Les actualités Malgaches du Mercredi 09 Août 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara417 partages

20 ans de gouvernance : Le Rwanda au summum de sa prospérité, Madagascar au fond de sa débâcle !

23 ans après le génocide, le Rwanda connaît un développement exorbitant. En 20 ans, Madagascar n’a connu que deux crises responsables de ce marasme économique et social.

Après le « score soviétique » de Paul Kagame, le président Rwandais s’offre un troisième septennat transitoire jusqu’en 2024 suivant la Constitution rwandaise amendée par le Sénat en 2015, car notons-le au passage, c’est seulement à partir de 2024 que ces nouvelles dispositions constitutionnelles entreront en vigueur, en l’occurrence, la durée du mandat présidentiel qui passe de sept à cinq ans.

Incomparable. Nous n’ignorons pas qu’en 1994, le Rwanda a été anéanti par la guerre civile entre les Hutus et les Tutsis, suivie du génocide de ces derniers. Mais Paul Kagame est surtout admiré par ses compatriotes et les observateurs étrangers grâce à sa détermination de reconstruire ce Rwanda annihilé de 1994. La reconstruction du pays – faite sur la base des accords d’Arusha – s’est basée sur la formation d’un gouvernement d’unité nationale qui exclut les partis favorables au génocide. Actuellement, il fait la fierté des Africains grâce à son développement à tous les niveaux. Pour en revenir au cas de Madagascar, comparé à celui du Rwanda, c’est comparer des incomparables. Entre 1994 et 2017, Paul Kagame – même s’il est étiqueté par la communauté internationale d’être un dictateur –  se préoccupe du bien de ses compatriotes. Mais pendant cette période, Madagascar a déjà connu deux crises qui n’ont fait que plonger le pays dans la pauvreté et la misère. Le président rwandais a su arranger la guerre civile dans son pays, contrairement aux dirigeants malgaches successifs qui ne sont même pas parvenus à conduire à bon escient le processus de réconciliation nationale.

Variable. Durant l’organisation de cette présidentielle rwandaise, les Etats-Unis n’ont pas attendu longtemps pour réagir et affirmer être « troublés » par des « irrégularités ». Dans un communiqué, la porte-parole du département américain, Heather Nauert, en parle : « Nous sommes troublés par les irrégularités observées au cours du scrutin et nous réitérons nos inquiétudes de longue date sur l’intégrité du processus de totalisation des votes, (…) le manque de transparence pour déterminer l’éligibilité des candidats potentiels ». Notons que ces élections ont été organisées par la NEC (car le Rwanda fait partie du RECEF ou Réseau des Compétences Electorales Francophones) et dont la compétence s’étend jusqu’à la proclamation des résultats définitifs. A priori, force est de reconnaître que l’approbation ou non d’une commission électorale varie d’un pays à l’autre. A Madagascar, par exemple, le processus électoral conduit par la Ceni ou Commission Electorale Nationale Indépendante est soutenu par la communauté internationale nonobstant le fait qu’elle fasse l’objet de nombreux critiques de la part des politiciens et de nombreux observateurs. Dirigeants têtus ou marionnettes ? Matière à réflexion.

Aina Bovel  

Midi Madagasikara364 partages

Faux et usages de faux : 30 mois de prison ferme et Ar 200 millions d’amendes pour Alain Ramaroson

Le verdict sur l’affaire de faux et usages de faux dans la vente d’un terrain à Ambohimangakely opposant Alain Ramaroson à des membres de sa famille a été prononcé. Hier, le Tribunal de première instance d’Antananarivo a condamné Alain Ramaroson à 30 mois d’emprisonnement ferme et à payer 200 000 000 d’ariary d’amendes au profit des plaignants qui ne sont autres que les descendants des cohéritiers de sa mère. La secrétaire de la commune de Behenjy, qui est poursuivie pour avoir facilité la falsification des documents utilisés dans ce méfait, est sursitaire de 30 mois d’emprisonnement avec obligation de s’acquitter de 60 millions d’ariary à titre d’amendes. Huit autres inculpés de complicité avec Alain Ramaroson, dont des démarcheurs sont acquittés purement et simplement.

Rappelons que ce politicien connu pour ses participations actives dans tous les mouvements populaires qui ont eu lieu dans ce pays est passé devant la barre le 1er août. Durant le procès, Alain Ramaroson a nié en bloc toutes les accusations portées à son endroit. Représentés par sa propre sœur, les plaignants l’ont poursuivi pour avoir falsifié les termes du testament sur le partage de ce terrain, objet de litige entre les personnes qui y ont droit, en sa faveur. Une machination qui lui a permis de vendre la part de ses cohéritiers à travers la création des faux actes de notoriété et de faux actes de décès. De fausses lettres de procuration également par lesquelles il a autorisé des démarcheurs à s’occuper de la vente de ce terrain. La secrétaire de la commune rurale de Behenjy est impliquée dans cette affaire, car la confection de certains de ces documents a vu sa participation. Pour se défendre, Alain Ramaroson a rejeté toutes les responsabilités à ses co-accusés. Par contre, ces derniers n’ont pas cessé de s’en tenir à lui en insistant sur le fait qu’ils n’ont fait que réclamer les dossiers nécessaires pour l’accomplissement de leur mission.

Pas de cumul de peine. Alain Ramaroson a déjà écopé de 12 mois d’emprisonnement ferme et 950 millions d’ariary d’amendes dans le procès sur une autre affaire du même genre, soit sur celle relative à un terrain sis à Andoharanofotsy dont le verdict a été prononcé le 25 juillet. Cette peine en matière d’emprisonnement a été déjà purgée en début de ce mois en cours si l’on se réfère à la durée son mandat de dépôt depuis le 2 août 2016. Puisque la législation malgache ne prévoit pas le cumul de peine en appliquant la peine la plus élevée, Alain Ramaroson n’a à effectuer que 18 mois de prison au lieu de 30 mois ordonnés par le juge hier. Cette réduction s’impose si son avocat ne va pas recourir en Appel.

T.M.

Tia Tanindranaza340 partages

Kolikoly avo lenta tany IsraelTafidi-kizo ny filoha Malagasy

Voatonona ao anatin’ny raharaha kolikoly mahasaringotra ny praiminisitra Israelianina Benyamin Netanyahou ny filoha Malagasy Hery Rajaonarimampianina, araka ny vaovao navoakan’ny Gazety Israelianina iray antsoina hoe “Le Temps”, nivoaka ny 6 aogositra lasa teo.

 Voalaza fa henjehina amina resaka kolikoly sy fanaparam-pahefana maro io praiminisitra io, ka nifanaraka tamin’ny fitondram-pajakana Israelianina ny Tale kabinetran’ity praiminisitra ity teo aloha, Ari Harrow fa vonona ny hijoro vavolombelona. Isan’ny raharaha goavana ny an’ny orinasa Israelianina misehatra amin’ny teknolojia avo lenta iray sy ny orinasa antsoina hoe H3 Global. Voalaza fa efa nandoa volabe 35 000 Euros tamin’ny H3 Global, izay an’i Ari Harrow io orinasa io mba hikarakaran’ity farany fihaonana manokana teo amin’ny filoha Malagasy Hery Rajaonarimampianina sy ny Praiminisitra Israelianina Benyamin Netanyahou ny volana jona 2014, ka nisy tokoa io fihaonana io. Ny olana anefa dia tsy tokony nanana andraikitra tao na mivantana na an –kolaka intsony ingahy Ari Harrow satria efa manana andraikitra politika amin’ny maha talen’ny kabinetran’ny praiminisitra azy. Tsy atao mahagaga raha nenjehan’ny fitsarana Israelianina izy ary izao tapa-kevitry ny hamoaka tsiambaratelo momba ny praiminisitra izao aty aoriana mba hanavotany ny tenany. Voafaritry ny làlampanorenan’izy ireo kosa anefa fa ny fanjakana no miaro azy raha manambara ny marina amin’ny fitsarana sy ny polisy satria lasa vavolombelom-panjakana izy amin’izany, ary tsy hohenjehina.

Fihaonana hafahafa

Voalaza fa hanaovana fanadihadiana lalina kosa ny mikasika ny dian’ny filoha Malagasy tany Israely ny taona 2014 sy ny tena tao ambadiky ny fihaonana, ka re fa isan’ny tao ambadiky ny fikarakarana izany ny orinasa antsoina hoe “NIP”. Raha ny resaka mandeha, dia io orinasa io no nifanaraka tamin’ny fanjakana Malagasy tamin’ny resaka fanamboarana karatra fahazoan-dàlana monina eto Madagasikara, fahazoan-dalàna mamily ho biometrika,… izay voalaza fa tamin’ny miliara maro ny fifanarahana. Hampitombo hatrany ny fahafaham-baraka sy ny tsy fahatokisan’ny mpamatsy vola sy mpiara-miombon’antoka amin’i Madagasikara ity tranga iray ity raha toa ka voaporofo fa tafiditra amina raharahana kolikoly ny filoha Hery Rajaonarimampianina.Andrasana ihany koa izay mety ho fanazavany ny tena zava-misy marina.

Toky R

 

L'express de Madagascar171 partages

Ando Rasolomalala : « J’ai failli arrêter le tennis »

Ando Rasolomalala vient d’aligner un troisième titre de rang, dimanche. Il poursuit sa résurrection après sa fracture du bras droit en 2014.

Champion de Madagas­car l’an dernier, puis champion de la section Tana Ville et d’Analamanga cette année, peut-on dire que vous êtes revenu à votre meilleur niveau, après votre blessure en 2014  ?Oui, effectivement, je me sens bien en forme. Après avoir été sacré champion de Madagascar à Antsirabe, l’an dernier, j’ai travaillé très dur pour atteindre mon prochain objectif, qui était de jouer à la Coupe Davis. J’ai pris part à la rencontre face à la Lituanie en février. J’ai continué à m’entraîner d’arrache-pied et cela a payé avec le titre lors du championnat de la section, puis dernièrement le titre de champion d’Anala­manga. Je veux tout gagner cette année. C’est un peu dommage que je n’ai pas gagné l’Open de la CNaPS.En 2014, vous vous êtes fracturé la main droite (Ndlr: Ando est gaucher mais joue le revers à deux mains). Comment avez-vous fait pour revenir  ?J’ai eu un accident à l’épo­que. J’avais très peur. Pendant ma rééducation, je me suis demandé si le tennis était fini pour moi. Je me suis renforcé puis j’ai repris l’entraînement quelques mois plus tard, quand mon médecin m’a assuré qu’il n’y avait plus aucun risque. L’Acsa m’a pris en charge et je lui en suis éternellement reconnaissant. Aujourd’hui, je pense que mon slice de revers s’est même amélioré après cette épreuve. Et mon revers lifté n’a pas perdu en puissance non plus.Au niveau psychologique, cela a dû être une période très difficile  ?À un moment, j’étais vraiment au plus bas moralement et j’avais pratiquement perdu espoir. Tout le monde m’a battu quand j’ai repris le tennis. Je me suis demandé si j’allais continuer ou non. J’ai vraiment failli arrêter. Mais malgré ma blessure, j’ai tout de même réussi à atteindre les demi-finales du championnat de Mada­gascar, en 2015. Ce fut un véritable déclic. J’ai alors senti que je pouvais revenir à mon meilleur niveau si je continuais à m’entraîner dur. J’ai fourni beaucoup d’effort depuis, autant pour travailler mon jeu que pour me renforcer physiquement.Un petit mot sur Mamy Ialy (Ratsifandrihamanana), que vous avez battu, dimanche au COT Ilafy, en finale du championnat d’Analamanga ?Mamy Ialy a bien joué durant cette finale. Il a tout donné. Et je l’encourage pour la suite. Je crois que si nous nous croisons de nouveau lors du championnat de Madagascar de la semaine prochaine, le match sera encore plus serré.Justement, quels objectifs vous fixez- vous pour les prochaines échéances  ?Le principal objectif sera de garder le titre en simple, en première série, acquis l’an dernier, en championnat de Madagascar. Après, j’ai atteint les quarts de finale de l’Open International en 2016. Je veux faire mieux cette année. On verra qui seront les étrangers invités à cette occasion.Propos recueillis par Haja Lucas Rakotondrazaka

Lire aussi :  Tennis - Ando Rasoloma­lala et Sariaka Radilofe impériaux
L'express de Madagascar166 partages

Mandrosonoro – Deux femmes otages des dahalo

Les deux femmes prises en otage lundi matin, à Soafiadanana sont toujours entre les mains des quatre-vingt dahalo.

 

Nouveau mode opératoire des dahalo. Quatre-vingt bandits détiennent toujours deux otages prises avant-hier, dans la commune rurale de Mandro­sonoro, 140km à l’ouest de la ville d’Ambatofinandra­hana. Les malfrats munis de fusils de chasse et d’armes blanches se sont emparés de six cents têtes de zébus dans cette zone et se dirigent actuellement vers leur repaire à Ampasimbe, dans le district de Mandabe, selon une source sécuritaire sur place.Dix-neuf gendarmes issus de la brigade de Mandrosonoro et d’autres éléments du peloton mobile porté (PMP) d’Ambatofi­nandrahana se sont lancés à la poursuite des dahalo. « Hier matin dans un village à Janjina, nous avons essayé de les prendre d’assaut, mais comme ils étaient nombreux, ils ont réussi à s’échapper avec le troupeau », a indiqué un lieutenant qui dirige l’opération avec le commandant de brigade (CB) locale.Il a fallu donner quelques longueurs d’avance aux bandits pour éviter une éventuelle exécution d’otages. Aucun blessé du côté de la gendarmerie n’a été constaté lors du premier accrochage.Stratégie infernale« Les éléments de la brigade de Fenoarivo et ceux du poste fixe d’Ambalahama­tsara ont été mobilisés pour le bouclage. Nous aurons toujours besoin de renfort pour prendre les fuyards en chasse », a indiqué le CB de Mandrosonoro.Au moins quatre vols de bœufs ont été perpétrés dans le district d’Ambatofinan­drahana en une semaine, y compris la commune de Mandrosonoro. « Les dahalo optent pour une stratégie infernale ces derniers temps, qui est le Firambany en terme local, ou enlèvement. Cette modalité nouvelle devient maintenant courant dans le vol de bœufs », a souligné un fonctionnaire dans cette localité.Depuis hier soir, lagendarmerie n’a aucune nouvelle des otages faute de réseau téléphonique sur les lieux isolés. La course-poursuite continue toujours pour essayer de sauver ces vies humaines en danger et pour récupérer les zébus volés.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara160 partages

Changement climatique : Le leadership des jeunes peut inverser la tendance

La promotion YLFCC 2017, photo FES.

S’il est actuellement impossible de se soustraire aux effets du changement climatique- dont l’Homme est en grande partie responsable-la fatalité n’est pas pour autant de mise.

Des études socio-environnementales ont prouvé que les jeunes, s’ils sont actifs et passionnés pour les causes environnementales peuvent contribuer à « l’éveil de la conscience collective » et contribuer ainsi à limiter les dégâts. En effet, la lutte contre les effets du changement climatique devient plus efficace quand la synergie des actions individuelles est effective. Pour mieux sensibiliser le public sur la nécessité de lutter contre le changement climatique en orientant la méthodologie vers le leadership des jeunes, le « Young Leaders Fighting Climate change » ou YLF_CC, propose une conférence-débat axée sur le thème : « La place des jeunes dans la lutte contre le changement climatique ». Organisée avec le concours de la fondation politique Friedrich Ebert Stiftung, la conférence se tiendra ce jour à 14h30 au « Chefs Avenue Lounge » du Café de la Gare. L’entrée est libre et tout le monde est invité à cogiter sur le thème, car la réflexion engendre l’action ! Interactive, la conférence fera intervenir tout un panel d’experts : Mme Samueline Rahariveloarimiza, expert en climat et changement climatique ; Mme Lovakanto Ravelomanana, doctorante en géographie ayant particulièrement étudié l’atténuation du changement climatique ; M. Serge Solo, « senior officer » du « Senior Officer, Governance and Social Development », du WWF et enfin, Sarobidy Andrianjatovo, YLCC et volontaire Fakotory.

Formation. Rappelons que la 1re session YLFCC, un des nombreux « training program » de la FES ayant trait au leadership a eu lieu du 27 au 29 avril de cette année. Elle a bénéficié à 20 jeunes malgaches âgés de 20 à 29 ans, issus des institutions étatiques et des organisations de la société civile dont les engagements pour la lutte contre le changement climatique ont été avérés. L’objectif est de contribuer à « l’émergence de nouvelles générations de multiplicateurs préparés à la participation dans la sensibilisation, le plaidoyer et les négociations sur le changement climatique », selon la FES.

Luz R.R

Madagascar Tribune148 partages

La loi sciemment ignorée

Le financement des partis politiques à Madagascar est une question qui mérite d’être posée. Il ne s’agit pas d’un seul, ni de deux, ni de trois mais de l’ensemble des partis malgache. Surtout en période ou du moins à l’approche des élections présidentielles de 2018.

Les observateurs internationaux ainsi que les partenaires de Madagascar avaient déjà interpellé les acteurs et surtout l’Etat en ce qui concerne le financement des partis politiques. Une question régie par la loi 2011-012 relative aux partis politiques, notamment par le chapitre VI de la loi qui énumère les provenances des fonds jusqu’à leur mode de gestion. L’article 36 de cette loi dispose en effet que «  la gestion des fonds alloués doit observer les règles de gestion qui seront définies par voie règlementaire. Toutefois, elle doit clairement faire transparaître les sources des fonds, leur destination et l’organe de gestion ». Le fait est que cette loi est simplement ignorée par la plupart des partis politiques malgaches et encore plus par l’Etat. En effet, l’Etat devrait contribuer aux financements des partis selon cette loi. Interrogé à ce propos, le président du parti Malagasy Miara-Miainga (MMM) Hajo Andrianainarivelo souligne le fait que l’Etat ne donne jusqu’ici rien aux partis du moins à ceux de l’opposition. D’ailleurs, le décret d’application de la loi n’aurait pas encore été pris jusqu’à maintenant. En outre, aucun contrôle ni suivi ne serait effectué en ce qui concerne la provenance des fonds utilisés par les partis, hors mis en ce qui concerne le blanchiment d’argent qui revient au SAMIFIN, le service de renseignement financier malgache. C’est une disposition qui devrait apparaitre dans la loi qui devait être révisée selon toujours le Président du MMM. « L’Etat ne semble pas vouloir assainir l’environnement politique à Madagascar » dixit Hajo Andrianainarivelo. Pourtant, aux articles 37 et 38 relatives aux partis politique, la loi dispose que la valeur, l’origine et l’utilisation des dons, emprunts et libéralités de source extérieure doivent être transparentes.

A ce titre, les partis politiques légalement constitués devront obligatoirement ouvrir un compte bancaire à leurs noms. (…) La transparence dans la gestion des ressources est de rigueur. Le parti politique doit tenir une comptabilité simplifiée et présenter annuellement un rapport financier. Des contrôles périodiques seront effectués sur les comptes de gestion des partis et ce, par le biais des juridictions financières. Les modalités d’application du présent article seront précisées par voie règlementaire ». Ce qui est loin d’être le cas actuellement. A l’approche des élections présidentielles de 2018, et surtout avec la multiplication de ceux qui se sont déjà déclarés candidats, la question mérite que l’on s‘y penche encore davantage.

Madagate134 partages

Hery Rajaonarimampianina. L’exemple d’un président corrompu enrichi par des intérêts israéliens

A un an de la fin de son mandat, le talent de corrompu de l’inimitable premier président de la IVème république de Madagascar -qui a réussi l’exploit, en près de 4 ans, à maintenir la Grande île de l’océan Indien dans le peloton des 5 pays les plus pauvres du monde (source: Banque mondiale)-, s’est révélé, d’Israël cette fois-ci, avec l’affaire Ari Harow, cet ancien conseiller spécial du Premier ministre Benjamin Netanyahou.

Dans sa livraison en anglais du 2 août 2017,  ynetnews.com relate:

EXTRAITS

(…) In February 2008, Ari Harow replaced Ayelet Shaked as Netanyahu's chief of staff. Two years later, he left due to health reasons.

During his time away, he started an international consulting firm providing lobbying services to states and different organizations.

In 2014, he was once again made the prime minister's chief of staff, replacing Gil Sheffer.

When he returned to the PMO, he signed a conflict of interest agreement in which he was made to sell his company for $3 million, but the PMO's legal advisor found out the buyer was not transferring the payments. Officials at the Justice Ministry suspected the sale was entirely fictitious. Later, the buyer announced it was canceling the sale agreement and Harow had to leave the PMO in 2015.

Harow resigned, and was arrested at the end of 2015 upon returning to Israel. Police recommended indicting him in February 2017.

A team of investigators from the police's Lahav 433 Investigative Unit recently returned from the US with new testimonies that reportedly further implicate Harow, likely leading to the current effort to turn him into a state witness.

Another issue under investigation is Harow's involvement in inviting Madagascar President Hery Rajaonarimampianina to a visit in Israel. Harow's consulting company, H3 Global, was involved in organizing the visit. Harow himself was present in the meeting between Netanyahu and Rajaonarimampianina. (…)

Bon tout cela ne dira rien aux Francophones. Heureusement que le journal helvétique, « Le Temps », publie, le 8 août 2017, un article plus compréhensible et plus détaillé:

EXTRAITS

Ari Harow, l’ami gênant de Netanyahou

L’ancien chef de cabinet du premier ministre a été placé sous le statut de «témoin d’Etat» dans le cadre des enquêtes pour corruption visant son ancien patron.

(…) Discret, taiseux, Ari Harow a en tout cas été au centre du «système Netanyahou» puisqu’il s’est occupé du financement des campagnes électorales du Likoud ainsi que du train de vie de son leader et des membres de sa famille. Consécration suprême, il est devenu son directeur de cabinet entre 2014 et 2015.

Vente fictive de son cabinet de consulting

Ce faisant, l’Israélo-Américain aurait dû, comme le prescrit la législation de L’État hébreu, abandonner la gestion de son cabinet de consulting, H3 Global, créé en 2010. Mais il en a organisé la vente fictive tout en continuant à le diriger en sous-main. Parmi ses clients figurait notamment une entreprise high-tech israélienne qui voulait conclure un contrat à Madagascar et qui a versé 35 000 euros à H3 Global afin que Ari Harow arrange une rencontre entre le leader du Likoud, qui ne le souhaitait pas, et le président de l’île. Pourtant, celle-ci a bien eu lieu en juin 2014. (fin de citation de l'article)

Plus exactement, le 8 juin 2014, si l’on se réfère aux photos légendées ci-dessous.

Plus personne n'a eu d'échos de cette chambre de commerce en Israël

Pour endormir tout un peuple, une chambre de commerce de Madagascar avait été inaugurée -dont personne ne connaît l’utilité exacte- et le communiqué officiel de la présidence malgache, à l’époque, avait fait allusion à une histoire de terres arables repris par les agences de presse internationales:

« Près de 18 millions d’hectares de terres sont encore disponibles à Madagascar, c’est ce qu’a affirmé la délégation malgache présente vendredi à Tel Aviv. La présidence malgache n’annonce pas de contrats, mais évoque seulement une rencontre avec des opérateurs israéliens ». Tout le monde, en effet, n’y a vu que du feu.

Or, en parallèle, des activités sans aucun appel d’offres s’étaient mises en branle, au nom des 3P et des projets présidentiels. En ce qui concerne l’entreprise high-tech israélienne, il s’agit de l’entreprise Nikuv International Projects ou NIP qui, selon un article de Jeune Afrique, a été créé par des anciens agents du Mossad (l’une des trois agences de renseignement d’Israël, avec le Shabak et l'Aman) dont le ministre responsable est le Premier ministre Netanyahou.

Plus fort encore, à Madagascar, l’entreprise NIP a fait des petits et de manière tout à fait officielle. Je parie qu’avant d’avoir lu ce dossier, vous ignorez tout çà. Voici les preuves:

NIP FARMING! Faut-il, dès lors, se demander où vont les zébus volés par les Dahalo dans le Sud et ailleurs sur la Grande île?

NIP SANTÉ! Et tout passe vraiment comme lettre à la poste:

Jacky Ratsimandresy, premier Directeur administratif de NIP Santé SA (2015-2016). Il ne fait pas partie du personnel médical

Non! Pas du tout à la porté de la bourse des Malagasy people. Mais la famille NIP s'agrandit énormément à Madagascar et en un rien de temps. Vous ne trouvez pas? Bientôt NIP Energy et NIP Petroleum alors?

Le plus méprisable, pour l’Histoire politique de Madagascar, c’est que cette visite en Israël de ce président malgache pas comme les autres, n’existe plus sur le site officiel de la présidence de Madagascar.

La première page d'actualités sur les activités du président date du... 28 juin 2014 au Vatican

RIEN SUR LA VISITE EN ISRAËL NI SUR TOUTES LES ACTIVITÉS PRÉSIDENTIELLES PRÉCÉDENTES

Et ce « partenariat », qui remplit plus les poches présidentielles qu’il n’égalise les chances, n’est qu’un arbre qui cache toute une forêt de délits d’initié comme pas possibles... parce que « j’ai été élu démocratiquement »… Par exemple, cette histoire de cartes d’identité, de permis de conduire et de cartes grises « biométriques ». Il y a sûrement des Israéliens derrière cela. Saviez-vous que depuis le début de cette année 2017, L'entreprise israélienne Nikuv International Projects, NIP donc, a des vues sur un important marché de numérisation et de fabrication de documents administratifs en Centrafrique? Sans appel d’offres, of course

Pour en revenir à Madagascar: Bienvenue à Hvmland sous Hery Martial Rajaonarimampianina Rakotoarimanana qui entend rempiler… Et le danger, pour l’électorat malgache, en 2018, pourrait bien venir de cette NIP israélienne. En effet, lors de l’élection présidentielle de 2013 au Zimbabwe, la NIP - n’a pas toujours bonne presse- est intervenu dans le processus électoral. L’opposition zimbabwéenne l’avait ainsi accusé d’avoir facilité la fraude. Malgré cela, la commission électorale du Zimbabwe a encore fait appel à cette NIP pour le scrutin de 2018…

Concernant Hery Rajaonarimampianina, et à mon humble avis, la sagesse, pour lui, serait de suivre les traces de François Hollande. Ainsi, il pourra sauver quelques… meubles. Mais s’il s’entête, il perdra tout -parfois la vie- et finira sur le sable. Les antécédents et précédents historiques sont là pour le rappeler. Plus près de nous Saddam Hussein et Kadhafi…

Dossier de Jeannot Ramambazafy – 9 août 2017

Midi Madagasikara124 partages

Ihosy : Dahalo 40 lahy nanafika tao an-tampon-tanana, omby 60 very tao an-tsena

Efa tena mihantsy ny mpitandro ny filaminana tokoa ny dahalo ao amin’ny faritra Ihorombe ao.  Dahalo tsy latsaky ny 40 lahy mirongo basy no idray nanafika tao an-tampon-tananan’Ihosy, renivohitry ny farita, ny Talata tokony ho tamin’ny 11 ora alina. Lasibatra tamin’izany ny omby miisa 60 mahery izay notazonina tao amin’ny valabe fitehirizana ireo omby avy novidiana tamin’ny tsenan’omby ny Sabotsy ka miandry ny hitondrana azy ireo miakatra aty an-drenivohitra. Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, nirongo basim-borona tsy latsaky ny 20 ireo dahalo. Tsy fantatra marina izay niaviany fa sady nanapoaka basy no nihorakoraka izy ireo namakivaky ny tanan’I Tanambao ka niatsimo nanaraka ny arabe nihazo ny toerana misy ny tsen’omby izay misy ilay valabe.

Nihorohoro noho izany izay nandalovan’ireto olon-dratsy. Toy izany koa ireo mpiambina ny vala izay nilaza fa voatery niafina nohon’ny hamaroan’ireto mpanafika. Vokany, nalalaka tanteraka ireto farany namoaka ny omby ary nanesy izany nizotra nianavaratra. Efa lasa ora vitsivitsy izy ireo, raha ny fampitam-baovao hatrany, vao nirotsaka an-tsehatra tamin’ny fanarahan-dia ireo mpitandro ny filaminana avy ao amin’ny EMMO-REG. Hatramin’ny fotoana anoratanay aloha, dia mbola tsy misy tratra ireo joilahy sy ny omby.

T.M.

L'express de Madagascar121 partages

Les détenus soutenus sur tous les plans

« Nous avons constaté que les détenus ont pu extérioriser leurs sentiments. Ils sont devenus plus ouverts entre eux et même avec les pénitenciers », tel est le constat de Aina Tantely Rakotomalala, directeur de l’humanisation de la détention et de la préparation à la réinsertion sociale (DHDPRS), lors d’un atelier de restitution du projet «Quartier d’avenir: de la détention à la réinsertion» initié par Handicap Interna­tional et financé par l’Agence française de développement (AFD), hier au Motel Anosy.Le but de ce projet est de voir, cas par cas, neuf mille deux cent vingts personnes détenues issues des prisons de Toamasina, Vatomandry, Toliara, Mahajanga et le quartier des mineurs d’Antani­mora, surtout ceux qui n’ont pas de travail. « Nous avons dû regarder chaque cas car il y a des personnes qui avaient un travail et d’autres non. Nous avons regardé ce qui serait mieux pour chacun : un travail manuel ou un travail physique »,explique t-il.Pour arriver à un résultat, différentes activités sur les conditions de vie des personnes détenues ont été avancées. Trente mille consultations médicales ont été réalisées. Quatre vingt treize savons ont été fabriqués et distribués aux détenus. 70% des prisonniers hospitalisés ont été pris en charge. Près de 93% ont été sensibilisés aux droits fondamentaux.Environ deux mille d’entre eux ont été appuyés pour formuler des demandes de liberation anticipée. Afin de réduire les détresses psychologiques, les détenus ont bénéficié d’entretiens individuels et ont participé à des groupes de parole.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara87 partages

Bekiraro : Voatsatoka antsy noho ny finday

Tsy alim-be akory ny andro ary mbola betsaka ny olona nivezivezy. Raha namoaka ny finday teny aminy ny lehilahy iray ka nampiasa izany mba hiantsoana olona, no nisy nanindrona antsy avy hatrany ny tenany. Latsaka ny finday ary mazava hoazy, fa nalain’ireo olon-dratsy fotsiny sisa. Ilay rangahy kosa, nahazo lalan-drà ny sabatra nanindronana azy ary niboiboika teo ny rà. Ny olona no nifanampy tamin’ny famonjena azy ary nanao tsipaipaika mba nangalana fiarakaretsaka. Omaly dia mbola notazonina tao amin’ny hopitaly izy noho ny fahaverezan-drà be loatra. Mitaintaina tanteraka ny olona ankehitriny na inona na inona atao, ary na aiza na aiza. Mitombina tanteraka ny hoe eny an-dalambe matahotra mpanendaka, miditra elanelan-trano matahotra mpamono olona, miditra anaty fiara fitateram-bahoaka mbola hararaotin’ny jiolahy mitam-basy ihany koa ary ao anaty fiaran’ny tena dia mbola misy hatrany ny mamoha varavarana tampoka ary manendaka. Manginy fotsiny ireo manafina basy anaty lamba ary mampitahotra ny mpamily, tranga matetika izay hita etsy amin’ny mifanandrify ny « aigle noire » etsy Ambodinisotry. Feno jiolahy ny tanàna.

