Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mercredi 10 Février 2021

Modifier la date
Midi Madagasikara66 partages

New Soul : Océane Steffy dévoile ses titres à La Fabrik Ambondrona

Comme bon nombre d’artistes de la nouvelle génération, Océane Steffy a débuté sa carrière sur Internet. (photo : Océane Steffy)

La jeune auteure – compositrice et musicienne Océane Steffy se produira à La Fabrik Ambondrona demain, jeudi  11 février 2021 à  partir de 19 heures. Après quelques apparitions lors de divers événements collectifs à Antananarivo, Océane Steffy a enfin une date à elle, avec une affiche qui ne comprend que son nom. Chantant d’une voix très juste ses propres compositions, au ton souvent nostalgique et mélancolique, la jeune fille s’accompagne également à la guitare sèche ou électrique en fonction des besoins de chaque titre. A en juger par les chansons publiées récemment comme Lafatra ou Tontolo Itoeran’ny Ara ; son style musical renvoie à la nouvelle vague de la soul (New Soul), tout en faisant un petit clin d’œil à des chanteuses comme Fanja Andriamanantena ou Môta Soa. Ce rapprochement peut s’expliquer par le fait qu’elle joue d’un instrument, s’affiche souvent en solo, et chante en malgache. Ceci dit, Océane Steffy a son propre univers, ses propres inspirations, et son groove, qu’elle ne tient de personne. Et le charme de ses compositions réside dans  cet univers étrangement envoûtant, qui parfois fait penser à des films sentimentalistes en noir et blanc dont les actions se déroulent dans un vieil appartement du 18ème siècle. Pour s’imprégner de la musique de cette  musicienne, rendez-vous à son showcase à La Fabrik demain soir.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara7 partages

Ouvrage : Le livre de Chaplain Toto, une revendication identitaire

L’historien Chaplain Toto a présenté son livre Esclavage, dépendance et hiérarchie sociale à Madagascar : Réflexion sur quelques faits dans les représentations contemporaines,  hier à l’Ambassade de l’Ile Maurice à Ivandry.  Publié  par l’Université  de Maurice, l’ouvrage retrace l’itinéraire de l’esclavage et son heritage dans la Grande Ile. En effet,  il existe différentes formes d’hiérarchie sociale à Madagascar qui ne sont pas forcément liées à l’histoire de l’esclavage, ce qui rend la dépendance ou voire même l’exploitation résistantes malgré les abolitions en cascade dans histoire.

Les Makoa sont l’ethnie la plus répandue des descendants des esclaves d’origine africaine à travers le monde. Ces derniers sont stigmatisés à Madagascar et en particulier dans la région Est, cependant la jeunesse revendique cette identité et assume avec fierté être Makoa. L’image des Makoa ne devrait pourtant pas être systématiquement celle des victimes et des malheureux. En effet, son nom mythique et emblématique est Mboti ou Mboty même si l’ethnie est reconnue sous le nom Makoa, partout où l’on se trouve à Madagascar. Le nom symbolise la beauté et la féminité à la malgache, au même titre que la déesse de la beauté dans la mythologie. Par ailleurs, de nombreux noms répandus dans le pays puisent leurs sources dans l’histoire de l’esclavage et dans les autres formes de dépendance, à l’exemple de Jao, Boto ou encore Koto.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

Programme Fihariana : Un financement de plus de 85 milliards Ar engagé

« Outre l’octroi de financement, nous avons effectué des engagements sociaux », a déclaré Valérie Zafindravaka, le Secrétaire exécutif du programme Fihariana.

Depuis le lancement du programme national de l’entrepreneuriat Fihariana jusqu’à maintenant, un montant de financement de plus de 85 milliards Ar a été engagé. 

« Le nombre de bénéficiaires, qui sont répartis dans les 22 régions de l’île, s’élève à 7 550 entrepreneurs qui oeuvrent dans différents secteurs d’activité dont l’agriculture avec un taux de 57,93%; l’élevage avec un taux de 24,79%; l’agro-alimentaire avec un taux de 4,23%. Ce qui a permis de créer en tout 78 578 emplois dont 7 065 emplois directs », a exposé Valérie Zafindravaka, le Secrétaire exécutif du programme Fihariana, lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Ibis à Ankorondrano.

Maintien de 13 000 emplois. Et lui d’ajouter que ce financement a été alloué pour mettre en œuvre divers sous-programmes. A titre d’illustration, le sous-programme « Miarina » vise à soutenir les entreprises formelles à faire face aux impacts de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Ainsi, « Une enveloppe de plus de 45 milliards Ar a été débloquée au profit de 714 petites et moyennes entreprises formelles qui sont membres des groupements professionnels tels que le GEM et le SIM. Ces bénéficiaires sont implantés dans les 20 régions. Plus de 53% d’entre eux se concentrent dans la région Analamanga. Ce financement moyennant un taux d’intérêt de l’ordre de 8% proposé par les banques partenaires, a permis à ces entreprises bénéficiaires de maintenir plus de 13 000 emplois dans le cadre de cette crise sanitaire », a-t-elle enchaîné.

Engagements sociaux. Quant au sous-programme « Voka-bary » réalisé en partenariat avec le ministère en charge de l’Agriculture, plus de 3 200 exploitants rizicoles opérant dans six régions, ont pu contracter un prêt total de plus de 7,7 milliards Ar. Ce qui a permis de créer plus de 49 000 emplois et d’enregistrer une production additionnelle de plus de 15 000 tonnes via l’exploitation de plus de 6000 ha. « Ces entrepreneurs ne commencent à rembourser qu’après avoir vendu leurs récoltes, soit neuf mois après le déblocage du crédit », a précisé le Secrétaire exécutif du programme Fihariana. Outre l’appui à la filière apicole et aux coopératives via les sous-programmes respectifs « Soa Tantely » et « Zara Iombonana » ainsi que le projet « titre vert », Fihariana a également alloué des financements pour des engagements sociaux dans les régions de Melaky et d’Androy.

Plus de 240 millions Ar non recouvrés. Par ailleurs, Valérie Zafindravaka a soulevé que 2020 a été une année assez difficile pour l’entrepreneuriat. «  Nous avons eu un problème de recouvrement d’une valeur de plus de 240 millions Ar auprès de 80 bénéficiaires. Il y a eu des appuis individuels afin de trouver ensemble des solutions. Il reste plus que cinq bénéficiaires en procédure de remboursement. Quant aux dossiers des 19 000 soumissionnaires qui n’ont pas été retenus, une nouvelle cellule est mise en place pour réétudier leurs cas. Entre-temps, nous recevons toujours de nouvelles demandes de financement », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Une atmosphère de crise en train de s’installer

La tension sur  le plan politique est palpable. Les événements ont l’air de se précipiter. Entre le pouvoir et l’opposition, il ne semble pas y avoir de compromis possible. Chacun campe sur ses positions et porte ses coups à l’adversité. Pour l’instant, cependant, rien d’irrémédiable n’a été fait. C’est au niveau de la communication que la bataille fait  rage. L’opposition par l’intermédiaire de « miara-manonja » multiplie les attaques contre le pouvoir tandis que ce dernier réplique durant les émissions de « tambatra ».

Une atmosphère de crise en train de s’installer

Les critiques lancées par les animateurs de « miara-manonja » font mouche à chaque fois car elles sont lancées dans le contexte difficile qui prévaut actuellement. Le mal de vivre de la population malgache éreintée par la hausse du coût de la vie et désorientée par les affaires sorties ces derniers temps est un terreau fertile  pour les commentateurs habiles. L’opposition forte de l’audience  acquise semble décidée à pousser son avantage. L’apparition de foyers de tension qui crispent le pouvoir. L’annonce par ce dernier d’une tentative de déstabilisation n’est pas anodine. La  réapparition du MFM et de ses cadres affirmant  clairement leur volonté de ne plus aggraver encore plus la tension actuelle qui se contente d’un  statu quo est significative à plus d’un titre. Le régime a beau jeu de dénoncer des desseins sombres . L’opposition ne cache plus sa volonté d’obliger le pouvoir à composer avec elle, mais ce dernier ne l’entend pas de cette oreille. La présence  des forces de l’ordre en ville sonne comme une menace. La mise en garde à peine voilée du général de gendarmerie commandant  de l’EMMO FAR  est une menace à peine voilée. L’annonce par certains journalistes de l’arrivée de mercenaires sud-africains à Nosy Be et  d’une cargaison d’armes aggrave encore plus la tension actuelle. On ne sait pas quel crédit accorder à cette information, mais elle alourdit encore plus l’atmosphère délétère qui règne aujourd’hui. La crise est en train de s’installer et tout doit être fait pour la désamorcer.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

Paramédicaux : Le bras de fer avec le ministère se poursuit

Ces paramédicaux vêtus de blouse blanche n’ont pas été intimidés par les forces de l’ordre.

Les agents paramédicaux font pression sur le ministère de la Santé publique et ont décidé de se rendre à Ambohidahy pour un sit-in. Ils ont été reçus par le ministre de tutelle mais aucun consensus  n’a été trouvé et la grève se poursuivra 

Sans issue. C’est ce que l’on peut dire de la  situation dans laquelle se trouve actuellement le dialogue entre le ministère de la Santé publique et les membres du Syndicat des infirmiers et des sages-femmes de Madagascar (SISFM). Pour être entendus, les grévistes se sont rendus au siège du ministère de la Santé à Ambohidahy. Vêtus de blouses blanches, ils ont effectué un sit-in dans la cour dudit ministère. Ils ont érigé des pancartes où sont inscrites leurs revendications notamment « le recrutement massif » ou encore  « le paiement des indemnités de réquisitions » .

 Monologue. Les efforts des grévistes ont fini par payer car leurs représentants ont été reçus par le ministre de tutelle. D’ailleurs, ce dernier a toujours martelé qu’il restait ouvert à toute discussion. Mais la joie est de courte durée pour les paramédicaux car le dialogue a accouché d’une souris, selon le président du SISFM, Jerisoa Ralibera. « Ils nous ont reçu mais nous n’avons pas eu le temps de lui expliquer les raisons d’être de ce sit-in.  Ce n’était pas une négociation mais un monologue et bien entendu, aucune solution palpable n’a été trouvée », s’indigne-t-il avant d’ajouter que « contrairement à ce que certaines personnes souhaitent véhiculer, nous sommes toujours prêts à dialoguer et négocier ». 

Intimidations. Dans l’ensemble, la manifestation s’est déroulée dans le calme. Très tôt dans la matinée, les forces de l’ordre ont quadrillé le Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) où se déroulait le sit-in la veille. Certains d’entre eux se sont par la suite rendus au siège du ministère à Ambohidahy pour demander aux grévistes de quitter les lieux. A ce moment-là , il y avait une cérémonie de remise de dons avec la présence du ministre. Mais après l’entrevue avec lui, les grévistes ont regagné leurs domiciles et ont décidé de poursuivre la grève ce jour sur tout le territoire national. Cependant, les leaders de ce mouvement restent encore discrets concernant les stratégies qu’ils adopteront.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara1 partages

Lozam-pifamoivoizana : Sprinter nivadika : roa maty, efatra naratra mafy

Tra-doza ny mpandeha 15 tao anaty fiara.  » Sprinter miloko fotsy » nandeha teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra, mampitohy an’Ambalajanakomby sy Berivotra 5×5, ny alahady maraina tokony tamin’ny enina ora sy sasany. Namoy ny ainy ny teratany karana iray sy Malagasy iray. Olona efatra no naratra mafy. Naratra ihany koa ny mpandeha ambiny sy ny mpamily. Avy any Diego hihazo any an-drenivohitra ireto olona niharam-boina ireto. Teny amin’ny folo kilaometatra miala mianavaratra an’i Berivotra 5×5 no nisehoan’ny loza.  » Nandeha teo amin’ny tetezana antsoina hoe Ambanjabe ny fiara. Raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana hatrany dia noho ny fivakisan’ny kodiarana aloha no antony nisian’ny loza. Tsy tafavoaka ny tetezana sady nivadibadika avy eny ambony ny fiara. Tafatsangana ihany izy avy eo saingy toa niverin-dalana indray ny lohany tao ambany tetezana. Dimy amby folo mianaka ireo mpandeha niharaham-boina, araka ny tati-baovao avy amin’ny ben’ny tanànan’i Berivotra 5×5 nanao ny fizahana. Notaomina nankany amin’ny hopitaly ireo naratra. Tsy tana ny ain’ireo olona roa voa mafy. Anisan’ireo naratra ny mpamily ka andrasana ny fotoana mahamety amin’ny hanaovana ny famotorana. Ny zandary misahana ny fifamoivizana eto Maevatanàna no manadray an-tanana ny famotorana.

