Les actualités à Madagascar du Vendredi 09 Octobre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara12 partages

Intoxication alimentaire : 3 bébés décédés et 53 personnes hospitalisées

Pendant la période de saison sèche, la consommation de produits de mer à risque toxique est très dangereuse, selon le ministère de tutelle. 

A titre d’illustration,  « trois bébés sont décédés suite à l’allaitement de leurs mères intoxiquées et 43 personnes sont hospitalisées à Fénérive-Est en raison de la consommation de tortue verte marine qui est déjà interdite de pêche. Dix autres personnes sont également victimes d’intoxication alimentaire à Antalaha après avoir manger des sardines », a déclaré Bemanaja Etienne, le directeur général de la Pêche lors d’une conférence de presse hier à Ampandrianomby.  En fait, « nous lançons chaque année une sensibilisation à toute la population notamment celle qui vit dans les zones côtières qu’il y a une liste d’animaux marins à risque toxique que l’on ne doit ni pêcher, ni collecter , ni vendre, ni consommer pendant la saison chaude. Cette année, cette période chaude est avancée plus tôt  dû au changement climatique si d’habitude, c’est prévu vers le mois de décembre. Et cette mesure restrictive s’étend jusqu’au mois d’avril. Un arrêté ministériel sera d’ailleurs publié dans chaque région », a-t-il poursuivi. Parmi ces produits de pêche à risque toxique, on peut citer, entre autres, les poissons pélagiques, les requins, les sardines et les tortues de mer. « En outre, des contrôles seront renforcés au niveau de tous les marchés et les poissonneries. Des sanctions tel que le retrait des licences de vente et de collecte seront de ce fait appliquées aux commerçants en cas de découverte de ces produits de mer à risque toxique », a conclu le directeur général de la Pêche.   

Navalona R.

Midi Madagasikara9 partages

Football : Les Barea affronteront le FC Swift Hesperange ce soir

À 20 h 30, la bande à Bolida Nomenjanahary jouera contre l’équipe hôte en guise de match de préparation. Une occasion pour Nicolas Dupuis de faire tourner l’effectif avant le duel face au Burkina Faso.

Tous les joueurs vont fouler la pelouse ce soir. « Ils vont tous jouer, anciens comme nouveaux joueurs. En ce qui concerne Hakim Abdallah, il est là, avec l’équipe des Barea, et il ne jouera pas avec son club pour le match de demain (ndlr hier), contrairement à ce qui a été publié sur les réseaux sociaux », nous a confié le sélectionneur, Nicolas Dupuis. Ce match de préparation, en guise de clôture de leur séjour en terres luxembourgeoises, sera un test grandeur nature, surtout pour les quatre nouveaux joueurs qui ont rejoint la sélection. « Nous sommes ici pour le travail. Malgré le temps un peu morose, les entraînements se déroulent bien. Après presque onze mois d’absence, les retrouvailles ont fait du bien. Les nouveaux joueurs s’intègrent bien à la sélection », a souligné Voavy Paulin. En cette période de pandémie de coronavirus, les tests sont obligatoires. Les joueurs et tout le staff technique ont passé le test hier, à la veille du match. Pour l’heure, ils sont 20 joueurs à participer au stage. Ibrahim Amada et Carolus Andriamahitsinoro rejoindront leurs coéquipiers plus tard. « Nous avons un très bon groupe où tout le monde s’entend très bien. Pour une première sélection, tout s’est très bien passé. Tout le monde est prêt pour le match de demain (ndlr hier) », nous a indiqué Hery Bastien. L’attaquant, évoluant avec l’équipe de Linfield en première division écossaise, va montrer toute l’étendue de son talent ce soir. Ce match, organisé par le club Swift Hesperange, est prévu à 20 h 30 heure locale soit à 21 h 30 heure malgache. « Nous réglons les derniers détails liés au match. 1 000 supporters sont attendus demain dans les tribunes. Le problème c’est que le match se joue un vendredi, l’idéal aurait été un samedi, mais, au vu du programme des Barea, c’était compliqué. Les recettes du match sont utilisées pour payer les repas, l’hébergement et tout le déplacement de l’équipe sur place », a confié Justin Randriantsoaray. 

T.H

Midi Madagasikara3 partages

Ressources stratégiques : Madagascar veut étendre son territoire sous-marin

Le ministre des Affaires étrangères sera chargé de la plaidoirie du dossier.

Madagascar relance son projet de soumettre un dossier auprès des Nations unies pour demander une extension de son plateau continental de 860 500 km².

Lors du conseil des ministres du mercredi 7 octobre dernier, le gouvernement a évoqué son projet de procéder à la délimitation du domaine maritime de Madagascar. Dans ce cadre, une extension de 860 500 km², au-delà des 200 milles marins au sud des limites terrestres du pays, dans la zone sud-ouest de l’océan Indien, va être négociée. Cela correspond à plus du double de la superficie totale du pays.  

Six pays. Une demande auprès de la commission des limites du plateau continental va être déposée par le gouvernement malgache pour concrétiser ce projet d’extension. Cet organe spécifique des Nations unies est chargé de trancher sur ce dossier. Actuellement, six autres pays procèdent également à la même démarche dans des zones marines différentes. Pour le cas malgache, la requête va être soumise « lors du premier semestre de 2021 ». 

Pétrole et gaz. L’enjeu du projet est fortement stratégique pour le gouvernement. L’extension pourrait ainsi accroître les droits du pays sur l’exploitation des ressources maritimes et sous-marines dont regorge cette superficie négociée. Selon le ministre des Mines et des Ressources stratégiques, le nouveau territoire possède des ressources en pétrole et gaz, des minerais, ainsi que des richesses en biodiversité marine. Les travaux de levés sismiques marins vont être lancés, a affirmé le conseil des ministres de mercredi dernier. Un institut chinois de recherche en océanographie accompagne le pays dans cette partie technique, a-t-on indiqué. 

Rija R. 

Midi Madagasikara3 partages

Technologie digitale : Les meilleures startups d’Afrique francophone, selon Suguba

Les startups du secteur digital se multiplient et sont de plus en plus performantes dans les pays d’Afrique, comme à Madagascar.

Les 8 meilleures startups les plus prometteuses dans le Digital bénéficieront de soutien du Programme de préparation à l’investissement, initié par Suguba avec Mercy Corps et l’Agence française de développement (AFD) pour l’Afrique francophone. 

En tête de liste figure Bio Agripol, une startup Sénégalaise qui intervient dans le financement participatif des particuliers au service de la chaîne de valeur agricole. Ensuite viennent,Mousso , une startup Sénégalaise qui met à disposition les fournitures nécessaires via un plate-forme mobile et permet un paiement différé avec 0% d’intérêt ; Dothan, une startup Ivoirienne qui s’est donnée pour mission de développer un outil de gestion financière et d’accompagnement des TPE/PME africaines dénommé KEIWA ; Eneza, une EDTECH Ivoirienne qui fournit des contenus éducatifs avec pour principal objectif de surmonter les obstacles liés à l’accès à une éducation de qualité par le moyen du digital, en Côte d’Ivoire et dans la sous- région ouest-africaine ; CinetPay, une fintech Ivoirienne, créée en 2016. Nous développons des solutions digitales de paiement et de transfert d’argent, via mobile money, cartes bancaires (Visa, Mastercard) et portefeuilles électroniques ; Carfics, une startup technologique Française, basée à Montpellier et tournée vers l’Afrique, qui accompagne les entreprises sur la performance opérationnelle et donc économique de leurs actifs stratégiques dans le domaine notamment du transport ; Shop Me Away, une start-up Sénégalaise, le nouveau Airbnb des colis. La plateforme Shopmeaway vous procure une adresse dans le pays que vous souhaitez pour y recevoir vos colis et les ré-expédier chez vous à moindre coût ; et enfin Kamtar, une startup Ivoirienne qui intervient dans le secteur du transport tout en collectant et livrant vos colis où vous le souhaitez. Ils procèdent par des convois internationaux vers le Ghana, le Bénin, le Nigeria, la Guinée, le Mali et le Burkina

Attirer les capitaux. L’Afrique Excelle – l’adaptation Francophone de l’accélérateur technologique XL Africa de la Banque mondiale – a été le premier programme d’accélération de Suguba. Ce programme, qui a pris fin en 2019, visait à mettre en relation les startups francophones du continent avec des mentors et des investisseurs. Afrique Excelle avait permis à 10 premières startups d’Afrique subsaharienne Francophone de lever des fonds pour un montant total d’environ 10 millions de dollars, ce qui en a fait un succès total. Selon les explications, les entrepreneurs sélectionnés pour Afrikhaliss seront formés et encadrés par des experts internationaux et locaux dans le cadre d’un programme sur mesure, en vue d’augmenter la visibilité de leur marque et leur donner accès à des partenaires et investisseurs potentiels. Grâce à sa collaboration avec des investisseurs de premier plan, notamment en Afrique Francophone, Afrikhaliss aidera les jeunes entreprises sélectionnées à attirer des capitaux.Renforcement de capacité. Les activités phares comprennent deux sessions de formation résidentielles d’une semaine à Dakar (Sénégal) et une autre à Abidjan (Côte d’Ivoire), offrant aux entrepreneurs la possibilité de développer leur réseau professionnel et d’apprendre auprès de mentors, de pairs et de partenaires locaux et internationaux. La formation résidentielle à Dakar se terminera par un Pitch qui aura lieu lors de la deuxième édition du Sommet de l’investissement en Afrique Francophone où les entrepreneurs présenteront leurs start-ups à un large public d’experts en nouvelles technologies, d’investisseurs, de grandes entreprises, d’experts et de médias.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Santé de la mère et de l’enfant : 300 000 dollars de matériels de santé remis au ministère de la San...

Cette dotation de la STAR vient en complément de ce qui a été fait au mois de mars dernier. (Crédit photo : Midi Madagasikara)

Afin de soutenir la prise en charge de la santé de la mère et de l’enfant dans les hôpitaux malgaches, la STAR et la fondation Coca-Cola ont signé une convention de partenariat avec le ministère de la Santé publique au mois de mai dernier. Cette signature s’est matérialisée hier par la remise de matériels de santé d’une valeur de 300 000 dollars au siège de la STAR à Andraharo. Selon les explications du directeur de cabinet du ministère de la Santé publique, le Professeur Jean Claude Razafimahandry, les bénéficiaires directs de ces matériels sont le service de maternité et néonatal du centre hospitalier (CHU) de Tuléar, le service de maternité du centre hospitalier de référence régionale de Maintirano, ainsi que le service de maternité du centre de référence du district d’Ikalamavony. La STAR prendra également en charge l’acheminement de ces dons vers les CHU bénéficiaires. Cela débutera dès cette semaine selon le directeur général de la STAR, Marc Pozmentier. Ce dernier a également assuré que,l’engagement de la STAR pour que les Malgaches vivent dans les meilleures conditions de santé, va se poursuivre. 

Du côté du ministère de la Santé publique, ce don de matériels est vu comme un moyen permettant de réduire le taux de mortalité néo-natale à Madagascar. Selon le Professeur Jean Claude Razafimahandry, c’est avec ce type de partenariat qu’il est possible d’atteindre l’objectif de développement durable. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Secteur aurifère : Suspension de l’exportation de l’or

Le ministère en charge des Mines et des Ressources Stratégiques procède actuellement à l’assainissement du secteur aurifère à Madagascar. 

C’est la raison pour laquelle, « nous avons suspendu jusqu’à nouvel ordre l’exportation de l’or ». Le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra l’a déclaré hier lors d’une conférence de presse. Et lui de rajouter que tout individu ou toute personne morale détenant une quantité d’or sans avoir une autorisation légale, sera sanctionné. Et leurs produits aurifères feront l’objet de saisie. En fait ce secteur stratégique est pour l’heure dominé par l’exploitation illicite. Et parlant de l’exportation illégale de 25, 5kg d’or  le 10 janvier 2019, et qui ont été saisis à Maurice, le ministre des Mines et des Ressources Stratégiques a avancé que des procédures judiciaires et par voie diplomatique sont en cours pour pouvoir les rapatrier. « Nous allons les conserver au niveau de la Banque Centrale une fois rapatriée. Ce qui permettra en même temps de contribuer à la constitution de la réserve d’or nationale. Pour le moment, nous ne disposons aucun stock de métal jaune dans cette réserve d’or », a-t-il enchaîné.

Sanctions. En fait, « la Banque Centrale a déjà lancé un appel à manifestation d’intérêt afin de sélectionner les comptoirs commerciaux agréés et les exploitants aurifères formels. Cette institution commencerait à acheter de l’or auprès de ces fournisseurs à compter du début du mois de novembre », d’après toujours les explications du ministre de tutelle.  Quant aux exportateurs de ce métal jaune qui n’ont pas effectué des rapatriements de devises jusqu’à maintenant, il a soulevé que des sanctions seront infligées à leur encontre.

Navalona R.

Madagate0 partages

Taolagnaro. Andry Rajoelina inaugure le Complexe régional de l’Agriculture

Le 5 octobre 2010, à Taolagnaro (Fort-Dauphin), le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, a procédé à l'inauguration du Complexe administratif de la Chambre de l'Agriculture de la Région Androy. Il s'agit d'une plateforme d'échanges qui regroupe toutes les coopératives familiales d'agriculteurs. La chambre de l'Agriculture de la Région Androy renforcera la collaboration de l’État Malagasy avec les agriculteurs locaux dans l'objectif d'atteindre l'autosuffisance alimentaire. Le Président Andry Rajoelina a souligné que la mise en place de cette infrastructure constitue une occasion de renforcer les coopératives d'agriculteurs et améliorer la qualité de nos productions agricoles.

Source : Présidence de la République

Photos : Harilala Randrianarison

Madagate0 partages

Taolagnaro. Andry Rajoelina inaugure le nouveau bâtiment de la DRSP

Le 5 octobre 2010, à Taolagnaro (Fort-Dauphin), le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, a procédé à l'inauguration du nouveau bâtiment de la Direction Régionale de la Sécurité Publique ou DSRP.

Construit dans le Fokontany d’Ampasikabo sur une superficie de 1.700m², la DSRP d'Anosy abritera les bureaux du Directeur régional, le service des Ressources humaines,le service des Renseignements et la Police des Frontières, le service de la Police Judiciaire,la Police des mœurs et de Protection des mineurs.

Il s'agit de la seconde infrastructure publique de ce  genre à avoir été inaugurée après celle de la région Vakinankaratra. Six autres DRSP sont en attente de réception officielle, tandis que deux autres sont encore en cours de construction. Le ministère de la Sécurité Publique a pour ambition la construction de douze bureaux régionaux, ainsi que de vingt-sept commissariats de Police.

L'objectif est d'améliorer la qualité de service de la Sécurité publique tout en participant à la concrétisation du Velirano numéro 1du Président Rajoelina, axé sur  la promotion de la paix et de la sécurité durables pour tous. Dans la foulée de cette inauguration qui restera gravée dans les annales de l’Histoire de la région Anosy, le Président de la République a remis un véhicule 4x4 ainsi que deux motos de marque Gasycar, destinés aux éléments de la Police de Taolagnaro.

Source : Présidence de la République

Photos : Harilala Randrianarison

Tia Tanindranaza0 partages

Kere any Atsimo“Miasa fa tsy mipetra-potsiny ny minisiteran`ny mponina”

Faritra telo amin’ny tapany atsimon’ny nosy iny no ianjadian’ny kere, ka ny tena mitondra faisana amin’izany dia ny faritra Androy sy Atsimo Andrefana ary Anòsy.

