Les actualités Malgaches du Jeudi 10 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1427 partages

Andavamamba : Voaroba indray ny iray taxi-be

Amin’ny sivy ora maraina, tetsy anoloan’ny Aft Andavamamba, ny talata lasa teo, no nisy efa-dahy niditra tao anaty taxi-be iray izay hiditra an’Analakely rehefa avy mandalo an’Ampefiloha. Navoaka ny basy ary nampitahorina tamin’izany ireo mpandeha rehetra tao anatin’ilay fiara fitaterana. Amin’ny andro antoandro, tokony ho amin’ny folo ora, no nisehoan’izany fanafihan-jiolahy izany. Nasaina nanohy ny lalany ihany ny mpamily ary ireo tao anatiny kosa naka izay azon’izy ireo nalaina. Tsy naka akory aza, raha araka ny fanazavan’ity tovovavy iray izay handeha haka vatsim-pianarana eny Ankatso, fa kosa natolotra azy ireo izay azo nomena. Efa nisy zavatra fasiana izany teny amin’ireo jiolahy ka notatazana tamin’izany fotsiny ny vola, ny finday ary koa ny firavaka. Izay tsy nanana dia voafelaky ny tehamaina. Vita izay dia nidina fotsiny ireo olon-dratsy ary niala moramora tsy nihazakazaka akory. Fanintelony izay no nitranga ity fanafihana anaty fiara fitaterana ity tao anatin’ny roa herinandro. Ny voalohany tetsy Betongolo ary amin’ny andro amin’ny folo ora. Ny faharoa kosa dia tetsy Ambodinisotry ary tao anaty fitohanana amin’ny enina ora sy sasany hariva. Mihorohoro izay olona tratran’ity karazana fanendahana vaovao ity. Toa ireny eny amin’ny lalam-pirenena ireny ny zava-mitranga nefa kosa dia eto Antananarivo renivohitra. Andrasana ny fitadiavam-bahaolana ataon’ny mpitandro ny filaminana satria mihatra mivantana amin’ny fiainana andavan’andro ity fanendahana anaty taxi-be ity.

D.R

Midi Madagasikara267 partages

Ministère des Finances et du Budget : Le SG, le DG du Trésor limogés

Les postes de Secrétaire Général et du Directeur Général du Trésor sont deux postes-clés au sein de ce Département ministériel.

Le conseil des ministres d’hier a été marqué, au titre du ministère des Finances et du Budget par le limogeage du Secrétaire Général Alexandre Randrianasolo (Inspecteur Général de l’Etat), du Directeur Général du Trésor, Feno Pierre Jean (Inspecteur du Trésor) et du Directeur Général de l’Audit interne. Pour les deux premiers, ils ont été remplacés respectivement par Rajaobelina Falihery et Andriamanga Herivelo. Quant au DG de l’Audit interne, il n’y avait pas encore eu de nomination. Notons que le ministre actuel, ancien SG, a été remplacé à ce poste par Randrianasolo Alexandre et le DGT Feno Pierre  à la place de Orlando Robimanana. Toujours est-il que le SG et le DGT qui ont été limogés ont été nommés du temps de Gervais Rakotoarimanana.

Suivi évaluation. Par ailleurs, il y avait eu d’autres nouvelles nominations pour le compte du ministère de l’environnement, de l’Ecologie et des Forêts. Il s’agit notamment de Ralalaharisoa Christine Edmée, DG de l’Environnement, Dama, directeur de la Gestion des Pollutions, Randrianarisoa Jean Romain, directeur des Evaluations Environnementales, Randrianantenaina Fenohery Rarivoarivelo, directeur de la Programmation et du Suivi Evaluation, Rakotomanana Noronirina Yolande, directeur de la Conservations des Sols et de Rabemananjara Andriamitarijato Rivomalala, directeur de l’Intégration de la Dimension Environnementale. Comme il fallait s’y attendre, il y avait eu des communications verbales, au conseil d’hier. Il s’agit, entre autres, de la présentation d’un atelier régional de formation sur la gestion de l’environnement dans la mise en valeur des ressources uranifères ainsi que de la 72e session ordinaire de l’Assemblée Générale des Nations-Unies du 12 au 25 septembre 2017 à New York.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar223 partages

Le DG du Trésor, Pierre-Jean Feno limogé

Le conseil des ministres d’hier a limogé de son poste de directeur général du Trésor Pierre Jean Feno. Même sort pour le secrétaire général du ministère des Finances.

Des têtes sont tombées. La nouvelle ministre des Finances, Vonintsalama Andriambololona commence à former son équipe à Antaninarenina.Elle vient de mettre sur la touche deux personnalités clés de son département. Le secrétaire général de son département, Alexandre Randrianasolo quitte son poste au profit de Falihery Rajaobelina. Pierre Jean Feno connaît aussi le même sort. Celui-ci va léguer son poste de directeur général du Trésor à Herivelo Andriamanga, l’actuel payeur général d’Antananarivo. Cette décision a été prise lors du conseil des ministres d’hier.Le limogeage de Pierre Jean Feno est inattendu. Même son entourage semble être surpris de la décision du conseil des ministres d’hier. Il est arrivé à ce poste en mars 2015, dans une situation très mouvementée. Il a fallu une intervention des forces de l’ordre pour qu’il puisse accéder à son bureau à Antani­narenina. Le limogeage de Orlando Robimanana, son prédécesseur, a créé une vague de contestations. Les employés du Trésor ont vu de mauvais œil cette décision des autorités à l’époque.DiscrétionL’ambassadeur français de l’époque François Goldblatt se souviendrait bien de ce moment. Son commentaire sur cet évènement, posté sur son compte twitter, lui a valu d’être persona non grata en mai 2015.Pierre Jean Feno a subi tous les mots et maux de ses détracteurs à sa nomination. Mais plus tard, il a été bien accueilli dans cette direction générale. C’est peut-être la raison de sa discrétion. Les apparitions dans les médias de cet inspecteur du trésor sont très rares malgré sa performance. Il a réussi à imposer des réformes basées sur l’utilisation des nouvelles technologies, la transparence et l’indépendance.Les réformes entreprises, notamment la dématérialisation de certains services, la mise en place de la carte de carburant Fanilo pour les agents de l’administration ont connu un succès considérable. Son remplaçant n’est autre que l’actuel payeur général d’Antananarivo. Celui-ci est très connu, surtout dans le monde du sport en tant que président du Club Jet Mada.Tout comme Pierre Jean Feno, Alexandre Randriana­solo est arrivé au poste de secrétaire général de ce département ministériel en mars 2015.Son prédécesseur n’est autre que l’actuelle ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriam­bololona. Il a été au devant de la scène ces derniers temps pour défendre la politique de ce ministère. La dernière en date est le dénouement de la crise lors de la grève de certains employés de l’administration douanière. Bras droit de Gervais Rakotoari­manana, l’ancien directeur général, cet inspecteur général de l’État était surtout connu pour son éthique et sa droiture dans la gestion des affaires de l’État. Il laisse maintenant sa place à un cadre de la banque centrale. Falihery Rajaobelina avait occupé le poste de fondé de pouvoir au sein de la Banky Foiben’i Madagasikara.Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara145 partages

Antananarivo : Amidy 2500 ariary ny kilaon’ny trondron’Anosy

Misy hatrany ireo olona manarato sy maka trondro ao amin’ny farihin’Anosy sy ireo rano maloto eto Antananarivo na dia eo aza ny fanenjehana ataon’ny mpitandro ny filaminana. Vehivavy efatra no indray saron’ny Polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany faha-5 etsy Mahamasina ny alatsinainy teo, tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany,  teo am-panaratoana tao amin’ny farihin’Anosy. Mbola teny amin’izy ireo daholo ny fitaovana entina manarato sy hitaterana izany, ary trondro maromaro. Tamin’ny fanadihadiana natao no nahafantarana fa avy any Ambohimanatrika Tanjombato izy ireo izao tonga manarato eto amin’ny ranon’Anosy izao, saingy nisy olona naniraka hanao izany. Nilaza izy ireo fa hanaovana « provandy » hohanin’ny kisoa ireo trondro azo ary rangahy iray no mandray izany ka vidiany 2500 ariary ny kilao. Asa aloha na izany tokoa, satria miparitaka eny an-tsena ihany ireny trondro maloto ireny. Ny 8 aogositra no natolotra ny  Fitsarana ireto vehivavy ireto.

T.M.

Madagascar Tribune102 partages

Une loi pour plus de stabilité et de compétitivité des industries malagasy

Lors d’une rencontre avec le ministre de l’Industrie Chabani Nourdine hier 9 août, le président du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM) Fredy Rajaonera a souligné le fait que la nouvelle loi sur l’industrie qui servira de loi cadre, et qui est la première en son genre, devrait assurer plus de stabilité et de compétitivité aux industries malagasy.

Le constat est le même que ce soit du côté de l’Etat ou du côté du privé notamment du Syndicat des industries de Madagascar ou SIM : les industries malagasy sont très loin d’être compétitives vis-à-vis de l’extérieur. Ce qui pose un sérieux problème du simple fait que Madagascar soit membre de plusieurs organismes et zones de libre échange comme le Comesa, la Sadc ou encore l’EAC ou East African Community. Aussi recevons-nous de nombreux produits d’industries étrangères concurrentes des nôtres sans que ces dernières puissent les concurrencer sur le marché extérieur et surtout sur le marché intérieur. Le ministre de l’Industrie lui-même a reconnu qu’ « il est inconcevable que des produits qu’on importe à des kilomètres de chez nous coûtent moins chères que des produits fabriqués sur place  ». Ainsi, la nouvelle loi sur l’industrie aurait été élaborée dans ce sens, une loi qui sera soumise au Parlement pour la prochaine session parlementaire, car déjà adopté en Conseils de gouvernement et de ministre. Cette loi « cadre » devrait selon le président du SIM Fredy Rajaonera offrir plus de stabilité et rendre compétitives nos industries. Notamment grâce à des dispositions telles que la mise en place d’un taux fiscal fixe pour une durée de 20 ans aux industries ou encore la mise en place de mesures incitatives qui seront confortées dans la loi de finance 2018. La garantie en est que l’élaboration de cette loi aurait été faite à travers un dialogue public-privé. Dialogue duquel ont découlé non pas des compromis mais des décisions adaptées aux parties. D‘autre part, une attention particulière sera accordée à la concurrence déloyale dont sont victimes les industries malagasy. Reprenant le fait qu’il est aberrant de voir que les produits malagasy coûtent chers ici même deux voire cinq fois plus chère que les produits importés, le Président du SIM a soulevé un possible disfonctionnement au niveau de l’administration malagasy en général et au niveau de la douane malgache en particulier en ce qui concerne l’entrée des produits d’importation à Madagascar. Une des nombreuses explications sur le fait que les industries malagasy ne produisent encore que seulement 15% du Produit intérieur Brut (PIB).

L'express de Madagascar93 partages

Industries – Des dispositions fiscales pour vingt ans

C’est la première, fois, en 57 ans d’indépendance qu’une loi régit le secteur de l’industrie. L’Etat garantit une stabilité et des mesures incitatives.

Pour longtemps. La Loi sur le développement industriel de Madagascar (LDIM) comporte des dispositions fiscales et douanières d’une durée minimum de vingt ans. L’annonce de cette grande première a été faite par le ministre de l’Industrie et du secteur privé, Nourdine Chabani et le président du Syndicat des industries de Madagascar (SIM), Fredy Rajaonera, hier, dans les locaux du ministère à Antaninarenina. « Ces mesures stables incitent les investisseurs à réaliser des activités pérennes dans le pays », annonce le ministre. « La loi (LDIM) met en évidence la mise en place de mesures prioritaires d’appuis pour la relance du secteur industriel. Les investisseurs, de moyenne et de grande taille, seront assurés par l’existence de ces dispositions et de cette loi-cadre régissant le secteur de l’industrie », ajoute-t-il. Fredy Rajaonera, président du SIM, déclare être favorable au contenu de la Loi (LDIM). « Nous restons convaincus que le secteur de l’industrie est un grand pilier pour le développement du pays. L’élaboration de cette Loi (LDIM) a duré près de trois ans et a provoqué des quiproquos entre le secteur privé et le ministère pendant une période. Toutefois, le dialogue Public-Privé a mené à des résultats concrets qui conviennent à chaque partie », déclare-t-il.CompétitivitéLa loi met toutes les industries sur le même pied d’égalité notamment dans les mesures de taxation, les incitations fiscales et non fiscales. Elle stipule, par ailleurs, la mise en oeuvre d’un Fonds national de développement industriel (FNDI) ainsi qu’un organe de régulation des abattements fiscaux pour les industriels ou Autorité nationale du développement de l’industrie (ANDI).Le secteur secondaire pèse 15% sur le PIB mais assure 25% des recettes fiscales, droits de douanes, TVA et divers taxes et impôts. On enregistre 20% seulement de taux de capacité des usines.  Une situation due aux concurrences déloyales,  ignorées depuis des années. Le président du SIM a évoqué, entre autres, l’exemple des couvertures de très bonne qualité, produites localement, mais qui coûtent plus cher que celles qui ont été importées et qui ont parcouru des milliers de kilomètres. De même que les industries locales de fabrication de savon, qui paient leurs intrants plus chers par rapport aux importateurs de produits déjà finis. « Il y a en effet une faille au niveau du mécanisme d’importation et au niveau des mesures de taxation imposées par l’État », révèle Fredy Rajaonera. La loi (LDIM) a été approuvée en conseil des ministreset passera sous peu au Parlement. « Un décret d’application fixera les dispositions dans la prochaine loi de finances », apprend-on du ministre Chabani. Auparavant, en effet, les différents régimes qui se sont succédés ont fixé les dispostions fiscales et douanières à leur guise en occultant la voix du secteur privé. Cette Loi sur le développement industriel a été conçue avec le privé, la société civile, les partenaires techniques et financiers. Les secteurs de l’éducation, la fiscalité, les douanes,les normes, la santé, lecommerce, les formations professionnelles et l’aména­gement du territoire ont été également concernés par la conception du document. Beaucoup attendent sa mise en application.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara87 partages

Ampefiloha : Mamo nandona lahy antitra tao anaty « passage zebré »

Toe-javatra tsy tokony hitranga ny toa ity niseho teny Ampefiloha, teo ankaikin’ny ANS ity raha samy tonga saina ny rehetra amin’ny tokony hanajana ny lalànan’ny fifamoivoizana. Raim-piakaviana efa nahazo taona no naratra mafy saika namoy ny ainy raha tsy voavonjy haingana rehefa nodonin’ny moto teny an-toerana, ny talata antoandro tokony ho tamin’ny 1 ora sy sasany. Avy any amin’ny Tranobe Fiaro any ilay moto, izay nirimorimo mafy, no nandona ilay Rangahy tampoka tao anatin’ny toerana voatokana hiampitan’ny mpandeha an-tongotra, na « passage zebré », tsy lavitra ny hidin-dalamby eo Ampefiloha. Araka ny filazan’ny nanatri-maso, sady mandeha mafy ilay mpitondra moto no toa tsy mijery lalana akory fa variana mitodika miresaka amin’ilay vehivavy nentiny nanao taingin-droa niaraka taminy. Nipitika santimetatra vitsivitsy mihitsy ilay rangahy vao nitsirara tamin’ny arabe. Nandriaka ny ra satria tena naratra mafy  ilay voadona. Ilay ranamana koa tetsy ankilany, nianjera sy naratra teo amin’ny handriny. Nitsoaka avy hatrany kosa ilay vehivavy nentina tamin’ny moto rehefa nahita izany. Nitangorona ny olona nijery ilay loza saingy toa samy nijery fotsiny aloha tsy nisy nisaina ny hamonjena ity lahy antitra izay hita fa tena voa mafy. Fiara 4X4 iray sendra nandalo teny an-toerana no nijanona ka nitondra haingana ireo naratra teny amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha. Nony tonga teny amin’ny hôpitaly anefa dia hita fa mamo ity mpitondra moto. Toa tsy tonga saina akory izy fa nanao ny tsy mety ary tokony handray andraikitra amin’ity olona nodoniny. Ny ratra nahazo azy rahateo tsy dia goavana loatra. Nirediredy sy nanao valy boraingina fotsiny izy raha mba nanontany azy izay tokony hataony manoloana ny fahavoazan-drainy ny zanak’ilay voadona. Mbola ny namorona antsanga tsy aman’orana indray aza no nataony ka nilaza fa nodonina fiara 4X4 avy aoriana, hono izy, dia nifatratra tany amin’ilay rangahy niampita. Tantaraina ihany ny tranga toy izao mba hanairana ny sain’ny manam-pahefana isan’ambaratongany sy ny mpampiasa lalana rehetra mba samy handray ny andraikitra tandrify azy.

T.M.

Tia Tanindranaza83 partages

Raharaha Mamy RakotoariveloFa aiza ny valin’ny « Autopsie » ?

Anisan’ny raharaha mbola mitana ny sain’ny maro hatreto ny nahafatesan’Itompokolahy Mamy Rakotoarivelo tampoka tao an-tokantranony, tapa-bolana lasa izay.

Mihisatra ny fanadihadiana

Mbola tsy navoakan’ny hôpitaly ihany koa ny valin’ny autopsie na ny fanadihadiana ny vata mangatsiakan’Itompokolahy Mamy Rakotoarivelo mba hamantarana ny antony marina nahafaty azy, hoy hatrany ny fanazavana . Nomarihin’ny kaomisera Alexandre moa fa  raha voaporofo amin’ny alalan’ity “autopsie” ity marina fa nisy namono Itompokolahy dia vao mainka hihalalina ny fanadihadiana hataon’izy ireo hanenjehana izay tena meloka. Tsara ho marihana ihany fa ny zoma 28 jolay 2017 tokony atoandro no hita faty tao amin’ny efitrano fandriany tao amin’ny tranony teny Ankaditapaka-Ankadifotsy i Mamy Rakotoarivelo; nambaran’ny mpitandro filaminana fa bala tao amin’ny lohany no nahafaty azy..Nilaza ilay ramatoa mpanampy tao an-trano fa nahare poa-basy in-droa, ka teo no niteraka ny adihevitra tsy mety vita hoe : olona namono tena ve dia nahavita nitifitra basy in-droa ny lohany.Nilaza koa avy eo ireo zanak’itompokolahy mirahalahy fa hametraka fitoriana, izay afaka ilazana avy hatrany fa tsy mino izy ireo hoe namono tena ny rainy fa nisy namono.13 andro aty aoriana anefa dia tena mahagaga ihany hoe tsy mbola naharay taratasy fitoriana ny polisim-pirenena no sady tsy mbola nahazo ny vokatry ny “Autopsie” ihany koa, “Autopsie” izay efa vita ny zoma 28 jolay anefa.Fa inona ary no antony tsy nanomezana haingana ny polisy io tatitry ny “Autopsie” io mba hanohizana ny fanadihadiana; iza no nampikatso ny raharaha na nanafina tsotra izao ny antontan-taratasy satria tsy azo inoana fa tapa-bolana aty aoriana dia tsy mbola voafaritry ny mpitsabo sy ny manampahaizana ihany hoe maty namono tena ve sa maty nisy nitifitra na nisy namono i Mamy Rakotoarivelo .

Pati

 

Madagascar Tribune81 partages

Limogeage surprise de Pierre-Jean Feno DG du Trésor

Le Conseil des ministres d’hier a créé la surprise avec le limogeage du Directeur Général du Trésor, Pierre-Jean Feno. Pareillement, le Secrétaire Général du Ministère des Finances a été remplacé. La grande argentière de l’Etat malgache Vonitsalama Andriambololona a décidé de reformer son équipe. La Quatrième République connaît désormais son troisième Directeur Général du Trésor.

Ce n’est pas faute de ne pas avoir été performant que Pierre-Jean Feno, le désormais ancien Directeur Général du Trésor (DGT) a été limogé de son poste lors du Conseil des Ministres d’hier, A la surprise général pourtant, celui-ci a été remplacé par Herivelo Andriamanga, jusque-là payeur général d’Antananarivo. En même temps, le Secrétaire Général du Ministère des Finances, Randrianasolo Alexandre a lui aussi été dégagé au profit de Falihery Rajaobelina, un collaborateur de l’actuel ministre Vonitsalama Andriambololona au sein de la Banque Centrale de Madagascar (BCM). Etant donné que Pierre-Jean Feno qui remplaçait Orlando Robimanana et Alexandre Randrianasolo qui remplaçait lui Vonitsalama Andriambololona, l’actuel ministre donc, étaient arrivé en même temps à leurs postes respectifs en mars 2015. Tous deux s’étaient pourtant illustrés au sein de leurs départements, le premier ayant réussi certaines réformes dont la dématérialisation de certains services ou encore la mise en place de la carte Fanilo pour plus de transparence, le second par son éthique et sa droiture, ainsi que sa dévotion à défendre la politique du ministère. Vonitsalama Andriambololona a décidé de s’en séparer au profit de relation de longue date ou du moins pour ne pas avoir à travailler avec l’équipe du ministre démissionnaire Gervais Rakotoarimanana.

Midi Madagasikara79 partages

Plaidoyer pour le climat : L’YLFCC se mobilise

La place des jeunes dans la lutte contre le changement climatique a été au centre des débats lors de la conférence organisée par le YLFCC (Young Leaders Fighting Climate Change) hier au Chefs Avenue du Café de la Gare. Il s’agit du premier projet du YLFCC 2017, entrant dans le cadre de leur formation en leadership des jeunes appliqué à la lutte contre le changement climatique. Le but est entre autres d’éveiller la conscience collective dans l’atténuation ou l’adaptation aux effets du changement climatique. Au vu de l’affluence du public, le sujet commence à intéresser la société ; et pas seulement, « l’intelligentsia » comme il l’est d’usage. Des particuliers, simples citoyens ont également fait le déplacement.

Leadership. Selon Katia Rakotonirina, jeune bénéficiaire de l’YLFCC pour 2017 : « Le leadership des jeunes s’articule sur trois points. Tout commence avec la prise de conscience de ces jeunes leaders sur les conséquences désastreuses du changement climatique. Une fois convaincus, ils seront plus à même de prendre leurs responsabilités y afférentes du point de vue écologique. Enfin, ils pourront mobiliser et conscientiser à leur tour leur communauté, pour qu’il y ait synergie, car c’est la condition optimale d’efficience de la lutte contre le changement climatique. Ce qui n’exclut cependant pas d’entreprendre des démarches individuelles. ». Dans leurs interventions, les panélistes ont également mis en valeur l’importance de cette synergie et de cet éveil de conscience collective, tout en insistant que la fatalité n’est pas pertinente et que tout reste à jouer. Par ailleurs, Serge Solo, du WWF, a bien souligné dans son intervention qu’il revient aux jeunes de prendre les rênes, surtout que la lutte contre le changement climatique offre également nombre d’opportunités de développement personnel et d’employabilité.

Luz R.R

Midi Madagasikara77 partages

Toko telo : D’gary et Monika Njava continuent d’enchanter le monde avec « Toy raha toy »!

Toko telo s’illustre à nouveau et campe la première place aux Transglobal World Music Chart et Global Village Top 40 Albums.

Pour D’gary et Monika Njava, août se présente sous ses meilleurs jours ! Après avoir été numéro Un au Top 10  World Music Albums de Spin The Globe’s, Olympia, Washington, USA, le groupe, avec son album sorti en avril s’illustre à nouveau et campe à la première place aux Transglobal World Music Chart et Global Village Top 40 Albums.Une grande première dans l’histoire de la musique malgache ! Jamais  aucun groupe n’a, jusqu’à présent, réussi à s’imposer dans le milieu musical mondial, comme c’est le cas aujourd’hui avec Toko telo. Les Njava eux-mêmes, très appréciés sur la scène internationale, n’ont pas suscité autant d’engouement de la part de la critique et des professionnels de l’industrie musicale du monde. Tokotelo  vient effectivement de s’illustrer sur deux des plateformes les plus suivies par les personnes dans l’industrie de la musique du monde. Encore numéro 6 dans la liste du The Transglobal World Music Chart (TWMC) le mois dernier, l’album, un mois après se hisse au top et devient numéro Un. Le 1er août, « Toy Raha Toy » atteint également la première place sur le Global Village Top 40 Albums. Monika Njava d’expliquer : « Le TWMC a été fondé par un réseau international de personnalités respectées dans la radio et le journalisme de la musique du monde, pour faire connaître les meilleures productions de world music. Chaque mois, les membres votent pour leurs albums favoris parmi les dernières sorties. Leurs critères? Le mérite et le talent plutôt que la popularité, les grandes productions et les ventes. Les votes sont ensuite compilés dans une liste des albums les mieux classés ». Global Village n’est pas moins prestigieux. La chanteuse de continuer : « Il est diffusé tous les soirs sur KMUW Radio, basé à Wichita, au Kansas, aux États-Unis. Animé par le célèbre DJ Chris Heim, il dispose d’un large éventail de musique du monde. Le programme est distribué à travers le Public Radio Exchange (PRX) à plus de 330 stations de radio dans 41 Etats américains et au Canada, au Cambodge, au Mexique et en Nouvelle-Zélande ». En outre, Toko Telo a été présenté sur l’un des programmes de radio les plus écouté aux États-Unis : « All Things Considered »  du National Public Radio. « Diffusée depuis 1971, cette émission est le programme phare des infos sur le réseau américain NPR. Diffusée cinq jours par semaine sur plus de 500 stations de radios aux États-Unis et à l’étranger, les auditeurs quotidiens ont atteint 12 millions.Le 24 juillet, la présentatrice de All Things Considered, Kelly McEvers, a invité Banning Eyre du programme de radio Afropop Worldwide à présenter des extraits de Toy Raha Toy et à parler de l’album et des artistes dans le contexte de la musique malgache. Bien sûr, ils n’ont pas manqué d’éloges à l’encontre de l’ensemble des membres du groupe ». Une belle reconnaissance pour Toko Telo qui continue d’enchanter les mélomanes du monde entier avec son « Toy raha toy ».Mahetsaka

Midi Madagasikara67 partages

Morondava : Katesista iray maty voatapa-tenda

Mirongotra tokoa ny asan-dahalo any amin’ny faritra tato anatin’ny andro vitsivitsy izay. Tsy vitan’ny manafika intsony ireo dahalo fa saika miafara amin’ny herisetra sy habibiana izany. Toy ity nitranga tany Antsahamiroaky, ao amin’ny kaominina Bemanonga, any Morondava. Katesista iray no novonoin’ireto malaso ireto tsy nananany antra rehefa avy nanafika izy ireo. Avy hatrany dia notapahan’izy ireo ny tendan’ity mpitarika fivavahana ity. Namoy ny ainy teo no ho  eo moa ity farany raha ny fampitam-baovao azo. Ny alatsinainy lasa teo  no nitranga ity asan-dahalo miharo habibiana ity tao amin’io tanàna io. An-dalana hody vao avy nampivavaka  mihitsy ity katesista ity no nifanehatra tamin’ireo andian-dahalo am-polony maro nirongo fitaovam-piadiana. Tsy fantatra na hoe sao hilaza ny dian’ireto malaso ireto amin’io mpanara-dia angamba no antony namonoan’izy ireo tsy misy indrafo ity olom-piangonana ity. Navelan’ireto nahavanon-doza teo amin’ny sisin-dalana teo moa ny vatana mangatsiakany ka olona sendra nandalo no nahita ny razana nilona tanaty rà mandriaka. Teo vao nampandrenesina ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy mahakasika ity vono olona an-kitsirano ity. Efa mandeha moa ny fanadihadiana sy fikarohana izay nahavanon-doza tamin’ity katesista ity ataon’ireo mpitandro filaminana any an-toerana.

m.L

Tia Tanindranaza56 partages

Afera Mamy RavatomangaHanakonana ny raharaha Claudine R

Tamin’ny alatsinainy hariva teo no tonga nisava ny trano fonenan’i Mamy Ravatomanga teny Ambohibao Amboaroy sy ny foiben’ny orinasa SODIAT etsy amin’ny Pradon Antanimena ny solontenan’ny Fampanoavana eto Antananarivo,

Toky R

 

Midi Madagasikara50 partages

Maevatanana : Trano bozaka 60 kilan’ny afo

Trano bozaka 60 no may nirehitra, ny alatsinainy teo tokony tamin’ny 8 ora alina, tao Anosibolamena fokontany Andranobevava, Kaominina Antanimbary, disitrikan’i Maevatanàna. Trano iray no niandohan’ny afo ary nitatra tamin’ny teo akaikiny, satria bozaka ka mora nirehatra. Tsy nisy ny aina nafoy sy ny naratra, fa ny entana tamin’ireo trano ireo kosa, dia tsy  azo noraisina. Araka ny fanzavana azo dia afon-kitay tsy maty tao amin’ny tokantrano iray no nitarika ny afo ary nitatra tamin’ireo trano bozaka teo akaikiny. Nandeha namonjy asa teny an-tobim-bolamena ny olona tao amin’ilay trano, ka hadinony namono ny afo. Ny setroka efa nidonka be sy ny kotaban’ny olona teo amin’ny manodidina no nanaitra ny rehetra. Samy niezaka nanavotra aina avokoa ny olona tao  amin’ireo trano nanoloana izany. Tao ihany koa ny namoaka ny entana, saingy tsy azo navotana izany noho ny fitaran’ny afo malaky. Nikoropaka avokoa ny olona nentin’ny fahamaizina. Samy tao anatin’ny asam-bolamena teny an-toby izay 100m miala io toerana io ny ankamaroan’ny olona, no taitra tampoka tamin’ny firehetan’ny trano. Ka nisy ny tsy naharay na inona na inona intsony. Niezaka namono ny afo ihany ny mponina. Saingy vetivety foana dia levona ireo trano ireo. Raha ny fanazavana voaray avy tamin’Atoa Herimalala Andrianirna, kaomiseran’ny polisim-pirenena eto Maevatanàna, izay tonga nidina tany an-toerana, dia olona 120 no tsy manan-kialofana, ary eo amin’ny roapolo tapitrisa Ariary eo ny fahasimabana, hoy hatrany ity farany.

Ratantely

Midi Madagasikara46 partages

Développement industriel : Le secteur privé satisfait de la nouvelle loi LDI

Rencontre entre le président du SIM, Fredy Rajaonera et le ministre de l’Industrie Nourdine Chabani, hier à Antaninarenina.

La loi sur le Développement industriel (LDI) de Madagascar a été adoptée en Conseil du Gouvernement et en Conseil des Ministres, la semaine dernière, et sera soumise pour adoption à la prochaine session parlementaire.

« La LDI est un résultat concret de l’efficacité du Dialogue public-privé (DPP) ». C’est ce qu’a déclaré le président du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), Fredy Rajaonera. Celui-ci a rencontré, hier, le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé (MIDSP), Chabani Nourdine, à Antaninarenina, pour présenter les remerciements des industriels malgaches à l’endroit de l’Etat. « Après trois ans d’élaboration, le projet de loi LDI a finalement été adopté auprès du pouvoir Exécutif grâce à une implication de trois acteurs principaux, l’Etat à travers le MIDSP et le secteur privé représenté par le SIM, avec l’appui d’un partenaire technique et financier, notamment la FES (Friedrich-Ebert-Stiftung) », a souligné le président du SIM. A noter que le DPP est un dispositif initié par le président de la République de Madagascar, par  Décret présidentiel.

Incitatif. De son côté, le ministre Chabani Nourdine a expliqué que la LDI constitue le premier cadre réglementaire du secteur industriel en 57 ans d’indépendance. C’est une des rares lois adoptée en un seul passage en conseil du Gouvernement et en conseil des Ministres. « Cela montre la réelle volonté du président Hery Rajaonarimampianina à accélérer le développement du pays à travers une Industrialisation forte. J’estime que cette loi permettra d’atteindre le défi du PND, celui de porter à 25% la contribution du secteur industrie dans le PIB national s’il est actuellement à 15%. La LDI garantira également un environnement juridique spécifique stable au secteur et un climat des affaires favorable », a soutenu le ministre de tutelle. D’après ses promoteurs, la LDI offrira un cadre incitatif pour une mise à niveau des industries locales à travers une stratégie claire et coordonnée sur l’amélioration de la compétitivité des industries, un meilleur accès aux marchés et aux financements. Ils ont également évoqué la disponibilité de ressources humaines qualifiées, la promotion de l’Entrepreneuriat en faveur des Petites et Moyennes Industries, une offensive à l’export sur des secteurs ciblés, ainsi que la promotion de l’innovation et des technologies.

