Les actualités à Madagascar du Lundi 09 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara16 partages

LUTTE CONTRE LA CORRUPTION : Adhésion totale de la population tuléaroise à la cause

Pourquoi autant de participants à Tuléar, à cette Journée Internationale de la Lutte contre la Corruption qui se célèbre le 9 Décembre ? Plus de 4.000 dont 2.200 portaient le tee-shirt imprimé pour la circonstance. A l’instar des propagandes, un petit cadeau rapporte avantageusement, il entretient l’amitié. Une cinquantaine de cyclo-pousses avaient pris part au carnaval, long de 2km.

Trois jours bien programmés, bien remplis par les responsables du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) de Toliara sous la houlette du directeur territorial Mamitiana Rajaonarison. Tout commence le samedi 7 décembre, en face de l’Hôtel de Ville de la Cité du Soleil, un carnaval qui ne bouge pas encore, alors que la tête touche déjà le Jardin de la Mer, avec la Bloco Malagasy de Bel Avenir, cadençant les pas. Sur l’estrade officielle s’abritent les partenaires techniques et financiers : le Représentant Résidant Adjoint du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et le Coordonnateur de Gesellschaft fur Internationale à Tuléar Zusammenarbeil (Giz), tous les chefs de délégations en provenance d’autres Provinces. On y voit aussi : le Directeur général du Bianco Andrianirina Laza Eric Donat, le député Rabehaja Jean. Sont représentés : le Comité du Fampihavanana Malagasy (CFM), le Secrétaire général de la Présidence, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie (SEG). La présence effective du Système Anti-Corruption (SAC), la Lutte contre le blanchiment d’argent (SAMIFIN), le Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI), le Pole Anti-Corruption (PAC), chaudement entourés par les responsables civils, politiques et militaires de Tuléar. Une absence remarquée, le Gouverneur est en Chine, selon son staff. Dimanche 8 décembre, une petite virée à Mangily, au bord de la mer, visite du village des tortues, où l’on détient toutes les tortues confisquées dans les trafics. Enfin lundi 9 décembre à 18h00, jumelage des radios et télévisions diffusant à Tuléar avec débat-contradictoire en direct.

Un travail de Titan. Il a fallu beaucoup d’efforts pour réunir autant de monde pour fêter un évènement à Tuléar. Le Bianco y a ouvert ses portes en 2008. Onze ans d’éducation et de prévention. Un travail titanesque pour drainer autant de jeunes dans des réseaux d’honnêteté et d’intégrité (RHI) dans des collèges, des lycées et même jusqu’à l’université. Création de cellules anti-corruption dans tous les services administratifs, bien que quelques standards de services fassent encore défaut, la sensibilisation a fait son effet. Une répression qui a fait beaucoup de bruit en 2019 : la découverte d’un détournement de quelques milliards d’Ariary dans la gestion du service social interentreprises (OMIT). Aujourd’hui, la corruption n’est pas aussi bon marché que dans les années 90. Elle vaut au moins 20% de la somme que le créditeur cherche à récupérer. Le tribunal, la police, la gendarmerie et l’hôpital sont toujours pointés du doigt comme étant des foyers irréductibles de corruption. « Tuléar serait en tête des régions, s’il faut primer la corruption » a-t-on entendu dans l’assistance. Le bout du tunnel se serait atteint dans les années 2025 selon les dires du DG du Bianco, repris par le Préfet Solondraza Arson Théodolin Lydore, « tolérance zéro », encore un travail de longue haleine. Pour renforcer la LCC, le DG du Bianco a annoncé l’ouverture prochaine en 2020 des antennes d’Anôsy (Fort-Dauphin) et de Menabe (Morondava).

Charles RAZA

Midi Madagasikara5 partages

Paris : Marc Ravalomanana rencontre Rajaonarimampianina

Une poignée de main qui en dit long.

Les deux anciens présidents auraient signé une alliance politique qui n’a pas dit son nom.

La photo a fait le buzz dans les réseaux sociaux. Cette photo est celle où les deux anciens présidents Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina se serrent la main dans un appartement parisien. Puisqu’elle n’est pas accompagnée d’un communiqué, ni des déclarations venant des deux personnalités, tous les commentaires étaient permis. On sait tout simplement que le président national du TIM Marc Ravalomanana a quitté Madagascar la nuit de vendredi, et l’ancien président Hery Rajaonarimampianina a fait le déplacement depuis le Canada, où il exerce sa profession d’enseignant depuis son départ du pouvoir, pour honorer ce rendez-vous qui s’est tenu samedi. On sait également que la rencontre a eu lieu 24 heures après la déclaration du parti HVM, où il dénonce des « illégalités » et des « irrégularités » perpétrées dans le cadre des Communales du 27 novembre. Le même jour à Paris, la diaspora malgache d’obédience d’opposition s’est réunie. Une réunion qui a vu la présence de l’ancienne présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo et de Fleury Rakotomalala ; et à laquelle ont participé le TIM France et le HVM France.

Alliance. La question qui se pose depuis hier est de savoir, quel signal fort les deux anciens présidents voudraient transmettre à travers cette unique photo. Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina ont-ils signé une alliance politique pour s’opposer au pouvoir d’Andry Rajoelina ? A noter qu’avant son départ pour la France, plus précisément vendredi, des présences militaires étaient aperçues à Faravohitra, non loin du domicile du président national du TIM et ce suite aux intox colportées par des mauvaises langues selon lesquelles, des troubles allaient se produire dans la Capitale samedi. Effectivement, les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana ont manifesté dans leur Q.G de Bel’Air, mais la manifestation s’est déroulée pacifiquement, sans débordement, ni casse. En tout cas, le tête-à-tête de Paris constitue une nouvelle donne dans l’évolution de la situation politique à Madagascar.

R. Eugène

Midi Madagasikara5 partages

Statut des exilés : L’Etat portera plainte contre Fanirisoa, Fleury et le GTT

Fanirisoa Ernaivo présente à la rencontre de Neuville.

L’Etat contre-attaque en envisageant d’engager une action judiciaire contre les ressortissants malgaches qui tentent de fomenter des troubles depuis l’extérieur.

Une réunion des membres de la diaspora d’obédience d’opposition s’est tenue à Neuville (France) dans la nuit de samedi dernier. Des têtes connues du monde politique malgache ont participé à cette réunion, pour ne citer que l’ancienne présidente du SMM (Syndicat des Magistrats de Madagascar), Fanirisoa Ernaivo, l’opposant Fleury Rakotomalala qui se trouve en France depuis un certain temps ainsi que des dirigeants du GTT (Gasy Tia Tanindrazana), une organisation connue pour son soutien à l’ancien président Marc Ravalomanana. Des discours ont été prononcés durant la rencontre. Certains étaient allés jusqu’à inciter à la déstabilisation et au renversement du régime en place. Bon nombre d’observateurs se demandent alors sur le statut des intervenants qui ont animé la réunion. A rappeler qu’une loi française impose aux exilés politiques une obligation de réserve. Cette loi interdit à ces exilés de faire des déclarations politiques durant leur asile sur le sol français.

Tentatives de déstabilisation. A Madagascar, les forces de l’ordre sont mobilisées pour veiller au respect de l’ordre et de la sécurité publique. Ce qui explique la présence durant le week-end des éléments de l’Emmo-Sécurité à Faravohitra et dans certains endroits de la Capitale. La semaine dernière, le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa a fermement mis en garde contre toute tentative de déstabilisation après les Communales du 27 novembre. « Il y a des structures compétentes chargées de statuer sur les litiges et les contentieux électoraux. Nous devons savoir attendre les décisions de ces structures. », a-t-il réitéré. A noter que la structure ad’ hoc d’Antananarivo présidée par le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo proclame ce jour les résultats des Communales organisées dans la province d’Antananarivo. Il appartient au tribunal administratif d’Anosy de proclamer les résultats définitifs te officiels, au plus tard le 14 janvier 2020.

R. Eugène

Midi Madagasikara2 partages

Misedra olana ny Jirama Toamasina : Herinaratra tapaka lava, ny milina roa simba, ny tarobia 02km misy man...

Telo andro teo izay dia niaina fahoriana ny mpanjifan’ny Jirama Toamasina fa saika isan’ora dia tapaka hatrany ny herinaratra ary maharitra vao miverina, indraindra aza 24ora ny fahatapahana. Ireo miasa amin’ny tenany manokana mampiasa herinaratra no misedra olona amin’izany, ka isan’ireny ireo mpanjaitra sy ireo mpanamboatra volo ary ireo mpanao “soudure” samy hafa. Ny Zoma atoandro teo anefa dia niala tsiny tamin’ny mpanjifany ny talen’ny Jirama Toamasina tamin’ny alalan’ny tompon’andraikitry ny serasera ao amin’izy ireo; ary nandritra izany no nanazavan’ny talen’ny Jirama Toamasina Atoa TOTO Jean de Dieu ny anton’ny fahatapahana izay antony telo no nahatonga izany hoy ny Jirama. Voalohany niteraka ny fahatapahan’ny herinaratra teto Toamasina dia ny tsy fanajana ny fifanarahana ara-barotra teo amin’ny Enelec sy ny Jirama. Raha 16MW no nifanarahana dia tsy nanome afa-tsy 04MW ihany ny Enelec. Ny faharoa nahatonga ny fahatapahana hoy ny Jirama Tpamasina hatrany dia ny fahasimbana tampoka teo amin’ny milina roa mpamokatra herinaratra tao anatin’ny tsy fanomezan’ny Enelec herinaratra aza ireo mihintsy no nitrangany. Mpamokatra herinratra 09MW ity simba ary efa natao izay nanamboarana azy ary efa vita izany ankehitriny hoy hatrany ny talen’ny Jirama Toamasina. Ny antony fahatelo niteraka ilay fahatapahana nisesisesy teto Toamasina telo andro izay dia ny fisian’ireo taborian’ny Jirama mampitohy an’i Volobe Toamasina II sy ny tobin’ny Jirama ao Betainaomby Tsararivotra izay mirefy 2.000M ny alakamisy alina teo, saingy tsy nisy tratra ireo andian-jiolahy nangalatra izany na nifanenjehan’ny zandary sy Jirama aza mandra-maraina ny alakamisy alina sy ny zoma maraina. Ity tarobiana herinaratra avy any Volobe Toamasina II ity anefa dia isan’ny mamatsy an’i Toamasina herinaratra 06MW eo, ary efa tafaverina amin’ny laoniny ankehitriny araka ny fanazavan’ny Jirama ihany.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Ireo nosy manodidina an’i Madagasikara : “An’ny Malagasy ireo nosy ireo”, hoy Atoa Zammit Mathias

Manaraka akaiky ilay raharaha fitakiana ny famerenana ireo nosy Malagasy eo anivon’ny fari-dranomasina Indiana sy ny lakan-dranon’i Mozambika Atoa Zammit Mathias, izay mpikambana eo anivon’ny “Rassemblement Nationale” mpiara-dia amin-dRtoa Marie Le Pen, izay sady kandidà ben’ny Tanàna ao St Pierre La Reunion ny taona ho avy io. Ho azy dia tsy misy tokony hidiran’ny Frantsay sy ny filoha frantsay E. Macron ireo nosy Malagasy na “Iles Eparses” ireo, “an’ny Malagasy madiodio ireo, ka tsy tokony halain’ny filoha frantsay amin’ny  Malagasy mihitsy”, hoy hatrany Atoa Zammit Mathias. Raha ny nambarany hatrany tamin’ny fanazavany ny heviny tamin’ny mpanao gazety, dia tokony ho ny fahantrana miha-lalina, ny tsy fananan’asa mihamahazo vahana, ny fahamaroan’ny tsy manan-kialofana na ireo “SDF”, ary ireo olana maro be miteraka fitokonana lavareny any Frantsa no  himasoan’ny filoha frantsay; izay tena lalina tokoa ao La Reunion ankehitriny, fa tsy hitsabaka amin’ny nosy efa tsy an’i Frantsa ireo intsony. Miara-dia amin’ny fanjakana Malagasy amin’ny fitakiana famarenana ireo nosy Malagasy ireo, ny vahoakan’i La Reunion, indrindra fa ny mpikamban’ny “Rassemblement Nationale” hoy hatrany Atoa Zemmit Mathias. Mila mijoro sy tsy manaiky lembenana ny fanjakana Malagasy mandritra ny fiaraha-midinika hatao ny tapa-bolana izao any frantsa.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Ikopa : Lehilahy hita faty tao anaty rano

Tokony ho tamin’ny 12 ora latsaka fahefany tany ho any no nampakarin’ny mpamonjy avy tao anaty ranon’Ikopa ny vatana mangatsiakan’ity tovolahy iray, manodidina ny 17 taona any ho any. Araka ny ny filazan’ireo manodidina teny an-toerana, dia nilomano teo izy io niaraka tamin’ny namany. Tsy fantatra anefa izay nahazo azy, fa nilentika ary tsy nipoitra intsony nony avy teo. Dia izao vatana mangatsiaka izao no nampakarina tany. Teo ampitan’ny toby fiantsonan’ny « taxi-brousse » tetsy Andohatapenaka no nitrangan’ity loza ity, omaly alahady. Ny angom-baovao azo teny an-toerana  no nahafantarana, fa avy nilalao baolina izy sy ny namany telo lahy. Mazava ho azy noho ny andro mafana dia nanapa-kevitra ny hisaika kely sy ny hilomano izy ireo, tsy lavitra an’ireo mpanasa lamba. Tokony ho tamin’ny folo ora mahery tany ho any anefa, raha ny vaovao hatrany dia nihiakiaka niantso vonjy ilay tovolahy tao anaty rano. Noheverin’ireo namany sy ireo olona nanatrika teo, fa nihanihany anefa ka tsy dia nisy niraharaha firy. Efa nilentika ary tsy nipoitra fotoana elaela vao taitra avokoa ny rehetra. Nantsoina avy hatrany ireo mpamonjy voina, izay tonga haingana teny an-toerana. Hita teny an-toerana ny pôlisy misahana iny faritra iny, avy ao amin’ny kaomisarin’ny boriborintany fahafito. Antsak’adiny mahery teo ho eo nikarohana ilay tovolahy tao anaty rano. Vatana efa nilaozan’ny aina tanteraka no nampakarina avy tany. Nandeha rà ihany koa ny orony, raha ny hita. Marihana, fa tovolahy mipetraka eny amin’iny faritra Ankasina iny ity maty an-drano ity. Nomena ny fianakaviany izay tonga teny an-toerana moa ny razana taorian’ny fitsirihana azy.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Sampan’ny “BFP” Toamasina : Polisy natao hisoroka ny herisetra atao amin’ny vehivavy sy ny ankizy