Tsikera nahavaivay no nahazo ny fitondram-panjakana manoloana ny fanairana nataon` ny solombavambvahoaka iray tamin` ny tambajotra serasera. “Ny kere dia nisy foana isan-taona. Taolana mifono nofo vao hikoropahana. Famatsiam-bola betsaka anefa no azo. Nisy atrikasa lehibe niarahana tamin`ny banky iraisam-pirenena, hatramina filankevitry ny minisitra nandritra ny herinandro teo natao tany amin` ireo faritra ireo”. Manoloana izany kosa dia nitondra ny heviny ny tale jeneralin` ny fiahiana ara-tsosialy eo anivon` ny minisiteran` ny mponina, Randriamananjara Andrianiaina. “Tsy ilay sary nalefan` ilay mpanao politika vao taitra ny fanjakana. Efa nidina tany an-toerana ny ministera mpiahy iray volana lasa izay”. Ny minisiteran` ny mponina dia tsy vao izao no miasa fa manana ny fomba fanairana sy misoroka izany, hoy ihany izy. “Ao anatin` ny LFR 2020 dia efa nisy mari-bola mipetraka tsara ho an` ny “Kaly tsinjo” izay hamahana olona arivo isaky ny distrika tena tratran` ny kere saingy ny mamoaka ny pitsopitson`ny taratasy hamoahana izany no misy dingana maro tsy maintsy arahina amin` ny famoahana volam-panjakana.” Notsipihany kosa fa mandiso ny tenin` ny minisitra iray teo aloha tamina haino aman-jery izy milaza fa gaboraraka ny fitantanam-bola eo anivon`ny ministera. Manaraka izany, nambarany hatrany fa efa nisy vahaolana niaraha tamin`ny mpamatsy vola toy ny famolavolana ny drafitra “Mesure d`urgence réponse immediate” ka vola 4 tapitrisa dolara no harotsaka amin` ireo faritra ireo iadavana amin`ny kere ka izany no atao hoe Tosika vonjy aina, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Savorovoro tao Fianarantsoa Olona 7 no hiatrika fitsarana

Olona miisa 7 no voaroiroy ary hatolotra ny fitsarana tsy ho ela ao Fianarantsoa, taorian’ilay raharaha nitranga tany an-toerana ny 25 septambra

 

 teo, nanatanterahana didy mikasika ny fandravana ireo foto-drafitrasa tsy nanara-dalana niorina teo amin’ny La Vallée manamorona ny lalam-pirenena faha-7 manoloana ny Descours Cabaud. Raha tsiahivina kely mantsy ny tantara dia nisy olona nanana tamin’ireo foto-drafitrasa noravana ireo no tsy nankasitraka sy nanakana izany ary nitora-bato ireo olona izay nanatanteraka ny asa fandravana. Nisy ny savorovoro nandritra izany ka nahavaky ny fitaratra anoloana (pare-brise) sy fitaratra amin’ny sisiny (vitre lateral) ny fiaraben’ny kaominina ambonivohitr’i Fianarantsoa miisa roa. Ny zandary sy ny polisy any an-toerana moa no nifandrimbona nanao ity fanadihadiana ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitarainan’ny mpampianatraOlana 23 no hitadiavam-bahaolana maika

Mbola betsaka ireo olana sedrain’ireo mpampianatra eto amintsika na dia anisan’ny miantoka ny ho avin’ny taranaka Malagasy aza izy ireny. Ankoatra ny resaka “ grille indiciaire”

ho an’ireo mpampiasa efa mpiasam-panjakana dia mbola manana olana ireo mpampianatra FRAM amin’ny resaka karama raisin’izy ireo isam-bolana, ny fampitaovana…. Tsy nanao ambanin-javatra izany ny “Coalition Nationale Malgache pour l’éducation pour tous” na ny CONAMEPT omaly notarihin’ny mpandrindra nasionaliny Rtoa Huguette Rakotoarivony. Nisy ny hetsika notanterahiny nentina nankazana ny andro maneran-tany ho an’ny mpanabe omaly tetsy amin’ny carlton Anosy. Sendika sy fikambanana ary vovonana hivondronan’ireo mpampianatra maro no nasainy tamin’izany izay nandefa solontena 5 isanisany. Nivoitra nandritra izany fa hisy ny fandrafetana kahiem-pitarainana iray vaovao hasolo ilay narafitra tamin’ny taona 2016. Raha araka ny fantatra mantsy dia misy amin’ireo fitarainana voarafitra tao anatin’ity kahiem-pitarainana farany ity no efa lasa daty nefa misy ihany koa ireo zava-baovao takian’ny fivoaran’ny toetr’andro tokony hampidirina ao anatiny. Natsangana ny komity hijery akaiky izany hahafahana manatsara ny fari-piainan’ireo mpampianatra mpanabe izany mba hanomezany kalitao tsara ny fanabeazana ireo zaza Malagasy. Tsiahivina moa fa hatolotra ny mpamatsy vola, ny primatiora, ny ministera isan-tsokajiny ity kahiem-pitarainana ity. Fitarainana vaovao miisa 7 indray moa no voaangon’ny CONAMEPT tany amin’ny Faritra Sofia raha mbola misy 16 isa ireo vao hitadiavam-bahaolana. Ny 4 tamin’ireo 20 isa teo aloha mantsy no efa nivaha.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vono olona feno habibianaNotapahana ny loha sy ny tanan’ilay rangahy

Efa mivadika biby ny olombelona. Raim-pianakaviana iray 52 taona no maty notapahin-doha sy tanana tao Anjombalava, Kaominina Ambanivohitr’i Anjagnoveratra, distrikan’i Sambava ny 07 oktobra lasa teo.

 Nandefa nifoha maraina mba hamonjy ny tanimboliny any Beangivy Itompokolahy no nisy namono, teo amin’ny tanana antsoina hoe : Ampamitanana. Olona sendra taorinany no nahatsikaritra ra mandriaka teo amin'ny sisin-dalana , lalana nalefahan’Itompokolahy. Nampandre ny tao an-tanana ity farany vokatr’izany ka rehefa nanao ny fanarahan-dia izy ireo dia hita ny razana saingy efa tsy nisy lohany intsony. Ny anabaviny no nahalala an’Itompokolahy ka notohizana ihany ny fikarohana. 50 metatra taorian’izay dia hita indray ny lohany.Tao anatin'ny tsongo dia nataon'ny vahoaka no nisy nanome loharanom-baovao nilaza nisy tanora iray manodidina ny 25 taona nandalo ny faritra misy azy ireo ary toa mihazakazaka be. Avy any Mananjaran'Ifosa io tanora io. Tratra moa ity farany ka saika niharan’ny fitsaram-bahoaka. Voatery nalefa any Sambava ny tovolahy noho izany. Nilaza ny tsy hamaly faty moa ireo manana ny maty fa kosa mitaky ny fandraisan'ny fianakavian'olona namono ny havany tamin'ny fomba feno habibina mba handray an-tanana ny lany rehetra. Efa voalevina ny razana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiroboroboana ny vita MalagasyManosika ny tanora hatrany ny Eccova

Fotoana fanarenana ny toe-karem-pirenena izao, indrindra taorian’ny nandalovan’ny krizy nateraky ny valanaretina Covid 19.

 

 Mandray anjara feno amin’izany ny Eccova, tarihin-dRazanamanalina Volana amin’ny alalan’ny asa fampianarana manjaitra hampiroboroboana ny vita Malagasy. Manofana ny tanora Malagasy marobe isan-taona izy ireo mba handresen-dahatra ny mpiara-belona hanjifa ny vita Malagasy fa tsy ho variana na ho lany vola amin’ny fividianana friperie foana na ny fanafarana entana avy any ivelany. Mpianatra miisa 540 mianadahy indray no niatrika fanadim-panjakana tao amin’izy ireo izay nifarana omaly. Samy manam-piniavana ny hanandratra avo ny vita Malagasy no sady hampiroborobo ny fananan’asa eto amintsika izy ireo izay mety afaka hampiasa olon-kafa maromaro rehefa tena mety ny hatao. Mbola mitohy ny fanofanana ho an’ny Eccova. Mitohy amin’ity volana septambra ity ohatra ilay fahazoan’ny mpianatra milina hahafahany manjaitra any an-trano ho an’ireo misafidy ny “cours accéleré”. Hitohy hatramin’ny volana Oktobra izany ary manan-kery manerana ny Nosy raha araka ny fanazavan-dRazanamanalina Volana, filoha tale jeneraliny. Ny 02, 03, ary 07 novambra ho avy izao kosa ny fidirana amim-pomba ôfisialy.

Pati

Legende : Mikatsaka ny mahasoa hatrany Razanamanalina Volana, tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny Eccova

Tia Tanindranaza0 partages

EPP sy CEG manara-penitraNohadihadiana arak’asa ireo te ho Tale 50 isa

Notanterahana tetsy amin’ny CEG Analamahitsy ny tafatafa na ny « entretien d’embauche » na fanadihadiana arak’asa ho an’ireo talen-tsekoly sy mpampianatra isan’ambaratongany hiasa eny anivon’ny EPP sy CEG

 

 « Manara-penitra » etsy Androhibe, araka ny tatitry ny Minisiteran’ny fanabeazana. Miisa 50 izy ireo no niatrika izany, mbola ary nambara fa hisy ny fandaminana maro samihafa ahafahana mamoaka ny lisitra farany. Nisolo tena an-dRamatoa Ministra Sahondrarimalala Marie Michelle tamin’izany ny Tale Jeneraly misahana ny « Etablissement scolaire » Ralainirina Razokiny Eric sy ireo tompon’andraikitra maro hafa indrindra fa Andriamatoa Rasolonjatovo Andriamora Herimirija izay Tale misahana ny fitantanana ny mpiasa, hoy hatrany ny tatitra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny fahasalamam-bahoakaNahazo fitaovam-pitsaboana mitentina 300.000 dolara

Miezaka hatrany ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka manatsara sy mampiroborobo ny fahasalaman’ny Reny sy ny zaza eto amintsika. Anisan’ny

 

hanaovan’izy ireo ezaka manokana ny fanaovam-baksiny izay nomarihin’ny talen’ny kabinetran’ny Ministera ny profesora Jean Claude Razafimahandry omaly fa tena zava-dehibe tokoa. Mba ho fanohanana izay herim-po sy finiavana hananan’ny Ministera izay dia nanolotra fitaovam-pitsaboana mitentina 300.000 dolara ho azy ireo ny orinasa Star sy ny Fondation Coca Cola omaly maraina teny Andraharo. Hopitalim-panjakana miisa 3 no hisitraka sy hahazo tombontsoa amin’izany dia ny « Service de Maternité et Néonatal” ao amin’ny Centre Hospitalier any Toliara, ny “Service de Maternite” ao amin’ny Centre Hospitalier de Référence Régional any Maintirano ary ny “Service de Maternité” ao amin’ny Centre de Reference du District any Ikalamavony. Nosafidiana manokana izy ireo noho ny fitombon’ny filan’ireo mponina any an-toerana hoy hatrany ny talen’ny kabinetran’ny Ministera. Raha araka ny fantatra moa dia horaisin’ny orinasa Star an-tanana manontolo ny fitanterana ireo fitaovam-pitsaboana ireo. Tanjon’ny mpanome ny hanamaivana ny fandraisana an-tanana ny fahasalaman’ny Reny sy ny zaza eto amintsika.

Pati

Legende : Atoa Marc Pozmentier, tale jeneralin’ny Star , notronin’ny profesora Jean Claude Razafimahandry

Tia Tanindranaza0 partages

Vita MalagasyNitombo lenta ny kalitao

Nisokatra omaly tetsy amin’ny Tahala Rarihasina ary hifarana rahampitso ny hetsika Tsena gasy.

Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra, Mialy Rakotoarison, dia efa nisy andiany toy izao ihany koa ny 5,6,7 septambra teo. Antony sy tanjona tsinona ny hanandratra ny vita Malagasy. Efa nisy koa tamin’ny taon-dasa saingy ezaka atao ny hanao azy isam-bolana, hoy hatrany ny tenany, hampafantatra ireo mpamokatra vita Malagasy maro. Miisa 20 ireo mpandray anjara tamin’ity. Vokatra Malagasy avokoa no hita ato. Azo jifain’ny sarambabem-bahoaka ihany koa. Nisy fotoana ny entana Malagasy somary latsaka mihoatra ny entana vahiny ka noho izany indrindra no anton’izao fanasongadinana ny vitantsika izao. Somary sarotsarotra io, indrindra, tao anatin’ity hahamehana ity saingy tsy azo ajanona ny ezaka, hoy hatrany ny fanazavany, satria efa nitombo lenta ilay kalitaon’ny vita Malagasy ankehitriny.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aina R– Poti-taratasy Création “Any am-paladianay ny vita sinoa”

Ho famoronana asa fa ho fanomezana asa ireo vehivavy lasibatry ny herisetra am-panambadiana ihany koa, hoy ny mpamorona ny Poti-taratasy création, Aina Rakotoarisoa, no nananganako ity orinasa ity.

 

 Araka izany dia manodina ireo taratasy tsy ilaina intsony hitera-boka-tsoa amin’ny fiainana an-davan’andro izahay, hoy izy. Eo koa ny fandraisana anjara amin’ny fiarovana ny tontolo iainana. Amin’ny ankapobeny dia tsy mifidy taratasy izahay fa mifantina arakaraka ny filana amin’ilay zavatra atao kosa. Tanjona ny hanampina tanteraka ny hoe vita gasy fa te hametraka kosa ny hoe vita Malagasy izahay. Tianay hialana koa ny fampiasana akora fototra mahazatra. 4 taona izay no nisianay ary somary sadaikatra ireo mpanjifa teo aloha. Nifanandrify tamin’ny fotoana nandrarana ny fampiasana harina sase koa anefa ny nitsanganay. Betsaka ny fanontaniana nipetraka tamin’ny olona hoe raha lenan’ny orana, raha izao sy izao, hoy ny fanazavany, ka nila taona 1 mihitsy aloha nampahafantatra ny fisianay. Ny taona faharoa nanazavana ny mombamomba ny vokatra. Ny fahatelo vao nivelatra tamin’ny tsena anatiny ary ankehitriny moa efa hatrany ivelany. Raha 25%n’ny mpanjifa no Malagasy nanjifa ny vokatray tany am-piandohana dia efa tafiakatra 50% izany ny taona fahatelo. Manantena hoavy tsara izahay satria na sady mandray torohevitra avy amin’ny mpanjifa aza dia miezaka manatsara araka izay fahafahana ihany koa. Mahazo tsirony na izahay na ireo mpanjifa. Misy poketra ato, posety, fitoerana solosaina, fitoerana fitaovam-pidiovana sy ny maro hafa. Efa misy akora miaro ireo taratasy hanamafy azy ary any am-paladianay, hoy hatrany izy, ny vita sinoa. Manodidina ny 15.000 ariary ka hatramin’ny 80.000 ariary ny vidin’ireo entanay. 1000 isa isan-taona any ny entana lafonay ary tsy eto ihany fa misy tsena any Alemaina, Frantsa, mitondra ireo vokatra amina tsenabe iraisam-pirenena koa izahay toa ny any Afrika atsinanana, Ouagadougou, Etiopia, Mayotte sy izay misy tsena iraisam-pirenena rehetra, hoy hatrany ity mpamokatra zavakanto vita amin’ny taratasy ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Misy farany io a !

Asa raha mba mahara-baovao tsara ihany ny ao an-dapa ao.Efa tena miova fa tsy tahaka ny tamin’ny 2 taona lasa ny sary ankehitriny ; toa tapitra hatreto ilay kandida laharana faha 13 nampanofinofy sy manjelanjelatra be hilaza fa hanao zavatra tsy mbola vitan’ny rehetra nitantana teo alohany.

 

Fahantrana, fahasorenana, fahakiviana eny fa na avy amin’ireo milaza ho mpanohana azy aza no hita amin’izao fotoana.Ny mpanohita moa , efa mpanohitra tsy tokony hiadian-kevitra be fa izay no anjara andraikiny.Manohitra izy.Ny mampatahotra amin’ny toe-javatra misy ankehitriny io, dia sao lahy ka tena resaky ny moana sy ny marenina izy ity e !Miteny , miresaka, maneho hevitra ny mpanohitra na mpitsikera ; misy ihany koa ny manolotra soso-kevitra.Fa mba misy mihaino ve ? Sa lazaina fa rediredin’ny resy lava ireny fanehoan-kevitra maro be etsy sy eroa milaza ny tsy rariny sy ny fahadisoam-pitantanana ireny. Raha amin’izao taona 2020 izao aloha no mbola tsy mahay mandray lesona tamin’ny ntranga teto amin’ny firenena ny taona 1991, 2002  ary 2009 dia efa tsy hay intsony .Tokony efa hay tsianjery ny fitohizan’ny toe-draharaha, hoe avy etsy io dia manketsy mankeroa.tsy ale ove leretsy misoroka toa izay mitsabo .Madagasikara iaraha-manana ity ve no zimbazimbaina noho ny hambom-po diso toerana na ny fahasosorana amina olona tokana. Tokony mba samy mandinin-tena ihany fa dia efa ataon’izao tontolo izao resaka handanian’andro anie isika Malagasy e.Aoka ny zandry ho mora tenenina ary ny zoky tsy ho mafy loha.Mbola tsy tara raha miresaka amin-kitsim-po, mifandamina avy eo.Tsy ankifandrombaka tahaka ny akoho mahita rehoka sanatria fa samy manana ny andraikiny, misy ny fe-potoana hiasana,Tanteraho izay nampanantenaina.Raha atao ny fifidianana, na inona na inona karazany, ataovy ao anatin’ny fahamarinana manaja ny rariny sy ny hitsiny ary ahitana taratra tokoa ny safidim-bahoaka. Raha sanatria ka tsy te hahalala fa tonga amin’ilay hoe : ny ataoko ihany no ataoko dia tsarovy fa tsy misy ny Doria, ary misy farany ny zava-drehetra !

