Les actualités à Madagascar du Vendredi 10 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara22 partages

COVID–19 : Les premières stars malgaches touchées par la pandémie 

Triste nouvelle pour le milieu de la musique malgache. Roseliane, guérie depuis, et Tence Mena ont été touchées par la COVID–19. Leur cas témoigne de la réalité de cette maladie.

La chanteuse Tence Mena toujours vaillante face à la COVID–19. (Photo Facebook)

Roseliane, la fille du roi du salegy Jaojoby Eusèbe, et Tence Mena sont les premières artistes malgaches à avoir contracté la COVID–19. Si la première est déjà guérie, la seconde est actuellement en quarantaine à Anosiala. Sur les réseaux sociaux, elle commence à manifester les effets néfastes de l’isolement. « Je vais arrêter de chanter, je suis passée par trop d’épreuves », signale-t-elle. Comme une bouteille à la mer, la diva se sent délaissée en errant comme une épave, sans direction. 

Ses pairs lui ont envoyé des messages de soutien. Cela a vraisemblablement suffi à lui faire relever la tête. Quant à Roseliane, elle aurait contracté la maladie au mois de mars. Ces nouvelles confirment que la pandémie n’est pas un phénomène de classe ou de race. Elle contamine toute personne qui lui est exposée. 

Profitant de la psychose que génère la COVID–19, des personnes malintentionnées ont propagé des rumeurs. Le chanteur évangélique Rija Rasolondraibe a, par exemple, été au centre d’une rumeur. Pourtant, ce dernier se porte bien et n’a cessé de lancer des messages de soutien aux malgaches. Une manière aussi de déceler le rapport du malgache avec la maladie. Bien souvent, être atteint par une pandémie est une honte.

Il suffit de se souvenir de la manière dont on qualifiait la peste, la « maladie des pauvres ». Les artistes contaminé par la COVID–19 pourrait voir leur carrière atteinte. Mais en premier lieu, ils doivent sortir indemnes de cette épreuve. Les producteurs craintifs ou les tourneurs obtus ne manquent pas dans le milieu de la musique. D’autant plus que cette pandémie est imprévisible et encore sans médicament efficace reconnu par tous. 

Maminirina Rado

Midi Madagasikara15 partages

Madagascar prêt à produire un médicament contre le coronavirus

(Vision) En ce cinquième jour de la deuxième période de confinement, l’horizon commence à s’éclaircir. La volonté du pouvoir de faire respecter les règles est de plus en plus affirmée. Le déploiement des forces de l’ordre dans les quartiers les plus fréquentés montre qu’il n’est plus question de laisser faire une population rétive. Les rappels à l’ordre se font pressants et le ton employé est impératif. L’on est maintenant passé à une autre étape. Les autorités ne veulent plus tergiverser. Il s’agit à présent de mettre fin au laisser-faire. Le chef de l’État se situe dans cette perspective et pense à la manière de se prémunir contre une prochaine vague de contaminations.

Madagascar prêt à produire un médicament contre le coronavirus

C’est un avenir incertain qui est en train de se dessiner car nous sommes maintenant passés aux cas contacts. On ne sait pas comment s’est propagé le virus. Les équipes médicales sont à pied d’œuvre et sont sur la brèche en permanence. Les recommandations faites à la population pour un véritable confinement se multiplient, mais ce que l’on a vu ces derniers jours ne nous a pas rassuré. Les départs pour les provinces n’ont pas été faits dans le respect des règles établies. Cette foule qui s’est ruée vers les gares routières compte certainement en son sein des porteurs de virus qui vont essaimer dans les villes de province. Les décisions de mise en quarantaine des voyageurs prises par les autorités des villes de destination ont été suspendues. A présent, on ne sait plus comment va évoluer la situation sanitaire. Le chef de l’État préfère se préparer à sa détérioration. Le stock de médicaments, dit-il, est suffisant pour parer à toute éventualité. Il a annoncé qu’un remède, mis au point à Madagascar, était en phase d’expérimentation et qu’une usine de production allait être construite. C’est une nouvelle extraordinaire, mais en attendant de voir son effectivité, il vaut mieux se cantonner dans un attentisme prudent.

Patrice RABE

 

Midi Madagasikara4 partages

Rajoelina – Ravalomanana – Ratsiraka : Guerre d’audimat

Les trois « Ra » ont tour à tour crevé le petit écran.

Didier Ratsiraka – Marc Ravalomanana – Andry Rajoelina

En France, l’Institut de Médiamétrie est l’organisme spécialisé dans la mesure de l’audimat qui sert à mesurer le nombre d’individus touchés par une émission et/ou un support médiatique. L’audimétrie se base sur des sondages effectués auprès d’un échantillon représentatif d’auditeurs ou de téléspectateurs. En revanche, à Madagascar, qui est encore à l’ère de l’analogique, pareil outil de mesure ne peut être mis en place. En attendant le basculement vers le tout numérique, l’audimétrie se base sur le « téléphone gasy » et les réseaux sociaux, qui sont des plateformes d’échanges entre usagers en tous genres. Bien que d’aucuns avancent, à tort ou à raison, que les réseaux sociaux ne représentent que « 6% » de la population, ils ont l’avantage de pouvoir multiplier indéfiniment les partages.

« J’aime ». Bon nombre d’hommes politiques ont d’ailleurs compris l’intérêt de se créer une «e-réputation ». L’objectif est d’obtenir le plus grand nombre de « followers » et de « j’aime ». C’était le cas lors des interventions télévisées de l’actuel président de la République et de deux de ses prédécesseurs. A tout seigneur, tout honneur, Andry Rajoelina a ouvert le bal le dimanche 5 avril. Suivi de près le lendemain par Marc Ravalomanana, comme lors de la présidentielle. Didier Ratsiraka a fermé la marche le mercredi 8 avril et a recueilli on ne sait combien de « j’aime ».

« Miara-manonja ». Quoique sa prestation n’ait pas été diffusée en prime time « à cause de problèmes techniques », l’actuel locataire d’Iavoloha a eu l’avantage du « miara-manonja » qui lui a permis d’être présent simultanément sur toutes les chaînes. Contrairement au propriétaire de Tiko dont l’interview a toutefois fait tache d’huile – non pas du Tsena mora mais de Magro, ou ce qu’il en reste – même si elle n’a été diffusée intégralement que sur deux chaînes, à savoir Real TV et MBS.

« Actes de sabotage ».  « Le mardi 7 avril, au moment précis où la rediffusion de l’interview de l’ancien président Marc Ravalomanana était programmée, les téléspectateurs n’ont plus reçu nos signaux sur leurs écrans », a fait savoir la directrice générale de Real TV. Onitiana Realy, car il s’agit d’elle, a déposé une plainte contre X face à ce qu’elle qualifie d’ ‘actes de sabotage’ ». Estimant sans doute que l’émission a boosté le taux d’écoute de sa station.Troisième larron. Profitant de « l’attaque » contre Real TV, l’Amiral est sorti de sa retraite pour tenir une conférence de presse. Jouant ainsi le troisième larron dans cette course à l’audimat qui oppose principalement les deux finalistes de la dernière présidentielle. Une bataille d’audience sur fond de guerre commune contre le coronavirus entre « Zandrikely » et « Deba ». En attendant l’entrée en lice d’Hery Rajaonarimampianina qui reste jusqu’à présent …confiné.

R. O

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le coronavirus : Le port de masque est désormais obligatoire 

Le président de la République l’a annoncé lors de son discours du 5 avril : tout le monde doit porter un masque pour pouvoir sortir de chez soi. Même dans les villes non contaminées. 

Le port de masque en public a fait débat lors de la première partie de l’état d’urgence sanitaire. Les consignes officielles ont vaguement expliqué l’importance du port obligatoire de masque du grand public dans la lutte contre le coronavirus. Mais depuis le prolongement du confinement, le gouvernement est ferme sur cette mesure : le port de masque fait partie des mesures barrières obligatoires. « Tout individu circulant en dehors de son foyer doit porter un masque » dispose l’article 7 de l’arrêté du gouvernement, publié le 6 avril dernier, édictant les mesures générales prises durant la période de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Lors de son discours du 5 avril dernier, le président de la République a officialisé cette mesure qui devrait être appliquée avec celles qui sont déjà en vigueur pour endiguer la propagation du virus. 

Andry Rajoelina, lors de sa visite dans une usine produisant des masques « vita malagasy ». (Photo : Présidence de la République)

Il est question maintenant de savoir comment faire appliquer cette mesure dans le pays, et particulièrement dans les villes concernées par le confinement, notamment Antananarivo, Toamasina et Fianarantsoa. Dans la capitale, le préfet de police a imposé le port de masque à toute personne qui sort sur la place publique à partir de ce vendredi 10 avril, au risque d’être interpellée par les forces de l’ordre qui vont veiller à l’application de la disposition. En effet, les dispositifs de contrôles des mesures barrières mises en place, et assurés par les éléments des forces de l’ordre dans plusieurs quartiers, commencent à exiger dès ce vendredi le port des masques dans les espaces publics. Dans d’autres villes, l’exécution des dispositions prévues par l’arrêté gouvernemental sur le port de masque doit « être immédiate ».

 

Le port de masque doit être ainsi obligatoire, même dans les villes qui ne sont pas encore contaminées. Les mesures sont prises, selon l’article 2 de l’arrêté, pour prévenir et limiter les effets de la pandémie covid-19 sur tout le territoire. Pourtant, depuis le début de la crise, toutes les grandes villes ont assisté à une pénurie de masques. La ruée des Malgaches vers les pharmacies au début de la crise a épuisé les stocks disponibles. Certains ont même choisi de recourir à des masques artisanaux qui fleurissent sur le marché informel. De son côté, l’Etat a commandé la semaine dernière cinq millions de masques « vita malagasy », et certains membres du gouvernement ont déjà lancé des campagnes de distribution dans la capitale. 

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : L’ancien Président de la République Didier Ratsiraka fait un don pour la lutte contre le ...

