Les actualités Malgaches du Mercredi 10 Janvier 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara1040 partages

Politique : Ravalomanana propose une alliance à Rajoelina

Marc Ravalomanana est confiant que le peuple est derrière lui. (Photo : Nary Ravonjy)

Une esquisse de réconciliation entre Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina se dessine-t-elle en ce moment ? En tout cas, d’après les propos de l’ancien chef de l’Etat, hier à Faravohitra, tout porte à croire que c’est un scénario tout à fait envisageable.

Plus rien en commun avec l’actuel président de la République, mais peut-être un accord avec l’ancien président de la Transition, c’est ce que Marc Ravalomanana a dévoilé hier à Faravohitra, lors d’une rencontre avec la presse. L’ancien chef de l’Etat met en avant « l’intérêt supérieur de la nation » de sorte qu’il a décidé d’« oublier le passé ». « Aleo ny lasa omban’ny lasa » comme on dit en malgache. « Nous devons penser à l’avenir. Dans ce cas, si Andry Rajoelina est prêt à passer un accord avec moi, je le serai aussi. Et le deal sera respecté par chacun de nous », a-t-il souligné. Une annonce qui est loin de réjouir les tenants du pouvoir actuel surtout si Andry Rajoelina venait également, à son tour, à déclarer sa volonté de s’allier avec Marc Ravalomanana. Un accord dans le cadre de l’élection présidentielle, du processus électoral, ou autre ? Le président national du Tim n’a pas donné d’amples précisions sur cette probabilité.

7 février. Par ailleurs, l’affaire du 7 février 2009 a été remise sur le tapis. Une affaire qui n’épargne ni Marc Ravalomanana, qui était le chef de l’Etat de l’époque, ni Andry Rajoelina, premier responsable de la « Révolution orange ». Pour le premier, il réitère qu’il n’a point tué ses compatriotes. « Je n’ai  commis aucun acte de génocide », avance-t-il. Et effectivement, si l’on se réfère à la définition du génocide par le Statut de Rome, le but est focalisé sur l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial, ou religieux. Néanmoins, l’hypothèse d’un crime contre l’humanité n’est pas à écarter sauf que, dans ce cas, l’affaire devrait être rejugée aux fins de connaître les véritables responsables  et de dégager toutes les zones d’ombre qui planent toujours sur cette tuerie du 7 février 2009.

Condamnation. Toujours dans cette même optique, Marc Ravalomanana qualifie la Cour qui l’a jugé d’ « incompétente » et nie, par conséquent, sa condamnation. « C’était la Cour criminelle  ordinaire qui m’a jugé, or en tant que chef d’Etat, c’était plutôt la Haute Cour de Justice qui devrait s’occuper de l’affaire », a rappelé Marc Ravalomanana. Pourtant – et la question lui a été posée – cette fameuse Haute Cour de Justice n’existait pas encore en 2009. « Je tiens à préciser que je n’ai pas encore été notifié de cette décision de justice me concernant », informe-t-il. Sur ce point, la ministre de la Justice, lors d’une conférence de presse qu’elle a tenue hier à Faravohitra, a mis les points sur les « i » par rapport à cette notification de Marc Ravalomanana. (Voir article par ailleurs). De surcroît, « ma condamnation résulte d’une motivation politique », poursuit-il. Mais force est de rappeler que même s’il n’a pas démissionné, mais a transféré les pleins pouvoirs à un directoire militaire, Marc Ravalomanana n’était plus officiellement le chef de l’Etat depuis le 17 mars 2009.

Candidature. Cette affaire ne risque-t-elle pas donc d’impacter sur la candidature de Marc Ravalomanana ? En tout cas, ce qui est certain c’est qu’il n’a pas du tout l’intention de faire une demande d’amnistie auprès du CFM (Conseil du « Fampihavanana Malagasy »). « Si j’y procède, cela veut dire que j’accepte ma condamnation, or ce n’est pas le cas », a-t-il renforcé. Quoi qu’il en soit, le président national du parti Tim réfute toute manœuvre sournoise visant à l’empêcher de se porter candidat. « Si la Haute Cour Constitutionnelle refuse ma candidature, elle sera tenue responsable des conséquences, tout comme ceux qui veulent arriver à cette fin », a-t-il prévenu. Mais ce n’est pas tout.  Il a, une fois de plus, rappelé qu’il ne sera pas uniquement le candidat du parti Tim, mais du peuple malgache.

Aina Bovel

News Mada554 partages

Fikaroham-bahaolana : nilaza ho vonona hifampiresaka amin-dRajoelina Ravalomanana

Nitondra ny heviny amin’ny raharaham-pirenena  ny filoha teo aloha, Ravalomanana, omaly. Anisan’ny voaresaka ny fifidianana sy ny hiatrehana izany.

 « Misokatra  ho  an’ny rehetra  isika ary vonona  hifampiresaka  amin-dRajoelina  ho an’ny tombontsoa ambonin’ny firenena… Vonona hanaraka ny mety hamoahana fifanarahana politika momba ny lalàm-pifidianana  koa izahay », hoy izy. Nanteriny fa ho hita eo ny tena hiafaran’ny raharaha politika eto amintsika rehefa tonga ny fotoana hanaovana ny latsa-bato. Nanomezanany valin-teny ny mpanao gazety avokoa ireo raharaha politika. Nisongadina nandritra izany ny filazany fa tsy nanao fifanarahana tamin’ny filoha Rajaonarimampianina velively ny tenany. “Maro tokoa tato ho ato ireo alaim-panahy miteny izany tany anaty tambahotran-tserasera sy ny fampahalalana vaovao, saingy tsy marina”, hoy  ihany izy.

Tsy mahafehy ny fitantanana ny mpitondra

Nohitsiny koa anefa  fa betsaka loatra ny tsy fahafehezan’ny mpitondra ankehitriny ny fitantanana ny firenena. Hita ho tena nifanipaka tanteraka izany ireo mpanao politika ireo ankehitriny.  Noraisiny ho ohatra ny tranga niseho tany Toliara ny faran’ny herinandro teo, nandritra ny fitsidihany tany  an-toerana. « Manaporofo ny fihatsarambelatsihy eo amin’ny mpitondra ny fanirahana minisitra hanakana ny hetsika nataonay tahaka ireny. Tsy homeko tsiny ny mpitandro filaminana, satria manatanteraka baiko izy ireo », hoy ihany ny mpanorina  ny Tim. Mbola nanteriny fa ho sarotra ny hanakanana sy hanilihana azy tsy ho kandidà,   raha tetiky ny mpitondra izany. “Tsy mety ny fanilikilihana fa miteraka krizy”, hoy Ravalomanana.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara403 partages

Faravohitra : Ratsirahonana chez Ravalomanana

Norbert Lala Ratsirahonana est-il encore Conseiller spécial du président Hery Rajaonarimampianina ? C’est la question que se posent actuellement les observateurs. Depuis quelques années, cette grande figure de la politique a choisi de jouer la carte de la discrétion. A noter toutefois qu’il était présent à la cérémonie de vœux des Corps constitués qui s’est tenue à Iavoloha le 5 janvier dernier. Hier, Norbert Lala Ratsirahonana a été aperçu du côté de Faravohitra. De source proche du « Tiako i Madagasikara », il a eu une rencontre à huis clos avec l’ancien président Marc Ravalomanana chez lui. Rien n’a filtré de cette entrevue qui a duré une heure (ndlr : de 11H50 à 12h55). Quoi qu’il en soit, ce qui intéresse les observateurs c’est de savoir quels ont été les tenants et aboutissants de cette rencontre. Norbert Lala Ratsirahonana a toujours été connu et reconnu comme étant l’une des personnalités clés de toutes les crises et changements de régime qui se sont succédé  au pays. A suivre de très près.

Davis R

Midi Madagasikara347 partages

Santé publique : La couverture santé universelle pour bientôt

Le système de santé malgache est désuet.

L’Etat entend faciliter l’accès aux soins de tous les Malgaches. Un projet fort ambitieux dont les retombées dépendent entièrement de la contribution des Malgaches.

“ Il y a actuellement une grande différence d’équité dans l’accès aux soins dans le pays. Ledit accès tendant à être réservé aux familles aisées “. Ce sont là les propos de Mahafaly Olivier Solonandrasana, premier ministre malgache à Mahazoarivo, hier. Le locataire de Mahazoarivo d’ajouter que “ Cette difficulté d’accès aux soins de santé est aggravée par la cherté des médicaments. Ce qui contraint de nombreuses familles malgaches à imputer sur le budget familial et mensuel lorsqu’il y a urgence médicale ”. Une situation connue par de nombreuses familles malgaches, en effet et qui handicape le développement du pays. Car, une population qui n’a pas accès aux soins de santé (même du minimum syndical) ne produit pas. La réalisation du programme de couverture de santé  universelle dans la Grande Ile voudrait changer les choses. Initié depuis 2015 selon le premier ministre Olivier Solonandrasana, le programme entend “ permettre à tous les Malgaches- sans distinction de classe sociale – un accès aux soins de santé publique “. Ce que le premier ministre a noté selon lequel “ la couverture de santé universelle a pour but de faire en sorte que les problèmes d’argent des familles malgaches ne soient plus des freins aux services de santé publique “.

Fonds. Initié depuis 2015, l’ambitieux projet de couverture de santé universelle serait actuellement en pleine phase de réalisation. Ce que le ministre de la Santé publique, le professeur Lalatiana Andriamanarivo a appuyé dans ses propos selon lesquels : “ Le comité de pilotage a été mis en place, le DG a été nommé et nous faisons actuellement en sorte de mettre en place les caisses de solidarité nationale au niveau des districts du pays “. Ainsi, la réalisation du programme dépendrait d’un fonds versé dans une caisse dénommée “ Caisse de solidarité nationale “. Cette dernière sera alimentée par les taxes sur le tabac, ou encore par les financements obtenus par les partenaires techniques et financiers du pays. Le fonds sera également approvisionné grâce au principe “ des tiers payeurs ”. Les tiers payeurs se définissent comme les personnes qui contribuent à l’approvisionnement de la caisse de solidarité nationale, même s’ils ne bénéficient pas directement des soins de santé (il se peut que les tiers payeurs n’aient même pas besoin d’être prises en main).

« Firaisan-kina ». Le recours à la caisse de solidarité nationale entend remettre en place une sagesse malgache qui semble avoir été perdue. On fait ici référence au “ firaisan-kina “. En effet, l’idée serait d’inciter les Malgaches à cotiser pour la prise en charge médicale d’un autre Malgache qui n’en a pas les moyens et qui ne doit pas obligatoirement faire partie des connaissances, des amis, ou de la famille de celui qui fait des dons. Le ministre de la Santé publique malgache a fait savoir que “ le fonctionnement de la caisse ne nécessite qu’une cotisation annuelle et par Malgache comprise entre 4 000 à 10 000 ar “. La réalisation du programme nécessite dans ce cas la contribution de tout un chacun, car sans argent on ne peut rien faire. On resterait dans l’état actuel des choses. Le projet de la couverture de santé universelle est certes louable, mais il pourrait faire face à de nombreux obstacles. Pour ne citer que l’individualisme qui gagne actuellement du terrain dans la société malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara286 partages

Marc Ravalomanana : Menacé d’arrestation

Quand est-ce que les décisions prises sous la Transition sont applicables et quand est-ce qu’elles ne le sont pas ? C’est la question que se pose par rapport aux propos tenus hier par la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine, relatifs notamment à la condamnation de l’ancien président Marc Ravalomanana. Depuis son accession au pouvoir, le président Hery Rajaonarimampianina a toujours interprété négativement toutes les initiatives de la Transition. Pourtant, hier la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine a déclaré qu’ « au moment où l’on parle, Marc Ravalomanana est condamné ». « Toutes les décisions de Justice prononcées à Madagascar sont applicables », a-t-elle soutenu. Jugé par contumace en 2010 pour la tuerie du 7 février, l’ancien président a écopé d’une peine de travaux forcés à perpétuité. La question est donc de savoir pourquoi le régime HVM a attendu 2018, une année électorale pour chercher à tout prix à appliquer cette décision de Justice. Pourquoi Marc Ravalomanana n’a-t-il pas été arrêté et incarcéré dès son retour d’exil ? Bon nombre d’observateurs soupçonnent un acharnement politique visant à écarter le numéro Un de l’Empire Tiko du processus électoral.

Crise. Hier, la ministre Rasolo Elise Alexandrine a incité l’ex-président à respecter la procédure légale et à faire opposition à sa condamnation s’il n’est pas satisfait. « Nous allons lancer incessamment la procédure de notification. Au-delà du délai prévu pour faire opposition, s’il ne réagit pas, nous allons mettre en application la décision du tribunal relative à sa condamnation », a déclaré la Garde des Sceaux. Une déclaration qui se présente comme une menace d’arrestation à peine voilée contre Marc Ravalomanana. Reste à savoir cependant si une telle mesure va apporter la paix et la stabilité au pays. Le 29 décembre dernier, l’ancien exilé d’Afrique du Sud a déclaré : « Si on m’empêche de me porter candidat à la Présidentielle, le pays risquerait de sombrer dans une crise sans précédente ».

Davis R

L'express de Madagascar205 partages

Condamnation par contumace – Marc Ravalomanana acculé par la Justice

L’ancien président de la République défend son éligibilité et affirme qu’il considère comme inexistante sa condamnation par contumace.

Soyons relax. Une expression martelée par Marc Ravalo­ma­nana, ancien président de la République, lors du petit déjeuner de presse qu’il a organisé, hier, à son domicile de Fara­vohitra. Face aux journalistes, l’ex chef d’État a voulu afficher une sérénité et une confiance « à toute épreuve », en vue de l’échéance de la présidentielle. « Ce que je vis aujourd’hui n’est rien par rapport à ce que j’ai affronté en 2001-2002 et en 2009 », a-t-il affirmé.Sur la question de la remise en cause de sa prétention présidentielle, l’ancien exilé d’Afrique du Sud a, toutefois, défendu avec véhémence son droit à être candidat. Il a été condamné par contumace aux travaux forcés à perpétuité, le 28 août 2010, pour son rôle dans la tuerie du 7 février 2009, à Ambohitsorohitra. Un jugement soulevé par une frange de l’opinion politique depuis quelques semaines, pour affirmer en cause de son éligibilité à la prochaine course à la magistrature suprême.« Je considère cette décision judiciaire comme inexistante. Les instances internationales, elles aussi, ne reconnaissent pas cette condamnation qui revêt un caractère politique », a tonné le président national du parti « Tiako i Madagasikara » (TIM). Sur sa lancée, celui qui est également, le conseiller spécial du maire d’Antananarivo, réaffirme l’argument selon lequel « le tribunal correctionnel, ayant prononcé la condamnation, n’est pas compétent pour me juger ».

NotificationContestant la légalité du pouvoir transitoire, Marc Ravalomanana soutient qu’« étant toujours Président au moment des faits et du procès, seule la Haute cour de Justice (HCJ), est l’instance compétente pour me juger. Je n’ai jamais démissionné de mon poste, j’ai juste transféré le pouvoir à l’armée en vue d’une nouvelle élection ».Cette considération du jugement de 2010, comme inexistant serait, selon ses dires, la raison pour laquelle, il n’a pas fait opposition du gel de ses comptes bancaires. Le résident de Fara­vohitra affirme, par ailleurs, qu’il n’est pas encore notifié de sa condamnation par défaut. Une source judiciaire explique qu’une condamnation pénale doit faire l’objet d’une « notification à personne », pour lui être opposable et appliquée.Durant une rencontre avec les journalistes qui s’est tenue quelques instants après le petit déjeuner de presse, Elise Alexandrine Rasolo, ministre de la Justice a répliqué à l’ancien chef d’État. Dans son bureau en face de la résidence du chef de file du TIM, à Faravohitra, la Garde de sceaux a défendu la force exécutoire des décisions de la Justice. Elle a, du reste, ajouté que l’ex président de la République sera incessamment notifié de sa condamnation.La ministre de la Justice rappelle, néanmoins, que Marc Ravalomanana ayant été jugé par défaut, peut faire opposition à la décision du tribunal correctionnel. Une démarche qu’il peut faire dans un délai de dix jours, après sa notification. Ce qui impliquerait une reprise du procès, mais cette fois-ci de manière contradictoire et en présence de toutes les parties concernées. Le cas échéant, l’ancien chef d’État dispose des voies de recours que sont l’Appel et le pourvoi en Cassation.Selon une source proche du dossier, « la seule fois que la Justice avait eu l’intention de notifier sa condamnation à perpétuité à l’ancien exilé d’Afrique du Sud, fut le 21 janvier 2012, jour de sa tentative de retour au pays avortée ». Depuis, même après son retour en catimini, en 2014, l’affaire 7 février n’a plus été remise sur le tapis. Une partie de l’opinion publique s’interroge ainsi, du timing choisi pour réactiver le dossier et celui de l’intention de notification de la peine aux travaux forcés, face à l’échéance de l’élection présidentielle annoncée pour la fin de l’année. Le moment de la notification de sa condamnation sera décisif pour les ambitions politiques de Marc Ravalomanana.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara109 partages

MPPSPF : Onitiana Realy au chevet des sinistrés d’Ava

Les équipes du MPPSPF de toutes les régions de Madagascar touchées par le cyclone AVA sont en alerte maximum et assurent l’accompagnement des sinistrés sans-abri dans les sites d’hébergement. (Photo MPPSPF)

Actuellement 565 sinistrés du cyclone Ava sont hébergés au centre Seba ou « Akany Fianakaviana Miarina » sis à Isotry.

Créé en novembre 2016 par le Ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF), ce centre est dédié à l’accueil des nécessiteux et sans –abri de la capitale. Le 8 janvier dernier, la ministre Onitiana Realy s’est rendue au chevet de ces 565 sinistrés d’Antsalovana Antohomadinika et de III G Hangar, où les éboulements et inondations ont fait des ravages lors du passage d’Ava.

Familles vulnérables.  En ce qui concerne  l’accès au centre Seba, la priorité est accordée aux ménages vulnérables, surtout les enfants et les femmes allaitantes, ou enceintes. Actuellement le centre héberge 32 femmes allaitantes et 11 femmes enceintes, 70 enfants et 22 personnes âgées, toutes sans-abri et en difficulté financière. Les critères d’admission sont vérifiés et définis de concert avec les présidents des « fokontany ». Les places étant limitées, les personnes  souffrant de vulnérabilité légèrement atténuées, sont réorientées vers des centres d’hébergement de la région Analamanga. A l’issue de la rencontre avec les sinistrés, Onitiana Realy et son équipe ont distribué du riz, des couvertures, du savon, des bouteilles de Sur’Eau et des nattes pour les 135 familles accueillies au centre. Les femmes enceintes ont également eu droit à des kits « accouchement ».

Violences basées sur le genre.  Dans son discours, Onitiana Realy a mis l’accent sur les mesures et les gestes à adopter en cas de violences basées sur le genre, notamment en ce qui concerne la prévention et la protection. Notons que ces mesures sont vulgarisées et appliquées dans les centres tels que le Seba, à travers l’étendue du territoire national. Onitiana Realy d’ajouter à propos de  la prise en charge du cyclone récent Ava : « Comme à chaque épisode cyclonique, avec les autres partenaires dont notamment le BNGRC, nous faisons tout notre possible pour qu’aucun sinistré ne reste au bord du chemin (…). Le défi a été relevé ces trois dernières années, notamment avec l’ouverture des centres d’accueil Akany Fianakaviana Miarina ici à Isotry au Seba et au Madcap avec ses 1800 places et l’installation des familles sans-abri au village communautaire Andranofeno Sud. Ces solutions existent pour assurer la phase de relèvement post-cyclonique ».

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara85 partages

Litchi : Une campagne qui finit bien malgré la contre-performance

Le litchi malgache est toujours de bonne qualité.

La campagne « litchi » entame actuellementsa dernière ligne droite. Une campagne 2017 moins dynamique que celle de  l’année précédente, en raison notamment de son début tardif.

En effet, cette année, le volume d’exportation du litchi malgache est évalué à 17 000 tonnes contre 18 000 tonnes en 2018.  La campagne 2017 n’a débuté qu’une semaine après sa date normale. Une contre-performance  qui trouve notamment son origine dans les mauvaises conditions climatiques marquées par la sécheresse  et qui a entraîné une floraison tardive des plantations.

Fruit festif. En ce qui concerne l’exportation, les premiers litchis en provenance de la Grande Ile étaient arrivés en Europe vers mi-novembre 2017 et la campagne de commercialisation a démarré officiellement le mercredi 29 novembre dans les grandes surfaces des villes européennes. Ce qui a permis aux exportateurs malgaches  d’écouler une quantité relativement importante de litchis sur le marché européen avant les fêtes de fin d’année.  Le litchi considéré comme étant un fruit festif est très prisé par les consommateurs européens surtout avant et pendant  les fêtes de fin d’année. Globalement, l’objectif de cette année est donc d’exporter 17 000 tonnes de litchis sur une production totale évaluée à 70 000 tonnes.  Un objectif qui devrait être atteint si l’on tient compte de l’évolution actuelle du marché européen. Selon les données fournies par le Centre de Technique Horticole de Toamasina (CTHT),  en fin décembre,  la commercialisation des litchis de Madagascar s’est poursuivie  à un rythme soutenu.

Léger repli. Et ce, même s’il y a eu, un léger repli après le pic de consommation constaté pendant Noël. « La baisse des cours favorise l’intérêt des chaînes de distributions européennes qui programment de nombreuses mises en avant du produit à des prix attractifs pour les consommateurs » souligne, la Lettre du Litchi, une publication du CTHT. D’après toujours ce Centre,« la qualité des fruits se maintient et accompagne l’écoulement des produits ». Bref, malgré cette baisse de la quantité exportée, le litchi malgache se comporte relativement bien sur le marché européen. Notamment en France où « la commercialisation des litchis de Madagascar se poursuit avec des ventes assez fluides. On  note un léger fléchissement des ventes,  après l’effervescence des fêtes de Noël qui marquent généralement le pic de consommation de la campagne. Les concessions tarifaires observées  favorisent le maintien des ventes ».

Concurrence. Côté prix, et d’après toujours les données fournies par le CTHT, Les fruits de calibre L, dont la proportion est conséquente, se vendent à partir de 2.50€/kg. Les  fruits de calibre XXL se valorisent mieux, au-delà  des 3.00€/kg. Par ailleurs, le litchi malgache est concurrencé par la production d’autres pays notamment, l’Afrique du Sud et le Mozambique.  «Les fruits d’Afrique du Sud arrivent sur le marché en plus grande quantité et occupent des créneaux de commercialisation plus orientés vers le commerce traditionnel. Cette origine poursuit également la commercialisation de fruits expédiés par avion, avec le passage progressif de la variété Mauritius à la variété Red Mac Lean. Pour la première fois, on note l’arrivée sur le marché de litchis du Mozambique expédiés par voie maritime. Ces fruits présentent une qualité satisfaisante, proche de celle des produits Sud-africains. Il y a également la concurrence réunionnaise et mauricienne dont les expéditions vers l’Europe se font essentiellement par avion ». En tout cas, face à cette concurrence de plus en plus rude, les dispositions doivent être prises pour sauvegarder la filière litchiqui fait vivre pas moins de 100 000 familles à Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara85 partages

Pierres brutes : Madagascar en vedette à la Foire internationale à Jaipur Inde

16 box sur 27 sont occupés par Madagascar à la Foire internationale des pierres brutes en Inde.

800 kg de pierres confondues, brutes, précieuses et ornementales de Madagascar sont exposées à Jaipur en Inde. Ceci, dans le cadre de la Foire internationale des pierres brutes intitulée « India Rough Gemstones show », se déroule du 8 au 10 janvier 2018. Plusieurs nations participent à cet événement organisé par le GCEPC, notamment, l’Afghanistan, l’Ethiopie, le Canada, le Thailand, la Tanzanie, la Zambie et particulièrement Madagascar. Cette fois-ci, la Grande Ile de l’Océan Indien est en vedette, car elle occupe 16 box sur les 27 en place pour la Foire internationale. En effet, les opérateurs des petites mines en provenance de Madagascar sont arrivés à Jaipur en trois vagues, depuis le vendredi 5 janvier, trajet via Mumbai ou Delhi. Etant donné que Madagascar est un grand pays à potentialité en ressources minières, le GCEPC n’a pas hésité à penser aux pierres brutes du pays en vue d’une exposition et vente, par le biais du Comité national des Mines ou CNM, une plateforme entre l’Etat malgache  et les opérateurs des petites mines en vue de favoriser leurs conditions de travail et de leurs conditions de vie qui en dépendent. Et comme Jaipur est une ville où les industries minières sont très nombreuses, cette opportunité satisfait les deux catégories d’opérateurs du secteur présents à la Foire.

Contrats. A noter qu’avant d’arriver à ce stade actuel, Madagascar a entrepris un travail de longue haleine pour ne citer que les séances de sensibilisations dans la brousse notamment et dans les localités les plus reculées du pays, afin que les acteurs des petites mines puissent s’imprégner de la législation  minière, de l’Administration minière et tout ce qui doit les intéresser dans l’environnement minier, d’une communication internationale  (marketing et recherche de marché). D’après l’Administration, cette phase fait partie du processus de professionnalisation des petites mines, comme la plupart des opérateurs malgaches, qui sont membres de la délégation, voyagent à l’extérieur pour la première fois. Dès le premier jour de la foire, des commandes ont été reçues dans le cadre de cette ouverture sur le monde à travers le marché mondial de pierres brutes. De son côté, ce qui enchante le président du CNM – organisateur pour la partie malgache – c’est que le prix des pierres a pris vie, grâce aux contacts directs entre les opérateurs et les acheteurs. Les retombées seront palpables, car cette hausse de prix incite  les petits exploitants malgaches à produire plus. Ce qui signifie que les intermédiaires se retireront petit à petit du marché de pierres à Madagascar, d’après les explications. D’après le président du CNM, au moins 75% des objectifs fixés dans l’organisation ont été atteints. Le Président de mentionner que le GCEPC a félicité les représentants de Madagascar, qu’il a qualifiés  d’« exposants- vedettes » à Jaipur.

Convenable. Jacky Bezokiny, directeur de Cabinet du Ministère auprès de la Présidence, chargé des Mines et du Pétrole, a confirmé que cette organisation à laquelle Madagascar a largement contribuérépond aux besoins pour le processus d’application de la stratégie sur la politique minière à Madagascar. Néanmoins, les résultats satisfaisants proviennent d’une bonne préparation, a-t-il souligné.  En ce qui concerne l’événement de Jaipur, plusieurs rencontres ont été planifiées pour la délégation malgache. MBC (Mining Business Center), représenté par son directeur général, David Ratsimbazafy, en a profité pour proumouvoir ses activités.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara67 partages

Affaire Houcine Arfa : Mandat d’arrêt international lancé

Alors que l’affaire portant sur le ressortissant français Houcine Arfa qui s’est évadé de la maison de force  de Tsiafahy le 28 décembre 2017 crée de polémique, le Ministre de la Justice a rassuré devant la presse hier que le gouvernement a déjà pris ses responsabilités. En effet, un mandat d’arrêt international est déjà lancé à l’encontre de cet homme  depuis le 04 janvier 2018. Le ministère de la Justice malgache a rappelé que ce prisonnier de Tsiafahy qui devrait écoper trois  ans de prison ferme à Tsiafahy, a bel et bien pu s’échapper en France suite à un complot bien préparé. D’après le Ministre, l’évadé est impliqué dans quelques dossiers en cours de traitement dans lesquels, plusieurs personnes sont mouillées et devront être poursuivies auprès de la Justice. C’est pourquoi, le Ministre    rappelle à son homologue français l’application de l’Accord de coopération judiciaire signé entre les deux parties le 4 juin 1975. Ce texte oblige la Justice française de collaborer pour traquer le fugitif. Pourtant, une fois arrêtée, cette personne ne sera jamais remise à la Justice malgache si l’on se réfère à cet accord. C’est pourquoi, le Ministre de la Justice malgache affirme que pour la continuité du traitement de ses dossiers, Houcine Arfa devra être jugé par la Justice française.

T.M.

Midi Madagasikara55 partages

Taorian’ny rivodoza “Ava” teto Toamasina : Manararaotra mampiakatra vidin-javatra ireo mpivarotra

“Aoka isika tsy hanararaotra ny fahoriam-bahoaka ka manana hevitra hampiakatra ny vidin’entana eny an-tsena, indrindra ny vary, satria ampy tsara ny tahirim-bary eto amintsika izao ka tsy tokony hisy hanafina sy hanararaotra izany”, izay no nambaran’ny filoham-pirenena nandritra ny fandalovany teto Toamasina ny sabotsy teo, nandritra ny famoriany ireo tompon’andraiki-panjakana sy ny sehatra tsy miankina tao amin’ny trano fandraisam-bahiny “Calypso”. Tsy izany anefa ny zava-misy eny an-tsena indrindra ireo tsena tena manakaiky ny vahoaka eny amin’ny fokontany sy ny manodidina ny tananan’i Toamasina eny. Raha ny zava-nisy omaly izao, dia efa tafakatra 800 hatramin’ny 1.000 ariary ny labozia iray izay tokony hamidy 300 ariary hatramin’ny 500 ariary; ny siramamy dia lasa 4.500 ariary raha tokony ho 4.000 ariary ny kilao. Ny hena omby noho ny tsy  fahatongavan’ny omby eto Toamasina ka mihanona amin’ireo omby zanatany vidiana manodidina an’i Toamasina ihany, dia tafakatra 15.000 ariary ny kilao ny mifangaro raha efa nahatratra 20.000 ariary ny nofony izay tokony ho 10.000 ariary hatramin’ny 12.000 ariary izany. Ny legioma noho ny olana ara-pitaterana sy ny rano be ao Antananarivo, dia tsy mahazo iray kilao aminy intsony ny 3.000 ariary nefa mbola ifampitadiavana izany eny an-tsena ankehitriny. Nanome baiko anefa ny filoham-pirenena teto Toamasina, fa afaka misambotra ireo mpanararaotra ny fahoriam-bahoaka ny tompon’andraiki-panjakana raha mahita, satria amin’ny vanim-potoana sarotra toy izao no tokony hifampitsinjovan’ny samy malagasy fa tsy hifanararaotra fotsiny eto.Malala Didier

Midi Madagasikara45 partages

Routes nationales coupées : Crainte de pénurie de carburants dans les régions

L’approvisionnement en carburants dans les régions se poursuit.

Aucun dépôt de carburants n’a été touché par le cyclone Ava, selon l’OMH. L’approvisionnemnet est donc assuré pour le mois à venir. Mais de leur côté, les consommateurs craignent une pénurie dans les zones enclavées.

 Les stations-service à Maroantsetra sont en rupture de stock de carburants ! Selon l’OMH (Office malgache des Hydrocarbures), ce problème est causé par le retard d’approvisionnement, qui devrait être assuré par une barge à partir du port de Toamasina. « Ces retards ne sont pas liés au cyclone Ava, car ils étaient déjà constatés avant le passage de cette catastrophe naturelle. Sainte-Marie risquait d’avoir le même souci, mais avec les efforts déployés, une livraison a déjà pu être effectuée. En ce qui concerne Maroantsetra, une cargaison partira de Toamasina demain (ndlr : ce mercredi 10 janvier). L’approvisionnement sera bientôt effectif », a indiqué notre source auprès de l’OMH.

Coupures. Si ces problèmes passagers de Maroantsetra et Sainte-Marie n’ont rien à voir avec le cyclone Ava, plusieurs régions de la Grande Ile risquent des pénuries de stocks, à cause des difficultés d’acheminements de carburants. Il en est ainsi pour la partie sud du pays, avec la coupure de la RN7 au niveau de Vohiposa. D’après les autorités, une recherche de solutions est déjà en cours. En effet, le cas de Vohiposa n’est pas nouveau. « Une déviation est déjà en vue. L’entreprise en charge des travaux attendent que le niveau de l’eau descende à un niveau convenable, pour installer un pont provisoire », a noté notre source. A noter que les carburants ne sont pas les seuls produits concernés par ces problèmes d’acheminement. Pour les pétroliers, le Ministère des Travaux Publics doit rétablir rapidement la circulation sur les routes nationales, dans les plus brefs délais afin d’éviter des crises d’approvisionnement dans les différentes régions concernées.

Prévisions. Selon l’OMH, cette fois-ci, la rupture de stock devrait être évitée, si le Ministère des Travaux Publics arrive à rétablir la circulation dans un mois, grâce aux stocks dans chaque région. Pour le cas de Toliara, deux caboteurs sont déjà mobilisés pour assurer l’approvisionnement depuis le port de Toamasina. Dans le Sud-est, la situation est plus compliquée notamment pour le cas de Mananjary et de Manakara, à cause de la destruction  du  pont. Dans le Nord, la montée des eaux, au niveau des radiers de la RN6, empêche également le passage des camions pour l’approvisionnement du Nord. Même cas pour le Moyen-ouest, notamment pour Morondava. Toutefois, comme les dépôts n’ont pas été touchés par le cyclone, les différentes zones en difficulté peuvent s’arranger entre elles, pour maintenir la disponibilité des produits à la pompe.

Antsa R.

 

Midi Madagasikara39 partages

Danse contemporaine : Judith Olivia Manantenasoa, au-delà de nos frontières

Judith Manantenasoa ne cesse de porter haut le flambeau malgache.

