entité  qui va jouer un rôle de premier ordre dans le cadre de cette collaboration,  est une initiative qui répond à l’impératif de développer l’insertion des jeunes à travers la promotion de l’entreprenariat. Cette plateforme nous permet d’écouter, d’informer, d’encadrer, de développer des solutions innovantes pour  financer et accompagner les jeunes ayant des bonnes initiatives pour leur permettre de réaliser leurs  projets et de développer leurs affaires afin de créer un dynamisme national », selon Alexandre Mey.  Pour sa part, Abel Rakotonirainy a déclaré que « NCBA CLUSA développe et gère diverses initiatives visant à apporter des solutions orientées vers le marché pour aboutir aux communautés à travers une structure d’information et d’appui, un savoir-faire éprouvé durant les 100 ans d’existence de l’organisation.  La collaboration avec BNI MADAGASCAR, une institution financière expérimentée qui partage avec nous les mêmes valeurs et les mêmes ambitions est un réel avantage ». D’un commun accord, BNI MADAGASCAR et NCBA CLUSA vont se donner la main pour mobiliser les bailleurs de fonds actifs dans le développement des coopératives et des TPME pour soutenir les activités convenues dans leur collaboration  : base de données, assistance technique, appui financier, subvention, crédit.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Emploi : Seuls 3% des travailleurs pratiquent le télétravail

Le télétravail est recommandé par l’Etat afin de contenir la propagation de la Covid-19.

Perçu comme un mode de travail en vogue surtout depuis le début de la pandémie mondiale de Covid-19, le télétravail reste marginal auprès des travailleurs malgaches. 

En effet, près de 3% d’entre eux seulement en pratiquent depuis le confinement. C’est ce qui ressort de la dernière enquête sur l’impact du coronavirus sur les conditions de vie des ménages, menée par l’Institut National de la Statistique (INSTAT) dans le cadre de ce confinement. Près de 85,89% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles continuent à exercer leurs professions dans leurs lieux de travail habituels bien que l’Etat sollicite le télétravail afin de mieux contenir la propagation du coronavirus au niveau des entreprises. En revanche, 1,3% des travailleurs enquêtés ont affirmé qu’ils combinent le travail au bureau et le télétravail. Il n’a pas été évoqué la raison de la marginalisation de ce mode de travail auprès des travailleurs malgaches lors de cette enquête auprès des ménages. Mais force est de reconnaître que le coût élevé de la connexion ainsi que le nombre insuffisant des ménages ayant accès à l’internet à domicile pourraient en constituer les principales causes. Et ce serait une charge supplémentaire pour les entreprises.

Perte d’emplois. Certaines professions nécessitent également la présence physique des travailleurs, surtout quand on parle des activités de production proprement dites. La perte d’emplois qui constitue une des conséquences néfastes de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, n’est pas en reste. En effet, outre le changement dans le quotidien de la population, les mesures restrictives prises par l’Etat afin de lutter contre la propagation du coronavirus ne sont pas sans conséquence sur l’économie. Les impacts de cette crise sanitaire sur la sphère économique se ressentent inéluctablement sur l’emploi et le revenu des ménages aussi bien en milieu urbain que rural ou dans les zones confinées ou non, dans tout Madagascar. Et cette perte d’emploi touche presque de nombreuses branches d’activités économiques. On peut citer, entre autres, le tourisme, l’hôtellerie et la restauration, le transport, la transformation et la fabrication et le commerce.

Instauration du couvre-feu. Il est à noter que les emplois du secteur formel sont les plus exposés à cette crise sanitaire étant donné que les travailleurs ont dû se plier aux mesures restrictives imposées par l’Etat. Ce qui entraîne par la suite l’arrêt des activités des entreprises formelles. A titre d’illustration, l’enquête sur l’impact de la Covid-19 sur les conditions de vie des ménages, a révélé que l’instauration du couvre-feu sur le territoire national a engendré l’arrêt des activités productives. C’est d’ailleurs la première raison de la privation d’emploi évoquée. Il s’agit, entre autres, des emplois frappés par les restrictions comme le transport des marchandises durant la nuit, les services aux ménages comme le gardiennage, les emplois liés à l’hôtellerie et la restauration et les activités nocturnes des boulangeries. Les activités nocturnes tiennent ainsi une place importante sur le tissu économique à Madagascar. En outre, l’arrêt des activités entrepreneuriales et de la machine administrative font que l’activité économique soit au ralenti. La restriction des déplacements entre les régions a également freiné la mobilité des travailleurs et induit inévitablement un effet néfaste sur l’emploi, a-t-on évoqué. En revanche, il a été constaté que le secteur agricole est relativement épargné par les impacts de la pandémie de Covid-19 sur l’emploi.