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mety voavaha ny olanaMivangongo indray ny fakon’Iarivo

In-droa isan-kerinandro ihany no tonga maka fako ny kamiao, tsy ampy ny daba,...

 

 Tsy voahaja ny ora fanarina fako (5 ora hariva hatram 8 ora alina). Mivangongo ny fako, ivelan’ny daba, amin’ny toerana manakaiky ny daba, misy efa any anaty tatatra. Miteraka fofona maimbo tsy eny amin’ny daba ihany fa hatrany anaty tatatra. Maro ny olona vao maraina no manary fako. Mety olana ilay hoe miasa ka misy tena hariva be mihitsy vao tafody an-trano, amin’ny 6 na amin’ny 7 ora hariva, eny misy amin’ny 8 ora alina aza. Milaza etsy ankilany ny eo anivon’ny Kaominina Antananaivo, fa efa misy ny lamina apetraka amin’ny fakana fako eny amin’ny fokontany sy amin’ny dabam-pako. Ny CUA miandraikitra ny fako eny anivon’ny tanana amin’ny alalan’ny RF2. Aterina eny amin’ny Dabam-pako «orange» ireny dia ny SAMVA indray no manatitra azy any Andralanitra. Ny mahagaga sy mahatalanjona amin’ity resa-pakon’Antananarivo ity dia natao litania io nandritra ny propagandy fa hoe raha isika ny tonga eo, tsy misy fako mivangongo izany intsony. Nanao rodobe ireo kamiao goavana miloko orange, ary nipoitra tampoka teto an-drenivohitra rehefa lany ben’ny tanana i Naina Andriantsitohaina, dia samy nanantena tokoa hoe hadio isan’andro ny tanana izany.Inona akory no teo fa mivangongo ihany izao ny fako? Tsaroaa ny kabarin’ny Filoham-pirenena ora maromaro talohan’ny latsa-baton’ny fifidianana ben’ny tanàna nitanisa ny loton’ny tanàna, nambara fa noho ny tsy fahaizan’ny mpitondra tamin’izany. Nampantena kamio am-polony, famatsiam-bola 10 miliara ariary,... saingy tsy arakarak’izay aloha ny zava-misy ankehitriny. Toa mitady hiverina ny fifanilihana andraikitra eo amin’ny SAMVA sy ny CUA. Efa mitovy firehana ny Fanjakana Foibe sy ny Ben’ny tanàna, saingy mbola ny omaly tsy miova aloha ny zava-misy. Toa mampitombina harany ilay tsirin-kevitra, fa sao tsy tokony hasiana ben’ny tanàna eto Antananarivo fa omena sata manokana, tonga dia iantsorohan’ny fanjakana foibe fa sady iandronan’ny olana ara-politika no hanjakan’ny olana ara-pitantanana ?

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Nampitandrina ny Minisiteran’ny jonoMisy hazan-drano maro mety hampidi-doza

Namoaka fampahafantarana ny Minisiteran’ny fambolena sy ny fiompiana ary ny jono (MAEP) omaly, fa misy karazana hazan-drano tsy azo hohanina amin’ny vanim-potoana mafana toy izao,

 

 izay mitarika fanapoizinana ho an’ny olona izay mihinana azy  ka mety miteraka fahafatesana mihitsy. Isan’izany ny thon, sardine, hareng, cordonnier fil, barracuda, carangue, ny perroquet à écailles, ny fano, karazana ankiho sy ny antsantsa maro,… Misy zavamaniry tsy hita maso any anaty rano izay maniry rehefa amin’ny vanim-potoana mafana mitondra poizina, ka izay trondro mihinana io zavamaniry io dia mitondra ilay poizina ihany koa. Nitrangana seho fanapoizinana avy amin’izany hazan-drano izany tamin’ny faritra vitsivitsy teto Madagasikara. Manoloana izany sy hisorohana ny mety hisian’ny tranga vaovao dia misy ny fanentanana ataon’ny MAEP amin’ny alalan’ny sampan-draharaha misahana ny jono sy ny harena anaty rano isaky ny faritra, amin’ny fizarana peta-drindrina na afisy maneho ireo karazana trondro tsy azo hohanina. Misy ihany koa ny “arrêté regional” mahakasika izany. Sazy enjana no ampiharina amin’ ireo izay minia mivarotra ireo karazana hazan-drano ireo, dia ny fandraofana avy hatrany ny entana eny an-tsena na/sy ny fisintonana mihitsy ny “permis de collecte” an’ireo mpanjono, hoy ny MAEP. Entanina araka izany ny mponina mba ho mailo hatrany amin’ny fanjifàna ireny trondro ireny eny an-tsena.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Clémence Raharinirina“Hanohitra ny tsy rariny hatramin’ny farany izahay”

Natao izay naharesy anay maro an’isa tamin’ny fandaniana ny lalàna mifehy ny tetibolan’ny CUA 2021.

 

 Hatramin’izay izahay mahazo mivoaka sy miditra, fa omaly nidiana tao ny mpanolotsaina nentina nandaniana an’iny, hoy ny mpanolontsain’ny CUA Clémence Raharinirina tamina fahitalavitra iray. Resy foana, tsy afaka mitondra fanitsiana mihitsy. Tsy misy azo natao, indrindra tamin’ny fotoana nisy mpanolotsain’ny TIM izay nisy namoy ny ainy, ka nihena. Tena nandihizan’ny IRK, ary izay nisy ny filohan’ny filankevitra monisipaly (PCM) no mandresy. Nisy fanapahan-kevitra efa nolanian’ny mpanolotsaina, toy ny tsy handravana tsena, fa tonga ihany ny milina mandrava. Momba ny tsena, ny MBS,… izay zavatra notapahan’ny mpanolotsaina, kanefa hitsakitsahina. Ny birao maharitra no tena manome vahana ny tsy fanarahan-dalàna. Nanenina aho satria izaho no nanolotra io PCM io, izy no nanantona ahy. Izaho izao no nanoratra ny kabariny, fa hamerina ny hasin’ny mpanolotsaina. Nitory eny amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana izahay satria betsaka ny tsy fanajana ny mpanolotsaina, ary voahitsakitsaka ny hasinay, hoy i Clémence Raharinirina. Sady torianay izy no takianay ny fanesorana azy 4 mirahalahy amin’ny toerany. Misy foana ny fampiasana “mic mac” ataon’ireo. Ny 9 oktobra dia hivory indray, kanefa tsy ao anaty lahadinika ny fangatahana ny fanesorana ny PCM. Efa misy ny fifampiresahana eo amin’ireo vondrona telo, dia ny TIM, Komba, ary i Clémence, ka ny Komba aloha no eritreretina hapetraka eo, hoy i Clémence Raharinirina

 

Tsy hihemotra izahay, ary diavolan-ko lava, kilalao mbola ho ela. Tsy te ho tonga amin’ny hoe ny maro an’isa no sakana, fa raha hatao letrezana dia tsy mety izany, ka hijoro, hitambatra, haneho firaisan-kiana izahay, hoy ity mpanolotsaina ity. Indraindray ny ben’ny tanàna manao vava tafahoatra, ary efa vita vaksiny amin’ny fanaovana vava aho, hoy i Clémence Raharinirina, izay naneho fa tamin’ny propagandy no nifampiresahan’izy ireo farany.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaniana ny tetibolan’ny CUA “Nohitsakitsahina ny zo fototry ny mpanolotsaina”

Ny zo fototra ananan’izy ireo mihitsy no nesorina, hoy ny Mpanolontsaina Monisipaly Hilda Hasinjo Ravelonahiana avy amin’ny Komba manoloana ny fandroahana tsy namelana ireo mpanolontsaina miisa 4 tonga hifidy ny tetibolan’ny CUA omaly,

 

rehefa tsy noraisina ny “procuration” na fanomezana alalana ny hifidy amin’ny anaran’olon-kafa. Ny “à huis-clos” dia midika fa ireo tsy nahazo alalana sy tsy manan-draharaha, tsy nahazo fiantsoana no tsy mahazo miditra, fa izay manan-draharaha ao izany hoe ireo mpanolontsaina Monisipaly dia afaka miditra soamantsara, raha ny fanazavany. Efa vonona hanala ilay “procuration” ireo mpanolotsaina, mbola tsy nanomboka ny fifidianana no tonga izy ireo, saingy tsy navela. Nesorina taminy ny zony hifidy. Aminay na lany aza iny tetibola iny, dia antenainay ny solontenam-panjakana, ny Prefe hanamafy ny fanamelohana fa tsy ara-dalàna iny fifidianana iny, hoy ny fanehoan-kevitry Hilda Hasinjo Ravelonahiana avy amin’ny Komba.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraKoposoroka no nandaniana ny tetibola 2021

Nafana indray ny raharaha fandaniana ny vinavina ho an’ny tetibola nanaovana fanamboarana (budget primitif) hiasan’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra ho an’ny taona 2021.

 

 Mpanolontsaina 27 tamin’ny 55 no nanatanteraka ny fifidianana, ka ny 26 nanaiky, ary ny 01 kosa nanda. Nivoaka ny efitrano ny mpanolontsaina TIM satria tsy nanaiky ny endrika nisehoan’ny fifidianana izy ireo. Nisy ny fanomezam-pahefana hifidy (vote par procuration) nataon'ny mpanolotsaina 4 tsy afaka nivory izay azo atao tsara, kanefa nolavina. Tsy noraisin'ny Filohan’ny Filankevitra Monisipaly (PCM) anefa izany raha hoe antony arak'asa no tsy ahafahana mivory. Nangataka fanemorana ihany koa ny TIM, saingy tsy nekena. Rehefa natsoina hivory indray ireto farany dia tsy navela hiditra indray fa hoe izay tafiditra ao anaty trano fivoriana ihany no mahazo mivory, hoy ny Mpanolontsaina TIM Céléstin Ratsimbazafy. vokatr'izany nivoaka ny trano fivoriana ny mpanolotsaina tsy miaraka amin'ny ben'ny tanana, ary ireo miara-dia amin’ny mpanatanteraka no nanohy ny tantara. Miisa 28 amin’ny 55 izy ireo, ka TIM ny 25, Komba 02, miampy an’I Clémence Raharinirina. Nilaza ny TIM fa izy ireo no maro an’isa, ka naneho fa rava ny fankatoavana raha nisy. Ara-dalàna ny fivoriana, fa izay manatrika eo no manao ny fankatoavana, raha ny setriny avy amin’i Lalatiana Ravololomanana miara-dia amin’ny ben’ny tanàna.

 

FANONGANANA NY BIRAO MAHARITRA

Mihamafana hatrany ny toe-draharaha eo anivon’ny Kaominina Antananarivo Renivohitra. Ny 25 septambra lasa teo, dia efa nisy ilay taratasy fangataha fivoriana tsy ara-potoana nataon’ireo 28, izay mitaky ny handravana ny Birao maharitra noho ny fitsimbadihan’ny maro an’isa. Nitory ny Filohan’ny PCM eny amin’ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny Fanjakana I Toavina Ralambomahay sy Hilda Hasinjo Ravelonahiana omaly, ary mangataka ny hampiatoana na hanafoanana ny fivoriana tsy ara-potoana ny 9-13 oktobra noho ny tsy famoahana mazava ny lahadinika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vary vatsy tsinjoMisy resaka tsy milamina

Nangingina ny resaka fizarana fanampiana eto Antananarivo na misy aza ireo distrika ao anatin’ny faritra Analamanga tsy nahazo satria toa leo sy tsy manantena intsony ny mponina.

 Mbola manantena kosa ny faritra sasany. “Mitaraina ny olona ao Toliara fa 2 volana tsy mbola tonga ny vatsy tsinjo. Natao selfie tamin'ny voalohany fotsiny, toa nisy vary saika hatao “requisition” amin’ny karana fa toa tsy nety ilay sera dia niantona ao”, hoy ny mpanao politika iray. Fa avy aiza marina moa ireo vary zaraina etsy sy eroa ireo? Nalaina tamina mpandraharaha “grossiste” eraky ny tanàna sa vao nafarana mihitsy? Firy taonina no nozaraina na namidy mora hatrizay? Ohatrinona ny volam-panjakana natontona tamin’io? Toa tsy misy tatitra mantsy fa fizarana fotsiny fa ny fampahantarana re farany dia ny tao anatin’ny Filankevitry ny Minisitra tamin’ny 23 jolay 2020 fa hanafatra vary 16 000 taonina isika, ka ny SPM no handray an-tànana izany. Io ve no natao vatsy tsinjo sa natao vary mora ? Mila mangarahara ny zava-drehetra fa tsy hoe rehefa fanampiana dia tsisy resaka sy vitavita ho azy. 3 843 Ariary ny sandan’ny iray dolara tamin’ny 24 jolay izany. 345 dolara eo ny vidin’ny 1 taonina any ivelany izany hoe 1 317 900 Ar ary 21 086 400 000 Ar na 21 miliara ariary ariary mahery eo ny 16 000 taonina, raha raisina amin’io kaonty io. 1 317 Ariary izany ny vidin'ny 1 Kg hanafarana azy, raha kotiana amin’izany. 72 miliara ariary anefa ny vola nambara fa atonton’ny fanjakana tamin’ny fanjakana tamin’ny vatsy tsinjo raha ny tatitry ny filankevitry ny Minisitra ny 26 aogositra. Ny nanomboka teo amin’io fotoana io sa ny hatrizay? Ara-toekarena, dia nisy fiantraikany betsaka ny tsy fijerena sy fanampiana tosika ny famokarana sy nanafatra entana sy nizarazara tetsy sy teroa. Ankehitriny, 1 euro mira 4550 raha 3800 Ar izany telo volana lasa. Ilaina ilay mizara, saingy tsy vahaolana maharitra sy mety vahaolana lasa miteraka olana hafa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus 476 no mbola manaraka fitsaboana

Miisa 21 ny tranga vaovao hita tamina 332, manome taham-pahavoazana 6,32%. Toy izao ny fitsinjarany:

MIHAZAKAZAKA NY ISAN’NY SITRANA

 102 ny sitrana vaovao, ka Analamanga 78, Alaotra Mangoro 3, Amoron'i Mania 1, Matsiatra Ambony 5, Melaky 1, Diana 14. Hatreto, tafiakatra 15910 amin’ny 16654 ny sitrana izay manome taha 95,53%. Nihazakazaka indray tato anatin’ny andro vitsy ny isan’ny sitrana. Miisa 476 kosa ireo mbola manaraka fitsaboana izay nisy fihenany 81 mitaha amin’ny afak’omaly. 20 ny "formes graves" ka 10 eto Analamanga, 01 Vakinankaratra, 01 Alaotra Mangoro, 04 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 04 Atsimo Andrefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Désiré Ranaivoson« Isika rehetra no nanao ireny fotodrafitrasa ireny »

Marina Iadiana indray izao ny hoe iza no nanao ny fotodrafitrasa izatsy sy zaroa, hoy ny mpandrindra nasionalin’ny antoko politika Marina,

 

 Désiré Ranaivoson. Ny marina anefa dia volan'ny vahoaka Malagasy rehetra tsy an-kanavaka no nanaovana azy na inona na inona firehany ara-politika. Mpiasam-bahoaka, izany hoe, mpiasam-panjakana, no namolavola sy nanatanteraka azy. Ho tombontsoan'ny vahoaka no anaovana azy ireny. Isika rehetra izany no niaraka nanao azy fa ny andraikitra fotsiny no ifampizarana ka samia mifaly, hoy hatrany ny Marina.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsin`ankohonana - Fiavota“Famonjena ireo fianakaviana tena sahirana”

71,50%n` ny Malagasy dia voasokajy ho tena sahirana ka mandray 1 dolara isan-andro.

