Les actualités Malgaches du Samedi 10 Février 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara970 partages

Embouteillage à Ambohibao : Un ministre sort de voiture, la braguette mi-ouverte

Embouteillage quasi-permanent à Andranomena et Ambohibao.

Le phénomène est en train de se banaliser si ce n’est déjà le cas. De jour comme de nuit, ça court les rues. Au propre comme au figuré.

Il ne se passe pratiquement de jour voire de nuit sans entendre des sirènes qui ne proviennent pas forcément de véhicules prioritaires genre ambulance, pompiers, police, Emmo sécurité… Encore qu’ils n’actionnent pas leurs gyrophares lorsqu’ils ne sont pas en service. Contrairement aux voitures de bon nombre de « mpitondra » dont la conduite fait souvent fi des dispositions du code de la route et des règles régissant la circulation sur la voie publique. A l’instar de cette Volkswagen Passat qui roulait à tombeau ouvert (c’est le cas de le dire) et dépassait toutes les voitures de devant sans tenir compte de celles qui venaient dans l’autre sens. C’était avant-hier vers 20h 35 du côté d’Ankazomanga.

Anonymat. Hier en début d’après-midi, une 4 x 4 Mitsubishi de couleur noire se frayait aussi un passage au niveau du rond point d’Antanimena. Qui plus est, elle était précédée d’une fourgonnette équipée de gyrophare qui faisait office de voiture ouvreuse. A moins de connaître leurs plaques d’immatriculation, les vitres fumées préservaient l’anonymat de ces supposées VIP qui pensent avoir la priorité partout et devant tous.

Interpeller. L’exemple vient d’en haut. Un taxi-ville (sans lanterne) et un taxi-be ont suivi une Toyota V8 qui était sortie de la file de voitures bloquées dans un embouteillage monstre au niveau d’Andranomena. Feux de détresse dehors, la 4 x 4  Land Cruiser fonçait à vive allure, obligeant les voitures qui venaient en face, à ralentir et à se rabattre en catastrophe sur les bas côtés de la route Digue. Peu de temps après, un cortège de 5 véhicules dont un Land Rover court châssis (encore de couleur noire et aux vitres fumées) doublait à son tour la longue file de voitures de « Monsieur Tout le Monde ». Excédé, l’un de ces derniers qui a raconté la scène sur sa page Facebook, a refusé de laisser passer la dernière voiture, une Volkswagen Tiguan. Et de raconter qu’une fois arrivé au niveau de la nouvelle station Total à Ambohibao, « un homme est sorti de la Tiguan sans se rendre compte que la braguette de son pantalon était mi-ouverte et sa ceinture presque dénouée ». Et ce, pour l’interpeller en ces termes : « Pourquoi avez-vous refusé de me céder le passage ? »

Textes en vigueur. « Pourquoi n’êtes-vous pas parti plus tôt si vous étiez pressé ? », devait répliquer son interlocuteur. « Vous savez fort bien que je ne suis pas maître de mon temps », a rétorqué le premier qui se reconnaîtra sans doute. Et que le second a vite reconnu comme étant un membre du gouvernement, n’étant pas lui-même un inconnu dans le microcosme notamment dans le milieu judiciaire de par sa qualité de magistrat. « J’ai failli rappeler à ce ministre que selon les textes en vigueur, seuls les chefs d’institution ont la priorité sur la voie publique », a commenté l’homme de droit. Tout en se disant qu’il n’y avait pourtant pas de conseil de gouvernement ni de ministres ce dimanche là. D’ailleurs, le ministre et sa suite prenaient la direction de Talatamaty et non pas de Mahazoarivo ou d’Iavoloha. A son retour d’Ivato où il avait ramené quelqu’un à l’aéroport, le magistrat a du reste eu la surprise de voir les 5 véhicules « prioritaires » garés devant un restaurant. Sur les réseaux sociaux, on ne manquera pas de commenter qu’« ils étaient peut-être morts de faim ». Une allusion à l’appétit insatiable des princes qui nous gouvernent.

R. O

Midi Madagasikara529 partages

Passation de marchés publics : Une erreur de saisie selon l’ARMP

Les responsables de l’ARMP se dédouanent de l’erreur monumentale

Pour l’opinion publique, c’est un scandale financier. Pour l’administration, plus particulièrement, l’Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) , un organisme public qui relève du ministère des Finances et du Budget, c’est une simple erreur de saisie.

C’est le Directeur Général de l’ARMP, Tovo Herimanana Philibert qui a reconnu cette erreur (monumentale ndlr) lors d’une conférence de presse donnée hier à Anosy. Ce dernier a en effet reconnu que les montants faramineux publiés  ces derniers jours sur les réseaux sociaux sont réellement ceux qui sont inscrits dans le site internet de l’ARMP. D’après le D.G de l’ARMP, ces chiffres publiés ne correspondent pas à la valeur contractuelle des marchés passés. Autrement dit, ce ne sont pas les montants réellement payés par l’administration concernée pour payer les marchandises ou les services  livrés.

Procédures. En somme, l’ARMP se dédouane de cette erreur en expliquant que la passation de marchés suit un certain nombre de procédures avant d’être bouclée pour le paiement.  « Avant d’être contractualisé, le marché doit auparavant faire l’objet d’un engagement juridique et d’un engagement financier, des contrôles doivent également être effectués »  selon toujours le D.G de l’ARMP. Toujours d’après ses explications, les marchés publics obéissent à deux principes fondamentaux que sont la transparence des procédures et la liberté d’accès à la commande publique. C’est pour cette raison que l’ARMP publie sur son site web les contrats de tous les acheteurs publics. « Ces contrats sont présentés sous forme de tableau, avec les informations essentielles, dont l’objet, le titulaire, et le montant du contrat. Ces informations sont issues des saisies des équipes de la Personne Responsable des Marchés Publics (PRMP) de ces entités publiques dans le Système Informatisé de Gestion des Marchés Publics (SIGMP) » Bref, l’ARMP renvoie la balle aux responsables de ces entités publiques concernées par la passation des  marchés.

Grossière erreur. Toujours d’après les explications  de l’ARMP, le montant affiché dans le tableau correspond à celui  conclu entre l’acheteur public et le titulaire. Il représente le montant maximal possible dans le cas où le contrat est prévu se faire  en plusieurs bons de commande. Et de préciser que « à ce stade, on ne peut pas dire qu’il constitue un paiement car il devra d’abord suivre la chaîne de la dépense publique ».  Et dans le cas d’espèce, l’ARMP pense qu’il s’agit probablement d’une erreur de saisie de la part des responsables de la PRMP concernés. Et les erreurs en question sont constituées d’ajout de 3 zéros. Ce qui fait passer le million en milliard.  Grossière erreur ou tentative réelle de détourner les fonds publics ?  De toutes les façons, les responsables de ces erreurs doivent être sanctionnés car si ce n’est pas le cas, c’est le régime HVM tout entier qui entre dans la catégorie des champions de la magouille.

R.Edmond.

L'express de Madagascar189 partages

Investissement – Le premier fonds dédié aux startup voit le jour

Miarakap est un fonds malgache pour les projets malgaches. Cette solution de financement a été initiée dans une logique de consolidation de l’écosystème entrepreneurial.

Problématique. Le financement est depuis toujours le premier blocage dans le domaine de l’entreprenariat. Au-delà des levées de fonds classiques ou encore des concepts de crowdfunding ou financement participatif, le premier fonds d’investissement à impact dédié au financement et à l’accompagnement des petites et moyennes entreprises (PME) ainsi que les Start-up malgaches a été présenté hier à l’hôtel Tamboho Ambodivona.

Le fonds « Miarakap » s’adresse essentiellement aux PME ainsi qu’aux Start-ups à fort potentiel de croissance issues de tous les secteurs d’activités et toutes les régions de Madagascar. Étant un fonds dit d’ « impact », Miarakap ambitionne de soutenir les entreprises dont les impacts sociaux, économiques et environnementaux se révéleront positifs pour toutes les parties prenantes. « Pour cette première vague d’investissement, nous ciblons surtout les secteurs de transformation des produits agricoles, l’électrification rurale ou encore le développement d’application informatique en matière de gestion d’entreprise. Bref, ces idées d’entreprise qui apportent concrètement de la valeur ajoutée à la société », explique Emmanuel Cotsoyannis, Directeur Général.

Actionnariat

L’idée est donc d’adopter une double dimension des impacts, notamment la dimension commerciale et stratégique, mais aussi la dimension humaine.

Le principe de Miarakap ne se limite pas uniquement à l’injection de fonds. L’accompagnement actif et personnalisé des entreprises sélectionnées est aussi prévu dans le programme à travers le renforcement des fonds propres de l’entreprise. Miarakap devient actionnaire minoritaire pour une durée moyenne de cinq ans. « Le temps pour la société de formaliser sa gestion, son organisation ainsi que de renforcer ses compétences techniques et son développement en général, Miarakap la soutiendra », détail Fredy Rajaonera, Président du conseil d’administration de Miarakap.

A noter que le projet ambitionne d’appuyer une quarantaine d’entreprises à fort potentiel durant la prochaine décennie, un appui à hauteur de trente milliards d’ariary. Soit un rythme de quatre à cinq prises de participation par an. Pour cette première année d’activités, Miarakap a déjà bouclé un premier tour de table de onze milliards d’ariary recueilli auprès de ses partenaires, à l’image du groupe Axian, le groupe Investisseur et Partenaires, les banques BFV-SG et BNI Madagascar, l’association de micro-assurance rurale Adéfi ou encore la coopération Monégasque.

Pour espérer être parmi les bénéficiaires de ce premier volet du financement, les porteurs de projets doivent respecter certaines conditions d’éligibilité, comme la transparence et la volonté de construire un réel partenariat avec les investisseurs.

Harilalaina Rakotobe

 

Midi Madagasikara179 partages

Bilan très négatif : Défaillance manifeste de Mahafaly Solonandrasana Olivier ?

Le bilan du Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier, est loin d’être…réjouissant (Photo d’archives)

Avec les dispositions de l’article 65 de la Constitution et le bilan très négatif de Mahafaly Solonandrasana Olivier, tout porterait à croire qu’on aurait confié, à ce dernier, une mission impossible…

Ne sortons pas du cadre constitutionnel. L’article 54 de la Constitution, en son alinéa 2, attribue au chef  de l’Etat le pouvoir de « mettre fin aux fonctions du Premier ministre, soit sur la présentation par celui-ci de la démission du Gouvernement, soit en cas de faute grave ou de défaillance manifeste ». La première hypothèse – celle de la démission – est, alors, à écarter dans la mesure où jusqu’à maintenant, le locataire de Mahazoarivo ne l’envisage point nonobstant son bilan extrêmement déplorable. Pour les deux autres, la Constitution ne donne aucune précision sur les cas de faute grave imputables au Premier ministre ni sur ce qu’est, concrètement, la défaillance manifeste. Aussi, faudrait-il que l’on accorde à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) le pouvoir d’interpréter ou de qualifier telle ou telle action ou inertie (c’est selon) de faute grave ou de défaillance manifeste.

Politique Générale de l’Etat. Néanmoins, nous ne sommes pas sans savoir que Mahafaly Solonandrasana Olivier, lors de sa nomination à la tête de la Primature, a clamé au vu et au su de tous que son gouvernement est un « gouvernement de combat ». Sur ce point, apprécions les résultats objectivement tout en reconnaissant que les responsabilités du PM, prévues par l’article 65 de la Constitution, ne sont pas assurées à bon escient. Et ce ne sont pas les illustrations qui manquent. L’article 65, 1 prévoit que « Le Premier ministre conduit la politique générale de l’Etat ». Déjà, l’on ne sait pas concrètement la PGE actuelle que l’on suit. Et de surcroît, le Plan National du Développement (PND) et son Programme de Mise en Œuvre (PMO) connaissent une certaine torpeur au niveau de la réalisation ; nombreux défis restent à relever.

Application des lois. Mais ce n’est pas tout. Les points 5 et 7 du même article disposent respectivement que « Le Premier ministre assure l’exécution des lois (…) » et « veille à l’exécution des décisions de justice ». L’exécution des lois et des décisions de justice ne relève, tout simplement, pas de l’évidence chez le PM. Quid de l’exécution des textes relatifs à la corruption, au blanchiment d’argent, aux partis politiques, aux élections, etc. et surtout l’application de la loi constitutionnelle ? Quid de l’exécution de la décision de justice portant réintégration des syndicalistes suspendus de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar ? Les lois et les décisions de justice se réduisent-elles à un gaspillage de papiers et de temps, et pour les parlementaires, et pour les juges ?

Inspection Générale de l’Etat. Par ailleurs, le point 8 de l’article 65 en question précise que  « le Premier ministre saisit, en tant que de besoin, l’Inspection Générale de l’Etat et les autres organes de contrôle de l’Administration et s’assure du bon fonctionnement des services publics, de la bonne gestion des finances des collectivités publiques et des organismes publics de l’Etat ». Et puisque l’on évoque le contrôle de l’Administration, qu’a-t-il fait le Premier ministre dans l’affaire des sommes exorbitantes au sein de tous ces ministères ? Compte-t-il saisir l’IGE ou rester dans l’inertie ? Et le point 9 de noter que  « le Premier ministre assure la sécurité, la paix et la stabilité sur toute l’étendue du territoire national dans le respect de l’unité nationale (…) ». Sur ce point, tout porterait à croire que l’on aurait vraiment confié une mission impossible à Mahafaly Solonandrasana Olivier…

Aina Bovel

L'express de Madagascar171 partages

Scandale financier – L’ARMP évoque des erreurs de saisie

Les responsables de l’autorité de régulation de marché public réagissent. Ils ont apporté des explications sur les montants faramineux de certains.

Peu convaincantes. Les responsables de l’autorité de régulation de marché public (ARMP) ont apporté des explications sur les montants exorbitants de contrat affiché sur son site internet. Toutefois, elles sont loin de convaincre l’opinion publique, ou du moins la presse.   « Erreur de saisie, erreur de transcription», ce sont les mots qui reviennent dans les phrases de Philibert Tovoherihavana, directeur général de l’ARMP pour défendre son entité. « Les premières vérifications résultent qu’il s’agit d’une erreur de saisie commise par les autorités contractantes. Il y a eu des zéros de trop dans la saisie du montant pour certains marchés », se défendait – il.

Les chiffres publiés par l’ARMP pour les résultats de marché en 2016 et  relayés sur les réseaux sociaux ont fait de gros scandale. La lecture de quelques pages de l’un des cinq documents peut choquer les âmes sensibles au gaspillage de l’argent public. Des dépenses astronomiques valant un million de fois le prix des articles ont été observées. Les erreurs, si c’est vraiment le cas, sont rocambolesques. Pourtant, avant toute publication sur son site internet, les documents devraient faire l’objet d’une vérification minutieuse des responsables au sein de cette autorité. Tout le monde s’est étonné d’apprendre que des erreurs puissent encore se produire. L’ARMP serait elle une simple boîte aux lettres ?

Vérification

« Le logiciel génère un rapport hebdomadaire des marchés suspects. Nous enregistrons en moyenne dix anomalies par jour qui feraient l’objet d’un contrôle, et d’une demande de rectification plus tard. Les procédures veulent que, à chaque fin d’année, les données soient vérifiées avant toute publication sur le site, trois mois plus tard. Ces erreurs ont pu échapper à notre contrôle », soutient pour sa part Vonjy Razafiarison, directeur de système d’information de l’ARMP. Mais les données ont été déjà publiées sur le site depuis mars 2017.

Depuis 2007, l’ARMP publie sur son site internet les contrats de tous les acheteurs publics annuellement. Ces contrats sont présentés sous forme de tableau, avec les informations essentielles, dont l’objet, le titulaire et le montant du contrat. Les données sont issues des saisies des équipes de la personne responsable de passation de marché  des entités publiques dans le logiciel système intégré de gestion de marché public.

Pour éclairer l’opinion publique, le ministère des Finances indique dans un communiqué que « les montants affichés dans le tableau correspondent au montant conclu entre l’acheteur public et le titulaire du marché, ou représentent le montant maximal possible dans le cas où le contrat est prévu se faire en plusieurs bons de commandes. A ce stade, on ne peut pas dire qu’il constitue un paiement, car il devra d’abord suivre la chaîne de la dépense publique ».

Devant ce scandale, le ministère des Finances et du budget a convoqué tous les responsables de marché public. Ils travailleront en journée bloquée pendant environ une semaine afin de vérifier scrupuleusement les documents de milliers de page. Il n’y aura pas du tout de repos pour ces agents de l’Etat.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara135 partages

Ski / Jeux olympiques : Mialitiana porte drapeau

4 membres de délégation pour Madagascar avec Mialitiana Clerc comme athlète, Stéphane Clerc comme coach, Rosa Rakotozafy, Relaha Jean Claude et Harinelina Randriamanarivo en tant que membres de délégation. En tout,  on a 8 pays africains composés d’expatriés à ces jeux, dont la française Mialitiana, d’origine Malgache ! Evidemment, les neiges d’Afrique  du sud ne sont pas assez suffisantes pour former des équipes nationales de taille. La jurisprudence d’un athlète – une fédération permise par le Ministère de la Jeunesse et des sports risque de durer pour Madagascar au rythme où vont les choses. Car difficile d’avoir des clubs, des sections, des ligues dans un pays où la neige ne tombe pas ! En tout cas, bon vent à Mia qui lors de cette saison, pense à mettre son nom aux J.O de Corée et qui compte, pour les J.O. d’hiver, monter sur un podium !

Anny Andrianaivonirina

Madagate101 partages

Houcine Arfa. Il n’a jamais fait 13 ans de prison en France

Photo d'archives personnelles : Houcine Arfa (à l'extrême-droite)

Cet article a également été publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 10 février 2018, en double page (8 et 9)

Le vendredi 9 février 2018, l’affaire Houcine Arfa a donc été présentée devant la cour d’appel à Anosy, Antananarivo, salle 5. Cela fait suite à sa condamnation à 3 ans de prison ferme. Pourquoi cette brusque précipitation de la part du pouvoir Hvm et pourquoi un délai aussi court? En effet, l’affaire a été renvoyée ferme pour le 9 mars 2018, même lieu. Mais voici de quoi patienter, en attendant, pour les uns, de sauter au plafond pour d’autres…

Notre réseau d’informateurs en Europe, plus précisément en France, a, en tout cas bien travaillé. Ainsi, contrairement aux allégations plus que gratuites et à sens unique de certains dirigeants actuels de la république de Madagascar ainsi que de certains médias étrangers et malgaches, le Français Houcine Arfa n’a jamais fait 13 ans de prison dans l’Hexagone, pour «braquage et autres kidnapping». Certes, dans le cadre de son service sous le drapeau, il a subi «une rétention de corps» (prison militaire), c’est-à-dire au sein de l’armée qui n’est pas faite pour les pieds tendres.

CLIQUEZ ICI

Mais la vie sous les armes, c’est une chose et la vie civile une toute autre. Ainsi concernant le citoyen Houcine Arfa, ci-contre la preuve qu’il est «clean» en regard du droit commun et même du droit pénal -donc de la justice française-: le fac-similé de son casier judiciaire, bulletin n°3 en date du 31 juillet 2017. C’est-à-dire au moment où il était incarcéré à la maison de force Tsiafahy, réservé aux grands criminels. L’obtention de ce document émane des fruits d’une approche très… proche de nos correspondants. Il est inscrit sur ce casier judiciaire: «En l’absence de condamnation, devant figurer dans le bulletin n°3, celui-ci ne comporte qu’une barre transversale».

Par ailleurs, Houcine Arfa, depuis son «départ en urgence» de Madagascar, n’a jamais fait l’objet de quelconques recherches de la part des autorités françaises et il est libre de tout mouvement depuis son retour en France. De ce fait, le 7 février 2018, il a décidé de porter plainte contre les personnes citées sur le fac-similé publié ici également. Pour ne pas entraver le cours de l’instruction, les motifs de cette plainte, les «infractions» comme il est écrit, resteront, pour le moment, dans le secret de l’instruction. Ancien militaire cependant, il n’a pas perdu de vue que, parfois, l’attaque est la meilleure des défenses.

CLIQUEZ ICI

En réponse aux personnes qui ont affirmé qu’Houcine Arfa n’était pas un conseiller du président Hery, qu’il était un usurpateur, on se demande alors ce qu’il fait, posant avec le Directeur du Cabinet militaire (DCM) de la Présidence, Andriamaharo ClarisRodolphe, en complet gris et lunettes. A sa gauche, sur la photo, une femme médecin de la présidence, Razafindraibe Ionisoa, dont la famille est très proche de Voahangy Rajaonarimampianina. Pourquoi n’interroge-t-on pas ces personnes-là?

En tout cas, il est certain qu’Houcine Arfa n’en restera pas là. Il s’agit, à présent, pour lui, plus d’une question d’honneur que d’une question de sous, étant donné que tout ce qu’il avait déclaré aux médias français sera publié au fur et à mesure. Les dirigeants malgaches par qui ce scandale est arrivé, doivent, à présent, savoir qu’un lion blessé est extrêmement dangereux. Non pas pour les honnêtes citoyens mais pour eux-mêmes car il est écrit, depuis plus de 2000 ans: malheur à celui par qui le scandale arrive.

Le président Hery Rajaonarimampianina va-t-il encore continuer à se laisser manœuvrer par ces créatures de son entourage qui veulent sa perte totale ou bien va-t-il enfin se réveiller, donner un grand coup de balai dans les palais et sortir par la grande porte de l’Histoire? Il y a, comme qui dirait, anguille sous roche, au sujet de ce comportement d’ours en hibernation de la part du président de la république qui l’a côtoyé de près et qui sait pertinemment qu’Houcine Arfa est bien un «vazaha» qui a travaillé plus que d’autres dans les palais où il n’a tout de même pas atterri en parachute comme l’avait fait Mathias Rust sur la place rouge tout près du Kremlin à Moscou?

Le cinéma fait autour d’Houcine Arfa a-t-il-été organisé à son insu ou a-t-il été lui-même (Hery vaovao) le réalisateur pour mettre en pratique le fait d’accuser son chien qu’on veut abattre d’avoir la rage? En tout cas, comme on dit, la balle est dans son camp. Pas le projectile qui peut tuer autrui, mais le ballon d’un jeu collectif où le fair-play devrait être de rigueur. Enfin, n’en doutons pas, ce sera véritablement une affaire à suivre. Comme, par exemple, savoir qui est le rôle exact du mystérieux Hervé «Rabe»… dont vous pouvez voir et lire la belle carte de visite avec son titre?...

Bonne fin de semaine, ami(e)s lectrices et lecteurs.

Jeannot Ramambazafy

Tia Tanindranaza62 partages

Tranon-dRavalomanana eny FaravohitraHotapahina koa ny herinaratra ?

Tsy ho vita mihitsy ny tantara eo amin’ ny fanjakana sy Marc Ravalomanana izay iharan’ny antsojay efa ho isan`andro.

 Fanapotehana sy sakana hatrany no mahazo an’ity filoha nasionalin’ny antoko politika Tiako I Madagasikara ity isaky ny mba hampandroso. Mimenomenona hatrany moa ireo mpomba an-dRavalomanana Marc mikasika ny fampiharana ny fepetra amin’ny orinasany ka nanagiazana ny fitoeran’entan’ny Tiko eny Tanjombato sy ny etsy Behoririka ary ny any Andranomanelatra dia vao haingana indray nitohy amin’ny fandrodanana ataon’ny minisitera eo anivon'ny fiadidian'ny Repoblika misahana ny tetikasan'ny filoham-pirenena, ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana an’ilay trano miorina amin’ny “Romanor” etsy Ankorondrano. Efa ho isan`andro ny paik`ady handotoana ny Filoha Ravalomanana ,ary re indray izao fa efa misy ny tetika hanapaka ny herinaratra etsy amin`ny trano fonenany etsy Faravohitra. Hitovitovy tamin’ny natao tany Andranomanelatra ihany ny fomba fiasa mety ho ampiharina ho an’ny trano eny Faravohitra raha ny tsiliantsofina re.  

Atao tsy misotro rano

Efa tahaka ny tantara fahiny sisa ny resaka fampihavanam-pirenena, mifanohitra tanteraka amin’ny lalan-tsaina itondrana izany mantsy ny fihetsiky ny mpitondra ankehitriny.Mahazo ny anjarany manokana i Marc Ravalomanana satria hita fa kandida matanjaka sy mamim-bahoaka ary manana ny hoenti-manana hifaninanana amin’ny kandidam-panjakana.Misy mihitsy ireo manampahefana ambony mahatafavoaka teny tsy voahevitra rehefa misotrosotro any anaty fety ka milaza fa  : “ ataonay tsy misotro rano io Ravalomanana an’lisany io e..”.Izany no fomba fisainan’ny manampahefana eto ankehitriny ary tena misy amin’izy ireo no vonona hanaotao foana mihitsy noho ny fialonana sy ny fankahalana.Izany ve no mitondra any amin’ny Fisandratana ?

Marigny A.

L'express de Madagascar52 partages

Hôtellerie – Des enseignes internationales prospectent

Des investisseurs internationaux du secteur hôtellerie sont attendus à Antananarivo la semaine prochaine. Ils évalueront les opportunités d’investissements.

 Madagascar fera bientôt son nom sur la destination touristique, si ce n’est déjà le cas. Le développement des infrastructures hôtelières va même dans ce sens. De nombreux projets hôteliers sortent de terre en ce moment. D’après les chiffres fournis par l’Economic development board of Madagascar (EDBM), cent trente quatre établissements ont reçu une autorisation d’ouverture au cours de l’année 2017. Les investissements ne devraient pas s’arrêter là. Des enseignes internationales feront encore le déplacement à Antananarivo pour évaluer la possibilité d’injecter des capitaux dans le secteur hôtelier, la semaine prochaine.

La liste révélée à la presse par cette agence de promotion des investissements  indique qu’ils ne sont pas des moindres, mais des marques très connues dans le secteur. « De nombreuses enseignes internationales font confiance actuellement à la potentialité touristique du pays. Minor, Marriott, Movenpick, Golden Tulip, Sun Resorts, Hilton, Hyatt, Beachcomber, Rotana, sont attendus. D’autres enseignes, comme The Ascott, Sarovar, Mangalis Hotel Group, AHa Hotel and Lodge et bien d’autres encore ont annoncé une visite dans le pays pour cette année », a confié Eric Robson Andriamihaja, directeur général de l’EDBM, hier.

Suite logique

Pour l’EDBM, la venue de ces investisseurs n’est que les retombées positives des différentes campagnes menées par les autorités sur la scène internationale. En 2017, l’agence avait organisé des roadshows en Londres, Rome, Tokyo et Canada pour mettre en avant les potentialités du pays et appeler des investisseurs. A cela s’ajoute la participation de Madagascar dans de manifestations internationales majeures, dont le salon African Hotel Investment en octobre 2017.

Au cours de ces dernières années, de nombreux projets hôteliers sont sortis de terre. Le projet du groupe Accor pour la construction d’un Novotel à Alarobia Antananarivo, le Sheraton à Ivato, ou encore le Miavana de Time and Tide sur l’île d’Ankao, dans le nord du pays, ne serait qu’un exemple bien concret du dynamisme du secteur. Le Miavana, par exemple, est une destination de luxe privilégiée par les agences de voyages pour des touristes très selects.

Lova Rafidiarisoa

 

 

Midi Madagasikara47 partages

Contrôle de légalité : Le budget de la CUA bloqué à la Préfecture de Police

Les actes pris par les organes des Collectivités Territoriales Décentralisées doivent être transmis immédiatement au représentant de l’Etat pour contrôle de légalité. C’est en vertu de cet article 25 de la Loi n° 2014-021 relative à la Représentation de l’Etat que l’Exécutif municipal de la Commune urbaine d’Antananarivo a envoyé au préfet de Police d’Antananarivo pour contrôle de légalité le budget primitif voté au mois de janvier de cette année par le Conseil municipal. Un mois et demi après cette transmission, le préfet de Police n’a pas encore statué sur la légalité de l’acte pris par le conseil municipal. Par ailleurs, les articles 27 et 28 de la Loi n°2014-021 stipulent: « Le représentant de l’Etat auprès d’une Collectivité Territoriale Décentralisée défère à la juridiction compétente tout acte qu’il estime être entaché d’illégalité ou d’irrégularité dans les trente jours suivant leur réception. Le représentant de l’Etat auprès d’une Collectivité Territoriale Décentralisée informe sans délai la CTD concernée lorsqu’il défère un acte à la juridiction compétente, et lui communique toutes les observations sur les cas d’illégalité ou les situations d’irrégularité évoquées à l’encontre de l’acte concerné. »

Grogne des employés. Or, à en croire les explications du secrétaire général du syndicat des employés de la commune (SMKAR), non seulement le préfet de police n’Antananarivo n’a pas encore statué sur la légalité du budget primitif de la CUA, mais également il n’a pas informé la CUA s’il a déféré (en cas d’illégalité  ou d’irrégularité) ou non ce budget au tribunal administratif compétant. Devant la presse hier à l’hôtel de ville d’Analakely, le SG du SMKAR Mamy Rafanomezantsoa d’expliquer : « Le projet de budget primitif de la CUA a été élaboré dès le mois de décembre 2017. Mais, le Préfet de Police a demandé le report de son adoption au niveau du conseil municipal. La demande du préfet a été acceptée. Il fallait donc attendre janvier 2018 pour que ce projet de budget ait été soumis à l’adoption du Conseil. Actuellement, c’est l’angoisse au sein des employés qui risquent de ne pas toucher à temps leurs salaires de mois de février 2018. Pire, le blocage est réel au niveau des finances de la commune car elle ne peut actuellement ni engager des dépenses, ni encaisser des recettes».

R.Eugène

News Mada45 partages

Scandale dans les marches publics : les responsables se renvoient la balle

L’autorité publique semble être à court d’arguments suite au scandale financier dans des marchés publics d’un montant de plusieurs milliards d’ariary. L’affaire continue encore de défrayer la chronique malgré la tentative d’explication, d’autant qu’on se rejette la responsabilité.

Les sommes faramineuses dépensées par les ministères, affichées dans le Système informatisé de gestion des marchés publics (SIGMP) de l’Autorité de régulation des marchés publics (ARMP) continuent d’alimenter la conversation et pourrait même attiser des tensions entre les entités chargées du dossier.

Les responsables au niveau de l’ARMP ont tenté d’avancer des explications sur ce dossier, à l’occasion d’une conférence de presse  hier à Anosy et n’a pas hésité à désigner le coupable «La faute ne revient pas à l’ARMP mais aux personnes responsables des marchés publics (PRMP)», a souligné Philibert Tovoherihavana, DG de l’ARMP. Cette dernière s’est empressée de publier un communiqué hier dans l’après-midi, sur les réseaux sociaux, mais cela n’a pas empêché l’opinion publique indignée de tirer à boulets rouges et de fustiger l’administration en général. D’autant que force est de constater que l’ARMP, à cours d’arguments, peine à convaincre les observateurs.

Erreurs à ne pas commettre

L’ARMP a soutenu que les  montants exorbitants découverts dans ces documents relèvent des erreurs qui ont échappé à leur vérification.