L’Amiral Didier Ratsiraka était face à la presse ce mercredi 08 avril 2020. Nous sommes dans une lutte, a-t-il dit, une lutte contre un ennemi invisible et cela rend le combat encore plus difficile.Il en a profité pour remercier les différents responsables, qui se livrent corps et âmes dans lutte contre le Covid-19 et qui se retrouvent en première ligne dans le combat contre ce virus.
En guise d’aide et de reconnaissance, il fait un don de 1 200 000 Ariary pour la brigade d’intervention rapide pour la lutte contre le coronavirus, 1 200 000 Ariary pour les hôpitaux d’Antananarivo, de Fianarantsoa et de Toamasina qui se chargent des traitements du Coronavirus et 1 200 000 Ariary pour les formations sanitaires dans ces trois régions. C’est-à-dire somme de 3 600 000 Ariary au total, représentant sa pension de retraite du mois de Mars. Cela n’est peut-être pas le don le plus grandiose, a-t-il dit, mais cela lui vient sincèrement du cœur. Andry Rajoelina l’a remercié pour cette initiative et a affirmé que lui et l’Amiral sont toujours en contact.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : le pays atteint la barre de 100 cas positif de coronavirus

Cela va faire maintenant trois semaines que Madagascar a connu son premier cas de Coronavirus. Si aucun cas n’a été repéré la journée d’hier, celle d’aujourd’hui 10 avril 2020 a dévoilé 9 nouveaux cas qui, se rajoutant au précédent, donne un total de 102 cas confirmés pour le pays. Trois d’entre eux sont de la capitale, tandis que les six autres ont été localisés à Toamasina.
Un enfant de 4 ans est inclus parmi ces malades. Il s’agit actuellement du plus jeune cas à Madagascar. Aucun ne présente des formes graves et encore aucun décès n’a été enregistré pour le moment. Cependant, 11 personnes ont déjà été guéries, depuis, et ont pu rentrer chez eux.
Madaplus.info0 partages

Madagascar serait sur la voie de trouver le traitement pour le Coronavirus

Lors de son discours, le président de la République de Madagascar, Andry Nirina Rajoelina a évoqué les faits que le pays serait sur la bonne voie de trouver l’antidote contre le Coronavirus. Il s’agit d’un traitement à base de plantes locales.
Madagascar est connu pour le traitement à base de plantes, ainsi que la possession de différentes plantes médicinales à plusieurs vertus. Si les tests pour ce nouveau traitement auront du succès, une production de 500 000 fioles par jour est envisagée. Le président de la République interdit strictement l’exportation des plantes endémiques.
Midi Madagasikara0 partages

Tsy fanajàna « couvre feu » : Lehilahy mamo, nikasa handrava « barrage » ary nandratra pôlisy iray

Tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany alina teo ho eo, tamin’iny faritra Ivandry iny. Raha nametraka ireo sakana sy fisavàna ireo olona mbola mandeha ihany na da eo aza ny « couvre feu « , toy ny mahazatra ireo mpitandro filaminana no nisy fiara tsy mataho-dalana iray, marika « Rexton », handeha hanitsy izany sakana izany. Nosakanana avy hatrany ity farany ary nangatahana taminy ny taratasy fahazoan-dalana mivezivezy sy ireo antonta-taratasy rehetra mahakasika ny fiara noentiny. Teo no nitranga ny olana araka ny fampitam-baovao avy amin’ny sampana serasera avy amin’ny pôlisim-pirenena. « Tsy nety nanome izany mantsy ilay mpamily ary nilaza fa mahafantatra olona ambony ka hiantso izany rehefa tsy havelan’ny pôlisy handeha ». Mazava ho azy, tsy nilefitra velively tamin’ny fandrahonana sy ireo faniratsirana isan-karazany avy tamin’ity lehilahy ity ireo pôlisy. « Taorin’izay dia novelomin’ilay mpamily ny fiarany ary izy handeha hiverin-dalana iny no nitsiny avy hatrany ny pôlisy iray nijoro teo ». Vokany, voadona mafy ity mpitandro filaminana ity ary tapaka mihitsy ny tongony araka ny fanazavàna azo hatrany. Teo ho no eo ihany dia nosamborina ilay rangahy. Fantatra tamin’io ihany koa moa fa hay mamo ity lehilahy 34 taona ity. Mavesabesatra ihany vesatra nanenjehana ity lehilahy ity araka izany : fivezivezena tao anaty « couvre-feu » tsy nisy alalàna,  fitondràna fiara anaty fahamamoana, faniratsiràna manam-pahefana anaty ny asany, fandratrana niniana natao mpitandro filaminana tao anatina lozam-pifamoivoizana. Mbola ao anatin’ny famotorana sy fakàna am-bavany tanteraka azy moa ireo tompon’andraikitra amin’izany hatreto ary heverina fa rehefa vita izay no atolotra ny Fampanoavana tsy ho ela ity lehilahy ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sensibilisation sur le COVID-19 : Un livre qui explique tout aux enfants de 6 à 11 ans

La couverture du livre.

Toujours dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de le COVID-19, plus d’une cinquantaine d’organisations actives dans le secteur humanitaire, parmi lesquelles l’Organisation mondiale de la Santé, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, ou encore la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge, se sont associées pour publier « Mon héroïne, c’est toi : comment combattre le COVID-19 quand on est un enfant », un livre destiné à aider les enfants à comprendre le coronavirus et à y faire face. 

A travers un personnage fantastique nommé Ario, les enfants peuvent apprendre à se protéger et protéger  leurs proches du coronavirus, ainsi qu’à trouver des réponses et à gérer les angoisses face à une nouvelle situation qui évolue rapidement. Cet ouvrage s’adressant aux enfants de 6 à 11 ans est publié en six langues, et accessible en ligne, et sous la forme d’un livre audio également, depuis le 9 avril 2020. D’autres versions sont en cours de réalisation pour atteindre le maximum d’enfants. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

« Komity loharano » : Les chefs fokontany pointés du doigt

(Photo d’illustration – Archives)

Contestation généralisée, ou enfin presque. La grogne se fait sentir au niveau des fokontany en ce qui concerne la mise en place du « Komity loharano », annoncé par le président Andry Rajoelina. En effet, le ton monte au niveau de plusieurs quartiers de la capitale, dénonçant le copinage et le népotisme opérés par des responsables dans le choix des six membres par secteur du « Komity loharano ». Les chefs fokontany sont particulièrement pointés du doigt. L’on sent que la sélection des membres de ce comité, qui se chargera de la distribution des vivres pour les familles nécessiteuses et de la gestion des actions pour le développement au niveau des quartiers, est entachée de suspicions générales et généralisées de « kiantrano antrano ». Pourtant, le processus ne fait que commencer. Bon nombre de Tananariviens remettent en cause les présidents de fokontany dont la plupart occupent leur poste depuis une dizaine d’années. Une nouvelle élection des responsables des quartiers est même réclamée. En effet, cette initiative du président Andry Rajoelina d’instaurer une nouvelle mode de gouvernance locale favorisant le « fokonolona » comme pilier du développement, risque d’être vouée à l’échec si les bases sont déjà contestées. Nul n’ignore que la distribution de dons aux personnes âgées et aux familles vulnérables, que l’on a confié aux chefs fokontany lors des quinze premiers jours de confinement, a déjà fait l’objet de nombreuses contestations et de critiques. Ces derniers ont notamment été accusés d’avoir favorisé leurs proches et leurs connaissances. Pour assurer la réussite et l’efficacité du « Komity loharano », la Présidence de la République et la Commune Urbaine d’Antananarivo devraient élaborer un nouveau procédé bénéficiant de la confiance et de l’adhésion des populations. Une bonne structure de contrôle et de suivi est également de mise.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Équipementier des Barea : Nino s’est volontairement mis à l’écart 

À la veille du choix définitif de l’équipementier des Barea, Nino Design International, de la bouche de son directeur général, Jocelyn Razafimamonjy, apporte ses explications quant à son choix de ne pas avoir postulé. Il avait pourtant toutes les chances en tant que société malgache, et surtout en tant qu’ancien équipementier des Barea, avant d’être évincé par Garman lors de la Coupe d’Afrique des nations en 2019. Interview.

Le DG de Nino Design International, Jocelyn Razafimamonjy, à Épinal, lors d’un match de Coupe de France.

Midi Madagasikara : Peut-on savoir pourquoi Nino Design International n’a pas soumissionné comme équipementier des Barea ?

Jocelyn Razafimamonjy : « J’aurais voulu le faire, d’autant plus que nous avons déjà une solide expérience en tant que équipementier. Mais j’ai choisi volontairement de me mettre à l’écart car en temps que membre du Comité exécutif de la Fédération malgache de football [FMF]. Je suis en même temps juge et partie. Si le choix revenait à Nino, les autres diraient que c’est par solidarité entre membres de la FMF. »

Midi : Mais il s’agit tout de même d’un marché juteux et payé par la FIFA, avec en prime cette fierté de pouvoir faire l’éloge du « vita malagasy » à l’échelle internationale ?

J.R. : « C’est très tentant mais il vaut mieux que Nino soit en dehors de tout ça. Nous devons nous contenter des clubs comme la Saint Pierroise, dont Nino a été le partenaire lors de la dernière Coupe de France avec un parcours élogieux puisque pour la première fois, un club réunionnais se hissait en huitièmes de finale. »

Midi : Autrement dit, vous équipez seulement les clubs de football, tant à Madagascar qu’à La Réunion ?

J.R. : « Oui mais il y a aussi des clubs qui participent à la rencontre sportive nationale [RNS] en France, ainsi que le rugby avec qui Nino a un contrat de deux ans. C’est pour vous dire que nous avons du pain sur la planche, et que finalement nous ne sommes pas à plaindre avec nos rugbymen qui réalisent aussi de bons résultats sur le plan international. »

Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Rencontre nationale sportive : La diaspora sera en communion demain samedi 11 avril 

Cette année 2020 coïncide avec la célébration du 45e anniversaire de la Rencontre nationale sportive (RNS), mais les festivités initialement prévues se dérouler du 11 au 13 avril 2020 sont finalement reportées. Le Comité exécutif national (CEN) de la RNS a décidé d’organiser une célébration en ligne pour rassembler les membres de la diaspora.

Le 45e anniversaire de la RNS devait être célébré demain samedi 11 avril 2020 à Cergy (France), mais malheureusement, avec la pandémie de coronavirus et les mesures de confinement annoncées par le gouvernement français, le rendez-vous annuel de la diaspora tout le week-end pascal ne pourra pas avoir lieu aux dates prévues. Portant toujours des valeurs d’unité, et ce, autour des activités culturelles et sportives, le CEN, qui pilote et organise la RNS, propose de marquer cette date en organisant une chaîne de solidarité virtuelle « Malagasy Mifankahery », en soutien à nos compatriotes disséminés dans le monde entier. « Les proverbes malgaches l’enseignent depuis les temps anciens : c’est uni qu’on affronte et que l’on gagne contre l’adversité. Cette unité, nous l’avons affirmée dans les moments saillants de notre histoire. C’est ce besoin, ce désir d’unité qui a déterminé la création de la plus grande rencontre des originaires de Madagascar à l’extérieur de leur pays il y a 45 ans. Pour faire face ensemble à ce temps d’épreuves et d’incertitudes, et arborer notre solidarité, nous invitons tous les Malgaches dispersés dans le monde à marquer un moment de communion ce samedi 11 avril 2020 à 13h, heure de Paris, soit 14 heures à Madagascar : ‘Firaisam-pon’ny Malagasy eran-tany’ ». Telle est la teneur du communiqué de la RNS. Une séance vidéo en direct via la page Facebook de la Rencontre Nationale Sportive – RNS sera organisée pour retransmettre une cérémonie simple mais chargée de significations, au cours de laquelle nous ferons résonner et chanterons à l’unisson notre hymne nationale. Pour ce faire, le CEN donne la possibilité à tous les Malgaches qui le souhaitent de dire un mot d’encouragement aux compatriotes et au monde, en direct, ou par vidéo. De nombreux internautes malgaches de différents pays se sont manifestés pour participer à l’événement : États-Unis, Canada, Madagascar, France, Suisse, Angleterre, Belgique, Moldavie. Cette liste pourrait s’allonger d’ici samedi. « Les représentants de Madagascar dans ces différents pays ont également été contactés » poursuit le communiqué de la RNS. Un événement sans précédent, qui se passera en ligne, et qui réunira les Malgaches du monde entier, l’hymne nationale entonnée ensemble, avec des mots d’encouragement pour tous.

T.H

Tia Tanindranaza0 partages

Fepetra iadiana amin’ny COVID-19Tena tsy azon’ny olona mihitsy ve ?

Fitangorongoronana, revirevy anaty elakelantrano, sarety lasa solon’ny fiara fitateram-bahoaka sy mampifampitakosona ireo mpandeha.

