Les actualités à Madagascar du Mardi 10 Janvier 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara3182 partages

Andoharanofotsy : Ravalomanana récupère sa Mercedes blindée chez Alain Ramaroson

Cette voiture Mercedes blindée de Marc Ravalomanana, actuellement garée à Faravohitra, se trouve dans un très mauvais état.

Jusqu’ici, l’ancien président exclut une poursuite judiciaire contre l’ancien CST qui croupit déjà en prison pour une autre affaire.

Marc Ravalomanana, victime d’un coup d’Etat militaire qui l’avait forcé à l’exil en 2009, récupère petit à petit ses biens. Après les 14 camions (d’autres font encore l’objet de recherche) qui sont déjà restitués à Tiko, l’ancien président vient de retrouver sa voiture Mercedes blindée qui a été dérobée en pleine crise politique de 2009. Il a envoyé chez Alain Ramaroson à Andoharanofotsy un huissier pour récupérer la voiture. D’après nos sources, une autre voiture de même marque et de même type serait toujours quelque part à Andoharanofotsy. Une procédure serait en cours pour la récupération de la deuxième voiture. Nos sources indiquent que Marc Ravalomanana se prépare actuellement à envoyer les deux 4×4 Mercedes blindées en Allemagne pour leur remise en état. A rappeler que quelques jours après l’incarcération d’Alain Ramaroson, président de la Commission Défense au CST durant la transition), son épouse s’est rendue au domicile de Marc Ravalomanana à Faravohitra. Elle a pu rencontrer le fondateur du groupe Tiko et a proposé à ce dernier de restituer ses voitures, mais en contrepartie il doit lui donner 400 millions fmg. L’ancien président a carrément rejeté la proposition. Au contraire, il a lancé les procédures légales pour la récupération de ses biens. Jusqu’ici, Marc Ravalomanana n’envisage pas de porter plainte.

Compensation. Parallèlement aux procédures de récupération de ses biens volés, l’ancien président se bat pour obtenir la réparation ou l’indemnisation suite aux pillages de ses propriétés  en 2009. Une source digne de foi laisse croire que la compensation réclamée par Tiko dans le cadre de la feuille de route s’élèverait à un peu moins de 400 milliards d’ariary. Plus précisément, les pillages du 26 janvier 2009 (Lundi Noir) ont fait subir au groupe de l’ancien président des pertes directes évaluées à 377 618 923 897 Ar, dont 191 323 288 354 Ar sur les produits finis et les matières premières ; et 186 295 637 544 Ar sur les bâtiments administratifs et commerciaux. Ces chiffres ne concerneraient cependant que les pertes directes. En effet, avec l’évaluation des manques à gagner suite aux événements du 26 janvier 2009, Tiko a subi des pertes s’élevant jusqu’à 512 716 959 de dollars. En tout cas, on a appris que dans le cadre de l’indemnisation des victimes des événements du 26 janvier 2009 qui doit s’inscrire dans le processus de la réconciliation nationale, le FMI (Fonds Monétaire International) aurait déjà débloqué (le conditionnel est de rigueur) 40 millions de dollars. Une partie de ce fonds aurait été destinée à la compensation de Tiko.

R.Eugène

Midi Madagasikara473 partages

Kaiamba : Bruno Raisner tire sa révérence à 57 ans !

Bruno Raisner tire sa révérence à 57 ans

L’année débute sous un ciel gris pour la grande famille du kaiamba. Bruno Raisner, l’un des artistes qui a rendu le kaiamba célèbre s’en est allé à l’hôpital d’Ambohibao hier dans la matinée. Auteur du célèbre titre « Ny kotro-baratra », connu de tous, même de la génération actuelle et encore chanté à tue-tête dans presque toutes les salles de karaoké, Bruno Raisner était un des piliers du kaiamba tena izy qu’il a d’ailleurs rendu populaire avec ses complices de scène, notamment Prosh’Ely, Edmée, Zozo… Frère, ami, artiste, l’auteur de « Ny kotro-baratra » était également et avant tout un époux et un père qui a laissé derrière lui six orphelins. La rédaction de Midi Madagasikara présente ses sincères condoléances aux membres de sa famille et à ses amis du kaiamba tena izy.Mahetsaka

L'express de Madagascar399 partages

Insécurité – Un homme assassiné à Tanambao Sotema

La nouvelle année 2017 ne cesse d’apporter de mauvaises nouvelles pour les habitants de Mahajanga. Un second meurtre vient d’être découvert à Tanambao Sotema, hier matin. Il s’agit, cette fois, d’un lutteur traditionnel  de moraingy, appelé Flavien, âgé de 25 ans, et père de famille.La victime avait pourtant disputé un combat traditionnel, la veille. D’après son épouse, il venait de recevoir un appel, dimanche soir, et a déclaré qu’il allait sortir. Le lendemain, son cadavre gisait près de son domicile à Tanambao Sotema, dans le secteur 6.Les enquêtes sont en cours. Le médecin du Bureau municipal d’hygiène s’est déplacé sur les lieux pour les constatations d’usage.Rappelons qu’un jeune revendeur de crédits téléphoniques, âgé de 32 ans, a été assassiné le lundi 2 janvier, à Mangarivotra. Les riverains ont découvert le corps vers 5 h du matin. La police judiciaire a déjà fait des recherches, mais sans résultats probants jusqu’ici. Et voilà qu’un autre meurtre venait de se produire.À Mahajanga, de nombreux meurtres restent non élucidées depuis plusieurs années, et les assassins ne sont pas arrêtés.

V. A.

L'express de Madagascar266 partages

Faravohitra – Ravalomanana récupère son 4×4 blindé

En catimini. Des indiscrétions ont révélé une information, selon laquelle la voiture tout-terrain de marque Toyota Land Cruiser de Marc Ravalomanana, ancien président de la République, serait de retour dans le parking de son domaine, à Faravohitra.Disparu durant la crise de 2009, avant de réapparaître quelque temps plus tard, mais avec un de ceux qui l’ont défait du pouvoir au volant, le véhicule 4×4 blindé a, depuis, été considéré par ce dernier comme son bien, sans que qui que ce soit n’ait osé lever la voix. De retour d’exil depuis le dernier trimestre de l’année 2014, l’ancien chef d’État, outre vouloir rebriguer la présidence de la République, s’est fixé comme objectif de recouvrer ses biens.Pour ses biens personnels ou ceux de son empire agroalimentaire, dont les véhicules et matériels roulants, un appel a été lancé, l’année dernière, à tous ceux qui les détenaient, de les rendre sans qu’aucune poursuite ne soit engagée. Celui qui s’est approprié le véhicule blindé n’y a, toutefois, pas répondu. Ce dernier qui, pour des raisons de conflit familial est, actuellement en détention provisoire. Les indiscrétions indiquent ainsi que Marc Ravalomanana a repris son bien « par le biais d’un huissier, la semaine dernière ».Ce paramètre pourrait expliquer sa « bonne humeur », lors de la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués et diplomatiques, vendredi à Iavoloha. Un évènement à l’issue duquel le résident de Faravohitra s’est gardé de réagir aux piques du président de la Répu­blique, préférant le féliciter quant à son allocution et la réussite de l’organisation.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara208 partages

Retour en « Force » du délestage : Promesse non tenue de Hery Rajaonarimampianina

Durant sa tournée de campagne, le candidat « numéro 3 », Hery Martial Rajaonarimampianina a fait la promesse de mettre fin aux problèmes de délestage trois mois après sa montée au pouvoir. Une des promesses non tenues du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Après trois ans de pouvoir, la majorité de la population vit toujours dans le noir. L’on assiste à un retour en « Force » du délestage. Antananarivo et ses environs n’ont pas pu faire exception. La coupure d’électricité peut s’étaler parfois jusqu’à 12 heures par jour. Depuis la semaine dernière, la Direction de la Communication au niveau de la JIRAMA publie, à travers un communiqué, « Le Programme de délestage » prévu chaque jour. Si l’on se réfère à ce communiqué, les quartiers d’Antananarivo et ses environs devraient « subir » deux à trois heures de coupure d’électricité par jour. Pourtant, la réalité ne reflète pas cette prévision.

Avertissement. En réalité, les Tananariviens ont leur dose de délestage quotidien variant entre cinq à six heures. D’ailleurs, dans leur communiqué, les responsables de la Communication de la JIRAMA lancent déjà un avertissement à l’endroit des consommateurs. « Ce programme est susceptible de changement suivant la situation de nos exploitations », prévient-on. Certains quartiers font face à plusieurs coupures par jour. A l’exception des quartiers considérés comme des quartiers résidentiels, ou les axes stratégiques en matière de sécurité, c’est-à-dire, les zones abritant des bâtiments administratifs ou des Institutions, tous les quartiers, les arrondissements, les communes et les districts de la Ville des Mille sont concernés par les problèmes de délestage. Pour cette année 2017 dont les dirigeants annoncent comme « une année pour le travail et pour le décollage économique », des efforts doivent être fournis pour mettre fin à ce fléau.

Davis R

L'express de Madagascar170 partages

Énergie – Les autorités impuissantes face au délestage

Le délestage frappe à nouveau plusieurs villes de Madagascar. Les coupures ont duré jusqu’à plusieurs heures, hier dans la capitale. La Jirama se trouve dans l’impasse.

Quand le délestage met le gouvernement de combat K.O. Les déclarations faites en haut lieu n’ont pas eu d’effet positif sur le problème d’alimentation en électricité.  Les cinq minutes annoncées deviennent trois à six heures de coupure par jour. Le délestage a frappé de plein fouet plusieurs quartiers d’Antananarivo et ses environs. Même les villes en province ont été aussi touchées par ces coupures intempestives de l’électricité. La Jirama se trouve dans l’impasse.Cette situation laisse à réfléchir sur la capacité de nos dirigeants à résoudre les problèmes sociaux. Depuis plus d’un mois, la situation tourne en rond pour la Jirama et ses abonnés. Toutes les voies de recours semblent être utilisées. Les pluies artificielles, le ré-démarrage de certaines centrales thermiques, le renforcement de l’approvisionnement de carburant, les pluies d’aides financières, tout comme les ordres et déclarations venant du haut lieu n’ont pas eu de résultats probants.Maintenant, les dirigeants ouvrent des négociations avec les fournisseurs de carburants. Des réunions se sont succédé hier dans les palais de l’Etat pour « discuter du contrat avec ces sociétés ». « Les discussions tournent autour des contrats avec les fournisseurs de carburant de la Jirama », a affirmé une source auprès de la direction générale de cette société d’État avant d’ajouter que  « la situation dépendra de ces discussions. La situation en province devrait s’empirer dans les prochains jours tandis que celle d’Antananarivo connaîtra une petite amélioration ». Les besoins en carburant de la Jirama sont estimés à 800 m3 par jour dont 450m3 pour le réseau d’Antananarivo.

Ordre et promesseAvec le problème actuel, nos dirigeants semblent être rattrapés par la réalité. Tout le monde se souvient de cette déclaration d’Olivier Maha­faly lorsque les coupures d’électricité frappaient plusieurs quartiers de la capitale et des villes en province. « J’ai donné l’ordre aux différents responsables qu’il n’est plus acceptable que ce problème de délestage revienne », avait déclaré le chef du gouvernement le 16 décembre.Tout comme les promesses de Hery Rajaonari­mam­pianina en pleine campagne électorale en décembre 2013 de résoudre ce problème de délestage « seulement trois mois après la prise de fonction ». Voilà, nous sommes en 2017. Le délestage est bel et bien là. Chaque quartier a sa dose quotidienne de coupure de courant à raison de deux à trois heures le matin, et d’une durée pareille en fin de soirée.Mais ils ont toujours trouvé la bonne parade pour contourner la situation et de jeter la faute aux anciens dirigeants « sans vision ».« La vérité est que nous subissons les conséquences d’absence de vision à long terme dans ce domaine alors que le soleil, les cours d’eau et le vent étaient déjà là. Peut-être était-ce dû aux troubles politiques qui ont fait qu’il n’y a pas eu de continuité dans les projets », a lancé Hery Rajaonarimam­pianina lors de son discours à la cérémonie de présentation de vœux des corps constitués à Iavoloha, vendredi dernier.Entre de beaux discours et des actions sur terrain, la différence est de taille. Chaque foyer, chaque entreprise attendent le retour à la  normale de l’alimentation en électricité. Puisque non seulement, le délestage mettait K.O le gouvernement, mais aussi l’économie du pays. Alors, on ne change pas une équipe qui ne gagne pas ?

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar153 partages

Accident à Ambatolampy – Une collision fait trois morts

Roulant à vive allure, une Mercedes Sprinter a torpillé l’arrière d’un car, tombé en panne sur la RN7. Le bilan fait état de trois morts, dont un bébé de deux mois.

Lancé à vive allure, un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter en provenance de Farafangana, a percuté de plein fouet l’arrière d’un car, en panne, à l’arrêt sur le coté droit de la route. Trois morts et 27 blessés sont dénombrés. Ce drame est survenu sur le national numéro 7 hier, aux alentours de 3heures du matin, sur une ligne droite à la hauteur d’Ihazolava Ambatolampy.

De marque Tata, le car impliqué dans cet accident dramatique était en provenance de Taolagnaro et roulait à destination d’Antananarivo.

A la lumière des témoignages recueillis par la gendarmerie territoriale, saisie de l’enquête, le car a été contraint de s’arrêter au point kilométrique 76+700, suite à problème de transfert au niveau de la boite de vitesse. Le chauffeur ainsi que l’aide chauffeur de la Tata se sont alors glissés sous le châssis, pour s’atteler à la réparation. Au moment où ils s’y attendaient le moins, la Mercedes Sprinter a surgi à toute vitesse, pour torpiller l’arrière du car, qui du coup, a déboulé par dessus le bas-côté, pour terminer sa course incontrôlée dans une clairière.

Sommeil au volant

La Tata, projetée après le choc a grande vitesse, a néanmoins écrasé l’aide-chauffeur qui se trouvait en dessous. Comprimé sous une  roue, ce quadragénaire a été tué sur le coup.

A bord de la Mercedes Sprinter, une femme installée à l’arrière du chauffeur avant que l’accident ne se produise, n’a pas survécu. Évacué de toute urgence sur Tana, un bébé de deux mois a succombé à mi-chemin, portant à trois le nombre de blessés. Les 21 occupants de la Mercedes Sprinter ainsi que le chauffeur du car et cinq de ses passagers sont, pour leur part, blessés. Aux dernières nouvelles, ces rescapés sont hors de danger.

En essayant de comprendre les circonstances de cette collision meurtrière, les enquêteurs avancent deux thèses. D’une part, la thèse selon laquelle le chauffeur de la Mercedes Sprinter aurait pu sommeiller au volant est évoquée, si d’autre part, il serait également possible que le minibus était dans le sillage d’un véhicule, sans avoir respecté la distance de sécurité. Si tel est le cas, le véhicule que la Mercedes Sprinter avait suivi dangereusement a donc pu dépasser le car sans anicroche, alors qu’elle s’y était abîmée.

Face à cet accident de la circulation soldée par une perte de vies humaines, la gendarmerie à Ambatolampy appelle à la prudence, les usagers du national numéro 7. Elle rappelle qu’un second chauffeur est indispensable pour tout trajet au-delà des 400 kilomètres, de telle sorte à prévenir les cas de sommeil au volant. Les victimes de cet accident sont admises dans les hôpitaux d’Ambatolampy et d’Ampefiloha.

Andry Manase

Midi Madagasikara122 partages

Pétrole et gaz : De grands investissements attendus cette année

L’essor économique de Madagascar pourrait être tiré par les mines et le pétrole.

Seulement 20 blocs pétroliers sur les 200 existants à Madagascar font l’objet de recherche et d’exploration. Des appels d’offres pour 40 blocs pétroliers en zone marine devront être lancés, cette année.

 

40 compagnies pétrolières ayant déjà travaillé avec l’Etat Malgache, représenté par l’OMNIS (Office des Mines Nationales et des Industries Stratégiques), ont réalisé 300 forages pour la recherche de pétrole et de gaz. Ces réalisations restent moindres, par rapport aux potentialités de Madagascar, en termes de ressources stratégiques. En effet, les recherches de ressources pétrolières dans la Grande Ile se font actuellement sur 20 blocs pétroliers, alors que le pays en dispose au total de 200. D’après les informations publiées par les responsables auprès de l’OMNIS, plusieurs compagnies sont actuellement sur le point de se préparer à la phase d’exploitation de pétrole. « 15 compagnies pétrolières travaillent actuellement avec l’OMNIS dans le cadre de contrats de partage de production, dont 3 contrats concernent des zones marines et 12 des zones terrestres. Outre ces partenariats en cours, nous avons également une politique à long terme qui consiste à intensifier les activités d’exploration et d’exploitation. Sur le bassin de Morondava, 40 blocs pétroliers inexplorés sont encore disponibles. Des appels d’offres seront lancés pour trouver les bons investisseurs », ont-ils indiqué.

Réglementations. Les potentialités de Madagascar, en ressources minérales, sont déjà très connues par les investisseurs étrangers. La plupart de ces derniers ont d’ailleurs manifesté leur volonté d’investir dans la Grande-île. Mais ces investissements étrangers ne peuvent se faire qu’après la sortie des nouveaux Codes minier et pétrolier. Pour le Ministère de tutelle, l’objectif de l’amélioration des réglementations consiste à générer des ressources par l’exploitation rationnelle de ressources stratégiques au bénéfice du pays, de la population et des régions concernés. Pour le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilay Ying Vah, il faut des projets d’exploitation au bénéfice du peuple malgache. « Pour cela, il faut considérer l’aspect concernant l’environnement, le social, et surtout les avantages pour les générations futures, car on parle de ressources non renouvelables ». A noter qu’aujourd’hui, l’exploitation d’huile lourde de Tsimiroro est le plus avancé, parmi les projets d’exploitations pétrolières. Certes, un essor économique est escompté du secteur des mines et du pétrole, dès la sortie des nouveaux Codes et les lancements des appels d’offres. Concocté depuis déjà plusieurs années, le nouveau Code minier et le nouveau Code pétrolier sont attendus de pied ferme, par les opérateurs et les investisseurs étrangers.

Antsa R.

 

Midi Madagasikara112 partages

« Bois rond » : Vehivavy 800 no tanjona

Manomboka mihamazava tsikelikely ankehitriny ny momba ny raharaha vely « bois rond » etsy Ambohitsoa, Ankazolava sy Morarano. Ireo toerana ireo dia efa nahitàna vehivavy namoy ny ainy rehefa niharan’ny herisetra. Voavely « bois rond » misy fantsika ary ny sasany naolana. Herintaona taty aoriana dia nisy lehilahy iray voasambotra teo an-toerana. Ramatoa iray handeha hamonjy fodiana eo Ambohitsoa ny alin’ny talata tokony ho tamin’ny sivy ora sy sasany no novelesin’ilay rangahy tamin’ny hazobe, in-droa teo amin’ny lohany. « Raha iny izy saika hamely fanitelony iny anefa no voatohan’ilay ramatoa ka tsy nahavoa intsony. Niantso vonjy avy hatrany ilay ramatoa sady nitazona ny ankanjon’ilay rangahy » raha araka ny fanazavan’ny pôlisy misahana ny boriborintany faharo. Taitra ny olona tamin’ny antso vonjy ary tonga ihany koa ny pôlisy rehefa nantsoina. Rehefa nosavaina ny akanjon’ilay lehilahy izay  tavela teo an-toerana dia nahitàna finday. Niainga teo ny fanadihadiana sy ny velam-pandrika. Voasambotra tao an- tranony ny marainan’iny ihany. Niaiky ny helony izy. Niely teo an-toerana ny vaovao satria isan’ny niteraka horohoro tamin’ny mponina amin’iny faritra iny ny resaka « bois rond », indrindra ho an’ny vehivavy. Ireo olona izay nanaraka akaiky ny raharaha no sady mahafantatra ihany koa ilay lehilahy no nahenoana fa tsy dia miompana loatra amin’ny fanendahana akory ny raharaha « bois rond ». Ny ain’ireo olona izay velesina amin’izany mihitsy no kendrena ary tsy misy fanendahana atao. Teo an-toerana ihany no nandrenesana fa vehivavy 800 isa no kendrena amin’ity asaratsy ity. Raha ny tsikaritra dia tsy nisy afa-tsy vehivavy tokoa no niharan’izany, maro no namoy ny ainy, tao anatin’ny herintaona. Inona ary no tena antony ary iza no ambadiny. Sorona sa asa fanakorontanana ? Efa vita ny fanadihadian’ny pôlisy etsy Ambohijatovo-Ambony ary natolotra ny pôlisy misahana ny fanadihadiana heloka bevava indray ilay lehilahy mba hahazoana fanazavana bebe kokoa momba ireo fanontaniana ireo. Fitarainana miisa enina no efa azon’ny BC mahakasika ny vely « bois rond » teny Ambohitsoa, Ankazolava ary Morarano. Inoana fa hisy valiny amin’izany ny fanadihadiana amin’ity indray mitoraka ity satria niteraka horohoro loatra sy fahoriana ho an’ny olona eny an-toerana ity raharaha ity.

D.R

Madagascar Tribune107 partages

Les cultivateurs en difficulté

Le cacao est l’un des produits d’exportations phare de la Grande ile et a fait notre renommée jusqu’à maintenant. Classé parmi les meilleurs dans le monde, le cacao malgache est pourtant menacé actuellement. Des cultivateurs de la région SAVA ont lancé un appel de détresse, la filière est en danger due aux effets du changement climatique. L’augmentation de la température globale se ferait déjà ressentir dans la production malgache. L’irrégularité des précipitations affecte également la production et la qualité du produit. En effet, le cacao ne pousse et ne se développe que dans un milieu humide. Or, les précipitations sont devenues de plus en plus rares et irréguliers ou quand il y en a, deviennent très violentes. Les insectes nuiraient également les plantations dans la région de Sambava, affirme un cultivateur. Ces insectes qui survivent aux pesticides naturels utilisés par les cultivateurs se nourrissent des fèves de cacao et pondent à l’intérieur de celles-ci. Actuellement, on estime que Madagascar exporte jusqu’à 8 000 tonnes de cacao par an. Cette quantité risquerait de connaitre une baisse conséquente dans les prochaines décennies. D’ailleurs, si en 2013 le kilo du cacao se payait à 3 000 Ariary selon toujours les cultivateurs à Sambava, il n’est plus que de 800 Ariary actuellement.

Madagascar Tribune107 partages

Un bras de fer avec la justice s’annonce

Marc Ravalomanana, lors d’un point de presse organisé hier à son domicile à Faravohitra, est une fois encore revenu sur la condamnation dont il a fait l‘objet pour l’affaire du 7 février 2009. Marc Ravalomanana a été condamné à des travaux forcés à perpétuité avec deux officiers hauts gradés de l’armée. Selon lui, la justice de cette époque n’était pas du tout crédible, notamment vis-à-vis de la communauté internationale. En parallèle, les juges qui ont prononcé cette décision ne sont pas du tout crédible mais ont uniquement agit sur « motivation politique ». Enfin, le jugement a été rendu alors qu’il jouissait encore du statut de président de la République. De ce fait, seule la Haute Cour de Justice aurait pu le juger mais cette institution n’est toujours pas mise en place actuellement. Ainsi, cette décision de justice ne devrait en aucun cas entraver sa candidature en ce qui concerne la prochaine élection présidentielle. La semaine dernière, l’ancien Chef d’Etat a souligné que des accords entre politiciens pourraient également primer sur n’importe quelle décision de justice. Or, ce dernier a clairement déclaré qu’aucun accord politique ne serait envisageable avec le régime actuel. Etant donné que les points de vue sont totalement différents.

Opposition

La ministre de la Justice Elise Rasolo a tôt fait de répondre à Marc Ravalomanana qui a souligné dans la matinée que sa condamnation en 2010 sur l’affaire 07 février a été motivée par la politique et a été prononcée par un tribunal incompétent qui était la Cour crimininelle ordinaire. Elise Rasolo a fait savoir que la décision de justice est fondée et applicable. Mais vu que le jugement a été rendu par défaut, l’ancien président jugé par contumace à l’époque en sera notifié. « S’il ne fait pas opposition dans les délais après notification, le verdict sera appliqué et Marc Ravalomanana devra répondre de ses peines. » a-t-elle averti. Aussi, Marc Ravalomanana peut uniquement faire opposition ou faire usage des voies de recours qui existent. Et dans le cas contraire, la décision de justice lui sera appliquée et est tout à fait applicable. Un autre bras de fer s’annonce donc pour l’ancien président de la République avec la Justice et le régime.

L'express de Madagascar98 partages

Affaire Anjozorobe – Le secrétariat d’État à la gendarmerie veut serrer la vis

En réaction aux récents évènements d’Anjozorobe, le général Paza annonce des « mesures strictes », pour éviter les bavures. L’affaire tend à créer un malaise au sein des bérets noirs.

Réaction. La guerre des droits sur une carrière sise à Anjozorobe a ébranlé jusqu’au sommet de l’État, l’année passée. Réveillé par un évènement qui a causé la mort d’un élément de la gendarmerie nationale, tombé sous les feux de ses frères d’armes.Lors d’une conversation téléphonique, le général Didier Gérard Paza, secrétaire d’État à la gendarmerie nationale, a réagi à l’affaire en annonçant des « mesures strictes », pour éviter que pareils cas ne se reproduisent, tout en évitant d’enflammer la polémique. « Il s’agit d’éviter les abus des éléments, de ceux détachés de leur camp d’attachement, par exemple, mais aussi ceux des hauts gradés ou des hauts responsables dans la mobilisation de nos éléments. C’est une manière de mettre fin aux interventions isolées ou occultes », a-t-il expliqué.« Désormais, tout déplacement ou action des éléments de la gendarmerie doit découler d’un ordre émanant des chaînes de commandement », a soutenu le membre du gouvernement. Tout déplacement, même pour les éléments affectés à des fonctions telles que garde du corps, nécessitera dorénavant un ordre de mission établi par la direction générale du quartier général de la gendarmerie nationale (DGQG-GN). À la fin de leur dépla­cement, ces éléments détachés doivent également faire acte de présence, et informer de leur retour au QG.Seulement, le mal est fait. Et vu la confusion des versions des faits, de prime abord, la défense d’intérêts particuliers a conduit des gendarmes issus d’un même camp à « s’entretuer ».

MalaiseL’homme tombé samedi dans la carrière d’Anjozorobe était issu du camp d’Anka­dilalana, tout comme ceux dépêchés sur place « pour encadrer l’exécution d’un acte de justice par un huissier ».Détaché comme garde du corps du général Richard Ravalomanana, ancien commandant de la gendarmerie nationale, le défunt lui aurait demandé l’autorisation d’aller à Anjozorobe samedi, au motif d’un « cas social ». D’après l’officier général, devant la presse hier à Ankadilalana, où se tient la veillée funèbre de son garde du corps, « il a dit vouloir voler au secours de son frère victime de sévices par les éléments ayant accompagné un huissier sur place ».Se référant à une version qui lui a été rapportée, le général Ravalomanana soutient que le défunt a été « abattu, car suite à l’injonction de ses vis-à-vis, il aurait déposé le fusil de chasse qu’il avait à la main, mais ceux-ci auraient tout de même fait feu ». Les officiers supérieurs du groupement de la région Analamanga et de l’Imerina central, lors d’une conférence de presse à Ankadilalana dimanche, ont cependant soutenu que la victime a été touchée durant « un échange de feu que son camp a déclenché », taisant le fait que le défunt était, comme ceux d’en face, issu des rangs d’Ankadilalana.L’ancien commandant de la gendarmerie nationale a déploré, hier, que la conférence de presse de samedi « ait donné des conclusions à l’enquête dont les intervenants ne sont pas en charge ». À lui d’ajouter que certains faits indiquent qu’« il y a des personnes ayant un grand intérêt dans cette affaire ». Ce n’est pas la première fois que des militaires sont impliqués dans des litiges relatifs à des exploitations minières.Le fait que des bérets noirs se soient entretués fait toutefois que l’épisode d’Anjo­zorobe risque, au mieux, de créer un malaise profond dans leurs rangs. Ayant déjà fortement secoué la présidence de la République, au point d’avoir été de fait classé sans suite jusqu’à samedi, le conflit sur la carrière d’Anjozorobe risque, cette fois-ci, d’entamer la cohésion d’un corps militaire. Reste à voir si les « mesures strictes » prises suffiront à apaiser les humeurs.

Garry Fabrice Ranaivoson et Seth Andriamarohasina

Midi Madagasikara91 partages

La Vie des Entreprises : Telma : L’excellence malgache qui s’exporte

Patrick Pisal Hamida, Administrateur Directeur Général du groupe Telma est réputé être un meneur d’hommes hyper actif apprécié de ses équipes, connu de tous les Malgaches et respecté par ses pairs.

 Depuis son installation à la Réunion, à Mayotte et aux Comores, Telma est devenue « la première entreprise malgache qui s’exporte ».

Une année faste. C’est ce que l’on peut dire de 2016 pour Telma qui conforte sa position de leader à Madagascar dans le secteur des télécommunications. Les chiffres le confirment puisque Telma Mobile, qui a fêté son dixième anniversaire en 2016, a dépassé en décembre la barre des 3 millions d’abonnés !

Une année d’investissements exceptionnels

Cette place de leader, Telma le doit avant tout à la compétence de son personnel, de ses dirigeants et de ses actionnaires. « Telma, c’est avant tout une équipe tournée vers la satisfaction des clients » explique Patrick Pisal-Hamida, Administrateur Directeur Général du groupe. Mais l’excellence de Telma trouve aussi son origine dans les investissements consentis depuis ses dix années de l’ère post-privatisation. Et au chapitre des bilans, 2016 a été une année d’investissements accélérés pour Telma. En termes de couverture mobile tout d’abord, Telma a déployé en 2016 près de 300 sites en 2G, 3G et 4G pour atteindre en 2017 la barre mythique des 1 000 sites sur tout le territoire…certaines zones enclavées sont enfin connectées avec Telma. Avec également le renforcement de son réseau national en fibre optique en 2016, Telma a doté le pays d’un des réseaux Internet les plus fiables, en termes de débit et de qualité, d’Afrique.

Prouesse

Une véritable prouesse en somme. Et pour en arriver à cela, Telma n’a pas fait dans les détails dans les investissements en fibre optique. Pour le backbone en fibre optique, Telma a réalisé en 2016 deux nouvelles boucles régionales après celle du Nord réalisée en 2015 : la boucle Moramanga, Ambatondrazaka, Fénérive-Est, Tamatave, Moramanga. Puis la boucle de Nosy-Be qui a transformé l’usage de l’Internet dans cette île touristique, contribuant certainement au prix décerné en décembre dernier du « Meilleur Beach Resort au Monde » de l’hôtel Andilana qui a été le premier hôtel connecté à la fibre optique à Nosy-Be grâce à cette nouvelle boucle. Cette année, de nouvelles boucles régionales sont déjà en cours de réalisation, en particulier de Sambava à Antsohihy… Autant de zones régionales qui pourront ainsi être desservies par la 4G by Telma. En matière de câbles sous-marins en fibre optique, Telma en 2016 a été un investisseur décisif qui a permis l’augmentation de capacité du câble sous-marin Eassy, lequel est ainsi devenu le plus performant en Afrique de l’Est en termes de capacité. Telma est également un moteur pour réaliser le câble sous-marin, Fly-Lion 3 qui reliera les Comores, Mayotte et Madagascar.

Et cet engagement régional de Telma a été récompensé à travers sa nomination pour présider le nouveau câble régional METISS qui reliera dès 2018 Madagascar, La Réunion, Maurice, et l’Afrique du Sud. Financé en partie par l’Union Européenne, cet investissement total de 75 millions USD qui implique 8 opérateurs de la région est un véritable chantier d’amélioration de la connectivité numérique régionale. Pour en revenir au plan national et en particulier au backbone national en fibre optique, tous les opérateurs de télécommunications ont signé en 2016 un contrat d’achat de capacité avec Telma et sont désormais raccordés, leur permettant ainsi de déployer la 4G comme Telma Mobile qui a doublé le nombre de ses sites 4G en 2016 pour le porter à 200… couvrant ainsi aujourd’hui plus de soixante localités.

Transfert de technologie

 Placée en tête des opérateurs mobiles nationaux, Telma s’impose également sur le plan régional. En effet, 2016 aura été marquée par l’implantation de filiales de Telma à La Réunion et Mayotte. Et plus récemment aux Comores où l’opérateur malgache révolutionne le monde de la téléphonie mobile, d’Internet et de Mobile money à travers ses offres de produits et de services de grande qualité et à des prix qui défient toute concurrence. « On peut avoir la fierté d’être l’opérateur en télécommunication malgache qui s’exporte » déclare Patrick Pisal-Hamida.

Une ramification régionale qui fait honneur au pays puisqu’aux Comores, par exemple, Telma fait preuve d’excellence et des techniciens Malgaches partagent leurs expériences avec les équipes Comoriennes en les formant dans le cadre d’un transfert de technologie. Une bonne perspective en somme, pour le développement régional et surtout un exemple encourageant qui en appellera certainement d’autres…ne serait-ce que dans le domaine alimentaire où Madagascar doit apporter toute sa richesse de production (viande, riz, légumes, fruits…) et ainsi contribuer à la lutte contre la vie chère aux Comores qui importent aujourd’hui toutes leurs denrées de pays lointains et donc très coûteuses.

Autoroute de l’information

Bref, Telma a terminé 2016 avec un bilan plus que positif. Et 2017 devrait encore être une année excitante avec les nombreux projets en cours.  Madagascar totalisera cette année près de 11.000 km de fibres optiques. Autrement dit, « le pays sera doté d’autoroutes de l’information plus importantes que les routes nationales existantes » qui totalisent elles 10 000 km !

Et quand on connaît la rapidité avec laquelle circulent les informations et les échanges sur ces autoroutes de l’information, on imagine aisément les impacts positifs que le pays peut en tirer dans tous les domaines. M’Vola, la filiale mobile money de Telma connaîtra également, cette année un développement sans précédent grâce notamment à l’évolution législative récente concernant la monnaie électronique. Des partenariats sont en cours avec toute l’administration, en particulier l’administration fiscale et surtout l’éducation nationale car Telma mettra à la disposition des maîtres d’écoles, surtout pour ceux qui sont en poste dans les endroits les plus reculés du pays, sa plate-forme de mobile Money M’Vola, un système de paiement qui a l’avantage d’être rapide et sécurisé.

Ainsi, si aujourd’hui encore, ceux-ci sont obligés d’abandonner les classes durant une semaine chaque mois (!) pour percevoir leur salaire, dorénavant ils pourront se faire payer par M’Vola sans bouger et acheter sur place des biens et services toujours grâce à M’Vola. Sur ce point d’ailleurs, Patrick Pisal-Hamida insiste sur le rôle primordial de M’Vola qui est un véritable facteur de réduction des coûts « dans ce pays si grand mais si inaccessible parfois physiquement », et donc un facteur d’amélioration des conditions de vie de la population.

Taxation absurde

En somme, énormément d’avantages peuvent être tirés des investissements et des produits et services fournis par les opérateurs en télécommunications. Des avantages qu’une partie de l’administration fiscale semble ignorer, surtaxant le secteur par un droit d’accise de 10%. Une taxation absurde dans la mesure où les produits et services de télécommunications ne sont pas des biens de luxe susceptibles d’être assujettis à un droit d’accise. Au contraire, téléphoner ou surfer sur Internet sont actuellement devenus monnaies courantes qu’on peut parfaitement considérer comme des produits de première nécessité.

Pire, cette taxation absurde aura un impact négatif sur le secteur des télécommunications dans la mesure où elle va inévitablement provoquer une hausse des tarifs.  En tout cas, cette taxation risque encore une fois de conforter le retard de Madagascar en matière de télécommunications. Car si déjà, avec un taux de pénétration de 35% pour la voix et de 10% pour l’Internet, taux qui sont de moitié inférieurs aux moyennes actuelles en Afrique, outre la hausse inéluctable des tarifs pour les consommateurs actuels, c’est également le déploiement d’infrastructures pourtant nécessaires dans des zones encore enclavées qui va être freiné… une question simple se pose : « vaut-il mieux pour l’administration fiscale encaisser 30% (20% de TVA et 10% de DA) sur 35% de la population ou encaisser 20% (TVA) sur 70% de la population ?

Comment peut-on en même temps encourager le « Développement Numérique du Pays » et taxer la téléphonie et l’Internet comme de l’alcool ou des cigarettes ? Nos jeunes Malgaches sont comme tous les jeunes ouverts au Monde : leur permettre d’avoir une tablette connectée dans les mains les motivera à apprendre à lire et écrire plus rapidement… Maintenir cette taxation ridicule réduit l’enthousiasme des grands opérateurs en télécommunications qui ne désarment heureusement pas. A l’instar de Telma qui, avant sa privatisation, était encore surnommé « Telmaty ».

Actuellement, Telma est devenue une des entreprises les plus efficaces du pays. Outre chaque membre du personnel qui est « l’investissement le plus important de l’Entreprise » comme le rappelle en permanence l’administrateur Directeur Général de Telma Patrick Pisal-Hamida, ce dernier qui a déjà à son actif plus de 12 années de bons et loyaux services au service du Pays.

Artisan reconnu de cette réussite unique, Patrick Pisal-Hamida a récemment été décoré « Grand-Croix 2e classe de l’Ordre National », une décoration exceptionnelle récompensant un meneur d’hommes hyper actif et apprécié de ses équipes, connu de tous les Malgaches et respecté par ses pairs.

AXIAN, un actionnaire exemplaire à Madagascar

« Il ne peut pas y avoir de développement pour le pays sans une participation forte d’actionnaires privés volontaires » rappelait le président de la République de Madagascar Hery Rajaonarimampianina, lors de son allocution vendredi dernier à Iavoloha.

Le groupe AXIAN, de par ses activités connues à Madagascar, le Groupe Telma bien entendu, la Jovenna, First Immo, la BNI est sans conteste l’exemple même de ces groupes privés qui sont les piliers essentiels grâce auxquelles le Pays pourra continuer à se développer.

Ce groupe privé familial est mené tambour battant par Hassanein Hiridjee, entrepreneur Malgache brillant, qui n’hésite pas à mettre la main à la poche dès qu’il s’agit du développement de son pays, et qui choisit ses hommes pour leurs engagements et leurs implications pour le pays et pour le développement de sa population, ses managers qui doivent agir comme « des missionnaires, pas des mercenaires ».

Nul doute que les engagements forts annoncés par Hassanein Hiridjee lors de la CBI ont été appréciés au plus haut niveau et serviront de moteur voire de modèle pour les autres investisseurs soucieux comme lui du développement de notre pays.

R.Edmond

News Mada86 partages

Produits de rente : la filière ylang-ylang à promouvoir

Le ministère du Commerce et de la consommation ainsi que ses partenaires projettent de promouvoir la filière ylang-ylang dans le nord de l’île. Nosy Be, fief de cette plante à parfum bénéficiera des actions prioritaires.

Le ministère du Commerce et de la consommation et les opérateurs de Nosy Be travailleront de concert pour améliorer la production et exploiter davantage l’ylang-ylang, la plante faisant la renommée de l’île, c’est pourquoi on l’appelle île aux parfums. C’est ce qui est ressorti de la rencontre entre les deux parties hier dans les locaux de la Chambre de commerce et d’industrie de Nosy Be.

Madagascar est le deuxième pays exportateur d’ylang ylang sur le marché mondial après les Comores. La production annuelle varie de 25 à 50 tonnes selon les conditions climatiques dont une grande partie est écoulée vers les pays européens. La région Diana est le fief de l’ylang-ylang pour Madagascar. Nosy Be en particulier produit en moyenne 15 tonnes par an, une production destinée exclusivement à l’exportation.

«Maintenir voire améliorer ce niveau de production du pays est l’un des objectifs du ministère et de ses partenaires dans ces actions. Nous sommes sur le point d’établir un partenariat avec le projet Pic comme c’est le cas actuellement pour la filière cacao», a expliqué le ministre Armand Tazafy à l’occasion de cette rencontre. Il a en tout cas assuré l’appui de son département à accompagner les opérateurs dans cette perspective tout en rappelant la nécessité d’assurer une production de qualité suivant les normes, même pour les  petites quantités.

Divers produits à fort potentiel

Outre l’ylang ylang, Nosy Be dispose également de plusieurs produits de rente comme la vanille, le café et le haricot vert. Cette île du nord-ouest produit mensuellement 9 tonnes de haricots verts. Pourtant, les producteurs et opérateurs locaux ont du mal à écouler leurs produits en dehors de la région, faute de moyen de transport fiable.

Le ministre Armand Tazafy a souligné sur ce point qu’un partenariat avec le ministère des Transport devrait être établi pour résoudre ce problème. Jusqu’à maintenant, ce sont les îles voisines comme Mayotte, les Comores et La Réunion qui importent principalement ces produits de Nosy Be.

Par ailleurs, la question d’inflation des PPN a également été dans l’ordre du jour de cette rencontre.

Arh.

Madagascar Tribune80 partages

Fusillade entre gendarmes à Anjozorobe, cela fait désordre

Les éléments des forces de l’ordre ne sont pas réputés pour faire régner l’ordre. Tout le monde l’a compris. Mais quand des gendarmes s’entretuent et donnent chacun leur version des faits, cela fait carrément désordre et lamentable. D’autant qu’il s’agit d’une affaire quasi-privée pour des intérêts particuliers ou presque.

C’était en gros ce qui s’est passé à Anjozorobe avec la fusillade qui a éclaté entre des gendarmes et qui a entraîné la mort d’un gendarme garde de corps du général Richard Ravalomanana. Ce dernier donne sa version : son garde de corps s’est déplacé à Anjozorobe pour régler une affaire familiale, car son frère qui travaille dans la carrière de cristal en conflit serait pris à partie par des gendarmes. Il est parti donc pour porter assistance à son frère selon la version du Gal Richard Ravalomanana. Il serait abattu à vue selon son chef.

