Les actualités Malgaches du Mardi 09 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara10 partages

QMM – PACT : Un partenariat pour l’employabilité des jeunes diplômés

Des boursiers du programme RISE.

Figurant parmi les grands opérateurs miniers  opérant à Madagascar, QMM S.A., branche  malgache de Rio Tinto, s’illustre aussi en matière d’actions sociales et de protection environnementale. Elle l’a encore démontré lors de sa participation au Salon RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) qui s’est déroulé la semaine dernière à la Gare Soarano.

Une occasion pour QMM S.A. de partager ses dix ans d’expériences et plus en la matière. Le « partenariat pour opérer »,  comme le qualifie le responsable RSE, qui nous a accordé un entretien lors de ce salon.

Consultation populaire

En effet, depuis la phase de construction pour la mise en place des infrastructures, QMM a toujours mis un point d’honneur en matière de social et d’environnement. Il ne pouvait d’ailleurs faire autrement, dans la mesure où avant même de décrocher son autorisation environnementale, une des conditions essentielles pour opérer, QMM  a procédé à une large consultation populaire. « Pendant au moins 10 ans, on a consulté toutes les entités concernées, quitte à modifier le planning d’actions en fonction des réalités sur terrain ». Mieux, QMM a consacré pas moins de 22 ans de recherche environnementale. Et les impacts sont considérables, puisque QMM figure actuellement parmi les leaders dans le domaine de la réhabilitation minière et de valorisation des espaces reboisés. C’est ainsi, par exemple, que la population environnante des exploitations bénéficie des retombées économiques des plantations d’huiles essentielles, de bois de chauffe et de bois d’énergie.

Programme RISE

QMM est aussi connu dans le domaine de l’employabilité des jeunes. Grâce notamment au programme RISE (Rio Tinto Scholarship Education Program), réalisé en partenariat avec PACT Madagascar. « L’un des objectifs du programme RISE est de donner aux jeunes malgaches la possibilité d’accéder à une éducation de qualité », explique Mirana Rakotosamimanana, directeur pays de PACT Madagascar. En tout cas, grâce à ce programme, les deux partenaires QMM S.A. et PACT Madagascar réussissent à doter la région Anosy d’un vivier de compétences, et répondent ainsi aux objectifs de développement. Depuis le lancement du programme RISE en 2013, pas moins de 2 500 jeunes ont pu ainsi bénéficier de bourses d’études, et travaillent actuellement soit au sein de QMM, soit ailleurs comme à Ambatovy, Wartsila, dans les banques, ou au sein d’ONG.  Toujours dans la région Anosy, PACT et QMM participent au projet Lycée pôle de Fort-Dauphin. Et ce, avec des résultats très encourageants, puisque les élèves de ce lycée sont classés parmi les meilleurs au baccalauréat.

R.Edmond.

Midi Madagasikara5 partages

Action Contre la Faim : Des compléments alimentaires pour les élèves

Action Contre La Faim a offert des compléments alimentaires aux 6269 élèves des sept EPP localisées dans les 15 communes partenaires de cette organisation non gouvernementale.

Les enfants prendront ces compléments alimentaires deux fois par semaine pendant 6 semaines afin de mieux lutter contre la fatigue, les risques d’anémie ainsi que les maladies respiratoires. Mais outre ce qui vient d’être dit, ces pilules favorisent également la concentration, chose bien utile pour ces élèves qui vont dans quelques temps affronter les examens. Pour cette première distribution, ce sont donc les 929 élèves de l’EPP 67 ha qui ont pu bénéficier de ces compléments alimentaires. Mais comme cela ne servirait à rien de prendre ces pilules le ventre vide, ces élèves ont également eu droit à un repas pendant cette journée. Toutefois, il convient de rappeler que ce type de complément n’est pas compatible avec la consommation de café. C’est d’ailleurs une des indications données aux enfants la veille : ne pas boire du café pendant toute la matinée.

Troisième volet de la lutte contre la malnutrition. Cette journée dédiée à la lutte contre la malnutrition qui s’est déroulée à l’EPP 67 ha entre dans le cadre du programme de lutte contre la faim mené par l’ONG Action Contre La Faim et qui est financé par The Waterloo Foundation. L’objectif d’un tel programme est de permettre à tous les enfants de jouir de tous leurs droits mentionnés dans le PNAN3. Cette lutte débutée en 2017 a encore quelques années devant elle puisqu’elle n’est censée arriver à son terme qu’en 2021. Pour l’instant, nous sommes sur la bonne voie puisque le taux de malnutrition des enfants de moins de cinq ans a connu une légère baisse cette année, de 51.1% à 48%. Il ne reste plus qu’à espérer que la situation continue d’évoluer dans le bon sens.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara4 partages

CAN 2019 – Quarts de finale : Vers l’affrètement de deux avions pour les supporters des Barea

Le président, sa femme et ses trois enfants sont les premiers supporters des Barea

Les 571 supporters des Barea ont débarqué hier après-midi à l’aéroport d’Ivato. Conformément à l’engagement de retour dans la demande de visa pour l’Egypte, tout le monde est rentré, après ce qui a été pour bon nombre d’entre eux, un baptême de l’air. Qui plus est, à bord d’un Airbus A 380.

Cohésion.  « Ils ont juste fait l’aller-retour », a souligné le président Andry Rajoelina. Avant d’ajouter qu’ « ils ont représenté les 25 millions de Malgaches lors de la huitième de finale contre la RDC ». Et de les remercier d’avoir soutenu les Barea, comme il le fait lui-même. « Un bon père de famille soutient ses enfants et un bon président se doit prendre ses responsabilités pour soutenir l’équipe nationale. C’est pour cette raison que nous avions affrété un Airbus A380 pour transporter les supporters », a-t-il expliqué. Appréciant à sa juste valeur « la fierté et la cohésion » dont ils ont fait montre au cours de ce déplacement à Alexandrie.

« Beaucoup de demandes ». Le président de faire remarquer que « tout le monde s’est retrouvé autour du ballon ». Il est fort probable que bon nombre d’entre eux vont se retrouver dès cette semaine. « Il y a beaucoup de demandes. On va s’organiser en vue des quarts de finale », a fait savoir le chef de l’Etat. N’écartant pas l’éventualité d’ « affréter deux avions » pour raffermir davantage l’élan de solidarité et de cohésion né autour des Barea. Il n’exclut pas non plus la possibilité pour les Barea de ravir la Coupe d’Afrique des Nations.

« Rien n’est impossible ».  « Etre champion, pourquoi pas ! Avec  la foi, la persévérance et le travail, rien n’est impossible. Et nous allons travailler beaucoup plus », déclare-t-il. Avec confiance. Tout autant qu’il était confiant en la qualification des Barea pour les quarts de finale. « Je suis allé aux toilettes pour prier », confesse-t-il. « Ils n’ont raté aucun but en marquant à quatre reprises », se félicite-t-il. Ou plutôt en félicitant les Barea et le coach Nicolas Dupuis. «  Madagascar a une équipe qui gagne. C’est une grande équipe. L’espoir renaît dans chaque Malgache. Nous allons continuer jusqu’au bout ». A l’instar des supporters qui sont allés jusqu’au bout de la nuit à l’ « Alexandria Hilton » pour célébrer la victoire de leur équipe. Pour le président, « Madagascar doit être la vitrine de l’Afrique en termes de développement mais aussi dans le domaine du sport. Aujourd’hui, nous sommes en quarts de finale, prêts à gagner les matchs à venir et à impressionner nos adversaires ».

Soutien des Egyptiens. En tout cas, le pays hôte était impressionné par la performance des Barea. En témoigne le soutien spontané des spectateurs égyptiens présents dans le stade à l’équipe nationale malgache. « Alefa Barea », entendait-on d’ailleurs le long du passage des dix gros bus qui ont transporté les supporters malgaches pour le trajet aller-retour Le Caire – Alexandrie – Le Caire. Des jeunes égyptiens vendaient même le drapeau « fotsy,mena,maitso » aux abords du stade où les supporters congolais étaient nettement en nombre inférieur par rapport à la tribune d’en face remplie par les 571 Malgaches appuyés par des membres de la diaspora ,mais aussi par des Egyptiens. Déçus visiblement par l’élimination des Pharaons, ils se rabattent sur les Barea qui ne sont pas « comme l’eau de l’Ikopa » pour ne pas dire les eaux du Nil. « Tonga namana vao mavomavo ». Faneva Ima et ses coéquipiers portaient du reste un maillot vert. Celui de l’espoir qui a été transformé en victoire à Alexandrie.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara2 partages

Îles éparses : « La cogestion est la meilleure option », selon Raphael Jakoba du cabinet MCI

Les questions relatives aux Îles éparses continuent de nourrir les débats. Dans un article du numéro 86 de la revue MCI qui vient de paraître, le juriste Raphael Jakoba fait une analyse objective de la situation. Pour lui, la France gardera toujours sa position dominante.

Il ne faut pas se leurrer ! La France est et restera rétive à la restitution des Îles éparses à Madagascar. Il suffit de voir les 40 années qui se sont écoulées depuis la fameuse résolution 34/91 de l’Assemblée générale des Nations Unies, datant de 1979, pour s’en convaincre. Faut-il reconnaître qu’en l’état actuel des rapports de force entre les deux pays, la Grande Île ne dispose pas de moyens politiques, encore moins militaires, nécessaires pour faire plier la France. Realpolitik oblige, il faut pour le moment opter pour la cogestion des Îles éparses.

Pourquoi ?. Certes, deux résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies, 34/91 du 12 décembre 1979 et 35/123 du 11 décembre 1980, ont demandé à la France la restitution de ces îles à Madagascar, et d’entamer « sans plus tarder des négociations avec le gouvernement malgache. » À la lumière de celles-ci, le professeur Ranjeva estime d’ailleurs que la restitution est quelque chose d’acquis pour Madagascar. Pour ce dernier, le débat juridique est clos, le droit a été constaté ; il ne faut plus par conséquent, faire marche arrière sur les droits déjà acquis en vertu de ces résolutions des Nations Unies à un moment donné. Toutefois, cette position de l’ancien vice-président de la Cour Internationale de Justice (CIJ) de La Haye est à prendre avec une certaine mesure, pour ne pas dire avec des pincettes, car il est opportun de rappeler que le droit est une chose, son application en est une autre.

Pas de force obligatoire. D’une part, les résolutions de l’Assemblée générale des Nations Unies n’ont pas de force obligatoire en Droit international public, contrairement à celles du Conseil de Sécurité ; elles ne constituent que l’expression formelle de la majorité politique des membres des Nations Unies à un moment donné.  De ce fait, leur non-exécution par la France n’entraîne pas juridiquement de sanctions préalablement définies pour celles-ci. Autrement dit, s’il n’est pas entièrement faux de dire que le débat juridique concernant les Îles éparses est clos, le sort de ces îles n’est plus juridique, mais relève de négociations politiques entre les deux pays. D’autre part, certes à travers ces résolutions, le Droit international est en faveur de Madagascar, mais c’est un droit qui relève de la fiction juridique. En l’espèce, entre la règle de droit et la réalité des faits, il y a une ineffectivité totale. Car si sur le fond Madagascar a obtenu gain de cause, les questions pratiques n’ont jamais été clairement posées : partant du postulat que la France n’acceptera jamais la restitution, a-t-on les moyens de la lui imposer ? Non ! Madagascar dispose-t-elle pour le moment de moyens pour compenser les infrastructures déjà mises en place par la France sur ces territoires ? Non !

Realpolitik. On a beau être tenté par la restitution, dans la mesure où le problème de droit sur ces îles a déjà été résolu lors de la résolution 34/91 et 35/123 de l’Assemblée générale des Nations Unies ; mais ce n’est pas encore dans les moyens de Madagascar, encore moins dans ses priorités.  Au nom de la realpolitik, la cogestion représente une opportunité pour Madagascar d’avoir une part de contrôle sur les Îles éparses, contrôle qu’elle ne détient pas encore pour le moment.  Les redevances résultant d’une telle cogestion donneraient en outre un bon coup de pouce à l’économie du pays, qui a encore besoin de mûrir dans de nombreux domaines, à n’en citer que la question de l’État de droit et la lutte contre la corruption. Madagascar doit donc prôner le concept de co-gouvernance, qui laisse de côté les contentieux de souveraineté, pour mettre davantage l’accent sur la gestion participative des îles entre la France et Madagascar. Les États malgaches et français fixeraient par ce biais un objectif commun, et seront tous deux responsables de la gestion et du financement de ces territoires, pour partager équitablement les bénéfices au final.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Les réactions

Les réactions fusent de toutes parts après cette qualification des Barea en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. En voici quelques-unes :

Ndrato Razakamanarina – Voahary Gasy : « C’est merveilleux de vivre cette joie légitime des Malgaches, après cette victoire Ô combien historique. Un bel élan qu’on aimerait voir dans tous les domaines, notamment en matière de protection de l’environnement. C’est magique et c’est tant mieux si cela permet de raviver notre patriotisme. »

Solo Razafimanantsoa – oncle de Bolida : « Je n’ai jamais vécu pareil engouement, et plus particulièrement à Ankazomanga qui a vu Bolida grandir. Je pense que ce jeu de notre équipe qui sort de l’ordinaire pose problème aux Africains. De ce fait, nous sommes donc capables de battre n’importe quelle formation, pour peu qu’on arrive à garder cette rage de vaincre, autour d’un soutien massif du public. C’est tout simplement fabuleux… »

Arnaud Tiavina Andriniaina – DRJS Alaotra Mangoro : « Ce fut une immense joie pour moi et mes collègues, ainsi que pour les habitants d’Ambatondrazaka, d’avoir savouré le succès et la victoire des Barea de Madagascar. De nombreuses personnes se sont rassemblées pour soutenir l’équipe nationale, à la cour DJRS Alaotra Mangoro, par le biais d’une projection. Concernant le dernier match, on avait une bonne technique offensive. J’ai constaté que Bolida n’était pas dans son assiette, mais l’important, c’est que nous ayons déjà pu faire un exploit dans cette CAN 2019. Nous sommes déjà vainqueurs, quel que soit le résultat de ce jeudi. »

Ny Kapiteny Andriamamonjisoa – jeune leader : « Les Malgaches ont déjà de l’expérience et ont confiance en eux. Mais en ce qui concerne la défense centrale, on doit faire attention car une petite erreur serait fatale. On n’aurait pas du attendre une prolongation pour remporter ce match. Pour la prochaine rencontre, nous devrions garder confiance en notre défense centrale, et jouer vraiment avec l’état d’esprit des Européens. A mon avis, nos Barea sont de vrais zébus sauvages, malgré le fait que ce soit leur première participation à la CAN. Le monde s’est étonné face à leur savoir-faire. En espérant que l’entraîneur Nicolas Dupuis voie ce problème, ce qui nous permettra de gagner en quarts de finale, en affrontant soit le Ghana soit la Tunisie ».

Propos recueillis par

Clément RABARY et Manjato Razafy

Midi Madagasikara1 partages

Victoire des Barea : Des incidents mineurs dans la liesse populaire

La victoire de l’équipe nationale malgache devant celle de la République Démocratique du Congo la nuit du dimanche 7 juillet a de nouveau réitéré la particularité de la mentalité des Malgaches. En réalité, tout le monde était content si l’on ne cite que ce qui s’est passé dans la ville d’Antananarivo. Toutes les rues de la capitale étaient investies par des foules monstres en fête. Des cris de victoire ont retenti un peu partout. C’était une véritable liesse populaire. Malgré tout, des incidents mineurs ont été constatés dans certains endroits. Emportés par l’alcool, des individus se sont permis de barrer la route aux voitures qui passaient devant eux tout en tapant sur la carrosserie. D’autres sont allés jusqu’à monter sur le capot et sur le plafond. Malgré tout, personne n’a été fâchée. Par contre, les conducteurs de voiture ayant enduré ce genre de chose ont manifesté une attitude fortement louable en mettant en avant la tolérance. Aucun incident majeur parce que des éléments de la Police nationale appuyés par ceux de la Gendarmerie nationale ont déjà pris tous les dispositifs nécessaires pour prévenir la possibilité de débordement.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Toamasina : Lehilahy nihinana fanafody mampatanjaka, maty teo am-panaovana firaisana

Efa lasa fahazaran’ny lehilahy sasany ny fihinana fanafody mampatanjaka, alohan’ny hanaovana firaisana ara-nofo, na hanao fampiasam-batana be loatra, nefa efa maro izay maty noho ny fihinanana izany teto Toamasina izay,  saika olona efa nahazoazo taona avokoa. Tao amin’ny tranon-dopy iray tao Morafeno, lehilahy iray 38 taona manam-bady aman-janaka eo no hita faty tao anatin’ny efitrano nofainy nitondrany ny sakaizany. Nifanarahan’izy roa, fa ny sabotsy alina no miara-matory tao amin’ity efitrano nofaina ity, fa ny alahady vao samy mamonjy ny fodiany avy. Tao anatin’izay anefa mba hahazoana hery tamin’ny firaisana ara-nofo nataon’izy roa, dia nihinana fanafody ilay lehilahy. Indrisy anefa fa fahafatesana niseho ,satria nijanona tampoka noho ity fanafody nohaniny ity ny fon’ilay raim-pianakaviana. Ny fanazavan’ilay tompom-bady no nahalalana fa nihoatra ny fetra tokony ho nohaniny no nohaniny  ka izao niteraka ny fahafatesany izao. Raha maty tao anaty efitrano niarahan’izy ireo anefa ilay lehilahy dia nitsoaka ilay vehivavy niaraka taminy ka tsy fantatra ny momba azy, izay tsy fanarahan-dalana ho an’ny tompon’ilay tranon-dopy ihany ny zava-misy, satria tsy voasoratra tao anatin’ny boky firaketana izany ilay vehivavy niaraka tamin’ilay lehilahy maty ity nandritra ny fiarahan’izy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara1 partages

Conventions sur la migration du travail : Un alignement nécessaire des textes nationaux

Les travaux de groupe ont été instructifs durant la journée d’hier.

