Les actualités Malgaches du Jeudi 09 Novembre 2017

Modifier la date
News Mada118000 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : Hasin’ny Antemierampirenena – Hajan’ny solombavam-bahoaka

Miverina indray ny resabe momba ny 4X4 ho an’ny depiote. Noho ny fahafantaran’ny maro ny tena marina mikasika an’io raharaha io dia mifangaro ao daholo ny fanendrikendrehana sy fanosoram-potaka. Fanontaniana iray dia efa saro-baliana ho an’ireo tsy mitsahatra no manasoketa. Atolotra maimaimpoana sa misy fandraisan’ny depiote anjara izany 4X4 izany ? Araky ny feo miparitaka moa dia misy ny fiadiam-barotra eo amin’ny governemanta sy ny mpikambana ao amin’ny Antenimierampirenena. Eo anefa dia nanome fanazavana ny Filohan’ny Antenimiera. Jean Max Rakotomamonjy moa dia saro-piaro raha vao misy fitsikerana heveriny ho tsy rariny mikasika ny ao Tsimbazaza. Ataony toy ny adidiny ny fiahiana ny hasin’ny Antenimiera sy ny fiarovana ny hajan’ny depiote. Ireto moa dia solom-bavambahoaka, ny Antemiera kosa dia solontena mahefa amin’ny anaran’ny vahoaka. Araky ny fanitsiana nentin’Andriamatoa Jean Max Rakotomamonjy dia na inona na inona fifandirana eo amin’ny fifanakalozan-kevitra dia tsy misy takalony eo amin’ny fanatanterahana ny andraikitra, tsy mivarotra ny fanahiny amin’ny mahaolona azy ny depiote. Noraisiny ohatra ny fifidianana ny tenany ho Filohan’ny Antenimiera. Tsy nisy fifanarahana natao ho sandan’izany. Raha lany izy dia hany andrasan’ny mpikambana avy aminy dia ny fanatanterahany ny adidy eo amin’ny fandaminana sy eo amin’ny fiarovana ny hasin’ity andrim-panjakana ity.

Mifanipaka amin’izany hevitra ijoroan’ny Antenimierampirenena izany anefa ny ao amin’ny Antenimieran-doholona raha ny voalaza ao amin’ny Fotaom-bitan’ny Filoham-pirenena no dinihana. Araky ny voalaza, ny tsiny azo anamelohana an’Andriamatoa Rakotomanana Honoré izay nametraka fialana dia ny tsy fahampian’ny fahavitrihana tamin’ny fanenjehana ny ota nanatona senatera iray, izay voampanga ho nitarika fanakorontanana. Misy ihany moa jery vilana na mitongilana amin’izany fa mbola misy raharaha iray hafa mikasika senatera ihany koa mitarozaka izay tsy izy fa namana moa ilay voasarigontra amin’izany ka tsy atao resaka. Ny tsapa ary azo resahina raha mamaky an’io Fotaom-bita io, dia ny mikasika ny fifandraisan’ny Fehefana Roa Tonta, andaniny ny Mpanatanteraka ary ankilany ny Mpanao lalàna. Mifameno izy ireo, fa tsy mifampiakina fa samy manana ny hasiny. Diso ilay fiheverana fa andry mpanome hasina ny sitrapon’ny fitondrana fotsiny ny Parlemanta.

Leo Raz

 

News Mada7502 partages

Poule des AS : Elgeco Plus et Cnaps sans coup férir

Carton plein pour Elgeco Plus et Cnaps Sport lors de la journée inaugurale de la phase retour de la poule des As de la ligue des Champions, hier, à Fianarantsoa. Premières ex-æquo au classement provisoire, les deux équipes annoncent la couleur.

Lors de la première rencontre, Elgeco Plus a tout simplement étrillé HZAM d’Amparafaravola sur le score fleuve de 5 buts à 2. Pour autant, ce score n’a pas reflété la physionomie du match où HZAM n’a lâché prise qu’en deuxième période après avoir tenu tête à son adversaire.

La formation d’Amparafaravola battu de l’aile à partir de la 55e minute lorsque le champion d’Analamanga a inscrit son troisième but (3-2). Les deux derniers buts se sont enchainés après pour Elgeco Plus dont le cinquième et dernier à la 66e minute.

Cnaps Sport a également réussi son entrée mais a fait moins bien en ne marquant que trois buts aux dépens du Cosfa. D’ailleurs, le match a failli tourner au vinaigre pour les Caissiers car les militaires ont marqué le premier but dès la 2e minute de la partie suite à un coup franc bien négocié de Dimby. Mais Lalaina y a mis du sien au temps additionnel de la première partie.

Forts de ce but d’égalisation, les Caissiers ont déployé leur système offensif durant la deuxième période. Une domination récompensée par deux autres buts, marqués successivement par Foroche et l’inévitable Njiva.

Naisa

 

L'express de Madagascar1669 partages

Santé – Un médecin malgache gagne un prix international

Le Dr Ely Rakotoarimanana remporte le premier prix de la 10ème cérémonie Positive Awards.

Reconnaissance internationale. Le Dr Ely Rakoto­arimanana va figurer dans les annales de la médecine. Il recevra le prix « Positive Rural Awards » de la Fondation Positive Planet à la 10e cérémonie Positive Awards à Paris, le 20 décembre. C’est une récompense pour les initiatives positives des micro-entrepreneurs découverts autour du monde. La fondation change de thème chaque année. Elle s’est orientée sur la rubrique médicale, en ce 2017.Deux médecins malgaches ont été sélectionnés. La promotion de la gratuité de la prise en charge des vulnérables a sûrement démarqué ce numéro un du centre de santé Dr Ely, à Sabotsy Namehana, et lui a valu ce prix international.« Chaque année, nous soignons gratuitement trois mille personnes. Avec ma femme, médecin elle aussi, nous nous déplaçons au moins une fois tous les deux mois avec notre véhicule, pour une consultation gratuite dans des villages comme à Talatavolonondry, Ambohimanga ou encore à Ankazondandy », explique-t-il. Ces médecins financent leurs actions par leurs propres moyens. « Nous mettons de côté un dixième de notre bénéfice journalier pour financer notre mission. Cette conviction est née en nous, depuis fort longtemps. Nous nous sommes dit à l’époque que lorsque notre situation sera stable, un jour, nous allons nous mettre dans des actions sociales. Nous sommes convaincus que notre compétence est un don de Dieu », renchérit le Dr Ely Rakotoarimanana, un croyant fervent.

RegretLe Dr Ely et sa femme sont complémentaires. Le premier est à la fois ophtalmologue et spécialiste en l’oto-rhino-laryngologie (ORL). La seconde a une spécialisation en échographie et en maladie tropicale. C’est en 1995 qu’ils ont prêté le serment d’Hippocrate. Cette âme charitable a commencé à l’hôpital de Befelatanana. Quatre ans plus tard, il est devenu l’un des rares ophtalmologues de Madagascar et a  ouvert, par la suite, son propre cabinet.Le Dr Ely ne s’attendait pas à être primé. « L’Agence des Nations-Unies pour le développement international (Usaid) est déjà venue faire une enquête chez nous, mais on ne savait pas que çà allait aboutir à cela. Au début on croyait que c’était une arnaque. Nous n’y avons pas cru avant de recevoir le billet d’avion et la réservation de l’hôtel », avance-t-ilIl se réjouit de ce prix, bien qu’il n’y remporte pas plus de 1 000 euros. Ce sera une opportunité pour lui de lancer et de promouvoir ses interventions. Il regrette toutefois, que ses actions ne soient pas reconnues à Madagascar. « Malheu­reusement, nous n’avons jamais été remerciés ni décorés pour notre mission ici », conclut-il.

Miangaly Ralitera

News Mada1249 partages

Vente de cannabis : une mère de famille écrouée

Belle prise des éléments du Service central de lutte contre l’abus de stupéfiants et de substances psychotropes. Dans la matinée du 7 novembre, au cours d’une descente au domicile d’une femme de 29 ans demeurant près de la Gare routière Fasan’ny Karana à Anosizato, ils ont mis la main sur un sac bourré de cannabis, pesant approximativement 8 kg.

Peu de temps plus tôt, les policiers ont appris que la dame venait de recevoir une livraison de cannabis. L’on sait, après l’interrogatoire, que la mère de famille a déjà fait de la prison à cinq reprises pour des faits similaires. Hier, elle a été déférée au Parquet d’Anosy et placée en détention préventive à Antanimora.

Mparany

 

Madagate684 partages

Madagascar. Cartes de presse : Non à l’interférence gouvernementale sur leur délivrance

L'express de Madagascar675 partages

Incendie – Les feux sont indomptables à Isalo

Les flammes embrasent des zones inaccessibles du parc national d’Isalo. Les surfaces incendiées seraient estimées à 1 500 hectares.

Nuits blanches. Personne ne dort à Isalo avec l’incendie du parc national. Tout le monde se mobilise pour éteindre le plus rapidement les feux. Hôteliers, population, guides et militaires y participent. Hier, une cinquantaine de militaire ont été envoyés par le bataillon interarmes de l’Armée malgache, pour remplir les rangs. La mission s’avère difficile. « Très complexe même », a dit le Dr Dauphin Radesy, médecin chef du centre hospitalier de référence du district de Ranohira qui est venu apporter son aide, hier. Les feux se sont étalés sur des zones inaccessibles. « La caractéristique géographique d’Isalo est accidentée. Les feux ont atteint des altitudes et les rochers. Il n’y a rien à faire, pour l’étouffer. Il faudra attendre que les flammes en sortent pour pouvoir les éteindre », argumente Andriantsiory Hasina Rakotobe, directeur régional de l’environnement et des forêts à Ihorombe.

1 500 hectaresCes personnes, autour de deux centaines, contrôlent également les feux dans les parties déjà étouffées. Malgré la complexité des interventions, elles ont déjà réussi à maitriser les feux dans quelques endroits. Mais la vigilance n’est pas toutefois levée dans ces zones.« Les flammes pourront se régénérer si le vent souffle fort », enchaine ce directeur.Les profanes évaluent les dégâts de cet incendie, qui a débuté lundi, comme très importants. Les feux ont déjà touché une partie de la végétation de la piscine naturelle. Les flammes ont aussi affecé le circuit Namaza, qui renferme la piscine bleue et la piscine noire. Les feux dans cette zone auraient été vite maîtrisés. La superficie des surfaces incendiées serait estimée à 1 500 hectares, selon Andriantsiory Hasina Rakotobe. Ce qui représente 1,8% de la totalité de la superficie du parc. Le parc national d’Isalo a une superficie de 81 540 hectares.Pour préserver la sécurité des touristes et pour éviter tous risques liés à cet incendie, les réservations pour visiter le parc ont été suspendues depuis lundi.  La reprise des activités dépendrait de l’évaluation faite après l’extinction totale des feux. La fournaise devrait être maîtrisée, ce matin, selon les prévisions des techniciens.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar568 partages

Portrait – Blaise Rantoanina, un ténor d’envergure internationale

Mélomane passionné, le ténor Blaise Rantoanina excelle dans le domaine du chant lyrique en Europe. Il est à découvrir dans le cadre d’un concert de midi dans la capitale.

De nature plutôt timide et humble à la fois, il est un artiste extraverti à la voix enchanteresse et conquérante. Ses pairs disent de lui qu’il est sans nul doute l’exception qui confirme la règle, en étant le premier chanteur lyrique malgache à avoir intégré le prestigieux Conservatoire supérieur national de danse et de musique de Paris. Lui, c’est Blaise Rantoanina, un ténor âgé tout juste de 31 ans qui brille de par son talent dans l’Hexagone, et qui est fin prêt à conquérir l’Europe.Sur un continent où la musique classique s’affirme comme étant des plus populaires, Blaise Rantoanina n’en n’oublie pas pour autant ses racines. De par son expérience, il compte faire pros-pérer la musique classique dans son pays natal. « Mada-gascar regorge de diverses richesses culturelles, de même que de talentueux artistes. En ce qui concerne la musique classique, on est de plus en plus nombreux à en être passionnés, il y a un bon niveau qu’on se doit tout juste de rehausser », souligne le ténor.Dans l’optique de contribuer à l’épanouissement des artistes de musique classique nationaux, Blaise Rantoanina organise le 16 et le 21 novembre, deux Masterclasses durant lesquels il échangera et partagera ses connaissances ainsi que ses expériences dans le milieu international, au Cercle Germano Malgache Analakely. S’ensuivra un concert de restitution le 23 novembre à 17 heures, toujours au CGM Analakely.

Passionné de MozartAccompagné de Mirana Randria au piano et de Natacha Rajemison au chant, Blaise Rantoanina sera à l’affiche du Concert classique de midi du Madagascar Mozarteum à l’Institut français de Madagascar, le15 novembre à 13 heures. Titulaire d’un Master en musique, il a officiellement terminé son cursus de formation au sein du Conser-vatoire supérieur national de danse et de musique de Paris, en juillet. Son amour pour la musique classique, il le découvre dès sa tendre jeunesse en intégrant une chorale où il s’approprie tout le répertoire classique. S’ensuit une formation au chant dans la classe de Holy Razafindrazaka, au Centre d’éducation musicale Laka. Depuis, porté par une audace qui s’est avéré payante, c’est tout une épopée musicale qu’il a entreprise en allant conquérir l’Europe par la seule force de son talent.Blaise Rantoanina entame une carrière de soliste dès 2010, en acappella. Il réussit à intégrer le Chœur grégorien de Paris avec lequel il part en tournée en Norvège, en Russie, en Colombie, aux Philippines. Accompagné au piano ou avec un orchestre, il interprète en concert un répertoire varié, embrassant la musique sacrée ou profane, l’oratorio, l’opéra baroque ou moderne ainsi que le genre « bel canto ».« Je me suis toujours laissé facilement fasciner par la musique classique, notamment par les mélodies et les compositions de Mozart. Ses œuvres m’inspirent énormément de par leur musicalité. Les compositions de Mozart aident les chanteurs lyriques à mieux s’exercer et à travailler leur voix, c’est pour cela qu’elles me passionnent particulièrement », confie-t-il. Le ténor entamera, aux côtés d’une troupe internationale, une tournée dans toute l’Europe, en interprétant le rôle principal dans une adaptation de « L’enlèvement au sérail » de Mozart, évidemment.

Andry Patrick Rakotondrazaka

La Vérité369 partages

Saison des pluies - La médiocrité des infrastructures routières se révèle

Dans un état de délabrement total. La période de pluie ne fait que commencer dans la Grande île et voilà  que les conséquences se font sentir.  En effet, les infrastructures routières à Madagascar se dégradent d'année en année. Elles se trouvent dans un mauvais état à chaque saison de pluies telles que chaussées, ruelles et les routes principales.

A cela s'ajoutent les flaques d'eau gênant la circulation aux usagers de la route dont les piétons et les automobilistes et les canaux d'évacuation des eaux usées bouchés. Ce sont notamment les quartiers de Mahamasina, Isotry, 67ha, Andavamamba Besarety et tant d'autres encore situés dans les bas quartiers qui sont les plus concernés. Devant cette situation très fréquente,  les Tananariviens  ne cessent de réclamer aux autorités compétentes d'effectuer des travaux durables afin de réhabiliter les routes entre autres. Pour les habitants d'Isotry, Ambodin'Isotry, Anatihazo et Andranomanalina, leur vécu quotidien demeure les eaux usées qui débordent des canaux  d'évacuation et aussi les saletés qui en proviennent. « Il est difficile de se déplacer avec les eaux usées qui envahissent la route.  Même les voitures de transport en commun ne peuvent pas se garer  mais sont obligées de faire descendre leurs passagers en plein milieu de la route. Or, cela engendre un embouteillage », explique un riverain d'Anatihazo Isotry.  D'après ses propos, les problèmes causés ne s'y résument pas mais les activités quotidiennes des habitants sont également affectées.  Les marchands figurent parmi les principales victimes étant donné que les clients ne vont pas passer dans ces endroits. Par ailleurs, la route bitumée ne résiste plus à la pluie. Toutefois, les mesures prises sont moindres et à court terme.  Les entretiens périodiques sont quasiment absents voire inexistants. Pour le quatrième arrondissement, ce n'est que dans le cadre du projet « Dio Maharitra » que les travaux s'y rapportant se réalisent.  Kanto R.

Orange Madagascar326 partages

Le projet malgache Manzer Partazer gagne le Prix Orange de l'Entrepreneur Social Afrique et Moyen-Orient 2017

Orange a annoncé dans la soirée de mercredi 8 novembre la liste des gagnants de la phase finale de son concours d'entrepreneuriat social. La cérémonie s'est tenue au Cap (Afrique du Sud) aux AfricaCom Awards. Les projets ont été choisis, au terme de délibérations de haute volée, par un jury de spécialistes du monde des affaires et des technologies de l'information et de la communication. Le projet malgache Manzer Partazer termine à la première place du Prix Orange de l'Entrepreneur Social en Afrique et Moyen-Orient 2017, et remporte la somme de 25.000 euros. En octobre 2017, Manzer Partazer avait gagné le premier prix au niveau national (Madagascar).  L'objectif de la start-up malgache est de réduire les déchets alimentaires en partageant les excès de nourriture émanant de restaurants, d'hôtels ou de supermarchés avec des organismes partenaires tels que des orphelinats et avec les populations nécessiteuses. Une plateforme collaborative permettra une communication directe entre les différents acteurs parties prenantes. Le projet City Taps du Niger est deuxième du concours et remporte la somme de 15.000 euros, tandis que le projet eFret.tn de la Tunisie est troisième et remporte la somme de 10.000 euros.  Les onze finalistes du Grand Prix bénéficieront tous pendant six mois d'un accompagnement assuré par l'ONG Grow Movement et par des experts d'Orange. Près de 1200 candidats se sont manifestés cette année et ont investi beaucoup d'énergie et d'inventivité pour apporter des solutions innovantes à des problèmes très concrets. « Félicitations à tous ces entrepreneurs et particulièrement aux gagnants à qui je souhaite une belle réussite professionnelle » a indiqué Bruno Mettling, Président-Directeur Général d'Orange MEA (Afrique et Moyen-Orient), à l'issue de la cérémonie.  Pour rappel, le projet malgache Majika a été élu par les internautes d'Entrepreneur Club « prix Coup de cœur du public ». Cette entreprise sociale facilite le développement économique des zones rurales en s'appuyant sur deux leviers : l'accès à l'électricité renouvelable et l'appui à l'entrepreneuriat rural. Majika opère une centrale électrique autonome et écologique dans le village d'Ampasindava. 

 

Tia Tanindranaza165 partages

Oniversite tsy mianatraEfa resaka hafa mihitsy…

Tsy mbola voafaritra ny daty hiverenan'ny mpianatra eny amin'ny oniversite rehetra fa mbola hifampidinika amin'ny alalan'ny COPRIES ireo filohany sy mpitantana ny IST (Institut Supérieur de Technologie) ary ny eo anivon’ny minisitera,

Toky R

 

Midi Madagasikara102 partages

Les travailleurs de l’ombre : Arnaud Razafindraibe, l’homme fort du basket-ball majungais

Arnaud est le président de la ligue de Boeny.

C’est un grand amoureux du basket-ball. Il a gravi tous les échelons en passant de simple joueur, puis entraîneur avant de devenir un dirigeant sportif.

Arnaud Razafindraibe alias « Arnaud Kely », c’est un nom très connu du basket-ball majungais, mais aussi du paysage du ballon orange malgache.

Meneur de jeu. Arnaud a commencé à jouer au basket-ball en 1995 avec l’équipe de Mad’Auto. « J’ai connu cette discipline grâce à mon parrain Alfred Rambeloson, président du SRA de l’époque, c’est lui qui m’a encouragé à jouer au début. En tant que joueur, il a évolué au poste de meneur de jeu. Et depuis, le basket-ball est devenu son sport de prédilection. Cela fait 22 ans qu’il a baigné dans cette discipline en gravissant tous les échelons de simple joueur au coach avant de devenir dirigeant sportif. De 1995 à 2000, il a joué au sein de Mad’Auto, de 2000 à 2003, il a évolué au sein du club de l’Union Basket-Ball de Majunga (UBBM), au SEBAM de 2003 à 2007. Il a  à son palmarès sept titres de champion de Madagascar. En 2007, l’équipe du SEBAM a participé à la Rencontre nationalesportive(RNS) à Vichy et remporte le titre. Après ce déplacement en France, il a décidé de prendre un petit « break » avant de reprendre en 2011 avec l’Association Sportive de la Commune Urbaine de Mahajanga (ASCUM). Son équipe a été sacrée en N1B et accède en N1A.  Finie sa carrière de basketteur, il est devenu par la suite « coach ».  N’ayant aucune formation d’entraîneur, il a fait valoir son talent de joueur de basketteur. « Lorsque notre équipe a accédé en N1A, j’ai décidé de prendre le relais. En plus, la majorité de ma promotion ne jouait plus à l’image de Riana, Dolin, Dagué. J’ai entraîné l’équipe de l’ASCUM où l’on a remporté la phase aller du Championnat N1A et la 2e place en U20 en 2013 à Fianarantsoa», a-t-il fait savoir. Ce n’est qu’après qu’il a participé au stage de formation et détient actuellement le diplôme niveau 1 et « Young Coach 1 ».

Il reste encore actif sur le terrain malgré ses occupations.

Meilleure ligue. En devenant « coach », il a aussi pris une nouvelle responsabilité. Il a été élu en 2013 président de la ligue de basket-ball de Boeny et réélu en décembre 2016. « On m’a sollicité à se présenter à l’élection du président de la ligue de Boeny au vu de mes activités dans la promotion de cette discipline » a-t-il fait savoir. Depuis qu’il était à la tête de la ligue, les résultats sont palpables. A plusieurs reprises, Boeny a remporté la coupe de meilleure ligue. Cette année encore, les équipes de Boeny se sont démarquées, pour ne citer que l’ASCB avec les titres en U16, U20, N1B et le SBBC vainqueur de la phase aller de la N1A. Lorsqu’il a arrêté de jouer en 2007, Arnaud a décidé d’organiser la compétition « Challenge Baobab ». Un tournoi organisé en fin de saison c’est-à-dire au mois de décembre pour réunir les férus de basket-ball pendant les vacances de fin d’année. « Le basket-ball m’a beaucoup donné et j’ai décidé d’apporter ma petite part de responsabilité dans la promotion et le développement de cette discipline » poursuit Arnaud. Il est à signaler que le Challenge Baobab n’est pas limité au basket-ball, mais s’intéresse aussi au volet social. Comme on dit, le sport mène à tout, Arnaud a vu son réseau intensifié et les gens sont beaucoup plus accessibles.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada83 partages

« Rallye International de Madagascar » : hatao ao amin’ny kianjaben’i Mahamasina ny « super spécia...

Hiavaka ny andiany faha-38 amin’ny « Rallye International de Madagascar ». Hiakatra ny kianjaben’i Mahamasina ny mpifaninana ka hanatontosa ny « super spéciale », eo amin’ny « piste »- n’izany fotodrafitrasa izany. Mpifaninana 29 no hiady ny lohany, amin’ity.

Hotanterahina, ny 10-12 novambra ho avy izao, ny « Rallye International de Madagascar« , andiany faha-38. Hiavaka fa tsy ho toy ny mahazatra ny ho fizotry ny fifaninanana, amin’ity. Hisy ny « super spéciale », hatao eo ambony « piste » fihazakazahana ao Mahamasina, mandritra ireo andro telo ka hotontosaina amin’ny alina, ny andron’ny asabotsy.

Hihodina intelo ireo mpifaninanana ka fiara roa no indray hiainga amin’ny toerana roa samy hafa. Nambaran’ny filohan’ny federasiona fa mba hampanakaikezina ny mpijery sy ny vahoaka ary ny mpankafy ny “rallye” fa tsy any ambanivohitra hatrany toy izay efa fanao. Na izany aza, hisy ihany ireo dingana manokana « ES« , tsy maintsy vitaina ivelan’ny kianjaben’i Mahamasina.

Mahatratra 17 ny isan’ny « ES » amin’ity « Rallye International de Madagascar » ity, izay hirefy 178, 5 km. Hisy 29 kosa ireo mpanamory handray ny fiaingana ka avy any Frantsa ny iray, i Pierre Mc Donald, hitondra ny fiara P.206. Hanana ny lanjany ity “rallye” ity satria mpanamory enina no mbola afaka hiady ny ho tompondakan’i Madagasikara : i Ndrianja, i Boana, i Haja Danielson, i Louvel, i Tahiana ary i Yves. Hanana lanjan’isa « coefficient 2 » rahateo ity « rallye international de Madaagscar » ity.

« Efa nohatsaraina ny lalana handehanan’ny mpifaninana rehetra, amin’ity, ka inoana fa hiady tsara ny fihaonana », hoy Rakotofiringa Jimmy, filohan’ny federasion’ny sport automobile malagasy.

Ho lanonambe tokoa ity fifaninanana ity, satria hisy ny « show case« , hatao amin’ny andro faran’ny “rallye” ka nasaina manokana hanao fampisehoana, amin’ny karting, i Laza sy i Louvel. « Mba hanehoana ny fahaiza-manaon’ny mpanamory malagasy sy ny lanjan’ny “rallye” malagasy amin’ireo olona any ivelany ny antony nanohanan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ity “Rallye international de Madagascar” ity, hoy Andriamisa Patrick, talen’ny fotodrafitrasa Mahamasina. Marihina fa mpanohana ity fifaninanana ity ny DHL sy ny Orange, ny Total ary ny Ostie miampy ny Pirelli.

Fepetra noraisina, manoloana ny mety ho fisehon’ny aretina pesta, hisy ny fakana ny hafanan’ireo mpifaninana sy ny mpijery, eo Mahamasina.

Torcelin

 

Tia Tanindranaza75 partages

Africa Music AwardsHihazo an’i Lagos - Nigeria anio i “Shyn”

Hihaona amin’ireo mpandraharaha ao Afrika ireo mpifaninana amin’ny “Africa Music Awards” na AFRIMA, andiany faha-4, ny 10 novambra ho avy izao, ao Lagos Afrika. I Shyn manokana dia anio no handao an’i Madagasikara ho any an-toerana.

Mbola mitohy ny fifidianana, hoy izy ka manasa ireo mpiray tanindrazana tsy mbola naneho ny safidiny mba hanohana azy, hanindry ny bokotra misy ny sariny ao amin’ny tranonkala www.afrima.org mba hanandratana ny voninahitry ny kanto malagasy. Ny 50% amin’ny safidy moa no an’ny mpankafy fa ny 50% kosa dia an’ireo mpitsara amin’ny fifantenana izay ho mpandresy amin’ity fifaninanana ity. Ny 12 novambra ho avy izao no fotoana hanolorana ny loka. Raha tsiahivina, ny sokajy “revelation de l’année” no nifantenana azy amin’ilay hira mitondra ny lohateny hoe: “Resim-pitia”. Misokatra ho an’i Shyn ny sehatra iraisam-pirenena ary efa misy ny hira amin’ny teny anglisy sy ny teny malagasy novokariny mifanandrify amin’izany. Tsara homarihana ihany koa fa efa manana ny tranom-pamokarana “Makua Entertainement” azy manokana i Shyn mba hanampiana ireo artista Malagasy mila tosika, izay efa maro be tokoa no nanatona azy, araka ny nambarany omaly. Farany dia  "fitiavana mafoaka”, indray  no hiran’i Shyn hivoaka manaraka eo ary hitohy ny fitetezam-paritra amin'ny taona 2018.

 

 

Tia Tanindranaza68 partages

Vono olona teny Sabotsy NamehanaNibaboka an-telefaonina ilay rangahy

Taorian’ny fanadihadiana nataon’ireo mpitandro ny filaminana sy ny Ben’ny tanànan’i Sabotsy Namehana Avotra Andriamosa mikasika ilay vono olona nitranga tao amin’ny fokontany Soatsilefy ny fiandohan’ny

 

herinandro teo ka nahafatesana renim-pianakaviana iray vao 28 taona monja dia fantatra omaly fa ny vadiny ihany no namono azy. Tamin’ny alalan’ny SMS an-telefaonina nalefany tamin’ny naman’i tompokovavy no nilazany fa novonoiny tao an-tranony ny vadiny, araka ny fanazavana voaray.

Efa vita ny “autopsie” ary voaporofo fa tena maty nokendaina ilay renim-pianakaviana. Efa niroso tamin’ny fisavana ny tokantranon’izy ireo ny mpitandro ny filaminana taorian’izay hahitana ny mombamomba ilay rangahy saingy tsy nahita na inona na inona. Somary olana kely ho azy ireo ny fitadiavana ilay nahavanon-doza raha ny fanazavan’ny komanda eo anivon’ny borigadin’ny zandarimariam-pirenena ao Sabotsy Namehana. Niaraka  tamin-janany vavikely dimy na enin-taona rahateo  ity raim-pianakaviana ity no izao lasa nitsoaka tsy hita popoka izao.

 

Pati

Midi Madagasikara65 partages

France tour : Les rock stars remettent une couche à Paris

Et même les bonnes choses ont une fin alors autant en profiter. Après avoir sillonné cinq villes françaises, les rocks stars malgaches boucleront leur tournée ce vendredi à Paris. Cette dernière date verra les grandes figures du rock malgache sur la même scène au Savigny-Le-Temple. Dillie et Jaers rejoindront Nini, Jacquot, Abasse et Ken sans exclure d’autres groupes de rock performant dans l’Hexagone. Une occasion à saisir pour la diaspora et les mélomanes amateurs de rock malgache, car nul ne saura quand ils reviendront sur les lieux.

Mis à part les surprises, le groupe Dillie sera au complet pour cette dernière apparition. Eh oui, ce groupe de jeunes femmes qui a fait son temps dans les années 90. Le show s’annonce nostalgique, mais aussi un résumé du tour, histoire de terminer en beauté cette aventure.

A rappeler que les grandes figures du rock ont entamé la tournée depuis octobre. Dans le dessein de promouvoir le rock malgache, mais aussi pour donner des opportunités à la diaspora de vivre un bout d’ambiance de Madagascar, ces grands gaillards du rock ont fait de 2017 une année d’or du rock et une succession de retrouvailles avec le grand public aussi bien ici qu’ailleurs.

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate63 partages

Etienne Ralitera. Photos du Piquet d’honneur pour l’homme de toutes les républiques

Val, un des cinq fils du Grand Chancelier, Etienne Ralitera, qui nous a quittés le 30 octobre 2017

A personnalité exceptionnelle, reportage photographique tout aussi exceptionnel -comme si vous y aviez vraiment assisté- et aussi grand que ce Chancelier dont l’un des fils, Val, a révélé que son père était considéré par de nombreuses personnalités -politiques ou non- comme «l’homme de toutes les républiques» de Madagascar.Place aux photos sans plus de commentaires, prises dans la cour de l’église catholique d’Antanatsara à Ambohimalaza.

Jeannot Ramambazafy

 

News Mada55 partages

Riposte à la peste : dons d’équipements de 450.000 dollars de la Chine

Ce n’est pas encore l’heure de dormir sur ses deux oreilles, même si les indicateurs sur l’épidémie de peste se sont améliorés ces derniers temps. Aucun décès n’a été enregistré depuis ces cinq derniers jours, aussi bien à Toamasina qu’à Antananarivo, les deux principaux foyers de l’épidémie. Et le nombre de malade est en nette diminution, si on se réfère aux statistiques. Le premier ministre Olivier Mahafaly l’a soulevé lors de la cérémonie de remise de don de matériel du Gouvernement chinois, hier, à la Centrale d’achats Salama à Tanjombato.

Il s’agit notamment d’un lot d’équipements sanitaires d’une valeur de 450.000 dollars, soit près de 1,5 milliard d’ariary, comportant des vêtements, lunettes et bottes de protection contre la transmission des bactéries et microbes en cas d’épidémie sévère, des masques médicaux et 30 lits d’hôpital munis de matelas pour les centres de prise en charge et traitement des malades…

«La Chine a également dépêché en terre malgache six  médecins experts du Committee for disease control (CDC) pour collaborer avec les médecins et équipes», a informé l’ambassadeur de la Chine, Xiaorong Yang. Ces dons s’ajoutent aux équipements médicaux et médicaments  d’une valeur de 220.000 dollars, remis par le gouvernement chinois en octobre dernier.

Fahranarison

 

Tia Tanindranaza54 partages

Tolo-dalàna mikasika ny “Compétitivité nationale”Hatolotry ny depiote Mahazoasy Freddie tsy ho ela

Hanolotra tolo-dalàna iray hodinihana mandritra ity fotoam-pivoriana faharoan’ny Antenimieram-pirenena ity amin’izao faran’ny herinandro izao na amin’ny fiandohan’io herinandro ho avy io ny filoha lefitry ny Antenimiram-pirenena Faritany Antsiranana, ny depiote Mahazoasy Freddie.

Tia Tanindranaza54 partages

Honoré RakotomananaNaongana noho ny raharaha Lylison

« Ireny nojerem-potsiny ireny ny raharaha nanenjehana sy nivoahan’ny didy fampisamborana loholona iray nihoa-pefy, nefa tsy nandraisan’ny filohan’ny antenierandoholona teo aloha fepetra mifanaraka amin’izany mihitsy ».

Anisan’ny nambaran’ny fanjakana tao anatin’ny fandaharana « fotoam-bita » io fa anton’ny nanonganana an-kolaka ny filohan’ny antenimierandoholona  teo aloha Honoré Rakotomanana. Ny resaka didy fampisamborana ny loholona Lylison no tian-kambara eto na tsy novantanina aza, izay nijoroan’i Honoré Rakotomanana ho tsy miandany satria fantany tsara ny lalàna sy fenitra mikasika ny olom-boafidy, ary tsy hatoro voanjo hadiana amin’ny resaka lalàna izy, ka tsy nanaiky hatao fitaovana. Ankoatra ny efa kajy politika iaraha-mahita, dia tsy levon’ny vavonin’ny HVM mihitsy ny tsy nandraisan’i Honoré Rakotomanana andraikitra toy ny fanasaziana sy fandroahana ny loholona Lylison. Io andrim-panjakana io, amin’ny maha lapan’ireo loholona azy, no arofanina amin’ny fihoaram-pefy samihafa, hoy hatrany ny voasoratra ao anatin’ny fotoam-bita. Tsy hay na mbola hotazonina ho loholona ihany ny tenany na mety hoesorina tanteraka satria tsikaritra ho efa tena habaribarin’ny HVM ny fanakianana azy. Manao mpitari-bato vilam-bava anefa ny fanjakana HVM, ka hafa ny tondroin’ny molotra, ary hafa ny ataon’ny tanana raha dinihina amin’ny raharaha Riana Andriamandavy VII. Te hampibaribary fa mampanaja ny lalàna ary sarotiny amin’ny fihoaram-pefy, kanefa notazanim-potsiny ny fandikan-dalàna nataona loholona mpitarika « gros bras » hitoraka tranom-panjakana niaro olona voarohirohy tamina kolikoly. Raha tena misaina sy sahy ary manana ny hambony ny fanjakana HVM, dia namoaka fanambarana ampahibemaso fa tsy meloka ramatoa Claudine Razaimamonjy. Nambara taorian’izay fa ara-drariny ny fitakiana sy fitondrana andian’olona ary ny fanakanan’io loholona io ny mpitsara tsy hanao ny asany raha nanamarina ny maha teny amin’ny hopitaly an’i Claudine Razaimamonjy. Raha tena mampanjaka ny tany tan-dalàna tokoa, dia efa ela no nohelohina i Riana Andriamandavy VII ary nandeha araka ny tokony ho izy ny raharaha nanenjehan’ny fitsarana azy, fa tsy ny vahoaka no fahanan-dalitra amin’ny hoe aro-fanina amin’ny fihoaram-pefy ny loholona. Tsy hay aloha na hiroso amin’ny fanamelohana sy fanasaziana an’i Riana Andriamandavy VII amin’izay, ka dia azo lazaina ho mitombina ny fanambarana natao, fa raha tsy izay dia vao mainka fahafaham-baraka no hobabena, raha toa fanadiovan-tena manoloana ny kajy politika  maloto no natao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza51 partages

Antananarivo…

Antananarivo, ilay mirehitra jiroIarivo mamiratra tena fanilo.Tantara sisa no ahenoanao azyFa efa nosoloin’ilay delestazy.

Antananarivo ilay kapitaly

Milamina ery mirindra aok’izany,

Lovan-tsofina sisa, ambarao azy

Efa nahazo toerana ny emboteiazy.

 

Antananarivo, vohitr’ Imerina

Ny hasinao va re mety ho tafaverina?

Iarivo tsy foiko, lalaiko sy tiako

Lasa rakotra setroka maharikoriko.

 

Antananarivo, tanánan’I Jean kely

Maha-te honina fony mbola kely.

Ankehitriny feno fako  sy masiso

Ny mpitondra sa isika vahoaka no diso ?

 

Ino Vaovao50 partages

CRN : Handeha lavitra amin’ny fanenjehana ireo mpivarotra fananam-panjakana

Nambaran’ity farany fa marobe ireo tranona mpitondra izay tafiditra ao anatin’ny fananam-panjakana no nisy nivarotra ambongadiny. “Tsy resaka Villa Elisabeth  fa eo ihany koa ny tranon’ny minisiteran’ny Asa vaventy eny Alarobia,  ny trano eny Ivato, nipetrahan’ny Praiminisitra lefitra teo aloha, Rajaonarivelo Pierrot. Manampy  ireo ny Nosy kely iray any Vohémar, namidy amin’ny teratany vahiny sy ny maro hafa”, hoy i Tabera Randriamanantsoa.   Hatramin’izay anefa toa very an-javony fotsiny ireny raharaha ireny kanefa kosa tsy hanaiky hangina fotsiny eo anatrehan’izany ny Crn fa hiady ary hiady hatramin’ny farany ho famerenana ireny fananam- panjakana lasan’ny olona ambongadiny ireny. Nanamafy izy fa handeha lavitra amin’ity raharaha ity ary tsy maintsy hametraka fitoriana eny anivon’ny birao mahaleo tena misahana ny ady amin’ny kolikoly na ny bianco. 

Tsy hanaiky lembenena araka izany ireo mpikambana ao anatin’ny Crn izay tarihan’ny filohany, Tabera Randriamanantsoa ary mpiara-dia amin’ny Profesora Zafy Albert fa tsy ho afa-bela izay rehetra tompon’antoka tamin’ny famarotana ireo fananam-panjakana ireo. Manoloana ny raharahan’ny Villa Elisabeth kosa indray dia nanamafy hatrany izy fa manohy ny fandrebirebena saim-bahoaka ny fitondrana ankehitriny. 

Nitondrany fanazavana fa tsy mahafoana velively ny famarotana io toeram-ponenan’ny filoha Zafy fony fahavelony io ilay didim-panjakana navoakan’ny minisitera ho fanafoanana ilay fifampivarotana. Eo anatrehan’izany, nilaza mazava izy fa tsy afaka hipetra-potsiny amin’izao fa hiroso ary hiroso lalina amin’ny dingana rehetra. Nambarany fa efa eo an-dalam-pandrafetana ilay taratasy miendrika fitoriana haterina eny amin’ny Bianco ny Crn ankehitriny.  

Avotra Isaorana

Madagascar Tribune43 partages

Justice à deux vitesses

« Les policiers suspects dans l’attaque et l’incendie des villages d’Antsakabary ne sont pas encore traduits devant la justice jusqu’à maintenant alors que les enquêtes conjointes au niveau de la gendarmerie et de la police sont terminées et les villageois impliqués dans la vindicte populaire causant la mort des policiers déjà emprisonnés » informent les membres de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH).

Rappelons que « l’affaire Antsakabary » s’est produit au mois de février 2017 quand une horde de 42 policiers ont attaqué et incendié plus de quatre cent habitations de trois villages dans la localité d’Antsakabary dans la région Sofia, causant au passage la mort d’une vieille femme et brutalisant une bonne partie des villageois. Il s’agit d’une expédition punitive des policiers pour venger la mort de leurs deux collègues morts suite à une vindicte populaire.

Depuis, les villageois impliqués dans la vindicte populaire sont passés devant la justice. Neuf mois après les faits les policiers impliqués dans cette expédition punitive ne sont point inquiétés. Ce n’est qu’au mois de juillet, c’est-à-dire 4 mois après les faits que les policiers ont été enquêtés. Ceci après plusieurs rappels de la société civile. La justice jusqu’ici ne s’est pas saisie de l’affaire et les autorités étatiques ont l’air de ne pas se préoccuper de l’affaire. C’est encore heureux que le ministre de la sécurité publique de l’époque Anandra Norbert ait été limogé. Depuis, rien.

Le CNIDH, qui revient souvent sur le devant de la scène pour dénoncer cette inaction quand il s’agit d’abus et d’exaction perpétré par les hommes en uniforme, rappelle en ordre une fois de plus la justice et l’Etat (censé) de droit. Le CNIDH informe également que l’Etat est censé assurer le bon fonctionnement de cet organisme en lui octroyant un budget de fonctionnement mais ce n’est pas le cas aujourd’hui. Aucun budget n’est alloué au CNIDH dans la loi des finances 2018. Peut être parce que tant que le comité n’arrête pas de dénoncer les abus des autorités, il n’aura pas un sou !