2018, pour la danseuse et chorégraphe, s’annonce très prometteuse ! La jeune femme, cette année, continue de se faire connaître sur la scène internationale.Judith Olivia Manantenasoa continue de porter haut le flambeau malgache sur les toits du monde ! La danseuse et chorégraphe, après avoir impressionné les amoureux de danse de Paris (en mars 2017) et de La Réunion au mois de novembre, poursuit sur sa lancée avec « Métamorphose » dans quelques- uns des plus prestigieux évènements et salles de spectacle des plus grandes villes du monde. Ce samedi, elle présentera donc à nouveau « Métamorphose » à La Filature, à Mulhouse. Le mois suivant, les 7 et 8 février, elle se produira aux Halles, ce bâtiment exceptionnel de style néo renaissance flamande au cœur historique de Bruxelles. Le mois de mars, pour la disciple d’Ariry Andriamoratsiresy, ne sera pas moins mouvementée. Elle représentera cette fois la Grande Ile au MASA en Côte d’Ivoire à travers deux représentations, les 10 et 16 mars. Lors de ses tournées, la jeune femme présentera cette même pièce, celle sur laquelle elle s’est consacrée après sa consécration au programme Visas pour la création en 2014.

« Métamorphose ».  Mis à part le fait que le thème parle d’un changement, la pièce créée il y a quatre ans, évoque l’idée de se dissoudre et même de disparaître complètement d’un lieu, d’un endroit, d’un milieu, d’une vie… de vouloir oublier le passé et le présent. C’est un solo où la nudité tient une grande place et que Judith Manantenasoa défend avec une grande justesse. Mais la nudité reste l’un des grands défis de la danse contemporaine. Dans cette pièce chorégraphique, un calme- une apparence presque de sérénité imperceptible  vire à une folie incontrôlable où l’on goûte pourtant une forme de sécurité et de confort. Sa force inexplicable, sa résistance malgré l’instabilité du monde, sa fragilité, ses hésitations, ses peurs, ses rêves : Judith Olivia Manantenasoa livre son quotidien avec une irrésistible douceur. Elle aborde en plusieurs phases ce processus de mutation, du minimalisme stoïque à une espèce de folie incontrôlable. Le mouvement intérieur, imperceptible, se transforme ainsi petit à petit en un cri longuement retenu. C’est un solo sur la transformation en interaction avec son environnement et avec un impact sur la psychologie. La transposition de l’objet quotidien en élément de vice, qui vire même à une espèce de jeu sadique qui procure la stabilité. Ce basculement au travers des objets sur (le corps) et le mouvement apporte une certaine sécurité et un certain confort. C’est, en un mot, un discours de femme sur son quotidien presque monotone. Une pièce qui enchantera encore certainement le public, comme ce fut déjà le cas ces quatre dernières années.Mahetsaka

Midi Madagasikara36 partages

Présidentielle 2018 : Manœuvre dilatoire sur le montant de la caution

Certains candidats pourraient ne pas avoir le temps de réunir la somme exigée pour le cautionnement.

Le projet de loi organique appelé à régir la prochaine course à la magistrature suprême n’est pas dénué de calcul politique.

« L’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice », selon l’article 47 alinéa 1er de la Constitution. Celle-là même qui prévoit en son article 45 alinéa 1er qu’ « il (le président de la République) est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ». L’article 48 avant-dernier alinéa de préciser que « le mandat présidentiel commence à partir du jour de la prestation de serment ».

25 janvier. L’investiture du premier président de la Quatrième République s’étant tenue le 25 janvier 2014, la fin de son quinquennat est donc fixée au 25 janvier 2019 tel qu’il est d’ailleurs mentionné dans le projet de nouvelle loi organique relatif à l’élection du président de la République. Notamment en son article 3 qui prévoit que « le mandat du nouveau président de la République prend effet à compter de la date d’expiration du mandat de son prédécesseur, au 25 janvier de l’année considérée ».

180 jours. Ledit projet de loi organique de disposer en son article 9 que « les candidats sont astreints au dépôt d’une contribution aux frais d’impression des bulletins de vote, qui doit être versée à la Caisse des Dépôts et Consignations, et dont le montant est fixé par un décret pris en Conseil de gouvernement sur proposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante, et au plus tard 180 jours avant la date du scrutin ».

Elimination. Compte- tenu du délai imparti par l’article 45 alinéa 1er de la Constitution, l’élection présidentielle se tiendra le 25 novembre 2018 au plus tôt et le 25 décembre de la même année au plus tard. Le montant de la caution exigée de chaque candidat sera donc connu le 25 mai ou le 25 juin au plus tard. Soit d’ici à 4 ou 5 mois, quoique rien n’empêche la CENI de proposer un chiffre dans les meilleurs délais afin que les candidats moins lotis puissent avoir le temps de rassembler la somme. Autrement, ce serait une manœuvre dilatoire visant à prendre de court les candidats moins lotis. Un mode d’élimination par l’argent en plus du système des parrainages introduit par le projet de loi organique.

50 millions Ar. Dans la précédente loi organique relative à l’élection du premier président de la Quatrième République, l’une des conditions d’éligibilité était d’ « avoir versé à la Caisse des Dépôts et Consignations la somme de 50 millions d’ariary à titre de cautionnement des frais engagés par l’Administration pour l’organisation des présidentielles ». La même loi organique de préciser que « tout candidat qui n’obtient pas 10% des suffrages exprimés lors des résultats officiels du premier tour, perd son droit au remboursement du cautionnement. Le produit des cautionnements non remboursés est acquis à l’Etat et versé au Budget général ».

1,9 milliard Ar. Lors du premier tour de la dernière présidentielle, seuls 3 candidats sur 41 avaient obtenu plus de 10%. En l’occurrence, Jean Louis Robinson (21,16%), Hery Rajaonarimampianina (15,85%) et Hajo Andrianainarivelo (10,54%). Le quatrième Roland Ratsiraka a raté de peu son remboursement avec 9% des suffrages exprimés. Au soir du 25 octobre 2013, ils étaient 38 candidats à avoir perdu chacun 50 millions Ar. En somme (c’est le cas de le dire), 1,9 milliard Ar. était tombé dans les caisses de l’Etat. En 2018, le pactole sera fonction et du montant de la caution et du nombre des candidats.

R. O

L'express de Madagascar32 partages

Transport aérien – Deux cent cinquante passagers bloqués

Le même problème qui s’est posé aux passagers voulant rejoindre Taolagnaro à partir d’Ivato, s’est aussi posé à ceux qui voulaient voyager en sens inverse.

Une situation pénible. Deux vols reliant Taolagnaro-Antananarivo ont été annulés dimanche et le lendemain, Air Madagascar n’était pas encore arrivé à évacuer ses passagers. En fait, une série d’annulations a commencé depuis vendredi et près de deux cent cinquante passagers sont bloqués à Taolagnaro. L’intempérie demeure le principal motif de ces annulations.Cependant, l’asymétrie d’information a gagné du terrain et mis les passagers dans une situation de mécontentement. En effet, interrogés par leurs clients, les responsables ont affirmé qu’ils n’avaient pas d’infor­mations précises à leur donner concernant le vol de dimanche ou un éventuel report. Des passagers présents depuis 6 heures du matin à l’aéroport n’ont pas été embarqués.« Mon vol était prévu pour dimanche, mais il a été annulé. Je n’ai reçu aucun message ou un appel pour confirmer le report du vol. J’ai dû appeler l’agence lundi matin et là, on m’a prié de contacter directement les responsables de l’aéroport parce qu’ils n’ont aucun renseignement sur ce point. Ces derniers m’ont confirmé que mon vol est prévu à 17h50 et que je devais arriver à 16 heures à l’aéroport pour l’enregistrement. En arrivant à l’aéroport à 15h30, ils m’ont reproché d’être en retard et qu’ils n’ont plus aucune solution à me proposer ni d’informations précises à me  fournir concernant le report de mon vol », déplore une cliente très mécontente.Dans un tel contexte, les passagers dénoncent un service-clients qui laisse à désirer. « Le personnel n’a aucun sens de l’accueil. Ils rétorquent que leur travail est déjà assez pénible comme çà,  et refusent de répondre à nos soucis. Alors que nous ne demandons que des explications et des informations », réclame un client.

Corruption?Par ailleurs, les informations sur une éventuelle prise en charge n’ont pas été communiquées aux passagers. Et les nationaux soupçonnent de la corruption. «Tout au moins, ils auraient dû nous avertir à l’avance que les vols étaient annulés. Il nous faut 10 000 ariary par personne pour faire un aller-retour jusqu’à l’aéroport. Et Air Madagascar ne nous rembourse pas. À notre grande surprise, il y a des clients qui ont reçu des prises en charge. Et on ne nous donne pas d’explication pourquoi ils ont reçu et pas nous», conclut un client. Quoiqu’il en soit, Air Madagascar est dans une mauvaise posture.

Moïse Fanomezantsoa

Midi Madagasikara28 partages

Mada-omby : Miandry ny fampiharana ny « puce électronique »

Ho setrin’ny programan’ny filoham-pirenena hametraka « puce électrinique amin’ny omby mba hiadiana famin’ny asan-dahalo, naneho ny heviny momba izany ireo mpiompy sy mpandraharaha  omby mikambana ao amin’ny kaoperativa Mada-omby ,fa mankasitraka tanteraka io fanapahan-kevitraio. Nilaza Tahiry Sambahefa, Filohan’ny Filakevi-pitantanan’ity kaoperativa ity, fa tetik’ady iray mety hampihena ny halatr’omby tokoa ity fomba iray ity, satria ho mora kokoa ny fanarahana ireo omby very. Raha izany no tanteraka dia havitrika indray ny tambanivohitra ny hiverina amin’ny fiompiana omby ary azo inoana fa hitombo hatrany amin’ny avo roa heny ny isan’ny omby eto Madagasikara ao anatin’ny fotoana fohy. Hahita tombony amin’izany ihany koa ny Fanjakana, satria hihena ny vola laniana amin’ny fanaovana « opération vol de boeufs » saika isan-taona izao izay mazana amoizana aina miaramila. Efa tokony hojerena manokana ny fomba hanatanterahana izany izay fantatra fa sarotra raha ny toe-draharaha misy eo amin’ity sehatra fiompiana sy fandraharahana omby ity, eto Madagasikara. Manoloana izany indridra, milaza ny Filohan’ny Filankevi-pitantanan’ny Mada-omby,  fa manana soso-kevitra haroso amin’izay fampiasana ity « puce électronique » hoan’ny omby ity izay. Koa mirary koa raha mirary izy ireo ny mba hisian’ny fiaraha-miasa eo amin’ny kaoperativa sy ny Fanjakana mba hampanjariana io programa io.

T.M.

News Mada27 partages

Vanille Les mauvaises pratiques s’amplifient

La filière vanille à Madagascar a fortement régressé ces dernières années et force est de reconnaître que la mauvaise pratique tend à s’amplifier face à l’explosion du prix sur le marché international. A part la cueillette précoce et le vol de vanille, il a été constaté  actuellement que certains opérateurs trempent la vanille dans de l’eau de mer pour changer sa couleur.

Pourtant, le marché international reste fort exigeant. Le taux de vanilline commandé dans la vanille rouge est de 1,5%  minimum, celui-ci est de 1,8% minimum pour la vanille noire. Face à de telle situation, l’Etat a convenu avec les opérateurs que tout contrevenant est tenu de payer cinq fois la valeur incriminée, avec emprisonnement et destruction des produits.

Toutefois, le marché de ces produits de rente tend à progresser en raison de la hausse continue de son prix. Avec une progression annuelle moyenne en valeur de 166% depuis 2012, la vanille est devenue la deuxième source de devises après le textile, devançant le nickel, d’après le ministère du Commerce et de la consommation. Sa part dans les exportations de Madagascar est passée de 1% en 2012 à 18% en 2016.

A titre d’information, à part les autres acteurs concernés, entre autres les préparateurs, collecteurs et exportateurs, le secteur fait vivre  près de 100 000 paysans éparpillés dans huit régions actuellement.

Riana R.

 

Midi Madagasikara26 partages

Ambatoroka : Un orfèvre attaqué par des bandits

La chance a encore souri à un orfèvre tenant atelier à Ambatoroka. Il  a été la cible des bandits le week-end dernier. En pleine nuit, les malfaiteurs étaient sur le point de forcer  la fenêtre du domicile de l’orfèvre quand le chargeur de l’arme de l’un d’eux est tombé. Le bruit émis par la chute de cet objet a réveillé le propriétaire de la maison. Ce dernier a tout de suite alerté ses employés qui dormaient au rez-de-chaussée. Ainsi, ces derniers ont crié au secours. En  entendant leurs cris, les agents de sécurité d’une ancienne haute personnalité de l’Etat résidant juste en face de la maison attaquée sont également intervenus par des coups de sifflet en guise de sonnette d’alarme. Pris aux dépourvus, les malfaiteurs ont dû évacuer les lieux pour prendre la fuite sans laisser aucun préjudice.

T.M.

Midi Madagasikara23 partages

Ambatolampy : Quatre personnes tuées dans l’effondrement d’une maison

Le passage du cyclone Ava n’a cessé de faire pleurer. La nuit du lundi 8 janvier, quatre personnes viennent de trouver la mort dans l’effondrement de leur maison d’habitation dans la commune d’Ankasina, district d’Ambatolampy. Le drame s’est produit vers 10 heures alors qu’une famille de 7 membres (les deux parents et ses cinq enfants) était en plein sommeil. Tout d’un coup, la maison s’est écroulée. Surpris, le père et la mère se sont réveillés. Leur premier reflexe était de se sauver en sortant de la maison. Restés à l’intérieur, leurs enfants ont fini par être ensevelis vifs. Heureusement que le plus âgé (8 ans) d’entre eux s’en est sorti sain et sauf. En effet, les quatre autres, dont un bébé de 15 jours, sont tous décédés malgré les efforts déployés par le « fokonolona » venu à leur rescousse. A l’origine de l’accident serait la fragilité de la maison aggravée par les pluies diluviennes causées par le cyclone.

Sept personnes mortes noyées. Encore des séquelles du cyclone AVA. Les inondations apportées par ce mauvais temps ont provoqué des accidents dans plusieurs régions de l’île. Dans l’Alaotra Mangoro, soit dans un village appelé Ambodirano Mangoro, quatre personnes ont perdu la vie et deux autres sont portées disparues lors du naufrage d’une pirogue survenu le 8 janvier vers 14 heures. L’un des victimes est le propriétaire de l’embarcation. Les deux disparus sont tous des enfants. Ce n’est pas tout. Le même jour, mais vers 10 heures du matin, une charrette a été emportée par les crues quand elle roulait sur le pont appelé « Tetezan’i mompera » traversant la rivière Onive dans la commune rurale et district d’Antanifotsy. Résultats, une mère de famille âgée de 50 ans, sa fille (24 ans) et son fils (14 ans) ont péri dans cet accident. Deux autres personnes ont été sauvées.

T.M.

Midi Madagasikara21 partages

Une journéed’assainissement peu opportune

Le régime a décrété que ce 10 janvier, journée nationale de l’Assainissement, est chômée et payée. Il veut que les Malgaches se donnent la main pour nettoyer les quartiers et leurs lieux d’habitation. La décision avait été prise bien avant l’arrivée du cyclone Ava et on se pose aujourd’hui la question de son effectivité. On peut à juste titre se demander si les citoyens seront suffisamment mobilisés pour suivre les directives du pouvoir après les épreuves subies ces derniers jours.

Une journéed’assainissement peu opportune

Le pouvoir, lui-même, semble peu convaincu de l’opportunité de la décision qu’il a prise, puisqu’aucune campagne de communication n’a été organisée pour inciter la population à assainir leur environnement. On en vient à se demander si ce ne sera pas une opération en trompe l’œil avec quelques partisans du régime filmée par la Télévision nationale. En tout cas, il n’y a eu aucune incitation lancée au niveau des « fokontany » et les Tananariviens, peu concernés, n’ont visiblement pas l’intention d’adhérer à cette initiative. Les commentaires recueillis ici et là indiquent que les mots d’ordre seront très peu suivis. Pour certains, il ne s’agira ni plus ni moins que d’un jour de congé de plus. Dans le contexte actuel, les citoyens semblent peu enclins à se prêter à un jeu de dupe. On sait que le président de la République, le premier ministre et les membres du gouvernement descendront sur le terrain. Ce sera une fois de plus une manière de montrer qu’ils donnent l’exemple et paient de leurs personnes. Mais on ne sait pas quel effet cela aura en matière de popularité pour le régime. Les sinistrés du cyclone Ava ne se sentent bien entendu pas concernés par cela. L’idée des dirigeants est de montrer qu’ils savent donner l’exemple. Mais en ce moment, la population a bien d’autres soucis et n’a pas l’intention de se laisser mener en bateau.

Patrice RABE

L'express de Madagascar20 partages

Gendarmerie – L’assainissement continue

Le SEG Girard Randriamahavalisoa a soutenu que l’assainis­sement au sein de la gendarmerie continuait.

La directive reste la même. En marge de la réunion des grands responsables de la Gendarmerie Nationale au camp Ratsimandrava hier, le secrétaire d’État en charge de la gendarmerie (SEG), Girard Randriamahavalisoa, a reconfirmé l’effectivité de l’assainissement au sein de la gendarmerie en employant la même méthode que l’année dernière. « La directive est la même que celle que nous avons instaurée en 2017, c’est-à-dire se rapprocher de la population », a-t-il déclaré.Selon lui, la gendarmerie est au courant du mécontentement de la population à l’égard des agents corrompus. « Nous entendons tout. Que ce soit les appels téléphoniques à la radio ou les différentes remarques des citoyens et des autorités », a soutenu le SEG. D’après les explications, l’objectif ultime est de chasser tous les éléments corrompus de sorte à redorer le blason de la gendarmerie. Pour ce faire, les visites en régions seront intensifiées pour traquer les gendarmes corrompus. La gendarmerie sollicite également la coopération de la population en signalant tout acte de corruption directement au supérieur de la gendarmerie locale.

Résultat époustouflant La directive du SEG semble tout de même porter des résultats assez importants. En 2017, trente et une plaintes ont été déposées contre des gendarmes corrompus, des chiffres loin des deux cent dix enregistrées en 2016. Sept dossiers sont montés au niveau de l’instruction. À cet effet, trois gendarmes sont en détention préventive et quatre sont en liberté conditionnelle. Ces chiffres font la fierté de la gendarmerie car on observe une très grande diminution du nombre de plaintes par rapport à l’année 2016. « Si la gendarmerie a longtemps été étiquetée d’être à la première place en matière de corruption, nous pouvons, sans aucune hésitation, annoncer que ce temps est désormais révolu au vu de ces statistiques », a déclaré le Secrétaire d’État en charge de la Gendarmerie, lors de la présentation des vœux de la Gendarmerie Nationale, lundi.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara19 partages

Journée nationale de l’Assainissement : Place au nettoyage général ce jour

Décrétée journée chômée et payée, ce 10 janvier, on procèdera doit  à des actions d’assainissement collectif et général. Initié par Hery Rajaonarimampianina,  président de la République, l’initiative consisterait en une sensibilisation citoyenne sur l’importance de l’hygiène et de l’assainissement. Comme l’ont maintes fois relayé les responsables étatiques interviewés sur la question, “ l’important c’est d’initier un changement de comportement chez les Malgaches à ce qu’ils soient responsables en termes d’hygiène ”. Tous les Malgaches sont donc invités à nettoyer leur environnement respectif. Pour les fonctionnaires de l’administration publique, cela veut dire un pointage obligatoire auprès de leur ministère. Ce qui ne diffère pas vraiment de leur quotidien… lors des jours ouvrables.

José Belalahy

Midi Madagasikara16 partages

Arts visuels : Les « Miroirs » de Temandrota à l’IFM

A partir du 12 janvier, Temandrota dévoilera son art  au grand public: un dialogue entre matières, symboles, motifs et références. Des œuvres qui orneront les cimaises de l’IFM Analakely jusqu’au 3 février.Lauréat du Prix d’art contemporain Paritana en 2016, Temandrota a réalisé une résidence de création à Paris, suivie d’une exposition à la Cité internationale des Arts. Ce rendez-vous à l’IFM Analakely signe donc son grand retour après cette consécration. Il propose de découvrir de nouvelles pièces et en même temps une rétrospective sur son travail.  Des anciennes productions qui ont marqué son parcours ponctueront cette exposition qui restera fidèle à son langage visuel et plastique. Utilisant de matériaux de récupération naturelle et urbaine, Temandrota fait de la peinture géométrique renfermant des secrets, à la limite devenus des mythes.

Tradition. Elevé par des chasseurs, dès son plus jeune âge, son univers est très proche de la nature et sa façon de vivre est imprégnée par le nomadisme. Très marquée par les rituelles de circoncision, de retournement des morts, les mariages, de ses traditions « Tandroy », ces images ne dépassent pas sa région qui est le Sud de Madagascar. Les motifs, les matières naturelles (même la bouse des zébus) sont des influences profondes en rapport aux arts funéraires des régions de l’île qu’il a traversées. Son imaginaire résonne les mythes anciennes et les contes traditionnels ayant  bercé son enfance et encore, il s’intéresse jusqu’à maintenant  aux arts oratoires qui accompagnent les rites et coutumes pratiqués par certaines ethnies qu’il a rencontrées au fil de ses découvertes. Arrivé à l’âge de 13 ans dans  la capitale, ses yeux se sont rivés  vers les multimédias, embarqué par ses amis bédéistes. Ainsi, il commençait à peindre et à dessiner avec les feuilles de papier avant d’atterrir sur l’animation. Puis il commençait à mener de nouveau la vie nomade en traversant l’île en se déplaçant d’hôtel en hôtel pour ses performances artistiques. Depuis 2005, des expositions se multipliaient et des résidences d’artistes s’en suivent notamment dans la zone Océan indien, l’Afrique du Sud, jusqu’en Allemagne. Il dit de son travail que « les représentations humaines et symboles de l’imaginaire collectif Tandroy  mobilisent et dépouillent en même temps le mysticisme et l’invisibilité omniprésente vers une écriture personnelle, plus minimaliste et plus abstraite. La peinture géométrique est l’élément moteur de ces représentations. Pour moi, créer des motifs devient un geste primaire et m’amène sur  ‘la transe’ qui rythme l’ensemble ».Mahetsaka

Midi Madagasikara15 partages

« Volanao » :Déjà deux gagnants de 1 000 000 d’ariary

« Volanao » ou « votre argent ». Comme son nom l’indique, « Volanao », le jeu lancé récemment par « L’Austral des Jeux » (ADJ) est tout simplement destiné à faire gagner de l’argent aux joueurs. Le jeu qui est quand même interdit aux moins de 18 ans est ludique et peut rapporter gros. Il suffit de gratter la tête de zébu sur les cartes à jouer qui se vendent à 1 500 ariary l’unité. Si le joueur découvre trois sommes d’argent identiques, il  devient immédiatement le gagnant. Les jeux sont disponibles dans  les points de vente munis des signalétiques « ADJ en vente ici ». Ou encore auprès des vendeurs ambulants. Un jeu facile qui a déjà  fait de nombreux heureux gagnants. Dont deux joueurs, A. Samson et R. Jacky qui ont décroché chacun 1 000 000 d’ariary.  « De nombreux lots sont encore à gagner avec le jeux Volanao dont des  sommes de 10 000 000 Ar » précise une responsable d’ADJ.

R.Edmond.

Midi Madagasikara14 partages

Football Elections : Et si on laissait tout le monde se présenter ?

Giscard le candidat disqualifié à V7V.

Les élections des membres du comité exécutif de la Fédération Malgache de Football sont toujours au centre de tous les débats.

Si au départ, les textes interdisaient à toute personne extérieure au monde du football de se présenter à ces élections, l’opinion d’une frange des férus du ballon rond semble plaider à ce que tous les gens de bonne volonté puissent se porter candidat.

L’exemple de Fatma Samoura devenue SG de la FIFA alors qu’elle ne gravitait pas autour du monde de football, revient d’ailleurs dans les arguments pour laisser chacun tenter sa chance.

Et si Maman’i Gan a de nombreux supporters pour briguer le poste de président de la ligue de Fianarantsoa contre le président sortant,  c’est peut-être parce que ces gens aspirent à un vrai changement.

Ce même état d’esprit qui réclame aujourd’hui pour qu’on laisse Alfred Randriamanampisoa, Hery Rasoamaromaka, ou encore Briand Andrianirina se présenter au poste de président de la FMF sans chercher à les disqualifier d’une manière ou d’une autre.

Au bout, c’est presque une certitude que le vainqueur recevra l’onction populaire, voire le soutien de ce difficile public des matches de football à Madagascar.

C’est ce qui a toujours manqué à Ahmad et l’obligeait à quitter Mahamasina bien avant tout le monde quand l’équipe malgache perd un match. Car qu’il vente ou qu’il pleuve, le premier responsable d’une défaite sur nos terres reste toujours le président de la FMF et jamais les joueurs et encore moins l’entraîneur.  Allez savoir pourquoi.

Une raison de plus pour permettre à chaque candidat de tenter sa chance et de relever ce défi de développer davantage le football malgache dans son ensemble avec ce que cela suppose d’une nouvelle mentalité.

Clément Rabary

Midi Madagasikara12 partages

DE-CI… DE- LA

# Rolf et Imiangaly inaugurent la saison culturelle de l’IFM. Finies les vacances ! Place maintenant à la rentrée sur une très bonne note. Pour bien démarrer 2018, l’IFM a décidé de mettre sur le devant de la scène le couple Rolf Imiangaly. Une voix, une basse, avec un répertoire des plus éclectiques, c’est ce à quoi auront donc droit tous ceux qui seront au rendez-vous.

# Jess Black au « no comment ». Méconnu du grand public, Jess Black est bien décidé à se faire connaître dans le milieu musical. « Différent » mais pas « handicapé », comme il le souligne, car malvoyant, Fenosoa Tahianjanahary de son vrai nom, va faire résonner sa musique dans les locaux du « no comment bar » Isoraka. Plongé dans la musique depuis tout-petit, le jeune homme maîtrise des registres musicaux aussi divers que le reggae, le sound system, le zouk love, ou le rap. Jess Black, à découvrir ce soir au « no comment bar » !Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

Sixième arrondissement : 484 sinistrés enregistrés

Le bilan est lourd pour le sixième arrondissement de la capitale. Une source auprès dudit arrondissement d’indiquer que les dégâts cycloniques concernent seize « fokontany » dont six fortement atteints et dix autres vulnérables. Selon toujours la source, le nombre de sinistrés est aux alentours de 484 enregistrés dans les six « fokontany » sévèrement touchés. Entre autres, 43 dans le « fokontany » d’Ambodihady, 87 à Ambaravarankazo, 56 à Ambodimita, 63 à Anosivavaka, 223 à Ankazomanga Sud et 12 à Ambohimandroso. Par ailleurs, la montée des eaux ayant causé la destruction d’une partie des infrastructures routières, l’arrondissement a, depuis vendredi 5 dernier, procédé à la réhabilitation d’une partie de la route entre Andranomena et Ambatolampy. Une initiative qui a pu être réalisée grâce à la contribution du conseiller spécial auprès de la Commune urbaine d’Antananarivo Marc Ravalomanana lequel a mis à la disposition des responsables une niveleuse et un compacteur.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara12 partages

Parlement : Une session extraordinaire le 15 janvier ?

Lors de la cérémonie de présentation de vœux d’Iavoloha, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy a officiellement annoncé la détermination des députés à siéger en session extraordinaire pour l’examen et le vote des projets de loi organique sur les élections. On a fait circuler la date du 9 janvier, mais ce calendrier officieux n’a pas été retenu suite au passage du cyclone Ava qui a occasionné des dégâts considérables dans de nombreuses parties de l’île.

Interminables. De l’autre côté, force est de constater que les trois projets de loi organiques sur les élections ne sont pas encore prêts à être adoptés au niveau du Parlement. Les consultations menées par le gouvernement auprès des entités concernées sont interminables. On a appris hier que la session extraordinaire de l’Assemblée nationale et du Sénat pourrait se tenir à partir du 15 janvier.

R. Eugène

Midi Madagasikara11 partages

Médicaments essentiels : Faciliter leur accès relève de l’urgence

Andry Rabemanantsoa lors de la présentation du Laboratoire Aguettant à l’hôtel Carlton Anosy.

Le problème de rupture des stocks et d’approvisionnement des médicaments figure parmi les difficultés auxquelles font face de nombreux hôpitaux malgaches. Une situation que le pays partage avec d’autres Etats africains, mais qui provoque de nombreuses pertes humaines selon les dires de Laurent Coveliers, directeur international auprès du Laboratoire Aguettant. Ce dernier d’ajouter que les médicaments essentiels sont nécessaires non seulement par leur rôle, mais aussi et surtout par le fait qu’ils permettent une amélioration du système de santé dans le pays. Le projet de distribution à grande échelle des médicaments d’urgence dans les hôpitaux malgaches pourrait changer la donne. Entrepris de concert par Sopharmad et le Laboratoire Aguettant, ledit projet entend faciliter l’accès des Malgaches aux médicaments essentiels. L’idée serait d’assurer une continuité en termes d’approvisionnement et de stocks des médicaments en question. Une continuité qui est plus que nécessaire lors de la réanimation dans les salles d’urgence. Comme l’a noté Laurent Coveliers “ réanimer quelqu’un dépend de la réactivité du personnel médical mais surtout de la qualité des médicaments utilisés “. Par ailleurs, Andry Rabemanantsoa, directeur général du groupe Sopharmad, quant à lui, a fait savoir que la distribution des médicaments sera effectuée en prenant en compte les budgets des hôpitaux d’un côté et des ménages malgaches de l’autre. Ce qui arrive à point nommé étant donné la cherté des médicaments auprès des hôpitaux malgaches.

José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

Natation : La piscine de Riverside sous les eaux

Coup dur pour les nageurs et les triathlètes qui ne peuvent plus s’entraîner à la piscine Riverside,  à Andranomafana Betafo.

Ce bassin de 25 m a subi d’énormes dégâts avec la montée des eaux liée au passage du cyclone Ava. Les vestiaires ont été totalement rasés tandis que la piscine est fissurée en plusieurs endroits.

« Il va falloir tout recommencer, car les pertes  sont évaluées à plusieurs millions d’ariary et que cela va prendre des mois pour la rendre en état », confie notre confrère Clément Rabary abattu par ce coup du sort sur un projet qui lui tenait à cœur, car lui permettant de rester dans le sport après sa retraite.

C’est toute la population d’Andranomafana qui est victime, car la vie dans ce village a vraiment changé après l’ouverture de cette piscine réalisée il y a quatre ans.

Lorsqu’on sait que l’existence de Riverside fait vivre de nombreux paysans, on mesure mieux l’ampleur du dégât.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

Kick-boxing – Election : Boto Gilbert dans la course

C’est le premier à officialiser sa candidature à la tête de la Fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées pour l’élection du 30 janvier au Palais des Sports de Mahamasina. Boto Gilbert a déposé son dossier lundi dernier auprès de la Commission nationale électorale (CNE). Ancien entraîneur national, Boto Gilbert connaît bien les rouages de cette discipline. « Je vais continuer ce que mon prédécesseur  a commencé » a-t-il déclaré. Les candidats auront jusqu’au 29 janvier pour déposer leur dossier.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

Volley-ball : Reprise des entraînements pour la GNVB

Dans moins de deux mois, les champions de Madagascar de la Gendarmerie nationale Volley-Ball (GNVB) disputeront la Coupe des Clubs Champions de la zone 7. Après deux semaines de repos, l’équipe de la Gendarmerie nationale Volley-Ball (GNVB) reprend les entraînements. Ce en vue de la Coupe des Clubs Champions de la zone 7 prévue aux Seychelles du 3 au 10 mars. Selon le règlement, la délégation composée de 12 personnes sera obligatoirement accompagnée d’un arbitre. Tenants du titre, les volleyeurs de la GNVB devront passer par ce tournoi pour représenter de nouveau la zone 7 à la Coupe d’Afrique des Clubs Champions  (CACC) en  Egypte du 25 mars au 5 avril. « La GNVB peut participer directement à cette joute continentale, mais, vaut mieux passer par ce tournoi. Nous avons un titre à défendre aux Seychelles et cette étape constitue une préparation pour le clan malgache, en manque de compétition » a fait savoir Honoré Razafinjatovo, coach de l’équipe. Actuellement, les gendarmes peaufinent leur préparation. « Les entraînements seront axés sur le renforcement de la réception, le service et les organisations défensives, sans minimiser les renforcements musculaires et la préparation mentale » a-t-il continué.

12 équipes. Pour l’heure, douze équipes vont partager leurs joutes à cette compétition régionale. Quatre formations malgaches seront de la partie. Il s’agit de la CNaPS Sport, de la Gendarmerie nationale Volley-ball (GNVB) chez les hommes et VBCD et Stef’Auto du côté des dames. Elles partageront leurs joutes aux côtés du Quatre Bornes VBC, Faucon Flacq Camp Ithier VBC et Azur SC de Maurice), Swim Blue Pal, Premium Spikers (H), Anse Royale et Praslin Girls des Seychelles.