Ratantely

Madaplus.info0 partages

Football : Ahmad Ahmad pourrait être éligible pour un deuxième mandat

L'affaire concernant l'ancien de président de la Confédération Africaine du Football (CAF), Ahmad Ahmad continue au niveau de la Fédération International du Football (FIFA) et du Tribunal Arbitrale du Sport (TAS).
Après avoir été accusé de plusieurs actes frauduleuse et a été interdit à tout événements concernant le football pendant 5 ans, Ahmad Ahmad, qui s'est porté candidat pour les prochaines élections pour la présidence de la CAF, pourrait être de nouveau éligible pour un deuxième mandat selon la commission gouvernance de la CAF. La décision finale est attendue de la la part du TAS et de la FIFA.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les paramédicaux en grève

Les paramédicaux à Madagascar sont en grève depuis quelques semaines actuellement. Ce mardi, le syndicat des paramédicaux s’est réuni au siège du ministère de la santé public, afin de continuer leur revendication. Le sit-in a été surveillé de près par les forces de l’ordre, mais s’est déroulé dans le calme.
Avec leur président du syndicat des paramédicaux, Jerisoa Ralibera, les grévistes ne sont pas prêts à arrêter leur grève jusqu’à ce qu’ils pourront avoir une discussion avec le chef de l’Etat. Le ministre de la santé publique aurait déjà communiqué le sujet sur de la possibilité d’une discussion, mais les grévistes n’ont encore reçu aucune convocation selon le président du syndicat.
Madaplus.info0 partages

L’événement « Tafa sy Vazo » produit par Volatiana Rahaga de ce dimanche 7 février fût un grand su...

Le duo Erick Manana et Jenny Fuhr a tenu toutes ses promesses. Le nombreux public du net fût conquis par un répertoire musical très riche que le duo a déployé avec une qualité de son exceptionnelle. Leur générosité était à la hauteur de l’évènement. Le duo a tout donné pour soutenir cette cause qui leur tient à cœur : aider les orphelins du centre « Etoile du matin » d’Ambohitrimanjaka.
Leur « vazo » a relié toutes les frontières dans une ambiance de « communion » avec leur public durant plus de 2 heures dans une période particulièrement compliquée.
Ce concept de concert entrecoupé d’interview (tafa) a pu également faire découvrir aux web-spectateurs beaucoup d’anecdotes aussi étonnantes que surprenantes à la fois sur leur vie personnelle et artistique.
Nous souhaitons beaucoup de réussite pour la suite de leur parcours avec en ligne de mire la préparation de la célébration des 45 ans de scène d’Erick Manana en 2022. Un énorme merci à Volatiana Rahaga pour cette initiative tellement louable. Un grand merci également à Vola Rasoamanana et toute son équipe de Madaplus pour leur participation à faire connaître cette aventure humaine et musicale. Pour ceux qui veulent participer à la cagnotte, cliquer ici : https://www.leetchi.com/c/concert-tafa-sy-vazo
Ino Vaovao0 partages

AMPARAFARAVOLA : Tovovavy bevohoka narian’ny mpitaiza azy saika teraka teny amoron-dalana

Tranga mampalahelo no niseho. Raha ny tantara dia narian’ny ray aman-dreniny hatramin’ny fahakeliny ity zatovovavy ity ary dia nisy nitaiza tao amin’ny kaominina Sahamamy, distrikan’ Amparafaravola. Taty aoriana anefa dia nalefan’ireo nitaiza azy hiasa tamin’olona izy ary dia mivantana amin’izy ireo ny karama.

Rehefa tsy nifanaraka tamin’ireto mpitaiza ireto anefa ny karama dia nafindrany toeran-kafa indray ilay tovovavy, dia toy izany hatrany no niainany. Niafara tamin’ny fenerena azy hanambady olona avy any Antananarivo mihitsy moa ny herisetra natao ity zaza tsy ampy taona ity, araka ny fanazavany. Maty ilay vadiny ary tsy maintsy niverina tao amin’ireo mpitaiza azy tao Sahamamy izy niaraka tamin’ny kibo noho ny tsy fananana olona hianteherana. Akory anefa fa noroahin’ireo mpitaiza azy tao Amparafaravola indray izy nasaina nitady izay mahasoa ary nanomboka teo no nandeha an-tongotra hatrany Ambatondrazaka. 

Tonga soa aman-tsara tany ihany izy. Ny alatsinainy 8 febroary teo dia hitan’ireo fokonolona nihetsi-jaza teo amoron-dalana nihazo ny labatoara Ambatondrazana iny ilay tovovavy ary naterin’izy ireo tao amin’ny CSB II Ambohimasina Ambatondrazaka. Teraka soa aman-tsara izy. Manoloana io tranga io dia nandray andraikitra ny avy ao amin’ny sampan-draharaham-paritry ny mponina Alaotra-Mangoro izay notarihin’ny talem-paritra ny amin’ny fiantohana lamban-jaza sy ny sakafony. Manao antso avo amin’ireo malala-tanana rehetra izy ireo mba hifanome tanana amin’ny fikarakarana ilay zaza sy ny reniny.

INVT

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA : Manamafy ny fanohanany an’i Naina Andriatsitohaina ireo mpanolotsaina IRK

Nanome toky amin’ny fiaraha-miasa ho amin’ny fanarenana ity renivohitr’i Madagasikara ity izy ireo ary nilaza fa ny ara-dalàna no efa ampiharina amin’izao fotoana ka tsy hisy hanohitra izany mihitsy. Tsipahin’izy ireo marindrano kosa ny fanasoketana ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina amin’ny asany. “Na avy aiza na avy aiza, na avy amin’iza na avy amin’iza izay fanaratsiana izay, izahay mpikambana ato amin’ny IRK dia manamafy ny fanohanana ny Ben’ny tanàna. 

Manantitra ny fahavononanay hiara-hiasa aminy ho fanatsarana ny tanàna ao anatin’ny fikatsahana tombontsoa iraisana”, hoy ny mpanolotsaina Rakotoarisaona Josoa.

Marihina fa herintaona mahery izao no niarahan’ny mpanolotsaina niasa tamin’ny Ben’ny tanàna, Naina Andriantsitohaina. Tsy ampy handrefesana ny andraikitra nankinina tamin’izy ireo io saingy ampy hamantarana ny fampandrosoana sy ny fiovana nisy tamin’ny fampandrosoana ny renivohitra. “Ny mpifidy maro an’isa teto Antananarivo renivohitra no nisafidy ny mpanolotsaina sy ny Ben’ny tanàna ary nametraka tamin’izy ireo ny toky sy ny fanantenana mba hanarina indray ity renivohitra ity. Mitovy fijery amin’ny Ben’ny tanàna izahay mpanolotsaina IRK, ka manao laharam-pahamehana ny tombontsoan’ny besinimaro amin’ireo tetikasa rehetra tanterahina eto Antananarivo”, hoy hatrany ny fanazavana.

Tafiditra ao anatin’ny asa mankadiry vitan’ny Ben’ny tanàna, hoy ireto mpanolotsaina ireto ny fanovana endrika an’Antananarivo ho lasa  : “Antananarivo maha te honina sy madio”. Hita taratra koa ny fikatsahana ny tombontsoan’ny besinimaro tamin’ny fanarenana ireo lalàna efa nisy saingy tsy nampiharina firy. Isan’ny ezaka mankadiry hita taratra koa ny fandravana ireo tsena tsy ara-dalàna miorina eny ambony arabe sy eny amin’ny lalan’ny mpandeha an-tongotra. 

“Ny fanovana rehetra, tsy nijerena tavan’olona na vondron’olona fa nampiharina araka izay voalazan’ny lalàna. Notanterahina ny veliranon’Iarivo izay efa nifanaovan’ny Ben’ny tanàna tamin’ny vahoaka ho tombontsoan’ny maro an’isa. Ny veliranon’Iarivo dia mifanaraka tsara amin’ny vina napetraky ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina”, hoy hatrany izy ireo nandritra ny tafa tamin’ny mpanao gazety natao tao amin’ny PK00, Soarano, omaly.

Avotra Isarorana

Ino Vaovao0 partages

RN6 - ANTSOHIHY : Nadoboka am-ponja vonjimaika ilay jiolahy mpanakan-dalana tratra

Fiara maromaro indray no lasibatra tamin’izany. Raha ny loharanom-baovao voaray avy any amin’ny lalam-pirenena fahaenina iny (RN6) iny izao dia nahitana izay tranga izay.

 Naharay vaovao ny Zandary tao Antsohihy ny faha-05 febroary, tokony ho tamin’ny iray ora maraina fa misy vatan-kazo sy balizy mitsivalana be ao amin’ny lalam-pirenena faha-6, Ampelimirongo, Fokontany Antambohitra, Kaominina Ambodimandresy, Distrika Antsohihy, sahabo ho 3 km mianavaratra miala ny kihon-dalana Ankazobetsihay. Vao nahare izany ny Zandary dia nidina ifotony avy hatrany ka notarihin’ny Kaomandin’ny sahy holafy faha-45. Rehefa natao ny fisavana dia nahitana ireo sakana ireo tokoa teo amin’ny lalana.

Tsy nisy olona kosa anefa tratra teo na ny teo amin’ny manodidina nandritra izany. Ny fitarainana avy amin’ny olon-tsotra tsara sitrapo dia nalaky fantatra ny iray tamin’ireo jiolahy mpanakan-dalana io ary efa nananana porofo mivaingana ka mora foana ny fisamborana azy manoloana ireo halatra efa vitany. Taorian’ny fanadihadiana lalina moa dia efa nampiakarina fampanoavana ny raharaha, ny alatsinainy 8 febroary teo. 

Efa naiditra am-ponja vonjimaika ilay olon-dratsy ary mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany mbola manohy ny asa ratsiny. Marihina moa fa saika misy tranga toy izao avokoa ny lalam-pirenena eto Madagasikara, indrindra fa ny lalam-pirenena fahafito iny. Koa manao antso avo amin’ny tsirairay mandrakariva ny mpitandro filaminana mba hanome vaovao azy ireo raha sendra misy tranga mampiahiahy hatrany.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HALATR’ OMBY TAO SOALALA : Olona roa namoy ny ainy, iray hafa naratra mafy

Araka ny tatitra voaray dia omby miisa 40 no voalaza fa norobain’ny dahalo 7 lahy nirongo basy miisa telo, tao Ambonara Andranomavo, Distrikan’i Soalala. Tonga dia nanapa-kevitra ny nanara-dia moa ireo fokonolona tamin’izany ka tsy ela dia nifanehitra teo anelanelan’i Marotsialeha sy Andranomavo. Nandritra izany anefa dia tsy nahatohitra ny dahalo ireo mpanara-dia saingy nanohy ihany ary koa nampita hafatra tamin’ny Zandary tany Marotsialeha mba hanampy azy ireo. Vokany, nametraka vela-pandrika sy sakana tao Bekiranjy ireto farany mandra-pahatongan’ny Zandary hanampy tosika. Ny alahady 7 febroary lasa teo, tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany dia tonga tokoa ireo olon-dratsy ka raikitra ny fifandonana mahery vaika sy tifitra variraraka. Tamin’io fotoana io no nahafaty ny iray tamin’ireo fokonolona izay mbola vao 22 taona, iray hafa koa voatifitra teo amin’ny fe sy ny sandriny havia. Marihina fa samy avy ao Andranomavo Marotsialeha daholo izy ireo. Efa nanaraka fitsaboana avy hatrany ilay naratra mafy raha toa ka natolotra ny fianakaviany kosa ny namoy ny ainy.

Nanohy ny fanarahan-dia sy nanatanteraka fanadihadiana hatrany moa ny Zandary avy ao Marotsialeha. Efatra izy ireo no nalefa nanampy ireo efa tany an-tsehatra sy nanao sakana niaraka tamin’ny fokonolona tao Tsilaninarivo Fokontany Ampany Marotsialeha. Rehefa tonga tao izy ireo dia nisy nilaza fa efa fantatra ny roa tamin’ireo dahalo izay atao hoe Lemena sy Manambelo. Natao savahao araka izany ny tanàna ka nokarohina ireo jiolahy. Tafaverina amin’ny tompony ny omby 32 tamin’ireo very ary dahalo iray no maty tamin’izany. 

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMPIADIANA NY SAMY MALAGASY : Mitombo isan’andro ny tsaho aelin’ny mpanohitra amin’ny onjam-peo

Vao tamin’ny herinandro teo no namoaka fanambaràna ny teo anivon’ny Minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy fa mbola mitohy hatramin’izao ny tsy fahafahana manondrana hazo sarobidy eto Madagasikara. Nohazavaina tamin’io koa fa sambo mpitatitra solika ilay niantsona tany Maroantsetra ny faran’ny herinandro teo kanefa mbola milaza ihany ireo mpikarama an’ady politika ao amin’ity fandaharana ity fa misy fanondranana hazo sarobidy indray, hono, eto Madagasikara ary ilay sambo mpitatitra solika no lazain’izy ireo fa mitatitra ireo hazo ireo miainga eto.

“Ny fanondranana “bois de rose” mitohy ihany”, hoy indray ny Depiote Hanitra, omaly, tao amin’ny fandaharana. Fa inona loatra no mahazo ity mpisolovava sy irakirak’ingahy Ravalomanana ity ? Adala ve ny CITES sy ny mpitandro filaminana ? Mba mahalala manao fanadihadiana ve ireto mpanohitra ireto sa manao tora-po sy miteny izay hitsin’ny vavany fotsiny ? Mahamenatra mantsy raha olom-boafidy, voahosotra hisolo vava ny vahoaka no lasa mpisolovava olon-tokana sy manely tsaho etsy sy eroa ary mampiady ny samy Malagasy toy ny hoe mamerina ny nataon’ny “Radio des mille collines” tany Rwanda tany.

