Les actualités Malgaches du Dimanche 10 Mars 2019

Modifier la date
Madaplus.info0 partages

Action des femmes de TEM ce 8 mars 2019 en faveur des étudiants du FUM

Ce 8 mars 2019, les femmes de Tous Ensemble pour Madagascar ont distribué des PPN aux étudiants du Foyer Universitaire Malagasy (FUM) de Cachan.
Les femmes de TEM se sont cotisées pour pouvoir apporter une aide symbolique ce 8 mars aux étudiants du FUM.
Elles se sont organisées pour acheter des produits de première nécessité et préparer les colis pour les distribuer, par la suite aux étudiants malagasy de Cachan.
Les femmes de TEM ont préparé 126 colis destinés aux étudiants.
Plusieurs étudiants ont répondu à l'appel, hormis ceux qui étaient en cours ou ceux qui avaient d'autres obligations.
80% des dons ont été distribués. Les 20% restants ont été confiés aux étudiants responsables qui se chargeront de les faire parvenir aux absents, sous la supervision du Directeur du Foyer.
Après les discours prononcés par le Directeur du FUM, la secrétaire et une adhérente de TEM, les femmes de TEM ont procédé à la distribution des colis composés d'huile, de riz et de pâtes.
Le Directeur dans son discours a notamment présenté les étudiants hébergés dans le foyer, leur niveau d'études, allant de la première année au doctorat, leur cursus, l'ambiance studieuse qui prévaut au sein du foyer qui comptabilise une réussite de 90% des étudiants aux examens dans les différentes filières.
La secrétaire de TEM a, quant à elle, présenté l'association TEM, l'objectif de l'action des femmes de TEM et leur investissement pour le développement du pays et pour l'aide qu'elles pourraient apporter en France auprès de ceux qui les sollicitent dans les domaines socio-culturel, économique et dans tout autre domaine.
L'adhérente de TEM a voulu apporter son témoignage en tant que membre de TEM, membre de la Diaspora, en tant que grand-mère engagée.
Après la distribution des PPN, les membres du bureau de TEM se sont joints aux femmes pour participer au débat avec les étudiants.
Le Secrétaire Général de TEM a répondu aux questions posées par les étudiants sur l'association, sur ses objectifs et son rôle.
Des questions relatives au choix des étudiants sur leur devenir, sur leurs options après les études ont également été engagées.
Quelles sont les raisons qui poussent un étudiant à choisir de rester en France plutôt que de rentrer au pays ?
Quels sont les principaux écueils ?
A cette question, plusieurs étudiants ont répondu, en premier lieu, l'insécurité qui règne à Madagascar, en second lieu, la corruption ou plus exactement le népotisme qui ne donne aucune chance aux étudiants, même bardés de diplômes, d'accéder à un emploi quelconque, bref de bénéficier de privilèges qui ne sont pas donnés au commun des mortels.
La rétribution salariale à la hauteur des investissements réalisés par les parents pour les études a également été évoquée.
D'autres questions portant sur l'attente des étudiants vis-à-vis de l'Etat et ce qu'ils étaient prêts à faire pour participer au développement du pays ont été soulevées.
Les membres du bureau ont également présenté les programmes présidentiels en faveur des jeunes entrepreneurs.
"Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, mais vois plutôt ce que tu peux apporter à ton pays."

La Vérité0 partages

Trafic illicite de produits miniers - 675 sacs de quartz saisis à Ivato Centre

30 tonnes. C’est le poids total des 675 sacs contenant de quartz intercepté à bord de deux camions la semaine dernière. Cette pierre précieuse a été saisie à Ivato Centre dans la Région d’Ambositra. D’après les autorités, ces quartz sont estimés à une valeur de deux milliards d’ariary. D’après l’enquête des Forces de l’ordre, ces sacs proviennent d’Ambatofinandrahana. Cette arrestation est le fruit d’une collaboration entre la Gendarmerie  de la région ainsi que la police des mines. Le ministre des Mines et des Ressources stratégiques Fidianiavo Ravokatra ainsi que ses collaborateurs se sont tout de suite rendus sur le lieu lorsqu’ils ont appris la nouvelle. Après avoir constaté les faits, le ministre a décidé que son département va redoubler d’effort dans la lutte contre le pillage des ressources et les irrégularités. Il a également tenu à faire savoir que ces objets  saisis seront stockés dans les dépôts de la police des mines et mis en vente .Les Forces de l’ordre dans le secteur minier ont reçu une récompense en contrepartie de l’effort fourni. Les 675 sacs de quartz se trouvent en ce moment dans les locaux de la police des mines à Ampandrianomby.Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Tempête tropicale Idai - Une alerte cyclonique verte pour plusieurs Districts de Madagascar

Selon les dernières nouvelles, les Malagasy devront de nouveau se préparer pour faire face à des pluies incessantes puisqu’apparemment, Madagascar est en alerte à cause de la tempête tropicale. Le stade de tempête tropicale qui a atteint pour le 11e système de la saison et qui a été baptisé Idai par Madagascar. Samedi dernier vers 16h, la dépression tropicale n°11 qui est devenue la future tempête Idai, était située autour du point 17.0 S et 41.4 E, soit à environ 140 km à l'ouest de Juan de Nova et 300 km à l'ouest nord-ouest de Maintirano. Le système se déplace en direction de l'est à la vitesse de 19 km/h, sous l'effet d'une dorsale proche équatoriale. Pourtant, la situation a évolué, dimanche à 5h du matin, Idai était située à environ 210 km au nord-ouest de Maintirano et à proximité immédiate de l'îlot Juan de Nova. Selon l’information donnée par le site Cyclone Océan Indien, le système a fortement ralenti, c’est à dire qu’il y aura un changement imminent de trajectoire. La pression centrale est de 992 hPa et les rafales sont de l'ordre de 110 km/h près du centre. Ces prochaines 24 heures, le phénomène fera demi-tour pour se diriger en direction de l'ouest sud-ouest sous l'effet du renforcement de la dorsale subtropicale. Dans le même temps, Idai devrait profiter des conditions environnementales favorables à tout point, pour devenir un cyclone tropical intense.