D.R

Midi Madagasikara77 partages

Sambava : Tovolahy avy any Antalaha, sarona niaraka tamin’ny vola sandoka 10.000 Ariary maromaro

Lasa ny voay, tonga misosoka koa ny mamba. Raha naiditra am-ponja vonjimaika ny tolakandron’ny alatsinainy teo, ny telo lahy tra-tehaka voatondro fa mpanaparitaka sy mpanamboatra vola sandoka 20.000 Ariary, dia tovolahy iray hafa mbola tanora erotrerony indray afak’omaly no voasambotry ny Polisy ao Sambava niaraka amin’ny vola vaovao sandoka roa alina ariary maromaro sy vola sandoka 10.000 Ariary taloha iray sarona tao am-paosiny. Rehefa nosavain’ny mpitandro filaminana ny sakaosy nentin’ity tovolahy avy any Lanjarivo Antalaha ity, dia mbola nahitana vola sandoka ihany koa. Aorian’ny famotorana lalina tsy maintsy hatao aminy, mba hahafantarana marina hoe: avy aiza ny fiavian’ireto vola sandoka? Dia hatolotra ny fitsarana tsy hoela ity tovolahy tra-tehaka ity, hoy ny tompon’andraikitry ny filaminam-bahoaka ao Sambava. Na dia eo aza ny tsindry isan-karazany sy ny fanambazana volabe samihafa, dia tsy hitsitsy amin’ireo fahavalom-pirenena mpanabotry ny mpiara-belona aminy mpibizina, mpanamboatra ary mpanaparitaka vola sandoka ireo mpitsara ao amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Antalaha, raha ny loharanom-baovao marim-pototra voaray.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara71 partages

Mitsinjo : Nodoran’ny jiolahy teo am-bavahady ilay lehilahy norobainy

Lehilahy iray avy nivarotra no may nodoran’ny jiolahy teo amin’ny vavahadin’ny tranony ka naratra vokatr’izany. Tao amin’ny fokontany Mantsakambanja, kaominina Namakia, Disitrikan’ i Mitsinjo, faritra Boeny no nisehoan’izany, ny alahady lasa teo tokony ho tamin’ny 2 ora sy fahefany maraina. Araka ny fanazavana voaray avy tamin’ny mpitandro ny filaminana, nandrasan’ny jiolahy telo teo am-bavahadiny izy io, tsy vitan’izany fa mbola nodoran’izy ireo koa. Niaro azy tamin’izany ny mpiambina, ka voadaroka ihany koa. Samy naratra ireto olona roa ireto ary nalefa notsaboina any amin’ny hopitaly Mitsinjo, ary mbola manaraka fitsaboan’ny dokotera hatramin’izao. Nidina tany an-toerana ny Zandary. Tsy nisy ny zavatra very ary hita teny an-toerana ny basy poleta kalibra 12 vita gasy, niaraka tamin’ny balana basim-borona telo, taorian’ny fidinan’ny zandary avy ao amin’ny Borigadin’i Namakia.

Ratantely

Midi Madagasikara69 partages

CFM : D’anciens PM et des Généraux dans la liste des admissibles

Les membres du comité de sélection national devant la presse hier à Antaninarenina.

Des personnalités connues font partie des candidats déclarés admissibles hier par le comité de sélection national.

Le Comité de sélection national dirigé par le Pasteur Tehindrazanarivelo Djacob a publié hier la liste des candidats admissibles dans le processus de sélection des 22 membres « élus » du Conseil du « Fampihavanana Malagasy » ou CFM. Plus de 500 candidats ont déposé dans le temps imparti les dossiers de candidature. Mais, seulement dix candidats par région ont été déclarés admissibles après l’étude de leurs dossiers. Les régions pour lesquelles le nombre des candidats n’a pas atteint ce nombre dix ont fait exception. Parmi les candidats déclarés admissibles hier par le Comité de sélection national figure l’ancien premier ministre Mangalaza Eugène et des Généraux, pour ne citer que Jean Jacques Rasolondraibe (ancien PM et ancien ministre de Didier Ratsiraka), Ranto Rabarisoa (ancien président du Conseil Militaire de la défense Nationale ou CMDN), Sambiheviny Findrama Elson (ancien commandant de la Gendarmerie nationale), Léon Razafitombo (ancien CSR) et Laurent Ratsara. A ces Généraux s’ajoutent des personnalités connues dans le monde politique et technique comme Raharinaivo Andrianantoandro (ancien président du CT), Masimana Manantsoa (ancien ministre et ancien CENI-T), Théogène Rajaonarivelo (ancien Directeur Générale de l’Enam), Richard Ramandehamanana (ancien chef de région), Jonah Pikulas (ancien député et ancien chef de région), Rasoanirina Méline (ancienne ministre et ancienne député), Miandrisoa Marcel, Boanoro Henri Victor (ancien ministre), Marinasy (ancien sénateur), Soalahy (ancien député), Mohamady Sakra (ancien député), Rahaingosoa Louise Odette (ancienne ministre) et Zafilaza (ancien ministre).

Grand oral. Six journalistes font également partie des admissibles dont Nary Ravonjy, Latimer Rangers, Jean Aimé Rambeloson, Razaka Oliva, Mbasolo Bernadette et Maka Alphonse. Après le test d’admissibilité basé sur l’étude des dossiers de candidatures des postulants, les candidats admissibles vont passer à partir d’aujourd’hui un Grand Oral qui va les départager. Ce Grand Oral qui se déroulera à la salle de séance des sénateurs à Anosikely sera public. Les candidats seraient évalués à partir de leurs expériences et de leurs connaissances du monde de la réconciliation, non seulement à Madagascar, mais aussi dans les pays où elle a réussi comme en Afrique du Sud. Les 22 futurs « réconciliateurs » élus seront connus à l’issue de ce Grand Oral. D’après le pasteur Tehindrazanarivelo Djacob, le résultat final devrait être publié avant le 20 août de cette année. Le Conseil du « Fampihavanana Malagasy » va prendre le relais au FFM, un organe chargé de la mise en œuvre de la réconciliation nationale pendant la transition, qui, en fait, n’a rien fait durant son mandat. Au contraire, la fin de son mandat a été marquée par un scandale financier qui impliquait son instance dirigeante. A noter que le président de la République aura un quota de 11 membres au sein du futur CFM. Un quota qui risque de compromettre la neutralité de cet organe qui devrait jouer un rôle important dans le futur processus électoral étant donné que sans une véritable réconciliation nationale, une nouvelle crise postélectorale est à craindre.

R. Eugène

Midi Madagasikara67 partages

New-Tech – Processeur à 18 cœurs : Le nouveau i9-X Séries d’Intel lancé officiellement en septembre

Intel a présenté ses plus puissants processeurs qui sortiront en septembre prochain.

Un pas de plus pour le développement numérique. Intel vient de dévoiler l’intégralité de sa nouvelle gamme X-Séries. Parmi les nouveautés du constructeur se trouve son plus puissant processeur, à 18 cœurs 36 threads : le fameux i9-7980 XE.

Mauvaise nouvelle pour AMD, qui va lancer ses nouveaux processeurs Ryzen Threadripper, dont le plus puissant dispose de 18 cœurs… Mais, bonne nouvelle pour les joueurs de jeux vidéo et pour les professionnels. Intel a annoncé l’existence son nouveau type de processeur à 18 cœurs 36 threads, dans sa gamme X-Séries. Et ce constructeur ne s’est pas limité à dévoiler les caractéristiques de ses nouveautés. Il a également présenté les prix et les dates de sortie de ses nouveaux processeurs, dans un communiqué de presse publié le lundi 7 août dernier. Dans la nouvelle gamme d’Intel, comme toujours, il y en a pour tous les prix. Le moins cher des nouveaux processeurs présentés par le constructeur est le i5-7640X cadencé à 4 Ghz et capable de monter à 4,2 Ghz. Il s’agit d’un « 4 cœurs » 4 threads avec 6 Mo de mémoire L3 et il ne coûte que 242 USD. Intel dévoile également trois nouveaux i7, dont le prix est compris entre 340 et 600 USD. Malgré ces nouveautés intéressantes, les yeux seront tous tournés vers les nouveaux processeurs i9 X-Series. Il y en a cinq, mais un risque tout particulièrement d’attirer toutes les convoitises : le nouveau i9-7890XE. Selon les propos de la marque elle-même, il s’agirait du plus puissant processeur proposé par Intel.

Puissance. L’i9-7980XE, un monstre à près de 2.000 USD. C’est ainsi que ses promoteurs qualifient ce nouveau processeur hyperpuissant. En effet, il vient marcher directement sur les plates-bandes du plus puissant des Ryzen Threadrippers et va intéresser les joueurs tout comme les professionnels. « Le i9-7980XE est cadencé de base à 2,6 Ghz, mais peut monter à 4,4 Ghz avec la technologie boost 2.0 et même à 4,4 Ghz avec la technologie boost 3.0 disponible uniquement sur la gamme des i9 », indique le communiqué d’Intel. Avec 18 coeurs et 36 threads, le nouveau processeur propose 24,75 Mo de mémoire cache L3 et consomme 165 Watts par heure. Son prix risque toutefois de refroidir quelques ardeurs : Intel le proposerait à 1.999 dollars, soit près de 6 millions d’Ariary. D’après les informations, le i9-7920X à 12 cœurs 24 threads sera disponible dès le 28 août 2017, tandis que les processeurs ayant entre 14 et 18 cœurs seront officiellement lancés le 25 septembre 2017.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara65 partages

La course de fond de la campagne présidentielle

C’est une course de fond qui est maintenant engagée entre tous les prétendants à la magistrature suprême. A un peu plus d’un an de l’élection présidentielle, les stratégies se dévoilent. Le président sortant et son rival déclaré, Marc Ravalomanana, ont commencé à occuper le terrain. Le parti HVM qui soutient le premier renforce ses positions dans toute l’île. Le TIM n’est pas en reste et fait tout pour réveiller cet élan populaire dont bénéficie encore leur leader.

La course de fond de la campagne présidentielle

A l’échelle d’une campagne présidentielle, un an, c’est court. Ceux qui briguent la magistrature suprême ne doivent pas se tromper dans la manière de l’aborder. Les stratèges sont à l’œuvre dans chaque camp. Ceux du président sortant ont l’avantage de disposer des moyens de l’Etat et peuvent les utiliser pour mettre en valeur leur candidat. Pour le moment, cependant, ils se contentent d’une campagne relativement prudente. La machine électorale se mettra certainement en marche bientôt. Marc Ravalomanana n’a pas cette préoccupation, car il est présent sur le terrain médiatique depuis longtemps. Le succès qu’il a enregistré lors de la célébration du 15e anniversaire de son parti, pourtant interdite par les autorités, a redoré son image. Il continue maintenant sur sa lancée, en se déplaçant en provinces. Cette campagne, comme nous le disions, s’apparente à une course de fond et il doit donc entretenir durant plusieurs mois l’intérêt de ses partisans. Jusqu’à présent, ces deux poids lourds de la politique sont les plus visibles, mais il y a bien entendu leur challenger le plus sérieux qui a préféré jusqu’à présent rester discret, mais qui se prépare activement pour la bataille à mener. L’ancien président de la transition, Andry Rajoelina, et son équipe ont mûrement réfléchi sur leur manière de procéder. Ils attendent le moment opportun pour se manifester. D’autres candidats, à l’instar du pasteur Mailhol, vont se déclarer prochainement. Celui du parti ADN ne l’a pas encore fait officiellement, mais ses déclarations ne laissent aucun doute sur sa décision. Il reste un peu plus d’un an avant l’élection présidentielle. D’ici là, de l’eau aura coulé sous les ponts et des surprises peuvent survenir.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza62 partages

Fifidianana 2018Efa nifanaraka Rajao sy ny Frantsay ?

Miha mazava ny resaka ankehitriny fa mety ho anisan’ireo kandida ho tohanan’i Frantsa amin’ny 2018 ny filoha am-perinasa Hery Rajaonarimampianina ;telo volana aty aorian’ny fitsidihana ara-pomba ofisialy nnataon’ity farany tany Paris mantsy ka nandraisan’ny filoha Emmanuel Macron azy tao amin’ny lapan’i Elysée ny 28 jona 2017

 

 dia mivoaka ny feo fa anisan’ny zava-dehibe nifampiresahan’ny roa tonta ny fifidianana filohampirenena amin’ny 2018.Araka ny loharanom-baovao iray dia nangataka tso-drano avy amin’ny filoha Macron mba afaka hilatsaka i Hery Rajaonarimampianina.« Nangataka tso-drano » satria anisan’ireo firenen-dehibe tsy mankasitraka intsony ny hilatsahan’i Hery Rajaonarimampianina i Frantsa noho ny antony maro samihafa.Araka ny fiteny Frantsay anefa hoe « azo ifampiraharahana ny zava-drehetra » dia natao tokoa ny fifampiraharahana tamin’io 28 jona io ka mazava ho azy fa raha toa ka hanaiky na hanohana mihitsy aza ny kandidan’ny HVM i Frantsa amin’ny 2018 dia tsy maintsy misy ny takalony.Ka mety ho anisan’izany ny tsy fikitikitihana ny tombotsoa ara-toekaren’ny Frantsay eto sy ny tsy hitakiana intsony ny famerenana ny « nosy manodidina » na ny « iles éparses » amin’i Madagasikara.Resaka izay toa nangiana tokoa tato anatin’ny volana vitsy izao.Rehefa dinihana tokoa ny zavanitranga rehetra sy ny fihetsiky ny filoha Rajaonarimampianina taorian’io diany tany Frantsa io dia lasa mahatoky tena kokoa izany izy ary tsy mihetsi-bolo-maso amin’izay fanenjehana na fanakianana atao aminy.Tsy ahoany izay mpanohitra, voatapim-bava avy hatrany ny sahy miteny ; voarara tsy misy adihevitra ny fivorivoriana na endrika fidinana an-dalambe na inona na inona mety ho antony.Na manao valy boraingina na manao valiteny an’avona ireo olona tena akaikin’ny filoha sokajiana ho lohandohan’ny mpisorona ao amin’ny HVM ; ary efa mandeha be ny feo fa amin’ny volana oktobra any ho any dia esorina ao anaty governemanta izay hafahafa fihetsika tsy manaraka ny toromariky ny manga kravaty.Herintaona sisa dia higadona ny fifidianana filohampirenena, ary azo antoka fa efa miomana fatratra ny hibata ny fandresena amin’io ny HVM ary Rajaonarimampianina no kandida, ny fifandaminana tamin’i Lafrantsa rahateo efa vita.Saingy politika moa no resaka eto ary zavatra tena hain’ny Malagasy io , ny vazaha rahateo fetsy sy mijery lavitra ka tsy fantatra indray izay mety mbola hitranga satria raha ny fahafantarana  azy dia maro ny kandida amin’ny 2018 no tsara resaka amin’i Lafrantsa a !

RTT

Midi Madagasikara60 partages

« Tana in rock » : Le meilleur du rock au Dôme rta et à Antsahamanitra !

Rega et Lija s’ajoutent à la liste des artistes à l’affiche de « Tana in rock » pour cette édition 2017.

Dans le milieu du rock, les évènements se suivent, mais ne se ressemblent jamais ! Après Mage 4 qui a signé à guichets fermés à Antsahamanitra dimanche dernier, place cette fois à « Tana in rock », l’évènement qui met en avant le rock dans toute sa splendeur et sa diversité.

Le rock en fête ! Les plus grosses pointures du rock sur une même scène, le rêve de tous les amateurs ! Un rêve devenu réalité grâce à Best Pro qui a eu la bonne idée d’organiser « Tana in rock ». L’objectif de Mbinintsoa Rakotoarivelo et de son équipe, étant de porter le plus haut possible le flambeau du rock malgache. L’évènement, pour sa seconde édition, revient cette année avec plusieurs nouveautés. « L’année dernière, nous avons mis en scène sept des membres des groupes de rock les plus reconnus de Mada à savoir Nini, Ken, Jacquot, Abasse, Batata, Niry et Iary avec les musiciens les plus sollicités du milieu. Cette année, nous avons ajouté d’autres grandes figures du rock pour ne citer que Lija et Rega ainsi que plusieurs autres artistes dont je tairai les noms. Ce sera la grande surprise de cette seconde édition », explique Mbinintsoa.R. Pour cette grand-messe des amoureux de rock au Dôme rta le 1er et à Antsahamanitra le 3 septembre, Iary sera la seule représentante de la gent féminine. « Le choix de mettre Iary à la même affiche que ces messieurs n’est pas un hasard. En effet, beaucoup de femmes ont essayé de s’imposer dans ce milieu typiquement masculin, mais toutes ont échoué. Elle, par contre, a réussi un véritable exploit. Et rien que pour ça, elle mérite sa place sur cette affiche » selon toujours Mbinintsoa.R.Même répertoire, même musiciens. Souvent, les artistes partagent la même scène, mais ça s’arrête là. Le même responsable d’expliquer: « Notre concept est différent. Nous avons pris les lead-vocal de chaque groupe et choisi des musiciens pour les accompagner tous ». Des musiciens triés sur les volets et choisis pour leur expérience dans le milieu du rock. Nous retrouverons donc Deba et Poun aux guitares, Eric à la basse, Zozo à la batterie et Rojo au clavier derrière tous ces artistes. « Et puis, ils vont partager le même répertoire. Il se pourrait qu’un titre de Rega soit interprété par Iary et Abasse, qu’un tube de Kiaka soit chanté par Ken et Jacquot ». Autrement dit, du pur bonheur, enfin pour les amoureux de rock qui sont certainement impatients d’être à ce rendez-vous inédit.Mahetsaka

Midi Madagasikara40 partages

District : Tenue d’une comptabilité matières

Il a été décidé, lors du conseil de gouvernement d’hier, l’approbation de la communication relative à la comptabilité Matières des Districts. Le district est un Service Technique Déconcentré (STD), Service Opérationnel d’Activité (SOA), doté de ligne d’imputation budgétaire. Selon les règlementations en vigueur, à l’instar de tous les Services Techniques Déconcentrés, le district est astreint à tenir sa Comptabilité Matières. Toutefois, il a été constaté que jusqu’à ce jour, aucun district ne satisfait à cette obligation et par conséquent ne dispose de Quitus Matières. Pour résoudre d’une façon pérenne les problèmes constatés, il est temps de recommander aux districts de procéder au recensement général des matières existant à leur niveau pour servir de point de départ à la tenue de leur Comptabilité Matières.

Les représentants régionaux de la Direction Générale du Budget appuieront au besoin les responsables de chaque district dans la réalisation de ce recensement général.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara40 partages

Mining Business Center : 20 milliards Ar pour la construction d’un bâtiment high-tech

Le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a présenté l’intérêt de la mise en place de Mining Business Center. (Photo : Kelly R.)

L’objectif étant d’augmenter la valeur ajoutée des substances minières en promouvant l’exportation des produits transformés tout en assurant leur traçabilité. Cela servira également de porte d’entrée aux investisseurs miniers à Madagascar.

Dans le cadre de la promotion du secteur minier au niveau national et international, le Bureau du Cadastre Minier de Madagascar (BCMM) en étroite collaboration avec le ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, mettra en place le Mining Business Center à Mamory Ivato. « Il s’agit d’une plateforme d’interactions entre les opérateurs et toutes les parties prenantes de ce secteur. C’est en même temps un catalyseur de développement permettant de simplifier les démarches administratives au même titre qu’un guichet unique », a expliqué Ratsimbazafy David, le Directeur général du BCMM lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Carlton.

Financement propre. « Construit sur une surface bâtie de 6 600 m², ce Mining Business Center constitue un bâtiment high-tech connecté en fibre optique et autonome énergétiquement grâce aux installations hybrides solaire et thermique. Et les travaux de construction ont coûté la bagatelle de 20 milliards d’Ariary, issus d’un financement propre de notre établissement public », a-t-il poursuivi. En fait, cette plateforme comprend un hall spacieux et élégamment décoré servant à organiser divers événements tels que les foires et les expositions. On y trouve également un amphithéâtre de 1 000 places qui convient parfaitement pour les conférences, les assemblées générales, les événements d’entreprises, ou bien les spectacles. Et à part les quatre salons VIP qui y sont installés, une galerie commerciale composée de 32 box à vocation de promotion a été mise en place sans oublier un restaurant. Mais ce n’est pas tout ! Il y aura une bibliothèque et une cartothèque dédiées au secteur minier, un espace dédié aux institutions bancaires et les bureaux de change ainsi qu’un musée sur les industries extractives à Madagascar.

1 tonne 400 kg d’or déclarés. Par ailleurs, le ministre auprès de la Présidence en charge des Mines et du Pétrole, Zafilahy Ying Vah a soulevé que le secteur minier constitue un levier de développement de la nation, mais sa part de contribution au PIB reste encore faible même si cela a augmenté de 2,12% à 4,12%. En effet, « les produits miniers exportés qui sont déclarés officiellement sont minimes, et ce, en raison des trafics illicites. Une stratégie d’assainissement est déjà menée afin d’assurer la meilleure gestion des ressources minérales. Des résultats encourageants ont été déjà enregistrés au niveau du secteur aurifère. En effet, si la quantité d’or destinée à l’exportation n’a jamais atteint les 100 kg depuis l’Indépendance de Madagascar, les statistiques en 2016 ont affiché que 586 kg d’or exportés ont été déclarés. Et nous avons atteint la première tonne d’or d’exportation déclarée officiellement le premier semestre de cette année. Plus précisément, une déclaration d’une tonne et 400 kg d’or ont été exportée. En outre, la mise en place de ce Mining Business Center contribue à assurer la traçabilité des pierres précieuses et industrielles ainsi que des métaux précieux et industriels depuis les sites d’exploitation, en passant par le lieu de transformation jusqu’à leur exportation », a enchaîné le ministre de tutelle.

Retombées positives. D’autant plus, il y aura un lieu sécurisé comprenant entre autres des équipements high-tech, des détecteurs de métaux, des accès magnétiques et des contrôles de caméra de surveillance, pour assurer les transactions minières. « L’objectif étant d’augmenter la valeur ajoutée des substances minières en promouvant notamment l’exportation des produits transformés. Et des retombées économiques positives pour les communautés et les communes concernées par l’exploitation minière seront tirées. Nous faisons ainsi appel aux opérateurs économiques intéressés à l’opérationnalisation de ce Mining Business Center qui est prévu le début de septembre prochain », a conclu le directeur général de BCMM.

Navalona R.

Midi Madagasikara39 partages

Sambava : Mpivaro-mandeha voatafika, lasan’ny jiolahy ny vola 2 tapitrisa Ariary mahery

Mirongatra ary saika isan’andro, dia nahenoana asa ratsy foana tato ho ato, any amin’ny Distrikan’ i Sambava sy amin’ireo distrika telo hafa mandrafitra ny Faritra Sava renivohitry ny lavanila, ka lasa miaina ao anaty tahotra sy horohoro tanteraka ny ankamaroan’ny mponina ankehitriny tsy afaka mihary am-pitoniana intsony, ka manao antso avo amin’ny fitondrana sy tompon’andraikitra mahefa ny vahoaka mba hamongotra farany haingana amin’izay ny firongatry ny asa ratsy mahazo laka amin’izao. Afak’omaly antoandro, roalahy mpivaro-mandeha avy aty Antananarivo no notafihana andian-jatovo mitam-piadiana, tao Antanifotsy Sambava, ka lasan’ireto “foroches” ireto tamin’izany ny lelavola mitentina 2,1 tapitrisa Ariary; izay voalazan’ny niharam-boina voaroba tamin’ny alàlan’ny tati-baovao voaray, fa vola tombom-barotra nandritra ny roa volana hatramin’ny nahatongavan’izy ireo tany an-toerana. Tsy nionona tamin’ny fandrobana an’ ireo volabe ireto andiana zaza madinika  mahery setra mitondra zava-maranitra ireto, fa mbola nalain’izy ireo an-keriny ihany koa ny  “sac à dos” roa, ka lasa tamin’izany ny entana sy kojakoja sarobidy maro, nahitana finday avo lenta. Ankevitry ny efa fantatr’ireto andian-jiolahy, fa niomana ny hody kely aty Andrenivohitra izy roa lahy ireto amin’ity herinandro ity no voatafika izao, ka na vola parata (Ariary) tsy misy any amin’ireto voatafika intsony.

Eric Manitrisa

Tia Tanindranaza38 partages

Alain RamarosonMigadra sady mandoa volabe

Sazy mihatra 30 volana an-tranomaizina miampy onitra 200 tapitrisa ariary no azon’i Alain Ramaroson momba ny raharahan-tany teny Ambohimangakely, araka ny didim-pitsarana navoakan’ny tribonaly Anosy tao amin’ny efitrano faharoa omaly 8 aogositra 2017.

 

 Resaka hosoka sy fampiasana hosoka tamin’ny fakana sy fivarotana tany no nitorian’ny fianakaviany azy, ary efa ny 3 aogositra 2016 no nampidirana am-ponja vonjimaika ity mpanao politika sady tompon’andraikitra ambony tamin’ny andron’ny tetezamita ity. Tsiahivina fa efa nohelohina higadra 1 taona an-tranomaizina sy onitra 950 tapitrisa ariary  ny tenany tamin'ny raharaha ady tany teny Andoharanofotsy. Raha hatambatra izany ny onitra takiana aminy amin’ny raharaha roa nanenjehana azy dia mahatratra hatrany amin’ny 1050 tapitrisa na 1,05 miliara ariary. Mbola hamita sazy eny am-ponja mandritra ny 18 volana na herintaona sy tapany izy. Arakaraka ny mety ho fampiakarana fitsarana ambony sisa no mety hihenan’ny saziny, raha hisy izany. Ankoatra izay, dia nohelohin’ny fitsarana higadra sazy mihatra 60 volana an-tranomaizina sy mandoa onitra 60 tapitrisa ariary ihany koa ilay sekretera jeneralin'ny Kaomin'i Behenjy, izay voarohirohy tamin'ny fanaovana taratasy hosoka niaraka tamin'i Alain Ramaroson.

Valifaty politika?

Tsy ho hita tabilao ao anatin’ny raharaha politika mety haresaka amin’ny taona 2018 izany i Alain Ramaroson, raha tsy misy ny mety ho fiovan-javatra tsy hampoizina. Henjana ny saziny, izay maro no mihevitra fa misy ambadika politika. Efa niaraha-nahita ny tsy fifankahazoana teo aminy sy ny fitondrana Rajaonarimampianina, ka ny resaka mandeha dia ao ambadik’izao fandetehana azy izao mihitsy ny fanjakana HVM. Tsy sanatria manenji-dresy na mamoha fota-mandry, fa niaraha-nahita ihany koa ny zavatra nafitsok’ity mpanao politika ity nandritra ireny raharaha 2009 ireny nitohy tamin’ny andron’ny tetezamita. Isan’ny olona nirehareha fatratra tamin’ny fahefana nananany i Alain Ramaroson, ary nanangam-pahavalo olona maro teto amin’ny firenena mihitsy. Nitsimbadika tanteraka anefa ny tantara, ka zary olon-dresy sy sakaizan’ny fonja sisa ny tenany, izay efa mandroso fahanterana ihany ankehitriny. Anatra ho an’ny mpanao politika eto amin’ny firenena ny zava-misy hoe mitsimbadikambadika, toy ny kodiaran-tsarety ihany io fahefana io, ka aleo tsy mirehareha sy manangam-pahavalo be fahatany. Na izany na tsy izany, dia tsy vahaolana mihitsy ny fifamaliana faty lava eto amin’ny firenena, raha tena mikendry ny ho avin’ny firenena tokoa.

Toky R

 

Midi Madagasikara38 partages

Paludisme : Quand les moustiques font de la résistance

Plus à craindre sur les Hautes Terres durant la saison chaude et pluvieuse, le paludisme, affecte aussi les habitants des zones centrales de Madagascar, même en période de froid.

 

Des cas autochtones de paludisme sont relevés durant la saison fraîche. « Cela résulte du changement du comportement des moustiques », explique le Dr Fara Nantenaina Raharimalala, chercheur au sein de l’Unité d’entomologie médicale de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), en marge de la célébration, hier, à Avaradoha, des 30 ans de cette unité. Face à leur environnement, aux conditions dans lesquelles ils évoluent et aux méthodes utilisées pour les combattre – comme certains insecticides, les moustiques « s’adaptent ». Des études sont alors menées au sein de l’unité d’entomologie médicale afin de mieux comprendre le comportement des moustiques et ce, dans le dessein de proposer des outils efficaces dans le cadre de la lutte contre le paludisme. Des activités de recherche qui, avec d’autres études scientifiques menées dans cette Unité, contribuent à l’appui à la santé publique à Madagascar. Le chef de service de l’unité d’entomologie médicale de l’IPM, Dr Romain Girod, souligne à ce propos que l’unité est également impliquée dans des activités de surveillance des anophèles vecteurs du paludisme et d’évaluation de l’efficacité des outils et méthodes de lutte et de prévention antipaludique.

Il fait savoir que le paludisme, maladie due à des parasites transmis à l’homme par les moustiques, fait partie des principales préoccupations en matière de santé publique à Madagascar depuis des décennies. Les recherches scientifiques menées à l’IPM représentent un volet non négligeable des soutiens apportés par cette organisation dans le domaine de la santé publique dans le pays.

Hanitra R.

Midi Madagasikara35 partages

Programme MILEAD : Madagascar représenté par Holiarisoa Razafindrakoto

Holiarisoa Razafindrakoto, représentante de Madagascar au Programme MILEAD.

Sélectionnée parmi plus de 2.500 candidats à travers l’Afrique et la diaspora, Razafindrakoto Idah Holiarisoa, est la seule à représenter Madagascar au Programme MILEAD 2017 (Moremi Initiative Leadership and Empowerment Development). Elle a été reconnue comme l’une des jeunes femmes les plus prometteuses d’Afrique et bénéficie de ce programme de bourse. En effet, le programme MILEAD a organisé une formation intensive de leadership résidentiel de trois semaines au Ghana en tant que composante clé du programme d’une année à l’autre. La formation a eu lieu du 10 juillet au 2 août 2017. D’après les explications, la formation MILEAD est conçue pour développer et dynamiser la prochaine génération de femmes chefs de file en transformation avec les connaissances, les compétences et les réseaux de solidarité dont elles ont besoin pour être des agents efficaces de changement dans leurs communautés. Représentantes de 26 pays africains et de la Diaspora, les Fellows 2017 représentent une diversité panafricaine avec des milieux académiques, professionnels et sociaux pluridisciplinaires. La formation vise à outiller les Fellows pour que ces dernières puissent faciliter le changement sur les problèmes critiques de la pauvreté à l’autonomisation économique des femmes, de la justice environnementale et de la participation politique. Cette nouvelle génération de femmes leaders africaines est la preuve que l’Afrique peut produire un leadership audacieux, visionnaire et inspiré nécessaire pour que le continent se situe au bon endroit sur la scène mondiale. Les Fellows ont entre 19 et 25 ans, mais elles sont déjà en train de changer activement les problèmes pertinents à la base et au niveau international.