Tsy fantatr’ireto mpanohitra ireto ve fa tsy mbola nisy fanambaràna na iray aza navoakan’ny CITES izay rafitra manara-maso ny fanondranana hazo sarobidy sy miaro ny tontolo iainana ? Nanomboka tamin’ny janoary 2019 aza i Madagasikara dia tsy naharay fampilazana trafikana hazo sarobidy avy amin’ny CITES mihitsy na tranga iray aza. Tsy nilaza izany koa ny “Alliance Voary Gasy” ary tsy nisy na haino aman-jery iray tany ivelany aza nilaza ny fisian’izany fanondranana izany. Koa mahita volana alohan’i Abiby ve ity Depiote ity sa izy ireo mihitsy no nanondrana izany tany ? Mahasahy mizahozaho mihitsy omaly ny tao amin’ny miara-manondrana mihantsy : “sambory, kitiho fa na volon-doha iray aza no miala eto dia hifampitady isika”. 

Hifampitady amin’izay ry zareo ? Hifampitady amin’ny vahoaka Malagasy fahanany lainga sy vaovao tsy marina sa hifampitady amin’ny mpitandro filaminana manao ny asany ?  Ilaina ampianarina azy ireto ve fa voararan’ny lalàna ny fanelezana vaovao tsy marina, ny fihantsiana sy fandrangitana ary ny fitaomana ny olona hankahala ny Fitondram-panjakana ?

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA ENY IFOTONY : Nitsidika toerana maro tao Antsimondrano ny Praiminisitra Ntsay Christian

Hamboarina ny lalana eo Ampitatafika hatrany Antsahadinta, efa misy ampahany vita «  pavé  » eo Ambohitsakalava, tanàna alohan’ny hahatongavana ao Alatsinainy Ambazaha,  ary misy ampahany mbola eo am-panamboarana, mampitohy an’Alatsinainy Ambazaha sy Androhibe Antsahadinta. Niarahan’ny delegasiona nijery ny kalitaon’ny asa ary nilaza ny Lehiben’ny governemanta fa laharampahamehana amin’ny fandaminana ny fiainan’ny mponina amin’ny ankapobeny ary avokavoky ny toekarena ny lalana  : «   fotodrafitrasa fototra ny lalana, ka iankinan’ny seha-pampandrosoana maro indrindra eo amin’ny lafiny toekarena, toy ny varotra, sy ny ara-tsosialy, toy ny fampianarana, ny fahasalamana, ary ny fametrahana ny filaminana sy ny fandriampahalemana  ». 

Rehefa vita tsara ny lalana, hoy ihany ny Praiminisitra, dia mora ny famoaham-bokatra, afaka mifamezivezy ny olona ka tsy misy intsony ny fitokana-monina, ary ny fitambaran’izany no lazaintsika hoe fandrosoana hoy hatrany izy.

Notsidihin’ny delegasiona ny fotodrafitrasa vaovao ao amin’ny tsenan’Alatsinainy Ambazaha, efa vonona tanteraka izany ankehitriny. Teo no notsiahiviny fa fampandrosoana no antony nametrahana ireo governoran’ny Faritra, ary  tao anatin’ny 60 taona, dia ny Fanjakana foibe ihany no manapa-kevitra amin’ny toerana hametrahana asam-pampandrosoana sy hanatanterahana ireo programan’asa, kanefa tsy ho araka ireo filàna marina eny ifotony ka izay no nametrahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy.Araka izany, dia nomena fahefana manapa-kevitra, nomena tetibola ary nomena fitaovana ireo governora isam-paritra hahafahan’izy ireo mandray andraikitra avy hatrany ka hipaka mivantana amin’ny vahoaka ireo vina napetraky ny Filohan’ny Repoblika. Mbola mahakasika ny fiainam-bahoaka hatrany, dia notsidihina ny CSB II tao Alatsinainy Ambazaha, ary nifanakalo hevitra momba ny fandaminana sy ny tokony handrindràna ny asa, tamin’ireo tompon’andraikitry ny fahasalamàna tao an-toerana ny Praiminisitra,  raha naneho ny hetahetany ireto farany. Notsidihina ny «  Lycée  » ao Alatsinainy Ambazaha, izay avy amin’ny Filohan’ny Repoblika, efa vonona tanteraka ihany koa izany. 

Nitaraina ny amin’ny tsy fahampian’ny mpampianatra efa miasam-panajakana ireo tompon’andraikitr’izany «  Lycée  » izany ka nangataka ny handraisana ireo mpampianatra «  fram  ». Ao anatin’ny laharam-pahamehan’ny fitondram-panjakàna ny fanabeazana, hoy ny Praiminisitra, ka hojerena any anivon’ny ministera tompon’andraikitra, araka izay azo hatao, manaraka ny fandaminana napetraka, ny hampidirana ho mpiasa raikitra. Rehefa izany dia nanolotra telo tapitrisa ariary ny tenany.

Nanohy ny diany ny delegasion ary nitsidika ny fanombohana ny asa fanorenana «  Lycée  » ao Androhibe. Nandritra izany no nanehoan’ny mponina ny faniriany mba hahazoan’izy ireo ny herinaratra, ary dia neken’ny Praiminisitra ny hanatanterahana an’izany. Neken’ny Lehiben’ny governemanta ihany koa ny fangatahan’ny fikabanan’ireo Ben’ny tanànan’Atsimondrano ny hanamboarana ny lalana mirefy 18 kilometra izay avy any Anosizato hivoaka any Antanetikely. Mbola notsidihin’ny delegasiona omaly ihany koa ny CSB II ao Adrohibe-Antsahadinta. Rehefa nahita ny zava-nisy tao an-toerana ny Praiminisitra dia nilaza fa hojerena haingana ny hanamboaran’ny fanjakàna ny fotodrafitrasa ao an-toerana. Teo ampamaranana dia nankasitraka ny ezaka nataon’ny tsirairay noho ny fiatrehana ny valan’aretina Corona virus ny Praiminisitra, ary nanamarika fa mbola tsy vita ny ady na dia efa voafehy aza ny fipariahan’io valan’aretina io.

Olo-manan-kaja sivily sy miaramila maro no tonga nanotrona izao fidinana ifotony izao, ankoatra ireo mpiara-miasa akaiky amin’Andriamatoa Praiminisitra, ny Sekeretera Jeneralin’ny governemanta, ny Talen’ny Kabinetra sivily sy ny Talen’ny Kabinetra miaramila, dia tonga teny an-toerana ny Solombavam-bahoaka voafidy tao Atsimondrano, ny lehiben’ny distrikan’Atsimondrano, ireo Ben’ny tanàna maro avy amin’ny faritra Atsimondrano, ary samy voasolo tena, na ny minisitry ny Fanajariana ny Tany sy ny Toeram-Ponenana ary ny Asa Vaventy , na ny governoran’ny Faritra Analamanga.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Manangasanga ny karazana valanaretina hafa vokatry ny loto

Amin’ny ankapobeny aloha dia variana amin’ny fanentanana ny ady amin’ny tsy hiparitahan’ny valanaretina "Covid-19" ny fikambanana isan-tokony, ka tsy mahita akory izay eo ambany maso ary efa mby an-koditry ny olona maro izany raha tsy hilaza afa-tsy ny firongatry ny fivalanana sy tazo mahery ary ny fiakaran’ny tosidra. Ity farany izay efa nahafaty olona maromaro tampoka teny an-dalana. Marihina fa tsy mifidy sokajin-taona ireo aretina voalaza teo aloha ireo. 

Raha lazaina fa tsy hita maso ny covid-19 fa entin’ny rivotra, ka anentanana ny rehetra mba hanao arovava sy orona sy hanasa tanana matetika amin’ny savony…, dia misy ny fototry ny karazan’aretina azo atao tsara ny misoroka azy fa saingy tazanin’ny tompon’ andraikitra fotsiny izao. Voalohany amin’ izany ny fivangongon’ny fako sy rano miangona eny amin’ny tsena. Ny lobolobo manerana ny elakelan-trano, solika sy menaka maloto eny amin’ny lakandranon’i Pangalana. Anisan’ ny mampatahotra ny mponina ny fahalotoan’ny rano jifaina amin’ny Jirama. Raha avela maharitra anatina tavoahangy dia miavaka eny ambany ny loto.

Noho ireo rehetra ireo dia ambaran’ny mpitsabo iray tafaresaka taminay fa ahiana tanteraka ny mety hiverenan’ny pesta raha avela hiangona eo ny fako syrano miangona. Nambarany koa fa hirongatra koa ny tazo mahery sy fivalanana ary tsy mifidy taona, miakatra ny hafanana ary misy fiantraikany any amin’ny hatoka sy vanin-taolana ka avy hatrany dia malemy tsy afaka mitsangana ny olona voany. Marary iray tao amin’ny hopitaly be - Toamasina no nanaovana fanadihadiana fa karazam-panafody miisa 15 no indray nilaina raha vao niditra ny hopitaly izy. Nitentina teo amin’ny 120 000 Ariary izany fanafody nitsaboana azy voalohany izany . Afaka adiny iray dia niampy fanafody hafa nitentina 60 000 Ariary izany.

Araka ny fanazavany dia 48 ora nidirany tao amin’ny hopitaly dia nahalany vola 380 000 Ariary ny fianakaviany, vidim-panafody fotsiny. Antony maro ilazana izany fa ilàna fitandremana ny fahasalamana manoloana ireo rehetra voalaza etsy ambony, ka tokony handraisan’ny tompon’andraikitra voakasika ny andraikiny.

INVT

Ino Vaovao0 partages

FANANGANANA ORINASA : Manohana ny tanora ny Kaominina Antananarivo renivohitra sy ny EDBM

Araka ny fanazavana, manana adidy hiahy sy hanampy ireo mpandraharaha madinika ny Kaominina, ka izay indrindra no antony niarahan’ny kaominina Antananarivo renivohitra niasa tamin’ny EBDM (Economic Development Board of Madagascar). Nisy ny fifanaovan-tsonia niarahan’ny roa tonta tao amin’ny lapan’ny tanàna Analakely, omaly. Kendrena amin’ity fiaraha-miasa ity ny fanampiana sy fampirisihana ny tanora hanangana orinasa amin’ny alalan’ny fanamorana ireo dingana fananganana orinasa sy ny fanafainganana ny fikarakarana ireo antontan-taratasy izay ilaina amin’izany.

Araka ny ny fanazavan’ny Tale jeneralin’ny EDBM, telo andro monja dia efa vita ny antontan-taratasy fananganana orinasa amin’izao fotoana raha toa ka naharitra an-taonany mihitsy izany tany aloha. Nirosoana moa io fanavaozana io hahafahan’ny tanora mamorona ny orinasany manokana faran’izay haingana, anaty fotoana fohy kanefa ahitam-bokany sy mijoro ara-dalàna. Ny Ben’ny tanàna, Naina Andriantsitohaina sy ny Tale Jeneralin’ny EDBM, Andry Tiana Ravalomanda, no niara-nanao sonia ny fifanarahana io omaly io. Nampirisika ny tanora ny roa tonta hisehatra eo amin’ny fananganana orinasa matihanina sy ara-dalàna. “Tsy ahitan-tombony ny sehatra tsy manara-dalàna ary mainka faty antoka aza no entiny”, hoy ny avy amin’ny EDBM. Ny sehatra informatika sy ny serasera no tena mahaliana ireo tanora ankehitriny.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

MINISITRY NY FAHASALAMANA : “Mijery akaiky ny fahasalaman’ny vahoaka ny Fitondram-panjakana”

Nanao ezaka goavana ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka talohan’ny fety hampidinana tamin’ny alalan’ny ady samihafa ny isan’ny trangana coronavirus nanerana ny Nosy. Nahitana fiakarany ihany anefa ireo trangana covid-19 ireo taorian’ny fety. Tsikaritra kosa tao anatin’ny telo andro lasa fa efa nahitana fihenana be izany. 

« Mijery akaiky ny fahasalaman’ny vahoaka ny Fitondram-panjakana ary manao ny ainy tsy ho zavatra hahazoan’ny vahoaka fahasalamana satria zo feno ho an’ny rehetra izany », hoy hatrany ny Minisitra. Nanentana manokana ny mpiasan’ny fahasalamana sy ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny koa ny tenany amin’ity ady iombonana ity hijoro sy hanaja ary hampanaja ireo fepetra sakana rehetra.

Fanolorana fitaovana

Notanterahina omaly koa ny fanolorana ireo fitaovana hoentina hiaro ireo ekipa sy mpitsabo eny amin’ireo toeram-pitsaboana maro samihafa manerana an’i Madagasikara sy ny fitantanana ireo fako ateraky ny ady amin’ny valanaretina Covid-19. Ireo fitaovana ireo dia hoentina manatsara ny fandraisana an-tanana ireo fako eny amin’ny tobim-pahasalamana sy ireo hopitaly. Ny tanjona amin’izany dia ny hiarovana amin’ny tsy hiparitahan’ny otrikaretina sy hoentina hiarovana ny Tontolo iainana. Izao no tanteraka dia noho ny fiaraha-miasa misy eo amin’ny Page 2/GIZ, ny Minisiteran’ny tontolo iainana sy ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka. 