 

 Mba hanohana ireo fianakaviana tena sahirana dia mampihatra ny drafitra natao hiarovana sy hampandrosoana ny mahaolona i Madagasikara. Ny FID (Fonds d`intervention pour le Développement) dia anisan` ireo mpisehatra voalohany amin` ny fampiharana ny politikan` ny fiahiana ara-tsosialin` ny governemanta, izay iarahana amin` ny minisiteran` ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy. Amin` ny alalan` ireo tetikasa fiahiana mpiarabelona, dia tokatrano manodidina ny 142 700 amina faritra miisa sivy no iantefahan` ny asan` ny FID. Tafiditra ao anatin` ity tetikasa ity ny Vatsin`akohonana izay natao ho an`ireo fianakaviana maman-janaka 0 hatramin`ny 14 taona. Fianakaviana 44 300 amina disitrika valo no misitraka izany. Nitombo, araka izany, ny tahan` ny fandefasana ankizy tany am-pianarana satria ankizy 51 000 no nahazo tombony, hoy Achille Razakatoanina, talen` ny Transfert Monétaire pour le Développement eo anivon` ny FID. Ho an`ny faritra Atsimo manokana kosa dia misy ny tetikasa Fiavota ka fianakaviana 70 000 no misitraka izany. Ankoatra amin`ny maha vatsy an` ireto programa ireto dia afaka manatsara ny fianaran` ny zanany, manatsara ny fanjariana ny sakafo ao an tokatranony ary ahafahany mampitombo ny tahiry ao amin`ny sehatra asa ataony ireo fianakaviana misitraka izany, hoy hatrany ny fanazavana. Hisy kosa ny tetibola 6 miliara ariary hamatsiana fianakaviana sahirana miisa 25 000 amin` ity volana oktobra ity.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fifandonana tao MalaimbandyAvotry ny zandary ireo takalon’aina telo

Avotra soamantsara ireo telo mianaka nalain'ny dahalo takalonaina nandritry ny fanafihana sy halatr'omby tao Ambinagnisoa, fokontany Mahasoa/Pomay, kaominin’i Malaimbandy, faritr’i Menabe, ny alin'ny 6 hifoha 7 oktobra teo tamin'ny 2 maraina, hoy ny fampitam-baovao.

 

 Omby miisa 5 no nalain'ireo dahalo miisa 7. Nentin'izy ireo ihany koa ny renim-pianakaviana iray miaraka amin'ny zanany kely roa natao takalonaina. Raha vao nahazo fanairana ny Zandarimaria tao an-toerana dia nanainga ireo Zandary am-polony avy ao amin'ny "Centre Spécial d'Aguerrissement Opérationnel » na (CSAO) Malaimbandy. Raikitra avy hatrany ny ara-dia an’azakazaka miaraka amin'ireo fokonolona. Tao amin'ny kizo atao hoe Andafiha eo avaratr'i Ambia fokontany Ankilibe, kaominina ambanivohitr’i Malaimbandy no tratra ireo dahalo. Fifandonana mahery vaika no niseho ary voatifitra ny iray tamin'ireo dahalo. Naratra ilay renim-pianakaviana takalonaina. Rifatra nilefa ireo dahalo ary navotsotr'izy ireo ireo takalonaina miisa 3 sy ireo omby halatra. Tody sy tafaverina soa aman-tsara tao an-tanàna ireo fokonolona miaraka amin'ireo takalonaina avotra sy ireo omby. Ilay renimpianakaviana dia efa nahazo fitsaboana sahaza azy. Nanohy hatrany ny ara-dia ireo zandary. Raha tsiahivina dia vao notokanana tsy ela ity toby CSAO Malaimbandy ity mba hiadiana amin'ny asan-dahalo sy tsy fandriampahalemana toa izao, hoy hatrany ny fampitam-baovao sy fanamarihana.

\ J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Vatsin`ankohonana - Fiavota“Famonjena ireo fianakaviana tena sahirana”

71,50%n` ny Malagasy dia voasokajy ho tena sahirana ka mandray 1 dolara isan-andro.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana “Ravao io colisée io”Hitokona manoloana ny ambasady ao Paris

Rahampitso sabotsy 10 oktobra 2020 ny fotoana manoloana ny ambasadin’i Madagasikara ao Paris renvohitra Frantsa,

 hoy ry zareo avy eo anivon’ny fikambanana “Ravao io colisée io” na Vondrona miaro ny hasin’ny rova. Araka izany dia fitakiana ny amin’ny handravana ity fotodrafitrasa tsy isam-bakoka anaty rovan’Antananarivo ity no tanjon’izy ireo. Nanamafy izy ireo, araka izany, fa tsy ekena ny fananganana ity kolontsaina greko-romanina ity anatina rova. Ny 4 jolay teo moa, raha tsiahivina, no nisian’izay hetsika nanoloana ny ambasady Malagasy izay notontosain’izy ireo tao an-toerana. Somary nahagaga ihany koa moa etsy ankilany ny tsy nahenoana resaka intsony momba ny tohin’ny fananganana ity fotodrafitrasa ity avy amin’ireo tomponandraiki-panjakana eto an-toerana, indrindra fa ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina izay tena nivoy azy tato anaty hahamehana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

ImerintsiatosikaVoajokon’ny polisy ilay nandroba 200.000 Ar

Lehilahy iray efa malaza ratsy amin’ny asa fanendahana no tra-tehaky ny Polisy avy ao amin’ny paositry ny polisy ao Imerintsiatosika teo am-panaovana ny asa ratsiny, andro vitsy lasa izay

. Vola mitentina 200 000 Ar no norobainy tao an-tsena raha mbola iny variana iny ilay tompony. Efa mailo anefa ny polisy noho ny hamaroan’ireo fitarainana voarainy ka nojokoiny mora ity farany. Avy hatrany dia nentiny nanaraka azy ity lehilahy ity raha mbola mitohy kosa ny fanadihadiana mikasika ireo namany na izay olona miray tsikombakomba aminy.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

EPP AntandrokombyAverina ny volan’ireo efa nandoa ilay 30.000 Ar

Nitondra fanazavana mikasika ilay lela-vola 30.000 Ar isaky ny mpianatra nalaina tamin’ny Ray aman-dRenin’ny mpianatra ao amin’ny EPP

 

Antandrokomby Randrianjafy Elidio, talen-tsekoly ao an-toerana omaly. Nambarany fa fony mbola tsy tapaka tao anatin’ny filan-kevitry ny Ministra fa tsy mandoa sara-pisoratan’anarana intsony ireo mpianatra eny anivon’ny sekolim-panjakana no efa nandamina sy nametrapetraka ireo karazana paikady hiatrehany ny taom-pianarana vaovao 2020-2021 ity EPP izay tantanany ity. Anisan’izany ny fiatrehana ny karaman’ny mpampianatra FRAM sy ny resaka foto-drafitrasa. Efa nisy araka izany ireo Ray aman-dRenin’ny mpianatra nandoa tsikelikely ny vola tokony aloha izay nomarihiny fa tsy betsaka akory. Noho izay fapahan-kevitra noraisin’ny Fitondram-panjakana izay anefa hoy izy dia averin’ny sekoly ny volan’ireo Ray aman-dReny efa nandoa izany saingy tsy maintsy miandry fivoriana kosa. Hamory ireo Ray aman-dRenin’ny mpianatra rehetra mampiana-janaka ao amin’ny EPP Antandrokomby sy ny FEFI mantsy ity talen-tsekoly ity ato ho ato. Mikasika ireo mpianatra tonga misoratra anarana ao amin’ity EPP iray ity moa dia nomarihiny manokana fa tena mitombo be tokoa saingy tsy afaka mandray mihoatra ny 600 isa izy ireo, fetr’isa izay zakan’ny sekoly.

Pati

Legende : Elidio Randrianjafy, talen’ny EPP etsy Antandrokomby Anosizato

Tia Tanindranaza0 partages

2009 ka hatramin’ny 2020Nitotongana hatrany ny toekarena

Ady hevitra tsy hifankahitana tato ho ato ny resaka fanohizana tetikasa natomboky ny teo aloha mivadika ho veliranon’ny Filoha Rajoelina. Ny tsy azo lavina, nanomboka 2009 dia namatam-bonona hatrany i Andry Rajoelina. Taham-piakaran’ny toekarena na “taux de croissance”

7,3% sy ny tahirim-bola vahiny manodidina ny 2 miliara dolara no tao amin’ny Banky Foiben’I Madagasikara nialohan’ny nionganan-dRavalomanana ny 2009. Nivarotra vy 200 tapitrisa euros tany Soalala ny Fanjakana, fa ny 100 no voalaza fa nanaovana fanambarana. Laharana faha-123 amin’ny 188 isika tamin’ny resaka fahantrana ny taona 2008, ary faha-85 tamin’ny ady amin’ny kolikoly. Lasa faha-151 sy faha-133 amin’ny fanaovana kolikoly ny taona 2009-2014. Faha 185 amin’ny 188 mahantra indrindra ary 158 amin’ny resaka ady amin’ny kolikoly aty amin’ny 2019-2020. Samy nanao fotodrafitrasa na Ravalomanana na Rajaonarimampianina, na Rajoelina tamin’ny fananganan-javatra fa ny serasera no nampisehoana ireny no tsy nitovy. Marina fa mahatsapa ho miezaka sy tena manao angamba ny Filoha ankehitriny sy ny ekipany, fa raha refesina amin’ny lafiny sosialy sy toekarena, dia nitsotsorika foana ny fiainan-dRamalagasy taorian’ny fandraisan-dRajoelina ny fitantanana ny firenena in-droa nisesy dia ny 2009 sy 2018. Niala teo Atoa Hery Rajaonarimampianina 5,2% ny fiakaran’ny toekarena, kanefa -1,2% kosa ankehitriny. Tsy afaka hialana bala ny coronavirus satria ity fitondrana ity dia nolazaina fa efa niomana 4 taona, efa naseho ny IEM sy ny mpamatsy vola. Mandeha ny kihana samihafa, ary misy sahy milaza fa tetikasa poakaty ny IEM. "Hatramin’izao 0 ariary, 1 miliara dolara ny hetra miditra aminao, kanefa ny tetikasa avoakanao 35 miliara miliara dolara, ka na zazakely T3 aza ve tsy mahatakatra hoe tsy “possible” izany ? hoy ny mpanao politika iray nanohana ny Filoha Rajoelina teo aloha. Tondro tsy mandainga, eny anaty fiarahamonina ahitana fa mitombo isa ny Malagasy miha mahantra.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny tontolo iainana“Homen-danja ny fambolen-kazo mamaly ny filàna ifotony”

Eo an-dalam-panomanana ny fambolen-kazo manaraka isika izao, hoy ny Minisitry ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy (MEDD) Rtoa Baomiavotse Vahinala Raharinirina.

Araka ny politikan’ny MEDD dia fambolen-kazo mamaly ny filàna ifotony no imasoana, ary ireo karazan-kazo izay tsy manimba tany no ezahina hovolena. Ny fambolenkazo rehetra atao ihany koa dia mitanjona ny hamerina ireo ala simba sy ahiana ho lany tamingana. Miankina amin’ny filàna isam-paritra araka izany ny voly hazo atao fa mamporisika ny olom-pirenena izahay eto amin’ny MEDD mba tsy hanadino ireo hazo fihinam-boa. Ohatra iray azo tahafina ny ao amin’ny valan-javaboaharin’Antrema izay voasokajy ho faritra mando araka ny fifanarahana tany Ramsar. Ny Rofia, isan’ireo harena ao aminy, dia manampy betsaka amin’ny fihazonana hamandoana amin’ireo heniheny. Seha-pihariana manokana ihany koa ny rofia ary tena mampidi-bola ho an’ireo mponina ao an-toerana satria akora fampiasa amin’ny asa tànana toy ny rary. Azo ampiasaina amin’ny tao trano koa ny rofia ary ny voany dia azo atao sakafo,… Mitohy ny fiantsoana fiaraha-mientana mba hanatrarana ny vina fahamaitsoan’i Madagasikara anatin’ny 10 taona manaraka. Ny vahoaka ifotony, ny olom-pirenena tsirairay, ny fikambanana tsy ankanavaka, ny sehatra tsy miankina amin’ny Fanjakana, ny mpitondra ary ny Minisitera isan-tokony dia antsoina hifanome tànana amin’izany, hoy ny MEDD.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitateram-bahoakaNaato aloha ny karatra maitso

Miverina hatrany ny fanatsàrana ny tontolon’ny fitateram-bahoaka na ny fanaovana hentitra amin’ny fampiharana ny lalàna.

Tsikaritra ny fisian’ny soratra manondro ny toerana voatokana ho an’ireo sokajin’olona marefo (bevohoka, sembana amin’ny vatana, sns) any anaty taxi-be any saingy maro no tsy misy miraharaha akory izy ireny. Efa misy moa ny laharana finday samihafa (an’ny kaoperativa, ny tompon’ny fiara, ny mpitandro filaminana, sns) ho an` ireo fiara fitateram-bahoaka tsirairay avy mba ho fitaovana hanamorana ny fanenjehana avy hatrany ireo tsy manara-dalàna sy tsy manaja ny bokin’andraikitra saingy misy aza moa laharana efa maty no misoratra amin` izany. Eo amin` izay fanajàna ny zon` ny mpanjifa izay indrindra ho an` ny zokiolona dia hatramin` izay vitsy ireo fiara fitateram-bahoaka no nanaja ny karatra maitso. Izany fitaovana izany dia ahafahan’ireo zokiolona mahazo fihenam-bidy, toy ny saran-dalana amin’ny taxi-be. Manoloana izany dia mbola naato aloha ity karatra ity, araka ny nambaran` ny teo anivon` ny minisiteran` ny mponina, satria misy fepetra sy dingana mbola tsy feno. Ao anatin` ny famolavolana drafitra ny ministera sy ireo voakasika izany amin` izao fotoana izao, hoy hatrany ny fampitam-baovao

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoFiravaka volafotsy indray no alain’ny mpanendaka

Mila mailo hatrany isika tia manao firavaka eto an-drenivohitra, indrindra fa ny vehivavy.

 

Raha efa tsy misy manao firavaka volamena intsony ny rehetra amin’izao rehefa hivoaka ny trano noho ny tahotra ireo mpanendaka dia any amin’ny firavaka volafotsy indray ireo tsy mataho-tody no manampatra ny fahaiza-manaony. Tovolahy kely iray no tratran’ny polisy nandrirotra rojo volafotsy teny an-tendana Ramatoa iray tao anaty taxi-be teny amin’ny parking 67 ha ny 06 oktobra lasa teo. Nandritra ny fotoana nijanonan’ilay taxi-be no nisehoan’izany ka lasa nitsoaka ilay tovolahy avy eo. Soa ihany anefa fa tsy lasa lavitra ity farany dia tratran’ny polisy ka nentiny nanaraka azy avy hatrany. Mbola hita teny amin’ilay tovolahy moa ilay firavaka nosintoniny ka naveriny tamin’ilay Ramatoa tompony izany. Natolotra ny fitsarana afak’omaly alarobia ny tovolahy.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Paul Rabary“Tsy ho eo mandrakizay ny mpitondra”

Ilaina isika mivoaka amin’ny fepetra ara-pahasalamana satria ny Covid 19 dia toy ny aretina rehetra.