Zones industrielles. Parmi les avantages de la LDI au profit des investissements industriels, le Ministère de l’Industrie a cité, entre autres, la mise en place de l’ANDI (Agence Nationale du Développement Industriel), un organe de régulation du secteur qui contribuera à son développement et à l’amélioration de son environnement, l’institution en collaboration avec le secteur privé, du  FNDI (Fonds National pour le Développement Industriel), une structure financière destinée à appuyer les industriels dans la mise à niveau ou la mise en œuvre de leurs projets et la création de zones d’investissement industrielles (ZII) pour lesquels les développeurs bénéficieront d’un abattement fiscal de spécialisation. D’après les explications, les industriels pourront, dans ce cadre, produire eux-mêmes leur énergie avec  une possibilité de vendre le surplus. Dans ce sens, les autorités locales seront impliquées pour la densification de l’industrie dans leur circonscription.

Dispositifs. Selon la LDI, des secteurs d’activités industriels spécifiques, identifiés en collaboration avec le secteur privé,  seront classés comme prioritaires et bénéficieront d’avantages, et des mesures d’accompagnement particulières seront prises notamment pour les industries naissantes. Dans le cadre de la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et déloyales, la loi prévoit la création d’un corps spécialisé d’Inspecteurs industriels  à la fois pour constater et gérer les irrégularités. Des mesures d’incitations fiscales à l’innovation et à la formation seront prises, parallèlement à l’application systématique de la préférence nationale pour les entreprises industrielles de droit malagasy agréées. Il s’agira notamment de déductions d’Impôt sur les revenus pour le financement de la formation professionnelle, de mesures incitatives à l’immatriculation pour encourager les opérateurs à entrer dans le secteur formel, d’exonérations de TVA ou d’application de la règle de sous-capitalisation. La loi prévoit enfin une clause de stabilité pour toutes les mesures d’incitation prévues qui est de 20 ans pour les dispositions fiscales et douanières. Notons que les décrets d’application de la LDI sont déjà en cours de finalisation, dans la continuité d’un dialogue constructif soutenu entre l’Etat et le secteur privé.

Antsa R.

Midi Madagasikara44 partages

Périmètre de Taheza : Des militaires et des pénitenciers se lancent dans la riziculture

Ce barrage de Taheza permet d’aménager un périmètre tout en alimentant une centrale hydro-électrique de Bezaha.

Le barrage hydro-agricole de Taheza situé à Ambarinakoho dans la commune rurale de Bezaha dans la région Atsimo Andrefana, reconstruit sur financement de l’ordre de 1,6 milliards Ar de la BAD à travers le Projet de Réhabilitation des Infrastructures Agricoles du Sud Ouest (PRIASO), permet d’aménager un périmètre de plus de 2 400ha. En plus, des canaux principaux d’une longueur de 25km ont été construits. De nombreux paysans se sont précipités pour exploiter ce périmètre une fois que cette infrastructure d’irrigation opérationnelle. Cela fait vingt ans que la population de Bezaha n’a pas pu cultiver sur ce périmètre. Maintenant, à part les paysans, des militaires spécialisés dans les forces de développement ainsi que des agents pénitenciers locaux se lancent également dans la culture rizicole de contre-saison. C’est ce qu’on a appris lors de la visite d’une délégation de techniciens conduite par le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, sur le terrain tout récemment.

Deuxième pôle de développement. Notons que le ministère de tutelle a appuyé les exploitants agricoles pour pouvoir aménager leurs parcelles. En effet, des tracteurs ont été mobilisés pour labourer leurs terres. Ce département ministériel a également doté les paysans de cinq tonnes d’engrais et de cinq tonnes de semences ainsi que de petits matériels agricoles tels que les charrues et les sarcleuses afin que ceux-ci puissent améliorer leurs rendements. L’objectif consiste à réduire l’insécurité alimentaire tout en augmentant les revenus des producteurs par le biais de l’amélioration de la productivité agricole. Il faut savoir que le périmètre de Taheza constitue le deuxième pôle de développement de la filière riz localisé dans la région Atsimo Andrefana, après celui de Bas-Mangoky. Le ministère en charge de l’Agriculture et de l’Elevage a également identifié des parcelles à exploiter pour la production de semences, et ce, en collaboration avec l’école EASTA de Bezaha.

Rémission. Par ailleurs, la délégation conduite par le ministre Rivo Rakotovao a assisté à la fin de la campagne de lutte anti-acridienne à Toliara. « On va entamer vers la rémission à la prochaine campagne de lutte contre les criquets. Tous les moyens matériels et techniques nécessaires sont déjà prêts, pour ce faire », a-t-il évoqué. En revenant sur l’amélioration de la productivité agricole et l’augmentation des revenus, le ministre de tutelle a réitéré qu’il suffit d’avoir une bonne volonté et un patriotisme pour exploiter d’une manière durable les ressources naturelles si l’on veut atteindre ces objectifs.

Navalona R.

Midi Madagasikara42 partages

Télécommunication : Un lien sous-marin direct entre l’Afrique et l’Amérique du sud

Le SACS multipliera la vitesse des services numériques en Afrique par cinq.

Un tournant décisif pour l’Internet en Afrique. L’installation du premier lien sous-marin direct entre l’Afrique et l’Amérique du sud a pris de l’ampleur. Cela commence par un lancement officiel à Sangano, en Angola. En effet, l’installation du Système de Câble de l’Atlantique Sud (SACS) a commencé sur la côte angolaise dans la municipalité de Quissama. Il s’agit d’un câble sous-marin avec une capacité de 40 tbps qui s’étendra sur plus de 6 500 km à Fortaleza, au Brésil. D’après les informations, ce système SACS est en cours de construction par NEC Corporation. L’installation de SACS est considérée comme un projet stratégique pour l’Angola faisant progresser l’économie numérique de la région et améliorant les communications mondiales. Mais ce pays ne sera pas le seul bénéficiaire, comme il s’agit d’une économie de réseau. En effet, lorsque l’ensemble du réseau sera terminé, ainsi que des éléments associés tels que les centres de données et les points d’échange d’Internet, le SACS offrira un changement de paradigme dans le secteur des télécommunications d’Afrique. D’après le PDG de la société Angola Câble, ce système permettra aux bénéficiaires de rendre les services numériques, cinq fois plus rapides. « Actuellement, il faut environ 300 millisecondes pour se connecter entre l’Angola et le Brésil. Avec le SACS, le délai entre un paquet de données envoyé et reçu, devrait être réduit à environ 60 millisecondes », a-t-il indiqué. Ce nouveau système bénéficiera également aux autres pays d’Afrique, et à termes, parviendra à Madagascar.

Antsa R.

Tia Tanindranaza39 partages

Fahatsiarovana ny 10 aogositraMiha mangatsiaka hatrany

Miha dila hatrany arakaraky ny fivadibadiky ny taona ny fahatsiarovana ny diaben’ny fahafahana natao ny 10 aogositra 1991.Lohandohan’ny mpisorona nitarika ny Herivelona vory maro be teo amin’ny kianjan’ny 13 mey hihazo ny lapam-panjakana Iavoloha tamin’izany fotoana ry Pastera Richard Andriamanjato, Atoa isany Daniel Ramaromisa, Alain Ramaroson, Zafy Albert…

Mbola adihevitra tsy mety vita hatreto hoe am-polony ve sa an-jatony ny olona maty teny Iavoloha.Inona ny tena marina momba ilay elikoptera nandatsaka zavatra mipoaka, ahoana ireo fipoahana namono olona teny an-tanimbary.Iza marina no nanome ny baiko.Nanizingizina ny amiraly Didier Ratsiraka fa tsy nanome baiko ny tenany ary tsy misy andraikiny na dia kely monja aza momba ny fahafatesana syfaharatrana olona teny Iavoloha tamin’io sabotsy 10 aogositra 1991 io.Tsy nisy rahateo moa ny fanadihadiana lalina momba iny raharaha iny hatramin’izao fa dia lasa dosie mipirina tahaka nyraharaha Ratsimandrava  sy kung fu ary ny nahafatesan’ireo manamboninahitra maro nitaingina ny fiaramanidina DC 3 nisy ny contre-amiral Sybon Guy ny raharaha.Tsy nisy feo heno mihitsy na fampahafantarana mikasika izay hetsika mba hanamarihana izany daty naha latsa-drà sy nahavery aina Malagasy maro tamin’ny 26 taona lasa izany. Ny fahatsiarovana ny tolon’ny taona 1947 sy ny fankalazana ny niverenan’ny fahaleovantena isaky ny 26 jona ihany sisa ity no ezahana ampanakoakoana isan-taona. Mampatsiahy ny fanehoan-kevitr’ireo mpanao politika sasany izay milaza fa fahaleovantena nomen’ny Frantsay ny 26 jona 1960 ary hetsika namandrihan’ny mpanjanaka ny Malagasy ihany koa no nitranga tamin’ny 29 martsa 2017 ka tsy mahagaga raha izy ireo mihitsy no mihezaka manao izay tsy hahafaty izany ao an-tsain’ny Malagasy ankehitriny. Tanjona tokoa ve ny hahatongavana amin’ilay fanehoan-kevitry mpandinika hoe atao izay hahavery tantara antsika mba ho ratsy fiafara ?

J. Mirija

 

Midi Madagasikara34 partages

Présidentielle de 2018 : Stratégie de dispersion des voix par le HVM

Un an et demi avant l’élection présidentielle de 2018, c’est déjà l’effervescence au sein des différents états-majors politiques, tout particulièrement dans les rangs du HVM qui a fait apparemment sienne la stratégie classique du diviser pour continuer à régner à travers des candidats satellites.

Si le parti au pouvoir et le « Tiako i Madagasikara » de Marc Ravalomanana multiplient les descentes sur le terrain, d’autres appareils en particulier, le « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR), restent plutôt discrets. Pour ce qui est du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara », l’on constate que le parti est déjà en train de mettre en œuvre toute une stratégie électorale pour figurer au second tour. Une véritable offensive de communication est mise en place pour soigner l’image du régime du parti au pouvoir, notamment à travers les inaugurations de « zava-bita ». La stratégie du HVM est visiblement la dispersion des voix. Face à la popularité des autres candidats, en l’occurrence l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina et l’ancien président Marc Ravalomanana dont bon nombre d’observateurs considèrent comme les grands favoris de la prochaine course à Iavoloha, tous les moyens sont bons pour les tenants du pouvoir afin d’éliminer l’un et/ou l’autre du second tour.

Prophétie. L’annonce dimanche dernier de la candidature de l’homme fort du parti « Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara » (GFFM), le Pasteur Mailhol Christian Dieudonné illustre cette stratégie de dispersion de voix par le régime. « Une candidature décidée suite à une nouvelle prophétie », a-t-il expliqué devant ses fidèles. Nul n’ignore pourtant qu’en 2013, le Pasteur Mailhol a déjà « prophétisé » qu’il allait monter au pouvoir non pas par la voix des urnes mais par une initiative populaire. Sa récente déclaration de candidature aurait eu la bénédiction du HVM dont la couleur bleue est d’ailleurs la même que celle des ouailles d’Apokalypsy. D’ailleurs, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » a été représenté lors de cet évènement organisé au Coliseum d’Antsonjombe dans le cadre de la célébration du 20è anniversaire de la Radio Fanambarana. Cette candidature satellite du Pasteur Mailhol Christian Dieudonné vise probablement à disperser les voix des chrétiens. Ce sera une opposition entre « Fiangonana zandriny » et le Conseil des Eglises Chrétiens de Madagascar (FFKM). En cas d’échec au premier tour, le Pasteur Mailhol appelera certainement à voter pour le candidat du HVM si ce dernier venait à arriver au second tour.

ADN. Le président national du parti « Antoka sy Dinan’ny Nosy », Edgard Razafindravahy sera également au « starting-block » lors de l’élection présidentielle de 2018. Avant de quitter la Grande île, le Secrétaire général de l’International Libéral, Emil Kirjas a déclaré que « l’objectif de l’International Libéral est de porter les libéraux au pouvoir ». Et ce, en faisant une allusion on ne peut plus claire au numéro Un de l’ADN qui en serait alors à sa deuxième candidature à la magistrature suprême. Depuis 2014, l’homme sillonne le pays pour sensibiliser les concitoyens à propos de son « Federalisma Sahaza ». L’ancien Président de la Délégation Spéciale d’Antananarivo compte sûrement améliorer son score de 4,34% obtenu en 2013. Et pour lequel il n’avait donné aucune consigne de report de voix pour le deuxième tour. S’il ne passe pas le premier tour, il n’est pas exclu qu’il apporte son soutien au président candidat au cas où le poulain du HVM parvient au second tour et dont l’ADN politique est plus proche du sien.

Davis R

Tia Tanindranaza33 partages

Doudou DFP sy Paolo RaholinarivoHifampitady manombok’izao

Hametraka ny taratasy fangatahana fidinana an-dalambe sy fihetsiketseham-bahoaka ny vovonana Politika Dinika Fanavotam-Pirenena (DFP) miaraka amin’ny Herin’ny Fanovana na “Force de changement” anio 10 aogositra, raha tsy misy ny fiovana.

Toky R

Midi Madagasikara31 partages

CFM : L’amnistie entre les mains des 33 membres

Les membres du Comité de sélection sont astreints à l’obligation de neutralité et d’objectivité pour ne pas biaiser la réconciliation nationale.

Les trois grands futurs candidats à l’élection présidentielle de 2018 ont intérêt à avoir des poulains au sein de cet organe chargé d’accorder l’amnistie.

Le grand oral des candidats admissibles pour la sélection des 22 membres « élus » du Conseil du Fampihavanana Malagasy a débuté hier au Sénat à Anosikely pour se terminer le 14 août prochain. Ce sont les candidats issus des régions de la province d’Antananarivo qui ont ouvert hier la valse. Les 9 membres du comité de sélection national constituent le collège du Jury durant ce grand oral. Le Général Monibou Ismaël a fait exception car ne pouvant être physiquement présent à Anosikely, il a pu interroger les candidats depuis Antsiranana par vidéoconférence. A bien lire la liste des admissibles à la sélection des futurs membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy, plus d’un constatent que les trois grands futurs candidats à l’élection présidentielle de 2018, à savoir Hery Rajaonarimampianina, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, y ont leurs poulains. Ce qui explique l’important enjeu politique dans la mise en œuvre de cet organe qui sera chargé de la réconciliation nationale. Force est également de reconnaître que l’ancien président Didier Ratsiraka a aussi ses hommes dans la course à Anosikely, pour ne citer que les Mangalaza Eugène, Jean Jacques Rasolondraibe, Boanoro Henri Victor…

Egalité des chances. Si on parle d’égalité des chances entre les trois grands futurs candidats, elle existe et elle est même autorisée par la loi n°2016-037. Cette loi prévoit que le futur CFM sera composé de 33 membres dont 22 « élus » et 11 désignés par le président de la République. Ce « privilège présidentiel » semble déjà compromettre la neutralité de cet organe qui aura également la charge d’accorder l’amnistie à ceux ou celles qui en ont besoin. Reste pourtant à savoir si après la publication du résultat de la sélection effectuée par le Comité de sélection national, publication prévue le 16 août, le président Hery Rajaonarimampianina ne va pas attendre longtemps pour nommer les 11 membres de son quota. A rappeler que le chef de l’Etat n’a pas jusqu’ici désigné ses représentants (1 titulaire et 1 suppléant) au sein du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) alors que ceux des autres entités qui ont le droit d’y être représentés sont connus depuis longtemps. Même constat au niveau du Sénat où le sénateur désigné Ahmad (quota présidentiel), devenu président de la CAF, n’est pas encore remplacé. De même, celui ou celle qui doit prendre la place de Yvonne Lala Herisoa Raharison Ranoroarifidy (décédée en mars 2017) au sein de la HCC n’est pas encore connu. Par ailleurs, le président de la République n’a pas jusqu’ici constaté par décret la mise en place de la Haute Cour de Justice dont les membres sont déjà au grand complet. En tout cas, à l’allure où vont les choses, le Conseil du Fampihavanana Malagasy risque de connaître le même sort que le HCDDED et la Haute Cour de Justice.

R. Eugène

L'express de Madagascar29 partages

Réconciliation nationale – Audition publique très familiale

Les argumentations partent dans tous les sens. Les règlements mis en place sont contournés par l’assistance au profit de certains candidats.

l’épreuve. La première journée de l’au- dition publique des postulants au comité de réconciliation nationale s’est tenue hier au palais de verre à Anosy. Les aspirants issus de trois régions, à savoir Anala- manga, Itasy et Vakinan- karatra ont soutenu leurs motivations devant le comité de sélection, lors d’une séance ouverte au public. Après le tirage au sort d’une ques- tion, le candidat dispose de cinq minutes pour se pré- parer. Un temps de dix minu- tes lui est accordé par la suite pour répondre aux questions. D’une manière géné- rale, les réponses avancées par les candidats sont basées sur leurs domaines de spé- cialités. Ainsi, le public a l’impression d’assister à un entretien d’embauche, pen- dant lequel les candidats présentent leurs atouts.Rigoureux, les membres du jury composé des huit commissaires de sélection présents, et du général Monibou Ismael qui assiste les entretiens par visiocon- férence scrutent les répon- ses des candidats à travers des grilles de notation, et par des questions de relance oude précision. Surpris par la tournure des questions, cer- tains candidats se perdent dans les détails. Pourtant, le comité de sélection a annoncé les critères de notation, à savoir la compréhension de la mission, la vision et les expériences sur le fampiha- vanana et la connaissance des régions que les candi- dats veulent représenter.

Clairsemé.Bien que la séance ait été ouverte au public, le Palais de verre d’Anosy était trop grand. Mis à part les journalistes présents, l’assistance était surtout composée de la famille et des proches des can- didats. Ainsi, la séance d’au- dition publique devient une audition «familiale». Peu informé, le public au sens large du terme n’était pas au rendez-vous, d’autant que la communication sur la séance n’a été faite que deux jours auparavant. Les candidats admissibles ont été, par ailleurs, conviés à quitter la salle «pour égaliser les chances de chacun. Ceux qui s’obstinent à assister aux entretiens seront disqualifiés », martèle Djacoba Em- manuel Tehindrazanarivelo, président du comité de sélec- tion des membres du Conseil du fampihavanana Malagasy.

Le processus de sélection des membres du CFM suit les étapes annoncées dans les termes de références de l’appel à candidature. Malgré la rigueur mise en place, cer- taines situations échappent aux membres du jury. Parmi l’assistance, certains diffusent directement par télé- phone ce qui se passe dans la salle. Cette situation lèse les premiers impétrants et permettent à certains candidats de mieux se préparer

À l’issue de cette étape d’entretien public, le comité sélectionnera les deux meil- leurs candidats par région qui seront les membres titulaires et suppléants du CFM. La liste nominative sera, par la suite, proposée au président de la République, pour être ente- rinée avec son quota de onze conseillers. Le Conseil du fam- pihavanana Malagasy rem- placera ainsi le Filankevitra fampihavanana malagasy (FFM) dirigé par le général Charles Rabotoarison.

 

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara27 partages

10 août 91 : Il y a 26 ans la « Grande marche de la liberté »

10 août 1991-10 août 2017, il y a 26 ans la « Grande marche de la liberté » (Diaben’ny Fahafahana) s’est terminée par un carnage causant la mort d’une centaine de personnes, et ce, aux environs du Palais présidentiel d’Iavoloha. Cette marée humaine a été dispersée par des jets de grenade offensive effectués par des éléments de la garde présidentielle qui se trouvaient à bord d’un hélicoptère. Sans parler des mines antipersonnel qui ont été placées dans les rizières aux abords du Palais. Ce crime est pourtant resté impuni. Cette grande marche a été initiée par les « Hery Velona Rasalama » placée sous la houlette du professeur Zafy Albert, le pasteur Richard Andriamanjato et le général Rakotoarison Jean dit Voaibe.

Convention du Panorama. Faut-il rappeler qu’au mois de juillet 1991, la grève générale a été déclenchée entraînant de ce fait le blocage de la machine administrative. Après deux mois de manifestations pacifiques sur la Place du 13 mai, les opposants au régime de l’époque ont organisé le « Diaben’ny Fahafahana » vers le Palais présidentiel d’Iavoloha

Dominique R.

Midi Madagasikara26 partages

Aires marines protégées : La baie d’Ambodivahibe, petite merveille « écotouristique »

La pêche aux poulpes est l’une des principales activités de la population autour de la baie. Photo CI.

Aire marine protégée (AMP) depuis décembre 2015, la baie d’Ambodivahibe est aujourd’hui un exemple de conservation de la biodiversité et de gestion durable des ressources.

Le lieu se trouve dans la région DIANA, dans la partie Nord de Madagascar. Un endroit à fort potentiel touristique et exceptionnel en termes de biodiversité marine. Il s’agit de la baie d’Ambodivahibe. L’endroit sert les intérêts économiques des communautés locales, notamment à travers les activités de pêche aux poulpes – bien réglementées depuis la mise en place de l’AMP dans laquelle l’ONG Conservation International (CI) s’est particulièrement investie – tout en étant un site attrayant pour les touristes pour sa biodiversité et la splendeur de son paysage.

Refuge idéal. La baie, idéalement située et présentant une géomorphologie peu commune dans cette partie de Madagascar, joue un rôle important dans le maintien des écosystèmes. Le canyon de 20 m de profondeur au milieu de la baie où l’eau est fraîche, a fait du site un refuge idéal pour diverses espèces face au changement climatique. La baie d’Ambodivahibe abrite aussi bien des poissons de récifs que de gros poissons dont certains sont menacés. On citera le poisson napoléon, le mérou géant et le poisson-perroquet à bosse.

Gestion durable. Ce site n’a pourtant pas toujours été à l’abri des menaces. La destruction des forêts autour de la baie, le changement climatique et surtout les activités illégales, ont failli le mettre en péril. Convaincre les communautés locales de l’intérêt économique que représente la baie a été une tâche ardue, au début, pour CI, en activité dans cette zone depuis une décennie. En effet, il fallait mener un travail de longue haleine auprès de la population des alentours : expliquer les enjeux de la préservation de ce site, et gagner leur confiance, puis les intégrer dans le processus.

Activités prospères. Le seul village qui a accepté, au début, de fermer temporairement la pêche aux poulpes durant une période définie, a vu peu à peu d’autres villages lui emboîter le pas dans la gestion durable des réserves. La naissance d’associations et autres plateformes, la mise en place de réglementations fixées par les communautés elles-mêmes, incluant la fermeture momentanée de la pêche à une certaine période de l’année, ont permis aux communautés locales de voir leurs activités prospérer. Au jour de la réouverture de la pêche aux poulpes, la quantité obtenue a plus que décuplé : de 600kg en 2000, elle est passée à 8 tonnes en 2017.

« Ecotourisme bleu ». Fin 2016, CI a lancé le projet de développement de « l’écotourisme bleu » à Ambodivahibe. Le site affiche, en effet, un paysage exceptionnel à travers les mangroves, les chenaux et les embouchures existants dans cette zone, faisant de celle-ci un site touristique exceptionnel. La tenue, en avril 2017, du festival des réserves marines à Ambodivahibe, a encore plus rehaussé la valeur de la baie sur le plan touristique. Mais il ne faut surtout pas qu’elle soit  victime de son succès.

Hanitra R.

 Source : Songadina n°32, CI

Midi Madagasikara24 partages

Sports interservices publics : La tenue des élections à Toliara comme résolution

Les participants lors de l’AG hier à Anosy.

Ils étaient plus de 250 personnes issues de différents ministères, institutions et des représentants des régions à se réunir hier à la salle de conférence du Plan à Anosy à l’occasion de l’assemblée générale des sportifs fonctionnaires. C’était à l’initiative de l’ASOIMADA, mais, ce sont les membres au sein du comité interministériel  pour les sports interservices publics de Madagascar qui ont dirigé la réunion d’hier. Ce comité mis en place par le décret 2017-513 organise les championnats régionaux, le sommet national et surtout l’élection. « On respecte les dispositions prises par le gouvernement. On a priorisé l’intérêt supérieur des sportifs fonctionnaires. Nous remercions le ministère de la Jeunesse et des Sports et celui de la Fonction Publique pour les pourparlers et les négociations entreprises  », a expliqué Oliva Randimbiarisoa, représentant du ministère des Finances et du Budget au sein du comité. A l’issue de l’AG, plusieurs dispositions ont été prises dont l’organisation de la prochaine élection au Championnat national à Toliara où tous les participants peuvent voter. Tout le monde peut se porter candidat à cette élection. L’assemblée générale a soutenu ainsi la candidature d’Oliva Randimbiarisoa. Nous en reparlerons.

T.H

Midi Madagasikara20 partages

ONTM-CanCham : Un roadshow au Canada

L’Office National du Tourisme de Madagascar  (ONTM) et les opérateurs touristiques malagasy vont participer à un roadshow au Canada du 21 au 28 octobre 2017, et ce, en partenariat avec la Chambre de Commerce et de Coopération Canada-Madagascar (CanCham), l’Economic Development Board of Madagascar et l’Ambassade de Madagascar au Canada. Ce roadshow offrira à ces opérateurs touristiques malagasy l’opportunité de rencontrer les professionnels canadiens, afin de favoriser la promotion de la destination sur le marché nord-américain. Ils vont ainsi pouvoir présenter une offre diversifiée en matière de circuits, d’hébergements et de loisirs, sur les différentes régions de Madagascar. Ils peuvent entretemps nouer des contacts professionnels à travers les rencontres B to B avec les acteurs du tourisme à Montréal et Ottawa.

Renforcer la compétitivité. En outre, une visite du salon international du tourisme et Voyages qui se déroulera du 20 au 21 octobre 2017 à Montréal, est également prévue dans le cadre de ce roadshow. A chaque édition, plus d’une centaine de pays y participent par le biais de leurs Offices du Tourisme, Tours Opérateurs ou agents de voyage. En fait, cette mission économique et commerciale au Canada entre dans le cadre de la poursuite des actions de promotion de la destination Madagascar menée par l’EDBM, en vue de renforcer la compétitivité de la Grande île sur le marché mondial du tourisme. Rappelons que le pays dispose d’un avantage comparatif en termes de richesses de sa biodiversité, qui plus est, en grande partie endémique.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara18 partages

Il y a 26 ans, le 10 août 1991

L’événement a eu lieu il y a 26 ans et aujourd’hui, il semble presque totalement oublié. La grande marche du 10 août sur Iavoloha avait pourtant marqué les esprits au début des années 90 et précipité le départ du président Ratsiraka du pouvoir. Les victimes laissées sur le terrain sont aujourd’hui oubliées et apparemment, la page a été tournée par les hommes politiques actuels.

Il y  a 26 ans, le 10 août 1991

La grande marche d’Iavoloha fait partie de l’histoire de notre pays. Elle marque une étape essentielle du mouvement populaire de 1991. Ceux qui y ont participé gardent un souvenir empreint d’émotions car c’est un véritable élan qui a porté cette immense foule se dirigeant vers le palais présidentiel. Certains ont dit, et ils n’ont pas tort, que c’était une marche sans issue car tous ces marcheurs n’étaient guidés que par leur enthousiasme. Les leaders politiques qui étaient à la tête du mouvement, ne pouvant pas s’opposer à l’appel des manifestants, ont suivi le mouvement. On connaît la suite. Les militaires du palais présidentiel ont empêché ces derniers d’avancer et ont fini par tirer. Les morts et les blessés se sont comptés par dizaines, mais aucune information officielle n’est venue le confirmer. Mais, la crise politique, en elle-même, a été résolue grâce à la convention du Panorama, signée le 31octobre. Les élections de 1992 ont mené le professeur Zafy Albert au pouvoir, l’homme au chapeau de paille devenant le premier président de la troisième république. Le pays a connu par la suite d’autres crises avec d’autres morts et l’opinion semble avoir oublié cet épisode de l’histoire de notre pays. Les historiens n’en parlent pratiquement pas. Les autorités semblent, elles aussi, l’avoir totalement occulté. Aucune commémoration ne devrait avoir lieu.  Le 10 août 1991, c’était  il y a 26 ans et les souvenirs de ceux qui y ont participé commencent à s’estomper.

Patrice RABE

News Mada15 partages

KEMPO/MMA : une école de cadres en vue

Les têtes pensantes au sein de la Commission malgache de kempo et arts martiaux mixtes (CMK/AMM) ont longuement médité sur le sujet et viennent justement d’accoucher d’un projet ambitieux pour l’épanouissement de ce sport en devenir à Madagascar. Cette organisation ne cesse de s’émanciper en commençant, tout d’abord, par préparer la relève avec les séances de kempo kids et kempo éducatif depuis le début des vacances.

En outre, le Team perfect 261 et la commission elle-même travaillent de concert avec le club réunionnais Pythagore. Le président de la CMK/ AMM, Parfait Rakotonindriana, vient d’annoncer une nouvelle qui ravira plus d’un passionné. «Comme prévu, nous allons mettre en place une école de cadres, pendant cette saison 2017-2018, réservée à ceux qui veulent devenir instructeurs, juges-arbitres, coachs,… On débutera par un stage d’assistant moniteur les 9 et 10 septembre prochains. Les adeptes de sports de combat et d’arts martiaux sont invités car il s’agit d’un stage transversal», a-t-il résumé. Les représentants des autres régions pourront être hébergés à l’ANS à Ampefiloha.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara15 partages

Addis-Abeba : L’ambassadeur Tehindrazanarivelo installé

Entretien entre le Pr Tehindrazanarivelo et Ahmad à Addis-Abeba.

Nommé en Conseil des Ministres le 05 juillet 2017, le Pr Tehindrazanarivelo Alain Djacob, est actuellement installé à son poste à Addis-Abeba, Ethiopie. Parmi les premières personnalités qu’il a reçues à son bureau se trouve son concitoyen Ahmad, également en poste dans la Capitale éthiopienne, mais en tant que président de la CAF ou Confédération Africaine de Football. Le Pr Tehindrazanarivelo Alain Djacob est le premier ambassadeur nommé par le régime Rajaonarimampianina depuis le retour à l’ordre constitutionnel en 2014. Les autres nominations se font toujours attendre.

Où est le blocage ? La ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice ne cesse de réitérer depuis longtemps que la nomination des autres ambassadeurs de Madagascar à l’étranger n’allait plus attendre. Or jusqu’ici, il n’y a qu’un seul qui a été désigné, alors que le régime en place multiplie ses offensives diplomatiques dans le cadre d’attirer des investisseurs étrangers. Où se trouve donc le blocage, au ministère des Affaires Etrangères ou à la Présence de la République ? On apprend cependant qu’il y a des mouvements et de nouvelles affectations au niveau du  personnel diplomatique de nos ambassades à l’extérieur. Pourtant à ce propos, des propositions de nomination seraient bloquées au niveau de la Présidence de la République.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara14 partages

Elevage caprin : Relance de la filière

Le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage dispose d’une ferme servant à développer l’élevage caprin à Betioky. On y trouve actuellement une soixantaine de chèvres de race Angora. « Nous allons mettre en œuvre une stratégie visant à relancer cette filière porteuse », a évoqué le ministre de tutelle, Rivo Rakotovao lors de sa visite sur le terrain. En effet, cette ferme d’Etat sera transformée en centre de pépinière de reproduction des géniteurs. Seuls les chevreaux seront mis en vente aux éleveurs locaux afin de maintenir cette race très recherchée pour la fabrication de tapis Mohair faisant la renommée de la partie Sud de Madagascar. Cette action du ministère en charge de l’Elevage vise également à lutter contre l’insécurité alimentaire à Betioky étant donné que cet élevage caprin constituera une source de revenus pour la population locale. Par ailleurs, la recherche de débouchés pour les tapis Mohair sera discutée dans le cadre de la Foire Internationale Agricole qui sera organisée par ce département ministériel en septembre prochain.

Navalona R.

News Mada13 partages

Fampandrosoana : ho avy ny “Diaspora”

Tanindrazana iaraha-manana. Anisan’ny nivoitra tamin’ny filankevitry ny governemanta, afakomaly teny Mahazoarivo, ny fihaonambe eto an-tanindrazana hiarahana amin’ireo Malagasy miasa sy monina any ivelany na ilay antsoina hoe « diaspora ». Hotanterahina, ny 26 hatramin’ny 29 oktobra izao, izany. « Anisan’ny andry iray lehibe ho an’ny politikam-pirenena ho amin’ny dingan’ny fampandrosoana ireo zanaka am-pielezana any andafy ireo », hoy ny fanambaran’ny governemanta. Mitodika amin’izany rahateo ny dilpaomasiantsika ary efa voafaritra amin’ny politika any ivelany koa ka iantsoana ireo mpisehatra rehetra eo amin’ny fampandrosoana izany.