L'express de Madagascar40 partages

Assemblée nationale – La loi sur les Zones économiques spéciales votée

C’est dans une salle des séances vide aux trois quart que le projet de loi relative aux zones économiques spéciales (ZES) a été adopté, hier, par l’Assemblée nationale à Tsimbazaza. Au cours de la séance plénière, seuls trente-neuf députés ont répondu présent. Trente-huit ont voté pour et un contre. Le résultat démontre la confiance totale des députés vis-à-vis de ce projet de loi.Le discours du ministre auprès de la présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, a convaincu les députés plutôt anxieux durant le débat précédant le vote. Il a éclairci quelques points sur les ZES en montrant leurs apports positifs pour le pays, tant au niveau économique que social comme la création d’emplois, la promotion du commerce et l’investissement en provenance à la fois d’entreprises nationales et internationales. L’État a pour but d’attirer le plus d’investisseurs directs étrangers (IDE) possibles et ainsi permettre un accroissement socio-économique rapide.Actuellement, l’un des pays les plus pauvres au monde, Madagascar se sert déjà de ce nouveau concept d’investissement utilisé par plusieurs pays. Selon la Banque Mondiale, plus de trois mille zones économiques spéciales ont été créées dans le monde. Le ministre a soutenu ses propos en prenant exemple sur des pays africains, « La République Démo­cra­tique du Congo, l’Ethiopie ou le Mozam­bique, des pays qui commencent à se relever économiquement grâce aux ZES », explique-t-il. À Mada­gascar, trois ZES sont déjà en cours, dans le sud-ouest, le ZES Ehoala Parc à Taolagnaro, le ZES Textile City à Moramanga au centre et le ZES touristique dans la région Diana dans le Nord.Mais les députés s’inquiètent toujours de la faisabilité de la chose. Ces derniers ont demandé une descente dans les régions concernées, avant la mise en place des ZES dans d’au­tres régions encore en étude, comme Boeny, Atsi­nanana, Analamanga et Atsimo-Andrefana. Le ministre Benjamina Ramanantsoa a tenu à rassurer les parlementaires. « Ce texte ne parle aucunement de vente de terres aux étrangers. Il s’agit ici de développement », a-t-il conclut.

Tsiry Razafindrazaka

Madagascar Tribune31 partages

Les donations et les aides continuent d’affluer

Dans l’optique du renforcement du combat contre l’épidémie de peste, la Communauté Internationale ne cesse d’apporter son soutien à Madagascar.

Ainsi, la Chine a octroyé un lot supplémentaire d’équipements médicaux et sanitaires d’une valeur de 1,5 milliard d’Ariary. Cette aide de la Chine a été reçu officiellement hier à la centrale SALAMA de Tanjombato. Elle se compose entre autres de lits d’hôpital, de lunettes de protection, de bottes de protection, de seringues, de sur-blouses, de combinaisons, de masques FFP2 et de masques chirurgicaux. Des experts chinois ont également été dépêché à Madagascar depuis la fin du mois d’octobre pour travailler avec la mission médicale chinoise à l’Hôpital d’Anosiala, afin de prêter main-forte à l’équipe du Ministère de la Santé et l’équipe de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Le gouvernement américain à travers l’USAID Madagascar a octroyé une aide additionnelle d’un million de dollars toujours en réponse à l’épidémie de peste. Le gouvernement japonais lui a fait un don à travers son ambassadeur et l’Agence de coopération Japonaise, la JICA. Une donation qui se compose de 30 720 masques de protection respiratoire, 200 couvertures et 400 thermomètres laser.

En fin d’épidémie comme l’a indiqué le ministère de la Santé publique ainsi que le premier ministre, Madagascar aura de quoi affronter une prochaine crise sanitaire.

Midi Madagasikara29 partages

Insécurité grandissante : Les députés demandent des comptes à cinq ministres concernés

Bousculés au niveau de leur circonscription respective, les membres de la Chambre basse ont décidé d’interpeller le Gouvernement.

Face à la recrudescence de l’insécurité au niveau de presque toutes les régions de la Grande Ile, les députés ont décidé d’interpeller les membres du gouvernement concernés par ce fléau. Aussi le Premier ministre et non moins ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Olivier Mahafaly Solonandrasana, la ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine, le ministre de la Défense nationale, le Général Béni Xavier Rasolofonirina, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie, le Général Randriamahavalisoa Razafindramaitso Girard, ainsi que le ministre de la Sécurité Intérieure Jean-Jacques Andrianisa sont-ils convoqués à Tsimbazaza ce jour. Une énième interpellation au cours de laquelle les parlementaires, visiblement bousculés au niveau de leur circonscription respective, entendent mettre la pression sur l’équipe gouvernementale afin d’avancer des solutions concrètes et efficaces pour mettre un coup d’arrêt aux attaques à main armée et les attaques des « dahalo » qui fragilisent la Société malgache. Bon nombre d’observateurs considèrent la rencontre de ce jour comme une occasion pour les membres de la Chambre basse de demander des comptes au Chef du gouvernement et aux ministres responsables. Pas plus tard qu’en début de semaine, des attaques à main armée ont eu lieu entre autres, à Anjanahary et à Ankadivato. Des attaques meurtrières qui, selon les informations, ont été commises par des prisonniers évadés de la maison de force de Tsiafahy. Mêmes circonstances et même mode opératoire pour des attaques de « dahalo » qui se sont produites cette semaine entre autres, à Morondava et à Antsirabe. Là aussi, le nom d’un malfaiteur qui doit encore purger sa peine à la prison d’Antsirabe a été cité comme le cerveau.

Efficacité. La question est donc de savoir si après cette nouvelle interpellation à Tsimbazaza, les ministres responsables de la sécurité vont parvenir à résoudre ce fléau, ou du moins à diminuer le nombre des attaques. D’autant plus que le projet de Loi de Finances 2018 qui sera débattu en travaux de commissions à l’Assemblée nationale demain, prévoit une hausse considérable du budget alloué aux départements ministériels concernés par la lutte contre l’insécurité. Malgré les efforts déjà fournis, l’Armée, la Gendarmerie et la Police nationale devraient faire preuve de plus d’efficacité pour assumer leur principale mission qui est d’assurer la sécurité des biens et des personnes. Plus d’un accuse les Forces de l’ordre d’être trop occupées à défendre les intérêts des dirigeants. Une allusion à la forte mobilisation des hommes en treillis pour interdire les manifestations publiques organisées par les partis politiques de l’opposition. Ce qui n’est pas le cas lors des rassemblements des partisans du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Pour ne citer que le meeting qui s’est déroulé à Mahajanga lundi dernier, sous l’égide du président national du parti au pouvoir Rivo Rakotovao. Des rumeurs autour d’un projet de motion de censure circulant à l’hémicycle depuis quelque temps, la rencontre de ce jour constituera donc une occasion pour le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana et à son équipe de dissuader les députés à passer à l’acte.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada28 partages

Ocean Indien « Les touristes n’ont rien à craindre … » selon l’OMT

Taleb Rifai, secrétaire général de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), a rappelé, à l’issue de son voyage à Madagascar, que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ne préconise aucune restriction aux voyages vers Madagascar ou aux échanges commerciaux avec ce pays. Les acteurs de l’océan Indien adhèrent à cette déclaration.

Le ministre malgache du Tourisme, Roland Ratsiraka et ses homologues, Anil Kumarsingh Gayan de l’île Maurice et Maurice Loustau-Lalanne des Seychelles, se sont rencontrés en marge du World Travel Market de Londres, mardi, afin d’exprimer leur confiance commune dans les mesures prises par Madagascar pour vaincre l’épidémie de peste.

Cette réunion, organisée et présidée par Taleb Rifai, secrétaire général de l’OMT, s’est tenue en présence de Fatuma Hirsi Mohamed, secrétaire permanente du Kenya, qui a représenté le président de la Commission de l’OMT pour l’Afrique, le ministre Najib Balala.

Les ministres ont rappelé que tous les pays sont en train de prendre les mesures préconisées par l’OMS et ils se sont dit convaincus que ces dernières vont dans le bon sens. Le secrétaire général de l’OMT a rappelé que l’OMS ne recommande aucunement d’interdire les voyages à Madagascar et que, «compte tenu des informations dont on dispose actuellement, le risque d’une propagation de la peste dans le monde est minime».

Espoir pour le tourisme malgache

«L’OMT se fait le relais du message de l’OMS à l’intention des gouvernements de ne pas émettre dans la hâte des conseils officiels aux voyageurs inexacts. Les actualisations du 26 octobre des Messages clés de l’OMS rappellent que le risque de propagation internationale semble improbable. Sur la base des informations actuellement disponibles, l’OMS ne recommande pas de restrictions aux voyages ou aux échanges commerciaux avec Madagascar» a souligné l’homme fort du tourisme mondial. Et d’ajouter, «Les touristes choisissant les îles vanilles comme destination n’ont rien à craindre».

«Etant une île comportant 80 % de biodiversité endémique, Madagascar est naturellement appelée à proposer du tourisme durable», a affirmé le ministre du tourisme Roland Ratsiraka. Pour ce dernier, la visite du secrétaire général de l’OMT est riche de signification et redonne espoir à l’ensemble de la population et à ceux qui doutent encore des bienfaits économiques du secteur du tourisme.

Arh.

 

Madaplus.info27 partages

Dîner de Gala de l'Association MadH2O le 28 octobre dernier à Bagneux

L'Association MadH2O a organisé le 28 octobre dernier sa soirée de Gala de bienfaisance au profit des enfants de Morarano sous le Haut-patronage de Madame Marie-Hélène amiable, Maire de Bagneux. >cliquez sur la photo pour voir l'album 1
La soirée a commencé avec la projection d'un film retraçant les actions de l'association durant 9 ans et l'inauguration du laboratoire de chimie et s'est poursuivie par un dîner dansant animé par le groupe Ny Antsiva. >cliquez sur la photo pour voir l'album 2
Dans le fim, nous avons pu voir ce que le laboratoire de Chimie a apporté aux élèves de Morarano.
Il leur a permis de mettre en pratique leur savoir-faire, notamment la fabrication de savon artisanal et l'hydro-distillation.
Cette présentation a eu lieu à Morarano, lors de l'inauguration du laboratoire, par le Président du Sénat sortant, monsieur Honoré Rakotomanana en présence de nombreuses personnalités.
Les fonds récoltés cette année serviront à l'acquisition d'un alambic qui permettra aux élèves d'extraire de l'huile essentielle de Ravintsara.
MadH2O remercie Madame Marie-Hélène Amiable, Maire de Bagneux, la Mairie de Bagneux et les nombreux invités pour leur soutien indéfectible à l'association.
Nos remerciements au photographe de la soirée Blou Andriamanatsara.
Madagascar Tribune25 partages

Appel au respect de son indépendance

C’était hier lors de la signature de convention de partenariat entre l’Ambassade de France et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) qui s’est tenue au siège de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) que le président de cette commission, Hery Rakotomanana, a plaidé l’indépendance de la CENI. Durant son discours, ce dernier a rappelé les dispositions législatives qui vont dans ce sens. « Faut-il le rappeler que la CENI est une institution indépendante, qui au regard de l’article 6 de la loi n°2015-020 qui la régisse, « (…) n’entretient aucun lien hiérarchique avec les autres institutions de l’Etat(…) » mais surtout « (…) les membres de la CENI ne reçoivent aucune instruction dans l’exercice de leurs fonctions, ni ne sollicitent d’instruction, d’ordre ou d’injonction d’aucune autorité publique, privé ou politique  » a souligné Hery Rakotomanana. Avant de poursuivre que « cette indépendance est sacrée puisque garante de la crédibilité de notre institution et du processus électoral en cours. Donc, nous crions haut et fort que la CENI n’a de supérieur que la Constitution et les lois en vigueur, pour assurer un processus paisible et apaisé. ». La CENI réclame dans les meilleurs délais l’aboutissement du projet de loi de révision du cadre légal des élections qu’elle a transmis à l’Exécutif et qui devrait être voté au Parlement lors de cette session. En parallèle, le président de la CENI a également réclamé à ce que « les dates des élections présidentielles de 2018 soient fixées une bonne fois pour toute, pour que tout le monde se focalise vers les élections mais non pas à des tergiversations improductives ». Cet appel devant les partenaires internationaux de la CENI ainsi que devant la société politique lors de la signature de la convention en vue de la participation de la France à hauteur de 300 000 euros dans le Basket Fund semble être une réponse de la CENI à une révision probable des attributions de cette commission en vue des élections. Une probable révision à la baisse des attributions, et donc une révision et de la marge de manœuvre de la CENI, que nous avons déjà rapporté il y a quelques temps.

Agence de Presse de l'Ocean Indien18 partages

Économie bleue: réflexions intergouvernementales

A Moroni (Comores) s’achève aujourd’hui la 21ème session du comité intergouvernemental d’experts (CIE) de la Commission Economique pour l’Afrique sous l’égide des Nations Unies.Du 7 au 9 novembre l’économie bleue a été au cœur des présentations et débats. Toutes les îles du sud ouest de l’océan indien ont été concernées. Les solutions bleues pour un développement durable ont été mises en avant par des experts mondiaux. 14 pays de la région été représentés dont Madagascar avec son secrétariat à la mer. Madagascar a d’ailleurs été citée en exemple notamment pour la production d’holothuries d’élevage (concombres de mer) à Tuléar, dans le sud du pays, permettant de diminuer la pression sur la biodiversité marine. Le site modèle d’aquaculture d’esturgeons à Mantasoa (proche de la capitale Antananarivo) présenté par Philippe MURCIA, expert auprès de l’UNECA, a été également particulièrement remarqué.Madagascar continue de se positionner comme étant en pointe dans ses réflexions concernant le développement durable de toutes les composantes de l’économie bleue (gestion des ressources naturelles en biodiversité marine, aquacultures…).
L'express de Madagascar17 partages

Vingt deux ans après… - La difficile sauvegarde  du patrimoine malgache

Cette semaine commémore, certes dans la discrétion, le triste anniversaire de l’incendie criminel d’Anatirovan’Antananarivo. Un geste insensé dont la main coupable n’a toujours pas été retrouvée, mais dont les conséquences sur le patrimoine et l’héritage historique sont insondables. 

L’impossible reconstruction d’Anatirova. Une idée qui revient souvent en tête dès lors que l’on repense au désastre qui s’est déroulé devant nos yeux, un jour du mois de novembre 1995. On y a perdu, entre autres, les palais de Mahitsielafanjaka, Besakana, Manampisoa, Tranovola et Manjakamiadana. Le parcours historique de ce site nous rapporte que dans le temps, plusieurs constructions ont été édifiées, détruites, remplacées ou rénovées au fil des époques. Mais aucune de ces modifications n’aura l’impact désolant : Anatirovan’Antananarivo, qui a survécu aux bombardements des colonisateurs depuis Ambohidempona, au cours d’une épisode qui sera l’une des plus tragiques de l’histoire malgache, ne résistera pas au crime par le feu.  Plusieurs centaines d’objets ont été sauvés des flammes et précieusement sauvegardés, mais le site sortira défiguré et totalement décimé de son âme et de son histoire. Aujourd’hui, vingt deux ans plus tard, le majestueux Manjakamiadana est sur pied : un travail colossal qui mérite le respect, malgré les anomalies et non-concordances avec les détails architecturaux initiaux que les historiens et connaisseurs lui accorderont. Mais c’est une reconstruction qui reste embryonnaire, au regard de la tâche immense pour réhabiliter le site.Cependant, malgré ce drame douloureux, les précautions n’auront pas toujours été constantes  pour sauvegarder le patrimoine.  Le feu s’est déclaré dans d’autres sites, tels que les Rova d’Ilafy et d’Ambohidratrimo en 2014 et 2015, sous une molle et très peu convaincante condamnation de la ministre de la Culture de l’époque. Alors même que nous avions essuyé une catastrophe aux impacts quasiment irrécupérables, de tels scénarios auraient dû être prévenus.

Les élèves du Club Rainandriamampandry et leurs encadreurs lors d’une exposition sur la vie de Ranavalona III, dans le rez-de-chaussée du palais de Manjakamiadana.

Nous autres, civilisations, nous sommes mortelles… Au-delà de ces imprudences, c’est surtout l’idée de la conservation du patrimoine malgache, matériel et immatériel, qui manque. Anatirovan’Antananarivo reste l’exemple ultime de la perte de cet héritage, mais d’autres patrimoines se détruisent ainsi, par le feu ou le vandalisme, par l’absence de transmission et de partages, et surtout pour avoir cédé face à la facilité, au sur-jeu du modernisme et face à l’oubli. De ces patrimoines, l’on compte l’architecture, le savoir-faire de la soie, le patrimoine musical et culinaire, l’usage des plantes médicinales, pour ne citer que ces exemples.« Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles », écrivait Paul Valéry dans « La Crise de l’esprit », 1919. L’embardée malgache devant sa propre histoire donne l’impression que nous sommes le prochain « monde disparu tout entier ». « L’abîme de l’histoire » est certainement très grand pour contenir tout ce que nous choisissons volontairement de brûler, détruire ou oublier.Cependant, malgré cette réticence à sauvegarder le patrimoine, un salut particulier à ces associations ou simples individus qui, par leur dévouement et leurs engagements, aident à faire connaître l’histoire et le patrimoine, avec l’envie de partager et de contribuer à rendre le savoir accessible à tous.

De jeunes enfants encadrés par les volontaires de l’association Liberty 32, découvrent Anatirovan’Antananarivo. 

Manjakamiadana, ce géant qui ne laisse pas indifférent 

Le palais de Manjakamiadana se découpe sur le ciel d’Antananarivo. Dès l’entrée dans l’enceinte du site, sa silhouette s’impose au regard. Malgré le fait que l’actuel palais est une reconstitution de l’ancien, emporté par les flammes et que cette même reconstitution ne respecte pas forcément les détails du premier, l’on ne reste pas indifférent à Manjakamiadana.Initialement, il s’agissait d’un palais en bois conçu par le Gascon Jean Laborde, entre 1839 et 1841, pour la reine Ranavalona Ire, puis ceinturé de murs en pierres de taille, œuvre de l’Écossais James Cameron, entre 1869 et 1872. En réalisant cette ceinture de pierres, Cameron a aussi créé une tour sur chaque angle du palais, formant l’aspect que nous lui connaissons désormais.  Sur l’une de ces tours, une horloge importée de Grande-Bretagne égrainait les heures d’Antananarivo.Le palais initial a fait appel à la contribution de milliers de personnes des quatre coins de l’Imerina et au-delà. Le transport des bois précieux, tels que l’ébène, le bois de rose, le palissandre, depuis les forêts jadis épaisses de l’Est vers Antananarivo, n’a pas été une mince affaire à une époque où tout transbordement se faisait à dos d’homme: beaucoup y ont laissé leur vie.

La réorganisation des Musées

Avant la destruction de l’Anatirovan’Antananarivo, de très appréciables travaux de conservation y ont été menés. Dans ce cadre, il est important de citer ce témoignage historique majeur de Suzanne Razafy-Andriamihaingo, « Colline sacrée des souverains de Madagascar, le Rova d’Antananarivo»,  L’Harmattan, 1989Suzanne Razafy-Andriamihaingo était professeur d’Histoire de l’Art et conservateur en chef des musées des Rova d’Antananarivo et d’Ambohimanga, de 1946 à 1961. Avant de s’occuper des sites malgaches, elle était en charge au sein du musée de Versailles et des Trianons.Sur son initiative, une nouvelle présentation du musée est organisée, afin d’en faire une exposition plus rationnelle, plus intelligible et plus attrayante. Vitrines de différentes tailles et formes, mannequins, panneaux, autant de moyens pour rendre les lieux aussi illustrateurs que possibles de la beauté d’Anatirovan’Antananativo tant par son histoire que son patrimoine.À travers son livre, l’ancienne conservateur du musée des Rova d’Antananarivo et d’Ambohimanga permet de reconstituer ce que fut les deux sites à l’époque de leurs conservations.

Une grande salle d’exposition d’objets royaux 

Le travail de conservation a réellement commencé vers la moitié du XXe siècle afin d’organiser la présentation des objets, mobiliers, habits, bijoux, étendards et tableaux qui se trouvaient dans cette salle. Ce fut un travail titanesque qui a permis d’inventorier, arranger et exposer l’ensemble du patrimoine d’Anatirovan’Antanananarivo d’une manière intelligible et étudiée.La salle du trône s’étend sur une superficie de plus de 300m² d’un seul tenant. Le trône est surmonté d’un dais de velours grenat qui vient de France. Les habits portés par la reine Rasoherina et le Premier ministre Rainilaiarivony sont exposés sur des mannequins. Dans des vitrines de différentes formes, placées au centre et le long des murs, l’on pouvait admirer des habits royaux, dont le manteau de velours porté par Ranavalona III lors de son couronnement,  des robes et des coiffures  royales, des vêtements d’enfants de Radama et son vieil habit militaire, une robe de chambre brodée d’or de Radama II. On y exposait aussi une parure en corail et en or massif; ainsi que la Grand-croix de l’ordre de la Légion d’honneur avec son cordon qui fut remise à Ranavalona III en 1888. Au second étage, l’on trouvait la salle des beaux-arts, créée vers la fin des années 1920. Ce même étage consacrait une salle dédiée aux artistes malgaches, décorée de fresque en bois sculpté. Dix ans avant l’incendie, Manjakamiadana a été fermé au public pour cause de rénovation.

Besakana avait une aura particulière et invitait à un voyage mystique dans le temps.

Besakana, la mystique  – Un saut dans le temps

À l’origine, trois différentes cases s’appelaient Besakana. Une première qui vit le jour en 1642, construite par le roi Andrianjaka. Puis une seconde, en 1680, sous le règne d’Andriamasinavalona. Enfin, une troisième qui fut construite au XVIIIe siècle par Andrianampoinimerina. Besakana est une case un peu mystérieuse : de tous les palais d’Anatirova, il est celui qui a certainement une aura mystique et, voisin de l’immense Manjakamiadana et de la moderne église protestante d’Anatirova, Besakana représente un véritable saut dans le temps. À l’instar de la case Mahitsielafanjaka, sa forme est très illustrative de l’architecture ancienne de l’Imerina.C’est une case en bois, recouverte d’un toit de chaume très pentue. Elle abrite, à chaque intronisation et décès d’un souverain, une cérémonie et des rituels très policés. C’est dans Besakana que se déroulaient le Fandroana du temps de la première Ranavalona et c’est dans ce même lieu que les souverains recevaient l’offrande de loyauté de leurs sujets, plus communément appelé « hasina ». Besakana a été détruit lors de l’incendie du 6 novembre 1995. Il n’en reste plus que les perches croisées qui formaient l’ossature de la case.

Tranovola, qui avait pendant un temps abrité le Musée de Paléontologie.

Tranovola,  l’innovation architecturale 

Tranovola est l’œuvre de l’architecte Louis Gros pour Radama Ier. Ce palais d’argent qui sort de terre en 1820, était alors une véritable révolution dans le paysage architectural de l’époque. C’est le tout premier palais qui comportera des étages, une véranda, des fenêtres vitrées et un toit à quatre pans dissimulés sous les bardeaux.  Cette première version de Tranovola est détruite en 1845, puis remplacée par une bâtisse selon la même configuration, mais plus imposante que la première.Radama Ier se servait de la pièce principale de Tranovola pour accueillir bals et réceptions officiels. Ranavalona III utilisait cette même pièce, mais dans la seconde version du palais, pour ses audiences diplomatiques. Dans cette salle, une frise de peintures sur papier réalisée par des peintres malgaches sous la supervision de Coppalle et qui seront, en 1897, reproduites à l’identique sur toile.Pendant un temps, cette salle était devenue un  Musée de Paléontologie qui renfermait les collections scientifiques de l’Académie malgache. Quant aux étages de Tranovola, une partie était restée non aménagée, tandis qu’une autre partie était utilisée comme logement de fonction du conservateur en chef de l’Anatirovan’ Antananarivo.

Mahitsielafanjaka, demeure d’Andrianampoinimerina.

Mahitsielafanjaka, spartiate et puissant 

Mahitsielafanjaka, case d’Andrianampoinimerina est, avec Besakana, le palais qui illustre le mieux l’architecture traditionnelle des Hautes Terres malgaches et aussi le mode de vie de la population de l’époque. Mahitsielafanjaka a été construite en 1796. C’est une case spartiate, de 18m de hauteur sur 5m de largeur, supporté par de solides piliers. La case en bois et au sol en terre battue, ne dispose que d’une pièce unique. Une plateforme surélevée sert de lit. On y trouve des objets du quotidien, disposés selon un agencement précis et immuable; jarre d’eau, mortier à riz, pilon et van ; étagères avec des assiettes en terre graphitée; un  foyer ; un siège et une tablette. Le pilier central était en palissandre. Malgré cet ensemble sommaire, la case Mahitsielafanjaka revêt la puissance du guerrier qui y habitait. Le talisman Manjakatsiroa, protecteur de la famille royale, était gardé dans cette case d’Andrianampoinimerina.

Manampisoa comportait plusieurs salles dédiées aux rois,reines et au Premier ministre.

Manampisoa, l’écrin de l’héritage de la famille royale 

Au moment des travaux de conservation d’Anatirovan’Antananarivo, le palais de Manampisoa deviendra le lieu où sera sauvegardé l’héritage de la famille royale de l’Imerina. Les plans de Manampisoa, qui ressemble plus à un charmant cottage qu’à un palais, ont été réalisés par James Cameron. L’architecte William  Pool, à qui l’on doit aussi le temple protestant d’Anatirova, s’est chargé de la construction de ce palais de la reine Rasoherina. Manampisoa est inauguré en 1867, et est  entièrement fait en bois précieux.L’intérieur est en  marqueterie réalisée par des artisans malgaches du XIXe siècle.  Au plafond, un lustre vénitien éclaire la salle qui contient des mobiliers d’époques, dont la table en palissandre sur laquelle le  Traité de paix avec la  France a été signé, en 1895. Les murs sont décorés par plusieurs tableaux anciens, dont le portrait de Ranavalona III par Trevor  Haddon, celui de Radama II par  Wattinghouse.Manampisoa contenait plusieurs salles dédiées aux souverains et au Premier ministre Rainilairivony. Les quatre salles du rez-de-chaussée étaient réservées à Andrianampoinimerina, Radama Ier, Ranavalona Ire et une salle était destinée à l’exposition d’armes d’époques. À l’étage,  les pièces étaient dédiées au premier ministre Rainilarivony, à Rasehoerina, Ranavalona II et III, au roi Radama II. Dans ces pièces, l’on trouvait divers objets ayant appartenu aux souverains ou témoins de leurs époques respectives. D’autres documents historiques, comme l’exemplaire du traité de paix de 1885 avec la France, y étaient précieusement gardés sous verre. Les appartements de la reine se trouvaient à l’étage, qui furent plus tard aménagés pour accueillir les bureaux nécessaires afin d’assurer la conservation du musée du Rova.

Textes : Mialy RandriamampianinaPhotos : Mialy Randriamampianina – ANTA- Source inconnue

Midi Madagasikara17 partages

Extension de l’aéroport d’Ivato : Calendrier maintenu pour un achèvement des travaux avant 2020

Le nouveau terminal international de l’aéroport d’Ivato en construction.09

Les travaux « piste et tarmac » seront terminés en septembre 2018. Le timing est respecté, selon le DG de « Ravinala Airports » Vincent Devauchelle et le directeur de projet adjoint CMBI Thibaut Servant, qui ont organisé une visite de chantier hier.

Quelques semaines après la dernière visite, un constat s’impose. L’évolution du site est impressionnante, grâce au professionnalisme de plusieurs centaines de personnes, issues des sociétés sous-traitantes malgaches qui travaillent sous l’égide de CMBI. Ce dernier regroupe Colas Madagascar et Bouygues Bâtiment International, à qui l’exécution des travaux a été confiée. Selon ces sociétés, le terrassement est achevé selon les délais impartis. « Les 83 pieux de 20m de long, dans le cadre des fondations, ont été mis en place dans leur totalité. L’installation des longrines, de cette structure de 17 500m2 de superficie est également réalisée à 66%. Le coulage des horizontaux ainsi que celui des poteaux ou verticaux sont également en cours, dans le respect rigoureux des normes techniques », ont-ils indiqué. A noter qu’une vingtaine d’entreprises sous-traitantes malgaches contribuent à la construction et à la rénovation des aéroports de Nosy- Be et d’Antananarivo. Au total, près de 300 personnes travaillent pour le compte de CMBI sur ces deux sites, d’après les informations fournies.

Calendrier. Jusqu’ici, les délais prévus pour les travaux sont bien respectés, selon « Ravinala Airports ». Pour le futur terminal international d’Ivato, le montage des charpentes est l’une des prochaines étapes du projet. Celui-ci est prévu en janvier 2018. Conformément à l’agenda, les travaux de piste et ceux du tarmac vont aussi respectivement débuter en mars et en mai de l’année prochaine. « Si toutes les conditions requises sont remplies, la réception des travaux de piste d’Ivato sera pour le mois de septembre de l’année 2018 », ont annoncé les responsables du chantier. En ce qui concerne le volet environnemental, la construction de la nouvelle Station d’épuration d’eau de l’aéroport d’Ivato suit son cours. Alors que les travaux sont actuellement au stade de la mise en place des compartiments, la mise en service de cette infrastructure est déjà prévue vers les premiers mois de l’année 2018, selon les responsables. Pour Nosy-Be, la réception technique de la piste a été faite le 30 octobre dernier, en présence du ministre en charge de l’Aménagement du Territoire (M2PATE), Benjamina Ramarcel Ramanantsoa. Les autres travaux sont encore en cours. D’après le calendrier, tous les travaux de Nosy-Be seront terminés vers la fin du mois d’août 2018.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada16 partages

Analanjirofo : mitobaka ny volan’ny jirofo

Nisokatra ny 16 oktobra teo ny taom-piotazana jirofo any Analanjirofo. Tafakatra 18.000 Ar- 25.000 Ar ny kilao ary hafa koa ny vidin’ny tangozany kely (pikonjirofo). Maro ny tantsaha lasa manambola tampoka ary mampiasa azy tsy am-piheverana. Tany amin’ny kaominina Ampasina Maningory, nandritra ny rindran-kira, ny alahady teo, nisy lehilahy iray nanarama tovolahy miisa efatra, 50.000 Ar tsirairay avy, nilanja azy tamina lalana 2 km, satria tsy mbola niaina izany mpanjaka nolanjaina izany, hono, izy.

Milaza ireo nahita fa “mety io nataony io satria ananany ny vola sady mizara ho an’ny mpikarama izy”. Ho an’ny hafa, “tsy mahazaka ny fananany vola ity lehilahy ity, ka mandanilany fahatany ny volany fa tsy mitsinjo ny hoavy na mampitombo ny vola azony”. Misy koa andiana tanora, nitondra tahon-kazo mbola feno jirofo nentina nijery ilay fampisehoana.

Midangana ny vidin-javatra vokatry ny jirofo. 700 Ar ny kapoakan’ny vary avy eto an-toerana (2.450 Ar/kg) any an-toerana, 500 Ar ny kapoakan’ny vary hafarana avy any ivelany (1.750 Ar/kg). Vidiana 1.200 Ar ny fahana finday misanda 1.000 Ar, ary manantombo 200 Ar toy izany avokoa ny karatra fahana rehetra. Mirongatra ny asan-jiolahy mandroba ireo olona mahalafo jirofo sy ny manana tahirin-jirofo.

Sajo sy Njaka A.

Madagate13 partages

Jean Félicien Ratefy. Inhumation à Merimandroso Ivato. Photos 2

Le journaliste Jean Félicien Ratefy était un monument dans l’Histoire du journalisme radiophonique et de l'enseignement de la musique classique à Madagascar. Il méritait amplement un reportage personnel de ma part.

En attendant les deux vidéos qui prennent un énorme retard dans leur mise en ligne sur youtube, à cause de la pluie qui dérègle la connexion, voici la seconde série de photos que j'ai pris lors de l'inhumation de Jean Félicien Ratefy, à Merimandroso Ivato, dans la banlieue d'Antananarivo, pas trop loin de l'aéroport international. C'était le vendredi 03 Novembre 2017.

Jeannot Ramambazafy

 

Jean Félicien Ratefy: repose en paix au paradis des journalistes!

Midi Madagasikara12 partages

Vente de téléphones à la sauvette : Qui sont ces étrangers inconnus que l’on voit partout ?

Ils sont presque partout maintenant. Ces gens ne parlent ni le français ni l’anglais et encore moins le malgache. Ces vendeurs de téléphones à la sauvette sont pourtant omniprésents. Dans le centre ville, à Analakely plus précisément, ils arrivent bien à faire leur travail informel en utilisant la langue des signes. Visiblement, ils s’apparentent à des Indopakistanais, mais le fait qu’ils ne parlent pas une once de malgache laisse penser à d’autres nationalités. Sur place, les autres vendeurs de téléphones sont presque sûrs que ces individus sont des Syriens. A Tanà, ils approchent sans aucune hésitation les piétons et leur montrent leurs produits. La langue des signes est alors utilisée pour négocier les prix. Les téléphones, bien que tactiles, sont loin d’être des marques authentiques et reconnues. Une manière de dire qu’ils vendent des « foza », ces copies qui impressionnent pourtant plus d’un, faute de pouvoir d’achat. Qui sont ces étrangers dont les identités et nationalités sont inconnues du public ? La question se pose surtout sur l’entrée en catimini de réfugiés que les observateurs soupçonnent d’illégale. Des mesures s’imposent surtout qu’ils agissent dans l’informel.

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar11 partages

Ivato – Le chantier de l’aéroport avance

La construction du nouveau terminal d’Ivato avance à grands pas. Il sera livré à temps, selon Ravinala Airports.

Le timing est respecté. Cette phrase revient souvent dans la bouche des responsables de Ravinala Airports sur l’état d’avancement des travaux de construction du nouveau terminal à Ivato. Lors d’une visite effectuée hier sur ce chantier, les travaux de terrassement se sont achevés. Depuis début septembre, la société CMBI regroupant Colas Madagascar et Bouygues bâtiment international se consacre aux fondations de la nouvelle structure aéroportuaire. Les quatre vingt pieux de 20 m de long, dans le cadre de la fondation, ont été mis en place dans leur totalité.« L’installation des longrines est réalisée à 66%. L’installation des structures métalliques prend ensuite le relais », a expliqué Thibaut Servant, directeur de projet adjoint auprès de CMBI. Le montage des charpentes est l’une des prochaines étapes du projet. Celui-ci est prévu en janvier 2018 d’après le calendrier établi. Selon les explications de ce responsable, « le coulage des horizontaux ainsi que celui des poteaux ou verticaux sont également en cours, dans le respect rigoureux des normes techniques »…

Grande transformationSur le site, les deux grandes grues télescopiques surplombent le grand chantier de l’aéroport d’Ivato. Elles sont visibles de loin. Des bacs à bétons et des tonnes de ferrailles font office de décor du chantier. Les quelques sociétés sous-traitantes avec ses deux cent soixante dix ouvriers et techniciens travaillent d’arrache-pied pour le respect de ce timing.Conformément à l’agenda, les travaux de piste et ceux du tarmac vont aussi respectivement débuter en mars et en mai de l’année prochaine. « Si toutes les conditions requises sont remplies, la réception des travaux de piste d’Ivato sera pour le mois de septembre de l’année 2018 », d’après toujours les explications de Ravinala Airports. La mise en service du nouveau terminal international d’Ivato est prévu pour juin 2020.Le gouvernement a fait appel à Ravinala Airports pour la gestion et exploitation des aéroports internationaux d’Ivato et de Fascène, à Nosy Be, pour une durée de vingt huit ans. L’aéroport d’Ivato, tout comme celui de Nosy Be, connaît actuellement une grande transformation. Après ces travaux de construction, le nouveau terminal d’Ivato aura une capacité d’accueil annuelle de plus de 1,5 millions de passagers. Il sera équipé de trois passerelles permettant aux passagers d’embarquer directement à bord de leur avion, sans passer par le tarmac. Son parc de stationnement pourra accueillir jusqu’à quatre cent voitures.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara10 partages

Investissements énergétiques : Les Chinois de plus en plus présents en Afrique

Le barrage hydroélectrique de Soubré, en Côte d’Ivoire est l’exemple de la réussite chinoise dans le domaine des investissements énergétiques.

Les investissements privés dans le secteur énergétique se multiplient à Madagascar. Et il faudra peut être voir du côté des Chinois pour développer davantage la filière énergétique malgache.

Le président de la République, Hery Rajaonarimampianina était venu en personne pour l’inauguration de la centrale thermique au fuel lourd d’AKSAF Power, une entreprise turque. Financée à hauteur de 80 millions USD,  cette nouvelle installation d’Ambohimanambola d’une puissance de  60 Mw  qui devrait en principe résoudre en partie les problèmes de délestage sur le réseau interconnecté d’Antananarivo. Mais surtout, ces puissances supplémentaires vont baisser considérablement les subventions que l’Etat accorde à la Jirama.

Clés

En somme, et comme l’a indiqué le Président Hery Rajaonarimampianina, les investissements privés sont actuellement les clés des ressources énergétiques. Et à propos d’investissements justement, les Chinois sont actuellement très en vue, surtout en Afrique. C’est le  cas notamment de l’entreprise chinoise Sinohydro qui réalise des merveilles énergétiques en Côte d’Ivoire. En effet, après avoir réalisé avec brio un barrage hydroélectrique de 275 Mw à Soubré, et ce pour un investissement de 500 millions USD, Sinohydro a acquis définitivement la confiance de l’Etat ivoirien. Le gouvernement de Côte d’Ivoire, a décidé de faire, une nouvelle fois appel à Sinohydro pour réaliser un autre barrage hydroélectrique à Gibro-Popoli. D’un coût estimé à 307 millions USD, pour une puissance de 112 MW,  ce projet sera une preuve de la compétence chinoise en matière de construction de barrage hydroélectrique.

Politique d’ouverture

Sinohydro se fixe comme objectif de boucler la construction du barrage en seulement 40 mois de travaux. Un barrage qui aura son pesant d’or dans le secteur énergétique ivoirien,  puisque sa mise en œuvre permettra de porter le parc de production hydroélectrique  de la Côte d’Ivoire à 991 Mw. En tout cas, la politique énergétique ivoirienne devrait servir d’exemple à Madagascar qui est actuellement sur le chemin de la production énergétique en masse, à travers le recours aux entreprises privées internationales ou nationales.  Grâce à cette politique d’ouverture, la Côte d’Ivoire dispose maintenant d’un parc de production hydroélectrique constitué de sept barrages : Ayamé 1 et 2 (50 MW) ; Kossou (147 MW) ; Taabo (210 MW) ; Buyo (165 MW) ; Fayé (5 MW) ; et Soubré (275 MW).

Mix énergétique

Voulant se positionner en leader africain dans le domaine énergétique, la Côté d’Ivoire ambitionne  de réaliser, d’ici à 2020, l’électrification de toutes les localités de plus de 500 habitants. Pour ce faire, le pays ambitionne d’accroître sa puissance énergétique d’environ 2000 MW à 4000 MW. A cet effet, la stratégie des autorités ivoiriennes repose sur la montée en puissance dans le mix énergétique, de l’hydraulique dont la part doit passer de 30% à 45% d’ici à 2020, auquel s’ajouteront 5% d’autres sources renouvelables (essentiellement le solaire). Ce qui permettra de réduire la part du thermique de 50% et d’alléger la facture de gaz. Et  dans ces investissements privés les Chinois sont présents. Un exemple à suivre pour Madagascar.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara10 partages

TAEKWONDO : C’est le MJS qui valide les fédérations

C’était le 27 octobre dernier, lors de l’assemblée générale extraordinaire du comité olympique malgache que le COM aurait reconnu Rakotobe Rivo Joachin comme Président par intérim du taekwondo. Cela se serait fait devant des éléments du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Et mieux, ils auraient déjà reçu le certificat de conformité. Le conditionnel est de rigueur, car côté ministère, c’est le silence pour le moment. Normalement, la validation de cette désignation n’est pas pour ce jour. Cela a même créé des remous au sein du MJS.

Le DTN Rivo promu président roule donc pour un championnat national pour le 2 décembre. Sa mise en place a été validée par le COM. Et c’est clair comme l’eau de roche, le COM souhaite sa présence. La question qui se pose est « qui du monde du taekwondo est avec Me Rivo ? » quand on sait que plusieurs ligues régionales de taekwondo ont envoyé une lettre de doléances au MJS sur le fonctionnement de ladite Fédération, au Secrétaire Général le 1er août dernier. Ils ont également demandé la tenue d’une Assemblée Générale. L’article 6 du statut de la Fédération malgache de Taekwondo précise que le comité exécutif est composé du Président, du vice-président, du secrétaire général et du trésorier. En l’absence du président et du vice-président, qui peut constater que son S.G « a agi d’une manière anti-olympique » et pire, le mandat olympique elle-même pour l’ancien Président serait déjà épuisé.

