Les actualités à Madagascar du Vendredi 10 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara145 partages

Guérisons « massives » : Le nouveau protocole de sortie de l’OMS désengorge le système

Le CMC à Andohatapenaka continue d’accueillir, jour et nuit, de nouveaux patients, essentiellement symptomatiques.

La prise en compte des nouveaux critères de guérison préconisés par l’OMS suivant son nouveau protocole de sortie, permet de déclarer la guérison sans passer par les deux tests PCR négatifs successifs, exigés auparavant. Ce nouveau protocole permet de soulager les structures en charge des tests et des prises en charge.  

Les 574 guérisons annoncées le 8 juillet 2020 ont étonné les observateurs. Déjà expliquée par le directeur de cabinet du ministère de la Santé publique, le Dr Lamina Arthur, le même jour – et relatée dans nos colonnes dans notre livraison d’hier – cette hausse du nombre de guérisons s’explique par l’adoption par Madagascar du nouveau protocole de sortie de l’OMS, qui prend en compte de nouveaux critères de guérison. Hier encore, lors de sa présentation de l’évolution de l’épidémie de Covid-19, le Pr Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de commandement opérationnel (CCO), a reparlé de ces nouveaux critères de guérison, lesquels n’exigent plus de tests PCR négatifs. Autrement dit, si auparavant, un patient confirmé positif au coronavirus ne pouvait être déclaré guéri qu’après deux tests PCR négatifs successifs (sur des prélèvements effectués à deux jours d’intervalle), il n’est est plus de même actuellement, avec ce nouveau protocole de guérison de l’OMS. Dorénavant, un patient testé positif au coronavirus, et qui est asymptomatique, peut être déclaré guéri au bout de deux semaines, tout en restant toujours asymptomatique tout au long de cette période. « Après deux semaines, les patients asymptomatiques sont considérés comme guéris et non contagieux. Le test PCR n’est plus exigé, selon ce nouveau protocole de l’OMS déjà appliqué dans de nombreux pays du monde », souligne la porte-parole du CCO. C’est le cas pour la majorité des 574 guérisons, qui ont été pour la plupart, traités sans hospitalisation. Rappelons que sur ces 574 patients, 539 ont été soignés à domicile.

Symptomatiques. En revanche, pour le patient symptomatique, incluant les formes graves, il sera traité et suivi. Si au bout de 10 jours après l’apparition de ses symptômes, ce patient ne présente plus de symptômes, ainsi que les trois jours suivants, il sera considéré comme guéri. En d’autres termes, un patient testé positif, symptomatique au J1, sera considéré comme guéri s’il ne présente plus de symptômes à partir du J10 jusqu’au J13. Dans ce cas non plus, le test PCR n’est plus exigé. « La toux pourrait persister encore quelques temps au-delà de cette période, mais la personne n’est plus contagieuse », précise le Pr Vololontiana. Bien entendu, les patients guéris se doivent toujours de respecter les gestes barrières.

Hanitra R.

Midi Madagasikara29 partages

Art traditionnel : Faire du crochet est une seconde nature chez Abdelli

“Amigurimi”, un art en vogue actuellement, voici les œuvres d’Abdelli.

“ L’amigurimi” est un art japonais du tricot ou du crochet de petits animaux et de créatures anthropomorphes. Cet art asiatique commence à franchir le territoire malgache et séduit le coeur des femmes. Pourtant, faire du crochet exige beaucoup de patience, c’est la passion des perfectionnistes comme Abdelli. Elle est capable de faire tout et n’importe quelle fabrication avec du crochet. Au début, Abdelli a commencé à confectionner des napperons, des rideaux,  des couvre-lits et de la broderie. Ensuite, elle a brodé des vêtements pour ses enfants. Grâce au confinement depuis mars 2020, elle a commencé à réaliser des poupées.« Je trouve ça original et unique. Le matin, je travaille et l’après-midi je fais du crochet » a-t-elle fait remarquer. Elle fait partie d’un groupe de femmes passionnées par le crochet. Cela lui permet de partager ses expériences, ses savoirs et ses petites astuces pour créer de belles choses avec les doigts et un fil. Abdelli Anna née Rakotomianina, avait 23 ans quand elle a commencé à apprendre le crochet. « J’ai appris toute seule les bases grâce à un manuel, à l’époque l’Internet n’existait pas encore » a-t-elle témoigné. Plus tard, grâce à la technologie, elle continue d’apprendre via internet. Après son mariage, elle est partie vivre en France avec son époux. « Mon mari travaille à l’extérieur tandis que moi, je suis mère au foyer. J’essaie toujours de m’organiser entre le ménage, la cuisine… et les enfants”. Depuis 20 ans, Abdelli a toujours consacré un moment de répit où elle essaie de faire du crochet pour s’évader.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara23 partages

Université d’Antananarivo : Transformations vers l’émergence, malgré la crise sanitaire  

Pr Mamy Ravelomanana, président de l’Université d’Antananarivo.

Les Universités ne doivent pas se limiter à l’enseignement et à l’amélioration du capital humain, car le pays a besoin d’innovations et de fruits de recherche, selon le président de l’Université d’Antananarivo, Pr Mamy Ravelomanana.

Les ambitieux défis pour l’émergence de Madagascar sont de plus en plus difficiles à relever, à cause de la pandémie de la Covid-19. A l’Université d’Antananarivo, les transformations avancent pourtant à grand pas, depuis avril 2019. En effet, plusieurs projets ont été initiés et mis en œuvre, avec l’appui de plusieurs partenaires engagés. Des projets qui ont permis de résoudre définitivement des problèmes au sein de l’Université, si l’on ne cite que le système de production d’eau potable. Il s’agit d’un forage pour l’adduction d’eau, indépendante de la Jirama, mis en place au premier trimestre de cette année 2020. Deux réservoirs d’une capacité totale de 60m3/jour ont été installés, si la quantité d’eau pouvant être obtenue avec le forage peut aller jusqu’à 90m3/jour. Au mois de mars, l’Université d’Antananarivo a planté des arbres précieux et endémiques au jardin botanique qui vient d’être aménagé sur une superficie d’un hectare. Selon la Présidence de l’Université, ce jardin est une vitrine des espèces endémiques et plantes médicinales de Madagascar, et représente également un site d’attraction touristique.

Développement de partenariats. Un autre projet à l’Université d’Antananarivo est financé par la fondation Bill Gates. Il s’agit du centre de vaccination et de recherches contre la typhoïde et la bilharziose, 2e du genre en Afrique. L’AFD (Agence française de développement) est également un des partenaires de l’Université d’Antananarivo et appuie un projet de construction de chantiers école multi-matériaux, lesquels seront dupliqués dans le futur. Cette infrastructure permettra aux étudiants de l’université d’appliquer leurs acquis théoriques à travers les pratiques, notamment pour l’Agro, car c’est un laboratoire de technologie de bois. Encore un autre projet mis en œuvre qui  concerne un laboratoire de biotechnologie moléculaire pour la détection d’OGM (Organisme génétiquement modifié), avec l’appui de l’Union européenne et de l’USAID. Selon les explications, ce laboratoire permettra de contrôler la traçabilité d’OGM dans les denrées alimentaires et les produits phylogénétiques importés, à l’exemple des semences. Dans le secteur de la santé, l’Université d’Antananarivo dispose aujourd’hui d’un simulateur d’anatomie appelé Anatomage V7, le seul du genre qui existe dans la zone de l’Océan Indien.

Valeur ajoutée. La semaine dernière, un autre Laboratoire a été inauguré à l’Institut des Mines, de Géologie et du Pétrole, à l’Université d’Ambohitsaina à Ankatso. Selon le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, présent à la cérémonie, Madagascar doit créer de la valeur ajoutée et ne plus exporter ses produits à l’état brut. « La mise en place de ce laboratoire coïncide avec la vision du président Andry Rajoelina et le programme du Gouvernement. Il s’agit d’une grande première », a-t-il indiqué. Pour sa part, le président de l’Université d’Antananarivo, Pr Mamy Ravelomanana a affirmé qu’outre la production de l’Université est désormais diversifiée. « Comme Mr le ministre l’a évoqué, la politique actuelle de l’Université d’Antananarivo coïncide avec les priorités et les Velirano du président de la République. Désormais, l’Université ne se limite plus à la formation et à l’enseignement, mais produit également des résultats de recherche et des travaux intellectuels pour le pays. Les partenaires de développement sont nombreux à nous soutenir dans ces efforts », a-t-il déclaré. Bref, les projets sont nombreux et transforment déjà l’Université d’Antananarivo, dans l’optique de l’émergence.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Universités : Indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique

Les élections des présidents d’Universités en 2019 seront-elles remises en cause ?

La HCC a mis deux mois pour rendre sa Décision concernant les textes régissant les Etablissements publics et les Universités publiques par rapport à la loi relative à la Banque centrale, par interprétation de l’article 95 de la Constitution.

Le président du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit (HCDDED) avait saisi le 04 mai 2020 la HCC aux fins de demander le contrôle de la conformité de la loi n°95-023 du 05 septembre portant statut des Enseignants et Chercheurs de l’Enseignement supérieur et ses modifications, ainsi que des décrets régissant l’Enseignement supérieur à la Constitution du 11 décembre 2010.

Spécifique. La requête résulte elle-même d’une saisine du HCDDED par les 6 Présidents d’Universités de Madagascar envers lesquels la Décision en date du 03 juillet de la HCC est à priori favorable. En effet, le juge constitutionnel considère qu’ “ à l’instar de la Banque centrale, le constituant a voulu nettement différencier des établissements publics classiques ; que le statut des enseignants-chercheurs a également un caractère spécifique (…) Que les Universités sont des établissements publics à caractère culturel, scientifique et professionnel (…)”

Laïc. La Décision de la HCC d’ajouter que « les Universités bénéficient d’un principe d’autonomie de valeur constitutionnelle, dépassant l’autonomie administrative et financière classique (…) Que le statut des Universités ne saurait limiter le droit à la libre communication des pensées et des opinions garanti par l’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et par l’article 9 de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ; que le service public de l’enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise politique, économique, religieuse ou idéologique (…) Que les enseignants-chercheurs, chercheurs-enseignants et enseignants vacataires doivent jouir d’une pleine indépendance et d’une entière liberté d’expression dans l’exercice de leurs fonctions d’enseignement et dans leurs activités de recherche, sous les réserves que leur imposent, conformément aux traditions universitaires, les principes de tolérance et d’objectivité ».

Constitution. Tout cela a amené la HCC à décider que « le décret n°2002-177 du 11 avril 2002 fixant l’organisation et le fonctionnement des Universités et des Etablissements d’Enseignement Supérieur n’est plus conforme à la Constitution. Il appartient au législateur de mettre en œuvre rapidement l’article 95.1 14° de la Constitution, en adoptant une loi relative au statut et au régime d’autonomie des Universités. Que la loi n°95-023 portant statut des Enseignants et Chercheurs de l’Enseignement Supérieur et la loi n°2003-008 modifiant et complétant la loi n°95-023 doivent être mises en conformité avec l’article 95.I.14° de la Constitution ». D’après la même Décision, « tous les actes réglementaires relatifs aux Universités et aux Enseignants et Chercheurs de l’Enseignement Supérieur devront être conformes à la Constitution et aux nouvelles lois régissant l’enseignement supérieur ».

Elections. Force est de s’interroger si cette Décision ne pourrait pas faire l’objet d’une demande d’interprétation auprès de la HCC elle-même. En effet, la question qui se pose est de savoir si elle ne remet pas en cause les élections des présidents d’Universités qui ont été organisées l’année dernière sur la base de lois et décrets qui ne sont pas conformes à la Constitution en vigueur. En tout cas, la Décision donne indirectement gain de cause au Syndicat des Enseignants-Chercheurs (SECES) qui avait désapprouvé la tenue de ces élections. La HCC parle d’ailleurs « d’une nouvelle gouvernance » aux Universités malgaches.

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara2 partages

Etats-Unis : 4 000 masques  pour le personnel de la santé de Toliara et Moramanga

Le gouvernement américain a fourni 4 000 masques pour le personnel de la santé de Toliara et Moramanga.

A l’instar des autres Etats, le gouvernement américain n’est pas en reste. En effet, il a fourni  4 000 masques  pour le personnel de la santé qui lutte contre le coronavirus . Les bénéficiaires en sont notamment le personnel de la santé qui se trouve en première ligne à Toliara et Moramanga, et ce, pour les protéger de la  COVID-19. Ce don est le fruit d’une collaboration entre United States Africa Command qui a financé l’achat des masques  de fabrication locale, le Ministère de la Santé Publique qui a identifié les zones bénéficiaires, et l’USAID Madagascar dont le projet de santé IMPACT mis en œuvre par PSI Madagascar a organisé l’acheminement des équipements de protection, via les Directions Régionales de la Santé, aux intervenants de première ligne.

Professionnels de la santé. Le personnel du projet USAID RANO WASH a aussi appuyé le don à Moramanga. Le Dr Fanjambololoniaina Rasamoelina, Directeur Régional de la Santé Publique pour la région Atsimo Andrefana, a fait savoir que les masques  seront utilisés à bon escient. « Face à une maladie aussi contagieuse, nos agents de santé sont toujours exposés à un risque élevé d’infection », a-t-elle dit. « Nous remettrons ces masques  à nos professionnels de la santé dans les hôpitaux, aux agents des postes de contrôle médical, aux équipes chargées de la surveillance et de l’élaboration des rapports, aux équipes de désinfection et au personnel qui effectue des enquêtes de santé. » Moramanga a déjà un certain nombre de cas confirmés de la COVID-19. L’infirmière urgentiste Zakanirisoa Sitraka Rasolofomanana s’occupe directement des patients. Elle explique que l’équipement de protection individuelle, comme les masques, est essentiel pour assurer la sécurité du personnel de la santé et empêcher la propagation de la COVID-19 au sein de la communauté. « Je suis en contact direct avec les malades », explique-t-elle.

Répondre à la pandémie. Ce don vient s’ajouter au financement d’urgence de 2,5 millions de dollars déjà fourni par les États-Unis pour soutenir la riposte du gouvernement malgache à la menace de la COVID-19 et à la réaffectation de 2,2 millions de dollars prévus dans le cadre d’autres activités de santé de l’USAID pour répondre à la pandémie de Coronavirus. Ces financements et activités sont utilisés pour contenir la propagation du virus et identifier, diagnostiquer et traiter les patients atteints de la  COVID-19.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Covid 19 ; le décalage entre ce qui est dit et ce qui est  réel

Dans cette lutte contre la pandémie de la  Covid 19, la communication est une arme essentielle utilisée pour tempérer une inquiétude qui  peut très vite se transformer en panique,  si l’on n’y prend pas garde. L’information livrée au public est soigneusement contrôlée par les communicants du CCO. C’est toute une stratégie qui est mise en oeuvre pour livrer à bon escient les chiffres  dits officiels. Mais le public  est de plus en plus averti et semble faire la part des choses. Et une certaine confusion commence à s’installer quand ce qu’il constate est  en décalage avec  ce qu’on lui dit.

Covid 19 ; le décalage entre ce qui est dit et ce qui est  réel

Depuis le  début du reconfinement, la progression de l’épidémie est phénoménale. L’angoisse s’est installée dans la population. Les cas de contaminations  ne cessent d’augmenter et de nombreux décès ont été constatés.  Cependant, ce sont les canaux officiels de l’information qui sont habilités à rendre compte de la situation au grand public. Les communicants le font de manière habile . Cependant, il arrive un moment où la réalité rattrape et dépasse ce qui est annoncé à la radio ou à la télévision.  Les réseaux sociaux prennent le relais pour  dire  ce que tout le monde constate.depuis quelques jours, on sent une certaine défiance s’installer vis-à-vis de la communication officielle.  La manière de livrer le bilan donne l’impression d’une déclinaison  de chiffres savamment établis. Ils ne sont pas faux, mais ils sortent selon une stratégie bien élaborée.  Cependant, malgré  leur exactitude, un certain malaise s’est installé.  Les remarques sur les réseaux sociaux  égratignent régulièrement les informateurs officiels.   Le doute commence à s’installer.  Dans l’esprit de certains citoyens, l’idée d’une communication mal faite s’installe  Cette défiance semble pousser le pouvoir à réagir et à  essayer de  montrer qu’il ne reste pas inerte. Des actions sont menées sur le terrain pour rassurer la population. Est-ce que ce sera suffisant ? En tout cas, la tentative  de redonner un certain crédit à  sa parole est faite.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

AFD-Afrique : 1,2 milliards d’euros pour l’initiative “Covid-19 – Santé en commun”

En juin dernier l’AFD a accordé un appui à l’administration pénitentiaire malgache pour une meilleure protection des détenus face à la pandémie de Covid-19.