Fotoana iray lehibe hanamarina ny tantaran’ny firenena io fihaonamben’ny zanak’i Madagasikara manerana izao tontolo izao hatao eto Antananarivo io. Hitondran’izy ireo sy hamaritana koa ny anjara birikiny ho an’ny fampandrosoana ny firenena.

Tsiahivina fa efa nisy fivoriana, fanomanana voalohany nataon’ny eo anivon’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny, nampahafantaran’ny minisitra Atallah Béatrice izao hetsika lehibe sy goavana hotanterahina izao.

Synèse R. 

 

Midi Madagasikara13 partages

Les travailleurs de l’ombre : Aimé Michel Rakotoniaina, « un entraîneur est avant tout un éducateur »

Aimé (3e à gauche) avec les participants au camp d’entrainement de la CONFEJES.

Dans l’ombre de par la nature même de son poste de coach national, Aimé Michel Rakotoniaina est une des figures incontournables de la lutte malgache. Les gens connaissent plutôt le directeur technique national, Liva Ranaivoson, mais, entre eux, pas le moindre problème de cohabitation mais une vraie complémentarité. Le DTN est dans la lumière. L’autre n’a pas sur ses épaules des poussières d’étoiles mais il est un rouage essentiel qui forme et coache la relève et les futures stars de la discipline.

Sportif multidisciplinaire. La lutte ’est la discipline où il est resté plus de 30 ans. Aimé Michel Rakotoniaina a gravi tous les échelons en partant de simple combattant puis sociétaire de l’équipe nationale avant de devenir actuellement coach national. La lutte, il l’a connue très jeune au sein de l’école FTF7 à Antanimora. « J’ai commencé la lutte en 1982 où j’ai évolué en tant que combattant jusqu’en 2010 », a-t-il expliqué. Après avoir fait ses premiers pas au sein de l’école de lutte à Antanimora avec la Justice et d’Administration pénitentiaire, il a rejoint les rangs du Cosfa de 1985 en 1992, puis, il a évolué au sein du club CCTA Antohomadinika (1192-1995) avant d’atterrir au COSPN en 1995 où il reste fidèle jusqu’à ce jour. « Tout petit, j’ai pratiqué plusieurs sports entre autres le rugby avec le Stade Olympique de l’Emyrne (SOE) pendant 4 ans et le JST d’Ambondrona. J’ai tâté aussi le judo au sein du club de l’ASAM dans les années 90. Parmi ces nombreuses disciplines, c’est la lutte qui m’a attiré le plus », a-t-il fait savoir. Depuis la catégorie junior, il a raflé les titres de champion de Madagascar à plusieurs reprises. Des sacres qui lui ont valu la sélection au sein de l’équipe nationale lors des échéances internationales majeures à savoir les Jeux des Iles et les Jeux Africains. En 1999, il a participé aux Jeux Africains de Johannesburg chez les moins de 57 kg. Aimé a échoué au pied du podium.

Coach national. Sa reconversion en tant que coach était le fruit du hasard. « Après la mort du feu Bolo, j’ai été appelé pour coacher. Mon avantage c’est que j’étais un ancien combattant ayant été formé dans une école et sociétaire de l’équipe nationale pendant des années », a expliqué le coach national. Pour mettre à jour ses compétences, il a participé aux nombreux stages sous l’égide de la CONFEJES et de la CJSOI. Tout récemment, il a participé au camp d’entraînement en vue des Jeux de la Francophonie à Abidjan. Depuis 2010, il a été promu coach national avec l’élection de Mamitiana Raveloson à la tête de la fédération. Parmi ses protégés figure Emma Rasoanantenaina qui a remporté la médaille d’argent aux Jeux de la Francophonie. « Emma, je l’ai prise en main depuis 2015 au sein du projet Sport-étude à l’Académie Nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha. Dès notre arrivée à Abidjan, j’ai souvent dit à nos combattants que nous allons rentrer au pays avec des médailles, mais, l’on ignore encore la couleur ». Pourtant, il déplore le manque de combativité chez la nouvelle génération. « Je me souviens bien à notre époque, j’ai été sacré champion de Madagascar et présélectionné au sein de l’équipe nationale. Pour la sélection finale, on a fait plusieurs tests, mais, je trébuche souvent au dernier combat qualificatif. Les combattants d’aujourd’hui ont tendance à lâcher prise et ne pas se battre jusqu’au bout ». Pour lui, un entraîneur n’est pas seulement un technicien, mais avant tout c’est un éducateur qui devrait avoir de l’humilité. Le prochain objectif pour l’équipe actuellement est la qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

T.H

L'express de Madagascar12 partages

Le changement climatique au cœur des débats

Problématique, le phénomène a toujours été la bataille de tous. C’est dans ce sens qu’a été menée la conférence-débat d’hier à la gare Soarano. Intitulé « La place des jeunes dans la lutte contre le changement climatique », l’évènement, a été initié par les jeunes leaders formés par la fondation Friedrich Ebert ou (YLF-CC) en vue de contribuer efficacement à la lutte contre ce phénomène planétaire.« Représentant près de 30 % de la population mondiale, les jeunes, par ces statistiques ont l’aptitude intellectuelle ainsi que physique afin d’adhérer à cette lutte », souligne l’un des membres du YLF-CC.Économie verteAinsi, la jeunesse se doit  de veiller à son patrimoine écologique en adoptant une gestion des ressources dans le respect de la nature.  Ce système de gestion, communément appelé « économie verte », est donc en train de s’installer progressivement dans la mentalité des jeunes d’aujourd’hui à l’image de Lovakanto Ravelomanana, doctorante en Géographie qui soutient dans sa mémoire le concept de « mesures d’adaptation et d’atténuation à Madagascar » face à ce changement climatique.« Des initiatives à suivre, dans la mesure où ces actions valorisent l’adoption des comportements visant à réduire les émissions de gaz nocif à long terme » conclut Samueline Rahariveloarimiza, experte en météorologie, climatologie et changement climatique.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara12 partages

Tuberculose multi résistante : Menace grandissante pour la Grande-île !

Les statistiques démontrent à peu près 130 000 nouveaux tuberculeux par an à Madagascar.

Ne représentant actuellement que 6% des cas de tuberculose à Madagascar, celle multi résistante est un risque à ne pas négliger.

 « Le phénomène de tuberculose multi résistante n’est pas intensif pour le cas de Madagascar mais de plus en plus de cas commencent  à apparaitre ». Ce sont  les propos du docteur Christine Bellas Cabane, membre du CCM ( Country Coordination Mechanics, un organisme qui supervise les fonds alloués aux luttes contre le sida, le paludisme et la tuberculose à Madagascar) et non moins conseillère régionale Santé de l’Océan Indien  auprès de l’ambassade de France, qui a résumé la situation de la tuberculose multi résistante hier lors de la cérémonie de remise de distinction honorifique à l’hôtel Colbert.  Outre l’accès au soin qui est encore difficile pour de nombreux malgaches (due soit à l’enclavement de certaines régions, soit au niveau financière de nombreuses familles), l’inadéquation des traitements existants à la maladie et l’auto médication des patients constitueraient l’une des premières causes de l’apparition de ce type de tuberculose. La malnutrition détiendrait également le même rang que ces deux causes selon Christine Bellas Cabane. Cette dernière d’expliquer : « la malnutrition chronique ou non réduit l’immunité des personnes. Ce qui les rend vulnérables à beaucoup de maladies, surtout à la tuberculose ». Avant d’ajouter que « les conditions de vie difficiles et la pauvreté tient également sa place dans cette liste de causes premières de ladite prolifération ». Une situation dont le pays n’est pas encore sortie…et ne pourrait pas sortir de sitôt à l’allure où va la vie en générale.

Insuffisants. Par ailleurs, « la programmation de lutte contre la tuberculose conçue par le gouvernement de Madagascar a été acceptée au niveau de la Banque Mondiale ». Ce qui constitue « un énorme pas » pour le pays selon les dires de Christine Bellas Cabane. Avant de faire savoir que « les efforts sont  toutefois insuffisants et que le pas effectué requiert d’autres obstacles à franchir». Beaucoup de diagnostics restent à faire en la matière mais les problèmes de l’enclavement de certaines régions d’un côté et de la remontée des informations pour une base des données exactes de l’autre, persistent. « La révision des médicaments (ce qui se ferait actuellement pour lutter contre le type multi résistant) est également une priorité » d’après Christine Bellas Cabane.  En effet, les médicaments et les traitements traditionnels ne sont plus adaptés à cette nouvelle forme de tuberculose suivant les explications de ce membre de la CCM. Une orientation vers le lien tuberculose-VIH devrait également être faite de façon systématique.  « Le risque de présence du VIH chez les patients tuberculeux étant élevé comme c’est le cas dans le sens inverse», a-t-elle enchéri. Quoi qu’il en soit, les efforts dans l’éradication de la tuberculose vont bon train grâce aux efforts entrepris par les divers acteurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara12 partages

Rotaract Amontana : Lam’tah au HDA pour la bonne cause

Lam’tah, un chanteur connu dans les registres Reggae-Dancehall sortira de son style habituel pour offrir un spectacle purement acoustique.  Invité par l’association Rotaract Club d’Antananarivo Amontana, l’artiste se produira pour une soirée de levée de fonds à l’Hôtel de l’Avenue à Analakely (HDA)  demain soir. «Ce concert renforcera les actions entreprises par le club en faveur des plus démunis. Plus particulièrement les enfants défavorisés de la Capitale. Nous avons cette fois-ci opté pour Lam’tah puisqu’il est un ami de longue date et familier du club. De plus, cet artiste se porte toujours volontaire quand il s’agit d’une action caritative ou d’événements associatifs» a fait savoir Ruddy Razafindrakoto, président de Rotaract Club Amontana. De son côté, HDA a ouvert ses portes pour la bonne cause. En effet, les bénéfices tirés de la soirée serviront à aider les enfants des familles en difficulté. Lam’tah, originaire de Tuléar s’est fait connaître à travers ses tubes Tso-drano, Chérie Coco, Porera, Minotsiky ou Fonafona. Des morceaux qui l’ont fait parcourir les 6 provinces dans des événements culturels tels que Reggae Finar Festival 1 et 2, festival d’îles métisses à Ste Marie ou Diana Tour (Sambava, Antalaha…). Pour le spectacle proposé au HDA ce vendredi, Lam’tah visitera le blues acoustique, une fusion musicale à découvrir absolument. Le spectacle débutera à 20H.Mahetsaka

Madagascar Tribune11 partages

Tremplin et instrument politique comme finalité

La diversité fait partie des richesses de la Grande ile et devrait être une fierté pour chacun. Malheureusement, à Madagascar, cette diversité des richesses est utilisée et exploitée par certains à des fins personnelles. Du fait de cette diversité, les associations régionales ou plus précisément les associations de natifs de telle ou telle région sont devenues plus des tremplins politiques que des plateformes de mise en valeur de la diversité.

Le fait que les associations de natifs de telle région ou telle région sont maintenant devenues des tremplins et des instruments politiques est justifié par la volonté de nombreux politiciens à en prendre les commandes ou du moins à en être des acteurs incontournables, au-delà de la promotion de cette origine. Ces associations sont devenues très nombreuses ces dernières années dont certains n’ont même pas d’existence légale. En effet, ces associations devraient être enregistrées au ministère de l’Intérieur sous l’ordonnance 60-133 portant régime général des associations. Du moins si celles-ci veulent avoir la capacité juridique comme le dispose l’article 5 de cette loi selon laquelle « Toute association qui voudra obtenir la capacité juridique prévue par l’article 7 ci-dessous devra être déclarée par les soins de ses fondateurs ou de ses administrateurs ou directeurs et rendue publique ». La raison en serait que ces associations ne servent que des intérêts éphémères de politiciens lorsque ceux-ci souhaitent mettre la pression sur les tenants du pouvoir ou sur certains responsables étatiques et administratifs. L’exemple le plus flagrant était sans doute l’apparition d’une association de quelques personnes dénommée « Zanak’i Fianarantsoa » menée par un sénateur en exercice afin de demander la libération d’une femme d’affaire proche du régime originaire elle-même de Fianarantsoa. En parallèle, d’autres originaires de la province Betsileo avaient contesté ces mêmes « Zanak’i Fianarantsoa ». Pourtant, l’utilisation des associations à ce genre de fins est prohibée par la loi précitée. En effet, avec la modification apportée par l’Ordonnance 75-017 du 13 Aout 1975, l’article 4 alinéa 3 de l’ordonnance 60-133 dispose que « Toute association dont les activités constituent une menace pour l’ordre et la sécurité publique, les bonnes mœurs ou pour l’unité nationale est nulle et de nul effet ». A de nombreuses reprises pourtant, certaines associations de natifs ont été utilisées à des fins qui ont menacé l’ordre et la sécurité publique et même porté atteinte à l’unité nationale. D’autre part, il n’est plus rare de voir dans les curriculum vitae de nombreux de nos responsables étatiques, bien mis en avant, leurs appartenances à des associations de ce type. Et ceci pour servir de faire valoir ou comme pour indiquer que sans eux, l’Etat ne pourrait avoir la sympathie de ces régions ou de ces populations. Face à ces détournements à des fins politiques, l’Etat devrait prendre des mesures strictes. Car la diversité est une richesse qui doit être promu, et non exploité à des fins politiques.

Midi Madagasikara11 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 : Le décor est maintenant planté !

L’ambiance aux Jeux Corporatifs reste un des points forts de cette organisation de masse .

Les Jeux Corporatifs d’Antananarivo 2017 du 26 et 27 août s’acheminent petit à petit vers un immense succès. On l’a dit et redit que le cadre enchanteur du complexe sportif de la CNaPS à Vontovorona avait tout pour plaire. Logique donc si chaque société veut être aux premières loges.

Quand des revenants comme Epsilon décide de revenir, c’est qu’il y a sûrement une raison. La première, selon Dany un des responsables du sport au sein de cette société, c’est cette idée d’espérer prendre du plaisir sur des sites 5 étoiles mais aussi le cadre qui se prête volontiers à une sortie récréative.

Journées  non-stop. Et Epsilon n’est pas la seule à se trouver dans ce cas car il y a aussi Telma, Materauto, Value IT, Kraomita, Ambatovy, Out Sourcia, la nouvelle appellation de Value Data, et même Total Madagascar.

Pour rester dans le petit monde des hydrocarbures, Jovenna a aussi fait son engagement de principe auprès de CRO mais ce ne serait plus qu’une question d’heures pour que Vivo Energy ne vienne se mêler à l’emballage final surtout que les inscriptions ne prendront fin que le 24 août à la CNaPS mais pour éviter un embouteillage, CRO a prévu de recevoir toutes les inscriptions pour les 21,22 et 23 août en non stop au bureau de la Ligue de football, à Mahamasina.

Autant le dire, le cap de 30 entités participantes va être facilement atteint si on espère que l’engagement de la Direction Générale du Trésor va faire des émules au sein des ministères. Car de fil en aiguille, sa jumelle des Impôts a fait aussi savoir qu’elle va lui emboîter le pas. On notera cette grande première d’Ambatovy Moramanga qui viendra pour apprendre.

Les règlements. On y ajoutera les fidèles de ce rendez-vous du monde corporatif notamment la CNaPS, Midi Madagasikara, les Brasseries Star, North South Connexion, SICMA qui fut la première à s’acquitter du droit d’engagement, les Ateliers du Capricorne, ARO, Loxea Avis qui est une filiale de SICAM, l’Aviation Civile de Madagascar, JIRAMA, BOA, l’Ordre des Avocats et Institut Pasteur.

Une liste qui va encore s’allonger dans les prochains jours. Et en attendant voici quelques points des règlements dont le plus important est la qualification car tout joueur de moins de 45 ans ne pourra pas se présenter dans sa discipline de prédilection. Pour éviter la présence des mercenaires, tous les participants sont tenus de présenter une liste validée par le responsable du personnel. Toutes les infractions à ces règles entraînent la perte du match.

Sport collectif : Tous les matches se disputent en 2 x 10 mn. Chaque entité a le droit d’aligner une seule équipe au football à 7, au volley-ball mixte avec la présence obligatoire d’une dame sur le terrain, le basket-ball mais aussi le relais 4 x 100 m où la présence d’une dame au second relais est obligatoire.Sport individuel : Les parties de tennis en simple se disputent en 2 x 10mn et chaque société a le droit de présenter 5 dames, 5 hommes de moins de 45 ans et 5 hommes de plus de 45 ans. Chaque entité aura également le droit de présenter cinq équipes en belote et 5 doublettes féminines et 5 autres triplettes masculines en pétanque.

A noter qu’il y a un grand parc pour enfants et que Vontovorona est également doté d’un grand restaurant tout comme un très vaste parking. Bref, tous les nécessaires pour rendre ces deux jours les plus agréables possibles sans parler des coupes et des primes offerts aux deux premiers de chaque discipline.

Clément RABARY

Midi Madagasikara11 partages

Is’Art Galerie : Labdihy, carrefour de la danse contemporaine

Ariry Andriamoratsiresy, initiateur du Ladbihy.

L’événement Labdihy, initié et organisé par Ariry Andriamoratsiresy, se tient actuellement à l’Is’Art Galerie. Roberto Torres, invité d’honneur international, est déjà sur place pour partager ses expériences à ses pairs. Vendredi prochain, le public aura droit à des prestations époustouflantes des danseurs.

Pour sa 7e édition, le Labdihy, un véritable laboratoire de la danse pour les grands noms de ce domaine artistique, voit grand. Rencontres, résidences de création, représentation, c’est une plateforme qui permet aux danseurs et chorégraphes d’échanger et de continuer à explorer et à pousser la recherche à son maximum, grâce aux expériences de chacun. L’événement se tient sur plusieurs sites, au Tahala Rarihasina, à l’Is’Art Galerie, au Craam à Ankatso, au CEG Avaradrova, au lycée Sedera et au Tokotanibe à Ambohimanga. Une quarantaine de danseurs professionnels y participeront dans un événement à deux vitesses. Car si la première phase a déjà commencé à l’Is’Art Galerie, jusqu’au 12 août, la deuxième se fera en octobre prochain. L’événement accueille un invité d’honneur international, Roberto Torres, danseur chorégraphe de la compagnie Nomadà et directeur artistique du Teatro Victoria en Espagne. A l’Is’Art Galerie, pour ce vendredi, le public aura l’honneur de voir le duo Sandy et Poun, suivi d’une pièce de Harivola, puis de Roberto Torres. D’ailleurs, ce dernier donnera une conférence sur la danse contemporaine samedi prochain, suivi de deux prestations de la Compagnie Lova et de la Compagnie Rary.

Octobre. Pour sa deuxième partie, le Labdihy devra attendre le mois d’octobre, mais la programmation est déjà très alléchante. Plusieurs danseurs et chorégraphes malgaches et internationaux feront partie de cette aventure : le danseur chorégraphe de la compagnie Danse Cité de Maurice, Jean Renat Anamah, Ginaud Nicolas Clarice, danseur de la compagnie SR Dance de Maurice, Chris Babingui, danseur et chorégraphe et chargé de la programmation du Mbongui Square Festival du Congo Brazzaville, San Francisco et Maria Tembe, danseuse interprète de la compagnie Culturarte du Mozambique.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara11 partages

Peuples autochtones : 5% de la population mondiale

Les Sioux et leur histoire, un exemple poignant de peuple autochtone luttant pour ses droits.

Cela fait dix ans hier que la déclaration des Nations unies sur les Droits des peuples autochtones a été proclamée officiellement. Marginalisés dans la représentation collective comme dans la pratique, les peuples autochtones en mélioratif, et indigènes en péjoratif, sont pourtant présents dans 90 pays et représentent 370 millions d’individus, soit environ 5% de la population du globe.

D’un point de vue législatif et social, cette déclaration forte aujourd’hui d’une décennie, demeure l’instrument international le plus reconnu concernant les droits fondamentaux des peuples autochtones. Elle définit les normes universellement acceptées pour respecter un tant soit peu la dignité humaine et la survie des peuples autochtones, ainsi qu’à leur bien-être et un meilleur vivre ensemble avec les communautés voisines ou d’intégration. Le texte stipule que ces peuples autochtones jouissent, en principe, de tous les droits et liberté inclus dans la Déclaration universelle des droits de l’Homme.  Pourtant dans la réalité, le combat de ces peuples autochtones pour la reconnaissance de leurs droits et de leurs libertés est loin d’être gagné! Mais quand tout reste à faire, tout est possible.

Recueillis par Luz R.R

Tia Tanindranaza10 partages

Ladoany any ToamasinaRaikitra ny lavanty

Nanazava ny fisian’ity lavanty hatao eo anivon’ny fandin-tseranana Toamasina ny lefitry ny “receveur”, Rtoa Andrianafero Yolande, sy ny vadintany misahana ny fanaovana ny lavanty,

 Me Randrianivomanana Hambinintsoa. Manomboka ny alarobia 16 aogositra izao izany lavanty izany ary mifarana ny 18 aogositra, izay fotoana hahafahan’ireo te-handray anjara mijery ny entana sy manao ny tolotra miafina anaty valopy aorian’izay, raha ny fanazavana. Miisa 66 ny “lots” sisa hatao lavanty eo anivon’ny orinasa MICTSL sy ny orinasa SMMC mandritra izany, raha efa nalain’ny tompony ny 05 tamin’izany. Ny sabotsy 19 aogositra no hanaovana ny fanokafana ireo valopy rehetra voaray, izay hiarahan’ny vadintany, ny mpiasan’ny fadin-tseranana, ny solon-tenan’ny mpanao lavanty, ary ny Bianco mpanara-maso ny resaka kolikoly, ka manomboka ny alatsinainy 21 aogositra kosa no hahafahan’ireo nahazo ny entana maka ny entany, aorian’ny fandoavana ny volam-panjakana eny amin’ny banky sy ny 14% amboniny ho an’ny vadintany. Raha jerena ny lisitra miisa 66 hamidin’ny fadin-tseranana ho an’izay mahasahy ambony indrindra izao, dia mitentina 20.000 ariary ny entana mora indrindra amin’izany, raha 60 tapitrisa ny ambony indrindra. Hahitana fiara mitentina 1.000.000 ariary, izay fiara Honda Jazz, nefa efa eo koa ireo 2.000.000 ariary fiara Golf ary ny 5.000.000, ariary fiara “CAR Porche Boxter”…

 

Rakoutou

 

Midi Madagasikara10 partages

ONU – COI : Renforcement de la paix dans l’Océan Indien

Un atelier sur le renforcement de la paix et de la sécurité dans la zone Océan Indien s’est tenu mardi dernier à Ebène, à l’île Maurice. Un atelier organisé conjointement par le Département des Affaires politiques des Nations Unies et la Commission de l’Océan Indien. Dans son discours d’ouverture, Hamada Madi, Secrétaire général de la COI a rappelé que « l’océan Indien constitue aujourd’hui un immense potentiel de croissance et de développement mais qu’il est aussi un espace instable, difficile à protéger et exposé à de multiples menaces ». De son côté, le Directeur adjoint du Département Afrique 1 des Nations Unies, Samba Sane a souligné que la prévention des conflits est la priorité des Nations Unies. Il a ainsi exhorté tout un chacun à rééquilibrer l’approche dans le sens de la paix et de la sécurité et de briser le cycle des interventions trop tardives. Cet atelier a permis aux participants d’instaurer un partenariat visant au renforcement par les Nations Unies de la capacité de la COI à agir pour la promotion et la consolidation de la paix, de la sécurité et du développement durable. La diplomatie préventive et la médiation, la lutte contre le trafic de drogue et le crime transfrontalier, la sécurité maritime et la piraterie, la prévention et la lutte contre le terrorisme, le soutien aux élections et la promotion du rôle des femmes. Ce sont entre autres, les priorités affichées. Ce partenariat sera soumis à l’aval des Etats  membres de la COI et du Secrétaire général des Nations Unies et sera signé par les deux organisations dans les jours qui viennent.

Davis R

L'express de Madagascar9 partages

Hécatombe d’Ankazobe – Une brigade d’enquêteurs mobilisée

Le propriétaire du Boeing qui s’est renversé a été enquêté à sa sortie d’hôpital. Le bus ne lui appartenait pas encore lorsque le contrôle technique a expiré en 2015.Tournant  de l ’ enquête sur l’embardée d’un b u s à é t a g e , ayant fait vingt-et-un mort et cent dix-huit blessés à Ankazobe, le 2 août aux petites heures. Dépêchée à Soavinandriana pour procé- der aux auditions, une brigade d’enquêteurs de la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale d’ Ankazobe, saisie de l’affaire, est toujours sur place. Diacre au sein de l’Église de Jésus Christ à Madagascar dans la ville de Soavinan- driana, le propriétaire du mastodonte accidenté et qui, de surcroît, était au volant avant que le pire ne se produise a été interrogé par les gendarmes. Sérieusement touché à la poitrine après la tragique sortie de la Mercedes Neoplan, dont il était le chauffeur au moment des faits, il a repris du poil de la bête après quelques jours de mise en observation médicale.« Ce diacre de la FJKM Soavinandriana venait de faire acquisition du bus lorsque l’accident s’est produit. Il en est devenu propriétaire depuis à peine quelques mois », lâche le pasteur Andriambololona Ravokatra, pasteur de la FJKM Amboankazo dans le synode de Soavinandriana. Membre du comité central des jeunes chrétiens (STK) de Madagascar, son épouse, également pasteur, était pié- gée avec leurs deux enfants dans les entrailles de l’auto- bus, lorsque le périple à Mahajanga des membres du STK et des scouts du synode a viré à l’hécatombe. La décla-ration de l’homme d’église sonne comme un coup de massue qui s’abat sur le colo- nel Gélin Ranedison, chef des centres de visite tech- nique d’Antananarivo, qui, dans une conférence de presse qu’il a donnée vendredi, a signifié que la dernière visite technique enregistrée du véhicule impliqué dans l ’ a c c i d e n t re m o n t e a u 2 9 o c t o b r e 2 0 1 4 , p o u r expirer le 28 février 2015.MécénatsD’après les explications du pasteur Ravokatra, le dia- cre, sur qui de lourdes incri- minations sont portées, n’était donc pas encore propriétaire de la Mercedes lorsque le contrôle technique a expiré

Lire aussi :  Hécatombe à Ankazobe - Des détails scellent les identifications

en 2015. L’étau peut, par

contre, se resserrer autour des anciennes propriétaires. Candidat malheureux aux dernières législatives à Soavinandriana, le diacre cloué au pilori est connu pour ses mécénats. «Il sest proposé de conduire l e s f i dèles à Mahajanga sans en tirer né fice. De toutes les personnes qui étaient du voyage, seul le quart a payé. Mais encore, ce n’était qu une participation aux carburant. Pour rejoindre en taxi-brousse la ville des Fleurs depuis Ampefy, il faut prévoir au moins 70 000 ariary. La participation au financement du voyage s’élevait, par ailleurs, autour des 40 000 ariary pour l’aller-retour», se défend le pasteur.

Trahi par sa dévotion, le propriétaire du bus à étage t o u t e f o i s c o m m i s u n e infraction en embarquant cent trente neuf passagers, soit soixante personnes de trop par rapport aux soixante- dix-neuf places assises auto- risées dans la carte grise.

Des signes avant-cou- reurs sont apparus avant que le drame ne survienne à Sambaina Ankazobe. Avant de poursuivre sa route sur la RN 4, le géant de routes a fait un arrêt à Imerintsiatosika puis à Anosibe, pour véri- fier le circuit d’échappement ainsi que le système d’air qui actionne les freins mais un problème persistant a eu raison de lui au point kilo- métrique 72.

Andry Manase

 

 

L'express de Madagascar9 partages

Omeo olona manana toetra masina aho

Mahalasa adala ny fivavahana raha atao lahasa sy «latasy». Indrindra raha raisina ara-bakiteny avokoa izay voasoratra anatin’ny boky lazaina fa masina. Mainka koa raha ekena anjambany izay rehetra lazain’ny mpitondra fivavahana.Ankatoavy aho, hasino aho, tompoy aho. Araho fotsiny ny teniko ary vonoy ny feon’ny fieritreretanao. Avelao ny fianakavianao ary arosoy ho ahy ny fanananao. Mampatahotra ahy ny olona sahy misavika tahaka izany ny sain’ny hafa. Ary mampanahy ahy ny olona mandrorona ny maha olona azy ka mitovy amin’ny omby : atao havia, dia havia ; alefa havanana, dia havanana.Nalaza tato ho ato ny mpitondra «fivavahana» sasany : ny iray hoe hamono tena sy etsetra rehefa avy namabo zaza amam-behivavy malemy saina ; ny faharoa hoe hilatsaka Filohan’ny Repoblika hono.Misy koa aza mangataka an’i Mompera Pedro hilatsaka ho fidiana : nahavita be tokoa ho an’ny tsy manan-kialofana ny tenany, saingy anjarany ve anefa no hitantana firenena   Vao haingana no nodimandry Frère Fazio, nitaiza tanora maro tamin’ny fanatanjahantena :Saint-Michel Amparibe (1960-1985), Saint-François Xavier Fianarantsoa (1985-2000) ary mpanorina ny FIMPIVA misahana ny fiverenana any ambanivohitra hifototra amin’ny fambolena sy fiompiana. Jezoita isan’ny nampianatra ahy tao amin’nySaint-Michel raha i Frère Fazio saingy tsy ho alehan’ny lohako mihitsy ny hiantso azy hitondra Fanjakana.Tokony tsy hafangaro ny fivavahana, izay safidin’ny tsirairay, sy ny raharaham-panjakana fandaminana firenena manontolo. Alaina ho ohatra sy hifampitaizana ny toetra mendrika asehon’ny tena misionera tahaka an-dry Pedro sy Fazio ary ireo marobe nahafoy ny ainy ho an’ny Tany tsy azy akory : fahafoizan-tena, fanetren-tena, fikatsahana ny soa iombonana, fitsinjovana ny mananon-tena sy ny kamboty, fitiavana sy firaisankina. Fa aoka tsy izy tenany no ho atao sary vongana hiankohofana.Matoa olona marobe no mifikitra amin’ny fiangonana zandriny etsy sy eroa, ny sekta isan-karazany ary ny mpaminany sandoka maniry ohatra ny anana, dia efa alohalikamila handifotra azy ny fahasahiranana syfamoizam-po.Ny fanabeazana azoko sy ny fianarana nodiaviko, ny boky rehetra nivahinianako maneran-tany sady nitetezako nyTantara nodiasan’ny zanak’olombelona, no ahasahiako miteny fa na hivavakamarain-tsy hariva, eny tontolo andro aza mandavataona, tsy ho izany no hiarenan’ity Nosy ity. Mila mpitondra manana toetra «masina», araka izay efa voatanisa etsy ambony : tsy tia tena, tsy tia kely, tsy mangalatra vatosoa sy andramena, tsy manodinkodina ny volam-bahoaka, tsy mivarotra tanindrazana ary mitsinjo izay lova ho avela ho an’ny taranaka handimby. Mila mpitondra manana toetra «masina» fa tsy «olo-masina» ho atao andriamanitra kely hanao izay danin’ny kibony.

Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar8 partages

Somarôho – Wawa est la fierté des Nosybéens

L’île aux parfums a vibré aux rythmes du Sômaroho. Pour sa grande finale, le festival initié par Wawa, a assuré un « Show » tonitruant.

Deux jours de voyage, sublimé par les paysages de la RN6 menant vers Antsiranana avant de rejoindre le port d’Ankify pour se retrouver finalement à Nosy Be, après un court trajet en vedette rapide. C’est ce que l’on a entrepris avant de pouvoir festoyer et jouir des festivi- tés du festival Sômaroho, en s’imprégnant du folklore et de l’accueil chaleureux de la population locale. S’affirmant comme étant d’envergure internationale, le festival Sômaroho, initié par Wawa, en collaboration avec Telma, qui en était à sa 4e édition, s’est clôturé dimanche dans le, désormais, mythique Stade Ambodivoanio. À l’occasion, c’est une affiche exception- nelle tout à l’honneur de la culture nordiste de l’île, mais également en ode avec cette musique folklorique qu’est le Salegy, qui a enjoué le public venu en masse. Le temps d’un concert inédit, voire des plus exclusifs, le Roi et le Prince du Salegy se sont ainsi partagé le trône pour le plus grand plaisir des yeux et des oreilles des fêtards de l’île.

Une véritable liesse populaire, ou plus précisément une marée humaine, est ainsi venue assister à cette rencon- tre spectaculaire, le temps d’une soirée qui s’annonçait, d’entrée, comme interminable.