«L’autorité contractante, c’est-à-dire, la Personne responsable des marchés publics (PRMP), est en charge de la saisie des informations relatives aux contrats conclus entre le département et le fournisseur. Après, l’ARMP effectue un contrôle périodique, c’est-à-dire, toutes les semaines, sur des cas de suspicion par rapport au seuil. Celui-ci signale l’autorité contractante en cas d’anomalie. Ces erreurs ont pu échapper au contrôle de l’ARMP», a soutenu Philibert Tovoherihavana.

Vonjy Harison Razafy, DSI de l’ARMP, d’enchaîner dans ce sens : «Les erreurs relevées durant 2016 s’étalent sur quatre pages et cinq pages pour l’année 2017».

Manque de rigueur

Mais le fait est qu’il s’agit de contrats conclus en mars 2016, plus précisément, il y a presque deux ans. Et durant toute cette période, l’ARMP chargé de contrôle et de vérification pour éviter d’éventuelles erreurs au niveau des chiffres, n’a rien remarqué d’inhabituel, alors qu’il a été question des sommes d’argent importantes, 2 et 7 milliards d’ariary pour être précis, jusqu’à ce que l’affaire explose sur les réseaux sociaux.

Questionné sur le manque de rigueur venant de l’ARMP, Vonjy Harison Razafy a reconnu qu’«il n’y a pas eu de suivi  fait sur le SIGMP». «Nous-mêmes, nous sommes étonnés», a-t-il poursuivi. En outre, il n’est toujours pas question de sanction au niveau de cette  branche du ministère des Finances et du budget.

Incohérence

Quoi qu’il en soit, l’ARMP semble fournir des explications contradictoires. Dans son communiqué, elle tente de justifier ces sommes faramineuses alors qu’en même temps, l’ARMP essaie de véhiculer une probable erreur de saisie venant de la PRMP.

 «Ces contrats représentent le montant maximal possible dans le cas où le contrat serait prévu se faire en plusieurs bons de commande (cas des marchés à commande)», peut-on lire dans ce communiqué.

Questionné à propos de ces affirmations, un expert en marchés publics a avancé : «Le cas de marché à commande est valable sur trois ans pour une quantité définie la première année, selon le nouveau code des marchés publics sorti en  mars 2016».

A ce titre, cet expert a apporté des remarques sur le cas de l’achat des pneus de véhicule 4×4 atteignant les 2 milliards d’ariary, en poursuivant que «même si le montant affiché sur le SIGMP concerne l’achat de pneus d’une voiture 4×4 sur trois ans, cela ne peut pas atteindre les 2 milliards d’ariary. Il en est de même pour le coût d’entretien dudit véhicule atteignant les 7 milliards d’ariary».

Riana R.

Midi Madagasikara43 partages

Les rivalités au sein du pouvoir étalées au grand jour

C’est un mini drame qui a eu lieu cette semaine avec cette tentative de mise à l’écart du Premier ministre en déplacement à l’extérieur. La publication du décret de son intérim par le ministre Benjamina Ramanantsoa après le conseil de gouvernement de mardi dernier , a provoqué une tempête médiatique qui aurait pu  causer une véritable crise au sein du régime. Mais la réaction du chef du gouvernement a très vite mis fin aux supputations de ses adversaires. Son intervention sur une station de radio privée et les propos de son directeur de cabinet ont éteint toutes les velléités de déstabilisation initiées par des personnalités du régime. L’accueil qui lui a été réservé à Ivato avant-hier montrait qu’il avait  redressé la situation et qu’il tenait ferme les rênes de son gouvernement. Ce qui s’est passé cette semaine illustre parfaitement  ces rivalités qui  sont en train de miner le régime actuel de l’intérieur. Jusqu’à présent, le Premier ministre et les membres du parti HVM  n’avaient cessé d’affirmer qu’il n’existait aucune dissension  au sein de l’exécutif, mais maintenant, cette mésentente ne peut plus être cachée et elle est étalée sur la place publique.

Cette semaine fut celle de la commémoration de la tuerie du 7 février. Il n’y a eu aucune cérémonie officielle, les parents des victimes de ce drame et les membres du MAPAR procèdent seuls à des dépôts de gerbe devant le palais d’Ambohitsorohitra. Neuf ans après, le régime semble ne pas  vouloir  réveiller des ressentiments dont il pourrait aussi pâtir car il existe beaucoup de zones d’ombre dans le déroulement de ces tristes événements.

Le corps des journalistes s’est dressé contre la mise en place d’un comité de délivrance des cartes professionnelles dont les membres ont été désignés par le ministre de la Communication.  Devant le tollé suscité,  ce comité a été dissout et sera remplacé par un autre composé des représentants de toutes les entités de la presse  malgache.

Sur le plan international, l’accalmie que l’on aurait pu espérer sur le front syrien après la défaite de DAESH  n’a duré que quelques jours. Le régime de Bachar Al Assad a décidé de reprendre son offensive contre les forces rebelles dans le nord du pays. Des bombardements d’une violence inouïe ont été opérés par l’aviation syrienne, provoquant la mort de nombreux civils. Cette escalade a provoqué une réaction très ferme de la France qui, par l’intermédiaire de la ministre de la Défense Florence Parly, a exprimé sa grave préoccupation et a demandé leur arrêt. Elle demande en outre une réunion d’urgence du conseil de sécurité sur cette question. La  Turquie a, elle aussi, décidé d’attaquer les Kurdes de Syrie à Afrine dans le nord du pays. Cette dernière veut sécuriser sa frontière et s’en prend aux membres du parti de l’union démocratique (YPD), accusés d’être la branche syrienne du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), formation séparatiste kurde de Turquie.

En Egypte, le président Al Sissi semble se diriger vers une victoire  sans partage  à la prochaine élection présidentielle. Les candidats sérieux se désistent les uns après les autres. Un challenger s’est présenté, mais il ne semble servir que de faire valoir car il est lui-même un  partisan du chef de l’Etat.

En France, le président Macron ne semble pas affecté par les turbulences que traverse son régime en ce moment. Son déplacement en Corse et sa réaction ferme face aux nationalistes ont été jugés positifs par l’opinion comme l’indique le dernier sondage d’opinion. Les réformes continuent à un train soutenu et le gouvernement d’Edouard Philippe réussit  à désamorcer les réactions hostiles qui surviennent ici et là.

Les masques commencent à tomber au sein du régime. La tentative de déstabilisation du Premier ministre n’est qu’un des épisodes de la guerre sourde que se livrent différentes factions au sein du pouvoir. Ceux qui sont à l’origine de la  manœuvre ont cru leur heure arrivée, mais le chef du gouvernement  ne s’est pas laissé faire. On sait que ses adversaires n’auront pas sa peau aussi facilement.

Patrice RABE

Midi Madagasikara35 partages

Salegy : Un concert cinq en un avec les légendes !

Modeste Rakotondravaoharisoa de M’Production, entouré de deux des légendes du salegy qui vont participer au concert au Palais des sports ce dimanche 25 février.

Une grande première ! Le 25 février, les pionniers du salegy : de Tianjama à Jaojoby et Mily Clément, en passant par Ninie Donia et Din Rotsaka, vont se retrouver sur une même scène pour rappeler combien ils excellent dans l’art de mettre de l’ambiance.

« Un moment comme celui-ci ? On en rêvait depuis longtemps. Quand M’Production a approché le groupe, on n’a pas trouvé à redire. On a adhéré au concept et on s’est laissé embarquer dans l’aventure », relate Jaojoby. Pour la première fois depuis des années, cinq grands noms du salegy vont en effet se retrouver sur une même scène, le temps d’un seul et même concert. « Ils ont marqué le paysage musical malgache. Au lieu d’attendre qu’ils ne soient plus là pour leur rendre hommage, on a décidé de les mettre sous les feux des projecteurs et de leur organiser un grand concert », relate Modeste Rakotondravaoharisoa, numéro Un de M’Production et syndicat des producteurs. Jaojoby, Grand maître Tianjama, Ninie Donia, Mily Clément et Din Rotsaka, le 25février vont faire résonner le salegy au Palais des sports Mahamasina.  Ils vont reprendre quelques uns des tubes qui les ont propulsés au sommet, repris et revisités d’une manière encore plus magistrale. Tana Gospel Choir (TGC) sera derrière les artistes pour donner une dimension particulière à chaque morceau. « Nous allons faire danser le public au rythme de ce genre musical typiquement malgache : le salegy, grâce auquel des chanteurs comme Jaojoby ou des plus jeunes se sont fait connaître dans tout le pays et sur le plan international ». Le salegy sous toutes les coutures avec des légendes, un évènement à ne rater… sous aucun prétexte !Mahetsaka

Midi Madagasikara31 partages

Affaire Houcine Arfa : Procès renvoyé au 9 mars

Fortement attendu par les observateurs des affaires nationales du pays, le procès d’ Houcine Arfa prévu se  tenir hier dans la salle 5 du Tribunal de Première instance Anosy, n’a pas eu lieu. La cour a décidé de renvoyer l’audience au 9 mars prochain. Elle a pris cette décision en réponse  à la demande du Conseil des avocats de ce ressortissant français. Le Président du Tribunal a précisé qu’il s’agit d’un renvoi ferme, c’est-à-dire ce procès devra être réalisé à cette date avec ou sans la présence de l’une ou l’autre des parties protagonistes. N’ayant pas répondu présents à l’audience d’hier, les avocats de la défense ont réclamé ce report par lettre. Le motif évoqué est  l’insuffisance des pièces devant constituer leur dossier de défense. Il faut souligner que ce renvoi concerne les dossiers pour lesquels Houcine Arfa a été condamné à 3 ans d’emprisonnement ferme. En effet, il s’agit d’un procès en Appel à la demande de l’accusé.  Il est à rappeler que dans ces dossiers en Appel, Houcine Arfa a été condamné pour usurpation de fonction, détention d’arme illégale, complicité de kidnappig. En effet, l’affaire portant sur son évasion ne figure pas encore dans le calendrier du Tribunal d’Antananarivo. Reste à savoir les actions de la Justice française dans le traitement du cas de ce fugitif.

T.M.

Midi Madagasikara24 partages

Antohomadinika : Raim-pianakaviana maty voatsindrona antsy teo amin’ny tendany

Fifaliana no nokatsahana nefa fahafatesana no hita. Raim-pianakaviana mbola tanora dia tanora tokoa no namoy ny ainy ny alin’ny alakamisy teo rehefa voatsindrona antsy teo amin’ny tendany. Nitranga ity loza ity rehefa tonga mba hifety ny tsingeritaona nahaterahany tao amina « Karaoke » iray teny an-toerana ralehilahy sy ny vadiny. Araka ny fanazavan’ireo havan’ny maty, feno 19 taona io alakamisyio ity farany. Tsy nifanalavitra tamin’io daty io ihany koa ny nahaterahan’ny vadiny, 6 Febroary.  Nanasa ireo havany, mpirahalahy aminy izy tamin’io fotoana io. Ireto farany izay nitondra ihany koa ireo namany avy ka dia nafana tokoa ny fiarahana tao amin’ilay «karaoké ». Tsy fantatra anefa izay nitranga fa nisy ny savorovoro teo amin’izy ireo. raikitra ny fifamaliana sy ny fikasiha-tanana. Nitohy tety ivelany izany avy eo raha ny fitantaran’ny dadatoan’ny maty. Niaraka hatrany izy mivady nandritra izany fotoana izany. « Nisolifatra tao anaty tatatra anefa ramatoa  ka tamin’izay no nisy nanindrona antsy tampoka  ilay raim-pianakavaina  ka voa teo amin’ny ankavanan’ny tendany  », hoy ihany ity dadatoa ity. Naratra mafy noho izany ity farany ka nentina avy hatrany teny amin’ny hôpitaly Ampefiloha. Indrisy anefa fa tsy tana intsony ny ainy. Teo ihany dia nampandrenesina ny polisy ka nidina teny an-toerana ka nisambotra avy hatrany ny noheverina ho nahavanon-doza  izay tsy iza fa toa hoe DJ ao amin’io toerana io ihany. Netina avy hatrany teny amin’ny polisy misahana ny heloka bevava etsy Anosy ny lehilahy. Tafatsoaka kosa anefa ireo havana niara-nikorana tamin’ity raim-pianakaviana ity. Nefa raha araka ny filazan’ilay dadatoa dia ahiany fa nisy tamin’ireo no tena ho tompon’antoka tamin’izao fahafatesana izao.

T.M.

Midi Madagasikara21 partages

Rabetokotany Tahina : Garder son impartialité dans le respect de la Constitution

Le nouveau membre de la HCC Rabetokotany Tahina prêtant serment, hier, à Ambohidahy.

Le nouveau membre de la HCC Rabetokotany Tahina a prêté serment, hier, au siège de la HCC à Ambohidahy, et ce, en présence du Président de la République, du Président de l’Assemblée nationale, du Premier ministre et de quelques membres du gouvernement. Lors de sa prestation, le juge constitutionnel a juré de respecter et d’honorer la responsabilité qui lui a été confiée, de garder son impartialité et son intégrité dans le respect de la Constitution. Titre. Toujours est-il qu’elle a été désignée membre de la HCC, le 25 janvier 2018, au titre du Président de la République, suite au décès, en mars 2017, du juge constitutionnel, Yvonne Lala Herisoa Raharison Ranoroarifidy. Notons qu’après la cérémonie, ni le Président de la République ni le Premier ministre n’ont accepté de donner des interviews.

Dominique R.

Midi Madagasikara20 partages

Fisolokiana amina resaka « mercure » : Telolahy indray voasambotry ny zandary

Efa maro no efa tratra ary mbola maro no tafalatsaka ao anatin’ny haraton’ireo mpisoloky amin’ity resaka « mercure » ity, raha tsy misy ny ezaka ataon’ireo mpitandro filaminana toy izao. Telolahy izay efa raindahiny tanteraka amin’ity resaka fisolokiana amina « mercure » ity  no tra-tehaky ny zandarimariam-pireneana ny talata lasa teo. Efa volabe tsy toko tsy forohana tokoa no azon-dry zalahy ireto raha ny fanazavàna azo, saingy izao voasambotra izao ihany nony farany. Tsy vitan’izay moa fa mbola vitan-dry zalahy ireto ny manosoketa mpitandro filaminana, izay lazain’izy ireo mpiray tendro amin’izy ireo, manageja ny entany ary mitaky volabe mba hamotsorana izany. « Misy ihany koa anefa ireo milaza fa manana izany saingy voagejan’ny zandary na polisy ny “mercure” ka mitady volabe ireo mpitandro ny filaminana ireo mba hamerenana izany amin’izy ireo, ka noho izany dia mila fanampiana amin’olon-kafa ara-bola izy ireo mba hitsolorana ireo polisy na zandary ireo, ka rehefa votsotra ilay entana dia hozaraina amin’ity nanampy farany ity », hoy ny fampitam-baovao. « Natao izay hihaonana tamin’izy ireo. Nilaza izy ireo fa tazomin’ny zandary any amin’ny tany tsy fantatr’izy ireo ny namany iray atao hoe Alain, miaraka amin’ny “mercure” 2 litatra (…) vola 2.000.000Ar no takian’izy ireo mba hamotsorany an’i Alain sy ny entana fa raha tsy izany dia vonoin’ireo zandary ireo izy » hoy hatrany ity fampitam-baovao. Nanomboka teo ny vela-pandrika natao hanjonoana ireto mpisoloky ireto. Nilaza mantsy izy ireo fa hoe azo iadiana varotra ilay zandary mitazona ity namany ity ka vola 1.200.000 sisa takiany. « Efa nalaina sary avokoa anefa  ireo vola ireo ary mody nomena azy ireo noho io fisolokiana ataony io. Vao nivoaka ny vavahady anefa izy ireo dia efa teo ireo zandary niandry fotsiny hisambotra sy nisava azy ireo ka notanana natao famotorana izy telolahy ireo noho ny fisolokiana». Niaiky ireto farany tamin’ny fanadihadiana natao azy ireo fa tsy misy akory ireo namany voatazona sy izay zandary mitaky vola izany. Efa natolotra ny Fampanoavana moa ireto mpisoloky ireto, ary milaza ny hanaraka hatramin’ny farany ny raharaha ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena izay mahatsiaro ho voaloto tao anatin’izany.

m.L

Midi Madagasikara18 partages

BNI Madagascar : Poursuite de la politique d’inclusion financière

« BNI MADAGASCAR, à chaque moment de ma vie ! », c’est le message de promotion adopté par BNI Madagascar. Un message qui interpelle ceux qui sont à la recherche de la banque qui les accompagne à chaque étape de leur vie. Une manière pour la banque de  lancer une véritable invitation à l’endroit des jeunes, des salariés, des fonctionnaires, des entrepreneurs ou encore des retraités. Forte de sa politique d’inclusion financière et de son statut de banque universelle, BNI Madagascar continue ainsi d’innover et se positionne comme la banque de demain, avec la variété de ses offres. L’épanouissement financier de ces derniers étant au centre des préoccupations de la banque.

En effet, BNI Madagascar  présente la gamme de Packs la plus complète et la plus compétitive du marché : Pack TANORA, Pack TONGASOA, Pack MAHASOA, Pack VATOSOA, Pack MPIASAM-PANJAKANA et Pack VALISOA. Les offres confectionnées sur-mesure par BNI Madagascar ne cessent de s’étoffer au fil des années. Elles répondent et s’adaptent aux besoins de ses clients. La dernière innovation est l’intégration d’un compte MVola avec une carte SIM offerte permettant notamment la liaison du compte bancaire au compte MVola, les virements instantanés entre le compte bancaire et le compte MVola et vice-versa, qui sont pris en charge gratuitement.

R.Edmond.

Midi Madagasikara18 partages

Secteur minier : Renforcement du contrôle et des inspections via satellite

Le ministre Zafilahy Ying Vah a décoré 29 agents de son département.

L’instauration d’une nouvelle structure est déjà à l’étude pour assurer la régulation de la filière pierres précieuses et pierres fines à l’instar de la filière or.

Plus de 4 000. Tel est le nombre de permis miniers délivrés par le ministère en charge des Mines et qui concernent l’exploration et l’exploitation des ressources minérales. Cependant, « les titulaires de moins de 2 000 permis paient des redevances et taxes auprès de l’Etat. Et parmi lesquels, seuls les détenteurs d’une quarantaine de permis en paient chacun plus de 5 000 USD. Par contre, les sociétés opérant dans la grande mine notamment Ambatovy, QMM et KRAOMA génèrent une recette de plus de 3 000 milliards d’Ariary en 2016. Les résultats sont quand même encourageants même si l’objectif n’est pas encore atteint», a évoqué le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah lors de la présentation de vœux de son département hier à l’espace « Le Krypton » à Ambohimalaza.

Informatisation. Raison pour laquelle, « nous allons renforcer cette année le contrôle et les inspections des activités minières pour tous les titulaires des 4 000 permis sans oublier ceux qui font des exploitations illicites. Nous utiliserons ainsi des spots satellitaires pour identifier au moment précis ce qui se passe réellement dans les sites miniers étant donné que les carrières se trouvent notamment dans des zones très reculées », a-t-il déclaré. En outre, le ministère de tutelle entame en ce moment dans la phase de l’informatisation en utilisant des logiciels servant à renforcer ce contrôle, et ce, en collaboration avec les partenaires techniques et financiers. Des Bureaux d’Administration Minière (BAM) et des polices des Mines seront en même temps mis en place dans d’autres régions afin d’assurer l’administration de proximité. Ces entités se chargent du contrôle et des inspections de toutes les activités minières.

Traçabilité. Par ailleurs, « notre perspective cadre bien la vision « Fisandratana » 2030 concernant la traçabilité des mines et des pierres précieuses. A cet effet, l’instauration d’une nouvelle structure est déjà à l’étude pour assurer la régulation de cette filière. Nous allons en fait tirer de l’expérience dans la filière or. L’an dernier, 2 833 kg d’or ont été déclarés à l’exportation contre 586kg en 2016. Et depuis l’Indépendance jusqu’en 1995, la meilleure déclaration annuelle ne dépassait pas les 50kg », a enchaîné le ministre de tutelle. Rappelons que plus de 40% de la production de saphir au niveau mondial proviennent de Madagascar. Et la plus grande mine à ciel ouvert dans le monde se trouve dans la Grande île. Mais les retombées économiques pour le pays restent pour l’heure très minimes. « Nous encourageons également l’installation des usines de transformation de gemmes en vue de créer des emplois et plus de valeur ajoutée », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara14 partages

Elevage : Handicapé par un coût de production élevé

« L’élevage, source de revenus rapide et durable ». Tel est le slogan du Malagasy Professionnels de l’Elevage (MPE) lors de l’organisation de la 10e édition de la Foire de l’Elevage et des Productions Animales (FEPA qui aura lieu du 03 au 06 mai 2018 au centre By-Pass Alasora CPA. « Nous incitons notamment les jeunes à se lancer dans ce secteur porteur qui a un fort potentiel à Madagascar. Néanmoins des faiblesses sont quand même identifiées. A titre d’illustration, ce secteur est handicapé par un coût de production élevé surtout pour les produits dérivés comme les œufs, les charcuteries, les fois gras et les produits laitiers, sans oublier l’insuffisance des infrastructures surtout les routes, l’insécurité, l’assurance agricole et le problème d’accès au financement », a expliqué Solofo Rakotondrahanta, le directeur du MPE lors d’une conférence de presse hier à son siège à Nanisana.

Résolutions. En effet, « toutes les matières premières y compris les reproducteurs et les poussins pour la filière avicole sont presque importées. Face à cette situation,  nous allons réunir tous les acteurs concernés au sein de notre plateforme tout en organisant un atelier national avant la tenue de la 10e édition de la FEPA. Et les résolutions seront présentées à toutes les parties prenantes à l’occasion de cet événement », a-t-il rajouté. En outre, la qualité et l’hygiène y seront discutées dans le cadre d’une conférence-débat. L’objectif étant ainsi de mettre à la disposition du grand public toutes les solutions et les stratégies servant à développer les différentes filières d’élevage. « Et puisque les jeunes sont mobilisés et sollicités à investir dans ce secteur, nous allons accorder une entrée gratuite pour les étudiants », a-t-il annoncé.

Aires spéciales. Parlant de la FEPA, le nombre de stands augmentera de plus de 50%, soit 155 stands contre 100 stands lors de l’édition précédente. En outre, des aires spéciales seront mises en place pour exposer les différents types d’animaux d’élevage. « Il y aura également des rencontres entre les opérateurs locaux et les opérateurs étrangers », a conclu le directeur du MPE.

Navalona R.

News Mada13 partages

Foot – caf champions league : Cnaps Sport sur le front

Madagascar sera sur deux fronts, ce jour, dans le cadre des compétitions de la Confédération africaine de football (Caf). Cnaps Sport recevra le KCCA de l’Ouganda au complexe sportif de Vontovorona pour son premier match de la Caf Champions league.

Cnaps Sport, club champion de Madagascar, accueillera le club champion de Kampala (KCCA), avec un effectif de 18 joueurs, mêlant jeunes talents et joueurs chevronnés. Les Ougandais ne sont pas venus pour une balade de santé et ils l’ont déclaré haut et fort, hier lors d’un point de presse à Vontovorona.

«Nous n’avons pas pris cette rencontre à la légère et nous tenterons de faire la différence pour ce match aller afin d’assurer la victoire au match retour à domicile. Vous allez voir une équipe capable de jouer à la Barcelone demain (ndlr, aujourd’hui), même si Cnaps Sport est dans son propre jardin et devant son public», a déclaré le coach Mike Mutebi. Notons que cinq joueurs de KCCA viennent de disputer le Chan 2018, notamment Derick Nsibambi, Muhammad Shaban, Timothy Awany, Sadam Ibrahim et Paul Mucureezi. Ces derniers pourraient encore être de la partie pour le match de ce jour.

La meilleure défense, c’est l’attaque 

Pour sa part, le coach des Caissiers, Patrick Andriambololona, alias Typeh, a confié que les Ougandais sont des joueurs très athéltiques et ont le physique qui correspondent à leur type de jeu. « C’est un très grand avantage mais on essaiera de mener la bonne stratégie pour s’en sortir. On va surtout miser sur les atouts offensifs malgré l’absence de certaines pièces maîtresses de l’équipe, comme Njiva, Rinjala,…On va surtout focaliser nos efforts dans les attaques pour marquer le plus de buts possible d’autant que nous avons l’avantage du terrain », a-t-il déclaré.

Et Typeh de renchérir qu’il ne connaît pas tout à fait cette équipe ougandaise mais un club malgache, FC BFV, a déjà eu affaire avec cette formation en 1993. Cependant, les huit matchs sparring que nous avons disputés ont boosté le physique et l’esprit collectif de l’équipe. Quant au capitaine de l’équipe malgache, Ando, il affiche son optimisme et partage le point de vue du coach pour accentuer les efforts en attaque. Selon ses dires, « En tant que capitaine, être un bon défenseur ne suffit pas pour remporter la victoire car il faut épauler les attaquants pour qu’ils marquent le plus grand nombre de buts. L’objectif est actuellement d’atteindre la phase de groupe de la Caf Champions league ».

Rojo N.

Coupe de la Caf – Fosa Juniors entre en lice ce jour

Si Cnaps Sport va défendre les couleurs nationales au bercail, Fosa Juniors, équipe détentrice de la Coupe nationale, quant à elle, fera son entrée pour la première fois à la Coupe de la Caf à Nairobi ce jour face aux Léopards de Kenya. Les Majungais face vont aborder cette rencontre avec une rage de vaincre incomparable vu les investissements qu’ils ont faits depuis les compétitions nationales jusqu’à la Supercoupe en passant par les matchs amicaux, contre des équipes de renom dans la capitale, à l’image de Cnaps Sport, AS Adema, la sélection d’Analamanga,…

Midi Madagasikara12 partages

Judo – Open International : Cinq judokas à l’assaut de la Réunion

La remise de l’enveloppe financière du Chef de région, Analamanga, Ndranto Rakotonanahary à Vola Raoelison, présidente de la ligue Analamanga de judo.

Ils seront cinq judokas à prendre part à la 2e édition de l’Open International de La Réunion, les 17 et 18 février.

Une semaine avant le coup d’envoi de ce tournoi régional, les représentants malgaches s’activent dans la préparation. Cinq judokas feront le déplacement à la Réunion pour cette 2e édition  de Open International de judo, prévu se dérouler les 17 et 18 février au dojo régional, Champ-Fleuri, Saint-Denis. En août 2017, au tournoi des Mascareignes toujours à La Réunion, la délégation malgache avait remporté 11 médailles d’or sans oublier  les autres médailles lors du Tournoi international minime (TIMIN) et Tournoi international cadet (TICAD). Comme ce déplacement nécessite de financement, la délégation malgache à travers la ligue régionale d’Analamanga de judo  a bénéficié du soutien financier du chef de région d’Analamanga, également coordonateur régional du HVM. « C’est bien de soutenir les sportifs dans des compétitions internationales dans la mesure où c’est l’honneur du pays qui est en jeu », a déclaré Ndranto Rakotonanahary, hier à Antanimena. Sportif comme il est, le chef de région d’Analamanga a apporté sa part aux sportifs.

120 judokas.  « C’est une occasion pour les combattants d’aller un peu plus loin avec ces expériences internationales. L’objectif est de faire mieux que l’année dernière », a fait savoir Vola Raoelison, la présidente d’Analamanga de judo. Pour cette édition 2018, les Killian Rakotonanahary (-50 kg) chez les minimes, Edouardo Andrianirina (- 55 kg), Fetra Ranaivoarisoa (-73 kg), Roberto Razakandrandria (-90 kg) chez les cadets et Juane Andriamahenina chez les cadettes moins de 48 kg défendront les couleurs malgaches à Champ-Fleuri. Ils seront sous la houlette de Rija Rakotonanahary. Près de 120 judokas de Mayotte, de Madagascar et de l’île Maurice sont attendus à la Réunion. Cette compétition sera sous le parrainage par le Français Mathieu Daffreville, cinquième aux Jeux Olympiques de Pékin chez les moins de 90 kg et ex-numéro Un mondial. La délégation malgache quittera le pays le 16 février.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

La politique montrée sous son plus mauvais jour

Le jeu plutôt malsain auquel se livrent les membres de la classe politique en ce moment n’étonne plus les citoyens. En fait, les dissensions et les coups bas n’ont jamais cessé d’exister, mais ils étaient plus ou moins camouflés. Aujourd’hui, ils apparaissent au grand jour, mais cela n’émeut plus une opinion blasée, ne se faisant plus aucune illusion sur ceux qui les dirigent. Cette lassitude est cependant démobilisatrice et il est plus que temps de réagir et de montrer sa capacité d’indignation.

La politique montrée sous son plus mauvais jour

 Les Malgaches, depuis un certain temps, ont perdu leurs illusions sur les qualités morales de leurs dirigeants, et ne voient poindre pour l’instant aucun espoir de sortie de crise. Ils ont été bercés de promesses qui n’ont pas été tenues, et ils n’ont pas pu  manifester leur déception. Ils ont été en proie aux difficultés de la vie quotidienne et n’ont pu que se résigner. Aujourd’hui, ils assistent avec une certaine lassitude aux manigances qui se trament au sein du pouvoir. Elles étaient camouflées, mais  aujourd’hui, on ne peut plus les cacher.  La comédie du pouvoir s’étale sous les yeux  des citoyens qui y assistent avec un mélange de commisération et  de dégoût. L’élection présidentielle approche et les appétits s’aiguisent.  La stratégie de conquête du pouvoir est en train de s’affiner et tout va être fait pour écarter les adversaires. On a eu un aperçu avec ce qui s’est passé cette semaine. Cela a eu lieu au sein du pouvoir, mais les tentatives de déstabilisation touchent aussi ceux qui ne font pas partie du régime. L’ancien président Marc Ravalomanana subit des avanies sans broncher. L’acharnement dont il est victime commence à indisposer l’opinion. Le rôle de martyr auquel il est assujetti lui convient bien, mais il risque de le desservir s’il ne réagit pas. L’ancien président de la Transition est pour l’instant épargné car il ne se dévoile pas entièrement. Le message qu’il délivre ne prête pas à la critique, mais cela pourrait changer dans les temps à venir. La politique va se montrer sous son plus mauvais jour.

Patrice RABE

Midi Madagasikara11 partages

Nouvel An Chinois : Sous le signe de la culture

SEMme l’Ambassadeur Yang Xiaorong prononçant le discours inaugural du Nouvel an chinois à Nanisana hier.

Le nouvel an chinois a été accueilli dans la liesse au sein de l’Ambassade de Chine hier. 2017 a été pleine de défis et de réalisations pour les relations diplomatiques sino-malgaches, 2018 va encore être meilleure selon les dires de SEMme l’Ambassadeur de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong.

L’Ambassade de Chine a organisé une réception en l’honneur du Nouvel an Chinois 2018 hier à Nanisana. Y ont été conviés : des représentants de la communauté chinoise à Madagascar, des personnalités officielles malgaches telles que le ministre des Travaux publics, les partenaires techniques et financiers de la Chine et des personnalités diplomatiques, ainsi que des représentants de la presse écrite et audio-visuelle, etc. Festive, conviviale et solennelle à la fois, la célébration a été notamment marquée par une forte dimension culturelle par le biais des démonstrations et spectacles offerts par les étudiants et les enseignantes bénévoles de l’Institut Confucius de Madagascar : Tai-chï et Kung Fu, opéra de Pékin (avec la pièce « En attendant la pleine lune », allusion à la Fête du printemps), la danse des belles filles du Nord. Clôturée par un buffet gastronomique chinois traditionnel, la cérémonie a entre autres permis à l’assistance de consolider « in live » l’amitié sino-malgache. Le rouge et le vert de jade symbolisant la chance, le bonheur et la prospérité égayaient la décoration de la cérémonie d’hier pour démarrer l’année 2018, année du Chien (Chien de Terre pour être plus précis) sous de bons augures.

