Les actualités Malgaches du Mercredi 10 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara107 partages

Eau destinée à la consommation : 80% contiendraient des matières fécales

L’eau potable ne le serait encore qu’au stade théorique pour la Grande Île.

L’eau qualifiée de potable pourrait ne pas l’être finalement, si l’on se réfère aux données recueillies au niveau de l’enquête MICS 2018. Menée par l’INSTAT dans le cadre du programme mondial MICS et appuyé techniquement par l’UNICEF, la Banque mondiale et l’USAID. lLadite enquête dépeint un tableau sombre de la qualité de l’eau destinée à la consommation. Le taux de 80% aurait été obtenu suite à des études de la qualité desdites eaux, menées auprès des ménages. « Des échantillons d’eau ont été prélevées auprès des ménages mêmes, mais également auprès des sources desservant la population, cible de l’enquête. Les analyses ont démontré la présence de matière fécale dans la plupart desdits  échantillons », note un intervenant durant une séance d’information relative à l’enquête MICS 2018, à Antaninarenina hier. L’intervenant de noter que « les chiffres sont inquiétants compte tenu des risques pour la santé publique ». La situation – allant de modérée à très sévère -, démontre que « l’eau potable » demeure encore une problématique majeure pour la Grande Île. Si l’approvisionnement en eau suit un certain cours, la question de la qualité d’eau arrivée dans chaque ménage est encore loin du compte.

José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

Nicolas Dupuis : « Si je peux mettre l’équipe de départ habituelle, je le fais.»

Jusque-là, la sélection malgache reste invincible à la Coupe d’Afrique des Nations. Le nom du technicien français, Nicolas Dupuis, à la tête des Barea depuis 2016, est sur toutes les lèvres. Avant les quarts de finale de demain, il nous livre son impression sur le match et sur son équipe. Interview.

Midi Madagasikara (M.M) : A vingt-quatre heures du match, quel est l’état d’esprit de l’équipe ?

Nicolas Dupuis : « L’ambition de bien faire et de se faire plaisir est toujours là. On est fatigué, les joueurs et le staff, et rien n’est facile à ce stade de la compétition. Ce matin (ndlr : hier matin), nous avons eu une séance en salle et une séance sur terrain en fin d’après-midi. On va se reconcentrer sur ce qu’on va faire. La Tunisie est classée 25e FIFA, et c’est la deuxième meilleure équipe africaine du moment. C’est un gros challenge, on reste l’outsider et ça nous va bien jusque-là. La marche est haute, très (très) haute même. A nous d’être à la hauteur, car cela reste un match de football où tout est possible. »

M.M : Vous voulez la Tunisie pour les quarts, pourquoi ?

N.D : « Il y a Alain Giresse, l’ancienne gloire du football français. C’est bien un plaisir de le côtoyer et de jouer contre lui. Ce sera aussi un duel de techniciens français. »

M.M : Allez-vous garder la formule 4-3-3 ?

N.D : « J’attends de voir les deux vidéos de la Tunisie avant de décider. Oui je suis adepte de la formule ‘on ne change pas une équipe qui gagne’. Cela me paraît logique. Il y a aussi le retour de Marco Ilaimaharitra qui est une bonne nouvelle. Abel Anicet est malade, Jérôme a une douleur au mollet, et Pascal blessé toujours au niveau de la cuisse. Morel va de mieux en mieux. Mais si je peux mettre l’équipe de départ habituelle, je le fais. C’est un principe et une bonne chose. »

M.M : La Tunisie est la première équipe d’Afrique du nord que vous allez affronter. Quelles sont les forces des Tunisiens ?

N.D : « C’est une équipe qui joue bien au ballon, et qui essaie de bien jouer avec une organisation similaire à la nôtre. Il y aura moins de contacts et de duels, et surtout moins de puissance physique que contre la RD Congo et le Nigeria. Les Tunisiens ont de bons joueurs avec des stars. Je suis certain à cent pour cent qu’on verra un très beau match de football. »

M.M : Est-ce qu’on peut s’attendre à une demi-finale Madagascar-Sénégal ?

N.D : « Je souhaite le meilleur au Bénin comme à Madagascar, les deux petits pays africains du ballon. Mais pour la revanche et pour le pays, je préfère le Sénégal d’Aliou Cissé et de Sadio Mané en demi-finale. Quoi de plus beau que d’être éliminé par le futur vainqueur du tournoi. »

M.M : De match en match, les joueurs nous ont réservé des surprises. Le statut de « petit poucet » vous a-t-il aidé ?

N.D : « La Tunisie est la meilleure équipe qu’on affronte depuis le début de la compétition, sauf si on rencontre le Sénégal en demi-finale. Le statut de petit poucet, ça nous va bien. Il y a 83 places au classement FIFA qui nous séparent des Aigles de Carthage de la Tunisie. Si nous arrivons à faire l’exploit, ce serait fantastique. »

 

Nicolas Dupuis nous parle de ses joueurs

Melvin Adrien : J’étais persuadé qu’il deviendrait le titulaire indiscutable qu’il est maintenant. Son calme fait partie de ses qualités. Il est en réussite actuellement. C’est un travailleur, et il travaille bien avec les entraîneurs des gardiens. Melvin est à l’écoute de ce qu’on lui dit.

 

Ibrahim Bado : Il est redevenu numéro trois, mais reste quelqu’un d’important dans le groupe. Il a participé à la qualification. Je salue le travail qu’il a effectué. Numéro deux ou trois, c’est la loi du football.

 

Leda Randrianasolo : Il est toujours de bonne humeur. Lui aussi est devenu remplaçant. Le remplaçant de Melvin, il le sait, mais reste toujours au travail.

 

Abel Anicet Andrianantenaina : Pour moi, c’est le joueur modèle sur le terrain et pour son état d’esprit. Il est positif et constructif. C’est admirable, et c’est un réel plaisir d’avoir un joueur comme lui.

 

Lalaina Nomenjanahary : Il joue et vit avec le cœur. Moi, j’ai de très bons rapports avec lui. Il donne tout sur le terrain et tout le temps. C’est fantastique.

 

Romain Métanire : C’est une machine. Il est très sérieux et très professionnel. Il est peu loufoque dans ses façons avec ses cris à la carcassonne. C’est une personne admirable.

 

Jérome Mombris : C’est quelqu’un de sérieux et un très bon joueur tactique. Il est très à l’aise et apporte beaucoup pour le groupe.

 

Dimitri Caloin : C’est un joueur exemplaire dans son état d’esprit. Il est à l’écoute et un vrai joueur de groupe.

 

Bapasy Razakanantenaina : C’est quelqu’un de très attachant qui sait se mettre au niveau du groupe. C’est le seul joueur amateur dans cette équipe et c’est incroyable. Il aurait pu jouer à un niveau nettement au-dessus.

 

Mamy Randrianantenaina : Il a fait une très bonne entrée. Il a surtout une attitude exemplaire.

 

Dax Andriamirado : Dax, c’est le clown de la troupe. Je suis content de l’avoir. Il apporte quelque-chose au groupe. Au-delà d’être le clown, c’est un très bon joueur, mais il faut encore travailler.

 

Njiva Rakotoarimalala : Il a commencé l’aventure blessé. Njiva a participé pleinement à la qualification, c’est même lui qui nous l’a offerte face à la Guinée. C’est vrai, c’est dur de voir gagner sans jouer. A chaque fois qu’il rentre, il se donne un maximum.

 

Baggio Rakotoarisoa : Il apprend. C’est un jeune talentueux pétri de qualités. Il va être un des cadres de l’équipe malgache dans les années à venir.

 

Faneva Andriantsima : C’est un joueur important des vestiaires. Il est le capitaine qui donne tout, parfois avec un brin de maladresse, mais qui aime son pays et son équipe. Je le remercie pour tout ce qu’il a fait.

 

Carolus Andriamahitsinoro : C’est un joueur talentueux qui fait des efforts actuellement afin d’être titulaire indiscutable.

 

Ibrahim Amada : C’est un grand joueur. Avec Abel Anicet, c’est l’un des meilleurs joueurs de l’équipe du moment.

 

Marco Ilaimaharitra : Il a énormément progressé en deux ans. C’est un joueur indispensable dans le onze majeur.

 

Rayan Raveloson : C’est un jeune qui apprend et qui doit encore apprendre. Comme Baggio, il sera un des cadres des Barea dans le futur.

 

William Gros : Il est exemplaire dans son attitude. Il se bat et on peut faire appel à lui. William est prêt à mourir sur le terrain.

 

Jeremy Morel : Il revient de blessure. Son état d’esprit est irréprochable. Il est un leader de l’équipe dans les vestiaires. Lui aussi est malheureusement blessé comme Njiva, et l’équipe a gagné sans eux. Contre les Léopards de la République Démocratique du Congo, il a été excellent et il nous a aidés à gagner.

 

Thomas Fontaine : C’est un très bon joueur. Un peu comme Métanire, un peu loufoque, il a toujours le sourire. Il fait une très belle Coupe d’Afrique des Nations.

FJ/10/07/THOMAS

Toavina Debakely : C’est un joueur de groupe avec un état d’esprit exemplaire. Comme un couteau suisse, il est capable de jouer à deux trois postes. C’est très intéressant d’avoir un joueur comme lui dans le groupe.

 

Paulin Voavy : C’est mon chouchou. Lui non plus n’a pas pu jouer lors des victoires de cette équipe, il était remplaçant. En revanche, il a contribué à la victoire contre le Burundi, avec le coup-franc que Marco a marqué, et nous a offert le ticket pour la seconde phase.

 

 8,5~9/10 selon Nicolas Dupuis

C’est la note que le sélectionneur Nicolas Dupuis a donné à son équipe lors de ces quatre matchs à la CAN. On peut encore faire mieux. Il faut qu’on fasse mieux, sinon on ne passera pas contre la Tunisie.

Dossier réalisé par Tanjona HARIJAONA(Caire, Egypte)

Midi Madagasikara9 partages

« Transparency International Initiative Madagascar » : Conférence-débat sur le journalisme d’investig...

Jusqu’à maintenant, la lutte contre la corruption à Madagascar est loin d’être une mince affaire. Nombreux sont les instruments juridiques comme institutionnels mis en place pour rendre cette lutte beaucoup plus effective. Mais toujours est-il que la torpeur demeure, et les résultats concrets tardent à venir, depuis 2004  lorsque Madagascar a officialisé son engagement à lutter contre ce fléau. Dans cette optique, pourquoi ne pas voir, considérer, ou aborder un autre moyen qui pourrait « exhiber » les pratiques corruptives, les dossiers brûlants de corruption, ou encore les personnes impliquées afin d’en atténuer les effets, et d’intimider les candidats à la corruption ? Et ce, à travers le journalisme d’investigation, à titre d’exemple. Justement, c’est dans ce cadre que « Transparency International Initiative Madagascar » (TIIM) organise une conférence-débat axée sur le thème « Rôle du journalisme d’investigation dans la lutte contre la corruption ». Elle va avoir lieu lieun à 14 heures, au Grand Amphi DEGS de l’Université d’Antananarivo. Au préalable, un reportage sur le réseau « Malina » (le réseau des journalistes d’investigation collaborant avec TIIM) sera projeté.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara3 partages

Fandresen’ny Barea : Fiakaran’ny tosidrà, lany ny ananambo teny an-tsena teto Toamasina

Nampiakatra ny tosidrà tamin’ireo mpitia baolina kitra tanteraka ny lalao baolina kitra nataon’ny Barean’i Madagasikara, ny alahady teo iny. Indrindra tamin’ilay faniriana hoe handresy, kinanjo lasa sahala 02 noho 02 tampoka ny baolina, tao anatin’ny 90min nilalaovana, nefa efa nihoraka fandresena ny mpitia baolina.

Raha teny an-tsena vokatr’ izany, dia nilaza mihitsy ity mpivarotra anana iray tao Bazary be, fa nandeha be tsy nisy ohatr’ izany ny anana, indrindra ny ananambo namidiko androany , noho iny lalao baolina kitra iny. Nampihetsi-po ny Malagasy mantsy ilay lalao, satria vao sambany no miditra amin’ny lalao CAN ny  Malagasy, no sady miady izany ampahefa-dalan’ny lalao izany. Hatreto aloha tsy mbola nahenoana olona namoy ny ainy ny teto Toamasina, fa io  fiakaran’ny tosidrà io no maro tamin’ny mpankafy raha ny angom-baovao natao. Raha ny teto Toamasina, dia feno hipoka mpijery ny “ecran géant” nataon’ny orinasa SMMC eo anoloan’ny Lapan’ny Tanana, ny alahady alina, ary nivadika ho alim-padihizam-bahoaka izany taorian’ny fiafaran’ny lalao.

Ny horakoraka eran’ny Tanàna tsy ferana intsony, saingy nanao ny asany ny mpitandro ny filaminana tamin’ny fandaminana ka nilamina tsara tsy nisy rahoraho izany hafalian’ny favoaka izany. Tahaka izany koa no niseho tao Fenerivo atsinanana, araka ny fampitam-baovao azo. Feno hipoka ny fahitalavitra goavambe napetraka teo anoloan’ny biraon’ny Tvm-Rnm tany an-toerana, nanarahan’ny olona ny baolina, ka na ireo nanana ny fahitalavitra  tao an-trano aza naleon’izy ireo nivoaka niara-naka izany tamin’ny Malagasy rehetra teny an-dalam-be.

Fandresen’ny Malagasy rehetra ny  nataon’ny Barea ka ny Malagasy rehetra fa tsy misy tompony ny fampirisihana ny Barea ho lasa lavitra kokoa ary hibata ny amboara voalohan’ny CAN amin’ity taona 2019 ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara2 partages

Mpivady voaendaka teny Namontana :Voadaroka ilay rangahy, voaolana ilay ramatoa nitondra vohoka

Ny iray tamin’ireo mpanolana, voasambotry ny pôlisy. (sary nomena)

Tsy valahara ! Mpivady  sendra tratra alina no nifanehitra tamina mpanendaka telo lahy. Nampiharan’ireo olon-dratsy herisetra sy habibiana izy ireo tamin’izay : rangahy voadaroka, ramatoa voaolana.

Ny tapatapaky ny volana jona lasa teo no nitranga ity herisetra nihatra tamina mpivady teny Namontana ity. Araka ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny pôlisim-pirenena, dia an-dàlana hody teny Namontana izy ireo. Nandeha tongotra. Ny famantaran’ora efa nanondro tamin’ny valo ora sy sasany alina. Ny andro alahady, mangina dia mangina ny làlana. Tamin’izay indrindra no nisy bandy telo lahy nivoaka avy tany anaty elanelan-trano tany, nanomboka nanaraka ireto mpivady ireto. Nanatona avy hatrany izy ireo, nony niditra toerana somary maizina sy takona ary nanakana ny dian’ireo olon-droa. Tsy nisy alaharo teo, fa daroka faran’izay henjana avy hatrany no niantefa teny amin’ilay rangahy, izay tsy afa-nanohitra akory. Tsy nahatsiaro tena ity farany vokatr’izay ary natsipin’ireo tsy valahara tany anaty tatatra. Nobedain’izy ireo kosa ramatoa vadiny, izay raha ny fantatra dia mitondra vohoka roa volana. Nentiny tamina toerana iray tsy lavitra teo, ary nampiharan’izy ireo ny filan-dratsiny. Nifandimby tamin’ity ramatoa ity avokoa izy telo lahy. Efa tany ho any amin’ny roa ora maraina tany  vao navotsotr’izy ireo ilay renim-pianakaviana, rehefa afa-po tanteraka tamin’ny nataony ireo olon-dratsy. Nametraka fitarainana avy hatrany teny anivon’ny pôlisin’ny SUT moa ireo mpivady ny ampitson’io ary nanomboka teo ny fanadihadiana sy fikarohana ireo tsy mataho-tody. Raha ny voalaza tamin’izay, dia tadidin’ilay ramatoa avokoa ny endrik’izy telo lahy, noho ireto farany tsy nanao saron-tava tamin’io fotoana io. Fantatra teo araka izany ireto mpanendaka mpanolana ireto ary nidina avy hatrany teny amin’ny trano fonenany, saingy efa tsy nisy tao intsony izy ireo. Ny alahady teo no nahazo vaovao avy tamin’olona tsara sitrapo ny pôlisy fa mampiady akoho eny Anosizato ireo olona karohina. Nanao bemidina teny an-toerana ireo mpitandro filaminana. Saingy ny iray ihany no tratra teo, raha tafaporitsaka ireo rahalahiny roa. Mbola mitohy moa ny fikarohana ireto farany. Miatrika ny fakàna am-bavany azy kosa ilay voasambotra, izay notanana natao andrimaso eny amin’ny biraon’ny pôlisy. Raha tsy misy ny fiovana dia hatolotra ny fampanoavana tsy ho ela.

m.L

Midi Madagasikara2 partages

CAN 2019 : Les Barea ont toutes les cartes en main !

Les Barea jouent leur vie ce jeudi en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations contre la Tunisie. Face aux Aigles de Carthage, auréolés de plusieurs titres continentaux, la mission est certes difficile, mais pas impossible.

Les Barea, qui récupèrent au passage Marco Ilaimaharitra, ne se sont jamais sentis aussi forts qu’à la veille de cette rencontre contre les Tunisiens.

Ils ont déjà fait mentir les pronostics contre le Nigeria et la RDC, alors on ne voit pas pourquoi ils ne feront pas la même chose face aux Tunisiens qui ne sont pas des foudres de guerre comme l’attestent leurs quatre matches nuls.

Jusqu’à présent, en fait, les Aigles ont volé bas pour arracher la qualification en huitièmes après la séance de tirs au but.

Meilleur troisième de leur groupe en concédant trois matches nuls, les protégés d’Alain Giresse sont plutôt dans le doute que sur le papier, on peut envisager une victoire malgache.

Même les supporters tunisiens commencent à être très critiques vis-à-vis de leur équipe.

Une nouvelle victoire qui nous donnerait du pur bonheur empreint de fierté nationale, mais aussi une euphorie collective.

L’Etat et le ministère de tutelle se plient en quatre pour offrir un soutien de tous les instants en déplaçant une fois de plus la grande foule, par le truchement de deux avions qu’ils vont affréter pour ce match, qui ne sera pas, on l’espère, le dernier. Alefa Barea !

Clément RABARY

Madagate2 partages

Madagascar. Les Barea: phénomène sociolo-culturel bien au-delà de l'esprit sportif

VIDÉO ICI

Dans l'Airbus A380 à étage, le Président Andry Rajoelina est allé au-devant de tous les 470 supporters Malagasy venus des 22 régions de Madagascar

Depuis le retour de l'Indépendance de la Grande île, personne n'a jamais eu l'étoffe d'un héros dans le sens des définitions suivantes, hors mythologies grecque et romaine:

1. Homme, femme qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d'âme et d'élévation morale.

2.Homme, femme qui fait preuve, dans certaines circonstances, d'une grande abnégation.

3. Combattant(e) remarquable par sa bravoure et son sens du sacrifice.

La jeune génération malagasy dans le hall de l'aéroport n°3 du Caire

Avant mai 1972, nous étions bercés par Blek Le Roc, patriote américain contre les tuniques rouges (les English, of course); Miki Le Ranger, jeune capitaine des American Rangers; Astérix et Obélix luttant contre les envahisseurs romains; Tintin l'intrépide reporter et son caniche Milou; Akim et Zembla vivant dans la jungle et se guérissant avec des plantes... Tous ces personnages de fiction étaient nos modèles. Leurs exploits en livres et BD, et même, en films étaient accessibles à tous et à jour grâce à un circuit de bibliothèque sans cesse réactualisé. Mais vint la révolution idéologique marxiste léniniste de Didier Ratsiraka qui a tout détruit. Mais alors tout. Toutes les importations de livres “capitalistes” et la projection de films du même qualificatif furent interdites. Seul endroit, aujourd'hui, pour retrouver ces héros de notre jeunesse: les kiosque à bouquins sis à Ambohijatovo Antananarivo. Mais vendus à des prix pas grand public et avec du grand retard par rapport à leur date de parution...

Le ministre des Sports, Roberto Tinoka, ayant très bien accueilli les supporters malagasy qui ont goûté à un déjeuner très arabe...