 Risque d'impact  Ainsi, un avis de menace a été lancé pour la Grande île. Une alerte cyclonique verte qui est toujours en cours à Madagascar sur les Districts de Besalampy, Maintirano, Antsalova, Belo Tsiribihina et Morondava. Les côtes ouest de la Grande île restent cependant soumises à des conditions très perturbées liées à Idai, malgré qu’un impact direct soit à présent exclu. Les pêcheurs et ceux qui travaillent en mer sont ainsi prévenus puisque toute sortie en mer est strictement déconseillée entre Mahajanga et Morondava et la prudence est de mise. Enfin, les dernières prévisions de trajectoire et d'intensité continuent d'être très défavorables pour le Mozambique. La philosophie est inchangée. Après s'être significativement renforcé, le système Idai est prévu atterrir sur les côtes centre-est du Mozambique jeudi prochain. Toutefois, il reste encore des incertitudes sur la zone d'impact et le timing. Cependant, le centre des cyclones de La Réunion met en garde en indiquant que la « probabilité qu'un système mature atterrisse sur le Mozambique avec une intensité élevée est très forte ». Un avis annonçant la menace cyclonique a été publié par le service météorologique du Mozambique. Pour info, Idai est le 3e système de la saison cyclonique 2018/2019 à se former dans le Canal de Mozambique. Quel contraste par rapport à la saison précédente où aucun système ne s'y était formé à part une éphémère dépression tropicale. En tout cas, toutes les régions de la Grande île devront se préparer parce que la situation ne risquera pas de stagner, des fortes pluies pourront surgir d’un jour ou l’autre.Recueillis par T.A.

La Vérité0 partages

Tout autour du 8 mars 2019 : La Première Dame en action

La célébration de la journée internationale des Droits de la femme pour l’année 2019 a été l’occasion pour l’actuelle Première Dame de marquer de son empreinte le devant de la scène. D’Ambilobe (Page 8) à Mahajanga (Page 9), Mialy Rajoelina a été au four et au moulin afin de concrétiser un projet qui lui tient à cœur, à savoir le lancement et la mise en place du réseau allant de la production jusqu’à la commercialisation d’éthanol, un combustible appelé à remplacer  les autres sources d’énergie utilisées actuellement par les foyers malagasy, comme les bois de chauffe. A noter que, outre le statut de Première Dame, Mialy Rajoelina porte aussi un titre international, continental pour être plus précis, celui de présidente du PAESFA (Pan African Ethanol Stoves and Fuel Alliance). La place nous manquait pour illustrer les articles se rapportant à ces événements (voir les pages 3 de nos éditions du vendredi 8 et du samedi 9 mars derniers), nous leur consacrons donc aujourd’hui deux pages photos.

La Vérité0 partages

« Win-Win ! »

 Le Président malagasy Rajoelina Andry Nirina effectue une visite d’Etat du 10 au 13 à l’île Maurice.  En tant qu’invité d’honneur, le Chef de l’Etat assistera et honorera de sa présence les cérémonies officielles de célébration de la fête nationale de l’île sœur du 12 mars. L’armée malagasy sera présente au cours du défilé militaire. Faut-il signaler que ce déplacement du locataire d’Iavoloha à Maurice se situe dans le cadre du raffermissement des liens de fraternité entre les deux peuples partageant le même espace des Mascareignes de l’océan Indien. C’est la réponse logique d’un geste d’amitié d’une île sœur quand elle avait bien voulu accepter d’envoyer une personnalité de haut rang, un vice-Premier ministre, pour honorer de sa présence les cérémonies d’investiture du Président de la République, Rajoelina Andry Nirina, le 19 janvier à Mahamasina. En effet, Yvan Collendavelloo, le numéro 2 du Gouvernement mauricien se trouvait dans nos murs pour la circonstance.  C’est une grande première pour Madagasikara qu’un Chef d’Etat malagasy soit invité avec les honneurs pour assister aux cérémonies de la fête nationale de l’île Maurice. Effectivement, la grande île retrouve son ... rang ! Longtemps ignoré, comme un « gros sou sans valeur » (Ariary be), Madagasikara reprend sa place.

Et entre gens bien élevés et dignes, on se respecte ! En marge de cérémonies officielles de la fête et au-delà de l’aspect protocolaire, le Président malagasy met à profit ce voyage d’Etat pour tisser de nouveaux liens, d’ordre économique notamment. En ce sens, un forum économique entre dans l’agenda de la visite. On n’ignore pas que la petite île Maurice est un géant parmi les îles voisines et intègre, bel et bien, depuis belle lurette, la cour des grands à l’échelle continentale. Il y a donc des opportunités à saisir ! Seulement, il faudrait que la délégation malagasy veille à ce que le tout s’inscrit dans la ligne droite du principe des intérêts mutuels. Le respect  du  concept  « gagnant-gagnant » s’impose. Madagasikara, le maillon faible de la chaîne parmi les Mascareignes en particulier, et en Afrique en général, subit l’implacable loi du plus fort. La plupart des contrats se faisaient dans un cadre « perdant- gagnant ». Les pays comme les Comores qui étaient toujours en retrait sur le plan économique par rapport à la Grande île se permettent, aujourd’hui, de toiser Madagasikara. D’un côté, les gros investisseurs mauriciens lorgnent les immenses potentialités que la Grande île dispose, en termes d’espace, de main-d’œuvre et de consommateurs tandis que nous, de l’autre, nous avons hautement intérêt à attirer des capitaux frais. L’on sait également les expertises mauriciennes en matière de zones franches  plus précisément les Zones économiques spéciales (ZES) et qu’ils veuillent bien les exporter vers les îles voisines. De ce fait, il faut que les dirigeants malagasy sachent bien discerner le vrai du faux chemin. A rappeler que les députés de l’opposition (TIM et MAPAR), à l’époque des faits, ont voté contre le projet de loi du régime HVM voulant implanter à Madagasikara des ZES, le cas de l’Anosy à titre d’exemple.   Tout sujet de coopération peut être abordé, à une condition que le contrat de partenariat respecte la base des intérêts mutuels. Le Business Forum doit aller dans le sens du « Win-Win ».   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Golf - Océan Indien - Madagascar veut intégrer le circuit international