Antsa R.

L'express de Madagascar32 partages

Hôtellerie – L’ouverture de Sheraton Madagascar retardée

Sheraton Madagascar nécessite encore quelques mois de travaux avant son ouverture officielle. Une rénovation qui s’avère indispensable.

En rénovation. L’accès à l’Hôtel Cinq Étoiles d’Ivato, le futur Sheraton Mada­gascar, est règlementé. Impossible d’y aller sans motif très précis. C’est normal. L’établissement n’est pas encore ouvert au grand public et ne sera pas prêt à la date du 1er octobre annoncée sur le site de Sheraton comme la date d’ouverture de l’hôtel. « Les travaux de rénovation nécessitent encore quelques mois », a déclaré Claus Treu, directeur général de Sheraton Madagascar, hier, dans son bureau à Ivato. La visite de cet établissement hôtelier de luxe permet de constater que l’infrastructure passe un lifting général.Construit en 2007 par une société chinoise dans le cadre de l’accueil du sommet de l’Union africaine en 2009, cet établissement de vingt quatre étages était resté inexploité pendant plusieurs années.  Certaines conditions ne sont plus ainsi réunies pour qualifier le bâtiment d’hôtel cinq étoiles, notamment en matière de sécurité. Le gouvernement avait ainsi décidé de procéder à des travaux de rénovation et de remise aux normes. Pour cela, près de 28 millions de dollars étaient nécessaire. Le chantier a débuté en juillet 2016.Équipe réduiteLa chaîne hôtelière Shera­ton avait obtenu en 2008 la gestion de l’hôtel Cinq étoiles à Ivato. Mais la tournure des évènements politiques en a décidé autrement, et a mis le projet en stand by. Il aura fallu attendre le mois d’août 2016 pour la reprise des activités dans la gestion de cet établissement d’Ivato. « Comme vous le voyez, nous travaillons en équipe réduite pour le moment. L’ouverture de Sheraton génèrera environ la création de deux cent cinquante emplois », continue d’expliquer le directeur général de Sheraton Mada­gascar. Ces différentes compétences vont faire tourner l’hôtel et d’offrir les même services que dans les autres enseignes Sheraton dans le monde.Bâti sur une superficie de 27 000 m², l’infrastructure est dotée de deux cent dix chambres dont soixante suites, deux restaurants, despiscines, des courts de tennis, et un parking capable d’accueillir plus d’une centaine de véhicules. L’arrivée d’un tel hôtel de luxe dans le paysage économique sera un grand atout pour l’économie et le tourisme. D’autant plus que le futur Sheraton Madagascar se trouve à quelques minutes de l’aéroport international d’Ivato.

Lire aussi :  Rogers Aviation va promouvoir Madagascar

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara25 partages

Tennis- Fianarantsoa : Un Razanajao peut en cacher un autre

Tel père, tel fils. Le fils de Razanajao Gilbert, de son prénom Julio a ravi le titre de champion de Fianarantsoa chez la 3e série. « C’est un garçon très prometteur et il ira loin pour peu qu’on lui donne l’occasion à l’élite malgache », disait de lui le président de la Ligue de Haute Matsiatra, Rakotoniana Manga.

Pour l’instant, le jeune est homme est bien parti pour succéder au palmarès de son père plus connu sous son nom de guerre de Ragily quand il défendait les couleurs malgaches aux Jeux des Iles de Maurice en 1985. Il était le 5e joueur malgache de l’époque derrière des icônes dont Augustin Razanakoto pour ne citer qu’un seul exemple.

Julio a montré toute l’étendue de son talent en battant Fidèlis Rambeloson sur le score de 2 sets à 0 (6/4 ; 6/1).

C’est sur ce même score de 2 sets à 0 (6/4 ; 6/1) que Rasoloniaina Hajatiana s’est offert le titre chez la 4e série devant Charlie Rafidimanana.

Clément RABARY

Midi Madagasikara23 partages

Diaspora : Quid du droit de vote ?

Le président Hery Rajaonarimampianina avec des membres de la diaspora malgache à Bruxelles.

Le forum de la diaspora se tiendra du 26 au 28 octobre 2017 à Antananarivo. Cela a fait l’objet d’une communication verbale lors du conseil de gouvernement d’hier qui a reconnu « le rôle de la diaspora comme un des piliers de la politique nationale, dans le cadre du développement ». D’où l’organisation de « ce premier événement national de rassemblement des natifs et enfants de Madagascar dans le monde qui permettra de recueillir les attentes et tous les éléments pertinents de réflexion en vue de l’élaboration d’une politique nationale de la diaspora ».

Bureaux de vote. Reste à savoir si la sempiternelle question du droit de vote des Malgaches établis à l’étranger sera remise sur le tapis à l’occasion de ce forum. Et ce, à un an de la prochaine élection présidentielle, quand bien même le poids des suffrages des membres de la diaspora en âge et en droit de voter ne pèserait pas lourd dans la balance des votes, sauf si le scrutin s’annonce très serré. Auquel cas, les votes des Malgaches pourraient faire la différence, à condition que l’Etat ait évidemment les moyens d’ouvrir des bureaux de vote dans nos ambassades dont la plupart n’ont même pas d’ambassadeurs faute de budget suffisant. L’autre question qui se pose concerne les Malgaches qui ont une double nationalité : auront-ils le droit de participer au scrutin présidentiel ? Pour en revenir au forum, les Malgaches de l’étranger viendront-ils massivement et qui va prendre en charge les frais du voyage à Tana ?

R.O

Midi Madagasikara22 partages

Aumônerie de l’Université : Une centaine d’étudiants formés sur le Code du travail

Charles Emilson Randrianarijaona, chef du service SASS de la CNaPS et les étudiants en formation.

Suite à la demande formulée par des représentants des universitaires, la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) a organisé une session de formation en Code du travail pour les étudiants. La formation s’est déroulée à l’Aumônerie protestante de l’Université d’Antananarivo, une centaine d’étudiants, provenant de la faculté de Droit pour la plupart, y a participé. Notons que la formation cadre dans les sessions annuelles de formation organisée par le service de tutelle au sein de la CNaPS, en l’occurrence du Service d’ Actions sociales et sanitaires (SASS), dirigée par Charles Emilson Randrianarijaona. D’après les dires de quelques étudiants bénéficiaires, la formation est intéressante et importante pour connaître les rouages basiques du Code du Travail. Harilala, jeune étudiante en Droit de souligner que : « L’affiliation à la CNaPS est très importante pour un avenir serein, car cela permet de récolter les fruits de notre dur labeur à l’âge de la retraite. De plus, les fonctionnaires ne sont pas les seuls à bénéficier d’une retraite paisible sur le plan matériel, les employés du secteur privé y ont également droit s’ils s’y préparent en amont. » A l’issue de la formation, des participants ont proposé l’extension de ce genre de formations à d’autres structures.

Luz R.R

Tia Tanindranaza21 partages

Fitsaboana ny “Hépatite BMila 1 tapitrisa Ar isan-kerinandro

1 tapitrisa Ar isan-kerinandro raha kely ny vola ilaina ho an’ireo mararin’ny aretina Hépatite B eto amintsika, raha araka ny fanazavan’ny profesora Rakotovao Luc ;

Pati

Madagascar Tribune19 partages

Les îles de l’océan indien sollicitées ou mises en concurrence

Il s’agit de l’un des plus grands projets économiques du Président chinois ! La « Ceinture économique de la route de la soie » est sans aucun doute l’alter ego de la mondialisation du point de vue de la Chine. Et dans ce projet visant à lier l’Eurasie à l’Afrique à coup de milliards de dollars d’investissements, 1400 milliards pour être précis, les iles de l’Océan indien serviront de hub et seront fortement sollicitées. Mais en parallèle, il s’agira également d’une concurrence à qui saura le mieux répondre aux attentes et besoins de la Chine.

Le projet de « Ceinture et Route de la Soie » permet de recréer l’antique « Route de la Soie » reliant l’empire du milieu à l’Europe a été lancé en 2013, par le Président de la République Populaire de Chine, Xi Jinping. Cette nouvelle version verra également l’intégration de l’Afrique subsaharienne, surtout les îles de l’Océan indien. Avec Madagascar, Maurice et même l’île de la Réunion ont été approché par la Chine à travers des conférences ou encore des signatures d’accords de coopération. « Cet ensemble économique voulu par la Chine pour booster sa croissance économique s’appuie sur la réalisation de grandes infrastructures dans les pays intégrés. Ces routes, ports ou voies de chemin de fer doivent servir les besoins des entreprises chinoises et augmenter toujours plus leurs échanges commerciaux », rappelait alors le Journal de Mayotte. Pour la Grande île particulièrement, cinq accords ont déjà été signés portant sur de grands chantiers. La China Communication Construction construira une autoroute qui joindra la capitale Antananarivo au port de Toamasina. Autre réalisation prévue, celle d’un grand port en eau profonde dans la Baie de Narinda, sur la côte nord-ouest de l’Île, face au canal du Mozambique. Un autre accord, avec la société de télécommunications Huawei, porte sur le développement du concept de « ville intelligente », avec un réseau de caméras de surveillance pour la sécurisation et la gestion des activités urbaines. Une antenne de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM) est prévue être installée en Chine pour améliorer les relations avec les investisseurs chinois.

En ce qui concerne l’ile de la Réunion, les responsables de la région ambitionne de pouvoir se greffer à cette route pour bénéficier des importantes retombées économiques de la nouvelle version de la Route de la soie. Et pour ce faire, l’ile avait déjà fait montre de ses atouts. « Le président de la Région a insisté sur le rôle que pouvait avoir La Réunion dans cette stratégie globale Chine/Europe/Asie. Dans son allocution, il a rappelé, en préambule, la carte d’identité de La Réunion : la place stratégique de La Réunion, territoire français et européen aux portes de l’Afrique, au cœur d’une importante zone économique exclusive avec un formidable potentiel sur le thème de l’économie bleue ; mais aussi ses liens historiques avec la Chine avec une population d’origine chinoise à La Réunion qui représente un peu plus de 40 000 personnes » rapporte le site clinacoo.re. Pour rappel, un accord a été signé avec La Chine pour que le Grand Port Maritime soit une base exclusive de ravitaillement pour les navires de la CMA-CGM (Compagnie maritime d’affrètement-Compagnie Générale Maritime), leader mondial du transport maritime. Enfin, en ce qui concerne l’ile Maurice, lors d’une visite effectuée par le ministre chinois des Affaires étrangères, ce dernier avait exprimé le souhait que les relations entre la Chine et l’île Maurice s’étendent vers l’est à la poursuite du développement économique de manière à rallier le continent asiatique, en particulier dans le domaine de l’économie bleue et le tourisme dans l’intérêt des deux pays. Réitérant par la même occasion le désir de Xi Jinping pour que l’île Maurice fasse partie de la nouvelle Route de la Soie par voie maritime, compte tenu de la situation géostratégique de l’île qui la place de manière naturelle sur la « Route de la soie ». Aussi apparait-il évident que Madagascar et ses îles sœurs devront démontrer leurs atouts qui peuvent servir cette route de la soie pour ne pas rater le coche d’une opportunité considérable.

Midi Madagasikara19 partages

Pêche aux poulpes : La gestion durable porte ses fruits à Ambodivahibe

8000 Kg ! C’est la quantité de poulpes pêchés au premier jour de l’ouverture de saison à Ambodivahibe pour cette année 2017. Ce chiffre affiche une nette amélioration, car en 2010, il était à 600 Kg. La gestion durable des ressources naturelles, promue par Conservation International (CI) et ses partenaires, sont à l’origine de cette évolution. En effet, cette organisation a organisé des expéditions marines avec des experts nationaux et internationaux dans la baie d’Ambodivahibe, de 2006 à 2010. Ce qui a permis d’identifier une couverture corallienne du substrat intacte et une riche variété d’espèces. La baie sert de refuge aux êtres vivants face au changement climatique, grâce à la présence d’un canyon de 20 m de profondeur. Mais face aux menaces de tout type dans cette baie, CI s’est investie dans la mise en place d’une nouvelle aire protégée en 2007. Grâce au partenariat avec les communautés locales, la baie d’Ambodivahibe est devenue une Aire Marine Protégée (AMP) en décembre 2015. La sensibilisation de la population dans les villages autour de la baie était une activité difficile à mettre en œuvre dans ses débuts. Il fallait clarifier les enjeux de l’AMP et acquérir la confiance, et avec le temps, les communautés ont déployé leurs efforts. En 2010, un seul village a fermé temporairement la pêche aux poulpes pendant la période indiquée. Actuellement, 12 villages gèrent volontairement des réserves marines locales. Des associations et plateformes sont nées et bénéficient de renforcements de capacité. Des « dina » sont élaborés. Des changements dans la vie du village : des écoles sont bâties, des bornes-fontaines sont mises en place, de nouvelles activités génératrices de revenus (élevage caprin et avicole) sont pratiquées. Cette amélioration de la gestion des ressources a permis d’améliorer le niveau de vie de la population et des fruits de mer pêchés.

Recueillis par Antsa R.

L'express de Madagascar18 partages

Réconciliation nationale – D’anciens ministres en tête de liste

La liste des candidats admissibles pour intégrer le Conseil du fampihavanana malagasy (CFM) vient de sortir. De personnalités connues figurent parmi les concurrents.

Engouement. La liste est longue concernant les futurs membres du Comité du fampihavanana malagasy (CFM). Au nombre de deux cent dix-huit, les candidats présélectionnés ont des profils et des qualités diverses et variées. Le Comité de sélection national des membres du Conseil du fampihavanana Malagasy (CSN-CFM) a exposé devant la presse, hier à Antani­narenina, la liste des survivants aux deux précédentes phases du processus de sélection.Triés parmi cinq cent-vingt dossiers pour vingt-deux places, le nombre élevé de dossiers reçus témoigne de l’enthousiasme des aspirants à devenir membres de cette institution. «Les candidats sont nombreux, dotés d’une bonne réputation et brillants mais nous sommes mandatés pour les trier selon les critères établis par le comité de sélection», explique Colette Vaohita, doyenne des membres du CSN-CFM pendant la conférence de presse.Les concurrents sont issus de divers horizons. Des figures plus connues que d’au­tres sont remarquées. Le nom d’anciens membres du gouvernement comme Eugène Mangalaza, Louise Odette Rahaingosoa et Manan­tsoa Masimana sautent aux yeux dans la longue liste des aspirants. Connues sous le régime Ravalomanana et pendant la Transition, ces personnalités aspirent désor­mais à servir la Nation en promouvant le Fampihavanana malagasy (réconciliation nationale).Cette volonté manifeste est également perceptible à l’endroit d’anciens parlementaires. Leur mandat terminé, ils comptent apporter leur contribution à l’édification de la paix à Madagascar à travers le CFM. Il s’agit entre autres des Raharinaivo Andrianantoandro, Jonah Justin Pikulas et Méline Rasoanirina.Contrôle strictLe nombre de journalistes candidats rivalise avec ceux des autres corps. La télévision nationale en a produit au moins trois. Il s’agit de Bernadette Mbasolo, Jean Aimé Rambeloson et Joreh Pilaza. D’autres figures connues dans le monde de la presse malgache comme Alphonse Maka, Nary Ravonjy et Lati­mer Rangers Randrianasolo sont également remarquées dans la liste.Après l’examen de la recevabilité des candidatures, les dossiers ont été scrutés par le comité de sélection national permettant d’établir la liste des candidats admissibles. «Notre attention est particulièrement portée sur la compréhension de la mission, la vision et les expériences sur le fampihavanana et la connaissance des régions que les candidats veulent représenter», soutient le pasteur Djacoba Tehindrazanarivelo, président du CSN-CFM.À partir de ce jour, les candidats admissibles subiront un entretien public au Palais de verre d’Anosy. «Nous invitons le grand public à assister à cette étape car nous apprécions également la qualité des aspirants à travers les feed-back. Cela ne nous lie pas mais nous aide à éclairer notre décision», conclut le pasteur Djacoba Tehindrazanarivelo. Compte tenu du délai serré du mandat du CSN-CFM, les enquêtes de moralité et enquêtes d’environnement seront menées parallèlement à l’audition publique. L’issue de ce processus conduit à la proposition finale des vingt-deux membres titulaires et vingt-deux suppléants constituant les deux tiers du Conseil du Fampihavanana Malagasy.Fiers comme Artaban, les membres du CSN-CFM n’ont pas caché leur satisfaction dans la conduite de ce processus. «Il s’agit d’un processus entièrement malgache, sans soutien de la communauté internationale. Chaque membre a apporté les matériels à sa disposition pour menerà bien cette mission», poursuit toujours le président du CSN-CFM.Prévue par la Constitution et figurant dans les lois de finances, l’enthousiasme de la pléthore de candidats au CFM est compréhensible. Un engouement tellement grand que certains pourraient être tentés d’user de leur influence pour l’inté­grer. C’est pour cela sûrement qu’un écriteau est affiché à l’entrée du bureau du CSN-CFM indiquant «tsy mandray fanomezana ny CSN-CFM» (Le CSN-CFM ne reçoit pas de cadeau).

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara18 partages

Education numérique : Vers une mise en place progressive dans le système éducatif

Serge Thiery Tsitohara, le directeur des Technologies de l’Information et de la Communication auprès du MEN.

L’éducation numérique entre dans le cadre de la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Education. Le directeur des Technologies de l’Information et de la Communication (DTIC) auprès du ministère de l’Education nationale a accepté de nous livrer quelques explications.

Midi Madagasikara : Pourquoi cet engouement pour l’introduction du numérique dans l’éducation nationale ? Est-ce une priorité ?

DTIC: Face à l’évolution du numérique et l’interdépendance entre les NTIC et l’enseignement, l’introduction de l’éducation numérique au niveau des établissements publics figure parmi les solutions apportées par le MEN afin d’améliorer la qualité de l’enseignement. En effet, l’introduction des produits des NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) favorise le partage de connaissance de l’enseignant aux élèves. L’exemple de l’utilisation du vidéoprojecteur durant les cours me paraît le plus simple. Le recours à cette technologie qui permet une certaine interactivité aide à se défaire de l’enseignement trop théorique et trop abstrait actuel. Adapter l’enseignement de façon à répondre aux besoins des élèves de la génération Z (hyper connectée) pourrait donc améliorer la situation de l’éducation dans le pays. L’introduction des  NTIC au niveau des établissements, surtout les lycées, est la meilleure des solutions.

M.M : Pourquoi se focaliser sur les lycées ?

DTIC : Le contexte actuel démontre que sur  près de 7 000 000 d’élèves (du niveau préscolaire au niveau Terminales) que comptent le système éducatif, seuls 370 000 enfants atteignent le niveau Terminales. Soit 5,38% de la totalité des élèves. Ceux-ci, les 5,38%, constituent ainsi l’avenir du pays, les futurs entrepreneurs et les futurs dirigeants (es) qui auront la lourde tâche de développer le pays. Il paraît dans ce cas légitime de se concentrer sur la question du « comment faire en sorte de leur donner les outils nécessaires et les plus modernes pour faire face au développement actuel, dont celui du numérique atteint une vitesse fulgurante ». Un exemple plus terre à terre est aussi celui d’équiper les futurs bacheliers des connaissances adéquates pour qu’ils puissent avoir les mêmes niveaux que ceux des autres pays. Il convient de rappeler que la maîtrise des  NTIC est primordiale pour la réussite aux études supérieures.

M.M : Existe-t-il des mesures d’accompagnement afin de renforcer les capacités des enseignants en matière de NTIC ?

DTIC : En effet, à l’ère du numérique, l’enseignant est appelé à se passer du rôle de soliste à celui d’accompagnateur aidant ses élèves à trouver, à organiser et à gérer les savoirs. L’enseignant n’est plus un transmetteur de savoir, mais un accompagnateur. L’hyper connectivité de la génération Z fait toutefois que les enseignants sont parfois dépassés par les évènements. Une situation embarrassante pour les enseignants concernés qui pourraient voir en la nouvelle technologie un adversaire et non un allié. Des formations pour le renforcement des capacités des enseignants sont prévues dans le cadre de la politique nationale de l’intégration des TIC (Politique TICE) dans le système éducatif.

M.M : Les perspectives du MEN en matière de NTIC ?

DTIC : Un projet d’implantation de salles numériques dans cent établissements publics de Madagascar est ce à quoi s’attelle le ministère actuellement. Financé par l’Agence Française de Développement, ce projet consiste à doter chacun de ces cent établissements de douze à quinze ordinateurs. Devant bénéficier à neuf régions, ce projet viendra également appuyer les efforts menés dans la mise en œuvre de l’éducation numérique. Il convient de rappeler que la moitié des lycées publics que compte le pays (400 en tout) dispose actuellement de bibliothèques numériques. Avec le projet de mise en place de cent nouvelles salles numériques, l’écart entre les districts dans l’accès à la NTIC s’en  retrouve grandement diminué.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara16 partages

T&H Events : Fête et démos pour les passionnés de voitures

Du tuning et de la frime. C’est sûr que la passion des voitures et des motos est dévorante. Pour le Grand Salon M’Auto Occaz Kit et Accessoires, qui se tiendra les vendredi, samedi et dimanche prochains au Palais des Sports de Mahamasina, TH Events veut mettre les petits plats dans les grands. Une trentaine de stands, tous spécialisés dans les accessoires auto et moto seront présents et proposeront des produits adaptés à tous. Et puis, ce sera l’occasion de chercher des pièces ou des accessoires que l’on a parfois du mal à trouver. « Notre objectif est de rassembler, dans un même endroit, tout ce dont on a besoin, en accessoires et en pièces, concernant les motos et les voitures » explique Haingonirina Rakotomanga, organisatrice de l’événement. Outre les stands de vente, il y aura également un show et une démonstration de vitesse sur 300 mètres. Et pour la partie purement festive, le samedi et le dimanche, un grand zumba avec Bodonirina ravira tout le monde. Pour cette grande première, l’organisateur veut présenter un salon digne de son nom, où se mêleront démonstration, passion pour les voitures, animations festives et ventes. Avis aux amateurs !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara13 partages

Journées d’entomologie médicale : Puces et moustiques « sous la loupe »

Les insectes tels les puces et les moustiques sont les minuscules compagnons quotidiens des techniciens de laboratoire et des chercheurs au sein de l’unité d’entomologie médicale de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM).  Objets de leurs recherches depuis des années, ces insectes sont examinés, observés et évalués quasiment en permanence. L’entomologie médicale, rappelons-le, est la discipline scientifique qui étudie les arthropodes (insectes, acariens, …) responsables de pathologies humaines. L’objectif étant de définir des moyens de lutte efficaces et ciblés.

30 ans. Créée en 1987, l’unité d’entomologie médicale de l’IPM compte cette année 30 ans d’existence. L’événement a été célébré, hier, dans le cadre de l’ouverture des deuxièmes journées d’entomologie médicale de l’IPM. L’occasion pour l’équipe de l’Unité de mettre en avant l’importance de la recherche en entomologie médicale pour la santé publique à Madagascar. Les premières années, l’unité d’entomologie médicale de l’IPM s’est penchée sur l’écologie des arbovirus présents à Madagascar comme la dengue, le chikungunya, ou encore la fièvre de la vallée du Rift. Ses activités de recherches ont, par la suite été définies par des cas d’épidémies survenues dans le pays, tels l’épidémie de paludisme de 1987 à Antananarivo, l’épidémie de peste de 1991 à Mahajanga et l’épidémie de la fièvre de la Vallée du Rift en 2008. Actuellement, l’Unité se consacre davantage à des recherches visant à caractériser la transmission des maladies par les insectes vecteurs et à en comprendre les mécanismes, avec un accent particulier sur les moustiques vecteurs du paludisme et d’arboviroses et les puces vectrices de la peste.

Hanitra R.

Midi Madagasikara12 partages

Concours de la chanson française : Bientôt l’ouverture des inscriptions

Un voyage en France et beaucoup de cadeaux de la part des partenaires. C’est ce qui sera offert au lauréat du concours national de la chanson en français, comme chaque année.

Le concours est ouvert à tous, dans tout le pays où se trouve une Alliance Française. Les inscriptions seront ouvertes à partir du 26 août, puis place au casting, aux demi-finales et à la grande finale qui se tiendra le 30 septembre prochain. L’événement, qui en est à sa 6e édition, attire toujours autant de jeunes qui reprennent les chansons en français à leurs sauces. Avec plusieurs critères de sélection, dont l’expression scénique, la performance musicale, mais surtout l’élocution en français, chaque candidat devra se surpasser pour convaincre les membres du jury. Au bout de la grande finale qui est un spectacle à part entière, les gagnants remportent des cadeaux.

Trac. Tout au long de ce concours, les candidats se produiront devant un public. C’est donc un test grandeur nature pour ces amateurs de musique. Faire face à l’applaudissement du public, aux cris et sifflements, de quoi donner des ailes aux candidats. Puis, lors de la finale, c’est le grand show. Plus de place pour les « à peu près », avec le trac qui sévit, on doit tout donner. Car les membres du jury scrutent tout : de l’interprétation et de la justesse de la voix, mais aussi la tenue vestimentaire qui compte beaucoup dans la notation et bien sûr la maîtrise de la langue française. Parmi les candidats, il y a ceux qui ont un vrai potentiel artistique et qui peuvent se servir de ce concours un tremplin vers une carrière musicale. Sinon, c’est un concours musical pour divertir les jeunes. Et puis, avec un séjour en France à la clé, c’est une grande opportunité à ne pas rater pour ces jeunes de tout le pays. D’ailleurs, pour beaucoup, participer à la finale et venir à Antananarivo est déjà une victoire en soi !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara11 partages

Carnage d’Iavoloha : Aucune manifestation en vue

10 août 1991 – 10 août 2017. Le 26e anniversaire du carnage d’Iavoloha sera commémoré demain. Une commémoration qui risque de se dérouler sous le signe de la discrétion totale. En effet, aucune cérémonie  officielle liée à cet évènement n’est prévue. Aucune manifestation sur la voie publique ne sera non plus organisée. D’après les explications recueillies auprès de la Préfecture de Police d’Antananarivo, jusqu’ici, aucune demande d’autorisation en vue d’une quelconque manifestation de commémoration n’a été déposée à Tsimbazaza pour la journée de demain. Apparemment, les tenants du régime HVM et les acteurs politiques de l’opposition n’accordent plus aucune importance à cette date qui a pourtant marqué l’histoire de la Grande Ile. Quid alors du sang versé par les partisans du « Herivelona Rasalama » qui ont perdu la vie à Iavoloha le 10 août 1991 ? Faut-il rappeler que ce carnage a fait des centaines de morts et plusieurs blessés graves. A bord d’un hélicoptère, la Garde présidentielle de l’époque a largué des grenades offensives contre les partisans du « Herivelona Rasalama » dirigés entre autres, par les Zafy Albert, Manandafy Rakotonirina et le Pasteur Richard Andriamanjato.

Davis R

News Mada10 partages

Liban : vehivavy malagasy iray narary maty tampoka

Nitsangantsangana teny amoron-dranomasina any Beyrouth Liban ireo vehivavy malagasy maromaro, ny alahady tolakandro 6 aogositra teo. Tsy fantatra izay nahazo azy, fa torana tampoka ny iray amin’izy ireo, i Josée, ary niantsoana fiara mpitondra marary nankany amin’ny hopitaly. Kanjo ny ampitso maraina, ny alatsinainy, tsy avotra intsony ny ainy. Tsy fantatra ny aretina tena nahazo azy, na mety ho fiakaran’ny tosi-drà, na fahatapahana lalan-drà (AVC) na zavatra hafa mihitsy.

Manamafy ny namany nampita ny vaovao taminay fa tsy nisy tranga hafa niseho tamin’i Josée, afa-tsy io fahafatesana tampoka, vokatry ny faharariany, io. Antony, sao hisy handika vilana indray ny sasany fa maty vokatry ny asa, na ny nataon’ny mpampiasa azy ny nanjo ity vehivavy malagasy ity. Mananamafy izy ireo fa milamina tsara ny fiainany sy ny asany any Liban.

Manodidina ny 9.000 ny mpiasa malagasy miasa any an-toerana ary vehivavy no maro anisa, mivondrona ao anatin’ny sendikà Fenasol i Josée. Anisan’ny nampitaraina azy ireo ny tsy namelan’ilay kaonsilan’i Madagasikara any Liban, teratany libaney, nankalaza ny fetim-pirenena 26 jona lasa teo. Angatahin’izy ireo ny hanokafana masoivoho any an-toerana.

Manodidina ny 40 taona i Josée ary efa mihoatra ny 10 taona niasana tany Liban. Maneho fiaraha-miory amin’ny fianakavian’i Josée ny gazety Taratra.

Njaka A.

Midi Madagasikara10 partages

Rugby : Intervention musclée du ministère des Sports

Le ministre des Sports, Anicet Andriamosarisoa, a enfin pris les devants dans le litige qui oppose la Malagasy Rugby à la ligue d’Analamanga. Face à l’entêtement de Marcel Rakotomalala qui s’est tourné en ridicule en organisant le championnat d’Analamanga, le ministère a décidé de prendre les Makis par leur queue pour interdire l’entrée des stades.

Dorénavant la Malagasy Rugby n’aura pas accès à tous les stades jusqu’à ce qu’on trouve la solution et permettre à la ligue d’Analamanga d’organiser son championnat.

Une sanction à laquelle Marcel Rakotomalala aura du mal à se relever, déjà qu’il a bravé la décision du Conseil d’état qui a mis une fin de non-recevoir à la suspension de trois ans infligée au président d’Analamanga Rugby, Andry Ravelojaona.

Comme ce dernier a retrouvé ses droits, il peut logiquement vaquer à sa principale mission qui est d’organiser les compétitions au sein de la Ligue d’Analamanga. C’est tout aussi simple que cela, car la fédération ne peut qu’attendre la fin de ce sommet pour espérer tenir le championnat de Madagascar tout en tenant compte des leçons à tirer de cette mauvaise politique en faisant participer tous les clubs des sections pour une prétendue démocratie.

Quand on sait que le match qu’il a organisé durant le week-end dans cette formule ridicule de top 20 et ayant opposé le COSFA à UIRC, la seconde équipe de Iarivo Rugby Club, s’est soldé sur le score de 115 à 3, cela laisse à réfléchir, car on a beau aller dans le sens où Marcel Rakotomalala le voulait, on ne peut y voir la moindre trace d’un développement du rugby. A moins d’être sourd, aveugle et muet.