La récente ratification des trois conventions internationales relatives, ainsi que du protocole relatif aux travailleurs migrants à Madagascar, contraint l’Etat à agir pour protéger les droits desdites personnes.

« Madagascar ne dispose actuellement pas de données précises et fiables concernant la situation des travailleurs migrants. Et ce, parce que les migrations qui ont été opérées depuis 2013 – année durant laquelle un décret de suspension d’envoi des travailleurs vers les pays à haut risque a été publié par le gouvernement – ne sont pas conformes aux lois et règlements. Les travailleurs migrants qui ont quitté le pays, depuis cette année, sont partis de façon clandestine. », Ce sont là les propos de Noémie Razafimandimby, coordonnateur national du projet Reframe, ou Action Mondiale pour Améliorer le Recrutement de la Migration du Travail de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), pour résumer la situation de la migration du travail à Madagascar. Une situation à l’origine de nombreuses problématiques, dont les plus importantes concernent le non respect des droits des travailleurs, la traite d’êtres humains, ou encore l’exploitation des travailleurs migrants. Les témoignages des travailleuses à domiciles, de retour au pays après des années de maltraitances et d’exploitations dans les pays arabes, en sont des manifestations parfaites.

Proches. Si la situation en matière de données statistiques est inconnue, celle relative aux lois et règlements le sont toutefois. Une étude portant sur l’analyse des gaps entre les conventions internationales et les lois internes menées en 2018, a démontré qu’il n’y a pas trop d’écart entre lesdites normes. Les lois renferment toutefois des bémols. Entre autres, celui relatif à la sous réglementation de certains secteurs. « Les lois internes ne peuvent, par exemple, bien cadrer les agences d’emplois privées. A cause des manquements d’ordre juridique et technique, lesdites lois ne protègent pas comme il faut les travailleurs migrants. Les mêmes manquements ne permettent pas non plus à l’Etat de mener à bien ses missions de contrôles », note Noémie Razafimandimby. En outre, des dispositions de certaines lois ne sont pas appliquées. Le cas de la loi ayant servi la ratification des conventions des Nations Unies, sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leurs familles, a été cité par le coordinateur national du projet Reframe, au niveau de l’OIT. D’où l’intérêt de l’atelier, organisé à Antaninarenina hier. Ayant réuni divers acteurs œuvrant dans le domaine de la migration du travail et des droits des travailleurs, et entrant dans le cadre du projet Reframe, financé par l’union européenne, l’atelier d’hier entend mettre en conformité les textes nationaux avec les conventions internationales de l’OIT, relatives à la migration du travail. Si la protection des travailleurs migrants d’origines nationales sont actuellement au cœur des débats, il conviendrait de penser également aux droits de ceux qui viennent à Madagascar pour y travailler. La convention numéro 143 sur les travailleurs migrants régit en même temps ceux qui sortent, et ceux qui entrent dans un pays.

José Belalahy

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Le député élu à Nosy-Be en route vers la promotion du secteur tourisme de son district.

Le député fraîchement élu à Nosy-Be demande à l’Etat de nommer un expert en tourisme à la tête de la commission nationale du tourisme. En effet, d’après elle, le tourisme s’est nettement dégradé depuis quelques années surtout à Nosy-Be. Ce nouveau député, issu du parti politique du pouvoir actuel, compte bien user de toutes ses compétences pour y faire évoluer le tourisme.
D’après ses dires, l’insécurité, le mauvais état des routes ainsi que des infrastructures font baisser le secteur tourisme à Nosy-be. Voilà pourquoi le district a besoin d’un spécialiste dans le domaine du tourisme pour promouvoir ce secteur. Ceci est l’une des clés principales pour le développement de Nosy-Be.
Tia Tanindranaza0 partages

Fanarahana ny lalao CAN tao VondrozoTapaka ny jiro, raikitra ny torabato

Tezitra ny mponina ary nisafoaka, ka nirohotra nankeny amin’ny biraon’ny jirama tao amin’ny distrikan’i Vondrozo, faritra Vatovavy Fitovinany, ka nitorabato tsy nifandrenesana tao amin’io birao io.

Tia Tanindranaza0 partages

Anosibe sy AndavamambaTra-tehaka ny mpamaky trano sy fiangonana

Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahadimy ny tovolahy iray vao 19 taona voarohirohy fa mpamaky trano sy tamin’ny famakiana fiangonana, ny talata 2 Jolay teo tokony ho tamin’ny 8ora maraina tamin’iny faritra Andavamamba iny.

 Olon-tsotra mipetraka eo akaikin’ny fiangonana no nahita tovolahy mpamaky fiangonana ny marainan’ny 1 jolay tokony ho tamin’ny 2ora maraina. Nampandre ny polisy ny nahita sy ny tompom-piangonana. Ny andron’io ihany dia mbola nahazo fitarainana ny Polisy fa mbola nisy vaky trano teny amin’ny faritra Anosibe Andrefana ka lasa tamin’izany ny Groupe Eléctrogène, boky fampianarana, solosaina ... Natao ny fikarohana ireo olona mpamaky trano ka rehefa nanao ny fisafoana sy ny fanagonam-baovao dia  tra-tehaka teny Andavamamba ny lehilahy iray izay anisan’ny tompon’antoka tamn’ny vaky trano niseho ny sabotsy 1 jona 2019. Mbola misy moa ny namany karohina niaraka aminy nanao ireo asa ratsy ireo.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sinto-mahery 67haMpangarom-paosy nifanenjehan’ny polisy ka tratra

Nampiaiky ny tany ama-monina sy ny mpandalo teny amin’ny faritra 67ha ny fifanenjehana teo amin’ireo mpitandro filaminana sy ny mpanendaka.

 Ny zoma 5 jolay teo tokony ho tamin’ny 6 ora hariva, tovolahy iray no voasambotry ny polisy avy amin’ny boriborintany fahafito mahakasika ny resaka harom-paosy teny amin’ny fiantsonan’ny taksibe 147 amin’iny faritra 67ha iny. Araka ny fampitam-baovaon’ny polisim-pirenena, nanararaotra ny hamaroan’ny olona eny amin’ny fiantsonan’ny taksibe ity tovolahy ity sady misikotra paosy. Nisy nahatsikarika izy ka niantso polisy nanao fanamiana nijoro tsy lavitra teo. Vao nahatsikaritra ireto polisy nanatona azy ilay lehilahy dia nirifatra nandositra ka raikitra ny fifanenjehana. Namakivaky ny arabe sy ireo fiara anaty fitohanana ary ny elakela-trano. Nentina avy hatrany tany amin’ny paositry ny polisy izy. Rehefa nataon’ny mpitandro filaminana ny fanadihadiana dia efa matetika izy no mangarom-paosy eo 67ha ary efa anisan’ireo efa ikoizana eo an-toerana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana AnjozorobeVaky ny lohan’ilay mpitondra moto cross

Samy naratra ireo mpitondra cross roa nifanehitra ary ny iray aza tsy tana ny ainy. Vaky mantsy ny lohan’ity farany, nentina nihazo ny hopitalin’ny distrika na CHD Anjozorobe,

saingy tsy avotra noho ny ratra mafy. Izany no vokatry ny loza mahatsiravina nitranga tamin’ny lalan’ny kaominina Ambongamarina, distrikan’Anjozorobe. Samy kodiaran-droa izy ireo no nifandona vokatry ny fandehanana mafy tao anaty fiholahana sy fangalaran-dalana. Ny alakamisy teo, tamin’ny 10 ora atoandro no nifanehitra teo Tsiakafandra, fokontany Ambohitaomina, tamin’ny lalana mampitohy an’Ambongamarina sy Anjozorobe ireo môtô cross roa. Tsiahivina fa andro mahabetsaka ny mpampiasa lalana noho ny andro tsy fiasana amin’iny faritra avaratry ny faritra Analamanga iny sady tsenan’ny renivohitry ny distrika ihany koa. Samy tao anatin’ny heriny ireo kodiaran-droa ireo izay samy vaovao, ny iray marika “Mada moto” aza mbola mitondra laharana “WWT” saingy potika tanteraka avokoa hatramin’ilay iray marika “France rider”. Avy ao amin’ny kaominina Ambongamarina avokoa ireo mpanamory. Avy ao Tsiakafandra Ambohitaomina nisehoan’ny loza ny lehilahy iray 34 taona nitondra ilay “Mada moto” ary ilay raim-pianakaviana 46 taona nitondra “France rider” kosa avy ao Ambodiaviavy. Ny zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Anjozorobe no nandray an-tanana ny raharaha.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soalihy Moussa“Efa tena tsara ny ezaka nataon’ny Barea…”

Efa tena tsara ny ezaka ny nataon’ny ekipam-pirenena Barea, raha araka ny fanazavan’Atoa Soalihy Moussa omaly, sekretera jeneralin’ny “Cercle de reflexion musulmane”.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’AndravoahangyTsy mifankahazo ny mpivarotra sasany sy ny delege

Mitaraina vokatry ny fakana volabe ataon’ireo delegen’ny tsena sy ny lehiben’ny tsenan’Andravoahangy, ireo mpivarotra mivondrona ao anatin’ny fikambanana FI.MPI.E.A na Fikambanan’ny Mpivarotra Etale Andravoahangy.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafoIzaràna pilifera ny mpianatry ny EPP

Tanjon’ny drafitrasa nasionaly ho an’ny fanjarian-tsakafo andiany fahatelo (PNAN 3) ny hampihena ho 38% ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka eto amintsika, hatramin’ny taona 2021.

Efa nahitana fihenany izy io, satria amin’izao fidirana amin’ny andiany faharoa amin’ny PNAN 3 izao dia 42% ny tahany eto amin’ny firenena, raha toa ka 47,3% teo aloha. Ho an’Antananarivo manokana dia nilatsaka ho 48% izany, raha toa ka 51,1% teo aloha. Ho fanohizana ny fanatrarana ny tanjona dia manatanteraka hetsika fizaràna pilifera (fer) ho an’ny ankizy mpianatra eny amin’ny sekoly fanabeazana fototra ny fikambanana tsy miankina Action Contre la Faim. Omaly dia ankizy miisa 929 mianatra ao amin’ny EPP 67ha Avaratra no nisitraka izany. Ankizy lahy sy vavy miisa 6.269 amin’ny sekoly fanabeazana fototra miisa 7 eto amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra no kendrena amin’ity hetsika ity. Misy ihany koa ny fizaràna pilifera atao eny anivon’ny fiarahamonina, ho an’ireo ankizy 6 hatramin’ny 13 taona,  mipetraka eny amin’ireo fokontany 15 iasan’ny ACF, dia ireo fokontany manodidina an’Antohomadinika sy Andavamamba iny.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jirama Antananarivo RenivohitraHotohizana ny fampiakarana ny tanjaky ny herinaratra

Tsy mandritra ity CAN 2019 ity ihany no hiezaka hampitombo ny tanjaky ny herinaratra amin’ireo faritra maro eto an-drenivohitra ny orinasa JIRAMA, raha araka ny fanazavana azo.

Taorian’Ambodivona, 67 ha, Ambanidia… dia faritra valo indray no tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoanan’ny JIRAMA hanaovana izany toy ny  eny  Anosibe Angarangarana, Ambodimanga,  Namontana,  Antsahatsiresy  ( Sabotsy Namehana),  Ambodifasina, Ambohidratrimo ary Ambohibao Antehiroka. Efa nanomboka omaly ny asa. Tanjon’izy ireo amin’izany ny hanatsarana ny tolotra omena ny isan-tokantrano entina hanomezana fahafaham-po ny mpanjifa.  Mikasika ny ny fampitomboana ny isan’ireo mpanao dépannage kosa raha sanatria tapaka tampoka ny jiro eo am-pijerena baolina dia fantatra fa mandritra ny CAN ihany no hanaovana izany hahafahan’ny Malagasy miray fo sy sina amin’ny ekipam-pirenena BAREA. Tsiahivina moa fa efa tafakatra 480 Kva ny tanjaky ny herinaratra miainga eny Ambodivona amin’izao raha 320 Kva teo aloha.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

JAONA ELITEHalevina rahampitso eny Ankatso

Halevina rahampitso alarobia 10 jolay eny amin’ny fasan-drazany eny Ankatso ny nofo mangatsiakan-dRandriarimalala Harijaona, fantatry ny maro amin’ny anarana Jaona Elite.

Mialoha izay anefa dia eny amin’ny fiangonana Fjkm Andravoahangy Fivavahana no hanomezam-boninahitra an’Andriamanitra farany ny nofony, raha araka ny loharanom-baovao azo.Handalo eny amin’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza ihany koa ny nofo mangatsiakany anio talata hariva. Tsiahivina moa fa vokatry ny fijanonan’ny fitem-pon’ny fo tampoka no nahafaty ity raim-pianakaviana mpandraharaha sady mpanao hazakazaka fiarakodia sokajy « run » ity.  Teny amin’ny hopitaly manara-penitra Andohatapenaka no nitondrana azy taorian’ny tsy fahatombanana tampoka nahazo azy kinanjo tsy tana intsony ny ainy. Eny amin’ny tranony eny Mandrosoa Ivato moa no  andrasana ny razana hatramin’ny omaly alatsinainy alina. Namela mananon-tena sy kamboty telo Itompokolahy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatra malagasy any MaraokaMiantso vonjy, fa mbola tsy nandray vatsim-pianarana

Manao antso avo amin'ny fitondram-panjakana izahay mpianatra aty Maraoka. Antony, nohon'ny tsy mbola naharaisanay ny vatsy "allocation 2017-2018”, izay vola, voalaza fa efa nivoaka ny volana janoary 2019, saingy tsy mbola tonga any amin’izy ireo amin’izao,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafoHametraka paikady maharitra ny ONN-PAM-KOICA

Nisy ny fitsidihina ireo toby fanaraha-maso momba ny fanjarian-tsakafo tany Atsimon’ny Nosy, izay notanterahin’ny delegasion’ny repoblikan’ny Korea eto Madagasikara sy matihanina avy ao amin’ny PAM ny 1 hatramin’ny 5 jolay lasa teo.

 

Tafiditra ao anatin’ilay tetikasa Miaro izany ka nanaovan’izy ireo fanaraha-maso mahakasika ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo any amin’ny kaominin’i Itampolo, Fotadrevo, any amin’ny distrikan’i Ampanihy. Nohamafisin’ny mpandrindra nasionalin’ny Foibem-pirenena momba ny fanjarian-tsakafo (ONN) fa tsy ho fitsaboana intsony no hatao ka hapetraka ho tanjona ny famolavolana paikady maharitra  hanafoanana ny tsy fanjarian-tsakafo. Azo atao tsara ny mametraka paikady maharitra ahafahana manafoana izany eto Madagasikara. Efa nandalo tranga toy izany koa ny tany Korea Atsimo, hoy ny fanazavan’atoa Lim Sang-Woo, masoivohon’ny Korea Atsimo eto Madagasikara. Hiara-kiasa noho izany ny telo tonta mba handraisana an-tanana ny renim-pianakaviana sy ireo zaza mandritra ny arivo andro voalohany iainany. Tsy mijanona eo amin’ny fanentanana mahakasika ny sakafo tokony hohanin’ny reny sy ny zaza, na ny fihetsika tokony hatao fahazarana. Nohamafisin’ity masoivohon’i Korea ity ihany koa ny amin’ny tokony hanatsarana ny lalana  sy ametrahana fotodrafitrasa ahazoana tsena manaraka ny fenitra ary sakafo ampy sy feno otrikaina ho an’ireo renim-pianakaviana sy zaza ireo.  Efa nisy ihany moa hatramin’izay ny fiaraha-miasa teo amin’ny PAM sy ny KOICA fa hotohizana kosa izany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra vaovao ao GrèceTsara toerana i Mitsotakis

Nanjakan`ny antoko “Nouvelle democratie” ny fifidianana solombavambahoaka ka nitarika lavitra manoloana ny praiminisitra grika Alexis Tsipras ny 07 jolay 2019.

 

 Araka izany, i Kyriakos Mistsotakis no mitantana indray ny firenena grika ary manome toky fa haka fepetra hentitra mba hampiroboroboana ny firenena, izay vao nivoaka krizy ara-bola. Ny antoko “Nouvelle democratie” no nahazo ny maro an`isa manana seza 158. Manaraka azy ny antoko Syriza, izay nahazo seza 86. Na dia niondrika aza ny praiminisitra teo aloha dia nirary soa an`ity mpisolo toerana azy ity ny tenany. Tsiahivina fa ny taona 2015 i Alexis Tsipras no nitantana ny raharaham-panjakana. “Ny faharesena dia ao anatin`ny ady. Faly ihany aho satria ny fomba fitantanako no nitondra indray ny firenena tsy ao anaty krizy intsony”, hoy izy nandritra ny valandresaka niarahana tamin`ny mpanao gazety.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Iran Nandrenesana horohorontany indray

Nandrenesana horohorontany 5.6 amin’ny maridrefy Richter indray tany atsimo andrefan'i Iran omaly.

 84 km miantsinanana ny tanàna antsoina hoe Ahwaz no nisy ny ivony. Tamin`ny 11 ora sy sasany tany an-toerana no nandrenesana ilay loza. Tsy mbola voaray kosa ny tatitr`ireo niharan-doza sy niharam-boina naterak`izany. Manao ny asany ny mpamonjy voina any an-toerana mijery ifotony ireo fotodrafitrasa rava sy ny fahavoazana amin`izao fotoana izao.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

British AirwaysVoasazy nandoa onitra 204 tapitrisa euros

Taorian`ny famoahana vaovao manokana momba an`ireo mpanjifany ny taona 2018 dia nivoaka ny sazy ho an`ny kaompania ana habakabaka, Britsih Airways (IAG).