 Ny filoha amerikanina izao avy tratra. Izany hoe tsy misy afaka hihambo hoe tsy ho tratrany. Mitsabo tena ianao dia rehefa tsara vintana dia tafavoaka soamantsara. Raha tsy izay moa izany dia Andriamanitra no tompon’ny aina. Ny zava-dehibe dia hoe raiso toy ny aretina rehetra io. Misy ny fitsaboana. Misy ny fiarovana. Anjaran’ny tsirairay no tsy maintsy miaro tena mba tsy hiverenan’ny aretina. Tsy ny Covid ihany fa ny aretina rehetra. Toy ny hoe te hiaro tena amin’ny homamiadana ianao dia tsy mifoka sigara. Miaro amin’ny aretin’aty dia tsy misotra toaka. Tsy ny Covid no tokony hampijanona ny raharaham-pirenena na raharahan-toekarena sy sosialy sy ny rehetra. Tsy fiainana ny Covid fa aretina eo amin’ny fiainana. Mila miezaka mameno ny banga rehetra ny olona satria nisy banga be teo amin’ny sehatra misy azy. Tsy midika ihany koa akory, hoy hatrany ny tenany, fa rehefa misy ny hahamehana dia tsy misy ny demokrasia. Zavatra iainana isan’andro io ary tomponandraikitra ao ny olona rehetra. Tsy midika ho jadona ny fametrahana fitsipika fa eo fotsiny ilay hoe hatraiza no hahazakan’ny olona izay fitsipika izay dia hatraiza no hahazakan’ny mpitondra tsikera? Tsy misy demokrasia tonga lafatra fa manahirana io. Zavatra iainana io ka noho izany mila samy tompon’andraikitra ny rehetra. Tsarovy fa tsy ho mandrakizay no eo akory ny mpitondra, anjarany noho izany no mandanjalanja ny fanapahan-keviny sy ny zavatra ataony , hoy i Paul Rabary.

. Mirija

La Vérité0 partages

Affaire Eddy bois de rose - Le président de chambre à la Cour de cassation suspendu !

Rebondissement. Selon une décision du Garde des Sceaux et ministre de la Justice, le président de chambre à la Cour de cassation est suspendu de sa fonction jusqu’à la décision définitive sur l’action disciplinaire qui le concerne. La situation de ce magistrat doit être réglée dans un délai de 6 mois à compter de la date de la décision de suspension, d’après ladite décision. Une suspension qui prend effet à compter d’hier. La décision tient compte des informations parvenues au ministère de la Justice et ayant reçu les avis favorables émanant des chefs de Cour.

 

En revanche, le motif de la suspension n’a pas été communiqué. Coïncidence ou pas, cette affaire intervient dans un contexte de polémique autour de la Cour de cassation. Le ministre de la Justice est même sorti de son mutisme avant-hier pour taper du poing sur la table. En effet, un arrêt de la Cour d’appel, condamnant Eddy Maminirina ou Eddy Bois de rose à cinq ans de prison ferme, aurait récemment été cassé avec renvoi devant une autre Cour, et ce, après délibération au niveau de la Cour de cassation. Une décision aux motifs flous qui a ouvert la porte à toutes les suspicions. Dans la presse, Johnny Andriamahefarivo, le ministre de la Justice a indiqué avoir bloqué la décision de la Cour de cassation et saisi l’Assemblée générale de la Cour suprême. Il est fort à parier que la décision de suspension du président de chambre à la Cour de cassation s’inscrit dans la suite de cette affaire à polémique.

Pour rappel, Jean Eddy Maminirina était dans la ligne de mire des autorités judiciaires depuis plusieurs années. En 2017, le Bureau indépendant anti-corruption avait émis un avis de recherche à l’encontre de l’individu, suspecté dans une affaire de trafic de bois de rose. Il disparait des écrans radars jusqu’en 2018. Ce multimilliardaire est arrêté en février 2019 par la Police, sur réquisition de la Cour spéciale contre le bois de rose et le bois d’ébène qui a délivré le mandat d’arrêt. Depuis son arrestation, l’homme était derrière les barreaux de la maison de force de Tsiafahy.

En décembre de l’année dernière, à l’issue de son procès, il est condamné à cinq ans de prison ferme et d’une amende de deux milliards d’ariary. Son épouse écope de la même peine. Les six autres personnes inculpées ont été relaxées au bénéfice du doute.  Depuis Tsiafahy, Eddy Maminirina aurait demandé en vain, par l’intermédiaire de son avocat, une liberté provisoire en attendant son procès. Il a introduit une demande en cassation avec le résultat qu’on connaît désormais.

Le ministre de la Justice Johnny Andriamahefarivo semble en tout cas décidé à apporter un nouveau souffle au sein de la Justice. Une semaine avant la suspension de ce président de chambre à la Cour de cassation, trois autres magistrats avaient été suspendus eux aussi de leurs fonctions à savoir, deux de premier grade et un autre de deuxième grade, tous issus de la Cour d’appel du pays.  

La Rédaction

La Vérité0 partages

Onitiana Realy - Au centre d'une autre affaire de détournement de 22,6 milliards

C'est ce qui ressort, selon un document qui circule actuellement sous le manteau, d'un contrôle a posteriori effectué auprès du ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF) et portant sur des faits et pratiques observés durant les exercices budgétaires 2017-2018, plus précisément lorsque Onitiana Realy était à la tête de ce département. Une démêlée judiciaire de plus pour cette dernière puisqu'elle a déjà fait l'objet d'une interdiction de sortie du territoire en raison également d'une suspicion de détournement de deniers publics (voir notre édition du 27 août 2019).

 

Cette nouvelle affaire concerne deux activités différentes du MPPSPF: d'une part, les subventions octroyées à des Associations (compte 6565) et d'autre part, les frais induits par des événements et autres célébrations organisés par ce département (compte 2312 et 6221). Dans les deux cas, le mode opératoire est à peu près le même. Des pseudos bénéficiaires pour des travaux ou prestations fictifs. Les fonds débloqués à ces occasions sortent des caisses publiques pour atterrir au final et en grande partie dans les poches des fonctionnaires indélicats et leurs complices extérieurs.

En ce qui concerne les subventions destinées aux Associations, le préjudice financier de l'Etat s'élève à 3.977.172.000 ariary. La pratique consiste à recruter des personnes faciles à influencer, non familiarisées aux procédures de gestion de fonds publics, voire même illettrées, pour les faire créer des Associations et les faire signer des conventions de partenariat. Une fois les conventions signées, les subventions sont virées dans le compte bancaire desdites Associations. Les présidents de ces dernières sont ensuite contraints à procéder au retrait, puis à rendre les fonds directement aux fonctionnaires concernés par la malversation ou à des personnes intermédiaires, dont certains sont des membres de la famille de la ministre.

Selon les dirigeants des Associations, afin de justifier l'utilisation du fonds, les agents du ministère confectionnent des rapports des activités qu'ils font signer par chaque président. C'est ce qui explique que les rapports des activités en question présentent des similarités tant sur la forme que sur le fond. D'ailleurs, lors de vérifications effectuées sur la matérialité de service fait relatif à des travaux HIMO (Haute intensité de main-d'œuvre), les responsables des Fokontany concernés ont nié la tenue de telles activités dans leur ressort respectif.

« Favoritisme, faux et usage de faux en écriture publique, abus de fonction et détournement de deniers publics »

Pour ce qui des célébrations d'événements, les préjudices financiers au détriment de la caisse publique s'élèvent au total à 547.800.000 d'ariary. Il s'agit de présentation de vœux, de célébration de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard de la femme, celle de la journée mondiale de la femme du 8 mars, (tous les trois en 2017), ainsi que les célébrations de la journée internationale des personnes âgées sur deux années successives (2017 et 2018).

Absence de pièces justificatives de dépense ou présentation de pièces relatives à un autre événement ; absence de rapport d'activité afférent à l'événement ; location fictive de salle, d'estrade ou de sonorisation ; paiements multiples pour un seul et unique événement ; prestations fictives, etc. Telles sont, d'une manière non exhaustives, les malversations perpétrées dans le cadre des célébrations d'événements organisées par le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme et ayant permis le détournement de la somme citée ci-dessus.

Au total, 4.524.972.000 ariary (soit plus de 22,6 milliards de francs) ont été détournés durant les exercices budgétaires 2017-2018. Interrogés dans le cadre du contrôle a posteriori, les agents publics concernés affirment avoir agi sous la pression de la ministre de l'époque, Onitiana Realy. C'est ce qui vaut à cette dernière d'être inquiétée actuellement pour « favoritisme, faux et usage de faux en écriture publique, abus de fonction et détournement de deniers publics ».

La Rédaction

La Vérité0 partages

CUA, une « nouvelle majorité » ?

Le navire battant pavillon « CUA » chavire-t-il vers le chaos ? A peine le navire atteigne la vitesse de croisière, en haute mer, que voilà une tempête l'attaque. Selon les informations véhiculées par les médias, une plate-forme donnant naissance à une « nouvelle majorité » émerge au Conseil municipal à Analakely. Une « nouvelle » qui provoque des houles et qui sème la zizanie.

 

L'atmosphère conflictuelle règne à l'Hôtel de Ville. D'une part, l'ambiance à l'intérieur du Conseil municipal d'Antananarivo s'échauffe. D'autre part, le torchon brûle entre le Conseil, du moins une bonne partie, et l'Exécutif. Le vote du budget primitif 2021, adopté en dernier ressort, a failli capoter. La « nouvelle majorité » composée des élus TIM, de Komba et de … l'IRK brandit la menace de non-recevoir. Avec un effectif total de 28 élus, TIM et consorts disposent entre leurs mains la faculté de tout saborder au Conseil municipal et par extension à la Mairie et enfin aux dépens de peuple. A la dernière minute, la « majorité » a opté pour un mode opératoire créditant la chaise vide  au moment même du vote. Ce qui a permis aux vingt-sept restants, la majorité amoindrie, d'adopter in extremis le budget. Etant donné qu'il s'agit ici d'un organe délibératif, la menace reste toujours réelle. Elle garde, en soi,  sa capacité de nuisance.

Une alliance contractée avec Ravalomanana à travers les élus de son parti, bien qu'elle soit ponctuelle, représente toujours une menace. D'après les comptes rendus des premières réunions du Conseil municipal, la coalition avec le TIM permit à la mouvance présidentielle de ravir le poste du président du Conseil et les sièges au sein du Bureau permanent. Mais il faut en permanence avoir en considération que la durée de vie d'une alliance avec la formation politique de l'ancien régime dépend étroitement de l'humeur de son président fondateur, le grand manitou Ravalomanana Marc. En général, cela ne dure qu'un seul … été ! Tout dépend de la direction du vent allant dans le sens ou non des intérêts personnels de Ravalo ou de son patrimoine direct.

La détermination du maire, Naina Andriantsitohaina, et son équipe à récupérer contre vents et marées le patrimoine de la Mairie ainsi que la démolition des constructions sauvages y était pour quelque chose. Ravalo n'a point du tout toléré le fait que le premier magistrat de la ville a osé  « toucher » à son bien personnel, la station MBS, à Anosipatrana et aussi détruire tous les box érigés un peu partout à Analakely. Les élus sous la bannière du TIM ne sont en réalité que des « marionnettes » agissant aveuglément au service des intérêts de Ramose, le président-patron. A noter que certains élus même au niveau du Parlement ont préféré quitter le navire au lieu d'être éternellement sous les ordres d'un commandant de bord en perte de vitesse sinon en voie de perdre le contrôle du bâtiment.

La trahison d'une élue de l'IRK au sein de cette « nouvelle majorité » doit interpeller sérieusement les têtes pensantes du régime. C'est un scénario qui risque de se reproduire ailleurs. La plate-forme Orange n'est pas à l'abri du danger surtout en ce moment où l'on aborde, d'ici peu, la seconde moitié du mi-mandat.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Président Rajoelina à Manakara - « Il faut revaloriser le miel malagasy »

Une filière porteuse dans la Région Vatovavy Fitovinany. Le Président de la République Andry Nirina Rajoelina a inauguré, hier à Manakara, l'extension de la miellerie Saint-Joseph de la société Senteur et Saveur du Monde (SSM). L'existence d'une telle infrastructure dans cette Région répond à la demande croissante de miel sur le marché international.

 

Le Président Andry Rajoelina a insisté sur la revalorisation du miel malagasy, notamment les produits de Manakara, au niveau international. « La production de miel dans notre pays était reconnue auparavant dans le monde entier. Il faut que nous retrouvons cette renommée d'où ma décision à travers le projet « Fihariana » de soutenir les apiculteurs afin qu'ils puissent moderniser leurs installations », a déclaré le Président de la République lors de sa prise de parole. C'est par le biais du projet « Soa Tantely » que Andry Rajoelina compte aider les producteurs locaux. Un budget de 1.297.700.000 Ar est réservé à ledit projet.

« Chaque bénéficiaire reçoit une chèque de 7 100 000 ariary. On se charge également de la formation qui débute la semaine prochaine et embrasse plusieurs domaines pour ne citer que la qualité et la gestion financière. Par ailleurs, nous avons remis vingt ruches par apiculteur afin d'améliorer le rendement. De plus, ces apiculteurs n'auront plus à s'inquiéter car nous leur avons déjà fourni un débouché », rapporte Faniry Razanamahenina, responsable de la filière miel dans le programme « Fihariana ». Ce qui fait la particularité de Manakara réside dans sa saison de miel. Si les autres régions récoltent le miel deux fois par an, Manakara arrive jusqu'à quatre saisons. « Cela est un vrai potentiel de la région. Les apiculteurs peuvent avoir jusqu'à 6 à 10 litres par mois s'ils sont bien encadrés. Leur revenu augmente en ce sens », poursuit Faniry Razanamahenina tout en rajoutant que l'existence de l'usine favorise le développement de la filière miel dans la Région.

Concernant la miellerie St-Joseph, cette entreprise utilisait auparavant une unité mobile dont la quantité de miel transformée se limite seulement à 60 tonnes par an. Dorénavant, elle dispose d'un atelier à la norme qui peut produire une quantité supplémentaire estimée à 100 tonnes par an. 188 apiculteurs issus de dix-huit Communes en sont les bénéficiaires directs. « L'extension de la miellerie de la SSM signifie qu'on élargit les zones de récolte et la quantité de production. Pour ce faire, nous travaillons avec 188 apiculteurs dans la Région. On se charge de la collecte, la transformation et la mise en bouteille. Nous approvisionnons principalement le marché extérieur notamment la Belgique, le Japon et les Etats-Unis », explique Laura Razanajatovo, gérante de la SSM. Désormais, le miel malagasy suit les normes adéquates pour le faire rayonner dans le monde.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Carte VISA MVola - Les avis des usagers divergent

Pendant que les uns émettent des retours négatifs, d'autres ont déjà trouvé des moyens pour faire fructifier leurs gains avec la carte VISA MVola. Les avis émis par les usagers du mobile banking MVola sur sa nouvelle offre sont particulièrement différents, plus d'une semaine après son lancement. « C'est un agent de MVola qui a fait toutes les différentes démarches d'activation de la carte, du moins la partie non-confidentielle. Puis, j'ai lu attentivement la note accompagnant la carte. J'ai exécuté dans les moindres détails toutes les recommandations. Mon solde MVola était suffisant.

En parallèle, j'ai également vérifié au préalable les différents plafonds. J'ai fait les essais sur  "  Floorplanner"  et sur "  Payeer.com"  , mais ma carte a été refusée à deux reprises. De mon point de vue donc, c'est une fausse carte VISA internationale tout comme celle d'une banque locale », s'indigne Tantely, un abonné de MVola. Alors que de son côté, une page sur les réseaux sociaux propose des formations pour tirer profit de sa carte VISA MVola. « Nous proposons des formations sur le booster de page avec la nouvelle carte MVola. Avec cette nouvelle technologie en effet, il n'y a plus besoin d'avoir un compte bancaire ou un compte Paypal », vante la page dans son post. Elle propose ainsi une application et un guide, tout en garantissant un retour sur investissements en moins d'une heure d'activité.  

Effectivement, avec une carte VISA internationale, certains usagers de MVola, à l'exemple de Tantely, s'intéressent surtout sur les avantages sur le plan international avec les achats en ligne, les différentes transactions à l'étranger et autres. De plus, dans ses communications, MVola a bien stipulé qu'il est désormais possible de payer des abonnements sur diverses plateformes numériques internationales dans plus de 200 pays comme Netflix, Amazon Prime ou encore Fortnite. « A l'activation de la carte, par mesure de sécurité, les transactions internationales mais aussi en ligne sont désactivées afin de les gérer au mieux. Toutefois, nos clients peuvent les activer et les désactiver à leur guise. L'objectif étant de garantir la sécurité des transactions comme nous l'avons fait depuis le début » rétorque Heritiana Andrianalisoa, directeur adjoint de MVola. « Pour les paiement sur internet, les clients doivent attendre au moins 24 heures après la liaison pour que la carte soit opérationnelle. Mais pour les autres services, elle est active tout de suite après », rajoute ce responsable.