Clément RABARY

L'express de Madagascar8 partages

Développement local – L’approche Reflect enrôle des jeunes

C’est une étape dans le processus que franchissent les jeunes pour devenir autonomes. Ils participent par la même occasion à l’essor de leur communauté.

Motivés. Pour commencer, vingt sept jeunes du fokontany d’Antsirangavo de la commune de Soanierana-Ivongo, dans la région Analanjirofo, se sont regroupés dans le cercle « Reflect » ou Regenerated Frerian Literacy through Empowering Community. « C’est une approche qui vise la participation significative des communautés locales dans les décisions qui affectent leur vie. Elle permet l’autonomie et valorise les acquis et les spécificités de chaque acteur dans la communauté », indique Rivo Randrianatoandro de l’association Jeunes potentiels et techniciens pour le développement ou JePtd, consultant formateur en Reflect.C’est une étape dans le processus de développement local, franchie par les jeunes d’Antsirangavo. Ils reconnaissent l’utilité de trouver des moyens pour faire rentrer de l’argent. « Les jeunes de la localité, entre 16 et 29 ans, sont confrontés à divers problèmes comme le mariage précoce, le nombre croissant de filles-mères et surtout l’oisiveté qui surcharge les parents », explique Jean Delort Bezafy, facilitateur choisi par la commune .Bon démarrage« Aussi le cercle Reflect nous permet-il d’établir un arbre à problèmes et un arbre à objectifs et ainsi, de réfléchir sur ce que nous pourrions faire pour améliorer nos vies», indique-t-il.Les facilitateurs ont été formés en Reflect au mois d’avril et des représentants de dix régions font actuellement l’objet d’un suivi de démarrage de cet outil de développement au niveau local. « Le facilitateur a, entre autres, mis tous les membres sur le même pied d’égalité en ne considérant pas le rang social ou familial. Un point important dans la recherche de solutions de développement. Le cercle dénommé Tanora Mendrika de Soanierana-Ivongo a fait des pas en très peu de temps et retrouvera facilement le moyen de se développer par lui-même, sans attendre l’État ni le gouvernement »,  précise Rivo Randrianatoandro.Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara8 partages

Football féminin : Sabotsy Namehana sur un nuage !

L’équipe du SabNam est candidate à sa propre succession.

Invaincue en trois sorties avec une troisième victoire de 12 buts à 0 qui fera date dans l’histoire, l’équipe de Sabotsy Namehana est plus que jamais candidate à sa propre succession.

Sabotsy Namehana n’a fait hier qu’une bouchée de l’AS Comato battue à plate couture sur le score pour autant prévisible de 12 buts à 0 dont 8 buts de Sophie Farafaniriana, elle aussi candidate à sa succession, puisqu’elle totalise pour l’instant 13 buts au compteur. Comme elle n’est pas près de s’arrêter, c’est presque une certitude qu’elle va, cette fois encore, soulever le trophée.

Comato à côté de la plaque. Au bout, c’est la motivation de Comato qu’on aimerait bien connaître, car si elle s’est qualifiée dans cette poule de l’élite, c’est grâce à ses performances antérieures où elle évoluait avec des joueuses de qualité. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui où elle est venue avec des fillettes de 12, 13 et 14 ans. Sabnam affrontera en demi-finale de ce jeudi, l’équipe de MIFA qui est parvenue à sortir du piège de l’ASCUF. Des Fianaroises sans doute cueillies à froid par les deux buts de MIFA et qui n’ont pas pu faire grand-chose, car elles savaient que seule la victoire peut les propulser en demies. Rojo a beau réduire le score vers la fin de la partie, mais c’était insuffisant pour espérer se qualifier. On retiendra cependant une équipe fianaroise plus hargneuse capable de faire de bonnes choses à l’avenir pour peu que la Ligue daigne lui donner plus de matches, donc de tenir un championnat en règle en sus de la formule de championnat de zone proposée par la Commission de football féminin au sein de la FMF et présidée par Patricia Rajeriarison.

Vers une finale ASKAM-SabNam ? Car comme dans les championnats jeunes, tout est question de volonté d’opter vers la formule la plus payante avec le maximum de rencontres. En attendant, l’autre demi-finale de jeudi mettra aux prises l’ASOT également invaincue, mais qui aura cette fois, un adversaire à sa taille en l’occurrence l’ASKAM d’Itasy qui est venue avec une équipe complète avec dans ses lignes la petite Tina pour l’animation de l’attaque, mais également des joueuses de qualité tant au milieu du terrain que dans la ligne défensive. Si on ajoute la présence de la gardienne de l’équipe nationale dans les buts, Nana, alors on comprend que cette ASKAM ne va pas se contenter d’un second rôle. On saliverait déjà à l’idée d’une finale ASKAM-SabNam pour samedi. Mais le conditionnel est de rigueur car le football féminin peut aussi offrir son lot de surprises.

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Hippisme : Retour au premier plan de Mascotte de Star

La surprise a été au rendez-vous de la 9e journée de l’AHCEL de dimanche à Mahazina avec la victoire de Mascotte de Star savamment emmenée par Jean- Baptiste Rakotohanja. L’opposition n’était pas loin, mais elle a su repousser les attaques de Nabab associé à Patrick Rakotoarivelo en s’imposant d’une petite encolure.

Le favori du lot en l’occurrence Kathy Pleasure a dû se contenter de la troisième place au grand dam de son jockey Eric Ravelonjanahary.

Une journée de partage en fait, car au bilan, seul Patrick Rakotoarivelo a réalisé le doublé à la 3e course avec Madona, mais également à la 4e avec la très prometteuse Perle de Carmen.

Chez les jeunes chevaux, Fenohasina Ralaiarijaona a mis tout le monde d’accord avec Hasta-la-Best en enlevant haut la main la 1re course tandis que Gil Chézard Ralaivonitsara conduisait à la victoire Noris Faniry lors de la 5e course.

Sedera Ranaivoarisoa s’est mis aussi en évidence en brûlant la politesse à tout le monde avec l’aide de Miorenasoa qui portait presque le « bottom weight » avec 49 kg.

La « der » de Mahazina aura lieu ce 13 août et promet de belles bagarres en perspective avant de retrouver l’hippodrome de Bevalala.

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Basket-ball – 3 x 3 : Les présélectionnés de l’équipe nationale connus

Ils auront trois mois de regroupement et de préparation en vue du Championnat d’Afrique de basket-ball 3 x 3 prévu se dérouler du 3 au 5 novembre 2017 à Lomé, Togo

Après l’Afrobasket U16 au mois de juillet à l’île Maurice, le sommet continental 3 x 3 à Lomé au Togo attend les basketteurs malgaches pour ce second semestre. Qualifié d’office pour représenter la zone 7 après le désistement des autres pays de la région Océan Indien, le staff technique de la Fédération malgache de basket-ball a publié la liste des 16 joueurs présélectionnés. Le championnat national disputé en début juin dans la Capitale a permis aux techniciens au sein de la FMBB de publier cette première liste de 16 joueurs. Parmi les joueurs appelés figurent des habitués de l’équipe nationale à l’image d’Elly Randriamampionona (Afrobasket U16, U18 et Jeux des Iles) et Orlando Rahajaniaina dit Bila (Afrobasket U16 et U18). Ces deux joueurs qui ne cessent de faire parler d’eux. Les trois joueurs du Cosfa sacrés champions de Madagascar à savoir Donga Stevel, Feno Stéphan Théodule et Kakay Enrico Fermi ont été tous appelés. Le tournoi du Big Soma prévu du 18 au 20 août à Mahajanga va permettre à la fédération d’ajourner cette liste. D’autres joueurs peuvent encore espérer rentrer dans cette liste qui est loin d’être exhaustive.

La liste

– Andriamaharo Daniel Tsiry (As. Sava).– Andriamanambinirina Nianteherana (As. V7v).– Andrianjafy Rija Tahina (Cosmos Secren Diana).– Donga Stevel (Cosfa Analamanga).– Feno Stephan Théodule (Cosfa Analamanga).– Kakay Enrico Fermi (Cosfa Analamanga).– Loubacky Rick Ley (Ascb Boeny).– Rahelison Fenomanantsoa (Prah’lah Analamanga).– Rajaonarivony Mbolatiana Claudio (Prah’lah).– Rakotoson Mmadi Msaidi A (Ascb Boeny).– Randriamampionona Elly (Ascb Boeny).– Randriamiakadaza A. F. Judicaelas. (As V7v).– Randrianarison Sandrino Walter (As. Sava).– Solondrainy Jean Alpha (As. Sava).– Orlando Rahajaniaina (Ascb Boeny).– Tovonay Dodax (Mb2all Analamanga).

T.H

News Mada5 partages

Dadi Love : une vingtaine de dates pour la tournée Sava

Soutenu par Orange Madagascar, Dadi Love est actuellement en pleine tournée nationale dans plusieurs villes  de Sava depuis le 27 juillet qui ne prendra fin que le 25 août prochain. Durant un mois, le chanteur donnera 22 spectacles.

Dadi Love est l’un des chanteurs qui cartonnent actuellement. Après avoir été élu Artiste de l’année 2016 par l’évènement RDJ Mozika award, il continue à s’imposer dans le monde de la musique malgache. De plus en plus sollicité par les organisateurs d’évènements, le chanteur trouve facilement un contrat et même une tournée nationale. Celle dénommée «Tour Sava» a donc débuté le 27 juillet dernier à Betsiaka. Il a déjà visité plusieurs villes, entre autres Andapa, Ambodivalotra, Antsanoro, Maeva, Bemanevika, Antalaha, Analamaho. Et hier, il était à Ampanefena.

Le programme de Tour Sava 2017

L’agenda du mois d’août est bien rempli pour le groupe. Après une journée de repos, demain, il continuera le marathon à Ambodiangezoka et le 11 à Ambohimangakely. Il sera ensuite à Sambava, le 13, à Belambo le 15, puis à Anjinjaomby le 16, Ambodiampagna, le 17, à Tanambao le 18, à Amboangibe le 19, à Vohemar le 20 août, à Antanamandriry le 23 et à Analovagna le 24. La tour Sava 2017 se terminera en beauté par une soirée qui se déroulera à Sambava, le 25.

Plus de 250 concerts au compteur

En effet, Dadi Love a annoncé officiellement début 2017 que le groupe a déjà effectué 250 concerts environ durant l’année dernière. Et le quota se rapproche pour cette année. Rappelons, qu’au mois d’avril dernier, le groupe a déjà donné plusieurs spectacles à Toamasina. Ensuite, le chanteur aurait dû réaliser une tournée internationale en France au mois de mars dernier, mais faute de visas, l’artiste a été contraint de rester au pays. Ceci n’a pas pour autant  découragé l’artiste  car récemment, il vient de clôturer à Maurice, sa tournée internationale qui s’est tenue au début du mois de juillet.

Holy Danielle

L'express de Madagascar5 partages

Exposition – Quinze artistes proposent un fabuleux « Voyage en peinture »

Presque tous les styles de peinture sont représentés et arrivent à émouvoir l’âme. Leur forme d’expression laisse transporter vers un voyage au cœur de la splendeur.

Mois d’août, période de vacances qui rime aussi avec voyage. Un thème qui a inspiré spécialement les organisateurs de l’exposition « Voyage en peinture », éditée pour la troisième année consécutive, et qui est une invitation à s’évader à travers les œuvres d’artistes peintres. Ainsi, quinze peintres avec leur style bien particulier proposent les meilleurs de leur création au Tahala Rarihasina à Analakely du 7 au 14 août. Du classique figuratif pour  Mistery et  pour Andriantsoa Lala.  Le Ramah,R. Dolph, Andria-naivo Mahenina, D’Ange s’expriment par l’impressionnisme, Nirina et José Nirina par le réalisme, Toky  et  Raphaël par le style appelé hachure, Rado Rakoto par le pointillisme,  Petit Maitre par l’abstrait, D’Zery par l’aquarelle réalisme, Doda Razafy par l’humoristique et Naivohaja par un style qu’il appelle lui-même le « hintsy ». Ces signatures sont toutes bien connues dans le domaine de la peinture à Madagascar.Le concept « Voyage en peinture » est ouvert à tous les peintres à Madagascar sans aucune distinction, dans le but de favoriser les échanges entre les artistes et d’offrir des œuvres issues de différentes techniques aux visiteurs.AutodidactesUn nombre d’exposants limité à quinze artistes à cause de la capacité de l’endroit. Ces derniers qui, d’ailleurs, profitent de cette occasion pour lancer un appel en haut lieu pour avoir une grande salle dédiée à la peinture pour une exposition permanente. « Après, ce sera à nous de nous organiser pour y passer tour à tour, étant donné que la peinture représente notre gagne-pain. Aussi, une journée nationale de la peinture est une idée qu’on aimerait proposer aux autorités compétentes», a fait  savoir Razanadrakoto Roland Moïse alias Mistery.La plupart des artistes peintres malgaches sont des autodidactes, vu que cette discipline ne figure pas parmi les matières enseignées à l’école. Ils apprennent les techniques grâce aux échanges entre les adeptes de cet art. Ils prennent du temps à les maîtriser correctement malgré la forte envie de peindre qui les habite depuis leur plus tendre enfance. « Si on avait enseigné l’art plastique à l’école primaire à notre époque, j’aurais été déjà plus loin. Heureusement, l’arrivée de l’internet a permis à la nouvelle génération de se perfectionner sur les toiles. Mais, il faut donner à nos gamins la chance d’apprendre cet art à l’école », confie Mistery. Recevoir du monde durant ce merveilleux « Voyage en peinture» fera certainement plaisir à nos quinze artistes. En plus, çà vaut le détour.

Ricky Ramanan

News Mada4 partages

Programme scolaire : la langue anglaise rénovée

Le dernier en date étant en 1996,

Le nouveau programme d’éducation de la langue anglaise au niveau de l’enseignement secondaire a fait l’objet d’un lancement officiel hier, au ministère de l’éducation nationale (Men) à Anosy. Il sera opérationnel à partir de la prochaine rentrée scolaire 2017-2018, sur tout le territoire national.

Sous l’égide de la Direction des études et des recherches pédagogiques (Derp) du Men, ce programme est le fruit d’une collaboration entre les enseignants des lycées publics et privés de cette discipline, les professeurs des universités, les volontaires américains du «Peace corps», ainsi que les partenaires techniques et financiers dudit programme. L’objectif est la maîtrise de la langue de Shakespeare par les élèves, une fois qu’ils ont passé le baccalauréat. Ce qui leur permettra de poursuivre leurs études en milieu anglophone.

Un guide des enseignants

L’édition d’un guide pour les enseignants, sous forme de livre et de support CD, a accompagné ce lancement officiel. A part le programme proprement dit, dix thèmes sont traités dans ce guide qui sera distribué aux enseignants concernés des 22 régions dès le mois de septembre. A chaque thème, on verra des expressions orales et écrites, les règles de grammaire y afférentes ainsi que des exercices renforcés par des jeux pédagogiques.

Honneur aux  écoles privées

La journée d’hier a été consacrée à la remise d’un certificat de reconnaissance aux écoles privées, par le biais des Directions nationales des écoles privées confessionnelles et l’Office national des écoles privées (Onep). Une reconnaissance due à leur participation dans la conception du Plan sectoriel de l’éducation (PSE), ainsi que leurs apports dans l’amélioration des différentes politiques de l’éducation nationale à Madagascar.

Sera R

 

L'express de Madagascar4 partages

Accident Ankazobe – Le chauffeur du « Boeing » gardé à vue

Le conducteur du Boeing qui a causé un drame à Ankazobe a été placé en garde à vue à la gendarmerie d’Ankazobe après sa sortie de l’hôpital, hier matin. Son enquête commencerait ce jour. Il a été heurté à la poitrine lors de la dégringolade du véhicule, selon le médecin. Plusieurs blessés se trouvent toujours à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA).

Lire aussi :  Ankazobe - Vingt morts à bord d’un Boeing à étage
News Mada3 partages

Ortana : hihazo an’Antelomita ny tsidi-bohitra

Faritra maro eto Analamanga no mbola mirakitra tantara. Ho fampahafantarana izany, mitohy hatrany ny tsidi-bohitra karakarain’ny Ortana. Ho an’ny amin’ny faritra antsinanan’Antananarivo indray ny dia.

Hihazo an’Antelomita indray ny tsidi-bohitra an-tongotra, karakarain’ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto Analamanga (Ortana), ny asabotsy izao. Tsy lavitra fa any amin’ny 20 km mahery, any atsinanan’ny Renivohitra ary mifanolo-bodirindrina amin’i Mantasoa, no misy an’Antelomita.

Samy toerana mahaliana sy fitsangantsanganan’ny mponina avy eto Antananarivo sy ny manodidina ireo toerana roa ireo. Ny mampiavaka an’Antelomita kosa, noho izy ihaonan’ny rano miainga avy any Tsiazompaniry sy ny avy any Mantasoa, izay samy mivarina ao amin’ny reniranon’i Varahina.

Raha tsiahivina, ao Antelomita no misy ny iray amin’ireo foibe mpamokatra herinaratra antitra indrindra eto Madagasikara. Naorina tamin’ny taona 1908 izany. Ahitana dobo lehibe ao ary manintona sy mahafinaritra ireo zavaboaary manodidina azy. Araka izany, toerana manan-tantara sy manana harena voajanahary ny ao Antelomita ka mendrika ny hofantarina.

Mahatratra 6 km ny halaviran-dalana hodiavin’ireo mpankafy dia an-tongotra, ny asabotsy izao. Hanomboka ao Anorohoro ny dia ary tsy hifarana raha tsy ao Antelomita. Ankoatra ny tantara sy ny harena voajanahary, hifanakaiky kokoa amin’ny tontolo ambanivohitra sy ny tantsaha eny ireo mpitsidika.

Landy R.

News Mada2 partages

Tsiadana : tranobe iray nirehitra, nanahirana ny famonoana afo

Trano mitafo fanitso misy rihana iray, misy efitra efatra ambony sy efatra ambany no nirehitra, omaly maraina eny Ambohimiandra Tsiadana. Tao amin’ny efitra iray ambony no niainga ny afo ka nidina tany ambany. Niantso ny mpamonjy voina avy hatrany ny olona teny an-toerana ka vetivety ny nahatongavan’ny mpamonjy voina. Voalaza fa tery dia tery ny lalana nihazo ilay trano ka fiara iray ihany ny fiara afaka niditra hatreny amin’ny 50 m. Nampiasa “moto-pompe” roa ny mpamonjy voina hisintonana rano tamin’ny dobo-trondro iray teo amin’ny manodidina eo. “Saika ritra mihitsy ilay dobo”, hoy ny fanazavana.

Naharitraritra ihany ny asa famonoana afo noho ny fahasahiranana teo amin’ny fahateren’ny lalana sy ny rano. Niara-nisalahy tamin’ny mponina namono ny afo ny mpamonjy voina 23 lahy miampy fiara be dimy, izay nivezivezy naka rano teny Ambanidia inefatra.

Anisan’ny olana sedrain’ny mpamonjy voina hatrany ny fahateren’ny lalana eto amintsika rehefa misy ny haintrano. Anisan’ny mahatara amin’ny asa famonjena izany. Tsy misy ny fotodrafitrasa mifanaraka amin’ny loza mety hitranga toy ny haintrano. Tsy mahagaga rehefa tonga ny voina, loza mahatsiravina sy fahasimbana fananana.

Yves S.

L'express de Madagascar2 partages

Extraction de graphite – DNI Metals commence par des activités sociales

La société canadienne DNI Metals collabore avec un opérateur malgache en petites mines, et envisage d’exploiter le graphite d’Ambinaniniony, dans le district de Brickaville, région Est. Un des meilleurs graphites au monde. « Le permis de recherche (PRE) de l’exploitant malgache a été obtenu bien avant 2009 et la recherche a commencé au mois de mai de cette année et prendra fin au mois de décembre », indique un communiqué du ministère auprès de la Présidence en charge des Mines et du pétrole. L’on ne sait si le titulaire du permis PRE a déjà enclenché la transformation de son PRE en permis standard, comme stipulé par l’article 11 du code minier. « Le matériel de recherche pour ce genre d’activités est spécifique, et indique que DNI Metals est encore en phase de recherche », confirme Amable Benjamin, directeur régional des Mines pour la région Est.« Le dialogue entre DNI Metals,la population d’Ambi­naniony et les autorités locales, a démarré au mois defévrier », apprend-on du ministère. Le maire Cécilien Ranaivo, ainsi que les représentants de la population espèrent que la sociétéarrivera à la phase d’exploitation pour un réel développement de la communauté locale. En attendant, la portion de route reliant deux fokontany, Vohitsara et Ambatolampy, directement touchés par le projet d’exploitation, est en cours de construction, ainsi qu’une route permettant de rejoindre la Route nationale 2. Un voyage de presse a eu lieu samedi dernier, pour confirmer le bon déroulement des travaux. Cent quarante personnes sont payés 8 000 ariary par jour par DNI Metals. Des infrastructures d’accès à l’eau potable, la distribution de matériels scolaires et la construction d’un terrain de foot, ainsi qu’un appui matériel pour célébrer la fête nationale du 26 juin figurent parmi les appuis apportés par la société.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara2 partages

Enseignement secondaire : Un nouveau programme scolaire pour la langue anglaise

Le nouveau programme d’anglais au niveau des lycées sera appliqué durant l’année scolaire 2017-2018.

La connaissance de la langue anglaise constitue un des piliers permettant de s’ouvrir au monde professionnel. Malgré les années d’études de cette langue, bon nombre d’élèves malgaches ne la maîtrisent toutefois pas. La désuétude de la méthode d’enseignement figurerait parmi les causes de cette situation. Il convient de rappeler que le programme d’enseignement appliqué actuellement date de l’année 1996. Le lancement officiel du nouveau programme de la matière « langue anglaise » au niveau des lycées dans la journée d’hier tombe dans ce cas à point nommé. Fruit de la collaboration entre des enseignants du niveau collège/universitaire et de volontaires de Peace Corps, ce nouveau programme a pour objectif de favoriser l’enseignement, la compréhension et la maîtrise de l’anglais dans les lycées.

Classes. Le nouveau programme sera appliqué pour l’année scolaire 2017-2018 au niveau des lycées du pays. Il (le nouveau programme) sera également présenté officiellement aux directeurs des établissements publics durant la rentrée officielle des enseignants au mois de septembre prochain. A cet effet, les classes de T10, T11 et T12 desdits lycées en seront les bénéficiaires. Rappelons que le programme contient des guides pour les enseignants sur comment l’appliquer de façon efficiente.

José Belalahy

Orange Madagascar1 partages

#KZ18 épisode 11 : Gangstabab

Dans #KZ18, des célébrités répondent aux questions posées par des internautes sur Facebook et Twitter.Pour cet onzième épisode, c'est Gangstabab qui se prête au jeu.Retrouvez-nous sur :Facebook : http://www.facebook.com/orangeactu/Twitter : http://twitter.com/orangeactuWebsite : http://www.orange.mg/actualite/

News Mada1 partages

Milieu carcéral : la majorité des prévenus en détresse

La détresse psychologique gagne la majorité des détenus engendrant des impacts sur leur santé mentale. En particulier pour les prévenus qui devraient attendre des mois, voire des années, avant de passer devant la barre.

«Deux tiers des détenus affichent des signes de détresse psychologique», selon Handicap international, lors de son étude dans le cadre de son projet, «Quartiers d’avenir : de la détention à la réinsertion». Un projet initié depuis 2014, et qui a fait l’objet d’une restitution finale, hier, au Motel Anosy.

Outre la privation de liberté et le fait d’être séparé de leur famille, la surpopulation carcérale ne fait qu’accentuer cette situation. Par conséquent, ces détenus sont dans l’incapacité de se prendre en charge eux-mêmes pour accepter philosophiquement leur situation de détention, et surtout de se projeter dans l’avenir. Cette détresse se manifeste extérieurement par la peur, la tristesse, le découragement, et finit parfois par l’envie de mourir, en particulier pour ceux qui sont incarcérés depuis deux ans. Quant à la tentative de suicide, elle se manifeste surtout au niveau des prévenus.

Une réinsertion sociale difficile

«A cause de cette situation, ces derniers ont du mal à s’insérer dans la société une fois sortie de prison», a indiqué le directeur de l’Humanisation de la détention et de la préparation à la réinsertion sociale (DHDRS) de l’Administration pénitentiaire, Aina Tantely Rakotomalala.

D’autant plus que l’effectif des éducateurs spécialisés ainsi que l’insuffisance des moyens font cruellement défaut dans leur réinsertion sociale. En fait, le rôle de l’éducateur est de concevoir les activités à entreprendre dans une prison  pour accompagner psychologiquement le détenu durant sa détention, et de le préparer aussi à sa prochaine réinsertion sociale. A Antanimora, seulement trois éducateurs accompagnent les 3 000 détenus qui s’y trouvent.

Appui d’Handicap international

C’est pour pallier cette situation, ou du moins l’atténuer, que Handicap international intervient au niveau de cinq prisons à Madagascar (Toamasina, Vatomandry, Toliara, Mahajanga et le quartier des mineurs d’Antanimora).

«L’objectif est d’appuyer la Direction de l’humanisation de la détention et de la préparation à la réinsertion sociale (DHDRS) de l’Administration pénitentiaire. Cela afin de renforcer la protection des droits des personnes détenues via le modèle d’intervention psychosociale suite à leur incarcération», a expliqué le chef du projet, Voahangy Ranaivojaona.

Parmi les appuis, on peut citer l’édition du guide de préparation à la réinsertion sociale qui sera distribué à toutes les maisons centrales, ainsi qu’un cadre référentiel pour la DHDRS. Plus de 9 000 détenus ont été concernés par ce projet étalé sur 3 ans et 8 mois, dont 70% des hospitalisés ont été pris en charge. Cela en sus des 379 microprojets socioculturels et éducatifs.

Sera R

 

Madonline1 partages

Les routes nationales deviennent dangereuses, faute d’entretien et de sécurisation :

En cette période de vacances, des milliers de familles ou d’associations diverses se ruent sur les régions balnéaires de la Grande Ile. Comme chaque année, la côte Est, comprenant Toamasina et Foulpointe, et la côte Nord-Ouest, avec comme destination la ville de Majunga, sont les plus visitées.

Pourtant, au fil des ans, les routes nationales sont devenues plutôt dangereuses. Les accidents mortels sont fréquents. Tandis que sur la RN7, menant vers le Sud, c’est l’insécurité qui est de plus en plus évoquée. Les attaques perpétrées par des malfrats sur les convois ont déjà fait de nombreuses victimes. Tous les véhicules qui circulent durant la nuit sur cette route très fréquentée sont ainsi régulièrement invités par les gendarmes à s’organiser en caravane.

Pour la route nationale 2, à l’Est, et pour l’axe reliant Toamasina à Foulpointe, les voyageurs ont remarqué une forte dégradation de la chaussée, faute d’entretien. A chaque période de grande vacance, pourtant, Foulpointe fait partie des destinations les plus fréquentées par les vacanciers venus des régions centrales de Madagascar. Mais pour cette année, les travaux d’entretien sur l’axe routier n’ont pas été au rendez-vous.

« Des simples balises permettent de sauver des vies sur les routes nationales, alors que celles existantes sont endommagées progressivement », explique un chauffeur de taxi-brousse reliant Antananarivo à Toamasina, qui témoigne aussi que les nids de poule, très dangereux, sont de plus en plus fréquents sur cet axe, faute d’entretien régulier.

Depuis quelques années, pour ces différentes raisons, les voyages de nuit sont de plus en plus déconseillés. Mais les risques y afférents ne dissuadent pas les vacanciers. « C’est comme si on arrêtait de vivre si ce sont les dangers qui vont nous empêcher de partir en vacances », affirme une mère de famille, interviewée sur une chaîne privée sur les plages bondées de Majunga.

Sur les villes côtières, la ruée des vacanciers fait vivre les petits commerces et la restauration. A noter toutefois que le déplacement des vacanciers dans le sens inverse, c’est-à-dire les habitants des régions côtières vers les régions centrales, fait augmenter aussi les voyageurs sur les routes nationales.

Tia Tanindranaza1 partages

Fanadiovana an’AntananarivoEsorina ireo « 4’mi » teny Anosy sy Anosibe

Ny alatsinainy alina teo nanomboka tamin’ny 8 ora sy sasany ny fanentanana sy fampilazana ary fampitandremana ireo « 4’mi » teny amin’ny faritra Anosizato atsinanana,

 Anosibe ary Anosy akaikin’ny Lapan’ny Antenimierandoholona sy ny orinasa colas, amin’ny mba hialan’izy ireo eo amin’iny faritra iny. Tena feno hipoka azy ireo tokoa ny manodidina ny boriboritany faha-4. Ankoatry ny loto sy ny fofona avelan’izy ireo anefa, dia manjaka ihany koa ny tsy fandriampahalemana toy ny sinto-mahery sy ny haro-paosy, ka isan’ny lasibatra matetika ireo olona tafody alina. Natao izao fampilazana sy fampitandremana an’izy ireo izao, dia mba hiomanan’izy ireo, ka tsy ho tampoka amin’izy ireo ny fanalana azy eo amin’ny toerana voarara.  Fitandrovana ny fahadiovana sy ny filaminan’ny tanàna, ary indrindra ny fandriampahalemana no tanjona amin’izao hetsika izao. Araka ny nambaran-dRatsimbarison Herifidy, lefitra faharoan’ny delegen’ny boriboritany faha-4, dia nanaiky ny hiala ireo « 4’mi » ireo, na dia nisy somary nitabataba sy nanohitra ny filazana aza. Nanomboka omaly alina ny dingana voalohany amin’ny fanalana ny « 4’mi » eny amin’ireo toerana voalaza etsy ambony ireo, ka hitohy ny anio izany ary tsy hifarana raha tsy ny zoma 11 aogositra ho avy izao ho an’ity herinandro ity. Mba hampaharitra ny asa dia hatao in-telo isan-kerinandro mandritran’ny roa herinandro ny fanalana.

Toky R

 

 

 

 

Tia Tanindranaza1 partages

Politikam-panjakana Mila hampihavanina amin’ny hetahetam-bahoaka

Mila alamina ny savorovoro misy eto amin’ny firenena amin’izao herintaona mialohan’ny fifidianana filohan’ny Repoblika izao, hoy ny AKFM (Antokon’ny Kongresin’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara).

Ramano F.

Tia Tanindranaza1 partages

Julien Radanoara« Zo mahafaty no misy eto »

Tsy nitsitsy fitenenana ny mpahay diplomasia, Julien Radanoara, nanatsikafona ireo tsy fihetezan-javatra rehetra misy eto amin’ny firenena na eo amin’ny lafiny lalàna izany, fa indrindra teo amin’ny resaka zon’olombelona. Efa lasa zo mahafaty (droit à la mort), hoy izy, no misy eto fa tsy zo hiaina intsony (droit à la vie).