« Un passage de flambeau »

C’est en famille, et au grand complet, que le groupe Jaojoby est venu ouvrir le bal de ce dernier jour du festival Sômaroho. Jaojoby ne tarde pas à conquérir son auditoire comme à ses débuts. Le Roi du Salegy est comme un pois- son dans l’eau sur la scène du Sômaroho. À partir de 21 h, c’est durant plus d’une heure de prestation, il enchaîna les uns après les autres ses plus grands tubes. Jaojoby jouit alors d’une nouvelle jeunesse, accompagnant aussi bien ses danseuses qu’en officiant comme chef d’orchestre pour ses musiciens. De « Arô male- milemy » à « Somaiko somain a o » , en passant par« Mangalà vaivy », Jaojoby fait continuellement grimper la température au sein du Stade Ambodivoanio. « C’est un grand plaisir pour moi que dêtre parmi vous ce soir, cette

scène reflète pour moi tout ce

qui fait que Nosy Be est un endroit où il fait bon à vivre. Je suis fier de ce que Wawa a entrepris dans ce sens, ce festival quil a initié se doit dêtre perpétué et dêtre soutenu comme il se doit », confie Jaojoby, face au public. Au détour d’une phrase, le jeune Wawa, au parcours, d’ores et déjà, émérite sur la scène natio- nale et internationale, s’est ainsi vu être adoubé par le Roi du Salegy en personne. DJ Mourchidy qui offi- ciait comme maître de céré- monie harangue la foule. DJ Mourchidy de scander alors sur scène : « Désormais, nous allons laisser la place à la fête, la grande fête et, pour cela, nous sollicitons votre contribution à tous. Tel Moïse en son temps, on va ensemble créer un passage au milieu de cette marée humaine pour que Wawa puisse y faire son entrée depuis le portail du stade ». La foule se scinde alors en deux. Tel le Pape sur sa « Papa mobile », Wawa entame son entrée en longeant le stade jusqu’à la scène, saluant toute la population de Nosy Be qu’il a ameutée sur place.

Connu pour ne jamais faire dans la démesure, Wawa s’est vu proclamer, de façon officieuse, artiste d’envergure internationale au début de sa prestation. Recevant alors une coupe symbolique de la part des autorités étatiques présentes, représentées par Mbola Rajaonah confirmant son nouveau statut artistique. « La grande fierté de Nosy Be », c’est ainsi que Wawa s’est ainsi redécouvert.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

 

News Mada4 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fipasohan-damba maloto

Tsy izay pasoka akory no hampamirapiratra ny akanjo efa tokony ho sasana. Na voalaza aza fa mahay mahandro izay manan-tsira na koa ny hatsaran’ny fihaingoana noho ny fitafiana akanjo vao tsy rava pasoka dia na ny sira na ny pasoka dia samy fanampiny fotsiny. Famaranana ny fomba entina hahalavorary ny sakafo raha sira no resahina ary ny akanjo fitafy vokatry ny pasoka.

Samy kojakoja fanampin’ny fikarakaran-javatra izy ireo izany hoe fomba entina ambonin’ny fikirakirana sy fanomanana ho tanterahina na efa nefaina mihitsy aza. Matetika anefa ireo fanampin’ny fanaovan’asa ireo no ifamonjen’ny tomponandraikitra aderadera amin’ny mponina, entiny anakonana ny fototry ny tena andraikitra izay nodinganiny fotsiny fa tsy notanterahiny. Izany hoe mijejojejo fotsiny ny anao lahy ka tsy mipasoka ny efa malama fa mipasoka ny mbola maloto.

Tsy hita heverina ho moramora ny famerenana ny filaminana sy fandriampahalemana eny amin’ny làlana mampifandray vohitra. Na arabe midadasika na làlan-kely mikitaontaona dia samy tsy mampandry saina ny mpitety azy amin’ny fitaingenana fiara. Misy karazana loza izay azo sorohana ny maro aminy nefa mandondona amin’ny mpitaingina na fiara kely manokana izany na fiarabe fitaterana ikambanana. Eo ny loza mitatao ateraky ny fahazoan’ireo mpanakan-dàlana bahana ka anaovany an’izao herisetra rehetra tsy hain’ny mpitandro filaminana tohanana. Eo ihany koa ireo fiara “loza mananika ny arabe” tsy tsara kojakoja manara-penitra. Eo daholo izany, fa ny toe-tsain’ny tsirairay eo amin’ny mpamily fiara no matetika mitarika fitrangan-doza. Samy tsy ampy fitandremana, na ireo mihevitra ho azy mpanjakan’ny familiana fiara na ireny sahisahy ireny nefa resin’ny tsy fahampian-torimaso na difotry ny fahavokisana toaka sy zava-mahadomelina samy hafa. Eran-tany ny pôlisy miantoka ny filaminan’ny fifamoivoizana no mitandro ny tsy fandinganana ny fepetra. Ny fitaovan’izy ireo anefa tsy ampy, ny toe-tsaina koa angamba tsy mifantoka amin’izany fitandrovana izany. Rehefa mitranga anefa ny loza, indreny tazana sy heno ireo kalazalahy milaza azy ho tompon’andraikitra an-tampony, tonga hitondra fanafody. Inona akory ! Manisy sira ny efa mangeroka sy mipasoka ny efa maloto. Tsy miova fa fisotroana kapoaka mangidy sira sy fitafiana gony efa tonta no tohizan’ny mponina ihafihafiana.

Léo Raz

 

Madagate2 partages

Iavoloha. Il y a 26 ans, un massacre : devoir de mémoire

10 août 1991:26 ans déjà, après le massacre par le Resep (Régiment chargé de la sécurité présidentielle) de centaines de personnes faisant partie des marcheurs de la Liberté qui ont fait le trajet entre la capitale et le palais présidentiel de Iavoloha soit 12 km. Ils étaient un peu moins d’un million à répondre à l’appel des Forces vives ("Hery Velona") Rasalama. Le mot d’ordre: forcer l’amiral à quitter le pouvoir. Cela s’est terminé par un bain de sang. Le professeur Zafy Albert figure parmi les blessés puisqu’il a reçu un éclat de grenade au poignet. La marche pacifique ne constituait pas un danger puisque la tête du cortège se trouvait à plusieurs kilomètres de l’entrée du palais.

L’hélicoptère présidentiel a fait le plus de victimes en lançant des grenades offensives sur les manifestants. Le président Didier Ratsiraka en personne dirigeait les opérations sous son nom de code Masoandro (Soleil). Il a donné l’ordre de tirer dans les jambes.Tout cela est audible dans la vidéo ci-dessus.

Des éléments de l’ethnie antandroy ont également appuyé le Resep, en utilisant des frondes. Depuis plus d’un quart de siècle, le 10 août est passé dans la trappe de l’oubli. Cependant, au nom du devoir de mémoire, il faut rétablir la vérité historique surtout que quelques protagonistes sont encore en vie.

Jean-Jack et Jeannot Ramambazafy – 10 août 2017

News Mada2 partages

Addis-Abeba : rencontre Ahmad-Tehindrazanarivelo

Deux personnalités bien connues dans le cercle sociopolitique dans le pays mais qui, désormais, assurent des fonctions plus stratégiques à Addis-Abeba, se sont rencontrées dans la capitale éthiopienne lundi dernier. Il s’agit de l’ambassadeur et représentant permanent auprès de l’Union Africaine, Alain Tehindrazanarivelo, et le Président de la Confédération africaine de Football (CAF),  Ahmad.

Selon les informations recueillies, les deux personnalités, tous deux originaires de la province de Mahajanga, et qui seront amenés à se côtoyer plus souvent, n’ont  pas manqué d’évoquer leur contribution au développement du pays dans leur poste respectif. L’ambassade de Madagascar en Ethiopie joue en effet un rôle crucial dans le renforcement de la coopération entre les deux pays. D’autant que la capitale africaine figure parmi l’un des moteurs du continent en matière de croissance économique et d’infrastructure. Mais c’est dans le domaine du transport aérien que les deux pays ont développé leur coopération, ces derniers temps.  Le Président de la CAF, qui dispose d’une lourde responsabilité au niveau continental, pourra quant à lui, apporter un plus dans le domaine sportif à Madagascar.

J.P

 

News Mada2 partages

Somaroho : grogne des artistes locaux

La quatrième édition du festival Somaroho est bien terminée, dimanche dernier. A chaque spectacle, le stade d’Ambodivoanio était toujours comble. C’était un franc succès. En revanche, certains artistes locaux invités se plaignent de l’organisation du festival. Rossy, le secrétaire général du syndicat des artistes, a annoncé, sur sa page officielle, que les artistes malgaches n’étaient pas bien accueillis à Nosy Be.

En effet, les organisateurs ont fait appel à plusieurs artistes internationaux, cette année qui, d’après les commentaires,  sont traités différemment  que les locaux.  «Nous avons, peut-être, reçu nos cachets, cependant, le problème réside dans l’hébergement, la restauration et le transport », a annoncé Ejema. D’autres ont souligné que  «Ce n’est pas la première fois qu’une certaine grogne des artistes se fait entendre  en matière d’organisation de festivals de ce genre. Pourquoi inviter des groupes qui viennent d’autres régions si l’on ne peut pas s’en occuper ? ».

La femme de Wawa, l’une des organisateurs, s’est rapidement rattrapée. Elle a ainsi appelé l’artiste pour régler tout  malentendu.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar2 partages

Réforme foncière – Des résultats satisfaisants grâce à la décentralisation

Pas à pas. La lettre de politique foncière (LPF) 2015-2030 incluant des stratégies de réforme foncière, arrive petit à petit à résoudre certaines situations foncières difficiles. À analyser en effet les dires d’ André Teyssier, Jorge Munoz et Anna Wellenstein, trois experts fonciers de la Banque mondiale,  descendus dans la commune d’Andriambilany, district d’Ambatolampy, dans la region du Vakinan­karatra, il y a quelques jours, Madagascar a fait des progrès dans la résolution des problèmes fonciers. Cette commune pilote une réforme foncière.Après avoir identifié dix sept mille parcelles non titrées, la commune a délivré deux mille huit cents certificats fonciers en l’espace de deux mois. « Plusieurs pays africains s’intéressent déjà à la réforme foncière malgache car elle répond à des questions difficiles et propose des solutions techniques et juridiques fiables et accessibles. De nombreux pays peuvent s’inspirer de l’exemple malgache », peut-on résumer leurs remarques après leurs constats de visu.Ces experts ont alors félicité particulièrement la réforme foncière axée sur la décentralisation décrite dans la lettre de politique foncière et mise en œuvre par le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) depuis 2015.PalpablesL’une des grandes lignes de la LPF est de concrétiser la réconciliation des Malgaches avec leur terre, dont 65%  tirent leurs revenus des exploitations de leurs terres agricoles. « La réussite  de la Politique de réforme foncière tient également au fait qu’elle se fait de façon intégrée avec notamment  une synergie avec les objectifs à long terme de la politique urbaine et du Plan local d’occupation foncière (PLOF) bien défini », indique pour sa part le M2PATE. « Il est prévu de sécuriser au moins cinq cent mille parcelles en 5 ans dans cent quatre vingt communes,  soit plus de cent mille certificats délivrés par an, un chiffre sans précédent dans l’histoire de la gestion foncière à Mada­gascar », indique encore le ministère. 14 825 demandes de titres sur une superficie de 64 045 ha seront traitées cette année dans le cadre du programme PROJER (Projet des Jeunes Entrepreneurs Ruraux) dans la région du Bongolava.M.I

14 792 mutations par décès ont été transcrites auprès des Services fonciers repartis dans tout le pays, entre janvier 2016 et juin 2017. Cette mesure incitative a encouragé plusieurs foyers malgaches à régulariser les titres fonciers de leurs héritages. Les Opérations domaniales concertées (ODOC), des procédures collectives simplifiées et à moindre coût, ont permis à la population à faible revenu, urbaine et rurale de régulariser rapidement des occupations foncières.Une appropriation nationale par toutes parties prenantes est primordiale à la réussite de la politique foncière, si bien qu’actuellement des ateliers se tiennent  dans les régions pour recueillir les propositions des acteurs locaux et parties prenantes en vue d’élaborer un Document stratégique pour la mise en œuvre de la Gestion foncière décentralisée.

News Mada1 partages

Andavamamba : norobain’ny jiolahy nitondra basy ny mpandeha taxi-be rehetra

Amin’ny 9 ora maraina, tsy tahotra tsy henatra ireo jiolahy niditra tanaty taxi-be iray teny Andavamamba ary namoaka basy nandrahona ny mpandeha rehetra, ny talata teo. Lasibatra ny mpandeha rehetra…

Nihorohoro ny mpandeha rehetra nanoloana izany, ireo jiolahy tsy taitra amin’ny basy eny am-pelatanany. Araka ny fanazavana, manao andiany efatra ireo jiolahy. Nanararaotra tao anaty fitohanan’ny fiara izy ireo, ary niditra tsiroaroa tao anaty taxi-be.

Voaroba avokoa ny mpandeha rehetra, lasibatra ny finday sy ny vola tany amin’izy ireo. “Toy ireny mitaty rakitra ireny ireo jiolahy nanangona ny finday sy ny volan’ny mpandeha”, hoy ny tovovavy iray anisan’ireo mpandeha tao anaty taxi-be.

Rehefa vita izay, niala moramora toy ireny tsy nisy na inona na inona ireny ireo jiolahy. Tsy nisy sahy nanakana, na niantsoantso, nitazam-potsiny hatramin’ny ny resevera noho ny tahotra. Efa lasa ela ny olon-dratsy vao samy nahaloa-peo sy nimenomenona. Fantatra fa efa nisy ny fitarainana teny anivon’ny mpitandro filaminana.

Tranga efa mpiseho matetika ity fandrobana anaty taxi-be ity. Teo aloha, amin’ny alina no tena lasibatra ireo taxi-be, ary ireo miasa eny Ampefiloha sy Andavamamba iny hatrany ny itrangan’izany. Efa maro ny fitarainana tamin’izany, saingy hatreto aloha, tsy mbola nisy tratra ireo jiolahy.

Fampitandremana sy fanentanana anaty tambajotra sosialy no hany herin’ny olona amin’ny tranga toy izao. Mandry an-driran’antsy, ary efa toy ireny any amin’ny tany tsy misy mpitandro filaminana sy lalàna ireny intsony ny eto an-tanàna. Fanafihana andro antoandrobe, anaty taxi-be feno olona, sns. Aiza no iainan’ny rehetra? Mety hilaza ny mpitandro filaminana fa tsy ho arany avokoa izany!

Yves S.

News Mada1 partages

Us et coutumes : il faut cultiver son jardin

Heureux sont ceux qui ont un vague cousin à la campagne, lequel cousin étant riche de quelques arpents de rizières. Pour les moins chanceux, qui voient le prix des légumes et des fruits augmenter plus vite encore que le prix du riz, il y a peut-être une solution aux lamentations : planter quelques légumes pour son «lasary» quotidien et un ou deux arbres fruitiers. Les goyaviers de Chine poussent comme de la mauvaise herbe et font un excellent complément à un repas souvent trop fade. Nous ne sommes pas au Vanuatu, adorons reboiser et sommes encore quelques-uns à pouvoir retrousser nos manches. Plantons, au moins de quoi agrémenter les repas de nos enfants.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fanomanana ny fidiran’ny mpianatraVelon-taraina hatramin’ireo sekoly

Misedra olana tanteraka ireo tompona sekoly tsy miankina eto amintsika amin’izao fotoana izao manoloana ny fanomanana ny fidiran’ny mpianatra, indrindra fa ny fanavaozana sy fikarakarana ireo karazana kojakoja rehetra ilaina.

 

 An-tapitrisany no vola lany amin’izany, raha araka ny fanadihadiana natao, indrindra fa ho an’ireo sekoly mandray ankizy garabola ka hatramin’ny kilasy famaranana. Ho an’ireo sekoly tsy maintsy  mametaka sary kely amin’ny rindrina mba hamalifaliana ny mpianatra ohatra dia 30.000 Ar  ny nanamboatra ny sary iray amin’izany miampy ny fandokoana. 12.000 Ar ihany koa anefa ny mora indrindra amin’ny boatin-kodo ankoatra ny loko any anaty trano... Ho an’ny dabilio manokana raha araka ny fanadihadiana natao teo anivon’ny Lycée Privée Nomentsoa izay vao nanitatra ny ambaindahiny eny  Ambatomaro sy Ambohidrazaka Alasora dia efa mahatratra 20.000 Ar ny mampanamboatra ireo karazany tsotsotra amin’izany izay ilana 30 isa isaky ny efitranon-tsekoly raha kely raha mahatratra 15 eo ho eo kosa ireo simba tsy maintsy ilam-panamboarana isan-taona. Na izany aza anefa dia tsy nanondrotra saram-pianarana izy ireo, raha araka ny fanazavan’ny dokotera Rakotondratrema Sophie, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny sekoly nefa mitsabo maimaim-poana ny mpianatra raha sanatria ka marary tampoka any am-pianarana izy ireny.

Pati

L'express de Madagascar1 partages

La tuberculose multirésistante commence à apparaître

À très faible pourcentage, la tuberculose multi- résistante commence à se développer à Madagascar, selon Christine Bellas Cabane, membre de l’Instance de coordination nationale de subvention du Fonds mon- dial (CCM) et conseillère régionale Santé de l’océan indien de l’ambassade de France. « Beaucoup de pays développés en sont touchés car il ne s’agit pas d’un problème financier. Les bacilles s’habi- tuent et se transforment géné- tiquement pour pouvoir résister aux antibiotiques, et c’est ce qui est compliqué », affirme t-elle. Elle a été décorée Chevalier de l’ordre de mérite par l’État malgache à travers le ministère de la Santé publique, hier à l ‘ hôtel Colbert Antaninarenina. Elle a travaillé dans le domaine de la santé depuis cinq ans et partira bientôt vers d’au- tre pays. Elle a occupé une place dans l’élaboration du programme de lutte contre la tuberculose. D’après elle, même si ce phénomène n’est pas intensif à Madagascar, il faut faire attention car le traitement n’est pas bien suivi et les antibiotiques cir- culent. Le dépistage et les médicaments antitubercu- leux sont pris en charge par le Fonds mondial. D’ailleurs une tranche de financement de 112 millions de dollars a été octroyée par le Fonds mondial afin de mettre en place un programme contre le paludisme, le VIH/SIDA et la tuberculose.

Renforcement« La programmation de la lutte par le CCM a été acceptée. Il faut qu’il affine par le Fonds mondial. Il va y avoir ce problème de bien choisir le traite- m e n t e n f o n c t i o n d e l a recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et veiller à ce qu’il y ait de l’équité au niveau des femmes, et des hommes. Que les personnes dému- nies puissent être dépistées et traitées. Il n’est pas seulement question de soin mais surtout de prévention », souligne-t-elle. C’est en résolvant les problè-mes globaux, nutritionnels ou environnementaux, qu’on arrive à éradiquer la tuber-culose, a-t-elle ajouté.Un faible accès au soin de santé est enregistré à Madagascar, d’après Christine Bellas Cabane. Le renforce- ment du système de santé se porte sur trois axes dont la santé communautaire, la gestion des approvisionnements et la remontée desinformations. Sur cette der- nière, elle a souligné forte- ment le troisième axe. « On souffre d’exactitude de don- nées et de statistiques, de mau- vais recueil. Après les gens ne vont pas consulter, les struc- tures de santé ne sont pas cor- rectement organisées, C’est pareil dans les hôpitaux. On manque de réelles données de statistiques, c’est très impor- tant pour évaluer le fonction- nement », explique t-elle.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Ambatomaro – Tollé contre la coupure d’eau

Les habitants du quartier d’Ambatomaro ont manifesté contre une coupure d’eau persistante, mardi soir. L’approvisionnement ne s’est pas rétabli.

a fin de l’après- midi de mardi a été mouvementée du c ô t é d’Ambatomaro. Les habitants ont manifesté dans la rue, pour tirer la son- nette d’alarme concernant la coupure de l’approvisionnement en eau. Ils ont brûlé des pneus dans un croise- ment menant vers le hameau d’Antsobolo, vers 17 h 30, selon le rapport du commissariat de police du troisième arrondissement, hier.La coupe est pleine. « Cela fait une semaine. Lundi, aucune goutte d’eau n’est sortie du robinet », s’est plaint Niaina Randria-manarivo, une mère de famille habitant à Mahazo, un quartier voisin d’Ambatomaro dont les habitants rencontrent, également, le même problème.Des ménages ont contraints de limiter leur consommation en eau au strict minimum. « La toilette se réduit au brossage des dents, au nettoyage du visage et des parties intimes », témoigne une autre mère de famille. Les uns se procurent d’eau en bouteille, pour préparer leurs repas. Les autres se déplacent jusqu’à des kilo- mètres de chez-eux pour remplir leurs bidons.Une panne technique a engendré ce problème d’approvisionnement, explique Feno Randrianarisoa, respon- sable de la Communication au sein de la Jirama. « Un groupe électro-pompe à Mandroseza est tombé en panne, depuis dimanche. Il distribue l’eau dans la partie Est, Centre et Sud d’ Antananarivo », indique-t-il.Panne techniqueLes quartiers d’Antsobolo Antsahameva, Ankatso, Ankadindramamy,  Mahazo, Ambohimangakely, Mahalavolona, Bongatsara, Antaninarenina,  Ambatovinaky, Andravoahangy  Ambony sont les victimes de cette panne. Feno Randrianarisoa refuse de qualifier ce pro- blème de « coupure d’eau ».« C’est une perturbation d’approvisionnement et non une coupure. Elle ne touche pas la totalité des quartiers », tient-il à préciser. Il souligne, égale- ment, qu’il n’y a pas de risque d’approvisionnement en eau, malgré la sécheresse qui épuise les réserves d’eau.

Le ravitaillement en eau a repris, hier matin, du côté de Mahazo et Ambatomaro. Des chefs de ménage se sont réveillés vers 2 heures. Quelques-uns sont rentrés bredouilles, car la coupure a vite repris. Un camion de la société Jirama a été dépêché dans l’Est d’Antananarivo, hier, pour transporter de l’eau.

Hausse du volume d’eau consommé

Incompréhensible. Des clients de la Jirama Ambohitrarahaba. Elle n’est pas la seule vic- se plaignent quant à l’augmentation incom- time de cette étrange hausse. Du côté préhensible du volume d’eau consommé, d’Ankadifotsy, d’Ambaranjana, de Mahazo indiqué dans leur facture. « En deux mois ou encore de Mahamasina, des familles s’en successifs, notre consommation a augmenté. plaignent. Ces ménages devront payer au En juin, le volume d’eau consommé indiqué moins 50% de plus que leur consommation était de 25m3. En juillet, il était de 23m3. habituelle. Le responsable de la communi- D’habitude, il est aux environs de 13 à 16m3. cation de la Jirama invite les victimes à pré- C’est comme si nous utilisons une piscine », senter les trois factures des trois derniers souligne une mère de famille habitant à   mois dans les agences, pour trouver la faille.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara1 partages

Manifestation des Forces de changement : Demande déposée auprès de la CUA

Les forces de changement persistent et signent qu’elles ont l’intention de tenir une manifestation. Un des leaders influents de cette plateforme, Ratolojanahary Maharavo, dit Doudou, a notamment déclaré qu’une demande d’autorisation a été déposée auprès de la commune urbaine d’Antananarivo dans ce sens. Par la suite, une demande préalable sera déposée à la Préfecture de police d’Antananarivo. Doudou a tenu d’ailleurs à souligner que « nous sommes dans notre droit, le peuple est dans son droit ». Et d’enchainer que le dernier mot appartient soit au tribunal administratif, soit au conseil d’Etat.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar1 partages

Pétanque – Masters – Christian « Nanou » Andrianiaina revient pour la cinquième étape

La semaine dernière, la triplette malgache était composée de Hery Razafima­hatratra, Luc Rahaingoson et Tojo « Cobra » Rahasintsoa, lors de la quatrième étape des Masters de pétanque, en France. Absent lors de cette échéance, Christian « Nanou » Andrianiaina revient ce jeudi, à l’occasion du cinquième rendez-vous de la tournée 2017, qui se tient dans la ville de Tignes.Il évoluera en compagnie de Hery et Cobra. Espérons que ce nouveau changement apporte enfin de la stabilité au trio malgache, qui a vraiment peiné durant la première moitié de cette tournée, comme en témoigne son classement actuel.En effet, la Grande île occupe la sixième et avant-dernière position, avec 14 unités, devant le Bénin (5 pts).Top 4Elle est devancée par les équi­pes Fazzino ou Wild Card (22 pts), Fourné (22 pts), France (21 pts), Rocher (19 pts) et Gire (19 pts). Nanou et ses coéquipiers se doivent impérativement de réagir à Tignes, après deux éliminations prématurées en quarts de finale à l’issue des deux précédentes étapes, sous peine de ne plus pouvoir intégrer le top 4 qualificatif pour le Final Four.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Force de changement – Le DFP au Panorama ce jour

Annoncé lundi au siège de l’AKFM lors d’une conférence de presse, le Dinika ho Fanavotam-Pirenena (DFP) organise aujourd’hui une conférence-débat à l’hôtel Panorama Andrainarivo. Le thème sera axé sur « L’exercice des droits et libertés publics à Madagascar », et dirigé par le professeur Julien Radanoara.Joint au téléphone hier, Tolojanahary Maharavo, porte-parole du DFP et administrateur civil de formation, a expliqué le choix du thème. « Beaucoup de politiciens ignorent encore les vraies limites de ce qu’ils font. Nous avons choisi ce thème pour leur faire savoir jusqu’où ils peuvent aller », a-t-il soutenu.Lors de la conférence de presse de lundi, les leaders du DFP ont expliqué que la liberté d’expression était inscrite dans la Constitution, et qu’elle est reconnue à l’international. Tolojanahary Maharavo a déclaré que plusieurs entités avaient été invitées à assister à ce débat. « Nous avons invité les forces de l’ordre, des personnalités du pouvoir et d’autres entités », a-t-il affirmé au téléphone.Dans cette défense de la liberté d’expression, le DFP a annoncé que les démarches seraient entreprises auprès des autorités compétentes. Au cas où ces dernières se montreraient insensibles aux approches, la force de changement engagera une descente dans les rues pour se faire mieux entendre.Loïc Raveloson

L'express de Madagascar1 partages

Jeu de la vérité

ue reste-t-il des souvenirs douloureux du drame du 10 août 1991  Vingt-six ans après le massacre d’Iavoloha, on parle de réconciliation nationale. Le hasard du calendrier, l’ironie de l’histoire ont fait que la sélection des membres du Comité pour la réconciliation nationale coïncide avec l’anniversaire de cette tragédie qui a fait des centaines de victimes innocentes, canardées par des grenades lancées depuis un hélicoptère à bord duquel se trouvait un officier bien connu qui donnait des ordres. Comme c’est le cas depuis plusieurs années et comme toute manifestation publique reste interdite, il n’y aura pas de cérémonie particulière ni de dépôt de gerbes sur le lieu du drame pour le souvenir d’un massacre qui allait sonner le glas à un quart de siècle de socialisme et de dictature ratsirakienne.Si d’aucuns veulent effacer ce point noir de l’histoire, la mémoire collective l’a gravé de manière indélébile et à jamais comme on n’oubliera pas les événements de 1947 malgré les qualités d’effaceur impitoyable du temps, le pouvoir destructeur d’Alzheimer sur la carte mémoire.S’il est un domaine où on doit parler de réconciliation, c’est justement à propos des « génocides » perpétrés par les politiciens contre la population lors des crises successives. Tous ceux qui ont tenu des responsabilités dans ces crimes contre la Nation doivent  se repentir et demander pardon à la population. C’est d’autant plus nécessaire que personne n’a été jugée convenablement et condamnée dans ses actes ignobles. Pire, certains jouissent d’une retraite dorée à la charge de l’État en dépit des actes répréhensibles qu’ils ont commis et osent affirmer par-dessus le marché qu’ils n’ont rien regretté. On se demande si le Comité de réconciliation nationale est chargée de cette tâche ou son rôle sera réduit à obliger les belligérants politiques à se serrer la main, à sourire les uns aux autres et à s’embrasser pour montrer à l’opinion que ce sont les idées qui s’affrontent mais pas les individus, sauf dans la rue.La réconciliation ne signifie pas qu’on passe l’éponge au nom du fameux fihavanana et du fivavahana, qui sont tout sauf un moteur du développement, pour tout pardonner et tout oublier. La réconciliation laissera toujours des rancœurs si elle se fait à sens unique et si elle sert à disculper des criminels politiques au détriment de la population. Osera-t-on adopter le même système que les Sud-africains dans le cadre d’une comité Vérité -réconciliation où les coupables racontent leurs exactions avant d’être pardonnés  C’est peu probable, étant donné que même les acteurs et les témoins des tragédies antérieures,qui sont encore vivants ont décidé de se taire à jamais. L’entretien «d’embauche» des postulants, hier, a montré que les candidats n’ont qu’une idée vague de leur tâche et ne savent pas comment s’y prendre dans leur mission. La question était pourtant  très précise. La plupart sont des politiciens mis involontairement à la retraite par l’alternance manivelle et cherchent plutôt un terrain d’atterrissage pour boucler le parcours que de chercher à réconcilier des personnalités que la nature a différenciées, voire opposées. Comment peut-on prétendre pouvoir jouer un rôle efficace dans la réconciliation quand on a été acteur dynamique dans l’une des crises que le pays à traversée   Des belligérants d’une crise ou d’une autre vont se retrouver dans ce comité et on se demande comment ils vont s’entendre alors que jadis, ils en venaient aux mains dans la rue  Ils risquent de passer l’année à se réconcilier entre eux d’abord.une participation dans l’une des crises depuis 1972 aurait dû être un critère d’élimination dans le choix des membres de ce comité lesquels doivent être neutres et sans tache. Hélas, ça a l’air d’être mal parti avec des vieux loups marqués au fer rouge qui donnent l’impression d’une rediffusion d’un navet.

Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info0 partages

DFP prépare une manifestation

Le DFP ou force de changement avaient déjà annoncées la tenue de leur manifestation pour exprimer leur point de vue sur la situation actuelle du pays.
Ils veulent faire parvenir leur revendication et de faire prendre conscience les gouvernants au pouvoir. Cette manifestation est prévue pour quatre jours, les 22 et 23 aout et reprendra le 25 et 26 aout 2017. Ces dates sont toujours à titre informatif. La confirmation de la période de manifestation dépendra des autorisations, car il a fallu au préalable effectuer une demande de manifester auprès de la Préfecture d’Antananarivo et la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). Une demande a été déposée avant-hier auprès de la CUA afin d’obtenir une place appropriée pour la manifestation. C’est uniquement après la réception de l’autorisation de la CUA que le DFP effectuera les démarches nécessaires auprès de la Préfecture d’Antananarivo.
Madaplus.info0 partages

JIRAMA : Une hausse de 15% de la facture énergétique des entreprises industrielles

Depuis le mois de juillet, la facture des grandes industries productrices a subi une augmentation de prix, mais qui ne devrait pas surpasser les 15%, selon la déclaration du Président du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM).
Le président du Syndicat d’affirmer que cette augmentation de prix n’engendre aucun problème, à condition que les services et la prestation de la JIRAMA soit à la hauteur. D’après toujours le Président du SIM, les coupures quotidiennes de l’électricité de la JIRAMA génèrent toutefois une perte de production pour les grandes firmes malagasy, même les petites coupures sont dommageables pour les grandes usines. D’ailleurs, les simples abonnés de la JIRAMA ont eux aussi affecté par cette augmentation.
News Mada0 partages

Tetikasa Gemaha any atsimo : hamoraina ny famatsiana herinaratra

 Nampahafantarin’ny minisitry ny Angovo sy ny rano, Rasoloelison Lantoniaina, ny 8 aogositra teo, ny tetikasa Gemaha*, famatsiana herinaratra any ambanivohitra atao any amin’ny faritra atsimo, hahodina avy amin’ny menaka japtropha.

Nisaoran’ny minisitra ny COI sy ireo mpiara-miombon’antoka hafa, mamatsy vola izao tetikasa izao hatramin’ny 330.000 euros na 1,155 miliara Ar. Toy izany koa ny fisaorany manokana ny Vondrona eoropeanina, manohana ny tetikasa. Roa taona ny fametrahana azy ho famatsiana herinaratra azo havaozina ho an’ny mponina any atsimon’ny Nosy. « Hisy ny asa aterak’izany », hoy ny minisitra. « Anisan’ny mampihena ny fahantran’ny mponina, ny fahazoany herinaratra azo havaozina sy mora, manampy betsaka amin’ny fampandrosoana ny asa any ambanivohitra. Koa mendrika tohanana ny tetikasa tsara toy izao », hoy ihany ny minisitra.