En fait, le statut du taekwondo ne répond pas vraiment à celui de la plupart des fédérations si l’on se réfère à la prérogative du président de démettre et de désigner à souhait qui il veut dans son bureau. Qui sera président donc ? Rivo Rakotobe ou Boto Tsaradia Lamina ? Tous les deux sont des amoureux de cette discipline. Qui valide et agrée les fédérations à Madagascar ? Le Ministère normalement. Et c’est là que nous nous posons la question si Com veut supplanter le MJS . En tout cas, c’est une grande  première dans l’histoire du sport malgache en général et du taekwondo en particulier qu’il y a une nomination à distance.

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madonline9 partages

La loi sur la zone économique spéciale adoptée

La région balnéaire de Fort-Dauphin, censée accueillir bientôt la zone économique spéciale.

 

Les députés de Madagascar ont adopté le 8 novembre 2017 la nouvelle loi sur la mise en place d’une Zone économique spéciale (ZES) à Madagascar, dans le but d’attirer davantage d’investisseurs. La loi prévoit, en effet, des avantages fiscaux et douaniers pour la ZES.

Pour le moment, c’est la région de Fort-Dauphin, dans le Sud-est de la Grande Ile, qui est concernée par la ZES. Mais d’autres régions seront également impliquées plus tard.

Les parlementaires étaient divisés sur la question mais cela n’a pas empêché l’adoption du projet de loi, préparé depuis très longtemps. Toutefois, seulement une quarantaine de députés sur les 150 que compte la Chambra basse avaient participé à la séance plénière en vue de l’examen et de l’adoption du projet de loi sur la ZES.

« C’est une nouvelle loi qui devrait faciliter les investissements et la création d’emplois. C’est ce qui manque au pays actuellement, et le manque d’emplois se traduit par la pauvreté, l’insuffisance de revenu et la recrudescence de l’insécurité », a argumenté la députée de Brickaville, Vaonalaroy Randrianarisoa.

« C’est une loi utile, mais elle ne constitue pas une priorité. Pour un pays comme Madagascar, c’est l’instauration d’un climat politique apaisé et le renforcement de la stabilité politique qui doivent primer. Sans stabilité politique, on ne peut pas espérer des investissements. Beaucoup de pays du continent africain ont mis en place au cours des dernières années des Zones économiques spéciales mais cela n’a pas eu d’impact sur leur économie », a affirmé pour sa part le député du quatrième arrondissement d’Antananarivo, Félix Randriamandimbisoa.

Par rapport au nombre de sa population et par rapport à sa superficie, la Grande Ile n’attire pas suffisamment d’investissements directs étrangers (IDE). La part de Madagascar représente 1% des IDE entrants en Afrique. Ces investissements tournent autour de 400 millions de dollars chaque année, durant la dernière décennie. Soit pratiquement le même chiffre pour l’île Maurice qui compte un million d’habitants seulement et une superficie bien moindre alors que Madagascar compte plus de 20 millions d’habitants.

L'express de Madagascar9 partages

Converti au 33

Que les choses soient bien claires : il ne s’agit pas, ici, de quelque trente-troisième de quoi que ce soit. Mais, d’une banale, quoique pas si anodine, contenance. On ne parlera donc pas de degré, mais de centilitres.À une époque, quand j’étais ambassadeur de la NBM (nouvelle brasserie de Madagascar), on m’avait expliqué les vertus de la bouteille 50 centilitres. Guère convaincu à l’époque, parce que adepte de longue date de la bouteille 65, il faut croire que le réchauffement climatique a atteint ces huit dernières années, des centigrades Celsius devenus intolérables. Même la bouteille de 50, format répandu actuel des Skol, Gold, Amigo, est devenu trop grand : si le sang coagule, si le café refroidit, la bière se réchauffe naturellement à la température ambiante. Et, à moins d’aimer la cervoise tiède (si, si, il s’en trouve), elle devient vite imbuvable.Sous nos tropiques, les chopes de 100 centilitres de l’OktoberFest de Munich ne feraient pas l’affaire. Au bout de deux ou trois gorgées, la fraîcheur aurait disparu, et le plaisir de la dégustation avec.Quiconque a déjà visité un des entrepôts de la brasserie nationale STAR, aura remarqué les centaines de palettes de cageots de bières qui attendent de partir aux quatre coins (en malgache de la troisième dimension, on dirait lafivalo, les huit plans) de Madagascar. Ne nous gaussons pas de censure, qui n’est pas la nôtre, contre la publicité faite à l’alcool. Sur nos routes nationales, il n’y a que deux flux continus tout au long de l’année : les camions-citernes des compagnies pétrolières (qui, outre qu’ils ravitaillent les stations-service, approvisionnent également les anachroniques groupes thermiques de la JIRAMA) ; et les camions de livraison de la STAR, maison-mère de la sacro-sainte THB.Mais, revenons aux palettes de cageots de THB : et ceci est un appel de détresse adressé aux plus hauts responsables de la brasserie. La bière se corrompt au soleil, et elle se corrompt définitivement à la chaleur. Donnons à la boisson emblématique du pays (la compagnie nationale emblématique fut longtemps Air Madagascar, le plat national emblématique est en passe d’être la «soupe chinoise de Tamatave»), l’ombre nécessaire à la conservation de son goût.J’ai, sous les yeux, de vieilles publicités des années 1930, à Madagascar : il me semble qu’elles sont en 33 ou 50, la Hansa (mise en bière à Dortmund) ou la danoise Tuborg (importée par Darrieux à l’époque). La 65, je crois me souvenir que c’était la Kronenbourg à collerette blanche qu’on m’envoyait acheter chez le Chinois du quartier, dans les années 1970.Toutes ces considérations peuvent sembler surréalistes jusqu’à ce qu’on les ramène aux milliers d’hectolitres de THB qui s’écoulent chaque année. Si la 65 devait tiédir avant qu’on puisse la vider, autant écluser la 33. Là, tout d’un coup, c’est beaucoup plus sérieux. On parle du captage de millions et de milliards.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar6 partages

Cour d’Appel d’Antananarivo – Charles Andriamiseza procureur général

Recasé. Le conseil des ministres d’hier, a nommé Charles Andriamiseza, ancien ministre de la Justice, comme procureur général de la Cour d’appel d’Antananarivo. L’ancien garde des sceaux rem­place ainsi, Jacques Randrianasolo, « parti à la retraite », selon les informations.« L’ancien procureur général de la Cour d’appel (PGCA), a atteint l’âge de la retraite. C’est la principale raison de ce remplacement. Son mandat comme PGCA est, d’autant plus, déjà épuisé. Ayant été membre du CSM [Conseil supérieur de la magistrature], toutefois, il ne pouvait pas être remplacé. Maintenant que les élections des nouveaux membres du CSM sont faites, avec son départ à la retraite, le remplacement était opportun », explique une source ministérielle.La loi sur le Conseil prévoit effectivement que « les magistrats membres du CSM ne peuvent faire l’objet, ni d’une promotion en poste ni d’une affectation pendant la durée de leur mandat ». Les élections des nouveaux membres du Conseil supérieur de la magistrature se sont déroulées, mardi. Les résultats sont, jusqu’ici provisoires. Le remplacement de l’ancien PGCA n’a alors, pas attendu la proclamation des résultats officiels. La source ministérielle affirme, cependant, que la nomination d’hier, n’a rien à voir avec une quelconque « sanction », ni « représailles », contre Jacques Randrianasolo.Ce dernier était, notamment, quelque peu parlant sur les « illégalités et non respect des procédures », dans l’affaire Claudine Razai­mamonjy, en particulier, sur l’évacuation sanitaire controversée de la femme d’affaires. L’ancien ministre Andria­miseza, par ailleurs, a été fortement critiqué dans sa gestion de ce dossier épineux. Une affaire qui a été le déclencheur du bras de fer entre le pouvoir Exécutif et le Syndicat des magistrats de Madagascar.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara5 partages

Air France : Un nouveau programme « Flying Blue » en 2018

Air France – KLM redéfinit son programme de fidélité Flying Blue.

Air France – KLM concocte un nouveau programme de fidélité « Flying Blue ». D’après la compagnie, ce programme évolue à partir du 1er avril 2018 et proposera plus de simplicité et de souplesse dans l’utilisation du programme, un barème de gains plus clair et plus de choix dans l’utilisation des Miles. En effet, pour chaque euro dépensé, il offre aux membres Ivory, Silver, Gold et Platinum, respectivement 4, 6, 7 et 8 Miles. « Le nombre de Miles cumulé ne dépendra plus de la distance parcourue entre l’aéroport de départ et d’arrivée à bord des vols commercialisés par Air France (AF), KLM (KL), HOP! (A5) ou Joon (JN). Cette nouveauté rendra l’accumulation de Miles plus facile et plus claire. De plus, les clients pourront cumuler des Miles avec l’achat de services supplémentaires tels qu’un Menu à la Carte à bord d’un vol Air France, la franchise bagage supplémentaire, ou bien la réservation d’un siège Economy Comfort à bord d’un vol KLM. Le solde de Miles-Prime au 31 mars 2018 demeurera inchangé au 1er avril 2018 », explique le communiqué diffusé par le bureau d’Air France à Madagascar.

Choix. Par ailleurs, plusieurs options sont possibles pour dépenser des Miles, selon la compagnie. Celle-ci a cité les Promo Awards, les sur-classements, les franchises bagages supplémentaires ou les Menus à la Carte. En outre, le cumul et dépenses de Miles sont également possibles auprès des nombreux partenaires « Flying Blue ». « Avec Flying Blue, nous enrichissons l’expérience de plusieurs millions de passagers tout en créant de la valeur pour notre Groupe. Le programme est devenu un compagnon de voyage incontournable et le socle commun au service de la  « Relation- clients » des compagnies d’Air France-KLM. Adapté pour simplifier l’expérience des membres et renforcer l’attractivité, le nouveau Flying Blue soutiendra notre offensive commerciale ainsi que notre stratégie de personnalisation du service au client. » a souligné Jean-Marc Janaillac, Président-Directeur d’Air France-KLM. Pour sa part, Frédéric Kahane, directeur du programme de fidélité Flying Blue d’Air France-KLM d’ajouter que la compagnie cherche à répondre aux attentes des clients en étant plus simple et plus personnalisé, un élément clé de ce projet long de deux ans pour réinventer « Flying Blue ». « Nous avons pour objectif de positionner « Flying Blue » au premier rang parmi les programmes de fidélité des compagnies aériennes en écoutant nos clients et en adaptant le programme », a-t-il conclu.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Nouveau terminal d’Ivato : Ravinala Airports rassure sur le respect du timing

Les travaux de fondation du nouveau terminal de l’aéroport d’Ivato sont achevés. La prochaine étape, prévue en janvier 2018, sera le montage des charpentes. Pour les responsables, le timing est respecté.

Les travaux de construction du nouveau terminal d’Ivato ont été lancés officiellement en juin dernier. Et la fondation est pratiquement achevée actuellement. Par ailleurs, hier lors d’une descente effectuée sur le chantier, «Le timing des travaux est respecté avec une légère pointe d’avance», ont avancé les responsables au niveau de la société CMBI regroupant Colas Madagascar, Bouygues  bâtiment international à qui l’exécution des travaux a été confiée. Les travaux portent depuis peu sur la construction des verticaux qui supporteront les charpentes du nouveau terminal.

Selon les détails apportés par Thibaut Servant, directeur de projet adjoint CMBI, «La fondation s’est terminée à travers l’installation des deux grues. Nous sommes à 50% des verticaux en ce moment. La charpente sera montée sur les poteaux en béton. Les objectifs fixés sont tenus dans les temps». En effet, 83 pieux de 20m de long ont été mis en place dans leur totalité dans ce cadre. L’installation des longrines, de cette structure de 17 500m2 de superficie est également réalisée à 66%, d’après les explications reçues.

Montage des charpentes janvier prochain

Par ailleurs,  le montage des charpentes est l’une des prochaines étapes du projet. Celui-ci est prévu en janvier 2018. Conformément à l’agenda, les travaux de piste et ceux du tarmac vont aussi respectivement débuter en mars et en mai de l’année prochaine. «Si toutes les conditions requises sont remplies, la réception des travaux de piste d’Ivato sera pour le mois de septembre de l’année 2018», d’après toujours les explications.

Côté technique, Ravinala Airports et son constructeur CMBI travaillent avec une vingtaine d’entreprises sous-traitantes malgaches pour la rénovation des aéroports d’Ivato et de Nosy Be. Au total, près de 300 personnes travaillent pour le compte de CMBI sur ces deux sites.

Au niveau de l’aéroport de Fascène à Nosy Be, Ravinala Airports a effectué la réception technique de la piste le 30 octobre dernier. Les travaux de buse et de la station d’épuration d’eau sont toujours en cours. Tous les travaux de Nosy Be seront terminés vers la fin du mois d’août 2018, selon le calendrier dressé par Ravinala Airports.

Riana R.

 

Midi Madagasikara4 partages

Mananjary : Roalahy mpamaky fasana nahatratrarana taolam-paty 3 gony, matin’ny fitsaram-bahoaka

Lehilahy roa voatondro fa mpangalatra taolam-paty nahatratrarana taolam-paty telo gony no matin’ny fitsaram-bahoaka, tany amin’ny Fokontany Sanavaka ao anatin’ny Kaominina ambanivohitry Sahadroy, 17 km miala an’i Mananjary renivohitry ny Distrika, ny faran’ny herinandro teo. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, dia ny roa novambra teo, izy roalahy ireto no nindrana telefaonina finday tamin’ny zanaky ny Filohan’ny Fokontanin’i Sanavaka. Avy eo niantso olona voalaza fa « Deba » handray ireo taolam-paty voaangona, ary nilaza ireto mpamaky fasana fa efa vonona ny entana. Henon’ilay zanaky ny Sefo Fokontany daholo ny resaka nifanaovan’izy roalahy mpibizina taolam-paty ireto tamin’ilay handray ny « saphir blanc », ka notantarain’ilay tovolahy tamin-drainy sy ny fokonolona teo an-tanàna ny zavatra henony. Ny ampitson’io dia voasambotra ireto roalahy izay voalaza fa fantatry ny mponina teo an-tanàna satria manana havana monina eo. Rehefa noteren’ny Fokonolona mafy ireto lahilahy roa tra-tehaka dia nanoro ny toerana nanasitrian’izy ireo ny taolam-paty sady nanondro ny fasana novakian’izy ireo. Rehefa voamarin’ny Fokonolona sy ny tompom-pasana vaky izany, dia raikitra avy hatrany ny daroka sy vono tamin’ny alalan’ny fira antsy lava lela, ka maty tsy tra-drano voakapan’ny antsibe teo amin’ny lohany sy ny tanany ary teo amin’ny rajony ireto roalahy mpamaky fasana sady mpibizina taolam-paty.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara4 partages

Groupe STAR : 100 kits scolaires et 100 couvertures pour l’Orphelinat d’Ambatolampy

Le Groupe STAR poursuit ses actions sociétales. Pour ce début d’année scolaire, la société a offert aux enfants de l’orphelinat de la Police Nationale d’Ambatolampy des Kits Scolaires ainsi que des couvertures. Ces dons ont été remis, vendredi dernier, par Anna Rabary secrétaire général du Groupe STAR, aux responsables et aux pensionnaires de l’orphelinat. A noter que l’orphelinat d’Ambatolampy a été créé suite à la demande du groupement des veuves de la Police Nationale depuis la première République. Suite au décès de leur conjoint, ces femmes des agents de la police nationale se retrouvent désormais seules à subvenir aux besoins de leur famille et donc de leurs enfants. Depuis 2015, le Groupe Star a tissé un lien avec les enfants de cet orphelinat de la Police nationale. Les années précédentes, des jouets, des fournitures scolaires et des boissons ont été remis à différentes périodes. Cette année, le Groupe STAR fait don de 100 couvertures et 100 kits scolaires, Actuellement 73 pensionnaires sont pris en charge par l’orphelinat d’Ambatolampy. Ces matériels ont été offerts, en gardant la vision que l’orphelinat contribue largement à l’éducation et la scolarisation de ces enfants et que les valeurs de cohésion, de foi et de discipline sont les principales préoccupations des responsables. Chaque année, des actions dans l’axe Santé, Social, Education et Environnement sont réalisées par le Groupe STAR afin de contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population malgache et particulièrement les plus démunis.

Recueillis par Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Lutte contre la peste : Un cadeau de 1,5 milliard Ar. de la Chine pour Madagascar

L’Ambassadeur de Chine Yang Xiaorong avec le PM Mahafaly Olivier et les ministres Andriamanarivo et Rasoloelison.

Au lendemain, enfin presque, de la célébration du 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les deux pays, la Chine a offert un cadeau à Madagascar, en plus des experts chinois qui sont là depuis octobre.

C’était hier à la Centrale Salama sise dans la zone Forello à Tanjombato où l’Ambassadeur SE Mme Yang Xiaorong a remis, au nom du gouvernement et du peuple chinois, un lot supplémentaire de matériels médicaux et sanitaires au Premier ministre Mahafaly Olivier. Un don composé d’une trentaine de lits d’hôpital ; 25.000 pièces de masques de protection ; 4.000 paquets de produits désinfectants et de désinsectisation ; 7.000 paquets de matériels de protection individuelle ; des seringues ; des blouses jetables… Un lot d’une valeur totale de 1,5 milliard Ariary destiné principalement au personnel médical et paramédical dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de peste. « Afin qu’ils puissent travailler dans les meilleures conditions », selon l’Ambassadeur de Chine. « Je pense que Madagascar avec l’aide des sociétés internationales, va obtenir la victoire dans cette lutte contre la peste. Je pense qu’à moyen et long termes, il y aura de plus en plus de touristes, d’investisseurs chinois qui vont venir à Madagascar », a-t-elle déclaré. Avant de réitérer que « la Chine reste toujours là pour soutenir Madagascar et bien sûr, pour le renforcement de la coopération économique avec Madagascar ».

Réunion de haut niveau. Le chef du gouvernement malgache a d’ailleurs reconnu que la Chine est toujours présente pendant les moments difficiles. « Je me rappelle encore pendant le cyclone Enawo et ses effets dévastateurs et aujourd’hui encore, la Chine une fois de plus, a montré sa solidarité », a-t-il souligné. Il a demandé à SE Mme Yang Xiaorong de transmettre aux plus hautes autorités chinoises la gratitude du gouvernement malgache pour cette contribution à la lutte contre l’épidémie de peste. Le PM a saisi l’occasion pour annoncer la tenue dans les prochains jours d’une réunion de haut niveau avec les départements ministériels concernés et les partenaires, pour faire le point de la situation. Et de faire savoir que « la situation s’est nettement améliorée, car on est en train de maîtriser l’épidémie ».Il a toutefois tenu à dire devant le représentant résident de l’OMS, le professeur Charlotte Ndiaye ; le ministre de la Santé publique, le professeur Andriamanarivo Lalatiana ; le ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures, Rasoloelison Lantoniaina ; et l’ambassadeur Yang Xiaorong que « la lutte n’est pas terminée ».

R.OPartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

Award africain : Shyn portera le flambeau malgache

Shyn en voie de percer le marché africain.

Le succès à son apogée, Shyn part désormais à la conquête du marché africain. En lice pour  « l’All Africa music award », son single « Resim-pitia» fait concurrence à huit autres morceaux de musiciens africains issus de huit pays différents.  Un moment où le chanteur sollicite l’appui inconditionnel de toute la Grande Ile.

Jusqu’à maintenant, en outre-mer, dès qu’il s’agit de  Madagascar, les gens se réfèrent à  la saga de « Dreamworks » qui a fait exploser le box office américain.  Une image péjorative que les artistes tentent de rectifier en faisant de leur mieux dans leurs domaines respectifs. Pour Shyn, le chanteur de rnb,  son combat, il le mène en Afrique. Bien plus proche de nous, mais où peu d’artistes osent encore s’aventurer, Shyn est en train d’ouvrir les portes sur le marché africain.

Avec son single « Resim-pitia » en lice dans la catégorie révélation de l’année à l’Afrimaward, le chanteur se place parmi les représentants des pays africains les plus méritants dans le continent noir. Mais avant de crier victoire, les candidats font encore l’objet de voting. 50 % constituent la note du jury tandis que les 50% restants dépendent du choix du public.

Selon Shyn, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue à Ambatonakanga hier, sa participation à l’Afrimaward est une reconnaissance de la musique malgache au niveau continental. Par ailleurs, « Je sollicite l’appui de nos compatriotes pour que « Resim-pitia » remporte ce prix, car le single représente tout Madagascar, mais pas seulement une poignée de personnes » informe-t-il.

A savoir que Shyn, adepte du perfectionnisme, passe beaucoup de temps à peaufiner ses titres, qu’il lui arrive de travailler sur un seul morceau pendant des années.  « Comme j’aime le travail bien fait, je préfère largement sortir des singles avant de me lancer dans la conception de mon album » continue Shyn.

Mais en attendant cet opus qui sortira au moment voulu, le voting pour l’Afrima prendra fin ce vendredi. Sur la page Facebook de Shyn Makua Lahy ou sur le site de l’Afrima, soutenons notre artiste, contribuons à ce que Madagascar soit au toit du continent. Tous à vos clics !

Aina Maharindra

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara3 partages

RN1 : Fiara iray voasakan-dalana, lasa ny vola

Fiara iray avy any Miarinarivo, handeha hizotra ho any Analavory indray no lasibatry ny asan-jiolahy omaly maraina. Andian-jiolahy maromaro, nirongo fitaovam-piadiana izy ireo, raha ny vaovao azo. Tsy afa-nanohitra noho izay ny mpamily ka nanatanteraka izay nolazain’ireto jiolahy mpanakan-dalana. Lasan’izy ireo araka izany ny vola tany amin’ity fiara. Marihana fa tsy fiara mpitatitra olona akory ity fiara nosakanan’ny jiolahy ity fa fiara mpitondra mofo, ilay mandeha vao maraina ireny. Angamba vao nahatazana ity fiara nandeha irery ireto olon-dratsy dia faly anakampo ka nametraka toy tsy teo ireo vato sy hazo natao sakana. Vantany vao tafajanona ilay fiara dia nambanan’izy ireo basy avy hatrany ny mpamily, hamoha ny varavarana. Nisy tamin’ireo tao anaty fiara ihany no namaly fa tsy misy vola tany amin’izy ireo, ka nodarohan’ireo olon-dratsy. Zava-marina anefa io voalaza io satria dia vao handeha hanao « livraison » mihitsy izy ireo, ka zara raha nisy vola tany amin’izy ireo. Rehefa azon’ireto mpanafika moa ny zavatra nilainy ka afa-po tamin’iny fisavàna izy ireo dia nitsoaka nandositra. Efa mandeha kosa ny fikarohana ireto olon-dratsy ireto ataon’ireo mpitandro filaminana any an-toerana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Actes de banditisme en milieu rural : Le service de chirurgie du CHRR Ambositra désemparé

En ce qui concernant l’insécurité qui prévaut dans l’Amoron’i Mania et qui demeure toujours des sujets d’actualité, comme en témoignent les différents scénarii qui ont cours dans le service de chirurgie au sein du Centre Hospitalier de Référence Régional (CHRR) d’Ambositra constamment assailli par des blessés victimes d’actes de banditisme et de violences de tout genre

Prises en charge. Ces patients dans la majorité des cas, mutilés dans les différentes parties du corps, entre la vie et la mort, dépouillés de leurs biens, ne peuvent se prendre en charge, encore moins leurs familles. Un contexte de gravité qui préoccupe au plus haut point les responsables de santé non seulement de cet établissement hospitalier, mais également au niveau de la direction régionale de la santé et de remettre sans cesse sur le tapis, la question des prises en charge de ces nouveaux démunis qui ne cessent de s’accroître et sont dans la majorité des cas, en marge des préoccupations des dirigeants .La lutte contre l’insécurité, notamment des actes de banditisme figure certes dans les priorités de l’Etat, mais malheureusement, on constate que les victimes sont souvent livrées à elles-mêmes. N’est-il pas vital, désormais d’inclure l’insécurité en milieu rural, parmi la longue liste des risques et catastrophes, pour que ces victimes puissent de nouveau être des acteurs de développement et non des fardeaux pour la société ?

Mutuelle de santé

Une équipe du ministère de la Santé a effectué tout récemment, le mois de septembre dernier, une mission d’audit sur les fonds d’équité existants dans les hôpitaux et centres de santé au niveau des quatre districts de la région. Ceci dans le dessein de mettre en place la mutuelle de santé. Une initiative qui arrive à point nommé pour répondre aux besoins d’une population à majorité rurale qui, en période de soudure, éprouve des difficultés en termes d’accès aux soins auprès des établissements de santé.

Anastase

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Flash-Eco

Madagascar participe à l’augmentation générale du capital de la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD). Un décret y afférent a été adopté en conseil de gouvernement. Filiale de la Banque mondiale,  la BIRD  accorde des prêts à taux concessionnels à ses Etats membres. Son principal objectif est l’éradication de la pauvreté extrême, sous toutes ses formes, surtout dans les pays les moins avancés.

La réalisation des travaux d’extension de l’aéroport de Nosy-Be est déclarée d’utilité publique. L’aéroport de Fascène, rappelons-le, fait partie des aéroports dont la gestion est concédée à « Ravinala Airports », en même temps que l’aéroport international d’Ivato. Par ailleurs,  la réalisation des travaux de clôture de l’emprise aéroportuaire de Sainte- Marie est également déclarée d’utilité publique.

 

Un contrat de performance sera signé ce jour au sein, des douanes malgaches. L’objectif d’un tel contrat est d’améliorer les recettes douanières. Ce contrat illustre la continuité de l’engagement de l’administration pour lutter contre les mauvaises pratiques et s’inscrit dans son programme de réforme. A noter qu’auparavant, une première étape a été entamée à Antananarivo avec 21 entreprises qui ont déjà signé ce contrat de performance au titre de la Procédure Accélérée de Dédouanement. Ces dernières bénéficient désormais de l’avantage du circuit vert. Facilitation des opérations de dédouanement, promotion de la gouvernance, lutte contre toutes les formes de fraude et de corruption, sont, entre autres les objets du contrat de performance.

Recueillis par R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara2 partages

Riposte à l’épidémie de peste : Matériels et médicaux et équipements du Japon

Le Japon, à l’instar de nombreux partenaires de Madagascar, est venu à la rescousse dans la lutte contre l’épidémie de peste dans le pays. A travers l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), le gouvernement japonais a remis, hier, au bureau du ministre de la Santé publique à Ambohidahy, une aide contribuant aux efforts d’actions de riposte contre l’épidémie de peste. Ainsi, à la suite de la détermination des besoins d’urgence établis par le ministère de la Santé publique, la JICA a octroyé des matériels médicaux et équipements composés de 200 couvertures ; 30.720 masques de protection respiratoire et 400 thermomètres frontaux laser. Remises personnellement par l’ambassadeur du Japon, Ichiro Ogasawara, accompagné du représentant résident de la JICA, Hironobu Murakami, ces aides sont destinées, comme l’a spécifié le ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamanarivo, aux hôpitaux et aux centres de traitement, ainsi qu’aux dispositifs de riposte sur le terrain.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada1 partages

Isalo en proie aux flammes : le circuit Namaza fermé temporairement

Un nouvel incendie ravage une partie du parc national d’Isalo depuis lundi. De source locale, les gestionnaires du parc ont ainsi décidé de fermer temporairement le circuit Namaza comportant le circuit Cascade des nymphes, piscine noire et piscine bleue ainsi que le circuit de la Piscine naturelle et ce, pour la sécurité des visiteurs. Néanmoins, les circuits nord (Malaso, Anjofo, Ankifotsa, Canyon des Makis et des Rats, Crête…) restent ouverts aux visiteurs.

La menace pèse toujours sur ce grand parc et toutes les merveilleuses créatures qui s’y trouvent. Jusque dans l’après midi d’hier, le feu persiste encore sur l’ensemble du site, d’après des responsables locaux. Madagascar national parks (MNP), le fokonolona ainsi que l’association des guides ont travaillé depuis lundi pour combattre le feu qui fait rage. L’incendie est entré, hier, dans la troisième nuit et il ne ralentit pas.

D’après toujours notre interlocuteur, le manque de moyens handicape fortement les riverains. Du coup, le feu menace pour la deuxième fois ce grand parc national. A rappeler que le circuit Malaso était la proie d’un énorme incendie il y a deux mois de cela. Toutefois, les responsables espèrent pouvoir rouvrir l’ensemble des circuits d’ici deux à trois jours.

Arh.

 

News Mada1 partages

Naufrage à Mahambo : une cargaison de 170 tonnes perdue en mer

A la suite d’une mauvaise condition météorologique, le cargo côtier « Atlantis II » a fait naufrage au large de Mahambo, dans la nuit de mercredi.

Plus de peur que de mal. Le bateau à moteur Atlantis II a rencontré un problème technique, alors qu’il se trouvait à 200 m de la côte de Mahambo. Selon des sources concordantes, l’embarcation a été surprise par d’énormes vagues qui l’ont violemment frappée. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer. Par contre, d’importants dégâts matériels ont été constatés. Les quelque  170 tonnes de marchandises, entre autres des sacs de riz et de ciment, des cageots de bière, sont perdues en mer.

«L’Atlantis II a quitté Toamasina et comptait faire cap sur Antalaha, mais lors de son passage à Mahambo, il a été surpris par une bourrasque, aux alentours de 20 h 30. La mer s’est déchaînée et les vagues se sont fracassées sur le bateau. L’ampleur du choc a été telle que les équipements électriques de l’Atlantis II se trouvaient aussitôt hors d’usage. Il en est de même pour le GPS. Le capitaine du bateau a essayé d’accoster son bateau mais la coque a heurté des récifs», a-t-on expliqué.

Du coup, le bateau s’est littéralement brisé. Equipés de gilets de sauvetage, les dix membres d’équipage se sont démenés pour sauver leur vie. Les autorités locales, dirigées par le Directeur de cabinet de la région Analanjirifo, ont fait le déplacement à Mahabo pour suivre de près l’évolution de la situation.

Mparany

 

News Mada1 partages

Affaire Omavet : le Ftar dénonce le favoritisme de la CUA envers l’UCTU

Les taximen lancent une nouvelle menace de grève suite à l’attitude de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) qui a accepté à la lettre toutes les conditions imposées par l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) concernant l’affaire Omavet.

Traitement non égalitaire. D’après les taximen, l’agissement de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA),  se pliant  aux exigences des transporteurs de Taxi-Be réunis au sein de l’UCTU face à l’affaire Omavet, est considéré comme un affront à l’association Ftar. Pas plus tard qu’avant-hier, les adeptes de l’UCTU ont déclaré avoir trouvé un consensus avec le CUA sur les manières d’appliquer les réformes du transport en commun, qui devrait se faire sans l’intervention de l’Omavet.

«Autrement-dit, l’UCTU n’adhère pas non plus à l’Omavet, une décision qui a reçu entière considération de la part de la CUA, contrairement  aux revendications des taximen d’annuler la décision y afférente qui n’ont pas eu gain de cause», a fait valoir la présidente du Ftar, Clémence Raharinirina, hier, lors d’une rencontre avec la presse à Antohomadinika. Cette dernière a réitéré la position des taximen qui, contre vents et marées, ne comptent pas céder à l’idée de la municipalité de confier les «contre-visites» des taxis à l’Omavet, tout comme l’usage de la nouvelle lanterne munie d’insertion publicitaire.

Une forte mobilisation se prépare

«Si les Taxi-Be ne manifestent pas leur désaccord sur le fait d’insérer des publicités sur les carrosseries de leur véhicule, c’est qu’ils en tirent profit via les parts de la recette versée par la commune aux coopératives», s’est insurgé le numéro un du Ftar. Celle-ci s’élève à hauteur de 200.000 ariary par mois, contre 200 ariary par mois pour les taxis qui portent les lanternes à publicité, selon des sources concordantes.

«En plus d’enfreindre la  loi en vigueur qui interdit toute forme de publicité dans les transports en commun, l’approbation de l’UCTU à cette initiative de la municipalité ne fait que briser la solidarité entre les transporteurs», a-t-elle ajouté.

Les taximen ne comptent évidemment pas en rester là. En attendant les résultats des requêtes qu’ils ont déposées auprès du ministère des Transports, la présidente du Ftar va réunir les responsables des stationnements de taxi dans la capitale ce samedi en vue de décider des suites à donner  à leur manifestation visant à contrer l’Omavet et la nouvelle lanterne.

 «En l’absence d’une suite favorable face à leurs revendications, les taximen prévoient une manifestation de grande ampleur», a averti notre source.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

All Africa Music Awards : Shyn, ambassadeur de Madagascar durant l’Afrima

Shyn a été sélectionné au concours «All Africa Musics Awards 2017» (Afrima). Soutenu par le ministère du Tourisme et le label Makua, il représentera le pays durant l’évènement qui se déroulera au Nigéria, du 10 au 12 novembre. Sur ce, il a tenu une conférence de presse, hier, au Grand Hôtel Urbain à Ambatonakanga.

Au mois de février dernier, Shyn a dévoilé son titre «Resim-pitia» qui a connu un franc succès sur les réseaux sociaux et séduit des professionnels de la musique africaine. «Ce titre est devenu rapidement un tube international. Un artiste africain, le fameux ougandais Eddy Kenzo, m’a même proposé un remix», a annoncé Shyn. Ainsi, grâce à ce succès, il a été sélectionné au concours de l’Afrima 2017 dans la catégorie «Révélation Africa continent». Et ils seront cinq à être en lice. «Par ailleurs, les votes sont encore ouverts sur le site de l’Afrima 2017 jusqu’à demain», a-t-il ajouté. Effectivement, le concours prendra en compte 50% des votes du public et 50% des votes du jury.

Adhérer à un réseau mondial

Par ailleurs, le chanteur s’envolera pour Nigéria, ce jour. Demain, il participera à la rencontre spéciale entre divers artistes africains et professionnels, entre autres des producteurs, des entrepreneurs…  «L’objectif est d’adhérer à ce réseau, non seulement pour ma carrière mais aussi pour les autres, d’ouvrir une route pour le marché international de la musique», a-t-il ajouté.

Le 11 novembre se déroulera une table- ronde durant laquelle l’artiste fera la présentation de Madagascar. «En collaboration avec le ministère du Tourisme, j’ai ainsi le devoir de représenter Madagascar dans le domaine du tourisme et de la culture, sans oublier l’économie et surtout la politique qui y règne actuellement», a annoncé l’artiste.

Vainqueur ou pas…

L’Afrima sera clôturé le 12 novembre par une cérémonie de remise des trophées. Plusieurs artistes de divers secteurs seront donc au rendez-vous, entre autres, des photographes, des musiciens… Bref, cette cérémonie sera en quelque sorte une reconnaissance de tous les artistes africains qui méritent d’être soutenus. «Que je sois élu vainqueur ou pas, je reviendrai au pays déjà vainqueur, ayant établi un grand pas dans l’univers de la musique malgache», a-t-il précisé.

Une tournée nationale

Après cet évènement, il retournera au pays en continuant de réaliser sa tournée nationale dénommée «Resim-pitia tour». L’artiste a déjà sillonné plusieurs villes de l’Est de la Grande île sans oublier la capitale. Au mois de décembre, il projette de visiter le Sud. «Ensuite, je prévois de présenter enfin mon premier opus», a ajouté l’artiste.

Fondateur du label Makua, avec sa femme Deenyz, Shyn produit d’autres artistes. «Nous sommes ouverts à tous les artistes qui désirent travailler avec nous. Actuellement, nous avons trois artistes sous notre houlette, à savoir Boy Black, Shadow et Deenyz. Adoptant tous les genres musicaux, nous travaillons même la musique classique avec le chanteur lyrique Hasina», a-t-il conclu.

Holy Danielle

 

Tia Tanindranaza1 partages

Antananarivo RenivohitraToerana 30 mbola miotrika pesta ?

Fantatra fa nisy vehivavy iray 53 taona nampidirina teny amin’ny hopitaly manara-penitra eny amin’ny Route Digue Andohatapenaka omaly alarobia 8 novambra ary voalaza fa voan’ny « peste bubonique » izy io.

RTT

Tia Tanindranaza1 partages

Tale jeneralin’ny UsaidHandao an’i Madagasikara

Nitsahatra tamin’ny iraka nampanaovina azy teto Madagasikara ny tale jeneralin’ny rafitra amerikanina USAID, Michelle Godette.

 Tonga nanao fitsidihana fanaovam-beloma ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana, teny amin’ny lapam-panjakana Mahazoarivo ny tenany omaly, notronin’ny masoivoho Amerikanina miasa eto amintsika, Robert Yamate. Notsiahivin’ny roa tonta fohy ny asa vitan’ny Usaid teto amintsika izay niompana tamin’ny lafiny fahasalamam-bahoaka, ny fambolena, ny tontolo iainana, ny famatsiana ara-tsakafo, ny fitantanana sy fisorohana loza ary ny fampandehanana an-tsakany sy an-davany ny dingana arahana amin’ny fanatontosana fifidianana. Nanambara kosa ny masoivoho Amerikanina fa vonona amin’ny fanampiana antsika amin’ny famaranana ny ady amin’ny pesta.

J. Mirija

L'express de Madagascar1 partages

Antananarivo-Ville – Un malade dans la rue succombe à la peste

L’épidémie de peste fait encore parler d’elle dans la ville d’Antananarivo. Un homme aurait tiré sa révérence dans un grand hôpital d’Antananarivo suite à la peste pulmonaire, selon le résultat de son prélèvement sur un test de diagnostic rapide (TDR). C’est le Bureau municipal de l’hygiène (BMH) de la Commune urbaine d’Antananarivo qui a fait le rapport, tard dans la soirée. « Quelques personnes ont amené cet homme, dans notre service ce matin (ndlr : hier). Elles l’auraient trouvé dans la rue, malade. Nous avons procédé aux premiers soins, il a été ensuite emmené dans un grand hôpital pour la suite des traitements. Il y a succombé quelques temps après », explique notre source.Avant ce dernier cas, le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo s’est félicité du « Zéro décès depuis dix jours à Toamasina et depuis cinq jours à Antananarivo ». Dans le dernier rapport de la situation générale de la peste, envoyé par le bureau national de la Gestion des risques et catastrophes (BNGRC), hier, il n’y avait pas de décès signalé, malgré la hausse des personnes décédées, passant de cent trente-et-un à cent trente-deux, entre les 7 et 8 novembre. Ce cent-trente-deuxième cas inscrit dans le bilan ne serait pas récent, selon une source auprès du ministère. En comptabilisant cet homme décédé, hier, le nombre de décès de peste augmente à cent trente-trois.Cet homme aurait été inhumé par les agents du BMH dans la fosse commune d’Anjanahary, hier-même.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

38e Rallye International de Madagascar – Vingt-neuf équipages engagés

Le 38e Rallye international de Madagascar se tiendra du 10 au 12 novembre. Quatre spéciales spectateurs se dérouleront au stade de Mahamasina. 

Un ouf de soulagement. La fédération du sport automobile de Madagascar et ses partenaires pourront organiser sans crainte le Rallye International de Madagascar.Après la levée de la note circulaire du ministère de la Jeunesse et des sports sur l’interdiction de toute manifestation sportive à cause de l’épidémie de peste, le RIM qui en est à sa 38e édition peut bel et bien se tenir ce week-end. Vingt neuf équipages sont engagés dont un étranger. Les courses s’étaleront les vendredi 10, samedi 11 et dimanche 12 novembre. En tout, cinq équipages étrangers dont trois français et deux réunionnais ont été prévus participer à cet édition 2017.Quatre se sont désistés  par peur de la peste et il ne reste finalement plus qu’un seul en lice à l’instar de Pierre Mc Donald au volant d’une Peugeot 206 et en compagnie de Jimmy Rabenan­toandro. Quant aux locaux, six équipages prétendants au titre sont encore en course dans cette avant-dernière manche du championnat de Madagascar des rallyes en l’occurrence Ndrianja-Fanja sur Subaru Impreza N4, Boana-Miangaly sur Subaru Impreza N4, Haja-Alain sur la SsangYong Actyon T2M, Louvel-Teddy sur Mitsubishi Evolution IX N4, Tahiana-Baovola sur Subaru Impreza M12 et Yves-Nitro sur Subaru Impreza N4.« L’ordre du départ suivra normalement le classement provisoire du championnat …Mais le collège des officiels pourra le renverser après leur réunion avant le coup d’envoi. C’est au commissaire sportif de prendre la décision finale sur l’ordre de départ », a mentionné Jimmy Rakotofiringa, président de la fédération.

Les pistes en bon état Dix sept épreuves spéciales longues de 178,5km seront au menu des concurrents dont quatre super spéciales spectateurs au stade de Maha­masina, trois tours du terrain de foot à chaque fois. Avec les 313,32km de liaison, la distance totale du rallye s’élè­ve à 491,49km. « Une bonne partie des épreuves spéciales a été réhabilitée et dénivelée…  Celle longue de 7km a même une largeur de 18m, une occasion pour les concurrents d’améliorer leur temps », reconnaît Alain Rasamimanana, un des concurrents après reconnaissance.Concernant les super spéciales à Mahamasina, les concurrents suivront le sens inverse des aiguilles d’une montre pour les deux ES du vendredi mais l’inverse pour le samedi et le dimanche. « Un cahier de charges a été établi entre la fédération et la commune urbaine d’Antana­narivo qui  consiste en l’engagement de remettre la piste autour du terrain de foot en son état initial en cas de dégradation », a confié le président de la FSAM. Les deux cham­pions nationaux en slalom à savoir Laza Randriami­fidimanana et Hugo Louvel effectueront un show case avant chaque spéciale spectateurs à Mahamasina. Celle du samedi sera une épreuve de nuit car le départ de la première voiture est prévu à 18 heures 45 minutes.