Avec l’initiative « Covid-19 – Santé en commun », lancée le 2 avril dernier, l’AFD s’est engagée à mobiliser 1,2 milliard d’euros d’ici à septembre 2020.

Trois mois seulement après son lancement, l’initiative a déjà permis de financer 29 projets en réponse à la pandémie de Covid-19, répartis dans 23 pays africains, pour un total de 512 millions d’euros, dont 57 millions d’euros de dons et 455 millions d’euros sous forme de prêts à des États et des banques publiques de développement partenaires de l’AFD.

Team Europe

Cet engagement s’inscrit dans le cadre du programme « Team Europe » déployé pour soutenir les pays partenaires dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et ses conséquences sanitaires, économiques, sociales et environnementales. Cette initiative a, entre autres objectifs,  de soutenir les institutions locales dans la détection de la pandémie.  Pour éviter une propagation du virus sur le continent, les premières subventions de l’initiative ont été dédiées à des projets d’équipements de laboratoires, de renforcement de leurs capacités de détection, d’analyse de production de tests peu onéreux etc. Ainsi, 12 millions d’euros ont été accordés à des partenaires reconnus, parmi lesquels cinq établissements du réseau des Instituts Pasteur.  Il s’agit  également pour l’AFD de participer au financement des plans de riposte des pays sahéliens partenaires et qui s’est concrétisé par un appui de 20 millions d’euros aux plans de riposte en Mauritanie, au Niger, au Burkina Faso et au Tchad. Ainsi, au Burkina Faso, sept millions d’euros ont été engagés pour permettre au gouvernement burkinabè de répondre à l’urgence sanitaire. L’initiative « Covid-19 – Santé en commun » prévoit, par ailleurs  un milliard d’euros de prêts aux gouvernements et banques publiques de développement du continent. Ainsi, au Rwanda, le gouvernement a bénéficié d’un prêt de 40 millions d’euros pour répondre aux besoins de financement des volets sanitaires et sociaux de son plan de réponse à la pandémie.

Choose Africa

Le secteur privé africain qui subit les conséquences économiques de cette pandémie concentre également les appuis de la BAD. Les petites et moyennes entreprises (PME) du continent sont les premières et les plus durement impactées, alors qu’elles représentent 60 % des emplois formels et contribuent à environ 40 % des PIB nationaux.  Le groupe AFD, via sa filiale Proparco, a maintenu son programme « Choose Africa », lancé en mars 2019, destiné à soutenir les entrepreneurs. Cet engagement contribue à la préservation des emplois et à la participation des entreprises aux économies locales.  Des solutions financières ont ainsi été proposées à ses clients, principalement des PME (prêts, garanties, fonds propres et subventions). Au-delà de ce soutien financier, Proparco accompagne ses partenaires en matière de gouvernance, de risques financiers et de protection des emplois dans des secteurs fragilisés par la crise (l’agro-industrie, le tourisme, l’éducation etc.). Ainsi, avec « Choose Africa », Proparco a déjà engagé 1,3 milliard d’euros de financement depuis son lancement. Ce programme a permis de soutenir plus de 5 600 entreprises et de maintenir ou créer plus d’un million d’emplois directs et indirects. Parmi les projets financés en réponse à la pandémie, Proparco a signé en mai un accord de prêt de 10 millions d’euros au groupe Cofina au Sénégal et en Côte d’Ivoire, afin de soutenir l’inclusion financière des PME et du secteur informel.

Banques partenaires

Enfin, le groupe AFD accompagne des banques publiques de développement partenaires, notamment africaines, dans une logique de réponse durable aux crises économique et sociale. La Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a par exemple reçu un prêt de 175 millions d’euros pour participer au financement des plans de relance des États-membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). Aujourd’hui le volume d’activité de ces institutions représente 2 300 milliards de dollars par an, soit 10 % du montant annuel des investissements dans le monde. Ainsi, les banques publiques de développement sont plus aptes que jamais à favoriser la réconciliation entre les réponses à court terme face aux crises liées à la Covid-19 et les solutions pour un développement durable à long terme.  Les banques publiques de développement peuvent favoriser les changements institutionnels et offrir des débouchés économiques indispensables à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). C’est dans cette optique que 450 banques publiques de développement se réuniront pour la première fois à Paris, le 12 novembre prochain, dans le cadre du Sommet « Finance en commun », en marge du Forum de Paris pour la paix.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Propagation du coronavirus : Reprise de la distribution de CVO dans les quartiers

Reprise de la campagne de distribution massive de Tambavy CVO au niveau des quartiers. Face à l’augmentation incessante des cas confirmés, les autorités choisissent de faciliter l’accès des tananariviens au remède traditionnel amélioré de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). Hier, le Gouverneur d’Analamanga Hery Rasoamaromaka et certains membres du gouvernement, en l’occurrence la ministre de la Communication et de la Culture, la ministre de l’Environnement, ainsi que le ministre du Tourisme, ont dirigé la distribution dans plusieurs quartiers du 1er et du 5è arrondissements considérés comme les foyers de la pandémie. 67Ha Nord-est, Antohomadinika, Anatihazo, Anjezika, Ampefiloha, Amboasarikely, Soavimasoandro, Anjanahary IIA, Manjakaray IIB, Manjakaray IID, Manjakaray IIC, Anjanahary IIN, Anjanahary IIO et Anjanahary IIS. Ce sont les quartiers qui ont été visités hier. « Pour cette reprise, l’on a choisi de privilégier les quartiers déjà contaminés  mais la campagne se poursuivra dans les autres quartiers et arrondissements », a annoncé le Gouverneur d’Analamanga Hery Rasoamaromaka. Cette fois-ci, les responsables ont mis en place une nouvelle stratégie pour garantir le respect de la distanciation sociale et des gestes barrières. La distribution s’est déroulée dans le calme, sans aucune bousculade, contrairement à ce qui s’est passé lors du premier acte au mois d’avril dernier.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Dispositif de lutte anti-covid : L’omniprésence des militaires

Les hommes en treillis sont partout.

Les forces de sécurité sont fortement déployées depuis le début de la crise sanitaire, eu égard à leur expertise en matière de gestion des risques et menaces. Elles sont appelées en renfort quand la situation vire à une tendance préoccupante.

Quand la région Analamanga a été reconfinée depuis lundi dernier, 4 000 éléments des forces de l’ordre sont mobilisés pour s’assurer du respect des mesures de confinement dans la région. Les hommes en treillis, constitués des personnels de la police, de la gendarmerie et de l’armée, sont à pied d’œuvre depuis, sur les axes principaux et secondaires, parfois au fond même des quartiers des grandes villes, et renforcent leurs frères d’armes déjà sur le champ pour lutter contre la propagation du virus. Les points de contrôle fixes sont multipliés et les patrouilles mobiles renforcées. 200 barrages sanitaires à l’entrée et à la sortie des villes de la région sont érigés.

Sécurité publique. Le résultat est au rendez-vous. Les statistiques retombent en seulement deux jours, selon le rapport du CCO Ivato, et les nombres de guérisons rebondissent. Et, la mise en place en permanence de ces éléments statiques et mobiles a aussi pour vocation d’assurer la sécurité publique, a-t-on indiqué. Aussi, pour faire respecter les dispositions prises en matière de circulation et de confinement, selon le plan d’urgence multisectoriel, la surveillance des axes routiers s’effectue sur toute l’étendue du territoire en faisant des contrôles stricts. Sur ce point, les routes nationales sont envahies par des hommes en uniforme, en collaboration avec l’agence de transport terrestre, elle aussi, dirigée par un général de la gendarmerie.

Commandement. La présence des militaires et d’autres éléments des forces de sécurité dans le dispositif mis en place par l’Etat pour lutter contre la pandémie dans le pays est remarquable. Ils sont presque partout dans la grande machine qui opère contre le coronavirus. Au niveau du centre de commandement opérationnel covid-19, qui tourne à plein régime depuis le début de la crise, les militaires occupent une place importante dans le dispositif. La coordination générale est assurée par le général de brigade Elack Olivier Andriankaja. D’autres officiers sont en soutien au personnel de santé, plutôt discret, au niveau du centre.

300 barrages. Sur le terrain, la brigade spéciale d’intervention, exclusivement composée par du personnel de santé issu des rangs de l’armée, se déploie avec les médecins militaires, infirmiers et aide-soignants. Cette brigade a fait ses preuves à Toamasina après un déploiement in extremis lorsque les cas de contaminations ont explosé. Toutefois, les forces de l’ordre poursuivent les tâches de surveillance de routine, en situation d’urgence, et assurent les missions de sécurisation des centres de confinement et diverses actions de protection du personnel du ministère de la Santé publique. 300 autres barrages sanitaires seraient à déployer dans les districts, le long des axes routiers, et à l’entrée et la sortie des autres villes infectées.

Cependant, les forces de sécurité, comme le personnel médical, sont appelées à opérer dans une crise où les infrastructures et les moyens à disposition sont insuffisants. Leur présence dissuasive au niveau stratégique commence aussi à être moins appréciée. La société civile a réclamé depuis le début de la crise plus de latitude au personnel de santé, moins de tribune aux politiques.

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Le Centre de Commandement Opérationnel CCO- Covid-19 pourra également prendre en charge les...

L'effectif journalier du nombre de nouveaux cas positif du Coronavirus ne cesse de se multiplier. Les hôpitaux commencent à être saturés. Dernièrement, de nouvelles mesures ont été prises afin de pouvoir gérer l'épidémie, malgré ce problème, comme la possibilité des traitements à domicile, la mise en place du village Voara ou encore la possibilité pour les Centre de Santé de Base de prendre en charge les malades du Coronavirus.
Maintenant, il s'agit des locaux du centre de commandement opérationnel CCO Covid-19 Ivato qui deviendront des centres de traitement du covid. En effet, Tana devient actuellement le foyer de cette épidémie à Madagascar.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : La distribution de CVO reprend

La consommation du Covid Organics est toujours conseillée par les autorités. Le CVO continue à être vendu dans les pharmacies, en bouteille ou en infusion. Après sa sortie, le gouvernement a insisté sur la nécessité de la consommation du « Tambavy » afin de pouvoir s'immuniser et ainsi a favorisé la distribution gratuite du Covid Organics pour ceux qui n'ont pas les moyens de s'en acheter.
Actuellement, cette distribution gratuite reprend. La commune urbaine d'Antananarivo et la région d'Analamanga préparent la distribution du « Tambavy » dans les zone rouge de l'épidémie tel que le 1er le 5e arrondissement,
Tia Tanindranaza0 partages

Olona nanao fitilianaMiandry antsoina fa tsy mivezivezy eny Andohatapenaka

Mila miandry ny valin’ny fitiliana nataony ireo olona nanao izany, taorian’ny nandalovany teny amin’ny Village Voara Andohatapenaka.

Ho an’ireo fantatra fa positif izany hoe : raha mitondra ny tsimokaretina COVID 19 izy dia fantatra fa ireo miandraikitra ilay fitsaboana arahi-maso eny an-toerana no miantso azy ireny an-telefaonina. Ho an’ireo mazoto ny hitsabo tena hijanona eny an-toerana dia amin’ny alalan’izany antso izany no hifandaminan’ny roa tonta. Ho an’ireo maniry ny hitsabo tena any an-trano kosa dia alaina amin’ny alalan’ny antso an-telefaonina  ny toeram-ponenany mba hahafahan’ny fanjakana mamatsy fanafody azy. Tsy ao anatin’ny 2 na 3 andro anefa no hisian’izany antso an-telefaonina izany fa mety haharitra kely noho izany tsy tokony hanatona eny amin’ny Village Voara intsony ireo olona nanao fitiliana. Ho an’ireo nanao fitiliana kosa fa negatif dia fantatra fa antsoina an-telefaonina ihany koa izy ireny ka any amin’ny hopitaly Befelatanana no hakana ny valin’izany. Miantso hatrany ny hananan’ny rehetra fitoniana araka izany ireo tompon’andraikitra eny an-toerana mandrapisian’ny antso an-telefaonina azon’ny tsirairay.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrindrana sy fiatrehana ny valanaretina“Tokony hovaina tanteraka ny CCO Covid-19”

Efa hita izao fa rehefa mafy ny raharaha dia toa nomena vahana kely ny Ministeran’ny fahasalamana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

VakinankaratraMikatona ny sisintany, voarara ny famadihana

Nanamafy ireo fepetra hifehezana ny fihanaky ny valanaretina coronavirus ny faritra Vakinankaratra,

 

 

 fepetra mifandraika amin'ny filankevitry ny minisitra ny 05 jolay 2020. Nanapa-kevitra ny foibem-pibaikoana ny Covid-19 Vakinankaratra fa mikatona ny sisintany Analamanga sy Vakinankaratra, toy ny amin’ny Menabe sy Itasy ary Bongolava ary dia nohamafisina ny fiambenana ny sakana ara-pahasalamana eo Tsinjony amin’ny lalam-pirenena faha-7. Ny fiara mitondra olona marary mafy tsy maintsy zahàna maika, ny fiara mitondra razana ary ny fiara mitondra entam-barotra ihany no afaka mivoaka ny faritra. Mitsahatra avokoa ny fanomezan-dalana sy ny « ordre de mission », toy izany koa ny fampianarana amin'ny endriny rehetra sy ny fotoam-pivavahana mampivory ny mpino amin'ny fiangonana rehetra ao anatin'ny faritra Vakinankaratra. Miverina mihatra ny tsy fivoahana alina (couvre feu) eo anelanelan’ny amin’ny 10ora alina ka hatramin’ny 04 ora maraina manerana an’i Vakinankaratra. Mitsahatra avokoa Ireo tsena isan-kerinandro eny anivon'ny Fokontany sy Kaominina rehetra manera an’i Vakinankaratra, ary mikatona amin'ny 3 ora tolakandro ny tsenam-pokonolona sy tsenam-pokontany rehetra ao Antsirabe Voalohany. Tsy mbola ekena ny fangatahana fahazoan-dalana hamadika. Nanamafy ny CCO Vakinankaratra fa manankery hatramin'ny 20 jolay 2020 izay fepetra fihibohana 15 andro noraisin'ny fitondrana ireo fepetra ireo.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Voka-dratsin’ny COVID-19Haharitra hatramin` ny faran` ny taona ny fanadihadiana

Nanatanteraka fanadihadiana ny INSTAT mba hahafahana mamaritra ny voka-dratsy nateraky ny aretina COVID-19 taminà tokantrano maro eto Madagasikara.

Natao an-telefaonina ity fanadihadiana ity (EHTM) araka ny fampitam-baovao avy amin` ity rafitra mikirakira ny antontan`isa ity. Haharitra hatramin` ny faran` ny taona ny tetikasa ary napetraka ny fomba fiasana CATI na fanadihadiana an-telefaonina mba hahafahana miantoka ny fepetra ara-pahasalamana. Nivoaka moa ny tatitra momba ny fanadihadiana natao taminà tokantrano 1240 ny volana jona lasa teo izay naharitra 15 andro.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Hary Naivo Rasamoelina“Porofoy fa sitrana ireo lazainareo fa sitrana ireo”

Tsy tokony horaisina an-jambany fotsiny ny zavatra miseho iraisam-pirenena fa mila tetikady ary tsy ampiharina ara-bakiteny,

hoy ny fanehoan-kevitr’Atoa Hary Naivo Rasamoelina Filohan’ny Antoko DHD Madagasikara eo anatrehan’ny fomba fiasa vaovao hoenti-milaza ny olona iray voan’ny covid-19 fa sitrana. Gaga ny olona hoe tampoka teo dia an-jatony marobe ny sitrana, kanefa rehefa tena nodinihina dia tsy nisy fitiliana natao dia sitrana, hoy izy. Taloha anefa nisy fitiliana natao tsy nety sitrana mihitsy. Hatraiza no hanaporofoana fa sitrana marina ireny? Ny Profesora ao amin’ny CCO dia miteny foana nialohan’izao, fa ireo voalaza fa sitrana dia mila mitandrina satria mety hamindra raha ohatra ka miverina tampoka io, ka hatraiza no hatokisana fa ny olona natao fitiliana dia voalaza fa sitrana ary tsy hiverina intsony ny aretina? Hoy ity mpanao politika ity. Be dia be ny olona natao fitiliana sy fanamarinana fitiliana (contre-test) no miiba sy miabo mifamadibadika eo, kanefa izao lazaina ambongadiny fa sitrana. Navela nandeha teto ny hoe tsy lasa io OMS io, mpangorin-karena io, tsy ekena,… tamin’ny resaka CVO. Mila manana foto-kevitra mazava, fa tsy hoe rehefa metimety sy ahitana tombotsoa ny ambaran’ny OMS dia iarahana, fa rehefa tsy mety, dia henjehina, raha ny fanehoan-kevitr’Atoa Hary Naivo Rasamoelina tamina fampahalalam-baovao iray.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Village Voara AndohatapenakaNahazo tohana ara-tsakafo ireo mpiasan’ny fahasalamana

Mafy ny asa hatrehin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny mampiodina ny Village Voara eny Andohatapenaka isan’andro na ny CMC.