Raha ny taona 2017 volana desambra no nijoro tao Antananarivo ny sampana “BFP” na “Brigade Feminine de Proximité”, dia izao vao nitsangana eto Toamasina izany sampan’ny “BFP” izany ka eo anivon’ny polisy misahana ny tanànan’i Toamasina I no misy ny foibeny. Sampana polisy vavy natao hisahana ny fiarovana ny vehivavy sy ny ankizy amin’ny herisetra ary miara-miasa amin’ireo vondrona samihafa miady amin’izany koa ireo polisy vavy anatin’ny “BFP” ireto. Ireo toerana izay ahitana ankizy sy vehivavy mifamezivezy ary matetika itrangana herisetra amin’izy ireny, toy ny sekoly, tsena, fiangonana, ary eny amin’ny fokontany eny no toerana tena hiasan’izy ireo eto Toamasina. Ankoatra izay, dia natao hisahana ireo olona marefo eny an-dàlana amin’ny toerana misy azy koa ireto polisin’ny “BFP” ireto, tahaka ireo beantitra sy olona tra-pahasembanana, amin’ny fampiasana ny arabe. Nomarihan’ny kaomisera misahana ny tanànan’i Toamasina renivohitra ihany koa, fa tsy mifanohitra fa mifampiankina amin’ny polisy misahana ny ady atao amin’ny herisetra amin’ny vehivavy sy ny ankizy na “PMPM” eo anivon’ny polisy misahana ny heloka be vava ny “BMP”, satria natao hisoroka ny asan’ny “BMP” raha natao hisambotra sy hanadihady ireo nanao heloka kosa ny asan’ny “PMPM”. Efa nanomboka ny volana desambra no nanao ny asany ireo polisy vavy ao anatin’ity sampana vao nitsangana eto Toamasina “BFP” ity.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Cyclone tropical Belna : Impact cet après-midi, toute la Boeny en alerte rouge

Belna continue de s’approcher des côtes malgaches.

Belna pourrait atteindre le stade de cyclone tropical intense dans les prochaines heures.

L’ouverture de la saison cyclonique 2019 se précise de plus en plus avec la dangereuse approche de Belna des côtes malgaches. En effet, « le cyclone tropical Belna est positionné à 18 heures locales à 240 Km au Nord-Ouest de Nosy-Be »si l’on se réfère au bulletin cyclonique spécial publié par la Direction générale de la météorologie de la Grande Île à 18h heures locales hier. Ledit bulletin faisant état de la situation qui prévaut actuellement dans les régions concernées par le cyclone mais également sur l’évolution de celui-ci. Ainsi, Belna  « se déplace suivant la trajectoire Sud-Sud-Ouest à une vitesse de 11Km/h ». Le bulletin cyclonique spécial de la Direction généraleelna  de la météorologie de Madagascar de faire également savoir que le système est « puissant » et qu’il est accompagné d’un « vent moyen estimé à 140 Km/h avec des rafales de vent de 195km/h ». Et le système ne compterait pas s’arrêter au stade de cyclone tropical. « Ce rythme d’intensification est prévu se poursuivre dans les prochaines heures l’amenant au stade de Cyclone Tropical Intense », annonce la Direction généraleelna  de la météo. Par ailleurs, le cyclone tropical Belna est prévu toucher terre ce jour, précisément cet après-midi sur la côte de Boeny aux environs « des districts de Mitsinjo et Soalala ».

Alertes. Dans son bulletin cyclonique spécial du dimanche 7 décembre 2019 à 11 heures locales, la Direction généraleelna  de la météo annonce que l’avis d’alerte rouge, danger imminent, toutes les activités sont suspendues – est décrété pour Mahajanga I et II, Marovoay, Mitsinjo, Soalala et Besalampy. Par ailleurs, l’avis d’alerte jaune est décrété pour : Betsiboka, Nosy Be, Ambanja, Analalava, Antsohihy, Boriziny, Mampikony, Ambato Boeni, Maintirano, Ambatomainty, Morafenobe, Antsalova et Miandrivazo. Ledit avis d’alerte correspond à l’avis de menace est décrété 48 à 24 heures avant l’impact et invite à prendre les dispositions nécessaires afin de limiter les dégâts aussi bien matériels qu’humains. Entre autres, « l’abandon des maisons situées au bord de l’eau ou la cessation de toutes activités marines. Il est également recommandé de stocker de l’eau potable, de rejoindre un endroit sûr ou encore de penser à suffisamment s’approvisionner en denrées alimentaires pour quelques jours ». Dans la même logique d’alerte, l’avis d’alerte verte est décrété pour : Bongolava, Antsiranana I et II, Ambilobe, Bealanana, Befandriana Nord, Mandritsara, Belo Tsiribihina, Morondava, Mahabo et Manja. Correspondant à un avis de danger imminent, l’alerte verte invite les populations des zones concernées « à hisser le drapeau cyclone, renforcer les portes et fenêtres de leurs maisons et à disposer de stock de produits de premières nécessités tels que les bougies, les piles électriques mais surtout en denrée alimentaire les jours suivant l’éventuel passage du cyclone ». Avec les différentes formations de système de ces derniers jours, la saison cyclonique démarre « bien » pour cette année. Et les prévisions faisant référence à de « risque accru d’impact sur les parties habitées du bassin Sud-Ouest de l’Océan Indien » tendent à être vérifiées par Belna.

José Belalahy

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRABE : Nokasain’ny sipany hamidy 200 tapitrisa Ariary ilay tovovavy

Mitentina 200 tapitrisa Ariary ny tombana nomen’ireto mpivarotra tamin’ilay mpividy ka teo amin’ny 70 tapitrisa Ariary no saron’ny zandary ny raharaha. Ny voalohan’ity volana ity no naharay vaovao avy tamin’ny olona tsara sitra-po ny zandary tao Antsirabe. 

Voalaza tamin’ izany fa misy andian’olona mikasa hivarotr’olona ao an-toerana. Napetraka ny paikady rehetra mba hahafahana manatratra ireo olon-dratsy. Ny herinandro teo dia tsy maintsy nanova paikady mba hahasamborana an’ireo mpanao ratsy ny zandary ka sarona ihany ny sasany tamin’ity tambajotra mpivarotr’olona ity.

“Tamin’ny voalohan’ny volana desambra lasa teo dia nanao ny vela-pandrika rehetra izahay mba hahafahana manakana an’io zavatra io izay iarahantsika mahalala fa zavatra tena ratsy tokoa izany. Tamin’ny 11 ora alina no tratra ny sasany tamin’ireo olon-dratsy avotra soa aman-tsara ilay vehivavy. Ity farany dia sakazain’ny iray tamin’ireo olona efatra izay tratra nikasa hivarotr’olona ireo”, hoy ny fanazavan’ny zandary avy ao Antsirabe. Tamin’ny alalan’ny  hafatra fohy ( sms) nifanaovan’ireo olon-dratsy tao anaty finday no nahafantarana ny fisian’io fifandraisana teo amin’ireo jiolahy sy io tovovavy io.

 Tao amin’io resaka an-telefaonina io ihany koa no nanaovana ady varotra ho vidin’ity farany. Nanombana 200 tapitrisa Ariary ireo jiolahy raha niziriziry teo amin’ny 70 tapitrisa Ariary kosa ilay nikasa hividy azy. Hatreto mbola karohina fatratra izay nikasa hividy sy handray an’ity tovovavy. Mitohy ny fanadihadiana lalina ataon’ny zandary ao Antsirabe mahakasika ity raharaha ity. Heverina fa anisany hofotoran’izy ireo akaiky ihany koa ny hanaovana an’ireo olona hovidiana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKA AMBILOBE : Tovolahy mbola mamita sazy saron’ ny Zandary nangalatra

Ankoatra izany ny halatra moto sy ny hafa. Mihorohoro, araka izany, ny olona ao Ambilobe sy ny manodidina manoloana ny zava-misy.

Tsy vitsy, araka izany, ireo izay lasibatra tamin’ny fanafihana nataon’ireo olon-dratsy ary samy efa nametraka fitoriana teo anivon’ny zandary.

Tamin’ny fikarohana nataon’ny mpitandro filaminana izay nahitam-bokany ka nahasamboran’ireo zandary tao Sirama Ambilobe an’ireo tovolahy miisa telo, izay  voarohirohy ho nahavanona ny famakiana trano sy manafika ary mandrava any an-toerana. Araka ny fanampim-baovao hatrany fa tsy vitan’ny hoe mandrava ihany fa mampiasa hery amin’izay manohitra azy ireo ny mpanao ratsy. 

Araka ny fanampim-baovao avy any an-toerana hatrany tamin’ny fanazavana voaray teo anivon’ny borigadin’ny Zandarimaria tao Sirama fa  ny iray tamin’ireo tovolahy mpangalatra, mpandrava ireo dia mbola migadra mamita ny saziny tamin’ny raharaha famonoana olona. Ny iray hafa tratra nangalatra moto ary ny iray farany dia tovolahy avy nivoaka ny fonja vao herinandro monja, izao voasambotra namerina ny heloka nandrava olona indray.

Tavela resabe ao an-drenivohitra Ankarabe ny fahafantarana fa olona mbola mamita sazy no voasambotry ny zandary nanao asa ratsy ivelan’ny fonja izao. Araka ny voalaza fa tsy fantatra mazava ny antony nahatafavoaka ity tovolahy mbola misazy namono olona ity. Amin’izany dia tsy misy filazana fa hoe vaky ny fonja. Manahy, araka izany, ny mpanara-baovao amin’ny fisian’ny firaisana tsikombakomba amin’izao nahatafavoaka ilay zalahy izao. Araka ny voalaza ihany fa tsy vao sambany no misy gadra mbola mamita sazy no tratran’ny mpitandro filaminana manao ratsy ivelan’ny fonja tahaka izao ao Ambilobe. 

Manoloana ny tranga misy dia manao antso avo amin’ny fanjakana foibe, indrindra ny minisitera voakasika,  ny vahoakan’Ambilobe, mba hijery sy hanara-maso akaiky amin’ny fisian’ny gadra mbola mamita sazy, ka mbola afaka mivoaka manao ratsy ety ivelan’ny fonja.

Araka ny vaovao voaray hatrany fa manamora amin’ny mety  ho fitsoahan’ny voafonja ao amin’ny fonjan’Ambilobe tahaka izany ny faharatsian’ny fotodrafitrasa misy. Ilaina fanarenana, fanamafisana, araka izany, ny ivon-toeran’ny fonja any an-toerana, fa efa tsizarizary raha tsy hilaza fa efa ratsy dia ratsy. Ny mahatsikaiky sady mampametra-panontaniana ny mpiatazana dia ny tsy fisian’ny fanambarana ataon’ny tompon’andraikitra ny fonja raha misy gadra tafatsoaka ireny. Inona ary no antony mahatonga ny fihetsika tahaka izany ?

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FOKONTANY ANTABOHITRA ANTSOHIHY : Rongony 64 gony tra-tehaky ny mpitandro filaminana

Araka ny fampitam-baovao azo avy any an-toerana, olona manodidina ny 32 no nitondra ireto rongony ireto. Mponina tsara sitra-po avy any amin’iny faritra iny ihany no nampandre ny mpitandro ny filaminana rehefa nahatsikaritra zavatra hafahafa nentin’izy ireo. Voalaza koa moa fa mailomailo be ihany ireto olona nitondra rongony ireto, ka tsy sarotra ho an’ny mponina sy ny mpitandro ny filaminana ny namantatra azy ireo. Nosamborin’ny mpitandro ny filaminana avy hatrany izy ireo. Raikitra ny fifanjevoana, ka voasambotra ny iray ary tafaporitsaka kosa ny ambiny.  

Nodorana teto Antsohihy tamin’ny sabotsy  07 desambra 2019 teo akaikin’ny seranam-piaramanidina  ireo rongony ireo. Nankasitraka ny fiaraha-mientan’ny fokonolona tamin’ny fanomezana loharanom-baovao ny mpitandro ny filaminana any an-toerana ary nanentana hatrany mba hampita vaovao amin’izy ireo hahafahana manenjika azy ireny. Efa an-dalam-pikarohana ireo namany hafa moa ny tompon’andraikitry ny filaminana any an-toerana amin’izao fotoana izao.

N.A

Ino Vaovao0 partages

HASIN’NY KOLONTSAINA : Nomena lanja tetsy amin’ny La City Ivandry ny “Kilalao Malagasy”

Naverina nolalaovina sy naseho sehatra tamin’io avokoa ireo kilalao nampiavaka ny Malagasy fahiny toy ny fanorona, katro, fampiadiana ravin-kazo, tanisa, fanenjika, ankamantatra sy ireo maro hafa.  “Kilalao Malagasy” no anarana nampisalorana ny hetsika. Nanambara ny tale jeneralin’ny tranoben’ny vakoka (OFNAC), Niry Rakotondraibe fa vitsy amin’ny ankizy ankehitriny no mahalala ny kilalao malagasy.  Antony mahatonga izany ny tsy nanazaran’ny Ray aman-dreny azy ireo hatramin’ny fahakeliny. Nanampy trotraka koa moa ny fitsokan’ny rivo-pandrosoana avy any ivelany.

“Tsapa fa betsaka ny ankizy voasarika any amin’ny fanaovana “Jeux video” sy ireo kilalao vahiny izay sady tsy manabe no tsy mitaiza saina, ka izany indrindra no nahatonga ny Minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina namelona ireo kilalao malagasy ireo. Sady manitatra ny saina ny toy itony no nentin’ny Ntaolo nanabe sy nanazatra ny taranany hatramin’ny fahekeliny”, hoy ny nambarany.