Du coup, les idoles des Malagasy durant près d'un quart de siècle auront été Lénine, Kim Il Sung, Kadhafi... bref, des dirigeants connus pour être plus dictateurs que fédérateurs. Quant aux dirigeants de Madagascar passés, élus ou nommées, de 1972 à 2018, ils avaient tous l'étoffe trouée des zéros... Le domaine du sport à Madagascar a très longtemps été relégué dans les couloirs de l'aléatoire. Certes, il y eu la période Club M mémorable sous l'entraineur Peter Schnittger mais aucune équipe nationale de football n'a jamais réussi à franchir le cap des éliminatoires. Que ce soit pour la Coupe du monde ou pour la Coupe d'Afrique des Nations. Les dirigeant successifs s'intéressaient à autre chose, c'est-à-dire à leurs seuls intérêts (financiers) personnels.

Mialy Rajoelina née Razakandisa, Première Dame, portant le maillot des Barea de Madagascar

Pour vous donner une idée de l'avancée à reculons de l'équipe nationale de football de la Grande île de l'océan Indien, après le retour de l'indépendance, voici quelques résultats lumineux au niveau régional. 11 avril 1963. Madagascar 3 - Liberia 1; 18 juillet 1965. Madagascar 0 - RD Congo 7; 30 août 1990: Madagascar 6 - Seychelles 0... L'équipe nationale malagasy a changé trois fois de nom: Club M, Scorpions de Madagascar puis Barea de Madagascar.

Le 12 février 2008, voici ce que mon confrère Rata du quotidien “Madagascar Tribune” (j'y étais encore à l'époque), avait écrit:

«(...) Ces nations, dites avancées, ont tissé leur développement footbalistique sur la forte implication de l’État dans le sport Roi en général et au niveau de la sélection nationale en particulier, la stabilité de l’encadrement technique, le niveau du championnat local facilitant l’éclosion des clubs et des joueurs ainsi que l’expérience et la valeur des joueurs expatriés qui évoluent sous les couleurs des équipes huppées en Europe».

Immobilisme collectif

«Des stratégies ignorées ou complètement délaissées à Madagascar étant donné que dans notre pays, les entités, obligées sous d’autres cieux à s’entraider, se plaisent à se regarder en «chiens de faïence». De cet immobilisme collectif, il n’est pas étonnant que le football malgache, en des décennies de pratique, n’arrive point dans le cercle très fermé des 16 meilleures nations du continent. «Club M», «Scorpions», «Barea», seule l’appellation change, la performance reste la même. De la 1ère édition de la Coupe d’Afrique des Nations en 1957 à la 26e, soit en 40 ans d’existence, Madagascar figure sur la liste, d’une poignée de main, des éternels absents. Même le Rwanda, après le triste génocide, avait déjà participé à ce rendez-vous majeur des sélections africaines. Il en est de même pour l’Angola, le Soudan, la Namibie, des pays ravagés par des conflits interne ou externe.

La honte colle sur la peau de la Grande île qui, contrairement à ces nations citées ci-dessus, et tant d’autres, n’a pas connu durant cette longue période, la moindre guerre civile.

Une certaine frange de la population propose l’organisation à Madagascar d’une phase finale de la CAN pour permettre aux «Barea» d’aujourd’hui ou aux «Piso» de demain d’y prendre part. Mais de ce côté, les dirigeants politiques préfèrent mille fois se fourvoyer à l’accueil d’un sommet de l’Union africaine que d’un sommet de la balle ronde africaine. Car dans le premier, il n’y a que de palabres, sans obligation de résultats!»

No comment...

A l'entrée du stade d'Alexandrie. A gauche, tous les cars ayant transporté les 470 supporters malagasy. Il y en a eu une dizaine

François Rabier, un énième entraineur étranger de l'équipe nationale malagasy (il y a eu des entraineurs nationaux comme Maurice Mosa, Auguste Raux ou encore Franck Rajaonarisamba), dont la mission a pris fin en 2011, se souvient: «Quand j’ai été nommé sélectionneur en 2010, j’ai compris que le manque de moyens et de volonté constituerait un frein à la progression de l’équipe. Organiser des stages et des matchs amicaux était compliqué. La fédération, alors présidée par M. Ahmad, ne bougeait pas beaucoup». En 2016, un certain Nicolas Dupuis prend les choses en main et se veut pragmatique: «J’ai fait un premier constat et j’en ai fait part à M. Ahmad, qui était toujours président de la fédération: sans matchs amicaux réguliers, sans stages, on ne peut pas avancer. Il a compris qu’il fallait mettre des moyens pour que les dates FIFA soient utilisées». Un autre ère pour le football malagasy au niveau international avait débuté par un match amical contre le Kosovo, le 24 mars 2016.

Dans le stade d'Alexandrie. La gente féminine malagasy sur trois générations

Je ne vais pas raconter la suite dans les détails. Mais le terme «ascension» est plus adéquat. Quels auront été les ingrédients qui ont fait d'un sport déjà roi au niveau planétaire, un phénomène socio-culturelle bien avant l'accession des Barea de Madagascar dans le 1/8è de finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 ou CAN 2019? Tout simplement l'entrée dans l'arène du président Andry Rajoelina qui a fait du football national une affaire d’État. Les cons de service parleront de «politisation» du football malagasy. Laissons-les dans leurs bêtises éternelles en leur disant seulement: allez voir... ailleurs en Afrique. Au Sénégal par exemple, où l’État, pour le Mondial 2018, a octroyé à son équipe nationale de 10 millions d'euros. Mais à Madagascar, jusqu'à récemment, sous le régime HVM/Rajaonarimampianina, «les dirigeants politiques préfèraient mille fois se fourvoyer à l’accueil d’un sommet de l’Union africaine que d’un sommet de la balle ronde africaine. Car dans le premier, il n’y a que des palabres, sans obligation de résultats!».

Ainsi, Andry Tgv, devenu président de la république, est passé à la vitesse... Tgv. Une fois la participation aux 1/8 de la finale acquise, il a mis en branle une dynamique de mobilisation de tout un peuple, même celles et ceux qui n'étaient vraiment pas fans de foot. À l'issue de la victoire des Barea contre le Nigeria par 2 buts à 0, tous les habitants des villes de Madagascar se sont précipités dans la rue, drapeau national en main pour saluer cette victoire qui est la leur. Du jamais-vu de mémoire de journaliste depuis 40 ans! Marina mafy e!

A l'Arena Garden du Hilton d'Alexandrie pour écouter les "Zaza Kanto"

Fort de cet engouement collectif, le Président Rajoelina, au nom de l’État malagasy, a alors affrété un Airbus A380, moyennant un tarif dérisoire par rapport aux vrais coûts du déplacement Madagascar-Egypte Aller-retour. La noirceur de l'état d'esprit des cons de service, leur sont retombée dessus: toutes les 470 places ont été payées et 200 patriotes en sus ont même du rester. Tous ces Malagasy -dont j'ai fait partie avec le confrère Francis Aurélien Rakotovololona alias F.A.R.- ont représenté les 22 régions de Madagascar. A la poubelle l'histoire de côtiers et hauts plateaux créée pour mieux diviser par le général Joseph Gallieni. Nous étions venus pour représenter les plus de 25 millions de Malagasy, à l'heure actuelle; nous étions venus pour former ensemble le 12è joueur depuis les gradins du stade d'Alexandrie; nous y avons été en nombre supérieur aux supporteurs de la RD Congo, le dimanche 7 juillet 2019 à graver d'une pierre blanche. Après les facéties des dieux du stade qui ont prolongé le match nul (2-2, moment où l'ancien député Jaona Élite a succombé d'un arrêt cardiaque) jusqu'aux tirs au but (4-2), soit un suspens incroyable qui a duré 150 minutes, les héros de Madagascar ont gagné le ticket pour le 1/4 de final qui aura lieu demain jeudi 11 juillet 2019 au Caire contre la Tunisie.

Une égyptienne dans les rues d'Alexandrie... No comment

Pendant que nous reprenions le trajet Alexandrie-Le Caire, l'ambiance dans tout Madagascar a été incroyable («incredible»!) sinon indescriptible ici. Nous avons été au courant malgré l'absence totale de connexion à Internet durant toute cette belle aventure en commun qu'aura été la désormais légendaire «Bataille d'Alexandrie des Barea malagasy contre les Léopards congolais». Sachez seulement qu'à ce moment, tous là-bas dans la Grande île, comme nous sur la route du Caire, nous étions et sommes fiers d'être Malagasy. Et notre cri à l'unisson a été: Alefa Barea! Merci Président! D'ailleurs, même le peuple égyptien -dont l'équipe nationale a été éliminée de cette CAN 2019- ont fait leur cet «Alefa Barea» magique.

Quoi qu'il arrive demain au Caire, les Barea de Madagascar et le Président de la république, Andry Rajoelina, et sa famille, sont entrés dans la légende. Mais nous tous, ce dimanche 7 juillet 2019, nous avons eu l'étoffe des héros conforme aux trois définitions en début d'article.

En effet, grâce aux Barea de Madagascar, nous avons prouvé que nous pouvons incarner un idéal de force d'âme et d'élévation morale; nous avons pu démontrer que nous pouvons faire preuve d'une grande abnégation; enfin, si les Barea de Madagascar ont démontré au monde entier qu'ils sont des combattants remarquables par leur bravoure, nous Malagasy, nous avons prouvé un sens certain du sacrifice. Merci, merci, merci, chers enfants de la Patrie.

Jeannot Ramambazafy, envoyé spécial en Égypte

Article également publié dans "La Gazette de la Grande île" du mercredi 10 Juillet 2019

Midi Madagasikara1 partages

Collecte des déchets ménagers : A chaque quartier son système

Dans la longue liste des villes où les ordures et les déchets aiment fréquenter les rues et les couloirs, Antananarivo occupe une excellente position.

Une courte promenade dans la capitale est amplement suffisante pour apercevoir une personne jeter, sans la moindre gêne, son sachet en plastique ou son pot d’ yaourt en plein milieu de la rue. Une situation bien triste, mais qui pourrait changer si de plus en plus de personnes donnent le bon exemple. Déjà récemment, on a pu voir que les supporteurs malgaches qui ont assisté au match de l’équipe nationale, lors de la CAN 2019 en Egypte, ont ramassé leurs déchets avant de quitter le stade. Un geste, des plus honorables, qui pourrait inciter ceux qui sont restés au pays à montrer un peu plus d’attention à la salubrité de notre chère ville. Ceci dit, on ne peut pas nier que certains habitants fournissent déjà des efforts, pour instaurer un environnement approprié à Antananarivo. Pour le 2e arrondissement par exemple, Ambohipo et ses alentours, une petite entreprise qui s’occupe de la collecte des ordures et déchets ménagers, vient d’ouvrir ses portes. « Nos déchets relèvent de notre responsabilité », voilà le slogan de cette entreprise sise à Ambohipo. Autrement dit, l’insalubrité de la ville est la responsabilité de tout un chacun, car les ordures ne sont pas arrivés là de leur plein gré.

Trop d’ordures dans les rues. L’entreprise « Akafako » est l’initiative d’ Andrianarivelo Mamy Hariliva.  « L’idée de mettre en place une entreprise de collecte des ordures m’est venue après avoir remarqué que les quartiers du 2e arrondissement, étaient tous infestés par des déchets en tous genres », a-t-il dit. De plus, « les collecteurs illicites de déchets font mal leur travail. Parfois, les ordures sont jetées n’importe où, sauf dans les bacs qui leur sont dédiés », a-t-il ajouté. Il semblait donc évident pour  Andrianarivelo de trouver une solution, afin qu’Ambohipo et ses environs retrouvent leur  splendeur et leur salubrité. Un pari gagnant pour l’instant, puisqu’en un mois d’existence et sans la moindre promotion en dehors de Facebook, la petite entreprise a déjà eu la confiance d’une centaine de clients à Ambatoroka, Ambohipo et Andohan’i Mandroseza.

600 ariary par collecte. Actuellement, « Akafako » dispose de quatre offres. Chaque client peut donc choisir entre quatre, trois, deux ou une collecte par semaine, selon les besoins de chacun. En tout cas, une collecte par « Akafako » équivaut à 600 ariary, d’après le Directeur de l’entreprise. Et en même temps, il faut préciser qu’il continue de recruter pour les personnes intéressées ; les collecteurs qui travaillent à leur compte par exemple.

Des tarifs différents. Outre « Akafako » à Ambohipo, il existe d’autres systèmes de collecte de déchets ménagers, dans plusieurs quartiers d’Antananarivo. A Ampefiloha par exemple, la collecte sur 24 jours coûte 3.000 ariary, alors que du côté d’Ankadifotsy, il faut compter aux alentours de 4.000 ariary pour un ramassage de 24 jours. Bref,  à chacun son tarif et il est important que les ordures ne traînent plus dans les petites ruelles.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Jeux des Îles – Madagascar : Une délégation conséquente de 218 athlètes pour Madagascar

Le sort est jeté ! Enfin presque, car il reste des détails pour les 14 disciplines pour lesquelles le camp malgache s’est engagé. Un leadership incontournable, ne serait-ce que pour appuyer la candidature de Madagascar aux prochains Jeux des Îles.

Autant le dire tout de suite, l’Etat malgache, par le truchement du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), a cassé sa tirelire pour honorer ce rendez-vous qui va permettre à nos athlètes d’asseoir leur statut de favori.

Atout non négligeable. Pour une fois en effet, la préparation a bénéficié d’un réel soutien du MJS, avec en prime ce stage en Chine pour de nombreuses disciplines.

Sur le papier, certaines disciplines, notamment l’haltérophilie et le rugby à 7, font partie des disciplines pourvoyeuses de médailles. De même au basket hommes, qui aura une chance d’aller en finale.

Le judo possède aussi un atout non négligeable, avec l’émergence de jeunes pousses qui vont déjouer tous les pronostics de par leur hargne.

Le handisport qui se prépare à Toamasina ne part pas battu d’avance.

Le football et sa sélection C entend aussi se mêler à la lutte, avec ses moyens limités par le choix de la Direction Technique Nationale. Mais sait-on jamais, car avec cette solide réputation née de ce beau parcours des Barea à la Coupe d’Afrique des Nations, on ne pense pas que les autres équipes osent les sous-estimer.

Liste. Ce serait en tout cas fabuleux si le football parvenait à susciter autant d’engouement durant les Jeux des Îles.

En attendant, nous vous donnons ci-après la liste de la délégation aux Jeux des Îles, dont le départ est prévu le 16 juillet.

Athlétisme : 18 hommes, 18 dames et 5 coachesBadminton : 4 hommes, 4 dames et 2 coachesBasket-ball : 12 hommes, 12 dames, 4 coaches et 3 arbitresBoxe- 8 hommes, 2 coaches et 1 arbitreCyclisme : 5 coureurs, 1 coach et 1 arbitreFootball : 20 joueurs, 2 coaches et 2 arbitresHaltérophilie : 8 hommes, 8 dames, 2 coaches et 2 arbitresJudo : 7 hommes, 7 dames, 2 coaches et 2 arbitresNatation : 5 hommes, 5 dames, 2 coaches et 1 arbitreRugby à 7 : 12 hommes, 2 coaches et 2 arbitresTennis de table : 6 hommes, 6 dames, 2 coaches et 2 arbitresVolley-ball : 12 hommes, 12 dames, 4 coaches et 2 arbitresVolet Jeunesse : 7 hommes, 7 dames et 2 coachesHandisport : 8 hommes et 7 dames

Clément RABARY

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIARAKIODIA TAO TOLIARA : Mpandeha miisa 14 naratra mafy

Fiara taksiborosy niala lavaka   no nahatonga ny loza izay niafara tamin’ny fivadibadihan’ny fiara. Vokany, saika naratra mafy  avokoa ny mpandeha rehetra tao anatiny. Voalaza tamin’izany aza fa miisa 14 eo  ireo mpandeha tena voa mafy  ary mbola mitsabo tena ao amin’ny Hopitalibe avokoa hatreto.  

Fahatapahan’ny tongotra sy tanana no  tena  nahavoan’ny ankabeazan’  izy ireo. Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana moa ny  fanohizana ny fanadihadiana ity   tranga ity amin’izao fotoana izao.  Eo anatrehan’ny   lozam-pifamoivoizana  misesilany  amin’ny lalam-pirenena fahafito  iny dia tsy mitsahatra manentana  ireo mpampiasa lalana hatrany  ireo  mpitandro filaminana misahana ny  fifamoivoizana  ny  mba hitandremana satria dia  nohamafisin’izy  ireo    fa  saika vokatry ny tsy  fitandremana, toy ny  tsy  fanajana ny hafainganam-pandeha no tena isany   mampirongatra ny lozam-piarakodia eto amintsika, indrindra fa iny lalam-pirenena fahafito iny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANENDAHANA NIAMPY FANOLANANA : Voasambotra teny Anosizato ny jiolahy iray

Tamin’io alahady io, tokony ho tamin’ny 08 ora sy sasany alina dia mpivady handeha hody teny Namontana no narahina lehilahy miisa 03. Nony tonga tamina toerana mangingina izy ireo dia nosakanan’ireo olon-dratsy ka nodarohan’izy ireo ilay raim-pianakaviana ka rehefa tsy nahatsiaro tena dia nariany tao anaty tatatra. Ilay renim-pianakaviana izay nitondra vohoka 02 volana an-kibo kosa dia nentin’izy ireo tamina toerana iray tsy lavitra teo ary dia naolan’izy ireo. 

Sahabo ho tamin’ny 02 ora maraina vao navotsotr’izy ireo ilay vehivavy. Noho izany voina nahazo azy izany dia tonga nametraka fitoriana teo anivon’ny SUT izy mivady, ny alatsinainy 17 jona 2019. Nandritra ny famotorana dia nilaza ilay vehivavy voaolana fa tsaroany avokoa ny endrik’ireo nanolana azy noho izy ireo tsy nisaron-tava. Nandritra ny fanadihadiana ary dia fantatra ny fonenan’ireo olon-dratsy izay mpirahalahy avokoa. 

Tamin’ny fandalovan’ny Polisy tao amin’izany toeram-ponenany izany anefa dia efa tsy tao intsony izy ireo. Ny alahady faha 07 jolay 2019, tokony ho tamin’ny 04 ora hariva dia nahazo vaovao avy amin’ny olona tsara sitra-po ny Polisy nilaza fa mampiady akoho ao amin’ny toerana 01 eo Anosizato ireo olona karohina ireo. Tonga faingana teny an-toerana ny Polisy ka voasambotra tamin’izany ny 01 tamin’izy 03 lahy, tafaporitsaka ary mbola karohina kosa ny 02 ambiny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

BETROKA : Dahalo dimy lahy sarona, nahatrarana taratasy famotsiana omby halatra

Na izany  aza anefa dia tsy mampihemotra azy ireo ny fisamborana ireo dahalo.  Tra-tehaky ny zandary avy ao amin’ny Borigady  Andriandapy  tao Ilakaka ireo  dahalo ikoizana miisa dimy lahy  izay fantatra fa tompon’antoka  tamin’ny halatr’omby niseho   tamin’ny volana Jona  2019 lasa iny.   

Voaporofo tamin’ny   famotorana nataon’ny mpitandro filaminana fa  efa ela  nokarohina  ireo olon-dratsy  ireo saingy noho ny fiaraha-mientana tamin’ny vahoaka  dia  haingana ny fomba fiasa ary nalaky tratra   ireto farany. Fantatra moa fa  tratra teny amin’izy ireo ihany koa  ny taratasy famotsiana omby halatra tamin’io fotoana io.  Nandritra  ny fotoana  nanatanterahana  ny  fanadihadiana  rahateo koa no nahalalana fa  misy  olona ambony  sy tompon’andraikitra  mpanao famotsiana   omby  halatra  voasaringotra amin’izao  raharaha izao.

Tsara moa ny mampatsiahy fa tsy vao izao no  nahitana ity tranga famotsiana omby halatra ity any amin’ny Faritra atsimo iny koa manaitra ny  zandary  mpanao fisafoana  sy  ny fitondram-panjakana  hatrany ny  fokonolona mba hijery akaiky  ny tena zava-misy  marina.  Efa ela no lasibatra,  hany ka maniry ny  mba hisian’ny  fiverenan’ny  fandriampahalemana amin’ny  laoniny ireto farany. Efa natolotra ny Fampanoavana ao Betroka ireo dahalo, taorian’ny famotorana nataon’ireo Zandary, ary tazomina am-ponja vonjimaika. 