Mahatratra 150 izy ireo izay miasa andro aman’alina, tsy mahalala hatsiaka sy tsy mitandro hasasarana. Tonga nanolotra tohana ara-tsakafo ho azy ireo omaly ny ivon-toeram-piofanana Ny Ho Aviko izay mandefa tanora miasa any Etazonia no sady mpilatsaka an-tsitrapo miady amin’ny COVID 19 ao anatin’ny kaominina Alakamisy Fenoarivo, distrikan’Antananarivo Atsimondrano. Ody am-bavafo no natolotra azy ireo tamin’izany nahitana yaourt sy mofomamy. Ety am-piandohana dia hotanterahina isan-kerinandro izany izay hitohy isan’andro atsy ho atsy miankina amin’ireo mpiara-miombon’antoka any ivelany. Nandray izany teny an-toerana ny Dr Manitra Rakotoarivony. Nambarany fa efa misy ny ody ambavafo sy sakafo ho an’ireo dokotera sy tompon’andraikitra mampiodina ity toerana ity saingy na izany aza dia mila ampiana sy hatevenina izany hahafahana miady amin’ny aretina COVID 19. Nankasitraka feno Ny Ho aviko ny tenany nandritra izany notarihin’ny tatie Noely sy dr Rakitra izay marihina fa mpikambana ao amin’ny SOS Medical ihany koa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanasana tananaFihetsika tsotra, mahavonjy aina

Fihetsika faran’izay tsotra kanefa adinodino misy fotoana ny fanasana tanana.Ny nahazatra ny ankamaroan’ny oona hatrizay dia ny hoe manasa tanana rehefa hisakafo, na avy any amin’ny trano fivoahana ,

na avy niasa ka nikitika zavatra maro, mazava ho azy manasa tanana ihany koa rehefa mandro.Tsy dia nisy toromarika be hoe ahoana sy ahoana azon’ny besinimaro fa dia hoe manasa tananamadio tsara amin’ny savony ; efa nisy ihany aloha tetikasa efa hatry ny ela niarahana tamin’ny mpiara-miombon’antoka avy any ivelany natokana amin’ny fampianarana manasa tanana izay niantefa bebe kokoa tamin’ny mpianatra.Tato anatin’ny efa-bolana kosa izao, hatramin’ny nisian’ny Coronavirus na Covid 19 dia tena nafotaka ny fanentanana, fampianarana, dokam-barotra momba ny fanasana tanana.Manasa tanana matetika, isaky ny adin’ny iray raha tratra, mampiasa savony, kosehana tsara , maharitra 40 segondra.Napetraka ho fahazarana ny manasa tanana matetika, mba hisorohana ny fiparitahan’ny coronavirus.Fihetsika tena tsotra, tsy hoe mila vola be, kanefa tena mahavonjy aina. Tsy amin’izao vanim-potoana misy valanaretina izao ihany no mila manasa tanana amin’ny fomba manarapenitra fa mandritra ny fiainana iray manontolo, hoy ny dokotera.Voaloham-pahasalamana ny fahadiovana, tena miasa ny tanan’olombelona satria io no handraisana sy hifanolorana zavatra, io no mampiditra ny sakafo anya m-bava, io no hifampiarahabana sy hifampisafosafoana ….tena miasa be ka noho izany mila fitandremana be, hoy hatrany ny mpitsabo.Tsy mbola resy aloha hatreto ny Covid 19, manana anjara andrakitra ny tsirairay fa tsy hoe miandry dokotera ssy fitondram-panjakana foana.Zava-dehibe ny fisorohana ka lohalaharana amin’izany ny fahadiovana amin’ny alalan’ny fanasana tanana.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus209 indray voa teto Antananarivo

Niampy 209 ireo mitondra ny tsimokaretina coronavirus eto Madagasikara, ka nampiakatra ny isan’ny voa hatramin’izay ho 3787, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly 9 jolay 2020.

 

 Avy eto Antananarivo avokoa ireo olona rehetra 209 vaovao voa ireo satria tsy nahitana tranga vaovao ny fitiliana 14 natao tany Toamasina. Tsy dia nahitana tranga firy intsony tany Toamasina tato ho ato, ary midangana hatrany ny eto Antananarivo. Fitiliana miisa 573 no nahazoana ireo tranga 209 ireo, izay manome taham-pahavoazana 36,47%, azo ambara ho ambony dia ambony. Nisy 189 vaovao sitrana ihany koa tetsy andaniny, ka nampiakatra ny isan’izy ireo ho 1950, izay manome taha 51,49%. Teto Antananarivo ny 172 tamin’ireo sitrana (04 Hopitaly Befelatanana, 01 CHU Anosiala, 168 tany an-trano), 16 tany amin’ny Faritanin’I Toamasina (01 Faritra Alaotra Mangoro, 15 tany an-tranony). 1799 mbola manaraka fitsaboana izay manome taha 47,50%. Miisa 50 ny marary mafy na "formes graves" izay nisy fihenany 3 (26 Hopitaly Befelatanana, 14 CHU Anosiala, 08 Hopitaly, Manarapenitra Andohatapenaka, 01 Hopitaly Fenoarivo, 01 Hopitaly Andrainjato Fianarantsoa) izany hoe tsy ahitana intsony any Toamasina sy Antsirabe.

“NEGATIF” NY FITILIANA

Mijanona ho 33 ny aina nafoy hatreto, ary tsy nisy ny olona vaovao. Niteraka resabe ny mahakasika ny depiote Rakotomalala Lucien izay nodimandry sy voalaza fa covid-19 no nitarika ny fahafatesany. Naneho moa afak’omaly ny Jeneraly Rakoto Fanomezantsoa Talen’ny HOMI Soavinandriana, fa isan’ireo marary 6 tao anatin’ny “formes graves” noraisina an-tànana tao an-toerana io solombavambahoaka namoy ny ainy io. Ny fahafahatesana hoentintsika leto, dia ireo lavo voaisa ao anatin’ny tranga “positif” tamin’ny fitiliana PCR, hoy ny Pr Vololontiana Hanta. Matoa tsy nentina teto dia “negatif” ny fitiliana PCR natao azy. Nanamafy an’io ihany ny Minisitry ny serasera Rtoa Lalatiana Rakotondrazafy. Tsy voaisa tao anatin’ny olona voa izy satria na nisy soritr’aretina aza satria “negatif” ny valin’ny fitiliana, hoy io Minisitra io.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

CMC AndohatapenakaMandray marary 115 isan’andro ny dokotera iray

Tsy mitsaha-mitombo ireo olona mahatsiaro tsy fahasalamana tonga manatona eny amin’ny Village Voara Andohatapenaka na ny Centre Medical COVID 19 amin’izao.

 

 

Raha araka ny fanazavan’ny dokotera Manitra Rakotoarivony, talen’ny fampiroboroboana ny fahasalamana eo anivon’ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka omaly dia tafakatra 500 isa izy ireo afak’omaly Alarobia raha 150 isan’andro teny am-piandohana. Voatery mandray marary hatrany amin’ny 115 isan’andro araka izany ny dokotera iray miasa maraina, atoandro hatramin’ny alina dia misolo vaovao indray. Tsy dokotera ihany hoy izy no miasa amin’izany fa misy ihany koa ny interne… Omaly ohatra dia tonga nanampy azy ireo teny an-toerana ny fikambanana Croix Rouge Malagasy izay nandefa mpilatsaka an-tsitrapo hanao asa fanadiovana rano fotsiny. Noho ny hamaroan’ireo olona mivezivezy eny an-toerana mantsy dia tsy maintsy hatao hatrany ny asa fanadiovana ity toerana ity. Ny atoandro manomboka amin’ny 12 ora ka hatramin’ny 02 ora no hanatanterahana ihany raha amin’ny 06 ora hariva ka hatramin’ny 08 ora alina kosa ny amin’ny alina. Tsiahivina moa fa mahatratra 150 isan’andro ireo tompon’andraikitra mampiodina ity ivon-toerana ity.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy maharaka ny hopitaly sy ny mpitsaboAmporisihana ny fitsaboana any an-trano

Nampiharina eto Madagasikara ny fomba famaritana vaovao ny olona sitrana (protocole de sortie) ka afaka mivoaka ny hopitaly nofaritan’ny OMS nanomboka ny 27 mey.

 

Rehefa nahavita fitsaboana 13 andro eo ny olona iray ka tsy misy fambaran’aretina intsony amin’ny 3 andro farany dia sitrana ary afaka mody. Ny olona voamarina fa mitondra ny tsimokaretina nefa tsy ahitana soritraretina (asymptomatique) tao anatin’ny 10 andro dia raisina ho sitrana ka afaka mody, hoy ny fanazavana nataon’ny Dr Lamina Arthur Tale Kabinetran’ny Minisiteran’ny fahasalamana. Hialana amin’ny fahasahiranana noho ny fahamaroan’ny voa, saika maneran-tany io. 763 ireo voa nambara fa sitrana tao anatin’ny 48ora teto Madagasikara, izay notsaboina tany an-trano ny ankamaroany.

ANY AN-TRANO

Nanamafy an’io fomba fiasa vaovao io Ny Pr Vololontiana Hanta omaly. Any an-trano no raisina an-tànana, ary izy ireo no betsaka kokoa. Rehefa tafiditra ao anaty vatana io tsimokaretina io, dia tsy voatery ho velona ao anaty vahana mandrakizay. Tsy mitovy ny fivoarany arakaraka ny toe-tenan’ny olona tsirairay, ny hery fiarovana ao aminy, mety misy olona sokajiana ho tsy marefo saingy mety hanao “forme grave”,… Misy ny olona tsy haneho soritr’aretina mihitsy, mety hitombo ny otrik’aretina fa resy ihany ny fiafarany rehefa taitra ny hery fiarovana. Izay no nahatonga ny OMS tamin’ny 27 mey 2020 rehefa nifandinika tamin’ny manam-pahaizana amin’ny fomba hilazana fa sitrana sy afaka amin’ny fitokana-monina ny olona iray, ka isan’ny manaraka izany isika, raha ny fanazavan’ny Pr Vololontiana Hanta. Rehefa tapa-bolana aorian’ny nahitana fa positif, ka tsy maneho soritr’aretina dia ambara fa sitrana sy tsy mamindra amin’ny hafa mba hialana amin’ny vesatra hoe tsy maintsy manao fitiliana PCR in-droa misesy. Ho an’ireo misy soritr’aretina na ny “forme grave” aza, dia tsy maintsy arahi-maso mandrindra ny 10 andro, ary tsy maintsy misy 3 andro farafahakeliny tsy misy soritr’aretina intsony, dia azo ambara fa sitrana. Ny kohaka mety mbola haharitra kely, fa ny fanaviana, ny fikorontanan’ny taovam-pisefoana, marary tratra,… no hamaritana ny “forme grave”, raha ny fanazavana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus teny Alakamisy FenoarivoNijoro vavolombelona ilay rangahy sitrana

Efa sitrana soamantsara avokoa ireo fianakaviana iray trano nararin’ny coronavirus teny amin’ny Fokontany Antanety, kaominina Alakamisy Fenoarivo, distrikan’Antananarivo Atsimondrano.

 

 

 Raha tsiahivina dia niisa 13 mianaka izy ireo ka ireo 4 negatif dia tovovavy ny iray izay negatif hatramin’ny farany na dia nikarakara ireo havany tsy salama aza niampy zazakely miisa 3. Ny sivy ambiny kosa voa daholo raha vantany vao nifandray tamin’ilay tompon-tranony avy any Toamasina ka toy ny tazo no niandohan’izany raha ny fanazavan’Atoa John ilay raim-pianakaviana tsy salama sy nanana ankohonana narary. Ny 4 tamin’izy ireo no voatery naiditra hopitaly satria nisy soritr’aretina raha nijanona nitsabo tena tao an-trano kosa ny 5. Ny CVO na ny tambavy nohatsaraina Covid organics no fantatra fa nomen’ny Fokontany sy ireo tompon’andraikitra teny an-toerana azy ireo. Ankoatra izay hoy ity raim-pianakaviana ity dia namatsy sakafo anay ny fikambanana mpilatsaka an-tsitrapo teny Alakamisy niampy ny Faritra Analamanga noho ny fihibohana tsy maintsy natao. Tsy nitsahatra ny nanaja ilay fepetra ara-pahasalamana izy mianakavy kely nandritra izany toy ny fanaovana aron-tava, ny fanasan-tanana amin’ny savony matetika, ny fanajana ilay elanelana 1 metatra. Tsy nanao reraka ihany koa hoy ity Raim-pianakaviana ity, mihinana voankazo karazany 4 raha kely isan’andro, mihinana legioma toy ny lasary, misotro rano mafana matetika ary tsy manao mangatsiaka. Ny 02 jona lasa teo no nanao fitiliana izy ireo raha ny 06 Jona kosa no fantatra fa positif izy ireo. Ho an’i Yandy ilay zanany lahy 25 taona, taona faharoa manaraka ny lalam-piofanana Topographie ao amin’ny politeknika Vontovorona dia fantatra fa tsy nahazaka CVO izy. Ny sakafo sy ny fanajana ny fepetra ara-pahasalamana araka izany no natao ka sitrana soa aman-tsara ihany koa izy. Marihina moa fa efa nahazo ny taratasy manamarina ny fahasitranany avokoa izy 9 mianaka ireto. Tsiahivina moa fa mpiasan’ny Cur ao Vontovorona Atoa John.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirim-baryTsy misy ahiana mandritra ny fihibohana

Mpiasan` ny ministeran` ny varotra miisa 200, izay ahitana “commissaires” sy “controleurs”

 

 

 no misahana ny fanaraha-mason` ny vidin-entana sy ny tahirim-bokatra eny an-tsena, hoy ny minisitry ny varotra sy ny indostria, Lanto Rakotomalala. Efa voatsinjara eny anivon` ireo fokontany sy faritra misy azy izy ireo. Mahakasika ny tahirim-bary indray dia nanome toky ny talem-patritry ny indostria eto Analamanga, Hanitriniaina Ranarison, fa tsy misy no ahiana momba izany mandritra ity fihibohana ity eto Analamanga. Ankoatra ireo vary eny amin` ny tsena hafa dia nomarihany hatrany fa 100 taonina isan-andro no tonga eny amin` ny tsena. Efa misy ihany koa ny vary tonga ao amin`ny seranantsambon`i Toamasina, hoy ihany izy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana trano fivoahana tsy vitaSamy voasazy ilay nanao maloto sy ilay noratrainy

Niakatra fitsarana tamin’ny alatsinainy 29 jona lasa teo, tao amin ny lapan'ny fitsarana ambaratonga voalohany ao Antalaha, ilay raharaha fampiasana trano fivoahana mbola tsy vita nisian’ny fandratrana olona roa.