L’ile Maurice s’est imposée comme la meilleure destination golfique de l’océan Indien.  Les Seychelles viennent après. Madagascar veut intégrer ce circuit de l’océan Indien qui est l’équivalent d’un circuit international standard. Un projet qui a déjà été animé depuis 2 ans.  Le golf allie passion, sport, jeu, business et tourisme. D’ailleurs c’est l’objectif que la fédération malagasy de golf malagasy veut mettre en place. Concilier le golf et le tourisme est la devise de la Fédération malagasy de golf (FM Golf).   Une journée découverte intitulée «  Golf et développement » a été organisée ce dimanche dans l’académie de golf « Galaxy Golf Andraharo ». L’évènement a été honoré par le ministre du Tourisme malagasy, Christian Ramarolahy qui est aussi un grand golfeur et le ministre de la Jeunesse et des Sports Tinoka Roberto. Dans son allocution, le ministre du Tourisme a promis d’aider la fédération pour que le golf puisse vraiment contribuer au développement du tourisme. « Trois terrains seront mis en concession durant les 5 années à venir pour les transformer en terrain de golf. Et je pèserai tout mon poids pour que Madagascar puisse organiser ce tournoi. Et je ferai aussi tout le nécessaire pour que la subvention du golf auprès du MJS soit acquise », promet- il. Il s’agit ici du tournoi Senior Tour européen qui se déroule à Maurice tous les mois de décembre et aux Seychelles tous les mois de février.

Grâce à son dynamisme touristique, la filière golf a, dans son périmètre le plus étendu, un impact considérable sur les secteurs variés des loisirs et de l'hôtellerie-restauration. « La région est une étape qu’on ne doit pas ignorer. Actuellement, l’évènement tel que le Senior Tour européen est une grande fenêtre visuelle pour parler de notre Grande île.  Le régime actuel affiche sa volonté de développer le pays. Et je suis sûr ce que cet évènement sera un levier de développement. J’espère vivement de mettre Madagascar dès cette année dans ce circuit de golf », annone Ranaivo Andrianasolo, président de la FM Golf. C’est toute l’ile qui va bénéficier de cette expérience mauricienne et les Seychelles. Le représentant du Senior Tour Europe, Marc Antoine Farry est de passage dans le pays. Hier, il a témoigné de sa réussite dans l’ile Maurice durant l’évènement. « Notre idée avec le président de la fédération et Sylvain Rabetsaroana président du golf du Rova est d’intégrer ces deux premiers tournois qui sont sur le calendrier européen et de faire de Madagascar une troisième destination dans l’océan Indien. La Grande île sera le premier pays à démarrer chacun  de ces trois tournois », avance Marc Antoine Farry.  Quant à lui, le président du Golf du Rova, Sylvain Rabetsaroana a promis de faire tout son possible pour ne pas faire ce tournoi en une seconde zone. Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Jaovita Hortense Florette - « Sans la débrouillardise féminine, la population malagasy n’aurait pu vi...