Marihana fa manao ny ainy tsy ho zavatra ireo mpitandro filaminana, indrindra fa ireo zandary any amin’iny Faritra Atsimon’ny nosy iny amin’ny famerenana tsikelikely ny fandriampahalemana amin’ny resaka asan-dahalo. Raha tsy hiteny fotsiny afa-tsy ny hoe nisy tanànan-dahalo vitsivitsy amin’izao, any an-toerana vonon-kiara-hiasa amin’izy ireo. Efa namerina ny basy sy fitaovam-piadiana maro fampiasany amin’ny asa ratsy rahateo moa izy ireo. Mitohy hatrany araka izany  ny ezaka  amin’ny ady amin’ny asan-dahalo  ary mbola nametraka fahavononana ny amin’izany  koa  ny mpitandro filaminana raha ny fanampim-panazavana voaray  tato ho ato.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ADY TANY AO FARAHALANA - SAMBAVA : Sinoa mibodo tanin’olona nitory ny ben’ny tanàna sy ny mpanolotsaina

Hatreto mbola tsy nahitam-bahaolana mazava ny olan’ny ady tany misy ao anatin’ny Kaominina Farahalana, miala tokony ho 5km ny tanànan’i Sambava renivohitra. Tany amina hekitara maro no bodoin’ny mpanam-bola an-keriny fotsiny. Tanim-panjakana izay efa nohajarian’ny fokonolona an-taonany maro. Efa neken’ny teo anivon’ny Kaominina fa hanaovana tetikasa hanitarana ny tanàna io velaran-tany midadasika io. Nomena fahefana feno hanajary izany ny fokonolona ka nisy ireo hazo nambolen’izy ireo tao anatin’ny faritry ny tany. 

Ny volana marsa teo anefa nitsangana ny mpanam-bola sy mahitahita milaza fa azy ny tany. Teratany sinoa ity farany, ary anisan’ny nahagaga ny nahazoany titra tamin’ilay tany izay tsy misy afatsy ny eo anivon’ny sampandraharahan’ny fananan-tany ihany no afaka mamoaka izany. Nanjaka tokana ilay teratany sinoa, notapahiny navadiny ho arina fandrehitra avokoa ireo hazo nambolen’ny fokonolona ary nofefeny ho lasa fananany madiodio ilay tanim-panjakana. 

Manoloana io trangan-javatra io dia tsy nipetra-potsiny ny fokonolona fa nisy hatrany ny hetsika nataon’izy ireo. Nisy ny fivoriana notanterahin’ny filan-kevitry ny Kaominina tao Farahalana izay natrehin’ny ben’ny tanàna. Nisy fanapahan-kevitra noraisina tamin’izany izay mamaritra fa tsy azon’olon-tokana alaina io tany io fa mijanona ho fananana iombonana ary azon’ny fokonolona atao manala io fefy io. Ankilany, rehefa nakana ny hevitry ny prefektiora dia nanan-kery ity fanapahan-kevitra ity. 

Taorian’izay, tsy nanana fisalasalana intsony ny avy amin’ny kaominina nanokatra ny vavahady fidiran’ny mponina tao amin’ilay tanàna. Tsy nanaiky lembenana ilay sinoa mitonona ho tompon’ny tany fa niampanga azy ireo ho namotika ny fananany. Notoriany ny ben’ny tanàna sy ny mpanolotsain’ny Kaominina, izay namoaka ilay fanapahan-kevitra, izay nahafahana nanokatra ny vavahady. Ny alatsinainy antoandro no nantsoina nohenoina teo anatrehan’ny mpampanoa lalàna ao Antalaha izy ireo. Andrasana izay mety ho fivoaran’ity raharaha ity. Tsy mitsahatra ny manao antso avo amin’ny fitondram-panjakana ireo mponina izay mahatsiaro iharan’ny tsindry hazo lena tanteraka. Lasan’ny mpanam-bola ny tanin’izy ireo, ankilany ahiana ho misy kolikoly avo lenta ao ambadik’ity raharaha ity.

Ny Fanoratana  

Ino Vaovao0 partages

MORAFENO - TOAMASINA : Raim-pianakaviana iray matin’ny fanafody mampihenjana

Raha tsiahivina, ny volana febroay, dia ramatoa iray no maty tao amin’ny tranon-dopy tao Valpinson. Ny volana marsa, teratany vahiny iray no maty irery tao amin’ny efitrano fandraisam-bahiny iray tao Morafeno.

Ny sabotsy 6 jolay lasa teo, dia raim-pianakaviana iray 38 taona manambady aman-janaka no maty tao anaty efitrano fandraisam-bahiny mbola tao Morafeno hatrany. Ho an’ ity farany dia raim-pianakavina 38 taona ary manambady aman-janaka ihany koa fa saingy nitondra sakaiza hiara-hatory any amin’ny efitrano fandraisam-bahiny ny sabotsy alina ka ny alahady vao samy hivoaka tao fa saingy fahafatesana no azo.

Ny loharanom-baovao voaangona tamin’ ireo fianakavian-dramatoa, vady voahitsakitsaka, dia nilaza fa vokatry ny fihinanana fanafody sy karazan-java-pisotro mampatanjaka efa nihoatra ny dozin’ny zakan’ny vatany no nahatonga ny fahafatesany  ; tamin’ny nifampiresahana tamin’ ireo fianakaviany dia efa nalefa any amin’ny lalam-pirenena fahadimy ny razana. Nohamafisin’ny loharanom-baovao hatrany fa tsy fantatra satria nitsoaka ilay vehivavy niaraka taminy ary tsy nisy fandraisana mombamomba ilay ramatoa tao amin’ny trano fandraisam-bahiny fa an’ ilay lehilahy ihany.

TH

Ino Vaovao0 partages

MAHATSINJO - MAHAJANGA : Ombivavy bevohoka nisy nangalatra sy namono

Nentin’izy ireo ihany koa izay azon’ireo mpangalatra nalaina. Teo ihany koa ny zanany mbola tany anaty kibony. Ny alahady 7 jolay teo no nahitana azy io, ka nampandre ny  sefo fokontany ny sefo sektera. 

Nampandre ny tomponandraikitra sy ny tompon’omby ary ny mpitandro filaminana ny sefo fokontany. Nomen’ny tompony nozaraina ho an’ny fokonolona moa ny hena sisa tavela. Raran’ny lalàna ny famonoana omby vavy mba hiarovana azy tsy ho lany taranaka. Sompatra sy fitiavan-kely kosa ny an’ireo mpangalatra izay efa karohina amin’izao.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanaovan-gazetyNy CUA no niantoka ny vatampaty sy ny fiara nitondrana an’i Jacob

Maty am-perinasa teo am-piandraiketana ny serasera sy ny fampitam-baovao (attaché de presse) teo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) i Jacob Haingonirina. Tonga nanatanteraka famangiana ny mpiasa maroben’ny CUA izay notarihin’ny Lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna, Olivier Randrianarisoa.

 

 

Ny Kaominina Antananarivo Renivohitra no nandray an-tanana ny vata sy ny fiara nitondrana ny razana hihazo an’i Vohipeno, omaly talata  atoandro. Tonga niondrika teo anatrehan’ity mpilaza vaovao ity ihany koa ireo mpanao gazety maro notarihin’ny holafitry ny mpanao gazety sy ny Talen’ny Radiom-pirenena Malagasy. Raha tsiahivina, nodimandry  ny alin’ny alahady 7 jona teo ny namana mpanao gazety Haingonirina Jacob. Resaka fahatapahan’ny lalandra no nahavoa azy. Naiditra hopitaly teo Befelatanana ary niafara amin’izao famoizany ny ainy izao.  Teo am-piezahana hanitatra ny ambaindain’ny fahalalany sy hampiakarany ny maripahaizana ilaina amin’ny marikarama amin’ny maha mpiasam-panjakana azy izy izao nindaosin’ny fahafatesana izao.  Anisan’ny namatsy vaovao tamin’ny haino aman-jery maro i Jacob Haingonirina, anisan’izany ny Tia Tanindrazana.

« Patraona omby »

Hain’ity mpanao gazety ity avokoa ny fifandraisana hatramin’ny any ambany ravinkazo hitrandrahana vaovao sy ireo manampahefana ambony. Izay no anisan’ny nahafeno ny hafatra tao anatin’ny «gazety boky Trandraka faha-2» niarahana tamin’ny Unesco ka nahazoany ny laharana voalohany. Mpanao gazety efatra no nitrandraka mikasika ny  « Halatra omby. Kolikoly avo lenta, anjakan’ny dahalo ambony latabatra ny tanàna», anisan’izany i Seheno, Tahiana ary ny mpanao gazetinay.  Io no nahatonga ny anaram-bositr’i Jacob ho « patraona omby ».  Teo ny fitetezana ny faritra andrefan’i Madagasikara fisokirana vaovao tamin’ny dahalo sy ny fandalovana ireo minisitera voakasika, indrindra ireo veterinera sy delegem-panjakana ary ny mpitandro filaminana izay voatonontonona tamin’io dahalo ambony latabatra io. Tsangambaton’io trandraka 2 io ny “puce” ana omby hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana. Ny ekipan’ny  Gazety Tia Tanindrazana iray manontolo dia miray fo sy miombona alahelo ary mirary fiononana feno ho an’ny fianakavian’i Haingonirina Jacob.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra ombyNanararaotra ny fandresen’ny Barea ireo dahalo

Nohararaotin’ireo jiolahy ny harerahan’ny mpiompy avy niari-tory noho ny hafaliana noho ny fandresen’ny ekipam-pirenena Barea.

 

Avy nifaly nanaraka baolina tamin’ny haino aman-jery mantsy ny teo an-tanàna ka natory fehizay. Nitrangana halatra omby tao Analamahitsy, fokontany Bedasy, kaominina Ambatomanjaka, Distrikan’i Miarinarivo, faritra Itasy.  Ny alahady teo tamin’ny misasak’alina no tonga nanafika ireo dahalo. Tsy fantatra ny isan’ireto farany  izay nangalatra omby efatra an-tsokosoko tao am-bala. Ny afak’omaly marain’ny 8 jona vao tsikaritry ny tompony fa tsy tao intsony ny biby fiompiny araka ny fampitam-baovaon’ny zandarimariam-pirenena eo Ankadilalana. Maro amin’ireo teo an-tanàna no nihevitra fa nampiasa fonoka ireo jiolahy. Nidina tany an-toerana ny  zandary avy eo Ambatomanjaka. Nanaradia avy hatrany ireo fokonolona niaraka tamin’ireo mpitandro filaminana saingy tsy hita hatramin’izao ireo omby. Ny miaramilan’ny zandarimariam-pirenena avy eo Ambatomanjaka no mandray an-tanana ny tohin’ny raharaha.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnkadilalampotsyValo lahy nanendaka mpivady avy niasa

Mitaraina mafy noho ny firongatry ny mpanendaka ao amin’ny faritra misy azy ny sefom-pokontany sy ny lefiny ao Ankadilalampotsy, kaominina Ankaraobato.

 

Roa na telo isan-kerinandro mantsy ireo lasibatra raha kely vokatry ny tsy fisian’ny herinaratra manazava ny tanàna. Ny kaominina efa vonona ny amin’izay anjara asany raha ny nambarany saingy mbola andrasana kosa ny JIRAMA. Vao tamin’ny zoma lasa teo, ohatra, dia mpivady avy niasa avy eny Andraharo no nendahina valolahy teo amin’ny SAMAF.  Tapitra nalain’ireo jiolahy avokoa vokatr’izany ny peratra teny an-tanan’ilay Ramatoa sy ny poketra nentiny raha mbola novonoin’izy ireo nitsahiny tamin’ny tany ihany koa ilay rangahy ka voatery naiditra hopitaly mihitsy. Misy mbola ankizy vao misondrotra ireo mpanendaka raha ny fantatra izay nanery ilay Rangahy mba hamoaka vola saingy rehefa tsy nahita izay notadiaviny izy ireo dia nanampatra ny heriny.  Tsy mbola afaka miasa moa hatreto ilay raim-pianakaviana na dia efa nivoaka ny hopitaly aza. Tsy maintsy hatao “scanner” mantsy  ilay lohany voahitsaka, raha ny fantatra  hatrany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tombola BNI MadagascarNanolorana valisoa ireo nandray anjara

Tsy nanadino ireo olona nandray anjara tamin’ilay tombola nokarakarainy tamin’ny alalan’ny tambajotran-tserasera facebook ny banky BNI Madagascar mikasika ny fandraisan’ny ekipam-pirenena BAREA anjara amin’ny lalao CAN 2019.

 Nisy ilay hetsika « Barea Saturday »  notanterahiny nifandraika tamin’izany ny sabotsy teo teny Ankorondrano ka olona maromaro no notolorana fanomezana. Tsiahivina moa fa vonona hatrany ny hanampy ireo olona maniry ny hanokatra kaonty ao aminy ity banky iray ity. Mahazo tee-shirt Barea sy  kaskety avy hatrany ireo izay nanao, amin’ny maha mpanohana ny lalao ny banky BNI. Natao kosa ny “Barea Saturday” hampahafantarana ny olona ny fomba fidirana ho mpikambana ao amin’ny banky sy hampavitrika ny rehetra handray anjara amin’izany.

 

 

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fikatonan’ny “Future Textile Mada”Mpiasa 600 no very asa

Tratry ny fahasahiranana ny orinasa afakaba Future Textile Mada etsy Ankadimbahoaka ka nanakatona ny orinasa nanomboka ny alatsinainy lasa teo.

Araka ny fanazavana nataon’ny mpiasa dia noho ny filazan’ny mpampiasa fa niala avokoa ireo mpanjifany no antony. Nisy tamin’ireo mpiasa ihany koa anefa no nilaza fa fanaon’ity orinasa afaka haba ity taloha ny mampiditra mpiasa miasa vetivety, avy eo dia mandroaka ary milaza ho sahirana foana. Tamin’ity indray mitoraka ity anefa dia tena nikatona tanteraka ny orinasa ary gaga sy talanjona ny mpiasa satria tsy nanam-po izany raha mbola iny nandeha niasa tamin’ny alatsinainy teo iny. Taorin’izay dia nikoropaka ny mpiasa satria tsy mba nisy akory fampilazana sy fitenenana mialoha ary na ny karama nomena tamin’ny zoma aza 50 000 Ar fotsiny. Nanatona ny “Inspection de Travail “ tetsy Antsahavola ny mpiasa ary tonga tao ihany koa ny mpampiasa. Tapaka ary nifanao sonia tamin’izany fa tsy maintsy haloan’io orinasa io ny zoma izao ny ambin’ny karama volana jona sy ny kaontin’andro volana jolay. Hisy ihany koa ny fanomezana ny ambim-bola rehetra (STC) sy ny taratasy fanamarinan’asa ny alatsinainy ho avy izao. Tsy rariny amin’ny mpiasa amin’izao fotoan-tsarotra izao no anakatonana orinasa sady tsy mba misy fitenenana mialoha. Manambady aman-janaka ny ankamaroan’ireo olona ireo, misy ny manofa trano sy mampiana-janaka. Miandry ny tompon’andraikitra izy ireo hijery akaiky ny toe-draharaha.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraTokony hahavita tena ara-bary amin’ny 2020

Nisy ny atrikasa fampahafantarana ny vokatry ny tetikasa Papriz 2 izay notohanan’ny governemanta japoney ho fampiroboroboana ny voka-bary eto Madagasikara.

 Natao teny amin’ny Hotely Panorama omaly talata 09 jolay izany ary nivoitra tao ireo paikady sy fomba hanapariahana ireo teknika rehetra hampiakarana ny voka-bary. Novelabelarina tao ny mahakasika ireo masomboly voafantina sy ny zezika mineraly izay tsy maintsy hampiasaina raha te hahazo vokatra tsara. Afaka mampitombo avo 2 na 3 heny ny voka-bary eto Madagasikara izany miaraka amin’ny fanofanana ireo teknisianina sy ireo tantsaha maro an’isa. Nanambara ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana ary jono, Lucien Ranarivelo fa efa mizotra mankany amin’ny fahavitan-tena ara-bary i Madagasikara ary tokony ho tratra ny tanjona amin’io taona ho avy io. Tsy maintsy hihena, hoy izy ny fanafarana vary satria hitobaka ny voka-bary amin’ireo karazana teknika hampiasaina ireo. Tsiahivina fa mahatratra 4 200 000 taonina teo ny vary fotsy lanin’ny Malagasy tamin’ny taon-dasa kanefa 3 900 000 taonina ny famokarana tratra. Raha izay dia mila miakatra eo amin’ny 5 na 6% eo fotsiny dia tratra ny tanjona. Mila ny ezaky ny mpisehatra tsirairay mihitsy anefa izany ho fampiakarana ny taham-bokatra eny an-tsaha, ny fanodinam-bokatra hatramin’ny fitotoana azy.

 

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Fitombon’ny mponina eto MadagasikaraMaro anaka kokoa ireo vehivavy tsy nandia fianarana

Amin’izao ankatoky ny andro eran-tany ho an’ny mponina izao dia tsara ny mahafantatra fa mitombo 1,5 tapitrisa isa-kerinandro ny isan’ny mponina maneran-tany.

 

 Isika eto Madagasikara dia mbola eo am-piandrasana ny valin’ny fanisana farany natao momba ny mponina sy ny trano fonenana (RGPH3), fa raha ny antontan’isa navoakan’ny Tahirin’ny Firenena Mikambana momba ny Mponina dia ahitana fitomboana 2,8% isan-taona ny isan’ny mponina eto amintsika. Eo anelanelan’ny faha-20 hatramin’ny faha-25 taona ny vehivavy Malagasy no tena miteraka, ka manana zanaka 3 na 4 eo ho eo ny vehivavy anankiray nahita fianarana, raha 6 kosa, amin’ny ankapobeny ny isan’ny zanaky ny vehivavy tsy nandia fianarana firy. Ny valin’ny fanadihadiana atao hoe : MICS (Multiple Indicator Cluster Surveys), na Dinidinika momba ny fiainan-tokantrano, no nahazoana an’ireo antontanisa farany ireo. Nomena fiofanana sy fampahafantarana momba ny fikirakirana an’ireo antontan’isa navoakan’ity fanadihadiana ity ny mpanao gazety omaly. Mivelatra amin’ny lohahevitra maro moa ny fanadihadiana MICS : fahasalamana ara-pananahana, SIDA, fanabeazana, herisetra… Nifanohana tamin’ny fanatontosana azy ity kosa ny UNICEF, ny Banky iraisam-pirenena, ny minisiteran’ny mponina ary ny INSTAT. 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Collier Alefa Barea, Bapampa, Fehin-tananaMahalany roa baoritra isan’andro ny mpivarotra iray

Taorian’ny fandresena miezinezina azon’ny ekipam-pirenena Barean’i Madagasikara ny alahady lasa teo, ankoatra ny mpivarotra ny polon’ny Barea,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ofisim-pirenena misahana ny sarimihetsikaHiroso amin` ny fanovana

Nankatoavin` ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny didy hitsivolana 2019-008 manafoana ny lalàna 2011-007 natolotrin` ny ministeran` ny serasera sy ny kolotsaina mba hifehezana ny tontolon`ny sarimihetsika teo Mada.

 

Ara-dalàna tanteraka ny fangatahan` ny ministera hoy ny teo anivon`ny HCC ka tsy maintsy hirosoana ny fanovana sy ny fandaminana rehetra tsy maintsy apetraka manolona ny fitantanana izany, hoy Francis Razafiarison, tale jeneralin` ny kolotsaina eo anivon` ny ministeran` ny serasera sy ny kolotsaina. Ny rafitra entina hitantana ny sehatry ny horonantsary no tsy maintsy ovàna ireo endrika sy tsy fahatomombanana nisy teo amin`ny OMACI (ofisim-pirenena misahana ny sarimihetsika). Isan` ny toe-draharaha mitàna ny sain` ireo mpikatroka ao anatin` ny tontolon` ny sarimihetsika tamin` ny volana aprily ny raharaha mahakasika ny OMACI kanefa maro ireo toe-javatra tsy nifanaraka tamin` ny lalàna sy tamin` ny tokony ho izy tamin` ny fitantanana ity sampandraharaha ity hatramin` izay. Ka izany indrindra, hoy ny tale jeneralin` ny kolontsaina, no tsy maintsy nojeren` ny ministera manokana ny hanamboarana volavolan-dalàna manitsy ny fomba hitantanana izany. Na dia eo aza ny olana samihafa nisy teo anivon` ny OMACI dia nipetraka hatrany ny fiarahamiasa teo amin` ny ministera sy ireo mpisehatra ao anatin` izay tontolon` ny sarimihetsika izay hatramin` izao. Tsiahivina fa maro ireo fanakianana mahakasika io raharaha io ary isan` izany ny tambazotra miaro ny zon` ny mpanfifa izay nilaza fa resa-bola io raharaha OMACI io ary mampidi-bola tokoa ho an` ny fanjakana. Marihana fa hisokatra ny zoma 19 jolay ho avy izao ny sinema Canal Olympia etsy Andohatapenaka ka asa raha hisy hifandraisany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Olona maty tampokaEfa narary fo, hoy ny dokotera

Nitondra fanazavana mikasika ireo olona maty vokatry ny fihetseham-po ny dokotera Fidy Bariniaina, omaly. Nambarany fa olona efa narary fo ireny maty tampoka ireny amin’ny ankapobeny.

