Les actualités à Madagascar du Jeudi 09 Juillet 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara212 partages

Remaniement : Un ministre brigue la Primature

Plusieurs noms d’acteurs politiques briguant la Primature circulent dans les coulisses.

Des acteurs politiques œuvrent et manœuvrent en vue d’obtenir un « seza » au sein du futur gouvernement.

La Présidence de la République dément les rumeurs autour d’un éventuel remaniement gouvernemental. Un haut responsable à Ambohitsorohitra a affirmé cette semaine qu’un changement du gouvernement n’est pas à l’ordre du jour. En effet, sur le terrain, l’on voit que le sujet ne figure pas parmi les priorités du moment du président Andry Rajoelina qui fournit tous les efforts et appelle tout un chacun à se concentrer sur la lutte contre le COVID-19. L’on sait cependant que dans les coulisses, les tractations sont en cours. Des politiciens œuvrent et manœuvrent en vue d’obtenir un « seza » au sein du futur gouvernement. Et ce, même si l’on sait que le Chef de l’Etat ne procèdera pas à un remaniement gouvernemental en pleine période de crise sanitaire où le pic de la pandémie ne semble plus très loin. L’on sait que mis à part les politiciens de l’opposition et les membres du « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) qui tentent de faire pression sur les tenants du pouvoir afin de réclamer la mise en place d’un gouvernement de salut public, des partisans du pouvoir mènent aussi des lobbyings. A l’exemple d’un membre de l’actuel gouvernement qui brigue la Primature et tente de convaincre les différentes entités.

« Tso-drano ». De sources bien informées, ce ministre se serait rendu à Andohalo dans le courant de la semaine du 26 juin dernier pour demander le « tso-drano » de l’Eglise catholique. Ce même responsable qui se dit bénéficier du soutien d’un groupe d’Officiers Généraux et de députés, aurait aussi effectué une démarche auprès de l’archevêque d’Antsiranana. Mais si l’on s’en tient à nos sources, pour l’heure, sa démarche n’a pas obtenu, du moins pour le moment, le feu vert de l’Eglise qui préfère jouer son rôle de Raiamandreny et laisser les actions politiques aux politiciens. Des noms de prétendants au poste de Premier ministre circulent également dans les coulisses. Depuis quelque temps, des réunions politiques sont organisées du côté de Faravohitra. Le poste de ministre de l’Education nationale étant encore vacant, le Chef de l’Etat devrait donc nommer son successeur pour que ce département considéré comme l’un des Ministères clés puisse fonctionner efficacement. La question de connaître le bon moment et choisir si ce sera un remaniement partiel ou un remaniement total revient uniquement au président Andry Rajoelina. Reste à savoir si ces tractations et travaux de couloir vont réussir.

Davis R

Midi Madagasikara9 partages

Covid-19 : Record des guérisons avec 574 patients rétablis, dont 539 à domicile

574 patients guéris du Covid-19 ont été annoncés, hier. C’est le record des guérisons depuis le début de l’épidémie à Madagascar.

Sur 574 patients guéris, seuls 35 d’entre eux ont été pris en charge à l’hôpital : 8 à Befelatanana (HJRB); 2 à Andohatapenaka ; 7 au CHU Anosiala ; 4 à Antsirabe ; 2 à l’hôpital Andrainjato Fianarantsoa ; 9 dans la région Analanjirofo ; 1 au CHU Morafeno Toamasina et 2 au CHU Analakininina Toamasina. La grande majorité des guérisons d’hier, soit 539 patients, ont été soignés à domicile, d’après le Pr. Vololontiana Hanta, porte-parole du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) Covid-19.

Intervenu sur la chaîne nationale, hier soir, le Dr Lamina Arthur, directeur de cabinet au sein du ministère de la Santé publique, affirme que ce nombre record des guérisons s’explique par la sortie accélérée des résultats d’analyses sur des prélèvements en souffrance pendant plusieurs jours. Par ailleurs, toujours selon le directeur de cabinet, la considération des nouveaux critères de guérison est une autre explication à ce chiffre record : selon ces nouveaux critères de guérison, un patient est considéré comme guéri si au bout de 13 jours de traitement complet, il est asymptomatique durant les 3 derniers jours. De même, si un patient testé positif, mais qui est asymptomatique reste asymptomatique durant 10 jours consécutifs, il est également considéré comme guéri et n’est plus contagieux.

101 nouveaux cas et zéro décès. Aucun décès n’était à déplorer, hier. Le nombre de décès reste ainsi à 33. Concernant les nouveaux cas, leur nombre a connu une baisse hier, avec 101 nouveaux cas confirmés : 96 sont localisés dans la région Analamanga ; 2 dans la région Atsinanana et 3 dans la région Haute Matsiatra. Dans les détails, l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) a identifié 81 cas  à Antananarivo et 1 cas au Laboratoire Mobile à Toamasina, le tout parmi 232 tests réalisés. Le Centre d’Infectiologie Charles Mérieux (CICM) a pour sa part, identifié 15 cas positifs sur les 101 annoncés hier, tandis que quelques laboratoires disposant du test GeneXpert ont identifié 1 cas positif à Toamasina et 3 autres à l’hôpital Andrainjato à Fianarantsoa. Rappelons que le test GeneXpert est un test moléculaire permettant de confirmer le Covid-19 en 45 minutes.

 Formes graves en hausse. Le rapport de la porte-parole du CCO, hier, fait également état de 53 formes graves, soit 12 de plus que le jour précédent. 31 patients présentant une forme grave sont hospitalisés au HJRB ; 13 au CHU Anosiala ;  7 à Andohatapenaka ; 1 à Fenoarivo et 1 au CHU Morafeno. Antsirabe ne comptait plus aucune forme grave hier, contrairement au jour précédent.

Pour rappel, le cumul des cas confirmés à Madagascar est de 3.573 sur un total de 26.160 tests PCR réalisés depuis le début de l’épidémie. 1.779 patients sont en cours de traitement actuellement, tandis que le total des guérisons est de 1.761.

Hanitra R.

Midi Madagasikara4 partages

Covid-19 : Le pic n’est pas encore atteint

La population Malagasy en général et les habitants des cinq régions totalement confinées en particulier se sont adaptés au rythme de vie imposé durant cette  période. A Analamanga, on a totalement  intégré  l’idée de la réalité de l’épidémie,  et  tous ceux qui présentent des symptômes inquiétants vont chez leur médecin ou au village Voara. Le nombre des personnes souffrantes, ayant des difficultés respiratoires et ayant de la fièvre, est phénoménal. Mais leurs proches les accompagnent très bien dans la maladie. La très forte grippe ou le Covid -19 semble se ressembler, mais tous les patients sont traités avec  la même attention. On est entré dans la période la plus délicate de ce reconfinement. Et on est en train de passer un cap très difficile

Covid-19 : Le pic n’est pas encore atteint

La situation actuelle avait été prévue par les spécialistes. Avec la vague de froid actuelle, toutes les personnes vulnérables étaient susceptibles de présenter des symptômes inquiétants. Beaucoup ont été contaminés par le  Covid -19, mais certains patients peuvent souffrir d’une  forte grippe. Les cabinets de médecins et les centres d’accueil ne désemplissent  pas . Les prises en charge sont rapides. Les traitements sont efficaces. Les confinements se font chez soi pour ceux qui ont été testés positifs et qui ne  nécessitent pas d’hospitalisation.   Leur état de santé et celui de leur famille sont suivis de près  par les autorités médicales.  Les décès se multiplient, mais les chiffres officiels ne parlent que de ceux qui n’ont pas  eu lieu dans les établissements hospitaliers. Les autres  ne sont pas estampillés morts du « Covid -19 ». Néanmoins, la vigilance est de plus en plus grande et oblige à prendre des précautions.  Les épreuves traversées par les Malagasy  actuellement devraient les souder un peu plus encore . Les efforts à fournir ne doivent pas  être  relâchés. L’espoir de les voir porter leurs fruits  n’est pas vain.  On pourra  alors dire   que, le pic de l’épidémie aura été atteint.

Patrice RABE

Midi Madagasikara2 partages

Football – Coupe du monde Ris-Orangis : Madagascar s’impose face à la Côte d’Ivoire

Les Malagasy ont survolé les Ivoiriens en s’offrant une précieuse victoire par 6 buts à 2.

Large victoire. Après deux matchs nuls frustrants, Madagascar reprend confiance. La sélection malagasy a donné une bonne correction aux Ivoiriens sur le score de 6 buts à 2, mardi soir lors de la quatrième journée de phase de groupe de la Coupe du monde de football de Ris Orangis. Ridjkard a signé un très beau quadruplé et un doublé de Thino au terme d’un match totalement dominé et maîtrisé par les Malagasy. Ils ont encore confirmé que ces derniers ont du talent et du niveau dans le monde du football. Formée par des joueurs habitués des compétitions footballistiques en France, l’équipe malagasy, pour une première participation au tournoi organisé par Métropolitains, a fait forte impression et ne démérite pas. Avec ces quatre réalisations, Ridjkard a été élu homme du match. Lui qui totalise six buts depuis le début des éliminatoires. Cette seconde victoire renforce les chances de la bande à Odon pour les quarts de finale de la compétition. Pour l’heure, Madagascar a enregistré deux victoires face à la France et à la Côte d’Ivoire, et deux matchs nuls contre le Mali et le DOM-TOM. Évoluant dans le groupe B, l’équipe malagasy prévoit cinq rencontres dans son programme, notamment contre le Cap-Vert, le Cameroun, le Portugal, la Turquie et le Congo. Demain, vendredi 10 juillet, l’équipe nationale affrontera la Turquie. « Les joueurs abordent avec beaucoup de confiance et d’optimisme les prochaines rencontres. Lors de la rencontre face aux Ivoiriens, nous avons su corriger les erreurs des deux précédents matchs », a expliqué Solonirina Raharijaona. Une équipe de la Rencontre Nationale Sportive, accompagnée des férus du ballon rond malagasy en France, a fait le déplacement, mardi, pour soutenir l’équipe malagasy.

T.H

Midi Madagasikara1 partages

Respect des mesures de confinement : Jeu du chat et de la souris

Le jeu du chat et de la souris entre forces de l’ordre et les marchands ambulants de Tana continuent en période de confinement.

Le retour au confinement est plus que difficile pour de nombreux Tananariviens. Surtout après le retour plus ou moins à la normale des activités économiques. Si d’un côté, les forces de l’ordre tentent tant bien que mal de faire respecter les mesures relatives à l’état d’urgence sanitaire, de l’autre, marchands ambulants, tenanciers de bar, gargotiers, quincaillers, responsables de salon de coiffure… font en sorte de survivre en continuant d’exercer leurs activités. Une situation qui met en place un jeu malsain du chat et de la souris entre les deux parties. Comme ce qui s’est passé hier dans la matinée à Tsaralalàna. Des marchands ambulants voulant continuer de travailler ont fui des éléments des forces de l’ordre déployés sur les lieux, au risque de se faire renverser par les voitures qui passaient. Une situation qui aurait duré depuis l’annonce du retour au confinement, et qui aurait été observée d’un quartier à l’autre de la ville des mille. « Soit je reste chez moi et vois ma famille mourir de faim, soit je travaille en espérant gagner de quoi la nourrir aujourd’hui tout en risquant de me faire prendre et me faire sanctionner par les forces de l’ordre », déplore Rondro, marchande ambulante du côté de Tsaralalàna. Et pour cela, les concernés ne manquent pas d’astuce. Systèmes d’alerte de présence des patrouilles, approche directe des éventuels clients, kiosques de vente à moitié fermés… tout est imaginable et applicable pour assurer la continuité des activités génératrices de revenus. Outre la question de subsistance, les échecs des premières mesures de confinement initiées par le gouvernement auraient conduit les Tananariviens à ne pas prendre au sérieux les nouvelles consignes.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Violences basées sur le genre : Exacerbées par le confinement

Le confinement favorise les violences basées sur le genre.

La prise en charge des victimes de VBG ne fait pas partie des services essentiels pendant l’état d’urgence sanitaire.

La ligne verte 813 n’aurait jamais eu autant d’appels entrants. C’est ce qu’on peut constater au vu des  rapports relatant les activités de la ligne en question. Celle-ci, mise en place dans le cadre de la lutte contre les violences basées sur le genre, reçoit des appels gratuits, des signalements, des demandes de conseils, des dénonciations et des. Pour le dernier rapport publié le 9 juin par exemple, la ligne a enregistré un total de 50 appels durant la semaine du 25 avril. Données qui sont passées à 234 victimes de violences basées sur le genre (VBG) du 1er au 7 juin. La revue semestrielle « genre et autonomisation des femmes » en date du 8 juillet 2020 alerte sur la situation en faisant savoir que « 1 437 victimes de violences basées sur le genre ont reçu des conseils et des orientations à travers la ligne verte 813 ». Interpellation pouvant être observée dans les données relatives au nombre des victimes de VBG prises en charge auprès des centres d’écoute et de conseil juridique (CECJ). Soit 1 574 victimes en tout et pour tout selon la revue en question. Des résultats obtenus ces six derniers mois – surtout durant les périodes de confinement – si l’on s’en tient toujours au document en question.

Positifs. Les efforts menés par les acteurs afin de lutter contre les violences basées sur le genre auraient également permis d’avoir ces résultats. Émissions télévisées, campagne de sensibilisation, implication des leaders d’influence, renforcement des capacités des agents de la ligne verte 813, ce ne sont que quelques exemples d’initiatives qui ont permis d’interpeller les Malagasy sur la nécessité d’éradiquer le fléau que sont les violences basées sur le genre. La logique entre signalement-hausse des données pourrait également expliquer la situation. Et les résultats témoignent des avancées entreprises par les acteurs. 66 survivants référés et/ou accompagnés par les centres d’écoutes et de conseils juridiques (CECJ) ont, par exemple, bénéficié de prise en charge médicale auprès des formations sanitaires. Dans la même optique, 132 survivants référés et/ou accompagnés par les CECJ ont bénéficié de prises en charge judiciaires auprès d’offices de police judiciaire et tribunaux.

Freins. La revue semestrielle dénote toutefois quelques contraintes et problèmes liés à la lutte contre les violences basées sur le genre. En effet, malgré l’explosion des cas et les conséquences qui peuvent être engendrées, « la prise en charge des victimes de VBG ne fait pas partie des services essentiels pendant l’état d’urgence sanitaire ». Il y aurait également un « relâchement  au niveau des différents services de prise en charge des victimes de VBG ». Du côté des acteurs de la lutte, des conseillers de la ligne verte par exemple, « les mesures restrictives des libertés de mouvements liés au Covid-19 oblige à réinventer les moyens permettant aux victimes d’accéder aux services (accompagnement à distance) ». Avec le retour au confinement, la situation pourrait encore s’aggraver. Il n’y a plus qu’à s’en remettre à la rupture de la culture du silence.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Mouvement Rohy : Pour une transparence totale de la gestion de la crise sanitaire

Les dirigeants du mouvement Rohy.

La transparence est le maître-mot pour les organisations de la société civile qui continuent de veiller au grain dans le cadre de la gestion de cette crise sanitaire. Dans une déclaration publiée hier, le mouvement Rohy, actif dans le domaine de la gouvernance, réitère que la « transparence totale » doit être de mise dans le cadre de la crise sanitaire. Dans cette optique, un « rapport régulier sur les affectations budgétaires, la situation des dépenses publiques, ainsi que les aides sociales aux plus démunis, est nécessaire », soutient le mouvement Rohy. Sur cette question, les organisations de la société civile ne sont pas à leur première déclaration sur le sujet. Depuis le début de la crise, ces dernières réclament la transparence à tout bout de champ et sensibilisent, à cet effet, les politiques dans ce sens. Cependant, la société civile estime encore que des efforts doivent être fournis en matière de transparence. Le mouvement Rohy veut ainsi que les « organes de contrôle tels que le bureau indépendant anti-corruption, l’inspection générale de l’Etat ou la cour des comptes entrent en jeu » pour s’assurer les actions publiques qui impactent réellement sur les bénéficiaires. Ces balises sont nécessaires aux yeux de la société civile pour concourir à la transparence de la gestion de la crise sanitaire. Par ailleurs, le mouvement Rohy réclame le renforcement de la capacité des centres de santé pour la prise en charge des malades du Covid-19. Dans ce cadre, cette organisation suggère la priorisation des dépenses publiques liées à la santé publique, notamment l’équipement du personnel médical.

Recueillis par Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Projet Water III : 100 000m3 supplémentaires d’eau potable par jour pour Antananarivo

Extension de la station de traitement d’eau à Mandroseza.