Anisan’ny fandaharanasa ho fampandrosoana ao anatin’ny tany mpikambana amin’ny COI ny famatsiana herinaratra sy fanatsarana izany, naroson’ny minisitera. Mbola misy tetikasa dimy hafa, momba ny angovo azo havaozina ihany, raha eto Madagasikara. Miasa, ankehitriny, ny minisitera ho fanatanterahana izany, araka ny nambara tamin’ireo mpamatsy vola.

R.Mathieu

Gemaha* : Génération d’électricité rurale à partir de jatropha mahafalensis au Sud de Madagascar

 

 

News Mada0 partages

Conjoncture : le gouvernement privé de vacances ?

Les membres du gouvernement devraient s’affairer au boulot en cette saison des vacances. Pas de pause à l’horizon.

Même si le pays est en pleine période des vacances, aucune précision n’a été donnée à propos du temps de repos des membres du gouvernement. En tout cas, un conseil de  gouvernement s’ est tenu mardi dernier et selon les informations fournies, les ministres ont tous répondu présent sauf ceux qui sont actuellement en mission.

La rencontre hebdomadaire de l’Exécutif à Iavoloha hier n’a pas tranché sur ce point. «Le sujet a été juste effleuré. Si certains d’entre nous veulent se ressourcer, nous avons déjà un week-end pour cela, mais il n’y pas d’organisation concrète», note un membre du gouvernement, contacté hier dans la soirée.

Les dernières vacances accordées aux membres du gouvernement datent de décembre dernier avec comme condition de ne pas éteindre son portable. Les ministres ont disposé d’une dizaine de jours pour se ressourcer afin de partir du bon pied. Il semble que ce ne sera pas le cas cette saison même si certains hauts responsables ont déjà choisi de prendre la route vers l’Ouest et le Nord-Est. «Cela signifie que le gouvernement travaille, tout comme le Président de la République», a plaidé notre source hier.

Comparaison

En tout cas, dans certains pays, les vacances des hauts personnages de l’Etat sont suivies à la loupe pour éviter les collusions dans l’utilisation des biens publics à des fins personnelles. A titre d’illustration, les vacances du Président français Emmanuel Macron, prévu à partir d’aujourd’hui, fait actuellement  l’objet d’une grande investigation alors qu’il ne s’est pas encore déplacé. Ses ministres ont d’ailleurs obtenu une période de deux semaines de pause estivale. Tandis que les vacances de l’ancienne ministre des Affaires étrangères française Michèle Alliot-Marie, en 2011, en Tunisie au frais de l’ex-président Zine el Abidine Ben Ali, lui avait coûté sa place au sein du gouvernement.

Pour ce qui est des Chefs d’Etat africain, selon une investigation menée par une journaliste de la radio France internationale (RFI), Sabine Cessou, une grande partie d’entre eux préfèrent passer leurs vacances à l’étranger, notamment à Marbella (Espagne), Barcelone (Espagne), Mougins, Genève (Suisse) ou encore Paris (France).

«Les destinations favorites des chefs d’Etat francophones restent européennes, tandis qu’en Afrique anglophone, on s’envole plutôt vers Singapour ou le Mozambique, quand on ne reste pas tout simplement chez soi», note la journaliste. Pour ce qui est de Madagascar, dans la plupart des cas, aucune communication officielle par rapport aux vacances des membres de l’Exécutif. C’est à travers des «on-dit» que la population est au courant que tel ou tel ministre se trouve à Nosy Be, à Mahajanga ou dans d’autres localités pour passer ses vacances.

Rakoto

 

News Mada0 partages

« Mpanoratry ny taona 2016 » : hatolotra an’i Dafy Noely ny amboara

Koloiko sy hajaiko ny teniko (KHT). Mitohy hatrany ny hetsika ho fanabeazam-boho ny teny malagasy karakarain’io vondrona anaty tambajotran-tserasera « facebook » io. Voafidy ho « Mpanoratry ny taona 2016 » i Dafy Noely. Fantatra fa hatolotra ity mpanoratra monina any ivelan’i Madagasikara ity izay  amboara mari-pamantarana maha « Mpanoratry ny taona 2016 » azy izay. Hetsika hotontosaina ao amin’ny foiben’ny vaomieram-pirenena malagasy miara-miasa amin’ny Unesco, etsy Behoririka, ny 23 aogositra izao manomboka amin’ny 2 ora tolakandro. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana ny fiantsana ny sanganasan’i Dafy Noely, arahina feom-baliha, tafa mivantana aminy amin’izao fandalovany eto Madagasikara izao.

Maro ireo mpanoratra nametraka ny sanganasany ao amin’ny KHT. Nampiana ireo asa soratra nisongadina tamin’ireo fifaninanana nokarakarain’ity vondrona nandritra ny taona 2016. Naroso hofidin’ny olona izy ireny. Taorian’ny dingana roa tamin’ny fitsarana, 13 ny isan’ny voafantina. Nahazo ny laharana voalohany teo alohan’ny sanganasan’i Soamiely Andriamananjara sy ny an’i Barry Sirjon ny diampenin’i Dafy Noely.

Anisan’ny mpanoratra nametraka ny sanganasany maro indrindra ao amin’ny vondrona « Koloiko sy hajaiko ny teniko » i Dafy Noely. Maro nanaraka izay ihany koa ireo nifidy ny sanganasany ka izao nisalorany ny « Mpanoratry ny taona 2016 » izao.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Efa mpanakanto iraisam-pirenena… : mbola mpanjakan’ny mozika ao Nosy Be i Wawa

Hafa mihitsy ny seho famaranana ny “Festival Sômaroho!”. Tsy maintsy niavaka tamin’ny maro ny tompony, araka ny nandrasan’ireo mpijery…

Tsy idian-kevitra… Mbola mpanjaka amin’ny mponin’i Nosy Be i Wawa. Rakotra olona ary nifanitsakitro ara-bakiteny tao amin’ny kianjan’Ambodivoanio, ny alin’ny alahady lasa teo. Toa ny isan-taona, olona efa vonona ny hanao fety mandra-maraina ireo, sady hamarana ny “Festival Sômaroho!” andiany fahefatra ihany koa.Nampiditra tsimoramora ny fety ry Rijade, tovovavy mpanakanto zanak’i Nosy Be ihany, saingy monina any ivelany. Nandimby azy kosa ny mpanjakan’ny salegy, Jaojoby. Mazava loatra fa noraisin’ny mpijery na ireo hira somary vaovao na ireo efa malaza taloha, toy ny “Mangala viavy”, sns.Nomena amboara“Manomboka izao, mpanakanto iraisam-pirenena i Wawa”. Fanambarana nataon’ny filohan’ny komity mpanomana ny “Festival Sômaroho!”, Rajerison Jean Louis io. Ho fanamarihana izany, nomena amboara ity mpanakanto ity, nialoha ny tena nanombohana ny lanonana. Amboara manamarika fa manana ny toerana eo amin’ny sehatry ny tsenan’ny mozika iraisam-pirenena i Wawa.Toy ireo andiany telo teo aloha, niavaka hatrany ny fidiran’ity mpanakanto zanak’i Nosy Be ity an-tsehatra. Tsy nolanjaina toy ny teo aloha fa naterina fiara miavaka iray, niala tany amin’ny faran’ny kianja ka hatreny anoloan’ny sehatra izy. Nanaiky ho azy nanome lalana ireo mpijery, na efa nifanitsakitro aza, satria nandrasan’izy ireo rahateo izany.Vantany vao vita ny kabary famaranana, tsy nisy alaharo fa avy dia nifanesy ireo hira mampalaza an’i Wawa. Misy vaovao isan-taona, kanefa hain’ireo mpankafy avokoa izy rehetra.Ny hany niova tamin’ity, vita aloha ny fampisehoana raha oharina ny tamin’ireo andiany teo aloha. Raha toa ka nisy hatramin’ny 10 ora maraina izany tamin’ny taona lasa, nofaranan’i Wawa maraindraina kosa tamin’ity, noho izy tsy maintsy nanainga nihazo an’i Afrika Atsimo.

Ho avy ry Kassav, P.Square…“Amin’ny taona ho avy, sady hankalaza ny faha-10 taon’ny tarika no hanamarika ny faha-5 taon’ny Sômaroho isika. Tsy maintsy hiavaka izany. Mampanantena aho fa hanasa an-dry Kassav sy ry P. Square, ka ho hita eo izay ho afaka”. Vaovao lehibe nambaran’i Wawa tamin’ny mponin’i Nosy Be izany.

Sary sy soratra: Zo ny Aina Randriatsiresy

Tsy nilamina ny fikarakarana!Tsy olona iray na roa no nahatsapa, fa maromaro mihitsy. Raha oharina ny tamin’ny andiany teo aloha, nikorontana ny fikarakarana ny “Festival Sômaroho!” tamin’ity andiany fahefatra ity. Vao ny andro voalohany nanaovana ny “carnaval” sy ny kabary fanokafana dia efa tsapa izany.Tsy nisy voahaja ny ora rehetra napetraka. Mihemotra hatrany, manaraka izay, ny fiakarana an-tsehatr’ireo tarika, ary nisy mihitsy aza tsy niaka-tsehatra tamin’ny andro voatondro, toa an’i Arnaah sy i Big MJ ny zoma, fa voatery nasisika tamin’ny seho ny asabotsy.Nisy tamin’ireo mpanakanto ireo no naneho ny alahelony teo amin’izay fandraisana an-tanana izay. Anisan’ireny ny tarika Ejema, nitaraina tamin’ny sakafo, trano fandriana ary fitaterana. Hita maso loatra ny fitongilanana napetraky ny mpikarakara tamin’ireo mpanakanto vahiny sy ireo malagasy.Tsy ny mpanakanto ihany fa niaina izany lesoka tamin’ny fikarakarana izany koa ireo nantsoina  hiasa, toy ny mpanao gazety, teknisianina, sns.Lafiny fanamafisam-peo, nilatsaka be koa ny kalitao nandritra ny seho telo voalohany. Nambara fa matihanina iraisam-pirenena, nohafarana manokana ireo teknisianina afrikanina, kanefa toa nitsapatsapa ihany ny fahitana azy ireo tamin’ny voalohany. Raha tsy ny seho farany, niakaran’i Wawa, tsy tsapa ilay hatsaran’ny fanamafisam-peo, anisan’ny nampalaza ity mpanakanto ity hatramin’izay.Tsikaritra tamin’ny kabary famaranana koa fa mitady hidiran’ny mpanao politika ity hetsika ara-kolontsaina malaza ao Nosy Be ity. Niraradraraka ny fisaorana ny filohan’ny Repoblika sy ny solontenany izay tonga teny an-toerana. Tsy nisy tazana akory anefa ireo avy amin’ny minisiteran’ny kolontsaina…Antenaina fa hanarina ny lesoka ireo tompon’andraikitra izay tazanina toa marobe, ao anatin’ny Somaroho.Comity amin’ny taona ho avy, mba tsy haharatsy laza an’i Wawa, izay hita fa miezaka mampiakatra hatrany ny lentan’ny mozika malagasy.

News Mada0 partages

Hosodoko : hampiranty any Mahajanga i R. Nary Arthur

Raha mangingina ny eto an-dRenivohitra, mandritra izao fotoam-pialan-tsasatra izao, tsy  toy izany kosa ny any amoron-tsiraka any, indrindra any amin’ireo toerana tian’ny mpiala sasatra. Manaraka azy ireo any koa ny mpanakanto sy ireo hetsika ara-kolontsaina samihafa fa tsy ny mozika ihany.

Nisafidy ny ho any Mahajanga, ohatra, i R. Nary Arthur, anisan’ireo dimbin’ny andrarezina amin’ny tontolon’ny hosodoko, mandritra io volana septambra io. Manomboka ny 2 septambra, hiranty ao amin’ny Alliance française ao an-dRenivohitr’i Boeny ao, ny « Hatsaran’i Madagasikara ».

Miisa 20 eo ny tabilao miandry ny mpitsidika amin’io, izay natao tamin’ny lokorano avokoa. Mibahan-toerana ny sary vita amin’ny loko isan-karazany raha vitsivitsy ny miloko mainty sy fotsy, araka ny fanazavan’ity mpanakanto ity. Nomarihiny fa ireo sanganasany nentiny nisolo tena an’i Madagasikara tany Nantes-Frantsa, tamin’ny taon-dasa, ireo harantiny ireto.

Vinavinan’i R. Nary Arthur ny hitondra izao hetsika izao manerana ireo Alliances françaises any amin’ny faritra rehetra any, mialoha ny hanamarihany ny faha-15 taona nilomanosany ao amin’ny tontolon’ny hosodoko.

Landy R.

News Mada0 partages

Sady mandroba no mampihorohoro : vehivavy roa nataon’ny dahalo 600 lahy takalon’aina

Faritra ianjadian’ny asan-dahalo mahery vaika Ambatofinandrahana. Telo andro lasa izay, dahalo 600 lahy be izao no voalaza fa nanafika tao amin’ny kaominina Mandrosonoro. Ankoatra ny omby marobe voaroba, lasa nataon’ireo dahalo takalon’aina ny vehivavy roa tao an-tanàna…

 

Raikitra indray ny fanafihan-dahalo ao amin’ny distrikan’Ambatofinandrahana. Lasa avokoa ny ankamaroan’ny omby rehetra tao amin’ny fokontany Ambalanivo sy Ambalambony, araka ny fampitam-baovao voaray avy any amin’iny faritra iny. Fa telo andro lasa kosa izay, dahalo 600 lahy indray nanafika tao amin’ny kaominina Mandrosonoro, Ambatofinandrahana. Tsy vitan’izay fa mbola naka ankizivavy roa natao takalon’aina koa ireo dahalo tamin’io fotoana nitrangan’ny fanafihana io. Misy, araka izany, ny hetsika iarahan’ny zandary avy ao amin’ny fari-piadidian’ny zandarimariam-pirenena ao Fianarantsoa sy ao Toliara  amin’ny fanakanana ny lalan’ireo dahalo mitondra ny omby. ”Niarahantsika nahita tokoa ny zava-niseho tao amin’ny kaominina Mandrosonoro satria notafihin’ny dahalo anjatony ny tanàna manodidina. Anjatony ireo omby very niampy ireo olona roa takalon’aina mba hanakanana ireo mpanara-dia. Nisy ny fifandonana ka navelan’ireo dahalo ihany ireo takalon’aina ary efa tafaverina any amin’ny fianakaviany. Ny zanaky ny tompon’omby ihany ireo lasa takalon’aina ireo. Mbola mitohy kosa ny fanarahan-dia ataon’ny zandary amin’izao fotoana izao”, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimariam-pirenena aoAmoron’i Mania, ny Kly Randrianarivelo Anicet. Efa nisy, araka izany, ny ”Opération Mazava” nataon’ny mpitandro filaminana teo aloha nandritra ny roa volana mba hampandry fahalemana ny tany amin’iny faritra iny, saingy niverina indray izany. Manampatra ny heriny hatrany ireo dahalo.

Asan-dahalo tsy ahitam-bahaolana…

Mihena ny isan’ireo zandary nony efa vita ny ”Opération Mazava” ka eo no somary mampanano sarotra ny fanenjehana, araka ny fampitam-baovao voaray hatrany. Misy ihany ireo zandary vao nivoaka tao amin’ny sekolin’ny zandarimariam-pirenena Ambositra ary nalefa any amin’ny faritra mena amin’ny asan-dahalo avokoa ny ankamaroan’izy ireo. Isan’ireo nahazo betsaka ny tao amin’ny faritra Amoron’i Mania, araka ny fanampim-panazavana nomen’ny Kly Randrianarivelo Anicet.

Mahatsiaro ny filaminan’ny tanàna tamin’ny fotoana nahalehiben’ny kaompania ny zandary ao Ihosy, ny Kly Lyllison de René (kapiteny izy tamin’izany fotoana izany) koa ny mponina ao amin’ny faritra Ihorombe. Natahotra ity manamboninahitra ity avokoa ny ankamaroan’ireo dahalo ka nandry fahalemana tanteraka ny tanàna. Nomarihin’ny solontenan’ireo mponina ao Ihosy fa ”Ravolontanana” ny anaram-bosotry ny Kly Lyllison ary fantatry ny dahalo ny lazan’ity manamboninahitra ity ka nifitsaka tanteraka ry zalahy. Isan’izany ny tao Ikelihorombe. Tsy azo hadinoina fa tamin’ny andron’ny filoha teo aloha, Ravalomanana Marc, izany. Nilamina ny tanàna tamin’izany raha mitaha amin’izao fitondrana izao. Amin’izao anefa, mitaintaina ny mponina ao Ihosy sy ny manodidina. Andrenesana asan-dahalo hatrany isan’alina. Manginy fotsiny ireo tompon’omby maty voatifitry  ny dahalo. Tsy manana drafitra maty paika hiadiana amin’ny asan-dahalo mihitsy ny fitondrana amin’izao nefa efa tsimponin’ny dahalo hatramin’ny mpitandro filaminana aza. Tsy ahitan-teny mihitsy koa ny praiminisitra sy ny ”gouvernement de combat”. Ny dahalo indray ny manao ”combat” amin’ny mpitandro filaminana efa manao sorona ny ainy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Vao 20 taona… : efa indimy nigadra, manendaka ihany

Tsy mety fay kanefa tratra foana! Tratran’ny polisy nanendaka teny Analakely, afakomaly tolakandro ny yovolahy vao 20 taona. Nisintona findaina ramatoa iray teny Tsaralalàna izy io. Araka ny fanazavan’ny polisin’ny boriborintany voalohany, efa nigadra indimy izy io kanefa izao mamerin-keloka izao hatrany. Ny 23 jona teo izy no nivoaka ny fonjan’Antanimora farany rehefa nahavita herintaona teny. Nilaza i Batritra fa efa tsy voaisany intsony ny fotoana nahavoatazona “violon” azy teto Antananarivo. “Raha ny teto amin’ny CSP.1 manokana, tamin’ny faha-13 taony izy no nihidy violon voalohany fa tratra nangarom-paosy. Nanomboka teo ny nahalalana azy ity ary matetika voasambotra amin’ny resaka harom-paosy sy sinto-mahery. Matetika voatonona ny anarany rehefa misy voaendaka harivariva eo amin’ny Arcade sy Tsaralalàna”, hoy ny polisin’Analakely.

Ankoatra azy ity, naterin’ny olona teny amin’ny polisy ihany koa ny iray hafa, izay saika niharan’ny fitsaram-bahoaka. “Vahoaka marobe no nirohotra nanatitra ity tovolahy ity teto amin’ny CSP.1 omaly hariva. Ilay lehilahy mpanao fampisehoana « magie » eo afovoan’ny Avenue Analakely sy polisy iray no nanenjika sy niaro ary nitondra azy an-tanana eto aminay, fa  niharan’ny fitsaram-bahoaka izy raha tsy izany”, hoy ny fanazavana.Samy efa natolotra ny fitsarana izy roa lahy.

Yves S.

News Mada0 partages

Toetry ny andro : hanerika sy handrivotra mafy eto afovoan-tany

Nanao filazana sy fampitandremana momba ny tafiotra izay ho mafy amin’ny faritra avo eto afovoan-tany ny sampana mpamantatra ny toetry ny andro, omaly. Voakasika Arivonimamo sy i Tsiroanomandidy sy ny manodidina azy. Iantefan’ny filazana koa ny faritra Sofia, Betsiboka ary ny morontsirak’i Mahajanga. Mety hahatratra 50 km ka hatramin’ny 70 km  isan’ora ny herin’ny rivotra. Tokony hitandrina ny mpiandrika sy ny mpampiasa ranomasina amin’ny morontsiraka atsinanana sy atsimo, indrindra izay hiala lavitra ny morontsiraka. Misy onja vaventy manana haavo any amin’ny 30 km any ho any ka hisamboaravoara ny ranomasina.

Matanjaka be ny “anticyclone » ao atsimon’ny Nosy, araka ny sary avy amin’ny zanabolana. Misarika rivotra feno hamandoana mankaty amintsika izy io. Vokany, miovaova ny toetry ny andro eto amintsika. Ho betsaka kosa ny rotsak’orana  hiseho any amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany ka mila mailo ny mponina amin’ny ho vokatr’izany. Ao anatin’ny roa andro misesy, hanorana tandrifin-drahona ny ilany atsinanana iray manontolo. Any Melaky, mety hisy orana arahin-kotroka, araka ny tombana nambaran’ny eny Ampandrianomby.

 

Hiverina indray ny hatsiaka

Momba ny toetry ny andro, anio, hahazo orana malefaka ny ilany atsinanana, ny maraina. Ho mafimafy ny orana any amin’ny tapany atsimon’ny faritra Atsinanana sy ny tapany avaratry ny faritra Atsimo Atsinanana. Hanerika ny andro ny ilany atsinanan’ny afovoan-tany. Hifandimby ny rahona sy ny masoandro any Boeny sy any Melaky. Hibaliaka ny masoandro any amin’ny faritanin’i Toliary. Amin’ny faritra hafa ankoatra ireo, handrahona ny andro.Ny hariva, hitohy hanorana any Antalaha ary Maroantsetra. Hiitatra any Analanjirofo, any Atsinanana, any Vatovavy-Fitovinany, any Atsimo Atsinanana ary any Taolagnaro izany ny takariva. Handrahona ny andro ny ambin’ny ilany atsinanan’ny Nosy sy ny avaratra andrefan’i Madagasikara. Hanorana tandrifin-drahona ny andro any Melaky sy ny atitany ary ny faritra Atsimo Andrefana. Somary hanerika ny andro ho an’ny ilany atsinanan’ny afovoan-tany. Hifandimby ny rahona sy ny masoandro ho an’ny faritra sisa hafa.Eto Antananarivo, 12°C ny maripana ambany indrindra raha 17°C ny ambony indrindra. Any Antsirabe, 8°C ny maripana ny maraina, hiakatra 16°C rehefa misava ny zavona.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ambilobe : olona roa nahatrarana basy Kalach

 Saron’ny zandary avy ao amin’ny kaompania Ambilobe, tao amin’ny toerana antsoina hoe Maintialaka Vohémar, omaly tamin’ny 3 ora sy 30 mn maraina ireo olona voarohirohy ho nitondra basy Kalachnikov sy bala. Araka ny fampitam-baovao voaray, nahazo loharanom-baovao ny zandary avy ao amin’ny kaompania Ambilobe fa misy olona roa avy any Antsiranana ho any Sambava mitondra basy Kalachnikov. Niroso tamin’ny fikarohana sy ny vela-pandrika ny zandary ka hita tokoa ity basy Kalachnikov iray izay efa nokikisana ny laharana, miaraka amin’ny chargeurs roa misy bala miisa 30 avy. Roa lahy, 37 taona sy 42 taona monina ao Befandriana Avaratra sy Nosy Be no tompon’antoka tamin’ny fitondrana ity fitaovam-piadiana mahery vaika ity. Tratran’ny zandary nanao sakana teo amin’ny tetezana ao amin’ny fokontany Maintialaka izy roa lahy ireo. Notanana anaovana famotorana izy roa lahy. Nogiazana kosa ilay fitaovam-piadiana mahery vaika.

Miparitaka izaitsizy mihitsy ny fitaovam-piadian’ny mpitandro filaminana. Misy hatrany ny firaisana tsikombakomba eo amin’ny mpitandro filaminana sy ireo mpanao trafika matoa miparitaka toy izao itony basy itony.

Jean Claude

News Mada0 partages

Morondava : katekista maty voatapa-doha

 Nitrangana asan-dahalo niharo herisetra feno habibiana indray tao amin’ny fokontany Antsahamiroaky, kaominina ambanivohitr’i Bemanonga, distrikan’i Morondava, ny alatsinainy teo. Notapahin’ny dahalo tsy nisy indrafo ny lohan’ny Katekista iray tany an-toerana. Raha ny loharanom-baovao voaray, teny an-dalana hody rehefa avy nampivavaka tao amin’ny fiangonana iray no niharan’ny herisetran’ireo dahalo ity Katekista niharam-boina. Nosakanan’ireo dahalo teny an-dalana izy ka notapahan’ireo malaso avy hatrany ny lohany. Vokany, maty tsy tra-drano nihosindra ilay mpitondra fiangonana. Mbola hita teny aminy avokoa anefa ny entana nentiny ka isan’izany ny Baiboly sy ny fotsim-bary. Mampametra-panontaniana ny mpino rehetra ao amin’ny fiangonana entin’ity Katekista ity kosa ny anton’izao vonoan’olona mahatsiravina izao. Olona sendra nandalo kosa no nahita azy nihosindra nitsirara teo amin’ny tany ka nampandre haingana ny tompon’andraikitra ao amin’ny fokontany.

Azo lazaina fa tsy milamina intsony ny ao amin’ny faritra Menabe amin’ny afitsoky ny malaso. Ireny niaraha-nahita ireny ny zava-nitranga ny herinandro teo satria nisy miaramila sy zandary koa maty voatifitra sy notetitetehan’ny dahalo tao Belo/Mer sy Belo Tsiribihina. Midika izany fa lasa ny malaso indray no mifehy ny tanàna ka mahavita mihantsy ny mpitandro filaminana ary miafara amin’ny fahafatesana. Izao indray ity lasibatra ny mpitondra fiangonana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Isotry : nalamina ny tsena mibahan-dalana

Nilatsaka teny amin’ny faritra Isotry ireo polisin’ny tsena avy ao amin’ny boriborintany voalohany nandamina ny fifamoivoizana eny an-toerana. Natomboka tamin’ny fandaminana ireo mpivarotra mibahana ny arabe miainga eo amin’ny zaridaina BMH Isotry ka hatreo amin’ny fiangonana Sainte Therèse de l’Enfant Jesus ny asa.Polisin’ny tsena miisa 30 teo ho eo no nidina teny ka nanisaka ireo mpivarotra mibahana ny arabe. Nanala sy nanapaka ireo talantalan’ny mpivarotra mihoatra izay ampiasaina amin’ny fivarotana izy ireo. Nanentana ihany koa mba hanaja ny toromarika apetraky ny fari-piadidian’ny tanànan’Antananarivo.

Sahirana ireo tompon’andraikitra nandritra ny hetsika satria nisy ireo mpivarotra mafy loha sy sarotra tenenina. Voafehy ihany ireo mpivarotra ary nanaiky ny fandaminana rehefa nandeha ny fandresen-dahatra.Nisy ny fangatahana manokana nataon’ireo mpivavaka avy ao amin’ny fiangonana Sainte Therèse de l’Enfant Jesus ka nahatonga ny hetsika nataon’ny kaominina. Sahirana tanteraka ireo mpivavaka mivoaka na miditra ny fiangonana, indrindra fa ireo mitondra fiara, amin’ny afitsok’ireo mpivarotra.

Tsikaritra, ankehitriny, fa malalaka ny arabe ary tsy mibahana intsony ireo mpivarotra.Hitohy hatrany ny hetsika ary mampanantena ireo mpivavaka ny kaominina fa hizotra am-pilaminana amin’izay ny fifamoivoizana eny amin’iny faritra iny, manomboka izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fanajana ny maha olona mandritra ny famonjana : voafonja 9 212 niantefan’ny tetikasa

 Nanomboka, ny taona 2014, nametraka ny tetikasa fanajana ny maha olona mandritra ny famonjana sy fanomanana ireo voafonja hiverina eny anivon’ny fiarahamonina ny Handicap international. Miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Fitsarana izay manana sampana momba ny fiahina ny maha olona ny fikambanana. Manohana koa ny fiarahamonina sivily ary mamatsy vola ny Agence française de développement (Afd). Nanaovana ny asa ny toeram-pamonjana ao Toamasina, ao Vatomandry, any Toliara ary any Mahajanga miampy ny toerana fandraisana ireo ankizy mamita sazy eny Antanimora.

Niantefan’ny tetikasa ny voafonja 9 212 tao anatin’ny telo taona mahery. Tafiditra amin’ny andraikitra natao ny fanatsarana ny fahazoan’ny voafonja misitraka ny tolotra ara-pitsaboana ho an’ny tany Toliara, Toamasina, Vatomandry ary Mahajanga. Nizarana savony 93 753 koa ny toeram-pamonjana ahafahany midio. 30 578 ny marary notsaboina ary nampiana ny tahirim-panafody. 70% tamin’ireo voatery naiditra hopitaly noraisin’ny tetikasa an-tanana.

Ankoatra ny fikarakarana ny fahasalamana, omena tohana ara-tsaina ny voafonja ary ampianarina mamaky teny sy manoratra ny 2 062.

2 409 ny voafonja nanaovana tantsoroka ara-tsaina. 1 126 kosa nampiana hiverina eny anivon’ny fianakaviany.

Amidy ny asa tanan’ny voafonja ao Ambatondrazaka

Nanangana toerana iray ahafahana mivarotra ny asa tanan’ny voafonja ao Ambatondrazaka ny Medical international sy ny Comité de soutien aux personnes détenues. Rary, vy voatefy, biriky vitan’ireo voafonja taorian’ny fanofanana azy ireo no amidy ao. Ny vidin’ny vokatra,  homena ilay voafonja nanao azy hamelomany ny tenany rehefa hiverina any amin’ny fianakaviany izy aorian’ny famonjana. Ampianarina sy hofanina amin’ny informatika ny zaza tsy ampy taona.

 Vonjy, Rarivo      

News Mada0 partages

Fiakaram-bidin’ny jiro sy rano : tsy mifanaraka amin’ny tolotra omena ny mpanjifa

Mampiaka-peo ny mpanjifan’ny Jirama any Toamasina amin’ny tolotra tsy sahaza omena azy nefa misondro-bidy ny faktiora. Efa nanao hetsika fanairana izy ireo taona vitsy lasa izay, ary ahina ny hiverenany indray.

Ahina ny mety hisian’ny fikomiam-bahoaka, raha ny resabe etsy sy eroa, ifanaovan’ny mpanjifan’ny Jirama eto Toamasina. Tonga hatrany anaty tsena sy birao ary eny an-dalana ny resaka amin’ny hoe, « ahoana ity fiakarana 100%-n’ny faktioran’ny Jirama ity ?” Arakaraka ny ampiasanay takamoa mitsitsy, tafakatra 80.000 Ar latsaka kely anefa ny faktioranay volana jolay teo, raha 40.000 Ar hatramin’izay. Manampy izany, miaka-midina ny tanjaky ny herinaratra, ka simba sy may ny fahitalavitray anankiroa”, hoy ny mpanjifa iray.

Tsy izay ihany fa toa tsy hitan’ny Jirama ny fahatapahan-jiro lavareny amin’ ity faktiora ity, zara raha hananana herinaratra adiny 6 isan’andro, manginy fotsiny ny haratsian’ny fotodrafitrasa sy ireo tariby mitondra herinaratra atahorana hitondra loza sy ny fahamaizana trano”, hoy ny hafa.

Tsy nahazoam-baliny ny talem-paritra

Raha tsorina, tsy mahafa-po ny tolotra ataon’ny Jirama ka tokony hisy indray ny hetsika hanairana ny tompon’andraikitra » hoy ihany izy ireo. Lany andro milahatra manefa ny faktiora laniny kanefa sahirana amin’ny haratsian’ny tolotra. Tsy misy ny fanatsarana ny tolotra hanamaivanana ny filaharambe danihin’ny hainandro sy vesaran’ny orana, rehefa mandoa  faktiora.

Sarotra ny miantso an-telefaonina ny talem-paritry ny Jirama Toamasina, koa nandefa taratasy ho azy ny mpanao gazety, nangatahina fanazavana mikasika ireo fitarainan’ny mpanjifa ireo. Tsy nahazoam-baliny izany hatramin’izao.

Njaka A. sy Sajo

News Mada0 partages

Développement industriel : la LDI fait l’unanimité entre public et privé

Le projet de Loi sur le développement industriel (LDI) de Madagascar a été adopté en Conseil du gouvernement et en Conseil des ministres la semaine dernière. Le Syndicat des industries de Madagascar (Sim), représentant le secteur privé, se dit satisfait de cette loi cadre.

Chabani Nourdine, ministre de l’Industrie et du Développement du secteur privé (MIDSP) a reçu en audience, hier, Fredy Rajaonera, président du Sim. Cette rencontre était l’occasion pour ce représentant du secteur privé de saluer les efforts de l’administration, lesquels ont facilité l’adoption de cette loi qui constitue le premier cadre réglementaire du secteur industriel en 57 ans d’indépendance.

D’après le président du Sim, la LDI est le résultat concret de l’efficacité du Dialogue public privé (DPP). «Cette loi est le fruit de trois ans de travaux dans lesquels se sont impliqués le secteur privé, l’Etat à travers le MIDSP et la Fondation Friedrich Ebert (FES). Ce cadre devrait, entre autres, garantir un environnement juridique spécifique stable au secteur ainsi qu’un climat des affaires favorable pour une industrialisation forte», a-t-il évoqué avant d’ajouter que «Nous sommes convaincus que les industries constituent le moteur du développement économique du pays».