J. Mirija

Agence de Presse de l'Ocean Indien1 partages

Sainte-Marie : l’Ile aux nattes

Située à l’extrême sud de l’île Sainte-Marie dont elle n’est séparée que par un étroit chenal, entourée d’une barrière de corail, l’île aux nattes est un véritable petit Eden préservé : une végétation luxuriante rivalise de beauté avec les eaux cristallines du lagon.

La courte traversée en pirogue depuis « la pointe » (à peine 5 minutes) permet une approche tout en douceur de cet écrin dont les rivages ourlés de sable blanc ménagent de véritables piscines naturelles propices à la baignade. Le charme de l’île aux nattes, de forme circulaire, est de pouvoir être parcourue aisément grâce à des sentiers qui suivent la côte et parfois se hasardent à l’intérieur de ses terres. On peut alors découvrir de petits villages composés de cases en « falafa » peuplés d’une très accueillante population qui propose quelques objets artisanaux, des fruits et épices (cannelle, girofle, poivre…) et quelques huiles essentielles (ravintsara, niaouli…). Aux alentours des villages, quelques rizières confèrent un aspect des plus bucolique à des paysages qui, en arrière-plan, sont occupés par de belles cocoteraies. Le pourtour de l’île alterne petites criques sauvages ponctuées de rochers aux formes douces et belles anses sablonneuses. Les chemins bordés de crotons multicolores permettent de découvrir l’ensemble de l’île en quelques heures, y compris celles consacrées à la découverte de points de vue panoramique (le phare, la « Maison-Blanche ») et… à la baignade dans les eaux chaudes et turquoise de l’immense lagon. Plusieurs petits hôtels et maisons d’hôtes ainsi que des restaurants offrent l’opportunité de séjourner sur l’île aux nattes, retiré du monde, bercé par le ressac des vagues sur la barrière de corail ou le bruissement des palmes de cocotiers sous l’effet des alizés…

Source : Infotourisme Madagascar n° 29

L'express de Madagascar1 partages

Enseignement secondaire – Les manuels scolaires se font rares

L’absence de manuels scolaires pèse lourd au niveau des lycées. Elle devient un facteur de blocage dans l’enseignement.

De l’abstrait au concret. L’enseignement est de moins en moins perceptible dans les niveaux secondaires. Une grande lacune de manuels scolaires devient un facteur de blocage de compréhension, selon quelques enseignants de lycées publics dans la périphérie d’Antananarivo. “Nous n’avons pas de laboratoire alors que c’est important pour assimiler les leçons, essentiellement pour les matières scientifiques. Les livres sont aussi insuffisants”, explique un enseignant en physique-chimie, hier.Le directeur de la Technologie et de l’information de la communication (DTIC) du ministère de l’Éducation nationale, Thierry Serge Tsitoara, reconnait lui aussi que les cours sont parfois abstraits. “Moi-même, j’avais du mal à comprendre les théories physiques comme la poussée d’Archimède ou encore les compositions chimiques quand j’étais lycéen, à cause de cette absence de manuels”, explique-t-il.Le ministère de l’Éducation nationale tente d’y remédier, en vulgarisant  l’éducation numérique au niveau des lycées. Deux cent lycées publics sur les quatre cents existants sont maintenant équipés de matériels de la technologie de l’information et de la communication (TIC). « Des salles numériques seront bientôt installées dans cent lycées de neuf régions. Ces établissements seront dotés de vidéo-projecteurs et d’une douzaine d’ordinateurs remplie de plusieurs ouvrages», étale ce directeur.Non maîtriséeLa TIC est mal exploitée depuis sa diffusion. « La plupart de nos enseignants sont vieux et ne la maîtrisent pas. Les élèves n’ont pas su en profiter. Au lieu d’effectuer des recherches sur leurs études, ils passent leur temps sur les réseaux sociaux ou à faire des jeux », déplore un enseignant au lycée Jean Joseph Rabearivelo à Analakely. Il a été ainsi décidé de suspendre les connexions, pour que les élèves se concentrent plus sur l’éducation.Les enseignants soulignent, toutefois, que la qualité de l’enseignement au niveau des lycées dépend en grande partie de ces nouvelles technologies de l’information. « C’est un moyen pour développer, notamment, pour améliorer la compétence des enseignants vu qu’il n’y a pas d’ouvrages », précisent-ils.Une politique de l’intégration des TIC dans le système éducatif malgache est en cours de conception, pour pallier ce problème. «Elle définira la stratégie quinquennale visant à aider les élèves et les enseignants à maîtriser la TIC. Il y aura par exemple des formations continues des enseignants, ils sont les principaux facteurs de réussite », poursuit Serge Thierry Tsitoara, tout en indiquant, «Tous les appuis sont focalisés dans l’éducation de base. La diffusion de la TIC au niveau des lycées permettra de bien former nos lycéens. Ils sont l’avenir du pays ».

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Idah Razafindrakoto retenue au programme Milead 2017

Pour la première fois, une jeune malgache, Idah Holiarisoa Razafindrakoto a été sélectionnée pour participer au programme Moremi Initiative Leadership and Empowerment Development 2017 (MILAED). Cette élève d’exception, étudiante cinquième année en Gouvernance au Pan-African University de Cameroun a pu représenter Madagascar au programme de bourse intitulé « Fellowship », qui s’est tenu le 10 juillet au 2 août au Ghana. « Fellowship » est un programme de développement du leadership à destination des jeunes femmes africaines afin qu’elles puissent faciliter le changement sur les problèmes critiques de la pauvreté à l’autonomisation économique des femmes, de la justice environ- nementale et de la participation politique. «J’ai été toute chamboulée de me voir primer pour représenter mon pays. Cette bourse est reconnue comme étant un des programmes panafricains prestigieux qui privilégient un accès considérable aux opportunités de développement personnel et entrepreneurial. Cette expérience m’a dotée d’une vision plus élargie des réalités. Je suis amplement fière d’avoir intégré un réseau inspirant et international, et d’inspirer à mon tour les gens des communautés auxquelles j’appartiens », s’enthousiasme Idah Razafindrakoto. L’étudiante  ambitionne de devenir diplomate, fonctionnaire international ou enseignant chercheur. Elle envisage également de revenir après ses études, notamment en 2018 pour servir son pays.Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Un fonds pour soutenir le secteur textile

C’est l’un des secteurs en pleine croissance. Après des années de vaches maigres, l’industrie textile est actuellement en plein essor dans le pays. Le secteur bénéficie actuellement d’un fonds de soutien de 2 millions de dollars. Cette enveloppe est destinée à développer les activités des sous traitants et des petites et moyennes entreprises du secteur. Tous les ingrédients semblent être réunis pour le textile et l’habillement tire vers le haut l’essor économique tant attendu.Les exportations tournent essentiellement en Europe et aux Etats-Unis. « Le marché européen représente 62% des exportations de textile et habillement, tandis que le marché américain ne concerne que 18% », a fait savoir Dominique Randria­narivony, directeur de communication au sein de l’Economic development board of Madagascar (EDBM). Mais d’ici peu, cette entité de promotion des investissements estiment atteindre un chiffre d’affaires de 500 millions de dollars d’exportation vers le marché américain d’ici trois ans.L’EDBM compte essentiellement sur la mise en place de la zone économique spéciale dédiée au textile ou le «Textile City». Elle sera bâtie sur une surface de cent hectares et sera capable d’accueillir quatre vingt à cent usines de production.Lova Rafidiarisoa

Lire aussi :  Groupe Socota - L'industrie textile contre la pauvreté
L'express de Madagascar1 partages

Le premier salon de voitures d’occasion ouvre ses portes

L'express de Madagascar1 partages

Football – Chan – Confirmation de l’indis­ponibilité de Mario

La semaine dernière, une convocation a été envoyée à Bakary Mario, afin qu’il rejoigne les Barea de Mada­gascar en regroupement. Et ce, malgré une légère blessure du joueur. Aujourd’hui, on est définitivement fixé.Le défenseur latéral gauche titulaire de la sélection malgache est indisponible pour le match aller du troisième tour des éliminatoires du Championnat d’Afri­que des Nations 2018, ce dimanche à Mahamasina, contre l’Angola.« Pour le remplacer en cas d’indisponibilité, il y a Zénith ou Tantely », avait souligné le sélectionneur Auguste Raux, la semaine dernière. On verra lequel des deux sera placé sur la gauche de la défense, ce mercredi matin, durant le match amical des Barea contre l’Uscafoot, à 10h à Mahamasina.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Madaplus.info0 partages

La mort de Tsiandopy Jacky, son neveu arrêté par la gendarmerie

L’enquête sur le meurtre de Tsiandopy Jacky a donné son premier fruit. La police a arrêté le propre neveu de Tsiandopy Jacky, le présumé acteur de cet acte d’assassinat.
Ce sont les chiens pisteurs de la gendarmerie qui ont retrouvé sa trace jusqu’à sa maison, qui se trouve seulement à quelques mètres de la résidence de la famille Tsiandopy Jacky. Le jeune homme n’y était plus lors de la descente effectuée par la gendarmerie après l’assassinat. Il serait impliqué dans ce meurtre selon le fils du défunt. Cette situation pourra semer la zizanie au sein de la famille, a-t-il prédit. Lors de son arrestation samedi, une chaîne en or gardé dans le coffre-fort de la victime a été retrouvée avec le jeune homme. D’ailleurs, plusieurs biens du mort, à savoir une valise diplomatique, deux ordinateurs et de l’or enfermés dans le coffre-fort sont tous disparus après l’assassinat. Le présumé assassin est transféré à Antananarivo et l’enquête suit son cours. Le fils de Tsiandopy Jacky était ferme dans ses dires et se dit être prêt à tout pour connaitre toutes les vérités derrière cette affaire.
Madaplus.info0 partages

30 mois de prison pour Alain Ramaroson

Après une année d’attente du procès à Antanimora, le verdict de l’affaire de l’ancien président de la Commission de la Défense au sein du Conseil Supérieur de la Transition, Alain Ramaroson, a été prononcé aujourd’hui par le Tribunal.
Il écope de 30 mois de prison ferme et doit s’acquitter d’une amende de 200 millions d’Ariary, pour une affaire de litige foncier à Ambohimangakely. Les inculpations de ce président national du parti MASTER sont relatives à une affaire familiale. C’est également un de ses proches qui aurait déposé une plainte contre lui. Il a comparu devant le Tribunal mardi dernier. Cette affaire fait également de la peine pour les proches d’Alain Ramaroson, surtout pour son grand âge.
News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : ambohipihaonan’ny mpandraharaha rehetra ny MBC

Vita ny Mining Business Center (MBC), ivontoerana iray naorin’ny Bureau de cadastre minier de Madagascar (BCMM) ho an’ny mpandraharaha rehetra mihary avy amin’ny harena an-kibon’ny tany.  Natao indrindra io BCM io ho fampiroboroboana hatrany io fihariana iray io,  manomboka any amin’ny mpitrandraka, mpivarotra, mpividy. Hifanakalozan’ny avy eto an-toerana sy avy any ivelany. Ahitana tranoheva 32 azon’ny mpandraharaha hofaina hanaovana fifanakalozana ara-barotra izy io. Hita ao koa ny banky sy fanakalozam-bola, birao fanaovana ny taratasy rehetra ilaina. Hanampiana ny mpandraharaha ankoatra ireo toerana ireo, efitrano fivoriana iray mahazaka olona 1.000, famakiam-boky, tahirim-bakoka.

Ny azo ilazana azy, ambohipihaonan’ny mpandraharaha rehetra amin’ny harena an-kibon’ny tany io toerana io. Ho an’ireo mikirakira vatosoa sy volamena, vato indostrialy sy ireo akora ambanin’ny tany hafa, ankoatra ny solitany. Ezahina ny hampidirana ireo sehatra rehetra ireo ao anatin’ny rafitra ara-dalàna, hampiakatra ny harinkarem-pirenena. “Ny vato tsy misy eto no mora isaina noho ny karazam-bato misy eto amintsika”, hoy ny minisitra Zafilahy Ying Vah. Noho izany, araka ny fanamby apetraky ny minisitera, tokony hampidi-bola betsaka ho an’ny fanjakana ny harena an-kibon’ny tany. Amin’izao fotoana izao, mbola kely ny anjara hoentiny amin’ny harinkarem-pirenena (PIB), 4,18 %.

Efa tsara ny tarehimarika hita any amin’ny sehatry ny volamena, 1.400 kg ny tatitra voaray nanomboka ny fiandohan’ny taona 2017 ka hatramin’izao. Mbola lavitry ny zava-misy anefa izany, raha ny fanazavan’ny minisitra. Voalohany nahitana tarehimarika ambony toy izany ny volamena, hatramin’ny nahazoana fahaleovantena. Teknolojia avo lenta ny fifandraisana ao anatiny, manana famatsiana angovo mahaleo tena ; fampiasana teknolojia avo lenta toy izany koa  no miantoka ny fiambenana ao anatiny sy ny manodidina.  Hotokanana tsy ho ela io toerana io, izay nitentina 20 miliara Ar ny nanamboarana azy.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Anjakan’ny mpanefoefo : tafakatra 12.000 Ar ny lasantsy any Maroantsetra

Midangana izaitsizy ny vidin-javatra any Maroantsetra. Anisan’ny antony ny halafosan’ny lavanila. Manjaka ny gaboraraka, tsy misy andraikitra raisin’ny solontenam-panjakana ary hita ny maha lavitra andriana any an-toerana.

 

Miakatra izaitsizy sady mbola tsy nisy tahaka izany ny halafosan’ny vidim-piainana ao an-tampon-tanàn’i Maroantsetra, faritra Analanjirofo. Raha ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana amin’ izao fotona izao, mahatratra 12.000 Ar ny litatry ny lasantsy SP 95.

Mitantana ny toeram-paninjara solika ny mpandraharaha iray any an-toerana, manararaotra sy manao antsojay ny fiainam-bahoaka toy izao. Misy amin’ny mponina sasany ny milaza fa misy ambadika politika ity tranga ity.

Hiarahan’ny rehetra mahafantatra fa miankina amin’ny vidin-tsolika ny vidin’entana rehetra. Miakatra avokoa, noho izany ny vidin-javatra toy ny vary, lasa 700 Ar ny iray kapoaka (2.450 Ar/kg), raha 20.000 Ar ny kilaon’ny henan’omby, 25.000 Ar/kg kosa ny henan-kisoa, 3.000 Ar ny kilaon’ny legioma, raha 12.000 Ar ihany koa ny saribao iray kitapon-tsimenitra.

Mitazam-potsiny ny tompon’andraikitra

Tsy vitan’ izany fa lasa gaboraraka tanteraka ny fitaterana, tsy misy fanarahan-dalana ataon’ny mpitatitra. Samy manao taingimbe ny fiara sy ny moto, ity farany izay tsy mampiasa akory aroloha. Mitazam-potsiny ny polisy ao an-tampon-tanàna amin’izany rehetra izany.

Mitaraina ny mponina amin’ izao fiakaram-bidim-piainana lafobe izao.

Fa ny fanadihadiana hatrany no nahalalana fa anisan’ny mahatonga ny olana amin’ ny fiainam-bahoaka ny halafosan’ny vidin’ny lavanila. Tsy mahita ny fahantram-bahoaka ny  solontenam-panjakana ao an-toerana fa samy manao lavanila ihany koa.

Njaka A. sy Sajo

News Mada0 partages

Litige foncier – Alain Ramaroson : 30 mois d’emprisonnement ferme , 850 millions d’ariary d’amende

Après son deuxième procès hier à Anosy, le président national du parti Masters, Alain Ramaroson retourne en prison et va y rester pendant un bon bout de temps. La famille dénonce une manigance politique.

Le verdict sur l’affaire relative à un conflit domanial à Ambohimangakely a été prononcé hier. Alain Ramaroson est condamné à 30 mois de prison ferme de 200 millions d’ariary d’amende. Cette peine s’ajoute donc à celle prononcée le 25 juillet dernier qui est d’un an de prison ferme et 850 millions d’ariary d’amende.

A noter que tout au long du procès, plus précisément depuis son incarcération en 2016, ce leader politique n’a bénéficié d’aucune liberté provisoire. Après 12 mois passés derrière les barreaux, il devra purger encore 30 mois de prison et payer 1,050 milliard d’ariary d’amende.

Huit personnes inquiétées dans cette affaire ont été acquittées tandis que la secrétaire de la commune de Behenjy a écopé d’une amende de 60 millions d’ariary et d’un emprisonnement ferme de 60 mois.

Dessous politique ?

Pour sa famille, cet ancien membre du conseil supérieur de la transition (CST) est victime d’un acharnement judiciaire. Pour ses proches, cette affaire ne relève plus d’un conflit familial mais plutôt d’un dessous politique  étant donné qu’il n’a pas hésité à afficher son opposition au régime actuel.

Cette thèse de calcul politique a été formellement écartée par le procureur responsable de cette affaire. Selon ce dernier, Alain Ramaroson a été accusé de «faux et usage de faux».

A ce propos, la famille d’Alain Ramaroson a donné des explications sur l’affaire d’héritage qui prêtaient à confusion. En effet, Charlotte Ratsimiah, la 2e épouse de feu Ramaroson, mère d’Alain Ramaroson, a été désignée sur testament, comme seule légataire de la part de feu son mari. Et le testament de Charlotte Ratsimiah désigne comme seul héritier son fils unique.

Ce document devait mettre fin alors à l’accusation pour faux et usage de faux à l’encontre d’Alain Ramaroson. Mais ce n’a pas été le cas. Les maintes demandes de liberté provisoire ont été refusées malgré les preuves et documents authentiques apportés par l’avocat de l’accusé.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Nivoaka ny didy momba ny tany eny Ambohimangakely : migadra 30 volana an-tranomaizina Ramaroson Alain

Ho vita tanteraka ny aminy ? Nivoaka, omaly tetsy amin’ny fitsarana Anosy ny didim-pitsarana momba ny raharahan’ny tany eny Ambohimangakely. Voasazy higadra 30 volana an-tranomaizina ny mpitarika ny antoko Master’s. Mbola niampy onitra koa izany, ankoatra ny sazy teo aloha.

Niakatra fitsarana, ny 1 aogositra teo, ity resaka tany eny Ambohimangakely, ifanenjehan’ny fianakaviany sy Ramaroson Alain ity. Nivoaka, omaly, ny didim-pitsarana momba izany ka mampiditra am-ponja azy roa taona sy tapany. Tsy vitan’izany fa mbola mandoa onitra amin’ireo mpitory, hatrany amin’ny 200 tapitrisa Ar ny tenany.

Etsy andaniny, voasazy higadra herintaona an-tranomaizina koa Ramaroson Alain momba ny raharahan’ny tany eny Andoharanofotsy, ao amin’ilay kianja Ramaroson, tamin’ny didim-pitsarana iray hafa, herinandro vitsy lasa izay. Mbola ny fianakaviany ihany no nitory azy tamin’izany. Efa notanana am-ponja vonjimaika (MD) herintaona anefa izao ity filohan’ny vaomieran’ny fandriampahalemana teo anivon’ny CST ity ka efa nahavita ny saziny amin’io raharaha iray io. Na izany aza, mbola mandoa onitra hafa, 950 tapitritsa Ar amin’ireo nitory azy koa izy amin’io.

Manampy izany, nahazo sazy mihatra 60 volana an-tranomaizina sy mandoa onitra hatrany amin’ny 60 tapitrisa Ar ihany koa ilay sekretera jeneralin’ny kaominin’i Behenjy. Anisan’ny  voarohirohy tamin’ny fanaovana hosoka niaraka tamin-dRamaroson Alain izy.

Tsy afa-bela amin’ny maha mpanao politika azy ?

Midika izany fa tsy afa-bela tanteraka ity mpanao politika mahitsy fiteny ity amin’ireo raharaha roa ireo. Tena nalentika tanteraka amin’io resa-pianakaviana io… Fa mety misy ambadika politika koa any ho any ? Misy ifandraisany amin’ny maha mpanao politika mpanohitra azy ny raharaha ka nalentika tanteraka amin’ity raharaham-pianakaviana ity ? Hampanginana an-dRamaroson Alain tsy hitsikera na hanakiana intsony ny fitondrana izany sazy roa taona sy tapany izany ?

Ankoatra izany, tsy hita popoka ireo namany sy mpiara-mitolona aminy… Andrasana ny ho tohiny !

Randria

News Mada0 partages

CRN : « Tsy hahavitana fampihavanana ny lalàna momba izany »

 « Tsy hahavitana fampihavanam-pirenena ny lalàna momba izany. Firenena no hampihavanina, satria nisy fanjakana 18 teto talohan’ny fanjanahantany. Samy nanana ny lalàmpanorenany avy ireo, ny didy aman-dalàny, ny fomba amam-panaony… » , hoy ny sekretera jeneralin’ny Komity fampihavanam-pirenena (CRN), Tabera Randriamantsoa, momba ny fananganana ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy FFM.

Nony tonga ny mpanjanatany, voafehy tao ambaniny ireny fanjakana ireny. Izay no hampihavanina hananganana firenena iray, ary tanjon’ny fampihavanam-pirenena tadiavin’ny CRN.

Mila lalàmpanorenan’ny fampihavanam-pirenena

Raha ny FFM hatsangana, mitovy amin’ny aloha ihany, araka ny fanazavany. Fampihavanana volavolain’ny vazaha izany, fa tsy tena fampihavanam-pirenena miainga amin’ny Malagasy.

Mila hapetraka ny lalàmpanorenan’ny fampihavanana. Miainga avy amin’ny lalàna fototra ny lalàna momba ny fampihavanana. Toy ny tatsy Afrika Atsimo, ohatra: teo ny lalàmpanorenan’ny fanavakavaham-bolon-koditra; avy eo, lalàmpanorenana tsy misy fanavakavahana, miditra amin’ny fampihavanam-pirenena amin’izay.

« Tsy misy olona hanao fifantenana izany ny fampihavanana », hoy izy.

R.Nd.

 

News Mada0 partages

Fananganana Filankevitry ny fampihavanana : mpanao politika ny kandidà maro hotendrena

Ny eo ihany no miverina. Hadinina imasom-bahoaka, anio etsy amin’ny lapan’ny Antenimierandoholona, ireo ho mpikambana eo anivon’ny Filankevitry ny fampihavanana (FFM). Mpanao politika teo aloha ny maro amin’izy ireo nefa hampihavana…

Nofohazina noho ny resaka seza indray… Mpanao politika efa navalon’ny tantara ny maro amin’ireo hosafidina ho mpikambana eo anivon’ny rafitry ny fampihavanana. Anisan’ny tafiditra amin’ireo 220 farany, hadinina anio etsy Anosikely izy ireo. Eo, ohatra, ireo Tim teo aloha toa an-dRaharinaivo Andrianantoandro, Rahaingosoa Louise Odette, Koto Bernard. Ny Praiminisitry ny Tetezamita, Mangalaza Eugène sy minisitry ny Tetezamita, Masimana Manantsoa, ny CT Ramamimampionona Gérard, ny depiote Pikulas Jonah, Rasoanirina Méline… Fa eo koa ireo nanao paikady ka nifindra faritra hafa mba ho voatendry. Anisany ny Jly Rabarisoa Ranto, mitarika ny CMDM amin’izao fotoana izao. Nisafidy ny any amin’ny faritra Itasy raha tokony ho eto Analamanaga… Ankoatra ireo, ny minisitry ny Atitany teo aloha, ny Jly Rasolondraibe Jean Jacques. Manampy izany i Boanoro Henri Victor… samy olon’ny amiraly Ratsiraka avokoa izy ireo. Efa mpikamban’ny FFM fony Tetezamita kosa Ramarolahy Albert sy i Sajy Pierre. Eo koa ny Jly Mampisanjy Michel. Mpanao politika tokony hampihavanina nefa lasa mpampihavana ?

Ankoatra izany, ahitana mpanao gazety maromaro koa ireo hiatrika fanadinana anio. Anisan’izany i Nary Ravonjy, Razaka Oliva, i Latmer Rangers, i Maka Alphonse, i Pilazah Joreh, Rambeloson Jean Aimé.

Sarotra ny fifantenana

 Nambaran’ny mpitarika ny komity mpifantina, ny mpitandrina Tehindrazanarivelo Emmanuel Djacoba, fa nandalo dingana izao fahatongavana amin’ny farany izao. “Sarotra ny fifantenana amin’ireo 600 mahery satria samy manana ny maha izy azy avokoa izy ireo… Na izany aza, hiatrika ny dingana farany ireo 10 isam-paritra ireo. Halefa any amin’ny fanjakana ny lisitra voatendry iray nahazo naoty tsara indrindra isam-paritra sy ny mpisolo toerana iray mba hankatoavina”, hoy izy, tetsy Ambohidahy omaly.Araka izany, andrasana ny ho tohiny, aorian’ny anio sy ny ho fanehoan-kevitr’ireo mpanao politika momba ity fampihavanana ity.

Synèse R.  

News Mada0 partages

CFM : des têtes bien connues parmi les candidats

Dix candidats pour chaque région, soit deux cent vingt au total. C’est le nombre des postulants retenus par le Comité national de sélection pour poursuivre l’aventure des éliminations avant d’intégrer le prochain Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM). Ces candidats seront auditionnés publiquement à la Chambre haute pour savoir s’ils remplissent les critères  requis.

Plusieurs  têtes connues dans le milieu sociopolitique font partie des candidats. Citons entre autres, Raharinaivo Andrianantoandro, Louise Odette Rahaingosoa, Koto Bernard,  Mangalaza Eugène, Masimana Manantsoa, Ramamimampionona Gérard, Pikulas Jonah, Rasoanirina Méline, Rabarisoa Ranto, Rasolondraibe Jean Jacques, Boanoro Henri Victor, Ramarolahy Albert, Sajy Pierre, Mampisanjy Michel, Nary Ravonjy, Razaka Oliva, Latimer Rangers, Maka Alphonse, Pilazah Joreh ou encore Rambeloson Jean Aimé.

Pour rappel, d’après les dispositions de l’article 12 de la loi n°2016-037 relative à la réconciliation nationale, le CFM devrait être composé de personnalités choisies en raison de leur qualité morale, leur intégrité, leur refus du népotisme sous toutes ses formes, leur sens de la Justice, du devoir, du bien public et de l’intérêt général, leur compétence et leur connaissance réelle de Madagascar ainsi que leur capacité à transcender les clivages de toute nature.

L’article 13 stipule, en outre, que le CFM comprend trente-trois membres dont un par Région et onze désignés par le Président de la République, à raison de leur compétence particulière et issus de province différente et dans le respect de l’approche genre.

J.P

 

News Mada0 partages

Basikety – «Fiba 33» : mpilalao 16 hifantenana ny ekipa nasionaly

Hiditra ao anatin’ny fifaninanana afrikanina, taranja basikety lalaovin’olon-telo, ny Malagasy, amin’ity. Ny sokajy lehilahy aloha  no hisantatra izany. Ao anatin’ny fifantenana ireo mpilalao ny federasiona, ankehitriny.

Anisan’ireo firenena hiady izay ho tompondakan’i Afrika, basikety lalaovina olon-telo “Fiba 33”,  i Madagasikara. Fihaonana, hatao any Togo ny volana novambra ho avy izao. Araka izany, namoaka ny lisitr’ireo mpilalao 16 mirahalahy ny teknisianina eo anivon’ny federasiona, hifantenana izay handrafitra ny ekipam-pirenena.

Notsongaina, nandritra ny fifaninanam-pirenena, natao teny amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano ny volana jona lasa teo, izy ireo.

Nambaran’ny tale teknika nasionaly fa mbola hisy lisitra faharoa, aorian’ny “Big Sôma 3×3”, hatao any Mahajanga ny 18 ka hatramin’ny 20 aogositra ho avy izao.

Marihina fa tsy niatrika ny fifanintsanana isam-paritra i Madagasikara satria tsy nisy vonona hiatrika izany ireo aty amin’ny faritra faha-7. Noho izany, tafita avy hatrany ny Malagasy ary hisolo tena ity faritra ity.

Nomarihin’ny teknisianin’ny federasiona fa manana herijika betsaka ho tafiditra ao anatin’ireo efatra voalohany aty Afrika i Madagasikara, amin’ity taranja “Fiba 33” ity. Marihina fa mitarika fiofanana any amin’ny faritra Vatovavy Fitovinany, ho an’ireo mpanazatra “Mini basket”, ny tale teknika nasionaly.

Tompondaka

Ireo mpilalao voafantina voalohany :

1- Andriamaharo Daniel Tsiry (AS. Sava)2- Andriamanambinirina Nanteherana (AS.V7V)3- Andrianjafy Rija Tahina (Cosmos Secren Diana)4- Donga Stevel (Cosfa Analamanga)5- Feno Stephan Theodule (Cosfa Analamanga)6- Kakay Enrico Fermi (Cosfa Analamanga)7- Loubacky Rick Ley (ASCB Boeny)8- Rahelison Fenomanantsoa (Prah’lah Analamanga)9- Rajaonarivony Mbolatiana Claudio (Prah’lah )10- Rakotoson Mmadi  Msaidi  (ASCB Boeny)11- Randriamampionona Elly (ASCB Boeny)12- Randriamiakadaza  Judicaelas. (AS V7V)13- Randrianarison Sandrino Walter (AS Sava)14- Solondrainy  Jean  Alpha (AS Sava)15- Rahajaniaina Orlando (ASCB Boeny)16- Tovonay Dodax (MB2All Analamanga)

 

News Mada0 partages

«Salon M’Autoccaz» : fihaonan’ny mpankafy fiarakodia sy moto

Hotanterahina,  ny zoma hatramin’ny alahady izao, etsy amin’ny lapan’ny Kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina, ny « Salon M’Autoccaz, kit et accessoires», hetsika mahakasika ny fiarakodia sy ny moto, karakarain’ny TH Event. Manodidina ny 30 eo ho eo ny tranoheva hampiranty sy hampahafantatra ireo kojakoja ilaina, amin’izany. Fotoana iray ifanakalozan-kevitra sy traikefa eo amin’ny matihanina sy ny samy mpankafy fiarakodia na koa moto io. Ho marobe mantsy ireo mpandraharaha eo amin’ity sehatra ity ho avy ao.

Tanjona ny hanome fahafaham-po sy hanampy ireo olona sahirana amin’ny fikarohana kojakoja, araka ny fanazavan-dRakotomanga Haingonirina, tompon’andraikitry ny TH Event. Nambarany fa ezahina hatao tsara io andiany voalohany io mba hahafahana mikarakara ny manaraka ary kasaina hatao isan-taona izany. Raha ny fantatra, hisy ihany koa fampisehoana fanamoriana fiara sy moto amin’ny halavirana 300 metatra. Misy ny loka, ho an’ireo mpandray anjara sy mpandresy. Ny  asabotsy sy alahady kosa, hisy ny zumba hiarahana amin’i Bodohasina.