Réalisations et perspectives. La réception d’hier fut une occasion pour SEMme l’Ambassadeur Yang Xiaorong de rappeler dans son discours, bilingue, les réalisations et les perspectives entrant dans le cadre des relations diplomatiques sino-africaines en général,et sino-malgaches en particulier. D’ailleurs, elle a clairement signifié que 2018 sera consacrée, entre autres, au renforcement des relations sino-africaines et des relations bilatérales sino-malgaches, auquel 900 millions de dollars américains ont été alloués en 2017. Citons par ailleurs l’organisation prochaine d’un forum consacré à cet effet à Beijing. Pour Madagascar en particulier, la République populaire de la Chine demeure le premier partenaire commercial de Madagascar. La Grande île fut d’ailleurs l’un des premiers signataires du projet politico-économique « La Ceinture et la Route ». Pour 2018 figurent au programme par exemple, la réalisation de la Route des Œufs et d’autres projets notoires dans le domaine médical et socio-éducatif. Pour la République populaire de la Chine quant à elle, 2018 sera l’année de mise en œuvre des résolutions prises lors du XIXe congrès du Parti Communiste Chinois.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara11 partages

CISCO d’Ambositra : Raffermir la cohésion et la solidarité du corps enseignant

Nastina Rampanjato, chef CISCO d’Ambositra (Photo Anastase)

Le local  de l’Institut Supérieur de Technologie d’Ambositra (ex Hodima) ) a abrité le 3 février dernier, la cérémonie de présentation des vœux du corps enseignant organisée par  la circonscription scolaire (CISCO) d’Ambositra. Un événement qui sera marqué d’une… craie blanche dans les annales de l’histoire de cette circonscription scolaire dans la mesure où pour la première fois de son histoire, sous le leadership de Nastina Rampanjato, chef CISCO, l’on a pu rassembler près de 2000 enseignants repartis dans les 28  ZAP des quatre coins du district d’Ambositra, un évènement inédit.

Sans le financement de l’Etat. « Cette manifestation sans précédent a été organisée, sans le financement de l’Etat, encore moins des cotisations des enseignants », a fait savoir Nastina Rampanjato. La festivité a pu se concrétiser grâce à l’appui des nombreux sponsors  qui ont toujours répondu présents quant aux actions organisées par la CISCO d’Ambositra.  Et Nastina Rampanjato de poursuivre que, l’objectif de cette rencontre est de raffermir davantage la cohésion et la solidarité du corps enseignant pour la sauvegarde,  l’éthique de l’enseignement et de citer respectivement les citations de François Mittérand : «Etre enseignant, ce n’est pas un choix de carrière, c’est un choix de vie » et d’Aristote : «Le plaisir dans le travail met la perfection dans le travail ». Nastina Rampanjato, philosophe de formation et fils d’enseignant, a également rendu hommage à tous les enseignants qui se dévouent corps et âme dans le développement de l’homme et de tout l’homme pour le développement du pays. Pour la circonstance, le chef CISCO a remis de  nombreux certificats de reconnaissance émanant du ministère de l’Education Nationale aux partenaires qui ont contribué à la bonne cause de l’éducation et de citer entre autres, l’association française Babakoto-France. Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et non moins coach de l’Amoron’i Mania, Rasoazananera Marie Monique, a également offert une somme de 500.000 ariary pour la circonstance.

Anastase

News Mada9 partages

De «faux» diplôme de Bac en vente libre sur Facebook

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) réagit face à la prolifération des offres sur les réseaux sociaux relatives à la vente de faux diplômes de baccalauréat, ces deniers temps. Les responsables au sein de ce département ministériel ont annoncé hier à l’occasion d’un point de presse à Fiadanana, que des mesures strictes seront prises aussi bien à l’encontre des vendeurs que des  acheteurs.

 « Pour mettre fin à cette forme de faux et usage de faux, le ministère de tutelle va collaborer avec les forces de l’ordre pour démasquer les auteurs », a souligné le DG de l’Enseignement supérieur, Blanchard Randrianambinina. Et lui de poursuivre que, «Le ministère dispose des bases de données fiables de tous les résultats du baccalauréat à travers le pays, qui permettent de faciliter les suivis».

Le directeur de l’Enseignement supérieur public et privé au sein du Mesupres, le Dr Dieudonné Razafimahatratra, incite les établissements publics et privés à s’enquérir de ces données au sein du ministère pour déceler les utilisateurs des faux diplômes.

 

Midi Madagasikara9 partages

Guide du week-end

#Majestic Lion chante Bob marley. La célébration de l’anniversaire de Bob Marley continue de plus bel. Aujourd’hui, c’est Majestic Lion qui rendra hommage à cette icône du reggae au Jamaica Chill By Pass. Evoluant dans l’underground, Majestic Lion a du talent à revendre. Si ses chansons sont appréciées dans le microcosme du reggae roots underground, ce soir, place aux titres du musicien vénéré du reggae.

# Acoustic live  au Ccesca. Prévu depuis le mois d’octobre, le concert de Rija et Fanja Aandriamanantena est enpasse de se concrétiser pour le bonheur des inconditionnels. Demain donc, place à l’ambiance jazzy au Ccesca Antanimena.  L’amour au rendez-vous, l’évènement sera un avant-goût de la célébration de la Saint-Valentin.  Il y aura une partie dédiée à Rija Ramanantoanina, et une autre consacrée à Fanja et ce qu’attendent les gens, une partie pendant laquelle les deux artistes vont chanter en duo. De quoi faire chanter les amoureux.

# Rossy investit le Palais des sports. 30 bougies au compteur, Cela se fête. Pour Rossy, la célébration se fera au Palais des sports. Si ses fans sont des habitués des spectacles en plein air, cette fois, la poussière ne se lèvera pas, par contre, le chanteur promet une ambiance aussi chaude. Evidemment, Rossy sera entouré de ses   complices de scène, incluant les cuivres et les danseurs. A ne pas rater.

Zo Toniaina

L'express de Madagascar8 partages

Falsification de diplôme – Vingt-cinq fonctionnaires renvoyés

La chasse aux falsificateurs de diplômes se poursuit dans la Fonction publique. Le début de l’année est fructueux avec une vingtaine d’usurpateurs démasqués.

Un homme averti en vaut deux ! Les agents de l’État ayant truqué leur diplôme sont sur la sellette. Ils sont passibles de renvoi. Vingt-cinq ont été déjà mis à la porte, au mois de janvier. Ils ont été pris avec des faux diplômes. « Ils n’ont pas pu prouver que leur document est authentique, lors de leur convocation au conseil de discipline», a affirmé Alson Christophe Randriamanantena, secrétaire général du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales dans son bureau aux 67 Ha, hier.

Ces agents seraient issus de tous les ministères confondus. Ils présentent un faux  diplôme de baccalauréat, de licence, ou de master, dans leur dossier de demande de reclassement ou d’avancement dans la fonction publique.

D’autres dossiers seraient en cours de traitement et leur propriétaire serait, prochainement, convoqué au conseil de discipline. « A cette allure, le nombre des agents de l’État, détenteurs de faux diplômes démasqués, sera en hausse. Rien qu’en un mois, nous en avons dénombré vingt-cinq», avance Alson Christophe Randriamanantena.

Eliminés

Ce n’est pas la première fois que des agents ont été sanctionnés administrativement pour faux et usage de faux dans ce ministère. En 2017, des centaines ont été recensés, dont les enseignants payés par les parents d’élèves (maîtres Fram) nouvellement recrutés, en majorité.

Trente personnes, qui ont envisagé de se porter candidat au concours de recrutement de cinq cent quarante « paramédicaux » fonctionnaires auprès du ministère de la Santé publique dont la date limite de dépôt de dossier de candidature est prévue le 23 février, seront éliminés d’office pour avoir falsifié leur diplôme.

Trois mesures sont en vigueur au sein du ministère pour lutter contre la falsification des diplômes. Il s’agit de la vérification des diplômes à partir de la demande d’équivalence et l’exigence de la liste des diplômés au sein de chaque institut. Au début du second trimestre de l’année, la machine de production de document infalsifiable sera fonctionnelle.

Des sanctions pénales peuvent s’ajouter à ces sanctions administratives, selon Dieu Donné Razafimahatratra, directeur de l’Enseignement supérieur public et privé au sein du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Il lance un avertissement à ces personnes qui publient sur les réseaux sociaux la vente de diplômes. « Nous allons travailler avec le ministère de la Sécurité publique pour démasquer les responsables», indique-t-il.

Miangaly Ralitera

 

Midi Madagasikara8 partages

SYGMMA : L’ancien SG condamné à 18 mois fermes

Les membres du bureau national du Syndicat Général Maritime de Madagascar (SYGMMA) ont tenu une conférence de presse, hier, en son siège à Ankadivato. Selon son Secrétaire Général, Basola Ful-Soma Nomenjanahary, la Cour d’Appel a rendu son verdict, hier. A cet effet, l’ancien SG Razafindraibe Arnaud Lucien a été condamné à 18 mois fermes, assorti d’une amende de 576 millions d’ariary. Il a été accusé de détournement de fonds dudit syndicat. Le nouveau SG a tenu également à souligner qu’« il n’y ait qu’un seul SYGMMA ». Et d’enchaîner que « des dispositions seront prises pour des usurpateurs qui parlent au nom de ce syndicat ». A propos des 43 dockers de Toamasina, un des membres de ce syndicat a fait savoir que des tractations ont eu lieu entre le ministère de tutelle et le bureau national du SYGMMA portant notamment sur leur éventuelle réintégration.

Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Ambohimitsimbina : Nisy nandroba ny Radio Soa

Tsy nisy afa-tsy ny latabatra sy ny seza sisa no navelan’ireo olon-dratsy. Lasa avokoa ny fitaovana fampiasa amin’ny onjam-peo : ny « table de mixage », ny solosaina rehetra tao, ny fahitalavitra ary hatramin’ny « casque » aza. Nisy nandroba ny Radio Soa 96.8 FM, ny alin’ny alakamisy hifoha zoma teo. Raha ny fanazavana azo avy amin’ny tompony dia fotoana fohy taorian’ny fandaharana politika antsoina hoe « Hiaka » no nisehoan’ny fandrobana. Nopoirina ny fanatsofohana fanalahidy dia novohaina ny varavarana ary nobataina izay zaka. Ny fandaharana Hiaka dia mahakasika ny fanadihadiana ny raharaha politika izay mahakasika ny fiainam-pirenena. Ny amin’ny mety ho fanahiana sao misy ifandraisany amin’io fandaharana izay matetika ny miteny mahitsy momba ny tsy mety ataon’ny fitondràna. Nilaza ny tompony fa ny fanadihadiana no hamaritra an’izay. « Aleo aloha handeha ny fanadihadiana izay efa ataon’ny pôlisy, avy eo mivoaka ho azy eo izay mety ho marina mahakasika izay fanahiana izay » raha araka ny fanazavany. Hatramin’ny omaly dia mbola tsy niverina ny onjam-peo ary nanaitra izay mpanaraka azy izany. Tamin’ny alàlan’ny tambajotra sosialy no nampandre ny tompon’andraikitra ary nitantara ny zava-misy. Omaly kosa anefa dia efa nanomboka nividy ny fitaovana ilaina io farany ary inoana fa tsy ho ela dia hiverina ny fandaharana rehetra. Ao anaty trano mihidy no misy ny « studio » ary misy olon-kafa mipetraka ao anatin’izany. Miompana amin’ny fomba nahavaky ny trano ny fanadihadian’ny polisy, alohan’ny hisamborana izay mety ho ahiahiana tamin’ny halatra. Na izany aza mbola endriky ny tsy fandriam-pahalemana ihany ny zava-nitranga. Ao anaty trano mihidy mbola misy mahavita miditra sy mibata izay nilainy : nanam-potoana izany ny jiolahy.

D.R

Midi Madagasikara7 partages

Football-Ligue des champions : La CNaPS Sport fin prête !

Le choc du premier tour de la Ligue des champions d’Afrique de cet après-midi entre la CNaPS Sport et le Kampala City Council Authority promet des étincelles. L’une comme l’autre formation affirme être prête à gagner ce match aller. 

 

« Nous allons tout faire pour gagner avec de la marge qui nous permettrait de nous mettre à l’abri au match retour à Kampala ». Détermination. C’est en ces termes que s’est exprimé le capitaine de la CNaPS, Ando Rakotondrazaka,  hier lors de la conférence de presse d’hier au complexe de Vontovorona. Une détermination relayée par l’entraîneur Tipe Randriambololona qui se réjouit au passage du retour des blessés notamment Mike et Lalaina,  deux éléments essentiels de par leur expérience dans un groupe rajeuni après le départ des cadres tels Njiva,  Rinjala et Jimmy Simouri.

Tipe reste confiant même s’il avoue se méfier de ces Ougandais « très athlétiques ».

Ces derniers, de la bouche de leur entraîneur, Mike Mutebi, sont venus pour réaliser un bon résultat. A la lumière de son palmarès,  le KCCA est moins bon à l’extérieur , mais il a déjà battu des clubs de renom à domicile pour ne citer que le Club Africain de Tunis (2 à 1) et même les Marocains du FUS Rabat lors de la phase de poule de la Ligue des champions.

En clair,  Ando et ses amis vont devoir batailler ferme pour espérer réussir devant une équipe qui ne manque pas de qualités et encore moins d’hommes puisque cinq joueurs évoluent en équipe nationale dont l’emblématique Timothy Awany.

Raison de plus pour aller soutenir la CNAPS Sport à fond car cette rencontre ne s’annonce pas facile.  Puis après tout, impossible n’est pas…malgache.

Clément RABARY

News Mada6 partages

GS2WA : coup d’envoi de la première édition

Le coup d’envoi de la première édition de Global Startup Weekend Women Antananarivo (GS2WA) a été donné, hier soir, à l’American Center Tanjombato. Pendant 54 heures non stop, des milliers de femmes et d’hommes, dans plus de 20 villes au monde, vivent simultanément leur GS2W, y compris Antananarivo.

Global Startup Weekend Women : ces évènements d’un weekend sont centrés sur l’action, l’innovation et l’éducation. Commençant par les pitchs du vendredi soir et continuant par l’expérimentation, le développement du business model et la création d’un prototype simple, les Startup Weekends finissent le dimanche soir par des démonstrations devant un panel d’investisseurs potentiels et d’entrepreneurs locaux.

Les quelque 38 participants inscrits à Antananarivo sont invités à créer des startups viables pendant l’évènement et sont amenés à collaborer avec des individus ayant les mêmes aspirations qu’eux à l’extérieur de leurs cercles habituels.

Dans son allocution pour le lancement officiel de l’événement, Hassanein Hiridjee, CEO du Groupe AXIAN et non moins Guest Speaker du GS2WA, a déclaré que le plus important pour le groupe Axian, c’est d’être «impactant» pour l’économie de là où le groupe travaille.

Et petite recette que l’opérateur a délivré, «la recette du tiers, le premier tiers, c’est la formation : le plan pour permettre de structurer ses projets. Le deuxième tiers, c’est l’épaisseur du cuir : être prêt à se relever après les échecs. Le troisième tiers, c’est nos croyances : ce je ne sais quoi qui nous aide à avancer quand on est au bout du rouleau !», a-t-il confié.

Challenge et expérience éducative

Certes, l’intitulé de l’événement met en avant les femmes mais les hommes sont également encouragés à les soutenir dans la foulée. Aussi, la GS2WA est parrainée par la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina. L’événement promet en tout cas une expérience éducative pour les participants.

«C’est un grand challenge que nous avons réalisé grâce à vous. Normalement, nous devons avoir quatre mois pour organiser ce type d’événement mais nous l’avons préparé en quatre semaines», s’est félicité Carole Rakotondrainibe, Lead Organizer de la GS2W Madagascar.

«Notre but, c’est de promouvoir l’entrepreneuriat et affirmer la place de la femme à Madagascar, élever les compétences des jeunes, montrer le positif et l’existence d’un écosystème fabuleux et professionnels», a-t-elle souligné.

Pour rappel, le Global Startup Weekend Women est une initiative internationale menée à pour encourager des actions entrepreneuriales plus diversifiées, inclusives et impactantes. Ce mouvement global poursuit l’ambition de créer, renforcer et connecter les communautés d’entrepreneures et apprenties entrepreneures dans le monde.

Les finales de demain détermineront les meilleurs porteurs de projet de chaque ville et de chaque pays. Une finale mondiale se tiendra à Paris en mars 2018 et réunira les porteuses de projets lauréates de toutes les villes participantes.

Arh.

 

L'express de Madagascar6 partages

Banque – Baobab simplifie l’inclusion financière

Innovation. Après douze ans d’implantation à Madagascar, Microcred banque Madagascar change de cap. Devenue à présent « Baobab », l’institution de microfinance a présenté sa nouvelle identité visuelle à Anosivavaka, avant-hier. A travers cette migration, l’établissement compte développer ses produits ainsi que son champ d’activités qui va aujourd’hui au-delà du crédit et de l’épargne aux micro-entrepreneurs. « Comme toutes institutions bancaires qui se respectent, nous ambitionnons de contribuer pleinement à l’inclusion financière de tous dans le pays », explique Arnaud Ventura, président et directeur général de Baobab.

Faisant partie de l’un des groupes de services financiers multicanaux en Afrique, Baobab compte appliquer l’approche moderne de la banque et à l’offre de produits. Notamment avec le concept de Baobab plus, une entreprise sociale qui agit dans les domaines de l’accès à l’énergie, à l’eau pure et au digital. Et ce à travers la commercialisation de produits innovants permettant de répondre aux besoins des populations. Par ailleurs, l’accès à l’innovation à travers le recours à la biométrie ou l’utilisation d’application mobile pour les transactions bancaires est aussi envisagé. Le recours au système mécanique entre toujours dans le cadre de la simplification de l’inclusion financière dans la mesure où les clients jeunes sont les premières cibles de l’établissement.

Ainsi, afin d’encourager l’implication de ses clients à cette transition progressive de Microcred vers Baobab, la banque propose de doubler les rémunérations pendant toute l’année pour tous les comptes épargnes ouverts durant ce mois de février en plus de la gratuité de frais de compte valable pendant toute l’année aussi.

Midi Madagasikara6 partages

Ambatoroka : Un homme mort calciné dans l’incendie de sa maison

Un incendie mortel s’est produit jeudi 08 janvier dans le fokontany d’ambatoroka. Un homme âgé de 43 ans a été calciné dans sa maison qui a pris feu dans la nuit. Selon les témoignages des riverains, le feu qui s’embrasait très vite  s’est déclaré vers 21 heures. Ainsi, des habitants du quartier se sont donné la main pour maitriser la situation avec leur moyen de bord. En effet, le feu était déjà éteint quand des sapeurs-pompiers de Tsaralàlana ont débarqué sur le lieu. Les soldats du feu  n’ont plus alors à faire que de  constater les dégâts. C’était à ce moment que la dépouille de ce père de famille a été  retrouvée  près de la porte carbonisée de la maison. Ce fait permet de penser que la victime a tenté de s’échapper. Il n’a pas pu à cause de l’intensité des fumées qui ont envahi la pièce. «Cet homme aurait dû être sauvé si la porte n’était pas fermée de l’intérieur car pendant l’opération de secours, des habitants ont tenté de l’ouvrir mais en vain. », a estimé un proche de la victime venu récupérer le corps  à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à Ampefiloha. Pour le moment, la cause exacte de l’incendie n’est pas encore déterminée. Mais, les proches de la victime n’écartent pas la possibilité d’un feu de bougie non maîtrisé. Selon les informations, le défunt habitait avec son fils de 12 ans dans cette maison. Mais, la nuit du drame, ce dernier n’était pas chez lui car il était parti dormir chez sa grand-mère.

T.M.

Midi Madagasikara6 partages

Institut Pasteur de Madagascar : Nouveau programme de développement de partenariats

La cérémonie officielle d’hier à l’IPM Avaradoha.

Une dizaine de donateurs sont les premiers à avoir adhéré au nouveau programme de développement de partenariats de l’Institut Pasteur de Madagascar.

Un nouveau programme de développement de partenariats vient d’être lancé par l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM). La démarche vise à rassembler ceux qui souhaitent soutenir l’IPM dans la réalisation de ses différentes missions de santé publique, de recherche et de formation. Ce soutien peut s’exprimer par le biais d’un don régulier – concrétisé par l’adhésion au programme des donateurs – d’un don ponctuel en nature ou en numéraire, ou d’un don ciblé sur une action particulière. Hier, une cérémonie en l’honneur des premiers donateurs a eu lieu à l’IPM Avaradoha où le directeur de l’établissement a pu officiellement exprimer  aux premiers donateurs – environ une dizaine – sa reconnaissance pour ce soutien permettant de renforcer l’action de l’IPM.

Plus connu du grand public à travers ses activités de santé publique, notamment les services proposés par le Centre de Biologie Clinique et le centre de vaccinations internationales, l’IPM compte également une dizaine d’Unités couvrant divers domaines de recherches, et contribue au développement de la formation. C’est à ce titre que l’IPM reçoit plus de 250 étudiants et stagiaires malagasy , et offre des bourses d’études chaque année.

Soutien durable. « En tant qu’établissement scientifique privé malgache à but non lucratif et reconnu d’utilité publique, l’IPM est habilité à recevoir tous types de dons », précise l’établissement. Ces dons peuvent être ciblés au profit d’une opération spécifique ou d’un programme de recherche. Quant aux soutiens appelés à s’inscrire dans la durée, ils se traduisent par l’adhésion au programme des donateurs à travers une contribution sous forme d’une cotisation annuelle. Les contributions, financières ou non, proviennent des donateurs tels les entreprises privées, les associations, les organisations non-gouvernementales ou gouvernementales, et même les particuliers.

Recueillis par Hanitra R.

News Mada4 partages

Financement : BNI actionnaire de Miarakap

La BNI Madagascar est désormais présente dans le capital de Miarakap, le premier fonds d’investissement à impacts, dédiée au financement et à l’accompagnement des Petites et moyennes entreprises (PME) et des Start-up à Madagascar.

«Au-delà des aspects purement financiers du projet destiné à investir dans le capital de PME à fort potentiel, la quête d’impacts économiques, sociaux et environnementaux pérennes pour le pays a séduit la banque et l’a amenée à prendre très rapidement la décision de faire partie du premier fonds d’investissement de ce type à Madagascar», ont avancé les responsables au niveau de la banque, à l’occasion d’une rencontre organisée dans ses locaux à Analakely, jeudi dernier.

La BNI apportera ainsi à Miarakap et aux entreprises, dans lesquelles elle investit, son expérience de l’environnement et du tissu économique des régions de Madagascar.

Miarakap est la première société d’investissement à impacts, dédiée au financement et à l’accompagnement des PME et des Start-up à fort potentiel à Madagascar. Cofondée en 2017 par Investisseurs Partenaires (IP), Emmanuel Cotsoyannis et un groupe d’investisseurs malgaches, Miarakap apporte du capital et de l’accompagnement à des entrepreneurs potentiels pour les soutenir dans la réalisation de leurs projets de croissance.

Riana R.

L'express de Madagascar3 partages

Institution – La HCC en quête de crédibilité

Réveil. La Haute cour constitutionnelle redore son blason. Au grand complet à partir de ce jour suite à la prestation de serment de Tahiana Rabetokotany hier, le président de cette institution, Jean Eric Rakotoarisoa a profité pendant son allocution de rappeler les rôles et attribution de la HCC. « Il est indiscutable que la HCC soit l’architecte et le garant de l’État de droit et la bonne gouvernance», a-t-il soutenu.

En présence du président de la République et quelques chefs d’institutions, le président de la HCC a démontré la pertinence de l’institution qu’il dirige. « Il est difficile de juger, surtout de sortir des décisions de qualité. La HCC veut prouver sa crédibilité. Le mandat d’un haut conseiller constitutionnel n’est pas renouvelable. Ainsi, le souci d’être reconduit est exclu. Ainsi, la totale indépendance est requise », a-t-il ajouté.

Ternie par son mutisme sur l’application de l’article 54 de la loi fondamentale, la décision controversée sur la motion de déchéance du président de la République en 2015, les avis de la HCC sont décisifs en termes d’élection. En cette année électorale, l’indépendance de la HCC est indispensable, d’autant que les crises récurrentes suite aux élections ont comme source, dans une large mesure, la contestation des décisions de la HCC. Ayant validé les résultats controversées des élections, des soulèvements populaires ont suivi les deux années  d’après. « ll n’y a pas de juridiction parfaite et cela est d’autant plus difficile pour un haut conseiller qui est soumis à des pressions, des menaces ou de la tentation. Il faut lutter contre tout cela », a poursuivi Jean Eric Rakotoarisoa.

Dans la pratique, la HCC a effectivement émis des avis pertinents par rapport aux décisions du Parlement. Ainsi, certains ministères ont dû revoir leurs copies en ce qui concerne les projets de lois. Il s’agit notamment de la loi sur le jugement supplétif et l’opération carte d’identité nationale. Les instigateurs de la loi sur les zones économiques spéciales  ont également corrigé certains articles. Il en est de même pour la loi sur le développement de l’industrie. Avec des explications claires sur le motif du refus, la HCC a ainsi démontré sa crédibilité. Nommés pour un mandat de sept ans, les hauts conseillers joueront davantage un rôle primordial dans les prochaines années.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara3 partages

Judo tour : Antsirabe pour la version 2018

La ligue de Vakinankaratra de judo avec Emy Ralevazaha sera à l’honneur cette année avec le système de Judo tour.

Ce sera une compétition sur 10 jours avec plusieurs offres en plus du judo. « Le judo tour aura lieu à Antsirabe cette année, durant les grandes vacances », a expliqué Raoelison Vola. Grandes vacances ? Donc comprendre « à partir du mois d’août au plus tôt ». Des rencontres seront prévues en plus du stage intensif de judo. Selon la présidente de la ligue Analamanga « le judo tour camp est un camp de judo durant les vacances et conçu pour les catégories d’âge de benjamins à cadets. Cela a débuté à Toamasina et fera le tour de Madagascar »

Initié par Maître Manitra Razafimanantsoa en collaboration avec la Fédération malagasy de judo et la ligue d’Analamanga de judo, le judo tour invite tous les amoureux de cette discipline ainsi que tous les coaches de Madagascar.

Echanges d’expériences avec des champions, des médecins, des agents du ministère. Ajoutez-y des compétitions, des visites touristiques avec les parents, les coaches et les techniciens…Le stage n’est pas gratuit comme partout ailleurs et les places sont limitées.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara3 partages

Cinéma : Le visuel des Rfc dévoilé

Le visuel de la 13è édition

A deux mois de l’évènement, le visuel pour le festival panafricain Rencontres du film court vient d’être dévoilé. Pour cette 13è édition, l’Aloalo de Nah Randira couvrira les affiches et les vidéos. Nah Randria est un graphiste qui vit et travaille à Antananarivo. Consacrant dès lors, toutes ses activités dans ce domaine du multimédia, il travaille dur pour s’y perfectionner.

Le totem venant de la culture Mahafaly et Antandroy du Sud de Madagascar relatera la culture malgache tout au long du festival. Il s’agit d’un ensemble de bois sculptés composés de plusieurs figures et surmontés, généralement, d’un ou plusieurs zébus pour symboliser les exploits et la richesse d’une personne de son vivant.

Actuellement, les appels à films, visuels et la présélection terminés, la préparation du festival rentre dans la phase de délibération. Les dernières nouvelles du festival sont désormais disponibles sur le nouveau site en ligne et les films en compétition pour la XIIIe édition des RFC seront connus bientôt.

Zo Toniaina

News Mada2 partages

Sava : la vindicte populaire en filigrane

La confiance de la population dans les zones de plantation de vanilles à Sambava en la justice tend de nouveau à se perdre, suite à des affaires ayant trait à la filière. Des zones d’ombre planent, effectivement, sur le secteur où la Justice est soupçonnée de prise de décisions arbitraires.

La vindicte populaire risque de revenir en force dans la région Sava, suite aux mécontentements provoqués par la relaxation d’un opérateur de vanilles, pris en flagrant délit de préparations de 250 kilogrammes de produits immatures, par le Groupe d’appui de la police judiciaire (GAPJ) de la gendarmerie locale, au début du mois.

Sa présence à son domicile, à moins d’une semaine du placement en détention provisoire annoncé à l’issue de sa présentation au Parquet, a surpris les habitants de Sambava qui sont devenus pointilleux sur les affaires touchant ce secteur économique porteur. Les éléments des forces de l’ordre n’ont rien commenté sur les polémiques engendrées par la situation, malgré les efforts gaspillés lors des investigations, partant de simples renseignements fournis par des collaborateurs civils, ayant abouti à la saisie de ce lot estimé à plus de 250 millions d’ariary de produits illicites.

Manque de crédibilité de la J.ustice

Les planteurs de Sambava n’arrivent pas à s’expliquer les raisons motivant la mise en liberté provisoire de cet opérateur indélicat, considéré comme étant l’un des commanditaires des vols de vanilles vertes à l’origine des troubles sociaux dans la région, depuis des mois, tandis que les voleurs simples exécutants restent sous les verrous pour des valeurs moindres.

En fin de semaine, en effet, des individus, arrêtés avec 10 kilogrammes de vanilles vertes, et trois autres, en ayant cueilli 4 kilogrammes, ont été interpellés et placés sous mandat de dépôt, contrairement à ce caïd qualifié de «gros poisson» par la population.

Les rumeurs d’un retour au système de lynchage public circulent actuellement au sein des victimes qui commencent à se douter de l’impartialité et de l’efficacité de la Justice en la matière.

Manou

News Mada1 partages

Marche des télé communications : Orange consolide sa position

Orange fête ses vingt ans de présence à Madagascar cette année. Le dynamisme de l’opérateur à travers les services proposés durant ces deux décennies lui a permis de se placer en meilleure position sur le marché de la télécommunication dans la Grande île.

Cette année encore, Orange compte renforcer sa présence à Madagascar. Le groupe a même décidé de s’investir dans d’autre secteur, notamment dans l’énergie. Et l’an prochain, Orange prévoit de proposer  un service de microcrédit auprès de sa clientèle Malgache.

 «Orange est présent à Madagascar. On compte rester et investir dans le pays», a déclaré le PDG du holding Afrique et Moyen-Orient d’Orange, Bruno Mettling lors d’une rencontre avec la presse  jeudi dernier, à l’occasion de son passage à Madagascar.

Fly lion 3 

Cette personnalité a également abordé le projet Fly lion 3, un câble sous marin qui va relier Mayotte et Comores, avec un raccordement sur Madagascar.

 «Fly lion 3 est d’un enjeu très important pour Madagascar. Car à l’heure où le trafic se développe assez rapidement, il est indispensable de sécuriser l’accès à internet à Madagascar en développant une liaison par câble sous marin sur la côte Est. Cela a plusieurs avantages pour le pays qui fait face souvent à des aléas climatiques défavorable», a-t-il soutenu.