Jaovita Hortense Florette n’a jamais raté la célébration de la date symbolique du 8 mars pour les femmes du monde entier. Une femme très discrète mais   qui  est devenue,  malgré elle, une figure féminine  montante de  la Région  nord de l’île. C’est une femme battante qui  croit fermement que cette journée revêt un sens particulier à Madagascar. Nous sommes une société matrimoniale a-t-elle confirmé, l’égalité des genres n’est pas la finalité des combats féminins mais seulement une étape pour la lutte pour le développement harmonieux de notre société. Elle adhère à  la vision du régime actuel qui fait montre d’une volonté sans faille vers le développement national .Par contre, selon cette femme qui, chaque fois, fait la part des choses, les réformes qu’on entreprend ne doivent, en aucun cas, fragiliser l’unité et la solidarité nationale. Interview.Question : La journée du 8 mars est devenue à Madagascar pleine de symbole .Qu’en pensez-vous ?Jaovita Hortense F. : Vous avez raison. A l’origine, cette date est décrétée par les Nations unies pour conscientiser l’humanité sur la nécessité d’une lutte commune pour l’égalité des genres .A Madagascar comme vous dites, cette date revêt un sens particulier et c’est notamment pour mettre en exergue les rôles importants des femmes malagasy  dans notre société en tant qu’épouse , mère et première responsable dans la vie familiale. Comme on le sait, notre société est matrimoniale et cela diffère les femmes malagasy de leurs sœurs de par le monde. J’ose même dire que  les femmes malagasy ont une place prépondérante non seulement dans la famille mais surtout dans la vie nationale. Elles sont à juste titre les chevilles ouvrières des œuvres de développement socioéconomiques du pays. La journée du 8 mars est partout dans tout Madagascar célébrée avec ferveur non pas seulement pour  l’égalité des genres mais surtout pour montrer la place importante des femmes malagasy dans notre société et dans la vie nationale. Question : Le contexte est très difficile. Quels rôles doivent jouer les femmes car l’heure est  au redressement national ?Jaovita Hortense F. : La gent féminine représente au moins  les 52% de la population en général selon à peu près les statistiques officielles. Cela nous incombe à une responsabilité plus importante et plus large  mais ne doit pas être perçu comme un ventre mou de notre société. Ce contexte difficile nous oblige à agir. Certes, la complémentarité  dans les actions des conjoints dans les foyers  ne sont pas à démontrer. Par contre, le rôle des femmes qu’elles soient au foyer ou dans une responsabilité quelconque à l’extérieur reste plus important que celui des hommes car elles ne luttent pas seulement pour donner un cadre de vie décent à son petit clan familial mais  veillent à ce que tout ce qu’elles entreprennent ait des retombées plus larges à l’échelle nationale. Ne dit-on pas chez nous que le nom «  Firenena »  est issu directement du nom « reny ».En parlant de contexte difficile, je prends l’exemple de cette insécurité généralisée qui fait des ravages non seulement en termes de victimes physiques mais surtout morales .Ce sont les femmes qui sont généralement les plus touchées car c’est l’ensemble de ces actions en tant que bases fondamentales de l’avenir de la Nation malagasy qui sont dans une fébrilité extrême. Les hommes quand ils parlent d’insécurité, ils versent, dans bien des cas,  dans des solutions de facilité comme la répression directe. Nous, qui sommes des mères  et des épouses, nous avons une autre vision des choses. Ces délinquants sont nos enfants .Un adolescent délinquant  envoyé en taule est un signe flagrant d’un manquement grave de la famille en particulier, de la société villageoise et de la Nation en général à leur responsabilité. Les perceptions des femmes sur cette pauvreté généralisée sont aussi pareilles. Devant une telle situation, les hommes se jettent les responsabilités et se livrent à des zizanies politiques  à ne plus en finir. Les femmes qui supportent dans leurs foyers respectifs les poids d’une telle situation se débrouillent tant bien que mal. Sans cette débrouillardise féminine, mal connue malgré tout, la population malagasy n’aurait pu vivre normalement sans aides internationales accrues. Les statistiques ont dévoilé encore que 90% de la population vivent sous le seuil de la pauvreté.Question : Pour juguler ces fléaux, quels rôles doivent  jouer les femmes malagasy  dans ce contexte de redressement national?Jaovita Hortense F. : L’Etat fait montre d’une volonté réelle de changer les donnes nationales et c’est déjà louable. C’est peut être le début d’un vrai nouveau départ pour Madagascar. Il ne faut pas, par contre, que ces actions soient uniquement l’apanage de l’Etat mais il faut qu’il y ait des actions participatives de toutes les composantes de la société , notamment les femmes qui sont majoritaires qui jouent le rôle de levier de changement et des catalyseurs. L’intégration réelle des populations actives dans tout ce que l’Etat entreprend est une condition fondamentale de la réussite de notre travail de lutte contre la pauvreté et de tout ce qui est facteur de fragilité.Question : La célébration du 8 mars coïncide exactement avec le début de mandat du nouveau régime. Quel message les femmes doivent envoyer aux acteurs politiques majeurs qui sont les décideurs de premier plan ?Jaovita Hortense F. : Le Président Andry Rajoelina est notre guide actuellement. Il est jeune, il a de l’expérience et il a des visions. Particulièrement, je suis confiante quant à l’avenir de ce pays. Par contre, si j’ai des messages personnels à l’endroit des tenants du pouvoir en général ; en premier lieu, je les encourage à aller vers les réformes qu’il faut pour rendre notre pays une Nation moderne. Il y a tout de même des sujets et des domaines très sensibles auxquels il faut adopter des approches lucides et pleines de sagesses. Toutes les méthodes appliquées ailleurs ne sont pas toujours applicables dans notre société qui a sa spécificité anthropologique, sociologique et culturelle. Les solutions purement politiques ne sont pas toujours les bonnes même si celles-ci trouvent leurs explications dans les domaines juridiques. Les raisons,  très rationnelles soient-elles,  nous amènent aussi quelquefois vers la porte des erreurs. Nous avons une unité nationale à préserver, une solidarité nationale à asseoir solidement.
La rédaction

La Vérité0 partages

Ile Maurice - Visite diplomatique et économique du Président Andry Rajoelina

Le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina a quitté le territoire national hier. Accompagné de son épouse Mialy Rajoelina, le Chef d’Etat malagasy a foulé le sol mauricien en début d’après- midi. Invité d'honneur du Président mauricien, Andry Rajoelina assistera aux célébrations du cinquante et unième anniversaire de la fête de l'indépendance de l'île sœur de demain. A son arrivée à l'aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam, la suite présidentielle a été accueillie par le Premier ministre mauricien, le président du Conseil du District du Grand Port, le Premier ministre adjoint et ministre de l'Energie et des Services publics, le président de l'Assemblée nationale, le ministre des Affaires étrangères, de l'Intégration régionale et du Commerce international, le leader de l'opposition mauricienne, le secrétaire au Conseil des ministres et Chef de la Fonction publique, la doyenne du Corps diplomatique accrédité à Maurice, l'ambassadeur de Maurice à Madagascar et le Chargé d'affaires de Madagascar à Maurice.  Une cérémonie protocolaire a accueilli le Chef d’Etat malagasy, considéré comme un hôte de marque. Après l'exécution des hymnes nationaux, le Président Andry Rajoelina et le Premier ministre mauricien passent en revue les troupes militaires dépêchées à l'aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam pour l'occasion. Par ailleurs, 21 coups de canon ont été tirés. L'arrivée du couple présidentiel a même été diffusée en direct sur la télévision nationale mauricienne. Toute une série d'honneurs démontrant l'importance de cette première visite du Président Andry Rajoelina à Maurice.

