Les actualités Malgaches du Mercredi 09 Mai 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara93 partages

Médiation : Chissano indésirable

La médiation de Chissano contestée.

Joachim Chissano se trouve dans nos murs depuis hier. Il a été immédiatement reçu par le ministre des Affaires Etrangères Henry Rabary-Njaka. Après Anosy, il s’est rendu à Ambohimanoro où il a rencontré les chefs d’église du FFKM. Le Collectif des 73 députés pour le Changement n’a pas tardé à réagir à l’arrivée de cet émissaire de la SADC. Dans une lettre ouverte au secrétariat exécutif de la SADC, ce Collectif affirme que « Madagascar est plongé à nouveau dans une crise politique » après l’événement meurtrier du 21 avril dernier. « Depuis l’avènement de la IVe République, un vrai apaisement n’a jamais eu lieu suite à l’adoption du schéma Ni… Ni…  imposé par la médiation internationale dont Chissano était le premier responsable. Nous estimons que Chissano n’a pas pu garder son objectivité face aux intérêts multiples des parties prenantes, et ceci a fortement endommagé sa crédibilité vis-à-vis des malgaches. », dénoncent les 73 députés de l’opposition.

Echec prévisible. Le Collectif des 73 députés souligne par ailleurs que, le nom de Chissano évoque une frustration généralisée auprès des Malgaches. « Nous pensons qu’une délégation de la SADC avec sa présence est inappropriée et qu’il serait futile de la confier à nouveau ce rôle pour éviter un échec prévisible de la médiation. Il est crucial de confier la médiation effective aux leaders religieux du FFKM ,vu leur statut de Raiamandreny respectés par tous les acteurs, et surtout grâce à leurs expériences probantes en 1991 et en 2015 avec les assises nationales de la réconciliation. », propose le Collectif. En tout cas, les manifestants de la Place du 13 Mai disent non depuis hier à la médiation de Joachim Chissano. Ils accusent ce dernier d’être responsable de ce qui se passe actuellement dans le pays.

R.Eugène

Midi Madagasikara75 partages

Un référendum pour débloquer la situation

Les positions entre les députés de l’opposition et le régime semblent totalement inconciliables. Les médiateurs nationaux et internationaux l’ont constaté ces derniers jours. Les premiers réclament le départ du président de la République et ils comptent sur le verdict de la HCC pour y arriver. Le second  ne veut pas en entendre parler, et estime que, la seule voie à suivre est celle des élections. Pour le moment donc, on est dans une impasse.

Un référendum pour débloquer la situation

La CENI a prévenu que, si les lois  électorales ne sont pas promulguées en ce mois de mai 2018, l’élection présidentielle sera reportée  au mois d’août 2019. La déclaration a été faite pour mettre tous les acteurs politiques devant leurs responsabilités. Mais cela  n’a pas ému outre mesure, les députés du changement qui campent sur leur position, et répètent que le départ du chef de l’Etat doit avoir lieu. Ce dernier  ne veut se soumettre qu’au verdict des urnes. Certaines voix s’élèvent donc pour qu’ait lieu un référendum et que soit ainsi scellé le sort du chef de l’Etat. La question est simple : souhaitez-vous qu’Hery Rajaonarimampianina  reste au pouvoir ? Le résultat serait clair et permettrait de débloquer une situation qui semble s’éterniser. Il ne s’agit pour le moment que d’une idée lancée par quelques personnes, mais elle n’est pas si incongrue que cela. Le général de Gaule, après les événements de mai 1968, persuadé que le divorce entre lui et la majorité des Français, avait organisé un référendum sur la régionalisation. Le thème de cette consultation n’était qu’un prétexte. Le non l’a largement emporté et il en a tiré les conséquences. Le contexte n’est pas le même chez nous, mais une consultation populaire devrait permettre de débloquer la situation. Elle permettra de la clarifier et de  déterminer exactement l’audience du chef de l’Etat. Aujourd’hui, on assiste à un dialogue de sourds. Cette piste peut être explorée.

Patrice RABE

Midi Madagasikara67 partages

Antsirabe : Voatafika ny tobin’ny masera Lasalety, nisy iray nalaina an-keriny

Voatafika indray ny tobin’ny masera iray tao Antsirabe II. Kongregasiona Lasalaety Sainte-Thérèse no fianakaviana misy ireo masera ary ny toerana misy azy ireo tao Ambano no nataon’ny jiolahy lasibatra. Ny alin’ny alatsinainy teo no nisehoan’ny fanafihana. Jiolahy fito  tsy manao saron-tava, mitondra kibay sy basy kilalao no tompon’antoka. Nafatotra tamin’ny tady aloha ny mpiambina ary nopoirina ny varavarana  dia niditra an-keriny tao an-trano nony avy eo. Raha ny fihevitra ny zava-niseho, dia nanantena ireo jiolahy fa nisy vola tao amin-dry masera. Izany rahateo no notakin’ireo voalohany vantany vao tafiditra tao an-trano. Nilaza ireo masera tao an-trano, fa tsy misy izany vola be izany tao aminy, fa  7 hetsy ariary handoavana vidin-jiro sy rano ihany no notazonina tao, avy hatrany dia nogiazan’ny jiolahy izany. Lasa ihany koa ny findain’ireo masera maromaro. Tsy nisy ny herisetra nihatra tamin’ireo relijiozy tamin’ity fanafihana ity, fa lasa ireo jiolahy na dia tsy nahazo vola be araky ny niheverany azy aza. Fantatra mantsy, fa vola mitentina 20 tapitrisa no notakian’ireo jiolahy ary nasaina navoakan-dry masera, saingy tsy nisy an’izany tao amin’ny toby ka nihonona tamin’izay azony ireo jiolahy. Masera iray no nentin’ireo jiolahy nivoaka niaraka taminy, tsy fantatra izay fikasany tamin’io masera io, saingy tafaporitsaka teo an-tànan’ireo jiolahy ity farany ary niafina tany an-tsaha. Io no nisy nihevitra fa nataon’ireo jiolahy takalonaina ny masera iray. Tsy sahy nivoaka tao an-tsaha moa io masera io, raha tsy ora maro taty aoriana. Nahitana ratra teo amin’ny kibony sy ny lamosiny noho ny fitsambikinany tamin’ny fefy. Ny tsikaritra, dia samy voalohandohan’ny volana hatrany ny fanafihan’ireo olon-dratsy ny tobin-dry Masera. Raha tsiahivina mantsy, dia saika tamin’ny herintaona katroka toy izao, no nisian’ilay fanafihana tobin-dry Masera teny Antsahatanteraka -Andranomanelatra.

Andry N/D.R

Midi Madagasikara42 partages

Ankazobe : Deux morts et 12 blessés dans un accident de taxi-brousse

Un terrible accident est survenu sur la RN4 hier. Un taxi-brousse Sprinter affilié à la Coopérative de transport de voyageurs Kofimad, a fait un tonneau dans le district d’Ankazobe. Deux personnes, une femme et le chauffeur suppléant de la voiture, ont été tués sur le coup. 12 ont été blessées. Selon les informations émanant de la gendarmerie qui se charge de l’enquête, le drame s’est produit vers 5 heures 30 du matin au PK 99+800. En provenance de Sambava en direction d’Antananarivo, le Sprinter a fait une sortie de route  pour faire un tonneau avant de se stabiliser sur ses flancs gauches. A l’origine de l’accident serait une défaillance au niveau de son système de freinage car après sa sortie de route, la voiture a encore roulé 4 à 5 mètres avant de se renverser. Le choc a complètement détruit  la voiture qui est presque réduite en un tas de ferrailles. C’est la raison pour laquelle, il a fallu des heures à l’équipe de secours conduite par la gendarmerie d’Ankazobe pour extirper les corps des deux victimes tuées sur le coup de cette carcasse. Les blessés ont été emmenés d’urgence au centre hospitalier de district d’Ankazobe. De là, quatre d’entre eux ont été évacués à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona à cause de la gravité de leurs blessures.

T.M.

Midi Madagasikara36 partages

« Diabe » vers Iavoloha : 10 août ou 7 février bis ?

Les manifestants seront-ils tentés d’aller à Iavoloha ?

La Place du 13 mai est un lieu historique, en effet, c’est sur cet endroit que se font et se défont les régimes. Il est devenu ainsi le point de départ de tout opposant au pouvoir.

Les bruits circulent sur les réseaux sociaux que les manifestants sur la Place du 13 Mai auraient l’intention de procéder à un « Diabe » vers Iavoloha samedi, c’est-à-dire le 12 mai prochain. Si l’on se réfère à la date, cela a failli coïncider au 13 Mai. Une date portant le symbole d’une Place historique. Toujours est-il qu’au cas où, cette grande marche va réellement se concrétiser, elle pourrait devenir un 10 août ou 7 février bis ? Avec toutes les conséquences qui en découlent. L’on se demande si cette option aurait été dictée pour donner plus d’ampleur au mouvement initié par les 73 députés ?

Grève. Faut-il rappeler que le régime Tsiranana fut renversé lors des évènements qui eurent lieu le 13 mai 1972, plus précisément le 13 mai et  depuis, le lieu porte ce nom. Notons que cette révolution commence avec la grève des élèves de l’école de médecine de Befelatanana en janvier 1972. Une grève qui s’est généralisée, entraînant par la suite, la chute du régime. La grande marche du 10 août sur Iavoloha fait partie de notre histoire. Elle constitue, en effet, une étape essentielle du mouvement populaire de 1991. C’était un Diabe qui s’est terminé par un bain de sang. Face à l’enthousiasme des manifestants, les leaders n’ont fait que suivre le mouvement. Malgré tout, la crise a été résolue grâce à la convention du Panorama du 31 octobre 1991.

Tuerie. L’évènement le plus récent est celui de la tuerie du 7 février 2009. Les manifestants sont partis de la Place du 13 mai pour rallier le Palais d’Etat d’Ambohitsorohitra. La suite, on la connaît, une quarantaine de personnes auraient été tuées ce jour-là. Pour en revenir au « Diabe » du 12 mai prochain, s’il aura vraiment lieu, va-t-on assister à un quatrième carnage ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara31 partages

Sortie de crise : Des Conseillers du PM insistent sur les élections

Les déclarations se succèdent. Hier, des conseillers du Premier Ministre ont réitéré que Madagascar est un pays démocratique où les décisions des Institutions de la République comme la HCC doivent être respectées. « Nous nous plions aux décisions de la HCC sur les lois électorales. », affirment-ils. Par ailleurs, ces proches collaborateurs du chef du gouvernement de rappeler : « Quelques heures seulement après l’événement du 21 avril, le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier faisait partie de ceux qui ont appelé à l’apaisement et au dialogue. Nous confirmons cet appel au dialogue lancé par le chef du gouvernement. Le dialogue entre les parties prenantes constitue la seule voie pouvant nous conduire vers la stabilité. »

Alternance démocratique. Ces conseillers du Premier ministre insistent sur la tenue d’élections libres, transparentes et acceptées par tous. « L’alternance démocratique ne peut se faire que par la voie des urnes. », réitèrent-ils. Ils concluent leur déclaration en confirmant leur appel à l’apaisement et au « Fihavanana Malagasy ». A noter que malgré les appels à un gouvernement de consensus, le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier continue d’assumer ses fonctions à Mahazoarivo.

R.Eugène

Midi Madagasikara25 partages

Cosafa Cup : Seuls Carolus et Zotsara sont disponibles !

La liste des Barea pour le Cosafa Cup du 25 mai au 8 juin, va subir un grand changement à la suite des forfaits en cascade des expatriés. Un coup dur ou un coup des chances pour les locaux qui peuvent maintenant montrer ce qu’ils ont dans le ventre car malgré toutes ces absences, Nicolas Dupuis viendra encore en observateur.

Les Barea qui vont participer au Cosafa Cup ne comportent plus que deux expatriés dans leurs rangs. Il s’agit de Zotsara Randriambololona déjà disponible puisque le championnat belge a déjà pris fin, mais également de Carolus Andriamahitsinoro qui a résilié le contrat avec son club pour des raisons que lui seul connaît.

Bapasy blessé. Les autres ont connu des fortunes diverses avec notamment la blessure de Bapasy tandis que Faneva Ima Andriatsima ne pourra pas se libérer car le Havre AC, classé 5e de la Ligue 2, est encore en course pour le play off jusqu’au 25 mai. Une échéance où le vainqueur de la 4e et de la 5e  place affrontera la 3e pour un match de barrage avec la 18e de la Ligue 1. Un rendez-vous capital donc pour le Havre AC qui a besoin de tous ses joueurs pour ce nouveau défi même si Faneva Ima Andriantsima est plus utilisé comme joker.

Voavy Paulin pour sa part n’a pu être libéré par son club. A raison du reste car il ne s’agit pas des journées FIFA, et que les clubs ont tout le droit de garder leurs joueurs.

 Bonne mine. L’entraîneur Francklin Andriamanarivo aura donc à loisir, de composer son équipe pour ce déplacement en Afrique du Sud, puisque les locaux entreront en regroupement à partir du 15 mai au centre technique de Carion. Avec de nouveaux éléments car comme la nature a horreur du vide, le staff  technique a appelé d’autres joueurs dont l’attaquant de JET Mada Carlos dont les qualités ne se démentent plus. Avec Carolus sur le côté droit et Zotsara à la manœuvre pour alimenter les bonnes balles à Carlos ou Safidy car il ne faut pas perdre de vue les qualités du jeune joueur d’Elgeco Plus.

C’est dire que malgré la défection des expatriés, les nouveaux Barea ont encore bonne mine surtout en défense, où l’incontournable Toby et son coéquipier Ronald seront associés à d’autres joueurs dont le très prometteur Théodin de Fosa Juniors.

La balle est donc dans le camp de l’encadrement des Barea car pour tout dire, il y a à boire et à manger.

Clément RABARY

News Mada16 partages

Élection à Madagascar : le MMM roule pour une élection anticipée

Le «Malagasy miara-miainga» (MMM) est le premier à déclarer que la seule solution au pays est la tenue d’une élection anticipée. Ce parti est donc partant à ce que l’on organise le premier tour le 29 août prochain si l’on se réfère à la proposition de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni).

«Par conséquent, le président doit démissionner ce mois de mai». C’est en ces termes que s’est exprimé un membre du bureau politique du parti, Me Rija Rakotomalala, lors d’un entretien, hier à Analakely. Ce dernier de poursuivre que les dispositions de la loi électorale de 2013 peuvent être appliquées lors de cette élection anticipée et la Ceni peut décider de se conformer aux recommandations émises par les politiciens et les sociétés civiles le cas échéant.

Ce juriste de rappeler que le MMM est le premier qui s’est déclaré parti opposant au pays en toute légalité et il est également le parti à avoir des députés opposants au sein du parlement.

Nadia

 

Midi Madagasikara16 partages

Ihosy : Gony an-jatony feno rongony, tra-tehaky mpitandro filaminana

Rongony  an-taoniny indray no sarona tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny, omaly tolakandro, tany Ihosy. Fiara tsy mataho-dalana telo no nitondra azy ireo, araka ny angom-baovao avy any an-toerana. Nandeha avy hatrany ny fanenjehana rehefa tsy nanaiky nijanona teo amin’ny sakan-dàlana izay napetrak’ireo mpitandro filaminana izy ireo. Tsy lasa lavitra anefa dia tratra ihany ka tamin’izay no fantatra fa nitondra ireo zava-mahadomelina ireo ny olona tao anatiny. Raha ny fampitam-baovao hatrany, dia toa hoe ana manamboninahitra ireo fiara, ary porofon’izany ny fisian’ireo mpitandro filaminana telo tao anatiny, niaraka tamina sivily efatra. Notazonina avy hatrany moa ireto olona ireto, natao famotorana, raha nogiazana kosa ireo fiara sy ny entana tao anatiny. Andrasana hatreto ny ho tohin’ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara15 partages

Santé communautaire-USAID/MIKOLO : 4,6 millions de bénéficiaires en cinq ans

Visite du groupe féminin Voamami à Tanambao-Betsileo, dans le district de Sakaraja.

Le projet USAID/MIKOLO arrive au terme de sa réalisation après cinq années d’intervention, de 2013 à 2018, dans huit régions de Madagascar.

Quelque 3584 fokontany situés dans 506 communes de 42 districts répartis dans huit régions de Madagascar. Tel est l’étendue de la zone d’intervention du projet USAID/MIKOLO qui arrive à son terme au bout de cinq années de mise en œuvre. Ce projet de santé communautaire a été surtout axé sur la santé de la reproduction, la planification familiale, la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant, et la prise en charge du paludisme. Le projet affiche un bilan plutôt satisfaisant : une nette augmentation de l’utilisation des méthodes de planning familial pour réduire les naissances, des consultations prénatales dans les centres de santé des zones enclavées, et des conseils en nutrition, concernant notamment les enfants souffrant de malnutrition.

Silc/Voamami. Le nombre des bénéficiaires du projet est estimé à 4,6 millions, vivant à plus de cinq kilomètres des centres de santé. Là où l’accès aux soins et aux services de santé de base, est un réel défi. Avec la mise en œuvre de ce projet, les populations des zones d’intervention ont pu bénéficier d’un meilleur continuum de soins en matière de santé de la mère et de l’enfant. Une situation renforcée par des mécanismes d’appui comme la microfinance, visant à encourager la création de communautés d’épargne et de crédit interne (Silc) ou Voamami au niveau des villages pour inciter les familles et les individus à épargner régulièrement, et leur donner accès au crédit à des conditions favorables. Il s’agit alors de promouvoir l’épargne et le crédit communautaire – par groupes d’environ 15 à 25 personnes – dans l’objectif de consolider les moyens de subsistance et d’améliorer la qualité de vie des membres de la communauté.

Deux milliards d’ariary d’épargne. Au total, 2 458 groupes Silc/Voamami ont été créés, ciblant 41.786 ménages. Ils ont accumulé l’équivalent de deux milliards d’ariary en épargne. Le groupe féminin de Tanambao Betsileo sort du lot car il a particulièrement tiré profit de ce mécanisme. « Une belle initiative qui rejoint l’esprit de la couverture de santé universelle car les membres peuvent adhérer facilement à la caisse nationale de solidarité santé pour avoir facilement accès aux soins de santé dans les centres de santé de base et hôpitaux », a affirmé le ministre de la Santé publique. Les résultats du projet ont été disséminés, le 3 mai dernier à Toliara.

Hanitra R.

Midi Madagasikara14 partages

Fédération internationale de la Croix-rouge : Prochaine réouverture du bureau de l’Océan indien à Ma...

La bonne humeur a été au rendez-vous lors de la célébration de la journée mondiale de la Croix-Rouge à Tsaralalàna.

La nouvelle a été annoncée par le président national de la Croix-Rouge malagasy lors de son discours d’ouverture officielle de la célébration de la journée mondiale de la Croix-Rouge.

«La Croix-Rouge avance malgré la mauvaise situation à laquelle, elle doit faire face actuellement». Tels étaient les propos de Claude Rakotondranja, président national de la Croix-Rouge malagasy lors de son discours dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de la Croix-Rouge à Tsaralalàna hier. La présence du délégué de la fédération internationale de la Croix-Rouge dans nos murs et la prochaine réouverture du bureau de l’océan Indien à Madagascar, plus particulièrement à Antananarivo, en seraient une forte manifestation. Dénommé Youssef, le délégué en question – à l’instar des délégués représentant les partenaires de la Croix-Rouge malagasy – va participer au suivi d’évaluation des programmes et projets menés de concert par la Croix-Rouge malagasy et la Fédération internationale de la Croix-Rouge. Un partenariat qui toujours, porte ses fruits, mais surtout qui a pu permettre à des milliers de personnes issues de familles vulnérables à s’en sortir de situations difficiles. La prochaine réouverture du bureau de l’océan indien de la fédération internationale de la Croix-Rouge pourrait donc être un signe positif, indiquant la continuité de la collaboration entre les deux parties.

Messages. La célébration de la journée mondiale de la Croix-Rouge a été l’occasion pour Claude Rakotondranja, d’envoyer des messages à l’encontre des membres de la société nationale malagasy. Messages qui invitaient les membres à s’unir dans la traversée de la difficulté actuelle, mais surtout, incitant les membres à croire en leurs potentialités et à travailler de leur propre chef pour leur communauté ou celles des personnes vulnérables. «La CRM traverse actuellement un orage qui secoue tous les membres. Mais peu importe ce qui se passera, peu importe ce qui va se passer, la société nationale malagasy va y survivre», a-t-il fait savoir. Avant de noter que «le retrait de certains partenaires est certes, douloureux et pénible, mais il ne faut pas en aucun cas, croire que ce retrait signifie également la mort de la société nationale». Claude Rakotondranja a également pointé du doigt la manie de toujours se tourner vers les partenaires financiers, et ce, même si les ressources en main peuvent faire avancer les choses.«Beaucoup de gens, et même nos dirigeants, croient que l’on ne peut rien faire sans les financements des partenaires techniques et financiers» a-t-il renchéri. Claude Rakotondranja de poursuivre que «le changement n’est que le produit du travail de tous les membres de la société nationale. Si nous ne faisons rien, il n’y aura rien, mais si nous travaillons avec ce que nous avons, beaucoup de choses vont changer». Par ailleurs, et profitant de l’occasion, le président national de la CRM a fait savoir qu’il n’a nullement l’intention de «s’accrocher au pouvoir». «Si vous décidez que je m’arrête, je le ferai aujourd’hui même» a-t-il lancé aux membres de la CRM lors de son discours hier.

José Belalahy

Midi Madagasikara13 partages

Port de Toamasina : Doublement des recettes douanières entre 2015 et 2017

Les recettes douanières au port de Toamasina ont augmenté de 100 millions USD entre 2015 et 2017, grâce à l’amélioration de la performance des douaniers.

Les contrats de performance, lancés au niveau de la Douane Malagasy, se résument à un succès, selon la Banque Mondiale. Cette institution a publié un article sur l’amélioration des recettes de l’Etat, grâce à une meilleure gestion des ressources humaines.

 Les indicateurs de résultats sont prometteurs pour le système de contrats de performances introduit au niveau des services des Douanes au Port de Toamasina. C’est ce qu’a annoncé la Banque Mondiale, qui a appuyé la mise en place de ce système, à travers le Projet d’appui à la performance du secteur public (PAPSP). L’introduction de ces contrats a permis de simplifier et d’accélérer les formalités douanières, d’après l’institution de Bretton Woods. « Les délais de dédouanement des importations ont également baissé considérablement. Tout en ayant permis de limiter le nombre d’inspections physiques, la réforme a aussi eu des effets positifs sur la détection des fraudes et des sous-facturations, générant 12 milliards d’ariary de recettes supplémentaires (3 millions de dollars) en amendes douanières, entre 2015 et 2017, dont huit milliards (2 millions de dollars) entre 2016 et 2017. La réforme a également permis de traiter plus équitablement les différents importateurs, entraînant une meilleure perception du côté du secteur privé qui a consta une diminution de la concurrence déloyale », a indiqué la Banque Mondiale.

Gains. Les contrats de performance ont été lancés, suite à un constat de manque à gagner au niveau de la Douane. « Depuis 2013, l’analyse des statistiques miroirs, effectuée conjointement par l’administration douanière et la Banque mondiale, nous permet d’apprécier le manque à gagner de l’administration sur la fiscalité du commerce international tout en améliorant l’analyse du risque. Les pertes sont de l’ordre de 30%, un chiffre affolant qui invite à regarder de plus près la dimension des ressources humaines au sein de la Direction générale des douanes », explique Eric Narivony Rabenja, DG des Douanes. En effet, c’est après avoir identifié les raisons de ce manque à gagner que le Gouvernement a décidé de relancer les réformes douanières pour accroître les recettes et lutter contre la fraude. Selon la Banque Mondiale, l’introduction des contrats de performance, la réduction des délais de dédouanement et d’autres éléments de la réforme, ont déjà apporté des résultats encourageants. En deux ans, entre 2015 et 2017, les recettes douanières collectées au port de Toamasina ont ainsi augmenté considérablement, avec un gain de plus de 400 milliards d’ariary (environ 100 millions de dollars). Pour les parties prenantes, le défi est relevé. « Il faut absolument comprendre que les contrats de performance représentent un processus graduel de réformes. Pour réussir la mise en place d’un tel instrument, on doit s’appuyer sur des analyses chiffrées, permettant de comprendre et d’identifier l’ampleur des mauvaises pratiques. Ensuite, il est important de maintenir un dialogue continu entre l’équipe de la Banque mondiale, la direction générale des douanes et son équipe de réforme dans un climat de confiance mutuelle. Enfin, il est tout aussi essentiel d’assurer un dialogue en interne et auprès du secteur privé », affirme Gael Raballand, expert en gouvernance à la Banque mondiale.