Bruno Mettling d’enchaîner que «Le consortium est sur le point de conclure les dossiers relatifs à ce projet actuellement. Tous les éléments ne sont pas encore réunis en raison de petites difficultés avec les Comores. Mais on devrait confirmer la décision de réaliser le projet avant la fin du premier trimestre. Il sera opérationnel fin 2019 ou début 2020».

Concernant la décision de la Chief executive officer (CEO) de Mauritius Telecom d’abandonner la marque Orange, Bruno Mettling a expliqué qu’il s’agit d’«une décision qui peut se concevoir. Mais qui nous quand même surpris car il n’y a pas eu d’étude préalable approfondi pour justifier l’abandon de la marque».

Avant d’ajouter que «Orange a largement participé au développement de Mauritius télécom, qui a été un très beau succès dans l’océan Indien. C’est vrai qu’on est amené à préciser aux responsables de Mauritius télécom l’intérêt d’avoir une coopération loyale avec Orange. Nous sommes quand même confiants concernant la qualité du dialogue au sein du conseil d’administration avec les partenaires qui va permettre de trouver une solution plus apaisée».

Riana R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Centre Technique National de CarionMpiofana 25 mianadahy no notolorana marim-pankasitrahana

Mpanazatra sy préparateur physique amin’ny taranja baolina kitra niisa 25 mianadahy (vavy 1) no nisitraka ny fiofanana “préparateurs physiques” notarihan’ilay Instructeur Fifa, Michel Zitschard teratany Soisa ka notolorana sertifika mikasika izany omaly zoma,

Ntsoavina Evariste

 

L'express de Madagascar1 partages

Infrastructure routière – Les réhabilitations en cette période laissent perplexe

Sceptique. La confédération des entrepreneurs en bâtiment (FPME BTP) tire la sonnette d’alarme. Unanimement, tous les membres de la confédération qui se sont réunis hier au Pic Vert Ambatobe ont exprimé leur position par rapport à la situation actuelle en matière d’infrastructure routière. « Nous proposons aux autorités compétentes d’adopter d’autres alternatives n’incluant en aucun cas la réhabilitation des routes en période de pluie. Une simple suggestion par rapport aux contextes de délabrement de toutes les routes du pays », explique Berthin Randriamihaingo, président du conseil d’administration de la FPME BTP. La fédération a aussi mis l’accent sur la continuité par rapport à la solution de construction de route en béton. « Le projet pilote de réhabilitation de l’axe Ambohimahasoa vers Fianarantsoa a montré ses preuves, pourquoi ne pas continuer dans ce sens ? », soulignent les techniciens membres de la fédération.

Par ailleurs, certains de ces membres déplorent tout de même la persistance d’arriéré de paiement de la part des autorités que certains entrepreneurs enregistrent encore. « La confédération travaille en complémentarité avec les autorités compétentes, il serait ainsi avantageux de solutionner ces malentendus », conclut le président du conseil d’administration de la FPME BTP.

Harilalaina Rakotobe

 

 

Madaplus.info0 partages

Orientation estudiantine : Une séance d’orientation des lycéens à l’université d’Antananarivo

De plus en plus, des jeunes diplômés restent chômeurs actuellement à cause du mauvais choix dans les études supérieures, raison pour laquelle une séance d’orientation des lycéens a eu lieu à l’université d’Ankatso. Cette séance d’orientation scolaire et professionnelle entre également dans le cadre de la promotion du PSE.
Ce sont principalement la filière médecine et celle du droit qui intéressent le plus les étudiants a expliqué la Direction de la formation de masse auprès du Ministère de l’Education Nationale. Plus de 300 mille nouveaux diplômés arrivent chaque année sur le marché du travail à Madagascar. Plus de la moitié d'entre eux sont pourtant au chômage à cause de l'inadéquation des formations suivies par rapport aux offres de travail disponible. L’objectif de cette séance est d’orienter ces lycéens à faire le bon choix de filière. À compter de cette année scolaire, chaque département auprès de l'université d’Ankatso a fait connaître les cursus existants ainsi que les modalités d'entrée dans les différentes facultés. A cela s'ajoute la visite de chaque département pour mieux éclairer aux lycéens du monde qui les attend pendant les études supérieures d'après toujours les précisions.
L'express de Madagascar0 partages

Musique  - Jaojoby et ses compagnons honorent le salegy

Un concert comme un vibrant hommage aux légendes du salegy est à découvrir. Un évé-nement inédit durant lequel ils mettront surtout en avant les valeurs de la culture malgache. 

Des retrou-vailles qui s’affirment déjà comme un véritable moment de grâce pour ces artistes légendaires que sont le Roi du salegy Jaojoby, le Grand maître Tianjama, l’électrisant Mily Clément, l’infatigable Din Rotsaka et l’attrayante Ninie Donia. Le concert qui sublimera la scène du palais des Sports et de la Culture Mahamasina ce 25 février à 14h30 s’annonce explosif, tout en affichant un profond respect pour ces artistes intemporels. Intitulé « Les légendes du salegy », il s’agit d’un rendez-vous exclusif organisé par M. Production, qui bien au-delà de son aspect festif, s’annonce également comme chaleureux et promoteur des valeurs traditionnelles de la culture malgache.À l’occasion, ils seront ainsi cinq artistes émérites à se relayer sur la scène jouant de leur talent, ainsi que de leur personnalité propre, mais surtout en partageant au public les vraies valeurs de leur culture musicale à travers le salegy où le respect des traditions importe le plus. « Il importe plus que jamais de contribuer à l’émergence de notre culture face à la mondialisation. On salue ainsi vivement cette initiative, qui sera l’occasion pour nous de promouvoir de la plus belle des manières notre richesse culturelle grâce aux mélodies du salegy » souligne Jaojoby face à la presse, hier.Outre le fait de festoyer dans la joie et la bonne humeur, mais aussi dans l’euphorie la plus totale.

Tradition du salegyCe concert, qui égayera le palais des Sports et de la Culture, promet également un doux voyage nostalgique dans le temps, à travers le répertoire de ces légendes, durant cinq heures de show non-stop. Le Grand Maître Tianjama, qui retrouvera ainsi à l’occasion, pour la première fois, le public tananarivien après plus de deux décennies, a hâte de réjouir à nouveau ce dernier de son fameux « Donia regarega ».Il affirme que « Le salegy» coule dans nos veines, on vit et on respire pour cette musique avec laquelle on s’est épanoui en tant qu’artiste, mais aussi en tant que personne. Grâce à cette musique, on a pu forger la renommée de notre pays partout dans le monde. J’invite ainsi la jeune génération à en faire de même, à nous rejoindre et à s’imprégner des valeurs du salegy ». Une affirmation à laquelle Jaojoby ajoute :« D’autant plus que dans les quatre coins de la Grande île, nombreux sont les genres musicaux à tirer leurs racines du salegy. Pour ma part, il importe ainsi d’honorer le salegy, car il est propre à notre identité culturelle. Durant ce concert, aux côtés de mes amis, on revisitera ainsi ensemble toute cette historique du salegy ».

Andry Patrick Rakotondrazaka

News Mada0 partages

Taona 2017 : nampiditra 3.000 miliara ariary ny harena an-kibon’ny tany

Nandritra ny fifampiarahabana noho ny taona vaovao 2018, eo anivon’ny minisiteran’ny harena an-kibon’ny tany sy ny solitany, nitondra fanazavana maro ny minisitra Zafilahy Ying Vah momba ny taona 2017 sy ny miandry amin’ny ho avy. « Raha jerena ny taona 2017, nampiditra 3.000 miliara Ar ny harena an-kibon’ny tany. Tsy ampy anefa izany fa ny tanjona, tokony hampiditra miliara dolara raha ny fananan’i Madagasikara karazany betsaka amin’ity harena ity”, hoy ny minisitra.

Amin’izao fotoana izao aloha, ny fitrandrahana madinika no tena mampidi-bola betsaka, ohatra, ny amin’ny volamena, nahazoana tatitra 2.833 kg. Sambany nahazoana amina taonina ny volamena voatrandraka, efa nisy fotoana aza, ny taona 2008, tsy nisy afa-tsy 50 kg monja izany”, hoy ihany ny minisitra Zafilahy Ying Vah. Nohamafisiny fa mbola asan’ireo mpitrandraka madinika ny betsaka amin’ireo volamena ireo. Tokony ho fantatra mazava ny fivoahan’ireo harena ambanin’ny tany rehetra sy ny lalam-barotra momba izany.

Eto Madagasikara, tsy mora ny fanaraha-maso ny volamena sy ny vatosoa, mahatonga kolikoly isan-karazany, mamono antoka ny firenena. Ezahina ny fanaraha-maso rehetra amin’izany, antony nanapariahana birao momba ny fananan-tany any amin’ny faritra, araka izay tratra aloha amin’izao fotoana izao. Nosoritana manokana ny tokony hisian’ny fiaraha-miasa matotra amin’ny minisiteran’ny Atitany, faritra, mpitandro filaminana, fadintseranana, miaraka amin’ny polisy momba ny harena an-kibon’ny tany.

Ambany vidy ny safira mivoaka eto

Maro ny votosoa, olona any an-kafa ny misandoka ho nivoahan’izany vatosoa izany ny firenena misy azy. Miteraka fatiantoka lehibe ho an’ny eto an-toerana koa izany. 40 % amin’ny safira, ohatra, avy eto Madagasikara, nefa tsy voahodina eto an-toerana fa izy mbola tsy voadio no mivoaka maro avy eto amintsika, izany hoe, ambany vidy. Misy izao ny IGM, mametraka rafitra hisian’izay fiarovana ny avy eto an-toerana izay, mba tsy ho ny any an-kafa no mahita tombony amin’ireo vatosoa avy eto an-toerana.

Tokony ho sarotiny hatrany isika amin’ity fitrandrahana harena ambanin’ny tany ity, satria harena tsy havaozina izany, rehefa tapitra dia izay, tsy miverina intsony. Koa tokony hohararaotintsika ny vola azo avy amin’izany hanaovana tetikasa maro hisian’ny fampandrosoana maharitra ho an’ny taranaka any aoriana”, hoy ny minisitra Zafilahy Ying Vah. Raha fintinina, harena tokony hanehoana fitiavan-tanindrazana sy ny taranaka any aoriana.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tatitry ny EDBM taona 2017 : nahasarika vahiny mpampiasa vola maro ny eto Madagasikara

Nihatsara ny ezaka vita eto Madagasikara, ny taona 2017, amin’ny fisarihana fampiasam-bola ataon’ny EDBM (Economic Developement Board of Madagascar). Nampahafantarina, omaly, ny momba ireo mpandraharaha  vaovao niditra amina sehatra samihafa.

 Nandritra ny taona 2017, tsy latsaky ny 50 ireo mpandraharaha mpampiasa vola nifandray amin’ny EDBM. Maro amin’izy ireo ny avy any Azia :  Inde, Chine, Japana ; ny avy any Afrika : Rwanda, Egypta, Tanzania, Afrika Atsimo, Kenya ; ny avy aty amin’ny ranomasimbe Indianina : Maurice sy Mayotte, ary ny avy eto Madagasikara ; ny avy any Eoropa sy Amerika : Frantsa, Angletera, Italia, Alemaina, Espaina, Kanada ary Etazonia. Samy mahasintona ireo mpampiasa vola rehetra ireo ny eto Madagasikara.

Orinasa mahakasika sehatra samihafa ny misy azy ireo, toy ny amin’ny faritra afakaba mpanao lamba, mahatratra 80 %. Fantatra ihany koa ny fananganana indostria hafa ka amina tetikasa 18, enina ny efa nisy teo aloha izay hatevenina. 19,6 tapitrisa dolara ny fampiasam-bola amin’izany, heverina hanome asa vaovao 8.500, ary asa 2.000 ny avy amin’ny orinasa madinika nampiasam-bola 2,3 tapitrisa dolara.

Betsaka ny hiditra amin’ny fizahantany

Nasian’ny EDBM fanazavana manokana ny sehatry ny fizahantany, betsaka ny azo idirana eto an-toerana. Nosoritan’ny EDBM amin’izany ny fampifandraisana ny avy any ivelany sy ny eto an-toerana. Manaiky izany ireo mpandraharaha vahiny matanjaka. Ho fanomezan-danja izany sehatry ny fizahantany izany, nandraisana anjara ny fihaonana iraisam-pirenena, toy ny “African hotel investment”, ny oktobra 2017 tany Rwanda. Narahina tamin’io fotoana io ny tohin’ny fandalovan’ireo mpandraharaha manana trano lehibe fandraisam-bahiny eto Madagasikara.

Mbola maro ny hitsidika eto an-toerana amin’ity taona 2018 ity, misy ireo manohy ny efa nataony ny taona 2017. Nilaza ho vonona hampiasa vola eto Madagasikara izy ireo amin’ny alalan’ny tahiry iraisam-pirenena (Fonds d’investissement internationaux Pennroyal Gibraltar, Beaufort global parteners, Westmont hospitality Africa, sns).

Nasian-teny ny fambolena sy ny fiompiana

Nasian-teny koa ny fambolena sy ny fiompiana, fiasan’ny Malagasy maro anisa. Misy ny tetikasa iray ho fampitomboana ny fari-piainan’ny tantsaha  (Projet de croissance agricole et de sécurisation foncière). Atao hanome lanja ny vokatry ny fambolena sy fiompiana  eto Madagasikara izany Casef izany, hifaninana amin’ny hafa. Manohana izany ny EDBM eo amin’ny lafiny varotra. Ny GIZ, manampy amin’ny fanatsarana ny voly lavanila sy mampifandray ireo mpamokatra azy amin’ny mpandraharaha any ivelany. 11 ny orinasa niforona amin’izany famokarana lavanila izany, ny taona 2017.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Tahotra amin’ny fifidianana… : antoko maromaro hamondron-kery amin’ny HVM

 Kely vovok’aina na tahotry ny handeha irery  sy  tsy fahasahiana misedra safidim-bahoaka  ny sasany ?  Tsy an-kiato  ny fivorian’ireo antoko maromaro hanambatra hery,  ho vovonana  iray hiara-dalana amin’n y HVM amin’ny fifidianana.

Nitohy tetsy Anosy ny fihaonana, afakomaly, ary  tanjona amin’izany  ny hanohanana kandidà tokana hiatrehana ny fifidianana. “Misy mantsy ireo mitady hanakorontana”, hoy  ny filoha nasionalin’ny HVM,  Rakotovao  Rivo.  Voalaza koa fa hiaro ireo ambara fa zava-bitan’ny fitondrana  izany vovonana izany. Anisan’ny mivonona ny hanohana izao fitondrana izao ireo elatra Mapar , niala amin-dRajoelina. Eo koa ny TGV teo aloha, Rakotomavo Lanto, mitarika ny Movma.  Ireo nisintaka tamin-dRavalomanana, toa an-dRakotoarisoa Yves Aimé. Ny  avy amin’ny MDM, Rajaonarivelo Pierrot. Manampy ireo ny kandidà tsy lany tamin’ny fifidianana filoham-pirenena ny taona 2013, Randriamampionona Joseph Martin  na i Dadafara. Ankoatra  ireo ny ben’ny Tanàna sasany…

 Tsy matoky tena ny HVM…

 Efa nialohavan’ny fanendrena ireo mpanao politika  sasany ho mpanolotsaina any an-dapa izany rehetra izany. Anisan’izany Rakotonirina Manandafy sy  ry Vaovao Benjamin… Araka izany, tsy matoky tena  amin’ny  hiatrehana ny fifidianana ny HVM, manoloana izao fahantran’ny  vahoaka sy olana samihafa eto amin’ny firenena izao. Mitady vonjy sy manangana karazana vovonana, ahitana mpanao politika tsy maharesy lahatra ny  vahoaka  na koa efa naloany. Mbola hanohy izao fampahantrana vahoaka izao  izany ny fitondrana HVM ? Ny tsy fandriampahalemana sy  ny tsy filaminana, indrindra ny fakana an-keriny.  Ireo raharaha marobe tsy mazava, vitavita ho azy  na very anjavony. Ny fiakaran’ny vidim-piainana sy ny fiondranan’ny harem-pirenena antsokosoko. Ny kolikoly mahenika ny sehatra  rehetra…

Randria

 

News Mada0 partages

Manahy tsy hahazo karama ny mpiasan’ny CUA

Nanambara, ny eo anivon’ny Sendikan’ny mpiasan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (SMKAR),  omaly fa manahy amin’ny karamany.  Nambarany fa efa vonona tamin’ny desambra 2017 ny tetibolan’ny kaominina.  Nilaza anefa ny préfet de police fa tokony hahemotra ny  janoary 2018 ny fandaniana izany. “Efa lany tamin’ny volana janoary teo izany tetibola izany ary efa nalefa any amin’ny prefektiora. Tsy mivoaka any amin’ny préfet anefa izany  hatramin’izao.  Tsy fantatra na ekena na tsia ny maha  ara-dalàna izany… Tsy manana tetibola efa ho iray volana sy tapany izao ny CUA. Tsy afaka mampiditra na mamoaka vola ny mpitantana”, hoy  ny sekretera jeneralin’ny  SMKAR, Rafanomezantsoa Mamy, omaly tetsy Analakely. Manahy  izy ireo fa mety tsy handray karama ny mpiasa. “Hiantraika amin’ny vahoaka izany satria manao asam-bahoaka izahay. Fotoana fanaovana ny antontan-taratasy samihafa  izao”, hoy izy. Miantso ny fanjakana izy ireo tsy hampiditra resaka politika momba izany, fa lasa sorona ny mpiasa sy ny vahoaka.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra afrikanina : manantena ny Fosa sy ny Cnaps Sport ny Malagasy

 Hanamarika ity faran’ny herinandro ity ny fanombohan’ny fifanintsanana eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka sy ny “Amboaran’i Afrika”, taranja baolina kitra. Miandrandra ny Fosa Jr sy ny Cnaps Sport ny vahoaka malagasy.

 Hifantoka amin’ny lalao savaranonando mandroso, eo amin’ny fifanintsanana afrikanina taranja baolina kitra, avokoa ny sain’ny vahoaka malagasy, amin’izao faran’ny herinandro izao. Hisantatra izany, amin’ity asabotsy ity, ny Cnaps Sport, eo amin’ny fiatrehana ny ho tompondakan’i Afrika “Ligue des champions”. Handray ny KCCA Ogandà ny ekipa tompondakan’i Madagasikara. Fihaonana, hotontosaina eny amin’ny kianja Complexe sportif Vontovorona.

Efa vonona ny ekipa malagasy hiatrika izany lalao izany. Ny Ogandey ihany koa, efa tonga eto an-toerana, ary nitsapa ny kianjan’i Vontovorona, omaly zoma. Ry zareo KCC  izay manambony tena mitovy amin’i Barcelone. Nambaran’izy ireo, tamin’izany, fa tsy mahafantatra ny ekipan’ny Cnaps Sport izy ireo. Ny zava-bitan’ny Barea de Madagscar ny hany fantatr’izy ireo sy ireo mpilalao sasany ao anaty ekipam-pirenena malagasy. Nohamafisiny fa tsy hiaro tena izy amin’ity lalao anio ity fa tena hanafika ary hitady fandresena. Tsiahivina fa 18 ny mpilalao mandrafitra ny KCCA Ogandà, ary manodidina ny 25 taona ny salan-taon’izy ireo.

Ho an’ny Cnaps Sport indray, efa vonona hatry ny ela ny mpilalao hiatrika an-dry zareo Ogandey. Ambony ny môraly ary tapa-kevitra ny handresy. Miandry ny fahatongavan’ny mpijery sisa izay hany angatahin’izy ireo hanohana hatramin’ny farany.

Rahampitso kosa vao hiaka-tsehatra ny Fosa Junior, eo amin’ny fiadiana ny amboaran’ny kaonfederasiona  ka hifandonany amin’ny FC Léopard-n’i Kenya. Omaly no tonga  any Nairobi ny delegasiona malagasy. Salama tsara avokoa izy ireo ary vonon-kandresy an-dry zareo Kenyanina. Ao amin’ny kianja Bukhungu Stadium ao Kakamega no hanaovana ny lalaon’ny roa tonta.

Tompondaka

News Mada0 partages

Année électorale : la crédibilité de la HCC scrutée de près

La HCC risque de faire face à des défis de taille cette année. Qu’il y ait ou non des élections.

La cérémonie de prestation de serment d’un membre de la Haute cour constitutionnelle (HCC), hier à Ambohidahy, a été une occasion pour le président de cette institution, Jean-Eric Rakotoarisoa, d’éclairer l’opinion sur les responsabilités des juges constitutionnels et les défis auxquels ils font face.

«Il est incontestable que c’est à la HCC de garantir et de jeter les bases du respect de l’Etat de droit», a déclaré le numéro un de la HCC, lors de son allocution.

Il a annoncé que, comme dans d’autres pays, la HCC a pour mission de sauvegarder la démocratie dans le respect des lois, comme c’est le cas lors des  élections. Par conséquent, il faut que la confiance règne et que les décisions de la HCC soient impartiales.

Débats

A la fois redoutées et critiquées, les décisions de la HCC soulèvent généralement des débats, notamment au sein de la classe politique. Et pour cause, souvent, ces décisions suscitent l’incompréhension. Légitime ou non, deux cas illustrent ce constat.

La première concerne l’avis du 29 avril 2015 sur la constitutionnalité de la création d’un groupe parlementaire dont les membres sont issus d’un autre groupe parlementaire portant la même dénomination mais différenciée seulement par un numéro d’ordre. La HCC avait alors balayé d’un revers de la main le mandat impératif des élus.

La seconde, concerne la décision n°24-HCC/D3 du 12 juin 2015 relative à la résolution portant mise en accusation du président de la République selon laquelle, «Les institutions de la République œuvrent en faveur d’un pacte de responsabilité, garant du bon fonctionnement de l’Etat, dans le cadre de la Constitution en vigueur». Le pacte de responsabilité n’a jamais été appliqué.

Cette année, qui devrait être une année électorale, les juges constitutionnels auront  en tout cas la lourde tâche de trancher sur des multiples débats dont, entre autres, la recevabilité des candidatures ou encore la publication des résultats finaux. Sur ce point, les juges d’Ambohidahy devraient batailler pour avoir la confiance de la population à travers leurs décisions.

Hier, en tout cas, l’ancien vice-président de l’Université d’Antananarivo a déclaré que ce n’est pas facile de juger et que, «c’est encore plus difficile pour les juges constitutionnels qui pourraient faire l’objet de pression, de menace, ou encore leur occasionner de tentations».

Rakoto

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : tafita ny Chicago sy ny AS Victoire

Notanterahina, omaly zoma tany amin’ny kianja Diana, ny lalao ampahefa-dalana, amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, taranja basikety ho an’ny faritra avaratra. Tafita hiatrika manasa-dalana, ny AS Chicago Diana sy ny AS Victoire Boeny. Azo lazaina fa voahaja ny lôjika, tamin’ity. Adin’ny samy Diana ny lalao voalohany. Lavon’ny AS Chicago, tamin’ny isa 78 no ho 62, ny DCA. Niezaka nanohitra an-dry zareo Chicago tamin’ity ny DCA, saingy nanantombo teo amin’ny traikefan’ireo mpilalao ny ekipan’i Boeny.

Nifandimbiasana ny nitarika ny isa teo amin’ny tapa-potoana roa voalohany, saingy niseho amin’izay ny fahaiza-manaon’ny Chicago, teo amin’ireo “quart temps” roa farany. Nanomboka nisy ny elanelana, teo amin’ny roa tonta, nandritra ny tapa-potoana farany, izay nanjakan’ny mpilalaon’ny Chicago.

Tsy niady mihitsy kosa ny lalaon’ny AS Victoire sy ny ESA Sofia. Nazava ny fandresen’ny  Victoire, tamin’ny isa tataka be, 70 no ho 48. Toy ny nanao fanazarantena fotsiny ry zalahy, satria nitarika anisa hatrany, tamin’ireo tapa-potoana efatra nilalaovana.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Judo- Paris : Mihanta et Brenda ouvrent le bal

Un trio composé de Fetra Ratsimiziva, chez les hommes et de Brenda Andriatiana ainsi que Mihanta Andriamifehy, chez les femmes, forme le contingent malgache au Grand Slam de Paris qui se déroule ce week-end dans la capitale française. Si Fetra Ratismiziva et Brenda Andriatiana sont des habitués de ce grand rendez-vous en totalisant chacun six participations, Mihanta Andriamifehy, en est à son baptême de feu.

Un rêve qui est devenu une réalité pour cette jeune judokate qui débute sa première année chez les seniors. En effet, d’après le programme de la compétition, elle et sa consœur, chez les -57 kg, monteront sur le tatami, ce jour, au même titre que l’ensemble des catégories de poids légers, allant des -48 kg au -63 kg.

Côté hommes, engagé chez les -81 kg, Fetra Ratsimiziva foulera le tatami parisien pour la sixième fois de sa carrière, demain, depuis ses premiers pas en 2012. Les trois judokas visent le même objectif, celui de passer le premier tour après plusieurs tentatives ratées lors des éditions précédentes.

Quoi qu’il en soit, la présence de deux judokates issus d’une même catégorie de poids dans un circuit mondial est du jamais vu. Une grande première dans les annales du judo malgache.

Naisa

News Mada0 partages

Handball : un agenda bien rempli

Bien qu’écarté de la liste des disciplines engagées aux prochains Jeux africains de la jeunesse, le handball malgache va de l’avant. Pour cette saison, la Fédération malgache de handball (FMHB) met les bouchés doubles, en proposant différentes compétitions, niveaux national et continental.

La qualification pour l’IHF Trophy continental inaugurera la saison de compétitions, du 26 mars au 4 avril, au palais des Sports de Mahamasina, où les équipes nationales masculines, cadets et juniors, seront à l’affiche.

Encore un rendez-vous majeur attend les jeunes handballeurs chez les cadets, du 20 au 28 avril, à Djibouti, où se tiendront les Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien, suivis du Championnat scolaire, du 29 septembre au 9 octobre. Le calendrier du Championnat de Madagascar jeunes, par contre, reste à redéfinir pour éviter un chevauchement avec le sport scolaire.

Les seniors renoueront avec une compétition nationale lors du Championnat de Madagascar, du 24 octobre au 4 novembre. Un tournoi qualificatif pour la Coupe des clubs de l’océan Indien que Madagascar abritera du 24 novembre au 2 décembre.

Naisa

 

News Mada0 partages

Sambany hiaka-dapa… : hiray sehatra ireo andrarezin’ny salegy

Nofinofin’ny maro ity hotanterahina ity… Sambany eo amin’ny tantarany no hiakatra ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina ka hasongadina manokana mihitsy ny salegy. Nantsoina ihany koa ireo andrarezina amin’ity mozika ity, hizara ny kantony amin’io. Araka izany, hiray sehatra ry Jaojoby, Mily Clément, Tianjama, Din Rotsaka ary Ninie Donia. Hotontosaina ny alahady 25 febroary izao ity seho miavaka ity, etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena.“Dieny mbola eto anivontsika, aleo homem-boninahitra ireo mpanakanto nahavita be. Nametraka ny mozika malagasy tamin’ny toerany izy ireo, ary fanta-daza maneran-tany”, hoy ny nambaran- dRakotondravaoharisoa Modeste, talen’ny M Production, mpikarakara ny hetsika, raha nitafa tamin’ny mpanao gazety, omaly, tetsy amin’ny Pietra Hôtel.“Tamin’izahay mbola tanora, nanahirana anay ihany ity salegy ity. Nitady ny mozika malaza maneran-tany ny mpankafy, ka tsy tian’ny olona loatra izahay nanao salegy. Efa an-taonany maro taty aoriana vao tafapetraka izany, ary isaoranay ny mpikarakara sy ny mpankafy mbola mahatsiaro anay”, hoy ny nambaran’ny Grand Maître Tianjama.“Raha ny tena izy, tokony ny fanjakana mihitsy no mikarakara azy ity. Kolontsaina malagasy no hasandratra, ka vonona izahay ny hizara izay talenta nomen-janahary”, hoy kosa ny nambaran’i Jaojoby.Araka ny fandaminana, tsy hisy fihatoana ny fampisehoana, izay haharitra ora efatra eo ho eo. “Hisy ny mpitendry voafantina hanaraka anay rehetra ireo. Misy koa ny hira izay iarahanay eny. Tsy manavao anay indray izany satria misy ireo mpitendry efa niara-niasa tamin’ireo mpandray anjara ireo. Misy koa ohatra, ny hiran’iJaojoby hataonay rehefa mampandihy, ary tahaka izany koa ny hiranay, hataon-dry zareo”, hoy ny navalin’i Tianjama, raha nanontaniana mikasika ny endriky ny fampisehoana.Marihina fa nasaina manokana amin’ny seho ny tariak Dr JB Junior, ho fanomezam-boninahitra an’I Dr JB, izay anisan’ny nitondra avo ny salegy ihany koa. Ankoatra izay, hisy ny fanomezam-boninahitra ireto andrarezin’ny salegy ireto, amin’io fotoana io.Zo ny Aina

News Mada0 partages

Dihy ankehitriny : manomana hetsika ry Saroy

Nanomboka tamin’iny volana novambra lasa iny ny fampianarana dihy ao amin’ny “section danse Zarasoa”, tarihin’i Saroy Rakotosolofo, ao amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM). Miisa 35 ireo ankizy sy tanora manaraka izany ary tsy hifarana ny fiofanana raha tsy amin’ny volana jona izao.

Na mbola misy volana maromaro aza izany fiafaran’ny fianarana izany, efa eo am-panomanana fampisehoana lehibe sahady ireo mpianatra. Eo aloha ny fandraisana anjara amin’ny fanentanana samihafa, izay toy ny fampiharana sy fanatevenana ny fahalalana ho an’ireo ankizy. Manampy izany ny fianarana ny dihy haseho ny ray aman-dreny sy ny mpankafy.

Hihazo ny any Frantsa

Araka ny fanazavan’i Saroy Rakotosolofo, efa mpandihy matihanina, misy sokajy telo ny karazan-dihy ampitaina amin’ireo ankizy: ny dihy nentim-paharazana malagasy, ny dihy afrikanina ary ny “rombo tap-dance”. Ny hampiavaka io seho amin’ny faran’ny taona io, feon-kira tendren’ny ankizy mpianatra piano no hanehoan’ireo mpanao soradihy ny fahaizany.

Marihina fa aorian’io famoahana mpianatra io, hanolotra atrikasa “vakansy” ny “section danse Zarasoa”, ny volana jolay. Ankoatra izany, mikasika ny kaompania Zarasoa, tarihin’i Saroy Rakotosolofo, hisy ny fandehanan’izy ireo any Frantsa, hizaran’izy ireo traikefa sy handraisan’izy ireo anjara amina hetsika iray, araka ny voalazan’ity mpanao soradihy ity hatrany.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Palais des sports : «les légendes du Salegy» à l’unisson

A tout seigneur, tout honneur. «Les légendes du salegy», c’est à travers cette formule que les patriarches incontestés de ce genre musical, typique de la partie septentrionale de la Grande île, vont se relayer sur la scène du palais des Sports et de la culture Mahamasina, le 25 février prochain.

Pour cette grande première, le public tananarivien aura le loisir d’apprécier, sur une même plateau, cette formation composée pour l’occasion de Jaojoby, Grand maître Tianjama, Mily Clément, Din Rotsaka et Ninie Donia. Dr JB Junior va également clamer haut et fort la richesse du salegy.