Nanatrika ny lanonana nanolorana ireto ny Minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, ny Minisitry ny Tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy, Baomiavotse Vahinala Raharinirina sy Dr Michaela Braun, Tale misahana ny fandaharan’asa ho fiarovana sy fitrandrahana ny harena voajanahary PAGE 2/GIZ.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

« Analamanga Park » - Réouverture prévue en début avril

J-50. « Analamanga Park » rouvrira à partir du 2 avril prochain, après quelques mois de travaux de rénovation totale. L’inauguration de ce complexe de détente et de loisirs appartenant à la Région d’Analamanga sera marquée par un festival de 4 jours, clôturé par un grand spectacle avec divers artistes à l’affiche, le lundi de Pâques du 5 avril. Près de deux- tiers des travaux sont actuellement entrepris. La première phase, comprenant la réhabilitation en pavé des ruelles dans l’enceinte du parc, la réhabilitation des 20 bungalows, l’approvisionnement en eau potable ou encore la reconstruction d’une petite piscine et de celle chauffante, est actuellement achevée. A cela s’ajoutent le restaurant et la salle de remise en forme ou le sauna. « Pour la phase II du projet, la construction d’un petit Coliseum, pouvant accueillir des spectacles et festivités, du terrain synthétique, du boulodrome, fait partie des travaux à achever d’ici mars. L’aménagement d’une aire de jeux pour enfants et de la canalisation d’eau, sans oublier le renforcement des branchements électriques, constitue également des chantiers prioritaires », avance Michel Rabetokotany, directeur des Infrastructures et du Développement (DID) auprès de la Région d’Analamanga. Pour la promotion du tourisme local    Le portail d’entrée de la Capitale depuis le Sud. « Analamanga Park » se situe à 30 km de la ville d’Antananarivo, plus précisément dans la Commune d’Ambalavao Atsimondrano. Après quelques années de fermeture suite à la vétusté et la destruction de ses infrastructures, ce complexe pourra bientôt accueillir de nouveau les associations, les institutions, les partis ou encore les familles, les amis et toutes les personnes en quête de détente, de loisirs et de pique-nique. La réouverture de ce parc constitue une stèle pour la Région d’Analamanga, laquelle a alloué un investissement conséquent pour réaliser les travaux de rénovation ainsi que pour la construction de nouvelles infrastructures. « A travers ce site, nous avons comme ambition de promouvoir le tourisme local, avec les multiples activités proposées aux visiteurs », affirme Hery Rasoamaromaka, gouverneur de la Région d’Analamanga. « L’accès au parc se fera à un tarif abordable, à déterminer avec le futur gérant », ajoute-t-il. Notons que l’appel à manifestation d’intérêt pour la gestion du parc sera lancé prochainement.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Trafic de 73,5 kilos d’or - L’Etat malagasy va porter plainte contre le pseudo-propriétaire

L’Etat malagasy porte plainte contre Parpia Gold and Jewels Trading, LLC. La décision a été annoncée dans le rapport du Conseil des ministres d’hier. La société dubaïote est accusée d’exportation illicite de richesses naturelles malagasy. Elle a porté plainte devant la justice sud-africaine dans le cadre de cette affaire de trafic de 73.5 kilos d’or, avait informé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué publié la semaine dernière. Ladite entreprise revendique la propriété de ladite cargaison d’or et affirme être l’employeur des trois individus interpellés par la douane du pays de Nelson Mandela. Cette même entreprise estime que la détention des trois individus et leur marchandise est tout simplement illégale. Pour les observateurs avertis, il pourrait s’agir d’une énième tentative de diversion de la part des suspects pour tenter de brouiller les pistes. Une diversion comme lorsque les accusés avaient affirmé que l’or était d’origine malienne. Au final, il s’est avéré que les documents en question étaient de faux, selon les explications de la Direction générale de la douane malagasy. L’intervention de la société de Dubaï, destination finale de l’or saisi en Afrique du Sud, pourrait être une autre diversion. Il convient en effet de rappeler que le Gouvernement a déjà pris la décision de suspension de l’exportation d’or et des pierres précieuses depuis le mois d’octobre 2020. En ce sens, la société dubaïote, qui revendique la propriété de l’or, a donc agi en toute illégalité en tentant de sortir la cargaison d’or du territoire malagasy.  En outre, la société en question affirme être l’employeur des trois malagasy interpellés par les autorités sud-africaines. Une version qui peine à convaincre sachant que l’un de ces hommes est connu pour être un employé d’une agence de voyage tandis qu’un autre est réputé être un consultant... En tout cas, un procès concernant la plainte de cette société a eu lieu avant-hier. La décision de la justice sud-africaine est attendue ce jour. Le ministère des Affaires étrangères avait indiqué que ce serait cette entrée en scène de l’entreprise dubaïote qui a conduit au renvoi du procès des trois malagasy, prévu se tenir le 1er février dernier, au 19 février prochain. Notons que dans le cadre des procès en cours en Afrique du Sud, l’Etat malagasy a recruté des avocats locaux pour défendre ses intérêts et avoir gain de cause dans toutes les étapes judiciaires entreprises dans le cadre de cette affaire. Les demandes de l’Etat malagasy, pour le rapatriement de l’or saisi et l’extradition des trois suspects arrêtés en Afrique du Sud, restent en cours, affirme le rapport du Conseil des ministres hier. La Rédaction

La Vérité0 partages

Désinformation sur l’actualité à Madagascar - Un journal de renom en France joue le jeu !

Alors que l’émission « miara – manonja » ne cesse de se livrer à la désinformation, la presse internationale s’y met également. Dans un article publié dans un journal français en ligne, une journaliste relate le meeting politique déguisé en excursion de l’Opposition, samedi dernier à Imerinkasinina. Lu de plus près, l’article écrit par une correspondante contient plusieurs informations incorrectes et des impertinences. «Plusieurs milliers de personnes ont manifesté à l’appel des organisations de la société civile et de l’Opposition »  peut – on lire dès le début dudit article qui affirme que ce rassemblement visait à dénoncer la hausse du coût de la vie alors que les instigateurs martelaient qu’ils voulaient effectuer une simple excursion et présenter mutuellement des vœux de nouvel an. Le même papier n’hésite pas à faire le rapprochement entre ce rassemblement de l’Opposition et le soit – disant colère qui gagne les rangs du personnel médical et paramédical. Il est dit qu’aucun membre du personnel soignant n’a touché d’indemnités. Une information totalement fausse puisque le leader du syndicat des paramédicaux, Jerisoa Ralibera en personne avait affirmé que seuls 2 000 sur les 16 000 membres de ce corps ont perçu leurs indemnités.Détournement de faits et omissions volontaires « (…) quelque 5 000 personnes − militants politiques, députés, mais aussi vendeurs, restaurateurs, garagistes ou fonctionnaires − se sont rassemblées sur la colline de l’Imerinkasinina, (…) tous se disent déçus par la politique du gouvernement et inquiets de la hausse du coût de la vie », rapporte toujours ce journal français dans ses colonnes. La journaliste a néanmoins oublié de préciser l’appartenance politique de ces individus qui constituaient leur dénominateur commun et que les leaders du mouvement avaient même appelé à la rébellion contre le régime. Plus loin, l’article affirme que le rassemblement était le premier de la plate-forme « Miara-Manonja » laquelle regroupe des mouvements de la société civile et des partis politiques.Sur un passage qui aborde l’inflation provoquant une hausse des prix des produits de première nécessité, le papier affirme que « le riz, qui se vend habituellement 2 000 ariary le kilo (45 centimes d’euros), avoisine maintenant les 4 000 ariary ». La journaliste enfreint ainsi l’une des  règles de base du métier : la précision. En effet, dire que le prix du riz avoisine les 4000 ariary n’est que de la pure exagération lorsqu’on sait que le coût maximal du kilo de riz à Madagascar est de 3000 Ariary. Avec autant de détournement de faits et d’omission volontaire, soit la journaliste auteur de l’article avait des sources peu fiables soit il s’agit d’une velléité de désinformer. Ce qui est bien désolant de la part d’un aussi grand journal qui semble avoir sa place dans le « monde » de la presse française !La Rédaction

La Vérité0 partages

Assassinat de Ratsimandrava - Politisation et affaiblissement de l’institution militaire

Voici les propos du Juvence Fabiency Ramasy dans sa thèse de doctorat en science politique présentée et soutenue le 26 mai 2010 à l’université de Toulouse I Capitole : « Après une tentative avortée de coup d’Etat en décembre 1974 sur l’initiative du colonel Bréchard Rajoanarison, et d’une demande de l’opposition, c’est-à-dire le Parti socialiste malgache (PSM), le Mouvement national pour l’indépendance de Madagascar (MONIMA), et le Mpitolona ho an’ny fandrosoan’i Madagasikara - Parti pour le progrès de Madagascar- anciennement parti pour le pouvoir prolétarien (MFM), réclamant l’instauration d’un gouvernement de coalisation, le Général Gabriel Ramanantsoa transmettait tous ses pouvoirs au profit du colonel de gendarmerie Richard Ratsimandrava, le 5 février 1975. Ce dernier fut assassiné par des éléments du Groupe mobile de police (GMP) quelques jours plus tard, soit le 11 février dans des circonstances qui restent encore non élucidées. »Pleins pouvoirsBeaucoup ont en effet tenté d’apporter un éclairage incontestable sur ce premier et dernier assassinat politique d’un Chef d’Etat à Madagascar sans y parvenir avec exactitude. A lire un écrit du Professeur Solofo Randrianja (2014), directeur de recherche à l’Institut d’études politiques à Madagascar, enseignant-chercheur à l’université de Toamasina et un membre du jury de Ramasy, le tragique événement s’accomplit dans le cadre de la politisation et de l’affaiblissement de l’institution militaire :« Les militaires reprennent pratiques et artifices juridiques de la Première République après avoir capté à leur profit les bénéfices des mouvements de rue de 1972 et ceux du soulèvement paysan de 1971, contestation de la légitimité du précédent régime. Ceux-ci, pour rappel, militaient pour plus de démocratie. La transition vers la Seconde République tout comme le ‘recouvrement’ de l’indépendance, ne furent qu’une suite de manipulations des institutions sur le dos des citoyens, complices ou amorphes. La notion de ‘pleins pouvoirs’ fait son apparition à la chute de la Première République lorsque Tsiranana, le Président déchu, les confie à son chef d’Etat-major militaire. Mais ces pleins pouvoirs, les a-t-il jamais eus ? Aucun juriste n’est capable de les définir jusqu’à maintenant alors qu’ils reviennent épisodiquement lors des transitions et autres prises de pouvoir extra constitutionnelles. Ces fameux ‘pleins pouvoirs’, lorsqu’ils s’accompagnent de la déchéance des élus et de la mise au pas des juges et de l’appareil judiciaire, ne signifient pas autre chose que la mise en place d’une dictature. Même si les élus déchus ont été mal élus et même si l’appareil judiciaire n’a jamais été indépendant. Et toute dictature est toujours source de violence institutionnalisée venant de l’Etat d’abord et violence venant des citoyens qui n’ont que ce moyen pour s’exprimer.Soldiers in mufti« Les tensions au sein de l’Armée finissent par aboutir au transfert des ‘pleins pouvoirs’ du Général Ramanantsoa au colonel Ratsimandrava, qui sera le premier Chef d’Etat de l’époque contemporaine à se faire assassiner. En l’absence de toute explication officielle et malgré un ‘procès du siècle’, celle généralement admise plus ou moins implicitement est qu’étant descendant d’esclave, les ancêtres ne pouvaient pas le laisser diriger Madagascar ! Et le 11 février 1975, un quarteron d’officiers supérieurs autoproclamé directoire militaire s’institue à la tête de l’Etat. Le gouvernement formé par le colonel Ratsimandrava, le 5 février 1975, se dissout le 13 juin 1975 non sans avoir ‘élu’ le capitaine de frégate Didier Ratsiraka à la tête d’un Conseil suprême de la révolution, sorti du néant. »« Les Forces armées vont ainsi se découvrir une vocation politique et devenir des acteurs politiques. Un membre des Forces armées, le colonel Richard Ratsimandrava, se voit attribué le pouvoir le 5 février 1975. A la suite de son assassinat le 11 février 1975, un directoire militaire dirigé par le Général Gilles Andriamahazo et composé de 18 membres fut mis en place. Madagascar se trouva en présence d’un régime militaire, des gouverneurs militaires furent placés à la tête des provinces accentuant ainsi la prétorianisation du système et la permanence des soldiers in mufti au sein de l’appareil d’Etat. Le remplacement du directoire militaire par le Conseil suprême de la révolution le 15 juin 1975 contribua au renforcement de la militarisation avec à sa tête le capitaine de frégate Didier Ratsiraka.Livre Rouge« L’entrée dans la République Démocratique de Madagascar se caractérisa par la politisation et l’affaiblissement de l’institution militaire. Afin de neutraliser cette dernière, Didier Ratsiraka en fit des militaires en uniformes (création des Forces armées populaires) en vue de l’application du ‘‘Livre Rouge’’. Si bien qu’il y a un abandon des fonctions classiques de défense du territoire. Dans la poursuite de sa politique, Didier Ratsiraka mettra à l’écart les ‘‘chefs historiques’’, c’est-à-dire ceux ayant occupé des postes de commandement de 1960 à 1975. La clientélisation des nominations et avancements fragilisa de plus en plus l’institution et contribua à une remise en cause de sa forme pyramidale. »En 2010, Christian Feller et Frédéric Sandron de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) font le constat suivant : « Le 5 février 1975, le Général doit remettre les pouvoirs à un jeune colonel de gendarmerie Richard Ratsimandrava mais, six jours plus tard, celui-ci est assassiné. Pour lui succéder, le directoire militaire, constitué à la tête de l’État, suspend les partis politiques. Le 15 juin 1975, Didier Ratsiraka est élu Chef de l’État, chef du gouvernement et président du conseil suprême de la Révolution. Le 21 décembre, un référendum conduit à l’adoption d’une nouvelle constitution pour la nouvelle République de Madagascar, dont les principes fondateurs sont tirés du ‘Livre Rouge’ et constituent la charte de la ‘révolution socialiste malgache’. »Loi martialeEn 2017, Mireille Razafindrakoto, François Roubaud et Jean-Michel Wachsberger de l’IRD apportent leur propre version en ces termes : « Ces événements conduisirent à la chute du régime et à un transfert quasi-légaliste du pouvoir. Tsiranana, tout en gardant la présidence de la République, remit les pleins pouvoirs au Général Ramanantsoa, militaire le plus gradé et le plus ancien dans le grade de Général, lequel organisa cinq mois plus tard un référendum par lequel les électeurs le placèrent à la tête de l’État. Ce dernier n’arriva cependant pas à assurer la stabilité politique. Coincé entre les revendications politiques des élites provinciales, sa loyauté envers l’oligarchie économico-politique merina et les pressions aux réformes économiques et politiques des partis maoïstes (MFM et MONIMA), il fut finalement conduit, après la rébellion du GPM (héritier des FRS), à remettre le pouvoir au colonel R. Ratsimandrava en février 1975. Six jours plus tard, ce dernier fut cependant assassiné, sans que les historiens n’aient réussi jusqu’ici à établir formellement qui étaient les commanditaires de ce meurtre. Un directoire militaire fut alors mis en place qui réussit à rétablir l’ordre public en réprimant par les armes la rébellion du GPM et en déclarant la loi martiale. »Un mot sur le FokonolonaLa redynamisation du Fokonolona est une composante-phare de la politique du défunt colonel Ratsimandrava. Voici le point de vue de ces mêmes auteurs cités plus haut : « Le deuxième volet de la politique de développement visait à réformer les structures rurales. Porté par le colonel R. Ratsimandrava, ministre de l’Intérieur, il avait pour objectif le développement économique reposant sur une forme de décentralisation, en accordant aux communautés rurales traditionnelles (Fokonolona) plus de liberté de choix et d’organisation (en leur accordant notamment le contrôle des terres non cultivées) et en restructurant l’administration de manière ascendante, des cellules de base jusqu’au niveau national. »Amnistie et hommagesL’article premier de l’ordonnance 75-012-O/D portant amnistie du 15 mai 1975 dispose en ces termes : « A l’exception de l’assassinat, la tentative d’assassinat et la complicité de ces crimes commis sur la personne du co1onel Richard Ratsimandrava et autres, sont amnistiés les faits constituant des fautes disciplinaires, des infractions d’atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ainsi que les infractions connexes commis en décembre 1974, janvier et février 1975. »Le colonel Richard Ratsimandrava sera élevé au grade de Général de brigade à titre posthume le 15 juin 1975.Depuis 2014, la date du 11 février est déclarée jour de recueillement au même titre que le 29 mars pour la nation tout entière afin de rendre hommage aux gendarmes décédés en activité dans le cadre des services commandés.Recueillis par M.R.