Sazy mihatra 1 taona ho an’ilay nahavanon-doza no vokatr’izany raha toa ka sazy mihantona mitovy amin'izany ihany koa ho an’ilay naratra. Mbola tsy nalefa an-trano maizina avy hatrany ilay nahavanon-doza, noho izy nilaza mbola hampiakatra ny raharaha amin'ny fitsarana ambony, satria tsy afa-po tamin’ny didy nivoaka. Raha tsiahivina ny zava-niseho dia tamin'ny alakamisy 23 aprily tokony tamin'ny 6ora hariva dia taitra ity mpanofa trano ity raha nahita sahady olona nanao maloto tao amin'ny trano fivoahana (WC), izay mbola eo andalam-pamitany azy. Noho ny hagagany miampy ny hatezerana, dia nahavoaka teny mahery izy, tamin'izany.. Tsy tapitra akory anefa ny fimenomenomany, dia nivoaka ilay voatondro ho "sécurité" mpanofa trano mifanila-bodirindrina aminy. Tsy nisy resaka nandritra izany fa tonga dia nidaroka ary nikasa hamono mihitsy ity farany. Mbola nodarohany ihany koa ilay Ramatoa tompon-trano, izay niezaka nanelanelana. Naratra ihany koa ity farany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena SoamanatomboArahi-maso akaiky ireo mpivarotra

Ho fisorohana ny fihanaky ny valanaretina coronavirus dia mitohy hatrany ny fanentanana ireo mpivarotra ny entana ilain'ny mponina amin'ny andavanandro ny amin'ny tokony hikatonan'ny tsena amin’ny 12 ora atoandro tsy diso.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana hiatrehana fihibohana Samy miandry ny fitetezam-baravarana

Hatramin’izao dia mbola samy velom-panontaniana ny ankamaroan’ireo mponina eto Analamanga mikasika ny resaka fitetezam-baravarana na “porte à porte” hanaterana fanampiana ireo mponin’ny faritra Analamanga hiatrehany izao fihibohana izao.

 

 

Tsy mifidy saranga intsony anefa ny fahasemporam-piainana vokatr’ity krizy ara-pahasalamana ity. Araka ny fanazavan’ny mpivady iray izay mpampianatra mpikaroka eny amin’ny sekoly ambony tsy miankina iray dia efa 3 volana izy ireo izao no tsy nandray vola na vary iray venty aza. Mba nisoratra anarana ho isan’ireo sahirana tetsy amin’ny fokontany misy azy etsy Mahamasina saingy tsy tao ny anarana rehefa nivoaka ny lisitra. Etsy an-kilany anefa ireo mponina amina boriborintany hafa toy ny faha 2 sy faha 3 ary faha 5 dia mbola samy miandry izay fanampiana izay ihany koa ho aterina isam-baravarana mba hisorohana ny fitangorongoronana izay efa hita ho lesoka hatrany am-boalohany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tatsambo MalagasyMaherin’ny 500 tsy mbola tafody

Tatsambo Malagasy maro no mbola tavela ivelan’i Madagasikara kanefa te hody an-tanindrazana.

 Nanomboka tamin’ny 18 martsa 2020 no nijanona tsy niasa intsony ny sambo rehetra niasan’izy ireo noho ny fisian’ity valanaretina covid-19 ity manerantany, ary dia nanomboka teo ihany koa ireo tatsambo ireo no misedra fahasahiranana ; efa-bolana no tsy niasa sady tsy nandray karama. Tavela any Dubai ny 30 amin’izy ireo, mihitsoka any Marseille ny 54 ny 400 any Italia (Genova, Civitavecchia) ary 100 any Brezila. Nampanantenaina ry zareo fa tsy maintsy tafody eto Madagasikara daholo amin’ny 2 jolay 2020, indrisy anefa fa tantsambo 32 ihany no tafody ny 6 jolay 2020. Mitaraina mafy izy ireo noho izany, dia mbola miandry fa gasy. Miandrandra tolo-tanana sy Manantena fiaraha-miasa amin’ny tsirairay ireo tasambo mba ahafahan’izy ireo manaitra ny tompon’andraikitra satria mamy ny mody.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alaotra MangoroNohamafisina ny fepetra hiadiana amin’ny coronavirus

Nohamafisina ny fepetra hitantanana ny ahamehana ara-pahasalamana, raha ny fanazavan’ny governoran’Alaotra mangoro, ny Dr Richard Ramandihamanana, ho an’ny faritra iadidiany.

 

 

Faritra nahitana tranga vitsivitsy. Moramanga, ohatra, dia nahitana mitondra ny otrikaretina Coronavirus 47 isa. Nidina hatrany io tarehimarika io na dia nisy tranga vitsivitsy 10 sy 11 isa aza, hoy hatrany izy. Misy hatrany ny sitrana. Nahomby ny fepetra rehetra napetraka, raha ny hita. Eo ny fanentanana isan-karazany, ny fihibohana, ny fizarana CVO. Misy tranga vitsivitsy toy ny ao Moramanga, Ambatondrazaka misy 1, Amparafaravola nisy 1, Andilamena nisy 1. Ny ao Moramanga sy Ambatondrazaka sisa fa efa sitrana ny ambiny. Raha mitohy ny fiaraha-mientan’ny rehetra dia ho afaka vetivety ny Coronavirus eto Alaotra mangoro, hoy hatrany ny governora.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Trangam-piarahamoninaNisoloky 400.000 ariary ilay pretra sandoka

Naverina niakatra fampanoavana omaly, tetsy Anosy, ny pretra sandoka iray, 63 taona. Nisoloky olona maromaro izy ka tratra ny farany. Milaza izy fa mompera avy any Moramanga.

Tonga mividy sakafo amin'olona matetika teny Anjanahary, hoy ny fampitam-baovao. Mody manao tsara resaka hatrany amin'ireo roa vavy samy mpivarotra mifanakaiky ka lasa nifankahazatra tamin’izy ireo. Indray andro, gaga ny iray tamin'ireo mpivarotra raha nahita azy efa tao an-trano. Tsy dia nametraka olana tamin'ny fisiany tao loatra ilay ramatoa, noho ny fahatokisana efa nipetraka. Nitoetra tao nandritra ny efa-bolana ilay mpisandoka niaraka tamin'ny entany. Indraindray dia miteny mihitsy ilay pretra sandoka fa handeha hampivavaka any amina paroasy. Alohan'ny hiaingàny dia pasohany eo imason'ny tompon-trano tokoa ny akanjo lava maha mompera sy fitondra manao lamesa. Taorian'izay, niresaka tamin'ilay vehivavy iray hafa mpivarotra izy. Nolazainy fa mampalaelo azy izy miasa mafy nefa tsy dia ampy fitaovana. Nambarany fa misy moto hamidiny mora dia mora aminy. Ilay vehivavy anefa tsy nanam-bola ka nitrosa mihitsy hahazoana io moto io. Rehefa azon'ilay rangahy ny vola 400 000 ariary dia lasa ary tsy niverina intsony izy. Betroka sy teny mahery no nasetriny raha nantsoina izy. Avy eo, novonoiny hatramin'ny findainy. Tsikaritr'ilay mpivarotra teny Antanimena izy andro maro taty aoriana ka nosamborin'ny polisy avy hatrany. Naterina teo anivon'ny SUT Tsaralalàna ary natao famotorana. Nanazava moa ny polisy fa efa betsaka ny olona nosolokiany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpivarotra omby halatraIn-droa saika hanao kolikoly tamin’ny zandary

Mpivarotra omby halatra miisa roa no tra-tehaky ny Zandarimaria nitondra sy nivarotra omby tsy misy taratasy tany Antandrokomby Anosibe an’ala ny andron'ny 04 jolay 2020.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

KobaltaNihen-danja ny sandany

Ny fanondranana kobalta dia very 53.3% amin` ny sandany tamin'ny taona 2019, araka ny tatitry ny banky foibe. Niala tamin'ny 160.1 tapitrisa DTS tamin'ny taona 2018 ka hatramin'ny 74.8 tapitrisa tamin'ny taona 2019.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpiasan’ny fahasalamanaNotoloran’ny fanjakana Amerikana arotava 4.000 isa

Nahazo arotava miisa 4.000 ireo mpiasan'ny fahasalamana lohalaharana amin’ny ady atao amin’ny COVID-19 ao Toliara sy Moramanga.

Izany dia vokatry ny fiaraha-miasa eo amin'ny United States Africa Command izay namatsy ny fividianana ireo arotava vita eto an-toerana, ny Ministeran'ny Fahasalamam-bahoaka izay namaritra ny toerana handray izany, ary ny USAID Madagasikara izay ny tetikasa ara-pahasalamana IMPACT tanterahan’ny PSI Madagascar, miaraka amin’ny Sampandraharaham-paritry ny fahasalamana, no nikarakara ny fandefasana ny fitaovana any amin’ireo mpiasan’ny fahasalamana. Nanampy tamin’ny fanomezana tao Moramanga ihany koa ny mpiara-miasa ao amin'ny tetikasa USAID RANO WASH. Ity fanomezana ity dia fanampin’ny famatsiam-bola mitentina 2,5 tapitrisa dolara natolotr’i Etazonia hanohanana ny ady ataon’ny fanjakana malagasy amin'ny COVID-19, sy ny vola 2,2 tapitrisa dolara nalaina avy amin’ny tetikasan’ny USAID izay efa voalahatra eo amin’ny sehatry ny fahasalamana iadiana amin’ny valanaretina coronavirus.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

SoanieranaMaty tsy tra-drano ilay mpitondra scooter

Niala lavaka teny am-pandehanana, nitrosona dia lasa tao ambany kamiaon’ny Jirama niray zotra taminy.

 

 

Tsy azo nidovirana ny loza. Maty tsy tra-drano ilay mpitondra scooter. Teo Soanierana, amin’ny lalam-pirenena faha-7 manaraka ny Boulevard Ratsimandrava no nitranga ny loza, omaly maraina. Tonga teny an-toerana ny Polisy misahana ny lozam-pifamoivoizana nanamarina ny loza taloha ny nitondra ny razana namonjy ny tranompaty. Raha araka ny fantatra dia « livreur » ity tra-doza teny Soanierana ity.Nisesy tato ho ato ny lozam-pifamoivoizana amin’ny moto teto an-drenivohitra, manararaotra ny lalana tsara vao nasiam-panamboarana tamin’ny fitondrana Hery Rajaonarimampianina sy ny fitantanan’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana. Vokatry ny fandehanana mafy no fototry ny ankamaroan’ny loza, eo koa ny tsy fanajana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana ; manararaotra ihany koa ireo mpitondra moto amin’izao fahavitsian’ny fiara mandeha amin’ny arabe anatin’ny fahamehana ara-pahasalamana ampiharana ny fepetra fihibohana tsy hianahan’ny covid-19 izao.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy toa teny, very ny fahatokisana

Tena ilaina amin’ny fitondrana ny firenena, amin’ny fifampitondrana ao anaty fiarahamonina, amin’ny fitantanana orinasa,…

 

 

 ny haitarika na ny “leadership”. Ny biby tsy manan-doha tsy mandeha, hoy rahateo, ny fomba fitenintsika Malagasy. Miankina amin’io haitarika io noho izany no hahafahana manatratra tanjona iray ao anatin’ny ankohonana, fiarahamonina, firenena,… Miainga avy any ambony ny ohatra, ka rehefa ny lohany no matsatso, dia mety tsy handeha amin’ny laoniny ny fiainam-pirenena. Mila olona to teny, mitazona ny teny nomeny fa tsy hafa no ambara anio ary mivadika ho hafa rahampitso. Mila mahalala tsara ireo vahoaka entina sy ny zavatra ilainy sy tadiaviny satria eo no isan’ny lesoka goavana eto amin’ny firenena. Ny zavatra hita sy tsapa eto mantsy, dia toa fanatanterahana ny nofinofy sy rendrarendran’ny mpitondra indraindray no ambara fa fampandrosoana. Ao anatin’ny ady mafy lalovan’ny firenena no toa mbola hitadiavana hirika hanaovana fandokafan-tena hoenti-manakona ny tsy fahombiazana. Ny ady hatrehina tsy vita sy tsy voafehy, kanefa mipoitra eny antsefantsefany eny karazana laharampahamehana hafa tsy misy fiantraikany amin’ny besinimaro. Maro ny serasera sy fihetsika toa tsy mandeha araka ny tokony ho izy. Sesilany ny toe-javatra manome endrika ratsy ny fanjakana tsy voasoroka, ka rehefa miseho vao manao izay fomba rehetra hanadiovan-tena sy hamonoana afo. Mila fantarina tsara ny olana miseho eto, izay tsy ny valanaretina fotsiny fa misy ny fahoriam-bahoaka, ny fahantrana, ny alahelo,… ka raha tena hita sy hitondrana vahaolana ireny mahatoky ho azy ny mpitondra ny olona, manaiky sy manohana ho azy. Tsy ny famokisana resaka sy fampanatenana habosesika lava no hampisokatra ny fon’ny vahoaka ka hanekeny sy hanohanany ny mpitondra fa ny fahatsapany hoe: tena mitsinjo, mamaha ny olany, mijery ny fahoriany ny fanjakana, fa tsy mampanonofy azy lava eo fotsiny. Manaraka ho azy tsy mila famoretana, ary manampy aza ireo, raha tena tsapany fa mahitsy sy madio fo aminy mpitondra.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Diosezy AntsirabeMikatona avokoa ny Eglizy Katolika

Mikatona avokoa ny Eglizy KATOLIKA manerana ny diosezy Antsirabe nanomboka ny 8 Jolay ka hatramin’ny Alatsinainy 20 Jolay 2020.

Hajanona izay karazana hetsika famoriam-bahoaka rehetra ary arahana ireo fepetra nomen’ny fanjakana foibe. Ahemotra aoriana ny fanomezana ny sakramentan’ny fankaherezana any amin’ireo distrika ao anatin’ny diosezy efa voatondro hanatanterahana izany ireto ( Faratsiho, Ambatofotsy, Miandrarivo, Soamananazy). Nivoitra ireo tao anatin’ny fanambarana nataon’i Mgr Philippe Ranaivomanana Evekan'Antsirabe, ny 8 jolay teo. Noraisina ny fepetra, hoy ny fanazavana, « ho fiaraha-mientana amin’ny fisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina COVID-19 eto amin’ny faritra Vakinankaratra ». Mihàtra avy hatrany ireo fepetra voarakitry ny fanambarana, ary hiova araka ny fiovan’ny toe-draharaha, hoy hatrany i Mgr Philippe Ranaivomanana.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandevenana eny AnjanaharyTelo ny fangatahana voarain’ny BHM Isotry hatreto

Telo hatramin’ny alarobia lasa teo ny fangatahana nandalo teo anivon’ny BMH ( Bureau Municipal d’hygiène)

 etsy Isotry mikasika ny fangatahana handevina vonjimaika eny Anjanahary ho an’ireo razana tokony hivoaka ivelan’ny Faritra Analamanga. Tsy voatery ho olona matin’ny coronavirus hoy ireo tompon’andraikitra no alevina eny an-toerana fa na olona maty tsotra aza dia mety saingy manaiky kosa ny fianakaviana fa haka sy hamindra izany rehefa tapitra ny hamehana ara-pahasalamana. Tsy mitambatra ihany koa ny toerana hametrahana azy ireny hoy izy ireo fa samihafa mihitsy. Mikasika ireo olona mangataka ny handevenana ny havany eny an-toerana kosa ary tsy mikasa ny haka izany intsony dia tsy maintsy mangataka fahazoan-dalana manokana avy amin’ny Ben’ny tanana izy ireny vao azo tanterahina izany. Nomarihin’ny teo anivon’ny BMH Isotry moa fa vonona hatrany izy ireo ny handray ireo olona mila fanazavana mikasika izany hahafantaran’izy ireny ny hataony sy ny tsy tokony hataony.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

FihibohanaTsy nahitàna takaitra firy ny fambolena

Araka ny tatitry ny fanadihadiana EHTM natao ny volana jona lasa teo, 10, 1%n` ireo tokantrano no nanambara fa very asa vantany vao nanomboka ny fihibohana

ny volana martsa lasa teo. Sehatra efatra no tena nizaka ny vokan` ny aretina COVID-19. 61% dia misehatra amin` ny fizahan-tany, 38% fitaterana, 13,8% misehatra amin` ny fanodinana akora sy famokarana ary 12,8% eo amin` ny varotra. An-tanan-dehibe no tena ahitàna izay lafiny ratsy amin` ny sehatry ny asa izay raha oharina amin` ny tontolo ambanivohitra. Noho izany, tsy dia nahitàna voka-dratsy ny sehatry ny fambolena raha ny tatitra hatrany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny kolikoly Nihena ny tetibola natokana ho an` ireo rafitra mpanara-maso

Tao anatin` ny fanadihadiana mahakasika ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana nataon` ny firaisamonim-pirenena CCOC, dia tsikaritra fa nihena ny tetibola natokana ho an` ireo rafitra mpanara-paso (OCFP) sy ireo izay miady amin` ny kolikoly (ILCC).

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fetim-pirenena FrantsayTsy hisy ny lanonana samihafa

Noho ny fihanaky ny aretina covid-19 maneran-tany dia mbola maro ireo firenena no mandrara ny famoriam-bahoaka.

