Les actualités Malgaches du Dimanche 09 Décembre 2018

Modifier la date
Madagate18 partages

Ny Rado « Axius » Rafalimanana démasqué par Serge Zafimahova

Eh ben dites donc. A force de faire le mariole, on finit toujours par être démasqué. Et par quelqu’un qu’on croyait être dans son propre camp qui plus est. Ci-après des extraits d’une interview télévisée de Serge Zafimahova (dont on parle beaucoup ces derniers temps) qui a été effectuée en 2016.

« A la fin 2008, le régime en place a procédé à une signature de contrat avec une banque appelée Eximbank Inde. Nous pouvions alors disposer d’une ligne de crédit de 1.400.000.000 USD auprès d’Eximbank Inde. C’était des dettes, cela s’entend… elles comprenaient un montant de 224.000.000 USD destinés au renouvellement de la flotte d’Air Madagascar. Ce document circule au niveau du gouvernement malgache depuis la Transition. Une entreprise a bénéficié de ces fonds, elle s’appelle Axius. Le taux d’intérêts était de 01,75% avec un différé de cinq ans et échelonné sur vingt-cinq ans. Il est bien que vous le sachiez : quand on prélevait ces fonds auprès d’Eximbank Inde, il y avait une garantie de l’État à travers le Trésor.

Ces fonds figuraient dans un cadre prêt et reprêt mais Axius a fait des faillites frauduleuses, on a perdu l‘argent... Rien n’a été payé en 2013, 2014, 2015. Il est clair que rien n’a été payé en 2016. Le fait est que lorsque le Président de la république (Ndlr: Hery Rajaonarimampianina) s’est rendu en Inde l’an dernier (Octobre 2015), il a rencontré le Directeur général adjoint d’Eximbank. Si c’est un Dga qu’on a dépêché pour rencontrer un Président de la république, c’est parce qu’il devait procéder à un recouvrement de créances. C’est ainsi… Mais parce que nous n’avons pas payé l’argent, nous ne pouvons obtenir le reste parce que nous sommes des mauvais payeurs. Vous n’avez même pas obtenu 25.000.000 USD que vous ne remboursez déjà pas. Comment la banque peut-elle débloquer 1.400.000.000 USD ? Alors que, normalement, dans l’utilisation de ces fonds figuraient des fonds pour réhabilitation de la Secren et 224.000.000 USD pour le renouvellement de la flotte d’Air Madagascar ? Par ailleurs, il s’agissait d’emprunt direct dans le cadre de prêts et de reprêts… Cela n’est plus possible à l’heure actuelle, car ils n’ont pas confiance au gouvernement malgache ».

Ny Rado Rafalimanana est bien le fondateur de Axius Holding Madagascar S.A en 2003. Une promesse de contrat a été établi entre l’Etat malagasy et la société Axius Holding Madagascar fin 2008. Ny Rado Rafalimanana a été, à l’époque, un jeune opérateur économique qui bénéficiait de la confiance des autorités du régime Tim de Marc Ravalomanana. En ce temps-là, Il a été question d’un remboursement par la société Axius d’une somme d’un peu plus de 6 milliards Ariary. A l’époque encore, c’était le flou total. Mais avec les révélations de Serge Zafimahova, actuellement dans le premier cercle de Ravalomanana candidat n°25, les langues se sont déliées et mes recherches se sont avérées fructueuses, l'affaire étant devenue plus que d'actualité...

6.151.564.920 Ariary, pour être très précis. C’est la somme que la société Axius doit rembourser à l’État. D’après le contrat établi entre les deux parties, « ce montant doit être versé au compte n°2152 02 0055 01 [intitulé inde 25 Mios USD/Vente et location Tracteurs] ouvert au nom du Trésor Public auprès de la banque Centrale de Madagascar ». Car l’État avait bénéficié d’un crédit de 25 millions de dollars (bien mentionnés par Serge Zafimahova dans son interview) du gouvernement indien à travers l’Exim Bank, en 2008.

Ce crédit avait servi, entre autres, à l’acquisition de 150 tracteurs et divers matériels entrant dans un soit disant « transfert de technologies ». Il est vrai que le pouvoir du moment s’était lancé dans ce genre d’initiative afin de booster la production agricole en perte de vitesse dans la Grande Ile.

Les tracteurs ont donc été acquis par la société Axius qui devait, par la suite, procéder à la vente ou à la location de ces matériels agricoles à des opérateurs économiques ou à des associations paysannes.

Randriarimanana Harison Edmond

La clause du contrat signé, le 12 février 2009 -curieusement en pleine période de crise politique-, par le ministre de l’Agriculture, de l’élevage et de la pêche, Randriarimanana Harison Edmond (qui a remplacé Rivo Rakotovao à ce poste, le 18 octobre 2017, dans le gouvernement du PM Mahalafy Olivier), d’une part, et Ny Rado Rafalimanana, Pdg du groupe Axius, d’autre part, est très clair : l’échéance de remboursement de cet argent est étalée comme suit : 1.439.727.960 Ariary au 31 décembre 2010 ; 1.505.170.140 Ariary au 31 décembre 2011 ; 1.570.612.320 Ariary au 31 décembre 2012 et 1.636.054.500 au 31 décembre 2013. Ce qui fait le total de 6.151.564.920 Ariary incluant les intérêts. Mais Serge Zafimahova l’a dévoilé: rien n’a été remboursé jusqu’en ce mois de décembre 2018.

Ainsi, outre le manque de transparence, la question de l’octroi de ce marché est entourée d’une épaisse opacité. Où se niche, dès lors, la fameuse égalité des chances entre les hommes d’affairesMadagascar ? De nos jours, qui peut nous dire où sont passés les 150 tracteurs censés avoir été importés par le groupe Axius ? Les contribuables malgaches ont tout à fait le droit de le savoir étant donné qu’ils ont été acquis à travers un crédit que l’État malgache devra rembourser tôt ou tard. A un moment, l’enquête menée par le Bianco s’est perdue en route. Au nom de la bonne gouvernance, il faudra qu’elle reprenne après l’élection du successeur de Rajaonarimampianina Rakotoarimanana Hery Martial.

Pour l’heure, avec son score de 57.476, 01,15% (57 476 voix sur 4 980 604 suffrages exprimés)est allé prêter main forte au candidat n°25 pour tenter de le faire élire. On se demande quelle l’ambiance prévaut dans le même camp, entre lui et Serge Zafimahova. Non ? Quoi qu’il en soit, il faut qu’il ne se leurre pas. Car malgré ce rapprochement, « Ny Rado Axius » est très mal vu par le clan Ravalomanana qui le considère comme un traître, malgré que son unité d'imprimerie avait utilisée par Guy Rivo Randrianarisoa pour la parution de son énorme journal (350mmX254mm) « The Times Of Madagascar » hélas mort-né, ayant laissé des tas de journalistes brusquement sur le sable…

Jeannot Ramambazafy - Dimanche 09 décembre 2018

Ino Vaovao0 partages

TONIA MPAMPANOA LALANA : Tsy misy resaka politika ny fisamborana an’i Haja

Fanambiny ny hamongotra hatramin’ny fakany ny tambajotran’ny fakana an-keriny ao Toamasina.