 

Voasazy handoa onitra mitentina 204 tapitrisa euros ho an`ny ICO, vondrona britanika misahana ny vaovao manokana izy. Nilaza moa ny tompon’andraikitra fa tratran`ny atao hoe “cyberattaque” izy ireo noho ny tandrevaka ara-informatika. Miisa 244 000 ireo karatra fakana vola any amin`ny banky no voatery naato satria nivoaka ny mombamomba ireo mpanjifa toy ny anarana feno, adiresy, ny petra-bola any amin`ny banky…. Misy kosa ny fifampiresahana eo amin`ny tale jeneralin`ny IAG sy ny ICO amin`izao fotoana izao. Marihina fa io onitra io dia 1,5%-n`ny vola niditra tao amin`ity orinasa ity  ny taona 2017.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Amnesty InternationalNanakiana ny mpitandro filaminana Malagasy

Nanao fanambarana indray ny Amnesty International ary nilaza fa ilaina ny ezaka

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanafihan-jiolahy Olona roa maty voatifitra, telo naratra

Nisehoana asan-jiolahy indray tao amin’ny distrikan’i Miandrivazo, ka nahafatesana sy nandratrana olona.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanadinana CEPE andranaHozaraina amin’ny herinandro ny laza adina

Efa miomana tanteraka amin’ny fiatrehana ny fanadinana CEPE andrana andiany faharoa ireo sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana eto an-drenivohitra ankehitriny.

 

 Raha tsy misy mantsy ny sampona dia amin’io herinandro io avokoa no hanatanteraka izany izy ireo, izay miankina amin’ny fandaminan’ny tsirairay avy, indrindra fa ireo sekoly tsy miankina raha amin’ny alatsinainy 15 jolay ho avy izao kosa no hozaraina ny laza adina.  In-droa na in-telo eo ho eo no hanatanterahan’ireo ankizy ao amin’ny taona fahafito izany vao hiatrika ny fanadinana CEPE tena izy izy ireo izay hotontosaina ny 27 aogositra ho avy izao. Efa miditra tanteraka ao anatin’ny famerenana, araka izany, ny rehetra  ka ireo taranja hita fa tena manahirana ny ankizy no hilofosana. Ho an’ireo kilasy tsy hiatrika ny fanadinam-panjakana kosa dia fantatra fa amin’ny faran’ny volana aogositra izy ireny no hiditra ao anatin’ny fotoam-pialan-tsasatra. Mikasika ny fanadinana BEPC kosa indray dia ny 9 ka hatramin’ny 12 septambra ho avy izao izy ireo no hiatrika ny fanadinana tena izy raha tsy mbola voatondro kosa ny fotoana hanaovana ny fanadinana andrana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anjerimanontolo« Miroso mankany amin`ny avo lenta”

Tontosa ny faran`ny herinandro lasa teo ny fametrahana amin`ny toerany ny filohan`ny oniversiten`i Fianarantsoa amin`ny alalan`ny Dr Rafamantanantsoa Andrainjato.

 Mazava ny hafatry ny minisitry ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiansa, Rejo Fienena Félicitée fa ilaina ny firaisankinan`ny filohan`ny oniversite. Mila mametraka paikady amin`ny fitantanana ao anatin`ny mangarahara ary mila manalavitra ny hosoka sy kolikoly, hoy izy. Eo ihany koa ny tokony hisian`ny fiaraha-miasa amin`ireo mpampianatra mpikaroka sy ny mpiasan`ny oniversite. Nanambara kosa ny filohan`ny oniversite vaovao, Dr Rafamantanantsoa Andrainjato fa manana tanjona ny hamoaka tanora mpianatra ho amin`ny fampandrosoana. Notanisainy ireo andry lehibe amin`ny asa tanterahiny ao anatin`ny telo taona. Tsiahivina fa anisan`ny ambetin-tenin`ny minisitra Rejo-Fienena Felicitèe ny amin`ny ady atao amin`ny kolikoly sy ny ady atao amin`ny hosoka eo amin`ny diplaoma eny anivon`ny ambaratonga ambony. Efa mipetraka rahateo ny sampandraharaha mijery akaiky ny momba ireo eo anivon`ny minisitera iadidiany.

 

 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoNipoitra daholo !

Nipoitra daholo ankehitriny fa hay misy fitiavan-tanindrazana natory ihany tao anatin’ny malagasy tao. Heverina fa mendrika ny hisaorana indrindra noho izany ireo izay namoha azy io.

Saika isan-kerinandro tato ho ato dia fety be miezinezina foana no natrehana manerana ny nosy. Fety izay tsy nisy fikarakarana na fanomanana mazava kanefa dia mahagaga fa tonga lafatra foana ary mahatonga ny mpiray tanindrazana hiray hina sy hifampizara fifaliana. Na ireo nampandraiketin’ny fitondram-panjakana ny raharaha hahafahana mampihavana ny Malagasy aza miaiky fa hay mahay miombom-po ihany ireto ondriny nozarazarain’ny mpanao politika ireto. Ny hirariana moa dia ny mba hitondran’izao fotoan-dehibe ho an’ny voninahi-pirenena izao tokoa fisokafan-tsaina eo amin’ny samy mpiray tanindrazana ka mba hitombo ny Malagasy tsy hanaiky ho zarazarain’ny firehana politika intsony fa mba hahay hiady hevitra ao anatin’ny fo tony sy hitera-bahaolana. Mba tsy ho afaka volana vitsivitsy aorian’io fisandratantsika Malagasy any Ejipta io dia hiverina indray ny fifanenjehana politika sy ny politikan’ny fanararaotam-pahefana izay tsy nitsahatra nampimenomenona ireo mpisehatra politika sy mpanara-baovao Malagasy an-taonany maro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Atletisme Rodorodon’Alaotra andiany voalohanyI Hervé Patrick no nahery teo amin’ny Open 10 km

Fahombiazana tanteraka no azo hilazana ny hetsika Atletisma Rodorodon’Alaotra andiany voalohany nokarakarain’ny ligin’ny Atletisma any Alaotra Mangoro teo ambany fiahian’ny FMA

 

Tia Tanindranaza0 partages

Federasiona Malagasin’ny Volley-ballTohizana indray ny fikarakarana ny « Coll volley »

Rehefa najanona nandritra ny fotoana naharitra dia tohizan’ny FMVB “Federasiona Malagasin’ny taranja Volley-ball”

Tia Tanindranaza0 partages

Andry Rajoelina“Fiaramanidina roa no hoentina amin’ny manaraka”

Misaotra an’ireo mpilalaon’ny Barea manokana sy ny mpanazatrany aho amin’izao nahatafakaran’izy ireo amin’ny lalaon’ny 1/4-dalan’ny fifaninanana CAN 2019 tontosaina aty Egypte izao, hoy ny Filoham-pirenena Malagasy Andrinirina Rajoelina omaly tany amin’ny kianjan’Alexandria any Egypte.

Tia Tanindranaza0 partages

Ampahefa-dalana CAN 2019Hifandona amin’i Madagasikara i Tonizia

Anisan’ireo ekipa goavana nihintsana ihany koa omaly ny Blackstars an’i Ghana resin’i Tonizia tamin’ny alalan’ny “Tirs au but” 5 – 4 rehefa nanao ady sahala 1-1 ny roa tonta tao anatin’ny 90 minitra sy taorian’ny fanalavam-potoana.

 

 

I Madagasikara sy Tonizia izany no hifandona ao anatin’ny lalao ampahefa-dalana ny alakamisy 11 jolay ho avy izao amin’ny 10 ora alina ora eto Madagasikara. Tsy nahovoka ny elefantan’i Cote d’Ivoire ihany koa omaly ny voromaherin’i Mali izay hita fa somary sahirana ireo mpanafika sy irakiraka. Nanindry ny  Ivoarianina ka vokany 1- 0 ny baolina ka hiatrika ampahefa-dalana hifanandrina amin’i Algerie ny alakamisy ho avy izao i Cote d’Ivoire. Etsy an-kilan’izay dia ireo vodilaharana 4 mirahalahy, Romain Metanire, Thomas Fontaine, Jérome Mombris, Pascal Razak, izany sisa izao no andrasana hanoratra ao anatin’ny bokin’ny baolina maty. Raha mijery ny filalaon’ny Barea hatreto aloha dia manana firaisan-tsaina sy fahaizana miara-milalao ny Malagasy. Toa vazivazy zaritenany ihany ny hoe mamono baolina daholo ny mpilalao 11 vao mandao ny tompondakan’i Afrika isika. anisany ny mpiandry tsatokazo, Adrien Melvin. Faran’izay ambony ny toe-tsaina handresy ho an’ny Barea Malagasy amin’izao fotoana hiatrika ny ampahefa-dalana amin’io alakamisy io.

CAN 2019 Lalao ampahefa-dalana :

Alarobia

Senegal # Benin

Nigeria # Afrique du Sud

Alakamisy

Cote d’Ivoire # Algerie

Madagasikara # Tunisie

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeux Corporatifs Ndao eLalaoNatao hampivondronana ny orinasa rehetra

Hotanterahina eny amin’ny kianjan’i Mahamasina ny 20 sy 21 jolay ho avy izao ny « jeux corporatifs » Ndao eLalao.

 Fifaninanana ara-panatanjahantena natokana ho an’ireo mpiasa amina orinasa, karakarain’ny orinasa etech anatin’ny fankalazana ny faha-10 taonany. Taranja 11 be izao no hifaninanana ka anisan’izany ny baolina kitra, ny basikety, ny volley-ball, ny belote, ny tenisy, ny tsipy kanety be hatramin’ny dihy Rock sy Zumba sy ny maro hafa. Tsy afaka mandray anjara ireo mpiasa manana kara-pilalaovana eny anivon’ny seksiona na ligy na federasiona saingy afaka mandray anjara izy ireo amin’ny taranja hafa tsy ananany kara-pilalaovana. Mbola mitohy hatramin’ny zoma ho avy izao ny fandraisana ny anaran’ireo orinasa liana te handray anjara amin’izany ka manatona avy hatrany ny foiben’ny etech eny Anosivavaka izay te hiditra anaty fifaninanana.  Saika mitodika amin’ny fandrosoan’ny teknolojia avokoa amin’izao fotoana izao ny firenena maneran-tany. Anisan’ny tanjon’ny etech ny fampivondronana ny orinasa rehetra tsy ankanavaka sy ny fampahafantarana ny fisiany. Tsy tokony hiambakavaka intsony i Madagasikara amin’ny firosoana amin’ny teknolojia vaovao manaraka ny toetrandro (TIC) satria fomba vaovao entina hampitomboana ny famokaran’ny orinasa izany. Hampitatra ny tsena sy ny asa ny firosoana amin’ny teknolojia vaovao satria raha ny ao amin’ny etech manokana izao dia efa misy 500 sahady ny mpiasa ary vinavinaina hahatratra 1000 amin’ny taona manaraka. Ny firosoana amin’ny fanovàna sy ny fampivoarana sehatra  dizitaly izay hiezahan’ity orinasa ity  izao dia manova mihitsy ny rafitra fandraharahana ary hampivoatra haingana kokoa ny orinasa mpisehatra amin’izany.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Harena sy vola azo tamin’ny tsy ara-dalànaNeken’ny HCC ho manan-kery sy ampiharina

Nankatoavin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) ny didy hitsivolana lah. 2019-015 momba ny fanagiazana ny fananana sy ny vola azo amin’ny fomba tsy ara-dalàna na « recouvrement des avoirs illicites ».

 

 Io no didy hitsivolana farany navoakan’ny filoha tao anatin’ny fotoana nananany ny fahefana hamoaka lalàna, rehefa rava ny antenimieram-pirenena teo aloha. Ankoatra ny And. 31, mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana ary azo havoaka hanankery ny andininy rehetra amin’ny didy hitsivolana. Voalazan’ny fanapahana lah. 14- HCC/D3 ny 5 jolay navoakan’ny (HCC). Voalazan’ny And. 31 amin’io didy hitsivolana io olana io fa mihatra avy hatrany io didy hitsivolana io raha ampidirina hanan-kery. Ambaran’ny And. 13 ao amin’ny lalàmpanorenana anefa fa tsy misy olona azo saziana raha tsy araka ny lalàna navoaka hanan-kery alohan’ny nanaovana ilay fihetsika mahavoasazy, izay ilay hoe «Non rétroactivités des lois ». Ny heloka aorian’ny fivoahan’ilay lalàna izany no tena henjehina. Ny fanjakana no manana ny fahefana hanenjika sy hamerina ny vola na harena vokatry ny fanodinkodinam-bolam-panjakana, ny kolikoly, ny famotsiam-bola entina mampihorohoro,….. Azon’ny fanjakana atao avy hatrany ny mihazona ny fananan’ireo izay tratra. Ny fampanoavana no hanenjika ireo voarohirohy amin’ny alalan’ny “Chambre du gel, de la saisie et de la confiscation des avoirs » ho an’ireo ambaratongam-pitsarana mahefa, hamoaka ny didy fihazonana ireo fananana sy volan’ireo izay tratra. Tsy ho azon’iza na iza ampiasaina ireo fananana na vola voatazona. Raha misy kosa ny fahafahana madiodion’ireo izay voarohirohy amin’izany dia haverina aminy tanteraka ny fananany afa tsy ny fitaovam-piadiana sy zava-mahadomelina.

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miverina indray ny delestazyManomboka tezitra vahoaka…

Velon-tairaina ny ankamaroan’ny mponina eto an-dRenivohitra sy ny manodidina satria saika isan’andro no hisiana fahatapahan-jiro amin’ny toerana samihafa. Ao anatin’ny fotoana fanarahana ny Lalaon’ny CAN 2019 anefa isika,

kanefa amin’izany mihitsy matetika no hisiana fahatapahana, ary niseho izany nandritra ny lalaon’ny Barean’i Madagasikara sy ny ekipan’I RD Congo ny alahady teo, toy ny teny amin’ny toerana sasany teny Antananarivo Atsimondrano. Efa niseho tamina toerana maro tamin’ny lalao teo aloha. Naharaisana fitarainana, ohatra, omaly alina ny teny amin’iny faritra Ivato sy Talamaty iny satria mandeha 5minitra eo dia tapaka 15 minitra, hoy ny olona. Maro ny olona no milaza hoe sao dia efa tafahoatra loatra? Sao dia fihantsiana ka miandry vahoaka ho tezitra sy hitraotra vao tena hisy vahaolana maharitra sy mafonja? Nisy moa ny fampitam-baovao nataon’ny Jirama tao amin’ny tambajotran-tseraserany omaly tokony ho tamin’ny 9 ora alina latsaka fa tapaka ny Jiro an’ny faritra sasany toa an’Ambodimita, Andranomena, Ambohibao, Talamaty, Faralaza, Ambohinambo, Ambatolampy, Antanetibe, Imerinafovoany, Ivato,… olana ara-teknika eo amin'ny tambazotra mitondra herinaratra mahery vaika no nambara fa antony. Toa tsy te hahalala izany ny olona, fa miantso vahaolana maharitra satria ny faktiora mitomboka foana ary tsy mba midina fa toa miha midangana hatrany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny firenenaTsy maintsy ovaina ny lalàmpanorenana ?

Hiroso amin’ny fivoriana manokana ireo solombavambahoaka vao voafidy ny talata 16 jolay izao. Ny IRD rahateo no mitarika ny fahazoana maro an’isa eny anivon`ity andrim-panjakana ity.

Ny azo antoka aloha dia tsy maintsy hiroso amin`ny fanaovana fitsapan-kevi-bahoaka mahakasika fanovana ampahany amin’ny lalàmpanorenana ny fitondrana. Sarotra ny hilaza na tsara na ratsy ilay fanovana na fanitsiana tian’ny fitondrana entina. Tsy afaka hitondra fanazavana na fanohanana na fanakianana momba izany amin’izao fotoana izao.  Vonon-kiaro ny lalàmpanorenana tokoa ve ny filohan` ny Repoblika ? Hatreto tokoa dia tombantombana no entina. Moa ve ireo hevitra nivoitra nandritra ny hetsiky ny depiote 73 no hotanterahan’ny filoha Rajoelina ? Inona tokoa moa no nitambaran’ireo depiote tamin’izany fotoana izany ? Fiarovana ny fahamarinana ? Mila fanovana na fanitsiana lalàmpanorenana ve izany ? Na hanao ahoana ny fandrafetana ny fanontaniana mipetraka ho an’ny mpifidy dia tsy maintsy valiana ENY na TSIA. Ny eo amin`ny mpitondra kosa dia tsy maintsy miaro ny politika entiny mitondra ny firenena. Raha te hanatontosa ireo fampanantenany sy ireo velirano nataony ny filohan`ny Repoblika, tsy maintsy miroso amin`ny fitsapan-kevi-bahoaka : hofoanana ny Antenimierandoholona. hapetraka ireo governora isam-paritra ka ho lasa 23 ny isan` ny faritra, hofidiana ny sefom-pokotany… Tsy olana ny manitsy na manova lalàmpanorenana saingy tokony hatao ao anatin` ny fifampidinihana izany. Tsy azo atao maimaika fa mila ifampiresahana amin`ny mpisehatra politika rehetra ary misy ny dingana sy paika arahina. Na i Andry Rajoelina aza dia nanova io lalàmpanorenana io ny 2010 mba tena hifanentana taminy satria nihevitra ny hijanona teo, saingy tratry ny “ni…ni…” ny 2013. Mbola lalàm-pifidianana sy lalàna hahafahany mitazona fahefana no nanonganana an-dRajaonarimampianina izay narovan’ny HCC, ary iny resy tamin’ny fifidianana iny.

 

Marigny A.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pirenenaMiharatsy ny fifandraisan-dRajoelina sy ny Polisy

Tambin-karama tamin’ny fitandroana filaminana na « indemnité de sécurisation » tamin'ny 26 jona teo 10 000Ar isan’olona ho an’ny polisy miisa 500 no tsy nomena, raha ny vaovao azo.