Soutien aux travailleurs. L’allègement des charges fiscale et administrative au secteur privé et la reconsidération du retour des activités à horaire particulier garantiraient ainsi le soutien aux travailleurs. En effet, plus de la moitié d’entre eux ont un sentiment d’incertitude sur la reprise de leur travail, d’après toujours cette enquête de l’INSTAT.  Rappelons qu’il s’agit notamment d’une enquête ménage à haute fréquence renouvelée chaque mois jusqu’à la fin de l’année afin de mesurer l’impact de cette crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid- 19 sur les conditions de vie des ménages à Madagascar. L’approche CATI ou l’enquête par téléphone assistée par ordinateur a été utilisée sur un échantillon de 1 240 ménages répartis dans toute l’île dans le but de respecter les mesures barrières et la distanciation sociale, dans le cadre de l’instauration de l’état d’urgence sanitaire.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Vola Razafindramiandra Ramiandrasoa : L’ancien DG des Douanes emporté par la Covid-19

Vola Razafindramiandra Ramiandrasoa, ancien des Douanes.

L’ancien directeur général des Douanes, Vola Razafindramiandra Ramiandrasoa a tiré sa révérence. Très connu au niveau de la Douane Malagasy et du Ministère de l’Economie et des Finances, il a occupé le poste de DG des Douanes depuis l’ère Ravalomanana, jusqu’en mars 2009. Deux mois après son limogeage, il a été, de nouveau, nommé DG des Douanes. Un retour triomphant accueilli par de grands applaudissements au gymnase de son ministère de tutelle à Antaninarenina. Cet événement démontrait que Vola Razafindramiandra était très apprécié par les employés de la Direction Générale des Douanes. D’ailleurs, c’était un grand technicien qui faisait partie de ceux qui ont initié les premières réformes douanières à Madagascar, si l’on ne cite que la fameuse dématérialisation ayant résolu bien des problèmes. Vola Razafindramiandra a occupé le poste de DG des Douanes, jusqu’en mai 2014. Selon ses proches, il a été emporté par la Covid-19, hier, après avoir été hospitalisé pendant un mois entier. Cette maladie a déjà fait d’autres morts au sein de la famille de l’ancien DG, qui avait perdu sa fille le 8 juillet dernier, et son beau fils le 28 juillet. La Rédaction de Midi Madagasikara présente ses condoléances à sa famille et à ses proches.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

En …quête de Covid-19

Pour son enquête sur l’ « Impact du Covid-19 sur les conditions de vie des ménages », l’INSTAT a utilisé l’approche CATI ou « Computer Assisted Telephonic Assisted ».

En …quête de Covid-19

Comme son nom l’indique, il s’agit d’enquête par téléphone assisté par ordinateur afin de respecter les mesures barrières et notamment la distanciation sociale. En revanche, ces mesures sanitaires ne sont pas toujours respectées à l’occasion des enquêtes et opérations de recensement effectuées depuis vendredi par les ministères dont les agents portent rarement des Equipements de Protection Individuelle (EPI) lors de leurs descentes dans les quartiers de la capitale. Avec ce que cela comporte de risques réciproques dans la mesure où ils pourraient aussi bien contaminer qu’être contaminés par les personnes enquêtées. Il n’est pas exclu que le virus réputé « invisible » circule même dans les deux sens.  Dans ces conditions, force est de se demander si les enquêteurs et les enquêtés ne sont pas en …quête de Covid-19. En effet, le port du cache bouche est une mesure nécessaire mais pas suffisante pour casser la chaîne de transmission du Coronavirus. Les nouveaux cas confirmés jouent au yo-yo avec tantôt des hausses tantôt des baisses quoique tout dépende en fait du nombre de tests effectués sur lesquels on pourrait avoir une idée du taux d’incidence. Ce dernier permet de mesurer l’état de santé de la population par rapport au nombre de nouveaux cas sur une période donnée. Dans l’Hexagone, le taux d’incidence est basé sur 100 000 habitants. Presque le double du nombre de tests – PCR et GeneXpert confondus – réalisés jusqu’ici dans la Grande Île quoique la taille de la population malgache se situe presque dans la même proportion par rapport au nombre d’habitants en France métropolitaine. De toute façon, on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres affichés sur le tableau de bord quotidien de l’épidémie de Covid-19 dont les indicateurs sont comme le pastèque, vert à l’extérieur et rouge à l’intérieur.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Vol de gasoil de la Jirama : 5 trafiquants interceptés à Ambovombe