Misy anarana FSK (Force Spéciale Kidnapping) izany mihitsy moa ny tambajotran’ny mpanao fakaàa an-keriny eto Madagasikara. Fantatra ireo rehetra ireo nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’ny tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany ao Toamasina ny antoandron’ny zoma 7 desambra lasa teo. Valandresaka ho an’ny mpanao gazety niarahany tamin’ny Lietna-Kolonely Ranaivoarison Théodule kaomandin’ny vondron-tobim-pileovana ny zandarimaria Atsinanana (groupement) sy Vahiny Yvi Sandro. Ity farany izay mitazona ny andraikitra mpisolo toerana voalohany ny Tonia mpampanoa lalàna ( premier substitut du Procureur ).

Nandritra izao fihaonana tamin’ny mpanao gazety izao, dia notsiahivina ireo zava-nitranga tamin’ny kidnapping nahazo an’ilay Karàna tompon’ny orinasa Transfy. Fakana an-keriny niseho ny alarobia 21 novambra tao Ampasimazava Toamasina. Ny alatsinainy 26 novambra kosa no votsotra noho ny hetsika manokana nataon’ny Fitsarana sy ny zandary. Nanambara ny Tonia mpampanoa lalàna Rajaonah Thierry Lauret fa raha avy tamin’ny fianakaviana dia firosoana tamin’ny fandoavam-bola no natao fa nisy kosa ny fepetra manokana noraisin’ny teo anivon’ny Fitsarana sy ny zandary ka nahatonga an’i Armane Kamis votsotra tsy nilana fandoavam-bola. Ankoatra ny famotsorana, dia mbola nisy tamin’ireo mpaka an-keriny koa no azo sambo-belona. 

Hatreto, dia valo ny isan’ireo olona voasambotra tamin’iny raharaha iny, izay samy hatolotra ny Fampanoavana avokoa. Misy mpaneran’ ilay trano sy tompon-trano. Misy mpanome sakafo an’i Armane nandritra ny fihazonana azy. Ny atidohan’ilay fakàna an-keriny antsoina hoe Haja izay nambaran’ny Tonia mpampanoa lalàna fa voasambotra tany Antsirabe. I Haja izay fantatra fa efa voarohirohy tamin’ny fakàna an-keriny niseho tao Antsirabe ny taona 2016. Ilay nalaina an-keriny tao Antsirabe tamin’ny taona 2016 io izay fantatra fa mbola havan’i Armane Kamis ary anisany nandray anjara betsaka tamin’ny fisamborana an’i Haja tamin’izany fotoana izany i Armane Kamis.

Momba ireo bala 118 tratra tao amin’ilay tovolahy azo sambo-belona tao amin’ny trano nihazonana an’i Armane Kamis tao Mangarano II Toamasina, dia nanambara ny Lietna-Kolonely Ranaivoarison Théodule kaomandin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandarimaria Atsinanana fa nisy amin’ireo bala ireo no bala very tao amin’ny sekolin’ny zandary tao Ambositra.

Raha nanontanian’ny mpanao gazety momba ireo resaka voizin’ny gazety vitsivitsy milaza fa mpanohana ny kandidà laharana faha-13 io i Haja izay voalaza fa atidoha io, dia nanipika ny Tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany ao Toamasina, Rajaonah Thierry Lauret fa tsy misy resaka politika velively ny fisamborana an’i Haja ary tsy misy idirana kandida filoham-pirenena velively.Ny Tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Toamasina izay tsara marihina fa sady mpikambana ao anatin’ny Filankevitra Ambonin’ny mpitsara na ny CSM.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA AMBODIHAZININA : Natao am-pilaminana ny fisamborana

Fihaonana tamin’ny mpanao gazety nahitana ny lehiben’ny polisy misahana ny heloka bevava ao Toamasina, ny Kaomisera Raelison Gerverin, notronin’ny  Chef d’Escadron Rajaohasina Delson Adrien lehiben’ny ny sampana fikarohana heloka bevava eo anivon’ny zandarimariam-pirenena Toamasina ary ny Kaomisera Rafaliarivo Jules lehiben’ny Fip Toamasina. Izy ireo izay samy nanatanteraka iraka tany Ambodihazinina Fenoarivo-Atsinanana ny alatsinainy 3 desambra ka naha voasambotra olona 21, mianadahy miambavy ahiana ho nandray anjara tamin’ny famonoana tamin’ny fomba feno habibiana ireo polisy inspektera telolahy ny 24 oktobra 2018.

Manoloana ireo feo miely fa nisy ny fanamparam-pahefana nataon’ ny polisy sy zandary tonga tany Ambodihazi-nina Fenoarivo-Atsinanana, dia nandiso izany ireto mpitandro filaminana ireto nandritra izao fihaonana tamin’ny mpanao gazety izao. Nizotra am-pilaminana ny fisamboarana sy famotorana, hoy hatrany ny fanazavana. Nambaran’ izy ireo fa dingana voalohany amin’ny famotorana no vita fa mbola azo antoka ny hitohizan’ny fisamborana sy famotorana. Nanamafy ny polisy sy ny zandary ao Toamasina fa tsy hikoso-maso mihitsy izy ireo amin’ny fikarohana ireo tompon’antoka rehetra. Toky kosa no nomen’izy ireo fa hitandro mandrakariva ny zon’olombelona kosa izy ireo na amin’ny fisamborana na amin’ny famotorana.Olona 21 no voasambotra tamin’ny alatsinainy 3 desambra. Ny 19 amin’ izy ireo no atolotra ny Fampanoavana. Ny roa kosa dia navotsotra noho izy ireo voaporofo fa tsy nisy fifandraisana tamin’ ilay raharaha vono olona.

Mbola tototry ny dosie maro ny eo anivon’ny Fitsarana ao Toamasina, anisan’izany ny raharaha fakana an-keriny an’i Armane Kamis. Koa tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra ( zoma antoandro), dia mbola tsy niakatra teny amin’ny fampanoavana ny raharaha. Nambaran’ny Chef d’Escadron Rajaohasina Delson Adrien lehiben’ny sampana fikarohana heloka bevava eo anivon’ny zandarimariam-pirenena Toamasina kosa fa efa lasa any amin’ny Fitsarana ny dosie rehetra momba io raharaha Ambodihazinina io ka miandry fiantsoana sisa.

Aza asiana tsindry, hoy ny depiote Amady Hely

Nivoaka tao anatin’ny fahanginana ny solombavambahoakan’i Fenoarivo-Atsinanana Mohamad Ahmad, fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Amady Hely. Ny sabotsy 8 desambra nisy ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety tao Toamasina. Fihaonana tamin’ny mpanao gazety niarahany tamin’ny flohan’ny fikambanana Fizafen (fikambanana Zanaka Fenoarivo-Atsinanana) eto Toamasina, Dr Bezandry Désiré sy ny filohan’ny fikambanana AMI ( Analanjirofo Mitambatra), Ahmad Legros.

Nomarihin’ny solombavambahoaka Amady Hely fa misy tsindry momba io raharaha io. Nisy ny antso avo nataony mba hampitsaharana izany tsindry izany ary mba tena hisian’ny mangarahara amin’io raharaha Ambodi-hazinina Fenoarivo-Atsinanana io. “Aoka mba hangarahara ny fisamborana sy famotorana”, hoy hatrany izy. Ny solombavambahoaka Amady Hely izay niantoka mpisolovava hiaro an’ireo olona nosamborina. Notsipihiny fa ny vy tsy mikitrana irery fa ao antony rehefa dinihina lalina io raharaha io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MBOLA RAJAONAH : Mbola hohadihadiana eny amin’ny Bianco amin’ny 12 Desambra 2018

Fantatra nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety izay nataon’ny mpisolovava azy, Eric Rafidison tetsy amin’ny Hotel Colbert, omaly alakamisy 07 Desambra 2018 fa mbola hohadihadiana etsy amin’ny foiben’ny Bianco Ambohibao indray ity mpandraharaha ity amin’ny alarobia 12 Desambra 2018 ho avy izao. Raha tsiahivina dia tamin’ny 13 Novambra 2018 lasa teo ity farany no namoahan’ny minisiteran’ny atitany IST na “Interdiction de Sortir le Territoire” noho ny raharaha maro izay naha voasaringotra azy.