Le général Ravoavy Zafisambatra assisté par le général Florens Rakotomahanina pour leur part insistent sur le fait que ce gendarme abattu n’a rien à faire dans cette exploitation minière à problème, qu’il n’a aucun ordre de mission et qu’il a été sommé par ses frères d’armes de ne pas s’approcher de la carrière, d’autant qu’il faisait nuit, mais qu’il a fait forcing et a tout de suite tiré d’où la fusillade. Les deux généraux notent que les gendarmes qui sont en mission, au nombre de 11 sont munis de réquisition, d’ordonnance du tribunal et tous les autres documents prouvant qu’ils ont le droit d’être sur place avec un huissier contrairement au gendarme abattu. Toute cette histoire fait suite au fameux conflit sur une exploitation minière qui a impliqué le fils du Chef de l’Etat et qui a fait couler beaucoup d’encre l’année dernière.

Donc, il s’agit d’un conflit entre privés mais qui implique beaucoup de gendarmes dont bien de généraux à plusieurs étoiles. Pendant qu’ils sont en train de gérer leur histoire, les malfaiteurs s’en donnent à cœur joie pour attaquer les autres citoyens lambda.

Midi Madagasikara74 partages

Assainissement : Forte mobilisation à la CUA

La grande opération de lavage a commencé hier à Analakely.

Une journée particulière pour la commune urbaine d’Antananarivo. C’était hier qu’a été lancée la grande opération d’assainissement de la Capitale après les fêtes de fin d’année. On a commencé à Ambohijatovo et à Analakely (1er Arrondissement) et l’opération va continuer dans les autres arrondissements dans les prochains jours. 200 personnes dont des conseillers municipaux et des collaborateurs du maire étaient au travail hier. L’opération d’assainissement a été cumulée avec celle de sensibilisation des tananariviens sur la propreté et le civisme. L’équipe de la CUA s’est mis à ramasser les ordures, chasser les marchands informels, laver les rues en utilisant des insecticides dans les endroits à risques et déloger les 4-Mis qui squattaient devant l’hôtel « Le Glacier ».

R.Eugène

Tia Tanindranaza69 partages

Marc RavalomananaTafaverina ny fiarany

Miverina tsikelikely amin’ny tompony ireo fiaran’ny orinasa Tiko sy ny fianakaviana Ravalomanana nisy naka na nandroba tao anatin’ny fanonganam-panjakana 2009, taorian’ny antso nataony tamin’ny taon-dasa hamerenana ny fananan’ny Tiko nisy naka.

Taorian’ireo fiarabe sy kamiao nisy namerina na nalaina ka natoby teny amin’ny Magro Tanjombato dia efa tafaverina amin’ny fianakaviana Ravalomanana tompony ihany koa izao ilay fiara tsy mataho-dalana sady tsy laitram-bala “blindé” marika Mercedes miloko mainty, nalaina mpanao politika iray ary hita teny Andoharanofotsy teny. Fiara fampiasan’i Marc Ravalomanana fony izy teo amin’ny fitondrana izy ity, ary nitondrany ny Sekretera jeneralin’ny Firenena Mikambana Kofi Annan mivady nitety ireo faritra manan-tantara fony ireto farany nitsidika ofisialy an’i Madagasikara tamin’ny volana martsa 2006.

 Jean D.

L'express de Madagascar64 partages

Diplomatie – Les ambassades toujours désertes

Les ambassadeurs devant servir de relais pour capitaliser les acquis diplo­matiques ne sont toujours pas nommés.

Interminable. L’attente de la nomi­nation des nouveaux ambassadeurs de Mada­gascar semblent l’être. Le quinquennat de l’administration Rajaonarimampianina fêtera pourtant sa troisième année de mandat le 25 janvier prochain.« La nomination des ambas­sadeurs se fera incessamment », a déclaré Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères, en réponse à une question de la presse sur le sujet, lors du point de presse conjoint avec son homologue chinois, samedi dernier au siège de la diplomatie malgache, à Anosy. En toute vraisemblance, ce membre du gouvernement a été incommodée par le sujet. Elle a, en effet, été questionnée à multiples reprises sur les raisons qui font qu’il n’y ait pas encore de nomination de nouvel ambassadeur.« C’est une prérogative présidentielle », est la réponse systématique opposée par la chef de la diplomatie malgache à la presse. Effecti­vement, nommer les numéros uns des représentations diplomatiques à l’étranger est un droit exclusif du chef de l’État, à qui, d’après Béatrice Atallah lors d’une interview en juin 2015, une liste de personnalités candidates a déjà été remise. Durant une conférence de presse pour marquer sa première année de mandat à Iavoloha, le 25 janvier 2015, Hery Rajaonarimampianina, président de la République, avait mentionné se pencher sur le sujet.

BoîteuseDans ses réponses sur le sujet, lorsque la question des ambassadeurs lui a été relancé par les journalistes durant les mois qui ont suivi cette conférence de presse, le chef de l’État a, entreau­tres, indiqué que ce n’était plus qu’une question de temps. Rien n’est fait jusqu’ici, alors que les rotations ou les remplacements du personnel technique et diplomatique des ambassades ont déjà débuté, depuis plusieurs mois.Outre le fait que l’administration Rajaonarimam­pianina entame sa troisième année de mandat, les événements majeurs qui ont donné un coup de fouet aux relations internationales de Madagascar, l’année dernière, rend « urgent » l’envoi d’ambassadeurs. « Pour capitaliser les acquis », indique Hari­manana Raniriharinosy, enseignant-chercheur en relation internationale à la Faculté des lettres et sciences humaines. Il qualifie le désert dans les ambassades de « mauvaise gouvernance diplomatique ».L’accueil par Madagascar des sommets internationaux, ou encore l’acquisition du Fonds élargi de crédit (FEC), et les promesses d’aides et d’investissements de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI) indiquent que les voyants internationaux sont au vert pour la Grande île. À cela s’ajoute la bousculade des sollicitations pour l’intensification des demandes pour des partenariats économiques et commerciaux. Bien que le Président et la ministre des Affaires étrangères donnent de leur personne dans les offensives diplomatiques, par leurs multiples déplacements extérieurs, « cela ne suffit pas », s’accordent à dire les experts en la matière.Selon Harimanana Raniri­harinosy, « les ambassadeurs ont pour rôle d’analyser, de décortiquer la situation dans leur pays d’accueil de donner les informations nécessaires au gouvernement afin qu’il puisse apprécier au mieux les opportunités de coopération ». Pour l’enseignant chercheur, en l’absence d’ambassadeur, « la diplomatie malgache est boîteuse, car nous donnons une ouverture à nos partenaires de dicter les donnes de nos relations sans connaître les réalités chez-eux ».

Différentes explications

Seules les ambassades sises à New York, Canada et Chine ont leur ambassadeur. Et encore, certains d’entre eux sont en poste dans leur pays d’accueil depuis plusieurs années. Le Président Rajaonarimampiana n’a, jusqu’ici, pas donné d’explications sur les raisons qui l’empêchent de procéder à la nomination des ambassadeurs.De différentes sources avisées, la difficulté dans le choix des personnes a été un temps avancé, surtout dans des représentations clés. « Le Président veut des personnes acquises à sa politique, mais aussi compétentes et expérimentées pour les ambassades clés comme celles de Bruxelles, Paris, Washington ou New York », avait été dit. Il a été ensuite donné comme explication que Madagascar a l’intention d’ouvrir de nouvelles ambassades, et que le temps pris par les procédures y afférentes expliquent aussi cette longue attente. Le chef de l’État souhaiterait nommer tous les nouveaux ambassadeurs en même temps.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar56 partages

Rencontre du film court – La 12e édition valorise l’histoire

Le festival Rencontres du film-court gagne constamment en maturité au fil des années. Il promet de toujours afficher la créativité et la fierté du cinéma malgache à travers la richesse de son histoire.

Prévoyant encore plus d’échanges, de découvertes et de partages avec tout les férus du septième art de la Grande île, voire de l’océan Indien, le festival international, les Rencontres du film-court ou RFC entamera prochainement sa douzième édition. Un énième rendez-vous de plus pour tous les cinéphiles, qui égayera la ville des Mille du 21 au 29 avril.Fédératrices et engagées pour une meilleure promotion du cinéma malgache et même panafricain à travers le monde, les RFC afficheront principalement la créativité des cinéastes en compétition, par rapport à leur maîtrise de la narration et leur maîtrise de la thématique de l’histoire en général. « Le septième art malgache s’est toujours distingué par la débrouillardise de ses jeunes artistes, mais surtout par la pertinence de l’histoire qui forge leur créativité. Il importe ainsi de faire valoir encore plus cette facette de notre cinéma, d’où le choix de ce thème porté sur l’histoire », a affirmé Laza, directeur des RFC lors de la conférence de presse d’hier à l’Institut français de Madagascar (IFM).Toute une génération de cinéphiles et de cinéastes se sont découverts à chaque édition du festival, surclassant, à chaque fois, les précédents. « Un joli cru est d’ores et déjà très attendu cette année encore. Ainsi, pour tout ceux qui souhaiteraient faire valoir leur réalisation, il faut vous hâter », a souligné Denis Bisson, directeur de l’IFM.

En quête de relèveIl a donc été annoncé que le deadline, pour la soumission des films et des visuels pour cette douzième RFC, était fixé au 15 janvier prochain. De même, l’appel à projets pour le fonds« Serasary » du festival, pour l’appui à la production des jeunes réalisateurs est aussi officiellement ouvert . Un dossier composé d’une note d’intention, d’un synopsis du projet ainsi que du scénario est, entre autres, à soumettre au sein des institutions culturellespartenaires, ou encore le site internet officiel des RFC.Le deadline est fixé au 11 avril pour celui-ci.Ayant activement contribué à l’épanouissement du panorama audiovisuel national depuis plus d’une bonne décennie maintenant, les RFC connaissent aujourd’hui un large écho international, s’affirmant même comme l’ambassadeur du cinéma malgache outre-mer. Pour entamer une nouvelle édition toujours aussi garnie en programmation que ses prédécesseurs, le festival incite constamment tous les acteurs de l’industrie du cinéma malgache à se regrouper pour la pérennisation de cet art. « Le festival est une plateforme inédite et unique avec laquelle de jeunes cinéastes peuvent valoriser leur talent. Ceci dit, il est important qu’on se donne la main, que de plus amples soutiens vis-à-vis du développement du cinéma malgache voient le jour, outre notre contribution. Une relève est ainsi à découvrir et à éduquer, pour que nos efforts ne soient pas vains », affirme Laza.L’un des leitmotiv même des RFC a toujours été d’impulser cet intérêt et cette envie pour le cinéma national. Le festival accorde donc une grande place au jeune public en son sein. De plus, toute une programmation, garnie d’invités internationaux prestigieux, a aussi été annoncée, à découvrir plus en détails sur les pages des réseaux sociaux du festival.

Andry Patrick Rakotondrazaka

Midi Madagasikara48 partages

Ikopa Nitangorona ny olona, nitsingevana fotsiny ny trondro

Notsihifina fotsiny ! Trangan-javatra hafakely no niseho tamin’iny ranon’Ikopa iny omaly. Olona nitangorona marobe samy niezaka naka izay azony sy nanarato izay zakany. Nitsingevana fotsiny mantsy ireo trondro marobe, karazan’amalona, sy ny maro hafa, tao anaty rano. Nampitsinjaka ireo olona rehetra teny an-toerana. « Raha ny fiheverako azy dia noho ny rano miharitra no mahatonga ireo trondro tsihifina fotsiny toa izao », hoy ny filazan’ny sasantsany tamin’ireo olona mba tonga naka ny anjarany teny an-toerana. « Mana » anaty rano tokoa ve ? Tsy mbola nisy ohatra an’ity tokoa mantsy, hoy ireo mponina sasantsany. Hatreto dia mbola mampametra-panotaniana tokoa ny anton’izao tranga izao. Raha ny fahitàna ireto hazandrano ireto mantsy dia toa trondro efa mamo. Saingy tsy fantatra na mamon’ny inona na mamon’ny inona. Noho izay rano marivo loatra izay ve, sa nisy poizina tafalatsaka tao anatin’ny ranon’Ikopa ? Ny azo inoana aloha, dia hitobaka izay tsy izy ny trondro eny an-tsena ato ho ato ary mety ho mora ny vidiny. Amin’izay lafiny izay no mila fahamailona tanteraka, raha tsy fantatra mazava ny antony nampitsingevana ireo trondro tetsy Ikopa ireo.

m.L

Midi Madagasikara44 partages

Fréquent délestage : Risque d’endommagement pour les appareils électroménagers

Néanmoins, la Jirama a tenu cette fois-ci à aviser les usagers quant à l’existence d’une série de délestage dans plusieurs quartiers de Tana, pour ne pas dire dans toute la ville. Cependant, ceci n’écarte pas les risques élevés d’endommagement pour les appareils électroménagers, surtout ceux qui sont branchés en permanence aux prises électriques, comme les postes Tv, radio, les frigos, les machines à laver, les chauffe-eaux, etc. Surtout que depuis hier, le délestage a non seulement pris de l’ampleur, mais est également devenu très fréquent. Les intervalles de temps entre chaque coupure ne durent même pas cinq minutes. Et la situation n’a pas connu de changement depuis la matinée jusqu’aux heures tardives dans la soirée. Ce qui n’a pas manqué de choquer les usagers qui affirment avoir plus qu’assez de cette souffrance. «Nous ne trouvons plus les mots pour manifester notre colère à cause de ces délestages trop fréquents et qui risquent de perdurer. Qu’avons-nous fait pour mériter cela ?», se révolte un habitant d’Antaninandro, l’un des quartiers les plus affectés par les délestages. Des souffrances qui ne connaissent pas d’arrêt malgré la promesse du premier responsable de la Jirama, quant à la réduction dans les plus brefs délais des coupures d’eau et d’électricité à Tana. Mais en vain.    

Arnaud R. 

L'express de Madagascar43 partages

Météo – La pause pluviométrique se poursuit

Encore une semaine sèche. La pluie ne sera pas encore au rendez-vous sur les Hautes Terres, au cœur de cette saison d’été.« Antananarivo ne bénéficiera que de très faibles précipitations, à partir de jeudi. Pour les  jours qui suivent, le temps sera sec. La région de Melaky et de Menabe bénéficiera toutefois de la pluie », a indiqué Solonomenjanahary Andrian­jafinirina, chef de service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby, joint au téléphone, hier.L’insuffisance d’humidité expliquerait cette absence de précipitation. « Un régime d’alizé régit le climat. Son installation suspend toute formation d’orage », poursuit ce technicien.Alors que dans le bulletin de prévision des précipitations intra-saisonnières du 1er janvier au 15 janvier, envoyé par la direction générale de la Météorologie, indique une bonne pluviométrie dans plusieurs régions, dont celle d’Analamanga. Mais depuis le début de l’année, il n’y a eu que les pluies provoquées qui ont arrosé Antananarivo et ses environs.Le secteur économique est bloqué par ce manque de pluviométrie. Les barrages de production d’énergie comme celui d’Andekaleka et des fleuves tarissent, au point d’engendrer le délestage partout. Des paysans se plaignent également du tarissement des rizières. À Anta­nanarivo ou à Manan­jary, plusieurs rizières restent non repiquées, actuel­lement, faute d’irrigation.Le technicien en météorologie précise que le changement climatique joue un rôle majeur dans cette « sécheresse ». « Il faut maximiser le reboisement et lutter contre la déforestation pour atténuer ce manque de précipitation », conclut Solonomenjanahary Andrianjafinirina.

M.R.

News Mada42 partages

Ambohitsoa : tratra ilay jiolahy mpikapoka amin’ny « bois rond »

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa etsy Ambohijatovo sy ny polisin’ny BC, sakelika faharoa teny Ambohitsoa ny alarobia 3 janoary 2017 tamin’ny 7 ora maraina ny lehilahy iray mpanendaka sy mpikapoka olona amin’ny « bois rond ». Voalaza fa renim-pianakaviana iray handeha hamonjy fodiana eny Ambohitsoa no narahina lehilahy iray nisakelika elo, ny alin’ny talata 2 janoary 2017. Rehefa tonga teo amin’ny toerana mangingina anefa novelesin’ilay lehilahy tamin’ny bois rond indroa ny lohany. Raha iny saika hamely fanintelony iny anefa izy voatohan’ilay renim-pianakaviana ka tsy hanavoa azy intsony. Niantso vonjy avy hatrany ilay niharam-boina sady nitazona ny akanjon’ilay nahavanon-doza. Tonga namonjy ilay renim-pianakaviana ny olona teny amin’ny manodidina raha lasa nirifatra kosa ilay lehilahy. Voatazon’ilay ramatoa anefa ny akanjo raha iny lasa nitsoaka iny izy sy ilay hazo nampiasainy. Tonga teny an-toerana ny polisy ka nahitana finday tao anaty akanjony rehefa nosavaina.  Natao ny vela-pandrika ka noraisim-potsiny ilay jiolahy antsoina hoe Indimbizara. Nilaza izy fa fitaovam-piadiana entiny manendaka olona ity “bois rond” ity.

Jean Claude

Midi Madagasikara38 partages

Evènements politiques de 2002-2009 : Contradiction au niveau des textes !

26 janvier 2009 qualifié de lundi noir marqué notamment par des pillages.

8 ans après les faits de 2009, les victimes des pillages dans toute l’île mais surtout leurs auteurs ainsi que les affaires relatives au changement anticonstitutionnel de 2009 restent impunis.

 Signée en septembre 2011, et insérée dans l’ordonnancement juridique du pays à travers la loi n°2011-014 du 28 décembre 2011, la feuille de route prévoit, en son article 26,  l’indemnisation par l’Etat de « toute personne victime des évènements politiques entre 2002 et la date de signature de la présente Feuille de Route qui aurait subi des préjudices de quelque nature que ce soit ». Jusqu’à maintenant, les indemnisations semblent loin d’avoir lieu. De surcroît, les nombreux actes perpétrés par certaines personnalités politiques restent impunis, notamment, ceux qui ont trait au coup d’Etat, militaire comme institutionnel, sur la période 2002-2009 telle que prévue par cette même feuille de route. Et ce, nonobstant le fait que des conventions internationales aient été ratifiées par Madagascar et que le Droit positif en dise beaucoup. De l’autre côté, il ne faut pas oublier que la loi n°2012-007 du 13 avril 2012 portant amnistie pour la réconciliation nationale prévoit en particulier « l’amnistie des infractions liées aux évènements politiques qui se sont produits entre 2002 et 2009 ».

Amnistie large. L’article 2 de cette loi est subjectivement précis. En effet, il dispose que « bénéficient d’une amnistie large et de plein droit les infractions liées aux événements politiques, à l’exception des infractions énumérées à l’article 5 de la présente loi, qui se sont produits entre 2002 et 2009. Sont concernés : – les membres des Institutions de l’Etat, des fonctionnaires, ou les éléments des forces armées et de la police, ou des personnes ayant eu en charge les fonctions de direction ou d’exécution au sein des Institutions ou des Organes de l’Etat ou des Collectivités territoriales ; – les personnalités politiques ou les membres des instances dirigeantes des partis et entités politiques ; – les personnes civiles ». A lire ces dispositions, beaucoup de questionnements viennent à l’esprit surtout que l’intérêt supérieur de la Nation semble profondément être enterré par les politiciens.

Aina Bovel

Midi Madagasikara35 partages

Anosipatrana : Mpitandro filaminana sandoka, mampihorohoro olona amin’ny basy

Ny alahady lasa teo, teny amin’iny faritra Anosipatrana iny, lehilahy iray antsoina hoe Beloha no voatery notazomin’ny pôlisy, rehefa nahatratrarana basy poleta vita gasy iray niaraka tamin’ny fitoeram-bala sy bala dimy tany aminy, tsy nisy taratasy. Tamin’ny fanadihadiana ity farany, araka ny fampitam-baovao azo, dia efa nigadra 11 volana ny lehilahy noho ny resaka fisandohana ho mpitandro filaminana. Ankehitriny dia toa mbola tohizany hatrany izany resaka izany, amin’ny alalan’ity fitazomany fitaovam-piadiana ity. Ny basy eny an-tanany, araka ny filazany tamin’ny famotorana natao azy hatrany, dia entiny hampihorohoroana sy hampitahorana ireo olona mifamaly aminy. Iza tokoa moa no olon-tsotra tsy hifezaka rehefa vava basy no eo anoloana.

Ny antoandron’ny alahady teo no voasambotra i Beloha, nandritra ny fisavàna tsotra natao azy. Araka ny fantatra mantsy, nandeha môtô tsy nanao aroloha ity lehilahy ity tamin’ny fotoana nahitan’ireo mpitandro filaminana azy. Tamin’ny fisavàna ny taratasy teny aminy no somary kaodikaody ny lehilahy ka nahatonga ireo pôlisy hisava ny sakaosy nentiny. Tamin’izay no nahitana ireo basy sy bala tany aminy. Noraisim-potsiny i Beloha tamin’io fotoana io. Omaly moa izy raha ny fantatra no natolotra ny Fampanoavana ary nadoboka am-ponja avy hatrany indray.

m.L

Midi Madagasikara33 partages

Opposition : Silence incompréhensible

 

L’opposition pourra-t-il de nouveau rassembler ses forces ? (Photo d’archives)

Avec les fêtes de la Nativité, de fin d’année et de Nouvel an, c’est la trêve des confiseurs. Nous sommes au 10e jour de l’année, c’est le calme plat qui règne sur le plan politique. L’opposition se mure dans un silence incompréhensible du moins jusqu’à ce jour. Est-ce dans le respect de la stabilité politique ou attend-t-elle d’abord le remaniement avant de réagir ? Il est difficile, par ailleurs, de procéder à des descentes dans la rue, étant donné que les forces de l’ordre y interviennent au moindre mouvement.    

Critiques. Toujours est-il que lors de la présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique au couple présidentiel à Iavoloha, concernant le débat démocratique, le Président Hery Rajoanarimampianina a indiqué qu’il devrait s’inscrire dans le cadre d’un renouveau dans la pratique politique afin de convaincre les concitoyens, lesquels s’exprimeront par la voie des urnes. Le chef de l’Etat d’ajouter que « au-delà des critiques récurrentes, des appels à la déstabilisation et autres assertions malveillantes qui ont émaillé 2016, Madagascar a retrouvé la plénitude de son espace dans le concert des nations.  Nous avons redoré une image trop longtemps réduite à celle d’un pays pauvre, sans aucune perspective et sans aucun avenir ». Autrement dit, il faudrait attendre la tenue des présidentielles au début de 2019.

Vindictes populaires. Le chef de l’Etat se dit d’ailleurs satisfait en déclarant que « des avancées ont été enregistrées dans le redressement du pays, et la mise en place d’infrastructures de base commence à induire le changement. L’année 2016 a été celle des défis multiples. L’accueil des sommets du COMESA puis de la Francophonie a été un franc succès. Quant au rétablissement de nos relations avec les partenaires techniques et financiers, il a abouti à la tenue de la Conférence des bailleurs et investisseurs dont les résultats ont largement dépassé les attentes ». Pourtant, tout ne marche pas comme on laisse entendre. En effet, l’insécurité ne cesse de gagner du terrain, l’on assiste à la multiplication des vindictes populaires, sans parler de la poursuite des pratiques de corruption. Pour ce qui est de la conférence des bailleurs, les gens sont dans l’attente des retombées de cette rencontre.

Dominique R.

Midi Madagasikara32 partages

Basket-ball – Boeny : Les arbitres en formation avec Pierrot Maminiaina

Les arbitres de Boeny avec Pierrot Maminiaina samedi dernier.

La ligue régionale de basket-ball de Boeny a d’ores et déjà démarré les activités en vue de cette nouvelle saison. En effet, le joueur expatrié et arbitre international Pierrot Maminiaina, de passage à Mahajanga, a dirigé une formation pour les arbitres de ladite ligue. Ils étaient dix arbitres zonal, régional et national à suivre la formation dispensée par Pierrot samedi matin sur le terrain de Passe de File à Mangarivotra. Un stage de recyclage suivi d’un échange et d’un partage d’expérience qui a d’ailleurs renforcé la capacité des arbitres de Boeny. A cette occasion, Pierrot a offert des sifflets et des tenues aux arbitres ayant suivi la formation. Le président de la LRBB, Arnaud Razafindraibe a honoré de sa présence cette formation en début d’année. Initialement prévu se disputer le week-end dernier, la compétition Open en guise d’ouverture de saison a été annulée par la ligue afin que les clubs puissent se préparer pour les éliminatoires régionales de la Coupe du président.

T.H

News Mada31 partages

Climat : le Fonds vert débloque 53 millions USD

Madagascar est reconnu comme l’un des pays les plus vulnérables au changement climatique. Le Fonds vert pour le climat, ou Green climate fund (GCF) a accordé à la Grande île un appui financier de 53,5 millions d’USD pour faire face à ce phénomène.

Madagascar a soumis un projet portant sur «l’amélioration de la résilience des familles des agriculteurs vulnérables au changement climatique, la réduction des émissions de  gaz à effet de serre dues à la déforestation et l’accroissement des investissement du secteur privé dans le domaine du changement climatique» pour pouvoir bénéficier de ce financement, accordé durant la vingt-deuxième Conférence des parties (Cop 22) à Marrakech (Maroc) en novembre dernier.

D’après Conservation international (CI), ce projet concerne en particulier la partie Est de l’île qui subit fortement chaque année les effets du changement climatique, entre autres des cyclones de plus en plus violents, des inondations de plus en plus fréquentes…. impactant directement sur la condition de vie de la population.

Renforcement de capacité

A travers ce nouveau projet, Conservation international sera en charge du renforcement de la capacité d’adaptation des paysans face au changement climatique, de l’augmentation de leur résilience par le biais d’une agriculture durable. L’appui aux communautés pour la préservation de l’environnement pourrait en effet réduire les émissions de carbone et atténuer les effets du changement climatique.

Notons que Conservation international et la banque européenne d’investissement ont été accrédités par le Fonds vert pour le climat pour mener ce projet. Les deux institutions collaboreront avec le ministère de l’Environnement, de l’écologie et des forêts par le biais du Bureau national de coordination du changement climatique (BNCCC) et Athelia climate fund GP pour sa mise en œuvre.

Riana R.

 

Midi Madagasikara31 partages

Délestage : D’énormes pertes pour les entreprises

Une journée de grande surprise pour tous, hier. Même si la Jirama a sorti son programme de délestage modéré, les coupures étaient incessantes. Depuis des mois, la capitale ne cesse de subir jour après jour de nombreuses coupures de courant. Hier, cela s’est aggravé. La cité des 67ha a subi presque 12 heures de coupures de courants, cela à partir de 08h du matin jusqu’à juste avant 20h du soir. « À chaque fois c’est le même refrain, le délestage se produit presque tous les jours, et depuis longtemps. Nos activités sont suspendues et nos stocks de marchandises sont avariés », nous a confié un commerçant de la zone. De leur côté, les entreprises n’ont pu accomplir que 25% de leurs activités, dans la journée d’hier. « Le délestage nous empêche d’accomplir pleinement nos fonctions, si on devrait travailler 8 heures par jours, nous ne faisons même pas le quart c’est-à-dire 2 heures de travail, cela nous cause de grandes pertes dans nos activités économiques » nous a confié madame Andrianaivo, tenante d’une micro-entreprise du quartier de Isotry. Et pourtant tous espèrent que cette année un renouveau concernant le délestage, et que tout reprenne son cours…

Koloina H. (Stagiaire)

 

L'express de Madagascar30 partages

Ka hahitsy ianao sa hofitahina ?

Ataovy filamatra, hono, «ny mifanitsy fa tsy mifamitaka». Izay maneho hevitra mifanohitra amin’ny azy, na tsy mifanaraka amin’izay tiany anefa, lazainy fa «mitsikera be fahatany». Tsy mba sokajiany ho isan’ireo «tia ny firenena» fa tondroiny molotra ho «mpamafy ahi-dratsy hanimba ny voly izay efa nafafy sy nokarakaraina».Ny mahafinaritra azy mantsy dia izay mihira «dera sy laza anie ho anao» ihany. Ireo tsy mba manaiky sy mino izay mety ho fanakianana nataon’ny hafa, fa manosika sy manohitra izay lazaina fa «fanaratsiana, famingavingana ary fanelezana tsaho sy lainga marivo tototra» no tena heveriny fa tia tanindrazana.Ireo «mandinika sy miandry fotoana izay hirosoana alohan’ny tena andraisana fanapahan-kevitra» ka tsy mitsikera kanefa koa tsy mitanisa fihobiana aza moa manahirana azy. Rehefa tsy hiventy ny hosana sy tsy hiantsa ny hobio dia efa tsy izy izay. Satria aminy rehefa tsy manohana azy zato isan-jato dia efa naman’ny manohitra azy.Dia iny tokoa fa manaraka am-bokony ny mpisolelaka rehetra. Miteny izay tian’ilay Filoha hajainy hohenoina. Tanisaina daholo izay asa mba natao enti-mampidera fa nahavita zavatra, hono, ny fitondram-panjakana tarihin’ilay mpitady voninahitra. Na asa andavanandro aza, aderadera ery hoe vita antsakany sy andavany, tahaka ireny dia efa hoe asa be miavaka ireny.Misy ihany ny tsy fahombizana fa mba hanakontakonana azy dia ireo lazaina fa «mpanakorontana» no tanisaina ho nanao izay rehetra hisakanana ny fampandrosoana. Ailika any amin’ireo tondroina ho mpamboly savorovoro ny tsy fetezana isan-karazany. Rehefa tsy misy ny rivo-doza sy ny tondra-drano hanafenana ny tsy fahaiza-mitantana dia ny mpanao politika sy ny mpanao gazety ary ny firahamonim-pirenena tsy mikiravaty manga no amaharana ny rihitra rehetra.Ireto farany no nolazainy tao anatin’ilay kabary fiarahabana noho ny taona vaovao tamin’ny zoma fa «eo imaso be henatra, vao takona be fosafosa».Asa. Be henatra rehefa samy imaso sy be fosafosa any ambadika ve ireo tsy mitsitsy fitenenana sy tsy miafina endrika milaza ny tena marina any anaty gazety na eny amin’ny haino aman-jery.Dia mba inona izany no ilazana ireo mitehatehaka isaky ny misokatra ny vavany, sy mihoby azy isaky ny miakatrakatraka iny ny vatany sy ny feony, nefa vao any amin’ny takontakona dia ny ataony ihany no ataony  Ary tsy vitany hoe tena tsy manao afa-tsy izay tiany izy ireo vao mitodika ny filoha, fa tena tonga amin’ilay nolazain’ity farany tao anaty kabariny ihany hoe: «mpamosavy malemy, ka manaratsy endrika ny fitondrana sy ny mpitondra».Ary sao dia mba fotoana kosa ary izao hihainona amin’izay ireo tsikera rehetra ahafahana manitsy ny lalana   Sao dia mba efa fotoana izao handinihana tsara ireo teny toa mamy sy tsara lahatra ny fahenoana azy, nefa rehefa zohiana toa mifono fitaka sy lainga ihany. Tena fotoana mihitsy izao hanokafana ny maso ka hijerena amin’ny saina tsy miangatra ny tsy fahombiazana isan-karazany. Fotoana ihany koa tsy hanentsenan-tadiny intsony fa hanongilanana ny sofina ka hihainoana amim-pitoniana izay mety ho azo raisina ho fanaratsiana sy famingavingana nefa hay teny mampieritreritra …Eny, tokony ho filamatra ny «mifanitsy fa tsy mifamitaka». Ka raha misy manahirana  any amin’ny maso sy any amin’ny sofina, dia aleo marina manatona manam-pahaizana amin’ny ORL.  Amin’izay mba ny tsikera fanitsiana avy amin’ny tena tia tanindrazana no heno fa tsy ny «dera sy laza ary voninahitra» mamitaka avy amin’ny mpamosavy malemy.

Hoy Lova Rabary-Rakotondravony

Midi Madagasikara29 partages

Androndra : Tsy tontosa ny fanafihana

Amin’ny ora anoratanay dia mbola mitohy ny savahao ataon’ny pôlisin’ny UIR eny Androndra. Ny trano noahiahiana dia nosavaina ary torak’izany ihany koa ny kizo ahiana ho fieren’ny jiolahy. Ny sabotsy maraina teo dia nisy roa lahy saron’ny pôlisy niaraka tamin’ny basy roa. Nilaza izy ireo fa mbola misy namany hafa miriaria any an-toeran-kafa miaraka amin’ny basy. Nanomboka ny ampitson’io dia efa nisy ny fanaraha-maso akaiky natao ary nipoitra tokoa ny telolahy hafa. Raikitra ny fifanenjehana ny harivan’ny omaly ary tafiditra hatrany anaty tokotanin’olona ireo jiolahy. Raikitra ny fifampitifirana teo ary lavo ny iray tamin’izy ireo. Nitohy hatrany ny fifanenjehana ka tokony ho tamin’ny valo ora alina dia mbola nisy iray voasambotra hafa indray. Ny iray kosa mbola nifampitadiaviana eraky ny tanàna. Raha ny fantatra dia mbola saika hanatontosa fanafihana teo Androndra ireo olona ireo omaly no nifanehatra tampoka tamin’ny pôlisy.

D.R

Midi Madagasikara24 partages

Exploitation aurifère à Mananjary : Inertie des autorités compétentes

 

Le litige qui oppose les habitants du Fokontany d’Ambaladara dans le district de Mananjary avec les opérateurs chinois est loin d’être réglé. En effet, les premiers avaient clairement exprimé leur opposition à la reprise de l’exploitation aurifère illégale par les seconds. Cela s’est traduit par la manifestation populaire du 20 septembre 2016 qui avait abouti à la suspension des activités de ces opérateurs chinois par le Chef de Région. De source informée, on vient d’apprendre que ces derniers ont repris leurs travaux d’exploitation aurifère depuis le 25 décembre 2016. Pourtant, dans son communiqué du 10 octobre 2016, le CRAAD-OI avait déjà posé la question épineuse de la position des autorités face à cette exploitation aurifère qui continue ainsi à causer de graves dangers liés à l’utilisation très probable du mercure par les opérateurs chinois, lesquels n’ont toujours pas obtenu à ce jour les permis d’exploitation et environnemental requis. Selon les informations données par les membres de la communauté d’Ambaladara et de la société civile locale, les autorités au niveau du district et de la région semblent décidées à ne pas intervenir.

Silence. Les autorités régionales de la Santé ont aussi pris le parti du silence et de l’inaction, bien qu’elles sachent parfaitement que les communautés riveraines de l’exploitation aurifère de la société chinoise sont très exposées aux effets désastreux de la pollution par le mercure qui est un neurotoxique extrêmement dommageable pour le développement et le fonctionnement du cerveau et du système nerveux central, particulièrement pour les femmes enceintes et les jeunes enfants. De surcroît, le mercure peut aussi se diffuser sur de grandes distances dans l’atmosphère et causer une contamination globale des écosystèmes, poissons, oiseaux et mammifères, tout au long de la chaîne alimentaire.

Recueillis par Dominique R.

News Mada23 partages

Fusillade d’Anjorozobe : des zones d’ombre et des non-dits

L’affaire Anjozorobe prend une autre tournure. Celle qui devrait être classée dans la catégorie faits divers se politise actuellement. Des informations contradictoires circulent à propos de l’affaire et beaucoup des zones d’ombre alors que les intérêts en jeu sont immenses.

Après que son nom ait été cité nombreuses fois dans la fusillade meurtrière à Anzorobe dans la nuit de samedi dernier, le général Richard Ravalomanana a décidé d’apporter sa version dans l’affaire. «Beaucoup d’intérêts sont en jeu», a expliqué cet ancien commandant de la gendarmerie nationale.

En effet, ce dernier a fait savoir lors d’une intervention sur une onde privée de la capitale que le gendarme tué n’est autre que son garde du corps. Ce dernier a demandé son autorisation pour venir en aide à un membre de la  famille, victime des violences perpétuées par les forces de l’ordre à Anjozorobe.

«Effectivement, ce n’est pas une mission qui lui a été confiée, mais c’est purement personnelle. J’ai été informé de cette intention et je lui ai même demandé d’être très prudent samedi dernier lors de son départ. J’ai moi-même informé le commandant Emma de cette affaire. Grand fut ma tristesse en apprenant la nouvelle».

Désinformations

Le général Ravalomanana déplore par la suite la façon dont on a traité  le gendarme de 2e classe Rado. Il dénonce la désinformation véhiculée lors d’une conférence de presse qui n’aurait même pas eu l’aval des autorités hiérarchiques.

«Le général Florens Rakotomahanina m’a signifié que les orateurs lors de la conférence de presse donnée à Ankadilalana au lendemain de cet homicide en occurrence l’adjoint du commandant du groupement de l’Analamanga ainsi que le commandant de la compagnie de l’Imerina central ne l’ont pas consulté sur la tenue de cette conférence», a dévoilé le général Richard Ravalomanana.

Des non-dits…

Dans son intervention, le colonel Zafisambatra Ravoavy a annoncé que c’est un cas de légitime défense car le gendarme Rado a tiré en premier, alors que des témoignages ont révélé qu’on lui a demandé de poser son arme à terre et dès qu’il l’a fait on l’a abattu.

Le Secrétaire d’Etat à la gendarmerie (Seg), le général Gérard Didier Paza a déclaré lors de la cérémonie de présentation de vœux de la gendarmerie au Toby Ratsimandrava qu’il y avait «Une tentative d’assassinat d’un gendarme. Une réquisition d’une personne qualifiée a eu lieu en la personne de l’huissier. Ce dernier a été envoyé sur place en vue d’une exécution d’une grosse du tribunal. Cependant, l’enquête est en cours», a fait savoir le général Gérard Didier Paza.

En attendant la suite de l’enquête, le Seg a annoncé que les responsables ont pris la décision de rappeler au camp tous les gendarmes détachés auprès des hautes personnalités.

En somme, tout est flou dans cette affaire. L’implication d’une haute personnalité au pays commence à faire jaser. Et les explications toutes aussi contradictoires les unes que les autres, des responsables n’apportent aucune lumière dans cette histoire.

Rakoto

Midi Madagasikara23 partages

Bonnes initiatives : Le projet EARTHBAG, une alternative aux sacs plastiques polluants

Francesca Rasamimanana et Amélie Champé, deux compétences pour la bonne cause qu’est la protection de l’environnement

Amélie Champé, une ingénieur agronome française et Francesca Rasamimanana, une étudiante malgache en commerce ont réuni leurs compétences pour monter un projet  de lutte contre la pollution provoquée par les sacs plastiques.

Deux ans après son application, la décision d’interdiction de l’usage des sacs  en plastique de 50 micromètres d’épaisseur est-elle effectivement suivie ? Apparemment non puisque en ce début d’année 2017, ces sacs interdits sont encore largement utilisés partout dans le pays

Qualité environnementale

En effet, même si cette interdiction traduit la volonté du gouvernement d’améliorer  la qualité environnementale de la Grande île, aucune efficacité réelle n’a été observée et le territoire est toujours menacé car la prohibition des sacs plastiques polluants  n’est pas appliquée à 100%. Pire,  d’autres sacs beaucoup plus épais et polluants sont actuellement utilisés. C’est à partir de ce constat que la jeune ingénieur agronome française, Amélie Champé  a imaginé le projet  EARTHBAG pour proposer une solution durable à ces problématiques environnementales et sociétales urgentes. Motivée par la volonté d’aider son pays et intéressée par les mêmes problématiques de durabilité, une étudiante Malgache en école de commerce, Francesca Rasamimanana, a rapidement rejoint le projet. Un partenariat qui est appelé à révolutionner le secteur de l’emballage en plastique.

Paille de riz

En effet, EARTHBAG est un projet de fabrication de sacs en papier à base de paille de riz pour remplacer les sacs en plastique aujourd’hui interdits. L’une des particularités de ce projet innovant et ambitieux est qu’il transforme un déchet encore peu ou pas valorisé aujourd’hui. En effet, la paille de riz (constituée de la tige et des feuilles de la plante de riz) est un résidu de la riziculture présent en très grande quantité sur l’île. Plus de 3 millions de tonnes de riz sont produites chaque année dans le pays, les ressources pour EARTHBAG sont donc considérables ! De plus, cette paille de riz n’étant pas destinée à l’alimentation humaine, EARTHBAG ne représente aucun risque pour celle-ci. L’équipe de EARTHBAG envisage la mise sur le marché des premiers sacs en papier au printemps 2018 mais avant cela une première phase de recherche et développement sera réalisée en France à l’issue de laquelle le premier prototype pourra nous être proposé.

R.Edmond.

News Mada22 partages

Nandritra iny taona 2016 iny… : zandary 14 no maty, olona 50 matin’ny fitsaram-bahoaka

 Tsy mbola fahita hatramin’izay! “Nahitana trangana fitsaram-bahoaka miisa 42 nandritra iny taona iny raha miisa 55 ireo olona matin’ny fitsaram-bahoaka”, araka ny tatitra ny lefitry ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, teny amin’ny Toby Ratsimandrava, omaly. Tany amin’ny faritra Sofia, Analanjirofo, Vafi (Mananjary), Atsimo Atsinanana, Diana (Ambilobe), Atsimo Andrefana no tena nahitana ireo trangana fitsaram-bahoaka ireo.

 Midika izany fa nahazo vahana tanteraka ny fitsaram-bahoaka raha ny antontan’isa eo am-pelatanan’ny zandarimariam-pirenena. Ny herinandro teo anefa vao nisy koa ireo jiolahy roa matin’ny fitsaram-bahoaka tany Nosy Varika.

Hametrahana zandary voaofana any amin’ireo faritra mena…

Mavesatra ho an’ny fianakaviamben’ny zandarimariam-pirenena koa iny taona 2016 iny manoloana ny isan’ireo zandary maty voatifitry ny dahalo. “Mavesatra eo amin’ny asan’ny zandarimaria ny taona 2016 satria tafakatra 14 ireo zandary maty voatifitry ny dahalo raha miisa fito izany ny taona 2015. “Vokatry ny fanenjehana sy fanarahan-dia dahalo izany satria imbetsaka nivoaka ireo zandary. Rehefa matetika mivoaka ny zandary, mazava ho azy fa misy koa ny risika eo am-panatanterahana ny asa”, hoy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Paza Didier. Fantatra fa hametrahana zandary voaofana tao amin’ny ivotoeram-piofanana ho komando ao Ambatolaona any amin’ireo faritra lavi-dalana.