 

 Santionany ireo amin’ny zava-misy tsikaritra eny rehetra eny izany eto Antananarivo sy ny manodidina. Tena tsy azon’ny malagasy ny fepetra natao iadiana amin’ny areti-mandripaka COVID19 raha izay no mahafehy azy. Etsy an-kilany moa dia vao mainka nampitombo ny fisalasalana sy nampandrimandry manana aretina ny ankamaroany ity fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana mamela ny isam-paritra hamonjy fodiana ity. Miampy ny tsy fametrahana ny fepetra hanibohana azy ireny rehefa tonga any amin’ny faritra niaviany avy. Tsiahivina hatrany fa ireo dokotera no nanazava fa mifindra amin’ny alalan’ny piti-drora sy fifampikasohana na io mivantana, izany hoe, eo amin’ny olona samy olona, na io tsy mivantana, izany hoe noho ny fikasihana zavatra avy nokasihan’ilay olona nitondra ny valan’aretina no hifindran’ity areti-mandripaka ity. Izany no anton’ilay tokony hijanonana ao an-trano sy hanadiovana ny tanana amin’ny rano sy savony matetika na amina alikaola sy ireny “gel desinfectant” ireny satria ireo rehetra ireo dia mamono ilay viriosy avokoa. Ilaina koa ny mihinana ireo sakafo mampitombo hery fiarovana toy ny legioma sy voankazo satria tsy maharesy hery fiarovana matanjaka ity aretina ity. Raha tsy maintsy hivoaka ny trano dia ilaina ny manao arovava. Mila miala 1 metatra fara-fahakeliny amin’ny olon-kafa rehefa eny an-dalana mba tsy hisian’izay fifampikasohana na fifampitihan-drora voalaza teo izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

COVID-19Nanokana tohana 10 miliara dolara ny BAD

Nanambara ny banky afrikanina ho amin` ny fampandrosoana (BAD), ny alarobia lasa teo, fa hanokana tohana mitentina 10 miliara dolara hanampiana

ireo firenena mpikambana miady amin` ny “coronavirus” ato amin` ny kaontinanta afrikanina. Izany dia ahafahana mandrindra ireo tetikasa manoloana ny krizy. Hisitra izany avokoa ireo governemanta sy ireo sehatra tsy miankina eto Afrika. Nanambara ny filohan` ny BAD, Akinwumi Adesina, fa izany tohana izany dia natokana indrindra an` ireo firenena manana olana ara-bola. « Misedra olana ara-bola i Afrika mba ahafahana miasa haingana sy miady amin` ny COVID-19. Amin` izao fotoana izao, ahamehana ho an` ny BAD ny hanohana amin` ny heriny rehetra ny kaontinanta. Tsy maintsy arovana ny aina. Io fanampiana io dia hanampy tosika ireo ezaka efa nataon` ireo firenena manoloana ny fihanakin` ny COVID-19”. Marihana fa mitentina 5,5 miliara dolara no atokana an` ireo firenena mpikambana. 3,1 miliara dolara ho an` ireo firenena mivondrona ao anatin` ny Tahiry Afrikanina ho amin` ny fampandrosoana ka tafiditra ao anatin` izany ny fanalefahana ny tahan` ny zana-bola amin` ny vola nindramin` ireo firenena tena mahantra. 1,35 miliara kosa ho an` ireo sehatra tsy miankina.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AlasoraNy mpivarotra PPN sy legioma ihany sisa no misokatra

Taorian’ny nahafantarana fa nahitana olona iray mitondra ny tsimok’aretina coronavirus ao amin’ny kaominina Alasora, distrikan’Antananarivo Avaradrano dia nandray fanapahan-kevitra hentitra ny Ben’ny Tanana ao an-toerana Andriantsoa Jimmy.

 

Ireo mpivarotra kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro sy ireo mpivarotra legioma ihany sisa no afaka mivarotra ny tapak’andron’ny maraina. Ny ankoatra izay dia manaja ilay fihibohana mijanona any an-tokantranony avokoa hiarovana ny fiparitahan’ny valan’aretina. Ankoatra izay dia nafindra toerana ao amin’ny kianja maitso avokoa ireo mpivarotra legioma rehetra, toerana tena malalaka hahafahana manaja ilay elanelana 1 metatra isan’olona. Nomarihin’ity Ben’ny Tanana ity moa fa mitovy ihany ny mpivarotra kafe sy alikaola noho izany samy tsy misy mahazo mivarotra avokoa. Tsiahivina moa fa vokatry ny fifandraisana na ilay “cas contact” no nahavoa ity olona iray tao Alasora ity ny coronavirus.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa AmbatovyNanolotra akanjo fiarovana 5 200 ho an’ny mpiasan’ny fahasalamana

Ho fanohanana ny ezaka ataon’ny fitondram-panjakana amin’ny ady amin’ny fiparitahan’ny tsimokaretina Covid-19 dia nanolotra akanjo fiarovana (combinaison deprotection) niisa 3 000 tamin’ny tompon'andraikitra mahefa eto amin'ny tanànan'Antananarivo tetsy

amin'ny Parvis Analakely omaly alakamisy 9 aprily 2020 ny orinasa Ambatovy . Izao fanomezana izao dia tohin’ireo efa natolotra ireo tomponandraikitry ny fahasalamana tany Toamasina, Moramanga sy Brickaville, ka nahatratra 5 200 isa ny fitambaran’ireo akanjo fiarovanarehetra nozaraina tamin’ireo faritra ireo. Ireto akanjo fiarovana 5 200 izay afaka manaron-tava sy loha ireto dia afaka miaraka tsara amin’ny arovava sady miaro amin’ireo singa madinika mety ateraky ny « radioactivité» (EN 1073-2, sokajyfaharoa) sy ny otrikaretina (EN 14126), ka mahafeno ny fenitra teknika sy ny lafiny fahasalamana takiana. Ireo mpiasan’ny fahasalamana voalohan-daharana, ireo mitsabo an'ireo mararin’ny COVID-19 sy  fitiliana, ary ireo rehetra manana andraikitra mivantana ka mety atahorana hifindran’nyCovid-19, isan’izany ireo eny amin’ny «barrages sanitaires», no hampiasa ireto akanjo fiarovana ireto, mbahiarovany tena amin’ny tsimokaretina. Fanampin’ireo fandraisana anjara efa natolotr’Ambatovy hatramin’ny volana lasa ireto akanjo fiarovana 5200 ireto, ary tafiditra indrindra ao anatin’ny ady atao amin’ny fiparitahan’ny valan'aretina coronavirus. Tsara ny mampahatsiahy fa efa nitondra ireto fanampiana manaraka ireto ho an’i Toamasina sy Moramanga koa ny Orinasa.

 

 :• Kojakoja sy fitaovam-pitsaboana nomena ny hôpitalin’iToamasina sy Moramanga, izay nahitana « oxymètres de pouls », «nébuliseurs à compression d’air », « sondesd’intubation trachéale avecvalve », « masques FFP3 », « lunettes à oxygène pédiatrique »,« gantsmédicaux et chirurgicaux », « brancards pliables », « thermomètresélectroniques », arykidoro.• Vary 500 kg sy menaka 28 tavoahangynomena ny BNGRC tao Toamasina.• Sakafo 2 235 isa ho an’ny mpitsabo syny mpiasan’ny fahasalamana ao amin’ny CHU Morafenosy ny « Centre deCommandement Opérationnel » ao Toamasina, ary ho an’ireo mpiasaenyamin’ny « barrages sanitaires » amin’ny Lalam-pirenena faha-2(Marozevo sy Beforona). Hatreto dia mahatratra 132 tapitrisa Ariary nytetibidin’ny fandraisana anjara nentin’Ambatovy amin’ny ady ataoamin’ny Covid-19.Ntsoavina EvaristeTetsy amin'ny lapan'ny tanàna Analakely omaly

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaozana an’AntananarivoOlona 25.000 no lasa tao anatin’ny telo andro

Betsaka ireo olona namonjy fodiana any amin’ny misy azy nefa tsy vitsy koa ireo nanararaotra namonjy any amin’ny faritra amin’izao fotoanan’ny fihibohana izao mba hakana aina kely.

 

 Vokany, tafakatra 25 000 ireo mpandeha notaterina nandeha nivoaka ny faritra Analamanga tao anatin’ny telo andro, raha araka ny fanazavan’ny Ministry ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro omaly . Na izany aza anefa hoy izy dia mahafaly fa tsy mbola nisy fiara tra-doza hatramin’ny omaly Alakamisy, fotoana nifaranan’izany fitaterana ny mpandeha mivoaka ny faritra izany. Nomarihin’ny tale jeneralin’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety Atoa Reribaky Jeannot moa fa malalaka ny fidiran’ireny fiara lasa nivoaka ireny eto an-drenivohitra amin’ny fotoana mahamety azy. Tsy noferana mantsy izany hoy izy noho ny halaviran-toerana tsy mitovy. Tsiahivina moa fa efa tena vitsy dia vitsy ireo mpandeha nivoaka ny faritra tetsy Androndrakely omaly indrindra fa ny niazo an’i Fianarantsoa sy Toliara

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpandeha nihazo any FianarantsoaTsy maintsy mihiboka 15 andro

Namoaka didy ho fampiharana ny fepetra ara-pahasalamana ho an’ireo mpandeha rehetra vao tonga tamin’ireo fiara mpitatitra any aminy ny Kaominina Fianarantsoa Renivohitra.

 

Araka ny voalaza ao anatin’ny Didim-pitondrana laharana faha-54-/CU/F/CAB/2020, nivoaka tamin’ny 07 Aprily 2020 lasa teo, tsy maintsy mihiboka 15andro any amin’ny toeram-ponenany ireo mpandeha rehetra vao tonga, Tsy miantsy manao taratasy fanekena, ahitana ny anarana feno, adiresy mazava ary laharan-telefaonina ahazoana azy avokoa ireo mpandeha rehetra. Toy izany koa ny fanaovan-tsonia ny fanekena tsy maintsy hihiboka 15 andro any amin’ny toeram-ponenana ivantanan’izy ireo tsirairay avy. Marihana fa misy fitsirihana atao amin` ireo fiara mpitatitra rehetra miditra an’i Fianarantsoa, ka eo Ampopoka sy Ankidona no hanaovana izany. Tsara no manamarika fa nofoanana tsy hanan-kery avokoa ny didim-pitondrana rehetra mifanohitra amin’izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafodin’ny Coronavirus eto Madagasikara Lasa resabe maneran-tany

Niteraka resabe na ilay antsoina hoe “Buzz”, raha izay no hilazana azy, maneran-tany ny nahenoin’izao tontolo izao ny filoham-pirenena malagasy, Andry Rajoelina,

nilaza ny alarobia teo fa efa misy hazo heritreretin’ireo mpitsabo malagasy fa mety azo atao fototry ny fanafody fanefitry ny Coronavirus. Omaly ihany dia efa saika nandrakotra ny lohantenin’ireo gazety vahiny sy gazety iraisampirenena, indrindra moa ireo gazety frantsay fa nilaza ho nahita ny hazo azo hanasitranana ny Coronavirus ny filoham-pirenena malagasy. Araka ny nambaran’ny filoha, raha tsiahivina, dia ao anatin’ny fikarohana tanteraka amin’izao fotoana izao ireo siantifika malagasy ary nolazaina aza moa fa misy manam-pahaizana vahiny koa vonona hanampy antsika amin’izany. Raha tena isika tokoa ary no tompon’ny vokatra, mba ho ny fanjakana malagasy, indrindra, ny mpitsabo malagasy ve no hitondra ny baolina amin’ny fametrahana ny fepetra rehetra sa sanatria mbola ho voabaikon’ireo firenena vahiny sy ireo mpamatsy vola iraisampirenena indray?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Solofomalala Duval« Nanamora ny fitsaboana covid-19 fitiliana nialoha »