Parcours

Vendredi 10 novembre13 :00    (ES1)    Stade Mahamasina 1    (1,35km)15 :00    (ES2)    Stade Mahamasina 2    (1,35km)

Samedi 11 novembre8 :10    (ES3)    Andobokely-Antsahateraka 1    (11,37km)10:15    (ES4)    Ambohibe-Ambodimanga 1    (22,11km)10:57    (ES5)    Ambohinome-Ambodifasina    (7,77km)13:20    (ES6)    Andobokely-Antsahateraka 2    (11,37km)15:30    (ES7)    Ambohibe-Ambodimanga 2    (22,11km)16:12    (ES8)    Ambohinome-Ambodifasina 2    (7,77km)18:45    (ES9)    Slalom circuit Mahamasina    (1,35km)

Dimanche 12 novembre:06:25    (ES10)    Ambodifasina-Ambohinome1    (7,77km)06:45    (ES11)    Ambodimanga-Ambohibe 1    (22,11km)07:54    (ES12)    Antsahateraka-Andobokely 1    (11,37km)10:08    (ES13)    Ambodifasina-Ambohinome1    (7,77km)10:29    (ES14)    Ambodimanga-Ambohibe1    (22,11km)11:37    (ES15)    Antsahateraka-Andobokely 1    (11,37km)13:32    (ES16)    Ambodifasina-Ambohinome1    (7,77km)14:20    (ES17)    Slalom circuit Mahamasina    (1,35km)

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Service financier – Un compte épargne sur mobile

Le service de mobile money de Telma vient de lancer un nouveau service. Pour obtenir une avance et épargner depuis un simple téléphone.

L’utilisation de mobile money connait une grande révolution. Elle ne se limite plus à un simple dépôt ou retrait d’argent. Maintenant, elle est devenue une véritable banque mobile en proposant de nombreux services financiers. C’est le cas par exemple de MVola. Les utilisateurs de ce service mobile money de Telma peuvent désormais bénéficier d’une offre « Avance », ou encore d’une « épargne », comme le proposent les établissements bancaires.« MVola Avance permet de disposer d’une avance d’argent immédiate à tout moment 24h/7j, partout à Madagascar, sans se déplacer. Chaque jour, nous innovons en apportant de nouveaux services pour tous les Malgaches. Cette offre est un petit coup de pouce simple qui aide nos clients à réaliser leurs rêves », a déclaré Matthieu Macé, administrateur général de Mvola mardi lors du lancement de l’offre.Pour bénéficier de ce service, il faut tout d’abord demander son éligibilité et connaître le montant pour lequel on est éligible. D’après les explications recueillies sur place, il n’est pas nécessaire de se rendre dans une agence ou de fournir une tonne de papiers administratifs ou encore d’attendre l’issue de son étude de dossier. Toutes les démarches se font depuis son téléphone portable et instantanément.

InterconnexionL’avance proposée varie entre 1000 ariary et 500 000 ari­ary et devrait être remboursée dans les trente prochains jours. Le montant des frais est de 9%. En ce qui concerne l’épargne, le montant minimum est de 100 ariary. Quand au taux de rémunération, il est de 2% par an, selon le res­ponsable.La proposition de cette offre est la suite logique du partenariat entre la BNI Madagascar et Mvola. La banque se porte garant financier du service. Les deux filiales de Axian Group étaient aussi les premiers à se lancer dans le tout nouveau service, le Bank to Wallet et Wallet to Bank. C’est un système d’interconnexion entre le portefeuille électronique et le compte bancaire permettant d’effectuer des opérations de virement entre les deux comptes dans les deux sens.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Lutte contre la peste – Le Japon appuie le plan national de riposte

Le gouvernement japonais répond à l’appel d’aide d’urgence lancé par le gouvernement malgache pour faire face à l’épidémie de peste. Il a octroyé du matériel médical, au ministère de la Santé publique, à travers l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA). « J’espère que ce matériel de secours sera une contribution tangible dans un court délai pour freiner l’épidémie de peste », lance son ambassadeur, Ichiro Ogasawara, lors de la remise officielle du matériel à Ambohidahy, hier.Le don est composé de deux cents couvertures, de trente mille masques de protection respiratoire et de quatre cents thermomètres fron­taux laser. « Ce matériel sera destiné aux centres de traitement de la peste et aux dispositifs de riposte sur le terrain », explique le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo.L’ambassadeur du Japon a rappelé la résolution du renforcement des systèmes de santé, incluse dans la déclaration de Nairobi, lors de la 6e conférence internationale au Sommet de Tokyo pour le développement de l’Afrique, TICAD VI, dont l’objectif principal est la « Promotion des systèmes de santé résilients pour la qualité de vie ». Il a indiqué que pour Madagascar, le renforcement de ce système de santé constitue un enjeu majeur.

M.R.

L'express de Madagascar1 partages

Stupéfiant – Une ancienne prisonnière interceptée

Une femme de 29 ans dealeuse de drogue s’est fait arrêter avec 8kg et 200g de chanvre à Fasan’ny Karana, mardi matin aux environs de 8h. La police des stupéfiants à Anosy a été alertée sur le fait que la suspecte venait de descendre d’un camion avec une sacoche contenant du cannabis. « Elle était sur le point de déposer la marchandise à son domicile, à proximité, lorsqu’elle s’est fait prendre par nos éléments », a indiqué une source policière. Soumis à un interrogatoire, elle a avoué avoir collecté et acheté ces produits à Ihosy où se trouve son fournisseur habituel. Les forces de l’ordre n’ont pas pu jusqu’à présent à se rendre dans ce district pour chasser les planteurs du cannabis.Suite à une exhumation du dossier de cette dealeuse, l’on a découvert qu’elle avait été écrouée plusieurs fois pour vente de substances stupéfiantes, selon les informations recueillies.D’après les premiers éléments de l’enquête, la femme  a acheté ces huit kilos de cannabis à deux cent cinquante mille ariary. La vente de drogue faisait partie de ses activités de la vie quotidienne, selon toujours les explications reçues. Elle a comparu devant le parquet hier et a été placée en détention préventive à la maison centrale d’Antanimora.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – Renforcer les liens com­merciaux malgacho-britanniques

Faire plus. Et la partie malgache, et celle de la Grande Bretagne s’engagent à renforcer les coopérations commerciales qui existent depuis 200 ans. Il a été enregistré en 2015, 16,4 millions de livres sterling d’exportations du Royaume Uni vers Madagascar et 61,4 millions de livres sterling d’exportations de Mada­gascar vers la Grande Breta­gne.« La coopération a été quelque peu mise en veilleuse mais il est grand temps pour Mada­gascar de saisir toutes les opportunités de partenariats commerciaux », a déclaré Nourdine Chabani en accueil­lant les parlementaires britanniques en visite à Madagascar, à son bureau hier. « Madagascar déploie des stratégies pour donner plus de valeur ajoutée aux produits à exporter et le marché britannique n’en demeurera pas en reste par rapport aux autres pays. Après le forum sur le commerce et l’investissement Grande Bretagne et Madagascar en 2015 à Londres, la réouverture de l’ambassade de Mada­gascar au mois de septembre, il est temps de conclure des engagements commerciaux », a souligné Tim Loughton, chef de la délégation des parlementaires britanniques.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara1 partages

Projet Nutris FarafaFy : Les marqueurs sont convaincants

A presque fin de parcours, le projet Nutris Farafafy affiche des avancées nettes en matière de lutte contre la malnutrition dans le district de Toliara I.

« Il est encore un peu trop tôt pour crier victoire, mais les avancées sont considérablement encourageantes ». Ce sont là les propos de Sylvain Dupont, responsable terrain auprès de l’ONG ACF ou Action Contre la Faim pour faire état de la situation et des avancées effectuées durant les deux années de travail. Œuvrant dans la lutte contre la malnutrition dans le district de Toliara I, les actions menées par l’organisme commencent à porter leurs fruits malgré le retard  qu’a pris le projet. Et Sylvain Dupont ne cache pas sa fierté. « Le projet n’était pas évident au début étant donné les innovations apportées aussi bien pour ACF, mais aussi pour ASOS son partenaire. Mais les avancées sont là et elles sont palpables, notamment en ce qui concerne le renforcement du système de santé dans le district cible » a-t-il affirmé. Ce qui se traduit par une meilleure collaboration avec le ministère de la Santé publique aussi bien au niveau local (par un fort partenariat avec les responsables auprès du district sanitaire) qu’au niveau national (projection d’un grand staff entre les deux parties qui sont le ministère de tutelle et ACF).

Extension. Sylvain Dupont toutefois de noter que des obstacles ont été observés durant les deux années. Notamment les barrières culturelles qui sont différentes d’un quartier à l’autre. Conséquence, le volet marketing social a pris beaucoup de retard, car il a fallu mener des études et enquêtes dans les quartiers ciblés pour trouver les solutions adéquates. Par ailleurs, le projet entend pouvoir continuer dans ses œuvres. Une extension de quatre ans serait en gestation. Prévu débuter au mois de juillet 2018, l’extension en question consiste à pérenniser  les activités déjà entreprises dans le cadre de la malnutrition. « Nous projetons de continuer les activités du volet marketing social. Nous pensons également entreprendre une ouverture dans les autres districts » a lancé Sylvain Dupont. A cet effet, des appuis à la mise en œuvre des priorisations du système de santé dans le district de Toliara II (qui est vaste géographiquement parlant) vont être effectués. La pérennisation du marketing social, plus particulièrement le lavage des mains dans le district de Toliara I fait aussi partie de la liste des activités à faire. D’autres projets comme les services liés à l’hygiène et à l’assainissement, ou encore l’intégration d’un projet sur la sécurité alimentaire, moyen de subsistance dans le projet actuel sont actuellement en gestation pour prendre en compte la dimension multisectorielle de la lutte contre la malnutrition.

José Belalahy 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

DG de l’USAID : Visite d’adieu au PM Mahafaly Olivier

Visite d’adieu du DG de l’USAID Michelle Godette au PM Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Au terme de sa mission à Madagascar, suite à son affectation pour un nouveau poste auprès du Bureau régional Afrique de l’USAID (Aide Américaine au Développement), Michelle Godette, Directeur Général de l’USAID Madagascar, accompagnée de l’Ambassadeur américain, Robert Yamate, a rendu une visite d’adieu auprès du Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier. Un bref échange qui a permis à la partie américaine de dresser un bilan des actions entreprises ainsi que les domaines touchés par l’intervention de l’USAID, entre autres la santé publique, l’agriculture, l’environnement, le secteur alimentaire, la gestion des risques et catastrophes et la gestion du processus des élections. Le directeur de l’USAID de préciser qu’une base de santé communautaire pour la riposte contre la peste a été mise en place et que ses futures responsabilités lui permettront d’avoir l’opportunité de plaider la cause pour Madagascar, auprès de son organisme employeur.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Diplomatie : Le Groupe Parlementaire britannique au MAE

Après le départ de Timothy Smart, Philip David Boyle a remis, mardi dernier, ses lettres de créance au ministre des Affaires étrangères (MAE), Henry Rabary-Njaka en tant que nouvel ambassadeur du Royaume-Uni à Madagascar. « Je serai ici pour au moins trois ans et même plus. Je voudrais faire beaucoup de choses pour les relations entre nos deux peuples et nos deux îles. Au boulot ! », s’est-il enthousiasmé. Il est hors de question donc de remettre en cause ce qu’a réalisé Timothy Smart. Au contraire. Philip David Boyle va continuer ce que son prédécesseur a commencé en projetant de « bâtir une cathédrale sur la fondation de Timothy Smart », pour reprendre ses termes.

BGIPU. Toujours dans le cadre de la relation bilatérale entre les deux pays, le MAE a reçu, hier dans l’après-midi, une visite de la délégation de l’Union du Groupe Interparlementaire Britannique (BGIPU). Cette visite a été suivie d’une réunion entre les deux parties ; réunion qui s’est focalisée sur la coopération entre les deux pays. Notons que cette visite rentre dans le cadre de la célébration du 200e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Royaume Uni.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Marais Massay : 200 personnes menacées d’expulsion

Exploitant le terrain bordant le Marais Masay depuis des dizaines d’années, 200 personnes sont actuellement sommées d’évacuer le lieu. En effet, elles se sont rassemblées sur place pour contesterleur expulsion au bénéfice d’une société appartenant à un ressortissant étranger qui a, selon l’information a acheté le terrain en 2004. Le propriétaire affirme avoir un projet à réaliser sur place. Les expulsés crient au scandale en disant avoir déjà demandé le titre de possession de ce terrain en 2017. D’après leur représentant, ces personnes n’étaient informées de l’existence de vente qu’au moment où elles sont allées au service de domaine pour déposer leur demande. C’est pourquoi, ces gens ont porté plainte auprès du commissariat du VIIe Arrondissement de la Sécurité publique. L’enquête a révélé que cette vente a été initiée par l’un des occupants de ce terrain. Ainsi, la solution proposée par la police pour résoudre le problème était l’arrangement entre les deux parties. Ce problème surgit quand quelqu’un a détruit le baraquement construit par la société sur le terrain. La société a alors porté plainte pour destruction de bien d’autrui auprès de la brigade criminelle (BC) à Anosy en soupçonnant les occupants du terrain. Ainsi, ces derniers seraient convoqués à  la BC ce vendredi 10 novembre pour enquête. C’est pourquoi, ce groupe de personnes invite les autorités compétentes à prendre en considération leur cas.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Association « Cultural and Charity International » : Promotion de la Femme et protection de l’Enfance

Olivia Ratsimba, présidente de l’association A2CL.

Connue sous l’acronyme A2CL, l’Association « Cultural and Charity International » œuvre depuis deux ans pour l’autonomisation de la Femme et la protection de l’Enfance. Elle a pris en charge par exemple, la cantine scolaire de l’EPP Ankaraobato et a déjà effectué des activités de charité à Ivato et Talatamaty. Elle a convié la presse pour parler de ses projets en cours avec la Fondation Chirac et l’association « Bridge the gap » lesquels aboutiront-selon les dires de la présidente de l’association-Olivia Ratsimba à la construction d’un hôpital dédié aux nécessiteux à Antananarivo et à la création d’un centre culturel destiné aux enfants de la zone périurbaine de Mahitsy. Pour le moment en effet, « la santé pour tous » reste utopique à Madagascar, même si des efforts sont menés peu ou prou activement dans ce sens. La construction de cet hôpital concourra donc à rendre l’accès aux soins moins exclusif à Madagascar. Le centre culturel quant à lui permettra d’enrichir la vie culturelle des enfants des zones rurales, qui n’ont pas les mêmes chances que ceux des zones urbaines en termes de divertissement et d’accès à l’internet et à l’informatique (le centre initiera également les petits aux nouvelles technologies de l’Information et de la Communication). Par ailleurs, l’A2CL concocte pour samedi prochain un show inédit avec Larissa- chanteuse du titre « Sipa Mahavelon-tena » (traduit littéralement par une femme autonome financièrement) à la résidence « AL » Fort-Duchesne, qui servira de levée de fonds pour la continuité de ses actions caritatives.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Musique classique : Six chanteurs lyriques malgaches à la finale régionale des « Voix nouvelles »

Tous les artistes ayant passé les auditions, avec les membres du jury et les organisateurs.

Le verdict est tombé ! Sur les neuf chanteurs lyriques ayant passé le test pour le prestigieux concours international « Voix nouvelles » à l’IFM Analakely hier matin, six ont été retenus. Hajatiana Rakotozafy, Léonce Hancel, Manoela Randrianarimanana, Karisy Rajesson, Mino Rakotoarisoa et Mbolatiana Razafindrazaka quitteront donc dès demain le sol malgache pour se rendre à La Réunion pour la finale régionale Outre-Mer- La Réunion qui aura lieu le 10 novembre prochain à 17h à la Cité de Arts Saint-Denis. Le but de l’évènement est de découvrir de nouvelles voix lyriques et de permettre à des chanteurs de moins de 32 ans, qu’ils aient ou non une formation classique, de participer gratuitement aux auditions. Une tournée est ensuite organisée pour les lauréats, afin de les soutenir dans leurs débuts sur les scènes lyriques.Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Organisations de la société civile : Vers une déclaration commune pour les droits humains

Les membres de la société civile ont leur mot à dire concernant la question des droits humains à Madagascar.

La question des droits humains ? C’est un sujet à débats surtout quand on se réfère à la situation d’un pays qui n’est pas encore à cheval sur leur respect. Madagascar en fait partie et chaque jour, des cas de non-respect des droits humains se produisent sous quelque forme que ce soit. Les organisations de la société civile (Osc), dans le cadre du séminaire annuel de la société civile, organisent pendant trois jours, les 16, 17 et 18 novembre prochain au Motel Anosy des débats d’idées et d’échanges autour du thème « société civile et respect des droits humains à Madagascar : regards croisés » lesquels aboutiront à une « Déclaration de la société civile pour les droits humains ». Notons que ledit séminaire annuel des OSC est réalisé depuis 2014 avec le concours de l’ambassade de France dont le but est de, selon les explications que nous avons reçues, « réunir les OSC autour d’un thème spécifique lié à des grandes questions de société, afin de favoriser la mise en réseau des organisations dans l’ensemble du pays et permettre un échange de bonnes pratiques ».

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Poule des As : CNaPS Sport et Elgeco Plus comme prévu

La première journée des matches retour de la Poule des As n’a rien changé au classement. Tout simplement parce qu’ Elgeco Plus et CNaPS Sport ont chacun pris les trois points de la victoire.

Le titre de champion de Madagascar se joue désormais entre la CNaPS Sport et Elgeco Plus après leur victoire respective contre COSFA et HZAM.

La CNaPS Sport a anéanti à jamais la chance de réaliser un doublé pour le COSFA. Une victoire de 3 buts à 1 a suffi aux caissiers pour espérer ouvrir une voie royale pour le titre.

Chasse tibias. Ce fut pourtant les militaires qui ont ouvert très tôt le score (3e) grâce à leur buteur de service Dimby qui a surpris le gardien Leda avec ce ballon qui ricocha l’un des montants avant de finir dans les filets.

La CNaPS parvint pourtant à revenir au score par Lalaina durant les arrêts de jeu de cette première période.

Du coup il n’y avait pratiquement eu de match avec cette partie de chasse-tibias initiée par le COSFA, mais par précaution, l’arbitre Abdoul Kanoso qui a eu le mérite d’avoir maîtrisé cette rencontre d’une rare intensité ne sortit qu’une seule fois le carton rouge sans nul doute pour tempérer cette fougue des militaires.

Jouant à dix, ces derniers finissaient par plier devant le but de Foroch à la 80e mn et puis pour bien marquer le coup, ce bijou de Njiva qui trouva la lucarne (90 + 2).

C’était trop dur pour le COSFA dont on attendait mieux que cette chasse à l’homme, mais c’est presqu’ une certitude qu’il va lever les pieds lors du match de jeudi contre Elgeco Plus et prolongeant ainsi le suspense jusqu’à la journée de dimanche.

Triste fin. Hier pourtant, Elgeco Plus a connu une entame de match assez pauvre faite d’imprécisions. Et c’est logiquement Amparafa qui menait au score grâce à deux buts de Besona et de Cheverin (6e et 42e).

Elgeco Plus avait pourtant ouvert le score en premier par Bela (4e), mais HZAM était bien revenu. Pas pour longtemps, car dès la rentrée des vestiaires, Careca allait apporter du sang neuf à l’équipe en faisant entrer Neste et Ndolo dans un rôle de sentinelle.

Du coup le jeu d’Elgeco Plus devenait plus fluide et les buts se succédaient à la chaîne. D’abord par Zola (45e) qui trouva la lucarne par Dino de ce surpuissant tir dont il a le secret (57e) puis Bela profita d’un coup franc rapidement joué pour prendre de vitesse toute la défense d’Amparafa. Nesta (66e) enfonca un peu plus le clou au grand dam du HZAM qui ne savait plus sur quel pied danser dès la sortie de Besona. Une triste fin pour cette équipe qui avait pourtant montré un nouveau visage du football d’Amparafa.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Un sentiment de frustration latent

C’est un régime décidé à perdurer qui occupe aujourd’hui le terrain médiatique. Confrontée à une opposition inexistante, l’équipe au pouvoir semble avoir un véritable boulevard devant elle et peut développer sa campagne de communication sans risque d’être contredite. Actuellement, son argumentaire pour convaincre l’opinion du bienfondé d’un deuxième mandat du chef de l’Etat est prêt.

Un sentiment de frustration latent

C’est le regard vissé sur l’élection présidentielle que les stratèges entourant le chef de l’Etat planifient les actions du régime. Tous les rouages du pouvoir sont maintenant verrouillés. L’élection de Rivo Rakotovao à la présidence du Sénat, a été menée de main de maître et avec elle, ce sont toutes les institutions qui sont contrôlées par l’Exécutif. Ce dernier peut maintenant affirmer qu’une stabilité politique existe à Madagascar et rassurer la communauté internationale. L’opposition semble totalement neutralisée et elle peine à faire entendre sa voix. La société civile ne veut pas désarmer et multiplie les interpellations et les critiques. Elle alerte sur les dérives possibles du pouvoir. L’église catholique par la voix de l’Archevêque d’Antananarivo a dénoncé tous les travers du régime. Mais l’opinion semble totalement résignée, voire anesthésiée. Les difficultés de la vie quotidienne et l’insécurité toujours présente sont pourtant des raisons de mécontentement, mais elle ravale sa rancœur. Les promesses non tenues et les effets d’annonce passés semblent être oubliés. Ce sont les perspectives d’avenir qui vont maintenant être mises en avant. Les constructions de centrales électriques font partie de ces projets qui vont permettre de redonner un certain lustre au programme du régime. Dans les semaines, voire les mois à venir, la campagne de communication de l’équipe au pouvoir va s’intensifier. Va-t-elle cependant réussir à faire disparaître ce sentiment de frustration latent ? L’avenir nous le dira.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Vono olona tetsy Sabotsy Namehana : Karohina fatratra ilay rangahy, nitondra ny zanany nitsoaka

Vono olona niniana natao sy efa nomanina izy iny, hoy ireo zandary miandraikitra ny famotorana tamin’ilay raharaha vono olona mahatsiravina izay niseho tetsy Sabotsy Namehana, ny talata lasa teo. Renim-pianakaviana iray, manodidina ny 28 taona teo ho eo moa no hita faty tao an-trano ary novonoina tamin’ny fomba feno habibiana. Miantefa avy hatrany tany amin-drangahy vadiny avokoa ny ahiahy rehetra. Ity farany mantsy izay tsy hita tany nanjavonana intsony, ary nitondra ny zanak’izy ireo, zavavavikely 5 taona, nitsoaka. Vao mainka ihany koa manamarina izay ahiahy izay, araka ny nambaran’ireo mpanao famotorana hatrany ny antso an-tariby izay nifanaovan’ity raim-pianakaviana ity sy ny mpiara-miasa amin’ny vadiny, ny amin’ny hoe « maty novonoiko ato ny vadiko », ary ilay vola sy voninkazo natao teo akaikin’ny vatana mangatsiakan’ilay ramatoa. Na izany na tsy izany aza anefa dia mbola mipetraka ny ahiahy, ary ny fahitàna ity rangahy ity ihany no ahafantarana marina makasika ity tranga ity. Marihana fa ny talata teo no hita faty tao an-tranony ilay renim-pianakaviana. Ny zoma teo izy no efa nanomboka tsy nipoitra intsony tany am-piasana izy. Antony nahatonga ilay mpiara-miasa aminy, nandeha nijery azy tany an-tranony, ny talata, kanjo efa tranga mampivarahontsana no novantanina. Io andron’ny zoma io ihany koa no nahitàna ilay vadiny farany, raha nanatitra ny lakilen’ny trano tao amin’ny tompon-trano izy. Ny andro nahitàna ny razana ihany moa dia efa nentina natao fitiliana tany amin’ny hôpitaly ity renim-pianakaviana ity ary nomena ny havany omaly. Tsy afaka notazomina ela intsony ihany koa ny razana, ka omaly ihany dia efa nalevina araka ny fampitam-baovao azo.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Iavoloha : Trois ambassadeurs reçus par Hery Rajaonarimampianina

Dr Philip Boyle, ambassadeur de la Grande Bretagne remettant ses lettres de créances au Président Hery Rajaonarimampianina.

Trois ambassadeurs nouvellement accrédités auprès de la République de Madagascar ont présenté leurs lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina, hier, au Palais d’Etat d’Iavoloha. Il s’agit du Dr Philip Boyle, ambassadeur de la Grande Bretagne, Ernesto Gomez Diaz de Cuba et de Carlos Enrique Fernandez-Arias Minuesa de l’Espagne.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Vice-présidence du Sénat : Ahmad remplacé huit mois après sa démission

Celui qui a été désigné par le président de la République pour prendre la place d’Ahmad, élu président de la CAF (Confédération Africaine de Football) n’est pas celui qui vient d’être élu vice-président de la Chambre haute pour la province de Mahajanga. Autrement dit, si le président national du HVM Rivo Rakotovao, quelques jours après sa désignation, a été élu président du Sénat à la place de Honoré Rakotomanana, c’est le sénateur Manjany Bienvenu qui occupe depuis hier le poste de vice-président pour la province de Mahajanga de cette deuxième Institution d’Etat. Ce magistrat membre de la Haute Cour de Justice (Cette Haute Cour de Justice n’est pas encore officiellement mis en place faute de deux représentants du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l’Etat de Droit) a été candidat unique lors de l’élection qui a été organisée hier au Palais de Verre à Anosy. Le processus de renouvellement des membres du bureau permanent du Sénat vient d’être achevé. A rappeler qu’Ahmad, après avoir été élu à la présidence de la CAF, a remis sa démission au mois de mars. Il fallait donc attendre huit mois pour que le poste de vice-président pour la province de Mahajanga ait été attribué.

R. EugènePartager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Dio Maharitra : Le IVe Arrondissement et le groupe Filatex au coude-à-coude

La cérémonie de remise des dons au IVe arrondissement.

La lutte contre l’insalubrité est plus que jamais une priorité actuellement en saison pluvieuse, d’autant plus que le début de celle-ci est couplé avec l’épidémie de la peste. Conscients des risques d’inondation et des maladies que cela peut engendrer quand l’insalubrité s’en mêle, les habitants du IVe arrondissement ont initié un projet intitulé « Dio Maharitra », pouvant se traduire librement par « Assainissement durable ». Pour réaliser le projet, le IVe arrondissement a fait un appel à collaboration, auquel le groupe Filatex a répondu favorablement, par la donation de matériels divers indispensables à l’assainissement des zones insalubres telles qu’une quarantaine de râteaux et de pelles, etc. Selon les dires du délégué au maire du IVe arrondissement, ce projet répond également à un besoin de sensibilisation de la population locale, car dès fois, celle-ci fait montre d’un laisser-aller en matière d’hygiène. Du coup, des actions doivent être menées de ce côté-là. Tanteraka Rakotoarisoa, Responsable RSE (Responsabilité Sociétale de l’Entreprise) de rajouter : « Filatex a répondu favorablement à cette initiative locale du IVe arrondissement, notre zone d’implantation, car elle correspond aux lignes directrices de notre politique RSE, laquelle favorise l’inclusion de la population locale et son bien-être dans le développement de la zone. »

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Les voix de l’Océan Indien 2017 : Cinq artistes malgaches en lice !

En 2014, Black Nadia fut primée. L’année suivante, Tence Mena se retrouvait sur le podium. Cette année, il n’y aura pas seulement un, mais peut-être cinq artistes qui seront récompensés aux VOI.

Ils ont marqué 2017 de leurs empreintes. Selon le point de vue du comité d’organisation des Voix de l’Océan Indien, en tout cas. Pour cette 8e édition, Rakroots, Stéphanie, Dadi love, Elidiot et Lion Hill ont été choisis pour représenter la Grande Ile dans les catégories : « Meilleure production audiovisuelle, meilleure voix féminine et masculine », aux VOI 2017. Les lauréats seront dévoilés le 16 décembre dans le fanal de la Cité des Arts à Saint-Denis et l’émission sera diffusée la semaine suivante, sur des médias de la zone Océan Indien. Au cours de cette soirée, les artistes se verront remettre des trophées par des personnalités de la filière musicale réunionnaise, en récompense de leur travail, de leur talent, de leur évolution et de leur popularité. Les internautes peuvent faire part de leur choix à travers les votes. Le public peut voter jusqu’au 15 décembre.

Les artistes. Avec sa mystérieuse « Tania », Rakroots a conquis tout Mada ! S’il était déjà apprécié, avec ce titre réalisé en collaboration avec Yann Loïc qui atteint le million de vues, le chanteur assoit davantage sa notoriété. L’écho de ce succès a même retenti jusque dans les îles sœurs. La preuve, cette sélection à l’une des plus prestigieuses cérémonies musicales de l’Océan Indien pour la « Meilleure production audiovisuelle ». Trois autres artistes originaires de Maurice, Mayotte et La Réunion concourent également dans cette catégorie.Figurant parmi l’une des artistes féminins les plus actifs de sa génération, Stéphanie est certainement celle qui compte le plus grand nombre de spectacles à son actif, aussi bien dans le pays qu’ailleurs. Un sprint qui n’est pas passé inaperçu et qui a porté ses fruits. En plus d’avoir été sélectionnée dans la catégorie Prix des îles « meilleur artiste malgache » avec Dadi love et Elidiot, elle est également en course pour « La meilleure voix féminine ».Lion Hill ? Il est probablement le moins connu de tous les artistes malgaches choisis pour représenter le flambeau malgache et aussi le plus jeune. Cependant, l’interprète de « Zana-jovy » est tout aussi méritant que ses aînés. Malgré sa jeune carrière, il a su s’imposer dans la jungle musicale. Et son travail a été remarqué. Raison pour laquelle il a été sélectionné par le comité d’organisation. Les votes continuent jusqu’au 15 décembre. Avis donc à tous ceux qui aimeraient apporter leur soutien à nos artistes !Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

Mahambo : Sambo nitondra entana, dobo rano

Sambo mpitatitra olona sy entana iray no niharan-doza tao amin’ny fari-dranomasin’i Mahambo, ao amin’ny distrikan’i Fenerivo Est. Dobo rano noho ny andro ratsy tampoka ity sambo ity, raha araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Tsy nisy ny naratra na ny namoy ny ainy, tamin’ireo mpandeha sy mpanamory ity fitaterana an-dranomasina ity, saingy ireo entana rehetra tao anatiny fotsiny no dobo avokoa. Raha ny fantatra dia teo amin’ny sisin-dranomasin’i Mahambo izy no tra-doza. Nisy tampoka ny fiforonana andro ratsy teny ambony ranomasimbe teny, ka niteraka onja nanimba ireo fitaovana teknika teny ambony sambo, araka ny fanazavàna nomen’ny teo anivon’ny faritra Analanjirofo. Teo amin’ny resaka GPS sy ny fanondroavaratra aloha no niandohan’ny olana, avy eo nitarika tamin’ireo fitaovana hafa. Hany ka tsy nahita ny lalan-kombany intsony ny mpanamory, ny fotoana tamin’io ihany koa efa alina rahateo. Na izany aza anefa dia niezaka nitady toerana hitodiana ihany ity farany. Teo am-panaovana izany izy no nidona tamin’ny vato ilay sambo, ary potika tanteraka. Latsaka an-drano avokoa ireo entana rehetra, izay manodidina ny 170 taonina any ho any. Entana saika hilain’ny olona tamin’ny fiainana andavanandro avokoa izy ireo, toy ny vary, simenitra, zava-pisotro sy ny maro hafa. Tonga teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy avokoa moa ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny tany an-toerana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao0 partages

BNGRC : Manavao sahady ny paikady sy drafitra hiatrehana ny hamehana

Tsy ny loza voajanahary ihany fa ny loza rehetra no tafiditra amin’io hamehana io ka nasaina nanatrika izany ny Lehiben’ny Faritra, ny sefo distrika, ny ben’ny tanàna ary ireo lehibe sy mpitantana ireo sampan-draharaham-panjakana isan-karazany. Ny jeneraly Rambolarson Charles no nitarika izany ary haharitra telo andro.

Vao nivoaka ny valanaretina pesta isika teo ary hiatrika sahady koa ny asara sy ny fotoanan’ny rivo-doza ka ilaina io fanavaozana io, izay efa atao hatrany isan-taona. Na izany aza dia mbola tsy mahafa-po ny olom-pirenena amin’ny ankapobeny ny fiasan’ny birao nasionaly hoentina hitantanana ny loza sy ny tandindonin-doza raha tsy hiresaka afa-tsy ny valanaretina pesta nisy teto, na koa ireo tondra-drano tamin’ny voalohandohan’ny taona.

Ilaina araka izany ny fanavaozana sy fanatsarana ireny paikady sy drafitra ireny mba tena hifanaraka tsara amin’ny zava-misy sy hamaly tsara ny filan’ny mponina sy hanampy azy ireo rehefa tena tonga ny loza.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FARITRA ATSIMO ANDREFANA : Iray volana no tsy avy ny orana, mijaly rano ireo mponina

Mikaikaika amin’ny fijaliana rano sy ny hain-tany ireo mponina satria tsy misy ny rano fisotro madio. Tapaka lava, hoy izy ireo ny mpaompin-drano ary zara raha misy adiny roa isan’andro ny fandefasana rano hamatsiana ny fokonolona. Araka ny tatitra avy ao an-tampon-tanànan’i Toliara, ohatra, dia iray volana mahery izay no tsy nilatsaka ny orana, hany ka latsaka an-katerena izy ireo.

Anisany nampalaza ny Faritra Atsimon’i Madagasikara ity hatramin’izay ny tsy fisian-drano sy ny rotsak’orana saingy ny tena mampimenomenona ireo mponina dia vao mainka nampijaly ny tantsaha ny hain-tany. Tapitra maina avokoa ireo tanimbary, ireo lohasaha sy renirano fitatazana rano. Tsy misy anefa ny vahaolana hamahana ny zava-misy hatreto fa dia miandry ny fahatongavan’ny orana sisa no azon’ireo mpamboly atao.

Raha ny tatitra voaray hatrany dia ritra noho ny haintany koa ankehitriny ilay renirano atao hoe “Fierena”, izay isany mampalaza ny Faritra, hany ka lasa afaka andehanan’ny fiara ka afaka ifamezivezena mihitsy. Vokatry ny tsy fisian’ny orana izay hatrany anefa dia betsaka ireo mitaraina satria misy andian’olona mbola manao doro tanety ihany ka mety ho izany koa no mahatonga ny orana tsy hilatsaka, hoy ny besinimaro.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ITAOSY AMBANIALA : Mirongatra tsy misy toy izany ny vaky trano sy halabotry

Raha tsiahivina anefa dia efa somary nangingina ny tranga fanafihana teo aloha teo. Araka ny tatitra voaray avy tamin’ireo fokonolona eny an-toerana, omaly maraina dia tokantrano miisa roa izao no fantatra teny amin’ny manodidina fa nisy namaky ny faran’ny herinandro lasa teo iny. Tapitra lasan’ireo jiolahy avokoa ny entana tao an-trano raha ny fanazavana voaray hatrany ary nilaza ihany koa ireto farany fa tsy teo an-tanàna ny tompon-trano, hany ka nanararaotra nitaona izay zavatra mety ho zakany ireo olon-dratsy.

Hatairana ny an’ny tompon-trano ny fiandohan’ny herinandro lasa teo raha toa ka trano foana tsy nisy na inona na inona no nivantanana. Manoloana ny zava-nisy dia efa nanomboka mahana ireto voaroba fa nisy olona teo an-tanàna niaraka nitsikombakomba tamin’ny olon-dratsy, ka nametraka ny raharaha teo anivon’ny mpitandro filaminana izy ireo mba hanao ny famotorana. Etsy andaniny anefa dia nanambara ny heviny ireo mponina sasantsasany fa misy olona ahiahiana tokoa eo amin’ny manodidina ary mangataka ny mpitandro filaminana haingana izy ireo hatreto mba hisian’ny fiaraha-miasa.

Marihana fa tsy io tranga tamin’ny faran’ny herinandro io ihany no nisy tao an-tanàna fa manjaka hatramin’ny halabotry matetika ka mihalany tamingana ny biby fiompy sy ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro. Miandry ny fandraisan’andraikitra ny zandary izy ireo amin’izao fotoana izao. Betsaka ireo maniry ny amin’ny hanaovana fisafoana ny tanàna amin’ny alina satria isak’alina no tena anaovan’ireo mpangalatra ny fandrobana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FITSARAM-BAHOAKA : Mpanafika roa maty nofirafirain’ny mpanara-dia tamin’ny antsy

Mpividy voka-bary nitondra omby sarety no notafihan’ny dahalo roa lahy tamin’ny alatsinainy maraina teo tokony ho tamin’ny 6 ora.

Tamin’ny lalana avy tany Marovoay hihazo an’Amboanio handeha hangala vary ireto farany no nosakanan’ny lehilahy roa nirongo sabatra sy zava-maranitra maromaro. Nambanan’ireo olon-dratsy tamin’ny antsy ilay lehilahy nitondra kalesa ary tsy nahahetsika intsony fa nijanona, nidina avokoa ny olona teo ambony sarety.

Noentin’izy roa lahy nandositra avy hatrany ny omby. Nampandre ny mponina avy hatrany ireo tompon’omby voatafika ary dia niroso tamin’ny fanarahan-dia. Voalaza fa teo Ambavarano Ambatomena dia saron’ny fokonolona nanara-dia izy roa lahy, ka avy hatrany dia niharan’ny hatezeram-bahoaka. Maty teo no ho eo ireto farany satria voafirafira antsy ary notapatapahina ireo rantsan-tanana tsirairay. Nandriaka ny ra teo an-toerana ohatra ny namono omby ny namonoan’ny fokonolona azy roa lahy ireo, araka ny fampitam-baovao azo.

Taorian’izany dia noentin’ireo fokonolona naseho ny ben’ny tanàna ao amin’ny Kaominina Bemanonga ireo ratsan-tanana roapolo. Omaly maraina dia mbola tsy nisy sahy naka ireo faty fa mbola tazan’ny mponina eo Ambavarano Ambatomena izay toerana namonoan’ny vahoaka azy ireo.

Manjaka ary dia tena mahazo vahana hatrany ny fanafihan-dahalo sy fanakanan-dalana any amin’ny Distrikan’i Morondava ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

HALATR’OMBY AO IBITY ANTSIRABE : Mpivaro-kena iray ahiana ho miray petsapetsa amin’ny dahalo

Samy manamafy avokoa ireo zandary miasa ao an-toerana na ny ben’ny tanàna fa anisany anjakan’ny asan-dahalo sy ny tsy fandriam-pahalemana ny Faritr’i Vakinankaratra tato ho ato.

Toy ny zava-nitranga ny talata alina hifoha alarobia teo dia dahalo andiany maro no tonga nigadona tao an-toerana ka nandraoka ny omby rehetra isaky ny vala. Nampihorohoro tamin’ny basy mahery vaika izy ireo, hany ka tsy sahy nanohitra daholo ny iray tanàna. Marihana, hoy ireo mponina fa ekipa iray mihitsy no tonga nandroba ka ireo tonga nanafika tao an-tanàna ihany no nanafika tany amin’ny tanànan’i Vinaninkarena, Manandona ary Ambano.

Tsy ampy fotoana ela akory dia efa tonga nanao ny asany ireo malaso ka mitaraina fatratra ireo fokonolona noho ny fahaverezan’ny fananana misesisesy. Manoloana ity tranga ity ihany koa dia fantara fa mpivaro-kena iray any amin’ny fokontanin’Ambohimena Antsirabe no voalaza fa miaraka mitsikombakomba amin’ny halatra ataon’ireo dahalo. Raha ny tatitra hatrany dia io mpivaro-kena io no mpandray ny omby avy nangalarina.

Nanamafy ireo mponina fa efa nigadra tao amin’ny fonjan’Antsirabe io rangahy io noho ny halatr’omby ihany ka talanjona indray izy ireo raha nahita azy mbola afaka mirenireny eraky ny tanàna sy mbola afaka mivaro-kena. Araka ny voalazan’ny ben’ny tanàna ao an-toerana, Ratovohery Arnauld dia “misedra olana goavana izy ireo amin’ny asan-dahalo matetika ary isany mirotsaka manao fanarahan-dia koa ny tenany. Mandry tsy lavoloha ireo mponina noho ny fisian’ilay rangahy voalaza etsy ambony fa mpiray tsikombakomba amin’ny mpanao ratsy”.