Haparitaka manerana an’i Madagasika ity hetsika ity raha ny nambarany satria samy manana ny kilalao sy ny kolontsaina mampiavaka azy ny Faritra tsirairay manerana ny Nosy.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FAKAN-KEVITRA MOMBA IREO NOSY MALAGASY : Takiana ny fiaraha-mientan’ny Malagasy tsy ankanavaka

Nanomboka androany ary tsy hifarana raha tsy amin’ny alarobia ho avy izao ilay fakan-kevitra nasionaly mahakasika ireo Nosy Malagasy, hatao eny amin’ny Cci Ivato. Hetsika nampisalorana ny anarana hoe «  ampitao ny hevitrao  ». Ny olom-pirenena tsy ankanavaka no andrasana mandritra io telo andro hanatanterahana ny dinin-kevitra io. Tsy hanavahana antokom-pinoana, na fiaviana, na volon-koditra fa nosy an’ny Malagasy iray manontolo no hiarahana mitaky. Manana solontena avokoa ny avy amin’ny Faritra, ary manana ny angon-kevitra voangona tany amin’ny toerana niaviany avy izy ireo. 

Ny fitondrana kara-panondrom-pirenena malagasy tokana ihany no ahafahana miditra ao amin’ny efitrano hanatanterahana ny fakan-kevitra.Fantatra fa hotsinjaraina anaty vaomiera miisa efatra ny fitakiana an’ireo Nosy Malagasy ireo. Ny tsirairay dia manana safidy avy eo izay vaomiera handraisany anjara amin’ny adihevitra. «  Ny mpizaika rehetra ho tonga eny dia tsy maintsy mitondra kara-panondro ary hosavaina izay karatra i zay. Miisa efatra ireo vaomiera azoandraisan’ireo olom-pirenena anjara, ka ny vaomiera voalohany dia hidinika momba ny fiveloman’ny Malagasy ao anatin’izany ny asa sy ny resaka asa amin’ny sehatra manodidina ny ranomasina sy ny morontsika. Ny Vaomiera faharoa kosa dia ho an’ny taranaka mifandimby tafiditra ao anatin’ izany ny tontolo iainana sy ny zava-boahary sy ny fiarovana azy. 

Ny Vaomiera fahatelo dia miompana ho an’ny fandriam-pahalemana tafiditra ao anatin’izany ny fiarovana ny sisin-tany sy ny fari-dranomasina, ny ady amin’ny fanjonoana tsy ara-dalàna. Ary ny Vaomiera fahefatra farany dia momba ny fiandrianam-pirenena izay iresahana ny resaka lalàna, ny fifandraisana iraisam-pirenena ary ao anatin’izany ny  jeopolitika  », hoy ny fanazavana noentin’ny seraseran’ny dinika Nosy Malagasy.

Efa tsara lamina sy mipetrapetraka avokoa araka izany ny lamina rehetra hiatrehana an’ity fakan-kevitra nasionaly mahakasika ireo Nosy Malagasy ity. Nomena sehatra manokana ary tsy misy hanavahana ny fihainoana ny hevitra avy amin’ny olom-pirenena tsirairay avy.

Tsy hiady amin’ny Frantsay no hatao fa fitakiana tsotra

Nitondra ny fanehoan-keviny mahakasika indrindra ity hetsika fitakiana ireo Nosy Malagasy ity Raholinarivo Paolo, Adminisitratera sivily sady teknisianin’ny fitakiana Nosy Malagasy. Nambarany fa tsy hamaky ady amin’ny Frantsay akory ny Malagasy fa fitakiana tsotra ary ao anatin’ny filaminana sy ny fitoniana tanteraka no hatao. Ho azy, dia fanatanterahana ilay fehin-kevitra navoakan’ny firenena mikambana tamin’ny taona 1979 no asiana tsindrim-peo mafy. “Efa vita izay ny dingana voalohany tamin’ny fitakiana an’ireo nosy Malagasy izay tontosa teny amin’ny lapan’Andafiavaratra. Misy indray izao ny dingana faharoa dia ity hiarahana amin’ny vahoaka Malagasy iray manontolo ity satria misy avy amin’ny Distrika, Kaominina eran’i Madagasikara. Tsy maintsy mila hazavaina ara-teknika ny fitakiana dia ilay fehin-kevitra navoakan’ny Firenena mikambana, firenena maro be no nanaiky hoe an’ny Malagasy ireo. 

Tsy misy hiadian-kevitra fa efa voalaza fa 300km miala amin’ny tanàna iray dia azy izay fananana manodidina eo. Raha tokony ho izy dia ireo Nosy hafa toa an’i La Réunion, na Maorisy no hiady amintsika amin’ireo nosy ireo, kanefa tsy izay ilay izy fa ry zareo Frantsay izay firenena lavitra be indray no miady amintsika amin’izany”, hoy izy raha fintinina ny fanazavana nomeny. Ankoatra izay dia nohamafisiny fa ilaina ny fandraisan’andraikitry ny ankolafin-kery rehetra amin’ny fanehoan-kevitra ho amin’ny fitakiana an’ireo fananana iombonan’ny Malagasy tsy vakivolo ireo. “Isika tsy hiady amin’ny Frantsay, isika tsy hanangana ady amin’ny olona. Eto no hanentanana antsika rehetra. Ilaina ny fihainoana anareo mpitondra fivavahana, ilaina ny feon’ny tanora, ilaina ny feon’ireo foloalindahy, ilaina ny feon’ireo tangalamena sy ireo sojabe, ilaina ny feon’ireo mpianatra, ilaina ny feon’ireo manam-pahaizana”, hoy hatrany izy.

Miombom-peo amin’ny fitakiana ireo “Nosy Malagasy” ny SECES Antananarivo

«  Tsy azo ekena velively ny fiaraha-mitantana, averina tsy misy hatak’andro ireo Nosy Malagasy. Manainga ny vahoaka malagasy tsy an-kanavaka sy ireo tera-tany vahiny rehetra mieli-patrana manerana izao tontolo izao izay miray fo amintsika mba hiray saina sy hampandefitra ny hambom-po, ka hanamafy ny fitakiantsika ireo Nosy Malagasy bodoin’ireo fahavalom-pirenena. Anisan’izany ny nosy Juan de Nova, Europa, Bassas di India, Les Iles Glorieuses, Tromelin  ».

Izay no ampahany tamin’ny fanambarana momba ny fitakiana ireo Nosy Malagasy nataon’ny ny SECES (Sendikan’ny Mpampianatra-Mpikaroka sy Mpikaroka Mpampianatra) Sampana Antananarivo, tamin’ny faran’ny herinandro lasa teo.Nohamafisiny fa : «  Antsika madiodio ny Nosy Malagasy ary Firenena mahaleo tena i Madagasikara, koa tsy misy azo hiadian-kevitra velively ny amin’ny mety ho fiheveran’ny sasany ny ho fiaraha-mitantana na “cogestion”, ary takina ny famerenana azy ireo tsy misy hatak’andro sy fandoavan’ny fitondrana Frantsay onitra ho takalon’ny fibodoany ny tany Malagasy nandritra ny 123 taona mahery. »Ankoatra izay, nahitsin’izy ireo koa fa fihantsiana sy famakiana ady, tsy amin’ny fitondram-panjakana fotsiny ihany fa amin’ny Vahoaka Malagasy rehetra ny fanambarana misesisesy nataon’ny Filoha Frantsay mahakasika ireo Nosy ireo. Mpihatsaravelatsihy ny mpitondra Frantsay, hoy izy ireo.

Nohazavainy fa nanaiky teo imason’izao tontolo izao i Emmanuel Macron, Filoha Frantsay fa hisy dinika hiarahana amin’i Madagasikara hitantanana ireo Nosy ireo nefa mifanohitra amin’izany no ataony. “Aoka hisikim-ponitra sy hitombandahy isika rehetra amin’ny fiarovana ny Tanindrazantsika sy ny lovan’ny taranaka mba hamongorana hatramin’ny fakany ny endri-panjanahana sy fanamparam-pahefana diso toerana  », hoy hatrany ny fanambaran’ny  SECES.Tsiahivina hatrany moa fa hatao eny amin’ny CCI Ivato amin’ity anio ity ny fakan-kevitra nasionaly mahakasika ireto Nosy Malagasy ireto.

Ny Fanoratana sy N.A

Ino Vaovao0 partages

OIT : Niantso fandraisan’andraikitra ny Praiminisitra Ntsay Christian

Nisolo tena an’i Madagasikara tany an-toerana ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian. Anisany hevi-dehibe iompanan’ity fivoriambe ity moa ny mahakasika ny toekarena tsy manara-dalàna, hita aty Afrika sy ny fampivoarana ny toekarena miainga eny amin’ny tontolo ambanivohitra. Nanipika ny Praiminisitra fa ny ankamaroan’ny fiharian-karena aty Afrika tokoa dia saika miompana amin’ny tsy fanarahan-dalàna sy ny tontolo ambanivohitra avokoa. Mbola manjavozavo, hoy izy, ny fampanarahan-dalàna ny sehatry ny toekarena ary tsy mazava koa ny politika hitantanana izany. Tsiahivina fa efa mahatratra 1 miliara mahery ny mponina aty Afrika amin’izao fotoana izao. Tsy mifanaraka amin’ny asa misy nefa izay fitomboan’ny mponina izay. Vokany, voatery miditra eo amin’ny sehatry ny asa tsy manara-dalàna ny ankamaroan’ny mponina.

Voalaza fa ny 85 isan-jaton’ny asa misy aty Afrika dia tsy manara-dalàna avokoa. Tafakatra hatrany amin’ny 95 isan-jato io taha io ho an’ny tanora. Tsy vitan’izany ihany fa ny 42 isan-jaton’ny mponina koa dia miompana amin’ny fitrandrahana ny tontolo ambanivohitra avokoa. “Mbola voafetra ho an’ny vitsy an’isa ny fitadiavana asa aty Afrika. Betsaka ny asa tsy manara-dalàna izay mety hampitotongana ny toekarena. Ilaina ny mamolaka ny tontolo ambanivohitra ho tonga fanohitra hampandrosoana ny toekarena ary manana adidy amin’izany ny mpitondra rehetra aty Afrika”, hoy ny Praiminisitra Ntsay Christian. Mba hiatrehana izay tranga izay dia nanolo-kevitra koa ny Praiminisitra Ntsay Christian fa ilaina koa ny fandraisan’andraikitry ny mpampiasa  manoloana ny fisian’ireny asa tsy manara-dalàna ireny.

N.A

Ino Vaovao0 partages

MPONIN’IVATO : Mitaraina amin’ny tsy fanarahan-dalàna nataon’ny antoko TIM

Araka ny nambaran’izy ireo, betsaka ny tsy fanarahan-dalàna nataon’ny Kandidan’ny Tim, ka nahatonga azy nitarika vonjimaika raha ny fironana nivoaka. Tao anatin’ny tsy fanarahan-dalàna, ohatra, ny fampiasan’ity kandida ity ny lehiben’ny fokontany maro be eny amin’iny faritra iny hanohana azy. 

Nijoro vavolombelona ireo mponina, omaly, ary mbola nanamafy fa mendrika hofoanana ny vato azon’ity kandida nitarika vonjimaika ity satria tsy nanara-dalàna. Nisy tamin’ireo birao fandatsaham-bato eny an-toerana koa no tara fisokafana noho ny kajikajin’ity kandida ity. «  Angatahanay ny hanafoanana ny vato azon’ny kandida nitarika vonjimaika teny aminay, satria raha izy no mbola hitondra ny tanàna dia mazava fa mbola hitohy hatrany ny gaboraraka ety amin’ny kaominina Ivato ary mbola hitohy koa ny fampiasana fahefam-panjakana ataony  », hoy ireo mponina. 

Voasoratra ao anaty lalànan’ny fifidianana koa fa tsy azo atao ny mitokana zava-bita mandritra ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra. Fitokanana zava-bita amin’ny fomba ankolaka nefa no nataon’ity kandida ity tao amin’ny tsenan’Ivato, izay vao namboarina satria tao amin’ity toerana ity mihitsy no nanatanteraka ny fampielezan-keviny izy.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

TILY ETO MADAGASIKARA : Hifantoka amin’ny fanabeazana manomboka amin’ny taona 2020

Io fotoana io koa no nanaovana ny fampitam-baovao sy fanolorana ireo ekipa vaovao handrafitra indray ny ekipa Foibe Tily hanolo-tena an-tsitrapo hiasa indray ao anatin’izao taom-panabeazana 2019/2020 vaovao izao, izay ahitana departemanta miisa fito. Nandritra izany koa no nanaovana ny fanehoam-pahavononana teny amin’ny alitara hanamafisany ny fanekena izay nataony sy ny andraikitra izay hotanterahiny. Nohamafisina ny soatoavina izay novoizina amin’izao taom-panabeazana izao dia ny fanabeazana fanahy, aina ary vatana izay vohizina mafy ka handrafitra ny hafatr’ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny fikambanana, toy ny filohan’ ny komity lehibe ary ny filoha foibe Tily.

Fananganana fotodrafitrasa lehibe

Miroborobo ny fiaraha-miasan’ny Tily Eto Madagasikara amin’ireo Fikambanana skoto maneran-tany. Vao tsy ela ny ambasadaoron’i Royaume-Uni eto Madagasikara no nitsidika teny amin’ny Tranombitsika satria fantatry ny Firenena Anglisy tsara ny ezaka ataon’ny Tily eto Madagasikara. Toa izany koa ireo parlemantera koreana nitsidika an’i Madagasikara, izay samy olona nandalo fanabeazana skoto avokoa, ary nampahatsiahy tamin’ny mpitondra fanjakana eto Madagasikara ny amin’ny tokony ho lanjan’ny skotisma eto amin’ny Firenena. 

Isan’ny nampiavaka ny Tily eto Madagasikara koa ny fananganany fotodrafitrasa lehibe izay fanajariana ny tanin’ny Tily etsy Antsahamarofoza nanomboka tamin’ny desambra 2016 dia ny Tranombitsika izany, miroso amin’ny fananganana trano lehibe faharoa ny Tily ankehitriny, ankoatra ireo atiala, lavadrano, vavahady, kianja baskety sy ireo maro hafa.

N.A

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA SAHOFIKA : Vinavinaina hamokatra herinaratra hatrany amin’ny 200Mwatt

Ao amin’ny rian-dranon’i Sahofika, Kaominina Belanitra Distrikan’Antanifotsy mantsy no hatao ny fanorenana fotodrafitrasa goavana hamokarana herinaratra hatrany amin’ny 200 Mw. Tontosa tao Antsirabe, tamin’ny herinandro lasa teo, ny fakan-kevitra isam-paritra ho fanorenana izany fotodrafitrasa izany.