Taorian’izay dia nampanantsoina teny amin’ny Bianco Ambohibao izy tamin’ny 16 Novambra 2018 teo saingy tsy tonga namaly izany. Araka ny nambaran’ny mpisolovava azy Eric Rafidison hatrany dia voantso tany amin’ny “Conseil d’Etat” na Filankei-panjakana izy tamin’io daty io ka izany no tsy nahafahany namaly ny antson’ny Bianco. Noho io tsy famaliany ny antson’ny Bianco tamin’ny daty voalaza teo ambony io dia nahemotra tamin’ny 16 Novambra indray ny fakana am-bavany azy ary mbola nitohy tamin’ ny 20 Novambra ihany koa izany.

Taorian’ny fakana am-bavany azy araka izany dia nanao fisavana ny trano fonenany teny Ambohimahitsy sy ny Birao fiasàny tetsy Antsahabe ny Bianco ka nandritra izany no nahitana “coffre-fort” roa nampiahiahy tao amin’ny trano fonenany. Araka ny nambaran’ny mpisolovava azy  dia firavaka sarobidy sy lelavola mitotaly 7 tapitrisa Ariary no tao anatin’ireto “coffre-fort” ireto.

Ra-Jem

Ino Vaovao0 partages

ANTANANARIVO RENIVOHITRA : Mahazo vahana indray ny delestazy, faritra maro no lasibatra

Saika manerana ny faritra eto Antananarivo sy ny manodidina no lasibatra amin’izany nanomboka tamin’ity fiandohan’ny herinandro ity toy ny eny  Itaosy, 67 ha, Antohoma-dinika, Antanimena, Ambohitrimanjaka, Anjanahary, Andoharanofotsy, Ambohipo sy Ambolo-kandrina…

Ireo no tena nahazoana fitarainana betsaka. Maharitra ora maro izany ary voaelingelina hatramin’ny asa aman-draharahan’olona sasantsasany tsy maintsy miankina amin’ny herinaratra. Manginy fotsiny, hoy ireo mponina ny fahasimban’ireo fitaovana ampiasaina vokatry ny fiovaovan’ny  tanjaky ny herinaratra. Efa tsy anaovana fitarainana intsony ny fijaliana amin’ny rano dia  ny jiro indray izao no mampijaly ny vahoaka. Ho an’ny Faritra Atsimondrano manokana dia mihafy tanteraka ny mponina satria tsy misy rano no sady tapaka ny jiro ary maharitra fotoana ela. 

Eo anatrehan’izany olana mianjady amin’ny vahoaka izany anefa dia kivy tanteraka ny rehetra noho ny tsy fahazoana  vahaolana maharitra   mikasika ity tranga ity. Miverimberina loatra no miantraika amin’ny fiainam-bahoaka ny voka-dratsy aterany. Efa iainana fotsiny sisa ny fidangan’ny vidin-jiro aloa isam-bolana raha ny fitarainana voaray matetika. Tsy mitsahatra mampahatsiahy sy manao fitarainana amin’ny  haino aman-jery hatrany araka izany  mba hanairana ireo tompon’andraikitra eo anivon’ny jirama.

 Misy fitaovana simba mpamatsy ny herinaratra ao Ambodivona ?

 Tamin’ny fotoana nahazoana loharanom-baovao avy tamin’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny jirama mahakasika ny olan’ny fahatapahana indray  dia nanambara izy ireo fa misy olana sy fahasimbana ny “transformateur” miisa roa miasa eny Ambodivona.  Izany no antony mahatonga ny  fahatapahana. Voatery  mandray andraikitra aloha izy ireo  ary mbola misy koa ny fanamboarana ny simba.  Efa ho herinandro mahery teo izao no nahazo vahana ity delestazy ity   ka manantena vahaolana  ny mponina hatreto satria dia mahatsapa fijaliana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAKON’ANTANANARIVO : Hataon’ny CUA fanomezana amin’ny Noely sy ny Taom-baovao ?

Dia ho sanatria ka ireto fako be manerana ny tanàna ireto ve no ho fanomezana atolotry ny Kaominina Antananarivo renivohitra na ny CUA ho an’ny vahoaka izay nifidy sy nampandany an’i Lalao Ravalomanana amin’ity Noely sy taona vaovao hodiavina tsy ho ela ity  ? Raha ny zava-misy eto Antananarivo mantsy no jerena dia toa “mampiteny ny moana” ny loton’ny tanàna sy ny fako mivangongo etsy sy eroa. Tsy voafehin-dRavalomanana Marc izay mpanolotsain’ny ben’ny tanànan’Antananarivo  sy Ramatoa Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana vadiny ary ireo olon’ny Tim tompon’ andraikitra amin’ny fanadiovana ny tanàna mihitsy ireto fako miavosa manerana an’Antananarivo ireto. 

Niezaka nanadio tena fatratra ny mpitantana ny tanàna  teo aloha nilaza fa an’ny Samva ny fanalana sy ny fanadiovana ny fakon’Antananarivo ka tsy misy idiran’ny Kaominina mihitsy fa mpiara-miombon’antoka fotsiny ry zareo. Ankehitriny anefa, efa ny olon-dRavalomanana Marc izao no mitantana ny minisiteran’ny rano izay miahy ny Samva fa mbola ny «  omaly tsy miova  » ihany ny fako eto an-drenivohitra. Ataon-dRavalomanana Marc sy ny mpiara-miasa aminy kilalao indray aloha izany ny fahasalamam-bahoaka sy ny fahadiovana eto Antananarivo. Variana mifanilika andraikitra sy be sinema eto fotsiny ny roa tonta dia ny vahoaka hatrany no atao sorona. 

Ankoatra ny fetin’ny Noely izay hodiavintsika atsy ho atsy dia azo lazaina efa ho tafiditra tanteraka ato anatin’ny vanim-potoana fahavaratra, vanim-potoana mampirongatra izaitsizy ny valanaretina maro koa isika amin’izao. Vao tsy ela akory fa vao herintaona tahaka izao raha tsiahivina no nisy ny valanaretina Pesta izay isany nampihoron-koditra ny Malagasy manerana ny Nosy sy naharatsy laza an’i Madagasikara teo amin’ny sehatra iraisam-pirenena nefa dia mbola izao miveriana izao indray ny tandrevaka sy ny tsy firaharahana ny vahoaka.  Tsy zoviana amintsika intsony angamba fa antony iray mahatonga io areti-mandoza io ny loto sy ireny fako miavosa manerana ny tanàna ireny ary tsy afa-miala  amin’izany ny CUA ho an’ny teto an-drenivohitra. 

Nilaza fa hampiasa ny kamiao eo am-pelatanany hahafahana mandraoka haingana ny fako eto Antananarivo indray ry zareo tato ho ato nefa hatramin’izao toa tsy mbola hita ihany izay vokany. Toa mampametra-panontaniana ihany araka izany ity fitavozavozana diso tafahoatra ity. Ataon-dRavalomanana Marc ahoana intsony moa ny hitondra an’i Madagasikara raha ny tanànan’ Antananarivo aza tsy voafehiny  ?