Hatreto ireo zandary dia mbola eo am-panaovana fanadihadiana lalina mahakasika ny raharaha ka andrasana ny fivoaran’ny toe-draharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA AO TOAMASINA : Lasibatra indray ny Karàna

Karana mpamongady « friperie » no nisy nanafika. Araka ny fanazavan’ireo nanatri-maso, dia efa-dahy ireo jiolahy izay nanao taingin-droa tamina môtô scooter roa. Tamin’ny fotoana nandehanan’ilay Karàna any amin’ny banky hanati-bola natao tao anaty sakaosy no tonga tampoka ireo olon-dratsy ka nisakana azy teo anoloan’ny fiarany. Vokany, vola an-tapitrisany Ariary maromaro no lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany.Tsy naratra na maty kosa ilay Karàna. Rehefa azon’ireo jiolahy ilay vola tao anaty sakaosy dia rifatra nandositra niaraka tamina basy PA izy ireo.

Tafaverina ny vola rehetra, tafatsoaka izy efa-dahy

Naharay antso an-tariby ara-potoana ny Polisin’ny Uir. Raikitra ny fanenjehana. Teo amin’ny tobin-dasantsy « Shell » eo amin’ny Gare Routière Tanambao V no nifanehitra tamin’ny polisin’ny Uir izy efa-dahy. Raikitra ny fifampitifirana teo amin’ny andaniny sy ny ankilany. Voa teo amin’ny sandriny ilay jiolahy iray izay nitondra ny vola ka votsotra teo amin’ny tanany ilay sakaosy. Tafaporitsaka kosa izy efa-dahy saingy navelan’izy ireo teo ny môtô roa.

Nampananonasarotra ny fitifirana nataon’ny polisy ny fahamaroan’ny mpivezivezy teny amin’ny lalana. Nifanojo tamin’ny firavan’ny mpianatra sy firavan’ny mpiasa mantsy ny fotoana nifanjevoana tamin’ireo jiolahy. Tafaverina tamin’ny tompony ilay vola voaroba ary mitohy ny fikarohana ireo olon-dratsy. Tamin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra ( alarobia antoandro), dia tsy mbola nisy voasambotra ireo tompon’antoka tamin’ny fanafihana.

Efa eo am-pelatanan’ny polisy kosa ireo môtô roa. Izy efa-dahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana izay fantatra fa samy avy any Ambovombe-Androy avokoa, araka ny fanadihadiana.

Kamy

News Mada0 partages

Seranam-piaramanidina Ivato : orinasa malagasy 20 miaraka amin’ny CMBI

 Nampahalala ny fizotry ny asa eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, omaly, ny tale jeneralin’ny Ravinala airports, Vincent Devauchelle, sy ny tale lefitra ao amin’ny CMBI, Thibaut Servant. Mandroso araka ny tokony ho izy ny asa, hatramin’izao.

 

Miroso araka ny tokony ho izy ny asa fanitarana ny seranam-piaramanidina eny Ivato. Raha tamin’ny volana aogositra teo ny nanombohana ny asa fanaovana fototra, efa tafapetraka ankehitriny ireo andry 83 mirefy 20 m ny iray, iaingan’izany fototra izany. Azo lazaina fa efa vita eo amin’ny 66 % ny velarana hametrahana izany faritra vaovao izany. Efa atomboka izao ireo fototra fandraisana izany velarana izany, mitsangana na mitsivalana, araka ny lamina ara-teknika. Ravinala airports Ivato sy any Nosy Be, samy anehoana ny fizotry ny asa manaja ny fe-potoana nofaritana.

Tompon’antoka amin’ny asa ny Colas Madagascar sy ny Bouygues bâtiment international  (CMBI). Mitarika ny orinasa malagasy 20 miara-miombon’antoka amin’ny fanatanterahana ny seranam-piaramanidina roa, Ivato sy any Nosy Be indray ny CMBI. Nomarihin’ny CMBI fa maro anisa ny Malagasy, teknisianina na mpiasa tsotra, amin’ny fanaovana izao asa izao. Misy 300 ny Malagasy miara-miasa amin’ireo orinasa frantsay roa lehibe ireo, eo Ivato sy any Nosy Be.

Ivato, hatomboka amin’ny volana janoary 2018 ny charpente, ary ny volana marsa 2018, hatomboka ny piste manana code E, hatao hahazaka sokajina fiaramanidina lehibe, araka ny fanazavan’ny teknisianina iray ao amin’ny CMBI. Raha tsy misy ny sampona, voahaja ny fepetra rehetra, tokony ho vita amin’ny volana septambra 2018 ny piste vaovao, araka ny fanazavana nentin’io teknisianina io ihany. Miasa ho an’ny tontolo iainana ihany koa ny Ravinala airports, manamboatra toby fanadiovan-drano. Ho vita amin’ny fiandohan’ny taona manaraka io izany fotodrafitrasa izany. Mbola hitohy hatrany ny asa aorian’izay …

R.Mathieu

News Mada0 partages

Elections 2018 : la Ceni exige un calendrier officiel

Plus d’un est dans l’expectative à propos de la tenue annoncée sans conviction, par le régime, de la présidentielle en 2018. Outre le code électoral, l’un des points phares du processus est également d’arrêter les dates. Mais, pour le moment, l’Etat joue avec la montre.

Sous cet angle, le président de la Ceni, Hery Rakotomanana a interpellé les autorités concernées. «Nous exigeons  à ce que la date de l’élection présidentielle de 2018 soit fixée une bonne fois pour toute afin de mettre fin  aux  polémiques et afin que nous puissions bien nous organiser. Nous attendons vivement également l’issue du processus du cadre légal selon les normes internationales», a-t-il ajouté. Les normes internationales réclament que la loi électorale ne devra plus être retouchée six mois avant les élections.

Le président de la Ceni a rappelé les trois postures qu’elle va adopter dans l’exercice de  sa mission notamment la fermeté et la rigueur dans toutes prises de décision, faire respecter la Loi électorale et assurer la transparence dans tout ce qu’elle entreprend.

Indépendance

Hery Rakotomanana n’a pas non plus mâché ses mots sur l’indépendance sacrée de la Ceni.

 «Nous tenons à rappeler l’article 6 de la loi 2015-020 régissant la structure de la Ceni. Cet article mentionne que la Commission Électorale Nationale Indépendante n’entretient aucun lien hiérarchique avec les autres Institutions de l’Etat. Elle est autonome, dans la prise de décisions qui rentrent dans le Cadre de l’exercice des  attributions qui lui sont conférées par la présente loi. (…)», a-t-il déclaré devant des membres de la communauté internationale en occurrence, le coordonateur résident du Système des Nations unies à Madagascar, Violet Kakyomya et l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini.

Concrètement, cette institution en charge des élections à Madagascar revendique son indépendance juste à la veille des élections. En effet, cette indépendance est un gage d’une élection juste, transparente, impartiale en vue d’une élection apaisée et acceptée par tous, donc une élection crédible.

«C’est juste un simple rappel pour tous et nous voulons vraiment assoir l’autorité de  la Ceni. Les membres de la Ceni se conforment seulement à la Constitution et à la Loi électorale», a-t-il conclu.

 Nadia

 

News Mada0 partages

Orange solidarité : des centres de lecture dotés de connexion

Le Centre de lecture d’information et de culture (Clic) d’Ambondrona Antalaha se dote d’équipements informatiques et d’une connexion internet. L’équipe d’Orange Solidarité et l’association Trait d’Union France-Madagascar ont procédé à la mise en place de la connexion le 8 novembre.

Les CyberCLIC s’inscrivent dans les programmes de solidarité numérique engagés par Orange Solidarité Madagascar, dont la contribution a permis l’acquisition de trois ordinateurs, d’une imprimante et de trois onduleurs. La connexion internet est, par ailleurs, offerte par Orange Madagascar.

Durant sa prise de parole, Josie Randriambeloma, présidente d’Orange solidarité, a souligné l’importance de l’accès  à l’information et les opportunités de se familiariser avec internet. En effet, le déploiement des centres de lecture d’information et de culture est une initiative de l’association «Trait d’union France Madagascar».

L’association se fixe comme objectif d’initier et de développer des projets d’éducation, de lecture, d’information et de culture en synergie avec les actions du gouvernement malgache. 25 Clic, aussi appelés bibliothèques de brousse, ont été créés par Trait d’union, entre 2003 et 2006, dans le cadre d’un Partenariat public privé (3P).

Par ailleurs, l’association et Orange Solidarité ont déjà collaboré ensemble pour la mise en place du projet «Education par les livres». Orange Solidarité Madagascar a contribué aux actions de Trait d’union France Madagascar avec plus de 15.000 euros depuis 2011. Les CLIC d’Ampefy et d’Amboasary Atsimo seront connectés prochainement.

R.R.

 

News Mada0 partages

Ceni : « Tsy tokony hiadian-kevitra ny datim-pifidianana »

« Tsy afa-mihoatra ny fe-potoam-piasan’ny olom-boafidy ny voafaritry ny lalàna. Mahafantatra izany ny rehetra. Amiko, tsy tokony hipetraka ny adihevitra momba ny datim-pifidianana. »

Izay ny nambaran’ny  filohan’ny Vaomieram-pirenena mahaleo tena misahana ny fifidianana (Ceni), Rakotomanana Hery, taorian’ny fandraisan’ny Pnud ny vola fanampiana avy amin’ny fanjakana frantsay ho an’ny Ceni ao amin’ny kitapom-bola hikarakarana fifidianana, teny Alarobia, omaly.

Manaja ny lalàna misy amin’izao fotoana izao ny Ceni, mandra-piandry izay lalàna vaovao. « Raha ny lalàna misy amin’izao fotoana izao: tsy anjara adidin’ny Ceni ny manonona ny datim-pifidianana, fa misy tomponandraikitra ao », hoy izy.

Mila havoakan’ny governemanta ny datim-pifidianana

Miangavy ny governemanta izy mba hotononiny izay datim-pifidianana izay. Mba ho filaminan’ny firenentsika izany. Satria lasa misy adihevitra isan-tokony momba izany, izay tsy tsara loatra ao anatin’ny fitantanana ny fifidianana.

Tiana hapetraka amin’ny toerany avokoa ny zava-drehetra eto amin’ny tany sy ny firenena. Vaomieram-pirenena mahaleo tena tanteraka ny Ceni. Tsy misy andrimpanjakana hafa manana fifandraisana araka ambaratonga aminy, fa ny lalàmpanorenana sy ny lalàm-pifidianana no eo amboniny, araka ny nambarany.

Amin’ny fenitra iraisam-pirenena, tsy azo kitihina intsony enim-bolana mialoha ny fifidianana farafahelany ny lalàm-pifidianana. Hiasana hatramin’ny 2019 ny tahirim-bola hanatanterahana fifidianana, ary hiarahan’ny rehetra mibanjina amin’izany ny 12 tapitrisa dolara, raha ny fanazavany. 300 000 euros no natolotry ny fanjakana frantsay.

Tsy ao anatin’ny kajikajy sy paipaika politikan’ny fahefana mpanatanteraka ve ny tsy famoahana ny datim-pifidianana.

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Antoko Maitso hasin’i Madagasikara : « Ilaina ny fifanarahana politika mba tsy ho tonga amin’ny koron...

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana « Ambarao » eo anivon’ny onjampeo Alliance  92  FM,  omaly, ny birao  nasionalin’ny antoko  Maitso  hasin’i Madagasikara, Ratafika. Nivoitra  tamin’izany  ny hevitr’izy ireo momba ny fifidianana sy ny lalàmpanorenana… Ampahany amin’ny  resadresaka. 

 

Mitondra fanitsiana ary mijery ny  fomba hanatsarana ny lalàm-pifidianana izahay. Aminay,  ilaina ny fifanarahana politika satria vahaolana izany mba tsy ho tonga amin’ny korontana  isika.  Hapetraka mazava  ny fanovana tiana hatao ary ao anatin’ny mangarahara mba hahatonga ny kandidà hanana zo  mitovy amin’ny fifidianana”, hoy  izy. Noraisiny ohatra  ny  tsy  fanarahan-dalàna efa  fahita toy ny fampiasana fitaovam- panjakana nefa  tsy nisy ny fepetra  noraisina.  “Tokony harahi-maso izany na  efa eo aza ny lalàna ary hampiharina…”, hoy ihany Ratafika.  Nanteriny koa  ny tokony hijerena ny fizarana tee shirt sy vola  kely omena ny mpifidy satria fitaka  bevava atao amin’ny vahoaka ireny. “Izao  iaraha-mahita izao  ny vokany. Tsy nahavita iray andro ireny vola kely ireny ka tokony  hojerena mba hahatongavana amin’ny fifidianana  madio sy eken’ny rehetra…”, hoy izy. Momba ny Ceni kosa, nohitsiny fa mandringa noho  ny tsy  fahitana ny tena mpilalao fototra ao anatin’io  rafitra io. “Lesoka ny  tsy fananan’ny antoko politika  ao anatiny. Tsy mipetraka ny fahaleovantenany. Mbola andrasana amin’ny governemanta amin’ny tetibolam-panjakana ny vola ho azy ireo…”,  hoy Ratafika.

Tsy  misy kajikajy politika fa ho tombontsoan’ny  vahoaka

Nitondran’ny Maitso hasin’i Madagasikara ny heviny koa ny fanitsiana ny lalàmpanorenana. Manaiky izy  ireo raha  hatao izany saingy  nametraka fepetra. “Tsy hijerena ny tombontsoa manokana fa ho an’ny vahoaka sy ny firenena ary tsy misy kajikajy politika  na fitiavan-tena. Aoka hatao mangarahara sy tsy tery vay manta na amboletra.  Tokony miandalana ary hampahafantarina ny vahoaka ny votoatiny, indrindra fa ny  tantsaha  satria lesoka  izany”, hoy ihany izy.

Ankoatra izany, nambarany fa efa nanana volavolan-kevitra nalefa amin’ny antanan-tohatra izy ireo momba ny fanatsarana ny lisi-pifidianana. Eo koa  ny fanentanana  ny mpikambana eo anivon’ny antoko  hijery akaiky izany.  “Ny mpiara-monina eny ifotony  koa tokony hanara- maso  na ao avokoa  ny  iray tanàna na  tsia. Tokony mifankalala ny mponina ary afaka mifampiresaka  momba izany…”, hoy  izy.

Nitondrany ny  heviny koa ny momba  ny tetibolam-panjakana, hodinihin’ny parlemantera  ka nilazany fa zary lasa laharam-pahamehana avokoa ny rehetra. “Efa  latsaka an-katerena  isika… Na izany aza, misy ny laharam-pahamehana ambon’ny laharam-pahamehana.  Ohatra  ny momba ny fiainan’ny vahoaka. Tokony hojerena izany… Mandeha amin’ny resaka  tontolo  iainana koa izany raha ho anay maitso… Aoka tsy hodinihana fa ho any  fa ho any. Jereo akaiky io  tetibola io ry  parlemantera. Farito  ny laharam- pahemahana…”, hoy izy.

Kandidà tokana amin’ny fifidianana filoham-pirenena

Momba ny fiarahana eo anivon’ny vovonana Armada kosa, nambarany fa mbola voatana ny hanolorana miaraka kandidà tokana na  samy manana ny fotokeviny  aza izy  ireo. “Misy ny vina iraisana  itondrana ny firenena.  Olon-dehibe nifanaiky sy nifanao velirano ny mpitarika  ny  Mapar, Hiaraka isika, Malagasy miara-miainga, Maitso hasin’i  Madagasikara ary koa ny Avana,  ka  tsy hisy  ny fivadibadihana satria efa mafy fototra izahay amin’izao fahefa taonanay izao…”, hoy izy. Notsiahiviny fa mahay miasa mirindra izy  ireo ary hivory ato ho ato hanendry ny ho kandidà iraisana  amin ‘ny fifidianana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Jeneraly Ramakavelo Désiré : « Fahatahorana kandidà amin’ny fifidianana ny fanitsiana lalàmpanorena...

 Tsy mbola vita ny adihevitra momba ny fanitsiana ny lalàmpanorenana. Maneho ny fijeriny ny mpandalina tantara sady minisitry ny Fiarovam-pirenena teo aloha, ny jeneraly Ramakavelo Désiré: « Kajikajy politika avo lenta io: tsy hidiran’ny roa atahorana, angamba, matoa sakanana ny fahazoany mirotsa-kofidina. » Dinidinika…

Gazety Taratra (*):  Ny fahitanao ny fikasan’ny mpitondra hanitsy lalàmpanorenana?

– Tsy mety… Raha hitan’ny mpitondra amin’izao fotoana izao fa tsy araka ny tokony ho izy io, efa hatramin’ny ela io no nangatahiny hovana. Tena kajikajy politika avo lenta io. Efa akaiky fifidianana izao, samy mihetsiketsika avokoa ireo mpanao politika sy ireo te hirotsa-kofidina. Inona ny hatao mba tsy hahatafiditra an’ireo? Hasiana fanitsiana ny lalàmpanorenana.

Voalohany amin’izany, amin’ny taona hoe tanora loatra ny 35 taona fa hatao 45 taona. Efa miala aloha izany ny iray. Manaraka, tsy tokony hahazo mirotsa-kofidina izay efa voaheloka tamin’ny fitsarana na teto an-toerana na tany ivelany. Miala indray izay ny faharoa. Izay ilay kajikajy politika avo lenta: tsy hidiran’ny roa atahorana, angamba, matoa sakanana ny fahazoany mirotsa-kofidina.

Tsy mahagaga koa eto amintsika: 57 taona izao no niverenan’ny Fahaleovantena, efa impiry niova ny lalàmpanorenana? Miova raha vao asiana fanitsiana fotsiny… Efa atao ny kajy tsotra indrindra: miova isaky ny dimy taona ny lalàmpanorenana malagasy. Inona ny antony? Atao toy ny akanjo araka ny refin’ny filoha eo.

Marina ny fijerin’ny mpanao politika sasany hoe hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka ilay izy; avy eo, lazaina fa tsy misy vola hanaovana fifidianana. Amin’izay, mihemotra ho azy ny fifidianana filoham-pirenena. Eo ihany izy…

Manaraka, raha mbola tazonina ny lalàmpanorenana: roa volana alohan’ny firotsahan-kofidina, tsy maintsy mametra-pialana ny filoha am-perinasa. Amin’izao efa fifandroritana politika izao, ho tafaverina eo ny filoha miala roa volana mialoha izany?

* Tena tokony hovaina sa tsia ny lalàmpanorenana?

– Na ovaina impolo na injato io, nefa tsy mifanaraka amin’ny kolontsaina sy ny kolom-piarahamonina malagasy fototra, fa petapeta-toko alaina avy atsy sy avy aroa: mitovy hatrany… Tokony hahitana ny hoe foto-pisainana malagasy ny lalàmpanorenana, ny vinam-piarahamonina malagasy.

Efa manana ny hoe fokonolona, ohatra, isika. Izay no itenenako hoe: raha vao miresaka fokonolona, mby ao an-tsaina ny dina. Ary raha ny amin’ny fitambaran’ny fokonolona mankany amin’ny firenena, dinam-piarahamonin’ny firenena izany.

Telo ny mifehy ny fiarahamonina: ny lalàna sy ny dina ary ny fady. Tsy misy sahy manao tsinontsinona na mipetraka eo ambonin’ny dina sy ny fady. Fa azo ipetrahana ny lalàna, na ny lalàmpanorenana aza. Raha misy lalàna hoe masina, raha izay no azo ilazana azy, ny lalàmpanorenana. Nefa io no voalohany tsy misy manaja. Mampalahelo, efa misy andrimpanjakana iray mba hanara-maso ny fanajana na fanosihosena ny lalàmpanorenana. Angaha izy manao an’izany?

* Mila hovaina ihany izany ny lalàmpanorenana?

– Manaiky aho, raha tsy ao ambadika ny kajikajy politika… Izay no itenenako hatrany hoe: atsangano ny antenimieram-panorenana miainga avy any amin’ny fokontany, fa tsy fifidianana andraisan’ny besinimaro anjara izay tsy mety amin’ny Malagasy. Taona vitsivitsy izay, any ambanivohitra be any Imerintsiatosika, Antananarivo, ohatra: mbola misy mieritreritra fa ny filoha Tsiranana no filoham-pirenena.

Ahoana no asaina mifidy ny olona nefa tsy fantany ny fiainam-pirenena? Raha miainga any amin’ny fokontany ny fifidianana, izay vao miakatra toy ny fifidianana loholona: hafa ny fandehany… Tsy mila famatsim-bola avy any ivelany izany, fa tsy mila biletà, ohatra. Mifankalala ny olona ao amin’ny fokontany, ka tsy sarotra ny fifidianana.

Manaraka, tsy misy kasikety na vary hanambazana olona, fa izay no anisan’ny manapotika ny fifidianana eto Madagasikara: fanararaotana ny fahantran’ny olona amin’ny fividianana ny safidiny. Izay ny antony ilàna ny fanovana ny lalàmpanorenana. Tokony hatao fari-pifidianana ny fokontany. Olona mamy hoditra sy fanta-bahoaka no voafidy miainga any ifotony, fa tsy izay be resaka sy be vola: mividy ny safidim-bahoaka; avy eo, manao ny ataony….

Nangonin’i R. Nd.

News Mada0 partages

Sefafi : « Tsy mila fanitsiana lalàmpanorenana ny fifidianana lehibem-pokontany »

« Tsy mila fanitsiana ny lalàmpanorenana na kely aza ny fifidianana azy ireo mivantana, satria izy mihitsy no efa manaiky ny hanaovana azy. Tsy mitombina ny filazana fa ny solontenan’ny Vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana (CTD) irery ihany no hany azo fidina. » Izay ny fanambarana « Fifidianana ny lehibem-pokontany: ampiharina ny lalàna« , navoakan’ny Sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena (Sefafi), ny 4 novambra lasa teo, momba ny fifidianana filoham-pokontany.

Mila vakina ary ampiharina ny didim-panjakana lah. 2009-890 mametra ny fandaminana sy ny fiasa ary ny andraikitry ny fokontany. Tendrena amin’ny alalan’ny didim-pitondran’ny lehiben’ny distrika aorian’ny fifidianana azy ireo mitokana ny lehibem-pokontany sy ny lefiny, araka ny And. 5. Ho an’ny kaominina an-tanàn-dehibe, Antananarivo manokana, manendry ny lehibem-pokontany sy ny lefiny amin’ny alalan’ny didim-pitondrana ny prefen’ny polisy.

Afa-mampitsahatra ny asan’ny mpikamban’ny komitim-pokontany amin’ny alalan’ny didim-pitondrana ny lehiben’ny distrika, araka ny And. 6. Tsy maintsy asiana antony io didim-pitondrana io. Anaovana fanendrena vaovao ny mpikambana ao amin’ny komitim-pokontany, raha vao mandray ny andraikiny ny ben’ny Tanàna voafidy. Taorian’ny fanavaozana ankapobeny ny fotoam-piasana any amin’ny kaominina izany, araka ny And. 7.

Mila atao izay hampanara-dalàna ny toe-draharaha

 « Na inona na inona fanambarana enti-manohitra azy, hita tsara eto fa tsy ilaina velively ny mikitika ny lalàmpanorenana », hoy ny fanambarana. Tena azo atao, ary mifanaraka amin’ny lalàna, raha ny olom-pirenena voakasik’izany no mifidy ny lehibem-pokontany. Ankoatra izany, tsy mila kara-pifidianana ny mifidy lehibem-pokontany: ampy rehefa feno 18 taona, ka manana fanamarinam-ponenana.

Tena tsy maintsy atao izany izay hampanara-dalàna ny toe-draharaha ka tanterahina ny fifidianana ny lehibem-pokontany rehetra, araka io didim-panjakana lah. 2009-890 io, ary alohan’ny hisokafan’ny fotoam-pifidianana taona 2018. Ilaina io fepetra io satria izay no hahazoana manavaka ny fifidianan’ny olom-pirenena ny lehibem-pokontany amin’ny fifidianam-pirenena sady feno politika amin’ny manaraka.

R.Nd.

News Mada0 partages

Misy firaisana tsikombakomba ? : mpivaro-kena tokony higadra, hitan’ny olona ao an-tsena

 Miteraka resabe ao Ambohimena, Antsirabe sy any Ibity, kaominina Antsirabe II ny momba ity lehilahy iray, voalaza fa tokony higadra ao amin’ny fonjan’Antsirabe, nefa hitan’ny olona miriaria, mivaro-kena ao Ambohimena. Misy firaisana tsikombakomba ? 

Miaina ao anatin’ny tebiteby sy ny horohoro hatrany ny mponina ao amin’ny faritra Vakinankaratra amin’ny firongatry ny asan-dahalo. Isan’izany ny ao amin’ny kaominina ambanivohitra Ibity. Raha ny zava-nitranga tany an-toerana, afakomaly alina, andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika no indray nanafika tao amin’ny fokontany Mananjara, kaominina ambanivohitra Ibity. Araka ny fanazavan’ny ben’ny Tanànan’Ibity, Ratovohery Arnauld, nahazo loharanom-baovao izy ireo tamin’io alina io ka tonga niaraka tamin’ny zandary nanao fanarahan-dia ireo dahalo. Omaly tamin’ny 4 ora maraina, tratra tao amin’ny fokontany Verezambola, kaominina Antsirabe II ireo omby halatra niaraka tamin’ny dahalo roa lahy. Fantatra nandritra ny fanadihadian’ny zandary tamin’ny alalan’ny tatitra nampitain’ny ben’ny Tanàna hatrany fa mpivaro-kena iray ao amin’ny fokontany Ambohimena Antsirabe I no miray tsikombakomba amin’ireto dahalo tratra ireto. Ity mpivaro-kena ity no mandray ny omby halatra ka mivarotra ny hena ao an-tsena.

Nohamafisin’ny ben’ny Tanàna hatrany anefa fa mbola migadra ao amin’ny fonjan’Antsirabe  ity mpivaro-kena ity nefa mahavariana ny nahafahany miray tsikombakomba amin’ireo dahalo amin’ny alalan’ny fivarotana ny hena.

Nidina nanao fanadihadiana nanamarina teny anivon’ny fonjan’Antsirabe niaraka tamin’ny kaomandin’ny borigadin’ny zandary ilay ben’ny Tanàna momba ity mpivaro-kena tokony hamita sazy ity nefa tafavoaka ety ivelan’ny fonja ka miray tendro amin’ny dahalo. “Ao am-ponja io fa tsy mivoaka na adiny iray aza, hoy ny lehiben’ny fonjan’Antsirabe”, araka ny tatitra nampitain’ny ben’ny Tanànan’Ibity, Ratovohery Arnauld hatrany.

Misy ny firaisana tsikombakomba amin’ny lehiben’ny fonja…

Nilaza ity ben’ny Tanàna ity fa misy firaisana tsikombakomba eo amin’ity mpivaro-kena mamita sazy nefa tafavoaka ivelan’ny fonja ity sy ny lehiben’ny fonjan’Antsirabe matoa tafavoaka ny fonja izy. Betsaka rahateo ireo olona nijoro vavolombelona fa tsy migadra any am-ponja ity mpivaro-kena ity. “Misy ireo olona manambola aminy ary mbola vao avy nitaky ny volany tany aminy ireo olona ireo”, hoy hatrany ny ben’ny Tanànan’Ibity.

Ao anatin’ny fanadihadiana ny zandary any an-toerana amin’izao ka aorian’izay ny hamantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity.

Maty voatifitry ny zandary koa ny dahalo iray antsoina hoe Tsihala, 28 taona tao amin’ny fokontany Beroroha, afakomaly maraina. Nentina hisambotra ireo namany izy kanjo nandositra ka nitifitra avy hatrany ny zandary. Namoy ny ainy noho ny fahaverezan-dra be loatra.

Lavon’ny zandary koa ireo dahalo roa lahy tompon’antoka tamin’ny fanafihana tao Miarinarivokely, fokontany Fiakarantsoa Bemahatazana, afakomaly maraina. Nisy ny fifandonana teo amin’ny zandary avy ao amin’ny poste avancé Bemahatazana ao andrefan’i Miarinarivokely. Vokany, lavo ny dahalo roa raha tafatsoaka kosa ireo namany roa lahy niaraka tamin’ny basy.

J.C

News Mada0 partages

CSM – Toamasina : Voafidy Rajaonah Thierry

Laharana voalohany tamin’ireo mpifaninana amin’ny hisolo tena ny avy any Toamasina  ho eo  anivon’ny Filankevitra ambonin’ny mpitsara  (CSM), Rajaonah Laurent  Thierry, lehiben’ny fampanoavana ambaratonga voalohany any  an-toerana. Laharana faharoa kosa Tombozavelo Philistin, mpitsara misahana eo anivon’ny sampampitsarana ambony. Notanterahina ny alarobia teo koa ny fifidianana  sy nanaovana ny fanisam-bato. Miisa 59 ireo  mpitsara voasoratra anarana tamin’ny

lisi-pifidianana ary mitsinjara tahaka  izao : sampam-pitsarana ambaratonga voalohany Toamasina miisa 21; fitsarana ambony misy mpifidy voasoratra anarana 13 ; fitsarana Ambatondrazaka miisa sivy ; Moramanga valo ; ary Maroantsetra sy Vatoamandry; nahitana mpitsara efatra avy voasoratra  anarana

Nibata ny  fandresena Rajaonah Laurent Thierry nahazo ny isam-bato 33 amin’ny mpifidy 59. Vato 25 kosa ny azon’ ny laharana faharoa ary vato fotsy iray.

Sajo

News Mada0 partages

Fasan’ny Karana : vehivavy nahatrarana rongony

Nidoboka eny amin’ny fonjan’Antanimora, omaly ilay vehivavy, 29 taona tratry ny polisy teny  Fasan’ny Karana, ny talata teo. Nahazo loharanom-baovao ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina momba ny fisian’ity vehivavy mpanao trafikana rongony ity izay niala tamin’ny kamiaobe iray ary mitondra rongony amina sakaosy lehibe iray eny amin’ny Fasan’ny Karana. Nidina haingana teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka noraisim-potsiny izy niaraka tamin’ny rongony milanja 8 kg mahery tao an-tranony.

Nilaza izy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa efa indimy nigadra tenyAntanimora noho ny fivarotana rongony. Vao avy nalainy tany Ihosy ireo rongony ireo raha ny filazany ka 250 000 Ar no nividianany azy tany an-toerana. Nohamafisiny tamin’ny fanadihadian’ny polisy fa efa asa fivelomany mihitsy ny fivarotana rongony.

Tsy mety ho fongana mihitsy ity resaka trafikana zava-mahadomelina ity.

Jean Claude

News Mada0 partages

Nampitondra faisana ny maro… : voasambotra ireo mpanendaka malaza eny amin’ny Cenam

 Nidoboka am-ponja, omaly ireo jiolahy tompon’antoka tamin’ny fanendahana sy sinto-mahery amin’iny faritra Isotry sy Andranomanalina hatreny amin’ny Cenam iny. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahefatra eny Isotry teny Andranomanalina sy Cenam ry zalahy ireto, ny talata lasa teo. Lasibatr’ireo olon-dratsy tamin’izany ny renim-pianakaviana iray ka nanao fitarainana tamin’ireo polisy nanao fisafoana fa hoe nendahina lehilahy roa. Nilaza ilay renim-pianakaviana fa fantany sady tadidiny tsara izy roa lahy ireo sy ny misy azy. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny polisy niaraka tamin’ilay renim-pianakaviana ka nanaraka ireo jiolahy. Hita teo Andranomanalina ry zalahy ka nitsoaka niditra tany an-tranony raha vao nahatazana ireo polisy. Rehefa narahina hatrany an-tranony izy roa lahy, mbola nahatrarana rongony tany amin’izy ireo.

Teny an-dalana hitondra azy roa lahy ireo ho eny amin’ny biraon’ny polisy, nisy lehilahy iray koa tratra teo am-panendahana teo amin’ny tetezana R+5 eny amin’ny Cenam ka nentina niaraka tamin’izy roa lahy koa. Niaiky ny heloka vitany ireto jiolahy ireto.

Jean Claude

News Mada0 partages

Chronique : le triomphe de la dignité

Formée à la résolution de conflits internationaux, Donna Hicks place au cœur de son travail la notion de dignité, qu’on confond trop souvent avec le respect : la dignité est un droit de naissance quand le respect se mérite. «Mériter le respect, cela signifie accomplir quelque chose qui se situe bien au-delà du droit élémentaire d’être bien traité», précise Donna Hicks.

Voilà une explication qui donne à réfléchir alors qu’on entend tous les jours qu’on ne respecte plus les traditions, que les jeunes ne respectent plus leurs aînés, que les chauffeurs de bus ne respectent pas les usagers des transports publics, que dans les hôpitaux les soignants ne respectent pas les malades, que les simples citoyens ne respectent plus les représentants de la loi, ou que les forces de l’ordre ne respectent pas les simples citoyens. Le manque de respect est un sujet de conversation sans fin. On parle beaucoup plus rarement de la dignité et du droit élémentaire d’être bien traité, quel que soit son métier, son groupe statutaire, son âge ou son sexe. Mais cela n’a rien de surprenant dans une société féodale.

Forte d’une très riche expérience dans les «conflits les plus insolubles du monde», Donna Hicks propose un nouveau modèle de la dignité dans un essai naturellement intitulé «Eloge de la dignité». Elle raconte comment, lors d’un atelier israélo-palestinien, on avait demandé aux deux camps ce qu’eux-mêmes pourraient faire pour instaurer une confiance mutuelle alors qu’en général, on leur demandait ce qu’ils attendaient de l’autre camp. Cette approche originale avait permis de casser «la dynamique victimaire» des deux parties, leur avait redonné «la capacité de ressentir l’un pour l’autre une forme d’empathie», et selon Donna Hicks, de faire triompher la dignité.

Maintenant qu’un comité des sages est prêt à concrétiser la réconciliation nationale et, il faut l’espérer, disposé à casser la dynamique victimaire, on devrait bientôt résoudre un conflit qui n’est sûrement pas insoluble, le nôtre, pour peu qu’on mette la dignité au cœur de la démarche.

 Kemba Ranavela

Eloge de la dignité – Le rôle essentiel qu’elle joue dans la résolution des conflits de Donna Hicks, Nouveaux horizons, 2015.

 

News Mada0 partages

La peste à Madagascar (1931) : la peste à Madagascar (2)

(Suite.)

Au début de l’apparition de la peste, les villes déclarées contaminées étaient mises en quarantaine immédiatement. Européens, Asiatiques, Africains, Malgaches, marchandises, animaux étaient soumis au même régime de mesures sanitaires contre la peste. Ceux qui étaient à l’intérieur de la zone contaminée ne pouvaient sortir ; ceux qui se trouvaient à l’extérieur de cette zone ne pouvaient y entrer. Bref, personne n’avait le droit de franchir le cordon sanitaire. En même temps, la vaccination antipesteuse était obligatoire pour tout le monde.

Mais, bientôt, on trouva que ces mesures étaient trop sévères, gênaient les Européens et les assimilés ainsi que le commerce, et vite un changement s’opéra dans les règlements sanitaires, au grand ébahissement des indigènes. Voici quelques exemples.

Quand une région est déclarée contaminée, il est bien établi un cordon sanitaire, mais uniquement pour les Malgaches non encore naturalisés. À ces indigènes, il faut un certificat de vaccination antipesteuse et toutes sortes de formalités administratives pour sortir de la zone contaminée. Quant aux Européens, Asiatiques, Arabes, etc., absolument aucune formalité n’est exigée d’eux.

Actuellement, à la gare de Tananarive, par exemple, aucun indigène non naturalisé ne peut se faire délivrer un billet de chemin de fer sans être muni d’un certificat de vaccination antipesteuse et de passeports administratifs.

Un Malgache et un Chinois voyagent dans le même wagon, le contrôleur demande au Malgache ses passeports et ne demande absolument rien au Chinois, à plus forte raison à un Européen.

Très souvent, on expédie des bœufs et des porcs dans des wagons à la gare de

Tananarive sur d’autres destinations. On n’exige aucun passeport sanitaire pour le transport des bœufs et des porcs. Il est donc certain que ces animaux sont mieux considérés que les indigènes. On les considère comme les Européens et les assimilés ou encore les Malgaches naturalisés.

Les Malgaches, toujours dociles, s’empressent d’obéir aux prescriptions administratives.

Auguste.

(À suivre.)

L’Aurore malgache

Vendredi 18 septembre 1931.

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : quand sonnent les cloches…

Ces dernières années, on s’était habitué au carillon artificiel des temples qui scande les temps forts de la journée : 5h55, le départ pour l’école ou pour les plus chanceux, l’heure du réveil ; 11h55, la pause déjeuner ; 17h55, la fin de la journée de travail ou le dîner. Dans certains quartiers, le carillon annonce même à 8h55 et 14h55 l’heure du goûter ou du café. Quand il ne sonne pas, délestage oblige, on se sent perdu, il manque quelque chose dans le quartier… On a tellement pris l’habitude de ce carillon à la musique uniformisée qu’on ne sait plus très bien comment sonnent les vraies cloches.  Et quand on les entend sonner, on se sent tout nostalgique, c’est si rare et c’est terriblement exotique…

 

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : nanolotra fitaovana mitentina 1,5 miliara Ar ny Sinoa

Noraisina tamin’ny fomba ofisialy, omaly, teny amin’ny Salama Tanjombato ny fitaovana entina hiadiana amin’ny valanaretina pesta avy amin’ny repoblika entim-bahoakan’i Sina, izay notarihin’ny masoivoho, Shen Yongxiang  . Nandray izany ny Praiminisitra lehiben’ny governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier.

Ahitana tapim-bava, “seringue”, akanjo fiarovana amin’ny aretina, fandriana ho an’ny hopitaly, solomaso fiarovana sy baoty fiarovana, … izany fitaovana izany.

Nambaran’ny masoivohon’i Sina fa fanampiana fanampiny izao atolotra izao. Efa nisy ny tolotra manokana tamin’ny 12 oktobra teo izay nitentina 220 tapitrisa dolara. Misy koa ny manam-pahaizana sinoa miasa eny amin’ny hopitaly manara-penitra eny Anosiala mifarimbona amin’ireo dokotera sy mpiasan’ny fahasalamana eny amin’ny fiahiana ny mararin’ny pesta.

Nilaza ny praiminisitra fa tsy manary ny Malagasy ny Sinoa amin’ny zava-mitranga eto amin’ny firenena. Maneho firaisankina hatrany izy ireo ary manoina ny antso hatao rehefa angatahina fiaraha-miasa.

Nanamarika ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, Andriamanarivo Lalatiana, fa efa voafehy ny aretina pesta amin’izao fotoana. Tsy nisy intsony ny maty tao anatin’ny telo andro izao eny fa na tany Toamasina, toerana nampirongatra ny aretina aza.

Mbola am-perinasa avokoa ireo toerana fanaraha-maso manokana hahafahana mijery akaiky ireo olona ilana fizaham-pahasalamana sy mbola mihinam-panafody.

Tatiana A

News Mada0 partages

Entana aman-taonina simba… : rendrika ny sambo “Atlantis II”

 Aman-taoniny ireo entana natelin’ny ranomasina nandritra ny faharendrehan’ilay sambo M/S Atlantis II tany amin’ny sisin-dranomasina Mahambo, Fenoarivo Atsinanana, afakomaly…

 

Tratran’ny loza an-dranomasina ny sambo lehibe iray antsoina hoe Atlantis II mpitondra entana. Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny faritra Analanjirofo, andro ratsy ny antony satria nisamboaravoarabe ny ranomasina ka nisy fiantraikany tamin’ireo fitaovana ara-teknika tao amin’ilay sambo. Vokany, tsy nisy nandeha intsony ny fitaovana rehetra tao anaty sambo ka nanapa-kevitra nitady toerana hitodiana teny amin’ny manodidina ny kaomandan’ity sambo ity. Nidona mafy tamin’ny vato teo amin’ny fari-dranomasina Fenoarivo Atsinanana, araka izany, ilay sambo ka potika tanteraka. Tsy avotra intsony koa ny ankamaroan’ireo entana aman-taoniny nentin’ilay sambo. Vary, zava-pisotro maro samihafa niampy ireo enta-madinika fampiasa andavanandro no nentin’ilay sambo. Entana vitsivitsy ihany sisa avotra tamin’ity loza an-dranomasina ity. Nanampy trotraka izany rahateo koa ny andro alina. Tsy nisy kosa ny aina nafoy fa avotra daholo ireo olona niaraka tamin’ity sambo ity. Tsy niandry ela fa tonga haingana teny an-toerana ny solontenam-panjakana avy ao amin’ny faritra Analanjirofo nijery ifotony ny olana ka nahatonga ny loza. Mitohy ny fanadihadiana momba ity loza ity.

J.C

News Mada0 partages

Ady amin’ny pesta : fitaovana maro avy amin’ny governemanta japoney

Nanolotra ireo fitaovana entina ampiasaina hamongorana ny valanaretina pesta, tetsy amin’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka etsy Ambohidahy ny governemanta japoney amin’ny alalan’ny masoivohony, Ichiro Ogasawara sy ny solontenan’ny Jica, Hironobu Murakami omaly.