A trois jours de la célébration de la fête de l'indépendance de l'île soeur, le drapeau malagasy est déployé dans toutes les rues et avenues de toutes les villes mauriciennes.  Après la cérémonie protocolaire, la délégation malagasy dirigée par le couple présidentiel s'est rendue à la State House, Le Réduit pour une visite de courtoisie auprès de SEM Paramasivum Pillay Vyapoory, Président par intérim de la République de Maurice. Une visite marquée par la signature du livre des visiteurs par le numéro Un malagasy, et par la cérémonie de plantation d'un « Bois Dentelle» (Elaeocarpus bojeri) et d'un Baobab venant de Madagascar dans le jardin du Château du Réduit.  Ce jour, le couple présidentiel aura un agenda très chargé avec, entre autres, un entretien avec le Premier ministre, ministre de l'Intérieur, des Communications extérieures et de la « National Développement Unit », et ministre des Finances et du Développement économique, M. Pravind KumarJugnaut; et une visite à Omnicane Factory Area à La Baraque, L'Escalier. Durant le séjour de trois jours du Président malagasy, un accord sur les relations mutuelles entre la Grande île et Maurice sera signé, selon nos confrères mauriciens du Le mauricien. « L’accord constituera un outil important dans la lutte contre le trafic de drogue et la criminalité financière, dont le blanchiment d’argent. Un protocole d’entente qui vise à favoriser la coopération entre les établissements tertiaires de Madagascar et Maurice sera également ratifié », peut-on lire dans la presse locale.La rédaction

La Vérité0 partages

Parc national d’Andasibe Mantadia - D’anciens parlementaires derrière les exploitants illicites

En recrudescence durant les périodes de soudure. Les coupes illicites de bois auprès du Parc national d’Andasibe Mantadia gagnent de l’ampleur durant la période de soudure. Les agents patrouilleurs de cette aire protégée, avec l’appui des Forces de l’Ordre, renforcent les surveillances pour y remédier. Des suspects sont déjà placés sous mandat de dépôt. Toutefois, la poursuite s’avère difficile avec l’intervention de certains élus de cette localité au niveau du Tribunal. Puisque ce parc national fait partie des 43 aires protégées sous tutelle de Madagascar national parks (MNP), cet organisme renforce ses activités dans la préservation, au profit des communautés villageoises. La restauration forestière constitue une issue pour faire face aux défrichements et coupes sélectives d’arbres au sein des aires protégées.Pour information, le parc national d’Andasibe Mantadia et celui d’Analamazaotra étant les plus accessibles puisqu’ils sont localisés à 135Km d’Antananarivo, à abriter des espèces endémiques. Le « Babakoto » ou « Indri Indri » fait partie des 14 espèces de lémuriens qui y trouvent refuges. A cela s’ajoutent les oiseaux et grenouilles menacés par les feux de forêts.  Les parcs comptent de nombreux circuits accessibles aux visiteurs et touristes à un tarif d’entrée de 2000 ariary pour les malagasy et à 45 000 ariary pour les étrangers. En 2018, le parc d’Andasibe Mantadia a enregistré 33 700 visiteurs.

Huit cas de défrichement et 1 cas de coupe sélective en 2018. C’est ce que le Poste avancé de la Gendarmerie d’Andasibe a enregistré l’année dernière. « Les coupes illicites de bois existent tant dans les aires protégées que dans les parcs privés. Des personnes ont déjà été appréhendées et poursuivies en justice pour ce faire. D’autres restent non identifiées jusqu’à maintenant », avance le Gendarme Principale de première classe (GP1) Randriamiarana Yvon René,  Chef dudit Poste avancé. Les exploitants illicites proviennent des Communes environnantes, à savoir Andasibe et Ambatovola. Les cas de défrichement ont toutefois baissé ces dernières années, quoi que des anciens parlementaires soient derrière les exploitants, selon les informations. « Ces parlementaires font des interventions auprès du Tribunal afin de libérer ou alléger les peines des suspects pour défrichement et coupes illicites, comme le cas en 2017. D’un autre côté, ils envoient des personnes pour collecter de l’argent auprès des villages afin d’assurer la protection des inculpés », ajoute ce sous-officier. Le dernier cas de coupe illicite enregistré auprès de cette aire protégée gérée par le MNP date du 1er février 2019. D’ailleurs, cette information a été largement véhiculée sur les réseaux sociaux, mais avec des renseignements erronés. « L’arbre coupé étant un « Ambora », un bois d’œuvre destiné pour la construction de meubles et tombeaux, et non un palissandre. En fait, les auteurs de cet acte ont voulu avoir du miel en cette période de soudure, au point de couper ce grand arbre âgé de plus de 100 ans », souligne Rabemila, agent de parc auprès d’Andasibe Mantadia. « Celui qui a effectué cette coupe est actuellement placé sous mandat de dépôt puisque toute chasse, destruction ou autres gestes déplacées auprès d’une aire protégée est interdite par la Loi en vigueur », ajoute ce responsable. D’après cet agent patrouilleur, ils notent 5 à 10 coupes illicites par mois.Surveillances et préservationDix huit agents de parc pour 16 354 Ha de surfaceUn effectif restreint. Le parc national d’Andasibe Mantadia, ouvert depuis 1989, s’étale sur une surface de 16 354Ha. 18 agents du parc y travaillent pour assurer les patrouilles à l’intérieur de cette aire protégée. Ils s’assurent également des sensibilisations et présentation du Code des aires protégées (COAP) auprès des villages environnants, afin d’intégrer la population dans la préservation. Ils effectuent les patrouilles à pied ou en voiture. Un tour de patrouille peut durer 10 jours de marche en pleine forêt. Pourtant, les agents ne sont munis que de « coupecoupes ». Par ailleurs, le Comité d’orientation et de soutien des aires protégées (COSAP) collabore étroitement avec le MNP dans la protection des parcs nationaux, dont celui d’Andasibe. Ledit Comité regroupe des opérateurs, services techniques déconcentrés et autorités. Comme les agents de parc, ils assurent les sensibilisations sur le COAP aux villageois ou encore sur l’importance de la préservation des forêts. Les avantages tirés grâce aux aires protégées, sont l’affluence des touristes et la lutte contre le changement climatique, font également partie des sujets de ses sensibilisations. « Les habitants vivaient grâce au culture sur brulis pendant des années. Certains continuent à perpétuer cette pratique destructrice, d’où l’importance des sensibilisations. D’ailleurs, les habitants sont encouragés à soumettre des projets d’activités génératrices de revenues au lieu de dépendre de l’assistanat », avance Abdoul Kader Ismael, Vice- Président du COSAP. Aussi, ce dernier sert de médiateur entre le MNP et les communautés villageoises en cas de conflits. C’était le cas à Ambatovolo, où un litige foncier encouragé par des parlementaires a fini au Tribunal.Restauration forestièreLe MNP comble les pertes10 430 Ha de pertes forestières en 2017. La gestion des feux constitue une problématique auprès des parcs nationaux, outre les coupes illicites et défrichements. « Sur les 64 000 points de feux en 2017, environ 1900 ont été enregistrés auprès des 43 aires protégées sous la gestion du MNP. A cela s’ajoutent les 14 400 pieds coupés lors des coupes sélectives d’arbres maturés en 2018. Pour Andasibe, environ 26 Ha de surface, toujours l’année dernière, ce qui s’avère moins alarmant que celle dans les autres parcs nationaux », informe le Dr Mamy Rakotoarijaona, Directeur des opérations techniques auprès du cet organisme. Face à cette situation, le MNP envisage de combler ces pertes à travers le reboisement et la restauration forestière. « Sur les 40 000 Ha de surfaces à reboisement cette année, 20 000 Ha seront couvertes par le MNP et ses partenaires », précise ce spécialiste. Ils ont ainsi débuté la campagne de restauration forestière à Andasibe, où 2Ha de surface ont été reboisés de jeunes plants de « Harongana », « Mantalia », etc., le 1er mars dernier. La mobilisation des communautés villageoises était au rendez-vous à l’occasion.Réalisé par Patricia Ramavonirina