 Ho an` i Frantsa dia nisafidy tsy hanatanteraka lanonana manetriketrika entina hankalazana ny fetim-pirenena ny 14 jolay izao tiy ny fanaony isan-taona, hoy ny fanazavana nentin` ny masoivoho Frantsay monina sy miasa eto amintsika, Christophe Bouchard. Amin` ny alalan` ny tranokalan` ny masoivoho sy ireo tambajotra serasera kosa no hanarahin` ireo teratany Frantsay ireo kabary samihafa sy hiram-pirenena ny 14 jolay amin` ny 12 ora atoandro. “Fotoana hanomezam-boninahitra ho an` ireo namoy ny ainy noho ny COVID-19 tany Frantsa, teto Madagasikara ary maneran-tany, sy ho an` ireo mpiasan` ny fahasalamana izay lohalaharana amin` ny ady amin` ny aretina io andro io” hoy ihany izy.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadihadian’ny fahitalavitra Ivorianina“Henatra ho an’i Afrika i Andry Rajoelina”

Nanao fanadihadiana sy fakan-kevitra tamin’ny mponina any aminy mahakasika ny tambavy Covid-Organics na CVO ny fahitalavitra Ivorianina NTV. Hita izao fa tsy mahomby io fanefitra io,

 

 

ary izay no azo hanazavana ny fiverenana amin’ny fanibohana indray ao amin’ny Renivohitr’i Madagasikara. Tena nanao fahadisoana be I Madagasikara, raha ny zava-misy dia tsy manana fomba fijery mivelatra momba ny fitantanana valanaretina na koa ny fitantanana firenena ny Filoha Rajoelina, hoy I Saindoux Dembele, isan’ireo nanaovan’ny fahitalavitra NTV fakan-kevitra. Ankehitriny, dia tena tsy fahombiazana no miseho, ary henatra ho an’I Afrika manontolo io, hoy ny fanehoan-kevitra. Nilaza kosa ny Minisitry ny serasera sy kolontsaina Lalatiana Rakotondrazafy omaly, fa tsy mbola misy porofo hilazana fa tsy mahomby io. Ny mifanohitra amin’izany aza no miseho satria saika nandray CVO avokoa ny ankamaroan’ireo sitrana, hoy izy. Misy antony hafa, tsy afaka nandray CVO noho ny aretina mitaiza toy ny diabeta, tosidra ambony,… ny ankamaroan’ireo namoy ny ainy, raha ny fanazavany. Nisy moa ny fizarana CVO teto Antananarivo natomboka tamin’ny Boriborintany voalohany sy fahadimy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hemerson Andrianetrazafy –mpahay tantara “Marefo sy tsy tsara faka ny demokrasia eto”

Rehefa tsy eo amin’ny fitondrana ireo nitondra taloha vao mody misaina, hoy ny mpahay tantara, Hemerson Andrianetrazafy.

 

Toy ny ataon'ny mahazo fitondrana ihany no nataony fony teo. Be marenina sy tsy refesi-mandidy. Ny dikan'izany dia tsotra, hoy izy, marefo sy tsy tsara faka ny demokrasia eto amintsika. Ny antoko politika tsy manana vinam-piarahamonina matotra. Ny olom-pirenena tsy mandray anjara ary ahilika amin’ny sehatra iraisana. Izay mitondra dia mihevitra ny tenany ho mpanjaka. Na ny olon-tsotra aza dia toa izay no fandraisany azy ka mampiraviravy tanana azy ary izay rehetra mahazo fahefana dia manararaotra izany. Tokony heverina ny fampiharana ny fitsinjaram-pahefana, ny fampiatiana ny olom-pirenena, hakarina sy atao mifanaraka amin’ny tontolo iainantsika ny fanabeazana sy fampianarana, maka fanapahan-kevitra amin’ny tsy hiankinan-doha intsony amin'ny any ivelany, tsidihina sy ahitsy hifanaraka amin’ny tena filantsika ny didy aman-dalàna manan-kery ary atao amin’ny teny malagasy, hoy izy, no vahaolana isan’ny arosoko. Tokony ho raisin'ny fanjakana tanteraka ny filan'ny olona mihiboka ary raha ny rariny sy hitsiny dia nahazo vatsy ho an'izany izy saingy izao toy ny hoe mijanona ao an-trano dia hiareto mangina izay manjo anareo! Sady mpampianatra mpikaroka amin’ny sekoly ambony tsy miankina moa ity mpahay tantara ity no mpanakanto saingy samy tapaka daholo izany fivelomany izany vokatr’izao krizy ara-pahasalamana izao, hoy hatrany ny fanazavany.

 J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanarahana ny toromarikaMila mandini-tena ny mpitondra fanjakana

Tao anatin’ny 3 andro niverenan’ny fihibohana tapak’andro izao no nahitana fa sarotra ho an’ny olom-pirenena ny tsy hifanaretsaka amin’ireo toerana fitadiavany isan’andro. Isotry, 67ha, Ambanidia,

 izay aleha rehetra feno olona avokoa, indrindra, mialohan’ny hahatongavan’ny amin’ny 12 ora. Raha tsiahivina anefa ny fepetra nasaina narahana dia ny hoe izay olona iray isan-tokantrano miantsena ihany na ireo mitondra tsy salama any amin’ny toeram-pitsaboana no tokony hivoaka saingy raha mijery ny zava-misy dia mampanontany tena hoe ny mifamadika amin’izay ve no ren’ireo olompirenena? Rehefa mijery izay hita eny an-dalana eny dia toy ireny olona iray ireny indray no mijanona isan-tokantrano. Ny azo andravonana ny valin-tenin’ireo olompirenena hatreto aloha dia ny hoe “noana ny vahoaka”, “ny ho hanina anio tadiavina anio!” ny an’ny sasany aza hoe “tadiavina rahampitso”. Ny fepetra mifandrindra amin’ny zava-misy hanamaivana ny fahasahiranan’ny olom-pirenena, ela vao mipaka amin’ny isam-baravarana, hoy ny fanehoan-kevitr’ilay mpandraharaha iray izay. Fidiny ho an’ny olom-pirenena ve ny tsy haharaka an-tsakany sy an-davany ny fepetra sy baiko apetraky ny mpitondra? Mila mandini-tena ny mpitondra fanjakana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimierandoholona11 volana, tsy voatendry ny solon’i Mbade Jeannine

63 ny isan’ireo Loholona mandrafitra ny Antenimierandoholona, izay andrimpanjakana faharoa eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara.

 

Nofidiana mivantana tamin’ny desambra 2015 ny 42 amin’ireo. Ny filohan’ny Repoblika kosa no manendry ny 21, izay ampahatelony. Ny fiandohan’ny taona 2016 no nanendrena an’ireto farany. Iray amin’ireo 21 voafantina ary notendren’i Hery Rajaonarimampianina filohan’ny Repoblika tamin’izany, noho ny traikefany na koa ny toerany ara-toekarena sy ara-piarahamonina Rtoa Ravoninahitriniarivo Mbade Jeanine Gabriel. Nirotsaka hofidiana solombavambahoaka, lisitra tsy miankina tao amin’ny Distrika Maevatanana ity farany, ny 27 May 2019 ary dia voafidy soa amantsara. Nisafidy ho ao Tsimbazaza Rtoa Mbade Jeanine ary nametraka taratasy fametraham-pialana ny 12 jolay 2019 milaza fa handao an’Anosikely ka tsy ho mpikambana Loholona intsony. Taorian’izay dia nandefa taratasy laharana faha 047-19/Sénat/PS, any amin’ny Fitsarana avo momba ny lalampanorenana na HCC, ny filohan’ny Antenimerandoholona Rakotovao Rivo ny 25 jolay 2019 mampahafantatra io fahabangan-toerana taorian’ny nahavoafidy an’i Mbade Jeanine ho depiote tao Maevatanana io. Namoaka fanapahana laharana faha49-HCC/AR ny HCC ny 13 aogositra 2019 milaza fa hita fototra ny fahabangan-toerana ny Loholona voatendry Ravoninahitriniarivo Mbade Jeanine Gabrielle. Ny andininy faharoa amin’io didin’ny HCC io no mamaritra fa dia anjaran’ny filohan’ny Repoblika no miroso amin’ny fanendrena senatera vaovao. Tsy mbola nisy io fanendrena io 11 volana aty aoriana, ary dia banga hatramin’izao io toerana Loholona iray io ao amin’ny Antenimierandoholona. Ny fanapahan-kevitra noraisin’ny fanjakana tarihin’ny filoha Andry Rajoelina mikasika ny Antenimierandoholona dia ny hampihenana ho 18 ny isan’ireo Loholona handrafitra io andrimpanjakana io.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova“Akaiky ny fipoahana ara-tsosialy”

Olana be rehefa mihiboka na ekena aza fa misy ny aretina. Tokony hisy fandinihina ara-stratejika bebe kokoa ataon’ny mpitondra fa efa tsy tafavoaka intsony ilay izy satria efa miha manakaiky foana ny fipoahana ara-tsosialy.

Vahoaka noana no hiteraka an’izay fa tsy hoe zavatra hafa, ary lainga raha ny lazaina fa ny mpanao politika no hitarika an’izany satria tsisy mpanao politika mahazaka vahoaka intsony eto izao, hoy Atoa Serge Zafimahova mpandinika ara-toekarena. Noana ny olona, mivezivezy ny fanahy. Ny seha-panjakana no miasa, ary androany dia ny mpiasam-panjakana no tsy misy olona, fa ny sehatra tsy miankina efa ela no ao anatin’ny fahoriana. Efa betsaka ny nampidina ny karaman’ny mpiasany ka nisy ny 25%, nisy nampidina 50%, ao ny efa nampiato mpiasa, fa ao ihany koa no efa nandroaka mpiasa mihitsy. Rahampitso dia tsy maintsy hitady asa ny olona. Ny an’ny sehatra ara-dalàna izany, fa ny an’ny sehatra tsy manara-dalàna na “informel” dia mamelona olona hatrany amin’ny 10 tapitrisa. Ny antsika izao raha mamaky ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana (LFR), ho an’ny fizahantany dia 40 000 ny asa voakasika sy lasibatra ka 300 000 asa tsy mivantana ka io tsy mivantana io dia tafiditra ao anatin’ny tsy ara-dalàna. Ny mahagaga amin’izao dia tsy mbola nisy ny minisitera nanao tombana mahakasika ireo sehatr’asa tsirairay lasibatra hatreto, hoy hatrany Atoa Serge Zafimahova.

Toky R

La Vérité0 partages

Madagascar - Quand la FIFA consacre une page au football de l’île

Comme chaque semaine, le site web de l’instance internationale de football FIFA.com fait le tour d’horizon pour parler du football dans le monde entier. Cette année, le journaliste web de la FIFA a choisi Madagascar pour parler du football. Après avoir survolé le « success story », du sport malagasy en général, la FIFA parle de la conquête du football à travers le pays. Cet article s’inscrit dans la série « The Global Game », qui met en lumière le football qui se joue habituellement loin du feu des projecteurs.

 

Madagascar, n'a jamais remporté de médaille aux Jeux Olympiques en 14 participations. Certains sportifs comme Jean-Louis Ravelomanantsoa, finaliste du 100 mètres à Mexico 1968, ou Joseph-Berlioz Randriamihaja, qui a participé à trois olympiades de suite, en 2000, 2004 et 2008, en 110 mètres haies ont porté haut les couleurs du pays mais sans jamais atteindre la consécration mondiale.

A Madagascar, trois activités sportives dominent entre autres, le morengy, une forme de boxe traditionnelle, la pétanque, où les Malagasy sont double champions du monde (1999 et 2016), et le rugby à XV, où l'équipe nationale a atteint deux fois la finale de la Coupe d'Afrique. Mais depuis quelque temps, le ballon ovale fait la place au ballon rond.

27% des malagasy pratiquent le football au moins une fois par semaine, rapporte la FIFA selon un récent sondage mené par un site local, Stileex. Sur place, pas besoin d'appartenir à la fédération pour se prendre de passion pour le ballon rond. L’équipe de Beach Soccer de Madagascar est la première du pays à avoir récolté les lauriers. En 2015, les Barea remportent le championnat d'Afrique de Beach Soccer en battant les Sénégalais double champions en titre et décrochent leur qualification pour leur premier tournoi FIFA, la Coupe du Monde de Beach Soccer de la FIFA, Portugal 2015.

En cinq ans, les Barea ont connu beaucoup plus de succès que dans toute leur histoire. D'abord avec cette troisième place à la Coupe de la COSAFA, puis avec cette qualification historique pour la Coupe d'Afrique des Nations 2019, grâce à une sélection qui s'est fortement renforcée. Pour épauler les expérimentés Paulin Voavy, Faneva Andriatsima et Lalaina Nomenjanahary, le sélectionneur Nicolas Dupuis a fait appel à plusieurs joueurs nés en France. Parmi eux Romain Métanire qui a connu la Ligue 1 avec le FC Metz et le Stade de Reims, Thomas Fontaine, ancien partenaire de Kalidou Koulibaly en charnière centrale de l'équipe de France U-20 et, surtout, Jérémy Morel et ses 24 matches de Ligue des champions de l'UEFA disputés avec l'Olympique de Marseille et l'Olympique Lyonnais. Des renforts de choix qui permettent aux Barea de passer un cap. En Egypte, Madagascar termine premier de son groupe, s'offrant même le luxe d'une victoire 2-0 face aux expérimentés Nigérians. Puis les Barea s'imposent aux tirs au but en huitième de finale face à la RD Congo. L'aventure s'arrête sèchement (0-3) en quart de finale face à la Tunisie, mais pour sa première participation, Madagascar a dépassé les attentes et fait vibrer tout un pays. À son retour à Antananarivo, les scènes de liesse sont telles qu'on a l'impression que l'équipe a remporté la compétition. Une passion est née sur l'île et même les courants de l'océan Indien ne sauraient la retenir.

Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Covid-19 - Un milliers de patients guéris en 5 jours

2 183. Tel est actuellement le nombre de patients testés positifs au Covid-19  qui ont recouvré la santé. Ces cinq derniers jours, le Centre de commandement opérationnel - Covid-19 sis à Ivato a enregistré 1 075 individus sortis des lieux d’isolement dont la majorité d’entre eux ont été soignés à domicile. Parmi ces personnes guéries, 233 cas ont été annoncés officiellement hier vers 13h à la TVM. Il s’agit d’un chiffre record termes de guérison à Madagascar depuis le début de cette épidémie. A compter du 12 avril dernier, annonce du premier cas de rémission par le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole dudit centre, le pays a comptabilisé 2 183 patients ayant rempli les critères de guérison. Ce chiffre enchante les acteurs dans la lutte contre le Covid-19 étant donné qu’il dépasse actuellement le nombre de personnes en cours de traitement, arrêté hier au nombre de 1 926.

 

Ces résultats ont été obtenus grâce à la maturité et la persévérance des « blouses blanches », sans parler des efforts déployés par les bénévoles ainsi que les militaires, personnels soignants retraités ou étudiants en médecine et en soins infirmiers. Tous ces gens sont contraints de travailler dans des conditions inhabituelles et parfois atypiques, au péril de leur vie.  Ils sont à la première ligne de la lutte quotidienne afin de sauver des vies. Exposés à des risques assez élevés, ils sont déjà plus de 200 personnels de santé à être contaminés, hormis ces quelques-uns décédés au cours de l’exercice de leurs fonctions. 

Et même si les personnels de santé ont sacrifié leur vie mais que les mesures  de confinement n’ont pas été respectées par les citoyens, tout reste vain. L’application des gestes de barrières sanitaires a permis d’obtenir ces résultats encourageants. On constate que la population se soumet davantage aux règles établies en restant chez soi et en suivant les mesures sanitaires pour ne pas augmenter les risques de transmission et de contamination, et surtout afin de renforcer ses défenses immunitaires.  

Madagascar a également évolué en matière de protocole de sortie des patients du Covid-19, une autre raison de l’augmentation des cas de guérison ces derniers jours. Il est à noter que depuis cette semaine, le pays applique les critères de levée de l’isolement dans le cadre de la conduite à tenir pour les patients atteints du Covid-19, quel que soit le lieu d’isolement ou la gravité de la maladie. Effectivement, les autorités sanitaires ont suivi les nouvelles recommandations de l’Organisation mondiale de la santé,  publiées le 27 mai dernier, en marge des orientations plus complètes sur la prise en charge des malades. Elles stipulent que les patients symptomatiques sont déclarés comme guéris 10 jours après l’apparition des symptômes, avec au moins trois jours d’absence des symptômes, y compris la fièvre et les symptômes respiratoires. Quant aux personnes ne présentant pas de formes symptomatiques, la guérison est déclarée 10 jours après un test négatif au SARS-CoV-2.

