Les actualités Malgaches du Jeudi 09 Mai 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara69 partages

Trafics, Bois de rose, HCJ : Le SEFAFI dénonce une Justice à deux vitesses

 

Les leaders du SEFAFI proposent la suppression de la HCJ.

Le « Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena » propose la suppression de la Haute Cour de Justice.

« Une Justice limitée aux effets d’annonce ». C’est ainsi que le « Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena » (SEFAFI) considère l’arrestation de Hugues Ratsiferana, Directeur de l’Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises (AMDP) qui a pourtant été pris en flagrant délit d’avoir transporté vers son domicile à Ampasanimalo des matériels de bureaux, des matériels informatiques et des mobiliers appartenant à l’Etat ; l’arrestation et le placement sous mandat de dépôt de l’opérateur économique Mbola Rajaonah pour fraudes fiscales et blanchiment d’argent ; le retour à la prison d’Antanimora de Claudine Razaimamonjy et l’arrestation d’Eddy Maminirina alias Eddy Bois de rose qui a pourtant fait l’objet d’un mandat d’arrêt depuis belle lurette pour son implication dans des trafics de bois de rose. Le cas de ce dernier faisait même l’objet d’un communiqué des autorités américaines. Dans un communiqué en date du 4 mai dernier, le SEFAFI évoque aussi le placement sous mandat de dépôt de l’-ex-DG des Domaines avec deux autres agents des Services fonciers pour leur implication dans la vente de la Villa Elisabeth.

« Effet d’annonce ». « Ceci étant, il faut espérer que ces inculpations et arrestations ne relèvent pas d’un simple effet d’annonce et ne soient pas motivées par des mobiles politiques… », soutient le communiqué. Apparemment, les membres du « Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena » ne sont pas encore convaincus et/ou remettent en cause la volonté du régime actuel à lutter contre l’impunité et à mettre fin aux trafics et détournements de tout genre. Les engagements du président Andry Rajoelina de faire de la restauration de l’Etat de droit son cheval de bataille, sont apparemment considérés comme un effet d’annonce ou de la démagogie (c’est selon). Par ailleurs, l’indépendance et l’intégrité de la Justice sont également remises en cause. Et ce, même si les auteurs du communiqué évoquent eux-mêmes les étapes franchies pour la mise en place effective des différentes juridictions telles que le Pôle Anti-Corruption, la Chaine spéciale de lutte contre les trafics de bois de rose et des bois d’ébène… Des étapes primordiales pour l’instauration de l’Etat de droit.

Crédibilité. Même considération pour la Haute Cour de Justice (HCJ) que le SEFAFI remet en cause la crédibilité et l’utilité même. « Dans le cadre d’une future révision constitutionnelle, il serait normale et démocratique de supprimer purement et simplement la HCJ », évoque le communiqué. En effet, le « Sehatra Fanaraha-maso ny Fiainam-pirenena » dénonce la lenteur de l’installation de cette Juridiction et la complication des procédures de saisine. Et de soutenir au passage que « Nul ne conteste que, de par sa nature à la fois juridique et politique, la HCJ ne saurait obéir aux procédures de droit commun. Cependant, pour parvenir à une mise en accusation, les innombrables filtres auxquels sont soumises les requêtes se transforment en autant d’opportunités de blocage pour les courtisans zélés ou pour ceux qui, étant encore au pouvoir, veillent à leur impunité ». Face à tous ces lacunes et estimant que les prisons sont faites uniquement pour les « pauvres », le SEFAFI dénonce « une Justice à deux vitesses » dont l’une pour les dirigeants et l’autre pour le commun des citoyens.

Sous l’ère HVM. Pour certains observateurs, le SEFAFI a sorti ce communiqué uniquement pour attirer l’attention et pour marquer sa présence, notamment en cette période de début de campagne électorale pour les élections législatives. Parler pour ne rien dire en quelque sorte puisque nul n’ignore que tous les dossiers évoqués dans ce communiqué ne datent pas d’hier. Pour ne citer que le cas de la HCJ dont la mise en place effective a été faite vers la fin du mois de mai 2018, sous l’ère Rajaonarimampianina. La question est donc de savoir pourquoi l’Observatoire de la Vie Publique ne réagit qu’aujourd’hui, c’est-à-dire un an après ? L’on se demande aussi si les membres de cette organisation de la Société civile ignorent que les dossiers Claudine Razaimamonjy, Mbola Rajaonah et Eddy Bois de rose n’ont pas été initiés par le régime actuel mais sous l’ère HVM.

Cheval de bataille. Le régime Rajoelina, faisant de la lutte contre l’impunité son cheval de bataille, n’a fait que donner le champ libre au Bureau Indépendant Anti-Corruption pour étouffer les investigations et mettre en application les mandats d’arrêts lancés à l’encontre de tous les responsables étatiques impliqués dans des affaires de détournement et/ou de corruption. C’est pourquoi l’arrestation suivi du placement sous mandat de dépôt du Sénateur Berthin Andriamihaingo et de l’ancien DG des Domaines Hasimpirenena Rasolomampionona. Deux personnalités connues comme étant proches du parti « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina ». D’après les informations, de nombreux autres dossiers de corruption et de détournements impliquant des hauts dirigeants seraient encore en cours de traitement du côté d’Ambohibao. Reste à savoir si le SEFAFI qui s’est toujours montré très critique envers tous les régimes qui se sont succédés va enfin soutenir les actions du gouvernement pour apporter sa contribution dans l’instauration de l’Etat de droit, ou bien il entend respecter sa ligne de conduite pour continuer à se faire… remarquer.

Davis R

Midi Madagasikara4 partages

Ambohimalaza : Consultations et soins gratuits

Près de 200 personnes ont bénéficié, mardi dernier, de consultations et soins gratuits, prodigués par une équipe de quatre médecins français et de deux dentistes malgaches au CSB II d’Ambohimalaza. Si les premiers ont reçu et traité les patients durant une seule journée, les seconds, issus de l’hôpital de Mahajanga et d’Ampahibe Antananarivo, poursuivent les soins et extractions dentaires pour deux jours supplémentaires. Ces consultations et soins gratuits entrent dans le cadre des œuvres sociales de l’association « Pneumo-Aide Madagascar ». Le président de cette association, le Dr Bernard Etcheverry, médecin pneumologue à Mont-de-Marsan (dans le sud-ouest de la France) a fait partie lui-même de l’équipe venue à Ambohimalaza. Celle-ci a déjà réalisé des œuvres caritatives similaires à Nosy-Be et en fera de même à Toliara qu’elle rejoindra, ce jour.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Rivo Rakotovao : Destitution impossible avant juillet 2019

Une cohabitation forcée dont l’issue reste un mystère.

Si la CENI projette de publier les résultats provisoires des prochaines Législatives au plus tard le 17 juin, la nouvelle Assemblée nationale sera officiellement installée avant la fin du mois de juillet.

Après l’Avis de la HCC qui a mis une croix sur un projet de référendum dont l’un des principaux objectifs consistait à supprimer le Sénat, le débat sur la cohabitation entre le président de la République Andry Rajoelina et la deuxième personnalité de l’Etat Rivo Rakotovao refait surface. Le second n’est autre que le numéro Un du parti politique auquel est affilié Hery Rajaonarimampianina, celui qui a été déboulonné de son fauteuil par le premier. Pour bon nombre d’observateurs, c’est surtout l’article 52 de la Constitution qui gêne. Cet article 52 de la loi fondamentale dispose : « Par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée, la vacance de la présidence de la République est constatée par la Haute Cour Constitutionnelle. Dès la constatation de la vacance de la présidence, les fonctions du Chef de l’Etat sont exercées par le président du Sénat. » A l’état actuel des choses, ces dispositions constitutionnelles constituent un « danger » pour le pouvoir en place.

Session extraordinaire. La question qui se pose est donc de savoir si comment le président de la République Andry Rajoelina pourrait se débarrasser de l’ombre de Rivo Rakotovao qui a déjà connu le goût de l’intérim à la présidence de la République pendant la période allant de la démission du président candidat Hery Rajaonarimampianina à l’investiture du nouveau président Andry Rajoelina. Ce qui est sûr, c’est que l’actuel président du Sénat ne peut faire l’objet d’une procédure de destitution avant la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. A ce propos, l’article 84 alinéa 2 de la Constitution prévoit : « Lorsque l’Assemblée nationale ne siège pas, le Sénat ne peut discuter que des questions dont le gouvernement l’a saisi pour avis, à l’exclusion de tout projet législatif. » ces dispositions constitutionnelles écartent la possibilité d’une session extraordinaire destinée à la destitution du président du Sénat. Une éventuelle session extraordinaire permettrait uniquement au gouvernement de consulter la Chambre Haute « pour donner son avis sur les questions économiques, sociales et d’organisation des Collectivités Territoriales Décentralisées. »

Deux tiers. Une éventuelle session destinée à la destitution de Rivo Rakotovao ne pourra donc se tenir qu’après la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale. Force est cependant d’anticiper que tout projet de destitution contre les actuels membres du bureau permanent du Sénat a peu de chance d’aboutir. L’article 74 de la Constitution prévoit que ces derniers ne peuvent être démis de leurs fonctions respectives qu’en cas de motif grave par un vote secret des deux tiers des sénateurs. Avec la composition actuelle du Sénat où le parti de Rivo Rakotovao détient la majorité absolue, il serait difficile, pour ne pas dire impossible, de trouver 42 sénateurs à voter pour une destitution. A l’allure où vont les choses, Andry Rajoelina ne pourra se débarrasser de Rivo Rakotovao qu’à l’expiration du mandat des actuels sénateurs prévue en mars 2021.

R. Eugène

Midi Madagasikara3 partages

Antohomadinika : « Motopompe » an-jatony an’i FAO nisy nivarotra

Mitentina eo amin’ny 200 tapitrisa ariary latsaka eo no tetibidin’ireto entan’ny Sampan-draharaha iraisam-pirenena momba ny sakafo, nisy nanodikodina ary nokasaina amidy tetsy Antohomadinika. Fitaovana mpisintona rano na « moto-pompe » miaraka amin’ny kojakojany an-jatony isa any ho any. Ny talata tolakandro teo no nahazo loharanom-baovao ny avy eo anivon’ny pôlisim-pirenana fa misy olona mikasa fitaovana marobe mampiahiahy teny amin’iny faritra Antohomadinika iny. Nidina avy hatrany teny an-toerana izy ireo ka lehilahy iray tokony ho 41 taona no sarona. Moto-pompe maromaro no tratra teny aminy izay voalaza fa handeha hamidiny. Rehefa natao anefa ny fisavàna dia tsy nahitàna taratasy mazava milaza ny fiavin’ireo entana ireo ingahirainy. Nogiazana avy hatrany moa ny entana ary nentina natao famotorana ity lehilahy ity. Tamin’izany indray no nilazany fa entana nangalariny teny Itaosy ireo entana ireo ary mbola misy hafa tany an-tranony. Natao avy hatrany ihany koa ny fisavàna ny tranony teny Antohomadinika ary mbola nahatratrarana izany fitaovana izany miisa teo amin’ny 105 tao aminy, niaraka tamin’ireo fantsona isan-karazany ampiasaina aminy. Rehefa nirosoana lalindalina moa ny famotorana azy dia fantatra fa « entana tafiditra ao anatin’ny « marché »n’ny FAO, saika halefa any Ambovombe sy Taolagnaro ary Amboasary izy ireo » saingy tsy tody tany amin’ny toerana tokony hitondràna azy, hoy ny fampitam-baovao. Voalaza fa mitotaly eo amin’ny 195 510 000 ariary any ho any ny vidin’ireto fitaovana ireto. Taiza ho aiza araka izany no voahodina ireto entana ireto ary iza no tao ambadika ? Voalaza moa fa mbola tsy mijanona hatreo ny fanadihadiana fa mbola mitohy ka inoana fa tsy hoe ela dia ho fantatra ny valin’ireo fanontaniana ireo. Raha ny mikasika ireo fitaovana kosa dia nambara fa efa voaverina amin’ny tompony. Heverina araka izany fa mbola mety ho tonga any amin’ireo faritra saika nitondràna izany ihany izy ireo.

m.L

Midi Madagasikara3 partages

Recettes douanières : Une prévision de 2 690 milliards Ar pour 2019

Le staff de l’administration douanière dirigé par le DGD Lainkana Zafivanona Ernest (au centre) joue le jeu de la transparence.

Le nouveau staff de l’administration douanière joue la transparence totale et entreprend les actions pour que les douanes puissent jouer un rôle important dans la réalisation des objectifs économiques traduits dans la vision du régime actuel.

Les douanes malgaches entendent rester sur le chemin de la performance. Lainkana Zafivanona Ernest, le nouveau Directeur Général l’a confirmé, au cours du déjeuner de presse organisé par son staff à l’Ibis Hôtel, Ivandry.

Actions de réformes

Une performance qui se traduira par une augmentation du volume des recettes douanières qui passeront cette année à 2690 milliards ariary. Soit 263 milliards de plus, par rapport à l’année dernière, où l’on enregistré 2.427,9 milliards d’ariary. « On peut faire mieux, mais nous préférons garder la prudence en ce qui concerne les chiffres » a précisé le D.G des douanes qui entend ainsi renforcer les actions de réformes entreprises pour la modernisation de l’administration douanière. « L’objectif est de faire en sorte que cette performance puisse collaborer à l’atteinte des objectifs de développement défini dans l’initiative pour l’émergence de Madagascar qui sera traduite dans le futur Plan d’émergence Madagascar » a-t-il continué. Sur ce point d’ailleurs, la hausse des recettes douanières sera notamment tirée par l’augmentation des importations des biens d’équipement destinés à la réalisation des projets d’infrastructures, conformément à la vision de l’actuel Président de la République. Un défi à relever, en somme pour la Direction générale des douanes qui adopte une politique de transparence pour donner au public, le maximum d’informations.

Saisies

Notamment sur des sujets économiques importants comme les procédures à suivre pour les saisies d’or réalisées ces derniers temps. La quantité d’or saisi est stocké soit auprès de la douane, soit dans les coffres de la Banque centrale. Si le trafic est avéré, la saisie se transforme en confiscation et l’or devient une propriété de l’Etat qui a le droit de mettre en vente aux enchères. Cependant, la procédure de vente aux enchères pose actuellement un certain nombre de problèmes. Pour ne citer, entre autres, quele choix entre la vente aux enchères ouvertes ou restreintes, l’authentification de l’or saisi, ou encore les mesures à prendre pour la sécurisation de l’or pendant la vente aux enchères, étant entendu qu’il s’agit d’un objet de très grande valeur. Dans tous les cas, la quantité d’or saisi par les douanes est vérifiable.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Trafic  de 220 kg d’héroïne : Une femme appréhendée avec 550.000 euros et 18 millions d’ariary

Une partie de l’héroïne  saisie à Toamasina.

Le dossier du trafic de 220 kg d’héroïne dont 46 kg avait été saisis à Toamasina au mois de mars dernier n’est pas encore clos. Bien au contraire, la douane et les forces de l’ordre poursuivent  les investigations. Et avec de bons résultats puisque la femme de Papa Freddy, le ressortissant sud-africain, présumé chef de ce réseau de trafic vient d’être appréhendée. « Cette femme était en possession de 550.000 euros et de 18 millions d’ariary » a précisé, hier, au cours d’un déjeuner de presse, le Directeur Général des Douanes.  On rappelle  que  ce réseau  est passé par Madagascar pour acheminer cette quantité importante de drogue  sur le marché international. Pour le moment on ne sait pas encore où se trouve le reste des 220 kg d’héroïne. Mais les autorités  multiplient actuellement les efforts pour  Madagascar qui est devenu une plaque-tournante du trafic d’héroïne. Mais grâce aux efforts menés par les autorités locales et l’efficacité de la coopération régionale,  les actions de lutte contre ce genre de trafic commencent à porter leurs fruits.  Des actions qui ne datent pas d’hier puisque depuis deux ans, la douane et les forces de l’ordre sont sur la piste de ce trafic.

R.Edmond.