5 000 nouveaux branchements et 400 nouvelles bornes fontaines. C’est ce que la Jirama compte mettre en place pour améliorer l’accès à l’eau potable à Antananarivo. La société d’Etat a annoncé que le projet Jirama Water III a été ratifié par l’Assemblée Nationale et le Sénat la semaine dernière. « Ce projet concerne l’extension des infrastructures d’alimentation en eau à Antananarivo et ses périphéries. Sa mise en œuvre va durer trois ans. Il est financé par la BEI (Banque Européenne d’Investissement), l’Union Européenne et le WSUP », a indiqué la Jirama dans son communiqué. Selon les explications, le projet est composé de trois grands axes. Le premier est relatif à l’augmentation de la capacité de production d’eau potable au-delà de 100 000m3 par jour. Cela se fera, d’abord, par la construction de deux nouvelles stations de traitements d’eau d’une capacité de 30 000m3 chacune, à Ambohitrimanjaka et à Ankadindratombo ; ensuite, par l’extension de la station de traitement d’eau à Mandroseza qui permettra de produire 40 000m3 supplémentaires par jour. Le deuxième axe concerne le renforcement et la réhabilitation du réseau existant, grâce à la mise en place et la réhabilitation de 78 km de canalisation, la construction de 5 nouveaux réservoirs d’un total de 12 000m3, et la mise en place d’un nouveau surpresseur, ainsi que la réhabilitation de deux surpresseurs existants. Enfin, le troisième axe consiste à étendre le réseau de distribution et à multiplier les branchements et les bornes fontaines. Dans ce cadre, 105 km de canalisations seront mis en place pour alimenter les zones ouest, sud-est, sud-ouest, est et nord d’Antananarivo. 5 000 nouveaux branchements privés et 400 nouvelles bornes fontaines sont également prévus.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : le décès du député Lucien Rakotomalala n'est pas lié à la covid-19.

Le député Lucien Rakotomalala est décédé suite à une maladie qui, d'ailleurs, lui a déjà empêché d'assister aux réunions parlementaires qui ont eu lieu ces derniers temps à l'assemblée nationale. Lors de la dernière session, il n'a pu assister qu'aux premières réunions, selon le secrétaire général de l'assemblée nationale, Calvin Randriamahafanjary.
Le député Lucien Rakotomalala est un député de la région Atsimo Andrefana, elu à Morombe sur la liste IRD en 2019 et a été également élu en 2013 dans la liste MAPAR. Tout le monde s’est demandé hier après l’intervention de la faculté de Médecines lors de son rendez-vous quotidien, pourquoi le décès de ce député n’a pas été comptabilisé or selon les informations qui circulaient, En effet, hier, il n’y avait eu aucune perte humaine à déplorer hier. Selon les explications, le décès ce parlementaire n’est pas lié à l’épidémie de Coronavirus.
Tia Tanindranaza0 partages

Rafanomezantsoa Jean Nirina“Notambazana 4 miliara Ar aho saingy tsy nanaiky”

Taorian’ireo resabe nandeha momba azy tao anaty tambajotran-tserasera facebook mikasika ny tsy fahafahany manao dokam-barotra intsony dia nivoaka tamin’ny fahanginana ny Filohan’ny FI.TRA.MA

na Fitsaboana Tradisionela Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina. Fantatra nandritra ny tafa nifanaovany tamin’ny mpanao gazety omaly fa notambazana 4 miliara Ar ny tenany mba hampiato ny asa fitsaboana amin’ny alalan’ny FITRAMA saingy tsy natakalony ny fitiavany ny tanindrazany izany.

 FOMBA FIASA TSY MENDRIKA

Tsy nahazo taratasy fampilazana ny filohan’ny FI.TRA.MA Rafanomezantsoa Jean Nirina tamin’ireo vaovao niparitaka mikasika azy toy ny tsy fahafahany manao dokam-barotra intsony…. Tany anaty tambajotran-tserasera no nahalalany izany izay nanononana ny anarany sy ny momba momba azy ka nahatonga azy hiteny fa tokony amin’ny alalan’ny taratasy mihidy anaty valopy no handefasana ireny fampilazana ireny. Mampalahelo ilay fomba fiasa hoy izy indrindra raha tompon’andraiki-panjakana ambony eto amin’ny firenena toy ny ministra no manao izany izay tokony ho maodely. Ny fanenjehana ny kaonty Fake no tokony hatao hoy izy fa manjary manimba. Raha izany mantsy hoy izy no fomba fiasa hatao eto amin’ny firenena dia entina ho aiza ny Malagasy 25 tapitrisa.

MANANA KASKETY MARO

 Raha araka ny fanazavana nentin-dRafanomezantsoa Jean Nirina hatrany dia tao anatin’ny fotoana izay tokony niresahany mivantana tamin’ny vata fahitalavitra iray tsy miankina iray eto amintsika ny tenany no tsy nahazo nanao izany ka gaga sy zendana tanteraka. Notsiahiviny anefa fa manana kaskety maro ny tenany. Anisan’ny tena nahafantarana azy ny maha-filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy azy, izay fiaraha-monim-pirenena no sady fikambanana mpiaro ny zon’olombelona. Miady amin’ny herisetra hatao amin’ny vehivavy sy ny ankizy ihany koa ny Hafari. Ankoatra izay hoy izy dia Malagasy ny tenako ary afaka miteny amin’ny maha-olom-pirenena tsotra ankoatra ny maha-filohan’ny FI.TRA.MA ahy.

 

KARANA

Mbola tena miaina amin’ny fanjanahan-tany hatrany isika hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina, filohan’ny FI.TRA.MA. Kisarisary fotsiny ilay fahaleovantena hoy izy fa mbola tadiavin’ireo tera-tany vahiny zanahana hatrany isika, indrindra fa ny resaka fitsaboana. Nambarany fa tera-tany Karana no ao ambadik’io sakana goavana hatao azy io izay efa nanome azy lela-vola 4 miliara Ar mba hampiatoana avy hatrany ny fitsaboana nentim-paharazana. Tsy nanaiky izany anefa Rafanomezantsoa Jean Nirina noho ny fitiavany ny tanindrazany sy ho famaliany ny antson’ny Filoha mikasika ireo olona manampahaizana afaka hifanome tanana amin’ny Fitondram-panjakana amin’ny ady hatao amin’ny aretina coronavirus.

TOKONY ASANDRATRA HATRANY

 Ny mampalahelo anefa hoy izy dia raha vao zavatra vita Malagasy na ny Malagasy no manao zavatra dia tsinontsinovina hatrany ary finganina mihitsy aza. Ny mifanohitra amin’izay anefa no tokony ho izy hoy izy dia ny fanandratana ny vita Malagasy izay mbola ady mamay hahafahana mampiakatra ny toe-karem-pirenena ka hitodihan’ny mason’izao tontolo izao eto amintsika. Rehefa ny orinasa lehibe sasany anefa hoy izy no manao dokam-barotra dia toa tsy misy olana fa rehefa ny FI.TRA.MA kosa no manao izany dia misy olana goavana. Na izany aza anefa dia notsindriany manokana fa tsy mila dokam-barotra intsony ny FI.TRA.MA. Efa betsaka ny vita hoy izy ary efa maro ireo olona sitrana ka ireto farany ihany dia afaka hampita ny fahasoavana azony tao amin’ny FI.TRA.MA ho an’ny hafa.

MITOHY NY FITSABOANA

Notsiahiviny manokana moa fa anisan’ny namorona asa maro ho an’ny tanora teto amin’ny firenena ny FI.TRA.MA. Manomboka amin’ny fambolena ireo karazan-kazo izany, miampy amin’ny fanotazana azy, hatrany amin’ny fanodinana…miainga avy any Farafangana. Nanampy ny orinasan-tserasera ihany koa izy tamin’ny alalan’ny dokam-barotra mampidi-bola hanampiana ny mpiasa, indrindra ao anatin’izao krizy izao. Efa zava-dehibe izany hoy Rafanomezantsoa Jean Nirina ary ao anatin’izao 15 andro hisian’ny fihibohana tanteraka eto amin’ny Faritra Analamanga izao dia miasa toy ny mahazatra ny FI.TRA.MA manerana ny Nosy mandray ireo tsy salama rehetra. Nomarihiny manokana moa fa tsy hihemotra amin’ny fanandratana ny vita Malagasy ny FI.TRA.MA.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mirary ny soa tokoa

Mirary ny soa tokoa manoloana izao ady hatrehin’ny firenena sy izao tontolo izao izao.

 

 

Isan’ny hirariana amin’izany ny hoe enga anie ka mba tena fangaraharahana tsy namboamboarina na mifono politika lalina no naseho nanomboka omaly iny. Na mifono izay politika izay aza dia mba ho politika mikatsaka ny soa iombonan’ny firenena sy ny mpiray tanindrazana, araka ny famaritan’ireo manam-panahy Grika azy fahagola. Somary mahagaga ihany tsinona no nahare “fahiny” fa efa voatery niditra amina dingam-panomezam-panafody vaovao ireo marefo sy marofy isika satria maro ireo tsy mahazaka ilay tambavy nankalazaina sy natao rehareha nisarihana ny mason’izao tontolo izao. Tampoka avy eo anefa omaly dia heno fa nahasitrana ny androatokon’ireo narary indray izany. Isaorana izany ny Avo fa mbola tsy nataony diso anjara tamin’ny fahagagany ity firenena ity! Ny hirariana sy hangatahana aminy aza dia ny mbola hahamaro kokoa sy hitohizan’izany famindram-pony izany hatrany. Raha toa tokoa moa ka tena famindram-pony no nitranga! Raha sanatria kosa ka politika avo lenta araky ny fanahiana indraindray dia enga anie mba tsy ho ny vahoaka mitrongy vao homana sy madinika foana no hizaka ny vokatry ny adalan’izay mpanapa-kevitra manaotao foana ao ambony ao! Ny tody tsy misy fa ny atao no miverina mantsy, hoy ny fahendren-dRazantsika izay. 60 taona izao no nanirian’ny Malagasy mba ho tafala anatin’izany fahantrana sy krizy ateraky ny fampandriana adrisan’ny mpitondra sy mpanao politika izany. Mandrak’ankehitriny anefa dia mbola manjavozavo aminy hatrany ary ny sasany aza moa tsy mahalala na inona na inona mihitsy mikasika ny fitantanana ny vola tokony hamelomana azy ka nankininy ho tantanan’izay nampindraminy fahefana. Hatramin’izao mbola fanontaniana mipetraka foana ny hoe rahoviana ny mpitondra fanjakana no hanao fitaterana mangarahara ireo fanampiana avy any ivelany hiatrehany sy ny vahoakany ny hahamehana ara-pahasalamana?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Alain Andriamiseza “Tsy mino ny mpitondra intsony ny vahoaka”

Tsy nazava ny politika napetraky ny fitondram-panjakana hitantanana ity aretina ity matoa misy fiverenana amin’ny fihibohana efa ho tanteraka indray, hoy ny mpanao politika, Alain Andriamiseza.

Porofo mitohoka amin’ny tenda sy tsy azo lavina izany ankehitriny. Tsy vitan’ny fitondrana irery ny fitantanana ity valan’aretina Coronavirus ity. Tsy hitondra na inona na inona io fihibohana manomboka amin’ny 12 ora tolakandro io, hoy izy, satria tsy zakan’ny olona intsony ny zava-misy ary arak’izao ahitanareo azy izao dia mandeha ihany ny olona manao ny fitadiavany isan’andro. Efa nandeha io fepetra io fa tsy nahavaha olana. Efa ela izahay no nilaza fa mila arotava miisa 25.000.000 ampitomboina 3, izany hoe, 90.000.000 any ho any isika. Io no tokony anaty kitapom-bolam-panjakana dia zaraina amin’ny Malagasy rehetra dia mba mahazo 3 avy. Io aloha no ady voalohany, hoy hatrany izy. Teo nisy vola 8 miliara ariary nolazaina fa namidy vatomamy sy maska ka aiza. Izany rehetra izany entina hilazana fa tsy voavahan’ny fitondrana ny olana fa tandrametaka no betsaka, hoy hatrany i Alain Andriamiseza. Tsy mino ny mpitondra intsony ny vahoaka satria tsy ny zavatra asain’ny vahoaka ataony no ataon’ny mpitondra fa izay tiany. Mety tsy taitra anio fa ho taitra rahampitso ny vahoaka fa tadidio, hoy hatrany ny tenany.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy ampy intsony ny hopitalyHatsangana ny « centre de traitement covid-19 »

Hametraka Ivon-toerana handraisana ireo marary na ny « centre de traitement covid-19 » isika, araka ny tatitry ny filankevitry ny minisitra omaly natao tamin’ny alalan’ny « visioconférence ».

Afaka mandray marary hatramin’ny 200 farafahakeliny amin’ny toerana iray, ka manomboka ny zoma izao no hametrahana izany eto amin’ny faritra Analamanga. Ahitana mpitsabo sy mpiasan’ny fahasalamana 25 ka hatramin’ny 55 isaky ny toerana fandraisana ireo marary. Natao handraisana ireo marary manana soritr’aretina efa mihamiombo nefa tsy afaka ny hanao fihibohana any an-tokan-tranony noho ny antony maro izany. Hisy ihany koa ny fandriana sy toerana hatokana ho an’ireo marary mafy na “cas grave”, ka eny amin’ny Hopitaly Anosiala no hanombokana ny fandraisana azy ireo ary hisy ihany koa toerana hafa voatokana sy fandriana amin’ireo “centre de traitement”. Ireo izay tsy misy soritr’aretina kosa dia entanina hatrany hihiboka any an-tranony ary handray fanafody sy hanaraka ny torohevitra, hoy ny fanjakana. Hapetraka ny lamina handraisana ireo marary eny amin’ny CSB, ka hisy ny fanomezana fanafody sy CVO ary omena fitsaboana avy hatrany izay misy soritr’aretina. Mitohy anio ny Filankevitry ny minisitra izay iarahana amin’ny Holafitry ny mpitsabo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Dany Rakotoson“Fahendrena ny miala rehefa tsy mahomby”

Ny fiverenana amin'ny fihiboana dia midika fa tsy nahomby ireo stratejia rehetra nentina andresena ny valanaretina, hoy ny mpandinika raharaham-pirenena sady mpanao politika, Dany Rakotoson.

 

 

 

 Ny fananana politika tsara rafitra no ahafahantsika mandresy amin'izay tanjona tiantsika ahatongavana. Izao faharesentsika izao Dia satria ny mpitaritafika izay mitondra antsika dia tsy nanana izay politika tsara rafitra izay, hoy hatrany ny tenany. Rehefa tsy mahomby ny mpitarika dia fahendrena ho azy ho tombontsoam-pirenena ny mametra-pialana satria mbola maro ireo fanamby tiantsika hahatongavana. Vitanay mpanao politika foana ny manilika ny anton'ny tsy fahombiazana fa ny zava-misy aloha dia tsy nahomby ny paikady natao hatreto. Hoy ny fiteny hoe ny bainga voavadika no vavolombelon’ny asa. Maro ny fianakaviana namoy havana, very harena, very asa. Raha ny mikasika ny fanontaniana hoe iza kosa no tokony hisolo toerana izay miala dia tokony efa voafaritry ny lalampanorenana izany, hoy hatrany izy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonim-pirenena “Aza salovanina ny asan’ny mpitsabo”

Naneho ny fankasitrahany ny fanapahan-kevitry ny fitondram-panjakana manoloana ny famerenana ny fihibohana manomboka amin’ny 12 ora tolakandro eto Analamanga ny hetsiky ny fiarahamonim-pirenena Rohy omaly. Tsy hahomby anefa, hoy izy ireo,

 

 

io paikady io raha tsy omena sehatra ireo tena manam-pahaizana za-draharaha amin’ny fitsaboana, indrindra, ny epidemiolozista. Aza salovanina ny asan’ny mpitsabo. Efa sosokevitra narosonay mikasika ny fitantanana ny tetibola koa ny hanaovana ho laharampahamehana ny resaka fahasalamana amin’ny fandaniana rehetra atao. Tokony raisina sy jerena akaiky ny hanatanterahana ny sosonkevitra atolotry ny sehatra tsy miankina mba tsy hamonoana sy hahamaro ny very asa ary koa hanarenana ny toekarena, hoy hatrany ny ampahany amin’ireo sosokevitr’izy ireo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Alakamisy Fenoarivo Mikatona tanteraka ny tsena kaominaly

Nandray fanapahan-kevitra ny fiadidiana ny tanàna Alakamisy Fenoarivo, Antananarivo Atsimondrano,

 fa « mikatona tanteraka ny Tsena kaominaly ao amin'ny tsenan'Alakamisy Fenoarivo ny alakamisy 09 jolay sy 16 jolay 2020 ». Noraisina ny fepetra hoy Rakotobe Christian, Ben’ny tanàna Alakamisy Fenoarivo ho « fanamafisana » ny efa noraisina teo aloha, hisorohana ny fihanaky ny valanaretina coronavirus ao amin’ity Kaominina vavahadin’Analamanga amin’ny lalam-pirenena voalohany raha avy any Itasy ity. Mikasika ireo tranga covid-19 tao amin’ity Kaominina Alakamisy Fenoarivo ity dia nanazava i Rakotobe Christian fa « toerana telo no nahiatana tranga covid-19 » tao amin’ny Kaominina iadidiany saingy « efa mihatsara » izany ankehitriny, noho ireo fanentanana natao sy ny fametrahana ary ny fanamorana ny fampiasana ireo fitaovana fidiovana sy fisorohana. Manao ezaka ihany koa ny Kaominina amin’ny famendrana fanafody miady amin’ny otrik’aretina amin’ireo toerana be olona toy ny tsena, biraom-panjakana, fiandrasana sy fandraisana fiara iombonana.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Village Voara AndohatapenakaMitombo isan’andro ny olona manao fitiliana

Tamin’ny 2 jolay dia 159 teo ny olona no tonga teny amin’ny Village Voara Andohatapenaka, ka nisy ny tsisy soritraretina ary tao no nisy soritr’aretina ary nahitana olona tena nahiana mafy ny fahasalamany na « forme grave», hoy ny Dr Manitra Rakotoarivony.