T.H

Midi Madagasikara10 partages

CFM : Mise en place des cellules d’écoute dans la capitale

Les membres du CFM reçus par le Président Hery Rajaonarimampianina à Iavoloha. (Photo d’archives)

Le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) entend mettre en place des cellules d’écoute au niveau des 192 « Fokontany » que compte la capitale. Ce projet a été décidé, lors de la réunion des membres du CFM qui s’est tenue, hier, en son siège, à Ampefiloha. A cet effet des études seront effectuées pendant trois mois et que lesdites cellules seront opérationnelles, en principe, au mois d’avril prochain. Toutefois, d’après les membres de cet organe de consultation et de conseil, leur souci est d’ordre financier quant à la concrétisation de ce projet. Pour Antananarivo c’est peut-être faisable, mais pour l’ensemble du pays, cela pose problème, ont-ils souligné. Et eux d’ajouter que c’est un projet à long terme.

Fonctionnement. Faut-il rappeler que le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) a pour  rôle de garantir une stabilité durable à travers la réconciliation nationale. Ses actions portent notamment sur le concept «Vérité, Justice, Pardon, Amnistie et Réconciliation», en vue d’établir une atmosphère politique sereine et un environnement favorable à un fonctionnement apaisé des institutions. Cet organe a également pour attributions principales d’établir la vérité sur les violences et les allégations de violation des droits de l’Homme en relation avec des faits liés aux événements politiques de 2002 jusqu’à la fin de la Transition. Elle assure la lutte contre la culture de l’impunité et des pratiques de la Justice des vainqueurs, dans le respect de la légalité. Le CFM se charge aussi de la prévention et de la résolution des conflits pouvant porter atteinte à l’unité nationale et à la paix sociale.

Recueillis par Dominique R.

L'express de Madagascar7 partages

Diana – Presque toute la région inondée

Le mauvais temps et le passage du  cyclone Ava sur la côte Est  de la Grande Ile,  n’a pas épargné la région Diana. Depuis la  fin d’année et  jusqu’à samedi, la pluie n’a cessé de tomber provoquant  des inondations et des crues sur tout  le territoire de la région. Le premier bilan indique qu’elle a aussi causé d’importants dégâts matériels et  fait de nombreuses victimes.À Nosy  Be, avec les vents violents qui ont soufflé pendant quatre  jours,  la mer a été très agitée. « Une longue houle générée par le vent se déplaçait plus vite qu’une vedette rapide », décrivent  quelques pécheurs. Pour éviter qu’il y ait des victimes humaines, la préfecture de police de Nosy  Be a dû fermer l’accès au  port car la circulation y a été rendue impossible. L’interdiction n’a été levée que dimanche.Dans les districts d’Ambanja , d’Ambilobe et  d’Antsiranana-II, des hectares de terrains, des plantations, des rizières ont été inondés. Il faut ajouter de nombreux blessés et des sans-abri.Selon les informations, à Ambanja la montée des eaux a tué  cinq personnes. Mais pour l’instant, le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) pour la région Diana n’a pas encore présenté de bilan officiel lundi.À Marivorahona-Ambilobe, le pont  Bailey posé de manière provisoire après le passage d’Enawo sur la rivière Mananjeba, a été aussi submergé par  le courant d’eau. La circulation entre Ambilobe et  Antsiranana aurait pu être coupée si le nouveau  pont en béton à  double voies, construit  par  l’entreprise Eiffage, n’a  pu  desservir  les petites  voitures et  les taxis-brousse. Le trafic a repris dimanche, mais les poids lourds ne peuvent pas encore utiliser le viaduc et sont  obligés de procéder au  transbordement. En conséquence, au  niveau  économique, la situation aura un impact dévastateur surl’économie de la  région.Dans la ville d’Antsi­ranana, des écoles sont inondées, pour ne citer que celles des quartiers de Mahatsinjo  et  d’Ambalavola. Lors de son passage dans le Nord,  l’année dernière, le premier  ministre Mahafaly  Solonan­drasana Olivier a promis de les aider, mais Ava l’a devancé. Quoi qu’il  en soit, les populations habitant  dans les zones inondées ont  du  mal à  faire face à leurs champs de cultures détruits, leurs cheptels décimés, aux dégâts en forêt, à l’érosion des plages,  à la pollution du littoral, ou à des dégradations d’infrastructures…

Raheriniaina

Madonline4 partages

Marc Ravalomanana s’apprête à revenir au pouvoir

L’ancien président Marc Ravalomanana se prépare activement à faire face à une année électorale qui s’annonce déjà mouvementée. S’il se voit déjà, comme il l’a annoncé, candidat à l’élection présidentielle prévue normalement cette année, le gouvernement en place voit la situation différemment.

Durant quelques heures de discussions à bâton rompu avec des journalistes, Marc Ravalomanana n’a de cesse de réitérer son intention de briguer un nouveau mandat présidentiel. Victime d’un coup d’Etat en 2009, Marc Ravalomanana s’apprête à reprendre les rênes du pays.

« Les dirigeants actuels ne parviennent plus à maîtriser la situation », affirme l’ancien président. « Dans un contexte comme celui de Madagascar, l’essentiel consiste à bien gérer le territoire, à sécuriser la population et à maitriser la monnaie nationale. Or je constate la gabegie au niveau de nos frontières, une recrudescence de l’insécurité et une forte dépréciation de l’Ariary », continue-t-il.

Quelques jours après le passage d’un cyclone sur la partie Est et sur le centre de Madagascar, plusieurs dizaines de milliers de sinistrés attendent des aides de la part du gouvernement, tandis que des infrastructures comme les routes et les ponts coupés méritent d’être réhabilitées au plus vite. A ce sujet, Marc Ravalomanana a dénoncé le manque de réalisme de la part des dirigeants actuels du pays. « Il fallait commencer par montrer à nos partenaires l’ampleur des dégâts en survolant par exemple les zones sinistrées », a affirmé Marc Ravalomanana.

Souvent avec beaucoup d’humour, l’ancien président a dépeint la situation politique du moment : sa candidature à la prochaine présidentielle, l’inexistence d’un accord entre lui et l’actuel président, Hery Rajaonarimampianina, ou encore l’éventualité d’une alliance avec son tombeur, Andry Rajoelina, etc. Mais quelques minutes seulement après les déclarations de Ravalomanana, la ministre de la Justice lui a brandi les décisions de justice qui le concernent. Ce fut la réponse du berger à la bergère.

C’est dire que la précampagne n’en est qu’à ses débuts. L’année promet d’être longue. Pour le moment, Marc Ravalomanana a en sa possession un casier judiciaire vierge, mais le ministère de la Justice entend bientôt lui signifier sa condamnation et attend sa réaction éventuelle devant les juridictions compétentes. Tout ne fait que commencer.

L'express de Madagascar3 partages

Transport aérien – une disparition d’Air Madagascar assombrirait l’économie

L’éventuelle faillite ou disparition d’Air Madagascar ne serait pas un bon signe pour l’économie du pays. Ce serait un coup dur, comme l’indique la BAD.

La disparition de la compagnie Air Madagascar pourrait porter un coup dur pour l’économie déjà relativement fragile. C’est le constat fait par la Banque africaine de développement (BAD) dans son document du programme d’amélioration de la compétitivité économique (PACE) du pays. Devant la difficulté financière et technique rencontrée par la compagnie, le gouvernement avait choisi de chercher un partenaire stratégique. «Dans le cas où Madagascar aurait choisi de déclarer la faillite d’Air Madagascar, sa fermeture aurait un impact négatif presque inévitable sur les niveaux de trafic aérien, au moins à court et moyen terme», indique le document.Pour soutenir ses arguments, la BAD avance l’étude réalisée par la Banque mondiale en juillet 2017. Selon cette étude, l’impact direct de la compagnie nationale sur le secteur des voyages et du tourisme représentait, en 2016, plus de 5% du produit intérieur brut. En tenant compte des effets indirects et induits, son poids dans l’économie représentait près de 14% du PIB en 2016.

DéfiPar ailleurs, sa contribution totale à l’emploi, y compris les effets plus vastes de l’investissement, la chaîne logistique et les impacts des revenus induits, a été estimée à six cent quarante mille emplois en 2016, soit 11,4% de l’emploi total du pays.«La restructuration de la compagnie représente un défi majeur pour l’amélioration de la compétitivité économique de Madagascar. Elle reste stratégique dans le désenclavement des zones économiques les plus reculées du pays… Elle joue ainsi un rôle économique clé», souligne ainsi la BAD. Dans ce sens, elle a apporté ses coups de pouce financiers au gouvernement. En vue de consolider les dettes d’Air Madagascar, l’État avait recouru à des emprunts de garantie auprès de  cette banque panafricaine pour obtenir des financements internes et externes. Outre cela, le 29 novembre, la BAD a annoncé qu’elle allait décaisser 45 millions de dollars pour appuyer les réformes économiques dans le cadre de ce programme PACE, et dont une partie servira à appuyer les réformes des sociétés publiques comme Air Madagascar et la Jirama.Le Plan de développement de la compagnie proposée par Air Austral devrait permettre à la compagnie, qui a enregistré près de 20 millions de dollars de perte en 2016, d’atteindre l’équilibre et de connaître une rentabilité croissante à partir de 2021. Le partenariat stratégique avec Air Austral aura plus d’avantages économiques que d’inconvénients à long terme, comme l’a indiqué le document de la BAD.Pour le moment, ce mariage avec Air Austral ne se fait pas encore ressentir au niveau des passagers. Ils se trouvent en ce moment entre le désespoir et l’indignation. Leurs déboires ne cessent de continuer ces derniers temps.

Lova Rafidiarisoa

La Vérité2 partages

Investissement en 2018 - Madagascar au fond des abîmes

Les classements s'enchaînent et se ressemblent pour le régime Rajaonarimampianina. Dans son article intitulé « The best countries for business », le célèbre magazine Forbes a classé  Madagascar à la 121ème place des pays où il faut investir durant l'année en cours, et ce au niveau mondial. Pour ce qui est du classement au sein du continent africain, la Grande île occupe la 21ème place. Ledit classement avance également que les 3 premiers pays au monde où il faut investir sont le Royaume-Unis, la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas. En Afrique, le top 3 est remporté par l'Ile Maurice, l'Afrique du Sud et le Maroc.

Le classement en question consiste à déterminer les meilleurs pays à travers le monde qui offrent un climat propice aux affaires. A cet effet, le magazine Forbes a procédé à l'évaluation de 153 pays, celle basée sur 15 facteurs, pour ne citer que les taxes, la protection des investisseurs, la bureaucratie, etc.Au rythme actuel, la Grande île risque de s'enfoncer encore plus dans les abîmes de ce classement. En fait, plusieurs facteurs contribuent à plomber le secteur des affaires à Madagascar et le climat des investissements en particulier. Il y a en numéro Un le spectre de l'instabilité politique qui plane sur le ciel des affaires à Madagascar. Le brouillard épais qui entoure les élections de cette année ne sera pas de nature à favoriser l'arrivée de nouveaux investisseurs qui craignent une crise pré ou post électoral,  indique un analyste économique. En entretenant le flou autour des élections pour des raisons bassement politiques, le régime contribue à sa propre perte. A Maurice, par exemple, classé numéro Un en Afrique en terme de compétitivité, les textes entourant les élections sont claires et respectées par tous… Le problème de l'insécurité chronique ne favorise pas également la compétitivité de la Grande île, selon notre interlocuteur. En effet, à Madagascar, le problème de kidnappings sur des opérateurs tend à faire fuir les potentiels investisseurs. Certains opérateurs implantés dans l'île sont même contraints de se délocaliser vers Maurice pour se sentir en sécurité. Enlevé le 20 décembre 2017, le jeune cadre d'Ucodis John Raza est toujours entre les mains de ses ravisseurs jusqu'à aujourd'hui. La veille de la fête de noël, un jeune malgache de 14 ans seulement a été enlevé. « Trop c'est trop, Madagascar mérite une autre image que celle-ci pour la sécurité de sa population et les kidnappings doivent cesser dès que possible », crie le Collectif français d'origine indienne de Madagascar dans un communiqué. Pour rappel, ce collectif regroupe notamment des opérateurs influents de la Grande île.Les infrastructures routières, déjà mal entretenues,  qui viennent d'être  ravagées par le cyclone Ava, vont également faire régresser encore plus la Grande île. La fourniture en électricité, le problème de la corruption,  la main-d'œuvre insuffisamment formée, une capacité insuffisante d'innovation et l'inflation contribuent également à ternir le blason des affaires à Madagascar. Des grosses lacunes que le régime Rajaonarimampianina n'a pas réussi à combler en quatre années de pouvoir.A.R.

L'express de Madagascar2 partages

De l’amour à l’amnésie

Scoop. C’est le terme utilisé par nos amis des médias pour parler du mini-séisme d’hier matin qui secoua la santé mentale de bon nombre d’internautes. Entre nous, il fallait lire, relire, même téléphoner des « sources sûres » pour en être vraiment, mais vraiment sûr. Et pourtant, ce n’était nullement un Fake news. Quand l’impensable arrive, il est très difficile d’y croire.  Comme le disait si bien ce sacré Ravalomanana « minoa fotsiny ihany », par la force de la foi, tout peut bien arriver. Les prières de ses disciples ont été entendues ou rejetées ? Difficile d’y répondre.D’un point de vue, on pourrait dire qu’elles ont été bien reçues tout là-haut. Les multiples prières, appels à Dieu, ses anges et autres Saints ne pouvaient que percer les portes du ciel. Recueillies, traitées, discutées, au bout de presque 10 ans, elles sont enfin exaucées. Combien nombreuses ont été les supplications des Malgaches pour que la paix entre les belligérants de la crise de 2009 puisse se faire. On a tellement imploré le tout-puissant que finalement le miracle pourrait se produire. En prononçant sa phrase, c’est comme une lumière divine qui sortait de la bouche de l’ancien président : « Je suis prêt à m’associer avec Rajoelina ». Oui, je le conçois, il y a une suite moins plaisante : « S’il vient me voir ».Cette illumination du jour est renchérie par une autre réponse qu’il a donnée à une autre journaliste. Cette dernière a reformulé la question car, peut-être, elle pensait être dans un rêve (ou un cauchemar, pour ne pas parler à sa place). « Monsieur le Président, vous êtes prêt à faire alliance avec Rajoelina ? ». La réponse fut tout aussi phosphorescente, chatoyante, flamboyante, éblouissante. Les qualificatifs manquent. « Oui, avec Rajoelina, pas de problème ! ». La journaliste, reprenant ses esprits lui demande pourquoi. À une question simple, une réponse tout aussi si simple : « Parce que je l’aime ».Les deux hommes ne sont finalement pas tout à fait différents ni opposés. Ils prônent, l’un aussi haut et fort que l’autre, l’amour chrétien et malagasy. Ravalomanana nous le rappelle par cette déclaration. Rajoelina, en a même fait une devise de la Nation « Fitiavana, Tanindrazana, Fandrosoana » (Amour, Patrie, Progrès). Une fois de plus, nos deux hommes démontrent une exemplarité hors du commun, ils nous  rappellent les fondements de la Bible. 1 Corinthiens 13:4-8 « l’amour est patient » ; 1 Corinthiens 13.1-13 « il pardonne tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout ».En début d’année, il est également important de faire des bilans. À part une revue de la grandeur de nos fois et nos convictions que le miracle existe, il serait aussi utile de faire un petit check up chez nos médecins. Peut-être qu’enfin, on pourrait établir scientifiquement l’amnésie généralisée dont souffrent les Malgaches et en même temps répondre à l’énigme et le paradoxe Malgache.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

News Mada1 partages

« India rough gemstone » en Inde : Madagascar occupe une place d’honneur

46 opérateurs dans le secteur de la petite mine ont quitté Madagascar vendredi dernier pour participer à une foire organisée en Inde cette semaine. 800 kg de pierres confondues, brutes, précieuses et ornementales en provenance de Madagascar sont exposés à Jaipur en ce moment.

Donner de plus grandes opportunités de marché aux petits exploitants miniers malgaches, c’est en  partie l’objectif de Madagascar à cette foire «India Rough Gemstone» qui se tient jusqu’à ce jour à Jaipur (Inde). La Grande île occupe une place d’honneur.

En fait, le Conseil de promotion des exportations de gemmes et de bijoux (GJEPC) en Inde a invité des opérateurs venant de sept pays à ce salon, notamment l’Afghanistan, l’Ethiopie, le Canada, la Thaïlande, la Tanzanie, la Zambie et particulièrement Madagascar car sur les vingt-sept stands, 16 sont occupés par les exploitants malgaches.

Ouverture sur le marché mondial

Les 46 opérateurs des petites mines ont quitté le pays le 5 janvier dernier. 800 kg de pierres confondues, brutes, précieuses et ornementales en provenance de Madagascar sont exposés en Inde actuellement. Les échanges effectués sur les lieux ont porté leurs fruits car des commandes ont été déjà passées.

D’après le directeur de l’Institut de gemmologie de Madagascar (Gem), Andrianirina Rasolonjatovo, «Cette ouverture sur le marché mondial de pierres brutes nous a permis d’avoir des commandes. Ce qui enchante l’organisateur de la partie malgache est que le prix des pierres a pris vie car les deux parties sont en contact direct. Les retombées seront palpables car cette hausse de prix incite la production du côté des petits exploitants malgaches. Ce qui signifie que les intermédiaires se retireront petit à petit du marché des pierres précieuses à Madagascar».

En effet, des séances de sensibilisation dans les zones reculées ont été effectuées  par l’IGM et l’administration minière avant la participation à cette rencontre. Et ce, afin que les acteurs miniers des petites mines s’imprègnent de la législation  en la matière et toutes les informations nécessaires sur l’environnement minier. Ces opérateurs ont été également initiés sur le  marketing et la recherche de marché au niveau international.

«Cette phase fait partie du processus de professionnalisation des petites mines malgré que la plupart des opérateurs malgaches voyagent à l’extérieur pour la première fois», indique une responsable au niveau du ministère des Mines et du pétrole.

Riana R.

News Mada1 partages

Textes électoraux : certains acteurs écartés

Bien que le chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana procède à des réunions de concertation auprès de divers acteurs, certains se trouvent écartés de la table de discussion.

Pas plus tard que lundi dernier, des membres de la société civile ont été conviés à Mahazoarivo pour discuter

des prochains textes électoraux tandis que d’autres n’ont pas reçu d’invitation, à l’instar du Comité national pour l’observation des élections (KMF/Cnoe), contrairement à ce qui a été annoncé.

En effet, le comité n’a pas participé à la réunion. «Nous aurions voulu être présent lors de cette rencontre mais nous n’avons malheureusement pas été convié», a indiqué un membre du KMF/ Cnoe, Patricia Raharisoamalala, joint par téléphone hier. Une situation paradoxale étant donné que le KMF/Cnoe œuvre pratiquement pour le bon déroulement des élections.

«Nous nous sentons plutôt lésés par rapport à cela vu qu’il s’agit réellement de la vie du pays», a-t-elle expliqué. En effet, les membres du KMF/ Cnoe ont tenté de chercher les documents pour plus de amples informations mais en vain. Elle craint ainsi que le gouvernement veuille écarter certains acteurs de la vie du pays dans l’élaboration des textes électoraux. Notons que le KMF/Cnoe ne fait plus partie du mouvement Rohy regroupant plusieurs sociétés civiles.

T.N

 

Tia Tanindranaza1 partages

Minisitry ny fitsarana“Azo samborina tsara Ravalomanana”

Nikoropaka ny fanjakana, izay tsy niandry ela ka namoaka fanambarana tamin’ny alalan’ny minisitry ny fitsarana Rasolo Elise Alexandrine omaly momba ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana.

  Mahagaga ahy ny nilazana fa tsy manan-kery ny didim-pitsarana eto Madagasikara. Raha ohatra notsaraina Atoa Marc Ravalomanana, araka ny fahafantarako azy, tsy nanatrika izy. Anjarany izany ny manao fanoherana mba hahafaha-mamerina ny fitsarana azy amin’izay, hoy io minisitra io. Aminay, manan-kery ny fitsarana eto Madagasikara sy ny didim-pitsarana navoakany. Izao izany no hataonay hoe hampafantarina azy ny didim-pitsarana nivoaka tamin’ny 2010, izay tsy natrehany dia manana fe-potoana izy hahafahany manao ny fanoherana azy. Mikasika ny rehetra izay efa nohelohina, dia nambarany fa raha ny tokony ho izy miverina tsy misy fepetra satria voafonja izy ireo ka izay no hanaovana antso avo. Raha dila izay antso avo izay, ka tsy miverina izy ireo dia ho avy izahay hampanambotra, hoy ny minisitra Rasolo Elise Alexandrine. Tsara homarihana fa fanamelohana hanao asa an-terivozona mandra-pahafaty no sazy nomen’ny fitsarana an’Atoa Marc Ravalomanana tamin’ny 2010 fony tetezamita, noho ny raharaha 7 febroary. Nifoha indray izany ny raharaha 2009 sy ny fitsarana mahakasika an’ity filoha teo aloha ity amin’izao 2018, taom-pifidianana izao.

Toky R

 

L'express de Madagascar1 partages

Hugues Ratsiferana – « Secteur privé et entrepreneuriat vont de pair »

Solution, le développement du pays passe par le développement personnel de chaque citoyen. C’est dans cette vision qu’Hugues Ratsiferana a présenté, hier à Antaninarenina, en quelques lignes les généralités de l’intérêt économique de l’Agence malgache de développement économique et de promotion des entreprises (AMDP). Le directeur général de l’agence reconnaît que beaucoup de progrès restent à accomplir afin d’atteindre les objectifs de la politique générale de développement. « Afin que Madagascar soit réellement une nation moderne et prospère, il est primordial de procéder avec des actions concrètes », souligne le directeur général. En effet, il ne suffit pas de dire que le pays a su maintenir une croissance soutenue ou encore que l’environnement des affaires s’est amélioré selon le rapport Doing Business 2018.Ainsi, en évoquant ces actions concrètes, il cite, notamment, la mise en place des lois sur l’industrie, les actions en faveur de la promotion du secteur privé, mais surtout par rapport aux initiatives de l’agence depuis 2016. Si à la base, l’agence a été créée afin de promouvoir la vitrine économique de Madagascar lors du dernier sommet de la Franco­phonie, à présent, la continuité est de mise concernant les actions de l’agence.Parmi ces initiatives, le directeur général a tout particulièrement mis l’accent sur le projet CADI ou Centre d’Application de Dévelop­pement intégré.Le centre, qui est une plateforme initiée par l’Agence, en partenariat avec le gouvernement, le secteur privé ainsi que les relations multi ou bilatérale, ambitionne d’être un centre de formation professionnel multidisciplinaire et plurisectoriel. Ce pour les jeunes entrepreneurs et porteurs de projet avec des visées de développement social et économique. Le projet soutient ainsi, financièrement et techniquement, les porteurs de projet avec des suivis et des accompagnements. La première promotion de ces jeunes entrepreneurs formés par le CADI qui est sortie le 29 décembre 2017 est, en ce moment, en période d’incubation. « Une trentaine de projets d’entreprise constitue cette première promotion. Trente projets de création d’entreprise qui seront à même de générer en moyenne près de trois cents emplois pour commencer », explique le directeur général de l’agence. C’est, en partie, dans cet esprit de réalisation concrète qu’Hugues Ratsiferana aspire à développer le secteur privé par la création de l’emploi et la promotion de l’entrepreneuriat. Selon lui, « l’État pose déjà les bases, notamment à travers l’adoption des lois en faveur du secteur privé. À ce dernier alors d’exploiter ces bases pour se développer et entraîner le développement du pays et des citoyens dans son sillage ».

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info0 partages

Ministère de la Justice de Madagascar : un mandat d’arrêt international à l’encontre d’Houcine Arfa

Houcine Arfa était arrêté le 20 juin dernier et condamné à trois ans d’emprisonnement. Il a été inculpé pour détention illégale d’arme, association des malfaiteurs, usurpation de fonction et de tentative de kidnapping. Le 28 décembre dernier, il s’est évadé de la maison de force de Tsiafahy.
La brigade criminelle avait lancé un avis de recherche depuis le 29 décembre dernier et il a pris la fuite en France. Un mandat d’arrêt international contre ce ressortissant français a été déclenché au début de ce mois de janvier par le Ministère de la Justice Malagasy qui en appelle au ministère de la Justice française pour l’application de l’Annexe 3, de l’accord de 1973 concernant les affaires judiciaires. Selon cette convention, l’État requérant peut soumettre une affaire judiciaire aux autorités compétentes aux fins de poursuite judiciaire, en outre, le pays requérant sera avisé de l’évolution de l’affaire. Il a été précisé que les deux agents pénitenciers et l’infirmier major ont été impliqués dans cette évasion ont été arrêtés et placer en détention préventive à Tsiafahy.
Madaplus.info0 partages

Carte de presse : ouverture du dépôt des dossiers de demande

La sortie de la nouvelle carte de presse pour les journalistes professionnels est prévue le mois de mars prochain selon Razafindrazaka Donna, la porte-parole de la Commission de délivrance. Le dépôt de dossier de demande de carte est ouvert depuis lundi et sera clôturé le lundi 5 février prochain.
La commission de délivrance de la carte de presse a confirmé ce jour, que les paperasses requises pour faire la demande sont les suivantes :
Pour les journalistes qui sont dans le métier depuis plus de trois ans, ils doivent constituer :
- une attestation de travail délivré par l’organe de presse employeur ou de certificat administratif pour les journalistes des médias publics
- une lettre de demande
- une copie certifiée de leur CIN ou la copie de leur ancienne carte de presse,
- le droit forfaitaire d’impression de la carte infalsifiable de 15.000 Ariary
Pour les journalistes ayant une ancienneté de moins de trois ans doivent fournir :
- une copie certifiée des diplômes, faisant foi du fait qu’ils ont étudié le journalisme
- une attestation de travail
- une copie certifiée de la CIN
- une lettre de demande
- le droit d’impression de 15.000 Ariary
Les journalistes des médias en ligne devraient également se référer à cette règle selon le porte-parole de la commission de délivrance des cartes de presse.
Dans la capitale, les dossiers doivent être déposés au niveau de la Direction de la Communication à Nanisana, dans les locaux du Ministère de la Communication et des relations avec les institutions.
Pour ceux des provinces, les directions régionales du Ministère de la Communication feront office de secrétariat
News Mada0 partages

Volamena any Betsiaka : tsy mitondra fampandrosoana ho an’ny mponina

Milaza ny fitondrana fa maherin’ny 2 taonina ny volamena naondran’i Madagasikara any ivelany ny taona 2017 teo. Lazaina fa sambany nisy an’io vokatra io, saingy tsy fantatra ny antony ireharehana toy izany. Avy any Betsiboka, indrindra ao amin’ny kaominina Antanimbary Maevatanana ny ankamaroan’ireo volamena mivoaka ireo, azon’ny mpitrandraka madinika. Misy koa ny avy any Betsiaka, Ambilobe, trandrahin’ny sinoa efa nanomboka ny taona 2015. Mikasika ity farany, misy ireo fokonolona mpitrandraka madinika, fa eo koa ny fampiasany fitaovana vaventy, toy ny nokasainy natao teny Soamahamanina.

Tsy misy mijanona eto Madagasikara ny volamena na iray aza, na tokony ho mila azy aza ny Banky foiben’i Madagasikara (BCM), sady hampiaka-danja ny sandam-bola Ariary rahateo. Antony, tsy manana politikan’ny vola matotra sy matipaika ny fitondrana, fa avoaka gaboraraka omena ny vahiny ny harena voajanahary.

Etsy ankilany, tsy mitondra fampandrosoana, tsy manatsara ny fari-piainan’ny mponina any ifotony nivoahan’ny harena ny fitrandrahan’ny vahiny, fa zara mahazo karama vary masaka (farany ambany) amin’ny asa isan’andro, tsy fiahiana sosialy, tsy misy antoka. Endriky tsikomban’ny fitondrana sy ny vahiny, mandripaka ny harena eto amintsika avokoa izany.

Randria

Potiky ny arsenic ny fahasalaman’ny mponina

Any Brezila, potika ny fahasalaman’ny mponina manodidina ny toeram-pitrandrahana volamena, vokatry ny fampiasan’ny orinasa kanadiana akora simika arsenic, amin’ny fitrandrahana volamena. Akora simika 2,5 taonina no ampiasaina ahazoana volamena 1 grama. Vokany, marary avokoa ny fitaovam-pisefoan’ny mponina, ao koa ny marary ny hoditry ny tarehiny. Nambaran’ny mponina tao amin’ny televiziona frantsay iray, fa « mijanona eto Brezila ny akora simika 2,5 taonina tsy misy vidiny fa lasa any Canada kosa ny volamena 1 grama, nefa lafo vidy ».

News Mada0 partages

Foara any Jaipur, Inde : efa nahitana famandrihana ny vatosoa avy eto Madagasikara

Nisokatra, ny 8 janoary mifarana anio, any Jaipur, Inde, ny foara iraisam-pirenena momba ny vatosoa « India Rough Gemstones show ». Ankoatra ieo firenen-kafa, firenena afrikanina maro mandray anjara amin’izany, toa an’i Tanzania, i Zambia, i Etiopia, ary nomena toerana manokana i Madagasikara. An’i Madagasikara avokoa ny tranoheva 16 hampirantiana ireo karazana vatosoa avy eto amintsika amina tranoheva 27.

Ny andro voalohany, efa nahitana famandrihana ny vatosoa avy aty Madagasikara. Mifandray mivantana ny mpivarotra sy ny mpividy. Tombony hita amin’izay ny fahatsaram-bidin’ny vokatra entin’izy ireo sy ny fihatahana amin’ny mpanelanelana. Efa tojo ny 75 % amin’ny tanjona kendrena, raha ny filazan’ny CNM azy. “Manohana ny CNM hatrany amin’ny ezaka ataony manampy ireo mpitrandraka madinika ny minisitera”, hoy ny tale kabinetran’ny minisiteran’ny Harena an-kibon’ny tany, Bezokiny Jacky,  solontenan’ny minisitera, miaraka amin’ny CNM (1), IGM (2) sy BCMM (3).

Tompon’antoka amin’izao fandraisan’i Madagasikara anjara izao ny CNM, komitim-pirenena misahana ny vatosoa ifandraisan’ny fanjakana sy ny mpandraharaha madinika. Misy 46 ireo mpandraharaha ireo avy amin’ny faritra maro  eto amin’ny Nosy mandray anjara amin’izany foara izany, sehatra iray ho azy ireo hitadiavana lalam-barotra sy mpiara-miombon’antoka any ivelany. Manana toerana lehibe momba ny harena an-kibon’ny tany i Jaipur, koa tokony hahitan’izy ireo mpiara-miombon’antoka sy lalam-barotra.

Nomanina ireo mpandraharaha madinika

Ela ny nanomanana ireo mpandraharaha madinika hiditra amina sehatra iraisam-pirenena toy izao, nampitana izay tokony ho fantatra rehetra eo amin’ny lafiny lalàna, ny tontolo ankapobeny sy ny fifandraisana amin’ny raharaham-panjakana. Nampitaina amin’izy ireo koa ny fomba fitadiavana lalam-barotra eto an-toerana sy any ivelany, hahamatihanina azy ireo na vao sambany aza ny maro ny mivoaka any ivelany.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Didim-pitsarana – “Raharaha 7 febroary” : higadra mandra-pahafaty Ravalo raha tsy manao fanoherana

Nofohazina tampoka indray ? “Migadra mandra-pahafaty Ravalomanana Marc, araka ny didim-pitsarana momba ny “Raharaha 7 febroary”, miaraka amin’ny miaramila roa hafa. Ara-dalàna ny fitsarana azy fa tsy marina ny filazana fa  tsy manan-kery izany”,  hoy ny  minisitry ny  Fitsarana, Rasolo Elise  Alexandrine, omaly teny Faravohitra. Notsiahiviny fa tsy teto an-toerana ny filoha  teo aloha tamin’io fotoana io fa efa sesitany  tany ivelany. “Hampahafantarina azy izany didim-pitsarana izany satria tsy natrehiny ny fitsarana. Afaka manao fanoherana anefa izy anatin’ny fe-potoana  omena ary haverina ny fitsarana. Mihatra anefa ny didim-pitsarana  ary meloka tanteraka izy raha tsy mampiakatra ny raharaha ny   filoha teo aloha raha dila izany fotoana izany”,  hoy ihany ny minisitra.

Fifidianana  andraisan’ny  rehetra anjara

Nitondra valin-kafatra ny  filoha teo aloha,  Ravalomanana. « Tsy ny fitsarana momba ny ady heloka bevava no tokony hitsara ahy fa ny Fitsarana avo (HCJ). Efa maro ny fitoriana sy fanohanana didy nataonay tany ivelany. Voafafan’ny fifanarahana politika, nataon’ny Sadc sy   ny fianakaviambe iraisam-pirenena ny fanamelohana tahaka izany…”, hoy  izy  teny Faraovohitra,  omaly.

Midika izany fa miseho izao resaka “Raharaha 7 febroary” izao, volana vitsy mialoha ny fifidianana filoham-pirenena. Andro vitsy koa taorian’ilay tranga niseho  tany Toliary farany teo,  nanakantsankanana ny hetsika nokasain’ny Tim hatao.  Hampilamina  sy hitondra fitoniana eto amin’ny firenena avokoa izany rehetra izany ? Manana ny mpanara-dia azy ity filoha teo aloha ity ary efa nandrangaranga fa ho kandidà amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny tenany. Ny avy amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena,  efa nanitrikitrika  fa tokony halalaka  ary tsy misy azo ailika, handraisan’ny  rehetra anjara izany fifidianana izany. Manoloana ireo  rehetra  ireo, ho tonga hatraiza  indray  ity raharaha ity ?