Midi Madagasikara2 partages

Vohémar : Mpivaro-mandeha nisy nanolana

Renim-pianakaviana iray sahabo ho 40 taona eo no naolan’ny tovolahy iray, tao amin’ny hotely nivantany, tany Ampanefena, distrikan’i Vohémar, ny alin’ny zoma hifoha ny asabotsy teo. Raha ny vaovao voaray, dia tratra alina sendra namonjy tsena tao Ampanefena ity ramatoa mpivarotra makamba avy an’i Vohémar ity, ka tsy tafody ary voatery nanofa efitrano fatoriana tamina hotely iray tany an-toerana. Tamin’ny 11 ora alina anefa, dia nisy tovolahy iray izay voalaza fa zanaky ny tompon’ny hotely niditra nitsaitsaika tao amin’ny efitrano natorian’ ity ramatoa mpivaro-mandeha ity. Niharan’ny daroka sy vono. Rehefa tafiditra tao an-trano ity tovolahy nitondra zava-maranitra, dia nandrahona ho faty an’ilay vehivavy. Noho ny tahotra ny ho faty, nanoloana ny antsy lavalela niendrika sabatra, dia tsy sahy/tsy afaka niantso vonjy ramatoa, fa voatery nanaraka ny sitrapon’ilay mpanolana azy. Raha ny fanazavana azo hatrany, tsy vitan’ny naolana tamin’ny fomba mamohetra ity renim-pianakaviana ity, fa mbola niharan’ny daroka sy vono ihany koa ka naratra mafy. Rehefa nahatsiaro tena izy nony naraina ny andro, dia namonjy ny biraon’ny mpitandro filaminana, ary nametraka fitoriana. Ny andron’io ihany dia nosamborin’ny Zandary natao famotorana lalina ilay tovolahy nahavanon-doza.

Nangonin’i Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Processus électoral : La liste électorale biométrique en attente de financements !

Le basculement vers la biométrie se concrétise. Cette fois, cela touche les listes électorales.

Hier à Nanisana, un cadre de concertation y afférent a eu lieu avec la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) et les représentants de Veridos. Veridos, c’est quoi ? C’est un organisme rattaché au gouvernement allemand, expert en données biométriques et qui va appuyer Madagascar dans ce basculement vers le système biométrique des listes électorales. D’après les informations fournies, cela va durer de six mois à un an et tous les Fokontany de Madagascar, actuellement au nombre de 18 251, en bénéficieront. L’objectif, selon Hery Rakotomanana, le président de la Ceni, est de « garantir la transparence des listes électorales étant un sujet sensible du processus électoral suite aux critiques dont a fait l’objet la Ceni, notamment, lors de la dernière élection présidentielle ».

« Clé en main ». La biométrisation de la liste électorale, comme l’avait indiqué le président de la Ceni, ne sera ni à la charge de la Ceni ni de l’Etat Malgache . « Ce sera une clé en main. Et il nous incombera, à la Ceni et à Veridos, de chercher les financements nécessaires », a-t-il précisé. En effet, Veridos aurait déjà effectué des études y afférentes, et l’installation du système lui reviendra. Puis, il accompagnera le processus, avec l’appui du gouvernement allemand, selon toujours les dires de Hery Rakotomanana. Mais rappelons-le, la biométrie est loin d’être abordable surtout pour un pays vaste et dont la plupart des dix millions d’électeurs se heurtent aux problèmes d’état civil. Ce financement cité par le président de la Ceni sera entrepris par le privé ? Et quelle en sera la contrepartie ? Parce qu’actuellement, aucun détail n’est fourni.

Empreintes digitales. A titre de rappel, une donnée biométrique en rapport avec le fichier électoral doit contenir, au moins, les informations comprises dans le système alphanumérique actuel, en l’occurrence, l’état civil de l’électeur, son origine et le lieu dans lequel il vote. Mais ce n’est pas tout. Les normes imposent, bien évidemment, les empreintes digitales des dix doigts de l’électeur. De ce fait, nous nous demandons sur quel fichier électoral la Ceni va travailler dans la mesure où l’actuel fichier n’est pas « toujours » parfait et nonobstant la refonte et les mises à jour apportées, il n’affiche pas totalement l’exhaustivité et l’exactitude prônées par la Ceni.

Gel de la liste électorale. Un autre point mérite d’être soulevé : le gel des listes électorales. Nous ignorons si les données à rendre biométriques seront celles qui sont collectées avant le gel de la liste électorale (lequel commence le 16 Mai et se termine le 30 Novembre), ou celles qui sont mises à jour durant les révisions annuelles de la liste électorale du 1er décembre au 15 février. Et encore faut-il mentionner que le système biométrique doit être encadré juridiquement. « Nous avons deux dimensions. Si nous partons du droit positif actuel, nous essaierons de cadrer le système biométrique selon le contexte actuel. Par exemple, il n’incombera plus au chef de Fokontany d’écrire tous les noms des électeurs dans son Fokontany. Ce sera la machine qui enregistre les données nécessaires, en fonction du délai prescrit par la loi sur le traitement de la liste électorale. Si nous souhaitons modifier le droit positif actuel, nous paramétrons le système biométrique selon les nécessités », conclut Hery Rakotomanana. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Ampefiloha : Jiolahy matin’ny sabany

Tsy notifirina akory na dia nifanenjehana aza. Saingy kosa matin’ny sabatra nentiny. Ny alin’ny talata teo, manodidina ny tamin’ny valo ora alina, no nisy ilay fahafatesana. Nitsoaka tao anaty elakelan-trano antsoina hoe « axe du mal » eny Ampefiloha-Ambodirano, toerana izay mihazo an’Ampasika raha mitsofotsofoka, ny roa lahy raha vao nahita ny polisin’ny UIR. Teo dia raikitra ny fifanenjehana ary tao anatin’ny fikoropahana no nianjera ny iray tamin’ireo jiolahy. Ratsy fianjera anefa ka ny sabatra teny aminy ihany no nanindrona ny tenany. Feno rà ny vatany ary tsy tana intsony ny ainy. Ilay iray namany kosa tafaporitsaka tao anatin’ny haizina. Raha araka ny fanazavan’ny polisy dia avy nanao fisafoana teny amin’ny manodidina izy ireo manoloana ny antso azo fa nisy herisetra miaro fanendahana. Teo no nifanena tamin’ny olona roa izay nampiahiahy ny fihetsiny. Narahin’ny polisy  nanao fanamiana sivily ireo, saingy nitsoaka avy hatrany raha vao nahita elakelan-trano maizina. Teo amin’ny tratrany no nitsofoka ny sabatra ary nitarika ny fahafatesany avy hatrany. Ny zavatra tsara dia efa manomboka miditra elakelan-trano ny mpitandro ny filaminana ary manaraka ao anaty haizina. Izany no andrasan’ny olona, satria amin’ny toerana mitovy amin’ireo hatrany matetika no tena anjakan’ny mpanao ratsy, kanefa tsy misy sahy manohitra izy ireo raha vao tafiditra any. Mety ihany koa ny fandefasana mpitandro ny filaminana manao fanamiana sivily ary tena tokony hohamafisina aza izany fepetra izany raha tena hiady amin’ny tsy fandriam-pahalemana. Manana mpitsikilo maro mantsy ny jiolahy ary hainy avokoa ny misy ny toerana izay misy ny mpitandro ny filaminana raha vao manao fanamiana.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Union européenne : 520 000 euros pour l’observatoire SAFIDY

L’Ambassadeur de la délégation de l’Union  européenne à Madagascar, Giovanni Di Girolamo, a confirmé hier, son soutien aux actions de l’Observatoire SAFIDY « Observatoire des élections au cœur de la démocratie participative» par la signature d’un contrat de subvention de 520.000 euros financée par l’Instrument européen pour la Démocratie et les Droits de l’Homme- IEDDH. Les actions du projet de l’Observatoire SAFIDY, porté par un Consortium d’Organisations de la Société Civile (OSC) malgache vont contribuer à la tenue d’élections législatives et communales crédibles et acceptées par tous. Le principal objectif de SAFIDY est de renforcer l’engagement des organisations civiles et des citoyens, notamment des jeunes et des femmes, dans l’observation des élections législatives et communales ainsi que dans l’éducation électorale.

Centre d’appel. La section d’observation des élections élargira donc ses zones d’intervention en couvrant environ 50% des électeurs du pays répartis dans 41 districts de 14 régions dont Amoron’i Mania, Vatovavy Fitovinany, Haute Matsiatra, Anosy, Androy, Atsimo Andrefana, Menabe, Boeny, Analamanga, Alaotra Mangoro, DIANA, SAVA, Analanjirofo et Atsinanana. L’observation sera basée sur un dispositif combinant le travail de 5000 observateurs, d’un centre d’appel et de saisie des données, d’un centre de traitement des informations collectées et d’un centre de veille pour la prise de décision rapide engageant plusieurs acteurs électoraux comme la CENI, les Forces de l’Ordre, la CNIDH et le projet PEV sur la prévention des violences électorales.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Ankaditoho-Maroho : Un ressortissant égyptien et son fils retrouvés morts sur un canapé

S’agit-il d’un suicide ou d’un crime passionnel prémédité. Seul le résultat de l’enquête, qui est en cours, pourra répondre à cette question pour savoir ce qui est survenu à une famille égyptienne résidant dans le fokontany de Maroho-Ankaditoho, du côté de Tsimbazaza, le 30 avril dernier. Ce jour-là vers 09 heures 30, le corps sans vie d’un homme ( 30 ans) et de celui de son fils (2 ans) ont été retrouvés dans le salle de séjour de leur maison. Alertés, des éléments de la Police scientifique et technique à Anosy se sont rendus sur le lieu. L’observation des corps a permis de constater que ceux-ci n’ont présenté aucune blessure. Pourtant, les policiers ont trouvé un biberon qui contenait encore du lait près de ces cadavres. Le constat a révélé également qu’avant leur décès, les défunts auraient allumé une cheminée durant la nuit car de la fumée a encore envahi les lieux au moment où les policiers ont débarqué. Compte-tenu de cette circonstance, la cause de la mort de ces deux personnes s’avère être suspecte. Soupçonnant un empoisonnement, la police a envoyé le biberon susmentionné au « service des fraudes alimentaires » à Tsaralalàna pour expertise. Une demande d’autopsie auprès du tribunal a été formulée. Ce qui est inquiétant dans cette affaire, c’est d’entendre que cette nuit-là, selon toujours les informations, l’épouse de cet Egyptien était dans la maison. Que s’était-il alors passé entre ce couple. Pour répondre à cette question, la femme du défunt a déjà passée un premier interrogatoire auprès de la brigade criminelle à Anosy en charge de l’enquête. On attend alors la suite de cette affaire.

T.M.

 

 

Ino Vaovao0 partages

LISI-PIFIDIANANA BIOMETRIKA : Niadian-kevitra sy nampahafantarina ny mpisehatra rehetra eo amin’ny fifidi...

Ity  orinasa ity dia manana traikefa iraisam-pirenena amin’ny fikirakirana ara-biometria  mikasika ny fahafahana mamolavola sy manatanteraka tetikasa lisi-pifidianana biometrika hampiharina eto Madagasikara. Nampahafantarina ampahibemaso ireo mpisehatra rehetra eo amin’ny fifidianana ny tetikasa hamolavola lisi-pifidianana biometrika, omaly,  nandritra ny sehatra ifampidinihana niarahan’izy ireo tamin’ny céni.

Namelabelatra mikasika ity tetikasa ity ny orinasa «  Veridos-Identity Solution  », omaly tetsy Nanisana ary nisy ihany koa ny ady hevitra sy fanontaniana narahim-baliny avy amin’ireo antoko politika sy fiarahamonim-pirenena tonga nanatrika io fotoana io. Nisongadina nandritra izany fa mbola maro ireo pitsopitsony ilàna fandalinana momba ny fanatanterahana  ny tetikasa mba ho tetikasa hifanaraka sy hirindra amin’izay voalazan’ny lalàna mifehy ny zotram-pifidianana sy ny asa atao rehetra manodidina izany no ho voavolavola. Voaresaka nandritra ity adihevitra ity ihany koa ny mahakasika ny fotoana hanatanterahana ny fanavaozana isan-taona ny lisi-pifidianana. 

«  Tokony ho mandritra ny fotoana hanatanterahana ny fanavaozana isan-taona ny lisi-pifidianana ihany no hanatanterahana ny fisoratana anaran’ny mpifidy sy ny fandraiketana izany anaty lisitra biometrika  », hoy ny tompon’andraikitra avy eo amin’ny orinasa voalaza etsy ambony. Fantatra nandritra io omaly io ihany koa fa ankoatra ny  lisi-pifidianana dia anaovana fandalinana miaraka amin’ny orinasa Veridos-Identity Solution ihany koa ny fanangonana voka-pifidianana azo antoka amin’ny fomba manaraka ny teknolojia mba tsy hiandry fotoana ela sy maharitra tahaka ny teo aloha intsony ny famoahana voka-pifidianana indrindra amin’ireo tany saro-dalana.

N.A

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA AO SAMBAVA : Taraiky amin’ny fidinana an-tsehatra ny mpitandro filaminana

Tamin’ny alatsinainy 6 mey teo no fantatra fa fanombohan’ny hetsika hiadiana amin’ny tsy fandriampahalemana ao amin’ny Faritra Sava, izay nambara tamin’ny fomba ofisialy natrehin’ny Lehiben’ny Omc -Reg sy ny avy ao amin’ny Faritra, ny hanaparitahana ireo  zandary maherin’ ny 200, araka ny fanomezam-baovao avy any an-toerana. 

Ny zava-misy anefa dia roa andro mialohan’ny hanaparitahana ireo mpitandro filaminana ireo dia nitrangana fanafihana mitam-basy tao Besopaka Sambava, dia ny  sabotsy 4 mey tamin’ny misasakalina hifoha alahady 5 mey. Araka ny fanampiam-baovao hatrany dia naharitra adiny iray ny fanafihana nataon’ireo jiolahy. Ka tokantrano  roa samihafa an’ny fianakaviana iray no lasibatra tamin’izany.Nifandimbiasan’ireo jiolahy notafihana ireo mpiraitampo ireo ka ny iray tamin’izany  mpikirakira lavanila. 

Raikitra ny fifanjevoana raha tafiditra tao an-tranon’ity farany ireo jiolahy satria  tsy nanaiky lembenana ilay tompon-trano araka ny fanampim-baovao hatrany. Fipoahan’ny basy, no nanaitra ny manodidina ary niara-nisalahy ny hanavotra ny lasibatra. Nirifatra nandositra ireo olon-dratsy. Araka ny vaovao voaray ihany dia  tsy latsaka ny enin-dahy ireo jiolahy,  araka ny fanamarihana nataon’ireo voatafika. 

Manoloana ity trangana fanafihana mitam-basy tao Sambava farany ity, dia nitondra ny alahelony ireo olona voatafika ireo amin’ny fomba fiasan’ny mpitandro filaminana tao an-toerana. Araka ny volaza dia nanao ezaka ireo voatafika ireo  niantso mpitandro filaminana taorian’ny fanafihana, mba hanamora ny fisamborana haingana ireto olon-dratsy nefa ny avy amin’ny polisy nilaza fa tsy afaka mihetsika noho ny tsy fananana fiara. Etsy ankilany  ny zandary dia adiny telo niantsoana azy ireo vao tonga teo an-toerana. Manao antso avo araka izany ireo voatafika mba tokony hijerena vahaolana mahakasika ny tandrevaka ataon’ny mpitandro filaminana, taraiky amin’ny fidinana an-tsehatra raha sendra fanafihana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY FITSARANA : Iharan’ny lalàna avokoa izay mampihatra fitsaram-bahoaka

Misy fepetra ihany koa ny ahafahany manao izany ka anisan’izany ny fanaovana izany amin’ny fotoam-pitsarana anatin’ny lapan’ny Fitsarana. Ny olona rehetra na andian’olona, na olon-tsotra, na olom-boafidy na olom-boatendry na mpitondra fanjakana dia ambanin’ny lalàna avokoa. Ka tsy maintsy iharan’ny lalàna avokoa izay rehetra voasaringotra amin’ny fitsaram-bahoaka, satria ny lalàna mihitsy no mandrara izany. Raha mahafaty olona dia efa miomana amin’ny sazy miandry azy satria raran’ny lalàna ny famonoana olona. 