«Nous allons sortir le grand jeu pour que l’organisation de ce spectacle soit tout à fait à l’image des artistes participants», a fait savoir un responsable auprès de M Production avant d’enchaîner : «Un répertoire riche de 6 titres sera aligné pour chaque précurseur».

Endiablés

Pour les musicophiles, le roi du salegy est le surnom attribué à Jaojoby. La fièvre musicale bat son plein, partout où il va. Ayant déjà connu son heure de gloire dans les années 70, le chanteur de «Alima» occupe encore une place importante dans le microcosme de la musique à Madagascar.

Tianjama s’affirme aussi comme le «Grand maître» de ce genre musical typiquement Tsimihety. Depuis fort longtemps,  il a bâti sa réputation grâce aux rythmes endiablés du salegy. L’artiste s’est lancé dans l’événementiel, dans la région de Sofia, mais cela ne l’empêche pas pour autant de partager de la bonne musique avec ses inconditionnels dans tout Madagascar, notamment dans la capitale.

Mily Clément, quant à lui, s’est forgé un nom lors des Jeux des îles de l’océan Indien 1990 grâce à son titre fétiche «Tsy moramora mitady vola». Un renouveau dans l’histoire du salegy, voilà comment l’on décrit Din Rotsaka et «Salegy môtro».

S’il y a un roi, Ninie Donia revendique la couronne de la reine incontestée de ce genre musical. D’ailleurs, elle s’est donné pour mission de porter haut sa culture, là ou elle mérite de l’être.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

The dizzy brains : une quinzaine de dates pour une tournée internationale

A partir du mois d’avril, le groupe de rock The Dizzy Brains aura un agenda bien chargé. Durant quatre mois, la bande à Eddy sera en tournée internationale qui sera ponctuée d’une quinzaine de concerts.

Depuis sa participation au festival français TransMusicales en 2015, le groupe The Dizzy Brains a séduit non seulement les rockers malgaches mais aussi les étrangers. Ainsi, il multiplie ses prestations, surtout à l’international. Pour cette année, il commencera sa tournée internationale à La Réunion, le 7 avril. Ensuite, il mettra le cap sur Amsterdam le 27 avril. Puis, il sera en Allemagne pour une dizaine de concerts. Notons que le groupe a déjà effectué, l’année dernière, plusieurs tournées dans diverses grandes villes du monde, comme la Corée du sud.

Actuellement au pays, The Dizzy Brains est en pleines «vacances». Par ailleurs, il sera présent, ce soir, au Le Hub à Isoraka, qui lance un concert mystérieux, avec la participation d’un groupe «secret».

Holy Danielle

News Mada0 partages

Miss et mister NG : va pour la 2e édition

Fort du succès de sa première édition dans la commune d’Ivato, «Miss Mister NG» dépose ses valises à Ampitatafika, ce 24 février, pour laisser libre cours aux talents du jeune public.

«Une jeunesse active, pilier du développement», c’est à travers ce leitmotiv que va se dérouler ce concours itinérant, une initiative de l’association New Generation. Le comité d’organisation va procéder à la séance de casting, ce 24 février, dans la commune d’Ampitatafika.

50 participants, au moins, seront en lice pour cette étape préliminaire, répartis dans deux catégories «Little Miss Mister Little», pour les enfants de 5 à 12 ans, et «Miss Mister» pour les âgés de 12 ans et plus.  La grande finale aura lieu le 3 mars à l’espace Johannie Ampitatafika.

Les prétendants vont défiler devant les membres du jury, composé d’un représentant de la commune, un acteur et des lauréats de la toute première édition. Et au-delà d’un simple concours de beauté, une série de tests relatifs à la culture générale attendra également les finalistes.

«New Generation est une association qui regroupe des jeunes universitaires dont la mission fondatrice est d’offrir à la jeunesse malgache une plateforme pour s’exprimer par le biais d’événements ponctuels», a fait savoir Princia Andrianomentsoa, membre actif de l’association.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires : des petits trous, des petits trous, encore des trous

A force de faire de petits trous on en devient accro et dans cette voie on en fait de plus en plus gros jusqu’à perdre à la fois la raison et la mesure des limites. Fatalement on en arrive à franchir la ligne en commettant d’énormes trous, tel semble le malheur qui s’abat sur pas mal de branches de l’administration au sein desquelles des modes de maltraitance faits aux caisses publiques ont été érigés en méthodes d’usage banale pour saigner sans douleur les finances de l’Etat et celles des collectivités territoriales. Au sein de l’administration particulièrement des ministères que ce soit parmi le personnel permanent ou parmi les grands commis de passage, rares sont ceux qui ignorent les pratiques condamnables dont le fihavanana se nourrit en faisant preuve de discrétion afin que chacun à son niveau puisse brouter en tranquillité jusqu’à s’en péter la panse. Tant va la cruche à l’eau qu’à la fin elle se casse : les excès ont explosé les recettes des cuisines intérieures, des odeurs de brûlé transpirent à l’extérieur, un autre foyer d’incendie menace de tout embraser.

Des zéros de trop dévoilent des milliards envolés en fumée

Vaut mieux reconnaitre son incompétence plutôt qu’avouer une malhonnêteté, moyen de défense peu glorieux et qui ne libère pas de ses responsabilités lorsqu’il s’agit des affaires publiques. De deux maux choisir le moindre enseigne la sagesse, à défaut de grive les pompiers délégués à éteindre cette menace de scandale n’avaient d’autre choix qu’à se satisfaire de la stratégie à dénoncer une absence de maitrise du système numérique utilisé pour la gestion des finances publiques.

Piquer directement dans la caisse s’accompagne du risque de laisser des traces dans les écritures, ce qui n’empêche pas certains experts faussaires en comptabilité de tenter encore et toujours  toutes sortes d’acrobatie en ce domaine. Il est des manières au moins aussi juteuses, en tous cas moins risquées pour siphonner l’argent public, manières qui jouissent d’une bonne cote dans la pratique administrative. Ces opérations basées sur la corruption sont bien rodées et mettent à l’aise les habitués, les méthodes ont été éprouvées plus qu’il ne faut :les usages définis, les endroits de corruption balisés, et pour le partage des profits occultes un barème établi. Les échanges de ces types de service se pratiquent aussi bien en amont au moment de la perception des recettes par le branchement de dérivations afin de pomper une partie du flot des impôts et taxes, qu’en aval en grossissant les montants des dépenses.

Difficile de remonter le temps pour déterminer le moment où les responsables ordonnateurs des dépenses ont commencé à « taxer » des profits personnels sur les dépenses en exerçant un chantage sur les fournisseurs dans le système d’octroi d’un marché ou simplement en traitant avec les intermédiaires un partage des profits au détriment du payeur qu’est l’Etat ou que sont les collectivités décentralisées.

 Le système fonctionne, et même si le terme « fournisseur » aujourd’hui sous-entend l’idée d’une complicité, le fournisseur n’a pas perdu pour autant de crédibilité dans la procédure destinée à assurer l’honnêteté du marché et à garantir le paiement. Une grande tolérance semble présider à l’évaluation du juste prix dans les échanges de service et les approvisionnements dont les montants de la dépense ne dépassent pas le seuil pour exiger pas une procédure d’appel d’offres, concernant le fonctionnement au quotidien. Fausses factures indiquant des prix gonflés font foi tant que le gonflement ne dépasse pas un seuil tacite de tolérance parfois pourtant déjà scandaleux. Pas trop regardant les organes de contrôles, comme à titre de respect pour les sources occultes auxquelles s’abreuvent des ordonnateurs aux différentes hiérarchies. A la longue le système s’est emballé, les pratiques intolérables ont transpiré au-delà des murs de la confidentialité, la transparence s’est faite au travers l’opacité entretenue. Il ne s’agit pas d’un unique faux-pas accidentel, mais de la révélation d’une épidémie de cas qui affichent des milliards, qui selon les hauts responsables sont dus à des erreurs de zéros ajoutés aux montants des prix réels à cause d’un manque de maitrise de la machine informatique. Fébrilité dans les hautes sphères, la Ministre des Finances réunit en atelier pénitence les premiers responsables des dépenses au sein de tous les ministères, lieux suspects vers lesquels se tournent les regards.

Les comptes publics en de mauvaises mains

Avec à l’affiche une telle avalanche d’erreurs condamnables, le discrédit sanctionne le système et la méthode et culpabilise à la fois les premiers responsables des comptes publics. On ne peut plus continuer de la sorte au constatd’une situation qui met en péril le pays. Normal que l’opinion s’en émeuve et que les justifications avancées ne parviennent pas à convaincre. En amont les contrôles avant dépense n’ont pas manifesté d’acuité vigilante suffisante pour avoir la capacité de redresser les grossièretés, en aval les contrôles à posteriori accusent un retard de plusieurs années, ce qui revient à dire que les autopsies ne révèleront les culpabilités qu’après plusieurs années, délais qui couvriront peut-être de prescription la poursuite contre les coupables, une impunité de fait que justifierait le droit.

Pour que vienne le temps des cerises, il est temps de procéder sérieusement à un changement et d’opérer un coup de balai énergique. Rendez-vous dans les isoloirs.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Pour le riz

Dernièrement, la Tribune a publié une série de «Notes» écrites au jour le jour par un colon qui paraît bien connaître la grande île.

Nous en avons retenu cette leçon générale : «Ce n’est pas le riz qui manque à Madagascar, ce sont les routes».

Rien n’est plus vrai.

Un de nos amis, colon qui a fourni une longue et active carrière à la Côte Est, nous disait récemment : La région Nord-Centre de Mandritsara est un généreux «grenier» de produits de toutes sortes pour l’Est ; il s’agirait, moyennant quelques travaux de communication, que tout cela pût se déverser pratiquement vers les ports de la baie d’Antongil !

Plus près de Tamatave, toujours au Centre, il y a l’incomparable région des lacs Alaotra.

Tout le monde se rappelle le fiasco lamentable de la fameuse route Tamatave-Ambatondrazaka, par monts et par vaux. Projet étudié à la diable, dont l’exécution fut ordonnée hâtivement. Logiquement, la route devait descendre la vallée de l’Onibe, aboutir à Foulpointe, qui est en communication, facile à rendre pratique, avec Tamatave et les pangalanes Nord.

Cela, c’est le passé. Dans le présent, il y a un fait nouveau : le tramway Moramanga-Ambatondrazaka, qui s’embranche sur notre grande ligne Tananarive-Tamatave.

Il faut demander au gouvernement l’effort de l’achèvement de ce tramway en 1918 ; et, dès maintenant, mettre sur le tapis la question de son prolongement progressif vers Mandritsara, en ligne centrale de Madagascar.

C’est nécessaire, cela s’impose.

« L’Action »

Un nouveau journal vient de naître : L’Action, édité à Tananarive.

Nous souhaitons la bienvenue à notre nouveau confrère.

T. S. F.

Les travaux pour l’installation du poste central de S. F. commenceront bientôt aux environs de la capitale ; de la sorte, en cas de rupture des câbles, nous ne demeurerons pas sans nouvelles.

Nous ne savons combien de temps dureront les travaux.

La dépense dépassera certainement un million.

La classe 19

Les jeunes gens de la classe 19 seront appelés à passer le conseil de révision le 13 courant. Étant donné le nombre d’engagés volontaires de cette classe, il y aura peu de candidats.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

RFC : l’œuvre de Nah Randria sélectionnée

L’année dernière, le comité d’organisation du festival Rencontre des films courts à Madagascar (RFC) a lancé un appel à candidatures adressé aux réalisateurs émergents et aux illustrateurs. Après délibération du jury, l’œuvre du graphiste Nah Randria a été sélectionnée et sera présente sur tous les supports visuels de la 13e édition du 13 au 21 avril.

Nah Randria, de son vrai nom, Nambinina Randrianalimanana, a présenté un visuel simple mais classe. Il s’est inspiré de l’«Aloalo», un totem typiquement malgache des régions du sud du pays. Selon le communiqué relatif à l’évènement, il symbolise les exploits et la richesse d’une personne de son vivant. Il reflète donc non seulement l’objectif du festival qui est de présenter la prouesse des cinéastes malgaches et africains mais aussi de démontrer la richesse de notre pays à travers l’art et la culture.

Né en 1996, Nah Randria a toujours été séduit par l’art. Après avoir décroché son bac en 2014, il a poursuivi ses études à l’ESM pour se perfectionner dans le domaine du multimédia.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Andranomena : jiolahy tratra namaky trano

 Saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahenina Ambohimanarina teny Andranomena, ny talata lasa teo ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny vaky trano mateti-pitranga amin’iny faritra iny. Araka ny tatitra avy amin’ny polisy, jiolahy iray monina eny Andranomena ihany no voarohirohy tamina vaky trano ny alatsinainy alina hifoha talata teo. Tonga tao amin’ilay tokantrano niharan’ny fanafihana ny polisy nanao fanadihadiana. Niainga avy amin’izany ny nahafahana nisambotra ity jiolahy ity. Mbola nanoro ny namany iray hafa ihany koa izy nandritra ny famotorana azy tao amin’ny biraon’ny polisy. Nilaza ny polisy fa ampy ny porofo rehetra teo am-pelatanan’ny polisy ka nahafahana nihazona ireto jiolahy ireto.

J.C

News Mada0 partages

Nanakorontana tao amin’ny ”bar” : maty voatsatoka antsy ilay tovolahy

 Tovolahy iray, manodidina ny 19 taona, namoy ny ainy vokatry ny ratra nahazo azy. Voatsatoka antsy teo amin’ny tendany, nandritra ny savorovoro nitranga tao amin’ny ”bar karaoke” iray, etsy 67 ha Avaratra Atsinanana, ny alakamisy alina teo, izy.

Voatsatok’antsy teo amin’ny tendany ity tovolahy iray vao 19 taona monja teny 67 ha Avaratra Atsinanana, ny alakamisy teo tokony ho tamin’ny 10 ora alina. Araka ny vaovao avy eny an-toerana, DJ iray 25 taona, tao amin’ny trano filanonana iray eny an-toerana ny nahavanon-doza. Mbola tafavoaka ny trano fisotroana ilay tovolahy vao nitambotsotra ary maty niala aina tsy lavitra teo. Tonga teny an-toerana ny polisy, ary voasambotra io alina io ihany ilay nahafaty olona ka voatazona eny amin’ny polisin’ny BC Anosy.

Araka ny fanazavana azo, nisehoana ady tao anatin’ilay toerana fisotroana sady fanaovana karaoke io, ny alakamisy alina io. Nifamaly tamin’ny tompon-trano ireo mpisotro avy eo sady niady ny samy mpiara-misotro. Nisy ny fandaminana natao ka nitohy tamin’ny famoahana tany ivelany ireo mpisotro efa tao anatin’ny fahamamoana.

“Tsy fantatra anefa izay zava-nitranga”, hoy ny mpitantara fa niitatra tany amin’ilay DJ ny resaka ary izao niafara tamin’ny fanindromana antsy izao ny raharaha. Efa eo am-pelatanan’ny polisy ny famotorana ka miandry izay tena marina ny rehetra. Am-pelatanan’ny fianakaviany ny razana, ary mazava ho azy fa nametraka fitoriana izy ireo.

Raha ny vaovao avy eny 67 ha ihany, vao iray volana sy tapany teo, nisy tovolahy iray ihany koa maty voatsatoky ny tapaka tavoahangy teo amin’ny tendany. “Miverimberina loatra ny vonoan’olona tahaka izao, noho iny faritra iny mafana, na efa manao fisafoana matetika eny aza ny mpitandro filaminana”, hoy ny mponina.

Isehoana fanafihana…

Ankoatra ireo vonoan’olona anaty trano fisotroana, anisan’ny faritra isehoana asan-jiolahy matetika ihany koa ny eny an-toerana. Fantatra fa tao anatin’ny roa herinandro, nitrangana fanafihana toeram-pivarotana sy fanaovana karaoke miisa efatra teny an-toerana. Efa nisy iray tratry ny polisy tamin’ireo jiolahy ireo.Manampy trotraka ireo ny fanendahana, izay efa ho isan’andro, na eny amin’ny fiantsonana taxi-be, na anaty fiara, indrindra ireo tratra alina. Mitaraina ny mponina na eo aza ny fisafoana ataon’ny polisy. Midadasika loatra ny faritra 67 ha, maro ireo toeram-pisotrana sy filanonana, ary mivoaka alina ny ankamaroan’ny mponina. Mandray andraikitra ny fokontany, saingy tsy mahasehaka ny fanaraha-maso ireo rehetra ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

43 taona lasa… : mbola misitery ny nanomo ny Kly Ratsimandrava

Feno 43 taona, rahampitso ny 11 febroary 1975,  namonoan’ny fahavalom-pirenena ny filoham-panjakana, ny Kly Ratsimandrava Richard teo Ambohijatovo. Hody hamonjy ny trano fonenany eny Anjohy izy izao tratry ny vela-pandriky ny olon-tsy fantatra izao.  Tsy  fantatra intsony hatramin’izao ny  tranga manodidina ny nahafatesan’ity filoham-panjakana tamin’izany fotoana izany ity.  Mistery ny tena atidoha  sy ny tompon’antoka tamin’ny famonoana azy. Notondroin’ny amiraly Ratsiraka  fa tompon’antoka tamin’izany ny Jly  Andriamahazo Gilles, niainga amin’ny ambara fa ampamoaka  tamin’ny boky nosoratana vehivavy frantsay,  ny taona 2015. Nahatezitra ny fianakavian’io manamboninahitra ambony io izany ary noraisin’izy ireo ho fanivaivana ny maty.

Etsy andaniny,  efa nilaza ny Jly Rabetafika ary latsa-dranomaso tamin’ny fotoam-pitsarana io raharaha io fa tsy eto ny namono azy,  araka ny nambarany. Dimy ireo  hany voampanga tamin’izany mba hanehoana fa natao ny fitsarana. Tsy nisy tohiny intsony ny fanadihadiana taty aoriana.  Nanambara rahateo ny eo anivon’ny zandary ny febroary 2015, faha-40 taona  nahafatesany fa mikatona eo  ny momba io “Raharaha Ratsimandrava” io.

Very an-javony sy  maty momoka…

Tsiahivina fa nitondra  herinandro ny firenena  ny  filoham-panjakana, ny Kly Ratsimandrava, rehefa nomena ny fahefana feno avy amin’ny Jly Ramanantsoa Gabriel, ny 5 febroary 1975. “Tsy hiamboho adidy aho mon general”, hoy  izy raha nandray izany. Nahalalan’ny maro azy nialoha izany ny naha minisitry ny Atitany “minisitry ny Ala olana”  azy. Eo koa ny maha “Rain’ny fokonolona” an-dRatsimandrava. Tantara sisa izany…Tahaka ireo raharaha very anjavony sy maty momoka rehetra eto amin’ny firenena. Tsy misy tohiny sy tsy ahitana ny marina hatramin’izao. Ny 10 aogositra,  ny 7 febroary,  ny 26 jona 2016,  ny “Raharaha Antsakabary”, ny “Villa  Elisabeth”, ny “Raharaha Razaimomanjy Claudine”,  ny tohin’ilay  gadra tafaporitsaka any Frantsa, Houcine Arfa, sy ilay volabe voalaza fa nomeny ny minisitra sy tompon’andraikitra eo anivon’ny fitsarana…  Novitavitaina  sy tsotsorina amin’ny filazana fa  efa mandeha avokoa ny fanadihadiana   ny  raharaha, saingy tsy hita fiafarany avy eo.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fanodinkodinam-bolan’ny Sygmma : migadra sy mandoa vola 500 tapitrisa Ar ny SG teo aloha

Nivoaka,  omaly, ny didy avy amin’ny fitsarana ambony  momba ny resa-bola eo anivon’ny Sendikan’ny tantsambo (Sygmma). Voaheloka higadra 18 volana, sazy mihatra sy hamerina ny vola banga nolaniny sy nahodinkodiny, 573 tapitrisa Ar ny  sekretera jeneraly  teo aloha (SG), Razafindrabe Lucien.  Efa nisy didim-pitsarana  nivoaka ny avrily  2017 ka nahazoany sazy mihantona telo  taona an-tranomaizina. Tsy nahafa-po ny mpitantana am-perinasa sy ireo mpikambana anefa izany ka nampiakaran’izy ireo ny raharaha any amin’ny fitsarana ambony ary izao nahavoasazy ity SG teo aloha ity izao.  « Marina sy ekena fa maharary ny sazy ho an’ny mpiara-miasa tahaka izao nefa sitrapony izany », hoy ny SG am-perinasa, tetsy amin’ny foiben-toeran’ny Sygmma Ankadivato, omaly. Nataon’io tompon’andraikitra any amin’ny kaontiny manokana ny vola niditra rehetra. Eo  koa  ny latsak’emboky ny mpikambana  ary koa ny   vola fanampiana avy any ivelany.  Nahodinkodin’ity mpitantana teo aloha ity avokoa izany.

Araka  izany, anisan’ny  tsy  mampandeha ny fitantanana eto amintsika ny tranga  tahaka izao. Na eny anivon’ny sendikà na fikambanana ny fitantanan-draharaham-panjakana mihitsy aza.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tsy manatona hopitaly ny marary : mitombo 10% isan-taona ny tranga homamiadana vaovao

Mitombo 10% isan-taona ny tahan’ny olona voan’ny homamiadana eto Madagasikara. Ny taona 2008, manodidina ny ny 1 650 ny tranga vaovao noraisina an-tanana teny amin’ny toeram-pitsaboana misahana izany. Tsy ampy hitarafana ny antontanisa marina izany satria 30% amin’ny tranga ihany no avy amin’ny faritra hafa fa ny ambiny, avy eto Antananarivo avokoa, araka ny fanazavana. Ny olana, tsy manatona toeram-pitsaboana akory ny ankamaroan’ny olona voan’ny aretina homamiadana na koa tsy ampy vola hikarakarana ny marary. Tombanan’ny sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) sy ny foibe iraisam-pirenena mikaroka momba ny homamiadana (CIRC) fa 19 484 ny tranga homamiadana vaovao ny taona 2015.

Mampihena ny tranga vaovao ny tsy fifohana sigara, tsy fisotroana zava-pisotro misy alikaola,  fampiasam-batana matetika ary ny fihinanana sakafo ara-pahasalamana. Anisan’ny mampiroborobo koa ny homamiadana ny fahalotoan’ny rivotra iainana eny amin’ny tontolo.

Eo amin’ny fandraisana an-tanana eo amin’ny fitiliana, 120 ny hopitaly ahitana ny foibe fitiliana ny homamiadan’ny vozon’ny tranon-jaza eto amintsika. Ny dimy amin’ireo 120 efa manana ny fitaovam-pitiliana na “cryothérapie”.

Nambaran’ny tomponandraikitra fa hiasa manomboka amin’ity taona ity ny foibe fanaovana “radiothérapie” ao amin’ny HJRA. Nandray anjara amin’ny fanatanterahana ny hetsika teny amin’ny HJRA ho fanamarihana ny andro iadiana amin’ny homamiadana ny orinasa Star. Nizara rano izy ireo tao anatin’ny fizotry ny fanentanana samihafa.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Mampitandrina ny minisitera mpiahy : arahi-maso ny olona milaza ho manome diplaoma bakalorea

 Tsy tokony ho sodoka amin’ny fanaparitahana filazana eny amin’ny pejy “facebook” ny ray aman-dreny sy ny tanora mbola mianatra fa misy ny diplaoma bakalorea azo vidiana. Manala baraka ny fampianarana eto amintsika izany ka tsy hitazana fotsiny ny tomponandraikitra.   

Mampitandrina ny olona mandefa filazana amin’ny pejy “facebook” fa afaka manome diplaoma bakalorea amin’ny sandany antapitrisany ny minisiteran’ny Fampianarana ambony, omaly. “Fanaovana hosoka izany ary melohin’ny lalàna manan-kery eto amintsika”, hoy ny fanazavan’ny tale jeneralin’ny fampianarana ambony, Randrianambinina Blanchard, teny Fiadanana. Misy ny fiaraha-miasa miaraka amin’ny mpitandro filaminana hanaraha-maso ity raharaha ity sy hanangonana ny porofo rehetra amin’ny olona manao izany.

Diplaoma voalohany ho an’ny ambaratonga ambony ny bakalorea ary manokatra amin’ny lalan’ny asa samihafa. Manana ny lisitry ny mpiadina rehetra nahazo ny mari-pahaizana bakalorea ny onivesite enina eto Madagasikara sy ny minisiteran’ny Fampianarana ambony ka mora ny manamarina na manana izany tokony ny olona iray na misandoka. Matanjaka ny « bases de données » ka mora ny mikirakira azy.

 Hamarino ny diplaoman’ny mpiasanao rehetra

Entanina, noho izany, ny mpitantana orinasa na mpampiasa tsotra handefa ny lisitry ny

mpiasa ao aminy eny anivon’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony hanamarinana ny diplaoma na tena izy na sandoka. “Anisan’ny efa nanao izany ny mpitantana ny kaominina Antananarivo Renivohitra ka nahatrarana mari-pahaizana sandoka marobe”, hoy ny talen’ny fampianarana ambony miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana, Razafimahatratra Dieudonné. Ny sekoly ambony mampiofana ho « paramédicaux” koa, matetika, mandefa ny lisitry ny mpianatra misoratra mangataka hiditra ao aminy ka misy diplaoma bakalorea sandoka efatra na dimy hatrany sarona mandritra ny fanamarinana.

Eo koa ny manao hosoka amin’ny mari-pahaizana licence na masters indrindra any amin’ny sekoly tsy miankina amin’ny fanjakana.

Tsy ekena ny fahatarana amin’ny fisoratana anarana

Mampahatsiahy ny minisiteran’ny Fampianarana ambony fa tokony hohamarinin’ny ray aman-dreny tsara ny anarana voasoratra ao amin’ny kopia lava nahaterahana (ilaina amin’ny fisoratana anarana amin’ny bakalorea) mba tsy ho diso ny anarana apetraka amin’ny diplaoma aty aoriana. Manamafy koa izy ireo fa tsy hisy intsony ny fanalavana ny fotoana hisoratana anarana ho an’ny fanadinana bakalorea 2018 ka tokony hanaja ny tetiandro ny rehetra.

Vonjy A .

News Mada0 partages

Fifaninanana : misokatra ny tetikasam-pihariana ho an’ny tanora

Manomana fifaninanana ho an’ny tanora manana tetikasam-pihariana mendrika ny hotohanana ny minisiteran’ny tanora sy ny fanatanjahantena. Afaka mandray anjara amin’ity fifaninanana ity avokoa ireo 18 ka hatramin’ny 35 taona tsy an’asa.

Tsy mifidy fa na tanora nianatra na tsy nianatra na manana diplaoma na tsia, afaka mandray anjara avokoa rehefa mahavita mamolavola tetikasam-pihariana azo tanterahina sy heverina ho mahavelona.

Tafiditra ao anatin’ny tetikasam-pihariana hahafahana mifaninana ny sehatry ny fambolena sy fiompiana, ny asa tanana sy taozavatra, ny varotra sy fanodinana akora fototra. Eo koa ny karazana tolotra ho an’ny mpanjifa.

Mitentina 8 hetsy Ar ny vola hamatsiana ny tetikasan’izay medrika amin’ny fifaninanana. Vola tsy haverina io ary hahafahan’ny tanora manatanteraka ny tetikasa novolavolainy sy nanaovany fifaninanana.

Antontan-taratasy ilaina ny boky mirakitra ny volavolan’asa izay voarafitra amin’ny teny frantsay mazava. Atao amin’ny ariary kosa ny mari-bola rehetra ao anatin’ny antontan-taratasy rehetra.

Ilaina ny kopia nahaterahana na ny dika mitovy ny kara-panondrom-pirenena. Ankoatra izay ny faktioran’ny fitaovana kasaina hampiasaina amin’ilay tetikasa. Ilaina ny fanamarinana ny fananana ny tany hanatanterahana ilay tetikasa….

Hofantenana ireo tetikasa folo mendrika indrindra avy amin’ny mpandray anjara manerana ny Nosy. Entina eo amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena izany tetikasa voafantina izany izay iarahana amin’ny Cofejes sy ireo firenena hafa mandray anjara.

Horaisina mialoha ny 30 avrily ny antontan-taratasy rehetra fandraisan’anjara miaraka amin’ireo volavolana tetikasa.

Tatiana A

News Mada0 partages

Ilaina ny misafidy tsara ny lalam-piofanana : 300 000 ny tanora tsy an’asa manana diplaoma

“300 000 ny isan’ny tanora manana diplaoma nefa tsy miasa na tsy afaka manao ny asa mifanandrify amin’ny safidiny, araka ny antontanisa navoaky ny Instat farany. 60% amin’ireo mpianatra eny amin’ny oniversite indray no miala an-daharana rehefa ao amin’ny taona faharoa (L2) noho ny fahatsapana fa diso safidy amin’ny lalam-piofanana nataony”, hoy ny talen’ny fanabeazana ny daholobe ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana, Raonivelo Hasina, teny Ankatso tamin’ity herinandro ity. Noho ireo antony ireo, nentina niakatra teny Ankatso ny mpianatra 900 avy amin’ny lycée sivy (Fenoarivo, Ampitatafika, Ambohidratrimo…) ato amin’ny faritra Analamanga. Nifandimby nitondra fanazavana ny lalana hahatongavana eny amin’ny oniversite sy ny lalam-piofanana samihafa ao aminy ny sampam-piofanana sivy ao amin’ny oniversiten’Antananarivo. Tanjona ny hanaovan’ny mpianatra ny safidy tsara mifanaraka amin’ny lalam-piofanana tiany horantovina rehefa eny amin’ny ambaratonga ambony izy. Manomboka amin’ny fisafidiana ny sokajy A-C-D na L sy S izany dieny mbola ety amin’ny lycée izy ireo. “Betsaka ny tsy fifanandrifian’ny fiofanana norantovina teny amin’ny sekoly ambony sy ny tsenan’ny asa matetika ka ety amin’ny kilasy 2nde ny fisantarana ny torolalana mety indrindra”, hoy ny fanazavana.

Nandeha nitsidika ny fakiolte sy ny sekoly ambony ireo mpianatra rehefa avy eo. Tafiditra amin’ny fampiharana ny tetipivoarana ny fanabeazana ny hetsika teny Ankatso.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Herisetra amin’ny fandaminana ny tsena : voasambotra ireo nidaroka mpiasan’ny CUA

Voasambotra ny roa lahy amin’ireo namono ny mpiasan’ny kaominina nandamina tsena, omaly. Tafaporitsaka kosa ny namany maromaro hafa. Niharan’ny daroka tambabe nataon’ireo andian’olona mpivarotra tsy ara-dalàna amoron-dalana ny mpiasan’ny CUA iray, omaly tetsy Analakely.  Naratra mafy izy io raha niteny tamin’ireo mpivarotra amoron-dalana  mba hiala satria toerana tsy azo ivarotana ny eo. Narahina ompa sy tsy fanajana ary mbola nodarohina mihitsy izy. Nitsahina izy rehefa lavo tamin’ny tany, saingy nalaky tonga ny mpiara-miasa aminy fa saika nanefa ny ainy.