Randria

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : «hamaha ny olana ny antony hirotsahako», hoy i Norbert Favori

Vonona hifaninana amin’ny fifidianana izay ho filohan’ny rugby Analamanga, Razafimbelo Norbert (Favori). Nambarany fa hamaha ny olana iainan’ity taranja lavalava eto an-dRenivohitr’i Madagasikara ity ny tenany. 

Anisan’ireo kandidà voalohany nitonona ary tonga nametraka ny antontan-taratasy amin’ny filatsahany hofidina ho filohan’ny ligin’ny rugby Analamanga Razafimbelo Norbert. «Tsy afaka ny hitazam-potsiny ny olana misy eo amin’ny rugby indrindra fa mahakasika an’Analamanga, ny tenako ka handray andraikitra. Izany ny antony ary nahatonga ahy hirotsaka hofidina ho filohan’ny ligin’Analamanga», hoy izy.

Tsy olona vaovao amin’ny tontolon’ny baolina lavalava ny tenany fa mahafantatra tsara ity taranjan’Ambalambahoaka ity. Raha tsiahivina, efa mpilalao izy, ary mpitantana ny fileovana Afa Ankazomanga. Ankoatra izany, efa nitondra ny rugby voalohany tany Toamasina izy. Nanangana ireo klioba tany an-toerana izy tamin’izany ka anisan’ireny ny Rugby Club Port sy ny XV Requins. Efa nanazatra ny ekipan’ny Oniversiten’i Toamasina (Cur), ihany koa izy.

Ankoatra izay, efa nitantana ny ligin’Antsinanana ihany koa Ra-Norbert.

Kandidàn’ny firahalahiana

Nomarihiny fa anisan’ny taranja ankafiziny sy ankamamiany ny rugby. Izy rahateo taranaka mpilalao rugby satria ny raiamandreniny sy ireo razambeny tany aloha tany, niaina tao anatin’izany avokoa. «Tsy momba ny atsy na ny aroa aho fa hipetraka ho kandidan’ny firahalahiana. Ny hamerina ny laza tsaran’ity taranja, anisan’ny mampalaza ny Malagasy, ity, no tanjoko», hoy hatrany Ra-Norbert.

Ankoatra ny fanatanjahantena, anisan’ny ahalalana an-dRa-Norbert ihany koa ny eo amin’ny lafiny sosialy sy ny sehatra politika. Rahalahin-dRamanantsoa Rabenjamina, minisitra misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena sy ny fanajariana ny tany, izy ary filohan’ny fikambanana Favori. Olona akaiky ireo vahoakan’ambanitanàna sy ambalambahoaka izy ary be traikefa amin’ny fifandraisana eo amin’ireo mpitondra fanjakana.

Heverin’ny rehetra, manomboka any amin’ny fitondrana ka hatraty amin’ireo seksiona mpifidy sy ny fileovana, fa Ra-Norbert no hamaha izao olana sy disadisa misy eo amin’ny rugby eto Analamanga, izao.

 Tompondaka

News Mada0 partages

Haneho ny « Métamorphose » : nihazo an’i Frantsa sy i Bruxelles i Volahasiniaina sy i Judith M.

Ny eto an-toerana, mahafantatra tsara ny talentan’i Volahasiniaina sy i Judith M. Tsy ho diso anjara ihany koa ny any ivelany. Roso ny dia…

Tsara fanombohana ny taona 2018 ho an’i Volahasiniaina Linda, mpitendry zavamaneno, sy i Judith Manantenasoa, mpanao soradihy. Vao lasa any Frantsa, avy eo, hihazo an’i Bruxelles izy mirahavavy ireto, hitondra an-tsehatra ny soradihy mitondra ny lohateny hoe « Métamorphose ».

Tsy ny talentany amin’ny fitendrena valiha na koa fivelesana amponga na zavamaneno hafa, izay marobe ny voafehiny, no hasehon’i Volahasiniaina any ampitan-dranomasina any fa ny fahaizany milalao hazavana. Eny tokoa, izy no namorona ny hazavana, izay manan-danja sy mifamatotra tanteraka amin’ny hevitra entin’ny soradihy, ao anatin’ity piesy « Métamorphose » ity. Haharitra iray volana ny dian’izy roa vavy any ary hiaka-tsehatra intelo izy ireo.

Ho an’i Volahasiniaina Linda manokana, hifantoka kokoa amin’ny famoronana ho an’ny tarika entiny sy ny fisehoan’izy ireo an-tsehatra ny vaindohan-draharahany, mandritra ity taona vaovao ity, araka ny nambarany. Raha tsiahivina, maromaro ny fivoahany tany ivelany, tamin’ny taon-dasa.

Anisan’izany ny fiarahany amin’ny tarika Labelle, avy atsy La Réunion. Tamin’ny anarany manokana ireny ary tsy ho tapaka akory. Ny amin’ity taona ity kosa, hibahana amin’ny fandaharam-potoany ireo mpitendry tarihiny. Ankoatra izay, mitohy hatrany ny fizarana traikefa sy fampiofanana homen’i Volahasiniaina, toy ny hetsika « Anthakarana », fanaony isaky ny volana septambra.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Arfa Houcine Yerres : alefa any Frantsa ny dosie

Nilaza ny minisitry ny Fitsarana, Rasolo Elise Alexandrine, omaly, teny amin’ny birao fiasany teny Faravohitra fa nangatahana didy fampisamborana iraisam-pirenena ilay vazaha antsoina hoe Arfa Houcine Yerres. «Efa misy io didy fampisamborana io, ary misy ihany koa ny famindrana ireo antontan-taratasin’ady any Frantsa momba ity raharaha ity”, hoy ny fanazavana. Efa voasazy telo taona an-tranomaizana eny Tsiafahy izy ity, ny volana jona 2017, noho ny fitazonana fitaovam-piadiana, fakana an-keriny, fikasana hamono ny filoha. Ny 28 desambra teo anefa izy no tafatsoaka niaraka tamin’ny vadiny rehefa nentina namonjy hopitaly ho eny amin’ny fonjan’Antanimora. Voalaza tamin’izany fa nisy fiara 4×4 roa nibahana ny lalan’ny taxi nitondrana azy, ary tsy hita nanomboka teo. Nampandosirina nankany Mayotte ary nihazo an’i Frantsa. Nandeha ny famotorana ary nisy mpiandry fonja telo naiditra am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy. « Tsy mijanona amin’izy ireo irery akory ny fanadihadiana fa mbola mitohy izany. Toy izany koa ny fanadihadiana any ivelany. Efa nisy rahateo ny fifanaraham-piaraha-miasa eo amin’ny fitsarana frantsay sy malagasy », hoy ny minisitra.

Yves S.

News Mada0 partages

Havatsa-Upem 2018 : hanandratra mpanoratra telo

Hiavaka noho ny fahita hatramin’izay ity taona 2018, raha eo amin’ny tontolon’ny asa soratra. Andrarezin’ny asa soratra telo no feno 100 taona ka hasandratry ny Havatsa-Upem : i Célestin Andriamanantena sy i Ener-Lalandy ary i E.D Andriamalala. Raha ny fanazavan’i Hajaina Naomy, filohan’ity fikambanana ity, efa nisy ny fanondroana andro sy izay mety ho zavatra atao amin’izany notapahina. « Na izany aza, tsy maintsy hisy ny dinidinika hifanaovana amin’ireo taranak’ireto mpanoratra ireto hisian’ny firindrana tsara, hoy izy.

Ny 19 sy 20 ary 21 febroary, hanandratana an’i Célestin Andriamanantena. Hetsika mifanitsy amin’ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny tenindreny ». Vinavinaina atao ao amin’ny Tahala Rarihasina izy io. Ny 21 marsa, hanandratana an’i Ener-Lalandy eny amin’ny Alliance Française Andavamamba. « Andro iraisam-pirenena ho an’ny poezia » io. Ny 22 oktobra, sady fanokafana ny « Herinandron’ny Havatsa » eny amin’ny Akademia malagasy eny Tsimbazaza no fanandratana an’i E.D Andriamalala izy feno 100 taona katroka amin’io andro io.

Nomarihin’ny filohan’ny Havatsa-Upem fa tsy ireo mpanoratra efa nodimandry ihany akory no hanatanterahana fanandratana tahaka izao fa hisy ihany koa ireo mpanoratra mbola velona. Anisan’ireny Ralako, i Abel Andriarimalala, sns.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Taona 2017 – : nanao fandikan-dalàna Zandary manamboninahitra lefitra 15 indray voaroaka

 Mitohy hatrany ny fanadiovana anatiny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena, araka ny toromariky ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Andriamahavalisoa Girard. Ho an’ny taona 2017, miisa 15 ireo zandary manamboninahitra lefitra voaroaka noho ny fandikan-dalàna…

 Nanao tatitra manokana momba ny zava-bita ny taona 2017 ny eo anivon’ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena ka tamin’izany no nilazan’ity manamboninahitra ambony sady tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ity fa miisa 15 ireo zandary manamboninahitra lefitra voaroaka noho ny fandikan-dalàna. Nambarany koa fa zandary miisa 64 eo am-perin’ny fanadihadiana ara-pifehezana amin’izao. “Tsy roahina fahatany ilay olona fa ao anatin’ny fanarahan-dalàna na ao anatin’ny fanadiovana aza izahay”, hoy hatrany ity manamboninahitra ambony ity.

Nohamafisiny kosa fa nahitana tranga enina fandavana kolikoly (vola 5 ka hatramin’ny 6 tapitrisa Ar) nataon’ny zandary tamin’iny taona iny. Manoloana izay ady amin’ny kolikoly izay indrindra nandany vola 4 tapitrisa Ar (nanao trakta voasoratra amin’ny labasy) amin’ny alalan’ny fanentanana ny olona ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Misy koa ny laharana antso an-telefaonina azo antsoina ao anatin’io trakta fanentanana io raha misy mahita trangana kolikoly. Olona dimy kosa no efa naiditra am-ponja satria nikasa hanao kolikoly tamin’ny zandary tamin’iny taon-dasa iny, raha ny fanazavany hatrany.

J.C

News Mada0 partages

Jly Andriamahavalisoa Girard : « tsy sitrapo ny fampiakarana galona ho jeneraly fa misy lalàna »

 Nitondra fanazavana momba ny sion-dresaka miely etsy sy eroa momba ny fampiakarana galona ho jeneraly ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Andriamahavalisoa Girard, teny amin’ny Toby Ratsimandrava, omaly. “Tsy sitrapo ny fampiakarana galona fa misy lalàna mazava mifehy izany. Isan’ireo masotsivana amin’ny fampiakarana ny galona ho jeneraly ny didim-panjakana ao anatin’ny filan-kevitry ny minisitra. Nahafeno 5 taona sy enim-bolana nitondra ny galona kolonely (misy aza efa mihoatra izany) ary tsy voasazy tao anatin’ny telo taona farany. Noho izany, tsy ampiakarina fahatany araka ny fieritreretan’ny maro azy”, hoy izy. Nohamafisiny hatrany fa siantifika ny fampiakarana galona. Miisa 14 126 ny isan’ny zandarimaria amin’izao fotoana izao. Roa ihany ny général de corps d’armée (Jly Paza Didier Gérard, Seg teo aloha sy ny minisitry ny Toekarena, ny Jly Raveloharison Herilanto), miisa 20 ny isan’ny général de division raha 28 kosa ny général de brigade. Raha manao ny asany tsara kosa ilay zandary dia rariny raha hampiakarina galona. Misy fampiakarana grady toy izany daholo rehefa mpiasam-panjakana ambony rehetra, toy ny admnisitratera sivily. Mitovy amin’ny toeram-piasana rehetra koa ny eto anivon’ny zandarimariam-pirenena, araka ny nambarany. Tsy misy zavatra mandeha ho azy, araka ny fieritreretan’ny maro azy ny fampiakarana ny galona ho jeneraly. Tsy misy idiran’ny politika na koa hoe akaikin’ny fifidianana dia ampikarina jeneraly ireo manamboninahitra fa misy lalàna mazava mitovy amin’ny mpiasam-panjakana rehetra miakatra grady ary mendrika ny hisitraka izany ny mpiasam-panjakana rehefa miasa tsara, hoy izy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Asan-jiolahy sy asan-dahalo : basy Kalachnikov 48 saron’ny zandary

Nandritra iny taona nivalona iny, basy miisa 117 no saron’ny zandarimariam-pirenena, nampiasaina tamin’ireo karazana asan-jiolahy sy asan-dahalo. Basy mahery vaika Kalachnikov ny 48 tamin’ireo.

Maro ny basy sarona, ary efa anjatony izany, hoy ny zandary. Mahatratra 117 ny basy tratra, ka 48 amin’ireo basy mahery vaika toy ny Kalachnikov.  Basim-borona miisa 69 ny sarona, ary bala samihafa 625. “Araka ny voafaritra ao amin’ny tanjona nokendrena tamin’iny taona iny dia tokony hiakatra 25% ny tamin’ny taona teo aloha ny fahitana sy fahazoana basy tamin’iny taona 2017 iny, ka 81,81% an’io tanjona io no tratra”, hoy ny fanamafisana.

Tsy latsa-danja amin’ireo ny asan-jiolahy eny amin’ny lalam-pirenena. Miisa 21 ny fanakanan-dalana niseho. “Hita fa nihena latsaky ny antsasany izany raha oharina tamin’ny taona 2016 izay niisa 46. Marihina fa nanaovana ezaka manokana ny fanaraha-maso ny lalam-pirenena faha-2 sy faha-7 tao anatin’ny telovolana farany ary nohamafisina hatrany ny fiaraha-miasa amin’ireo koperativa nasionaly amin’ny fanarahan’ny zandary ny fiara mpitatitra mandalo amin’ireo lalana ireo”, hoy ny fanazavana.

Valo any am-ponja noho ny kidnapping

Nahatratra valo ny isan’ny olona voasambotry ny zandary amin’ny raharaha fakana an-keriny ny taona 2017 teo, teto an-dRenivohitra. Nambaran’izy ireo fa nisy trangana fakana an-keriny miisa 11 tamin’iny taona iny, ka olona 12 nalain’ny jiolahy an-keriny. Valo tamin’ireo teratany vahiny raha Malagasy kosa ny efatra. Enina tamin’ireo olona valo no naiditra am-ponja vonjimaika raha nahazo fahafahana vonjimaika ny iray. Tranga iray kosa mbola ao anatin’ny fanadihadiana tanteraka. Mbola misy Karana iray tsy hita popoka hatramin’izao, ary tsy nahazoam-baovao mihitsy na tamin’ny zandary na tamin’ny polisy.

“Raha ny tanjona napetraka tamin’ny taona 2017 iny, tokony hiampy 75%-n‘ny efa vita tamin’ny taona 2016 ny tahan’ny famahana ny olan’ny fakana an-keriny. Tratra hatramin’ny 70,13% io tanjona io ary mihoatra noho ny teo aloha izany”, hoy ny fanazavana.

Momba ny asan-jiolahy indray, 709 ny tranga niseho ny taona 2017; 809 ny jiolahy voasambotra, raha 161 ny isan’ny jiolahy maty voatifitra. “Raha oharina ny tamin’ny taona 2016, somary niakatra kokoa io tranga mikasika ny asan-jiolahy io satria nahatratra 544 izy io tamin’izany. Nefa raha ny tanjona napetraka tamin’iny taona 2017 iny no jerena, tratra eo amin’ny 73,77% izany”, hoy ny zandary.

Na eo aza ireo tomban’ezaka sy asa vitan’ny zandary ireo, mbola mitaky mafimafy kokoa ny vahoaka, izay mikaikaika hatrany amin’ny firongatry ny asan-jiolahy na an-dRenivohitra na ambanivohitra.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Secteur primaire : une croissance faible et lente

Le secteur primaire dans son ensemble affiche un faible taux de croissance, voire parfois négatif. Malgré tout, l’agriculture demeure un petit filet de sécurité pour la grande majorité de la population.

Sous cet angle, il semble aujourd’hui difficile pour ce secteur de maintenir ce cap qui a enregistré une croissance de 3,3% en 2014, -0,9 en 2015 et 1,7% en 2016 selon les statistiques de l’Institut national des statistiques dans le dernier Tableau de bord économique (Instat : TBE n°29). En effet, la reprise semble lente étant donné que le secteur a plongé avec une croissance négative de -6,1%.

Les prévisions de croissance pour chaque branche d’activité du secteur primaire (agriculture, élevage et pêche, sylviculture) pour l’année 2018 va au-delà des 3%. Selon la Loi de finances 2018, le secteur primaire apportera des contributions positives à la croissance avec un niveau de 3,2% contre -1,8% en 2017. Ce secteur gagnera ainsi 5,0 points de croissance.

L’agriculture, l’élevage et la pêche peinent à trouver un élan de croissance et ce malgré, les fonds injectés par le gouvernement. Pourtant, plus de 75% de la population active investit dans ces secteurs, notamment ceux vivant en milieu rural. D’ailleurs, la prédominance du secteur de l’agriculture a toujours permis au pays de ne pas traîner la croissance économique au fond du gouffre. Malgré le fait que cette croissance en général évolue en dents de scie, l’agriculture demeure un petit filet de sécurité pour la grande majorité de la population.

En tenant compte des trois quart de la population qui pratiquent et vivent de l’agriculture, le premier pas vers le succès serait effectivement de mobiliser les producteurs.

Arh.

 

News Mada0 partages

Condamnation : bras de fer entre Ravalomanana et la Justice

L’ancien président Marc Ravalomanana ne reconnaît toujours pas le verdict de la justice rendu en 2010 relatif à l’affaire du 7 février 2010. La Garde des sceaux estime par ailleurs que la peine prononcée devrait-être appliquée.

La condamnation de l’ancien président de la République Marc Ravalomanana en 2010 revient sur le tapis. En effet, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Faravohitra, il s’est exprimé sur cette condamnation en estimant qu’une Cour criminelle ordinaire n’est pas habilitée à juger un ancien Chef d’Etat. Une prise de position à laquelle la ministre de la Justice Alexandrine Elise Rasolo a été invitée à se prononcer, hier au ministère de la Justice à Faravohitra avec les journalistes. La magistrate a indiqué pour sa part que le verdict rendu doit être appliqué.

 «Toutes les décisions de justice sont applicables à Madagascar, contrairement à ce que pensent certains», a-t-elle déclaré. En effet, pour le ministère de la Justice, l’ancien président Marc Ravalomanana a été condamné par un tribunal compétent et devrait purger sa peine. Et à elle d’ajouter,  «Nous allons lui notifier de cette décision». Après quoi, la loi lui permet de faire opposition à ce jugement.

«Néanmoins, le délai d’opposition doit être respecté». Un délai qui n’a toutefois pu être déterminé car s’agissant de détail purement technique. Sinon, «Nous procèderons à l’application de la décision de Justice», a-t-elle souligné. Il s’agira alors de son arrestation étant donné que l’ancien chef de l’Etat a été condamné en 2010 à une peine de travaux forcés à perpétuité.

Procès caduc

Pour rappel, l’ancien président de la République avait été condamné en 2010  par contumace aux travaux forcés à perpétuité. Il a été reconnu coupable de meurtre et de complicité de meurtre après deux jours d’audience, au même titre que deux officiers. En exil en Afrique du Sud, à l’époque, il n’a jamais reconnu cette condamnation mais le verdict a pesé durant tout le processus de sortie de crise entre 2009 et 2013.

A son domicile hier, l’ancien Chef de l’Etat a  souligné que «C’est un tribunal incompétent qui a jugé l’affaire avec un procès qui s’est déroulé à la hâte. Je suis un ancien président de la République, alors l’affaire doit être porté devant la Haute cour de justice et  non pas devant la Cour criminelle ordinaire». Et que, «Malgré les différentes procédures d’opposition qu’ont effectuées mes avocats durant mon absence, le jugement a été tout de même rendu. Ce procès est caduc pour moi, c’est une motivation politique. Je remets en cause l’incompétence des juges non pas la compétence des magistrats ni celle du tribunal». Il a aussi ajouté qu’il n’a pas été notifié du verdict et n’a donc aucune intention de s’y opposer.

Ouverture ?

En tout cas, à la veille de la présidentielle, le fondateur du Tiko a estimé que cette affaire a une connotation politique. Il a assuré que l’exclusion selon lui entraînera une autre crise. «Je vous laisse imaginer la suite si on refuse ma candidature». C’est à ce titre aussi qu’il a réfuté l’idée du Ni… Ni «Laissez le peuple voter librement et laissez tout le monde se porter candidat. La constitution ne stipule aucun Ni… Ni», a-t-il souligné. Et Ravalomanana a même laissé entendre qu’il est prêt à tenir une rencontre avec Rajoelina pour l’intérêt supérieur de la Nation. «Je suis même d’attaque pour un accord entre nous», a avancé l’ancien chef d’Etat. Il a cependant écarté les rumeurs selon lesquelles un accord secret a lieu entre lui et l’actuel chef de l’Etat. «Avec lui, je suis également prêt à un compromis mais j’exige à ce que nos pourparlers soient effectués devant des témoins. J’en ai assez d’être trompé après chaque consultation», a conclu Ravalomanana.

Rakoto

News Mada0 partages

Carte professionnelle des journalistes : dépôt de dossier ouvert

Selon les informations fournies par la Commission de délivrance de la carte professionnelle des journalistes hier, le dépôt de dossier en vue de la délivrance de la carte professionnelle a déjà débuté lundi dernier jusqu’au 5 février prochain. Ainsi, la Commission a tenu à informer toutes les personnes concernées à constituer leur dossier. Ainsi, pour les districts et régions, les dossiers devront être déposés auprès de la direction régionale du ministère de la Communication et des relations avec les Institutions. Pour Antananarivo, le secrétariat permanent de la Commission auprès de la Direction générale dudit ministère servira de point focal. Par ailleurs, en vue de l’examen de la demande, la Commission tient à rappeler la liste des éléments exigés dans les dossiers en plus des frais de confection de ladite carte définis à 15 000 ariary. Ainsi, pour une nouvelle demande, des dossiers tels qu’une demande certifiée par l’Organe de presse, une attestation de l’employeur, une photocopie certifiée du diplôme, une photocopie CIN certifiée et deux photos d’identité récentes sont nécessaires. Tandis que pour un renouvellement, une demande certifiée par l’Organe de presse, une attestation de l’employeur, un photocopie CIN certifiée et/ou de l’ancienne carte professionnelle, et deux photos d’identité récentes sont indispensables.

Rakoto

News Mada0 partages

Tennis – Afrique australe : les Malgaches stoppés net en quart

La bataille est rude pour la délégation malgache qui est en train de défendre les couleurs nationales au championnat d’Afrique Australe U14/U16 filles et garçons à Gaborone, Botswana. Après une entrée en matière plus que satisfaisante, les U14 filles ont été battues à plate couture par leurs adversaires respectifs en quart de finale hier tout comme Sampras Rakotondrainibe (U14 garçons) qui était pourtant sur une belle lancée pour émerger du lot dans cette catégorie.

Revirement de situation ! Aucune rencontre n’est jamais gagnée d’avance et rien ne doit être laissé au hasard dans ce genre de compétition. Il faut s’attendre à toute éventualité car le danger peut venir de partout. La seconde journée du championnat d’Afrique Australe U14/U16 filles et garçons a laissé un goût amer pour la jeune délégation malgache qui est en train de se frayer un chemin parmi les crèmes de la petite balle jaune dans cette zone. Soif d’un meilleur classement CAT oblige.

Effectivement, les moins de 14 ans n’ont pas eu la chance d’intégrer le carré d’as en simple. A l’image de Sampras Rakotondrainibe, étant le cheval de bataille de la délégation pendant les différentes rencontres indianocéaniques et continentales.  Le jeune prodige de la discipline a vu son parcours stoppé net par le Sud-Africain Marnus Ossthuizen après de longs échanges en trois sets. Sampras a tout d’abord fait une entrée fracassante en dominant son adversaire par 6 jeux à rien. Ce dernier a aussitôt renversé la vapeur en remportant le deuxième par 6 jeux à 3. Les deux jeunes garçons ont certainement tapé dans l’œil du public au troisième set. La partie s’est finalement soldée par 6/0 ; 3/6 ; 10/12, en faveur du Sud-Africain, après d’âpres combats.

Chez les filles, Randy, Miotisoa et Maholy ont perdu la partie face à leurs adversaires respectives. La première a concédé une défaite en deux sets face à Greyling (Afrique du Sud), si Miotisoa s’est inclinée face à Claire Machisa (Zimbabwe) par 4/6 ; 4/6. Maholy, quant à elle, n’avait pu repousser les torrides attaques de la Sud-Africaine Heike Janse Van Vuuren. Les protégés de Ando Rasolomalala et Harivony Andrianafetra devront donc se rattraper pendant les matches de double qui débuteront ce jour. Quant à l’épreuve par équipe, le coup d’envoi sera donné le 12 janvier.

Rojo N. 

Résultats des quarts de finale

U14 garçons :

-Sampras Rakotondrainibe perd contre Marnus Oosthuizen (Afrique du Sud) 6/0 3/6 10/12

U14 filles :

-Randy Rakotoarilala perd contre Lyne Greyling (Afrique du Sud) 0/6 4/6

-Miotisoa Rasendra perd contre Claire Machisa (Zimbabwe) 4/6 4/6

-Maholy Razakaniaina perd contre Heike Janse Van Vuuren (Afrique du Sud) 1/6 1/6

 

News Mada0 partages

Natation : Candy Pouliquen dans la cour des grands

Candy Pouliquen. Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant cette étoile montante de la natation malgache est en train de se faire une jolie place dans cette discipline. Candy Pouliquen, 12 ans, dossiste, commence à faire parler d’elle.

Selon le magazine Curated, elle a été qualifiée en finale de 50 m dos, lors du dernier meeting de La Réunion. Elle a terminé 7e sur les 23 nageuses dans la catégorie des jeunes nés en 2005, 2006 et 2007. «Je pense qu’elle est en train de s’améliorer petit à petit à son rythme. Le meeting de la Réunion est juste un bain avec les grands nageurs», a indiqué sa mère Tianavolasoa Poliquen.

« Candy est en tête pour les performances dans la ligue de Boeny. En nationale, elle flotte entre 3e et 5e de sa catégorie. Au championnat de Madagascar de petit bassin de 2017, elle a fait une médaille de bronze de même qu’au meeting Papon et à Vontovorona », a-t-elle ajouté.

Mparany

News Mada0 partages

Mahajanga : 50 millions d’ariary dérobés

En deux temps trois mouvements, des individus munis d’armes  blanches ont réussi avec violence leur sale coup dans la ville de Mahajanga,  avant-hier. Une personne qui s’est apprêtée à verser de l’argent dans une boutique de transfert a été leur cible.

En fait, cette dernière n’a pas eu le temps de réagir une fois entrée à l’intérieur de la boutique car selon les témoins, sans état d’âme, l’un des bandits l’a frappé violement à la tête à avec un marteau. Sur le coup, la victime est tombée à terre. Et les bandits en ont profité pour la dépouiller et prendre de force son sac contenant une somme de 50 millions d’ariary.

Juste à coté, un policier qui gérait la circulation a vu le déroulement de l’attaque. Il s’est mis à poursuivre les voleurs. Un bandit a été capturé tandis que l’autre a pu s’échapper avec le butin.

A l’issue de l’enquête, il a indiqué que l’argent était caché dans une maison pas loin du lieu de l’attaque. Mais aucune liasse d’argent n’a été retrouvé sur place. Les policiers ont quand même procédé à l’arrestation de la propriétaire de la maison. Quand à la victime, elle a été conduite d’urgence à l’hôpital.

ATs.

News Mada0 partages

Gendarmeirie nationale : des résultats satisfaisants en 2017

« 2017 a été une année de bons résultats au niveau de la gendarmerie nationale. On n’abandonnera pas tant que la population ne soit pas satisfaite de notre travail », a déclaré le Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie (Seg), hier au Toby Ratsimandrava à Andrefan’Ambohijanahary.       

Par le biais du général Girard Andriamahavalisoa, Secrétaire d’Etat  chargé de la gendarmerie (Seg), la Gendarmerie nationale a informé que l’année 2017 était une année fructueuse pour les bérets noirs.  En effet, le Seg a fait savoir que la gendarmerie a effectué un pas de géant dans l’atteinte de ses objectifs fixés l’année dernière.

La gendarmerie s’est surtout focalisée sur l’assainissement interne, la lutte contre la corruption et le renforcement de la sécurité auprès de la population. A ce sujet, 14 officiers et 263 sous-officiers ayant comme un délit dans leur travail, ont été sanctionnés, et 15 autres ont été licenciés en 2017.

Trafic et corruption

En matière de lutte contre la corruption au sein de la gendarmerie nationale, 6 cas ont été enregistrés, suivis d’une série d’arrestations. A propos  du trafic d’armes dans tout le pays, 45 armes de 1e catégorie (Kalachnikov…) et 72 de la 3e catégorie (fusils de chasse, armes de fabrication artisanale…), ont été saisies. 75 individus ont été arrêtés.

Durant l’année 2017, afin de mieux assurer la sécurisation de la population et de ses biens, la gendarmerie nationale a construit  33 infrastructures (postes avancés, brigades,…).

La prévention des accidents de la route fait également partie des tâches de la gendarmerie nationale. A ce sujet, une campagne de sensibilisation est en cours actuellement au niveau des transports en commun à travers la distribution d’affichages et de banderoles incitant les usagers de la route à être prudents.

Pour contrer les affirmations selon laquelle les grades se distribuent facilement au niveau de la gendarmerie nationale, le Seg a informé que cela ne sont que des fausses interprétations. «L’attribution des grade au sein de la gendarmerie se fait totalement dans le respect de la loi», a-t-il déclaré.

A noter que la présentation de vœux au sein de la Gendarmerie nationale a eu lieu avant-hier au Toby Ratsimandrava.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Glissement de terrain : la Haute Ville toujours en alerte rouge

L’alerte rouge n’est pas levée. Des risques d’affaissement et de glissement de terrain restent encore à craindre pour la Haute Ville.

Manjakamiadana, Andohamandry, Andafiavaratra et Ambohipotsy sont les quartiers les plus fortement exposés à un risque de glissement de terrain sur la haute ville. «Des indicateurs de glissement de terrain ont été décelés sur ces lieux. Ce qui nous a poussé à conseiller les riverains de quitter les lieux pour garantir leur propre sécurité», a indiqué hier un technicien du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC), le Dr Lalah Andriamirado.

Jusqu’ici, quelques 250 personnes, issues d’une trentaine de ménages, ont été déplacées à titre préventif. «Habitués à ce genre de processus depuis trois ans, les occupants des lieux ne se sont pas fait prier et ont manifesté leur collaboration. D’ailleurs, des forces de l’ordre ont été dépêchées sur les lieux pour assurer la sécurité de leurs biens durant leur absence», a fait savoir le chef district de Tana II, Verohanitra Raharimanganindriana.

Quatre facteurs à risque

D’après le Dr Lalah Andriamirado du BNGRC, quatre principaux facteurs à risque, favorisant le glissement de terrain, ont été discernés sur la Haute Ville. D’abord la forte pente des lieux, à plus de 40°, puis le taux supérieur d’infiltration d’eau dans les rochers lors d’une précipitation, ensuite, le poids des constructions sur les lieux, qui ne suivent pas d’ailleurs les normes. Et enfin, le quatrième facteur repose sur la forte pluviométrie qu’on vient d’enregistrer ces derniers temps.

Pour rappel, en 2016, sur les 192 fokontany des six arrondissements d’Antananarivo, 75 d’entre eux sont exposés aux risques d’inondations et de glissements de terrain selon le bureau de la Gestion des risques et catastrophes (GRC) de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

Sera R.

 

News Mada0 partages

AVA : Le bilan s’alourdit

Avec 33 décès et 123 444 sinistrés au niveau national, d’après le dernier bulletin flash du BNGRC d’hier, le bilan du cyclone Ava s’alourdit de jour en jour. Soit quatre  décès de plus et 40 421 nouveaux sinistrés. Quant aux portés disparus, 22 personnes n’ont pas encore été retrouvées.

Avec ses huit morts, suite à un glissement de terrain sur une maison à Fianarantsoa, la région Haute Matsiatra détient le record des trépassés, pour un effectif total de 17 décédés. Côté sinistrés, les régions Atsinanana et Vatovavy Fitovinany sont en tête de liste avec respectivement 32 677 et 32 156 sans-abri. Analamanga n’est pas loin avec ses 31 746 sinistrés. Aucun cas de sinistré n’a été signalé dans les régions Anosy, Diana et Vakinankaratra jusqu’ici.

Dans le domaine de l’éducation, 262 salles de classe ont été complètement détruites au niveau d’une quarantaine de Circonscriptions scolaires (Cisco) sur les onze Directions régionales de l’éducation nationale (Dren), de source auprès de la cellule de crise du Ministère de l’Education nationale (Men). Cela implique que quelque 34 641 élèves sont actuellement privés de cours. Et 19 infrastructures sanitaires ont été endommagées ou détruites.

Sera R.

 

News Mada0 partages

10 janvier : une journée qui n’est pas de tout repos

Malgré le fait que la date du 10 janvier soit décrétée journée chômée et payée, elle n’est pas de tout repos. En fait, comme il a été décidé lors du conseil de gouvernement, elle est déclarée Journée nationale de l’assainissement (JNA), dans le cadre de la lutte contre la peste.