 

 Misy, hoy izy, ireo tratry ny “infractus dy myocarde”, izany hoe fahasimban’ny fo vokatry ny tsy fahampian’ny “oxygene” entin’ny ra, ilain’ny nofon’ny fo. Misy koa vokatry ny  fahatsentsenan’ny lalandra mankany amin’ny fo ankoatra ilay marary ny tratra amin’ny ilany havia ka mitarika fahasemporana. Tsy tokony hisotro toaka na hifoka sigara noho izany ny olona mahatsapa fa efa marary fo,  hoy izy raha te ho salama tsara. Tsy tokony hihinana sakafo matavy ihany koa sady ampy torimaso tsara  ary mahay manatanja-batana. Ho an’ireo olona salama tsara nefa tratry ny fihetseham-po tampoka kosa dia ny fambolena toe-tsaina hanaiky izay zavatra mitranga no tena tsara indrindra, hoy izy. Na izany aza anefa, hoy dokotera Fidy ho an’ireo efa hita fa tsy mahazaka nefa mbola mijery zavatra mety hanaitra ihany dia aleo manatona dokotera maka fampitoniana.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasy hosoka fitsirihana fiarakodiaNiakatra fampanoavana omaly ny telo tamin’ireo tratra

Omaly no niakatra fampanoavana raha ny loharanom-baovao azo ny telo tamin’ireo olona valo tratra nanao antontan-taratasy hosoka mikasika ny fitsirihana fiarakodia sarona teto an-drenivohitra ny faran’ny herinandro teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aza lotoina amin’ny politika !

Hita taratra kely ihany ny fampidirana loko politika amin’ny fanohanana ny Barean’i Madagasikara mandray anjara sy mahomby amin’ny fiatrehana ny CAN 2019.

 

Nisy ezaka nifampitohy ny fahombiazan'ny Barean’i Madagasikara, ka aoka tsy hasiana hoe: izahay na tamin’ny andro nitondranay no nahatonga an'ireo teo amin'ny CAN, hoy ny olona. Tsy ny mpitondra ankehitriny ihany fa efa nanampy azy ireo ny ankamaroan'ny mpandraharaha Malagasy raha tsy hitanisa afa tsy ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana sy Hery Rajaonarimampianina, Itompokolahy Harijaona Randriarimalala, Mbola Rajaonah, ny filohan’ny Alefa Barea Lova Ramisamanana … Tsy mba nanao “Tam-Tam” be ireny. Tsy ny resa-bola ihany koa no tena zava-dehibe sy hifaninanana na hireharehana fa ny fiombonam-po sy ny fitondrana ny anjara biriky amin’ny fanohanana mety hiseho amin’ny endrika samihafa. Raha resa-bola mantsy no hireharehana, dia mazava ho azy fa voailika ny 90% amin’ny Malagasy izay faly sy mientana amin’ny ekipam-pirenentsika. Ekipam-pirenena io fa tsy ekipana mpitondra fanjakana na ekipa na antoko politika, fa rehefa mba manao dia atao am-pitiavana tsy hitadiavana voninahitra na doka politika. Mendrika sy mila tohizana ny fanohanana, ary ny hirariana dia ho toy ny afo-mololo fotsiny, ka sanatria ho lefy aorian’ny CAN, fa tena hanovozana lesona sy ampiharina amina lafin-javatra maro. Mampiombona ny Malagasy manontolo ny Barea, ka tokony hosorohina tsy hampidirana resa-politika mampisara-bazana satria mitondra ny lokon’ny firenena ny Barea. 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalaon’ny Barea sy ToniziaHosorohana ny delestazy eto Iarivo, hoy ny Jirama

Hampitomboina ny tanjaky ny herinaratra vokarin’ny Jirama eto Antananarivo ho an’ny rahampitso alakmisy 11 jolay hisian’ny lalao baolina kitra goavana hifanandrinan’i Tonizia sy ny Barean’i Madagasikara eo amin’ny dingana ampahefa-dalan’ny CAN 2019.

 

 Niteraka fimenomenonana tamin’ny olona ny fahatapatapahan’ny herinaratra tamin’ireo lalao teo aloha, toy ny fifandonana tamin’ny RD Congo. Niakatra ny taham-pampiasana ny herinaratra satria samy mandefa ny fahitalavitra ny olona, hany ka tsy zakan’ny tosiky ny herinaratra intsony, raha ny fanazavana tsotsotra. Efa nilaza ny hitondra vahaolana sy mba hitsitsy ny fandaniana toy ny fampiasana zavatra matanjaka be ny Jirama mandritra io fotoana io, fa mba ny fahitalavitra ihany. Hisy ihany koa ny fiomanana amin’ny famahana olana haingana amin’ireo toerana sy faritra tena efa voamarika fa matetika misy olana ny famatsiana. Heverina izany fa hisitraka herinaratra ara-dalàna tsy misy olana ny rehetra rahampitso, ary hirariana mba tena hisy vahaolana tsy vonjy tavanandro fa maharitra. Raha ho an’ny omaly mantsy izao, dia toerana am-polony maro teto Antananarivo sy manodidina no nisedra fahatapahan-jiro.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

eTech 10 taonaHikarakara « Jeux Corporatifs » eLalao

Ao anatin’ny fankalazana ny faha-10 taonany teo amin’ny sehatry ny fikarakarana ny antsoina hoe « Transformation Digitale », taty amin’ny Faritry ny Ranomasimbe Indianina sy teto Madagasikara

Tia Tanindranaza0 partages

Fitandroana fihetseham-po mijery Barea« Ilaina ny sakafo maivana, fadiana ny rongony ! »

Zava-misy maneran-tany ny hoe mihetsipo rehefa ny ekipam-pirenen’ny tena no mandray anjara amina fifaninanana goavana toy ny amboaran’i Afrika eo amin’ny taranja baolina kitra, hoy ny dokotera Domoina Soakanto Rakotonoely.

 

Anton’ny fahazoana aretina tampoka noho io voalohany ny fifaliana be loatra. Rehefa faly na malahelo loatra ny olona iray dia misy olana ny fitempon’ny fo. Ny olona manana olana eo amin’ny fo na manana karazan’aretim-po be dia be na manana olana eo amin’ny tosidra dia matetika tratra. Miakatra tampoka ny tosidra ary misy fiantraikany amin’ny atidoha ka mahatonga AVC. Misy ny AVC  “hémoragique” izay mamaky tampoka ny lalandra na koa “histemique” izay mamono tampoka na mamela takaitra. Ny tokony hataon’ny mpijery baolina, ho an’ireo mihinana fanafody dia tsy tsara tapatapahana izy io. Tsy tsara ny mandray zava-pisotro mahamamo ary tsy miaraka amin’ny fanafody ireny. Tandremana ny zavatra tenenina sy fihetsika atao. Raha tsy mahazo na tsy mahazaka miari-tory dia aleo miandry ny fitantaran’ny olona. Lanjao ny sakafo fa mety miteraka aretin-kibo sy an-doha. Tandremo ny sakafo amoron-dalana. Ny tena zavatra tsikaritra koa dia be dia be ny mpitia baolina miandahy miambavy tia manandrana rongony rehefa toy izao, hoy izy, ary lasa mahery setra. Avy eo manao ny tsy fanao. Io no tena iangaviako mba hajanon’izay zatra mpanao azy. Ny tena tsara dia aleo sakafo maivana tsy mialon’andro sy ranomboakazo vita avy amin’ny rano avy nampangotrahana no hanaovana fety rehefa toy izao. Rehefa avy mitsinjaka avy any ivelany iny dia aleo misotro izay rano avy nampangotrahana izay satria mbola handresy 2 sy 1 isika amin’io alakamisy io.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andrin-jiro eny AmpitatafikaMaty sahady ny 40 amin’ireo 256 isa

Mikasika ireo mpivarotra sy mpitsinjara rongony eto Ampitatafika, hoy ny ben’ny tanàna ao an-toerana, Rado Ramparaoelina, dia nisy mpivady efa tratra ary nalefa any Antanimora, 3 volana lasa izay.

 

Ny mampalahelo dia 1 taona latsaka izy ireny dia miverina amin’ny fiarahamonina ary manao ny ataony indray. Efa voafehin’ny zandary sy fokonolona ary ny Quartier mobile amin’ny ankapobeny anefa ny tsy fahandriampahalemana. Miezaka manao izay tratrany ny kaomandin’ny borigadin’ny zandarimaria ao Fenoarivo. Manao mihoatry ny mety aza satria raha ny fitaovana eo am-pelatanany dia hitako hoe tsy afaka izy. Ny polisy koa efa nanao latsaka alina ary nifaoka andian-jiolahy maro. Niha tsara ny fandriampahalemana saingy tambajotra ilay mpivarotra rongony ka rehefa mivoaka ilay olona migadra dia mety olon-kafa indray no hampanaoviny ny asany dia eo ihany ny vokany. Ny olana dia tsy manana fotodrafitrasa mitombina ny tanora dia lasa misy famoizam-po kely ka vahaolana ny famoronana asa. Mampihena azy io na tsy mahafoana aza satria misy zanaka mpanankarena koa mifoka rongony. Mila fitaizam-panahy sy fiarahamonina koa izany ankoatra izay. Ny tanjona moa dia ny hampandry fahalemana ary amin’ny ankapobeny dia miezaka mandrehitra ireo jiro efa tafapetraka izahay saingy entanina ny mponina mba ho saro-piaro amin’ny fananan’ny kaominina satria dia 40 isa amin’ireo jiro 256 sahady izao no maty. Ao ny misy mitoraka flesy, ny misy manimba sy mangalatra, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAza tia kely !

Izay ihany ilay mahavoa anareo ry Jean a ! Efa hita izao fa ny fanampian-dry Jean Malalatanana an’ilay kilonganareo no nampivoatra azy hiala amin’io mikandra sahady io dia lazainareo fa ataony fitaovana indray ny zanakareo.

 

 Mba tsinjovy ihany, hoy aho ny ho avy fa aza dia tia kely ohatran’io foana. Ireny bob sy fitaovana nomena an-dry zareo ireny anie natao hampitomboiny sy hamitany ny bosiny dia mba manana ho avy mamiratra sy afaka mamaly babena anareo amin’izay izy any aoriana e ! Aza atao an’izany hoe ento aty zaraina ze azo izany foana rangahy ireo boaikely ireo fa tianareo foana ve ny hilona ao anaty fahantrana ao e ? Zay Jean a ! Mbo vakio ity taratasiko ity !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominin’AnkaraobatoMbola kandida Ben’ny tanàna i Randriamiarisoa Gilbert

Mbola hilatsaka hofidiana ho Ben’ny tanànan’Ankaraobato Randriamiarisoa Gilbert amin’ny fifidianana hotanterahina ny volana oktobra ho avy izao.

 

Tsy mbola  fantatra kosa anefa na hilatsaka amin’ny anaran’ny tsy miankina ny tenany na antoko politika fa vao hivory hiaraka amin’ireo  mpiara-miasa aminy. Antony mbola hirotsahany raha araka ny fanazavany omaly ny fahitany fa mbola betsaka ny asa tokony hotohizana ao Ankaraobato. Anisan’izany ohatra  tranon’ny zokiolona, ny fanatsarana ny EPP ao Ifarihy,  ny lalana ao Ankadinandriana mirefy 110 m izay vao tonga omaly ny fitaovana ary haharitra iray volana ny asa.  Toraka izany koa ny lalana ao Ankadilalampotsy mirefy 240 m  izay ezahina hovitaina amin’ny volana  aogositra ny asa…..Na izany aza  anefa dia tsiahivina fa maro koa ireo asa efa  vitan-dRandriamiarisoa Gilbert tao Ankaraobato  raha tsy hilaza afa-tsy ny fanamboarana EPP vaovao  ao Ankadinandriana, ny fanitarana ny biraon’ny kaominina izay lasa nisy efitrano fanaovana mariazy, ny lalana ao Ankadilalampotsy….

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana ben’ny tanànaMody adala, tsy taitra ny mpanao politika…

Afaka 10 andro dia hisokatra ny fandraisana ny antontan-taratasin’ireo hilatsaka hofidiana ben’ny tanàna sy mpanolontsain’ny tanàna, ka ny 03 aogositra no hiafarany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-panjakanaHerinandro tsy misy filoha i Madagasikara

Any Egypte nanomboka tamin’ny lalao ampahavalon-dalan’ny CAN 2019 ny filohan’ny Repoblika Andry Rajoelina ombam-bady aman-janaka. Mbola hijery ny lalao rahampitso alakamisy hariva hiaraka amin’ireo delegasionina andiany faharoa izy.

 

Raha tafakatra amin’ny lalao manasa-dalana ny Barea, dia inoana fa mety mbola hijery sy hanohana azy ireo ny tenany, tahaka izany ihany koa ny famaranana. Ny azo antoka dia tsy misy ny filankevitry ny minisitra, izay rafitra mpanapa-kevitra ambony indrindra eo amin’ny fahefana mpanatanteraka satria ny filoha miaraka amin’ny praiminisitra sy ireo mpikambana ao amin’ny governemanta no manapaka izany. Anisan’ny fanapahan-kevitra heverina fa lehibe raisina ao anatin’izany ny fanendrena ireo mpiasam-panjakana ambony. Mbola miandry izany aloha ny fanendrena ny Tale jeneralin’ny Bianco, Tale jeneralin’ny CNaPS izay sampandraharaha manana ny maha izy azy. Ny olan’ny OTIV BOENY, izay nampanantenaina ireo olona nanana petra-bola efa voarirarira an-taonany maro ka nilazana fa ny 7 jona ny fe-potoana farany tsy nisy fivoarany intsony. Ny resaka vina sy fandaharanasan’ny filoha nambara fony propagandy moa dia efa tsy re tsaika intsony. Tena ilaina sy zava-dehibe ny fanohanan’ny filoha sy ny fanjakana ny ekipam-pirenentsika, izay adidiny rahateo. Tsy midika anefa akory izany hoe: atao ankilabao ny raharaham-pirenena satria any no mety hahazoan’ilay filoha laza politika sy manakona ny tondro mena rehetra amin’ny tsy fahombiazan’ny mpitondra. Toa zary lasa lasitra ho azy sy ny mpitondra tarihiny ny manararao-paty rehefa mivoaka tahaka izao. Herinandro eo ho eo hatrany no lany isak’izay mandeha. Misy minisitra ao anaty governemanta, toy ny minisitry ny fanatanjahantena Tinoka Roberto, dia toa tany Egypta foana hatramin’ny nanombohan’ny CAN 2019, fa fotoana kely fotsiny no nanaovana tsidi-pahitra teto. Etsy an-kilany, hivory amin’io herinandro ho avy io ny antenimieram-pirenena vaovao, izay toa takona tanteraka ka asa ihany koa izay hitranga ao.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote vao voafidySamy miketrika mafy…

Na dia ny talata 16 jolay izao ny fivoriana manokana ireo solombavambahoaka vao voafidy amin` ny handinihin` izy ireo ny ho mpikamban` ny birao maharitra ao amin` ny lapan` Tsimbazaza dia fantatra fa samy mikaondoha avokoa ireo depiote isanisany.

Taorian` ny fanambarana nataon` ireo depiote tsy miankina ny herinandro lasa teo, dia sesilany ny fivoriana ao Tsimbazaza. Marihana fa maherin` ny telopolo izy ireo no milaza fa hanohana ny fotokevin` ny Filoham-pirenena ka manodidina izany no tenaa hiompanan` ny fivoriana. Misy milaza fa fandrika ho an` ny mpitondra ny fisian` ireo depiote avy amin` ny tsy miankina ireo ka tsy maintsy mitady paikady mamafa izany izy ireo. Etsy ankilany, mivory ihany koa ireo depiote IRD. Miainga amin` izany mantsy ny hanoloran` izy ireo ny ho praiministra. Ho tonga any amin` ny tsontsori-mamba isarahana ve izany ny filoha Rajoelina sy ny Praiministra Ntsay Christian, izay niainga tamin` ny hetsiky ny depiote 73 teny amin` ny kinajan` ny 13 mey. Mety mbola ho voatazona fanindroany ve? Tombananana koa ny mety hivohan` ny feo amin` ireo olon` ny IRMAR no tokony hanendrena olon-kafa indray. Etsy andaniny, ao anaty fivoriana ihany koa ireo antoko nahazo seza ao amin` ny Antenimieram-pirenena. Ny antoko Tiako I Madagasikara dia ao anaty fivoriana mikatona tanteraka fa azo antoka fa ny fanamafisana orina ny fanoherana eto amintsika no tena hiompanana izany fivoriana izany. Araka izany, andrasan` ny mpanara-baovao ato anatin` ny herinandro ny tohiny.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanoherana ny hosoka sy halabatoManomana fihaonambe ny “Collectifs des candidats”

Mitohy ny tolona hiadiana amin’ny halabato sy ny hosoka izay ataon’ireo “collectifs des candidats”. Taorian’ny fihaonambe teny amin’ny “Live Hôtel”,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonim-pirenenaMba misy mihaino ihany ve ?

Marobe ny fitakiana fahamarinana mikasika ny fifidianana teto Madagasikara efa nalefa teny anivon’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana na HCC ary tsy vao izao fa saika isak’izay

misy fifidianana eto amin’ny firenena. Taorian’ny taona 2009 no tena hita ho saika tsy mitsahatra fa miteny foana sy mitanisa ireny tsy fahatomombanana ireny ireo fiarahamonim-pirenena. Nitsangana daholo ity karazana rafi-piarahamonim-pirenena ity ary tsy sasatry ny manao atrikasa sy fikaonan-doha ary mamoaka fehin-kevitra anaty boky be an-jatony pejy avy eo saingy hatreto aloha, tsy hita izay voka-tsoany tamin’izay fivoaran’ny tontolom-pifidianana eto amin’ny izay, indrindra moa, fa teo amin’ny lafiny fampandrosoana. Rahampitso izao dia hamoaka fehin-kevitra indray ny avy eo anivon’ny sampana fanaraha-maso ny fifidianana na Safidy saingy ny fanontaniana mipetraka ankehitriny kosa dia hoe hitondra inona indray re ? Moa va mba misy mihaino ihany ny fiarahamonim-pirenena eto Madagasikara sa tena miresaka amin’ny hazo sanatria ?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainam-pirenena, fifidianana..Hanao Kongresy lehibe ny TIM

Hanatanteraka Kongresy lehibe eny amin’ny Magro Tanjombato ny Antoko Tiako I Madagasikara (TIM) tarihin’i Marc Ravalomanana ny zoma 12 sy ny sabotsy 13 jolay izao.