Par ailleurs, Madagascar enregistre un total de 4 143 cas positifs depuis le 19 mars, date de la première contamination au coronavirus dans le pays.  361 nouveaux cas ont été recensés dont 341 viennent de la Région d’Analamanga. A cela s’ajoutent 16 personnes infectées, identifiées à Antsirabe et un autre cas positifs déclaré à Andapa. La localisation des 3 nouveaux cas confirmés  n’a pas été communiquée.

K.R. 

La Vérité0 partages

Prévision météorologique - Un froid persistant jusqu’à lundi

Madagascar est actuellement en pleine période d’hiver. En général, il fait très froid toute la journée. Le régime d’alizé caractérise le temps qui fait actuellement dans le pays. Ceci engendre un froid glacial dans nombreuses Régions de la Grande île, notamment les hauts- plateaux comme Analamanga, Antsirabe et Fianarantsoa. Par conséquent, la température minimale baissera jusqu’à 10° C tandis que le maximal ne dépassera pas les 20° C. La chaleur ne sera pas au rendez vous que lundi prochain.

 

Pour les autres Régions comme Boeny, Melaky, Sofia, Analamanga, Alaotra et Betsiboka, le vent sera très fort, tandis que des averses seront présentes dans la Région de Sava, Analanjirofo, Atsinanana et la partie Est de Sofia, Mangoro, Vatovavy- Fitovinany et le Sud- est. Sur ce, la vigilance « forte houle » est de mise sur les côtes de Madagascar entre le cap d’Ambre et Mahanoro, entre Taolagnaro et le cap Sainte-Marie puisque des dangers de naufrage pourront se présenter, surtout pour les petites embarcations. Les vagues pourraient atteindre jusqu’à 3 à 4 mètres. Par conséquent, la sortie en mer est strictement déconseillée. Les usagers en mer sont priés de se conformer aux prescriptions émises par les autorités locales.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Escroquerie - Un commissaire de Police placé sous MD à Antanimora

Comme certaines informations en provenance du Nord du pays l’ont déjà rapporté, un commissaire de Police basé dans cette région a été entraîné dans une affaire louche. Il aurait escroqué au moins cinq personnes dans cette partie de la Grande île et une plainte contre lui a été déposée à qui de droit par une des victimes. Trafic d’influence serait également un autre chef d’inculpation de ce commissaire de Police qui a promis à ses victimes une embauche dans l’administration moyennant certaines sommes.

En garde à vue au camp de son corps après son transfert d’Antsiranana à Antananarivo, à la suite de son arrestation la semaine dernière, il a été présenté jeudi dernier au Pôle anti-corruption (PAC). Après son audition, le commissaire avait été placé de facto sous mandat de dépôt à Antanimora.

Cette affaire constitue une occasion pour le ministre de la Sécurité publique de dire que la Police nationale n’abrite pas des malfaiteurs. Dès même sa prise de fonction, il  a déjà annoncé qu’aucun corporatisme ne sera toléré au sein de cette Force, sous peine de porter atteinte à son image aux yeux de l’opinion. « Tout fonctionnaire de police pris en faute doit être sanctionné selon la gravité de l’infraction commise, et ce, quel que soit son poste, ou son grade. C’est ce qui arrive à ce commissaire », lâche le ministre.

A ce haut responsable de la Police de marteler que l’assainissement interne bat toujours son plein au sein de la Police nationale. D’après ses dires, l’objectif cherche le raffermissement de la confiance de la population à l’égard de la Police.

En l’espace de deux ans, au moins deux commissaires ont été entraînés dans des affaires similaires, et qui sont loin de faire l’honneur de cette entité, notamment en matière de corruption. En janvier 2019, un autre avait eu mailles à partir avec le BIANCO pour une affaire en relation avec une circulation de fausses coupures. Néanmoins, ces faits prouvent notamment l’audace qui se traduit par la ferme volonté des entités, luttant contre la corruption du pays, à s’attaquer de plus en plus à tous ceux que l’on considère comme les  présumés « gros poissons » pour manipuler les ficelles dans les coulisses.

Franck R.

La Vérité0 partages

Coronavirus - Des personnalités contaminées se dévoilent !

Les témoignages se multiplient. Davantage de personnes contaminées par le Covid-19 osent désormais se dévoiler. Ce n’était pourtant pas le cas au début de la pandémie, durant lequel ils vivaient cachés. Des personnalités publiques font partie de ces patients qui en témoignent, notamment sur les réseaux sociaux. L’artiste Tence Mena a été la première à parler publiquement de son état de santé, au mois d’avril dernier. Elle a été, rappelons-le, hospitalisée pendant 3 semaines au centre hospitalier d’Anosiala, où elle a suivi le traitement contre le coronavirus. La prise de CVO a beaucoup contribué à sa guérison, selon son témoignage sur la chaîne nationale.

 

Récemment, l’ancien ministre de la Santé en la personne du Pr Lalatiana Andriamanarivo, a révélé sur sa page Facebook avoir contaminé le virus dans l’exercice de ses fonctions. « J’ai effectué le test Covid 19 et le résultat est positif (…) Je n’ai pas reçu le résultat écrit et personne n’aurait su que j’ai contracté le virus avant que je fais ce témoignage. Je ne désespère pas et reste fort psychologiquement car je suis les traitements qui m’ont été prodigués. Physiquement, je me porte bien malgré quelques symptômes », a-t-il informé le 1er juillet. Ce spécialiste en chirurgie infantile n’a pas manqué de s’adresser à ses confrères personnels de santé afin de redoubler de vigilance puisqu’ils sont les premiers à être en contact direct avec les patients contaminés par le virus.

Au niveau de l’Assemblée nationale, le député Honoré Tsabotokay a récemment émis une déclaration sur son compte Facebook. « Je suis malade, atteint d’une grande fatigue. En attendant les résultats du test de Covid-19, je suis les traitements adéquats auprès d’un centre de santé », a-t-il informé. Ce député élu de Vohipeno a, à l’occasion, sensibilisé les habitants sur la nécessité d’être toujours vigilants face à la propagation de la pandémie.

Hier, Paul Rabary a aussi fait un témoignage relatant sa contamination par le coronavirus. L’ancien ministre de l’Education nationale a reconnu la gravité de cette maladie, sans oublier de demander à ce que l’on prie pour lui. Il n’a livré plus de détails concernant son état de santé, à part cette publication sur sa page Facebook. Ce « post » était accompagné d’une photo dans laquelle le sociologue montre sa main bandée et apparemment sous sérum. Toutefois, une source proche de l’ancien ministre a avancé qu’il aurait présenté les symptômes d’une bronchite aiguë. La difficulté respiratoire fait partie, notons-le, des signes de la pandémie.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Changement climatique à Madagascar - Identifier les besoins pour une lutte plus efficace

Madagascar figure parmi les pays les plus vulnérables face aux impacts du changement climatique. « Nous ne sommes pas sans savoir que notre pays est exposé aux différents aléas climatiques. Nous faisons régulièrement face à des événements extrêmes tels les cyclones, les inondations ou la sécheresse. Ces perturbations deviennent de plus en plus fréquentes et intenses et génèrent des impacts importants notamment en matière de perte en vies humaines, de diminution des productions agricoles et animales, de destruction des infrastructures, de dégradation des ressources naturelles et d'érosion côtière », a présenté Vahinala Baomiavotse Raharinirina, ministre de l'Environnement et du Développement durable, hier, lors d'un atelier en visioconférence.

 

Face à cette situation, il est donc nécessaire d'identifier les besoins du pays, et ce, à différents niveaux en tenant en compte le domaine social, économique, mais surtout environnemental. C'est pourquoi, le Programme de renforcement des capacités de Madagascar a collaboré efficacement avec le Secrétariat du Fonds vert pour le climat (FVC). Ce sera un renforcement préparatoire pour que Madagascar puisse faire bon usage des fonds fournis par le FVC afin de réduire les émissions des gaz à effet de serre et de permettre au pays de s'adapter au changement climatique. « Il y a lieu de développer un programme à court, moyen et long terme. Notre résilience dépendra de l'efficacité de notre programme. Cette démarche nécessite un préalable, une préparation au niveau du renforcement des capacités des différentes institutions, pour un programme adapté aux besoins réels du pays », soutient la ministre.

Ce Programme de renforcement des capacités sera mis en œuvre par le ministère de l'Environnement et du Développement durable à travers le Bureau national des changements Climatiques, du Carbone et de la REDD+, en partenariat avec le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). « Le but est de solliciter les expériences et les expertises de tous les acteurs engagés dans la lutte contre le changement climatique afin de construire ensemble un programme adéquat et cohérent. Au-delà des échanges qui vont se créer, nous gagnerons ensemble à instaurer une synergie de nos actions dans ce programme de préparation », ont tenu à préciser les responsables concernés.

A la fin, une feuille de route pour la mise en place d'un système de suivi-évaluation des sources de financement interne et externe lié au climat devra être établie.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Formation professionnelle - 9 millions d'euros de l'AFD offerts au secteur du BTP

Amélioration du capital humain. L'Agence francaise pour le développement (AFD) offre un don à hauteur de 9 millions d'euros, consacré à la formation professionnelle et à l'enseignement technique dans le secteur du Bâtiment et Travaux publics (BTP). La signature de l'accord s'est tenue, hier, entre le ministre de l'Economie et des Finances Richard Randriamandrato et l'ambassadeur de France à Madagascar, Christophe Bouchard ainsi que Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l'AFD. Il faut dire que  cette enveloppe tombe parfaitement au meilleur moment où le Gouvernement prévoit de grands projets d'infrastructure, d'autant plus que ce programme s'étalera sur une période de cinq ans. Quatorze établissements vont alors bénéficier d'un appui, à savoir cinq établissements du premier cycle, cinq autres du second cycle et quatre établissements d'enseignement supérieur.

 

Il faut savoir que l'AFD a auparavant déjà soutenu ce volet à la fois social et économique.  L'objectif étant d'adapter les formations des jeunes aux besoins réels du marché du travail. En effet, d'après les opérateurs dans ce domaine, les formations existantes à Madagascar sont inadaptées aux nouvelles techniques mises en œuvre dans le secteur du BTP. Une partie du financement servira, de ce fait, à intégrer la dimension « changement climatique » et l'efficacité énergétique dans l'offre de formation dans quatre établissements supérieurs, notamment l'Institut National des Infrastructures (ININFRA), l'Institut Supérieur de Technologie (IST), l'Ecole Supérieure de Polytechnique d'Antananarivo (ESPA) et l'Ecole Supérieure du Bâtiment et Travaux publics (ESBTP) de Bevalala.

En outre, l'enseignement technique et professionnel connait une dégradation à cause de la vetusté des équipements et le manque de relève chez les enseignants. Face à ces grands défis, le ministère de l'Education nationale et de l'Enseignement technique et profesionnelle (MENTP) entamera des réformes clés dans le cadre de la Politique nationale d'emploi et de formation professionnelle (PNEFP), notamment dans la promulgation du cadre règlementaire fixant l'organisation de la formation par alternance, la promulgation des textes relatifs à l'autonomie de gestion des établissements et le développement du processus d'accréditation et de labellisation des établissements.

Toutes ces initiatives pousseront ainsi les entreprises à recruter à l'intérieur du pays et non plus à l'extérieur, comme c'était toujours le cas depuis ces dernières années.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

CVO, qu'on se le dise !

Des voix s'élèvent en Côte d'Ivoire, pays de l'Afrique occidentale, région subsaharienne, pour dénoncer l'efficacité du Covid-Organics (CVO) tout en balançant des propos injurieux, frisant la calomnie, à l'endroit du Chef de l'Etat malagasy Rajoelina Andry Nirina.

 

Une chaîne de télévision ivoirienne, relayée gracieusement et en intégralité par un organe de presse audiovisuel privé local appartenant à un ex-baron de l'ancien régime HVM de Rajaonarimampianina, est montée au créneau, sur le plateau, pour mettre en cause la solidité du CVO à guérir le nouveau coronavirus.  Elle tablait pour étayer son assertion sur le fait que le Gouvernement remet le pays dans le confinement total notamment à Antananarivo. Pour tout dire que le Covid-Organics a échoué. Tout en rajoutant que le nombre de cas confirmés regagne du terrain à Madagasikara. La téléspeakerine ne s'arrête pas là, elle fustige à l'occasion le Président malagasy Rajoelina Andry. L'invité de l'émission chargé de donner plus de détails n'avait pas mâché les mots pour oser qualifier le CVO de remède inefficace et le Chef de l'Etat malagasy de… beau parleur. Tout juste qu'ils n'ont pas usé le terme d' « arnaque » ! La présentatrice de l'émission ainsi que le commentateur ne firent pas de détails pour attaquer de front Rajoelina Andry. Il suffit d'un rien, d'un simple mot, pour qu'ils ne traitent le numéro « un » malagasy de « menteur ».  Mais, quel culot !

Qu'on se le dise ! En vertu de quel principe international ou de quelle dérogation cette chaîne de télévision ivoirienne se permette-t-elle d'émettre des avis désobligeants à l'égard d'un pays souverain, encore plus à l'endroit de son Chef d'Etat élu démocratiquement par son peuple ? De quel droit ces énergumènes de présentatrices et de commentateurs d'une télévision africaine osent-ils s'en prendre à l'honorabilité d'un Président de la République d'un pays africain souverain membre de droit à l'Union africaine ? Mais c'est une insulte sinon une gifle en pleine figure de tout un peuple !

Si le Gouvernement avait pris la précaution de revenir au confinement total, tout simplement parce qu'il voulait casser le rythme de recrudescence de la pandémie. Le cas malagasy, sans vouloir minimiser la réalité, n'est pas si grave qu'on le pense. Jusqu'à la date d'hier, 10 juillet, le pays n'enregistre que 4143 cas confirmés, 2183 guéris et 34 décès. De tels chiffres ne représentent qu'une infime partie des cas par rapport aux autres se trouvant ailleurs. Pour la Côte d'Ivoire, plus particulièrement, un pays de par la dimension géographique (322.000 km2) et par la taille démographique (20. 152.000 hab en 2015) est nettement plus petite que Madagasikara (590.000 km2 et 25.000.000 hab) seulement, le récent bilan du Covid-19 ivoirien dépasse de loin la Grande île avec 11.504 cas confirmés et 78 décès. De ce fait, cette chaîne ivoirienne est très mal placée pour émettre des jugements malencontreux du cas malagasy. Il serait mieux pour ces responsables de se pencher plutôt à la situation … ivoirienne que de s'immiscer dans les affaires des autres.

Qu'on se le dise, les dernières données statistiques des bilans du Covid-19 à Madagasikara affichent un tableau encourageant. Tous les Malagasy ne doivent point baisser la garde. Le contrôle de la situation est à notre portée. Soyons vigilants et patients !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Nouveaux centres de traitement Covid-19 - « Il n'y a rien à craindre », selon le ministère de l'Intérieur

Les autorités procèdent à la mise en place de nombreux centres de traitement du Covid- 19 comme au Centre de commandement opérationnel Ivato ou au LTP Alarobia, tout comme dans le reste de l'île. Le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, tient à rassurer  la population qu'il n'y a rien à craindre sur la sécurité sanitaire desdits centres.

Le coup d'envoi du lancement de la mise en place des centres de traitement des malades du coronavirus a été donné hier par le Président de la République, Andry Rajoelina, au CCO Covid-19 Ivato (voir article par ailleurs). L'ancien centre de commandement accueille désormais les malades présentant une forme modérée. Il s'agit du premier centre de ce genre, beaucoup d'autres emboîteront le pas comme le Lycée technique professionnel Alarobia.

Face à la mise en place de ces centres de traitement, le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, Tianarivelo Razafimahefa, rassure la population des alentours. D'après ses explications, hier en marge de la cérémonie d'inauguration du premier centre à Ivato, « il n'y a rien à craindre quant à la mise en place de ces centres, qu'il soit à Ivato, à Alarobia, à Ankaraobato, ou partout dans le reste de l'île ».

Le ministre de poursuivre, « la mise en place de ces centres ne se cantonnera pas dans la Capitale, mais dans le reste de l'île ». A cet effet, tous les Districts ont reçu ordre de mettre en place des centres pour accueillir des malades du Covid-19. Il est à noter que la mise en place de ces centres est d'augmenter la capacité d'accueil et de traitement des malades par le personnel médical. Grâce à ces centres, les hôpitaux ne seront plus saturés, rassurant non seulement le personnel médical mais également les autres malades suivant d'autres traitements.