 

 387 no tonga teny 4 jolay, ary 6 jolay dia tafiakatra 401. Tsy ny Malagasy ihany fa misy teratany vahiny tonga manao fitiliana eny amin’ny Village Voara. Raha mbola azo atao ny manao fitiliana dia mandehana, indrindra fa ny olona misy soritr’aretina. Tsy lany izany ny fitiliana, hoy io mpitsabo io. Matoa mbola tsisy soritr’aretina dia misy hery fiarovana mampantajaka anao ary iny no ezahina hokolokoloina mandrakariva, hoy ny Dr Manitra Rakotoarivony. Miakatra hatrany ny olona tonga eny amin’ny Village Voara eo anatrehan’ny zavamisy. Mikasika ny valiny izay misy ny maneho fa rehefa tsy misy antso, dia “negatif” ny valiny, dia tsy izay no tena izy, fa na miiba na miabo dia misy miantso foana, hoy ny fanazavan’io mpitsabo io. Ny zavatra azo hifanarahana dia tsy tokony hivoaka ny trano ireo miandry valina fitiliana. Isan’ny olana ho an’ny olom-pirenena kosa etsy andaniny ny tsy fisian’ny fiara fitaterana hahafahana mamonjy ity toerana hahafahana manao fitiliana ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Frantsay iray lavon’ny Covid-19Samia mailo, hoy ny Ambasadaoro Christophe Bouchard

Tamin’ny fampitam-baovao nataony ny 7 jolay 2020, miantefa amin’ireo teratsay frantsay eto Madagasikara, no nanambaran’i Christophe Bouchard,

Ambasadaoro frantsay eto Madagasikara fa nisy Frantsay iray lavon’ny Covid-19 teto Madagasikara ny herinandro lasa iny, ka anentanany ireo mpiray firenena aminy hanamafy ny fitandremana sy ho mailo mandrankariva ary koa haneho firaisankina. Efa manao ny ezaka rehefa amin’ny fiahiana ireo teratany frantsay ny ambasady sy ireo « Consulats » ary ireo dokotera frantsay izay miasa miaraka amin’ny Institut Pasteur araka ny fanazavany. Etsy ankilany dia nambaran’ity diplaomaty ity fa teratany frantsay sy Eorôpeana manodidina ny 7.000 no nikarakarana sidina manokana nahafahan’izy ireo nody any Frantsa, hatramin’ny nikatonan’ny sisintany Malagasy nanomboka tamin’ny 20 marsa 2020 ka tsy nisian’ireo sidina miditra sy mivoaka an’i Madagasikara. Manoloana ny hamehana ara-pahasalamana sy fanamafisana ireo fepetra mihatra eto Analamanga tsy hiparitahan’ny valanaretina, dia nanambara i Christophe Bouchard, fa amin’ny alalan’ny tranokala sy ny tambazotra sosialin’ny ambasady no hanarahana ny lahateniny ny mitatao vovonan’ny 14 jolay, fankalazana ny fetim-pirenena frantsay, amin’io koa hoy izy no hahatsiarovana ireo lavon’ny covid-19 teto Madagasikara, Frantsay ary manerana izao tontolo izao ary hankaherezana ireo mpiasan’ny fahasalamana izay tsy mitandro hasasarana manoloana ity valanaretina ity.

 Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Rakotomalala LucienOfisialy fa coronavirus no nahafaty azy

Efa nampiseho fahasarotana na “forme grave” ny depiote Lucien Rakotomalala no noraisina teny amin’ny Hopitaly Hopitaly Miaramila na ny HOMI

 

 

Soavinandriana 3 andro lasa izay, raha ny fanazavana nentin’ny Talen’ny HOMI Jeneraly Rakoto Fanomezantsoa tao amina fahitalavitra tsy miankina iray omaly. Iray tamin’ireo olona 6 naneho fahasarotana teny amin’ny HOMI izy. Toerana 6 no hahafahana mandray ireo marary izay tapitra feno satria somary elaela ihany koa ny fandraisana an-tànana. Ny an’Atoa solombavambahoaka moa dia nizotra nankany amin’ny fodiamandry, izay iaraha-miory amin’ny fianankaviana, hoy ny Talen’ny HOMI. Efa nisy iray sitrana tamin’ireo marary noraisina an-tànana tao amin’ny Hopitaly Miaramila. Adihevitra tany amin’ny tambajotran-tserasera kosa ny hoe: nahoana no tsy nampidirina tao anatin’ny tatitra nentin’ny CCO Covid-19, izay nilaza omaly fa tsy nisy ny olona namoy ny ainy noho ny valanaretina coronavirus? Finiavana hanafina ny marina ve sa tsy fahampian’ny vaovao? Isan’ny tranga lehibe teto amin’ny firenena anefa io, ary tsy olon-tsotra no voakasika fa olobe manana andraikitra ambony. Isika eto amin’ny Tia Tanindrazana dia maneho hatrany ny fiaraha-miory amin’ny antenimieram-pirenena sy fianankavian’ny depiote Rakotomalala Lucien manontolo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

67 HA, Ambohimanarina, Alasora Maditra ny olona, mbola misy mandehandeha hariva ihany

Nidina ifotony teny amin’iny faritra 67 ha Avaratra-Atsinanana, FTA, IVO, Antohomadinika Avaratra ary Ankasina ny

« Directeur des Opérations de Sécurité » ny Controleur Général de Police Rakotoarimanana Herilala eo anivon’ny polisim-pirenena nijery ireo mpiara-miasa amin’ny fanatanterahana ireo fepetra noraisina eny amin’ireo faritra ireo. Nidina teny amin’ireo elankelan-trano nanentana sy nandrava ireo olona mbola mitangorongorona sy minia mivoaka ny trano koa nefa tsy misy antony mazava ihany koa izy ireo. Ho an’ny teny Ambohimanarina manokana dia fantatra fa maro ireo olona mandehandeha tsy amin’antony. Teny Alasora indray dia marobe ireo mbola tsy mamonjy fodiana nefa efa tamin’ny 05 ora hariva. Miisa 88 ireo olona voatery nampaovina asa iombonana noho izany tamin’ny faritra sasany raha 25 ireo mpivarotra nosaziana. Nanamafy moa ny teo anivon’ny polisim-pirenena fa hivadika ho sazy henjana no omena ireo tsy manara-dalàna manomboka anio mba hahatsiarovany tena.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lapan’Anosikely Nanao fitiliana ireo Loholona sy ny mpiara-miasa

Notanterahina omaly talata 08 jolay 2020 teo amin’ny Lapan’Anosikely ny fitiliana mahakasika ny valan’aretina Covid-19 ireo Loholona sy ny mpiara-miasa sasantsasany.

 

 

 Nanambara ny Filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao fa « ilaina ny ahafantaran’ny tsiraray ny toe-fahasalamany mba ho fiarovana ny tenany sy ny hafa ». Nohamafisiny ihany koa fa « ilaina ny fihiboana mba ahafahana mifehy ny valan’aretina ary adidin’ny fanjakana no miaro ny Vahoaka amin’izao ady amin’ny valanaretina izao ». Niisa 75 ny fitaliana natao omaly. Nisaotra sy nankasitraka ireo mpiasan’ny fahasalamana tonga nanatanteraka ny fitiliana teo amin’ny Lapa maitso Anosikely ny Filohan’ny Antenimierandoholona.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fizarana fisotroan-drononoAmin` ny 16 jolay no andro voalohany

Nivoaka ny tetiandro fizarana ny fisotroan-dronono ho an` ireo zokiolona eny anivon` ny tahirimbolam-panjakana ho an` ity volana jolay ity.

 Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoHatsaraina amin’ny tetikasa Water III ny famatsian-drano

Hohatsaraina ny famatsian-drano eto Antananarivo sy ny manodidina. Nankatoavin’ny Antenimeram-pirenena sy ny Antenimieran-doholona, ny herinandro lasa teo ny fanatanterahana ny tetikasa JIRAMA Water III, izay miompana amin’ny fanitarana ireo foto-drafitrasa famatsian-drano eto an-drenivohitra.

 Tetikasa izay vatsian’ny BEI, ny Vondrona Eropeana ary ny WSUP vola, izay hotanterahina mandritra ny telo taona. Mizara telo lehibe ny asa hotanterahina ao anatin’ity tetikasa ity toy ny fampitomboina ny famokaran-drano hihoatra ny 100 000 m3 isan’andro, ny fanorenana tobim-panadiovan-drano roa vaovao eny Ambohitrimanjaka sy Ankadindratombo, izay afaka hanadio rano 30 000m3 avy isan’andro. Fanitarana ny tobin’i Mandroseza izay hamokatra 40 000m3 isan’andro ary fanamafisana sy fanavaozana ny tambazotra efa misy. Tafiditra ao anatin’izany ny fametrahana na fanatsaràna fantsona mirefy 78 km, ny fanorenana siniben-drano vaovao miisa dimy izay manana hadiry mitontaly 12 000m3, ny fametrahana toby mpampiaka-tosika vaovao ary fanatsarana ireo efa misy. Hisy ihany koa moa ny fanitarana ny tambazotra mpitsinjara rano, ny fampidiran-drano any an-tokantrano sy paompin’ny daholobe, amin’ny alalan’ny fametrahana fantsona mirefy 105 km izay hitsinjara rano ho an’ny faritra Andrefana, Atsimo Atsinanana ary Atsimo Andrefana, Atsinanana ary Avaratr’Antananarivo. Mpanjifa vaovao miisa 5.000 koa no hahazo tombontsoa ary paompin’ny daholobe 400 ihany no hisitraka rano.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Halatr`omby tany BefihamyTafaverina ireo omby 86 nangalarin` ny dahalo

Nitrangana halatr’omby indray tany Befihamy Kaominina ambanivohitra Marotsiraky, ny alin’ny 07 jolay 2020 lasa teo, ka omby 86 no lasan’ny dahalo tamin’izany.

 

 

Rehefa nahazo fampandrenesana mahakasika ity fanafihan-dahalo ity ny mpitandro filaminana, dia niroso avy hatrany tamin’ny fanarahan-dia an’ireo mpangalatr’omby. Vokany, dia tafaverina ireo omby 86 lasan` ny dahalo. Noho ny fahaiza-manao nasehon'ny hery manokan'ny ZRPS ALPHA sy ny fahatokisan'ny vahoaka azy ireo no nahazoana izao vokatra tsara sy haingana izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fomba fiasa Manana sata manokana ny fitsaboana nentim-paharazana

Efa misy naoty avoakan’ny minisitera tompon’andraikitra hatrany, hoy ry zareo eo anivon’ny ANTM,

 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy voahaja ny fepetra ara-pahasalamanaNahavory olona 3000 ny Fitampoha-Fanompoambe 2020…

Nankatoavina ny fanatanterahana ny hetsika ara-kolontsaina sy fomban-drazana « Fitampoha-Fanompoambe 2020 » ny 6 jolay teo tao amin’ny Doany Miarinarivo,

Doany Atsimo Tsararano Ambony Mahakanga na tsy sitraky ny CCO Boeny loatra aza, hoy fampitam-baovao. Nisy ny fifanarahana nifanaovan-tsonia mikasika ny fampiarana ireo fepetra rehetra ho fisorohana ny fiparitahan'ny covid 19, saingy tsy voahaja izany. Nanaiky mba hanatanterahana ny fanapohana ireo mpikarakara fa 50 ihany no hanotrona izany. Saingy tsy nitovy ny fomba fandraisana izany. Ho azy ireo dia ireo miditra ny Valamena sy ny Zombaben'Andriamisara efa-dahy manakasina no ferana ho 50 isaky ny miditra fa ny ivelany tsy maninona izay tonga ao. Ho an'ny CCO Boeny anefa dia ny tsy hisian'ny mpanotrona marobe mihintsy no tanjony fa ho kononkononin'ireo 50 tena tsy azo ialana io Fanompoambe io, efa hita taratra tamin'ny fanokafam-baravarana efa notateriko teto fa tsy mitombina mintsy, satria tamin'iny harinandro iny d'efa anarivony ireo tonga teto Mahajanga. Nandray fepetra araka izany ny Plateforme C4D (Communication pour le Developpement) - Région Boeny izay ivon'ny "Commission Communication Mobilisation Sociale"- CCO Boeny ; nanamafy ny fanentanana sy ny fandresen-dahatra tamin'ireo vahoaka tsy latsaky ny 3000 tonga namonjy ity fanapohana (Fitampoha - Fanompoambe) ity, ny amin'izay tokony hatao. Nanao izay ho afany ihany koa ireo mpitandro ny filaminana (OMC), tamin'ny baiko izay nomena azy ireo. Nahomby izany talohan'ny mitatao vovonana fa vao nihilana ny andro, nirodorodo nandeha andiany ireo mpanompo amin'ity fombandrazana Sakalava ity ka tsy voasakana tsy hitakosina sy hitangorona intsony. Tsy afaka nandefa ny mpanakanto JAOJOBY Eusèbe, nanotrona sy nanome voninahitra ity fotoan-dehibe ity, hoy hatrany vaovao azo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

FampianaranaAmin` ny 2023 vao tena hilamina ?

Tamin` ny faha-19 n` ny volana martsa teo no tsy nianatra ny mpianatra amin` ny ankapoebany. Ireo mpianatra hanala fanadinam-panjakana ihany no niverina an-tsekoly ny volana mey lasa teo.

 

Nivoaka iny ny fanapahana tamin` ny filankevitry ny minisitra farany teo fa mihato ny fampianarana na ho an` ireo mpanala fanadinana aza. Tsy tambo isaina ny olana mianjady amin` ny ray aman-dreny, ny mpanabe, ny mpianatra ary ireo tompon-tsekoly amin` izao. Ho an` ireo mpanala fanadinana ohatra, araka ve ny fandaharam-pianarana? Ho an`ireo sekoly tsy miankina indray dia efa misy lamina napetraka amin` ny famindrana kilasy mpianatra iray. Ireo enti-mody no hamaritana ny fari-pahaizana ireo mpianatra. Na dia eo aza ireo fepetra samihafa dia sarotra ny raharaha satria ny fandaharam-pampianara tsy vita ary ny fitsapana sy fanadinana tsy misy. Araka ny talen-tsekoly iray dia “mampanahy ny handraisana ireo mpianatra nandalo fialan-tsasatra mihoatra ny dimy volana. Hisy aloha ny fitsapana fahaizana rehefa miditra amin` ny taom-pampianarana vaovao izay mbola tsy voafaritra mihitsy”. Namafisiny fa “raha ny zavatra efa niainana teto Madagasikara ny taona 2002 dia ny taona 2004 vao niverina tamin` ny laoniny ny tetiandrom-pampianarana. Midika ve izany fa amin` ny taona 2023 vao hilamina ny fampianarana? Isika rahateo miditra tsikelikely amin` ny rafitra PSE”.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampindramam-bola “Miarina” Orinasa 135 nisitraka 6 miliara ariary

Orinasa 135 no efa nisitraka ny fampindramam-bola “Miarina” napetraky ny fanjakana hoenti-manavotra ireo orinasa.

Tao anatin’ny 3 herinandro izay no nametrahana an’io fampindramam-bola io, ka vola 6 miliara ariary ny tetibola efa naompana tamin’izany, raha toa ka 50 miliara ariary ny vola voalaza fa hatokan’ny fanjakana amin’izany. Saika manerana ny Nosy ireo orinasa efa nanao findramam-bola ireo satria tao anatin’ny faritra 16 amin’ny 22 eto amin’ny firenena, ka teto Analamanga ny 52% tamin’ireo. Orinasa misehatra amin’ny varotra ny 35% tamin’ireo, misehatra amin’ny filan-draharaha ny 21%, avy amin’ny sehatry ny fitsaboana ny 13%, fizahantany ny 10%, asa tànana ny 8%, fitaterana ny 7%, ny taon-trano sy asa vaventy na ny BTP ny 4%, ary ny tontolon’ny fiompiana kosa ny 1% tamin’ireo orinasa. Manodidina ny 45 tapitrisa ariary ny salan’isan’ny vola nindramin’ireo orinasa. Ireo mpandraharaha nijoro ara-dalàna mihoatra ny telo taona sy arakara ny renivola ampiasainy sy ny mpiasa no afaka misitraka izany. 8% isan-taona ny zana-bola ho an’ny indostria sy filan-draharaha, ary 9% ho an’ny sehatry fizahantany. Manana enim-bolana hamerinana ny renivola, ary 24 volana hamerenana ny vola.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fitaterana an-tsokosoko Nafangaro tamin’ny trondro ny olona

Fiara fourgon iray no tratra niditra an-tsokosoko tany amin’ny distrikan’i Fenoarivo Atsinanana afaka omaly.