Izay rehetra mitsabaka amin’ny andraikitra tsy azy dia voasazy  ; tsy amin’ny anaran’ny mpitsara mamoaka didy no amoahana ny didy fa amin’ny anaran’ny vahoaka Malagasy. Misy ny lalàna ka tsy maintsy manaraka izany avokoa ny rehetra, hoy hatrany izy. Tato ho ato mantsy dia nirongatra ny asan-jiolahy. Maro ireo mpitandro filaminana izay heverina ho tandroka aron’ny vozona no miray tsikombakomba na mandray anjara mihitsy amin’ny  asan-jiolahy sy fanafihana isan-karazany. Tsy matoky Fitsarana intsony ny vahoaka satria miditra am-ponja androany dia mivoaka rahampitso ireo jiolahy, raha tsy hilaza afa-tsy ry Randria sy ny namany izay nanafika ny microcred teto  Mahajanga. 

Tsy nijanona ela tany am-ponja ary voalaza fa efa nandray anjara tamin’ny fanafihana mitam-piadiana tany Antananarivo indray. Na ireo mpitandro filaminana izay tena manao ny asany amin’ny fo koa aza dia kivy ambony ihany indraindray satria ny jiolahy samborina androany ihany no mbola samborina rahampitso koa, nefa mihatra aman’aina ny fisamborana azy ireny.

Noho ny tsy fisian’ny fitokisana izay dia nirongatra ihany koa ny fitsaram-bahoaka satria dia mijaly loatra izy ireo noho ny fanafihana, fakana an-keriny, fandrobana ary famonoana ataon’ireo jiolahy. Nisy ny namorona dina ifampifehezana eny amin’ny fokontany sy kaominina ka izay tratra dia manefa hatramin’ny ainy. Nirongatra araka izany ny fitsaram-bahoaka. Misy fanararaotana ihany koa anefa ny fampiharana ireny dina ireny indraindray, ka lasa ny tsy manan-tsiny no mamoy aina. Nisy ihany koa ireo mpitandro filaminana tratry ny fitsaram-bahoaka toy ny tany Antsakabary sy ny tao Maroantsetra. 

Ny tany Antsakabary moa dia nisy ny fanasaziana izay manitsakitsaka tanteraka ny zon’olombelona nataon’ireo polisy, satria nisy ny fampahoriana ara-batana sy ny fandorana tanàna, izay tafiditra ihany koa amin’ny atao hoe fitsaram-bahoaka satria tsy natao hitsara ny polisy. Vonona ny hametraka ny tany tandalàna ny fitondram-panjakana ankehitriny. Saingy ilana fandraisana andraikitra isan’ambaratonga izany, indrindra ny hisian’ny rariny sy ny hitsiny amin’ny didy avoakan’ireo mpitsara tompon’ny teny farany. Tsara ny manasazy ny mpandika lalàna ary tokony hatao mitovy avokoa ny Fitsarana ireo ambany lalàna, ary indrindra tazomina ao an-tsaina fa ny fiarahamonina no tandrovina amin’izany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANDOHARANO TSIMBAZAZA : Vatobe milanja 500 taonina eo ho eo ahiana hihotsaka

Maro ny trano fonenana eny amin’ny manodidina  io  vato  io ary eo indrindra no ahiana mafy sao  hampitera-doza hamoizana ain’olona maro indray, izay  efa tranga nisesisesy teo aloha teo. Hentitra noho izany ny  eo anivon’ny   bngrc  ary tsy maintsy  nandray fepetra  ny amin’ny  famindrana  ireo olona mipetraka manodidina izany satria dia tsy maintsy hapoaka io vato io. 

Tsy andrasana ela intsony,  hoy ny  Sekretera mpanatanteraka  ny asa  Kolonely Olivier Andriankaja   fa ny herinandro   ho avy izao  dia hatomboka ny  fanesorana  ireo olona  izay hafindra toerana. Marihana,  hoy ity farany  ny  faharetan’ny  asa izay mety  ho manodidina ny  telo volana eo ho eo ny  antony tsy maintsy hialan’ireo  mponina eny amin’ny manodidina  mba hitandroana ny loza manambana tahaka izao.  Mety   hananosarotra   rahateo  koa, hoy  izy  ireo ny fanapoahana  ny vato  ka misy  ny safidy  roa  napetraka  dia ny  fanapoahana ireo vato amin’ny  alalan’ny fampiasana “dynamite artisanale”  kanefa atahorana ihany ny loza mety haterak’ izany. Ny  hevitra faharoa manaraka  raha  tsy hiditra amin’ny  fampiasana  azy io dia voatery amin’ny famakiana ireo vatobe amin’ny tanana. Vatobe miisa 23 eo ho eo no  hopotehana  ka eo am-pandinihana ny  fepetra horaisina ny tompon’andraikitra hatreto, aorian’izay  kosa dia  ny  famitana ny asa  avy  hatrany.  Raha ny fanazavana voaray  hatrany dia  mbola hitohy  ny  fandraisana fepetra amin’ireo  toerana  izay isany mbola atahorana eto an-drenivohitra  toy ny eny Avaratr’Ankatso, Ambanin’Ampamarinana, Andrefan’Ambohijanahary, Tsimialoanjafy…

Fianakaviana maro no efa lasibatry ny  fihotsahana             Efa betsaka no rava fiainana, nindaosin’ny fahafatesana tampoka  vokatry ny fihotsan’ireo   vatobe  teny Andoharano, Ambanin’Ampamarinana  sy ny eny amin’ny manodidina. Efa nisy ny fepetra noraisina manokana ny amin’ izany  dia ny  namindrana ireo  olona  ireo amin’ny toerana hafa mba hitandroana ny  ain’izy ireo. Misy  tokoa ireo olona nijoro vavolombelona tamin’izany fa hiala  ny trano fonenany  na dia hamorona  fiainana vaovao indray aza, ao kosa anefa ireo  mbola hita miziriziry  amin’ny  heviny noho ny  fisian’ireo tranobe  naorina teny ambanin’ireo vato ireo ka milaza ny  ho tsy afa-miala eny intsony. Na  izany aza anefa dia ho hentitra ny tompon’andraikitra ankehitriny manoloana ireo loza mitatao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA HAFARI MALAGASY : Nivoaka omaly ny didim-pitsarana, afaka noho ny fisalasalana i Jean Nirina

Omaly no nivoaka ny didim-pitsarana mahakasika an’ity raharaha ity ary fantatra tamin’izany fa afaka tamin’ilay raharaha niampangana azy izay nangatahan’ny mpitory onitra 60 tapitrisa ariary taminy ny lehilahy. Raha tsiahivina dia notorian’ny teratany karana iray mahakasika ny kianjan’Anosizato ny lehilahy. Rehefa raikitra ny ampamoaka mahakasika ity raharaha ity dia nambaran’ilay karana nitory azy fa nandrahona olona iray tao amin’ny haino aman-jery tsy miankina iray ny lehilahy ka nidoboka am-ponja vonjimaika rehefa avy nosamborina teny Itaosy. 

Tsy nionona tamin’ny fitoriana fotsiny anefa ilay karana mpitory fa mbola nangataka onitra 60 tapitrisa ariary tamin’ity filohan’ny Hafari Malagasy ity ihany avy eo. Vantany vao nivoaka ity didim-pitsarana ity dia nanentana sy nisaotra ny Fitsarana ingahy Jean Nirina Rafanomezantsoa ary nanambara fa mbola hijoro hatrany ka tsy hanaiky ny tsindrihazolena ataon’ireo tsy maty manota eto amin’ny firenena.

N.A

Ino Vaovao0 partages

FIFIDIANANA DEPIOTE AO MAHAJANGA FAHAROA : Nifanao velirano fa hanaja ny lalàm-pifidianana ireo kandida

Kandida valo na koa ny solontenan’izy ireo no tonga niatrika izany fihaonana natao izany tao amin’ny biraon’ ny distrikan’i Mahajanga faharoa etsy Mangarivotra. Nampahatsiahivina nandritra izany ny lalàna fehizoro laharana 2018-010 ny 11 avrily 2018 mifehy ny fifidianana eto amin’ny tanin’ny repoblikan’i Madagasikara. Dia ireo andraikitra ny kandida isany avy, mba tsy hanao fihantsiana na koa fanaratsiana ny kandida mpiara-milatsaka mandritra ny fotoanan’ny fampielezan-kevitra. 

Efa ho hateloana izay no nanombohan’ny fampielezan-kevitra tao amin’ity distrikan’i Mahajanga faharoa ity, saingy tsy mbola naharaisana tatitra mifanohatra amin’ireo fandikan-dalàn’ireo kandida ny tao amin’ny lehiben’ny distrika. Izany raha teo no tanjona, hoy  Rakotonindriana Tolotriniaina Zanoelihaingo, lehiben’ny di’trikan’i Mahajanga faharoa, ary miantso ny rehetra mpilatsa-kofidiana ny tenany mba tena hitandro tahaka ny anaka andria-maso ireo lalàna velona mifehy ny fifidianana amin’izao fotoan’ny fampielezan-kevitra izao, ka hatramin’ny fotoam-pifidianana, mba ho fanajana ny fihavanana. 

Efa tonga ao amin’ny biraon’ ny distrika  koa izao ireo karazana fandaharam-potoana mifandraika amin’ny hetsika fampielezan-kevitra ataon’ ny kandida isany avy ato amin’ity distrika ity. Ka ity farany no mandrindra toerana sy tetiandro mifanaraka amin’ny fangatahan’ireo kandida miisa valo mpilatsaka hofidiana ho solombavambahoaka ao amin’ity distrika ny Mahajanga faharoa ity. Izany no atao hoy ny lehiben’ny distrika dia ny mba tsy hifanitsahan’ny fampielezan-kevitra ao amin’ny toerana iray, hisorohana amin’ireo korontana mety haterak’izany.

Marcos.

Ino Vaovao0 partages

FIFEHEZANA FITONDRAN-TENA : Maro ireo kandidà nanaiky hanao sonia ilay sata manokana

Ny alahady 5 mey lasa teo, araka ny lamina napetraky ny teo anivon’ny filan-kevitry ny fampihavanana Malagasy (Ffm) sy mpiara-miombon’antoka rehetra no fe-potoana farany ahafahan’ireo kandidà ho solombavambahoaka manao sonia ilay sata manokana natao hifehezana ny fitsipi-pitondran-tenan’izy ireo mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana izay narafitra tao anaty boky kely antsoina hoe  : “Toky nomena”. Amin’ny ankapobeny, nahomby ny ezaka nataon’ireo mpamolavola ity tetikasa ity. Azo lazaina ho nahaliana an’ireo kandidà, ireo votoatin-kevitra tao anatin’ilay boky ary maro tamin’izy ireo no nanaiky nanao sonia. 

Raha tsy misy ny fiovana dia amin’ity herinandro ity no hampahafantatra amin’ny fomba ofisialy ny anaran’ireo kandidà nanao sonia ny Filan-kevitry ny fampihavanana malagasy. Tsy vao sambany fa efa nisy ny sata manokana natao hifampifehezana ny fitsipika amam-pitondran-tenan’ireo kandidà tamin’ny fifidianana Filoham-pirenena farany teo. Raha atao ny fampitahana dia narisika kokoa ireo kandidà ho solombavambahoaka miohatra  tamin’ireo kandidà ho Filoham-pirenena. Tany amin’ny Distrikan’i Miarinarivo iny, ohatra, dia nanao sonia avokoa ny kandidà rehetra, izany hoe nahatratra zato isan-jato. 

Araka ny fanazavana noentin’ny teo anivon’ny Ffm dia nisy fari-pifidianana miisa 20 no tsy tratra antso nandritra ny fanentanana tamin’ny fanaparitahana ny “Toky nomena”. Ireto farany dia tsy hoampidirina ao anatin’ny fanisana farany ny tena isan’ireo kandidà nanaiky hanao sonia. Misy amin’ireo fari-pifidianana alavitra ihany koa no tsy afaka nanao sonia noho ny olana teo amin’ny lalana sy ny fitaterana. Anisany tanjona apetraka amin’ny famolavolana ity sata mifehy ny fitsipi-pitondran-tenan’ireo kandidà ity ny hamerenana ny hasin’ny solombavambahoaka sy ny lapan’ny antenimieram-pirenena Tsimbazaza. Ankoatr’izay ny mba hirindran’ny fifidianana ao anaty soatoavina manaja ny maha malagasy.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiofanana arak’asaFototra ijoroan’ny fampandrosoana

Nisy ny atrikasa nanadihadiana momba ireo ivontoerana fampiofanana arak’asa amin’ireo sehatra 5 lehibe nataon’ny Tahiry Famatsiam-bola ho Fampiofanana ny mpiasa (FMFP).

Amin’izao fotoana dia nanambara ny tompon’andraikitra fa maro ny tanora mivoaka amin’ny anjerimanontolo no tsy miasa satria tsy mifanaraka amin’ny zavatra iandrasan’ny orinasa mihitsy ny fiofanana narahina. Etsy an-daniny, 3,2% monja amin’ireo tanora miasa eto Madagasikara no mba mahazo fanofanana arak’asa. Ny sehatra fizahantany, ny fananganan-trano (BTP), ny fampandrosoana ny tontolo ambanivohitra, ny teknolojia vaovao (TIC) ary ny lamba (textile) no voakasika  tamin’izao atrikasa fampiroboroboana ny fanofanana arak’asa  izay vatsian’ny fandaharan’asa PROCOM avy amin’ny Vondrona Eoropeanina izao. Betsaka ireo sehatra tena mbola ilàna fampiofanana arak’asa ary ny ankamaroan’ny orinasa mba manatanteraka fampiofanana dia ao aminy ihany no tanterahina fa tsy mba maka mpanofana arak’asa matihanina.  Mbola mila ezaka be ny fampivoarana izany sy ny resaka kalitaon’ny fiofanana. Tanjon’ny FMPF ny hampiakatra ny kalitao, indrindra ny amin’ireo sehatra lehibe manainga toekarena ireo. Nivoitra tamin’ity atrikasa ity ihany koa ny famolavolana ireo karazam-piofanana tena ilain’ny olona miasa eny anivon’ny orinasa tsirairay na ireo mpandraharaha. Tokony hohamafisina bebe kokoa ny fiaraha-miasa amin’ny minisitera miandraikitra ny fanofanana arak’asa sy ny sehatra tsy miankina izay tena mila an’io fampiofanana io, hoy ny ankamaroan’ny mpandray anjara satria miainga amin’izany ny fampivoarana sy fampandrosoana ny orinasa

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitombon’ny toekaren’i MadagasikaraHampihatra ireo modely fikajiana vaovao ny INSTAT

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly alarobia 08 mey tetsy amin’ny Hotely Carlton Anosy ny fomba fikajiana vaovao ny fitombon’ny harinkarena ankapobeny eto Madagasikara.