La Vérité0 partages

Et après, c’est quoi ?

La vraie-fausse excursion à Imerinkasinina a drainé une foule visiblement survoltée. Prêts à braver tous les obstacles (distance à parcourir, caprice du climat ou autres) des milliers de gens, sympathisants ou simples curieux, d’une ambiance bon enfant, répondent à l’appel. Et les organisateurs s’apprêtèrent à  se frotter les mains et déduisirent que c’est du … succès !Pourtant, une nuance s’impose ! Est-ce par affinité aux messages véhiculés par l’Opposition à travers les animateurs de la radio « miara-manonja » ? Ou par simple curiosité ? Ou par l’intérêt tout court que suscite le plaisir de sortir en plein air ? Ou tout simplement déclenché par un sentiment de révolte dû au vécu quotidien qui commence à taper sur les nerfs (inflation, insécurité, les bourdes de la JIRAMA, …) ? Autant de questionnements qu’il faille apporter des éléments de réponse crédibles. Mais la plus importante interrogation que tout observateur attend des réponses valables et dignes de la part des hommes et des femmes politiques intègres de l’Opposition consiste à savoir « et après, c’est quoi ». C’est bien beau d’avoir réussi (encore à déterminer) un coup d’essai mais il faut savoir gérer la continuité et ce en respectant une certaine de règle du jeu.Et maintenant donc, quelle suite à donner ? A quelle logique les dirigeants de l’Opposition entendent-ils mettre en œuvre ? La logique de la confrontation ? Ou la logique du respect de la loi et la logique de la démocratie ?Dans le cas où Ravalo et consorts opteraient pour la première option à savoir la logique de la confrontation, ils choisiront donc le trouble ou le défi frontal contre les éléments de la FDS. D’après les bribes d’information balancées, la prochaine « excursion » aurait lieu à Tanà. A chacun d’évaluer sinon d’anticiper les éventuels dégâts causés  à l’issue d’une telle aventure où la confrontation serait difficile à éviter.Si les conducteurs d’âme de Bel-Air priorisent la logique du respect de la loi ainsi que le minimum de la démocratie, ils s’engageront sur la voie de la raison. Un geste qui garantit le respect des intérêts supérieurs de la Nation. Ils conduiront leurs « brebis » sur le bon chemin.  En fait, personne ne conteste l’existence d’une force politique en face du régime en place. Une force de proposition et de débat avec comme seul cadre à l’intérieur des quatre murs du Parlement.On n’est pas obligé d’emprunter la voie du mensonge. Une excursion est une excursion mais pas un meeting politique déguisé dans la nature. Quand on sort dans la nature, on aime bien respirer de l’air pur. C’est bon pour la santé !Tellement, la culture de la tromperie s’enracine chez certains de nos acteurs politiques notamment ceux de l’Opposition qu’on ne s’embarrasse plus à trahir la confiance des autres. L’ex numéro un du pays, Rajaonarimampianina, a dû payer cher de son fauteuil doré à cause du mensonge d’Etat qu’il s’était fait passer maître durant tout son mandat (2014-2018).A la prochaine, il faudra afficher clairement l’intention et cela, bien sûr, dans le respect de la loi. De toutes les manières, il faut savoir attendre. Le prochain scrutin présidentiel aura lieu en 2023 ! Et laissez le peuple en juger !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Agroalimentaire - L’implantation d’usines à Madagascar favorisée

« Nous avons allégé la procédure à suivre pour l’implantation d’usines agroalimentaires dans le pays. Une exonération fiscale est actuellement adoptée dans la loi de Finances initiale ». Tels sont les mots de Germain, directeur général des Impôts, hier. Face à la hausse incessante de l’importation qui pénalise à la fois les produits locaux et l’ariary, le Gouvernement opte en ce moment pour la production locale. En effet, dans le document qui retrace le budget de l’Etat, l’exonération à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) de certains produits entre en vigueur, entres autres le maïs - vendu localement, la farine - fabriquée localement et l’huile alimentaire - produite localement. Il en est de même pour le blé, ainsi qu’un abaissement du taux de la TVA à 5 % pour les pâtes alimentaires fabriquées localement. « Nous vivons en ce moment avec la hausse incessante du prix des produits de première nécessité. En allégeant les impôts des entreprises et en augmentant le droit d’accise sur les produits importés, tout cela permettra de créer de l’emploi », poursuit le DG.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Droit d’enregistrement de succession - Poursuite de la suspension du paiement

La perception des droits sur la déclaration de succession, sur les actes de partage issus d’une succession présentés avant le 31 décembre 2021, est suspendue. Une annonce effectuée, hier, par Mme Dina Raharijaona, chef de service de la Législation fiscale, durant la séance d’information sur les nouvelles dispositions fiscales et douanières contenues dans la loi de Finances initiale 2021. Germain, directeur général des Impôts ainsi que Tianamanambina, inspecteur des impôts, sont également intervenus durant un échange avec le secteur privé à la grande salle du ministère de l’Economie et du Plan, situé à Anosy. En effet, la population malagasy rencontre beaucoup de problèmes dans le domaine foncier. Entre la lourdeur des procédures et la falsification des papiers comme les titres, les actes de notoriété, les testaments ainsi que le vol de signatures, cette initiative soutient la politique de sécurisation et de certification foncière initiée par le Gouvernement. « Normalement, les droits d’enregistrement constituent un droit fixe, mais nous l’avons exonéré. L’objectif consiste à alléger les charges des héritiers ou de ceux qui préparent des dossiers dans le domaine foncier ou le patrimoine. Toutes les taxes sont suspendues jusqu’au partage. Toutefois, les procédures relatives à la succession et au partage restent inchangées », déclare le chef de service de la Législation fiscale. Lorsque les parents sont encore vivants et qu’ils effectuent la mutation à leurs enfants, le droit d’enregistrement est fixé à 40 000 ariary par donataire alors que ce tarif s’élevait auparavant à 5 % de la valeur du patrimoine.Pour rappel, la Banque mondiale mène actuellement un projet y afférent. L’institution financière a accordé l’année dernière un financement à hauteur de 52 millions de dollars. Elle prévoit la distribution de deux millions de certificats fonciers supplémentaires d’ici juin 2022 et l’appui de 309 guichets fonciers communaux supplémentaires. D’après Coralie Gevers, ancienne représentante de la Banque mondiale à Madagascar, « l’agriculture concerne environ 80 % de la population malagasy et a le potentiel de sortir plusieurs millions d’habitants de la pauvreté. A moins que les droits fonciers et la propriété ne soient sécurisés, il serait peu probable que les agriculteurs investissent à long terme dans les terres qu’ils utilisent ».La présentation des nouvelles dispositions de la LFI se poursuit aujourd’hui avec l’intervention de la Direction générale des Douanes. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Ambanin'Ampamarinana - Sept familles en danger !

Le drapeau rouge, signe d’un danger imminent dans la zone habitée, est hissé du côté de la Haute-Ville. Selon Jeannot Ranaivojaona, président du Fokontany d’Ambanin’Ampamarinana, sept familles enregistrées dans sa zone d’intervention se trouvent actuellement sous le menace d’éboulements rocheux et de glissement de terrain. « Environ une trentaine de maisons sont hautement exposées à la menace. Mais avec le temps, des occupants se sont installés ailleurs. Par contre, il reste encore sept familles qui n’ont pas déménagé à défaut de logement », a expliqué ce président. Et d’ajouter que six autres familles victimes du drame lié à l’éboulement meurtrier survenu le 3 février 2019 sont actuellement accueillies au CEBA, Isotry. « Heureusement, même avec le temps pluvieux persistant depuis quelques jours, nous n’avons pas rencontré d’importantes difficultés. Il faut savoir qu’en décembre dernier, avec des dizaines de familles, nous nous sommes préparés à travers une formation axée sur le système d’évacuation, la nutrition et l’application des mesures de sécurité sanitaires face à la Covid-19. A cela s’ajoutent les actions de sensibilisation et la mise à disposition, en cas de besoin, d’un site d’hébergement installé au sein de l’Institut national de formation professionnelle, situé à Mahamasina », a poursuivi Jeannot Ranaivojaona. Ce jour, une délégation sous l’égide du Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) et du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, accompagnés par la Préfecture d’Antananarivo ainsi que d’autres acteurs engagés dans la prévention des dangers au niveau de ces zones, a effectué une descente sur terrain. Pour la énième fois, il s’agissait d’une occasion pour les hauts responsables de déterminer les actions de prévention liées à ce problème de glissement de terrain. Rappelons que l’année 2019 a été meurtrière dans la partie de Tsimialonjafy, Ambanin’Ampamarinana et ses environs. Les autorités ont déjà procédé à l’évacuation des habitants. Cependant, cette fois-ci et pour diverses raisons, entre autres le problème de logement, cette opération demeure jusqu’à présent une mission impossible. K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Universités régionales : Avancée palpable des travaux

La construction de l’Université d’Itasy est achevée. La réception provisoire a été effectuée au mois de novembre 2020.

Les campus  universitaires régionaux sortent petit à petit de terre. Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (Mesupres), chargé de mener ce projet présidentiel, avance dans ses calendriers de réalisation des travaux de construction des campus universitaires en question. Interviewée, Tambiniaina Michelle Rakotoarivony,  la personne responsable des Marchés Publics ou PRMP auprès du ministère en question avance « Un taux d’achèvement d’environ 60 % des travaux sur l’ensemble des trois sites de construction actuellement ». L’entretien avec notre source a également permis de savoir que « L’université d’Itasy affiche un taux d’achèvement de 100 % ». « La réception provisoire a été effectuée au mois de novembre de l’année 2020 », note Tambiniaina Michelle Rakotoarivony. Pour les deux autres sites en construction, l’université de Fenoarivo Atsinanana avancerait à grand pas. «La réception provisoire est prévue ce mois de février», explique la PRMP auprès du Mesupres. Tandis que celle de Vakinankaratra devrait être provisoirement réceptionnée au mois de mars prochain si l’on s’en tient toujours aux explications de notre source. Avant de préciser que « Les constructions suivent un même modèle architectural aussi bien au niveau de la fonctionnalité que de la modernité ».

Transition. Un changement majeur s’est opéré auprès de l’université de Mahajanga lundi dernier. En effet, un comité intérimaire y a été officiellement mis en place suite à l’élection du Pr Odilon Dinaraly Tiandaza, président de l’Université en question entre le mois de mai 2019 et janvier 2021, au dernier sénatorial. Dirigé par le Pr Jeanne Angelphine Rasoamananjara, le comité intérimaire devrait assurer la tenue des affaires courantes auprès de l’Université de Mahajanga. Comme l’a fait savoir le Pr Jeanne Angelphine Rasoamananjara «le comité intérimaire aura pour mission d’assurer un bon déroulement de l’année universitaire en cours». Outre cela, le comité devrait également « Organiser la prochaine élection présidentielle auprès de l’Université de Mahajanga ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Soirée Africaine : La caravane débarque à Nosy-Be

Les organisatrices de la “Soirée Africaine” sont prêtes pour une aventure à l’africaine.