La Jirama se redresse petit à petit, mais le chemin à parcourir est encore long. Pour réduire ses pertes, cette société renforce davantage la lutte contre les vols de carburants. Le 3 août dernier, un vol de gasoil de la Jirama Ambovombe a été démasqué par la gendarmerie à 3h du matin.  « Deux individus ont été interceptés avec deux jerricans remplis de Gasoil. Interrogés par les Gendarmes, ils ont répondu avoir reçu ces gasoil d’un agent de sécurité de la Jirama qui leur servait de fournisseur. Après avoir fouillé chez eux, la Gendarmerie a découvert quatre autres jerricans contenant de Gasoil identique à celui utilisé par la Jirama. L’agent de sécurité mentionné par les individus à été recherché, puis les trois ont reconnus les faits », a communiqué la Jirama. En effet, celle-ci a porté plainte.

Complicité. Ce genre de mauvaise pratique n’est pas un fait isolé. De nombreux cas de vol, commis par des réseaux organisés, ont déjà été découverts depuis le lancement de la campagne de lutte contre les vols et les branchements illicites, dans le cadre du redressement de la Jirama. Pour ce cas à Ambovombe, le Chef d’usine et l’agent de conduite au sein de la centrale de la Jirama ont fait l’objet d’enquête avec les trois personnes citées ci-dessus. À l’issue du déferrement au parquet le vendredi 7 août, les cinq personnes sont placées sous Mandat de Dépôt. « Les dirigeants de la JIRAMA appellent à la collaboration de tous pour dénoncer ces malversations, soit en appelant la ligne verte de la Jirama 3547, ou  en envoyant un message privé à la page Facebook Jirama ofisialy ou en dénoncant  directement auprès des autorités car elles engendrent d’énormes pertes à la société. Les dirigeants de la Jirama ne feront preuve d’aucune tolérance envers ceux qui commettent de tels actes ».

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Vade retro coronavirus !

Les chefs d’Etat des pays pauvres comme ceux  des pays riches sont écartelés face à la recherche de solution entre la crise sanitaire et la crise économique. Le confinement dont tous sont unanimes,  pour  le moment, est  la seule solution pour ralentir la propagation du Covid 19 ,aussi doit –il être poursuivi ?Les décideurs politiques se trouvent dans l’embarras dans la décision à prendre. Décréter la fin du confinement et donc laisser la vie économique reprendre  son cours normal, avec comme risque de voir cette pandémie s’aggraver avec des conséquences non encore quantifiables sur le plan de pertes de vies humaines, ou  s’attendre à une récession économique grave qu’il faudra des années à résorber, d’autant que les réserves de guerre commencent à se tarir. Voilà pour les pays nantis, mais pour les autres, le dilemme est aussi grave  car une partie de la population se trouve démunie face à cette privation d’activité quotidienne source de revenu, de survie qui ne peut pas durer, ce qui constitue un bouillon de culture de révolte sociale. Alors que faire ? Relâcher la rigueur, la vigilance sanitaire ou non ? Chez les uns, on essaye de trouver des solutions intermédiaires et l’on ne peut que se fier qu’à l’arrivée d’éventuelles solutions médicales mais avec comme leitmotiv : gagner du temps. Pour les autres, le choix semble être tout trouvé, recourir  au placébo, ou s’appuyer sur des doctrines auto centriques de  plantes médicinales  avec  des incantations plus ou moins mystiques, mais aussi attendre.