Tsy dia misy ny hoe tsiambaratelo ny mahakasika ireo fahasitranan'ireo olona voan'ny coronavirus, fa isika teto Madagasikara dia efa niomana hatry ny ela

 

momba ity fisorohana sy ady amin’ity vanaretina coronavirus ity, hoy ny Pr Solofomalala Duval, Sekretera Jeneralin’ny Minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Tao anatin’ny fepetra napetraka ny fitiliana mialoha ireo olona ahiana ho mitondra ny tsimokaretina. Rehefa natao izany tamin’ireo mpandeha avy any ivelany, avy any amin’ireo firenena nisy ny covid. Tamin’izany no nahafahana nahita ireo olona tsy misy fambaran’aretina fa kosa mitondra ny tsimok’aretina. Tahaka ny aretina rehetra hoe natao nialoha ny fitiliana, natomboka nialoha ny fitsaboana dia ambony dia ambony ny taha-pahasitranana, ary kely dia kely ny taha hisian’ny fiombohan’ny aretina. Izay no mahatonga ny hoe betsaka tamin’ireo no tsy nisy fambaran’aretina. Na mitondra ny tsimokaretina fa tsy fambara na mitondra sy misy fambara, dia ny fitiliana eny amin’ny IPM ihany no manamarina. Na tsisy fambara aza, kanefa misy ny tsimokaretina dia afaka mamindra amin’ny hafa. Mbola tazonina sy manaraka fitsaboana, ary ny fitiliana ihany no mamoaka hoe: efa tsy misy tsimokaretina intsony, hoy ny fanazavana. Efa niezaka ny minisitera sy ny fanjakana amin’ny fampitaovam-piarovan-tena ho an’ny mpiasan’ny fahasalamana, indrindra fa eny amin’ny toerana mandray sy mikarakara ireo marary voan’ny covid-19. Tahaka izany ihany koa ny eny amin’ny tobim-pahasalamana samihafa. Izay no hanentanana ny rehetra hanantona hatrany ny tobim-pahasalamana, raha misy fambara ary tsy ny coronavirus ihany io, fa ny aretina rehetra ilana fitsaboana. Nanentana ny rehetra tsy hisalasala hanantona ny tobim-pahasalamana ity manam-pahaizana ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitiliana 100 mahery no vitaTsy nisy olona tratry ny coronavirus omaly

Tsy nisy fiovana ny antontan’isa fa mijanona ho 93 ireo voa ho an’ny omaly, na nisy aza ny fitiliana 100 mahery vita teny amin’ny Institut Pasteur de Madagascar na ny IPM,

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Krizin’ny CoronavirusMba tojo olana koa ireo Miliaridera maneran-tany

Mitotongana ny haren’ireo mpanefoefo maneran-tany satria mahatratra 226 no nanjavona tao anatin’ny fanasokajian’ny gazetiboky Amerikana Forbes.

 

Voalazan’ny Forbes  ny 7 aprily teo, fa ny 6 martsa dia miisa 2321 ireo miliaridera maneran-tany tafiditra tao anaty fanasokajiana, ary efa nidina ho 2095 izany ny 18 martsa. Nambaran’ny tranonkala Les échos ihany koa fa ho an’ny 2019-2020 dia ny antsasa-manilan’ireo miliaridera no nahatsapa ny fihenan’ny harenany izay mitambatambatra ka mahatratra hatrany amin’ny 700 miliara dolara izany. Ilay mpanefoefo indrindra eto ambonin’ny tany tompon’ny tranonkala Amazon.com,  Jeff Bezos dia nahatratra 8 miliara dolara ny fitotonganana tao anatin’ny herinandro satria raha 117 miliara dolara izany ny 6 martsa dia nihena ho 109 miliara dolara ny 14 martsa. Ny an’i Bill Gates isan’ny namorona Microsoft, dia 108,2 no lasa 103 miliara dolara izany hoe 5,2 miliara dolara tao anatin’ny herinandro. Ilay Frantsay  Bernard Arnault, fahatelo manankarena indrindra eto ambonin’ny tany Filoha Tale jeneralin’ny LVMH, dia nihena 14 miliara tao anatin’ny herinandro, ka lasa 84,6 miliara dolara ny hareny. Ny an’i Warren Buffet dia voasazy noho ny olana tamin’ny kaompania ana habakabaka, ka ny vondron’orinasany Berkshire Hathaway dia isan’ny mampiasa volabe. 81,6 miliara ny totalin’ny fananany herinandro nialoha, saingy nitotongana ho 76,3 ny zoma lasa teo. 9,2 miliara dolara kosa ny very tao anatin’ny herinandro ho an’i Mark Zuckerberg mpamorona ny facebook, ka 62 miliara ny tomban’ny hareny amin’izao fotoana izao.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolanana zana-badyRaikely 2 nidoboka eny Antanimora

Lehilahy roa samy nanolana ny zana-badiny avy no nosamborin'ny Polisy misahana ny zaza tsy ampy taona etsy Tsaralalana ny alarobia sy zoma lasa teo.

 

Ankizivavy kely vao 13 taona monja no naolan'ilay voalohany izay tsy iza fa zanaky ny vadiny ihany. 15 taona kosa ny zanaky ny vadin'ilay lehilahy faharoa ary bevohoka 3 volana mihitsy noho ny nafitsok’ilay tsy mataho-tody. Taorian’ny famotorana sy ny fanadihadiana natao moa dia efa nalefa eny Antanimora vonjimaika izy roalahy ireo mamisavisa ny ratsy vitany sy miamdry ny fitsarana azy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ZokiolonaManahy ny amin’ny vola fisotroan-drononony

Manahy mafy ny amin’ny vola fisotroan-drononony ireo zokiolona eto amintsika.

 

Efa mihamanify tanteraka mantsy ny eo am-pelatanana amin’izao vanim-potoanan’ny fihibohana izao nefa mbola tsy fantatra ihany koa ny daty voatondro handraisana ny vola fisotroan-dronono sy ny fepetra raisin’ny fanjakana mifandraika amin’izany. Hijanona amin’ny faha 18 n’ny ihany ve ny fizarana izany hoy izy ireo. Ankoatra izay dia fantatra fa nisy ihany koa ny fanoloana ny karatra fisotroan-dronon’izy ireny ho tonga vaovao. Ny datin’ny 04 ka hatramin’ny 16 Aprily ho avy izao no tokony hanaterana izany nefa ny biraom-panjakana tsy nisy nivoha nahafahana nikarakara izany ….Miantso ny fanjakana mba hijery akaiky ny mikasika izany ireo zokiolona eto amintsika. Marihina moa fa amin’ny 19 Aprily ho avy izao vao hifarana ilay hamehana ara-pahasalamana eto amintsika, fotoana izay tafiditra ao anatin’ny fandraisana ny vola fisotroan-dronon’izy ireo mihitsy.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Gilbert Raharizatovo “Ny ady gasy no nahavonjy antsika”

Naneho ny heviny manoloana ny fiainam-pirenena ny mpanao politika sady mpanao gazety Gilbert Raharizatovo.

 

 “Samia miaiky fa ny ady gasy no nahavonjy vahoaka fa tsy fandaminana sy tetikady politika izany. Tsy araka eto amintsika ireo fepetra ara-pahasalamana ataon'ny firenen-dehibe any ivelany ireny nefa hitantsika fa mikararana ny isan'ny maty ary mitombo isanandro ny marary any Etazonia, Frantsa, Italia ary Espagne.”. Nilaza izy fa tsy manana ny ho enti-manana tahaka ny firenen-kafa ny Fitondrana eto amintsika ary tsisy fampitahana azo atao. Isika koa tsy afaka hiteny fa manana stratejia henjana noho ny hafa nefa sady tsisy maty eto amintsika no tsy dia mihanaka ny aretina. Arak any nambarany hatrany dia tena matehi-dera ny mpitsabo eto amintsika satria na tsy ampy fitaovana na koa ara-bola aza dia ny toe-tsaina feno fahavononana maha Mpitsabo azy ireo aty amin'ny tany mahantra no nentin'izy ireo niatrika ny ady ary nahomby. Farany dia namafisiny fa ny ady gasy no nanavotra ny vahoaka.Ny isan-tokatrano rehetra dia samy nampiasa ireo fanafody nenti-paharazana ary ny vahoaka samy vahoaka no nifampianatra sy nifampita vaovao sady efa mahazatra vahoaka koa ny manao adigasy ka miala maina ity areti-mandoza ity eto amin'ity Nosy malalantsika feno hasina ity. “Hampisongadina an'i Madagasikara eran-tany ity ady gasy ity ary hampidi-bola izay tratra saingy aoka mba ho fananan'ny firenena Malagasy izay orinasa hanodina io ady gasy io fa tsy ifandroritan'ny mpangalatra zatra mpanao ampihimamba mpandroba firenena indray” hoy hatrany ny fanazavany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana an-keriny tany MarovoayMpivady no ati-doha nikotrika

Nisy trangana fakàna an-keriny zazavavy iray 22 taona tao Ambalarano, Fokontany sy kaominina Marosakoa distrikan’i Marovoay ny 02 aprily lasa teo.

Jiolahy miisa 5 sy ramatoa iray no tompon'antoka tamin’izany ka efa voasambotra avokoa. Notakian'ireo mpaka an-keriny vola mitentina 15.000.000 Ar ny Ray aman-drenin’ilay zazavavy natao takalon’aina. Rehefa nanao fikarohana ny zandary ao Ankazomborona sy Marovoay izay notarihin’ny Komandin'ny vondron-tobim-paritry ny zandarimariam-pirenena ao Mahajanga niaraka amin’ireo lefiny dia avotra soa aman-tsara ilay zazavavy tamin’ny 06 aprily teo tokony ho tamin’ny 01 ora folakandro. Noho ny fahaiza-manao sy ny fahakingan'ireo mpanao famotorana dia tsy nisy vola lasan’ireo jiolahy tamin’ny fahazoana io zazavavy io. Araka ny vela-pandrika natao dia olona miisa 06 no voasambotra ka ny 02 amin’izy ireo dia tratra miaraka tamin’ilay zazavavy ary 04 kosa dia voatonon’ireo roa lahy ho mpiray tsikombakomba aminy. Rehefa natao ny fisavàna ny tranon'ny mpivady anisan'ny ati-doha niketrika izao heloka bevava izao dia nahitàna ody gasy sy mohara maro ary sabatra fampiasain'ny olon-dratsy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Bakalorea Mety hahemotra ny fanadinana

Tsy hisy ny taona fotsy na ho an’ireo mpanala ny fanadinana bakalorea na ho an’ireo mpianatra eny amin’ny anjerimanontolo manerana ny Nosy amin’ity taona

 

2020 ity hoy ny profesora Assoumacou, ministry ny fampianarana ambaratonga ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa omaly. Diso be loatra mantsy raha araka ny nambarany ny tsaho miely mikasika izany eto amintsika, antony hanatanterahany fivoriana in-droa isan-kerinandro miaraka amin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny. Tafiditra ao anatin’izany ny Ministeran’ny fanabeazam-pirenena izay misahana ny sekoly ambaratonga fototra sy ny sekoly ambaratonga faharoa ihany koa. Nambarany ary fa miankina amin’ny fifehezantsika ny tsimok’aretina coronavirus no hahafahana mamerina amin’ny laoniny ny fampianarana Mety hisy ny fanemorana izany raha araka ny fanazavany izay holazaina mian-dalana eny ihany. Raha tsiahivina moa dia ka tokony amin’ny 17 ka hatramin’ny 21 Aogositra ho avy izao no fotoana hanatanterahana ny fanadinana bakalorea ankapobeny manerana ny Nosy raha ny 24 ka hatramin’ny 27 Aogositra kosa ny andiany faharoa amin’ny baka teknika.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Mpampindram-bola madinikaIzay vola tena sahaza no homena ny mpanjifa

Nanentana ny mpanjifany ireo Orinasa mpampindram-bola madinika (IMF) ny mba haka vola amin’izay tena sahaza fa tsy hanao mihoatra ho fifampitsinjovana.