Chabani Nourdine a souligné, pour sa part, que «La LDI offrira un cadre incitatif,  pour une mise à niveau des industries locales à travers une stratégie claire et coordonnée sur l’amélioration de la compétitivité des industries, un meilleur accès aux marchés et au financement, la disponibilité de ressources humaines qualifiées, la promotion de l’entrepreneuriat en faveur des petites et moyennes industries, une offensive à l’export sur des secteurs ciblés et la promotion de l’innovation et des technologies».

Les dispositions principales

Parmi les points forts de la LDI devant profiter aux investisseurs et aux industriels, on peut citer, entre autres, la mise en place de l’Agence nationale du développement industriel (Andi), un organe de régulation du secteur qui aidera à son développement et à l’amélioration de son environnement, la mise en place du  Fonds national pour le développement industriel (FNDI), une structure financière destinée à appuyer les industriels dans la mise à niveau ou la mise en œuvre de leurs projets.

Des mesures d’incitations fiscales à l’innovation et à la formation seront prises, parallèlement à l’application systématique de la préférence nationale pour les entreprises industrielles de droit malgache agréées.

La création de Zones d’investissement industrielles (ZII), pour lesquels les développeurs bénéficieront d’un abattement fiscal de spécialisation, est également prévue. Des secteurs d’activités industrielles spécifiques, identifiés en collaboration avec le secteur privé, seront, en outre, classés comme prioritaires. Des mesures particulières d’accompagnement seront prises, notamment, pour les industries naissantes.

Dans le cadre de la lutte contre les pratiques anticoncurrentielles et déloyales, la loi prévoit la création d’un corps spécialisé d’Inspecteurs industriels, à la fois pour constater et gérer les irrégularités. Enfin, et non des moindres, la LDI prévoit une clause de stabilité de 20 ans, pour toutes les mesures d’incitation concernant les dispositions fiscales et douanières.

Arh.

 

News Mada0 partages

Port de Toamasina : amélioration du système de contrôle

Le renforcement du contrôle et de la gestion du port de Toamasina est en vue.

Le contrôle au niveau du port de Toamasina sera amélioré grâce à l’installation de quelques nouveaux matériels. La société japonaise Sumitomo corporation prévoit, en effet, de soutenir ce projet à travers la mise en place d’une machine de télédétection biométrique pour limiter le libre accès au port.  Par ailleurs, deux «stations radar» seront également installées au port de Toamasina  pour  recueillir plus rapidement les informations en mer et celles concernant les conditions météorologiques. Cette nouvelle infrastructure devrait être mise en place avant la fin de ce mois, a-t-on indiqué, lors d’une visite du Directeur général de Sumitomo, Masafumi Tanimoto,  au secrétaire d’Etat chargé de la coopération et du développement Bary Emmanuel Rafatrolaza, hier.

Cette visite de courtoisie marque la fin de mission du responsable japonais en tant que directeur général de la société Sumitomo à Madagascar.  Les activités de cette société dans le pays ont été discutées durant la rencontre. Il s’agit, entre autres, des activités de la compagnie minière Ambatovy dont la société Sumitomo figure parmi les actionnaires. Et bien évidemment, l’appui à l’amélioration de la gestion du port de Toamasina a été également abordé.

Coopération renforcée

En effet, la coopération nippo-malgache, tant dans le domaine public que privé, dure depuis 55 ans maintenant. Et le Japon compte renforcer ses interventions à Madagascar dans plusieurs secteurs, notamment l’agriculture, l’infrastructure (essentiellement l’extension du port de Toamasina) et l’éducation. En outre, la plateforme, «Association économique Madagascar-Japon» a été également mise en place  pour permettre plus d’échanges entre le secteur privé japonais et malgache.

Force est de constater que l’engagement du Japon dans le continent africain a connu une évolution considérable ces dernières années. 30 milliards de dollars sont investis par le gouvernement japonais actuellement, essentiellement dans le développement des infrastructures. Après l’organisation de la sixième Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TicadV) au Kenya l’an dernier, une conférence ministérielle sera organisée au Mozambique du 23 au 26 août prochain pour le suivi des décisions prises durant la Ticad VI.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Ramamimampionona Gérard : « Famaliana faty fotsiny ny fifidianana eto amintsika »

Efa an-dalana amin’ny fiatrehana fifidianana sahady ny sasany amin’izao. Hanao ahoana? Maneho ny fijeriny ny mpandinika fiainam-pirenena, Ramamimampionona Gérard: « Ny mampatahotra, fifidianana famaliana faty fotsiny ny eto amintsika. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*): Ny fahitanao ny lozam-pifamoivoizana niteraka resabe farany teo?   

 Ramamimampionona Gérard (-): Vaovao lehibe teto iny… Mampalahelo ny fisian’ny faty olona maromaro tato ho ato. Anisan’ny mahatonga izay ny fitaterana: lozam-pifamoivoizana, fisakanan-dalana. Iray amin’izay mahafaty ny Malagasy maro, angamba, izany amin’izao.    Noho izany, tokony handraisana andraikitra sy hatao laharam-pahamehana.

Inona no tena mahatonga ny lozam-pifamoivoizana mahafaty olona maro? Teo ny tany Anjozorobe, ny tany Ankazobe. Mila jerena ny tsy fitandremana tao anatin’ireny. Inona ny fisorohana azo atao mba tsy hifanomezan-tsiny, rehefa mipoaka, hoe: angaha tsy nandalo zandary na polisy ireny fony vao niainga? Tsy rehefa mitranga ny loza vao atao ny fanadihadiana. Raha samy nandray ny andraikiny, ka nisy angamba ny fisakanana tany aloha: inoana fa tsy tonga tamin’ireny.

Hakana lesona ireny, fa tsy hoe hadino rehefa kelikely. Toy ny an’ny mpitondra moto, efa be ny matiny: mangorintsina kely; avy eo, hadino. Ahoana no tokony hampahatsiahivana sy hampiharana ny lalàna hifehezana an’ireny? Mba tsy hiteraka faty olona be toy ireny. Tsy avela handalo fotsiny ireny, ka sanatria lasa fisehosehoana kely vetivety. Fa mba lesona hisorohana ny ho avy.

 * Ahoana ny amin’ny fitakiana ny fahaleovantenan’ny fitsarana?

– Efa elabe izany resaka fitsarana izany teto. Midradradradra izay manan-draharaha ao. Lasa fitaovana ifampitahorana sy ifanenjehana na ifamotehana ny fitsarana. Manaraka, ao ny tena misy ny kolikoly. Manoloana izany, omena fahafahana ahoana sy hatraiza ny fitsarana? Iza no  manery ny fitsarana, ny olona sasany ao fa tsy izy rehetra, hanao kolikoly? Mampatahotra ny ao. Iza na inona no mahatonga ny fitsarana hoe miverina amin’ny ampitso ampitso lava izay manan-draharaha ao?

Raha ny fahaleovantenan’ny fitsarana, samy mandray ny andraikiny fotsiny ny tsirairay ary asiana fandaminana. Raha tena manao ny asany amim-pahamarinana ny fahefana mpampihatra lalàna, tsy irotorotoana be fa atao milamina: inoana fa tsy hisy sahy hitsabaka eo. Mivangongo be ny raharaha ao. Ny any am-ponja, ohatra: be ny tsy voatsara. Misy zavatra maizina be dia be eo, vao mainka hararaotina ilay tsy fahaleovantena.

* Tokony hanana ny fahaleovantena àry ve ny fitsarana?

– Tokony hanana fahaleovantena ny fitsarana eo anatrehan’ny fahefana mpanatanteraka. Tena olana io eto. Mahazo vahana be loatra ny mpanatanteraka, na any amin’ny lalàmpanorenana na aiza. Lasa toe-tsaina ny hoe afa-mibaiko rehefa mpanatanteraka. Tokony hamboarina ihany sa ahoana ny lalàmpanorenana amin’izany?

Manahirana ny hoe ny filoham-pirenena no manana fahefana faratampony. Ahoana no hisian’ny fisaraham-pahefana sy fahaleovantena amin’izany? Tokony hitarika fandraisana andraikitra ny fisaraham-pahefana sy ny fahaleovantena, miampy fahasahiana sy fangaraharana: raha misy mitsabaka, sahy miteny ny tena.

Mahatonga tsy fahaleovantena koa ny herin’ny vola, fa tsy miankina fotsiny amin’ny tsy fahafahana eo anatrehan’ny mpanatanteraka ny tsy fahaleovantenan’ny fitsarana. Lasa vola fotsiny no mibaiko, fa antom-pivelomana ny fahafahan’ny hafa.

* Ahoana ny amin’ny fampihavanam-pirenena?

– Anisan’ny iavahantsika Malagasy io soatoavina iray io: ny fihavanana. Anisan’ny hery goavana be ny hoe fahitana ny tena anton’ny olana mahatonga ny fisarahana. Eo ny zarazarao hanjakana navelan’ny tantara sy ny fanjanahantany. Fa isika Malagasy amin’izao fotoana izao, lasa tena iainana ny ory tsy havan’ny manana. Lasa misy fisarahana be eto: misy tena ory, ao ny tena manana. Eo ny antony ara-tantara, politika…

Ny andraikitry ny fampihavanam-pirenena, mitady ny antony: inona no mahatonga ny fisarahana rehetra eto? Inona avy ny endrik’izany fisarahan’ny Malagasy izany? Iza no tena niady? Fa naninona no niady? Eo ny hampiombonana: hatsaraina raha misy zavatra tokony hohatsaraina ao anatin’izany, miaiky heloka raha misy tokony hiaiky heloka, avela raha misy tokony hifamelana…

* Ary ny amin’ny fifidianana?

 – Ny mampatahotra, famaliana faty fotsiny ny fifidianana eto amintsika: hifidy an’ity indray noho ny tsy fitiavana an’iry, ohatra. Mety ho olana izany, tsy mitarika fitoniana sy fivoarana. Mila fitoniana sy fihavanana ny fifidianana. Matoa misy ny hoe ny ory tsy havan’ny manana: na mba samy ory isika, dia mihavana; na samy manana, dia mihavana. Vahaolana izay. Mba ahoana no hananan’ny Malagasy sakafo, fitafiana, trano… ? Eo koa ny fahafahana mitsabo tena, mampiana-janaka… Mampihavana izay rehefa mba samy manana.

Mariky ny fihavanana koa ny fahendrena malagasy amin’ny fahadisoana hoe tsy hanindroa, tsy hanintelo. Mamela heloka ny olona, rehefa mba diso ny tena. Ny rariny itompoana, mody ho heloka; ny heloka ibabohana, mody ho rariny. Mba inona koa ny fahendrena hitaizana ny olona handala an’izany? Mila arovana izay mba tsy hiverimberina ny fisarahana sy ny ady. Ho lasa asa eto hatrany ve ny fampihavanana?

* Amin’ny fomba ahoana?

– Mba tokony hisy fahatsarana hatrany ny tsirairay sy ny besinimaro ary ny rafitra. Efa tsara ny tsirairay, ka lasa tsara ao amin’ny besinimaro sy ny rafitra. Indraindray, misy rafitra foromporonina hanakanana na hamotehan-javatra, hamonoana afo… Manahirana izany.

Enga anie ho rafitra iray tena hoenti-mampiainga ny firenena ho amin’izay fahatsarana izay ny fampihavanam-pirenena.

Tena mba manana ny fahamalinana isika amin’izany: sao manimba zavatra, ohatra, izay atao? Eo koa fahamarinana ny fahamasinana: fahamasinana amin’ny maha kristianina, fa misy ny hoe hasina amin’ny Malagasy. Mba olona manan-kasina ihany ny tena: mifanaraka amin’izay hasina izay ve ny atao mba hampandrosoana ny firenena?

Nangonin’i R. Nd.

 

News Mada0 partages

Randrianambinina Alphonse : « Tokony hiala ny filoham-pirenena »

Hentitra sy nahitsy. « Misavoritaka ny fiainam-pirenena noho ny afitsoky ny mpitondra. Tsy misy ny fanarahan-dalàna fa itsakitsahina izany, hatramin’izao. Samy manao ny saim-pantany koa ny ao anaty fitondrana rehetra. Vokany, mivaralila tsy mandeha amin’ny laoniny ny fiainam-pirenena. Nantenain-kanirina ny filoha kanefa, mampivandravandra… Tsy mahafehy ny eo ambany fifehezany izy satria mpitari-bato vilam-bava.. Aminay, tokony hiala ny filoham-pirenena », hoy ny depiote teo aloha, Randrianambinina Alphonse, ny fiandohan’ny herinandro teo tetsy Andravoahangy Ambony.

Nohamafisiny fa tena ohatra ratsy ho an’ny hafa sady efa tsy to teny na aiza na aiza intsony izao fitondrana izao. Fantatry ny rehetra rahateo, ary mahatsapa tena ihany izy ireo fa tsy voafidim-bahoaka amin’ny tena maro anisa. Nohitsin’ity mpikambana eo anivon’ny Herin’ny fanovana ity fa karazan’ny niteniteny foana ihany tamin’ilay fandaharany « Fotoam-bita » farany teo ny filoha Rajaonarimampianina raha niresaka ny lozam-pifamoivoizana teny Ankazobe ka nilaza ny handray fepetra hentitra amin’ireo tsy mahavita ny andraikiny. « Zava-boalazany tamin’izany fa tokony hametra-pialana ireo tsy mahafehy andraikitra. Ka iza no tompon’andraikitra ? », hoy indray izy.

Tsy mahafehy fitantanana firenena ny mpitondra

Ankoatra izany, efa feno ilay vola sandoka amin’ilay vao navoaka any Nosy Be amin’izao fotoana izao ka mampiahiahy. Nanteriny fa efa porofo ny tsy fahafehezan’ny mpitondra ny firenena izany rehetra izany. Teo koa ny tsy fahafehezana ny olan’ny Jirama, ny fahantrana miavosa sy ny maro hafa. « Tokony hametra-pialana ny filoha ary  aoka izy hanaja ny teniny fa tsy nahavita ny andraikiny », hoy izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

«Chan 2018» : mahavelombolo ny Barea de Madagascar

Tontosa  ny lalao tsapa nataon’ny Barea de Madagascar tamin’ny Uscafoot. Fihaonana, nisedrana ireo mpilalao vao nantsoina ary fanamafisana ny fiarahan’ireo efa tranainy, amin’ny fiatrehana an’i Angola.

 

Resin’ny Barea de Madagascar, tamin’ny isa 2 no ho 0, ny Uscafoot, omaly, teo amin’ny lalao fitsapana, mialoha ny hikatrohana amin’i Angola, hiadian-toerana, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ireo mpilalao tsy matihanina na ny “Chan 2018”, tanterahina any Kenya.

Baolina tafiditr’i Bila, teo amin’ny minitra faha-20-n’ny fidirana voalohany sy teo amin’ny minitra faha-59 nilalaovana. Mahavelombolo ny endri-dalaon’ny ekipam-pirenena malagasy, na mbola misy ihany aza ny tokony hahitsy eo amin’ny fandrindrana ny fanafihana sy ny tsy fahaizan’ireo mpilalao sasany manararaotra ny fahadisoana na fitavozavozan’ny mpifanandrina, izay tokony hahafatesana baolina.

Marihina fa saika nampilalaovin’ny mpanazatra avokoa ireo mpilalao rehetra voaantso, izay nahafahany mijery sahady ireo mety ho mpilalao 11 hilahatra voalohany amin’ny alahady ho avy izao. Tsiahivina fa tsy mbola namoaka ny anaran’ireo 18 handrafitra ny Barea de Madagascar  ny mpanazatra.

Nosedraina tamin’iny fihaonana tamin’ny Uscafoot iny ihany koa ireo mpiandry tsatoby  nantsoina, izay hisolo an’i Leda, tsy afaka hilalao noho ny karatra mavo roa azony. Mbola hitohy, anio sy rahampitso zoma, ny fanomanantenan’ny Barea de Madagascar. Fotoana, hanamafisana ny paikady farany, ary hanamboarana ireo lesoka hafa.

“Telma coupe”

Mandra-piandry izany, tafita hiatrika ny ampaha-16-n-dalana amin’ny “Telma coupe de Mada” ny MI20 Analamanga, nandresy ny CFFA Analamanga, tamin’ny isa 4 no ho 0, ary ny Cnaps Sport Itasy, nanilika ny Disciples FC Analamanga, tamin’ny isa mavesatra 6 no ho 0.

Ankoatra izay, hotontosaina, anio any Mahajanga, ny manasa-dalana hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, sokajy vehivavy. Hifandona amin’izany ny Askam sy ny Mifa ary ny lalaon’ny Mifa sy ny Asot.

Ho an’ny ligin’Analamanga kosa, fantatra fa ny Cosfa no ekipa faharoa hanampy ny Elgeco Plus, eo amin’ny fiatrehana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara. Resin’ny Miaramila, tamin’ny isa 2 no ho 0, ny AS Adema, teo amin’ny andro farany amin’ny “Poule des As”, natao tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Paris St Germain : hitory ny FC Barcelone i Neymar

Tsy mbola milamina mihitsy, hatreto, ny hilalaovan’ilay Brezilianina, Neymar Jr, ao amin’ny klioban’ny Paris St Germain. Na efa naseho vahoaka sy nandaniana volabe aza ny lehilahy, mbola tsy afaka miakatra kianja. Anton’izany ny tsy mbola nandefasan’ny FC Barcelone, ekipa nilalaovany teo aloha, any amin’ny federasiona frantsay ny taratasy fahazoan-dalana iraisam-pirenena mifindra klioba.

I Neymar, izay efa tokony hanomboka hilalao eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka frantsay “Ligue 1”, amin’ny alahady ho avy izao. Fihaonana hikatrohan’ny PSG amin’ny Guingamp. Tsy mbola hahita an’i Neymar indray izany ireo mpijery sy mpanohana parizianina, izay efa mangetaheta mafy ny hiakarany kianja.

Ankoatra izay, tsy nomen’ny FC Barcelone ihany koa ilay vola mitentina 26 tapitrisa euros, tambiny nilalaovan’i Neymar  tany Espaina. Lelavola tokony horaisin’ny dadan’i Neymar izany, izay tafiditra ao anatin’ny fifanarahan’ny roa tonta.

Vokatr’izay, hitory ity klioba ity ny tovolahy. Andrasana izany ny ho tohin’ity tantara, mbola mitana ny sain’ny rehetra, ity eo amin’i Neymar sy ny FC Barcelone.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa : herintaona sy tapany… nahazo amboara enina i Zidane

 Misongadina na teny ambony kianja? fony izy mbola nilalao? na amin’izao fotoana maha mpanazatra azy izao, i Zinedine Zidane. Hatramin’ny nitondrany ny Real de Madrid, nanomboka ny fiandohan’ny taona 2016 no ho mankaty mantsy, amboara enina no efa azony. Raha tsiahivina, indroa nandrombaka ny “Ligue des champions d’Europe”, ny taona 2016 sy 2017. Izy no mpanazatra voalohany nahavita nandrombaka izany indroa misesy. Teo koa ny «Super coupe d’Europe», izay lasany indroa misesy : ny tamin’ny taon-dasa sy ny tamin’ny talata lasa teo, izay nandreseny ny Manchester United, tamin’ny isa 2 no ho 1.

Ankoatra izay, ny nahazoany ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany, ho an’ny klioba, ny taona 2016, ary ny naha voahosotra ny Real de Madrid ho tompondakan’i Espaina, tamin’ity taona 2017 ity. 55 ny lalao vitan’ny Real de Madrid ka indroa ihany izy ireo no tojo faharesena, hatramin’izay nitondran’i Zidane azy.

Raha ny endri-dalao sy ny herijikan’ny Real de Madrid, amin’izao fotoana izao, mbola betsaka ny maka azy ireo, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions 2018”. Heverin’ny rehetra ihany koa fa mbola ho lasan’i Zidane  indray ny mpanazatra mendrika, amin’ity taona 2017 ity.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basket-U14 : Vakinankaratra en embuscade

Les jeunes sont en pleine bourre au championnat de Madagascar U14 de basket-ball à Tsiroanomandidy. Après les matchs de poule, Analamanga se propulse en phase finale, suivie de très près par Vakinankaratra.

Aucune erreur n’est permise à partir de ce jour à la joute nationale ! Les équipes vaincues à l’issue des huitièmes de finale plieront bagage. Analamanga sort pour l’instant du lot avec 13 équipes qualifiées dont 7 chez les garçons et 5 chez les filles. De ce fait, cette ligue part avec un avantage conséquent par rapport aux autres, notamment dans la catégorie masculine. En plaçant trois formations chez les garçons et 2 chez les filles, Vakinankaratra reste en embuscade.

Pour Atsinanana, Ascut et CRJS poursuivront leur aventure et devront batailler fort face respectivement au BCR (Analamanga) et MB2All (Analamanga). Mais ce jour, Analamanga va devoir faire une croix sur l’une de ses équipes avant même le début des huitièmes. Sur les huit rencontres des garçons, l’une d’entre elles verra un duel fratricide entre AKBB (Analamanga) et ASA (Analamanga).

Plus ouverte

Dans la catégorie féminine, la compétition est plus ouverte. Bien qu’ayant le plus de représentants en huitièmes de finale, Analamanga va devoir en découdre avec les autres ligues, notamment Boeny, Vakinankaratra et Haute Matsiatra qui ont chacune deux formations en lice. De belles bagarres en perspective entre les basketteuses issues des différentes ligues. Les grands clubs de la discipline tels Fandrefiala, MB2All sont attendus au tournant.

Naisa

Programme des huitièmes de finale

U14 Garçons :

BCSM (Analamanga) – ASC44 (Alaotra Mangoro)

MB2ALL (Analamanga) – CRJS (Atsinanana)

DTSC (Analamanga) – FFPRO-BCTM (Vakinankaratra)

Ascut (Atsinanana) – BCR (Analamanga)

ABBCM (Alaotra Mangoro) – FFA (Vakinankaratra)

ESF Riven’ (Analanjirofo) – Abba (Vakinankaratra)

CJBA (Haute Matsiatra) – BCNA (Analamanga)

AKBB (Analamanga) – Asa (Analamanga)

U14 Filles :

Asa (Analamanga) – AS Emma (Haute Matsiatra)

FFPRO-BCTM (Vakinankaratra) – UBBM (Boeny)

MB2ALL (Analamanga) – JCBA (Analamanga)

SEPA ABM (Boeny) – CRJS (Atsinanana)

Fandrefiala (Analamanga) – AKBB (Analamanga)

Fandrasa (Haute Matsiatra) – ASBM (Vatovavy 7 Vinany)

Mega Informatique (Atsinanana) – Ascob (Vakinankaratra)

Cosca (Amoron’Imania) – BTKF (Amoron’Imania)

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : les demi-finales de l’élite maintenues

Le doute est dissipé à propos de la tenue ou non des demi-finales du championnat d’Analamanga de volley-ball au gymnase de Mahamasina ce dimanche. Bien qu’un match international de football se tienne au stade de Mahamasina le même jour, cela n’empêche pas la ligue de maintenir la compétition. Un week-end tant attendu par donc  les férus de la discipline durant lequel les confrontations entre les formations de la première division seront les principales attractions.

Chez les hommes, les quatre premières équipes à l’issue de la phase de groupe  ont répondu présent dans ce dernier carré. Il faut s’attendre dans ce cas à une belle rencontre, notamment entre Cosfa et VBCD. La championne en titre, la GNVB a hérité d’une équipe prenable, à savoir, l’AS Voara.

Côté dames, les deux rencontres des demi-finales sont toutes explosives ! Un vrai régal pour le public avide de beaux jeux. Les quatre formations en lice (VBCD, Bi’As, GNVB et Voara) semblent dans les mêmes dispositions de se qualifier pour la grande finale. Ce sera la catégorie la plus indécise parmi les trois au programme.

Pour la deuxième division, les demi-finales à l’affiche sont également explosives. En fait, une victoire ne signifie pas uniquement une qualification pour la finale. Elle est aussi la voie royale pour la montée en première division. Les quatre formations en compétition sont VBC Jack, JSA, TSVB et VBCD.

Naisa

Programme des demi-finales :

1ère division hommes :

Cosfa-VBCD

GNVB-Voara

1ère division dames :

VBCD-Bi’As

JMVB-Voara

2e division hommes :

VBC Jack-JSA

TSVB-VBCD.

 

News Mada0 partages

Chronique : surtout ne pas perdre contenance

La voiture freine brusquement. Tout autour, les marchands se transforment en badauds et se précipitent vers la voiture, de peur de manquer l’éventuel spectacle de rue. Le spectacle, c’est une petite fille à peine plus haute que la roue de la voiture. Elle s’apprêtait à traverser la ruelle pour rejoindre sa mère quand le conducteur de la voiture a aperçu cette petite silhouette qui courait sans voir le danger. On peut difficilement lui en tenir rigueur, la petite fille n’a que trois ans. Fort heureusement, la voiture a de bons freins et le chauffeur de bons réflexes. On ne peut pas en dire autant de la mère qui émerge tranquillement d’une discussion avec une marchande, de l’autre côté de la rue.

Faisant mine d’ignorer tous les spectateurs, la mère se lève lentement pour chercher sa fille. Elle la prend par le col et lui administre une série de fessées dont la gamine se souviendra longtemps. Pour se donner bonne contenance, elle ajoute à très haute voix quelques réprimandes qui laissent entendre aux badauds qu’elle sait s’y prendre pour se faire respecter des enfants. Sa fille, qui jusque-là n’avait  pas émis un seul son, se met à crier et à pleurer, sans doute parce qu’elle commence à vraiment avoir mal au derrière.

La jeune mère a probablement eu très peur pour sa fille. Si l’idée de la rassurer et de la consoler lui a traversé l’esprit, elle l’a remisée dans un coin de ses états d’âme pour faire face au «mahamenatra olona», oubliant au passage de s’adresser au conducteur de la voiture qui a évité l’accident. Que lui dirait-elle ? «Je suis désolée», par exemple. Mais elle ne peut pas le dire. Ce serait perdre la face. Cette jeune femme n’est pas malveillante. Elle réagit simplement comme on le lui a appris, attentive au regard des autres plus qu’à la sécurité affective de son enfant.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la méningite et la rougeole à Tananarive

Quelques familles ont été émues par la nouvelle que ces épidémies sévissaient à Tananarive. Elles pourront être rassurées par la lecture des renseignements suivants puisés à bonne source.

Tananarive,

le 22 juillet 1917

Il est exact que la rougeole et la méningite cérébro-spinale ont fait leur apparition au Bataillon de l’Émyrne, mais jusqu’ici elles n’ont touché, l’une et l’autre, que des jeunes gens de la classe 18. Il y a, je crois, quatre ou cinq méningitiques sur quatre cents hommes et sept ou huit rougeoleux.

La méningite n’attaque, paraît-il, que ceux dont le système nerveux est assez faible ou assez peu formé pour donner prise au microbe de cette maladie ; c’est pourquoi elle sévit surtout parmi les Malgaches qui épuisent leur système nerveux par leur inconduite ou par la boisson ; c’est pourquoi elle atteint non pas les Européens adultes, mais les enfants et les jeunes gens de la classe 18. Elle se manifeste d’abord par une sorte de fièvre, puis par des douleurs dans les articulations et dans la région des reins ; c’est-à-dire qu’elle commence par entamer la moëlle épinière par le bas puis elle monte petit à petit. Quand elle est arrivée au cou, le malade ressent des douleurs à la nuque qui font prévoir un dénoûment fatal à bref délai. Une fois arrivée au cerveau, on peut dire que c’est fini.

On a pris, bien entendu, des mesures de prophylaxie. La 4e Compagnie, composée de jeunes, a été transférée au Fort Duchesne, de façon à ne pas laisser les hommes si serrés dans les chambres ; on arrose celles-ci avec du sulfate de cuivre et du crésyl ; on devient sévère pour la propreté ; on donne à manger aux hommes un morceau de pain et un bifteck avant d’aller à l’exercice ; les infirmiers passent à midi dans les chambres pour mettre un préservatif (menthol, je crois) dans les fosses nasales des hommes, etc.

On voit par ces détails que le mal est enrayé et qu’il n’y a rien qui puisse inquiéter sérieusement.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Allaitement maternel : pour combattre la malnutrition chronique

L’allaitement maternel exclusif de l’enfant, jusqu’à l’âge de deux ans, est un moyen sûr de contribuer à la lutte contre la malnutrition chronique.

Placée sous le thème «Ensemble, protégeons l’allaitement maternel, loin des conflits d’intérêt», la célébration de la Semaine nationale de l’allaitement maternel a été lancée officiellement, hier, devant l’HJRA Ampefiloha. Dans son discours, le ministre de la Santé publique, le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a particulièrement mis l’accent sur l’importance de l’allaitement maternel exclusif, de six mois à deux ans, dans le dessein de contribuer à la lutte contre la malnutrition chronique. «C’est la seule façon pour combattre la malnutrition chronique à Madagascar», a-t-il souligné.

Un taux alarmant

47,3% des enfants malgaches de moins de cinq ans sont en situation de malnutrition chronique. Une situation alarmante en vue du développement du pays. «C’est prouvé maintenant que le développement maximal des cellules cérébrales se réalise durant les deux premières années de l’enfant. C’est là où il a l’acquisition de toutes les capacités nécessaires pour son développement futur», a appuyé le ministre de la Santé.

Avant de poursuivre: «Ne vous étonnez pas donc des échecs scolaires de vos enfants si vous avez raté cette occasion». Il a encouragé ensuite les mères à persévérer dans la pratique de l’allaitement maternel exclusif. Le taux de 90% des femmes qui allaitent, est l’objectif à atteindre pendant cette Semaine nationale de l’allaitement maternel.

Un coin d’allaitement

A cet événement, le ministère de la Santé a lancé un appel à tous les responsables des entreprises, aussi bien publiques que privées, d’instaurer un coin d’allaitement maternel dans leurs locaux respectifs. «Non seulement, c’est leur droit mais elles pourront ensuite travailler convenablement, au profit des entreprises, sans aucun souci majeur au sujet de leurs enfants», a indiqué le ministre.

A l’issue de cette célébration, des certificats de reconnaissance ont été distribués par le ministère de la Santé, aux entreprises qui ont déjà aménagé ce coin d’allaitement dans leurs locaux, à l’instar du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle.

Sera R

 

News Mada0 partages

Météo : un anticyclone dans les parages

Hier, un puissant anticyclone s’est positionné dans le Sud de Madagascar. Au cours des prochains jours, il va s’intensifier tout en se déplaçant lentement vers l’Est. Selon la Météo, le régime de vent qu’il engendre va attirer des masses d’air frais, humides et localement instables vers la Grande île. Cet anticyclone va conditionner le temps qu’il fait sur l’ensemble du pays.

Dans sa prévision, la Météo annonce des pluies et des averses persistantes sur l’ensemble du littoral Est. Cela, avec des risques de fortes pluies dans la région Vatovavy Fitovinany et ses environs. On peut s’attendre aussi à des orages localisés dans le centre Est et à l’intérieur de la région Melaky.

Un temps venteux est attendu avec des rafales de 50 à 70km/h, notamment sur les parties élevées et les endroits exposés. Quant aux températures, elles connaîtront une forte baisse de 2 à 3°C par rapport à la normale du mois d’août.  Sur les Hautes terres, les températures maximales varient entre 14 à 18°C et 22 à 26°C sur l’Est du pays. Coté maritime, la mer restera agitée à localement forte dans le Sud et le littoral Est, avec des vagues de 2 à 3 mètres de haut.

Sera R

 

News Mada0 partages

Paludisme : baisse du taux de prévalence

Malgré les avancées réalisées dans la lutte contre le paludisme, cette maladie demeure un problème de santé publique au pays car elle est encore la quatrième cause de morbidité dans les centres de santé et la quatrième source de mortalité hospitalière.

Toutefois, son taux de prévalence à Madagascar a connu une baisse. De 6,5% sur l’ensemble des consultations externes de cas simples, ce taux est descendu à 5,6%, de source auprès de la Direction de lutte contre le paludisme Androhibe, du ministère de la Santé publique. Cela, en marge  de la cérémonie officielle de la signature entre les parties prenantes de la «Revue du programme paludisme», mardi dernier, au siège de cette Direction.

Cette revue renferme le programme réalisé dans la mise en œuvre du plan stratégique 2013-2017 de la lutte contre le paludisme et ses résultats ainsi que les recommandations pour le nouveau plan stratégique 2018-2022. Dans ce nouveau plan, l’objectif à atteindre: «Zéro palu».