La maladie aura fait son mal et la vie du monde n’est plus un long fleuve tranquille. La compassion du début a abouti à un repli collectif car les ostracismes réciproques  se sont développés. Maintenant la pensée unique est celle d’un  chacun pour soi. Les économistes de la décroissance ont fini par avoir raison avec comme conséquence la négation des relations internationales tant sur le plan économique que politique. Le repli sur soi semble être,  le nouveau mot d’ordre, les pays industrialisés, naguère, tout heureux  de délocaliser devront revoir leur copie. Les organismes de régulation comme l’OMC ou même d’intégration régionale auront à méditer sur leur devenir. Le plus à craindre est de revoir ce qui s’est passé au début du XIXème  où les frontières nationales  ne peuvent    plus contenir  les productions ou ne s’ouvrent plus pour faire entrer les intrants nécessaires, on vous laisse deviner  le reste… « Vade retro bellum ! »

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Ambassades de Madagascar : Mobilisation des conseillers économiques et commerciaux

Les conseillers économiques et commerciaux des ambassades et représentations diplomatiques malgaches à l’extérieur  ne devraient plus jouer le rôle de figurant dans le dispositif de la diplomatie malgache. Ils sont appelés, dorénavant, à œuvrer pour les intérêts économiques du pays, et de faire réellement leur travail. Lors d’une réunion virtuelle, organisée par le ministère des affaires étrangères, le chef de la diplomatie les a donnés des « instructions claires sur la nécessité de prendre des initiatives qui peuvent profiter au développement économique de Madagascar ». « Il s’agit, entre autres, de cultiver les réseaux de connaissances dans le milieu économique local, d’organiser régulièrement des réunions sur les opportunités d’affaires à Madagascar, de contribuer au renforcement de l’image de marque de Madagascar en mettant en lumière ses différents atouts ou encore de promouvoir la compétitivité et l’attractivité de Madagascar dans les domaines du commerce international, des investissements et du tourisme » a soutenu Liva Tehindrazanarivelo devant les conseillers économiques et commerciaux au sein des ambassades, des représentations permanentes et consulats généraux de Madagascar à l’extérieur. L’objectif de ce recadrage est de pouvoir « mettre en place une nouvelle forme de collaboration entre le département central et les conseillers économiques et commerciaux » a-t-on indiqué, ainsi que de booster les partenariats économiques dans le cadre de la réalisation du projet Emergence du président de la République.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Entrepreneuriat : Attrait des Malgaches malgré les conditions

Les Malgaches auraient une culture salariale.

Comme dans beaucoup de pays, à Madagascar, les avis divergent en ce qui est de l’entrepreneuriat. Si pour certains, ce n’est ni plus ni moins qu’un effet d’annonce, l’entrepreneuriat  est par contre essentiel pour d’autres. Les potentialités ne manquent toutefois pas dans la Grande Île. Le marché est encore très large et les besoins – aussi bien en services qu’en biens sont – loin d’être satisfaits. Malgré ces opportunités qui se présentent, l’entrepreneuriat a toutefois du mal à se développer à Madagascar alors qu’il est admis que sa promotion constitue un levier de développement pour le pays.  Une promotion qui ne pourrait toutefois se faire sans la mise en place d’un écosystème favorable. Dont la manifestation serait la mise en place d’une chaîne de valeur (développement d’incubateurs et mise en place d’un système de financement répondant aux besoins réels des entrepreneurs) dans laquelle les différents acteurs de différents niveaux devraient intervenir. 

Ligue. La profusion de milliers de secteurs d’activités et d’entreprises œuvrant dans plusieurs domaines indique que malgré les conditions difficiles et les défis qui se présentent, des milliers de Malgaches entreprennent et font tout pour réussir. Les milliers d’entrepreneurs qui composent la « ligue des entrepreneurs de Madagascar » témoignent de cette volonté accrue des Malgaches à « faire bouger les choses ensemble ». Composée de 1 500 membres, cette plateforme en ligne, veut à tout prix démontrer qu’il « existe une force entrepreneuriale » dans le pays. Avec d’innombrables efforts initiés de toute part, diverses plateformes comme la ligue des entrepreneurs de Madagascar essaient tant bien que mal de permettre aux entreprises de toutes les tailles de s’épanouir. 