 

 Fanamafisana orina ny antoko, toy ny fanatsarana rafi-pitantanana, fiatrehana ny raharaham-pirenena, famoahana fehin-kevitra lehibe,… no heverina fa hivoitra ao anatin’io. Isaky ny 5 taona ny zaikabem-pirenena araka ny sata mifehy ny antoko TIM. Raha tsiahivina, ny 22-23 mey 2015 no nisian’ny zaikabe farany ho azy ireo. Nisy ny mety fiovana tao anatin’izay 5 taona izay, toy ny fametraham-pialan’ny Sekretera jeneraly ny 6 febroary tamin’ity taona ity, ka nametrahana ny sekretera jeneraly vonjimaika dia ny loholona Ramalason Olga ny 8 aprily 2019 lasa teo. Ny 01 jolay teo ny TIM no nametraka taratasy ofisialy sy nanao fanambarana fa ho mpanohitra. Heverina fa hifandraika amin’ireny ny zaikabe izay hatao, indrindra fiomanana ihany koa amin’ny fifidianana ben’ny tanàna izay ho avy. Marihina fa ny Kongresy no rafitra mpanapa-kevitra ambony, indrindra amin’ny antoko politika. Kihon-dalana lehibe iray ho an’ny TIM sy ny tontolo politika eto Madagasikara noho izany ity Kongresy lehibe ity satria ny TIM no anisan’ny antoko matanjaka eto Madagasikara, izay efa ho 20 taona latsaka kely nijoroana izao.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sicile-ItaliaHakatona ilay ivontoerana mandray mpifindra monina

Nanapa-kevitra ny minisitry ny atitany Italianina, Matteo Salvini, fa hakatona ilay ivontoerana iray mandray mpitsoa-ponenana sy mpifindra monina tao Sicile noho ny fandaniam-bola be loatra.

Io no lehibe indrindra manerana an`i Eoropa. Raha tsiahivina, varavarana iray misokatra ho an`ny vahiny mitsoaka ny taniny ary mihazo an`i Eoropa  ity ivontoerana ao Sicile ity. Teratany afrikanina no tena maro amin`izany ka tsy eken`ny minisitry ny atitany intsony ny fisokafany. Ambentin-dresaka nataony izany satria be loatra ireo mpifindra monina sy mpitsoa-ponena ao Italia araka ny fitakiana ataon`ireo vondrona tsy miankina manohana zon`olombelona kanefa tsy manana asa sy toeram-ponenana ka lasa mirenireny sy mameno tanàna fotsiny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AfghanistanHiala ny tafika Amerikanina

Hanatanteraka fivoriana goavana any Doha any Qatar ireo mpiantsehatra politika afghanina sy amerikanina maro,

 amin`izao fotoana izao,  handinihana ny fampiharana ilay fanapahan-kevitr`i Donald trump amin` ny fialan`ny tafika amerikanina any Afghanistan. Na dia mbola sarotra ny mametra ireo  fepetra rehetra dia efa hita soritra ihany ny tokony hamerana ilay tondrozotra ho fampiharana izany. Ho an`ireo “talibans” kosa, zava-dehibe tokony hodinihana ny fampihenana ireo teknisianina sivily amerikanina miasa ao Afghanistan sy hialan`ny tafika amerikanina amin`izay any an-toerana mialoha ny fanatanterahana ny fifidianana ho filohan`ny Repoblika any Afghanistan izay hotanterahina ny 01 septambra izao. Somary mitovitovy ihany ny hevitra eo amin`ny rehetra fa ny fampiharana izany sisa no hisalasalana. Tsiahivina fa efa tamin`ny taona 2001 no nidiran`ny tafika amerikanina  voalohany tany Afghanistan, izany hoe 18 taona lasa izay.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket Asief AnalamangaHiditra amin’ny andro faha-5

Hiditra amin’ny andro faha-5 sahady ny fifaninanana fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga eo amin’ny taranja basikety karakarain’ny ASIEF « Association Sportive Interministérielle pour l’Entretien des Fonctionnaire » amin’ity faran’ny herinandro hitsahana ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Ampahefa-dalan’ny CAN 2019Betsaka ny herijika handresen’ny Barea

Efa any Le Caire ny Barean’i Madagasikara amin’izao fotoana, manoman-tena fatratra amin’ny ady goavana hatrehina rahampitso alakamisy 11 jolay hifanandrinana amin’ny Aigles de Carthage ekipam-pirenena Tonizianina eo amin’ny dingana ampahefa-dalan’ny CAN 2019 any Egypte.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hijery Barea sy Tonizia amin’ny alakamisy Anio amin’ny 12 ora atoandro ny fara-fisoratana anarana

Ny alakamisy 11 jolay ho avy izao no lalao ampahefa-dalana hifanandrinan’ny Barean’i Madagasikara sy ny Tonizia, lalao izay atao any Cairo ao Caire Ejipta. Efa tonga teto an-tanindrazana afak’omaly ireo mpanohana ny ekipa Malagasy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

CAN Orange Kitra 2019Hiditra amin’ny 1/4-dalana sy 1/2-dalana amin’ny sabotsy

Hiditra amin’ny lalao ampahefa-dalana sy manasa-dalana ihany koa amin’ny sabotsy 13 jolay 2019 ny fifaninanana CAN Orange Kitra 2019 fanafanana ny lalao CAN tontosaina any Egypte izay

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fisian’ny fitoniana ara-politika sy ara-tsosialySakana ho an’ny fandrosoan’i Afrika

Anisan`ny mbola mibahana betsaka mandritra ny fihaonana an-tampony ny Vondrona Afrikanina izay notanterahina tany Niamey Niger ny fitoniana ara-politika sy ara-tsosialy manerana ny kaontinanta afrikanina amin`ny ankapobeny.

 Maro ireo olana sedrain`ny kaontinanta afrikanina amin`izao: ny asa fampirohorohoana, ny adilahy politika, iretsy vahoaka maro miantso fikorontanana toekarena sy ara-tsosialy, ny ady ao Soudan sy Lybia. Ireo dia mbola anisan`ny olana mampikaon-doha an`ireo lehiben`ny governemanta manerana an`i Afrika amin`izao fotoana izao. Nohamafisin`ny filohan’ny Repobika Demokratika Congo, Felix Tsishikedi, nandritra ny fihaonana fa tsy hisy mihitsy ny fampandrosoana sy fandrosoana eto Afrika raha mbola olana ny filaminana sy fitoniana ara-politika sy ara-tsosialy io no mbola mipetraka ka tsy voalamina raha nanome ny heviny izy mahakasika ny fampiharana ny “Zone de libre echange continentale” izay kasaina atao ny taona 2020 ho avy izao.

Marigny A.

 

La Vérité0 partages

Echanges commerciaux - Tanger Med, une référence en Afrique

7 milliards d’euros. Tel est le volume de produits exportés via le port de Tanger Med, aux horizons de l’année 2018. Et le 28 juin dernier, cette infrastructure d’envergure a encore repoussé ses limites avec l’inauguration de la nouvelle extension, Tanger Med 2. Ce qui le place aujourd’hui au rang du plus grand port de la Méditerranée mais aussi du continent africain. Un réel modèle à dupliquer pour booster toute l’économie africaine.En 2003, à l’extrême nord de l’Afrique, sur les côtes marocaines et aux portes de Gibraltar ainsi que de l’Espagne, l’actuel port de Tanger Med n’était qu’un simple port de petits pêcheurs. Une plage toute simple ornée de sable blanc, au bout des grandes lignées de montagnes de la région où l’on pouvait retrouver les bateaux de pêcheurs accoster sur la rive. Toutefois, le Roi Mohammed VI a perçu le grand potentiel stratégique de cette zone, plus particulièrement en termes d’échanges commerciales. C’est pourquoi, la même année, avec une équipe de professionnels, il a initié la construction d’un port de grande envergure répondant aux normes internationales et aux besoins du marché. « Et ce n’était pas seulement un port, une zone industrielle de 16 000 hectares est venue se rattacher au projet pour encourager la venue des investisseurs dans la région », précise le directeur du port de Tanger Med, lors de la journée portes ouvertes du port à tous les membres de la presse en provenance du monde entier.

Tout un avantageAu bout de quatre années, Tanger Med est vite sur pied. Et les investisseurs ont vite afflué comme le grand constructeur automobile Renault, les leaders de la logistique mais aussi du secteur textile à l’exemple d’Adidas. « En tout, le port a généré plus de 7 milliards de recettes en termes d’exportations industrielles, issues de différents secteurs répartis sur 900 entreprises. Avec le guichet unique, le port de Tanger Med forme un tout. Et nous essayons d’offrir les meilleures des conditions en améliorant les autres facteurs de compétitivité en dehors du coût de la main d’œuvre pour favoriser les investissements dans la région », soutient Hassan Akbari, directeur adjoint du port de Tanger Med. Et Julianne M. Furman, directeur général d’Exco en Europe, une entreprise spécialisée dans le design intérieur de l’automobile, est venue confirmer cette version : « Effectivement, les avantages classiques, fiscaux mais aussi fonciers, font partie des raisons de notre implantation à Madagascar. Mais en dehors de cela, nous prenons également en compte la stabilité de la monnaie et la facilitation des échanges commerciaux, sans oublier l’investissement de la population locale dans le travail. Tout cela nous a permis à ce jour d’augmenter nos ressources humaines de 50 à 2 100 collaborateurs en même temps que nos recettes ».Grandes perspectivesLe Maroc a aujourd’hui su exploiter sa localisation stratégique et le mettre en avant dans le but de faire évoluer son économie. Constituant un réel succès pour l’économie du pays, l’extension du port a donc été décidée. Tanger Med 2 est alors la troisième phase de développement du complexe portuaire de Tanger Med, aux côtés de Tanger Med 1 et le port Passagers et Rouliers. En tout cas, les investisseurs restent fidèles à l’exemple du leader mondial Maersk PAM qui développera au port Tanger Med 2 le terminal à conteneurs TC4. Avec ce nouveau port, la capacité du port a triplé, en passant ainsi de 3 millions à 9 millions de conteneurs. Et les installations sont toutes automatisées. « Désormais, étant en contact avec plus de 186 ports dans 77 pays sur les cinq continents, nous voulons renforcer notre position en tant que hub de référence dans la région pour les flux logistiques et le commerce international. Un pas vers l’intégration dans les 20 premières plateformes à l’échelle mondiale », s’enthousiasme le directeur adjoint. Afin de poursuivre sa dynamique, Tanger Med entend même mettre en place un nouveau programme d’investissements de 900 millions d’euros, à l’horizon 2025. Outre cela, l’installation d’un nouveau port aux alentours de la région est également en cours d’étude. Partage d’expériencesAprès l’inauguration de cette nouvelle extension, l’administrateur du port, le Tanger Med Special Agency, a ouvert ses portes aux membres de la presse de tout horizon, d’Est en Ouest, et du Nord au Sud. Effectivement, avec une infrastructure de cette envergure, la communication doit être de taille. Toutefois, c’est aussi une occasion pour les Marocains de partager ses expériences et son expertise en matière d’infrastructures portuaires. Après l’inauguration des infrastructures, les visites ont commencé à s’enchaîner. Pour la délégation malagasy, la visite s’est faite la semaine dernière. La visite a commencé par des rencontres avec les membres de la Direction du port, ainsi que des opérateurs au sein du parc industriel. Pour ensuite enchaîner par la visite des lieux, la presse malagasy a notamment pu découvrir le port dans son ensemble, mais surtout le parc de Renault avec des milliers d’automobiles prêts à l’exportation. Pour Madagascar, le Maroc entend bien l’accompagner dans le développement de ses infrastructures. « Toutefois, nous sommes encore en cours de négociation, donc nous ne pouvons pas dévoiler les détails pour le moment. Mais nous sommes sur la bonne voie », maintient le directeur du port. En tout cas, le modèle de Tanger Med peut être dupliqué dans tout le pays.  

La Vérité0 partages

Quarts de finale de la CAN - Faites attention à vos émotions !

 Ce soir, l’équipe malagasy Barea fera face à celle de la Tunisie, les Aigles de Carthage, en quarts de finale. Un grand événement que le peuple malagasy tout entier attend avec impatience dont le premier sifflet annonçant le coup d’envoi tout comme celui de la fin du match et désignera le vainqueur. Qui continuera l’aventure ?  Les 25 millions de malagasy résidents dans la Grande île et la diaspora espèrent en tout cas que les Barea de Madagascar arrivent à la phase finale de la compétition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. Joie, pleurs et colère seront au programme ce soir et un petit conseil : faites attention à vos émotions ! Effectivement, la CAN n’a pas fait que des heureux, la compétition a causé également du malheur…malheureusement, plusieurs personnes sont mortes  à cause d’émotions fortes dues à la victoire de l’équipe nationale malagasy. Le plus connu est l’ancien député de Madagascar, Harijaona Randriarimalala alias Jaona Elite qui a tiré sa révérence alors qu’il regardait le match à l’Akoor Digue. Victime d’un arrêt cardiaque, l’intervention des médecins n’a pas pu le sauver. Apparemment, d’autres victimes ont également rejoint les firmaments, toujours à l’issue du match qui mettait à l’affiche les Barea et la République Démocratique du Congo. L’Hypertension  Des explications peuvent expliquer la liaison entre l’émotion et l’arrêt cardiaque. En effet, la gestion de l’émotion dépend de chaque individu. L’hypertension, une pathologie cardiovasculaire définie par une pression artérielle trop élevée est une maladie psychosomatique. Cela signifie que des facteurs physiques sont impliqués dans son apparition, tout comme des facteurs mentaux. Cela explique que la relation entre et hypertension est possible. L’hypertension se caractérise par une augmentation de la pression qui pousse le sang contre les parois des artères, au-delà des limites considérées comme normales.

Elle peut ainsi avoir de lourdes conséquences. Dans les cas les plus extrêmes, elle donne lieu à une crise cardiaque ou à un accident vasculaire cérébral. Les professionnels de santé sont également d’accord sur le fait que les facteurs émotionnels ont une influence sur l’augmentation de la pression artérielle. Cependant, une personne ne peut pas se réveiller un bon matin avec un problème de tension artérielle. Soit elle a un antécédent familial ou d’autres facteurs ont favorisé le problème au court de son existence comme l’alcool, le diabète ou encore la cigarette. En effet, une personne savant déjà qu’elle souffre d’hypertension ou qui a déjà un problème de cœur et qui n’a pas suivi à la lettre son traitement est possible d’être victime d’une hypertension menant à l’arrêt du cœur ou à l’AVC. Il est ainsi conseillé, avant de regarder le match, de vérifier la tension artérielle surtout pour les personnes âgées de 40 ans et plus, ainsi que de se tenir calme face à tout ce qui peut se passer durant les 90 minutes de jeu. Cependant, la consultation d’un médecin est recommandée car seul ce dernier peut prescrire un médicament en cas de hausse ou baisse de tension. Après, maîtriser ses émotions dépend de chaque personne et il faut toujours rester calme. Des personnes à risqueSelon une autre étude, en l'absence de toute pathologie, le cœur ne peut pas s'arrêter d'un coup. Même si les émotions ont un impact physiologique indéniable sur notre appareil cardio-vasculaire, engendrant en particulier l'augmentation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, un emballement brutal ne peut en fait être fatal que pour certaines catégories de population à risque. « Chez les sujets jeunes, la mort subite suite à une violente émotion ne concerne que les personnes souffrant d'anomalies électriques du rythme cardiaque, souvent d'origine génétique », précise le docteur Vincent Probst. « En dépit d'un fonctionnement normal de la mécanique du cœur, des défauts structurels des cellules du muscle cardiaque entraînent une arythmie des battements qui peut être mortelle. » Population aussi à risque, les personnes plus âgées sujettes aux risques cardio-vasculaires (hypertension, diabète, cholestérol) et pour lesquelles une contraction soudaine des artères peut provoquer le décollement des plaques d'athérome présentes sur les parois des artères et ainsi obstruer la circulation sanguine pour conduire à l'infarctus. Evénements et   sur le corpsUne autre explication psychologique s’impose également. Selon le docteur Koloina Andrianilaina, psychologue clinicienne, Il est important de garder en tête que les évènements que nous vivons ont des impacts sur notre corps. « En effet, devant un évènement agréable ou désagréable, le corps envoie des signaux, que le cerveau va analyser, ensuite il va donner des réponses adaptées que le corps exécutera. Par exemple, en regardant un match de football, le corps est sous tension devant le suspense et n’arrête pas d’envoyer des messages vers le cerveau émotionnel appelé aussi système limbique. A ces alertes d’urgence, l’amygdale et l’hypophyse envoient des messages pour libérer les hormones du stress : le cortisol et l’adrénaline. Ces derniers nous tiennent en haleine, pour focaliser l’attention, mobiliser le corps pour réagir avec l’augmentation des composés chimiques excitateurs (neurotransmetteurs) », explique-t-elle durant une interview. Ainsi, si cet état est bref, le corps arrive à se réguler de lui-même et ne dépasse pas la fenêtre de tolérance. Et lui de continuer, « Cependant, un match de football peut durer près de deux heures. Le corps reste donc toujours sous tension et on peut noter un excès d’adrénaline qui est un excitateur. Nous observons une accélération cardiaque continue, et l’afflux de masse sanguine. Ces excès favorisent le débordement du seuil de tolérance et peut provoquer la mort ». Par ailleurs, selon toujours les explications du médecin, il faut également penser aux autres facteurs de risque comme les éléments internes : conflits, situations perturbantes qui fragilisent le système, et les éléments externes : alcool, boissons gazeuses, autres excitants qui rendent encore plus difficile le travail du corps pour se calmer. Comme conseil, le médecin incite, avant de se soumettre à une longue tension comme un match de football, de se préparer en habituant le cœur à se réguler avec des exercices de respiration et de relaxation comme la cohérence cardiaque. Ainsi, même devant une situation de tension, le corps cherche automatiquement à retrouver la cohérence de confort, et laisser l’ocytocine (hormone du bien-être) faire sa mission : réguler le reste du corps. Le plus important, c’est de rester attentif à la réaction du corps et d’essayer de prendre de la distance quand on sent que l’on est proche de notre seuil de tolérance. Pour le match de ce soir, mais également pour les prochains matchs à venir et divers événements qui vont arriver, ne pas prendre de boissons alcoolisées, ni celles gazeuses ni froides. Il est conseillé de boire de l’eau chaude et rester calme, mais surtout apprécier le match est la meilleure façon d’y prendre plaisir et éviter les incidents. Alefa Barea !Recueillis par Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

L’âpre bataille

  Le combat se poursuit. Parmi les huit équipes ayant obtenu le ticket pour les huitièmes de finale de la CAN 2019, Barea de Madagascar rencontre en cette fin d’après-midi les Aigles de Carthage de la Tunisie au stade de l’Académie Militaire du Caire. Ce sera sans doute un combat ouvert ou une bataille rangée sans complaisance. Si les aigles sont les rois des airs, les zébus sont les maîtres sur terre, du terroir tandis que les requins blancs des océans. Alors, aigles et zébus, deux espèces animales réputées pour leur combativité voire leur ténacité, vont s’affronter. Le vainqueur ira en demi-finale ! Sur le tableau des palmarès, les Aigles de Carthage sont les mieux lotis. Ils n’ont rien à envier des grandes équipes africaines. La première participation de la Tunisie en phase finale de la CAN remontait en 1962. Depuis, elle a été qualifiée 18 fois et sacrée championne en 2004. De même pour le CHAN, la Tunisie se qualifiait deux fois et sacrée championne une fois, en 2011. Sur le plan mondial, l’équipe tunisienne a été qualifiée 5 fois en phases finales. Donc, les Aigles de Carthage ont derrière eux un riche tableau de palmarès. C’est une équipe habituée aux grandes compétitions continentales voire internationales ou mondiales. Certainement, elle fait figure de favorite dans cette CAN 2019 en Egypte. Pour leur part, les Barea de Madagascar n’ont pas grand-chose à étaler en termes de gloires. Parmi les outsiders de la compétition, les Barea appartiennent au  club des « novices » de la CAN 2019. D’aucuns n’ignorent que c’est la toute première participation de Madagascar dans les phases finales de la CAN, valable à toutes phases finales internationales du ballon rond. Ainsi avec un tableau de titres ou de médailles

…vierge ou blanc, les Barea de Madagascar font partie des équipes « sans grades » en Egypte. Cependant, selon Jean-Marie Nzekoue, un des rares auteurs qui se hasardent sur le sport africain notamment le football qui a publié en 2011 aux éditions L’Harmattan un livre s’intitulant « L’aventure mondiale du football africain », il affirme que « le football international est en train de vivre une mutation ». Et lui de signifier que « fini, apparemment, le règne des équipes à vedettes ou des formations nationales inamovibles. De ce fait, tout le monde et surtout les meilleurs peuvent être ébranlés par n’importe quelle équipe. Et le football retrouve peu à peu une de ses valeurs essentielles, à savoir « le collectif ». A priori, il n’y a plus de novices ou de capés. Tout le monde joue sur le même pied d’égalité avec la chance de réussir. En tout état de fait, les Barea se sentent prêts d’affronter les Aigles. Sans complexes ni fioritures, les éléments de Faneva Ima affichent leur détermination à écraser tout sur leur passage. Les supporters, de leur côté, manifestent leur soutien sans faille et encouragent toujours les Barea à aller de l’avant « Alefa Barea » ! Et l’Etat par le biais de son Chef, Rajoelina Andry Nirina, toujours prêt à épauler notre Onze national, fait part de sa volonté à rééditer « l’aventure » du match précédent en affrétant des vols spéciaux pour le Caire.Alefa Barea, l’âpre bataille n’écornera jamais chez nous la rage de vaincre.