 

Tokony tsy hiandrasana ela be ihany koa ny fandoavam-bola mba tsy hisavovona be ka hanempotra indray ny mpanjifa hoy izy ireo fa rehefa misy dia tsara raha arotsaka avy hatrany. Ankoatran’ireo Banky lehibe izay efa miroso amin’ny fanekena fanemorana ny fandoavam-bola isam-bolana hatramin’ny 2 na 3 volana farafahaelany arakaraky ny zava-misy sy ny fifampiresahana dia efa manao izany ihany koa ny IMF. Tsiahivina fa ireo manao asa tena sy orinasa madinika no tena mpanjifan’ny IMF kanefa iaraha-mahita ny zava-misy fa tsy misy mandeha amin’ny laoniny intsony ny fitadiavam-bolan’ireny ankehitriny. Ho sarotra ny fandidiana atsy ho atsy satria amin’izao fotoana izao aza dia efa filaharana be ny eny Banky sy ny IMF ary maro amin’ny mpanjifa no mangataka fanemorana fandoavam-bola hatrany amin’ny 3 volana.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Ketrika.comFihenam-bidy goavana hatramin’ny 50%

Nanomboka ny 09 aprily ny “vente flash” miavaka izay atolotry ny www.ketrika.com ho an’íreo mpanjifa .

 Misy ny fihenam-bidy lehibe ny entana, toy ny sardines, ny Huile de tournesol, ny serviette hygienique sy ny maro hafa .Tsy niova ny fomba fanjifana ny entana fa toy ny efa mahazatra hatrany dia ny fidirana ao amin’ny pejin’ny www.ketrika.com izany, hoy ny avy amin’ny ketrika. Marihina araka izany fa ny www.ketrika.com dia « vente en ligne » na « Grande surface en ligne », izany hoe tranonkala mihintsy hahafahana mijery sy manjifa entana isan-karazany fa tsy magazay, ka ao no ahafahana mividy entana samihafa. Mamana safidy hatrany ireo mpanjifa amin’ny fandraisana ny entana na eny amin’ny “point relais” Vidy Varotra izay maimaimpoana izany, na eny amin’ny toeram-piasana izay amin’ny sarany 2000 ariary monja na ihany koa eny amin’ny toerana akaiky ireo mpanjifa amin’ny sarany 5000 ariary.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Amnesty international« Tokony avoaka haingana i Arphine Helisoa ! »

Anatin’izao fotoanan’ny hahamehana ara-pahasalamana izao dia misy mpanao gazety tanana am-ponja vonjimaika, hoy ny avy eo anivon’ny Amnesty international tao anaty fanambarany omaly.

 Efa manahirana ny toe-draharaha eto Madagasikara kanefa ireo manam-pahefana dia hita ho mbola manohy fihantsiana na « intimidation » ny tontolon’ny fanaovan-gazety malagasy ihany, hoy hatrany ity rafitra iraisampirenena miaro ny zon’olombelona ity. Raha tsiahivina dia ny 4 aprily teo ny talen’ny famoahana ao amin’ny gazety Valosoa, Arphine Helisoa, no nampidirina am-ponja vonjimaika nohon’ny antony voalaza fa nanaparitaka vaovao tsy marina ary nisarika fankahalana ny filoham-pirenena. Ny 2 aprily no niparitahan’izany, raha ny fanambaran’ny Amnesty international hatrany. Niverenan’ity rafitra ity nomarihana fa ny 21 martsa no namoaka vaovao farany ity gazety ity. Efa ny avy eo anivon’ny olafitry ny mpanao gazety no manamarina fa mpanao gazety ara-dalana ity nohapangaina ity kanefa dia sazy tsy mendrika izay maha mpanao gazety azy izay no ampiharina aminy, raha jerena ny lalana. Maro, raha ny fanazavan’ny amnesty international hatrany, ireo endrika tsy fanarahan-dalana sy tsy fanajana zon’olombelona ao anatin’izao raharaha izao ka antony hangatahan’izy ireo ny famoahana aingana tsy misy fepetra ny mpanao gazety Arphine Helisoa. Mbola tsy fantatra ny fotoam-pitsarana kanefa ahiana ho voatazona am-bolana maro any am-ponja ity mpanao gazety ity ary ahiana mafy ny fahasalamany vokatr’izany ao anatin’izao toe-draharaha izao, hoy hatrany ity fanambarana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova« Tsy mangarahara mihitsy ilay fitantanana »

Natao fihibohana ny olona tonga tamin’ny fiaramanidina, ary tsy izaho no mandainga fa ny filoham-pirenena no niteny fa 3000 avy eo taty aoriana lasa 5000.

 

Tamin’ilay 3000 dia nisy olona 1200 na 1300 teo nalefa tany amin’ny hotely natao “quarantaine”, hoy Atoa Serge Zafimahova mpandrindra ny Vovonana politika Dinike. Ny tokony ho fantatsika dia izao hoe ny olona nalefa tany amin’ny Hotely dia nahazo 300 000 ary ny hotely nahazo 300 000 ariary isan’andro, hoy izy. Nahitsy I Serge Zafimahova naneho fa tsy misy mangarahara mihitsy ny fitantanana amin’izao fitondrana izao. Ny mampalahelo dia izao hoe:ireo vahoaka nandray taksibrosy dia inona moa no andraikitra (mésure d’accompagnement) avy amin’ny fanjakana momba ny fahasalaman’ izy ireo sy ny fahasalamana any amin’ny faritra hahatongavan’izy ireo, hoy izy. Ny OMS dia nanome vola 32 tapitrisa dolara. Nanome fanomezana tsy haverina 4 tapitrisa dolara, ary mbola nanome 100 tapitrisa dolara ny Banky Iraisam-pirenena. Misy ny haverina ary misy ny trosa. Ny an’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) dia 170 tapitrisa izay trosa. Raha hatambatra dia manome 301 tapitrisa dolara eo ireo vola ireo. Ahoana ny fitantanan’ny fanjakana an’io fa hatramin’izao tsy nisy fanazavana sy tsy nisy mangarahara mihitsy momba ny fitantanana ny vola? Hoy I Serge Zafimahova. Nambarany fa ratsy tantana ary tsy mangarahara. Firy amin’io no efa voaray ary nolaniana tamin’ny inona io vola io, hoy hatrany Atoa Serge Zafimahova. Efa naneho hevitra mitovitovy amin’izao moa ny Filoha teo aloha Marc Ravalomanana, izay nanipika fa tena ilaina ny fangaraharana. Tsy misy olona tokony havakavahana, ary tsy tokony asiana loko politika sy hoentina mampalaza ten any fanampiana amin’ny anaran’ny vahoaka Malagasy.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fidel razarapiera« Vavolombelon ny tantara aho »

Nabaribarin ny depiote Fidel Razarapiera omaly fa niara niasa tamin ny tompon’ ny viva izy raha nakaton’ny fanjakana tamin’izany fotoana io haino aman-jery io.

Niray fo amam-panahy ny olona niakatra teny Ambohimitsimbina, hoy izy. Vokany, nanaiky ny fitondrana fa hosokafana indray ilay onjampeo. Ny tiany hambara dia sarotiny ny olona rehefa ny vaovaon-tserasera no kitihina. Mampatsiahy ny tenany fa tsy mety ny managadra amin’izao andro hiadiana amin ny coronavirus izao. Nohamafisiny koa fa efa lasibatry ny henjika izy sy ny minisitry ny serasera amin’izao raha namorona onjampeo nanohitra ny fitondrana tetezamita. Saika niafara tamin’ny fanagadrana fa narovan’ny mpihaino azy. Mila madio fo,araka izany, fa tsy am-bava fotsiny,hoy hatrany izy. Tsy mitsikera aho fa manitsy amin’ny maha vavolombelon’ny tantara ahy, hoy Razarapiera.

 Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Maitre Olala“Manely resaka diso ny mpitondra”

Tsy ambony tsy ambany toy ny lohalik’alika ny raharaha Arphine Helisoa ankehitriny, raha ny fanazavan’ny mpisolovava azy, Willy Razafinjatovo na maitre Olala

. Ilay olona tanana vonjimaika kanefa ny fitsarana tsy atao. Ny naoty avy any amin’ny minisitry ny fitsarana dia milaza fa ny raharaha misy fitazomana olona vonjimaika sy resaka fahatrarana ambodiomby na “flagrant delit”dia tokony mandeha ny fitsarana azy. Manely resaka diso ny mpitondra fanjakana satria raha olona mahita ny dosie sy nanaraka ny fanadihadiana tao amin’ny “Parquet” dia nahita fa tsy nisy idiran’i ramatoa Arphine Helisoa ity raharaha ity fa ilay olona atao hoe Jean Philippe, izay any Frantsa no tompon’andraikitra ary mbola nandefa lahatsoratra tao amin’ilay tranokala ihany aza io olona io taorian’ny nitazomana am-ponja an’i Arphine Helisoa, hoy izy. Fara faharatsiny izany dia nomena fahafahana vonjimaika ity voampanga ity dia tsaraina avy eo ahitana ny fahamarinana fa ny tena tokony ho izy dia tsy misy tohiny ity raharaha ity. Ilay Jean Philippe no tokony tsaraina raha tena sahy ny fitondrana, hoy ny Me Olala. Aleon-drizareo manenjika ity Malagasy mananontena kely ity, satria miasa amin’ny gazety manohitra ny fanjakana dia araraotina amin’izao ; efa natao ihany izy io tamin’ilay resaka angidimby fa tsy voa, hoy hatrany izy. Hametraka izay fangatahana fahafahana vonjimaika izay indray moa amin’ity anio ity ny maitre Olala sy ny ekipany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampielezana vaovao tsy marinaTovovavy iray nampidirina am-ponja vonjimaika

Voasambotry ny sampan’asa miady amin'ny heloka an'habaka na ny “Service de lutte contre cybercriminalité” an’ny zandarimaria ny tovovavy iray voatonona ho ati-doha nikotrika ilay horonam-peo naparitaka tamin’ny tambajotran-tserasera.