Nohamafisiny hatrany nandritra ny fanaovana tatitra ny zava-bita nandritra iny taona iny fa mitentina 24 miliara Ar ny sandan’ireo omby very ary efa tafaverina amin’ny tompony.

Vao omaly koa, nisy zandary mpiana-draharaha iray maty voatifitra nandritra ny fifandonana teo amin’ny dahalo sy ny zandary tany Imanja.

 

Basy Kalach tratra : 36

Basim-borona : 79

Bala : 65 342 tany Nosy Be sy Vohémar no nahatrarana betsaka indrindra ary efa nakarina aty amin’ny foibem-pibaikoana ary hotsinjaraina amin’ireo toby hita fa tsy ampy.

Fanondranana sokatra : 2 395 no tratra, 1 399 ny velona raha 996 kosa ireo maty. Miisa 18 ireo olona naiditra am-ponja.

Dahalo maty 541, naiditra am-ponja ny  930 raha 689 ireo nahazo fahafahana vonjimaika.

Jean Claude

News Mada22 partages

Fanadiovana teny Analakely : nitana kifafa hatramin’ny mpiasa birao

Niara-nientana nanadio tanàna  niaraka amin’ireo mpamafa lalana sy ny RF2 ny mpiasa avy  amin’ny boriborintany voalohany, ny filankevitra monisipaly, ny mpiasan’ny kabinetra izay notarihin’ireo lefitry ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, ny delege sy ireo avy amin’ny fokontany, ny tsena, ny sendika eo anivon’ny kaominina omaly.

Fanadiovana izay nanomboka teny Ambohijatovo ary nifarana teny amin’ny Gara Soarano. Hetsika natao mba ho fanairana ny olona amin’ny fanadiovana ny tanàna amin’ny alalan’ny asa sy ny serasera.

Nilaza andriamatoa Razafindratsima Ndremahery Marie Gérard, delegen’ny boriboritany voalohany fa  « raha tombanana ho 5 000 isan’ora ireo olona mifamezivezy eto anivon’ny fari-piadidiana an’Antananarivo Renivohitra, ary atao hoe mitondra fako 100 grama avy ireo olona ireo, fako 50 kilao izany no miditra eto Antananarivo Renivohitra isan’ora ; izay tokony hodiovin’ireo mpamafa lalana isan’ora».

Nanamafy  koa izy fa « izay tsy mandoto dia efa anisan’ny manadio, ary tsy mora velively ny asan’ny mpanadio ny tanàna  ka tokony samy hitandro ny fahadiovana ny tsirairay”.

Nasehon’ ireo mpiasan’ny kaominina ihany koa fa azon’ny tsirairay atao tsara ny manadio tanàna satria tsy handaniana vola be izany. Eo koa ny fanentanana sy fampianarana ireo mpivarotra sy ny manodidina mba hanadio ny toerana hipetrahany.

 

Nahatratra 200 ireo mpiasa tonga nanadio

Nahatratra  200 teo ho eo ireo mpiasa tonga namaly ny antson’ny delegen’ny boriborintany voalohany tamin’ity hetsika fanadiovana ity. Ankoatra ny famafana ny lalana, teo ny fanasana tamin’ny alalan’ny rano, fandrarahana fanafody, fanalàna ireo mpivarotra amoron-dalana sy ireo 4-mi izay mipetraka manoloana ny Le Glacier Analakely. Nahavariana ny maro tokoa ny nahita ireo mpiasa avy ao amin’ny kabinetra nandray kifafa.

Mbola hitohy  ny fanadiovana indrindra ny any anaty tsena.

Ankoatra ny fanadiovana ny tanàna, nanolotra solosaina  dimy ho an’ny boriboritany voalohany mba ho fanatsarana ny asa ny solombavambahoaka Razafimanantsoa  Hanitra satria  zava-dehibe ho an’ny mponina ny fahazoana taratasim-panjakana toy ny sora-piankohonana.

Tatiana A

Midi Madagasikara22 partages

Afrobasket Men U16 23joueurs en regroupement

Après la participation à l’Afrobasket U16 men au Palais des Sports de Mahamasina en 2013, l’équipe nationale malgache va reconquérir l’Afrique. Cette joute continentale se déroulera à Maurice au mois de juillet selon le calendrier de la Fédération malgache de basket-ball (FMBB). Et en préparation de la compétition, les joueurs présélectionnés sont en regroupement, depuis septembre 2016. Au départ, ils étaient plus de trois cents joueurs détectés lors des quatre camps à Manakara, à Majunga, à Ambatondrazaka et à Fianarantsoa et surtout aux sommets nationaux U14 et U16. Douze joueurs suivent un entraînement intensif au Centre d’entraînement de Tsiroanomandidy. Ils sont sous la houlette de plusieurs techniciens dont Maminirina Razafindrakoto dit Kims. Ces jeunes basketteurs sont originaires de Sambava, Diego, Vaingandrano et Analamanga et suivent la formule sport-études. Une initiative rendue possible grâce au concours du projet Sport et éducation pour l’avenir (SEPA) de l’entraîneur national, l’Espagnol Angel Manzano. « Les études et les entrainements sont alternés au sein de la présélection nationale», a expliqué Kims. Les onze autres joueurs poursuivent leur entraînement quotidiennement avec le coach Bayard Razafindralambo à Antananarivo. L’objectif pour le clan malgache est de se qualifier pour la finale et de décrocher le ticket pour le mondial U17 en 2018.

T.H

Tia Tanindranaza21 partages

Rajoelina sy ny MAPARTsy vonona ny hihavana mihitsy

Nasehon’i Andry Rajoelina sy ny vondrona MAPAR tarihany tamin’ny tsy fahatongavan’izy ireo teny Iavoloha nandritra ny lanonana fifampiarahabana ny zoma 6 janoary lasa teo indray fa tsy vonona ny hihavana izy ireo.

 Roa taona lasa izay raha natomboka ny resaka fampihavanam-pirenena notarihan’ny FFKM dia efa nitsoaka an-daharana ihany koa i Andry Rajoelina ary tsy nety nanasonia ilay tolo-kevitra 19 pejy, fa hoe tsy mety aminy, hono. Nisy niady sy nifandramatra tsy nisy tahaka an’i Didier ratsiraka sy Marc Ravalomanana fa afaka nifampiresaka ihany izy ireo ary nanaja ny fanasana nomena azy ireo ka tonga teny Iavoloha na dia tsy naharitra ela aza. Henjana ny fanoheran’ny CRN tarihan’i Zafy Albert an’i Marc Ravalomanana nandritra ny 7 taona, namoahana boky mihitsy saingy miresaka izy ireo ankehitriny. Any ivelany indray, niaraha-nahita ny fifanandrinana mavaivay teo amin’i Hillary Clinton sy Donald Trump nandritra ny fampielezan-kevitra tany Etazonia farany teo ary nisy resaka hala-bato mihitsy aza, saingy nilaza ry Clinton mivady fa hanatrika ny lanonana fametrahana an’i Donald Trump ho filoha amin’ny zoma 20 janoary ho avy izao. Tsy misy olombelona mitovy hevitra izany saingy fahendrena ny fahaizana mihaino ny hafa sy mandefitra amin’ny fotoana sasany na dia manana ny foto-kevitra ijoroanao aza ianao. Tsy misy mahavita tena eto fa tsy maintsy mifanampy. Anisan’ny fanampiana ny fanakianana raha manam-bahaolana mahomby kokoa fa raha fanakianana noho ny halako bika tsy tiako tarehy fotsiny tsy mety, ary io no anisan’ny antony mampihisitra ny fandrosoan’i Madagasikara. Be loatra ny tsy mahatsindry fo sy mbola manana ilay kolontsain’ny valifatry eto.

RTT

Midi Madagasikara21 partages

Fredy Rajaonera : « Les industriels restent optimistes cette année mais … »

Fredy Rajaonera, président du Syndicat des Industriels de Madagascar (SIM).

L’année 2017 s’annonce bien pour les industriels, selon les propos du président du Syndicat des Industries de Madagascar (SIM), Fredy Rajaonera. « Nous accueillons favorablement le discours de vœux de nouvel an du président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina. Sa ferme volonté d’aller de l’avant nous rassure et la présence successive du secteur privé, aux dernières négociations de la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs (CBI) à Paris, témoigne de la forte participation de ce secteur reconnu pour son effectivité au développement de Madagascar. Cependant, des priorités à court terme de réformes devront être mises en œuvre pour amorcer ce décollage d’une manière générale. En particulier pour les industriels, cela concerne, d’une part, l’adoption du texte de la loi pour le développement de l’industrie à Madagascar, présenté avec le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, et la FES (Fondation Friedrich-Ebert) ; et d’autre part, des mesures face à l’invasion des denrées alimentaires importées, impropres à la consommation. Au niveau international, la refonte des Accords de partenariats économiques (APE) sont nécessaires ceux-ci grèveront à moyen terme notre production industrielle. Enfin, nous osons croire à l’efficacité de nos négociateurs internationaux pour ce chapitre. Le secteur privé en général et les industriels en particulier réitèrent leur ferme engagement pour la croissance de Madagascar », a déclaré le président du SIM. Bref, les industriels se montrent prêts à relever les défis du développement pour cette année. Selon eux, de grands efforts restent à mener, aussi bien de leur côté que du côté des dirigeants du pays.

Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Développement rural : Un système inclusif pour booster l’exportation de grains secs

Le pois du cap de Madagascar est très prisé par les consommateurs réunionnais. Mais la demande est en baisse en raison de l’instabilité des prix. 

 

Toutes les parties prenantes se sont réunies pour redorer l’image de la filière grains secs dans la région Atsimo-Andrefana.

Toutes les parties prenantes dans la filière grains secs se sont réunies dernièrement à Toliara. Il s’agit notamment des représentants du secteur public, des membres du secteur privé dont le FIVAGRI dirigés par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toliara ainsi que des organismes d’appui tels que le PNUD, le projet Pôle Intégré de Croissance. L’objectif étant de mettre en place un système inclusif afin de booster l’exportation de grains secs tout en redorant l’image de cette filière porteuse faisant la réputation de la région Atsimo-Andrefana. Cette réunion a eu lieu suite à la rencontre entre le ministre du Commerce et de la Consommation, le Président de la CCI de Toliara et le directeur général de Faly Export dans le cadre du Forum Economique pour l’Afrique qui s’est tenue l’an dernier en Turquie.

Politique de RSE. Dans le cadre de ce système inclusif, ces organismes d’appui apporteront un soutien aux producteurs en termes d’encadrement technique et de fourniture de semences améliorées et des intrants pour pouvoir améliorer leur productivité. Lors de la première campagne de production de cette année, les acteurs concernés se lanceront en priorité dans la filière pois du cap. Le semi aura lieu le mois prochain. Par contre, les opérateurs économiques se chargent des activités sociales via la mise en œuvre de leur politique de RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise). « Nous allons allouer une partie de notre bénéfice net au profit des producteurs et de leurs familles respectives afin qu’ils puissent être plus motivés à produire davantage tout en respectant les normes d’hygiène et la qualité. Nos activités de RSE porteront ainsi dans les domaines de la santé et de l’éducation. Nous appuyons également les femmes des producteurs à se lancer dans la plantation des légumes, qui est une activité à cycle court. Ce qui leur permet de créer de sources de revenus supplémentaires servant à améliorer le niveau de vie des ménages ruraux », a expliqué Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export. Par contre, la Chambre de Commerce et d’Industrie de Toliara pilote et supervise ce projet.  

Stabiliser les prix. Les opérateurs, de leur côté, seront plus rassurés de collecter des produits de qualité qui sont destinés à l’exportation. En fait, il y aura des contrôles stricts sur les conditions phyto-sanitaires du pois du cap, surtout l’utilisation des insecticides, et ce, au bénéfice des consommateurs finaux. Parlant de la filière grains secs, en particulier, le pois du cap, la production a été insuffisante depuis ces dernières années. Et la consommation de ce produit a connu une baisse au niveau des clients étrangers en raison de l’accroissement des prix chez les producteurs. « L’objectif de ce système inclusif consiste ainsi à stabiliser le prix aux consommateurs étrangers finaux pour pouvoir relancer l’exportation de pois du cap de Madagascar », a-t-il soulevé. Notons que ce produit est très prisé par les clients de La Réunion grâce à son meilleur goût par rapport au pois de cap des pays concurrents. 

Synergie des actions. Par ailleurs, « pour mieux nouer une relation de confiance entre les opérateurs et les producteurs dans la recherche de débouchés, nous allons prospecter ensemble de nouveaux marchés. A titre d’illustration, nous sommes actuellement en pourparler avec la Maison de La Réunion dans le but de rencontrer directement des clients à La Réunion à la fin de ce mois-ci. Et cette opération de commercialisation est dirigée par le ministre du Commerce et de la Consommation », a évoqué Faly Rasamimanana.  Il faut savoir que toutes les parties prenantes ont mené ce projet entrant dans le cadre du système inclusif en vue de tirer profit de la mise en place des diverses infrastructures dans la région Atsimo-Andrefana. Il s’agit entre autres de la réhabilitation des barrages hydro-agricoles permettant d’aménager des périmètres irrigués ainsi que de la réfection de la Route Nationale No 9 (RN9). Les travaux de réhabilitation du tronçon de route reliant Toliara et Ankilimalinike, une zone à forte potentialité agricole, sont déjà achevés. Ce qui permettra d’évacuer facilement les produits de celle-ci. D’autant plus, un projet d’extension du port de Toliara est prévu. Bref, « la synergie des actions de tous les acteurs de développement s’impose afin d’assurer la sécurité alimentaire de la région, et partant, celle de l’Océan Indien », a conclu le directeur général de Faly Export.    

Navalona R.

Tia Tanindranaza20 partages

Pety Rakotoniana« Mpamafy lainga i Mahafaly Olivier »

Nitondra ny heviny mahakasika ny raharaham-pirenena i Pety Rakotoniaina, filoha nasionalin’ny Antoko Tambatra, omaly.

Toky R.

Midi Madagasikara20 partages

Soanierana : Fandravàna trano, saika niafara tamin’ny sakoroka

Raikitra ny gidradragidra omaly tetsy Soanierana, tao amin’ny fokontany « III I Hangar », ambadiky ny trano fivarotana lehibe iray, rehefa tsy nanaiky ny fandravàna ny tranony tampotampoka tsy nisy fampilazàna ireo mponina teny an-toerana. Araka ny filazan’izy ireo dia orinasana teratany vahiny iray no milaza fa tompon’ny tany sy mibodo izany. Izy ireo anefa efa ho 40 taona mahery teo no nanajary sy nipetraka teo amin’ity tany ity. Na dia teo aza anefa ny fanakanan’ireo mponina dia tsy maintsy niroso tamin’ny fandravana ireo olona efa vonona ny hanantanteraka izany. Ireto farany moa dia narahana vadintany sy mpitandro filaminana. Raha ny fantatra hatrany mantsy dia efa nandalo fitsaràna ity resaka ity ary resin’ireto tonga handrava trano ireto ny mpiady taminy. Tonga hanatanteraka izany didim-pitsaràna izany ireto, ka tsy maintsy ravàna ao anatin’ny 48 ora ireo trano miorina eo amin’ilay tany. Ny siosion-dresaka teny an-toerana mantsy dia toa hoe efa nisy nivarotra tamin’ity orinasa ity io tany io, ary ny tompon’andraikitry tanàna eo an-toerana no tondroin’izy ireo ho mpiray tendro amin’izany. Tsy nanaiky hatramin’ny farany ny fandravàna ny tranony moa ireo fianakaviana am-polony maro ka raikitra ny sakoroka teo amin’ireo mpandrava sy ireo rava trano. Voatery nandray fepetra nifanandrify tamin’izay ireo mpitandro filaminana, ary tonga hatramin’ny fampiasàna hery mihitsy izany, raha ny filazan’ireo mponina hatrany. Tamin’izay no fantatra fa nisy olona roa naratra tao anatin’ireo rava trano. Raha atotaly dia trano miisa eo amin’ny 16 tafo eo no rava, ary fianakaviana maherin’ny 50 no tsy manan-kialofana. Nilamindamina ihany teny an-toerana nony farany. Na izany na tsy izany anefa dia mbola fanontaniana goavam-be mipetraka amin’ireto rava trano ireto ny hoe « ho aiza izy ireo ? »

m.L

L'express de Madagascar18 partages

Antananarivo-Ville – La réhabilitation des routes en vue

L’affaissement des infrastructures routières prend de l’ampleur à Antananarivo-ville. De Soanierana à Ampasapito, en passant par Analakely, des portions de route exposent des automobilistes et des piétons au danger. Soit, il y a des grands trous au milieu de la route, soit des portions de route s’affaissent. « Plusieurs infrastructures routières sont affectées par ces affaissements », reconnaît le ministre des Travaux publics, Eric Razafi­mandimby, hier, pendant sa descente à Soanierana pour constater les travaux de réhabilitation d’une portion de route qui mène vers la caserne du « Corps des personnels et des services administratifs et techniques » ou Capsat.Le ministre s’engage à réhabiliter ces routes affaissées à Antananarivo-ville. « Des techniciens effectuent, en ce moment, des prospections sur les dégâts en ville, comme à Analakely et à Ampasapito. Des travaux d’urgence seront effectués », a-t-il souligné.La durée des travaux à Soanierana est prévue pour 45 jours.  Les travaux consistent en la réhabilitation et l’extension des canaux d’évacuations des eaux, en la réparation des pavées, afin d’éviter l’aggravation de l’état de délabrement des infrastructures.

M.R.

News Mada17 partages

Zandary maty tany Anjozorobe : « Haka ny rahalahiny izy », hoy ny Jly Ravalomanana

Niera haka ny rahalahiny any Anjozorobe ny nialan’ilay zandary maty voatifitra tany an-toerana. Mpiambina manokana ny Jly Ravalomanana izy io, izay nohamafisiny fa fantatry ny lehibeny tsara ny anton-diany.

Naneho hevitra omaly ny Jly Ravalomanana nandritra ny fifampiarahabana nahatratra ny taon’ny zandarimaria sy ny sekretera jeneraly miadidy ny zandarimaria momba ny zava-nitranga tany Ankaraoka Ambatomanoina distrikan’Anjozorobe. Mpiambina manokana azy rahateo ilay zandary maty ka nahavoatonontonona ny anarany. Nambaran’ny Jly Ravalomanana fa niera taminy haka ny rahalahiny any Anjozorobe ity zandary mpiambina azy manokana ity. “Niera tamiko izy ary nanontaniako tsara ny antondiany ary nilaza fa haka ny rahalahiny ary hiverina haingana”, hoy ny fanazavana.

Nambarany ihany koa fa efa nitantara taminy ny olana momba io rahalahin’ilay zandary io taminy izy, ary efa nampandre ny lehiben’ny CIRGN sy ny kaomandin’ny zandary faritra Analamanga ny amin’io dian’ny mpiambina azy io. “Efa nahalala tsara ny fahatongavan’ity zandary mpiambina ity any Anjozorobe ny lehibe isan’ambaratongany. Misy porofo izany ary voarakitra anaty hafatra anaty finday ny resaka sasany nifanaovana”, hoy ny fanazavana.

Tsy fantatra mazava izay tena niseho tany an-toerana fa ny avy amin’ny zandarimaria, efa nanome fanazavana ny alahady teo fa nisy andiana “gros bras” tany Ankaraoka ary nitifitra ny zandary sy vadintany mpanatanteraka didy. Mitaky ny hanaovana fanadihadiana lalina momba ity raharaha ity ny fianakavian’ny maty. Ny teo anivon’ny Seg efa nilaza omaly fa misokatra ny fanadihadiana. Toe-javatra somary mamohehatra ihany izao satria ny zandary samy zandary ihany no mifamono mifampitifitra. Ry zareo natao ho maodely sy hitsikitsika hivavahana, zary lasa manao toetra mahamenatra. Tsy manaraka fitsipi-pifehezana ny zandary sasany? Mety efa tsy voafehy ihany koa, ka mety atahorana ny mety mbola hiitaran’izany amin’ny zavatra hafa.

Yves S.

Midi Madagasikara17 partages

Silo : Commencer l’année sur une bonne note, un vendredi 13 !

Pourquoi changer une formule qui gagne ? Ce vendredi, comme tous les vendredis 13 depuis plusieurs années, Silo sera sous les feux des projecteurs. Il sera à l’affiche de l’Is’art galerie. Le vendredi 13, une date qui lui a toujours réussi ! Tandis que d’autres se terrent chez eux pour éviter tout incident néfaste, Silo, au contraire célèbre ce jour qui a pour particularité d’être associé à une superstition, présente dans certaines cultures, qui en fait un jour de malheur ou de chance. Pour le multi instrumentiste, il a choisi d’en faire un jour de chance, de retrouvailles avec les amoureux de bonne musique. Ceux qui ont suivi avec attention l’évolution de sa carrière se souviendront sans aucun doute de ses performances avec son groupe SDF à Antaninarenina en 1992. Près d’une dizaine d’années plus tard, il retente l’expérience et remonte sur scène un vendredi 13. Il venait de lancer «Rimorimo » et a donné un concert à l’esplanade Analakely. Et depuis, c’est devenu une tradition ! En 2003, le chanteur s’est produit au CCAC. L’année suivante il a investi le CCesca.

Tradition. En 2013, c’est à l’IFM qu’il retrouva ses inconditionnels. Un concert qui restera longtemps ancré dans les mémoires. C’est en effet ce soir-là qu’on redécouvrait le chanteur. Un Silo plutôt rock que jazz. Un Silo déroutant qui a, une fois de plus conquis ses inconditionnels et séduit les mélomanes. Un quart de siècle plus tard, le chanteur ne voit pas l’intérêt de transgresser la règle.  Ce vendredi, l’auteur de Silography ne faillira donc pas à  la tradition et sera bel et bien au rendez-vous. C’est à l’Is’art galerie Ampasanimalo que le chanteur retrouvera ses inconditionnels. Des retrouvailles en toute intimité avec ses fans qu’il espère se dérouler comme il le prévoit : dans la bonne humeur. Pour ceux qui aimeraient donc passer un vendredi 13 pas comme les autres, loin de la superstition et au rythme de la bonne musique de Silo, ses plus grands tubes, le live à l’Is’art galerie Ampasanimalo est tout indiqué.Mahetsaka

Midi Madagasikara17 partages

ONG Bel Avenir : Mission accomplie pour la Malagasy Gospel

Les vingt-et-une filles et Haris sont de retour au pays, après une tournée solidaire à Andorre et en Espagne. Le 23 décembre dernier, la Malagasy Gospel a atterri sur le sol malgache. La tournée « Il était une fois mille voix » a porté ses fruits. Les jeunes tuléaroises ont porté haut leur nom d’ambassadrices des Droits de l’enfant. Partie le 21 novembre 2016 pour un séjour interculturel, la chorale a montré son talent sur plus d’une dizaine de scène andorrane et espagnole pour clamer haut et fort les droits de l’enfant mais aussi le désir d’un monde plus juste.

 

La tournée. Le chœur est passé d’Ordino en Andorre, à Palma de Mallorca traversant Pobla de Mafumet, San Boi de Llobregat, Valladolid, Getxo, mais également la ville d’Ibiza. Il a conquis le cœur de ces spectateurs et a marqué leur mémoire avec des chants en espagnol, en malgache, en français et en catalan. Le moment fort de leur séjour a surtout été les deux jours de concerts, le 17 et le 18 décembre 2016, au Centre Olympique de Tennis à Madrid sous le thème de la tournée. Des représentations exceptionnelles qui ont réunis avec la Malagasy Gospel plus d’une soixantaine de chorales espagnoles ont ébloui plus de 6 000 spectateurs. Durant leur voyage, ils ont sensibilisé plus de 10 000 personnes à travers leurs représentations et ont effectué des partages et des échanges culturels avec des jeunes de leur âge. Ce projet a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Agua de Coco et ses partenaires.

 

Moment de partage. Même après ce long périple, la Malagasy Gospel ne compte pas se reposer. Elle compte partager son voyage, es acquis et ses expériences avec les bénéficiaires de l’ONG Bel Avenir. Toujours dans l’esprit de « Il était une fois milles voix », les « petits ambassadeurs » veulent faire vivre les moments qu’ils ont partagé avec le public espagnol aux apprenants du Centre d’Art et de Musique (CAM) mais également aux enfants du Centre d’Education Nutritionnelle de Tanambao et d’Amboriky. Donc ce samedi 14 janvier, il organise une séance de partage au CAM – Cinéma Tropic de Tuléar. Et leur aventure ne s’arrête pas là, le prochain séjour interculturel européen est prévu pour le mois de mai en France, en Suisse et en Norvège. Haris et nos jeunes ambassadrices veulent encore apporter leur part à la communauté.

Rova R. (Stagiaire)

 

Midi Madagasikara17 partages

Amoron’i Mania : Les responsables des STD et CTD formés sur les droits des Employés de Courte Durée

Une des employés ECD de la région Amoron’i Mania future bénéficiaire des retombées de cette formation initiée par la CNAPS.

Les cas des Employés de Courte Durée(ECD) ont fait l’objet de la formation octroyée par la CNAPS dans la région Amoron’i Mania. « Les principaux dirigeants et responsables des services déconcentrés (CTD) et des Collectivités Territoriales Décentralisés (CTD) » de ladite région ont donc bénéficié de cette formation axée sur les droits des personnes travaillant sous le statut d’Emploi de Courte Durée. Une initiative qui tombe à point nommé étant donné le nombre important de ces cas. Comme l’a fait remarquer, Joël Rakotomanankiafarana, un responsable auprès de la région Amoron’i Mania « nous employons de nombreux agents ECD au niveau de la Région ». Une situation qui ferait que la région ait d’importantes arriérées à la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale (CNAPS).  

Encouragement. Saluant l’initiative de la formation, Joël Rakotomanankiafarana a profité de l’occasion pour encourager les responsables au « niveau des services déconcentrés et des collectivités territoriales décentralisées à déclarer auprès de la CNaPS les agents ECD qui travaillent chez eux pour qu’ils puissent bénéficier des droits au sein de cet organisme de prévoyance sociale ». Une façon pour ce responsable d’initier l’effet tache d’huile attendu par cette initiative d’un côté, mais également de responsabiliser encore plus les cadres comme lui.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara16 partages

Judo : Le camp malgache affaibli !

Coup dur pour le judo malgache qui se voit amputé de deux de ses cadres. Car après l’annonce d’une année sabbatique de Asaramanitra Ratiarson (-48kg), on retiendra aussi le retrait de Fetra Ratsimiziva (-78 kg) qui avait eu du mal à digérer sa non qualification aux Jeux Olympiques de Rio et qui, comme Asara, va mettre un terme à sa carrière même s’il a encore des ressources. Mais son choix est compréhensible car on ne peut rien faire avec les moyens modestes mis à sa disposition et assez souvent de la poche du président Siteny Randrianasoloniaiko.

Après Asaramanitra et Fetra, il ne reste plus que Brenda Andriatiana, la médaillée d’or des Jeux des Iles de l’Océan Indien 2015, l’unique médaillée d’or du judo malgache qui a réalisé en fait sa plus mauvaise prestation de ces jeux régionaux.

Et à l’allure où vont les choses, on a bien peur que le judo malgache ne meure de sa belle mort pour la simple et bonne raison qu’il n’a plus de cadres alors que la relève tarde à faire surface.

Les agissements de Siteny Randrianasoloniaiko qui court plusieurs lièvres à la fois, risquent d’enfoncer un peu plus le clou. Il vient en effet de rempiler pour un nouveau mandat à la Fédération Malgache de Judo alors qu’il va prendre bientôt ses fonctions de Chairman de l’Union Africaine de Judo à la place de Lassana Palenfo. Si on y ajoute sa place de Questeur au sein de l’Assemblée Nationale, alors on a du mal à cerner la personnalité de ce jeune homme à l’appétit boulimique.

Mais malgré ce poste combien honorifique à la tête du judo africain, il a rempilé pour la troisième fois à la FMJ. Ce qui suppose déjà qu’il va aussi rester à la tête du Comité Olympique Malgache car il n’aura pas du mal à changer les statuts du COM pour lui permettre, avec l’aide de ses lieutenants, de briguer un troisième mandat jusqu’ici interdit par les textes en vigueur.

Jusqu’où il va s’arrêter ? C’est toute la question car le politicien qu’il est devenu n’aura pas du mal à se trouver à la tête de l’association des députés du Sud malgache dont il est originaire. Attendre et voir…

Clément RABARY

Midi Madagasikara16 partages

Assainissement Premier arrondissement : 200 personnes ont répondu à l’appel

L’axe Ambohijatovo-Soarano a été le théâtre d’une action de grand nettoyage menée par les responsables auprès du premier arrondissement d’Antananarivo dans la matinée d’hier.

Donner le bon exemple. C’est ce qui s’apparente le mieux à l’initiative menée par le premier arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo dans la matinée de la journée d’hier. Une action qui consistait en un grand nettoyage de certains axes des rues tananariviennes. Notamment, l’axe Ambohijatovo-Soarano qui est l’un des plus utilisés par les habitants de la capitale malgache. Mené par les adjoints au Maire, avec la participation active des personnels des différents services du premier arrondissement, des membres du conseil Municipal ainsi que de ceux du cabinet, le grand nettoyage était une façon pour les responsables auprès de la commune urbaine d’Antananarivo, en particulier du premier arrondissement, « de donner l’exemple ». « D’initier les Tananariviens à préserver la propreté de la ville ». Comme l’a dit le délégué du premier arrondissement, Ndremahery Marie Gérard Razafindratsima  « ceux qui ne polluent pas contribuent déjà à l’assainissement de la ville ». Avant d’ajouter que « le travail du personnel de nettoyage de la ville n’est pas facile et qu’il faut que tout le monde respecte la propreté et la salubrité de la ville ». Un message qui tenterait de responsabiliser la population tananarivienne.

Saison des pluies. Cette action a été également menée pour faire face à la venue de la saison des pluies. D’un côté elle est efficace et nécessaire. De l’autre, à noter que bien que cela soit utile, il faudrait que de telles initiatives soient menées à long terme. Car, de la salubrité de la ville dépendra la santé des Tananariviens. De plus, ajouter des mesures d’accompagnement du type éducation civique et citoyenne sur la propreté serait plus que nécessaire. Étant donné que cette notion semble être oubliée par de nombreux Malgaches actuellement.

José Belalahy

Midi Madagasikara16 partages

Pension : Les retraités de “Miray Misotro Ronono” se plaignent

La fête était quand même au rendez-vous lors du 10e anniversaire de cette association de retraités.

Les “Zokiolona” réunis au sein de leur association “Miray Mitsotro Ronono”, ne coulent certainement pas une retraite heureuse. Rassemblés en cette période de début d’année, à l’occasion de la présentation de vœux et du 10e anniversaire de leur association à Mahajanga, ces retraités du privé s’estiment lésés. “C’est très dur de ne pas jouir des avantages qui correspondent à des décennies de travail, une fois à la retraite”, affirment ces personnes âgées. Ces dernières sont des pensionnés de la CNaPS à Mahajanga et ont saisi l’occasion de leurs retrouvailles pour exprimer leurs… maux car ils s’estiment ne pas être traités à la hauteur des services qu’ils ont rendus durant leurs décennies d’activités. “Nous ne pouvons plus continuer à subir les désagréments liés au retard et à d’autres dysfonctionnements au niveau du paiement de nos pensions. Au-delà du 15 ou 20 janvier 2017, si les choses ne changent pas, nous agirons. Certes, nous n’allons pas créer des troubles ou des choses de ce genre, parce que nous ne faisons pas de la politique, mais nous avons une autre stratégie pour nous faire entendre”, a lancé le président de l’association, Joseph Rahamahasambatra.  Et d’ajouter que leur association, par ailleurs, membre de “Solidarité des syndicats de Madagascar,  dénonce tout simplement la déconsidération des personnes âgées à la retraite.

Recueillis par Hanitra R.

Indian Ocean Times15 partages

Trail Racing Madagascar

Voulez-vous découvrir les plus beaux sites du Nord de la Grande île d'une manière inédite et en même temps participer à un projet solidaire? L'événement "Racing Madagascar" est tout indiqué pour vous. La 2e édition de l'événement aura lieu du 11 au 16 juillet 2017. La 1ère édition a réuni 23 participants émanant d' Afrique du Sud, Argentine, Royaume Uni, Macau,  France et de Madagascar. Forte de son succès en 2016, cette belle aventure humaine sera donc reconduite cette année par Boogie Events, la société filiale de Boogie Pilgrim, un Tour opérateur Malgache installé depuis 30 ans à Antananarivo. "Racing Madagascar" est un rendez-vous sportif annuel reposant sur 3 fondamentaux, le défi sportif, la découverte touristique et la solidarité sportive. C'est une course à pied de type trail qui s'étale sur 6 jours, et sur une distance de 150 km. Le tracé est validé par l’International Trail Running Association (ITRA) basée en France. La course se déroulera dans la région d'Antsiranana, un terrain de jeu idéal qui permettra aux participants de découvrir les plus beaux sites touristiques du nord de la Grande île, pour ne citer que la baie de Sakavala, la mer d'Emeraude ou encore les fameux Tsingy rouges.   Les familles et amis des coureurs  pourront vivre la course et suivre la caravane de l’organisation au jour le jour en 4X4 avec des chauffeurs et des guides. Ils pourront ainsi partager l’ambiance des campements aux étapes tout en visitant les incroyables sites touristiques sur le parcours. Racing Madagascar est une aventure à ne pas manquer et à vivre en famille et entre amis! L'inscription est déjà ouverte. Rendez-vous sur le site : www.racing-madagascar.com.racing-madagascar.com
Midi Madagasikara15 partages

12e édition RFC : Dernier jour d’inscription pour le 5 janvier

La 12e édition des Rencontres du Film Court se profile à l’horizon. Les réalisateurs qui veulent concourir dans les diverses catégories sont sollicités à s’inscrire et à envoyer leurs films au plus tard le 15 janvier.  Ceux qui veulent obtenir une aide du fonds Serasary doivent envoyer leurs dossiers au plus tard le 21 avril. Le festival en lui-même se tiendra du 21 au 29 avril à Antananarivo.

 

Cela fait 12 ans maintenant que les Rencontres du Film Court font bouger le secteur cinématographique à Madagascar. Le festival, qui réunit des milliers de passionnés de cinéma chaque année, est une plateforme importante pour les apprentis réalisateurs qui veulent faire carrière, ou du moins qui souhaitent s’exprimer et voir se concrétiser le fruit de leur imagination. Les organisateurs continuent donc d’interpeller ici et là pour soutenir cette initiative, et vu le nombre de partenaires, leurs voix n’échouent pas dans le désert. Ainsi, à l’aube de cette 12e édition, les RFC font appel aux films dans deux catégories : Internationale Panafricaine qui prime trois genres, l’animation, la fiction et le documentaire. La catégorie Malagasy qui fait participer le grand public à travers des sms et des votes sur papier. Ce jury du public permettra au meilleur d’être invité au festival Off-Court Trouville pour la 18e édition dans leur studio de création. Il y a le fonds Serasary ouvert aux réalisateurs  Malagasy, le Label FEPACI ou Fédération Panafricaine des Cinéastes qui choisira un film et qui lui en offrira son label, et enfin le Prix Jury Jeune, qui offrira au lauréat un ticket pour la Réunion.

Fonds Serasary. Cette année, le fonds Serasary créé par les RFC depuis 2011 s’adresse aux réalisateurs qui sont en phase de développement. Ces derniers doivent envoyer leur dossier de production, ou du moins leur note d’intention, avant le 21 avril 2017. Celui (ou ceux) qui sera sélectionné pourra réaliser son film grâce au financement de son projet, et avec le matériel de tournage du CGM. En outre, il sera invité au Film School de Berlin. Ce fonds Serasary est un fond d’aide à la production audiovisuelle et cinématographique visant à favoriser le développement de la filière cinéma à Madagascar. Six films ont déjà été produits et récompensés par des Prix internationaux. Parmi eux, « Le zébu de Dadilahy » de Luck Razanajaona, une fiction, « Iny hono izy ravorona » de Sitraka Randriamahaly, un film d’animation, « Tambin’ezaka » de Nantenaina Rakotondranivo, un film documentaire, « Le petit bonhomme de riz » de Ludovic Randriamanantsoa, une fiction, et « Cohabitation » de Franco Clerc, une fiction également. Ce fonds a principalement été sponsorisé par Vision Madagascar qui reconnaît le talent des réalisateurs malgaches, malheureusement confronté aux problèmes financiers. A vos claps et action !

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza14 partages

« Salon de l’étudiant »Hatao ny 12 sy 13 janoary izao

Mbola betsaka amin’ireo tanora vao afa-panadinana Bakalôrea hatreto no tsy mahita na mahalala akory izay sekoly ambony azo antoka tokony hanohizany ny fianarany.

Toraka izany koa ny lalam-piofanana izay marihina fa efa tena betsaka tokoa amin’izao fotoana ka mila fantarina tsara. Mba ho fanampiana azy ireny dia hanatanteraka ilay Salon de l’étudiant manokana volana janoary etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina indray ny alakamisy  12 sy ny zoma 13 janoary ho avy izao ny Madajeune. Sekoly ambony manodidina ny 25 isa no handray anjara ao izay marihina fa efa nahazo fankatoavana avy amin’ny fitondram-panjakana avokoa sady eken’ny minisiteran’ny asa ihany koa ny diplaoma omeny. Raha ny fanazavan’Andriamatoa Lahatra Andriamahatsangy, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny Madajeune dia hanomboka amin’ny 9 ora maraina ka hatramin’ny 5 ora hariva ny fotoana mandritra ireo roa andro ireo ary 2.000 Ar ny fidirana. Manodidina ny 2.000 isa kosa ireo mpitsidika andrasana.

Pati

L'express de Madagascar13 partages

Antsirabe – Une association à la rescousse des démunis

Née à la suite de la rencontre d’un Français et d’un Malgache qui se sont donné la main pour participer au développement du pays, il y a dix ans, l’association Sœur Vonjy France-Madagascar vient de manifester officiellement sa présence dans la Ville d’Eaux. Ayant son siège à Paris, elle s’active, actuellement, dans trois grandes villes de la Grande île, dont Mahajanga, Toamasina et Antsirabe. Elle vise à donner des ailes aux membres des associations locales pour qu’elles puissent croître afin de participer au développement des compatriotes.Après la création d’un centre d’accueil pour enfants démunis et la scolarisation d’enfants à Mahajanga, l’association Sœur Vonjy France-Madagascar compte poursuivre ses activités à Antsirabe en ouvrant un centre qui doit se concentrer sur l’éducation, la santé et l’environnement. Des formations en mécanique automobile et en hôtellerie et restauration pour les jeunes ainsi que d’autres activités pour améliorer les revenus des femmes figurent aussi dans le programme de cette association récemment installée à Antsirabe.Avec comme objectif de contribuer au développement des villes d’intervention par le biais de travaux locaux, l’association française identifie tout d’abord, par l’intermédiaire des membres des associations locales, les besoins de ces dernières, lesquels sont présentés sous forme de projets. Une équipe française étudie, par la suite, la réalisation de ces projets et ensuite, elle contribue à leur réalisation. Évidemment, ces projets doivent répondre aux besoins de chaque association locale, chacune des trois grandes villes ayant son propre projet ayant trait à ses problèmes respectifs.

Angola Ny Avo

Midi Madagasikara11 partages

Le pot de terre contre le pot de fer

La démolition des maisons de riverains de Soanierana est passée en boucle sur les chaînes de télévision de la capitale et la désolation et le chagrin de ces pauvres gens ont  éveillé la compassion des téléspectateurs. Mais au-delà de la légalité de l’acte, c’est la brutalité des autorités ayant procédé à l’expulsion qui choque.

Le pot de terre contre le pot de fer

Cette affaire entraînant l’expropriation de personnes se croyant propriétaires des terrains qu’elles occupent depuis 1972 pose le problème de la législation foncière à Madagascar. Dans ce cas précis, ceux qui ont voulu récupérer ces parcelles ont bénéficié de l’’aide de la force publique.  Néanmoins, c’est la célérité avec laquelle la décision a été exécutée qui a provoqué l’indignation de ces pauvres gens. Il s’agit de terrains domaniaux et ses occupants ont entrepris des démarches pour en devenir les propriétaires. Ces actions ont été entreprises depuis  l’année dernière et étaient en bonne voie de réalisation. Elles ont donc été court-circuitées  par ces personnes qui ont eu le bras long. La réaction des habitants du quartier a été immédiate. Ils se sont rendus au bureau du fokontany pour demander des explications auprès de leur président. Ce dernier a été introuvable, provoquant la colère de ses administrés. Aujourd’hui, quel est le recours de ces familles mises à la rue ? Elles sont mises devant le fait accompli, mais elles peuvent ester en justice. Les procédures peuvent être longues, mais dans ce cas précis, il faudrait une mobilisation de l’opinion publique. En fait, ce n’est pas un cas isolé puisque ce genre d’incident se renouvelle régulièrement. L’indignation des citoyens est toujours la même, mais elle se dissipe très vite  car ces derniers sont préoccupés par leurs propres problèmes. Les riverains de Soanierana doivent maintenant s’armer de patience et de courage pour faire aboutir leurs revendications. Ils en auront besoin car leur combat s’apparente à celui du pot de terre contre le pot de fer.

Patrice RABE

News Mada9 partages

Tafaverina amin-dRavalo ilay fiara « Mercedes »

 Efa mipetraka, miantsona etsy Faravohitra andro maromaro ilay fiara 4×4 Mercedes tsy laitram-bala an’ny filoha teo aloha, Ravalomanana. Nambaran’ny loharanom-baovao iray fa nanirahan’ny mpanorina ny Tim vadintany sy zandary ny nakana izany fiara izany teny Andoharanofotsy, fonenan’ny mpanorina ny Masters, Ramaroson Alain tamin’ity herinandro ity. Anisan’ireo fananan’ny filoha teo aloha, voaroban’ny mpitondra sasany tamin’ny fitondrana Tetezamita (Fat) ity fiara ity. Tsy afa-bela tamin’izany koa anefa ireo fiaran’ny orinasa Tiko ankoatra ny fandrobana sy fandorana ireo trano ary ireo fitaovana sy entana samihafa an’ny mpanorina ny Tim tamin’ireny krizy ireny.