La Vérité0 partages

Barea de Madagascar - Que le rêve se prolonge !

« Mais jusqu’où vont-ils s’arrêter ces Barea ? », s’exclamait un commentateur d’une chaîne cryptée quand la sélection nationale malagasy marquait son second but face au Nigeria à la dernière journée des matchs de groupe de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. A la suite de cette victoire qui les place en tête du groupe B et les qualifie à la grande surprise générale en huitièmes de finales, les Barea de Madagascar continuaient leur route par un autre succès devant la RD Congo.  Quart de finaliste, l’équipe malagasy figure parmi les huit meilleures de la compétition. La question lancée par le commentateur demeure jusqu’à ce jour sans réponse. Pour leur part, les joueurs malagasy ne se mettent pas de pression et affirment prendre du plaisir à chaque sortie. « On gère chaque match sans se focaliser sur un objectif. On donne toujours le maximum pour nos supporteurs et le peuple malagasy. Le reste c’est du bonus », a déclaré Faneva Ima à l’issue de la rencontre gagnée face à la RD Congo. Des propos épousés par ses coéquipiers et auxquels ses compatriotes adhèrent complétement. Ces derniers, dont la plupart n’ont imaginé un seul instant que leur sélection nationale réalise un si beau parcours, commencent à rêver. « Avec cette formation sensationnelle qui semble trouver son appétit en mangeant, tous les rêves sont désormais permis », lance un quadragénaire qui avoue que la qualification en huitièmes de finale des Barea lui a déjà procuré du bonheur. « Pour un essai, cette étape m’a déjà rendu fier de mon équipe et de ma nation. Aujourd’hui, tous les médias internationaux parlent en bien de Madagascar et traitent autrement les Barea », renchérit un autre. Lui qui souhaite à ce que la bande à Ilaimaharitra Marco continue sa route. Et les derniers sondages des internautes publiés par cette chaîne cryptée, plaçant Madagascar parmi les trois potentiels vainqueurs de la CAN, rendent encore plus fous les malagasy, adeptes ou non du ballon rond. Bien que la Tunisie, l’équipe adverse du jour, soit loin d’être la première venue dans la compétition et en plus truffée de joueurs capés, athlétiques, techniciens et évoluant dans les grands championnats européens, le peuple malagasy n’en a cure.  Lui qui veut vivre et profiter de ce rêve, demande à sa sélection nationale de le prolonger le plus longtemps possible….

 La Rédaction616 supporters vont aller soutenir les Barea en Egypte Les supporters malagasy seront de nouveau massivement présents dans les gradins du Stade Al Salam au Caire pour soutenir l’équipe nationale de football malagasy. 145 supporters de plus que lors du précédent match feront le déplacement pour ce match des quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. 471 étaient partis en Egypte pour le match contre la République démocratique du Congo. Cette fois-ci, selon les indications, 616 supporters ont composté leurs billets pour se rendre en Egypte, afin d’assister au match opposant les Barea malagasy aux Aigles de Carthage tunisiens. Comme annoncé par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, deux avions de supporters ont été affrétés pour transporter ceux qui veulent soutenir les Barea à ce match. Sauf changement de dernière minute, la première vague, comprenant 300 supporters, s’est envolée hier dans la nuit pour la capitale égyptienne. La deuxième vague de supporters, comprenant donc 316 personnes, s’envolera ce matin. Ce contingent s’ajoutera aux nombreux supporters du Onze national, déjà sur place. Le Président de la République Andry Rajoelina et sa famille seront une nouvelle fois les premiers supporters des Barea dans le Stade. L’on s’attend à ce que l’ambiance soit encore plus chaude que lors du match précédent au Stade de Le Caire. Lors du match précédent au Stade d'Alexandrie, face à la RDC, les 471 supporters malagasy ont véritablement répondu présent et mis une sacrée ambiance tout au long de la rencontre. Véritable 12ème homme, le public malagasy a donné de la voix dans ce match Madagascar-RDC, et ce, malgré la fatigue engendrée par les heures de vol et le transfert en automobile vers Alexandrie dans la foulée du débarquement qui avait eu lieu dans la matinée du match. Dès le coup d’envoi, le public malagasy, installé en face de la tribune officielle, a vibré avec une ferveur folle. Accompagnés par des musiciens de la fanfare militaire, les supporters ont scandé deschants et fait résonner les vuvuzelas. Dans une ambiance bon enfant, les supporters hurlaient de concert pour manifester leur identité malagasy.

La Vérité0 partages

Construction Illicite à Alarobia - Un actuel député débouté par le Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat a tranché. Le chantier de construction « illicite » à Alarobia appartenant à un actuel député affirmant être très proche du régime actuel doit être fermé.  Pour comprendre l’histoire il faut remonter à la mi-avril dernier. La Police de l’Aménagement du territoire avait constaté une construction illicite à Alarobia, sur un terrain ayant appartenu  au ministère des Travaux publics d’avant. Le rapport de descente établi le 30 avril 2019 mentionne la constatation d’une construction « sans permis de construire dans l’enceinte dudit terrain ». De ce fait, il a été établi l’arrêté 036 – 2019 du 30 avril 2019 portant arrêt des travaux du chantier de la Construction à Alarobia pour cause d’infraction. « La décision d’arrêt de travaux est justifiée la constatation de construction illicite pour défaut de permis de construire. L’obtention du permis de construire a été refusée par la Commune urbaine d’Antananarivo car le terrain n’appartient pas à l’initiateur de la construction. Ledit terrain selon le dernier Certificat de situation juridique émis par les services des Domaines appartient à la Société GOTAM SIC », précise une voix autorisée.  Suite à la non-observation de cet arrêté, le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics a établi un nouvel arrêté, 11 251/2019 du 03 juin 2019, portant fermeture et scellage du chantier la construction à Alarobia, Commune Urbaine, selon les explications.

Le parlementaire propriétaire du chantier a de suite déposé auprès du Conseil d’Etat une requête de sursis à exécution et annulation de cet arrêté. Hier, le Conseil d’Etat, par son délibéré de l’audience, a décidé le rejet de ladite requête. Une décision du Conseil d’Etat qui est « irrévocable et sans recours par rapport à l’arrêté en question », précise notre source. Il est intéressant de noter que l’Etat dans cette affaire a été représenté par la direction de la législation et des contentieux de la Primature, appuyé par la direction des affaires juridiques du MAHTP. La vague de dénigrement actuel menée par le parlementaire en question, contre le ministre de l’Aménagement du territoire, de l’habitat et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, serait, pour beaucoup d’observateurs, causée par ce contentieux. Ce député élu à Antananarivo supporte visiblement mal la politique de fermeté du ministère contre toutes les irrégularités… Notons qu’une requête de réserve a été déposée au tribunal par le MAHTP le 02 juillet 2019 aux fins de bris de scellé. D’après certaines informations, un bris de scellés sur les lieux de la construction illicite aurait été constaté. Affaire à suivre.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

OMACI : Pas d’atteinte aux droits acquis

L’ordonnance portant abrogation totale de la loi sur la Politique nationale du cinéma et de l’image animée, a été déclarée conforme à la Constitution par la HCC. « Sous les réserves énoncées aux considérants 8 et 10 » par le juge constitutionnel, qui a fait savoir que « l’OMACI étant un établissement public à caractère industriel, l’abrogation opérée ne doit pas porter atteinte aux droits acquis, aux situations juridiques établies et aux rapports juridiques formés antérieurement ; qu’elle ne doit pas bouleverser l’équilibre des conventions légalement déjà conclues ».

Temporaire. La HCC de considérer également que « l’OMACI, seul organisme étatique revêtu d’une mission gouvernementale de réglementer et de soutenir le secteur du cinéma et de l’image animée, pour la protection des intérêts tant publics que privés, et pour satisfaire les exigences de la sécurité juridique, l’élaboration et l’adoption de ce nouveau texte s’avèrent ainsi primordiales ; que l’autorité effective et exclusive du Ministère en charge de la Culture ne peut avoir qu’un caractère temporaire ; qu’il appartient à l’autorité compétente d’élaborer, dans les meilleurs délais, une nouvelle loi régissant le secteur du cinéma et de l’image animée. »

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara0 partages

JIOI – Sports paralympiques : Quinze athlètes en quête de médailles d’or

Le deuxième et dernier regroupement va bon train pour les athlètes de sports paralympiques qui défendront les couleurs malgaches aux Jeux des Iles de l’Océan Indien. Ils sont fin prêts à arracher les médailles d’or à Maurice.Ils sont quinze athlètes à défendre l’honneur de la Grande Ile aux JIOI, dans les sports paralympiques. Douze sont engagés pour l’athlétisme et les trois autres pour la natation. Ces derniers suivent leur entraînement à Toamasina. Les membres de la fédération, ou « Madagascar Paralympic Comittee » (MPC), ont présenté officiellement ces athlètes devant la presse, hier, au Stade d’Alarobia. Le président, Monja Dinard a expliqué les démarches de leur dernière ligne droite d’entraînement. « Plus qu’à attendre la date du départ pour Maurice. Le dernier regroupement a très bien fonctionné seul un athlète a attrapé la typhoïde et est en convalescence pour 15 jours. Le niveau technique s’est amélioré et nous ne sommes pas loin des médailles d’or, par rapport aux Iles voisines », a-t-il dit. Ces athlètes résident actuellement au Mada Hotel By-Pass.

Ainsi, il a expliqué que le programme de la fédération pour le deuxième semestre de la saison sera marqué par une vague de sortie à l’étranger. Cela commencera au mois de septembre par un séminaire pour les chefs de mission à Tokyo, à l’occasion de la préparation des Jeux Olympiques. Ensuite, une formation sur les renforcements des capacités organisationnelles se déroulera à Johannesburg, avec les « Comittee Federation Africa » du 3 au 5 octobre. Il y a également une assemblée générale internationale paralympique, avec la célébration du 50e anniversaire de l’IPC (International Paralympic Comittee), et enfin une formation sur la psychologie au Cameroun, du 29 octobre au 2 novembre de cette année. Au début de 2020, des athlètes malgaches disputeront les Jeux Paralympiques Africains au Maroc, qui seront également une qualification aux J.O de 2020.

« Le MPC collabore avec Boogi’s Solidarity pour l’accomplissement de ces projets. L’association, qui a pour mission de développer le domaine social, culturel et bien évidement de promouvoir le sport pour les personnes handicapées, présidée par Raoul Patrice », selon encore ses explications. Entre autres, Madagascar accueillera le tournoi régional de la Coupe des Clubs de l’Océan Indien, pendant la semaine du 3 décembre 2019. De  retour aux JIOI, les athlètes se prépareront avant tout, au sommet national de Toamasina du 19 au 22 septembre.

Sur un autre sujet, Madagascar est désormais membre de l’ONG « Special Olympics », qui s’occupe des aliénés mentaux, dirigée par le président du MPC lui même. Grâce à cette ONG, quatre athlètes malgaches ont pu disputer les Jeux mondiaux de Dubaï cette année. Ils sont rentrés avec deux médailles d’or et une médaille d’argent.

Manjato Razafy

Liste des athlètes  

Dames : Crasela Todiasoa (Intellectuel) 100 m/Saut en longueur, Iary Françoise Ranahamaharo (Intellectuel) Lancer de Poids, Aurélie Faravavy (Aveugle) 100m, Nancy Andrianirindra (Sourde) 200m, Njakatiana Miarimbola (Sourde) saut en longueur , Lovasoa Rakotoniaina (Physique) 1500m sur fauteuil

Hommes : Edouard Nambinintsoa (Intellectuel) 100 m/Saut en longueur, Tahinarivo Razafindrabe Mahabe (Intellectuel), Lancer de Poids, Zefirin Tsimazava (Aveugle) 100m , Nambinina Rakotoniaina (Sourd) 200m, Fredom Rakotomanana (Sourd) saut en longueur , Siperien Dovique (Physique) 1500m sur fauteuil

Liste des nageurs

Dames : Hevensoa Razanamahefa (Sourde) 50m NL

Hommes : Mahefa Randrianarivelojaona (Physique) 50 m NL, Elvis Ramambazafy (Intellectuel) 50m NL

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité alimentaire : S’inspirer de l’expérience sud-coréenne

Dans les années 1960, la Corée du Sud a vécu ce que Madagascar traverse aujourd’hui en matière d’insécurité alimentaire, mais le pays a pu s’en sortir.

La Grande île pourrait-elle s’inspirer de l’expérience sud-coréenne en matière de lutte contre la malnutrition et la sécurité alimentaire ? Il y a lieu de le penser. Au début de ce mois, une délégation sud-coréenne, composée de l’ambassadeur en personne, des représentants de l’Agence de coopération internationale de la Corée du Sud (KOICA), des experts en nutrition, ainsi que des représentants du Programme Alimentaire Mondial (PAM), a effectué une visite dans le Grand Sud de Madagascar, et a constaté de visu les réalités sur place, notamment à Ampanihy, Fotadrevo et Itampolo, en matière de malnutrition aussi bien chronique qu’aiguë. Cette visite a permis d’évaluer les besoins énormes de la population dans ces localités, et des appuis possibles que pourrait apporter la Corée du Sud et son agence d’appui KOICA. La mise sur pied d’un futur projet, dont la mise en œuvre sera confiée au PAM, est ainsi envisageable.

Un projet avant la fin de l’année. Lundi dernier, une rencontre entre l’ambassadeur de la République de Corée, Lim Sang-Woo, le coordonateur national de l’Office national de nutrition (ONN), le Dr Lucie Solofonirina et le représentant du PAM, Moumini Ouedraogo, est sans doute les prémices d’une prochaine collaboration. « Un rapport complet de cette visite permettra de voir comment renforcer la capacité de l’ONN et du PAM pour améliorer la situation en matière de nutrition dans le Grand Sud de Madagascar. Nous espérons finaliser ces études et démarrer un projet avant la fin de l’année », a affirmé l’ambassadeur de la République de Corée, Lim Sang-Woo. Pour sa part le coordonateur national de l’ONN, fait mention de l’expérience sud-coréenne en matière d’insécurité alimentaire et de malnutrition. Expérience partagée par l’ambassadeur sur la situation vécue dans les années 1960 par la Corée du Sud, similaire à l’actuelle situation malgache, mais que la Corée du Sud a su dépasser depuis longtemps. « Actuellement, nous travaillons sur les voies et moyens permettant de mettre en œuvre une stratégie durable qui permettra d’éliminer la malnutrition chronique. Car actuellement, la malnutrition aigüe sévère regagne du terrain et nous ne faisons que gérer des poches de malnutrition aiguë  sévère, localisées dans le Sud-Est et le Grand Sud, où la sécheresse et l’invasion de la chenille légionnaire n’ont pas arrangé les choses. Maintenant, il est temps de réaliser quelque chose de durable », a-t-elle affirmé.

Prendre le mal à la racine. Présent dans le Sud et dans les zones les plus reculées depuis des années, le PAM connaît les réalités du terrain. « Nous espérons pouvoir nous attaquer à la racine du mal, à savoir la prévention de la malnutrition, qui n’est pas seulement un problème d’accès à la nourriture, mais également tout ce qui touche la santé et l’hygiène », a affirmé Moumini Ouedraogo, représentant du PAM à Madagascar. L’engagement de la Corée est ainsi venu au bon moment, s’agissant de l’appui financier. Les impacts de la malnutrition chronique étant irréversibles, notamment le retard de croissance et les difficultés au niveau cognitif qui ont des répercussions sur l’apprentissage et les résultats scolaires, ainsi qu’à la productivité à l’âge adulte, il est maintenant question « d’éviter que les nouvelles générations ne tombent pas dans la même situation », conclut le représentant du PAM. En d’autres termes, le vrai défi est la prévention et pas uniquement les ripostes à la situation actuelle, dont les impacts sont déjà irréversibles pour les enfants souffrant de malnutrition chronique.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

AUTOUR DE LA CAN : Reprise de l’entraînement sur terrain

Vingt-quatre heures après leur arrivée à Alexandrie, où ils vont disputer la rencontre des quarts de finale de la CAN 2019 contre les Aigles de Carthage de la Tunisie, les Barea ont repris les entraînements sur terrain. Après la séance en salle dans la matinée, la bande à Ibrahim Amada s’est entraînée sur la pelouse du ENPPI Soccer, en fin d’après-midi. Aujourd’hui, ils vont effectuer leur dernière séance d’entraînement d’avant-match.

 

 

L’arbitrage vidéo (VAR) en action

A partir de ce jour, et ce jusqu’à la finale du 19 juillet, l’arbitrage vidéo, plus connu sous l’appellation VAR, fera son apparition. « Tout le matériel a été réceptionné, les essais ont commencé. La VAR nécessite non seulement du matériel mais aussi de l’expertise. Nous sommes en phase aujourd’hui avec tout l’arbitrage africain pour mettre en place des formations,  afin que ces arbitres puissent être homologués VAR à l’international », a fait savoir le Secrétaire général de la CAF, Moaz Hajji. Hier, les joueurs et tout le staff technique étaient en réunion avec un arbitre de la CAF pour des explications  sur la VAR.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Prévalence de l’obésité : Un taux de 1% chez les enfants de moins de cinq ans

Les enfants de moins de dix mois seraient les plus concernés par l’obésité infantile.

Le nombre exact d’enfants de moins de cinq ans qualifiés d’obèses devrait attendre les résultats officiels du troisième Recensement Général de la Population et de l’Habitat, ou RGPH3.

Le rapport MICS, « Multiple Indicateurs Cluster Survey », traduit en français par Enquêtes en grappes à indicateurs multiples, dépeint une situation inquiétante de l’obésité chez les enfants malgaches. Ladite enquête, réalisée en 2018 par l’INSTAT, l’Institut National de la Statistique, définit la santé nutritionnelle des enfants de moins de cinq ans à Madagascar suivant quatre niveaux différents. Entre autres, le retard de croissance, l’émaciation, l’insuffisance pondérale et l’obésité. Pour cette dernière, la situation serait inquiétante, si l’on se réfère aux explications de Marius Randriamanambintsoa, coordonnateur technique de l’enquête MICS. « Les statistiques tournent autour des 1%, et cela paraît moindre. Le fait toutefois est là. Aussi négligeables que soient les proportions, l’obésité atteint de nombreux enfants malgaches. Et nous savons qu’obésité ne rime pas avec bonne santé », note notre interlocuteur. Ce dernier d’ajouter que « 0,3% des cas d’obésité chez les enfants de moins de cinq ans sont qualifiés de sévères ».