Natolony tamin’izany ireo tapim-bava miisa 30.720, fampiasa amin’ny toerana hikarakarana ny mararin’ny pesta. Teo koa ny fitaovana fitsapana hafanana miisa 400 ary lamba firakotra 200 ho an’ireo marary.

Nanambara ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, ny profesora Andriamanarivo Lalatiana fa hampiasaina amin’ireo hopitaly mikarakara ny mararin’ny pesta ireo fitaovana ireo. Ampiasain’ireo mpiasan’ny fahasalamana manao fanaraha-maso ny fianakavian’ny marary eny amin’ny fokontany ihany koa izany.

Nanantitrantitra ny firahalahiana eo amin’ny firenena roa tonta ny masoivoho japoney. Nankasitraka ny fanjakana malagasy ihany koa izy amin’ny ezaka natao sy mbola hatao hiadiana amin’ity valanaretina ity.

Tatiana A

News Mada0 partages

« All Africa Music Awards 2017 » : hisolotena an’i Madagasikara i Shyn

Anisan’ny fifaninanana sy sehatra lehibe ahafahan’ny kolontsaina aty Afrika mivelatra ny « All Africa Music Awards » na ny « Afrima 2017 ». Hanana solontena amin’ity andiany hotontosaina atsy Nizeria ity i Madagasikara.

Ny 10 novambra ka hatramin’ny 12 novambra izao, hotanterahina any Nizeria ny « All Africa Music Awards 2017 » na ny « Afrima 2017 ». Hisolo tena an’i Madagasikara amin’izany i Shyn, rehefa nahazo ny fanohanan’ny minisiteran’ny Fizahantany. Raha ny fandaharam-potoana nomeny, ny 10 novambra, hihaona amin’ireo mpanakanto manana ny maha izy azy sy ireo mpikirakira matihanina eo amin’ny sehatry ny mozika ity mpanakanto malagasy ity. Tanjona ao anatin’izany ny fidirana ao anatin’ny tambanjotran’ny mpanakanto eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena.

Hisokatra kokoa ny fihaonana sy ny fifanakalozan-kevitra handraisany anjara ny 11 novambra. Fikaonandoha hiresahany ny tontolon’ny toekarena, ny fizahantany, indrindra fa ny momba ny kolontsaina aty Madagasikara. « Tombony lehibe ho antsika io mba hahafantaran’ny vahiny bebe kokoa an’i Madagasikara », hoy i Shyn.

Ny 12 novambra, lanonana lehibe hanolorana ny amboara ho an’ny mpanakanto eo amin’ny seha-javakanto isan-karazany, toy ny hira, sary, sns. Marihina fa ao anatin’ny sokajy « Révélation du continent africain » i Shyn. Dimy izy ireo no ao anatin’io sokajy io. Hizara roa miavaka tsara ny fanomezana isa. Ny 50%, avy any amin’ny mpitsara; ny antsasany kosa avy any amin’ny olona mpankafy. Mbola misokatra hatramin’ny 10 novambra rahateo ny fahazoan’ny olon-drehetra mifidy amin’ny alalan’ny pejin’ny « Afrima ».

Marihina fa ilay hira « Resim-pitia » nivoaka tamin’ny volana febroary teo no naha voafidy azy ho any amin’ny « Afrima 2017 ».

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Musée Du Quai Branly – Jacques Chirac : Aurélien Gaborit dans nos murs

Le commissaire du musée du quai Branly de Paris, Aurélien Gaborit, a rendu visite, hier, au ministre de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine,  Jean-Jacques Rabenirina, à Anosy.

Tout au long de l’entretien, les deux parties ont émis leur souhait de favoriser l’ouverture  et l’échange bilatéral. A  noter que le musée du quai Branly abrite l’un des plus importants fonds d’arts africains au monde, avec près de 70 000 objets en provenance du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et de Madagascar. Dans une salle d’exposition de 1200 m2, un millier d’œuvres d’une richesse et d’une variété exceptionnelles, réunies en un seul et même lieu attendent les visiteurs. Ces derniers peut ainsi  établir une relation féconde entre les styles, les cultures et les histoires.

L’année dernière, à l’occasion de ses dix ans, le musée des civilisations du quai Branly à Paris s’est refait un nom, en hommage à l’ancien président français Jacques Chirac. Désormais, il devient le musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Hippisme – journée des étalons : Nabab rafle le prix Pinaco

Comme il fallait s’y attendre, la Journée des étalons disputée, dimanche dernier, à l’hippodrome de Bevalala a fait florès. Tout au long des 5 courses au programme, les inconditionnels de la course hippique venus nombreux, en l’occurrence les parieurs,  ont été gâtés, d’autant que tous les étalons ont été au galop.

Et le clou du spectacle, parmi les courses très attendues du public, a été le prix Pinaco d’une distance de 2100 m. En haut de l’affiche, toute la crème de la crème de l’élevage chevalin à Madagascar  sous la selle des jockeys de renom. Après un départ serré, les 6 chevaux en lice ont été au coude à coude, mais avec une allure calculée et maintenue, Nabab, piloté par le fameux Patrick Rakotoarivelo s’est démarqué du peloton. Sur sa lancée, il a encore pris de la vitesse dans la dernière ligne droite et confirme dans ce sens son statut d’étalon, après plusieurs mois d’absence pour des raisons de santé.

Malgré son départ sans faute, Nelly Fly de Jean Baptiste Rakotohanja s’est contenté de la deuxième place. A une encolure du vainqueur, Kathy Pleasure, aux commandes de Gil Chézard Ralaivonitsara, a constitué le tiercé gagnant. L’Oiseau Bleu associé à Nicot Ramiliarimanga a été gratifié d’un top weight à 62 kg mais a occupé la 4e place devant Nouvelle Star de Michel Randriamanantena. Kamar’All Star confié à un jockey apprenti mauricien,Vinesh Jeetun se trouve à la dernière place.

Oscar à l’arraché

D’une distance de 1400 m, le prix Setubal, doté d’un quinté spécial d’un montant de 203 000 ariary, a été la 3e course de la journée.  Madona étant forfait, 7 chevaux ont pris le départ et dès le coup d’envoi, tous les étalons ont manifesté leur volonté de décrocher la timbale. Au coude à coude et à vive allure, aucun d’eux n’a voulu baisser le rythme à tel point que la course a tenu en haleine le public. Le suspens a été à son comble, d’ailleurs,  les parieurs ont assisté à une arrivée dans un mouchoir de poche.

Au final, Oscar, sous la poigne de Jean-Baptiste Rakotohanja, a tenu le haut du pavé devant Lutteur d’Or de Patrick Rakotoarivelo. Ce dernier a bien lutté mais a été talonné de près par Oiseau d’Or de Nicot Ramiliarimanga. Ministar piloté par Gil Chézard Ralaivonitsara est classé 4e et le jeune Prince Nomad, monté par  Fenohasina Ralaiarijaona, complète le quinté gagnant.

JR.

Les autres résultats

-Prix Tabornock – Tiercé : 1-Hasta la Best (Fenohasina Ralaiarijaona), 2-Falivolasoa Faniry (Herita Razanajatovo), 3-Pachamama du Val (Rabearivelo)

-Prix West Best-Quarté spécial : 1-Iambininah (Roger Randriamampianina), 2-King of Star (Patrick Rakotoarivelo), 3-Littisia (Sedera Ranaivoarisoa), 4-Nuage de Fanorona (Michel Randriamanantena)

-Prix Le Rouge-Tiercé : 1-Lolita Star (Patrick Rakotoarivelo), 2-Negus (Sedera Ranaivoarisoa), 3-Navigateur (Nicot Ramiliarimanga)

 

News Mada0 partages

Tournée internationale : Nabalüm et Sanzy Viany bientôt à l’IFM

La Burkinabé, Nabalüm et la Camerounaise, Sanzy Viany ont décidé de clôturer leur tournée internationale dans notre pays. Ainsi, elles seront sous le feu des projecteurs de l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, le 10 novembre.

Adoptant multiples genres, allant de l’afro au soul, en passant par la fusion, les deux chanteurs sont les lauréates du programme de l’Institut français Paris dénommé «Visas pour la création». Etant à la fois auteur-compositeur et interprète, la burkinabé Nabalüm est déjà une habituée de palmarès. A 19 ans, elle a déjà remporté un concours de chant. Cette année, elle a été sacrée «meilleure révélation» de la musique au Burkina Faso.

De son coté, Sanzy Viany est aussi un rayon du soleil de l’univers musical camerounais. Sous la houlette du rappeur Krotal en 2004, elle a pu participer à son premier festival national. Et sa carrière a décollé en 2009,  en remportant le Prix de la révélation féminine du Festi-Bikutsi. Déjà auteur deux opus, elle a réalisé des tournées internationales, surtout dans le continent africain. Finaliste du concours Prix découvertes RFI en 2015, elle fait partie actuellement des artistes de la nouvelle génération qui rehaussent la musique africaine dans le monde entier.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Rallye international de Madagascar : une avant-dernière manche piège

La 38e édition du Rallye international de Madagascar (Rim), du 10 au 12 novembre, se courra avec un seul invité de marque, en la personne de Jacques Ferré, sur une Renault Alpine. Les 28 autres équipages en lice sont tous des nationaux.

Doté du coefficient le plus élevé du rallye (2), le Rim 2017 comptant pour la dernière manche au championnat de Madagascar s’annonce décisif dans la course au titre. Les équipages de tête en sont conscients. Ils seront sur la grille du départ de demain à Mahamasina, à l’image du leader du classement provisoire, l’équipage Ndrianja-Fanja et son dauphin, Boana et Miangaly.

«Au moins six équipages sont en bonne position dans la quête de la victoire finale», a déclaré le président de la Fédération du sport automobile de Madagascar (FSAM), Jimmy Rakotofiringa.

Outre le duo de tête, en effet, Haja Danielson sur son Ssangyong Actyon, Yves et Anja au volant d’une Subaru, sont parmi les équipages en embuscade.

Naisa

Liste des engagés 

Pattie-Jennie (Citroen Vosa Trophée), Dani-Rina (Renault Mégane), Jeffy James-Andry (Peugeot 205), Alcazaria-Mi (Peugeot 205), Ndrianja-Fanja (Subaru), Gérard Louvel-Teddy (Mitsubishi Evo 9), Haja D-Alain (Ssangyong Actyon), Nirina-Alcazaria Jr (Peugeot 206), Tahina-Baovola (Subaru), Sefokely-Tsangy (Subaru), Hery Be-Fafah (Mistubishi Evo 10), Bona-Miangaly (Subaru), Tahiana-Tahity (Subaru), Bobo Jr-Sylvie (Toyota Celica), Fidi-Naina (Renault Clio), NS-Dorax (Renault Clio), Papiben-A.Mick (VW Golf), Nari 9-Tito (VW Golf), Yves-Nitro (Subaru), Tonio-Miharihaja (Subaru), Hanitra-Kaliana (Subaru), Anjabob-Aina P (VW Golf III), Patty-Tiana (VW Golf), Andy-Babaina (Peugeot 205), Jean Marc-Sanda (Peugeot 205), Domvala-Rhal (VW Polo TDI), Jacques-Santatra (Renault Alpine), Boom-Tax (Peugeot 306), MacDo-Jimmy (Peugeot 206)

 

News Mada0 partages

Rallye RC : place à la troisième manche

Après les deux premières manches du championnat de Madagascar, disputées successivement à Alasora et à Ambohimangakely, le Team Tia RC, organisateur de la troisième manche, décide de changer de décor. L’enceinte du Zital Ankorondrano se transformera en une piste de course ce 12 novembre. Une grande première pour le Team Tia RC en matière d’organisation mais ce sera sa troisième participation cette année.

Cette manche semble prolifique pour ce jeune club où l’un des siens a déjà ravi le titre au rallye cross, une des variantes existantes du rallye RC, à la manette d’une FTX Vantage Buggy. Il s’agit d’une course en boucle de six tours sur un circuit fermé d’une distance pouvant aller jusqu’a 400 mètres et d’une largeur de 80 cm maximum avec un départ A et une arrivée B. En tout il y a quatre étapes : la phase éliminatoire, les quarts de finale, les demi-finales et la finale.

Durant la course, le suivi de la voiture RC se fait à coté de la voiture et non sur une estrade et il est interdit, en cas de sortie de route ou de tonneau, de s’aider du pied pour remettre sa voiture en place, sous peine de sanction, font remarquer les organisateurs.

Naisa

 

News Mada0 partages

Taekwondo WF : les ligues se rebiffent contre le Com

La tentative du Comité olympique malgache (Com), dirigé par Siteny Randrianasoloniaiko, de garder la mainmise sur la Fédération malgache de teakwondo (FMKTD) est contestée par les ligues régionales dans une déclaration en date d’hier.

«C’est à cause des agissements pareils que le taekwondo malgache meurt à petit feu» a lancé ces ligues en apprenant que Rivo Rakotobe  est reconnu par le Com en tant que président par intérim de la discipline, suite à la nomination de celui-ci par le président sortant Andry Ramantsialonina et non moins poulain de Siteny Randrianasoloniaiko, le 3 octobre dernier.

Dans une lettre adressée à la presse, les 9 ligues régionales n’ont pas mâché leurs mots pour dénoncer ces agissements illégaux. «Le monde du taekwondo a été grandement surpris en apprenant la nomination à distance et d’une manière illégale de Rivo Rakotobe à la tête de la Fédération malgache de taekwondo. Puisqu’en date du 1er août 2017, les ligues régionales du taekwondo à Madagascar ont envoyé une lettre de doléances au secrétaire général relatif au fonctionnement de ladite fédération,. En même temps, ils ont également demandé la tenue d’une Assemblée générale avec  comme ordre du jour, la constatation de la défaillance de l’ancien président à diriger la fédération», ont-elles souligné.

«Après une demande auprès du ministère de la Jeunesse et des sports, ce dernier a donné son feu vert pour la tenue d’une élection suivant la lettre sous la référence : 077-17/MJS/SG/DGS en date du 9 août 2017», ont-elles poursuivi. Du coup, les ligues ont enclenché la vitesse supérieure, le 16 septembre, c’est-à-dire, presque un mois avant la lettre envoyée par Andry Ramantsialonina qui désigne Rivo Rakotobe à la tête de la fédération.

Après l’Assemblée générale extraordinaire, l’Assemblée générale élective qui a vu l’élection de Boto Tsara Dia Lamina comme nouveau président de la fédération.

Situation irrégulière

Deux ans sans activités notoires en tant que président de la FMKTD, Andry Ramantsialonina vit désormais à l’étranger. D’ailleurs, les ligues n’ont pas manqué de mentionner ce fait dans leur déclaration à la presse.

«L’article 6 du statut de la Fédération malgache de taekwondo précise que le comité exécutif est composé du président, du vice-président, du secrétaire général et du trésorier. En l’absence du président en situation irrégulière depuis des mois à l’extérieur et en l’absence du vice-président parti travailler à l’étranger, il est de mauvaise foi  de dire que le secrétaire général a agi d’une manière anti-olympique, puisque le mandat olympique elle-même de l’ancien président est déjà épuisé», ont-elles martelé.

«En tout cas, c’est une grande  première dans l’histoire du sport malgache en général et du taekwondo en particulier qu’il y ait une nomination à distance et par quelqu’un de révoqué par une Assemblée générale, organe suprême selon le statut», ont-elles conclu.

Naisa

Ino Vaovao0 partages

DINIKY NY SAMY MALAGASY : Mila apetraka mazava ny lalàna mifehy ny fifidianana

Maro araka izany ireo naneho hevitra ny amin’ny mety hisian’ny korontana raha toa ka tandrevaka sy tsy araka ny tokony ho izy ny voarafitra ao anatin’ity farany. Afak’omaly dia nanatanteraka dinika ireo mpanao politika, antoko politika niaraka tamin’ny fiarahamonim- pirenena noentina indrindra nanasiana tsindrim-peo mahakasika io lalàm- pifidianana io, noentina nandinihana ihany koa ireo fomba hiatrehana ny fifidianana.

Fikaonan-doha tafiditra ao anatin’ilay antsoina hoe diniky ny samy Malagasy. Nivoitra tamin’izany fa tokony hapetraka mazava ny lalàna mifehy ny fifidianana eto Madagasikara mba hahafahana miantoka ny filaminana maharitra eto amin’ny firenena. Fantatra mantsy fa nahitana lesoka ny tsy fahatomombanana teo amin’ny fikarakarana ny fifidianana nifanesy teto amin’ny firenena hatramin’izay ka anisany nahatonga ny fiverim- berenan’ny krizy teto amintsika. 

Manoloana izany indrindra, mba tsy hiverenan’ny olana efa nitranga tany aloha intsony no nisian’ilay diniky ny samy Malagasy. Hentitra ireo mpandray anjara tamin’ity fikaonan-doha ity raha nilaza fa tsy misy afatsy ny fanajana ny lalàna ihany no afaka hahatanteraka ny filaminana eo amin’ny sehatry ny politika eto Madagasikara.

“Mba hisian’izany fifidianana hoeken’ny rehetra izany dia tsy maintsy hajaina ny lalàna velona dia io lalàmpanorenana io izany. Izay lalàmpanorenana izay dia milaza mazava izay fotoam- piasan’ny filoham-pirenena ao anatin’ny dimy taona. Mazava tsara ao anatin’io lalàmpanorenana io ilay hoe, tsy maintsy vita ao anatin’ny 25 desambra 2018 ny fifidianana filoham-pirenena manaraka eo”, hoy ny fanazavana noentin’ny mpandrindra ny hetsika, Diniky ny samy Malagasy, Ratefinanahary Emile. Ankoatra ireo mpanao politika sy antoko politika ary ny fiarahamonim-pirenena izay mangataka ny hametrahana mazava ity lalàm-pifidianana ity dia anisany nametraka ny ahiahiany ihany koa ny Cram. Iry voalohany dia tsy hanaiky hatramin’ny farany amin’ny mety hisian’ny kajikajy mety hanemorana ny datim-pifidianana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIDANGAN’NY VIDIM-PIAINANA : Notsikafonin’ny MM...

Notsikafonin’ny antoko Malagasy Miara-Miainga tamin’ny alalan’ny fanambaràna nataon’ny filohany, Hajo Andrianainarivelo tao anatin’ny tambajotran-tserasera “facebook” izany omaly. Nambarany fa tsy misy ny fandraisan’andraikitra feno ataon’ny fitondram-panjakana eo anatrehan’ny fiakaran’ny vidim-bary isan’andro, nambarany fa na misy aza ny vahaolana raisin’izy ireo dia vahaolana fohy ezaka tsy haharitra akory fa ampandalovina mba hampandripandry saina ny  vahoaka tsy mandady harona fotsiny ihany.

“Fanafarana vary amina taonina izany no vahaolana entin’ny fanjakana entina hampidinana ny vidim-bary. Vahaolana fohy ezaka izay tsy mitondra fampandrosoana eo amin’ny firenena”, hoy ny antoko Malagasy Miara-Miainga. “Ankehitriny tsy mitsahatra miakatra ny vidim-bary eto amin’ny sehatra anatiny. Hatramin’ny fiatombohan’ity fitondrana ity dia fehezanteny tokana ihany no heno ombieny ombieny isaky ny anontaniana ireo tompon’ andraiki-panjakana mikasika ny vahaolana manoloana izany  : «  Efa misy, na hisy, fanafarana vary izao arivo taonina, entina hampidinana izany vidim-bary izany.

Iarahana mahita anefa fa tsy mahavita ny fampidinana ny vidin’ny vary akory izany vahaolana fohy ezaka aroso izany, ary rehefa tena dinihina dia ny orinasa mpanafatra no tena mahazo tombony amin’izany  fa ny vahoaka malagasy kosa, dia mihena ny fahefany mividy vary ary mosarena mihitsy aza amin’ny faritra sasany”, hoy hatrany ny fanazavana. Nambarany fa raha tiana ny hifehezana ny vidim-bary ary tsy handalo fotsiny fa hitoetra ao anatin’ny fotoana maharitra dia ireo tantsaha eny ifotony mihitsy no mila fanofanana mba ho matihanina ka afaka hampiakatra ny voka-bary izay mazava ho azy fa tsy maintsy hisy fiantraikany eny amin’ny vidiny eny an-tsena mipaka hatrany amin’ny ati-vilanin’ny Malagasy.

“Ho an’ny Antoko Mmm dia laharam-pahamehana ny fiezahana hahamatihanina ny tantsaha eo amin’ny sehatry ny fambolena mba hahatongavana eo amin’ny fahaleovantena ara-tsakafo”,  hoy hatrany ny filohan’ny antokoa. Tao anatin’ity fanambarana ity dia nanoritsoritra mazava ny fandaharan’asany ny antoko Malagasy Miara-Miainga izay miompana indrindra amin’ny fampivelarana ny sehatry ny fambolena, ny tontolo ambanivohitra sy ny fanomezana lanja ireo tantsaha mpamokatra.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MAROANTSETRA : Tafakatra 1 000 Ariary ny vidin’ny iray kapoaka amin’ny vary

Amin’izao fotoana izao mantsy dia nampitaraina ny mponina any amin’ny distrikan’i Maroantsetra ny fiakaran’ny vidim-bary tao anatin’ny andro vitsivitsy izay. Tafakatra hatrany amin’ny 1 000Ariary ny iray kapoaka amin’ny vary avy any an-toerana, raha 700Ariary izany teo aloha.

Ny vary nohafarana avy any ivelany na ny vary “stock” kosa tsy dia nahitana fiakarana firy fa mbola voatana amin’ny 600Ariary ihany ny iray kapoaka. Na eo aza anefa izany, dia ny vary vokarin’ny tantsaha any Maroantsetra no tena be mpitady noho ny tsirony izay miavaka amin’ny vary rehetra. Ka na mora noho ny vary avy any an-toerana aza ireo vary nafarana dia aleon’ny mpanjifa mividy ireo vary novokarin’ny tantsaha any ifotony ihany. 

Noho izany dia mikaikaika ny mponina raha vao miakatra ny vidiny. Manoloana izany toe-javatra izany dia nanao be midina teny an-tsena ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny any amin’iny distrika iny, ny alatsinainy lasa teo. Fidinana ifotony izay notarihin’ny lefitry ny lehiben’ny Distrika misahana ny lafitry ny lafitany sy ny raharaha ankapobeny, niaraka tamin’ireo mpitandro filaminana, ireo sampan-draharahan’ny varotra ao Maroantsetra, ny avy ao amin’ny kaominina ambonivohitr’i Maroantsetra ary ireo lehiben’ny sampan-draharaha vitsivitsy.

Tanjona tamin’ny fidinana ifotony ny hanadihady ny anton’ny fiakaran’ny vidim-bary. Fantatra nandritra ny fidinana teny an-tsena àry fa tsy misy antony tokony hampiakarana ny vidim-bary fa finiavan’ireo mpivaro-bary mihitsy no nampiakatra izany. Ireo mpivarotra izay nanararaotra ny fisian’ny rotsak’orana tao anatin’ny andro vitsivitsy lasa izay. Manoloana izany dia nojerena ny marimaritra iraisana hampidinana ity vidim-bary ity. Nisy ihany koa, omaly tolakandro ny fivorian’ny tompon’andraiki-panjakana sy ireo mpamongady sy mpaninjara vary izay notanterahana tao amin’ny efitrano fivorian’ny distrika. Tsara marihana fa tranga matetika miseho ao an-tampon-tanànan’ny Maroantsetra ny fampiakarana ny vidim-bary raha vao misy mihitsy ny rotsak’orana na erik’andro tsy miato ao anatin’ny roa na telo andro.Tsy mety ahitana fidinana koa ny vidim-bary any Mahajanga

120 000 Ariary ny vary gasy iray gony ankehitriny nefa vao manomboka ny volana novambra eto amin’ny tsena eto Mahajanga. Nandritra ny taona 2017 ity dia tsy niverina tamin’ny laoniny mihitsy ny vidin’ny vary gasy fa 100 000 Ariary ny gony amin’ny vidiny farany ambany, hoy ireo mpivarotra ao Tsaramandroso. Ny vary nohafarana no nisy novidiana manodidina ny 70 000 Ariary, saingy fotoana fohy monja dia niakatra indray. Efa nisy ny fiakaran’ny voka-bary fa tsy nampidina firy ny vidim-bary eto amin’ny tsena anatiny.

o anatrehan’izany, manahy ny olona amin’ny mety ho fiakarana mandritra ny asara. Mety hahatratra 200 000 Ariary any ny gony iray, hoy ny mpivarotra iray eo Tsaramandroso raha izao no mitohy. Voalazan’izy ireo fa tsy miakatra loatra ny vidin’ny vary eny amin’ny tantsaha fa ireo mpanangom-bokatra no tena mampiakatra ny vidin’ity vary ity. Manontany ny fanjakana izy ireo, ny nalehan’ilay vary 3 100 taonina nomen’ny fanjakana sinoa maimaimpoana ny vahoaka malagasy. Tsy nahitana vary mora mihitsy mantsy hatramin’izay ka hatramin’izao fa mbola manodidina ny 100 000 Ariary ihany koa ny tsara kalitao amin’ireo vary nafarana. 

Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana ny vahoaka satria ny vary no fototsakafon’ny Malagasy nefa tsy takatra intsony ny vidiny. Iray na roa kapoaka isan-tokantrano sisa vidian’ny vahoaka isanandro, satria dia mahatratra 500Ariary ka hatramin’ny 650Aiary ny kapoakan’ny vary ankehitriny. Efa betsaka ny fampanantenan’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny amin’ny fampihenana ny vidim-bary saingy poakaty hatrany izany fa ny omaly tsy miova no misy.

Lucien R.  Vanessa

Ino Vaovao0 partages

VAROTRA IVELANY : Hisy letisia 5 taonina haondrana mankany Eoropa amin’ny alahady izao

Mahakasika izay indrindra dia fantatra fa efa tafiditra amin’ny vanim-potoana fiakaran’ny vokatra letisia ny any Atsinanana amin’izao fotoana izao ary efa mandeha ny lamina rehetra handaminana ny fiotana ny vokatra letisia. Ankehitriny dia voalaza fa vokatra letisia milanja 5 taonina avy ao amin’ny Distrikan’i Toamasina faharoa, Faritra Atsinanana no hisidina ny habakabaka voalohany halefa ho any Eoropa, na ilay antsoina hoe «  Primaire  ». 

Ny alahady 12 novambra ho avy izao, araka izany dia fianakaviana tantsaha miisa 30 eo ho eo no hisitraka ny tombontsoa mivantana amin’izany. Amin’ny ankapobeny dia vokatra letisia masaka mialoha ny fotoana izy ireo satria nahazo fikarakarana manokana, toy ny fanondrahana sy ny fampiasana zezika voajanahary tamin’ny alalan’ny «  système horaire  » ka dia mahavaly ny kalitao takian’ny tsena iraisam-pirenena. Izany hoe mihoatra ny 30 milimetatra ny habeny ary mahatratra ny fatra tokony ho izy ny kalitaon’ny siramamy ao aminy.

Efa nohamarinina ny kalitaon’ny vokatra sy ny habetsahany

Raha ny fanazavana dia paikady hampivoarana ny fambolena nentin’ny Faritra Atsinanana izao nahazoana vokatra tsara izao. Noho izany dia nahazo tosika ara-teknika avy amin’ny Foibem-paritry ny fambolena sy ny fiompiana ireo mpamokatra ary notohanan’ny orinasa tsy miankina ara-pitaovana. Izany rehetra izany no natao dia ny mba hanomezana endrika vaovao ny vokatra letisia eto Madagasikara, ka tsy ho latsa-danja amin’ny vokatra avy any amin’ny firenen-kafa. Mialoha ny fanomezana alalana ny fanondranana voalohany hatao ny alahady ho avy izao anefa dia efa nisy ny fidinana ifotony natao mba hanamarinana ny kalitao sy ny habetsahan’ny vokatra. 

Hetsika izay notanterahin’ ny Foibem-paritry ny fambolena sy ny fiompiana, ny Foibem-paritry ny varotra, teo ihany koa ireo mpandraharaha misahana ny fanondranana ny vokatra, niaraka tamin’ireo tantsaha, tao amin’ny Kaominina Antetezambaro, ny talata 07 novambra lasa teo. Nitarika ny ekipa tamin’ny fidinana ifotony kosa ny lehiben’ny sampan-draharaha miahy ny toekarena ao anivon’ny Faritra Atsinanana. 

Fantatra fa ambony kokoa ny vidin’ny letisia alefa amin’ny fiaramanidina raha mitaha amin’ny vokatra alefa amin’ny sambo. Izany dia tombony manokana ho an’ireo tantsaha izay manaraka ny teknikam-pambolena. Marihina ihany koa fa efa mahatratra 4 000 fototra amin’izao fotoana izao ny letisia nokirakiraina ara-teknika ao amin’ny Distrikan’i Toamasina II. Araka ny fanazavana dia ezahina ny hampitombo izany amin’ny taona ho avy.

Lucien R.  

Ino Vaovao0 partages

FAMPANDROSOANA ETO MADAGASIKARA : Ireo mpiara-miombon’ antoka no tena miasa

Na dia ireo filàna fototra ilaina amin’ny fiainana andavanandro aza mantsy dia mbola hita ho maro ireo tsy mbola misitraka izany. Araka ny fanadihadiana dia saika misedra olana eo amin’ny lafiny fotodrafitrasa avokoa ny ankamaroan’ireo Kaominina eto Madagasikara noho ny tsy fisian’ny fanampiana avy amin’ny fitondram-panjakana.

Misy ihany ireo vola miditra any anivon’ny Kaominina tsirairay amin’ny alalan’ ireo hetra aloan’ny mponina saingy saika lany any amin’ny fampandehanan-draharaha samihafa izany. Araka izany dia ny fiarahana miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka tsy miankina ihany no tena hahafahana mandroso eto amintsika. Tsapa mantsy fa ireo tetikasa tena ilain’ny vahoaka sy mahakasika ny filan’izy ireo mivantana no tena hirotsahan’ny mpiara-miombon’antoka an-tsehatra. 

Tetikasa maro no efa nahitana izany fa anisan’izany ny natao tany Manalalondo, Distrikan’Arivonimamo. Tetikasa izay nisitrahan’ny mponina paompin-drano miisa 34 sy trano fidiovana sy fanadiovana miisa 4 avy amin’ny mpiara-miombon’antoka tsy miankina. Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra iray avy amin’ireo mpiara-miombon’antoka eto an-toerana dia ilàna fandinihana tsara ny fanatanterahana tetikasa eto Madagasikara mba tena hamaly izay tadiavin’ny vahoaka tokoa. Ohatra amin’izany ny tokony hanaovana ireo tetikasa momba ny rano fisotro madio any amin’ireo toerana tena mbola tsy misitraka izany. Misy hatrany ny anjara birikin’ny mpahazo tombontsoa mandritra ny fanatanterahana ny tetikasa.

Lucien R.

La Vérité0 partages

Gestion de l’épidémie de peste - Un créneau favorable au détournement de fonds publics

Empressement. Les Malgaches se gardent de crier victoire avant l’heure face à une situation dont l’issue est encore incertaine : « Aza misioka raha mbola tsy tafavoaka ny ala ». Ces derniers jours, les hauts responsables gouvernementaux se sont félicités à tout bout de champ de l’évolution de l’épidémie de peste, certes significative mais pas encore rassurante au stade actuel. A les entendre palabrer ici et là, l’on croit que les péripéties sont sur le point de se dissiper. Pourtant, le pays n’est pas encore sorti de l’auberge et les choses laissent transparaître une incompétence flagrante.

Des observateurs bien avertis ont pu remarquer que le ministère de la Santé publique et le gouvernement en général n’ont jamais daigné élaborer une cartographie de l’épidémie depuis le début. C’est un outil important pour mieux organiser la riposte. Il permet d’indiquer à tout moment les foyers actifs, ceux à la fin d’épidémie et ceux épargnés. Constamment mise à jour, une telle cartographie détermine avec efficacité les efforts à déployer pour un suivi de près sur le terrain.Peu d’utilitéSelon une source bien informée, les foyers actifs pour la ville d’Antananarivo sont listés comme suit en date du 3 novembre dernier : Ambohidroa, Amboavaly, Soavimasoandro, Analamahitsy, Amboditsiry, Ambohimahitsy, Ambohidahy, Manjakaray, Andohatapenaka, Antohomadinika, Tsaramasay, Ankadifotsy, Anjanahary, Amboditsiry, Ambohimirary, Ampanotokana, Andraisoro, Ampahibe, Ambanidia, Mandroseza, Mahazoarivo, Androndra, Namontana, Anosipatrana Ouest, Andrefan’Ambohijanahary, Ampefiloha, Isoraka et Andavamamba avec une trentaine de cas.Aucune de ces informations n’est mise à la disposition du grand public pour que les habitants prennent des précautions qui s’imposent en conséquence. Les communications officielles fournissent seulement des chiffres de peu d’utilité destinés à calmer les esprits afin de ne pas éterniser la panique, bien entendu.AssimilableDes experts notent également que le ministère de la Santé publique ne dispose pas de plan d’urgence pour faire face à l’épidémie. Selon des indiscrétions, l’équipe du professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo n’a rien inventé. Elle se contente du plan de contingence pour les épidémies majeures conçu en 2014 sous Dr Christophe Roger Kolo, alors Premier ministre et ministre de la Santé publique à la fois. Un tel immobilisme serait assimilable à la non assistance des personnes en danger.En outre, l’équipe d’Ambohidahy n’a fait qu’attendre les interventions des entités de bonne foi, qu’elles soient locales et étrangères. En effet, les aides ont afflué depuis l’appel au secours lancé par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Outre les agences onusiennes, la France, la Banque mondiale, les Etats-Unis, le Royaume du Maroc, la Chine, le Japon… se sont bousculés à la porte pour apporter leur part respective.DétournementDes millions de dollars sont obtenus pour tenter d’enrayer la mort noire du sol malgache. Mais des suspicions de magouilles commencent aussi à se faire jour. Des groupes comme le Cercle de réflexion sur l’avenir de Madagascar (Cram) ont déjà exprimé leur inquiétude à ce sujet en dépit de l’assurance du ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Sehenosoa Andriambololona qui a mis l’accent sur la transparence des ressources provenant de l’extérieur dans le cadre de la présente lutte d’ensemble.Au moins, trois décisions portant sur la mobilisation des fonds pour la peste ont été prises lors du Conseil du gouvernement d’hier. De ce fait, d’aucuns doutent que le contexte de lutte ait émergé comme un nouveau créneau favorable au détournement de l’argent public pour le régime dont la crédibilité se réduit du jour au lendemain comme peau de chagrin. Les milliards de dollars annoncés à Paris voilà déjà une année presque ne viendront jamais à temps à ce rythme.Manou Razafy

La Vérité0 partages

Hausse vertigineuse du prix du riz - La population étranglée !

A Antananarivo, le prix du riz connaît depuis plus d'un mois une hausse record en ce dernier semestre de l'année 2017.  Chez les détaillants, le prix du kilo du vary makalioka, le riz le plus prisé des Malgaches, est de 2 400 ariary. Autrefois beaucoup moins cher que le makalioka, le vary gasy mena s'achète aujourd'hui sur quelques étals au même prix que le premier type de riz. La situation est la même dans les Faritany. 

À Mahajanga ou encore à Fort -Dauphin le riz est également devenu un produit de luxe. Dans le nord, la situation est dantesque, notamment à Maroantsetra où le kapoaka s'échange à 1000 ariary, soit plus de 3000 ariary le kilo. Une hausse jugée record par de nombreux observateurs. Ces derniers qui ne manquent pas de souligner que même durant les périodes de crise dans le pays ou les périodes suivant le passage des cyclones les plus puissants dans le pays, jamais le prix n'avait atteint de telles hausses.  Etant donné que le riz local est actuellement de moins en moins présent sur le marché, les prix s'envolent. C'est la loi de l'offre et de la demande, soutient un économiste.  L'existence de spéculation et de rétention de stock par certains grossistes  est également avancée pour expliquer cette hausse vertigineuse.  En tout cas, pour freiner justement cette flambée des prix, le gouvernement a opéré la mise en place un programme d'importation de riz, dont le kilo s'achète entre 1400 à 1900 ariary sur le marché.  « Une solution à court terme qui ne freine pas la hausse du prix et qui ne profite qu'aux opérateurs importateurs », a souligné le parti d'opposition, le Malagasy miara-miainga récemment. Mais, il n'y a pas que le prix du riz qui préoccupe les ménages. Depuis un peu plus d'un mois la Grande île connaît une dramatique flambée des prix des produits de première nécessité.   Les produits tels la viande, les poulets, le sel, le carburant, ont  aussi connu des hausses remarquables. Le sucre s'achetait ces derniers jours à 2 600 ariary à 2 800 ariary le kilo. L'huile se raréfie également sur le marché.  Et même si la situation des marchés alimentaires varie d'une région à l'autre et s'il est extrêmement difficile de prévoir avec certitude leur évolution future, les projections les plus sérieuses indiquent que les prix de ces denrées devraient rester élevés dans les jours à venir et que les marchés de la plupart des villes seront affectés par cette hausse. En tout cas, cette flambée de prix des denrées alimentaires provoque d'immenses souffrances et privations. Une telle situation joue gravement sur le panier de la ménagère. La population est littéralement prise en otage…  À court terme, les consommateurs des villes et des zones rurales qui consacrent une part importante de leur revenu à la nourriture seront les plus durement éprouvés. Pour pallier les carences, certains ménages sont obligés de consommer moins.  En plus de dépenser autant pour le prix des condiments, il y a d'autres charges comme les factures d'électricité et d'eau à la fin de chaque mois. La question est de savoir combien de temps  les malgaches continueront-ils à jongler éternellement avec tout ça  sans réagir…Lalaina A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mararin’ny pesta eny AmbohimiandraNotoloran’ny CUA bodofotsy

Tsy mikely soroka amin’ny fanasoavana ny tanàna sy ny mpiara-belona ny eo anivon’ny kaominina Antananarivo (CUA), indrindra amin’izao vanim-potoana sarotra diavin’ny vahoaka izao.

 Ankoatra ny fanatsarana sy fanavaozana ny fotodrafitrasa isan-tsokajiny dia mandeha hatrany ny asa sosialy ataon’ny CUA, ka ireo olona manaraka fitsaboana noho ny valanaretina pesta indray no nisitraka izany. Nanatitra bodofotsy ho an’ireo mararin’io valanaretina io teny amin’ny hopitaly Ambohimiandra mantsy ny Sampana misahana ny fahasalamana avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, notarihin’ny Talen’ny Fahasalamana Deris Herivonona omaly alarobia 08 novambra 2017. Areti-mandoza izay nampihorohoro ny teto Madagasikara iray manontolo ny pesta, efa miha-manjavona kosa izy ankehitriny vokatry ny fepetra maro noraisina. Raha ny hita teny an-toerana dia miha-vitsy ireo marary ao amin’ ity toeram-pitsaboana iray eny amin’ ny boriborintany faharoa ity . Izany dia vokatry ny ezaka goavana izay ataon’ny tompon’andraikitra. Nankasitraka ny fanomezana nomen’ny kaominina ireo marary sisa tavela.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rano fisotro madioVao ny ampahefatry ny Malagasy no manana azy

Mbola vao ny apahefatry ny mponina manerana ny Nosy ankehitriny no manana rano fisotro madio.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny pestaNanome fitaovana mitentina 1,5 miliara Ar ny Sinoa

Nanolotra fitaovana ara-pahasalamana mitentina hatrany amin'ny 1,5 miliara ariary hiatrehana ny ady amin’ny valanaretina pesta ny governemanta sinoa.

 Nahitana fandriana, solomaso fiarovana, baoty fiarovana, aron’ankanjo, masque FFP2, "masque chirurgical", seringue 5cc, combinaison. Natolotra omaly alarobia 8 novambra 2017 tao amin'ny Ivontoeram-pitehirizam-panafody SALAMA eny Tanjombato izany ka ny masoivoho Yang Xiaorong no nisolotena ny fanjakany. Ankoatra ireo, efa nisy manampahaizana sinoa tonga teto Madagasikara nanomboka tamin'ny faran'ny volana oktobra hiara-kiasa amin'ny dokotera sy ny mpiasan'ny OMS. Tonga nandray ny fitaovana ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, notronin'ny minisitry ny fahasalamana sy ny minisitry ny rano sy ny angovo ary ny akoranafo, ary ny solontena maharitry ny Sampan-draharaha Iraisam-pirenena momba ny fahasalamana na ny OMS eto Madagasikara. Nisaotra manokana ny governemanta sinoa ny praiminisitra, izay nisolo tena ny filoham-pirenena sy ny fanjakana manontolo. Notsiahiviny fa teo foana ny fanjakana sinoa tamin’ny fotoan-tsarotra, raha tsy hilaza afa tsy ny tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Enawo. Tsy adinony ihany koa ny nisaotra sy nankahery ireo mpiasan’ny fahasalamana sy ny mpitsabo, izay tsy nikely soroka indrindra tamin’ny fotoan-tsarotra noho ny fisian’ny valanaretina pesta. Nilaza kosa ny masoivoho sinoa Yang Xiaorong, fa hivoaka mpandresy manoloana ny pesta isika noho ny fanampiana iraisam-pirenena, izay inoany fa hery lehibe hanafaka an’i Madagasikara ao anatin’izao olana lehibe izao. Manantena ihany koa ny tenany fa na ho ela na ho haingana dia ho maro ireo mpizahatany sinoa, mpampiasa vola ho avy eto, mba hanampiana an’i Madagasikara sy ho fitohizan’ny fiaraha-miasa matotra eo amin’ny tany roa tonta.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voadona ka mahatsiaro zo

Hoy ny filoham-pirenena teo aloha : “Isika Malagasy dia diso satria nanaiky lembenana”.