Ra-Jem

La Vérité0 partages

Syndicat des fonctionnaires de la jeunesse et des sports - « Des techniciens et cadres sans portefeuille...

Le népotisme persiste. C’est ce que le syndicat des agents fonctionnaires du ministère de la Jeunesse et des Sports (SYNAF) confirme. « Le recrutement et la nomination de personnes sans qualifications dans les directions du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) continue. Du coup, la majorité des techniciens et cadres qui ont suivi des années de formation au sein de l’Institut national de la Jeunesse (INJ) à Carion et de l’Académie nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha restent sans portefeuille jusqu’à maintenant », se désole Simon Cyriaque, inspecteur de la Jeunesse et des Sports et non moins président dudit syndicat.

Selon ses dires, « des encadreurs sportifs ainsi que des inspecteurs de jeunesse et des sports glandent, faute de postes. Pourtant, les ministres qui se succèdent préfèrent embaucher leurs amis et proches pour ensuite les former pendant 2 à 3 ans et saisir les postes budgétaires disponibles. Ces personnes ne disposent pas pour autant des qualifications requises, contrairement aux techniciens et cadres ». Ces derniers se contentent d’être des compléments d’effectif au lieu de mettre en avant leurs acquis tandis que des personnes « sans bagages » sont placées à la tête des directions.

« Bref, il n’y a aucune redevabilité pour les techniciens formés par l’INJ et l’ANS. L’encadrement s’avère encore indispensable sinon ces établissements seraient déjà fermés », insiste notre source.

Entente non respectée

Le SYNAF s’est déjà exprimé des problèmes au sein du MJS au mois d’avril dernier, au point d’avoir eu une audience avec le ministre de tutelle. « A l’issue de la rencontre avec le ministre, il a été convenu que le volet technique tiendra compte des propositions du syndicat. Le ministre se chargera, quant à lui, du côté administratif. Mais cette entente reste non respectée jusqu’ici », souligne le président du syndicat. Ce responsable de préciser que le syndicat demeure une société civile dont les dirigeants devraient collaborer avec, et non une entité d’opposition. De plus, le syndicat rapporte les attentes des employés auprès du pouvoir exécutif afin que les besoins et les ressources correspondent.  Ce n’est toutefois pas le cas à Madagascar, où les syndicalistes subissent souvent des menaces, intimidations et emprisonnement. Ce syndicat fait ainsi appel au futur Président de la République élu à considérer les propositions et revendications syndicales. « Le futur Président devrait valoriser les techniciens. Comme les magistrats dans le domaine de la Justice, les médecins dans la santé publique, le Forces de l’ordre dans la sécurité publique, les diplômés de l’INJ et de l’ANS devraient mettre en œuvre leurs acquis professionnels en faveur de la jeunesse et des sports », suggère notre interlocuteur. Il n’a pas manqué de rapporter la version d’une partie des  fédérations sur l’incompétence de certains responsables auprès du MJS. Rappelons qu’au mois d’avril dernier, le SYNAF a exposé qu’aucune direction au niveau central n’est conduite par un diplômé de l’ANS ou de l’INJ, alors que ces institutions ont pu sortir environ 600 techniciens du niveau 1 jusqu’aux inspecteurs.

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

CAN Beach Soccer 2018 - Domination de Madagascar

Après la victoire de l’Egypte contre le Maroc samedi dans le groupe A de la CAN Beach Soccer 2018, la Côte d’Ivoire et Madagascar  se sont affrontés hier dimanche dans l’autre match du groupe. Et ce sont les Malagasy qui sont sortis vainqueurs de cette rencontre en battant les Eléphants de plage sur le score de 4-3. Madagascar a fait l’essentiel  dès le début devant les Eléphants de plage de la Côte d’Ivoire, hier,  lors de son premier match à la Coupe d’Afrique des Nations de football de plage « Beach Soccer », qui se déroule actuellement en Egypte.

Les Malagasy ont dominé tout au long de la rencontre en menant au score sur la plage de la station balnéaire de Sharm El Sheik, Egypte. A preuve, ils ont réussi  à cadrer 11 tirs contre 7 pour les Eléphants.  Aucun corner n’a été enregistré sur la statistique de la rencontre. A l’issue de cette première victoire, les protégés de Solofo Tsiavahana, coach de l’équipe, montent en deuxième position du classement provisoire.

Madagascar (5e pays africain) se frottera contre l’Egypte, l’équipe n°1 africaine au niveau mondial,  pour son deuxième match ce jour. A rappeler  que les Egyptiens ont dominé le Maroc sur le score fleuve de 6 buts à 1 lors du match d’ouverture samedi.  Tandis que dans l’autre rencontre, les deux équipes vaincues, la Côte d’Ivoire et le Maroc s’affronteront.  Madagascar terminera les phases de groupe le mardi 11 décembre, face au Maroc, actuellement 4ème pays africain au classement du World Beach Soccer. On peut dire que les hommes de Solofo Tsiavahana ont quasiment mené tout au long de la partie. Champion d’Afrique de Beach Soccer 2015, et actuellement 5ème pays africain au classement du World Beach Soccer, Madagascar n’a pas pour autant dominé  la rencontre outre mesure.Quant au champion en titre, le Sénégal, il a dû aller jusqu’aux tirs au but samedi pour battre le Nigéria, 3ème nation africaine au classement du World Beach Soccer.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Avortement clandestin à Antananarivo - Cause de la majorité du décès maternel

Le sujet lié à l’avortement, notamment clandestin reste d’actualité. Il s’agit d’une pratique illégale, punie par le Code pénal mais qui continue d’exister si l’on se réfère aux bruits de couloirs. Dans la Capitale, ce sont notamment les femmes dont l’âge est compris entre 15 et 25 ans qui sont les plus concernées. Une recherche menée par Bénédicte Gastineau et Stellina Rajaonarisoa, a révèlé que 63 % du décès maternel sont causés par l’avortement clandestin, rien que pour Antananarivo.

Des entretiens confidentiels effectués auprès de ces jeunes filles ont permis de déterminer également que cette pratique interdite par la législation de la Grande île constitue l’une des 4 premières causes de décès après l’hémorragie, la rupture utérine, la septicémie.« 11,8 % des femmes décédées ont rencontré une complication au cours d’un avortement clandestin dans la Capitale », rapportent les chercheurs. « J’étais inscrite dans un lycée public quand je suis tombée enceinte à l’âge de 16 ans. Mon partenaire et moi, nous étions dans l’impossibilité d’élever un enfant. Du coup, nous nous sommes mis d’accord de recourir à un avortement clandestin. J’ai failli perdre la vie suite à l’opération. J’étais clouée au lit durant environ un mois. Beaucoup de questions m’ont été posées en raison de mon absentéisme au lycée. Après cette histoire qui s’est vite répandue, je n’ai pas pu finir mes études. Je me suis arrêtée à la dernière année de lycée sans même décrocher le diplôme de baccalauréat. Actuellement, j’essaie de reconstruire ma vie avec une autre personne bien que ce mauvais souvenir me hante toujours l’esprit », confie Sarah (nom d’emprunt). 

Par ailleurs, les femmes malagasy tentent de réclamer leur droit à l’avortement, notamment l’interruption volontaire de la grossesse (IVG) en cas de viol et d’agression sexuelle. Différentes activités organisées par des associations et tant d’autres organisations dont une conférence ont été préparées. Cette fois-ci, c’est le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme qui prend l’initiative de consulter les avis de la gent féminine sur ce sujet.