En tout cas, comme tout nouveau service, les démarches et procédures sont encore en cours d'assimilation. Il faudra donc encore attendre quelques mois pour voir exactement les failles et les points forts de cette nouvelle carte bancaire.  

Rova Randria

La Vérité0 partages

Pièce radiophonique - Clotilde Raoilisoa n’est plus

Le monde de la pièce radiophonique et de la littérature malagasy est en deuil. Clotilde Raoilisoa est décédée hier à l’âge de 79 ans. Elle est victime d’un arrêt cardiaque. Même sans avoir vu son visage, tout le monde peut facilement la reconnaître par sa voix unique qui reflète sa personnalité. Beaucoup d’auditeurs sont d’ailleurs tombés amoureux de ses prestations vocales. Souvent, Clotilde incarne le rôle d’une mère de famille triste et vivant dans la pauvreté, tout en étant honnête et dévouée.

Pleine d’énergie et d’inspiration, elle n’était jamais entrée en scène avant que le résumé de l’histoire dans laquelle elle allait jouer un rôle lui a été présenté au préalable. D’après Sophie Ravelomanantsoa, sa collègue, outre sa ponctualité, elle était dévouée à son rôle d’actrice. « Pendant la mise en boîte, elle faisait comme si elle a vécu l’histoire. Parfois elle pleurait et tantôt elle riait ».

Il faut savoir que la plupart des nouvelles étoiles montantes de la pièce radiophonique puisent leur inspiration sur cette femme. Clotilde Raoilisoa est née le 1er mai 1941. Elle a travaillé en tant qu’actrice de pièce radiophonique au sein de la Radio nationale malagasy (RNM), ainsi que dans d’autres chaînes privées depuis 1965. Elle a joué aux côtés de Vahandanitra, Sophie Ravelomanantsoa, Solofo José, Nirina ou encore Clara. Malheureusement, bon nombre d’entre ses pièces, conservées dans l’enceinte de la RNM, ont été réduites en cendres durant les évènements politiques de 2009.

Cette année, des figures emblématiques de la scène malagasy, plus précisément celles œuvrant dans l’art traditionnel, se sont éteintes. Après Bakomanga et Ramahafadrahona, Clotilde a quitté ce monde pour rejoindre l’au-delà. Outre un grand héritage pour les amateurs de pièces radiophoniques, cette actrice a laissé derrière elle 6 orphelins. Selon le programme, son inhumation aura lieu demain à Ambohimanga.

L’équipe de la rédaction de La Vérité présente ses sincères condoléances à sa famille et ses proches.

Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Publication d’images et vidéos pédophiles - Tôlée générale sur les réseaux sociaux !

Lynchage virtuel dès la matinée. La majorité des internautes, notamment les Facebookers, étaient exaspérés en voyant des images et vidéos pédophiles, partagées en masse hier dès 7h du matin. Les publications viennent d’un compte actif sur Facebook, un homme d’une trentaine d’années en compagnie d’un garçon d’environ 12 ans, qu’il exhibe fièrement et exploite sexuellement. « Les légendes dans ses publications démontrent son côté pédophile et l’abus sexuel qu’endure le garçon, apparemment drogué vu ses yeux et son état faible.

Voir de telles barbaries envers un enfant m’est insupportable, d’autant plus que j’ai 3 garçons à la maison », nous confie Suzanne R., fonctionnaire résidant à Mahamasina. Cette mère de famille fait partie de ceux qui ont commenté et signalé le compte à la Gendarmerie et la Police nationale. Cette tôlée générale des internautes a porté ses fruits puisqu’un avis de recherche a aussitôt été lancé par la Police nationale, quelques heures après ce buzz.

Un réseau à démanteler

Les images et vidéos qui ont créé la polémique sur les réseaux sociaux ont servi de sonnette d’alarme quant à la présence d’un réseau de pédophiles à Madagascar. D’ailleurs, les publications sur le compte de l’auteur l’insinuent, en faisant souvent référence à son « groupe » et en demandant des vidéos dans lesquelles les enfants servent « d’objet sexuel ». « Ce n’est pas la première fois que l’on voit des images de pédophiles et des pédopornographies sur Facebook, mais celles publiées par cet homme dépasse toute tolérance. Il montre clairement le visage de sa victime, et s’en vente dans ses posts. Il encourage également ses pairs à en faire de même, en mentionnant leur groupe. Les Forces de l’ordre devraient démanteler ce réseau de pédophiles qui détruisent la vie des enfants et traumatisent les parents », s’exprime Lucien A., community manager.

Quoi qu’il en soit, de telles images portent atteinte aux bonnes mœurs, selon la loi en vigueur. Cette situation démontre également que les Malagasy ne tolèrent ni les pédophiles, ni les homosexuels.

L.R.

La Vérité0 partages

Meurtre de Danil Rajan - La Justice française saisie

Deux semaines après l’assassinat dans le centre commercial La City Ankorondrano du Franco-Indien  Danil Radjan (44ans), l’affaire prend une autre dimension. Sa famille, par le truchement de son avocat officiant en France, venait de saisir la Justice française. Devant des journalistes de l’Hexagone, Me Nicolas Goutx, mandaté par l’épouse de la victime pour saisir les autorités françaises, a répondu aux trois questions posées par les premiers sur les raisons de cette nouvelle tournure, sinon procédure.

 

A la question de notre consœur d’une publication française quel intérêt de saisir la Justice française, l’avocat a argué que, de par la qualité des victimes, car M. Danil Radjan et son épouse sont de nationalité française, il a souligné sur cette décision de la femme du défunt de le mandater pour saisir les autorités françaises.

Quant à la deuxième question sur l’intérêt d’une enquête miroir, l’avocat a répondu que « c’est quand on est français et que l’on est victime, c’est le soutien que peuvent apporter les autorités françaises, il devrait y avoir une automaticité entre l’infraction subie à l’étranger et l’action des autorités françaises ».

Et au même avocat de souligner que la procédure miroir est plus qu’une substitution, ce que l’on attend c’est une collaboration entre les autorités françaises et malagasy, donc entre les services d’enquête. De même, les moyens qui peuvent être utilisés par la justice française peuvent se révéler d’une efficacité redoutable et permettre l’avancée de l’enquête à travers des commissions rogatoires internationales, selon son avis.

A la troisième question de savoir comment se porte la famille de la victime, il déclare : « La famille en grande souffrance, épouse anéantie, un frère qui a été lui-même victime d’une infraction très grave y a peu de temps, il y a un mélange entre souffrance, entre colère, et l’attente de comprendre un mobile, pour l’instant inconnu,  mais nous espérons que la collaboration entre les autorités françaises et malgaches permettra de faire la lueur sur cette affaire, car comprendre le mobile, c’est non pas accepter, mais pouvoir peut-être envisager de faire le deuil », conclut-il.

Parallèlement à cela, l’avocat malagasy des proches du décédé a également rencontré la presse locale, hier. Me Miadana Ratsimba n’a donc pas caché sa désapprobation devant le fait que le propriétaire de la société de gardiennage, un étranger, étant le présumé cerveau de l’assassinat, n’a pas été incarcéré.

De son côté, Me Sahaliouth, l’autre avocat des Radjan, déclare détenir toutes les preuves. Ce dernier travaille actuellement avec des experts français, entre autres dans l’analyse de l’ADN, lequel fut envoyé en France. Les deux membres du barreau ont confirmé leur détermination à trouver jusqu’au bout la vérité sur cette affaire.

Franck R.

La Vérité0 partages

Patrimoine national - Le Tribunal d'Ambatondrafandrana fait peau neuve

Un lieu historique à Antananarivo. Le Tribunal d'Ambatondrafandrana, situé près du Palais royal de Manjakamiadana à Andohalo, fait désormais peau neuve. Ceci suite aux travaux de réhabilitation menés en quelques mois, sur un financement du ministère de la Communication et de Culture (MCC). « Ce site fait partie des patrimoines nationaux depuis 1978. Il se trouvait pourtant dans un état lamentable, faute d'entretien ces dernières années. La dernière rénovation remonte en 2006, assurée par l'association des amis du patrimoine.

Toutefois, la valorisation de nos patrimoines historiques fait partie de la politique du ministère, d'où les travaux de réhabilitation entrepris. D'ailleurs, quelques petits travaux, dont la peinture, ont pu être accomplis durant le projet « Tagnamaro » mené en 2019. Les grands travaux en bêton et en bois, dont la rénovation de la toiture, des piliers, du jardin ainsi que du prétoire, sont désormais achevés », explique Lalatiana Andriatongarivo, ministre de tutelle. C'était lors d'une visite sur les lieux, hier, pour constater les travaux effectués. Désormais, ce site est accessible au grand public. Il peut également accueillir des évènements culturels, dont ceux exposant l'Histoire. Des agents du MCC le gardent dans la journée, avant que des éléments des Forces de l'ordre prennent le relais la nuit.

Gestion assurée à travers le fonds « Lovako »

Plus de 170 patrimoines nationaux recensés dans tout Madagascar. Le MCC s'assure de leur gestion, à travers le fonds « Lovako ». Toutes les recettes collectées auprès des palais, musées et autres sites historiques sont versées dans cette caisse. Elles servent notamment à financer les travaux de réhabilitation de ces sites. « En partenariat avec les Directions régionales de la communication et de la culture, nous identifions deux à trois sites par région à réhabiliter. Les notables et leaders traditionnels participent également à leur identification, tandis que le ministère s'occupe de l'arbitrage. Les travaux y afférents ont déjà commencé et vont se poursuivre en 2021 », avance le n° 1 du MCC.

A titre d'information, le Tribunal d'Ambatondrafandrana étant l'ancien Palais de justice à l'époque de la royauté, depuis le règne du roi Andrianampoinimerina. La structure en pierre, ayant l'aspect d'un temple grec, a toutefois été construite en 1881 par l'architecte anglais John Parrett, sous le règne de la reine Ranavalona II. Son style grec ionique, avec les 16 colonnes, représente les 16 royaumes merina.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Baccalauréat 2020 - Aucun changement de centres d’examen autorisé !

L’année scolaire 2019-2010 a été impactée par la Covid-19. Il en est de même pour les examens officiels. Si lors de l’examen d’obtention du CEPE, les candidats ont été autorisés à passer toutes les épreuves auprès des Circonscriptions scolaires où ils ont été bloqués durant le confinement, cette fois-ci, les responsables de l’examen du baccalauréat demeurent intransigeants. Par le biais d’un communiqué, le secrétaire général du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), le Professeur titulaire Randriamasitiana Gil Dany, informe les futurs bacheliers qu’ils doivent obligatoirement se présenter au niveau des centres d’examen où ils se sont inscrits. Aussi, l’appel se fera deux heures avant le début des épreuves.

 

« Les deux heures représentent juste une anticipation des retards qui peuvent avoir lieu. D’ordinaire, les étudiants disposent d’une heure pour se préparer avant le début des épreuves. Actuellement, dans le cadre du maintien de la lutte contre la propagation du coronavirus, l’application des mesures de sécurité sanitaire doit être respectée, ce qui pourrait prendre plus de temps que d’habitude », explique un responsable au sein du MESUPRES.

Et d’ajouter que des responsables seront donc présents deux heures avant l’examen afin d’éviter tout rassemblement inutile qui ne respecterait pas la distanciation sociale d’un mètre.

Le SG du MESUPRES de rappeler le maintien des gestes de barrières sanitaires. Des organisations s’y rapportant sont déjà programmées, a-t-il précisé et que son département œuvre pour une bonne organisation de cet examen au niveau national. Particulièrement, pour l’université de Toamasina, à travers le service du baccalauréat, une séance de mise au point sur la gestion de cet examen officiel a eu lieu avant-hier. Cette séance de travail a permis aux participants de discuter autour de l’uniformisation des épreuves en se servant des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (nTics).

164 338 candidats répartis dans 6 924 salles d’examen

Cette année, l’examen du baccalauréat recense 154 197 candidats pour l’enseignement général et 10 141 autres pour l’enseignement technique, soit 164 338 candidats en tout. Suivant le tableau récapitulatif des effectifs de candidats, établi par le MESUPRES, Antananarivo enregistre plus de candidats avec 70 537 inscrits dans toutes filières confondues. Cette zone est suivie par Toamasina qui compte 23 973 élèves voulant décrocher ce diplôme qui permet d’accéder aux études supérieures. Toujours d’après les statistiques du ministère, ces candidats seront répartis dans 6 924 salles d’examen mises en place dans les 6 Provinces.

Recueillis par K.R.

Midi Madagasikara0 partages

Emeutes à Fianarantsoa : Sept présumés cerveaux arrêtés et à déférer au parquet

L’affaire portant sur les violentes émeutes qui ont lieu dans la ville de Fianarantsoa le 25 septembre dernier n’est pas encore terminée. Pour rappel, elle concerne un soulèvement populaire qui s’est soldé par la destruction des deux camions de la commune urbaine de cette capitale du Betsileo, suite à des jets de pierres de manifestants. Les forces de l’ordre de la localité, à savoir la police nationale et la gendarmerie nationale, ont poursuivi leur enquête relative à cette affaire. Celle-ci a permis d’arrêter sept personnes soupçonnées d’être impliquées, et d’être même les principaux fauteurs de troubles à l’origine de cette pagaille. Ces individus seront incessamment déférés au parquet. Il est à noter que ces émeutes ont eu lieu après que des agents de la commune urbaine de Fianarantsoa soient venus exécuter la décision de la municipalité, ordonnant la démolition de toutes les constructions illicites bordant la route nationale numéro 7 (RN7) dans le quartier de « La Vallée », localisé au niveau de l’enceinte de la société Descours Cabaud. Des constructions occupées par des marchands depuis plus d’une dizaine d’années. Ces derniers se sont opposés à cette décision, dont l’objectif consiste à appliquer le plan d’urbanisme de la ville, après avoir obtenu gain de cause auprès du tribunal administratif, en réponse au recours entamé par ces marchands contre ce projet de la mairie. Ce 25 septembre aux environs de 8 heures, une foule en furie munie de banderoles attendait déjà l’arrivée de ces agents de la commune. Une fois sur place, le personnel de la commune a été accueilli par des jets de pierres. Pour calmer la situation, des éléments des forces de l’ordre ont été obligés d’intervenir, mais aucune arrestation n’a été effectuée sur le coup.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Vono olona tao Tsaramandroso Toamasina suburbaine : Milaza ny tsy hanaiky mora ny fianakavian’ilay rangah...