Antsa R.

Midi Madagasikara13 partages

Ceni : Trois propositions de dates pour la présidentielle !

La Commission Electorale Nationale Indépendante ou Ceni, bien qu’elle ne soit pas investie du pouvoir de définir, mais de proposer  le calendrier électoral, a avancé trois dates pour la tenue des élections, selon trois scenarii.

Hier, lors d’un point de presse tenue par la Ceni à Nanisana, cette dernière – par le biais de son président, Hery Rakotomanana – a lancé trois propositions de dates pour la tenue des élections selon trois scenarii possibles. Une action, mélangée à une sorte d’interpellation à certains acteurs politiques dont la portée des agissements porte atteinte, que l’on veuille ou non, au processus électoral.

Elections anticipées. La première hypothèse est que la présidentielle soit anticipée. Un cas prévu par l’article 53 de la Constitution. Sauf que l’organisation d’élection présidentielle anticipée est prévue, pour l’un seulement des cas subséquents : la démission, l’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, le décès ou l’empêchement définitif ou déchéance prononcée. A cet effet, le premier tour aura lieu, selon la Ceni, le 29 Août 2018. Si cette hypothèse se concrétise, les élections qu’aura produites la Ceni devraient être libres, transparentes, crédibles, et surtout acceptées par tous.

Article 47. La deuxième hypothèse est que la présidentielle se tient dans les conditions prévues par l’article 47 de la Constitution. Pour cela, la date du 28 novembre est recommandée par la commission électorale pour le premier tour. Entre-temps, il est plus que loisible voire impératif de bien déterminer le cadre légal des élections pour que celles-ci se tiennent en bonne et due forme. Après la décision y afférente de la Haute Cour Constitutionnelle, le 3 mai dernier, les députés sont obligés de réexaminer les lois électorales, de réécrire certaines dispositions et de mettre en avant l’égalité de chance de tous les candidats devant ces lois.

Report des élections. La troisième hypothèse n’est autre que le report des élections lequel est prévu par l’alinéa 4 du même article 47 de la Constitution. A titre de rappel, le report d’élections est seulement toléré en cas de « décès de l’un des candidats avant un tour de scrutin » ou « en cas de force majeure dûment constatée par la Hcc ». Dans ce cas, la Ceni propose la date du 29 mai 2019 pour le premier tour. Une fois de plus, les débats relatifs à la notion de « force majeure » reviennent sur le tapis. Et encore une fois, les yeux seront rivés sur la Hcc en ce qui concerne la qualification d’un cas comme étant une force majeure.

Mois de mai sinon. Les critères qui ont permis à la Ceni de choisir ces trois dates selon les scenarii possibles n’ont pas été mis à la connaissance du public. Néanmoins, elle recommande à ce que « toutes les conditions relatives à l’organisation et à la tenue d’élections – telles que les lois électorales y afférentes, le calendrier électoral et le climat d’apaisement – soient réunies avant la fin de ce mois de mai. Autrement, il est fort probable qu’il n’y ait pas d’élections cette année ». Un appel lancé à l’endroit des parlementaires, du gouvernement et bien évidemment, des forces vives de la Nation.

Meilleurs délais. Concernant la situation politique du moment, la Ceni ne peut rester inerte. « Nous exigeons aux politiciens de se concerter et de trouver des solutions à cette crise dans les meilleurs délais pour qu’il y ait apaisement », souligne Hery Rakotomanana. Sur ce point, il est porté à la connaissance de tous, qu’un cadre de concertation extraordinaire aura lieu ce vendredi 11 mai à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina. Les partis politiques, les membres de la société civile, les journalistes, les citoyens sont vivement sollicités.

Aina Bovel

Midi Madagasikara13 partages

Ny sampan-draharahan’ny hetra sy ny fandraharahana ny fonja : Samy mitokona noho ny fitakiany miandry val...

Taorian’ny fitokonan’ireo mpiasan’ny fadintseranana eto Toamasina izay mbola mampihenjana ny tady eo amin’izy ireo sy ny reseveran’ny ladoany, ary ny fidiran’ny mpitandro ny filaminana amin’ny raharaha amin’ny maha “toerana stratejika” ny seranan-tsambon’i Toamasina, araka ny nambaran’ny lehiben’ny vondrom-pileovan’ny zandary mitarika ny Emmo-Rég atsinanana ny Kly Ralaikoa; dia miditra amin’ny fitokonana ihany koa izao ny sampan-draharaham-panjakana roa, ahitana ny sampan-draharahan’ny hetra sy ny fandraharahana ny fonja eto Toamasina. Raha ny fanazavana azo dia vokatry ny fitakiana ara-dalàna sy ara-drariny nataon’izy ireo tamin’ny fanjakana, saingy nanaovan’ity farany be marenina hatramin’izao no anton’izao fitokonana izao voalaza fa tsy hisy fetrany raha tsy mivaly ny fangatahan’izy ireo izao. Raha ho an’ny sampan-draharahan’ ny hetra dia ny fanomezana orinasa tsy miankina amin’ny fanangonan-ketra izay hampisy fahambangana ara-bola, sy kolikoly avo lenta, ary ny tsy fanajana ny lalàna misy mikasika ny fanangonan-ketra amin’ny ankapobeny no antony fitokonan’izy ireo. Raha ny vaovao dia efa ny zoma teo nivalona iny no efa niroso tamin’izany izy ireo izay mbola mitohy hatramin’izao izany eny amin’ny foibeny Ampasimazava Toamasina, ka tsy misy ny fandraisana ireo mpandoa hetra ao anatin’izany mandram-pisian’ny valinteny mahafa-po azon’izy ireo. Ny an’ny fandraharaha ny fonja kosa dia ny mbola tsy famalian’ny minisitry ny fitsarana ny fitakiana nataon’izy ireo, izay nambaran’ny Rtoa minisitra fa hojerena akaiky efa ho iray volana izao, no niverenan’izy ireo mitokona tsy fetrany izao indray.

Malala Didier

Midi Madagasikara12 partages

MEN : Des mesures pour la sécurisation des établissements scolaires

Sécurisation et protection des personnes ainsi que des biens au sein des établissements scolaires, tels sont les objets qui ont conduit le ministère de l’Education Nationale à prendre des mesures face à la recrudescence «des actions de perturbation par des personnes se disant pour le mouvement politique des 73 députés». En effet, outre les bureaux administratifs, les établissements scolaires de la capitale sont les cibles des manifestants dans leur «lutte ou ‘tolona’ pour le changement». Des actions de perturbations qui consistaient à faire sortir de «force» des étudiants de quelques établissements scolaires tels que, le lycée moderne d’Ampefiloha, le lycée Jules Ferry ou encore au lycée catholique ESSCA Antanimena. Des actions condamnées par de nombreux observateurs de la vie publique qui les jugent «d’indignes et d’irresponsables» étant donné que «les élèves, collégiens ou lycéens n’ont rien à voir avec les problèmes politiques entre des politiciens – qui ne sont pas clean, aussi bien les manifestants que ceux qui sont au pouvoir». Face à cela, le ministère de l’Education Nationale entend donc préserver autant que possible la quiétude des élèves, surtout ceux qui sont en classe d’examens officiels. Le MEN veut également prendre des sanctions exemplaires à l’encontre des élèves, collégiens ou lycéens récalcitrants qui voudraient passer outre les mesures de sécurisation. En ses débuts, la réclamation de droit a motivé la manifestation des 73 députés. Ce qui n’est plus le cas actuellement car le «tolona» a viré à des actions de violation des droits des autres – la même pratique qui les ont poussés à se manifester et à s’opposer aux détenteurs actuels du pouvoir. Les enfants ont le droit d’étudier comme les manifestants ont le droit de manifester. Alors, que chacun jouisse de ses droits et… tout se passera pour le mieux!

José Belalahy

News Mada11 partages

Ihosy : miaramila sy sivily nahatrarana rongony 120 gony

 Io indray! Tratran’ny polisy tao Ihosy, omaly tolakandro ny fiara 4×4 miisa telo nitondra rongony miisa 120 gony…

Miaramila telo lahy sy sivily efatra no tao anatin’ireto fiara 4×4 miisa telo feno rongony ireto. Nalaina avy any atsimo ireto zava-mahadomelina ireto ka nokasaina hoentina hiakatra aty an-drenivohitra, kanjo tratran’ny polisy tao Ihosy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy ao Ihosy, nahazo loharanom-baovao mialoha izy ireo momba ny fisian’ireto fiara 4×4 miisa telo ireto miaraka amin’ireo miaramila mitondra izany. Tao anatin’ny andro vitsivitsy lasa izay, efa fantatra fa misy fiara 4×4 mitondra rongony anjatony miainga avy any atsimo ary efa nandrasana fotsiny ny handalovan’ireo fiara ireo. Nohamafisin’ny polisy hatrany fa tonga tokoa ny fotoana, nandalo ireo fiara 4×4 izay somary nampiahiahy satria tsy nety nijanona teo amin’ny sakana nataon’ny polisy. Niafara tamin’ny fanenjehana ireo fiara tsy mataho-dalana izany. Tratra ihany saingy tsy nanaiky ny hisavana ireto fiara ireto ny olona tao anatiny ary nandrahona mihitsy aza fa hoe entana tompon’andraikitra ambony eto amin’ny firenena ireo entana ireo ka tsy manan-jo hisava izany ny polisy, araka ny fanazavan’izy ireo hatrany. Niroso tamin’ny fisavana ihany ny polisy ka hita tao ireo gony marobe feno rongony. Nentina nanaovana fanadihadiana ireo olona tompon’antoka nitondra ireto zava-mahadomelina ireto. Fantatra tamin’izany fa fiarana jeneraly iray sy tompon’andraikitra iray any amin’ny faritra atsimo ireto nitondra zava-mahadomelina ireto.

Mitohy ny famotorana, nogiazana avy hatrany ireto zava-mahadomelina ireto. Tokony homena ny sazy faran’izay henjana ireto tompon’andraiki-panjakana mpiray tsikombakomba amin’ny trafikana zava-mahadomelina toy izao. Ireo mpivarotra sy mpifoka anefa, avy hatrany dia any am-ponja. Mba hahazo ny anjarany ve ireto trondro vaventy ireto?

J.C

Midi Madagasikara11 partages

Magistrat attaqué à Fianarantsoa : 30 personnes arrêtées, 13 placées sous mandat de dépôt

L’enquête sur l’attaque du domicile du vice-Président du Tribunal de Première instance de Fianarantsoa  vers le mi-avril  a apporté ses fruits. Les investigations menées par la police nationale ont débouché sur l’arrestation des 30 suspects. Déférées au Parquet lundi, 13 d’entre eux ont été placées sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Ankazondrano. 17 ont bénéficié de la liberté provisoire en attendant leur procès dont la date n’est pas encore prononcée. Selon les informations, les suspects présumés sont tous des habitants du fokontany d’Ankofafa, lieu de résidence de la victime. Ce sont des vendeurs de charbon de bois dans la localité. Une activité qui ne serait que d’une façade pour cacher leur véritable visage. Ces gens sont de véritables brigands, à entendre les explications de la police. Quelques jours avant l’attaque de ce magistrat, ils auraient été  déjà impliqués dans une autre affaire de ce genre dans la localité. Il est à rappeler que le 18 avril des bandits armés se sont introduits de force dans la maison de ce fonctionnaire de la Justice. Une fois à l’intérieur, ils ont tiré sur ce dernier pour mettre les mains sur quelques choses de valeur qu’ils ont vues sur place. Gravement blessée par balles, la victime a du être évacuée par hélicoptère dans la capitale.  Selon toujours les informations, l’enquête n’est pas encore close dans la mesure où d’autres complices sont encore à rechercher.

T.M.

Midi Madagasikara10 partages

Concert classique : Hommage au docteur Razafintsambaina

Une partie de l’orchestre Orphelinat Saint Paul.

Auteur-compositeur à ses heures perdues, le docteur Razafintsambaina a composé plusieurs dizaines de chansons classiques depuis 1985. Des compositions que l’orchestre Orphelinat Saint Paul et la Chorale Fanilo Fanantenana EEM Ankadifotsy chanteront pour la première fois.

Fondateur de l’orphelinat Saint Paul, le docteur Razafintsambaina a plus d’une corde à son arc. Discret mais efficace, il est à l’origine de l’orchestre Orphelinat Saint Paul. Pour lui rendre hommage, un concert classique sera consacré à l’interprétation de ses œuvres à la Paroisse internationale d’Andohalo dimanche.  Pour ce faire, une bonne douzaine de ses compositions feront partie du répertoire chanté par la Chorale Fanilo Fanantenana EEM Ankadifotsy accompagnée par l’orchestre Orphelinat Saint Paul.

Altruiste, il a créé l’orphelinat Saint Paul depuis 2010. Accueillant des enfants de tous âges, ceux de huit à 18 ans bénéficient d’une formation instrumentale classique.

Rares sont les compositeurs malgaches contemporains connus du grand public et d’après Sedy Tantely, Président de la Chorale Fanilo Fanantenana EEM Ankadifotsy, « si habituellement, les  concerts classiques rendent toujours hommage  à des  compositeurs étrangers, il est temps de faire connaitre les compositeurs de la Grande Ile », relate-t-il.  Le choix s’est tourné vers le docteur Razafintsambaina pour la simple raison que l’auteur a déjà un répertoire bien rempli. D’autant plus qu’il a toujours cru que la musique apporte du bienfait dans l’éducation d’un enfant.

« Pour nous, c’est une grande première de présenter les œuvres de ce compositeur devant un large public. Et ce sera un honneur qui lui revient de droit de la part de ses protégés»  continue Sedy Tantely.

Zo Toniaina

News Mada9 partages

Havatsa-Upem : hasandratra ny mpanoratra Ny Ako

Anisan’ny ezaka imasoan’ny fikamb anan’ny poety sy ny mpanoratra malagasy Havatsa-Upem ny fampahafantarana ireo mpanoratra zoky mbola velona, ny mombamomba azy sy ny sanganasany. Ny 19 mey izao, ao amin’ny Tahala Rarihasina Analakely, manomboka amin’ny 2 ora tolakandro, hanandratra ny mpanoratra Ny Ako (Rakotobe Ralako) ny Havatsa-Upem. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana ny fiantsana ny sanganasany, varotra sy fampirantiana ny boky efa navoakany, fiarahana mitafa aminy ary ny hira hovetsoin’ny tarika Ravelo Jean Baptiste. Nomarihin’ny filohan’ny Havatsa-Upem fa ankoatra ny maha mpanoratra an’i Ny Ako,  tia sy mahay mitendry gitara bagasy ihany koa ity mpanoratra teraka tamin’ny 15 marsa 1935 ity.

Hitohy ny fanandratana

« Tsy mety intsony ny fanaovana « rehefa maty vao Ramalala ». Noho izany, hisy hatrany ny hetsika fotoam-panandratana tahaka izao », hoy Andrianasolo Hajaina Naomy, filohan’ity fikambanana manana ny maha izy azy eo amin’ny fiarovana sy fanandratana ary fampivelarana ny hasin’ny soratra sy ny mpanoratra ity. Nambarany tamin’izany ny fanandratana an’i Abel Andriarimalala, hatao ny volana jolay. Hisesy ao anatin’ny « Herinandron’ny Havasa » kosa ny fanandratana an’i André Rakotondranaivo, i IP Andriamangatiana, i Lala Agnès Rakotoson, i Madera, i Esther Randriamamonjy.

Marihina fa anisan’ireo mpanoratra zokiny ao anatin’ny fikambanana Havatsa-Upem i Ny Ako. Efa namoaka boky mirakitra ny sanganasany ihany koa izy. Anisan’izany ny « Ezaka ».

HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara9 partages

Rugby à VII – Can féminin : Madagascar dans la poule A avec Sénégal et Kenya

Comme c’est un premier trimestre très chargé pour le Malagasy Rugby, c’est au tour des dames d’entrer en action. Les Makis dames seront engagées à la  Coupe d’Afrique des Nations à VII les 26 et 27 mai, à Gaborone, Botswana. Elles entament la dernière ligne droite de la préparation au Stade des Makis à Andohatapenaka. Elles sont encore 14 et ne seront que 12 à faire le voyage.  Les Makis évolueront dans la poule A.  Elles joueront en ouverture contre les Lionnes de la Téranga du Sénégal. Une équipe à la portée des Malgaches. « C’est une belle affiche surtout pour ce premier match avant d’affronter les Kenyanes, vice-championnes d’Afrique en titre » a indiqué Marie Eric Randrianarison dit Eric Sefo, coach de la sélection nationale. Les 10 équipes engagées  à la compétition seront réparties en trois poules.  Les huit meilleures équipes disputeront les huitièmes de finale.  La poule B regroupe la Tunisie, l’Ouganda et le Zimbabwe, tandis que Maurice, le Maroc, le Botswana, et la Zambie se mesureront dans la poule C. A Gaborone, l’objectif pour les Makis est de faire mieux que la cinquième place acquise  en Tunisie.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Semaine de l’Europe : « Bienvenue en Afrique » brise un tabou

La semaine de l’Europe permet des rencontres conviviales et des partages enrichissants.

La conférence et la projection du film « Bienvenue en Afrique » suivies de débats qui se sont tenus hier à l’Université d’Antananarivo, font partie des évènements organisés dans le cadre de la Semaine de l’Europe.

La conférence-débat fut consacrée à la situation de la recherche scientifique à Madagascar. Elle a vu se succéder l’Ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar, Antonio B.Sanchez ; le président de l’Université d’Antananarivo, Panja Ramanoelina ; la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique ; ainsi que Mme l’Ambassadeur de France Véronique Vouland Aneini, etc. Le contexte de l’enseignement et de la recherche scientifique à Madagascar a été abordé sous différents angles : des réalités aux perspectives, en passant par les processus de valorisation et d’innovation. Sans oublier l’employabilité des jeunes, encore menacée par l’inadéquation entre l’offre et la demande.

Promotion. Dans le public, composé majoritairement d’universitaires, les idées convergent plutôt vers un désir de promotion d’une image positive de Madagascar dans divers domaines, pour que les jeunes Malgaches aient envie de s’investir au pays et pour le pays. Bako Ratsifandrihamanana, Enseignante en Tourisme et entrepreneuriat a par exemple proposé de « donner aux jeunes Malgaches les meilleurs conditions d’études et de booster leur esprit entrepreneurial, avec un climat d’investissement et d’affaires propices. » Une autre voix dans l’assistance, dans la force de l’âge cette fois-ci, de rajouter : « A force de rêver d’Amérique et d’Europe et à défaut de pouvoir y aller, autant concentrer tous les efforts vers la construction d’un meilleur Madagascar et une Afrique plus forte, en renforçant la coopération régionale, dont les prémices se font déjà sentir aujourd’hui. » Et oui, ce ne sont pas les modèles de réussite, -même relative- qui manquent dans le continent africain, pour ne citer que l’île Maurice ou l’Afrique du Sud.

Bienvenue en Afrique. Le « clou » de l’évènement d’hier fut sûrement la projection du film « Bienvenue en Afrique », réalisé en 2004. Ce film, à la croisée d’un film historique, d’une comédie dramatique et frisant même sur les bords, le documentaire, est poignant d’humanité et de réalisme. Racontant les aventures d’Isaac, jeune ghanéen candidat à l’immigration en Autriche, représentant pour lui les valeurs de l’Eldorado européen. Il met à nu les dimensions politico-économiques, socio-culturelles de l’immigration et de tout, l’affect qui l’entoure. Le film a su briser le tabou de la xénophobie, sans jamais inciter ni au racisme ni à la haine. Il a su également montrer que, ces représentations négatives de l’autre sont présentes des « deux côtés », ne serait-ce que de manière latente. Ce n’est pas tout. Le film a surtout montré que ces représentations négatives ne sont que des obstacles, pouvant être surmontées par l’ouverture à l’autre et le partage, la compréhension et la compassion, bref par l’altruisme, comme ce fut le cas pour Isaac, Rösler et Wolfgang. Bref, par les valeurs que l’UE essaie de faire valoir. A voir absolument !

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara8 partages

OHT : « Les médiateurs devraient négocier le départ de Rajaonarimampianina »

L’association « Olona Hasin’ny Tany » (OHT) a organisé un petit-déjeuner de presse, hier, au restaurant Le Pavé, à Antaninarenina. Ce fut une occasion pour Raharisaina Hery  et Emile Ratefinanahary dit ‘vazaha’, de ladite association, d’apporter leur point de vue concernant la situation qui prévaut dans le pays. Ils estiment ainsi que « la communauté internationale, Ffkm et les forces armées devraient négocier le départ de Hery Rajaonarimampianina ». Et d’ajouter qu’« au cas où le Président de la République persiste à garder son siège, la crise va perdurer ». Ils pensent, par ailleurs, que « la dissolution de l’Assemblée nationale n’est pas la bonne solution».

Convention. L’association propose également la tenue des élections anticipées, c’est-à-dire d’ici deux mois. Par la suite, ils jugent qu’il s’avère nécessaire de mettre en place une convention des politiciens que l’on pourrait considérer comme une Feuille de route. Un socle, en sorte.

Dominique R.  

Midi Madagasikara8 partages

By Pass : Rangahy handeha hiampita, maty voadonan’ny fiara

Nandriaka indray ny rà. Lehilahy iray 26 taona no nitsirara nihosin-drà teo am-povoan’arabe tetsy amin’ny lalan’i By pass, Ambohijanaka, tsy lavitra ilay toeram-pisakafoana malaza iray.

Voadonan’ny fiara ity lehilahy ity, araka ny nambaran’ireo nanatri-maso ary, raha iny izy handeha hiampita arabe iny, tokony ho tamin’ny 12 ora antoandro teo. Tsy hitan’ilay fiara nandona azy mihitsy mantsy ity olona ity raha ny vaovao azo hatrany. Nisy fiarabe nifanena taminy ihany koa tamin’io fotoana io, nanakona tanteraka ilay olona niampita taorianany, ary tsy tana intsony ny loza. Sendra ny lalana malalaka ihany koa mantsy ity fiara fitateram-bahoaka marika « Mercedes Sprinter » ka dia nirimorimo fatratra. Eny fa na dia hiarahan’ny rehetra mahalala aza fa nisy faritra mazava ho fiampitan’ny mpandeha tongotra aza teo amin’io faritra nisian’ny loza io.

Niezaka niala ilay olona ihany ny mpamily saingy efa tara loatra. Mbola voakapok’ny « retroviseur » ihany mantsy ilay niampita. Mafy dia mafy anefa ny dona nahazo azy ka nampihongotra mihitsy ity fitaovana ity, izay nifatratra teny amin’iny fitaratra aloha. Vaky tanteraka ihany koa ny lohan’ilay voadona, izay avy hatrany dia nipitika efa ho metatra maromaro mihitsy ary nitsirara tamin’ny tany, sy tsy nihetsika intsony. Nitangorona avy hatrany ny olona. Tao ny niezaka namonjy ilay tovolahy, saingy efa tsy azo natao intsony ny aminy. Tonga teny an-toerana avy hatrany ireo mpitandro filaminana nijery ifotony ny zava-nisy, ary nitondra ilay mpamily nahavanon-doza, izay natao andrimaso avy hatrany tany amin’iny biraon’izy ireo. Nentina tany amin’iny tranom-paty moa taorian’izay ny razana, ary nomena ny fianakaviana taorian’ny fitiliana natao azy. Tsy vao izao no fantatra fa nitrangana loza nahafaty olona teo amin’io lalana io, fa efa imbetsaka izay, araka ny filazan’ny mponina.

m.L

Midi Madagasikara8 partages

11es Jeux de la CJSOI : La jeunesse et l’environnement au cœur du débat

Les enjeux liés à la dégradation de l’environnement, les effets du changement climatique ainsi que la protection de l’environnement ont animé les activités de jeunesse aux 11es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI) à Djibouti.

