Photo souvenir de la délégation malagasy et des hauts responsables de la SEMMARIS (Bientôt en ligne la vidéo exceptionnelle)

Le lundi 03 juin 2019, une délégation d’entrepreneurs et opérateurs économiques malagasy dirigée par le Ministre des Affaires étrangères, Naina Andriantsitohaina, s’est rendue au marché international de Rungis situé près d’Orly dans la région Ile-de-France. Il ne s’agissait ni d’une mission de prospection ou de signature d’un accord mais d’une visite informative concernant « un monde à part, avec ses règles et ses codes. Un carrefour entre tradition et modernité où se côtoient chaque jour le meilleur du savoir-faire français et les produits du monde entier. Rungis n’est pas un lieu, non, c’est un état d’esprit. Et c’est cet état d’esprit qui, aujourd’hui, fait l’identité et la force du plus grand marché de produits frais du monde ». Il s’agit d’un passage lu dans le rapport annuel 2017 du magazine « Esprit Rungis ».

Ainsi, le marché international de Rungis n’a rien à voir du tout avec le marché d’Anosibe ou celui de Talatamaty… Rungis, situé à 7 kilomètres de Paris, c’est, de nos jours, 234 hectares de superficies, 9 milliards d’euros de chiffres d’affaires ; 1200 entreprises implantées et 18 millions de consommateurs. Il a été officiellement ouvert les 3 et 4 mars 1969, c’est-à-dire, il y a 50 ans cette année 2019.

Toutes les infrastructures appartiennent à l’État français, mais le marché à proprement parlé, est géré par la société Semmaris (Société anonyme d'économie mixte d'aménagement et de gestion du marché d’intérêt national de Rungis) dont le Président-Directeur général est Stéphane Layani, qui a un sens de l’humour très pointu… Il est apparu lors de la pause petit-déjeuner. Il faut savoir que la SEMMARIS a pour missions d’exploiter et de gérer le Marché de Rungis ; de commercialiser les ensembles immobiliers ; d’assurer l’accueil et la sécurité des locataires et des usagers et de dynamiser l’image du Marché.

La délégation malagasy a été reçue par le Directeur du Marché, Dominique Batani, et ses proches collaborateurs vers 5h du matin, ce 03 juin 2019. Étant donné qu’il est impossible de visiter la totalité du marché de Rungis en quelques heures, seuls quelques lieux ayant des produits spécifiques ont fait l’objet de cette mission d’Information : fruits et légumes ; viandes ; fromages. Pour vous donner une ampleur de la grandeur de Rungis, le déplacement s’est fait en car.

Quelles sont les clés de la réussite du Marché international de Rungis ? Elles se résument par ceci: VOLONTÉ POLITIQUE ; INFRASTRUCTURES ADÉQUATES ; EXCELLENTE ORGANISATION. Pour exemple, la vision de Benoît Juster, Directeur des grands projets de Semmaris, qui voit loin, avec un plan déjà existant : « le plan d’investissement Rungis 2025, nous permet de répondre aux besoins des opérateurs du Marché ; de favoriser le développement de la filière alimentaire et gastronomique et, également, de contribuer aux enjeux de développement et de structuration du territoire du pôle d’Orly-Rungis et du Grand Paris ». 2025 c’est encore dans 6 ans mais Rungis y a déjà les pieds…

Cela fait des tas de lustres que l’on a entendu parler du Grand Tana à Madagascar. Mais, comme la sœur Anne, nous n’avons rien vu venir. Avec le projet TanaMasoandro du président Andry Rajoelina, la mise en place d’un Rungis de l’océan Indien -toutes proportions gardées, évidemment- ne relève pas d’une utopie.

En pleine explication, face à une délégation malagasy, toutes ouïes dehors, le Directeur du Marché International de Rungis, Dominique Batani

 

En tout cas, cette visite très matinale, que je vous rapporte, a été très… enrichissante, n’en déplaise aux esprits chagrins qui mourront vraiment idiots.

Jeannot Ramambazafy, envoyé spécial à Paris

Reportage également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 8 juin 2019