 

 Anisan’izany ny fikirakirana vaovao ny kaonty nasionaly (Comptes Nationaux) izay mandrafitra vokatra miditra sy mivoaka amin’ny orinasa eto amin’ny firenena. Eo ihany koa ny fikajiana ny vidin’entana hamaritana ny vidim-piainana vaovao (NIPC). Nanamarika ny solontenan’ny Banky manerantany fa mbola anisan’ireo firenena 2 mampiasa ny rafitry ny fikirakirana Kaonty Nasionaly tamin’ny taona 1968 (SNC-68) i Madagasikara. Efa nilaozan’ny toetrandro izy io ankehitriny satria ny firenena rehetra efa mampiasa ny fandrindrana ny kaontim-pirenena SNC 93 avokoa hikajiana ny harinkarena faobe. Izany no anton’ny fanavaozana mba hampiseho ny zava-misy marina amin’ny toekarena ny tarehimarika kirakiraina. Raha niainga tamin’ny taona 1984 ny Kaonty Nasionaly dia nataon’ny INSTAT taona 2007. Tahaka izany ihany koa ny NIPC, niainga ny taona 2016 raha toa ka taona 2000 no nanaovana ny kajy taloha. Rariny raha atao ireny satria raha tamin’ny taona 1984 ohatra dia tsy mbola misy orinasa afaka haba kanefa amin’izao efa maro be sady mampiasa olona maro no misy amin’ny harinkarena faobe. Mahakasika ny IPC dia hatramin'izay noferana karazana entana miisa 10 ihany no hikajiana ny vidim-piainana ary hita ho tsy mampiseho ny zava-misy marina satria fantatra ny fiakaran’ny filana isan’andro. Entana miisa 250 no hadihadiana isan’andro amin’ity NIPC ity mba ho marina ny fanadihadiana ara-toekarena atao. Takian’ny mpamatsy vola tahaka ny Banky maneran-tany sy ny Tahirim-bola Iraisam-pirenena ihany koa ny fanovana hikirakirana tarehimarika ara-toekarena tahaka izao handraisan’izy ireo ny fanapahan-kevitra amin’ny fanampiana homeny.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Nirina HAFARI Nafahan’ny fitsarana madiodio

Nivoaka omaly ny didy momba ilay raharaha kianjan’Anosizato izay nitoriana karana mpanam-bola iray ny filoha nasionalin’ny fikambanana HAFARI Malagasy Rafanomezantsoa Jean Nirina.

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsiam-bolan’ny Vondrona EoropeaninaNy Malagasy no mahafantatra ny laharam-pahamehany

Mbola ao anatin’ny fanamarihana ny herinandron’i Eoropa ny fihaonana narahina adihevitra mikasika ny banjina ara-toekarena notontosaina tetsy amin’ny Hotely IBIS Ankorondrano omaly alarobia 08 mey.

 

 Tanjona ny hikatsahana hatrany ny tombontsoan’i Madagasikara ny amin’ny fiaraha-miasa amin’ny vondrona eoropeanina. Nivoitra tamin’izany fa manana ny fahalalahany tanteraka i Madagasikara hametraka izay fandaharan’asa laharam-pahamehana ny amin’ny famatsiana vola atao aminy mba hiteraka tombontsoa ho amin’ny Malagasy rehetra. Malalaka ny Malagasy amin’ireo sehatra maro toy ny fametrahana ny demokrasia sy ny fanjakana tsara tantana, ny angovo  sy ny fikajiana ny tontolo iainana ary ireo maro hafa izay hahazoana famatsiam-bola amin’ny vondrona eoropeanina. Tsiahivina fa vola 492 tapitrisa euro no efa navoakan’ny vondrona eoropeanina ho an’i Madagasikara anatin’ny vatsy ara-toekarena ho an’ny fampandrosoana andiany faha-11.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo R sy Lalatiana ARaikitra ny ady…

Ny alatsinainy 06 mey lasa teo no namoaka fanambarana maneho ny fisiana karazana sivana sy antsojay tsy fahafahan’ny antenimierandoholona mandefa vaovao amin’ny haino aman-jerim-panjakana TVM sy RNM Atoa Rivo Rakotovao, filohan’io andrim-panjakana io.

 

Novantaniny ny fisian’ny sakana ny karazana sivana noho fanomezana baiko ny mpiasan’ny haino aman-jerim-panjakana tsy handrakotra ny hetsika ataon’ny antenimierandoholona. Nisy mihitsy ny an-kivy natao, toy ny fakan-kevitra nataon’ny antenimieram-pirenena niarahana tamin’ny Friedrich Ebert, ny mpikamban’ny firaisamonim-pirenena sy ny mponina tany amin’ny faritra ary ny tompon’andraikitry ny orinasa QMM tany Tolagnaro,… hoy ny fanazavana. Andrim-panjakana ny antenimierandoholona, saingy minisitra no manao sakana sy sivana tsy hahafahana mampita vaovao tao anatin’ny haino aman-jerim-panjakana, raha dinihina. Toa hita taratra ao anatin’ny raharaha ny resaka HVM sy MAPAR. Namoaka valin-kafatra moa ny teo anivon’ny minisiteran’ny serasera sy kolontsaina izay nanambara fa gaga sy talanjona nanoloana ny fanambaran-dRakotovao Rivo. Nilaza io minisitera eo ambany fitantanan-dRamatoa Lalatiana Andriatongarivo io fa tsy nisy baiko avy aminy ny sivana ho an’ny andrim-panjakana iza na iza. Niresaka ny maha zava-dehibe ny hanokafana fanadihadiana momba io raharaha io ny  minisiteran’ny serasera, izay nilaza fa tsy nisy ny baiko hentitra tsy handrakofana ny hetsika karakarain’io andrim-panjakana io. Iza no diso sy marina ao anatin’ity raharaha ity ? Ny tsy azo lavina dia misy ambadika sy lonilony politika ny raharaha, kanefa misy fiantraikany amin’ny raharaha anatin’ny firenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsaboana ny aretin’ny voaMisy ny tetikasa hananganana hopitaly eto Antananarivo

Mihamitombo hatrany amin’izao ireo olona mararin’ny voa eto amintsika. Raha manodidina ny 70 isa eo ho eo ireo mpikambana ao anatin’ny FMIR na ny federasionan’ny marary voa eto Madagasikara,

dia mbola maro tsy tambo isaina ireo marary eto an-toerana sy any amin’ny faritra tsy fantatra. Amin’ny ankapobeny, mamoy ny ainy tsy fidiny ny ankamaroan’ny marary izay tanora manodidina ny 24 taona avokoa ny ankamaroany raha dimy taona no zandriny indrindra. Mila manana 5 tapitrisa Ar isam-bolana mantsy ny marary iray hanaovana dialyse miaraka amin’ny fanafody isan-karazany sy ny fanaovana analizy raha te ho velona.  Ho an’ireo te hanao grefy ny voany indray na “transplantation” dia tsy maintsy any Inde na Frantsa no hanaovana izany izay handoavana volabe manodidina 80.000 Euros eo ho eo ka tsy zakan’ny fahefa-mividin’ny marary. Mba ho fanampiana ny Malagasy mararin’ny voa ary dia fantatra fa hisy ny tetikasa hananganana hopitaly hitsaboana izany eto Antananarivo. Hiarahan’ny firenena Indiana amin’ny alalan’ny masoivohony miasa sy monina eto amintsika sy ny fanjakana izany.  Mbola eo am-piketrahana azy ny roa tonta ankehitriny. Raha ny nambaran’ny teo anivon’ny federasiona moa dia mahavita ity fanaovana grefy ny voa ity daholo ireo dokotera eto amintsika saingy ny fitaovana no tsy ampy. Hangatahin’izy ireo ihany koa ny hanokafana ivontoerana fanaovana dyalise ho an’ireo marary any amin’ny faritra.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy misy miova

Ny tanana zatra mitsotra, hono, tsy afa-mivonkona intsony. Raha ny zava-misy ankehitriny tokoa no jerena dia hita ho mbola misy dindony amin’ny fitondrana ankehitriny foana ny fahazarana mandray fanampahan-kevitra letrezana toy ny tamin’ny 10 taona lasa.

 

 Iny niaraha-nahita iny moa farany teo ny zava-nitranga teo anivon’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ry zareo eo anivon’ny tontolon’ny sinema Malagasy. Tranga izay inoana fa tsy maintsy hisy tohiny. Dia tena tsy maintsy nanao toy ireny tokoa ve ? Tsy dia any amin’ny resaka ara-dalàna na tsia na diso sy marina no tokony hipetrahan’ny adihevitra eto fa any amin’ny toeran’ilay soatoavina lazaina fa kasaina haverina sy ilay fiovana tiana hapetraka. Toa mbola ny kolontsain’ny “Anay izao ny tanàna” ihany aloha no hita taratra hatreto. Toa tsy mahagaga raha tsy misy miova toy izany koa ny fanaovana politika eto amin’ny firenena raha mijery ny fomba fampielezankevitr’ireo kandida ho solombavambahoaka ? Asa na inona loatra no hifandraisan’ny atao hoe “Hevitra” amin’ny sio na gisa na gana na koveta sy izay rehetra atolotolotr’ireto kandida maro dia maro ireto ny vahoaka mihaino ny “fampielezan-keviny”. Solombavambahoaka, rafitra hanao lalàna, ilay ho fidiana saingy toa na ny teny hoe lalàna aza dia hita ho saika zara raha heno eny am-bavan’ireto te ho solombavambahoaka tao anatin’izay 3 andro nisian’ny propagandy izay. Eny fa na hatrany amin’ny fiomanana na ilay “precampagne” aza. Ity hoe fiomanana ity koa dia mbola niaraha-nahita hatrany ihany koa fa mbola isan’izay endriky ny fiovana tsy misy izay. Mbola samy mody fanina ihany ireo rafitra mikarakara sy manara-maso ny fifidianana mikasika azy io amin’ilay valin-teny tsy tompon’andraikitra hoe tsy azo atao fa tsy hita izay hanasaziana azy. Efa voadika daholo ny lalàna, hoy ny vazivazy zaritenany vao mody manao fifanekena sy sata hanoherana. Mbola miaina anaty fahantrana na ara-tsaina na ara-batana na ara-panahy ny ankamaroan’ny olom-pirenena, ankoatry ny fahantrana ara-materialy moa izany. Aiza moa no tsy hipetraka ny ahiahy hoe ndrao dia singa hanamafisana ny fanjanahantany vaovao ary ny famerenana ireo rafi-panjanahana toy ny governora? Sao dia izay rahateo no tena tao ambadik’ilay fehezantenin’ny filohan’ny HCC malaza hoe ho anareo izay tena mahalala tsara ny tantara, tena izy fa tsy nosoratana ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Solonandrasana MahafalyTsy hita popoka…

Tsy re feo sy tsy re tsaika intsony ny praiminisitra teo aloha Atoa Mahafaly Solonandrasana Olivier.

 Narary ve sa efa lasa nisidina nanorim-ponenana any ampitan-dranomasina ? Tahotra ny raharaha fahazoan-dalana mamily tsy tena ara-dalàna sy mamaly ny fenitra takiana teo ambany fiadidian’ny minisiteran’ny atitany notantaniny ve ? Sa kosa noho ny raharaha kolikoly samihafa nahavoatonona ny anarany toy ny raharaha Claudine Razaimamonjy izay mitohy indray ny fanapaingorana ireo voarohirohy hafa ? Toa mampitombina ireny zava-boalaza ireny izao tsy fahitana azy izao. Olana ho an’ny mpitondra eto amintsika ny tsy fananana fahasahiana miatrika sy misedra ny mety ho setrin’ny zavatra natao. Azo sokajiana ho telo amin’izao no niafaran’ireo mpitondra teo aloha. Nisy ny nisafidy ny hiara-dalana tamin’ny filoha ankehitriny, saingy toa mbola mitanontanona miandry seza ao. Ao no mbola miala nenina nirotsaka hofidiana ho solombavambahoaka, ary ao no tsy re feo sy tsy re tsaika intsony. Ireo mety nanana dosie maloto samihafa, dia samy mitady fomba hierena, ka na tsy miteny sy tsy maneho hevitra fa mifitsaka tsara eto na any ampita, na miezaka ny miery ao anatin’ny fanjakana izay sokajiana ho mpifanandrina ara-politika na koa miezaka mitady seza amin’ny alalan’ny fifidianana hahazoana zo tsy azo henjehina raha mahatsapa sy matahotra ho lasibatry fanenjehana ara-pitsarana. Toa hifandimbiasana hatrany io fomba amam-panao io tato ho ato, izay toe-javatra anisan’ny mamotika ny firenena sy ny fomba fanaovana politika, indrindra manome vahana ny tsimatimanota.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Arofenitry ny PrezidansaNametra-pialana i Lila Andriambalo

Somary nanaitra ihany ny nahare omaly hariva fa nametra-pialana ny talen’ny arofenitra eo anivon’ny fiadidiana ny repoblika, dia Ramatoa Randrianarivony Andriambalo Lila izay anisan’ireo olona tena akaiky ny filoham-pirenena ary teo anilany hatrany.

 

Noho ny antony ara-pahasalamana no nandaozany ny asa aman’andraikiny raha ny fanamarinam-baovao natao omaly. Izy rahateo moa efa 60 taona mahery,  izany hoe efa tafiditra ao anatin’ny sokajin-taona tokony hisotro ronono saingy noho ny fahazotoany sy ny finiavany hitondra ny anjara birikiny amin’ny fampandrosoana ny firenena dia mbola nanaiky nisalotra ny andraikitra nanendrena azy ho talen’ny arofenitra eo anivon’ny prezidansa ihany nanomboka ny 24 janoary 2019. Tena mahaliana ny sain’ny mpanara-baovao ity resaka iray ity satria herinandro vitsivitsy izao no efa mivoaka ny vaovao fa sarotsarotra iainana ihany ny rivotra ao ambonimbony amin’ny fitantanana ny firenena ao, ary ireo mpiara-miasa fahiny mihitsy no lasa tsy mifankahazo resaka. Fantatra fa miezaka isan’andro mandamina sy mikaroka ny paikady hampirindrana ny asa ny filoha Andry Rajoelina saingy efa be loatra ny teboka  manomboka tsy hifankahazoana eo amin’ireo mpiara-miasa aminy ka sarotra ny fanapahana. Ekena fa amin’ny maha olombelona, mety misy ny tsy fahatomombanana ara-pahasalamana tampoka mety tsy hahazakana intsony ny asa aman’andraikitra, saingy fantatra ihany ny setroka sy tomany. Mibaribary izao fa tena manana olana ny mpitantana na inona na inona adihevitra atao sy fanambarana ofisialy avoaka. Misy zavatra tsy milamina ao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ivontoeram-panofanana arak’asa etsy AmbohidratrimoNotsidihan’ny talen’ny UNESCO

Tonga nitsidika ny ivontoeram-panofanana arak’asa etsy Ambohidratrimo omaly ny tale rejionaly eo anivon’ny Unesco izay rafitra iraisam-pirenena eo anivon’ny firenena mikambana, Ann Therese Ndong Jatta.

 

Ny taona 1963 no niorenan’ity toerana ity fa ny taona 1968 kosa no nitokanana azy. Ny taona 2000 vao tafavadika ho ivontoerana arakasa ary tao anatin’izay 50 taona izay dia niandry foana ny hahafeno ireo fitaovana ahafahany miatrika izany. Vao tamin’ny taon-dasa kosa no nanombohany niara-niasa tamin’ny Unesco ary  voambara ho ezaka tontosa tao anatin’izay moa ny hoe 30 isa tamin’ireo mpiofana 35 no efa nahita asa. Tanjona hiarahan’ny roa tonta ny hampitombo ny lentam-piofanana eo anivon’ity toerana ity mba hitomboan’ny mpiara-miombon’antoka ihany koa, indrindra ny hahaizan’ireo mpiofana manangana orinasa azy manokana.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kandida nanao sonia toky nomenaHampahafantarina amin’ny zoma

Natomboka ny talata 30 aprily ka hatramin’ny 4 mey 2019 teo tetsy amin’ny CFM Ampefiloha ny fanasoniavana ilay antsoina hoe “

 

Toky nomena” na ny satan’ny fitondrantenan’ireo kandida ho depiote eto Analamanga. Toy ny tamin’ny fifidianana filoham-pirenena teo ihany dia niteraka adihevitra be hatrany ary naha ela ny fotoana mihitsy ny resaka sazy tokony ho azon’ireo izay tsy mankato ity sata ity. Raha fintinina moa ny valin-tenin’ireo mpikarakara dia hoe “sazy ara-moraly” no misy. Anisan’ny fanontaniana mipetraka anefa ny hoe sazy hafa aza tsy atahoran’ny ankamaroan’ny mpanao politika Malagasy ka maika fa izany ? Ho an-dry zareo avy eo anivon’ny antoko ABA dia resaka etika io. Ny fifanajana, noho izany, no zava-dehibe sy hampieritreretana ireo kandida hoe te ho depiote sahy sy vonona ary vanona ve izy ireo ? Ho an’ny kandidan’Ambohidratrimo, Jhonny Rakotoarisoa kosa dia antoka iray ahafahana mampitovy ny fahafahan’ny rehetra ho lany io. Ireo kandida hafa toy ny ao amin’ny boriborintany faharoa, Lanto Rakotomanga, moa izay tsy tonga nanao sonia dia nilaza fa efa misy ny lalàmpanorenana sy lalàm-pifidianana ka ampy ny fanarahana ireo fa ity sata ity toa hanenjehana olona fotsiny. Nilaza ny HCDD, izay rafitra mpanara-maso ny demokrasia fa  hanara-maso ny fanarahana ny toky nomena izy ireo ary hisy kosa ny sazy avy amin’izy ireo ho an’izay mandika izany na nanao sonia na tsia. Ny zoma izao no hampahafantarina etsy amin’ny CFM Ampefiloha ny totalin’ireo nanao sonia ity sata ity manerana ny nosy.