Nitrangana vono olona tao amina tokantrano iray tao amin’ny fokontanin’i Tsaramandroso Toamasina Suburbaine. Raim-pianakaviana iray 79 taona no novonoin’ireo andian-jiolahy tamin’ny famelezana azy hazo teo an-damosiny sy teo amin’ny fara-hatony. Ny zanany lahy kosa vaky loha noho ny daroka nahazo azy, nandritra ny fanafihana azy ireo. Tao amin’ny fokontany Tsaramadroso Maromaniry C2 Ambodisaina, kaominin’i Toamasina Suburbaine nitrangan’izany fanafihan-jiolahy izany. Nambaran’ireo mponina sy ireo andrimasom-pokonolona manao fiambenana alina, dia ny fisian’ity trano fanaovana “jiromena” na trano fampandihizana iray ao an-toerana no mahatonga ny firogatry ny asan-jiolahy noho ny gaboraraka misy. Lazain’ny mponina hatrany, fa miseho matihatita amin’ny mpitandro filaminana sy ireo olom-panjakana ilay tompon’ny trano fandihizana ka manao izay saim-patany amin’ny asa fampandihizana ataony. Efa voasambotra mikasika ity vono olona tao Tsaramandroso ity, saingy mitaky fanadihadiana lalina sy fampiharana ny lalàna amin’izay tafiditra – mifaningotra amin’izao raharaha izao, ny fianakavian’ny namoy ny ainy sy ireo olona mpitondra eny ifotony. Efa eo am-pelan-tanan’ny zandary avy amin’ny “Brigade Ville” Toamasina renivohitra ny famotorana ny raharaha amin’izao; ary mitaky ny fampiharana ny lalana misy eo anivon’ny fitsarana ho an’ireo mpamono olona, ny fianakavian’ny maty. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’izao raharaha vono olona tao Tsaramandroso izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Ambodimanga-Betsiboka : Fifamaliana tao anaty « Bar. », lehilahy iray maty voatsindron’antsy

Namoy ny ainy ny lehilahy iray tany amin’ny fokontanin’Ambodimanga-Betsiboka, ato antin’ny kaominina Maevatanàna faharoa, ny Alatsinainy lasa teo. Iny nisotrosotro tao anaty « Bar » tao izy roa lahy ireto; izay efa somary mamomamo avy no nisy hevitra tsy nitovy, ka raikitra teo ny fifamaliana teo amin’ny roa tonta, nony voatsindrona antsy tampoka, tokony ho tamin’ny enina ora sy sasany hariva teo ny  namany. Vokany: maty tsy tra-drano ilay lehilahy, ka lasa nitsoaka nandositra kosa ity nahavanon-doza rehefa hitana fa nitsirara sy nihosin-drà ny namany. Taitra ny olona teo amin’ny manodidina raha nahita ny  zava-niseho, ary raikitra ny fanenjehana ny nahavanon-doza, ka efa lasa lavitra vao tratran’ireo olona eo amin’ny manodidina izy, efa natolotra ny Zandary any an-toerana. Nezahina nentina namonjy hopitaly teto Maevatanàna kosa ilay lehilahy, saingy  tsy tana intsony ny ainy. Nidina tany an-toerana avy hatrany ny tompon’andraikitra any an-toerana raha vao nahazo antso . Raha ny fantatra, dia efa mandeha sahady ny marimaritra iraisana ataon’ny fianakaviany nanindron’antsy amin’ireo olona manana ny maty. Manao fivoriana matetika ny fianakavian’ny an-daniny sy an-kilany handaminana ny raharaha. Eo ihany koa ny tsy faneken’ireo fianakavian’ny maty ny fandaminana. Etsy an-kilany efa mandeha ny famotorana ataon’ny Zandary ao amin’ny biraon’ny borigady eto Maevatanàna ary natolotra ny fampanoavana omaly maraina ka efa nidoboka any am-ponja vonjimaika miandry ny fotoam-pitsarana, hoy hatrany fampitam-baovao voarainay.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Fin de mandat le 21 janvier 2021

Il reste trois mois et deux semaines de mandat aux membres actuels de la chambre haute.

Les premières gouttes de pluie tombées ces derniers jours relancent le débat, voire la polémique sur la tenue des sénatoriales en dehors de la saison sèche. 

« Le scrutin doit se tenir durant la saison sèche de l’année, entre le 31 mai et le 30 novembre, sauf cas de force majeure prononcée par la juridiction compétente sur saisine de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ». Au regard de ces dispositions de l’article 52 alinéa 1er de la loi organique relative au régime général des élections et des référendums, la CENI aurait dû saisir au préalable la HCC avant de proposer au gouvernement la date du 11 décembre pour la tenue des sénatoriales. 

Facteur climatique. D’ailleurs, il y a eu un précédent avec les précédentes sénatoriales qui s’étaient tenues le 29 décembre 2015, c’est-à-dire en pleine saison des pluies, et pour lesquelles la CENI avait adressé une requête aux fins de constatation d’un cas de force majeure auprès de la HCC, « la seule à pouvoir accorder une dérogation ».La haute juridiction présidée par le même Jean-Eric Rakotoarisoa avait constaté et prononcé le cas de force majeure pour accéder à la demande d’organisation des élections sénatoriales durant la saison des pluies. En considérant notamment que « les élections sénatoriales sont organisées au suffrage universel indirect, avec un collège électoral restreint constitué par les conseillers municipaux ou communaux et les maires ; le facteur climatique ne devrait pas être un obstacle dirimant à l’organisation du scrutin ».

Date limite. Pour les sénatoriales du 11 décembre 2020, le collège électoral est toujours constitué par les seuls maires et conseillers municipaux ou communaux, faute d’élus régionaux. Concernant le cas des communes dont le sort est lié aux requêtes en cassation auprès du conseil d’État, ce dernier va tout faire pour évacuer le contentieux relatif aux élections municipales et communales avant le 11 novembre, date limite pour la clôture de la liste des grands électeurs. De toute façon, le collège électoral ne pourra pas être au grand complet, puisque les quelques élections partielles ont peu de chance de se tenir avant le 11 décembre. Qui plus est, il n’est pas exclu que les résultats des partielles fassent de nouveau l’objet de contentieux.

Echéance. Pour en revenir au scrutin du 11 décembre, le défaut de saisine de la HCC par la CENI pourrait être couvert si l’on peut dire par l’article 52 du même code électoral, qui dispose que « le scrutin se rapportant à tout mandat arrivant à terme se tient dans le respect de la date de l’échéance de celui-ci, indépendamment de la saison (…) ». La proclamation des résultats officiels des sénatoriales du 29 décembre 2015 ayant eu lieu le 22 janvier 2016, le mandat de cinq ans des élus sortants de la chambre haute expire donc le 21 janvier 2021 à minuit. Ce qui explique l’organisation des nouvelles sénatoriales en dehors de la saison sèche, comme c’était déjà le cas pour les deuxièmes tours des présidentielles du 20 décembre 2013 et du 19 décembre 2018. La saison des pluies n’a pas fait tomber à l’eau les deux scrutins, comme elle n’a pas empêché les candidats de mouiller leur chemise.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : La politique extérieure du temps de Philibert Tsiranana

Dès l’accession de Madagascar à l’indépendance, le premier président de la République  Malgache s’affirme comme l’un des plus fervents des artisans de la coopération avec l’ancienne puissance coloniale et entretenait une relation étroite avec des gouvernements souvent critiqués par ses homologues africains.

Le 2 avril 1960, Tsiranana  signe à Paris avec le Premier Ministre Debré  les accords Franco-malgache de transfert des compétences. En octobre 1960, il effectue sa première visite officielle en France. Le château de Champs-sur-Marne, où le Général de Gaulle recevait ses homologues africains, a été réaménagé pour recevoir le numéro Un malgache.

Résolument tourné vers le continent noir, Philibert Tsiranana, qui proclame en 1960 l’indépendance de la République de Madagascar,  avait fait un choix, arrimé la Grande Ile à l’Afrique en général et à l’Afrique francophone en particulier. Avec le général Charles de Gaulle, il a un lien passionnel. Ce à quoi  il s’emploie après l’accession de Madagascar à la souveraineté internationale. Tsiranana a gardé une relation très étroite avec la plupart des anciennes colonies françaises en Afrique.  Ainsi,  Madagascar et des Etats de l’ancienne Afrique Occidentale Française et de l’ex-Afrique Équatoriale Française  ont fondé l’OCAM (Organisation Commune Africaine et Malgache).  Philibert Tsiranana, Léopold Sédar Senghor et Félix Houphouët-Boigny, « formés à la vie politique sur les bancs des assemblées parlementaires françaises, ont une philosophie politique commune « .

Théâtre de la Guerre froide, l’Afrique est scindée en deux, les pays communisants  influencés par l’Union Soviétique et ceux  partisans du libéralisme économique. Anti-communiste, Tsiranana bascule vers la politique occidentale. Il soutient la politique algérienne  de la France, et l’intervention des troupes françaises au Gabon pour rétablir Léon M’Ba au pouvoir.

Philibert Tsiranana entretient une relation avec l’Afrique du Sud, attitude qu’il lui vaut de nombreuses critiques sur le continent noir. Il entretient également une excellente relation avec l’Israël, qui n’est pas non plus accepté  par les pays du Maghreb.

De 1960 à 1972, Madagascar se range dans le rang des pays libéraux . Les relations avec les pays occidentaux ont été fructueuses. Néanmoins, la Grande Île a été vue de mauvais oeil par certains pays africains. L’Union Africain dont Kwame Nkrumah rêvait, n’était pas cette « Afrique libre » que pensait Philibert Tsiranana.

Recueillis par Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de la sécurité publique : 5 nouvelles nominations

Une nouvelle tête prend les commandes de la direction de la police économique auprès du ministère de la sécurité publique. Il s’agit du contrôle général Georges Evariste Razafindravonona, qui vient d’être nommé par le conseil des ministres du mercredi dernier. Le commissaire principal  Hary Jaona Rabary devient, lui, directeur des renseignements et du contrôle de l’immigration et de l’émigration, auquel est rattaché le service des passeports au niveau de ce ministère. La direction des opérations de sécurité a été confiée, en revanche, au commissaire divisionnaire Jean Tidahy N’diaye. Les nouveaux directeurs régionaux de la sécurité publique à Analanjirofo et Alaotra Mangoro, ont été également nommés. Il s’agit respectivement des commissaires principaux Liva Stéphane Lekira et Faly Rakotoarijaona.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : L’EFCA recrute des jeunes joueurs

Le président et le responsable technique de l’EFCA.

La commune Antehiroka sera dotée d’une nouvelle école de football dénommée « Ecole de foot Christian Antehiroka » (EFCA). Comme son nom l’indique, il s’agit d’une initiative de Christian Rakotoarimanana, très connu dans le monde du football, de sa collaboration avec ses coéquipiers à savoir Illico Ramananaivoarijaona alias Côcô, un ancien coach de l’Elgeco Plus et un autre joueur qui était un ancien gardien de but des Barea. Pour son lancement officiel, les dirigeants recrutent des jeunes joueurs pour étoffer ses membres. Une séance de détection sera, cependant, organisée demain sur le terrain Don Bosco Ivato. Tous les jeunes peuvent tenter leur chance.

« En effet, ce test sera réservé aux candidats âgés de 13 à 19 ans. Pour les moins de 13 ans,  ils pourront de suite intégrer le groupe. Pourtant, l’effectif est très limité pour qu’on puisse les suivre individuellement. Pour les critères, les participants doivent être, d’abord talentueux, prêts à s’intégrer dans l’école et d’aller loin en ayant un but », a précisé le responsable technique, Illico Ramananaivoarijaona.

Avant tout, cette école de football se veut être un projet à forte valeur ajoutée sociale et pédagogique. Ainsi, elle met tout en œuvre pour aider les jeunes à atteindre leur rêve de devenir un jour des joueurs professionnels. « On constate que le niveau de nos jeunes est encore faible. C’est pourquoi on a l’objectif d’initier les jeunes moins de 19 ans aux pratiques et maîtrises du ballon rond, de préparer la relève avec un bon niveau technique», a-t-il ajouté. Avec la méthode de football moderne qu’elle voulait mettre en place, l’EFCA espère amener ses protégés aux grandes compétitions.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Fonds d’intervention pour le développement : Un financement de 514,08 millions USD de la Banque mondiale...

Le point sur la protection sociale à Madagascar avec le Fonds d’intervention pour le développement. (Crédit photo : Midi Madagasikara)

Hier matin, le Fonds d’intervention pour le développement (FID) a présenté aux journalistes ses activités de 1993 jusqu’à aujourd’hui, lors d’un séminaire au Motel Anosy. L’association privée d’utilité publique a géré 514,08 millions USD, un financement de la Banque mondiale depuis son existence, et ce en dehors des autres financements provenant d’autres entités comme l’Unicef ou le ministère de l’Education nationale. 

Pour rappel, le FID a été appelé à accompagner les efforts du gouvernement en 1993 pour atténuer les effets induits par les mesures d’ajustement structurel de l’époque, notamment les conséquences économiques et sociales du passage au régime capitaliste. Après divers programmes d’accompagnement des PME, des collectivités, et des populations, l’association a grandi et a acquis de l’expérience pour soutenir les familles vulnérables du pays. Aujourd’hui, le FID est placé sous la tutelle de la Primature et considéré comme le promoteur de l’expertise locale et du développement au niveau communautaire. 

Réalisations. Depuis 1993, le FID a eu à gérer quinze projets financés par la Banque mondiale. Dans un premier temps, le Fonds social qui a coûté 10 millions USD entre 1993 et 1996 ; et la suite qui a bénéficié de 45 millions USD de plus de 1996 à 1999. Au vu des nombreux projets qui ont été confiés à cette entité, on peut même dire que les techniciens de l’association n’ont jamais chômé. Programmes communautaires, dégâts cycloniques, programme de développement communautaire, politique nationale sur la décentralisation et la déconcentration, et bien d’autres encore, figurent parmi les projets financés par la Banque mondiale et assurés par le Fonds d’intervention pour le développement. Dernièrement, les projets qui ont fait le plus d’échos dans les médias sont le programme d’urgence de sécurité alimentaire et de protection sociale ; les filets sociaux de sécurité ; et les réponses aux catastrophes. Dans ces projets figurent  « Vatsin’Ankohonana », un système de bourse familiale permettant aux familles vulnérables d’envoyer leurs enfants à l’école ; le transfert monétaire  « Fiavota » à destination des populations du Grand Sud ; ou encore les  « Filets sociaux productifs», ou  « Asa Avotra Mirindra », dont le but est d’appuyer la productivité agricole et la préservation de l’environnement dans les communautés locales. Ces derniers programmes couvriraient 5 % de la population malgache actuellement, selon ce qui a été dit lors du séminaire d’hier. Ce qui est encore loin de l’objectif de 15 % de la population, dont plus de la moitié vit dans une extrême pauvreté. 

Suite.  Les programmes de protection sociale du FIDse poursuivent jusqu’à maintenant. Ceux qui ont déjà pu bénéficier des transferts monétaires recevront leurs fonds très prochainement, selon les explications des responsables. Par ailleurs, d’autres programmes sont en cours d’élaboration mais les détails n’ont pas encore été donnés. Avec tous les projets qu’il a pu mener depuis, le FID est conscient que les résultats ne sont pas palpables par le grand public en raison de l’éparpillement des zones d’intervention. Néanmoins, les techniciens affirment que le changement est bien présent, au niveau local. « Vous savez, il faut aussi l’effort de tous, la contribution de tous les secteurs et de tout un chacun pour vraiment métamorphoser les choses. La protection sociale ne peut être l’affaire d’une seule personne ou d’une seule entité », nous ont expliqué les deux intervenants du FID. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Alasora : Un homme tué durant le vol de sa moto

Arrêtés pour vol suivi de meurtre, quatre individus ont été placés sous mandat de dépôt à la maison de force de Tsiafahy après avoir été déférés au parquet du tribunal de première instance Anosy, le 6 octobre dernier. Les prévenus ont été poursuivis pour avoir tué le propriétaire d’une moto qu’ils ont volée dans la nuit du vendredi 2 octobre à Alasora. Cette nuit-là vers 20 heures, deux d’entre eux en train de pousser une moto avec des traces de sang ont été appréhendés par des éléments en patrouille du poste avancé de la police à Ampahibato, commune rurale Alasora. L’enquête a révélé que les individus n’étaient pas propriétaires du véhicule. La police a immédiatement décidé de remonter l’enquête et a trouvé un couteau taché de sang et un bois rond dans les environs. Le corps sans vie de la victime qui était dissimulé dans la broussaille a également été découvert. Le défunt était un habitant du quartier. Il était en route pour rentrer chez lui quand les malfaiteurs l’ont attaqué. Ayant reconnu leurs actes, les deux suspects ont dénoncé deux autres complices qui ont par la suite été arrêtés les 3 et 4 octobre. 

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Malaimbandy : Trois otages relâchés

La prise d’otages devient une pratique courante des bandits de grands chemins pour armer leur fuite. Dans la nuit de mardi, ils ne se sont pas limités à voler des zébus dans le fokontany de Mahasoa, mais ont également emmené avec eux une mère de famille et ses deux filles. Aussitôt alertés, les éléments de la gendarmerie, issus du centre spécial aguerrissement opérationnel basé à Malaimbandy, se sont lancés à leur poursuite. Les villageois ont aidé les forces de l’ordre pour trouver leur localisation tant les dahalo connaissent les coins et recoins du territoire et sont difficiles à appréhender dans leur fief. Les deux parties ont fini par se croiser après des heures et des heures de poursuite. Un accrochage a eu lieu avec comme bilan un dahalo blessé. Les otages ont été libérés dans la foulée.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Vie de parti : « Vonjy Iray Tsy Mivaky » remobilise ses militants

Après tant d’années de retrait de la vie politique, le parti « Vonjy Iray Tsy Mivaky » remobilise ses troupes. Dans ce cadre, le président national du parti, Christian Marojama Razanabahiny, effectue des tournées dans les régions et provinces pour redynamiser les bases. L’objectif est de mettre en place des démembrements du parti, et de préparer selon son président les prochaines échéances de consultation à suffrage universel direct. Le 3 octobre dernier, ce dernier a été dans la ville de Toamasina. D’autres rendez-vous sont également au programme pour les prochaines semaines. « Les tournées dans toute l’île ont été prévues au début de l’année 2020, mais l’agenda a été perturbé par l’urgence sanitaire qui prévalait dans le pays », a affirmé Christian Marojama Razanabahiny. Le bureau national du parti prévoit également de tenir le prochain congrès national du parti. Il est à noter que les sénatoriales du 11 décembre prochain ne sont pas encore dans la ligne de mire de ce parti fondé par Jérôme Razanabahiny Marojama.