 

Nampanaovina dika mitovin’ny kara-panondrom-pirenena avokoa ireo tokony hahazo azy io, kanefa nanjavona io volabe io fa tsy nozaraina. Maro ny zavatra mampametra-panontaniana ireo polisy toy ny hoe : fa maninona no kolonely miaramila sy jeneraly avy any amin’ny zandarimaria no atao mpikamban’ny kabinetra kanefa mba misy « contrôleur général » na « commissaire » maro eo anivon’ny Polisim-pirenena ? Tena maro ny mahatsapa fanosihosena sy fanaovana ankilabao ny polisy ataon’ny fanjakana Rajoelina. Raha resaka karama dia tamin’ny fitondrana Ravalomanana no nisy fisondrotan-karama nafonja farany. Ankehitriny, mitovitovy amin'ny karamana “lieutenant” ao amin'ny foloalindahy ny karamana “controleur general” an’ny polisim-pirenena. Mifanahantsahana amin’ny karamana “sergent” ny karamana “officier de police”. Nisy fotoana nesorina tamin’izy ireo ny fanamboarana pasipaoro, nofoanana ny PR (Police Routière) satria nolazaina fa mpanotra sy mpanao kolikoly ny polisy. Lasa samy nanao izay tiany teto ary tsy fantatra intsony na efa nisy nampiditra fitaovam-piadiana teto na ahoana satria ny Polisim-pirenena no tena afaka manara-maso sy misava ireny na koa manao « intervention ». Tsy mba nisaorana ny polisy nandritra ilay tatitra 100 andro, fa ny miaramila sy ny zandarimaria ihany no toa fantatry ny filoha. Nandeha ny fampitaovana ho an’ny mpitandro filaminana. An-jatony ireo fiara notsinjaraina, fa ny 24 tamin’ireo ihany no nomena azy ireo ary mandeha lasantsy fa tsy tahaka ny an’ny miaramila sy ny zandary. Mandany be ihany koa satria raha feno solika niala tao “Toamasina” dia teo Moramanga dia efa nirehitra ny “témoin” fa lany ny solika, hoy ny fanamarihana. Ny solika ho an’ireny anefa dia baraingo amin’ny ankapobeny. Tena kisendrasendra ve ireny toe-javatra ireny sa efa fankahalana sy fanaovana ankilabao anay, hoy ireo polisy tafaresaka taminay ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara-mitantana ny nosy EparsaMisy misitery

Efa nanambara ny avy eo anivon’ny firenena mikambana fa mila hajaina ny fiandrianan’ireo firenena voazanaka fahiny efa nomena fahaleovantena.

Nifanindran-dalana tamin’izany moa ny lalàna na “loi d’annexion” mikasika an’i Madagasikara ny 6 aogositra 1896 izay nanambarana fa ao amin’ny fari-dranomasin’i Madagasikara ireo nosy manodidina miisa 5 dia i Europa, Bassas Da India, Juan de Nova, Archipelle de Glorieuses ary i Tromelin. Nisy anefa, raha ny fanadihadiana iray, ny didim-pitondrana mandeha ilan’ny frantsay ny 1 aprily 1960 manala ireo nosy ireo amin’ny Malagasy mba hanaovan’ny frantsay andrana nokleary. Ny didim-pitondrana laharana 78-146 ny 3 febroary 1978 kosa no nametrahana izay ho tany manan-tsata ara-toekarena tanteraka na ZEE. Tamin’io taona io ihany dia niverina nangataka ireo nosy manodidina ny filoham-pirenena, Didier Ratsiraka, ary nandidy ny frantsay ny ONU ny taona 1979 mba hitady izay fomba azo hifanarahana hamerenana ireo nosy ireo ho an’ny Malagasy tanteraka. Raha ny fanadihadiana moa dia manelanelana an’i Mozambika, Tanzania, Seisely ary Madagasikara no misy tanin-tsolika harenan’ireo ranomasina atsimon’ireto firenena ireto. Ho an’i Mozambika, ohatra, ao amin’ny faritr’I Cabo Delgado, dia voalaza fa itoerana gazy hatramin’ny 425 miliara m3. Zambeze, ao amin’ny reniranon’i Rovuma, misy 240 miliara m3. Ho an’i Madagasikara kosa, indrindra,  ny tobin-dranon’i Morondava (bassin de Morondava) dia misy tobin-gazy hatramin’ny 167 miliara m3 ary ny 20 miliara m3 amin’izany dia gazy voajanahary sy tsara kalitao. Misy tahirin-tsolitany 17 miliara barila koa toy ny ao Bemolanga izay misy 2 miliara sy Tsimiroro izay 1,7 miliara ary tantanana orinasa vahiny iray mandritry ny 50 taona miaraka amin’ny 150.000 barily isan’andro. Heverina, araka izany, fa anisan’ny azo ilazana ireo fa misy misitery ny fikirizan’ny frantsay hiara-kitantana ireto nosy ireto.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana kaominaly« Asakasak’izay hilatsaka »

Raha mba ohatry ny baolina kitra ny fandrosoan’ny firenentsika, hoy ny filohan’ny antoko politika Teza, Jean Louis Rakotoamboa,

 dia ho lasa lavitra isika fa ny mampalahelo dia vesarin’ny frantsay ny fifidianana eto amintsika mba hahafahan’i Andry Rajoelina hanao sonia ny fiaraha-mitantana ireo nosy manodidina. Ireny fifidianana rehetra ireny dia efa nomanina sy namboarina araka ny filan’ny frantsay azy na hoe « orchestré » hametrahana ny saribakoliny eto sy ireo depiote hanaiky io fiaraha-mitantana io. Rehefa tsy lanin’ny antenimiera lanim-bahoaka ilay izy dia hidingin-drambo ny frantsay hoe io tokoa fa manaiky ilay fiaraha-mitantana isika. Famadihan-tanindrazana izany satria izao tontolo izao tamin’ny 1979 dia nanaiky fa antsika ireo nosy ireo. Ahoana no hiaraha-mitantana fa maninona raha haverina manontolo amin’ny gasy ? Ireo ve dia tsy haintsika ny mitantana azy irery ? Fanjanahana aminay ny fikirizan’ny frantsay hiara-mitantana ireo nosy ireo, hoy izy. Efa nifanarahana mialoha na hoe “pré-médité” fa Andry Rajoelina no atao lany filoham-pirenena ary antony nilazany io fa tsy maintsy izay no hitranga. Tamin’ny depiote indray dia any Frantsa renimalalany izy no nanambara fa nahazo depiote 80 mahery ary Ravalomanana 20 latsaka kely. Amin’ny 26 jona 2020 izany dia mety ho tonga aty ny filoha frantsay hiteny hoe “mifankatia be isika fa iaraha-mitantana ireo nosy manodidina ireo. Amin’izay angamba dia hoeken’ny depiote izany. Manentana ny vahoaka tsy hanaiky lembenana. Mikasika ny kaominaly dia efa niteny izahay fa tsy mety ny fitsipiky ny demokrasia eto ka asakasak’izay hilatsaka. Hitantsika fa haingon-tsehatra izay nandray anjara ary dia mamangy amin’ny fahoriana ireo izay tsy lany noho io rafitra io, hoy hatrany izy.  

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fihetseham-po tamin’ny BareaOlona 6 namoy ny ainy…

amam-bahona tokoa ny fiainana satria nisy fiantraikany tsara sy toe-javatra somary nanamaloka azy ny fiatrehantsika ny fiadiana izay tompondakan’i Afrika eo amin’ny taranja baolina kitra na ny CAN 2019 tanterahina any Egipta.

 Nahomby hatrany ny ekipam-pirenentsika hatramin’izao ka hirariana ny hitohizan’izany. Miombom-po tanteraka amin’ireo mpilalao ny vahoaka Malagasy tsivakivolo na kely na lehibe. Tsy voatana sy tsy voafehy hatramin’ny fihetseham-po aza indraindray noho ny fientanana sy ny fitiavana, ka izay no anisan’ny nahatonga ny tovolahikely iray namoy ny ainy ny tamin’ireny fifanintsanana isam-bondrona natrehin’ny Barea ireny. Mbola nanamaloka izany teto an-tanindrazana ihany koa ny nisian’ny famoizana ain’olona noho ny fientanam-po diso tafahoatra, ka niteraka fijanonan’ny fitempon’ny fo, ka olona maromaro no tratran’izany, ary namoy ny ainy. Tranga miisa efatra no re teto an-drenivohitra. Namoy ny ainy noho ny fietanam-po ny depiote teo aloha Harijaona Randriarimalala. Nisehoana tranga mitovitovy amin’io ihany koa teny Ankazomanga, ka olona roa no voalaza fa namoy ny ainy. Teny Itaosy ihany koa dia nisy olona iray namoy ny ainy, raha ny vaovao azo. Nentanin-kafaliana tamin’ny baolina matin’i Ibrahim Amada, sady baolina voalohany maty nandritra ny fihaonan’ny Barea an’i Madagasikara sy ny Léopard RDC ihany koa ny sefom-pokontany  ao Begavo 2 Ambanja ka tratry ny tsy fahasalamana tampoka, nitarika ny fahafatesany. Heverina ho fahatapahan’ny lalandra no nahazo azy ireo tamin’ny ankapobeny. Fehiny, tena mampitsanga-mitoetra sy mampitaintaina ny CAN handraisantsika anjara, ka mila homanina sy tezaina ny fo sy ny saina mba ho vonona hisedra izay voka-dalao ho avy eo na hiabo na hiiba satria mbola hiatrika ny dingana ampahahefa-dàlana isika. Miombona alahelo tanteraka amin’ny fianakavian’ireo namoy ny ainy isika, ary maniry mba ho lasan’izay ny ratsy rehetra ary hitohy ny fahombiazan’ny Barean’i Madagasikara.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

ANTENIMIERAM-PIRENENA : “Hametraka tantara vaovao ireo Depiote vao lany”, hoy ny Ffm

Mandrapiandry izany dia maro tamin’izy ireo no nitodidoha avy hatrany namonjy sy nisaotra ireo vahoaka nifidy azy tany amin’ny toerana nilatsahany avy. Hita taratra sahady ao anatin’izany ny fahaizan’izy ireo manaja ny soatoavina maha Malagasy izay nohamafisin’ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy na ny Ffm, fa tokony hotandrovina mandrakariva. Nambaran’ny filoha lefitry ny Ffm avy amin’ny Faritanin’Antsiranana fa hametraka tantara vaovao ireo solombavambahoaka lanim-bahoaka ireo. Tokony hanjaka tanteraka ihany koa, hoy izy, ny fifanankalozan-kevitra mba tena ho lapan’ny demokrasia marina ny eny Tsimbazaza. 

“Samy nanao ny adidiny ary samy hitandro toy ny anaka andriamaso ny sotoavina maha Malagasy, ny fihavanana sy ny fitoniana ka nahavitana tamin’ny antsakany sy andavany ny fifidianana. Voafidy tao anatin’ny maro ianareo noho ny faharesen-dahatry ny vahoaka tamin’ny toky nataonareo. Hijoro sy hiaro ny tombotsoa iombonana hisitrahan’ny vahoaka tsy vaky volo”, hoy ny filoha lefitry ny Ffm avy any Antsiranana raha nanome hafatra ireo solombavambahoaka vaovao. Nohamafisiny ihany koa fa noho izy nametrahan’ny vahoaka fitokisana dia tokony hananan’izy ireo mandrakariva ny fahavononana hamaly ny hetahetam-bahoaka. “Manan-danja loatra izany safidim-bahoaka izany, inoana fa tsy handraraka ilo mby an-doha ianareo fa hitana ny teny nomena ka hijoro sy haneho fahavononana hatrany ho mendrika amin’ny asa aman’andraikitrareo sy ny asa andrasana aminareo”, hoy hatrany izy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DEPIOTE TSARADIA MARCO SY IDEALISON : “Ny Iem irery no lalana hahafahana miroso”

Ireto farany izay nanao pao-droa mihitsy tao amin’ity Distrika ity. Araka ny fanazavana, isan’ireo nanolo-tena ho kandidan’ny Ird ny Depiote Tsaradia Marco, saingy noho ny fandaminana dia nanaiky nilefitra nirotsaka tamin’ny anaran’ny tenany manokana izy ary amin’izao fahalaniany izao dia niditra tanteraka ao anatin’ny vovonana Ird, loharano nipoirany ihany.  “Nanapa-kevitra izahay fa izahay Depiote lany tao Ampanihy dia tsy ho depiote “tsy miankina”   intsony fa IRD”, hoy ny fanambarany. 

Zandriny indrindra…

Solombavambahoaka zandriny indrindra hanokatra ny fivoriana manokana eny amin’ny Antenimieram-pirenena Tsimbazaza i Tsaradia Marco, 31 taona ny lehilahy, efa nanohana ny Filoha Andry Rajoelina hatramin’ny ela ary filohan’ny vovonana mpanohana an’i ANR (Andry Rajoelina) tany Luxemburg sy Belgique nandritra ny fifidianana Filoham-pirenena. Toerana nandratoany fianarana rahateo ireto firenena roa voalaza farany ary tany no nahazoany ny mari-pahaizana ambony ny “Expertise, comptable et audit”. Efa niasa tamin’ny “Cabinet d’audit international” ihany koa izy ary nanapa-kevitra hitondra ny tenin’ny vahoakan’Ampanihy ka nirotsaka ho solombavambahoaka. 

Ankoatra ny maha mpikatroka tao amin’ny antoko Tgv azy teo aloha dia isan’ireo resy lahatra tanteraka amin’ny vina Iem ihany koa izy ary nambarany fa  “zavatra tsy mbola nisy mihitsy teto Madagasikara ny Iem. 

Ny Filoha mitarika antsika dia Filoha tanora indrindra nefa manana vina aty Afrika. Iaraha-mahalala ny finiavany. Ireny velirano 13 nampanantenainy ireny dia ankapobeny fotsiny ihany fa ny pitsopitsony mandrafitra azy tena mafonja dia mafonja, azo ampifanarahana amin’ny zava-misy sy amin’ny vanim-potoana rehetra”. Mbola nohamafisiny koa fa “Ny Iem irery no lalana hahafahana miroso mankany amin’ny fisandratan’ny firenena.”

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

FANITSIANA NY LALANA MIFEHY NY SERASERA : Nihaona tamin’ny mpanao gazety ao Diana sy Sava ny minisitra

Mahakasika ny fakan-kevitra isam-paritany momba ny fanitsiana ny lalàna mifehy ny serasera no anton-dian’izy ireo. Araka izany dia nisy ny fihainoana ireo mpanao gazety namoaka ny heviny. Nahitana ireo mpanao gazety avy ato amin’ny Faritra Diana sy Sava niatrika izany tao amin’ny Alliance Française taty an-toerana. 

Hanatsarana ny tontolon’ ny asa fanaovan-gazety ny antony hanaovana ny fanitsiana, ka izany no antony hanasiana fikitihana satria araka ny nambaran’ny minisitry ny serasera dia " tsy ilay teny niarahana no nivoaka tamin’ny fandaniana nisy teo aloha, na teo aza ny fanoherana". Araka ny voalaza dia fiantohana ho an’ny mpanao gazety ny lalàna vaovao  izay hivoaka sy fiarovana ny mpanao gazety ihany koa. 

Ankoatra izany dia voalaza fa fampiakarana ny lentan’ ny mpanao gazety araka ny tokony ho izy, mba hahaleo tena ny holafitra, indrindra ny hanomezana fahefana bebe kokoa ary koa mba hisitahan’ny minisitera ny fitantanana ny holafitry ny mpanao gazety. Ny tanjona dia ny mba handaniana eo anivon’ny filan-kevitry ny minisitra.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

MISY MANAFINA NY SOLIKA AO MANDRITSARA : Tafiakatra 5000 ariary ny 1 litatra

Raha ny feo niely  nanerana ny tanàna  dia  voalaza fa tezitra  noho ny   fampidinana  ny  vidin-dasantsy  ireo mpivarotra, hany ka na misy aza ny solika dia isany fomba iray azon’izy ireo  hampiakarana ny vidiny ny fanafenana azy.  Mbola tsy  fantatra mazava anefa izay tena fahamarinany   saingy ny zavatra hita omaly dia mbola betsaka ireo olona mitandahatra eny amin’ny tobin-dasantsy hividy  solika.

Raha ny fitarainana voaray avy  amin’ny mpanjifa dia   nilaza ireto farany fa tsy  manan-tsafidy izy ireo  noho ny asa aman-draharaha  izay  tena tsy maintsy   ilàna solika. Ny hany fangatahan’izy ireo anefa dia ny mba hijeren’ny tomponandraikitra   akaiky  ity raharaha ity.  Mahatsiaro  fangirifiriana  loatra ny amin’ny filaharana sy  ny fividianana  izany amin’ny  sarany  lafo dia lafo ny vahoaka any an-toerana. Arahina akaiky ny tohin’ny  raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HARENA AN-KIBON’NY TANY : Nentanin’ny minisitra hanara-dalàna ireo mpandraharaha ao Antsirabe

Niara-dia taminy ny Tale Jeneralin’ny Agence Nationale de l’Or (ANOR), ny Tale Jeneraly mpisolo toerana eo anivon’ny «  Laboratoire National des Industries Extractives  » (LNIE), ny Talen’ny fitantanana ny mpiasa, ny talen’ny harena an-kibon’ny tany mpisolo toerana eto Analamanga ary ny Talen’ny «  Bureau des Cadastres Miniers  » (BCMM) Vakinankaratra. Raha vao tonga tao Antsirabe ny delegasiona notarihin’ny Minisitra Fidiniavo Ravokatra dia nanatanteraka fitsidihana ara-pomba fanajana ny lehiben’ny Faritra.

Nandritra ny fihaonana no niresahan’ny lehiben’ny Faritra ny fisian’ny tetikasa novatsian’ny «  Suisse  » vola. Tetikasa izay nametraka tahirin-kevitra ara-tsosialy sy ara-toekarena ho an’ny Faritra Vakinankaratra ka tafiditra ao anatin’izany ny sehatry ny harena an-kibon’ny tany. Ireo tahirin-kevitra voangona avy any ifotony no hampiakarina ao Antsirabe ary havadika ho saritany. Azon’ny daholobe jerena io saritany io ary indrindra ampiasain’ireo tompon’andraiki-panjakana ao amin’ny Faritra, manampy azy ireo amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra. Nilaza anefa ny lehiben’ny Faritra fa efa tapitra ny taona 2015 io tetikasa io ary nijanona teo amin’ny taona 2014 ny tahirin-kevitra farany. Avy eo, nihazo ny toeram-piasan’ny Talem-paritry ny harena an-kibon’ny tany ao Vakinankaratra ny delegasion’ny Minisitera foibe. Nandritra izany dia hita fa manana trano ny Minisitera saingy tsy misy mpiasa miasa. Manoloana izany, nanome vahaolana ny minisitra fa “hamboarina ny fomba fiasa eo anivon’io sampandraharaham-paritra io.