Efa nisy namerina tsikelikely araka ny antso avo nataon-dRavalomanana ny ankamaroan’ireo fiarabe kamiao an’ny orinasa Tiko. Efa tafaverina koa izany izao ity fiara « Mercedes » ity na voatery nanirahana mpitandro filaminana aza.

Synèse R.

News Mada9 partages

Analanjirofo : gabegie dans le transport

Les usagers des lignes de transport de voyageurs de la région Analanjirofo subissent la gabegie du secteur depuis quelques semaines par une hausse exagérée des tarifs, doublée d’un non-respect des cahiers de charges.

Les coopératives ont décidé unilatéralement la hausse des frais de transport sur les lignes exploitant la RN5 reliant les régions d’Analanjirofo et d’Atsinanana à l’approche des fêtes de Noël et de fin d’année et de  les maintenir jusqu’à ce jour. Les frais ont presque doublé dans la majorité des cas sans que les usagers en soient avertis auparavant, se plaignent des voyageurs après des altercations avec les transporteurs qui les prennent au dépourvu en cours de route.

La qualité des services s’est nettement dégradée parallèlement à cette hausse illégale des tarifs, selon les usagers. Les fantaisies des transporteurs restent la seule règle régissant le secteur actuellement car, outre les surcharges négatifs au confort des voyageurs et fragilisant leur sécurité, les coopératives ne respectent plus les horaires des départs. Les voyageurs dénoncent aussi la vétusté des véhicules exploités sur ces lignes régionales où sont généralement affectés les véhicules rejetés des zones nationales.

Les responsables locaux du transport terrestre n’ont jamais réagi, pour une raison ou pour une autre, sur les irrégularités flagrantes commises dans le secteur et les usagers en appellent aux autorités hiérarchiques pour des mesures idoines.

Manou

 

Midi Madagasikara8 partages

Badminton – Sommets nationaux : Va pour les phases finales ce week-end

Après les éliminatoires du week-end dernier, les Championnats de Madagascar de badminton 2016 aborderont les phases finales ce week-end au Gymnase d’Ankorondrano. Ces joutes nationales qui concernent les catégories jeunes, premières séries (A, B, C) et les vétérans ont réuni 131 badistes en provenance de trois ligues régionales à savoir  Atsinanana, Vakinankaratra et Analamanga le week-end dernier à Ankorondrano. Les grosses pointures passent sans difficulté ces éliminatoires. Dans la première A hommes et dames, les tenants du titre Haja Vonjinirina Marc Alberto de Club Sangasy et Soaniaina Razanamaly de CSI Itaosy poursuivent leur bonhomme de chemin pour les phases finales ce week-end.  Selon le technicien au sein de la fédération, ces sommets nationaux seront le tremplin pour les badistes en vue du  Meeting de La Réunion et les Championnats d’Afrique prévus se dérouler au mois avril en Afrique du Sud.

T.H

News Mada6 partages

Mahamasina : nahaliana ny maro ny « Boxe chinoise »

 Maherin’ny 30 eo ho eo ireo liana sy nandray anjara ny fiofanana notarihin’ny tompon-daka maneran-tany eo amin’ny « Boxe chinoise », Randriamalaza Christian, tetsy Mahamasina ny asabotsy teo. Maro ireo liana sy te halalala bebe kokoa ary nandray izany traikefan’ity nitondra avo ny voninahi-pirenentsika ity. Niaraka tamin’ireo kalaza eo amin’ny haiady hafa eto amintsika izy tamin’io fanofanana io. Anisan’izany ny tale teknikan’ny federasion’ny Taekwondo, Rakotobe Rivo, ny mpanazatra nasionaly ny kickboxing, Rakotomavo Lova ary koa ireo mpikotrana sasany eo anivon’ny kung fu Wushu. Nambaran-dRandriamalaza Christian fa mihevitra ny hanangana federasiona manokana ho an’ny taranja boxe chinoise ny tenany ary tokony ho ato anatin’ny fotoana fohy. « Mbola miaraka amin’ny federasion’ny kickboxing sy ny savate boxe française ny boxe chinoise amin’izao fotoana izao. Tonga ny fotoana hisintahanay sy hialana amin’ireo federasiona ireo fa mba hanana madiodio azy manokana ny boxe chinoise », hoy izy. Notsiahiviny fa efa mandeha ny fifampidinihana momba izany miaraka amin’ny minisitera mpiahy.

Synèse R.

 

News Mada6 partages

Fabricants de silentbloc : la saison des pluies est propice

Solo est un fabricant artisanal de silentbloc du côté de Fasan’ny Karana. Selon ses dires, l’activité est propice en cette saison de pluies, à cause du mauvais état des routes. Interview

*Les Nouvelles : Depuis quand avez-vous pratiqué ce métier ?

– Solo : Depuis douze ans, je le tiens de mon père qui est un des pionniers de cette activité dans les années 80. L’époque où il y avait la pénurie des pièces pour automobiles.

*Comment vont les affaires actuellement ?

– On peut dire qu’elles marchent. C’est en cette période que l’activité atteint son summum dans l’année. Par rapport aux autres saisons, on arrive à doubler notre recette. Une situation qui s’explique par le mauvais état des routes, aussi bien en ville qu’en brousse.

*Quels sont vos avantages vis-à-vis des autres fabricants, en particulier  les garages d’entretien ?

– Le coût du service et la matière de base que nous utilisons pour fabriquer le silentbloc. En effet, il ne suffit pas de tailler la pièce nécessaire, car à chaque voiture correspond le genre de caoutchouc qui lui est spécifique. C’est d’ailleurs le secret de notre succès vis-à-vis des autres fabricants. Quant au coût, nos prix s’alignent à la moitié de ceux qu’on propose dans les garages et les magasins, avec en sus, le montage gratuit des pièces.

* Où vous approvisionnez-vous en matières premières ?

– Auprès des fournisseurs des régions qui viennent périodiquement tous les mois en proposant des pneus d’engins usagés de toute sorte et de toute marque, ainsi que des contrepoids de navire. Nous n’avons que l’embarras du choix, selon les commandes et la tendance.

*Qui sont vos principaux clients ?

– Mises à part les voitures légères, notamment les taxis, on a aussi les taxis-brousse. Après la période des minibus, c’est l’arrivée des «Sprinters» et rarement les poids lourds. En cette saison des pluies, nous effectuons au moins dans les cinq à huit remplacements par jour.

Propos recueillis par Sera R

News Mada6 partages

Accouchement : la césarienne en dernier recours

Devant la polémique qui circule au sujet de la césarienne, considérée comme  une méthode utilisée dans le dessein de soutirer de l’argent, par des cliniques privées et certains gynécologues, la surveillante générale (SG) du pavillon Sainte Fleur de l’HJRA Ampefiloha a précisé que cette intervention chirurgicale n’est entreprise qu’en dernier recours. Pour dire que la naissance par voie basse est toujours priorisée. Elle de continuer que seules les femmes qui ont des problèmes cardiaques, asthmatiques et le bassin étroit sont en général les concernées dans ce genre d’intervention.

Baisse des prématurés

D’après les statistiques du pavillon Sainte Fleur, une baisse des prématurés a été enregistrée au niveau du service néonatologie dans le courant de l’année 2016. Elle est de l’ordre de 20 à 30% par rapport aux années précédentes, selon les précisions apportées. Cette baisse s’explique aussi par le fait que plusieurs femmes enceintes suivent périodiquement les consultations prénatales. En 2016, sur les quelque 2 800 naissances enregistrées, 330 seulement sont admises dans le service néonatologie.

Sera R

 

News Mada5 partages

Caisses de retraite : vers une baisse des subventions

Les subventions allouées par l’Etat dans les caisses de retraite ne cessent d’augmenter. Les chiffres affichés par la Direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE) montrent que le montant est passé de 97 milliards d’ariary à 250 milliards d’ariary entre 2013 à 2015 pour atteindre les 290 milliards d’ariary en 2016. Le gouvernement compte réduire de 50 milliards d’ariary par an le renflouement des caisses de retraite à partir de cette année pour éviter ce gouffre financier. L’espace budgétaire dégagé sera par la suite investi à d’autres projets d’investissements sociaux d’après la direction auprès du ministère des Finances et du budget.

Le recul de l’âge de retraite fait partie des réformes prévues par l’Etat pour améliorer la gestion des caisses de retraite, mais ce projet semble être en stand by pour le moment. En effet, l’arrêt des subventions fait partie des recommandations des partenaires techniques et financiers (PTF) pour plus d’efficience budgétaire.

Riana R.

 

News Mada5 partages

Fahafaham-pon’ny mpitondra : mila porofoina fa mihatsara ny fiainam-bahoaka

Hanao ahoana ihany ny fiainam-bahoaka? Milaza ho afa-po amin’ny asa vitany ireo mpitondra. Mila porofo fa mihatsara ny fiainam-bahoaka…

Afa-po amin’ny ataony sy izay lazainy ho zava-bita ireo mpitondra. Izay ireny kabary fifampiarahabana teny Iavoloha, ny 6 janoary lasa teo, ireny. Tsy fantatra intsony na firaisana tsikombakomba, na fahalainan-kisahirana, na famalifalian-tena.

Tena misy fiantraikany amin’ny fiainan’ny vahoaka ifotony ve izay lazaina ho zava-bita? Tsy miova firy ny olan’ny sarambabem-bahoaka: tsy fandriampahalemana, delestazy, tsy fanjarian-tsakafo sy kere any atsimo, tsy fisian’ny asa…

Nitondra inona eo amin’ny fiainam-bahoaka ifotony, ohatra, ny fahavitan’ny fampiantranoana ny fihaonana an-tampony iraisam-pirenena? Nefa izay no tena hoe zava-bita, nandaniam-bolabe amin’ny fomba tsy mazava, nifantohana.

Raha atao hoe tafapetraka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena i Madagasikara sy ny mpitondra, aiza ho aiza ny vahoaka? Mbola ao anaty fahantrana lalina ny maro, tsy mahalala ary tsy manana fanantenana amin’izay ho avy.

Misy ny antontan’isa sy tarehimarika notanisaina amin’izao hoe zava-bita tetsy sy teroa nandritra iny taona iny. Nampihena ahay ny fahantram-bahoaka ve izany? Na araka izay tena hetahetam-bahoaka sy izay mahamaika azy tokoa…

Tsy misy fiovana ny mahantra sy ny fahantrana

 « Porofoy amiko fa mihamahantra miohatra amin’ny tamin’ny roa taona sy tamin’ny herintaona isika amin’izao fotoana izao, tsy misy asa fampandrosoana mihitsy atao… «  Adihevitra tamin’ny taon-dasa io tenin’ny filoha tany Istanbul, Turquie, io, ny 24 mey 2016.

Amin’izao, raha afa-po amin’ny ataony ny mpitondra ary mandeha ny fampandrosoana, mila porofoina mazava fa mihatsara ny fiainan’ny vahoaka malagasy. Na mihena ny isan’ny mahantra, ankoatra ireo mpanao kolikoly, mpiray tsikombakomba…

Toa vao mainka aza mihamitombo ny fahantrana sy ny mahantra, na eo aza ny antontan’isa sy  ny tarehimarika amin’ny hoe fisondrotry ny harin-karena faobe, ohatra. Misitraka inona amin’izay ho fampandrosoana ny olom-pirenena tsotra?

Na mbola tsy tafapaka any ifotony ny asan’ny mpitondra, na tsy misy… Porofo amin’ny hoe fampandrosoana izay fihatsaram-piainan’ny vahoaka izay, na toy inona fahamarinan-toerana politika, fankatoavana iraisam-pirenena, fanampiana sy trosa azo…

R. Nd.

 

News Mada5 partages

Karieran’Ankaraoka Anjozorobe : miantso ny mpitondra ny sefo distrika

Nitondra fanazavana. « Efa milamina ny disadisa taorian’ireny savorovoro momba ny asa fitrandrahana ao amin’ny karieran’Ankaraoka ireny. Efa nisy didim-pitsarana momba io raharaha io ary efa olona vaovao ny tompon’ny toeram-pitrandrahana amin’izao fotoana izao », hoy ny lehiben’ny distrikan’Anjozorobe, Ranivosoa Harilalala Marie Hortence,, tetsy Andrefan’Ambohijanahary ny faran’ny herinandro teo. Mbola miantso ny tokony hipetrahan’ny fitoniana sy filaminana ireo mpitondra any ifotony ireo ary koa ny tokony hijeren’ny mpitondra ny raharaha tahaka ireny. Notsiahivin’izy ireo fa misy mpandraharaha miketrika fanakorontanana momba ity raharaha ity any an-toerana ary mitondra taratasy hosoka sy tsy ara-dalàna. « Tsy mahalala afa-tsy ny ara-dalàna avy amin’ny minisitera izahay ary izany ihany no manankery… Aoka tsy ho tonga amin’ny fampihorohoroana ny raharaha », hoy ihany izy ireo.Anisan’ny nanotrona izany valandresaka ho an’ny mpanao gazety izany ny ben’ny Tanànan’ny kaominina Marotsipoy,  Rakotobe Léonard Marie Joseph.

Synèse R.   

Tananews5 partages

Anjozorobe : les gendarmes s’entretuent

Oui oui, toujours cette même affaire d’Anjozorobe, où le nom d’un fiston présidentiel avait déjà été mêlé il y a quelques mois.

On pensait que l’affaire s’était tassé mais que nenni, le week-end dernier tout le monde s’est tiré dessus avec au final un gendarme tué.

Pour rappel, c’était, c’est toujours, un litige entre un propriétaire de terrain et un exploitant qui a été à l’origine de l’histoire.

Au final, tout ce beau monde a voulu montrer qu’il en avait une plus grosse (du Tribunal) que l’autre, appel des potes gendarmes de part et d’autre avec donc le résultat que l’on connait : un gendarme abattu.

Un gendarme d’ailleurs présenté comme un “garde du corps” du general Richard Ravalomanana mais aussi auparavant comme celui du même fiston présidentiel sus mentionné.

Sa Seignhery parlait de quoi déjà à Iavoloha ? Ah oui, des traîtres dans son entourage. Et sa Seignhery parlait aussi du “Tan-dalana misy fanjakana“. Avec cette histoire d’Anjozorobe, on se croirait plutôt dans un mauvais soap western oui.

L'express de Madagascar5 partages

Piraterie – Madagascar impliqué dans la sécurité maritime

25 milliards de dollars. C’est l’estimation de la perte commerciale subie dans le seul Golf d’Aden avec la piraterie, le terrorisme, les trafics de marchandises, la pêche illicite. Ce fait illustre parfaitement les pertes engendrées par l’insécurité qui règne dans les océans. Comme étant un passage maritime stratégique de l’océan indien, Madagascar fait de la question de sécurité comme une priorité.D’autant plus que le pays dispose d’un centre de fusion des informations maritime (CFIM). Ce centre est un dispositif de lutte contre la piraterie et les crimes transnationaux. Dans ce sens, l’agence portuaire maritime et fluviale (APMF) travaille étroitement en collaboration avec cette structure et aussi le commandement des forces navales (COFONA). Des formations techniques qui sont régulièrement données par des experts de l’Organi­sation Maritime Interna­tionale (OMI) sur les thèmes de l’information, de la communication ou des dernières technologies permettant de sécuriser les échanges maritimes.Les activités économiques maritimes autour de l’Afrique et notamment dans l’océan indien ne cessent de progresser. Transport, pêche, aquaculture et énergie renouvelable sont des facteurs de croissance indéniables pour l’ensemble des pays côtiers, dont bien sûr Madagascar. Le défi sera ainsi de sécuriser ce développement économique, tant cette évolution des activités maritimes a lieu dans un contexte d’insécurité lui aussi en nette progression.Ces points essentiels animent particulièrement la communauté internationale et la Banque Mondiale ces derniers mois. En octobre dernier, à Lomé au Togo, les états membres de l’Union Africaine ont œuvré pour construire une stratégie et une coopération autour de la sécurisation de l’économie maritime.

L.R.

L'express de Madagascar5 partages

Recettes fiscales

Objectif atteint. Selon les données publiées par le ministère des Finances et du budget, « les recettes fiscales intérieures recouvrées au titre du mois de novembre 2016 s’élevaient à 409,17 milliards d’ariary dont 231,87 de recettes fiscales et 177,3 de recettes douanières ». Ainsi en termes de cumul, les recettes intérieures recouvrées sont de l’ordre de 3312.57 milliards d’ariary dont 1786,47 de recettes fiscales et 1526,57 de recettes douanières. Dans son budget rectificatif de l’année 2016, l’État envisage de recouvrir des recettes fiscales nettes s’élevant à 3431,1 milliards d’ariary contre une prévision initiale de 3429,1 milliards d’ariary, soit un taux de pression fiscale net de 10,8% contre 10,7% dans la loi des finances initiale.

News Mada4 partages

Changement climatique : le fleuve d’Ikopa se tarit

Ikopa est en voie d’assèchement au niveau d’ Anosizato et d’ Ampasika. Des déblais de cailloux et de la boue occupent actuellement une grande partie du lit de cette rivière.

Si on a l’habitude de voir le niveau de l’Ikopa monter à plus de 2 mètres en cette saison des pluies, menaçant ainsi des crues et parfois des inondations, l’inverse est enregistré actuellement, notamment du côté des ponts d’Anosizato et d’Ampasika. Et on peut même dire que le fleuve se tarit, aussi bien en amont qu’en aval.

L’impact du changement climatique a amené avec lui l’insuffisance de précipitations. Selon le directeur général de la Météorologie, Samueline Rahariveloarimiza, la saison cyclonique 2016 s’est également montrée avare en termes de précipitations.

Du coup, les rizières des plaines d’Antananarivo, en particulier celles où un repiquage vient d’être effectué, sont les premières à en subir les conséquences. Le niveau de la rivière requis pour irriguer ces plaines est effectivement de 1,90 m avec un débit de 20 mètres cubes par seconde, de source auprès de l’Autorité pour la protection contre les inondations des plaines d’Antananarivo (Apipa). A l’heure actuelle, le niveau du fleuve n’atteint même pas 0,50 m, si on se réfère à celui du pont d’Anosizato.  Si cette situation perdure et que Dame de pluie tarde à venir, la production rizicole au niveau des plaine d’Antananarivo serait fortement menacée.

Une opportunité pour d’autres

La situation n’est pas dramatique pour tout le monde car des piégeurs de poissons, s’ amenant avec leurs filets de pêche, ont effectué une ruée, dimanche, sur les lieux pour tenter leur chance. Un phénomène qui s’est produit d’ Anosizato au pont d’Ampasika. Et autant dire que la pêche a été bonne car selon le témoignage d’une poissonnière du secteur, elle a acheté sept kilos de poissons auprès de l’un d’eux.

Des poissons composés essentiellement d’ Ophiocephalus ou « Fibata » et d’anguilles, dont quelques-uns mesurent plus d’un mètre de long. « Ces piégeurs se sont partagé au moins quelque 20 000 ariary par tête », a affirmé cette poissonnière.

La Météo optimiste

Face à cette situation, la Météo Madagascar reste tout de même optimiste quant à l’arrivée de la pluie ce mois de janvier. Et ce, grâce à la présence du phénomène El Nina dans l’ océan Pacifique. Dans son bulletin saisonnier, de janvier au mois de mars, la Météo indique que « De grandes précipitations pourraient s’obtenir durant ce mois de janvier sur une grande partie du centre, y compris Analamanga, du sud et sud-est de la Grande île. Avis est ainsi lancé aux riverains d’être vigilants aux crues des rivières et aux éventuels éboulements ». Quant aux cyclones, on est actuellement en pleine saison. Un à trois cyclones sont prévus atterrir sur nos côtes.

Sera R

 

News Mada4 partages

Insécurité : encore un gendarme tué en service commandé

La lutte contre le vol de bovidés dans la région Menabe, plus précisément dans la commune de Mandabe, s’est soldée par la mort d’un gendarme. Les circonstances de sa mort restent floues mais d’après des sources convergentes, il avait participé avant-hier à une battue avec d’autres gendarmes. Les poursuivants ont ouvert le feu. L’un des bandits de grand chemin a été tué mais malheureusement, le projectile aurait touché par ricochet le gendarme.

Lors de la présentation de vœux de nouvel an au sein de la gendarmerie nationale et la remise de décoration au personnel méritant, le Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie, le général Didier Gérard Paza, a indiqué que la grande famille des bérets noirs a été soumise à rude épreuve durant l’année écoulée. «En 2015, 7 gendarmes sont morts en service commandé. L’année suivante, le chiffre a carrément doublé. Tout ça pour vous dire que nous risquons notre vie à chaque instant et à mesure que nous multiplions les sorties sur le terrain », a-t-il signifié.

En dépit des quelques cas de bavures ou écarts de conduite impliquant des brebis galeuses, le général Didier Gérard Paza se dit satisfait des résultats obtenus. «Aucun cas de trafic de bois de rose n’a été signalé en 2016. Dans la lutte contre les vols de bovidés, la valeur des zébus récupérés est estimée à 24 milliards d’ariary», a-t-il mentionné entre autres. Par ailleurs, il a révélé que des petites unités pouvant accueillir 20 ou 25 commandos seront installées dans les zones rouges en matière de vol de bovidés.

Mparany

News Mada4 partages

Anosibe-Tsena : la sécurité renforcée

La sécurité dans le périmètre du marché d’Anosibe revient à la normale suite aux actions menées par l’association «Fikambanan’ ny sécurité Anosibe-Tsena anatiny» (Fsata) dirigée par Rija Randrianarisoa.

Suite aux plaintes des commerçants victimes de cambriolages dans leur rayon d’action,  les membres du Fsata ont réussi à piéger les auteurs des méfaits et les ont arrêtés, hier. Deux des malfrats, âgés respectivement d’une douzaine d’années, ont été pris la main dans le sac dans un magasin où ils sont entrés par le toit pour voler des accessoires électriques, probablement pour la revente sur les étals des colporteurs. Leurs deux compères ont pu échapper mais sont activement recherchés actuellement, selon le bureau du Fsata.

Un autre malfaiteur a été pris en flagrant délit d’effraction dans la zone des magasins du marché, dans la nuit de dimanche, a rappelé le président de la sécurité, Rija Randrianarisoa, pour rassurer les usagers sur la sécurisation des lieux.

Manou

 

L'express de Madagascar4 partages

Ambatondrazaka – La chorale AFATRA célèbre l’Épiphanie

Un concert en ode aux cantiques religieux, doué de spiritualité et mélodieux, a ravi les fidèles du FJKM Tranovato Ambatonakanga dimanche après-midi. Vers 15h, la chorale AFATRA ou « Antoko Mpihira Fifohazana Ambatonakanga Tranovato » y a célébré, à travers des compositions enivrantes de poésie évangéliques pour le publics, la fête de l’Épiphanie.Samuel Randria­manampy, chef de chœur de la chorale affirme « C’est un instant de communion exceptionnel que l’on partagera ensemble cet après-midi avec vous. Ensemble, en musique, nous allons célébrer notre foi et notre attachement à nos valeurs religieuses, à travers ces quelques louanges que l’on se plaira à partager à vos côtés ».Honorant la venue du Messie et la visite des rois mages, c’est une fête chrétienne enjouée qui a fédéré les férus de cantiques à rejoindre le FJKM Ambatonakanga à l’occasion. Jeunes et passionnés, les membres de la chorale AFATRA ont tenu, pour la quatrième fois consécutive, à enchanter son auditoire, le temps d’un rendez- vous exceptionnel. Célébrant également ses vingt ans d’existence, la chorale AFATRA et ses membres ont ainsi donné le meilleur d’eux-mêmes, affichant des compositions éclectiques et rythmées, où le salegy et le reggae sont, entre autres, joués. Son nouvel album, « Ho avy ny Tompo », a été présenté officiellement à l’occasion.

A. P. R.

L'express de Madagascar4 partages

Vtt – Courses « downhill » à Antsirabe

L’an dernier, les jeunes vététistes, réunis au sein de Dago-Descente, ont lancé la formule « downhill ». Une autre façon de pratiquer le VTT, en dévalisant une pente donc. Lors des deux événements organisés par ces derniers, le succès était au rendez-vous, au vu de l’affluence.Parmi les participants de la deuxième édition figuraient, notamment, des coureurs venus d’Antsirabe. Aujourd’ hui, ces vététistes de la Ville d’Eaux ont décidé d’organiser leur propre course « downhill ». Celle-ci portera l’appel­lation de « Bira Descente Première Edition ». Elle est fixée pour le dimanche 29 janvier.« L’initiative découle de notre participation à la course de Dago-Descente. Nous étions quatre coureurs d’Antsirabe à y prendre part », confie Lalà Rasanjison, qu’on connaît surtout comme étant la multiple championne de Mada­gascar de moto tout terrain dans la catégorie féminine. « Nous, motards, pratiquons également le VTT. La course sera organisée par Bira Moto Club et Bikers 110 qui est une association de passionnés de VTT à Antsirabe », poursuit-elle.« À l’heure actuelle, nous sommes en pleine préparation et sollicitons toutes les entités intéressées pour être partenaires. D’ores et déjà, nous remercions Cycle Madagascar – Momotas, sponsor officiel de cet événement dont l’objectif est de promouvoir le cyclisme auprès des jeunes tout en divertissant également les populations rurales. La course se tiendra à Ambohidava, une localité située à quatre kilomètres au Sud de la ville », conclut Lalà.Plusieurs coureurs d’Anta­nanarivo ont déjà manifesté leur intérêt, quant à cette course. Ce qui devrait déboucher sur un plateau bien fourni. Les vététistes seront départagés en deux classes, BMX et VTT équipés de fourches rigides d’un côté, VTT dotés de suspensions de l’autre. Concernant les catégories d’âges, citons les juniors (-18 ans), séniors (18-37 ans), les vétérans (+38 ans) et dames.La course de VTT est prévue pour le dimanche 29 janvier. Mais d’autres mani- ­festations animeront le week­end en parallèle. La veille notamment, on aura un concours d’équilibre, consistant à rouler sur une planche placée par-dessus un étang.

H.L.R.

News Mada3 partages

Lozam-pifamoivoizana tao Ambohimandroso : Sprinter nifaoka kamiao Tata, efatra namoy ny ainy

Olona roa no maty teo noho eo. Roa hafa kosa namoy ny ainy teny an-dalana ho any amin’ny hopitaly. Io indray no vokatry ny lozam-pifamoivoizana nahatsiravina, vokatry ny fifandonan’ny taksiborosy sprinter iray, nifaoka kamiao Tata, tany Ambohimandroso (RN 7), omaly maraina.

Fiara Sprinter taksiborosy mampitohy an’i Farafangana sy Antananarivo no niharan-doza, omaly vao maraina, tokony ho tamin’ny 4 ora teo, tany Ambohimandroso, lalam-pirenena fahafito. Olona efatra no voalaza fa maty, ka ny roa tamin’ireo maty teo noho eo ary ny roa hafa maty teny an-dalana hamonjy hopitaly. Mpanamboatra fiara tao ambanin’ilay kamiao sy vehivavy iray ireo maty voalohany, voatrongin’ilay Sprinter. Nosokirina mihitsy kosa ny mpamilin’ity farany sy ny olona teo akaikiny vao tafavoaka. Mbola tsy mahatsiaro tena any amin’ny hopitaly izy io hatramin’ny ora nanoratanay, ary mety atahorana ny ainy.

Araka ny fanazavana, nijanona amoron-dalana ilay Tata noho ny olana ara-teknika. Tsy fantatra mazava na hitan’ilay mpamily Sprinter ilay fiara Tata io na tsy hitany. Ny andro mbola maizina rahateo, kanefa ny jiron’ny fiara mirehitra. Voalaza fa nandeha mafy ilay fiara Sprinter io, ary nirefotra avy hatrany teo amin’ilay Tata. Tao anatin’ny fotoana fohy nitrangan’izany rehetra izany.

Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fizahana ity loza ity. Efa nazava mihitsy vao tena hita ny fahavoazan’ireo fiara roa. Tonga tany amin’ny hopitaly ireo maty sy naratra.

Vao ny herinandro ambony teo, ny fiandohan’ny taona ilay loza nahatsiravina tany amin’ny RN7, teo Ilempona izay tsy lavitra ny nitrangan’ity omaly ity. Taksiborosy Sprinter sy kamiao nifandona ka nahafatesana olona valo mianaka. Ny niafaran’ny famotorana tamin’ity loza farany ity, nangingina tanteraka. Ity nitrangan-doza hafa indray.

Tsisy fepetra…

Efa ho lava ity loza ateraky ny taksiborosy sy ny mpamily ary ny fiara Sprinter. Samy manameloka ny mpamily, ary indrindra ity karazam-piara ity ny rehetra. Ny fanehoan-kevitra anaty fiaraha-monina sy ny tambajotra sosialy tsy ferana intsony. Lasa any amin’ny Sprinter ny rihatra no miangona. “Sprinter indray izay”, hoy ny olona.

Ity karazam-piara ity ve no tsy mety amin’ny lalana eto amintsika sa ny mpamily no tsy mahafehy azy? Tsy misy ny fepetra raisin’ny fanjakana manoloana ity loza mahafaty olona ity no efa ho lava. Raha any amin’ny firenena hafa mety efa noferana ny fampiasana sy ny fampidirana io karazam-piara io. Ny eto amintsika sarotra ny haka izany fepetra izany satria mampidi-bola ho an’ny fitondrana izany, ary mety ny mpitondra aza no manana betsaka amin’izy ireny.

Yves S.

News Mada3 partages

Ilanivato Anosipatrana : voasambotra niaraka tamin’ny PA vita gasy i Beloha

 Saron’ny polisy avy ao amin’ny poste de police Ilanivato Anosipatrana teny amin’ny lalana Digue Anosipatrana, ny alahady teo ny jiolahy iray antsoina hoe Ravoajanahary na i Beloha, araka ny fahafantarana azy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, monina eny Alakamisy Fenoarivo ity jiolahy ity. Ny alahady teo tamin’ny 11 ora antoandro, nandeha moto ity jiolahy ity nefa tsy nanao aroloha raha iny nandeha tamin’ny lalana Digue Anosipatrana iny. Nosakanan’ny polisy avy hatrany ity. Rehefa nosavaina anefa ny taratasy momba ny moto-ny, tsikaritry ny polisy ho mailomailo izy ka nahatonga ny polisy hisava ny sakaosy teny aminy. Basy PA iray vita gasy sy boite à chargeur nahitana bala miisa dimy ny hitan’ny polisy tao anaty sakaosiny nandritra ny fisavana. Fantatra nandritra ny famotorana nataon’ny polisy tamin’ity jiolahy ity fa efa nigadra nandritra ny 11 volana izy ny taona 2013 noho ny resaka fisolokiana ho mpitandro filaminana. Nilaza ihany koa izy fa entiny hampitahorana izay olona mifamaly aminy ity basy ity.

Jean Claude

News Mada3 partages

Amoron’i Mania : tsinjovin’ny faritra ny ECD

Anisan’ny faritra nahazo fiofanana tamin’ny Tahirim-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps) ny tany Amoron’i Mania. Voakasik’izany ny mpiasa tsy raikitra (ECD) eny amin’ny sampandraharaham-panjakana sy ny vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana. Nitsotra ny tompon’andraikitra iray ao amin’ny faritra, Rakotomanankiafarana Joël, fa « mampiasa ECD maro izahay, ka nanaovana hetsika manokana ny fandoavana latsakemboka, trosa miavosan’ny Cnaps. Tsapanay fa mampiova ny fiainan’ny mpiasa ny fandoavana azy, satria miteraka zo na miova aza ny sata mifehy azy any aoriana ».

Maro ny mpiasa ECD tsy manana laharana Cnaps. Miezaka noho izany, ny faritra Amoron’i Mania, mandresy lahatra ny kaominina handoa latsakemboka. Ho an-dRtoa Andrianarivo Vola, ben’ny Tanàn’Ambositra, mbola ananan’ny Cnaps trosabe ny kaominina tantaniny, na miezaka mandoa ihany aza, noho ny olana ara-bola diaviny. Na ny karaman’ny mpiasa aza, tsy voaloa indraindray. Nangataka fiaraha-miasa amin’ny Cnaps ny tenany.

Nanao antso avo ho an’ny fanjakana koa ny tenany, hanampy tosika azy ireo satria tsy ampy ny vola miditra amin’ny kaominina.

Njaka A.

News Mada3 partages

Assainissement : le scénario n’a pas changé

Sous l’égide de la Commune urbaine d’Antananarivo, le premier arrondissement a poursuivi ses travaux d’assainissement de bon matin, hier, aux environs de 7 h. Tous les quartiers, sans exception, ont été concernés par cette opération, D’Ambohijatovo à la gare Soarano en passant par Ambodifilao, Tsiazotafo, Faravohitra, Analakely, Tsaralalàna, Ankadivato, sans oublier les 67 ha.

Comme à l’accoutumée, le scénario n’a pas tellement changé concernant les marchands ambulants et informels. L’habituel jeu du chat et de la souris a continueé, si d’autres ont choisi de se fondre dans le décor, en se faisant passer pour de simples passants encombrés de leurs achats.

Mais les marchands ont repris leurs activités une fois les agents de la Police communale partis, en se tenant toutefois sur leurs gardes. A la seule différence, ils n’ont pas osé occuper totalement les chaussées, comme ils ont l’habitude de le faire au quotidien au grand dam des automobilistes énervés par les embouteillages qui s’ensuivent.

D’un côté, l’assainissement des lieux, au sens propre du terme, a connu un succès. Quelque 200 employés de la municipalité d’Antananarivo, y compris des membres du cabinet de la CUA, ont été mobilisés dans cette opération qui va se poursuivre à l’intérieur des marchés du premier arrondissement.

Sera R

News Mada3 partages

Us et coutumes : le raout d’Iavoloha n’a pas vidé la ville des rutilantes limousines et des puissants...

A la grand’messe d’Iavoloha le petit invité qui ne roulait pas carrosse n’avait pas à faire pâle figure. L’affectation des parkings a été ordonnée selon la hiérarchie, grand’messe certes mais il faut ménager les susceptibilités. Pareillement à veiller à ne pas mêler le beau linge aux endimanchés, on ne fait pas côtoyer dans un même aire belles bagnoles et petites autos de famille. Mauvaise pioche : de 4X4 les parkings de toutes catégories en étaient bourrés. Terre de contradiction, Madagascar peine à sortir des derniers rangs du classement de pauvreté, s’accroche aux places d’honneur s’agissant de la densité des 4X4 du parc auto.

 

Tananews3 partages

Les babakoto trouvent du poisson mort à profusion dans l’Ikopa

Le Ministère de la pêche déconseille leur consommation” tant que l’origine de leurs décès n’aura pas été déterminé.

Mettre de la bouffe gratuite devant les yeux d’un babakoto qui ne mange plus qu’une fois par jour, de la viande peut-être une fois par semaine, qui vit avec moins de deux dollars par jour et lui demander de ne pas consommer ?

Le Ministère de la pêche nous fait marrer. Mais c’est bien, il a fait son travail, si un babakoto tombe malade voire décède suite à cette consommation, on ne pourra rien reprocher au Ministère.

Tananews3 partages

Jiramaty : coupures, micro-coupures, délestages

Malgré les discours masturbatoires tout va bien madame la Marquise de vendredi dernier, les réalités reprennent très vite le dessus.

Plus d’eau, coupures de courant sur coupures de courant : voilà les réalités hier lundi.

Mais on sait, tout ceci est la faute des Ratsiraka, Zafy, Ravalomanana, Rajoelina qui n’ont rien fait.

Le connard qui a promis de résoudre tout ceci en 6 mois lui est blanc comme neige.

Madaplus.info2 partages

La majorité des ménages malgaches en situation précaire

La Confédération chrétienne des syndicats malgaches (SEKRIMA) a réalisé une étude sur le revenu familial en 2016. Actuellement, les dépenses quotidiennes ne dépassent pas 2 dollars selon elle.
Six décennies après l’indépendance, Madagascar figure parmi les pays les plus pauvres du monde, après le Burundi, la République centrafricaine, le Malawi et la Gambie. D’après la rétrospective de la SEKRIMA, la population ne dispose que de 6 600 ariary environ par jour. Par manque de revenus, 50% des familles ne parviennent pas à atteindre le niveau minimum d’apport calorique par jour. Des bailleurs de fonds ont pourtant apporté leur soutien à l’île rouge depuis maintenant une quinzaine d’années. Faut-il rappeler que Madagascar regorge également de ressources naturelles, pour ne citer que les produits miniers et halieutiques ? Mais Ce sont les vazaha qui s’en occupent.
Madaplus.info2 partages

Miss Afrique International : Lucia Salama sera candidate

Lucia Abdoul Salama a été élue Miss Madagascar 2017 en France. Elle prétendra au titre convoité de Miss Afrique International vers la fin du mois.
Lucia Salama, la nouvelle Miss Madagascar 2017 en France, est seulement âgée de 19 ans. Elle est aujourd’hui étudiante en média audiovisuel. La jeune Antsirananaise va représenter son pays à l’élection Miss Afrique International. Un concours de beauté au service de la lutte contre la famine et l’insécurité alimentaire dans le monde. Notons que les prétendantes sont actuellement au nombre de 150. Celles-ci viendront de grandes capitales telles que Québec, Bruxelles, New York, Londres, Berlin et Paris. Les heureuses sélectionnées tenteront de remporter la grande finale qui se déroulera le samedi 28 janvier aux Seychelles.
News Mada2 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : hafetsen’ny fitondrana

Maro ny tranga eto an-toerana no manahatahaka ny fisehon’ny toe-draharaha any amin’ny firenena afrikanina. Asa na noho ny tantara misy itovizana na noho ny fisedrana fahantrana iraisana. Raha maheno ny korontana farany tao Côte d’Ivoire izay nahitana fikomiana nataon’ny miaramila sasantsasany anefa dia mahatsapa ny fisian’ny lafiny mampiavaka ny fitondrana malagasy. Na inona na inona fahasahiranana nodiavin’ny fanjakana dia tsy nisy fanapahana ny fandoavana ny karaman’ny mpisam-panjakana. Any izany fa tsy aty hoy RaFanjakana, na hoy RaFitondrana angamba no marina kokoa. Na handeha hatramin’ny loha, na hisikotra ny vodiharona fanafenam-bola na atao hoe hivarotana harem-pirenena aza, tsy maintsy mahita vola handoavana ny karaman’ny mpiasam-panjakana, izay ny antoky ny fampiodinana ny raharaha. Na kely na be, arak’izay tokony ho rariny izany karama izany ka tsy maintsy efaina mba tsy hanampy trotraka amin’ny fahasorenan’ny vahoaka sy ny mety ho fahatezeran’ny fonksionera.

Ny fahantran’ny maro ao amin’ny mponina sy ny fahasahiranan’ny ankamaroan’ny vahoaka moa dia efa mahazatra. Tsy tranga miserana fa toe-draharaha efa mitoetra. Lasa tsy mahamaika ary tsy hamehana ho an’ny fitondrana intsony. Sanatria ve dia heverina ho sangy mahery fotsiny ao anatin’ ny lalanam-piainana ka tsy mampiraika intsony? Inona ary no antony hikabariana ady atao amin’ny fahantrana ? Inona no antony ametrahana mpiandraikitra eo amin’izao ambaratonga isan-karazany izao ao anatin’ny rafitra lazaina hoe fanjakana raha tsy hampiova na inona na inona amin’ny fahoriana mianjady amin’ny maro ? Milaza fanaovana ezaka ny tompon’andraikitra ambony, midera tena mihitsy aza amin’ny fitanisana vokatra nofinofy tsy miantraika any am-bilian’ny mponina. Hany tazan’ny olona dia ny fidakadanan’izy ireny, mihabolangina sy mihamandimandina am-pitoerana. Mifaninana amin’ny fanjakazakana tsy hizaka ny zava-mihatra amin’ny rehetra, na atao fotsiny aza hoe ny fomba fanivatsivana anatin’ny fifamoivoizana mikatso. Ahoana moa no ahatsapany ny fahoriam-bahoaka raha ny fahasahiranana andavan’andron’ny maro aza dingadinganiny? Fantatra fa misy lamina izany fanomezan-dàlana an’ireo filohan’andrim-panjakana. Fa maro amin’ireo mpanambonibony tena no mihoa-pefy ka mpamparikoriko ny olona, indrindra indrindra moa fa mbola ampiany fitadiavana tombontsoa mihoampampana, nefa ny vokatra boribory.

Léo Raz

 

News Mada2 partages

Malagasy Gospel : hitohy any Frantsa, Soisa, Norvezy ny dia

Mandray anjara betsaka amin’ny fanentanana amin’ny fampanajana ny zon’ny ankizy ny Malagasy Gospel, tarika tanora mpanakanto sahanin’ny fikambanana tsy miankina Bel Avenir any Toliara.

Taorian’ny tany Andorre sy Espaina, hihazo an’i Frantsa, Soisa ary Norvezy ireo tovovavy miaraka amin’i Harris, hany lehilahy ao anatin’ny tarika, ny volana mey izao.

Toy ny tamin’ny volana desambra 2016 teo, hifantoka amin’ny fanentanana momba ny zon’ny ankizy ny seho hotanterahin’ny Malagasy Gospel. Raha tsiahivina, ampolony ny kaonseritra vitan’ny tarika tany Andorre sy Espaina. Ny goavana indrindra, ny hetsika mitondra ny lohahevitra hoe “Il était une fois mille voix”, natao tao amin’ny Centre Olympique de Tennis any Madrid, ny 17 sy 18 desambra teo.

Antoko mpihira miisa 60 no nifandimby niaka-tsehatra tamin-dry Malagasy Gospel, nandritra ireo roa andro ireo. Maherin’ny 6.000 ny mpijery tamin’izany. Ankoatra ireo, nahavory olona iray alina, eo ho eo, ireo fampisehoana nataon’ny tarika tany, raha atambatra. Nifampizara kolontsaina sy zavakanto ary fahaiza-manao tamin’ny ankizy toa azy ireo mpikambana ao amin’ny Malagasy Gospel tamin’ny toerana rehetra nolalovan’izy ireo.

Mandra-piandry ny fiverenana any Eoropa, mizara ireo soa azony tamin’ny diany tany Espaina, amin’ireo ankizy sahanin’ny Bel Avenir, toy ireo ao amin’ny foiben’ny zavakanto sy ny mozika, ny Malagasy Gospel.