J. Mirija

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Politika, toekarena..Mila miresaka dia milamina io, hoy i Dada

Sokajiana ho antoko lehibe ny Antoko Tiako i Madagasikara, izay io aloha hatreto no antoko manana rafitra isaky ny faritany, faritra, kaominina, distrika, fokontany,...

 

ary hita teo amin’ny sehatra politika foana nandritra ny 18 taona (2001 – 2019). Nandray anjara hatrany tamin’ny fifidianana rehetra ary manana ny olony amin’ny rafitra rehetra misy eto. Vao miresaka hoe TIM dia i Marc Ravalomanana ihany koa izay, efa ben’ny tanànan’Antananarivo nandritra ny roa taona (1999-2001) ary filohan’ny Repoblika nandritra ny fito taona (2002-2009). Manana ny toerany amin’ny tantaram-pirenena sy ny raharaham-pirenena, eny hatramin’ny sehatra iraisam-pirenena aza. Hany filoha nampidirina am-ponja teto, avy eo mbola nahavita namelona ny antokony sy nifaninana tamin’ny fifidianana filoham-pirenena (2018) ary tafiditra laharana faharoa, araka ny vokatra navoakan’ny HCC. Manana ny fomba fijeriny ny raharaham-pirenena i Marc Ravalomanana, manana ny fandaharanasany ary manana vahaolana hanafahana an’i Madagasikara eo ambany ziogan’ny fahantrana,… Nisy ny resadresaka manokana nifanaovana taminy  niresahana bebe kokoa ny tontolo politika, indrindra ny fiatrehana ny fifidianana solombavambahoaka sy ny tontolon’ny toekarena eto Madagasikara amin’izao fotoana izao.

 

POLITIKA

Tia Tanindrazana(TT) : Miarahaba anao Atoa filoha. Nandrotsaka kandida 109 hofidiana solombavambahoaka ianareo ary mikendry hahazo ny toeran’ny maro an’isa eny amin’ny Antenimiera. Ahoana ny fomba na ny mason-tsivana nisafidianana azy ireo ?

Marc Ravalomanana (MR): Olona manaraka tsara ny toromarika izay omena sy ankasitrahan’ny olona eny ifotony na ny “base”. Tsy misy iray tamin’ireo hoe izaho no nanindry azy fa niainga tany amin’ny vahoaka niaviany ireo. Voalohany dia tena olona avy any amin’ny toerana nisy azy avy, mahalala tsara ny zavatra misy any. Mahay tsara, mety tsy ho fantany ny fampandrosoana fa izahay no miara-manatanteraka azy. Rehefa vita izay dia hoentiny ilay tena ilain’ny vahoaka any amin’ny distrika misy azy. Alefa amin’izay ny fanofanana hoe ny politikantsika manomboka izao dia tsy toy ny taloha, fa misy fitsipiky ny antoko sy misy etika. Ny tombontsoan’ny vahoaka aloha fa ny eto Madagasikara tsy izay fa ny tombontsoan’ny tenany aloha, ka izay no mahatonga ny tsy miankina be dia be misisika. Matoa izy lany dia ny herim-pony sy ny volany manontolo no mety natontony tao daholo nampahalany azy, dia lojika raha efa tonga dia tsy maintsy mamerina izany aloha. Mitady amin’izay ny firehan-kevitra mety aminy : TIM sa TGV,…

TT : Misy ny karazana fizarazarana tamin’ireo olon’ny TIM raha ny fahitan’ny olona azy. Hailika tsy ho TIM ve noho ny fitsipika anatin’ny antoko ireny ? Inona no mampiavaka ny kandida TIM ?

MR : Tsara ho fantatry ny olona fa tsy mizarazara fa ireo tsy manaraka ny fitsipika anatin’ny antoko no mba mety manana hambo-po hoe tian’ny olona na mety mahavita azy aho, dia lasa izy mandeha. Tsy misy manaraka azy fa izy irery no manao an’ilay izy.

TT : Samy mahay miresaka rehefa mialoha sy mandritra ny propagandy ireo kandida. Fa inona kosa no mampiavaka anareo ? Inona no toky omen’ny TIM K25 ny Malagasy mpifidy ?

MR : Nisy ny fanatsarana goavana be ao anatin’ny antoko, ka tena hatsangana mihitsy ny fampahafantarana ny olona ny hevitry ny atao hoe : politika. Hevitra avy aty amiko niaraka tamin’ireo olona manan-kevitra be dia be ary iny no havadika lasa asa hiaraha-miasa hanasoavana ny vahoaka, ka izay ilay hoe : “soa iombonana”. Ny hevitry ny politika anefa amin’izao eto, dia izay fomba hahazoana toerana sy manindritsindry ny hafa sy mahazo vola. Ny tena izy anefa, ny mpitarika politika, dia manan-kevitra mitarika ny olona sy ny mpiara-dia any amin’ny soa iombonana, fa tsy tombontsoa manokana. Izay ilay “Rodoben’ny mpanangana”. Manaiky izay fanapahan-kevitra hifampidinihana, araka ny filan’ny faritra sy ny distrika tsirairay io, ka ny zava-dehibe dia ny soa iombonana aloha no laharam-pahamehana.

TT : Mandeha ny feo fa te hanangana ivontoerana hampianarana sy hanofanana momba ny fanaovana politika ianao, mitombina ve io ?

MR : Efa tafatsangana ny ivontoerana ara-politika, ary izay no nihaonako tamin’ny Vondrona Eoropeanina, ny Amerikanina,… mba handefa ireo olona efa misotro ronono hampanao fanofanana eto Madagasikara. Ny Alema izao, ohatra, dia efa handefa olona afaka hampanao fanofanana momba ny politika eto Madagasikara. Marina fa tena ilaina ny politisianina eto amintsika fa ilaina sy ampahafantarina ihany koa ny tokony hifandraisan’ny eto Madagasikara sy ny an-dry zareo any ivelany. Toy ny any Bruxelles dia azo atao ny miantso an-dry Louis Michel na koa ry Bernie Sanders avy any Etazonia hizara ny traikefany.

TOEKARENA

TT : Nisy ny fanambarana nataonao momba ny antsojay samihafa eo amin’ny tontolon’ny fandraharahana toy ny tsy hahafahanao mampiasa ny seranan-tsambon’i Toamasina, ny sakantsakana amin’ny famokaran’ny TIKO. Efa milamina sy ny nivaha ve ny olana ?

MR: Tsy mbola nilamina mihitsy. Izay no niresahako tamin’ireo masoivoho nilazako  ny zava-misy. Aza mieritreritra mihitsy isika eto Madagasikara fa handeha ny ekonomia eto raha tsy homena sehatra hahafahany miasa malalaka ny mpandraharaha, ka ao anatin’izany ny TIKO. Raha misy ny zavatra tsy mety na misy tokony hifampiresahana dia aleo mifampidinika. Efa in-telo aho izao no nangataka fihaonana tamin’ny filoha Rajoelina. Afaka mifampiresaka ny samy Malagasy ary samy efa nitondra teto na izaho na izy, dia miresaka aloha ary tsy olona amiko mihitsy ny miresaka. Nanome toky ahy mihitsy izy ny hifampiresaka aorian’ny fianianana. Vita izany ary niandry aho hatramin’izao.

TT : Nilaza ny fanjakana ankehitriny fa hampidina ny vidin-tsolika ary toa manao tsindry amin’ireo mpandraharahan’ny solika. Ny hevitrao momba io ? Mety hiarina ve ny fanjakana ?

MR : Tena “businessman” aho miteny aminareo ary mahalala tsara izany fandraharahana izany. “Negociation is business” izany hoe: ny fahaizana mifampiraharaha ihany! Ny mpandraharaha ny solika milaza hoe : ianareo ve hamono anay sa ahoana fa amin’izao fotoana mampiakatra ny vidin-tsolika izao ianareo no miteny aminay hoe: ahemory! Efa tara loatra izany ilay fitenenana. Marina ihany koa anefa ny an’ny fitondram-panjakana hoe: lafo loatra tsy zakan’ny vahoaka Malagasy ny fisondrotan’ilay izy. Ny zava-misy ihany koa anefa, dia ireto mpandraharaha ny solika ireto tsy saika manana fifanarahana maharitra (à long terme). Raha ohatra mantsy manao fifanarahana lehibe amina kaompania any an-dafy any mandritra ny 2 taona na 5 taona dia faritana ny vidiny tsy mihetsika eo. Izany izao no ataon-dry zareo atsy Afrika Atsimo, ka na miakatra io na midina io dia tsy miovaova ny vidiny ao anatin’ilay firenena. Raha izao no miady hevitra amin’ireo resiny. Tena lafo be amin’ny vahoaka Malagasy anefa io, ary io no mampisondrotra ny vidin’entana entana eto satria miankina amin’io daholo na ny saran-dalana, fitaomana entana,… ary ny tena loza dia ity fahapotehan’ny lalana ity.

TT : Fa tamin’ny fotoana nitondranao ny firenena tahaka ny ahoana ny nifehezana azy io ?

MR: Tsotra fotsiny : nasiana ny fifanarahana tamin’ny mpandraharaha ka 2 taona, ohatra, tsy mihetsika na miaka-midina mihitsy ny vidin-tsolika. Teo ihany koa ny tahiry ho an’ny fikojakojana ny lalana na ny “FER”, izay tsy maintsy averina hanamboarana ny lalana. Izao ny lalana eto tena mampiteny ny moana,…  Be dia be ny zavatra tsy maintsy hatsaraina eto, ka izay no ilazako hoe aleo miresaka. Afaka miresaka amin’ny vahiny mpamatsy vola,… ka nahoana no tsy afaka hifampiresaka eto.

TT :  Inona ary izany ny zavatra maika sy fomba fiasa tokony hapetraka ?

MR : Isika eto Madagasikara, dia tsy ilay mpanohitra na ilay mpitondra no mahatonga ny firenena tsy handroso. Tokony hieritreritra foana ny mpitondra fa ireo mpanohitra ireo dia ao anatin’ny olona entina. Tokony hohenoina ny mpanohitra, ary izay no fampanjakana ny demokrasia aloha. Zavatra tsotra dia milamina io, ary izay no ilana ny fifampiresahana na ny “dialogue”. Tena laharam-pahamehana voalohany indrindra eto Madagasikara ny fampihavanana na io “dialogue” io. Ireny izao afaka manao “dialogue politique” amin’ny  Vondrona Eoropeanina, ka nahoana no tsy afaka mifampiresaka amin’ny mpandraharaha Malagasy na amin’ny mpanao politika ? Tsy azo atao ilay samy miziriziry amin’ny heviny. Tsy miandry fotoana ny fifampiresahana fa mieritreritra aho hoe sao dia kosa tahotra ny an’ny mpitondra na mety tsy voafehy ny zavatra miseho ?

Nandrindra sy nanatontosa: Toky Rafalimanana

Tia Tanindranaza0 partages

LISI-PIFIDIANANA BIOMETRIKA

Tsy azo ihodivirana intsony ny fivadihana amin’ny biometrika hoy ny Ceni mba hahafahana manomana ny fifidianana.

Mitaky ny hanaovana ny lisi-pifidianana ho biometrika ny Ceni kanefa ny vola eo am-pelatanana tsy mahatakatra an’izany. Tsy te-hibaby izay lany rehetra amin’ny fifidianana koa izy ireo ka mangataka ny hametrahana ny biometrika mba hialan’ny diso ao anaty ny lisitra.  

FEDERASIONIN’NY TSIPY KANETY BE

Efa miady an-trano tanteraka ny federasion’ny tsipy kanetibe. Ity taranja ity anefa no mba nampamiratra an’i Madagasikara hatramin’izao. Mitory tsy misy porofo sady tsy manana vavolombelona ny federasiona iraisam-pirenena ny tsipy kanetibe hoy ilay filoha nesorina. Vonona hifanatrika amin’ny federasiona iraisam-pirenena izy hifanazava momba ny olany. 

FIKASIHAN-TANANA

Tsy azo ekena ny fanaovana fihantsiana na fikasihan-tanana amin’ny kandidà mpifaninana hoy ny prefen’Antananarivo izay handray an-tanana ny fanaraha-maso ny propagandy. Efa manomboka sahady izao ny fifanenjehana eo amin’ireo samy kandida . Hisy ny fiaraha-miasa amin’ny kaomisarian’ny polisy manerana ny distrika ny prefektiora amin’ny fanaraha-maso ny ataon’ny kandidà.

JIOLAHY MATIN’NY SABATRA NENTINY

Jiolahy iray no matin’ny sabatra izay nentiny ihany tetsy Ampefiloha. Nandritry ny fanarahan-dia izay nataon’ny polisin’ny UIR no nitsoaka tampoka izy ary niditra elakelan-trano. Teo indrindra no nianjera teny am-pihazakazahana ary notsatohan’ny sabatra nentiny ihany. Tafaporitsaka kosa ny namany iray izay mpiara-manendaka aminy. 

RANO FISOTRO MADIO

Fitaovana entina hamatsiana rano fisotro any Ambovombe, avy amin’ny FAO no nisy nanodina ary namidy tetsy Antohomadinika. « Motopompe » efa ho 150 isa no sarona teny an-toerana ary efa mipetraka tsara atsisin-dàlana, tsy tahotra tsy henatra akory. Nosamborina avy hatrany ny mpivarotra ary tsy maintsy ho tonga any amin’ny fanokafana fanadihadiana ny mpiasa ity raharaha ity. Mazava izany izao hoe maninona no tsy misy fiantraikany eny ifotony mihitsy ny fanampiana iraisam-pirenena.

Tia Tanindranaza0 partages

AnkadinondryTsy nisy halatra taova izany, hoy ny zandary

Nanitsy ny vaovao miparitaka amin’ny tambajotran-tserasera, indrindra any amin’ny Faritra tapany andrefan’Itasy sy atsinanan’i Bongolava iny ny zandary fa tsy halatra taova izay mampihorohoro ny mponina no tranga nisy.

 

Tsy nisy taova tsy tazana tamin’ireo vehivavy roa hita faty. Vehivavy roa tokoa no nisy namono tany Ankadinondry, amin’ny lalam-pirenena voalohany afaka an’Analavory hihazo an’i Tsiroanomandidy. Renim-pianakaviana iray manodidina ny 40 sy zazavavy 14 taona izay nifanao 4 andro no nahitana ny vatana mangatsiakan’izy ireo. Ilay ramatoa hita faty ny alatsinainy heriny dia heverina fa voatondraky ny rano mangotraka ny vatany raha ny fizahana nataon’ny mpitsabo. Araka ny loharanom-baovao avy amin’ny zandary any an-toerana, niara-nisotro toaka tamin’ny zanany izy io ary avy eo nanjavona ny alahady hariva fa efa samy mamo. Nifampitadiavina nanomboka teo fa ny ampitso vao hita ary efa vatana tsy misy aina intsony. Ilay tovovavy 14 taona kosa dia nisy nanolana. «Niasa tany Analavory ity farany, ary nasain’ny ray aman-dreniny mba mody kely aloha. Ny mpampiasa nilaza fa efa nalefa fiara fitaterana izy ny talata heriny kanefa ny alakamisy heriny androany vao hita ary efa vatana mangatsiaka tanaty katsaka amoron-dalana. Nanaovan’ny olon-dratsy herisetra ara-nofo izy, noratraina ary tsy namelan’ireo raha tsy maty, araka ny fizahan’ny dokotera. Olona maro no voasaringotra amin’ireto raharaha ireto ka mbola eo am-panatanterahana ny famotorana sy ny fanadihadiana tanteraka izahay”, hoy ny zandarimariam-pirenena miasa amin’iny faritra Ankadinondry iny.  Ampitaina eo ihany ny fivoaran’ny toe-draharaha, hoy ny mpitandro ny filaminana fa tsy hita hatreto ny nanatanteraka ny famonoana.