Tsiahivina fa mitohy indray izao ny hetsika fandaminana ny tanàna sy ny tsena taorian’ny fety teo  ireny. Anisan’izany ny fanesorana ireo mpivarotra amoron-dalana sy tsy manara-dalàna. Mifanao fangala-piery hatrany anefa ny andaniny sy ankilany. Matetika, miafara amin’ny herisetra izany ka na iharan’izany ny mpandamina na ny tsy mpanara-dalàna. Tokony hisy vahaolana koa anefa ny fandraisana fepetra tahaka izao. Eo ny fanjakana, ny kaominina, ny toetsaina, ny fanarahan-dalàna…

Randria 

News Mada0 partages

Mafana ny andro : ireo fitandremana tokony hatao

Ao anatin’ny hafanana tanteraka i Madagasikara. Mandefa hafatra ho an’ny mponina ny BNGRC sy ny minisiteran’ny Fahasalamana ho fitondrantena hahafahana misoroka ny loza mety haterak’izany hafanana izany.

Ho an’ny fitafy, tsara ny manao akanjo maivana, malaladalaka ary miloko mazava. Mila misotro rano matetika na tsy mahatsiaro mangetaheta aza hisorohana amin’ny tsy fahampian-drano amin’ny fatana ka hiteraka tsy fahasalamana tampoka eny an-dalana.

Rehefa tsy maintsy mivoaka ny trano, mila manao satroka na mamelatra elo hiarovana amin’ny herin’ny masoandro tsy hivantana amin’ny tarehy sy ny tampon-doha. Lemana na hatao mandomando ny satroka hampangatsiatsiaka ny loha.

Tsy tokony hivezivezy eny ankalamanjana amin’ny fotoana mahamafy ny danik’andro, eo anelanelan’ny amin’ny 12 ora ka hatramin’ny 2 ora antoandro. Raha tsy maintsy hivoaka ny trano, na amin’ny vao maraimbe na rehefa folaka ny andro.

Mila mandro matetika na tobasana rano matetika ny vatana rehefa tena mafana be iny ny andro. Hatao izany na amin’ny ankizy na amin’ny lehibe. Mipetraka amin’ny malomaloka raha azo atao.Tsy misotro zavatra misy alikaola fa mahatonga tsy fahampian-drano.

Sokafana tsara avokoa na ny varavarankely na ny varavarambe hahafahan’ny rivotra mivezivezy ao an-trano. Toraka izany ny any an-tsekoly izay be mpianatra ao anaty efitranon-tsekoly.

Ho an’ny biby fiompy, apetraka amin’ny malomaloka izy ireny ary ampisotroina rano matetika mba tsy ho tratry ny tsy fahampian-drano. Tsy azo atao ny manipitsipy afo na plastika na vera eny amin’ny toerana misy ahitra na ravin-kazo maina fa mety hiteraka firehetan’ny tanety izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Célestin Andriamanantena 100 taona : haharitra telo andro ny hetsika

Hankalaizana mandritra ny telo andro ny faha-100 taon’i Célestin Andriamanantena, olon’ny haisoratra sy ny teny malagasy. Hetsika hotanterahin’ireo taranany sy ny fianakaviany ary ny fikambanan’ny poety sy mpanoratra malagasy Havatsa-Upem, etsy amin’ny Tahala Rarihasina ny 19 ka hatramin’ny 21 febroary izao. Ny alatsinainy 19 febroary, aorian’ny lanonam-panombohana ny maraina, fampirantiana momba ny tantara sy ireo dingam-piainana maro nolalovan’i Célestin Andriamanantena. Fampisehoana horonantsary sy ireo sanganasany. Serasera mivantana amin’ireo taranany sy ny Havatsa. Fampirantiana haisoratra.

Ny talata 20 febroaary tontolo andro, manomboka amin’ny 9 ora, mitohy ny fampirantiana. Ny alarobia 21 febroary, hankalazana ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny tenindrazana ». Mitohy ny fampirantiana ny maraina. Ny tolakandro manomboka amin’ny 2 ora sy sasany kosa, hanasana ireo mpianatra sy ireo mpitia haisoratra ary ireo mpanandratra ny teny malagasy. Famelomana an-tsehatra ireo tononkalo sy asa soratr’i Célestin Andriamanantena.

Marihina fa ankoatra ny maha mpanoratra azy, anisan’ny andrarezin’ny asa fanaovan-gazety ihany koa i Célestin Andriamanantena.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Recrutement de paramédicaux : une trentaine de faux diplômes décelés

Affluence au concours de recrutement de paramédicaux issus des instituts privés, prévu se dérouler au mois de mars. Certains des candidats tentent d’utiliser des faux diplômes pour concourir à ce poste. Des faux et usages de faux démasqués. Des diplômes soumis auprès du ministère de la Fonction publique, pour demande d’équivalence sont des faux. De tels cas existent toujours, mais le plus flagrant en nombre enregistré ces derniers temps concerne les dossiers des candidats voulant participer au prochain concours de recrutement de paramédicaux, avec une trentaine de cas décelés jusqu’ici. C’est ce qu’a informé le secrétaire général du ministère de la Fonction publique, Alson Christophe Florent Andrimanantena, lors d’une interview, hier.

Ce concours, prévu se tenir les 27 et 28 mars prochains dans les 22 régions et qui s’adressent aux sortants des instituts privés,  attirent pas mal de candidats si on se réfère au nombre de dossiers de demande d’équivalence reçus par le ministère de tutelle, qui atteint le cap des 7.000 en ce moment. Un effectif qui pourrait évoluer dans les prochains jours dans la mesure où les inscriptions ne prendront fin que le 23 février prochain.

25 fonctionnaires révoqués

Ce ne sont pas évidemment les premiers cas de falsification de diplôme détectés cette année au sein du ministère de la Fonction publique. Au mois de janvier dernier, 25 fonctionnaires ont été pris en flagrant délit d’usage de faux diplômes.

« Des mesures ont été prises à leur encontre. Après avoir été traduits en Conseil de discipline, ils ont été licenciés », a informé notre source. Les sanctions pénales n’auront lieu que lorsque des plaintes sur ces cas sont déposées au sein de la justice. Une initiative qui ne ressort pas de la compétence de ce ministère mais plutôt des employeurs ou des employés qui se sentent victimes de concurrence déloyale.

Diplôme unique infalsifiable

Le ministère de la Fonction publique annonce des mesures visant à résoudre de manière pérenne ce problème de faux diplôme qui ne cesse de prendre de l’ampleur. En l’occurrence, la confection de diplôme unique infalsifiable.

« Mis à part l’impossibilité de falsifier ce diplôme, il l’est également vérifiable dans les pays étrangers car muni d’un hologramme pour distinguer les faux des vrais », a informé le SG du Min Fop. Ce projet, mené en partenariat avec une société implantée à Dubaï, sera effectif dès le 2e trimestre de l’année en cours. Les machines pour imprimer ce type de diplômes débarqueront bientôt dans le pays.

Fahranarison

News Mada0 partages

Handicapes : exploitation du Tic

Le réseau Humanité Inclusion (HI) à Madagascar, ex-Handicap International, met en œuvre actuellement le projet Pour l’accès à des services de réadaptation de qualité, connectés et accessibles aux usagers (Pari).

«L’objectif est d’assurer l’accès des personnes vulnérables, notamment les handicapés, à des services de réadaptation et de santé répondant à leurs besoins, particulièrement par l’exploitation du Tic », a indiqué jeudi dernier à Ambohijatovo la coordinatrice nationale du projet, Marie Josée Razanarison.

Cet objectif est justifié par l’éloignement géographique, le coût et la qualité des services. De ce fait, parmi les résultats attendus, un modèle d’usage des Tics dans le cadre cette réadaptation est élaboré et largement diffusé.

500 handicapés, dont 47% des enfants de moins de 15 ans et 52% des femmes, sont les bénéficiaires directs du projet. Les zones d’intervention sont Boeny, Atsinanana et Atsimo Andrefana. Bien que d’autres personnes ayant besoin d’un service de réadaptation de qualité sont également concernées.

Lancé au mois de novembre, le projet «Pari» est financé par l’Agence française pour le développement (AFD) pour une durée de 36 mois.

Sera R.

News Mada0 partages

Escroquerie : trois arnaqueurs souillent la réputation de la gendarmerie

Trois présumés arnaqueurs viennent d’être arrêtés par les éléments de la Direction de la police judiciaire du Toby Ratsimandrava. Ils sont suspectés d’escroquerie  au sujet d’une vente de mercure.

Fin de parcours pour les trois escrocs qui sont tombés mardi dans les mailles du filet de la gendarmerie.

Ayant été informés de la présence d’une bande d’individus qui font une vaste escroquerie tournant autour d’une supposée vente de mercure, les gendarmes leur ont tendu un piège, en se faisant passer pour des clients intéressés.

Avant les transactions, les bandits  appâtent leur proie en leur disant que leur ami, un certain Alain, est séquestré par des gendarmes dans un endroit inconnu avec deux litres de mercure. Et que le mercure est gardé dans un thermos à code que seul un technicien de l’ambassade des Etats-Unis connait le mot de passe.

Arroseur arrosé

Ignorant qu’ils ont en face d’eux des gendarmes en tenue civile, les escrocs ont également savoir que les gendarmes ravisseurs ont menacé de tuer leur ami si les 2 millions d’ariary demandés en échange de sa libération ne seront  pas versés.

Toujours d’après leurs dires, l’argent doit être envoyé par mobile money sur le compte d’Alain afin que ce dernier puisse le remettre en mains propres aux gendarmes ravisseurs. Afin de persuader les gendarmes en tenue civile devant eux, ils ont avancé que si ces derniers leur prêtent les 2 millions d’ariary, le tiers du prix du mercure qu’un étranger a déjà réservé pour plusieurs milliards d’ariary leur reviendra.

Jouant le jeu, les militaires en tenue civile ont demandé à ce qu’on revoit à la baisse la rançon. Les trois hommes se sont écartés de quelques mètres pour soi-disant appeler le dénommé Alain. Ils ont par la suite rapporté que les gendarmes qui détiennent leur ami ont  fixé la rançon à 1.200.000 d’ariary, à envoyer rapidement par mobile money. Les trois escrocs sont ensuite partis avec l’argent mais à peine ont-ils parcouru quelques mètres que d’autres gendarmes les ont attendus de pied ferme pour les arrêter.

Lors de l’interrogatoire, les bandits ont avoué que le dénommé Alain et les 2 litres de mercure ainsi que le technicien de l’ambassade des Etats-Unis n’ont jamais existé. Ce n’étaient que des tromperies pour piéger des proies. Mais cette fois-ci, ils sont tombés dans leur propre piège.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Reboisement : empreinte verte pour le MEEH

La grande famille du ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH) ainsi que les organismes rattachés se sont retrouvés, hier, à Talatavolondry pour effectuer leur devoir de citoyen : le reboisement.

Le choix de cette localité n’est toutefois pas fortuit. Elle a été choisie depuis quelques années comme site de reboisement du ministère étant donné qu’elle se situe en amont de Manandriana, lieu de captage d’eau pour le réseau nord d’Antananarivo.

«La plantation des arbres dans cette localité vise à augmenter la couverture forestière et donc, à améliorer le captage de l’eau pour la partie nord de la capitale. Nous profitons tous des bienfaits procurés par la forêt. Nous devons nous donner comme objectif de couvrir d’arbres toute cette partie déboisée mais également l’ensemble du pays», a souligné à cette occasion le ministre Lantoniaina Rasoloelison.

Et pour cette année, 3.000 jeunes plants ont été mis en terre, entre autres, des «aviavy» et des «amontana» mais surtout des érables. Ces derniers servent notamment à la fabrication des poteaux électriques pour la Jirama.

En prenant l’exemple de Mayotte, qui condamne et applique la peine d’emprisonnement à tous ceux qui coupent un arbre et déboisent la forêt, le ministre a ainsi sensibilisé la population à bannir tout acte de destruction des forêts et des espaces boisés et surtout les feux de brousse. Il a également lancé un appel à tous les responsables pour relayer ce message pour le bien de l’environnement et pour le bien de tous et par la suite, de réprimer ces actes par des sanctions sévères.

Arh.

News Mada0 partages

Banque : microcred devient Baobab

Microcred Banque Madagascar, qui fait partie du Groupe Microcred, est un leader dans le domaine de l’inclusion financière opérant en Afrique et en Chine. Cette institution a dévoilé, hier, sa nouvelle marque officielle, Baobab, introduite à Madagascar début 2015 par le biais du réseau d’agents.

Douze ans après sa fondation, l’entreprise a rafraichi sa marque et son identité visuelle  dans le dessein de mieux refléter le développement de sa gamme de produits qui va aujourd’hui au-delà du crédit et de l’épargne aux micro-entrepreneurs. 12 ans après sa fondation, la banque s’est développée et est devenue une belle entreprise. Elle compte désormais 38 agences, 3 agences mobiles, 300 points Baobab, plus de 600 salariés et

le plus important, plus de 164 000 clients.

Commentant le changement de marque, Arnaud Ventura, Président directeur général du groupe, a déclaré : «Nous avons parcouru un long chemin depuis notre démarrage il y a plus de 10 ans. Nous avons construit une base incroyable avec laquelle nous allons devenir l’un des groupes de services financiers multicanaux les plus excitants d’Afrique. Notre décision de faire évoluer notre marque vers Baobab, une marque simple et reconnaissable pour tous nos clients, n’est que le début».

Arh.

Tia Tanindranaza0 partages

SOA RADIO

Nisy namaky ny trano izay hitoeran’ny Soa Radio 96.8 ny alin’ny alakamisy teo.

FITSARANA AN’I ARFA HOURCINE

Nangataka ny mpisolovava an’i Arfa Houcine ny mba hanemorana ny fotoam-pitsarana. Tapaka ary fa amin’ny 9 martsa ho avy izao no hanomboka ny fitsarana ady heloka tsotra izay hanenjehana azy momba ny fisandohana andraikitra ary koa ny fanerena olona hanome vola. Iray amin’ny mpanolotsain’ny filoha no mitory ary misy mpisolovava, lietnà an’ny zandarimariam-pirenena ary koa solombavambahoaka no isan’ny hotsaraina miaraka amin’i Arfa Houcine momba ity raharaha voalohany ity.

ASA FANAOVAN-GAZETY

FANAFIHANA TENY AMPITATAFIKA

Voaroba ny tokantrano iray tetsy Ampitatafika. Nitam-basy ireo olon-dratsy miisa fito izay tsy misy misaron-tava ary nandrahona tamin’izany fitaovam-piadiana izany ny olona tao an-trano. Ny vola tany am-paosy izay mitotaly iray hetsy ariary no lasa, niaraka tamin’ny finday izay nampiasaina. Amin’ny andro maraina, tokony ho tamin’ny valo ora sy sasany, no nitrangan’izany fanafihana mampihoron-koditra izany.

ROMBO TENY 67Ha

Raikitra ny rombo tao anaty trano filanonana tetsy 67ha. Lehilahy iray no maty voatsatok’antsy teo amin’ny tendany. Raha ny fantatra dia nisy fifamaliana teo amin’ny mpisotro sy ny tompon-trano aloha. Niitatra izany ka lasa ireo samy mpisotro indray no nirombo. Notsatohan’ny Dj an’ilay toerana antsy teo amin’ny tendany ny lehilahy iray izay maty nony tafavoaka ny trano. Voasambotra ny alin’ny alakamisy teo io Dj io. Lasa sodoma sy gomora tanteraka iny kartie izay mba nanana ny naha izy azy iny fahiny.

LALAO OLIMPIKA ANY KOREA

Mialitiana Clerc 16 taona no hany Malagasy tokana miaro ny voninahi-pirenena amin'ny taranja "Ski" amin'ny rano mandry amin’ny lalao olimpika amin’ny andro ririnina atao any Pyeongchang Korea Atsimo nanomboka omaly. Natsangana mpivady frantsay, izay mpilalao ski izy teo amin’ny fahaherintaona sy tapany ary nipetraka any Frantsa hatramin’izao, ka ka dia mizaka ny zom-pirenena frantsay sy milalao any Frantsa aza izy dia nisafidy ny hiaro ny voninahi-pirenena Malagasy. Nitondra sainam-pirenena Malagasy izy nandritra ny lalao fanokafana omaly. 

ZANAK’I BETSILEO

Hanohana an’iza ny Betsileo amin’ity fifidianana izay hoavy ity ? Anisan’ny fanontaniana mipetraka izany ankehitriny taorian’ny filazan’ny lohandohan’ny mpisorona fa tsy hanohana ny fitondrana HVM intsony izy ireo. Tsy nisy loko manga na ny kely aza nampiasain’ireo zanak’i Betsileo izay nanao fiarahabana nahatratra ny taona, mba ho marika fa efa nisaraka tanteraka tamin-dRajao izy ireo.

Lehilahy iray no maty kilan’ny afo nandritry ny hain-trano izay nitranga ny alin’ny alakamisy teo tetsy Ambatoroka. Nifanampy ny olona tamin’ny famonoana ny afo saingy tsy nahasakana ny fahafatesana izany. Miara-mipetraka amin’ny zanany lahy io rangahy io saingy tsy teo ny zanany tamin’io fotoana io fa nandeha natory tany amin’ny havany. Nentina tetsy amin’ny tranom-patin’ny Hjra ny razana omaly.

ANTANANARIVO ATSIMONDRANO

 

Jiolahy miisa 7 tsy nisaron-tava nitondra basy PA vita gasy 1 no niditra an-keriny tao amin’ny tokantranon’ny mponina antsoina hoe Ratsimiha Pierre, ao Soamanana, Ampitatafika,  ny 7 febroary 2018 tamin’ny 08 ora sy 30 minitra maraina. Avy hatrany dia nanambana basy ny tompon-trano izy ireo ka nitady ny vola, nilaza ny tompon-trano hoe tsy misy vola ato ary nosavain’izy ireo ny paosiny ka nahitany vola 100.000 Ariary sy Finday 01 ka nalainy. Nanao fanarahan-dia ny zandary avy ao ami’ny PA Ampitatafika ary nanokatra ny famotorana.

 

MAEVATANANA

 

Jiolahy 8 lahy no nanafika tao amin’ny tanàna Manongarivo, kaominin’ambanivohitr’i Berivotra 5/5, ny 6 febroary 2018 tamin’ny 12 ora sy 30 minitra. Raha tonga tao an-tanàna ireo dahalo dia nitsoka kiririoka, taitra ny vehivavy iray ka nivoaka ny varavarana ary nitifitra ireo olon-dratsy, ka voan’ny bala teo amin’ny tratrany havia sy ny sandriny havia ary naratra io ramatoa io ka lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny vilany lehibe efatra, vary akotry 5 daba ary dokotra 2. Niantsinanana ny dian’ireo jiolahy rehefa avy nahavita ny asa ratsiny ka nidina haingana tany an-toerana ny zandary avy ao amin’ny PF Berivotra 5/5 nanao ny fitsirihana sy ny fanarahan-dia, raha ny fanazavana.

 

Fiara Camion Renault Fourgon an’olona mpivarotra iray nitondra Biskoitra sy vatomamy avy any Antananarivo ho any Ambanja no nandeha mafy loatra ka nanitsaka lavaka alohan’ny hiditra ilay tetezana ary dia tsy voatazon’ny mpamily intsony ny familiana ka nilatsaka tao anaty rano teo amin’ny tetezana Andriatoany, fokontany Marotaolana, kaominin’ambanivohitr’Antsiafabositra, distrika Maevatanana, RN4 PK 269+900 ny 7 febroary 2018 tamin’ny 3 ora sy 45 minitra maraina. Naratra kely vokatr’izany ilay mpamily 38 taona sy ny mpanampiny mpamily 23 taona.

.       

AMBOHIDRATRIMO

 

Fiara taxi be Mazda  avy any Ambohibao no nandeha mafy  nidina fidinana ka nandona  mpivady nandeha an-tongotra tamin’ny sisin-dalana an-kavanana ny 8 febroary 2018 tamin’ny 6 ora maraina teo Ankadindravola, lalana mampitohy an’i  Ivato sy Antehiroka. Tafasitrika tao ambanin’ny fiara ilay lehilahy  ary ilay vehivavy nipitika lavitra ka naratra ary maty ilay lehilahy rehefa tonga teny amin’ny hopitaly loterana Ambohibao. Ilay vehivavy kosa efa nahazo fitsaboana raha notazomina ao amin’ny PA Ankadindravola ilay mpamily. 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaram-bahoaka miha mahazo vahanaHampidi-doza rehefa propagandy

Toy ireny manondraka rano an-damosin’ny gana ireny ireo mpanabe, mpanao politika, indrindra ny mpitondra fanjakana sy ny fitsarana raha miteny matetika amin’ny haino aman-jery fa tsy kolontsaina Malagasy ny fitsaram-bahoaka ary habibiana tsy roa aman-tany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

FanabeazanaMivadibadika ny minisitra ?

Anisan’ny nampalaza ny minisitry ny fampianarana ambaratonga faharoa sy fanabeazana fototra Rabary Paul ny fahasahiany. Lasa nitombo ny mpiasam-panjakana mpampianatra (10.000 isan-taona), maimaimpoana ny fiatrehana ny fanadinam-panjakana Cepe sy Bepc.

  Amin’ity taom-pianarana 2017-18 ity anefa  lasa handoavam-bola indray izy io, miovaova isaky ny CISCO. Misy ny nampandoavina 1000 ariary ho an`ny CEPE, nisy ny nampandoavina 3 000 ariary ho an`ny BEPC. Hatramin’izay dia nisy ny solon’ny vovoka lakre (Subvention) fanome ireo mpampianatra. Amin’izao anefa vitsy sisa no nahazo, indrindra ny tsy miankina. Nisy ireo sekoly izay tsy nahazo mihitsy ny mpampianatra ambaratonga faharoa tao aminy. Nasaina namerina nameno fiche de vacation ireo mpitsara BEPC 2017tao amin`ny lycee teto an-drenivohitra. Novana daholo nyfiche teo aloha.  Ireo niasa 5 na 4 andro dia novana ho 3andro daholo. Marihina fa 30 000Ar isan’andro izy io. Ny minisitry ny fanabeazana koa no mbola nahasahy nanova ny tetiandrom-pampianarana in-droa ao anatin’ny taona iray vokatry ny pesta. Hitondra vokany tsara ve io fivadibadihana io sa handentika ny fampianarana ka hampihena ny salam-pahavitrihana eo amin’ny ray aman-dreny sy ny mpianatra ?Nangonin-dRabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Fanabeazana mampiatyHo arahi-maso akaiky amin’ity taona ity

Nifanolotra mari-pankasitrahana noho ny fiaraha-miasa nandritra ny taona 2017 tetsy amin’ny Le Pavé Antaninarenina, omaly, ny avy eo anivon’ny fiaraha-monim-pirenena, sehatra fanabeazana (CONAMEPT) sy ny ministeran’ny fanabeazana eto Madagasikara.

 

Maro ireo asa izay niaraha-nanao teo amin’ny roa tonta,  isan’izany ny nahafahana nandray ireo tolo-kevitra ho amin’ny fanatsarana ny fanabeazana tafiditra ao anatin’ilay Teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana na “Plan Sectoriel de l’Education” (PSE). Zava-dehibe tao anatin’ireo tolo-kevitra ireo ny fanomezan-danja manokana ny sehatry ny fanabeazana mampiaty, izany hoe, tsy manavaka na iza na iza, na tomady io na manan-kilema, araka ny fanazavan’ny mpandrindra nasionalin’ny CONAMEPT, Huguette Rakotoarivony, satria somary taraiky ity fomba fanabeazana ity, eto amintsika.  Eo ihany koa ny ady amin’ny tsy fahaizana mamaky teny sy manoratra ary mikajy, ny fampivoarana ny fanabeazana, hitondra any amin’ny tsaratsara kokoa. Tanjona goavana ny fanaraha-maso ara-tekinika an’ity tetikasa ity, iarahana amin’ireo fiaraha-monim-pirenena toy ny “CONAMEPT”, hoy kosa ny avy eo anivon’ny minisitera, izay niara-namolavola azy. Manomboka amin’ity taona ity moa no hanatanterahana azy io ka hatramin’ny taona 2022, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsim-pianarana mankany ivelanyFirenena 4 no tena mahaliana ireo tanora Malagasy

Firenena efatra no mbola tena mahaliana ny tanora Malagasy hanohizana fianarana any ivelany ankehitriny dia i Canada, Autriche, Allemagne ary Etazonia, raha araka ny fanadihadiana natao.

 Ho an’i Autriche manokana mantsy raha araka ny fanazavan’i Jacky Fanambinana, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny Faneducation Agency dia mbola misy any an-toerana ny oniversitém-panjakana tsy handoavam-bola nefa tena tsara tokoa. Ankoatra izay dia ny lalam-piofanana  informatika sy ny business administration no tena mahaliana ny mpianatra noho izy ireo mora ahitana asa. Mba ho fanampiana ireo tanora mpianatra Malagasy maniry ny hanohy ny fianarany any ivelany ary dia tanterahina etsy amin’ny hotel Louvre Antaninarenina nanomboka omaly ilay hetsika “ Education Global  Expo” karakarain’izy ireo.  Hifarana anio sabotsy izany ka ny tanjona dia ny mba hahafahana manampy sy manohana ireo tanora mpianatra amin’ny fikasany hivoaka any ivelany na amin’ny resaka fikarakarana taratasy izany eny hatramin’ny fitsenana azy eny amin’ny seranam-piaramanidina sy ny trano honenany. Tsiahivina moa fa efa nahatratra 50 isa ireo tanora Malagasy mpianatra nalefan’ny Faneducation Agency tany ivelany tamin’ny taona 2017 lasa teo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiasana ny “Puces RFID” sy ny “GPS tracker”Manana tetikasa goavana ny IT University

Oniversite tsy miankina tena mamiratra amin’ny fampianarana ny tontolon’ny Informatika eto Madagasikara ny IT university eny Andoharanofotsy, ary efa namoaka mpianatra maro be mamiratra hatrany ampitan-dranomasina amin’io sehatra io.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Solitany eto MadagasikaraAzo avadika harena be

Anisan’ny firenena manana harena be tsy hita lany i Madagasikara, na ankibon’ny tany io na any ambony. Iray amin'ireny ny solitany izay mivadika ho solika moa avy eo.

 

Manana Blocs pétroliers 100 eny amin’ny ranomasina isika ka 40 amin’ireo dia hanaovana « appel d’offres » amin’ity taona 2018 ity. Amin’izao fotoana hanoratana izao (09/02/2018) dia 15 ireo orinasa mpitrandraka solitany miara-miasa amin’ny fanjakana Malagasy amin’ny alalan’ny OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques) ka ny 3 dia fifanarahana amin’ny fitrandrahana an-dranomasina ary ny 12 dia an-tanety. Ankoatr’izay, Tsimiroro dia mamokatra menaka mavesatra eo amin’ny 3 miliara barila eo ho eo ary heverina fa hamokatra 100.000 barils isan’andro izy io ao anatin’ny 20 taona, misy solitany maivana sy etona natoraly ihany koa anefa ao aminy. Bemolanga indray dia heverina fa misy menaka tena mavesatra ary eo amin’ny 16,6 miliara barila eo no ho eo no vokariny ary afaka  mamokatra 180.000 barila isan’andro mandritra ny 30 taona eo ho eo.

 

Hiteraka harena

Miteraka  harena be ho antsika ny fitrandrahana an’ireo raha mahay manararaotra tsara isika, saingy mitarazoka izany noho ny krizy mifandimby eto amin’ny firenena. Misy ohatra ny fizahan-taratra efa atao ary efa misy mpamatsy vola liana saingy noho ny savorovoro  noho ny krizy politika dia tsy mitohy ny asa. 60.23 dolara na 192 393 Ariary (1dolara=3194 Ar) ny vidin’ny barila amin’ny tsena iraisam-pirenena izany ka raha ireo famokarana ireo no kajiana dia hanankarena mihitsy Madagasikara satria hihena ny fahasahiranana ara-bola noho ny fidiran’ny vola vahiny eto. Tombony be ho antsika araka izany ny fitrandrahana atao ary mbola eo ihany koa ny vola ampidirin’ny faikan’ny solika (résidu) ao Bemolanga izay tsy inona fa tara (goudron) tena ilain’i Madagasikara amin’ny fanamboaran-dalana. Mbola maro koa anefa ny toerana afaka trandrahana tsara toa an’i Maintirano, Morafenobe, ny any amin’ny faritra atsimo, ny any anaty ranomasina…  saingy olana ny lalana ka tsara raha manana foto-drafitr’asa maty paika isika. Tombony ho an’ny firenena ihany koa ny fidinan’ny vidin’ny solika rehefa mamokatra isika ary tsy maintsy hipaka amin’ny sarambabem-bahoaka izany satria tombanana fa hihena amin’ny antsasany ny vidin’ny litatry ny solika ary tsy maintsy hidina koa raha ny lojika ny saran-dalana ary hihena mihitsy ny tahan’ny fisondrotan’ny vidim-piainana ankapobeny (inflation)

 

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifindran’ny taksibrosy eny AndohatapenakaMbola tena ady sy tolona

Tsy mbola hifindra eny amin’ny tobim-piantsonana vaovao eny Andohatapenaka ireo mpitatitra mihazo ny lalam-pirenena voalohany sy fahefatra ary fahenina.

Lalaina, mpitatitra mampiasa iny lalam-pirenena voalohany iny :Ny anay aloha ilay hamolaka tsena vaovao no tena mampanahy anay e ! Somary ankebakeban-tany ihany mantsy no misy an’Andohatapenaka. Ankoatra izay, tokony hiara-mifindra daholo ny mpitatitra fa raha misy mbola tavela mantsy eny amin’ny sisiny eny dia mety hamono ny tsena izy ireny.

Bera, mpitatitra mampiasa ny lalam-pirenena fahefatra :  Ny anay indray aloha lasa akaiky ny lalana aleha e ! Vao mivoaka ny tobim-piantsonana mantsy dia mahazo ny lalam-pirenena fahefatra. Ny indro kely fotsiny dia ny hamolahana ireo mpandeha hampiasa ity toerana ity sy ny resaka fahadiovana. Teny Ambodivona mantsy afaka mahita ny rehetra amina toerana iray ny mpandeha iray.

Fano, mpitatitra mampiasa ny lalam-pirenena fahenina : Ny anay ny koperativa efa vonona amin’ny ankapobeny. Efa misy ny toromarika mandeha omena anay mpitatitra amin’izao.Na izany aza anefa ohatran’ny mbola olana kely ny famolahana ny mpandeha sy ny fampiasana zavatra raitra sy avo lenta tahaka ireny.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lainga marivo tototra

Ity fanjakana HVM ity no tompondakan’ny laza ratsy sy ny tsy fanjariana rehetra hatramin’ny nahazoantsika ny fahaleovantena. Kolikoly avo lenta, afera maloto tapitr’ohatra, famarotana tanindrazana…

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao Olimpika – Pyeongchang 2018Atleta 2975 no hifaninana

Nisokatra tamin’ny fomba ofisialy tany Pyeongchang,Korea atsimo ny lalao olimpikan’ny ririnina andiany faha 23.

Mampiavaka azy ity ny fitambaran’i Korea roa tonta any anatin’ny lalao Hockey sur glace sy ny fiarahan’ny delegasionin’ny roa tonta nilahatra nandritra ny lanonam-panokafana.Miisa 92 ny firenena mandray anjara amin’ity lalao ity ka anisan’izany i Madagasikara; mahatratra 2925 kosa ireo atleta hifaninana amin’ireo taranja 15 ary 102  ireo medaly volamena ho zaraina.Ity no lalao olimpika amin’ny andro ririnina nahitana mpandray anjara betsaka indrindra hatramin’izay.