L’environnement et le patrimoine commun (ressources et milieux naturels, espèces animales et végétales, diversité et équilibre biologiques…) doivent être respectés. La préservation de l’environnement devient un enjeu majeur de la région Océan Indien, voire même mondial,  synonyme de responsabilité envers les générations futures. Depuis quelques éditions des Jeux de la CJSOI,  ce thème était toujours au cœur du débat.

 Soirées culturelles. La diversité c’est dans la culture. Tout au long des soirées culturelles à travers les danses et les pièces de théâtre, les jeunes de l’Ile Maurice, La Réunion, les Comores, les Seychelles, Mayotte, Madagascar et Djibouti ont fait connaître leurs pays respectifs, et les défis auxquels chaque pays, fait face.

Les jeunes danseurs ont montré aux yeux du public et des jeunes des autres pays de la richesse de la diversité culturelle de la Grande Ile. Ils ont dansé sur une chanson de Jao « Zaho Malagasy ». Une chanson qui parle de Madagascar et de la joie de vivre à la malgache.

Une pièce de théâtre a été élaborée par Mbato Ravalison mettant en exergue les défis environnementaux, auxquels Madagascar et Maurice font face actuellement. Outre la présentation des problèmes environnementaux, les jeunes acteurs, ont mis un accent sur la sensibilisation sur le tourisme sexuel, la grossesse précoce, la délinquance juvénile ainsi que les dangers que peuvent causer les réseaux sociaux.

Les jeunes malgaches ont dansé sur la chanson de Jao « Zaho Malagasy ».Les autorités présentes lors du show final du volet jeunesse au Palais du peuple.Les experts en charge de la jeunesse dont Julia Randriamanantena (2e à gauche) qui travaillent de concert pour la réussite des activités dans le volet jeunesse.Les encadreurs des différents pays qui ont travaillé avec les jeunes.

Les jeunes « conférenciers » malgaches convainquent . Parmi les prestations des délégations lors de l’assemblée des jeunes au Palais du peuple le jeudi 26 avril, celle effectuée par Jena, Ranto, Hafaliana et Ravaka, a attiré l’attention de plus d’un. Ils ont parlé des caractéristiques géographiques et historiques de Madagascar, qui est la 4e plus grande île du monde. Les richesses naturelles de la terre ne sont pas illimitées et certains comportements, qu’ils soient le fait des individus sur consommation d’énergie, d’eau ou d’entreprises (pollution des rivières) les mettent en danger. Ainsi, depuis quelques décennies, face au réchauffement climatique, la Grande Ile affronte plusieurs changements majeurs, entre autres le dérèglement du climat, l’insuffisance de précipitation, mais surtout la diminution de la rosée matinale. Une résolution a été prise dont, l’éradication des déchets, la création d’une convention entre les pays membres de la CJSOI, la sensibilisation des jeunes à travers les réseaux sociaux, les informer de la protection de l’environnement, encourager  la création d’association de jeunes en leur donnant les moyens, la collaboration des pays membres des pays de la CJSOI et surtout, faire respecter les lois relatives à l’environnement.

Les quatre jeunes qui ont participé à l’assemblée des jeunes.Une partie de la délégation qui était toujours là pour soutenir les jeunes.Photo de famille du volet jeunesse.

Dossier réalisé par TANJONA HARIJAONA

Midi Madagasikara6 partages

Eglise anglicane et CNaPS : Promotion de la protection sociale

La signature de convention entre l’EEM et la CNaPS hier.

La convention entre l’Eglise Episcopale de Madagascar (EEM) et la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) a été signée hier à l’Akany Tafita ; par le président de l’EEM, Mon Seigneur Ranarivelo Samuel Jhon et le DG de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul.

Sécurité. Grâce à la mise en œuvre de cette convention, les salariés de l’EEM au niveau des diocèses, des écoles, des centres d’orphelinat, ou encore des centres de charité, jouiront tous d’une sécurité sociale, du moins, des rudiments de base. D’autant plus que la protection sociale fait partie des droits humains fondamentaux. Le président national de l’EEM Mon Seigneur Ranarivelo Samuel Jhon de souligner dans son allocution : « Il est de l’obligation de l’Eglise de prendre soin de ses employés, d’où l’importance de la sécurité sociale ». Selon la convention qui vient d’être signée, la CNaPS se chargera de faire connaître au public les obligations et les droits réciproques des patrons et des travailleurs. Par ailleurs, il faut noter que les 6 Diocèses réparties dans toute l’île, d’Antananarivo à Toliara, en passant par Diégo-Suarez, Fianarantsoa, Tuléar, Majunga et Tamatave, bénéficieront d’une formation sur la sécurité sociale. Historiquement, l’Eglise Episcopale Malagasy est l’un des initiateurs de la sécurité sociale à Madagascar. Arizaka Rabekoto Raoul, DG de la CNaPS de souligner : « L’objectif est d’offrir une sécurité sociale juste et équitable pour tous. Ce qui a poussé la Caisse à collaborer avec les églises membres du FFKM à savoir EKAR, FJKM, FLM, EEM ».

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara6 partages

Tsaratanàna : Mandravarava ireo dahalo mitam-basy, omby an-jatony voaroba tao Amborihazo

Nitrangana fanafihan-dahalo mahery vaika indray, tany amin’ny Kaominina ambanivohitr’ Andriamena, Distrikan’ i Tsaratanàna, Faritra Betsiboka, afak’omaly naraina, ka malaso 12 lahy nitam-piadiana no nanafika tao an-tanànan’ Ambatomitsangana sy tao Amborihazo ao anatin’ny Fokontany Ambohibary,  omby an-jatony no norobain’ireo mpanani-bohitra. Araka ny tati-baovao voaray, nandefa fampilazana mialoha ireo dahalo fa hanafika. Noho ny tahotra, nitsoaka niala ny tanàna nialoha ny ankamaroan’ny mponina, ka niliba tamin’ny fakana ireo omby niampy entana sarobidy zakany ireo tsy mataho-tody, ary nandoro trano maromaro nialoha ny nialan’izy ireo ny tanàna. Tsy nionona tamin’izay ireo dahalo, fa rehefa niala tao Ambatomitsangana izy ireo, dia nanafika tao Ambonidobo, izay tanàna kely tsy dia lavitra eo. Ary avy eo nandroba andiana mpitrandraka volamena, vao nanohy ny diany nianatsimo ireo malaso niaraka tamin’ireo remby azony. Nantsoina ny mpitandro filaminana ka raikitra ny fanarahan-dia.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara6 partages

Tunisie – Afrique du Sud : Erick Rajaonary promeut l’agriculture biologique

Erick Rajaonary, le PDG de Guanomad, qui plus est, le président national du FIVMPAMA veut relancer les filières bio.

Deux événements de grande envergure portant sur le développement agricole en Afrique, se sont tenus dernièrement en Tunisie et en Afrique du Sud. Le PDG du groupe Guanomad, Erick Rajaonary, qui plus est, l’actuel président national du FIVMPAMA, y a intervenu en tant que panéliste.

Le premier événement étant le worshop agricole ayant pour thème « L’agriculture et l’agroalimentaire en Afrique, les chaînes de valeurs agricoles sont la voie de développement ». Et le second événement constitue un atelier sur « African Agripreneurship Knowledge Exchange Workshop ». Il y a été invité par l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO)) et d’EcoVentures International (EVI), pour intervenir tout en témoignant sur le « success story » de l’entreprise produisant des engrais biologiques qu’il a créés. Et dans le cadre de son intervention, Erick Rajaonary promeut l’agriculture biologique sur le continent africain. « C’est un vecteur de sécurisation alimentaire et de réduction de la pauvreté. En fait, le principal défi de l’Afrique pour les prochaines décennies, est de pouvoir nourrir convenablement sa population comptant actuellement plus d’un milliard de personnes. Compte tenu de sa croissance démographique, ce continent est dans l’obligation de produire plus et mieux pour assurer son autosuffisance alimentaire dès maintenant. Dans ce contexte, l’agriculture biologique a un rôle à jouer, et peut servir d’outil efficace pour la résorption du déficit alimentaire auquel le continent africain fait face à l’heure actuelle et qui risque de perdurer à défaut de solutions idoines et viables », a-t-il expliqué.

Assurer la traçabilité. En outre, Eric Rajaonary a argumenté que l’agriculture biologique constitue une solution pour l’Afrique. En effet, « le continent dispose encore de vastes terrains permettant de développer l’exploitation de l’agriculture biologique à grande échelle. Il pourra ensuite satisfaire la demande de produits issus de l’agriculture biologique qui est en hausse incessante tant sur la marché national qu’international. Ce qui contribuera ensuite à l’amélioration de la balance commerciale et des rentrées de devises des pays producteurs, sans oublier la création des emplois agricoles au profit des jeunes en vue de freiner l’exode rural », a-t-il enchaîné. Par ailleurs, Erick Rajaonary a fait savoir que, l’utilisation des engrais biologiques impacte positivement sur la qualité des produits agricoles tout en améliorant la qualité des sols et la santé nutritionnelle de la population. « L’agriculture biologique permet également d’assurer la traçabilité des produits, tout en garantissant la professionnalisation des producteurs et la modernisation du secteur agricole en Afrique. Mais de nombreux obstacles restent à lever », a-t-il exposé. Pour le cas de Madagascar, il sollicite toutes les parties prenantes à coopérer afin d’organiser les chaînes de valeurs des produits agricoles bio, et créer un label bio. Et au niveau régional, « un cadre d’échanges entre les filières bio des pays doit être créé pour renforcer leurs complémentarités et faciliter par la suite, le commerce intra-régional », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara5 partages

Samoela : « Radio n’ambanivolo » dans les bacs !

Samoela et son équipe, lors de la présentation de « Radio n’ambanivolo » au CGM Analakely hier.photo : Kelly

L’interprète de « zana-bahoaka » a présenté officiellement hier, dans les locaux du CGM, son dernier-né. Portant le nom très singulier de « Radio n’ambanivolo », cet opus comporte dix titres dont une reprise et une interprétation.

Un album à la sauce Samoela, tout aussi succulent que les précédents ! C’est ce que propose « Monsieur Bandy akama » dans son nouvel album intitulé « Radio n’ambanivolo ». « Quand nous nous produisons dans les coins les plus reculés du pays, on se rend compte que, les paysans ne sont pas du tout à la traîne, contrairement à ce que l’on pourrait croire. De nos jours, (presque) tout le monde à la campagne a une radio-carte. Avec cet instrument, ils écoutent à longueur de journée et avec le volume à fond, toutes les chansons tendances du moment. Ce que nous appelons ‘musique urbaine’ est en passe de devenir une ‘musique rurale’. Ces paysans exigeaient autrefois qu’on joue en live les compositions, acceptent aujourd’hui qu’on le fasse en playback. Le concept de la ‘radio n’ambanivolo’ est donc parti de ce constat », explique Samoela.

Sur les plateformes de téléchargement. Composé de dix titres, dont une reprise « Mamirapiratra », écrit et composé par Rola Gamana, et une interprétation « Raha ho avy Ralala » de Dama, ce nouvel album reste fidèle au registre auquel Samoela a bercé ses inconditionnels. Il y dévoile également son talent d’interprète. Toujours aussi fou dans sa manière de présenter les choses, quoique devenu plus mature, Samoela dans ses nouvelles compositions, met en avant l’amour, thème qui lui tient particulièrement à cœur depuis ses débuts. « Je parle également beaucoup de faits sociaux », souligne-t-il. Collaborant avec diverses organisations œuvrant dans les activités sociales, Samoela partage une autre facette de sa personnalité, toujours de manière très artistique et avec des textes tout aussi parlants que ceux qu’on lui connaissait. « Radio n’ambanivolo » est disponible dans les points de vente dès ce jour et sur toutes les plateformes de téléchargement internationales. « Il est certes vrai que, nous figurons parmi les artistes qui font le plus de  vente en terme de CD, mais il faut qu’on soit aussi à l’ère du temps pour tous nos fans qui sont ailleurs ». « Radio n’ambanivolo » sera dévoilée au grand public, en première partie du concert qui se tiendra le dimanche 3 juin à Antsahamanitra.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Tranoben’ny Tantsaha : Election des membres de bureau

La « Tranoben’ny Tantsaha » ou Chambre d’Agriculture, procède actuellement à l’élection des membres de son bureau et de son président au niveau national. « Près de 70% des communes ont déjà voté leurs représentants qui vont former l’assemblée générale au niveau des districts. Il s’agit notamment de sept personnes opérant dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche. Ensuite, treize personnes issues de chaque district seront élues pour former l’AG de la région. Il en est de même pour chaque région. En tout, l’AG nationale sera constituée de 286 personnes, soit treize représentants par région. Nous prévoyons de procéder à l’organisation de l’élection des membres de bureau et du président de  « Tranoben’ny Tantsaha » au niveau national vers le mois de juillet prochain. Cette fois-ci, les futurs membres de bureau seront constitués et représentés par des vrais exploitants agricoles issus des secteurs de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche », a expliqué Rakotondrabary Richard, le vice-président actuel de cette Chambre d’Agriculture lors d’un point de presse hier.

Stabilité politique. Par ailleurs, le bureau actuel a saisi cette occasion pour faire une déclaration face à la situation des affaires nationales. « Les paysans constituent la majorité des électeurs à Madagascar. Nous sollicitons ainsi tous les politiciens protagonistes à se réunir et se concerter dans le but de trouver ensemble, un consensus permettant de résoudre le problème politique actuel. En effet, cela aura des retombées économiques négatives sur le secteur de la production à Madagascar, et par ricochet, sur l’approvisionnement alimentaire et les sources de revenu des exploitants agricoles. Même les opérateurs économiques œuvrant dans le secteur agricole en seront victimes », a-t-il enchaîné. Dans la foulée, ces acteurs du développement rural réclament l’instauration d’une stabilité politique, afin d’éviter une éventuelle suspension des financements des partenaires au profit des exploitants agricoles malagasy.

Navalona R.

News Mada4 partages

Dans les provinces : toute manifestation interdite

Le succès des manifestations en province organisées par les élus pour le changement inquiète apparemment le régime. C’est ainsi que le sujet figurait au centre de l’ordre du jour du conseil de gouvernement qui s’est tenu hier à Mahazoarivo.

«Il a été réitéré que des consignes fermes ont déjà été données aux diverses autorités des Provinces pour interdire toute manifestation politique sur la voie publique. Et ce, pour préserver l’ordre public et pour maintenir la sécurité des personnes et des biens», d’après le rapport du conseil de gouvernement. Ce qui vise encore une fois à faire pression aux représentants de l’Etat, notamment les préfets, dans les chefs-lieux de province.

Cette interdiction fait suite à l’initiative des élus de l’opposition issus des six provinces qui ont rencontré la population dans leur chef-lieu de province respectif, samedi dernier. Des rencontres  dont le succès a fait des envieux au niveau du régime qui se trouve être en mal de popularité, ces temps-ci.

Que ce soit à Fianarantsoa, Toliary, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina ou encore dans la capitale, samedi dernier, toute la population a été unanime pour réclamer la démission du Chef de l’Etat.

Rakoto

 

Midi Madagasikara4 partages

UTOP 2018 : Une organisation de plus en plus appréciée

Les milliers de coureurs et de marcheurs qui ont participé aux courses de longue distance du week-end, ont eu leur dose de sport et de satisfaction. Car en 10 ans, l’organisation a vraiment eu le temps de s’améliorer.

Dans les fins fond de brousse, vous voyez un tee shirt-rose, et vous vous dites « je suis sur la bonne voie car ce sont les bénévoles bien visibles le long du parcours ». Ils sont aussi au four et au moulin au QG que ce soit de jour et de nuit. « C’est une des choses que j’apprécie pour cette course » a déclaré une Mahoraise qui a couru au 30 km. Les gens sont serviables. Les mille sourires sont vraiment d’actualité et les bénévoles sont toujours là. Je suis venue pour la 1re fois accompagner mon mari qui court l’ultra et je suis satisfaite. Nous reviendrons  ». Chapeau pour les organisateurs, car la fête a été au rendez-vous.  Que ce soit pour le T-rail, le X-treme, le semi ou l’ultra, ce ne fut pas chose aisée. « Il y avait plus de marcheurs que de coureurs, tellement il faisait chaud et le parcours est très dur » a dit Haingo Romeu. Les journalistes qui étaient de la partie comme notre confrère Faly Rajaonarison, étaient dans le même état d’esprit que Lova Henintsoa. Elle, elle prend son temps « le trail, c’est ma façon de déstresser. Je marche, je m’amuse et je prends mon temps ». « Ce serait bien de faire un film de jour J + 2 » a déclaré un des participants arrivé à bon port « tellement, on marche, on court et l’on ne sent pas encore la fatigue. Mais avec la fierté d’avoir bouclé la course, viennent les courbatures, le lendemain des courses est catastrophiques. L’on marche comme des canards ». A Toky Miarinjaka du 30 km de dire « on est comme des robots qui marchent là ». Les nouveaux venus du trail aussi sont là. Eliana a bouclé sa course « je suis allée au delà de moi-même, je ne pensais pas que je pouvais le faire. Cela a été très dur mais je suis fière de l’avoir réussi. Le prochain Utop est à  bien préparer  vraiment à bien préparer ». En tout cas, cette 10e édition de l’UTOP a vu ses 14 nationalités courir, son ambiance de fin de course avec les médailles de finisher, les déjeuners succulents de Do traiteur offert, les massages offerts et faits avec l’huile Homeopharma à 15% de remise ce jour là, ainsi que les multiples cadeaux qui mettent du baume sur les cœurs de ces courageux coureurs. Dommage que cette fois-ci, la bière glacée tant attendue ne fut pas au rendez-vous mais ce n’est qu’un détail à refaire autrement.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara4 partages

Pétanque – Open du Sénégal : Dolys, Toutoune et Nanou au rendez-vous

Dolys (au centre) a cette expérience qu’il partage avec les membres des équipes nationales hommes et juniors à qui il a offert le titre mondial.

Après avoir échoué aux portes des demi-finales, la triplette formée par Dolys, Toutoune et Nanou renouvelle l’expérience en s’invitant à l’Open du Sénégal du 11 au 13 mai à Dakar.

C’est parti pour le triplette malgache formé par des boulistes d’expérience avec Nanou deux fois finaliste du championnat du monde à Pattaya et à Izmir, mais aussi Dolys champion d’Afrique et vice-champion du monde à Izmir ainsi que Toutoune également champion d’Afrique et surtout vainqueur du très relevé Masters de France.

Les trois hommes ont rallié Dakar hier après s’être préparés au mieux pour tenter de faire mieux qu’à Abidjan la dernière fois.

Les chances de ravir la victoire existent, estime Dolys qui met toutefois en avant la valeur de l’opposition conduite par les champions du monde français, sans parler des redoutables Béninois, vice-champions du monde lors de l’édition à Tana.

Mais l’opposition à Dolys et ses amis s’étend aussi à l’autre équipe malgache qui a gagné les qualifications organisées par Eric Rakotondralambo avec Ram’s, Lipo et Taratra. Ces trois hommes qui se faisaient éliminer en demi-finale de l’Open d’Abidjan, visent aussi la victoire finale et les primes conséquentes qui vont avec.

A noter que le DTN, Saminirina Razafindrakoto est également du voyage mais, si les deux équipes transitent par Addis Abeba, il a pris l’avion pour Paris avant de venir à Dakar.

Le meilleur schéma reste toutefois une finale malgacho-malgache mais sur ses terres, le Sénégal ne va pas se laisser marcher sur ses pieds tout comme les expérimentés Français venus pour la gagner.

Une chose est certaine, il y aura de belles bagarres en perspective.

Clément RABARY

Midi Madagasikara3 partages

Secteur privé : La coopération internationale mise en avant à la FIM

Le représentant du SEMAECD a soutenu l’importance de l’internationalisation à la FIM.

L’appui à l’internationalisation  des entreprises malagasy,  la promotion de la visibilité et de l’image de Madagascar, la collaboration avec les autres Ministères et les organismes publics et privés pour soutenir l’accès aux marchés des produits made in Madagascar, l’appui  au secteur privé, ainsi que l’attraction des investissements directs étrangers (IDE), etc. Tels sont les services mis en avant par le Secrétariat d’Etat auprès du Ministère des Affaires Etrangères, chargé de la Coopération et du Développement (SEMAECD), durant sa participation à la FIM (Foire Internationale de Madagascar). « Plus de 600 personnes ont visité le stand du SEMAECD. Nous avons également participé au Forum économique des Iles de l’Océan Indien, une Conférence en marge de la FIM. Au cours de ce Forum, notre représentant, en tant que paneliste,  a présenté l’état des relations économiques et commerciales dans la Commission de l’Océan Indien. Par ailleurs, le SEMAECD a accordé son parrainage à tous les évènements économiques et commerciaux organisés par l’Agence Première Ligne, du fait de l’importance de l’impact de ses activités de promotion des opportunités nationales à l’extérieur sur le développement des entreprises, ayant notamment des retombées directes sur l’emploi et le revenu des ménages malagasy », a indiqué le service de la communication du SEMAECD dans un communiqué. A noter que de nombreuses entreprises malagasy ont déjà bénéficié de l’appui de ce Département, notamment dans le domaine de l’accès au marché, la recherche de partenariat et de débouchés et enfin, en termes de veille informationnelle.

Antsa R.

News Mada1 partages

Salon international de l’artisanat : Madagascar, pays d’honneur à Ouagadougou

Madagascar sera l’invité de marque  de la 15e édition du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO), prévu du 26 octobre au 4 novembre, dans la capitale du Burkinabè.

Une opportunité pour les artisans malgaches. Organisé tous les deux ans depuis une trentaine d’années le Salon international de l’artisanat organisé à Ouagadougou (SIAO), placé sous le thème «Artisanat africain, exigences du marché et développement technologique», a décidé d’inviter un autre pays, ne faisant pas partie de l’ Afrique de l’Est.

C’est pourquoi le choix de Madagascar en tant que pays d’honneur. «Selon les organisateurs, la Grande île a une grande vitalité culturelle avec un artisanat riche et diversifié», peut-on lire dans le site Burkinabè Apanews. Madagascar aura une journée spéciale qui lui sera dédiée, a-t-on appris.

Opportunités

Plusieurs avantages se présentent aux opérateurs malgaches durant l’évènement, à travers les rencontres B to B, les séminaires, les ateliers et les animations culturelles. Ces échanges s’ouvrent évidemment à de potentiels partenariats ou encore permetent de renforcer la place de Madagascar sur le marché régional de l’ artisanat.

D’après les chiffres administrés par le Centre régional de l’artisanat malgache (Cenam), sur les 250 artisans formels recensés dans la Grande île, seuls 13% s’adonnent à l’exportation

Et malgré les potentialités de la Grande île dans ce secteur porteur, l’artisanat malgache fait encore face à plusieurs blocages.  85% des artisans répartis sur tout le territoire national travaillent encore dans l’irrégularité. Ce secteur concerne pourtant près de 2 millions de la population malgache et fournit ainsi des emplois directs à plus de 10% de la population, selon les données du Syndicat professionnel des artisans malgaches.

En outre, le problème lié à l’approvisionnement en matières premières reste irrésolu jusqu’à présent, en dépit de l’appel fait par les opérateurs pour un éventuel accompagnement de l’Etat.

Riana R.