K.R.

La Vérité0 partages

Soavina - Un Tunisien et un Indo-pakistanais enlevés, la Gendarmerie conteste

Et ça a repris de plus belle ! Samedi vers midi, près d'un petit pont dit Privé, la localité de Soavina était le théâtre, non d'un kidnapping, mais deux. Quatre ravisseurs, tous encagoulés et équipés de fusils Kalachnikov, ont enlevé Sofiane Omrani, un entrepreneur d'origine tunisienne de 47 ans et Malik Karmaly, importateur indo-pakistanais de produits de première nécessité au pays.

Les victimes se trouvaient toutes les deux à bord d'un même véhicule 4x4 V8 lorsque les bandits les ont interceptées, selon l'hypothèse sur laquelle se penche vraisemblablement le Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM). Une information qui provoque toutefois de la prudence, côté Gendarmerie. « Certes, il y avait deux personnes dont l'Indo-pakistanais dans le 4x4. Et il se pourrait que la deuxième soit le Tunisien comme certains l'ont avancé. Mais jusque-là encore, la Gendarmerie n'avait pas été informée sur l'existence d'un autre rapt, qui se serait produit parallèlement. D'ailleurs, elle est encore en train de recouper la nouvelle à propos de ce deuxième kidnapping », a-t-on avancé du côté du « Toby » Ratsimandrava. 

Mais revenons à la situation du samedi dernier à Soavina. C'est que les ravisseurs n'ont pas fait grand-cas des gardes du corps, qui ont circulé, eux, dans un autre véhicule, qui a roulé derrière le V8.  Pour couronner le tout, les malfrats  se sont même payé le luxe d'abandonner   leurs propres véhicules, une Renault Kangoo et une Express sur place avant qu'ils ne s'engouffrent tous dans le V8 à côté de leurs otages. Par la suite, cette voiture 4X4 a filé à toute vitesse en direction du sud, probablement vers Bevalala ou Andoharanofotsy

Tout aurait été planifié, du moins selon les bodyguards de M. Karmaly, ces derniers ayant également été brutalisés. « Les bandits ont attendu le moment à ce que le V8 doit ralentir l'allure à cause d'un dos-d'âne pour frapper. Et surtout, ils n'ont pas hésité à ouvrir le feu et nous brutaliser avec les crosses de leurs fusils lorsque nous avons voulu intervenir et protéger notre employeur. Les assaillants nous ont également contraints de baisser la tête pour ne pas les voir. Enfin, nous n'avions pas la possibilité de nous battre avec eux, étant donné que nous n'avions aucune arme », explique un garde. On a surtout affaire à des professionnels. Pour empêcher les membres du service de sécurité civile de tenter de poursuivre le V8, les assaillants ont tiré sur les roues du véhicule qui a transporté les premiers. A entendre dire le même narrateur, ce double kidnapping a été accompagné de plusieurs coups de feu, une situation qui a suffi pour tenir en respect les plus courageux ou autres téméraires et les dissuade de toute tentative d'un quelconque acte héroïque.

Pour l'heure, cette affaire a provoqué surtout de l'émoi car on ignorer encore le sort réservé aux deux otages. Comme dans un pareil drame, le Collectif des Français d'origine indienne de Madagascar (CFOIM), était sorti de ses gongs pour condamner cet acte malveillant. Il voit surtout à travers ce double-rapt une tournure africaine et internationale de l'affaire. De leur côté, les Forces de l'ordre, bien qu'elles aient démarré l'enquête, ne trouvent encore rien à dire. D'autant plus que, comme aux habitudes des familles des concernés, il semble qu'elles sont loin de s'empresser de s'épancher devant les enquêteurs, encore moins face aux médias.

Franck Roland

La Vérité0 partages

« Global Startup Weekend AI » - Une première édition entrainante

Dernier cri. Le premier « Global Startup Weekend AI » s'est déroulé du 30 novembre au 2 décembre dernier dans la Capitale, plus précisément à l'eTech Consulting, Alarobia. Centrée sur l'intelligence artificielle, cette première édition a été très entrainante, en particulier pour les amateurs de nouvelles technologies. Effectivement, l'évènement a regroupé trente-six participants répartis à travers sept projets innovants. « Pour une première, ces chiffres sont très encourageants. Il ne faut pas cacher que nous nous sommes attendus à plus de participants.

Mais nous espérons nous améliorer au fil des prochaines éditions », confient les organisateurs. En tout cas, cette édition a été un réel succès pour certaines équipes. Trois projets ont notamment été retenus à l'issue de la compétition, à savoir « T-Isera », « Voiceep » et « Upone ». Et il ne faut pas oublier le « coup de cœur » de l'évènement : l'application « Parlotte ».

Défi relevé

Pour précision, le projet qui a remporté la première place est une application de vente en ligne basée sur la transformation de toute photo en une source d'achat. « Il suffit de prendre une capture d'écran et de magasiner l'ensemble du look avec des produits similaires à votre prix », décrivent les initiateurs du projet sur leur page Facebook. A noter que l'équipe de « T-sera » se compose de cinq jeunes hommes. Et en développant leur application en 54 heures, ils ont réussi à battre le challenge imposé par le « Startup Weekend ».  « Ce fut une aventure formidable. Nous avions déjà une idée d'un projet et dès que le concours a été lancé, nous nous sommes inscrits », a expliqué Tactic Rayan, l'un des membres du groupe, développeur mobile au sein de la société Otwoo. Ces lauréats auront ainsi la chance de représenter le pays à l'AI Summit (Sommet de l'intelligence artificielle), un autre évènement qui aura lieu  l'année prochaine à Paris. Pour rappel, le « Global Startup Weekend AI » a surtout pour but de vulgariser l'intelligence artificielle à Madagascar et de monter une communauté de passionnés dans ce domaine. Le défi a donc été relevé.

 Rova R.

La Vérité0 partages

Manichéisme inapproprié

La vision manichéenne des choses consiste en  une conception basée sur le dualisme entre le bien et le mal. En fait, il s'agit d'une religion ancienne professée au départ par Mani (III è siècle après J.C.) en Occident et qui s'était rependue plus tard en Asie et en Extrême-Orient. En quelque sorte, on s'inspirait du fondement de la religion judéo-chrétienne selon lequel il existe un Dieu (l'image du bien) qui s'oppose au Satan (le mal).

D'aucuns s'étonnent quand un candidat ose emprunter ou exploiter cette conception manichéenne des choses pour asseoir l'ossature de sa campagne électorale. Ce candidat, quelque peu dévergondé voire déluré, avance que l'élection de second tour est le combat entre le « bien » et le « mal ». Un duel entre le bien et le mal ! Mais de qui se moque-t-on ! Pour qui se prend-il ?Evidemment, le candidat n° 25 qui clame sur le toit ce manichéisme déplacé revendique la posture du ...bien ! Et l'autre, par conséquent, le n° 13, le ...mal ! Quelle effronterie ! C'est le monde à l'envers !