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Talamaty : « Laisser-passer » sandoka nentina nitatitra olona

Nipetaka tsara eo amin’ny fiara ny taratasy izay milaza fa mpitatitra mpiasa eo anivon’ny orinasa ireo minibus. Mbola atao mivandravandra eo koa ny soratra « transport du personnel » na koa mpitatitra mpiasa eo anivon’ny orinasa. Sprinter roa sy Toyota iray ny fiara nampiasaina izany mba hoentina hamitahana ny mpitandro ny filaminana izay manao barazy. Tamin’ity indray mitoraka ity dia nosavaina tampoka ny taratasin’ny fiara ary tsikaritr’ireo mpitandro ny filaminana fa sandoka avokoa ny taratasy nampiasaina.Ny asabotsy maraina teo no nitrangan’izany teny Talatamaty. Nitohy  ny fanadihadiana ary fantatra, fa natao fitateran’olona mba hahazoana vola ireo fiara. Ireo Sprinter dia samy nitondra olona  32 avy raha 15 kosa ny tao amin’ilay fiara fahatelo. Avy hatrany dia nampidirina « fourrière » ny fiara ary ny mpamily sy ny mpanampy azy kosa notazonina teo anivon’ny biraon’ny zandary. Nanokafana fanadihadiana izy ireo ary hatolotra ny fampanoavana anio raha tsy misy ny fiovana. Ireo olona notaterina kosa dia  navela  nody aloha rehefa nalaina ny mombamomba azy ireo. Ny tranga toy izao dia manaporofo, fa na tsy mivoaka ny faritra aza dia misy hatrany ny tsy fanarahan-dalàna mahakasika ny hamehana ara-pahasalamana. Antony izay tsy namelana ny fiara fitateram-bahoaka hiasa sy tsy hanajana ny elanelana ao anatiny. Mbola nisy ihany anefa ny nanita-tsaina ary nitondra olona avy amin’ny fampiasana taratasy hosoka. Betsaka koa ny olona no naka risika na fantatra mazava aza ny mety hahazoana mora foana ny valanaretina avy amin’ny fifampikasohana amin’ny hafa. Dia niroborobo ho azy teo, vokatr’izany filana izany ny bizina isan-karazany. Na izany aza, dia betsaka ny mahatsapa ihany fa misy mizana tsindrian’ila ity hamehana ara-pahasalamana ity, indrindra amin’ny lafiny fifamoivoizana. Ny fiara kely afaka mivezivezy rehefa latsaky ny olona efatra ny ao anatiny. Ny fiara lehibe kosa dia sahirana, indrindra ireo miendrika  hitondràna entana izay tsikaritra fa voasakana etsy sy eroa. Vokany, dia samy namoaka ny fiarany avokoa Antananarivo, ary dia fitohanana tsy azo eritreretina ny naterak’izany. Manginy fotsiny ireo tratran’ny olona mekanika eny an-dàlana, satria na ny fiara efa zara raha mandeha aza dia nivoaka daholo nampiasaina. Vao mainka sempotra ny tanàna tao anatin’ny fihibohana…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Sheto : Le slam et l’artisanat font la paire

Sheto et ses amis ont créé le label Pacific Global Resistance.

Récemment, il a participé à “Digital Slam spécial été 2020”. Représenté la Grande Ile à l’international  était son rêve depuis son jeune âge. Un rêve qu’il a réalisé et il en est fier.

Zaly Ghislas  alias Sheto  est un artiste de  Nosy-Be Hell-Ville.  Slameur très écouté dans sa région, il a commencé  à griffonner  à l’âge de 12 ans dont son premier  texte parlait  de la vie quotidienne de sa localité.