D’après le ministre de la Santé publique, Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo, et le ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, au cours d’un point de presse le 29 décembre dernier à Ambohidahy, le matin est consacré au grand nettoyage sur le lieu de travail et l’après-midi est réservé à l’assainissement du foyer et de son environnement immédiat.

«Toutes les entités sont concernées par cette journée spéciale, entre autres les commerçants, les transporteurs, la société civile, les élèves et les professeurs», a indiqué le Pr Mamy Lalatiana Andriamanarivo. Au niveau des quartiers, des sensibilisations ont été effectuées toute la journée d’hier, où tout le monde a été  invité à y participer.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Analamanga : don pour les sinistrés d’Isotry

Descente sur le terrain de la ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), Onitiana Realy, dans les centres d’hébergement d’Isotry,  mardi dernier dans la capitale.

La ministre, accompagnée de ses proches collaborateurs, a remis des couvertures, du riz, du savon, des nattes et des produits de purification de l’eau aux 135 familles accueillies à l’Akany Fianakaviana miarina ou centre Seba, mardi dernier. Les femmes enceintes ont également été dotées de kits accouchement par le ministère. La ministre a en outre  insisté sur les mesures de protection et de prévention contre les violences basées sur le genre mises en place au sein des centres d’hébergement de son département à l’occasion des échanges avec les sinistrés, lors de son passage.

Ce centre d’hébergement du ministère de la population, de la protection sociale et de la promotion de la femme a pu accueillir à présent 565 personnes sinistrées des fokontany d’Antohomadinika IIIG Hangar, d’Antohomadinika et d’Antsalovana, victimes de la destruction de leur lieu d’habitation due aux glissements de terrain ou à cause de l’inondation.

Organisation planifiée

Ce centre est destiné aux personnes âgées, allaitantes, enceintes, malades et aux familles nombreuses. Les sinistrés des autres catégories doivent être orientés vers les autres centres d’hébergement de la capitale selon les instructions. Les chefs de fokontany sont chargés de définir et de vérifier les critères d’admission.

La ministre Onitiana Realy a rappelé que l’objectif d’accueillir le maximum de sinistrés dans ces centres d’hébergement a été atteint par son département depuis trois années avec l’ouverture des centres d’accueil Seba et ex-Madcap à Isotry, en plus de l’installation des familles  sans-abri au village communautaire d’Andranofeno Sud dans le cadre d’une politique d’accompagnement post-cyclonique des sinistrés.

En dehors de la capitale, toutes les équipes du ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme assurent le suivi des accueils des sinistrés dans les régions touchées par le cyclone Ava.

Manou

News Mada0 partages

Alaotra mangoro Des dahalo font la loi

Un dahalo a osé affronter les forces de l’ordre dans la région Alaotra Mangoro, dans la zone limitrophe comprise entre le district de Tsaratanàna et celui d’Amparafaravola, mardi dernier. Il a démontré aux militaires présents qu’il est à l’épreuve des balles.

Les militaires du Détachement autonome de sécurité (DAS) affectés à la sécurisation de la zone n’ont pu éviter l’affrontement en tombant sur un groupe de cinq dahalo armés, mardi, dans le fokontany d’Antanimafy. Les éléments des forces de l’ordre ont réussi à neutraliser quatre des malfaiteurs et ont saisi leurs armes, constituées de 2 kalachnikov, d’un pistolet avec plusieurs chargeurs, et de quatre coupe-coupe. Les tirs n’ont eu aucun effet, curieusement, sur l’un des dahalo qui aurait dû être logiquement criblé de balles, selon les témoignages.

Les militaires ont été impuissants face à l’énergumène qui leur a montré une panoplie de gris-gris pour prouver son invincibilité. Il a quitté les lieux sans être inquiété par la suite, fort de cette démonstration de force. L’utilisation de gris-gris relativement «efficace» engendre la recrudescence de l’insécurité dans le corridor compris entre les districts de Tsaratanàna et d’Amparafaravola actuellement.

Manou

News Mada0 partages

Hevitra mandalo;Resaky ny mpitsimpona akotry : poa-droa andrasan’ny minisitry ny Mponina

Hitondra soa ho azy anie ity taona ity. Fahasoavana voalohany dia ny fahatongavana soamantsara an’ilay vahiny kely andrasan’izy roa kely izay vao nankalazaina tamin’ny fomba manetriketrika ny fanambadiany, volana vitsivitsy lasa izay. Asa izay ho tonga aloha, ny zaza sa ny vaovao manambara ny fandresen’andriamatoa vadin’ny minisitra Briand Andrianirina teo amin’ny fifidianana ny Filohan’ny Federasiona malagasin’ny baolina kitra?

Tokony tsy ho ela intsony dia hiroso amin’ny fandatsaham-bato ireo mpifidy nefa moa mbola misy korontana tsy mety voasoroka atsy sy eroa toy ny any Bongolava, fomba tsy maintsy tanterahina mba hampiavaka marina an’ireo mpifidy ara-dalàna.

Eto moa tsy sehatra voatokana hiadin-kevitra momba izany. Na koa sehatra hanaovana fampielezan-kevitra sy fandresen-dahatra. Ho an’ingahy Andrianirina manokana dia tsy vitan’ny manana ny maha izy azy ny tenany fa araky ny filazan’ny mpialona dia nihetsiketsika mafy Ramatoa vadiny tamin’ny fitondrana fanohanana azy, isak’izay nanao fitsidiham-paritany amin’ny maha minisitra azy hono Ramatoa Onitiana Realy dia nirongo baolina sy karazana fitaovana fanatanjahantena ho zaraina. Iaraha-mahafantatra moa fa tsy nitsitsy mihitsy amin’ny fanaovana fitsidihana ny vahoaka ity minisitra ity, noho ny vesatra ao an-kibony ankehitriny angamba dia tsy maintsy hitandri-tena izy eo am-piandrasana ny vahiny kely.

Ny fifaninanana ho Filohan’ny Federasionan’ny baolina kitra dia toy ny tontolon’ny fifidianana ho an’ny toerana sady be voninahitra no be vola kirakiraina. Asa na azo lazaina hoe tontolo feno fahalotona na tontolo tsy mangarahara. Tsy ilaozan’ny fifamingampinganana na ny fifanaovana don-tandroka. Tsy mendrika daholo moa izany rehetra izany. Aiza marina moa no misy sehatra ahafahana hamirapiratra ao anaty fanajan-tena sy fahamendrehana ?  Misy izany hono, nefa tsy tandrina miavaka eto amin’ny fiaraha-monina. Tandrovan’ny olon-kendry maro ankehitriny ny tsy hiheverana azy ho ankoso-bolamena hany ka aleon’izy ireny manetritena mangingina eny amin’ny sisiny.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Régionalisme (2)

(Suite.)

Nos Administrateurs, pas tous, se dérobent trop facilement à nos réclamations, étant couverts par les ordres multipliés et rigides dont ils dépendent.

Il nous faut avoir affaire à des hommes qui, quand nous leur demanderons : Pourquoi vous n’avez pas fait ceci, qui était nécessaire, ne puissent nous répondre : Je n’ai pas latitude de le pouvoir faire sans ordre.

Il en serait différent s’il s’agissait d’un haut fonctionnaire qui, solidement installé dans sa région, fort des consultations qu’il aura prises des notables de la colonie européenne, aura l’obligation d’agir et sera en possession de justifier ses actes.

Le provincialisme n’est qu’une forme : preuve, les changements qui y sont continuellement portés ; tandis que le régionalisme, c’est de l’organisation, c’est du définitif, c’est une fondation.

Il est certain que des contrées comme Mananjary au sud, Maroantsetra au nord, ont des besoins propres, des nécessités locales qui doivent être pourvues ou traitées en particulier ; mais il est incontestable que toutes ces localités sont solidaires entre elles, ayant même climatologie, mêmes productions et mêmes indigènes, le tout formant une région bien caractérisée : l’Est malgache.

Le chef-lieu naturel de cette région, c’est Tamatave. Il devrait y siéger un fonctionnaire autre que le chef de la province de Tamatave et qui est en même temps le maire de Tamatave. Le titre qu’on lui appliquera devra définir ses attributions, leur étendue, leur pouvoir réel : Lieutenant Gouverneur ou Chef de la Région de l’Est.

Ce qui était prématuré il y a plus de dix ans peut se réaliser aujourd’hui.

Ce haut fonctionnaire devra disposer d’un personnel et de services spécialisés à l’Est (en dehors, bien entendu, de certains grands services généraux comme les Transports, les Postes et Télégraphes).

Nous aurons alors véritablement un homme à qui parler et qui ne pourra se dispenser de répondre. Nous en avons fini avec cet anonymat administratif, cause de l’atonie générale des affaires.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Chronique : une année en vigilance

« Souffre, tais-toi, reste vigilant », tels restent les mots d’ordre que chacun doit s’imposer à lui-même tout au long de cette année 2018. La bataille de la présidentielle a commencé, plus l’échéance approchera plus elle promet de produire de rudes spectacles parfois honteux entre vicieuses manœuvres et coups interdits. Le peuple, source du pouvoir, n’a ni mot à dire ni intervention à entreprendre, une fois qu’il a désigné les dignitaires responsables pour un mandat déterminé, il s’est dépossédé de toute autorité tout au long du bail. On lui promet même bâillons et chaînes, s’il lui venait la mauvaise idée de manifester sur la place publique pour exprimer soit des revendications soit un mécontentement. A ce propos, on le confine dans un espace de non-droit, car si la constitution garantit la liberté d’expression à chaque individu, un maquis de lois en rend la pratique quasi impossible dès qu’il s’agit de groupe de personnes estampillé non favorable au pouvoir, ipso facto présumé fauteur de trouble, instrument déstabilisateur.

Les souhaits échangés dans la formule « gardez-vous bien, veillez sur vous », résonnent de tout leur sens en cette année. Gardez vous de franchir la ligne rouge même si parfois le tracé de cette ligne vous apparait dépasser le droit et enfreindre la légalité. Telle est la loi du plus fort, le combat serait vain et n’aboutirait qu’à se sanctionner et à se priver de son seul droit, celui de sanctionner par un choix sévère sans appel lors de son vote en fin d’année.

Dans cette perspective, il est des prophètes de malheur qui parient sur l’hypothèse d’une annulation de l’élection en fin d’année, au profit d’un report à date ultérieure, qui pour être vraiment ultérieure se conjugue au mode conditionnel. Cette hypothèse présente le risque de voir une partie de la population sortir de ses gonds. Que signifie sortir des gonds s’agissant d’un peuple qui se gendarme de patience dans le seul souci de respecter constitution et lois dans l’attente d’exercer son droit de faire et défaire les princes qui gouvernent ? Sortir de ses gonds signifierait tout bonnement faire sauter les verrous d’un état de droit pour se réapproprier le pouvoir et instituer un état de crise. Le peuple sait qu’il n’a pas les moyens du luxe d’une autre crise. Gaffe ! Cela n’entend pas nécessairement l’acceptation que des petits malins à l’occasion d’un malentendu tentent de s’offrir eux le luxe de se payer la tête du peuple.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : meilleurs, mal récompensés

L’association Etat Islamique a constitué en 2017 l’ennemi N°1 de la communauté internationale. Pour combattre Daech sur les différents fronts, les Kurdes ont servi de fer de lance voire de chair à canon. Au moment du partage juste des fruits de ces guerres, ils sont les plus mal payés. Des Kurdes réunis en une nation représenteraient une force si puissante, que cette perspective non seulement dérange Syrie, Irak, Turquie, mais à l’avance embarrasse les grandes puissances.

News Mada0 partages

Is’art galerie : Doubl’enn inaugure la saison

Doubl’enn démarre en trombe la saison culturelle à l’Is’art Galerie  Ampasanimalo à l’occasion d’un concert ce vendredi.

L’année démarre sous les chapeaux de roues à l’Is’art Galerie. Fidèle à sa programmation mensuelle, ce haut lieu de la culture inaugure sa saison avec une figure de proue de la musique rap qu’est Johannes Patrick, ou Doubl’enn une fois au micro.

Tombé dans le chaudron de la culture Hip Hop à l’orée 1996, Doubl’enn a fait ses premières armes auprès du groupe Rayaz. Porté par sa passion, il décide de faire cavalier seul en 2001. Il est également connu comme étant le membre et fondateur du clan Bogota, qui regroupe une bonne poignée d’artistes reconnus dans le milieu. Ce rappeur se démarque surtout par ses rimes recherchées et son flow bien rodé.

Avec une discographie résumée en 12 albums dont «Invictus» en téléchargement libre actuellement, son 13e opus est actuellement en chantier et verra le jour au plus tard en juin. Il prend tout le temps de le peaufiner afin d’offrir un produit digne de sa réputation.

Un répertoire bien fignolé

«Comme toute chose, le rap évolue. Il faut reconnaître que la jeune génération continue de porter haut le flambeau et faire passer le message à sa manière propre avec ce progrès. L’époque où le conflit de génération a fait rage est révolue», a-t-il déclaré en faisant notamment allusion au rassemblement de la grande famille du rap gasy sur scène, qui s’est tenu dans la capitale tout récemment.

A propos de ce premier concert de l’année d’une durée d’une heure trente durant, le rappeur proposera un répertoire bien fignolé. En seconde partie, il va revisiter à la sauce acoustique une bonne partie de tous ses albums. Tous ses compagnons de longue date seront sur scène avec lui pour ne citer que Bouddha El Taga, Mason’Aloka, Roy Rakoto, Zombï, Docteur Valy, Boba et Mahefa.  Ce concert ne constitue qu’un prélude, d’autres dates seront à venir et notamment une tournée régionale dans les prochains mois à venir.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Fimpima : les jeunes mis en avant

Dans le cadre de la célébration de ses 55 ans d’existence, l’association Fikambanan’ny mpikabary malagasy (Fimpima) projette d’organiser plusieurs activités durant toute l’année. Pour commencer, elle propose des formations spéciales réservées aux enfants âgés de 8 à 15 ans.

« Au début, j’étais surpris de voir que même les enfants ont leur place dans cet art. Pour moi, un mpikabary ressemblait toujours à un homme plus âgé, un ray aman-dreny ou un parent respecté par tous, un sage du village… », a annoncé l’un des plus jeunes orateurs âgés de 10 ans. En effet, cette année, le Fimpina s’intéresse davantage à cette nouvelle génération. «Nous voudrions que cet art soit ancré dans la vie quotidienne des enfants actuels.  Apprendre cet art oratoire a une importance exceptionnelle dans la société malgache», a annoncé l’un des membres de l’association.

«Le Kabary à Madagascar est plus qu’un simple art, il éduque. Il permet aussi d’acquérir des informations sur les us et coutumes des autres régions de la Grande Île. Et enfin, il renforce le développement personnel des orateurs, en les habituant par exemple à parler devant des gens et à avoir plus de confiance en soi», a-t-il ajouté pour rassurer les parents qui projettent d’envoyer leurs enfants tous les samedis au centre Fimpima à Mahamasina.

En ce qui concerne la célébration du 55e anniversaire du Fimpima, l’association a choisi cette année le thème «Izay tia ny tenindrazany, tia ny tanindrazany». «Apprendre et maîtriser sa langue maternelle est un signe de patriotisme», a-t-il conclu.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Cinema : Alex Ranarivelo, un réalisateur à suivre de près

Depuis lundi dernier, le réalisateur malgache Alex Ranarivelo crée un buzz sur les réseaux sociaux. En effet, il n’est pas connu dans le monde cinématographique malgache, mais a déjà effectué un parcours exceptionnel dans les grandes firmes américaines, surtout à Hollywood. Selon les dires, il a déjà effectué une quinzaine de films long et court métrage, des séries…

Certains d’entre eux sont même disponibles sur Netflix, tel que «Une prière pour la pluie» avec Jane Seymour. L’un de ses plus gros produits cinématographiques s’intitule «Running wild» avec Sharon Stone. Né en France, il a déménagé avec sa famille aux Etats-Unis et a décidé d’étudier le cinéma. Actuellement, il travaille avec ESX Entertainment à Los Angeles.

Holy Danielle

Ino Vaovao0 partages

FIZARANA VARY : Voarirarira sy lany fotoana ireo traboina nanantena hahazo fanampiana

Nidedaka ny ekipan’ny Filoham-pirenena fa fitondrana akaiky vahoaka ny fitondrana Rajaonarimampianina. Ireo orinasan-tserasera  mpomba ny filoha moa dia nilaza mihitsy fa «  na dia orana nikija sy rivotra nifofofofo aza ny tao Toamasina ny sabotsy 6 janoary dia tsy nahasakana ny fahatongavan’ny Filoha  ». Fampitam-baovao fandrebirebena saim-bahoaka. Diso tanteraka io vaovao nafafin’ny orinasan-tserasera an’ny ekipan’ny Filoham-pirenena io. Ny sabotsy 6 janoary io mantsy, dia efa tsy nisy rotsakorana sy tafio-drivotra velively tao Toamasina.

Lany fotoana

Tamin’ny 11 ora antoandro ny andron’ny sabotsy 6 janoary io, dia nasaina tonga teo anoloan’ny Crjs ireo traboina fa handalo ny Filoha ka hisy fizaràna vary. Efa nivimbina harona avokoa ny ankamaroany. Tamin’ny 2 ora sy sasany vao nigadona teny an-toerana ny Filoham-pirenena. Nahatsiaro ho lany fotoana ireo tra-boinaNy alahady 7 janoary, nasaina tonga teny amin’ireo boriborintany 5 indray Izy ireo mba haka ny anjara vary. Sasa-niandry nefa dia niala maina fa tsy nisy indray ny fizarana. 

Ny alatsinainy 8 janoary, dia nasaina niverina teny amin’ny boriborintany misy azy avy indray ireo traboina. Misy ny nahazo fa misy kosa ireo nody maina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

VAKINANKARATRA : Dobo-drano ny tanàna, tafakatra...

Tapitra dobo rano avokoa ny 100%n’ ireo tanimbary sy ireo fambolena maro, manampy trotraka ireo tany sy trano nihotsaka vokatry ny rotsak’orana mahery vaika. Vokatr’izay zava-nitranga izay dia mitombo isa hatrany ireo traboina ankehitriny ka tafakatra telo  arivo izy ireo hatreto. 

Very fananana sy potiky ny rano daholo ny entana fampiasa andavanandro hany ka miraviravy tanàna izy ireo hatreto. Raha ny tatitra voaray hatramin’ny nanoratana dia mbola nanampy fanazavana ireo mponina fa mbola tsy ahitana fiovàna ny haavon’ny rano, ka manahy mafy izy ireo ny amin’ny mety mbola hisian’ny fihotsahan’ny tany. Nomarihan’ireto farany fa  fokontany miisa telo ao anatin’ny sivy ambin’ny folo ao an-toerana no azo lazaina fa potika sy rava dia ny ao Faravohitra, Tsarazazamandimby ary ny  eny Ankeniheny fahatelo.

Dobo-drano tanteraka ireo toerana ireo hatramin’izao ka nafindra toerana iray aminà sekoly tsy miankina eo amin’ny manodidina aloha ireo tsy manan-kialofana. Ankoatra izay dia nanamafy ny lehiben’ny fokontany fa trano miisa 35 eo ireo trano nirodana ka tsy  nisy aina nafoy na ny naratra saingy ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka izy ireo amin’izao. Miandry ny fanampiana avy amin’ny fanjakana ny ankabeazan’ireo niharam-boina hatreto.

Mbola tsy hita soritra ny fanampiana avy amin’ny fanjakana

Manoloana ity loza voajanahary niseho teto amin’ny firenena ity dia azo lazaina fa faritra maro manerana ny Nosy  dia saika traboina avokoa ankehitriny. Marihana anefa fa mbola tsy hita soritra akory, hoy ireo vahoaka madinika ny fanampiana sy ny vonjy ranovaky avy amin’izy ireo. Raha ny zava-misy no hadihadiana lalina dia hita mibaribary ny tsy firaharahan-dRafanjakana ny vahoaka madinika. 

Eo indrindra ny mampanahy ny rehetra satria toa miandry vasoka fotsiny ireo toerana maro dobo-drano ary anisany voa mafy amin’izany ity faritr’i Vakinankaratra ity.  Mbola siosion-dresaka fotsiny, hoy izy ireo ny fiparitahan’ny filazana fa hisy fandefasana fanampiana maro sy vary milanja 3 taonina. Andrasana hatreto izay mety ho fivoaran’ny raharaha  raha ny angom-baovao voaray hatrany.

Ahiana ny hisian’ny mosary amin’ity taona ity

Araka ny tombantombana ataon’ireo mpamboly ao amin’ny Faritr’i Vakinankaratra manoloana ny fahasimban’ireo voly amin’izao fotoana dia manahy mafy izy ireo ny amin’ny mety ho fiavian’ny  krizy ara-tsakafo amin’ity taona ity. Efa hita taratra ny tsy fisian’ny vary ankehitriny  ka vao mainka nanampy trotraka  ny fahapotehan’ireo voly vokatry ny ranobe. Tsy ny ao amin’ity Faritra ity ihany anefa  no mety ahiana amin’izay mosary izay fa manerana an’i Madagasikara mihitsy . 

90% n’ireo voly manerana ny Nosy raha ny tatitra sy angom-baovao nandritry ny fandalovan’i Ava dia fantara fa potika indray ny krizy ara-tsakafo  ity  ary atahorana hiteraka krizy ara-tsosialy raha toa ka tsy misy ny fandraisan’andraikitra  haingana avy amin’ny mpitondra.

Tatianà

Ino Vaovao0 partages

FANADIOVANA FAOBE HATAON’NY FANJAKANA : Tsy maharototra ny ankamaroan’ny olona

Amin’ny ankapobeny anefa tsy mahaliana ny ankamaroan’ny olona ny fanatanterahana izany. Ny fitadiavana ho amin’ny fiainana andavanandro no tena masaka ao an-dohan’ny rehetra amin’izao vanim-potoanan’ny rivodoza sy fotoam-pahavaratra izao. Tamin’ny fanadihadiana natao dia hita fa tsy misy tsy miaka-bidy ny entana rehetra eny an-tsena indrindra fa ny legioma, maro amin’ny tokantrano vokatr’izany no tsy mahavita mahandro vary intsony fa dia mampionon-tsaina amin’ny hanimainty, toy ny mangahazo sy vomanga. 

Vokatr’izany, miady mafy amin’ny fiainana ny olona ka tsy mamparisika azy ireo intsony ny hanao izany fanadiovana faobe izany, tamin’ny alalan’ny fanadihadiana natao hatrany. Misy kosa anefa ireo tsy maintsy mamita adidy eo anivon’ny Fokontany ka heverina ho ireto farany no handray anjara amin’io fanentanana nataon’ny fitondram-panjakana io. Somary nanaitra ny olom-pirenena ihany ity fanapahan-kevitra noraisin’ny fanjakana ity. 

Efa dila ny aretina vao mikoropaka hanao ny fanadiovana ireo mpitondra kanefa efa hatramin’ny volana aogositra no nahitana ny soritr’aretina pesta teto amintsika ary tsy hita izay fandraisan’andraikitra nataon’izy ireo. Tonga amin’ilay fitenenana manao hoe “lasa ny alika vao manangom-bato”.

Avotra Isaorana                                                

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Nahitana fatin-jazakely manoloana ny vavahadin’ny tafika  tao Androva

Efa feno ny mahaolona azy saingy ny tongony havia sisa fa efa lanin’ny alika ny vatany. Tsy fantatra akory na vavikely na lahikely ary efa narahin-dalitra. Tamin’ny 10 ora sy sasany teo no nahitana azy io. 

Nampiantso ny filohan’ny fokontany sy ny Bmh ireo nahita. Tato ho ato dia betsaka ny fatin-jazarano hita teto Mahajanga. Ao amin’ity fokontany ity dia efa faharoa izao. Ny Bmh no handray an-tanana ny fandevenana ny sisa amin’ity zazakely ity. Efa maro ny manao tsinontsinona ny maha olombelona ka mahavita zavatra tsy takatry ny saina akory. Azo natao tsara ny nandevina io zazakely io fa tsy atao ohatry ny fatim-biby ariana eny rehetra eny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

KIOSKA FANDEFASANA VOLA AO MAHAJANGA BE : Vola 50 tapitrisa Ariary norobain’ny jiolahy

Mpiasa iray ao amin’ity kioska ity no noravain’ny jiolahy rehefa hanatitra vola, amin’ny orinasam-pifandraisana. Nobedainy ary nokapohany maritoa ny lohan’ilay lehilahy, ary nosintonin’izy ireo ny kitapo nisy ny vola 50 tapitrisa ariary ary lasa nitsoaka izy ireo, nandeha môtô. Polisy iray nandrindra ny fifamoivoizana no nahatazana ny zava-nitranga ka niantso ny namany ary nifanenjehana ireo jiolahy. 

Tsy lasa lavitra dia tratra ny iray, nosarihan’ny polisy avy teny ambony môtô fa ny faharoa kosa nirifatra. Io tratra io no noterena hanoro ny toerana misy ny namany saingy narirarirany teo ny polisy sy ny tompon’ny kioska. 

Toerana maromaro no natorony ka narahin’ireo polisy hatrany amin’ny village touristique sy Antsahabingo ary Ambalavola saingy tsy tratra ilay faharoa. Tranona ramatoa iray no notondroiny ho nanafenana ilay vola saingy rehefa natao ny fisavana dia tsy hita. 

Nampiahiahy ny polisy ny fihetsik’ilay ramatoa ka nosamborin’ny polisy ihany koa izy, hohadihadiana. Mbola mitohy ny fanadihadiana fa hatreto dia tsy hita mihitsy ilay vola voaroba.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Angovo noklearyHiara-kiasa i Frantsa sy Sina

Nanao sonia fifanarahana i Frantsa sy Sina ny talata teo ny amin’ny fananganan’ny orinasa Areva foibe famokarana angovo nokleary ao Sina, nandritra ny fitsidihan’ny filoha Frantsay Emmanuel Macron tany Pekin. Mety hananosarotra ny orinasa Areva ny fananganana azy ity. Mety hahatratra 10 lavitrisa euro ny sarany.

Noho ny fampiharana ny lalàna mahakasika ny tetibolany 2018 any an-toerana dia nisy ny fiakaran’ny hetra alaina ka miteraka fiakarana amin’ny vidin-tsolika, fiara, ny saran’ny antso amin’ny telefonina sy ny aterineto ary ireo maro hafa. Nidina an-dalambe ireo mponina amina tanàna maromaro manohitra izany ka olona iray no maty ary am-polony no voasambotra. Nisy ihany koa polisy maromaro naratra nandritra ny fifandonana teo amin’ireo mpanao fihetsiketsehana sy ny polisy.

Ny minisitry ny fiarovana Antoni Macierewicz sy ny minisitry ny Raharaham-bahiny Witold Waszczykowski, izay anisan’ny lehibe amin’ireo mpikamban’ny governemanta Poloney dia nosoloina ny minisitry ny Atitany teo aloha Mariusz Blaszczak i Jacek Caputowicz minisitra lefitry ny raharaham-bahiny

Séoul sy Pyongyang dia nanapa-kevitra nandritra ny fifampiresahana voalohany tao anatin’ny 2 taona omaly talata fa hosokafana ny fifandraisana ara-telefonina eo amin’ny tafika raha ny nambaran’ny tompon’andraikitra iray ao Korea atsimo, andro vitsivitsy taorian’ny fisokafan’ny fifandraisana ara-telefonina eo amin’ireo sivily

Tia Tanindranaza0 partages

FIARA KARENJY

Mampiasa ny fiara vita Malagasy dia ny Kerenjy ny orinasa eo amin’ny tambajotran-tserasera amin’ny finday dia ny Orange Madagascar amin’izao fotoana.

 Midika izany fa nanjifa ny vita Malagasy ity orinasa ity, ary tokony halain’ireo orinasa matanjaka maro eto amintsika tahaka satria isan’ny tosika goavana ho an’ny orinasa Karenjy izany.

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA

LALAM-PIRENENA FAHA-34

Tohatra no ampiasaina any Tetezandava anelanelan'Ankazomiriotra sy Betafo (RN34) noho ny tetezana nopotehin’ny rano tamin’ny rivodoza teo. Mba efa nisy ny “transbordement”, ka dia raikitra ny ankibatabata entana sy ny fifindrana fiara rehefa tonga eo amin’ilay fahatapahana. Voalaza fa andoavam-bola ihany koa ny fiakarana eo amin’ilay tohatra. Mibaribary ny fahorian’ny vahoaka eo anatrehan’izany. 

MINISITERAN’NY FAHASALAMANA

Nitsidika ny Hopitaly Chappa Ambohimiandra omaly talata 09 janoary 2018, ny Tale Jeneralin’ny Fikambanana Iraisampirenena momba ny Fahasalamana (OMS) Dr Tedros Adhanom Ghebreysus sy ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka Profesora Andriamanarivo Mamy Lalatiana. Marihina fa ity hopitaly ity no isan’ireo tena niasa mafy nandritra ireny valan’aretina pesta ireny noho izy ity toerana fandefasana mararin’ny pesta teto an-drenivohitra ary nampahomby ny ady amin’ny pesta nataon’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. 

CLAUDINE AC

 

Nisy nahita tany Fianarantsoa i Claudine Razaimamonjy izay sady tsy nahazo fahafahana vonjimaika no mbola midoboka am-ponja. Lasa tsy mahagaga intsony ankehitriny ny zavatra toy izany eto Madagasikara noho ny herin’ny kolikoly. Be loatra izay olona migadra nefa hita mivezivezy etsy sy eroa izay. Malaza mihitsy aza ny hoe manao « pointage » kely isaky ny alakamisy dia afaka mivoaka indray.

 

ENTANA HO AN’NY TRABOINA

 

Tsy mba misy fanadihadiana nosokafana na fisamborana mihitsy hatreto mahakasika ny fanodinkodinana ireo fitaovana sy sakafo izay tokony homena ny traboina. Efa miparitaka eny amin’ny fivarotana ambongadiny sasany anefa izany. Tsiahivina fa eo ambany fiahian’ny primatiora ny Bngrc izay manana andraikitra manokana ny amin’ny fandrindrana ireo entana izay azo sy entana izay hozaraina eny amin’ny traboina noho ny loza voajanahary.

 

VIDIN’ENTANA TOAMASINA

Tsy nohenoin’ny mpivarotra ny baikon’ny filoha tany Toamasina ny amin’ny tsy tokony hanararaotana mampiakatra ny vidin’entana taorian’ny rivodoza. Omaly dia tsikaritra fa niakatra 100% ny entana fampiasa amin’ny andavanandron’ny olona. Ny hena, ny vary, ny siramamy ary hatramin’ny labozia aza dia tsy hay vidiana intsony ao Toamasina. Tsy misy manaraka intsony ny baikon’ny manampahefana.

 

ASA FANAOVAN-GAZETY

Nodimandry omaly ny mpanao gazety Ratsivalaka Rahantasoa Liliane, izay efa mpikambana teo anivon’ny Biraon’ny holafitra (OJM) teo aloha, Filohan’ny Fikambanan’ny vehivavy mpanao gazety (AFJM) teo aloha, Mpikambana tao amin’ny Dinika sy Rindra ho an’ny Vehivavy (DRV).

VEHIVAVY NANDRATRA NY SAKAIZANY

Voasambotra tany Maorisy tamin’ny zoma lasa teo i Hélène None, vehivavy 36 taona teratany Malagasy, mipetraka any an-toerana izay voarohirohy ho nandratra ny sakaizany mpizahatany antsoina hoe Bernard Emilie 52 taona teratany Réunionais tamin’ny zava-maranitra, izay voa teo amin’ny tendany. Voatery niaro tena izy satria namono azy ity farany, raha ny fanazavana nataon’ity teratany Malagasy ity. Notazomina vonjimaika izy mandra-piandry ny fitsarana azy.

 

MODY FANINA

 

Tsy dia hisy hanaraka ilay didim-panjakana 2017-1156 mahakasika ny fanaovana ny andro anio ho tsy fiasàna nefa andraisan-karama. Modimody fanina fotsiny ny mpampiasa eny anivon’ny orinasa tsy miankina ary tsy nasian-dresaka mihitsy ny hoe tsy miasa anio fa hanao fanadiovana faobe. Endrika iray manazava ny toy izao fa tsy to-teny intsony ny fanjakana ka na ny didy avoakany aza tsy misy manaraka ankoatry ny mpiasam-panjakana ihany.

JIOLAHY

Nidoboka eny Antanimora ny efa-dahy izay namaky ny quincaillerie iray etsy Mandrimena. Vola mitentina valo tapitrisa ariary no lasa tao niaraka tamin’ny kojakoja maro. Tsy iza fa ny mpiambina ilay toeram-pivarotana ihany ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Mbola misy naman’izy ireo karohina ary io no voalaza fa mitazona ny basy fampiasan’ity ekipa ity.

 

TRAFIKANA SOKATRASokatra miisa 200 mahery no sarona tao Morondava omaly hariva raha saika haondrana. Olona roa no notazomin’ny polisy avy hatrany hatreto ary mbola misy naman’ireo hafa karohina.