Ino Vaovao0 partages

MANGARIVOTRA-ATSIMO TOAMASINA : Trano telo notafihin’ny andian-jiolahy miisa 20

Ny alin’ny sabotsy 9 marsa hifoha ny alahady 10 marsa tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany, dia tokantrano miisa telo no indray nisy nanafika.

Raha ny fitantaran’ireo niharan’ny fanafihana, dia 20 lahy teo ho eo ireo jiolahy. Manao fitafy mitovy amin’ny fanamian’ny mpiambina sivily ireny izy ireo. Nitondra basy lava sy antsy maranitra. Nandrahona ny tompon-trano mba tsy hiantso vonjy na hiantso polisy. Nisy tamin’ny tompon-trano iray niezaka namaly ka voan’ny vely hidin-trano, ka vaky loha.

Nitondra izay tiany nalaina hatramin’ny seza « salon » ireo jiolahy. Môtô miisa telo no lasa. Raha ny fanazavana voaray hatrany, dia naharitra ora iray teo ho eo io fanafihana io.

Niezaka niantso zandary sy polisy ireo niharan’ny fanafihana saingy niala maina. Tsy nisy tonga na ny zandary na ny polisy. Tsy lavitra ny polisy ao Mangarano anefa io fanafihana io ary tao anatina fotoana lava (ora iray) ka raha tonga ara-potoana ny mpitandro filaminana, dia azo antoka fa nisy voasambotra ireo olon-dratsy. Noho ny tahotra, tsy nisy mpifanolo-bodirindrina sahy nivoaka. Nambaran’ireto olona lasibatra ireto fa mampiasa ody mahery ireo jiolahy. Ny akoho amam-borona tsy nikofoka ny alika tsy nisy sahy nivovo fa nangina tanteraka nandritra ny fandalovan’ireo olon-dratsy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TANY CAMP ROBIN RN7 : Mpandeha miisa 2 maty, 7 naratra mafy

Raha ny fanazavana sy angom-baovao voaray  mahakasika bebe kokoa ny zava-niseho dia taksiborosy iray voalaza fa miasa ao anaty kaoperativa “Trans tsy tara” no niharan-doza. Avy aty Antananarivo renivohitra hihazo an’Ihosy izy ireo no tra-doza teo amin’ny toerana voalaza etsy ambony.

Tamina fiolahana no sendra tsy nahavoafehy ny hafainganam-pandeha izy ireo ka nivadika sy nivarina tany anaty hantsana ny fiara.  Vokany, olona miisa roa no maty tsy tra-drano izay vehivavy lehibe, manodidina ny 66 taona sy lehilahy iray 42 taona. 

Ankoatra izay, miisa fito ireo naratra mafy, ka ny 3 tamin’izy  ireo nalefa haingana tao amin’ny hopitalibe Fianarantsoa, tao anatin’ ireo naratra moa ny mpamily. Ny roa tamin’ireo fito  kosa dia tena nahiana  mafy ny ainy ka voatery tsy  maintsy nampiakarina eto Antananarivo, ny 2 ambiny notsaboina tao amin’ny CSBII Camp Robin. Ao anatin’ny  fanadihadiana ny tompon’andraikitra sy ny  mpitandro filaminana any an-toerana ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO : Olona miisa 3 maty nandritra ny fifanjevoana, tafaverina ny omby miisa 20

Mitombo isa hatrany  ireo lasibatra sy rava fananana ary namoy ny ainy. Araka ny tatitra voaray, ny zoma lasa teo,   tokony ho tamin’ny folo ora sy sasany alina tany ho any dia andian-dahalo manodidina ny 40 lahy  tany ho any, izay sady  nitondra basy mahery vaika no tonga nandroba   tao amin’ny fokontany  Kelivaho, Distrikan’i Betroka. Omby miisa 20   izay voalaza fa an’I Maurice sy Randria, mponina ao an-toerana no  lasan’ireo malaso tamin’io fotoana io. 