Adepte  de la culture hip-hop, Sheto, en 2003, organise  un live de rap à l’Alliance française de Nosy -Be sous  le thème de l’unité.  « J’étais dans le groupe  zw18 qui est devenu après quelques années Out Low avec Nasty Jobilah ,Jamel PPS, Kassiyaro » a-t-il témoigné. Mais cette passion n’a pas empêché le jeune artiste de  poursuivre ses études. Alors,il quitte l’île parfumée pour Tana en 2004. Après quatre ans, il revient dans sa terre natale. Slameur à la base, Sheto s’intéresse désormais à l’artisanat. Après avoir pratiqué cette profession, Sheto décide de changer de métier, en devenant marin. Mais, ce travail n’était pas une finalité pour Sheto. Membre du centre culturel Green Kool de Nosy-Be où il a pu développer ses talents, il représente sa région Diana  au forum de la Francophonie en 2018 . L’année suivante, il crée un projet environnemental Green’ala.

Slameur, artisan, protecteur de l’environnement, Sheto est un artiste engagé.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Adin’ny mpirafivavy : Vehivavy bevoka iray maty voaletra antsy

Namoy ny ainy ny ramatoa nitondra vohoka tany Bemarivo andrefana, ato anatin’ny kaominina Maevatanana faharoa, ny alakamisy maraina teo. Teny an-dàlana nandeha tongotra namakivaky ny tampon-tanety sy lohasaha, hamonjy fodiana ao Bemarivo no nifanehitra tamin’ilay rafivaviny tampoka. Tsy nisy alaharo alaharo teo fa avy hatrany dia tsindron’antsy no niantefa teny amin’ny kibony. Zava-nitranga tokony ho tamin’ny dimy ora hariva sy sasany teo. Vokany: maty tsy tra-drano ilay vehivavy bevohoka; izay voalaza fa tompom-bady. Taorian’izay, lasa nitsoaka ihany koa ity nahavanon-doza ity rehefa nahavita ny nataony. Taitra ny olona teny amin’ny manodidina raha nahita ny zavatra niseho, ka ny vatana mangatsiaka nitsirara amin’ny tany sy mihoson-drà sisa no tazana. Tezitra tamin’izany tranga feno habibiana izany ireo nahita ka raikitra ihany koa ny fanenjehana ny navanon-doza, saingy efa tsy  tratra intsony ity farany. Ilay naratra moa, izay tsy  nisy azo natao intsony ny aminy dia nentina namonjy ny toeram-ponenany, ary efa nomena ny fianakaviana ny razana. Nidina tany an-toerana avy hatrany tompon’andraikitra ao amin’ny fokontany raha vao nahazo antso. Torak’izany ihany koa ireo mpitandro filaminana. Efa mandeha ny famotorana ary mitohy hatrany kosa ny fikarohana ilay vehivavy nahavita namono nahafaty ity rafiny.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Le cap des 150 décès presque atteint

Les dernières statistiques rapportées par le CCO, hier, sur l’évolution de l’épidémie.

13 décès, 378 nouveaux cas et 404 guérisons durant le week-end. Le taux de mortalité de la Covid-19 tourne autour de 1,13% selon les statistiques en possession du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 au jour du 9 août 2020, tandis que le taux de guérison est de 82,65%.

 6 décès ont été signalés samedi dernier, 8 août 2020, et 7 de plus, hier, 9 août, soit 13 décès survenus durant le week-end, portant à 148 le nombre de décès liés au coronavirus à Madagascar  depuis le début de l’épidémie. Le CCO indique alors un taux de mortalité de 1,13%.

Sur les 7 décès signalés, hier, 5 sont survenus à Analamanga, 1 dans la région Betsiboka et 1 dans la région Haute Matsiatra. Par ailleurs, 378 nouveaux cas (214 signalés samedi et 164 dimanche) ont été annoncés durant le week-end par la porte-parole du CCO, le Pr Vololontiana Hanta. Pour hier, en particulier, les 164 nouveaux cas ont été identifiés parmi 813 tests dont 739 PCR et 74 tests geneXpert. Ils sont localisés principalement à Analamanga avec 127 nouveaux cas ; Boeny 6 (tous à Mahajanga) ; Betsiboka 3 ; Sofia 1 (Antsohihy) ; Atsimo Andrefana 2; Anosy 1; Menabe 12 et DIANA 12 (7 à Ambilobe et 5 à Antsiranana).