Tsy manao rano dikain’ny zinga tokoa ny mpanatanteraka ny tetikasa fa mihaino ny hetahetan’ny mponina sy ny fanirian’izy ireo mialoha ny hanombohana ny asa. Efa nisy koa ny fakan-kevitra sy fidinana ifotony natao tao Ambatomiady, Tsinjoarivo ary Belanitra mialoha ity tao Antsirabe ity. Tsiahivina fa ao amin’ny fokontanin’i Belanitra no misy ny rian-drano hananganana ny tetikasa.

Ny orinasa NEHO (Nouvelle Energie Hydroélectrique de l’Onive) moa no nahazo ny tolo-bidy amin’ny fananganana azy ity ary efa nisy koa ny fitsirihana nataon’izy ireo sy ny  Ofisim-pirenena momba ny tontolo iainana. 35 taona no faharetan’ny fifanarahana hafahahan’ny orinasa Neho mitrandraka angovo sy mamokatra herinaratra amin’ity toerana ity. 

Hivarotra ny herinaratra amin’ny orinasa Jirama izy ireo ary ny orinasa Jirama indray no hitsinjara izany ho an’Antsirabe sy Antananarivo.

Raha ny tarehimarika nambaran’ny teknisiana nandritra ny atrikasa dia mahatratra 60 metratra ny haavon’ny rian-drano hametrahana ny tetikasa, 400 m ny sakany ary milina lehibe miisa enina no hamadika izany ho tonga angovo.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITE ETO MADAGASIKARA : Mitokona indray ny mpampianatra mpikaroka

Mitokona avokoa ny mpampianatra mpikaroka manerana an’i Madagasikara ankehitriny, ka anisan’izany ny eto Mahajanga. Miisa fito ny fitakian’izy ireo ka anisany mampitokona azy ireo ny «  Maintien  » na fihazonana azy ireo hiasa na efa tokony hisotro ronono aza. Toy izany koa ny tambin-karama izay efa nivoaka tamin’ny lalàna. Nanambara ny mpitondra tenin’izy ireo fa ao anatin’ny lalànan’ny mpampianatra mpikaroka fa  na efa 60 taona aza mbola afaka mangataka mijanona miasa satria teo aloha dia zara fa 40% ny mpampianatra eny amin’ny oniversite ihany no Malagasy fa ny ankamaroany dia vahiny. Navoaka io lalàna io noho ny tsy fahampian’ny mpampianatra satria tsy moramora ny maka «  doctorat  ».

Misy mpampianatra nanao ‘vacataires’ na mpampianatra tsi raikitra nandritra ny 13 na 15 taona vao voaray ho mpampianatra mpikaroka. Rehefa voaray izy dia 7 taona na 10 taona dia misotro ronono fa tsy ampy 15 taona intsony no iasany nefa sakanana ny «  maintien  ». Anatin’ny lalàna ihany koa ny ny mpampianatra mpikaroka misotro ronono  izay mbola manohy ny asany satria tsy ampy ny mpampianatra. Misy nytamby na  “indemnité” natokana ho azy ireo fa rehefa misotro ronono dia misy asa kely ataony. 

Misy vola tokony ho azy ireo efa voalazan’ny lalàna mifehy tetibolam-panjakana  nefa ny 2016 ihany no naloan’ny fanjakana  fa tsy hita ny 2017 sy 2018. Nankaiza io vola io ? Ny fandoavana manontolo na “rappel” ny  “indemnities” ny mpampianatra mpikaroka koa dia mbola olana.  Misy ny volavolan-dalàna miisa telo izay tsy notanterahin’ny fanjakana. 

Telo taona taoriana vao notanterahina satria nofoanan’ny fanjakana ka nahatonga ireo mpampianatra mpikaroka nitory teny amin’ny filan-kevi-panjakana ka nahazo rariny. Lasa lalàna ireo volavolan-dalàna miisa telo ireo, hoy hatrany izy ireo ka anananay trosa ny fanjakana. Takinay izany volanay izany ankehitriny ka tsy izay no fepetra iverenanany miasa indray, hoy hatrany ireo mpampianatra mpikaroka. Marihina moa fa tsy mety ho afa-po amin’ny fandoavan’ny fanjakana ny tombotsoany ireo mpampianatra ireo ka isan-taona dia misy hatrany ny fitokonana.

Vanessa

La Vérité0 partages

Projet présidentiel à Nosy Be Hell-Ville - Des ressortissants étrangers s’y opposent

Une aberration. C’est tout ce qu’on peut dire à cette opposition des ressortissants étrangers résident à Nosy Be-Hell ville sur le déroulement du  Projet présidentiel. Cette île a été choisie parmi les villes  chefs-lieux de districts à bénéficier d’un stade « Manara-penitra », selon le «  Velirano », ou défi lancé par le Président Andry Rajoelina. Selon les informations recueillies sur place, c’est sur le terrain de football d’Ambodivonio que sera aménagé ledit stade. Et cela ne plaît pas à ces étrangers qui s’opposent farouchement à la tenue du projet. Pour la simple raison que ce terrain est le lieu traditionnel où se déroulent les festivals Donia et Sômarôho. C’est de l’illogisme. Déjà, à chaque festival, c’est la ruine pour la pelouse du terrain, la rendant impraticable. Alors que c’est un terrain destiné au sport et non à de tels événements. De plus, il a été conclu dans des pourparlers que d’autres endroits seront aménagés pour recevoir les festivals. Cette fois, le Stade d’Ambodivonio sera consacré définitivement au sport.Les amateurs de sport dans l’île aux parfums ont uni leur voix avec la députée de Madagascar élue dans cette ville, Marifidy Christine Razafindravony.  Cette dernière défend aussi  l’intérêt du peuple et nonobstant, celui de la jeunesse de Nosy Be Hell-Ville.  La députée de Nosy Be condamne fermement cette opposition,  d’une minorité, au développement. Elle a effectué une descente sur terrain pour rencontrer les sportifs de la ville. Et qu’elle se battra jusqu’au bout pour l’intérêt de la majorité. « Ce terrain renferme l’histoire du football dans l’île, et ce depuis l’époque coloniale. On ne peut pas ignorer cela. Effectivement, c’est ce terrain qui recevra le Stade « manara-penitra », promis par le Président Rajoelina. Certaines personnes mènent des lobbyings pour délocaliser le projet, notamment le « Cofestin » ou Comité organisateur du festival Donia, et de leur léguer le terrain de football d’Ambodivonio », d’après nos sources.  Les dirigeants sportifs et les parent d’élèves ne sont également pas d’accord à cette idée. Par ailleurs, le ministre de la Communication et de la Culture a déjà promis, devant les médias, aux organisateurs de festivals, lors de son passage à Nosy Be Hell-Ville le 6 décembre dernier, qu’elle est prête à les aider en tant qu’acteurs d’évènements culturels mais en attendant, ces derniers ne devront pas faire blocage au projet Stade Manara-penitra à Ambodivonio.  D’après la députée, Marifidy Christine Razafindravony, le chantier débutera la semaine prochaine et va durer six mois.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Trafic de drogue à Madagascar - Une Vénézuélienne écope de 5 ans de prison et d’une lourde amende

Le procès d’une passeuse vénézuélienne de 32 ans s’est déroulé à la Cour criminelle ordinaire du Pôle anti-corruption (PAC), vendredi dernier. A la fin de l’audience, la présidente de la Cour a émis le verdict : l’accusée est condamnée à 5 années d’emprisonnement ferme pour importation de cocaïne, mais aussi à s’acquitter d’une amende s’élevant à 976 millions d’ariary. C’est l’équivalent de la valeur marchande de la cocaïne saisie. Effectivement, cette femme a transporté 1,285 kg de drogue dure dans sa valise dans le courant du mois de novembre 2018. L’accusée avait encaissé si durement son inculpation qu’elle a même failli avoir une syncope depuis son box d’accusé en apprenant donc sa condamnation. Elle n’a pas caché à la présidente de la Cour qu’elle n’aura jamais les moyens pour payer cette amende. La passeuse a nié jusqu’au bout l’accusation, arguant qu’on l’avait trompée à son départ du Brésil. Notons qu’elle était venue dans la Grande île avec un visa de touriste. La juge et le procureur général ont beau la piéger avec des questions savamment reformulées pour tenter de la faire avouer qui l’avait commanditée. Mais rien n’y fit. La Latino-américaine a bel et bien maintenu que quelqu’un aurait mis la drogue dans sa valise, et ce, à son insu. Et qu’il s’agirait pour elle d’un mauvais coup d’individus à l’intention malveillante et qu’elle n’a été que la victime.La passeuse a pris l’avion au Brésil via Addis Abeba par le vol ET 853 d’Ethiopian Airlines. Après la fouille de son bagage puis la découverte du paquet contenant de la poudre blanche dans le double fond de sa valise, elle a été transférée au bureau du service de surveillance et de la lutte contre la contrebande au sein de la douane. Par la suite, le produit compromettant était passé au crible d’un test, histoire de connaître la nature et la quantité exacte de la drogue.  Ces dernières années, les narcotrafiquants semblent chercher à faire de Madagascar la plaque tournante de la drogue dure dans un pôle allant de l’Amérique du Sud jusqu’aux îles voisines. Franck Roland

La Vérité0 partages

Cyclone tropical « Belna » - Soalala inondé à 90 %

La situation au niveau des zones d’intervention du cyclone « Belna » s’annonce négative, notamment à Soalala. Les informations recueillies témoignent des dommages engendrés. « 90 %  du District de Soalala se trouvent sous l’eau, hier vers 18 heures. Des vents violents ont ôté les toits des infrastructures locales, à savoir les bâtiments publics et les maisons particulières. Les occupants ont été regroupés dans des endroits imposés par les autorités locales », nous rapporte un journaliste local. D’après les informations communiquées par la  Direction générale de la Météorologie (DGM), Belna  a atterri dans cette localité hier en début d’après-midi. « Le cyclone tropical BELNA a atterri sur le cap d’Amparafaka, District de Soalala, hier à 14h 30, heure locale. Il se déplace vers le Sud-sud-ouest à une vitesse de 19 km/h. Le vent moyen qu’il accompagne est de 130 km/h. Les habitants de ce District doivent même s’attendre à des rafales pouvant atteindre les 180 km/h. Les pluies diluviennes pouvant dépasser les 200 mm sont prévues dans les prochaines 24 heures. Les inondations généralisées sont fortement à craindre pour les zones réputées comme vulnérables », précise Météo Madagascar.

Le niveau d’alerte est toujours maintenu pour plusieurs Régions. Le danger imminent reste au niveau de Boeny, Besalampy, Morafenobe, Ambatomainty, Maintirano, Maevatanàna, Kandreho, Antsalova et Miandrivazo. D’autres Régions telles que Bongolava, Belo-sur-Tsiribihina, Morondava, Mahabo, Manja sont en alerte jaune.  L’alerte est par contre levée sur Nosy Be, Ambanja, Analalava, Antsohihy, Boriziny, Mampikony, Tsaratanàna. Les populations concernées par ces avis sont ainsi priées de suivre attentivement les consignes émises par les autorités locales. Les usagers maritimes des côtes Nord sont conviés de ne pas s’aventurer en mer jusqu’à l’écartement des dangers.

Plus de peur que de mal à Majunga

Hier vers 15 h, le temps a été plus ou moins clément à Mahajanga malgré les alertes  envoyées concernant le passage du cyclone tropical Belna dans la Région de Boeny. Il a fallu attendre une heure après pour constater des pluies par intermittence. Toutefois, les bandes pluvio-orageuses du cyclone n’ont commencé à influencer la ville des fleurs qu’à partir de 16 h. « Au centre-ville, tout a été paisible mais au niveau de la mer, des hautes vagues ont toutefois été remarquées. A partir 17 h, la mer a fini par dépasser les bords. Du coup, la route a été couverte par de l’eau salée. Une situation qui a vraiment alarmé les riverains », nous raconte  un habitant. Selon le site « cyclonei.com », la grande ville côtière de Majunga est finalement restée à l’écart du centre de Belna. L’œil du cyclone a transité à plus de 100 km à l’ouest de la ville. « Contrairement à l’image de Mayotte, la dégradation du temps sur Majunga est restée relativement limitée. A part un temps pluvieux, une mer agitée et quelques bourrasques, la situation météorologique n’avait rien d’alarmant. Le pire s’éloigne donc à présent de la ville », rapporte-t-il.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Crédits à la consommation - Les souscripteurs ne cessent d’augmenter

La bancarisation fait son effet. 30 000 crédits ont été débloqués pour cette année contre seulement 24 000 pour l’année dernière, à la même période, soit une hausse de près de 30 %. Tels sont les chiffres présentés par la BNI Madagascar, samedi dernier, lors du lancement officiel de son crédit à la consommation dédié aux fêtes de fin d’année. « Ces chiffres sont très encourageants. Effectivement, nous constatons que de plus en plus de consommateurs demandent des crédits  auprès de leur banque. D’une part, il y a notamment l’allègement des procédures administratives, facilitant ainsi les démarches pour tous les souscripteurs. Et d’autre part, les personnes bancarisées commencent désormais à saisir le concept des crédits. Maintenant, elles savent comment on emprunte de l’argent à la banque et toutes les conditions y afférentes comme les taux d’intérêt ou encore le remboursement mensuel », a précisé Lanja Randriatsiamialona, directeur marketing de la BNI Madagascar, à Antanimena. De ce fait, comme le concept du crédit à la consommation est désormais saisi, le remboursement suit naturellement son cours. « Aujourd’hui, notre taux de recouvrement atteint les 97 %. Nous ne rencontrons pas de grands problèmes liés au remboursement. Au contraire, certains de nos clients arrivent même à rembourser leur prêt bien avant le délai imposé, ce que nous appelons communément le "remboursement anticipé" », ajoute cette responsable.