 

Raha tsiahivina dia nisy horonam-peo nalaina ary niparitaka tamin’ny tambajotran-tserasera mikasika ny vokatry ny Coronavirus teto Madagasikara. Nolazaina tamin’io horonam-peo io tany amin’ny 20 martsa tany ho any fa efa misy 200 ny voan’ny aretina COVID-19 eto Antananarivo, 70 any Toamasina ary voalaza fa efa nisy maty ireo lazaina fa marary ireo. Nolazaina ihany koa fa mahazo fandrahonana ny mpanao gazety ka tsy afaka mamoaka vaovao. Raha araka ny vaovao ofisialy anefa dia tsy mitombina velively io vaovao naparitaka io hatramin’ny datin’ny 08 aprily teo. Marihina moa fa mpanentana amina fahitalavitra tsy miankina iray ity tovovavy ity. Fampielezana vaovao tsy marina mety hitarika fanakorontanana ny filaminam-bahoaka no vesatra hanenjehana azy. Nampidirina am-ponja vonjimaika moa izy miandry ny fitsarana azy, hamantarana ny tena marina momba ity raharaha ity.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara mifono vy sy basyIzay ve no vahaolana mety indrindra ?

Hita fa tsy misangy tokoa ny fanjakana ka namoaka ireo fiara mifono vy amin’izao hamehana ara-pahasalamana eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’I Madagasikara izao.

 

Mandrangaranga basy an-tanan-dehibe, ary tahaka ny hamehana noho ny tany misy hotakotaka na ady toy ny any Irak na Afghanistan no miseho. Tena mampiseho fa hary fitaovana sy mampiditra an-tsain’ny olona fa mafy ny fitondrana sy ny fahefam-panjakana. Ary mba ahoana ny any amin'ny faritra be malaso sy dahalo amin’izao karazana fampisehoan-kery an-tanàn-dehibe izao? Haharesy lahatra tokoa ny olona hanaja ny fihibohana ve ny fomba fiasa tahaka izao  ? Toa lasa manao fanenjika tahaka ny polisin’ny CUA sy ny mpivarotra amoron-dalana fahizay fotsiny. Azo atao tsara ny manatevina ireo “patrouille emmo-reg” efa natao am-bolana maro dia ireny no mandamina mitety fokontany fa tsy dia voatery arentirenty ny fiara mifono vy be basy. Mifangaro tanteraka ny hamehana ara-pahasalamana sy ny hamehana amin’ny tany misy hotakotako. Ny fandrangarangana fitaovam-pihadiana mitety tanàna izao, dia endrika iray azo hilazana fa malemy ny fahefam-panjakana, tsy to teny amin’ny vahoaka ny mpitondra firenena,… hany ka ny basy aman-tafondro no hoenti-mampanaiky ny rehetra ny zavatra tiana hankatoavina. Mety ho diso ihany koa paikady nampiasaina hatrany am-boalohany, toy ny resaka serasera, hany ka tsy mety tonga saina ny olona. Maro rahateo ny zavatra nifandipatra, toy ny fivoizana tany aloha fa tsy mafy noho ny krizy 2002 io, tsy mafy noho ny pesta sy kôlera,manefy ny sain’ny vahoaka daholo ireny. Mila mandinin-tena tokoa ny fitondram-panjakana hoe: inona no lesoka? Inona no tsy nety ka nahatonga ny olona sanatriavin’ny vava andrasana tahaka ny omby vao mety hanaja sy hanaraka ny lamina. Efa fiarovana ny ainy izao ny fampihibohana azy any an-trano, saingy tsy te hahalala izany ny ankamaroany raha tarafina amin’ny eto Antananarivo. Tena mipaka any amin’ny tsirairay sy voatsinjo ihany koa ve ny rehetra ao anatin’izao satria maro no efa miteny hoe: aleonay matin’aretina, toy izay ho matin’ny hanohanana. Tsy sanatria manome rariny ireny olona ireny, fa tena tokony hojeren’ny fanjakana amin’ny antsipirihany ny zavatra iainana. Misy dikany sy lanjany ara-politika be ny zava-miseho ankehitriny hoe: tsy toa teny amin’ny vahoaka intsony ny filoha sy ny ekipany; fa ny tena zavadoza dia ny hoe : sanatria ve efa tsy misy hasiny amin’ny vahoaka intsony ny rafi-pitantanana misy eto !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Komity loharanoLasa mampisavorovoro fokontany

Sosotra sy tezitra ireo mponina teny Masinandriana Avaradrano satria nambaran’izy ireo fa kiantrano an-trano izay tsy izy ny fananganana ny komity

 

 

 

Loharano natokana hamantatra ireo olona tena sahirana omena ilay vatsy tsinjo, tohana ara-tsosialy avy amin’ny fitondram-panjakana. Tsy ekenay ireo mpikambana ao anatin’ny loharano, hoy ny mponina satria izay naman’ilay Ramatoa antsoina hoe N sy izay miresadresaka aminy eny an-dalana no nampidiriny tao. Tsy nisy fivoriam-pokonolona nakana ny hevitry ny fokonolona, tsy nisy fifampiresahana fa tonga dia notendrena fotsiny ireo komity, hoy ny fanazavan’izy ireo. Izahay anefa dia mpiara-miasa akaiky amin-dRamatoa N, ary misy mpanolotsaina mihitsy aza saingy tsy misy fantany izahay ankehitriny fa ny akamakamany no nantsoiny; izahay nifidy ny filoha Rajoelina ary tena manaratsy endrika azy izao fihetsika ataona olona misora-tena ho MAPAR ambonin’ny MAPAR izao, hoy hatrany ny fanehoan-kevitra. Toa lasa misy resaka “quota” hoe ny lohandohan’ny mpisoron’ny antoko no manolotra olona. Mazava ho azy fa ho maro no ho voahilika noho ny firehana politika, kanefa fanampiana amin’ny anaran’ny Malagasy izay mety misy trosan’ny firenena aza no zaraina. Tsy eny Masinandriana avaradrano ihany no nandrenesam-peo tahaka izany fa amina fokontany maro, indrindra fa amin’ireo kaominina manodidina an’Antananarivo Renivohitra. Ao amina fokontany iray eny Atsimondrano koa ohatra dia tsy mbola am-perinasa hatry ny omaly alakamisy ny komity loharano na dia efa tafantsangana aza. Ny antony dia satria niovaova foana ny lisitra misy ny anaran’ireo mpikambana ary tsy mety maharesy lahatra ny mponina ao amin’ny fokontany.

 

HANDISO FANANTENANA NY FILOHA…

Raha hiverenana ny tenin’ny Filoham-pirenena, dia hahafahana mametraka fiarahamonina vaovao sy paikady vaovao ho amin’ny fampandrosoana hiainga any ifotony ny rafitra Loharano ahitana mpikambana miisa 6. Vao mijoro ireo dia tokony hanana fitokisana ny ao an-tànana. Ny olona tadiavina, dia tsy tia kolikoly, to teny, misokatra amin’ny hevitry ny rehetra, hoy izy. Toa efa masaka an-tsain’ireo lohandohany sy mpanetsika ara-politika ao anatin’ny antokon’ny fitondrana, fa izy ireo no mandidy sy manapaka vao hoe: tombotsoa avy amin’i Andry Rajoelina izay Filoha iraisan’ny Malagasy. Ny fitantanana ny coronavirus rahateo moa aza efa nasiana loko politika “volomboasary”, ka tsy atao mahagaga ny mety ho fisainana tahaka izany. Nilaza ny filoha fa tsy te hahare hoe misy fanampiana tsy tonga any amin’ny tokony homena azy, na hoe mihena fa tsy arakaraka ny tokony ho izy. Ny komity loharano afaka mijery izay. Ireo no hampiely eny anivon’ny fiarahamonina ny asa sy ny tohana ara-tsosialy avy amin’ny fanjakana. Ireo no hitily ireo tokony hahazo, mametraka ny fangaraharahana amin’ny lamina sy fizarana rehetra. Hiandraikitra sy handrindra ny fanaraha-maso. Vao miandoha dia efa gidragidra, ka asa na ho tafavoaka na tsia. Asa ihany koa na hifandrindra amin’ny asan’ny fokontany, na mety hisy fifanitsahana.

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Week-end pascal confiné - Tout le monde en cuisine !

Traditionnellement, fêter Pâques comme les autres fêtes religieuses, c'est profiter des longs repas partagés en famille ou d’une pique-nique et de balade en nature. Mais cette année, la fête de Pâques s'annonce un peu particulière puisque toute la population reste confinée. La Semaine sainte a été déjà bien particulière, et le week-end sera encore pareille. Cette année, la fête de Pâques est différente des autres années pour toutes les familles. A Antananarivo où le confinement partiel est appliqué, personne n’est autorisé à voyager ou encore à se déplacer sans autorisation. Tout le monde reste ainsi confiné tout en adoptant un esprit  festif. Comment organiser des moments festifs malgré la période de confinement ? Telle est la question longuement posée depuis le début de la semaine. Pour quelques familles ayant accepté de nous livrer leur programme du week-end,  elles vont se mettre à cuisiner. « Notre famille ne manque jamais de célébrer une fête, qu’importe la situation. Comme chaque année, nous priorisons la Semaine sainte mais cette fois-ci, en confinement. La famille, habituée à la sortie, était toujours présente devant la télévision pour suivre en direct les messes diffusées. Concernant le repas de Pâques, je vais préparer de la dinde et du gratin que mes enfants aiment tant. Sûrement, je vais me mettre aux fourneaux en attendant l’arrivée de mon mari parti en mission. Les garçons, eux, seront collés à leurs gadgets et téléphones comme les jeunes de leur âge. Ce jour, nous allons par contre faire des courses, puisque le week-end va être long. Et comme à l’accoutumée, je vais en profiter pour acheter du chocolat à distribuer aux gens du quartier en cette période de réjouissance collective », a déclaré  Ericka Razakanirahina, mariée et mère de 4 garçons. « Chez nous, on va célébrer une triple fête. En plus de la fête de Pâques, c’est également l’anniversaire de ma mère ainsi que celui de ma belle-sœur. Et à cette occasion, la famille sera au grand complet à la maison. Puisque nous ne pouvons pas sortir, une famille gourmande que nous sommes, c’est la nourriture que nous allons essayer de prioriser dès ce jour jusqu’à lundi. Nous avons déjà macéré hier les viandes pour en faire du barbecue. Nous allons aussi ajouter au menu de bonnes tranches de Tsa-Siou. Le banquet sera également agréménté d’une tête de cochon, le tout accompagné de boissons. Et les volailles, c’est également une tradition à ne pas oublier dans la famille. Nous avons déjà ressorti des jeux de société pour passer le temps dans une ambiance conviviale », raconte Si-Nathalie, une mère de famille.« Malheureusement, la famille ne sera pas au complet cette année. Etant donné que la circulation demeure interdite sans autorisation spéciale, il est préférable de rester chez soi et de faire la fête chacun de son côté, loin des parents. Du coup, je vais miser sur la nourriture.  Ainsi, les plats préférés de tout le monde seront pris en compte », confie Lilou, manager chez Ilanga Nature-Wellness Center.La vente de volailles a considérablement chuté en cette période de Pâques. Cette diminution de vente s’explique par la difficulté financière de la population à cause du confinement. Toutefois, les vendeurs tiennent à préciser que le coût n’a pas augmenté. Au contraire, une baisse persistante des prix de vente a eu lieu. De plus, faute de transport, les gens sont moins nombreux à marchander, ce qui fait moins de concurrence au niveau du marché local. Les canards et poulets se vendent par exemple entre 16 000 et 25 000 ariary, tandis qu’une oie est actuellement cédée entre 40 000 et 80 000 ariary. K.R.