Recommandation sur trois axes

En résumé, les recommandations de la revue sont orientées sur trois axes. Le premier repose sur les intrants, c’est-à-dire, le renforcement de l’acheminement des médicaments et des diagnostics au niveau des centres de santé de base, en particulier ceux situés dans des régions éloignées.

Le deuxième est l’amélioration du système de collecte de données dans le domaine du paludisme pour prendre des décisions opportunes. Quant au troisième, il s’agit du renforcement des capacités des agents responsables, chargés  de sensibiliser les gens sur l’utilisation des moustiquaires et sur la distribution des insecticides. «Mal exploitées, les moustiquaires ne durent que cinq semaines environ, au lieu de trois ans», a précisé le directeur de lutte contre le paludisme, le Pr Arsène Ratsimbasoa.

Aspersion d’insecticide

La Campagne d’aspersion intra-domiciliaire d’insecticide (Caid), pour lutter contre la prolifération des moustiques, vient d’être lancée officiellement à Ampasimanjeva, dans la région Vatovavy Fitovinany. A part cette région, huit autres sont les bénéficiaires de la Caid. A savoir, Atsimo Atsinanana, Analanjirofo, Atsinanana, Itasy, Analamanga, Amoron’i Mania, Vakinankaratra et Matsiatra Ambony. Dans cette campagne, environ 670 000 ménages sont ciblés dont plus de 3 millions de bénéficiaires directs.

Sera R

 

News Mada0 partages

Amoron’i Mania : saisie de 4 Kalachnikov et 4 Mas 36

La prolifération des armes à feu est incontestablement l’une des principales causes de l’insécurité aussi bien dans le milieu urbain que rural.

La région Amoron’i Mania n’est pas épargnée. C’est la raison pour laquelle le commandement du Groupement de gendarmerie de cette région a décidé d’intensifier la lutte contre la circulation des armes à feu.

«Des résultats palpables ont été réalisés. Depuis le début de l’année, nous avons réussi à mettre la main sur 4 fusils d’assaut Kalachnikov, 4 fusils Mas 36 et 40 armes de fabrication artisanale et nous entendons continuer sur cette lancée», a expliqué le colonel Anicet Randrianarivelo, commandant du Groupement de gendarmerie d’Amoron’i Mania.

Toujours dans le domaine de l’insécurité, l’officier supérieur a précisé qu’après la fin de l’opération «Mazava II», les attaques des dahalo reprennent de plus belle. Pas plus tard que lundi, une centaine de dahalo ont attaqué des villages se trouvant dans la commune de Mandrosonoro. Ils ont pris deux personnes en otage et emporté près de 200 zébus. Un accrochage a eu lieu et les deux otages ont été libérés sains et saufs mais les dahalo ont pu reprendre la route avec leur butin.

Devoir citoyen

«La traque des dahalo se poursuit actuellement. Ils ont traversé le fleuve Matsiatra. Maintenant, ils se dirigent vers l’ouest. Des éléments des Circonscriptions de gendarmerie nationale de Fianarantsoa et de Toliara effectuent des bouclages en vue de les intercepter», a ajouté le colonel Anicet Randrianarivelo.

Par ailleurs, le colonel Anicet Randrianarivelo a précisé que malgré tout, le Groupement de gendarmerie d’Amoron’i Mania a opté pour la prévention. «Nous avons installé plusieurs postes fixes. Nous avons également multiplié les tournées de police générale en vue de sensibiliser les villageois sur l’importance de la mise en place des vigiles et des colonnes puisque la préservation de la sécurité communautaire est le devoir de tout un chacun», a-t-il conclu.

Mparany

 

News Mada0 partages

Toamasina : hausses des frais du transport régional

Les coopératives de transport opérant dans plusieurs localités de la province de Toamasina envisagent une hausse des frais de transport à partir du 15 août. La dé0gradation des matériels due à la vétusté des routes et la série de hausses des prix du carburant sont à l’origine de la décision.

Les frais de transport de voyageurs sur les lignes des zones régionales desservant les districts périphériques de Toamasina seront revus à la hausse à partir du 15 août prochain. Les coopératives exploitant ces lignes en ont déjà informé les autorités compétentes pour avaliser la décision résultant de plusieurs paramètres de rentabilité de leurs activités dont les hausses successives des prix du carburant, l’état lamentable des infrastructures routières accélérant la dégradation des pièces et accessoires des véhicules.

Les axes partant de Toamasina et desservant Fenoarivo Atsinanana jusqu’à Soanierana Ivongo et Brickaville à Mahanoro sont principalement touchés par la hausse. Les localités bordant les RN44, RN5 et RN2 sont également concernées par cette décision des transporteurs de Toamasina ainsi que les districts de Maroantsetra, Marolambo, Mananara Avaratra et Antanambao Manampotsy.

Qualité de service

Les consommateurs comprennent la nécessité de cette décision des coopératives de transport en général et ne s’y opposent pas mais exigent, en contrepartie, une amélioration de la qualité de leurs services. En plus du manque de confort dû à la surcharge des passagers entassés dans ces véhicules, les usagers déplorent l’état de dégradation avancée de la majeure partie du parc automobile des coopératives régionales de Toamasina. Les transporteurs ont révélé n’avoir procédé à aucune hausse depuis 2008 pour justifier leur position actuelle. La balle est donc dans le camp des autorités des régions Analanjirofo, Atsinanana et des responsables de l’Agence des transports terrestres (ATT) seuls habilités à décider de l’application de cette hausse de tarifs.

Manou

 

News Mada0 partages

Insécurité : les passagers des taxibe ciblés

Une résurgence de l’insécurité a été observée ces derniers temps dans la capitale. Les attaques à main armée se sont multipliées au grand dam des habitants et des commerçants. Mais d’après des receveurs de taxibe et des cadenceurs, des bandits armés s’attaquent actuellement aux passagers des taxibe desservant Andavamamba, 67 Ha et Ambodin’Isotry.

«Il ne s’agit pas de simples pickpockets comme avant. Par groupe de trois ou quatre, ils montent à bord en se faisant passer pour de simples passagers. Une fois installés, ils sévissent sans crier gare. Ils dépouillent les passagers et raflent tout ce qu’ils trouvent à portée de main. Certains d’entre eux nous sont déjà familiers mais étant donné qu’ils nous côtoient quotidiennement, nous ne pouvons rien faire pour les en empêcher. Nous tenons aussi à notre vie», ont expliqué les receveurs avant d’ajouter qu’en vue d’éviter de mauvaises surprises, il est plus prudent de ne pas exhiber les objets de valeur.

Il n’y a pas si longtemps, les journaux de la capitale ont annoncé que des voleurs à la tire, parfois équipés d’armes à feu, s’attaquent à des piétons sur l’axe Andavamamba- Antetezanafovoany.

Mparany

News Mada0 partages

Boeny : ouverture à la coopération extérieure

La région Boeny met en pratique une politique «tous azimuts» en matière de développement. Outre les collaborations avec des partenaires locaux, la région s’ouvre à l’extérieur pour tirer profit des contacts avec les pays étrangers.

Le passage de l’ambassadrice de l’Afrique du Sud Mau Vuyelwa, à Mahajanga, a permis le renforcement du partenariat de son pays avec la région Boeny.  L’objet de sa rencontre avec le chef de région Saïd Ahamad  Jaffar a été axé sur les perspectives d’éventuelles coopérations entre les deux parties. Le renforcement  de la coopération récente tissée entre la région Boeny et son pays a été évoqué par la diplomate sud-africaine lors de cette visite de courtoisie auprès du chef de région. Elle a insisté au cours de l’entretien d’ailleurs pour que l’on informe les jeunes de la région de l’existence de cette coopération naissante, afin que ces derniers puissent déjà en tirer profit ou se baser avec,  pour faire des projets d’avenir. La diplomate sud-africaine a assisté à la clôture officielle de la célébration du «Mandela Day» à l’université de Mahajanga, le week-end dernier.

Le chef de région Saïd Ahamad Jaffar a présenté plusieurs alternatives de coopération bilatérale, surtout en matière de développement au cours de l’entretien. Il a exposé en outre les potentialités de sa région, notamment  celles des produits halieutiques et de l’agriculture,  le black eyes  en particulier, ou encore la richesse culturelle sakalava. Les deux parties se sont déclarées en faveur des relations de proximité offrant une opportunité d’échanges régionaux particuliers dans différents domaines à la fin de la rencontre.

Manou

 

News Mada0 partages

Mode : «Les artistes raffolent de la culture américaine»

Influencés par les clips occidentaux, surtout ceux «made in USA», les artistes locaux imitent les scénarios à tous les détails près pour les insérer dans leurs vidéos : les belles maisons, les voitures de luxe, les vêtements, les accessoires… Ils changent deux ou trois fois de vêtements dans un clip. Ainsi, Yo Gallery, sis à 67Ha, est l’une des boutiques où ces artistes s’arrachent les habits pour leur clip. Sa spécialité est les dernières tendances américaines. «Quelques artistes adeptes des musiques urbaine et tropicale raffolent de cette culture occidentale. Comme les américains, ils se focalisent, surtout, sur les bling bling», a annoncé Jessy Elie Yo, propriétaire de Yo Gallery.

Par ailleurs, pour présenter les nouvelles tendances, Yo Gallery propose un défilé de mode baptisé «Yog Gang», le 12 août prochain au Jao’s Pub à Ambohipo. «Nous n’engageons pas de mannequins, parce qu’ils ne répondent pas à nos critères. Parfois nos tenues sont de tailles XXL…», a-t-il expliqué. Des artistes venus spécialement de Toamasina seront invités durant la soirée, à savoir Shadow, Jess Gôlagôla, Saboodak, Deekhar, Mayash et Weez Jay.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Jazz it up : hommage à Django Reinhardt

L’Alliance française d’Antananarivo s’apprête à vibrer aux rythmes de la troisième édition de «Jazz it up», du 26 au 27 août prochain. Les œuvres de Django Reinhardt sont à l’honneur.

Malgré les nombreux problèmes confrontés  par le festival, la volonté de partage et l’engagement des artistes participants ainsi que l’acharnement des organisateurs ont fait que l’événement ait encore lieu cette année dans la capitale. Si les deux dernières éditions ont laissé la part belle aux talents et à la créativité de la jeune génération de musiciens, cette fois, les œuvres de Django Reinhardt seront mis sous le feu des projecteurs.

«Le club AF Jazz donnera un concert en hommage à Django Reinhardt, ce guitariste hors-pair qui a inventé un style de jazz très particulier, le jazz manouche. On ne saurait être mélomane, amateur de jazz, sans connaître ce musicien exceptionnel. Le concert sera précédé de la projection d’un film sur Django», avance Elie Ramasindraibe Salomon, le président du club. Pour la troisième année consécutive, le grand rassemblement des inconditionnels du jazz promet d’enivrer les passionnés et le public.

Le 27 août, une scène extérieure sera érigée à Andavamamba sur laquelle va se relayer une ribambelle de musiciens et de chanteurs. On notera tout particulièrement  Andy Razafindrazaka, Jazz Quart, Trio Raoelison, Elie Ramasindraibe, l’AF Jazz et le Jazz Club du CGM. «Ce sera un concert hors du commun tout au long duquel les participants promettent une ambiance jazzistiquement survoltée», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

TRANGAM-PIARAHAMONINA : Voatery noefaina vola ny fototra lavanila voakasika tao Sambava

Tsy voatanany izany ka nianjera tamin’ny voly lavanilan’olona mifanila amin’ny tokontanin’ity raim-pianakaviana ity.

Voalaza fa lavanila 3 fototra no voakasoka ka nisy fahapotehana. Tezitra ny tompony ka nampanolo izay voly simba. 1 600 000 ariary no takiany tsy maintsy avoakan’io nahavanon-doza io amin’ity raim-pianakaviana ity. Tao amin’ny fokontany Ankiabe kaominina ambanivohitr’Antsirabe Nord, Distrikan’i Sambava no nisehoan’ity trangam-piarahamonina ity, ny faran’ny herinandro teo. Voatery niditra an-tsehatra nampifanantona azy roa ireo ny lehiben’ny fokontany tao an-toerana mba hisian’ny marimaritra iraisana satria nitaraina ilay nanimba voly fa be loatra io lelavola takiana aminy io.

« Mba antsasany vola takiana no omena satria tsy potika tanteraka ny volinao », hoy ny lehiben’ny fokontany. Nanaiky ihany ilay tompon’ny lavanila ka 800 000 ariary no niafaran’ny fifanarahana tamin’ny roa tonta. Efa voaefa io vola io, araka ny vaovao voaray avy any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA ANDRO ANTOANDRO : Sinoa roa mpivarotra etsy Behoririka indray naratra mafy

Sinoa no tompon’ny tsena, ka roa tamin’ireto farany no naratra mafy. Na izany anefa dia niala maina ihany ireo jiolahy satria tsy nahazo na inona na inona.

Afak’omaly folak’andro tokony ho tamin’ny 4 ora hariva no notafihina lehilahy telo nirongo zava-maranitra ny tranom-barotra lehibe an’ny teratany sinoa, etsy Behoririka. Any amin’ny rihana voalohan’ilay tsena no misy ity voatafika ary avy aty ambany no fantatra fa niditra ireo olon-dratsy. Ireo olon-dratsy izay nanao tahaka ireny mpiantsena rehetra ireny, ka tsy nanampo na inona na inona. Fanampin’izany tsy nisy nisaron-tava ihany koa ry zalahy ary tsara afina tany anaty akanjo ireo fitaovam-piadiana. Efa tsara lamina tanteraka ny fanafihana ary heverina fa efa nokendrena tao anatin’ny maro mihitsy ity voatafika.

Araka ny loharanom-baovao voaray mody niditra tao anatin’ilay tsena izy telo lahy. Nibosesika ny olona mividy entana ary mody milahatra toy ny olon-drehetra ihany koa ry zareo. Rehefa somary nangina ny tsena vao namoaka ny antsibe tany am-balahany ny raikalahy ary avy hatrany dia nanambana izany tany amin’ireo Sinoa roa lahy nipetraka teo amin’ny fitoeram-bola. Notereny ireto farany hamoaka izay vola lafo ary avy hatrany dia nofirainy tamin’ilay antsy maranitra ka naratra mafy. Ireo Malagasy mpiasa tao amin’ilay tsena no nikoropaka niantso vonjy ka io no nampitsoaka an’ireo jiolahy.

Fantatra fa tsy nisy na inona na inona lasan’izy ireo noho ny tahotra ny ho tratra. Ireo mpivarotra nifanila tamin’ilay tsena lasibatra sy ireo teo amin’ny manodidina dia samy nilaza ho tsy nahare na inona na inona noho ny fahabetsahan’ireo olona tonga nividy entana. Na ireo mpivarotra amoron-dalana ivelan’ilay magazay aza dia tsy nisy nahatsikaritra olona miendrika ho jiolahy mpanafika velively.

Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana saingy efa tafatsoaka ireo olon-dratsy. Nalefa notsaboina teny amin’ny hopitaly ireo naratra. Tato ho ato nirongatra ny fanafihana amin’ny andro antoandro, efa sahy miseho masoandro tanteraka ireo mpanao ratsy.Vao haingana no nifanesy ny fanafihana teny Andraisoro sy Ambatomaro.

Ny alatsinainy lasa teo ihany, tovovavy iray niandry fitateram-bahoaka teny Paraky-Tanjombato no nifandritahan’ny jiolahy. Voalaza fa nisy volabe tao anatin’ilay kitapo kely nosakelehin’ity lasibatra ary fantatr’ireo olon-dratsy izany. Telo lahy no nanatanteraka ny fandravana, nambaran’ireo nanatri-maso ny zava-niseho fa nitrosina tamin’ny tany mihitsy ilay vehivavy nakan’ireo olon-dratsy ilay sakaosy kely teny aminy. Nandritra an’io dia samy nitazam-potsiny tsy nisy sahy nanohitra ny manodidina noho ny fitaovam-piadiana nampiasan-dry zalahy.

Hita, araka izany, fa manao izay danin’ny kibony tanteraka ireo olon-dratsy, izay hanairana ny sain’ny tompon’andraikitra eo amin’ny filaminana fa miaina ao anaty tsy filaminana ny vahoaka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBATOFINANDRAHANA : Vehivavy roa nalain’ny dahalo miisa 600 ho takalon’aina

Dahalo tokony ho eninjato lahy tany ho any indray no tonga nanafika tao amin’ny Kaominina Mandrosonoro, telo andro lasa izay.

Tapitra lasa avokoa ny omby an-jato tao amin’io toerana io. Etsy andaniny izay, dia ankizivavy roa zanaky ny tompon’omby ihany koa no lasan’izy ireo natao takalon’aina raha ny fanazavana voaray avy any an-toerana. Efa navotsotr’ireo malaso ihany ireto ankizy ireto, omaly.

Mbola mitohy hatrany fanarahan-dia ataon’ireo fokonolona sy ny Zandary satria mbola tsy misy tafaverina ireo omby ireo hatramin’izao. Fantatra ihany koa aza fa vao omaly maraina tokony ho tamin’ny sivy ora tany ho any dia efa nisy voatafika sahady ny tao amin’ny tanànan’Ambalanivo sy Ambalambony ka lasa daholo ihany koa ireo omby.Misedra olana tanteraka araka izany ireo mponina, ka mitaraina izy ireo noho ny firongatry ny fanafihana misesisesy.

Manampy trotraka, hoy izy ireo, ny fanaovana takalon’aina ireo zaza, ka vao mainka mihorohoro fatratra ireo fokonolona. Manoloana izay dia nilaza ny Kolonely Randrianarivelo Anicet miasa ao amin’ny faritra fa “ tsy maintsy hiara-hiasa ireo mpitandro filaminana miadidy ny Faritra Matsiatra Ambony sy Toliara. Marihina mantsy fa ireo toerana ireo no tena misy kizo falehan’ireo dahalo ka itrangan’ny asan-dahalo matetika, ka hisy ny fanarahan-dia amin’ny lalana efa mahazatra ireo dahalo ato ho ato. Hiezaka izy ireo hitady vahaolana hamerenana ireo omby lasan’ireo malaso nandritra ny telo andro nifanesy izay”.

Raha ny fitarainana voaray momba ny asan-dahalo hatrany dia vao afak’omaly ihany koa ny tao amin’ny Distrikan’Ihosy no nisy asan-dahalo, ka omby miisa enim-polo no lasa tamin’izany. Andrasana hatreto ny fanarahan-dia faobe ataon’ireo Zandary miadidy ireto Faritra roa tonta ireto .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE IRMAH NAHARIMAMY : Mitohy hatrany ny asa soa ataony

Nitsidika ny vahoakan’i Marolambo ny herinandro lasa teo araka izany ity depiote voafidy amin’ny lokony Mapar ity  ary tsy nahasakana azy ny faharatsian’ny lalana mankany an-toerana. Tena marina efa tsy lalana intsony no azo ilazana ny lalana mandeha any  Marolambo ity noho ny fahasarotany. Sady mamotaka no mitsaka rano maro. 

Manao asa soa izay fanaony hatrany i Irmah Naharimamy nandritra ny fitsidihana nataony tao Marolambo. Ankoatry ny fitsinjovany ireo vahoaka izay ohatran’ny  adinon’ny mpitondra tanteraka dia namita ny Kongresin’ny antoko Tgv sy Mapar  tany an-toerana ny tenany  ny alakamisy 3 aogositra teo izay naharitra 3 andro. 

Nangataka ny filatsahan’ny filoha Andry Rajoelina amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena amin’ny taona 2018  ny mpikambana rehetra eny fa na ireo tsy mpikambana izay leo amin’ny fitondrana misy ankehitriny aza. Lasa tany  lavitra andriana Marolambo ary midangana izay tsy izy ny vidim-piainana any an-toerana.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FIFAMOIVOIZANA ETO AMBANJA : Miroborobo ny fampiasagna bajajy sy posy

Amin’ny ankapobeny dia hita fa tegna mahatonga fiantsonan’ny fifamoivoizagna ny hamaroan’ireo posy bisikileta na cyclo-pousse agny an-toeragna ireo, indrindra amin’ny andro alakamisy izay andro natokagna hisian’ny tsena agny an-toeragna.

Tsiahivina fa efa nisy ny fagnanaovagna fiofagnana ireo mpitondra posy bisikileta aby ireo tamin’ny fotoam-pitondran’ny Ben’ny tanàna teo aloha, izay mahakasika ny lalagna mifehy ny fifamoivoizagna. Mihoatra ny 1000 ny posy bisikileta agny an-toeragna amin’izioty. Tsy dia ahitagna fameragna izegny anefa ny ao Ambanja satria ka raha mitombo miandalagna izegny araka ny fahitagna azy. Araka ny fagnazavana voaray tamin’ny mpitondra posy bisikileta fa 5 000Ariary hatrany amin’ny 6000Ariary ny "versement " tratrarigny agnatin’ny andra araiky, ary 500Ariary ny mpandeha araiky. Voalaza fa sarotra be ny manakatra io vola tokony amiagna patirao io noho ny hamaroan’ny posy miasa ao an-tanàna.

Arakaraka ny halaviran’ny toeragna handehanagna, na koa amin’ny faharatsian’ny lalagna izay alehan’ny mpandeha ihany koa ny hampiakaragna ny sarany ho 1000ariary.

Amin’ny tsy fanajana na koa tsy fahaizagna lalagna mifehy ny fifamoivoizagna dia matetika miteraka lozam-pifamoivoizagna izegny, indraindray miafara amin’ny famoizagna ain’olo indrindra ny mpandeha ao agnatiny. Marihina fa tsy manana taratasy fahazoan-dalana hamily ireo mpitondra posy bisikileta aby ireo na dia fantatra fa manao asa fitateram-bahoaka aza.

Azo volagniny fa agnisany magnampy betsaka ny vahoaka ao Ambanja ny posy bisikileta amin’ny fitateragna, satria zakan’ny rehetra ny sarany. Sady tsy ahitagna taksibe ny ao Ambanja noho ny haratsian’ny lalagna mampitohy ireo fokontany jiaby, fa ny lalabe iray ihany no ahitagna tara. Manampy ny ologno tsy mba handeha vity amin’ny hafanagnan’andra sy halaviran-toeragna ny posy bisikileta ao Ambanja. Ahitagna taksimoto ihany koa ny ao Ambanja, izay mbola manao asa fitateragna mampitohy ny avy ao amin’ny parkazy Tsaramandroso mankany Ambalavelona, misy mandeha hatrany Antsakoamanondro, Antsahampano sy ny maro hafa.

1000ariary ,2000ariary ny sarany arakaraka ny halaviran-toeragna, izay efa tsy koragniny ny taingimbe, izay tsy hita akory ny fandraisagna andraikitra. Raha tokony ologno 3 ihany no zakany bajajy, efatra paka ny mpamily, dia mahatratra hatrany amin’ny 7 no entiny bajajy agny Ambanja, efa tsy lazaigny koa ny fanentsemagna entagna ao agnatiny.

Azo ambara fa fitateram-bahoaka magnampy betsaka ny mpandeha ny posy sy ny bajajy amin’ny sarany zakan’ny rehetra fa ilaigny fitandremagna sy fanajana ny lalagna mifehy ny fifamoivoizagna ataon’ireo mpamily izany, mba hisoroagna amin’ny loza mety hitranga.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MANDRITRA NY FIALAN-TSASATRA : Hosaziana izay fiara mampiakatra saran-dalana

Nanomboka ny faran’ny herinandro lasa teo no nankaty dia niakatra hatrany amin’ny 30% ny saran-dalana mihazo an’ireo toerana be mpandeha toa an’i Mahajanga sy Toamasina. Manararaotra ny fahabetsahan’ireo mpiala sasatra misafidy an’ireto toerana ireto ny ankamaroan’ireo fiara mpitatitra ka mampiakatra ny saran-dalana amin’izao fotoana izao.

Nanambara ny tompon’andraikitra sy ny fikambanam-ben’ny Kaoperativa fa iharan’ny sazy izay fiara na kaoperativa mampiakatra ny saran-dalany izay miendrika ho fanararaotana. Anisany sazy mety ho azon’izy ireo amin’izany ny fampiatoana an’ilay fiara tsy hanohy ny diany avy hatrany.

Araka ny vaovao voaray anefa dia nilaza ny tompon’ireo fiara mpitatitra mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina fa tsy maintsy hampiakatra ny saran-dalana izy ireo manomboka amin’ny 16 aogositra ho avy izao.

Raha 15 000 Ariary izany teo aloha dia ho ampiakarina 20 000 Ariary.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

VAKY TRANO SESILANY : Nitokona teny amin’ny tobin’ny Zandary ireo mponina

Lasibatr’ireo jiolahy amin’izany ny tranom-barotra sy ireo tokantrano sasany noho ny hala-botry.

Velon-taraina ireo mponina niharan’ny halatra sy fanafihana amin’izao fotoana izao, ka nitokona teny amin’ny biraon’ny Zandary daholo izy ireo ary mitaky ny fitadiavam-bahaolana haingana. Mbola tsy nisy tratra ireo mpangalatra naha-vanona izany. Ahian’ny mpiray vodirindrina ho misy andian’olona miray tsikombakomba amin’izany. Misy kosa anefa ireo olona sasany ny mandiso izany ka milaza fa mety ho olona avy any ivelan’ny faritra mihitsy no manatanteraka asa raty eo an-tanàna.

Ny mahatalanjona ny iray tanàna dia matetika amin’ny fotoana tsy ampoizina toy ny amin’ny andro antoandro be iny no misy mamaky ny trano ka rehefa foana tanteraka izany vao mahatsikaritra ny rehetra.

Misy aza amin’ny andro alina no vaky ny trano fivarotana enta-madinika, fa tsy misy maheno ireo tompon-trano. Manoloana izay fitokonana izay dia tapaka àry fa hotontosaina anio ny famoriana ireo ben’ny tanàna sy Sefo Fokontany ary ny mpitandro filaminana rehetra sy ireo vatan-dehilahy, ka hodinihina amin’izany ny paik’ady hamongorana ireo asa ratsy sy ny fisamborana ireo olon-dratsy.

Hatreto mantsy dia mbola tsy fantatra mazava ireo jiolahy mpihaodihaody ao an-tanàna. Andrasana araka izany ny tohin’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SENATEUR LYLISON : Mitaky ny hanafoanana ny didy fampisamborana azy ny zanak’i Sofia

Manao fanavakavaham-bolon-koditra sy mijery mitanila, hoy izy ireo ny fanjakana. Satria raha nanao fihetsiketsehana ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana sy namory olona maro tamin’ny fankalazana ny faha-15 taona niorenan’ny antoko TIM dia tsy voaenjika, fa nahoana no rehefa ny kôlônely Lylison no nanao fanambaràna kely dia namoahana didy fampisamborana avy hatrany.

Nanararaotra ny fahatongavany teto Antananarivo ny mpikambana anankiray ao amin’ny Malagasy miara-miainga avy any Befandriana fa  : “mangataka amin’ireo tompon’andraikitra ambony izy ireo, amin’ny filoham-pirenena sy ny Piraiminisitra, mba hanafoana tsy misy hatak’andro ny didy fampisamborana mihatra amin’ny loholona izay voafidimbahoaka”. Manantena ny fandraisana andraikitra avy amin’ny fanjakana ary ny mponina ao Sofia fa tsy hanao fijery mitanila intsony ary hijery akaiky ny fangatahana izay nataon’izy ireo.

Heritiana.D

Ino Vaovao0 partages

RANDRIAMANANTSOA TABERA : « Fandaniam-bolam-panjakana fotsiny ny FFM vaovao »

Izay no nambaran’ny minisitry ny Asam-panjakana sy asa sosialy teo aloha Tabera Randriamanantsoa rehefa nanontaniana ny heviny mikasika ity rafitry ity. Ho an’i Tabera Randriamanantsoa «   fahamarinana sy fampihavanana tena izy (vérité et réconciliation) no ilain’ny firenena sy ny vahoaka malagasy fa tsy fampihavanana ny mpanao politika tahaka  an- dRavalomanana sy ny sasany. Izany hoe tsy tokony hisy ny tsy matimanota  ». 

«  Manana tantara ary manana ny maha izy azy  ny faritra tsirairay eto Madagasikara izay tsy azo kosehina. Mitaky fiovana manomboka eny ifotony na «  refondation  »  ny fampihavanam-pirenena. Amin’ny fomba ahoana no hisian’ny fampihavanam-pirenena raha tsy mbola   manana fahafahana ny hitsabo tena ohatra ny ankamaroan’ny tokantrano malagasy  ? Ohatra iray anatiny maro izany  », hoy hatrany Tabera Randriamanantsoa. Na  izany na tsy izany tsy vitsy ireo mpanara-baovao maneho ny ahiahiny mikasika ny FFM vaovao. 

«  Tsy hitondra zava-baovao eto amin’ny firenena  izany ny FFM raha mbola afenina ny marina eo amin’ny lafiny politika, sosialy, ekonomika, sns. Tsy fampihavanana ireo mpitondra nifandimby teo aloha sy ankehitriny no ilain’ny malagasy fa fampandrosoana mirindra any amin’ireo faritra rehetra misy eto amin’ny firenena  », hoy ny fanazavana nomen’ny raiamadreny iray any Antsiranana.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TRAFIKANA HAREM-PIRENENA : Nahatratra 1036 ireo sokatra saika haondrana an-tsokosoko

Raha teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato manokana dia zana-tsokatra miisa 1036 no tra-tehaka tamina teratany vahiny izay nokasaina ho entina hivoaka an’i Madagasikara izay tsy nahazoana alalana akory.

Nanambara ireo mpiasan’ny fadin-tseranana fa mitohy hatrany ny ezaka hataon’izy ireo amin’ny fanatratrarana ireo mpanondrana harem-pirenena tsy ara-dalana. Manome toky ihany koa amin’ny fampiasana ireo fitaovana vaovao izay isany manampy betsaka sy manamora ny fahatratrarana ireo entana. Tamin’ity taona ity, nanomboka ny volana janoary no nakaty dia trangana fanondranana sokatra an-tsokosoko miisa valo no sarona teny Ivato izay nahatratrarana zana-tsokatra miisa hatrany amin’ny 1036. 

Ireo karazany Radiata izay tena arovana fatratra sy efa mihalany tamingana any amin’ireo valan-javaboahary arovana no tena maro an’isa amin’ireo tratra ireto. Tranga vao niseho ny faran’ny herinandro lasa teo izao no nahatratrarana roalahy teratany vahiny nikasa hitondra sokatra miisa 59 ho any Inde. Nikasa handray sidina “Air Austral” izy ireo no tazan’ny “scanner” teny Ivato ny fisian’ireo zana-tsokatra marobe tao anaty valizy noentiny.

Tsy nahazo nanohy ny diany intsony izy ireo ary nalefa avy hatrany halaina am-bavany eny amin’ny minisiteran’ny tontolo iainana. Fantatra fa aorian’ny  fahatratrarana zana-tsokatra tahaka izao dia tsy maintsy mandalo fitiliana sy fizaham-pahasalamana aloha ireo sokatra vao afaka averina any amin’ny valan-javaboahary natoraly misy azy. Sazy roa ka hatramin’ny folo taona miampy lamandy no azon’izay tratra manao ity asa maloto ity. Hatreto olona miisa telo no fantatra fa efa naiditra am-ponja noho ny raharaha fanondranana sokatra an-tsokosoko.

Avotra Isaorana   

Ino Vaovao0 partages

BRIKAVILLE SY TOAMASINA : Antokin’ny fampandrosoana ny fiaraha-miasan’ ny kaominina roa tonta

Isan’ ny nanantanteraka izany ny Kaominina Brickaville sy ny Kaominina Toamasina. Tafiditra ao anatin’ ilay antsoina hoe “ jumellage ” izany mba hifanampiana eo amin’ ny sehatra rehetra, indrindra ny fampandrosoana ny toe-karena.   Betsaka ireo vokatra  misy ao amin’ny Distrikan’i Brickaville,toy  ny jono , fambolena.  

Ankoatran’ny fanapariahana eo amin’ny tsena anatiny eto Madagasikara mantsy dia manondrana ny vokatra mankany ivelany ihany koa ity tanàna ity. Tombontsoa maro  araka izany no azon’ ny distrikan’i Brickaville izay tarihan’ny Kaominina Renivohitrry ny distrika amin’ny fanamafisana ny fiaraha-miasa amin’ny Kaominina Toamasina. Havaozina araka izany ny tranom-pokonolona ao an-toerana mba ahafahan’ny Kaominina mampidi-bola. 