 Formes graves. Les formes graves sont actuellement au nombre de 90 dont 70 à Analamanga (HJRB 34 ; HJRA 11 ; Anosiala 9 ; hôpital militaire Soavinandriana 2 ; Andohatapenaka 1 ; CTC Mahamasina 9 ; hôpital de Fenoarivo 4) et 20 dans les autres régions : Vakinankaratra 6 (tous localisés à Antsirabe) ; CHU Andrainjato Fianarantsoa 10 et Boeny 4.

Quant aux guérisons, les 212 patients rétablis rapportés, hier, sont localisés comme suit : Analamanga 190 ; Bongolava 12 ; Haute Matsiatra 1 ; Atsimo Atsinanana 3 (Vangaindrano) ;

Boeny 3 ; Atsimo Andrefana 2 ; SAVA 1. Le taux de guérison, au vu des données chiffrées disponibles à ce jour, est de 82,65%. Rappelons que le total des guérisons atteint actuellement 10 816, tandis que 2 122 cas actifs sont actuellement en cours de traitement.

Au jour du 8 août 2020, le total des tests PCR réalisés dans le pays est de 48 498 et celui des tests geneXpert, 3 625.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Voyage : Rajery dévoile les mystères d’Antoetra

Rajery, son attachement aux terres d’Antoetra se ressent dans sa musique avec son album « Tantsaha » (2012).

Antoetra, une localité baignée dans l’histoire d’Analamanga entourée de ces montagnes sacrées et abritant un refuge sacré de Vazimba. Rajery, le valihiste, est en train de faire de ce lieu une destination du tourisme culturel.  

Pour Rajery le valihiste, malgré ses multiples voyages à l’étranger, le monde s’arrêtera toujours à Antoetra. Un hameau cramponné entre la colline d’Ambatondradama et celui du Rova d’Ambohimanga. Un coin paisible où la Covid–19 est prise au sérieux, tant par des villageois assez soucieux que par des autorités en brin avenant. « C’est que nous ne voulons pas que des gens venus de loin amènent ici cette maladie. Jusqu’à maintenant nous sommes épargnés, tout le monde fait des efforts. Et moi, je suis très engagé dans cette lutte contre le virus », annonce–t–il d’un ton plein de conviction.

Il a bien raison de protéger ce petit hameau, maintenant que ces tournées mondiales de cette année 2020 sont compromises, et personne n’est presque pas sûre pour 2021. « Je me tourne vers ce qui m’a toujours fasciné : le travail de la terre », fait–il savoir. Rajery donc, c’est l’exemple type actuel et le plus abouti de la reconversion des artistes pour faire face à la crise. « Il y a ceux qui en arrivent maintenant à vendre leurs matériels de musique, il ne faut pas s’en cacher », s’attriste–t–il. Ses prévisions sont assez sombres, il faudrait au moins trois ans pour que le secteur de la musique puisse vraiment relever la tête.

Rajery, un des meilleurs valihistes de Madagascar.

Faire face. « C’est ma femme qui m’a convaincu d’assumer la situation. Il y a quelques mois, j’étais vraiment au fond du trou. Alors, nous nous sommes dits : pourquoi ne pas valoriser ce que nous avons en main ? », rappelle Rajery. Des terres à Antoetra, il en a déjà acquises vers les années 2000, son village natal se trouve à quelques encablures. Ensuite, fruit de ses périples de musicien international, il a pu en acquérir d’autres. Où depuis, il a pu y ériger des infrastructures sociales et touristiques. En tout et pour tout, son lopin de terre fait travailler plus d’une trentaine de personnes : travailleurs de la terre, personnel médical, etc… Le tout sur fond d’insécurité, souvent des vols de zébus, parfois désolant.

Voilà donc le Rajery, qui de musicien émérite se convertit en paysan aguerri, il introduit lui–même ses poissons dans le bassin de pisciculture, les pieds dans l’eau et en « malabary », en futur opérateur touristique. Le site d’Antoetra pourra accueillir randonneurs et visiteurs en quête de sensation des grands espaces. Tout y est fourni, le riz, les légumes, le bivouac… « Les gens peuvent emmener des tentes, mais nous sommes en train de construire des habitations vitrines de styles traditionnels également », se réjouit–il. Quand les gens vont venir, visiteurs locaux ou internationaux, ils goûteront à un vrai séjour dans la nature et aux rythmes du « lifestyle » rural.