Recueillis par Rija R. 

Midi Madagasikara0 partages

Doléances des enseignants : La grille indiciaire unique remise sur le tapis

Les enseignants malgaches revendiquent de meilleures conditions de travail.

Les enseignants malgaches entendent mettre en place un nouveau cahier de doléances. Pour cela, un comité a été mis en place pour la conception dudit  cahier si l’on s’en tient aux explications d’Huguette Rakotoarivony, coordonnateur nationale de la Coalition Nationale Malgache pour l’Education Pour Tous lors d’un entretien avec les journalistes hier. Un entretien qui rentre dans le cadre de la célébration de la journée mondiale des enseignants. Ainsi, les enseignants malgaches entendent mettre à jour la liste des doléances contenues dans le cahier en question. « La journée d’aujourd’hui (hier) consiste à voir si les doléances relatées en 2016 correspondent encore aux attentes des enseignants malgaches. Les enseignants se sont convenus qu’il y a des choses à changer et des ajustements à faire », a expliqué Huguette Rakotoarivony. Avant de citer quelques doléances sur les vingt contenues dans l’ancien cahier. Entre autres, la grille indiciaire unique, l’amélioration des conditions de travail des enseignants ou encore la dépolitisation de l’univers de l’enseignement malgache. Il conviendrait également de noter que quatre des doléances formulées par les enseignants malgaches en 2016 ont déjà été satisfaites par les autorités. Avec cette mise à jour, la liste des revendications des enseignants risque de s’allonger. Pierres angulaires de l’amélioration du système éducatif du pays, les enseignants malgaches mériteraient de meilleures considérations.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Présidentielle américaine : un deuxième débat plus constructif

Le deuxième débat de la campagne présidentielle américaine fut moins spectaculaire que le premier où les Américains ont pu jauger les deux prétendants à la présidence des États-Unis. Ce sont les deux vice-présidents républicain et démocrate qui ont croisé le fer après le face-à-face mouvementé de la semaine précédente. On attendait des échanges plus courtois et plus instructifs. Le ton adopté par Kamala Harris et Mike Pence fut parfois vif, mais il n’y eut aucun pugilat verbal. Les questions intéressant les Américains ont toutes été abordées, et les réponses fournies ont permis de connaître de manière plus approfondie les points de vue de chaque camp. Mais l’ombre de Donald Trump, se targuant d’être totalement rétabli, a plané sur ce débat avec ses multiples tweets.

Présidentielle américaine : un deuxième débat plus constructif

Ce débat se tenait après l’hospitalisation de Donald Trump, atteint de la Covid-19, et son retour triomphal à la Maison Blanche. La mise en scène spectaculaire de sa sortie de l’hôpital le montrant souriant et en pleine forme a surpris les Américains, mais elle n’a pas écorné son image de battant. Cela lui a permis de limiter l’impact de sa contamination à la Covid-19. L’entrée en lice des colistiers des deux candidats devait permettre de connaître de manière plus précise le contenu du programme de chaque camp. Avec Kamala Harris et Mike Pence, on devait s’attendre à des échanges plus policés et pouvoir connaître les avis de chacun sur des questions engageant l’avenir du pays. La vice-présidente démocrate fut dès ses premiers propos très incisive, puisqu’elle attaqua directement l’attitude de Trump sur le sujet de la Covid-19. Elle fut particulièrement sévère sur le bilan de cette pandémie aux États-Unis. Mike Pence laissa passer l’orage et se mit à vanter le système de santé américain. Il déplaça ensuite le débat sur le plan économique, attaquant le programme de Joe Biden, accusé de vouloir procéder à des augmentations massives d’impôts. Les questions de société ont été abordées, notamment celles des violences policières. Chacun a défendu fermement ses positions, la philosophie des démocrates étant différente de celle des républicains. À l’issue de ce débat, aucun véritable avantage n’a été constaté, malgré le chiffre de 59% d’avis favorables pour Kamala Harris dans un sondage de CNN.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

CUA – Budget rectificatif : Adoption sur fond de divergences

Le budget rectificatif de la CUA adopté sur fond de divergences.

La session extraordinaire du conseil municipal de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) a pris fin hier. Il a surtout été question de l’adoption du budget rectificatif 2021. Une session qui a été marquée notamment par des divergences de points de vue. Toujours est-il que 26 conseillers municipaux ont donné leur aval, dont 25 issus de l’IRK ainsi qu’un indépendant. De leur côté, les conseillers municipaux d’obédience TIM ont contesté le mode d’adoption ainsi que certains passages dudit budget. Pour prouver leur désaccord, ces élus TIM ont ainsi décidé de quitter la salle de réunion. Les conseillers Komba n’ont également pas adopté ce budget. D’ailleurs, ces derniers ont déposé une requête auprès du conseil d’État  pour désavouer la tenue de cette session extraordinaire. Or, selon des informations émanant de la CUA, 90% des amendements provenant des conseillers municipaux ont été considérés. Entre autres, les 10 000 ariary pour l’accouchement au niveau des centres de santé de base (CSB) II ont été supprimés. Par ailleurs, le conseil municipal va délibérer ce jour sur la stèle à l’effigie du professeur Zafy Albert, érigée dans l’enceinte du jardin d’Ambohijatovo. 

Recueillis par  Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Tence Mena : « Tsy miantoko Jaombla » fait fureur

Décidément, Lady Boss n’y va pas de main morte ces derniers temps. A peine sorti, le clip de « Tsy miantoko jaombla » atteint les cent-cinquante milles vues en 24h. Par ailleurs, il fait déjà l’objet de challenge sur les réseaux sociaux avec ce rythme endiablé tellement facile à retenir. Dans le cadre coloré de la Teinturerie, doublée d’une Tence Mena toujours sapée comme jamais, et bien sûr ses fidèles danseuses qui s’adonnent à des chorégraphies dignes des zumba en puissance, le tout semble séduire.Évidemment,le rapprochement entre les paroles de la chanson et les derniers rebondissements dans la vie privée de la chanteuse et de son ancien compagnon DJ Cool, ne fait que conforter les spéculations chez les internautes. Des spéculations vite démenties par l’intéressée. « Dj Cool était mon collaborateur depuis plusieurs années. », raconte-elle.  «  Réalisateur de mes clips, plusieurs de mes albums portent également ses signatures. Plus tard en 2018, il devient mon manager… On s’est battu côte à côte et on a fait des sacrifices ensemble donc…. La raison de notre rupture est tout à fait autre, d’autant plus que j’ai écrit « Tsy miantoko Jaombla » depuis longtemps. Mais c’est seulement aujourd’hui qu’il a été finalisé », souligne-t-elle. Un point qui mérite d’être clair.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Accès Banque Madagascar : Les actions d’IFC acquises par Société Générale Madagascar

Société Générale Madagascar a acquis les 13,6% d’actions d’Accès Banque Madagascar, détenues par l’IFC.

24% ! C’est désormais la part de la Société Générale Madagascar dans les actions d’Accès Banque Madagascar (ABM), après avoir acquis la part de la Société Financière Internationale.  Cette filiale de la Banque Mondiale chargé du développement du secteur détenait, en effet, une participation de 13,6% au capital de l’ABM. « La Société Financière Internationale a accompagné, en tant qu’actionnaire, le développement dynamique et les succès d’Accès Banque Madagascar, depuis 2007 et lui souhaite beaucoup de succès à l’avenir », a déclaré Marcelle Ayo, Country Manager d’IFC pour Madagascar, lors de l’annonce de la transaction. Pour l’institution française Société Générale, cette acquisition traduit un renforcement de son engagement dans le secteur des finances à Madagascar.« Cette démarche confirme la volonté de Société Générale Madagasikara, de contribuer davantage à l’inclusion financière et au financement de l’économie malgache allant des grandes entreprises jusqu’au secteur informel », a affirmé Zdenek Metelak, le directeur général de Société Générale Madagasikara. Certes, cette transaction traduit de bonnes perspectives pour l’ABM.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Kandreho-Betsiboka : Jiolahy tratra rehefa nifanenjehan’ny fokonolona

Tsy nanaiky lembenana anefa ny fokonolona, fa samy nivoaka ny trano ary nifanenjehana ilay olon-dratsy nikasa hanafika tanàna, ka dia tratra soa aman-tsara ary nentina tany amin’ny biraon’ny Zandary. Ny herinandro lasa teo no nisehoan’izany, tokony ho tamin’ny valo ora alina teo, tany amin’ny ambanivohitry ny disitrikan’i Kandreho ato anatin’ny faritra Betsiboka. Tokantrano iray any an-toerana no nokasain’ny jiolahy iray horobaina tamin’io ora voatondro etsy ambony io. Taitra ny tao an-trano rehefa nahita azy tampoka, ka niantso vonjy haingana. Nitsoaka ilay malaso. Rehefa  tsy nisy basy teny aminy, dia nifanenjehan’ny fokonolona malaky, lasa lavitra vao tratra ary nentiny avy hatrany tany amin’ny Zandary. Marihana, fa tsy nisy ny naratra na namoy ny ainy nandritra izany, no sady tsy nisy zavatra azon’ity olon-dratsy ity. Saron’ireo olona teny aminy moa ny sabatra lava lela sy ny mohara nentiny. Niaiky ny heloka vitany ny tenany nandritra ny fakàna am-bavany  azy. Natolotra ny famp      anoavana ny Alatsinainy maraina ny raharaha, ka voatery nampidirina am-ponja vonjimaika eny Ambodimadiro ny Maevatanàna.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Madirovalo : Vola sandoka mitentina 1,633,000 ariary saron’ny zandary

Telo lahy izy ireo no tompon’antoka tamin’ny fanaparitahana ireto vola sandoka, tany amin’iny faritra Boeny iny, saingy ny iray no tratra tao Madirovalo, ny talata lasa teo. Ireo tantsaha any an-toerana no ataon’izy ireo lasibatra. Anisan’izany ity rangahy iray nivarotra omby  tamin’ireo olon-dratsy ka sendra vola sandoka aman-tapitrisany maro.

Nitaraina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny zandary ao Madirovalo moa ity tompon’omby avy any Andavakoera ity. Marihana hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena fa vola mitentina teo amin’ny enina hetsy sy iray tapitrisa ariary teo ho eo no nanambazan’ireto olon-dratsy an’ity tantsaha ity ho takalon’ny ombiny anankiroa. Nanaiky izany ilay rangahy, nihevitra ny nahazo tombony betsaka angamba, kanjo dia izao tratry ny tsy nampoizina izao. Nogiazan’ny zandary avy hatrany moa ireo vola sandoka ireto ary natao ny fitadiavana ireo telo lahy voalaza ho nanaparitaka izany. Nandritra ny fikarohana sy ny fanadihadiana dia ny iray tamin’izy ireo ihany no tra-tehaka. Nambaran’ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary hatrany fa  mbola nahitàna vola mitentina eo amin’ny 33,000 ariary, vola sandoka avokoa tany amin’ity lehilahy ity. Ireo namany kosa dia mbola karohina fatratra any an-toerana. « Efa fantatra avokoa moa ny mombamomba azy ireo » hoy hatrany ny vaovao. Azo heverina, fa tsy ireo ihany no vola sandoka naparitak’ireto olon-dratsy  tany amin’iny faritra iny fa efa maro. « Entanina ny mponina ao anatin’ny faritra Boeny (Beseva, Amboanio, Andavakoera Madirovalo, Marosakoa, Ambatoboeny…) mba ho mailo hatrany » hoy hatrany ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenana. Ary iangaviana izay mahatsikaritra toe-javatra mampiahiahy na hafahafa mba hampandre haingana azy ireo na izay tompon’andraikitry ny mpitandro filaminana akaiky. Mampatsiahy hatrany moa  ireto farany, fa « mahavoasazy ny fanamboarana sy ny fitazonana ary ny fampiasàna vola sandoka ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi Joli

Un mélange de Rebika et Tarika Hasina au By Pass 

« Ny Vazon’ny tanana » se tiendra ce soir au « Le By Pass » à partir de 17 h. Au micro, les fêtards et fêtardes retrouveront des grands de la variété malgache : Rampal, Tonton Pà et José du groupe Hasina. Il faut s’attendre à une soirée soft de la part de ce trio vocal, deux générations de chanteurs qui ont atteint le top des charts à l’apogée de leur carrière.

A travers l’histoire de Kiaka 

Kiaka, le groupe de rock, investira la scène du Piment Café Behoririka aujourd’hui à 19 h avec la soirée « Tantaranay an-kira ». Vivement l’occasion de retrouver la bande à Nini pour les fans qui patientent depuis des mois. Le rock band a déjà réalisé un concert en ligne durant le confinement, mais il est difficile de remplacer un concert en live. Où la complicité du public avec le groupe reste brute et conviviale.

Mbola Talenta en roue libre

Le « 5e élément » à Ankadivato se réserve une soirée acoustique avec Mbola Talenta et deux de ses acolytes à 18 h. D’ailleurs, l’intitulé de la soirée résume parfaitement le concept, « Acoustique gasigasy ». Probablement, le groupe retrouvera des interprétations de ceux de légende comme Lôlô sy ny Tariny, Zopanage, Mahaleo et bien d’autres.

Le Taxi Be se réserve Smaven

Pour les amateurs et amatrices de rythmes, la nuit au discothèque « Taxi Be » Antanimena avec le chanteur Smaven, leur conviendra au mieux de 18 h à 23 h. Il s’agit d’un show case, mais connaissant ce pourvoyeur d’ambiance afrobeat, la piste ne tardera pas à s’émoustiller. Avec ses chansons comme, « Mafana », « Anao tiany », « Ambiance malailay » et des meilleurs.

Lego se remet en selle

Le retour d’une ancienne gloire de la variété en la personne de Lego au Jao’s Pub Ambohipo ce soir à partir de 16 h. Il a de quoi rendre nostalgique quand cet accordéoniste jouera ses titres à succès, « Birizity », « Moletsy », « Dadilahy », « Joby hely », etc… Selon les organisateurs, il y aura des artistes “surprises” qui vont l’épauler durant ce concert.

L’Hôtel de l’Avenue garde la tradition de l’after work

L’ « After work avec Dj Herwell’s » du mercredi à samedi à l’Hôtel de L’Avenue à Analakely est devenu une tradition dans la capitale. Les jeunes cadres, les jeunes branchés d’Antananarivo qui veulent conclure la semaine de la plus belle manière, en décibel sur la piste, avec l’un des meilleurs Djs actuel y trouveront une ambiance sans complexe.

Maminirina Rado

 

Midi Madagasikara0 partages

Pandémie Covid-19 : 1,1 million de morts dans le monde

Si la barre du million de morts a été atteinte il n’y a pas longtemps, le nombre de décès liés à la Covid-19 dans le monde se situe maintenant autour de 1,1 million, depuis que le bureau de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en Chine a signalé l’apparition de la maladie en décembre 2019. Le nombre de cas confirmés dépasse les 36 millions, avec toujours le plus grand nombre de cas enregistrés aux Etats-Unis (plus de 7,5 millions de cas), pays le plus durement touché en termes de nombre de morts et de nombre d’infections au coronavirus. Le Brésil est en seconde position avec 148 304 morts ; suivi de l’Inde (plus de 105 526 morts et 6 835 655 cas confirmés) ; du Mexique (82 726 morts et 799 188 cas confirmés); et du Royaume-Uni (42 592 morts et 561 815 cas confirmés).

À Madagascar, le nombre de décès reste à 235 tandis que celui des cas confirmés est de 16 654. À noter que le pays a réalisé 74 020 tests PCR depuis le début de l’épidémie et 8 507 tests GeneXpert.

Hanitra R.