Le ministre de l'Intérieur a rappelé à la population que cette lutte contre le coronavirus est une guerre qu'un individu isolé ne peut gagner. « Ce n'est qu'en unissant nos forces, qu'en conjuguant nos efforts que l'on peut gagner cette guerre », a-t-il martelé. Chaque citoyen devra ainsi assumer sa part de responsabilité.

Et dans une situation d'urgence exceptionnelle, les autorités peuvent procéder à diverses réquisitions. La loi n° 69 015 permet aux autorités de faire des réquisitions a rappelé le ministre de l'Intérieur. D'ailleurs, celle de ces centres est chose faite. Outre la réquisition de bâtiments, publics ou privés, les autorités ont le droit de réquisitionner des personnes ou des matériels, par application de la loi citée auparavant.

Le second centre de traitement du coronavirus au LTP Alarobia sera opérationnel à compter de ce jour. Le ministère de l'Aménagement du territoire et des Travaux publics, dirigé par Hajo Andrianainarivelo, est l'auteur principal de la mise en place et la dotation de matériels du  centre d'Alarobia. Ce dernier a une capacité d'accueil d'environ 300 lits.

La Vérité0 partages

Centres de traitement du Covid-19 - Le Mining Business Center, le Palais des sports et le LTPA réquisition...

Contre toute attente, la mise en place des centres de traitement du Covid-19 (CTC) a débuté hier et ce conformément à la décision prise en Conseil des ministres, mercredi dernier. Le premier centre du genre a ouvert ses portes à l'endroit qui faisait office de Centre de commandement opérationnel (CCO) sis à Ivato avec une capacité d'accueil de 400 patients.

 

55 professionnels de la Santé s'occuperont des soins. D'après les précisions, ce premier centre est destiné à la prise en charge des personnes présentant des symptômes graves de la pandémie à savoir la détresse respiratoire. Une bouffée d'oxygène pour les hôpitaux publics qui ne seront donc plus les seuls à prendre en charge les malades du Covid-19, en particulier pour la Région Analamanga où le nombre de nouveaux cas connait une hausse importante depuis plus d'une semaine.

Le Président Andry Rajoelina et son épouse Mialy Rajoelina ont fait le déplacement à Ivato à l'occasion de l'ouverture officielle de ce centre. Ce fut l'occasion pour le Chef d'Etat d'annoncer la prochaine ouverture d'autres centres de traitement à différents endroits réquisitionnés par l'Etat à l'instar du Lycée Technique Professionnel d'Alarobia (LTPA) ainsi que l'annexe du Palais des sports et de la culture à Mahamasina avec chacun une capacité d'accueil de 300 patients.

Grande capacité d'accueil

Outre l'augmentation des endroits destinés à traiter les cas de Covid-19, la mise en place de ces centres visent également à améliorer la prise en charge des patients. Ainsi, les personnels médicaux pourront se consacrer entièrement aux malades symptomatiques. Le choix de ces endroits s'expliquent également par une raison pratique étant donné la capacité d'accueil plus grande, contrairement aux établissements hôteliers. Parallèlement, les autres centres hospitaliers comme le CHU Anosiala, l'hôpital manara - penitra à Andohatapenaka ainsi que le Centre médical Covid-19 dans l'enceinte du Village Voara Andohatapenaka continueront de recevoir des patients.

Durant sa prise de parole, le Président Andry Rajoelina a rassuré la population en déclarant que « nous ne ménageons pas nos efforts pour protéger la population malagasy contre le coronavirus et limiter au maximum les décès liés à cette pandémie ». Il annonce également que près de 1000 extracteurs d'oxygène individuels s'ajouteront à ceux utilisés dans les hôpitaux. L'homme fort du pays a été ferme quant à la prise en charge immédiate des patients symptomatiques. « C'est inadmissible que des patients en détresse se voient refuser l'accès aux soins dans des hôpitaux pour des raisons quelconques. Je ne tolérerai pas que de tels cas sources de décès se reproduisent », tonne Andry Rajoelina.  Le Président a aussi encouragé les professionnels de la Santé qui sont en première ligne dans ce combat contre le Covid-19. «  L'Etat vous soutient à travers la dotation d'équipements de protection individuelle ainsi que par l'octroi de diverses indemnités », affirme - t - il.

Les centres de traitement Covid- 19 (CTC Ivato, LTPA Alarobia, Annexe Palais des Sports Mahamasina) seront des "centres de référence" pour le traitement à base de Covid-organics (CVO). C'est-à-dire les traitements à administrer aux patients malades du Covid-19 seront basés sur le protocole CVO et autres médicaments tels que les vitamines C, magnésium ou autres anti-inflammatoires non stéroïdiens et anti-pyrétiques.

L'objectif est d'atteindre un taux de guérison de 90 à 95% après 15 jours d'admission dans ces centres pour les malades qui consentent à suivre ce protocole CVO.

A part l'ouverture officielle de ce centre, le Président Andry Rajoelina a également procédé à la remise de cinq ambulances à utiliser par les centres de traitement du Covid-19.

 Le Président de la République a réitéré son appel à la vigilance à l'endroit de la population en vue d'un respect strict de toutes les mesures sanitaires en cette période de crise.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Cinq titres pour booster le moral face au  « Covid – 19 »

Shyn, le porteur d’espoir avec son attitude positive.

Aucune prophétie ni étude scientifique pointue n’a préparé le monde et les Malgaches, à cette pandémie du Covid–19. En pleine période hivernale, la Grande Île pourrait atteindre les pics, en comparaison à ce qui s’est déjà déroulé en hémisphère nord. De plus en plus de personnes entendent des proches, connaissances ou parents, être frappés par le virus. Le moral est au plus bas. La musique sert parfois de source d’inspiration pour s’encourager, pour ne pas subir. Ces cinq titres malgaches et internationaux jouent pleinement ce rôle.

Bekoto du groupe Mahaleo – « Kurde »  

Chanson guerrière par excellence, chanson de ralliement, le membre du mythique groupe Mahaleo avait déjà le flair des grands combats. Comme Madagascar se trouve dans ce tourbillon sanitaire en 2020, Bekoto chantait déjà, « la communion, la force d’être ensemble et la récompense d’une victoire finale sous les chants d’oiseaux heureux ». Dans cette chanson, en bon malgache, l’auteur/compositeur envisage une réponse collective à tout ce qui prend la forme d’un mur infranchissable ou d’un pouvoir oppresseur. Environ en trois minutes, dans un style folk d’Europe du nord, « Kurde » peut insuffler la force mentale d’un aigle à un colibri.

“L’Ode à la joie » de Beethoven (photo) a été un chant de ralliement nazi avant d’être l’hymne de l’Europe.

Beethoven – « Ode à la joie »

Se sentir heureux reste le meilleur moyen pour ne pas subir les craintes et le stress de la pandémie. Selon les études médicales, et la professeure Hanta Vololontiana l’a maintes fois répété, une inquiétude poussant à la paranoïa peut aussi affaiblir le système immunitaire. Écouter l’un des morceaux, références de la musique classique, « Ode à la joie » tirée de la 9e symphonie de Beethoven pourrait chasser les idées cauchemardesques. Le déploiement orchestral, pour assouvir le mystère des seize premières mesures, démontre le génie de l’Autrichien. Majestueux dans le premier thème, « Ode à la joie » affirme toute sa magnificence créative dans la Coda.

Johnny Nash – « I can see clearly now »

Un être bercé constamment d’espoir, où certains perçoivent la résignation, le Malgache dans sa vision « en roue de charrette » de la vie attend toujours le soleil après la pluie. Jimmy Cliff qui est déjà passé à Madagascar en 2002 sait de quoi il parle dans « I can see clearly now », un concentré d’espoir. Lui qui vient d’une île, la Jamaïque et son lot de violence politique et de guerres de gangs dans les grandes villes du pays. Mais cette chanson est en fait la création de Johnny Nash, un Texan. La puissance du message de l’auteur/compositeur a été telle que dix-sept  artistes, dont Ray Charles, Nancy Sinatra, Claude François, M. Pokora et bien d’autres l’ont repris.

Shyn – « Positiveo »

« Positiveo », sans aucune bifurcation, Shyn est direct avec ce titre sorti en 2017. Si le Covid-19 s’oriente vers les personnes vulnérables, les quinquas et plus, les jeunes ne sont pas pour autant épargnés. Comme le confinement, ou l’interdiction de sortie imposée par les parents peuvent générer des tensions ou la nervosité, Shyn apporte ainsi la solution : « Positiveo ». Le jeune garçon  ou la demoiselle peuvent bien s’émoustiller dans leur chambre pour évacuer leur frustration. Il suffit de patienter et de voir les choses du bon côté. Dans son style r’n’b aux sonorités fines et bien posées, ce titre est un bol d’air frais par les temps qui courent.

D’Gary – « Lagnana »

Quand la pression est trop forte, face à la maladie, l’inquiétude gagne du terrain, autant s’évader. Si le Covid–19 semble gagner du terrain sur le moral des proches, de la famille et des amis, une musique tombée de nulle part pourrait alléger ce poids d’angoisse. La musique du terroir peut être une dose de vitamine mentale, pour cela D’Gary est le meilleur. « Lagnana » est un instrumental désormais dans les standards du patrimoine musical national. Tellement, le jeu en picking du génie s’imprègne de la latérite et de l’âme malgache. En presque cinq minutes, cette musique apaisante dégage toutes les tensions et les peurs.

Zo Toniaina/Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pacification de l’Ihorombe : 10 “dahalo” dont deux évadés de prison abattus en 15 jours

Ayant constaté la recrudescence des actes de banditisme en tout genre dans le district d’Ihosy, le groupement de la gendarmerie de la région Ihorombe a lancé une vaste opération de pacification des quartiers réputés zones rouges depuis la seconde moitié du mois de juin dernier. Le week-end passé, le commandant du groupement d’Ihorombe a rencontré la presse pour dresser le bilan de cette opération, en présence de tous les commandants d’unité composant la compagnie de la gendarmerie d’Ihosy. D’après lui, cette action est une réussite. Durant ces quinze jours, 10 “dahalo” ont été abattus, soit par les forces de l’ordre, soit par les membres du “fokonolona”. Deux de ces malfrats étaient des évadés de la prison d’Ihosy pour devenir des chefs de bande. Quatre fusils de chasse, un pistolet de fabrication artisanale, 11 cartouches dont cinq de fabrication locale ont été saisis auprès des malfaiteurs. En dehors de la lutte contre les vols de bovidés, cette opération a également permis d’arrêter des auteurs de vols de produits commis au préjudice de l’entreprise Tozzi Green oeuvrant dans la plantation de maïs dans la localité. Le renforcement du contrôle des  véhicules en circulation dans la région a débouché sur la saisie d’environ 2000 kg de grains de maïs volés auprès de cette entreprise. Les suspects dans cette affaire devraient être déférés auprès du Tribunal de Première Instance d’Ihosy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Soanierana : Mpitondra moto maty voahitsaky ny fiaraben’ny Jirama

“Carrosserie” vatana ny mpitondra moto hoy ny rehetra, ka aleo foana mitandrina.

Fandehanana mafy nampiana fijanonana tampoka no nampisosa ny kodiaran’ity kodiaran-droa iray, tetsy Ankadimbahoaka. Tsy nifarana ny diany raha tsy tany ambany kodiarana kamiao. Maty tsy tra-drano ilay nitondra azy.

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona indray iny lalana vao avy namboarina tetsy Soanierana iny hihazo an’Ankadimbahoaka iny, omaly maraina. Tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany tany ho any, mpitondra moto, lehilahy tokony ho 36 taona tany ho any, no namoy ny ainy, rehefa nidona tamina fiarabe iray an’ny orinasa Jirama teny an-toerana. Araka ny fanazavàna avy eo anivon’ny polisim-pirenena dia samy hihazo an’Ankadimbahoaka na ity moto scooter Jog ity na ilay kamiaoben’ny Jirama. Tsy fantatra anefa izay nahazo tampoka an’ilay kodiaran-droa fa voamarik’ireo mpanao fanadihadina teny an-toerana dia dian-javatra nikorisa nihazo ny kodiaran’ity fiarabe ity. Heverina araka izany fa mety ho saika nisongona ity fiara teo alohany angamba ilay moto kanjo tsy afaka tampoka ary nipotsitra ny hisatra. Vokatry ny fandehana mafy sy ilay erikerika manify ny alina tontolo iny anefa dia nalama ny arabe. Hany ka tsy nijanona araka ny nilàna azy ilay moto fa vao mainka nisosa ary tsy voatana intsony ny familiana ka io niafara tany ambany kodiaran’ilay fiara io. Tao anatin’ny segondra vitsy monja no mety nitrangan’izany zavatra izany. Segondra vitsy, tsy nitandremana ary nitondra hatramin’izao famoizana aina izao. Araka ny fantatra tokoa mantsy dia vokatry ny dona mafy nahazo dia tana intsony ny ainy, hoy ny filazan’ireo mpitandro filaminana misahana manokana ny lozam-pifamoivoizana tonga avy hatrany teny an-toerana. Taorian’ny fijerena ifotony sy fanadihadiana savaranonando ny zava-nisy teny an-toerana dia nalefa avy hatrany tany amin’ny tranom-paty ny vatana mangatsiakan’ity lehilahy niharan-doza ity. Mila mailo tokoa amin’izao ny tsirairay eny an-dalana eny. Miha-malalaka mantsy ny arabe ary alaim-panahy handeha avokoa ny rehetra, na ny mpitondra moto io na ny mpamily fiara, eny fa na hatramin’ny mpitondra bisikleta aza dia mihevitra fa azy irery ny lalana ka miedinedina ery am-povoan’arabe ery.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Lozam-pifamoivoizana teny amoron-dranomasina : Olona iray maty tsy tra-drano, iray hafa tapa-tongotra roa

Nisehoana lozam-pifamoivoizana mahatsiravina reny amoron-dranomasina, 50m miala ny tetezan’ny hopitaly be aty amin’ny ilany avaratra izay hoe manakaiky ny “cercle mess militaire” teo aloha. Fiara tsy mataho-dalana nentina tera-tany karana mpandraharaha momba ny lamba tonta na “friperie”, mipetraka ao amin’ny fokontany Analakininina Hopitaly be P/elle 12/21-22, no nahavanon-doza tamin’izao lozam-pifamoivoizana izao. Raha ny nambaran’ny nanatri-maso dia nandeha nirimorimo mafy ity fiara tsy mataho-dalana nentin’ilay tera-tany karana ity, tsy tanany ny familiana sy ny hisatra vokatr’izany ka nifatratra tany amin’ireo mpitondra posy sy ilay mpitondra moto ny tenany alohan’ny nivadihan’ilay fiara in-04 nefa tafarina ihany. Maty tsy tra-drano avy hatrany ilay mpitondra posy noraofin’ilay fiara, fa ilay mpitaingina moto kosa tapa-tongotra roa be izao. Raha ny nambaran’ity mpitandro ny filaminana nanao fanamiana sivily nanatri-maso ny zava-nitranga ary nandray an-tanana mialoha ny zava-nisy, dia nahatrarana fonosana rongony tao anatin’ny fiara nentin’ity tera-tany karana ity. Efa eny am-palen-tanan’ny polisy mpanao fanadihadiana izany raha ny vaovao hatrany, fa ny olana dia voasokajy avy nandray zava-mahadomelina izany ity mpamily nahavanon-doza ity. Ankoatra izay, rah any tarehimarika voaray avy teo anivon’ny mpitandro ny filaminana dia nahitana fiakarany ny tahan’ny lozam-pifamoivoizana tao anatin’izay fihobohana izay, nanamafy izay koa ny teo anivon’ny hopitaly be mpandray ireo mila vonjy ao aminy. Ny antony dia noho fahatsapan’ny mpandeha sy mpitaingina moto fa malalaka ny lalana dia maro ireo miromorimo mandeha mafy manararaotra izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

CCO – LTP Alarobia : Deux nouveaux centres de traitement des cas graves

Des grognes se font entendre à Tana en ce qui concerne la gestion de la pandémie du COVID-19, notamment par rapport au délai trop long de l’obtention des résultats des dépistages. En effet, d’après les témoignages de plusieurs patients, les résultats sont connus une semaine après les prélèvements. Face à cette situation l’Etat est en train de tout mettre en œuvre afin d’améliorer la situation. Parmi les décisions prises lors du Conseil des ministres de mercredi dernier, figure la mise en place de plusieurs centres de traitement du COVID-19 à Tana. Chaque centre sera équipé de lits et de matériels pouvant accueillir jusqu’à 200 patients. L’objectif pour le pouvoir est de faire en sorte que la capitale dispose de 2000 lits pour soigner les personnes atteintes du coronavirus. La cérémonie d’inauguration du premier centre de traitement aura lieu ce jour au Centre de Commandement Opérationnel d’Ivato. 25 à 55 agents de santé vont être mobilisés au niveau de chaque centre, indique le communiqué du Conseil. D’après les informations, mis à part le CCO, le Lycée Technique Professionnel à Alarobia (LTP) sera aussi aménagé pour accueillir les cas graves.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Football Freestyle- Championnat du Monde : Fyarivelo Rakotoarisoa qualifié pour le Stage 2

FyariveloRakotoarisoa et Andry Ramamonjisoa, les rois du football freestyle malgache.