Fa isan’ny tetikasa izay haroso maika eo amin’ny fiaraha-miasan’ ny roa tonta hoy ny Ben’ny tanànan’  i Toamasina , Elysée Ratsiraka “ ny fananganana rafitra manokana hisehatra eo amin’ny “ litchis”, na izany ho an’ny tsena anatiny na ny fanondranana mankany ivelany ”.  Tsy vitan’izany ihany fa na amin’ny lafiny ara-panatanjahan-tena aza dia  hohamafisina daholo. 

Samy entina mampiroborobo ny fizahantany avokoa izany rehetra izany raha ny fanazavàna. Anisany nanamarihana ny  fiaraha-miasan’ny roa tonta koa ny fikarakarana fihaonana ara-panatanjahan-tena, lalao baolika kitra teo amin’ny ekipan’ny Voromaherin’ i Brickaville sy ny Appel Mahanoro tao amin’ny kianjan’i Maromamy. Samy nahazo amboara sy fanomezana avy amin’ny Ben’ny tanànan’i Toamasina sady filoha mpanorina ny antoko Appel avokoa ny ekipa roa tonta na dia nivoaka ho mpandresy tany amin’ny fandakàna “tire au but” aza ny ekipan’i brickaville.

Tatianà R.

Tia Tanindranaza0 partages

Halatr’omby 865 tany MiandrivazoMiantso ny fitsarana ho sahy hijoro ireo lasibatra

Lehilahy iray antsoina hoe Lemana Volon’Ampondra no hany voasambotry ny manam-pahefana ary efa tazonina any amin’ny fonjan’i Maintirano amin’izao fotoana izao noho ny raharaha halatr’omby hatrany amin’ny 865 tany Betsipolotra Miandrivazo ny volana mey 2016,

 

 kanefa maro ireo olona notoriana. Manam-pahefana maro no efa nandefasana ny dika mitovin’ny taratasy fitoriana misy ny anaran’ireo olona naman’io Lemana io, izay voalaza fa tompon’antoka voalohany tamin’ny halatra, raha ny fanazavan’ireo mpandraharaha avy any Antsalova tarihin’i Mosa Albert. Hatrany amin’ny fiadidian’ny repoblika sy ny primatiora no nandefasana ny dika mitovin’ny taratatasy fitoriana. Mankahery sy mandrisika ny fampanaovana any Maintirano izay efa mandray an-tànana ny raharaha kosa anefa ireo mpandraharaha lasibatra tamin’izany. Hiangaviana ny fampanoavana mba hiroso lalina kokoa amin’ny fanenjehana ireo ao anaty lisitra. Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana ihany koa mba tsy hisian’ny hitsabahana amin’ny resaka poltika, raha toa ka misy namana na fianakavian’izy ireo voarohirohy amin’ity raharaha avo lenta ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-25 taonan’ny manala azy vita bakaFahombiazana tanteraka niaraka tamin’ny Airtel

Fahombiazana tanteraka tamin’ny ankapobeny no azo tamin’ny fankalazana ny faha-25 taonan’ilay hetsika “Manala Azy Vita Baka” nokarakarain’ny orinasam-pifandraisana Airtel ny 04 aogositra lasa teo teny Ivandry.

 

Toraka izany koa ny teny Antsahamanitra ny 27 Jolay lasa teo izay tena nahavory tanora marobe tokoa, niaraka tamin’ny Olombelo Ricky. Nampiavaka ny lanonana  tamin’ity taona ity ny fanohanan’ny orinasam-pifandraisana Airtel ny hetsika niaraka atamin’ny Vazimba Mpanazary sy ny Ivenco izay samy nanome fotoana manokana nahafahan’ireo tanora nankalaza ny faha-25 taonan’ny Malaza Azy vita baka avokoa tamin’ny alalan’ny fampisehoana roa sosona. Hita taratra nandritra izany ny mbola fankafizan’ny tanora Malagasy ny Olombelo  Ricky, mpanankato iray izay miezaka ny manandratra avo ny kolontsaina Malagasy tokoa. Nambaran’ny tale jeneralin’ny Airtel Atoa Maixent Bekangba, nandritra izany moa fa mbola vonona hatrany ny tenany hanohana ny hetsika tahaka izao, indrindra fa mampiombona ny tanora sy manome laka ny kolontsaina Malagasy tahaka izao.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

2018 sy vola vaovaoAhian’ireo mpandinika ho misy hifandraisany

Tsy ampy iray volana izao dia niharihary fa efa tsy voafehy sahady ny fiparitahan’ny sandoka amin’ireo vola vaovao navoakan’ny banky foiben’i Madagasikara. Isan’ny nahitana izany farany teo ny tao Sambava fa efa tsy ambakan’izany koa ny ao Nosy be,

 

 raha ny fanazavan’ny mpanao politika, Andrianambinina Alphonse. Voalaza ho natao hiarovana amin’ny fiparitahan’ny vola sandoka no anton’io, hoy ity mpanao politika ity, kanefa dia hiaraha-mahita fa ny mifanohitra amin’izany amin’izao fotoana izao no mitranga. Nanampian’ny mpahay diplaomasia, Julien Radanoara izay fanazavana izay moa ny fanahiany tamin’ny alalan’ny fametrahany fanontaniana sao misy hifandraisany amin’ny fifidianana izay efa atomotra ity famoahana vola vaovao tsy voafehy ity. Toy ny mbola nohamafisin’ny Tangalamena Patrick Zakariasy io fanahiana io amin’ny fampatsiahivany fa efa niseho teto amintsika ny fanaparitahana vola 1 kaontenera avy hatrany teny an-tsena taorian’ny fampidirana azy tany amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina fa tsy nandalo akory teo anivon’ny banky foibe. Azo heritreretina koa anefa, hoy hatrany ny tenany, ny fanakanana ny volaben’ireo kandida amin’ny fifidianana sy ny fampidirana volabe hafa hiatrehana fampelezan-kevitra. Toy ny milaza an-kolaka ihany koa ve izany fa misy fikasana hampijabaka ireo mpanohitra ny kandidan’i HVM ho voafandrika ka mety hampiasa vola sandoka tsy nahy ao ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ny ahiahy tsy hihavanana

Omaly moa izany no nanomboka nampahafantatra am-pahibemaso ny vinan’asany ao anatin’ny fampihavanam-pirenena kasain’izy ireo ho tontosaina eto ireo kandida maniry mba ho isan’ireo ho mpampihavana 44 mianadahy eto amin’ny firenena.

 Sarotra hono ny fanivanana azy 220 mianadahy izay niatrika izay fanadinana tetsy Anosy izay omaly ary hita fa tena manan-karena olona mihitsy hono ity Madagasikara ity. Izany tokoa ve? Koa tsy tokony efa tontosa hatry ny ela be ary ve izany ilay tena fampihavanam-pirenena tadiavina raha izany marina no izy? Fanim-piriny amin’izao moa izany no niova io hoe komity isahana ny resaka fihavanana io kanefa dia mbola mijolofotra foana hatreto? Efa heno sahady nanomboka iny omaly iny fa misy ambadika ihany koa, hono, na dia io resaka fampihavanana io aza, raha ny fanehoan-kevitra an-tariby iray. Sao lahy dia ny efa tonta ihany no mbola avadibadika amin’ity raharaha ity ka ny Kotozafy ihany no Leksisy ary ny Raiamandreny najoro teo aloha ihany no mbola hajoro? Ny ahiahy tsy hihavanana a ¡

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taxi tsy ara-dalànaAndro aman’alina ny fanenjehana

Mitohy hatrany ny ezaka hataon’ny kaominina Antananarivo renivohitra amin’ny famongorana ireo fiara karetsaka tsy ara-dalana eto amintsika.

 

Ho an’ireo 15 isa efa tratra teo aloha dia efa nampidirina fourriere nandritra ny folo andro izy ireny, raha araka ny fanazavan-dRaveloson Landy, tale misahana ny fitaterana eo anivon’ny kaominina, nasaina nandoko ny fiarany ho loko hafa ihany koa ho an’ireo nangalatra ny loko beige crème izay vao nahazo ny antontan-taratasin’ny fiarany. Mbola hitohy hatrany izany raha araka ny fanazavany ka  manomboka amin’ny faran’ny volana dia hisy ny asa  mitohy   eny fa na dia amin’ny andro alina aza. Na izany aza anefa dia nomarihiny  fa mbola vao eo an-dalam-pamolavolana izany tetikasa izany ny teniny miaraka amin’ny filohan’ny fikambanan’ny fiara karetsaka eto an-drenivohitra. Mikasika ny tokony hanafoanana ilay soratra TAXI eo amin’ny valahin’ny  fiarakaretsaka amin’izao fotoana dia nomarihiny manokana fa efa nisy ny resaka nifanaovany tamin’ny sampandraharaha misahana ny fitsarana fiara noho izany tsy tafiditra ao anatin’ny fepetra hitsarana ny fiara karetsaka intsony izy ireny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fianakavian’ny zandary Rajaonarivelo A“Matimaty foana ny havanay”

Very an-javony ny ran’ny havanay latsaka tamin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny tanindrazana, hoy ny fianakavian’ny zandary iray antsoina hoe Rajaonarivelo Anjarasoa,

 

Toky R

 

 

Madagascar Tribune0 partages

« Il y a de gros mensonges dans l’affaire Toliara Sands »

L’affaire Toliara Sands reste encore d’actualité. Après le mouvement de contestation du projet initié par l’artiste Théo Rakotovao alias Mikea, soutenu notamment par la population de la commune d’Ankilimalinike, c’est au tour du député élu dans la ville de Toliara, Siteny Randrianasoloniaiko, de monter au créneau lors d’une conférence de presse concernant le dossier Toliara Sands. « Le ministre des Mines a certes déclaré que la société Toliara Sands va construire des routes et un port, mais lorsque nous nous sommes entretenus avec ces exploitants miniers, ils ont dit que ces infrastructures ne seront pas accessibles à tout le monde », a-t-il révélé.

Pour ce parlementaire, il y a de gros mensonges dans le cadre de cette affaire. Comme la plupart de ceux qui contestent cette exploitation d’ilménite dans la ville de Toliara, il doute que cela puisse être bénéfique pour la population. Au contraire, le parlementaire évoque des risques graves de nuisance à la santé dus à la radioactivité générée par l’exploitation de certains produits. Pour entériner ses dires, il a pris l’exemple des mauvaises conséquences d’une autre exploitation d’ilménite dans la ville de Taolagnaro.

« J’invite les dirigeants malgaches à se rendre à Taolagnaro pour constater de visu les impacts de l’exploitation d’ilménite dans cette ville, notamment sur la santé des enfants âgés de moins de 5 ans, car ils ont des malformations physiques et des lésions improbables semblables à celles des victimes de l’explosion d’une bombe atomique », lance-t-il. Pour cet élu, il ne sera pas alors question qu’on expose la population de Toliara à un tel danger.

Notons que le projet « Ranobe » de Toliary Sands est financé par World Titanium Ressources Ldt, une société australienne cotée en bourse. Le site d’exploitation se trouve au nord du port de Toliary, dans les communes d’Ankilimalinike, de Tsianisiha et de Maromiandra, Toliary II. Trois (3) sites sont concernés dont Ranobe qui inclut un lac et une forêt, Ampanolora et Ambararata. Le projet prévoit une production de 600 000 tonnes de production annuelle pour 20 ans avec un investissement de 200 millions de dollars. Le projet a reçu son permis d’exploitation durant le régime de transition, en 2012, et son permis environnemental en 2015.

Différentes organisations de la société civile ont dénoncé depuis des années ce projet minier qualifié par ces dernières comme destructeur de l’environnement et des moyens d’existence des communautés locales.

Avec les effervescences qu’elle génère dans la ville de Toliara, cette affaire pourrait désavantager le régime HVM lors de la prochaine élection présidentielle. Mais comme le député est un pro-régime, il ne tient pas à jeter l’huile sur le feu. Il a donc opté pour un mouvement de contestation pacifique, en invitant des artistes malgaches à prêter leurs voix dans une chanson dédiée notamment à la population de Toliara et pour contester le projet qui est déjà en cours actuellement.

Madagascar Tribune0 partages

Le candidat du HVM bientôt connu

Le parti présidentiel Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM) entamera son congrès national ce jour dans la ville d’Antsiranana pour une durée de deux jours. Deux grandes décisions sont attendues de ce congrès à savoir la déclaration de la personne qui représentera le parti à la prochaine élection présidentielle. Mais également le nom de celui qui remplacera Rivo Rakotovao à la tête du parti en tant que président national et qui mènera de ce fait les propagandes et les actions du parti au moins jusqu’au 7 novembre prochain.

Selon plusieurs membres du HVM, Hery Rajaonarimampianina devrait sans aucun doute être le candidat du parti au pouvoir et à sa propre succession. Sauf que certaines voix font également entendre que le parti présidentiel s’est scindé en plusieurs factions et que certains voudraient maintenant voir une nouvelle tête représenter le parti. Conforté par le départ de quelques cadres du parti dont Paul Rabary ou encore Narson Rafidimanana qui ont tout simplement décidé de se retirer. Toujours est-il que la démission de Rivo Rakotovao de la présidence du HVM était l’annonce d’une candidature de Hery Rajaonarimampianina. Aussi, le président de la République pourrait bien se présenter à la Haute Cour Constitutionnelle en début de la semaine prochaine pour le dépôt de son dossier de candidature.

Madagascar Tribune0 partages

La CENI sort le chronogramme des préparatifs électoraux

Il ne reste plus que 90 jours, soit un mois et demi pour la tenue du premier tour de la présidentielle à Madagascar. En attendant, les esprits s’échauffent ; les déclarations de soutien et de candidature se multiplient mais ne se ressemblent pas. Pour sa part, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), l’organe chargé de la préparation et de l’organisation des élections s’affaire, tant bien que mal à sensibiliser toutes les forces vives de la nation sur l’organisation et la tenue de cette élection.

Pas plus tard qu’hier, les responsables au sein de cet organe chargé de la préparation et de l’organisation des élections à Madagascar ont présenté aux membres des organisations de la société civile le chronogramme des préparatifs de cette élection présidentielle. Ainsi, la CENI confirme que le dépouillement et la présentation de la liste officielle des candidats dont le dépôt de candidature a déjà été ouvert depuis le 1er août aura lieu entre le 22 et 26 août prochain.

Contrairement à ce que certains candidats peuvent espérer, la liste des candidats dans le bulletin unique ne sera pas établie en fonction de leur dépôt de candidature. Ce sera à travers un tirage au sort qui aura lieu le 4 ou 5 septembre que cette liste sera établie.

La distribution des cartes électorales débutera le 10 septembre prochain et durera jusqu’au 6 novembre, jour de clôture de la campagne électorale qui sera lancée un mois plus tôt, c’est-à-dire le 6 octobre prochain. Le partage des listes électorales au niveau des Commissions électorales de districts (CED) aura lieu entre le 2 et 16 octobre. La CENI n’aura pourtant que deux semaines, entre le 19 octobre et 5 novembre pour distribuer les bulletins et les matériels de vote à travers les pays.

En substance, la CENI est fin prête pour le premier tour de la présidentielle. Néanmoins, il reste encore des détails à bien mettre au point, à l’instar des 4000 doublons sur la liste électorale. Thierry Rakotonarivo, membre de cette commission de lancer alors un appel aux représentants des organisations civiles de collaborer avec elle pour l’amélioration de cette liste électorale.

Autres inquiétudes révélées par les organisations de la société civile lors de la rencontre avec les membres de la CENI hier : le financement venant de l’extérieur des élections par des personnes physiques qui ne serait pas interdit. Les représentants de la société civile souhaitent alors que la CENI demande des éclaircissements à ce sujet au niveau de la Haute cour constitutionnelle.

L'express de Madagascar0 partages

FOOTBALL – MATCH AMICAL – Bila offre la victoire aux Barea

La sélection malgache a battu l’Uscafoot en match amical, hier au stade de Mahamasina, deux buts à zéro. Et ce, grâce à un doublé de son milieu offensif, Bila.

Succès sans bavure des Barea face à l’Uscafoot, hier au stade municipal de Mahamasina, en match amical. Score final deux à zéro.Bila, le milieu offensif d’Elgeco Plus qui est en train monter en puissance ces derniers mois, a marqué les deux buts de la sélection malgache, dans ce match divisé en trois tiers-temps de trente minutes. En première période, il a été à la conclusion d’une combinaison gagnante avec Dino et Dax, sur le flanc droit (20e, 1-0). Et en seconde période, il s’est retrouvé à la réception d’un centre venu de la droite de Dax (59e, 2-0).Avec Bila, techniquement au top mais aussi physiquement plutôt imposant, les Barea peuvent compter sur une arme offensivesupplémentaire.Plusieurs éléments manquaient à l’appel lors de ce match amical. D’un côté, les joueurs de CNaPS Sport, Leda, Toby, Tantely, Lanto et Njiva, qui devaient jouer leur 32es de finale de la Telma Coupe de Madagascar dans l’après-midi, dans la foulée. Et de l’autre, ceux du Cosfa, Nonot et Ndimby, engagés en Poule des as d’Anala­manga face à l’AS Adema, après cette rencontre des Caissiers.Leur absence s’est ressentie tout au long de la rencontre, quand on connaît l’habituel apport offensif de Toby sur l’aile droite et les percussions dévastatrices de Njiva. Concernant l’indisponibilité de Mario, blessé, Zénith l’a remplacé au poste de défenseur latéral gauche, hier, avec plus ou moins de réussite.Dix millions d’ariaryMalgré ces absences, les Barea ont tout de même assuré l’essentiel avec ce succès. Ils auraient même pu gagner sur un écart plus conséquent, si les tirs de Zôla et Johnny, en troisième période, n’avaient pas été renvoyés par la barre transversale.Ce match amical entrait dans le cadre de la préparation du troisième tour des éliminatoires du Champion­nat d’Afrique 2018, face à l’Angola, dont la première confrontation est prévue ce dimanche à Mahamasina. Si les Barea passent l’obstacle des Palancas Negras, ils décrocheront une qualification historique pour le CHAN, sachant que la Gran­de île n’a jamais disputé la phase finale d’une compétition continentale jusqu’à présent.Une prime conséquente les attend à la clé, puisque la Fédération Malgache de Football leur a promis une récompense individuelle de dix millions d’ariary.La dernière rencontre entre Madagascar et l’Angola remonte au mois de septembre de l’année dernière, pour le compte de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017. Les deux nations s’étaient alors séparées sur un résultat de parité, un but partout, à Luanda.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Aicha Isilo : « J’espère que le meilleur est à venir »

Gagner une médaille de bronze aux Jeux de la Francophonie reste un exploit. Comment aviez-vous vécu cette aventure  ?Tout d’abord je suis assez fière de ce que j’ai pu faire à Abidjan. Le niveau était très élevé et les neuf adversaires, qui étaient en lice avec moi chez les plus de 78 kg, avaient chacune leur qualités respectives. J’ai fait quatre combats et j’ai perdu le premier contre une combattante de la RD Congo. Après, j’ai dû me démener en repêchage pour aligner trois victoires consécutives. Au final j’ai gagné la finale du bronze. Techniquement je suis au niveau des meilleures judokates d’Afrique mais mon handicap reste sur la force brute dans les bras. Bref, je peux dire que c’était une belle aventure dont je me souviendrai dans ma carrière sportive.Un résultat n’arrive jamais par hasard. Comment s’est déroulée votre préparation avant les Jeux de la francophonie  ?Depuis que j’étais vice-championne d’Afrique juniors en 2012, j’ai pu me perfectionner à domicile dans mon club qui est l’Hakudokan. Au fil des années, j’étais assez bien encadrée par les entraîneurs de mon club ou même par le directeur technique national mais aussi par Mamy Dongoza et les autres techniciens. Ce n’était pas facile d’évoluer chez les plus de 78 kg étant donné que je ne pèse que 82 kg. Je remercie tout le monde pour cela à commencer par la fédération malgache de judo, le ministère de la Jeunesse et des sports. La dernière compétition internationale que j’ai pu effectuer était le cham­pionnat d’Afrique senior au Palais des Sports de Mahama­sina où j’étais sortie durant les éliminatoires. Malgré ce manque de compétition, j’ai quand même pu ramener un résultat assez concret d’Abidjan et je suis assez contente de moi.Après cette nette performance à Abidjan, comment voyez-vous la suite de votre carrière sportive  ?Pour l’instant je me consacre un peu plus aux études en langue espagnole à l’Université d’Antananarivo ou je suis actuellement en deuxième année. Gagner une médaille de bronze, c’est bien mais j’ai l’ambition d’aller encore plus loin. J’ai vingt ans et je pense avoir une assez bonne marge de progression. J’espère juste que cette récente performance puisse être le début d’une belle et longue aventure dans le judo de haut niveau. Dans ma tête, j’aimerais bien aller au bout du monde et allier mes études avec ma carrière de judo. Pouvoir poursuivre et jumeler ces deux choses, au Japon par exemple, serait un rêve. Sincèrement, j’espère que le meilleur est à venir dans la catégorie des moins de 78kg où je pense que je suis la plus à l’aise. Perte de poids oblige mais je reste confiante.Propos recueillis par Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Suspension de l’usage des salles de classe

.Le ministère de l’Éducation nationale a suspendu l’usage des salles de classe pour des activités en dehors de l’enseignement, en ces temps de vacances. Des salles de classe ont été endommagées par des vacanciers, à Mahajanga, cette semaine. Les responsables seront convoqués pour discuter de leur réhabilitation. Il va, par ailleurs, réglementer la délivrance d’autorisation à occuper des établissements scolaires. Le contrat sera conclu au niveau du ministère central.

Midi Madagasikara0 partages

Belo/ Tsiribihana : Notafihan’ny dahalo ny Ben’ny tanàna

Efa sahy tanteraka mihitsy ireo dahalo any amin’iny faritra Belo/Tsiribihina iny. Raha vao haingana tokoa mantsy no nisy mpitandro filaminana novonoin’izy ireo tany an-toerana dia fantatra indray izao fa Ben’ny tanana  tany amina kaominina iray antsoina hoe Amboalimena no notafihin’izy ireo, ny alatsinainy lasa teo. Nahatratra teo amin’ny 50 lahy teo ireo dahalo ary samy nirongo basim-borona sy zava-maranitra. Tokony ho tamin’ny 11 ora alina tany ho any no niditra an-keriny tao amin’ity tranon’ity olom-boafidy ity ireo andian’olon-dratsy am-polony maro ity. Ary amin’ny maha betsaka azy ireo, dia ny sasantsasany ihany no nanao izay danin’ny kibony tao an-trano, nandroba sy naka izay zavatra zakan’izy ireo. Ireo ambiny kosa niandry tety ivelany, nitily izay mponina sahy hifanandrina amin’izy ireo. Araka izany, tsy voafaritra ny tontalim-bidin’ireo entana very sy vola lasan’ireto malaso ireto. Raha ny fampitam-baovao azo dia nitsoaka niankandrefana ny dian’izy ireo. Taorian’izay vao afaka nampandre ny zandary tany an-toerana ity olom-boafidy voatafika ity sy niantso vonjy tamin’ireo mponina. Teo no ho eo ihany moa dia raikitra ny fanarahan-dia nataon’ireo mpitandro filaminana niaraka tamin’ireo fokonolona nanenjika ireto malaso ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Beroroha : Mpitety tsena voatafika, lasa ny lelavola 650 000 Ariary

Tato ho ato, saika isan’andro no nandrenesana fanafihan-dahalo narahina vono olona tsy manan-tsiny foana any amin’ny Distrikan’i Beroroha, Faritra Atsimo Andrefana. Afak’omaly hariva, tokony ho tamin’ny dimy ora tany ho any, mpivady avy nitety tsena hamonjy fodiana no notafihana efa-dahy, nitondra basy poleta vita gasy ny telo ary famaky maranitra kosa ny iray. Ity farany, raha ny tati-baovao azo, dia dahalo antitra sady kilemaina tongotra havia, izay nody nanakana an’ireto mpivady mpivarotra nandeha sarety mba hividy siramamy, 3 km latsaka kely eo tsy hiditra ny tanàna. Raha vao tafajanona izy mivady izay tsy nanampo na inona na inona, ary tsy nihevitra an’ity rangahy ho olon-dratsy, dia nipoitra avy tao anaty kirihitr’ala niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana nirangaranga ny malaso telo sady nibetroka nitaky ny vola, ka lasan’ireo mpandroba tamin’ity fanafihana an-dalambe ity, ny lelavola mitentina 650 000 Ariary (vola maty roa andro) niaraka tamin’ny entana PPN zakan’ireo malaso. Tsy nanohitra, tsy niantso vonjy izy mivady mpivaro-mandeha mpitety tsena voatafika ireto ka tsy novonoin’ireo dahalo na noratrainy, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Tolagnaro : Taksiborosy nivarina tany anaty renirano, mpandeha roa maty

Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray tany amin’ny lalam-pirenena faha-12 (RN12A) mampitohy an’i Vangaindrano sy Tolagnaro. Fiara iray nitondra mpandeha manodidina ny 25 olona eo sy entana navesatra niainga tao Manantenina, ka nilaozan’ny hisatra tao Iaboakoho, no nikodia ka nivarina tany anatin’ny reniranon’ Iaboakoho, lalana mankany Faradofay, afak’omaly hariva. Rendrika niaraka tamin’ny entana tao tsy afa-niala nanavotra aina intsony ny mpandeha roa, ka maty sempotra, ary omaly vao hita ny razana. Noho ny haratsin’ny lalana, kanefa ny ankamaroan’ireo fiara mitatitra tsy ampy fikojakojana sady manao taingim-be mba hahazoam-bola amboniny ho an’ny mpamily, no voalaza fa matetika miteraka ny loza, ary tsy vao izao, raha ny tati-baovao voaray, no nitrangana lozam-pifamoivoizana toy izao eo amin’ity renirano masia-boay sady voalaza fa misy lolo malaim-bahiny ity.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Johnny Rovanantenaina et Dimitri Rabeson en roue libre

Les champions d’Anala­manga U12 et U16 garçons ont débuté en championnat de Madagascar, hier, sur la terre battue de l’Acsa. Johnny Rovanantenaina affrontait Mandresy Rakotonirainy, pour le compte du deuxième tour, équivalant aux huitièmes de finale. Le gaucher du Country Club a réussi son entrée en matière, puisqu’il a gagné en deux sets par 6/1, 6/3.Comme lui, le vice-cham­pion régional de la catégorie U12, Mahefa Anthony Rakotomalala, sera également au rendez-vous des quarts de finale. Et ce, après avoir écarté Gaudio Razaka­mahefa (6/0, 6/1).Pour sa part, Dimitri Rabeson, champion régional U16, était opposé à Eric Tsiatandre, un joueur de la région Atsinanana. La tête de série numéro 2 l’a emporté en deux manches (6/1, 6/0). La tête de série numéro 1 de ce tableau des moins de seize ans, Toky Ranaivo, s’est également imposé facilement devant Marius, issu de l’Amoron’i Mania (6/0, 6/1).ExpéditivesComme eux-deux, l’autre expatrié, Sampras Rako­tondrainibe, a aussi enregistré un succès, face à Famoa Rabarijaona (6/0, 6/1). Du côté du tableau féminin, Mialy et Narindra Ranaivo entraient en lice, hier, chez les moins de seize ans.Et comme mardi, elles ont été expéditives, balayant respectivement Safidisoa Nomenjanahary (6/4, 6/1) et Miora Rafidiarison (6/3, 6/1). Dans ce tableau U16 filles, les têtes de série numéro 1 et 2 sont Fitia Ravoniandro, championne d’Analamanga, et Finaritra Andriamadison.Hier, elles ont respectivement éliminé Nandrasa Tahindredalo de l’Atsimo Andrefana (6/0, 6/0) et Kanto­niaina Razafimaharo du Vakinankaratra (6/1, 6/0).Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Assainissement échoué des sans-abri.

Le quatrième arrondissement a tenté d’évincer les sans- abri des rues, d’Anosy à Anosizato, depuis la nuit de mardi. La majorité a continué à dormir sur les trottoirs, hier. Ils refusent de quitter les lieux, faute de trouver nulle part où aller. Il reste encore des places libres dans les centres d’hébergement à Isotry.

L'express de Madagascar0 partages

Meteo – Un temps perturbé en vue

De fortes pluies dans le Sud-Est, du temps venteux sur les terres élevées et expo- sées, une baisse importante de la température maximale dans les mêmes endroits. Telles sont les prévisions météorologiques dans les jours à venir, selon un com- muniqué envoyé par le ser- v i c e d e l a P r é v i s i o n météorologie à Ampandria- nomby, hier. Un violent anti- cyclone, localisé dans le Sud de l’île, engendre cette per- turbation.Les vents humides qu’ap- porte cet anticyclone entraî- neront des averses sur les Hautes Terres centrales et dans le littoral Est. Une forte pluie a été même annoncée pour la région de Vatovavy Fitovinany. Elle est valable jusqu’à ce jour. « En 6 heures les précipitations ont déjà atteint 50 mm. Les pluies seront encore au rendez-vous dans les jours à venir. L’intensité est encore à é t u d i e r » , e x p l i q u e Lovandrainy Ratovoarisoa, prévisionniste, qui craint l’une inondation dans cette partie de l’île. La région Melaky bénéficiera, également, de pluies localement orageuses.

Des rafales de vent v a r i a n t d e 5 0 k m à 70 km/heure sur les Hautes- Terres et la partie Est de l’île sont attendues.

Le temps sera plus frais. La température maximale diminuera jusqu’à 2°C et 3°C en-dessous de la tempéra- ture moyenne en ce mois d’août. Elle ne dépassera pas les 18°C sur les terres éle- vées et pourrait diminuer jusqu’à 14°C dans certains endroits. Cet anticyclone s’intensifiera davantage.

La direction générale de la Météorologie invite tout et chacun à prendre des pré- cautions face à cette pertur- bation. « Les automobilistes sont priés de rouler prudem- ment face au risque de vent de travers et la réduction de visibilité », recommande-t-elle. La sortie en mer est également déconseillée dans l’Est et le Sud,où elle sera très agitée.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Telma Coupe – La CNaPS Sport livre une démonstration

La CNaPS Sport Itasy débutait la défense de son titre en Telma Coupe de Mada­gascar, hier, au stade de Mahamasina. Les Caissiers étaient opposés aux Disciples FC pour le compte des 32es de finale de la compétition.Logiquement, ils sont sortis vainqueurs de la rencontre, sur le score de six buts à zéro. Toutes les grosses écuries ont assuré leurs débuts, dans cette Telma Coupe, à l’image d’Elgeco Plus Analamanga et Fosa Juniors Boeny, largement vainqueurs dimanche dernier de l’AZA Ambatondra­zaka Alaotra Mangoro et de l’Olympique de Tanama­bao V Atsinanana. Il reste encore plusieurs matches, dans le cadre de ces 32èmes de finale, programmés dans les jours à venir.Entre autres, l’AS Adema Analamanga sera aux prises avec le Piment Vert Atsinanana, le 20 août à Antananarivo. Tandis que Tana Formation Analamanga se déplacera à Fénérive Est pour y défier le FC Sami Analanjirofo.Haja Lucas Rakotondrazaka

Madagate0 partages

Viva Madagascar. Nodimandry ny teknisiana Rajeriarisaona Andrianina Razafy

L'express de Madagascar0 partages

Amoron’i Mania – Quarante armes à feu prises sur des bandits

Effrayant pullulement d’armes à feu dans la région Amoron’i Mania. « Depuis le début de l’année, une cin- quantaine darmes de guerre ont été prises sur des bandits de grandchemin, dont quatre Kalachnikov, quatre fusils de la manufacture Saint Etienne 1936 ( Mas 36 ) , ainsi que quarante pistolets de fabrica- tion artisanale», affirme le colonel Anicet Randrianari- velo, commandant du grou- pement de la gendarmerie n at ion a l e de l a ré g i on Amoron’i Mania.

«Les bandits s’équipent de plus en plus en armes de guerre. Pour contrecarrer leurs sévices qui deviennent de plus en plus virulents, la mise en place de postes fixes de gendarmerie ainsi que les campagnes de sécurisation et sensibilisation sur l’autodéfense ont été renfor- cées», poursuit le commandant du groupement.Un vent d’accalmie a s o u f f l é d a n s l a r é g i o n lors d’un déploiement de m i l i t a i r e s d e l ’ a r m é e malgache pendant quelques mois, dans les zones rouges. Un retour en zone des hordes de bandits de grand- chemin est en revanche signalé depuis leur retrait du fait que les malfaiteurs profitent du sous-effectif des éléments territoriaux. La dernière attaque virulente signalée remonte à lundi où une centaine de dahalo armés se sont emparés de deux cents zébus et ont pris deux otages.Andry Manase