 Landy R.

News Mada0 partages

Tenisy – «Mada 2017» : nandresy avokoa ireo mpilalao efa kalaza

Niditra tamin’ny andro faharoa ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja tenisy. Fihaonana, tanterahina etsy amin’ny kianja Acsa Ambohidahy. Araka ny fandaharam-potoana, mbola ny sokajy «vétérans » sy ny «U14», lahy sy vavy, aloha no miditra an-tsehatra. Raha ho an’ny voka-dalao, mbola voahaja aloha, hatreto, ny lojika satria mbola manohy ny diany ary mivoaka ho mpandresy avokoa ireo mpilalao efa manana ny toerany. Nanaporofo izany ny teo amin’ny “U14” vehivavy, ny nandresen-dRasendra Miotisoa an’i Randy. Toy izany koa Ranaivo Mialy izay nanilika an-dRatovonarivo Fitahiana. Nahazo fandresena ihany koa Razakaniaina Maholy raha nifanandrina tamin’Andrianafetra Miarana. Tombony ho azy ireo ny fahazarana lalao lehibe sy ny traikefa. Hitohy, anio, ny fihaonana ka hiditra an-tsehatra indray ireo lehilahy.

Torcelin

News Mada0 partages

Reforme foncière : la Banque mondiale félicite le M2pate

La réforme foncière à Madagascar est sur la bonne voie. Après une série d’évaluations en juillet dernier, une équipe de la banque mondiale a reconnu les efforts accomplis.

«De nombreux pays peuvent s’inspirer de l’exemple malgache. D’ailleurs, plusieurs pays africains s’intéressent déjà à la réforme foncière malgache car elle répond à des questions difficiles et proposent des solutions techniques et juridiques fiables et accessibles ». C’est en ces termes que les experts de la Banque mondiale ont qualifié la politique foncière appliquée à Madagascar.

La Banque mondiale a ainsi tenu à féliciter le ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate), Narson Rafidimanana, et son équipe, à propos de la gestion foncière efficace et transparente ayant pour objectif de réconcilier les Malgaches avec leurs terres.

Plus de 65 % de la population de Madagascar tirent ses revenus de l’exploitation directe de leurs terrains agricoles. Force est ainsi d’admettre que garantir les droits fonciers des agriculteurs est plus que crucial afin que la population rurale puisse produire dans les meilleures conditions.

Sécurisation

A travers la mise en œuvre de la réforme foncière, le M2PATE, en partenariat avec les bailleurs prévoit la sécurisation d’au moins 500 000 parcelles d’ici 5 ans, soit plus de 100 000 certificats par an. Par ailleurs, la multiplication des Opérations domaniales concertées (Odoc), une procédure collective, simplifiée,  combinée et à moindre coût afin perrmet à la population à faible revenu, urbaine et rurale, de régulariser très rapidement leurs occupations foncières. L’autre mesure prise est la gratuité de mutation par décès des terrains. Au total, 14 792 mutations ont été transcrites auprès des Services fonciers répartis dans tout le pays entre janvier 2016 et juin 2017.

Par ailleurs, une appropriation nationale de toutes les parties prenantes est primordiale quant à la réussite de cette politique foncière. Pour ce faire, le M2pate organise actuellement  des ateliers dans toutes les régions de l’île pour recueillir les propositions des acteurs locaux en vue d’élaborer un document stratégique conformément à la gestion foncière décentralisée (GFD).

« Ces bons résultats ont été obtenus grâce à une volonté politique audacieuse et à l’engagement sans faille de l’ensemble du personnel du M2pate », a conclu le ministre Narson Rafidimanana.

Nadia

News Mada0 partages

Fampakarana saran-dalana : manao izay danin’ny kibony ireo taksiborosy

 Fotoan’ny fialan-tsasatra izao, betsaka noho izany ireo mpiala sasatra mankany amin’ny faritany. Raha ho an’ny zotram-pitaterana mankany Toamasina sy Mahajanga ary Antsiranana, nisy ny saran-dalana tokana niarahan’ny fikambanamben’ny mpitatitra sy ny eo anivon’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety. “Tsy tokony hihoatra izay efa nifanarahan’ny kaoperativa rehetra anefa ny saran-dalana, saingy misy ihany ireo manararaotra mampiakatra saran-dalana rehefa andron’ny fialan-tsasatra toy izao. Eo koa ireo manao taingimbe satria raha tokony ho olona efatra isaky ny seza lasa ataon’ireo mpitatitra dimy isaky ny seza”, hoy ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanamben’ny mpitatitra, Rakotomavo Philippe, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety omaly teny amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy eny Ambodivona.

Nambarany fa manimba ireo kaoperativa manara-dalana izany. Isan’ireo zotra nahitana izay fampiakarana saran-dalana mihoa-pampana izay ny zotra mankany Mahajanga noho ity toerana ity ankafizin’ny mpiala sasatra. Eo koa ny zotra nasionaly mankany Toamasina. Raha 20 000 Ar ny tena saran-dalana, lasa 40 000 Ar izany amin’izao fotoan’ny fialan-tsasatra izao. Misy koa ireo fiara mangalatra mandeha amin’ny lalan-kafa izay tsy mifandraika amin’ny zotra tokony hataony nefa tsy nahazo fankatoavana avy amin’ny kaoperativa. “Hentitra ny fikambanamben’ny mpitatitra manoloana izao gaboraraka ataon’ny mpamily izao ka mety hiafara amin’ny sazy tsy fahazoana mivezivezy ao anatin’ny fotoana tsy voafetra no ahazon’ny kaoperativa ahitana taksiborosy tsy manara-dalana. Tokony harahin’ny kaoperativa rehetra koa ary tsy tokony hiova intsony ny saran-dalana”, hoy hatrany izy. Efa nisy fiara tratra nikasa hitondra mpandeha ho any Toamasina nefa zotra tsy mpandeha any akory teny amin’ny fiantsonan’ny taksiborosy Ambodivona ka voatery najanona avy hatrany.

Fanararaotana tsotra izao…

Mahakasika ny loza eny amin’ny lalam-pirenena tato ho ato, manazava ny fikambanamben’ireo mpitatitra fa tsy rehefa misy hatrany ny loza foana vao hoe handray fepetra ny fanjakana. Tokony hampiharina dieny mialoha hatrany izany. Tsy ny mpitatitra ireny koa no tompon’antoka amin’ny loza toy izany fa manana andraikitra ny fanjakana sy ny mpitandro filaminana eny amin’ny lalam-pirenena.

Tsikaritra fa misy hatrany ny fanararaotana ataon’ny mpitatitra rehefa fotoam-pialan-tsasatra toy izao. Samy manana ny filazany ny tompon’ireny fiara manao taksiborosy ireny, misy milaza fa hoe tsy mahita olona rehefa miakatra aty an-drenivohitra ka amin’ny alalan’ny fampiakarana saran-dalana ny hamenoana ny banga amin’ny “versement”. Tena izay tokoa ve? Matoa miditra ao anatin’ity fandraharahana momba ny fitaterana ity tokony hahafantatra izany dieny mialoha ny tompona fiara fa tsy ny vahoaka tsy manan-tsiny hatrany no atao sorona hameno ny banga any am-paosin’ny mpitatitra. Tsy afa-manoatra anefa satria tsy maintsy mandeha ny olona. Toy izany hatrany ve no iainana? Mifanambaka hatrany nefa mitondra mankaiza ny vokatr’izany?

Jean Claude

News Mada0 partages

Loza teny Ankazobe : nalain’ny zandary natao famotorana ny mpamily

Nivoaka ny hopitaly, omaly tokony ho tamin’ny 10 ora maraina, ilay mpamily ilay Boeing niharan-doza tany Ankazobe ny herinandro teo. Nalain’ny zandary niaraka tamin’ny fianakaviany nentina any Ankazobe avy hatrany ity mpamily ity mba hanaovana famotorana. Ity farany izay naratra mafy, voadona teo amin’ny tratrany. Anisan’ny velona avotra soa aman-tsara ity farany, noho izany. Any Ankazobe no hiakatra fitsarana ny raharaha, ka ho fantatra tsy ho ela izay olona mety ho tafiditra amin’ny fitoriana izany.Raha tsiahivina, 21 ny olona maty vokatr’ity loza ity. Fiara nitondra STK sy Sampati avy any Soavianandriana Itasy ireo niharan-doza ireo. Nivarina an-kady rehefa tonga teo Ankazobe noho ny tsy fahatomombanan’ny fiara. Nandeha ny famotorana ka fantatra fa efa lany fitsirihana teknika efa herintaona sy tapany ilay fiara kanefa mbola niasa ihany. Miandry ny fitsarana ny raharaha ny rehetra.

Yves S.

News Mada0 partages

Loza tany Anjozorobe : 18 volana an-tranomaizina ho an’ny mpamily sy ny tompon’ny kamiao

Nivoaka, omaly, ny didim-pitsarana nitoriana ilay mpamily sy tompon’ny kamiao namoa-doza ka nahafatesana olona 42 tany Anjozorobe, ny volana janoary lasa teo. Nosazin’ny fitsarana 18 volana an-tranomaizina izy roa lahy ireo, ary sazy mihatra avy hatrany. Efa notanana am-ponja vonjimaika ireo olona ireo talohan’izao.

Araka ny fanazavana, mbola misy olona 23 manaraka fitsaboana vokatry ny loza naterak’ilay kamiao any Anjozorobe kanefa tsy nahazo fanampiana avy amin’ny fanjakana intsony, araka ny fampanantenana natao azy ireo. Miantso ny tompon’andraikitra mba hijery akaiky ireto olona ireto ny fianakaviany.

Raha tsiahivina, kamiao iray nitondra fianakaviana handeha hamonjy soratra ireto niharan-doza ireto, teo amin’ny tetezana iray any Anjozorobe. Latsaka tany anaty rano ilay fiara ka taraiky tao ny olona maro. 42, lahy ny vavy, ary ankizy indray maty tanatin’izany, ary anisan’izany ireo mpivady vao. Naiditra am-ponja ny mpamily sy ny tompon’ny fiara. Nilaza ny fanjakana fa hanampy ireo olona niharam-boina tamin’ity loza ity. Izao izany, tapaka ity fanampiana ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Ekar Ambohitririna Betafo : zanaky ny fiangonana ihany ireo mpangalatra lakolosy

 Saron’ny zandary ao Andranomadio, ny asabotsy teo ireo jiolahy enina tompon’antoka tamin’ny halatra lakolosin’ny Ekar Ambohitririna Betafo. Zanaky ny fiangonana ihany anefa izy enin-dahy ireo saingy nidiran’ny devoly ka nangalatra ny lakolosim-piangonana…

 

Mpamosavy malemy araka ny fitenenana marina ka ny ao an-trano ihany no aripaka. Izay ny azo ilazana ny fihetsik’ireto enin-dahy izay tsy iza fa zanaky ny fiangonana Ekar Ambohitririna, kaominina Mandritsara Betafo, saingy nahavanon-doza nangalatra ny lakolosin’ity Ekar ity izy ireo. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, telo volana taorian’ny nahavery azy vao hita ity lakolosim-piangonana ity. Teo am-pitadiavana mpividy ry zalahy no tratran’ny vela-pandriky ny zandary ka izao noraisim-potsiny izao.  Nangalarin’ny jiolahy ity lakolosim-piangonana ity ny volana mey 2017 lasa teo. Tsy nisy nahita ny nakan’ireo jiolahy izany. Fantatra tamin’ny fanadihadiana nataon’ny zandary fa efatra tamin’ireo jiolahy no tena tompon’antoka tamin’ity halatra ity raha nitady mpividy kosa ireo roa lahy naman’izy efa-dahy ireo.

Maro ireo mpivavaka ao amin’ity Ekar ity mahafantatra azy ireo, saingy nahavariana ny rehetra ny antony nahatonga izao asan-devoly tao amin’ireto jiolahy ireto izao. Niaiky ny heloka vitany izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny zandary.

Efa maro ihany izay lakolosim-piangonana lasan’ny jiolahy izay. Misy ny efa tafaverina tamin’ny fiangonana tompony, misy kosa ireo tsy hita popoka, ao indray ireo tratra teo am-pitadiavana mpividy toy izao. Tsy mbola fantatra mihitsy ny hanaovana ireny lakolosy halatra ireny fa na ireo jiolahy aza mafy vava tsy miteny ireo atidoha mikotrika izany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Trafic d’héroïne sur l’axe Madagascar – Maurice : des employés de la Mauritius Post incriminés

L’enquête sur la toute récente saisie de 1,38 kg d’héroïne à Maurice avance à pas de géant. Des employés de la Poste de l’île sœur ainsi que le père de l’un de ces derniers viennent d’être arrêtés.

Plusieurs membres d’un réseau de trafiquants de drogue, opérant sur l’axe Madagascar – Maurice, ont été arrêtés par les éléments de la brigade des stupéfiants de l’île Maurice (ADSU).

Parmi les suspects interpellés figurent deux employés de la Poste centrale, à savoir Satish Mungur, 28 ans, et Yogeshwar Poonye, 26 ans. Le père de ce dernier, un certain Sunil Poonye, a également été arrêté avant-hier par les policiers. Le même jour, les deux premiers suspects ont été traduits devant le tribunal de Port-Louis. Les journaux mauriciens ont rapporté dans leurs colonnes qu’afin d’éviter tout imprévu, la police a objecté sur leur remise en liberté conditionnelle.

Trahi par des caméras

Expédiés par un Malgache, deux colis dont l’un contenait 1,38 kg d’héroïne sont arrivés à la Poste centrale, le 30 juillet, après avoir transité par Paris.

Le visionnage de l’enregistrement des caméras installées à la poste a permis de confondre le premier suspect. «On y aperçoit Satish Mungur prenant des photos du colis en question, avant de prendre l’une des boîtes, qu’il a soigneusement placée dans un sac. Quelque temps plus tard, Satish Mungur est retourné avec la boîte, qu’il a soigneusement remplacée», a rapporté Defimedia.

Le 5 août, les policiers ont procédé à l’arrestation de Satish Mungur. Il a reconnu avoir agi selon les ordres de son supérieur Yogeshwar Poonye qui a également été arrêté. Sur lui, les policiers ont découvert 327.400 roupies, l’équivalent de 29.312. 000 ariary. Les investigations menées par la police ont permis d’établir que deux mois plus tôt, il a effectué deux dépôts d’un montant de 145000 roupies (près de 13 millions d’ariary) sur son compte.

Mparany

News Mada0 partages

Hépatite B : le traitement à 48 millions d’ariary

En cas d’infection par le virus de l’hépatite B, un patient doit prévoir au moins dans les 48 millions d’ariary pour son traitement «qui dure 336 jours, à raison d’un million d’ariary par semaine», selon les indications du general manager de la Société pharmaceutique de Madagascar (Sopharmad), Andry Rabemanantsoa. Cela sans parler de la difficulté de trouver les médicaments nécessaires. Pourtant, cette maladie a une prévalence très élevée dans la Grande île, avoisinant les 23% de la population générale, selon la dernière estimation de l’OMS. 5,4% dans les grandes villes, contre 30,5% en milieu rural.

Campagne de vaccination

Comme mieux vaut prévenir que guérir, l’association Compassion Madagascar, en collaboration avec la société Sopharmad, a commencé depuis hier la campagne de vaccination contre l’hépatite B durant ce mois d’août et septembre. Pendant cette période, les trois vaccins qui sont nécessaires pour une immunisation totale, sont vendus pour un montant total de 40 000 ariary dans toutes les pharmacies, au lieu de 120 000 ariary.

Sera R

 

News Mada0 partages

Institut Pasteur : l’unité entomologie a 30 ans

L’Institut pasteur de Madagascar (IPM) a célébré hier les 30 années d’existence de son unité entomologie médicale. Cette dernière étudie les arthropodes, à l’instar des insectes et des acariens, qui sont responsables de pathologies humaines, en vue de définir des moyens de lutte efficaces et ciblés. Ses recherches actuelles visent à caractériser la transmission des maladies par les insectes vecteurs, et de comprendre les mécanismes et déterminants. L’accent est surtout mis sur les moustiques et les puces, respectivement les vecteurs du paludisme et de la peste.

Des soutenances de thèse ont marqué cette célébration qui coïncide également aux deuxièmes journées d’entomologie médicale de l’IPM. Les thésards sont trois doctorants de l’université d’Antananarivo. Dans un avenir proche, ils pourront renforcer l’unité entomologie.

Sera R

News Mada0 partages

Atsinanana : du danger des transports maritimes

La sécurité du transport maritime reste toujours précaire sur le littoral est. Des vedettes ignorent délibérément les prévisions météorologiques, ce qui met la vie d’autrui en danger.

Des transporteurs ont bravé le danger dans la province de Toamasina en poursuivant leurs activités maritimes malgré les injonctions du personnel de l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF), autorité compétente en matière de régularisation du trafic.

L’état de la mer, résultant du mauvais temps de ces derniers jours, a obligé les autorités à prendre des mesures d’interdiction de sorties en mer pour toute embarcation. Mais des opérateurs ont passé outre, ignorant les risques encourus.

Un caboteur assurant la ligne maritime Soanierana Ivongo-Mananara-Maroantsetra a failli en faire les frais, mais a pu échapper au naufrage en se réfugiant in extremis à l’embouchure de l’Agnove après avoir essuyé des dégâts matériels conséquents. Une vedette rapide reliant Lonkitsy à Antsiraka a, de son côté, trompé la vigilance des agents chargés de l’application de ces mesures d’interdiction par l’APMF, pour prendre la mer à leur insu sans mesurer la gravité du danger auquel elle s’expose.

Les usagers souhaitent des sanctions exemplaires pour les auteurs de telles infractions pour éviter de graves accidents pouvant provoquer une hécatombe et de grosses pertes matérielles.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : rackette qui peut

Sous la bannière d’un état de droit, dans un régime de démocratie, au sein d’une société affichant le choix pour le libéralisme, la population a toutefois le sentiment d’être orpheline de toute protection : droit, démocratie, libéralisme, de grandes affiches tendues pour cacher un fonctionnement tout à l’inverse de ce qu’elles annoncent.

En matière de droit, le combat que mènent les magistrats pour jouir d’une pleine indépendance dans l’exercice de leur rôle, en clair rendre la justice davantage en référence aux lois qu’en rapport aux ordres, suffit à donner une idée de l’autorité congrue laissée à la loi dans tous les compartiments de son application.

Question démocratie, le peuple n’a droit de parole que par le biais d’un billet à glisser dans les urnes à partir d’une restriction dans le choix, des conditions financières confisquent aux besogneux (98,5 %) la liberté à être candidat. L’Etat réserve aux seuls gens du pouvoir l’accès aux médias publics dits nationaux. Les autorités disposent des forces de la puissance publique pour étouffer les voix populaires montant de la rue, alors que ces mêmes autorités ne parviennent pas à manœuvrer ces mêmes forces de l’ordre comme rempart pour protéger de l’insécurité la population.

Le libéralisme ici comme tous les principes, se prête

à la découpe et selon le

bon plaisir du pouvoir peut

s’injecter à dose infime par goutte à goutte. Même pauvre la population reste la vache

à traire, le maillon faible

dans la chaine des cochons-payeurs. L’option du tout numérique pour les permis de conduire et les cartes grises illustre s’il le faut les caprices de gouvernance. Coup d’épée dans l’eau dans la lutte contre les faux papiers, à seul dessein d’alimenter les caisses publiques, créant au passage un circuit de corruption rançonnant les usagers de la route. Passe encore, mais lorsque l’on touche à l’enseignement, le tout-permis pourrait faire un peu plus dans la nuance. On sait combien l’incapacité à maitriser l’inflation pénalise sauvagement le gros de la population, dans ce contexte et malgré le principe de gratuité pour l’accès à l’enseignement dans les établissements publics, le racket s’organise avec brutalité : la rentrée reculée en octobre n’a pas reculé d’autant le délai pour la clôture de la période de paiement des droits d’inscription. Par ici et au plus tôt la monnaie ! Pas d’état d’âme avant que les caisses ne soient bien pleines pour affronter la lutte. Les élections annoncent des combats nécessitant de bonne musculation financière.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : gouverneurs généraux (2)

(Suite et fin.)

Très maître de ses impressions, il a eu l’autorité, le discernement et la bienveillance qui font un chef.

Avec intelligence, le gouverneur général traça, puis réalisa le programme d’une œuvre considérable qui devait s’étendre sur de nombreuses années et dont les buts étaient nettement déterminés : la pénétration complète et l’occupation définitive du pays, une organisation administrative ferme avec une large décentralisation et un contrôle effectif, la constitution d’un cadre social dans lequel devront évoluer vers le progrès les peuplades barbares et sans cohésion disséminées sur toute l’étendue du territoire, la reconnaissance complète des richesses naturelles du sol et du sous-sol, l’étude rapide de l’outillage économique à donner à la Colonie et enfin la création de cet outillage.

La Guerre actuelle, en suspendant l’exécution de ce programme quasi terminé après un labeur long de six années, et pour l’achèvement duquel M. Merlin venait d’obtenir les subsides nécessaires sous la forme d’un emprunt de 171 millions, apporte au gouverneur général l’occasion de donner une nouvelle preuve de ses qualités éminentes de sang-froid et de prudence. C’est lui qui, dans une magnifique entente réalisée avec le général Aymerich, commandant des troupes de l’A. E. F., décida la reprise des territoires du Cameroun aliénés douloureusement en 1911, cette forme de «petite Alsace-Lorraine», comme il disait fort justement d’ailleurs. C’est lui qui prépara le plan d’offensive mûrement réfléchi et qui coordonna les efforts des alliés dans des entrevues historiques où il discuta sur la carte, avec le général Dobbel commandant le corps expéditionnaire franco-anglais, les manœuvres combinées qui devaient nous rendre rapidement maîtres de la Colonie allemande.

À Madagascar, M. Martial Merlin va trouver une colonie riche et en plein développement ; les brillantes qualités administratives du nouveau gouverneur général assurent d’avance à la Grande Île une ère toute de prospérité et de rayonnement économique.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tako-pery ihany

Raha vetivety toy izay dia nahita fanafody ? inona ny antony tsy nampiasana azy hatramin’izay ? Efa mitranga ve ny loza vao samy miseho ho mahay daholo ity adala sy hendry ity. Andro vitsy taorian’ny nitrangan’ilay fivadihana an-kadin’ilay fiarabe mpitatitra olona dia namoaka fepetra ny minisiteran’ny Fitaterana mba hisorohana ny loza mety hitranga ka hisakanana ny fisehony toy iny.

Rehefa dinihina ny ambangovangon’ireo fepetra dia mahagaga ihany ny tsy nanaovana ny sasantsasany amin’izy ireo izay hita fa mifono fahamalinana nefa tsy naraha-maso tany aloha. Mipetraka kosa ny ahiahy mikasika ny fepetra sasany izay natao be famaritra masina fotsiny fa sarotra tanterahina.

Marina aloha fa vonjimaika ny antony nakana ity fanapahan-kevitra ity. Azo antoka fa ny manetsabe mbola miandry ao aoriana. Efa ela kosa anie izay nijoron’io ministera io ary raha tsy diso ny fitadidy dia na ny tompon-toerana ankehitriny aza dia efa nateza tamin’ny fitantanana azy io. Afaka niampita hatrany tsy rendrika tao anatin’ny fiovaovan’ny fitondrana. Aiza ka dia ho fepetra vonjimaika hatrany no hany fomba iampitana avy amin’ny fitrangan’ny loza iray mandra-pisehon’ny loza manaraka ? Ny fahaiza-mitondra miankina amin’ny fandinihana ny ho avy ahafahana manarina mialoha izay tsy tsara rafitra mba tsy hitrangan’ny loza fa tsy aty aorian’ny fisehon’ny loza hatrany no mihazakazaka manentsina ny banga. Misava sy manao làlana ahafahan’ny mponina mandroso am-pilaminana no adidy voalohan’ny fitondrana. Ambiny fotsiny ny fitsaboana ny aretina avy ato afara.

Aza mahavoa ny goavy manta, fa mafy anie ny andraikitra eo amin’ny toeran’io minisitra io. Na tompona fiara, na mpitantana kaoperativa, na mpamily, fa eo amin’ny taksibe na eny amin’ny taxi-brousse, dia maro ireo mihevitra azy irery ho be mokon-doha mahafantatra noho ny rehetra ny tontolon’ny sehatra misy azy, nefa naman’ny mpifaninana eo amin’ny fandinganana ny fitsipika. Ny sampana natao hiara hiasa amin’ny minisitera koa, na ny Sécurité routière, na ny Fanaovana Fanaraha-maso Teknika dia samy manana ny fomba fiasany tsy refesi-mandidy any an-tokantranony. Amin’ny fitazanana ny fomba fiandraiketana adidy toy izany no mahatonga ny olona hilaza fa mareforefo ny rafitra ianteheran’ny fanjakana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : du sur mesures pour le droit

Le système aurait-il abusé de la facilité de mettre en détention préventive tout prévenu, ou l’adoption de dispositions du genre s’est-elle avérée comme seule précaution, indispensable pour mener les poursuites jusqu’à l’éclatement de la vérité ? Maintenant  la surpopulation carcérale frappe aux portes du judiciaire, situation  embarrassante interpelant ministère et magistrats. Lâcher du lest constituerait à se déjuger : avouant et désavouant un recours excessif à la sévérité d’en avoir fait un automatisme. Le pouvoir de disposer de la liberté de milliers d’individus dit  la toute puissance des magistrats qui aujourd’hui pourtant au nom du droit, à raison mènent combat pour revendiquer une pleine indépendance dans l’exercice de leurs attributions.

News Mada0 partages

Mozika klasika : efa andiany fahefatra ny « Nosy-Be symphonies »

Hotanterahina ny 29 aogositra hatramin’ny 2 septrambra, any Nosy-Be, ny andiany fahefatra amin’ny « Nosy-Be symphonies », « festival » iraisam-pirenena, hampahafantarana sy hankafizana ireo mpanan-talenta eo amin’ny sehatry ny mozika klasika (fitendrena zavamaneno sy fihirana) aty amin’ny ranomasimbe Indianina. Hetsika ara-kolontsaina iarahan’ireo « Iles vanille » na ireo Nosy avy amin’io faritra io, ka anisan’izany i Madagasikara, izy ity.

Mampiavaka ny « Nosy-Be symphonies » ny fisian’ny fampisehoana amina toerana maromaro sady samihafa. Anisan’izany ny any amin’ny trano fandraisam-bahiny sy ny sekoly. Fa hisy koa ny fampisehoana ankalamanjana, toy ny eny an-jaridaina.

Azo lazaina ho nahitam-pahombiazana avokoa ireo andiany telo voalohany tamin’ity hetsika miompana amin’ny mozika klasika ity. Amin’ity andiany ity, ho maro ireo mpitendry fanta-daza avy any ivelany ho tonga any Nosy-Be. Marihina ho hitan’ireo mponina any amin’ireo Nosy manodidina ny fampisehoana, noho ny fahatongavan’ny fahitalavitra iray avy atsy La Réunion.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Serge GPE : omen-danja ny famoronana

Tsy ilaina ny maka tahaka sy ny mamerina ny efa nataon’ny sasany fa sady tsy mampivoatra izany no tsy fanomezana hasina sy lenta ny mozika malagasy ary tsy hitera-boka-tsoa”, hoy i Serge GPE. Araka io nambaran’ny filohan’ny tarika io, milofo amin’ny fitrandrahana ireo karazan-gadona na karaza-mozika eto Madagasikara, toy ny vakodrazana, salegy, tsapiky, sns, araka izany, izy 10 mianadahy mandrafitra ny Serge GPE.

Tsy mijanona hatreo amin’ny fitrandrahana ireo gadon-kira malagasy anefa ny trandraka atao fa ezahin’ity tarika niorina tamin’ny taona 2015 ity ihany koa ny manambatra izany amin’ireo mozikan’ny hafa firenena tahaka ny “slow rock”, “coupé décalé”, sns, “mba hahafahana manajary mozika vaovao sahaza ny isam-baravarana no nanaovana izany”, hoy hatrany i Serge GPE.

Fantatra fa nanapa-kevitra ny hiroso lalindalina kokoa amin’ny mozika ity mpamoron-kra sady mpihira no mpitendry zavamaneno ity. Fantatra fa eo an-dalam-pamoahana ny kapila mangirana mirakitra feo sy rindran-tsary ny tarika Serge GPE. Andran-tsira ho amin’izany ny vazo “Miovà toetra”, “Ilay Jesosy”… Raha tsiahivina, miavaka amin’ny fananana tononkira mivantana ny tarika izay ahitana an’i Sesely, i Dadah, i Haja, i Franck ary i Lalà izay efa vy fanga amin’ny fitendrena zavamaneno, samy mpikambana eo anivon’ny tarika Serge GPE.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

Ino Vaovao0 partages

HALATRA MOTO SY TSENA VAKY : Jiolahy efa-dahy saron’ny Polisy tao Toamasina

Misy hatrany ny vokatra azon’ny Kaomisaria foibe Bazary Kely. Ny faran’ny herinandro lasa teo, dia jiolahy roalahy no tra-tehaky ny polisy tamin’ny fangalarana moto. Mpanjifa iray no tompon’izy io, izay tonga nividy entana tamin’ny toeram-pivarotana iasan’izy ireo ihany no nangalariny.

Izy roa lahy ireo izay voalaza fa mpiambina amin’ilay toeram-pivarotana. Mbola tratra niaraka tamin’izy ireo ilay moto halatra.

Ny alatsinainy 7 aogositra indray, dia jiolahy roa lahy namaky tsena fivarotana tao Mangarivotra no voasambotra. Entana maro no lasa tamin’izany, izay samy tafaverina amin’ny tompony avokoa.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ASAN-DAHALO MAHERY VAIKA : Tokantrano miisa efatra indray voatafika, zazavavikely iray voatifitra

Araka ny fanazavana voaray dia tao amin’ny Kaominina Ankazondandy no voatafika voalohany ary tokantrano iray no voaroba tamin’izany. Taorian’izay dia niditra tao amin’ny tanànan’i Mamory Ambatonapoaka ireo dahalo ary nanao tifi-danitra ka tokantrano niisa telo be izao no voaroba.

Nandritra ny fifanjevoana dia ankizivavikely iray no voatifitra ka naratra mafy ary mbola manaraka fitsaboana amin’izao fotoana izao. Raha ny tatitra aloha hatreto dia omby maherin’ny dimampolo no fitambaran’ireo lasan’ny malaso ary tafaporitsaka nitsoaka izy ireo taorian’ny fanafihana. Andiany maromaro ihany koa ireo dahalo no niaraka, ny andro maizina rahateo ka vao mainka nananosarotra ny fanoherana azy ireo.