Avis partagés

Ainsi, les clients des banques sont convaincus de l’utilité des crédits à la consommation. « Ces produits bancaires sont notamment très utiles, surtout pour les dépenses imprévues. Par exemple, vous n’avez pas assez d’argent alors que vous devez impérativement acheter quelque chose. Alors, vous demandez un prêt. Cela peut également se faire dans la réalisation de projets d’envergure comme la construction d’une maison ou encore l’achat d’une voiture », soutient une mère de famille travaillant dans le textile. Toutefois, les sceptiques sont encore nombreux. Certaines personnes considèrent les prêts comme les « arnaques » des banques pour amasser plus d’argent, comme le défend ce père de famille et garagiste : « Quand tu empruntes de l’argent à la banque, avec le taux d’intérêt, tu finis par lui rembourser presque le double. Je préfère me débrouiller par mes propres moyens ». Les avis sont donc partagés. Tout dépend du point de vue de chaque consommateur.En tout cas, les institutions financières et les banques continuent leur campagne pour bancariser le plus grand nombre de la population malagasy. Rova Randria

La Vérité0 partages

Le sacrifice à payer !

Après l’avoir décortiquée, à leur manière, les députés ont adopté à une large majorité et avec amendements la Loi de Finances (LF) 2020. Parmi les amendements apportés,  les élus de Tsimbazaza ont jugé utile de revoir à la baisse les taxes imposées aux bondillons de 20% à 10 %. La « guerre du savon » larvait depuis des années. Les industriels, les vrais, du savon du pays ont livré sans relâche  une bataille pour défendre leurs activités, en déclin sinon agonisantes. La Savonnerie Tropicale, en tête de peloton, dénonce ce qu’elle qualifie d’injuste  à l’encontre de l’industrie nationale au profit des importateurs étrangers et sans scrupules. Des acteurs quelque peu honnêtes qui se vantent le titre « d’industriels du savon» or, en réalité, ne sont que  de simples conditionneurs des produits importés tout fait (bondillons) bénéficiant des faveurs des taxes d’importation à hauteur seulement 10%. Tandis que les industriels locaux, qui façonnent eux-mêmes leurs matières de base, éprouvent mille et une difficultés à rentrer dans leurs comptes. Les prix de leurs produits (les savons) sont loin d’être compétitifs face à ceux des « pseudos industriels » dont les savons se vendent comme de petits pains sur le marché. Les Ramaroson et consorts montent au créneau et crient au scandale mais, il semble, que personne ne les écoute. Leurs cris de détresse n’intéressent pas les décideurs. Un appel dans le désert à tel point que leurs activités sont à l’agonie.Il y a quelque mois de cela, nous avions déjà soulevé le cas du savon à travers nos colonnes, « Et le savon », le 13 septembre 2019. En fait, nous avions profité de l’opportunité offerte quand l’Autorité nationale en charge des mesures correctives commerciales  (ANMCC) a décidé de frapper des taxes additionnelles à certains produits d’importation et ce pour sauvegarder des produits industriels locaux équivalents tels les couvertures (SOMACOU), les pâtes alimentaires (Salone) et ceux de la SOCOBIS. Evidemment, les dispositions prises par ANMCC, cette instance créée en fin  d’année 2016 et dirigée par M. Barthélémy, fut une bouffée d’air inespérée. Et nous d’interpeller le pouvoir, dans cet article du 13 septembre, sur le cas du savon. Il ne faut pas avoir peur ou du scrupule d’imposer des mesures protectionnistes pour sauvegarder notre industrie nationale. Il ne faut attendre non plus que notre industrie meurt pour qu’on daigne  jeter un coup d’œil au calvaire de nos concitoyens opérateurs évoluant dans l’industrie.Il a fallu qu’un certain Rajoelina Andry Nirina arrive au pouvoir pour que les choses commencent à  bouger sérieusement. Les techniciens du ministère des Finances et du Budget ont finalement pris en considération les avis du Syndicat des industriels de Madagasikara (SIM) dans l’optique de veiller aux intérêts de nos produits en interne face aux importations sauvages portant un coup fatal à notre industrie. Du coup, les taxes imposées aux bondillons vont du simple au double. Bien sûr, une telle démarche va augmenter le prix de ce PPN, le savon. Mais, c’est le sacrifice à payer ! Dommage, nos députés voient les choses autrement. Ils ont  amendé et ramené les taxes à 10 %.Maintenant, il appartient au Gouvernement de bien discerner où en est le vrai intérêt supérieur de la Nation !

La Vérité0 partages

Restitution des îles éparses - Les Malagasy vont parler d’une seule voix

Initiée par l’Etat malagasy, la concertation nationale sur la restitution des îles malagasy de l’Océan Indien a débuté, hier, au Centre de conférence internationale à Ivato. Plus de 1000 participants venus des quatre coins de l’île ont fait le déplacement pour émettre leurs avis durant les trois journées concernant cette « cicatrice laissée par la colonisation ». « Chacun de vous va émettre son avis dans les commissions que nous avons créées. Sachez défendre votre idée mais respectez également celle des autres. Et mercredi, nous allons remettre au Président de la République les résolutions des trois jours de concertation », a insisté le Premier ministre Ntsay Christian dans son discours d’ouverture d’hier.

En tant que chef de délégation malagasy à la commission mixte créée par Madagascar et la France, il est revenu sur la première réunion des deux parties tenue au Palais d’Andafiavaratra le 18 novembre dernier. « Les idées sont diamétralement opposées mais cela ne nous empêchera pas de continuer à dialoguer », a-t-il rappelé tout en insistant sur la souveraineté de Madagascar sur ces îles où des compatriotes vivaient à l’époque. Ces Malagasy qui habitaient sur leurs îles ont donné des noms à connotation de la langue nationale à savoir nosy Vandalova (Juan de Nova), nosy Bedimaky (Bassas da india), nosy Atratrambiavy (Europa) et nosy Sambatra (Glorieuses). L’ex-Président Ratsiraka a témoigné dans un  passé récent que des sépultures malagasy se trouvaient sur ces îles, confortant la présence des ressortissants de la Grande île bien avant la venue des Français. « Ensemble nous allons prendre nos responsabilités et écrire une page de l’histoire quant au sort de ces îles malagasy de l’océan Indien et on va montrer aux yeux du monde entier notre amour pour  une patrie unie et indivisible. Sinon, Madagascar n’est pas encore entièrement indépendant », martèle le Premier ministre Ntsay Christian.Après la cérémonie d’ouverture, les milliers de participants ont rejoint les différentes salles du centre de conférences internationales pour se pencher sur les arguments juridiques, historiques, culturels et ce en sus de la résolution de l’ONU en 1979 à présenter à la France lui prouvant que ces quatre îles appartiennent bel et bien à Madagascar.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Amboasary Atsimo : Omby 1 352 saron’ny miaramila mpampandry tany

Taorian’ny fifandonana nahery vaika nisy teo amin’ireo dahalo sy ny mpitandro filaminana, dia omby maloto  1 352 no tra-tehaky ny Tafika mpampandry tany (Bataillon Opérationnel Avancé n°3) tao amin’ny Kaominina ambanivohitra Ranobe, any amin’ny Distrikan’ Amboasary Atsimo, Faritra Anosy, ny zoma teo. Taorian’izay, dia natolotra ny Zandarimaria sy ny Kaominina ao Ebelo ireo omby, ary nataon’ireto farany ny fanentanana sy fampahafantarana ny zava-misy, fa izay rehetra very omby dia tsy maintsy mitondra bokin’omby, mba hahalalana ny tena tompon’omby marina. Raha ny vaovao voaray farany, tamin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra, dia omby 80 monja no tafaverina tamin’ny tompony, fa ny ambiny kosa mbola tazonina ao amin’ny Kaominina, miandry izay mety ho tompony haka azy, miaraka amin’ny taratasy ara-dalàna.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

CCHOI – Basket sur fauteuil : Sacre de FMMH de Maurice

Pas de titre pour les basketteurs malgaches. L’AS du Club Fanantenana Atsimo-Andrefana a raté le titre du basketball sur fauteuil de la 18e édition de la Coupe des Clubs Champions Handisports de l’Océan Indien (CCCHOI), hier, au Palais des Sports de Mahamasina. Les Tuléarois ont perdu face aux Mauriciens du FMMH par 45 à 50. Déjà à la pause, les visiteurs ont mené par 22 à 14. De retour des vestiaires, les Malgaches ont essayé de rattraper leur retard mais l’avance gagnée par les Mauriciens en début de rencontre les ont handicapés. Les Malakia et sa bande se sont contentés de la médaille d’argent et perdent à domicile. Avec 6 victoires sur autant de rencontres, les Mauriciens terminent invincibles du championnat. Une belle victoire selon eux, surtout acquise face à Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Chronique de Mickey : Adieu LMD

Dans sa circulaire du 04 décembre 2019, le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Supérieure (MESUPRES) rappelle à tous les responsables (Présidents, Directeurs Généraux, Doyens ,Directeurs…) que selon l’ arrêté du 24 avril 2010 portant à son article 15 ,la modalité d’octroi du diplôme de Licence s’effectue obligatoirement par voie d’examen final, et précise « Aucun mémoire n’est requis pour ce faire ». La circulaire ne mentionne pas si un projet, au contraire, est requis. Toujours est- il qu’on tourne le dos donc au système LMD (Licence , Master, Doctorat ) que tout le monde a fait semblant d’adopter parce qu’on sait que les effets qui en font l’essentiel de ce qu’on appelle le basculement dans ce système n’ont jamais été concrétisés. D’abord, les enseignants, bon nombre s’en moquent pour peu qu’on ne bouscule pas leurs habitudes ( c’est-à-dire des préparations des notes de cours appris il y a une trentaine d’années plus tôt) , puis les étudiants mal aiguillés apprennent les leçons comme leurs parents. Ainsi, les objectifs du LMD comme la mobilité dans la formation n’a jamais été appliquée, personne ne connait ce qu’est « une passerelle », c’est-à-dire un moyen de changer l’orientation de sa formation (par exemple un apprenti chimiste peut, dans le même établissement moyennant quelques changements dans son cursus, devenir un apprenti physicien ou mathématicien) où la mobilité externe et où l’universalité des connaissances acquises (définitivement) permettent de changer d’établissement même dans un autre pays en gardant et en faisant valoir ses connaissances. Le système le permet mais bien peu ont pu en profiter de ce penchant mondialiste du LMD. Ne parlons pas de la préprofessionnalisation comme de la production personnelle, on attendra le Master ou le Doctorat. Tout le monde, y compris ou surtout les grandes universités d’ici et d’ailleurs, font le dos rond, arguant que leur formation est meilleure et snobent celle des autres (sans le dire surtout celle des petits pays). L’essentiel de ce système qui est l’uniformisation des formations comme la standardisation des méthodes , beaucoup ont fait la sourde oreille. Alors, si on revient à circulaire, il semble que tous ces « tremblements » ne relèvent que du cinéma. Les toques et les toges des diplômés, les soutenances de mémoires ou de projets ne sont que des leurres à faire épater la galerie. Comme ces parents posant fièrement lors du grand jour avec leur progéniture, ces étudiants entrant dans un des rites de la vie comme la première communion (surtout chez les protestants) ou comme le sacrement du mariage. En tout cas, cette circulaire est le dernier sacrement (extrême onction) attribué au LMD. Pauvre jeunesse sacrifiée sur l’autel des restrictions budgétaires.

M. Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Rock : Lokomotiva et Martu Gass tout simplement monstrueux

Lokomotiva continue de graver de son empreinte le rock malgache.

Impossible de parier sur la fin du rock malgache, un de ces quatre matins. A en croire ce qui s’est fait au Point d’Exclamation Lounge Bar Analakely samedi, concert de Lokomotiva, de Martu Gass et quelques invités. Ce genre musical et leurs adeptes est ce qu’il y a de mieux en terme d’ambiance. Tout d’abord, tous les types morphologiques étaient représentés : asiatique, bantou, même un caucasien flanqué d’un tee-shirt à l’effigie « Hell fest ». Ensuite, le savoir-vivre et respect mutuel. Malgré certains personnages solitaires à la dégaine peu recommandable ou des patibulaires couverts de tatouages… tout le monde se respecte.

Il faut tout de même l’admettre, cela ne se retrouve pas chez les autres rassemblements des autres genres musicaux. Sur scène, ce concert a été le mélange des anciens, la génération ’80 et des jeunes avec des rock bands comme Ziv, Metal D et Volkano. Des révélations confirmant la bonne santé du métal malgache. Le guitariste de Ziv est une tuerie. Metal D impressionne par sa maturité et Volkano n’a fait que confirmer son talent, avec une musique intelligente et tonitruante. Mais tout le monde attendait surtout les premières notes de Lokomotiva et Martu Gass. Ces anciens, encore assez fringants, pour prouver sans le vouloir que le chemin est encore long pour ces jeunes.

« En plus de vingt ans de musique, notre amour, notre dévotion et notre volonté pour cette musique est resté intacte. Aujourd’hui avec les nouvelles technologies, cela a amélioré beaucoup de choses. Avant, au niveau des sons c’était assez délicat », avance Mao Lokomotiva en faisant un petit bilan du parcours de Lokomotiva. Le rock band va également sortir un nouvel album d’ici peu. Sur scène, il se lance sur « Biby », traduit par animal, un titre ancien. Dans la tradition métal, les textes ne sont pas là pour caresser dans le sens du poil. « Nous évoquons la vie actuelle, elle rend bestiale », explique Mao Lokomotiva. Le summum de leur prestation est atteint avec le titre « Nofy ratsy », la boucle est bouclée.

Ensuite, c’est au tour de Martu Gass d’entrer dans la danse. Dans une salle déjà chauffée à blanc, la bande à Deba, l’un des meilleurs guitaristes de rock de sa génération s’amène. « Vers 1986, nous étions quatre frères à former ce groupe. Nous avons tout essayé, le rock’n’roll, le rock FM… Bref tout, mais ensuite on s’est tourné vers le thrash », fait-il savoir. De « Survivor » à « Republika », une chanson qui pourrait risquer la censure si elle est diffusée au grand public. Pour résumer, la vie était dure du temps où elle a été écrite, les paroles semblent être encore d’actualité, voire plus, en ces temps.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Une braderie dans le hall de l’Hôtel de Ville

La braderie se déroule dans le hall d’honneur de l’Hôtel de Ville.