Landy R.

News Mada2 partages

Kaiamba : nodimandry i Bruno Raisner

Nodimandry omaly maraina teo amin’ny faha-57 taony, teny amin’ny hopitaly FLM Ambohibao ity andrarezin’ny hira malagasy ity. Ilay hira « Kotrobaratra » tsy afaka am-bavan’ny olona maro sy ny tarika Kaiamba no tena nahalalan’ny mpitia zavakanto azy. Mpamoron-kira sady mpihira rahateo i Bruno Raisner. « Nitendry zavamaneno ihany izy rehefa manolotra anay Kaiamba ny hira noforoniny hanaovana fandrindrana », hoy i Prosh’Ely iray amin’ireo mpikambana mandrafitra ny tarika Kaiamba. Raha ny fanazavany hatrany, mandeha irery sy nanana ny tariny ihany koa i Bruno Raisner. Nanome hira maro ho ana tarika sy mpanakanto ihany koa izy.

« Anisan’ny manana fahatokisana anay mpikambana ao amin’ny Kaiamba i Bruno Raisner amin’ny fandrindrana ny hira. Saika hoentiny eo aminay ireo hira harindra. Manana tononkira kanto rahateo izy », hoy Prosh’Ely. Anisan’ireny ny voarakitry ny hira « Zandry » sy « Mihetsika ianao madama ».

Fantatra fa avy any amin’ny Nosy Sainte Marie ny fiavian’i Bruno Raisner. « Nidina kely tany amin’iny faritr’i Mananjary iny izy. Vokatry ny rano tsy azo antoka loatra tany no niteraka ny tsy fahasalamany », hoy Prosh’Ely.

Mirary fiononana feno ho an’ny fianakavian’i Bruno Raisner ny gazety Taratra.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara2 partages

SRK : Un paradis pour les passionnés de la mécanique

L’industrie de loisirs en pleine croissance à Madagascar.

Un business qui rapporte gros pour son promoteur, et une adresse idéale pour les passionnés de sport mécanique et de vitesse, Serana Racing Kart (SRK) est de plus en plus prisée dans la Capitale.

 

Pour les passionnés de sport mécanique et la vitesse, l’adresse idéale se trouve à 26km de Tana à Imerintsiatosika, SRK. Le complexe a pris vie au début des années 2000. N’ayant été qu’un simple club de sport auto auparavant, le centre est actuellement devenu un dôme de loisirs, de détente et de compétition. Deux grands circuits ont spécialement été conçus pour les Kartings : celui de 750m destinée aux locations de pistes et aux débutants, leur permettant de maîtriser le pilotage et le circuit de 1 000m pour les compétitions il offre de meilleures sensations grâce à ses longues lignes droites. « Nous avons des kartings de tout genre, comme : L’Afa Mini, spécialement pour les enfants à partir de 7 ans, la Sodi GT2 pour les premières expériences ou les pilotes débutants, la Sodi RT8 pour le confort et la vitesse est éventuellement attribuée aux pilotes confirmés et enfin la Sodi Fun Max  pour la vitesse supérieure, destinée aux pilotes expérimentés. Une piste de course (run) de 800 mètres pour les passionnés de vitesse pure est aussi à la disposition de Serana, une piste où la vitesse et les sensations fortes sont les bienvenues, elle permettra aux passionnés d’exprimer pleinement le potentiel de leur véhicule. Et enfin, une piste off-road qui est un circuit de terre, les pilotes disposeront de 7 km de sensation forte, il dispose d’un environnement très varié avec un sous-bois unique  qui est utilisé principalement pour les slaloms  et les enduro-Moto », a exposé Hugues Rasolofo, responsable de communication au sein de la SRK

Evénements. Pour cette année, deux grandes compétitions sont prévus, d’après le représentant du SRK. D’abord, le championnat de Madagascar de Karting qui se divisera en quatre manches c’est-à-dire en avril, mai, septembre et octobre ; et le trophée international de Madagascar qui aura lieu au mois de novembre et réunira les pilotes ayant la licence qu’ils soient malgaches ou étrangers. D’après le responsable de la Communication, des promotions sont envisagées pour les prochaines vacances, avec des locations toujours d’actualité. « Nous proposons des offres spéciales pour les particuliers ou les entreprises par exemple pour les séminaires, anniversaires, etc. Nous pouvons également privatiser tout le complexe c’est-à-dire le circuit, le restaurant durant toute une journée tous les jours de la semaine hormis le lundi mais cela avec une réservation faite à l’avance », a-t-il ajouté.

Koloina H. (stagiaire)

 

News Mada1 partages

Vidim-piainana : tsy azo ihodivirana ny fidangany

 Ho an’ny fikambanana miaro ny zon’ny mpanjifa RNDC, tsy azo ihodivirana ny fidangan’ny vidim-piainana rehefa misondrotra ny vidin-tsolika. Nambaran’ny filohany, Rabetsara Lita, fa anisan’ny nahatonga ny fisondrotana farany teo, ny vola dolara nahazo aina, izany hoe, niakatra ny sandany miohatra amin’ny vola hafa eo amin’ny tsenam-bola iraisam-pirenena ary tsy maintsy atrehina.

Amin’izy ireo, tsy tokony hipetra-potsiny ny mpanjifa raha sendra misy ny fanararaotana ataon’ny mpivarotra na ny mpanome asa ho an’ny vahoaka, fa tsy mionona amin’ny fimenomenomana fotsiny.

Tsy vao izao ny nisin’ny fisondrotan’ny vidin-tsolika. Maro ny fikambanan’ny zon’ny mpanjifa eto amintsika maneho hevitra. Rehefa tena zohina anefa, tsy hita taratra ny fiantraikan’ny asan’izy ireny, satria saika ireo hery roa mpifanandrina, ny fanjakana sy ny tsy miankina no tena mifanenjana na mifamolaka. Voakasik’izany ny vidin-tsolika, ny saram-pitaterana, ny faktioran’ny Jirama, ohatra.

Randria

News Mada1 partages

Vary “hybride”any Alaotra : mety tsy hanohy hiara-hiasa intsony ny sinoa

Mampanahy! Nafana fo nampiely ny fambolena karazam-bary safiotra (hybride) ny Sinoa ny taom-pambolena 2015-2016. Nahatratra 1.000 Ar ny nandraisany ny kilaon’ny akotry avy any amin’ny tantsaha, raha 800 Ar ny vidiny ambony indrindra amin’ny kilaon’ny vary akotry avy eto an-toerana eny an-tsena. Nilaza anefa izao ny talen’ny Ombon-tahiry ifampisamborana Vola (Otiv), Andrianjafy Jocelyn,  miara-miasa amin’ireto Sinoa ireto, hamatsiam-bola hoenti-kiasa sy hampitaovana, fa hita ho somary “sosoa notampohin-drano”ilay hafanam-po teo amboalohany. Tsy araka ny novinavinain-dry zareo ny zava- miseho, tsy azo aondrana any ivelany ireo vary 1.100 t voaangon’ny Sinoa.

Fanazavana mifanipaka

Antony, voarara ny fanondranana vary mankany ivelany. “Hatramin’izao , ny lalàna mifehy ny famokaram-bary indrindra indrindra eto, dia voarara ny fanondranana aloha. Satria “fahampian-tsakafo ato anatiny aloha” no tanjona”,  hoy Razafindrabe Samuel, Talem-paritr’Alaotra- Mangoro, amin’ny Fambolena sy Fiompiana.

Toa mifanipaka amin’izany indray anefa ny fanazavany hafa. Lazainy fa “famokarana mitodika any amin’ny tsena” ny politikan’ny minisiteran’ny Fambolena sy fiompiana, ankehitriny. Toa efa mitodika any amin’izay anie ity zava-miseho momba ny vary “hybride” ity . Tsy vitany hoe tohanan’ny Yuan’s Madagasikara ny famokarana azy fa ity orianasa sinoa ity koa no avy dia mividy lafo ny vokatra!

Orana roa volana monja no ilaina

 “Ho tovonana Ar.100 amin’izay vidim-bary eny an-tsena sisa ny vidiny handraisan-dry zareo ny vokatr’ireo tantsaha miara-miasa amin-dry zareo amin’ny manaraka!”, hoy ireo Sinoa tamin’ny Talen’ny Otiv. Efa nihena ilay hafanam-po tery amboalohany!? Dia ho inona no hiafarany? Efa aman-jatony ny tantsaha mamboly vary hybride, amina velaran-tany 500ha. Misy nahavokatra 150 taonina(Ambohimanarivo) sy 11 taonina isaky ny hekitara.”Fa ny tena zava-dehibe dia ity, hoy ny Talen’ny Otiv,  orana roa volana ihany no ilain’ity karazam-bary ity dia ampy azy!” Azo an-tsaina ny hamaizan’ireo tantsaha hampiasa ity karazam-bary ity eo anoloan’izao haintany – hatraty amin’ny volana janoary, manakenda ny aty Alaotra izao…

 Rarivo

News Mada1 partages

Fanomezana faharoan’ny mpitondra taona 2017 : delestazy tontolo andro teto an-dRenivohitra, omaly

Efa nomena ny taona 2016 sy ny taloha rehetra ihany ny fanondrotana ny vidin-tsolika mitohy sy ny delestazy tsy misy fetrany. Natolotra ny mpanjifa ny fiandohan’ny volana janoary ny vidin-tsolika midangana, ary nampiana fanapahana herinaratra tsy voafetra, omaly.

Taitra ny mpanjifa! Tapaka nisesy tsy ankiato ny jiro teto Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina, omaly maraina nitohy ny tolakandro. Anisan’izany ny teny Andravoahangy Ambony, Besarety, Antaninandro, Amboditsiry, Antanimena, Behoririka, sns. Niavaka ity delestazy ity niohatra amin’ireo efa fanao hatramin’izay, satria tapaka mandritra ny 30 mn, farafahakeliny ny jiro, miverina mandritra ny 5 mn ary tapaka indray avy eo. Izany hoe, tsy voaisa intsony ny fahatapahana sy ny faharetany.

Toy ny fahita hatramin’izay, tsy misy ny fampiomanana mialoha (hisorohana ny tsy fandriampahalemana hoy ny Jirama), na amin’ny antoandro aza, ary tsy fantatra koa ny tena antony. Vokany, tsy afaka niasa avokoa ny ankamaroan’ny birao sy ny orinasa ary ny tranombarotra maro, na an’ny fanjakana (toy ny boriborintany sy ny biraom-panjakana), na an’ny tsy miankina sy ny tranombarotra madinika ary ny miasa tena.

Tsy hita ny minisiteran’ny Angovo

Zary efa ao anaty fiainana andavanandron’ny mpanjifa ny delestazy. Mahavariana ihany anefa fa nahitana rotsak’orana na tsy naharitra aza ny manodidina an’Antananarivo. Milaza rahateo ny Jirama fa nampandehanina ny milina mandeha amin’ny solika, hanampy ny milina niankina tamin’ny tohodrano, satria ritra ny rano any Andekaleka, Mantasoa, Tsiazompaniry, Antelomita, Sahanivotry, sns.

Tsikaritra koa fa tsy hita taratra mihitsy ny andraikitra raisin’ny minisiteran’ny Angovo, tompon’andraikitra miahy ity orinasam-panjakana ity. Zary kamboty mizaka ny fanakianana mavaivay avy amin’ny vahoaka sisa ny Jirama. Azo adika, fa tsy tongatonga ho azy izany, satria tsy ferana ny fisian’ny tsindry hafa tsy ahafahany manao na inona na inona. Mety ho anisan’izany ny mpamatsy vola iraisam-pirenena, toy ny Banky iraisam-pirenena, ohatra, nilaza fa “tsy misy afa-tsy ny 15%-n’ny Malagasy ihany ny manjifa ny Jirama”. Sao mitondra ny 75%-n’ny fampandrosoana ny firenena anefa ireo 15% ireo?

Randria

News Mada1 partages

Fiomanana amin’ny Can any Gabon : nandresy 2 noho 1 an’i Suede ny Elefanta ivoarianina

 Sambany nahatafiditra baolina. Ao anatin’ny fanomanana ny fiatrehana ny Can, taranja baolina kitra avokoa ireo ekipa tafakatra amin’izany amin’izao fotoana izao. Anisan’izany ny Elefanta ivoarianina.

Nandresy an’i Suede 2 noho 1 ny ekipam-pirenen’i Cote d’Ivoire ny faran’ny herinandro teo, tany Abu Dhabi tamin’ny lalao ara-pirahalahiana nifanaovan’ny roa tonta. Tafiditra amin’ny fanomanan-tena mialoha ny hanombohan’ny Can, hatao any Gabon ny 14 janoary ho avy izao izany lalao nataon’ny Elefanta izany. Nirava sahala hatrany izy ireo tamin’ny lalao fanomanan-tena teo aloha. Samy tsy nitoko nanoloana an’i Frantsa sy i Zimbaboe ary tahaka izany koa tamin’ny fihaonany amin’i Maroc amin’ny fifanintsanana amin’ny fiadiana ny amboara eran-tany taona 2018. Nanokatra ny isa ho an’ity ekipa tompon’ny anaram-boninahitry ny Can farany ity, i Kanon (39 mn) ary nosahalain’ny soedoa tamin’ny alalan’i Nancéien Serge (45+1 mn) izany. Nampiditra ny baolina nitondra an’i Cote d’Ivoire amin’ny fandresena ity ekipa eoropeanina ity kosa i Zaha (50 mn), sambany vao nantsoina hanatevin-daharana ny Elefanta. Mbola hanao lalao ara-pirahalahiana iray, hihaona amin’i Ouganda hatao any Abu Dhabi ihany koa izy ireo mialoha ny handehanany any Gabon. Tsiahivina fa miray sokajy amin’i Congo sy RD Congo ary Maroc izy ireo amin’ny Can.

Nandiso fanantenana ny mpitia azy ny Gaboney

Ho an’ny lalao fanomanan-tena hafa, resin’ny Etalons-n’i Borkina Faso 2 noho 1 ny Voromaherin’i Mali, tany Maroc ny faran’ny herinandro teo. Nampiditra izany baolina roa izany i Zongo (41 mn) sy i Bertrand Traore (57 mn). Nampiditra ny isa tokana ho an’ny malianina kosa i Yatabaré. Tsy nampoizina kosa ny faharesen’ny ekipam-pirenen’i Gabon tamin’ny lalao ara-pirahalahiana nataony ny asabotsy teo. Resin’ny ekipa tompon-daka diviziona voalohany any aminy, CF Mounana, ny ekipan’i Pierre-Emerick Aubameyang. Maro ireo diso fanantenana tamin’io lalao io ary kivy satria mandray ny Can ny Gaboney nefa izao resin’ny ekipa ao an-toerana izao.

Synèse R.

News Mada1 partages

Rugby Afrique : une saison malgache en demi-teinte

L’instance africaine de la balle ovale, Rugby Afrique, a fait un tour d’horizon sur les grandes compétitions continentales de 2016 avec le classement et le résultat de chaque pays dans chaque catégorie. Le parcours en dents de scie des différentes équipes nationales illustre les efforts qu’il faut déployer pour corriger le tir.

Il faut repartir sur de nouvelles bases, techniquement parlant, si on veut faire développer cette discipline devenue presque aussi populaire que le sport roi. Le bilan de Rugby Afrique sur les compétitions africaines auxquelles le pays a participé est assez alarmant. Outre les secousses sur le plan administratif, il faut également se concentrer sur les priorités et il faut repartir sur de nouvelles bases pour progresser.

Lors de la Can 1B au stade de Mahamasina du au 19 juin dernier, les Makis de Madagascar seniors se sont placés à la seconde place après une victoire sur la Zambie (24-15) et une défaite contre le Sénégal (30-24). Les jeunes rugbymen malgaches ont par contre fait mieux que leurs aînés pendant la Can U19 B Sud (août à Antananarivo) en montant sur la première marche du podium devant le Sénégal, le Maroc et l’Ouganda. Un succès synonyme d’ascension en poule A pendant la saison en cours.

Au rugby à VII, Madagascar a terminé avant-dernier du classement juste devant la Namibie. Les Makis féminins ont encaissé trois défaites en quatre matchs, soit face à l’Ouganda (12-10), au Kenya (38-0) et la Tunisie (15-19). Du côté des hommes, les Makis sont classés 7e sur 12 équipes avec une victoire tonitruante contre le Maroc (19-0) et la Zambie (40-0). Un court moment de bonheur car Madagascar a ensuite été battu à plate couture par le Kenya (46-0) et la Namibie (10-7). Autrement dit, la droite des résultats n’est pas assez constante pour la Grande île.

Rojo N.

Can 1B poule A :

-1 Sénégal

-2 Madagascar

-3 Zambie

Can U19 B sud :

-1 Madagascar

-2 Sénégal

-3 Maroc

-4 Ouganda

Rugby à VII :

Féminin :

-1 Afrique du Sud

-2 Kenya

-3 Zimbabwe

-4 Ouganda

-5 Tunisie

-6 Sénégal

-7 Madagascar

-8 Namibie

Masculin :

-1 Ouganda

-2 Namibie

-3 Kenya

-4 Madagascar

News Mada1 partages

Mitohy ny fakana trondro : tsy mbola nisy ny narary

Hatry ny omaly, nitohy ny fakana trondro teny amin’ny reniranon’Ikopa manodidina an’Anosipatrana sy Tanjombato ary Ampasika iny. Nitondra harato mihitsy ny olona naka izany teny an-toerana. Mora nalaina rahateo ny trondro satria efa mamon-javatra tsy fantatra.

Hatry ny omaly ihany, tsy mbola nandrenesana olona narary vokatry ny fihinanana ity trondro hafahafa ity. Efa mivelatra eny an-tsena anefa izy ireny ary hanin’ny olona. Tsy hita izay hanavahana azy amin’ny trondro ara-pahasalamana.

Mailo kosa ireo mpisakafo tamin’ny hotely ka nisafidy ny tsy hanao laoka trondro hialana amin’ny mety ho fanapozinana. Notazanim-potsiny araka izany ny laoka trondro tamin’ireo hotely maromaro teto an-dRenivohitra.

Nidina teny Ikopa naka ampahany tamin’ireo trondro ireo ny minisiteran’ny jono, omaly, hanaovana fitiliana hahafantarana ny tena antony nahamamo ireto trondro ireto. Nanentana ny olona ihany koa ny minisitera mba tsy hihinana izany sao hitera-doza.

Tatiana A

News Mada1 partages

Chronique : fausseté d’un casse-tête pour esprit honnête

Les propos tenus par le Chef de l’Etat sont pétris d’excellentes intentions : nombreux dans l’appareil applaudissent cette appréciation. Au-delà de cette bonne disposition il ne jouit pas d’une très bonne position : très nombreux dans la population s’en font la conviction. La situation n’incite pas à l’optimisme. Face au déclin il faut croire au talent pour oser espérer sortir du marasme et penser avoir le cœur à l’ouvrage. D’avoir le talent voulu personne n’a fait la preuve.

Point ne suffit toutefois de critiquer avec scepticisme en avançant que velléité ne peut combler le déficit attesté par des résultats cruels. Le Président et la coterie dont il s’entoure sont encore là pour deux ans. Le pays a perdu assez de temps, on ne peut pas continuer de la sorte. A être à leur place après s’être dopé d’honnêteté pour dresser un bilan sincère, comment se défendre du vertige face à l’océan d’échecs dans lequel se noie une foule de compatriotes en désespérance. Où courir ou ne pas courir ? Qui sauver qui abandonner ? Par quel bout commencer ?… De quel côté que l’on se tourne tout est à faire ou à refaire, projets à étudier et chantiers à entreprendre se croisent au carrefour d’un engorgement où se paralysent urgences et priorités. Stérile que de croire que quand tout est urgent plus rien n’a priorité. Toujours, responsabilité oblige : gouverner exige l’art de hiérarchiser les priorités par l’établissement d’un programme, autre que ces reproductions de standards dont seul l’habillage se veut être personnalisé parfois fantaisiste souvent exotique.

Un programme reflète le sceau de la politique adoptée. Tous les chefs  ont prétendu placer leur gouvernance sous le signe de l’austérité, mais témoigné du contraire dès la première mesure : formation pléthorique par le nombre excessif de ministères. Envisager la constitution d’un gouvernement resserré homogène dynamiserait l’action autrement que ne le peuvent ces formations élargies dans la seule perspective d’assurer aux copains, alliés, corps utiles, une part indispensable pour conditionner une fidélité circonstancielle. Vouloir faire du ministre soit une potiche soit un prétendu technicien, conduit à faire l’impasse sur l’essentiel de son rôle : celui de garant d’une politique, de manageur des compétences, gardien qui veille au respect de l’esprit devant présider à l’action dans un secteur des activités publiques. Saucissonner les activités par une démultiplication des responsabilités augmente les risques de diluer le sens de la politique générale, ainsi la politique sous le signe de l’austérité se manifeste souvent sous forme de restrictions imposées en des domaines exceptant les branches sur lesquelles les apparatchiks s’installent à l’aise dans de douillettes niches.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : la concurrence allemande à Madagascar

En 1913, les Boches faisaient, avec Madagascar, un commerce général s’élevant à 13 millions et demi, dont 10 702 000 francs à l’exportation, c’est dire toute la place laissée libre depuis que la guerre a supprimé tout transit avec la Germanie.

Il est regrettable que cette place n’ait pas encore été prise par le commerce français.

On sait que les employés formant les cadres des maisons allemandes dans la Grande Île avaient été internés dans un camp de concentration à Diego-Suarez. De là, ils pouvaient encore espérer pouvoir reprendre le cours de leurs opérations dès la signature de la paix. Des séquestres prudents ne leur conservaient-ils pas soigneusement tous leurs éléments de travail : comptabilité, installation, marchandises ? En outre, ils entretenaient aisément des relations avec leurs anciens clients et leurs agents indigènes. Le gouverneur général pensa qu’il était préférable de les éloigner et c’est pourquoi il autorisa leur embarquement pour la France où ils seront internés jusqu’à la fin de la guerre.

Maintenant que ces indésirables sont partis, il faut, sans attendre davantage, que nous prenions leur place.

Le Courrier colonial

Le consulataméricain

Carter, le très distingué représentant de la grande république américaine dans notre colonie, a cru devoir, pour des raisons devant lesquelles nous nous inclinons, transporter à Tananarive, capitale de la Colonie, le siège de sa résidence qui, jusqu’à cette heure, avait été Tamatave.

La population de notre ville regrettera avec nous cette décision, car par sa cordialité et son exquise éducation, M. Carter avait su s’attirer l’estime et la sympathie de tous sans distinction d’opinions politiques ou religieuses. En un mot, il s’est toujours montré parfait gentleman.

Nous souhaitons que le séjour de la capitale lui soit plus agréable que celui de Tamatave.

Société Philarmonique

de Tamatave

On nous prie de faire connaître que la soirée du mois de décembre de la Société Philarmonique n’ayant pas eu lieu par suite du départ en permission de quelques exécutants, la soirée de janvier aura lieu le samedi 13 courant.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Amoron’i Mania : les droits des ECD à régler

La promotion des droits des Employés de courte durée (ECD) se poursuit cette année, notamment dans cinq régions pas encore couvertes l’an dernier. Celle d’Amoron’i Mania vient de bénéficier des séances de sensibilisation et de renforcements de capacité y afférentes.

Les responsables de cette région sont convaincus d’honorer leur devoir envers la Cnaps qui est de verser les cotisations des agents déclarés auprès de cet organisme, si on se réfère à leurs déclarations. «Nous employons de nombreux agents ECD. Pour des raisons diverses, la région doit d’importants arriérés à la Cnaps. Nous avons commencé à éponger cette dette et nous continuons les efforts pour apurer totalement ces arriérés afin que plus tard nous puissions régler à temps voulu les diverses cotisations à payer auprès de la Caisse, pour que ces travailleurs jouissent de leur protection sociale», a souligné un responsable au niveau de la région Amoron’i Mania, Joël Rakotomanankiafarana. Ce dernier d’informer que la région inscrit dans son budget une somme importante pour payer les cotisations des employés affiliés à la Caisse.

Des efforts qui ne s’arrêteront pas au niveau de la région. Ceux-ci vont s’étendre vers les des communes où de nombreux agents ne sont pas déclarés auprès de la Cnaps, via les sensibilisations des responsables au sein des services déconcentrés et les collectivités territoriales décentralisées pour qu’ils honorent leur part de responsabilités.

Problème financier

Le maire de la Commune urbaine d’Ambositra,  Vola Andrianarivo, n’a pas nié le retard de paiement des cotisations des ECD. «Nous essayons de payer les cotisations des employés communaux. Malgré cela, nous avons encore d’importants arriérés à payer à la Cnaps. Nous tenons à préciser que la commune a des difficultés financières ce qui explique ces retards de paiement et arriérés», a confié  ce premier magistrat de la commune.

Mis à part l’effort que la municipalité compte faire pour inverser cette tendance, notre source a en même temps lancé un appel à l’endroit des responsables de l’Etat central. «Nous nous adressons à l’Etat  pour qu’il donne un coup de main aux communes dans la mesure où  les recettes communales ne suffisent pas pour assumer leur devoir», a lancé l’élue d’Ambositra.

Fahranarison

News Mada1 partages

Collision meurtrière : trois morts et 27 blessés à Ambatolampy

La route nationale 7 a de nouveau tué. Un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter a embouti la partie arrière d’un autre taxi-brousse, un autocar de marque Tata qui était à l’arrêt.

Le bilan provisoire fait état de 3 morts, dont un bébé de deux mois et de 27 blessés. D’importants dégâts matériels ont également été constatés. Cet accident tragique est arrivé tôt dans la matinée d’hier sur la RN 7, à hauteur d’Ihazolava Ambatolampy.

«Il était aux alentours de 3 h quand l’autocar Tata en provenance de Toliara et roulant en direction de la capitale a rencontré un problème au niveau de sa boîte de vitesse. Il a dû se garer au PK 76+600. Le conducteur et son aide ont immédiatement réparé la panne. Sur ces entrefaites, la Mercedes Sprinter, roulant à tombeau ouvert a percuté de plein fouet la partie arrière de l’autocar. Elle a terminé sa course folle dans une clairière après avoir franchi l’accotement. L’aide-chauffeur de l’autocar, âgé d’une quarantaine d’années, a été littéralement écrasé par une roue. Il est mort sur le coup», a indiqué une source auprès de la gendarmerie.

Toujours d’après la source, une passagère de la Sprinter qui était placée à l’arrière du conducteur a également péri dans l’accident. La troisième victime, un bébé de deux mois, a rendu son dernier souffle durant de son évacuation.

Saisis de l’affaire, les enquêteurs de la gendarmerie tentent d’établir les circonstances exactes de l’accident.

Mparany

 

News Mada1 partages

Tennis de table : l’élection prévue samedi

Les différents mouvements sportifs se rendent tour à tour aux urnes pour élire les nouveaux membres du bureau. Les présidents des ligues ont été informés 10 jours à l’avance. Après l’élection au sein des ligues régionales et au niveau des sections, ce sera au tour de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) de passer à l’acte, samedi prochain, au siège du comité olympique à Ivandry. Un candidat doit présenter une liste composée d’un président, un vice-président, un secrétaire général, un trésorier et un ou plusieurs conseillers.

Une équipe doit être constituée de cinq à dix personnes. Le dépôt de candidature reste ouvert jusqu’au 12 janvier. Jusqu’ici, six ligues sont sur la liste des électeurs : Haute Matsiatra, Amoron’i Mania, Atsinanana, Vakinankaratra, Alaotra Mangoro et Analamanga. Pour le cas de la ligue d’Analamanga, n’ayant pas encore élu son nouveau comité exécutif, elle organisera son élection demain à Ivandry. Aucun nom de candidat n’a filtré au sujet de l’élection fédérale mais tout porte à croire que le président en exercice Jean Herley Ambinitsoarivelo est encore dans la course.

Rojo N.

News Mada1 partages

Tennis – Afrique Australe : Mialy, Tsanta et Finaritra frappent d’entrée

La première journée du Championnat d’Afrique australe des U14 et U16 (individuel et par équipes) s’est déroulée sans encombre pour les trois graines de champions malgaches. Chez les U16, Finaritra Andriamadison a fait une entrée fracassante face à la Namibienne Tuna Nkandi. Elle s’est imposée en reine de bal durant les deux sets. Le score sans appel de 6/0 ; 6/0 en dit long sur sa grande forme du moment. Tsantaniony Iariniaina, une habituée des courts africains, a également tapé dans l’œil du public en signant deux superbes victoires face à une tenniswoman namibienne et une Sud-africaine.

Tsanta n’a fait qu’une bouchée de la joueuse hôte Meghan Lombardt et s’est ensuite occupée du cas de la Sud-africaine après des échanges en deux sets (6/3 ; 6/4). Dans le tableau des U14 filles, Mialy Ranaivo s’est défaite des griffes de l’Angolaise Bianca Bento en remportant tout d’abord le premier set par 6/0 avant de subir les assauts de son adversaire qui a réussi à remporter trois jeux (6/3).

Quant à Narindra Ranaivo, elle entrera en lice demain toujours dans la catégorie des U14. Seule Fitia Ravoniandro est tombée sur un os chez les U16 filles. Elle a beau mener la danse au premier set (6/4) mais a vite été confrontée à une baisse de forme au second set (1/6). Ce qui devait arriver arriva au troisième set car Af Makayla Loubser a remporté le bras de fer par 3/10.

Rojo N.

Résultats jour 1 :

U16 filles :

-Finaritra bat Tuna Nkandi (Namibie) : 6/0 ; 6/0

-Tsanta bat Meghan Lombardt (Namibie) : 6/0 ; 6/0 et la Sud africaine 6/3 ; 6/4

-Fitia perd contre Af Makayla Loubser (Afrique du Sud) : 6/4 ; 1/6 ; 3/10

U14 filles :

-Mialy Ranaivo bat Bianca Bento (Angola) : 6/0 ; 6/3

 

News Mada1 partages

Sommets Afrique/France et UA : l’Exécutif attendu au Mali et à Addis-Abeba

Deux importants rendez-vous attendent l’Exécutif ce mois de janvier en matière de la    diplomatie. Il s’agit du Sommet Afrique France qui se tiendra les 13 et 14 janvier dans la capitale malienne (Bamako) et le rendez-vous annuel de l’Union africaine qui se tiendra à Addis-Abeba (Ethiopie) cette année. Selon les informations fournies, la première rencontre mettra l’accent sur la paix et l’émergence et la seconde sera consacrée entièrement à la situation interne en Afrique. C’est le cas notamment de l’élection du futur président de la Commission de l’Union africaine où une lutte d’influence entre les grandes nations du continent se poursuit depuis l’année dernière.

La succession de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma semble d’ailleurs être le point d’orgue du premier rendez-vous des dirigeants étatiques africains de cette année. Pour ce qui est du Sommet Afrique-France au Mali, les organisateurs prévoient la participation d’une cinquantaine de Chefs d’Etat et aussi du Secrétaire général des Nations unies, des présidents des commissions de l’Union africaine et de l’Union européenne, du président du Conseil européen, et du secrétaire général de la Francophonie.

J.P

 

Orange Madagascar1 partages

Echos de Mahajanga du 10 janvier 2017

AMBONDRONA: un employé meurt samedi 7 janvier, suite à une bagarre entre lui et le gardien d’un domicile de particulier, à Ambondrona, leur lieu de travail. Le coupable présumé s’était enfui dans la résidence de la région à Mahajanga be, puis a accepté de se rendre au commissariat central. Par ailleurs, deux autres personnes ont été arrêtées dont la petite amie de la victime.

DIABÈTE ET INSUFFISANCE RÉNALE: la clinique Mahajanga, au quai Vullemin à Mahajanga be, organisera les journées médicales sur les reins et le diabète, les 12 et 13 janvier. Des dépistages gratuits d’insuffisance rénale y seront tenus.

TRANSPORTS BOENY : les employés de la Direction régionale des Transports Boeny ont présenté les vœux de Nouvel An au Directeur Ali Tabet, lundi 9 janvier, à Mahajanga be. Tout le monde a ensuite procédé au grand nettoyage du siège de la direction générale, sis au bord de la mer à Mahajanga be.

TSRAMANDROSO AMBANY: le recensement des commerçants en dehors des marchés débutera bientôt d’après le Chef Fokontany de Tsaramandroso , afin de collecter des fonds pour le nettoyage des canaux d’évacuations de ce fokontany.

TRANSPORT URBAIN: 354 bus sur les 700 existants ont déjà renouvelé leur licence, 520 taximotos ou bajajs sur les 2000 de leurs parts ont aussi obtenu leur autorisation et payé leur droit de licence depuis le mois d’octobre à ce jour.

Tananews1 partages

“2017 : année pour le travail et pour le décollage économique”

Oui oui, c’était ce que les babakoto anonaient pas plus tard que vendredi dernier.

“2017 : année pour le travail et pour le décollage économique”

Sans eau et avec 12 heures de délestage par jour ? Ataovy sérieux lesy sun above.

L'express de Madagascar1 partages

Habitation – Démolition musclée à Soanierana

Des maisons ont été démolies à Soanierana, hier. La démolition a conduit à un affrontement entre propriétaires et éléments des forces de l’ordre.

Le quartier de Soanierana s’est transformé en une scène d’affrontement entre des citoyens et des éléments des forces de l’ordre, hier. Les premiers sont des habitants de Soanierana qui ont protégé leurs habitations, objets de démolition à la suite d’un verdict du tribunal à Anosy. Les seconds sont des éléments de la Police nationale, venus « pour défendre l’huissier de justice exécutant ce verdict et pour contrôler tout mouvement afin d’éviter des émeutes », comme l’a précisé le commissaire Alexandre Ranaivoson, responsable de la communication de la Police nationale.« Nous habitons cet endroit depuis 1972. Nous ne comprenons pas pourquoi notre maison est concernée par cette démolition. Nous avons même le titre du terrain», explique Olivier Rasolonjatovo, un des propriétaires. Ces derniers ne se sont pas laissé faire. Ils ont tenté de se lever contre cette démolition. C’est là que les éléments des forces de l’ordre sont intervenus. Ils ont bousculé la foule en furie, et auraient tiré quatre coups en l’air pour les disperser. Quelques-uns de ces contestataires auraient été blessés, pendant cette bousculade à savoir, un homme qui a filmé la démolition, via son appareil téléphone. « On m’a frappé sur une épaule et on m’a pris mon téléphone », précise Ginot, un  propriétaire.

Des sans-abriAu total, cinq maisons ont été démolies pendant cette opération, selon Olivier Rasolonjatovo, un des propriétaires. D’autres indiquent qu’il y en avait une dizaine. « Il ne nous reste plus rien, la plupart de nos affaires sont entassées au fond des décom­bres », déplore Hanta Randria­narisoa, très affectée. Une trentaine de personnes sont, par ailleurs, sans-abri, après la démolition de ces maisons.Les victimes ont essayé de consulter le chef du fokontany sur place, mais le bureau de ce dernier a été fermé, lorsqu’elles y débarquaient.Vendredi, ces propriétaires d’habitation démolies ont déjà reçu une lettre les avertissant de quitter les lieux dans les 48 heures qui suivent. Ils ne se sont pas souciés de cette lettre, croyant qu’ils avaient le droit d’occuper ce terrain. Le nouveau propriétaire n’était pas sur place, hier, pour donner sa version des faits.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Exploitation – Blocs pétroliers cherc­hent investisseurs

Un dossier à suivre. Le gouvernement entend lancer cette année des appels d’offres internationaux pour l’exploitation de bloc pétrolier. Le bouclage de ce dossier attend l’adoption du code de pétrole à la prochaine session parlementaire du mois de mai. « Après cette adoption, le gouvernement fera un roadshow à l’étranger. Et les appels d’offres seront lancés par la suite », a déclaré Ying Vah Zafilahy, ministre auprès de la Prési­dence chargé des mines et du pétrole à Iavoloha, vendredi.En ce qui concerne les blocs disponibles, ils sont au nombre de 229 dont 225 blocs offshores et 4 onshore. « Ces blocs ne seront pas tous proposés. Seulement une quarantaine de blocs offshores sont concernés par cette procédure », avait déclaré Bonaventure Rasoavanaivo, directeur général de l’Office des mines nationales et de l’industrie stratégique (Omnis), le13 octobre dernier, lors de la célébration du 40e anniversaire de l’Office.Les trois bassins les plus importants se trouvent à Ambilobe, Mahajanga et Morondava, dans la partie occidentale de l’île. Les deux autres bassins plus petits, sont à la fois offshore : le bassin Cap Sainte Marie dans le Sud, et le bassin de la côte Est.Des Américains, Britan­niques et Chinois ont montré leur intérêt dans l’explo­ration et exploitation de l’or noir dans la Grande île.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Un mécanisme interministériel sino-malgache

La visite officielle du ministre Wang Yi à Madagascar a été l’occasion de la signature d’un accord entre la Grande île et la Chine. Il y est, entre autre, prévu la mise en place d’un mécanisme interministériel entre les deux pays. Une structure au niveau ministériel ou de hauts fonctionnaires étatiques, où devraient se discuter la concrétisation des axes de coopération entre la Chine et Madagascar, et si nécessaire, trouver une solution consensuelle à d’éventuels problèmes ou blocages.

L'express de Madagascar1 partages

Accident sur la RN2

Évacuation médicale du professeur Solohery Rabesalama, ancien doyen de la faculté de médecine de Toamasina. Il est grièvement blessé suite à une collision survenue sur la RN 2 à Ampasimbe Ranomafana, avant-hier. Son enfant de cinq mois a trouvé la mort lorsque le 4×4 de marque Toyota Prado, qu’il conduisait, s’est télescopé contre un poids-lourd. Le drame est survenu sur un tronçon de route où un camion était tombé en panne et où le passage était alterné dans les deux sens.

L'express de Madagascar1 partages

Le ministre de la Défense couvre les généraux

Lors de l’interview en marge de la réception de présentation des vœux du ministère de la Défense nationale et du secrétariat d’État à la gendar­merie nationale, le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense nationale, a défendu la nomination des généraux. Selon ses dires, en plus d’avoir suivi la procédure légale prévue dans le statut des forces armées, « ces généraux sont nommés parce qu’ils le méritent, parce qu’ils ont les compétences et l’expérience requises », a-t-il soutenu.

L'express de Madagascar1 partages

Ver…mine

La déliquescence de l’État a franchi un autre pallier à Anjozorobe avec cette fusillade meurtrière entre gendarmes. On veut réduire l’histoire à une prise de responsabilité des gendarmes légaux mandatés  pour une mission officielle, face à un gendarme subalterne, garde du corps d’un officier général, ancien commandant de la gendarmerie, se trouvant sur place pour une cause «familiale». Ce dernier a été abattu sans état d’âme par ses frères d’armes. C’est la façade dans cette triste affaire qui ternit, une nouvelle fois, l’image de la gendarmerie sérieusement entamée durant l’année dernière. On se souvient des vives altercations entre un officier de la gendarmerie devenu sénateur et un officier général en quête d’une troisième étoile qu’il vient d’obtenir, à Ambohijatovo le 29 mars 2016, des éléments d’élite de la gendarmerie impliqués dans une affaire de kidnapping à Toamasina , d’un officier général limogé pour avoir favorisé soixante-douze candidats au concours d’entrée à l’école de Moramanga, d’un officier général engagé dans une affaire de cristal à Tsiroanomandidy….Une descente aux enfers qui n’a pas encore fini sa course. À l’allure où vont les choses, d’autres scandales viendront encore ternir l’étoile de la gendarmerie. Il est évident, qu’ à chaque fois, il s’agit d’une affaire de gros sous. C’est encore le cas dans cet imbroglio d’Anjozorobe où il est clair que l’enjeu est l’exploitation d’une carrière minière. Que ce soit le gendarme tué ou les gendarmes qui l’ont tué ils défendent des intérêts financiers et économiques importants dans cette guerre. Deux clans sont aux prises. L’un faisait partie d’anciens loueurs de la carrière, il a été expulsé pour n’avoir pas honoré le contrat avec le propriétaire qui veut reprendre ses activités coûte que coûte. L’autre appartient aux associés du propriétaire qui défend ses droits selon une décision judiciaire.Jusque là, tout semble très simple. L’affaire se complique quand les gendarmes entrent en jeu. Qui est derrière le propriétaire de la carrière pour justifier l’envoi d’une colonne de la gendarmerie mandatée par le commandant de la circonscription régionale d’Analamanga ?  Un simple particulier pourrait-il bénéficier d’une telle faveur et d’une pareille protection ? Il faut que le grand manitou qui tire les ficelles derrière l’écran de fumée soit extrêmement important pour que les gendarmes s’y engagent corps et âmes. Suivez mon regard.L’explication de la présence du garde du corps de l’ancien commandant de la gendarmerie est également « trop beau pour être vrai ». Voilà pourquoi beaucoup de gendarmes se retrouvent systématiquement dans la rubrique faits divers, dans les attaques armées et, désormais, dans les exploitations minières. Le Secrétaire d’État à la gendarmerie vient de décider de relever tous les gardes du corps d’officiers généraux pour mettre un terme à ces dérives. Mais les faits ont montré que ce sont les généraux eux-mêmes qui se trouvent dans le feu de l’action. Comme il y a cinquante deux nouvelles étoiles dans l’effectif des Forces armées, les choses se compliquent. Heureusement qu’on sait que tout le monde ne fait pas partie de cette ver…mine, le ventre mou des forces de l’ordre. Là où le bât blesse, c’est qu’on retrouve dans ces sales besognes des honorabilités du képi bleu qui risque d’ôter ce qui reste de crédibilité. aux gen..drames.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar1 partages

Le Glacier Analakely – Tence Mena et Fiyah transcendent les noctambules

Entre euphorie et ivresse de mélodies tropicales. Le public noctambule du restaurant le Glacier Analakely a été pleinement servi dans la soirée du vendredi, car le temps d’un cabaret concert enivrant, ceux qui y ont répondu présent ont eu droit à de belles surprises. Deux artistes et chanteuses pour le prix d’une, la reine rouge qu’est Tence Mena a, en effet, entamé ses retrouvailles avec ses fans dans cet antre de la musique tropicale de la capitale, en s’y affichant aux côtés de Fiyah. Une soirée vraiment particulière pour les fans du genre qui ont rejoint Analakely à l’occasion. C’est toute une fête en musique qui a littéralement fait bouillir le Glacier Analakely.S’affirmant d’ores et déjà comme une belle découverte en région depuis plus d’un an maintenant, notamment avec ses morceaux comme « Na ta za love » ou encore « Za magnano pardon », Fiyah s’est redécouverte en douceur et en toute sobriété au-devant de la scène lors de la soirée. Plus charismatique et douée d’énergie qu’auparavant, Tence Mena n’est plus à présenter. À la seule annonce de son nom, les lieux ont vibré, et c’est avec cette fougue qu’on lui reconnaît qu’elle a de suite investi la scène.2016 ayant été une année faste pour la chanteuse, elle s’est plu à retrouver le public, le temps de cette folle soirée.