Hapetraka eto Vakinankaratra ny rantsamangaikan’ny Minisitera foibe, toy ny ANOR sy ny Polisin’ny harena an-kibon’ny tany mba hanara-maso sy hanentana ireo mpisehatra rehetra amin’ny harena an-kibon’ny tany hiditra amin’ny ara-dalàna sy hanaja ny lalàna velona”. Ankoatra izay, nitsidika toerana efatra ny minisitry ny harena an- kibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika nandritra izao fandalovany tao Antsirabe izao  : toeram-panodinana vato miisa roa, mpivarotra firavaka ary tsenam-bato tao amin’ny Cercle Mess Antsirabe. Ireo toerana notsidihana ireo izay hiasan’ny mpandraharaha Malagasy madinika amin’ny sehatry ny harena an-kibon’ny tany. Taorian’izany rehetra izany, nitafa tamin’ny mpanao gazety avy ao an-toerana ny minisitra Fidiniavo Ravokatra ary nanamafy ny antso avo tamin’ireo mpitrandraka, mpandraharaha sy izay rehetra misehatra amin’ny harena an-kibon’ny tany “mba hanara-dalàna indrindra fa ho an’ireo mbola miasa amin’ny sehatra tsy ara-dalàna”.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIP TOAMASINA : Nahazo trano fiasana vaovao izay notokanana ny andron’ny zoma teo

Natao nandritra ity lanonana fitokanana ity ihany koa ny fanomezana ireo fiara natokana ho an’ny polisim-pirenena entina hiasana sy hiadiana amin’ny tsy filaminam-bahoaka eto Toamasina avy amin’ny fanjakana. Ny minisitry ny filaminam-bahoaka sy ny tale jeneralin’ny polisy no nitokana sy nanolotra ireo fitaovana entin’ny polisy miasa ao Toamasina ireo. Ankoatra izay dia napetraka tamin’ny fomba ofisialy ihany koa ireo talem-paritry ny polisy ao Analanjirofo sy Atsinanana ary Alaotra Mangoro. 

Noho ny fandaminana dia nahazo tale vaovao hisahana ny asa filaminana ny ao Analanjirofo ka ny Jly Lerika Rasolofomanana Liva Stéphan no misahana izany nanomboka ny zoma teo. Teo aloha mantsy dia ny talem-paritra Atsinanana ihany no nisahana izany dia izao nahazo talem-paritra vaovao sy voalohany amin’ny tantaran’ny polisim-pirenena. Ny Jly Rabenilaosana ao Alaotra Mangoro sy ny Jly Ramampandry Nicolas ho an’ny Faritra Atsinanana. 

Ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana, ny ady amin’ny kolikoly, ary ny ady amin’ny tsy fanarahan-dalàn’ny polisy no tanjon’ny polisim-pirenena amin’izao, ka isan’izany ny ao Toamasina izay antony nametrahana sy namerenana ireo talem-paritry ny polisy eto Toamasina. Mamporisika ny tanora Malagasy mba ho sahy hiatrika ny fifaninanana hidirana polisy koa ny polisim-pirenena, satria raha ny isan’ny polisy 9.200 misy ankehitriny dia mbola tsy ampy hisahana an’i Madagasikara  sy eny anivon’ny fiarahamonina amin’ny resaka filaminam-bahoaka.

TH

Ino Vaovao0 partages

DELESTAZY AO VONDROZO : Manambana ny handoro ny Jirama ao an-toerana ny vahoaka

Tapaka ny   jiro ary tsy afaka nijery ara-dalàna hatramin’ny farany  ireo mponina tao amin’ny  Fokontany Mangarivotra Distrikan’i Vondrozo. Nampirehitra ny hatezeran’ny rehetra  ny zava-niseho ka  niafara tamin’ny  fitokonana teo ambavahadin’ny Jirama. Raikitra ny tabataba sy tora-bato  no sady samy naneho  ny hatezerany  daholo   ny  mponina. Saika niafara tamin’ny  fandoroana ny  tranoben’ny  Jirama mihitsy aza  ny  raharaha raha toa ka efa   tafavory  marobe ny  vahoaka ary nirohotra nankeny an-toerana, mba hangataka fanazavana momba ny fahatapahana lavareny. 

Raha ny  fanampim-panazavana  voaray  ihany dia voalaza fa  efa nanomboka tamin’ny faramparan’ny volana jona  no nanao tohivakana ny  fahatapahana  izay maharitra ora maromaro izany. Tsy  fantatry ny mpanjifa anefa  izay  tena fototry ny  olana  ka  nahatonga  ny delestazy   ary nanamafy  ny fangataham-bahaolana ny vahoaka satria dia mahatsiaro mijaly.  Nanambana ny handoro ny Jirama ao an-toerana sy hanakorontana kosa anefa izy ireo raha tsy misy  ny fandraisan’andraikitra. 

Nandritra  ny fifampiresahana    tamin’io alahady  io ihany dia  nanambara ny solontenan’ny  mpiasa tao amin’ny orinasa Jirama fa “vokatry ny fahasimban’ny milina  mpamokatra herinaratra 50kw  izay  efa nanomboka tamin’ny  faha 28 jona no antony goavana  nampanahirana azy ireo  tamin’ny famatsiana. Andalam-panamboarana  ny fitaovana  izy ireo  hatreto  ary  mitady vahaolana toy ny  fangatahana  milina vaovao  ka manentana ny  fokonolona  ireto farany mba ho  tony sy  hiandry am-pilaminana ny fanamboarana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANGATAHANA FAMOTSORAN-KELOKA : Sarotra ny mandinika ny antontan-taratasin’ireo miaramila

Tsy maintsy mandalo antanantohatra maro vao mahazo famotsoran-keloka ireo olona mangataka izany. Ny filankevitry ny fampihavanana Malagasy no rafitra tokana nomen’ny lalàna fahefana afaka mandinika ny trangan’ireo olona tsirairay amin’ny alalan’ny fanateran’izy ireo ny antontan-taratasiny mangataka famotsoran-keloka sy famelan-keloka. Ireo rehetra voaenjika noho ny raharaha politika ihany no manan-jo hangataka izany. Hatreto mbola manao tohy vakana ny fahazoan’ny eo anivon’ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy ireo antontan-taratasy mangataka famotsoran-keloka.

Mitohy tahaka izany ihany koa ny fandinihan’izy ireo, izay antontan-taratasy voarainy. Misy amin’ireo dosie no tsy maintsy asiana fandinihana indroa miantaona mialohan’ny hanomezana ny famotsoran-keloka. Araka ny fanazavana noentin’ny mpikamban’ny Ffm avy any amin’ny Faritr’i Melaky dia somary mananosarotra kokoa ny fandinihana ny antonta-ntaratasy ho an’ireo miaramila raha miohatra ny an’ireo mpanao politika. “Mikasika ny fangatahana famotsoran-keloka dia maro ireo dosie mandeha. Ny sasany amin’izy ireo tsy maintsy hodinihina fanindroany, satria ny fakana fanapahan-kevitra dia tsy maintsy mbola hanaovana fanadihadiana lalina. Ny an’ny miaramila dia somary mananosarotra ihany, satria tsy maintsy dinihina ao raha iraka sy baiko na tsia. Io no mahasarotra ny fanadihadiana”. Izay raha fintinina ny fanazavana noentin’ny mpikamban’ny Ffm avy any amin’ny Faritra Melaky. Raha tsiahivina dia efa nisy ireo mpanao politika efa nahazo famotsoran-keloka ka anisan’izany ny Praiminisitra teo aloha, Andrianarivo Tantely. Ankoatry ny fanomezana famotsoran-keloka dia nambarany ihany koa fa sahanin’ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy amin’izao ny fijerena manokana ny fametrahana ny dina manerana ny Faritra. Tanjona ny fampanjakana ny filaminana sy ny fandriampahalemana.

“Ny dina tsy azo alain-tahaka fa mitovitovy ny dina hampiharina isaky ny Faritra. Ny an’i Bongolava sy Melaky no mitovy ny fampiharana azy fa raha ho an’i Fianarantsoa sy Betsiboka, ohatra, dia samy hafa ny fitantanana azy. Ny Ffm, ny mpiray dina ary ny mpitantana ny fitandroana ny filaminana no tompon’andraikitra miara-miasa, eo ihany koa ny solombavambahoaka”, hoy hatrany ny fanazavana.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Antilin’i Madagasikara - 130 ans dans la promotion de l’éducation

 En 2023, l’association scoutisme au sein de l’église catholique de Madagascar ou « Antilin’i Madagasikara » célèbrera ses 130 d’existence. Une célébration qui sera entamée cette année à travers un projet pilote concernant la promotion de l’éducation spirituelle au sein de l’association. Cette décision a été prise durant la visite du parrain de l’Association scoutisme internationale au sein de l’église catholique dans le pays. D’après le responsable au sein de l’Antilin’i Madagasikara, ce projet de témoignage a pour objectif de réunir tous les anciens membres, les leaders qui se sont succédé durant ces années ainsi que les prêtres et les religieuses qui ont déjà vécu dans cette association.

Ils seront conviés afin d’intégrer le comité d’organisation de ce jubilé. L’association Antilin’i Madagasikara est membre de l’Organisation mondiale du mouvement scout, par le biais de la fédération du scoutisme à Madagascar. Afin de contribuer au développement des jeunes, elle met en avant la pédagogie du projet, la vie en petits groupes, la progression personnelle. Créés en 1923 sous le nom de scouts de France de Madagascar, les scouts catholiques malgaches ont pris l’appellation de Antilin’i Madagasikara à l’assemblée générale de 1957. Présents dans tout Madagascar, les jeunes garçons sont répartis en 4 branches : Lovitao (louveteaux) âgés de 8 à 11 ans, Mpianjoria (scouts) âgés de 12 à 15 ans, Mpamakilay (pionniers) âgés de 15 à 17 ans et enfin les Mpiandalana (routiers) âgés de18 à 21 ans. L’association contribue à l’éducation intégrale des jeunes garçons en les aidant à développer et à exploiter pleinement leur potentiel physique, intellectuel, social, spirituel, émotionnel, pour les éduquer à former leur caractère en tant qu’individu citoyen responsable.

Les actions menées par les scouts auprès de la population sont en général des activités de développement communautaires (assainissement, réhabilitation de bâtiments, etc.) réalisées en partenariat avec les paroisses. Le District de Toamasina réalise un programme d’alphabétisation auprès de la population rurale.

Recueillis par Anatra R.

 

La Vérité0 partages

Société Mzara - Manger du manioc autrement

Une plante incontournable dans les plats malagasy. Le groupe Mzara transforme le manioc en chips pour éviter les gaspillages. C’est dans ce cadre qu’il a lancé le célèbre projet « Karepoka » en 2018. « Nous avons remarqué que le manioc n’est pas suffisamment écoulé sur le marché durant la période des récoltes. Pourtant, cette plante est largement transformable en produits dérivés comme l’éthanol, le sachet et bien d’autres encore. Nous avons alors eu l’idée de transformer le manioc en chips afin de le proposer sous un autre aspect aux consommateurs », explique Manoa Rakotomiaranjato, responsable du développement du projet et des activités.

Non seulement, le manioc apporte beaucoup plus de valeur ajoutée mais les cultivateurs peuvent écouler facilement leur plante grâce à cette transformation. Ainsi, la startup s’approvisionne jusqu’à 35 kg de manioc par mois auprès des agriculteurs locaux.

En parallèle à cela, l’équipe de Mzara prône l’alimentation saine. En effet, Karepoka sont des chips à base de manioc, 100 % naturel, sans conservateur ni additif chimique. « Le manioc possède plusieurs vertus. Cependant, les consommateurs pensent que les produits locaux sont toujours de mauvaise qualité. Afin de démentir ce préjugé, nous essayons d’instaurer la notion de qualité à la fois au niveau de la transformation ainsi qu’à celui des compétences. C’est aussi une autre façon d’apporter une vision positive sur les produits « Vita Malagasy », poursuit-il.

A titre d’information, le projet a été dévoilé au grand public lors du concours « Fihariana contest », lancé en septembre dernier par le Président de la République Andry Rajoelina. D’ailleurs, l’équipe représentée par Mitia Hairanto Rafieferana se trouvait dans le Top 3. Elle a bénéficié d’un financement de 18 728 000 ariary de la part du Chef de l’Etat. Malgré cette victoire, le groupe Mzara envisage d’élargir son activité de transformation du manioc en d’autres produits comme le champignon.

Solange Heriniaina

 

La Vérité0 partages

Météo de la semaine - Un temps assez clair

La prévision météorologique pour cette semaine s’annonce positive.  D’après les informations communiquées par la Direction générale de la Météorologie (DGM), un flux variable et sec influence le temps à Madagascar. « Le temps restera généralement sec même si des cumuls de précipitations faibles à modérées (25 à 75 mm) sont prévus. Cela concerne notamment les Districts d’Antalaha, Mananara-Nord, Soanierana Ivongo, Sainte-Marie, Fenoarivo Atsinanana, Vavatenina, Toamasina et Vohibinany », informe la Météo Madagascar.

Particulièrement ce jour, un temps ensoleillé est attendu. Mais à partir de demain, le soleil disparaîtra progressivement. De ce fait, des pluies assez faibles sont prévues sur le littoral centre Est de l’île. Cependant, elles ne persisteront pas longtemps. Des averses arroseront également Sambirano et ses alentours. Les habitants des Hautes-terres et de la partie Ouest et Sud de l’île dont les chauffeurs routiers doivent être vigilants. Des brouillards matinaux persisteront vers la fin de la semaine. « Les températures sont stationnaires. Le matin, elle sera comprise entre 6 et 22°C et l’après-midi, le thermomètre affichera entre 19 et 33°C », indique la DGM.

Pour la semaine prochaine, la population devra par contre s’attendre à des précipitations dans la partie du littoral Est. Des cumuls de précipitations modérées entre 75 à 100 mm sont prévus pour les Districts de Sainte-Marie, Vohipeno, Farafangana et Vangaindrano. Quant aux Districts d’Antalaha, Mananara-Avaratra, Soanierana-Ivongo, Fenoarivo Atsinanana, Toamasina, Vohibinany, Mananjary, Manakara et Vondrozo, des pluies faibles à modérées y sont attendues, avec une pluviométrie comprise entre 50 et 75 mm.

Recueillis par K.R.

 

La Vérité0 partages

Selon la loi - L’opposition officielle doit émaner de l’Assemblée nationale

Après la sortie des résultats définitifs de l’élection législative, les opposants essaient de se positionner au mieux face à la nouvelle configuration du paysage politique du pays. Le TIM fut le premier à réagir en se déclarant officiellement de l’opposition. Une déclaration faite visiblement en vue de voir son fondateur, Marc Ravalomanana, désigné chef de l’opposition officiel. Un titre qui confère au détenteur un certain nombre de droits, avantages et prérogatives et qui le place pratiquement au rang de vice-président de l’Assemblée nationale.

 

Cette déclaration du TIM a provoqué les réactions d’autres personnalités qui, se déclarant également de l’opposition, prétendent avoir droit au chapitre. Certaines de ces dernières n’ont cependant aucun député au sein de la nouvelle Assemblée  nationale. Or, si l’on s’en tient aux dispositions de la loi n°2011 – 013 du 9 septembre 2011 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition, il apparaît que l’opposition officielle dont il est question, plus précisément celle qui est habilitée à désigner le chef de l’opposition officiel, doit impérativement émaner de la Chambre basse.

Les premiers articles de la loi suscitée peuvent, certes, prêter à confusion. Le parti ou le groupe politique d’opposition y sont seulement définis en effet comme étant  « tout parti légalement constitué ou groupe politique et qui développe pour l’essentiel des positions et des opinions différentes de celles du Gouvernement ». Les seules conditions posées pour être reconnu comme de l’opposition officielle étant la déclaration officielle et publique en ce sens qui doit être enregistrée au ministère de l’Intérieur (article 2), ainsi que la disposition par le parti en question  « d’un programme fondamental fixant son idéologie, d’un plan d’action régissant ses activités dans le cadre de la réalisation des décisions de son dernier congrès » (article 3). Jusque là, la loi ne fait à aucun moment allusion à l’Assemblée nationale.

Il faut attendre l’article 6 pour que toute ambigüité soit écartée. Cet article lie en effet étroitement la désignation du chef de l’opposition officiel à l’élection législative. L’alinéa 1 dispose que cette désignation sera faite « après chaque élection législative », tandis que l’alinéa 2, plus explicite,  édicte que, en cas de désaccord entre les groupes politiques remplissant les conditions exigées par l’article 2, « le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme chef de l’opposition officiel ». Cette dernière disposition, en faisant intervenir les suffrages exprimés lors de l’élection législative comme seul critère d’arbitrage d’un éventuel désaccord, indique clairement que les discussions impliquent exclusivement les partis ou groupes de partis ayant placé des députés au sein de l’Assemblée nationale.

Il reste cependant que le chef de l’opposition officiel peut très bien ne pas être un élu de la Chambre basse. Un cas de figure évoqué par l’alinéa 4 de ce même article 3 selon lequel « si le chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée nationale ». L’espoir, très ténu, des chefs de parti d’opposition n’ayant aucun député -  ou de simples personnalités politiques d’opposition d’ailleurs  -  est donc d’être désigné chef de l’opposition officiel par un groupe politique présent à Tsimbazaza. Encore faut-il que le total des suffrages obtenus par cette coalition postélectorale soit supérieur au suffrage obtenu par le TIM.