News Mada1 partages

Andohalo : un vibrant hommage à Olivier Razafintsambaina

A l’unisson, l’Orchestre de l’orphelinat Saint Paul et la chorale Fanilo Fanantenana EEM Ankadifotsy vont rendre un vibrant hommage à Olivier José Razafintsambaina, le temps d’un concert magistral l’après-midi du 13 mai, à la paroisse protestante internationale d’Andohalo. FIN

Peu des compositeurs malgaches s’intéressent à la musique classique. Et parmi eux, on cite Olivier José Razafintsambaina. Actuel président de l’Orchestre et chœur philharmonique d’Antananarivo Analamanga (OCPAA) et non moins fondateur l’Orchestre de l’orphelinat Saint Paul, ce docteur de renom fait taire les préjugés concernant la légendaire mauvaise écriture  des médecins.

«Quand on parle de musique savante, on fait toujours allusion à des illustres musiciens comme Beethoven ou encore Bach. Ce sont d’ailleurs leurs œuvres qui résonnent sur la scène classique. C’est justement pour casser les stéréotypes que nous avons organisé cet évènement», a fait savoir Julia Razafintsambaina.

Sous la direction de Yohl Tahiny Rakotomamonjy et Solomon Ratianarinaivo, ces deux formations vont s’en donner à cœur joie à travers des cantiques écrits de 1985 à 2009, sortis du fin fond des archives. On notera tout particulièrement le magnificat «Ny foko mankalaza ny Tompo», la cantate «N°10 : L’Eternel est mon sauveur» ou encore «La passion selon Saint Mathieu».

«Ces enfants âgés de 8 à 18 ans, qui bénéficient d’une formation instrumentale classique deux fois par semaine en plus de leur scolarité, progressent admirablement. La chorale Fanilo Fanantenana va apporter son lot de surprises», conclut le Dr Razafintsambaina.

Joachin Michaël

News Mada1 partages

Poursuite contre popil : les 73 députés mettent en garde

Suite aux révélations faites par le député Lova Narivelo Razafindrafito dit Popil sur la proposition d’une somme d’un milliard de francs contre son soutien au HVM, les réactions n’ont pas tardé à venir de la part des partisans du régime.

Le président du Sénat, Rivo Rakotovao, et non moins président national du parti HVM, a réagi contre  les propos du député Lova Narivelo Razafindrafito qu’il a qualifiés de dénonciation calomnieuse. Rivo Rakotovao a même annoncé que des poursuites judiciaires seront enclenchées.

Du côté des députés pour le changement, il s’agit encore d’un abus de pouvoir de la part de Rivo Rakotovao.

«Le député Popil a rapporté les faits. Il a désigné le président de la République comme son interlocuteur mais n’a aucunement parlé de Rivo Rakotovao. Alors de quel droit ce dernier se permet-il de prendre la défense du président de la République ? Est-il devenu l’avocat de Rajaonarimampianina ? Si le député Popil a menti, que le président de la République dépose sa plainte par le biais de ses avocats», a déclaré Me Hanitra Razafimanantsoa hier sur la place du 13 mai.

Appel au Bianco

Une occasion pour ce député d’interpeller encore une fois le Bureau indépendant anti-corruption sur les faits de corruption commis par les dirigeants. Hanitra Razafimanantsoa a par la suite appelé le peuple à être solidaire avec le député Popil pour avoir osé dénoncer publiquement cette pratique malsaine et nuisible.

Emile Ratefinanahary, de l’association «Olona hasin’ny tany» (OHT), a fait savoir que le Bianco n’a plus besoin d’attendre une plainte mais devrait se saisir d’office dsuite à cette révélation.

Rakoto

 

News Mada1 partages

Ihosy : 120 sacs de cannabis saisis

Les éléments du commissariat d’Ihosy ont saisi hier une importante quantité de cannabis. Les drogues ont été transportées à bord de trois voitures 4×4.

Une course spectaculaire a eu lieu hier sur la RN7 au niveau d’Ihosy. Il ne s’agissait pas d’un «run», mais des voitures de la police à la poursuite de trois véhicules tout-terrain suspectés de transporter de la drogue.

D’après les explications, la police a déjà été signalée depuis plusieurs jours qu’une grande quantité de cannabis venant du sud va être acheminée vers la capitale. Depuis, les dispositifs de sécurité ont été renforcés.

Et, hier, les trafiquants ont quitté Ihosy en provenance  d’Antananarivo, lieu de livraison de la drogue. Sans crier gare, trois véhicules tout-terrain, chargés de sacs ont forcé le barrage des policiers à Ihosy. Sur le champ, les policiers se sont mis à leur poursuite.

Des militaires à bord

Après quelques kilomètres, les fuyards se sont arrêtés pour annoncer aux forces de l’ordre que la marchandise appartient à un haut responsable de l’Etat.

Malgré tout, à l’issue de l’inspection, 120 sacs chargés de cannabis ont été découverts à bord des 4×4. D’après les premiers éléments de l’enquête, l’on sait que les propriétaires des véhicules sont un général et un responsable de la région. Sept individus ont été  appréhendés, dont trois militaires. L’enquête se poursuit.

Ando Tsiresy

 

News Mada1 partages

Penurie de livres scolaires : Ambohijatovo, le dernier espoir

Un des problèmes auxquels font face les parents d’élèves à chaque rentrée scolaire est la pénurie de manuels scolaires.

Comme dernière solution, on se rue vers les pavillons des bouquinistes d’occasion d’Ambohijatovo. Toutefois, leurs prix sont en général inabordables pour la majorité des ménages, soit à partir de 20 000 ariary. Cela à l’exemple du «Ny Lovako» ou «Tany mamiko» proposés  à partir de 20 000 ariary et particulièrement les ouvrages en français comme la «Méthode Bocsher» ainsi que le «Bled Orthographe-grammaire-conjugaison».

Selon un libraire, certaines écoles confessionnelles ou écoles privées exigent des livres qui, d’après les parents, se font rares dans les librairies. Une des raisons qui expliquent cette situation d’autant que l’édition d’exemplaires au moment de la sortie du livre est largement insuffisante.

«Une édition dépasse rarement les cent mille exemplaires. Vu le prix de revient d’édition d’un livre actuellement à Madagascar, rares sont les éditeurs qui osent se risquer de mettre à jour une nouvelle édition», a-t-il indiqué.

N’empêche que, pour les inconditionnels de la lecture, Ambohijatovo constitue toujours un puits de connaissances. D’autant que, à part les ouvrages scolaires, il suffit de verser une caution pour la location d’un livre, d’un magazine ou encore d’une bande dessinée.

Dépassés par la technologie

Ces bouquinistes d’Ambohijatovo ont avoué que peu de gens s’intéressent actuellement à la lecture. «La clientèle se fait de plus en plus rare  chaque jour», a affirmé l’un d’eux. Cela s’explique par le faible pouvoir d’achat, l’arrivée des nouvelles technologies, à l’instar de l’Internet et la prolifération des mass médias, et surtout l’insuffisance d’une sensibilisation des gens sur la valeur de la lecture.

«De nos jours, la plupart des gens louent ou achètent des livres afin de  poursuivre leurs études scolaires ou universitaires», ont déploré les bouquinistes.

Sera R.

Madaplus.info0 partages

CENI : Un cadre légal est impératif pour qu’il y ait une élection cette année

Selon la Commission Electorale Nationale Indépendante, il n’y aura pas d’élection cette année s’il n’y a pas de cadre légal sur les élections promulgué avant la fin de ce mois.
Cette entité responsable des élections a proposé des dates 29 Aout 2018 pour une élection anticipée dans le cas où tout le monde est d’accord. Mais si aucune loi sur les élections n’est connue avant l’échéance donnée par la CENI, les élections pourraient ne pas se faire cette année. En effet, la non-détermination du cadre légal est un blocage aux travaux de cette commission. Par contre Cette dernière incite tous les acteurs politiques à décider des lois électorales qui vont régir les élections. Avec les lois électorales promulguées avant la fin de ce mois, le premier tour de l’élection est envisageable pour le 28 Novembre 2018. De son coté, l’opposition affirme que les dates proposées par la CENI ne change en aucun cas la demande de démission du Président de la République.
Madaplus.info0 partages

La radio MBS en essai technique

Depuis quelques jours, la station radio MBS ou Malagasy Broadcasting System de l’ancien président Marc Ravalomanana est en essai technique, mais elle est déjà brouillée étant donné que selon les autorités compétentes, cette station n’est pas encore autorisée à émettre.
Concernant l’accord secret entre Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana, Joel Ralaivohita, directeur de publication de la MBS de dire que si cet accord avait eu lieu, la MBS ne serait pas victime de ce brouillage. Rappelons que l’ouverture de la MBS TV et Radio fait partie de la revendication des manifestants TIM au 13 mai.
News Mada0 partages

Ankazobe : sprinter nivadika, nahafaty olona roa

Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray tany Ankazobe, afakomaly alina, ka nahafatesana olona roa, ary nandratra olona efatra. Taksiborosy Sprinter avy any Sambava izy io, kanjo nisy olana tampoka ny hisatra ka namantana tany anaty hantsana. Nivadibadika izy io vao tafajanona tany ambany. Vokatr’izay, maty teo no ho eo  mpamily sy vehivavy iray teo aloha. Nalefa aty an-dRenivohitra avy hatrany kosa ireo naratra efatra. Tsy nisy naninona ny mpandeha hafa. Araka ny fanazavana, mpamily mpanampy ny nitondra ny fiara. Tsy maintsy roa rahateo ny mpamily taksiborosy rehefa lavitra loatra ny lalana. Avy any Sambava ho aty Antananarivo. Vokatry ny olana teknika ny nahatonga ny loza. Miverimberina loatra anefa ny loza eo Ankazobe, sy ny fiara Sprinter. Tsy misy loatra ny fepetra sy ny vahaolana mifandraika amin’izany. Ny fitandremana no atao be.

Yves S.

News Mada0 partages

Lalana Rocade : fiara 4×4 nampiasa « cocarde » tsy ara-dalàna

 Voasakan’ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahenina eny Ambohimanarina teny amin’ny lalana Rocade, afakomaly tolakandro ny fiara 4×4 iray izay nampiasa « cocarde » tsy nahazoana alalana. Nambaran’ny mpamily fa senatera ny tompon’ilay fiara ka tsy tokony hosakanana. Rehefa nojerena sy nosavaina anefa ny taratasy rehetra momba ny fiara, hita fa misoratra amina orinasa tsy miankina iray ny fiara, araka ny tatitra avy amin’ny polisy. Vokany, nampidirina “fourrière” avy hatrany ilay fiara 4×4 ary nogiazana ny “cocarde” nampiasainy.

Na efa maro aza ny fampahafantarana sy ny fanentanana nataon’ny polisim-pirenena momba ny fampiasana ireny marika manokana apetaka amin’ny fiara ireny, tsikaritra fa maro ihany ireo minia mandika ny lalàna momba ny fampiasana azy ireny. Nanamafy hatrany ny polisy fa tsy hanavahana saranga na sokajin’olona ny fampiharana ny lalàna amin’ireo minia mandika izany. Matetika ahitana fiara 4×4 mampiasa ireny “cocarde” tsy nahazoana alalana ireny amin’iny faritra Ambohimanarina iny.

J.C

News Mada0 partages

Ambano Antsirabe : lasibatry ny jiolahy ny tobin-dry masera

Notafihan’ny andian-jiolahy, nirongo kibay sy basy… kilalao ny tobin-dry masera Lasalety, sady toeram-panofanana momba ny fiompiana sy fambolena, ao Ambano Antsirabe II, ny alin’ny alatsinainy teo. Vola 7 hetsy Ar no re fa voaroba tamin’izany.

Voalaza fa nitondra basy kilalao sy kibay ireo mpanafika kanefa tafiditra sy naharoba ihany. Ny mpiambina no nofatoran’ireo jiolahy voalohany ary mbola narahana daroka izany. Novakin’izy ireo ny varavaram-by nidirana tao an-trano. Namantana tany amin’ny efitra misy ireo masera izy ireo, ary nanambana basy azy ireo. Noteren’ireo jiolahy hamoaka vola 20 tapitrisa Ar ry masera. “Noheverin’ireo jiolahy fa mitazona ny vola azo nandritra ny kerimesin’ny , ny faran’ny herinandro teo ireto masera ireto ka izany ny tena notadiavin’izy ireo”, raha ny fanazavan’ireo relijiozy.

Vola 7 hetsy Ar, izay vidin-kisoa ary saika handoavana faktioran’ny Jirama sy ny karaman’ireo mpiasa ao amin’ity toby ityn ny tao amin-dry masera ka io ny nentin’ireo jiolahy, niampy ny findain’ireo masera telo mirahavavy ao an-toerana.

Masera iray saika niharan’ny herisetra ary efa nentin’ireo jiolay nivoaka ny trano, izay noheverin’ny olona fa nataon’ireo jiolahy takalon’aina, saingy tafaporitsaka ary niafina tany an-tsaha izy. Ora maro taty aoriana vao nipoitra izy io na nifampitadiavana aza. Naratran’ny vakin-tavoahangy ny kibony sy ny lamosiny noho ny fianihany tamboho. Tonga tany an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny fanadihadiana.

Lasibatra ny masera

Tsy voalohany ity fanafihana masera any Ambano ity fa efa nisy ihany koa tany Andranomanelatra ny taon-dasa. Voalaza fa mbola ny fikambanan’ireto masera ireto ihany no lasibatry ny fanafihan-jiolahy niharo fanolanana nitranga tany Antsahatanteraka, kaominina Andranomanelatra. Efa nisy maromaro voasambotra tamin’ity raharaha ity tamin’izany, ary efa naiditra am-ponja.

Endriky ny firongatry ny asan-jiolahy amin’ny faritra maro. Lasibatra ny masera, kanefa na ny olon-tsotra aza, mitondra faisana ihany koa. Ny krizy politika mamely, mety hampirongatra ny asan-jiolahy.

Yves S.

News Mada0 partages

Antoko Malagasy miara-miainga : «fifidianana mialoha ny fotoana ihany ny vahaolana »

 Tsy diso tamin’ny lalan-tsaina sy ny fotokevitra efa novoiziny. “Tsy misy afa-tsy ny fifidianana mialoha ny fotoana ihany ny vahaolana amin’izao krizy izao. Efa tsy voafehin’izao fitondrana izao intsony ny fitantanana ny firenena”, hoy  ny mpikambana eo anivon’ny birao politikan’ny Malagasy miara-miainga, Rakotomalala Rija,  omaly tetsy Analakely. Nambaran’ity mpahay lalàna sady mpisolovava  ity fa niteraka olana ny fomba nitondran’ireo mpitondra ireo ny firenena. “Tsy nanara-dalàna ary tsy nanaja ny zon’olombelona. Nanitsakitsaka lalàmpanorenana  izy ireo…”,  hoy ihany  izy.  Notsiahiviny fa efa vonona ny Ceni amin’ny hanaovana ny fifidianana. Hatsaraina ny lalàna teo aloha ahafahantsika miroso amin’izany mialoha ny fotoana, ny volana aogositra izao, araka ny nambarany.

Mpanohitra ara-dalàna eto amin’ny firenena

Notsindrin’ity mpikambana eo anivon’ny antoko naorin’Andrianainarivelo  Hajo ity  fa tokony  hovalin’ny HCC  ato anatin’ny fotoana fohy ny fitoriana sy ny fitarainana  napetraky ny depiote eny Ambohidahy amin’ny tokony hametrahan’ny filoham-pirenena ny fialana. “Efa nampihatra ny lalàna izy ireo teo ka antenaina  fa ho tahaka  izany koa amin’ity fitakian’ny depiote 73 ny tokony  hialan’ny filoham-pirenena ity”,  hoy  ihany izy. Nanteriny tamin’izany fa efa nolavin’ny HCC ny 95% amin’ny lalàm-pifidianana  naroson’ny fitondrana ary tsy mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana.

Tsiahivina fa anisan’ny nivoy sy nitaky, efa ho roa taona  izao, ny tokony hirosoana amin’ny fifidianana  mialoha ny fotoana ny antoko Malagasy miara-miainga.  Eo rahateo ny maha  mpanohitra  ara-dalàna azy ireo eto amin’ny firenena,  saingy tsy nohenoin-teny.

Synèse R.   

News Mada0 partages

Any ivelany … : hita faty tao an-tranony i Maurane

Hita faty tao amin’ny trano fonenany, any Schaerbeek Bruxelles, ilay mpihira malaza teratany belza, Claudine Luypaerts, fantatra amin’ny hoe Maurane amin’ny maha mpihira azy. Nampahafantatra ity vaovao ity voalohany, omaly maraina, ny fahitalavitra belza RTBF. 57 taona i Maurane izao nodimandry izao ary tsy mbola fantatra ny tena antony nahafatesany, mandra-piandry ny valin’ny fizahana manokana na ny « autopsie ».

Ny taona 1980 no tena nahafantarana sy nampalaza an’i Maurane tany Frantsa. « Mon autre », niarahany tamin’i Lara Fabian, nivoaka ny taona 2001. Io ny anisan’ny hira nahafantarana azy teto amintsika. Marihina fa niato kely i Maurane teo amin’ny tontolon’ny mozika noho ny aretina nahazo ny tadim-peony.

Nanambara anefa izy, tsy ela fa vao ny alakamisy teo, tao amin’ny tambajotra sosialy, fa hiverina indray. Ny asabotsy sy alahady teo, anisan’ireo nandray anjara tamin’ny hetsika fahatsiarovana an’i Jacques Brel i Maurane. Efa manomana ny fiverenany an-tsehatra, izay ahitana fitetezam-paritra maro, ihany koa izy izao nindaosin’ny fahafatesana izao.

Landy R.

News Mada0 partages

Avy naseho tany ivelany… : namoaka ny “Radio-n’ambanivolo” i Samöela

Tsy mitsahatra mamokatra i Samoëla. Ny aingam-panahy koa, tsy ho ritra raha zohina amin’ireo voarakitra ao anatin’ny “Radio-n’Ambanivolo”.Tontosa, ny asabotsy 28 avrily lasa teo, ny seho faradoboka ho an’ny fivoahany tany ivelany, nataon’i Samöela sy ny tariny. Nahazo tombony ireo mpankafy any an-toerana, satria nivoaka voalohany tamin’io fotoana io koa ny “Radio-n’Ambanivolo”.Rakikira vaovao be, hizaran’i Samoëla hatrany ny aingam-panahiny izy ity. Notontosaina, omaly tetsy amin’ny CGM Analakely, ny fampahafantarana ho an’ny eto an-tanindrazana.Hira 10, tsy miala amin’ny nahafantarana an’i Samoëla, no voarakitra ao: mozika mambabo sy tononkira mandona. Ankoatra ireo sanganasany, hahenoana hira roa, izay nindramin’i Samoëla tamin’ireo namany, ny vokatra. “Mamirapiratra”, hiran’i Rôla Gamana ary “Raha ho avy Ralala”, tononkalon-dRatsimiseta nasian’i Dama Mahaleo feony.“Mitantara ny zavatra hitanay sy tsapanay rehefa mihodina any ambanivolo any izy io. Tsy tara amin’ny hira ny any, noho ireny radio azo ihainoana carte ireny”, hoy ny fanazavany. Navoaka amin’ny endriny CD, saingy efa azo jifaina amin’ny alalan’ny “téléchargement” ihany koa ity vokatra vaovao ity.Hoentina an-tsehatraAnisan’ny vaovao lehibe nampahafantarin’i Samoëla sy ny ekipany ihany koa ny fisian’ny seho goavana, etsy Antsahamanitra ny 3 jona ho avy izao. Fampisehoana fampahafantarana ny “Radio-n’Ambanivolo” io. Na izany aza, manantena i Samöela fa ho voarain’ny mpankafy mialoha ireo hira anatin’ny vokatra, ka hiaraha-mivazo izany amin’io fotoana io.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Ceni : « 29 aogositra ny fifidianana filoha mialoha ny fotoana »

Inona ny vahaolana amin’izao krizy politika izao? Anisan’ny tolo-kevitry ny Ceni ny fifidianana filoha mialoha ny fotoana: 29 agositra 2018.

« Azo atao ny manatontosa fifidianana mialoha ny fotoana, araka ny And. 52 amin’ny lalàmpanorenana. Raha izay no safidin’ny rehetra, noho ny fanomanana ara-teknika sy ara-potoana: ny 29 aogositra 2018 ny andro akaiky indrindra aroson’ny Ceni hahazoana manatanteraka ny fifidianana filoham-pirenena, fihodinana voalohany. »

Io ny nambaran’ny filohan’ny Ceni, Rakotomanana Hery, teny Nanisana, omaly, eo anatrehan’izao savorovoro sy adihevitra politika amin’izao fotoana izao. Tsy mipetra-potsiny ny Ceni fa nanadihady sy namafakafaka ary nieritreritra, ka manolotra izay tolo-kevitra izay. Mba hanatrarana izany, mila mazava amin’ity volana ity ny lalàm-pifidianana sy ny fandaminana politika rehetra.

Azo atao koa ny manao fifidianana filoham-pirenena, araka ny And. 47 amin’ny lalàmpanorenana, raha izay no hifanarahan’ny besinimaro. Ny 28 novambra 2018 ny daty atolotry ny Ceni hanaovana ny fihodinana voalohany. Mba hahazoana manaja izay fotoana izay, takina hazava amin’ity volana ity koa ny lalàm-pifidianana sy ny fandaminana politika rehetra.

Na hahemotra amin’ny herintaona ny fifidianana…

Raha tsy izany, amin’ireo tranga roa azo isafidianana ireo, hahemotra ny fifidianana noho ny antony voalazan’ny andl. 4 amin’ny And. 47 amin’ny lalàmpanorenana. Raha izay no ifanarahan’ny rehetra, manolotra ny daty 29 mey 2019 ny Ceni, hanaovana ny fifidianana, fihodinana voalohany.

Amin’izany, mila fanapahan-kevitra haingana tokony hiraisan’ny besinimaro na ny mpisehatra rehetra amin’ny fifidianana. Hatramin’ity volana mey ity ihany no tsy maintsy hanapahana ny zava-drehetra amin’ny fakan-kevitra, raha hanao fifidianana amin’ity taona ity isika.

Misy ny fepetra hahazoana manatanteraka ireo tranga ireo, mila fanapahana amin’ity volana mey ity izay lalàm-pifidianana hampiasaina. Raha tsy izay, ho sarotra ny hanatanteraka fifidianana amin’ity taona ity: nandany fotoana be loatra amin’ny adihevitra isika, nefa milaza hanao fifidianana.

Efa tery dia tery ny fotoana hahazoana miditra amin’ny fifidianana. Mila fihaonana amin’ny fakan-kevitra sy manapa-kevitra, raha ny fijerin’ny Ceni. Hivaha amin’ity volana ity àry ve izao krizy politika izao hahazoana miroso amin’izay fifidianana izay?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Indostria : potehin’ny fitondrana ny orinasa malagasy

Tsy mivoatra mihitsy ny indostria eto Madagasikara fa vao mainka aza alentiky ny fitondrana. Tsy hajaina ny fifaninanana, mihoam-pampana ny fitakian-ketra, omena vahana ny vahiny.

14,8%! Io ny hany anjara entin’ny sehatry ny indostria amin’ny harinkarena faobe (PIB) eto Madagasikara, ny taona 2017 teo. Mazava ny tatitry ny fanadihadiana nataon’ny BAFD, ny OCDE ary ny Pnud, fa maivana sady tara ny fandrosoan’ny indostria malagasy. Hanamarinana izany, saika mitaraina avokoa ny indostria eto an-toerana satria tsy misy mihitsy ny fiarovana sy ny  fanohanana azy ireo avy any amin’ny fanjakana.

Tsy afaka mifaninana amin’ny vokatra afarana avy any ivelany ny vita Malagasy satria gaboraraka, miafina ao ambadiky ny fanalalahana ny lalàna mifehy ny varotra. Tsy tataovana hetra ny vokatra avy any ivelany, miditra amin’ny tsenam-paritra (Sadc, Comesa, Vondrona eoropeanina), nefa vesarana hetra ny eto an-toerana. Hatry ny ela ny vondron’ny mpandraharaha ny nitaraina mikasika izany, nefa tsy noraharahian’ny mpitondra. Ranolava ny fitakian-ketra, ka matetika manjaka ny kolikoly.