Haja Nirina

Tsy mitombina ny horohoro amin’ny tapany andrefan’ny Faritanin’Antananarivo fa misy halatra taova, araka ny vaovaon’ny mpitandro ny filaminana (sary fanehoana)

Tia Tanindranaza0 partages

Filahiana nisy nanapakaTsy misy atahorana ny ain’ilay tovolahy tompony

Taorian’ny fitsaboana vonjimaika natao tamin’ilay tovolahy iray 30 taona, mbola mpitovo, voatapaka filahiana tao Miadamanjaka Ampitatafika ny alatsinainy maraina teo dia efa manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaliben’i Miarinarivo izy

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fandriampahalemanaRakotra polisy manao fanamiana sivily ny faritra mena

Akanjo toy ny olon-drehetra mba tsy hisy hahafantaran’ny jiolahy azy no anaovan’ny mpitandro ny filaminana, efa ho roa herinandro izay hijokoana ireo jiolahy mpanendaka sy mpangarom-paosy eny amin’ny faritra mavaivay.

Raha 300 andavanandro, nampitomboina ho 950 koa ireo polisy mpanangom-baovao. Efa manana angom-baovao marim-pototra ny polisin'ny UIR(Unité d’Intervention Rapide) mikasika ireo mpanendaka eny amin'ny faritra mafana. Efa miandry fotsiny izy ireny ka miditra an-tsehatra avy hatrany raha vao misy manao fihetsika hafahafa. Ny sabotsy lasa teo, jiolahy iray no lavon'ny polisy teny ambadiky ny FOP 67ha. Tamin’ny talata 7 mey tamin’ny 6ora30mn maraina, jiolahy 4 indray no tratran’ny UIR. Vao nahita ny polisy nanatona izy ireo izay saika hanendaka olona iray teny Andavamamba dia vaky nandositra ka raikitra ny fanenjehana. Tany Anatihazo Isotry vao tratra ny 3. Ny iray kosa tsy nanaiky ny hosamborina fa nitsoaka na dia efa najanon'ny polisy aza dia voatifitra ka maty. Natolotra ny fitsarana avy hatrany izy telo lahy ireo fa ny iray lavo efa naterina teny amin'ny tranom-paty.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Moto Scooter Red DogFantatra ireo tompondakan’i Madagasikara dingana faharoa

Tontosa teny amin’ny “Circuits Srk Imerintsiatosika” tamin’ny alahady 05 mey lasa teo ny fifaninanana “Moto Scooter”

 

 

nokarakarain’ny fikambanana Red Dog Scoot izay dingana faharoa amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2019 ka voahosotra ho tompondaka amin’ny sokajy misy azy avy i Harinesy, Aina, Heritanjona, Tsihoarana ary Naëticiah “Ngita” izay  “pilote” –n’ny Yacco Madagascar ary ao anatin'ny « Club Red Dog Scoot ».

Ireo vokatra rehetra azo :

Sokajy  “CATAL”  :   1 - Rabemananjara Harinesy Santa ( 246 )  ;  2 - Ratefinjanahary Tendry ( 272 ) ; 3 - Rajohson Lionnel ( 270 )

Sokajy  A :  1-  Ravoavy Aina ( 117 ) ;   2- Andriamihaja Fabrice ;  3- Rakotozafy Jordan ( 300 )

Sokajy  B : 1- RandriajakaA Heritanjona ( 487 ) ; 2- Andriantsoa Tahirilalaina ( 35 ) ; 3- Andriamihaja Fabien ( 31 )

Sokajy  “ESPOIR” :  1- Rajoelimanana Tsihoarana (643) ; 2- Rabenaivo Anthony ( 521 ) ; Fanamarihana : olona roafotsiny no “espoir” niatrika  fifaninanana.

Sokajy  “FEMININE”: 1- Razafiniaina Naëticiah (27) ; 2- Andrianjatovo Miharitiana Maeva ( 33 ) ; 3- Ndonomenjanahary Miorasoa (837).

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ligue des ChampionsAdin’ny samy Anglisy ny famaranana

Nampangitakitaka ! Izay no mahafintina ny lalao nifandonan’ny ekipan’ny Ajax sy Tottenham miverina manasa-dalana faharoan’ny ligue des champions halina.

 

Tena nifandimbiasana ny fanafihana. Nisantatra ny famonoam-baolina ny Ajax tamin’ny alalan’i Matthijs de Ligt 5 minitra nanombohan’ny lalao. Nampiditra ny baolina faharoa mbola ho an’ny Ajax ihany i Hakim Zyieck teo amin’ny minitra faha-35. Tany amin’ny fidirana faharoa kosa nanezaka mafy ny Anglisy, totoafo ny fanafihana sy ny andrana nampidi-baolina. Nody ventiny ny rano nantsakaina teo amin’ny faha-55 minitra tamin’ny alalan’i Lucas Moura ary mbola ingahirainy ihany no nampiditra ny baolina roa farany teo amin’ny minitra faha-59 sy faha- 96, izany hoe nandritra ny fotoana fanampiny izay nahatratra 6 minitra. Kivy tanteraka ry Ajax izay hita fa tena nanao baolina. Hafaliana tsy omby tratra kosa ny an’ny ekipan’i Tottenham hiatrika ny lalao famaranana izay toa lasa fifaninanam-pirenena Anglisy satria Liverpool no hifanandrina amin’izy ireo ny 1 jona ho avy izao any Madrid. Hafaliana roa sosona ny an’ny Anglisy ary nanakoako nanomboka halina ny hoe ny Anglisy no tompon’ny baolina e ! Mifanandrify amin’ny nahazoan’ny Printsy Harry sy ny vadiny Megane Markle zazalahy moa izany rehetra izany.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Lionel MessiNilaozan’ny « Bus » mpitondra ny Barça

Rehefa tsy mety izay tokoa ny atao dia tsy mety.Sady efa resin’i Liverpool 4-0 ny FC Barcelone ny alarobia alina teo no mbola adinon’ny “Bus”

 

 na ny fiarabe mpitondra ny ekipan’i Barça ingahy Messi. Tena hoe taraiky araka ny fomba fitenenana. Raha ny fandinihan’ny mpanara-baovao dia efa boda angamba ny lohan-dry zareo Espaniola ka nanao tongotra an-katoka namonjy fiara, tsy an-kijery izay tsy tao. Ny fandaharana El Chiringuito izay mpandeha amina fahitalavitra Espaniola iray no nitatitra ity vaovao hafa kely ity taorian’ny lalao nifanandrinan’ny Reds sy ny Barça. Raha ny fantatra ihany dia tsy maintsy mbola nandalo fitsirihana na « contrôle antidopage » i Lionel Messi. Lasa tsy niandry azy ilay fiarabe nitondra ny mpiara-milalao aminy sy ny delegasionin’ny FC Barcelone rehetra.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Volley-ball ligin’AnalamangaMiditra amin’ny andro faha-4 amin’ity herinandro ity

Miditra amin’ny andro faha-4 amin’ity faran’ny herinandro ity ny fiadiana ny ho tompondakan’Analamanga 2019 eo amin’ny taranja volley-ball.

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra vehivavyNahazoam-bokatra ny andro faha-2

Nahazoam-bokatra indray ny andro faha-2 amin’ny fifaninanana DEFF 3 2018 “dingana faha-3 amin’ny Diviziona Elite vehivavy”

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana AdvantistaHitsabo maimaimpoana ny mpiray tanindrazana

Ny fikarakarana ny fahasalamana no anisan’ny olana goavana sedrain’ny isan-tokantrano amin’izao noho ny halafosan’ny sarany aloa amin’ny dokotera, eny fa na dia hanao fizahana fotsiny aza.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ny RovaEfa vitan-dRavalomanana ny 70%-n’ny asa

Rovan’Antananarivo no harenina, hoy ny tale jeneralin’ny kolontsaina eo anivon’ny minisiteran’ny kolontsaina, Françis Razafiarison. Singa iray ao anatin’ny Rova toy ireo lapa maromaro ao ny lapan’i Manjakamiadana sy lapan’i Besakana fa tsy Rova ireo akory.

Ity lapa voalaza farany ity, raha ny fanazavany hatrany, amin’izao fotoana izao no efa mandeha ny fanarenana azy ary io no mila vitaina aloha satria anisan’ny ela indrindra izay nonenan’Andrianjaka ny taona 1610. Ny olana, hoy izy, dia ny tsy fisian’ny tolo-bidy na « appel d’offre » fa rehefa vita izay dia mitady ny mpandraharaha na « entrepreneur » hanao ny tohin’ny asa. Efa vita taorian’ny fahamaizan’ny Rova, izany hoe tamin’ny andron’ny fitondrana Ravalomanana, raha ny fanazavan’ity tompon’andraikitra ity hatrany ny 70%-n’ny fanarenana ny rovan’Antananarivo fa efa famaranana kosa no ataon’ny fitondrana ankehitriny. Toy ny hatramin’izay moa dia ho mozea hatrany ity rova ity rehefa vita.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara0 partages

INSTAT : Les comptes nationaux et l’IPC révisés

Désormais, l’économie nationale pourra disposer de statistiques fiables et mieux conformes à la réalité. L’Institut National de la Statistique procède en effet à la révision des comptes nationaux et l’indice des prix à la consommation (IPC), dont l’atelier de lancement a eu lieu hier, au Carlton. En ce qui concerne tout d’abord les comptes nationaux, l’année de base est désormais fixée à 2007, au lieu de 1984. Ce qui donne des statistiques plus conformes aux réalités économiques actuelles ainsi qu’aux standards internationaux. L’objectif principal de la révision des comptes nationaux est de mieux présenter l’état de l’économie malgache, car ces comptes actualisés permettent de disposer d’une image plus récente de l’économie. Bref, les statistiques révisées permettent une meilleure lecture de la réalité économique, à travers des indicateurs fiables et mis à jour. Et sur lesquels les autorités se basent pour prendre les décisions de politiques économiques.

En ce qui concerne le nouvel indice des prix à la consommation, son année de base passe à 2016, contre l’année 2000 auparavant. Là également, l’idée est de mettre l’IPC en conformité avec les concepts et les standards internationaux. L’objectif du nouvel IPC est ainsi de doter les décideurs de tous niveaux, les partenaires techniques et financiers, les opérateurs économiques, les journalistes, les chercheurs… d’un outil de mesure de l’économie nationale à jour, fiable et respectant les normes et standards internationaux. Nous en reparlerons.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Tsy milamina i Toamasina : Nisy nanafika ny « Accès Banque » Bazary kely

Ny alarobia teo tokony tamin’ny 11ora antoandro dia notafihana andian-jiolahy enina nitondra basy basy vita gasy roa ny « Accès Banqie » Tanambao I, Bazary kely Toamasina. Ny telo lahy tamin’ireo andian-jiolahy no niditra ny banky raha niandry tety ivelany kosa ny telo ambiny niaraka tamin’ireo moto telo nentin’izy ireo. Tsy fantatra mazava noho ny tsy fahazoam-baovao avy amin’ity banky ity ny sandan’ny vola very na teo amin’izy ireo na tamin’ireo mpanjifany niharan’ny fanafihana ; fa vao naheno ny anjombona tao anatin’ilay banky ireto andian-jiolahy dia nitsoaka avy hatrany. Raha nanao ny fanarahan-dia ny polisy raha tonga ara-potoana taorian’ilay anjombona naneno, dia raikitra avy hatrany ny fanarahana ireto andian-jiolahy. Maty teo akaikin’ny CEG Ratsimilaho ny moto iray nentin’ireto andian-jiolahy ireto ka navelan’izy ireo teo, izay fantatra fa moto avy nangalarina ihany koa. Tena misy ifandraisany amin’ireo andian-jiolahy enina izay mbola tsy tratra tamin’ny fanafihana ny tranombarotra mpamongady « Fortunah » tao Tanambao V ireto andian-jiolahy ireto. Nanamarina izany ny basy nentin’izy ireo, ny fanamiany, ary ny tsy fanaovan’izy ireo saron-tava nandritra ny fanafihana ny « Accès banque » ity. Ho an’ny mpitandro ny filaminana dia mihantsy azy ireo ireto andian-jiolahy ireto, ary tena karazana orinasa kely amin’ny fanaovana asan-jiolahy koa izy ireo amin’ny fanafihana ataony. Na izany tsy milamina i Toamasina tato ho ato satria taorian’ny fakana an-keriny dia mirongatra izay tsy izy ny fanafihana mitam-piadiana tao anatin’ity taona 2019 ity, izay saika misy tratra hatrany isan-kerinandro eto Toamasina. Manome toky ny vahoaka anefa ny mpitandro ny filaminana fa hanao ny ezaka rehetra amin’ny fisamborana azy ireo, saingy miantso fiaraha-miasa amin’ny vahoaka sy ny andrimasom-pokonolona amin’ny fanomezam-baovao matotra sy marina azy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

« #Das Haus » du CGM : Débats et découvertes à ne pas rater

Le « #Das Haus » est aussi un haut lieu de débat !

Au « #Das Haus » à Ankadifotsy, les jours se suivent mais ne se ressemblent pas. Après une inauguration pleine d’émotion et de surprise, le débat autour de la place de la créativité dans une société en proie au « star system » a animé les participants. Solofoniaina Mampiray, opérateur culturel et Damy Govina, journaliste culturel, ont ainsi partagé leurs opinions très critiques sur la créativité dans les œuvres musicales et artistiques. La question est réelle, lorsque Aina, un des participants, a soulevé le « sacrifice » qu’il faut faire dans sa propre créativité pour se faire apprécier du grand public. A l’instar de ces artistes malgaches qui sont obligés de prendre en compte les goûts musicaux du public pour remplir les salles. Car malheureusement, beaucoup, dont les médias et l’opinion publique, estiment encore que la qualité d’une  œuvre ou la créativité d’un artiste se mesurent à l’applaudimètre. Une théorie que réfute Matchbox et Lova Ramahefason, l’un, photographe surréaliste et l’autre, musicien de jazz et enseignant de musique, ils affirment qu’il est possible de créer, et de se faire accepter, voire apprécier, ainsi de vivre de son art. Chacun à sa place, il faut choisir où l’on va avec ce qu’on fait, et le tour  est joué. Hier, place à un « speed dating » peu commun, où la maison a ouvert ses portes à ceux qui veulent se rencontrer et parler de l’art. Ce soir, le débat, fort intéressant, tournera autour du statut des artistes, avec comme intervenants Big Tovolahy, Haja Ranjarivo, directeur de l’OMDA, Lova Rabary, Joey Aresoa et Sandra RS comme modératrice. Demain, le débat sera plus ouvert avec une question très pertinente, sur  le thème de « La soirée urbaine ». A 17h, le débat aura pour thème: « A qui appartient la ville », puis place au concert « Aty le manala!!! », un concept hors du commun initié par le batteur Josia Rakotondravohitra, et « l’Urban challenge » à 19h.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Agro-industrie : Coaching des femmes entrepreneures en matière d’export 

L’Union européenne soutient les femmes entrepreneures, membres du GFEM (Groupement des Femmes Entrepreneures de Madagascar), en les aidant à développer les activités productives dans le secteur de l’agro-industrie.

Le marché international est de plus en plus exigeant. Suite au benchmarking qui s’est tenu en Russie, ce marché requiert un certain professionnalisme dans les techniques d’exportation, et impose des normes à suivre, à l’exemple de celles qui concernent les emballages. Pour faire face à ces défis, les femmes entrepreneures membres du GFEM, bénéficient d’un accompagnement du PROCOM (Programme d’appui à l’emploi et à l’intégration régionale) de l’Union européenne. Selon ses promoteurs, ce projet, qui s’achèvera le 19 mai prochain, vise à soutenir le développement et la mise en œuvre d’une stratégie de croissance des entreprises spécialisées dans l’Agro-industrie, et gérées par des femmes entrepreneures. A noter qu’un premier atelier intitulé « Femme et Agro-Industrie » s’est déjà tenu dans ce cadre, en mars dernier et a permis de former 20 femmes entrepreneures. Une deuxième vague s’est tenue les 29 et 30 avril derniers, avec la participation d’une dizaine de femmes entrepreneures de Haute Matsiatra, de Toamasina et de Diana œuvrant toujours dans la filière riz et la transformation de fruits. Selon le GFEM, le projet a pour objectif de développer les compétences de 35 entrepreneurs féminins à travers un atelier sur le développement et la conduite d’un business plan à la fin du projet.