 Mety ho maro tamin’ireo olom-pirenena no tsy nahazo ny zava-nolazain’ity filoham-pirenena naharitra indrindra teo amin’ny fitantanana ny repoblikan’i Madagasikara ity, eny fa na dia hatramin’izao aza. Raha dinihina mantsy ny zava-misy mandraka ankehitriny dia manaiky lembenana hatrany tokoa isika mianakavy manoloana ny zava-mitranga. Mirongatra ankehitriny ny ady tany ary saika fifandonana eo amina teratany Malagasy sy vahiny hatrany no mitranga. Nohirahiraina tato ho ato ny zon’ny Malagasy eo ambonin’ny taniny. Fantatry ny sarambabem-bahoaka izay tompon-tany eto tokoa ve farafaha ratsiny ny singa fototra tokony ho fantatra mikasika izay zony izay ? Matetika dia hita fa voadona ka mahatsiaro zo isika Malagasy izay tantsaha mivelona amin’ny tany ny ankamaroany saingy fantatsika fotsiny hoe misy izany zo mikasika ny fananantany izany fa ireo andininy sy andalana fototra hiarovana antsika ao anatiny ao toa potipotiny ihany na tena tsy misy fantatsika akory na ny kely aza. Rehefa voadoana foana isika vao manao hetsika. Ny mpitondra aza moa mampametra-panontaniana hoe ndrao mody mihetsika ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Neymar JrLeo ny « Ligue 1 » sahady ?

Tsy nanatrika ny lalao nifanadrinan’ny PSG sy Angers ny sabotsy lasa teo ilay kintan’ny baolina kitra Breziliana Neymar Jr satria nambara fa tsy mbola salama tsara noho ny ratra nahazo azy tamin’ny fifandonana tamin’ny klioban’ny Anderlecth.

 Izay no fampitam-baovao ofisialy saingy milaza ny mpanao gazety Frantsay fa toa tsy dia mitombina firy io resaka ratra io fa mety efa i Neymar mihitsy no tsy dia mazoto firy amin’ny fihaonana eo anivon’ny Ligue 1 Frantsay. Ny antony dia satria mety latsaka ambany loatra ny lentan’ny Ligue 1 raha oharina amin’ireo firenena eoropeanina hafa toa an’i Espagne, Italie sy Angleterre ary kely ihany koa ny kianja hilalaovana ka tsy tena hahazoana ambiansa rehefa tena mandeha ny lalao. Mametra-panontaniana ny mpanao gazety Frantsay hoe : leon’ny PSG sahady ary ve, 3 volana taorian’ny nahatongavany tao ingahy Neymar ? Fantatra fa tsy dia tomombana tsara ihany koa ny fifandraisan’i Neymar amin’ny Emery izay mpanazatra azy ao amin’ny PSG ka mety mitambatra ao daholo izany rehetra izany ka mahatonga azy hifidifidy ny lalao ataony. Tsikaritra kosa anefa fa mazoto i Neymar Jr rehefa mahakasika ny Ligue des Champions ny lalao atao satria sehatra efa tena avo lenta io.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Grand Concours Doublette PétanqueFiara Daewoo Matiz no homena ireo mpandresy

Goavana dia goavana raha ity fifaninanana tsipy kanetibe “ Grand Concours Doublette Pétanque” (sur invitation) hotontosaina etsy amin’ny Boulodrome CBT Mahamasina karakarain’i Trema Rafetrarinanja anisan’ireo kalaza eo amin’ity taranja ity ka ho tontosaina amin’ny sabotsy 11 sy alahady 12 novambra 2017 ho avy izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalao miverin’ny « Poules des AS »Misongadina ny CNaPS Sport sy ny Elgeco Plus

Tontosa omaly alarobia 08 novambra 2017 tao amin’ny kianjan’Ampasambazaha Fianarantsoa ny andro voalohan’ny lalao famerenana baoliina kitra « Poules des As Thb Champion’s League Malagasy 2017 » ka nahazoana ny vokatra :

Tia Tanindranaza0 partages

RIM andiany faha-38Handalo etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina

Efa mipetrapetraka daholo ankehitriny ny rindran-damin’ny hanatanterahana ny Rallye International de Madagascar (RIM) andiany faha-38 karakarain’ny Fsam ka ho tontosaina eto Antananarivo ny 10 sy 11 ary ny 12 novambra izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Filankevitra ambonin’ny mpitsaraVoafidy tao Toamasina i Lauret Rajaona Thierry

Mpitsara miisa 59 avy amin’ireo sampam-pitsarana miisa 6 dia Ambatondrazaka miisa 9 – Moramanga miisa 8 – Vatomadry miisa 4 – Maroantsetra miisa 4 – Toamasina I miisa 21 ary ny fitsarana ambony ao Toamasina miisa 13, no mpifidy ny solontenan’ny mpitsara ao Toamasina eo anivon’ny filankevitra ambonin’ny mpitsara (CSM) Malagasy.

 

 Ny alarobia tamin’ny 11ora sy 40 mn no natomboka ny fanisam-bato izay natao tao amin’ny efitra faharoa. Niisa roa ny kandida nifaninana dia Atoa Lauret Rajaona Thierry mpampanoa lalàna eo anivon’ny fitsarana ambaratonga voalohany sy ny mpifaninana taminy Tombozavelo Philistin mpitsara eo anivon’ny “president des chambres” ny fitsarana ambony. Tamin’ny fanisana ireo vato ny mpifidy 59 dia lany tamin’ny vato 33 Atoa Lauret Rajaona Thierry, nahazo vato 25 kosa ny mpifaninana taminy, raha nisy mpitsara iray nanao vato fotsy. “Amin’ny maha mpikamban’ny filankevitra ambonin’ny mpitsara ahy izay misolotena an’i Toamasina, dia ny fiarovana ny mpitsara sy ny asam-pitsarana no tanjona, satria tsy hisy firenena hilamina raha tsy misy fitsarana matanjaka sy atokisan’ny olona ary mpitsara malalaka amin’ny asany”, hoy Atoa Lauret Rajaona Thierry.

 

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Fanindronana mpianatra teny AvaradranoTsaho niniana naely

Mbola nitohy hatramin’ny omaly ihany ilay tsaho niely momba ny fisian’ireo tompon’andraikitra ara-pahasalamana mitety sekoly mandeha manindrona mpianatra iadiana amin’ny aretina pesta tany amin’iny distrikan’Avaradrano iny.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana ny rivodozaEfa vonona tanteraka ny BNGRC

Efa tafiditra tanteraka ao anatin’ny vanim-potoana fahavaratra fandalovan’ny rivodoza isika eto Madagasikara amin’izao, fe-potoana haharitra hatramin’ny faran’ny volana aprily any ho any.

 

Efa vonona tanteraka amin’ny fiatrehana izany ny birao mahaleotena misahana ny loza voajanahary, hoy Atoa Venty Thierry, sekretera mpanatanteraka ao aminy, omaly. Na dia roa amin’ireo rivodoza efatra voalaza fa handalo eto amintsika aza mantsy no tena hahery vaika fa ny roa hihaodihaody fotsiny dia efa napetrapetraka avokoa ireo fomba hiatrehana azy. Anisan’ireny ny fanentanana sy fampianarana ny mponina amin’ny fiatrehana ny loza, ny fihetsika tokony hatao. Anisan’ny paikady efa napetraka izany, hoy  ity sekretera mpanatanteraka eo anivon’ny BNGRC ity nandritra ny fiatrehana ny rivodoza Enawo farany teo ka nampihena be dia be ny isan’ireo olona namoy ny ainy. Ny tanjona dia ny hiaro ny ain’ny mponina sy ny fananany manerana ireo faritra handalovan’ny  rivodoza. Nanolotra fitaovana hanamorana ny fitrohana sy fizarana rano amin’ny alalan’ny Groupes electropompe miisa 30 sy rouleu tresse 1 ho an’ny Jirama teny Mandroseza  moa omaly ny BNGRC. Natao ireny hanatsarana ny fizarana rano fisotro madio amin’ireto distrika manaraka ireto : Moramanga, Ambatondrazaka, Morondava, Taolognaro, Antsirabe, Fianarantsoa, Manakara, Marovoay, Mahajanga, Belo tsiribihana, Antanifotsy, Mananjary, Betroka ary Mahanoro.

  

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Olana ara-pamokarana eto MadagasikaraVonon-kanampy antsika ny Britanika

Taorian’ny fihaonany tamin’ny filoham-pirenena, ny antenimierandoholona, ny antenimieram-pirenena, dia tonga nitsidika ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana Chabani Nourdine teny amin’ny toeram-piasany teny Ambohidahy ireo parlemantea Britanika,

 tarihin’ny depiote Tim Loughton omaly. Nivoitra tamin’ny fihaonan’ny roa tonta ny ny hanatsarana ny fifanakalozana ara-barotra eo amin’i Madagasikara sy Royaume Uni. Niombon-kevitra ny roa tonta fa tokony hisy ny fihaonana eo amin’ny teknisianina Malagasy sy Britanika hijerena ny fenitra eo amin’ny vokatra hifanaovana fifanakalozana ara-barotra hahafahana manatsara sy mivelatra bebe kokoa. Nanamarika ihany koa ireo vahiny fa manana tany midadasika hahafahana mamokatra i Madagasikara kanefa mbola manafatra zavatra avy any ivelany, ka nametra-panontaniana izy ireo hoe : inona no anton’ny tsy fahampian’ny vokatra eto amintsika ? Tapaka ary fa hiaraha-mijery izay olana izay, ary hatsaraina miandalana ny resaka famokarana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitarana ny seranam-piaramanidina IvatoOlona 300 miasa andro aman’alina

Nidina ifotony teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato omaly alarobia 8 novambra i Vincent Devauchelle, tale jeneralin’ny Ravinala Airports sy i Thibaut Servant,

  tale lefitry ny tetikasa CMBI nijery sy nanara-maso ny asa fanamboarana ny seranam-piaramanidina eny Ivato taorian’ny herinandro katroka nidinany teny an-toerana. Mizotra araka ny tokony ho izy ny asa noho ny fisian’ireo olona marobe manana traikefa manatanteraka ny asa. Efa vita tanteraka ankehitriny ny famaritana ny fotodrafitrasa, fanamby napetraky ny Ravinala Airports. Efa milamindamina daholo ihany koa ny fametrahana ny vato fototry ny asa izay misy tongo-by miisa 83 manana halavana 20 m avy. Toraka izany koa ny fametrahana ny longrine misandrahaka amina velarana 17.500 m2 izay efa vita hatrany amin’ny 66 %.  Hampanarahana ny fenitra iraisam-pirenena ny fanatanterahana ny asa. Orinasa Malagasy marobe no mahazo tombontsoa ao izay miara-miasa akaiky amin’ny Ravinala Aiports sy ny CMBI na ho an’ny seranam-piaramanidina Ivato na ny any Nosy-be. Mahatratra 300 ireo olona miasa manatontosa izany, indrindra fa amin’ny alina. Tsiahivina moa hovitaina amin’ny volana janoary taona 2018 ny dingana manaraka amin’ny asa fanamboarana ity seranam-piaramanidina eny Ivato ity, ary ny volana septambra taona 2018 kosa no hifarana amim-pomba ofisialy.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonim-pirenenaTsy misy mpihaino

Efa maro ny fikaonandoha sy atrikasa notontosain’ny rafitra iombonan’ny fiarahamonim-pirenena na OSCs.

 Saika niompana tamin’ny tontolon’ny zon’olombelona hatrany moa izy io. Teo ny zo momba ny fananan-tany, ny asa ary ny zon’olombelona amin’ny ankapobeny. Hatreto aloha, mbola andrasana hatrany ny akony azo tsapain-tanana hampivoarana ny tontolon’ny zon’olombelona vokatry ny ezaka nataon’ireo fiarahamonim-pirenena. Tonga indray ity ny fikaonan-doha isan-taonan’ny fiarahamonim-pirenena hotontosaina ny 16, 17, 18 novambra 2017 izao ao amin’ny Motel Anosy. Araka ny fampahafantarana natao tetsy amin’ny Cite Ambatonakanga omaly dia “Fiarahamonim-pirenena sy fanajana ny zon’olombelona eto Madagasikara : Fifanakalozan-kevitra” no lohahevitra amin’ity taona ity. Efa maro ihany izay fihaonana, fivoriana, fikaonan-doha, atrikasa izay; misy isam-bolana mitohy isan-taona saingy toa vao miha voahosihosy ny zon’olombelona eto Madagasikara.Izany tranga rehetra izany no mahatonga ny fanontaniana hoe : hatraiza ny tena vokatry ny asa ? Mba misy mihaino ihany ve ny fiarahamonim-pirenena eto sa dia lasa fikambanana mpanao fikaonan-doha sy fanambarana fotsiny ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Famefena tany eny AndranonahoatraNoraisin’ny kaominina ny fangatahana

Nanaiky tany am-boalohany ny ben’ny tanàna ao Andranonahoatra fa ara-dalàna ny maha tompon’ny tany mitondra ny anarana “La reunion”, laharana 11-069, mirefy 92a 73ca 21dm2 an-dRandriamanantena Edmond.

 Andro vitsy taty aoriana, nitaraina indray izy fa tsy nanaiky indray ilay ben’ny tanàna ary dia nametraka fitarainana teny amin’ny fitsarana niaraka tamin’ny lehiben’ny fokontany, raha tsiahivina. Nisy moa ny didim-pitsarana laharana 10-291 tamin’ny 2 oktobra 2017 manome alalana ny kaominina hamefen’ny tompon’ny tany ny taniny. Nilaza ny tsy maha ara-dalàna ny fandavana ny mpisolovavan’ny tompon-tany ary nangataka ny ben’ny tanàna sy ny ekipany hanemotra ny fanapahan-keviny hitory fa tsy maintsy hiroso amin’ny famefena ny tany ny tompony. Tonga tao amin’ny kaominina Andranonahoatra ny avy ao amin’ny vadintany omaly nanatitra ny didim-pitsarana ahafahan’ny tompon-tany mamefy ny taniny ary dia noraisin’ny ben’ny tanàna. Andrasana kosa ny famelana hamefy ny tany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsarana ambony AntananarivoNesorina ny tonia mpampanoa lalàna

Nilatsaka ny didy omaly nandritry ny filankevitry ny minisitra notanterahana teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha fa dia nesorina tamin’ny toerany Randrianasolo Jacques tonia mpampanoa lalàna eo anivon’ny fitsarana ambony eto Antananarivo (procureur general près la cour d’appel d’Antananarivo),

 ka ny minisitry ny fitsarana teo aloha Charles Andriamiseza no nasolo azy. Tsy nisy ny siosion-dresaka mialoha izao ny amin’ny hanesorana azy mialoha ny omaly, saingy heverina kosa fa misy antony lehibe matoa soloina tahaka izao ny tonia mpampanoa lalàna izay manana ny maha izy azy eo anivon’ny tontolon’ny fitsarana. Tsaroana fa anisan’ny hita matetika tany anaty filazam-baovao nandritra ny raharaha Claudine Razaimamonjy Randrianasolo Jacques ary matetika no tonga mihaona aminy ihany koa ireo biraon’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) tarihan’i Fanirisoa Ernaivo. Ny 29 oktobra lasa teo ihany koa dia nanao ampamoaka tamin’ny alalan’ny facebook i Mahery Lanto Manandafy fa ray niteraka an’i Andry Andriatongarivo izay vadin’i Lalatiana Rakotondrazafy (Free News – Free FM)  ny tonia mpampanoa lalàna Randrianasolo Jacques. Ka tsy fantatra na nisy nifandraisany tamin’ireo tranga ireo ny antony nanesorana azy na ahoana. Mifanandrify ihany koa amin’ny fifidianana ireo solontenan’ny mpitsara hiditra ao amin’ny filankevitra ambonin’ny mpitsara (CSM) izao fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tanimbary ivelomana tantsaha 173 eny IvandryBodoana teratany sinoa

Tanimbary mirefy 8ha etsy Ivandry, manamorona an’i Marais Masay, izay hajariana tantsaha miisa 173 ary efa misoratra amina teratany Malagasy hatramin’ny taona 1932 no kasaina teratany sinoa tompon’ny orinasa Comadis Ankorondrano hobodoina, raha ny fanazavan’ireo tantsaha teny an-toerana.

 Nanoloana io fikasana io, hoy ireo mpandova, dia efa nametraka fitoriana 5 volana izahay. 30 taona aho, hoy ny filoham-pokontany teo aloha no nipetraka teto fa tsy nisy nandrefy io tany io. Izao aho gaga fa hoe lasan’ny sinoa ilay izy. Mbola tafiditra ao anatin’ny boriborintany faha-5 ity tany ity saingy gaga izahay hoe ny any amin’ny boriborintany faha-3 no nanome alalana amin’ny famarotana sy fivarotana azy. Mahagaga ireto fokonolona ireto ihany koa ny nitorian’ireo sinoa ireo mpandova any amin’ny borigady misahana ny heloka bevava nefa raharaha ady madio no misy. Tsy hanaiky hatramin’ny farany izahay, hoy ireo tantsaha.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsipaham-pitokisana ny governemantaMaty momoka indray

Maty momoka na nitsefotra ilay hevitra hametraka fitsipaham-pitokisana ny governemanta saika hataon’ireo solombavambahoaka eny Tsimbazaza fa vitsy mpanaraka.

La Vérité0 partages

Collectivités territoriales décentralisées - La Commune de Toliara doit 600 millions d’Ariary à la Cnaps

En attente de subventions étatiques. Les collectivités territoriales décentralisées (Ctd) n’arrivent pas à payer régulièrement leurs cotisations auprès de la Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps). Par conséquent, les employés contractuels ou Ecd auprès des Communes sont privés de sécurité sociale. Pour la Commune urbaine de Toliara, dans la Région Atsimo Andrefana, les arriérés de la Caisse s’élèvent à 600 millions d’Ariary.

« Le budget de fonctionnement de la Commune ne suffit pas à payer les cotisations des agents Ecd à la Cnaps », reconnait Jean Rabehaja, Maire de ladite Commune. D’après ce Premier Magistrat de la ville de Toliara, cette insuffisance de budget s’explique par le fait que les citoyens ont du mal à payer les impôts, faute de motivation à cause de la non -transparence et du manque de redevabilité. « Les problèmes des Ctd sont presque identiques. Dès qu’un Maire est élu dans une Commune, il embauche ses partisans en tant qu’agents contractuels. En effet, le nombre des employés augmentent et la Commune n’arrive plus à payer leurs salaires ni à verser leurs cotisations à la Cnaps. Ainsi, les agents communaux retraités ne perçoivent pas leur pension », explique Florent Randriamanantena, Directeur de la Coordination des appuis à la Décentralisation et Développement local au sein du ministère de tutelle.Face à cette situation qui perpétue auprès des Ctd, au détriment des employés Ecd, la Cnaps opte pour la responsabilisation des employeurs, à travers l’organisation de la formation sur la protection sociale en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. L’objectif étant d’encourager les employeurs à respecter leurs obligations. Parmi les sujets débattus pendant l’atelier figure les moyens pour augmenter les recettes ou encore les techniques de persuasion des citoyens à payer leurs impôts. Pour sa part, l’Etat s’efforce d’augmenter les impôts des Communes afin qu’elles puissent booster leur fonctionnement et devenir indépendantes, surtout au niveau financier. Le responsable du Mid n’a pas omis de rappeler que la première tranche de la subvention des Ctd au titre de l’année 2016 est déjà réglée.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Licthis - 5 tonnes dédiées à l'Europe

Le licthi compte parmi les cultures d'exportation de la Grande-île. Madagascar exporte ce fruit surtout vers l'Europe, plus précisément la France, la Belgique, l'Allemagne, l'Espagne ou encore les Pays-Bas ainsi que vers les pays du Golfe, comme Dubaï et l'Arabie Saoudite. De ce fait, ce produit contribue activement à l'évolution du secteur de la culture d'exportation. Le litchi est surtout planté dans la partie Est du pays. Une production qui alimente particulièrement le marché interne dans les Hautes-terres sans compter le marché externe. Actuellement, les producteurs  de la Région d'Atsinanana procèdent déjà à la cueillette des premiers litchis. 5 tonnes de cette première production, en provenance du district de Toamasina II, s'envoleront pour l'Europe d'ici dimanche. Une bonne première récolteQue ce soit au niveau de la qualité que de la quantité, les producteurs sont satisfaits de leur production de cette année. Effectivement, ils ont pris soin de respecter toutes les conditions requises afin d'avoir les meilleurs produits. Pour ce faire, ils ont mis en place un « système horaire » qui a permis de régulariser l'arrosage et l'emploi d'engrais biologiques, ce qui a favorisé le bon développement des fruits. Les producteurs de litchis affirment actuellement : « Notre production respecte maintenant les normes imposées par le marché international. Le diamètre de chaque litchi environne les 30 millimètres et le taux de sucre dans chaque fruit est également au point ».  Pour le district de Toamasina II, plus de 30 ménages bénéficieront des revenus issus de la production de litchis.Beaucoup de suivisCette bonne qualité de la production résulte de la stratégie d'amélioration de l'agriculture mise en place dans la Région d'Antsinanana. Les agriculteurs ont alors reçu des appuis techniques mais également des matériels de la part du secteur privé afin de professionnaliser leur métier et d'obtenir de meilleurs rendements. Toutefois, avant le départ de la première vague d'exportation pour dimanche, des contrôles et des suivis ont été effectués auprès de chaque producteur. Une de ces actions et suivis ont été réalisés, mardi dernier, en présence de tous les acteurs concernés dans la Commune d'Antetezambaro. Il reste à constater si les nouvelles techniques ont vraiment amélioré la production, comme l'ont affirmé les producteurs.Propos recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

A bon entendeur, salut !

La Société nationale Jiro sy Rano Malagasy (Jirama) vient d'inaugurer en grande pompe la nouvelle centrale thermique d'Aksaf Power sise à Ambohimanambola en présence du Chef de l'Etat Hery Rajaonarimampianina. En fait, la centrale bénéficie, donc, d'une puissance supplémentaire de 60 mégawatts. Et la presse proche du régime s'empresse de crier que c'est la fin du calvaire. 

Pourtant, la Jirama n'est point sortie de l'auberge ! Les coupures et délestages, notamment l'approvisionnement en eau, reviennent au galop sans que les responsables de la Société se sentent avoir la condescendance de donner des explications aux usagers. Dans un pays comme le nôtre, l'obligation d'informer les contribuables sur tout ce qui touche le quotidien de leur existence se trouve au dernier rang des soucis des dirigeants de quelque niveau que ce soit. Seulement, quand il s'agit de faire savoir au peuple les « réalisations », on recourt à des tapages.En effet, les coupures d'eau se multipliaient ces derniers temps dans plusieurs secteurs de la Capitale. A Antanimena / Ankadifotsy et environs, les robinets et bornes-fontaines ont été, plusieurs fois, à sec. On ne minimise pas, en rien du tout, de l'augmentation de la puissance de la centrale thermique, un avantage que l'on apprécie à sa juste valeur. Cependant, il ne faut pas passer sous silence l'enfer vécu  par les ménages en raison des coupures intempestives de la livraison  d'eau et faire abstraction, volontairement, des manquements de la Société vis-à-vis des usagers. Devrait-on souligner que le montant de la facture ne cesse de monter en flèche alors que le service rendu ne suit pas le rythme. La qualité de service ne répond pas aux attentes des ménages.La Jirama, malgré l'apparence d'embellie, traverse en ce moment une phase critique. La nouvelle direction, à travers une tentative de faire table rase du passé, inquiète l'ensemble du personnel. Le recrutement massif de nouveaux agents appelés à effectuer les relevés des compteurs et celui des dispatchings des factures auprès des clients créent des vagues chez les « anciens ». De même, la nomination de nouveaux cadres de la direction dont le processus ne suit pas la déontologie de la transparence préoccupe beaucoup. Une certaine opacité entoure la procédure. On craint, sérieusement, la prédominance du copinage et de l'influence partisane. Il n'est pas à écarter que le phénomène « cravates bleues »  ne tente pas d'étendre  son influence jusque dans les secteurs d'activité où l'Etat dispose d'un droit de regard. Les tentacules du HVM ne font pas de détail pour phagocyter tous les domaines.En dépit du tam-tam, bien orchestré, autour de l'acquisition de nouvelles installations, la Société nationale Jiro sy Rano malagasy n'est pas du tout dans sa  forme. Le malaise qui mine au sein du personnel risque de gommer les récentes réalisations.La nouvelle équipe de direction d'Ambohijatovo ne doit pas sous-estimer de la capacité ou de la force de frappe de son personnel. La Jirama fait partie des Sociétés qui disposent des organisations syndicales les mieux structurées du pays. Elle a un intérêt, aussi, à veiller sur la bonne marche de la qualité de service. Les usagers, mécontents ou insatisfaits de la prestation de la Société, sont capables de faire valoir leurs droits. A bon entendeur, salut !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Cartes professionnelles des journalistes - Les cinq vice-présidents de l'Ojm brisent le silence

« Non à l'interférence du gouvernement sur la délivrance des cartes professionnelles », peut - on lire en première ligne de la déclaration commune des cinq Vice-présidents de l'Ordre des Journalistes de Madagascar, hier. « Nous, cinq Vice-présidents de l'Ojm, représentant les six provinces de Madagascar, tenons à réagir fermement et alerter l'ensemble de la profession ainsi que l'opinion publique sur les dérives concernant la création d'une commission de délivrance de carte professionnelle pour les journalistes », souligne la même déclaration. Rappelons qu'une décision du ministère de la Communication a fait savoir la création de ladite commission, il y a près de deux semaines.

Sur cette lancée, ces membres du bureau de l'Ojm dénoncent « l'illégalité de la décision unilatérale du ministre de créer la commission pour la délivrance de la carte de presse professionnelle et d'en nommer les membres, en totale violation des dispositions légales sur le sujet ».  Pour étayer son argumentation, l'Ojm évoque l'article 54 de la loi n°2016-029 portant code de la communication médiatisée parle très clairement de « commission paritaire au sein de l'Ordre des Journalistes pour la délivrance d'une carte d'identité professionnelle des journalistes». En d'autres termes, aucune consultation relative à la dite commission n'a eu lieu.Selon la même déclaration,  les membres élus de l'Ojm au niveau de chaque région sont les seuls habilités à identifier les vrais journalistes qui méritent leur carte professionnelle. Une structure régionale a déjà été mise en place depuis le début de cette année pour procéder au recensement de ces journalistes suivant l'instruction du bureau national de l'OJM. L'article 55 du code de la communication stipule toujours que, « la commission paritaire est composée de représentants du Ministère de tutelle, des représentants des journalistes et des représentants des organisations patronales de la communication médiatisée. Elle est chargée de délivrer la carte d'identité professionnelle de journaliste conformément aux dispositions de l'article 54 ». Or, aucune assemblée générale des journalistes ni celle des organisations patronales n'a été tenue pour désigner ces représentants. Cette déclaration annonce un nouveau bras de fer qui oppose le ministère de la Communication et les journalistes.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Cartes professionnelles des journalistes - Les cinq vice-présidents de l'Ojm brisent le silence

« Non à l'interférence du gouvernement sur la délivrance des cartes professionnelles », peut - on lire en première ligne de la déclaration commune des cinq Vice-présidents de l'Ordre des Journalistes de Madagascar, hier. « Nous, cinq Vice-présidents de l'Ojm, représentant les six provinces de Madagascar, tenons à réagir fermement et alerter l'ensemble de la profession ainsi que l'opinion publique sur les dérives concernant la création d'une commission de délivrance de carte professionnelle pour les journalistes », souligne la même déclaration.

Rappelons qu'une décision du ministère de la Communication a fait savoir la création de ladite commission, il y a près de deux semaines.Sur cette lancée, ces membres du bureau de l'Ojm dénoncent « l'illégalité de la décision unilatérale du ministre de créer la commission pour la délivrance de la carte de presse professionnelle et d'en nommer les membres, en totale violation des dispositions légales sur le sujet ».  Pour étayer son argumentation, l'Ojm évoque l'article 54 de la loi n°2016-029 portant code de la communication médiatisée parle très clairement de « commission paritaire au sein de l'Ordre des Journalistes pour la délivrance d'une carte d'identité professionnelle des journalistes». En d'autres termes, aucune consultation relative à la dite commission n'a eu lieu.Selon la même déclaration,  les membres élus de l'Ojm au niveau de chaque région sont les seuls habilités à identifier les vrais journalistes qui méritent leur carte professionnelle. Une structure régionale a déjà été mise en place depuis le début de cette année pour procéder au recensement de ces journalistes suivant l'instruction du bureau national de l'OJM. L'article 55 du code de la communication stipule toujours que, « la commission paritaire est composée de représentants du Ministère de tutelle, des représentants des journalistes et des représentants des organisations patronales de la communication médiatisée. Elle est chargée de délivrer la carte d'identité professionnelle de journaliste conformément aux dispositions de l'article 54 ». Or, aucune assemblée générale des journalistes ni celle des organisations patronales n'a été tenue pour désigner ces représentants. Cette déclaration annonce un nouveau bras de fer qui oppose le ministère de la Communication et les journalistes.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Vente de la Villa Elisabeth - La famille Zafy innocente la Transition

Ni le président de la Transition ni le vice-premier ministre démissionnaire candidat à la Présidence de la République ne sont responsables dans l’affaire dite Villa Elisabeth sise à Amboniloha. C’est  la révélation faite   hier après- midi par Serge Zafimahova,  unique porte-parole de la famille Zafy Albert au cours d’une conférence de presse au Centre Arrupe de Faravohitra.  Pour appuyer ses dires, le bras droit du défunt Professeur Zafy Albert, ancien Président de la République malagasy de rappeler que l’acte de  vente du terrain a été signé entre le vice-premier ministre  chargé du Développement et de l’Aménagement du Territoire de l’époque, Reboza Julien, et l’acquéreur, Mada terrain, le 24 janvier 2014.  Et lui de préciser ainsi que cette date correspond à la veille de la prestation de serment du Président de la République actuel. « Pensez-vous réellement que le Président de la Transition ou encore les autres membres du Gouvernement aient été au courant d’un acte effectué par un ministre à cette date ? », s’interroge Serge Zafimahova. Le conférencier de rajouter d’ailleurs qu’à ce fameux 24 janvier,  le numéro Un de la Transition avait d’autres préoccupations.

« Il faut être objectif », précise Serge Zafimahova, « le souci de numéro Un de la Transition à l’époque était la passation de service à Iavoloha, celui du Premier ministre était de gérer la prestation de serment, tandis que l’ancien vice- premier ministre démissionnaire n’avait plus aucune responsabilité à l’époque, c’était le ministre Julien Reboza qui était aux manettes ». Une manière à lui de réagir à ce qu’il qualifie de manipulation de l’opinion dans cette affaire.  De toute façon, devait signaler Serge Zafimahova, la procédure de vente n’a été finalisée que sous ce régime Rajaonarimampianina. Rappelant à cet égard que le terrain n’avait été enregistré que le 15 novembre 2016, que l’acte notarié n’a été établi que le 30 novembre 2016.  Ce représentant de la famille Zafy Albert renchérit en informant sur l’existence d’une procuration faite le 7 septembre 2017 par le ministre des Finances et du Budget au chef de service des logements et bâtiments administratifs, auprès de la direction du patrimoine de l’Etat, de représenter le Mfb à toute nécessité dans le cadre du transfert du titre d’une partie de la propriété. En tout cas, selon les révélations de Serge Zafimahova devant la presse hier également, le Président Zafy Albert n’a été mis au courant du  « partenariat public-privé » entourant la Villa Elisabeth que le 21 septembre 2017, lorsque ce dernier acquéreur du terrain  était venu le voir à son domicile. L’homme au chapeau de paille a envoyé l’acquéreur auprès de la direction du patrimoine du ministère des Finances et du Budget s’ils voulaient discuter du terrain. 

En somme, dans cette affaire, Serge Zafimahova accable le pouvoir actuel. « Mon rôle n’est pas de dire qui est le responsable. Cependant, dans les affectations de propriétés de l’Etat vers le secteur privé, il y a toujours deux ministères concernés à savoir le département des Finances et du Budget et le département chargé de l’Aménagement du territoire.  Dans la foulée, le bras droit de feu Professeur Zafy Albert a également réagi à l’annulation de l’acte de vente décidée par les actuels premiers responsables des départements ministériels cités supra. « C’est du cinéma », s’insurge Serge Zafimahova, qui précise qu’un arrêté ministériel ne peut suspendre un titre de propriété acquis par un privé. Une plainte au Bureau indépendant anti-corruption est faite pour dénoncer une corruption potentielle. Pour le porte-parole de la famille Zafy Albert, seul un recours déposé au niveau du Tribunal civil par la direction législation et contentieux  serait l’unique voie pour annuler la vente. 

Recueillis par   L.A.

La Vérité0 partages

Vaccination contre la peste - Panique générale !

La nouvelle s’est répandue comme une trainée de poudre depuis les réseaux sociaux jusque dans les quartiers voire les zones rurales. Une équipe du ministère de la Santé soumettrait les écoliers à une vaccination obligatoire contre la peste.  L’affolement était à son summum.

 

 Un vent de panique a agité la Capitale et ses périphéries hier ! Des agents du ministère de la Santé publique à bord d’une voiture blanche seraient en train de soumettre des enfants dans les écoles à une vaccination contre la peste. Ces infirmiers et docteurs seraient accompagnés par des Forces de l’ordre. Telle fut en gros, la cause de cet affolement général. Depuis mardi dernier, plus d’une vingtaine d’écoles primaires dans la Cisco Tana – ville ont eu vent de cet acte malveillant, telles qu’Ankorondrano, Faliarivo Ambanidia, Manjakaray, Ambatomaro, Bemasoandro Itaosy, Ampitatafika, Anosizato. Sentant la menace peser sur leurs progénitures, les parents se sont hâtés de les chercher à l’école. Certains élèves ont même fait des forcings pour sortir de la salle de classe et ont pris la fuite. De leur côté, des responsables d’établissement ont décidé de fermer les portes  de leurs écoles et n’ont pas laissé les élèves rentrer. Ce qui a davantage provoqué la colère des parents.  Certains d’entre eux sont allés jusqu’à détruire le portail de l’école pour récupérer leurs enfants comme ce fut le cas à Andavamamba, selon une information des riverains. « Nous avons entendu que des éléments des Forces de l’ordre, accompagnés par des infirmiers étaient entrés de force dans les écoles primaires. Ils ont recueilli des élèves dans le but d’effectuer des vaccins contre la peste. Puisque les portails étaient fermés, ces agents ont escaladé la clôture. Tous les enfants ont pris la fuite  et se sont cachés », raconte cette mère de famille, habitant à Bemasoandro Itaosy. Depuis hier, 80% des appels reçus par la ligne verte « 910 » spéciale peste constituent des plaintes pour cette prétendue opération de vaccination.

 Démenti du ministère 

 Hier, le ministère de la Santé publique a apporté sa version. « L’épidémie de peste touche à sa fin, c’est pour cette raison que des personnes malveillantes sèment la psychose  au niveau de la société. Il n’y a aucun vaccin contre la peste et le département ministériel n’a pas encore donné  un ordre de mission pour contrôle au niveau de ces écoles. C’est de la pure rumeur », avance le ministre de la Santé publique, Lalatiana Andriamanarivo. Après un recoupement auprès des écoles concernées, même les directeurs d’école ne connaissent pas l’existence de cette équipe de vaccination, explique toujours le ministre. Touchées par une situation similaire, les écoles dans les provinces de Madagascar comme Toamasina vivent dans la terreur depuis le début de cette semaine, pourtant les départements ministériels concernés sont restés dans le silence jusqu’à ce que la psychose frappe la Capitale. Cela témoigne la gestion épicière des autorités malagasy sur cette épidémie de peste qui, comme l’atteste cette panique généralisée, crée toujours la psychose au sein de la population. Et le plus grave, c’est que cette dernière n’a plus de confiance envers ses administrateurs qui, au mois de septembre dernier, alors que le nombre des victimes de la peste n’était qu’une dizaine, affirmaient que la situation est maitrisée. Une grosse bévue pourtant dans la mesure où, un mois après, le bilan officiel annonce le décès de 123 personnes…

 Anatra R.

La Vérité0 partages

Incendie à Vohipeno - Des centaines de victimes délaissées par l’Etat

La population du Fokontany de Fenoarivo, à Vohipeno lance un appel de détresse. Suite à un incendie qui s’est déclaré dans cette localité le 25 octobre dernier, les victimes attendent toujours une main tendue de l’Etat central. Pour en revenir aux faits, un incendie a dévasté le Fokontany de Fenoarivo, situé à 25km de Vohipeno. L’étincelle serait partie d’une maison où des enfants ont allumé un feu pour usage ménager mais a finalement causé  une catastrophe qui a réduit en cendres 47 maisons ainsi que 7 Tranobe, lieu d’habitation des « Ampanjaka », soit tout un village entier.

D’après les informations locales, seules 4 habitations ont été épargnées par le feu. Il s’agit du 3e incendie qui a ravagé la localité. Le dernier remonte en octobre  2016. « Nous lançons un vibrant appel à l’endroit du régime car la population ne sait plus sur qui compter et se sent complètement délaissée », a déclaré Koera Rakotoarivelo Félix, président de l’association Fiteza (Fikambanan’ny zanak’i Zanatsiragna) qui s’est fait porte – parole des habitants de Fenoarivo. Il déplore que l’incendie a provoqué d’énormes impacts aussi bien sur le plan social que psychologique. « La population est énormément en difficulté », soutiennent les membres du Fiteza. Pour l’instant, ils n’ont reçu aucune visite des responsables au niveau du Bureau national de gestion des risques et catastrophes (Bngrc) qui est normalement mobilisé dans un contexte pareil.Selon toujours les explications de cette association, les autorités locales sont actuellement en pleine exécution de procédures pour interpeller les autorités étatiques. Cette situation rappelle le cas de la population d’Antsakabary qui fut la victime d’incendie volontaire par des policiers au mois de mars dernier. Il a fallu attendre plusieurs mois après pour voir enfin une réaction de la part du Gouvernement.

S.R.

La Vérité0 partages

Rn7 - 3 morts dans la collision d’un 4x4 et d’un porte-engin

La localité de Miadana longeant la Rn7 située à quelques kilomètres d’Ambatolampy, a été le théâtre d’un accident spectaculaire vers 7h30 du matin, hier. Un 4x4 venant de la Capitale et un poids lourd Mercedes-Benz qui a roulé en contresens, étaient entrés en collision, faisant 3 morts sur le coup et un blessé. Les deux conducteurs figurent parmi les victimes tuées. Celui du 4x4 est un magistrat qui allait en mission à Morondava, selon une source de la Gendarmerie. Il était seul à bord du véhicule. A part aussi donc le chauffeur du poids lourd, une autre personne qui était dans le camion a perdu la vie, enfin une troisième fut blessée à la jambe. Elle est hospitalisée à Ambatolampy. 

La collision fut effroyable. D’autant plus qu’elle s’est déroulée à l’intérieur d’un virage. La destruction totale du 4x4 ainsi que le basculement du porte- engin dans un accotement, les 6 roues en l’air, témoignent de l’extrême brutalité du choc. Les conducteurs auraient fait des erreurs d’estimation pour aborder la courbe. « L’on soupçonne que les deux conducteurs n’ont pas bien serré respectivement leur droite, rendant ainsi le tamponnement de front des véhicules »,  a-t-on déclaré du côté de la Gendarmerie. Puisque les deux véhicules ont été réduits dans des amas de tôles, les secours ainsi que les opérations pour désincarcérer les victimes des décombres, étaient particulièrement difficiles et qu’il a fallu des heures pour que les secouristes dont ceux de la Gendarmerie, aient pu crier victoire. Selon le commandant de compagnie de gendarmerie d’Ambatolampy, cette  tâche impossible qui s’est déroulée entre 8h et jusque vers le début de l’après-midi hier,  n’a pu être effectuée qu’avec l’aide d’engins spéciaux dont une tractopelle.  En attendant que l’enquête en cours parvienne à déterminer les circonstances du drame, gageons que ce virage sur la Rn7 s’avérait toujours très dangereux. Depuis longtemps, il a déjà fait de nombreuses autres victimes. Pourtant, les autorités actuelles, qui ne cessent de s’octroyer des aides financières de l’étranger, ne daignent même pas à prendre des mesures  nécessaires pour permettre au moins de prévenir  ces collisions meurtrières, quitte à opter pour l’installation  des casseurs de vitesse ou le balisage de cette portion de route en question. 

Franck Roland 

La Vérité0 partages

L’ironie du sort !