 Avy any Toamasina io fiara io ary nilaza fa hanatitra tondro any Fenoarivo Atsinanana. Somary nahavariana ireo mpitandro ny filaminana nanao sakana teo Namakoa anefa izany fanaterana trondro izany ka nosavaina avy hatrany ilay fiara. Tratra tao ambadik’ireo trondro nolazain’ilay mpamily sy ny mpanampy azy ireo olona miisa valo izay fantatra fa nikasa hamonjy fodiana any Fenoarivo Atsinanana. Naverina avy hatrany any Toamasina ireo olona valo ireo raha notanana natao fanadihadiana kosa ilay mpamily sy ny mpanampy azy. Naiditra ambalam-pamonjana ilay fiara. Nomarihin’ireo tompon’andraikitra any an-toerana fa na dia efa vitsy aza ireo mararin’ny coronavirus ao Toamasina dia mitohy hatrany ny ady hatao amin’ity valan’aretina ity ho fitandroana ny fahasalaman’ny mponina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trangana kolikoly Afaka apetraka eny anivon` ny zandary ny fitarainana

Afaka misolotena ny birao misahana ny ady amin`ny kolikoly (BIANCO) ankehitriny ireo biraon` ny zandarimariam-pirenena ankehitriny. Efa nahazo fiofanana manokana ho “officier de police judiciaire”

 (OPJ) ireo zandary. Noho izany, raha misy trangana kolikoly, dia afaka manatona ireo tobin` ny zandary ny olom-pirenena, indrindra any amin` ireo toerana tsy tonga ny fiara na koa saro-dalana, raha misy fitarainana tiana apetraka.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy ny manodidinaMbola miasa ny 70%n’ny orinasa

Mbola miasa ny 70%n’ny orinasa ato Antananarivo Renivohitra sy ny manodidina tsy araka ny voalazan’ny fitondram-Panjakana aza fa ny "services essentiels"

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Talen’ny « Tsiko Meva Ylang » Nosy BeNampanaovina TIG no sady nampidirina « violon »

Nanaitra ny olona ity tranga tao Nosy Be omaly ity. Teny ambony Bajaj hamonjy toeram-piasany i Jaofara Kamisy Severin, Talen’ny « Tsiko Meva Ylang FM 91 » ao Nosy Be, radio an’i Jospeh Yoland,

 

 Senatera teo aloha, no hitan’ny mpitandro filaminana tsy nanao aro-tava rehefa nandalo ny sakana. Nanazava i Jaofara Kamisy Severin fa « handeha hamonjy fahoriana » izy ary « handalo any an-toerampiasa haka ny aro-tava» no voasakana io omaly io tokony ho tamin’ny 9ora maraina. Rehefa izay dia tsy maintsy nanao asa ho amin’ny tombontsoan’ny besinimaro na TIG (Travaux d’Intérêt Général). « Nanatanteraka izany aho. Nandray kifafa ary namafa lalana. Nitaky ny hanomezana ahy aro-tanana aho mialoha ny handraofana ny fako hisorohana ny aretina azo avy amin’ny loto ». Nentina tany amin’ny toby ary nampidirina « violon » avy hatrany ity talen’ny radio « Tsiko Meva Ylang » taorian’izay. « Ny fitakiako aro-tanana mialoha ny handraofana fako izay ve no nampidirana ahy « violon » sa anton-javatra hafa ? », hoy i Jaofara Kamisy Severin. « Nisy niantso ahy nampahafantatra fa voatana ao amin’ny « violon » ny mpitantana ny radio Tsiko Meva Ylang, ka vao hanadihady aho », hoy i Jospeh Yoland raha nanontaniana. Voatazona tao nandritra ny adim-pamantaranandro telo teo vao navoaka omaly teo amin’ny fiandohan’ny tolakandro.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana olona an-tsokosokoMalagasy 32 indray no saika lasa tany Mayotte

Lehilahy iray kaomandina sambokely nikasa hihazo ny Nosy Mayotte no voasambotry ny polisim-pirenena ao an-toerana ny talata 30 jona teo ary natolotra ny polisim-pirenena Malagasy 04 jolay lasa teo.

 Fanondranana olona an-tsokosoko sy fampidiran-doza ny ain’ny hafa moa no vesatra niampangana azy. Nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisy dia tambazotra iray efa mpanondrana olona mankany amin’ny nosy Mayotte ity sarona ity. Fantatra fa mpivady monina ao Ambanja ny tompon’ilay sambokely. Ireto farany no manangona sy mampiantrano ireo olona izay hiondrana ho any Mayotte. Ny alarobia 24 jona 2020 dia tera-tany Malagasy miisa 32 no voasarik’izy izy ireo ary efa nangalany vola mitentina 3.000.000 Ar avy. Tamin’ny 03 ora maraina no niainga ny sambokely ka tonga soamantsara teo amin’ny Nosy Antanibe Andrefana izany tokony ho tamin’ny 04 ora folakandro. Noterena nijanona nandritra ny 04 andro teo, sady nafenina tany anaty ala moa ireo mpandeha ireo ka ny alahady 28 jona vao nanainga indray hihazo ny Nosy Mayotte izy ireo. Lehilahy miisa roa, mpiara-miasa amin’izy mivady tompon’ny sambo no sady kaomandin’ny sambokely tamin’izany. Tokony ho tamin’ny 07 ora hariva no niondrana an-tsambo ireo mpandeha ka dia roso ny dia. Nisedra olana ara-teknika anefa ny moteran’ilay sambo nandritra ny fiampitana ka tsy afa-nandroso intsony. Ny talata 30 jona teo tokony ho tamin’ny 10 ora maraina vao hitan’ny polisy mpiambina ny sisin-dranomasina ao Mayotte izy ireo. Efa lasa nandositra tamin’ny alalan’ny lomano moa ny iray tamin’ireo kaomandin’ny sambo tamin’io fotoana nahitan’ny polisy azy ireo io. Nentina namonjy sisin-tany avokoa ireo olona ireo ary nosamborina ilay lehilahy tompon’andraikitra. Nandritra ny fisavana dia tsy nahitana na karapanondro na pasipaoro teny amin’ireo mpandeha. Tsy nahitana fitaovam-piarovana amin’ny loza toy ny “gilet de sauvetage ihany koa tao amin’ilay sambo. Naverina teto Madagasikara tamin’ny alalan’ny fiaramanidina avokoa ireo olona miisa 33 ireo ny sabotsy 04 jolay teo. Efa miatrika famotorana eo anivon’ny Sampandraharahan’ny polisim-pirenena misahana ny fanondanana olona an-tsokosoko (SCES) ilay kaomandan’ny sambo ankehitriny. Mbola karohina kosa ireo mpiray tsikombakomba taminy tamin’ity fanondranana olona an-tsokosoko ity.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tranokalan’ny antenimieram-pirenenaMisy diso ny mombamomba ny depiote sasany

Lasa fanina ny mpanara-baovao sy ny mpikirakira vaovao raha nikaroka ny mombamomba ny depiote nodimandry,

 

 

Lucien Rakotomalala, ny alin’ny 7 jolay teo. Ny anaran’ny distrika nahalany ilay depiote mihitsy no nodisoin’ilay tranonkala. Antsohihy no misoratra nefa tokony ho Morombe. Tsy mba misy fanaraha-maso ity tranonkala ity mihitsy ve ataon’ireo tompon’andraikitra nampisahanina izany? Isaky ny inona ihany izany vao mba manavao ny antontan-kevitra ao anatin’ny tranonkala ireo tompon’andraikitra kanefa dia volam-bahoaka no lany hanakaramana azy ireo?

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Yang Xiarong – Masoivoho Sinoa« Tsy hitsabaka amin’ny raharaha tokantranonareo izahay »

Namarana ny iraka nampanaovina azy ny Masoivohon’ny Repôblika entim-bahoakan'i Sina eto Madagasikara, Ramatoa Yang Xiarong rehefa niasa teto nandritra ny efa-taona.

 

 

 Nanambaran-dRamatoa ambasadaoro fa nihamafy orina hatrany ny fiaraha-miasa teo amin’i Sina sy Madagasikara nandritra izay efa-taona niasany teto izay, nanamafy koa izy fa « tsy hitsabaka velively amin’ny raharaha tokantranon’i Madagasikara », ary hanohy mandrakariva ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta, amin’ny alalan’ny fanohanana ireo tetik’asa isan-karazany hoenti-mampandroso ny malagasy. Raha tsiahivina dia anisan' ny tetik’asa niombonana tamin’ity Masoivoho sinoa ity ny fanamboarana ireo fotodrafitr’asa maro lehibe, toy ny lalana Ivato-Tsarasaotra, ny lalana mampifandray ny Boulevard de l'Europe sy ny Village de la Francophonie, ny lalana mampitohy ny Seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Ivato sy ny Boulevard de l'Europe. Teo koa ireo fanohanana ara-pitaovana nentina niatrehana ny ady atao amin’ny valanaretina Covid19, izay fanomezana avy amin’ ny Governemanta sinoa, sy ireo orinasa sinoa, ary ny fiarahamonina sinoa eto Madagasikara. Efa nampiasaina eny amin’ireo toeram-pitsaboana, hôpitaly sy Oniversite, ary koa nomena ireo fikambanana malagasy mpanao asa soa ireo fitaovana ireo. Notanterahana tao amin’ny ministeran’ny raharaham-bahiny Anosy ny 6 Jolay 2020 ny lanonana fanaovam-beloma azy ka nanondrotan’ny Fanjakana malagasy azy, tamin’ny alalan’ny Minisitry ny Raharaham-bahiny, Tehindrazanarivelo Djacoba AS Oliva, ho eo amin'ny laharan'ny « Commandeur de l’Ordre National malagasy ».

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusNasongadina ny sitrana, nodian-tsy hita ny maty

Tena faly aho androany, tena faly ny fo ary misaotra an’Andriamanitra fa misy vaovao tsara hoentina amintsika satria tsy nisy ny aina nafoy,

 

  ary miisa 574 ny sitrana, hoy ny Pr Vololontiana Hanta omaly. Io no isa ambony indrindra tamin’ny taham-pahasitranana hatramin’izay. Ny somary nahagaga kely tamin’ny fampitam-baovao omaly anefa dia tsy voaresaka tao ny isan’ireo namoy ny ainy, raha tsy hiteny afatsy ny solombavambahoakan’i Morombe, ohatra .Adino tao anaty kajy sy asa marika ve sa sanatria nodian-tsy hita fa te hanasongadina ny isan’ny sitrana ? Ny zavatra tahaka izao no mampisy ny ahiahy tsy hihavanana hoy ny resaka ny mpanara-baovao hatry ny omaly. Sa tarehimarika oviana marina no navoakan’ny CCO omaly ?

Tranga vaovao 101

101 kosa ny tranga vaovao, ka nampiakatra ny isa ho 3573 hatreto. Ny 96 tamin’ireo tranga vaovao dia teto amin’ny faritra Analamanga avokoa, 02 Toamasina, 3 Fianarantsoa. 1761 ny sitrana rehetra hatreto rehefa nampiana ireo 574 vaovao, izay tany an-tranony avokoa (à domicile) no nandraisana an-tànana ny 539. Somary nanaitra ihany io, izay midika sy manamarina fa efa tsy omby ny toeram-pitsaboana. Mety ho isan’ny risika nampiakatra ny taham-pahavoazana. Miisa 1779 no mbola manaraka fitsaboana, ka 53 no marary mafy na ao anatin’ny "forme grave" izany hoe niampy 12 vaovao. Ny 31 amin’ireo eny amin’ny Hopitaly Befelatanana, 13 CHU Anosiala, 07 Hopitaly Manarapenitra Andohatapenaka, 01 Hopitaly Fenoarivo, 01 Hopitaly Morafeno Toamasina. 26160 ny fitiliana rehetra vita hatreto, izay manome taham-pahavoazana 13,65%. Zava-dehibe ny mandre ny fisiana olona efa ho enin-jato latsaka sitrana izany. Mijanona ho 33 ny isan’ny namoy ny ainy, raha ny antontan’isa ofisialin’ny fanjakana, izay toa misy fahadisoana raha ny tena zava-misy.

Toky R

La Vérité0 partages

Kidnapping - Man, un des bras droit de Lamà éliminé

Les ravisseurs  ne cessent de perdre un homme dans leurs rangs, et toujours les gros gibiers ! Jointe hier, la Gendarmerie a confirmé l’élimination de Jasmin Randriamihantanirina, alias Man. Bien que notre source au niveau de cette Force semble n’être pas encore disposé à s’exprimer largement sur l’affaire, elle a pourtant confirmé la nouvelle de l’élimination du suspect à Ankadiefajoro, mardi matin dernier.D’après une brève explication fournie par notre source, des gendarmes étaient dans la maison sise dans cette localité de banlieue de Tanà  où le  suspect a caché des armes. Mais Man a  voulu faire le malin et a cherché l’affrontement avec ses gardes.  Il a utilisé la ruse en annonçant l’impérieux besoin de se soulager dans les toilettes.  C’est là qu’il a pris discrètement une grenade dans le but d’attaquer ouvertement les gendarmes. « Il a jeté une grenade sur les gendarmes. En position de légitime défense, ces derniers ont dû répliquer par des tirs d’armes à feu sur le suspect. Le suspect fut mortellement touché par les projectiles des Forces de l’ordre », dixit cette source.Le 4 juillet dernier, la Gendarmerie était déjà sur la piste de Man alors qu’il se trouvait encore à Mahajanga, chez ses amis. Par la suite,  les gendarmes ont pu l’arrêter grâce à un renseignement. Décision fut alors prise pour le faire regagner la Capitale pour la poursuite de l’enquête. C’était l’occasion pour Man de parler aux gendarmes de sa maison à Ankadiefajoro et des armes qu’il aurait cachées. Dans la liste des objets trouvés sur place, une kalachnikov, des chargeurs, au moins une dizaine, sans parler bien sûr des grenades. Effectivement, le renseignement fourni par le suspect semble s’avérer juste jusqu’au moment où ils l’ont donc abattu à cause de sa tentative pour s’échapper et résister par la force. Man figure dans la liste des personnes activement recherchées depuis l’année 2 000 pour multiples affaires d’enlèvements survenus chez nous dont ceux de Navaz ou d’Anil Karim. Bien entendu, l’homme fut l’un des proches collaborateurs de Lamà, lui aussi éliminé au cours d’une mini-escarmouche liée à son arrestation avec les gendarmes, il y a quelques mois de cela à Analamahitsy. Ainsi du funeste trio activement recherché et formé de Lamà-Man et Rajim, il ne devait plus rester que des fantômes, s’il en existe. Notons que Rajim a été également abattu dans un quartier de la Capitale, il y a quelques semaines, et ce, après que la Gendarmerie l’eut piégé ainsi. Sans doute, l’arrestation récente de Rôrô, un autre maillon de la chaîne en fut beaucoup pour l’élimination de Man. Le nommé   Rôrô qui  a été  finalement placé sous mandat de dépôt à la Maison de Force de Tsiafahy le 08 juin dernier, aurait probablement refilé le tuyau aux gendarmes pour que ces derniers puissent  trouver les traces de Man,  son acolyte.Outre donc les éliminations du chef, sinon de Lamà et son frère, presque tous ses proches collaborateurs ont été donc faits. S’ils ne sont maintenant  derrière les barreaux, cas de deux gendarmes, une bonne partie est  déjà sous la tombe.Franck R. 

La Vérité0 partages

Critères de sortie des contaminés au Covid-19 - Les deux tests PCR révolus


Nouveau protocole de sortie. Depuis cette semaine, les critères de sortie des patients hospitalisés  pour Covid-19 et des personnes testées positives en  traitement à domicile ont été mis à jour. Désormais,  l’obtention de deux tests par PCR négatifs a au moins 24 heures d’intervalle en guise de confirmation de la rémission des patients atteints du  coronavirus révolus. Face aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) du 17 juin dernier, les autorités sanitaires  ont adopté de nouveaux critères pour lever l’isolement des patients atteints du Covid-19. Pour les patients symptomatiques, ils peuvent sortir 10 jours après l’apparition des symptômes, plus au moins trois jours d’absence de symptômes y compris la fièvre et les symptômes respiratoires. Quant aux  cas asymptomatiques, ils sont libérés après 10 jours du test de confirmation PCR positif.   Selon ces critères cliniques donc, les symptômes doivent avoir disparu depuis au moins trois jours avant que l’isolement du patient puisse être levé, la durée minimale de l’isolement étant de 13 jours à compter de l’apparition des symptômes «  Par exemple si un patient présente des symptômes pendant deux jours,  il peut être sorti de l’isolement après 13 jours à compter de la date d’apparition des symptômes. Pour un patient présentant des symptômes pendant 30 jours, il peut être libéré 33 jours après l’apparition des symptômes », explique le directeur de cabinet auprès du ministère de la Santé publique, docteur Lamina Arthur.  

Selon l’OMS, le virus peut rarement être mis en culture à partir d’échantillons respiratoires après le neuvième jour suivant l’apparition des symptômes, en particulier chez les patients atteints d’une forme bénigne de la maladie. « Nous avons constaté que généralement à ce stade, il y a une augmentation du nombre d’anticorps neutralisants et la disparition des symptômes. Il semble qu’il n’y ait pas de risque à lever l’isolement des patients sur la base de critères cliniques exigeant un isolement d’au moins 13 jours, plutôt que sur la base de tests PCR répétés », souligne ladite organisation.

Selon  le professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle hier,  cette mesure a été prise en constatant que l’application de la recommandation initiale d’obtenir deux tests par RT-PCR négatifs à au moins 24 heures d’intervalle avait été extrêmement difficile à appliquer. Effectivement pour Madagascar, en dehors des établissements hospitaliers, en particulier le traitement à domicile, le  manque de fournitures, de matériel et de personnel de santé  est constaté. Des laboratoires  d’analyses n’existent pas  aussi dans plusieurs  zones où la transmission est intense. Il a fallu attendre des jours voire des semaines  après l’envoi des prélèvements avant d’obtenir les résultats  confirmant la guérison entre autres. 