Tsy ho an’ny Malagasy ny ZES

Eo koa ny halafosan’ny herinaratra, izay tsy maintsy manaraka ny toromariky ny mpamatsy vola vahiny ny hampiakarana ny sarany, indroa isan-taona. Ny orinasa efa misokatra akatona indray, lasa atao fitaovana politika ary hamoronana antony tsy mazava. Ny hafa, toy ny famokarana savony, avela hiditra malalaka ny vokatra efa vita, lazaina fa akora fototra.

Etsy ankilany anefa, omena vahana ny vahiny, ary vao mainka aza vesaran’ity Faritra toekarena manokana (ZES), voizina isan’andro, terena hatao amboletra nefa efa toherin’ny Malagasy maro anisa satria tsy natao ho azy. Azo aravona fa potehina ny orinasa Malagasy raha tarafina amin’ireo.

Ronono an-tavy sy kobaka am-bava ny vinavinan’ny mpitondra milaza fa ho 20% ny anjaran’ny indostria amin’ny taona 2020. Toy ilay filazana fa ho 500.000 ny mpizahatany heverina fa ho avy eto amintsika amin’ny taona 2020 nefa ny 300.000, aza tsy tratra.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Tetikasa « Ampiana» : 210 t isan-taona ny trondro ompiana

Tetikasa « Ampiana*», hita nandritra ny « Tsenaben’ny fiompiana sy ny vokatra azo avy aminy », ny herinandro lasa teo. Fanohanana ny mpiompy trondro eto amin’ny faritra Analamanga, anatin’ny kaominina 31 io tetikasa io. Maro ireo olona efa mivelona amin’izany eto amin’ny farira Analamanga, sady mamboly vary no miompy trondro, ao koa ireo mampiasa dobo. Manohana ny tetikasa amin’ny lafiny fikarohana ny Cirad (1) sy ny Fofifa (2) ; eo amin’ny lafiny teknika, ny APDRA (3) ; eo amin’ny varotra, ny MPE (4). 5,7 miliara Ar ny tetibola amin’io tetikasa io avy amin’ny Vondrona eoropeanina, nanomboka ny taona 2015 hatramin’ny 2019, tafiditra anatin’ny fandaharanasa Asa (5).

Fanofanana sy fanampiana ireo tantsaha mpiompy misafidy ny lalam-pihariana trondro ny tetikasa, ahitan’izy ireo tombony sy maharitra. Manodidina ny 500 izao ireo miompy amina tanimbary ary 100 eo ho eo ny mampiasa dobo. Mivondrona anaty fikambanana izy ireo, misy 71, manerana ny faritra, nanaraka fiofanana sy arahi-maso amin’ny asa ataony. 210 t isan-taona ny trondro velona vokarin’ireo mpiompy ireo tonga eny an-tsena ka ny 20 t amin’ireo, hita amina toerana napetraky ny “Ampiana” eto Antananarivo. Mitohy hatrany ny fiaraha-miasa sy fanamafisana ny traikefa efa azon’ireo mpiompy miaraka amin’ireo tompon’andraikitra samihafa.

Betsaka ny mpitsidika ny tranohevan’ny “Ampiana”, nahafantarana ny fomba fiompiana trondro amin’ny ankapobeny, toy ny fanajariana tanimbary fanaovana ny fiompiana, fakana zana-trondro, sakafo ho azy ireny. Maro ireo efa mahafehy izany amin’ireo mpiompy ary mitombo ampolony hekitara maro isan-taona ny tanimbary voajary. Eo koa ny fanampiana azy ireo amin’ny fitaovana andraisany anjara 20 %. Misy fepetra mazava apetraka ho azy ireo, karazana bokin’andraikitra ho fanajana ny fifanarahana. Ahitana ity tetikasa ity, ohatra, ny any Ambatomirahavavy, any Behenjy, any Manalalondo, any Ambatolampy, any Andriambilany, any Ambohitromby, any Mahavelona, any Fihaonana, any Antotohazo. Manome fiofanana ho an’izay maniry  hanao izany ny MPE.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Élevage : 81 000 éleveurs recensés dans l’Androy

Un plan d’action pour développer les potentialités d’Androy en matière d’élevage est sur les rails, actuellement, après une enquête menée dans cette région. A ce sujet, plus de 3300 ménages répartis dans 168 zones de dénombrement ont été consultés lors de la collecte des informations, entre novembre et décembre 2017.

 Les potentialités  économiques de la région reposent essentiellement sur l’élevage  (bovins et avicoles). On y recense près de 81 500 éleveurs. Il ressort aussi qu’une grande partie des éleveurs débutent avec l’élevage des poulets, avant de basculer dans celui d’ovin et caprin qui seront par la suite vendus pour acquérir des zébus.

Généralement contemplatifs, peu d’élevages ont un but commercial. A Bekily par exemple, seuls 20% des éleveurs avicoles et 15% des éleveurs ovins ont une visée marchande.

R.R.

News Mada0 partages

EPP Antarandolo : Airtel attribue des équipements

Airtel Madagascar poursuit ses actions dans le cadre la Responsabilité sociétale des entreprises (RSE). L’opérateur vient de remettre des équipements, notamment des tables-bancs, aux élèves de la section préscolaire de l’EPP Antarandolo (Fianarantsoa).

 « Ce geste de solidarité vise à promouvoir l’éducation pour tous. Les bases d’une bonne éducation s’acquièrent dès le plus jeune âge et nous prévoyons, à travers ce don,  de mettre à la disposition de ces jeunes les outils nécessaires qui leur permettront de travailler dans de meilleures conditions», a déclaré  Philippe Ramarosoa, directeur régional d’Airtel Madagascar à Fianarantsoa.

Avant de poursuivre que  «Airtel  mise essentiellement  sur le potentiel de la jeunesse en tant que fer de lance de la nation. L’implication  dans ce volet éducatif vise à améliorer de manière significative les conditions d’études des élèves de la section préscolaire de cette école afin qu’ils soient les futurs acteurs du développement de notre pays.»

R.R.

News Mada0 partages

Rugby : samy hiatrika lalao atsy Afrika ny Makis lahy sy vavy

 Mbola mitohy hatrany ny fandraisan’ny Makis de Madagascar anjara eo amin’ny fifaninanana iraisam-pirenena. Samy hiatrika izany avokoa ny sokajy vehivavy sy ny lehilahy.

 Fihaonana iraisam-pirenena roa no hatrehin’ny Makis de Madagascar, amin’ity. Lalao tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoan’ny kaonfederasiona afrikanina (Rugby afrique), ho an’ity taona 2018 ity. Lalao ho an’olona fito ny an’ny Makis vehivavy, izay hisokajiana ny laharana eo amin’ny fiatrehana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny taona 2019. Fifaninanana, hotontosaina any Gaborone, Botsoana, ny 24 sy ny 25 mey ho avy izao. Firenena sivy ny hifanandrina amin’izany : ry zareo Botsoaney, mpampiantrano, ny kenyanina, ny Maraokanina, ny Senegaly, ny Tonizianina, ny Ogandey, ny Zimbaboenina, sy Malagasy ary ry zareo Afrikanina Tatsimo.

Efa ao anatin’ny fanomanana io lalao io, ankehitriny, ny Makis de Madagascar. Ho maozatra ny fihaonana satria ekipa efa andrarezina avokoa ireo hiady laharana amin’ny Malagasy ireo. Anisan’izany  ry zareo Afrikanina Tatsimo sy i Zimbaboe, efa niatrika ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany.

Rugby à XV ny an’ny lehilahy

Hiady ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny rugby lalaovina olona 15, indray ny Makis de Madagascar, sokajy lehilahy. Ny “silver cup” na ny sokajy diviziona 1B ny fihaonana hatrehiny, amin’izany. Firenena enina ireo hifampitana amin’izany, izay hozaraina ao anaty vondrona roa. I Alzeria sy i Côte d’Ivoire ary i Sénégal, ao amin’ny faritra avaratra, ary ny Makis de Madagascar sy i Botsoana ary i Zambia kosa, ho an’ny faritra atsimo. Tsy mbola voafaritra aloha, hatreto, izay firenena hampiantrano izany fa ny daty no efa fantatra :  ny 8 sy ny 11 ary ny 14 jolay 2018. Miakatra ao amin’ny “gold cup” na diviziona 1A izay voalohany ao amin’io “silver cup”, io amin’ny taom-pilalaovana manaraka.

Raha dinihina, azon’ny Makis de Madagascar atao tsara ny mandrombaka ny anaram-boninahitra, amin’ity sokajy ity. Na izany aza, mila mailo sy manomana tsara fa efa mivoatra ny rugby ao Afrika amin’izao fotoana izao, na vatana na taktika na teknika.

Tompondaka

News Mada0 partages

Fako : une exposition «hors norme» pour sensibiliser

«Imaginer une Antananarivo  propre, les dalles  qui ne sont pas bouchées,  les ordures à leur place et triées… Ce sera une belle ville», a annoncé l’artiste allemande Verena Konrad. Réunis autour de cette même vision, trois artistes, à savoir Loris Behanzin, Mat Li et Verena Konrad, ont décidé d’organiser un évènement spécial baptisé «Fako» ou ordure, du 10 au 16 mai à l’Is’art galerie à Ampasinimalo. L’objectif est non seulement de sensibiliser et d’éduquer le public, mais surtout de le choquer par la situation.

A ce propos, Verena Konrad a eu l’idée de réaliser cet évènement depuis plusieurs années. En voyant les tonnes d’ordures  et surtout celles qui bouchent les dalles, elle reste toujours ahurie, même si l’artiste habite au pays depuis 12 ans. «En fait, nous ne polluons pas  notre environnement mais nous polluons nous-mêmes», a-t-elle annoncé. Elle a ensuite ajouté que le premier geste à faire est d’éviter de salir, ensuite, opter pour le non gaspillage en réutilisant les matières et enfin, le recyclage.

L’évènement se tiendra en trois parties. «Il y aura d’abord un mur dont le but est de conscientiser le public. Ensuite, la grande salle, où seront exposées nos œuvres, sera remplie d’ordures pour le choquer. Et enfin, il y aura plusieurs ateliers pour éduquer surtout les jeunes au recyclage et à la récupération», a-t-elle expliqué.

Verena Konrad  y dévoilera donc  quelques œuvres en relief. Puis, Loris Behanzin exposera des tableaux avec des matières de récupération et Mat Li présentera ses clichés sur les ordures. «J’ai été surpris de voir ce que les hommes jettent, par exemple une chaussure…», a affirmé Mat Li. Le vernissage se tiendra demain à partir de 18h30 à l’Is’art galerie à Ampasinimalo.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Ady totohondry : miato ny fifaninanana rehetra

Manoloana ny tsy mbola fisian’ny filaminana politika misy eto amin’ny firenena, amin’izao fotoana izao, nanambara ny federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO), amin’ny alalan’ny filohany, Rabarisoa Hery Mamy, fa mitsahatra avokoa aloha ny fifaninanana rehetra, nanomboka ny alakamisy 3 mey lasa teo mandra-pisian’ny fanapahan-kevitra vaovao. Nohamafisiny fa tsy misy afaka mikarakara hetsika na fampivondronana na fifaninanana ny klioba sy ny seksiona ary ny ligy, amin’ny faritra rehetra eto Madagasikara.

Hahazo sazy faran’izay henjana avy amin’ny federasiona malagasin’ny ady totohondry, araka izany, izay mbola minia mandika izany fanapahan-kevitra noraisina izany, sady tomponandraikitra feno, raha toa ka misy tranga tsy nahazoana alàlana. Hiharan’izany avokoa manomboka any amin’ny mpikatroka, ny mpitsara, ny mpanazatra ary ny klioba.

Ankoatra izay, nomarihin’ny filohan’ny federasiona fa hisorohana ny amin’ny mety ho fampiasana ireo mpikatroka amin’ny mpikaramanady politika ny anton’izao fampiatoana ny hetsika izao.

Torcelin

News Mada0 partages

Hippisme : 5 épreuves pour ouvrir la saison en beauté

L’Autorité hippique pour la course et l’élevage des chevaux (Ahcel) à Madagascar se remet en selle pour ouvrir la saison 2018 dans les règles de l’art. Les travaux de réhabilitation étant faits, les têtes pensantes au sein de l’association donnent rendez-vous aux passionnés de la discipline, ce dimanche, à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. «Les éleveurs et les jockeys se sont donné la main, du 1er au 6 mai, pour rénover les infrastructures, notamment la piste, le mirador, la tribune du public ainsi que les barrières qui ont été entièrement repeintes», se sont réjouis les responsables de l’Ahcel.

Ce sera donc le coup d’envoi d’une saison hippique qui fera le bonheur des parieurs et des jockeys car, on aura un beau plateau avec cinq épreuves à l’affiche. Les deux premières courses permettront aux parieurs de jouer au tiercé. La 3e course sera disputée sur une distance de 1.300 m, avec huit partants sur la ligne de départ, et fera office de Quinté spécial. Les turfistes pourront ensuite miser au quarté avec le prix Fisantarana qui verra la participation de 7 bêtes de courses qui vont galoper sur une distance de 1.400 m. Par ailleurs, l’Ahcel a tenu à mettre les points sur les i concernant les articles parus dans quelques journaux. «Toute publication émanant de l’Ahcel comporte obligatoirement l’en-tête et le sceau officiels de cette association qui ne peut être en aucun cas tenue pour responsable de toute parution ne respectant pas ces modalités», ont expliqué les responsables.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

FIBA 3X3 : « school tournament 3×3 » prend forme

A l’annonce faite par la Fédération malgache de basket-ball (FMBB) de la tenue du tournoi de basket à trois ou Fiba 3×3 à leur endroit des écoles, une vingtaine d’entre elles ont annoncé leur participation.

Que ce soit chez les U18 que chez les U15, une quarantaine de formations se lanceront dans le bain.

le 26 mai et le 2 juin au lycée Saint Antoine à Ankadifotsy ainsi qu’au lycée Esca à Ankadifotsy. Les équipes en lice seront dispatchées en deux zones pour chacune des catégories d’âge garçon et fille.

D’après les informations émanant de la FMBB en vue de la phase finale qui aura lieu au lycée Saint-Michel à Amparibe le 16 juin, les 6 meilleures équipes masculines de chaque catégorie seront qualifiées pour la finale. Chez les filles, elles seront au nombre de quatre pour chacune des deux catégories à être à l’affiche du derby final.

Naisa

U18 GARÇONS : Les Capucines Ankadindramamy, LJJR Analakely, LJJR Analakely, LTP Alarobia, Ste Famille Mahamasina, Ste Famille Mahamasina, Fanoellie Imerina afovoany, St Antoine  Ankadifotsy, St Antoine Ankadifotsy, Diadema, Collège de France Ankadilalana, LTP Ampefiloha, LTP Ampefiloha, Accem Analakely, St Joseph Mahamasina, Bambins sages, St Michel Amparibe, Lycée Andoharonofotsy, Lycée Andoharonofotsy, LTP Mahamasina

U18 FILLES : La Farandole, SFX Antanimena, SFX Antanimena, Les Capucines Ankadindramamy, LJJR Analakely, LJJR Analakely, Fanoellie Imerina afovoany, St Antoine Ankadifotsy, St Antoine Ankadifotsy, Akamasoa, Akamasoa, Collège de France, LTP Ampefiloha, St Joseph Mahamasina, Rossignols, St Michel Amparibe, La Sagesse, Lycée Andoharanofotsy

U15 GARÇONS : LJJR Analakely, LJJR Analakely, Ste Famille Mahamasina, IEF ACEEM, Andravoahangy, Fanoellie Imerina afovoany, Fanoellie Imerina afovoany, St Antoine Ankadifotsy, St Antoine Ankadifotsy, Diadema, Collège de France, CEG 67Ha, CEG 67Ha, LTP Ampefiloha, LSFA Anosivavaka, St Joseph Mahamasina, Lycée Andoharanofotsy          , Pépite d’or, Bambins sages, St  Michel Amparibe, EPP 67ha, Chaperon rouge Tsimbazaza

U15 FILLES : SFX Antanimena, SFX Antanimena, LJJR Analakely, LJJR Analakely, Akamasoa, Collège de France, CEG 67Ha, CEG 67Ha, LTC Ampefiloha, St Joseph Mahamasina, Rossignols, Pépite d’or, EPP 67Ha, Chaperon rouge Tsimbazaza

News Mada0 partages

Rugby – Afrique men’s sevens : les Makis vont assaillir la Tunisie

Rugby Afrique a présenté les 7 compétitions internationales pour la saison 2018 inscrites dans son agenda. Et comme chaque année, Madagascar sera toujours de la partie. Chez les hommes, les Makis seront dans la mêlée lors de l’Africa men’s sevens, les 13 et 14 octobre, en Tunisie. L’occasion pour la sélection nationale de rugby à 7 de regagner sa place sur le classement continental. Au rugby à XV, il faut noter également le Silver cup qui se tiendra du 8 au 14 juillet mais le site de la compétition n’a pas encore été dévoilé.

L’on sait que Madagascar sera dans le groupe du Sud avec le Botswana et la Zambie. Par ailleurs, les Makis féminins travaillent d’arrache-pied au stade des Makis à Andohatapenaka pour préparer au mieux la Can 2018 au Botswana. En outre, Malagasy rugby a également lancé un appel à l’endroit des clubs de la capitale pour effectuer les modalités d’inscription en vue de la Coupe du président.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Judo-sommet Africain : les cadets malgaches en mission

Les cadets malgaches sont de retour sur la scène africaine. Trois judokates et deux judokas défendront les couleurs malgaches dans la capitale burundaise Bujumbura, les 10 et 11 mai, lors du Championnat continental de la catégorie.

Une armada à ossature Analamanga ! Cinq combattants de cette ligue représenteront Madagascar à ce sommet africain. Leur mission est de maintenir le judo malgache dans l’élite africaine, comme en 2016 où avec trois judokas en lice, la délégation a terminé à la troisième position avec un titre de championne d’Afrique de Fristianie Jessica Ratovoson chez les -48 kg cadette.

Et dans cette catégorie, elles seront deux judokates à mettre dans leur ligne de mire le sacre, en l’occurrence Fanjaniaina Rabeharinirina et Juane Andriamahenina. Plus exposées que les autres à la suite de ce succès malgache de 2016, les deux filles ont un statut à défendre. Mialy Henintsoa Rakotovelo complète la liste dans la catégorie de moins de 73 kg.

Pour autant, les trois autres mousquetaires n’ont pas l’intention de faire du touriste en terre burundaise. S’ils ont été choisis c’est que la Fédération malgache de judo (FMJ) est convaincue de leur potentiel à se hisser plus haut dans la hiérarchie africaine.

En effet, ni Mireille Andriamifehy (-52 kg), ni Yves Rayan Ravelojaona (-66 kg garçon) encore moins Mialy Henintsoa Rakotovelo (-73 kg garçon) ne sont des novices en la matière. Champions dans leurs catégories respectives, ils sont en mesure de porter haut le flambeau national.

Précieuse présence

La campagne africaine des jeunes judokas malgaches s’annonce sous des meilleurs auspices. Les meilleurs combattants monteront sur le tatami en présence des anciennes gloires de la discipline durant la compétition.

En chef de délégation, le directeur technique national, Jean-Jacques Rakotomalala, est le mieux placé pour distiller les conseils nécessaires. Rien n’est acquis, pour autant tout est possible. Le judo malgache l’a déjà fait et pourra refaire cet exploit sur la scène africaine.

Naisa

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

La crise du graphite (2)

(Suite et fin.)

Il est avéré, en effet, que le débouché américain était indispensable pour équilibrer la production de plus en plus importante et la consommation mondiale du graphite. Or les Américains, qui sont gens pratiques, se heurtant au mauvais vouloir et à l’ostracisme de nos gouvernants, se sont mis activement à exploiter quelques mines de graphite délaissées jusqu’à présent. Leur production, qui était au plus de 2 000 tonnes, a décuplé aujourd’hui et bientôt, pour peu que l’on tarde encore à prendre les mesures urgentes qui s’imposent, ils pourront se passer complètement de nous.

Ce sera à ce moment la ruine définitive des entreprises de graphite de Madagascar.

Ni nos caïmans affamés, ni nos gouvernants n’ont su prévoir le danger.

À l’heure actuelle, malgré l’adhésion du gouvernement français du mois de décembre, aucune mesure n’a encore été prise.

Si nous sommes bien informés, le Gouvernement de la Colonie a été avisé depuis longtemps de l’autorisation d’exportation donnée par le ministre à son collègue des États-Unis.

Qu’attend-il pour autoriser sans aucune restriction d’exportation directe aux États-Unis des quantités disponibles après le prélèvement nécessaire à la Défense Nationale ?

Nous sommes en droit de lui demander pourquoi ces atermoiements et ces retards pendant que chaque heure nous conduit rapidement à la ruine complète pour nous-mêmes et pour la Colonie.

Un Graphiteux.

Simples questions

De Tamatave, on prie la Tribune de demander :

Qui a payé les radeaux qui encombrent l’un des hangars du quai de Tamatave ? Que veut-on faire de ces radeaux ?

Les radeaux en question sont construits à Tananarive pour être envoyés à la marine en France.

Ils sont par conséquent payés sur le budget de la marine.

S’ils s’entassent et encombrent le quai de Tamatave, c’est que pas un commandant de bateau ne veut se charger de ces planchers flottants, qui ne remplissent paraît-il aucune des conditions auxquelles on les destinait.

Dans tout cela, Tamatave n’est que le transitaire.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : L’hirondelle qui ne fait pas le printemps

Un meilleur rang dans le classement mondial en ce qui concerne la liberté de presse ne suffit pas à permettre de crier progrès. Le code de communication crucifie toujours les publications à l’écrit dans la presse qu’en sons ou images sur les ondes. Signe des temps, la cérémonie de célébration officielle de la Journée mondiale a été «décentralisée» loin de la capitale. Signe d’un changement le glas qui annoncerait l’enterrement de ce maudit code. Unique souhait : que le prochain régime n’y puise pas une méthode pour essayer à nouveau de gouverner en rond.

 

News Mada0 partages

Chronique : effet domino de la contestation

L’escalade des exigences que présentent les députés initiateurs du mouvement de contestation actuel menace de secouer de façon brutale l’échiquier politique. Un vent de fronde soufflant sur le TIM s’est fait jour, Marc Ravalomanana risque d’en faire les frais. Peut-être qu’il ne s’en trouvera pas totalement isolé, mais ses lieutenants-députés élus sous la bannière TIM qui ont transhumé à l’intérieur du groupe des 73, ont révélé par  la voix de Hanitra Razafimanantsoa qu’ils se désolidarisent de toute initiative solitaire de Ravalomanana auquel la rumeur reproche de s’être prêté à une rencontre avec Rajaonarimampianina.

De leur côté les gens au pouvoir ne manifestent aucune volonté de se rendre à la logique du groupe des 73 qui tiennent le haut du pavé. Des deux côtés on entreprend une guerre de tranchées, l’opinion s’attend à ce que la population doive endurer les conséquences d’une guerre d’usure.

Les exigences qu’expriment les « révoltés » nécessitent des démissions en cascade pour que l’opération envisagée réussisse à rester conforme à la légalité ainsi qu’ils ambitionnent de la mener. Dans l’hypothèse il n’y pas que la démission de Hery Rajaonarimampianina mais doit suivre celle de Rivo Rakotovao qui pourtant en tant que Président du Sénat serait appelé à assumer l’intérim du Président de la République démissionnaire. En effet les experts du groupe des 73 dénient toute légitimité à Rivo Rakotovao qui n’est pas un sénateur élu mais désigné par le Président de la République (la constitution n’en fait pas de distinction et aucun texte n’en établit une quelconque nuance). Passons, une troisième démission devrait intervenir si l’actuel président du Sénat se trouve à son tour disqualifié, la démission du gouvernement qui selon la constitution dans ce cas de figure devrait assumer collégialement les charges de la fonction, mais qui à son tour en raison de sa responsabilité des lois électorales clouées au pilori par la HCC, a perdu toute considération et ainsi le mérite de diriger le pays. Le chemin est long, en face on ne croise pas les bras courbant le dos en attendant que passe le vent mauvais. Impasse et longue attente !