Marc Ravalomanana, il est bien question de lui, le candidat n° 25, il prend tout le monde pour des ...cons, du moins canards sauvages. Quand il ose se donner la caricature réelle du « bien », alors là, il va trop loin et dépasse la limite de la raison sinon du ...bien. D'après ce que l'on croit savoir sur son parcours personnel, le sieur Ravalomanana se trouve complètement en dehors du cadre moral de la délimitation du terme « bien ». Des déclarations nettement insensées, déplacées ! Du délire d'un fou aliéné (rediredin'adala) ! A moins que l'on se livre à une nouvelle approche de ce qu'on entend par « bien » et à une nouvelle définition du concept du « mal ». C'est une démarche trop philosophique voire trop subtile pour le n° 25 et abstraite à laquelle une campagne électorale n'a rien à voir ! Le peuple attend des deux candidats admis au deuxième tour des propositions concrètes, palpables et réalisables dans l'immédiat.

Quand on ose véhiculer sur la place publique des thèmes qui grignotent le domaine de la morale, d'abord, il faut le mériter. Un Ravalomanana qui se couvre l'habit d'un « homme bien » et prétend l'être dépasse l'entendement. On perd totalement le Nord !

A l'époque où le candidat n° 25 tenait les rênes du pouvoir (2002-2009), il éprouvait le malin plaisir de faire souffrir son peuple. Il excellait particulièrement dans les expropriations abusives des meilleurs terrains appartenant aux paysans cultivateurs, dans la monopolisation de grands secteurs d'activité à forte valeur ajoutée, dans les oppressions inhumaines des opérateurs économiques osant tenir tête à son empire. Des « délits » graves émaillèrent le régime TIM du dictateur. Jusqu'à ce jour, il n'a pas daigné reconnaitre ses erreurs ni demander publiquement pardon. En tout cas, Marc Ravalomanana est tout sauf d'être bien. Et il ne change pas !

A propos des parcours politiques et professionnels  de la plupart des éléments qui rejoignirent  le camp du n° 25 pour le second tour, force est de constater qu'ils trainent de lourds antécédents qui vont certainement plomber l'envol de leur poulain.

Que Ravalo cesse cette macabre comédie et enterre ce manichéisme inapproprié !

Ndrianaivo

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Mikasa haka fandresena amin’ny fandemen-tsaina i Marc Ravalomanana

Tsy matoky ny “valerany” intsony ity filoha teo aloha ity ka ny fanaratsiana ny kandidà hifaninana aminy sisa no hany heveriny fa lalana tokana hahafahany mandresy ao anatin’izao fifidianana fihodinana faharoa izao. Raha nikabary izy dia niverina ombieny ombieny teo am-bavany fa izy no mpanangana teto amin’ny firenena ary io fifidianana io, hoy izy, no hiavahan’ny tsara sy ny ratsy. Raha alaina ny hevitra tiany hambara dia izy izany no “tsara” ary ilay hifaninana aminy kosa dia “ratsy”.  

Hita taratra ao anatin’izany teniny izany anefa ny horohoro sy ny tahotra any anatiny manoloana ilay kandidà hifanandrina aminy amin’ny alarobia 19 desambra 2018, ka ny hany heriny sisa dia ny manaratsy ity farany imasoam-bahoaka. Tsy azo hadinoina anefa ny tantara fa anisany nitondra faharavana betsaka teto amin’ny firenena izany Marc Ravalo manana izany tamin’ny taona 2002. Ain’olona maro no nafoy noho ny fitiavam-pahefana nananany mba hahatongavany teo amin’ny fitondrana rehefa nifanandrina tamin’ny Amiraly Didier Ratsiraka ny tenany. 

Ankilany, tsy manana tetikasa mazava havelabelatra amin’ny vahoaka ihany koa ny Kandidà Ravalomanana ka tsy misy afa-tsy izay “mpanangana fa tsy mpandrava” no ventesiny mba hoentina handotoana ny mpifaninana aminy sy handemena ny saim-bahoaka. Mampametra-panontaniana ny mpanara-baovao ihany hoe, “olona tahaka izany tokoa ve no mendrika hitondra firenena” ?

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

ISIKA FIKAMBANANA MIARAKA AMIN’I ANDRY RAJOELINA : Manamafy ny firaisankina

Miara-miezaka sy miara-mientana ny mpikambana  rehetra mba hampandany ny   Kandida laharana faha-13 Andry Rajoelina ho filohan’i Madagasikara.  Amin’ny alalan’ny fidinana ifotony  mandresy lahatra ny vahoaka, fanaovana asa sosialy toy ny fanampiana ireo sahirana, fanaraha-maso akaiky ny toe-draharaham-pirenena  mandritra ny fifidianana, ireo rehetra ireo no  andraikitra sahanin’ny mpikambana rehetra.   Nomarihin’izy ireo tamin’izay fotoana izay fa  ireo mpikambana marobe ahitana vondrona isan-karazany mavitrika amin’ny fanohanana an’ny Kandida  Andry Rajoelina  no mivondrona ao amin’ny Isika fikambanana na ny IFI. Tsy mitsahatra mikatsaka izay fomba handaniana ity kandidà ity ny mpikambana  iray manontolo manerana ny Nosy  ary efa natomboka izany ka  tsy mifarana raha tsy mahazo ny fandresena. 

Ho hentitra ihany koa amin’ny fanaraha-maso ny latsa-bato amin’ny faha-19 desambra ho avy izao manoloana ireo kitoatoa betsaka nitranga nandritra ny fihodinana voalohany lasa teo iny.  Amin’ny  maha tanora an’i Andry Rajoelina dia hahazo tombony betsaka ny  tanora mitovy aminy ary nanamafy  ireo mpitondra tenin’ ny fikambanana nahitana an-dRavelomanana Rivellino, Andriamanohisoa Sebastien, Rajoelina Rija, Rakotoarijaona Jerry fa  ity lehilahy ity irery ihany no maharesy lahatra ny   vahoaka malagasy iray manontolo no sady manana vina miavaka indrindra raha mitaha amin’ny mpifanandrina hafa  hatramin’izay. Na  izany aza anefa dia mbola tsy mitsahatra manentana ny  tsirairay hatrany fikambanana  mba  tsy ho diso safidy satria ny fampandrosoana an’i Madagasikara aloha  no laharam-pahamehana indrindra amin’izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KANDIDA ANDRY RAJOELINA TANY FARAFANGANA : « Tsy matahotra fihodinana faharoa aho »

Fahombiazana hatrany ny fitsidiham-paritra ataon’ny Kandidà Andry Rajoelina laharana faha-13 ao anatin’izao fampielezan-kevitra izao. Ireo Kaominina mandrafitra ny Distrikan’i Farafangana any amin’ny Faritra Atsimo Atsinanan’ny Nosy iny indray no nandalovany ny faran’ny herinandro lasa teo. Nafana ny fandraisan’ireo vahoaka tao an-toerana ny Kandidà Andry Rajoelina. Tonga marobe nihaino mivantana azy ihany koa ireo olom-boafidy sy olobe tao anatin’ iny Distrika iny. Raha nandray fitenenana ny Kandidà laharana faha-13 dia nahitsiny mazava fa “tsy matahotra fihodinana faharoa velively ny tenany”. 

Nambarany tamin’izany fa efa tokony tamin’ny fihodinana voalohany isika no nandresy fa saingy nisy nanodinkodina ny vatontsika. “Raha ny rariny efa tsy tokony hisy fihodinana faharoa izany intsony fa efa nandresy isika. Betsaka no nanodinkodina ny safidintsika, betsaka no nanao ny vatontsika ho lasa vato maty. 