A. P. R.

Midi Madagasikara1 partages

Ethiopian Airlines : Une nouvelle liaison avec Madagascar en mars 2017

La compagnie aérienne Ethiopian Airlines.

La compagnie effectuera trois vols hebdomadaires reliant sa base à Addis-Abeba-Bole et l’aéroport international d’Ivato. 

Une grande première à Madagascar. La compagnie aérienne Ethiopian Airlines effectuera une nouvelle liaison avec la Grande île à compter de 28 mars 2017. Elle proposera ainsi trois vols par semaine desservant sa base à Addis-Abeba-Bole et l’aéroport international d’Ivato par un boeing 737-800 pouvant accueillir 16 passagers en classe Affaires et 138 autres en classe Economie, a-t-on annoncé. Notons qu’Ethiopian Airlines sera ainsi sans concurrence sur cette route. En outre, cette compagnie aérienne vient de fêter son 70e anniversaire. Comme bilan, elle a enregistré  une croissance rapide et profitable, via l’expansion de sa flotte et de son réseau ainsi que par des investissements importants dans les services à la clientèle dans les airs comme au sol. Huit nouveaux avions, dont  son premier Airbus A350-900, lui ont permis de finir 2016 avec 82 appareils. Cette ouverture de ligne aérienne contribue à relier les pays africains à travers le continent dans les domaines du tourisme, du commerce et de l’investissement, a-t-on évoqué.

Baisse mondiale des prix. Il faut savoir que le CEO du groupe Ethiopian Airlines, Tewolde GebreMariam, a déclaré que  « 2016 a été une année exceptionnellement difficile pour l’industrie de l’aviation africaine. Les pays exportateurs de produits de base en général et les pays africains exportateurs de pétrole en particulier ont été durement touchés par la baisse mondiale des prix. En conséquence, la demande de voyages aériens a été étouffée et la pénurie de devises a gravement affecté la performance financière des compagnies aériennes sur le continent. Malgré la croissance atone du marché  mondial, nos 12.000 collègues sont restés concentrés sur l’exécution vigoureuse de notre vision 2025, qui s’est révélé être une stratégie gagnante dans le secteur hyper concurrentiel et complexe de l’aviation d’aujourd’hui. Nous tenons à remercier nos précieux clients pour leur confiance continue dans nos services et pour faire de l’Ethiopie une compagnie aérienne de choix ».

Sociétés en lice. Par ailleurs, Ethiopian Airlines, fait partie des sociétés en lice pour entrer dans le capital de la compagnie nationale Malagasy Air Madagascar, aux côtés d’Air Austral et d’Air Mauritius. Le processus de sélection du nouveau Partenaire Stratégique de la compagnie aérienne nationale est dans la dernière ligne droite, a-t-on appris. L’on saura ainsi d’ici la fin du mois de mars 2017, le nom de la société qui viendra appuyer Air Madagascar, à se repositionner sur le marché et assurer sa croissance de façon pérenne pour le futur. 

 Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Lozam-piarakodia nahatsiravina teny Ambohimandroso : Taxi-brousse nifaoka TATA nahafaty olona efatra

Namoa-doza  indray ny sprinter teny Ihazolava- Ambohimandroso, omaly  vao maraim-be. Irony fiarabe antsoina hoe « Tata » irony, nijanonana amoron-dalana,  no voafaoka tamin’ity indray mitoraka ity. Vokany : olona efatra no maty, ny telo maty teo no ho eo fa ny iray kosa teny an-dalana hamonjy ny toeram-pitsaboana. Tamin’ny efatra ora maraina, taxi-borosy no nifaoka an’ity Tata avy aty aoriana. Taxi-brousse mampitohy an’i Farafangana sy Antananarivo nirimorimo  sady tsy nandrehitra jiro, na dia efa nadiva haraina aza ny andro, ity namono olona ity. Raha araka ny fanazavan’ireo  olona nanatri-maso ny loza dia tratran’ny olana ara-teknika ity fiarabe ka voatery nijanonana teo an-tsisin-dalana. Raha mbola variana nijery ny simba tao ambany ilay mpanamboatra no nirifatra avy aty avaratra ity taxi-borosy ka  nifaoka  azy ireo. Olona telo no maty teo no ho eo, tsy azo nialana nenina: ilay mpanamboatra  fiara, vehivavy iray sy zaza amam-bolana  mpandeha tamim’ilay taxi-brousse. Potika tanteraka tsy nisy azo noraisina ilay sprinter ka tsy afaka nihetsika intsony teo amin’ny toerana nitrangan’ny loza. Sarotra ary nanahirana ny namoaka ny mpamily sy ireo nipetraka teo anilany ary naharitra teo amin’ny 30 minitra teo mihitsy. Raha araka ny vaovao voaray dia mbola tsy mahatsiaro tena ilay mpamily ny sprinter ka atahorana ny ainy. Nitohana nandritra ny adiny iray ny fifamoivoizana teny amin’ny lalam-pirenena fahafito teny noho ity loza ity. Nisesisesy tamin’ity fiandohan’ny taona 2017 ity ny lozam-piarakodia  teny amin’ny lalam-pirenena teny ka mila ny fitandreman’ny tsirairay.

Midi Madagasikara1 partages

Vente en ligne : Partenariat entre BFV SG et BonMarche.mg

La BFV-SG et le site de vente en ligne www.bonmarche.mg viennent de signer un contrat de partenariat au bénéfice des consommateurs. Grâce à une nouvelle offre de paiement à crédit, le client peut choisir la solution adaptée à son budget, et payer les articles de son choix (achat de 500.000 ariary et plus)en plusieurs mensualités : 12, 24, 36, 48 ou 60 mois selon ses besoins. Il s’agit d’un service fiable et sécurisé.

Toutes les catégories du site web BonMarche.MG sont concernées, allant des articles d’ameublement, matériels de finition, décorations, électroménagers, espaces enfant et plus récemment les produits informatiques. Pour cette offre de crédit exceptionnelle, la BFV-SG octroie aux clients de BonMarche.MG un taux préférentiel. A noter que tous les clients de BonMarche.MG peuvent bénéficier des facilités de paiements, qu’ils disposent d’un compte ou non à la BFV-SG, ou qu’ils soient à Antananarivo ou en province.

BonMarche.MG se distingue des magasins locaux en offrant des produits de très bonne qualité à un prix défiant toute concurrence, et offre la livraison et l’installation gracieusement à ses clients aux alentours de Tana. Les informations utiles concernant ce nouveau type de paiement à crédit sont disponibles sur le site web www.bonmarche.mg

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Télécommunications : Un câble à très haut débit à installer d’ici à 2018

Le plan d’installation du câble à très haut débit.

Madagascar, Maurice, La Réunion et l’Afrique du Sud seront reliés par un câble à très haut débit. Toutes les infrastructures en télécommunications seront installées d’ici à 2018. Huit opérateurs oeuvrant dans ce domaine dit stratégique ont signé la mise en œuvre de ce projet dénommé METISS (Melting pot Indianoceanic Submarine System), au siège de la Commission de l’Océan Indien basé à l’île Maurice en décembre dernier. Les deux opérateurs en télécommunications installés à Madagascar, à savoir TELMA et Blueline, figurent parmi les signataires de cet accord. Notons que TELMA assure même la présidence de ce projet de grande envergure. Comme retombées économiques positives, cette nouvelle infrastructure d’une longueur d’environ 3 000km devra améliorer considérablement les conditions de connexion dans la zone de l’Océan Indien. Elle modifiera également en profondeur le paysage numérique régional tout en permettant notamment la démocratisation de l’accès à l’internet à très haut débit, a-t-on communiqué via le site de l’Office National du Tourisme de Madagascar. Le coût total de ce projet METISS est estimé à 75 millions d’Euros. Son déploiement  est financé par ces huit opérateurs en télécommunication  en partenariat avec l’Union Européenne et l’Agence Française de Développement, a-t-on appris. 

Recueillis par Navalona R.

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY : Tapaka nandritra ny adiny valo ny herinaratra tao Mahajanga ny Alahady lasa teo

Tsy nisy fampandrenesana mialoha fa dia tapaka daholo ny jiro tany an-toerana. Ireo iray lalana amin’ny toerana saro-pady dia nalaky niverina ihany fa ny Fokontany maro hafa kosa dia niaritra ny hafanana. Efa anatin’ny hafanana tanteraka i Mahajanga izao, ka ilaina ny fampiasana fitaovana mampangatsiatsiaka sy ny mpanome rivotra isan-karazany izay ny herinaratra no afaka mampandeha azy.

Tsy mety voavaha anefa ny olan’ny delestazy na dia nanome toky ny Filoham-pirenena nandritra ny fampielezan-kevitra nataony fa telo volana monja dia ho voavaha tanteraka izany. Fantatra anefa fa vola tsy toko tsy forohana no lany hanofana ireo milina mpamokatra herinaratra an’ny orinasa tsy miankina. Ny Jirama anefa no miantoka ny solika mampandeha azy ireo. Raha ny vola nanofana azy ireo efa ampy nanazavana sy hamokarana herinaratra ho an’i Madagasikara iray manontolo, raha ohatra ka ny Jirama no mividy fitaovana ho azy.

Mbola azo ampiasaina ihany koa ny menaka mavesatra vokatra ao Tsimiroro hampandehanana ireo milina isan-karazany saingy ny gazoala izay maro mpampiasa sy mora ahodina no mahaliana kokoa ireo mpandray fanapahan-kevitra ny mampiasa azy.

Tsy misy mpitondra tia tanindrazana sy tena mitady ny tombontsoam-pirenena izany eto hatreto fa samy tia kely sy mameno paosy daholo. Mitaraina ireo mpiasan’ny Jirama fa betsaka ny trosan’ny Fanjakana tsy voaloa. Ho an’ny Fanjakana kosa dia izy no mamelona ny Jirama amin’ny alalan’ny fanampiana sy fanohanana isan-karazany. Fomba iray handaniana ny volam-panjakana rahateo ny fividianana solika sy ny fanohanana ny Jirama ka an-jatony miliara isan-taona no laniana ho an’ny fampandehanana ity orinasa mpamokatra herinaratra ity nefa mbola tsy mahafa-po ny mpanjifa.

Lasa bizina be ny Jirama ka tsy misy tena vonona hitady vahaolana hampandeha azy.

Ny hivarotra azy aza no mahamaika ny sasany. Hadino hatramin’ny tombontsoa ambonin’ny Firenena satria dia iainkinan’ny toe-karen’ny firenena ny famokarana herinaratra.

Vanessa

News Mada0 partages

1er Arrondissement : dotations d’ordinateurs

Le premier arrondissement vient d’être doté, hier, de cinq ordinateurs munis d’équipements complets. Une dotation qui vient à point nommé, au vu des longues files d’attente de contribuables très tôt au quotidien. En effet, grâce à ces ordinateurs, une nette amélioration des services de délivrances d’acte civil est attendue. Le retard des livraisons de ces actes a été effectivement une des remarques faites par les contribuables du premier arrondissement, en sus des longues files d’attente.

«L’acquisition de ce matériel ne fait qu’encourager notre enthousiasme et multiplier nos efforts afin de satisfaire nos contribuables», a souligné le délégué au maire du premier arrondissement,  Gérard Andriamahery Ratsimbazafy, à la réception de ce don offert par maître Hanitra Razafimanantsoa, députée élue dans cet arrondissement.

Sera R

 

News Mada0 partages

Bilan 2016 : une année mi-figue mi-raisin

Par rapport aux précédentes années, l’année 2016 a été assez difficile pour certains artistes. Des spectacles quasiment vides  malgré les efforts dans la communication. De grands artistes qui n’ont pas séduit le public… Et pourtant, certains d’entre eux ont su briller durant l’année.

A part les difficultés auxquelles les artistes ont été confrontées l’année dernière, 2016 est aussi considérée comme une année de nostalgies. Un retour fulgurant de souvenirs des années 80 et 90 a marqué l’année. De ce fait, plusieurs anciens groupes sont revenus sur scène. C’est le cas des anciens boys et girls bands qui ont été ravivés par BM Production lors d’un grand concert baptisé «Revinay Taloha» au Coliseum d’Antsonjombe. Sans oublier le retour des anciens groupes de rap lors du grand concert à Antsahamanitra assuré par les old school. Et même durant les soirées Djing, l’ambiance  80 et 90 a séduit le public.

Ambondrona égal à lui-même

Si plusieurs artistes ont pensé remplir Coliseum, comme Lôla et Njakatiana ou même Tragédie T.3, le groupe Ambondrona a été, une fois de plus, le seul à avoir pu combler le lieu avec ses 50 000 places. A part la bande à Kix, un autre groupe de rock a aussi marqué l’année 2016, il s’agit de The Dizzy Brains. Ce dernier a beaucoup fait parler de lui, surtout à l’étranger après sa participation au festival Transmusical en 2015 et ses divers concerts à l’international. Mais d’autres groupes dans d’autres genres ont aussi su imposer leur style, tels que le groupe RyKala Vazo qui adopte le style moderne traditionnel. Ces trois jeunes femmes artistes, chanteuses et musiciennes, impressionnaient plus d’un.

La musique urbaine toujours prisée

En ce qui concerne le genre musical, la musique urbaine a confronté sa domination. Des tubes ne sont pas passés inaperçus surtout durant les fêtes de fin d’année, tels que le titre de Mijah «Ataovy hoe ny dihan’i Mijah», ou encore «Tonton Jess» de Jess Flavi One qui a séduit non seulement les enfants mais aussi toute la génération. De son côté, Rakroots a produit une chanson qui a beaucoup inspiré  avec le titre «Efiko parsi». Et enfin, Arione Joy a impressionné avec le titre «Voninkazo voarara», ce dernier a été même repris par Black Nadia.

Par ailleurs, certaines chanteuses tropicales se sont aussi démarquées durant 2016. La chanteuse Arnaah a su entrer dans le show biz avec le titre «Magneva». Après Wawa et ses «400 volts», Dadi Love a aussi été exceptionnel avec le titre « Tsy atakaloko ».

Sans doute, cette année, plusieurs surprises seront au programme. De nouveaux talents émergeront et briseront leur silence, tandis que les grands artistes impressionneront toujours leurs fidèles.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Littérature : Riva fête ses 18 ans de plume

Un des poètes les plus talentueux et actifs de sa génération, Riva Ando Andriamalala fêtera ses 18 ans de plume au Cemdelac  Analakely, ce 22 janvier.

Cette célébration sera ponctuée d’un récital de poèmes et notamment de la sortie de son nouveau recueil de nouvelles fraîchement intitulé «Antaranoana», qui se traduit librement «A tout jamais» dans la langue de Molière. Riva a soigneusement «sculpté» ce recueil depuis un bon moment et va le présenter aux bibliophiles en guise de «statue» de ses 18 ans de carrière.

«Cet ouvrage regroupe 11 nouvelles dont les thèmes s’intéressent à des domaines aussi variés que les faits de société, l’amour, l’éducation, le monde de l’esprit et précisément la vie sous toutes ses coutures», détaille Riva. Et comme un anniversaire ne se fête pas tout seul, le poète compte fédérer  toutes les associations de poètes et écrivains le temps d’un après-midi au Cemdelac.

Poète, écrivain et nouvelliste, Riva s’est découvert une véritable passion pour la littérature à l’orée des années 90. Ce qui lui a amené à adhérer le cercle des jeunes poètes Sandratra. Savamment pensés, ses deux livres intitulés «Kalo Fitia» et «Revy Hafa» ont vu le jour en 2015. Il s’est ensuivi le second volet de «Kalo Fitia», l’année dernière.

«Par ailleurs, nous nous attelons actuellement à l’écriture d’un ouvrage collectif qui sortira dans les bacs sous peu. Dans la foulée, un recueil de poèmes audio, issus des trois livres, est également en gestation», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

RFC – Fonds Serasary : pour le soutien des réalisateurs malgaches

Avis à tous les cinéastes malgaches ! Après douze années d’existence, le festival Rencontres du film court de Madagascar (RFC) propose un autre scénario pour promouvoir davantage le secteur de la cinématographique à Madagascar. Ainsi, à part le traditionnel festival, les organisateurs lancent pour la première fois le Fond Serasary, cette année.

Quels sont les handicaps des cinéastes malgaches ? «La réponse à cette question est multiple, les problèmes commencent depuis le tournage jusqu’à la distribution. Mais pour les aider, autant que faire se peut, nous avons créé en 2011 le Fonds Serasary», a annoncé un des membres de l’organisation du festival RFC.

Au fait, ce fonds a pour mission d’aider les réalisateurs malgaches dans la production de leurs œuvres audiovisuelles et cinématographiques, afin de développer cette filière qui semble être  négligée par les autorités. Alors que Madagascar a produit six films dont certains ont obtenu des prix internationaux.

Un appel à projets

Cette année, RFC a inclus une autre compétition dans son festival avec le lancement d’un appel à projets à l’endroit réalisateurs malgaches uniquement. Le dernier délai pour le dépôt des dossiers est prévu le 21 avril. Le grand gagnant sera invité à suivre une formation en Allemagne et son projet sera ensuite financé avec le soutien du Cercle germano-malgache qui proposera un matériel de tournage.

Notons que cette année, la 12e édition du RFC se tiendra du 21 au 29 avril prochain, et les prix attribués seront assez nombreux, à savoir, le prix international panafricain animation, le prix international panafricain fiction, le prix international panafricain documentaire, le prix du jury Jeune, le prix du public…

Holy Danielle

Ino Vaovao0 partages

ANTANAMABAO- SOTEMA : Maty nisy namono i Flavien mpikatroka moraingy fanta-daza

Ny alahady hariva teo dia nisy ny lalao izay natao tao amin’ny Fokontany ka nandray anjara tamin’izany izy. Naharesy ny lehilahy ka nitondra ny loka izay azony tamin’ny fifaninanana nataony.

Niverina nody ity farany ary nanatitra ny vola sy ny loka izay azony tamin’ny vady aman-janany. Ora vitsy taoriana i Lalavy dia nody tany an-trano. Niera tamin’ny vadiny izy hivoka kely indray taorian’izay. Naharitra ora maro ity farany tany amin’izay nalehany, ka ny maraina vao nisy nahita ny fatiny. Faty efa tsirara tao anatin’ny rano maloto no hitan’ny olona.

Samy nitady izay mety ho havany sy ny olona mahafantatra ity rangahy maty ity ireo nahita ny razana, ka ny rahalahiny no sendra nandalo nijery ny zava-nisy, ka taitra ary tonga dia nampandre avy hatrany ny vadiny tany an-tranony raha tsy nahalala izay fandehan’ny tantara izy ireo.

Tsy lavitra ny toerana nahitana ny razana dia efa tazan’ity ramatoa vadiny ny ankajony izay nanaovany, ka teo vao niaiky izy fa vadiny ity maty nisy namono ity. Tsy fantatra mazava anefa izay olona nahavita nandatsa-dra an’i Lalavy ity. Ao no milaza fa mety ireo mpilalao niaraka taminy ihany no nahavita namono azy ity na koa mety ho “réglement de compte”.

Noraisin’ny mpitandro filaminana ny raharaha mikasika ity vonon’olona tao Antanambao-Sotema ny maraina ny alatsiniainy teo. Nahazo vahana ny resaka “réglement de compte” ao Mahajanga tao anatin’ny herinandro izay, toy ny niseho teny Mangarivotra ny alatsinainy teo, izay nahatesana lehilahy iray mpivarotra finday teny amin’ny Vy lava.

Tsy nisy nipika anefa ny fitaovana teny amin’io ranamana maty io hatramin’ny moto nentina aza tsy nalain’ireo namono azy fa ny ainy ihany noesorin’izy ireo taminy. Matetika dia ireo mpinama tsy mifanara-tsaina ihany no mahavita mamadika ny namany, ka miafara amin’ny famonohana ka tsy misy zavatra tsy vitan’ny fifampiresahana ihany.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA FAHA-2 sy FAHA-11 A : Nivadika vary sy katsaka ireo ala teny an-tendrombohitra

Velaran-tany maro no may nandritra izany, talanjona avokoa ny mpandeha mahita ny fijoalajoalan’ ny afo sy fanjavonan’ireo ravinala, anisany mampiavaka aty amin’ny Faritra Atsinanana.

Volana vitsy nandalovan’izany afo izany dia manomboka voavaly ny fanontanian’ny maro raha nahita ny firedaredan’ny afo nihinana ireo ala rehetra. Ankehitriny tokoa mantsy dia efa tsara tsiry amin’ireny tendrombohitra may ireny ny voam-bary nafafy ary efa manomboka maitso mavana ihany koa ny voly katsaka. Voavaly, araka izany, ny fanontanian’ny maro fa afo iniana natao ireny nahamay ny ala tamin’ireto lalam-pirenena roa ireto ary voly vary sy katsaka no natao taminy.

Ny zava-misy tsy takona afenina eny anivon’ny fiaraha-monina ireo karazana ady tany misy amin’izao fotoana izao : mitranga ao anatin’ny fianakaviana iray, manginy fotsiny ny fidongian’ireo mpanam-bola na teratany vahiny ny tanin’ireo tantsaha, ka aleon’ireto farany mamahatra sy manao voly an-tanety, mampihatra ny fomba nentim-paharazana dia ny fambolena an-tavy izay tsy maintsy anaovana doro tanety.

Efa mihatra sady anefa ny fiantraikan’izany dia ny fihantonan’ny orana amin’ny faritra maro eto Madagasikara.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

FANAPARIAHAM-PAHEFANA : Tsy voafaritry ny mpitondra mazava ny famindrana ny vola

Misy didy fampiharana hafa nampanantenaina mbola andrasana, ka ny voakasik’ izany dia ny Fokontany, ny fifandraisan’ny vondrom-bahoaka ary ny fanohanana ara-kevitra ny CTD (Vondrom-paritra itsinjaram-pahefana) avy amin’ny solontenam-panjakana.

Hafa ny mamoaka lalàna, hafa ny mampihatra azy. Takian’ny lalàna mantsy ny hanavaozana ny tompon’andraikitry ny Fokontany isaky ny vita ny fifidianana kaominaly, saingy tsy mbola nisy vita izany, efa ho roa taona sy tapany izay. Mbola ratsy lavitra noho izany, ireo Sefo Fokontany izay nanohy foana nanatontosa ny adidiny dia niasa jamba rafozana tsy nahazo ny tambin-karama voalaza, nefa vola kely dia kely izy io, ary manahirana ny Fanjakana ny mandoa azy ara-potoana.

Manindraindra ny fanatanterahana ny fanapariaham-pahefana ny Fitondrana ka fara faharatsiny mba tokony hitana ny teniny. Ankehitriny anefa, maro ny Kaominina mbola tsy nahazo manontolo ny famatsiana ara-bola hoenti-miasa efa noferan’ny lalànan’ny tetibola 2016 sy ny lalànan’ny tetibola efa nahitsy. Fampanantenana fotsiny no mba ataon’ny Fanjakana fa handrotsaka vola ho fampandrosoana ny faritra mitentina 200 tapitrisa Ariary ho an’ny Distrika tsirairay ankehitriny !

Dia loza no mitranga : mandritra ny ifandroritan’ny solombavambahoaka sy ny lehiben’ny distrika ny amin’ny fifehezana ny fitantanana izany vola izany, ny hany azon’ny kaomina atao dia ny manolotra tetikasa lazaina fa lohalaharana any amin’ny CLD. Satria mbola tsy tafapetraka ny Faritra dia ny Sefo distrika (notendrena mba hialana amin’ny fivangongoana fa tsy nofidiana) no hanapa-kevitra ny amin’ny hampiasana ny vola fanampiana ny Kaominina, miaraka amin’ny Solombavam-bahoaka.

Ny fifehezana ny vola natokana hampiasaina any aminy dia tsy asan’ny Kaominina, izay hany vondrom-bahoaka tafajoro hatramin’izao, dia noraisin’ny Fitondrana foibe io tamin’ny alalan’ny Distrika, izay miankina amin’ny fialana amin’ny fivangongoana. Na dia ny Solombavambahoaka aza no vy nahitana sy angady nananana ny famoronana ny tahiry ho fampandrosoana ny faritra, dia ny Kaominina mandrafitra ny boriborintany no tokony hampiasa azy. Fa raha mbola mikiribiby hitantana ny vola an-kolaka foana ny Fanjakana dia aoka hatsahatra ny resaka fanapariaham-pahefana.

Nanomboka tamin’ny krizy politika tamin’ny 1991, izay niafara tamin’ny fananganana ny andiany voalohany tamin’ny Kaomina, dia ny Kaominina hatramin’izao no hany endriky ny fanapariaham-pahefana mbola miasa. Tafalatsaka any ambanin’ny faritry ny 1%-n’ny teti-bolam-pirenena ny fanampiana ara-bola avy amin’ny Fanjakana hoentiny miasa tamin’ny 2015, nefa io anjarany io dia tany amin’ny 3 % tany ho any nandritra ny Tetezamita ary 5% talohan’ny 2009. Tamin’ireo fotoana ireo, tatsy Afrika dia 7% ny salanisan’io anjara io. Ny PND dia nilaza fa hakarina 16% io anjara io manomboka izao ka hatramin’ny 2019...

Tamin’ny 2004 no natsangana araka izao endriny safiotra izao ny Faritra. Roa ambin’ny folo taona izay ireo Fanjakana nifandimby dia tsy nahavita nampanao fifidianana mifandraika amin’ny vondrom-bahoaka antenantenany voalazan’ny Lalàm-panorenana (Faritra sy Faritany). Ary na nisafidy ny hampanao fifidianana tsy mivantana ho an’izany aza ny Antenimieram-pirenena, dia mbola tsy nisy na inona na inona vita tamin’ity taona ity.

Ny Kaominina anefa malemy loatra, ka tsy afaka hifanakalo hevitra hahombiazana miaraka amin’ny fitondrana, tsy ho vitany na oviana na oviana ny handresy lahatra ny amin’izay tetikasa hampiasana ny volam-panjakana (PIP) ka hanomezana fahafaham-po ny filàna fototry ny olom-pirenena. Ny PIP dia mijanona hotantanan’ny fitsinjaran’asan’ny minisitera, nefa ny CTD tsy nandray anjara, na indray mandeha aza tamin’ny dinika ara-bola natao hahalalana izay handefasana ny tahiry hampiasaina eo amin’ny sehatry ny fampiasam-bola.

Ankoatra izany, tsy misy aloha na iray aza hatramin’izao fikambanan’ny CTD na fikambanan’ny ben’ny tanàna mahatafiditra ny heviny any amin’ny teny midina avy any ambony. Noho izany ny Kaominina dia mianona fotsiny amin’ny vola kely avy amin’ny hetra eo an-toerana mba hanatanterahana ny adidiny manoloana ny filàna fototry ny olom-pirenena (sora-piankohonana, fanabeazana, fahasalamana, rano fisotro madio, sns.).

Soa ihany fa noho ny fanohanana sy ny fiarahana tamin’ny mpiara-miombona antoka ara-teknika sy ara-bola avy any ivelany, dia mba nisy Kaominina efapolo eo ho eo nahatratra ny faritry ny fahaleovantena ara-bola sy ara-pitondrana araka ny lalàna manan-kery. Mahatratra 1.695 anefa ny isan’ny Kaominina eto amintsika, ary tsy mitsaha-mitombo io isa io. Mety angamba ny maka tahaka ny fanao mahomby any amin’izay Kaominina tsara tantana mba hanamafisana ny vondrom-bahoaka fototra.

Misy faritra misongadina toy ny CTD antenantenany izay mety hanampy amin’ny fanaparitahana ireny fanao mahomby ireny. Mety loatra raha fifidianana mivantana no enti-manangana azy ireny ary ampifandraisina amin’ny fanambin’ny fampandrosoana ny fifampiankinana ary ny fiaraha-mientana tsikaritra eo amin’io sehatra io. Hatokana ho an’ny faritany fotsiny ny fifidianana tsy mivantana, amin’izay hihamafy ny anjara asany amin’ny maha mpampifanohy azy. Amin’izay, havesa-danja kokoa, satria tafatambatra, ny asan’ny ambaratonga telon’ny CTD rehefa mifampiraharaha ny amin’ny famatsiam-bola ho an’ny fampiasam-bola ho fampandrosoana ara-toekarena ny faritany. Noho izany, dia mba mety hitombo tsara koa ny volam-pirenena nomena hotantanan’ny Faritra.

Manaraka izany dia tsara raha faranana ny fanampian’ny Fanjakana, mandrakariva mantsy, ireny no loharano miteraka ny kolikoly avo lenta, satria manahirana be, takona ary tsy voaara-maso ara-dalàna ny fandehan’ny famindrana ny vola.Ary farany, afaka manao fifanekena-rafitra miaraka amin’ny CTD ny fitondrana rehefa hampihatra politika ho an’ny vahoaka. Izany no hahafahana miala amin’ilay Fanjakana tsy refesi-mandidy mankany amin’ny Fanjakana mpandamina, izay mamorona ny politika ho an’ny vahoaka, mampanaja ny fenitra isan-tsokajiny, mampihatra ny lalàna sy ny fitsipika, manara-maso ny maha ara-dalàna ny asa atao ary manasazy.

Ahena ny Fanjakana saingy hatsaraina ny Fanjakana ; izany hoe, miala amin’ny fitondrana mivantana mankany amin’ny fitondrana miasa ho an’ny fampandrosoana faritra mahavita tena.

Nangonin’I Tiaray r

Ino Vaovao0 partages

MAHANORO - TSY MANDRAY MPANJIFA NY TOBIN-TSOLIKA : Nifampitadiavana ny solika

Ny zava-misy mantsy dia nifampitadavana eraky tanana ny solika tao Mahanoro.Fahasahiranana, araka izany, ny an’ireo mpampily manoloana ity raharaha ity. Raha ny fanazavana nomen’ny mpamily iray dia nisy fahasimbana tampoka ny milina mampiakatra ny solika tamin’ity tobin-tsolika tokana ao Mahanoro ity, ka voatery nofefena ny faritra misy ny tobin-tsolika hanambaràna amin’ny mpanjifa fa mikatona aloha ny tobin-tsolika.

Voatery nitady hevitra tamin’ireo mpivarotra solika amin’ny sisiny na “bizina” ireo mpampily vao afaka nitatitra ireo mpandeha ho aty Toamasina, ny marainan’io alatsinainy io. Tsy vao sambany no nisian’ny trangan-javatra toy izao ny ao Mahanoro, raha ny fanampim-panazavana azo, izay manome vahana ireo mpivarotra solika amin’ny sisiny.

Hatramin’ny ora nanoratana ity lahatsoratra ity dia mbola mikatona, tsy mbola mandray mpanjifa ity tobin-tsolika tokana ao Mahanoro ity.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

FANAZAVANA NY TANANA : Hapetraka tsy ho ela ny andrin-jiro eny Antanambao-Sotema Ampasika

Niezaka nangataka ny tokony hamatsiana herinaratra amin’ny toerana iny ireo vahoaka tamin’ny orinasa Jirama sy mpitondra saingy tsy nisy valiny ny fangatahana natao.

Efa tamin’ny taona 1980 no efa tsy manana jiro ara-dalàna io Fokontany io. Maro ireo mpanao politika no tonga midina eny an-toerana milaza ny hampiditra herinaratra ao rehefa vanim-potoanan’ ny praopagandy saingy tsy nisy tanteraka izany.

Tsy afaka manohitra anefa ireo vahoaka ao fa dia miandry ny rariny, ka nanita-kevitra ny haka jiro amin’ny toerana iray, ka iny indray no mizara amin’ny tokantrano maromaro. Tandindonin-doza ny fiainan’ireo vahoaka ao amin’ny fisintonana jiro tsy ara-dalàna io noho ireo tariby miparitaka eran’ny lalana. Tariby mifamatopatotra no hita rehefa miditra ny Fokontany Antanambao-Sotema vokatra io fitarihana jiro tsy ara-dalàna io.

Manoloana io olana mianjady amin’ireo vahoaka ao amin’ny Fokontany io dia nijery ny fomba ahafahana mitarika herinaratra ny Solombavambahoaka Nina, ka tamin’ny alalan’ilay vola fanampiana nangatahina tany amin’ny Antenimerampirenena hanamboarana ireo foto-drafitrasa isaky ny Distrika no nalaina hampidirana herinaratra. Mitentina 51 tapitrisa Ariary no tetim-bidy hanamboaran’ny orinasa Jirama ao Mahajanga ny fotodrafitrasa sy ny fampidirana herinaratra ao Antanambao-Sotema ka ireo faritra rehetra manodidina dia saika hahazo jiro avokoa. Efa vitan’ny Prefet Mahajanga sy ireo Depiote roa lany tao Mahajanga Rahantanirina Lalao na Nina sy Nicolas Stephan sonia ny taratasy fifanarahana ahafahana mamoaka ny lelavola hanampidirana io herinaratra io ary efa nivoaka koa ny vola eny amin’ny banky ny Tahirim-bolam-panjakana ka hanomboka tsy ho ela ny asa.

Nidina teny an-toerana ny zoma hariva teo ny Solombavam-bahoaka Nina nampahafantatra tamin’ny vahoaka io vaovao lehibe io. Raha ny fanazavana azo avy amin’ity solombahoaka ity dia fantatra fa fampanantenaina nataony tamin’ny vahoaka ao Antanambao- Sotema ny fampidirana jiro io, ka tsy maintsy tanterahina izany satria efa maizina tanteraka an-taonany maro ny tanàna.

Tokantrano 600 tafo no hahazo tombontsoa amin’ny famatsiana herinaratra io ao amin’ny Fokontany io ary hazava avokoa ny sektera enina ao. Nilaza hatrany ny Solombavam-bahoaka fa nisy saika hanodinkodina indray io vola atokana hampandrosoana ny faritra nahalany an’ireo Depiote ireo, ka izay indrindra no antony tsy maintsy tonga dia nitadiavana vahaolana haingana hahatanteraka ny fanamby napetraka dia ny fampandrosoana ny tanana niaviany avy.

Raha tsiahivina dia 200 tapitrisa ny vola natokana hampandrosoana Distrika nahalany ireo Depiote ireo, ka hojerena tsy ho ela koa ny fanatsarana ny Fokontany hafa izay hiarahan’ireo Solombavabahoaka roa ireo mba ho tena hipaka amin’ny vahoaka izay nifidy azy ireo izany.

Efa tafiditra isan’ireo Fokontany hametrahana tetezana koa ny ao Ambalavola sy Aranta ka tsy ho ela dia hiantomboka koa ny asa.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

LALAMPIRENENA FAHAEFATRA : Arahina mpitandro filaminana ireo taksiborosy mandeha alina

Noho izany dia ajanon’ny Zandary ary ampiarahina maromaro no mbola arahiny ireo fiara mpitatitra olona.

Mba afaka tebiteby ny mpandeha amin’izao fomba fiasa matotra ataon’ny mpitandro filaminana izao. Ireo mpamily no olana satria mare amin’izy ireo tsy te-hanome toerana ireo Zandary hanara-dia hiambina ny fiara. Tadiavin’ny mpamily sasany handoa saran-dalana aza moa ny Zandary miaro ny aina sy ny fananan’ny mpandehan’izy ireo.

Rehefa misy mantsy ny fanafihana dia matetika ireo mpandeha aloha no lasibatra. Misy dia misy tokoa anefa ireo mpamily manao vy very ny ainy miaro ny mpandehany saingy misy hatrany koa ireo manao tandrevaka, ka mampanontany tena sao mpiray tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy. Ireo fiara mpitatitra mandeha amin’ny alina no tena voakasik’ izany fa ireo mandeha antoandro tsy dia misy olana. Efa nijanona koa ny fiakaran’ny jiolahy amin’ny tafon’ny fiara mpitatitra taorian’ny nahatrarana ireo tao Andohandambo.

Hatreto dia ny fiarahan’ny fiarakodia maro mitanjozotra sy ny fampiarahana mpitandro filaminana amin’izy ireo no tetika mahomby isorohana ny fanafihana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MAROHOHO-TSIMBAZAZA : Tovolahy iray maty voatsindron’antsy tao an-tranony

Mpivaro-kena eny an-toerana ity farany ary ao an-tsena ihany izy no fantatra fa matory amin’ny alina, ka tao ihany no namonoan’ireo olon-dratsy azy. Araka ny nambaran’ny manodidina dia valifaty sy lonilony nisy tamin’ireo mpivaro-kena namany ihany no niafara tamin’izao habibiana izao.

Fantatra fa nisy roa lahy hafa mpiara-miasa taminy tao ihany, taty aoriana anefa noroahin’ny lehibeny izy roa lahy ireto, ka ity raikalahy sisa no voatazona niasa tao. Io no tsy zakan’ireto farany ka nahatonga azy ireo namorona sain-dratsy. Ny alin’ny alahady dia mody nandondona tao an-tsena izy roa lahy efa voaroaka ary niangavy tamin’ilay namany mba hatory ao. Tsy nanam-po na inona na inona ity farany fa noentim-pahatsorana tanteraka ka namoha ny trano. 

Rehefa tafiditra tao anefa izy roa lahy avy hatrany dia nandray antsy maranitra fitetehana hena ary notapahany tamin’izany ny tendan’ilay tovolahy izay namany ihany. Nandriaka ny rà tao an-trano, maty tsy tra-drano ity farany ary tsy vitan’izay fa mbola lasan’ireo olon-dratsy ihany koa ny lelavola mitentina dimy hetsy Ariary tao an-tsena. Olona sendra nandalo avy eo no nahita ny varavaran’ny tsena nisokatra, izy no nampandre ny manodidina ka rehefa nojerena dia faty mitsitra efa nihoson-drà no hita tao.

Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana. Taorian’ny fikarohana natao dia tratra ny raikalahy tamin’ireo olon-dratsy raha mbola ifampikarohana fatratra kosa ilay namany. Efa natolotra ny fianakaviany ny razana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MASIAKAMPY - MIANDRIVAZO : Nidaroka olona indray ny Zandary mpanao sakan-dalana

Tato ho ato dia ahenoana resabe hatrany ny momba ny mpitandro filaminana miasa any ambanivohitra ireny fa toa manao izay danin’ny kibony tokoa amin’ny fampiasan-kery izy ireo any amin’ny misy azy any, ka mahatonga ny olona sasany alaim-panahy hanao fitsaram-bahoaka ary mihatra amin’ny mpitandro filaminana ihany koa izany no iafarany. 

Raha ny zava-nitranga tany Masiakampy, Kaominina Anosimena, Distrikan’i Miandrivazo ity moa voalaza fa nidaroka olona indray ny mpitandro filaminana avy eo anivon’ny Zandary. Tsy nahatsiaro tena vokatr’izany ilay olona voadaroka ary voatery noentina notsaboina tao Antsirabe mihitsy, io alin’ny alahady io. 

Araka ny nambaran’ilay voadaroka rehefa afaka niresaka izy dia mpamily no asany ary simba ny fiara fampiasany, ka niangavian’ny namany izay mpiara-miasa aminy izy mba hiara-dia aminy ho any Miandrivazo hanatitra entana, satria mpitatitra mampitohy an’i Masiakampy-Miandrivazo izy ireo. Vao hivoaka ny sakan a nataon’ny Zandary izy ireo dia nilàn’ireo mpitadro filaminana vaniny, izay nambaran’izy ireo fa sady efa nisotro no mbola mivimbina tavoahangy ihany koa. Nitaky ny taratasin’ny fiara ireo mpitandro filaminana ary taorian’izay dia nanomboka nila vaniny, ka nitaky indray ny fahazoan-dalana mamily fiara an’ilay mpamily iray teo anoloana, izay tsy nitondra akory ny fiara. 

Rehefa tsy nisy tany aminy satria tsy nitondra izy dia notakian’izy ireo kara-panondro indray ary rehefa tsy nisy izany ihany koa dia nosamborin’izy ireo avy hatrany ary noentin’izy ireo tany amin’ny birao fiasany.

Satria olona fantatry ny maro izy sy ilay tompon’ny fiara izay niangavy azy dia niditra an-tsehatra ny Ben’ny tanàna, ka niangavy ny mpitandro filaminana, izay efa mamo mba hamela azy ireo handeha ho any amin’ny Ben’ny tanàna aloha, mialoha ny fanadihadiana. Tsy nanaiky izay ireo Zandary ka vao niala ny ben’ny tanàna dia raikitra ny daroka tamin’ilay mpamily nindramina, ka teo no nitrangan’ny voina ary dia niafara tamin’ny tsy fahatsiarovan-tenany. Nanomboka tamin’ny 8 ora sy sasany aliny no tsy nahatsiaro tena ilay mpamily voadaroka ka hatramin’ny 10 ora alina vao navelan’ireo Zandary hoentina tany Miandrivazo saingy tsy afaka nandray intsony ny tao satria voalaza fa efa tsy vitan’izy ireo izany, ka taty Antsirabe vao voavonjy ilay ranamana, izay efa mba afaka miresaka aloha hatramin’izao.

Tiray.R

Tia Tanindranaza0 partages

Alamino tsara e !