        

ANJOZOROBE

 

Dahalo maromaro tsy fantatra isa nitondra basy sy karazam-pîtaovam-piadiana maranitra no tonga nanafika ny tananan’i Moratsiazo, Faratanjona ny 07 Janoary 2018 tamin’ny 07 ora sy sasany hariva, raha ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary avy any an-toerana. Nanapoaka basy izy ireo ary namoaka ny omby ka lasany tamin’izany ny omby miisa 35 an’ny mponina antsoina hoe Georges Ramarolahy sy ny namany.Nanao fanarahan-dia ny zandary ao amin’ny PA Betatao miampy ny DAS any an-toerana miaraka amin’ny fokonolona ka teny am-panarahan-dia no nahitana ny omby 05 tafasaraka tamin’ny namany fa ny 30 kosa mbola tsy hita hatramin’izao ary mbola mitohy ny fikarohana sy ny fanarahan-dia, raha ny fanazavana.                                                                                                      

SAMBAVA

Maty voatsindrona antsy teo akaikin’ny tetezana Antaimby, kaominina ambanivohitr’i Sambava ny lehilahy 1 antsoina hoe Ranarison Sylvano ny 08 janoary 2018 tamin’ny 01 ora maraina ka rehefa naheno io toe-draharaha io ny zandary tany an-toerana dia nidina teny an-toerana. Fantatra tamin’ny fanangonam-baovao fa izany Jao Ferlin izany no anisan’ireo andian-jatovo mpisetrasetra mpikambana ao amin’ny vondrona Foroce nahavanon-doza noho ny  fifanarahana manokana antsoina hoe «règlement de compte». Nosamborina avy hatrany io Jao Ferlin io ary nilamina tany an-toerana, raha ny fanazavana, fa na izany aza, mba hisorohana ny mety ho valifaty dia naterina any Brigade Antalaha ilay voasambotra ary any no hanaovana ny famotorana azy ka efa misokatra ny fanadihadiana, raha ny fampitam-baovao.                                                                 

VAKINAKARATRA                    ,

Olona dimy mianaka nandeha sarety no niampita ny reniranon’i Onive, eo amin’ny tetezan’i mompera,  kaominin’ambanivohitr’ Antanifotsy ny 8 Janoary 2018 tamin’ny 10 ora maraina ary mbola difotry ny rano io tetezana io ka na efa noraran’ny olona aza izy ireo dia nisisika ihany fa hoe afany io, raha ny fanazavana. Nivadika ny sarety nitondra azy ireo noho ny  rano izay mahery be ka latsaka tany avokoa izy mianakavy. 2 no maty, ny reniny 50 taona sy ny zanany vavy 24 taona fa ny zanany lahy 13 taona kosa efa tamin’ny 4  ora hariva vao hita faty, roa kosa avotra soa aman-tsara dia ny rainy sy ny zanany lahy iray izay sempotry ny rano ka nalefa teny amin’ny hopitaly ary efa tsy maninona.  

 

MORAMANGA

 

Nisy olona 07 mianaka, zaza ny 02, nandeha lakana tany Ambodirano Mangoro eo anelanelan’Ambohidronono sy Ambohibary ny 08 Janoary 2018 tamin’ny 02 ora sy sasany tolakandro. Ny iray tamin’izy ireo dia mpitondra ilay lakana ka  rehefa nandeha kelikely dia nivadika ny lakana nandehan’izy ireo noho ny fiakaran’ny rano. Avotra soamatsara ilay mpitondra lakana ary hita ny fatin’ireo olon-dehibe 04 fa ireo zaza 02 kosa mbola karohina hatramin’izao.

                                                                                                                                 

MAROVOAY

 

Nahazo tatitra ny zandary fa misy olona maty irery tao an-tranony ao Ankamboka ny 08 Janoary 2018 tamin’ny 02 ora sy 18 minitra tolakandro. Tsy misy olona miara-mipetraka aminy, raha ny fanamarihana, ary mpiambina ny EPP no asany. Raha nojerena ny karapanondrompirenena dia toy izao ny momba azy: Atoa Tsiry, teraka tamin’ny taona 1949 tao Antsatrana, CIN 403 361 005 155 tamin’ny 10/05/74 natao tao Marovoay ka rehefa izany dia nidina tany an-toerana niaraka tamin’ny dokotera (Medecin chef) CSB II Ankaboka ny zandary, ka taorian’ny fizahana nataon’ny mpitsabo dia fantatra fa tsy nisy namono io olona io.

                                                                      

                                                                                            

       

 

Tia Tanindranaza0 partages

Houcine ArfaAsaina samborin’ny Frantsay

Namoahana didy fampisamborana iraisam-pirenena ilay teratany Frantsay Houcine Arfa 54 taona, izay notanana teny Tsiafahy nanomboka ny 20 jona 2017, ary nafindra teny Antanimora avy eo.

 

 Heloka samihafa no nambara fa nataony, toy ny fitazonana fitaovam-piadiana tsy nahazoana alalana, fikasana haka an-keriny, fisandohan’andraikitra, tafiditra tanaty fikambanan-jiolahy.  Voaheloka 3 taona higadra an-tranomaizina nanomboka ny 23 novambra 2017 izy noho ireo vesatra ireo, saingy io tafatsoaka io.  Efa ny 04 janoary teo no nahavitan’io didy fampisamborana iraisam-pirenena io, hoy ny Minisitry ny fitsarana Rasolo Elise Alexandrine. Nalefa any amin’ny fitsarana Frantsay ny antontan-taratasin’ady hanenjehana azy ary any izy no hanapitra ny saziny fa tsy voatery averina eto Madagasikara akory, raha ny voafaritra ao amin’ny fifanaraham-piaraha-miasa ara-pitsarana  eo amin’i Madagasikara sy Frantsa nosoniavina tamin’ny 4 jona 1973 no ampiharina.

Fitsoahana efa voaomana

Tafaporitsaka izy ny 28 desambra 2017 rehefa avy nanao fizaham-pahasalamana teny amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha ary saika hoentina teny amin’ny Polyclinique Ilafy avy eo i Houcine Arfa. Teny an-dàlana no voalaza fa nisy fiara tsy mataho-dàlana matroka roa nibahana avy ao aloha sy nanaraka avy aoriana, ka nambanan’ny roalahy mitam-basy ireo mpandraharahan’ny fonja 2 lahy sy mpitsabo mpanampy iray niaraka taminy; hany ka navotsotra i Houcine Arfa. Ny teo anivon’ny minisiteran’ny fitsarana moa dia efa nilaza fa tsy ara-dalàna sy tsy nahazoana alalana ny fitondrana azy saika hihazo ilay hopitaly lehibe.  Naiditra am-ponja vonjimaika avokoa ireo mpandraharahan’ny fonja miisa 2, sy ilay mpitsabo mpanampy 1. Heverina mantsy fa misy ny zavatra mampiahiahy ary mety efa voaomana mialoha ilay fitsoahana fa mody nambara hoe hitsabo tena sy mila afindra hopitaly. Azo antoka aloha izany fa tsy hiverina eto Madagasikara intsony i Houcine Arfa, fa mampanontany tena koa anefa hoe : tena hisambotra sy hanagadra azy ve ny Frantsay ? Izy izay azo antoka fa mahafantatra tsiambaratelo maro momba ny mpitondra ambony eto amin’ny firenena sy ireo olona manodidina azy efa miteraka resa-be etsy sy eroa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana faobeTontosaina anio tontolo andro

Tantontosaina anio tontolo andro fanadiovana faobe manerana an’i Madagasikara mba hiadiana amin’ny aretina Pesta, araka ny didim-panjakana laharan 2017-1156; andro tsy iasana kanefa handraisan-karama noho izany ny anio 10 janoary 2018.

 

Hifampitaona any am-piasana ny ny rehetra ny tapany maraina ka hifarimbona amin’ny fanadiovana ny birao sy ny faritra manodidina azy ka hitohy amin’ny fandaminana maro samihafa.Hamonjy ny tokantrano kosa ny tsirairay ny tolakandro sy ny hariva ka hanao ny fanadiovana miaraka amin’ny fianakaviana sy ny fokontany, satria tsy maintsy ho diovina ny lalana, ny elakelan-trano, ny tatatra sns….Izay ny fandaminana amin’ny ankapobeny saingy mety samy manana ny fomba fiasany moa ny tsirairay sy ny toeram-piasana.Mbola nanamafy omaly ny minisiteran’ny fahasalamana fa zava-dehibe ny asa fanadiovana satria ny fahadiovana no antoky ny fahasalamana, ka tompon’andrraikitra ny tsirairay.Ny tsy mandoto dia efa manadio, fiovana toe-tsaina no tena takiana ka hiezaka ny rehetra manomboka anio mba tsy ho fainga-tanana hanipy zavatra etsy sy eroa eny an-dalambe eny fa kosa hanary ny fako n any faran’ny bitika aza any anaty dabam-pako n any toerana natokana ho amin’izany.Handray anjara amin’ity asa fanadidovana ity  ihany koa ny filoham-pirenena anio manomboka amin’ny 9ora maraina eny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tovolahy voahitsaky ny « sprinter »Vaky mbamin’ny karandohany

Nisehoana lozam-pifamovoizana mahatsiravina indray tao Ambatolampy amin’iny lalam-pirenena faha-7 iny omaly tolakandro.

 

 Tsy fantatra mazava izay tena fisehon’ny loza, fa tovolahy iray mpanosika borety no maty tsy tra-drano, ary potika tanteraka mihitsy ny lohany, ka niparitaka nameno ny arabe ny ra. Raha ny fanazavana vonjimaika dia voafaokan’ny fiara marika « sprinter » nandeha mafy izy ka tafasisika tany ambany mihitsy, ka voahitsaka ny lohany. Tsy nisy fialana nenina azo natao satria vaky hatramin’ny karandohany. Ny marainan’io ihany dia fiara kamio lehibe ihany koa no tra-doza teo anelanelan’Ambatolampy sy Antsirabe. Tsy hay na noho ny halaman’ny làlana fa dia nifatratra tao anaty sisin-dalana somary tevana kely feno rano ny lohan’ilay fiara. Feno rano avokoa rahateo ny an-daniny sy ny an-kilan’ny arabe, izay somary lala-mahitsy, ka mety variana na mamon’ny torimaso ny mpamily. Herintaona katroka omaly 9 janoary ihany koa, raha tsiahivina no nisian’ilay fiara marika Tata simba saingy voafaokan’ny fiara marika “sprinter” teo Ambatolampy hatrany, ka 2 no maty teo no ho eo tamin’izay fotoana izay.

Nangonin’i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy hifampifahavalo mandrakizay

Miha mafana ny rivotra politika eto amin’ny firenena amin’izao fotoana izao. Mihazakazaka mihitsy aza satria efa tena ankatoky ny fifidianana tokoa isika, ka eo ny efa mametraka ny paikadiny na dia mbola misy ihany aza aloha ny somary mihainohaino.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Razafimbelo Norbert sy ny Analamanga rugbyKandida be fitetika miaraka amin-dRajaonarimampianina

Atoa Razafimbelo Norbert mpitantana ny fileovana AFA Ankazomanga ankehitriny hatreto no hany kandida efa nametraka ny antontan-taratasy filatsahan-kofidiana ho filoha vaovaon’ny rafitra ligin’ny rugby eto Analamanga teny amin’ny biraon’ny Malagasy Rugby hifarana ny sabotsy 13 janoary ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana Loterana Malagasy« Mila fifonana sy fibebaham-pirenena isika »

Manamafy ny fanambarana navoakan’ny Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara (FFKM) ny Fiangonana Loterana Malagasy (FLM) nandritra ny Synoda lehibe faha-138 notanterahany tany Betafo-Antsirabe ny 18 – 19 desambra

 

 lasa teo ka manantitra sy manisy tsindrim-peo amin’ny zavatra vitsivitsy miainga amin’ny fitarainana maro efa nipololotra avy any amin’ny fiarahamonina. Efa tena manjaka loatra ny ratsy, ny kolikoly eto amin’ny firenena ka tsy maintsy miteny izahay, hoy ny FLM. Niavaka tamin’ny fanambarana mahazatra ity noraisin’ny FFKM ity ka izany indrindra no ilana fandraisana andraikitra mifanaraka amin’izany mba hifampitaiza ny isam-piangonana eo anatrehan’ny loza mianjady amin’ny mpino, ny vahoaka Malagasy ary ny firenena. Hentitra ary tena mahitsy ny fanamarihana sy fanambarana nandritra ity Synoda Lehibe faha 138 n’ny FLM ity ka anisan’ny voaresaka ohatra ny hoe : tsy mangarahara ny fampiasana ny volam-panjakana ka mifangaro ny asan’antoko sy asam-panjakana. Eo koa ny hoe tsy mifanaraka amin’ny foto-pisainana Malagasy ny fandaharam-panabeazana terena hapetraka eto, fandaharana hanomanana olona hanatanteraka asa, fandaharana tandrify ny filan’ny vahiny fa tsy handinika ny hampandroso ny firenena. Tsikaritra ihany koa ny tsy fahampian’ny fanabeazana ara-panahy eo amin’ny mpitondra fanjakana, hoy ny FLM ka zary lasa tsy maharototra azy ireo intsony ny hamaha olana amin’ireo sedra maro lalovan’ny Firenena sy ny Fiangonana na ny fanomezana hasina ity farany. Resy lahatra ny Fiangonana Loterana Malagasy fa tsy maintsy atao eto Madagasikara ny fifonana sy fibebaham-pirenena. Tena ilaina ny fitakiana ny fandraisan’andraikitry ny mpitondra, fitadiavana vahaolana, fametrahana tetiandro amin’ny famahana ny olana eo anatrehan’ny tsy fandriampahalemana, kolikoly ary fahantran’ny vahoaka Malagasy, hoy ny FLM. Nanolotra vahaolana sy soritr’asa ny FFKM mba ho fiaraha-mientana amin’ny famahana ireo olana mianjady amin’ny vahoaka ireo; ny Fiangonana Loterana Malagasy ihany koa dia nandroso soso-kevitra mba hahatongavana amin’ny tanjona.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadiovana an’i ToamasinaNatomboka omaly ny asa

Mavesatra ny takaitra navelan’i AVA ao Toamasina. Tapaka efa ho 5 andro ny jiro sy ny rano ka ireo olona manana milina mpamokatra herinaratra ihany sisa no nahita mazava sy afaka nihaino radio.

 

 Potika hatrany amin’ny 10 % ihany koa ny fotodrafitrasa, voabahan’ny hazo nazeran’ny rivotra ny arabe, miampy ireo fako avy any an-tranon’olona niniana navoaka teny amin’ny arabe ka nampitombo ho avo roa heny ny fako noraofin’ny kaominina. Tsy niandry ela ny Ben’ny tanàna Elysée Ratsiraka nanoloana izany fa niantso ireo malala-tanana sy mpiara-miombon’antoka aminy mba hifanohana aminy amin’ny asa fanadiovana ny tanàna. Anisan’ireny ny Jovena, ny Galana, ny Sikonina, ny Telma… izay nahazoana nampiasa Engins miisa 40. Natomboka omaly avy hatrany ny asa fanadiovana  noho izany notronin’ireo mpiasan’ny kaominina rehetra sy ireo olon-tsotra mivondrona ao anatin’ny fikambanana Appel. Notsindrian’ny Ben’ny tanàna Elysée Ratsiraka fa hovitaina ato anatin’ny 72 ora ny asa fanadiovana ny tanànan’i Toamasina. Tsy afaka hiandry ny tsy afaka isika na dia tanàna iaraha-manana aza i Toamasina. Tsiahivina moa fa nahatratra 100 ireo traboina ao Toamasina nafindra monina ao amin’ny gymnase Soavita amin’izao fotoana izao ka ny vadin’ny Ben’ny tanàna Juliana Ratsiraka no mandray an-tanana azy ireo. Omena sakafo maraina, atoandro sy hariva izy ireo raha nojereny manokana ihany koa ilay fianakaviana maty vady. Mbola nampanantena moa Rtoa vadin’ny Ben’ny tanana fa hanao asa soa ho an’ireo vehivavy ao Toamasina ihany koa ny datin’ny  08 martsa ho avy izao.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Takaitra navelan’ny rivodoza AVAMpianatra roa no namoy ny ainy, 152 ireo sekoly simba

Tena namela takaitra goavana teto amintsika tokoa ilay rivodoza AVA farany teo iny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sampana mpamonjy voina TsaralalanaNandrodana trano 15 ho fisorohana ny loza

Mafy ny asa notanterahin’ny sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalana nandritra ny fotoana nandalovan’ny rivodoza AVA teto amintsika. Raha araka ny fanazavan’ny kapiteny Randrianarisoa,

  tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ity sampana iray ity mantsy dia noho ny efa fisian’ny ranon’orana be izay efa nanamando ny vodin-trano sy ny tamboho teto an-drenivohitra  talohan’ny nidiran’ny rivodoza AVA teto amintsika no tena nahatonga  izany. Vokany, trano miisa 15 no voatery nazeran’izy ireo  rehefa nilana vonjy taminy raha mbola nankinina amin’ny tompony ny efatra fanampiny satria tsy mbola misy atahorana. Nisy  tamin’ireo trano ireo raha araka ny fantatra fa nitsiatra tanteraka vatany  raha nisy ihany koa ireo efa nirodana ny ampahany. Rindrim-bato miisa 10 ihany koa no niantsoana azy ireo izay natahorana hihotsaka teto an-drenivohitra. Ny mamaha olana  ity farany anefa no tena asa sarotra indrindra raha araka ny fanazavan’ny kapiteny Randrianarisoa hatrany satria  alana  mety hampihotsaka ny faritra manodidina azy, tsy alana hahiana hamono olona. Toraka izany koa ny hazo lehibe  izay nihabana ny nanakana ny lalana teny amin’ny arabe ny ankamaroany. Anisan’izany ny teny Nanisana izay nianjera tamin’ny tranon’olona  ka tsy maintsy noesorina, ny teny Tsimbazaza,  ny teny Alarobia, Ambatobe… Ankoatra ireo dia olona 26  mianaka nonina tetsy Ampasika no voatery nandefasan’ity sampana mpamonjy voina ity lakana ka nafindra toerana noho ny tananany dibo-drano. Tatitra hatramin’ny afaka omaly Alatsinainy 08 Janoary tamin’ny 05 ora hariva moa ireo rehetra ireo, tao anatin’ireo antso an-tarobia miisa 67 voarain’ity sampana mpamonjy voina etsy Tsaralalana ity.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Vahaolana mahomby momba ny varyTsy dia re feo ny minisiteran’ny fambolena

Manomboka difotry ny fanafaram-bary vokatry ny hain-tany nitranga tamin’ny fiandohan’ny taona 2017 ny tsena anatiny izay tena foto-piveloman’ireo tantsaha mpamokatra eto Madagasikara.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao RavalomananaAsa fa tsy kabary

Araka ny fampanantenana nataon’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana tamin’ny mponin’Antananarivo Renivohitra taorian’ny fidinana ifotony tany amin’ireo boriborintany niharam-boina vokatry ny rivodoza “AVA”

Ny CUA irery no tonga

Teny amin’ny CEG Soavimasoandro no misy ny tobin’ny traboina  248 tokantrano amin’ny mponina 1490. Nanao antso avo tamin’ny fitondrana ireto niharam-boina fa ny CUA, hoy ny solontenan’ny mponina no tonga. Mila fotodrafitrasa maharitra iny faritra iny  ary nanamafy ny mponina fa ny tsy  fikojakojana  ny lakandranon’Andriantany izay  anjara asan’ny minisitera amin’ny maha asa vaventy azy no tena mahatonga ho dobo rano ireo toerana ireo isan-taona. Ny mpianatra eo amin’ny CEG Soavimasoandro moa tsy maintsy hianatra ka voatery hiala ao ny traboina ary mangataka trano Lay hipetrahana mandra-pidin’ny rano  izy ireo. Nofaranana teny Ankazomanga ny fanakaikezan’ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana  ny vahoaka nanatitra ny fanampiana ho an’ireo fianakaviana traboina 68 omaly. Tao aorian’ireo fitsidihana ireo moa dia namory avy hatrany ireo tekisianina mpiara-miasa aminy ny ben’ny tanàna hijery  haingana ny olan’ny mponina. 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Managadra ve no atao lahasa e ?

Tena tsy manana fika hafa mba handaniana tena mihitsy ve ianareo ao ry jean forsa fa dia ny fanakanana sy ny fandrahonana no tena stratejia entinareo miady amin’i dada ah ? Dia efa hita izao fa valim-pitsarana navoakan’ny ministra voasazy sy fitondrana voasazy tamin’izany fotoana ve no atao izay ampiharana azy ankehitriny ?

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaNofantsihan’ny pasitera Mailhol

Anisan’ireo tsy tazana teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha ny pasitera Mailhol na André Christian Dieudonné nandritry ny lanonam-panjakana fifampiarahabana nahatratra ny taona farany teo.

 Nambarany fa antony 2 no tsy nahatongavany teny. Ny voalohany dia noho ilay rivodoza satria nahazo antso avy any Toamasina ny tenany nilaza fa nisy fiangonan’ny Apokalypsy ravan’i Ava tanteraka. Tsy eken’ny saiko, hoy izy, hoe ny havako traboina, izaho aty hilanonana. Faharoa, taorian’ny nanambarako fa kandida ho filoham-pirenena aho dia be ny tsaho niparitaka fa kandidan’ny HVM ny tenako. Raha tonga teny Iavoloha aho angamba izany dia vao mainka nahazo vahana ireo mpanely tsaho ireo. Hita ho miha mihataka tsikelikely indray amin’ny fitondram-panjakana araka izany ity mpitondra fivavahana sy filoha mpanorina ny antoko politika Gideona ho Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara na ny GFFM ity. Azo heverina ho fantsy ho an’ny filoham-pirenena manokana iny fanehoan-keviny mikasika ny antony tsy niakarany teny an-dapa iny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamarinana anarana anaty lisi-pifidiananaAla nenina farany ity volana ity

Hisy ny dinika iarahan’ireo sefom-pokontany eo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra sy ny Kaomisionina momba ny fifidianana eny anivon’ny kaominina ary ny Vaomieram-pirenena misahana ny fifidianana na ny CENI rahampitso 11 janoary manomboka amin’ny 10 ora maraina eny amin’ny ENAM Androhibe.

 

Lahadinika sy hojerena akaiky amin’izany ny mikasika ny lisi-pifidianana eny anivon’ny fokontany 2016-2017, ny fandraisan’anjaran’ny antoko politika sy ny firaisamonim-pirenena ao anatin’ny komity ifoton’ny fanisana ny mpifidy na ny CLRE, ny fizotry ny fanaovaozana isan-taona ny lisi-pifidianana (RALE). Tsara ny manamarika sy mampahatsiahy fa ny 31 janoary ho avy izao no hifarana tanteraka ny fahafahana manavao ny anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana. Izay tsy mahavita izany ao anatin’io fe-potoana io, dia tsy afaka ny handray anjara sy haneho ny safidiny amin’ny fifidianana rehetra hizotra eto amin’ny firenena amin’ity taona 2018 ity. Tanjona napetraky ny CENI moa ny hanatrarana 10 tapitrisa ny lisitry ny mpifidy, raha toa ka manodidina ny 9 tapitrisa mahery kely eo izy raha ny tatitra farany. Karazan’ny efa ala nenina farany ho an’ny olom-pirenena izany ity volana janoary ity mba tsy hahavery zo azy. Manana anjara adidy rahateo ny tsirairay amin’ny fifidianana. Tsy misy dikany ny resabe eny amin’ny fiarahamonina sy ny fimenomenonana momba ny tsy fandehanan’ny raharaham-pirenena na tsy fahombiazan’ny mpitondra rehefa ny isam-batan’olona no tsy mandray ny andraikiny sy mahatsapa fa miankina amin’ny safidy ataony amin’ny fifidianana ny hoavin’ny firenena. Lany andro handoka na hankahala mpanao politika eto fotsiny raha toa ka tsy afaka ny handray anjara amin’ny fifidianana akory.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Guy Rivo Randrianarisoa“Ny famoahana ny datim-pifidianana izao no mahamaika”

Raha nanontaniana amin’izay mety hiverenan’ireo depiote hiatrika ny fivoriana tsy ara-potoana handinihana ny lalàm-pifidianana hifehy an’ireo fifidianana hotanterahina amin’ity taona 2018 ity ny Kestora faha-3 an’ny Antenimieram-pirenena, ny depiote Guy Rivo Andrianarisoa omaly,

Tia Tanindranaza0 partages

Marc Ravalomanana« Kandidan’ny Malagasy rehetra aho »

Mijoro hatrany ho kandidam-bahoaka, kandidan’ny fampihavanana, kandidan’ny fisokafana i Marc Ravalomanana.

 

La Vérité0 partages

Croissance économique 2018 - Le pessimisme, toujours d’actualité

Pour  cette année, le Fonds monétaire international (Fmi) prévoit une croissance de 5,8 % de l’économie malagasy, un chiffre qui n’inspire pas du tout l’optimisme de la population. On se souvient qu’en 2017, la croissance économique de Madagascar était de 4,3 %, un chiffre positif selon le Fmi puisque ce taux a augmenté par rapport à celui de 2016. A cet effet, les dirigeants étatiques se sont vantés d’avoir sorti de nombreux Malagasy de l’extrême pauvreté.

Sauf que dans la réalité, la majorité de la population n’a pas du tout ressenti les impacts de cette soi-disant croissance.  Le scénario le plus plausible serait alors que ceux qui sont « sortis de la pauvreté » ne sont nuls autres que les hauts dirigeants, eux qui se sont enrichis, au détriment du peuple qu’ils sont censés servir. Leçon retenue. Déjà que l’année dernière, de nombreux Malagasy avaient du mal à survivre, ce n’est nullement une prévision de croissance économique de 5,8 % qui va changer le concept du « vivre au jour le jour » ou plutôt du « survivre au jour le jour », en cette nouvelle année. Et les dégâts laissés par le passage d’Ava,  le  premier cyclone de 2018, n’arrangent aucunement la situation. On a entre autres constaté qu’Ava n’a pas épargné le secteur de l’agriculture, lequel assure une bonne partie du Produit intérieur brut (Pib) national. Des hectares de rizières ont été inondées, ce qui a poussé les agriculteurs à faire une récolte précoce de ce qui restait à sauver. Les agriculteurs qui ont encore un peu de moyens financiers comptent d’ailleurs pratiquer une culture de contre-saison, en espérant que cela comblera une partie des pertes engendrées par Ava. Côté inflation, pas de bonnes nouvelles en vue. Si les impacts de cette dernière se faisaient déjà  sentir ces derniers mois, le passage d’Ava a empiré les choses. La dégradation des routes nationales ont fait que l’approvisionnement de plusieurs Régions, en produits de première nécessité (Ppn), est assez difficile. Ce qui entraîne inévitablement vers une hausse de prix des denrées en question. Pour couronner le tout, le taux d’inflation pourrait atteindre 8 % cette année. Autant dire que le pire reste à venir !Recueillis par Marinà R.

La Vérité0 partages

Football-Elgeco Plus - Le président dans une zone de turbulence

Les lignes de combat se sont formées.  Les sanctions sont tombées pour le Club Elgeco Plus Analamanga, il y a trois semaines. La commission d'éthique de la FMF a frappé fort. Le Club écopait  2ans de suspension dans la sphère du football. Une lettre  a été envoyée,  il y a trois  semaines, au  club pour l'informer de cette décision. Mais le président du club nie avoir reçu cette lettre officiellement.  En effet, celle-ci fait suite au plus gros scandale ayant jamais touché le football malagasy  commis par Alfred Andriamanampisoa, président du Club qui, selon des sources, serait un conseiller du Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana et proche du président de la République Hery Rajaonarimampianina.

Pour rappel, il a poussé sans ménagement  à la tribune officielle le président de la ligue de football d'Itasy et non moins chef de région de cette localité. Celui-ci a fait une chute en dévalant les quelques marches de la tribune du stade d'Ampasambazaha de Fianarantsoa et a fini sa chute en bas, la tête en premier, lors de la dernière journée de la Poule des As THB Ligue des Champions opposant Elgeco Plus Analamanga et CNaPS Sport Itasy. Une situation qui a suscité l'indignation des témoins pour l'humiliation faite à un représentant de l'Etat. Et c'est surtout pour un comportement du soi-disant conseiller du Premier ministre et un futur candidat Hvm à la députation à Antsirabe II.  Selon notre source, l'affaire se trouve aujourd'hui entre les mains de la justice.  Le risque que peut encourir le président du club sur tous les fronts est gros. Vu que le patron d'Elgeco Plus, est prétendant à la présidentielle de la fédération malagasy de Football (FMF). Et comme si cela ne suffisait pas, l'image d'Alfred Andriamanampisoa et ses alentours pourrait être plus, sérieusement entachée.  Actuellement, malgré l'existence avec témoins oculaires de son forfait, il a fait recours, en faisant  usage de son influence politique pour pouvoir faire avorter sa sanction. Dans ce sens, il use de tous les moyens pour arriver à ses fins vis-à-vis  de la Commission électorale nationale en vue de sa candidature à la tête de la FMF. Il y a quelques jours, Alfred Andriamanampisoa a été vu autour d'un petit déjeuner, dans un Grand Hôtel de la Capitale, avec une  personnalité de la CAF et Ludovic Lomotsy, le conseiller Juridique d'Ahmad. La balle est dans le camp de la FMF, car le processus de levée des sanctions ne reviennent qu'à cette instance. De quelque nature que ce soit, cela pourrait entacher la crédibilité  de la fédération. Et si tous les présidents des clubs sportifs commettent les mêmes actes ?Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Jess Black - Un rappeur malvoyant qui s’impose !

Deux artistes ayant, chacun, bercé plusieurs générations de mélomanes et dont les talents ne sont plus à présenter, Rija Ramanantoanina et la grande dame du jazz Fanja Andriamanantena seront sous le feu des projecteurs ce vendredi pour un cabaret convivial au Trass Tsiadana. Promettant d’émerveiller l’assistance, ce duo, qui a plusieurs fois partagé la scène, revisitera leurs plus grands succès pour faire plaisir aux amateurs de bonne musique.

Auteure, compositrice et interprète hors pair, la resplendissante Fanja Andriamanantena retrouvera de nouveau à ses côtés l’infatigable crooner dont elle a, à un moment de sa carrière musicale, chapoté. En tout  cas, les retrouvailles s’annoncent grandioses promettant de faire voyager le public dans un monde de poésie et de douceur. Le tout sublimé principalement de rythmique jazzy qui a fait la renommée de ces deux artistes. Fort d’une passion intarissable pour son art, avec de l’énergie à revendre et constamment porté par son enthousiasme à faire valoir des mélodies où le blues et le jazz se conjuguent, le duo affichera la musique malgache par excellence. Cela fait des années que Rija Ramanantoanina et Fanja Andriamanantena partagent cet amour en commun pour la musique. De même qu’entre eux règne ce respect mutuel qui inspire autant la créativité de Fanja Andriamanantena qui ravive la flamme de Rija Ramanantoanina.Ils se sont toujours formés l’un et l’autre, s’imprégnant chacun du talent de l’autre également, l’auteure, compositrice et interprète enrichit ainsi la sensibilité de l’intarissable crooner.Ces retrouvailles seront ainsi une occasion pour eux de montrer aux mélomanes cette complémentarité afin d’offrir un moment unique aux mélomanes. Pour l’occasion, ils seront effectivement accompagnés par des grands musiciens comme  lors de leur dernière apparition mais leurs noms n’ont pas encore été divulgués. Il faut donc être présent pour le découvrir. Cependant, leur répertoire sera composé de leurs grands tubes qui seront évidemment repris d’une manière bien exceptionnelle que ce soit côté arrangement ou la façon dont ils joueront les morceaux. Ce qui est sûr, c’est que l’improvisation sera de la partie. Le plaisir d’écouter « Hianatra aho », « Tia ka tsy mino » ou encore « Fo mampiandry » sera ainsi renouvelé. T.A.

La Vérité0 partages

A l'agonie

En ces temps-ci, la Grande île traverse une période très difficile et compliquée. Telle une patiente, entre la vie et la mort, soumise aux soins intensifs des Services de réanimation aux urgences. Meurtrie, la population ne sait plus où se donner la tête. En temps « normal », entre les périodes cycloniques de l'année à l'autre, elle subit les effets pervers de la pauvreté et de l'insécurité qui la harcèle à tout moment de la vie quotidienne. Dans le grand Sud, elle doit affronter, en sus, l'autre caprice de la nature : la sécheresse. Comme si l'enfer de la misère et la psychose de l'insécurité ne suffisent plus que voilà la population malagasy doit subir l'incontrôlable humeur de Dame nature avec la tempête dénommée Ava sur toute l'étendue du territoire national.