L’Organisation mondiale du tourisme (Omt)  qui s’est réunie à Londres, au World Travel Market, décide de mettre fin à l’embargo de Madagascar. Il a fallu deux bonnes heures de débat, en présence du ministre malagasy du Tourisme et ses homologues voisins de la Grande île, avant d’aboutir à la conviction que l’épidémie de la peste ne représente plus un danger. Dans les faits, les responsables étatiques (santé et tourisme) des Seychelles, l’île Maurice et le Kenya, ont donné le feu vert pour la réouverture du trafic aérien sur Madagascar. Le secrétaire général de l’Omt, Taleb Rifai, n’a pas manqué de vanter sur les richesses naturelles et endémiques de la Grande île. Il n’a pas tari d’éloges sur nos mille et une  curiosités exotiques naturelles en faune et flore, de véritables lieux paradisiaques. Ainsi, dit-on, le péril de la peste est passé. Madagascar peut désormais accueillir à bras ouverts les touristes d’où qu’ils viennent ! Et le ministre malagasy du Tourisme, Roland Ratsiraka, de bomber le torse d’avoir réussi son pari.

Seulement voilà, le tourisme reste le parent pauvre du régime Hvm. Au même moment où les hauts responsables de l’Omt débattent à Londres, au World Travel Market, sur le cas Madagascar, une bonne partie du parc touristique d’Isalo part en fumée. Un terrible incendie ravage ce haut lieu du tourisme national. La « piscine naturelle », selon les responsables locaux, a été fermée au public. Et d’après eux, le feu serait d’origine criminelle. C’est le deuxième du genre en l’espace de deux à trois mois.  De l’autre côté, dans les parages du Tsingy de Bemaraha à Bekopaka (Belo-sur- Tsiribihina), un autre sanctuaire du tourisme national, des touristes ont été la cible des bandits armés. Et les observateurs de se demander « pourquoi les responsables étatiques ne prennent-ils pas les mesures nécessaires ? Des dispositifs sécuritaires pérennes pour…sécuriser ces « trésors » que le Bon Dieu nous a offerts gracieusement. Sous d’autres cieux, l’Etat ne lésine point sur les moyens  de garantir la sécurité dans l’objectif de créer un environnement serein au profit de ce secteur hautement utile et stratégique à l’économie nationale. Pour le comble de malheur, ce sont les autres qui s’émerveillent de la beauté et de la richesse de la nature de ce pays tandis que nos dirigeants le snobent, royalement. Force nous est nécessaire de pousser plus loin l’analyse pour tenter d’y voir clair à ce geste pour le moins indélicat des tenants du pouvoir. Le département du Tourisme a la malchance d’être sous la coupe d’un adversaire politique de taille au locataire d’Iavoloha. En effet, Roland Ratsiraka, président du parti Malagasy tonga saina (Mts), ministre du Tourisme, fait partie des leaders politiques ayant réalisé un bon score lors de la présidentielle de 2013. Certes, il s’était rangé du côté du candidat du Hvm pour le soutenir au deuxième tour, mais personne ne peut rassurer sur les vraies  intentions du neveu de l’Amiral rouge en 2018. De ce fait, il n’est pas du tout dans l’intérêt du régime, en place, de cautionner les réalisations de cet enfant terrible de Toamasina de telle sorte qu’il ait une assise solide dans l’avenir. Et le tourisme paie le lourd tribut d’un machiavélisme politique. Quelle ironie du sort ! Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Lutte contre la fraude douanière - Des agents du service prêtent serment

Dans un pays comme Madagascar où le secteur informel est des plus dominants, renforcer le service de contrôle est une priorité. C’est dans cette optique que le service de la lutte contre la fraude douanière de la direction générale des douanes a signé un contrat de performance, hier, à l’hôtel Colbert Antaninarenina. En parallèle avec cette signature, tous les employés de ce service ont prêté serment de respecter leur travail et de lutter contre la corruption à laquelle ils feront souvent face en cas de fraude. D’après le nouveau chef de service de la lutte contre les fraudes douanières : « cette signature ne signifie pas que nous ne sommes pas compétents, au contraire.

Toutefois, la signature de ce contrat de performance sera un grand appui pour le service pour lui permettre d’améliorer les bonnes initiatives et de rectifier les mauvaises ». Depuis sa mise en place, ce service effectue des contrôles et des suivis auprès de diverses entreprises qui passent par la douane tout en collaborant avec les diverses entités concernées pour vérifier s’il y a fraude ou non. Actuellement, il a pu constater que « ce sont les fausses déclarations de valeur qui sont les plus nombreuses. » Cependant, le chef de service considère qu’il y a encore beaucoup d’efforts à déployer pour réduire au maximum les fraudes douanières et contribuer à l’amélioration des recettes pour les caisses de l’Etat. Le directeur du service douanier a affirmé que le service de lutte contre les fraudes douanières a fait son effet et qu’ « une hausse de 300% a été constatée sur les amendes résultant des fraudes ». Le service fait également appel à l’appui de la population en déclarant les faits si elle constate des cas suspects. 

 Rova R.

Madagate0 partages

Jean Félicien Ratefy. Inhumation à Merimandroso Ivato. Photos 1

Le journaliste Jean Félicien Ratefy était un monument dans l’Histoire du journalisme radiophonique et de l'enseignement de la musique classique à Madagascar. Il méritait amplement un reportage personnel de ma part.

En attendant les deux vidéos qui prennent un énorme retard dans leur mise en ligne sur youtube, à cause de la pluie qui dérègle la connexion, voici la seconde série de photos que j'ai pris lors de l'inhumation de Jean Félicien Ratefy, à Merimandroso Ivato, dans la banlieue d'Antananarivo, pas trop loin de l'aéroport international. C'était le vendredi 03 Novembre 2017

Jeannot Ramambazafy

 

L'express de Madagascar0 partages

Hécatombe à Ankazobe – Deux ans fermes pour le chauffeur du Boeing 

Propriétaire du bus à étage, il écope aussi de deux millions d’ariary d’amende. Le verdict est tombé lundi. 

Coup de massue judiciaire après le deuil des fidèles FJKM. Le verdict est tombé lundi pour l’affaire del’embardée dans un ravin d’un « Boeing» à étage, faisant vingt-et-un morts et cent dix-neuf blessés à Soaniada­nana Ankazobe  dans la nuit du 31 juillet au 1er août.Diacre de l’église protestante (FJKM) de Soavinan­driana, le chauffeur et propriétaire du car  de marque Mercedes Néoplan impliqué dans cette hécatombe, a écopé de deux ans de prison fermes, assortis de deux millions d’ariary d’amende.Il était accusé de négligence ayant entraîné la mort de plusieurs personnes.La réclusion a été requise pour homicide involontaire incriminant l’accusé. Il est aussi frappé d’amende pour défaut de papiers du véhicule, dont l’expiration de l’acte de visite technique depuis le 28 février 2015.Les victimes de ce bus de la mort étaient des fidèles de l’église protestante «Andon’i Hermona» Soavi­nandriana, dont des scouts ainsi que des pèlerins de la section des jeunes chrétiens (STK). Ils faisaient route sur  Mahajanga pour un rassemblement national lorsque leur périple vira à l’hécatombe au point kilométrique 72 de la nationale 4.La mort semblait avoir pisté les occupants du car dès qu’ils avaient pris la route.Des signes avant-coureurs comme de persistants problèmes de passage de rapports, de conduit d’échappement, une roue crevée ainsi qu’une défaillance au niveau du système d’air avaient occasionné des arrêts à Imerintsiatosika et à Anosibe.

Familles vindicativesAlors que la nuit tombait, le bus bondé de monde poursuivait sa route sur l’axe Ouest. Les problèmes techni­ques qui semblaient être réglés avaient fini par mettre au tapis le mastodonte alors qu’il gravissait la forte montée en lacets d’Antaneti­lava puis de Sambaina, où une double chicane serrée guette dangereusement les automobilistes. En guise de mise en garde, un garde-fou en parapet zébré se dresse sur le côté droit de la route qui se jette dan un ravin à la paroi inclinée, plongeant sur une cinquantaine de mètres en contrebas. Le pire s’est produit lorsque le passage à la vitesse inférieure a échoué. Le bus  chargé de cent quarante passagers, soit le double du nombre de places autorisées, perdit de la puissance pour se mettre ensuite à reculer sur la montée escarpée et se renverser dans l’abysse meurtrière. En raison du dysfonctionnent du système d’air actionnant les freins, ceux-ci étaient devenus inopérants. Après quel­ques tonneaux, la Mercedes prit feu, condamnant à une mort certaine quelques passagers qui s’étaient retrouvés coincés dans ce piège de métal.Cinq familles ayant perdu des proches dans ce drame se sont constituées partie civile.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Préparatifs électoraux – La CENI rappelle des fondamentaux

La Commission électorale martèle son indépendance. Un impératif pour des élections transparentes et crédibles selon les explications.

Sacrée. Maître Hery Rakoto­manana, président de la Com­mission électorale nationale indépendante (CENI), a réaffirmé l’importance du caractère indépendant de cet organe constitutionnel. Un impératif, selon ses explications pour avoir des élections libres, transparentes et crédibles.Une cérémonie de signature de convention entre le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), et la France, pour un appui français au fonds commun du projet de Soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM), à hauteur de 300 000 euros, s’est tenue, hier, au siège de la CENI. Le président de la Commission d’Alarobia, a profité de l’occasion pour rappeler et réaffirmer les points nécessaires à la quiétude des préparatifs électoraux.« L’indépendance est sacrée puisque garante de la crédibilité de notre institution et du processus électoral en cours. Donc, nous crions haut et fort que la CENI n’a de supérieur que la Constitution et les lois en vigueur, pour assurer un processus paisible et apaisé », a déclaré maître Rakoto­manana. Pour bétonner ses propos, le numéro un de l’entité électorale a soulevé l’article 6 de la loi la régissant.« La CENI n’entretient aucun lien hiérarchique avec les autres institutions de l’État. Elle est autonome, dans la prise de décisions qui entrent dans le cadre de l’exercice des attributions qui lui sont conférées (…). Ses membres ne reçoivent aucune instruction dans l’exercice de leur fonction, ni ne sollicitent d’instruction, d’ordre ou d’injonction d’aucune autorité publique, privée ou politique », prévoit cet article.Ce n’est pas la première fois que le président de la Commission électorale revendique et affirme l’indépendance de cet organe consti- tutionnel. Il a, pourtant, déjà indiqué dans une interview publiée dans l’Hebdo  de Mada­gascar, n’avoir jamais reçu d’injonction, ni d’instruction de la part d’aucune autorité.

DesiderataLes déclarations d’hier, interviennent, toutefois, à un an de la présidentielle, à moins d’un mois de l’ouverture de la période de révision de la lise électorale et dans un contexte où les débats sont houleux sur la refonte du cadre juridique des élections. Une fois le processus de la présidentielle et d’un autre suffrage éventuel enclenché, la CENI, tout comme en 2013, risque d’être compressée par les pressions de tous bords.Étant donné la conjoncture et en guise de prévention, il semblerait que la Commission électorale indépendante ait jugé nécessaire de rappeler certains fondamentaux quant à son statut et son rôle. Le rappel d’hier, pourrait également, être un appel du pied à ce que les nouvelles lois en gestation n’écornent pas cette indépendance chère à l’organe d’Alarobia.Maître Rakotomanana a, d’autant plus, lancé durant son discours d’hier : Nous attendons vivement, et dans les meilleurs délais, l’issue du processus de révision du cadre légal, pour que le délai imparti par les normes internationales soient respectées. Un desideratum auquel s’ajoute « la vive sollicitation que la date des élections présidentielles de 2018, soient fixées une bonne fois pour toute, pour que tout le monde se focalise sur les élections et non pas sur des tergiversations improductives ».Certaines voix indiquent, toutefois, qu’il serait plus judicieux d’attendre l’entrée en vigueur du nouveau cadre légal des élections pour fixer une date, afin d’éviter un probable anachronisme. Les textes y afférents, selon un respon­sable, seront déposés au Parlement durant cette session. Il ajoute que l’actuel code électoral qui prévoit que les votes ne peuvent se faire qu’en saison sèche, s’oppose déjà à la réalité car, le mandat du chef de l’État prend fin le 24 janvier.Pour la CENI, cependant, connaître par avance la date serait une manière d’avoir plus de visibilité dans l’organisation du vote. En matière de préparatifs, du reste, maître Rakotomanana, a profité de l’événement d’hier, pour demander un engagement encore plus solidaire de la communauté internationale, pour renforcer leurs appuis à l’endroit de la CENI dans ses efforts de transparence et de crédibilité. Un appel du pied, vraisemblablement, pour plus d’acte de la part des parties prenantes internationales au sein du SACEM.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket Fiba 3×3 – Rina Randrianarisoa -« Les adversaires étaient à notre portée » 

Les héros de retour au pays. La délégation malgache dirigée Rina Randria­narisoa a brillé au premier championnat d’Afrique de basket à trois ce week-end en s’installant sur la troisième marche du podium à Lomé, Togo. « Remporter le titre était possible, tous les concurrents étaient à notre portée. Et même les grands pays de la balle orange ont été impressionnés et nous ont demandé si Madagascar a déjà mis en place des écoles de basket Fiba 3×3 » a souligné Rina Randria­narisoa, responsable de la commission de basketball de masse.D’habitude, on nous reproche notre gabarit mais, « apparemment il n’y avait pas trop de différence surtout en terme de taille. Par contre les joueurs des autres pays sont costauds et plus musclés » a-t-il ajouté. « Nous avons besoin d’au moins un joueur plus costaud à l’intérieur… En tout cas, nos atouts résident toujours dans la rapidité et l’adres­se au tir » a poursuivi Rina Randrianarisoa.Ce dernier a aussi mentionné que la chance aussi compte beaucoup dans ce genre de compétition, comme c’était notre cas face à la Côte d’Ivoire en demi-finale, quant nos joueurs rataient, les Ivoiriens marquaient et prenaient l’avantage. Finir troisième sur douze pays en lice au sommet africain est déjà un exploit et ceci grâce aux efforts des joueurs et des techniciens, ainsi que de la fédération qui a avancé cette fois l’arrivée à Lomé pour pouvoir se familiariser au climat qui est très chaud et humide.« Le soutien de plus de soixante dix expatriés nous a aussi beaucoup aidés » a conclu Rina.Le capitaine de l’équipe, Claudio Mbolatiana Rajao­narivony a, lui aussi, confirmé que les adversaires étaint tous à notre portée. Il nous a manqué peut- être un peu de maturité par rapport au Nigeria, par exemple, qui a beaucoup plus d’expériences en matière de compétitions internationales. La Grande île a disputé cinq matches et a remporté trois victoires : Elly Randriamam­pionona, meilleur marqueur du championnat, et consorts ont perdu en phase de poule contre les Nigérians et ensuite face à la Côte d’Ivoire en demi-finale.« Après à notre défaite face aux Ivoiriens, nous avons tout donné pour éliminer le pays hôte, le Togo, en quarts et nous étions par la suite très fatigués en demi-finale » a-t-il raconté. « La prochaine fois, il faudrait rallonger la préparation et le regroupement des présélectionnés… Il a été prouvé que le basketball à trois nécessite beaucoup d’endurance en plus de l’adresse » a souligné l’aîné de la sélection.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Facebook – Un couple  infographiste mis aux arrêts

Le dossier du couple spécialiste de l’image, incriminé pour publication de photos injurieuses, dénigrement et diffamation à l’encontre du Président de la République sur facebook, a été transféré par le parquet d’Antana­narivo à celui de Toamasina, hier. Un propos calomnieux a été répandu sur le réseau social jeudi 2 novembre. Les policiers de la brigade criminelle, section 4 (BC4) se sont rendus à Toamasina pour mettre les deux facebookers hors d’état de nuire. Le mari, âgé de 34 ans, s’est fait arrêter dans un restaurant, tandis que sa femme a été interpellée à Bazary Be.Les enquêteurs recherchent activement leurs complices. « Les deux infographistes concevaient à partir d’un logiciel photoshop des clichés du Président de la République avec une légende remplie d’allusions », a indiqué un officier de police saisi de l’enquête. Ils font également l’objet d’une ribambelle de plaintes reçues dont le grief porte principalement sur le dénigrement en ligne, d’après les informations recueillies.La police a confisqué le matériel avec lequel ces époux divulguent leurs images. « D’autres photos de particuliers en cours de design ont été découvertes sur leur ordinateur », a signalé policier qui a participé au coup de filet. Les officiers saisis de l’affaire ont le droit de mener directement une investigation sur la cybercriminalité, selon le code de procédure pénale.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Shyn fin prêt pour  l’Afrima Awards

Une belle aventure en ode à la musique et aux artistes du continent africain. C’est ce que le chanteur Shyn entreprendra à Lagos au Nigeria à partir du 10 au 12  novembre, dans le cadre du prestigieux concours « Afrima Awards ». Promouvant une plus grande visibilité pour la Grande île à travers sa musique, Shyn promet d’arborer avec respect, fierté et grâce, l’étendard de son pays.Sélectionné pour son tube « Resim-pitia » dans la catégorie « Révélation de l’année» pour cette édition du « Afrima Awards », Shyn a officiellement présenté le programme de son épopée musicale à la presse hier. « Ce sera à moi et à mon équipe du label Makua de représenter Madagascar tout en proposant une musique de grande qualité. À l’occasion, on œuvrera surtout à échanger et à partager avec les autres acteurs culturels qui y seront présents. On entend les inviter à découvrir par eux-mêmes cette richesse culturelle de notre pays, ainsi que d’autres artistes talentueux» affirme Shyn.Le 10 novembre, Shyn et le label Makua iront ainsi à la rencontre des organisateurs et des artistes du« Afrima Awards ». Le 11 novembre, ils participeront à une table ronde sur la valorisation de la musique en Afrique. Tandis que le lendemain, ils assisteront à la remise officielle du trophée du concours. Entre temps, Shyn invite toujours les fans et le public à voter activement pour « Resim-pitia » sur le site afrima.org ou en suivant le lien sur la page officielle de Shyn sur facebook. L’artiste tient à remercier toutes les autorités et les personnalités qui l’ont soutenu depuis l’annonce de sa nomination à ce concours international.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Don – La Chine offre des intrants de 1,5 milliards

Enième appui de la Chine au gouvernement malgache. Elle a remis des intrants de santé d’une valeur de 1,5 milliards d’ariary au gouvernement malgache, dans le cadre du renforcement de la lutte contrel’épidémie de peste à Mada­gascar. C’était dans le local du central d’achat Salama à Tanjombato, hier, en présence du chef du gouvernement, Olivier Mahafaly Solonandrasana et l’ambassadeur de la République populaire de Chine, Xiaorong Yang. « Je tiens à remercier ici le gouvernement chinois pour ces précieux dons. Ils servent surtout à protéger le personnel de santé lors des épidémies comme la peste. Nous pourrons les utiliser aussi. Toutefois, nous espérons qu’il n’y aura plus d’autres épidémies à Mada­gascar », indique le premier ministre.Ces dons se composent de Kit Ebola, d’autocollants, de bottes, de seringues et de trente matelas. En octobre, la Chine a déjà remis des médicaments au ministère de la Santé publique à Ambohidahy, en octobre.Le chef du gouvernement a rappelé, hier, qu’une journée de lutte contre la peste sera bientôt annoncée. Elle sera décidée au conseil des ministres, comme le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a déclaré dans son émission « Fotoambita », publié sur le Youtube.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un présumé meurtrier recherché

La gendarmerie de Sabotsy Namehana lance un avis de recherche contre le mari d’une jeune femme assassinée et abandonnée à son domicile à Soanilefy depuis trois jours. Le corps sans vie de la victime a été découvert sur son lit avant-hier. Le présumé meurtrier, selon l’enquête de la gendarmerie, a disparu avec sa fille de 5 ans. Ils demeurent jusqu’à présent introuvables.

L'express de Madagascar0 partages

Un Dreamliner pour Ethiopian Airlines

La flotte de la compagnie aérienne Ethiopian Airlines s’agrandit. Elle vient de s’offrir un Boeing 787-900 Dreamliner. L’aéronef est attendu à l’aéroport international d’Ivato ce jeudi. Le déploiementd’un tel appareil témoigne de la maturité du marché ainsi que l’intérêt de la compagnie éthiopienne à la destination Mada­gascar. Elle est la première compagnie aérienne à avoir utilisé cet appareil en Afrique. Pour desservir la Grande île à Addis Abeba, la compagnie utilise pour le moment un 737-800.

L'express de Madagascar0 partages

Les militants nationalistes (toujours) divisés en factions rivales

Ny Fandro­soam-baovao , organe des nationalistes modérés merina, a foi en la justice, en la générosité et en la grandeur de la Métropole. Lucile Rabearimanana, dans son étude axée sur le journal, affirme que celui-ci est partisan d’une politique condamnant l’emploi de la force et prônant le respect de la légalité. « Il n’est donc pas étonnant que le journal critique violemment les prétendus responsables et les auteurs de l’insurrection » (lire précédentes Notes).Selon l’historienne, la responsabilité des évènements de 1947 est difficile à déterminer. L’adminis­tration coloniale- et les colons et le Parti des déshérités de Mada­gascar, Padesm, derrière elle- proclame officiellement, dès le début de l’insurrection, la responsabilité des parlementaires et du Mouve­ment démocratique de la rénovation de malgache, MDRM, dans son ensemble. Les défenseurs du parti, dont de nombreuses organisations de la gauche française, en revanche, soutiennent qu’il s’agit d’une provocation de l’administration coloniale destinée à mâter le mouvement nationaliste malgache. Une troisième thèse, défendue en particulier par Jacques Tronchon, affirme que les évènements de 1947 constituent une insurrection menée par les organisations secrètes comme Panama et Jina.Ny Fandrosoam-baovao, pour sa part, profite des circonstances pour s’attaquer à ses adversaires politiques de longue date. Joseph Ravoahangy-Andrianavalona  est celui qui « a trahi la cause de l’indépendance ». Jacques Rabemanan­jara « n’est qu’un démagogue et un peureux »…  « Ses critiques continuent donc, même en cette période où la lutte de l’indépendance se trouve dans une passe difficile. » D’ailleurs, commente Lucile Rabearimanana, dans l’histoire du nationalisme malgache, l’on constate que les militants sont toujours divisés en factions rivales, chacune étant, en outre, déchirée par des dissensions internes. « Les unions s’avèrent rares et éphémères jusqu’en 1960 où l’indépendance est accordée par la France, et même après. »L’historienne souligne que, dès avant le Front populaire, l’équipe du journal s’oppose à celle des partisans de Ralaimongo qui constitueront la direction du MDRM. « Les divergences concernent non seulement les objectifs politiques, mais également les tactiques de lutte. Les clientèles diffèrent aussi. » Ainsi, ces critiques lancées par le journal à l’encontre des parlementaires ne se justifient que par des divergences politiques, tout en montrant à l’administration coloniale que le PDM « n’a aucune responsabilité dans les évènements ».Toutefois, Ny Fandrosoam-baovao se garde de toute attaque directe contre le MDRM en tant que parti. Il conserve, malgré tout, sa modération habituelle ne voulant pas attiser davantage les passions enflammées par la situation dramatique et par la colère non contenue des colons français et des membres du Padesm. Car tandis que l’offensive des troupes gouvernementales progresse de plus en plus en territoires insurgés, dans les grandes villes et dans la capitale, en particulier, Padesm et représentants des colons français s’acharnent non seulement contre le MDRM, mais encore contre les Merina, en général. Voici ce qu’écrit Pierre Boiteau (Contribution à l’histoire de la Nation malgache, 1958) : « Une véritable frénésie hystérique s’était emparée des colonialistes. Ils ne se contentaient pas de parcourir les rues, armés jusqu’aux dents, de mettre des mitrailleuses en batterie dans le hall de leurs cafés préférés, ils se livraient devant la résidence du haut-commissaire à des manifestations de plus en plus violentes. Ils réclament avec les membres du Padesm l’arrestation des parlementaires et de tous les adhérents du MDRM, la dissolution officielle de ce parti, la condamnation à mort des principaux coupables… »Ils se montrent donc particulièrement féroces contre ce parti qu’ils considèrent comme leur adversaire puisqu’il réclame l’indépendance et que ses membres sont très actifs dans tout Madagascar. « Mais les foudres des colons et des membres du Padesm sont dirigées contre les Merina en général, bien que l’insurrection ait éclaté sur la côte Est. » D’après l’organe du Padesm, Voromahery, dans son premier numéro,« … partant de ce sentiment très vif de rancœur compréhensible qu’ils éprouvent vis-à-vis de leurs anciens féodaux et oppresseurs, nous arriverons peut-être à faire naitre un amour-propre salutaire » !

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Tournoi Allée des Baobabs – COSPN et SBBC en roue libre à Morondava

Deux clubs N1A, COSPN Analamanga et SBBC Boeny dominent au tournoi Allée des Baobabs. La compétition se déroule depuis ce week-end sur le terrain de la gendarmerie de Morondava.Six équipes dont cinq en préparation pour la phase retour du championnat national N1A sont en lice. La sixième formation est une sélection locale. Les Policiers de la capitale ont déjà enregistré trois victoires en autant de rencontres.Ils ont battu d’entrée l’ASCB Boeny, championne de la première phase du sommet national à Mahajanga, sur le score serré de 79 à 77. Lors de la deuxième journée, COSPN a largement battu l’équipe de Morondava par 64 à 54 et ensuite a gagné contre MB2All par 76 à 61. Les Majungais de SBBC ont, pour leur part, remporté trois victoires face à ASCUT par 61 à 48 lors de la première journée, puis contre l’ASCB (59-50) et la sélection locale (65-52).Soma beach a déjà encaissé aussi une défaite lors de la troisième journée face à MB2ALL, score final 48 à 54. Les éliminatoires prendront fin ce jeudi et le tournoi entamera les quarts de finale ce vendredi et la finale samedi.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Open ady omby – Vint-neuf équipes en lice

Six matches ont marqué la première journée de l’open Ady Omby d’Ambo­hi­manarina ce week-end sur le terrain du VIe arrondissement. Ce tournoi de basketball organisé par l’association ARCO a réuni pour cette deuxième édition, vingt-neuf équipes dont vingt masculines et neuf féminines.Les engagés chez les hommes étaient répartis en quatre poules de cinq et deux groupes de cinq et de quatre pour les dames. Chez les hommes, l’équipe cham­pionne, Vatobe Ambohi­manarina s’est inclinée ce dimanche face à ENEAM Andraisoro sur le score de 68 à 72. Quant au duel entre formations d’Ambohima­narina, les Scrapeurs ont battu KBBC par 88 à 77 et BCR a écarté Tafika 2A par 90 à 81.Chez les dames, JCSA a défait d’entrée MBC par 58 à 40 et Lucadro a perdu face à ASJFA Ivato par 60 à 71. La phase éliminatoire s’étalera jusqu’au 9 décembre, suivie ensuite par les huitièmes de finale.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Atlantis II naufragé 

Le navire Atlantis II a fait naufrage à cause de mauvaises conditions climatiques. Le drame s’est produit au large de la plage de Mahambo, à Fenerive-Est dans la nuit de mardi à mercredi. La cargaison du bateau, pesant plus de 170 tonnes, selon la gendarmerie locale a sombré en mer. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer.

L'express de Madagascar0 partages

Présentation du projet de loi des finances

Le projet de loi des finances sera présenté à l’Assemblée nationale, jeudi. Le document de plusieurs milliers de pages définit les dépenses et ressources financières de l’État pour l’année 2018. L’équipe du ministère des Finances et du budget fera ainsi des déplacements à Tsimbazaza pour expliquer aux députés les grandes lignes du budget de l’État pour l’année 2018. Les élus auront aussi l’occasion de questionner sur certains points à élucider.

Midi Madagasikara0 partages

Attaque à main armée à Ankadivato : Des évadés de Tsiafahy parmi les bandits

On sait maintenant que trois des bandits qui ont attaqué deux maisons à Ankadivato et une à Anjanahary la nuit du 1er novembre font partie des cinq prisonniers qui se sont évadés de la Maison de force de Tsiafahy, le mois passé. Des membres de la famille du propriétaire d’une maison attaquée par ces bandits à Ankadivato qui se sont souvenus des visages des malfrats les ont identifiés quand la police leur a montré les photos des évadés. Arrêté la nuit même de cette série d’attaques, un des bandits a été déféré au Parquet du tribunal Anosy, mardi 07 novembre. Cette nuit-là, des policiers en patrouille dans le troisième arrondissement de la commune urbaine d’Antananarivo ont surpris les bandits dans le quartier d’Antaninanandrano. Ainsi, un échange de tirs a eu lieu entre les deux parties durant lequel, un des bandits a été tué, un autre a été blessé et arrêté. Tandis que les autres ont pu prendre la fuite. Ce qui étonne dans cette affaire est le fait que la police qui s’est chargée de l’enquête n’a jamais communiqué aux médias l’implication de ces évadés dans cette série d’attaques. Cette information fortement importante n’a été mise au grand jour qu’après les investigations faites par des journalistes d’une radio privée de la Capitale. Importante parce que cela fait penser à la fragilité de la sécurité dans ce pays. Le pire est d’entendre que des prisonniers qui se sont échappés de la prison d’Ambatondrazaka en octobre seraient à l’origine des attaques à main armée dans la région Alaotra-Mangoro, comme Andilamena, Ambatondrazaka, Amparafaravola. Dans la région Vakinankaratra, des détenus ont encore la possibilité de commettre de vols à l’extérieur de la prison d’Antsirabe.

T.M.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Ambalavao : Dahalo telo sy mpanara-dia iray maty voatifitra, omby miisa 10 tafaverina amin’ny tompony

Taorian’ny fifandonana nahery vaika nisy teo amin’ireo andian-dahalo avy nangalatra omby tao an-tanànan’ i Kirano, any amin’ny distrikan’ Ambalavao Tsienimparihy, faritra Matsiatra Ambony, sy ny mpitandro filaminana nampian’ireo fokonolona, dia malaso telo no maty voatifitra, afak’ omaly. Lehilahy iray mpanara-dia kosa no namoy ny ainy voatifitr’ireo dahalo ary tapa-tanana mihitsy ity raim-pianakaviana mbola tanora ity. Basy iray nentin’ireo dahalo no sarona tamin’ny malaso maty. Raha ny loharanom-baovao voaray dia tafaverina soa aman-tsara amin’ny tompony ny omby folo nangalarin’ny dahalo.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Carte professionnelle des journalistes : L’interférence du gouvernement contestée par cinq vice-présid...

La composition de la commission de délivrance des cartes professionnelles dénoncée par les journalistes.

Cinq vice-présidents de l’OJM (Ordre des Journalistes de Madagascar) contestent la mise en place de la commission paritaire.

A peine mise sur pied, la commission de délivrance des cartes professionnelles des journalistes est contestée. Hier, cinq vice-présidents de l’Ordre des Journalistes de Madagascar (OJM) ont fait une déclaration commune pour « réagir fermement et alerter l’ensemble de la profession ainsi que l’opinion publique sur les dérives concernant la création d’une commission de délivrance de carte professionnelle pour les journalistes ». « Il n’appartient pas au ministère (NDLR : Ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions) de créer la commission tripartite et surtout d’en désigner les membres. Il lui incombe uniquement de fixer les règles d’organisation et de fonctionnement, une fois la commission paritaire créée sous l’égide de l’Ordre des Journalistes selon les textes. A notre égard, cette commission n’aura ni la légitimité, ni la légalité requises pour sa création.», affirment Pascal Rakotondrasoa (vice-président pour Diégo), Daudet Rarivoson (vice-président pour Tuléar), Didi Ratsimbazafy (vice-président pour Antananarivo), Tony Josoa (vice-président pour Majunga) et Janus Raembosoa (vice-président pour Tamatave).

Décision unilatérale. Les cinq vice-présidents de l’OJM signataires de la « Déclaration commune » dénoncent l’illégalité de la décision unilatérale du ministre (NDLR : Ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions) de créer la commission pour la délivrance de la carte de presse professionnelle et d’en nommer les membres. « C’est en totale violation des dispositions légales sur le sujet. L’article 54 de la Loi n°2016-029 portant Code de la Communication médiatisée parle très clairement de commission paritaire au sein de l’Ordre des Journalistes pour la délivrance d’une carte d’identité professionnelle des journalistes. La commission créée a complètement écarté l’Ordre des Journalistes qui n’a même pas été consulté pour sa mise en place. », fustigent-ils. Avant d’enfoncer le clou : « Les membres élus de l’OJM au niveau de chaque région sont les seuls habilités à identifier les vrais journalistes qui méritent leur carte professionnelle. Une structure régionale a été déjà mise en place depuis le début de cette année pour procéder au recensement de ces journalistes suivant l’instruction du bureau national de l’OJM. »

Assemblée générale. Les signataires de la « Déclaration commune » soulèvent également l’article 55 du code de la communication qui dispose que la commission paritaire est composée de représentants du ministère de tutelle, de représentants des journalistes et de représentants de organisations patronales de la communication médiatisée. « A notre connaissance, il n’y a eu aucune assemblée générale des journalistes, ni celle des organisations patronales afin de désigner leurs représentants respectifs au sein de la commission paritaire. », déplorent les cinq vice-présidents de l’OJM dans leur déclaration. Raison pour laquelle ils appellent à la tenue d’une Assemblée Générale des journalistes pour désigner leurs représentants au sein de la commission paritaire. Bref, les travaux de la commission paritaire récemment mise sur pied par le ministère de la Communication et des Relations avec les Institutions risquent d’être boycottés par les professionnels du journalisme.

Recueillis par R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Sambava : Lehilahy iray nahatratrarana basy « revolver » tsy ara-dalàna, voasambotry ny zandary

Miparitaka ny basy tsy ara-dalàna amin’izao, ka mirongatra izay tsy izy ny fanafihan-jiolahy mitam-piadiana, ary ny vahoaka hatrany no mitondra ny tsy eran’ny ainy sy tra-doza mahatsiaro tena tsy voaaro intsony ankehitriny amin’ny firongatry ny tsy fandriampahalemana misy. Mandry andriran’antsy lava ny mponina, na  an-tanan-dehibe io na ambanivolo. Afak’omaly, lehilahy iray no voasambotry ny mpitandro filaminana nahatrarana basy tsy ara-dalàna revolver iray marika 2 LN-QR, tany Sambava, renivohitry ny Faritra SAVA. Araka ny tati-baovao voaray, dia noho ny fiaraha-miasa matotra avy tamin’olona tsara sitrapo nanome loharanom-baovao marim-pototra ny mpitandro filaminana no nahazoana izao vokatra izao. Taorian’ny fisavana nanomboka ny telo novambra lasa teo mantsy, dia tratra tao an-tranon’ity lehilahy voalaza fa mahery setra sy mpihetraketraka ity io basy tsy ara-dalàna io. Atao famotorana lalina sy tazomina ao amin’ny borigadin’ny zandarimaria Sambava miaraka amin’ny basy ity lehilahy nahatratrarana basy tsy ara-dalàna ity ankehitriny.

Eric Manitrisa

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Razafindrakoto Rivoniaina : Pour l’indépendance de la Justice

Razafindrakoto Rivoniaina José a été élu membre du conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) pour le compte du Tribunal de première instance. Lors d’une conférence de presse qu’il a tenue, hier, au Palais de Justice à Anosy, il a ainsi déclaré qu’ils étaient quatre candidats en lice pour ce poste, mais finalement c’est lui qui a remporté la victoire en obtenant 84 voix sur 147 des suffrages exprimés. Il a tenu également à souligner que s’il s’est porté candidat au sein du CSM, c’est pour prôner l’indépendance de la Justice. Cette rencontre avec la presse fut aussi une occasion pour lui de parler des attributions du CSM.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Hery Rakotomanana : « Que les dates des élections de 2018 soient fixées une bonne fois pour toute ! »

La France a injecté 300.000 Euros dans le basket found du projet Sacem pour l’organisation des élections à Madagascar jusqu’en 2019. La signature de la convention de partenariat entre la France et le PNUD (Programme des Nations unies pour le Développement) a eu lieu hier dans les locaux de la Ceni à Alarobia.

Jusqu’à quand le suspense règnera-t-il ? C’est la question que se posent et l’opinion publique, et la Ceni par rapport aux dates des échéances électorales qui restent inconnues jusqu’à présent. A maintes reprises, la commission électorale a revendiqué à ce que ces dates soient connues afin de procéder à bon escient à l’organisation des élections. En effet, comme l’avait indiqué Hery Rakotomananana, le président de la Ceni, « 363 jours y compris la période de la révision annuelle de la Liste Electorale 2017-2018, sont nécessaires pour la préparation du scrutin présidentiel ». Mais aujourd’hui, l’arrêtage des échéances électorales demeure renvoyé aux calendes grecques. Lors de la cérémonie de signature de la convention de partenariat entre l’ambassade de France et le PNUD hier, le président de la Ceni a réitéré le message. « Nous sollicitons aussi vivement que les dates des élections présidentielles de 2018 soient fixées une bonne fois pour toute, pour que tout le monde se focalise sur les élections mais non pas à des tergiversations improductives », rappelle-t-il. Effectivement, l’inertie de l’Etat par rapport à cette question fait débat.

Indépendance sacrée. La Ceni promet, certes, la transparence, mais « craint » que son indépendance et sa détermination soient biaisées. « Faut-il le rappeler que la CENI est une institution indépendante, qui au regard de l’article 6 de la loi n°2015-020 qui la régisse, « (…) n’entretient aucun lien hiérarchique avec les autres institutions de l’Etat(…) » mais surtout « (…) les membres de la CENI ne reçoivent aucune instruction dans l’exercice de leurs fonctions, ni ne sollicitent d’instruction, d’ordre ou d’injonction d’aucune autorité publique, privée, ou politique », soutient Hery Rakotomanana. Et lui de poursuivre que « cette indépendance est sacrée, puisque garante de la crédibilité de notre institution et du processus électoral en cours. Donc, nous crions haut et fort que la CENI n’a de supérieur que la Constitution et les lois en vigueur, pour assurer un processus paisible et apaisé ». Un bon geste de la part de Hery Rakotomanana qu’est d’indiquer non seulement l’indépendance de la Ceni, mais aussi et surtout que c’est un organe soumis au texte qui le régit. Seulement, il se peut que les autorités étatiques ne l’entendent pas de cette oreille d’autant plus que la Ceni est amputée de l’indépendance financière.

Normes internationales. « Nous attendons vivement, et dans les meilleurs délais, l’issue du processus de révision du cadre légal, pour que le délai imparti par les normes internationales soit respecté », poursuit Hery Rakotomanana dans son allocution. En principe, le projet de texte relatif au nouveau code électoral devrait être voté lors de cette session budgétaire du Parlement, car comme l’avait expliqué le président de la Ceni, les normes internationales imposent que « l’on ne peut plus toucher aux lois électorales six mois avant les scrutins ». Le même souci selon lequel les autorités étatiques n’en tiendront pas compte ressurgit dans ce cas. Quoi qu’il en soit, rien qu’un seul mot reste dans les esprits pour l’instant : attendre. Attendre de pied ferme que les dates des élections sortent, attendre que le nouveau code électoral soit adopté à l’issue de cette session parlementaire et attendre que ses dispositions considèrent les recommandations du comité de réflexion d’amélioration du cadre légal des élections.

Aina Bovel

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Médecine traditionnelle, complémentaire et parallèle : « Toute publicité est interdite », rappelle l...

L’activité est particulièrement en forte croissance, ces dernières années : la promotion de produits, pratiques et soins issus de la médecine traditionnelle et de la médecine complémentaire et parallèle. Des activités qui font l’objet de toutes sortes de publicité dans les médias ou sur internet si bien que le public pourrait être induit en erreur. Le ministère de la Santé publique met ainsi le holà, en rappelant que la publicité concernant ces activités relevant de la médecine traditionnelle et de la médecine complémentaire et parallèle, est formellement interdite. Tradipraticiens, promoteurs de produits (remèdes, pratiques, soins, etc.) et autres tenants de commerces de tels produits, sont concernés. Les publicités et autres manifestations visant à attirer une clientèle et à la fidéliser, au détriment de la santé de celle-ci, sont illégales. Ainsi, qu’il s’agisse de publications sous diverses formes, de manifestations d’allure commerciale ou de campagnes d’information faisant connaître des spécialités, des pratiques, ou des établissements de soins, toute activité relevant de ces domaines feront désormais l’objet de poursuites, souligne le ministre de la Santé publique dans une note circulaire adressée à des hauts responsables de plusieurs ministères et autres entités ainsi qu’aux médias. Force est de constater que des promoteurs de produits, de pratiques ou d’équipements en lien avec la santé, déjà traînés en justice à plusieurs reprises par des clients ayant subi des désagréments plus ou moins graves ayant affecté leur santé – et leur porte-monnaie !- sont visiblement peu inquiétés dans la mesure où ils demeurent actifs et leurs activités, ayant pignon sur rue, continuent à prospérer. Le public s’attend ainsi à une attitude ferme de la part des autorités pour mettre un cran d’arrêt à ces activités qui nuisent plus que ne soignent.

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagate0 partages

Madagascar. Cartes de presse : Non à l’interférence gouvernementale sur leur délivrance