Deux Malgaches ont hissé haut le drapeau malgache au Championnat du Monde de Football Freestyle. Fyarivelo Rakotoarisoa est qualifié parmi les 200 meilleurs

« freestylers » de toute la planète. Il est en quête de son ticket pour le Stage 3.

Pour la première fois, Madagascar a participé au Championnat du Monde de Football Freestyle dénommé « Red bull street style 2020 ». Ce sommet devait se dérouler en Espagne cette année mais en raison de la crise sanitaire mondiale liée à la  Covid-19, la compétition est faite en ligne depuis le mois de mai. Il suffit donc pour les participants de filmer une séquence vidéo de 45 à 60 secondes exposant leur talent en cette discipline, dont l’accessoire est un ballon de football, puis l’envoyer aux organisateurs.

En effet, lors de la première phase de présélection, les noms de nos deux représentants en l’occurrence Fyarivelo Rakotoarisoa et Ramamonjisoa Andry ont été dans la liste et étaient qualifiés pour le Stage 1. « C’est déjà grandiose pour nous puisqu’on était qualifié parmi les 577 meilleurs freestylers sur les mille participants. Même les organisateurs n’ont pas cru que Madagascar pourrait être qualifié pour la prochaine étape », a fait savoir Ramamonjisoa Andry. Mais malheureusement, ses parcours se sont arrêtés sur cette première étape.

Pour Fyarivelo Rakotoarinoa, quant à lui, il est encore qualifié pour le Stage 2. A ce stade, 200 concurrents seront en lice pour les 60 tickets pour le Stage 3. La réception des vidéos se fera entre 20 juillet et 10 août. « Mon confrère a toute sa chance de continuer son chemin jusqu’en finale. Il travaille toujours sur sa préparation. L’essentiel c’est qu’il puisse donner le maximum de ses potentiels pour vaincre ses adversaires. S’il serait qualifié, le Stage 3 se fera en live, et pour cela, on aura besoin d’une connexion internet donc on demande une aide », a enchaîné encore Andry Ramamonjisoa.

Sur ce même sujet, beaucoup de jeunes commencent à s’intéresser au football freestyle à Madagascar. Le problème c’est que cette discipline n’est pas encore affiliée à aucune Fédération sportive. Pourtant, cela empêche les « freestylers » de participer à une compétition internationale, comme le cas de nos jeunes lors des Jeux africains de plage de 2019 au Cap Vert. « On est en train d’élaborer une communauté pour que la fédération malgache de football puisse nous parrainer. La procédure est déjà en cours », a-t-il conclu.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Cas symptomatiques de la Covid-19 : Traitement auprès du CCO Ivato

Le CCO devrait être opérationnel dans la prise en charge des cas symptomatiques à partir de ce jour.

Le Centre de Commandement Opérationnel CCO Ivato a été choisi pour accueillir les patients présentant des symptômes avérés de la  Covid-19. Une décision prise en conseil des ministres du 8 juillet dernier. Une façon pour le gouvernement de renforcer les dispositifs devant permettre de limiter la propagation de la maladie. Ainsi, les cas symptomatiques d’Analamanga ne pouvant pas se confiner chez eux pourront se faire prendre en charge auprès du CCO Ivato à partir de vendredi prochain. Côté capacité d’accueil, le compte -rendu du conseil des ministres du 8 juillet dernier a  fait savoir que « le centre pourrait prendre en charge 200 patients au moins ». 25 à 55 médecins et agents de la santé publique devront permettre la prise en charge des malades peut-on toujours lire dans le compte-rendu en question. Ce document de faire également savoir que l’Etat a décidé de réunir les malades de la Covid-19 dans un lieu unique à cause de l’insuffisance de spécialistes  en la matière mais aussi pour permettre de meilleures prises en charge. Une initiative qui pourrait renforcer la capacité d’accueil du système de santé du pays qui souffre actuellement.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Michel Patrick a besoin de soutien

Michel Patrick, un homme de musique et en même temps tradipraticien reconnu.

La santé du chanteur Michel Patrick, connu pour son titre « Lehilahy manambola », est actuellement problématique depuis deux semaines, il se trouve à Sahavola à Fenoarivo–Atsinanana. Selon les premières informations, une plaie à son pied droit entraîne des douleurs terribles à travers tout son corps et cela le force à rester au lit. De plus, il perd petit à petit du poids. S’il est connu pour avoir marqué la scène musicale malgache depuis trente-cinq années, Michel Patrick possède une autre corde à son arc. Il est aussi un tradipraticien de renom dans sa région et presque dans tout Madagascar. Ce qui lui a amené à étudier les plantes dans les forêts de Zahamena, Makira et Anjanaharibe. « Ce don », comme il le dit, l’a aussi conduit à côtoyer et à apprendre auprès du cardinal Gaëtan Razafindratandra, ancien archevêque d’Antananarivo. Avec qui il a noué une relation de père à fils, un grand homme selon les propos de Michel Patrick. Ses projets de combiner la médecine traditionnelle à la celle conventionnelle lui tenaient à cœur. Pour bon nombre de mélomanes, son titre « Lehilahy manambola » a été un tube à l’époque. Grâce à une reprise de Big Mj, ce morceau a acquis une nouvelle jeunesse. Propulsé ensuite, de nouveau, en haut des hits parades nationaux.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 209 nouveaux cas et 189 guérisons, hier

209 nouveaux cas, tous localisés à Antananarivo, ont été signalés, hier, ainsi que 189 guérisons. Ces nouveaux cas ont été identifiés par les laboratoires de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) qui a effectué 238 tests à Antananarivo dont 101 cas positifs, et 14 tests dans son laboratoire mobile à Toamasina et n’a relevé aucun cas positif. Le laboratoire du HJRA a effectué 100 tests et identifié 25 cas positifs. Et enfin, le LA2M a effectué 235 tests et identifié 83 cas positifs.

Quant aux 189 guérisons, 168 sont des patients d’Antananarivo qui n’ont pas été hospitalisés, et 15 autres, également soignés à domicile, sont issus de la région Atsinanana. Le reste est constitué de patients guéris après avoir été hospitalisés : 4 à Befelatanana, 1 à Anosiala et 1 à Alaotra Mangoro.

En ce qui concerne les formes graves, au nombre de 50, hier, il s’agit de patients de Befelatanana (26) ; du CHU Anosiala (14) ; de l’hôpital Andohatapenaka (8) ; de l’hôpital de Fenoarivo (1) et de l’hôpital d’Andrainjato Fianarantsoa (1).

Au jour du 8 juillet, 3782 cas confirmés de Covid-19 ont été enregistrés à Madagascar. Actuellement, on dénombre 1799 cas actifs et un total de 1950 guérisons. Pour la première fois, le nombre de guérisons dépasse celui des cas actifs. Le nombre de décès reste à 33.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Secteur  BTP : De nombreux chantiers sont suspendus à cause de la covid-19

Le secteur du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), n’a pas été épargné par la crise sanitaire liée à la pandémie de la covid-19.

En effet,  de nombreux chantiers sont suspendus depuis le début de cette crise sanitaire. Il y a également des projets de construction d’infrastructures prévus démarrés cette année qui sont en ce moment reportés. « Ce qui a entraîné une baisse de l’ordre de 40% de la commercialisation du ciment Makicim si l’on compare à la période de premier semestre de 2019 », a évoqué Kirty Velji Shah, le directeur commercial d’Ocean Trade, le distributeur exclusif de ce produit importé de Pakistan à Madagascar. « Cependant, le ciment constitue un produit de première nécessité pour le secteur du BTP », a-t-il poursuivi. Et parlant de ces chantiers ou projets de construction d’infrastructures suspendus, il a cité entre autres, les projets de construction de complexes hôteliers à Nosy-Be et à Mahajanga. « D’autres travaux de chantiers prévus commencés à Toamasina, Foulpointe et Taolagnaro, sont également à l’arrêt. En fait, les entrepreneurs qui sont les maîtres d’œuvre de ces chantiers sont parmi nos clients », a-t-il enchaîné.

Surcoût. Toujours en raison de cette crise sanitaire qui perdure encore dans le pays, Razafiarivonison Herimalala, gérant de l’entreprise RHM Construction, qui est un des utilisateurs du ciment Makicim, a soulevé que la pénurie d’autres matériaux de construction pose également problème. A titre d’illustration, « il y a une difficulté d’approvisionnement régulier de vitres alors que la menuiserie en aluminium constitue une tendance en matière de construction d’infrastructures. En outre, les plomberies font également défaut sur le marché étant donné que ce sont des produits importés. Ce qui a généré un surcoût dans l’exécution des travaux », a-t-il raconté. Mais ce n’est pas tout ! « La mobilité de la main d’œuvre s’avère également difficile en cette période de crise en raison des mesures restrictives prises dans le cadre de l’application de l’état d’urgence sanitaire. En effet, la plupart de nos maçons résident en milieu rural. Au début du premier confinement, ils ont demandé eux-mêmes de ne pas travailler par peur de la pandémie. Mais au fil du temps, ils réclament la reprise des travaux faute de moyens de subsistance. Mais la situation actuelle devient inquiétante. Les gens n’osent plus investir dans le secteur faute de visibilité », a conclu cet ingénieur en BTP.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Anosy : Mompera sandoka nosamborina

Olona maromaro no indray nitory azy. Milaza izy fa mopera avy any Moramanga. Hain’ity rangahy lehibe, 63 taona, ny mambabo ny fon’ireo izay hataony lasibatra amin’ny halatra izay hataony. Manao akanjo fanaon’ny pretra izy ary dia mora nanaiky azy koa ny olona. Isan’izany ny fianakaviana iray izay monina etsy Anjanahary ; izay tonga hatramin’ny fampiantranoana azy mihitsy  noho ny fahatokisana an’i « mopera ». Nandritry ny efa-bolana ity amboadia mitafy hodi-janak’ondry no nitoetra tao ary dia tsy nisy niahiahy ny momba azy. Hainy tanteraka ny nilalao ny sarimihetsika ary dia najaina hatrany izy tao an-trano. Vao maraina dia efa mipasoka ny akanjo lava fanaovan’ny mopera ity mpisandoka. Ary dia manana anton-dia hatrany izy isan’andro, toa ny hoe hampivavaka eny amin’ny paroasy na koa antony hafa. Na ny manodidina io tokantrano io ary dia lasa nifankahazatra tsara tamin’i mopera sandoka. Teo no tena nandeha ny fisolokiana. Nivarotany moto izay tsy misy akory ny ramatoa iray. Rehefa azony ny vola an-tapitrisany dia nanjavona amin’izay i mopera sandoka. Rehefa antsoina izy dia nivadika tanteraka ny lelany ary lasa jiolahim-boto no mamaly amin’ny finday. Sady mibetroka no manompa. Ny niafarany aza dia novonoiny hatramin’ny finday. Nametraka fitoriana teny anivon’ny polisy tetsy Tsaralalàna ny olona ary nanomboka teo ny fikarohana azy. Andro maro taty aoriana, nisy nahatsikaritra tampoka teny Antanimena ka nampandre ny polisy izay nanao ny fisamborana avy hatrany. Notazomina ary nanokafana fanadihadiana. Teo no nahafantarana, fa efa marobe ny olona izay voasolokiny. Natolotra omaly ny fampanoavana ity mpisoloky ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

IBF Youth Camp  : La liste entre les mains de la FIBA

Kiady Rabarijoely a participé au camp d’entraînement en 2019.

Les activités de la commission 3 x 3 continuent malgré le confinement et la crise sanitaire liée  à la Covid-19. Les noms  des jeunes « Youth leader » retenus par région sont tous connus. Ils sont 17 jeunes à être choisis par la commission basket 3 x 3. Ces jeunes vont s’atteler à l’organisation des compétitions, à l’enregistrement des joueurs et la réalisation de toutes les activités 3 x 3 en collaboration avec les ligues régionales. La liste des candidats remplissant les critères a été déjà envoyée à la FIBA. C’est cette instance internationale qui décidera du joueur ou de la joueuse qui représentera la Grande Île au  camp d’entraînement IBF Youth Lions au Zimbabwe prévu au mois de décembre. Kiady Rabarijoely, ancien capitaine de la sélection U16 et U18 lors de l’Afrobasket qui est désormais, membre de la commission nationale basket 3 x 3 qui a pris part au camp d’entraînement au Botswana l’année dernière. « Nous attendons la réponse de la FIBA. Jusqu’à aujourd’hui, l’événement est maintenu au Zimbabwe et nous continuons à travailler dans ce sens »,  a souligné Rina Randrianarisoa.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Situation nutritionnelle dans le Sud : Détérioration à craindre à partir du mois de septembre

Ambovombe figure parmi les huit districts cibles du dépistage.

Un dépistage de la malnutrition aiguë sera mené au niveau de fokontany des districts de Toliara 2, Ampanihy, Beloha, Ambovombe, Betioky et Tolagnaro. Des enfants de six mois à cinq ans seront ciblés par la campagne.

Les acteurs de la lutte contre la malnutrition estiment que « 120 000 enfants souffriront de la malnutrition aigüe dans le Sud de Madagascar » durant cette année 2020. Un communiqué émanant du Programme Alimentaire Mondial, se basant sur l’analyse de la vulnérabilité des districts du grand Sud à la sécurité alimentaire et la malnutrition aigüe (maigreur) évoque que parmi les 120 000 enfants, « 20 000 sont atteints de la forme sévère ». Les acteurs en question craignent « une détérioration importante de la situation nutritionnelle dans ces régions à partir de septembre 2020 si des actions ne sont pas prises immédiatement ». Une situation de détérioration dont les facteurs majeurs seraient « le manque d’accès à l’eau, les maladies, un accès limité aux aliments variés et de haute valeur nutritionnelle à prix abordables sur les marchés locaux et la mauvaise campagne agricole en raison de la faible pluviométrie ». Ces facteurs provoqueraient quant à eux « une augmentation de l’insécurité alimentaire, une insuffisance de la diversité alimentaire chez les femmes et les enfants et des pratiques hygiéniques inadéquates ». « Une forte prévalence des maladies diarrhéiques » serait également à craindre si l’on s’en tient toujours au communiqué émanant du PAM.

Data. Un dépistage de la malnutrition aiguë sera mené au niveau des fokontany des districts de Toliara II ; Beloha, Ambovombe, Betioky et Tolagnaro. Devant se faire concerner les enfants de six mois à cinq ans, le dépistage en question devrait « permettre de fournir des données complémentaires permettant d’analyser la situation nutritionnelle dans les districts d’Amboasary et de Bekily ». Ces derniers ne « figurant pas encore dans le résultat de l’IPC ou Cadre Intégré de Classification de la Sécurité Alimentaire et de la Malnutrition Aiguë actuel » selon le communiqué émanant du programme alimentaire mondial. Ce, dans l’objectif de mettre en place « une classification complète des huit districts du Sud » pouvant être disponibles pour les acteurs de nutrition, de sécurité alimentaire et de développement avant le mois de novembre 2020. Par ailleurs, « les intervenants en nutrition y compris Action Contre la Faim (ACF), le Programme Alimentaire Mondial (PAM) et l’UNICEF recommandent, pour faire face à la crise sanitaire actuelle et aux besoins humanitaires du sud de Madagascar, de maintenir une réponse d’urgence nutritionnelle afin d’éviter que la situation déjà fragile des populations se dégrade davantage ». La situation de malnutrition dans le Sud ne date pas d’hier tout comme les mesures d’urgence menées par les acteurs. La situation semblerait s’aggraver avec la crise liée à la Covid-19 actuel. Il serait peut-être temps de penser à des mesures de développement étant donné que l’urgence n’a rien pu résoudre depuis presque trente ans.

José Belalahy