Autonomes. « A l’issue de ces séries de formations, les entrepreneures vont élaborer et présenter leurs business plan. Les meilleurs projets bénéficieront de financements afin de les soutenir dans leur plan de développement respectif. Chaque participant bénéficiera également d’une grande visibilité pour mettre en vigueur leurs activités et leurs objectifs », a indiqué Julie Rajaonarison, secrétaire exécutif du GFEM. Par la suite, des séances de coaching octroyées par des experts sont prévues pour toutes les participantes, en guise d’accompagnement. « Ce sera une occasion de voir de près l’impact de la formation ou l’évolution concrète des entrepreneures. Un tableau de suivi des activités sera ainsi disponible auprès de chaque entreprise comportant des indicateurs pertinents comme le nombre de produits promus, les marchés conquis et les marchés ciblés », a expliqué la représentante du GFEM. « Nous procédons déjà à des suivis à distance avant les descentes sur terrain. Que ce soit dans la filière riz que dans la transformation de fruits, des évolutions sont déjà visibles. La conquête du marché national démontre déjà cet essor et le marché international se présente déjà dans le collimateur de ces entrepreneurs », a-t-elle soutenu. En effet, ces femmes entrepreneures misent désormais sur la qualité pour répondre aux normes internationales.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

La SEFAFI met en lumière les insuffisances de la justice malgache

La SEFAFI, dans son dernier communiqué, fustige « une justice limitée aux effets d’annonce ». L’Observatoire de la vie publique dresse ainsi un constat sans complaisance du fonctionnement de cette institution qui est le pilier d’une véritable démocratie. Le changement annoncé par le nouveau régime dans ce domaine n’a pas encore eu lieu et il est donc nécessaire de l’interpeller comme le fait l’organisme. Tous les travers que ses membres ont dénombrés sont cités et l’on peut espérer que cela poussera le pouvoir à réagir positivement.

La SEFAFI met en lumière les insuffisances de la justice malgache

La lutte contre la corruption et la bonne gouvernance ont été le leitmotiv de l’action du premier gouvernement de l’ère Rajoelina. Le Bianco a été placé en première ligne pour enquêter sur toutes les malversations et les actes délictueux qui ont eu lieu et dont les auteurs ont joui d’une certaine impunité. Plusieurs affaires ont été traitées et on attend leur déferrement devant le pôle anti corruption. Mais comme le souligne l’observatoire de la vie publique, les arrestations opérées ont parfois été spectaculaires et ont concerné des personnalités du régime précédent. « Le fait d’être incarcéré en attente de jugement n’empêche pas certains individus de rester candidats aux élections législatives ». Il continue en disant : « Il est à espérer que ces inculpations et arrestations ne relèvent pas d’un simple effet d’annonce….et que les dossiers concernés ne se perdront pas dans les méandres des procédures judiciaires ». Pour que cela n’ait pas lieu, il faut instaurer « l’indépendance et l’intégrité de la justice ». La SEFAFI prend acte du fait que « de nombreuses juridictions sont à pied d’œuvre…..mais la multiplication des structures n’est pas la panacée ».« Les juges, disposent d’une entière indépendance dans leurs décisions » continue-t-il. Il s’insurge contre toute tentative de l’exécutif d’interférer dans l’issue des procès. Le dernier volet du communiqué de l’observatoire de la vie publique est celui de la HCJ dont la mise en place tarde à se concrétiser. Il évoque la complexité des procédures à suivre. La suggestion faite est que, dans le cadre d’une future révision de la Constitution, elle soit supprimée et que les hauts responsables se trouvent sur le même plan que les simples citoyens.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Secteur artisanat : Un potentiel de développement mésestimé

Les produits artisanaux à base de fibre végétal comme le raphia et le sisal constituent plus de la moitié des exportations du pays.

Folklorique, traditionnel, quelques qualificatifs attribués par les Malgaches à leur artisanat. D’autres, plus avisés mais surtout les étrangers y voient toutefois des potentiels de développement économique. Un secteur mal exploité par les malgaches eux-mêmes à cause de nombreux facteurs. L’artisanat contribue toutefois à faire tourner l’économie aussi bien au niveau macro que micro économique. Si les statistiques font savoir que près des 90% des malgaches sont des agriculteurs, elles oublient souvent de mentionner l’autre facette desdits agriculteurs qui vivent également de l’artisanat. Surtout en période de soudure où les denrées alimentaires se font rares et durant lesquelles, il faut à tout prix trouver des activités de substitution. Outre ces faits, l’artisanat malgache souffre également d’une certaine mauvaise image. Qualité aléatoire des produits, non respect des délais de livraison, inexistence de norme de travail, ce ne sont que quelques exemples de la longue liste de fautes – graves – reprochés aux artisans malgaches.

« L’artisanat peut être une des forces motrices du développement de Madagascar. Il faut toutefois savoir bien l’exploiter. Une exploitation efficiente qui requiert la prise de responsabilité de tous les acteurs. Le tout dans une synergie des actions tendant dans l’atteinte des objectifs fixés ». Ce sont là les propos d’Audace Duneste Kajaly, directeur général de l’artisanat auprès du ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat. Propos qui témoignent de la portée du secteur dans le développement du pays, mais surtout dans sa croissance économique. Les chiffres recueillis auprès du ministère de tutelle confirment cette place privilégiée dans le processus de développement de la Grande Île. Pour l’exercice de l’année 2018, le pays a exporté par exemple des produits dont les valeurs se soldent à 15.939.553,48 euros. Une nette progression des exportations par comparaison à la valeur enregistrée dans l’année d’exercice 2017. Soit, une exportation de 14.850.934,61 euros. Le directeur général de l’artisanat d’expliquer l’avancée obtenue par « les efforts fournis par toutes les parties prenantes. Allant des artisans malgaches qui ont tout fait pour améliorer la qualité de leurs produits au ministère de tutelle par la mise en place du dispositif d’exportation permettant d’avoir des données statistiques à jour et fiable des acteurs et de leurs produits, mais également des revenus obtenus par les exportations ». La situation pourrait toutefois être meilleure si l’on se base sur les explications du directeur général de l’artisanat. Propos confirmés par Soherina, artisane malgache qui note : « le savoir-faire des malgaches est reconnu dans le monde entier dans différents sous- secteurs tels que la vannerie, la broderie, la sculpture ou encore dans le taillage des pierres« .

La France et les Etats-Unis constituent les plus gros importateurs de produits artisanaux malgaches.

Blocage. Divers facteurs entravent cependant l’élan de développement apporté par l’artisanat malgache. L’instabilité institutionnelle se place en tête de liste. Sous estimé par les responsables politiques, l’artisanat n’avait pas vraiment la place qu’il mérite au niveau des départements ministériels. Se baladant d’un ministère à l’autre, le secteur n’a pas pu aller bien loin malgré les volontés accrues des techniciens d’en faire un levier de développement. Tantôt, le secteur était rattaché au ministère du tourisme, tantôt il disposait d’un département ministériel qui lui était propre. Il fut également un temps où le secteur était rattaché au ministère de la culture. Des faits qui témoignent en partie de l’ignorance des malgaches – surtout les responsables étatiques – des potentiels que représente l’artisanat. Si les matières premières et la main d’œuvre existent en grand nombre, le professionnalisme quant à lui laisse à désirer. Faute de normalisation aussi bien des procédures que de matériels de production, de nombreux artisans ne sont pas professionnels. Ce que confirme Audace Duneste Kajaly : « nous comptons plus de deux millions d’artisans répartis dans tout le territoire malgache. La plupart est loin de la modernité, voire de la civilisation. Ce qui constitue un frein au développement de leur savoir-faire, mais surtout des retombées positives que cela pourraient apporter à leur communauté et au pays« . D’où le fait que l’artisanat malgache n’a pas pu « dépasser le simple stade de processus traditionnel si bien que la Grande Île est qualifiée du pays d’échantillon ».

Avec des renforcements de capacités, les talents bruts des malgaches pourraient les aider à aller loin.

Majeurs. D’autre part, malgré le savoir-faire et le talent de nos artisans, le problème lié à l’acquisition des matières premières de qualité est un réel blocage de taille dans ce secteur. Dans le contexte actuel, l’exploitation abusive en vue d’exportation des matières premières usuelles est une réalité menaçante et destructive, non seulement pour l’environnement, mais surtout pour nos artisans. La professionnalisation du secteur se pose donc comme un « must » et un défi à relever par tous les acteurs. Audace Duneste Kajaly d’expliquer : « le processus de professionnalisation devrait d’abord passer par le recensement des artisans qui est actuellement en cours. Leur formalisation, la mise en place des normes et standards ainsi que des infrastructures adaptées aux besoins du secteur. Des efforts qui devraient aboutir à l’élaboration d’un système de protection sociale des acteurs ». Autre défi qui attend les acteurs, la création d’une plateforme permettant de faciliter et d’accompagner les artisans dans l’approvisionnement en matière de qualité. Une initiative qui irait de paire avec la facilitation d’accès à des équipements répondant aux exigences technologiques actuels. Enfin, la promotion du secteur devrait permettre d’accentuer la compétitivité des produits malgaches. Ce, par la mise à jour du cadre juridique régissant le secteur, la mise en place de label national certifiant l’authenticité et l’excellente qualité des produits artisanaux du pays. Toutes ces initiatives devraient toutefois prendre en compte la prédominance du secteur informel, la difficulté d’accès au financement ou encore la pression des produits importés sur le marché national. Sans compter le désintérêt des jeunes par rapport au secteur, alors que celui-ci représente une alternative fiable pour faire face à la crise de l’emploi et à la hausse continuelle du taux de chômage.

Malgré tout ce qui a été dit, le secteur a encore beaucoup de potentiel. Le pays dispose de beaucoup de richesse en termes de diversité des ressources naturelles. Une richesse qui n’attend qu’à être exploitée….de la meilleure façon possible.

Dossier réalisé par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Hausse exponentielle de l’extraction et de l’exploitation du sable : Lourds impacts sur l’environnem...

La hausse exponentielle de la demande globale dans le marché du sable engendre de graves conséquences sur l’environnement et une démarche durable est impérative. Avec ses exploitations de sable et de terres rares houleuses, ses exploitations minières et sa course aux projets infrastructurels , Madagascar est plus que jamais concerné.

L’Organisation des Nations unies pour l’Environnement a lancé un nouveau rapport cherchant à expliciter les défis de durabilité qui attendent le marché de l’exploitation et de l’extraction du sable. En plus, le rapport explore également un champ possible de solutions pour “concilier” ces besoins énormes du marché et la limitation de ses méfaits sur l’environnement. Il se propose aussi, selon un communiqué de l’UN Environment datant du 7 mai dernier, d’amorcer le dialogue mondial sur la nécessité d’un marché du sable” durable” et “responsable”. «Nous dépensons notre« budget »de sable plus rapidement que nous ne pouvons le produire de manière responsable. En améliorant la gouvernance des ressources mondiales en sable, nous pouvons mieux gérer cette ressource critique de manière durable et démontrer véritablement que l’infrastructure et la nature peuvent aller de pair », a déclaré Joyce Msuya, directrice exécutive par intérim d’ONU Environnement. D’autant plus que pour information, après l’eau, le sable est la seconde ressource en importance la plus exploitée et extraite-en volume- et la demande globale en sable est estimée augmenter de 5,5% par an, par les experts du secteur.

40 à 50 milliards de tonnes. Tel est, dans les faits, la demande annuelle globale en sable et en gravier. En deux décennies, elle a été multipliée par trois, par une contingence de facteurs, à savoir: la démographie galopante (nous en sommes actuellement à 10 milliards), la course à l’urbanisation et aux projets infrastructurels. Par ailleurs, à cause de l’indisponibilité de sable dans les pays qui en ont le plus besoin dû à leurs projets infrastructurels de plus en plus ambitieux, le commerce et l’approvisionnement international de sable est en pleine croissance avec une nette tendance à l’illégalité indique le rapport. Le flou juridique entourant ce marché pèse aussi de tout son poids. Le rapport d’indiquer également: “Avec l’extraction du sable réglementée différemment dans le monde, des régions importantes pour la biodiversité et les écosystèmes sont rendus plus vulnérables par les difficultés rencontrées lors de la mise en œuvre locale de ces réglementations. » Pour le cas de la Grande île, le flou entretenu autour du projet d’exploitation de terres rares dans la Baie d’Ampasindava dans le Nord-Ouest, ou encore l’exploitation d’ilménite dans le Grand Sud en constitue des illustrations aussi sensiblement diverses que probantes. Ecologiquement, les conséquences sont la pollution des eaux continentales et par ricochet la sécheresse, la destruction et l’acidité du sol, la destruction des écosystèmes marins, l’érosion de la plage, d’où les inondations ; et aussi la disparition des aquifères.

Impacts sociaux. Les impacts sociaux de l’extraction de sable sont tout aussi graves que ses impacts environnementaux. Pour ne parler que dans le Sud où il était l’origine de mécontentement et de soulèvements populaires, ou encore dans le Nord (Ampasindava), où il ampute à la région, son plus grand, sinon premier atout : le tourisme, car il faut le dire, Ampasindava est ou plutôt était un havre de paix écotouristique, encore préservé du tourisme de masse. En anéantissant les mangroves, l’extraction de terres rares porte aussi un coup à la production du crabe serrata, et de l’or rose, les mangroves étant leurs lieux de reproduction et de nidation. Mais l’extraction de sable, est encore plus insidieux, il s’immisce carrément dans l’harmonie de la communauté. Les membres sont effectivement divisés, d’autres qui veulent se battre à tout prix avec les associations villageoises, et autres ONG et d’autres qui préfèrent « vendre leurs âmes » au profit de l’exploitation, contre une compensation numéraire, disons-le dérisoire. Au delà de la cupidité, il s’agit aussi d’un autre point de vue, d’un choix de survie, car leur principale source de revenus-la pêche- est menacée d’extinction par cette exploitation.

Suggestions. Présenté lors de la quatrième Assemblée des Nations unies pour l’Environnement, suggère que l’adaptation des normes internationales existantes aux contextes nationaux, locaux et régionaux représente un moyen efficace de lutter contre l’extraction irresponsable et illégale  de sable. De plus, le rapport suggère également : « D’instaurer un dialogue entre les principaux acteurs de la chaîne de valeur du sable, fondé sur la transparence et la responsabilité. ». Les auteurs du rapport, y indiquent aussi qu’il est nécessaire de mesurer, et d’opérer un suivi et une planification de la production et de la consommation de sable. Un appel d’actions à la gestion durable des sols a été lancé en mars dernier, toujours dans le cadre de l’Assemblée. Plus suggestif que contraignant cependant.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Karting – Championnat de Madagascar : 29 pilotes sur la ligne de départ

Mamy Rajoelison et Jimmy Rakotofiringa lors de la conférence de presse d’hier.