Vokatr’izay dia nanararaotra nitaraina ireo fokonolona nandritra ny fitsidihana nataon’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimariam-pirenena tao amin’ny tsenan’omby tao Ambatonapoaka ka nanambara fa “tokony hampiharina mihitsy ilay fitsipika mifehy ny mpitandro filaminana izay mpiaro ny vahoaka sy ny fananany”.Raha ny zava-miseho mantsy matetika dia lasa mamoy ny ainy tsy fidiny ireo vahoaka tsy manan-tsiny rehefa misy ny fanafihana .

Tsy manana fitaovana hanoherana izy ireo rehefa tsy misy zandary natao hiaro mandritra ny fandrobana ataon’ireo dahalo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA MITAM-PIADIANA MISESISESY : Mitsoa-ponenana ireo mponina ao Ambatolampy

Manoloana izay dia lasa mitsoaka manakaiky olona maromaro ankehitriny ireo izay mitoka-monina manalavitra ny tanàna. Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia isaka ny alina no ahenoana trangana fanafihana, manodidina ny tanàna ka ireo izay toerana mangingina no tena lasibatra amin’izany.

Foana tanteraka ny harenan’ireo mpiompy noho ny asan-dahalo ka tsy misy intsony ireo omby sy kisoa natao antom-pivelomana raha ny fitarainan’ireo mponina iharan’ny fandrobana. Etsy andaniny ny mbola fakan’ireo mpangalatra ny vola eo am-pelatanana, indrindra ny fampiasana ireo zava-maranitra hoentina hamonoana ireto tsy manan-tsiny voatafika. Raha tsiahivina dia vao tsy ela no nisehoana trangana fanafihana mitam-basy tao amin’ny Kaominin’Antsampandrano Distrikan’Ambatolampy ka raim-pianakaviana iray no goaka teo amin’ny kibony, vokatry ny tsindron’antsy nataon’ireo tsy mataho-tody.

Marihana fa vola hatrany amin’ny fito tapitrisa Ariary no nitsaboana ity rangahy ity amin’izao fotoana izao ary mbola miady amin’ny fahafatesana ny tenany hatreto. Tapitra lasa avokoa ny ombin’io rangahy io tamin’ny fotoana nahavoaroba azy satria izy irery sy ny vadiny marary teo am-pandriana no sendra tao an-trano ka nanararaotra mafy ireo dahalo. Taorian’ny fanafihana dia nodoran’ireto malaso ny trano ka tafatsoaka avy hatrany izy ireo. Soa ihany fa mba avotra soa aman-tsara ihany ilay trano satria voafehin’ireo mponina ny fitaran’ny afo.Vokatry ny zava-mitranga àry dia mangataka amin’ny mpitondra fanjakana ireo fokonolona mba hanomezana fitaovana sy hanampy isa ireo mpitandro filaminana satria dia tsy ampy izany ao amin’io faritra io .

Raha ny fanazavana voaray hatrany mantsy dia maresaka amin’ny tsy fandriam-pahalemana io toerana io ary manomboka mitsoa-ponenana ireo olona. Manao antso avo amin’ny tompon’andraiki-panjakana araka izany izy ireo mba hijery ifotony ity tranga ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMPANARAHAM-PENITRA NY BAJAJY MAHAJANGA : Garazy iray hisahana ny fanamboarana ireo simba

Noho ny fahitan’i Maitre Flavien monina ao Antanimalandy Sotema ireo tranga maro naha-potehana ireto fitaovam-pitaterana ireto teto Mahajanga tao ho ao izay dia tonga tamin’izao tsirin-kevitra izao ny lehilahy ka hanamboatra ny simba. Efa ara-panjakana ny fijoroan’ny fikambanana ary efa manomboka mitanjozotra manao tohy vakana ireo mpamily mpanofa sy ny tompona bajajy hiditra amin’ity "Aro fenitra bajajy eto Mahajanga" ity, izay sady anarana nisaloran’ny fikambanana rahateo.

Tsy mialon-jafy ny fikambanana ary misandrahaka amin’ny lafy maro amin’ny fitsimbinana ny lafiny sosialy sy ny fiahiana ny maha olona ary ny fitaovam-pitaterana izay iasan’izy ireo. Izany hoe, feno tanteraka ny fenitra takiana ho an’ny tan-tsoroka ilain’ireo bajajy raha toa ka tratra ny lozam-pifamoivoizana. Eny amin’ny lycée plaky mena Antanimalandy no misy ny foiben’ny fikambanana ary eny ihany koa no misy ilay garazy izay anaovana ny kirakira ara-mekanika rehetra ho an’ireo kodiarana telo izay simba noho ny loza. Laharana voalohany tokoa mantsy ny eto Mahajanga raha ny tranga eo amin’ny lozam-pifamoivoizana izay no tombanana.

Natao izao mba hanamaivanana ny fanamboarana haingana azy ireny hiverenany hiasa indray, izay tsy manakana ireo trano fiantohana fa natao hiara-hiasa mihitsy aza.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FITATERANA ETO MAHAJANGA : Niato ny fanampiana ireo zotra an-drenivohitra sy ny manodidina

Ny volana Novambra 2016 hatramin’ny volana marsa tamin’ity taona ity dia nizotra an-tsakany sy andavany izany fanampiana izany. Nisy fiatoana anefa hatramin’izao, izay tsy mety mahazo fanazavana marina ny momba izany ireo mpitatitra ka velon-taraina amin’izao fotoana izao. Mialoha ny hanapahan’izy ireo hevitra ny amin’ny hampiakarana ny fitakiana amin’ny sehatra ambonimbony, dia natao izao ala-nenina an-gazety izao.

Miantso ireo tompon’andraikitra isan-tokony misahana izany ireto mpisehatra amin’ny lafiny fitaterana ireto mba tsy hanao be marenina toy ny efa fahita fanaon’ity fitondrana ity hoy hatrany ireto farany ka hifanome tsiny indray rehefa tonga ny fitokonana. Satria tokoa mantsy dia tsy maintsy hampiakatra ny saran-dalana indray izy ireo, noho ny tsy fahamarinan-toeran’ny vidin-tsolika eto amintsika, izay miaka-midina isan’andro lava izao, ka miteraka fatiantoka ho an’ireo mpitatitra hoy izy ireo hatrany. Noheverin’ireto farany ho toy ny fampanginan-jaza ihany ny hetsika nataon’ny fanjakana tamin’ny hanampiana na ny “compensation” nomena azy ireo tamin’iny volana marsa teo iny. Raha ny fantatra dia tokony ho isam-bolana no handraisana io vola fanampiana io, izay mitentina 260 000 ariary ho an’ny fiara iray raha toa ka taksibe ilay izy.

Ilaina kosa ny hananan’ny mpitatitra taratasy ara-dalàna (Carte Grise, Patente 2016, Licence d’exploitation 2016 sy ny 2017), dia hisy fitaovana manokana hampiasaina mba hitsirihana raha tena miasa mitatitra olona ara-dalàna tokoa ny fiara na tsia. Ho an’ny teto Mahajanga, dia tsiahivina fa ny Zoma 13 Oktobra 2016 tamin’iny taon-dasa iny no nanaovana ny fivoriana fampahafantarana tamin’ireo tompon’andraikitry ny Kaoperativa Zotra an-drenivohitra sy Zotra manodidina ny renivohitra ny fanampiana farany teo. Koa dia miandry ny fihaonana manaraka indray ny mpitatitra amin’izao tsy fahazoan’izy ireo ny vola fanampiana nanomboka tamin’ny volana aprily iny.

Marihana fa tanàn-dehibe 7 eto Madagasikara no nisitraka ny fanampiana farany teo, ary tanàna filamatra na « ville pilote » Antananarivo sy Mahajanga. Nanomboka ny faran’ny taona 2014 hatramin’ny faran’ny taona 2015 dia efa nisy ny fanampiana izay nomen’ny Fanjakana ireo mpitatitra tompona fiara, ka nahafahana nitazona ny saran-dalana ho 400 Ariary na dia eo aza ny fiovaovan’ny vidin-tsolika, izay nisy fotoana ho hita fa tena nidangana tokoa teo aloha teo.

INVMGA

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO-ATSINANANA : Hanamarika ny herinandron’ny fampinonoan-dreny

Tsy diso anjara amin’izany ny ao Analanjirofo. Ny 10 aogositra no nosafidian’ny biraom-paritry ny fahasalamana Analanjirofo hanaovana ny ivom-panamarihana.

Hetsika izay atao ao amin’ny Tranompokonolona Fenoarivo-Atsinanana. Ramatoa Joceline Ramaroson kosa no reny mpiahy. Mandritra io alakamisy 10 aogositra io, hisy ny hetsika maro samihafa. Fifaninanana fahaizana mampinono, fifaninanana zaza donga, kilalaon-tsaina, fanabeazana aizana, zumba sy ny maro hafa.

Kamy

News Mada0 partages

Agriculture : la Turquie apporte son soutien

La Turquie apporte son soutien à Madagascar dans le secteur agricole. C’est ce qui est sorti d’une rencontre entre une délégation  d’experts turcs de passage dans le pays et le ministre de l’Agriculture, le 3 août dernier. Cette première mission des experts dans l’île fait suite à la visite officielle du président turc Recep Erdogan, en janvier dernier,  lors du forum économique malgacho-turc.

Ayant de fortes expériences dans le domaine agricole, la Turquie interviendra dans le développement des petits ruminants, le renforcement des laboratoires végétaux à travers l’équipement matériel et le renforcement de capacités des ruraux. Le principal objectif étant de mettre en avant la mécanisation agricole et d’accompagner les acteurs du secteur à respecter les normes sanitaires et phytosanitaires.

A cet effet, un mémorandum sera signé entre les deux pays durant la Foire internationale de l’Agriculture qui se tiendra le 14 septembre prochain.

Riana R.

News Mada0 partages

Secteur minier : un Hub malgache en cours de mise en place

Le potentiel de la Grande île en matière de ressources minières n’est plus à présenter. Mais, la formalisation de chaque filière reste très difficile. Une plateforme d’interactions entre l’administration minière, les opérateurs et les parties prenantes est en cours de mise en place.

Madagascar a atteint cette année sa première tonne d’or déclarée. Depuis le début de l’année, 1.400 kg d’or ont été enregistrés officiellement, selon les chiffres présentés par Ying Vah Zafilahy, ministre en charge des Mines et du pétrole, hier, à l’occasion de la présentation d’un projet de Hub minier malgache. Ces résultats sont encore loin des chiffres réels compte tenu du potentiel minier de Madagascar en matière de métaux précieux, de pierres précieuses et de pierres fines.

Un des moyens pour parvenir à cerner l’ensemble du secteur consisterait ainsi à mettre en place une plateforme d’échanges entre les autorités, les acteurs proprement dits et les investisseurs. D’où l’installation prochaine d’un nouveau Hub minier pour Madagascar : le Mining business center (MBC), à l’initiative propre du Bureau des cadastres miniers de Madagascar (BCMM).

Formalisation et exploitation durable

 Le MBC aura ses locaux à Mamory Ivato. C’est une plateforme qui devra mettre en relation toute l’administration minière et tous les opérateurs du secteur minier à Madagascar. La structure a pour vocation de simplifier les démarches administratives au même titre qu’un guichet unique, d’offrir une plateforme d’interactions entre les opérateurs et les parties prenantes, de soutenir et d’accompagner les initiatives minières locales et surtout de servir de porte d’entrée aux investisseurs miniers à Madagascar.

 «Depuis 1947 à ce jour, nous n’avons jamais atteint les 100 kg de déclaration officielle pour l’or. C’est seulement en 1995 que nous avons eu 25 kg qui est un chiffre dérisoire mais c’est la meilleure production déclarée depuis l’Indépendance. En 2008, nous avons atteint les 50 kg. Nous avons enregistré 580 kg l’année dernière. Et ce n’est que cette année que nous avons eu la première tonne d’or officiellement déclarée», a-t-il fait savoir.

 Selon ce premier responsable ministériel, ces résultats sont les fruits des assainissements entrepris ces derniers temps. «Malgré tout, ces résultats sont encourageants», a-t-il affirmé.

D’après le ministre des Mines, «La formalisation n’est qu’une étrape. L’objectif final est d’exploiter rationnellement et durablement les ressources minières et ceci tout en préservant l’environnement, les aspects sociaux…». Pour lui, «Le secteur minier est un secteur transversal qui nécessite l’intervention non seulement des autorités concernées mais aussi des investisseurs proprement dits».

Arh.

News Mada0 partages

Forum sur l’AGOA à Togo : plus d’opportunités pour les entreprises malgaches

La 16e édition du Forum sur l’African growth and opportunity act (Agoa) a ouvert ses portes, hier, à Lomé (Togo) jusqu’au 10 août, avec la participation de 38 pays africains dont Madagascar. Cette rencontre, placée sous le thème «Les Etats-Unis et l’Afrique : partenariat pour la prospérité par le commerce» explorera comment le continent  peut continuer à maximiser les avantages de l’Agoa et mettra en exergue le rôle important joué par les femmes, la société civile et le secteur privé.

Trois principaux points sont abordés, entres autres, l’impact de l’Agoa sur les entreprises de l’Afrique de l’Est, l’expérience Hub en collaboration avec les grandes entreprises américaines d’approvisionnement et le processus d’accès à la dette concessionnelle et aux exigences dont la facilitation des investissements pourrait aider d’autres PME à tirer le meilleur parti de l’Agoa.

32 entreprises malgaches éligibles

Pour le cas de Madagascar, la rééligibilité du pays à cet accord de marché en juin 2014 a permis une croissance notable des exportations malgaches vers les Etats-Unis ces deux dernières années.

La valeur des exportations malgaches vers les Etats-Unis est passée de 21,9 millions de dollars à 47,5 millions de dollars entre l’année 2015 et 2016, selon les chiffres du ministère du Commerce et de la consommation. D’après les prévisions, la valeur des exportations malgaches vers les Etats-Unis pourrait atteindre les 500 millions de dollars cette année.

Par ailleurs, 32 entreprises malgaches sont éligibles à exporter dans le cadre de l’ Agoa jusqu’à présent. 18 d’entre elles ont déjà procédé à l’exportation. Pour rappel, l’Agoa offre une possibilité de franchise pour 7 000 lignes de produits. Cependant, seuls les produits textiles sont exportés par les entreprises malgaches actuellement.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Foot – Chan 2018 : 25 présélectionnés à pied d’œuvre

Les Barea locaux ont bien mûris depuis leur premier regroupement au centre technique de Carion le 3 août dernier. Le staff technique a même dévoilé une liste des présélectionnés qui seront évalués en vue du 3e dernier tour de qualification pour le championnat d’Afrique des nations (Chan) au Kenya en 2018. Le plus dur reste à faire pour ceux qui affronteront les Angolais à domicile.

L’ossature de l’équipe nationale malgache commence à prendre forme. Le jeu en vaut vraiment la chandelle pour les Barea locaux puisqu’il s’agit du troisième et dernier tour de qualification pour la zone  Afrique Australe, comptant pour le Chan 2018. Le staff technique de la fédération malgache de football (FMF)  a dévoilé une liste de 25 présélectionnés pour préparer le choc avec les Palancas Negras de l’Angola dimanche à Mahamasina (aller) et le 19 août à Luanda (retour).

Forfait lors du match aller, Jean de Dieu Donné Randrianasolo, alias Leda, revient dans les cages tandis que Mario Bakary (défenseur) ne sera pas disponible pour cause de blessure. Leda tentera de protéger sa place face à Andoniaina Rakotoson, Hector Kandy, Andrianirina Rajomazandry et Jolce Rakotonirina.

Les autres défenseurs habitués aux échéances continentales comme Zénith, Tobisoa, Johnny, Tantely,…figurent toujours sur la liste. Tous comme les milieux de terrain chevronnés à l’image de Njiva Rakotoharimalala, Ardino Raveloarisaona, Jaotombo Bourahim, Baggio ou encore Eddy. Ils pourront compter sur le talent de Jeannot Vombola, Tojo Claudel Fanomezana, Zola Raveloarison en pointe.

Pour ce qui est de la Telma Coupe de Madagascar, 14 rencontres seront jouées à partir de ce jour et se poursuivront jusqu’au 20 août pour compléter la liste des clubs qualifiés à l’issue des 32e de finale. Les 1/16e de finale se dérouleront le 27 août.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Fiba 3X3 : Johan R. se démarque en Europe

Les Malgaches sélectionnés dans l’équipe nationale française brillent sur le plateau de la coupe d’Europe. Outre Yann Rakotomalala, déjà sacré Champion du monde universitaire en 2016 avec la France, voilà qu’un autre joueur U18 débarque, en la personne de Johan Randriamananjara. Ce dernier commence déjà  à se faire un nom dans la discipline et pourrait suivre la trace de son aîné. Il était l’un des artisans de la qualification de la sélection U18 garçons français pour la prochaine coupe d’Europe 3×3 qui aura lieu en Hongrie du 8 au 10 septembre.

Lors du tournoi de qualification qui a eu lieu le week-end dernier, Johan Randriamananjara et sa bande ont terminé à la 3e place, suffisante pour valider leur ticket. Les deux basketteurs ont démontré qu’on peut briller sur la scène internationale. Une source de motivations pour les jeunes basketteurs locaux notamment ceux qui excellent dans le basket 3×3.

Naisa

 

News Mada0 partages

Foot Féminin – Division Elite 1 : Mifa, AC Sabnam, Asot et Askam à l’abri

A ce stade de la compétition, 3e journée de la phase 1 du championnat de Madagascar Division Elite 1, rien ne doit être laissé au hasard et chaque rencontre est toujours décisive pour les équipes à battre. Mifa, AC Sabnam, Asot et Askam sont bien conscients que le danger peut venir de partout vu le niveau de la compétition.

Tombeur de l’Ascuf, Mifa s’offre le dernier ticket des demi-finales de la première phase et rejoint les trois autres clubs qui ont déjà validé leur place deux jours plus tôt. Pour le tenant du titre, l’AC Sabnam, la bande à Sophie a dominé le classement du groupe B après avoir terrassé l’AS Comato sur le score de 12 buts à 0. Sophie s’est montrée, encore une fois, impériale en inscrivant les huit buts de son équipe.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Hippisme : la 9e réunion tient toutes ses promesses

La 9e réunion organisée par l’autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel) a encore une fois rameuté la foule dimanche dernier à l’hippodrome de Mahazina à l’occasion de la journée des sites. Favoris et apprentis jockeys se sont partagés la victoire durant les six courses au programme. Hasta la Best, monté par Fenohasina Ralaiarijaona, Hejerenasoa sous la selle de Jean Baptiste Rakotohanja et Nick Power associé à Rivoson Andriamparany ont ouvert le bal pendant le prix Iharanandriana d’une distance de 1.500 m (tiercé : 2-3-4).

Gil Chézard Ralaivonitsara sur le dos de Noris Faniry s’est imposé au forceps lors du prix Andriamamovoka (1.700 m) devant Oiseau d’or de Patrick Rakotoarivelo et Littisia pris en main par Sedera Ranaivoarisoa (tiercé : 1-2-5). Avec Madona, Patrick a ensuite pris sa revanche en arrachant la victoire des mains de l’apprenti Radotiana Roméo sur le dos de Luna Bella. Negus associé à Nicot Ramiliarimanga et Lutteur d’or de Gil Chézard complètent le Quarté spécial: 4-7-3-2. Patrick a signé un doublé avec Perle de Carmen avant de céder la victoire à Mascotte de Star associé à Jean Baptiste Rakotohanja.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

AFT : les jeux de société dans tous ses états

Depuis lundi jusqu’au 19 août, le Salon des jeux de société rempile cette année pour sa 22e édition avec un accent particulier sur les jeux de stratégie traditionnels malgaches comme le fanorona, à l’AFT Andavamamba.

Nettement moins médiatisés que les jeux vidéo, la musique ou encore le cinéma, les jeux de société n’en restent pas moins le loisir le plus pratiqué dans la ville de Mille. A preuve, le Salon des jeux de société attire chaque jour près de 300 participants de tout âge à Andavamamba.

«Pour le cas des jeux d’échec, la Fédération malgache prend en main l’initiation de cette discipline dans les établissements scolaires. Avec le ministère de tutelle, nous ambitionnons de mettre sur pied un projet similaire avec le fanorona et le katro»,  confie Manitra Razafindrabe, membre fondateur de ce Salon, qui partage son savoir- faire à la jeune génération.

Maîtrise de soi

L’une des missions fondatrices de cet événement périodique est de rendre leurs lettres de noblesse aux jeux de société malgaches qui semblent être devenus simplement un passe-temps pour le public estudiantin durant les périodes de vacances. «Dans leur ensemble, les jeux de société développent la maîtrise de soi, la mise en œuvre de la stratégie, la prise de décision, le respect des règles et de l’adversaire.  La pratique des jeux permet également de tisser un lien affectif entre les participants venus de tout bord», argumente-t-il.

«J’ai raté mon bac 3 fois de suite mais pratiquer les jeux de société m’a beaucoup aidé à affronter mes difficultés. Ce qui s’est avéré un succès lors de mon dernier examen», témoigne un jeune étudiant parmi les participants.

Joachin Michaël

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiverenana eo anivon’ny fiarahamoninaVoafonja 20.000 notohanan’ny Handicap International

Tafakatra 20.000 isa manerana ny Nosy ankehitriny. Ny 96 %-n’izy ireo anefa no mbola manana fanantenana feno ny amin’ny hiverenany soa aman-tsara eny anivon’ny fiaraha-monina, indrindra taorian’ny nanampian’ ny fikambanana Handicap International azy ireo.

  Anisan’ny asa goavana notanterahin’ireto farany tamin’izany  ny fanomezana fiofanana ireo mpandraharahan’ny fonja ho fanajana ny zon’ny voafonja. Tafiditra ao anatin’izany ny tsy tokony hakàna vola amin’izy ireny, tranga izay mety hiseho eny anivon’ny fonja,  ny ady amin’ny herisetra amin’ny endriny maro samihafa raha eo ihany koa fitsaboana azy ireny raha marary, ny fananganana foto-drafitrasa ara-pahadiovana…Betsaka ireo voafonja nahatsiaro ho maivana vokatr’izany, indrindra taorian’ny asa niantsorohan’ity fikambanana iray ity. Misy amin’izy ireo mantsy no mila tsy hahariva andro isan’andro no sady mahatsiaro irery hatrany ka nomena fialam-boly manokana ihany koa. Nisy omaly ny tatitra nataon’izy ireo mikasika ny asa vitany teo anatrehan’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny eny anivon’ny Ministeran’ny Fitsarana sy ny fonja manerana ny Nosy. Ny Alliance Française de développement moa raha tsiahivina  no namatsy vola ny asa,  izay hifarana amin’ity volana aogositra ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja Anglisy eny amin’ny LiseaHiova ny fandaharam-pianarana

Ho fidirana mian-dalana mankany amin’ny drafi-panabeazana vaovao (PSE) dia hiova tanteraka ny fandaharam-pianarana ho an’ny taranja Anglisy manomboka amin’ny taom-pianarana vaovao ho avy io.

 

 Ireo mpianatra eny anivon’ny lisea no tena voakasik’izany. Raha araka ny fantatra mantsy dia fandaharam-pianarana efa tamin’ny taona 1996 no mbola hampiasaintsika hatramin’izao ho an’ity taranja iray ity. Omaly no nampahafantarana tamim-pomba ôfisialy ny boky mirakitra io fandaharam-pianarana vaovao io tetsy amin’ny Ministeran’ny Fanabeazam-pirenena etsy Anosy, niarahana niasa tamin’ny tamin’ireo mpampianatra eny ifotony avy amin’ny sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana ary ireo mpampianatra mpilatsaka an-tsitra-po avy ao amin’ny “Corps de la paix”. Ny mba hamporisihina ireo ankizy mpianatra hahay sy hahafehy ny teny Anglisy sy fiseraserana amin’ny alalan’io tenim-pirenena vahiny iray io aorian’ny fahavitan’ny fianarany eny anivon’ny lisea no tena tanjona amin’izany na koa hahafahany mitady asa avy hatrany ho an’ireo tsy afaka manohy ny fianarany intsony. Narahina fanolorana mari-pankasitrahana ho an’ireo mpampianatra avy amin’ny sekoly tsy miankina izany noho ny ezaka nataon’izy ireo niaraka tamin’ny Ministera.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

2018 sy vola vaovaoAhian’ireo mpandinika ho misy hifandraisany

Tsy ampy 1 volana izao dia niharihary fa efa tsy voafehy sahady ny fiparitahan’ny sandoka amin’ireo vola vaovao navoakan’ny banky foiben’i Madagasikara. Isan’ny nahitana izany farany teo ny tao Sambava fa efa tsy ambakan’izany koa ny ao Nosy be,

 raha ny fanazavan’ny mpanao politika, Andrianambinina Alphonse. Voalaza ho natao hiarovana amin’ny fiparitahan’ny vola sandoka no anton’io, hoy ity mpanao politika ity, kanefa dia hiaraha-mahita fa ny mifanohitra amin’izany amin’izao fotoana izao no mitranga. Nanampian’ny mpahay diplaomasia, Julien Radanoara izay fanazavana izay moa ny fanahiany tamin’ny alalan’ny fametrahany fanontaniana sao misy hifandraisany amin’ny fifidianana izay efa atomotra ity famoahana vola vaovao tsy voafehy ity. Toy ny mbola nohamafisin’ny Tangalamena Patrick Zakariasy io fanahiana io amin’ny fampatsiahivany fa efa niseho teto amintsika ny fanaparitahana vola 1 kaontenera avy hatrany teny an-tsena taorian’ny fampidirana azy tany amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina fa tsy nandalo akory teo anivon’ny banky foibe. Azo heritreretina koa anefa, hoy hatrany ny tenany, ny fanakanana ny volaben’ireo kandida amin’ny fifidianana sy ny fampidirana volabe hafa hiatrehana fampelezan-kevitra. Toy ny milaza an-kolaka ihany koa ve izany fa misy fikasana hampijabaka ireo mpanohitra ny kandidan’i HVM ho voafandrika ka mety hampiasa vola sandoka tsy nahy ao ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mitifi-danitra

Manomboka ny hazakazaka amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy eo. Efa maro ny milaza fa hirotsaka, saingy any amin’ny ora farany no hitsarana hoe tena sahy tokoa sa mitsapa ny halalin’ny rano

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra MalagasyHetsika 3 samihafa no indray hiseho etsy Mahamasina anio

Hetsika 3 samihafa eo amin’ny tontolon’ny baolina kitra Malagasy no indray hiseho ka harahin’ny mpanakafy an’ity taranja ity anio alarobia 9 aogositra etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina.

Tia Tanindranaza0 partages

Komity hampihavana ny firenenaHanomboka anio ny fifantenana

Nanao ny tatitry ny asa vitan’izy ireo tao anatin’izay 2 volana nijoroany izay tetsy amin’ny foibeny etsy Antaninarenina omaly ilay rafitra voatokana hifantina ireo izay handrafitra ny komitin’ny fampihavanam-pirenena (CFM).

J. Mirija

Madagascar Tribune0 partages

Le directeur général de la Kraoma démissionne

Le directeur général de la société Kraomita Malagasy, Arsène Rakotoarisoa, a démissionné de son poste hier. Cette démission intervient quelques semaines après le kidnapping de quatre employés de cette société dans le district de Tsaratanana par six individus armés.

Le paiement d’une rançon de 100 millions d’Ariary avait été nécessaire pour obtenir la libération de ces quatre personnes malgré le fait que ces derniers n’étaient pas réellement les cibles visées par les kidnappeurs. Le directeur général démissionnaire aurait participé au paiement de cette somme pour la libération de ses employés. Arsène Rakotoarisoa n’a livré aucun détail sur ses motivations à quitter la société d’Etat. Ce dernier se trouve également parmi le collège de conseillers du président de la République actuel et semble être l’un des plus discret. La question est de savoir si cette démission concerne effectivement cette affaire d’enlèvement ou s’il s’agit là d’une réorganisation au sein de l’équipe de Hery Rajaonarimampianina en vue de l’élection présidentielle. Arsène Rakotoarisoa avait en effet déjà participé à la campagne présidentielle du parti HVM qui avait porté Hery Rajaonarimampianina à la présidence. D’autant que celui-ci semble avoir réussi à redorer l’image de la Kraoma.

Madagascar Tribune0 partages

Pasteur Mailhol et Fanirisoa Ernaivo déposent leurs candidatures à la HCC

Mailhol André Christian Dieu Donné dit Pasteur Mailhol et Fanirisoa Ernaivo ont été les troisième et quatrième personnes à avoir déposé leur candidature à l’élection présidentielle du 7 novembre à la Haute cour constitutionnelle (HCC) hier. Si le fondateur de l’église Apocalypse à Madagascar s’est présenté au nom de son propre parti, Gideona Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara (GFFM), l’actuelle présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) a été présentée par le Parti travailliste de Madagascar (Patram) et le parti Zanak’i Madagasikara (ZAMA).

Après avoir déposé ses dossiers, Pasteur Mailhol s’est adressé à la presse et a répondu aux politiciens qui exigent l’invalidation de sa candidature au nom de la laïcité de l’Etat indiquée par la Constitution. « Il n’y a aucune loi qui interdit un pasteur ou un chef coutumier à se présenter à l’élection présidentielle. Un pasteur est un citoyen comme tous les autres, alors je peux très bien me présenter à cette élection », explique-t-il, avant d’ajouter que son programme tourne autour de la lutte contre la pauvreté, la mise en place de l’Etat de droit et le retour des Iles Eparses à Madagascar.

Fanirisoa Ernaivo a pour sa part précisé qu’après avoir déposé sa candidature auprès de la HCC, elle pourra commencer sa précampagne. Et même s’il n’y a aucun texte qui précise les dispositions à prendre pendant cette période, elle et son équipe essayeront de ne pas passer outre les textes en vigueur sur le sol malgache. Cette magistrat de rappeler d’ailleurs que son programme de développement est particulièrement fondé sur la mise en place de l’Etat de droit dans le pays. « C’est la base du développement », souligne-t-elle, avant de lancer que l’heure du vrai changement à Madagascar a sonné.

Le 3 août dernier, c’est l’ancien Premier ministre, le général Jean Ravelonarivo qui a déposé sa candidature à la HCC par le biais de ses représentants, Tata Ambroise et Zaza Ramandimbiarison. Deux jours plus tôt, le premier jour d’ouverture de dépôt de candidature, Andry Rajoelina a envoyé son émissaire à Ambohidahy pour remettre ses dossiers à la Haute cour constitutionnelle.

Outre ces 4 candidatures, nombreuses autres sont attendues cette semaine d’autant plus que les annonces de candidature à la course à la magistrature suprême se sont multipliées ces derniers temps. Les dernières en date sont celle de Sarah Rabearisoa, autrefois candidate du parti Vert dans la Grande île, mais qui se présente cette fois-ci sous une autre couleur politique, son nouveau parti, le Parti libéral démocrate (PLD) et Lalandy Andriamitosy qui va se présenter sous les couleurs du « Solofon’ny Fampandroana ny Firenena » (SFF).