Hoy izaho anefa hoe, Andry Rajoelina tsy mitsoaka ary Andry Rajoelina tsy matahotra fa asivo raha asiana fihodinana faharoa fa hoporofointsika, fara fahakeliny 80% ny vaton’ny Kandidà Andry Rajoelina”, hoy ny Kandidà Andry Rajoelina raha nitafa tamin’ ny vahoaka. Kaominina telo mandrafitra ny Distrikan’i Farafangana no nandalovan’ i Kandidà Andry Rajoelina. Anisan’izany ny tao amin’ny Kaominina Matanga. Nifanao velirano tamin’ireo mponina tao an-toerana ny tenany. Laharam-pahamehana ho an’ny Kandidà Andry Rajoelina ny hamerina amin’ny laoniny ny fandriam-pahalemana ao Farafangana. 

Nambarany fa hampitomboina ny isan’ny mpitandro filaminana ary ho isan’ireo hakana hanatevin-daharana izany ny tanoran’i Matanga. Tsy maintsy apetraka, hoy izy, ny fandriam-pahalemana ao an-toerana mba hahafahan’ny tantsaha mamokatra ao anatin’ny filaminana. Taorian’izay nitsidika indray ny Kaominina Tsarafara sy Mahafa ny Kandidà Andry Rajoelina mivady. Tamin’ireo Kaominina farany dia sambany no nisy Kandidà nitsidika tahaka izao. Tamin’ny fandalovany dia nanolotra omby ho nofon-kena mitam-pihavanana ho an’ ireo vahoaka ny Kandidà Andry Rajoelina mivady. 

Nanotrona azy tamin’izany fandalovany tany Farafangana izany ny kandidà Jean Ravelonarivo izay efa nanao fanambaràna tamin’ny fomba ofisialy fa vonona hampandany ny Kandidà Andry Rajoelina laharana faha-13.

Ankoatra izay dia anisany nandalovan’ny Kandidà Andry Rajoelina laharana faha-13 ihany koa ny Distrikan’i Vangaindrano, taorian’izay nihazo an’i Mananjary ny tenany ary nipaka tao Toamasina ny fitsidiham-paritra izay nataony ny tontolo andron’ny sabotsy teo. Tsy nisy niala maina fa hahazo ny anjaram-pampandrosoany avy amin’ny Kandidà Andry Rajoelina avokoa ireo toerana rehetra izay nandalovany. Nifanao velirano tamin’ireo mponina hatrany izy, nilaza fa tsy hamitaka na manao ronono an-tavy tahaka ireo mpanao politika sasany fa izay rehetra nolazainy fa hataony dia tsy maintsy tanterahiny raha vao tonga eo amin’ny fitondrana ny tenany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY MPITATITRA SY MPAMILY : Mitaky ny famerenana ny “permis de conduire” teo aloha

Hatramin’izao anefa dia  toa tsy hita soritra  mazava izay tena fandraisan’andraikitra avy amin’ny  fitondram-panjakana rehefa  vaky bantsilana  tokoa fa tsy misy ilana azy  ilay “ taratasy fahazahoan-dalana ahafahana mamily vaovao na ilay «  permis biométrique  »” nanerena ny mpamily tsy maintsy natao teo aloha. Lasa  ny vahoaka madinika hatrany no mibaby  ny vokany toy ny  fahaverezana asa ho an’ireo tanora madinika   noho ny tsy fahafahana  manamboatra ilay  “permis”. 

Ho an’ireo mpampianatra mamily fiara   na ireny “auto-école” ireny manokana izao, ohatra,  dia mizara ireo “permis” ho an’ny nahavita fiofanana kanefa tsy afaka miasa akory ireo olona ireo  aorian’izay. Maro ny olana sy takaitra mipetraka momba ity raharaha ity ka  manoloana  izany indrindra dia nanao fanambaràna ny sabotsy lasa teo ny  fikambanan’ny mpitatitra iray manontolo  fa “ mitaky ny fampiasana  ny “ permis de conduire”  miloko mavokely  teo aloha  izy ireo ary mangataka ny fitondram-panjakana mba hihaino  ny hetahetany “. 

Tsy  nahitana olana hatramin’izay  ny fampiasana azy ireny ka  manao antso avo amin’ny  fanjakana araka izany izy ireo  mba handray andraikitra satria miantraika mivantana amin’ny fiainan’ny madinika ny fandehan’ity raharaha ity ankehitriny.  

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Andry Rajoelina dans le Sud-est et l’Atsinanana - Des grands travaux hospitaliers dès son arrivée à la...

Bientôt, l’accès aux soins ne sera plus un problème pour la population du Sud – est et de l’Atsinanana. Durant sa tournéede campagne dans ces régions, samedi dernier, Andry Rajoelina a promis l’équipement ou la construction d’hôpitaux« manara – penitra ». A Matanga, une Commune reculée dans le District de Vangaindrano, tous les Raiamandreny et Ampanjaka du District de Vangaindrano ont été présents au meeting du candidat « numéro 13 ». Ce dernier a promis d'équiper des matériels aux normes pour l'hôpital de Matanga. Le barrage sera aussi réhabilité et les jeunes agriculteurs bénéficieront du projet « Titre vert » qui consiste à offrir 10ha de terrains aux jeunes.

A Tsararafa, dans le District de Farafangana, Andry Rajoelina a bénéficié d’une véritable démonstration de soutien avec un engouement de toutes les personnalités politiques, sociales, religieuses et traditionnelles. L'ancien Premier ministre et non moins candidat malheureux à la présidentielle, le Général Jean Ravelonarivo, le sénateur Manotsora, élu sous les couleurs du TIM, le député Ndremanjary Odilon, ainsi que plusieurs maires élus dans le District de Farafangana ont entre autres, affiché publiquement leur soutien au N°13.

« Tso-drano » et « velirano »

La délégation a enchaîné sa visite à Manakara, Mananjary, et Toamasina où le candidat a obtenu une série de tso – drano de la part des Tangalamena. Le meeting organisé dans la capitale du Betsimisaraka a vu la présence des députés et maires élus au niveau de la Région Atsinanana, ainsi que de Roland Ratsiraka, candidat malheureux du premier tour, non moins président national du parti « Malagasy Tonga Saina ». Malgré les polémiques, Andry Rajoelina a réitéré son « velirano » de transformer le bord de Toamasina en un lieu paradisiaque comme à Miami. « Laissez Boay kely travailler et développer Toamasina puisque vous êtes incapable de le faire » a-t-il lancé comme une pique à ses détracteurs. Le candidat n°13 se présente donc comme un Président de tous les Malagasy sans exception et sans exclusion, contrairement à son adversaire qui ne songe qu'à ses entreprises, à ses intérêts personnels. Depuis toujours, on dit que Toamasina est la capitale économique. Pourtant nombreux sont les jeunes sans emploi. Il s’est donc engagé à installer beaucoup d'industries à Toamasina.