Avy hatrany dia nidina ifotony ireo zandary tao amin’ny Borigadin’i Betroka ka nanao ny fanarahan-dia. Marihina fa tafatsoaka niaraka tamin’ ny omby halatra ireo  dahalo. Nihazo ny lalana tany  amin’ny toerana atao hoe Andranomanga ny dian’ ireo dahalo niaraka tamin’ ny omby nangalariny. Tsy nitsahatra nanohy ny diany ireto mpitandro filaminana niaraka tamin’ny fokonolona ka ny sabotsy  lasa teo ihany dia tafaverina tamin’ny tompony ireo omby miisa 20 ireo. Tratra tao Ambavanilanagna, 12 km miala eo amin’ny fokontanin’i Kelivaho ireo malaso. 

Nandritra ny fisavoritahana tamin’ny fifandonana dia mpanara-dia miisa roa no nindaosin’ny fahafatesana, ary dahalo iray no lavon’ny bala. Taorian’ny  fanarahan-dia kosa no fantatra fa nisy olona miisa roa no voasambotra, izay  voalaza fa mpiray tsikombakomba tamin’ireo olon-dratsy tonga  nanafika ny tanàna. Mbola mitohy ny fanadihadiana momba ny raharaha amin’izao fotoana izao. Manao  antso avo amin’ny  mpitondra fanjakana hatrany  moa ny mponina mba hitondra vahaolana ho azy ireo noho ny fijaliana efa mihatra aman’ aina misesisesy loatra.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE : Kandida ao amin’ny Boriborintany faha-V Raharijaona Jean François

Efa ela niseharana teo amin’ny tontolon’ny politika izy ary efa ela ihany koa no fantatry ny mponina eny amin’ iny faritra iny noho ny fanampiany ireo mpitia fanatanjahantena, sy ny fanaovana asa sosialy maro teny an-toerana na dia tsy dia tia sehoseho loatra tamin’izany aza.

Tanora mavitrika ny lehilahy, efa fahazarany hatramin’ny fahakeliny, raha ny nambarany ny fanampiana ny manodidina azy, ka izany no nahatonga ity farany tafiditra tao amin’ny tontolon’ny pôlitika. Tany amin’ny taona 2007 tany ho any, fony mbola Kandika ben’ny tanàna ny filohan’ ny Repoblika ankehitriny, Andry Rajoelina izay nanorina ny antoko Tgv no efa  mpikatroka Tgv sy filoha lefitry ny fokontanin’i Nanisana Iadiambola ny lehilahy ary mbola izy ihany koa no filohan’ny Departemanta Tgv teny amin’iny faritra iny nanomboka tamin’io taona 2007 io nankaty.  Mpanolotsain’ny tanànan’ Antananarivo izy taorian’ izay ary izao nanapa-kevitra hirotsaka ho isan’ny Kandidà Solombavam-bahoaka izao.

Vahoaka maro no niara-dalana taminy tamin’ ny fampandaniana ny Filoha Andry Rajoelina teny amin’ity Boriborintany fahadimy ity ary niandrandra azy sy nanantena ny filatsahany hofidiana ireto vahoaka ireto noho ny fahatsapany fa ny Prezida Hary no olona azo antoka hitondra ny tenin’ny Vahoaka ao amin’ny Boriborintany fahadimy eny amin’ny Antenimierampirenena, Tsimbazaza. Nanomboka tamin’ny alakamisy teo dia tsy nitsahatra niantso azy ny vahoaka ao amin’ity faritra ity ary niandry fatratra ny fametrahany ny antontan-taratasim-pilatsahan-kofidiana. Ireo mpikambana ao amin’ny ao amin’ny IRD eny an-toerana rahateo niandrandra azy ho eo amin’io toerana io.

Ho fanajana ny feon’ny vahoaka sy ho fanohizana ny tolona efa nimasoana sy nikelezana aina hatramin’ ny taona 2007 àry dia nanapa-kevitra Raharijaona Jean Fraçois fa hilatsaka hofidiana ka tetsy amin’ny Cercle Mess Mixte eny akaikin’i Mausolé no nanaovany io fanambaràna ny maha Kandidà azy io.

Lanonana roa araka izany no nataon-dRaharijaonina Jean François tetsy Mausolé, ny voalohany dia ny fanambaràny ny maha kandidà azy ary ny faharoa kosa dia ny fanatanterahany ny voady nambarany tamin’ ny vahoaka fony izy nampandany ny Filoha Andry Rajoelina fa raha lany ny Filoha Andry Rajoelina dia hamono omby roa izy ho fankasitrahana ny vahoaka nifidy ny filoha. Novonoina  omaly ireo omby roa ireo ary nambarany fa ny fifidianana solombavam-bahoaka dia dingana ihany fa tsy dia tanjona loatra akory. Ny tena tanjona hoy izy dia ny fanasoavana ny vahoaka malagasy fa indrindra ny ao amin’ny Boriborintany fahadimy.  

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

HIKATONA RAHAMPITSO NY FANATERANA DOSIE : Vao 76 ny isan’ireo kandidà

Raha tapitra ny andro androany dia tsy manana afa-tsy ny rahampitso hatramin’ ny 5 ora hariva sisa ireo izay maniry hilatsaka hofidiana ho solombavambahoaka amin’ny fanaterana ny antontan-taratasy filatsahan-kofidiana. 