Hery Mampionona

La Vérité0 partages

CAN 2019 - L'équipe des Barea inspire les commerçants

Les Barea sont partout et on ne parle plus que d'eux depuis maintenant quelques semaines. « Alefa Barea », c'est devenu un slogan dans tout le pays car tout le monde est actuellement dans l'esprit de la Coupe d'Afrique des Nations. Tous les Malagasy, résidents ou non dans la Grande île, soutiennent en effet l'équipe nationale qui arrive en quarts de finale de cette compétition sportive. Un engouement sans limite pour les supporteurs qui essaient d'afficher leur soutien pour l'équipe, notamment dans les réseaux sociaux - à travers les photos et publications -, ou en portant les maillots des Barea et bien d'autres gestes. Mais surtout, l'équipe de Madagascar inspire aujourd'hui les commerçants.

Plus précisément, des produits dérivés sur lesquels est inscrit le nom de la formation sont vendus partout. Et les producteurs n'ont pas pris du temps pour façonner divers objets aux couleurs des Barea. Briquets, colliers, housse pour téléphone, chargeur de téléphone et bien sûr divers t-shirts ont été conçus et commercialisés pour supporter l'équipe nationale. Et même les vernis à ongles sont aux couleurs des Barea, sans parler des menus dans les restaurants qui portent le nom de l'équipe : Burger spécial Barea, Menu spécial Barea et bien d'autres appellations. Effectivement, les commerçants profitent de cet engouement pour pouvoir vendre plus et gagner beaucoup d'argent.

« Depuis le début de la CAN, surtout quand l'équipe malagasy a gagné pour la première fois, porter des choses sur lesquelles est inscrit le nom Barea est devenu une mode. Maillots, survêtements, t-shirts et même des autocollants sont vendus partout. Dans notre petite entreprise, nous avons conçu une bonne centaine de maillots et heureusement, ils se vendent comme des petits pains. Nous fabriquons ces produits notamment pour ceux qui n'ont pas les moyens d'acheter le vrai maillot des Barea. Il faut savoir qu'il n'est quand même pas à la portée de toutes les bourses », explique Rijamanitra, propriétaire d'une société de sérigraphie à Ankadimbahoaka.

Des maillots de toutes sortes

En effet, des « faux » maillots des Barea circulent partout et cela ne fait pas plaisir à tout le monde. Il faut noter que les vrais maillots des équipes nationales ou ligues coutent très « cher », notamment 100 euros dans les sites officiels des clubs. A Madagascar, un maillot « vrai » ne coûte même pas la moitié de son prix normal. Et pourtant, beaucoup se plaignent encore du prix. Effectivement, un maillot authentique est vendu à 85 000 ariary. Les faux, de leur côté, se vendent de 30 000 à 80 000 ariary l'unité pour les adultes et de 10 000 jusqu'à 30 000 ariary pour les enfants. Il existe également des maillots importés « made in Thaïland » et China qui sont vendus à des prix presque identiques à ceux des originaux. Cependant, leur qualité laisse toujours à désirer.

Toutefois, la moindre des choses est de faire un effort pour acheter un vrai maillot des Barea. C'est un geste de soutien pour l'équipe et le football malagasy. Par contre, les vêtements, à l'exception des faux maillots utilisant les logos Garman et Adidas, ne devraient pas être interdits car c'est aussi une forme de soutien pour l'équipe. Quoi qu'il en soit, l'effet « Alefa Barea » n'est pas prêt de s'atténuer. Dernièrement, un concours de gâteau « Alefa Barea » a été organisé par Thierry Food Solutions, un spécialiste en pâtisserie et en décorations de gâteaux, ingrédients, outils et accessoires. Des chefs d'œuvres réalisés par des pâtissiers ont ouvert l'appétit et l'inspiration des amoureux de la gastronomie.  

T.A.

La Vérité0 partages

Coupe d'Afrique des Nations 2019 - Les Barea empochent 1 million de dollars !

Le beau parcours des Barea à la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019 leur fait générer des primes. Avant le match de demain contre la Tunisie et suite à sa victoire retentissante en huitièmes de finale face à la RD Congo, l'équipe nationale malagasy a déjà dans sa caisse la bagatelle somme de 1 million de $ (724.200.000 ariary). C'est le montant de la prime allouée par la Confédération africaine de football  (CAF) aux quarts des finalistes de la CAN. Le succès en huitièmes de finale a fait ainsi de la bande à Faneva Ima, la première formation malagasy « millionnaire en dollar ».  

Cette prime de la CAF augmente au fur et à mesure des étapes franchies par les équipes participantes. Les 24 sélections qualifiées à la CAN ont chacune reçu « virtuellement » 600.000$. Les huitièmes de finalistes ont empoché 600.000$ et les huit formations en compétition pour le carré final reçoivent ce million de dollars. Une qualification à ce stade de la compétition permettra aux équipes de gagner 1.500.000$ et  500.000$ en plus pour la finaliste. Le vainqueur de la compétition quant à lui touchera le jackpot avoisinant les 4,5 millions $, soit un million de$ de plus que le Cameroun, vainqueur de la dernière édition, avait touché en 2017.

Du beau pactole que les équipes nationales et leur fédération respective décident de la destination. Pour le cas de Madagascar, aucune information officielle n'est pour l'instant disponible. Mais des bribes d'informations relèvent que la somme collectée sera partagée entre la fédération nationale, ou plutôt le comité de normalisation, et les joueurs ainsi que le staff. Cette source avance qu'un deal aurait été signé entre le comité et les joueurs à la CAN désignant ces derniers bénéficiaires de 60% de la prime.

A noter que les joueurs locaux non sélectionnés pour la phase finale de la CAN mais qui ont participé activement à la phase éliminatoire ont eux aussi obtenu des primes. C'est le club des partenaires qui a payé les primes de qualification de ces éléments, les grands oubliés du comité de normalisation. C'est aussi le club des partenaires qui a pris en charge les 50% des primes de qualification à la CAN de tous les joueurs, locaux ou expatriés, non payés également par le comité de normalisation…

Par ailleurs, d'autres primes émanant des entités publiques que privées pourraient également tomber dans l'escarcelle des Barea de Madagascar. Pour l'instant, aucune communication n'a été faite sur le montant des primes que ces bienfaiteurs comptent allouer aux Barea. Mais il est certain qu'avec la belle performance réalisée par la sélection nationale à sa toute première participation à une phase finale de la CAN, les primes seront conséquentes.

La rédaction

La Vérité0 partages

Anosizato - Trois frères violent une femme enceinte et tabassent le mari

La victime est enceinte de deux mois et elle était violée par trois hommes. Ces derniers s’en étaient pris violemment à parti son mari. Une fois que ce dernier a perdu connaissance, les agresseurs l’ont jeté dans un caniveau. Ces faits remontent vers 20h30 le soir du dimanche du 16 juin dernier.  Les bandits n’ont laissé partir la dame que vers 2h du matin. Quelques heures après leurs mésaventures, le couple a porté plainte auprès de la Sûreté urbaine d’Antananarivo de la police à Tsaralalàna.

 

Plus récemment, précisément le dimanche 7 juillet dernier, l’un des trois suspects fut interpellé à Anosizato. Car dans sa plainte, la femme a affirmé s’être parfaitement remémorée des traits de ses violeurs, qui n’ont même pas pris le soin de les masquer. Dès le début de l’enquête, les domiciles des suspects ont été connus.  Du coup,  les Forces de l’ordre s’étaient dépêchées sur place. Mais elles n’ont pu surprendre aucun des agresseurs. Ce n’était donc que dans l’après-midi du 7 juillet que la Police ait pu finalement retrouver les traces des assaillants, et ce, grâce à un renseignement fourni par un informateur.

D’après ce renseignement, les trois suspects que la Police recherche étaient en train de suivre un combat de coqs ce dimanche après-midi-là à Anosizato.  Les limiers s’étaient donc rapidement rendus sur place. A leur arrivée à l’endroit, ils ont pu capturer un suspect si les deux autres ont réussi à prendre rapidement la poudre d’escampette.

 Le soir de ce dimanche 16 juin donc, les époux étaient sur le chemin qui mène chez eux dans le quartier de Namontana. A ce moment les trois agresseurs les ont pris discrètement en filature. Lorsque le couple arrive au niveau d’un endroit plutôt désert, les trois individus lui ont barré le chemin. Ils ont tabassé le mari qui a fini par  perdre connaissance sous les coups,  avant qu’ils ne jettent son corps dans cette canalisation. Quant à la dame, ils l’ont entraînée non loin de là pour abuser d’elle, et ce, durant plusieurs heures. Le suspect arrêté aura à répondre de ses actes devant le Parquet. Quant à ses acolytes, ils sont encore activement recherchés. A noter que les violeurs sont  tous les membres d’une fratrie.

Franck Roland

La Vérité0 partages

Recadrage nécessaire

Le calendrier scolaire de Paul Rabary crée des vagues. Parents d'élèves, professionnels de l'éducation, observateurs de tout bord et d'autres dont de simples citoyens  émettent des objections à considérer. Le ministre de l'Education nationale, sous l'ère Paul Rabary, confectionna un nouveau programme scolaire dans le cadre du Plan sectoriel de l'éducation (PSE) et  qui entra progressivement en vigueur dès cette année scolaire 2018-2019. Avec la contribution matérielle et technique des Partenaires financiers et techniques (PTF), l'équipe du MEN a élaboré en vertu du PSE un document de Cadre d'orientation et d'organisation du curriculum malagasy (COOCM).

 

En gros, les bases du PSE consistent essentiellement en trois grands axes. En premier lieu, maitriser la notion fondamentale de la lecture. Ensuite, apprivoiser le mécanisme de base de l'écriture. Et enfin, maitriser les arcanes de base des mathématiques. Et tout cela au bout des trois premières années d'études de perfectionnements scientifiques de l'éducation à la citoyenneté et environnementales puis de la disposition des connaissances et des capacités requises pour apprendre tout au long de la vie. Les changements sont axés sur la structure de l'éducation qui sera basée sur une éducation fondamentale de 9 ans afin de respecter l'engagement dans le monde professionnel à partir de 15 ans.

Jusque- là, d'aucuns n'y trouvent de quoi à s'inquiéter ni d'inconvénients. Les trois axes fondamentaux du COOCM répondent parfaitement aux attentes et aux besoins des enfants malagasy. Encore faudrait-il avoir un solide programme de scolarisation à la base. Le problème récurrent de l'éducation à Madagascar se  repose d'abord sur la capacité à convaincre les parents d'envoyer leurs enfants à l'école. C'est un défi difficilement relevé dans un pays comme le nôtre. En dépit des efforts entrepris par les régimes successifs, le taux de scolarisation demeure à un niveau dérisoire. L'un des plus bas en Afrique. Rien qu'à voir ces badauds en âge de scolarisation par centaine voire par millier qui grouillent, même en plein centre de la Capitale, dans les marchés d'Analakely, d'Andravoahangy ou d'Isotry.  Presque tous les ministres qui se sont succédé à la « Trano boribory » à Anosy ont tous échoué.

Ce document cadre n'a rien de répréhensible mais là où le bât blesse c'est que dans le cadre de ce nouveau plan, le calendrier scolaire subit des modifications profondes. Désormais, il s'étalera de mars à novembre. Certes, des raisons apparemment logiques expliquent le changement. Entre autres, les périodes de pluie et celles de soudure qu'il fallait éviter. Seulement, on devait prendre en considération d'autres motifs beaucoup plus sensibles et plus sérieux.

De mars à novembre, les élèves feront face aux hivers rudes des hauts plateaux et des chaleurs torrides de la côte. Mais la raison majeure qui amène les parents à avoir des soucis avec ce nouveau programme se situe au fait qu'il va accentuer le déséquilibre entre pauvres et riches dans la mesure où les familles aisées dont les tenants du pouvoir vont inscrire leurs progénitures ailleurs sous d'autres cieux. Tandis que les familles moyennes et surtout celles en difficulté se contenteront des études sur place étant donné que le calendrier scolaire et universitaire local est en décalage avec ceux en vigueur ailleurs.

Enfermé dans un tour d'ivoire, l'éducation des enfants du peuple n'aura pas la chance d'évoluer. Un recadrage s'avère nécessaire !

Ndrianaivo

Madagate0 partages

Jaona Elite. Nodimandry tampoka ny 7 Jolay 2019

Midi Madagasikara0 partages

Football – CAN Orange Kitra : Confirmation des grands clubs

Les nom des huit équipes qui ont validé leur ticket pour les quarts de finale du tournoi CAN Orange Kitra sont désormais connus. Les grands clubs d’Antananarivo n’ont pas raté leurs rencontres, lors des huitièmes de finale qui ont eu lieu ce week-end, au Stade Municipal de Mahamasina. Parmi les matchs inédits, la rencontre entre les joueurs du RMD, portant le nom de Namibie, et l’équipe du Héro Foot de l’Angola. Après être restés sur un score nul, les deux protagonistes se sont retrouvés en séance de tirs au but, où la RMD a arraché la victoire (7-6). De l’autre côté, après avoir été qualifiés en premier pour les huitièmes, les Elites du Sénégal continuent leur chemin. Cette équipe d’Andoharanofotsy s’est imposée face à Mandrangombato (Zimbabwe), sur le score de 2 à 0. Il y a également le Net Foot (Nigeria), qui a eu raison de FIVE FC (Kenya), sur un score de 3 à 2, et qui jouera la prochaine étape. Quant au FC Morarano (Algérie), ses joueurs ont pu réaliser un petit exploit face à l’AS MIA (RDC), sur le score de 2 buts à 0. Les quarts de finale se dérouleront ce samedi au stade d’Elgeco Plus By-Pass. Une réunion technique aura lieu aujourd’hui, ainsi que le tirage pour les équipes qui vont se rencontrer.

Les autres résultats

CF TFC (Mali) # FC TALENTS (Afrique du Sud) 1-0

MI 20 FC (Cameroun) # US PRO Académie (Tunisie) 1-0

FC NHISI (Burundi) # RFB ZAMIA (Bénin) 3-1

SAB NAM (Guinée) # Garage Radom (Ouganda) 1-0

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Eglise catholique : Le pape François nomme deux évêques

Deux évêques viennent d’être nommés par le pape, au sein de l’église catholique romaine à Madagascar. Il s’agit du père Jean Pascal Andriantsoavina, nommé évêque auxiliaire de l’archidiocèse d’Antananarivo et du Mgr Rosario Saro Vella, S.D.B. nommé évêque du diocèse de Moramanga, en le transférant de l’église particulière d’Ambanja. L’évêque de 67 ans, d’origine italienne, compte actuellement 40 années de sacerdoce, étant ordonné prêtre en 1979. Arrivé à Madagascar en 1981, il a assuré plusieurs responsabilités : curé à Ankililoaka dans l’archidiocèse de Toliara de 1982 à 1995 ; curé de la paroisse et du district de Betafo, diocèse d’Antsirabe, de 1995 à 2004 (il a également été le père supérieur de la communauté des Salésiens de cette même localité) ; curé et directeur de la communauté salésienne de Bemaneviky, diocèse d’Ambanja,  de 2004 à 2007. C’est dans cette même localité qu’il fut nommé évêque en novembre 2007 en recevant l’ordination épiscopale le 16 décembre 2007. Il a ainsi exercé onze années d’épiscopat à Ambanja. Au sein de la conférence des évêques de Madagascar, il assure la présidence de la commission pour les séminaires.

Quant au père Jean Pascal Andriantsoavina, nouvel évêque auxiliaire de Moramanga, il était le curé de la paroisse Notre Dame de l’Assomption Imerinafovoany. Agé de 50 ans, il fut ordonné prêtre en 2000, après un parcours tout tracé. D’abord au petit séminaire d’Antananarivo, puis accueilli en 1991 au Séminaire Propédeutique, et en 1992 au Grand séminaire de philosophie à Antsirabe. En 1997, il entre au Grand séminaire diocésain d’Antananarivo où il conclut les études théologiques et fut ordonné prêtre par la suite. Successivement, plusieurs tâches lui sont confiées : vicaire de la paroisse de la cathédrale d’Andohalo Antananarivo de 2000 à 2001, puis aumônier du Mouvement Eucharistique des Jeunes (MEJ) d’Antananarivo, de 2000 à fin 2003,ensuite il part étudier à l’Institut Pontifical Biblique de Rome où il obtient en 2007 la licence en Ecriture Sainte. La même année, on lui confie jusqu’en 2011, la responsabilité de préfet des études du Grand séminaire d’Antsirabe et de professeur d’Ecriture Sainte et des langues anciennes (hébreux et grecque) au Grand séminaire d’Antsirabe et de Faliarivo, ainsi qu’à l’Université Catholique d’Ambatoroka. Puis il est nommé Recteur du Grand séminaire interdiocésain de philosophie d’Antsirabe où il restera jusqu’en 2018 pour être nommé curé à Imerinafovoany. Désormais, c’est à une nouvelle responsabilité d’évêque auxiliaire à Moramanga qu’il se consacrera.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Un esprit de cohésion etde solidarité à conserver

Un jour après cette qualification historique pour les quarts de finale, les Malgaches ont l’impression de se trouver sur un petit nuage rose. Les images colportées sur les réseaux sociaux parlent d’elles-mêmes. Ce sentiment d’unité et de fierté  est un trésor qu’il faudra capitaliser. Mais en attendant, aucun d’entre eux n’y pense véritablement. C’est vers ce rendez-vous de jeudi prochain que leurs esprits se tournent. Tunisie ou Côte d’Ivoire, peu importe l’adversaire, il sera bon à prendre et notre équipe se conduira comme elle l’a toujours fait, avec calme et détermination.