Pour accélérer le cours des événements les contestataires disposent d’une autre arme, la décision de la HCC en réponse à la requête formulée concernant la destitution du Président de la République, fondée sur la faute de ne pas avoir pris à temps les dispositions pour que fonctionne de façon effective la Haute Cour de Justice. Une décision de la HCC favorable à cette requête précipiterait alors l’effondrement du système Rajaonarimampianina. Il risque pourtant qu’il y ait encore loin de la coupe aux lèvres.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : anjely tonga eto an-tany

Tonga alohan’ny andro Filatsahan’ny Fanahy Masina andron’ny Pantekosta amin’ny herinandro ambony ny anjely manam-bava, eo amin’ny 13 May no toerana fisehony. Eo moa dia misisika amin’ny fandraisana fitenenana ireo depiote mpiray dia ary mifaninana amin’ny fahaizana mandahatra. Misy hafa kely mihitsy, miavaka amin’ny fomba fanentanana ny vahoaka mendrika omena anarana ho « Mademoiselle Ravavany ». Indrisy anefa ny tsy miteny ihany no tsy manao fahadisoana, fa ireo midedadedaka tsy manam-pitsaharana amin’ny fandraisana micro dia tsy maintsy misolafaka eny antsefatsefany eny. Ny teny moa dia toy ny rano izay latsaka tsy hita ho raofina, no toy ny rivotra manidina tsy hay ho samborina, fa amin’izao fandroson’ny teknolojia izao dia mora no mitahiry azy, soa ihany ho an’ireo malama vava etsy amin’ny 13 May fa ny depiote dia sarotra enjehana na ho tanana nohon’ny teny navoakany.

Raha nandresy ny hetsika notaritiny dia lasa nahazo vahana izy ireo ary somary niha nahery setra ny kabary no niitatra arak’izay ny tanjona. Na tsy mitory fahendrena aza izany dia fomba fiady ihany ka raha toa nazahona tapany ny fandonana erany iza moa no tsy itombo fahasahina rehefa nahomby ny tetika nampiasaina. Raharaham-pirenena moa no atrehana ka samy malalaka anana ny fijeriny, rehefa nahita rariny teo amin’ny fitakina fanafoanana andininy maro tao anatin’ireo lalàna mifehy ny  fifidianana ka lasa ny fialan’ny filoha no atao tanjona dia adidiny izany ka tsy afaka ho kianina. Nefa kosa taitra ihany raha naheno ny fanazavana mikasika ny antony tsy fahafahan’izy ireo «hiray»  latabatra amin’ny olona maloto. Tsy ny fandavana ny fiaraha-midinika no melohina, tsy hitsara koa ny fahalotona na ny fahadiovan’ny andaniny izay fantatra fa Hery Rajaonarimampianina sy ny tandapany no voalaza mivantana, fa taitra ihany maheno an’

izany fitofirana mivantana izany toy ny olona sy antoko tsy misy pentina. Raha kolikoly no resaka, tsaroana fa tamin’ny andro nanalana an’i Jean Lahiniriko teo amin’ny toerana filohan’ny Antenimiera nisy azy dia nalaza ny fisin’ny kolikoly, raha resaka famonoana olona dia mbola mitondra takaitran’

ny 7 Février Andriamatoa Ravalomanana takaitra tsy mbola vaofafa…

Hafahafa noho izany re no afaka ho antony andavana ny fihaonana, fa raha izany dia lasa manome rariny ny fitakina ny fanaovana ampamoaka, izay mety ho fanafody fanadiovana ny tontolon’ny sehatra pôlitika. Làlana malalaka izany raha tena vonona hikaroka soa ho an’ny firenena, fa hety ho an’ny mpilalao pôlitika efa ao anatin’ny sehatra.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Élections-sortie de crise : la Ceni avance trois scénarios possibles

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a tenu un point de presse hier à Nanisana. Une occasion pour cette commission de prendre le taureau par les cornes en ce qui les élections et la sortie de crise.

L’heure est grave et la situation est critique. Le président de la Ceni, Hery Rakotomanana, n’y est pas allé par quatre chemins pour décrire le contexte politique qui prévaut. La Nation traverse une période difficile en ce moment.

Sous cet angle, la Ceni, après la décision de la Haute cour constitutionnelle (HCC),  persiste que seule l’organisation d’élections libres, inclusives, transparentes, garantit une porte de sortie et l’unique solution à cette crise ouverte.

A ce sujet, la Ceni fait appel au sens des responsabilités de tous et de joindre l’acte à la parole pour trouver un compromis car ces élections devront cependant respecter certaines conditions dont une loi électorale claire, un climat d’apaisement et un calendrier électoral accepté par tous. Concernant ce dernier point, la Ceni  ne reste pas de marbre et avance trois scénarios possibles à choisir, conformément à la Constitution.

Élection anticipée ou…

La Ceni a proposé trois dates à court, moyen et à long terme. D’abord, selon l’article 25 de la Constitution, «Il est possible d’organiser une élection anticipée et la Ceni est prête si cela devrait se tenir dans les deux mois à venir», a déclaré le président de la Ceni. Sous cette optique, la Ceni a avancé la date du 29 août.

Si les politiciens tombent d’accord sur cette date, «Il est indispensable à ce que la loi électorale et les compromis politiques soient connus dans le courant de ce mois de mai», a souligné Hery Rakotomanana. Il faut rappeler que ce dernier a déjà mentionné qu’il est également possible d’organiser des élections en se basant sur la loi électorale de 2013.

Deuxième cas de figure. Selon l’article 47 alinéa 1 de la Constitution, «l’élection du président de la République a lieu 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice». A ce propos, la Ceni avance la date du 28 novembre pour le premier tour.

Et dernier schéma, le report carrément des élections selon l’alinéa 4 de l’article 47 de la Constitution. Dans ce cas, le 29 mai 2019 serait la date idéale, selon la Ceni.

Indépendance

Hery Rakotomanana a profité de ce point de presse pour afficher l’indépendance de la Ceni. «Seules les lois en vigueur et la Constitution dictent ses actes», a-t-il souligné avant d’ajouter de prier les politiques d’interférer dans les attributions de la Ceni. «Toutes les décisions à prendre relatives au déroulement des élections appartiennent uniquement à la Ceni», a-t-il conclu. Toutefois, la Ceni rappelle que tous les candidats ont le droit de désigner leur représentant au sein de la Ceni durant la période électorale.

Et pour avancer rapidement et prendre des décisions sur la loi électorale et les conditions pour l’apaisement, la Ceni prend encore les devants. Tous les acteurs politiques, la société civile, les chefs d’Eglise et chefs religieux, les journalistes et les citoyens sont invités à se concerter vendredi prochain à Antaninarenina.

Nadia

News Mada0 partages

Tension politique : série de rencontres avec les médiateurs

Chacun à sa manière, les médiateurs ont rencontré chacun à son tour les principaux acteurs politiques hier.

Joaquim Chissano en arrivant au pays a rencontré le Chef de la diplomatie malgache ainsi que les chefs d’église. Il a été prévu aussi qu’il aura un entretien avec Abdoulaye Bathily, conseiller spécial du Secrétaire général des Nations unies, ainsi qu’avec Ramtane Lamamra, Haut représentant de l’Union africaine.

 «Je n’ai pas encore de message à transmettre, je vais d’abord me renseigner. Pour le moment, je suis à l’écoute des sensibilités qui existent tout en observant ce qui se passe  (…)», a déclaré Joaquim Chissano, hier.

Il a aussi noté que jusqu’ici, il prévoit de rencontrer les acteurs politiques de tous bords. «Toutes les rencontres se sont bien déroulées jusqu’ici (…)», a-t-il plaidé en répondant aux questions des journalistes sur la position des députés pour le changement. Ces derniers estiment en effet que la Sadc est aussi à l’origine de la crise actuelle car elle a participé à la médiation de 2009 à 2013 débouchant sur le ni…ni. «On verra ce qu’il faut faire (…). Je vais rencontrer demain d’autres personnalités, y compris le président», a-t-il ajouté.

Elections crédibles

Pour ce qui est du médiateur de l’Union africaine, Ramtane Lamamra, il a été prévu hier qu’il va s’entretenir avec diverses personnalités et/ou entités  dont l’ancien Président Didier Ratsiraka, le Président de l’Assemblée nationale, le Président du Sénat, le Président de la Haute cour constitutionnelle, le Conseil de réconciliation malgache ainsi que Conseil des églises de Madagascar.

Toujours dans cette optique, le Président de la République a reçu le Directeur général pour l’Afrique des actions extérieures de l’Union Européenne, Koen Vervaeke. Une visite qui s’inscrit dans le cadre des élections à venir.

«Je crois que nous partageons tous les mêmes objectifs, c’est d’avoir des élections crédibles acceptées par le peuple malgache, c’est-à-dire des élections transparentes, crédibles et inclusives» a-t-il  déclaré à l’issue de sa rencontre avec le Chef de l’Etat.

Rakoto

News Mada0 partages

Fampianarana : handraisana ireo hanala fanadinam-panjakana

 Tsy azo leferina intsony ny amboletra atao eny amin’ny lycée hanerena ireo mpianatra hitokona sy hanakorontanana ny sain’izy ireo. handray fepetra ny minisitera ary hojerena manokana ireo hanala fanadinam-panjakana.

Handray fepetra hentitra ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ho fiarovana ny sekoly sy ireo fotodrafitrasa rehetra ao anatiny ary indrindra ny filaminan-tsain’ireo mpianatra sy ny mpampianatra.

Io ny fanambarana nataon’ny minisitra Rabary Paul omaly manoloana ny tranga fanakorontanana sy fanimbana mitranga eny anivon’ny sekoly vitsivitsy eto an-drenivohitra (lycée Nanisana, lycée Jules Ferry Faravohitra), ataon’ireo andian’olona izay milaza fa manohana ny hetsika politika amin’izao fotoana izao.Zo fototry ny tsirairay ny maneho hevitra ary manaja izany ny minisitera. Zo fototry ny mpianatra ihany koa ny mianatra, ary adidy masina ankinin’ny ray aman-dreny, fiarahamonina sy ny firenena ho an’ny mpanabe ny mampianatra.Noho izany, efa nandraisana fepetra manokana ireo mpianatra, indrindra ireo hanala fanadinam-panjakana mba hiomana ao anatin’ny fitonian-tsaina.Hampiharina avy hatrany amin’ireo mpianatra tsy manaraka ny fitsipika ao an-tsekoly ny sazy mifandraika amin’izany.

Mahatsiaro ho maty antoka ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana satria very fotoana be loatra amin’ity fitokonana sy fanakorontanana atao any an-tsekoly ity. Ny sekolim-panjakana sasany, misy mpampianatra tsy mandeha mitolona ka manohy mangina ny fampianarana ireo mpianatra  ihany. Ny sasany tsy manao fanamiana ny mpianatra fa miditra mangina any an-dakilasy ary manohy mianatra ihany fa tsy mandeha mitolona, araka ny fitaoman’ny namany azy.

Tatiana A

News Mada0 partages

Betsaka ny fitakiana tsy tanteraka : «entanina ny « paramédicaux » hampiato ny asa »

 Miantso ny « paramédicaux » hampiray feo amin’ny fitakiana ataon’izy ireo ny komity mpandrindra ny fitakiana ho an’ny « paramédicaux », omaly teny Analakely. Misolo tena ny mpikambana ao amin’ny sendikà, fikambanana ary ny holafitra samihafa ahitana ny « paramédicaux » izy ireo, araka ny fanambarana nentiny. Zavatra voalohany itarainany ny tsy mbola fahazoana ny « indemnité » nandritra ny asa fandraisana ny marary tao anatin’ny fiparitahan’ny valanaretina pesta, niseho teto Antananarivo sy Toamasina, ary distrika maro hafa. Efa nandray 600 000 Ar isanisany ny mpitsabo raha tsy nahazo na ariary aza ny « paramédicaux » hatramin’izao. Ho an’ny « indemnité d’éloignement » koa, 30% amin’ny « paramédicaux » ihany no nisitraka izany raha tokony hozaraina ho an’ny « paramédicaux » rehetra. Amin’ireo efa nahazo, nanomboka ny volana novambra 2017 ihany no nozaraina raha tokony ho efa misy « rappel » hatramin’ny volana janoary 2017. Ny 70% izany mbola miandry ny rariny. Nambaran’ny tomponandraikitra amin’izy ireo fa eo anivon’ny minisiteran’ny Tetibola ny sakana.

Nolazain’ny komity mpandrindra ny fitakiana koa fa mampahazo vahana ny kolikoly ny fanatanterahana ny fifaninanana handraisana « paramédicaux » ho mpiasam-panjakana. Tokony ho ny « paramédicaux » efa misy amin’ireny kaominina ahitana CSB mikatona ireny no apetraka hampihodina ilay toeram-pitsaboana.

Noho ireo antony rehetra ireo, mangataka ny “paramédicaux » hampiato ny asa ny komity ary hanaraka ny torimarika samihafa. Misy ihany ny fiandrasan-draharaha hitsinjovana ny marary, hoy ny mpitondra tenin’ny komity.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Minisiteran’ny Asa : betsaka ireo mpiasa tsy mahafehy ny asany

Nafampana ny teny 67 ha, tao amin’ny minisiteran’ny Asa sy ny asam-panjakana, omaly nandritra ny fitokonana nataon’ireo administratera sivily izay ifanontona tamin’ny tolona nataon’ny mpanao politika. Araka ny fantatra, gaboraraka ny fitantanana ao amin’ity minisitera ity. Misy ny kiantranoantrano eo amin’ny fampidirana mpiasa ka olona tsy mahafehy ny asan’ny minisiteran’ny Asam-panjakana akory no ampidirina.

Be tsy andraofana araka izany ny mpiasa ao ka mitaky ny hijerena izany akaiky ireo administratera sivily izay tokony hiandraikitra ireo asa atao ao amin’ity minisitera ity.

Nisy ny sora-baventy napetrak’ireo administratera sivily ireo tamin’ny herinandro ambony saingy nesorin’ny tale kabinetran’ny minisitera izany.

Voalaza anefa fa efa mitsangana ny vaomiera manokana avy amin’ireo administratera sivily. Vonona ny hifampiresaka amin’ny ekipa mpitantana ny minisitera izy ireo hijery ny fanarenana tokony hatao fa tsy hamela gaboraraka ny fitantanana ny minisitera sy fampidirana mpiasa tsy mahafehy ny asa akory.

Randria

News Mada0 partages

Ankeniheny : les 5 ans du FFPV

La prolifération des églises du réveil devient une réalité sociale depuis une décennie. Le «Fiangonana Fifohazam-panahy» (FFPV), prépare de ce fait la célébration de son 5è année d’existence.

Le «Fiangonana Fifohazam-panahy» (FFPV), implanté à Anosimahavelona-Ankeniheny, dans le 4è arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra, a marqué le début de la célébration de son 5è jubilé par un culte en son siège, dimanche dernier. Pour la suite de l’évènement, le pasteur Roland Rasolonjatovo, fondateur de l’église, a annoncé de grands projets, dont l’acquisition de terrain pour la construction de son siège mais aussi l’extension de la mission sur tout le territoire national. Il a rappelé que partie de rien, sa communauté est constituée de plus de deux centaines de fidèles baptisés actuellement.

Des manifestations sportives et artistiques, incluant les riverains de l’église FFPV, figurent au calendrier de la célébration au mois de juillet, pour illustrer l’ouverture de la communauté à ses prochains.

Manou

 

News Mada0 partages

Fikambanana Ahmadiyya : mizaha marary eto Antananarivo

Tonga eto Antananarivo ny mpitsabo avy amin’ny fikambanana mozilimanina Ahmadiyya hanao fitsaboana maimaimpoana mandritra ny hefarana eny Andavamamba. Mpitsabo telo avy amin’ny fikambanana miaraka amin’ny mpitsabo sy “paramédicaux” malagasy no mandray marary 500 eo ho eo isan’andro. Homena ao koa ny fanafody mifanaraka amin’ny soratr’aretina mahazo. “Efa avy any Toliara sy Fianarantsoa ny mpitsabo ary afaka nizaha marary 2 000 eo ho eo. Aretina mpiseho matetika amin’ny toerana nandraisany olona ny gripa, aretim-pivalanana, sy ny aretina avy amin’ny loto”, hoy ny mpikambana ao amin’ny fikambanana, i Mudassir Ahmed, omaly.

Fisantarana ihany ny natao tamin’ny toerana telo fa mbola hitarina manerana ny Nosy ny fandraisana an-tanana, amin’ny fotoana hafa. Tsapan’izy ireo fa nanampy betsaka ny vahoaka sahirana ny fisian’ny fitsaboana maimaimpoana tahaka izao satria maro ireo tsy manana vola hoentina mitsabo tena na amin’ny aretina farany tsotra indrindra aza, hoy ny fanazavany ihany.

Miara-miasa amin’ny fikambanana Humanity First ny Ahmadiyya izay manome lanja ny fitiavana ny hafa amin’ny fanampiana azy. Afaka manatona eny Andavamamba avokoa ny sokajin’olona rehetra maniry ny hozahana momba ny fitsaboana ankapobeny hatramin’ny zoma ho avy izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

CNRE : valorisation des déchets halieutiques

La transformation des produits halieutiques génère une importante quantité de déchets que le Centre national de recherche sur l’environnement (CNRE), en partenariat avec la société Manda SA, a réussi à valoriser à travers un projet ambitieux

«Les résultats sont prometteurs et démontrent la possibilité d’utiliser tous les composés des déchets dans différents domaines pour ne citer que l’agroalimentaire et le traitement des eaux», a indiqué un jeune chercheur du CNRE, le docteur Zo Randriamahatody, lors de la publication de ses recherches à Tanjombato, la semaine dernière.

D’après lui, les déchets des crustacés renferment de la chitine, utile dans l’alimentation animale et l’agriculture en tant que produit non toxique. A partir de la récupération des têtes, carapaces, viscères, arêtes, nageoires, écailles ou autres parties des produits de la mer, on peut obtenir des protéines de très bonne qualité, dont le taux peut atteindre jusqu’à 73% des produits dérivés.

Dans cette optique et pour la suite des travaux, des expérimentations sont actuellement en cours. Et le CNRE sollicite ainsi des partenariats dans le domaine de l’alimentation, du traitement des eaux et de l’agriculture.

Sera R.

News Mada0 partages

Ankatso-semaine de l’Europe : l’importance de la recherche scientifique à la loupe

Célébrer la «Semaine de l’Europe», du 4 au 12 mai est devenue une tradition au sein de l’université d’Antananarivo. Dans ce cadre, une conférence-débat a été organisée hier au Grand Amphi de la Faculté Degs, avec des intervenants de renom tels que la ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique Marie Monique Rasoazananera, l’Ambassadeur de France à Madagascar, Vouland-Aneini, l’Ambassadeur de l’Union Européenne, Antonio Sánchez-Benedito Gaspar, et le Président de l’Université d’Antananarivo, Panja Ramanoelina. Le thème portait sur l’ «Importance de la recherche scientifique pour le développement de Madagascar».

Ces intervenants ont développé chacun des sujets relatant les retombées de la recherche sur le développement, l’«Employabilité, innovation et recherche scientifique, un moteur de développement de Madagascar», la «Valorisation de la Recherche scientifique à Madagascar – Réalité, possibilités, perspectives», les «Possibilités de l’Union Européenne en faveur de la recherche scientifique à Madagascar et dans le monde» et «La recherche scientifique à l’Université d’Antananarivo».

Ce colloque a été suivi d’une projection d’un film intitulé «Bienvenue en Afrique».

 

News Mada0 partages

Les paramédicaux en grève : un service minimum dans les Centres de santé et hôpitaux

Les Paramédicaux ont manifesté leur entier soutien au mouvement pour le changement initié par les 73 députés. Ils ont pris position  publiquement depuis hier, en vue de protester contre les différentes injustices perpétrées à leur encontre, ainsi que les promesses non tenues de la part du gouvernement relatives à l’amélioration de leurs conditions de travail.

Des années d’attente. Les revendications des paramédicaux restent sans suite jusqu’à maintenant, alors que les tenants du pouvoir leur ont promis de faire le nécessaire, une fois que la 4e république sera installée officiellement et légalement.

Il s’agit  notamment de  l’application des grilles indiciaires uniques qui devraient être de 1.120 pour les paramédicaux, l’octroi d’un système de sécurité sociale, notamment en cas de maladie ou d’affectation ou encore la mise en place d’un secrétariat d’Etat à part entière pour le corps des paramédicaux, à en juger leur effectif  important au niveau du ministère de la Santé, soit environ 10.000 actuellement…

En tant que piliers du système de santé publique, les paramédicaux veulent revendiquer leurs droits. Raison pour laquelle ces derniers qui sont réunis au sein des syndicats, associations et l’ordre des paramédicaux, ont décidé de grossir les rangs des députés militant pour le changement.

Et, les membres du Comité d’organisation des manifestations ont lancé un appel à l’ensemble des paramédicaux à travers le pays à adhérer à ce mouvement. D’après le président de ce Comité,  Jerisoa Ralibera,   hier dans les locaux de l’Institut d’hygiène social (IHS) à Analakely, un service minimum sera assuré.

 Traitement inégal

Il est navrant de constater que lors de la période pesteuse dans le pays, tous les médecins réquisitionnés pour renforcer la lutte y afférente ont été indemnisés chacun à hauteur de 600.000 ariary, alors qu’aucune indemnisation n’a été accordée aux paramédicaux.

«Certes, des indemnités forfaitaires de 30.000 ariary ont été octroyés à tous les agents de santé ayant pris part  à cette lutte au départ, mais nous n’avons bénéficié aucun dédommagement supplémentaire, comme celui offert aux médecins, alors que les risques encourus sont les mêmes pour tous le personnel de santé, qu’ils soient médecins ou paramédicaux», a déploré  l’un des membres du Comité des paramédicaux, Adel Andriambololoniaina, qui dénonce un traitement inégal des agents de la santé.

Quant à l’application de l’arrêté relatif aux indemnités d’éloignement des agents paramédicaux,  seuls  30% d’entre eux en ont bénéficié depuis le mois de novembre. Ces bénéficiaires n’ont pas encore reçu les rappels de salaires de janvier à novembre. Certains ont touché juste leurs indemnités du mois de novembre et décembre. Quant aux autres, soit près de 70%, n’ont rien perçu jusqu’à maintenant.

«Consultés sur le sujet, les responsables au sein du ministère de la Santé  ont renvoyé la balle auprès du ministère des Finances et du budget (MFB), où des problèmes techniques sur le paiement sont enregistrés», a soulevé Jerisoa Ralibera.

Dans le même registre les paramédicaux  réclament leurs droits, ainsi que l’annulation des concours de recrutement de paramédicaux dans la fonction publique, qui n’est qu’une source de corruption à tous les niveaux et ne contribuent en rien dans la résolution du problème relatif à la fermeture des CSB dans les zones enclavées et reculées…

Fahranarison

Ino Vaovao0 partages

AMPASIKA : Lehilahy mpanety tratra ambodiomby nanendaka Polisy nanao fanamiana sivily

Tratra ambodiomby nanendaka polisy. Ny alahady hariva efa somary mangingina iny izy io no saika nanararaotra nandrava ilay rangahy hiditra ny fiarakaretsaka hamonjy fodiana.  Nanohitra avy hatrany ilay rangahy ka raikitra ny ady.

Itsy farany rahateo voalaza fa polisy saingy nanao fiakanjon’olon-tsotra tamin’io fotoana io ka tsy fantatra. Avy hatrany dia tsy afa-nihetsika intsony  izy ka noentina teny amin’ny Biraon’ny Zandary teny Ambonisoa.