Les dégâts humains et matériels sont considérables. Avec l'incontinence des dirigeants au pouvoir, Dieu seul sait comment le pays va s'en remettre. Les infrastructures de base ont vu leurs assises ébranlées, sinon sapées. Les ouvrages d'art ainsi que les routes (nationales, provinciales et communales) sont les plus endommagés. Les ponts du Camp Robin, de Vohiposa d'Ambohimahasoa, d'Ambilobe ou de Brickaville et bien d'autres cédèrent « facilement ». Les voies de communication telles les routes pratiquement impraticables créent des ennuis incalculables aux usagers. Des centaines de voyageurs, pris au dépourvu, se trouvent bloqués quelque part et n'importe où. Les pluies abondantes emmenées par les rafales de vent inondent partout. Les surfaces cultivées comme les rizicultures accusent des coups durs. Elles sont submergées. La plaine de Betsimitatatra où se concentre l'essentiel de la culture du riz à Antananarivo en est l'une des victimes majeures. Ainsi, les productions qui s'annoncaient meilleures pour cette saison sont irrécupérables. Bref, c'est la galère nationale ! On dirait que le pays est à l'agonie ! Certains plaisantins, sans scrupule, se demandent si Madagascar ne serait sous le coup de la condamnation d'un mauvais sort venant d'en haut. Des fois, on est tenté, tant soit peu, de réfléchir à accorder un quelconque crédit au profit d'un tel délire. A preuve, le pays vient tout juste de se débarrasser d'une terrible épidémie de peste et voilà un impardonnable cyclone débarque, et ce, en espace d'un peu de temps. Et pour compléter le tableau, les titulaires du pouvoir à qui donc reposent l'espoir de renverser la tendance font montre d'ineptie flagrante. Leur incapacité à anticiper les éventuels effets délétères des aléas naturels saisonniers ou d'autres cause de vrais dégâts pour le pays. Les infrastructures stratégiques, par exemple, tels les ponts ou les routes desservant la Capitale avec les grandes agglomérations régionales, devraient bénéficier des attentions particulières étant entendu l'importance des trafics entre ces localités. A la moindre frappe de n'importe quelle intempérie et vu leur fragilité, tout s'écroule, sinon, se dégrade. Le cas du pont de Vohiposa nous suffit d'illustrer, clairement, la vulnérabilité de nos infrastructures suite, entre autres, aux négligences des autorités compétentes. A peine il y a deux mois, ce vieil ouvrage d'art s'effondrait sous le poids d'un mastodonte.Et le pays vit sous le rythme de ces incongrues infrastructures de base, routes ou ponts, écoles ou hôpitaux, etc. Vieillottes et mal entretenues, elles ne supportent pas les moindres incartades. Rien ne devrait nous paniquer si le pays râle à l'agonie.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Université de Mahajanga - Trois étudiants arrêtés

Vers le rétablissement de la circulation. Le passage du cyclone Ava notamment dans la partie Est et Sud-est de la Grande île a considérablement endommagé toutes les infrastructures routières. Actuellement, les responsables hiérarchiques travaillent d’arrache-pied pour réparer les dégâts au niveau des routes nationales dans le plus bref délai. Grâce à cette mobilisation, quelques routes sont déjà rouvertes aux usagers de la route dont les automobilistes. 

Il s’agit entre autres de la Rn2 qui relie Antananarivo et la ville de Toamasina. Depuis dimanche dernier, les poids lourds ont accès à cet axe. Du côté de la ville de Ranomafana sur la Rn 25, plus précisément au PK 36+100, le problème lié à un écroulement d’une partie de la route principale à Vohiparara a été résolu. La circulation a repris normalement hier vers 4 heures du matin. En outre, la Rn 6 est également opérationnelle.  Les travaux opérés sur la route coupée, située au PK 297+ 800 à Ankazobetsihay et PK 293+800 ont pris fin hier après-midi. Toutefois, la Rn 32 reste inaccessible aux poids lourds. La réouverture de la route dépend de l’évolution des travaux, prévus se terminer ce jour. Cet axe se situe sur la route reliant Antsohihy et Mandritsara juste avant l’entrée à Befandriana -Nord. Pour la Région de Vakinakaratra, la route est encore fermée dans les districts et Régions avoisinants, à savoir Faratsiho et Menabe. Particulièrement, sur la Rn 34, d’Antsirabe et Malaimbandy, la mise en place d’un pont Bailey accélère le trafic routier. On effectue également des travaux au niveau du pont reliant Moramanga et Marovoay. Les voitures légères peuvent par contre circuler.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Vohiposa - Le pont bientôt opérationnel

Les automobilistes comptent les heures. Les véhicules de transport attendent impatiemment que le pont de Vohiposa, dans le District Ambohimahasoa, sur le PK 36+150 de la Rn 25 soit rétabli avant de le franchir. Tous les matériaux utilisés pour le montage de cette infrastructure routière sont, par contre, déjà sur le lieu depuis quelque temps. La mise en place du pont Bailey est ainsi en cours de réalisation.

Les voitures légères et les poids lourds auront le droit de circuler dans les 48 heures, indiquent les techniciens auprès du ministère des Travaux publics. Hier, vers 16 heures, un rassemblement de masse s’y est formé. Une file d’attente de voitures s’aperçoit également. Cela se traduit par l’approche de l’heure du départ et le rétablissement de la circulation. Une navette de liaison pour le transbordement des passagersUne mesure au profit des personnes bloquées depuis des jours est appliquée.  Le pont situé au niveau de Vohiposa reste inaccessible à tout véhicule de transport. Toutefois, les passagers peuvent passer. On a eu recours à une navette de liaison. Celle-ci assure le transbordement des personnes. Selon ces passagers, ce moyen de transport constitue un réel danger, mais il faut s’adapter avec les moyens du bord pour ne pas y rester encore un jour de plus. Une équipe du Corps de la protection civile (Cpc) a été envoyée sur place mardi dernier. Son rôle consiste à réaliser un pont fluvial. Par ailleurs, au niveau de la Rn6, hier vers 9 heures du matin, la circulation a repris normalement. Les travaux sur le pont de Manajeba ont été achevés. Et à partir de ce jour, les camions vont pouvoir circuler de nouveau.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Journée d'assainissement - Initiative louable mais…

Jour J pour la journée d'assainissement annoncée par le Président de la République hier. Une journée qui a beaucoup plus suscité l'enthousiasme des dirigeants et les agents du secteur public que les simples citoyens. A preuve, aucune mobilisation majeure n'a été observée au niveau des fokontany contrairement aux ministères et autres institutions qui ont observé une journée plus active que d'habitude.

Pourtant, les communautés de base devraient être les premières cibles dans ce genre de disposition. Pour beaucoup, cette journée d'assainissement sonnait donc surtout comme une gesticulation de façade qu'une réelle et profonde mobilisation citoyenne.« Faire de l'assainissement sur le territoire national une priorité, tel est l'objectif de cette journée », était le mot d'ordre mis en avant par l'Etat au moment du lancement de cette journée. Un objectif qui n'a rien de négatif en soi et qui est même louable à plus d'un titre mais qui manque cruellement d'organisation et de bonne foi, et ce, à l'image de tous les évènements organisés par le régime. En premier lieu, si l'assainissement était effectivement une priorité, le budget alloué à l'acheminement des ordures, le nettoyage des canaux d'évacuation devrait être conséquent.L'engagement citoyen à créerUne telle initiative devrait aussi être accompagnée d'une éducation citoyenne à la propreté. Une éducation qui fera comprendre à tous les Malagasy que la propreté est nettement mieux que l'habituelle insalubrité à laquelle nous sommes habitués. Une éducation intensive qui viserait à effacer toute trace de la mentalité actuelle qui tend vers la gabegie.  En effet, si les citoyens étaient réellement éduqués à l'hygiène et la propreté, la montée des eaux et les inondations ne seront pas autant redoutées en cette période cyclonique.Par ailleurs, l'assainissement doit également être accompagné de mesures drastiques comme les sanctions contre ceux qui s'acharnent à jeter les ordures dans les lieux publics ou dans la rue tout simplement au lieu de jeter dans les bacs à ordures. Si l'objectif de lutter contre la pollution était réellement présent, l'Etat devrait davantage encourager les initiatives en faveur de la propreté comme le recyclage des déchets ou l'utilisation des produits biodégradables.  L'année dernière, le ministère du Commerce a annoncé l'interdiction de l'usage des sachets en plastique dans les marchés. Une interdiction qui a fait l'effet d'un feu de paille puisqu'après un court moment de prohibition, les sachets plastiques sont reviennent en force et ce, depuis très longtemps.Sandra R.

L'express de Madagascar0 partages

Session extraordinaire – Un agenda chargé pour les parlementaires

Annoncée à maintes reprises, la date de la tenue de la session extraordinaire du Parlement est encore inconnue. Toutefois, plusieurs sujets attendent d’être inscrits à l’ordre du jour.

Chargé. Les parlementaires ne vont pas chômer à la prochaine session extraordinaire. Si la date et l’ordre du jour ne sont pas encore connus, les parlementaires devraient se préparer pour une session intensive. Outre l’adoption de projets de loi sur les élections, la révision de la Constitution, les projets de lois sur les avoirs illicites ainsi que celui sur la lutte contre le blanchiment des capitaux sont cités dans les couloirs. Ainsi, l’agenda des douze jours autorisés par la Constitution va être chargé. « Pour l’instant, je suis à 80% certain que l’adoption des projets de loi sur les élections et/ou la révision de la Constitution figureront à l’ordre du jour », affirme le questeur chargé des relations publiques et de la législation de l’Assemblée nationale, Jean Adrien Vanovason.L’adoption des projets de loi sur les élections était prévue lors de la deuxième session ordinaire de 2017, mais des partis politiques et l’organisation de la société civile ayant réclamé un « droit de regard » sur le contenu de l’avant projet de loi lors de la consultation publique du 27 septembre, le gouvernement a entamé un nouveau processus.

Révision de la ConstitutionAprès les députés pro-régime, ceux du «Miaraka amin’i Prezidà Andry Rajoelina» (MAPAR), du Tiako i Mada­gasikara, la participation de la société civile termine la série de consultation initiée par le gouvernement.« L’objectif est de lever les doutes sur ces lois », explique le Premier ministre Solonandrasana Olivier Mahafaly. Ces décalages dans le calendrier initialement prévu, motivent la tenue d’une session parlementaire extraordinaire.Outre l’adoption de ces lois, l’idée de la révision de la Constitution est remise sur le tapis. Lors de la journée des parlementaires du 14 décembre, le vice président de l’Assemblée nationale Freddie Mahazoasy a évoqué cette option à l’initiative des députés. Cette discussion s’est tenue à la veille de la clôture de la session ordinaire. À l’hôtel Colbert avant-hier, un groupe de parlementaires, dit « G5 » a évoqué, de nouveau, l’éventualité d’une révision de la Constitution lors de la prochaine session extraordinaire. Un projet nécessitant des arguments suffisamment solides pour convaincre les députés TIM  et MAPAR.Comme à chaque début de session et pour la quatrième fois en deux ans, les rumeurs de motion de censure contre le gouvernement Solonandrasana Olivier Mahafaly circulent aussi dans les couloirs de l’Assemblée nationale. N’ayant recueilli que quelques signatures, le projet n’a jamais abouti. La même rumeur a refait surface dès l’annonce de la tenue d’une session extraordinaire la semaine dernière.Les projets de lois sur le blanchiment de capitaux et le recouvrement des avoirs illicites étant parmi les conditionnalités du Fonds monétaire international (FMI), ils devront aussi se trouver à l’ordre du jour de la prochaine session, au risque aussi de classer Madagascar dans la liste grise du Groupe d’action financière (GAFI) à partir de février. Adopté lors du dernier conseil des ministres de 2017, le projet de loi anti-blanchiment des capitaux attend son adoption, mais  celui sur le recouvrement des avoirs illicites a été reporté sine die suite à une incompréhension des députés.« Bientôt », « dès que les textes seront prêts », « on attend la décision du président de la République », telles sont les réponses avancées par les différents responsables sur la date de la session extraordinaire. Une session qui promet d’être houleuse.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Santé universelle – Une caisse nationale de solidarité en place 

L’accès aux services de santé pour la population, même dans les localités les plus éloignées, commencera par la mise en place de la caisse nationale de solidarité.

Point de démarrage. La mise en place de la Caisse nationale de solidarité dans les districts de Madagascar est en marche selon le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana, lors de la signature de partenariat avec le Premier ministre et Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, hier, au palais de Mahazoarivo. « La mise en œuvre de la couverture de la santé universelle s’affiche dans le plan national de développement. La réalité est que beaucoup de personnes doivent faire une longue marche pour accéder à un centre de santé. De plus, il faut faire la queue pour bénéficier des médicaments nécessaires pour se soigner. Quelquefois, les médicaments sont très coûteux ou n’existent pas au niveau des centres de santé. Le but de l’État malgache dans la mise en place du CSU vise à faciliter l’accès aux soins pour la population », explique Olivier Mahafaly.Il poursuit que cette Caisse nationale de solidarité se chargera de tous les soins pour la population malgache. Un comité de pilotage a été mis en place depuis 2015. Un budget spécial est déjà  inscrit dans les lois de finances, tous les ans.

Une cotisation annuelleL’État cherche actuellement d’autres sources de financement, comme par exemple, une part de la taxe sur le tabac qui revient dans cette Caisse. Il y aura également d’autres personnes qui verseront les cotisations pour que les personnes défavorisées puissent jouir de cet avantage.Cette Caisse a pour objectif d’alléger les frais de soins que doit payer chaque patient dans un centre de santé.« La cotisation est fixée entre 4 205 et 10 000 ariary. Cela dépend de ce que chaque personne peut payer. Au lieu de payer 400 000 ariary pour une opération chirurgicale, la Caisse nationale de solidarité s’en chargera gratuitement grâce à la cotisation annuelle. D’autres personnes bienfaitrices pourront également aider les plus défavorisés », ajoute le Premier ministre. Dix-neuf laboratoires pharmaceutiques seront également réhabilités pour répondre aux besoins des patients. Les districts de Vatomandry, de Manandrina et de Faratsiho sont les premiers districts pour démarrer cette Caisse nationale de solidarité.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Rondrotiana Barimalala – « Moins de cyclone mais plus d’intensité »

Rondrotiana Barimalala, spécialiste mondialement connue en changement climatique, apporte des éclaircissements scientifiques sur l’environnement climatique et climatologique de Madagascar. La jeune spécialiste est titulaire d’un PHD en climatologie sur la « Variabilité interannuelle dans l’océan Indien tropical : Impact de l’Atlantique tropicale » à l’université de Triest en Italie et au Georgia Institute of Technology en Atlanta et chercheure en post –doctorat à l’université de Capetown en Afrique du Sud. De passage une à deux fois par an dans le pays, car parcourant les colloques internationaux et les universités, elle a vécu le passage du cyclone Ava. 

Vous avez vécu pendant quelques jours le passage du cyclone Ava ayant ravagé l’Est du pays, ne trouvez-vous pas qu’il a été très fort ?Effectivement, il a apporté beaucoup de vent et beaucoup de pluies. Il s’est déplacé à une vitesse lente causant ainsi  d’innombrables dégâts. La hausse de températures des océans et les perturbations atmosphériques provoquent des tourbillons en mer, et forment les cyclones. Une très forte montée de température est ressentie dans l’océan Indien, en particulier, dont la plus grande cause probable est la position géographique du bassin et de la nature de sa circulation. Il n’y a presque pas de circulation  de flux d’eau de mer possible vers le Nord. Les études de la zone océan Indien démontrent, par ailleurs, que d’ici 2100, avec le réchauffement général de la planète et la traction de l’océan Indien et de l’océan Pacifique, les cyclones réduiront en nombre et en fréquence mais s’intensifieront en force.

Y-a-t-il possibilité de « limiter » ou de contourner cette intensification des cyclones tropicaux?Oui et non. C’est dans les océans que tout se passe car c’est là que les cyclones se créent, quand il y a une hausse de la température de l’océan combinée à celle de la vitesse du vent. Il est possible de limiter l’intensification du cyclone en essayant de réduire la hausse de la température des océans en limitant les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, c’est-à-dire, en réduisant la pollution émise par les voitures, les industries, la déforestation, les feux de brousse et autres. Le taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a grandement varié mais jamais à un rythme aussi rapide que celui observé au cours des dernières décennies.

Est-ce que la définition du terme « changement climatique » a évolué depuis le temps où l’on a entendu parler de ce concept ?Le changement climatique a toujours été compris comme la tendance à la hausse du taux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère et la hausse globale de la température de la planète. Les effets immédiats en sont les chaleurs et les froids extrêmes, les vagues de chaleur et les événements de fortes précipitations et de sècheresse, qui continueront malheureusement à devenir plus fréquents.Les définitions se précisent en fonction des cibles à qui les scientifiques expliquent le terme « Changement climatique ». On peut ajouter aux explications, entre autres, les impacts des précipitations pour aider à la prise de décisions stratégiques sur les infrastructures à mettre en place ou la période opportune pour les réaliser.

Sur quoi porte votre recherche actuelle en post-doctorat en Afrique du Sud ?Je fais des recherches  spécifiques sur l’obtention d’un mécanisme sur la variabilité du climat dans l’Afrique Subsaharienne et Madagascar, selon un ou des modèles climatiques. Un modèle climatique est une modélisation mathématique du climat dans une zone géographique donnée. Atmosphères, surfaces continentales et océans, température annuelle, moyenne, les précipitations saisonnières, entre autres, sont à tenir en compte dans cette modélisation. De ces modèles climatiques se structurent les études qui remontent au niveau des Conférences de partie (COP) par exemple.  Le modèle climatique actuel pour l’Afrique ne représente pas la réalité, vu que le climat en Afrique est quelque peu compliqué et qu’il manque cruellement d’observation sur le climat.

Y-a-t-il un modèle climatique spécifique pour Madagascar ?Hélas, non. Nous entamons une initialisation du modèle climatique pour l’Afrique et Madagascar. Il existe pas moins de cent modèles climatiques et la recherche consiste à étudier celui ou ceux qui conviendraient à l’Afrique. L’objectif est de contribuer à la mise à disposition du service de la météorologie, entre autres.

Propos recueillis par Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Ambavahadimitafo – Un rocher menace de s’écrouler

Les conséquencess du passage du cyclone Ava restent encore. Les pluies incessantes durant trois jours ont mis à jour des cicatrices de la terre. Une grosse pierre située dans le fokontany d’Ambavadimitafo menace de s’écrouler. Les personnes habitants, au dessus, et en dessous de cette pierre ont été évacuées. « Cinq familles ont été évacuées, lundi. Environ quatre- vingt-treize personnes issues de vingt-et-une familles ont été déplacées à Andafiavaratra à cause des glissements de terrain qui risqueraient de se manifester. D’autres personnes persistent encore à revenir dans leurs maisons », raconte Charline Hajarizafy Voahangiarisoa, chef fokontany d’Andafiavaratra, jointe au téléphone, hier. D’après l’information reçue, ce rocher présente déjà des fissures en ce moment, même si elles sont dissimulées sous les plantes. La terre est en train d’être lentement agressée par l’eau. L’érosion risque de favoriser l’écroulement du rocher.Des techniciens du Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes se sont rendus sur place pour suivre de près l’écroulement de cette pierre. « Pour le moment, il n’y a rien à craindre car il s’agit d’un rocher qui est encore implanté dans la terre. Nous avons juste déplacé les personnes habitant aux environs, afin de prévenir du danger. Nous surveillons périodiquement cet endroit. Une descente est prévue, ce jour, car l’éboulement de terrain peut survenir à n’importe quel moment. Une mesure à prendre consisterait à bloquer cette grosse pierre pour qu’elle ne s’écroule pas directement sur quelque habitation », explique un technicien du BNGRC. L’année dernière, une grosse pierre menaçait de s’écrouler dans la Haute Ville de Tanà.

Retour progressif à la normale

La rivire Sisaony a djà amorcé sa dcrue d’aprs un habitant de Soavina. « La moitié des sinistr est retourn dans leur maison, hier matin. La plupart d’entre eux vivent dans des maisons à ages. Nous avons encore interdit les autres sinistr vivant dans des maisons basses car celles-ci risquent de s’crouler à cause de l’humidité », raconte Perline Rasoamanohina, chef fokontany de Vahilava. Des vivres ont té distribus par le BNGRC. Les sinistrs ont reu du riz et des lgumineuses. Le dernier bilan enregistré au niveau de ce bureau montre trente-trois personnes dcdes, vingt-deux dplaces, cent vingt-trois mille sinistrs, trente-quatre mille lves privs de cours et dix-neuf infrastructures sanitaires endommages ou dtruites.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Amparafaravola – Douze bandits égorgent trois individus

Une horde de bandits a décapité le chef de fokontany d’Ambondroala, sa femme et leur fils. Ce meurtre a eu lieu le weekend.

Anéantis. Le chef de fokontany d’Ambon­droala, sa femme et fils, ont été littéralement égorgés, dans la nuit de samedi à dimanche. Cette localité dans la commune d’Antsahamamy se situe à trente kilomètres d’Amparafaravola où est implantée la brigade de la gendarmerie nationale.D’après les circonstances de ce crime,selon une source locale, il pleuvait beaucoup lorsqu’une bande de douze individus s’est attaquée à eux, aux environs de 23h. Le chef de fokontany et sa famille ont été surpris en plein sommeil. « Ils étaient cinq à la maison. Les bandits ont directement fracassé la porte et sont entrés. Pris de panique, ce chef de village n’a pu rien faire », a indiqué une source au sein de la gendarmerie d’Ampa­rafaravola, au téléphone, hier. Les braqueurs les ont obligés d’abord à leur indiquer l’emplacement de l’argent, mais en vain. Après qu’ils ont raté le coffre, ils ont fouillé partout et ont mis le grappin sur un sac contenant des documents administratifs, de l’argent et des cartes d’identité nationales.Ils ont amené le chef de fokontany, sa femme et son fils, âgés de 30 à 60 ans avec eux. Deux enfants ont été abandonnés à la maison. « À cinq kilomètres du village, les malfaiteurs ont froidement exécuté les trois personnes en les décapitant », a raconté un notable local ayant accompagné la gendarmerie dans les recherches de ces criminels..

En cavalePersonne dans le village n’a entendu l’attaque ni les cris des deux enfants délaissés appelant au secours, à cause du vent qui souflait très fort. Réveillé le premier, un membre du comité de vigilance a alerté les villageois. Ils se sont lancés à la recherche des otages. Les trois dépouilles des victimes ont été découvertes. Les douze meurtriers se sont évanouis dans la nature et demeurent, à l’heure actuelle, insaisissables.« Nous n’avons été avisés que le dimanche matin à 7h. L’accès à Ambondroala est très difficile même si on le parcourt à moto. Il n’était donc pas possible de pister les bandits au milieu de la savane en pleine nuit », a précisé un élément d’intervention de la brigade d’Amparafaravola. Les gendarmes et les soldats du détachement d’appui à la sécurité (DAS) se sont lancés à la poursuite des criminels.Le mobile du crime reste à déterminer à travers l’enquête pour savoir s’il s’agit d’un simple braquage ou d’un règlement de compte.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat d’Afrique Australe – L’armada malgache s’arrête en quarts

Fin de parcours en simple pour les joueurs malgaches. L’épreuve du double reste avec le tournoi par équipes.

C’est terminé. Le championnat d’Afrique australe qui se poursuit cette semaine à Gaborone au Botswana ne réussit pas aux Malgaches. Les six joueurs et trois joueuses membres de l’équipe nationale U14 (garçons et filles) et U16 garçons ont tous perdu. Les derniers rescapés se sont arrêtés en quarts de finale.En U14 garçons, Sampras Rakotondrainibe, tête de série numéro 2 du tournoi a été très malchanceux durant la rencontre qui l’a opposé au Sud africain Marnus Oosthuizen quarts de finale. Sampras a effectué un sensationnel début de match pour enlever la première manche sur 6/0. Après, le Sud-africain est revenu à un set partout en s’adjugeant de la seconde manche sur 6/3. Dans le super tie-break, Sampras a mené 9 à 5 et dans ce sens s’est permis d’avoir quatre balles de match mais s’est incliné sur 10/12.  »C’était une rencontre équilibrée. Sampras a pu faire une bonne entame de match mais son adversaire a pu réagir par la suite. Sampras reprend l’avantage  9 /5 dans le super tie-break mais la chance n’a vraiment pas été au rendez-vous pour conclure la rencontre », rappelle Harivony Andrianafetra, coach de la sélection malgache à Gaborone.Chez les filles, les résultats n’étaient pas mieux car Madagascar a enregistré trois défaites. Randy Rakotoarilala a perdu en deux sets (0/6 4/6) contre Lyne Greyling (Afrique du Sud). Au mois de septembre, Randy Rakotoarilala avait joué cette même joueuse durant la finale du tournoi ITF/CAT U14 grade 3 à l’île Maurice. Randy avait obligé la Sud-africaine à jouer le super tie-break avant de s’incliner.

InstableDe son côté Maholy Razakaniaina n’a rien pu faire contre l’autre Sud africaine Heike Janse Van Vuuren et s’est fait surclasser 1/6 1/6. Cette dernière avait battu la Mauricienne Malika Ramasawmy en 1/8èmes de finale en deux sets (6/3 6/4).Pour Miotisoa Rasendra, le manque d’expérience s’est fait ressentir une nouvelle fois  durant la rencontre qui l’a opposé à Claire Machisa (Zimbabwe). Avec un jeu encore instable, Miotisoa, qui est capable du meilleur comme du pire, perd 4/6 4/6. Plus régulière et accrocheuse, Claire Machisa, s’achemine dans le carré final. Elle disputera une place en finale contre la Sud africaine Lyne Greyling. L’enjeu est une qualification directe pour les championnats d’Afrique U14 qui auront lieu à Pretoria en Afrique du Sud du 26 au 31 marsLes matches de doubles sont quand même au programme pour le clan malgache avant la tenue du championnat d’Afrique australe par équipes qui démarrera le 12 janvier toujours à Gaborone au Botswana.Ces résultats de l’armada malgache est bien moins bonne que ceux enregistrés durant le championnat d’Afrique australe qui s’est joué à Windhoek-Namibie ou Madagascar avait gagné l’épreuve du simple U14 garçons par le biais de Toky Ranaivo, la troisième place par Lanja Rakotozandriny, la place de finaliste en double de ces deux derniers, et un titre de champion d’Afrique australe par équipes en de ces deux joueurs avec Fenosoa Rasendra. Ajouté à cela, les U14 filles ont gagné l’épreuve du double suite aux prestations de Mialy et Narindra Ranaivo.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Livre – Le roman Tovonay réédité

« Tovonay » reflète la situation sociale actuelle de l’exode rurale. Michèle Rakotoson, a apporté quelques modifications afin qu’il soit plus accessible. 

Tovonay est l’histoire d’un enfant du Sud de Madagascar, victime de l’exode rural, une fiction basée sur la triste réalité que vit un nombre non négligeable de jeunes. Son auteure, Michèle Rakotoson, dénonce dans sa narration, au style dépouillé à l’excès, sans surprise rhétorique, la vie misérable des démunis attirés par les grandes villes, et l’indifférence des classes dirigeantes. Sorti en 2008 des éditions Sépia, Tovonay est le résultat de toute une réflexion de son auteure sur la situation sociale des Malgaches en général, et des enfants en particulier.« Je raconte ce que je vois, j’analyse. Et petit à petit, j’invite les lecteurs à analyser à leur tour, et de prendre du recul. L’écriture se manifeste en moi comme mon dernier engagement, mon dernier militantisme. Les lycées français ont intégré ce livre dans leur programme d’enseignement. Mais je voulais le rendre abordable à mes compatriotes, alors j’ai apporté quelques touches dans la forme et un peu dans le fond. Tout simplement, parce que la situation n’est plus la même que celle de 2008. Par rapport aux autres œuvres similaires, le prix de ce roman est compétitif. Mais le pouvoir d’achat des Malgaches les empêched’acquérir cet ouvrage. Et j’ai opté pour un format moins cher mais qui procure un confort minimum de lecture », explique Michèle Rakotoson.

ExiléeL’ancienne version de Tovonay est déjà disponible en version papier et aussi en ligne. La nouvelle version sortira très prochainement.L’auteure Michèle Rakotoson, elle-même, a déjà connu l’amertume de vivre loin des siens, d’être dans un pays ou une région totalement indifférente de son existence pendant presque trente ans. « Dans une telle situation où tu n’as pas le droit de rentrer chez toi, tu deviens teigneux ou tu te casses la gueule. C’est éprouvant à endurer. Et pour les enfants, ça laisse des séquelles dans leur personnalité. De retour au pays depuis une dizaine d’année, je vis à la campagne. Et je constate à vue d’œil la ruée des gens vers la capitale, qui autrefois, a été la belle Tana ; et maintenant, elle est devenue un grand village à cause de l’exode rural », poursuit la sociologue et journaliste Michèle Rakotoson. Comme tout bon roman, Tovonay se termine sur une lueur d’espoir.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Rallye virtuel – Gascom lance le simulateur de course dynamique

Le simulateur dynamique, monté sur des vérins hydrauliques, offre des sensations inédites. Le pilote ressent chaque mouvement de la voiture en course.

Quand le virtuel se rapproche davantage du réel. Avec son nouveau simulateur de course dynamique, Gascom Nooro Tower à Ankadikely-Ilafy propose des sensations encore plus accrues. Ces dernières années, les playseats ont grandement évolué. Il suffit d’assister à une manche du championnat de Madagascar de rallye virtuel, pour en avoir un petit aperçu. Siège baquet, volant à retour de force de dernière génération, levier de frein à main hydraulique, tachymètres et grand écran composent les playseats les plus aboutis.Cependant, les sièges restent immobiles sur ces installations. Une limite que le simulateur dynamique permet de franchir. Celui-ci comprend un siège baquet WCG. Le pilote dispose d’un volant Logitech G29 de dernière génération, offrant un retour de force plus pointu. Il est livré avec un dispositif à trois pédales, soit accélérateur, frein et embrayage. Il est possible d’opter pour une boîte de vitesses séquentielle, via des palettes au volant, ou alors pour une boîte de vitesse manuelle, via un levier.

PC GamerLe siège baquet WCG est monté sur un système hydraulique. Ce dernier compte six vérins, connectés à un boîtier de commande en bas. « Sur 160 pays, Madagascar est le premier à posséder ce genre de playseat dynamique », souligne le gérant de Gascom Nooro Tower à ce propos.Bien évidemment, il est indispensable de recourir à un PC Gamer pour supporter Dirt 3, le jeu livré avec le simulateur dynamique et, comme configuration, un processeur Core i5 de 3,20 GHZ, 8 GB de RAM ainsi qu’une carte graphique NVidia GeForce GTX 1060 3GB. L’ensemble fournit une résolution optimale en haute définition (5760×1080) sur les trois écrans. Trois écrans de 42 pouces plus exactement, grâce auxquels le pilote bénéficie d’une vue large de 180°.Pour comprendre le mécanisme, il faut s’installer dans le baquet et se lancer dans une épreuve spéciale de Dirt 3. Une fois que le départ est donné, la voiture subit différents ballottements selon ses trajectoires en courbe, ses accélérations, ses freinages et selon les aspérités de la piste. Le PC renvoie les données à un logiciel spécifique qui, à son tour, les transmet au boitier de commande. Ce processus permet de contrôler les mouvements des vérins et de traduire le comportement de la voiture sur le siège baquet.

Les vérins sont commandés par le boitier installé sous le baquet.

Transferts de masseAu niveau sensations, c’est un vrai régal pour tout passionné de sport automobile. Le pilote subit les forces gravitationnelles comme en rallye réel. Le « G » se ressent lors des entrées de courbe et des transferts de masse. Le réalisme grimpe à un niveau jamais atteint jusque-là.À notre passage à Ankadikely-Ilafy, nous avons roulé sur une Mitsubishi Lancer Evolution X, sur une épreuve spéciale au Kenya d’abord, puis une autre aux États-Unis. Sur les revêtements de type terre, les pistes sont logiquement plus irrégulières, contrairement à l’asphalte. De quoi solliciter grandement le simulateur dynamique. Et pour monter d’un cran, nous sommes passés en Finlande, avec les longs sauts et les atterrissages à plus de 100 kmh. Le niveau de réalisme est si stupéfiant que nous avions envie d’y passer toute la journée. Enfin, jusqu’à ce que les avant-bras réclament une petite pause, tellement ils sont sollicités.

Le volant Logitech propose un retour de force plus pointu.

Un simulateur de quad pour les enfants

Bien évidemment, le simulateur de course dynamique est réservé aux adolescents et aux adultes. Les enfants, quant à eux, peuvent opter pour le simulateur dynamique de quad. Certes, les sensations sont moins prononcées, vu qu’il s’adresse aux plus jeunes, mais il permet de leur faire découvrir les premières sensations sur piste.

Le simulateur demande beaucoup de travail au niveau des avant-bras,d’après Jackpot.

Six pays à visiter dans Dirt 3

Le simulateur de course dynamique propose comme jeu Dirt 3. C’est le troisième opus de la série, comme son nom l’indique. Développé par Codemasters, il trouve ses origines dans le jeu Colin McRae, disponible sur la toute première Playstation à la fin des années 90, l’une des plus célèbres simulations de rallye. Bien évidemment, le niveau de réalisme a nettement évolué depuis, tout comme les qualités graphiques.Dirt 3 propose de visiter six pays. À savoir la Norvège, la Finlande, les États-Unis, Monaco, le Royaume-Uni et le Kenya. Ainsi donc, les pilotes courent sur tous les types de revêtement existant, à savoir de la neige, du gravier, de la terre et de l’asphalte. Ils disposent de cinq modes, en l’occurrence rallye, rallycross, trailblazer, land rush et gymkhana. Le menu comprend plusieurs dizaines de véhicules, des plus récents comme la Mitsubishi Lancer Evolution X et la Subaru Impreza, aux légendes des années 60 et 70 comme la Ford MKII et l’Alpine A110, en passant par les inoubliables du groupe B comme l’Audi Quattro, la Peugeot 205 ou encore la Lancia Delta Intégrale. De quoi exploiter au maximum le simulateur dynamique donc, puisque le comportement de chaque voiture et les sensations sont différents à chaque sortie.