La Vérité0 partages

Accident meurtrier à Andrefan’Ambohijanahary - Un véhicule fou tue deux personnes

Le tronçon du boulevard Ratsimandrava a été le théâtre d’un accident meurtrier vers 5h du matin, hier. Une Volkswagen Golf Plus, roulant à vive allure en provenance d’Ankadimbahoaka, a foncé sur deux personnes et les tuant  sur le coup. Il s’agit d’un cycliste de 35 ans et d’un piéton de 40 ans. Preuve que le choc fut terrible, le véhicule fou est   finalement parti en quelques tonneaux, provoquant ainsi la blessure du conducteur.Le concerné serait un haut gradé au sein des Forces de l’ordre et soumis à un interrogatoire dans une brigade de la Gendarmerie. Toutefois, la Police n’a voulu donner aucun détail concernant l’officier supérieur en cause, encore moins sur les circonstances réelles de l’accident. D’autant plus que la circulation était encore très fluide à cette heure de la matinéeSeul élément qui a filtré de l’affaire, c’est que le conducteur, pour un motif non évoqué, aurait subitement perdu le contrôle.La brigade des accidents de la Police à Tsaralàlàna a dépêché ses éléments pour faire le constat sur place. Actuellement, la Gendarmerie, qui a été saisie de l’affaire, poursuit encore l’enquête.Sitôt après les formalités d’usage, le BMH a récupéré les dépouilles des victimes à l’endroit où le drame est survenu, pour les transporter  à la morgue. Au cours de la journée d’hier, leurs proches auraient été avisés sur  la triste affaire.Franck R.

La Vérité0 partages

Tence Mena - Atteinte du coronavirus, elle attend son 5ème test

Comme tous les passagers ayant débarqué à l’Aéroport international d’Ivato depuis le 11 mars dernier, Tence Mena a été mise en quarantaine durant 14 jours à l’hôtel. Elle est confinée depuis le 19 mars dernier. Si d’autres passagers ont pu rejoindre leur foyer après ce délai, ce n’est pas le cas pour elle. Actuellement, la chanteuse entame son 23ème jour de confinement et se trouve au Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Anosiala. Si durant le 1er, 2ème et 3ème test, les résultats ont été toujours négatifs, grande fut sa surprise que le quatrième test a été positif, c’est-à-dire qu’elle est atteinte du coronavirus. Et c’est d’ailleurs la raison du prolongement de sa mise en quarantaine. Cependant, jusqu’à maintenant, elle ne présente aucun symptôme de la maladie. D’après Tence Mena, elle est encore en pleine forme. Cette mise en quarantaine est pour elle une occasion de sensibiliser les citoyens afin de respecter les mesures barrières mises en place par l’Etat. « J’ai pris l’engagement de respecter cette mesure de confinement malgré les contraintes psychologiques endurées. Mais l’objectif est de protéger les autres et moi-même », avance-t-elle. C’est aussi une opportunité pour la chanteuse de renforcer l’amitié avec les autres artistes. D’ailleurs, depuis le jour où elle a été mise en quarantaine, ses amis artistes ne cessent de publier des vidéo, d’envoyer des lettres d’encouragement autant pour elle que pour les autres personnes mises en quarantaine et malades du Covid-19.Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Petites et moyennes entreprises - Les impacts du coronavirus beaucoup plus ressentis

Toute l’économie battue en brèche. Mais l’impact est beaucoup plus ressenti chez les petites et moyennes entreprises (PME). Celles-ci n’arrivent plus à respirer en ce moment à cause du coronavirus. « Depuis le confinement, la majorité des sociétés ont cessé leurs activités. Les grandes entreprises comme les banques ont choisi d’octroyer un congé forcé à leurs employés afin de pouvoir garantir l’emploi et payer leur salaire à la fin du mois. Cependant, le Gouvernement a prolongé le confinement alors que le droit de congé est limité à 20 jours. Il est impossible de contracter un congé payé de 30 jours. Certaines entreprises envisagent même d’établir des " crédits de congé " ou des " heures à récupérer ". Malheureusement, les PME ne peuvent pas appliquer les mêmes dispositions. Elles sont actuellement en manque de trésorerie alors que les charges fixes comme les loyers et les factures de la JIRAMA les attendent encore. D’autres essaient de s’adapter avec les services de livraison mais les difficultés se ressentent encore », explique Hery Lanto Rakotoarisoa, président du Groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP). Pour rappel, le ministère de l’Economie et des Finances a tenté d’apaiser la douleur des entreprises en rallongeant les échéances fiscales pour cette année. Néanmoins, il n’a jamais été question de suspension du paiement des impôts comme l’avaient espéré plusieurs sociétés. Un plan de relance économique est déjà en cours mais vu la situation actuelle, les PME ne peuvent plus attendre son lancement à la fin du mois. « Nous sommes ravis de l’initiative prise par le Gouvernement, mais le problème de trésorerie sera de plus en plus renforcé d’ici la fin du mois. Je ne suis pas sûr que les entreprises puissent s’engager sur le maintien de l’emploi, même en réaménageant les échéances fiscales », martèle Rivo Rakotondrasanjy, président de l’Alliance pour l’industrialisation durable à Madagascar.La reprise à la fin du confinement sera également un grand problème. « Même si les entreprises continuent de fonctionner », le pouvoir d’achat des ménages va s’effriter encore plus », déclare le président de l’Alliance pour l’industrialisation durable à Madagascar. Un souci souvent évoqué dans le baromètre de l’industrialisation.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

« Mobile money » - Les shops se substituent aux cash-points

Assurer la disponibilité des liquidités pour les clients. Le système « mobile money » fait aujourd’hui partie intégrante de la vie quotidienne de la population malagasy. Toutefois, face au confinement, le nombre de cash-points ouverts pour assurer ce service a drastiquement diminué. Pour sa part, Telma a donc décidé de maintenir ouverts tous ses Telma shops. « Les cash-points sont considérés comme des acteurs dits « normaux » de la société. Ils ne figurent pas ainsi parmi les secteurs réquisitionnés par l’Etat. Par conséquent, nous ne pouvons pas les forcer à rester ouverts. Pour pallier cela, nous avons donc décidé de garder nos shops ouverts. Ils assurent déjà le service Mvola, sauf qu’en cette période, on doit donc travailler plus que d’habitude pour assurer le travail des cash-points », a expliqué un responsable au niveau de l’opérateur. Chaque client pourra ainsi faire autant de dépôts et de retraits, mais aussi de transferts d’argent au niveau des shops. A la fin du mois de mars dernier, les boutiques Telma ont rencontré un certain manque de liquidités mais la situation est désormais rétablie. « L’argent stocké dans les shops Telma est limité pour éviter tout risque de brackage et autres. Nous avons eu quelques soucis d’approvisionnement à cause du transport. Mais ce problème a déjà été solutionné depuis. En tout cas, le retrait au niveau des distributeurs automatiques de notre banque partenaire Société Générale Madagasikara est aussi possible, si notre client ne dispose pas de shop Telma à proximité », a notifié ce responsable. Telma a ainsi renforcé ses services pour pouvoir répondre positivement à tous les besoins de chacun de leurs clients, tout en prenant les précautions nécessaires pour éviter la propagation du coronavirus dans le pays. Il ne faut pas oublier qu’en tant que service financier, le « mobile money » figure parmi les secteurs réquisitionnés par l’Etat. Rova Randria

La Vérité0 partages

Opposition - Nouveau délire pour un gouvernement de « salut national »

Une quête inlassable du pouvoir ! C’est en ces termes que se résument les intentions des membres du « Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) de s’emparer du pouvoir, désormais plus que flagrantes. Faut – il rappeler leurs dernières revendications, sous couvert du collectif des candidats, demandant l’annulation de toutes les élections.  Cette démarche ayant échoué, le mouvement profite de cette crise sanitaire causée par le coronavirus pour critiquer, à longueur de temps, les décisions prises par le régime. Une manœuvre qui vise apparemment à décrédibiliser les dirigeants et faire croire que ces derniers n’arrivent pas à gérer la situation. Après la sortie médiatique de l’ancien Président Marc Ravalomanana qui s’est proclamé leader du RMDM, ce fut au tour de son adjoint, Alain Andriamiseza d’entrer dans un nouveau délire en s’exprimant dans une émission spéciale diffusée sur une chaîne privée de la Capitale avant – hier. Outre les nombreuses critiques qui ne sont pas toutes constructives concernant la gestion de la crise du Covid-19 par les tenants du pouvoir, cet ancien ministre du temps de la Transition a lancé une proposition aberrante mais qui, pourtant, est loin d’être surprenante de la part de ce membre de l’opposition. En effet, il a proposé la mise en place d’un gouvernement de « salut national» qui, selon lui, sera en charge de gérer la crise actuelle incluant des techniciens et des politiciens « toutes tendances confondues ». Un refrain qui est  déjà bien connu par les observateurs politiques avertis. Madagascar est sans nul doute le seul pays où des politiciens osent proposer  la mise en place d’un tel gouvernement alors qu’il existe un régime élu démocratiquement. Autrement dit, un régime qui a obtenu sa légitimité par la voie des urnes et ayant reçu toute la confiance du peuple.Sous d’autres cieux, les opposants attendent les rendez – vous démocratiques c'est-à-dire les élections pour briguer le pouvoir dans les règles de l’art. Ailleurs, l’opposition avance un contre – programme pour avancer des solutions pertinentes dans l’intérêt de la population. Mais à Madagascar, l’attente jusqu’à l’année 2021, marquant la fin de mandat du régime actuel, paraît visiblement trop longue pour ces politiciens qui veulent parfois brûler les étapes.La Rédaction