Raha ny filazan’ireo mponina teny an-toerana dia efa fanaon’io lehilahy io ny manendaka olona tratra hariva  ary maro no efa lasibatra tamin’izany.  Tamin’ny fakana am-bavany azy dia  nanazava  ny tenany fa  irony finday sy  firavaka volamena irony no tena  alainy rehefa mandroba izy. Mody manety volon’olona io lehilahy io rehefa antoandro ny andro ka vao maty ny masoandro dia efa mandefa manao ny asa ratsiny indray, raha ny fitarainana avy tamin’ireo mponina hatrany. Efa voatazona ao amin’ny mpitandro filaminana izy io hatramin’izao ka mbola mitohy ny famotorana azy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO ANKILIABO MISOPOTSY : Nofitahin’ny mpitondra ireo niharam-boina

Niverina nitondra fitarainana tamin’ireo mpitondra fanjakana ao amin’ny renivohitr’i Menabe indray ny fianakaviana nitondra faisana noho ny fanafihana nanjo azy ireo ny alin’ny 14 Janoary 2018 lasa teo. Niady tena irery ihany ireo vahoaka nandritry ny fotoana maro ka naha fahan’izay naratra nitsabo tena sy nahitana sahafo fa indrindra ho an’ny zazakely, hoy ny solontenan’ny mponina. 

Ankoatra ireo na tanimboly hamokarana aza tsy misy any an-toerana satria tapitra nopotehan’ny dahalo avokoa nandritra ny fandalovan’izy ireo tao an-tanàna. Raha hiverenana ny zava- niitranga dia tokony tamin’ny 4 ora sy sasany maraina tamin’io 14 Janoary io dia andian-jiolahy miisa 50 nirongo fitaovam-piadiana no nanafika ny tanàna. Namono sy nandroba omby sady namotika ny volin’ny vahoaka tao an-toerana ireo malaso tamin’io fotoana io. Olona telo no namoy ny ainy raha toa ka 5 no tena nitondra faisana hatramin’izao. 

Nisy ankizy kely ny iray tamin’ireo dimy nitondra faisana satria tapaka ny tongotra ary ny reniny voatifitra teo amin’ny kibony ka nivoraka ny tao anaty saingy voavonjy izy ary efa salama ankehitriny. Nandravarava tokoa ireo dahalo nandritry ny fanafihana satria omby aman-jatony mahery no lasan’izy ireo niaraka tamin’ny sarety, kojakojan-tokantrano toy ny fitaovana fampiasa an-dakozia, vola aman-karena. Nodoran’izy ireo ny entana izay tsy zakan’ny sarety ary nisy trano maromaro nodoran’ireo malaso ihany koa tamin’io fotoana io.

Dahalo efatra tratran’ny fokonolona

Dahalo efatra no saron’ny mponina andro maromaro taorian’ny fanafihana ka ny fahatratrarana entana teny amin’izy ireo no nahafantarana fa isan’ireo nanafika. Tra-tehaka teny amin’izy efatra ny sarety sy finday nangalarin’izy ireo ka amin’ireo mponina dia midika izany fa anisan’ireo dahalo nanafika ireto farany. Naterin’ny vahoaka teny amin’ny biraon’ny mpitandro filaminana izy ireo. Hatramin’izao kosa tsy misy ny fanampiana ataon’ny mpitondra ho an’ireo niharam-boina. Ny fikambanana miahy ny madinika ao Morondava no nidina ifotony ary nanao tsipaipaika namonjena ny naratra sy nandevenana ireo namoy ny ainy ary nitondra sakafo kely ho azy ireo. Ny fanjakana tokony hamonjy ny vahoakany indray no tsy nisy fanampiana ary tsy nijery mihitsy nefa nilaza fa hamonjy.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Miverina manao ny asa ratsiny ireo andiana tanora tsy ampy taona

Ny sabotsy 5 mey teo dia nandalovana andiana tanora miisa 30 mahery. Notafihan’izy ireo ny mponina tao Poteau mainty ary nidiran’ireo jiolahy hatrany an-trano. Mitondra fitaovana maranitra isan-karazany izy ireo. Olona efatra no fantatra fa naratra mafy noho ny fanafihan’ireo andian-jiolahy tsy ampy taona ireo.

Anisany nampirongatra ny asa ratsy ny fampisehoana nataon’ny mpanakanto iray tao Antani masaja ka nitarika tsy fifankazahoana teo amin’ny samy tanora ary nifanafika tamin’ny fokontany. Telo no voasambotra tamin’izy ireo ary araka ny loharanom-baovao dia zanaka zandary sy miaramila izy ireo, 13 ka hatramin’ny 19 taona.

Ny alatsinainy hariva dia mbola nisy sakoroka koa tany Ambohimandamina sy Antanimalandy, ary mbola zaza tsy ampy taona hatrany. Aorian’ny fanadihadiana dia hatolotra ny fampanoavana ireo zaza maditra telo tratra ireo.

Vanesssa

Ino Vaovao0 partages

FAMAHANA NY KRIZY POLITIKA : Nanolotra fehin-kevitra telo lehibe momba ny fifidianana ny Céni

Nanolotra fehin-kevitra miisa telo lehibe ny filohan’ny Céni, omaly, mba hanatrarana ny tanjona efa napetrak’izy ireo dia ny hahatanteraka ny fifidianana izay ho Filoham-pirenena sy ny solombavam- bahoaka amin’ity taona.

Manoloana ny raharaham-pirenena ankehitriny sy ny fanahian’ny maro izay miteraka adihevitra amin’ny mety hisiana na tsy hisian’ny fifidianana izay dia nisy ny valan-dresaka nataon’ny filohan’ny Céni, Rakotomanana Hery omaly. Tamin’izany no nanolorany hevitra telo lehibe mba hahafahana manatontosa ny fifidianana amin’ny antsakany sy andavany, indrindra fa ny fifidianana izay ho Filoham-pirenena ka mampiteraka savorovoro amin’izao fotoana izao. 

Tsy misy afa-tsy ny firosoana amin’ny fifidianana ihany no hamahana izao krizy politika izao. Miankina indrindra amin’ny tetiandro hanatanterahana izany, izay ampifanarahana amin’ny voalazan’ny lalàmpanorenana no hevitra narosony tamin’izany. Anisany hevitra narosony ny hampandrosoana ny fotoana hanatanterahana ny fifidianana izay ho Filoham-pirenena. 

Ity farany dia fehezin’ny andinin-dalàna faha-52 ao anatin’ny lalàmpanorenana, izay milaza fa azo atao tsara ny manatontosa ny fifidianana izay ho Filohampirenena mialoha ny fotoana. Araka ny fanazavana noentin’ny filohan’ity vaomiera ity ny datin’ny alarobia 29 aogositra 2018 no fotoana akaiky indrindra aroson’izy ireo hanaovana ny fihodinana voalohany ho an’izay fifidianana izay raha toa ka arahina io tetiandro io. Hevitra faharoa nomeny kosa indray dia ny voalazan’ny andininy faha-47 ao anatin’ny lalàmpanorenana, izay voatondro hatao amin’ny 28 novambra 2018 araka ny daty atolotry ny Céni hatrany. 

Fahatelo farany, ny hevitra farany naroson’izy ireo mba hahafahana manatanteraka izay fifidianana izay dia fanemorana ny datim-pifidianana, araka ny voalazan’ ny andalana fahaefatra ao anatin’ny andininy faha-47 ao amin’ny lalàmpanorenana amin’ny fahafahana manao ny fanemorana ny fifidianana. Ny datin’ny 29 mey 2019 no daty hanaovana ny fihodinana voalohany natolotry ny Céni tamin’ izany. Manoloana ireo rehetra ireo dia nilaza ny filohan’ny Céni fa tsy maintsy hisy ny fampihaonana ireo mpikambana eo anivon’ny antoko politika mba hanapahana izay marimaritra iraisana eo amin’ireo sosokevitra telo lehibe nomeny ireo. Nohamafisiny hatrany fa tokony amin’ity volana mey ity raha tara indrindra  no  hamaritana marina izay tena lalàm-pifidianana hampiasaina mandritra ny fifidianana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MINISITERAN’NY ASAM-PANJAKANA (FOP) : Nifanenjana ny mpitolona sy ny talen’ny kabinetra

Tamin’ny omaly dia ireo mpiasa eo anivon’ny minisiteran’ny asam-panjakana (Fop) indray no nitongavan’ireo solombavambahoaka mba hanara-dia azy ireo ao anatin’izao tolona ho an’ny fanovana izao. Nanao rodobe hatrany nanohana ireo mpitari-tolona tamin’izany ihany koa ireo vahoaka marobe mpiara-dia aminy.  Tsy azo lavina ny fisian’ny teritery sy ny ramatahora ataon’ireo tompon’andraiki-panjakana mifehy ny mpiasa eny anivon’ny minisitera. 

Misy amin’ireo sampan-draharahan’ny minisitera aza dia ny minisitra mihitsy no miditra an-tsehatra amin’izay fanakanana ny mpiasa tsy hanaraka ny tolona eny amin’ny kianjan’ny 13 mey. Omaly, henjakenjana ny famoahana ireo mpiasa teo anivon’ny minisiteran’ny asam-panjakana. Ny talen’ny kabinetran’ity farany izay tsy nanaiky mora foana ny hamoahana ireo mpiasa. 

Niezaka namehy ireo mpiasa hatrany ny tenany mba hanohy ny asany. Ankilany anefa, ireo solombavambahoaka dia tsy nanaiky lembenana ary tahaka izany ihany koa ireo mpiasa tao aminy. Tao anatin’ny adim-pamantaran’ora maromaro no nihenjanan’ny tady teo amin’ny roa tonta saingy tsy nahaleo ny be noho ny vitsy ity tompon’andraikitra ity tamin’izany. Araka ny fantatra dia ity minisitera ity no voalaza fa anisany ahitana trangana kolikoly na eo amin’ny fampandehanan-draharaha izany na eo amin’ny fampidirana mpiasa.

Nilaza ny depiote Razafimanantsoa Hanitra tamin’izany fa tsy maintsy hisy ny fanadihadiana amin’ireo mpiasa, amin’ireo tompon’andraikitra ary ny minisitra manoloana io fiahiahiana trangana kolikoly eo anivon’ ny minisiteran’ny asam-panjakana io. Nilaza ireo mpiasa fa tsy hiverina hiasa raha tsy minisitra vaovao no mitantana ity minisitera ity.

Hatreto, tsy mitombina velively ny filazana fa mihareraka ity tolom-bahoaka ity. Nanao fanamby ireo depiote miisa 73 fa tsy hijanona ny hetsika raha tsy tratra ny tanjona napetrak’izy ireo, dia ny fialàn’ny Filoham-pirenena amin’ny toerany. Na miezaka manao izay ho afany mba hanapotehana ny tolom-bahoaka aza ny fitondrana amin’ny alalan’ireo paikady maloto madinidinika dia tsy ataon’ ireo vahoaka hampihemotra azy velively izany.

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHAM-PIRENENA : Mitaky ny fametraham-pialan-dRajaonarimampianina ny GMT

Ho an’ny fikambanana Gmt na Gasy Masina amin’ny Taniny, dia anisany namaly ny antson’ ireo solombavambahoakan’ny fanovana teny amin’ny lapan’ny tanànan’i Toamasina izy ireo, ny sabotsy 5 mey teo. Nandritra ny tafa fohy nifanaovan’ny mpitarika ny fikambanana Gmt no nanamafisan’ireto farany fa manohana 100% ny hetsiky ny solombavambahoakan’ny fanovana ny Gmt. 

Tsy resy lahatra amin’ny fanaovana fifidianana maimaika kosa ny Gmt fa aoka ny olana fototra mahatonga ny korontana lava eto amin’ny firenena aloha no hovahana. Misy noho izany ny soson-kevitra aroson’izy ireo, dia ny tokony hanatanterahana fitsapan-kevi-bahoaka momba ny lalàmpanorenana alohan’ny fifidianana izay ho Filohampirenena. Lalàm-pifidianana mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana misy no ampiasaina. Fanovana rafitra isan-tokony no vahaolana mahomby ivoahan’i Madagasikara amin’ny krizy lavareny, hoy ny Gmt.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Hozaraina voly fanondrana sy homena asa ireo tanora ao Ikongo

Nandinihana manokana  ny famongorana ny asan-jiolahy  sy ny fampandrosoana ara-toekarena no tena nodinihina lalina tamin’izany. Maro loatra ireo mponina, indrindra fa ireo tanora no tsy manana antom-pivelomana, hany ka mirona any amin’ny fandrobana avokoa ny ankamaroany. Izany no anisany mahatonga ny firongatry ny halatra lavanila sy jirofo  any amin’ny Faritra Atsinanana iny raha ny tatitra voaray ihany. 

Toa lasa ireo tanora vao misondrotra no lasa mandeha mivondrona mandroba fananan’olona tato ho ato. Tapaka tamin’ny  fivoriana natao ary fa “ hozaraina voly fanondrana  sy foto-tsakafo  daholo ireo tanora mihoatra ny 18 taona manomboka izao. Masomboly toy ny lavanila, jirofo, mangahazo ary ireo hanin-kotrana maro samihafa no hotsinjaraina amin’izy ireo mba hanombohana ny fotodrafitrasa. 

Nohamafisin’ireo raiamandrenibe tamin’izany ihany koa fa hisy ny fanaraha-maso akaiky ireto tanora ireto, arahina fampianarana mba  hitsinjovana ny taranaka any aoriana. Etsy andanin’izay,  misy ireo vatan-dehilahy nofidiana hatao andrimasom-pokonolona, mpiambina amin’ny alina. Izao no natao dia ho fampandrosoana ny Faritra, hoy hatrany  ireo solontenam-pokotany miisa 11 tao an-toerana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FARITRA BETIOKY ATSIMO : Telo volana mahery tsy nisy jiro ny tanàna, sahirana ny mponina

Efa ho telo volana mahery ireo mponina no niaina tsy nisy jiro, hany ka nanomboka nampiaka-peo amin’izay. Araka ny tatitra voaray avy amin’ny tompon’andraikitra tao an-toerana dia noho ny fahanteran’ny milina  mampihodina sy mamokatra herinaratra no olana goavana mihatra amin’izy ireo. 

Vokany, tsy afaka mampanantena ny fandehanan’ny jiro ireto farany hatreto. Niezaka nanokana fotoana ihany ireo teknisianina nanamboatra izany tamin’ireo fitaovana teo am-pelatanana saingy herinandro monja no nahafahana nahazo jiro dia maty indray. Kivy tanteraka ireo mponina manoloana ny zava-misy ary maro ireo nanambara fa toa tsy misy  mpijery sy atao anjorom-bala ny any amin’ny Faritra. Anisany iharan’izany ny any amin’ny Faritra Atsimon’ny Nosy iny.

 Jiro tsy mandeha, faktiora mitomboka ihany

 Manoloana ny fahatapahan-jiro lazaina fa noho ny fahasimban’ny milina voalaza etsy ambony dia vao mainka mampimenomenona ny rehetra ny mbola fahatongavan’ny faktiora hatrany. “Ny vola aloa ihany nefa ny jiro tsy mandeha, entina atao inona izany ireo vola aloa ireo”, hoy ireto mponina. Tsy misy fandraisan’andraikitry ny mpitondra akory fa ireo mponina indray aza no iharan’ny tsy rariny amin’ ny fandoavam-bola. Toa zary lasa atao fialana bala amin’ny madinika  fotsiny ilay hoe  : “vokatry ny fahanteran’ny fitaovana”.

Aiza ho aiza ny fampanantenana nataon’ny Filoha ankehitriny, izay nanizingizina fa ho foana hatreo ny Delestazy rehefa tonga eo amin’ny fitondrana ny tenany. Marihana mantsy fa manerana ny Nosy mihitsy ankehitriny ny delestazy ary mandavan- taona ka rariny loatra ny  solombavambahoaka ho an’ny fanovana raha mitolona sy mitaky ny fialàn’ny Filoha. 

Fampanantenana tsy misy avokoa tsinona no iainan’ny vahoaka Malagasy hatramin’izao ka vonona hiara-hisalahy handrodana ity fitondram-panjakana tsy mahomby ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

SENDIKAN’NY MPIASAN’NY JIRAMA : Nanao ampamoaka ny fitantanana tsy ara-drariny

Nisy fotoana nitokona izy ireo, ka ny valiny dia fanagadrana sy fandroahana. “Orinasam-panjakana ny Jirama”, hoy izy ireo ka ny mpitondra fanjakana no manendry ny mpitantana ao. Efa maro ny fitaovana famokarana herinaratra ampiasain’ny Jirama no tokony hividianana kojakoja na ‘pièces’ nefa tsy ividianana fa ampidirana ireo ‘générateurs’ ahofa. Teto Mahajanga, teo ny Fraise sy ny Enelec mbola misy ampahany an’ny Jirama.

Ankehitriny dia nampidirin’ny fanjakana koa ny tiorka izay tsy misy taratasy mazava ny fidirany eto. “Tsy azo ekena izany, hoy ny mpiasan’ny Jirama, satria ny vidin-jiro aloantsika amin’izao dia mampiditra fatiantoka nefa efa mikaikaika isika mandoa azy. Raha omena ny tsy miankina io dia tsy maintsy haka tombony izy ireo ka hitombo avo telo heny ny vidin-jiro”, hoy hatrany izy ireo. Maro ihany koa ny tsy mety ataon’ireo mpitantana manararaotra ny volan’ny Jirama manofa fiarakodia akana tombony. Mamono ny vahoaka Malagasy ny fitondrana Hvm, hoy izy ireo, ary mamono ny Malagasy amin’ny alalan’ny orinasa Jirama.

Tsy hiray tsikombakomba amin’izany fitondrana izany izahay, hoy izy ireo. “80% ny famokarana herinaratra dia an’ny vahiny avokoa ka mampidangana ny vidin-jiro”, hoy hatrany izy ireo. Manao ampihimamba ny fananan’ny orinasa ity fitondrana ity, manao tsindry hazolena ka tsy azo ekena, hoy hatrany izy ireo. Hatreto dia tsy voavaha ny olan’ny delestazy ary mbola niakatra koa ny faktioran’ny isam-pianakaviana nefa volaben’ny Malagasy no anampiana ity orinasa ity isan-taona.

Vanessa

La Vérité0 partages

Quid du CFM !

Le pays traverse, en ces temps-ci, une zone de turbulence aigüe. Moment propice, à jamais, pour un organe chargé de dénouer les crises de montrer la preuve. L'organe constitutionnel pour ce besoin existe déjà, à savoir le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM), mais il peine à se frayer un chemin.

Prévu dans les dispositions de la Feuille de route de 2011 et clairement corroboré par l'Art. 168 (le dernier) du Titre VII « Dispositions transitoires et diverses » de la Constitution et mis en place par la loi 2016-37 relative à la Réconciliation nationale, de ce fait, intégré dans l'ordonnancement juridique de Madagascar, le CFM existe officiellement. En dépit de son statut de simple organe mais pas une Institution de la République, le CFM peut se targuer d'avoir la légitimité constitutionnelle. Une force et un poids non négligeables dans l'accomplissement de la mission sacrée et délicate.Le Conseil des ministres du 25 août 2017 nomma les 33 membres de cet organe conçu et destiné à la mission « d'aplanir » tous les différends entre malagasy afin de pouvoir se débarrasser définitivement de la malédiction du cercle vicieux des crises cycliques. Une mission difficile et complexe. Notons que le CFM en est la deuxième version après une première tentative, le « Filan-kevitry ny Fampihavanana Malagasy » (FFM), dirigée par le Général de la Gendarmerie Sylvain Rabotoarison et dont le résultat fut un fiasco total. De cette nouvelle mouture présidée par Maka Alphonse, un ancien confrère du journal, on reste encore dubitatif.Dans tous les cas de figure, les observateurs avertis semblent du même avis que Maka Alphonse et ses collègues du CFM auraient du pain sur la planche. En effet, dès le début, certains handicaps plombent l'aile de cet organe alors que les attentes sont énormes.L'opacité qui entoure le CFM lui crée un handicap sérieux dans son fonctionnement. Un flou inconsciemment entretenu qui n'arrange guère l'efficacité des actes sur terrain. Le commun des mortels ne sait pas réellement en quoi consiste l'importance de cet organe. Quels sont ses rôles exacts ?La question d'impartialité ou de neutralité, non élucidée, empoisonne la meilleure implication du CFM dans le règlement de n'importe quel conflit. Le camp de l'opposition l'accuse, à tort ou à raison, d'être à la solde du régime. En fait, il est difficile de croire le contraire dans la mesure où leur nomination pour devenir membres de cet Organe n'a jamais été rendu possible sans la bénédiction du Chef de l'Etat. Etant su et vu de tous, même avec les énormes avantages mis à leur disposition, ces membres n'oseraient pas aller au-delà des intérêts du régime. Les 73 DPC, pour leur part, doutent de l'opportunité offerte par les bons offices du CFM.Le troisième volet des handicaps pouvant gêner les actions du CFM réside sur le risque réel d'empiètement, sur terrain, avec d'autres entités, en particulier celle du FFKM. En tout cas, les leaders sur la place du 13 mai se pencheraient plutôt, s'il faudrait le faire, vers la médiation initiée par les prélats.En somme, est-il vraiment utile d'attendre quelque chose de tangible de la part de cet organe constitutionnel, le CFM, dans la mesure où il ne dispose pas la crédibilité morale pour faire valoir les responsabilités qui lui sont confiées. Pourtant, il dévore l'argent public !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Entrepreneuriat - La place de l’incubateur à Madagascar

La Grande île fait aujourd’hui  face à l’effervescence de l’esprit entrepreneurial. De plus en plus de startups et d’entreprises se créent au sein de différents domaines. Toutefois, créer une entreprise n’est pas une mince affaire, notamment au terme du business plan mais aussi du financement. Par manque d’analyse du contexte, la majorité des entreprises demeurent donc au stade de la création. Elles ont en effet du mal à se développer et finissent par stagner.

Face à cette situation, des incubateurs se mettent en place dans la Capitale. Les incubateurs sont des acteurs de l’innovation qui jouent un rôle important en matière de maturation d’un projet d’entreprise. Ils interviennent autant  dans la création qu’au cours de la vie d’entreprise. Ils mettent à disposition des porteurs de projets d’une multitude de services qui vont leur permettre de se lancer dans les meilleures conditions. Par conséquent, les incubateurs contribuent à la conception d’un écosystème favorable à l’émergence et au développement des strartups et des petites et des moyennes entreprises (Pme). Actuellement, trois centres d’incubation peuvent être recensés à Madagascar. Le premier est celui de l’Iscam où des formations et des séances de networking sont fournies aux jeunes pour leur permettre de développer leur esprit entrepreneurial. Il y a également celui d’ELI et l’ « Incubons » du bureau régional de l’océan Indien de l’Organisation internationale de la francophonie.« Incubons » est le dernier centre inauguré. Il est spécialisé dans l’économie sociale et solidaire avec comme objectif d’accompagner et de soutenir les porteurs de projets à fort impact sociétal. Il veut particulièrement que les entrepreneurs responsables soient à la tête d’entreprises sociales viables et pérennes. Recueillis par Rova R.

La Vérité0 partages

Abus d’autorité et imposture - Un véhicule suspect en fourrière

Calquant cette très mauvaise habitude chez certaines personnalités du pays pour faire abus d’autorité,  d’autres ont appris la leçon et profitent de la situation pour tenter à leur tour de « snober » le public, ou même les Forces de l’ordre. Tel était le cas lundi 7 mai dernier lorsque la Police a intercepté puis mis finalement en fourrière un véhicule  portant cocarde et fonçant sur la rocade.