Un esprit de cohésion etde solidarité à conserver

Ceux qui ne sont pas Malgaches s’étonnent de cette réussite des Barea. Les spécialistes ne leur donnaient à chaque fois que peu de chance de résister à leur adversaire. Ils ont  d’abord crié au miracle, puis les commentaires se sont faits un peu plus respectueux. Ils ont commencé à disséquer le jeu et ont trouvé des qualités à nos joueurs. Un élan de sympathie est né, mais certains commentateurs étaient encore peu convaincus de la faculté des Malgaches à passer le cap des huitièmes de finale. On savait que l’équipe des Léopards serait difficile à manœuvrer, mais les nôtres ont  fait preuve d’un calme et d’une détermination sans faille. Ce fut dur, mais ils sont restés unis dans l’effort  jusqu’au bout.  Un journaliste de France 24 s’est demandé quel était le secret de cette réussite. Il a fini par se convaincre que la force intérieure des Malgaches avait fait la différence. Ce mélange de décontraction et de détermination est maintenant leur image de marque. Ils savent que la prochaine étape sera très difficile, mais peu importe, ils seront habités par le même esprit de combat. Mais quelque soit le résultat, ils ont déjà remporté la victoire de la notoriété. Ils ont réveillé l’ambition de leurs compatriotes, et ils ont réussi à réunir autour d’eux les 25             millions de Malgaches. Le président  de la République a dit, lors de son interview après la victoire d’avant-hier, qu’ils avaient été les artisans d’une véritable cohésion nationale. Il faut donc maintenant continuer sur cette lancée et ne plus  quitter ce merveilleux état d’esprit.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Tradition : Le « Fitampoha » est lancé à Majunga

Le « Fitampoha du doany » de Miarinarivo à Tsararano Ambony à Majunga, a été lancé le 5 juillet par l’ouverture des portes du domaine royal. Le gros de l’évènement se tiendra le 15 juillet et est dénommé « Fitampohan’Andriamisara efadahy manankasina ». Il faut rappeler que des dissensions ont émaillé la tenue des cérémonies l’année dernière. Des affrontements ont éclaté entre les partisans de deux dignitaires royaux. Ce qui a poussé les autorités à fermer le site pour des raisons de sécurité publique. Des négociations et des promesses de célébration fraternelle et en paix ont fait fléchir les responsables locaux. Entre ces dates, d’autres rites seront aussi exécutés, comme le « manesy omby miakatra », très spectaculaire et festif. Chaque année, de l’étranger aux autres régions de la Grande Île, des familles, personnes appartenant à l’ethnie « Sakalava », rejoignent le « doany » de Miarinarivo pour participer aux célébrations. En quelque sorte, un ferment du lien historique et régional. Cette année, le « Fitampoha », fête traditionnelle de l’ethnie « Sakalava Boeny », se terminera le 19 juillet par le « Rebika ». Cette cérémonie de liesse clôturera les rites. Rendez-vous ensuite l’année prochaine pour la pérennité de ces rites séculaires, dont les différends internes risquent de mettre à mal cette tradition « Sakalava », mais malgache avant tout.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

« Barea » : Une dizaine de chansons sur internet

Fédérateurs, ils le sont ! Mais au-delà de cela,  les Barea sont devenus la muse de tout un peuple, et les chansons de soutien à l’équipe nationale fleurissent sur les plateformes de diffusion. Reggae, rap, dancehall, afro… vazo miteny, chansons traditionnelles, les artistes s’inspirent de cette grande aventure du football panafricain. Depuis la qualification de l’équipe nationale à la CAN, une bonne dizaine de chansons ont inondé les réseaux sociaux, pour gagner ensuite les ondes radio et les stations de télévision.

L’unité dans la diversité. « Alefa Barea » comme slogan! Parmi les plus populaires se trouvent la version de Jazz MMC. Le « gweta » sur waza style séduit de suite les oreilles, et se retrouvent sur toutes les lèvres, en deux temps trois mouvements. Pareil pour Dalvis et DJ Elliot. En deux mois, leur clip connait plus de 70 338 clics sur youtube. D’autres parts, les artistes ont eu le plaisir de partager le même titre. L’on peut citer entre autres, Black Nadia, Nael, Tence Mena, Mr Sayda, Agrad, Dalvis, ZazaKanto… Un mélange de genres, accrochant la signature de chaque chanteur, homogènes et cohérents entre eux. 231 780 vues au compteur en un mois, signe que les internautes semblent apprécier l’œuvre. Au même titre, Nathan Gabri connait une montée fulgurante de sa carrière avec son style « Alefa Barea », façon « Otchotcho »  de Balita. Des morceaux qui feront sûrement office de fond musical à ce conte de fée qui fait rêver les malgaches !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre l’insécurité : Un noyau d’anticipation stratégique au sein du MDN

Le Ministre de la Défense nationale Richard Rakotonirina et le Premier ministre Ntsay Christian lors de la visite de la nouvelle infrastructure.

Face à la recrudescence de l’insécurité à travers le pays ces derniers temps, un noyau d’anticipation stratégique a été installé au sein du Ministère de la Défense nationale (MDN), à Ampahibe. Equipé de matériels électroniques et d’informatiques haut de gamme, ce centre va servir de lieu de coordination pour toutes les actions d’intervention de l’Armée Malagache, dans la lutte contre l’insécurité et le maintien de l’ordre. Hier dans l’après-midi, le Premier Ministre – Chef du Gouvernement, Christian Ntsay, et quelques membres du gouvernement, se sont rendus à Ampahibe pour visiter ce centre. Appréciant la mise en place de cette nouvelle infrastructure, le Premier Ministre a souligné que désormais, le MDN dispose d’un outil opérationnel lui permettant d’obtenir un peu plus de résultats, et de mieux piloter la conception des stratégies qu’il va adopter.  Comme son nom l’indique, cette nouvelle infrastructure, est composée des divers appareils de communication, de récepteurs d’images de caméras de surveillance, d’ordinateurs munis de logiciels capables d’effectuer, entre autres, des visualisations de postes radios sur terrain, d’envoi et de réception de messages textes, et de calcul de distance entre deux points sur une carte. En effet, la mise place de ce noyau d’anticipation stratégique est arrivée à point nommé avec l’arrivée des nouveaux matériels roulants et des aéronefs, récemment dotés par le président de la République, Andry Rajoelina, aux Forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Orange Madagascar : Une approche sur le capital humain et le développement durable

Orange School attire de nombreux jeunes qui veulent entrer dans le monde du travail.

Cet opérateur en téléphonie mobile contribue au développement durable à travers l’utilisation des TIC, sur l’aspect économique et social.

Dans le cadre de la 4e édition du salon de la RSE (Responsabilité Sociétale d’Entreprise) et des IDD (Initiatives pour le Développement Durable),  Orange Madagascar a présenté son approche sur le capital humain et le développement rural. L’opérateur s’est toujours engagé à agir en entreprise citoyenne, solidaire et responsable, en menant à bien des projets destinés à favoriser l’intégration économique et l’inclusion numérique de la population malgache. A travers ses engagements,

Orange Madagascar contribue ainsi au développement durable à travers l’utilisation des TIC, sur l’aspect économique et social.

« Top Employeur ». A titre d’illustration,  il est fortement impliqué dans le domaine de l’éducation à travers Orange School, qui célèbre cette année ses 10 années d’existence. Depuis 2009, Orange School a formé plus de 700 jeunes. Et 90% des certifiés par Orange School accèdent immédiatement à l’emploi après leur cursus. Dans un autre registre, plus de 1 000 enseignants stagiaires ont été formés via la formation à distance des enseignants du primaire à Madagascar. Orange soutient également l’émergence des jeunes développeurs à travers la mise en place du « #Supercodeur by Orange », le programme de codage pour tous. En fait, le bien-être au travail est l’un des points majeurs de la stratégie employeur de cette entreprise. La politique de Ressources Humaines embarque tous ses salariés dans la transformation digitale en développant l’agilité collective, et en favorisant l’engagement de chacun. Des engagements forts qui font qu’Orange Madagascar est certifié « Top Employeur » depuis cinq années consécutives.

Partenaire de référence. En outre, cette entreprise stimule l’écosystème numérique et entrepreneurial, en soutenant notamment les jeunes entrepreneurs et les startups. Elle devient ainsi le partenaire de référence du développement à Madagascar. La première saison d’Orange Fab Madagascar a été, entre autres, lancée au mois de juin. Il s’agit d’un  programme de soutien des jeunes sociétés, à la recherche d’accompagnement pour grandir rapidement à Madagascar, comme à l’international. Pour la 9e année consécutive, le Prix Orange de l’Entrepreneur Social (POESAM) récompense le meilleur projet d’entreprise innovante et responsable en Afrique et au Moyen-Orient. Un prix que Madagascar a déjà remporté par le passé, a-t-on appris.

« HayVokatra ». Par ailleurs, Orange Madagascar soutient également le secteur de l’agriculture, via la création des services « m-Agri », en développant divers partenariats. Ce qui a permis, entre autres, de développer le « Bazarmada », en collaboration avec la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Antananarivo. Celui-ci permet aux organisations paysannes, aux micro-entreprises rurales, aux collecteurs, aux opérateurs de marchés agricoles, et aux artisans, de favoriser les échanges dans leur secteur. Et ce n’est pas tout ! La mise en place du « HayVokatra » – un centre d’appel permettant aux producteurs de s’informer sur les différentes techniques agricoles, d’avoir des conseils afin d’améliorer leur productivité – contribue au développement rural.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Action Contre la Faim : Des compléments alimentaires pour les élèves

Action Contre La Faim a offert des compléments alimentaires aux 6269 élèves des sept EPP localisées dans les 15 communes partenaires de cette organisation non gouvernementale.

Les enfants prendront ces compléments alimentaires deux fois par semaine pendant 6 semaines afin de mieux lutter contre la fatigue, les risques d’anémie ainsi que les maladies respiratoires. Mais outre ce qui vient d’être dit, ces pilules favorisent également la concentration, chose bien utile pour ces élèves qui vont dans quelques temps affronter les examens. Pour cette première distribution, ce sont donc les 929 élèves de l’EPP 67 ha qui ont pu bénéficier de ces compléments alimentaires. Mais comme cela ne servirait à rien de prendre ces pilules le ventre vide, ces élèves ont également eu droit à un repas pendant cette journée. Toutefois, il convient de rappeler que ce type de complément n’est pas compatible avec la consommation de café. C’est d’ailleurs une des indications données aux enfants la veille : ne pas boire du café pendant toute la matinée.

Troisième volet de la lutte contre la malnutrition. Cette journée dédiée à la lutte contre la malnutrition qui s’est déroulée à l’EPP 67 ha entre dans le cadre du programme de lutte contre la faim mené par l’ONG Action Contre La Faim et qui est financé par The Waterloo Foundation. L’objectif d’un tel programme est de permettre à tous les enfants de jouir de tous leurs droits mentionnés dans le PNAN3. Cette lutte débutée en 2017 a encore quelques années devant elle puisqu’elle n’est censée arriver à son terme qu’en 2021. Pour l’instant, nous sommes sur la bonne voie puisque le taux de malnutrition des enfants de moins de cinq ans a connu une légère baisse cette année, de 51.1% à 48%. Il ne reste plus qu’à espérer que la situation continue d’évoluer dans le bon sens.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Name Six revigore le rap malgache

Name Six veut conquérir le continent noir avec sa musique.

Il y a quelques mois, Name Six est revenu sur le devant de la scène avec « All for the best ».  Le jeune rappeur proposait un avant-goût de son projet.

Cinq mois après, le revoilà!  Il a sorti une jaquette de onze titres à la fin du mois de juin dernier. Cet album, s’intitulant Oxygen, succède notamment à Tongasoa, sorti en 2015. « Je suis de retour avec une nouvelle musique », a–t-il confirmé. « Nouvelle musique » car il a renouvelé  son style. Si dans les albums précédents les paroles étaient en malgache, Oxygen  est rédigé dans la langue de Shakespeare.  « Le but principal est de franchir la frontière nationale. »   Franchir la frontière malgache, enjamber le canal de Mozambique est une tâche titanesque. Cela exige la persévérance, car la concurrence est rude, surtout sur le continent noir où la musique urbaine gagne du terrain depuis ces deux dernières décennies.  Chanteur depuis ses huit ans, Name Six est dorénavant dans la cour des grands. A 25 ans, il a pris de la hauteur. Il veut alors lancer un message universel.

A part l’amour et la fraternité, sujets évoqués dans ses paroles, Name Six  est un peu futuriste dans ce nouvel album. Rien qu’en entendant la musique, on remarque que l’artiste est contemporain.  D’ailleurs,  des « beatmakers » de plusieurs nationalités ont contribué à la composition des mélodies, notamment EditionKray  (Allemagne),  Harut (Georgia), IamDose (Pologne), Cabs (France, Bordeaux), et DilonXo (Texas).  En effet, l’artiste confirme qu’il est satisfait des travaux effectués par ces compositeurs, et compte réaliser un grand projet à l’avenir. « Leurs compositions m’inspirent. D’autant plus que ce sont des ‘beatmakers’ internationaux », a souligné le rappeur.  On remarque aussi dans ce nouvel album une touche malgache, comme dans « Please ».

La semaine prochaine, Name Six retournera au pays et  réalisera des clips.  Le paysage malgache décorera ses vidéos. Il livrera également un concert pour satisfaire ses fans.

Devenu rasta, Name Six a grandi.  Désormais, il a la voix rauque. Cependant, il n’a pas retourné sa veste. Il reste fidèle à son rythme et à ses principes.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Communales-municipales : Caution et fonds de campagne à trouver pour les indépendants

A un peu plus de trois mois de la tenue des communales et municipales, qui aura lieu le 28 octobre prochain, les partis politiques ne dévoilent pas encore leur jeu. Quant à ceux qui vont faire cavalier seul, en se présentant en tant que candidats indépendants, ils vont penser notamment aux cautions, mais surtout aux fonds de propagande. Faut-il rappeler que pour Tanà-ville, la caution est de l’ordre de cinq millions d’ariary. La Commune Urbaine d’Antananarivo est d’ailleurs la seule commune hors catégorie. Pour les communes urbaines de première catégorie, la caution s’élève à 2 500 000 ariary. Pour ce qui est des communes urbaines de deuxième catégorie, la caution à payer dépend du nombre de conseillers municipaux à élire. Ainsi, pour les communes dont la population dépasse les 250 000 habitants, et qui ont 19 conseillers municipaux, ceux qui ont l’intention de se présenter aux communales doivent payer un million d’ariary. Concernant les communes dont la population est comprise entre 120 000 et 250 000 habitants, la caution est de 550 000 ariary. A propos des communes rurales dont la population dépasse les 10 000 habitants, les candidats doivent débourser 350 000 ariary. Pour le reste, la caution est de 300 000 ariary.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Le décret de convocation des électeurs, le 28 juillet au plus tard

Au-delà du 28 octobre, on risque d’organiser les Communales pendant la saison des pluies, prévient le vice-président de la CENI.

La décision du gouvernement, par rapport au calendrier électoral proposé par la CENI, est attendue cette semaine.

Sauf revirement du gouvernement, les prochaines Communales auront lieu le 28 octobre 2019, conformément à la proposition de calendrier, soumise par la Commission Electorale Nationale Indépendante. Le décret de convocation des électeurs doit être pris au plus tard le 28 juillet pour que le délai légal de 90 jours soit respecté. « Si la proposition de la CENI n’est pas validée par le gouvernement, on risque d’organiser les Communales pendant la saison des pluies car quelques jours après le 28 juillet, ce sera le mois de novembre, début de la saison des pluies. Dans ce cas, il faudra trouver une solution de force majeure.», a expliqué le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo. Ce dernier de rajouter : « D’ailleurs, le pouvoir en place envisage de mettre en place les gouvernorats de région. Or, il appartiendra aux nouveaux maires et aux nouveaux conseillers communaux d’élire les gouverneurs de région. Le pouvoir en place n’aura donc pas intérêt à retarder les Communales. Jusqu’ici, il n’y a aucune raison pour justifier l’éventuel report du calendrier proposé par la CENI. »

Entre 32 milliards et 57 milliards d’ariary. D’après nos sources, la Commission Electorale Nationale Indépendante a déjà également envoyé au gouvernement les dépenses estimatives pour la tenue des prochaines Communales. « Il y aura deux élections différentes, mais organisées le même jour. Il y aura donc deux bulletins uniques, deux listes électorales, deux urnes transparentes et deux modes de scrutin différents. Aux présidentielles de 2018, une élection à deux tours, l’Etat malgache a alloué une enveloppe de 57 milliards d’ariary, à part les contributions du SACEM. Aux dernières Législatives, le gouvernement malgache a débloqué 32 milliards d’ariary, à part les contributions du SACEM. Je pense que pour les prochaines Communales, dont les charges seront entièrement prises en charge par l’Etat malgache, le budget varierait entre 32 milliards d’ariary et 57 milliards d’ariary. », s’est contenté de souligner Thierry Rakotonarivo. Avant de faire savoir que des concertations sont actuellement en cours sur ce volet de financement entre les techniciens de la CENI et ceux du gouvernement. A rappeler que les bulletins uniques et les imprimés sensibles à utiliser lors des prochaines Communales seront tous imprimés à Madagascar.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Endoscopie digestive : Le « Gastro training Afrique » en direct de Paris

A Antananarivo, la vidéoconférence a été suivie à l’amphithéâtre NextA à Andranomena.

Les médecins, spécialistes et étudiants en médecine malgaches à Antananarivo, Toamasina, Antsiranana et Fianarantsoa, ont pu profiter, via une vidéoconférence, de la tenue des journées de formation en endoscopie digestive et d’actualisation des connaissances, dans le cadre de la 4e édition du « Gastro training Afrique », qui s’est tenue les 5 et 6 juillet derniers à l’Hôpital Américain de Paris. À l’initiative de cet hôpital et de quelques praticiens français et africains, le projet « Gastro training Afrique » donne aux pays du continent africain l’opportunité d’être à jour sur les dernières avancées en endoscopie digestive, et sur l’exploration digestive. Le programme scientifique couvre différents sujets : les maladies du foie et des voies biliaires, l’obésité en Afrique, les hépatites virales, et les autres maladies à fort impact de santé publique.