Après Toamasina, la troupe de la soirée africaine met le cap dans la partie nord de la Grande Ile. Le festival s’invite dans l’île de parfum du 12 au 14 février prochain. Durant ces trois jours, Nosy-Be sera la capitale culturelle du continent noir.

Trois établissements hébergeront la troisième édition de la soirée africaine à Nosy-Be. Le 12 février, ambiance africaine à ciel ouvert au Libertalia Park. Le 13 février, une soirée classe et privée au Nosy-Be Hotel Spa. Le 14 février, le Cacao Beach by Loulou sur la plage d’Andilana accueillera une ambiance romantique et un défilé de mode. L’équipe organisatrice comprend des jeunes créateurs d’origines camerounaise, dont Afrik Style de Ginette Maliaka, Klinton Ngoune de Kmiss Afrostyle, Sean John Ondo, Christy Vhoko, la décoration, des danseurs africains dont Arthur Noah et Fanny Messanga et enfin la fondatrice Prisca Maka. L’objectif est surtout un partage de culture, de création que les organisateurs veulent transmettre.

L’art africain renvoie en général à la modernité universelle qui est lié à la question de l’identité de l’art et de l’artiste africains. Les artistes africains sont, en effet, dans une nouvelle quête identitaire et réfléchissent sur le phénomène du métissage et de l’hybridité. Parler de l’identité des stylistes africains, c’est s’interroger sur leur identité au niveau continental, mais également sur l’identité d’exil des artistes africains immigrés dans les autres continents. Leur identité est multiple, elle est en mouvement et en devenir. Avec l’émigration de masse et les déplacements de population, de nouveaux récits sont en train de s’écrire à propos des arts de l’Afrique noire.

C’est d’ailleurs ce que l’assistance sentira. L’Afrique est consciente de sa diversité et sa jeunesse est bourrée de talent.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Assoumacou Béatrice : Un départ provisoire ou définitif ?

Trois membres du gouvernement n’ont pas assisté au Conseil des ministres de la semaine dernière. Il s’agit de Hajo Andrianainarivelo, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics qui, selon une source proche de l’exécutif , avait un problème de santé; de Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la Culture qui était en mission en Province, ainsi qu’Assoumacou Elia Béatrice, ministre de l’Enseignement supérieur et des Recherches Scientifiques qui attend l’arrivée de son enfant. Selon notre source, la MESUPRES arrive au terme de sa grossesse et son accouchement serait attendu dans les jours à venir. Elle est donc actuellement en congé de maternité. Pour l’heure, le gouvernement n’a pas encore désigné celui ou celle qui va assurer son intérim pendant son congé de maternité qui devrait durer trois mois. Logiquement, cette attribution devrait revenir à la ministre de l’Education nationale, Sahondrarimalala Marie Michelle. Et ce, même si cette dernière semble déjà très débordée avec les nombreux projets de réforme menés au niveau de son département, ainsi que la construction de nombreuses EPP, CEG et lycées manara-penitra à travers le pays. En tout cas, la question est de savoir si le départ d’Assoumacou Elia Béatrice sera provisoire ou définitif.

Exception. En effet, face aux foyers de tensions et nombreux problèmes à gérer actuellement au niveau des universités, il est difficile de croire que le président Andry Rajoelina et le gouvernement Ntsay Christian vont confier le département de l’Enseignement Supérieur et des Recherches Scientifiques à un intérim. Lors de la précédente équipe gouvernementale, l’ex-ministre de la Population, Irmah Naharimamy, pourtant connue comme étant un des fidèles collaborateurs du président de la République, n’a plus retrouvé sa place au sein du gouvernement après un congé de maternité. Ce fut également le cas de l’ancienne ministre de la Population du temps du régime Rajaonarimampianina, Onitiana Realy, qui a été évincée après le mouvement des 73 députés. Reste à savoir si l’actuelle ministre de l’Enseignement Supérieur réussira à faire exception. L’on sait en tout cas qu’avant sa DPA, Assoumacou Elia Béatrice a déjà réussi à placer ses hommes et femmes de confiance dans les postes à responsabilités au pays mais aussi à l’étranger.

Retouche. Mis à part les problèmes liés à la propagation de la pandémie de la COVID-19 et les menaces de grève dans les universités, le MESUPRES rencontre également une difficulté à payer les salaires de son personnel au niveau des six universités à travers le pays. À l’allure où vont les choses, la situation d’Assoumacou Elia Béatrice risquerait d’amener le président Andry Rajoelina à opérer un remaniement ou tout au moins à apporter une retouche à l’actuelle équipe gouvernementale. D’autant plus que ce congé de maternité de la ministre de l’Enseignement supérieur arrive pile au moment où le gouvernement doit gérer les actions d’une opposition bien déterminée à renverser le régime. En attendant, le Conseil des ministres qui aura lieu ce jour à Iavoloha pourrait désigner le ou la ministre qui assurera l’intérim de la MESUPRES.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Football : Ibrahim Amada signe avec Al-Markhiya Sporting Club

Ibrahim Amada, un des éléments clés des Barea évoluera en deuxième division au Qatar.

En fin de contrat avec Al Khor, Ibrahim Amada finit par trouver un autre club qatari Al-Markhiya Sporting Club. Son nouveau club évolue en deuxième division du championnat de Qatar. 

Reculer pour mieux sauter. C’est ce qu’on peut dire du transfert d’Ibrahim Amada dans un autre club qatari de deuxième division. En effet, l’international malgache a trouvé un point de chute au Qatar. Ibrahim Amada, le milieu du terrain des Barea, évolue désormais au sein d’Al-Markhiya Sporting Club, club de la deuxième division du championnat du Qatar et qui occupe actuellement la cinquième place du championnat local après la 13e journée. Il était en fin de contrat avec l’autre club Al Khor qui évolue dans la première division du championnat après avoir entamé deux saisons (2019 et 2020). La signature de son contrat avec son nouveau club a été faite lundi et ce contrat durera jusqu’à la fin de la saison.

Ibrahim Amada est une pièce maîtresse des Barea. Il a été promu capitaine lors de la quatrième journée des éliminatoires de la CAN 2021 opposant Madagascar au Côte d’Ivoire à Toamasina en novembre dernier, puisque Abel Anicet a été bloqué en Bulgarie en raison du résultat de son test Covid-19. En effet, Ibrahim Amada a fait parler de lui au cours des qualifications de la CAN. En étant l’auteur du meilleur but de la CAN 2019 en Egypte, il était ensuite le héros national lors de cette dernière rencontre à Toamasina. C’était grâce à son but à la 51e minute que les Barea ont pu tenir en échec (1-1) les Eléphants, et se retrouver à la deuxième place de son groupe avec 7 points. Quelques jours après cet exploit, avec ce missile contre les Ivoiriens, il est sélectionné deuxième du top but sur Bein Sports.

Le premier match d’Ibrahim Amada avec l’équipe nationale était en 2008. Il a ensuite quitté la Grande île à l’âge de 21 ans pour rejoindre JS Kabylie en Algérie. Cela fait déjà dix ans que l’ancienne L’académie Ny Antsika continue son aventure à l’étranger. L’Al-Markhiya Sporting Club est le septième club de sa carrière professionnelle s’il était resté huit ans en Algérie auparavant.

Manjato Razafy 

Midi Madagasikara0 partages

Analamahisty : Un incendie provoque des dégâts matériels conséquents

Hier matin, un incendie s’est déclaré à Analamahitsy dans une maison à étages. Le feu a éclaté vers 10 heures 30. Un policier qui venait de passer devant la maison en feu a volontiers tendu la main à la famille. Le policier héroïque accompagné des voisins se sont mobilisés pour secourir les sinistrés. Ils ont tenté dans un geste héroïque d’éteindre les flammes et de sortir les meubles du bâtiment. Des hommes et des femmes ont essayé de limiter l’avancée du feu avec des seaux d’eau mais l’intensité de la chaleur a rendu leurs tentatives compliquées. Malgré cela, ils ont réussi à limiter les dégâts et ont pu sortir quelques meubles du rez-de-chaussée. Les lueurs de l’incendie s’apercevaient à plusieurs kilomètres. Les sapeurs-pompiers ont reçu l’alerte et se sont rendus sur place afin de maîtriser l’incendie. Les pompiers ont utilisé plusieurs lances à eau mais le premier étage de la maison s’est effondré. Les causes de cet incendie ne sont pas encore formellement connues mais l’origine accidentelle est plus que probable. Selon le premier bilan des sapeurs-pompiers, aucune perte humaine n’a été enregistrée. Une enquête a été ouverte. Elle est menée par la police nationale. Quelques policiers étaient sur place afin de procéder aux premières constatations. Pour l’heure, aucune explication n’est avancée concernant l’origine du sinistre. Selon un responsable au service du pompier, la plupart des incendies domestiques survenant dans la ville sont causés par des dysfonctionnements électriques divers. Beaucoup sont des installations électriques hors norme, voire vétustes ou défectueuses. À part cela, un manque de vérification régulière de l’état des installations électriques peut aussi être un facteur de risque d’incendie. Lui d’expliquer qu’un geste simple au quotidien peut prévenir un incendie, notamment celui de limiter le nombre d’appareils branchés sur une prise.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Affaire judiciaire : « Laissons la Justice juger en toute sérénité »

Une affaire entre la main de la justice, une dame a été récemment accusée d’un vol d’héritage sur les médias.  Cette femme estime n’y être pour rien sur cette affaire. Selon l’avocat de la dame, le véritable litige se rapporte aux biens d’une société régulièrement constituée et enregistrée au registre de commerce et des sociétés. Tous les actes se rapportant à celle-ci y sont régulièrement déposés. Face au dénigrement qui s’est révélé faux que la dame a pris le contrôle de la société en acquérant la majorité des actions illégalement, l’avocat d’expliquer que « tous les transferts d’actions ont été faites avant le décès de la  personne prétendue  être la seule propriétaire de la société… ». Au moment où la dame incriminée a pris la direction de la société, un des actionnaires a fait usage de faux en hypothéquant les biens immobiliers de la société pour garantir son emprunt personnel. Une plainte a été déposée mais pour éviter toute poursuite, une convention a été signée par sa personne et ses trois avocats. Pour sauvegarder les biens de la société, une négociation avec la banque a été effectuée par la dirigeante en vue de lever l’hypothèque. Seulement l’actionnaire indélicat ainsi que son frère ont demandé la dissolution de la société afin d’avoir sa liquidation et le partage des biens. Se trouvant dans l’embarras total, la dame met l’affaire à la Justice. Elle réclame ainsi de laisser la Justice juger en toute sérénité et quiétude au vu des dossiers présentés par chacune des parties.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Gestion des Catastrophes : Un camion « ultramoderne » pour le BNGRC

Renforcement des ressources informationnelles. Tel est l’objectif du Programme alimentaire mondial (PAM) avec l’appui financier de l’Allemagne en octroyant un camion NTIC (Nouvelle technologie d’information et de communication) au Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC). Ce camion facilitera l’accès à l’information et à la collecte des données surtout dans les zones enclavées qui n’ont pas accès aux réseaux téléphoniques. Ceci, grâce aux équipements sophistiqués de ce camion « move 4X4 » aménagé en bureau mobile équipé de panneaux solaires et de groupes électrogènes. C’est à partir des données reçues via le réseau de communication par satellites  que les autorités concernées pourraient accélérer l’acheminement des aides et des secours. « Madagascar figure parmi les pays les plus vulnérables aux aléas climatiques comme les cyclones, les inondations ou encore les sécheresses et subit de nombreux dommages et pertes après ces catastrophes. Mais les préparatifs sont les plus importants et ce camion peut être déployé dans une zone difficilement inaccessible bien avant même la survenue de ces catastrophes », souligne le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation,Tiana Razafimahefa. La formation du personnel du BNGRC devrait commencer la semaine prochaine pour qu’il puisse se familiariser avec les technologies de pointe. 

 Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Nutrition : Agrikoba lance le Koba Fenosoa

Un sac de Koba Fenosoa peut nourrir 166 personnes pour un coût unitaire de 378 ariary

Agrikoba, une entreprise du groupe SMTP se fixe entre autres objectifs de contribuer à la lutte contre l’insécurité alimentaire. 

Aliment complet. Le Koba Fenosoa, littéralement,  « farine  pleine de vertu » mérite bien son nom. Ce nouveau produit que vient de lancer la société Agrikoba du groupe SMTP est en effet une gamme de farine améliorée à haute valeur nutritionnelle.

De haute qualité. « C’est un nouveau produit destiné  à contribuer à la prise en charge de la malnutrition à Madagascar », a déclaré  un responsable d’Agrikoba lors de la  cérémonie de lancement qui s’est déroulée le 4 février dernier au Motel de Tanà Anosy. Formulé en collaboration avec l’Office National de la Nutrition (ONN), le Koba Fenosoa qui est à base de céréales, de légumineuses et d’autres plantes naturelles,  a un apport nutritif et énergétique de haute qualité. Plus précisément, ce produit alimentaire est composé de farine de maïs, de farine de soja, de farine de riz rouge, de sucre et de lait en poudre. Il est enrichi en calcium et minéraux. « Le Koba Fenosoa a été́ conçu dans le cadre de la lutte contre la malnutrition chronique et dans la prise en charge des cas de malnutrition aiguë. C’est un produit qui a  été́ formulé de façon à convenir aux enfants et aux adultes ».  Un produit qui est également  accessible au plus grand nombre. « Avec un sac de 25kg, nous pouvons donner un repas à 166 personnes pour un cout unitaire de 378 ariary », précise Agrikoba. Par ailleurs, sa fabrication à Madagascar répond aux normes sanitaires et industrielles les plus élevées.