Na dia mbola misy ihany aza ny fifampiarahabana isaky ny faran’ny herinandro noho ny taom-baovao dia efa fotoanan’ny asa tanteraka amin’izao herinandro faharoan’ny volana janoary izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tarika SpesialistaHamoaka raki-kira « Best of » tena raitra

Tsy handalo fotsiny ity taona vaovao 2017 ity ho an’ny tarika Spesialista. Fomba fiasa sy fijery vaovao ihany koa mantsy no hoentiny hanomezana fahafaham-po ireo mpankafy azy raha araka ny fanazavan-dRandrianasolo Hugues lehiben’ny tarika.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranom-printim-pirenenaFahombiazana ny taona 2016

Fahombiazana tanteraka ny taona 2016 ho an’ny tranom-printim-pirenena etsy Ambatomena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Me Hanitra Razafimanantsoa Nirotsaka nanadio an’Analakely

Nanatanteraka fanadiovana faobe teny amin’ny boriborintany voalohany omaly alatsinainy 9 janoary 2017 ny filoha lefitry ny Antenimieram-pirenena sady solombavambahoaka voafidy teny amin’ity

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoAdiny 3 ny delestazy halina

Nampiteny ny moana ny fahatapahan-jiro teto Antananarivo Renivohitra omaly.

 Nisy ny maraina dia efa tapaka nandritra ny 3 ora, izany hoe nanomboka tamin’ny 9 ora maraina ka hatramin’ny 12 ora antoandro tahaka ny teny Ambodihady sy ny manodidina azy. Nisy fahatapahana in-droa miantaona naharitra 15 minitra avy ny tolakandro ary nifanesisesy isaky ny faritra amin’izay ny fahatapahana lavareny ny takariva sy ny alina ka naharitra 1 ka hatramin’ny 3 ora izany. Ho an’i Soanierana, Namontana ohatra dia maty ny jiro tamin’ny 7 ora hariva ary tsy niverina raha tsy tamin’ny 10 ora alina. Maro anefa ny orinasa amin’iny faritra iny ary tena nisy akony ratsy tamin’ny asa ilay izy. Maro koa ny toerana hanararaotan’ny jiolahy sy ny mpanendaka rehefa maty ny jiro. Nisy fanamboarana tsy maintsy natao, hoy ny avy ao amin’ny jirama nanatsotsotra ny resaka. Tsy rariny intsony e !

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Zandary sy dahaloHihamafy ny gidragidra

Hihamafy ny gidragidra ! Izay no azo ilazana ny fifandonana eo amin’ny zandarimariam-pirenena sy ny dahalo mpangalatra omby manerana ny nosy amin’ity taona 2017 ity raha ampifandraisana ny tatitra avy eo anivon’ny zandarimariam-pirenena mikasika ny vokatra tamin’iny 2016

Mirija  

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sendikan’ny mpiasam-panjakana « F3M »Tsy faly amin-dRajaonarimampianina

Tsy nahomby ary tsy nahafa-po ny mpiasam-panjakana ny kabarin’ny Filoham-pirenena nandritra ny lanonam-be fiaraha-misakafo noho ny fahatrarana ny taona vaovao 2017 natao teny Iavoloha ny 6 janoary teo.

 Tsy niandry ela ny valy bontana avy amin’ny sendika F3M na ny « Fiaraha-mientan’ny Mpiasam-Panjakana », izay tsy afa-po tamin’ny fampanantenana nataon’ny filoha ho an’ireo mpiasam-panjakana. Na dia teo aza mantsy ny fanambaran'ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina amin'ny hampiakarana 7% ny karaman’ny mpiasam-panjakana eto amintsika amin’ity taona ity, dia tsy mahafa-po ny sendika F3M izany, ka takian'ity sendika tarihin'i Tsialofana Andriankinana ity ny tokony hamerenan'ny fanjakana ny fandinihana sy fanatsarana ny mari-karama. Io ihany no hany vahaolana hahafaha-manatsara ny fari-piainan'ny mpiasa raha tena tiana marina ny hitsinjo sy hampivoatra ny tontolon’ny asam-panjakana eto amintsika manoloana ny halafon’ny vidim-piainana, raha haravona ny hevitr’izy ireo. Raha fisaorana sy fankasitrahana izany no nantenain’ny fanjakana Rajaonarimampianina, dia ny mifanohitra amin’izany no niseho, izay midika fa tsy faly sy tsy afa-po amin’ny fomba fitantanana ny firenena, indrindra fa ny resaka asam-panjakana eto amintsika ny sendika. Ahiana hiitatra any amin’ny fitakiana sendikaly ny raharaha noho ny fanaovana tsinontsinona ny mpiasa Malagasy, kanefa ny mpitondra malaza ho manam-bola sy mandany vola fahatany amin’ny zavatra tsy dia mankaiza, fa tsy mahavita manao zavatra mba hitsinjovana ny tombontsoan’ny maro an’isa.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Me Razafimanantsoa HanitraNanolotra ordinatera ho an’ny Boriborintany I

Nanolotra solosaina miisa dimy miaraka amin’ny kojakoja ho an’ny Boriborintany voalohany, omaly alatsinainy 9 janoary, ny solombavambahoaka voafidy tao amin’ny Distrika Antananarivo I, Me Razafimanantsoa Hanitra.

 Nanambara ny tenany fa fitaovana hahafahana miasa, miasa mafy, miasa tsara ireo mba hamahana olana sy hanatsarana ny fitaovana efa misy. Ny delegen’ny Ben’ny tanàna ao amin’ny boriborintany voalohany Ratsimbazafy Andriamahery Gérard, tetsy an-kilany dia naneho ny maha zava-dehibe ireto fitaovana ireto satria hahafahana miasa amin’ny fikarakarana ny atontan-taratasy ilain’ny olona, izay tsy vita mora ny fanaovana izany raha tsy misy fitaovana.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fahampian'ny rotsak’oranaRitra ny reniranon’Ikopa

Tafakatra hatrany amin’ny 31°C ny maripana ambony indrindra eto Antananarivo. Tsy ampy ny rotsak’orana, izay misy fiantraikany betsaka amin’ny fiainan’ny mponina mihitsy. Ritra hatramin’ny reniranon’Ikopa

. Tsy fantatra intsony na vokatr’izao hainandro migaingaina ka maharitra ny rano izao no nahafaty ireo trondro teny amin’iny renirano iny, ka natsingevan’ny rano na mitombina ny filazana fa mety nisy nandefa poizina mahery vaika tao anatin’ny renirano. Efa maro no nandroaka sy nihinana ireo trondro maty natsingevan’ny rano, ka efa nisy ny fampitandremana nataon’ny minisiteran’ny jono sy ny harena anaty rano, fa tsy azo atao ny mihinana ireo trondro maty ireo. Ankoatr’izay dia hiteraka voka-dratsy amin’ny lafin-javatra maro izao toe-javatra izao, ary efa hita taratra amin’ny zava-misy ankehitriny izany. Malefaka ny tosiky ny rano manodina ireo milina famokarana herinaratra, izay ambaran’ny tompon’andraikitra ho mampahery vaika ny delestazy. Tsy mandeha amin’ny laoniny intsony ny fambolena, izay tsy hisalasalana fa hiteraka voka-dratsy amin’ny famokarana eto Madagasikara mihitsy satria saika manerana ny Nosy no tara sy tsy misy rotsak’orana. Ahiana hahery vaika kokoa, araka izany, ny olana ara-tsakafo eto amintsika amin’ity taona 2017 ity. Manginy fotsiny ny resaka fahasalamana izay efa maro no mijinja ny voka-dratsin’izao toetr’andro izao. Raha ny fanadihadiana natao dia manodidina ny 71 tapitrisa ariary ny vola hahafahana mandrotsaka orana artifisialy izay hany vahaolana azo hatao amin’izao fotoana izao. Mila mandray andraikitra ny fanjakana satria mijaly ny vahoaka, indrindra fa ny tantsaha.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanManampatra sahady ?

Manakory indray ry Jean a ! Fa ahoana ihany no hanaovantsika ity taona ity e ? Ny debanareo anie, hono, mba te hanao azy hoe “fisandratana” e !

 Hiaraka ho any amin’ny fampandrosoana an’ity tanindrazana iombonana ity hiaraka aminay ihany ve ianareo sa mba mbola hanohy ilay samy maka ho azy toy ireny mahazatra taloha ireny ? Tsy azoko mihitsy marina ilay fihetsikareo e ! Hiaro anay ianareo sa handany andro amin’ity karazam-balifaty mitera-doza ho an’ny valalabemandry efa niteraka faty nikararana toy ny tamin’ny taon-dasa iny ihany ? Ady amin’ny olon-dratsy mahery vaika anie rangahy ity no hataonareo fa tsy hoe mpanao hala-botry akory e ! Raha hanao haza lambo ny namono ny iray ianareo, aiza no ahafantaranareo raha izay mihitsy no tadiavin’ireo tsy mataho-tody ireo mba ahafahany mamono ny namanareo any amin’ny faritra hafa indray ? Ny tena loza amin’io anie ry Jean dia ho malalaka be indray ny vala handripahan-dry zalahy ny harena any amin’ny toerana tsy hisy anareo e ! Alefao lavitra ny saina e !

Marco   

Tia Tanindranaza0 partages

Randriamiarisoa Joseph “Tsy misy fanjakana eto”

Mijanona ho resabe fotsiny ireo voambolana voizina momba ny fitantanana firenena eto Madagasikara.

Nangonin-dRamano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoham-pirenenaHajao ny lalàna, hoy ny KMF CNOE

Andro main-tany ihany no tokony hanatanterahana ny fifidianana filoham-pirenena dia ny faran’ny taona 2018, hoy ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny komity mpanara-maso ny fiainam-pirenena na ny KMF CNOE, Raharisoamalala Patricia.

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kajikajy politikaFifidianana depiote no hatao mialoha...

Ankatoky ny fanomanana ny fifidianana eto amin’ny firenena isika amin’izao fotoana izao

Toky R.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Malagasy Gospel : ambassadrice des droits de l’enfant

Les vingt-et-une filles et Harris, seul garçon et voix leader, de la Malagasy Gospel ont quitté Madagascar le 21 novembre 2016 pour un mois de séjour interculturel à Andorre et en Espagne avec la mission de sensibiliser sur les droits de l’enfant. Ils sont revenus à Tuléar le 23 décembre dernier grandis et chargés de nouvelles expériences tout en étant satisfaits d’une mission accomplie.

Durant ce riche séjour, le chœur tuléarois a montré son talent sur une dizaine de scène andorrane et espagnole pour chanter les droits des enfants et pour un monde plus juste. D’Ordino en Andorre, à Palma de Mallorca en passant par Pobla de Mafumet, Sant Boi de Llobregat, Valladolid, Getxo, la Corogne, ou encore Ibiza, les chants en espagnol, malgache, français et catalan ont ému et fait sensation auprès du public européen.

Le moment fort du séjour a été les deux jours des concerts « Il était une fois mille voix »  les 17 et 18 décembre 2016 au Centre Olympique de Tennis de Madrid. Ces représentations exceptionnelles ont réunit 60 chorales espagnoles et les jeunes de la Malagasy Gospel. Ensemble, ils ont chanté les droits de l’enfant devant un public admiratif de 6.000 personnes.

Sur son chemin, la Malagasy Gospel a mobilisé au total plus de 10.000 personnes à travers ses représentations. Des partages et des échanges culturels avec d’autres jeunes ont aussi marqué le périple de Harris et de nos ambassadrices. Ce projet a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Agua de Coco et ses partenaires.​De retour à Tuléar, Harris et ses amies partageront leurs expériences aux bénéficiaires de l’ONG Bel Avenir dont les apprenants du Centre d’Art et Musique (CAM) et les enfants des Centres d’Éducation Nutritionnelle de Tanambao et d’Amboriky le samedi 14 janvier prochain au CAM – Cinéma Tropic de Tuléar. Et leur aventure ne s’arrête pas là, le prochain séjour interculturel européen est prévu pour le mois de mai 2017 en France, en Suisse et en Norvège. Harris et nos jeunes ambassadrices des droits de l’enfant continuent à faire bouger leur communauté !

Madagascar Tribune0 partages

Les cultivateurs en difficulté

Le cacao est l’un des produits d’exportations phare de la Grande ile et a fait notre renommée jusqu’à maintenant. Classé parmi les meilleurs dans le monde, le cacao malgache est pourtant menacé actuellement. Des cultivateurs de la région SAVA ont lancé un appel de détresse, la filière est en danger due aux effets du changement climatique. L’augmentation de la température globale se ferait déjà ressentir dans la production malgache. L’irrégularité des précipitations affecte également la production et la qualité du produit. En effet, le cacao ne pousse et ne se développe que dans un milieu humide. Or, les précipitations sont devenues de plus en plus rares et irréguliers ou quand il y en a, deviennent très violentes. Les insectes nuiraient également les plantations dans la région de Sambava, affirme un cultivateur. Ces insectes qui survivent aux pesticides naturels utilisés par les cultivateurs se nourrissent des fèves de cacao et pondent à l’intérieur de celles-ci. Actuellement, on estime que Madagascar exporte jusqu’à 8 000 tonnes de cacao par an. Cette quantité risquerait de connaitre une baisse conséquente dans les prochaines décennies. D’ailleurs, si en 2013 le kilo du cacao se payait à 3 000 Ariary selon toujours les cultivateurs à Sambava, il n’est plus que de 800 Ariary actuellement.

Madagascar Tribune0 partages

Fusillade entre gendarmes à Anjozorobe, cela fait désordre

Les éléments des forces de l’ordre ne sont pas réputés pour faire régner l’ordre. Tout le monde l’a compris. Mais quand des gendarmes s’entretuent et donnent chacun leur version des faits, cela fait carrément désordre et lamentable. D’autant qu’il s’agit d’une affaire quasi-privée pour des intérêts particuliers ou presque.

C’était en gros ce qui s’est passé à Anjozorobe avec la fusillade qui a éclaté entre des gendarmes et qui a entraîné la mort d’un gendarme garde de corps du général Richard Ravalomanana. Ce dernier donne sa version : son garde de corps s’est déplacé à Anjozorobe pour régler une affaire familiale, car son frère qui travaille dans la carrière de cristal en conflit serait pris à partie par des gendarmes. Il est parti donc pour porter assistance à son frère selon la version du Gal Richard Ravalomanana. Il serait abattu à vue selon son chef.

Le général Ravoavy Zafisambatra assisté par le général Florens Rakotomahanina pour leur part insistent sur le fait que ce gendarme abattu n’a rien à faire dans cette exploitation minière à problème, qu’il n’a aucun ordre de mission et qu’il a été sommé par ses frères d’armes de ne pas s’approcher de la carrière, d’autant qu’il faisait nuit, mais qu’il a fait forcing et a tout de suite tiré d’où la fusillade. Les deux généraux notent que les gendarmes qui sont en mission, au nombre de 11 sont munis de réquisition, d’ordonnance du tribunal et tous les autres documents prouvant qu’ils ont le droit d’être sur place avec un huissier contrairement au gendarme abattu. Toute cette histoire fait suite au fameux conflit sur une exploitation minière qui a impliqué le fils du Chef de l’Etat et qui a fait couler beaucoup d’encre l’année dernière.

Donc, il s’agit d’un conflit entre privés mais qui implique beaucoup de gendarmes dont bien de généraux à plusieurs étoiles. Pendant qu’ils sont en train de gérer leur histoire, les malfaiteurs s’en donnent à cœur joie pour attaquer les autres citoyens lambda.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina reconnu par la communauté internationale

La communauté internationale, par le biais des ambassadeurs ou chargé d’affaires relayent les félicitations de leur gouvernement respectif pour Andry Rajoelina. L’ancien président de la Transition a ainsi pris sa revanche et obtenu la reconnaissance de son pouvoir au niveau international suite à son élection à la tête du pays lors du dernier scrutin présidentiel.

La France a adressé au ministère des Affaires étrangères sa lettre de félicitation au nouveau président. Elle « félicite chaleureusement le président Rajoelina pour son élection et lui adresse ses vœux de pleine réussite ». Pour la cérémonie d’investiture du nouveau président malgache, prévue le 19 janvier prochain, la France enverra son secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne pour la représenter.

La déclaration du chargé d’Affaires de l’ambassade des États-Unis à Madagascar, Stuart Wilson, va également dans ce sens. « Nous félicitons l‎e président élu Andry Rajoelina et le peuple malgache pour avoir accompli cette élection démocratique. Nous invitons chacun à respecter la paix et à éviter la violence, à respecter la Constitution, la décision de la Haute cour constitutionnelle et le choix de la majorité. Nous, les États-Unis, nous réitérons notre soutien pour la démocratie à Madagascar et nous continuons à nous tenir aux côtés du peuple malgache », a-t-il indiqué.

Le gouvernement du Japon se réjouit également de l’élection présidentielle de la République de Madagascar qui s’est déroulée pacifiquement le 19 décembre dernier et félicite chaleureusement Andry Rajoelina pour son élection en tant que nouveau Président qui a été annoncée par la Haute cour constitutionnelle le 8 janvier. « Le gouvernement du Japon souhaite que la République de Madagascar fasse avancer davantage la stabilité politique et le développement socio-économique sous la direction du nouveau Président ».

Pour couronner le tout, il y a surtout la déclaration du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres qui a félicité dès mardi Andry Rajoelina pour son élection à la présidence de Madagascar. Le porte-parole de ce premier responsable de l’ONU a déclaré que « Le Secrétaire général a pris note de l’annonce des résultats finaux des élections présidentielles par la Haute cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar et félicite le Président élu. Il félicite également toutes les parties prenantes pour l’achèvement pacifique et en bon ordre des élections présidentielles ».

Il va sans dire que la communauté internationale salue par la même occasion l’organe et institution, notamment la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et la Haute cour constitutionnelle, ainsi que les organisations de la société civile ainsi que le gouvernement pour le rôle qu’ils ont joué dans le cadre de la bonne organisation de cette élection qualifiée par le secrétaire général des Nations Unies comme étant un « événement historique ».

L’élection faite, la reconnaissance internationale assurée tout comme la stabilité politique d’ailleurs, le nouveau président de la République devra s’atteler davantage sur le développement du pays. C’est le souhait de la plupart des Malgaches.

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana félicite officiellement Andry Rajoelina

Le candidat Marc Ravalomanana a officiellement félicité son adversaire, le candidat Andry Rajoelina, pour son élection à la présidence de la République. Dans une vidéo diffusée sur les médias et les réseaux sociaux, l’ancien président de la République malgache affiche sa reconnaissance au nouveau élu et accepte sans broncher sa défaite.

Le fondateur de l’empire Tiko appelle en effet au calme et réclame l’arrêt des pressions et des poursuites à l’endroit de ceux qui ne partagent pas les même avis politiques. Il en demande notamment la libération « innocents » jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion en faisant notamment allusion aux sept personnes interpellées par les forces de l’ordre samedi dernier lors d’une tentative de manifestation organisée par ses partisans sur la place du 13 mai.

Ce geste de fair-play de ce candidat a notamment été salué par beaucoup de citoyens, même auprès des fervents admirateurs du nouveau président de la République, Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana félicite officiellement Andry Rajoelina

Le candidat Marc Ravalomanana a officiellement félicité son adversaire, le candidat Andry Rajoelina, pour son élection à la présidence de la République. Dans une vidéo diffusée sur les médias et les réseaux sociaux, l’ancien président de la République malgache affiche sa reconnaissance au nouveau élu et accepte sans broncher sa défaite.

Le fondateur de l’empire Tiko appelle en effet au calme et réclame l’arrêt des pressions et des poursuites à l’endroit de ceux qui ne partagent pas les même avis politiques. Il en demande notamment la libération « innocents » jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion en faisant notamment allusion aux sept personnes interpellées par les forces de l’ordre samedi dernier lors d’une tentative de manifestation organisée par ses partisans sur la place du 13 mai.

Ce geste de fair-play de ce candidat a notamment été salué par beaucoup de citoyens, même auprès des fervents admirateurs du nouveau président de la République, Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina reconnu par la communauté internationale

La communauté internationale, par le biais des ambassadeurs ou chargé d’affaires relayent les félicitations de leur gouvernement respectif pour Andry Rajoelina. L’ancien président de la Transition a ainsi pris sa revanche et obtenu la reconnaissance de son pouvoir au niveau international suite à son élection à la tête du pays lors du dernier scrutin présidentiel.

La France a adressé au ministère des Affaires étrangères sa lettre de félicitation au nouveau président. Elle « félicite chaleureusement le président Rajoelina pour son élection et lui adresse ses vœux de pleine réussite ». Pour la cérémonie d’investiture du nouveau président malgache, prévue le 19 janvier prochain, la France enverra son secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne pour la représenter.

La déclaration du chargé d’Affaires de l’ambassade des États-Unis à Madagascar, Stuart Wilson, va également dans ce sens. « Nous félicitons l‎e président élu Andry Rajoelina et le peuple malgache pour avoir accompli cette élection démocratique. Nous invitons chacun à respecter la paix et à éviter la violence, à respecter la Constitution, la décision de la Haute cour constitutionnelle et le choix de la majorité. Nous, les États-Unis, nous réitérons notre soutien pour la démocratie à Madagascar et nous continuons à nous tenir aux côtés du peuple malgache », a-t-il indiqué.

Le gouvernement du Japon se réjouit également de l’élection présidentielle de la République de Madagascar qui s’est déroulée pacifiquement le 19 décembre dernier et félicite chaleureusement Andry Rajoelina pour son élection en tant que nouveau Président qui a été annoncée par la Haute cour constitutionnelle le 8 janvier. « Le gouvernement du Japon souhaite que la République de Madagascar fasse avancer davantage la stabilité politique et le développement socio-économique sous la direction du nouveau Président ».

Pour couronner le tout, il y a surtout la déclaration du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres qui a félicité dès mardi Andry Rajoelina pour son élection à la présidence de Madagascar. Le porte-parole de ce premier responsable de l’ONU a déclaré que « Le Secrétaire général a pris note de l’annonce des résultats finaux des élections présidentielles par la Haute cour constitutionnelle (HCC) de Madagascar et félicite le Président élu. Il félicite également toutes les parties prenantes pour l’achèvement pacifique et en bon ordre des élections présidentielles ».

Il va sans dire que la communauté internationale salue par la même occasion l’organe et institution, notamment la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) et la Haute cour constitutionnelle, ainsi que les organisations de la société civile ainsi que le gouvernement pour le rôle qu’ils ont joué dans le cadre de la bonne organisation de cette élection qualifiée par le secrétaire général des Nations Unies comme étant un « événement historique ».

L’élection faite, la reconnaissance internationale assurée tout comme la stabilité politique d’ailleurs, le nouveau président de la République devra s’atteler davantage sur le développement du pays. C’est le souhait de la plupart des Malgaches.

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana félicite officiellement Andry Rajoelina

Le candidat Marc Ravalomanana a officiellement félicité son adversaire, le candidat Andry Rajoelina, pour son élection à la présidence de la République. Dans une vidéo diffusée sur les médias et les réseaux sociaux, l’ancien président de la République malgache affiche sa reconnaissance au nouveau élu et accepte sans broncher sa défaite.

Le fondateur de l’empire Tiko appelle en effet au calme et réclame l’arrêt des pressions et des poursuites à l’endroit de ceux qui ne partagent pas les même avis politiques. Il en demande notamment la libération « innocents » jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion en faisant notamment allusion aux sept personnes interpellées par les forces de l’ordre samedi dernier lors d’une tentative de manifestation organisée par ses partisans sur la place du 13 mai.

Ce geste de fair-play de ce candidat a notamment été salué par beaucoup de citoyens, même auprès des fervents admirateurs du nouveau président de la République, Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana félicite officiellement Andry Rajoelina

Le candidat Marc Ravalomanana a officiellement félicité son adversaire, le candidat Andry Rajoelina, pour son élection à la présidence de la République. Dans une vidéo diffusée sur les médias et les réseaux sociaux, l’ancien président de la République malgache affiche sa reconnaissance au nouveau élu et accepte sans broncher sa défaite.

Le fondateur de l’empire Tiko appelle en effet au calme et réclame l’arrêt des pressions et des poursuites à l’endroit de ceux qui ne partagent pas les même avis politiques. Il en demande notamment la libération « innocents » jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion en faisant notamment allusion aux sept personnes interpellées par les forces de l’ordre samedi dernier lors d’une tentative de manifestation organisée par ses partisans sur la place du 13 mai.

Ce geste de fair-play de ce candidat a notamment été salué par beaucoup de citoyens, même auprès des fervents admirateurs du nouveau président de la République, Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana félicite officiellement Andry Rajoelina

Le candidat Marc Ravalomanana a officiellement félicité son adversaire, le candidat Andry Rajoelina, pour son élection à la présidence de la République. Dans une vidéo diffusée sur les médias et les réseaux sociaux, l’ancien président de la République malgache affiche sa reconnaissance au nouveau élu et accepte sans broncher sa défaite.

Le fondateur de l’empire Tiko appelle en effet au calme et réclame l’arrêt des pressions et des poursuites à l’endroit de ceux qui ne partagent pas les même avis politiques. Il en demande notamment la libération « innocents » jetés en prison pour avoir exprimé leur opinion en faisant notamment allusion aux sept personnes interpellées par les forces de l’ordre samedi dernier lors d’une tentative de manifestation organisée par ses partisans sur la place du 13 mai.

Ce geste de fair-play de ce candidat a notamment été salué par beaucoup de citoyens, même auprès des fervents admirateurs du nouveau président de la République, Andry Rajoelina.

Madagascar Tribune0 partages

Contentieux électoral : halte aux pressions politiques exercées à l’encontre de la justice administra...

A la veille de la proclamation officielle des résultats définitifs des dernières élections communales et municipales, un groupe de magistrats de l’ordre administratif impliqué dans le traitement du contentieux électoral lié à ces élections tirent la sonnette d’alarme par rapport aux violations de la loi et des procédures dont ils ont été victimes, et face aux continuelles manipulations de la justice à des fins politiques.

Halte aux pressions politiques exercées à l’encontre de la justice administrative !

Des élections libres et transparentes, sous le contrôle d’une juridiction électorale indépendante et impartiale, constituent la base d’une vraie démocratie, condition de tout développement.

Les Tribunaux administratifs ont la charge de traiter, en toute impartialité, les contentieux électoraux portés à leur connaissance, dans le double objectif de sanctionner les irrégularités ayant pu entourer les scrutins et d’en garantir la sincérité, en vue d’en proclamer les résultats définitifs.

Nous, un groupe de magistrats de l’ordre administratif ayant été confronté à des pressions dans le traitement de contentieux électoraux en lien avec les récentes élections communales, avons confié à la société civile malagasy, le soin d’interpeller le grand public sur ces atteintes grave à l’indépendance de la Justice.

Nous déplorons la partialité de certains chefs de juridiction dans la conduite de plusieurs dossiers d’une part, ainsi que les irrégularités suivantes ayant conduit à certaines décisions du Tribunal administratif d’Antananarivo du 8 janvier 2020 d’autre part :

la violation du principe du contradictoire ; l’absence de transparence en interne : des pièces de dossiers pouvant constituer une preuve d’irrégularités ont été écartées de l’analyse commune desdits dossiers ; le changement inhabituel du mode opératoire interne observé en matière d’instruction de dossiers électoraux ; le traitement expéditif de certains dossiers et les pressions exercées sur les magistrats en charge des dossiers ; la violation pure et simple de l’article 73 de la loi n°2001-025 du 9 avril 2003 relative au Tribunal administratif et au Tribunal financier selon lequel « le Tribunal administratif délibère hors la présence des parties. Il prend ses décisions à la majorité des voix de la formation de jugement. » Or, la majorité a parfois dû céder face à l’insistance d’une minorité, encouragée et/ou menacée par des éléments extérieurs au Tribunal administratif d’Antananarivo ; l’empêchement du contrôle demandé par les magistrats dans le but de soulever les irrégularités constatées pendant le traitement des documents électoraux ;

Dans ces conditions qui tuent le noyau même de la fonction de juger, conduisant à un recul certain de l’État de droit, qu’est censé respecter et faire respecter les Tribunaux administratifs dans leurs compétences en matière électorale,

Nous,

Dans le respect de l’esprit de la pluralité démocratique, déclarons ne prendre parti pour aucune des tendances politiques en litige devant les tribunaux administratifs ; Dénonçons formellement toutes les pratiques citées plus haut, constitutives de violations de la loi par les juridictions censées les faire respecter ; Sommes convaincus que le secret du délibéré et de l’instruction ne doit pas servir indéfiniment d’obstacle et de prétexte à ce que ces pratiques illégales, malheureusement courantes, restent dans l’ombre et par conséquent impunies ; Invitons les responsables du Cabinet du Ministère de la Justice et de la Présidence de la République à s’abstenir d’exercer des pressions de toutes sortes sur les Tribunaux et Cours, et à faire en sorte que les promesses de lutte contre la corruption faites par SEM le Président de la République soient suivies d’effets dans la pratique ! Encourageons les magistrats intègres qui se sentent démotivés à garder l’éthique dans la pratique de leur profession, dans l’esprit du serment qu’ils ont prêté, et à oser dénoncer toute forme d’atteinte à leur indépendance, d’où qu’elles proviennent ; Encourageons enfin tout citoyen à exiger des responsables publics, pacifiquement mais sans relâche, le respect de l’État de droit à Madagascar !

Un groupe de magistrats de l’ordre administratif en charge du contentieux électoral des élections communales et municipales.

Madagascar Tribune0 partages

Contrat non-renouvelé pour 93 employés en courte durée

Une vague iconoclaste de changement est passée au ministère de la Communication et de la Culture. 93 employés contractuels dans la catégorie des Emplois de courte durée (ECD) ont vu le renouvellement de leur contrat rejeter. Ce, en application de la rationalisation de la gestion des ressources humaines de l’Etat afin de maîtriser les dépenses de salaires et la nécessité d’effectuer un audit qualitatif des agents. 52 décisions d’entre elles n’ont pas été renouvelées en 2019 et les 41 restants au début de cette année pour le compte des budgets centraux et régionaux.

Et cette réduction de personnel, principalement des agents ECD, risque encore de continuer parce que le ministre envisage d’agir pareillement prochainement dans ses organismes rattachés. Le directeur des relations publiques de ce département ministériel, Nampoina Ranarivelo, indique dans un communiqué que « Pour le moment, des audits sont en cours pour identifier les compétences et aptitudes des agents en service auprès de ces organismes rattachés ».

Cette réduction du nombre des employés de courte durée a été motivée, entre autres, par les évaluations qualitatives individuelles effectuées au sein de ce département, explique le ministère dans son communiqué. Les absences irrégulières fréquentes pendant les contrôles inopinés malgré l’obligation d’assiduité exigée, la politique d’austérité prévue dans la politique générale de l’État et le sureffectif constaté auprès de nombreuses directions et au sein des services en sont également en cause.

Au sein du ministère de la Communication et de la Culture, les agents ECD représenteraient près de la moitié du nombre du personnel. Sur les 1924 personnes qui composent le ministère, 999 seraient ECD, dont 620 au niveau du ministère central et dans les directions régionales. Les 379 restants sont engagés en budget autonome des organismes rattachés. Il fallait alors faire les «  purges » et voilà que le ministère a procédé à cette réduction de l’effectif de son personnel.

Les 93 employés concernés par cette politique de réduction du personnel au sein de ce ministère ne peuvent pas protester parce qu’ils sont liés à une décision d’engagement « lue, acceptée et signée  » qui stipule que « La décision d’engagement à durée déterminée prend fin sans préavis à l’arrivée du terme fixé par la présente décision ». Cela, conformément à l’article 3 de la loi n°94-025 du 17 novembre 1994 qui régit le contrat des Emplois de courte durée au sein des ministères.

Malgré tout, le ministère aurait procédé à la promotion de 90 autres agents ECD dont la plupart, avec une ancienneté importante. Pour les récompenser, ils sont promus au poste des agents employés fonctionnaires assimilés (EFA) pour l’exercice budgétaire 2019.

Madagascar Tribune0 partages

Tendance à la hausse des denrées alimentaires

Le kilo de riz « Makalioka » a connu une hausse de 20 ariary depuis quelques jours, révèlent les commerçants d’Anosibe. Cette hausse serait motivée par les difficultés à faire acheminer les produits agricoles à cause du mauvais état de la route à Ambatondrazaka, le principal grenier à riz et ville productrice de riz de cette qualité. D’autant plus que la production se fait rare.

Cette tendance à la hausse des produits surtout des denrées alimentaires est devenue une habitude depuis plusieurs années dans le pays après l’annonce d’augmentation de salaires des fonctionnaires, d’autant plus que cela coïncide avec la période de soudure de début d’année.

De même, on constate, la hausse des prix de certains produits comme les cigarettes. Elles ont connu une hausse de 50 ariary la tige, le paquet revient ainsi actuellement 4 500 ariary. Les boissons alcoolisées comme la bière ou encore les poudres de savon devront également connaître une hausse. La loi de finances 2020 indiquent en effet l’augmentation du taux du droit d’accises sur ces produits. Pour la bière, il est de 600 ariary par litre à partir de cette année et de 100 ariary par litre pour les boissons non-alcoolisées comme les jus de fruits. Le prix du maïs devrait également augmenter face aux taxes imposées sur ce produit agroalimentaire.

Avec la conjoncture politico-économique mondiale, notamment les soubresauts géopolitiques entre les États-Unis et l’Iran, risque également de favoriser une hausse de prix des produits pétroliers. En effet, les prix du baril du pétrole sur le marché international ont connu une hausse avant de rechuter légèrement et de stagner. Avec le conflit entre les deux pays, un nouveau rebondissement des prix est à craindre et cela risque d’avoir des répercussions sur la vente des produits pétroliers au niveau national.

Midi Madagasikara0 partages

Gendarmerie Nationale : Quatorze éléments meurent en service commandé

La grande famille de la Gendarmerie Nationale s’est donnée rendez-vous, hier au Toby Ratsimandrava, pour une présentation de voeux de nouvel an. Une fête sous l’égide du Ministre de la Défense nationale, ainsi que le Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale, le Général du Corps d’armée, Paza Didier et d’autres responsables au sein de la gendarmerie. C’était aussi une occasion pour ces « bérets noirs » de faire une rétrospective de l’année dernière. Une année marquée par la recrudescence de l’insécurité que ce soit dans la capitale ou dans d’autres régions de la Grande Ile. Le bilan a été lourd, très lourd puisque les bandits de grands chemins n’ont pas renoncé à résister et faire usage de leurs armes. Des éléments de la gendarmerie ont péri en service commandé. Un autre a payé le prix fort, sa vie, face à la vindicte populaire. C’est dire que ce métier n’est pas dépourvu de tout risque.

 

 

Les accrochages ont été particulièrement meurtriers non pas seulement du côté des dahalo mais aussi des éléments des forces de l’ordre. Quatorze gendarmes ont trouvé la mort en service commandé pendant l’année 2016. Ils ont suivi les bandits de grands chemins jusqu’à au « kizo » (cachette) et de véritables guerres s’y sont produites. Outre les accrochages, la gendarmerie a noté que la vindicte populaire s’est soldée aussi par le décès de l’un des leurs. Deux autres ont péri à la suite de noyade accidentelle. Les accidents de circulation ont aussi tué 15 des éléments de cette unité des forces de l’ordre.

 

Justice populaire sur tous les fronts

Les vindictes populaires ont particulièrement marqué l’année 2016. A Maroantsetra, en mars dernier, le mécontentement de la population locale à l’annonce d’un jugement sur une affaire de bois de rose ainsi que l’interpellation d’un opérateur économique ont viré à l’incendie de deux bâtiments publics, les locaux du district et le palais de justice. Même topo pour Mampikomy où le bureau de la commune a été mise par le « fokonolona » pour marquer leur mécontentement au nouveau maire récemment élu. L’année 2016 a été marquée aussi par la mort d’un Français à Sainte- Marie. L’enquête a permis l’arrestation de 12 individus. Selon la gendarmerie, 42 cas de vindictes populaire ont été enregistrées et sont à l’origine des décès de cinq personnes ainsi que de l’arrestation de six malfaiteurs et dix autres qualifiés de cerveaux de ces actes. Cinq régions ont été qualifiées « rouge » en la matière. Ce sont notamment la région de Diana, de l’Atsimo-Andrefana, de l’Atsimo-Atsinanana, de Sofia et d’Analanjirofo. En ce qui concerne les trafics de richesses naturelles, 2395 tortues ont été saisies. La gendarmerie a fait état de 18 personnes emprisonnées sur huit affaires du genre.

 

Des milliers de zébus volés

Concernant les vols de bœufs à Madagascar surtout dans les zones rurales, la gendarmerie nationale a enregistré 2037 cas avec 47729 zébus volés. 51% ont été remis aux propriétaires. Les forces de l’ordre, avec l’aide des victimes, ont pu appréhender 1766 voleurs au cours de l’année dernière dont 689 individus ont bénéficié d’une liberté provisoire et 930 autres mis sous mandat de dépôt. Durant le suivi des traces zébus et des voleurs, de nombreux malfaiteurs ont succombé suite aux accrochages. Ces statistiques ont montré la recrudescence des vols de bœuf par rapport à l’année 2015. Une unité spéciale anti-dahalo a été aussi instaurée à Betroka pour lutter contre ces actes criminels. La gendarmerie a nommé leur intervention « mazava » et les résultats de cette opération ont été satisfaisant, témoignent les responsables.

544 attaques à main armée, 65342 minutions saisies

La gendarmerie, selon son rapport officiel, a enregistré 544 cas de vols à main armée. Sur les 620 personnes interpellées, 342 ont été emprisonnées pendant l’année 2016. Les 136 ont bénéficié d’une liberté provisoire pour manque de preuve. La même source indique 138 bandits abattus durant les accrochages. La prolifération des armes à feu a été indiquée comme l’origine de cette recrudescence des actes de banditisme. Pendant la même année 2016, 36 armes de guerre et 79 fusils de chasse ont été saisies avec 65342 munitions.

L'express de Madagascar0 partages

Bemasoandro Itaosy – Interdiction de pêche à Ikopa

La commune rurale de Bemasoandro Itaosy annonce la suspension temporaire de la pêche dans la rivière d’Ikopa, à partir de ce jour. « Nous allons emmener des échantillons des poissons à l’Institut Pasteur de Mada­-gas­car (IPM), pour analyser leur consommabilité. Lalevée de cette suspension dépendra du résultat de cette analyse », précise Jean Rakotoman­dimby, maire de la commune de Bema­soandro Itaosy, hier.Depuis dimanche, plusieurs dizaines de personnes se sont ruées dans cette rivière d’Ikopa. La pêche y est très bonne. « Les poissons s’attrapent facilement. Un tel phénomène ne s’est jamais produit chez nous. C’est sûrement à cause de la rivière asséchée. D’autres hypothèses soulignent, par ailleurs, que les produits sont imbibés de produits toxiques », remarque Jean Rakotomandimby.

InquiétudePlusieurs dizaines de personnes ont été encore aperçues sur les lieux, hier, en train de jeter leur filet dans la rivière ou attraper à mains nues, des « anguilles atteignant plus d’un mètre ».Le ministère des Ressour­ces halieutiques et de la pêche s’inquiète sur l’origine de ces poissons, et a annoncé l’interdiction de leur consommation, dans un commu­niqué, dimanche. Jusqu’à hier, aucune victime d’intoxication alimentaire, due à la consommation de ces produits halieutiques, n’a été enregistrée au centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), bien que des gens continuent à les manger. Pourtant, ces poissons sont pris d’assaut, ils sont vendus à prix bradés.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Afrique – CNaPS Sport recrute

En vue de la campagne africaine en Ligue des Champions, la CNaPS Sport songe à renforcer son effectif. Trois joueurs se trouvent dans sa ligne de mire.

Dans un peu plus d’un mois, la CNaPS Sport retrou­vera, une nouvelle fois, la Ligue des Champions de la CAF. Il s’agira de sa quatrième participation consécutive. En vue de cette campagne internationale, le club, quadruple champion de Madagascar, songe à renforcer son effectif. Trois joueurs se trouvent dans sa ligne de mire.Toutefois, aucun nom n’a été dévoilé pour l’instant. « Effectivement, des négociations sont en cours, pour recruter trois joueurs. Mais on préfère rester discret et on communiquera leurs identités quand les accords de transfert seront bouclés définitivement. On doit renforcer notre effectif après le départ de plusieurs cadres l’an passé, notamment Jimmy, Rinjala et Nônô », confie-t-on auprès de la CNaPS Sport.Les Caissiers ont repris l’entraînement la semaine dernière. Et ce, après une pause de dix jours durant les fêtes de fin d’année. « La précédente saison a été longue et éprouvante pour les organismes avec le championnat et la coupe ainsi que la CCCOI. D’où notre choix d’accorder dix jours de repos aux joueurs », ajoute-t-on auprès du quadruple champion de Madagascar.

Tournoi de préparationLe programme de préparation des Caissiers se divise en deux pour l’instant, dans le cadre d’un stage bloqué. Le matin, ils s’entraînent notamment en salle de musculation aux 67ha, tandis que l’après-midi, ils procèdent, entre autres, à des séances tactiques à Vontovorona.Cette année, la CNaPS Sport affrontera le Township Rollers du Botswana, en tour préliminaire de la Ligue des Champions. Le match aller aura lieu à Madagascar (10, 11 ou 12 février) et la deuxiè­me confrontation au Botswa­na (17, 18 ou 19 février).Si les Caissiers se qualifient comme l’an dernier, ils retrouveront soit le Coton Sport du Cameroun, soit l’Atla­bara du Sud-Soudan, au stade suivant de la compétition.En attendant cette première sortie face au Township Rollers, le porte fanion malga­che prévoit de disputer quelques matches amicaux. « Nous pensons également à organiser un petit tournoi avec quatre équipes. Le coach ayant souligné que les joueurs doivent avoir quelques matches dans les jambes avant d’affronter les Botswanais », conclut-on auprès de la CNaPS Sport.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Marohoho – Un boucher égorgé pour sa recette

Meurtre sur mobile de vol de numéraires à Marohoho Tsimbazaza, dans la nuit de dimanche à lundi. Hier, tôt le matin, le corps sans vie d’un jeune boucher de dix-huit ans, a été retrouvé dans une mare de sang. Le crime a été perpétré dans la boucherie où le défunt travaillait et dormait chaque nuit.

«Vers 2h30 du matin, des marchands de légumes au marché d’Anosibe qui passaient dans la rue, nous ont réveillé que notre boucherie semble avoir été cambriolée », confie la patronne du jeune défunt.