La première manche du championnat de Madagascar de karting se disputera ce dimanche 12 mai sur le parcours du SRK à Imerintsiatosika. Une manche inaugurale qui verra la participation de 29 pilotes dont 12 chez les élites, 9 chez les juniors et 8 du côté des minimes – poussins. Le règlement appliqué sera celui de la fédération internationale où les dispositifs de sécurité seront scrutés à la loupe. Pour la journée, 45 km de course attendent les pilotes. 12 km pour la première manche, 14 km pour la pré-finale et la finale programmée à 14 heures est distante de 18 km. La catégorie élite est réservée aux plus de 15 ans, la catégorie junior pour les plus de 12 ans, 10 ans pour les minimes et les plus de 7 ans pour les poussins. « C’est la première fois cette année que les minimes entrent en action. Maintenant, Madagascar respecte toutes les catégories exigées par la fédération internationale » a annoncé, Mamy Rajoelison, de la commission karting auprès de la FSAM, hier, au cours d’une conférence de presse à l’Hôtel Ibis, Ivandry. Selon les organisateurs, cette manche s’annonce très ouverte car bon nombre de pilotes viennent avec leurs nouvelles machines pour ne citer que le cas de Nathan Baumann de Mach One Kart. Cette année encore, le championnat de Madagascar comportera cinq manches plus le trophée international. La seconde manche se disputera le 23 juin, le 21 juillet pour la 3e manche, la 4e sera prévue pour le 22 septembre, le 20 octobre pour la dernière manche et le trophée international pour le 24 novembre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

« Croix Rouge Malagasy » : Retour progressif de la confiance des partenaires

La célébration de la journée internationale de la Croix Rouge a vu la présence de Léa Ntsay, épouse du Premier ministre et représentant la Première dame Mialy Rajoelina.

« Nous allons surtout nous focaliser sur l’avenir et les actions de développement. Nous allons tourner les pages du passé« . Ce sont là les propos d’Alice Ralisoa, présidente nationale de la « Croix Rouge Malagasy » (CRM) lors de la célébration de la journée internationale de la Croix Rouge au jardin d’Antaninarenina, hier. Un évènement durant lequel, la présidente de la société nationale a avancé en quelques mots les grandes lignes de la nouvelle gouvernance. « La transparence et la bonne gouvernance sont les maîtres mots de la nouvelle équipe. Un principe qui est appliqué à tous les niveaux de la société nationale » a noté Alice Ralisoa. Une nouvelle manière de mener les choses, ce qui aurait déjà eu les premiers résultats si l’on se base sur les dires de notre interlocuteur. « La confiance des partenaires revient de plus en plus » a-t-elle lancé avec fierté. La célébration a également été l’occasion pour la présidente de la CRM de faire savoir que des projets initiés dans les régions Sud-Est et Nord-Est sont actuellement en phase de clôture.

600 familles vulnérables de la Capitale ont bénéficié de vivres durant la journée d’hier. « Un resto du cœur a été spécialement organisé ce jour (hier) pour aider les plus démunis à avoir quelque chose à se mettre sous la dent » a expliqué Alice Ralisoa. Interrogée sur la pérennité de l’action, la présidente de la CRM de noter « la Croix Rouge Malagasy projette prochainement de mettre en œuvre un projet devant aider les familles vulnérables« . Affirmant la volonté de la nouvelle équipe de servir et non de se servir, la présidente de la CRM a mis l’accent sur la « transparence et la bonne gouvernance« .

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Sakaraha : Mirongatra ny andiam-balala

Maso mahita amin’iny RN7 iny, takona rakotra mainty ny lanitra eo anoloana rehefa mandalo manidina manapaka lalana ireo andiam-balala analinalin-kisa, ka maro amin’ny fiara mandeha no tsy maintsy mijanona. Noho ny firongatry ny andiam-balala vaventy ohatra ny ratsan-tanana any amin’ny distrikan’i Sakaraha sy Toliara II (tapany atsinanana), toy ny hita ao amin’ny kaominina Mahaboboka, Amboandelaka, Antsohamadiro, Andranovory dia potika avokoa ankehitriny ny ankamaroan’ny volin’ireo tantsaha, ka anaovan’ny mponina antso avo amin’ny tompon’andraikitra mahefa, indrindra ny avy ao amin’ny sampana mpamono valala, amin’ny hamonoana faran’izay haingana an’ireto valala. Raha ny vaovao voaray, dia ringitra avokoa izay voly rehetra nolalovan’ireto valala, ary hanin’ireto biby hatramin’ny voninkazo sy voankazo.

Nangonin’i Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Espace Dera : Njakatiana et Arison Vonjy rendent hommage à James Ingram

Arison Vonjy et Njakatiana, ce duo inébranlable.

L’un est un crooner de premier ordre tandis que l’autre surfe entre les vagues du funk et du jazz. Mais à eux deux, Njakatiana et Arison Vonjy gâteront les oreilles les plus fines le temps d’un cabaret. Vendredi, les deux chanteurs retrouveront les inconditionnels à l’Espace Dera Tsiadana. Mais cette fois, ce sont leurs admirations en commun pour le légendaire James Ingram qui les réuniront sur la scène. En tout cas, la première partie sera entièrement consacrée aux meilleurs compositions de cette grande figure du R’n’B américain des années 80. Evidemment, le répertoire se fera avec les « Baby come to me », « Yah Mo B There » et les « I believe, I can fly ». Mort en janvier, James Ingram a laissé derrière lui un gros héritage musical inspirant même les plus grands noms de la chanson un peu partout dans le monde.

En seconde partie, place aux tubes et aux incontournables de leurs titres respectifs. Un mélange de variété, du groove et du funk dont ils raffolent tous les deux. Car oui, même si Njakatiana est plus connu pour ses chansons d’amour typique de la variété malgache, il s’avère être également un amateur de funk invétéré, tout comme Arison Vonjy qui entame actuellement son « gasyTsara tour ». Pour parfaire le rendez-vous, la nuit sera ponctuée d’une partie de disco des années 80 et 90. A rappeler que Njakatiana vient de terminer son tour d’Europe et ce cabaret est l’unique rendez-vous avec les Tananariviens avant de mettre le cap sur  Canada et les Etats-Unis.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Basket-Ball : Smatch-In XXL, le duel des Instituts

En toute convivialité, mais tout de même dans un mental de compétition, c’est un peu le concept qui a amené les initiateurs à organiser, depuis 2012, l’événement Smatch-In. Chaque année, la team Smatch-In XXL réunit un peu plus de 3.500 spectateurs, des étudiants qui sont dans tous leurs états pour encourager leurs équipes. Pour cette édition encore, ils seront plus de 40 instituts supérieurs à s’affronter pour remporter la coupe de la victoire, lors des matchs qui se tiendront au Palais des Sports les samedis 11 et 19 mai prochains. Avec trois nouveaux établissements, dont l’Université Athénées Saint-Joseph Antsirabe, l’ENS et Saint-Michel Itaosy, les organisateurs ne cachent pas leur satisfaction. Outre les compétitions, l’événement est aussi un grand moment de divertissement, avec un concert animé par des artistes tels que Nate Tex ou encore Tsota, le concours de danse urbaine « Smatch-In Dance Contest », sans oublier le traditionnel Miss Smatch-In.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Farafangana : Zaza dimy taona, maty voahitsaky ny fiara mpanao propangady 

Nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona indray tao an-tampon-tanànan’i Farafangana, omaly tamin’ny 10 ora sy 51 minitra, tao amin’ny fokontany Mahatsara, ka zazavavikely iray sahabo ho dimy taona eo no maty tsy tra-drano voahitsaky ny fiara « Sprinter » teo amin’ny lohany, ka niparitaka eraky ny arabe ny rà. Raha ny vaovao voaray, dia nijapy tamina fiara iray nentina mpanao fampielezan-kevitra ity zaza. Nitontona tao anaty lalan-dratsy ilay « Sprinter » ka potraka ilay zaza ary voahitsaka. Voalaza fa tsy hitan’ny mpamily ny zava-nisy, ka rehefa niseho ny loza dia ny olona teo amin’ny manodidina no nanaitra an’ilay saofera. Noho ny tahotra ny mety hisian’ny fitsaram-bahoaka, raha vao nahita ny loza ilay mpamily, dia nitsoaka avy hatrany niaraka tamin’ny fiara nentiny.

Nangonin’i Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : « Fianakaviana Isoka », X-Crew n’apporte que du lourd ! 

X-crew, 22 ans déjà!

Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! 20 ans après son premier album « 102 kara », X-Crew sort « Fianakaviana Isoka ». La nouvelle a été chaleureusement accueillie par les fans. 

Après la sortie du nouvel album Fianakaviana Isoka, le 30 avril dernier, X-Crew livrera un concert au festival Zaza raptaiza le samedi le 15 juin prochain à l’Alliance  française de Tananarive Andavamamba à 18 heures. Cet évènement, organisé par « Kolotsaina Mainty » et « Génération Hip Hop », est une occasion pour les hommes de Psykopasy de faire la promotion de leur nouvelle jaquette.

Vêtu en « hardcore ». X-Crew n’a jamais tourné sa veste. Le groupe reste fidèle à sa conviction. « Mbola hardcore ! » ou « toujours hardcore! » Tel est le slogan choisi par ce groupe de rap d’Atsimondrano. Le rap « hardcore » un style de rap se caractérisant par la dimension politique des paroles traitant de thématiques sociétales, reflétant un engagement et une volonté d’émancipation collective. Il s’agit d’une pratique musicale consciente, politisée et engagée, exprimant une vision du monde qui dénonce en particulier les inégalités.Si certains rappeurs lancent un message plus mercantile, X-crew n’est pas de cet avis. Selon Sool, « amasser beaucoup d’argent ne veut pas dire réussir sa vie». « La célébrité est éphémère ! ». Le groupe a su se faire discret, sans jamais créer un buzz ni devenir une évidence auprès du grand public. Les seize membres : Sool, Psykopasy, Pika, Stoko, Adley, Razo, Rabe, Gothl, Boska, Tasinapisy, Yaroun, Bonhomme, Mardaz, Skail, Didax et Papa n’ont pas le même « flow » mais la même conception.Encore plus assagi. X-Crew cultive depuis ses débuts des textes engagés. Leurs sujets se penchent surtout sur la précarité de la jeunesse, les écarts de richesse. « Fianakaviana Isoka » est aussi un conseil pour les jeunes  malgaches. Les paroles de cet album ont un aspect éducatif. Ils incitent les « petits frères » à prendre le bon chemin. L’âge a fait son effet ! La majorité des membres de X-crew touche  la quarantaine.Hormis « Lavitra ny marina » qui révoque l’hypocrisie sociale et l’injustice, dans We have a dream, X-Crew incite les jeunes à réaliser leurs rêves car à cœur vaillant rien d’impossible. En outre, Fianakaviana Isoka parle non seulement du trajet qu’a traversé le groupe, mais il conseille aux jeunes à entreprendre.

Indépendant depuis sa création. Le groupe est un exemple pour la nouvelle génération du rap malgache. Dès le début de l’an 2000, le groupe a su toujours marcher seul. Du côté musical, Stoko, Psychopasy, Sanga sont les « beat-makers ». Quant à l’organisation, elle est confiée au « Label Mas Madagascar ». Cette maison  produit également des jeunes rappeurs et a organisé de grands évènements comme HH Taranja Show, le « live » intégral de Raboussa, de Takodah sy Ngiah Be et autres célébrités.Cette année, X- Crew effectuera une tournée. Le périple débutera lors des grandes vacances.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Développement des compétences : Un manque crucial de formateurs au niveau des cinq secteurs prioritaires

Lors de la restitution de l’étude diagnostique sur la formation professionnelle. (Photo : Yvon Ram)

Un grand besoin de formation professionnelle continue est constaté dans le but de développer les qualifications du capital humain à Madagascar.

En effet, c’est l’un des facteurs permettant d’améliorer la compétitivité des entreprises face à la rude concurrence tant sur le plan national qu’international. C’est pourquoi, les partenaires sociaux et l’Etat ont pris l’initiative de créer le Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP), avec l’appui des partenaires techniques et financiers. Ce Fonds qui sert à développer la formation professionnelle continue, est maintenant opérationnel tout en ciblant cinq secteurs prioritaires. Il s’agit du Tourisme-Hôtellerie-Restauration, du Bâtiment-Travaux Publics et Ressources Stratégiques, du Développement rural, de la Technologie de l’Information et de la Communication et du Textile-Habillement-Accessoires. Mais à l’issue d’une étude diagnostique suivie d’un état des lieux et d’une proposition d’un dispositif de labellisation de la formation professionnelle continue, réalisée par le consortium FTHM Consulting/SFERE sur financement du programme PROCOM, un manque crucial de formateurs a été identifié au niveau de ces cinq secteurs prioritaires.

Formation interne. Ce qui ne permet pas ainsi de développer les compétences des acteurs concernés en conformité aux attentes des grandes entreprises. En effet, ces dernières développent généralement des cursus de mise à niveau et des cursus de spécialisation. Pour le cas du secteur de tourisme, entre autres, Tojo Lytah Razafimahefa, le vice-président de la Confédération du Tourisme de Madagascar, a soulevé qu’on y recense au plus 20 formateurs alors que bon nombre des employés y compris les managers manquent de qualification. Quant au secteur TIC, l’étude diagnostique a fait ressortir plutôt la recrudescence des formateurs informels ne disposant pas forcément des compétences requises face à un gros déficit en matière de compétences. Dans les autres secteurs comme le Bâtiment Travaux Publics et les Ressources Stratégiques ainsi que le Textile-Habillement-Accessoire, le nombre de formateurs est insuffisant d’autant plus que des formations en matière de métiers spécifiques sont réclamées par les entreprises. Ces dernières se contentent ainsi de la formation en interne de leurs employés.

Labellisation. Face à cet état de fait, une refonte en profondeur de la formation professionnelle continue à Madagascar est de mise. Il a été évoqué lors de la restitution de cette étude diagnostique qu’un processus de labellisation de la formation professionnelle proposée par les différents centres de formation recensés au niveau de ces cinq secteurs prioritaires, est en vue via l’élaboration d’un plan d’action par toutes les parties prenantes. « Cette action coïncide avec l’objectif du Fonds Malgache de Formation Professionnelle qui est de rehausser la qualité de l’offre de formation à Madagascar », a exprimé Jean Luc Ramamonjiarisoa, le directeur général de ce Fonds. Il faut savoir également que cette labellisation de la formation professionnelle continue contribue notamment à l’amélioration de la compétitivité des entreprises via l’adéquation de la formation/emploi. Ce qui permettra entre temps de faciliter l’intégration des 4 millions de chômeurs recensés dans le pays dont 70% d’entre eux sont des jeunes, sans compter les nouveaux diplômés au nombre de 400 000 à 500 000 qui arrivent chaque année sur le marché du travail.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Sécurité et gardiennage : « IAS Madagascar » innove

Une nouvelle société spécialisée dans la sécurité et le gardiennage vient de voir le jour à Madagascar. Il s’agit de « IAS Sécurité Mada » qui s’ouvrira au public demain au Pavé à Antaninarenina. Cette nouvelle société de sécurité et de gardiennage a sa particularité par rapport à celles qui existent déjà dans le pays. Elle opère dans la Sécurité Incendie. « IAS Sécurité est constituée d’une équipe de professionnels du métier de la Sécurité des biens et des personnes. Elle répond à l’ensemble des besoins de protection, avec le souci permanent de la qualité de ses prestations. », explique son directeur Jenner Razafindrazaka. Avant de préciser: « Nous proposons des prestations adaptées à tous les types de site, aussi bien pour le compte des particuliers qu’aux professionnels. Nos agents bénéficient d’une formation particulière en matière de sécurité-sûreté et de première intervention en secourisme. »

Domaines de compétence. Outre la sécurité incendie, « IAS Sécurité » intervient dans d’autres domaines dont la prévention et le gardiennage, l’accueil et l’hôtesse de sécurité, la ronde de sécurité-sûreté, les événementiels et la lutte contre la démarque. Ses champs d’intervention sont les locaux administratifs et industriels, les centres commerciaux, les habitations, les parkings et les chantiers. « Nos défis et nos principales préoccupations consistent à sécuriser nos clients et préserver leurs patrimoines, apporter des solutions cohérentes et efficaces aux impératifs de la sécurité-sûreté et de promouvoir l’excellence et le professionnalisme. Pour y parvenir, nous assurons l’accompagnement personnalisé de nos agents afin d’améliorer leur connaissance technique et maintenir un sens aigu de responsabilité. Nous mettons aussi en place et sous contrôle de nos clients une traçabilité matérielle du déroulement de nos prestations. Par ailleurs, nous menons une démarche de proximité auprès de nos clients en leur accordant un interlocuteur privilégié. », souligne Jenner Razafindrazaka.

Recueillis par R. Eugène