Madagascar Tribune0 partages

Les transporteurs interpellent à nouveau le Premier ministre

La situation ne se résout pas et risque fort de s’envenimer d’ici la fin de la semaine sur les problèmes des transports en commun à Antananarivo et les environs. Les membres de l’UCTU, l’UCTS (Union des coopératives de transport urbain et suburbain), les transporteurs régionaux et nationaux ainsi les transporteurs de marchandises ont demandé à se réunir d’urgence avec le premier ministre Christian Ntsay.

Cette réunion concernera la question des prix à la pompe du carburant qui ne cessent d’augmenter. Cette requête de presque tous les opérateurs professionnels dans le domaine du transport a été appuyée par le Réseau national pour la défense des consommateurs (RNDC). Les transporteurs prévoient de tirer la sonnette d’alarme en entamant une grève vers la fin de cette semaine, plus précisément ce vendredi. Aussi se pourrait-il que de nombreuses lignes de bus et de taxi-be décident de ne pas travailler et d’observer une nouvelle journée sans transport.

D’autre part, les autres coopératives membres du FMA (Fitaterana Mendrika eto Antananarivo) ne sont plus revenus sur leurs décisions et ont appliqué depuis le début du mois la hausse du frais à 500 Ariary. L’UCTU et de l’UCTS pourraient ainsi emboiter le pas de la FMA.

Tempéré est le mot d’ordre

Face à la grogne des transporteurs qui est en train de se généraliser, le mot d’ordre pour les responsables étatiques concernés n’est autre que celui de tempérer les ardeurs, du moins jusqu’aux élections à venir dans les prochains mois. En effet, le ministre de l’énergie et des hydrocarbures, Lanto Rasoloelison, de déclarer que la vérité des prix du carburant se trouve actuellement à +600 Ariary des prix actuels. L’Etat ne prévoyant plus d’octroi de subvention aux compagnies pétrolière, une hausse progressive des prix est incontournable dans les prochains mois et pourrait même atteindre les 5000 Ariary pour le litre d’essence et dépasser les 4000 Ariary pour le litre du gas-oil selon toujours le ministre.

Du côté du ministère du transport, les discussions semblent être au point mort. La balle est maintenant entre les mains du chef de l’Administration que les transporteurs ont choisi comme principal interlocuteur, ces derniers ne voulant plus passer par les ministres. Pourtant, il y a peu de chance que le premier ministre puisse apporter une quelconque solution à ce problème et encore moins décider de la baisse des prix du carburant.

Madagascar Tribune0 partages

Un gap de 500 milliards d’ariary par an dû aux arriérés des ministères et institutions

Aucun des départements ministériels ou institutions existants n’aurait payé leur facture d’eau et l’électricité depuis des lustres. Ce qui engendre un gap de 500 milliards d’Ariary dans les caisses de la Jirama, a-t-elle récemment revelé. Malgré tout, la Jirama n’ose pas procéder à la coupure de l’électricité et de l’eau au sein de ces départements ministériels, contrairement à ce qu’elle fait subir aux petits consommateurs qui subissent également les méfaits de la défaillance de la caisse de cette société d’Etat.

Certes, l’Etat donne des subventions annuelles à la Jirama, dans le cadre de sa coopération avec ses partenaires techniques et financiers et selon les dispositions de la loi des Finances mais si l’année dernière, l’enveloppe consacrée à cette société d’Etat s’élevait à 400 milliards d’ariary, ce qui est encore loin des 500 milliards d’ariary de facture annuelle impayée par les ministères et les institutions, cette année, cette enveloppe n’était plus que de l’ordre de 100 milliards d’ariary à cause des pressions faites par les bailleurs de fonds.

Toutefois, il serait improbable qu’il n’y ait pas de rubrique consacrée à l’électricité et à l’eau dans le budget alloué annuellement à chaque ministère et institution, défini par la loi des Finances, qui évolue d’année en année et rectifiée au fur et à mesure en fonction des besoins de chaque ministère, au milieu de l’exercice financier. Mais où sont-ils passés ces budgets ? Dilapidés ou détournés comme à l’accoutumée dans les ministères, institutions et établissements publics ?

Un gap de 500 milliards d’ariary par an fait effectivement beaucoup. A cela s’ajoute les factures impayées par les simples usagers et les pertes dues aux vols d’électricité souvent commis par les consommateurs en complicité avec les agents de la Jirama. A ce rythme-là, cette société d’Etat ne peut effectivement fonctionner normalement et doit souvent procéder à la révision de ses tarifs au grand dam des simples citoyens consommateurs.

Madagascar Tribune0 partages

Les transporteurs interpellent à nouveau le Premier ministre

La situation ne se résout pas et risque fort de s’envenimer d’ici la fin de la semaine sur les problèmes des transports en commun à Antananarivo et les environs. Les membres de l’UCTU, l’UCTS (Union des coopératives de transport urbain et suburbain), les transporteurs régionaux et nationaux ainsi les transporteurs de marchandises ont demandé à se réunir d’urgence avec le premier ministre Christian Ntsay.

Cette réunion concernera la question des prix à la pompe du carburant qui ne cessent d’augmenter. Cette requête de presque tous les opérateurs professionnels dans le domaine du transport a été appuyée par le Réseau national pour la défense des consommateurs (RNDC). Les transporteurs prévoient de tirer la sonnette d’alarme en entamant une grève vers la fin de cette semaine, plus précisément ce vendredi. Aussi se pourrait-il que de nombreuses lignes de bus et de taxi-be décident de ne pas travailler et d’observer une nouvelle journée sans transport.

D’autre part, les autres coopératives membres du FMA (Fitaterana Mendrika eto Antananarivo) ne sont plus revenus sur leurs décisions et ont appliqué depuis le début du mois la hausse du frais à 500 Ariary. L’UCTU et de l’UCTS pourraient ainsi emboiter le pas de la FMA.

Tempéré est le mot d’ordre

Face à la grogne des transporteurs qui est en train de se généraliser, le mot d’ordre pour les responsables étatiques concernés n’est autre que celui de tempérer les ardeurs, du moins jusqu’aux élections à venir dans les prochains mois. En effet, le ministre de l’énergie et des hydrocarbures, Lanto Rasoloelison, de déclarer que la vérité des prix du carburant se trouve actuellement à +600 Ariary des prix actuels. L’Etat ne prévoyant plus d’octroi de subvention aux compagnies pétrolière, une hausse progressive des prix est incontournable dans les prochains mois et pourrait même atteindre les 5000 Ariary pour le litre d’essence et dépasser les 4000 Ariary pour le litre du gas-oil selon toujours le ministre.

Du côté du ministère du transport, les discussions semblent être au point mort. La balle est maintenant entre les mains du chef de l’Administration que les transporteurs ont choisi comme principal interlocuteur, ces derniers ne voulant plus passer par les ministres. Pourtant, il y a peu de chance que le premier ministre puisse apporter une quelconque solution à ce problème et encore moins décider de la baisse des prix du carburant.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnat de Madagascar – Narindra Ranaivo et Mialy Ranaivo expéditives

Les têtes de série numéro 1 et 2 du tableau U14 se sont montrées expéditives, hier, sur la terre battue de l’Acsa Ambohidahy, pour leur entrée en lice dans le cham­pionnat de Madagascar. Narindra Ranaivo était opposée à Ediane Haingoniaina, une joueuse venant du Vakinankaratra.Cette dernière avait éliminé Aina Sarobidy Ravolo­lonarimalala, lundi. Hier, elle n’a rien pu faire face à Narindra, supérieure autant physiquement que techniquement. Le score final de 6/0, 6/0 en est la preuve.Pour sa part, Mialy Ranaivo a disposé de Lalao Rasamoelina, qui a sorti  Fitahiana Ratovonarivo au tour précédent. Et Mialy aussi n’a fait qu’une bouchée de son adversaire, 6/0, 6/1.Les deux sœurs, invitées de marques du tableau féminin pour cette édition 2017 du championnat, ont bien grandi. Et surtout, évoluant au Kenya, elles ont beaucoup évolué sur le plan technique.On attendait également les débuts de Vahia Raba­rijaona, hier. Le champion d’Analamanga de la catégorie U18 garçons devait affronter Michel, issu de la région Amoron’i Mania. Mais ce dernier ayant été absent, Vahia s’est qualifié par WO pour les quarts de finale.La compétition se poursuit ce mercredi, à l’Acsa, avec notamment l’entrée en matière de Johnny Rovanan­tenaina et Mahefa Anthony Rakotomalala, les cham­pion et vice-champion d’Anala­manga en U12. Les têtes de série numéro 1 et 2 seront respectivement opposées à Mandresy Rakotonirainy et Gaudio Razakamahefa.Hier, Mahefa Anthony a déjà débuté sa semaine, cette fois-ci dans la catégorie U14. Il a enregistré une victoire pour sa première rencontre, face à Fidèle Zakaniaina, sur le score de 6/0, 6/1.Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Accident à Anjozorobe – Le chauffeur et son patron reconduits en prison

Le procès relatif à l’accident survenu dans le district d’Anjozorobe a enfin eu lieu, lundi 31 juillet dans la cour correctionnelle d’Anosy. Le chauffeur et le propriétaire du camion ont été écroués. Dix-huit mois (un an et demi) de prison ferme pour le propriétaire et le chauffeur du camion ayant causé le drame à Anjozorobe le 28 janvier, selon le verdict du tribunal. Le procès concernant ce terrible accident s’est déroulé en silence, lundi 31 juillet où les avocats des victimes et le maire d’Ambongamarina Manitra­hasinarivo Andrianalinjato étaient absents.Ce dernier, en tant qu’autorité locale a représenté les victimes. « Le tribunal a accéléré le procès alors que la date a été déjà fixée pour hier, laquelle a été consentie, mardi 11 juillet  par la justice et les plaignants », a indiqué le maire d’Ambon­gamarina. Le juge n’en a pas touché un mot.Le placement sous mandat de dépôt du conducteur du véhicule a déjà atteint six mois. « Aucune détention provisoire d’un prévenu n’est limitée si l’on se réfère à la loi. On ne sait pas pourquoi le procès devait se tenir lundi 31 juillet », a appris le maire Andriana­linjato.Une source proche des victimes a signalé qu’une cinquième tentative d’ajournement de l’audience par l’un des avocats de plaignants a été refusée. Un représentant de l’assurance, qui a requis l’anonymat révèle que la compensation s’élève à des millionsd’ariary.Hier, chacune des victimes a demandé un dédommagement au propriétaire du véhicule et au chauffeur. « Ce sera mardi 22 août qu’on pourra entendre la décision judiciaire y afférente », a indiqué une source au sein du tribunal. Les deux accusés écopent d’un an et demi de prison ferme pour homicide involontaire, accident qui a coûté la vie à quarante-sept personnes et a fait vingt-quatre blessés.Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Education – Un nouveau guide d’anglais pour la rentrée

«Il faut que les professeurs arrêtent de photocopier des livres d’anglais pour les vendre aux enfants », affirme Voahirana Razafindrabe, directeur de la recherche pédagogique auprès du ministère de l’Éducation nationale, lors de la présentation d’un nouveau guide d’anglais, hier à Anosy. Elle poursuit que tous les guides scolaires doivent avoir une autorisation auprès du ministère de tutelle.Ainsi un nouveau guide a été élaboré par des professeurs de l’université, des  experts afin  d’aider les enseignants dans les régions àsuivre les normes et afin d’améliorer la qualité de l’éducation à Madagascar à travers la mise en place du Plan sectoriel de l’éducation (PSE). « Il s’agit d’un guide destiné d’abord à aider les professeurs des écoles libres et des écoles privées n’ayant pas de livres d’anglais pour étoffer les acquis des ensei­gnants », ajoute t-elle. Ce ne sont pas les programmes qui changeront mais les besoins ont évolué.ApprentissageLes besoins ont beaucoup changé vu qu’il existe toujours de nouvelles choses que les professeurs ont besoin d’apprendre. Ce guide cible les élèves des classes de seconde, première et terminale. « L’objectif est que les lycéens puissent être prêts pour les études à l’université  s’ils peuvent les  poursuivre, et à ceux qui n’ont pas les moyens financiers d’être prêts à affronter le monde du travail », explique t-elle. Mille cinq cents guides seront repartis dans les vingt-deux régions de Madagascar à partir de la rentrée scolaire prévue le25 septembre.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Grands mots, gros mots

Le 22 mai 2017, un mémo envoyé au ministre de la Santé pour, une fois de plus, tirer la sonnette d’alarme au sujet de situations sanitaires touchant directement les enfants en situation de handicap. Précédemment a ce mémo un communiqué de presse qui met en exergue certaines médicales qui sont monnaies courantes. Soyons francs, il y a à Madagascar des formes de maltraitance à l’égard des enfants en situation de handicap mental, psychique ou psychiatrique  et des scandales médicaux. Il a été mis en lumière tout d’abord, les surdiagnostics d’épilepsie et les prescriptions abusives d’EEG (électroencéphalo­gramme), de dépakine et de Gamalate qui sont des médicaments loin de faire l’unanimité du corps médical dans le monde, vu les clashes humanitaires qui en découlent.Certains ont également le bistouri facile en pratiquant trop facilement des opérations ORLS sur des enfants avec des troubles psychiques. Pourtant, à Mada­gascar, chaque intervention chirurgicale a son lot de risque qui est très élevé. Quand on sait que les diagnostics sont quasi inexistants, les charlatans promettant monts et merveilles, cultivant l’utopique miracle aux parents.  Les prises en charge sont réduites à leur plus simple expression en particulier dans les classes défavorisées du pays. Le coût des prestations médi­cales et paramédicales de type psychomotricité et orthophonie est hors de portée de l’immense majorité de la population du pays.Plusieurs recommandations ont été pour tenir compte des particularités propres au pays, à ses ressources, à ses points forts, en adaptant ce qui est raisonnablement réalisable, dans un objectif de quelques années. Il faut s’appuyer sur le point fort du pays, à savoir la relative bonne tolérance du milieu enseignant des écoles primaires publiques car les projets de construction d’établissements spécialisés s’avéreraient rapidement hors des possibilités financières de Madagascar, et pas toujours au bénéfice des personnes différentes. D’autant que tous les pays développés sortent de la politique institutionnelle préférentielle de la prise en charge des personnes en situation de handicap mental, pour s’orienter vers une inclusion scolaire raisonnable et accompagnée. Sauf cas exceptionnels.Pour que la prise en compte des droits de ces personnes soit réelle, il est indispensable que le ministère de la santé, celui de l’éducation nationale, celui de la Population et les associations acteurs du quotidien des familles travaillent de manière concertée. Cette action concertée est une urgence absolue. L’ouvrir à d’autres ministères comme celle en charge de la population serait profitable pour les familles.Deux mois et demi se sont passés depuis que le ministre de la Santé a donné son accord de principe pour faire des actions concrètes pour mettre fin à ces pratiques. Depuis, les recom­mandations, voire les avertissements formulés à l’endroit de ces décisionnaires, ne sont restés que des vœux pieux.Et pourtant, entre-temps, des séries de déclarations, de gesticulations et des grands mots et interventions en faveur d’une certaine conseillère spéciale d’en « haut lieu » ont été faits. La différence est que cette dame peut parler haut, fort avec de gros…grands mots. Les personnes en situation de handicap mental ou psychique ne le peuvent pas.

Lire aussi :  Petits-yeux voient loin, grands-yeux voient rien

Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Alain Ramaroson écope d’une lourde peine

C’est avec amertume qu’Alain Ramaroson, homme politique et ancien membre du Conseil Supérieur de la Transition (CST), est sorti de la salle d’audience du tribunal à Anosy. La lourde peine qu’on lui a infligée l’a visiblement plus que contrarié. Trente mois de réclusion ferme, c’est la peine qu’il doit purger pour avoir perpétré des actes de fraudes dans le litige familial dans lequel il est impliqué et inculpé.Alain Ramaroson a déjà pris un an pour le litige foncier concernant un terrain à Andoharanofotsy. Cette nouvelle peine concerne un terrain dans la commune d’Ambohimangakely. On l’accuse de faux et usage de faux, dont la falsification d’un acte de décès ainsi que le vol de la signature d’un notaire. Si les plaignants ont demandé trois cent millions d’ariary d’amende, il ne devra en payer que deux cent millions. Une femme est également accusée de complicité avec l’ex-CST dans cette affaire de famille.La secrétaire de la commune de Behenjy écope de trente mois d’emprisonnement également mais avec sursis, cette fois ci, en plus d’une amende de soixante millions d’ariary.À la sortie du tribunal, Alain Ramaroson a crié au scandale et déclare vouloir faire appel.Loïc Raveloson

Lire aussi :  A malain, malin et demi
L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Les nouveaux enseignants en formation

Selon le nombre officiel, trois cents deux enseignants, nouvellement recrutés et constituant la première, la deuxième et la troisième vagues de recrutement, suivent une formation dans les deux centres régionaux de l’Institut national de formation pédagogique (CRINFP) installés dans la direction régionale de l’éducation nationale d’Alaotra-Mangoro. Elle durera six semaines depuis le 7 août et comprend les modules pédagogiques, didactiques par discipline et académiques.Cette étape entre dans le cadre du programme du ministère de l’Éducation nationale de mettre en œuvre la formation aux compétences de base d’environ 5 254 nouveaux enseignants recrutés comme fonctionnaires via  les vagues de 2014, 2015 et 2016. « Pour Alaotra-Mangoro, les trois cent deux enseignants travaillent dans les écoles primaires publiques réparties dans quatre circonscriptions scolaires  (Moramanga, Andilamena, Amparafaravola et Ambatondrazaka), tout comme dans les dix huit directionsrégionales du pays », explique une source. Ainsi, ils auront l’occasion de suivre une formation initiale courte, mais efficace, d’après des techniciens qui, eux, les rassurent au cours de petites interviews à l’issue des cérémonies d’ouverture à Ambohimanga et au CRINFP de Moramanga.Hery Fils Andrianandraina

Midi Madagasikara0 partages

Fernand Cello : Telo volana am-ponja,omaly

Omaly no feno telo volana katroka ny fitazonana am-ponja ao Sakaraha an’i Fernand Cello. Mifangaro amin’ny dahalo sy ny mpanao heloka bevava ao ilay mpanao gazetin’ny Radio Jupiter, fantatry ny maro noho ny fahasahiany nitatitra ny zava-misy momba ny fitrandrahana safira tsy ara-dalàna ao Ilakaka. Nanonona manam-pahefana maromaro tao anatin’ny tatitra nataony ka nozarainy tamin’ny haino aman-jery teto Andrenivohitra izy ary tsy ela taorian’izay dia nivoaka ny didy fampisamborana, mazava loatra fa ny valin-kafatra. Voatery nitsoaka taty Antananarivo izy mba ho fanavotana ny ainy ary rehefa mbola nitohy ihany ny fitantarana ny zava-nisy izay nolazainy fa hitany, dia tonga taty an-toerana mihitsy ny mpitandro ny filaminana nisambotra azy. Tsy nisy resaka fa na mbola nitsabo tena tao amin’ny hopitaly aza izy  avy hatrany dia noraisina ary nentina avy hatrany tany Ilakaka. Nolazaina hatrany, fa tsy misy nifandraisany tamin’ny asa fanaovan-gazety ny nanenjehana azy. Ny mpanara-baovao, dia nahatsikaritra anefa fa fisamborana miendrika pôlitika ity nahazo an’i Fernand Cello ity. Tsy mitombina rahateo, hoy ny mpiaro azy, ny hoe nangalatra seky izy ary noporofoin’ny banky izany. Momba io raharaha io, dia efatra herinandro izay no nakatona ny fanadihadiana izay nampifanatrehana azy sy ny mpitory azy. Efa nisy ihany koa ny taratasin’ny mpitsara mpanao famotorana izay manome fahefana amin’izay ny tribonaly ady madio mba hitsara ny raharaha. Hatramin’izao anefa, dia mbola tsy nivoaka ihany ny daty hanatontosana an’izany. Toy ireny andrasana ho lo ao am-ponja ao ilay olona. Ny fikambanana iraisam-pirenena maro dia nanameloka avokoa ity raharaha ity, saingy toa tsy nisy varany izany. Amin’iretsy voalohany mantsy, dia namoronana dosie tsotra izao i Fernand Cello mba entina hampanginana azy. Handrasana ny fahendren’ny mpanapaka ny mba hitsara amin’izay ity raharaha ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Betafo : Enin-dahy mpangalatra lakolosim-piangonana, voasambotra

Ela nanaovan-dratsy, ka noraisim-potsiny, tao anatin’ny fotoana fohy ary tsy afa-niala intsony, tamin’ny alalan’ny vela-pandrika kely tsy nampoiziny ny enin-dahy nangalatra lakolosim-piangonana tao Ambohitririana Distrikan’i Betafo, ny faran’ny herinandro teo. Telo volana taty aoriana, hita ny lakolosim-piangonan’ny EKAR Ambohitririana, izay ireto enin-dahy zanaky ny Fiangonana mponina ao amin’ny Kaominina Mandritsara-Betafo ihany no nahavanon-doza nangalatra ny zava-masina, ny volana mey lasa teo. Raha araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tanana ny raharaha, dia ny efatra no tena nangalatra ilay lakolosim-piangonana, ny volana mey lasa teo, fa ny roa lahy tamin’ireo voasambotra kosa nitady mpividy, ka teo am-pitadiavana mpividy no tra-tehaky ny Zandary avy ao Andranomadio, ny 5 aogositra teo.

Eric Manitrisa 

Midi Madagasikara0 partages

Lozam-pifamoivoizana tao Anjozorobe : Niakatra Fitsarana omaly ny raharaha nahafatesana olona 47

Omaly no niakatra Fitsarana ilay raharaha mikasika ilay kamiao nivadika tao anaty tetezan’i Mananara ka nahafatesana  olona 47 tamin’ny 27 janoary 2017. Ity fotoam-pitsarana omaly ity izany no fanemorana faha-4 sady farany mikasika ity raharaha ity. Tonga niatrika izany ny ben’ny tanànan’Ambongamarina izay misolo tena ireo fianakaviana niharam-boina. Naka mpisolovava ihany koa ny tenany mba hanampy azy amin’ny fiarovana ny zon’ireo olona soloina tena. Nambarany fa tsy afaka hiatrika izao Fitsarana izao ireo niharam-boina noho ny fahasahiranana mbola mianjady amin’izy ireo. Maro no tsy manana fidiram-bola intsony noho ny takaitra navelan’iny loza iny. Misy 23 hatreto, hoy izy, no mbola tena mila manaraka fitsaboana nefa dia ao anaty fahasahiranana tanteraka. Tsy misy intsony ny fanampiana izay nampanantenain’ny Fanjakana. Noho izany, nilaza ity ben’ny Tanàna ity fa tsy maintsy hampakatra Fitsarana ambony raha tsy mahazo rariny eto amin’ny Fitsarana ambaratonga voalohany. Nambarany izany noho ny fandrenesany fa efa nisy Fitsarana nandeha mahakasika ity raharaha ity, hono, tamin’ny herinandro lasa. Niatrika izany ilay mpamily sy ny tompon’ilay fiara niharan-doza. Nilaza anefa izy fa tsy nahazo fiantsoana tamin’izany. Voalaza fa nahazo sazy an-tranomaizina 18 volana ireo voampanga tamin’io fitsarana io ary tsy maintsy handoha onitra an-tapitrisany maro. Nilaza ho tsy afa-po tamin’ny sazy navoakan’ny Fitsarana anefa ireto farany ka nampakatra Fitsarana ambony mba hampihenana ilay onitra takiana aminy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Ampitatafika : Dimilahy nirongo basy, nanafika tokantrano

Tokantrano iray, teny amin’iny faritra Ampitatafika iny indray, no lasibatry ny jiolahy mirongo fiadiana, ny alatsinainy maraina lasa teo. Dimy lahy izy ireo raha ny fampitam-baovao, ary samy nitondra basim-borona sy basy poleta. Lasa tamin’izany ny vola vahiny  mitentina eo amin’ny 3000 euros, izay tombanana any amin’ny sivy tapitrisa ariary any ho any, niaraka tamin’ny solosaina ary ny fiara iray teo an-tokotany. Nanao amboletra niditra ity tanàna ity fotsiny ireto olon-dratsy ireto. Taitra noho izany ireo tompon-trano, saingy tsy afa-nanoatra nanoloana ny fandrahonana nataon’ireto olon-dratsy. Ny vola avy hatrany no notakian’ireto farany tamin’izay ary tsy namelany raha tsy lasany ireto vola vahiny ireto. Nisy antontan-taratasy maromaro ihany koa, solosaina, ary nampiharin’izy ireo tamina fiara iray nipetraka teo an-tokotany. Noho ireo voatafika tsy afa-nanoatra dia nanjakazaka ireo jiolahy, nanao izay danin’ny kibony. Lasa izy ireo vao afaka niantso vonjy ny tompon-trano. Tonga avy hatrany teny an-toerana moa ny zandary tompon’andraikitra amin’iny faritra iny, nanao avy hatrany savahao ny manodidina, saingy efa tafaporitsaka ireto mpanafika ireto. Mbola mitohy moa ny fikarohana ireto farany.

m.L

L'express de Madagascar0 partages

Football Féminin – Sabnam-Asot et Askam-Mifa en demi-finales

La troisième et dernière journée a donné son verdict, hier à Mahajanga, en cham­pionnat de Madagascar de football féminin division Elite. Les trois équipes d’Ana­lamanga, l’AC Sabnam, Mifa et l’Asot, se sont toutes qualifiées pour les demi-finales de cette première phase.Sabnam, triple-tenante du titre, a réalisé un nouveau récital face à l’AS Comato Atsimo Andrefana (12-0), avec huit buts de l’inévitable Sophie. Pour sa part, Mifa a disposé de l’Ascuf Haute Matsiatra, sur une marge plus réduite (2-1). Et même si l’Asot a perdu devant l’Askam Itasy (1-3), elle sera tout de même au rendez-vous des demi-finales.Pour le dernier carré ce jeudi, l’Asot aura la lourde tâche de défier l’AC Sabnam, premier prétendant à sa propre succession sur le trône national. Tandis que Mifa sera aux prises avec l’Askam. Dans les matches de classement, l’on aura les duels FC Prescoi Vakinankaratra – Ascuf Haute Matsiatra et Som Boeny – AS Comato Atsimo Andrefana.

Haja Lucas Rakotomalala

L'express de Madagascar0 partages

Circuit mondial juniors – Tsantaniony Iariniana décroche dix points au compteur

Dans une bonne sphère, la championne de Madagas­car U16 en titre et demi-finaliste des championnats d’Afrique U16, Tsantaniony Iariniaina a marqué ses premiers points sur le circuit mondial des U18 hier à Harare au Zimbabwe.Engagée dans le tournoi après avoir obtenu une wild card, elle a joué le premier tour du tournoi grade 4 des internationaux du Zimbabwe,  étape 2 hier contre l’Améri­caine Macey Miller, classée 383e mondial des U18. Résultat, elle s’est offerte une belle victoire en deux sets 7/5, 7/6 en moins de deux heures.Une victoire qui marque la carrière de la joueuse qui lui permet d’avoir dix précieux points dans le classement mondial des juniors. « Je suis venue au Zimbabwe dans l’objectif de marquer des points sur le circuit mondial des U18. Durant le premier tournoi, j’ai eu un mauvais tableau en tombant contre l’Égyp­tienne Hala Khaled. Cette semaine, j’étais mieux en jambes et mentalement pour venir à bout de l’Américaine Macey Miller, quart-de-finaliste du premier tournoi. Je reste confiante pour la suite de mon parcours », positive Tsantaniony, jointe sur les réseaux sociaux.Ce jour, elle affronte la Tunisienne Sara Lisa Auber­tin, pensionnaire du centre de la Fédération internationale de tennis de Casablanca au Maroc, victorieuse de la Sud africaine Marne Derkens­sen 2/6, 6/2, 6/2.Gagner contre une joueuse du top 400 mondial juniors demeure déjà une vraie performance pour Tsantaniony Iariniaina qui peut aller très loin cette semaine en ayant Sara Lisa Aubertin comme adversaire. Elle jouera également en double avec comme partenaire l’Égyptienne Hala Khaled. Elles affronteront les Américaines Macey Miller et Skiller Miller.Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Soirée funky avec Mapingo au Louvre

Une soirée gastronomique dans un rythme chaleureux. C’est ce que réserve Le Louvre à ses invités pour ce ven-dredi à partir de 19 heures. Au programme, Mapingo, groupe vocal et musical qui revisitera à sa manière et en acoustique les plus grands tubes de tous les temps, pour une ambiance conviviale et festive où la gastronomie, les rythmes et les voix se mêleront sans réserve. Les organisateurs promettent une expérience différente qui éveillera tous les sens du public qui sera donc invité à explorer à la fois le répertoire funky et des plats servis autrement. « La soirée se déroulera dans notre restaurant Les Saveurs du Louvre,  une très belle salle. Aucun ticket  ne sera vendu, par contre la consommation est obligatoire. Bien sûr, ce sera l’occasion de gouter aux plats concoctés par notre Chef. Bref, tout sera réuni pour passer une bonne soirée », annonce Hoby  Andriam, responsable au sein du restaurant. Ainsi, Lignisha la jeune chanteuse et sa voix tantôt suave tantôt jazz transportera les invités dans un voyage dans le temps à travers le rythme jazz et musique du monde. Elle sera accompagnée magistralement à la guitare basse par Liliano. Et enfin, la partie rythmique et envoutante de Jimmy B sera la touche finale qui vient s’ajouter à l’ensemble du groupe.Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Ambatoroka – Un bâtiment en flammes

Un court-circuit est à l’origine d’un incendie qui s’est produit à Ambatoroka, hier vers 11h, d’après l’enquête de la police. Aucune perte en vie humaine n’est à déplorer, mais les dégâts matériels ont été importants. Vingt-trois sapeurs-pompiers arrivés à temps ont maîtrisé la propagation du feu.

L'express de Madagascar0 partages

Une église cambriolée

Une église à Ivoara, dans la commune de Masindray, district d’Avaradrano a été pillée par des bandits dont le nombre n’est pas encore connu. Les faits se sont déroulés dimanche matin avant le culte. Un synthétiseur, un ampli, une table de mixage et une montre murale ont été emportés par les malfaiteurs. Une enquête a été  ouverte.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq bandits armés volent un 4×4

Lundi vers 3h du matin, cinq bandits armés d’un pistolet automatique et d’un fusil de chasse ont attaqué une maison à Ambohitsaratelo, commune d’Ampitatafika, district d’Atsimondrano. Ils sont repartis avec un 4×4, deux ordinateurs, une carte d’identité nationale, une carte professionnelle et un gros paquet d’argent. Les assaillants restent toujours insaisissables.