Répartition. Les enquêtes MICS ont également démontré que les régions Analamanga, Bongolava et Diana sont ex-æquo statistiquement. Lesdites régions ayant un taux de prévalence d’obésité modéré et sévère identique de 3%. Les données des enquêtes en question démontrent également que les régions Androy, SAVA et Betsiboka ne présentent pas des cas d’obésité. Il conviendrait toutefois de noter que le nombre de cas diminue avec l’âge des enfants. Les chiffres diminuant à partir de cinq mois, si l’on se réfère au graphe détaillant « le pourcentage d’enfants souffrant d’insuffisance pondérale, de retard de croissance, d’émaciation et d’obésité selon l’âge en mois » des enquêtes MICS. L’obésité paraît minime par rapport aux cas de malnutrition qui touchent de nombreuses régions du pays. Les’impacts  sur la santé, aussi bien des enfants que des adultes qu’ils deviendront, ne sont toutefois pas à démontrer. Constituant un outil d’aide à la décision, les données recueillies dans les enquêtes de ce type devraient permettre de faciliter le cadrage des initiatives et des actions de tous les acteurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Militaire disparu à Miandrivazo : Retrouvé indemne après une semaine de galère dans la jungle

Disparu lors d’un accrochage avec des « dahalo » dans le district de Miandrivazo la semaine dernière, un militaire a été retrouvé le lundi 08 juillet, après une semaine de galère. Faisant partie des militaires en mission d’opération de pacification dans la région Sud-Ouest, il a participé avec des membres du fokonolona, et six autres militaires, à la poursuite d’un troupeau de bovidés volés par près des 80 bandits, dans la commune rurale de Betsipolotra. Un affrontement a alors eu lieu entre les poursuivants et les braconniers, dans un endroit isolé de la localité. Durant cet affrontement, le militaire s’est éloigné de ses collègues, qui s’étaient également égarés sur ce terrain hostile. Suite à cette disparition, un hélicoptère a été envoyé sur place pour effectuer la recherche. Le ratissage du lieu a permis de récupérer six militaires. Mais, un homme est resté introuvable, avec son arme, et ce malgré l’appel à la collaboration de tous les habitants. Une information annonçant sa réapparition, auprès d’un chef de fokontany, est parvenue auprès des autorités de la région. Totalement épuisé, Il est venu voir le chef de fokontany pour demander secours, en se plaignant de n’avoir pas eu de quoi manger pendant le temps où il était égaré. Il a affirmé avoir fait plusieurs kilomètres pour rejoindre ce village, faute de matériel de communication. Son téléphone portable serait tombé dans un gouffre lors de l’affrontement avec les « dahalo ». Malgré tout, il est revenu avec son arme. Puisque les malfaiteurs ont réussi à s’échapper avec leurs butins, la poursuite menée par les forces de l’ordre continue.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Famotsiana omby halatra, misy tompon’andraikitra ambony voarohirohy

Tambajotra iray matanjaka mihitsy ny resaka halatr’omby. Efa iarahan’ny rehetra mahalala izany ! Tsy mijanona fotsiny ihany amin’ireo dahalo mpanafika sy mpangalatr’omby, fa mbola mitohy hatrany amin’ireo dahalo ambony latabatra ; izay mpanadio ireo omby halatra amin’ny alalan’ny taratasy famotsiana izany. Fantatra ary izao, araka ny fampitam-baovao avy tamin’ny zandary, fa misy tompon’andraikitra voarohirohy sy voasaringotra amin’izany raharaha izany, hanaovana fanadihadiana amin’izao.

Raha ny loharanom-baovao hatrany, dia niainga tamina fahatraran’ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Andriadampy, distrika Betroka, dahalo dimy lahy ny raharaha. Tsy fanafihana akory no nitranga teto fa nalain’ireo olon-dratsy moramora tao am-bala ny omby. Niantso vonjy avy hatrany tamin’ny zandary ireo fokonolona ka nanomboka teo ny fanarahan-dia. Tsy ela dia hita ny omby ary tra-tehaka ireo dahalo. Natao ny famotorana azy ireo ary dia natolotra ny Fampanoavana taorian’izay. Raha ny voalaza hatrany, tamin’ny fotoana nahatrarana ireto olon-dratsy ireto dia nahitàna taratasin’ omby efa vonona tany amin’izy ireo. Mazava ho azy fa antonta-taratasy nokasaina hanadiovana ireo omby halatra ; izay vao avy nangalarina. Misy sonia sy fitomboka tompon’andraikitra ambony ireo antonta-taratasy ka nahafahan’ny teo anivon’ny zandary nilaza fa voasaringotra amin’izany tranga izany ireo na ilay tompon’andraikitra. Tsy mbola nisy aloha hatreto fisamborana, hoy ny vaovao noho ilay/ireo olona voalaza, tsy eo amin’ny fari-piadidian’ny zandary any Betroka. Na izany aza efa mandeha ny fanadihadiana lalina sy ny fangatahana fahazoan-dalana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

La ZLEC, une chance : pour le continent africain

La fièvre des Barea n’est pas près de retomber et elle prend même de plus en plus d’ampleur. Mais elle ne doit pas occulter la nouvelle de la création de la zone de libre échange continentale africaine ou ZLECA qui permet à notre continent de se doter d’un instrument économique puissant. La décision prise est cruciale,  le processus de mise en place risque d’être très long, mais la volonté des dirigeants politiques est réelle ; et à terme, elle fera entrer l’Afrique dans le cercle des grandes puissances économiques.

La ZLEC, une chance : pour le continent africain

La décision de création de cette zone de libre échange africaine a été prise en janvier 2012 lors de la 18e session de la conférence de l’ Union africaine. Le processus de négociation est lancé en juin 2015 à Johannesbourg. La feuille de route est alors tracée. Les forums se succèdent. Le 21 mars 2018, 44 pays deviennent signataires lors d’un sommet à Kigali. D’autres nations qui avaient d’abord manifesté des réticences les rejoignent. Il s’git du Nigeria, du Burundi, de l’Erythrée, de la Namibie et de la Sierra Leone. Le 07 juillet 2019, le nombre de pays signataires atteint le chiffre de 54. Le lancement officiel a donc eu lieu le 7 juillet à Niamey lors du sommet de l’Union africaine. Cette ZLEZC ouvre des possibilités commerciales importantes car elle s’étendra sur un marché de 1,2 milliard de personnes. C’est sera la plus grande zone de libre échange du monde. Elle devrait permettre une accélération de l’industrialisation des pays qui la composent. Les droits de douane à l’intérieur de la zone seront progressivement éliminés. Comme nous le disions plus haut, le processus de mise en place devrait être assez long car des obstacles doivent être surmontés Les liens économiques avec les partenaires économiques européens, asiatiques ou américains noués par les différents pays sont des freins à  la mise en place. Madagascar fait partie de ceux là. Mais le cours de l’histoire ne peut pas être changé, la volonté politique finira par l’emporter.

Patrice RABE;

Midi Madagasikara0 partages

Importation des biens : Perception d’un acompte prévisionnel en matière d’impôt sur les revenus et d...

La DGI, la douane et Gasynet ont informé les opérateurs sur l’acompte prévisionnel en IR et IS.

Les efforts de bonne gestion des finances publiques se poursuivent au sein du ministère de l’Economie et des Finances. Et ce, en vue de renflouer davantage les caisses de l’Etat.

Plus particulièrement au niveau de la Direction Générale des Impôts, qui vient de mettre en place un système de lutte contre les fraudes.

Modalités

La DGI vient, en effet, de mettre en place un acompte prévisionnel de 2% en matière d’impôt sur les revenus et d’impôt synthétique sur les importations des biens. Cette mesure fait suite à la décision n° 06 MEF/SG/DGI/DGD, en date du 12 juin 2019, portant application des dispositions des articles 01.0115 et 01.02.6, du Code Générale des Impôts. Sont concernées par cette imposition les personnes morales, ou les personnes physiques immatriculées, effectuant des importations de biens. Alors que les contribuables bénéficiant d’un régime fiscal particulier ou préférentiel à Madagascar sont exclus de cette nouvelle taxation. En ce qui concerne les modalités de perception, l’acompte de 2% est appliqué sur la valeur en douanes des biens importés, avant enlèvement ou au moment de l’apurement des droits et taxes à l’importation, pour les bénéficiaires de régime économique. L’acompte est perçu par les services de la douane, sans limitation ni plafonnement. Il est non constitutif de coût des biens importés ou charge déductible en matière d’IR ou d’IS. L’acompte ne peut également pas faire l’objet de suspension, quelle que soit la situation du contribuable au regard de l’IR ou de l’IS.

Transparence

Dans le cadre de l’application de cet acompte prévisionnel, la Direction Générale des Impôts et la Direction Générale des Douanes a réuni, hier, les transitaires et les importateurs, lors d’une séance qui s’est déroulée dans les locaux de Gasynet à Andraharo. Une occasion de démontrer dans la pratique que la transparence est de mise en matière de perception de droits, d’impôts et taxes. « Cet acompte de 2% n’est pas à proprement parlé une charge supplémentaire, parce qu’il est déductible sur les impôts sur les revenus et sur l’impôt synthétique », a expliqué le DGI, Germain. En fait, il s’agit d’une mesure de prévention de fraudes fiscales. Faut-il en effet préciser qu’il a toujours existé des importateurs, qui commencent une activité et qui disparaissent au bout de quelques temps, sans payer l’IR ou l’IS sur les opérations qu’ils ont réalisées. Selon d’ailleurs le DG des Impôts, les fraudes fiscales pratiquées sur les importations font perdre au fisc des milliards d’ariary de recettes fiscales. D’où la création de cet acompte de 2% qui fait dorénavant partie des conditions d’enlèvement des marchandises à dédouaner. En somme, avant de pouvoir enlever les marchandises, l’importateur doit s’acquitter de cet acompte prévisionnel de 2%.

Tradenet

Comme la mise en place de ce nouveau système de taxation pose des problèmes techniques, le but de la réunion d’hier était justement de rechercher les meilleurs moyens pour éviter les complications, notamment pour les transitaires. Ainsi, dans un premier temps, la DGI accepte une caution bancaire qui peut faire office d’engagement de paiement et permettre ainsi, l’enlèvement des marchandises. Mais la solution à long terme reposera sur l’intégration du paiement de l’acompte dans le système de Gasynet. Bref, il s’agira de dématérialiser le paiement de l’acompte, comme le fait déjà la douane avec les systèmes MIDAC et Tradenet de Gasynet, qui disposent déjà de plusieurs années d’expérience et de pratique en la matière. En tout cas, les transitaires et les importateurs qui ont participé à la séance d’hier ont fait état de leur satisfaction quant à la démarche de consultation entreprise par la DGI et Gasynet.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Programme DEFIS – OIT : Construction de 800 km de pistes via HIMO

Le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, via le programme DEFIS ou programme de développement des filières agricoles inclusives, a adopté l’approche de pôle de production, couplé avec le système d’agrégation agricole, afin d’assurer l’émergence économique, commerciale et industrielle. Pour ce faire, la mise en place des infrastructures structurantes s’impose. Raison pour laquelle ce département ministériel vient de signer une convention de collaboration avec l’Organisation Internationale du Travail, pour la construction de 800km de pistes, par le biais du système HIMO (Haute Intensité de Main d’œuvre) structuré. L’enjeu majeur de cette collaboration entre les deux parties consiste à construire des infrastructures routières rurales, selon les normes requises en y intégrant, entre autres, les mesures d’adaptation aux impacts du changement climatique, comme les crues et les inondations.

Expertise reconnue. Cela permettra de créer des emplois pour les jeunes, issus des communautés locales qui, elles mêmes, seront en même temps impliquées dans le système d’entretien de ces infrastructures, pour assurer la durabilité de celles-ci. Notons que l’OIT dispose d’une longue expérience et d’une expertise largement reconnue en matière d’approche et de technique HIMO, structurée dans les investissements en infrastructures rurales. A Madagascar, cette organisation a connu de nombreuses réalisations, à travers plusieurs projets exécutés dans les régions d’Analamanga, Vakinankaratra, Boeny, Atsimo Atsinanana et Anosy. Dans le cadre de cette collaboration, l’OIT et le programme DEFIS du ministère en charge de l’Agriculture, vont opérer dans huit régions. Ce sont les zones d’intervention de ce programme.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

DJ Shinchan : « Alefa La Mozika » pour fêter ses 10 ans de carrière

DJ Shinchan aux platines, c’est ce samedi au KUDéTA Carlton!

DJ Shinchan fêtera ses 10 ans de carrière, lors d’une grande soirée où il recevra plusieurs invités dont Nate Tex, Quatuor Squad, Do B et Na Dace, ainsi que la RDJ’s Team, ce samedi à partir de 20h12 au KUDéTA Carlton.

20h12 tapantes, ce samedi, et la fête va commencer, au KUDéTA Carlton, avec DJ Shinchan aux platines. 20h et 12 minutes, ce n’est pas anodin. « En fait, le 12 juillet c’est mon anniversaire, alors c’est un peu un clin d’œil à cette date. Le 12, c’est un grand jour pour moi ». L’on ne saura pas combien de bougies il aura soufflé le 12 juillet, mais dans sa carrière de DJ, il en sera à ses 10 ans aux platines. « J’ai commencé à être DJ professionnel en 2009. Cela fait donc 10 ans que j’en fais mon métier », explique-t-il. « Lorsque j’étais petit, j’étais toujours celui qui balançait la musique lors des fêtes de famille. ‘Alefa ny mozika’ disaient-ils pour mettre de l’ambiance, et c’est comme ça que je me suis pris de cette passion. Puis, en 2007, j’ai participé au concours organisé par la RDJ, et j’ai gagné. Je n’étais pas encore majeur, alors j’ai décidé de poursuivre mes études d’abord. Puis, en 2009, j’ai finalement décidé de rejoindre la RDJ pour faire partie de l’équipe. »

Invités

Pour ce samedi, le mot d’ordre sera tout simplement de s’amuser. « Alefa la mozika » et on danse, ou on chante, devant les artistes invités pour cette grande occasion. Car on retrouvera Nate Tex, le Quatuor Squad, Do B, et les danseurs de la compagnie Na Dance. Et bien sûr, ses compagnons de la RDJ’s Team. Avec Coca Booster Mix, l’ambiance promet d’être chaude. « Et ce ne sera pas tout, car cette date sera la première d’une série de soirées que je vais animer dans les différentes boîtes de nuit de la capitale », ajoute le DJ. En attendant, les fans pourront immortaliser l’événement en prenant une photo à l’entrée devant le « photobooth », car comme partout ailleurs et pour tout événement, l’essentiel est d’y être et de le partager sur les réseaux sociaux!

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : Port et baie d’Antsiranana : Base navale et zone commerciale

La ville d’Antsiranana a eu plusieurs facettes lors de l’occupation française. Elle était une base navale et point d’appui de la zone numéro 3 pour la défense de l’Asie du sud-ouest, et surtout de l’Océan Indien. La ville a eu un rôle administratif, puisqu’elle est le chef-lieu et le centre administratif de la province. Enfin, la ville a eu un rôle économique important car avec son port de commerce, elle a été le siège d’établissements commerciaux et industriels de la région économique du nord.

La baie de Diégo-Suarez, découverte en 1500 par le navigateur portugais Diego Diaz, a été reconnue trente-huit ans plus tard par le Rouennais François Cauche. A la fin du XVIIe siècle, le Français Mission fonde à Diégo-Suarez une colonie qui devait lui servir de base pour la guerre de course et qu’il baptise « Libertalia ». Cette communauté, qui n’eut qu’un temps, a été cependant assez florissante. Enfin, c’est en décembre 1885 que Diégo-Suarez et ses environs deviennent définitivement terre française. Les premières installations ont été créées à cap Diégo. La ville s’est ensuite développée sur le plateau d’Antsiranana. La baie est la plus vaste du monde, après celle de Rio de Janeiro, et l’une des plus belles qui soient. La côte extrême nord-ouest est elle-même découpée en plusieurs baies assez remarquables depuis le cap d’Ambre.

Sur le 12e degré sud et à l’extrême-nord de Madagascar, Antsiranana jouit d’un climat tropical atténué par l’influence de la mer et des montagnes environnementales. On y distingue deux saisons bien tranchées : une saison sèche, relativement fraîche, s’étendant du moi de mai à octobre, et influencée par les forts courants d’alizé du sud-est qu’on appelle « Varatraza » ; une saison des pluies, chaude et humide, s’étendant de novembre à avril, et influencée par la mousson du nord-ouest.

Zone portuaire d’activités. Diégo-Suarez, située sur un promontoire au sud de la baie éponyme, érigée en commune par un arrêté du 13 février 1897, est déjà une municipalité ancienne. Port de commerce et base navale, centre commercial et industriel d’une superficie d’environ 4.100 hectares, la ville est construite suivant un damier régulier qui domine la rade. Bien que la baie communique avec l’océan sur la côte orientale de la ville-est, sa région fait géographiquement partie des pays de l’ouest malgache. La voie de communication  principale, qui relie  le centre à l’intérieur, dessert en effet les régions d’Ambilobe et d’Ambanja.  Diégo-Suarez est le seul port malgache, en dehors de Toamasina, à posséder un quai en eau profonde. Toutefois, pendant la période de la colonisation, le quai existant de 120 mètres de long est insuffisant et contraint à maintenir parallèlement tout le matériel exigé pour les rades foraines, soit au total 27 chalands, totalisant 2.760 tonnes. Selon Marcel Blosset, « la rade de Diégo-Suarez, une des plus belles et des plus vastes du globe, est reliée à la haute mer par une passe assez large de 700 mètres et assez profonde de 40 mètres, pour qu’aucun embouteillage ne soit à craindre. Cette passe aboutit au carrefour de plusieurs baies, qui s’enfoncent profondément dans la terre. Et l’une d’entre elles, à plus de 9 km de la passe, peut offrir aux grands navires une surface utilisable de 8 km2, avec une profondeurminimale de 10 mètres. » Le port d’Antsiranana a un atout. En 1938, son trafic portuaire s’est élevé à 111.535 tonnes. Ensuite, même si la ville a été un mini-théâtre de la Seconde Guerre mondiale en 1945, le trafic a augmenté de 125.000 tonnes. Les installations portuaires dans les années 50 ont permis de travailler sur quatre navires à la fois, dont un à quai, avec un trafic possible de 1.000 tonnes par jour. La compagnie maritime de l’Afrique-orientale a également assuré la manutention des marchandises sur le port d’Antsiranana. Son infrastructure lui a permis une activité accrue.

D’après Jao Alphonse, ancien navigateur, « grace à son port, la ville d’Antsiranana a connu une modernisation au début des années 1950 ». En effet, elle attire des migrants venant des autres régions de Madagascar et des pays comme les Comores, le Yémen, et Djibouti. Les infrastructures sont construites, le quart de la ville a  accès à l’électricité. La ville a connu un essor économique fulgurant dans les années 1960.

Recueilli par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Bianco, agence de recouvrement des avoirs illicites, CESC : Ces nominations et mises en place qui tardent ...

Le Bianco (Bureau Indépendant Anticorruption) n’a toujours pas son Directeur Général (DG). Rappelons que le mandat du DG sortant, Jean Louis Andriamifidy, a expiré le 23 juin dernier, et jusqu’à la nomination du nouveau DG, il assure la gestion des affaires courantes du Bianco. Le dimanche 30 juin dernier, lors de la conférence de presse organisée par le SAC (Système Anticorruption, composé entre autres du Service des Renseignements Financiers et du Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité et du Bianco), il a été révélé qu’il ne reste plus que quelques entretiens à passer avec les candidats, et que la nomination devrait intervenir au cours de la semaine du 1er juillet, soit la semaine dernière. Mais jusqu’à maintenant, cette nomination tarde à venir.

Agence de recouvrement. Il en est de même pour la future agence de recouvrement des avoirs illicites. En effet, après avoir été validée par la Haute Cour Constitutionnelle à l’issue du contrôle de constitutionnalité, l’ordonnance sur le recouvrement des avoirs illicites devrait faire l’objet d’une promulgation et d’une publication dans le journal officiel pour qu’elle puisse entrer en vigueur. Un décret devrait être pris, notamment, pour la mise en place, l’organisation et le fonctionnement de ladite agence. Même topo pour la nomination du DG, dont les critères de sélection incombent au CSI. Mais ce ne sont pas des cas isolés. N’oublions pas que la mise en place du Conseil Economique, Social et Culturel (CESC) – prévu par l’article 105 de la Constitution – attend toujours le président de la République depuis la fin du mois de mai. Nous voilà en juillet, cette structure constitutionnelle est loin d’être mise sur pied. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Jazz du voyageur de Bara Ravaloson

: Bara Ravaloson dans ses œuvres.

Présent au pays, Bara Ravaloson, fervent défenseur du rock avant d’être un jazziste émérite, va monter sur la scène du Fara West samedi soir.

Le Fara West, un lieu au plus près des étoiles sur les hauteurs de Faravohitra, s’apprête à accueillir une formation sous la houlette d’un « oiseau migrateur », Bara Ravaloson, samedi à 20h. Le meilleur spot du week-end sans doute, avec comme accompagnateur, le guitariste en vue du moment, Joro Rakotozafiarison, Tonny Mahefa à la basse, Kevin Mirija au saxophone et Vatsiahy Ravaloson au piano. Du beau monde, représentant la vague montante du jazz de la capitale. Le chanteur français « originaire d’Armentières », Loïc Lantoine, y fera également un petit tour.