Inconcevable et impardonnable. C’est le moins que l’on puisse dire de la décision de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui autorise les commerçants à vendre leurs produits à l’intérieur de la Mairie de Tana. En effet, depuis le week-end, une grande braderie est organisée dans le hall d’honneur de l’Hôtel de Ville d’Analakely. Apparemment, la Maire Lalao Ravalomanana et son staff ne se sont plus contentés de louer le parvis aux commerçants, mais ont décidé d’élargir le business à l’intérieur même du Palais. Pourtant, ce commerce organisé sur le parvis depuis plusieurs mois a déjà provoqué la colère des tananariviens, notamment à travers les réseaux sociaux. En organisant la vente de chaussures, de vêtements et de différents produits de beauté dans le hall du « Lapan’ny tanàna », là où sont exposés les portraits de tous les maires et présidents de délégation spéciale qui se sont succédé à la Commune Urbaine d’Antananarivo depuis toujours, l’équipe sortante dirigée par le « Tiako i Madagasikara », a commis la bourde de trop.

Violation d’un vestige. Certains observateurs évoquent même un acte de provocation assorti d’une violation d’un vestige de la ville. D’autant plus que cet évènement est organisé à quelques jours de la proclamation des résultats provisoires des élections communales par la Commission Electorale Nationale Indépendante, et pile au moment où le président Marc Ravalomanana et son parti incitent la population tananarivienne pour une nouvelle contestation électorale. Nul n’ignore pourtant que c’est à cause de ce genre de décisions que les Tananariviens ont choisi de sanctionner le candidat du « Tiako i Madagasikara » lors des dernières communales. Quoiqu’il en soit, la population tananarivienne réclame désormais la transparence, notamment à propos des fonds perçus durant les nombreux mois d’évènements commerciaux sur le parvis de l’Hôtel de Ville. Un audit sur la gestion financière au sein de l’Administration communale est ainsi sollicité.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

ENSOA Antsirabe : La rénovation en marche avec la participation des anciens de l’école

Le CEMGAM (au milieu) et le Gal Kasimo ( à dr) lors de la signature du Livre d’Or de l’ENSOA.

Samedi dernier, l’Ecole nationale des Sous-Officiers de l’Armée Malgache à Antsirabe (ENSOA) était en fête. La 44e promotion baptisée « Findra » a choisi cette école pour marquer le 35e anniversaire de la sortie de cette promotion. A cette occasion, des représentants de la promotion conduits par son Président d’honneur, le Général de la Gendarmerie Kasimo, et son président exécutif ont remis officiellement des équipements sportifs destinés au dojo de cette école. Cela a été effectué en présence du Chef de l’Etat-Major de l’Armée Malgache (CEMGAM), le Général Théophile Rakotonirina, et assisté par plusieurs personnalités civiles et militaires de la région. Appréciant ce geste qui est fortement sollicité de la part des anciens de ce centre de formation des piliers de l’Armée malgache, le CEMGAM a dénoncé les allégations portées à son encontre et publiées dans la presse, l’accusant d’avoir ordonné aux anciens élèves de cette école à débourser pour financer les travaux de réhabilitations des bâtiments. D’après lui, et cela a été renchéri par tous ceux qui ont pris de la parole durant cette cérémonie, les sortants de l’ENSOA ont agi de leur gré. C’est tout à fait logique car ils se sentent redevables envers cet endroit qui les forgeait pour devenir des vrais militaires comme beaucoup en parlent. Conscient de cette valeur morale, le Général Kasimo en personne était le premier à lancer un appel, en 2014, à ses collègues à apporter leur soutien à cette école dont les infrastructures sont toutes en dégradation. En faisant cet appel en 2018 lors de l’installation du nouveau commandant de l’ENSOA, le CEMGAM affirme n’avoir fait que de reprendre ce qu’a dit le Président d’honneur de « Findra». Ce dernier qui a désormais annoncé que l’année prochaine, soit le 1er Février 2020, Journée des Sous-Officiers, sa promotion va octroyer officiellement ses nouvelles réalisations dans cette école. Il s’agit de la réhabilitation des salles de bain de ce dojo. Cette journée des Sous-officiers sera dédiée par l’Etat-major Général de l’Armée Malgache, à l’inauguration des nouveaux bâtiments, entre autres, le dortoir destiné à accueillir des élèves Sous-officiers de sexe féminin. L’ENSOA va recruter des femmes dans le cadre de l’approche genre que l’Armée intègre actuellement, souligne le CEMGAM. Actuellement, l’Etat-Major général est en train de préparer le concours dans ce sens dont le niveau requis est le baccalauréat. Revenant sur ce qui a motivé les anciens de l’ENSOA à apporter leur contribution à la rénovation des infrastructures de ce centre de formation, le CEMGAM souligne que cela est une pratique courante dans les autres écoles militaires (Académie militaire et SEMIPI). Pourquoi des voix se lèvent quand les anciens de l’ENSOA le font aussi ? Ces derniers dont beaucoup occupent de poste important aussi bien dans la Gendarmerie que dans l’Armée malgache. Parmi eux figure le ministre de la Défense nationale actuel, le commandant de la gendarmerie nationale, et lui-même. Pourtant, cela ne veut pas dire que le ministère de la Défense nationale et l’Etat-Major Général ne font plus rien, a-t-il dit. « Mais, l’amélioration de cette école, aussi bien en matière d’infrastructures que dans la qualité de l’enseignement et de formation, va de soi quand tout le monde y contribue », a conclu le Général Théophile Rakotonirina.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Airtel Madagascar : Récompenses aux meilleurs revendeurs

Les revendeurs méritants d’Airtel Madagascar ont reçu des lots.

Entreprise responsable Airtel Madagascar sait aussi récompenser ses revendeurs qui sont de véritables opérateurs économiques du secteur des micro-entreprises.

Le 5 décembre dernier au siège d’Airtel Madagascar, l’opérateur a procédé à la remise de lots aux revendeurs méritants.

Envergure nationale

Ils étaient plus de 90 revendeurs répartis dans les régions d’Antsirabe, Fianarantsoa, Tuléar, Fort Dauphin,Diégo, Majunga, Tamatave, Antananarivo à avoir été récompensés au terme de ce grand challenge dénommé Airtel Mandresy que l’opérateur a lancé depuis 2018 pour motiver, encourager et récompenser ses meilleurs distributeurs et revendeurs de carte SIM. Pour cette année, l’opérateur a donné une envergure nationale à Airtel Mandresy. Une vraie motivation pour tous ses distributeurs qui ont su démontrer pendant la période du jeu leur capacité à développer leur réseau de distribution. Pour ce concours, Airtel Madagascar renforce sa politique de proximité avec ses revendeurs et assure la disponibilité permanente de ses offres sur l’ensemble du territoire malgache.

Socle

Plus de 200 lots ont été distribués, parmi lesquels des écrans plats, des motos, des téléphones, des T-shirts et casquettes. “Cette initiative que nous prenons de récompenser chaque année nos revendeurs pour leur engagement dans le développement de nos activités est une marque de reconnaissance. Ils le méritent car ce sont nos premiers commerciaux… ils représentent le socle de notre organisation », a déclaré le Directeur Général d’Airtel Madagascar, Eddy Kapuku. Pour le 3e opérateur mobile mondial, cette opération de récompense de la performance contribue à dynamiser son réseau de distribution et à tisser des relations de partenariat plus fortes avec ses distributeurs. Dynamisme, respect et solidarité sont les valeurs que l’opérateur prône dans le développement de toutes ses activités.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Slam National : Aliah Lynn, slameuse américaine

Alia Lynn fait partie de la forte délégation étrangère de ce Slam National 2019.

Le Slam National en est à sa dixième édition, une marche en avant de cette discipline artistique qui a souvent attiré les slameurs internationaux francophones. Pour cette année, les anglophones sont aussi présents. A savoir Aliah Lynn, l’Américaine venue de l’Est des Etats-Unis. Elle répond à quelques questions.

Qu’est-ce qui vous a poussé à venir de votre pays, situé à des milliers de kilomètres de Madagascar, pour participer à ce festival « Slam National » ?

En fait, je suis volontaire dans le Peace Corps. Je suis ici depuis deux ans et mon séjour sera rallongé pour cinq mois de plus. Je pratique le slam depuis dix ans, ce qui m’a permis de voyager à travers le monde. Alors quand l’opportunité s’est présentée, j’étais hyper motivée d’y participer.

Vous venez de quelle ville exactement ?

Je n’ai pas revu mon pays depuis cinq ans. Mais aux Etats-Unis, je vis à Seattle Washington

Chez vous, quels sont les sujets que les slameuses et slameurs affectionnent particulièrement ?

Ce que j’apprécie dans mon pays, avec les pratiquants de cet art est que chacun possède distinctement son feeling, sa saveur… Alors, on peut évoquer différentes choses : politiques, amour, joie… Bref, tout ce que vous pouvez imaginer.

Quelle ville abrite le plus de slameurs et slameuses ?

Je pense qu’il est possible d’en trouver dans toutes les villes, presque comme dans toutes les villes du monde d’ailleurs. Je ne sais pas trop, les villes sont seulement là, mais c’est l’art qui arrive dans les villes. Donc, c’est l’art qui se répand dans les villes, ce n’est pas trop à cause de telle ou telle ville que le slam existe.

De quoi allez-vous parler lors de vos performances ici lors du Slam National ?

Je n’ai pas vraiment un thème bien précis. Je vais aller dans le sensitif. Sur les déceptions.

Pourquoi les déceptions ?

(Rires) Parce que c’est facile d’écrire dessus. Vous savez, quand vous sentez de la colère, la mélancolie, quand vous vous sentez malheureux. Eh bien, il faut sortir tout cela.

Etes-vous une solitaire ?

Au contraire, c’est pourquoi j’aime le slam. J’évoque mes déceptions, mes tristesses, mes colères. Alors, après, je me sens bien. Cela me rend heureuse.

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Billard – Grand Défi Blackball : Une centaine de participants pour 4 titres

Un billet Tana-Dubai-Tana sera offert au vainqueur du grand défi opposant l’ancienne à la nouvelle génération.

C’est parti. Le coup d’envoi de cette 5e édition du tournoi Grand Défi Blackball sera donné ce soir à In Square à Ambatobe. Ils sont une centaine à participer à cette édition 2019 dans les catégories, hommes, dames et par équipe. « On peut dire que c’est déjà une première victoire d’avoir pu réunir plus de 100 participants. L’un des objectifs de ce tournoi est de réveiller les anciens joueurs et réunir toutes les générations. Le tournoi coïncide aussi avec la célébration des 11 ans de l’In Square Billard Club (ISBC) », a lancé Zo Rakotobe, président du club, au cours d’une conférence de presse, samedi à Ambatobe. Le tirage au sort de ce grand tournoi s’est tenu samedi où l’ancienne défiera la nouvelle génération. 25 joueurs de l’ancienne génération à répondre présent à l’appel de l’ISBC dont Andy Rafidinarivo, Stéphane Razafinimanana, président de la fédération et bien sûr le président du club organisateur, Zo Rakotobe.

Un billet pour Dubaï. Pour la nouvelle génération qui est encore très active, ce tournoi est une aubaine pour titiller leur aîné. Dany Rahary de l’ISBC, le tenant du titre, champion de Madagascar sera de la partie et se présente comme le grand favori du tournoi. Pour les simples messieurs, une « money-prize » de 800.000 ar. est à la clé, 200.000 ariary pour la seconde place et 100.000 ariary pour la troisième place. Les éliminatoires se dérouleront à partir de ce soir jusqu’à samedi. Chez les simples dames, les éliminatoires sont prévues pour le 16 et 17 décembre et 300.000 ariary attendent la championne. Dans le tournoi par équipe de 3, une mise de 450.000ariary sont en jeu et la phase éliminatoire se tiendra les 18 et 19 décembre toujours au In Square à Ambatobe. Les phases finales se dérouleront au City Art à Ivandry toute la journée du samedi 21 décembre. Mais comme il s’agit d’un grand défi, un billet Tana-Dubai-Tana sera offert au vainqueur du grand défi opposant l’ancienne à la nouvelle génération. « Ce sera la nouveauté cette édition et en 2020, le tournoi va s’internationaliser à travers l’invitation de joueurs étrangers », conclut le président de l’ISBC.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar : Le crédit Fety pour des fêtes de fin d’année exceptionnelles.

La BNI Madagascar a présenté samedi dernier le Crédit Fety.

Les fêtes de fin d’année sont toujours une occasion pour des achats exceptionnels pour permettre aux familles de se faire plaisir. Et ce ne sont pas les offres de biens et services qui manquent pour ces occasions.

A l’instar de la banque BNI Madagascar qui tient une fois de plus à faciliter la vie des consommateurs en leur offrant la possibilité d’obtenir des crédits, facilement et à des conditions avantageuses.

Exceptionnelle

Il s’agit, en l’occurrence du Crédit que la banque lance. Une offre exceptionnelle, avec un taux d’intérêt de seulement 12%. C’est effectivement le taux d’intérêt le plus bas qui existe actuellement sur le marché du crédit. « En lançant le crédit Fety, notre objectif est surtout de permettre au plus grand nombre d’obtenir un prêt et fêter ainsi dignement Noël et le nouvel an », a expliqué Lanja Randriatsimilano, Directrice du marketing et de la communication commerciale de BNI Madagascar. Outre son taux très compétitif, le crédit Fety de BNI Madagascar se distingue également par sa rapidité. Il s’agit en effet d’un crédit qui peut se débloquer, en seulement 24 heures. « Le crédit Fety est simple, accessible et rapide. Nous invitons nos clients à penser à leurs rêves, à faire leur choix, à se rapprocher de leur Agence BNI MADAGASCAR pour profiter d’un accompagnement personnalisé auprès de nos conseillers clients, et de profiter de leur crédit dans les 24 heures qui suivent pour passer d’excellentes fêtes », précise la Directrice Marketing de BNI Madagascar.