K.R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - Aucun membre de l’Exécutif contaminé

La ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy a rassuré hier qu’aucun membre de l’Exécutif n’est atteint ou malade du coronavirus. Elle a également affirmé que le député Lucien Rakotomalala n’est pas mort du coronavirus.

« Ni le Président de la République ni aucun membre du Gouvernement n’est infecté ou malade du coronavirus ». Ce sont les propos hier de la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy. Des explications en réponse aux fausses nouvelles qui circulent sur la toile et dans le microcosme politique. Tous les membres de l’Exécutif se portent donc bien et sont aptes à poursuivre leurs activités pour remplir les missions qui leur sont assignées. La ministre répond également que « certains avancent qu’il y a une femme ministre malade ». Elle a rétorqué que « ce n’est pas vrai ». Les propos véhiculés par l’opposition ne sont que de fausses nouvelles.Pour ce qui est de la tenue de la visioconférence, la ministre a avancé que « la tenue des rencontres ou des conseils par visioconférence est une pratique courante dans le monde entier ». Il ne s’agit nullement d’une preuve que certains membres de l’Exécutif sont infectés ou malades du coronavirus. Il s’agit tout simplement d’utiliser les nouvelles technologies au service des actions de développement.En outre, la ministre a apporté de l’éclaircissement concernant le décès du député élu à Morombe, Rakotomalala Lucien.  Elle a expliqué que « les symptômes qu’il présentait s’apparentaient au coronavirus, mais lorsqu’il a fait un test PCR, celui-ci était négatif ». Par ailleurs, il n’a donc pas été comptabilisé parmi les morts du coronavirus. « Pour le CCO, seuls les malades et les morts du coronavirus sont comptabilisés. Il n’a donc pas été comptabilisé parmi les morts du coronavirus ou parmi les personnes infectées », a ajouté la ministre. Des explications appuyées par la porte-parole du Centre de commandement opérationnel Covid -19 Ivato, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle lors de son allocution quotidienne sur les ondes nationales hier.La lutte contre la pandémie de coronavirus se poursuit. Les autorités appellent tout un chacun à ne pas baisser la garde. Il est impératif que les citoyens, notamment les habitants de la Région d’Analamanga, restent chez eux et font des gestes barrières une bonne habitude.La rédaction

La Vérité0 partages

Crise sanitaire mondiale - Le retour au pays coûte cher

Pas à la portée de tous. Avec la propagation de la pandémie de coronavirus, un peu partout dans le monde, les vols de rapatriement se multiplient. Malheureusement, tous les pays n’ont pas les mêmes moyens financiers pour ramener leurs compatriotes. Entre affrètement d’avion et suspension des activités des compagnies aériennes, le retour au pays revient aujourd’hui plus cher que d’habitude. Lundi dernier, près de 500 ressortissants malagasy ont regagné le territoire via un vol de la compagnie Ethiopian Airlines. « Pour ce vol, nous avons en effet dû payer 1 500 dollars, alors qu’en temps normal, 500 dollars seulement suffisent pour payer un voyage de retour pour Madagascar. Nous sommes partis de Nairobi, au Kenya. Mais l’escale par Addis-Abeba reste un passage obligatoire », a témoigné un passager dudit vol. Avec cette hausse exorbitante du prix d’un billet d’avion, il ne faut pas s’étonner que les ressortissants malagasy rentrant au pays ne soient pas si nombreux. Les moyens sont limités. De plus, plus la destination est loin plus le billet est cher. Pour rentrer du Canada, une personne devra débourser près de 3 000 dollars pour s’acheter un billet, au lieu de 1 500 dollars. Cette hausse des prix résulte notamment de plusieurs paramètres. Outre cette situation exceptionnelle, les compagnies aériennes visent un nombre de passagers pour éviter les pertes, surtout qu’elles se trouvent actuellement dans le rouge. « Avant de réaliser ce vol exceptionnel, Ethiopian Airlines a notamment effectué des enquêtes un peu partout dans les différents pays de l’Afrique. Il fallait que le nombre soit suffisant pour affréter un avion. La compagnie a ainsi enquêté auprès des représentations de notre pays pour recueillir le nombre de personnes souhaitant rentrer mais aussi leurs capacités financières. Si le nombre de personnes n’est pas atteint donc il n’y aura pas de vol. Ou du moins il y en aurait mais à des prix élevés. Et cette situation n’est pas isolée », explique un autre passager. Ainsi, la question du rapatriement des 700 ressortissants restants est toujours à la recherche de réponses. Rova Randria

La Vérité0 partages

Transparence budgétaire - L’accès aux dépenses publiques attendu

Léger progrès dans la production des documents, recul dans la participation du public au processus budgétaire et avancement dans l’aspect contrôle par l’institution chargée de l’audit. Ces résultats sur le budget ouvert mettent en valeur la nécessité de renforcer la transparence budgétaire à Madagascar. L’UNICEF encourage alors le Gouvernement à saisir du contexte de coronavirus pour améliorer ses points. « L’Etat est en mesure de promouvoir le dialogue, en impliquant davantage le pouvoir législatif et les organisations de la société civile. Nous réitérons la nécessité pour le Gouvernement actuel de prendre des mesures concrètes pour renforcer la transparence budgétaire. Cela passerait notamment par la mise en œuvre du décret 2019-2136 du 26 novembre 2019, portant accès aux données « base paiement et encaissement » relatives à l’exécution budgétaire des organismes publics visant la publication sous format open data des dépenses publiques jusqu’au stade des paiements. Ces données permettraient une meilleure compréhension des dépenses engagées dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19, ou encore dans les secteurs sociaux, ce qui n’est pas possible avec la documentation actuellement disponible ». Effectivement, le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato commencera à faire le grand pas à travers la constitution d’un fonds dédié spécialement au coronavirus d’ici deux semaines. Cette disposition permet aux citoyens de connaître l’utilisation du financement dont le montant s’élève à 600 millions de dollars.  Selon ses dires, tous les détails seront disponibles sur le site web du ministère. Il faut savoir que l’opérationnalisation du portail en ligne sur la transparence budgétaire constitue déjà une bonne pratique qui doit être valorisée par la population. Toutefois, l’UNICEF apporte encore quelques recommandations comme la publication du rapport détaillé d’exécution du Programme d’investissement public (PIP) dans le rapport d’exécution budgétaire. Il est indéniable que la transparence constitue une composante importante de la bonne gouvernance. Elle est le garant d’un développement économique plus inclusif, et d’une lutte plus efficace contre la pauvreté grâce à une meilleure utilisation des ressources publiques, en particulier pour les groupes les plus vulnérables.Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

L’autre pandémie !

La pandémie de Covid-19 sème la terreur et plonge le pays dans le désarroi. A Antananarivo, le nouvel épicentre du fléau, on est partagé entre l’angoisse et l’impuissance. Bien que les données statistiques des dernières soixante-douze heures affichent un semblant d’éclaircie, on est encore loin  de l’orée. La guerre bat toujours son plein ! Selon des experts, voix autorisée, en la matière, la Ville des Mille est infestée de cet indésirable virus. La lutte se corse dans la mesure où les Tananariviens rechignent ouvertement à se plier au respect des consignes à même les plus élémentaires. Le geste barrière, la distanciation d’un mètre, la mesure la plus simple mais également la voie la plus facile au Covid-19 pour sévir est ignorée par l’ensemble de la population. Est-ce réellement par ignorance ou  par une volonté délibérée d’enfreindre la loi, comme d’habitude. Le respect du confinement total subit la résistance des gens. Avec la recrudescence de la pandémie notamment à Antananarivo, le Gouvernement décide de durcir le ton. Toutes les dispositions relatives au confinement à 100 % reprennent de nouveau.  Mais, la population manifeste un caractère rebelle. En ville, le jeu-poursuite entre le chat et la souris impliquant les Forces de l’ordre et les marchands informels amuse la galerie. Une image devenue classique par la force du temps. Les autorités en charge de faire appliquer les consignes devraient faire preuve davantage d’ingéniosité afin de dénicher une autre formule beaucoup plus convaincante car à la longue, le classique tableau frise le ridicule.  Seulement, un autre type de pandémie, plutôt virtuelle, mais aussi redoutable que celle du nouveau coronavirus se fait inviter sur le plateau. Comme si la tourmente du peuple  causée par la pandémie réelle du Covid-19 ne suffit pas que voilà une autre sème la pagaille. Cette « autre pandémie » se présente sous la forme d’intox, de désinformation. En effet, de folles  rumeurs se déchainent sur la place publique. Des « fake news » véhiculées à travers les réseaux sociaux polluent l’atmosphère politique et sociale, déjà tendue en soi, du pays. Les tenants du régime sont les cibles privilégiées des balles de ces intox. Le Chef de l’Etat Rajoelina et sa famille se trouvent au centre des tirs croisés. On balance gratuitement des infos démentielles selon lesquelles le Président aurait contracté le virus du Covid. Une publication sans fondement aucun. Un autre pavé dans la mare, un remaniement se concocterait-il là-haut dans le Palais d’Iavoloha ou sur la colline d’Ambohitsorohitra ! Sans nul doute, les ténors de l’opposition, entre autres les grosses têtes du RMDM, sautant sur l’occasion d’une apparente impasse du moment, profitent pour semer des mensonges. Le but inavoué consiste à attirer l’attention du locataire d’Iavoloha sur la nécessité à apporter certain changement des membres du Gouvernement. Et ils sont intéressés ! Le remaniement en France semble leur susurrer l’idée à l’oreille. Seulement, malheur pour eux, une telle éventualité ne figure pas, du moins pour le moment, dans l’agenda du numéro Un du pays. La priorité et l’urgence sont ailleurs. Ils doivent s’en mordre les doigts et s’armer beaucoup plus de patience. Le poids du combat contre la pandémie du Covid-19 pèse lourdement au pays. L’autre pandémie, l’affluence des intox, complique la bataille et rend incertaine la célérité de la victoire.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Excès de zèle ou abus d’autorité ? - Des barrages tout aussi énervants qu’inutiles

« Vous êtes un journaliste et vous êtes censé être au courant de l’information. Toutes les activités s’arrêtent à partir de midi, la presse ne fait pas exception ». C’est ainsi que s’est exprimé, avant-hier mercredi à 19h15, un des militaires préposés au barrage érigé au niveau de la RM1 (Andohan’Analakely) lorsque nous lui avons décliné notre fonction ainsi que la raison de notre déplacement à cette heure de la soirée. Et l’on aura beau essayer de lui faire entendre raison, rien n’y fit. L’homme en uniforme, d’un ton sec, nous somma d’aller voir ailleurs avant de tourner talon. Les instructions émanant des hiérarchies auraient-elles été mal répercutées aux hommes sur terrain, ou serait-on en présence  d’excès de zèle ou d’abus d’autorité de la part de ces derniers ? Nul ne le sait. Toujours est-il que de telles situations sont loin d’être isolées et s’observent dans différents quartiers de la Capitale et à différentes périodes de la journée. Et certaines scènes en viennent même à être cocasses, tant elles dépassent parfois l’entendement. Personne, par exemple, n’a compris pourquoi, à un moment de la journée où la circulation automobile est encore autorisée,  l’accès direct au rond-point devant le Sénat (en venant d’Andrefanambohijanahary) a été obstrué par un engin blindé et les automobilistes invités à monter sur le trottoir pour revenir dans la chaussée juste après avoir contourné ledit  véhicule militaire (!). De même, beaucoup ont été surpris, le premier jour du retour du confinement, par le barrage érigé au beau milieu de la matinée à Ampitatafika (un quartier périphérique, mais toujours dans la Région d’Analamanga), provoquant ainsi un embouteillage monstre de véhicules en tous genres et ce, alors que tout rassemblement, même de moins de 50 personnes, venait d’être de nouveau interdit. D’une manière générale, dès le début de l’après-midi, de tels barrages se rencontrent dans le quotidien ici et là à Antananarivo (Ronds-points d’Ambohidahy et d’Antanimena, pour ne citer que ceux-là) et tout semble laisser croire qu’ils ont pour unique objectif de jouer sur les nerfs des usagers de la route, ceux-là mêmes qui, pourtant, sont encore autorisés à circuler.  Ces derniers sont en effet contraints d’effectuer de longs et tortueux détours inutiles pour arriver à destination, alors que celle-ci, dans certains cas, n’est qu’à quelques centaines, voire dizaines de mètres du blocage. Détail significatif, dans bon nombre de cas, ce sont  les militaires eux-mêmes qui indiquent la déviation à prendre pour contourner leur propre barricade. C’est pour dire que la finalité est seulement de rendre la vie difficile aux malheureux automobilistes, pour ne pas dire d’… énerver ceux-ci. Ce qui, il faut bien le reconnaître, n’est pas pour contribuer à détendre une atmosphère déjà stressant pour tout le monde.A signaler cependant un rayon de soleil dans ce tableau obscur des barrages de la Capitale.  Celui offert par un militaire posté à Ambalavao Isotry qui, au vu du macaron officiel « Presse » dont est estampillé notre véhicule, ainsi que de notre carte professionnelle de journaliste, nous adressa un salut cordial gratifié d’un « Omen-dàlana am-panajàna ianao ». C’était également avant-hier mercredi à 15h30. La Rédaction

La Vérité0 partages

Prise en charge des malades du Covid-19 - L’Etat enclenche la vitesse supérieure !

L’heure est grave. La hausse du nombre de nouveaux cas de contamination au Covid-19 se trouve au cœur des préoccupations aussi bien chez les simples citoyens que chez les dirigeants. Le sujet a, d’ailleurs, à l’ordre du jour lors du Conseil des ministres, toujours par visioconférence, démarré avant – hier en présence du Président Andry Rajoelina. Il a surtout été question d’améliorer la capacité de prise en charge des patients atteints de la pandémie à Madagascar et notamment pour la Région d’Analamanga qui est devenue le nouveau foyer de contamination.L’Etat a ainsi décidé d’enclencher la vitesse supérieure à travers la mise en place de plusieurs centres de traitement du Covid-19. Des centres dont la capacité d’accueil sera d’au moins 200 malades chacun et ces centres  compteront environ 25 jusqu’à 55 professionnels de la santé (médecins et paramédicaux). Le premier centre du genre ouvrira officiellement ses portes ce jour au niveau du Centre de commandement opérationnel (CCO) sis à Ivato. En cours d’aménagement depuis le début de cette semaine, le Lycée technique professionnel d’Alarobia sera inauguré ce jour. Une partie du Village Voara sera également aménagée.Ces endroits seront destinés à accueillir les patients qui présentent des symptômes plus ou moins importants et ne peuvent pas subir des traitements à domicile pour diverses raisons. Le regroupement des agents de santé à un même endroit vise à pallier l’insuffisance du nombre de spécialistes dans le traitement de la pandémie. Chaque centre sera pourvu de lits ainsi que de places spéciaux pour les formes graves. Les cas asymptomatiques sont, quant à eux, encouragés à rester chez eux en respectant toutes les mesures nécessaires pour éviter la contamination d’autres personnes. En outre, de nouvelles dispositions seront prises pour accueillir les malades dans les Centres de santé de base (CSB II). Ces centres de proximité seront approvisionnés en médicaments et Covid Organics pour faciliter le traitement des malades.La Rédaction

La Vérité0 partages

Rapatriement des 193 millions de dollars - L’Etat malagasy sollicite la Banque mondiale

Mise au point. La porte-parole du Gouvernement et non moins ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo a répondu hier à la polémique autour du détournement d’une somme de 193 millions de dollars de la Banque mondiale vers des paradis fiscaux que certains détracteurs attribuent au régime actuel. Au cours d’une interview en marge de la distribution de CVO à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha hier dans la matinée, la porte-parole du Gouvernement a remis les pendules à l’heure. « L’étude qui fait mention de ces fonds existe bel et bien », explique-t-elle de prime abord, expliquant cependant que les dates durant lesquelles les enquêtes ont été menées par la Banque mondiale sont claires : « Elles se situent entre 1990 et 2010 ». « D’une part donc, ces faits n’ont pas été commis durant l’actuel régime, ni encore durant la période transitoire dans le pays, mais bien avant. Et nous connaissons tous qui ont été à la tête du pays durant ces périodes. Les deux anciens Chefs de l’Etat qui en parlent actuellement sont  les principaux concernés », affirme la porte-parole du Gouvernement en réplique aux accusations portées à l’encontre de l’actuel Exécutif. Lors de leurs dernières interventions médiatiques respectives, deux anciens Présidents, Marc Ravalomanana et Didier Ratsiraka, ont réclamé la transparence sur la gestion des fonds reçus par Madagascar pour combattre le coronavirus. Ces deux ex-locataires d’Iavoloha ont évoqué l’existence de fonds qui ont été transférés dans les paradis fiscaux.La lutte contre la corruption, la lutte contre les fraudes financières ainsi que la bonne  gouvernance sont des priorités de l’actuel pouvoir, précise la porte-parole du Gouvernement. Dans ce cadre, l’Etat malagasy affirme sa volonté de collaborer avec la Banque mondiale pour le rapatriement de ces fonds à Madagascar. « Des étapes ont été faites par l’Etat. Des échanges avec la Banque mondiale ont été faits. L’Etat malagasy est prêt à aider cette institution financière à rapatrier ces fonds. Ces 193 pourraient aider la population malagasy à travers la construction d’infrastructures et bien d’autres choses. Il est donc inacceptable que ces fonds soient dans des paradis fiscaux. L’Etat et le Président de la République affirment leur volonté d’aider au rapatriement de ces fonds », précise Lalatiana Andriatongarivo. La rédaction

La Vérité0 partages

Bilan du premier semestre 2020 - Désespoirs et des espoirs !