Raha tsiahivina, efa tao anatin’ny roa herinandro izay no nisokatra tamin’ny fomba ofisialy ny fahafahan’ireo kandidà manatitra ny dosieny eny anivon’ ireo rantsan’ny Céni isaky ny Distrika, izay natao hisahana ny fandraiketana an-tsoratra ny filatsahan-kofidian’ireo kandidà ho depiote na ny Ovec. Raha tombanana dia somary malaina ny ankamaroan’ireo kandidà satria mbola ambany ny tahan’ isan’ireo izay tonga nanatitra ny filatsahan-kofidiany. Antony, mety fisian’ny fandaminana isan-tsokajiny indrindra eo amin’ireo antoko lehibe ary ao ihany koa ireo miandry ny ora farany. Na izany aza anefa dia nanamafy ny teo anivon’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Céni) fa tsy hihemotra io fe-potoana farany fara-fanaterana ny dosie filatsahan-kofidian’ireo kandidà ireo raha tsy misy ny didim-panjakana mivoaka tampoka manova izany. 

“Didim-panjakana no mamaritra ny tetiandro rehetra amin’ny fifidianana solombavambahoaka ary tsy maintsy didim-panjakana ihany koa no manova izany”, araka ny fanazavana. Izay antontan-taratasy voarain’ny Ovec rahampitso hatramin’ ny 5 ora hariva ka mahafeno ny fepetra ihany no azo raisina. “Raha amin’io fotoana farany io, mialoha ny amin’ny 5 ora hariva ilay kandidà na ilay solontenany no tonga any amin’ny Ovec dia horaisin’ny sekretera. Avy hatrany dia horaiketina izany ary tsy misy intsony ny fe-potoana omena azy ahafahany manampy ireo antontan-taratasy”, hoy ny fanazavana noentin’ny mpampaka-teny eo anivon’ny Céni, Fano Rakotondrazaka. Ity farany izay nanamafy hatrany ny amin’ny tsy tokony hiandrasan’ireo kandidà ho solombavambahoaka ny fe-potoana farany satria mbola misy ireo pitsopitsom-panamarinana hatao amin’ireo dosie napetrany. 

Amin’ny 19 marsa ny lisitra ofisialy

“Ny Ovec dia vonona hanampy ny tsirairay avy amin’izay torohevitra samihafa mba hahatomombana an’ireny antontan-taratasy filatsahan-kofidiana ireny. Na izany aza efa antomotra ihany ny 12 marsa izay fe-potoana handraisana ny dosie firotsahan-kofidiana. Mampirisika ny tsirairay avy mba tsy hiandry izay fotoana farany izay”, hoy i Fano Rakotondrazaka. Raha tsy misy ny fiovana dia amin’ny 19 marsa no hamoaka amin’ny fomba ofisialy ny lisitr’ireo kandidà nahafeno fepetra ny Céni.

Amin’izao fotoana fohy tsy hikatonan’ny fanaterana ny antontan-taratasy filatsahan-kofidian’ireo solombavambahoaka izao dia mbola ambany ny tahan’isan’ireo nahavita nanatitra izany. Raha miisa 151 ny seza miandry eny anivon’ny antenimieram-pirenena dia mbola 76 fotsiny ny isan’ireo kandidà manerana ny Nosy. Izy ireo no efa nanatitra ny antontan-taratsy filatsahan-kofidiana teny amin’ny Ovec. Antontan’isa voaray omaly antoandro tokony ho tamin’ny 1 ora izany. Ny fanamarinana farany ataon’ny Céni no ahafantarana ny maha kandidà ofisialy azy ireo na tsia. 

Isan’ireo efa nahavita izany tamin’ny zoma 8 marsa lasa teo, ohatra, ny solombavambahoaka teo aloha Djaosera Irenée. Tany amin’ny Distrikan’ Analalava toerana hilatsahany no nanatanterahany izany. Izy dia anisan’ireo kandidà natolotry ny fikambanana IRD na Isika rehetra miara-dia amin’ny Filoha Andry Rajoelina. Izy ihany koa no kandidà voalohany tonga nametraka ny dosie tao amin’’ity Distrika ity. Nambarany fa mbola manana fahavononana ny tenany amin’ny fanohi-zana ny fampandrosoana izay efa nataony nandritra izay dimy taona nitondrany izay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE TOAMASINA I : Miisa dimy ireo kandidà nanatitra antontan-taratasy hatreto

I Zava Charles no eo amin’ny lisitra faharoa amin’ny lisitry ny kandidà tarihiny. Fantatra fa amin’ny anaran’i Dr Ndahimananjara Johanita manokana izao firotsahany izao. Mazava mantsy fa tsy misy kandidà afaka mirotsaka amin’ny anaran’ny fikambanana. Antoko politika na vovonana (plateforme) irery ihany no azo anolorana kandidà ho solombavambahoaka. Izy izany no kandidà fahatelo efa tonga nandrotsaka taratasim-pilatsahan-kofidiana teo anivon’ny Ovec Toamasina I. 

Raha tsiahivina, dia i Alain Mahavimbina no nanokatra izany ny 26 febroary lasa teo. Ity lehiben’ny Faritra Atsinanana teo aloha ity izay nirotsaka amin’ny anaran’ny antoko GAR na Gasikara Antsika Rehetra. Narahin’i Rakotomalala Henri ( Riri Be) ny alakamisy 7 marsa. Riri Be izay kandidà amin’ny anaran’ny antoko Akfm-Fanavaozana. Narahin’i Dr Ndahimananjara Johanita sy Ratsimbazafy Mamonjy ny sabotsy 9 marsa lasa teo.

Ity farany izay nirotsaka amin’ny anarany manokana. Ny antoandron’ny alahady 10 marsa no tonga nanatitra taratasim-pilatsahan-kofidiana i Botozaza Pierrot, izay kandidà mahaleo tena ihany koa. Izy izany no kandidà fahadimy tonga nanatitra taratasy filatsahan-kofidiana. Ny talata 12 marsa amin’ny 5 ora hariva no mikatona ny fanaterana dosie ho an’ny mpilatsaka hofidiana amin’ny fifidianana ho solombavambahoaka eto Madagasikara.

Kamy