La Vérité0 partages

Journal Taratra - Victime des intellectuels mauvais

Le mensonge est l’arme du plus faible. Toute crise des temps modernes a son cortège de légendes urbaines répandues à la vitesse de la lumière sur le net. C’est ce qui arrive au journal en langue malagasy Taratra, qui fait partie du Groupe Ultima Media appartenant à la famille du maire d’Antananarivo Naina Andriantsitohaina.Des intellectuels mauvais utilisent, par le maniement de l’infographie, la maquette habituelle de sa « une » pour lancer des attaques virales contre le régime. Ils œuvrent pour détruire la paix avec les autres dans l’amour, la justice, la convivialité et le respect de la dignité sacrée de chacun. Leurs actions ciblent plus particulièrement les hautes personnalités de l’Etat.Pour tout lecteur crédule, la présentation du journal est telle que la version partagée à loisir sur les réseaux sociaux est authentique. Mais, pour les esprits éclairés, l’écart de langage à travers les informations affichées se lit avec facilité. Le fait n’est pas nouveau. Il a été déjà signalé quelques mois auparavant dans le dessein de détruire les réputations des autorités, le journal lui-même, son groupe d’appartenance et, a posteriori, son propriétaire. Des mesures ont été prises pour rendre inoffensif le machiavélisme en marche.Malgré tout, ses instigateurs aux intentions lugubres reviennent encore à la charge. Ces jours-ci, le journal Taratra, trafiqué sur le net, véhicule des informations contraires aux idéaux que le vrai, âgé de 16 ans, a défendus depuis sa création. Le propriétaire cherche à démasquer l’identité des pestiférés derrière cette entreprise visiblement destinée à empoisonner l’opinion. D’aucuns se demandent également sur leurs motivations.Seul le résultat de l’investigation policière actionnée après coup répondra aux questions posées. Une chose est quand même sûre. Ce ne sont jamais les petits marchands ambulants qui peinent à trouver quoi manger jour après jour qui passent leur précieux temps à se livrer à ces jeux débiles prônant les antivaleurs et l’instauration d’un climat social loin de la paix durable. Ce ne sont pas non plus des lavandières des bas quartiers mais certainement des individus aisés et ayant pu acquérir des compétences avérées en manipulation informatique.Ce sont probablement des intellectuels serviteurs de la désorganisation sociale. Il semble que leurs parents ont financé leurs études pour qu’ils propagent l’idéologie de la haine au sein de leur propre société où vivent les leurs. Suivant l’optique du médecin viennois Sigmund Freud, la désorganisation fait référence à la « pulsion de mort » ou à la « pulsion de destruction » contrairement à la réorganisation qui se rapporte à la pulsion de vie. Etre intellectuel est un état d’esprit. Il n’est lié ni à la position sociale de l’individu ni aux études effectuées par celui-ci.Le Congolais Joseph M. Kyalangilwa, en réfléchissant sur les intellectuels, en arrive à la conclusion suivante : « Contrairement aux bons intellectuels, les intellectuels mauvais sont des intellectuels qui exploitent, par intérêt égoïste, l’ignorance des populations et les manipulent. Corrompus, ils détestent le dialogue et ne supportent pas la contradiction. (…) Ils ont une arme diabolique : le mensonge, qu’ils répandent à la vitesse de l’éclair. Mais le mensonge finit toujours par avoir des conséquences néfastes ».Les responsables du journal Taratra (le vrai) rassurent le lectorat que le support demeurera à jamais fidèle à sa ligne éditoriale et respectueuse de la règle éthique et déontologique du journalisme. En outre, la version papier a cessé de circuler depuis le 24 mars en raison des mesures sanitaires en vigueur pour enrayer la propagation du coronavirus. La version électronique, disponible sur la plateforme E-Media Place et diffusée via mails, est accessible par abonnement.M.R.

La Vérité0 partages

Covid-19 à Madagascar - Deux enfants de 4 et 12 ans contaminés

Leurs parents en sont également atteints. La liste des nouveaux cas confirmés de coronavirus s’allonge. Hier, la porte-parole du Centre de commandement opérationnel – Covid-19, Vololontiana Hanta Marie Danielle a annoncé 9 nouveaux cas positifs de coronavirus. Le total d’infectés a franchi la barre des 100 contaminés. Au total, Madagascar a enregistré 102 cas confirmés. 91 cas sont aujourd’hui hospitalisés. Et 11 personnes guéries. A ce stade, l’état de l‘ensemble des patients hospitalisés n’inspire pas d’inquiétude. Aucune forme grave n’est enregistrée. Aucun décès non plus  jusqu’ici. Parmi les nouveaux cas, trois ont été recensés à Antananarivo et 6 à Toamasina. Et parmi ces derniers figurent deux jeunes enfants. « Un enfant вgй de 4 ans et un autre jeune garзon de 12 ans figurent parmi les personnes dйpistйes positives au coronavirus  », a indiqué Vololontiana Hanta Marie Danielle. Les deux jeunes garçons auraient été contaminés dans le cadre familial. Leurs parents en sont aussi atteints et font partie des personnes hospitalisées dans les hôpitaux dédiés à la lutte contre le coronavirus à Toamasina. Employé d’une compagnie minière implantée dans l’Est de la Grande île, le père aurait été le premier à être contaminé par le coronavirus. Son épouse, ainsi que ses deux enfants ont alors été dépistés et testés positifs au Covid-19, selon des sources informées.  Tous les patients atteints de coronavirus recevraient déjà les soins idoines et feraient l’objet d’un suivi. Il faut noter que les cas de jeunes atteints de coronavirus restent moindres jusqu’ici. A Madagascar, ceux infantiles se comptent encore sur les doigts d’une main. Toutefois, des études récentes publiées dans la presse internationale montrent qu’il y a bien des formes graves de la maladie chez les jeunes. Mais, il semblerait que les enfants sont, tout de même, bien moins touchés que les adultes. Selon de nombreux médecins, les enfants peuvent être infectés par le virus, mais le plus souvent ne vont pas exprimer autant de symptômes que chez l’adulte. Certains spécialistes avancent que les jeunes ont l’habitude du fait des vaccinations, des petites infections répétitives en milieu scolaire. Les enfants auraient un système immunitaire beaucoup plus performant. D’autres affirment que le système pulmonaire chez les plus jeunes n’est pas totalement finalisé et ne permet pas au virus d’y pénétrer. La contagiosité est donc possible, mais les symptômes sont pauvres. C’est notamment pour cette raison que, dans le monde et à Madagascar, les écoles sont fermées, pour éviter la contagiosité des personnes vulnérables par le biais de cette population infantile.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Moramanga : Liberté provisoire d’un présumé auteur d’inceste

A la suite d’une plainte au parquet du 21 février dernier, déposée par Me Andry Randriaminosoa, le déferrement

de l’accusé n’a pas attendu longtemps. Homicide, inceste et usage de faux. De ces trois chefs d’accusation et aussi étranges que cela puisse paraître, l’accusé a encore recouvré la liberté. Récit de faits. Un couple s’est marié le 28 mai 1983 et cette union a été attestée par un acte de mariage. Deux filles sont issues de cette union légale. Elles sont respectivement nées le 23 décembre 1983 et le 1er janvier 1985, et leurs noms sont conservés dans le livret de famille. Depuis le mariage, il n’y a eu aucun jugement de divorce ni de séparation de corps entre le couple, comme l’atteste par ailleurs le certificat de non-séparation. Mais les problèmes ont commencé

Une partie des faux documents utilisés.

lorsque la mère de famille a quitté son foyer, à la suite d’une affectation administrative à Moramanga, où elle fréquentait un autre homme. Leur relation extra-conjugale a donné naissance à un enfant le 6 juin 1994. Tout va plutôt bien jusqu’au décès de la mère, le 5 avril 2018. Une mort que sa famille « directe » trouve anormale. « Nous, son mari légitime et sa fille aînée, n’avons été informés du décès que quelques semaines plus tard. Nous n’avons même pas trouvé le lieu d’enterrement de notre très chère », a-t-on expliqué. Ces derniers croient à un éventuel assassinat : « Ce n’est pas le fruit du hasard. Il y a peut-être le mobile de préparer sa mort pour en tirer les bénéfices ». De quels bénéfices parlent-ils ? Outre la pension de la défunte auprès du ministère des Finances à Tamatave, qui a déjà été perçue par le compagnon de la femme, ses biens auraient été spoliés et détournés par ce dernier sur base de faux documents. « De faux documents ont contribué au jugement supplétif permettant une fausse déclaration de naissance. Il a ainsi déclaré, à l’aide de faux en écritures administratives, être le père de la fille de sa compagne. Pire, il a changé de nom et il a eu deux enfants avec cette prétendue fille, à la suite d’une relation incestueuse. Deux enfants naissent de cette relation et il les ont déclaré comme étant leurs propres enfants, avec la femme qui avait alors 48 ans, à la prétendue naissance de ces petits », selon l’explication de l’avocat de la partie civile, M. Andry Randriaminosoa. Pour résumer l’affaire, le sieur qui est taxé d’homicide et d’usage de faux s’est « marié » illégalement avec cette femme. Par la suite, il s’est encore « marié », toujours de manière illégale, avec la fille de cette femme. A chaque fois, il a bénéficié d’une libération provisoire, après que l’affaire ait été passée en instruction, en mars dernier. Consterné, l’avocat a tout de suite déposé son opposition à cette décision. Le tribunal a retenu la date du 13 avril pour annoncer sa décision.

 D.R

Midi Madagasikara0 partages

Confinement partiel : Un service minimum au niveau des ministères

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation fait partie des ministères qui doivent assurer un service minimum durant l’état d’urgence sanitaire. (Photo d’archives)

Les ministères doivent fonctionner en service minimum durant les jours de confinement décrétés dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Cette décision émane du gouvernement, suivant les dispositions de l’arrêté relatif aux mesures prises durant la période de prolongation de l’état d’urgence sanitaire. Si les fonctionnaires sont les premiers à avoir respecté rigoureusement l’absence au travail en raison du confinement, les ministères sont invités, cette fois-ci, à mettre en place un dispositif pour assurer un service minimum. 

En effet, les portes de l’administration publique ne doivent pas toutes être verrouillées durant le confinement, mais des agents doivent être présents dans certains bureaux des départements ministériels. Ce qui n’a pas été le cas durant les quinze premiers jours de confinement, où les ministères ont été complètement désertés par les fonctionnaires. Seuls les ministères en charge de la Santé publique ; de l’Intérieur et de la Décentralisation ; de la Sécurité publique ; de la Défense nationale, de la Justice ; et de l’Économie et des Finances ont ouvert leurs portes, conformément aux dispositions mises en vigueur par l’état d’urgence sanitaire. 

Pour assurer l’effectivité de cette mesure, les ministères seront alors contraints d’organiser le transport de leur personnel qui assurera le service minimum, et ce, en raison de la suspension des transports en commun en ville et dans ses périphéries. « Les déplacements des personnes pour des raisons professionnelles doivent être organisés par l’organisme employeur de manière stricte » annonce l’article 6 de l’arrêté du gouvernement publié en début de cette semaine. 

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Toliara – Respect du couvre-feu : Huit taxi-brousses retenus au départ 

Etat d’urgence sanitaire oblige. Le président Andry Rajoelina a donné 72h à tous ceux qui sont restés à Antananarivo pour regagner leur région d’origine. Il en est de même pour ceux qui veulent revenir dans la capitale. Du 7 au 9 avril, on a assisté à un grand ballet de taxi-brousses, avec l’orchestration des coopératives.

La nuit à la belle étoile des taxi-brousses avant le départ du jeudi 9 avril. À la guerre comme à la guerre.

Huit taxi-brousses de différentes coopératives œuvrant à Tuléar n’ont pas pu prendre le départ pour Antananarivo le mercredi 8 avril à 18h30, pour cause de couvre-feu. Chaque voiture contenait 13 à 20 passagers, selon le tarif convenu entre chauffeur et coopérative. Les passagers, la plupart avec des cache-bouches, avaient attendu depuis le départ normal de 8h du matin jusqu’à 18h, heure de la finition des divers contrôles sanitaires. Les passagers se demandaient pourquoi le départ était si tardif. Finalement, l’Autorité des transport terrestres (ATT) a dû délivrer une autorisation spéciale par voiture avec noms des passagers, leur permettant de voyager sans encombre jusqu’à leur destination respective. En fait, tous ces taxi-brousses au départ de Tuléar étaient les mêmes qui venaient d’arriver l’après-midi en provenance d’Antananarivo, et les chauffeurs n’avaient pas pu se reposer.  Les voyageurs des huit taxis-brousses ont été contraints de passer la nuit à la belle étoile. En revanche, leurs motifs « retour à vide » pour taxer le double du prix d’une place, ne tenait pas debout. Mais par manque de voitures, c’était la loi de l’offre et de la demande qui a primé.

Charles RAZA