Formations de haut niveau. Après une participation à la 3e édition de ces journées en 2016, Madagascar a été, pour cette 4è édition, bien représenté, grâce à la mise en place d’un comité scientifique d’organisation, avec le Pr Rado Ramanampamonjy de l’Association des Gastro-Entérologues Malgaches (AGEM), et le Pr Benjamin Rakotoambinina de la Société Malgache des Sciences en Physiologie et Biomécanique (SOMAPHYBIOM). « Gastro training Afrique » est l’un des rares congrès médicaux et scientifiques diffusé en direct à destination de la communauté médicale et paramédicale du continent africain. Ces vidéoconférences pouvant se décliner en e-learning, vidéos online, peuvent ainsi atteindre les coins reculés de l’Afrique, pourvu que les infrastructures techniques du pays le permettent. Pour Madagascar, les infrastructures existantes, et le partenariat avec la Fondation Telma, ont permis aux médecins gastroentérologues et physiologistes malgaches s’intéressant à l’exploration digestive, de recevoir en temps réel les formations de haut niveau durant la journée du 6 juillet.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Projet COMBO : Des échanges d’expériences sur la mise en œuvre des compensations pour la biodiversité

Une forte délégation, représentant la Guinée et le Mozambique, est en visite à Madagascar depuis dimanche, jusqu’au 14 juillet 2019.  « Le but consiste à échanger des expériences entre ces trois pays bénéficiaires de la mise en œuvre du projet COMBO (Conservation, Minimisation des impacts et compensation au titre de la Biodiversité), sur la mise en œuvre des compensations pour la biodiversité », a expliqué Rasolofomanana Lovy, directeur pays de WCS (Wildlife Conservation Society), lors d’une table-ronde organisée à l’hôtel Panorama, hier. Le thème a été axé sur « la gouvernance politique, la législation et la réglementation, pour minimiser les impacts sur la biodiversité en Afrique : présent et futur ».

Hiérarchie des mesures. Notons que le projet COMBO qui est mis en œuvre par le consortium composé de WCS, Forest Trends et Biotope, est financé par le FFEM (Fonds Français pour l’Environnement Mondial), l’AFD (Agence Française de Développement) et la Fondation MAVA, pour une période de 2016 à 2019. Il travaille avec les gouvernements, les secteurs privés et les sociétés civiles  de quatre pays africains, à savoir, la Guinée, Madagascar, Mozambique et Ouganda, afin de soutenir la politique et la capacité de chaque nation, à concilier le développement économique et la conservation de la biodiversité et des services éco systémiques. Ces quatre pays sont reconnus pour leurs richesses en biodiversité remarquables. L’objectif de ce projet COMBO est ainsi de contribuer à la mise en œuvre d’une politique sur la hiérarchie des mesures d’atténuation des impacts environnementaux, par rapport aux installations des compagnies minières, en vue d’atteindre une absence de perte nette en biodiversité.

Cadrage juridique. Cette délégation, provenant de la Guinée et du Mozambique, est composée des représentants de l’administration publique, des organisations de la société civile et des Fonds Fiduciaires pour la conservation. « Elle effectue des échanges d’expériences avec Madagascar car celui-ci constitue actuellement l’un des pays africains, possédant une expérience dans la mise en œuvre de compensations de la biodiversité, réalisée sur une base volontaire par deux grandes compagnies minières. Il s’agit d’Ambatovy, qui exploite du nickel et du cobalt à Moramanga, ainsi que de QMM, qui extrait de l’ilménite et du zircon à Taolagnaro », a fait savoir Lovy Rasolofomanana.  A part l’application de la hiérarchie des mesures d’atténuation des impacts environnementaux, un projet de cadrage juridique sur les mécanismes de compensations pour la biodiversité est déjà disponible à Madagascar. On n’attend plus que sa validation. Et toujours dans le cadre de cette visite, la délégation africaine effectuera une descente à Ambarilava à Moramanga, le site d’Ambatovy, pour constater de visu les mesures de compensations prises par la compagnie minière.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

BNI Madagascar : « Barea Saturday » pour se rapprocher de la clientèle

BNI Madagascar confirme son soutien aux Barea, qui viennent d’accéder aux quarts de finale de la CAN 2019.

En sa qualité de partenaire bancaire de l’association Barea CAN 2019, elle a saisi l’opportunité de la ferveur populaire, et de l’élan de solidarité nationale engendrés par la performance de l’équipe malgache dans le cadre de cette compétition africaine, pour  raffermir sa proximité avec la population.  A travers un événement dénommé « Barea Saturday » durant la matinée du samedi 6 juillet, veille du match Barea-RDC, la banque a partagé avec les férus de football un moment de réjouissance sur le parking de son agence d’Ankorondrano.  Une occasion pour BNI Madagascar de récompenser ceux qui ont participé à la tombola lancée sur sa page Facebook, avec à la clé des maillots officiels Barea CAN 2019. Grâce à la vente des maillots officiels, BNI Madagascar a également permis à de nombreux supporteurs de l’équipe nationale  de soutenir dans les meilleures conditions leurs héros.

« ‘Barea Saturday’ a permis  à la BNI Madagascar  de se rapprocher de la clientèle, et de participer activement au processus de bancarisation des Malgaches, en conformité avec sa stratégie de développement inclusif », a déclaré Jessica Razakamanantsoa, responsable de la communication institutionnelle et des relations publiques de BNI Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous… L’aventure mondiale du football africain, de Jean-Marie Nzekoue

L’auteur africain, Jean-Marie Nzekoue, s’est beaucoup penché sur le sport africain.

« Le football international est en train de vivre une mutation », cette expression gagne de plus en plus les lèvres des spécialistes du football à travers le monde. Fini, apparemment, le règne des équipes à vedettes ou des formations nationales inamovibles. Tout le monde, et surtout les meilleurs, peuvent être ébranlés par n’importe quelle équipe. Le football retrouve petit à petit une de ses valeurs essentielles : le collectif. Les Barea de Madagascar sont en train de le prouver, de le mettre en pratique. Au vu des résultats, cela marche à merveille.

Pourtant, peu d’écrivains se sont penchés sur le sport, et de surcroît le football en Afrique. Rares sont les livres comme L’aventure mondiale du football africain de Jean-Marie Nzekoue, aux éditions L’Harmattan, paru en 2011. Un vaste chantier de défrichage donc pour cet auteur camerounais, ou plutôt une mission. Comme il l’a déclaré, interrogé sur son livre, « si on regarde le parcours du football africain depuis ces 40 dernières années, on se rend compte qu’il a fait une progression. Depuis 1970 avec le Maroc, le nombre de pays africains participant à la Coupe du Monde est passé de deux en 1982, à 5 en 2006 et à 6 en 2010. Après le Cameroun, deux autres pays du continent ont atteint les quarts de finale. C’est une évolution, même si elle peut cacher de cuisantes défaites. »

Dans son résumé, ce livre jette plutôt un regard tourné vers l’horizon. « Le football est certainement le sport collectif le plus populaire en Afrique. Longtemps marginalisé, le continent a effectué un parcours exceptionnel au cours de ces 40 dernières années. L’Afrique a pris goût à la compétition internationale, où elle n’entend plus jouer les seconds rôles. Quelles sont les grandes occasions ayant permis à ce football d’asseoir sa notoriété à l’échelle planétaire ? Comment s’est opérée cette évolution et quels sont les principaux acteurs ayant contribué à façonner le nouveau visage du football en Afrique ? »

Comme quoi, les Barea de Madagascar sont en train de réaliser un aspect de ce que Jean-Marie Nzekoue a « prédit » dans son livre. « Alors qu’elles étaient pendant longtemps considérées comme des distributrices de points ou des faire-valoir, les équipes africaines ne se font plus de complexe. Elles sont devenues progressivement des adversaires attendus, voire redoutés ».

Recueillis par Maminirina Rado 

Midi Madagasikara0 partages

CAN 2019 : Les Barea au firmament !

Ils ont tenu tête aux meilleures formations africaines. Après une première victoire historique sur le Nigeria de Gernot Rohr, les Barea ont sorti les Congolais après cette intenable séance de tirs au but, et s’offrent le billet pour les quarts de finale de jeudi contre la Tunisie ou le Ghana.

Du bonus en fait, car après ce qu’ils ont réalisé, on ne leur tiendrait pas rigueur si par malchance ils échouaient. Car c’est comme si Ima et ses camarades avaient déjà gagné la coupe d’Afrique, si on prend en compte cette euphorie populaire qui a marqué toute la nuit de dimanche, à travers toutes les villes malgaches. Une joie immense pour tous les âges et pour toutes les couches sociales, peinturées aux couleurs du Blanc-Rouge-Vert.

Un mur. Jamais a-t-on vécu pareille nuit de folie. La preuve est faite que le football peut servir de ciment pour tous les Malgaches aussi unifiés et solidaires à travers ces Barea, à qui on ne donnait pas cher de leur peau.

Mais c’était avant que les protégés de Nicolas Dupuis le prouvent sur un terrain avec un jeu atypique, puisqu’ils sont sept joueurs à vocation défensive, pour endiguer tous les assauts de leurs adversaires. La Guinée, le Nigéria et le Burundi ont trouvé en face, un mur capable de se transcender, comme ce fut le cas dimanche avec cet immense tir de Ibrahim Amada, qui s’inscrit dans les meilleurs buts de cette Coupe d’Afrique des Nations 2019.

Un bloc. Si on y ajoute que, Abel Anicet fut élu meilleur joueur de ce match, de par son travail de sape contre la RDC, alors on ne peut qu’entretenir un bel optimisme, surtout que Nicolas Dupuis va retrouver ses soldats avec la rentrée de Marco Ilaimaharitra, très utile dans ce dispositif de 4-3-3.

D’ailleurs, et au fur et à mesure des rencontres, on comprend mieux le choix de l’entraîneur. C’est tout d’abord un bloc et une entente entre des joueurs qui se retrouvent dans la bataille.

On se réjouit de voir les remplaçants tels Dimitry Caloin, Dax Andriamirado, et même Jéremy Morel, remplir leur rôle quand le besoin se fait sentir.

Bref, on a là une équipe qui fait mentir tous les pronostics et qui commence à faire peur à tout le monde. Même Cristiano Ronaldo avait dit que l’équipe malgache serait difficile à manœuvrer. Et il n’a pas eu tort…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Tsy filaminam-bahoaka eto Toamasina : Trano telo indray alina nisy nanafika tao Depôt Analakininina

Efa manao ny ezaka rehetra amin’ny fametrahana filaminam-bahoaka ny mpitandro filaminana izao, saingy fetsy tahaka azy ireo koa ny jiolahy ka mahita hirika hatrany amin’ny asa ratsin’izy ireo. Ny faran’ny herinandro teo araka ny angom-baovao natao, dia tokantrano telo samihafa tao amin’ny fokontany Depôt Analakininina no nisy nanafika sy namaky indray alina monja. Nitondra antsy, sabatra, basy ireo jiolahy mpanafika nandritra izany. Ny tranga voalohany dia niseho tokony ho tamin’ny 08ora alina io zoma lasa teo io, ka efa nandrasan’ireo jiolahy ny fisokafan’ny vavahady be nidirana fiara no niditra ihany koa izy nandritra izany. Tsy tapitra izay, fa vao nivoaka tao anaty fiara ilay tompon-trano dia efa antsy sy sabatra ary basy no niandry azy. Lasa tamin’izany ny finday rehetra tao an-trano, ny vola tahiry ary ireo entana azon’ireo jiolahy nobataina. Raha nahita, fa basy kilalao ny teny an-tànan’ireo jiolahy ny tompon-trano dia niezaka nanohitra ka raikitra ny ady saritaka. Vaky loha sy naratra ny iray tamin’ireo jiolahy nefa tafatsoaka ihany izy ireo taorian’ilay ady saritaka tamin’ny fanoheran’ilay tompon-trano. Niezaka ny nanara-dia ireto jiolahy ireto ihany ny fokonolona sy ny tompon-trano, saingy efa tsy hita ny nitsoahan’izy ireo tao anatin’ny haizin’ny alina, ny fokontany maizin-kitroka noho tsy fisian’ny jiro amin’ireo andrin-jiron’ny jirama.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Novonoiny ny mpampiasa azy, iray volana aty aoriana vao hita ny fatiny

Izy roa lahy namono ny mampiasa azy. ( sary: Andry N)

Iray volana aty aoriana vao hita ny razana, nalevin’izy roa lahy ny mpampiasa azy rehefa avy novonoiny tamin’ny antsy fijinjam-bary sy vely kobay.Tao amin’ny kaominina Antanambao Distrika Antsirabe II no nisehoan’ity vono olona ity. Tsy iza no ,nahavanon-doza fa ireo mpiasan’ilay rangahy ihany. Araka ny fanazavana nomen’ny teo anivon’ny zandary, dia  efa 19 taona no nifankalalan’ireo mpampiasa sy ny mpiasa. Tonga mikarama ao aminy izy roa lahy ireo mijinja vary rehefa fiakaran’ny vokatra, ary  toy izany hatrany isan-taona. Marihina, fa ao amin’ny tanàna antsoina hoe Manankasina kaominina Betatao distrikan’ Anjozorobe no misy ny toerana hikaraman’izy roa lahy ireo, ary ao no fonenan’ilay rangahy mpampiasa.Ny faran’ny volana May lasa teo, nifampitaona ilay rangahy mpampiasa sy ny mpiasany roa lahy fa hanao afera mangahazo ao Ankazomiriotra. Noho ny fahatokisany ireto mpiasany dia efa nitondra vola 8 tapitrisa ariary ilay rangahy. Niainga tao Anjozorobe izy telo lahy ny 30 May lasa teo, ary nifampiresaka fa hitsidika ny toerana misy azy roa aloha vao handeha hanangom-bokatra. Izy roa lahy ireo izay monina ao amin’ny fokontany Ambatomanga kaominina Antanambao Antsirabe II. Teny an-dalana anefa, nony tonga tao amin’ny toerana antsoina hoe Kelialina, ny 31 May tokony ho tamin’ny valo ora alina, novonoin’izy roa lahy tamin’ny antsy fijinjana vary sy vely kobay ilay rangahy, nalainy ny vola ary naleviny ity farany avy eo.Nandeha ny fotoana ,tsy hita ilay rangahy ka tonga teto Antsirabe nikaroka azy ny fianakaviany . Tao amin’ny Poste avancé tao Sahanivotry no nanatona ny fianakaviana ary teo no niainga ny fanadihadiana rehetra, hoy ny GPHC Damy Bevahiny, kaomandin’ny borigady Andranomadio Antsirabe. Ny 5 Jolay teo  vosambotra izy roa lahy ary niaiky ny heloka sy nanoro ny toerana nandevenany ny razana. Mbola tratra teny amin’izy roa lahy ihany koa ny finday fampiasan’ilay rangahy. Natolotra ny fampanoavana teto Antsirabe izy roa lahy ireo .Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Andavamamba : Mpamaky fiangonana voasambotry ny pôlisy

Efa tsy mifidy intsony ireo olon-dratsy amin’izao, ka na trano fivavahana aza dia ataon’ireo tontakely lasibatra. Toy ny nataon’ity tovolahy iray, voasambotry ny pôlisy teny amin’iny faritra Andavamamba iny tamin’iny herinandro iny. Araka ny fampitam-baovao azo dia efa mpamaky trano hikoizana mihitsy ity tovolahy ity miaraka amin’ny namany. Tamin’io fotoana io dia olona mipetraka tsy lavitra trano fivavahana iray no nahamarika tovolahy iray mampiahiahy teo akaikin’izany trano izany. Tsy vitan’ny nampiahiahy fotsiny moa fa voalaza fa hoe tena teo am-pamakiana ilay fiangonana mihitsy io olon-dratsy io. Nampandre avy hatrany ny pôlisy moa io olona io. Fa ankilan’izany ihany koa, tamin’io andro io ihany dia naharay fitarainana hafa ny pôlisy mahakasika vaky trano hafa teny amin’iny faritra Anosibe iny. Entana sarobidy maromaro  no lasan’ireo olon-dratsy. Nandray ny andraikiny avy hatrany moa ireo mpitandro filaminana ary niroso tamin’ny fikarohana ireo tontakely. « Rehefa nanao ny fisafoana sy ny fanagonam-baovao dia tra-tehaka tehaka teny Andavamamba ny lehilahy iray izay anisan’ny tompon’antoka tamin’ny vaky trano » hoy ny fampitam-baovao azo. Marihana fa mbola misy namany hafa karohina fatratra amin’izao hoy ny avy eo anivon’ny pôlisy. Fikarohana izay inoana fa tsy ho ela dia hitondra vokatra ka afaka hiaina milamina amin’ireo mponina eny amin’iny faritra Anosibe sy ny manodidina iny amin’ny resaka vaky trano.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Haino aman-jery : Nandefasana vadintany ny Sky One

Hatairana ny an’ireo mpiasa tao amin’ny foiben’ny Sky One raha nahita ny savorovoro tao ampiasana ny zoma lasa teo. Tonga teny an-toerana niaraka tamin’ny vadintany ny voalaza fa tompon’ity orinasa ity teo aloha mba hitaky izay lazainy fa zo-ny tsy nohajain’ny mpitantana izany ankehitriny na ny orinasa CNC. Fidinana izay nanomezan’io milaza fa tompon’ny orinasa io 48 ora ho an’ny orinasa CNC, araka ny voalazan’ny vadintany, hanatsaharany ny fampitana ny sary sy ny feo ataon’ny Sky One. Nitranga izany rehetra izany noho izao antony manaraka izao, araka ny fanazavana.

Nisy ny fifanarahana nataon’ny CNC sy ny tompon’ny “licence Sky One” fa hofaina ary hampiasaina ity fahitalavitra sy onjam-peo ity, dia zara raha nandoa ny hofany ny CNC. Voalaza aza fa nisy mihitsy ny fanomezana taratasim-bola tsy nisy antoka ka nahatonga ny banky iray hamerina izany. Efa betsaka ny taratasy nalefan’ny tompon’ny licence Sky One tamin’ny mailaka ho an’ilay orinasa CNC,nefa sady tsy nahazoam-baliny izany no very momoka fotsiny. Ankehitriny, tsy maintsy nampiakatra ny raharaha teny amin’ny fitsarana ny tompon’ny “licence Sky One” ka nahatonga ny fitakiana famerenana azy.

T.M.