 

Anisan’ny nananosarotra ny fandaniana ny tetibola 2018 tany Etazonia izay nampitotongana ny fitantanan-draharaham-panjakana. Lany omaly zoma 9 janoary ihany teo anivon’ny kongresy sy ny antenimierandoholona sy ireo solontenam-panjakana tamin’ny isam-bato 240, raha 186 ireo nitsipaka ilay izy. Tafiditra ao ny fanatontosan’i Donald Trump ireo nampanatenainy ny vahoaka Amerikanina tamin’ny fampielezan-kevitra sy ny hanampiana an’ireo tanàna ravan’ny rivodoza sy ny doro tanety tamin’ny taona 2017. Matevina ihany koa ny tetibola natokana ho an’ny tafika sy ny fiarovana ao anatin’izy ity.

MACRON SY POUTINE

Nisy ny fifampiresahana an-telefaonina teo amin’ny filoha Frantsay Emmanuel Macron sy i Vladmir Poutine ny zoma teo ka anisan’ny anton-dresaka tao ny fitsidihan’ny filoha frantsay an’i Rosia , ny momba ny Trianon na ilay fifampiresahana eo amin’ny fiarahamonim-pirenena Frantsay sy Rosianina natomboka tamin’ny volana desambra 2017 ; noresahana ihany koa ny momba an’i Ukraine sy ny raharaha any Syria ary ny toe-draharaha iraisam-pirenena amin’ny ankapobeny. Nitondra lohahevitra maromaro ihany koa amin’ny zava-misy eo amin’ny roa tonta, ary ny fandraisana anjaran’ny filoham-pirenena Rosianina amin’ny Atrikasa ara-toekarena any Saint-Pétersbourg izay hotontosaina amin’ny volana mey. 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Bary Rafatrolaza “Tsy maintsy araha-maso ny voly hazo natao”

Rehefa vanim-potoana toy izao dia maro ireo sokajin`ny olona no manao ny hetsika fambolen-kazo. Madagasikara rahateo dia tsy afa-bela amin`ny fiovan`ny toetr’andro ka nametraka fanamby ny fanjakana fa handray anjara amin`ny hetsika ireo minisitera sy sampandraharaham-panjakana manerana ny nosy.

 

Marigny

 

                                                                               

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kintan’ny Fanatanjahantena Malagasy José RakotoharisonNampiova ny fitondran-tenako ny Rugby

Ny mpilalao taranja rugby à XV malaza eto amin’ny tanàna sady reharehan’ity taranja ity hatrany ampitan-dranomasina any no vahinin’ny Kintan’ny Fanatanjahantena eto amin’ny Tia Tanindrazana anio sabotsy 10 febroary 2018.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatra herinaratry ny JIRAMAAndoavana volabe sady mety hampigadra

Rehefa tsy ny avy eo anivon’ny orinasa Jirama na jiro sy rano Malagasy no nametraka ireo tariby mpampifandray herinaratra amin’ny trano iray, izany hoe tsy ao anatin’ny lisitr’ireo mpanjifan’ny Jirama ihany koa ary mazava ho azy, tsy manana taratasy fandoavam-bola mazava dia antsoina hoe mpangalatra jiro ianao izay.

  Raha ny fanazavan’ny teknisianina dia efa maro ireo tratra maka herinaratra (mangalatra) amin’ny alalan’irony andrin-jiro irony ho ao an-tokantranony. Tsy vao izao izany no nitranga fa efa talohan’ny taona 1990. Tsy vitsy koa anefa ireo nijabaka sy lasa any amin’ny varo-tsy mifody vokatry ny filingilingirany manao ity fomba ratsy ity satria rehefa tsy ny tekinisianina no mametraka ireo tariby dia mety hifandipatra any amin’ny tsy tokony ho izy izany ary miteraka fibiriokan’ny herinaratra (court circuit). Nanomboka tamin’ity herinandro ity moa dia re fa manara-maso, mitety ireo trano mampiasa herinaratra amina faritra vitsivitsy eto Antananarivo renivohitra sy ny manodidina ny Jirama ka izay tratra mangalatra dia kaotiana amin’ireo vata mila herinaratra ao an-tranony sy ny totalin’ny fotoana nampiasan’izy ireo izany ny lamandy alohany. Nisy ihany koa ny taratasy efa nozaraina tamina tokantrano maro hamenoana amin’ny antsipirihan’ny fitaovana misy sy ampiasaina ; natao izany mba hahafahan’ny Jirama mikajy ny salanisan’ny fandaniana herinaratra ao amin’ny tokantrano iray.Voatsirika avy amin’io ny mety fangalarana herinaratra; re fa misy ny efa tratra ka tsy maintsy hanefa vola sazy hatrany amin’ny 10.800.000 ariary izao, ohatra, raha ny fanazavana azo hatrany.

Maro koa anefa ny tokantrano mitaraina fa misy mpiasan’ny Jirama mpanao fitsirihana no mila vaniny sy mitaky vola tsotra izao fa hoe misy tsy milamina ny kaonteran-jiro. Manamafy ny Jirama fa tsy maintsy mampiseho taratasy mazava ny olona manao fitsirihana vao ampidirina ny tokantrano sy mijery ny kaontera.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Manao antsojay ny PrefeMety tsy handray karama ny mpiasan’ny CUA

Nanao fanambarana, omaly, ny Sendikan’ny Mpiasan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra (SMKAR), tamin’ny alalan’ny sekretera jeneraliny, Mamy Rafanomezantsoa.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Moramora ihany

Arahabaina aloha ianao ry Jean fa dingana lehibe iny vitanao teo iny aa ! Hitako ohatry ny tena nentanentaniny be ihany nefa ianao teo. Ianareo rehetra mihitsy moa izany ee! Tena mahafinaritra leiretsy ilay hafanam-po aa!

Tsaroanay daholo ny zava-boalazanareo teo. Ohatran’ny resaka atao fa raha fahitako azy teo tsy ho moramora mihitsy ny hahazo anareo fahafaha-manantontosa ny zavatra toy ireny aa! Ianareo ve mihevitra hoe hijoro fotsiny ny olona? Tena mba asio jery lavitra ihany aloha ee! I Jean tsinjaka ato io izao mbola manohy ny fampihesonany ary dia milaza hatrany fa milay ny adala ee! Ny dikan’izany ry Jean dia hoe mbola te hifikitra eo foana izy aa! Mbola maro koa anefa ny mpilalao ee! Nolazainareo fa tsy misy maharesy lahatra anareo moa ry zareo ireny na ny iray aza saingy tsarovy ihany aloha fa ny olona anie na  tsy mitovy firehana aminareo aza mety misy ampahany marina mety aminareo ihany ny koziny ee! Ianao sy ny ekipanao mantsy ho aho ohatry ny entanentaniny be fa izaho miteny ihany hoe tsitsiho aloha ny aina sao tsy hahatratra ny taona eo an! Hi hi hi..! kourazy enao!!

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fandavana kandida tsy miankinaTsy ekena, hoy ny Asandratro ny tanindrazako

Avo dia avo omaly ny feon’ny filohan’ny antoko politika Asandratro ny tanindrazako nandritry ny tafa nifanaovan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety tetsy amina toerana iray etsy Ambondrona (Espace Tsara vin) manoloana ny fikasana hikapa ranjo an-kolaka ireo maniry ho kandida tsy miankina amin’ny fifidianana hitranga amin’ity taona ity.

 Na inona na inona hitranga, izahay tsy maintsy hirotsaka amin’ny maha kandida tsy miankina, hoy izy ireo, fa tsy azo ekena ny fandrarana ary tsy tokony hatahotra ny fitondrana raha tena mamim-bahoaka marina. Hatramina fikambanana (association) aza hatahoran’ny fitondrana ankehitriny. Tsy nitsahatra niakatra ny vidim-piainana tao anatin’izao fitondrana izao ary efa 2500 ariary ny kilaon’ny vary ankehitriny. Ny jiro in’enina niaka-bidy tao anatin’ny taona iray. Ny sandam-bola nitotongana. Minisitra tompon’andraikitra amin’ny zava-misy eto ary takianay ny fialany sy fanoloana azy ireo ho olom-baovao mihitsy, ny minisitry ny fambolena sy fiompiana, ny minisitry ny angovo sy ny harena ankibon’ny tany, ny minisitry ny varotra, ny minisitry ny atitany ary ny minisitry ny serasera. Vahaolana atolotray kosa ny hampiasana ireo tany tsy mbola misy mampiasa nefa azo amokarana mitotaly 18 tapitrisa ha eto Madagasikara. Hampianaro mamboly ny tanora satria tanora daholo ny 65%-n’ny Malagasy. Hamoray ny hetran’ireo tantsaha ary hamafiso ny fandriampahalemana any ambanivolo. Misy mpitandro ny filaminana ihany koa manery kamiao fotsiny nefa ny manempotra vahoaka amin’ny etona mandatsa-dranomaso no hainy. Aleo ny kamiao sasany alefa any am-bala hitaomana ny vokatry ny tantsaha avy any ambanivohitra, hoy hatrany ny Asandratro ny tanindrazako.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Efa mipetrakapetraka ny kajin’ny HVM

Ny 15 aprily no hikatona tanteraka ny lisi-pifidianana. Mbola manana fotoana hahafahana manamarina sy manoratra anarana ao anatin’io lisitra io izany ny isam-batan’olona.

 

 Mihetsiketsika sy manentana ny olony ny antoko HVM amin’izao fotoana na tsy mbola nisy aza ny fanambarana ofisialin’i Hery Rajaonarimampianina, izay ampirisihin’ny mpikambana hirotsaka. Ampiasaina ny fomba rehetra hahazoana olona maro, ary tonga hatramin’ny fanambazana ara-bola, raha ny fomba fiadiny hatramin’izay. Miezaka mafy mifehy ny rafi-panjakana rehetra, ary tena hatrany ifotony mihitsy no katsahina hotambazana na hoterena hampanaiky ny vahoaka hanohana sy hifidy ny HVM. Ny lehiben’ny fokontany indray izao no kotiana mafy, ary nahavita namory azy ireo am-pitaka mihitsy aza teny Antananarivo Atsimondrano, tapa-bolana lasa teo ho eo. Raha ny lalàna no dinihina dia eo ambany fiadidian’ny minisiteran’ny atitany ny fokontany ary io no tadiavina hatao fitaovana lehibe hampiasaina manerana ny nosy handresena ny HVM, ankoatra ireo kajikajy hafa efa fahita sy efa mipetrapetraka. Tena miomana ny HVM na amin’ny fomba madio na maloto. Na amin’ny lafiny teknika na ara-bola, ka raha ny tsilian-tsofina dia an-jatony miliara ariary ny vola hatontony amin’ny fifidianana filoham-pirenena. Mba ahoana kosa ny hafa eo anatrehan’izany ? Io no maha zava-dehibe ilay lalàna mifehy ny fifidianana mba hampazava ny fitsipi-dalao rehetra fa tsy hoe samy manao izay zakany na samy manao izay tiany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

HCC AmbohidahyNahavita fianianana Rabetokotany Tahiana

Feno sivy tanteraka ankehitriny ny isan’ireo mpikambana eo anivon’ny Fitsarana Avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC. Nanatanteraka ny fianianany tetsy amin’ny foiben’ny HCC Ambohidahy omaly Rtoa Rabetokotany Tahiana,

 izay ao anatin’ireo mpikambana 3 notendren’ny filoham-pirenena ary misolo toerana an’i Yvonne Lala Herisoa Raharison izay nodimandry tamin’ny volana martsa 2017. Nilaza sy nanambara teo imason’ny rehetra izy fa vonona ny  hanaja ny lalàmpanorenana sy ny lalàna manan-kery eto amin’ny tany sy ny firenena, hanaja ny tany tan-dàlana sy ny demokrasia ary koa hanaja sy tsy hamoaka ny tsiambaratelon’ny didim-pitsarana. Nitarika ny lanonana ny filohan’ny HCC Atoa Jean Eric Rakotoarisoa, izay nampatsiahy fa mahaleotena tanteraka amin’ny fanapahan-kevitra raisiny ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana. Nandray ny asany avy hatrany Rabetokotany Tahiana taorian’izay. Efa mpikambana teo anivon’ny filankevitra ambonin’ny mpitsara nanomboka ny taona 2014 ny tenany.

9 no isan’ireo mpikambana ao amin’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ka ny telo tendren’ny filohan’ny repoblika, ny 2 avy amin’ny antenimieram-pirenena, ny 2 avy amin’ny antenimierandoholona ary ny 2 farany avy amin’ny filankevitra ambonin’ny fitsarana. Ny HCC no manana ny fahefana faratampony hanaiky na handa ny lalàna iray, izy ihany koa no mitsara ny fifandirana misy eo fitondrana foibe sy ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana no sady mamoaka ny voka-pifidianana ofisialy

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Filoha sy praiminisitraSahirana mifehy mpamosavy malemy

Soa lavo hahay hamindra, hoy ny oha-pitenenana izay, saingy raha ny zava-manjo sy ataon’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, sy ny praiminisitra no dinihina dia, asa, difotry ny dosie misavovona dinihina isan’andro ve sa tena efa diso matihanina kosa ireo mpamosavy malemy ao an-dapa amin’ny fampihesonana azy mirahalahy ireto ka dia nihesona hatramin’ny mpampihesona?

 

 Vao nandray fahefana teo Mahamasina ny filoham-pirenena ny 25 febroary 2014 dia efa dika mitovy tamin’ny kabarin’ny filoha Frantsay, Nicholas Sarkozy, no nataony.  Azo antoka koa fa hahatsiarovan’ny vahoaka Malagasy ity filoha ankehitriny ity, rahatrizay izy tsy ho eo intsony, ilay fampanantenana hoe “3 volana dia ho foana ny delestazy”, izay vao mainka aza moa mirongatra hatramin’izao. Iza koa re no mba ao ambadiky ny fanaratsiana ny endriny amin’ity fisoparana ny filoha teo aloha, Marc Ravalomanana, sy ireo tsy mitovy firehana amin’ny  fitondrana ity ee? Etsy an-kilany kosa, ny praiminisitra fahatelo sady azo antoka fa ho farany ao anatin’izao fitondrana izao, Mahafaly Solonandrasana Olivier, dia hita ho miteny matetika amin’ny haino aman-jery saingy hita ho “gouvernement de dégâts” koa ankehitriny ny “gouvernement de combat” nohirainy.

Tazomy amin’ny vavako

Voambolana efa nivoaka tamin’ny vavany ny hoe “tazomy amin’ny vavako”, roa taona lasa izay, “ fa tsy hiotra ity volana ity akory dia ho hita ireo mpanao trafika..” kanjo moa tsy nifanaraka tamin’izay ny zava         - nitranga. Isany koa ny hoe “efa voafehy” ary dia nanara-davahana izany moa taty aoriana ny minisitry ny fahasalamana. Inona akory anefa? Tsy voafehy ny fitsaram-bahoaka, ny tsy fandriam-pahalemana, ny fiakaran’ny vidim-piainana. Ny raharaha Claudinne Razaimamonjy izay nanomboka nafampana ny taona 2016 no tena no tena nandoto tanteraka ity praiminisitra ity satria dia isan’ny voatonona ho mpanome baiko  tamin’izany ny tenany. Voalaza tamin’izany fotoana fa olona tao anaty fitondrana ihany no namoaka ny vaovao. Ny farany teo moa no tena nahatsikaiky satria dia nilaza ny tenany fa hizaha fasalamana kely any ivelany ary haharitra herinandro any. Ny ampitson’iny ihany anefa ingahirainy dia niverina vao nahare fa nosoloina ny toerana maha praiminisitra azy. Ary tsy fizaham-pahasalamana velively no nolazaina fa antony nivoahany fa hoe namita iraka. Samy hita ho misavoritaka ambony ambany ankehitriny na ny eny Iavoloha na ny eny Ambohitsorohitra ary hita ho tena sasatra sy voatery mamono afo amin’ny hafitsok’ireo mpamosavy malemy izy mirahalahy.

J. Mirija

 

News Mada0 partages

Mahazoarivo : tratra ireo roa lahy mpisoloky tany

 Naiditra am-ponja vonjimaika, afakomaly ireo roa lahy voarohirohy ho mpisoloky tany tratran’ny polisy teny Mahazoarivo, ny talata teo. Naharay fitoriana ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany Analakely, ny alarobia 24 janoary 2018 momba ny fampiasana hosoka amina taratasy fanamarinana maha mpandova. Taty amin’ny volana janoary 2018 ny mpitory no nahafantatra ny fisian’izany taratasy izany ka nanatona ny polisy satria tsy nampanao izany taratasy izany. Rehefa natao ny famotorana, voamarina teo anivon’ny polisy fa hosoka avokoa ny fitombokase sy sonia hita amin’ilay taratasy. Nandeha ny fanadihadiana ka fantatra fa lehilahy iray no nampanao ity taratasy fanamarinana ny maha mpandova ity izay nataony tamin’ny anaran’ilay olona mpitory azy ireo. Nandeha ny fikarohana ka tratra teny Mahazoarivo ny iray raha nitolo-batana teny amin’ny polisy ilay namany.

J.C

News Mada0 partages

Andrefan’Ambohijanahary : tratra ireo telo lahy nisoloky amin’ny resaka merkiora

 Voasambotry ny zandary miasa ao amin’ny sampam-pikarohana manokana amin’ny raharaha heloka bevava ao amin’ny “direction de la police judiciaire” teny Andrefan’Ambohijanahary, ny 6 febroary 2018 teo ireo telo lahy mpisoloky avolenta amin’ny resaka merkiora…

 Misy andian’olona mpisoloky milaza fa manana merkiora amidy, kanjo alain’izy ireo fotsiny ny volabe ka tsy hita izy ireo avy eo. Misy koa anefa ireo milaza fa manana izany, saingy voagejan’ny zandary na polisy ny merkiora ka mitady volabe ireo mpitandro filaminana ireo hamerenana izany amin’izy ireo. Noho izany indrindra, mila fanampiana amin’olon-kafa ara-bola ireo mpisoloky milaza ho manana merkiora mba hakana izany any amin’ny polisy na zandary.

Nahazo loharanom-baovao momba izany ny zandary avy ao amin’ny Toby Ratsimandrava fa misy andian’olona hita sy milaza manao io fomba fiady io ka mody milaza ho mila vonjy fa sao ho faty ny namany. Nilaza ireto mpisoloky ireto fa tazonin’ny zandary any amin’ny tany tsy fantatr’izy ireo ny naman’izy ireo iray antsoina hoe Alain miaraka amin’ny merkiora 2 litatra. “Ao anaty thermos misy “code” avy any amina teknisianina iray ao amin’ny ambasady amerikanina ny misy io merkiora io”, hoy ireo mpisoloky, araka ny fanazavan’ireo zandary nanao ny fandihadiana. “Misy code manidy azy io” hoy ihany ireo mpisoloky ka tsy hain’ireo zandary mpanageja ireo ny manokatra azy, hany ka vola 2 tapitrisa Ar ny takin’izy ireo mba hamotsorany an’i Alain sy ny entana fa raha tsy izany vonoin’ireo zandary ireo izy.

Foronina fa tsy misy akory…

 Nolazain’ireo mpisoloky hatrany fa hoe alefa amin’ny findain’io Alain io ny vola ka rehefa voaloany amin’ireo zandary any an-toerana any io vola io dia votsotra izy. Izay manampy azy ireo manome io vola io noho izany, hahazo ny ampahatelony amin’ny vidin’io entana izay efa miandry fotsiny ilay vazaha hividy azy amina miliara maro, raha ny filazan’ireo mpisoloky.

Mody niadiana varotra ireto mpisoloky ireto ka lasa nivoaka nilaza fa hiantso an’i Alain mba hiady varotra amin’ireo zandary. Tantara efa maty paika noforonin’ireo mpisoloky avokoa anefa izany, araka ny fanazavan’ny zandary fa tsy misy akory ilay olona antsoina hoe Alain.

Niverina ry zalahy ka nilaza fa 1 200 000 Ar no neken’ireo zandary fa tokony homena azy ireo ary halefa haingana amin’ny fandefasana vola amin’ny telefaonina finday. Efa nandrasana fotsiny anefa ry zalahy tamin’io fotoana io ka noraisim-potsiny raha iny hivoaka ny vavahady iny ka notanana hanaovana famotorana avy hatrany. Niaiky ny heloka vitany ry zalahy nandritra ny famotorana ary nilaza fa tsy misy ilay Alain voatazon’ny zandary sy ny merkiora fa entina hanjonoana izay azo fitahina fotsiny. Efa maro ny olona voasolokin’izy ireo.

Jean Claude

L'express de Madagascar0 partages

Justice – L’avocat d’Houcine Arfa absent au procès

Houcine Arfa et son avocat n’ont pas comparu hier au Tribunal. À travers le renvoi ferme, l’affaire doit être jugée le 9 mars en présence ou non des concernés

 

Abrégé. Les chasseurs d’informations sont rentrés avec de maigres résultats hier à Anosy. Espérant s’enquérir de détails croustillants des plaidoiries des deux parties, le procès du franco-algérien Houcine ArfaYeres contre Michel et Vonjy Randriamaromanana a été écourté.Appelé trois fois par la présidente, l’avocat de l’évadé ne s’est pas manifesté. Ainsi, le juge a décidé de prononcer le renvoi ferme pour le 9 mars 2018. « HoucineArfa a demandé un appel contre le jugement qui le condamne à trois ans d’emprisonnement. Comme il n’est pas présent et que son conseil a déposé une lettre pour demande de renvoi, le procès est ajourné », a expliqué Maître Harinirina Raveloson, conseiller de la famille Randriamaromanana.L’affaire jugée hier est la suite de la plainte de Vonjy et Michel Randriamaro­manana contre Houcine ArfaYeres pour tentative de kidnapping et extorsion de fonds. Selon l’avocat des Randriamaromanana, en tant que « conseiller en sécurité » auprès de la Présidence, Houcine Arfa aurait sollicité la collaboration de Vonjy Randriamaromanana pour fournir des équipements de surveillance électronique pour les palais d’Ambohitso­rohitra et Iavoloha. Plus tard, la mission d’Houcine Arfa aurait changé et Vonjy Randria­ma­romanana aurait refusé de le suivre dans ses nouvelles attributions. Ainsi, le franco algérien aurait commencé à lui présenter des factures salées valant plusieurs millions de dollars pour lui mettre la pression. Vonjy aurait dû se cacher pour se défaire de toute cette pression.

Suite et finHoucine Arfa, muni de convocation en blanc et accompagné par des éléments des forces de l’ordre, aurait menacé d’emmener la mère de Vonjy Randriama­ro­manana pour le débusquer.Les Randriamaromanana ont ainsi déposé une plainte contre Houcine Arfa, et pendant son arrestation, d’au­tres charges se sont ajoutées à son endroit. Lors de son arrestation le 20 juin, des équipements de sniper, 25 500 euros et 215 millions d’ariary ont été découverts à son domicile à Ambolokandrina. Le procès d’hier concerne donc l’extorsion de fonds et la tentative de kidnapping. Suite à son évasion le 28 décembre 2017, Houcine Arfa, par ses multiples sorties médiatiques, a réussi à décrédibiliser tout le système judiciaire malgache.Déclarant avoir soudoyé le ministre de la Justice, son directeur de cabinet, la procureure de la République par le truchement du chef de la brigade criminelle, les propos d’Houcine Arfa ont trouvé dans l’opinion publique un terrain très favorable pour déstabiliser la Justice malgache. La suite de l’avis de recherche lancé contre lui est attendue, ainsi que les instructions de la Justice française pour tirer cette affaire au clair. Au niveau national, le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) affirme avoir déjà auditionné une dizaine de personnes. Saisi par le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) apportera également sa version.La date du 9 mars sera donc décisive pour les Randriamaromanana. « Le renvoi ferme signifie que l’appel doit avoir lieu, même si Houcine Arfa et/ou son conseil sont absents », conclut maître Harinirina Raveloson.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Brigandage urbain – Des endroits à hauts risques à Analakely

Analakely et ses environs remportent le haut de la palme en matière d’attaque contre les passants. Des zones sensibles sont identifiées et tenues à l’œil. 

Coup de balai policier aux abords d’Analakely. Un dispositif a été mis en place par le commissariat du premier arrondissement pour mettre derrière les barreaux les détrousseurs et les pickpockets embusqués dans cette circonscription. D’après la police, ces pickpockets, voleurs à la tire et détrousseurs, écument surtout la descente à Ambohijatovo, en passant par les pavillons d’Andohana­nalakely, la place de l’avenue ainsi que Beho­ririka. Ils sont âgés de neuf à soixante-deux ans. La plupart d’entre eux, les plus dangereux, ont entre quinze et vingt-cinq ans.« Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Le nombre de personnes arrêtées pour vol à l’encontre de passants est passé de 256, en 2015, à 127, en 2017. Il y a deux ans, le commissariat recevait chaque jour trois à quatre plaintes relatives à de pareils actes de banditisme, soit un total annuel de 181. Actuellement, une ou trois plainte(s) sont enregistrées chaque semaine, soit 101 plaintes pendant l’année», affirme  le commissaire Marcel Rabenandrasana, chef du commissariat de sécurité publique du premier arrondissement à Analakely.

Récidives À l’entendre, des policiers en tenue civile sont déployés dans les points sensibles pour se fondre dans le décor, surtout pendant les tranches horaires où les méfaits sont concentrés.Le plus souvent, les malfaiteurs sévissent en fin d’après-midi jusqu’en début de soirée, entre 17 heures et 19h 30, pour mieux s’attaquer aux piétons qui regagnent leur foyer. Et puis le calme avant la tempête, jusqu’à 23 heures, où les détrousseurs sont moins actifs, avant qu’ils ne reviennent à la charge jusqu’à 3 heures du matin. Ce sont les noctambules ainsi que les personnes qui rentrent tard qui sont alors prises pour cible.«Les détrousseurs et voleurs à la tire qui opèrent la nuit sont dans le collimateur de nos éléments de patrouille. Nous intervenons, non seulement, sur base de renseignements mais aussi lorsque des appels de détresse nous parviennent», ajoute le commissaire de police Marcel Rabenandrasana.Sur cette même lancée, il signale de multiples récidives. «Sitôt leurs peines purgées, certains des ex-détenus n’attendent pas pour récidiver et se faire arrêter peu de temps après leur libération», déplore le commissaire du premier arrondissement.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Refondation – Razafindravahy reprend  sa marche dans le Betsileo

Le parti ADN reprend sa grande marche pour la refondation dans le pays Betsileo. Droit dans ses convictions, le parti libéral table sur une refondation basée sur le fédéralisme approprié (Federalisma Sahaza).

Retour à la base. Conduit par Edgard Razafindravahy, son chef de file national du parti Antoka sy dinan’ny Nosy – Arche de la nation  (ADN), repart à la rencontre de la population locale. Le parti libéral a repris sa grande marche pour la refondation dans les régions Amoron’i Mania et Haute-MatsiatraL’ADN a fait sa rentrée politique de manière remarquée dans le pays Betsileo. Après une année marquée par des succès à l’échelon international, ce parti libéral revient à ses bases pour consolider les acquis et continuer sa marche vers ses objectifs fondamentaux, en l’occurrence la refondation nationale et la mise en place du fédéralisme approprié.

Le changement de système est impérieux pour apaiser les tourmentsdes Malgaches.

Le succès de l’ADN s’est, entre autres, traduit par la décision de l’International Liberal de faire élire Edgard Razafindravahy, en tant que l’un des 22 membres de sa Commission des droits de l’homme. Une consécration personnelle pour le chef de file national, mais aussi, collectif pour les membres de l’ADN qui confirme en plus sa crédibilité internationale et celle de son programme, des valeurs et des idées qu’il défend. L’Arche de la nation a, en effet, fait le choix de transcender le clientélisme politique pour se consacrer, sans concession, à la lutte pour le bien-être de la population.Une voie qui passe par une nouvelle pratique politique où l’éthique, la droiture et la probité, valeurs rares dans le monde politique malgache actuel, sont les maîtres mots de son chef de file et de ses membres.

La population de Fianarantsoa a répondu présent en nombre à l’invitation de l’ADN.

Changement de systèmeC’est ce choix d’une nouvelle pratique politique et de celle d’éclairer le chemin qui mènera vers le bien-être de chaque ménage qui a amené le parti ADN, son chef de file national en tête, à sillonner dix-neuf régions de Madagascar depuis trois ans. Des descentes sur terrain pour écouter et échanger avec la population locale. Pour connaître à la base, à la source, les aspirations, les besoins, les inquiétudes des citoyens.Ces rencontres ont renforcé la conviction du parti libéral qu’une refondation est nécessaire afin de vaincre les maux qui rongent le pays et le mettent à genou. Une refondation qui, selon les aspirations des Malgaches, devra démarrer par un changement de système étatique de l’État unitaire vers le fédéralisme approprié. Conforté par ses échanges avec la population locale, l’Arche de la nation s’attèle à convaincre les forces vives du pays et les citoyens que « le fédéralisme approprié est le mieux pour le pays».À Amoron’i Mania et dans la Haute-Matsiatra, Edgard Razafindravahy a expliqué que « dans un pays, le problème est, soit les dirigeants, soit la structure de l’État ». Dans ses explications, le membre du Comité des droits de l’homme à l’International Liberal, a indiqué que depuis le retour à l’Indépendance, le système État unitaire n’a pas réussi à Madagascar. « Il est peu probable pourtant, que la population ait systématiquement choisi les mauvaises personnes pour le diriger », a-t-il ajouté.

Les jeunes Fianarois sont ravis d’avoir eudes échanges d’idées avec Edgard Razafindravahy.

Ayant pris l’engagement de porter les voix des Malgaches jusqu’aux plus hautes instances de l’État, Edgard Razafindravahy est, néanmoins, conscient qu’une refondation commence par la base qu’il faut aussi convaincre. À part écouter et échanger avec la population locale, la grande marche de l’ADN consiste aussi, à lui faire part qu’il est temps de monter dans la grande Arche de la refondation.Une Arche qui s’est engagée dans une voie désintéressée, au-dessus des clivages politiques et du clientélisme électoral ponctuel de certains. Où celui qui est à la barre est simplement nourri par un amour inconditionnel pour la patrie, pour ses concitoyens et pour le but de vaincre la pauvreté, d’apporter le bien-être dans chaque ménage. Comme l’a affirmé le chef de file national du parti ADN, lors de sa tournée dans le pays Betsileo, « la marche pour la refondation continue. Elle ne s’arrêtera qu’une fois la refondation du pays depuis la base concrétisée ».