Le terme « oiseau migrateur » sied bien à ce jazziste autodidacte. Ayant fourbi ses armes à Madagascar, il s’envole pour la France en 1978. Sur la Grande Ile, il s’imposait sur les scènes de la Capitale en jouant du rock et s’investissait en homme d’orchestre. Il maîtrise à la fois la contrebasse, la basse, la batterie, les percussions… Bref, tout ce qui tamponne et qui rythme. Arrivé sur le sol français, il « découvre le jazz », une musique qu’il ne lâchera jamais d’ailleurs. Entre temps, il découvre également des références comme Duke Ellington, Monk, Coltrane, Parker…

Bara Ravaloson suit une formation de cinq ans en contrebasse, à l’école de musique d’Hellemmes-Lille. Il croise les pas de Clark Terry, alors trompettiste de Duke Ellington, dans des masters class. Il côtoie les meilleurs comme Eric Barret, Sylvain Bœuf et Daniel Beaussier. Il trouve également sa voie, le jazzman « entame une carrière autant comme batteur que contre bassiste ». Le monde le découvre, mais lors de ses voyages et ses pérégrinations, il n’oublie jamais la terre de son éclosion musicale.

Le maître des lieux, Eric Rakotoary, est tout fier d’accueillir un des meilleurs musiciens de sa génération. « Nos soirées sont de belles occasions de se rencontrer en musique », annonce-t-il. En ces jours frileux, un lieu assez chaleureux comme celui qui se trouve à Faravohitra réchauffera les cœurs. Mélomane, simple noctambule, jazziste confirmé, amateur de soirée « relax »… tout le monde est le bienvenu.

MaminirinaRado

Midi Madagasikara0 partages

Météo : Temps sec jusqu’à dimanche

Les brouillards matinaux sont toujours au rendez-vous, ces derniers jours.Photo d’archives.

Temps sec pour cette semaine, du 08 au 14 juillet, d’après le bulletin des prévisions des précipitations intra-saisonnières émis par le service des recherches hydrométéorologiques. Ainsi, le temps restera généralement sec à Madagascar en dépit des cumuls de précipitations faibles à modérés, autour de 25 à 75mm, prévus dans les districts d’Antalaha, Mananara Nord, Soanierana Ivongo, Sainte Marie, Fénérive Est, Vavatenina, Toamasina et Vohibinany. Pour la semaine prochaine, du 15 au 21 juillet, les précipitations vont se renforcer sur le littoral Est. Il est toutefois à prévoir des cumuls de précipitations modérées sur la partie Est, notamment dans le district de Sainte Marie, puis plus au Sud, à Vohipeno, Farafangana et Vangaindrano. Cumuls de précipitations faibles à modérés également pour les districts d’Antalaha, Mananara Nord, Soanierana Ivongo, Toamasina, Fénérive Est, Mananjary, Manakara et Vondrozo.

Côté température, les habitants des Hautes Terres Centrales vivent des journées généralement ensoleillées et des matins plutôt dans le brouillard. Aux températures glaciales des semaines précédentes se sont installées des températures plus élevées en journée, mais les nuits restent plutôt fraîches. Bref, rien qui puisse vraiment empêcher les uns et les autres de sortir au milieu de la nuit lorsqu’il s’agit de savourer les victoires des Barea !

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

CFM : Caisse nationale de réparation et d’indemnisation

Le CFM se charge de la prévention et de la résolution des conflits.

Selon un des membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), l’avant-projet sur la caisse nationale de réparation et d’indemnisation est finalisé, il sera transmis notamment aux autorités compétentes. Notons que près de 1.200 civils et militaires ont déposé leur demande auprès du CFM, en vue d’une réparation ou indemnisation. Ces dossiers seront examinés minutieusement par la suite par ce dernier.

Amnistie et réconciliation. Faut-il rappeler que le CFM a pour rôle de garantir une stabilité durable à travers la réconciliation nationale. Ses actions portent notamment sur le concept de « Vérité, Justice, Pardon, Amnistie et Réconciliation», en vue d’établir une atmosphère politique sereine, et un environnement favorable à un fonctionnement apaisé des institutions. Cet organe a également pour attributions principales d’établir la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’Homme, en relation avec des faits liés aux événements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition. Elle assure la lutte contre la culture de l’impunité et des pratiques de la justice des vainqueurs, dans le respect de la légalité. Le CFM se charge aussi de la prévention et de la résolution des conflits pouvant porter atteinte à l’unité nationale et à la paix sociale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Solidis – CPA : Un partenariat pour accompagner les futurs entrepreneurs

Solidis S.A qui est un fonds de garantie et d’investissement, a signé hier une convention de partenariat avec le CPA (Centre de Professionnalisation et d’Apprentissage).

Bon nombre de promoteurs de projets ont du mal à bien structurer leurs dossiers pour être bancables. Pour y remédier, Solidis S.A qui est un fonds de garantie et d’investissement, a signé hier une convention de partenariat avec le CPA (Centre de Professionnalisation et d’Apprentissage). « L’objectif consiste à accompagner des futurs entrepreneurs à travers des séances de formation ou de coaching personnalisé. Il s’agit d’un appui décisif dans leurs démarches de recherche de financement auprès des institutions financières », a expliqué Jean Marc Ravelomanantsoa, le directeur général de Solidis Garantie, lors de cette cérémonie.

Formation gratuite. Cette collaboration entre Solidis et CPA vise ainsi à aider les Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) à surmonter l’obstacle de la recherche de capitaux ou de garantie complémentaire dans le cadre du financement bancaire. « On s’engage à renforcer les compétences des promoteurs de projets via des formations en management et en finance afin que ceux-ci puissent bien gérer leurs entreprises une fois en activité », a évoqué Ramiaramanana Rija Francis, le président de l’association CPA. Il faut savoir que plus de 80% des nouveaux entrepreneurs bénéficiant du soutien de Solidis ont rencontré une difficulté managériale durant les trois premières années de fonctionnement de leurs PME. D’où, la nécessité de cette formation prodiguée par le CPA. En outre, « nous accompagnons également des jeunes étudiants diplômés, ayant au minimum un baccalauréat professionnel en gestion. La formation qui va durer six mois, est gratuite. La 2e promotion se tiendra en octobre 2019. Nous sélectionnons les étudiants meilleurs, ambitieux, et ce, tout en utilisant un critère social étant donné que nous sommes une association à but non lucratif. A l’issue de cette formation basée entre autres sur la gestion d’entreprise, le droit fiscal et la comptabilité financière, nous les orientons ensuite à soumettre leurs projets crédibles auprès des institutions financières par le biais de Solidis. Celui-ci va leur offrir en même temps une solution de garantie du prêt à contracter », a-t-il enchaîné.

Priorités de l’Etat. Il faut savoir que le Centre de Professionnalisation et d’Apprentissage offre cette formation gratuite avec l’aval de l’Ordre des Experts Comptables de Madagascar. « Nous essayons de promouvoir l’excellence par le renforcement des compétences des jeunes tout en accompagnant les dirigeants des PME opérant dans n’importe quel secteur d’activités. Seulement, nous privilégions davantage ceux qui veulent se lancer dans le domaine de la production des énergies renouvelables et de l’électrification rurale. C’est d’ailleurs une des priorités de l’Etat », d’après toujours les explications de Ramiaramanana Rija Francis. En revenant sur Solidis, plus de 9 000 entrepreneurs ont été soutenus depuis sa création il y a plus de dix ans. Et l’an dernier, plus de 130 milliards d’ariary de crédits sont garantis. « La plupart des bénéficiaires de ces entrepreneurs opèrent dans le secteur du commerce. Nous sollicitons ainsi les promoteurs de projets à s’investir dans les secteurs de l’agri-business et des énergies renouvelables », a conclu Jean Marc Ravelomanantsoa, le Directeur général de Solidis Garantie.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Scoutisme : Dons de 500 tenues pour les moins de dix ans

Le 08 juillet dernier, la Directrice générale du ministère de la Jeunesse et des Sports, Julianah Ratovoson, Faramalala Andriamanjato, présidente du comité « Mpanazava sy Tily Eto Madagasikara », (MTEM) ainsi que le président du « Firaisan’ny Mpanazava sy Tily Tranainy ary Sakaiza » (FMT2S) Andriantsoarivel Nestor (Jamoka Mahery), ont offert des tenues aux louveteaux et « Voronkely », lors d’une cérémonie au collège « Madera » Anosivavaka Ambohimanarina. Pour cette fois, il a été offert 500 tenues pour les louveteaux et les « Voronkely », 250 de chaque. Ceci n’est qu’un début, puisque cette action va se poursuivre dans tout le pays.

Recueillis par Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Harijaona Randriamalala : Hommage ce jour à l’Assemblée nationale

Un dernier hommage aura lieu, ce jour, à l‘Assemblée nationale, pour l’ancien député Harijaona Randriamalala, alias « Jaona Elite». La dépouille quittera son domicile, à Mandrosoa Ivato, ce jour. Notons que l’office religieux aura lieu dans la matinée, au FJKM Andravoahangy Fivavahana, et l’enterrement dans l’après-midi à Ankatso.

Dominique R.

Madagate0 partages

Madagascar. Les Barea: phénomène socio-culturel bien au-delà de l'esprit sportif

VIDÉO ICI

Dans l'Airbus A380 à étage, le Président Andry Rajoelina est allé au-devant de tous les 470 supporters Malagasy venus des 22 régions de Madagascar

Depuis le retour de l'Indépendance de la Grande île, personne n'a jamais eu l'étoffe d'un héros dans le sens des définitions suivantes, hors mythologies grecque et romaine:

1. Homme, femme qui incarne dans un certain système de valeurs un idéal de force d'âme et d'élévation morale.

2.Homme, femme qui fait preuve, dans certaines circonstances, d'une grande abnégation.

3. Combattant(e) remarquable par sa bravoure et son sens du sacrifice.

La jeune génération malagasy dans le hall de l'aéroport n°3 du Caire

Avant mai 1972, nous étions bercés par Blek Le Roc, patriote américain contre les tuniques rouges (les English, of course); Miki Le Ranger, jeune capitaine des American Rangers; Astérix et Obélix luttant contre les envahisseurs romains; Tintin l'intrépide reporter et son caniche Milou; Akim et Zembla vivant dans la jungle et se guérissant avec des plantes... Tous ces personnages de fiction étaient nos modèles. Leurs exploits en livres et BD, et même en films, étaient accessibles à tous et à jour grâce à un circuit de bibliothèque sans cesse réactualisé. Mais vint la révolution idéologique marxiste léniniste de Didier Ratsiraka qui a tout détruit. Mais alors tout. Toutes les importations de livres “capitalistes” -sinon "impérialistes"-, et la projection de films des mêmes qualificatifs, furent interdites. Seul endroit, aujourd'hui, pour retrouver ces héros de notre jeunesse: les kiosque à bouquins sis à Ambohijatovo Antananarivo. Mais vendus à des prix pas grand public et avec du grand retard par rapport à leur date de parution...

Le ministre des Sports, Roberto Tinoka, ayant très bien accueilli les supporters malagasy qui ont goûté à un déjeuner très arabe...

Du coup, les idoles des Malagasy durant près d'un quart de siècle auront été Lénine, Kim Il Sung, Kadhafi... bref, des dirigeants connus pour être plus dictateurs que fédérateurs. Quant aux dirigeants de Madagascar passés, élus ou nommées, de 1972 à 2018, ils avaient tous l'étoffe trouée des zéros... Le domaine du sport à Madagascar a très longtemps été relégué dans les couloirs de l'aléatoire. Certes, il y eu la période Club M mémorable sous l'entraineur Peter Schnittger mais aucune équipe nationale de football n'a jamais réussi à franchir le cap des éliminatoires. Que ce soit pour la Coupe du monde ou pour la Coupe d'Afrique des Nations. Les dirigeant successifs s'intéressaient à autre chose, c'est-à-dire à leurs seuls intérêts (financiers) personnels.

Mialy Rajoelina née Razakandisa, Première Dame, portant le maillot des Barea de Madagascar

Pour vous donner une idée de l'avancée à reculons de l'équipe nationale de football de la Grande île de l'océan Indien, après le retour de l'indépendance, voici quelques résultats lumineux au niveau régional. 11 avril 1963. Madagascar 3 - Liberia 1; 18 juillet 1965. Madagascar 0 - RD Congo 7; 30 août 1990: Madagascar 6 - Seychelles 0... L'équipe nationale malagasy a changé trois fois de nom: Club M, Scorpions de Madagascar puis Barea de Madagascar.

Le 12 février 2008, voici ce que mon confrère Rata du quotidien “Madagascar Tribune” (j'y étais encore à l'époque), avait écrit:

«(...) Ces nations, dites avancées, ont tissé leur développement footballistique sur la forte implication de l’État dans le sport Roi en général et au niveau de la sélection nationale en particulier, la stabilité de l’encadrement technique, le niveau du championnat local facilitant l’éclosion des clubs et des joueurs ainsi que l’expérience et la valeur des joueurs expatriés qui évoluent sous les couleurs des équipes huppées en Europe».

Immobilisme collectif

«Des stratégies ignorées ou complètement délaissées à Madagascar étant donné que dans notre pays, les entités, obligées sous d’autres cieux à s’entraider, se plaisent à se regarder en «chiens de faïence». De cet immobilisme collectif, il n’est pas étonnant que le football malgache, en des décennies de pratique, n’arrive point dans le cercle très fermé des 16 meilleures nations du continent. «Club M», «Scorpions», «Barea», seule l’appellation change, la performance reste la même. De la 1ère édition de la Coupe d’Afrique des Nations en 1957 à la 26e, soit en 40 ans d’existence, Madagascar figure sur la liste, d’une poignée de main, des éternels absents. Même le Rwanda, après le triste génocide, avait déjà participé à ce rendez-vous majeur des sélections africaines. Il en est de même pour l’Angola, le Soudan, la Namibie, des pays ravagés par des conflits interne ou externe.

La honte colle sur la peau de la Grande île qui, contrairement à ces nations citées ci-dessus, et tant d’autres, n’a pas connu durant cette longue période, la moindre guerre civile.

Une certaine frange de la population propose l’organisation à Madagascar d’une phase finale de la CAN pour permettre aux «Barea» d’aujourd’hui ou aux «Piso» de demain d’y prendre part. Mais de ce côté, les dirigeants politiques préfèrent mille fois se fourvoyer à l’accueil d’un sommet de l’Union africaine que d’un sommet de la balle ronde africaine. Car dans le premier, il n’y a que de palabres, sans obligation de résultats!»

No comment...

A l'entrée du stade d'Alexandrie. A gauche, tous les cars ayant transporté les 470 supporters malagasy. Il y en a eu une dizaine

François Rabier, un énième entraineur étranger de l'équipe nationale malagasy (il y a eu des entraineurs nationaux comme Maurice Mosa, Auguste Raux ou encore Franck Rajaonarisamba), dont la mission a pris fin en 2011, se souvient: «Quand j’ai été nommé sélectionneur en 2010, j’ai compris que le manque de moyens et de volonté constituerait un frein à la progression de l’équipe. Organiser des stages et des matchs amicaux était compliqué. La fédération, alors présidée par M. Ahmad, ne bougeait pas beaucoup». En 2016, un certain Nicolas Dupuis prend les choses en main et se veut pragmatique: «J’ai fait un premier constat et j’en ai fait part à M. Ahmad, qui était toujours président de la fédération: sans matchs amicaux réguliers, sans stages, on ne peut pas avancer. Il a compris qu’il fallait mettre des moyens pour que les dates FIFA soient utilisées». Un autre ère pour le football malagasy au niveau international avait débuté par un match amical contre le Kosovo, le 24 mars 2016.

Dans le stade d'Alexandrie. La gente féminine malagasy sur trois générations

Je ne vais pas raconter la suite dans les détails. Mais le terme «ascension» est plus adéquat. Quels auront été les ingrédients qui ont fait d'un sport déjà roi au niveau planétaire, un phénomène socio-culturelle bien avant l'accession des Barea de Madagascar dans le 1/8è de finale de la Coupe d'Afrique des Nations 2019 ou CAN 2019? Tout simplement l'entrée dans l'arène du président Andry Rajoelina qui a fait du football national une affaire d’État. Les cons de service parleront de «politisation» du football malagasy. Laissons-les dans leurs bêtises éternelles en leur disant seulement: allez voir... ailleurs en Afrique. Au Sénégal par exemple, où l’État, pour le Mondial 2018, a octroyé à son équipe nationale de 10 millions d'euros. Mais à Madagascar, jusqu'à récemment, sous le régime HVM/Rajaonarimampianina, «les dirigeants politiques préfèraient mille fois se fourvoyer à l’accueil d’un sommet de l’Union africaine que d’un sommet de la balle ronde africaine. Car dans le premier, il n’y a que des palabres, sans obligation de résultats!».

Ainsi, Andry Tgv, devenu président de la république, est passé à la vitesse... Tgv. Une fois la participation aux 1/8ème de la finale acquise, il a mis en branle une dynamique de mobilisation de tout un peuple, même celles et ceux qui n'étaient vraiment pas fans de foot. À l'issue de la victoire des Barea contre le Nigeria par 2 buts à 0, tous les habitants des villes de Madagascar se sont précipités dans la rue, drapeau national en main pour saluer cette victoire qui est la leur. Du jamais-vu de mémoire de journaliste depuis 40 ans! Marina mafy e!

A l'Arena Garden du Hilton d'Alexandrie pour écouter les "Zaza Kanto"

Fort de cet engouement collectif, le Président Rajoelina, au nom de l’État malagasy, a alors affrété un Airbus A380, moyennant un tarif dérisoire par rapport aux vrais coûts du déplacement Madagascar-Egypte Aller-retour. La noirceur de l'état d'esprit des cons de service, leur sont retombée dessus: toutes les 470 places ont été payées et 200 patriotes en sus ont même du rester. Tous ces Malagasy -dont j'ai fait partie avec le confrère Francis Aurélien Rakotovololona alias F.A.R.- ont représenté les 22 régions de Madagascar. A la poubelle l'histoire de côtiers et hauts plateaux créée pour mieux diviser par le général Joseph Gallieni. Nous étions venus pour représenter les plus de 25 millions de Malagasy, à l'heure actuelle; nous étions venus pour former ensemble le 12è joueur depuis les gradins du stade d'Alexandrie; nous y avons été en nombre supérieur aux supporteurs de la RD Congo, le dimanche 7 juillet 2019 à graver d'une pierre blanche. Après les facéties des dieux du stade qui ont prolongé le match nul (2-2, moment où l'ancien député Jaona Élite a succombé d'un arrêt cardiaque) jusqu'aux tirs au but (4-2), soit un suspens incroyable qui a duré 150 minutes, les héros de Madagascar ont gagné le ticket pour le 1/4 de final qui aura lieu demain, jeudi 11 juillet 2019 au Caire, contre la Tunisie.

Une égyptienne dans les rues d'Alexandrie... No comment

Pendant que nous reprenions le trajet Alexandrie-Le Caire, l'ambiance dans tout Madagascar a été incroyable («incredible»!) sinon indescriptible ici. Nous avons été au courant malgré l'absence totale de connexion à Internet durant toute cette belle aventure en commun qu'aura été la désormais légendaire «Bataille d'Alexandrie des Barea malagasy contre les Léopards congolais». Sachez seulement qu'à ce moment, tous là-bas dans la Grande île, comme nous sur la route du Caire, nous étions et sommes fiers d'être Malagasy. Et notre cri à l'unisson a été: Alefa Barea! Merci Président! D'ailleurs, même le peuple égyptien -dont l'équipe nationale a été éliminée de cette CAN 2019- ont fait leur cet «Alefa Barea» magique.

Quoi qu'il arrive demain au Caire, les Barea de Madagascar et le Président de la république, Andry Rajoelina, et sa famille, sont entrés dans la légende. Mais nous tous, ce dimanche 7 juillet 2019, nous avons eu l'étoffe des héros conforme aux trois définitions en début d'article.

En effet, grâce aux Barea de Madagascar, nous avons prouvé que nous pouvons incarner un idéal de force d'âme et d'élévation morale; nous avons pu démontrer que nous pouvons faire preuve d'une grande abnégation; enfin, si les Barea de Madagascar ont démontré au monde entier qu'ils sont des combattants remarquables par leur bravoure, nous Malagasy, nous avons prouvé un sens certain du sacrifice. Merci, merci, merci, chers enfants de la Patrie.

Jeannot Ramambazafy, envoyé spécial en Égypte

Article également publié dans "La Gazette de la Grande île" du mercredi 10 Juillet 2019