Le premier semestre de l’année 2020 vient de toucher à sa fin. Pour Madagascar en particulier, les six premiers mois de cette année auraient dû être décisifs et festifs. Le remaniement du Gouvernement en début d’année aurait dû apporter un nouvel élan dans la réalisation des velirano du Président de la République. Un élan vite coupé par la pandémie de coronavirus.  La réhabilitation du Stade Barea de Mahamasina ou encore la modernisation du Rovan’Antananarivo dont les inaugurations étaient initialement prévues avoir lieu avant la fête nationale, ont été retardées, en grande partie, à cause de la pandémie, qui a débarqué dans la Grande île à la mi-mars. Victimes collatérales de la pandémie, les négociations autour de la restitution des îles éparses ont été également mises en stand-by. Toujours à cause du coronavirus, l’ancienne ministre de l’Education nationale a également été démise de ses fonctions suite à une polémique autour de bonbons sucettes. Le premier semestre à Madagascar a, comme partout ailleurs dans le monde, été marqué par la pandémie de coronavirus. Depuis son apparition à la fin de l’année dernière, le virus a fait près de 500 000 décès dans le monde et plus de 10 millions de cas confirmés de contamination. A la date d’hier, Madagascar compte 33 décès et plus de 2400 cas de contamination avérés. Si le premier semestre restera marqué par les nombreuses semaines de confinement qui ont mis le pays sur pause, à fin juin, le bilan n’est pas totalement négatif. Durant ce premier semestre, les scientifiques malagasy ont réussi à mettre au point le remède traditionnel amélioré Covid-Organics (CVO), destiné à lutter contre le coronavirus. Victime d’un acharnement de la part notamment des médias occidentaux, le tambavy à base d’artemisia, dont les vertus curatives contre le coronavirus sont aujourd’hui reconnues, a rapidement révélé un élan de solidarité et de soutien en faveur de Madagascar, notamment sur le continent africain. Les pays africains qui ont d’ailleurs été nombreux à recevoir des dons de Covid-Organics de la part de Madagascar.  Durant cette période sombre, l’Etat malagasy a également mis au point un plan d’urgence social en faveur des victimes de la crise du Covid-19 et les mesures de confinement prises en vue d’enrayer sa propagation, pour ne citer que le Tosika Fameno, le Vatsy  Tsinjo, et prochainement les Tsena Mora. Pour lutter contre la propagation de la pandémie, l’Etat a également mis en place une stratégie pour augmenter le nombre de tests. Dans ce cadre, des laboratoires d’analyses médicales ont été réhabilités, et un autre a vu le jour. Toujours dans ce contexte, une usine pharmaceutique, en l’occurrence la Pharmalagasy, doit voir le jour dans les prochaines semaines. Dans le cadre de la relance économique du pays, Gasycar, une marque de véhicules malagasy vient de sortir. La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Demain sera mien : 10 artistes retenus

La slameuse-danseuse Makwa Joma est parmi les 10 artistes retenus dans l’appel du projet “Demain sera mien”.

Car la situation actuelle fragilise la création, il s’agit d’explorer les interactions, et de soutenir les talents d’aujourd’hui qui feront le monde de demain. Après deux mois d’attente, la liste des artistes retenus dans l’appel à projets  « Demain sera mien » vient de sortir.

Dix artistes, toutes disciplines confondues, font la première vague de ce soutien à l’art et la culture. Contraint de reporter nombre de ses actions programmées pour 2020, le Fonds de Dotation HY a décidé de réagir à l’urgence collective en apportant son soutien aux artistes malagasy. Dans cette période de crise internationale sans précédent, soutenir l’art et la culture est encore plus d’actualité. Les projets sélectionnés donnent lieu à un soutien financier et, pour certains, à un accompagnement dans leur développement. Découvrez les artistes qui ont eu le mérite de cette première édition.

 B-Dihy Crew est un groupe de danseurs initialement créé en 2009 par Raharifetra Andriatsilavina Hugues, basé à Tamatave. Le principe de cette troupe est de rallier des férus du breakdance en participant à diverses « battle » lors des manifestations de danse et art urbain depuis maintenant une décennie sur tout Madagascar. Ici, la vidéo nous propose une collaboration d’un duo de danseurs Bboy Polo Rose et Bboy Blade.

Thierry Dwayne pratique la danse urbaine, il est chorégraphe et enseignant de Hip Hop. Sa proposition sous forme de danse filmée raconte l’histoire d’un mendiant et nous invite à porter un autre regard sur les personnes les plus pauvres errant dans les rues d’Antananarivo.

i030 est un jeune artiste basé à Nosy-Be, au parcours autodidacte. L’œuvre sélectionnée présente sa vision, un ensemble d’une série de boîtes à images, appelée MTV – sous forme de jeux de situations assemblées et graduées par des « punchline » – sur la réception locale de l’actualité d’un monde globalisé diffusée sur écran vintage 80s.

 Koloina Sandrinah est une jeune chanteuse à textes, interprète et compositrice au parcours ascensionnel. Elle aimerait enregistrer son 2e album et faire produire celui-ci très prochainement. Elle propose ici un de ses titres Embouteillage, qu’elle défend en toute authenticité depuis chez elle, avec sa guitare.

Mat Li, jeune artiste pratiquant les arts graphiques. Ici il propose une série de dessins, en Noir Blanc, réalisée par écriture automatique dooling en saturant l’espace graphique pour « ranger les choses » et interpeller, secouer notre aveuglement. Se dégage alors une joyeuse vivacité du graphisme comme lanceur d’alerte, sur les bases des grandes références new yorkaises des années 80 dont il est passionné.

Makwa Joma est une jeune slameuse/danseuse, née à Tamatave. Son parcours déjà bien rempli au fil des concours et manifestations de la zone de l’Océan indien, en fait une véritable conquérante de la scène SLAM. Elle distille une vraie mixité à travers ses nombreuses collaborations, dans ses choix de textes, à la lisière de la Poésie, de la Francophonie au service des causes environnementales (préservation du paysage urbain) et pour la défense des valeurs d’une certaine tradition de l’identité malagasy.

Claudio Rabe est chorégraphe, danseur, compositeur et interprète, né à Tamatave. Il construit son parcours d’artiste engagé avec la troupe de danseurs My Crew Compagnie qu’il fonde en 2013. Ainsi parallèlement aux nombreuses participations à des festivals de Danse de l’Océan Indien, My Crew Compagnie va marquer une nouvelle étape en 2017 pour s’ancrer « dans une démarche de développement, de soutien et de promotions des actions culturelles et artistiques comme leviers d’échanges, d’éducation et de sensibilisation dans le monde associatif  culturel, et construit le premier éco-village artistique à Tamatave ». Point de départ à d’autres aventures artistiques et associatives depuis.

Kopetha Razafimandimby est un auteur-réalisateur. Avec son scénario appelé Valï, il fait montre d’une vraie force de proposition dans un rapport d’esthétique relationnelle en déployant un synopsis simplement universel au dispositif participatif sur le thème de « Valï, une petite fille qui se pose des questions sur son avenir. Elle vit avec ses parents qui voient la vie avec un autre œil. C’est à chacun de déterminer son avenir ». À chacun de nous de soutenir Valï.

Fabrice Tsiarra, artiste peintre. L’appel à projets “Demain sera Mien a insufflé” à cet artiste une réponse paradoxalement efficace : une unique œuvre, simple mais mystérieuse, bicolore, les deux couleurs de Madagascar, et vertueuse. Cette petite maison est comme un manifeste d’art de vivre écologique et de subsistance durable pour les malagasy.

Gyslain Yves Vistane, est musicien depuis son enfance passée à Toliara (Tuléar). Il a pour nom de scène Noudou. Avec ce titre musical Tavy, Noudou souhaite alerter les malagasy des ravages causés par la déforestation et feux de brousses. Une mélodie engagée pour l’environnement dans son ensemble et rythmée au son des guitares, mandolines et tsapiky qui prend racine dans les musiques traditionnelles des tribus Antandroy ou Vezo du Sud de Madagascar dont Noudou est issu et un des porte-voix.

Recueillis par  Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Transport : Peu de taxis acceptent la destination Andohatapenaka

Les taxis doivent obligatoirement être désinfectés régulièrement. Depuis le reconfinement, lundi dernier, les véhicules assurant les services de taxi-ville doivent passer par les agents en charge de la désinfection. Hier, en particulier, les taxis étaient nombreux à devoir faire la queue à Ambohijatovo et ailleurs. Ce qui a eu pour effet de former de longues files le long des trottoirs, notamment à Ambohijatovo.

Les taxi-ville se plaignent cependant de ne pas trouver suffisamment de clients. « Même si les taxis sont les seuls transports disponibles en l’absence des taxis-be actuellement à l’arrêt, nous n’avons pas suffisamment de clients. Les gens croient que les prix sont à la hausse, or il n’en est rien, bien au contraire », se défendent les chauffeurs de taxi. Force est, cependant, de constater que la grande majorité des taxis refusent de transporter des clients dès qu’il s’agit de transporter des malades vers le village Voara Andohatapenaka, alors que le taxi est le seul moyen de transport autorisé au-delà de 14h. D’après les clients, à l’annonce de la destination Andohatapenaka, les taxis renoncent par peur de contamination.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Marosakoana-Tsaratanàna : Manjaka indray i Del kely, omby miisa dimapolo no lasany

Nitrangana fanafihan-jiolahy indray tany amin’ny tanàna antsoina heo Marosakoana, fokontan’Antanambao, kaominina Keliloha, disitrikan’i Tsaratanàna, ato anatin’ny faritra Betsiboka. Mirongatra ny asan-dahalo amin’izao fotoana izao, any amin’iny disitrikan’i Tsaratanàna iny, am-polony ny omby lasan’ny dahalo isaky ny misy fanafihana any an-toerana. Na dia eo aza ny ezaka ataon’ny fanjakana amin’izao fotoana dia tsapa ho sahirana ireo miaramila mpampandry tany sy ny Zandary any amin’ity disitraika ity, noho ny fananan’ireo malaso olona ambadika. Anisan’ny tena olana ihany koa ny faharatsian’ny lalana any an-toerana, ka manajaka tokana ihany koa ry Del kely sy ny ekipany amin’ity resaka asan-dahalo sy fakana an-keriny ity. Ny alarobia alina teo izao, dia omby miisa dimapolo no lasan’i Dela kely sy ny namany tao amin’ilay tanàna antsoina hoe, Marosakoana, izay voalaza etsy ambony. Araka ny vaovao voaranay tamin’ny maman’i Naina izay tompon’omby very dia nirefodrefotra ny basin’izy ireo nandritra ny fanafihana, ary tsy nisy sahy nivoaka ny trano ny olona teo an-tanàna, ka izay indrindra no nananaraotan’ireo dahalo naka ny ombiny tao am-bala. Marihana moa fa tsy nisy naratra na namoy ny ainy nandritra ny fanafihana niseho tao Marosakoana. Mitohy hatrany ny fanenjehana ataon’ny Zandary miaraka amin’ny fokonolona.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

RN4 : Zazalahikely maty tsy tra-drano voahitsaka ny « Mazda. »

Namoy ny ainy ny zazalahikely iray. Namoizana ain’olona indray teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra, tao amin’ilay tanàna antsoina hoe » Ampanaovana Krisimasy, » ny talata 07 jolay 2020 lasa teo, tokony ho tamin’ny 10 ora maraina mahery 50minitra teo. Zazalahikely vao dimy taona monja no voahitsaka ny mazda miloko fotsy teo amin’ny arabe tamin’io fotoana io. Voadona ny lohany, ary nandriaka eran’ny arabe ny rà nandritra ny loza. Araka ny fanazavana dia avy eto Maevatanàna manao zotra rezionaly aty an-toerana ity fiara ity, ka hihazo an’ Ambondromamy tamin’io fotoana io. Nalalaka ny arabe ary iny nizotra teny an-dalana iny ilay fiara no voalaza fa nisy ankizy nanapa-dalana tampoka. Voadoana mafy ny lohan’ilay Zazalahikely. Araka ny fanampim-panazavana dia nandeha mafy loatra ny fiara Mazda. Taorian’izay dia tonga teny an-toerana nanao ny fitsirihana sy fizahana ifotony ny mpitandro ny filaminana. Efa natao andrimaso eny anivon’ny Zandary ny mpamily nitondra ilay Mazda hatao famotorana.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : Le Japon apporte son aide à la Grande Île

Remise des équipements au Ministère des Affaires Étrangères à Anosy.

« Le Gouvernement Japonais prépare un nouveau projet d’assistance d’urgence à Madagascar dans le domaine de la lutte contre les maladies infectieuses, notamment la lutte contre le coronavirus ». Ce sont là les propos de Higuchi Yoshihiro, Ambassadeur du Japon à Madagascar, lors de la cérémonie de remise d’équipements en appui au ministère des Affaires étrangères à Anosy hier. Une façon pour le Japon d’appuyer la coopération entre les deux pays qui s’est davantage renforcée ces dernières années si l’on s’en tient toujours aux dires du diplomate Japonais. Ainsi, un accord entrant dans le cadre de ce nouveau projet serait signé dans les prochains jours entre l’ambassadeur du Japon et le ministre en charge de la Santé publique malagasy. Pour l’heure, aucune autre information concernant les tenants et aboutissants de ce projet n’est parvenue entre nos mains. Quoi qu’il en soit, ce projet ne pourrait qu’aider le pays à faire face à l’épidémie de Covid-19. Ne serait-ce que pour renforcer le système de santé du pays qui souffre considérablement.

Appui. Le gouvernement Japonais, via son ambassadeur à Madagascar, a procédé hier à la remise d’équipements en appui au ministère des Affaires étrangères Malagasy dans les locaux dudit département ministériel. Une remise intervenue à la suite d’une demande formulée par le gouvernement malagasy, a-t-on fait savoir hier. Ainsi, approximativement 107 000 Euros, soit 469 000 000 Ar du fonds de contre-valeur (FCV) ont été utilisés pour l’acquisition de matériels tels que des ordinateurs de bureau, des ordinateurs portables, des imprimantes de bureau, des photocopieuses, un vidéoprojecteur et un système de sonorisation de conférence. Un appui qui devrait, d’une manière ou d’une autre, propulser la diplomatie de la Grande Île, souhaite l’ambassadeur Higuchi Yoshihiro.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fenerivo atsinanana : Jiolahy rain-dahiny voasambotry ny zandary

Nanao hetsika  ny zandary tao Fenerivo atsinanana ka nahitam-bokatra izany hetsika izany, izay nahavelom-panantenana ny vahoaka. Maro ireo vokatra lavanilina halatra tratra, teo koa ireo basy tsy ara-dalana sarona. Nambaran’ny Kly Andriamambasoa Rindraniaina, komandin’ny vondron-tobim-paritry ny zandary Analanjirofo, fa matotra ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka ao an-toerana amin’izao fotoana izao. Izay no nahatrarana ilay mpanafika tao Mahavelokely Fenerivo atsinanana ny alahady 05 jolay teo, mbola tratra teny amin’ity jiolahy ny basy PA vita gasy fampiasany, izay lehilahy 48 taona raha ny angom-baovao natao. Voalaza fa mbola misy namana iray hafa izy ity tamin’ny fanafihana nataony ka eo am-pikarohana azy ny zandary ao Fenerivo atsinanana amin’izao. Raha ny fanazavana azo dia tranombarotra iray no notafihan’ireto mpanafika tamin’izay, ka olona iray no voatifitra nandritra ity fanafihana tao Mahavelokely Fenerivo atsinanana ny 05 jolay teo ity. Ankilan’izany dia ny 15 jolay ho avy ireo no hisokatra ny taom-piotazana lavanilina ao Analanjirofo, ka nilazan’ny Kly Andriamambasoa Rindraniaina, fa tsy handefitra amin’ireo izay mihoa-pefy ny tenany  Nanaovany antso avo amin’ireo mpanao lavanilina koa ny haka mpitandro ny filaminana isaky ny hikirakira vola izy ireo hisorohana ny halatra sy ny fanafihana samihafa. Ankoatra izany dia fiara nitondra mpandeha an-tsokosoko nahitana olona 08 nafenina tao ambadiky ny garaban-trondro, no saron’ny zandarin’i Fenerivo atsinanana. Voalaza fa avy aty Toamasina ireto mpandeha ireto izao tratra izao, ka avy hatrany dia voasazy ny mpamily sy ny mpamily mpanampy, ireo mpandeha kosa naverina aty Toamasina, ary ny fiara tonga dia nogiazana avy hatrany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

CPN et accouchements : véhicules gratuits pour les femmes enceintes

Les femmes enceintes à Antananarivo, qui doivent se déplacer pour leurs consultations prénatales, ainsi que celles qui doivent accoucher, pourraient rencontrer des difficultés de locomotion. Le ministère de la Santé publique  met à leur disposition des véhicules gratuits pour les transporter vers les hôpitaux, les centres de santé ou les cliniques privées. Ainsi, des véhicules sont disponibles pour les conduire à la maternité de Befelatanana, à celle du CHRD2 d’Itaosy, à l’hôpital de Mahitsy, ou dans les cliniques des alentours.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Voitures à toit solaire : Production de deux modèles en 2021 pour Lightyear

La société néerlandaise Lightyear, qui a officialisé l’année dernière sa voiture électrique à énergie solaire, a annoncé deux nouveaux véhicules de test. Ces modèles vont supporter le développement d’une nouvelle technologie de toit solaire, qui fera l’objet d’une production avant la fin de l’année 2021, selon la communication du constructeur. Les deux véhicules de test 005 et 006 sont basés sur un Model 3 de Tesla et un utilitaire, le Crafter, de Volkswagen. Comme Lightyear l’a déjà fait sur le modèle One, les 005 et 006 sont équipés d’un toit solaire remplaçant leur toit d’origine. « Ces véhicules sont les derniers développements d’une série de plateformes servant à valider les choix technologiques et de conception de Lightyear. Grâce à leur technologie solaire intégrée, ils aideront à démontrer la valeur ajoutée de cellules solaires intégrées aux véhicules tout en mesurant le rendement de cette technologie. Ils fourniront des données supplémentaires sur l’impact des vibrations, l’absorption des chocs et leur étanchéité », indique Lightyear sur son site.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : François de Mahy, nom à double sens

Journaliste, Médecin et politicien, ce député élu à La Réunion a su jongler ces trois professions en même temps.