Responsabilité politique

Année électorale ou non, il est de la responsabilité d’un parti politique, d’un homme politique d’éclairer l’esprit des citoyens. De les écouter, d’échanger avec eux pour connaître leurs besoins, leurs aspirations et leurs problèmes afin de pouvoir proposer la solution idoine. « Je porterai votre voix auprès des autorités compétentes », est une garantie qu’Edgard Razafindravahy a donnée aux citoyens qu’il a rencontrés durant ces tournées.Lucide, le parti ADN concède que pour changer les choses, il faut être détenteur du pouvoir. Tranchant avec les mauvaises pratiques du pays, alimentées par le fanatisme de certains et les hostilités des autres, Edgard Razafindravahy porte les voix de la population locale auprès des dirigeants. « Parce que la politique c’est aussi débattre, partager et convaincre les autres de ses convictions », soutient-il. C’est ainsi que les tenants du pouvoir ont appliqué en partie, l’idée de la Justice foraine, par exemple.Une ligne de son programme consiste à rapprocher le pouvoir judiciaire de la population. Une nécessité qui permettra de réconcilier les Malgaches et la Justice, et que le parti ADN n’a de cesse d’appeler son application depuis la campagne électorale de son chef de file, en 2013. Ce parti libéral continue sa marche pour la refondation et pour convaincre tous les acteurs de la Nation, quelle que soit son obédience, à le suivre et monter dans l’Arche.

Le dialogue direct avec la population est la méthode privilégiée par Edgard Razafindravahy.

Objectif – Apporter la lumière à la population

La grande marche pour la refondation conduite par le parti ADN et son chef de file national, a également pour objectif d’apaiser les tourments de la population. Un constat d’Edgard Razafindravahy, partagé par les représentants du parti Venstre, formation politique au pouvoir au Danemark, est que les Malgaches sont « en colère, tristes, désemparés et seuls, car ils ont le sentimentd’être éloignés du pouvoir ». Comme l’affirme le chef de file Razafindravahy, « une population en colère, triste et démoralisée ne peut pas travailler pour le développement ».Le système Fedéralisma Sahaza permettra d’apporter « la lumière » qui éclairera une population désemparée. De concilier la population et les dirigeants, à commencer par l’élection des chefs fokontany lesquels auront un pouvoir réel et redevable. Les citoyens pourront directement participer à la prise de décisions sur les politiques devant régir leur localités, comme la sécurité, la santé, même l’éducation, ou encore, la politique foncière et la gestion des richesses locales.Une refondation par le biais d’un changement du système étatique permettra, par ailleurs, de réconcilier le Malgache avec sa terre, mais aussi, avec les dirigeants et le social. Ce dernier volet qui n’a eu de cesse de se détériorer depuis le retour à l’indépendance de Madagascar, où le système d’État unitaire a été la règle dans la République. Le système fédéral, comme l’explique Edgard Razafindravahy, sera aussi une manière de se réconcilier avec le passé de la Grande île.

L’Amoron’i Mania et la Haute-Matsiatra roulent pour la refondation et le Federalisma Sahaza.

Contrat social

La tournée du parti ADN dans les régions Amoron’i Mania et Haute-Matsiatra a été l’occasion pour les habitants d’élaborer un pacte social qui leur convient et qu’ils estiment approprié, compte tenu des enjeux locaux. À l’instar des localités de la région Alaotra-Mangoro, entre autres, les habitants de la commune d’Ambohimanjaka, porte d’entrée de la région Amoron’i Mania, ceux du district d’Ambositra et de la Haute-Matsiatra ont élaboré et adopté un contrat social sur la base du Federalisma Sahaza.Durant cette reprise de sa marche pour la refondation, l’équipe du parti libéral n’a pas dérogé au fait de visiter, d’écouter et d’échanger avec les habitants des localités dans lesquelles elle est  passée. C’est ainsi, que durant son périple, Edgard Razafindravahy et les membres du parti ADN ont fait halte dans les communes d’Ambohimahasoa et Alakamisin’Ambohimaha. L’ancien président de la délégation spéciale (PDS) d’Antananarivo a également proposé ses bons offices aux élus locaux que sont les maires, pour partager ses expériences à la tête de la capitale.

Accueil chaleureux pour Edgard Razafindravahy partout où il est passé dans l’Amoron’i Mania et la Haute-Matsiatra.

Par amour de la patrie

Dans un contexte où tous les débats politiques tournent autour de la présidentielle et alors que les aspirants à être candidats à la magistrature suprême commencent à gesticuler sur terrain dans le but de séduire des électeurs, le parti ADN, lui, continue sa marche en avant. Droit dans ses convictions et son programme politique qu’il a compilé dans son ouvrage « Misia mazava », traduit librement par « Que la lumière soit », Edgard Razafindravahy ne dévie pas de son but qu’est la refondation du pays pour la victoire des Malgaches contre les maux du pays.

Tout le monde est convaincu de la nécessité d’une refondation.

Alors que d’autres n’ont pris conscience de la nécessité d’écouter, de consulter les Malgaches à la base que pour nourrir leur ambition présidentielle, le parti ADN et son chef de file, tranchant avec le clientélisme électoral du moment, mettent en avant l’amour de la patrie comme moteur de leurs tournées dans toute la Grande île depuis trois ans. « Je ne suis pas ici pour faire de la propagande, ni pour soutenir qui que ce soit ou quel parti que ce soit. Je suis ici, j’effectue de telles tournées par amour pour la patrie. Parce que je suis conscient que j’ai un devoir envers mon pays et mes concitoyens. Parce que je n’accepte pas que des Malgaches se trouvent toujours dans la misère », affirme Edgard Razafindravahy.

Textes : Garry Fabrice Ranaivoson Photos : Tojo Razafindratsimba

L'express de Madagascar0 partages

Taolagnaro – Du bambou dans les foyers

Le charbon de bois reste la principale source d’énergie pour les cuissons. Mais en fait, le bambou offre une nouvelle source d’énergie verte.

Dix mille cinq cents tonnes. C’est la quantité de charbon de bois consommé par les habitants de la ville de Taolagnaro en une année. En effet, 95% de la population de la Cité dauphine utilisent encore le charbon de bois comme source d’énergie pour les cuissons. Une situation qui favorise et accélère la déforestation et la réduction de la résilience au changement climatique.Selon les statistiques, 90% du bois produit par la déforestation sont utilisés pour fabriquer du charbon de bois.« Sa substitution par d’autres sources d’énergie comme l’électricité, le kérosène, ou le gaz est souhaitable, malheureusement celles-ci sont trop chères pour la majorité des Malgaches », souligne Léonce Tahirisoa, chef de projet auprès de l’ONG BoomBamBoo.Or, le bambou se présente comme source alternative d’énergie. À cet égard, cette ONG propose des carburants durables à partir du bambou complété avec des granulés fabriqués à partir de la sciure de bois. Ces granulés utilisent 90% de bois en moins par rapport au charbon de bois.

Poêle mimi-moto« Sa promotion au niveau régional et même national réduira de manière significative la déforestation », soutient le chef de projet.En outre, cinq cents ménages bénéficieront de cette nouvelle source d’énergie lors de l’étape de lancement. Des poêles semi-électriques, appelées « mimi-motos », seront prêtées aux abonnés des carburants durables. En ayant une autonomie de quatre à six heures de batterie, ces nouveaux foyers peuvent aussi être utilisés pour charger les téléphones portables.« Le prix des granulés est équivalent à celui du charbon de bois. Les cibles sont surtout les ménages à revenus moyens et inférieurs », explique le chef de projet.Par ailleurs, l’ONG lance un appel aux bailleurs pour soutenir ce projet innovant dont l’objectif est de protéger l’environnement et de lutter contre le changement climatique.D’un autre côté, le chef de projet vise le marché du charbon de bambou.« Nous avons déjà 50 000 pieds de bambou sur 20 ha. Mais, ce n’est pas suffisant pour répondre aux besoins du marché. C’est pourquoi nous souhaitons étendre la plantation sur une surface de 3 000 ha », évoque-t-il.Selon ses explications, ce projet créera plus de 350 emplois directs et durables, ainsi que 2 000 emplois temporaires.À noter que le charbon de bambou est considéré de meilleure qualité. En fait, l’avantage du bambou réside dans sa croissance rapide.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Football - Compétitions africaines – Fosa Juniors dans la cour des grands

Fosa Juniors dispute son tout premier match en compétition africaine, ce dimanche, au Kenya. Pour sa part, Cnaps Sport accueille le KCCA.

Deux clubs, deux compétitions et deux situations différentes. La Cnaps Sport en est à sa cinquième participation consécutive à la Ligue des Champions de la CAF. Par contre, Fosa Juniors effectuera ses grands débuts sur la scène internationale ce weekend, trois ans après la création du club.Le vainqueur de la coupe nationale se déplace au Kenya, pour affronter l’AFC Léopards en tour préliminaire de la Coupe de la CAF. Ce match aller se jouera à plusieurs centaines de kilomètres à l’ouest de Nairobi.La stratégie est claire pour Fosa Juniors. « On essayera d’obtenir un bon résultat là-bas, pour ensuite finir le boulot chez nous. Ce sera un avantage de recevoir le match retour devant notre public », a martelé le coach Bob Kootwijk, avant le départ pour le continent.L’an passé, Fosa Juniors a effectué un stage en Hollande. Histoire de faire découvrir à ses joueurs l’atmosphère des rencontres internationales, certains n’ayant jamais disputé des matches en dehors de Madagascar. Comme quoi, le club anticipait déjà une probable apparition en compétitions africaines.

AmbitionEt pour améliorer ses chances, le champion du Boeny a rajouté plusieurs recrues dans ses rangs, comme les avant-centres Nonot et Angelot, qui viennent en renfort à Jean Yves ou encore Dax, ses principaux atouts offensifs.De son côté, la Cnaps Sport accueille le Kampala City Capitale Authority, ce samedi au stade de Vonto­vorona. Les Ougandais ont débarqué à Madagascar jeudi en début d’après-midi, affichant comme objectif de garder le but inviolé, inscrire un ou deux buts si possible et surtout garder toutes les chances de leur côté en vue du match retour. L’effectif du KCCA est composé en majeure partie d’éléments des Cranes, l’équipe nationale de l’Ougan­da. Le défi qui attend la Cnaps Sport pour ce tour préliminaire est à la hauteur de ses ambitions, à savoir  atteindre la phase de groupes.Si les Caissiers veulent se qualifier pour les seizièmes de finale, comme ils l’ont fait l’an passé, ils devront frapper fort d’entrée, chez eux. Pour ce faire, l’entente entre Niasexe et Foroche, qui devraient être associés sur le front, sera l’une des clefs du match.La Cnaps Sport vient de récupérer plusieurs cadres blessés. Leda, absent lors des rencontres de Supercoupe nationale en janvier, est attendu à sa place de gardien titulaire ce samedi. Il en sera de même pour le défenseur latéral de droite Toby.Par contre, la présence de Lalaina et Mika n’est pas encore sûre à 100%, sachant qu’ils pourraient être trop justes, après avoir repris l’entrainement il y a quelques jours.

Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Santé – Renforcement de la surveillance des épidémies

 

Précautions. La surveillance des épidémies sévissant le pays a été renforcée. Les districts dotés du matériel électronique pour le contrôle des épidémies ont été augmentés. «Ils sont actuellement au nombre de cinquante-deux. Auparavant, seuls les chefs lieux de province en disposaient», a souligné le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la santé au sein du ministère de la Santé publique, avant-hier.

De cette surveillance, le ministère a pu voir que la consultation pour état grippal a été en hausse, en janvier. Deux mille trois cent vingt cas ont été enregistrés depuis la première semaine de l’année jusqu’à la cinquième semaine. « Il ne s’agit pas encore d’une épidémie. Ces cas ne représentent que 6% des malades reçus et traités au niveau des formations sanitaires», indique ce médecin. Il reconnaît toutefois que c’est une forte grippe qui se présente, actuellement.

Tous les centres de santé de base de ces cinquante-deux districts seraient dotés de ce matériel. Grâce à ce matériel, les informations sur les problèmes de santé arrivent rapidement au central.

M.R

L'express de Madagascar0 partages

Belobaka – Quatre fusils  pris sur deux individus abattus

Deux morts, deux arrestations, quatre fusils de chasse et plus d’une dizaine de munitions saisis. Tel est le bilan d’une fusillade lorsque des gendarmes de la brigade territoriale de Belobaka, renforcés par des éléments de la compagnie de Tsiroanoman­didy, ont pénétré une repaire de dahalo à Ambohibo, vendredi.Cette opération a été lancée après que trente dahalo, munis de fusils de chasse, ont assailli le village d’Andra­nomangatsiaka, le 11 janvier. Les assaillants ont fait main basse sur un troupeau. Une poignée de gendarmes, ayant engagé une poursuite aux côtés du fokonolona, a essuyé une salve de coups de feu. Trois d’entre eux en ont été blessés par balles.Des recherches ont été lancées après cet affrontement. Repéré au marché de  Belobaka, jeudi, un présumé membre du groupe a été arrêté. Soumis au feu roulant de questions, il a conduit la gendarmerie à l’endroit où se terraient ses comparses.À l’approche du village, les gendarmes expéditionnaires ont été accueillis par  un déluge de feu. Ils ont fait deux morts dans le rang des assaillants et pris deux autres suspects vivants.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Ateliers d’écriture – L’écrivaine Michèle Rakotoson anime à l’IKM 

Un rendez-vous à ne pas manquer pour les adeptes de belles plumes. La journaliste et écrivaine Michèle Rakotoson, auteure de plusieurs ouvrages littéraires, dispense quelques heures d’ «  échanges » à l’IKM  Antsahavola aujourd’hui à partir de14 heures. Elle va  partager avec l’assistance quelques-uns de ses petits secrets pour bien réussir l’écriture d’un roman, aussi bien dans la forme que dans le fond. Cet atelier s’adresse à tous ceux qui sont  rongés par le désir d’écrire, quelle que soit la langue que l’on veut utiliser pour coucher sur papier le fruit de son imagination. Adorer écrire reste la condition de base.« Le travail d’écriture n’est pas forcément réservé aux hommes de lettres.  Même un simple paysan peut s’avérer être un bon narrateur. Seulement, il faut lui apprendre les bonnes techniques pour mieux orienter son récit », selon la constatation de Michèle Rakotoson. Un propos qui va motiver plus d’un. Une séance de ce genre prend un rythme mensuel et se tient deuxième samedi après-midi de chaque mois. Celle d’aujourd’hui en est la troisième.L’état d’esprit de l’auteur, ses différents rapports avec son personnage principal et les différents rôles existant dans son roman, les enjeux qui existent entre la personnalité de l’auteur et ceux qui figurent dans le livre à écrire, les différentes formes qui structurent un bon roman, le rôle et le travail de l’éditeur, sont autant de points qui vont être abordés tout au long de ces séances. Tout ceci rentre dans le cadre de la mise en place d’une structure sur la politique nationale du livre.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Volley – XXIVe CCCOI – Trois clubs sur quatre confirment leur participation 

La Grande île sera finalement représentée par trois clubs. « Trois des quatre clubs qualifiés ont confirmé leur participation à la XXIVe édition de la Coupe de la zone 7. Seule la Cnaps ne sera pas de la partie », a annoncé le président de la fédération malgache de volleyball, Jocelyn Andriamandimbisoa.Les deux clubs cham­pion et vice-champion chez les dames, en l’occurrence Stef’Auto 501 et Volleyball club Diamant (VBCD) sont tous engagés. Et du côté des hommes, la Gendarmerie nationale volleyball (GNVB) a confirmé à temps sa participation, avant la date limite du 2 février. Le club vice-champion, la Cnaps, considérée comme un des grands clubs du pays, a décidé de se retirer et a mis une croix à sa première sortie internationale.Les gendarmes et Stef’auto 501 sont des habitués de cette joute régionale. La Coupe des clubs champions de la zone 7, comptant encore pour la version 2017, se déroulera du 3 au 10 mars aux Seychelles, donc dans trois semaines. Ce sommet régional était prévu début décembre 2017, mais repoussé à cause de l’épidémie de la peste. La formation tamatavienne, dix fois championne de Madagascar, disputera pour la quatrième fois ce sommet régional. Sur trois finales disputées, le club porte- fanion d’Antsinanana a ravi le titre en 2011 à domicile.Le club s’entraîne cinq fois sur sept, après avoir remporté son dixième sacre national fin septembre. « Nous sommes en train de rectifier notre lacune, la réception. Nous renforçons également bien sur le service », a souligné le head coach de Stef’auto 501, Sely Didier. Ce club a rajeuni sa formation, car seules trois anciennes expérimentées, donc 15% de celles qui feront le voyage aux Seychelles à savoir Emma, Sylvie et Lalah, figurent dans la liste des partantes. Jessie et Nadjima ne seront pas cette fois disponibles, et l’attaquante Rose de Lima, après une saison de pause, évolue désormais dans un autre club de la capitale.Outre son entrainement au gymnase d’Ankoron­drano, l’équipe vice-cham­pionne nationale chez les dames, VBCD a participé massivement et a dominé les débats au championnat national de beach-volley ce début février. Ce sera une première sortie pour les protégées du coach Tony Randriambao.Chez les hommes, GNVB vise un troisième titre de l’océan Indien, après ceux de 2015 et 2016. Le club sextuple champion de Madagascar a entamé sa préparation juste après avoir ravi son sixième sacre national. « Nous renforçons surtout le système défensif, outre l’attaque et la combinaison », a confié Honoré Razafinjatovo, coach de la GNVB. Quant à la quatrième place vacante pour Mada­gascar, celle de l’équipe vice championne masculine, le président de la fédération est en train trouver une équipe disponible de suite et prête financièrement à faire le déplacement, début mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Betafo – Les maires réunis sur l’Émergence 2030

Émergence 2030, exposée par le Président de la République le 26 janvier, bénéficie d’une large diffusion grâce à des sénateurs. Les premiers informés sont les élus locaux. 

Chargés d’apporter des informations et des explications sur l’Émergence 2030 à l’endroit de la population et des responsables dans leurs circonscriptions, les deux sénateurs du Vakinankaratra, Luc Raparison et Léon Raveloson, accompagnés de leur pair d’Antananarivo Atsimondrano, Berthin Randriamihaingo, ont entamé leur mission sur le sujet.Ils ont donc mis au courant les dix-huit maires élus dans le district de Betafo et les conseillers communaux, ainsi que le maire d’Antsirabe. Ces derniers ont pu donner leurs points de vue après l’exposé de cette vision présidentielle.Ainsi, après un bref résumé du contenu de cette émergence et renaissance du pays en matière économique et sociale, suivi de l’approche stratégique et sectorielle à laquelle chaque citoyen, responsable étatique, société civile et autres doivent prendre part, les deux sénateurs ont laissé la parole aux invités qui, de leur côté, n’ont pas manqué de donner leurs avis.

Difficultés« La réalisation de cette vision assurera, bien sûr, le développement durable du pays mais pour y arriver, les autorités responsables doivent prendre en considération les besoins primordiaux de chaque fokontany et de chaque commune qui sont les bases du développement », a fait remarquer Benjamin Tantely Rasolofoson, maire de la commune rurale d’Andranomafana Betafo, hôte de la rencontre.Profitant de cette occasion pour exposer les difficultés qu’ils rencontrent dans leurs communes respectives, la plupart des élus qui ont pris la parole ont mis en exergue l’insécurité, la gestion du budget et le financement qui, selon eux, constituent des obstacles au développement des communes. Il reste que les élus sont convaincus qu’il n’y a pas de fatalité face à ces difficultés conjoncturelles.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Un jeu à titre de levée  de fonds pour le Tily

Les membres de l’association scoute d’obédience protestante Tily de la région Analamanga viennent de passer un « tranom-bitsika » aux membres de ce mouvement de la région Vakinankaratra. En fait, le « tranom-bitsika » est une levéede fonds sous forme de jeu. Il a pour objectif de faire participer les scouts à la construction du centre de formation à Antsahamarofoza Antananarivo.Ce centre sera destiné au recyclage et au renforcement de capacités des encadreurs du Tily. Ainsi, après la réception officielle de ce jeu, chaque groupement au sein de chaque temple protestant existant dans le Vakinankaratra accueillera cette grande tirelire. Une sorte d’évaluation afin d’estimer la motivation et la participation de chaque groupe sera effectuée après le mois de tournée que le « tranom-bitsika » passera dans le Vakinankaratra.« Chaque membre doit participer à la construction de ce centre de formation qui sera également ouvert à tous les encadreurs des autres mouvements scouts », a précisé  Mamiheritina Andriamahefa, premier responsable du Tily à Antsirabe.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Masters – Suchaud-Quintais-Rocher-Lacroix pour la France

Une semaine après la présentation de la sélection malgache, deux autres formations ont été dévoilées, pour la tournée 2018 des Masters de pétanque, en France.L’équipe de l’Hexa­gone aura ainsi fière allure. Elle sera composée des deux Philippe, Suchaud et Quintais, de Dylan Rocher d’Henri Lacroix. Un quatuor redoutable qui se présente comme un des favoris de la compétition.Pour sa part, l’équipe internationale comprendra Khaled Lakhal, David Ledan­tec, Diego Rizzi et Claudy Weibel. Pour rappel, la sélection malgache se présente comme une des plus talentueuses. Elle comptera dans ses rangs Alain Mandimby alias Coklet, Tiana « Tonnerre » Razanadrakoto, anciens champions d’Afrique et vainqueurs de la Coupe des Confédérations, et Lahatra Randriamanantany, vainqueur des Masters 2014. On attend pour l’instant l’identité du quatrième joueur.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Corée et Madagascar : les faux jumeaux de l’ère Meiji

Les Jeux Olympiques d’hiver ont commencé en Corée du Sud, juste à temps pour la fête du Nouvel An lunaire, du 15 février 2018. Une Franco-Malgache, Mialitiana Clerc, participera à ces Jeux d’hier en ski alpin. Déjà en 2006, aux Jeux de Turin, Mathieu Razanakolona, un Malgacho-canadien, s’était aligné en slalom et slalom géant. Intérêt malgache anecdotique et sporadique envers des Jeux qu’on imagine volontiers se dérouler sur une neige qui n’existe pas à Madagascar. Mais, occasion opportune pour attirer notre attention sur la Corée dont l’histoire présente certains parallèles avec la nôtre.

Tandis que la Corée découvrait un peu brutalement l’ère Meiji, en 1895, Madagascar entrait sous domination française. Auparavant, en 1889, par une série d’articles en malgache, intitulé «Japana sy ny Japanesa», le docteur Rajaonah avait attiré l’attention du public malgache sur le Japon. Le Dr. Rajaonah avait-il eu vent du Japon et de ses réalisations alors qu’il séjournait à Édimbourg (Pays de Galles), ou l’actualité de l’ère Meiji était-elle déjà parvenue dans le Madagascar de la fin du XIXème siècle ? En 1913, 1914 et 1915, en pleine première Guerre mondiale, le Pasteur Ravelojaona, un des fondateurs du dictionnaire «Firaketana», encyclopédie «des choses et de la langue malgache», unique encyclopédie de ce genre dans les pays du Sud, allait développer de nouveau ce thème du Japon. En 1882-1883, une mission diplomatique malgache obtint la signature de traités avec les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie ou la Suède : nos ambassadeurs avaient pu découvrir l’Occident, avaient-ils rapporté de ces voyages la même moisson que la mission d’études que le Japon avait dépêchée en Occident, de décembre 1871 à septembre 1873 ?

L’ère Meiji, qui s’ouvre au Japon en 1867, avait été inspirée par la théorie de l’Allemand Friedrich List (1789-1846), le père du nationalisme économique allemand, faisant intervenir l’État pour imposer un «protectionnisme éducateur». Les préceptes de son ouvrage, «Système national d’économie politique», parvinrent au Japon grâce à la traduction de Hirata Mosuke, diplômé d’une université allemande.

Freidrich List avait auparavant analysé l’industrialisation rapide des États-Unis au XIXème siècle. Le «système américain» avait été théorisé par Alexander Hamilton (1757-1804), le tout premier Secrétaire au Trésor en 1792 : il proposait de subventionner les industries naissantes jusqu’au moment où elles pourraient affronter la concurrence internationale, investir dans les infrastructures et promouvoir un système financier capable d’apporter des crédits aux entreprises locales. À leur tour, ces idées parvinrent au Japon parce que le Gouvernement japonais avait embauché un Américain familier des idées d’Alexander Hamilton.

De part et d’autre du 38ème parallèle, la Corée a toujours été une crevette entre les deux baleines que sont la Chine et le Japon. En 1895, et pour cinquante ans, la Corée tomba sous la domination du Japon. Une colonisation brutale mais qui a permis l’industrialisation du pays transformé en «usine» par les entreprises japonaises. Après la fin de la guerre de Corée, 1950-1953, la Corée du Sud allait s’inspirer de l’expérience du Japon de l’ère Meiji qui avait fait de l’industrie sa priorité. Le «miracle» coréen, et Est-asiatique, valut, en 1993, la publication par la Banque Mondiale de «The East Asian Miracle», un ouvrage parrainé par le Japon pour que soit reconnue la vertu de certaine politique interventionniste de l’État.

En 1965, la Corée du Sud était encore un des pays les plus pauvres au monde, «où seules l’armée et la flicaille mangeaient à leur faim». En 2016, la Corée du Sud était devenue la 11ème puissance économique du monde : pays des smartphones Samsung ; des automobiles du groupe Hyundai-Kia ; du groupe industriel Daewoo, dont l’incursion d’une des filiales à Madagascar, avait provoqué un scandale médiatico-politique contre le régime de Marc Ravalomanana en 2008…

En 1965, Madagascar était encore ce «pays d’avenir», qui allait devenir l’un des pays les plus pauvres au monde en 2016. «Miracle» là-bas ; «Paradoxe» ici : étranges destins croisés de deux «filleuls» de l’ère Meiji.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

 

L'express de Madagascar0 partages

Glanures

Les employés de la Commune urbaine ont été tabassés à Analakely

Mécontentement ou révolte. Les marchands  d’Analakely ont tabassé les employés de la Commune urbaine d’Antananarivo, hier matin devant les pavillons. D’après l’information reçue, quelques uns d’entre eux ont été blessés. Ces employés organisent et interdisent la vente en pleine rue comme ils le font d’habitude. Lorsqu’ils interdisent ces marchands, ces derniers ont protesté. La plupart des marchands dégagent lorsqu’ils arrivent sur le lieu mais reviennent à leur ancienne place dès que les employés partent. Cette-fois ci, les employés de la CUA ont reçu des gros mots et ont été tabassés par plusieurs marchands. Aucune version n’est encore donnée par la CUA à propos de cette affaire.

Alternance de temps nuageux et pluie pour ce week-end

La pluie cessera un peu pour cette journée. Le service de la météorologie annonce un  temps nuageux. Mais elle reviendra le dimanche et le lundi. Il s’agit tout simplement de pluie d’été. Aucun risque de formation de cyclone n’est à l’horizon pour le moment. Pour Antananarivo, la température varie entre 16°C au minimum et 20°C au maximum. La pluie sera en abondance dans les régions de Menabe et Atsimo Andrefana pour ce week-end. Le reste de l’Ile recevra de la pluie également.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Minutes

Un taxi-be tue deux personnesUn taxi-be tonitruant de marque Mazda, reliant Ivato à Ambohibao sur l’axe passant par Ambohija­nahary, a écrasé deux personnes à Ankadindravola, avant-hier, vers 6 heures du matin.

Mercure fictifTrois individus ont été arrêtés par les enquêteurs de la direction de la police judiciaire auprès de la gendarmerie, mardi, au Toby Ratsimandrava.Ces derniers ont extorqué une somme s’élevant à 1,2 millions d’ariary pour 2 litres de mercure fictif.

Foyer attaquéMunis de pistolet automa­tique de fabrication artisa­nale, sept bandits ont atta­qué un foyer à Soamanana Ampitatafika, mercredi soir, vers 20h 30. Les assail­lants ont volé 100 000 ariary ainsi qu’un téléphone, d’après les préjudices déclarés aux gendarmes.

Mort d’overdoseDécouverte macabre dans un foyer à Ankanivory Itaosy, avant-hier. Un individu a été retrouvé mort, à plat ventre, lorsque la gendarmerie a enfoncé la porte. Le constat du médecin révèle qu’il a succombé à un coma éthylique.

L'express de Madagascar0 partages

Télex

Des cartes vertes pour les seniors de TaolagnaroLa direction régionale de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme de l’Anosy a procédé à la distribution de cartes vertes à mille deux cents personnes âgées dans la commune urbaine de Taolagnaro. Ces cartes permettront à ces seniors de plus de 60 ans d’obtenir certaines facilités comme la réduction de tarifs pour l’accès aux soins, aux transports. Les  personnes âgées des autres communes en bénéficieront aussi d’ici peu.

Présentation de vœux dans l’Alaotra-MangoroLa cérémonie de présentation de vœux dans la région d’Alaotra-Mangoro s’est déroulée hier. La grande fête s’est tenue à l’esplanade sise dans l’enceinte de la résidence de la région, à Antsahatanteraka Ambatondrazaka. Des  personnalités issues des ministères et des différentes institutions ont été parmi les invitées. La cérémonie entre dans le cadre de la mise en œuvre de l’instauration de la visibilité de l’Alaotra-Mangoro, l’un des grands greniers à riz du pays.

L’enquête sur le corps décapité piétinePour le moment, la police n’a pas encore fait de déclaration au sujet du corps décapité et démembré mis dans des sacs, et découvert dans la nuit de mercredi dernier à Vatofotsy Antsirabe. L’enquête est effectuée conjointement par la police et la gendarmerie. Par ailleurs, le corps démembré de la femme a été remis à sa famille. En tout cas, face à l’insécurité, la vigilance a été renforcée. La présentation de la carte d’identité est exigée à toute personne circulant dans la ville d’Eaux pendant la nuit.

Une femme blessée par les dahaloRéveillée par l’incursion  en pleine nuit de dahalo dans le village de Berivotra Maevatanàna, une femme s’est réveillée et a regardé par une fenêtre ce qui se passait. Mal lui a pris, car elle a reçu des balles, tirées par les bandits à la poitrine et à un bras. Ces derniers ont alors emporté une grosse marmite, cinq mesures de paddy et deux canards. Leur victime a été évacuée à l’hôpital de Maevatanàna, tandis que le fokonolona et les forces de l’ordre sont à la poursuite des dahalo.

Midi Madagasikara0 partages

Ambalajia Maevatanana : Lehilahy hita faty teo amoron-dranon’i Betsiboka

Lehilahy iray no hita faty tao amin’ny reniranon’i Bestiboka, tao amin’ny fokontany Antanadava, Kaominina Ambalajia, disitrikan’i Maevatanàna, ny alarobia lasa teo tokony ho tamin’ny 12 ora mitataovovonana. Lehilahy iray zarazara hoditra, sahabo eo amin’ny 32 taona eo ho eo, ary mirefy 1m60 ny halavany. Araka ny fanazavana voaray tamin’ny ben’ny tanànan’Ambalajia, mbola tsy fantatra ny tena antony nahafaty azy, na novonoina na lasan’ny rano. Voalaza ihany koa mantsy fa mpiasa volamena avy any Antsiafabositra hono io lehilahy io, araka ny vaovao nomen’ny ben’ny tanàna taminay hatrany. Raha ny fantatra, efa tsy hita nanomboka ny alatsinainy 05 febroary lasa teo, araka ny filazan’ny fianakaviany, io lehilahy io, ka nampandre ny Zandary malaky ny ben’ny tanàna any an-toerana raha vao nahita ilay vata-mangatsiaka hitan’ny mpanjono teo amoron-dranon’i Betsibokoa. Nidina tany an-toerana ny Zandary sy ny dokotera nanao ny fizahana. Taorian’ny fizahana nataon’ireo tompon’andraikitra dia tonga naka ny razana ny fianakaviana avy ao Antsiafabositra. Ny Zandary avy ao Ambalajia no manao ny fanadihadiana.

Ratantely