Anjaramasoandro. Ce nouveau produit confirme  le leadership d’Agrikoba  dans la fabrication d’alimentation nutritionnelle. Cette entreprise du groupe SMTP est présente dans le secteur de la transformation agro-alimentaire depuis 2015. Plus particulièrement dans la transformation du maïs. Elle fait partie de la plateforme Anjaramasoandro SBN (Sun Business Network), un réseau regroupant plusieurs entreprises du secteur privé œuvrant dans l’amélioration de la nutrition à Madagascar. Agrikoba se fixe entre autres objectifs d’intégrer le maïs, un aliment à haute valeur nutritive dans les habitudes alimentaires des Malagasy, et de contribuer ainsi à la réduction du taux de malnutrition chronique chez les femmes enceintes et les enfants de moins de cinq ans. Agikoba participe également à la prise en charge de la malnutrition aiguë et à la lutte contre l’insécurité  alimentaire.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Energie propre : Le solaire gagne du terrain

Le fort potentiel en hydroélectricité a toujours été mis en avant par les techniciens qui se sont concertés pour trouver des solutions énergétiques à Madagascar. En effet, plusieurs projets de construction de centrales hydroélectriques sont aujourd’hui en cours, dans l’optique d’accroître la production. En parallèle, l’énergie solaire gagne du terrain et devient l’alternative la plus prometteuse, en termes de coûts, après l’hydroélectricité. L’énergie solaire photovoltaïque est de plus en plus utilisée pour l’éclairage public. Hier, le MEDD (Ministère de l’Environnement de du Développement Durable) a mis en avant les lampadaires solaires qu’il utilise. « 21 lampadaires solaires de 30 watts, 18 de 60 watts et 11 projecteurs de 60 watts ont été installés aux bureaux du MEDD à Antsahavola et Nanisana. Par l’utilisation des lampes solaires, nous diminuons la pollution dégagée dans l’atmosphère et contribuons à la préservation de l’environnement », a soutenu la ministre Baomiavotse Vahinala Raharinirina.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Pety Rakotoniaina : Retour au bercail

Le président national du parti Tambatra, Pety Rakotoniaina,, a fait son come-back sur le plan politique. En effet, il a fait son apparition sur le plan politique avant-hier, sur une station privée de la capitale. Lors de son intervention, cet ancien député a déclaré haut et fort qu’il réintégrera le MFM qui n’est autre que son parti d’origine. Un retour au bercail, en quelque sorte, pour cet enfant terrible du « Mafàna ». Il n’a également pas manqué de lancer un appel aux membres du Tambatra à suivre son exemple. Ce fut aussi une occasion pour Pety Rakotoniaina de louer le MFM, en tant qu’école de parti.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Vono olona tao Brickaville : Manao antso amin’ny filoham-pirenena ireo fianakavin’ny maty

“Tsy hitanay intsony izay atao, fa izay fitarainana ataonay amin’ny fitsarana dia tsy misy valiny, na mivilana ny andikana azy. Aza avela handray fepetra izahay fianakaviana, fa tena tsy misy mpihaino izahay…”, izay no nambaran’Atoa Massou Ghislain, rahalahin’ilay rangahy maty notifirin’ny zandary am-pahibemaso ny 07 janoary teo tao Brickaville. Raha ny fanazavan’ny fianakaviana hatrany dia efa niakatra fitsarana teo anivon’ny fampanoavana ny raharaha, fa tsy nisy voatazona am-ponja ireo zandary namono ny havany sy ilay niray tsikombakomba tamin’ny famonoana azy. Nambaran’Atoa Massou Ghislain aza fa izy ireo indray no hidedahan’ilay zandary namono, ka lasa mampiakatra ny fahatezeranay izany fihetsika izany, araka ny nambarany, ka hahatonga anay hanaotao foana ny farany. Naverin’ireo fianakaviana ireto hatrany fa tsy mpikambana amin’ny andian-jiolahy izany ny havany, nitsabo tena tamin’ny fanorana ny anton-diany tao Brickaville, saingy tratran’ny tsy azo anohanarana dia niafara tamin’ny fitifirana azy iny ny raharaha, noho ny tondro molotra hoe niaraka tamin’ny mpanafika tokantrano. Vokatry ny tsy fahitana rariny tamin’ny raharaham-pitsarana teto Toamasina, dia mangataka amin’ny filoham-pirenena, na izay afaka mijery ity raharaha vono olona tao Brickaville ity, ny fianakavian’ny maty. Manao antso avo mihitsy Atoa Massou Ghislain, fa tsy hijanona ny hetsika ataon’izy ireo mandra-pahitana ny rariny sy ny marina, momba an’ity fitifirana ny rahalahiny tao Brickaville ity. Efa in-02 izy ireo no nantsoina sy  nohenoina ary nivezivezy teo anivon’ny fitsarana nefa tsy nisy vokany avokoa izany rehetra izany. Ny fampidirana am-ponja vonjimaika ity zandary namono ny havany ity no tadiavin’ireo fianakaviana, “mba hampitony aloha ny fonay”, hoy Atoa Massou Ghislain.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Saint-Valentin : D-Lain signe enfin son premier concert à Madagascar

D-Lain sera entouré d’une dizaine de musiciens.

Prévu se tenir l’année dernière, le premier concert de D-Laina été annulé à la veille du début du confinement. Le chanteur a choisi son jour d’anniversaire et non moins la Saint-Valentin pour honorer le rendez-vous. Dimanche, D-Lainattend environ 300 personnes à l’Arena Ivandry, dans le total respect des gestes barrières et le port de masque obligatoire. Au programme, les tubes, les singles comptant également les interprétations avec lesquelles il a forgé sa notoriété en remportant haut la main le titre de lauréat du Castel live opéra. Avec un album prévu sortir aux alentours de noël, D-Lain y chantera également quatre nouvelles chansons de son cru. Parmi ces nouveautés se trouve « Misava », la version malgache de « Through the eyes of love » de Melissa Manchester tiré du film « Ice Castels » sorti en 1978. Évidemment, Misava se pare de la touche personnelle de D-Lain et verse plutôt dans l’afrobeat et les couleurs de la musique malgache. Une chanson d’amour qui lui tient particulièrement à cœur, d’autant plus que c’est une chanson d’amour qui ne laisse pas indifférents même les plus coriaces. En tout, cela fera une bonne vingtaine de morceaux, soit deux heures trente de show. Pour cette grande première, D-Lain s’entourera d’une dizaine de musiciens dont ceux qui l’ont accompagné depuis le début de l’aventure, tout en comptant quelques invités surprises. Par ailleurs, le chanteur confirme qu’après ce concert, les collaborations avec d’autres artistes rempliront son répertoire. 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Norolalao Andriamahazo, candidate pour un dernier mandat

Après 2012 et 2016, elle veut boucler la course avec les Jeux des Îles de l’Océan Indien en 2023. 

Élue à la tête de la Fédération malgache d’athlétisme en 2012, Norolalao Andriamahazo se présente pour la dernière fois à la présidence de la FMA. Elle a les yeux sur les Jeux des Îles à domicile en 2023. « C’est une bonne chose pour l’athlétisme d’accueillir les JIOI. Nous espérons que l’État va investir et voir de près pour la préparation de ces jeux. Un nouveau stade sera construit à Imerintsiatosika selon les déclarations du président de la République et vivement le début des travaux. Mais avant cela, il faut rénover le Stade d’Alarobia sans attendre les Jeux où la piste en tartan est en piteux état et ne permet pas aux athlètes de s’entraîner dans de bonnes conditions », a souligné, la présidente de la FMA. L’état du tartan à Alarobia où on voit apparaître le goudron, entraîne des problèmes de jointure, de genoux et de cheville pour les athlètes. En attendant, la FMA s’active déjà à la préparation de la relève et des athlètes en les envoyant dans les centres d’entraînements à travers la bourse Confejes à Dakar et à Maurice. « Pour les athlètes locaux, il y a un programme avec la Confédération Africaine à travers le Groupe Performance jeunes locaux, mais, vu la situation de la Covid-19, son lancement a été reporté », a-t-elle continué. Lors des précédentes éditions des jeux, l’athlétisme est la discipline la plus pourvoyeuse de médaille pour la Grande Ile. « Pour atteindre cet objectif, il n’y a pas de miracle et il va falloir lancer la préparation dès maintenant. La FMA va préparer des athlètes dans les concours avec comme objectif le podium et sans oublier la domination des courses de demi-fond et de fond ». La présidente de la FMA est sous mandat avec la confédération africaine d’athlétisme en tant que conseillère et représentante féminin pour la Zone 5 regroupant les pays de l’Afrique-Australie jusqu’en 2023. « C’est mon dernier mandat et vu aussi que je suis élue au sein de la Confédération africaine et je dois les honorer », a-t-elle conclu.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Malagasy Taste : Rencontre professionnelle du secteur de la gastronomie

Malagasy Taste, réalisé par l’agence Bless day sous la houlette de Lalaina Danielle a été pour ces hôtes une occasion de partage, d’échange et de découverte de la culture Malgache. Il s’agit d’une soirée de   réseautage au cœur de la culture et de la gastronomie malgache, organisée le 05 février dernier à l’hôtel Carlton. Les étrangers et  les professionnels du secteur étaient au rendez-vous. Tout en savourant la gastronomie typique des « Lafy Valon’ny Nosy », les invités ont profité d’une ambiance musicale ornée de danses traditionnelles du pays. L’art malgache a également été mis en exergue à travers une démonstration de « Live Painting » par un jeune peintre malgache, ainsi qu’une exposition de ses œuvres. Plusieurs interventions de professionnels ont eu lieu également, mettant en lumière le secteur du tourisme et de la sécurité à Madagascar, ainsi que les grandes richesses de l’histoire et du patrimoine Malgache.

Le réseautage et les retrouvailles entre expatriés et malgaches faisant partie des objectifs du projet, il va sans dire qu’une séance de B to B s’est tenue naturellement, visant la relance des activités et l’entraide entre les professionnels face à la situation de crise actuelle. Pour couronner le tout, plusieurs stands ont exposé divers produits Malgaches, permettant ainsi aux invités d’en découvrir encore plus sur Madagascar, tout en emportant avec eux un souvenir. Aussi, dans le désir de soutenir les enfants malades, 10% des participations ont été versés à l’association Compassion.

Recueillis par R-R.

Midi Madagasikara0 partages

Exportation illicite d’or : « Toutes les personnes concernées seront traduites devant la Justice » sel...

Le gouvernement affiche toujours la fermeté dans le cadre de l’exploitation illicite de 73,5 kg d’or en Afrique du Sud. Toutefois, l’affaire qui fait scandale dans le pays présente encore et toujours beaucoup de zones d’ombre. La Justice malgache, placée au centre de l’affaire, veut également rendre son jugement au même titre que celle de l’Afrique du Sud. Mais jusqu’à présent, le pays de Mandela reste silencieux sur la requête de l’Etat malgache qui veut non seulement l’extradition des trois contrebandiers interpellés en Afrique du Sud en janvier, mais aussi, de rapatrier les lingots. Dans la foulée, le gouvernement insiste sur la « tolérance zéro » à toutes les personnes qui sont mouillées dans ce trafic. Hier, le Premier ministre a réitéré que « tout ce qui est concerné dans cette affaire  doit être traduit devant la Justice ». Une annonce qu’il a faite à Atsimondrano, en marge d’une visite de chantiers de construction d’infrastructure dans ce district, et qui renforce les annonces du président de la République, qui, lui, veut la tête des trafiquants et de son réseau.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Andravoahangy : Taxi-be tapaka hisatra nifatratra tamin’ny taxi-be hafa

Taxi-be iray no tapaka hisatra omaly hariva teny Andravoahangy ka nifatratra tamin’ny taxi-be hafa.   Tsy nisy ny naratra na ny aina nafoy fa ny fiara no simba ary niteraka fitohanana. Na izany aza, mety ho ratsy ihany ny zava-niseho raha tamin’ny fidinana no niseho ny loza. Efa tamin’ny lalana mahitsy sy nandeha mora ihany ilay taxi-be no tsy nahatana ny hisatra. Tsy tafajanona izy io ka taxi-be iray nijanona nanala olona no nifatrarany. Nahay niala ny olona teo anelanelan’ny fiara roa. Voalaza fa efa tsapan’ny mpandeha ihany fa nisy olana io fiara io teny am-pandehanana teny, saingy nentin’ny mpamily ihany, ary izao nahitan-doza izao ny niafarany. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nijery ny toe-javatra.