Son nom  évoque le plus souvent deux sens. Et la signification n’est pas toujours celle que l’on espère.   De Saint Pierre, (La Réunion) à  Antsiranana, des rues et des écoles, Francois de Mahy est gravé dans la roche. Héros de la  troisième République Française pour les uns, colon assoiffé de matière première pour les autres, ce Réunionnais  était un personnage atypique de son époque.   Connu dans la région du Sud-ouest de l’Océan Indien, ce  médecin-politicien a bouleversé les structures établies par l’ « Etat malagasy » à la fin du XIXème siècle.

François Césaire de Mahy  a vu le jour le 22 juillet 1830   à Saint-Pierre. Né d’un  père  notable de la ville et  élu maire en 1841, il  reçoit une éducation sur de bonnes  bases. Ainsi, il  poursuit ses études  au collège à Saint-Denis, puis  débarque à Paris et s’inscrit au lycée Henri-IV. Brillant et perspicace, le jeune Réunionnais obtient  son doctorat en médecine en 1855.  Il revient à la Réunion. Médecin de formation, il devient journaliste de vocation  et s’engage dans le journal Courrier de Saint-Pierre. Dès lors, le médecin s’intéresse fortement à la politique.

La  proclamation de la Troisième République  a permis à l’Île de la Réunion d’avoir deux sièges de députés. Alors, François de Mahy se présente comme candidat républicain et élu  le 20 novembre 1870. D’opinions plus descendant d’une des familles qui, au XVIIème  siècle, quittèrent les premiers les rives de France pour l’île Bourbon, il se plaît à rappeler en séance l’heureux temps où « Madagascar était la France orientale ». C’est depuis son poste de député que De Mahy s’intéresse à tous les aspects de la politique coloniale de la France, tout en continuant à exercer comme médecin et journaliste et en s’engageant dans la franc-maçonnerie. Il soutient activement le projet de colonisation de Madagascar par son pays en saisissant l’occasion que lui donne son brusque au portefeuille de la Marine et des Colonies, où il n’exerce que l’intérim, pour prendre une décision qui va peser lourd dans le destin de Madagascar. Prenant prétexte du conflit survenu entre d’une part les sakalava  de la côte nord-ouest, théoriquement protégés par la France, et d’autre part le gouvernement de la reine Ranavalona  II. Lorsque la Grande Île est finalement prise, il participe à la politique de « pacification » de celle-ci menée par Joseph Gallieni en incitant les Réunionnais à s’y installer.

Francois de Mahy  siège à l’Assemblée Nationale Française  jusqu’à sa mort le 19 novembre 1906.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : Les sénateurs dépistés

Un sénateur qui a passé le test PCR, hier à Anosikely

Panique ou prudence ! Des sénateurs et autres membres du personnel du sénat ont passé des tests de dépistage du coronavirus hier à Anosikely. 75 personnes, selon la dépêche du sénat, se sont ainsi fait tester par des agents du ministère de la Santé qui ont fait spécialement le déplacement au siège de l’institution. Sont-elles atteintes ou non du virus potentiellement mortel ? La sentence tombera demain car les résultats devront être livrés 72 heures après le test, a-t-on appris d’une source informée. « Il est nécessaire que chacun se fasse tester pour connaître son état de santé », a lâché Rivo Rakotovao, président du Sénat, en marge de la séance d’auscultation hier à Anosikely. Face aux bruits qui ont couru depuis quelques jours sur l’existence de cas positifs au niveau du parlement, le sénat a décidé de prendre le taureau par les cornes et fait dépister ses locataires ainsi que tout le personnel. L’Assemblée nationale, elle aussi, en proie à des rumeurs relatives à cette pandémie depuis la dernière semaine de la session ordinaire, a intérêt à agir pour taire les tapages à son sujet, mais les députés n’ont pas encore passé l’étape des tests collectifs.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Tojo Guitariste transcende le répertoire malagasy

Tojo Guitariste, un interprète hors pair et transcendant.(crédits photos : Tojo Guitariste)

Si les humoristes et les chanteurs font le bonheur des confinés sur les réseaux sociaux, Tojo Guitariste est, quant à lui, le guitariste qui brise la grisaille en cette période. Dès lors, il partage des dizaines de vidéos et quelques « tutos » pour tous les niveaux de musiciens. Ce qui distingue cet instrumentiste, c’est la limpidité de son jeu. On le reconnaît largement sur « Raha mila fanampiana » du groupe Mahaleo qu’il interprète majestueusement. Une clarté musicale digne d’une musicothérapie. On se laisse surprendre à apprécier le morceau en boucle. Pour ne pas se faire sans doute voler ses œuvres, Tojo Guitariste ne joue pas le titre en entier.

Le plus plaisant chez ce jeune musicien, c’est qu’il interprète des titres qu’il apprécie. Du coup, on ressent toute la puissance créative se trouvant derrière chaque titre. Ses interprétations transcendent le titre, un véritable travail de mémoire sur le patrimoine musical malagasy. Dadah du groupe Mahaleo semble être un de ses compositeurs préférés, Ejema et ses slows langoureux sans oublier les cantiques religieux. Par contre avec son niveau technique, il peut bien interpréter tous genres de répertoires. Pour le retrouver, il suffit de taper « Tojo guitariste » sur Facebook et le tour est joué.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Loi de finances rectificative : Un budget d’anticipation pour la relance post-pandémie

La loi de finances rectificative 2020 s’affiche comme un budget d’anticipation pour la relance post-pandémie.

Enfin une bonne nouvelle concernant l’évolution du coronavirus. Madagascar a enregistré hier, pour la première fois, un nombre record des guérisons avec  574 guéris du Covid-19. Prions et espérons que cette tendance ascendante du nombre des guéris se maintienne. Dans tous les cas, cette statistique démontre qu’un jour ou l’autre, la pandémie ne sera plus qu’un mauvais souvenir pour le monde. Et bien évidemment pour Madagascar dont les dirigeants pensent déjà à la période post-pandémie.

En effet, la loi de finances rectificative 2020  s’affiche elle-même comme un budget d’anticipation pour la relance post-pandémie.

Effets néfastes. Reconnaissant  les effets néfastes de cette crise sanitaire,  le gouvernement , à travers cette LFR qui table, rappelons-le, sur un taux de croissance, demeure confiant en l’avenir.  « Selon les estimations du Fonds Monétaire International (FMI), la pandémie engendrera une récession économique mondiale plus prononcée que celle observée lors de la crise financière de 2008. Malgré un canal de transmission de crise plus réduit que celui des pays avancés, lequel s’explique par une économie moins financiarisée, l’économie africaine ne sera pas pour autant épargnée. Le continent pourra compter toutefois sur son capital naturel afin de se relever le plus rapidement possible. Madagascar figure particulièrement parmi ces pays qui bénéficient de grands avantages comparatifs vis-à-vis de sa population jeune, de sa situation géographique et de ses ressources naturelles. D’après les analystes, la crise sanitaire a secoué l’économie à travers deux chocs simultanés : au niveau de l’offre (e.g. croissance économique revue à 0.8% pour Madagascar) et au niveau de la demande (e.g. exportations en régression de 35.7%). En effet, une grande partie des activités de production ont été mises à l’arrêt, suite à la réduction, voire l’annulation des commandes des clients, ainsi qu’à la restriction des transports internationaux et domestiques. A Madagascar, les branches les plus affectées sont les « hôtel, restaurant », le textile, l’industrie extractive, le transport et les « commerce, entretiens, réparations ». Les effets négatifs se sont ensuite transmis progressivement au reste de l’économie réelle. Beaucoup d’entreprises ont été contraintes de procéder au chômage technique partiel, surtout les PME/PMI, car les mesures de confinement de la population ont empêché l’écoulement de leurs productions ».

Optimisme. Un état des lieux qui n’appelle  évidemment pas à la réjouissance. Mais les autorités malagasy ne désarment pour autant pas et affichent même de l’optimisme   en restant déterminées à renforcer les actions de relance. « Le Gouvernement continuera à mettre en œuvre une politique conjoncturelle permettant une relance économique à la fois rapide et efficiente. Des mesures fiscales ad hoc, à l’instar de celles adoptées pendant la période charnière de la crise, seront entreprises notamment à travers des allégements fiscaux ciblés. Sur le moyen terme, ces mesures devront permettre de stimuler la consommation ainsi que les investissements ». En tout cas, les perspectives sont plutôt bonne pour certains secteurs économiques. Dont celui de l’infrastructure qui compte plusieurs projets de développement.

« Dans le secteur infrastructure, à travers l’initiative pour l’émergence de Madagascar, l’Etat accomplit le « rebranding », c’est-à-dire  le repositionnement de l’image de marque du pays, notamment en matière de nouvelles constructions. Tous les projets figurant dans les « Velirano » et qui pourront porter rapidement des effets palpables sur la vie quotidienne de la population seront poursuivis, voire mis à l’échelle. Toutefois, à cause de la situation exceptionnelle due à la pandémie, plusieurs grands chantiers prévus pour l’année 2020 seront reportés ultérieurement ; certains programmes seront réorientés suivant le contexte, tels ceux dans le secteur énergie. Il s’agira, par exemple, de l’hybridation des alimentations en énergie au niveau des établissements hospitaliers : dix-neuf (19) installations de système photovoltaïque au niveau de Centres Hospitaliers de District et trente-neuf (39) au niveau de Centre de Santé de Base. Le système d’éclairage public bénéficiera également d’un appui conséquent ; ce qui pourra amener une transformation totale des paysages des villes… ».Une nouvelle ère en somme.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Soutien aux MPME : Un financement de plus de 6 milliards Ar débloqué

52% des entreprises bénéficiaires du crédit « Miarina » sont localisées à Analamanga, une zone rouge du Covid-19.

En l’espace de trois semaines, près de 135 Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME) ont bénéficié du crédit « Miarina », initié par le Président de la République Andry Rajoelina.

Cette initiative a été prise, rappelons-le, à l’issue de la rencontre entre le Chef de l’Etat et les membres du gouvernement, d’une part, et les membres du secteur privé, de l’autre, en vue de soutenir les MPME qui sont fortement touchées par la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19. Et c’est le programme national Fihariana qui se charge de la mise en œuvre de ce projet, en travaillant en étroite collaboration avec ses partenaires tels que les banques BNI et BOA Madagascar. Une enveloppe initiale de l’ordre de 50 milliards Ar est ainsi prévue, pour ce faire. Et en l’espace de trois semaines de lancement de ce crédit « Miarina », près de 135 Micros, Petites et Moyennes Entreprises (MPME), en ont déjà bénéficié. En tout, un financement de plus de 6 milliards d’ariary a été débloqué, a-t-on expliqué. Il s’agit notamment d’un prêt moyennant un taux d’intérêt bonifié entre 8% et 9% et qui est remboursable dans une période de 24 mois.

Seize régions. Il est à noter que le montant moyen du crédit accordé à une entreprise s’élève à plus de 45,6 millions Ar. Parlant des entreprises bénéficiaires de ce crédit « Miarina », 35% d’entre eux opèrent dans le secteur du commerce, 21% dans le secteur du service, 13% dans le domaine de la médecine, 10% dans le secteur du tourisme, 8% dans le secteur de l’artisanat et 7% dans le transport. Et ceux qui oeuvrent dans le secteur du Bâtiment et Travaux Publics représentent 4% des bénéficiaires tandis que ceux qui se lancent dans le secteur de l’élevage sont de l’ordre de 1%. Il faut également savoir que ces 135 entreprises bénéficiaires sont éparpillées dans seize régions de la Grande île. S’agissant de la répartition au niveau régional, 52% de ces entreprises bénéficiaires sont localisées à Analamanga, qui constitue une zone rouge du Covid-19. Viennent ensuite Matsiatra ambony, Sofia, Atsinanana et Vakinankaratra avec des taux respectifs de l’ordre de 9% et 6% pour les deux régions ainsi que 5%. Boeny, Itasy, Atsimo-Andrefana enregistrent chacune 4% des bénéficiaires tandis que la région de Sava affiche un taux de 3,59%. Les autres entreprises ayant bénéficié du crédit « Miarina », opèrent dans les régions de Diana, Atsimo-Atsinanana, Betsiboka, Analanjirofo, Melaky, Alaotra Mangoro et Vatovavy Fitovinany.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Fisandohana ho ben’ny tanana tao Maevatanana : Naiditra am-ponja vonjimaika, ny Sefo Zap sy ireo olona ef...

Taorian’ny fakana am-bavany nataon’ny Zandary ireo olona efatra sy ny sefo Zap miasa  any Mahazomà, mikasika ny raharaha nahavoarohirohy sy nitazomana azy ireo teny amin’ny borigadin’ny Zandary eto Maevatanàna nandritra ny herinandro dia niakatra fampanoavana tamin’ny alatsinainy 06 jolay maraina lasa teo ny raharaha. Vita ny famotorana nataon’ny prokirera ka ny fanapahan-kevitra taorian’izay no nampidirana am-ponja vonjimaika eny Ambimadiro ny Sefo Zap niaraka amin’ireo olona efatra ambiny miandry ny fotoam-pitsarana. Araka ny fantatra dia resaka firaisana tsikombakomba sy fisolokiana kolonely izay miasa any Antananarivo sy fisandohana ho ben’ny tanànan’i Maevatanàna voalohany no nahavoarohirohy ity olon-boatendry ity ,nahavoasaringotra azy. Fantatra fa ilay kolonely no nitory rehefa tratra ilay tovolahy antsoina hoe « Kakajo » izay tompon’antoka tamin’ny antso an-telefaoninana nanaovany fisolokiana sy fisandohana. Tsiahivina fa ny 30 jona teo no nosamborina ny Sefo Zap, raha voantson’ilay tovolahy voalaza anarana etsy aloha tamin’iny telefaoinina ny tenany haka vola any amin’ny « Boutique » an’ny vadin’ny kolonely. Amin’ny 20 jolay ity kosa ny fotoam-pitsarana azy dimy mianadahy ireo.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Orange et Nokia : Une technologie optique 5e génération en gestation

Premier succès dans les essais de la nouvelle technologie optique, selon Orange et Nokia. Cette nouvelle technologie optique 5e génération permettra de tripler la capacité totale transitant sur les liaisons longue distance, selon les explications. « En juin 2020, Orange et Nokia ont mené à bien des essais significatifs visant à tester les chipsets Photonic Service Engine de 5e génération (PSE V) dans le cadre d’une transmission en temps réel sur le réseau Orange. Cette technologie trouve plusieurs applications directes, notamment la prise en charge des nouveaux services ultra-haut débit sur les réseaux longue distance et la diffusion en direct de grands évènements sportifs. Pendant trois semaines, des tests ont été menés en direct et parallèlement au trafic commercial sur le réseau paneuropéen d’Orange International Networks Infrastructures and Services, depuis le nœud du réseau parisien vers 15 points de présence (PoP) différents, créant ainsi des services de 400 Gbits/s d’une portée maximale de 3.400 km, permettant une transmission ininterrompue de Paris vers tous les lieux d’Europe et au-delà. De plus, des débits allant jusqu’à 600 Gbits/s avec une efficacité spectrale supérieure à 6 Gbits/s/GHz ont été implémentés sur des itinéraires de plus de 1.000 km », ont communiqué les deux partenaires.

Avantages. Selon ses promoteurs, cette technologie offre de nouvelles possibilités pour interconnecter les hubs des data centers européens et les intégrer aux systèmes sous-marins mondiaux nouvelle génération,  et permet aussi de transporter 27 Tbits/s sur une seule paire de fibres entre Paris et Lyon, par exemple. Elle permettra également de tripler la capacité totale transitant sur les liaisons longue distance et de réduire de 50 % la consommation énergétique grâce aux performances offertes par le composant Probabilistic Constellation Shaping (PCS) tout en tirant parti de l’infrastructure existante hautement flexible et évolutive.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Dupuis à la rencontre des trois Barea du FC Fleury 91

Toujours heureux de rencontrer ses joueurs, Nicolas Dupuis cherche à améliorer les Barea.