Le candidat Roland Ratsiraka a saisi l’occasion pour confirmer son soutien à Andry Rajoelina et a appelé les habitants du Grand Port à faire de même. Selon lui, « la période du jadona est révolue ». Roland Ratsiraka se dit étonné de voir des personnalités victimes du« haza lambo » sous l’ère Ravalomanana mais qui osent aujourd’hui soutenir le n°25. Lors de ce meeting, Andry Rajoelina a annoncé qu’un énorme complexe sportif sera installé à Toamasina à la place de l’actuel stade.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Premier débat de l'entre-deux-tours - Rajoelina cloue le bec à Ravalomanana

Face-à-face attendu.  Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana ont débattu pendant près de 2 heures et demie, hier dimanche, à 10 jours du second tour de l'élection présidentielle. Sur le plateau des médias nationaux, les deux finalistes disposaient chacun de 60 minutes pour tenter de convaincre les Malagasy dans la dernière ligne droite  en détaillant leur programme. Si attendu par tous les Malagasy, ce débat de l'entre-deux-tours a surtout été marqué par les passes d'armes  entre les candidats. Premier à s'exprimer lors de ce duel télévisé entre les deux candidats finalistes à l'élection présidentielle, Marc Ravalomanana, a affirmé qu'il n'irait pas dénigrer les autres ni affirmer des mensonges. Pourtant dans la foulée même, l'ex-exilé d'Afrique du Sud fidèle à lui-même, a ouvert le feu contre son adversaire en accusant Andry Rajoelina d'être l'instigateur d'un coup d'Etat.

Par ailleurs, durant deux heures et demie, Marc Ravalomanana répondra à toutes les questions  en mettant en avant son renversement en 2009 et en dressant un état des lieux catastrophique de la Transition, sans apporter de solutions concrètes mises à part des « Kapoakako io ». Tandis que de son côté, Andry Rajoelina se positionnera systématiquement comme un candidat qui veut regarder vers l'avenir, en un homme mature qui vient apporter des solutions.

Ravalomanana bloqué en 2009

Bon nombre d'observateurs n'ont pas manqué de faire remarquer que Andry Rajoelina n'a pas eu de mal à remporter les échanges, mettant à mal à de nombreuses reprises son adversaire, sans voix devant certaines vérités. Les exemples ont foisonné durant le débat.

« Le calendrier du Président Ravalomanana semble s'être bloqué en 2009 » fera remarquer ironiquement Andry Rajoelina à l'endroit de Marc Ravalomanana. Le TGV qui ne manque pas de rappeler que ce dernier s'est autoproclamé deux fois en 2002. « C'est cela un coup d'Etat », interpelle-t-il.

« C'est vous qui êtes intervenu  par téléphone depuis l'Afrique du Sud, des enregistrements existent pour le prouver, pour annoncer que vous offriez comme cadeau de Noël aux Malagasy, la suspension de l'AGOA, juste pour sanctionner Rajoelina », interpelle en outre, Andry Rajoelina. Ce à quoi Marc Ravalomanana s'est contenté d'un « Je n'ai pas fait couper l'AGOA. Ils ont décidé en voyant le coup d'Etat  ». Quelques minutes plus tard, Marc Ravalomanana a affirmé avoir donné 5 milliards d'ariary pour la construction de l'Hôtel de ville et affirme l'existence de rencontres entre les deux hommes préalablement à cette aide.  Il n'a toutefois pas pu apporter de preuves. Dans l'obligation de rétablir la vérité, Rajoelina s'interroge pourquoi alors le régime Ravalomanana a mis des bâtons dans les roues de la CUA à l'époque et pourquoi aucun représentant de l'Etat n'est venu lors de la pose de la première pierre.

De nombreuses incohérences

Durant le débat, Marc Ravalomanana a annoncé vouloir un régime présidentiel fort. Il prétend faire de la décentralisation effective sa priorité des priorités. Une « incohérence » que n'a pas manqué de dénoncer Andry Rajoelina qui rappelle que durant le régime Ravalomanana, la Présidence a été dotée d'un budget de 73 milliards d'ariary contre 4 milliards seulement consacrés à la décentralisation. Le leader du TGV n'a pas manqué de faire remarquer une autre confusion, rappelant que Ravalomanana, par haine pour Rajoelina, avait déclassé Antananarivo en catégorie 5 et fait emprisonner des maires d'obédiences différentes du TIM. « Comment croire que vous allez effectivement mettre en place une décentralisation effective ? (…) Fay aho, tena fay aho, affirment de nombreux maires face à votre idée de la décentralisation », ironise Rajoelina.

Et lui de rajouter avoir augmenté les subventions pour les Communes et œuvré pour l'augmentation des subventions pour les chefs fokontany. Sur le plan de l'insécurité, Ravalomanana annonce mettre fin à ce fléau en 100 jours. Clouant le bec à son adversaire du soir, Rajoelina souligne qu'il n'a pas attendu d'être éventuellement Président de la République pour lutter contre le phénomène.

Impression de flou

Parlant des financements, Ravalomanana a posé la question de savoir d'où venait l'argent de Rajoelina durant la Transition. « Il est tout à fait normal que vous posiez la question car vous ne savez pas utiliser l'argent entre vos mains » lance Andry Rajoelina, qui rappelle plus tard au cours du débat que Ravalomanana a ordonné que 110 milliards d'ariary soient décaissés par le Trésor public pour l'achat de l'avion présidentiel. « Savez-vous au moins combien d'enfants auraient pu être sauvés grâce à cet argent ? », dit Rajoelina. 

Attaqué par son adversaire sur la question du trafic de bois de rose, Andry Rajoelina de faire remarquer que ce phénomène a augmenté sous Ravalomanana et de rappeler que des rondins de ce bois précieux ont été découverts chez le fils de Ravalomanana et au Palais d'Etat d'Iavoloha lors de la chute de cet ex-Président. Ce dernier  qui a juste botté en touche en dédouanant son fils et martelant que le bois découvert au Palais avait été entreposé là par des membres de la société civile. Ravalomanana a également été pris au dépourvu par la question de Rajoelina concernant la puissance disponible en hydroélectrique à Madagascar, lâchant un 200 000 Mw alors que le pays ne dispose que de 7 800 Mw…

Finalement, en 2h30 d'émission présidentielle on n 'a pas eu droit à un véritable débat de fond, mais plutôt à un pugilat politique qui se sera terminé avec un Marc Ravalomanana laissant une impression de flou, quant à son programme et un Rajoelina beaucoup plus précis dans ses propositions. Pour ces raisons, beaucoup estiment que ce dernier est sorti vainqueur de ce débat... Le second round aura lieu le 16 décembre prochain.

 La rédaction

Madagate0 partages

Jeannot Ramambazafy 09 décembre 2016 - 09 décembre 2018

Deux ans de survie déjà! Aujourd'hui est un Dimanche. Parents ascendants et descendants, amis, ennemis, connaissances, méconnaissances, personnages célèbres, personnalités connues et reconnues dans tous les domaines de cette vie passagère, illustres inconnus: remerciez le Seigneur avec moi à travers la prière malgache suivante, avec 09 photos-souvenirs:

QUE VAIS-JE T’OFFRIR ? INONA NO HATOLOTRO ANAO ?

Seigneur, que vais-je t’offrir pour te remercierDe toutes les merveilles que tu as faites ?Offre-moi tes mains vides ?Je les remplirai en surabondance de biens.Seigneur, que vais-je t’offrir pour te remercierDe tout ce que tu as semé ?Offre-moi ta lassitude.Je la changerai en force inégalable.

Seigneur, que vais-je t’offrir pour te remercier De la force que tu m’as donnée ? Offre-moi tes ignorances. Je les changerai en sagesse sans pareille.

Seigneur, que vais-je t’offrir pour te remercier De la sagesse que tu m’as léguée ? Offre-moi tes souffrances. Je les changerai en salut pour les autres.

Seigneur, que vais-je t’offrir pour te remercier du salut que tu nous as offert ? Offre-moi tes péchés. Je les changerai en amour qui ne s’éteint pas.

Oui, Seigneur, je t’offre tout cela, en toute confiance. Sois remercié, sois béni, sois loué !