Bien connu

Une fin d’année de réjouissance en somme pour les potentiels candidats au crédit Fety qui est, en fait à la 4e édition cette année. « C’est un crédit déjà bien connu par nos emprunteurs dont le nombre ne cesse d’augmenter » selon toujours Lanja Randriatsimialona. Le montant débloqué a par exemple connu une hausse de 40%, lors des deux dernières éditions. Et cette année, la tendance sera encore à la hausse puisque depuis le début de la campagne le 4 décembre dernier, on assiste à un engouement des clients au crédit Fety dans toutes les agences de BNI Madagascar. Le crédit fety est disponible jusqu’au 31 janvier 2020.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Communales à Tana : Proclamation des résultats provisoires ce jour

La cérémonie de proclamation des résultats provisoires des élections communales au niveau de la Commune Urbaine d’Antananarivo aura lieu ce jour au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante à Alarobia. Si l’on s’en tient aux résultats qui ont déjà été publiés, la CENI confirmera ce jour la victoire du candidat de l’IRK, Naina Andriantsitohaina, qui a obtenu 48,97 % des voix. En deuxième position se trouve le candidat du TIM, Tahiry Ny Rina Andriamasinoro avec 45,45 %. Alban Rakotoarisoa, quant à lui, est largement distancé avec seulement 4,42 %. Avec les contestations des « Zanak’i Dada », on devrait s’attendre à un renforcement des mesures de sécurité au niveau du siège de la CENI et ses alentours.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Mampikony : Tovolahy hita faty novonoina tamin’ny fomba feno habibiana, notapahina ny lohany, noborina f...

Trangam-piarahamonina nampihoron-koditra ny maronahita no niseho tany Kaominina ambanivohitra Bekoratsaka, Distrikan’i Mampikony, Faritra Sofia, afak’omaly naraina. Tovolahy iray no hita faty niboridana tsy nisy loha (notapahin-doha) sy filahiana. Rehefa avy nofatoran’ny/ireo tsy mataho-tody tamin’ny tady ny tongotr’ity tovolahy ity, dia notetitetehany tamin’ny antsibe ny vatany, ka nahitana dian’antsy teo amin’ny lamosiny havanana, nokapainy ny tongony roa sy ny kihon-tànany, ary notapahiny ny lohany. Nesorin’ireo namono azy ihany koa ny filahiany izay hita natsipy tsy lavitra ny toerana nahitana ny razana. Hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra, dia tsy mbola hay ny tany niavian’ity tovolahy hita faty tsy fantatra havana ity. Raha ny fanazavana azo avy tamin ‘olom-boafidy iray, nampitany vaovao taminay, tao anatin’ny iraytaona izao, dia matetika isehoana vono olona mahatsiravina toy izao foana ao amin’ity Kaomininaity, ka anaovan’ny vahoaka antsoavo amin’ireo tompon’andraiki-panjakana mahefa.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Un cycliste fauché par un camion

La Route nationale n°7 (RN7) était le théâtre d’un accident grave, samedi en début d’après-midi. Un cycliste a été tué sur le coup après avoir été fauché par un camion. C’était vraiment malheureux car la victime n’était qu’un adolescent de 16 ans. Le drame s’est produit vers 13 heures 30 à un endroit appelé Ambilona dans le fokontany dudit CR Ilempona, district d’Antanifotsy, soit au PK 115. En provenance d’Antananarivo en direction d’Antsirabe, le camion roulait sur cet axe. Sur son vélo et roulant dans le même sens, l’adolescent aurait tenté de serrer sa droite pour laisser passer le camion appartenant à la Brasserie STAR. Tout d’un coup, il s’est renversé juste au moment où le camion qui roulait à grande vitesse le doublait. Sa chute l’a propulsé sous le véhicule dont la roue arrière a heurté sa tête. L’effet de souffle du passage de ce poids lourd l’aurait attiré vers ce dernier. Ayant remarqué l’accident, le chauffeur du mastodonte qui n’a pu s’arrêter qu’après avoir parcouru une dizaine de mètres. Il a tout de suite alerté les éléments de la gendarmerie qui se trouvaient à 200m des lieux. Après le constat des forces de l’ordre, le chauffeur a été emmené au poste de la Gendarmerie pour enquête. Le corps de la victime a déjà été remis à sa famille, résidant dans le même fokontany.

T.M.

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

CCI Ivato : Récital de Bessa, digne d’un monstre sacré

Un concert attendu depuis des lustres, enfin les inconditionnels de Bessa ont pu voir leur idole au CCI Ivato vendredi soir. Exceptionnel et émouvant.

Bessa au CCI Ivato vendredi soir, pour certains c’était comme un rêve. Surtout pour ceux ou celles qui chérissaient la variété sobre avec des textes bien élevés. Dans la salle, ce sont surtout les quinquas révolus qui la remplissaient pour cette soirée de gala. « Cela fait un moment que je rêvais de voir Bessa sur scène. C’est la première fois pour moi », révèle Fano Rakotomandimbison, cheveux grisonnant venu avec sa femme. Inutile de chercher des générations 2000 dans le public. Ces derniers le confondraient sûrement avec un épicier de leur quartier. Cependant, pour une soirée, c’en a été une.

Rien que de voir la belle brochette d’artistes qui l’a accompagné tout le long du spectacle. Il y avait Solo Andrianasolo, un disciple des premières heures, Liva Andrianavalona, la surprise de cette nuit. Mais également, Lillie, Njakatiana, Mahery, Ynah, Landy,Misaina et bien d’autres. Avec ses 75 ans, il fallait tout de même soutenir ce monstre sacré de la variété malgache. D’autant qu’il fallait également recycler quelques titres. Si Bessa avait disparu du paysage musical national pendant plus de quinze ans, les oreilles de son public ont tout de même changé avec le temps.

« C’est aussi normal que ce sont les pointures qui partagent la scène avec lui », avoue Ratovo Martin Andrianiera, un sexagénaire entouré d’un groupe d’autres sexagénaires. Vers 19 h, le premier titre a été joué. La salle était studieuse. Bessa fait son apparition. Applaudissement, teinté d’un grand respect. Bessa, c’est tout de même plus de cinquante ans de musique. Les artistes de sa génération ont déjà pour la plupart disparu. Deux heures de spectacle, cela passe vite. Un merveilleux « Jangobo » a fini de faire acquiescer le public.

Pour l’instant, il est encore difficile de dire si Bessa va faire une autre représentation. Pourtant, les personnes venues le voir au CCI Ivato semblaient être restées sur leur faim. Mais dans le regard de Bessa, un petit concert pour la route semble le tarauder.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Transports aériens : Une augmentation de 50% de la capacité offerte

Tovo Ramaholimiaso Rabemanantsoa, D.G de l’ACM.

Le secteur des transports aériens est appelé à un bel avenir. C’est le constat général qui s’est dégagé durant le salon des métiers de l’aviation qui s’est déroulé samedi dernier dans l’enceinte de Canal Olympia Route Digue. La manifestation qui a vu la présence des autorités de l’aviation civile et les opérateurs économiques était une occasion de démontrer que, le secteur des transports aériens est appelé à devenir un important pourvoyeur d’emploi. On s’attend en effet dans les années qui viennent, à un doublement de la capacité offerte. Ce qui veut dire que le secteur demandera beaucoup plus d’employés. « Le métier de l’aviation ne se limite pas aux pilotes, stewards et hôtesses de l’air, mais s’étend à d’autres spécialités comme les agents techniques d’exploitation ou encore les mécaniciens aviation », a expliqué le Directeur Général de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) Tovo Ramaholimiaso Rabemanantsoa. Une manière d’inciter les jeunes à se former dans le domaine de l’industrie aérienne. Il a par ailleurs insisté sur l’importance de l’Open Sky qui contribuera à satisfaire aux demandes, notamment à Madagascar qui fixe comme objectif à court terme d’atteindre les 500.000 touristes par an. Durant le salon, des meilleurs élèves de différents instituts et écoles ont été invités. Ce salon était en tout cas mis à profit par de nombreux jeunes visiteurs de mieux connaître le secteur de l’aviation civile. A noter, par ailleurs que l’organisation de ce Salon coïncide avec le 75e anniversaire de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI)

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Opération chirurgicale de fente labio-palatine : L’implication de nombreuses spécialités démontrée

Le partage était le maître mot de la conférence médicale de vendredi dernier.

Comme à l’accoutumé et ce depuis 2011, une équipe médicale de l’Université Showa au Japon effectue des actions de bénévolat à Madagascar. Ces dernières correspondant principalement à des opérations chirurgicales de fente labio-palatine qui implique la « contribution de nombreuses autres spécialités » d’après les explications reçues durant une conférence de presse organisée à l’HJRA vendredi dernier.Un évènement durant lequel le Pr Yasuyoshi Tosa, chef de l’équipe médicale de l’Université de Showa , a fait état des objets de la mission qui se déroule actuellement dans le pays, mais également durant lequel il a effectué des séances de partage d’expériences, via une conférence médicale, avec des étudiants malgaches sur « l’importance du système de traitement à moyen et long terme des soins médicaux en équipe composée de chirurgien plasticien,orthodontiste et orthophoniste ». Mais également sur « la méthode de chirurgie plastique, appelée« two-flapway » en utilisant des photos et des vidéos, dans le but de faire comprendre le traitement aux patients qui subissent les opérations chirurgicales de fente labio-palatine ».Il conviendrait de noter que la mission de l’équipe médicale Japonaise s’effectuera à la Clinique Ave Maria Antsirabe pendant une dizaine de jours.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Tribunal administratif : Le TIM dépose sa requête

« Une requête en béton élaborée par des juristes et des avocats chevronnés », a déclaré Me Eloi Ratefimahamijoro qui a représenté le candidat Rina Randriamasinoro samedi au tribunal administratif d’Anosy. D’après cet avocat, la requête apporte notamment des preuves d’irrégularités dans les listes électorales. A noter que la structure ad’ hoc provinciale de la CENI proclame ce jour les résultats provisoires des Communales dans la province d’Antananarivo.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Tinoka Roberto : « L’Etat va aider le cyclisme à se développer davantage »

Présent dans les tribunes du Tour de Mada cyclisme d’hier à Mahajanga, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, n’est pas venu les mains vides car il a remis 10 millions d’ariary pour l’organisation de cette 15e édition.

« Il faut remercier le Président Andry Rajoelina car cela venait de lui et que s’il est aujourd’hui avec le cyclisme c’est bien sûr parce que le président de la République lui avait dit de venir honorer ce tour international« , explique-t-il.

Et le ministre de la Jeunesse et des Sports de poursuivre qu’il a déjà fait un effort considérable en dotant les coureurs malgaches aux Jeux des Iles des bicyclettes en carbone qui sont très chers. « Mais si c’est le prix à payer pour obtenir des résultats alors nous le ferons« , confie encore Tinoka Roberto qui se réjouit de l’organisation de ce Tour de Mada qui sert à préparer la relève bien décidé comme il l’affirme qu’il va aider le cyclisme à se développer davantage.

Propos recueillis par

Midi Madagasikara0 partages

Lokomby Manakara : Vono olona, saika nodoran’ny andian’olona ny tobin’ny Zandary 

Nieren-doza ny tobin’ny Zandary ao Lokomby, Distrikan’i Manakara ny asabotsy teo. Nisy andian’olona tezitra mafy saika hanao amboletra hanao fitsaram-bahoaka handoro ny tobin’ny Zandary, saingy voasakana izany rehefa nanao tifi-danitra ny Zandary nanaparitahana azy ireo. Raha ny vaovao voaray, vono olona nitranga tao Vohitrapanga, tany amin’ny Kaominina Ambalaroka, ny 25 novambra lasa teo no niandohan’ny olana. Voasambotra ny nahavanon-doza ary notànana am-ponja rehefa natolotra ny Fitsarana taorian’ny famotorana azy. Araka ny fomban-tany amin’iny faritra iny anefa, na inona na inona didin’ny Fitsarana dia tsy maintsy manolotra omby ho an’ny fianakavian’ny maty ny ray aman-drenin’ilay nahavanon-doza. Tonga tao Marokorika sy Soamiafana, Kaominina Bekatra, nikaroka ny rain’ilay nahavanon-doza ny Fokonolona avy any Ambalaroka, ny 4 desambra teo, saingy niveri-maina tsy nahita ilay notadiaviny.

Fitsaram-bahoaka. Nentin-katezerana ireto andian’olona ireto, ka nopotehiny sy nodoran’izy ireo ny tranon’ny ray aman-drenin’ilay tovolahy namono olona, ny alakamisy teo. Noho ny fandorana ny tranony, niakatra tao Manakara ilay raim-pianakaviana lasibatra, ary nametraka fitoriana tao amin’ny « Groupe d’Appui à la Police Judiciaire »-n’ny Zandarimaria Vatovavy Fitovinany, ny asabotsy teo. Ny tolakandron’io, naverina nankany Lokomby izy, satria ny Zandary ao no efa mandray an-tànana ny raharaha. Raha vao naheno izany ireo andian’olona avy any Vohitrapanga, dia tonga tao amin’ny « Poste avancé »-n’ny zandary mba haka an’io ray aman-dreniny io hampiharana fitsaram-bahoaka. Nomen’ny zandary alàlana ny solontenan’ireo andian’olona hisava ny birao, saingy tsy nahita na inona na inona. Tsy afa-po tamin’izany ireto andian’olona ireto ka nikasa ny handoro ny biraon’ny zandary. Nandray fepetra ireo zandary niaro ny tobiny; izay faritra mena, ka nanao tifi-danitra nanaparitahana ny olona.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Infocentre de La Salle : Le campus vert parmi les objectifs

L’institut compte 1081 diplômés depuis sa création en 1991.