La visite des joueurs s’enchaîne pour le sélectionneur national, Nicolas Dupuis. Arrivé en France depuis le début de ce mois, il a rencontré les trois joueurs des Barea qui évoluent au FC Fleury, hier.

« Tous disent être en forme », c’est ce qu’a publié Nicolas Dupuis sur sa page Facebook quand il a rendu visite à Zotsara Randriambololona, William Gros et Mario Bakary hier. Ces derniers sont tous des joueurs des Barea qui évoluent au Football Club Fleury 91 en France et ils venaient de reprendre leurs entraînements. C’était le deuxième rendez-vous du sélectionneur national avec ses joueurs, après celui de Lalaina Nomenjanahary, la semaine dernière. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il avait quitté la Grande Ile pour l’Hexagone, il y a quelques jours.

Durant cette rencontre, Enzo Bovis était aussi présent. Il n’est pas encore parmi les Barea mais certainement, le coach pourrait le suivre de près et il serait la nouvelle recrue dans l’équipe nationale. A savoir qu’Enzo Bovis est le fils de Pascal Bovis, président de FC Fleury 91. Il joue dans le club en tant que défenseur central. Sa mère est Malgache, c’est pourquoi Enzo Bovis est sélectionnable pour les Barea. Pourtant, il devrait d’abord entamer les démarches administratives pour obtenir la citoyenneté malgache.

Ainsi, à l’issue de cette rencontre, Nicolas Dupuis a ajouté que « la blessure de Zotsara n’est plus qu’un mauvais souvenir, les 3 autres semblent déjà affûtés ». A titre de rappel, Zotsara a retrouvé sa forme après s’être remis de sa blessure, le mois d’avril de l’année dernière. Avec six mois de convalescence, le milieu de terrain malgache a été privé de match lors du voyage des Barea en Egypte lors de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Il a fait le déplacement avec les siens, mais il ne figurait pas dans la liste des Barea. Avec cette déclaration de Nicolas Dupuis, tout le monde l’attend au sommet de sa carrière pour la prochaine saison. De plus, il ne serait plus absent au sein de l’équipe nationale lors des prochaines rencontres des éliminatoires, pour le compte de la CAN 2022. Zotsara Randriambololona vient de prolonger son bail d’une année de plus avec le club francilien FC Fleury 91. Quant à William Gros, il est au top de sa forme depuis son arrivée à côté de ses compatriotes il y a quelques semaines.

Aujourd’hui, Nicolas Dupuis organisera une réunion de travail avec leur préparateur physique et kinésithérapeute. « L’objectif est de travailler l’amélioration du travail physique lors des rassemblements des Barea », a-t-il conclu.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sortie de crise : Rebond de croissance économique prévu en 2021, selon la BAD

Alors que la crise sanitaire continue encore de s’aggraver, la Banque Africaine de Développement (BAD) affiche déjà une prévision prometteuse. Le supplément aux « Perspectives économiques en Afrique 2020 » – publié le 7 juillet dernier par cette institution – indique que l’Afrique devrait connaître un rebond de 3% de sa croissance économique en 2021, si les gouvernements parviennent à juguler la propagation de la pandémie de Covid-19. En effet, dans une évaluation socio-économique complète de l’impact de la pandémie, la BAD a déclaré que la croissance devrait rebondir à 3% en 2021, contre -3,4% dans le pire des scénarios pour 2020. Le supplément aux perspectives économiques avertit que les perspectives de croissance pour 2021 et au-delà dépendent largement de l’efficacité des gouvernements africains à aplatir la courbe de l’épidémie et des politiques de réouverture des économies.

Capacités. « Pour rouvrir les économies, les décideurs politiques devraient adopter une approche progressive et graduelle qui évalue soigneusement les compromis entre le redémarrage trop rapide de l’activité économique et la préservation de la santé des populations. Les activités économiques peuvent être relancées progressivement sur la base des risques de transmission des différents secteurs », a déclaré Charles Leyeka Lufumpa, économiste en chef par intérim et vice-président pour la Gouvernance économique et la gestion des connaissances à la BAD. La propagation du coronavirus en Afrique dépend en grande partie du degré de préparation des pays, de leur capacité à isoler les patients infectés du reste de la population et à les traiter, indique le rapport, qui relève que sur le plan clinique, seuls 21 des 54 pays d’Afrique ont les moyens de faire face aux épidémies.

Systèmes défaillants. Le directeur exécutif du Consortium pour la recherche économique en Afrique et ancien gouverneur de la Banque centrale du Kenya, Njuguna Ndung’u, a décrit le supplément des Perspectives économiques en Afrique 2020 comme un outil de politique très important et utile pour les pays africains et qui arrive à point nommé. « Il sera utile maintenant et à l’avenir. Il nous donne d’importantes stratégies à court, moyen et long terme », a-t-il ajouté, soulignant que des crises comme le Covid-19 présentent une bonne opportunité pour des réformes innovantes dans les pays. Le supplément souligne que la courbe de la pandémie en Afrique est en train de s’aplatir progressivement. Cependant, compte tenu des insuffisances des systèmes de santé et de la protection sociale, le virus reste une menace pour les vies humaines et les moyens de subsistance des populations. Le continent demeure également vulnérable à d’autres menaces, comme les nuées de criquets en Afrique de l’Est, ou encore les évènements climatiques extrêmes.

Pertes énormes. Selon le rapport de la BAD, l’Afrique pourrait perdre entre 145,5 milliards et 189,7 milliards de dollars américains de croissance en 2020. Hanan Morsy, la directrice du Département des politiques macroéconomiques, des prévisions et de la recherche à la BAD affirme que « le supplément montre que pour la première fois depuis un demi-siècle, l’Afrique serait confrontée à une récession économique en raison des retombées de la pandémie de Covid-19. Cela affecterait les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté car on estime que 49 millions d’Africains pourraient être poussés dans la pauvreté, avec environ 30 millions d’emplois sur le point de disparaître.  Les décideurs politiques doivent agir rapidement pour atténuer l’impact de la crise sur les groupes vulnérables grâce à des mesures de protection sociale bien ciblées ».

Mesures urgentes. La BAD appelle à des mesures d’interventions urgentes pour atténuer l’impact de la pandémie. « Dans toute l’Afrique, les interventions doivent être parfaitement articulées et comprendre plusieurs volets : non seulement des mesures de santé publique pour contenir la propagation du virus et réduire le nombre de décès, mais aussi des mesures de politique monétaire pour atténuer les effets de l’insuffisance de liquidités et les risques d’insolvabilité, ainsi que des mesures budgétaires pour limiter les impacts économiques de la pandémie sur les moyens de subsistance et pour aider les entreprises », soutient l’institution financière. Celle-ci suggère également de nouvelles politiques de régulation du marché du travail destinées à protéger les salariés et les emplois, ainsi que des politiques structurelles devant permettre aux économies africaines de se reconstruire et d’améliorer leur résilience face aux chocs futurs.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanondranana olona mankany Mayotte : Kaomandina sambokely iray voasambotra, karohina ireo namany

Malagasy miisa eo amin’ny 32 eo saika handeha hiondrana an-tsokosoko tatsy Mayotte no saron’ireo mpiandry sisin-tany tany an-toerana teny am-povoan-dranomasina rehefa nisy olana ny sambokely nitondra azy ireo. Naverina avy hatrany taty Madagasikara ireto olona ireto, nosamborina ary atao fanadihadiana kosa ny kaomandin’izany sambokely izany, araka ny vaovao azo avy amin’ny polisim-pirenena.

Ny faran’ny volana jona lasa teo no tra-tehaka ireto mpiondrana an-tsokosoko ireto, raha ny loharanom-baovao. Notanana natao fanadihadiana tany an-toerana kosa ilay kapitenin-tsambo ary naverina natolotra ny polisim-pirenena malagasy ny sabotsy lasa teo. “Nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisy dia tambajotra iray efa mpanondrana olona mankany amin’ny nosy Mayotte ity sarona ity. Fantatra fa mpivady monina ao Ambanja no tompon’ilay sambokely. Ireto farany no manangona sy mampiantrano ireo olona hiondrana ho any Mayotte” . Voalaza fa ny alarobia mialoha ny fetim-pirenena teo no nialàn’ireto olona ireto teto an-tanindrazana rehefa avy nangonina tao Ambanja. Efa nangalan’ireo mpampiantrano azy vola mitentina telo tapitrisa ariary tsirairay avy moa izy ireo, araka ny fampitam-baovao hatrany.  Naato kely tao amin’ny Nosy Antanibe Andrefana ireto olona ireto avy eo, ary nafenina tao anaty ala, nandritra ny efatra andro, ka ny alahady vao niainga ho any amin’ny Nosy Mayotte.  Teny an-dalana anefa no nisedra olana izany sambokely izany ka tsy afa-nandroso intsony, hoy ny vaovao. Telo andro taty aoriana vao hitan’ireo mpitandro filaminana misahana ny sisin-tanin’ity Nosy rahavavy ity ireto olona ireto. Nentina namonjy sisin-tany avy hatrany izy ireo ary nosamborina teo ilay lehilahy kapitenin-tsambo. Voalaza kosa fa roa lahy izy ireo no tompon’andraikitra teny saingy efa nitsoaka tamin’ny alalan’ny lomano ilay namany. Marihana fa tsy nahitàna taratasy fahazoan-dalana mivoaka moa na dia iray aza tany amin’ireo olona ireto. “Naverina teto Madagasikara tamin’ny alalan’ny fiaramanidina avokoa ireo olona miisa 33 ireo ny sabotsy faha 04 jolay 2020. Efa miatrika famotorana eo anivon’ny Sampan-draharahan’ny Polisim-pirenena misahana ny fanondranana olona an-tsokosoko (SCES) ilay komandan’ny sambo ankehitriny”, hoy hatrany ny vaovao. Efa mandeha kosa ny fanadihadiana sy fikarohana ireo  izay mety ho naman’ity kaomandàn’ny sambo ity mpiray tsikombakomba taminy tamin’izao fanondràna olona izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Reconfinement dans la capitale : Les instructions pas vraiment suivies

L’indiscipline et l’insouciance règnent toujours à Tana. (Photo d’archives)

Face à la propagation du Coronavirus qui ne cesse de gagner du terrain ces derniers temps, notamment à Antananarivo, le pouvoir central a pris la décision de procéder à un reconfinement de la capitale.

Trois jours après ces dispositions prises par l’Etat, force est de constater que les instructions ne sont pas vraiment suivies, du moins jusqu’à 14h. En effet, l’indiscipline et l’insouciance règnent dans la ville des Mille. Si le port du cache-bouche a été respecté en général, ce ne fut pas le cas pour la distanciation physique de 1mètre. Sans parler des gens qui circulent dans les rues pour on ne sait pas quoi, ainsi que les embouteillages comme si la situation était la même qu’avant la pandémie. Sur ce dernier point, les barrages érigés par les forces de l’ordre créent des embouteillages monstres. Pour ne parler que de ce qui se passe au rond point à Ankazomanga où les voitures n’ont pas le droit d’emprunter la route menant vers Antanimena ; ce qui fait qu’elles sont obligées de faire un détour qui occasionne des dépenses en plus du carburant. Au niveau du Sénat à Anosy, pour éviter les barrages, plus précisément pour ne pas rentrer dedans, les voitures sont contraintes de rouler sur les trottoirs.

Dispositions. Toujours à propos de ce reconfinement, les récents conseils des ministres ont pris notamment des dispositions comme la fermeture de toutes les entrées et sorties de la ville. En outre, le transport des dépouilles mortelles vers les autres régions est interdit. Pour ce qui est des voitures légères, elles peuvent circuler jusqu’à 14h. Les autres dispositions qui portent également sur les évènements sportifs, culturels, ainsi que les cultes sont suspendues. Si, auparavant, les réunions et attroupements ne dépassant pas 50 personnes sont acceptées, ce n’est plus le cas actuellement avec ce reconfinement. Tous les magasins et commerces qui ne fournissent pas les services essentiels doivent fermer leurs portes. Seuls les grandes surfaces, les pharmacies et les services de santé sont autorisés à ouvrir. A ceux-ci s’ajoutent les  épiceries qui distribuent les PPN. Ceux-ci peuvent ouvrir de 6h à midi. Chose curieuse, toutefois, les rues commencent à être désertées à partir de 14h. Et c’est rare de croiser un passant à partir de 17h, du moins dans les axes principaux de la capitale.

Gestes-barrières. Par ailleurs, les tarifs des taxis sont hors de portée pour la plupart des gens. Entretemps, les taxi-be ne peuvent pas circuler. Ce qui fait que les gens soient obligés de marcher. Pourtant, les taxis sont autorisés à circuler même au-delà de 14h pour assurer le transport des malades chez les pharmacies ou à l’hôpital. Malgré tout, ils sont tenus de respecter les gestes-barrières et ne transporter que trois passagers. Le gel est également obligatoire. Enfin, le plus important c’est que leurs véhicules doivent être désinfectés tous les jours. Toujours est-il qu’un centre d’accueil des personnes présentant des symptômes du Coronavirus et des cas suspects a été ouvert au Village Voara à Andohatapenaka. Celui-ci sera ouvert 24h/24 et 7/7 jours. Bon nombre de personnes se sont rendues à ce centre pour savoir si elles sont porteuses ou non de cette maladie. Mais vu le tarif exorbitant des taxis, elles préfèrent s’y rendre à pied avec tout ce que cela suppose pour leur santé.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Métanire prolonge avec Minnesota United FC jusqu’en 2022

« MLS is back », l’international malagasy Romain Métanire et Minnesota United Fc joueront leur premier match ce lundi.

Alors que le championnat Nord-américain de football vient de reprendre, l’international malagasy Romain Métanire a obtenu une prolongation de son contrat jusqu’en 2022 avec son actuel club, le Minnesota United Fc. Sous contrat jusqu’à la fin de cette saison, le latéral droit des Barea a prolongé son bail de deux années supplémentaires. D’ailleurs, ce n’est pas évident que Minnesota United laisse partir ce grand joueur qui représente une pièce maîtresse dans l’équipe. D’autant plus qu’il ne cesse d’impressionner au Major League Soccer. Pour rappel, Romain Métanire est considéré comme étant le meilleur joueur latéral droit de ce tournoi. Il était en tête du classement avec une note de 6,81/10. Malheureusement, la compétition s’était arrêtée en raison de la propagation du Covid-19.

Par ailleurs, après quatre mois de break, tout est presque remis dans l’ordre. On a annoncé depuis cette semaine le retour du MLS avec un nouveau format. En effet, les clubs seront répartis en six groupes. La phase des groupes a commencé officiellement hier, et ce, jusqu’au 23 juillet. Les seize meilleures équipes entameront, par la suite, la phase des éliminatoires directes. La finale est prévue se dérouler le 11 août. Pour Minnesota United où se trouve Romain Métanire, le club évoluera dans le groupe D. Ainsi, les Minneapolis affronteront en premier le Sporting Kansas City, détenteur du titre de 2000 et 2003, ce lundi,

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Un autre complice de Lamà abattu

Randriamihantanirina Jasmin alias Man a été abattu à son tour. « Il a tenté de faire exploser une grenade durant la perquisition de son domicile à Andoharanofotsy. Man a demandé d’aller aux toilettes. L’explosif y était déjà dissimulé et il a tenté de l’utiliser pour anéantir les hommes des forces de l’ordre. Une intention qui a amené à ouvrir le feu à son encontre », a-t-on appris de nos sources concordantes. Man figurait dans l’avis de recherche au même titre que Ramandiamanana Norbert dit Lamà et consorts. Il a été auteur et co-auteur de plusieurs actes d’enlèvement depuis le début des années 2000. Samedi dernier, après une exploitation poussée des renseignements, l’homme a fini par être arrêté à Mahajanga. Il a été transféré vers la capitale pour son enquête préliminaire. Durant son audition, il a indiqué la présence des armes à feux dans sa maison à Ankadiefajoro, un quartier situé dans la commune d’Andoharanofotsy. Lundi, une fouille a été entamée et s’est terminée par ce bain de sang. Man a péri en cours de route, durant son évacuation sanitaire à l’HJRA. Comme il a été parmi les plus recherchés dans cet épisode de kidnapping, une prime est octroyée aux acteurs de son arrestation. Une très forte prime de 200 millions d’ariary comme ce fut lors du cas de ses acolytes Lamà, son frère Rajim et autres. Dans cette saga d’arrestations, beaucoup ont remarqué que les présumés auteurs et co-auteurs sont (systématiquement?) abattus. Le cas de Lamà a généré beaucoup de polémiques lorsque sa photo de son vivant a été partagée sur Facebook. Quelques heures après, il a été officiellement déclaré mort durant son évacuation sanitaire. Rajim, lui, a été arrêté vivant à Moramanga. Le lendemain, il a été abattu durant une tentative d’évasion sur la RN2. Dans tous les cas, ils ont probablement gardé avec eux les secrets du kidnapping et l’identité des vrais cerveaux mafieux. Une façon de dire que ces gens pourraient être des témoins gênants. Le même refrain depuis l’époque de Mahandry et consorts.

D.R