Il est fort à parier qu’ils auront aussi le privilège d’assister à des concerts gratuits de Rajery, le maître des lieux. Antoetra, là où les étoiles valsent avec sa valiha au son de la quiétude des étendues.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 563 concentrateurs d’oxygène arrivés, hier, à Ivato

Le Président Andry Rajoelina, lors de la réception des concentrateurs d’oxygène, hier, à Ivato.

Dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus, le pouvoir central a procédé à l’achat de concentrateurs d’oxygène. Ces appareils sont arrivés, hier matin, dans le pays. 563 cartons contenant des concentrateurs d’oxygène et des lunettes nasales à oxygène ont été ainsi réceptionnés, à cette occasion. Et ce n’est que la première vague sur les 2 400 prévus. Le Président Andry Rajoelina est venu sur place pour les réceptionner. Lors de son allocution, le chef de l’Etat a fait savoir que  « nous avons fait venir spécialement ces équipements pour renforcer notre stratégie de riposte contre le coronavirus et réduire le nombre de décès liés à la COVID-19 « . Ces équipements seront immédiatement répartis dans les hôpitaux et centres de santé de base qui prennent en charge les malades du coronavirus dans toutes les régions de la Grande île. Toujours est-il que le concentrateur d’oxygène est un appareil à usage médical destiné aux personnes souffrant d’insuffisance respiratoire. Dans les cas graves, le virus endommage les poumons. Pour les patients présentant de graves symptômes de l’infection, un respirateur offre de meilleures chances de survie.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

LDC-Préliminaires : Linfield en finale, Hery Bastien buteur

Linfield s’impose en ayant Hery comme buteur.

En déplacement en Suisse en raison de la demi-finale de tour préliminaire de l’UEFA Champions League ce week end, Lienfield FC se qualifie en finale en s’imposant face au Tre Fiori sur le score de 2 buts à 0. L’international malgache, Hery Bastien a commencé sa saison de la plus belle des manières en réalisant un match parfait. En effet, la nouvelle recrue des Barea a trouvé le coin supérieur avec un effort à longue portée et a ouvert le compteur pour son équipe à la 71e minute. Puis, à sept minutes avant la fin, une erreur du gardien de Tre Fiori Aldo Simoncini a permis à Manzinga, recrue estivale, de marquer le deuxième but et d’envoyer Linfield en finale. L’équipe affrontera Kosovo demain. Une finale qui la permettra de se qualifier au barrage de la Ligue des Champions. « Je suis absolument ravi d’en avoir participé. C’était un match difficile, nous savions qu’ils nous rendraient la tâche difficile. Nous avons eu quelques opportunités en première mi-temps sur lesquelles nous n’avons pas tout à fait capitalisé », a déclaré le coach Healy. A noter qu’à l’issue de l’attribution des points, Linfield était sacré champion d’Irlande la saison précédente.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Station de traitement d’eau : Les travaux à Manjakandriana achevés à 90%

Station de traitement d’eau, en construction à Manjakandriana.

La construction de la nouvelle station de traitement d’eau à Manjakandriana avance à grand pas. Selon la Jirama, 90% des travaux de génie civil sont, actuellement, achevés. A noter que ce projet, mis en œuvre par la société d’Etat en partenariat avec WaterAid, bénéficiera à       15 000 habitants dans huit quartiers, notamment Ambohimiadana, Ampiadianombalahy, Anosimanarivo, Fiadanana, Manankasikely, Manjakandriana, Marinjara et Volavy. Selon les explications, cette station pourra produire 1 200 m3 d’eau par jour. Le projet comprend deux ouvrages de captage d’eau brute, une station de traitement d’eau d’une capacité de 50m3 par heure, un réservoir circulaire de 400m3, 12,5 km de réseaux de distribution et 205 branchements des particuliers à réaliser. Selon le calendrier prévu et l’avancement des travaux, cette nouvelle station à Manjakandriana sera opérationnelle à la fin septembre de cette année.

Antsa R.