Cet institut catholique est parmi les rares à être homologués par l’État dans la formation professionnalisante en Informatique et en Gestion. Il existe depuis 1991 sous l’égide des frères des écoles chrétiennes. Samedi dernier, l’école supérieure a sorti sa 26e promotion dénommée ILO (Initiative-Loyauté-Objectivité) dans les locaux de l’Infocentre de la Salle à Soavimbahoaka. La promotion compte 18 nouveaux licenciés en informatique, 45 en gestion et 6 master en gestion. Aussi, l’événement a-t-il été marqué par la rentrée solennelle de l’année universitaire 2019-2020. « L’infocentre de la Salle dénommé aussi ISSIG a été parmi les premiers instituts universitaires privés à Madagascar. Très fidèle aux lignes de conduite chrétienne, l’institut offre aux jeunes des capacités opérationnelles et managériales. Les formations académiques se conjuguent avec un environnement d’entraide et de partage. Nous avons des animations pastorales dans nos emplois du temps. Et c’est dans un état d’esprit chrétien que repose les années universitaires », a expliqué Princy Andriamasinoro, directeur de l’ISSIG. La mise en place d’un campus vert rentre dans l’objectif de l’école. Après tout, les terrains pour monter des espaces verts ne manquent pas dans ses locaux à Soavimbahoaka. L’ISSIG, depuis 1991, compte 1.081 diplômés.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – Championnats U23 : ASI, COSFA et VBCD se partagent les titres

Les titres restent à domicile. Au Gymnase d’Ankorondrano, hier après-midi, les équipes d’Analamanga ont effectué un razzia en enlevant les trois titres en jeu. Chez les vétérans, les militaires du Cosfa ont coiffé les caissiers de la CNaPS par trois sets à deux. Les deux équipes ont livré de belles bagarres, mais, l’expérience des militaires ont fait la différence. En U23 dames, les filles du Volley Ball Club Diamant (VBCD) ont soulevé le trophée au terme d’une finale à sens unique. C’est par trois sets à zéro que la troupe à Nandrianina s’est imposée face à leurs adversaires. Chez les garçons, le sacre de l’ASI était sans appel. Les protégés de Luciano Randria ont surclassé les gars de Mama par trois sets à zéro. Les Michel et consorts ont parfaitement maitrisé la rencontre. Ils ont enlevé sans difficulté tour à tour les trois sets, 25 à 14, 25 à 18 et 25 à 14. Après avoir survolé le championnat d’Analamanga, les volleyeurs de l’ASI ont dominé le sommet national chez les U23. Une belle clôture de la saison pour cette équipe d’Itaosy qui s’est permise le luxe de qualifier ses deux équipes en finale pour les U23.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Technologies digitales : Deuxième édition de New Tech Event du 12 au 14 décembre

Ventes, expositions, maintenance, démonstrations, réseautage, etc. Autant d’opportunités sont mises en avant par les organisateurs de la 2e édition du New Tech Event, qui se tiendra au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina, du 12 au 14 décembre prochain. En effet, l’agence Seho Event et ses partenaires cherchent à capitaliser les fortes compétences des jeunes, en matière de technologies digitales. « Cet événement sera l’occasion de démontrer que les jeunes malgaches ont des compétences de haut niveau dans le domaine des nouvelles technologies. Nous avons dans ce pays des développeurs de logiciels, d’applications, etc. Ces jeunes pourront montrer ce dont ils sont capables. Il y aura du ‘recruiting’ car beaucoup d’entreprises sont à la recherche de ces compétences. Un concours sera également au programme de l’événement », a indiqué Lova Randriambololonirina, secrétaire général du Cabinet d’expertise Profiler, spécialisé dans le cinéma, et partenaire officiel de cette 2e édition du New Tech Event.

Solutions. 50 stands sont prévus pour le New Tech Event 2019, organisé par Seho Event, en partenariat avec le cabinet Profiler, et sponsorisé par l’agence Wello. L’événement aura des objectifs multiples, dont la promotion des talents des jeunes, l’identification des solutions innovantes développées dans l’ombre par les développeurs malgaches, la présentation des jeux, logiciels et applications, ainsi que les résultats de recherches des jeunes. « Outre les nouvelles technologies, le cinéma sera également mis en avant. Nous savons que le cinéma et les nouvelles technologies ont des liens étroits. Le cinéma malgache est souvent mal vu alors qu’il y a un grand potentiel. Nous allons donc présenter un état des lieux, organiser un ‘speed recruiting’, faire des partages, et présenter les formations que nous accordons dans ce domaine d’activitéEn outre, il y a des jeunes qui brillent durant un salon mais qui ne sont plus visibles par la suite. Pour remédier à cela, nous offrons un coaching et un accompagnement en stratégie d’image. Il y a donc un suivi avant, pendant et après le salon, afin que ces développeurs soient identifiés, coachés et puissent se développer », a soutenu le représentant de Profiler. Pour sa part, Tsiry Ratsimiseta, gérant de Seho Event, a souligné que des projets innovants seront proposés pour le pays, à l’issue de l’événement. Il a déjà évoqué des solutions pour les entreprises et pour la vie quotidienne, en citant entre autres les applications « Hitako », une application mobile qui donne des informations dans le domaine des transports en commun ; ou « Emboutaka », qui permet aux automobilistes de connaître en temps réel la situation sur les différents axes de la circulation routière. Des applications liées au délestage, aux loisirs, à la gestion d’entreprises, aux ressources humaines… seront également présentées durant le salon. Une vingtaine de développeurs seront au rendez-vous, tout comme le club de développeurs de jeux vidéo de Madagascar. Bref, ces organisateurs soutiennent que les jeunes malgaches sont doués en matière de technologie digitale.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Antsohihy : Rongony 1,2 taonina, sarona tao Ambatobe

Noho ny fiaraha-miasa matotra nisy teo amin’ny Fokonolona sy ny zandary avy ao amin’ny Kompanian’ny Zandarimaria Antsohihy, dia rongony 64 gony izay nilanja 1,2 taonina no tra-tehaka, ny zoma teo, tao Ambatobe, Fokontany Antabohitra, any amin’ny Kaominina ambanivohitra Ambodimandresy, Distrikan’ Antsohihy. Raha ny vaovao voaray, vatan-dehilahy 32 no nilanja an’ireto jamala. Tao anaty fifanjevoana anefa, tafaporitsaka ny 31 tamin’ ireo nitondra ny rongony, fa mpilanja iray ihany no voasambotra ka nentina no- fotorana, raha mbola karohina fatratra kosa amin’izao ireo namany nandositra. Taorian’ny fanadihadiana tsy maintsy nataon’ny mpitandro filaminana mahakasika ireto zava-mahadomelina sarona ireto, dia nodorana imasom-bahoaka teny akaikin’ny seranam-piaramanidinan’ Antsohihy ireo rongony ireo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

CcEsca : Fara Andriamamonjy toujours aussi spirituelle

Fara Andriamamonjy, égale à elle-même au Cc Esca.

Une trentaine de minutes avant le concert de Fara Andriamamonjy au CcEsca Antanimena samedi après-midi, la salle était presque à moitié vide. Les musiciens étaient déjà à l’arrière scène, derrière le grand rideau. La chanteuse évangélique, pas loin. Dans sa voix, on sent un peu le trac. Cela faisait un moment qu’elle n’a pas rencontré le public malgache. De surcroÏt, elle fête également plus de trente ans de scène cette année. La pression était au rendez-vous. Elle revient sur son parcours. « Je n’ai jamais pensé sortir de mon genre, je me suis dévouée au Seigneur. Et c’est également un appel », met-elle en avant.

Mais d’un coup, la salle se remplit avec des familles, des groupes d’ami(e)s et des couples se bousculent à l’entrée. Vers 15 h, les choses sérieuses pouvaient commencer. Les morceaux s’enchaînent. « Aoka hatoky azy », « Tsy miady irery », « Fanahy masina »… le public boit les paroles de la chanteuse. Entre-temps, il pouvait se procurer ses œuvres en disque numérique. Le temps de la demander sur le côté business qu’a pris les louanges et le spirituel ces derniers temps. « Il m’est difficile de juger les autres. Si cela est, ce sera leur affaire et Dieu », explique Fara Andriamamonjy.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football – COSAFA U20 : Les Bafana Bafana accrochés par les Barea 

Madagascar et l’Afrique du Sud se neutralisent.

L’Afrique du Sud et Madagascar se partagent la tête du groupe B. La dernière journée s’annonce décisive pour les deux sélections.

Annoncé comme une petite finale du groupe, Madagascar et l’Afrique du Sud ont fait match nul de 1-1 partout, hier, dans le cadre de la deuxième journée des rencontres de groupe de la COSAFA U20 à Lusaka, Zambie. Les deux équipes partagent ainsi la tête du groupe B après avoir enregistré chacune, une victoire et un nul.

Après une première période infructueuse et assez équilibrée, dans ce duel entre Malgaches et Sud-Africains, il a fallu attendre la seconde période pour voir les choses se décanter. De retour des vestiaires, les Barea passent à la vitesse supérieure. A la 56e minute, Avizara trouve le chemin des filets sur un beau coup franc. Un premier but encaissé qui a réveillé l’orgueil des Sud-Africains. Ils ont pris les commandes de la rencontre. Ce n’était pas surprenant de voir les Bafana Bafana enfin récompensés de leurs efforts sur une frappe de Mkiva à la 77e minute. Insatiable, les Bafana Bafana ont cherché à marquer à tout prix, profitant d’une faille dans la défense et d’un petit coup de fatigue côté malgache.

Match décisif. Les Sud-Africains ont profité de ce laisser-aller pour se procurer de belles occasions, mais, heureusement, Balvano, le gardien malgache était là pour stopper l’hémorragie. Lui qui a été élu même homme du match. A la fin de la rencontre, les Malgaches ont trouvé un second souffle. A la 92e minute, Arnaud a failli inscrire le second but d’une tête plongeante mais il lui a manqué un peu de justesse. Les hommes du coach, Menakely Ruphin devront montrer plus de sérénité, et marquer le plus de buts possibles face aux Mauriciens demain. L’équipe mauricienne qui a arraché un nul face au Lesotho sur le score de deux buts partout. Cette dernière s’annonce décisive pour Madagascar et Afrique du Sud qui jouent leur place pour les demi-finales de la compétition. A défaut de terminer premiers, les Barea et les Bafana Bafana devront se contenter du meilleur deuxième.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Tour de Mada cycliste : Les Belges dictent leur loi d’entrée

Il n’y avait pratiquement pas de course lors du Critérium de Mahajanga d’hier. La faute à des Belges qui n’ont rien lâché en plaçant 3 des leurs dans le top 5 de cette 15e Tour de Madagascar cycliste. Une démonstration de force qui a coûté la vie au peloton qui a dû se ranger après avoir été doublé dès le 12e tour de la ville. Du jamais vu.

Le tour de Mada cycliste a-t-il déjà choisi son camp avec le sacre du Belge Jari Verstraeten étincelant de santé et qui se frayait son passage dans les rues inondées à la manière d’un poisson.

Esprit d’équipe. « Nous avons l’habitude de courir avec la pluie mais cela a été surtout le fruit d’un vrai travail d’équipe. Le Français Clément Simonin était bon tout comme le Malgache Mazoni Rakotoarivony mais ils étaient seuls alors que moi j’ai bénéficié de l’aide de mes deux coéquipiers durant cette course où notre tactique d’attaquer très tôt a été fructueuse« , se contentait de dire le maillot jaune de l’épreuve nullement fatigué d’avoir mené de bout en bout cette course.

Une belle démonstration même s’il confiait après course que son objectif était de gagner une étape et que maintenant qu’il l’a eu, il aura à coeur de faire gagner ses coéquipiers.

Un véritable esprit d’équipe qu’on a vu dans l’équipe de Madagascar 2 qui a souffert d’entrée pour figurer parmi les premiers à sortir du rang.

Même l’équipe de Madagascar n’a pas eu la main heureuse puisque seuls Mazoni et Nambinina ont pu suivre le rythme effréné imposé par des Belges venus pour la gagne.

Des Français motivés. Logique donc si derrière Verstraeten crédité d’un chrono de 1h 51mn 50 sec se trouvait un autre Belge en l’occurrence Van de Mierop Sam avec un temps de 1h 53mn 53 sec qu’il partage avec le Français Clément Simonin, Mazoni Rakotoarivony devant le troisième Belge Burt Tribaut auteur d’une entame de course parfaite mais c’était pour servir de lièvre à ses coéquipiers mais il a tout de même gagné la 5e place avec 1h 53mn 22 sec. Le tout avec une maîtrise parfaite qu’on se demande si on peut empêcher ces Belges de ravir ce tour surtout que jusque là le grand Smet Guy s’est contenté de regarder ses compatriotes jouer.

Légèrement à l’écart se trouvait Nambinitsoa Randrianantenaina avec son chrono de 1h 54 mn 54 sec.

Mais heureux comme tout le public majungais a porté en triomphe Mazoni Rakotoarivony qui conserve un très bon moral. Il a tout juste besoin du soutien de ses coéquipiers pour espérer briser cette mainmise belge.

Mais attention car touchés dans leur orgueil, les Français n’ont pas dit leur dernier mot avec dans leurs rangs des grands habitués du tour malgache notamment Erwan Le Garrec et Jean Philippe Tellier. Des Français très motivés mais c’est tant mieux pour le spectacle. A commencer par cette étape Mahajanga-Ambondromamy de ce jour et les fameux nids de poule auxquels il va falloir passer à travers.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Une période de turbulence avec l’arrivée de Belna

C’est une semaine plutôt problématique que nous allons affronter à partir d’aujourd’hui. Les difficultés vont s’amonceler durant les jours à venir. L’entrée cet après-midi du cyclone Belna dans la région du Boeny va impacter gravement sur notre vie quotidienne. Les précipitations de la soirée d’hier nous ont déjà donné un avant-goût de ce que nous allons subir dans le heures à venir. Cela va encore accroître la saleté de la capitale dont les quartiers croulent sous les ordures. Leur enlèvement a commencé, mais c’est un véritable travail de Titan qui doit être abattu pour redonner à la ville un semblant de propreté.

 Une période de turbulence avec l’arrivée de Belna

Avec l’arrivée du premier cyclone de la saison, le pays est entré dans une phase de turbulence sociale qui ne va pas faciliter la tâche du régime. Les problèmes qui s’étaient accumulés ces derniers temps vont encore s’accentuer avec les difficultés causées par les intempéries. Les coupures d’eau et d’électricité vont se multiplier, au grand dam des usagers qui, ces derniers jours, subissaient stoïquement les inconvénients de la situation. Cela va s’aggraver dans les heures et dans les jours à venir car le cyclone Belna n’épargnera pas les installations sur son chemin. On évoque aussi avec effroi l’amoncellement des ordures qui est en train de poser un véritable problème de santé. Le gouverneur de la province d’Antanananrivo a commencé le travail. Certaines bonnes volontés se sont-elles aussi manifestées et ont débarrassé certains quartiers de leurs détritus. On ne peut que les remercier, mais on se rend compte qu’il va falloir déployer des efforts gigantesques pour que la situation revienne à la normale . C’est vers le nouveau maire que les regards vont se porter. Il va devoir trouver les moyens nécessaires pour que le service chargé de la collecte des ordures, en l’occurrence la SAMVA, se remette au travail. C’est une semaine lourde d’incertitudes qui commence aujourd’hui. Le cyclone Belna en sera un des trouble-fêtes.

Patrice RABE