Lorsque vint le moment où le conducteur a été verbalisé, ce dernier a cru impressionner les policiers en affirmant que la voiture appartient à un sénateur. « Or, lorsque les agents verbalisateurs ont vérifié les papiers, le cas était loin de l’être car le véhicule appartient plutôt à une entreprise privée  », confie une source policière.Aussitôt après les contrôles d’usage, le véhicule était mis en fourrière et la cocarde confisquée. De nos jours, de multiples cas d’abus  par les voitures de dirigeants ou autres hauts responsables du pays s’observent notamment au sein de la circulation dans la Capitaleoù les usagers continuent d’être énormément importunés, s’ils ne se sentent  sans cesse bousculés par ces soi-disant 4x4 fonçant à toute allure, toutes sirènes hurlantes et gyrophare allumé !Devant la persistance du phénomène,  et ce, malgré uen campagne de sensibilisation et une avalanche de sanctions envers les contrevenants, la Police ne baisse pourtant pas la garde. Elle avertit sérieusement que l’application de la loi ne fait plus de distinction de statut, ni de  fonction en cas de flagrant délit de  ce type d’infractions. Enfin, la Police exhorte les hauts responsables du pays à se montrer  toujours exemplaires dans le respect de la loi en vigueur, mais non pas ajouter le mal en la bafouant.Franck Roland

Tia Tanindranaza0 partages

Fanolorana fiara ny minisiteran’ny IndostriaMiezaka manatsara tena ny fitondram-panjakana

« Mba hiditra misimisy kokoa amin’ny orinasa goavana na « industrie lourde » isika, hoy ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier omaly nandritra ny lanonam-panolorana ireo fiarakodia « Karenjy –Mazana II »

 

 izay natolotry ny fitondram-panjakana ho an’ny minisiteran’ny indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina. Marina fa efa betsaka ireo orinasa mamokatra ny vita Malagasy amin’ny sehatra maro isan-karazany, ary ny tena ahafantarana azy ireo dia ny fanodinana ny vokatry ny tany sy ny fanodinana lamba. Ilain’ny firenena ihany koa anefa ny orinasa goavana satria ahafahana mamorona asa sy mitondra avo ihany koa ny faneva maha Malagasy ». Notsiahiviny ihany koa fa « tafiditra ao anatin’ny vinan’ny fitondram-panjakana ny fijerena izay paika entina mampiroborobo ny orinasa tsy miankina, entina hanindraindrana ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina sy ny vita Malagasy. Ilaina ny mampiroborobo ny vita gasy, ilaina ny manampy ny sehatra tsy miankina amin’ny fampiroboroboana ny toekarena, fa ilaina ihany koa ny mitsinjo lavitra satria ny famokarana sy ny fanjifana ny vita malagasy ihany koa dia ahafahana mampitombo ny harikarenantsika ». Fanambarana izay mampieritreritra manoloana ny antsojay atao amin’ny orinasa Malagasy AAA Tiko Andranomanelatra sy ny fampahoriana ny mpandraharaha Malagasy amin’ny resaka hetra. Izay tokoa ve no tena izy sa mba mitady hevitra hanakonana ny zaa-misy eto amin’ny firenena fotsiny ny fitondram-panjakana ka mamorona hetsika etsy sy eroa entina hanatsarana tena sy ilazana fa mandeha ny asa na dia efa tapitra mitokona isan’andro aza ny mpiasa amin’ny ireo minisitera rehetra ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Veliranom-bazimba

Mazava sy tsy miolaka ny tenin’ny eny an-kianja, fa tsy misy vahaolana afatsy ny fialan’ny filoha. Miantefa any amin’ny fitondrana io, ary mipaka any amin’ny mpanelanelana ihany koa, fa tsy hifampiraharaha sy hifampiresaka amin’ny mpamono olona, hoy ny depioten’ny fanovana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihavanam-pirenenaMitodika any amin’ny FFKM ny maso rehetra

Nandalo ny CRN sy ny FFM ary ny CFM fa dia saika kiana niraisan’izay naneho ny heviny rehetra hatrany ny hoe « Mandany volam-panjakana ». Etsy an-kilany anefa ny avy eo anivon’ny fiombonan’ireo fiangonana kristianina malagasy na ny FFKM

Jean Navandahy Ratiharison, filohan’ny fikambanana Za’gasy sahy mandroso :

« Niharihary ny tsy fandraisan’andraikitry ny CFM nanoloana ny zava-nitranga ny sabotsy 21 aprily. Manohitra marindrano ny fandatsahan-dra ny Za’gasy ary mangataka tsotra izao ny handravana tsy misy hatak’andro ny CFM »

Jean Louis Rakotoamboa, filohan’ny antoko Teza

« Olana fototra ilana adihevitra tsara eto ny fitsipika mikasika ny demokrasia vao miditra amin’ny fifidianana. Rehefa tsy izay dia fihavanan-jiolahy foana no hitranga eto. Mitarika olona hifamono, miady dia avy eo indray mifampitantana. Mandany vola fotsiny ny CFM fa fihavanana amin’ny vahoaka izao no ilaina. Izay nanao ratsy rehetra, atomboy amin’ny Teza raha misy, dia tsaraina sy gadraina avokoa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fizirizirian-dRajaonarimampianinaFambolena korontana sy krizy

Tombontsoa ambonin’ny firenena ny fialan-dRajaonaonarimampianina ka hisaorana ny solombavamhoakan’ny fanovana sy hanohanany azy ireo, hoy ny fikambanana Olona Hasin’ny Tany na ny OHT teny amin’ny Le Pavé Antaninarenina,

 nisian’ny fiaraha-misakafo sy dinidinika nifanaovan’izy ireo tamin’ny mpanao gazety omaly. Pitik’afo ihany ny resaka lalàm-pifidianana fa vokatry ny zava-misy eto amin’ny tany sy ny firenena no anton’ny tolona eny amin’ny 13 mey, ka ny fiziriziriany eo no vao mainka mampitombo ny krizy eto amin’ny firenena, hoy hatrany ny OHT. Ny mpitondra efa nandatsa-dra dia tsy mendrika ny hitondra ny firenena sy ho Raiamandrenin’ny Malagasy intsony, ary efa tolon’ny vahoaka io. “Tsy tokony hampidirina sy hatao fiarovan-tena ny hoe efa nisy izany tany aloha. Afaka hanao izany koa ve ny aty aoriana?”, hoy ny Dr Hery Raharisaina. Tsy ilay tolom-bahoaka namonoany ny Malagasy irery ihany koa ny antony hanalan’ny vahoaka azy fa ny tsy fahatontosany ny andraikitra napetraka taminy nanomboka ny 25 janoary 2014, nianianany, hoy kosa i Emile Ratefinanahary. Tsy nitsangana mandrak’androany ny rafi-pitsarana « Haute Cours de Justice » na ny HCJ, izay herintaona aorian’ny fandraisan’ny filoha fahefana farahafatarany no hananganana azy, araka ny andininy faha 167 ao amin’ny lalàmpanorenana. Rehefa dinihina dia lojika ara-politika ny tsy nananganan’ny filoha ny HCJ hitsara na hanasazy azy amin’ny tsy mety ataony, ka tsy atao mahagaga raha tsy nahefa ny tena adidiny, fa tany amin’ny afera sy ny kolikoly no nampalaza azy noho ny tsy fisian’ny arofanina. Tsy vitany anefa izay dia azo esorina amin’ny asany izy, ary nitory ny amin’izay ny depiote 73, raha toa ka ny ¼ dia efa ampy raha ny lalàna. Ny tetika mety handravan’ny filoha ny antenimieram-pirenena, dia vao mety mainka hamatotra sy hanafaingana ny firodanany, indrindra fa efa mipetraka ny fitorian’ny depiote. Efa voasoritry ny lalàmpanorenana avokoa ny lalana mety hizorana fa tsy tokony hiroaroa saina amin’ny tetezamita lasa tetezamiitra isika. Tombontsoam-pirenena sy tombontsoa iombonana ny fialan’ny filoha, ary eo ny mety tsy hampitombina intsony ny resaka fifanarahana toy ny tamin’ny 1991 teny amin’ny Panorama hoe hapetraka ho filoham-boninahitra, ary mety tsy hanaiky izany ny eny an-kianja, hoy ny OHT. Tsy miandry tambiny amin’ny fanohanana ny hetsika afa tsy ny fialan’ny filoham-pirenena izy ireo. Manamafy kosa fa mila hapetraka ny arofanina ho an’izay filoha ho avy eo, hapetraka ny fototra, ka tsy hanao izay saim-patany, fa ho any amin’ny fanarenana tena izy tokoa.

Toky R sy Marigny A.

 

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote ho an’ny fanovana“Ny filoha asaina mitory raha sahy”

Tsy miato ary tsy hiato ny tolona eny an-kianja raha tsy miala i Hery Rajaonarimampianina, araka ny toromariky ny depiote ho an’ny fanovana. Ny minisiteran’ny asam-panjakana sy ny lalàna sosialy, ny mpiasan’ny antenimierandoholona no navoaka omaly.

Tsy mila an’i Chissano

Manao tohivakana moa ny fahatongavan’ny iraka avy any ivelany hanao fanelanelanana, ka nigadona omaly teto amintsika ny iraky ny SADC Joaquim Chissano. “Andriamatoa Chissano, izahay depioten’ny fanovana sy ny vahoaka Malagasy, dia tsy maniry sy tsy mila ny fanelanelananao… Ianao no fototry ny “ni…ni…” ary ankehitriny, dia mbola tonga hametraka izany eto aminay ihany indray ianao. Tsy mila anao izahay”, hoy ny hafatra nataon’i Hanitra Razafimanantsoa omaly. Hihaona amin’i Hery Rajaonarimampianina eny Iavoloha moa i Joaquim Chissano anio maraina. Efa niresaka tamin’ny minisitry ny raharaham-bahiny sy ireo masoivoho vahiny miasa eto Madagasikara izy omaly hariva.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Datim-pifidiananaMailo ny CENI

Miangavy ireo tompon'andraikitra politika isan-tsokajiny miaraka amin'ireo rehetra izay mahatsiaro fa manana adidy amin'ny tanindrazana ny Vaomiera Mahaleotena misahana ny fifidianana na ny CENI, mba hiara-kidinika ka handray fanapahan-kevitra ao anatin’ny fotoana faran’izay fohy hametrahana ny fitoniana.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpisehatra ara-barotraManomboka mailo manoloana ny krizy

Hita ho kaodikaody be ihany ny mpanao hetsika ara-barotra manoloana ny krizy politika misy eto Madagasikara. Rehefa fotoana manakaiky ny fetin’ny reny tahaka izao dia maro no mamandrika toerana hanaovana dokambarotra, araka ny tatitry ny tompon’andraikitra iray.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vidim-piainana miakatra andro aman’alinaVelon-taraina ny tokantrano Malagasy

Miakatra andro aman’alina ny vidim-piainana eto amintsika. Raha somary nahitana fihenany kely ny vidim-bary dia any amin’ireo kojakoja fampiasa amin’ny fiainana andavanandro indray no tena ahitana izany toy ny menaka, ny siramamy, ny savony…

Atoa Billy :  Raha mitohy aloha izao grevy izao dia tena hisy fiantraikany amin’ny fiainam-bahoaka mihitsy e ! Raha tokony hiantsena ireo mpigrevy ireo nefa  tsy manao izany izy fa migrevy koa dia tsy maintsy  hisy fiantraikany amin’ny fidiram-bolan’ireo mpivarotra izany na ho ela na ho haingana.

Rtoa Saholy : Ny ahy ilay mpianatra no tena mampalahelo ahy. Misy ireo tsy afaka mianatra vokatr’io grevy io. Raha hikarakara  taratasim-panjakana koa nefa tsy mahita mpiasa any amin’ny birao dia olana hafa ihany koa izay ankoatra ny tsy fandehanan’ny asa amin’ny andavanandro.

Pati sy Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

DEPIOTE HORACE

Tsy hitsahatra raha mbola misy fitarainana voaray avy amin’ny sendika, raha ny nambaran’ny depiote Horace Rasoanoromalala omaly mikasika ny tolon’ny solombavambahoakan’ny fanovana.

PRAIMINISITRA TRANON-DAINGA

Vao tsy ela ihany koa ny nalaza ny resaka volabe very tao an-tranon’ingahy Praiminisitra Mahafaly Solonandranasana Olivier, saingy nanitrikitrika mafy izy fa tsy nisy izany. Taty aoriana anefa, dia nivoaka indray ny vaovao fa olona 6 no naiditra am-ponja satria voasaringotra tamina fangalarana volabe 800 tapitrisa ariary tao an-tranony. Sanganehana ny rehetra hoe izany ve ny praiminisitra mbola tazonina sy ompiana ao an-dapa ? Atao mahagaga ve raha milaza ny depiote fa fanjakana dahalo ity?

PAUL RABARY

"Amin’izao zava-misy eto amin’ny firenena izao dia miangavy antsika rehetra, n’inona n’inona tsy fitovian-kevitra, mba hiaro ny fianaran’ny zanatsika sy zandrintsika. Isika rehetra dia miara-manaiky fa any am-pianarana no tokony hisy ny mpianatra. Efa tokony hanomana ny fanadinana hatrehan’izy ireo amin’ity taona ity koa ireo zanatsika sy zandrintsika ireo koa mangataka antsika rehetra mba hanampy azy hianatra anaty filaminana tsy ho voakotaba sy ho voaelingelina”, hoy ity minisitra ity. Fa rehefa hatao fitaovana politika hilanja sorabaventy manohana ny filoha tany Tsiroamandidy izany dia mety e ? Ary iza moa no mahita na izy samy izy ihany no mody manao an’ireny ?

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly any ambanivoloMaro ny mpianatra mbola mipetraka amin’ny tany

Mbola betsaka amin’ireo sekoly any amin’ny toerana lavitra andriana amin’izao no tsy manana dabilio hampiasaina fa mipetraka amin’ny tany ny mpianatra.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ambano-AntsirabeNotafihin’ny jiolahy indray ry Masera

Notafihin'ny jiolahy indray ny alin'ny alatsinainy hifoha ny talata ny Tobin-dry Maseran'ny Lasalety tao Ambano, izay toeram-piompiana sy fambolena. Jiolahy niisa fito ary nitondra basy kilalao sy kibay no nanafika azy ireo.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana VokovokomenaMitombo isa hatrany ireo mpilatsaka an-tsitrapo

Vonona hatrany ny hanohana ny mpiara-belona ny fikambanana Vokovokomena Malagasy. Raha araka ny fanazavan’ny taleny Randriananja Claude tamin’ny mpanao gazety omaly mantsy dia mitombo isa hatrany ireo mpilatsaka an-tsitra-po tonga manome tanana azy ireo.

 Ho an’ny ady amin’ny aretina Pesta izay tena nahazo vahana teto amintsika tokoa volana vitsy lasa izay dia efa  mahatratra 300 mianadahy ireo manao fanentanana momba ity aretina iray ity. Manatona eny anivon’ny tokantrano sy ny Fokontany mihitsy izy ireny manentana ny olona mba hahalala madio sy hiaro ny mpiara-belona amin’ny fihanaky ny voavalo. Toraka izany koa ny fanentanana momba ny rano fisotro madio, ny ady amin’ny aretina homamiadana, ankoatra ny fanampiana ny olona amin’ny loza voajanahary.  Mahatratra 14 tapitrisa ireo mpilatsaka an-tsitrapo eo anivon’ny fikambanana maneran-tany ka ny 450.000 amin’ireo no mpiasa mivantana. Nankalaza ny andro maneran-tany ho an’ny fikambanana Vokovokomena  sy ny Croissant rouge izy ireo omaly. Fampahafantarana ny asan’ny fikambanana tetsy Tsaralalana no nanamarihan’izy ireo izay tafiditra indrindra ao anatin’ny tanjon’i Henry Dunant izay namorona ny fikambanana mba hisian’ny fiadanana sy ny fandriampahalemana maneran-tany. Nomarihina omaly ihany koa ny tsingerin-taonan’Atoa Henry Dunant.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiroboroboana ny sehatry ny kolontsainaHanampy antsika ireo parlemantera miteny Frantsay

Vonona ny hanampy an’i Madagasikara amin’ny fampiroboroboana ny sehatry ny kolontsaina eto amintsika ny fianakaviam-ben’ny frankofonia amin’ny alalan’ireo parlemantera.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Madagasikara Vina sy FanantenanaNametra-pialana tsy ho filoha intsony i Guy Maxime Ralaiseheno

Nametra-pialana tsy filoha mpitarika ny “Antoko Madagasikara Vina sy Fanantenana” Andriamatoa Guy Maxime Ralaiseheno ary tsy ho mpikambana mpanorina intsony ihany koa.

 

Raha ny Fantatra dia ity antoko ity no hanolotra an'Atoa Orlando Robimanana ho kandida amin’ny fifidianana izay ho  filoham-Pirenena ho avy izao. Raha ny re dia fanapahan-kevitra manokana fa tsy antony ara-politika izao nanosika an’Atoa Guy Maxime Ralaiseheno izao. Raha tsiahivina kely ny tantarany dia diso fanta-daza loatra amin’ny fijoroana mandrakariva  ho an'ny tanindrazana  ny lehilahy. Andrasan'ny maro araka izany ny hoe :  hanohana an'iza ity mpanao politika iray ity amin’ny fifidianana ho avy izao izay fantatra ihany koa fa filohan'ny fikambanana Ben'ny tanàna teo aloha ary tsy nanaiky lembenana tamin’ny  fifidianana mialohan'ny fotoana ny  20 Novambra  2010 izay saika notanterahin’ny  tetezamita. Mbola izy ihany koa no nijoro tsy nanaiky ny fanonganam-panjakana nitranga tamin’ny taona 2009.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Radion`ambanivolo”Revy misandrahaka io, hoy i Samoela

Namoaka ny rakikirany fahafolo indray i Samoela, mitondra ny lohateny ”Radion’ambanivolo” izay novokarin’ny tranom-mpamokarana Be Mozika.

Manome ny tsara indrindra

Tsy nihazakazahana fa natao nanaraka hatrany ny onjan'ny filan'ny mpankafy ny tenany tamin'ny famoahana rakikira satria ny volana jolay 2017 no nanomboka namolavola ity rakikira ity i Samoela sy ny ekipany. Nihidy aman-trano nandritra ny 3 herinandro izy ireo tao Royal Palace Antsirabe ny volana janoary lasa teo tamin`ny fandrindrana ny vokatra. Roa herinandro kosa no nandraisan`ny trano famokarana Be Mozika ny rakikira. Taorian`izay, natao ``mixage`` tany Etazonia ary avy eo nentina tao Frantsa natao ``Mastering``. Raha ny fanazavana dia tamin`ny 28 aprily lasa teo no nivoaka tany ivelany ny vokatra “Radion`ambanivolo”. Nanampy izany koa ny aingam-panahy niboiboika. Fantatra izao fa efa tontosa ary efa mivoaka eny an-tsena sahady ny rakikira. Hisy seho hatolony amin’ny 3 jona ho avy izao ao Antsahamanitra sady ho tokana amin`ity taona ity.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fomba fitantanan’ny HVMMampisafoaka tanteraka ny Malagasy

Na dia nisy ary ny fahasahiranan’ny vahoaka Malagasy hatramizay dia tsy azo oharina velively amin’ny fahantrana nentin’ity fitondrana ity izany.

 

Nihatra tanteraka hatrany anaty vilanin’ny maro ny fitantanana tsy mahomby nentin’izy ireo. Raha tsy hilaza fotsiny ireo afera maloto maro nitranga nanomboka nandraisana ny fahefana ka hatramin’izao izay nitondra tarazo amin’ny toekarena. Vao  tsy ela no nisy ireny sokatra 10 000 tratra ireny ary maro ihany koa no mety mbola mitahiry any ho any fa mbola manitrika aloha noho izao toe-draharaha mafana izao. Ny fanondranana ireo hazo sy vato sarobidy ary ny volamena moa tsy lazaina intsony ary tahaka ny mahazatra dia tsy hita mazava izay tohiny ho an’ireo izay nolazaina hoe tratra. Manginy fotsiny ny kolikoly mandavan-taona izay ahenoana hatrany ny anaran’ny vadin’ny filoha any amin’ny sehatra maro isan-karazany. Hany ka tsy misy mandeha amin’izay tokony ho izy ny fitantanana satria olona tsy mahay sady tsy nandalo fanadinana no misehatra any anaty birao rehetra any. Manoloana izany rehetra izany dia potika ny toekarena ary miraviravy tanana na ny olon-tsotra na ny mpandraharaha. Mainka aza moa nisondrotra hatrany koa ny vidim-bary, ny hetra, ny solika ary ny JIRAMA nandritra ity fitondrana ity. Tamin’ny taona 2014 dia 1500 Ariary ny kilaon’ny vary, amin’izao tsy latsaky ny 2000 Ariary intsony ary nisy fotoana aza efa tafakatra 2500 Ar. Nysolika aza moa miziriziry tsy milatsaka amin’ny vidiny 4000 Ar intsony raha mbola 3840 Ar tamin’ny herintaona lasa ; 2,5 litatra monja no mba azon’ny vola 10 000 Ariary. Ankoatr’izay ny fiakaran’ny JIRAMA isam-bolana efa mampikaikaika ny rehetra. Tsy mahagaga raha mitroatra sy tezitra  amin’izay ny vahoaka satria maro loatra ireo zavatra tsy rariny nataon’ny mpitondra.

Tsiry

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fihetsiketsehana an-dalambeHo avy indray ny fanakanana ?

Namoaka toromarika ho an’ireo tompon’andraiki-panjakana momba ny fihetsiketsehana an-dalambe omaly ny minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Toe-draharaha politikaTsy maintsy horavana ny governemanta…

Lalana iray mety hampitony kely ny toe-draharaha politika amin’izao fotoana izao ny fandravana ny governemanta.

 

 Mahagaga kosa anefa ny mbola fizirizirian’ny filoha tsy sahy nandray fanapahan-kevitra na efa ho roatokombolana aza ny nisian’ny tolona mitaky ny fametraham-pialany, ny fandravana ny governemanta,… izay narahina fitoriana teny amin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana. Mety efa manana fanantenana fa ho tsara aron’ny HCC, toy ny tamin’ny taona 2015 nisian’ny fampanaovana fifanarahan’andraikitra na “Pacte de Responsabilité” indray angamba. Efa nahazo lesona tamin’ny zava-nisy tamin’izany fotoana ny depiote izay tohanan’ny vahoaka ankehitriny, ka mety vao mainka hampahery vaika hatrany ny fitakiam-bahoaka ny mety hisian’izany. Raha hiroso amin’ny fandravana governemanta ny filoha, dia mazava ho azy fa handao ny toerany i Mahafaly Solonandrasana Olivier, izay tsiahivina hatrany fa notakian’ny depioten’ny fanovana ny hanaovana fanadihadiana azy momba ny resaka kolikoly niraisana tamin’i Claudine Razaimamonjy. Raha ho avy ary izay fandravana governemanta izay dia inona no hitranga aoriany ? Tsy maintsy hampifanarahana amin’ny toe-draharaha politika amin’izao aloha io raha ny lojika hoe : tsy governemanta hiady ho an’ny kandidam-panjakana hanao kajikajy maloto amin’ny fifidianana, toy ny fandrafetana iny lalàm-pifidianana notsipahin’ny HCC iny. Ny resaka fanoloana praiminisitra indray dia mazava ny voafaritry ny andininy faha-54 amin’ny lalàmpanorenana hoe miainga amin’ny tolo-kevitry ny vondrona parlemantera maro an’isa eny amin’ny antenimiera ny anarana. Governemanta teknika tsy mitanila sy hanomana fifidianana no tokony hijoro eo satria izay resaka fitanilana sy tsy ny tsy fahatokisana azy izay intsony no hitakiana ny fandravana ny ankehitriny. Na ho ela na ho haingana dia karazan’ny làlana tsy maintsy hizorana izany mba hisian’ny fifampatokisana ao anatin’ny fanatanterahana ny fifidianana, ary indrindra ny fisorohana ny fampiasana ny fahefam-panjakana amin’ny fifidianana, raha tiana hadio sy hangaraharaha tokoa io. Iza avy izany no mety hiditra na hampidirina ao ? Mety ho avy amin’ny tolon’ny 13 mey ve ohatra no hapetraka ho praiminisitra ? Ny tena zava-dehibe handrasana aloha izao dia ny famoahan’ny HCC ny valiny momba ny fangatahana ny fialan’ny filoha sy ny fanadihadiana ny praiminisitra, ka io no hamaritra ny tohin’ny tantara indray.

Toky R