Les trois écrans combinés offrent une large vue de 180°

Gascom, plus d’une décennie dans le monde virtuel

Le nom Gascom est familier pour tous les passionnés de jeux virtuels interactifs. Créé il y a une quinzaine d’années, il était jusque-là spécialisé dans la vente de jeux vidéo, de consoles et d’accessoires. Et ce, dans plusieurs quartiers de la capitale. Le local le plus connu est certainement celui d’Ankadifotsy. Dernièrement, il est entré dans une nouvelle dimension en ouvrant sa première salle, dénommée Gascom Nooro Tower, situé à Ankadikely-Ilafy. Celle-ci a ouvert ses portes officiellement le 9 décembre. Outre les simulateurs de course automobile, la salle compte également des simulateurs de « virtual reality », avec des casques VR donc, pour jouer à Raw Data ou à Ghost Recon notamment. Sans oublier les sièges dynamiques VR, qui peuvent tourner sur 360°, pour regarder différents vidéos. Et bien évidemment, on y retrouve aussi les jeux vidéo plus traditionnels comme FIFA 18, NBA 2K18, Tekken, Street Fighter ou encore Call of Duty.

Des playseats immobiles sont également à disposition à côté.

Jackpot – « Le simulateur dynamique offre plus de sensations »

Disposant d’une longue expérience autant en rallye réel que virtuel, Jackpot a testé le simulateur dynamique pour nous. Rien de mieux qu’un pilote chevronné pour évaluer les sensations sur cette machine.

Quelles sensations avez-vous ressenties sur le simulateur dynamique, avec comme points de comparaison le rallye réel et le rallye virtuel sur playseat immobile ?Un playseat immobile est incomparable avec le simulateur dynamique. Ce dernier offre plus de sensations au niveau de l’accélération et du freinage, mais aussi sur les jumps et à l’atterrissage. En comparaison avec le réel, c’est toujours dans le jet qu’on reçoit à l’accélération, au freinage, dans la négociation des virages et les trajectoires à prendre.

Sur une échelle de 1 à 10, quelle note donneriez-vous au niveau du réalisme ? Je donnerais 7 ou 8, vu ce qu’on a essayé avec le jeu Dirt3. Mais avec le meilleur jeu de simulation, à savoir Richard Burns Rally, je pense que ça déclenchera encore plus d’adrénaline sur la conduite, que ça soit lors du placement de la voiture dans les courbes ou avec les autres techniques de pilotage genre transfert de masse.

Avec le retour de force volant et les mouvements du playseat, à quel point l’organisme du pilote est-il sollicité ?Le retour de force du volant se fait nettement ressentir. Ça demande beaucoup de travail au niveau des avant-bras. Il faut trouver son rythme sur le simulateur dynamique, afin de bien garder la voiture sur la route à l’entrée des virages et à la sortie.

Textes et photo : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Musique rap – Doubl’Enn reste dans  l’underground

Ce que l’Underground Hip Hop offre de meilleur. Plus de neuf albums solos et plusieurs collaborations avec d’autres rappeurs. Doubl’Enn s’est imposé comme l’une des pointures de la scène underground malgache. Aussi à l’aise en groupe que seul sur scène, il sera en concert à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo, ce vendredi à partir de 21 heures.Johannnes Patrick de son vrai nom, Doubl’Enn a commencé à faire du rap en 1996. Il est membre et fondateur du clan Bogota. Aujourd’hui Doubl’Enn fait partie des figures incontournables du Rap Gasy et se veut encore d’être présent sur les scènes actuelles. C’est un artiste considéré comme de la vieille école, pourtant, il est dans la musique depuis les années 90 jusqu’à maintenant. Reconnu pour sa plume et son style dans le milieu « Underground », le rappeur a grandement contribué à l’épanouissement du rap conscient à Madagascar. Plus de vingt ans plus tard, il a su conserver intacte sa musicalité old-school et sa plume acérée, auscultant au scalpel les maux de nos sociétés. Ayant franchi plusieurs générations, il est souvent une source d’inspiration pour les artistes en herbe, surtout au niveau des textes qui sont parfois philosophiques et sortant de l’univers humain.Pour le show, le rappeur enflammera la scène de l’Is’Art Galerie avec ses tubes indémodables à l’instar de « Lioana», « Antsika zao tontolo izao », mais également ses nouveaux morceaux tels que « Abra kada bra », « Fiainana farany » et d’autres.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Football – Coupe de la CAF – AFC Léopards retrouve  la scène africaine

D’ici un mois, Fosa Juniors affrontera l’AFC Léopards, en tour préliminaire de la Coupe de la CAF. Le club kenyan n’était plus apparu sur la scène continentale depuis 2014. A l’époque, il avait remporté sa double confrontation avec le Mekelakeya d’Ethiopie, avant de se faire éliminer par le Supersport United d’Afrique du Sud, en seizièmes de finale. La même équipe sud-africaine avait sorti Elgeco Plus l’année dernière. L’année 2018 marque donc le retour de l’AFC Léopards en Coupe de la CAF, d’un côté. De l’autre, elle marque les débuts de Fosa Juniors en compétition internationale.Le porte fanion de Madagascar aura deux rencontres au programme, en Supercoupe nationale, avant le coup d’envoi de la Coupe de la CAF. Il en sera de même pour la formation kenyane. Elle aussi disputera sa Supercoupe, contre le Gor Mahia, le dimanche 29 janvier prochain. Par la suite, elle fera encore une sortie en Premier League contre le Posta Rangers, le 4 février.Si l’on remonte aux précédentes performances de l’AFC Léopards, l’on retrouve un bilan plutôt positif sur ses cinq dernières apparitions. Soit quatre victoires et une seule défaite, championnat et coupe nationale confondus, en novembre 2017. Comme quoi, le club kenyan est dans une bonne passe.Fosa Juniors sera en déplacement pour le match aller de ce tour préliminaire (9-10-11 février). Les hommes de Bob Kootwijk défieront les Kenyans à Nairobi, qui évoluent en blanc et bleu la plupart du temps. La rencontre se jouera au Nyayo National Stadium, d’une capacité de 30.000 places.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Chavirement d’une pirogue – Quatre morts et deux portés disparus à Moramanga

Drame. Une pirogue avec sept individus à son bord a coulé, à Ambodirano Mangoro, dans le district de Moramanga avant-hier aux alentours de 14 heures. Cette embarcation supportant difficilement sa charge a chaviré à cause des vagues d’eau après les intempéries torrentielles et le cyclone Ava.Le bilan d’après le constat de la gendarmerie s’est établi  à quatre morts et deux enfants portés disparus. Ces derniers restaient encore introuvables jusqu’à hier soir. Les opérations de recherche se poursuivent , selon les informations de la gendarmerie locale, jointe par téléphone, hier. Le piroguier s’en est sorti sain et sauf. Les quatre corps sans vie ont flotté et ont été remontés à la surface par le fokonolona et les éléments d’intervention. Ceux-ci se sont diligentés sur les lieux dès que l’alerte a été donnée.« Nous avions bien commencé notre traversée malgré la surcharge. La pirogue s’est renversée, quelques heures après le départ », a raconté le survivant aux éléments des forces de l’ordre. Aucun autre navigateur pouvant intervenir n’a été trouvé sur le fleuve quand le drame s’est produit, selon les témoignages du rescapé. Les victimes ne savaient pas nager. Le piroguier s’était efforcé de les secourir, mais il n’a pas réussi, selon un gendarme sur place.Les marchandises à bord n’ont pu être récupérées. La barque s’est disloquée après avoir coulé, d’après les explications reçues.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Plaine de Iarinarivo – Une moisson avant l’heure

La plaine d’Iarinarivo, dans le  district d’Ambohi-dratrimo, supporte le flux des eaux des trois fleuves traversant la capitale : Sisaony, Ikopa et Imamba. Près de 1300 ha de rizières ont été inondés par les eaux, suite au passage du cyclone, obligeant ainsi les agriculteurs à recourir à la moisson prématurée de quelque 300ha. «Nous avons fauché ce qui peut encore être sauvé des eaux, même si la culture n’arrive pas encore à maturité », explique le maire d’Iarinarivo, Feno Raherimanantsoa.Par ailleurs, ce dernier reconnaît que les canaux d’irrigation agricole de la commune, en général, ne sont pas assez entretenus.Sept cent mille ariary ont été remis à la commune par le ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE), hier,  pour l’achat de sacs de sable et de bois ronds, afin de renforcer quelques digues de protection. « Nous attendrons que les eaux baissent pour repérer les rizières qui peuvent être utilisées pour les cultures de contre-saison. La réhabilitation des infrastructures agricoles fera partie des solutions à apporter plus tard»,  a fait savoir sur place, le ministre Harison Randriarimanana, ayant déjà visité les rizières de la commune de Mahitsy et d’Ambohitrimanjaka.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Bob Kootwijk – « Nous aurons l’avantage de recevoir au retour »

Trois ans après sa création, Fosa Juniors disputera sa toute première campagne africaine en février. Vainqueur de la Telma Coupe de Madagascar en novembre 2017, le club majungais défendra les couleurs malgaches en Coupe de la CAF. Il affrontera l’AFC Léopards du Kenya, en tour préliminaire, d’ici un mois. « Nous avons repris l’entraînement depuis seulement quelques jours. Mais je pense qu’un mois, ça sera suffisant pour préparer les rencontres contre les Kenyans. Nous aurons prochainement la Supercoupe contre la CNaPS Sport pour évaluer la forme actuelle des joueurs », confie l’entraîneur Bob Kootwijk. « Les Kenyans ont un bon niveau et jouent un football plus physique », poursuit-il.Si Fosa Juniors a rapidement gravi les échelons ces trois dernières années, c’est grâce à sa politique de recrutement agressive. Et il devrait continuer sur cette lancée durant ce mercato d’intersaison. « Nous sommes actuellement en pleine négociation pour recruter un gardien, deux défenseurs, un milieu de terrain et deux attaquants. Nous dévoilerons leurs noms une fois les transferts bouclés », dévoile le manager du club. « J’espère que ces nouvelles recrues rehausseront notre niveau », rajoute, pour sa part  le coach. Plusieurs noms circulent à ce propos. Mais la rumeur qui revient le plus souvent dernièrement évoque l’arrivée de Nonot, l’attaquant du Cosfa.En Coupe de la CAF, Fosa Juniors sera en déplacement à l’aller (9-10-11 février). Par la suite, il jouera  à domicile, au stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga, lors de la deuxième confrontation (16-17-18 février). « C’est un avantage pour nous de recevoir au retour. Il y aura beaucoup de spectateurs pour pousser les joueurs. Nous allons tout faire pour obtenir un bon résultat là-bas, pour ensuite finir le job chez nous » estime Bob Kootwijk. « L’an dernier, nous avons effectué le stage au Pays-Bas. Certains de nos joueurs, qui n’ont jamais joué en dehors de Madagascar, ont ainsi eu une première expérience. Cette Coupe de la CAF sera une bonne opportunité pour promouvoir notre club et pour franchir un nouveau palier », conclut-il.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – L’électricité reprend en douce

L’approvisionnement en électricité reprend doucement dans la ville de Toamasina. Ce n’est qu’hier après-midi que les habitants de la cité des Douanes sont sortis du « Black out », après la grande coupure, lors du passage du cyclone Ava, le 5 janvier. Mais beaucoup de quartiers sont encore dans le noir. Comme à Mangarivotra où l’on fait la queue pour alimenter les batteries des téléphones.Des restaurants, des épiciers, se plaignent de la conservation de leurs denrées.« Cette coupure représente une grande perte pour nous. Tous nos produits laitiers ne sont plus consommables », déplore Ihanta Armelle, une épicière. Les hôtels dans les quartiers où l’électricité n’est pas rétablie, perdent leurs clients. « Nos clients cherchent l’électricité pour leur sécurité, et pour alimenter leur appareil électronique», explique Tovo Andriami-saina, gérant d’un hôtel. Ceux qui ont les moyens investissent dans l’achat d’un groupe pour satisfaire leurs clients.Sur les routes, des câbles sont à terre à Toamasina I. Ce qui explique cette coupure d’électricité dans cette grande ville de l’Est. « Ava a laissé de gros dégâts sur les infrastructures de distribution d’électricité. 80 % des câbles ont été déstabilisés par ce cyclone, selon le rapport des responsables de la société de production et de distribution d’électricité et d’eau (JIRAMA) régionale», rapporte Cyrille Benandrasana, Préfet de police de Toamasina.Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, lors de sa descente dans cette ville dévastée par Ava, le 6 janvier, a promis de rétablir l’électricité dans les plus brefs délais. Il a affirmé que des techniciens d’Antananarivo seraient dépêchés pour appuyer les équipes de Toamasina.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – Trois cents soixante treize élèves privés de classe

Dans le monde scolaire, le cyclone Ava a provoqué beaucoup de dégâts dans le district d’Ambatondrazaka, selon le rapport de lacirconscription scolaire (Cisco). Un rapport indiquant que trois cent soixante treize élèves ne peuvent étudier à cause de la destruction des salles de classe dans cinq zones administratives pédagogiques (ZAP) situées dans la partie orientale de la circonscription.Face à cette situation qui réclame de grandes  réparations pour le bien de l’Éducation nationale, des responsables de la direction régionale de l’Éducation nationale dans l’Alaotra-Mangoro et de la Cisco d’Ambatondrazaka sont descendus sur les lieux pour constater de visu les dégâts laissés par les précipitations et les rafales de vent. Les établissements les plus touchés sont les écoles primaires publiques (EPP) et les écoles préscolaires et les écoles communautaires d’Antanandava-Sud et de Bejabora à Ilafy, d’Antsangasanga à Manakambahiny-Ouest, d’Anandrobe à Ambohi­tsilaozana Station, et d’Antsahalemaka dans la ZAP d’Amparihintsokatra. Les parents d’élèves et les dirigeants de ces écoles victimes des intempéries, cherchent des solutions pour éviter que les enfants ne soient privés de cours pendant une longue période, pour le bon déroulement des études et en vue des examens.Pour ce qui est de la Cisco de Moramanga, des sources informent que deux cents quatre vingt sept élèves subissent le même sort dans les EPP de Manakambahiny, d’Ambohitranjakana et d’Amparihivola. Toutes les trois sont situées dans la ZAP de Fierenana I. Ce qui indique que des réhabilitations très sérieuses sont inévitables. D’autres informations restent à collecter dans les ZAP d’autres Cisco. Il en est de même concernant le nombre exact des sinistrés au niveau de la population dans la région Alaotra-Mangoro.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Trois étudiants appréhendés au campus d’Ambondrona

Comme il fallait s’y attendre, les arrestations ont commencé au campus d’Ambondrona, hier matin. Trois étudiants, le président du Bureau des étudiants de l’Université de Mahajanga, le vice-président ainsi que le conseiller de l’association des étudiants originaires d’Antsiranana ont été appréhendés par les forces de l’ordre. Ils ont obligés des étudiants à évacuer les salles de cours, qui ont repris depuis lundi. De plus, ils rejettent les résultats du CODIS au mois de décembre et exigent d’occuper des dortoirs.D’après le président de l’Université, le Pr Emmanuel Rakotoarivony Andrianony, la réhabilitation de ces cités n’est pas encore terminée et a à peine commencé, faute de budget. «Que cette nouvelle année apporte la sérénité, le calme et le développement au sein de l’univer­sité. De nombreux événements s’étaient produits ici, mais je pense que nous allons avancer. J’appelle à la cohésion et à la solidarité. L’occupation des logements universitaires est encore impossible. Une demande a été déposée au ministère de tutelle; le gouver­nement est déjà au courant. Certainement, les travaux vont débuter la semaine prochaine. Il faudra user de patience», a-t-il annoncé, lundi pendant la levée du drapeau à Ambondrona.Le bras de fer risque d’être tendu entre les deux camps. Une nouvelle tension risque de naître durant cette nouvelle année universitaire.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Armée malgache – Le général Razafindrakoto appelle à serrer les rangs

Les valeurs et la cohésion. Le général Lantoarinjaka Razafindrakoto, Chef d’État major général de l’armée malagasy (Cemgam), a mis l’accent sur ces deux points, hier. Lors de son discours de présentation des vœux de l’armée, à Soanierana, le chef d’État-major réputé pour sa fermeté a appelé d’un ton martial, ses troupes à faire front à tout instant, particulièrement, face aux enjeux de cette année 2018.Étant une année électorale, l’armée jouera également un rôle important pour garantir la quiétude du processus comme l’a indiqué le Cemgam. « La réforme de l’armée », l’intensification de l’entrainement et des renforcements de capacité pour plus d’efficience sera aussi au programme de cette nouvelle année. Un entraînement d’envergure nationale dénommée « Manda farany », a été annoncé par le général Razafindrakoto.À cela s’ajoute la lutte contre l’insécurité rurale, notamment. Un nouveau Bataillon inter-arme (BIA) sera par exemple mis en place à Tsiroanomandidy, cette année. Il sera chargé de renforcer la lutte contre les « dahalo », dans la région Bongolava et ses environs. Il y a aussi, la mise en place d’un nouveau régiment militaire à Maintirano. « Une armée univoque et solidaire nous permettra d’atteindre ces objectifs. Nous devons faire corps, car les responsabilités qui nous attendent cette année seront lourdes », a soutenu le Cemgam. Dans ce sens, le général Razafindrakoto a rappelé « les valeurs à la base du code de conduite », de l’armée malgache.Les articles 5 et 6, notamment, qui disposent que « le militaire a le devoir d’acquérir et de cultiver des valeurs morales et combattantes indiscutables, en ayant l’attachement indéfectible à la patrie, la volonté de servir utilement la République et ses institutions, le respect de la Constitution, des lois et règlements et le respect de la personne humaine. Dans l’exercice de ses fonctions, en tout temps, en toutes circonstances, le militaire doit faire preuve de discipline, d’intégrité, d’obéissance, d’abnégation, de dévouement et de loyauté ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Analamanga – Le Grand Fond réintégré  dans le calendrier 

Des courses de grand fond constituent cette saison le calendrier des activités annuelles de la ligue d’Analamanga de natation. A son deuxième mandat, l’équipe de la ligue présidée par l’olympienne d’Athènes 2004 et de Beijing 2008, Tojohanitra Andriamanjatoari­manana a décidé de relancer ces courses d’endurance en eaux libres. D’ailleurs, la fédération malgache de natation reçoit parfois des invitations à des compétitions internationales du genre pour ne citer que celles des îles voisines. C’était dans les années 2014 que l’ancienne équipe de la ligue a organisé ce Grand Fond pour la dernière fois. Pour cette année, l’équipe actuelle a choisi la date du 4 avril et le lac de Mantasoa pour relancer les courses de Grand Fond. « Les techniciens sont actuellement en train de finaliser les distances et les catégories concernées » confie Tojohanitra Andriamanjatoari­manana. Deux autres compétitions figurent dans le calendrier de la ligue, primo le championnat destiné aux pupilles sur petit bassin à Itaosy le 17 février, une semaine avant les championnats nationaux sur bassin de 25m. Et secundo, le championnat Analamanga toutes catégories sur grand bassin aura lieu le 17 mars à l’ANS Ampefiloha, deux semaines avant les sommets nationaux prévus du 29 au 31 mars.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Quatre morts ensevelis

Une maison s’est effondrée dans la nuit de lundi, à Antakasina, district d’Ambatolampy. Quatre enfants ont été ensevelis sous les gravats, tandis que leurs parents ont pu s’en sortir avec des blessures. Les gendarmes et les habitants du village se sont serrés les coudes pour les retirer des décombres.

L'express de Madagascar0 partages

Appui de la société Ambatovy.

Après le passage du cyclone Ava, la ville de Toamasina panse ses plaies. Pour soutenir la reconstruction et le nettoyage de la ville, la société Ambatovy a envoyé des tractopelles et des camions bennes pour être utilisés pendant une semaine. En même temps, la société minière a offert 1000 litres de carburant pour la quatrième Unité du Corps de la Protection Civile en charge des travaux de nettoyage et va offrir encore 2500 litres de carburant en vue de la journée de l’assainissement de ce jour.

L'express de Madagascar0 partages

Lebel, témoin d’une guerre d’Andrianampoinimerina

Contrairement aux autres traitants de l’époque, le négociant-voyageur Lebel ne donne aucun détail sur  l’itinéraire qu’il suit sur les Hautes terres centrales malgaches, durant ses deux voyages (1800-1803). C’est ce qu’écrit J.-C. Hébert à ce propos (revue d’études historiques Omaly sy Anio N° 10).Durant son deuxième voyage (lire les deux précédentes Notes), Lebel doit certainement repasser par Iaroka et par l’Ankay, pays des Bezanozano. De l’Ankay, il se dirige vers Imenabe, petite province située au sud-ouest d’Antanana­rivo, dont le chef-lieu est Mena­beroarivo. C’est un territoire vassal de l’Andrantsay, plus au Sud, dont la capitale est Ifandana. Il ne passe pas par Antananarivo car, commente J.-C. Hébert, « ses relations avec Dianampoïne (Andrianampoinimerina) n’étaient pas si bonnes qu’il le laissait croire ».Toujours d’après J.-C. Hébert, les traitants d’esclaves recherchent, de préférence aux Hova, les Mainty plus robustes qui constituent une main-d’œuvre plus appréciée aux iles Mascareignes.  «L’Imerina était principalement peuplée de Hova et l’Andrantsay, dont l’Imenabe était un territoire vassal mainty, obtient de meilleurs prix des colons de l’Ile de France et de La Réunion».Les membres de l’expédition semblent assez nombreux : vingt deux Betanimena « que lui avait remis ses père et mère (raiamandreny), en qualité de porteurs et qui lui restent fidèles ; huit Antevongo que lui remet Tsialana, mais qui « le provoquèrent plus de vingt fois » ; des Betsimisaraka et des Antatsimo. Dans l’Imenabe, au nord de l’Andrantsay, il aurait risqué d’être empoisonné (ou assassiné) par ses porteurs antevongo, sur l’instigation de Lasalle, et il s’échappe dans l’Imamo, pays situé à l’ouest d’Antananarivo.Une quinzaine de jours lui suffisent pour obtenir du secours et il vient porter plainte au roi d’Andrantsay, suzerain de l’Imenabe. Ce dernier doit alors lui payer sur le champ cinquante bœufs dont il garde dix- les autres revenant à ses sauveteurs- outre dix esclaves. Par la même convention, la province d’Imamo devient sa « garantie » dans l’attente d’une rançon de deux cents bœufs et trente-trois esclaves, qu’il ne perçoit pas, mais que « le grand seigneur d’Andrantsay » aurait touchée à sa place après son retour sur la côte Est. « Cette rançon signait sans doute la mort du petit royaume d’Imenabe. »C’est pendant qu’il est en Imenabe que le roi de l’Imerina du Sud, Ramaromanompo le convoque dans sa capitale, Anosizato. Il s’agit du fils du défunt roi Andrianamboatsimarofy, chassé d’Antananarivo. Ramaro­manompo lui lance un défi : fabriquer de la poudre dont il a, sans doute, grand besoin pour se défendre « contre les emprises incessantes et inquiétantes d’Andrianampoinimerina ».J.-C. Hébert souligne le « parallèle étonnant » avec le voyage de Mayeur, venu en Andrantsay en 1777. Le voyageur français reçoit la visite incognito du roi de l’Imerina dans ses États. Le 13 septembre, en cours de route,  celui-ci lui présente un Malgache capable de fabriquer de la poudre de guerre, mais qui refuse de révéler ses talents devant Mayeur, même contre la promesse de 30 piastres.Ramaromanompo présente à Lebel, durant son séjour, la famille royale, dont sa femme principale, son beau-frère, Andriantompo­nimerina, marié à sa sœur Ravaonimerina que convoite Andrianampoinimerina.Lebel remporte le défi, mais Ramaro­manompo refuse de lui livrer les esclaves promis. Au contraire, il l’expulse du territoire et il doit confier ses marchandises aux épouses du roi et d’Andrian­tompo­nimerina avec qui il semble être dans les meilleurs termes, leur promettant de revenir « après deux mois lunaires ». Puis il est reconduit au sud-est où il peut visiter le pays pendant douze jours. De là, il va au nord-est chez les deux frères Diantandroka, « Seigneurs des cornes ».Il retourne dans l’Ankay, sans doute pour y reprendre des marchandises et revient en Imerina pour y apprendre le décès subitde l’épouse principale de Ramaro­manompo. Andrianampoini­merina profite de la circonstance pour ravager le royaume du Sud et exiger d’Andriantompo­nimerina qu’il lui remette Ravaonimerina, « héritière de l’Imerina », selon Lebel.Andriantomponimerina se réfugie  à Antsahadinta, la vallée aux sangsues, où Andrianampoini­merina l’attaque. Lebel assiste alors à la chute de la forteresse, dernier refuge des deux rois de l’Imerina du Sud et de l’Ouest. Après quinze jours de résistance, Andriantomponimerina abandonne sa femme à son rival et prend la fuite.

L'express de Madagascar0 partages

Fermeture des banques

Toutes les agences bancaires fermeront leurs portes aujourd’hui. Cette mesure fait suite à la décision du gouvernement de faire cette journée comme la journée nationale d’assainissement et de décréter ainsi chômée et payée. Ceux qui espéraient faire des opérations dans ces agences devraient rentrer bredouilles. Ils devront attendre jeudi. Toutefois, les distributeurs automatiques de billets (GAB) resteront opérationnels.

L'express de Madagascar0 partages

Hamada au CHAN Maroc 2018

Hamada Nampiandraza fait partie des arbitres internationaux retenus pour le Championnat d’Afrique des Nations de football 2018. La compétition se tiendra au Maroc  et s’étalera du 13 janvier au 4 février. L’arbitre malgache avait déjà été désigné pour l’édition 2016 du CHAN.

L'express de Madagascar0 partages

Une centaine de tortues saisies

La police du commissariat de la sécurité publique de Morondava a découvert deux cent quatre-vingt-deux tortues vivantes et cent soixante-dix-huit mortes à bord d’un bateau en panne. La saisie a eu lieu, hier soir au large de la plage de Morondava. Une odeur puante a poussé les policiers à fouiller cette embarcation en provenance de Nosy Be. Aucune information détaillée n’est pour l’heure disponible, du fait que l’enquête reprendra ce jour.

L'express de Madagascar0 partages

Victoire de Mehdy sur Husqvarna

La première place est revenue à Mehdy Zitouni, à l’issue du cross country Ramena de dimanche dernier, course de motocross hors-championnat qui s’est tenue à Antsiranana. Au guidon de son Husqvarna FC 250, il a devancé Elvis Jonathan et Chaf Zitouni, qui roulaient respectivement sur des Husqvarna FC 250 et TE 300

Midi Madagasikara0 partages

Ambatolampy : Tovolahy nitaingina kalesa, maty nifatratra tany ambany taxibe

Ankoatr’ireo olona namoy ny ainy vokatry ny fandalovan’ny rivo-doza Ava dia mbola mitohy sy mamono olona ihany ireo lalam-pirenena eto amintsika. Omaly hariva, nandrika indray ny rà tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny, teo avaratra kelin’Ambatolampy, teo amin’ny “pont bascule” ho an’ireo mahafantatra. Tovolahy iray manodidina ny 30 taona teo ho eo no maty tsy tra-drano rehefa nifatratra tany ambanina taxi-brousse iray handeha hianatsimo ny kalesa nentiny. Ankoatr’ity tovolahy ity dia fantatra fa nisy ramatoa iray ihany koa naratra mafy tamin’io fotoana io. Tokony ho tamin’ny enina ora hariva teo no niseho ny loza, raha ny fanazavàna azo avy amin’ny mpitandro filaminana avy any an-toerana. Ho an’ireo efa mpindrana iny lalana iny dia samy mahafantatra avokoa fa fiakara-mideza izy iny raha hianatsimo ary fidinam-be raha hianavaratra. Fanaon’ireo mpitondra kalefa amin’iny faritra mihitsy ny mitaingina izany amin’ilay fidinam-be. Toa tsy misy tahotra sy tsy misy fisalasalana mihitsy mitangaina izany fitaterana mety hampidi-doza izany. Sendra ny patsa iray tsy omby vava ireo olona roa, nitaingina kalesa ireto tamin’io fotoana io. Notsenain’ilay taxi-brousse “sprinter” nifanena taminy mantsy izy ireo, ary tsy nijanona raha tsy tany ambanin’ity fiara mpitatitra ity. Hatreto dia tsy fantatra mazava na ahoana na ahoana no nahatonga ny loza. Ny zavatra nikitaontaona tao ambany kodiarana no nanaitra ny rehetra, dia ilay kalesa nentin’izy ireo sy ny lohan’ilay tovolahy. Vaky sy nipotsak’atidoha mihitsy moa ity farany ary tsy nisy azo natao intsony ny aminy. Ilay vehivavy no afaka nitsambikina ka teo amin’ny lohany sy ny andilany no naratra raha ny fanazavàna azo hatrany. Fantatra moa fa olona mipetraka tsy lavitra eo,  ao amin’ny fokontany Miadamanjaka, Manjakatompo, distrika Ambatolampy ity namoy ny ainy ity. EFa tonga teny an-toerana ireo tompon’andraikitry ny filaminana nijery ny zava-nisy sy nanokatra ny fanadihadiana. Notanana natao famotorana kosa ilay mpamilin’ilay taxi-brousse namoa-doza.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Zandarimariam-pirenena : Basy mahery vaika 48 no azo teny an-tanan’ny jiolahy

Azo lazaina fa nahitam-bokany ny ezaka nataon’ny zandary ho fampandriana fahalemana ny tany sy firenena indridra ny tontolo ambanivolo nandritra ity taona ity. Nisongadina izany tao amin’ny tatitra nataon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimaria nanoloana ny mpanao gazety omaly rehefa avy nanokatra ny fivoriam-be iraisan’ireo mpitantana ambony eo anivon’ity Hery ity mieli-patrana eran’ny Nosy. Hita taratra izany raha tsy hilaza afa-tsy ny isan’ireo fitaovam-piadiana azo teny am-pelatanan’ny jiolahy nandritra ireo hetsika nataon’ny zandary. Nahatratra 117 ny basy azo ka ny 48 amin’izy ireo dia basy mahery vaika avokoa. 69 kosa basim-borona ary nahatratra 625 ireo bala. Marihina fa maro amin’ireo fitaovam-piadiana ireo no vita gasy tsotra izao. Porofo mivaingana fa mbola maro ny asa miandry ny mpitandro filaminana Malagasy mba hampadriana fahalemana ity Firenena ity. Koa manoloana izany, miantso hatrany ny fiaraha-miasan’ny isam-baton’olona ny Sekretaram-panjakana miadidy ny Zandariamaria mba hifanome tanana na dia amin’ny alalan’ny fanomezam-baovao ihany aza mba hahatontosan’izy ireo ny andraikitra nankinina aminy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Lehilahy nikasa hanolana ny vadiny, matin’ny fitsaram-bahoaka

Lehilahy iray no niharan’ny fitsaram-bahoaka ny andron’ny taom-baovao teo, tetsy amin’ny fokontany Androfiamadinika, Kaominina Maevatanàna voalohany. Namoy ny ainy ity farany noho ny ratra be nahazo azy. Araka ny feo nandeha teny amin’ny manodidina, dia saika nanolana ny vadiny tao an-trano. Nanohitra mafy ilay Rtoa vadiny, ka teo no saika nanondronany antsy azy, voatery tsy maintsy niantso vonjy teo amin’ny manodidina ilay noterena hanaovana firaisana ara-nofo, ary raikitra ny fitsaram-bahoaka. Izao niafara tamin’ny toe-javatra mampalahelo izao. Tako-kenatra kely sisa no hany teny an-koditr’ity rangahy iray niharan’ny hatezeram-bahoaka ity. Vetivety teo dia nivonto be koa ireo molony vokatry ny daroka nahazo azy. Efa tady hahazo vahana indray ity fomba iray ity amin’izao, raha i Maevatanàna manokana no resahina.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Tovolahy 17 taona avy namonjy lanonana, maty voatsindrona antsy

Nitrangana vono olona nahatsiravina indray tany Sambava, ny alatsinainy tokony ho tamin’ny iray ora naraina. Tovolahy iray 17 taona monina ao amin’ny fokontanyAntanambao-Antaimby  no maty notsatohan’andian-jatovo “foroche” ny antsy teo am-bavafony, teo amin’ny tetezana Antaimby. Raha ny fanazavana azo araka ny tati-baovao voaray, dia avy nanala azy niaraka tamin’ny anabaviny sy namany maromaro teny amin’ny “Disco” iray amoron-dranomasina ity tovolahy namoy ny ainy, hamonjy fodiana ity no nifanehitra tamin’ andian-tanora efatra mpisetrasetra nitondra zava-maranitra. Noho ny fialonana dia tsy nisalasala ireto farany namono avy hatrany an’ity tovolahy vao tera-bao dimy volana ity. Raha nahita ny anadahiny nitolefika ary nihijitra nameno ny arabe ny rà, dia nikiakiaka mafy niantso vonjy ny anabavin’ity maty, ka taitra tamin’ny torimasony ny teo amin’ny nanodidina. Raikitra avy hatrany ny fanenjehana an’ireo mpamono olona, ka tovolahy iray tamin’ireo nahavanon-doza no tra-tehaky ny fokonolona. Raha tsy tonga nalaky ny Zandary, dia saika matin’ny  fitsaram-bahoaka ity mpamono olona voasambotra naratra mafy. Mbola karohina fatratra kosa amin’izao ny namany izay tafaporitsaka nandositra, araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tanàna ny raharaha.

Eric Manitrisa