«Lorsque nous nous sommes précipités sur place, j’étais pétrifiée en voyant le corps ensanglanté de mon employé. Ses bourreaux l’ont égorgé. Sa tête ne tenait plus qu’à un petit bout de tissu musculaire », poursuit-elle.

A l’entendre, la recette du week-end, s’élevant à un peu moins de 200 000 ariary, est tombée dans l’escarcelle des tueurs. Avant de décamper, ces derniers ont de surcroît vidé la tirelire du défunt, contenant plusieurs centaines de milliers d’ariary, toujours selon ses explications. Il s’agirait de toute l’économie du jeune boucher, pendant quatre années de bons et loyaux services. En revanche, les malfaiteurs n’ont pas touché aux appareils électroménagers ainsi qu’aux matériels de boucherie qu’il y avait sur place. La brigade criminelle est saisie de l’affaire. La thèse selon laquelle le défunt connaissait les malfaiteurs est privilégiée. Cela pourrait expliquer l’homicide de source policière.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Justice populaire

Appréhendé par la foule pour vol de pneu, un individu âgé de 25 ans a été passé à tabac à Ambodivona, hier. La police l’a arraché au fokonolona et conduit à l’hôpital.

 

 

 

 

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Coupure de courant à répétition

Le délestage perdure dans la Cité des Fleurs. La cause serait l’approvisionnement chaotique en carburant des centrales fournisseurs d’électricité.

Les séries de délestage ne cessent de se répéter à Mahajanga, depuis la fin de l’année et en ce début de la nouvelle année 2017. Ainsi, 85% des Majungais étaient privés d’électricité dans la nuit de samedi à dimanche.Pire encore, plusieurs quartiers dont La Corniche, Antsahavaky, Tsaramandroso ambony et ambany, Maha­voky atsimo, Antanimalandy et Tsararano (ambony, ambany, Anosikely), ont passé la journée du dimanche sans courant électrique. Pour certains, la coupure a eu lieu vers 1h du matin jusqu’à midi. D’autres ont subi une coupure d’énergie électrique vers 11h 45 dimanche matin jusqu’à 18 h.Hier soir, le délestage est intervenu à deux reprises entre minuit jusqu’à 5h du matin. De plus, l’orage s’est abattu sur la ville dès minuit. L’obscurité favorise l’insécurité à Mahajanga. Plusieurs ruelles de quartiers sont plongées dans le noir, faute d‘éclairages publics.Certainement, le retard de l’accord de validation du bon d’achat de carburant venant de la capitale a été, une fois encore, la raison de ce délestage récurrent qui nuit à la vie de la population. La chaleur est insupportable dans la journée tout comme pendant la nuit, quand la pluie ne tombe pas.

Noir total« Dimanche, toutes nos provisions ont pourri dans le congélateur à cause de la coupure du courant », a déclaré un cadre d’une société privée habitant à La Corniche.« Nous n’osions pas sortir pour acheter des médicaments à la pharmacie, car il faisait trop sombre. Pourtant, notre mère était malade », a déploré un habitant d’Ambalanomby.Plusieurs ampoules électriques des poteaux de la Jirama sont cassées ou brûlées, en particulier à Tsaramandroso ambony, près du collège Saint-Gabriel ou encore sur l’avenue de la Libération à Mangarivotra, vers le stade de football. Les rues à Mahabibokely et Morafeno sont également plongés dans le noir, dès la nuit tombée.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Bilan satisfaisant pour la Star

Le groupe Star en fête. Il a récompensé ses employés méritants par des distinctions honorifiques et des cadeaux.

La fête continue au sein de la grande famille du  groupe Star en ce début d’année. En effet, il n’a pas oublié de récompenser ses membres du personnel issus de ses exploitations d’Antsiranana, de Nosy Be, de Sambava, d’Ambilobe et d’Antsohihy. De fait, le groupe a organisé, samedi  dernier, une cérémonie de remise de distinctions honorifiques et de médailles destinées à remercier ses collaborateurs, en reconnaissance de leurs mérites personnels ou professionnels constatés dans leurs actes.Sous l’égide du président directeur adjoint du groupe Star, Emmanuel De Tailly, la cérémonie a été également honorée par le directeur général du Travail et des lois sociales, Hyacinthe Hermann Tandra.

Le traditionnel Afindrafindrao a ouvert le bal.

La cérémonie a aussi vu  la présence des autorités locales conduites par Malaza Ramanamahafahay, secrétaire général de la région Diana. Georges Diny, membre de la Chancellerie, a présidé la remise des médailles.Comme il est de tradition et surtout comme cette cérémonie a marqué la fin du mandat de ce PDG adjoint à Madagascar, il a profité de l’occasion pour mentionner quelques chiffres résumant le bilan de la société et annoncer les perspectives de cette année nouvelle. Citons, entre autres, un investissement majeur de 130 milliards d’ariary dans tout Madagascar dont dix milliards seront destinés à la construction d’une deuxième usine de production dans le Nord. Ce qui fera le complexe du groupe à Antsiranana une grande usine à Madagascar.En outre, Emmanuel De Tailly a cité l’augmentation d’effectif moyen du personnel qui est passé à 1 820 en 2016 s’il était de 1 786 en 2015, le développement des compétences par l’octroi des plus de 28 500 heures de formation dispensées, auxquelles ont bénéficié 1 593 collaborateurs, la productivité de 1 590 hl par personne  en 2015 contre 1 820 en 2016, etc. Sans oublier les organisations des manifestations sportives et culturelles pour renforcer la cohésion entre les employés  et pour donner vie à l’appartenance  au  groupe Star.

Des danses chorégraphiques ont égayé la cérémonie de remise de médailles.

RemerciementsLors de son discours, Emmanuel De Tailly a aussi mis un accent particulier sur la pérennité du groupe Star. En passant, il a loué la fidélité et la loyauté des gens qui le composent et qui font sa longévité. C’est  pourquoi, il a tenu à remercier l’ensemble du personnel pour le temps qu’ils ont consacré au groupe de manière à le rendre leader dans son secteur et exemplaire à Madagascar et dans l’océan Indien.S’adressant aux récipiendaires, il les a assurés que tous les résultats obtenus sont les fruits du dévouement, de la fidélité, de l’intégrité et du professionnalisme des employés.« Tout cela, c’est grâce à vous, car vous êtes des exemples et  des sources d’inspiration », a-t-il ajouté.Certes, ce fut un grand moment de fierté pour les récipiendaires, leurs familles et le groupe tout entier, mais en tout cas, c’est la réussite de la Star qui a rassemblé la grande famille de labrasserie à l’Hôtel de la Poste dans la capitale du Nord.Ainsi, en guise de récompense pour leurs années de service, 32 employés ont été décorés lors de cette cérémonie dont trois ont été élevés au grade de chevalier de l’Ordre national, sept ont été faits chevaliers de l’ordre de mérite, et un officier de l’Ordre de mérite. Vint-et-uneautres personnes ont reçu des médailles du travail respectivement en argent et en bronze. Outre les certificats, le comité directeur leur a remis des cadeaux.Un repas convivial et un bal ont clôturé la fête. La bière a coulé à flots, tout le monde a eu chaud. Mais tout compte fait, tout s’est bien terminé, dans la liesse.

Les récipendaires de médailles, tout heureux.

Fournisseur d’emplois

Le secrétaire général de la Diana a mentionné l’importance socio-économique de l’existence de l’usine dans la région, comme sa contribution dans la réduction du chômage, de l’insécurité, etc.« L’union fait la force et l’amitié réciproque développe la concorde. Une chose est sûre : c’est uniquement par la culture d’excellence que nous pourrions emporter la bataille de la pauvreté. L’un des objectifs de la région Diana, comme celui du gouvernement, est depromouvoir la productivité en entreprises aux fins du développement humain » a-t-il conclu.

Textes et photos : Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Air Austral – Les grévistes à la Région

Nouvel échec lors des négociations entre les syndicats et la direction, dimanche. Les grévistes ont décidé de rencontrer le président de Région, Didier Robert, hier.

Huitième journée de grève pour les personnels navigants commerciaux (PNC) d’Air Austral. Les grévistes ont décidé d’organiser un cortège depuis les locaux de la compagnie, en direction de l’hôtel de Région pour rencontrer Didier Robert. Une demande d’entretien a été envoyée en ce sens au cabinet du président de Région, par ailleurs président de la Sematra, principal actionnaire de la compagnie.Dimanche en fin d’après-midi, la direction d’Air Austral a annoncé vouloir recevoir une délégation de l’Unsa et accepter la présence de Vivien Rousseau, délégué syndical SNPL. Mais après 3 heures de discussions tendues, les délégués syndicaux sont ressortis sans qu’aucun accord n’ait été validé. Alors que Marie-Joseph Malé a été aperçu dans les locaux, il ne s’est pas montré à la table des négociations où seuls Dominique Dufour (secrétaire général), Jacques Atchapa (DRH) et Pierre Bosse (dirigeant responsable) étaient présents. (…)Parmi les points encore en suspens, l’intégration des CDD (la direction en propose 15 pour l’instant) et la constitution des équipages selon les vols.

Revendications à partLa direction demande un PNC de moins sur les vols vers Bangkok et Mayotte tandis que les syndicats restent eux fermes sur la présence de 10 PNC sur les Boeing 787. (…) L’absence de Marie-Joseph Malé n’a pas permis en revanche d’aborder la problématique du dialogue social. Selon l’Unsa, il semblerait que la compagnie Wamos affrétée par Air Austral n’ait pas eu l’autorisation de la DSAC-OI au 30 décembre.Les conditions de travail se dégradent sans cesse. (…) «On nous demande l’excellence, mais avec des moyens en moins…», explique Manon(*) qui participe au mouvement depuis une semaine. (…)Hier, en début d’après-midi, c’est au tour de la CFDT de rencontrer la direction. Une réunion devait aussi avoir lieu avec les représentants des pilotes qui ont des revendications à part. Salariés et direction se sont donné rendez-vous hier matin à 11 heures pour poursuivre les négociations.(*) Prénom d’emprunt

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique – Débuts en fanfare pour Finaritra et Tsanta

Finaritra Andriamadison et Iariniaina Tsantaniony ont été expéditives, hier en Namibie, lors de la première journée du championnat d’Afrique australe. Engagées en catégorie U16 filles, elles se sont chacune imposées en deux sets blancs (6/0, 6/0).Finaritra n’a fait qu’une bouchée de la Namibienne Tuna Nkandi, pour le compte du groupe C. Tandis que Tsantaniony a facilement balayé la Namibienne Megan Lombardt, dans le groupe A. La troisième joueuse malga­che, qui évolue en U16, a, quant à elle, perdu pour sa première rencontre.Fitia Ravoniandro s’est, en effet, inclinée devant la Sud-Africaine Makayla Loubser, malgré le gain de la première manche (6/4, 1/6, 3/10). Toujours dans le tableau féminin, Mialy Ranaivo a assuré pour son entrée en lice dans la catégorie U14. Elle a disposé de l’Angolaise Bianca Bento en deux sets (6/0 6/3).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Indemnisation

Le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement des territoires et de l’équipement a informé, hier, que plusieurs centaines de propriétaires de terrains expropriés lors de la construction des routes à Tsarasaotra-Ivato et à Ambohitrimanjaka, n’ont pas encore complété leurs dossiers. Sur les 599 propriétaires à indemniser, seuls une vingtaine ont complété leurs dossiers, précise une source auprès du M2PATE, hier. Quant aux occu­pants de terrain, treize dossiers sont en cours de fina-lisation, plus de 300 propriétaires ont reçu leur part d’indemni­sation.

L'express de Madagascar0 partages

Hommage – Bruno Raisner raccroche son micro

Un véritable coup de tonnerre. L’un des piliers d’un genre musical qui a longtemps bercé plusieurs générations de mélomanes de la Grande île, Bruno Raisner, s’en est allé. Ayant toujours été considéré par beaucoup comme le benjamin des artistes de la belle époque du Kaiamba, le chanteur a rejoint le panthéon des illustres musiciens qu’il affectionnait tant dans la journée d’hier, après avoir fait preuve de courage et mené une bataille ardente face à la maladie.Indémodable et toujours aussi surprenant, même au bout de près d’un demi-siècle d’existence aux côtés de ses illustres camarades du « Kaiamba tena izy » entre autres, ses compositions à l’instar du mythique « Kotrobaratra » resteront à tout jamais sur les lèvres du public. Bruno Raisner a toujours su se distinguer par sa personnalité et la douceur de ses compositions.« Kotrobaratra », qui s’est affirmé au fil des décennies comme un véritable hymne des fans du Kaiamba en est la preuve.Connu et apprécié de tous pour sa bienveillance et sa modestie, le chanteur originaire de l’Est du pays laisse en héritage sa passion et cet attachement particulier qu’il voue à la musique. Bruno Raisner s’est toujours affirmé comme un grand frère protecteur auprès de ses pairs, comme il le chante fièrement dans ses deux compositions, « Anao zandriko » et « Zandry ». Il laisse le milieu de la musique en général orphelin.Ne tarissant pas d’éloges à son sujet, aussi bien pour ses fans que pour ses camarades artistes, Bruno Raisner, connu pour sa personnalité unique, constamment enjoué, taquin et festif, restera à jamais celui qui a su faire danser les gentlemen et les jolies dames sur la piste de danse. Notamment avec son fameux « Potika mille morceaux », dont les vinyles se sont vendus comme des petits pains en son temps.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Pistolet sur un motard

Un scootériste a été pris en possession d’un pistolet de fabrication artisanale chargé de cinq munitions à Anosipatrana, dimanche en fin de matinée. L’arme a été retrouvée lors d’une opération policière de routine qui devait être juste un contrôle de papiers. La police a fouillé le sac du suspect, lorsqu’il a affiché une attitude suspecte. L’arme y a alors été retrouvée. Le suspect est un repris de justice.

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra Mangoro – Le Plan Sectoriel de l’Éducation débattu

Mercredi dernier à Ambatondrazaka, la direction régionale de l’Éducation nationale vient de terminer la mise au point finale de son programme de communication sur le Plan Sectoriel de l’Éducation, connu sous le sigle de « PSE ». Celui-ci est, actuellement, au centre des débats de toutes les classes sociales et de toutes les catégories professionnelles.Ce PSE, comme ceux des vingt-et-une autres DREN réparties dans tout Madagascar, est remis au ministère de tutelle et attend sa (ou plutôt leur) validation après la « remise » au point final au niveau du ministère de l’Éducation nationale. Pour que des responsables formés par des spécialistes en la matière puissent à répondre à des milliers de questions venues de toutes parts mais surtout faire connaître tous les avantages, les points cruciaux et les principaux défis du PSE. De fait, l’objectif consiste à assurer une éducation fondamentale élargie, de qualité et équitable pour tous.Pour rappel, la consultation régionale comportait  cinq commissions outre celle dénommée commission technique. Elle s’est focalisée, entre autres, sur l’« accès à l’école et rétention », « la qualité de l’enseignement » et « gestion et gouvernance » dans le monde de l’éducation.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Distribution – Le rhum mauricien bientôt en Inde

Maurice compte commercialiser le rhum local dans la Grande péninsule indienne. La clientèle ciblée: les forces armées du Cache­mire et d’autres zones de combat indiennes. C’est ce que rapporte le site TimesofIndia.«Nous produisons les meilleurs rhums au monde et nous les exportons vers la France, le Royaume-Uni et les États-Unis», a déclaré l’ancien ministre de la Culture, Mookesswur Choonee, samedi dernier, lors de la convention Youth Pravasi Bharatiya Divas. «Nous voulons maintenant augmenter nos exportations en nous tournant vers l’Inde.»D’ajouter que le rhum mauricien rencontre un franc succès chez les Indiens en voyage à Maurice. «Quelques acteurs de Bollywood, qui sont venus pour des séances photos à Maurice, sont tombésamoureux de notre rhum», a-t-il affirmé.Un Comprehensive Economic Cooperation and Partnership Agreement devra être signé entre les deux pays afin de donner le feu vert à ce projet.

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Retransmission – La TVM en pleine négociation

La télévision nationale malgache (TVM) est actuellement en pleine négo­cia­tion avec la société déten­trice des droits de retransmission de la Coupe d’Afrique des Nations de football 2017. La compétition débute ce samedi 14 janvier, au Gabon.« Nous nous sommes déjà rencontrés à trois reprises, la semaine dernière, pour négocier des termes de notre accord, afin d’obtenir le droit de retransmettre les matchs. Il reste encore quelques détails à régler. On aura une confirmation définitive dans les jours à venir », confie une source auprès de la TVM.Comme à l’accoutumée, il faut s’acquitter d’une somme colossale, pour pouvoir diffuser ce genre de grand événement international. D’après les indiscrétions, le montant avoisinerait 20 000 euros soit environ 70 millions d’ariary.Le coup d’envoi de la CAN aura lieu ce samedi. Le match d’ouverture mettra aux prises le pays hôte, le Gabon, et la Guinée Bissau, pour le compte du groupe A. Toujours dans cette même poule, le Burkina Faso et le Cameroun s’affronteront dans la rencontre suivante.En poursuivant le week­end, ce sera au tour des nations du groupe B de jouer, ce dimanche. Et les affiches sont plutôt prometteuses. L’Algérie du Ballon d’Or Riyad Mahrez, une des équipes favorites du tournoi, en­trera en lice face au Zim­babwe, tandis que la Tunisie croisera le fer avec le Sénégal de Sadio Mané.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Fugitif incarcéré

Traduit devant le Parquet hier, un homme de 39 ans a été mis en détention préventive. Le prévenu a battu à coups de bois rond et tenté de détrousser une passante à Ambohitsoa, dans la soirée du 2 janvier, mais la victime a réussi à arracher son blouson, tout en poussant des cris. Le malfaiteur a pris la fuite. Un téléphone portable retrouvé dans son blouson a permis son arrestation.

L'express de Madagascar0 partages

Délinquance juvénile – Quatre mineurs arrêtés

L’insécurité semble défrayer la chronique à Mahajanga en ce début d’année. La police du commissariat central vient d’arrêter quatre membres d’une bande de « foroches », des jeunes mineurs délinquants, vendredi dernier.Armés de sabres, de couteaux d’armes pointues, ils ont terrorisé les habitants du quartier de Mahabibokely, mardi 3 janvier dernier. Une vingtaine de jeunes ont également semé la terreur dans le quartier de Mahavoky atsimo.Les forces de l’ordre en ont appréhendé quatre dont une fille. D’après les témoignages, ils se droguent avant de commettre des actes malveillants. Leur déferrement a eu lieu samedi matin.« Sortir la nuit ou se promener seul dans un endroit désert ou obscur n’est pas du tout recommandé en ce moment à Mahajanga », a averti un responsable.Par ailleurs, un autre voleur mineur a aussi été arrêté par la police à Betamanga, il y a une semaine. Il s’était caché sous le lit dans une chambre d’une maison qu’il comptait cambrioler. Mais, le délinquant a été découvert par le petit de la famille qui allait chercher son jouet sous le lit.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Maurice – Moins de dépenses lors des fêtes

«Les Mauriciens ont acheté intelligemment.» Tels sont les propos de Raj Appadoo,président de l’Association des commerçants, sur la consommation durant les fêtes de fin d’année, ajoutant que «cela a été moins qu’en 2015». Pour lui, les Mauriciens étaient moins nombreux dans les magasins pendant cette période et étaient encore moins enthousiastes lors de la reprise du 3 janvier.Concernant l’achat des denrées alimentaires et des produits pour les fêtes, la population n’a pas fait de dépenses exagérées. Selon Raj Appadoo, une grosse part du budget de find’année des familles a été consacrée aux achats en vue de la rentrée scolaire.

Ventes morosesUne tournée dans de nombreux commerces de Port-Louis, jeudi dernier, n’a fait que confirmer les propos du président de l’Association des commerçants. Peu de gens s’y trouvaient. Dans les magasins, ils étaient tous été unanimes à dire que les ventes pour la période festive de 2016, qui est l’occasion pour eux d’augmenter leurs profits, ont été moroses et inférieures aux années précédentes.Du côté de Medine Mews, les responsables des boutiques de vêtements indiquent que malgré la bonne affluence, les gens ont dépensé moins, étaient beaucoup plus sélectifs et cherchaienttoujours le rapport qualité-prix. Idem pour les magasins du Caudan Waterfront.Selon un commerçant qui opère depuis plus d’une dizaine d’années à La Chaussée, ce changement est dû à la baisse du pouvoir d’achat. (…)Quant à Ismael Socotaly, Officer in Charge du Citadelle Mall, il soutient que la restauration et les magasins de chaussures ont été les principales attractions de cette fin d’année. Mais il reconnaît que, malgré une bonne affluence, ce n’était pas le cas pour les magasins de vêtements qui, selon lui, ont subi «l’inflation des prix».Toutefois, il y avait de longues files d’attente devant les libraires et papeteries. Isabelle Fayd’herbe, de la papeterie Bloc Note, affirme que les gens ont fait leurs achats en fournitures scolaires dès le mois de décembre et que certains en ont même offert à Noël.Cette baisse des ventes avait été anticipée dans la dernière édition du Business Confidence Indicator de la Chambre de commerce et d’industrie de Maurice…

© lexpress.mu

L'express de Madagascar0 partages

Sommet Afrique-France au Mali

Un sommet Afrique-France se tiendra au Mali, les 13 et 14 janvier. Les informations indiquent jusqu’ici que Béatrice Atallah, ministre des Affaires étrangères, fera le déplacement pour l’occasion. Rien encore sur une éven­tuelle présence de Hery Rajaoanri­mampianina, président de la République. Outre les relations entre le continent noir et l’Hexagone, le rendez-vous pourrait aussi être déterminant pour des points majeurs du prochain sommet de l’Union africaine, comme l’élection du nouveau président de la Commission de l’Union africaine, et le retour du Maroc dans l’organisation.

L'express de Madagascar0 partages

X Country Ramena

La première course de moto tout terrain de la saison portera l’appellation de X Country Ramena. Il s’agit d’un événement organisé par le Moto Club Diego Suarez, qui n’entre pas dans le cadre du championnat de Madagascar, toutefois. Il se tiendra ce dimanche 15 janvier, dans la localité de Ramena, comme l’indique son appellation.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – Des mesures prises contre l’insécurité

Les attaques à main armée restent un problème d’actualité majeur, et ce depuisl’arrivée en masse des soi-disant exploitants de pierres précieuses, le saphir en particulier. Dans une ville comme Ambatondrazaka, répartie en neuf fokontany seulement, plus d’un s’étonnent beaucoup que l’insécurité règne plus que jamais même si les forces de l’ordre ne cessent de patrouiller de jour comme de nuit jusqu’au fin fond des quartiers.Ce qui amène certains marchands et commerçants à fermer boutique quelques heures avant que la nuit ne tombe. Pour d’autres, il n’était pas question de fermer les portes à la première difficulté, mais au fil du temps et face à la situation devenue de plus en plus menaçante, ils n’ont pu que suivre à la lettre les précautions prises par leurs homologues. L’on note que des magasins de gros et certains établissements financiers sont gardés par des hommes en treillis ou en uniforme, même pendant la journée. En fait, les habitants du chef-lieu de la région Alaotra-Mangoro n’ont pas encore l’habitude de voir de tels déploiements d’agents de sécurité.

H.F. A.

L'express de Madagascar0 partages

Tourisme – L’IRT mise aussi sur la plongée

Ce week-end se tenait à Paris le 19e salon de la plongée où l’IRT et son concept «île intense» affichait une belle présence. Pour la Réunion, la plongée représente une véritable valeur ajoutée dans l’offre de loisirs.Selon Christophe Pottier, de Corail plongée à Saint-Gilles, la plongée représente la deuxième activité après la randonnée et avant le parapente. «Dans ce salon spécialisé, explique-t-il, nous avons à faire avec une clientèle de niche.» et c’est une clientèle importante pour la cinquantaine de clubs de plongée qui sont en activité sur l’île. La moitié d’entre eux sont des clubs commerciaux, l’autre moitié est associative.L’emploi direct représente une centaine de personnes, mais au niveau des emplois induits, c’est beaucoup plus. Ainsi Philippe Doki-Thonon emploie 4 permanents dans son club, Fun bleu, à Saint-Gilles, auquel il faut ajouter son activité de restaurateur.Selon Max Grall, dirigeant du club Bleu océan, «c’est une activité qui marche fort, même si la crise requin a fait baisser les chiffres». Une aberration, si l’on tient compte du fait qu’il est bien moins dangereux d’observer les requins en plongée que sur une planche de surf !Reste que le top pour les plongeurs amateurs, c’est l’observation des dauphins! Les professionnels réunionnais l’ont bien compris qui, chaque année, ils sont présents sur ce salon et ce, depuis dix ans.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

« Contre l’injustice, la corruption et les inégalités » : Et après ?

Dix-sept ans après la table ronde sur l’Éthique politique (3 et 4 mars 1999) à Mahamasina organisée par le Leader Fanilo, l’appel émis à la fin du conclave continue d’être d’actualité, du fait qu’il n’a pas trouvé de récepteur jusqu’à présent. En somme, il s’agissait de réduire la pléthore de partis politiques de l’époque (une vingtaine) afin de donner de la latitude au jeu démocratique – avec quelques formations, il est plus facile de choisir entre les différents projets de société et programmes de gouvernement.Depuis, malheureusement, les séquelles se sont bien aggravées. En tant qu’art de gouverner la cité, la politique tient lieu de pilier à la bonne marche des affaires d’un pays. Madagascar  a ainsi l’essentiel de la réponse à son questionnement sur le pourquoi de sa situation présente. Actuellement, ce sont tous les domaines de la société qui se trouvent déréglés. L’État ne joue plus son rôle : les personnes à ses commandes n’y sont que pour tirer leur profit personnel. Le peuple est en désarroi. Le chaos guette. Il n’y a pas lieu de compter sur les étrangers ; ce pays n’est pas le leur ; ils sont là avant tout pour leurs intérêts particuliers et/ou de leur contrée d’origine. C’est à nous, Malagasy, d’être en première ligne pour redresser notre cherMada­gascar. De ce fait, nos errements (passés, présents et futurs) n’ont de premiers responsables que nous-mêmes.Le Leader Fanilo a considéré dès sa création, la thématique de la « refondation ». Le R de l’acronyme en effet signifie « Recons­truc­tion nationale ». Que ce soit « Refondation », « reconstruction », « rénovation », « refonte », …, ça revient au même. À la différence qu’en 2017, les défis qui s’y rapportent se trouvent bien multipliés. Il ne faut pas que cette quête de la refondation (ou reconstruction) devienne un alibi pour démettre l’actuel pouvoir et remarcher exactement sur leurs pas ainsi que leurs prédécesseurs. Dépendamment de la situation qui se présente, mais avec un a priori que les personnes qui tirent profit de l’actuelle situation, feront de la résistance, le mode recouru pour atteindre les objectifs variera…Si on considère qu’on va focaliser cette Reconstruction sur la République : osera-t-on aller jusqu’au fond de la question ?  Pour en finir avec les successions de Républiques factices, il le faut. Quand eut lieu la tentative d’implantation de la toute première République à Madagascar ?  Il va de soi qu’il faut une nouvelle loi fondamentale, une nouvelle date de fête nationale, un nouveau drapeau, un nouvel hymne, … Osera-t-on ?  Ceux qui parlent de refondation ici et là le songent-ils ?Le meilleur reste résolument à venir pour Madagascar. Le cheminement d’autres pays, partageant une situation similaire à celle de la Grande île actuelle, encore il y a quelques temps, vers un mieux-être appréciable pour sa population est une source constanted’espoir et de motivation. De toute façon, la vie est faite pour être vécue de manière digne. Tel est l’humain !

Par Hasina Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre à Namakia

Crime odieux à Antongomena Namakia. Un chef de famille a été froidement tué dans la cour  de sa maison par trois individus munis de hache et de matraques, le 4 janvier dernier. Le mobile du meurtre est pour l’instant flou. La gendarmerie s’est rendue sur les lieux du crime pour faire le constat.

L'express de Madagascar0 partages

Précision

Une erreur s’est glissée dans nos pages, dernièrement. L’élection présidentielle au niveau de la Fédération Malgache de Tennis se tiendra le 25 mai. Dans notre édition du vendredi 6 janvier, il avait été annoncé que le scrutin était fixé pour le 25 mars.

L'express de Madagascar0 partages

Embardée mortelle

Dans la nuit de mardi 3 à mercredi 4 janvier vers 23 heures, un poids-lourd transportant 6 tonnes de manioc et 18 passagers s’est renversé à la hauteur d’Antsolo Beloha, dans la région Androy. Comprimée sous des marchandises, une femme n’a pas survécu. Cinq autres passagers sont blessés.

L'express de Madagascar0 partages

Les coutumes pour suppléer les lois

Le Code des 305 articles de Ranavalona II dans son article 263, stipule que les traditions et coutumes qui remontent loin dans le temps, restent des lois même si elles ne sont pas écrites.En mai 1958, l’Assemblée représentative de Madagascar, dépositaire de l’embryon dupouvoir législatif octroyé par la Loi-cadre aux territoires français d’Outre-Mer, pose le principe d’une codification des coutumes et de la procédure civile.Quelques mois plus tard, l’Assemblée nationale législative demande au gouvernement « de tenir compte, dans la mesure du possible, des règles coutumières propices à chaque province ». Et ce, « en attendant l’extension et l’application à l’ensemble du pays d’une législation moderne, conforme à la volonté d’évolution et de progrès du peuple malgache ».Selon Henri Raharijaona, premier président à la Cour d’Appel en 1968, quatre dispositionsfondamentales de la législation malgache maintiennent la coutume au même rang que la loi.La première se trouve dans l’article 5 de la loi du 19 juillet 1961 créant la Cour suprême qui assimile la violation de la coutume à celle de la loi. Il reste à savoir si le juge du fond est souverain pour constater l’existence de la coutume. Mais d’après le conseiller à la Cour, Jules Ratsisalozafy, en 1963, « les décisions des juges du fond qui reconnaissent ou qui méconnaissent la coutume dans la cause qui l’aurait soumise, doivent passer à la censure de la Cour suprême ».L’article 11 de l’ordonnance du 19 septembre 1962 portant dispositions générales du Droit privé précise également: « En cas de silence, d’insuffisance ou d’obscurité de la loi, le juge peut s’inspirer des principes généraux du Droit et, le cas échéant, des coutumes et traditions des parties en cause, à condition que ces coutumes et traditions soient certaines, parfaitement établies et ne heurtent en rien l’ordre public et les bonnes mœurs. »Dans le domaine particulier des successions et donations, l’article 128 de la loi du 6 juillet 1968 précise que les règles coutumières non contraires continueraient de s’appliquer. Ainsi la coutume règle, par exemple, la tutelle et l’exercice de l’autorité  parentale sur les enfants nés hors mariage, le droit au tombeau, « plus généralement toute matière relevant des pouvoirs de conciliation ou d’arbitrage dévolus à certaines autorités publiques ou traditionnelles ».La législation moderne comporte également des dispositions directement liées à la coutume, soit qu’elles renvoient expressément au Droit coutumier, soit qu’elles absorbent des institutions traditionnelles. C’est ainsi que l’ordonnance du 1er octobre 1962 sur le mariage renvoie aux règles coutumières pour déterminer les prohibitions du mariage entre cousins, entre parents ou entre alliés. Ce, pour définir les règles traditionnelles dont la violation peut justifier le divorce ou pour régler, sous réserve de l’intérêt des enfants, les problèmes de garde après le divorce. Dans la loi du 20 novembre 1963 sur la filiation, l’adoption, le rejet et la tutelle, le législateur renvoie aussi à la coutume pour désigner les personnes qui, selon les règles propres à chaque groupe ethnique et chaque famille, exercent l’autorité sur les enfants mineurs à défaut de leurs géniteurs.De nombreuses institutions coutumières sont aussi « incorporées et consolidées » dans la loi moderne. Tel le droit reconnu à l’épouse de se retirer provisoirement de son foyer (misintaka). Selon l’ordonnance du 20 novembre 1943, « il s’agit historiquement d’une faculté donnée à l’épouse malheureuse en ménage- qui, sans avoir à se reprocher la moindre faute, peut au contraire invoquer des griefs à l’encontre de son mari- de se retirer chez ses parents pour mettre fin momentanément à une existence douloureuse, dans l’attente du retour à de meilleurs sentiments d’un mari repentant ». Il en est de même du rejet d’enfant, institution traditionnelle maintenue par la même loi avec toutefois des limites notables.Néanmoins, « des coutumes conservées dans leur authenticité et érigées au rang de loi, il n’en reste en réalité que des éléments disparates, rejetés dans un domaine étroitement limité par le droit écrit, soumis quant à leur application à des conditions qui en restreignent la portée ». Elles s’appliquent en l’absence de textes ou pour suppléer l’insuffisance de la loi. Enfin, elles doivent être certaines et parfaitement établies (répétition constante, acceptation tacite du groupe social, durée d’application assez longue) et ne pas être contraires à l’ordre public, aux lois écrites et aux bonnes mœurs.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Coup mortel

Une bagarre entre un homme et son beau-frère a viré à l’homicide à Antsakoamanondro Ambanja, la semaine dernière. Frappé d’un galet en pleine tête, le premier a trouvé la mort. La gendarmerie s’est rendue sur place pour procéder à l’arrestation de l’auteur de l’homicide.

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

 

#- Ampefiloha. Mpitondra môtô maty nohosen’ny kamiô. Lozam-pifamoivoizana mahatsiravina no nitranga omaly alina tetsy Ampefiloha. Mpitondra môtô iray no maty tsy tra-drano rehefa nohitsahana kamiô lehibe iray. Tsy fantatra mazava izay nahazo ity môtô nentin’ity lehilahy nianjera ity fa nifatratra tany ambanin’ilay fiarabe.

#-Namorona Mananjary. Nampidirina am-ponja avokoa ilay ampanjaka sy ben’ny tanana. Natolotra ny Fampanoavana ireo olona voarohirohy tamin’ilay resaka savorovoro nahafaty zandary tany Namorona Mananjary. Raha ny fantatra dia nampidirina am-ponja vonjimaika avokoa ireo olona nandray anjara nivantana tamin’ity resaka ity, ka anisan’izany ilay Ampanjaka sy Ben’ny tanana, tany an-toerana.

#-67ha. Mpanendaka roalahy saika matin’ny fokonolona. Mpanendaka roalahy efa rain-dahiny eny amin’iny faritra 67ha iny no tratran’ny fokonolona am-bodiomby teo am-panaovana ny asa ratsiny ny herinandro lasa teo. Efa notazomin’ireo nahatratra azy izy roalahy ireto ary saika niharan’ny hatezeram-bahoaka sy saika nanefa mbamin’ny ainy raha tsy tonga teny an-toerana ireo mpitandro filaminana. Natolotra ny Fampanoavana omaly moa izy ireo.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Manja : Zandary iray maty voatifitry ny dahalo

Zandary iray indray no lavo teny an-tanim-piadiana omaly maraina tany amin’iny distrikan’i Manja iny. Araka ny fanazavàna azo dia nisy fanafihan-dahalo tany an-toerana. Niroso tamin’ny fanenjahana sy fanarahan-dia ireto malaso ny zandary. Tafalatsaka tao anatin’ny velam-pandrik’ireo malaso anefa ireto farany, ary raikitra teo ny fifampitifirana. Tamin’izay fotoana izay no lavo, voan’ny bala ny zandary iray, ary namoy ny ainy. Tao anatin’ny andro vitsy monja tokoa izay dia miisa telo ireo zandary namoy ny ainy, raha tsy hiteny fotsiny ny tany Namorona, ny tany Anjozorobe, ary ity farany tany amin’ny distrikan’i Manja ity. Tamin’ity no be indrindra ireo zandary namoy ny ainy, hoy ny fanazavàna azo. Nahatratra 14 izany, raha niisa fito ny tamin’ny taon-dasa. Tsy misy very maina ny rà nalatsak’ireny maherin’ny fo ny firenena ireny. Raha raisina tsotsotra ny lahateny nataon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny Jly Paza Didier, nandritry ny lanonana fifampiarahabana tratry ny taona nataon’ireo fianakaviamben’ny zandary tetsy amin’ny Toby Ratsimandrava omaly dia ny hoe : « Manao ny ainy tsy ho zavatra ny zandary amin’ny fiarovan’ny olona sy ny fananany. Ary  raha misy zandary iray maty, dia mivoaka ny toby ireo namany hanenjika ireo nahavanon-doza ». Tsy hadinon’ity tompon’andraikitra voalohan’ny zandary ity ny niondrika am-panajàna sy nanokana iray minitra hanginana nandritra izany lahateniny izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Baisse du niveau de l’Ikopa : Des rizières asséchées du coté d’Ambohitrimanjaka

A Ampasika, la rivière d’Ikopa n’atteint même pas le niveau du genou.

Si d’habitude, beaucoup craignent davantage les inondations durant la période de pluie. A l’heure actuelle, c’est plutôt la sécheresse qui fait peur.  

Pas une seule goutte d’eau dans les rizières sur la rive droite de l’Ikopa, plus précisément du coté d’Ambohitrimanjaka. La baisse presque inattendue du niveau de la rivière a comme causé ce phénomène qui demeure jusqu’ici, inexplicable. «Mystérieux!», disent certains. Pour d’autres, c’est tout simplement à cause de l’insuffisance de pluie. Certes, les récoltes du «vary aloha» ou riz précoce, typique de la région Analamanga devaient déjà avoir commencé depuis peu, ou viennent de prendre fin, pour certains endroits. Ce qui pourrait expliquer l’absence de l’eau qui devrait humidifier les rizières. Mais quand même, l’importante baisse du niveau de la rivière d’Ikopa qui devrait arroser une grande partie de la plaine d’Antananarivo, notamment la rive gauche et la rive droite (du coté du 6e Arrondissement), y est pour sûrement pour quelque chose.

Pas d’explications. D’ailleurs, jusqu’ici, les responsables au niveau de l’APIPA n’ont pas encore voulu s’exprimer davantage sur le sujet. L’on sait seulement après descente sur terrain que le niveau de l’eau a baissé en dessous de zéro du côté du pont d’Ampasika, comme dans beaucoup d’endroits. Ainsi, si depuis toujours, c’est plutôt la crainte d’une inondation au cours de la saison des pluies qui envahit les agriculteurs. A l’heure actuelle, beaucoup ont plus peur de «la sécheresse», à Tana. La situation fait également le buzz dans les réseaux sociaux. Certains en profitent ainsi pour affirmer que ce phénomène assez inhabituel avec la rivière d’Ikopa n’est autre que le résultat des mauvais agissements des gouvernants. «Qu’est ce qui ne s’est pas produit pendant ce régime?», se demandent certains. En tout cas, la baisse du flux d’Ikopa a déjà duré presque une semaine maintenant. Ce qui n’a pas manqué de ravir les riverains longeant ladite rivière, grâce aux nombreux poissons qui ont apparu comme par magie depuis le pont d’Ampasika, longeant la digue d’Ivato, jusqu’à Ambohitrimanjaka. L’apparition de ces innombrables fruits d’eau douce a été reçue comme une vraie bénédiction du ciel pour beaucoup, au point d’en faire leurs petits business. Tout ceci, malgré l’interdiction du ministère de la Pêche quant à la consommation de ces produits. Mais les poissons ont été tout de même consommés, et vendus à prix bradé. Hier, le panier bien rempli se vendait à 10 000 Ar.    

Arnaud R.

Midi Madagasikara0 partages

Rentrée scolaire : Retour en force des embouteillages

Il a seulement fallu attendre le retour en classe des élèves pour que les embouteillages monstres à Tana reprennent. La route est particulièrement bouchée du coté d’Ambodifilao, Ankadifotsy, Ankazomanga, Ambohimanarina, et vers Ivato. Ces nombreux bouchons peuvent s’expliquer par le fait que les usagers de la route deviennent plus nombreux une fois que les élèves reviennent en classe. Sans oublier également les stationnements non autorisés sur les deux côtés de la chaussée, empêchant les véhicules de circuler normalement.

Arnaud R.  

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Vono olona 3 nifanesy no nanombohana ny taona

Tranga iray fahatelo no niseho ka hitan’ny olona teny anaty rano ny Alatsinainy 9  janoary tokony tamin’ny 5 ora maraina teo. Tovolahy manodidina ny 25taona eo izy io, mipetraka eny Antanambao Sotema. Raha ny fantatra dia mpilalao irony atao hoe « moraingy » irony io tovolahy io fantatra amin’ny anarana hoe Flavien na i Lalavy. Avy nanao izany lalao izany indrindra izy ny Alahady hariva teo ka nibata ny fandresena tamina fifaninanana iray izay natao teny amin’ny cité Tsaramandroso. Ny harivan’io andro io rehefa avy nanatitra ny vola sy ny lokany tany amin’ny vady aman-janany izy no nambaran’ireo fianakavina fa nivoka ny trano fa hoe misy nanafatra. Tokony tamin’ny 9 ora alina io ary tsy niverina intsony izy. Ny fokonolona no nahatsikaritra ny fahitana io razana io teny amin’ny manodidina teny Sotema ihany, saika efa rovitra avokoa ny akanjony ary nihohoka tao anaty rano ny lohany.  Tranga iray faharoa no niseho ny asabotsy lasa teo. Mbola valifaty ihany koa raha ny fitantaran’ireo fianakavina no nahafaty ilay tovolahy iray satria ny sakaizany izay manambady vazaha no niantso azy tany an-tranony. Akory ny hatairan’ireo fianakavina raha nantsoin’ilay vehivavy avy eo fa hoe « torana ao an-tranoko ny zanakareo ka tokony hoentina any amin’ny hopitaly ». Indrisy moa fa na dia nentina novonjena tany amin’ny hopitaly aza ilay tovolahy dia nambaran’ireo mpitsabo fa tsy avotra intsony ny ainy.  Tranga voalohany kosa ilay niseho tetsy amin’ny fokontany Mangarivotra tamin’ny faha 2 janoary lasa teo iny. Tovolahy iray antsoina hoe Eddy mpivarotra finday etsy amin’ny Vy lava no maty nihosin-drà nisy nahita tokony tamin’ny 5 ora maraina teny anelakelan-trano manakaiky ny fiangonana Jesosy Mamonjy iny. Tsatoka antsy telo no hita teo amin’ny vatany.

Tantely Vandriam