Lozam-pifamoivoizana ihany, teny Ankazomanga afakomaly. Moto iray no voahitsaky ny kamiao tamin’izany. Mba tafala ilay mpitondra moto, fa potika tanteraka kosa anefa ilay kodiaran-droa. Araka ny fanazavana, nisongona tany amin’ny havanana ilay moto, ka voasarik’ilay kamiaobe tampoka. Soa ihany fa afaka ny mpitondra moto fa raha tsy izany, dia ny fatiny no noraisina. Ny fisongonana havanana izay fanaon’ny mpitondra moto eto an-drenivohitra, kanefa tsy azo atao mihitsy, fa sady mitera-doza no tsy mifanaraka amin’ny lalànan’ny fifamoivoizana. Eo ihany koa ny fisisihana isaky ny elakelam-piara. Loza avokoa no aterak’izany rehefa tsy mifanaja sy tsy manaraka izay lalànan’ny fifamoivoizana ny rehetra, indrindra ny moto.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Tetezan’i Belamandy-Maevatanàna : Taksiborosy voatafika, lasa ny volamena iray kilao

Matetika ren’ny sofina sy hitan’ny maso dia ny fiara taksiborosy no iharan’ny fisakanana ataon’ny jiolahy eny anebakemban-dalana, na amin’ny alalan’ny vato na hazo na ihany koa tojo lalana ratsy ny fiara. Ity indray mitoraka ity dia ny jiolahy mihitsy no tao anaty fiara notafihany. Nisehoana fanafihana taksiborosy teny amin’ny tetezan’i Belamandy, ny talata heriny lasa teo, tokony ho tamin’ny 12 ora mitataovovonana. Volamena mitentina iray kilao no voaroba tamin’izany ankoatra ny vola izay mbola tsy fantatra mazava. Teny amin’ny RN4 mampitohy ny toerana antsoina hoe Begisa sy Antsiafabositra, izay ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna no nisehoan’izany asa ratsy izany. Avy namonjy tsena tao Andriba hihazo eto Maevatanàna ity fiara  » sprinter » no efa tafiditra tao ireo jiolahy, izay tsy nifanampozan’ny maro hanatanteraka ny asa ratsy. Iny nandeha teny an-dalàna nanala olona ilay fiara no nambanan’ireo enin-dahy nirongo basim-borina. Taitra tampoka ny mpamily sy ireo olona niaraka amin’izy ireo tao anaty fiara. Tsy afa-nanohy ny lalana intsony moa ny fiara tamin’io, vokatry ny fanambanana basy nataon’ireo olon-dratsy. Noho ny tahotra, dia tsy nisy sahy nanohitra ireo olona tao anaty fiara, fa nanaiky fotsiny ny baikon-dry zalahy. Lasa nitsoaka tany anaty ala izy ireo rehefa azony izay ilany. Efa nampandrenesina ny zava-nitranga ny Zandary tao amin’ny  » Poste fixe Antsiafaobitra, » ka efa mandeha ny famotorana sy fikarohana ireo jiolahy. Araka ny fanampim-panazavana dia toa hoe efa nisy olona roa tratran’ny mpitandro ny filaminana hono anisan’ireo mpiray tsikombakomba tamin’ny fanafihana niseho. Andrasana ny mety ho tohin’ny raharaha.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Conseillers municipaux IRK : Soutien indéfectible au maire Naina Andriantsitohaina

Les conseillers municipaux de l’IRK sont contre les dénigrements portés à l’encontre du maire de Tana.

A l’instar des autres entités pro-régime, les membres du Conseil municipal d’Antananarivo ont eux aussi donné leurs points de vue sur les affaires nationales. C’était lors d’une conférence de presse qui s’est tenue, hier, au cercle des cheminots à Soarano, au PK00. Le coordonnateur national de l’IRK, en l’occurrence Josoa Rakotoarison a notamment lu la déclaration de cette plateforme qui, d’entrée de jeu, a annoncé son soutien indéfectible au président Andry Rajoelina mais aussi au maire de la capitale Naina Andriantsitohaina. Dans leur déclaration, ils ont notamment annoncé être opposés aux dénigrements portés à l’encontre du maire et être toujours prêts à travailler de concert avec le premier magistrat de la ville. Concernant la Covid-19, ils affirment que la Commune Urbaine d’Antananarivo n’a cessé de travailler. D’après le coordonnateur national de l’IRK, il y a également eu des changements au niveau de la capitale. Des changements qui se prêtent  notamment à diverses interprétations.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Charretiers d’Anosibe : Manifestation avortée

Pas de manifestation, hier, pour les charretiers marchands de fruits à Anosibe. Les premiers attroupements ont vite été dispersés par la police. Délogés par la police municipale, avant-hier, suite à l’application des mesures prises par la Commune urbaine d’Antananarivo à leur encontre, ces charretiers ont déjà manifesté leur mécontentement et ont projeté de rééditer leur démarche, laquelle n’a donc pas abouti.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Football Pro League : Five FC solide leader !

Les compétitions d’Orange Pro League sont dominées de la tête et des épaules par l’étonnant Five FC auteur de 13 points sur les 15 possibles. Un seul match nul en cinq sorties avec cerise sur le gâteau, ce titre de meilleur buteur de Veve avec réalisations. L’ancien de Fosa Juniors est en train d’écrire une nouvelle page de sa carrière au sein de ce Five FC où il se sent très à l’aise. Voici donc le classement après la cinquième journée :

 Conférence Nord 

1er) Five FC…13 points (+10)

 2) COSFA…7 points (+2) 

3) JET Kintana…6 points (+1)

 4) Elgeco Plus…5 points (-2)

 5) Fosa Juniors…4 points (-2) 

6) Tia Kitra…1 point (-9) 

Conférence Sud 

1er) AS Adema…10 points (+3) 

2) Ajesaia…8 points

 3) Zanakala…7 points (+1)

 4) FCA Ilakaka…6 points (0) 

5) Uscafoot…4 points (+1)

 6) CS Disciples FC…4 points (0)

 7) 3FB Toliara.. 0 point (-14)

 Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Vazo miteny : Samoela investira le Food Court à Ivandry

Place au prince du vazo miteny! Samoela fait dorénavant des Food court de la capitale ses terrains de prédilection. Pour un vendredi des plus magnifiques, le crooner investira  celui de la City Ivandry . Pour retrouver cette convivialité déjà instaurée avec les inconditionnels.  Avec Samoela, les chansons à textes, on ne s’en lasse jamais! Des paroles sans chichis, réalistes, la signature de Samoela est très palpable et il reste fidèle à son image. Le répertoire ? Ce seront ses dernières pontes comme « Hetsika », « Izy irery » ou encore « Mambabo », toutefois, on aimera toujours les anciens titres et ses slows qui sont d’inégales papillotes mélodiques et des occasions de s’évader. On retrouvera également les titres qui lui sont connus, comme « Ikalakely », « Soly » et les autres depuis ses premières heures.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

RN6 : Jiolahy mpanankan-dalana iray nadoboka am-ponja

Nisesisesy mihitsy tato ho ato ny hetraketraka sy fankanan-dalana amin’iny lalampirenena fahenina mampitohy an’Ambondromamy sy ny tendrony avaratry ny Nosy iny. Soa ihany anefa, tsy mandry andro tsy mandry alina ireo mpitandro filaminana, miezaka mamongotra izany asa ratsy izany ary misambotra ireo mpanao ratsy. Nitrangan’ny fanakan-dalana tsy tontosa tamin’iny RN6 ny alin’ny zoma lasa teo, teo amin’ny fokontany Antambohitra, kaominina Ambohimandresy, distrikan’Antsohihy. Vatan-kazo lehibe iray, niaraka tamin’ireny tsangam-bato natao ho famantarana eny amin’ny lalana ireny no nadabok’ireo olon-dratsy sy natsivalana teo am-povoan-dalana. Mailo avy hatrany ireo mpindrana izany lalam-pirenena izany ka nampandre avy hatrany ny zandary tany an-toerana. Soa ihany, raha ny fampitam-baovao azo, tsy mbola nandaitra sy toa tsy nisy tafalatsaka tao anatin’ny fandrik’ireo olon-dratsy aloha ireo mpampiasa lalana. Vao nahazo ny antso dia nidina avy hatrany teny an-toerana, tsy nisy hataka andro ireo zandary. Nanesotra ny sakana ary nanao sahavao ny manodidina, hikarohana ireo olon-dratsy nikasa hanakan-dalana. Tsy nahitàna na inona na inona tamin’izay fotoana izay. Ny andro nanaraka io anefa dia nisy lehilahy iray nosamborin’ny zandary tsy lavitra ilay toerana nisian’io fanakan-dalana io. Voalaza fa nampiahiahy tanteraka ity lehilahy ity ary tamin’ny fisavàna ny tranony dia nahitàna porofo, izay mety haningotra azy tamin’ny fandraisana anjara tamin’ilay fanakanan-dalana. Nentina natao fanadihadiana avy hatrany ity farany. Taorian’ny fakàna am-bavany dia natolotra ny Fampanoavana ny alatsinainy teo, ary nadoboka am-ponja vonjimaika. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany hafa, nandray anjara tamin’ity fikasàna hanakan-dalana ity. Tsiahivina tokoa fa vao volana vitsy lasa izay no nisy fitairanana nataon’ny mpampiasa lalana maromaro ny amin’ny fisian’ny olona mitora-bato sy mihetraketraka amin’iny lalam-pirenena fahenina iny, izay niafara tamin’ny fahasimban’ny fiara maromaro. Efa nandraisan’ny zandary fepetra moa ireo tranga io ary fantatra fa nisy tovolahy roa nosamborin’izy ireo tamin’izany, tany amin’iny distrikan’Antsohihy iny hatrany. Tamin’ity indray mitoraka ity, tsy vitan’ny tora-bato intsony ity fa efa nisy mihitsy ny fikasana hanakan-dalana

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : Baisse des cas positifs ces 3 derniers jours

Le ministère de la Santé publique affirme avoir constaté « une importante régression des cas positifs ces trois derniers jours », en parlant de la Covid-19. Un constat qui n’a, toutefois, pas été appuyé par des chiffres, lesquels seront sans doute regroupés dans le bilan hebdomadaire habituel. Pour sa part, le ministre de la Santé publique, Pr Jean Louis Hanitrala Rakotovao a réitéré, hier, que « la pandémie est bien maîtrisée même si nous sommes encore en pleine lutte ». A noter que les chiffres officiels sur l’évolution de la pandémie de Covid-19, publiés chaque semaine, tiennent compte uniquement des cas positifs confirmés à l’issue des tests PCR et GeneXpert. Ainsi, après la hausse constatée en début d’année, on assiste actuellement à une baisse du nombre de nouveaux cas. Bien entendu, le respect des gestes barrières par l’ensemble de la population reste la principale mesure pour éviter la propagation du coronavirus. Selon toujours le ministère de la Santé publique, de nouvelles politiques de lutte contre la pandémie de Covid-19 sont en cours de mise en place en vue de la prochaine saison hivernale.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Miara-manonja : Vonison Andrianjato snobe la gendarmerie

Vonison Andrianjato reste introuvable

L’opposant a choisi de ne pas se présenter au bureau de la gendarmerie de Fiadanana.

Vonison Andrianjato n’a pas mis les pieds à Fiadanana, hier, s’il devait répondre à une convocation de la brigade de recherche criminelle de la gendarmerie. Les enquêteurs ont donc attendu vainement à partir de 09h à ce membre de l’opposition. Depuis hier, il s’est évanoui dans la nature et évite d’affronter la gendarmerie.  Et il ne s’est pas pointé, non plus, à l’émission quotidienne « Miara-manonja » mais s’est intervenu sur téléphone pour appeler ses partisans à rallier sa cause.

Aile dure. Dans le camp de l’opposition,  cette convocation est synonyme d’ « intimidation » et mérite une « dénonciation ». Depuis hier, les ondes de « Miara-manonja » ont abordé le cas de Vonison Andrianjato, alors devenu une figure de l’opposition, et accuse le régime d’ « acharnement ». Cet ancien ministre est devenu de plus en plus actif dans les rangs de l’opposition depuis la création du « groupe Panorama » en septembre de l’année dernière et forme l’aile dure de l’opposition avec les partis Tiako i Madagasikara et Hery Vaovao ho an’i Madagasikara. Et depuis quelques semaines, aux côtés des leaders de l’opposition, il intervient régulièrement à la radio pour enfoncer le régime.

Prison ferme. Pourquoi cet ancien ministre a donc choisi de snober la gendarmerie nationale ? Quoiqu’il en soit, l’ombre de l’affaire de malversation financière au niveau de l’Office de la radio et télévision malgache qui a éclaté en 2016, hante toujours la silhouette de Vonison Andrianjato. En octobre 2016, Nivo Ratiarison, son alter-ego et directeur de son cabinet lorsque l’ancien journaliste était encore ministre de la Communication sous le régime Rajaonarimampianina, a été mis sous mandat de dépôt par la chaîne pénale anti-corruption, puis, en 2017, condamné par la justice à des peines d’emprisonnement ferme pour des affaires de corruption et de détournement de deniers publics concernant cet organisme public rattaché au ministère de la Communication.

Porte-parole. Les anciens ministres de la Communication de Hery Rajaonarimampianina se font remarquer depuis l’année dernière par leurs embrouilles avec la justice. Après Harry Laurent Rahajason qui est actuellement sous les verrous, Vonison Andrianjato risque, lui aussi, de faire face à la justice. L’étau pourrait se resserrer autour de ce dernier après cette absence à Fiadanana hier. Quant à Riana Andriamandavy VII, dernier ministre de la Communication de Hery Rajaonarimampianina sous le gouvernement de Christian Ntsay, et membre du parti HVM, il a choisi de faire profil bas, après la fin de son mandat de sénateur. La dernière fois qu’il est apparu en public, aux côtés de Marc Ravalomanana, remonte en mars 2020 lorsqu’il a été présenté comme le porte-parole de la plateforme RMDM de l’opposition.

Rija R.